Droit et Liberté n°389 - mars 1980

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°389 de Mars 1980
    • Spécial: Cinéma et racisme
    • Editorial: C'est du cinéma par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • 80 ans de racisme et d'antiracisme au cinéma: écrans de fumée, écrans de lumière par René Predal
    • Journées cinématographiques d'Amiens; des films pour se comprendre interview de J.P. Garcia par Marc Mangin
    • Le cinéma noir américain: entre le black-business et le black-power par Janine Euvrard
    • Indiens d'Amérique du Nord: à l'ouest du renouveau par Alain Aubert
    • Le 22 et 23 Mars, congrès du MRAP
    • Lischka: 10 ans de prison pour le meurtre de 70 000 juifs
    • Le fichage des immigrés: apartheid à la française sur ordinateur
    • Gary Tyler, Desdie Woods, Léonard Peltier et les autres lettre du MRAP au président Carter à l'occasion des jeux olympiques d'hiver de Lake Placid
    • Entretien avec Guy Hennebelle: pour un cinéma d'intervention sociale recueilli par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • L'éveil du cinéma antillais: toutes les joséphines ne sont pas impératrices
    • Un entretien avec Safi Faye: "j'aime filmer sur un rythme africain" recueilli par Marc Mangin
    • L'expression juive dans le cinéma américain: le marxisme tendance Groucho par Roger Berg
    • Le rêve américain de Woody Allen par Emmanuel Haymann
    • La tribu française vue du cinéma d'Hollywood d'après Myung Jin Park
    • Une interview de Mohammed Alkama: l'antiracisme aujourd'hui c'est aussi le cinéma
    • Des livres sur le cinéma du Tiers monde
    • Le petit catalogue du cinéphile antiraciste

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

, • • - Diffusion de couture eaL Créations Arlette Nastat vaoeI\ nastat 43, rue d'Aboukir, Paris-2e • Tél. : 508-88-60 2 droit et liberté. n0389 • mars 1980 • éditorial • c'est du cinéma Une semaine de dialogue pour cinquante et-une de racisme: c'est du cinéma! Les larmes à grand spectacle sur le génocide hitlérien quand les groupes nazis agissent impunément: c'est du cinéma! Les roucoulades sur la liberté de la presse lorsqu'un ancien émule d'Hitler et de Pétain assujettit peu à peu les plus grands journaux du pays : c'est du ci néma! Les communiqués angoissés sur. la montée des violences racistes contre les immigrés, alors que les coupables même pris (cas rarissimes), ne sont quasiment jamais punis: c'est du cinéma! Les petits déjeuners au coin des poubelles où l'on remet furtivement un jambon et une bouteille de champagne à des éboueurs musulmans qui n'en consomment pas: c'est du cinéma! Les frétillements d'autosatisfaction devant une des dernières démocraties- dans-un-monde-en-proie-aux-totalitarismes tandis qu'on arrête systématiquement dans les transports en commun, dans les rues et jusque dans les lits ceux qui ne sont pas blanc de blanc: c'est du ci néma! Les appels solennels à serrer les tangs autour du « monde libre» menacé quand on poursuit les fructueux échanges nucléaires avec l'Afrique du Sud de l'apartheid : c'est du cinéma! Les frayeurs de composition qu'on feint d'éprouver et qu'on suscite face à un Tiers-Monde en proie à la misère, à la faim, à l'analphabétisme et à la domination étrangère: c'est du cinéma! Les interventions humanitaires en faveur des 28 cochons et des 17 babouins victimes d'un centre d'expérimentation de la prévention routière lorsqu'on se ta it avec insistance sur le cas de James Mangé, 24 ans, rés istant au régime de l'apartheid avec lequel on entretient de si ju,teuses relations : c'est du cinéma! Mais cinéma pour cinéma, mieux vaut, vous ne me contredirez pas, celui des salles obscures où selon les classiques, on se distrait en s'édu quant. Voilà 80 ans qu' il existe, le cinéma, le bon, le vrai. Des milliers de kilomètres de pellicule ont enregistré la réflexion des hommes sur le problème fondamental du racisme et de l'amitié entre les peuples. Les Journées cinématographiques d'Amiens contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples qui se tiennent du 29 février au 9 mars à l'i nitiative du mrap et de la municipalité de cette ville en sont un témoignage éclatant. Ce numéro de droit et liberté se consacre à décnre une grande aventure artistique et humaine, celle du cinéma. Espérons qu'i l y a là plus de motifsde prendre son pied qu'en écoutant sur les ondes, le cinéma dont on entoure, pour mieux le camoufler, le racisme d'Etat contre lequel il nous faut aujourd'hui lutter. Jean-Louis SAGOT-DUVAUROUX 3 mode enfantine R.I.E ...... PAR 1 S L-_________________________________________ ~ piedssensibles les chausseurs du confort et de lëlégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes (1er) 5, rue du Louvre (Métro Louvre) (ge) Gare Saint-Lazare - 81, rue Saint-Luare (MO St-Lazare - Trinité) (6e ) Rive gauche - 85, rue de SèvrJs (Métro Sèvres-Babylone) (1 De) Gare de l'Est - 53, Bd de Strasbourg (Métro ChAteau d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis. ~--------------------------- 4 prévenir vaut mieux que guérir avez-vous renouvelé, votre abonnement à droit et liberté ? au sommai• re • cinéma. 80 ans de racisme et d'antiracisme au cinéma: écrans de fumée, écrans de lumière .. . .. .... . . . . . .. . .. ... p. 5 par rené prédal festival d'amiens : des films pour se comprendre .... ...... ... .... p. 11 une interview de jean-pierre garcia le cinéma noir américain : entre le black-business et le black-power p. 17 par janine euvrard pour un cinéma d'intervention sociale p.29 un entretien avec guy hennebelle l'éveil du cinéma antillais : toutes les joséphines ne sont pas impératrices p.33 «j'aime filmer sur un rythme africain » p.35 un entretien avec safi faye l'expression juive dans le cinéma américain: le marxisme tendance groucho ......... . .. . ..... .. p. 37 par roger berg l'antiracisme aujourd'hui c'est aussi le cinéma . . .... ... . . . ......... p. 41 un entretien avec mohamed alkama des livres sur le cinéma du tiersmonde ,." .. , . , . . . . . . . . . . . .. p. 42 par yves 'thoraval le petit catalogue du cinéphile anti-raciste .. . , ... . , . . ... . . . . .. .... p, 43 par didier moro • action. les 22 et 23 mars, congrès du mrap p,21 • point chaud. gary tyler, dessie woods, léonard peltier et les autres . . .. ,. , .... .. p. 26 Le dessin de la «Une» a été réalisé par Saladin, droit et liberté mensuel 120 rue saint ·denis, 75002 paris · téléphone 23309.57 · c .c .p 9239·81 paris directeur de ia publication rédacteur en chef albert lévy Jean -louIs sagot -duvauroux comité de rédaction Jean -pierre gto venco jean-pierre barrizien, mireilie carrère, delphine deporte, philippe jarreau , patrick kamenka, félix lambert, racine maïga, marc mangin, stephane mayreste, robert pac, yves person, théo saint-jean, abdelahak sen na, pierre-andré tagUieff, yves thoraval, jean-yves treiber, pierre vidal, slimane zéghidour. abonnements un an 60 F soullen 120 F étranger 90 F. publicite au sIege du Journal cinéma 80 ans de racisme et d'antiracisme au cinéma

crans de fumée
ns de lumière

Raciste, antiraciste, engagé consciemment ou véhicule inconscient des idées du temps, le film n'a cessé, depuis 80 ans, de croiser le problème, de le traiter ou de l'esquiver, d'ouvrir les yeux du spectateur ou de les lui fermer, Le premier long -métrage (220 mètres) Je Georges Méliès fut consacré en 1899 il l ' Affaire Dreyfus, qui , à l'époque, divi sai t la France. Mais Mau ri ce Bessy précise dans son étude co nsacrée à Méli ès ( Anthologie du Cinéma ", nO 11 , Janvier 1966) . " II serait imprudent de vOir en celt e oeuvre quelque forme d'engagement politiqlle / .. ./ Méliès était avant tout un h omme de spectacle et les événements du monde étaient prétexte pour lUi à tableaux vivants, l'actualité reconstituée ". On voyait l 'arrestation de Dreyfus, la dégradation, l'Ile du Diable, le su ic ide du Co lonel Henry, la cour mar ti ale de Rennes .. " comme si on y était ", ma is le film - ex trêmement simpliste Il 'amorça it aucune tentative de réflexion . Dans son " Histoire du cinéma mondi al ", Georges Sadoul dénonce par contre avec véhémence l'idéologie raciste développée par le " chef d'oeuvre ' de David Wark Griffith Naissance d'unp. Nation (Birt h of a Nation, 1915, U.SA) . , Le scénario qui se déroulait à l'époque de la guerre de sécession avait été tiré par Frank Wood et Griffith d'un fort mauvais roman du Révérend Thomas Dlxon, The Clansman, écrit à la gloire de la fameuse organisation raciste du Ku-Klux -Klan ". Outre les scè nes de bataille, les morceaux à se nsation du film furent " le meurtre d'une jeune blanche par un nègre salace, le sauvetage p ar le Ku-Klux Klan, à la dernière minute, de l'innocente famille Cameron ». La ca rri ère du film fut marquée par de violents incidents. Charles Eliott à l 'Uni versité de Harvard, O. G. Villard et Francis Hackett dans les revues libéral es " The Nation » et , New Republic »firent enten Jre leurs protestation s, tandis que l'" Assoc iation pour l 'Avancement du Peuple de coul eur » appelait à manifester contre cette " tentative préméditée de décrtre diX millions d'Américains comme des fauves ». Dans de nombreuses villes, les premières représentations du film provo - droit et liberté. n0389 • mars 1980 qu èrent de violentes bagarres. Il y eut des blessés et même des morts .. Naissance d'une Nation manifeste un rac isme viol ent qui laisse loin derrière lui celui du roman à succès Autant en emporte le Vent. Les nègres y sont comme des esclaves aveugles ou des criminels stupides hantés par l'obsession du vol, du viol et du meurtre. Le républica in, ami des Noirs, est décrit comme un «odieux collaborateur ". Le Klan enfin, cet ancêtre des sanglants S. S., est représenté comme l'arme hérolque des Américains honnêtes ... Raciste anti -raciste , engagé consc iemment ou véhicule inconscient des idées du temps, le film n'a cessé depuis 80 ans,de croiser le problème, de le Jean-Daniel Simon, réalisateur de " Angela Davis, l'enchaînement ", traiter ou de l 'esquiver, d'y faire allusion ou réf érence, voire de l 'évacuer purement et simplement afin d'inviter le spectateur à ne pas voir une réalité sur laquelle d'au tres, au contraire, l'in citent à ouvrir les yeux . En guise d'introduction à ce dossier, retenons pour notre part quelques oeuvres susceptibles de poser des questions sur la mani ère d'aborder le sUJet, plutôt que de tenter un panorama forcément incompl et et qui ne se réduirait alors qu 'à un chapelet de titres sans rée lles significations. e nOir paternalisme, humanisme et rév 1 Ion Si l'on se permet de schématiser quelque peu, ce sont bien ces trois points de vue qui paraissent en effet prévaloir dans les films mettant en scène des Noirs. Le paternalisme, c'est Devine qui vient dîner (Guess who's coming to dinner) de Stanley Kramer ou Dans la chaleur de la nuit (In the heat of the night) de Norman Jewison qui, à eux deux, ont glané sept oscars en 1968 à Hollywood. Ces films esquivent le problème tel qu'i 1 se pose actuellement (depuis les années 1960) aux U.S.A. ' «Estimables dans leurs inten tions premières, ils arrivent à être d'une roublardise très suspecte, comme s 't! s'agissait en fin de compte de montrer que le problème noir n 'est qu'une affaire de p ar lotes édifiantes, de compréhensIOn mutuelle au niveau de gens de mêmes classes sociales (les deux flics de Jewison, les intellectuels de Kramer» (Guy Braucourt, Cinéma 68, nO 128, août-septembre).. la nouvelle «Case de l'oncle Tom » en somme. L'Humanisme, ce sont les sympathiques boulangers de Mister Brown (Roger Andrieux, 1975), ou même - il faut bien le dire - On n'enterre pas le dimanche (1960) de Michel Drach, la Permission (1968) de Melvin Van Pebbles et Esclaves (Slaves, 1969) d'Herbert F. Biberman. Ces films ont certainement proposé en leur temps un regard intéressant mais les form es du racisme ont changé et cette vision n'est pas susceptible d'en rendre compte : lorsque l 'apôtre de la non vio lence, le pasteur Martin Luther King se fa it assassiner, cela veut dire que sa doc trine n'était pas adaptée à l'endroit et aux moments de sa lutte. Les problèmes ne se posant plus comme dans Graine de violence (Blackboard Jungle, 1955) de Richard Brooks ou l'Héritage de la chair (Pinky, 1949) d 'Elia Kazan, le cinéma antiraciste d'auJourd 'hui présente la dure réalité d'Harlem Story (1964, Shirley Clarke)" Eldridge Cleaver Black Panther (1971 , William Klein)" Angela Davis, l'EnchaÎ- ••• 1 5

cinéma Certaines images pourraient ainsi être commentées par les mots mêmes que Semprun emploie, huit ans plus tard, dans son roman Le Grand Voyage :« Résistants parqués à Compiègne... Trains verrouillés, entassement des déportés à cent par wagon. .. cadavres qui s'écroulaient dès l'ouverture des portes ... ou la course à coup de crosses, parmi les aboiements des chiens, vers le camp. » Resnais atteint cet extraordinaire réa lisme par la lucidité, faisant appel à un survivant authentique « Je n'osais pas faire le film moi-même :je n'aijamals été déporté. Quand j'ai vu Jean Cayrol, ancien déporté, il a été d'accord pour le faire avec moi »J (1) et refusanttout effet facile: " En faisant tout le film en noir et blanc, je craignais d'obtenir avec ces vieilles pierres, les barbelés et les ciels de plomb, un romantisme cinématographique qui 8 Charlie Chaplin dans « Le Dictateur ». n'aurait pas du tout été de bon aloI » (2). Sans aucun lyrisme, sens épique ou ton élégiaque, le film débouche sur l'abstractlon

le spectateur est (presque) du côté

des geoliers, envisageant leurs sinistres IJroblèmes, posant l'équation de la mort comme un simple problème algébrique à résoudre au tableau noir. De l'odieuse opposition entre la mesquinerie des questions posées et la monstruosité des solutions apportées. naît justement le frisson de peur ressenti à cette vision . Miklos Jancso reprit d'ailleurs un procédé analogue dans les Sans espoir (1966) où les Autrichiens mènent systématiquement, par tous les moyens possibles de délation, la recherche des membres de la ba nde de Sandor, dans la plaine hongroise de 1867. Dans Nuit et Brouillard, le problème est clairement 1J0sé ' c'est l'extermination des juifs. Il a fallu pour cela construire des camps comme un stade ou un grand hôtel, avec des entrepreneurs, des devIs, de la concurrence, sans doute des pots Cie vm » De ce camp, les Allemand firent «une cité vraisemblable »avec son bordel garni de quelques prisonnières mieux nourries, ma is, comme les autres, vouées à la mort, des fleurs cultivées en serres par Himmler. des slogans à la porte ( la propreté c'est la santé », «le travail c'est la li berté »J, un bloc chirurgical avec ses morts à la seringue, ses pansements de papier mangés par les détenus affamés, ses mutilations et ses empoisonnements, une cour arrangée pour la fusillade « avec son mur protégé contre les flcochets des balles » ... et même une prison ! ... Bientôt, (J",-,illeurs, une nouvelle difficulté surgit : il fall,lit anéantir, m[:is productlvement », comme " tuer à la main prend du temps, on l-ommande donc des boÎtes de gaz Zy klon » et les bûchers de fortune remplacent les crématoires devenus insuffisants. La récupération est prévue : les cheveux fourniront des tissus, les os des engrais, les corps du savon. Resnais parsème même cette terrifiante vision glacée de terribles touches d'humour noir : , la grosse industrie s'intéresse à cette main d'oeuvre indéfù1iment renouvela ble 1 ». racisme et réalisme Dans une forme moins violente Les statues meurent aussi constitue néanmoins, en 1950, une attaque subtile de quelques méfaits du colonialisme ... et la censure ne s'y est d'ailleurs pas trompée : elle a interdit le film! Resnais et Marker ne se sont pas contentés de décrire la mort d'une civilisation, la dégradation d'une culture en esthétique négro-chrétienne ou en " art du presse-papier et du porte-plume souvenir »; ils sont remontes jusqu'à la cause de ces faits . le colo nialisme qui tue ce qu'il y a de plus profond en l'Homme et notamment sa liberté créatrice . Aussi, à côté de l'humour caractéristique dé Chris Marker « des na tions dotées de traditions racistes trou vent tout naturel de confier. à des hommes de couleur, le soin de leur glOire olympique 1 ») trouve-t-on des phrases jugées subverS ives par la Commission du Contrôle : " Qu'un boxeur nègre se permette de corriger un Blanc dans un pays marqué par le racisme hitlérien, on lui démontre à coups d'insultes, de menaces et de projectiles qu'il ferait mieux de rester à sa place. Et quand ce n'est plus pour jouer, quand le Noir se mêle aux luttes du travail, c'est à coups de fusil et de matraques que s'opère la démonstration ». Le domaine du long métrage va percinéma Ill ettre à ReSIlalS de donner plus d'ampieu r encore a cette dénonciation des fleaux du xxr sièc le ; si l'amour et l'oubli "ont bien deux des lhèmes prinCipaux d 'Hiroshima mon amour (1959), le troi:-' Ieme est en effet indiscutablement la pell1ture des 'lOrreurs de la guerre et, une fUIS de plus, du racisme sous -jacent. Car

-' 1 les U S.A lancèrent presque sans héSI ter

la bombe sur les jaunes Japonais, sans doute n'auraient -ils pas agi de même, quelques mois plus tôt, Vis -à-VIS des blancs Allemands ( Inégalité posée en principe par certames races contre d'autres races »). Après Févocation de l 'action de l'armée pendant la guerre d'Algérie (Muriel. 1962), Resnais revien dra, d'ailleurs dans un style allégorique, au thème du racisme et du fascisme par les étonnantes Images de Providence (1978) où les souvenirs du Vel d'Hiv et du Stade de Santiago se mèlent pour figurer le lieu géométrique de toutes les intolérances. Par les exemples cités jusqu'ici, il pourrait sembler que racisme et réalisme sont au cinéma toujours synonymes. En fait, bien que ce soit le cas plus général, des exceptions remarquables peuvent être SI gnalées, ne serait -ce que le célèbre Dictateur de Chaplin (The Great Dictator, 1940). De même, Marco Ferreri fait de Touche pas à la femme blanche (1973), un jeu de massacre insolite pendant lequel s'effondrent sous le grotesque tous les stéréotypes racistes du western classique . L'auteur choisit en effet délibérément un point de départ fantastique et développe ensuite avec une remarquable ri gueur réaliste, inversant donc la dé· marche traditionnelle qui consiste au contraire à investir progressivement le réel par des éléments de plus en plus étonnants. Ici, l'impossible est donné d'entrée : le célèbre général Custer revient (d 'entre les morts) pour exterminer les derniers Indiens réfugiés dans le gigantesque chantier de démolition des halles de Pa ris! Ainsi extraits de l 'histoire, les personnages se trouvent déplacés spatiale ment et temporellement pour être «parachutés » à notre époque et à Paris, le film tout entier reposant sur l'hypothèse absurde d'un come back de has-been d'un autre temps et d'un autre pays. Mais, à part Buffalo Bill par nature toujours en représentation, ces héros de la Ruée vers l'Ouest ne sont pas revenus pour monter un spectacle mais bien pour continuer leur travail. Car si les modes ont changé - d'où l'aspect grotesque de ces figures de mi -carème - les mécanismes politi ques, économiques et sociaux qui ont créé de toutes pièces des hommes comme Custer sont toujours en place. Le dénouement est d'ailleurs riche d'ambigultés : certes, le détachement de Custer sera exterminé et les Indiens, noulIeaux damnés de la terre, sortent du trou droit et liberté. n0389 • mars 1980 où les Grandes PUissances voulaient les écraser pour envahir la ville dans un final prophétique (vengeance des pays du Tiers Monde exploité?) curieusement Viré au rouge ... et qui n 'était pas prévu au programme comme le remarque le génér al. Ma is da ns l'ombre, le véritable pouvUlr (tOI t justement Identifié à l'argent de la Cùrr"Jdgnie des chemll1s de fer) conti nue à tirer les ficelles de toutes ces marionnettes et s 'envole en ballon quand la SitUation tourne mal ' les Indiens ont !Jeut êtl e yaglle Ulle Gatdille iTlalS il est Clall 411'i15 Tle gdglleront pas encore la guel re, les rllernbrE:s de la C 1 A. masquant seu lement lelJrs traits sous la déflaque d'un profes~ellld 'a nthrop ologie à l 'dllule déculllIact8e! le film 1 dll::.e allÈ:81 ement toule " leçon dt:: l'hls(o;, e " t::l tuute Il ,è::.e de SOCiologue cOlnme Id .nllS lq u: ,"élallge salis veryoyne airs millldllt::S dillarical1l5 et dd nses éCUSSalSeS t, dJitionne lles. rOll tes les fausses valellrs dites viriles véh iculées par les westerns (y compris les lIleilleurs dE: John FOid ou d'Howard Hawks) sont éga lement bafouées avec humour el la parodie devient alors plus véridique que les prétendues reconstitutions hlswriques en fait plus fidèles au mythe qu 'à la vérité Touche pas à la femme blanche est une galerie de personnages eilft::rmé5 Jans leurs principes et de flgllTes de légende constamment tuées Pdr le rlJlcule des détails (la tinette aU milieu de la challibre de Custer lorsque Mane Helene vient s'offrir à lui et la pllOtO dt:: ::.a femme dalls un cadre Coca Cola) Touche pas à la femme blanche s'inscrit également tout entier à l' intérieur d'un décor, celui d'un trou immense s'ouvrant en plein Paris avec des falaises gi gantesques au sommet desquelles se dressent encore les vieilles maisons du XIX· siècle. La parabole développée par le scénario s'insère donc dans le cadre rigoureux d'un symbole, celui du monde des Custer encerclant et étouffant celui des Taureaux-Assis, l'intelligence de Ferreri n 'a llant pas jusqu'à doter ces derniers de tous leurs charmes, sa sympathie pour leur cause n 'empêchant pas en effet sa lucidité ... mais nous voilà finale ment bien loin du fantastique alors que le postulat de base nous y avait pourtant brutalement conduits! tiers monde, cinémas de l'émigration et des minorités Au cinéma, le premier exemple « historique » du mépris des représentants mi noritaires d'une autre culture est évidemment le western . Depuis les années 1 960 (Cheyenne Autumn de John Ford date de 1964 et témoigne de la «conversion » spectaculaire d 'un des plus célèbres adeptes de l'esprit " frontière »). le chan gement d'état d'esprit des scénarios correspond en fait à l'agonie du genre ' est- Brigitte Mira et El Hedi Salem dans «Tous les autres s'appellent Ali ». 9 ••• cinéma ce à dire que, s'II n'est plus raciste, le western perd son pubiic et n'a plus qu'à mourir pour laisser la place au film de ka raté 7 Nous ne sommes pas loin de le croire . Le réflexe anti -indlen et anti -noir de trop d'AméricainS ne constitue d'ailleurs que l'exaspération d'un comportement plus généralement xénophobe que tradUisent bien certains films du courant " socia l ", commencé par les Raisins de la Colère (Th~ Grapes of wrath, 1940, John Ford) et Furyde Fritz Lang (1936)ou poursuivi par le Sel de la Terre (Salt of the earth , 1953) d'Herbert F. Biberman . Ainsi Haines (The lawless, 1949) de Joseph Losey se situe - avant même le film de Bib'8rman dont Robert Young filmera la version 1978 dans Alambrista -dans le milieu ', chlcanos " du sud et analyse le processus des oppositions raciales en montrant qu'elles sont aussI des conflits de classes, un sous-prolétariat mexicain étant exploité par les riches propriétaires terriens Il est seulement dommage que, comme dans la Poursuite impitoyable (The Case, 1965) d'Arthur Penn où un shérif sans p8ur et sans reproche lutte pour la justice, Losey ait cru bon de présenter la riche bourgeoisie urbaine comme libérale et combattant aux côtés du journaliste. concession commerciale plus que réalisme! Le " cas» de Rudolph Valentino ou l'exécution de Sacco et Vanzetti (film de Giuliano Montaldo, 1971)montrentd'ai lleurs que ce refus de l'autre ne s'appuie pas seulement sur des différences de race mais prend également prétexte d'un Simple détail de langue, de teint ou de couleur de cheveux. Une des plus belles idées cinématographiques n'est-e lle pas en effet celle du Garçon aux cheveux verts (The boy with green hair, 1948), premier long métrage de Losey réalisé juste avant Haines? Le racisme est également dénoncé dans leo The last (1969) de John Boorman (des Noirs à Nothing Hill), Pain et chocolat (1973) de Franco Brusati et le Train Rouge (1972) de Peter Ammann, deux oeuvres consacrées aux travailleurs émigrés en Suisse, le Bus (1976) de Bay Oka n (les Turcs en Suède) et surtout Tous les autres s'appellent Ali (Angst essen seele auf, 1973) de Reiner Werner Fassbinder. La comparaison de ce film avec - disons - la noire de (Sembene Ousmane, 1969), permet de saisir comment l'Individu moyen passe tout naturellement de l'indifférence au racisme, ce dernier étant toujours favorisé par un certain type de rapports économiques et sociaux. A Munich , la femme de ménage veuve et plus très jeune fait scandale avec un jeune marocain et il est bien évident que dans une autre classe sociale, il n'en aurait pas été exactement de même. En France, des films comme 0 Salto 10 (les émigrés portugais clandestinS) réa lisé par Christian de Chalonge en 1967 et surtout Elise ou la Vraie Vie adapte en 1969 par Michel Dra ch du roman de Claire Etcherelll (Prix Fémlna 1967) ont fait beaucoup pour ouvrir les yeux du pu bliC sur le racisme quotl(iien el l'lntolé rance de la socléte fla nçdise All égori quement (Alain Jessua avec Traitement de choc en 1972 où l'on VO it la bourgeoi sie régénerée par le sang des Imnllgrés) ou dans le style coup de pOing (Yves BOIS set avec Dupont lajoie en 1974), quel ques oeuvres courageuses ont aussi dé noncé l'attitude odieuse des " FI ançals moyens » MaiS c 'est le Cinéma militant qUI dans les années 1970 s est 1.; plus souvent préoccupé d'allalyser en France le ra cisme dont sont victimes les travailleurs immigrés d'onglne nord afr icaine A la suite d'Octobre à Paris (1961) de Jac ques Paniget longt emps Interdl! par la censure parce qu'il temûlgnall sur l'épi sode peu connu des morts de Charonne, ce cinéma marginai - mais qUI tou che parfois plus de spectateu rs que certains films du secteur " Art et ESSd l » -- té moigne sans passion (comme Mektoub d'Ali Ghalem 1970 décrit d'après Ciné mAction " les tribulallons d'un Algérien à Paris ») ou au contra Ire avec Violence (Soleil 0 , 1970, et les Bicots Nègres vos voisins 1973 de Med Hondo qualifies de " hurlement d'une révolte »j d'une réalité volontiers occultee par les media offi Ciels les Passagers d An nie 1resgol (1971) et Bako l'autre rive de .Jacques Champreux (1978) evoqu ent les tribula tions du voyage vers la France tandiS que Quitter Thionville de Mohamed Alkama Marie-José Nat dans " Elise ou la vraie vie », fait partager l'angOisse de ceux que l'Etat veut renvoyer chez eux. Plus classiques, le Bougnoul de Daniel Moosmann et le Voyage de Selim de Réglna Martial mettent en scène des rap ports individuels (le second prend pour sUjet les amours en province d'un Algérien et d'une Française) dans le climat hostile de la France d'aujourd 'huI, alors que l'Autre France (Ali Ghalem, 1975), Nationalité immigré (Sidney Sokhona, 1975), ou Voyage en Capital (Ali Akika et Anne Marie Autissier, 1978) montrent davantage la so lidarité des émigrés entre eux face à l'agressivité de la société d'accueil Quant à En l'autre bord de Jérôme Kanapa, il décrit, en 1979, des problèmes si milaires dans la communauté antillaise de Paris, Armand Gatti et Hélène Chatelain donnant quant à eux à chacun des groupes émigrés travaillant à PeugeotMontbéliard la possibilité de prendre en compte leur partie d'une bande vidéo fleuve le lion, la cage et ses ailes (1978). Il est évident que ce type de cinéma est aUjourd'huI porteur d'un discours plus efficace que Sacco et Vanzetti ou la Poursuite impitoyable. Le racisme ayant perdu dans nos sociétés occidentales son aspect spectaculaire pour prendre des formes plus larvées, la dénonciation doit en effet elle aussi quitter la surface des choses pour aller fouiller plus profond au coeur des mentalités collectives. René PREDAl (1) A ResnaiS, cllé dans B. Pingaud, Resnais, Lyon, S E R D O.C 1961 , coll " Premier plan " nO 18 (2) A ResnaiS, Cinémonde, 14 mars 1961 cinéma journées cinématographiques d'amiens des films pour se comprendre Amiens accueille, du 29 février au 9 mars 1980, les Journées Cinématographiques contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, une manifestation cinéphilique de grande envergure entièrement consacrée à la lutte contre le racisme, à l'expression des minorités victimes de discriminations et des peuples en lutte pour la libération nationale, Jean-Pierre Garcia, membre du secrétariat national du mrap et président de l'association qui organise le Festival. explique les raisons de cette initiative. Q, : Comment vous est venue l'idée de créer une association cinématographique contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples? Jean- Pierre Garcia: Cette association (1) est née de la rencontre des militants du Mouvement contre le racisme et pour l'Amitié entre les Peuples et de ceux qui, à Amiens, sont des militants du cinéma. Les uns et les autres sont des passionnés de Cinéma. Car souvent, ces deux COIll bats n'en sont qu'un. Ceci pour préciser l'apport des individus, des amis qui se re trouvent dans ce col lectif de travail qu'est l'Association pour les Journées Cinématographiques d'Amiens contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples. Mais il faut préCiser que cette Initiative n'aurait pu voir le jour sans deux éléments fondamentaux. Tout d'abord le mrap. Dans ses activités, le mrap a tou jours utilisé le cinéma comme support pour des débats. L'utilisation de ce moyen de communication a d'ailleurs conduit le Mouvement à organiser les Journées internationales du fil m antir aciste (J.I. F.A.). du 29 mars au 11 avril 1973 à Paris et de nombreuses semaines d'animation sur le thème racisme et cinéma dans différentes vil les de province. Devant l'intérêt suscité par le cinéma, le mrap a décidé de mettre sur pied un véritable festival international du cinéma antiraciste et de réunir les premiers éléments d'une cinémathèque antiraciste. droit et liberté. n0389 • mars 1980 Le mrap a également décidé de décentra liser un tel festival. Plusieurs municipali tés ont été contactées. La rencontre avec la municipalité d'A miens a été le deuxième élément déter mlrlant pour la tenue de ce festival. Le dialogue qui s'est instauré avec ses élus et ses différentes Instances culturelles (particulièrement le service culturel) a permis véritablement le démarrage de ce Du 29 février au 9 mars 1980 Journées Cinénu;tto~aphiques dAmzens contre le racisme etpo1fr 1 amitié entre les peuples Jean-Pierre Garcia, prOjet anti ra ciste . Pour être complet il fau'î rappeler l'apport indispensable de la vie ciné1'latographique locale, de la lTIill son de la cu lture et de la revue " Clné -Cn! Ique ". Du 29 février au 9 mars, Amiens accueillera les premières " Journées cinématographiques contre le racisme et pour l'amitié entre les peupies ", quel est l'objectif de cette manifestation? Jean- Pierre Garcia : Ce festlva 1 a pour but de contribuer à la lutte contre le racisme . Nous voulons que le publiC, car c'est à lUI que nous nous adressons, connaisse réellement ce qu 'est l'Immi gration et pourquoI des peuples dOivent s'exiler pour vivre . Nous voulons éga lement apporter une Irlformatlon sur les pays du Tiers Monde dont l'histOire et la culture ont toujours été niées par le colonialisme et les ra cistes, tout cela pour suscltel la réfleXIOn sur les fondements du racisme Le cinéma et l'audio Visuel nous offrent un champ d'intervention extraordinaire Ces semaines seront un Instrument de culture particulièrement IlTIportant, un approfondissement de la connaissance des autres et de SOI Mieux connaître les autres pour mieux se connaÎtle SOI et mieux se connaître SOI pOUl mieux connaître les autres, c' est oeuvrer pour la compréhension et l'amitié entre les lJeu pies, conditions indispensables à la lutte contre le racisme . SI le contenu du festi val est fondamental , la qualité des fillllS l'est é~a l emen t la tenue de ces premières journées en 1980 correspond- elle à une intention particulière? Jean-Pierre Garcia: Cette manifesta - 't:l tion correspond véritablement à un be - ••• 11 ,. cinéma soin. A un moment où la propagande ra ciste déploie des moyens considérables, se cachant derrière des arguments « scientifiques » ou bien s'érigeant en textes législatifs, il appartient aux antira cistes de prendre leurs responsabil ités et de mettre tout en oeuvre afin de faire tou jours avancer notre société vers des jours meilleurs, vers une France sans racisme. Quel est l'avenir du Festival? Jean- Pierre Garcia': Les « Journées ci nématograph iques contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples » devraient se tenir régu lièrement, tous les deux ans. Dans l"intervalle, nous comptons organi ser à Amiens des cycles de cinéma sur des thèmes ou des auteurs particuliers. Mais le plus important, pour nous, c'est que ces films connaissent le plus de succès possible, qu"ils soient vus par un au maximum de gens. Déjà, pour le premier festival, nous avons organisé, avec le concours des associations locales, tout un programme de décentralisation. Du 29 févr ier au 9 mars, Amiens ne sera pas le seul lieu du Festival. La Picardie entière sera concernée, les grandes villes comme les villages. Nous souhaitons pouvoir, après le Festival, susciter l'organisation de semaines du cinéma antiraciste dans toute la France. Des contacts sont pris avec certaines villes. Nous comptons beaucoup sur les comités locaux du mrap pourfavoriser cette entreprise. Propos recueillis par Marc MANGIN (1 )Association pour les journées cinématogra phiques contre le racisme et pour l'amitié en tre les peuples : 44 rue des trois Cailloux 80000 Amiens. programme estival In~dits ou, non: les films que présentent les Journées Cinématographiques d Amiens forment un panorama passionnant de l'intervention antiraciste à l'écran. Soit parce qu ' ils ont été primés, soit parce que le réalisateur sera présent parmi le jury pendant le Festival, trois films sont présentés« Hors compétition ». Le premier, La dernière cène de Thomas Gutierrez-Aléa (Cuba - 1976), titulaire de sept prix dont le Grand Prix du festival de Biarritz 1979, ouvrira les journées d'Amiens le vendredi 29 février. La dernière cène est l'histoire d'un riche propriétaire cubain qui invite douze de ses esclaves à la Cène du Jeudi-Saint. Les esclaves, confiant en la parole de leur maître, décident de ne pas travailler le lendemain. Mai.s le contremaître organise de brutales représailles. Les esclaves se révoltent et s'enfuient. Ils sont capturés et décapités. Au-delà de l'his toire, basée sur un fait réel, La dernière cène met l'accent sur le rôlede la religion dans le colonialisme. Dans ce film très long (deux heures), T. GutierezAléa n'hésite pas à présenter une scène de quarante cinq minutes (celle du repas). Le travail remarquable du réalisateur ne laisse pas de place à l'ennui, bien au 12 contraire, la progression du film se fait à l'insu du spectateur. Les deux autres films « hors compéti tion » seront lefilm de Merzack Allouache Les aventures d'un héros (Algérie), qui clôturera le festival et celui d'Helvio Soto La 3e mort du Je personnage. Les deux réalisateurs seront présents. les films en Les longs métrages: Quinze long-métrages ont été retenus pour entrer en compétition ; l'un d'eux recevra le Grand Prix. D'autres prix seront décernés pour les films de cette catégorie : le prix du mrap, celui de la ville d'Amiens et celui du public. Fad, Jal (Sénégal) est le deuxième film de Safi Faye. Lettre paysanne, son premier film, nous avait introduit dans le monde paysan sénégalais contraint de cultiver l'arachide. Fad Jal nous fait mieux découvrir ce peuple et noûs ouvre les portes de la tradition orale chez les Africains. Ce film est l'histoire du Sénégal, telle que se la racontent les paysans depuiS dix-sept générations. Toula (Niger) de Moustapha Allassane est tiré, comme la plupart de ses films, d'une légende africaine, c'est l'adapta tion d'un livre de Boubou Hama. Moustapha Allassane s'attaque aux croyances traditionnelles. Dans Toula, c'est le sacrifice d'une jeune fille demandé par Dieu qui est en cause. Le film a été tourné pendant la grande période de sécheresse du Sahel, en 1 973. O,K, Mister(lran) de Parviz Kimiavi est un film d'actualité. C'est une_adaptation iranienne du conte de Blanche-Neige. Blanche Neige et ses deux amis repré : sentent ici les Américains, les nains le peuple iranien. Lorsque Blanche-Neige arrive au pays des nains, ceux-ci n"imaginent pas les ressources que contient leur terre. Blanche-Neige les fait travailler à extraire le pétrole du sol. Mais, parmi lés nains, un vieux fou à la barbe blanche ne voit pas d'un t rès bon oeil la présence des étrangers qui en fait détruisent toute sa civilisation. Aussi organise-t- il la révolte qui permettra à ses frères de retrouver leur identité et d'exploiter pour euxmêmes les richesses de leur pays. The patriot game (Irlande du Nord) d'Arthur Mac Caig nous entraîne au coeur d'un autre conflit : celui de l'Irlande. Division entre Irlandais et Britanniques, divi sion entre catholiques et protestants. « De loin, je vois ce pays » de Christian Ziewer. L'Irlande pleure auj ourd'hui plu sieurs milliers de mort s. Pourquoi 7 De loin je vois ce pays (R ,FA) de Christian Ziew er nous fait suivre l"itinérai re d'une famille chilienne réfugiée en R.F.A. et à Berlin Ouest. Le f ilm nous montre non seulement la vie des réfugi és politiques chil iens, mais aussi la réa lité ouest -all emande Les autres long-métr ages en compéti ti on seront . La nouba des femmes (Algé ri e) de A. Dejebbar ; Le cauchemar parfumé (Phi lippi nes) de Ki dlol Tahimi k , An Djoung Keun (Corée du Nord) de Bak Hak ; Les fils de Fierro (Argent ine) de Solanas

Yawar fiesta (Pérou) de LUIS FI gueroas;

La complainte de Jimmy black Smith (Austra lie) de Fred Schep lsi ; Les funérailles pauvres (Hongrie) de LiV ia Gyara thy ; Page de vie de l'immigration (Sui sse) de Alvaro Bi zza rri et Le fleuve (Irak) de Fayçal El Yaç ir droit et liberté. n0389 • mars 1980 ... - ~ ".., .-, .-~ St a..: ,..~... " « La dernière Cène » du Cubain Aléa sera présenté en ouverture des rencontres , le festival de co -m es Les courts-métrages: Les courts -métrages en compétition seront, eux aussi , dotés de prix. Vi ngt trois titres ont été retenus, dépassant pour certains le cadre de la d iscrimination raciale, Vingt ans après est un film canadi en de Ben Simon. Il nous montre dans quelles conditions les Juifs du Maroc sont arrivés au Canada, après la chute du protectorat fra nça is, Probl ème d"inserti on, problèmes entre fr ancophones et anglophones, mais aussi problèmes entre juifs n'ayant pas la même culture. Un dessert pour Constance est le der nier film de Sarah Maldoror (Guadelou pe ) à qui nous devons, entre autre, Sambizanga. Son derni er film est l'histOire d'un livre de cuisine tombé entre les mains d'é boueurs émi grés à Pans. Grâce à ce Il ' vre, un de leur sou ha its, retou rn er au pays, va peut-être se réa liser Le Laager de Peter Davis, réa li sé en collaboration avec l'O.N.U. n'est plus à prése nter dans les colonnes de droit et li berté. Ce film sur l'origi ne et l'élaborati on de l'aparth eid en Afrique du Sud a été re tenu pour la « Compétiti on » au même titre que le film de Nana Mahomo, La dernière tombe à Dimbaza. Agripino est un f i lm suédois de Lln quist, tourné dans un pet it village Indien du Pérou. Agripin o, le délégué du village, s'e n va à Lima revendiqu er de meilleures conditions de vie. La caméra le SUit et, à son retour, Agripino fait parl er les villa geois . Comment vive nt - ils et, à travers eux, comment'vi vent les Indiens d'Améri - ••• 13 F cinéma que latine? Quelles chances ont- ils de survivre? Les gars du tabac, film canadien réalisé par M. Babulian, nous conduit dans les plantations de tabac où le travail saisonnier constitue la principale main j 'oeuvre. Les saisonniers, ce sont des chevelus barbus dont certains parcourent le monde. Ils ne sont pas bien vus dans cette partie anglophone du Canada. Leurs tenues s'intègrent mal au paysage, on tente de les faire partir par tous les moyens. Un excellent film qui combat les préjugés anti -jeunes. pied sur les frontières (France) de B. Sa lama

Au bout du tunnel (France) anonyme;

L'hégire au XX€ siècle (France- Tunisie) de Riza Salah ; L'apport économique de l'immigration (France) anonyme

La médecine des riches chez les

Les autres courts-métrages en compétition seront : Les moineaux (Algérie) de Tayeti Muffi ; Samba le grand (Niger) de Moustapha Allassane; Le rêve persan (France) de M.C. Deffarge ; Pourquoi l'Erythrée (France-Tunisie) de M. Charbadji; De l'autre côté du fleuve.(Sénégal) de C.N'Gaydo ba ; Geti Teye (Sénégal) de Samba Félix; Black Britannica (G. B.) de David Koff; La deuxième génération (France) de Pierre Cohen ; Dans la forêt il y a tant à faire (Chili) anonyme; L'histoire de Vicente (France) de J.L. Berdot ; Ntesi Nana Shepen (Canada) d'Arthur Lamothe ; Apartheid, sport et politique (France) de Kopilov ; A cloche 14 YVESTHORAVAL regards sur le cinéma égyptien Editions de l'harmattan 18, rue des Quatre-Vents 75006 Paris « Le moineau » du cinéaste algérien Tayed Mufti. Pour une découverte de l'Autre, pour rester au contact de son pays d'origine, pour s'informer, pour se distraire La médiathèque d'inter-service migrants 320 titres de films 16mm 330 programmes vidéo sur tout standard En provenance d'Algérie, Maroc, Tunisie, Portugal, Afrique Noire ... 12, rue Guy de la Brosse, 75005 Paris, Tél. : 337.70.86. Catalogue, films et vidéo sur demande. cinéma pauvres (France) de M.C. Deffarges les films en information Seize films ont été retenus pour cette catégOrie . Réa lisés avant 1977 ou bien déjà sortis en France, cette catégOrie re groupe des films de qualité ne bénéficia nt pas d'une grande diffUSion. La guerre de pacification en Amazonie (France) a été réalisé par Y Billon Ce dern ier a suivI une éqUipe chargée de ~a clf 1er les rég ions peuplées dïndlens. Il nous ramène des images saisissantes sur la destruction de tout un peuple. La moisson de 3 .000 ans de Hailé Ge· rima nous entraîne parmi les paysans ethlopiens " Bien que le monde ait tourné » dit · il, " les femmes portent des robes de mariée comme cel/es que ton portait" y a 3000 ans ». Tour né en 1975, ce film est un acte d'accusatlon contre le féodalisme et ceux à qUI il profite Tout, tout de suite de Perry Menzell est un des tout prenliers films réalisés sur la Ja~ alque et le reggae . C'est l'histOire d'uri jeune Noir qUI descend des collines, espérant trouver du travail en Ville Il at territ dans le ghetto de Kingstone ou la vie bat au rythme du reggae Cette musique le sort ira -t - il de la misère? En tous cas, l'acteur principal connaît, lUI, une Ini mense popu larité. Il s· agit de JIITlmy Cliff Au nom du Führer, film belge réal isé par Lydia Chagoll a, lUI -aUSSI , été large ment commenté dans les colonnes de droit et liberté Ce film rassemble de nombreux documents sur l'ext ermination des enfants pendant la pél lode h ltlé rlenne et sur la sélection olganlsée pour proteger la " race aryenne ». Les chiens affamés (Pérou) de LUIS FI guéroas quels rapports existent -ils entre les paysans péruviens et les anll1laux avec lesquels ils vivent 7 C'est un des thèmes de ce film qUI nous entraîne très lOin dans la connaissance de ce peu~ie La sécheresse détruira toute cette har monie. Ceux qUI autrefoIs étalent des amiS, sont devenus des ennemis Genèse d'un repas, film français de Luc Moull et, nous amène à réfléchir sur l'origine des produits que nous consom mons. A l'aide d'un repas composé dune omelette, de thon et de bananes, Luc Mou llet nous fait découvrir 1 origine de ces produits et comment ils arnvent sur notre table Comme quoi , il ne faut pas toujours se fier aux étiquettes. Les autres films (longs -métrages) en Information seront : Mexico, la révolu tion congelée (Argentine) de Raymondo Gleiser ; Nous sommes des juifs arabes en Israël (Israël) de 1. Niddam ; Le Sahara n 'est pas à vendre (Liban) de J. Saab ; Pour les Palestiniens, une Israélienne témoigne (Israël) de E. Polit i ; Les Larmes de sang (France) de A Akika ; Le bus droit et liberté. n0389 • mars 1980 (Suisse TurqUie) de B Okan, Salsa (U SA ) de L Gost et J Masucci , Quitter Thionville (France Algér ie) de M. AIkalna Alyam Alyam (M aroc) de El Maanounl Dps cour ts mét ra ges dont la liste ne nous n pas été communiquée devraient se 10lndr e aux longs métrages La catégor ie ré tr osppctlve devrait ~er mettre dp VOl[ ou l evolr les glands films ant l[ aC lstes qUI Jill mal qué le Cinéma On ne ~o u vall pOUl tout ce qu ' lI représen te, ./ trouver plus grand que le pr emier retenu par les Journées CinématographIques d'Amiens .. Le dictateur de et avec Char lie Chaplin. SUivront ensuite Tous les autres s'appellent Ali, un des meilleurs films de R.W Fassbinder , un des pre miers films de Joseph Losey, tourné en 1 948 . Le petit garçon aux cheveux verts; le film japonais de N Oshima ' Une petite soeur pour l'été et le film de R Young ' Alambrista . M. M. «Pourquoi l'Erythrée de M . Charbdji 1 15 ,-0- Chaque mois, dans droit et liberté, une information variée, vivante, renouvelée, les explications nécessaires au combat antiraciste et à la compréhension du monde d'aujourd'hui. Un numéro de droit et liberté entièrement consacré au cinéma, c'est exceptionnel. Un antiraciste bien informé qui ne lit pas droit et liberté, c"est exceptionnel. Mais un nouveau lecteur de droit et liberté qui s'abonne, ça nia rien d'exceptionnel. Alors, pourquoi pas vous? Je m'abonne à droit et liberté à renvoyer à droit et liberté - 120 rue Sai nt -Denis - 75002 Paris CC P. 9239 8 1 Paris Nom ...................................... , . . ..... .. ................................ , Prénom . ...... ... . . ... ... . . ... ........ . . . ...... , . . . . ................................ . Adresse , . ... ... ... .. . ......... .... ... . . . .... ......... , . , . , ... , .. Téléphone 16 cinéma le cinéma noir américain entre le black-business et le black-power Communauté victime d'un racisme omniprésent, les Noirs américains s'emparent du cinéma pour exprimer leur vie et leurs luttes. Tout débuta en 1917, à Los Angeles (Ca lifornie). lors (Je la création de la pre - 1111ère compagnie cinématographique 110Ire américaine. Le but en était simple, apparemment, mais la réalisation bien ardue comme all ait le prouver la suite des événements. Il s'agissait, d'une certaine fJçon, de donner des Noirs une image l 'écran .. le problème reste quasi incnangé de nos Jours. De cette période, le réa lisateur le plus important nous permettant une ana lyse historique et sociologique reste O. Michaux. Précisons en effet, que les films de ces années-là, ont été pour la plupart détruits ou perdus, c'est dire l'importance cu lturelle de ceux qui ont été sauvés dp. l'oubli ! Body and Soul d'O. Michaux est daté de 1924. Particularité ? c'est l 'un des premiers films noirs dont nous disposons. Quant au sujet, derrière l'aspect mélodramatique en vogue dans le cinéma muet,ï lmettait en scène un bien étrange ministre -prêchèur (faux bien entendu), prétexte à la satire féroce d'un milieu où la religi on faisait ses ravages ... s emparer des réseaux de i tribut"o O. Michaux, cinéaste à succès, n'était pas le seul à oeuvrer pour un cinéma noir. Seu lement voi là, les indépendants des années 20 se heurtaient à un problème difficile à résoudre : les Blancs, tenant les cartes. maîtresses de la distribution, n'éta ient pas prêts de lâcher leur jeu! Dès lors, atteindre un public noir (qu'il fallait d'abord éduquer, former) était uQe tâche presque insurmontable pour des indépendants travaillant dans l'artisanat ou la petite industrie. Clarence Muse signe en 1940 l 'h istoire et la réalisation de Broken Strings! Le noeud du problème y est contenu sous forme de parabole: un violoniste de concert noir est redevable de son succès aux Blancs 'et à leur culture : mais son fils, lui aussi violoniste, plonge aux racines de autre ", plus positive que ce lle commu sa cu Iture avec le jazz. __ _ Il ément acceptée en ce début de siècle. C'était répondre par là -même aux stéré · otypes et préjugés véhiculés par des films comme Birth of a Nation (Naissance d'une Nation) de Griffith . Melvin Van Peebles (à gauche) lors d'un tournage. Ce sont en fait des acteurs qui, pour la ~Iupart, furent les fondateurs de ce mouvement. La raison en est des plus prosa'lqlles, puisque ceux-c i désiraient créer (enfin !) des rôles « forts » pour les acteurs noirs et affirmer ainsi leur talent créateur en s'éga lant aux Blancs. Autre raison tout aussi évidente et légitime : l'appât d'y faire fortune! Avrai dire, cette singulière ruée vers l'or » donna une moisson tout à fait remarquable. Près de 40 compagnies se créèrent ainsi de 1917 à 1930. Réalisés soit en équ ipe comme Scar of Shame (1917 dont la production et la réa lisation furent signées par la «Colored Players Film Corp. of Philadelphia "), soit ~ar des Noirs se réclamant du statut artistique de réalisateurs (comme Oscar Mi chaux). ces films eurent un grand succès ~ublic . Les sUjets traités tournai,mt au tour des problèmes sociaux des moyennes et petites bourgeoisies urbaines, des castes existant dans les commu nautés noi res. On note la résurgence du problème du sang · mêlé ,, (Scar of Shame est signifi ca tif à ce propos) ainsi que l'option délibé rée de ne point montrer au public sa mi sère, cel le qu'il cotoie dans sa vie quoti dienne et qu'il ne désire pas voir porter à droit et liberté. n0389 • mars 1980 17 r ----------------------------- --------- cinéma Un acc ident malencontreux prive alors le co ncerti ste de l 'usage de sa main y auche, usage qu'il retrouve le jour où le cnoc émotionnel et psychologique de son Identité culturelle lui est enfin révélée au travers du succès que son fils remporte en tant que musicien « noir » ! Jetons maintenant un coup d'oeil sur les années 50 ... « En ce temps-là » Hollywood s'organise en monopole, étendant dans toute l'Amérique ses tentacules mégalomanes et le cinéma noir indépendant n 'a guère d 'atouts contre cette hydre toute puissante! En effet, s'il existait un public noir pour des films noirs, ce n 'était encore que potentiellement . Restait la solution de se faire reconnaître en tant qu 'artiste « n oir » afin de toucher le public le plus large possible et ceci, en s'infil trant au sein de l'industrie hollywoodienne ... Ainsi, Sidney Poitier se retrou vait en tête d 'affiche, et, même si les emplois de bon -Noir-alibi -de-Ia-mauvaise consc ience-blanche utilisent toujours et encore des stéréotypes, il ne faut pas pour autant minimiser le rôle historique 18 ~,.~ .. '.'.'."""'. ... ~ ,~ .. .- ,. -.,- . i ... ",.' 'i' ) .; "0 Une scène !1e « Street Corner Stories » de Warrington Hudlin. que de tels acteurs ont Joué dans le développement d'u ne reconnaissance de l'i dentité de la con science de la commun auté nOi re. la percée commerciale En 1954 les droits civiques des No irs sont enfin reconnus! Conséquence première, les films deviennent plus mili tants, plus ouvertement politisés. Mais il faudra attendre les années 60, avec l'é mergence du mouvement des « Black Panthers », pour que s'orga nise unt:; ac tion filmique enti èrement noire, f aite par et pour les Noirs dans des buts politiques tout à fait préc is et percept ibles comme tels. Autre f ait important à souligner . l'in dustrie hollywoodienn e étant en crise, commença it à changer son fusil d 'épaule. M ieux valait en eff et désamorcer ce mou vement naissant (qui se montrait vérita blem ent dangereux) en l'intégrant par osmose, en le récupérant dans le système dont " ils » étai ent toujours maîtres! . Ainsi sont nées deux tendances. L'une que l 'on pourrait illustrer par «la percée commerciale » de Gordon Parks avec Shaft (1971) et l 'autre, indépendante et hors des circuits dits «normaux », que représente Melvin Van Peebles avec son film Sweet sweetback's baadass song (toujours en 1971). Avec ce dernier, voici un cinéaste noir qui signe le scénario, la musique, la mise en scène et l'interprétation du rôle princi pal. Un cinéaste noir qui utilise les re cettes de HollyvJood et qui refuse de ven dre son film aux circuits hollywoodiens (bien que ce dernier ait réussi à rentrer dans la «forteresse » afin de l 'y tourner !). Melvin Van Peebles donc, accomplissait le tour de force d 'arriver à un succès commercial éclatant avec un film qui, démarrant dans deux salles de programma'tions minables, terminait dans 140 sur tout le territoire des Etats -Unis. De plus, les spectateurs avaient été presque exclusivement des Noirs! Comme quoi il est poscinéma " Ible de ne pas se faire attraper au piège Je la Black Explo itation! Cec i dit, son film Sweetback fut, h istor Iqu ement parlant, la pierre d'achoppemunt qUI permit à une jeune génération Je c inéastes de continuer la voie ainsi uu vert e. Et, pendant qu'Hollywood s'attaqua it au public spécifiquement noir en Imposa nt subtilement les données du jeu J des artistes comme Michael Schultz (Cooley High, 1975; Car Wash, 1976), se creu sait le fossé entre '" le Cinéaste n oir et le Noir faisant du cinéma ». Et des compagnies de se créer alors afin d'assurer la distribution du cinéma noir indétJe ndant l ,Et des créateurs de se réveiller les uns après les .autres afin d 'entrer en lutte co ntre le monopole d'Hollywood et des grands tru sts 1 A ju ste rai son, certains d'entre eux dé( odèrent de se battre avec les mêmes arm es, tout en déviant la signification et le conditionnement de ces techniques èprouvées par le capitalisme industriel ci · n ématographique américain . D'aucuns en outre utiliseront les petits budgets, les equlpes légères etc .. (1) une affirmation combative A côté de cela, il existe actuellement un certain nombre de mouvements : le ci n éma noir « idiomatique »d'une part avec Robe rt Gardner (qui termine en ce moment un film long -métrage de fiction avec les différentes traditions de chants d'enfants), Robert Gray et Warrington Hudlin (Street Corner Staries). Puis, d'autre part, le «cinéma de protestation » avec comme chef de file, Haïle Gerima pour Washington (Bush Marna, 1975, Harvest 3 .000, 1975), et Charles Burnett Warrington Hudlin. droit et liberté. n0389. mars 1980 tJour Los Angeles (Killer of Sheep, 1977) Il faut remarquer un phénomène tout à f ait récent lui aussi qu 'est le rôle des cinéastes formées à la télévision, Jackie Shearer par exemple. A ce propos, il est utile de préciser qu 'aux Etats-Unis, il eXiste deux types de t élévision : l'une publique, et l 'autre commerciale ... parler de racisme à propos de ce média est une la palissade tant il y est implanté, profond et mir:lutieux. Néanmoins, des indépen dants noirs et blancs se sont organisés et ont réussi à fa ire admettre une législation sur le fi nancement des films (la T. V. publique est financée par le Congrès). C'est a insi qu 'un certain pourcentage de fon.ds doivent être versés au cinéma indépendant. L'avenir nous dira si les engagements seront tenus .. Même s'il est peut-être un peu tôt pour parler de diffusion internationale à propos de ce jeu ne cinéma (qu i s'adresse encore souvent à son propre peuple), il faut saluer l'initiative, à Nantes, de Philippe et Alain Jalladot qui, avec le Festival des trois continents, ont courageusement pris le risque de programmer des films qui ne se réclament pas des circuits commerciaux hollywoodiens. Souhaitons que leur action puisse continuer et prendre une audience de plus en plus large .. Janine EUVRARD (1) Ces compagnies sont :« Shamba EducallO nal Film Services ", fondée par Pear Bowser, distribue et recherche les premiers films noirs américains ; « Thirld World Newsreel » qui produit et distribue à la fois des films réalisés par des Noirs et des minorités politiques et sociales aux U .. S.A. et organise des cours de pra IIques filmiques gratuits , « The Black Film Ma ker Foundalion », fondée par Warrington Hudlin qui assiste pécuniairement et matérielle ment les créateurs mais tout en développant leur action sur la distribution. , indiens d'amérique du nord a l'ouest du renouveau Il s'agit là, bien sûr, de l'Ouest mythique, l'univers du western, dont la véritable histoire est en train de se réécrire. Car ceux que l'on appelle à tort « Indiens », outre la colère, ont pris la caméra. Et de même qu'il y a un cinéma noir américain, ou chicano, il y aura un cinéma des Indiens d'Amérique ou, en tout cas, fait de leur point de vue. Citons quelques exemples. « House made of dawn " est un long-métrage de fiction qui montre concrètement l'exode vers les mégapoles et le processus de prolétarisation. Mais il sait aussi offrir des échappées vers les fantasmes et le grand souffle de l'âme indienne. Le regard est différent et cette toute neuve expression audiovisuelle d'une très ancienne culture ne peut que surprendre. Toujours par des réalisateurs indiens, il faut retenir, parmi d'autres documentaires, ceux du groupe « Circle Films» de Santa-Fé. «Awakening »retrace la reprise de conscience d'un homme «rouge» par la pratique d'un sauna traditionnel et rituel. « Circle of song » suit la vie d'un militant culturel qui réactive chants et danses millénaires. Il y a là notamment un fabuleux moment de symbiose tellurique lorsque, sur un pic au-dessus des nuages, serrant doucement ses deux enfants contre lui, il salue du chant coutumier le majestueux lever du soleil, dont les rayons viennent peu à peu baigner sa terre. Quel peuple peut encore nous donner une telle leçon d'harmonie avec la nature 7 D'une telle dignité, bafouée par les yankees sans discontinuer jusqu'à nos jours, ne pouvait jaillir qu'une profonde révolte. Puis l'offensive. Ainsi le démontre «The longestwar ", de la réalisatrice indienne Diane Orr, seul document filmé à l'intérieur du camp retranché de « Wounded knee » en 1973. Car ne l'oublions pas: les Indiens se considèrent toujours comme étant en guerre, et cela depuis plus de deux siècles. Qui dit mieux 7 Souvenez-vous: depuis 1969, par exemple. Ce fut durant deux ans l'occupation d'Alcatraz, puis la marche sur la « piste des traités brisés »en 1972, Wounded Knee, Eagle-Bay, Port Alberni, Seattle, la «plus longue marche » de 5 .500 km! Et récemment Akwesasne ... Sait-on qu'il y a de nombreux prisonniers politiques, des quasi-tortures, des condamnations 7 Sait-on que la stérilisation des femmes indiennes se poursuit, comme les spoliations ou les ruptures de traités 7 Sait-on que les peuples indiens d'Amérique sont en majorité plus misérables que le peuple noir américain 7 De tout cela témoignent encore des films comme « Broken treaty at Battle Mountain ». «Mère de tant d'enfants », «La Nation Dénée », et beaucoup d'autres. Et on en trouve aussi le reflet au Canada dans l'excellente série d'Arthur Lamothe «Chronique des Indiens du Nord-Est du Québec » qui unit avec force lyrisme et analyse. (Qui diffuse ces films 7) Ou encore « Nous parlons, vous écoutez » et «L'arbre sacré est mort à Wounded Knee » de deux réalisateurs français (1) . Nous parlons de diffusion commerciale ou télévisuelle d'envergure. Saluons au passage la tentative faite avec le remarquable « Chasseur d'ombres» sur le photographe Curtis qui consacra sa vie aux Indiens. Mais était-ce le meilleur choix 7 Car le problème est autrement brûlant. Qu'on en juge. « Notre lutte doit être considérée comme une lutte de libération nationale au coeur de l'impérialisme américain » déclare le leader indien Carter Camp. On prend alors mieux la mesure de l'enjeu. Restons aussi à l'écoute de ce peuple. Alain AUBERT (1) Signalons qu 'en septembre 1979, la M.J.C. de Douarnenez a consacré son festival des « Minorités nationales » aux nations indiennes. En 1980, ce seront les D.O.M.-T.O.M. 19 . ' ), i,. ) J Pompes Funèbres et, Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU EVite aux famill es toutes démarches pour Inhumations - Toilettes mortua ires Lin ceuls - Tra nsports de corps Pa-is- Province-Israël et tous Pays Acha ts de terra;ns, constructions de caveaux Monuments. Gravures. Photos. Portraits Maison conventionnée 122, avenue Marx Dormoy' 92120 MONTROUGE (face la Porte principale du cimetière de Bagneux) : 656.74.74 20 PRET A PORTER ~ 8R7.il5.21 63, Rue Charlot 75003 PARIS FABRIQUE DE TRICOTS DEATEX PANTAlON.\' Vf.' )' TFS BLOUSONS SPORT TRAVAIL PLU 1 E HOMMES JEUNES· GENS ENfANTS 31, rue du Faubourg Saint Martin 75010 PARIS Tél. : 208.20.40 C APITAL D~ 270. 01)() FRS Tl'/ : llZ.1195 171.29.9!i 312 Rue SaJn(- ,\[ar(in PA RIS (3' ) James Mangé. Dessin d'Ernest Pignon-Ernest. Ce dessin va être tiré en poster et servira de support à une campagne de solidarité matérielle de mrap-solidarité en faveur de la famille de James Mangé et des familles de prisonniers politiques sud-africains. Ernest Pignon- Ernest a également fait, 'dans ce but, une eau-forte originale tirée à 125 exemplaires (renseignements au mrap). Vous pouvez faire quelque chose pour James Mangé, jeune résistant à l'apartheid de 24 ans, condamné à mort en Afrique du Sud pour ses activités dans le mouvement de libération, l'African National Congress (ANC). Une série de cartes postales à envoyer au Président Giscard d'Estaing, à l'ambassadeur d'Afrique du Sud, au président de l'ANC, Olivier Tambo, et au mrap est disponibie au siège du Mouvement. Elles doi vent être envoyées par milliers. Demandez-les, placez-les autour de vous, faites participer le maximum de monde à leur diffusion 1 Si vous pouvez en prendre une série, c'est bien, si vous pouvez en placer 5, c'est mieux. Etes-vous sûr de ne pas pouvoir en diffuser 10, 200u plus. Pour sauver la vie de James Mangé, ne soyez pas modestes, faites le maximum. IJe- dési;; 7ar;;ip'; à la -C~miss;;' dU-~p- c';,t;; 1 l'apartheid Oui / Non 1 Je commande .. .......... ..... .. séries de cartes postales de solidarité. 5 F 1 1 la série. 1 Je commande ...... .. .. .... ...... posters (10 F franco)). 1 Je verse .. .. .. .. ..... , .. .... ..... francs 1 1 Nom .. ... . . .. .. ....... . ... . . ...... .......... ... .... .. . . ... ···· 1 1 Prénom . . .... . . . ......... . . . .. . ............ . ... . ..... .. ..... . . 1 1 Adresse . ...... . . .. ..... . .. . . . . . . ,... . . ...... .... .. ... .. . . . . .. 1 1 1 1 1 ------------------- • action. les 22 et 23 mars , le congres d mrap Le Congrès du Mouvement contre ie racisme et pour l'amitié entre les peuples se déroulera les samedi 22 et dimanche 23 mars, -à la Bourse du Travail de Paris, 29 boulevard du Temple (métro République), Le précédent congrès avait eu lieu à Pa ris également, les 26 et 27 novembre 1977. Ce qui s'est passé oe l 'un à l'autre, du point de vue de la lutte antiraciste, en France, dans le monde et dans le mrap, sera passé au crible par Jes délégués, venus de la France entière, afin de déterminer avec précision le contexte et les modalités de l'action future. La veille du congrès est la « Journée internationale pour l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale », fixée par l'O.N,U. au 21 mars de chaque année, C'est dire qu'en plaçant ses assises précisément à cette date, le mrap a voulu les situer dans le mouvement générai de tous les hommes, de tous les peuples qui luttent comme lui pour l'égalité sans restrictions et pour la dignité humaine, Pour cette raison, et parce que le mrap répond en permanence à l'actualité, le congrès est partie intégrante des luttes intenses poursuivies en ce moment contre le racisme sous toutes ses formes. Moins de deux semaines plus tôt s'achèvent à Amiens les « Journées cinématographiques contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples » dont le mrap est l'initiateur et la cheville ouvrière. Le 21 mars, sur les lieux mêmes du congrès, plusieurs des films primés seront projetés, au cours d 'une soirée ouverte au public. solidarité internationale A partir du 16 mars, diverses associa tions, en relation avec le mrap, participent à une «Semaine de la jeunesse contre le racisme », comportant de multi ples initiatives. Elle trouvera son aboutissement, à la Bourse du Travail de Paris, dans le rassemblement du samedi 22 mars au soir, dédié à la musiqué et à la solidarité internationale. droit et liberté. n0389 • mars 1 980 Le mrap est engagé dans une grande campagne pour sauver le jeune Sud-Africain James Mangé, résistant à l'apartheid, condamné à mort par un tribunal raciste : affiches, tracts, cartes postales préparent la manifestation (la 4" depuis le jugement) qui aura lieu le jeudi 20 mars à 18h devant l 'ambassade d'Afrique du Sud à Paris et qui doit revêtir une particulière ampleur. Les comités du mrap diffusent ces jours-ci un tract se prononçant pour les Jeux Olympiques, tant à Lake-Placid qu'à Moscou, tout en attirant l'attention à cette occasion sur les atteintes racistes aux Droits de l'Homme dans l'un et l'autre pays d'accueil, et dans le monde. Le congrès sera aussi une étape dans la préparation d'une importante manifestation de solidarité avec les travailleurs immigrés en France, victimes de persécu tions toujours plus graves. Le rapport présenté au début du congrès aura fait l'objet, pendant près de deux mois, de discussions de la part des militants du mrap, dans les comités locaux, les assemblées régionales et les commissions. Il servira de base aux travaux du congrès. A cet effet, fonctionneront plusieurs «forums » pour le débat générai et quatre commissions «techniques » pour examiner dans le détail l'action «sur le terrain ». Parfaire ses propres connaissances pour mieux informer l'opinion : c'est aussi le désir de chacun des participants au congrès. Ils consacreront donc une partie de leur temps, le samedi aprèsmidi, à entendre et questionner des spécialistes sur trois thèmes choisis en raison de l'éclairage qu'ils projettent sur le racisme dans ses manifestations actuelles

l'apport des étrangers à la France

dans le passé et le présent ; faim, sousdéveloppement et inégalités; l'idéologie raciste: des théories du G.R.E.C.E. aux préjugés quotidiens. Qui participera au congrès? Les délégués mandatés par les comités locaux et les commissions du mrap, bien sûr; mais au programme vendredi 21 mars 20h30 : Soirée cinématographique ; présen tation des films primés aux « Journées cinématographiques d'Amiens contre le racisme et' pour l'amitié entre les peuples ». samedi 22 mars 9h : Ouverture. Réception des dé.légués français et étrangers. 10h : Allocution d'ouverture par Pierre Pa raf, président du mrap. Rapport présenté par Albert Lévy, secrétaire général. 12h : Déjeuner. 1. 4h : Exposés sur différents aspects du ra cisme actuel . • L'apport des étrangers à la France dans le passé et le présent. • Faim, sous-développement, inégalités. • L'idéologie raciste : des théories du G.R .E.C.E. aux préjugés quotidiens. 17h-19h : Travaux des commissions. 20h30 : Soirée de solidarité internationale. Partie artistique. dimanche 23 mars 9h : Travaux des commissions. 11 h : Rapport des commissions et discussion générale. 12h30 : Déjeuner. 14h : Rapport financier présenté par Claudine Goulin, trésorière du mrap. Suite des rapports des commissions et de la discussion générale. 17h : Adoption des résolutions. Election du conseil national. aussi les invités : personnalités, représentants des nombreuses associations avec lesquelles le mrap collabore ; les adhérents, les personnes qui partagent les objectifs du mrap peuvent également s'adresser à son siège pour demander des invitations. Faisant suite au 30" anniversaire du mrap, le congrès des 22-23 mars comptera non seulement dans la vie du Mouvement lui-même, mais comme tremplin pour de nouveaux développements des luttes contre le racisme, qui concernent à la fois toutes les victimes de ce fléau, tous les démocrates, tous les gens de coeur dans ce pays qui se veut celui des Droits de l'Homme, les délégués des Les commissions spécialisées partici pent activement à l'élaboration du rapport présenté au congrès et désignent, parallèlement aux comités locaux, leurs délégués. Ces commissions sont les suivantes : ••• 21 antisémitisme et néo-nazisme, apartheid, immigration, action juridique, DOM-TOM, Tziganes et gens du voyage, Amériques, enseignants, finances, comité de rédaction de droit et liberté. Deux associations proches du mrap seront également représentées au congrès : mrap-solidarité et le Centre de liaison des éducateurs contre les préjugés raciaux (C.L,E,P,R,), le futur conseil national Lors de l'Assemblée générale de Dijon (8 décembre 1979), consacrée aux structures du mrap, il a été décidé que les deux organismes qui, jusque-là, assuraient la direction du mrap (Bureau national et Conseil National) seraient remplacés par un seul, le Comité national. Pour le composer, les candidats seront présentés par les assemblées régionales et par les commissions du mrap à raison de deux par région ou commission (+ 2 suppléants). S'y ajoutent des candidatures individuelles de cinq à dix militants, dont l 'action ne s'intègre pas directement dans les comités locaux ou les commissions, Le Conseil national élira ensuite le Secrétariat national de 9 membres et la Commission permanente, composée statutairement du président, des vice-présidents, du secrétaire général, du trésorier et du rédacteur en chef de droit et liberté. 22 Au cours du précédent congrès: les 26 et 27 novembre 1977. Les débats auront lieu au cours des séances plénières mais aussi dans des " forums " où seront abordés tous les thèmes du rapport général, ainSI que dans quatre commissions particulières : action locale, action juridique, droit et liberté et autres éditions du mrap, finances, • N, B, : Le prochain numéro de droit et liberté publiera un compte-rendu complet des travaux du congrès. les délégués des comités locaux Les délégués au congrès sont désignés au cours des assemblées régionales, auxquelles participent les quelques 100 comités qui composent actuellement le mrap, dont le nombre ne cesse de croître. 14 régions ont été constituées à la suite de l'Assemblée générale qui s'est tenu~ à Dijon le 8 décembre 1979 et qui a élaboré les nouvelles structures du Mouvement. Ces réglons sont les suivantes: • Auvergne: Allier, Cantal. Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme. • Bourgogne- Frallche Comté: Aube, Côte d'Or, Doubs, Jura, Haute-Marne, Nièvre, Haut- Rhin, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Yonne, territoire de Belfort. • Centre: Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret. • Est: Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Vosges. • Nord: Aisne, Ardennes, Marne, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Seine-Maritime, Somme. • Ouest: Calvados, Côte-du-Nord, Eure, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique, Maineet- Loire, Manche, Mayenne, Morbihan, Orne, Sarthe. . • limousin, Poitou-Charente : Charente, Charente-Maritime, Creuse, Corrèze, Deux-Sevres, Vendée, Vienne, Haute-Vienne. • Pyrénées-Languedoc: Ariège, Aude, Aveyron, Haute-Garonne, Hérault, Lozère, PyrénéesOrientales, Tarn. • Rhône-Alpes : Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Loire, Rhône, Savoie, Haute-Savoie. • Sud-Est: Alpes de Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Var, Vaucluse. . . • Sud-Ouest: Dordogne, Gers, Gironde, landes, Lot, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Tarn-et-Garonne. • Paris: les arrondissements Paris-Centre, 5 °, 6°, 7 °, 10°, 11 0, 130, 150, 180, 190, 20°, • Région parisienne nord: Seine-et-Marne, Hauts-de-Seine (nord), Seine-Saint-Denis, Val d'Oise. • Région parisienne sud: Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine (sud), Val-de-Marne. • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil des ouvriers turcs en grève de la faim Depuis le 11 février dernier, douze travailleurs turcs ont engagé une grève de la faim (1) en vue d'obtenir la régularisation de leur situation administrative et obliger leurs employeurs à les déclarer afin d'assurer leurs droits sociaux, En effet, 30 à 40,00 travailleurs turcs sont employés clandestinement dans des ateliers de confection situés à Paris, Exploités, non déclarés par leurs employeurs, tra vaillant dans des conditions de précarité inimaginables dans des caves, des garages insalubres, les travailleurs turcs ne bénéficient d'aucune couverture sociale, La plupart d'entre eux ont été embauchés au début des années 1970 dans leur pays d'origine. Leurs pa. trons leur avaient alors promiS un contrat de travai 1 et les ava ntages y afférant. Arrivés en .France, les belles promesses se sont évaporées. N'ayant aucun contrat de travail, il~, n: ont pu se faire établir de titre de, ' ·séjour. , Pris au piège, ces hommes ont été contraints de travailler clandestinement à raison de 12 à 15 heures par jour avec à la clef des salaires dérisoires, Nombre d'entre eux, logés dans des chambres de bonne sans eau, sans chauffage, sans électricité, souffrent de tuberculose , Par peur des contrôles policiers, les travailleurs turcs n'osent pas sortir de leur domicile, Certains, pour passer inaperçus, se teignent les cheveux en blond, d'autres se promènent tou Jours un journal françaiS sous le bras ou un appareil de photo en bandoulière pour ressembler à des tour istes. Une émission de télévi Sion (F, R,3) a jeté une lumière crue sur leur situation, La grève de la faim déclenchée par plusieurs d'entre eux vise à alerter l'opinion publique, à obliger les employeurs à respecter la loi qu'ils violent impunément, à obte nir la régularisation de tous les " sans-papiers ", (1) La grève se déroule à la Maison Verte, 127 rue Marcadet 75018 Paris, Le mrap appelle ses membres à appor ter leur soutien aux grévistes, . « essuie ton sang racaille» Nous sommes à Merlebach, en pays minier mosellan, Dans la cité de Stiring -Wendel, on signale une multiplication des vols. La police enquête mais n'aboutit à rien. Elle décide alors de convoquer au commissariat pour interrogatoire un jeune algérien de 12 ans pré nommé Nordine. Ce dernier nie toute participa tion aux vols, Les policiers ne sont pas convaincus, Ils demandent à Nordine de revenir le lendemain. Le jeune homme, accompagné de sa mère, se rend au rendez-vous, comme prévu, " L'interrogatoire va durer plus longtemps qu'hier " disent les poli ciers à la mère. Celle -ci, convain cue de l'innocence de son fils et confiante en la police, décide alors d'aller faire quelques emplettes. Libérés de tout témoin génant, les " enquêteurs " en profitent pour passer à tabac le jeune Nordine. Les coups, les insultes pleuvent Nordine a peur, Il reconnaît être l'auteur d~s vols, Il ajoute , " J'ai caché l'argent dans mon jardin ". Les policiers s'y rendent. Le jar din est là, pas l'argent. Nordine a menti pour qu'on cesse de le battre, La colère des policiers s'en trouve accrue , Ils ramènent Nordi ne au commissariat, le condui sent au garage et opèrent une séance de torture. Nordine est contraint de retirer une de ses bottes . Les policiers lui écrasent l 'orteil, le frappent, l'insultent, le sang coule. Les bourreaux ajoutent en choeur : " Essuie ton sang, De toute façon la racaille ne meUi t pas ... ", Les parents de Nordine ont déposé plainte sans trop croire qu'elle aboutira , on glisse beaucoup dans la police La scène se passe le 2 février à Valenton (Val -de-Marne), cité des Polognes. Il est une heure du matin . Un adolescent est poursuivi par des policiers, Selon un communi qué de la préfecture publié après le drame, il se serait trouvé au volant d'une voiture et n'aura it pas " obéi aux injonctions ", Le jeune homme cherche refuge da ns un des bâti ments de la cité. Il se précipite dans l'escalier menant à la cave afin de s'y cacher. La porte est fer mée. L'adolescent sort alors son couteau d'électricien à lame courbe, A ce moment, un poliC ier, l'arme au poing, sUigit Selon la version officielle de la police - la seule dont on dis pose - - le fugitif " fait face avec une arme blanche ", Le policier " recule vivement de quelques marches " et trébuche. Le coup part " accidentellement " et atteint l 'adolescent .. dans la tempe droite. Personne ne pourra cOlltes ter la version donnée par le poli cie r, Le drame n'a pas eu de té moins, On ne connaît même pas le nom du policier qui a tiré, On connaît en revanche celui de la vic time, Il s'agit de Abdelkader Grib Il était de nationalité algérienne. Il avait 16 ans, Il s'en est fallu de peu qu 'une droit et liberté. n0389 • mars 1980 autre famille algérienne ne pleure l'un des siens. Dans la nuit du 9 au 10 février, des individus ont tiré plusieurs coups de feu sur des ouvriers qui tenaient un'piquet de grève devant l 'usine Triga à Vedène dans le Vaucluse, Un travail leur algérien de 40 ans, M, Mohammed Dahmanin, a été atteint d'une balle dans l'abdomen, ••• lischka: 1 0 ans de prison . pour le meurtre de 70.000 juifs Les Juifs de France ont manifesté à Cologne. 10 ans d'emprisonnement pour lischka, 12 ans pour Hagen et 6 ans pour Heinrichsohn : le verdict du procès de Cologne_ (R:F:A,) a.'~té connu le lundi 11 février dernier. Les avocats de la partie CIVile avalent réclamé pour leur part le maximum de la peine, soit 15 ans de détention, Ils n 'ont donc pas été suivis par les trois juges et les deux jurés. Le procès terminé, il convient de dresser un premier bilan, Au chapitre des satisfactions, on doit relever que les débats se sont déroulés dans de bonnes conditions, les juges ayant pris soin de faire en sorte que les responsabilités des uns et des autres soient clairement établies. A cet égard, les trois criminels n'ont bénéficié à aucun moment, lors des audiences, de la mansuétude des juges. . L'intense mobilisation des organisations antifascistes, antiracistes, des fHs et filles des déportés y est sans doute pour beaucoup, Plus de deux mille personnes, pour la plupart des juifs de France, ont en effet assisté par petits groupes de 60 à 70 aux nombreuses audiences qui s_e sont succédées ces quatre derniers mois. Le seul fait que le pr~cès ait pu se tenir, et ce 38 ans après que les cri~es aient é~é com~T1Is et 35 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, constitue déjà un succès non négligeable, Cela étant dit, le premier commentaire qui vient à l'esprit à l'énoncé du verdict est que, sans méconnaître la valeur symbolique du jugement, les sanctions s'avèrent bien insuffisantes, eu égard à l'horreur des crimes commis, Lischa, Hagen et Heinrichsohn sont responsables de la déportation de 70.000 juifs de France et de leur extermination dans les camps de la mort. Certes, le procès qui s'est déroulé à Cologne a eu le mérite de rappeler ces faits trop souvent oubliés ou volontairement ignorés mais on peut se demander s'il n'existait pas aussi une volonté de " tourner enfin la page " . En effet, de nombreux assassins hithlériens vivent et prospèrent encore outre-Rhin, occupent des fonctions importantes dans le monde des " affaires» ou dans l'appareil d'Etat. La page du nazisme et celle du vichysme ne sont pas encore définitivement tournées, C'est ce que compte rappeler Me Borker à l'occasion d 'un autre procès qui devraitthéoriquement se tenir en R. F.A , à l 'insti gation des familles des otages fusillés pendant la dernière guerre. Fa milles qui n'ont pu s'exprimer lors du procès de Cologne, Me Borker est chargé de leur défense. Nul ne sait s'il pourra plaider, Victime d'une " interdiction professionnelle ", Me Borker a en effet été arbitrairement écarté de la barre par les juges de Cologne. 23 ..: "0 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil les enfants victimes du n ·sme Les enfants aussi. C'est le titre d'une brochure publiée par l'. Amicale des anciennes déportées " du camp de concentration de Ravensbrück à l'occasion de l'Année internationale de l'enfance. Cette brochure documentaire sur les massacres d 'enfants par les nazis rappelle opportunément jusqu'à quelles extrémités le racisme a pu aller durant la période hitléo rienne. Mais elle a l'intérêt supplémentaire de s'élever avec force contre les atteintes encore nombreuses aux droits et à la vie des enfants dans le monde d'aujourd'hui, et notamment du fait de la misère règnant, en plein vingtième siècle, dans la plus grande par.tie du globe. 15 F., 10 rue Leroux 75116 Pa ris, Tél. : 553.84.05. a tentat antisémite à . ans Le 17 janvier dernier était inau gurée, 32 rue Buffaut à Paris, une plaque commémorant le martyre de • 12. 000 enfants juifs déportés de France entre 1942 et 1944, arrêtés dans les écoles, dans leurs foyers et dans les rues, morts à Auschwitz et ailleurs ". Une initiative qui n 'a pas eu l'heur de plaire aux activistes néonazis puisque quelques jours plus tard, le 2 février, la plaque était détruite. En guise de riposte, une mani festation était organisée le di manche 10 février et la plaque a été restaurée. De nombreuses organisations et personnalités (mrap, LlCRA. CRIf', élus P.C. F., R.P.R., etc.)y ont participé. Lesuns comme les autres ont dénoncé cette action et rappelé qu ' il conve nait d'être vigilant devant la montée de l'antisémitisme. 24 extra-terrestres en afrique du sud Les liens culturels que droit et liberté avait déjà condamné entre la télévision française et l'Afrique du Sud de l'apartheid se poursuivent. C'est ce dont témoigne la lettre suivante d'une de nos lectrice. • T.F. l et TELECIP ont fait affaire, pour produire 6 épisodes de 52 minutes, avec l'Allemagne, la Colombie, la Belgique, la Suisse, et. .. l'Afrique du Sud. Que l'argent a une couleur, c'est-à-dire qu' il est " blanc ", ça on le savait déjà ; mais • l'embargo moral » qu i ca resse l'Afrique du Sud s'estompe bien vite à la vue de la couleur, si • blanche ", de son argent. D'ail leurs, on a déjà pu voir sur A.2 un autre feuilleton : • Pour tout l'or du Transvaal ", co-production Afrique du Sud et. .. TELECIP qui, lui, a été entièrement tourné là -bas. Ainsi, la télévision fran ça ise n'hésitera pas, encore une fois, à nous montrer pendant un mois et demi, une fois par semaine à 20h30, un grand feuilleton tourné en Afrique du Sud. Tout ceci est prévu pour février-mars 1980. Il serait bien, à mon avis, que les t éléspectateurs, qui ne peuvent que fermer le bouton de la télé, ou fer - mer leur gueule (ou le contrai re, mais ça revi ent au même) sachent ce qu'i ls vont rater s'i ls choisissent la 1 r€ solution. Ca r • Les Visiteurs " est ce qu '. ils " appell ent un feuilleton de prestige, c'e st -à-dire avant tout un feuilleton dont on espère de nombreuses ventes à l'étranger. Il s'agit du premier feuilleton de sc ience-fiction français, réalisé par Michel Wynn (réalisateur de • La Demoiselle d'Avignon ", feuil leton frança is le plus vendu à l'é tranger). Le budget total aura été de 75 millions de N.F. environ, le tournage aux frais de l'Afrique du Sud doit représenter à peu de choses près 1 / 4 du tournage total. L'histoire se passe' dans de nombreux pays : Italie, Colomb.ie, Autriche, Afrique du Sud. Mais ce qui se déroule nommément en Afrique du Sud fait environ les 3 / 4 du 4€ épisode ; et puis, les condi t ions de tournage devaient être tel lement bonnes là -bas qu'ils en ont profité pour y tourner des scènes qui auront l'air de se dérouler en Autriche ou en Colombie. On s'est donc parfaitement accommodé de . l'Afrique du Sud tant comme partena ire commercial que comme élément de fiction . Voici à peu près la trame de cette f iction : deux €xtra-terrestres sont envoyés sur terre pour rechercher une expédition de six des leurs dont ils ont perdu la trace. Pour mener à bien leur recherche, ils prendront l'apparence humaine d'un Français et d'une Allemande. Leurs aventures les emmènent en Afrique du Sud. Dans le feuilleton, l'apartheid n 'est pas décr it comme tel , on le sent comme un fait de nature, de géographie. Par exemple, Prétoria, ville moderne et blanche, et un peu plus loin le ghetto noir Mamelodi ; puis un peu plus loin un village pauvre no ir, puis enf'n les quelques tentes d'une' tribu zoulou. Les seuls Blancs que nous verrons sont insoupçonnables ; un prêtre et les deux extra -terrestres - c'est-à-dire • agents d'une énergie supérieure », à tel point que les deux héros seront recon nus comme dieux par le sorcier de la tribu zoulou (!), mais ça ne les empêchera pas, ces deux extra terrestres bon-teint-bien -bla'ncs, de décréter que l'es Zou ous, eux, sont des . sauvages ". L'Afrique du Sud moderne est représentée par son serviteur : un chauffeur de taxi, qui est noir. Lorsqu'elle le verra pour la première fois, l'Allemande extra-terrestre dira : " Mais qu'est-ce qu'il a cet humain! Il est malade? ". Le trajet cité plus haut se déroulera dans l' imagerie coloniale classique : les Blancs chez les pauvres Noirs, puis chez les sauvages. L'imagerie coloniale est peutêtre classique (c 'est aussi cela qui est inquiétant), elle est néanmoins insupportable ». C. S. le fichage des immigrés arfheid à la franc, aise sur ordinafeur i.Jn nouveau mauvais coup est sur le point d'être porté aux travailleurs immigrés. Après le vote de la loi Bonnet, avant celui des projets Stoléru et d'Ornano, voici que le ministre de l' Intérieur a décidé de mettre sur fiche les travailleurs et étudiants étrangers, Officiellement, il s'agit de . créer un système automatique de délivrance des cartes d'identité et des cartes de résidents étrangers », un million de personnes environ seront concernées si le p'rojet voit le jour. Les explications données par M . Bonnet (nécessité d'une gestion plus efficace) ne doivent pas faire illu sion. Le but est de contrôler scientifiquement les immigrés, de les corseter un peu plus, d'étendre l'emprise policière. Chaque fiche comportera une quarantaine d'informations: état civil de l'étranger, situation de fa " mille, renseignements concernant ses parents, son conjoint, ses enfants, profession, situation administrative etc", Contrairement aux affirmatiolls de ses promoteurs, nous ne sommes pas en présence d'un fichier de population mais bien d'un fichier de police puisqu'il serait interconnecté avec celui des " personnes recherchées ». Quand on sait que le projetde loi Stoléru qui viendra en discussion lors de la prochaine session parlementaire prévoit de ne pas renouveler les cartes de séjour des étrangers ayant des « ressourses insuffisantes ou irrégulières », on voit quelle utilisation il pourrait être fait de ce fichier. Cette politique de contrôle apparaît comme une forme moderne et actualisée des livrets ouvriers du XIX· siècle et des pass sud-africains. On doit remonter à l'occupation nazie pour relever, dans l'administration française, l'existence d'un tel fichier: à l'époque, les juifs en étaient les victimes. Cette nouvelle agression aggrave les précédentes di'spositions prises contre les immigrés. Il convient de la mettre en échec. Aujourd'hui ce sont les immigrés que l'on vise. Demain, à qui le tour 7 Les discriminations administratives et policières à l'égard des immigrés sont, depuis longtemps déjà, monnaie courante. En témoignent deux affaires récentes . D'abord, à Marseille, un travailleur mauritanien, M . Oumar Diallo, qui est en France depuis 17 ans, a été expulsé le 31 janvier par la police, Officiellement, on lui reprochait de posséder de faux papiers. En réalité, il semble qu'il faille rechercher l 'explication de l'expulsion dans lefaitque M: Diallo avait participé à la fin de l'année dernière à un mouvement de grève. Sept de ses camarades avaient déjà en décembre dernier été expulsés. La seconde affaire concerne un travailleur malien, Mody Konaté. Abusé par des trafiquants de faux papiers, il a été condamné III quatre mois de prison le 11 février dernier par letribunal de Bobigny. Il s'agit de sa troisième condamnation depuis 1978 pour ce motif. Les trafiquants de faux titres de séjour, quant III eux, courent toujours.


_._------._-------~---~-17 mai 2011 à 14:48 (UTC)---Charles---------------~--~ ....

• au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil juifs d'urss émigration en ha sse M. Farrand, haut fon cti onnaire du département d' Etat améri ca in a estimé que l 'Union Sovi étique ne remettra pa s en ca use le niveau actu el de l'émigration juive. Il a déc laré notamment . " Les Russes ne laisseront pas la crise actuelle dans les relations avec les Etats-Unis, résultat de l'invasion' de l'Afghanistan, affecter sérieusement le processus d'émigration. L'U R. S. S. pourrait d'a illeurs utiliser ensuite cette attitude pour " marquer des'points " dans de fu tures négociations avec WashingIon en vue d'une rf'prise éventuelle des relations entre les deux pays ». En 1979, 51 .000 personnes sont arrivées à Vienne en provenance d 'U.R. S.S. munies de visas pour Israèl. Ce chiffre est en très forte progression sur le record de 1973 où 34 .733 personnes ava ient obtenu ce vi sa (29.000 en 1978) 66 % des émigrants juifs de 1979 ont déc idé, après être sortis d'Union Sovi étiqu e, de gagner un au tre pays qu 'Isra èl. D'autre part, l'annuaire statisti que de l'Union Sovi étique pour l'a nnée 1977 apporte quelques éléments sur le nombre de publicati ons en yiddi sh. Pour l'a nnée en cause, 6 livres en yiddi sh ont été tirés au total de 10.600 exemplaires. Le mensuel Sovietish Heimeland tirait à 7 .200 exemplaires. Le quotidien Birobidjaneer starn tirait à 12.000 exemplaires. L'Union Soviétique comporte 1,9 million de citoyens ayant la nat ionalité juive. C'est la troi ~ l è m e communauté juive du monde après les Etats-Unis et Is raèl et avant la France et la Grande· Bretagne. Le faible tirage de ces publica · tions refl ète les difficultés de l'ex· pression ju ive en U. R. S.s. 230 millions d'enfants mal . ourns La revüe Medicus mundi donne dans sa parution de décembre 1979, quelques chiffres concernant les enfants dans le monde. Au nombre de 1 milliard et demi (moins de quinze ans). ils vivent pour 80 % dans le Tiers-Monde. 396 millions d 'entre eux vivent dans des pays où le revenu national brut par habitant est inférieur à 1.000 F. par an. 156 millions vi vent dans des bidonvilles. 693 mil lions vivront moins de 60 ans. Cinq millions meurent chaque année d 'une des six principales maladies contagieuses. 230 mil lions souffrent de malnutrition. 604 millions n 'ont aucun accès à des soins médicaux. 52 millions travaillent. Ces chiffres donnent une idée de la gravité des inégalités qui créent aujourd 'hui, dans le monde, la plus fondamentale des discrim inations. un no ve.a magazine our les jeunes Un grand bravo à Turbule, le dernier-né des magazines pour jeunes (15 / 18 ans) du groupe Fleurus qui, dès son numéro 3 (15 janvier 1980), consacre sa couverture et huit grandes pages de texte aux immigrés, 'les " sous-France », ceux · qu'on ne veut voir ni entendre, taillables, corvéables et expulsables à merci ". Une illustration saisissan.te, une réponse. bien envoyée à toutes les objections des raciste s et des xénophobes. Un appel à • faire quelque chose ». Et comme le mrap est cité parmi les organismes qui partagent le point de vue de Turbule, espérons que nombreux seront les jeunes lecteurs qui rejoindront nos rangs. . Jean PIHAN les lec eurs de pif contre le raci e Le journal . Pif-Gadget » a réa· lisé un intéressant sondage auprès de ses jeunes lecteurs. Il mérite qu 'on s'y attarde. On apprend ainsi que 84 % des enfants interrogés • aimerait beaucoup " qu ' il y ait . la p aix entre tous les pays et dans tous les pays » au cours des pro chaines années. 7 % d'entre eux affirment que cela leur . est égal », 9 % • n 'aimerait pas du tout que cela arrive ". 68 % des sondés, soit une large majorité, • aimerait beaucoup " que les . gens de races et de religions différentes soient tous considérés pareil » (opinion contraire : 1 0%). PRESIDENT : Pierre PARAF. VICE-PRESIDENTS : Charles PALANT, Abbé Jean PIHAN, Me George PAU· LANGEVIN, Doc· teur François GREMY. Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme. pour l'amitié entre le. peuples SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Maurice BEJART, Jacques BERQUE, Général de BOLLARDIERE, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Marie José CHOMBART de LAUWE, Louis DAQUIN, Alain . DECAUX, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max· Pol FOUCHET, Pierre GA· MARRA, Colette GUILLAUMIN, Monseigneur Guy HERBULOT, Jean HIER NAUX, Georges HOURDIN, Albert JACQUARD, ProfeSSEUr François JACOB, Pierre JDXE, Jean- Pierre KAHANE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, Françoise MALLET·JORIS, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD,Henri NOGUERES,.Jean PI· CART LE DOUX, Gilles PERRAULT, Marcel PRE· NANT, Wladimir RABI, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Vieira da SILVA, Jean SURET·CANALE, Haroun TAZIEFF, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME·PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, lannis XENAKIS, Bernard ZEHRFUSS. Poursuivant son ac tion de toujours, le mrap ,'éaHirme sa volonté de combattre avec une égale vigueur tous les aspec ts du raCisme, quels qu'en soien t les auteu rs ou les vlc t Îm es, en quelque lieu Que ce salt. Défendant les droits el la digni té de tous les hommes, dans le respec t de leur identité, il oeuvre pou r l'amitié ell tre les peuples, conditlol1 majeure de la paiX. droit et liberté. n0389 • mars 1980 J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté. Nom le " Cd plt alel Pr énom âge Pr ofession Adresse Code pes tai Vil le Le montant de la carte d'adhésion (à partir de 60 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d 'apporter le soutien le plus effi· cace à l'action du mrap. Abonnement d'un an à droit et liberté (60 F). Abonnement de soutien (120 F) . Etranger (90 F) . C.C. P. 9239-81 Paris Rayer la mention inutile mouvement contre le raci.mll et pour l'amiti6 IIntrll III. peupl ... (mrap) 120, rue saint -deni • . paris (21 tél. ' 233.09.57 C.C.p.: 14·825·85 paris 25 • point chaud • la violence raciste, les discriminations les emprisonnements arbitraires sont une réalité quotidienne de la société ,. . amerlcalne gary tyler, dessie woods, leonard peltier et les autres Dans une lettre envoyée à l'occasion des Jeux Olympiques d'hiver, à Lake Placid (U.S.A.), le mrap demande au Président Carter de prendre des mesures contre les nombreuses atteintes racistes aux Droits de l'Homme que connaît son pays. Monsieur le Président, Le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples, attaché à l'indépendance du mouvement sportif et à ce qu'il représente de possibilités pour la rencontre pacifique entre des hommes et des femmes de tous les pays, a pris position pour le maintien des Jeux Olympiques de 1980 à Lake Pla cid et à Moscou. En effet, en dehors de l'Afrique du Sud qui ne respecte pas la règle olympique de la non-discrimination racia le, tous les peu ples du monde trouvent dans le sport le moyen d'une compétition amicale qui transcende les différences de régimes politiques, de races, de religions ou d'opi nions. Nous ne pouvons cependant ignorer que dans un grand nombre de pays parti cipants, et notamment dans les deux pays hôtes des Jeux de 1 980, le racisme conti nue à être à la base de graves atteintes aux Droits de l'Homme. C'est la raison pour laquelle nous avens décidé de tirer avantage de cette grande manifestation sportive pour alerter l' opi nion publique de notre pays sur ces problèmes. A l'occasion des Jeux d'hiver à Lake Placid, nous vous adressons cette lettre afin d'attirer votre attention sur la répro bation qu'encourt dans l'opinion française la persistance d'un racisme struc turel à l'encontre des minorités ethni ques vivant aux Etats-Unis d'Amérique. 26 Nous interviendrons de la même manière auprès de M. Léo nid Brejnev, Président du Présidium suprême de l'Union Soviéti que, lors de l'ouverture des Jeux de Moscou . 25 millions de discriminés Nous savons que les 25 mi ll ions cle Noirs, les 8 millions de Ch ica nos, les 2 millions de Porto -Ri cain s, le million d'Indiens rescapés du g,é nocide, les quelque 7 millions d'" alambr istas » , ces Mexi cains ayant fran chi la fro ntière sans ti tre d'immigration, connaissen t une sl tuati o"n globalement discrim inatoire par l a~port à l 'ensemble des Américains d ori~ i ne blanche. Nous savons que 16 % des Noirs sont au chômage, soit le double du taux natio nal. Nous savons qu'à Harlem, 72 ü.(, des jeunes Noirs sont sans emploi, voués au désespoir, et t rop souvent, Ilélas ! à la délinquance et à la drogue dans un cad le de vie misérable, indigne du pays le plus puissant du monde. Nous savons que la mortalité infantile est quatre fois pl us élevée chez les Noirs que chez les Blancs, sept fois chez les Indiens. Gary Tyler, Nous savons qu e ces der nlères années, de 1 OO.OOOà 150.000femmes par an ont été stérilisées aux Etats -Unisenviolation de la Convention de Prévention et ue Sanction du Crime de Génocide adoptée le 9 uécembre 1948 et que les Etats-Unis n'ont jamais voulu ratifier , 24 % des femm es indiennes ont été stérilisées, le plus souvent sa ns leur consentement, à 1 occas ion d'une autre intervention chi rurg ica le ; à Porto- Ri co, près de 36 % des femmes ont déjà subi " la operaclOn » à la sui te u'une po lit ique d'Etat délibérée; de nombl euses femmes noires se font égaIement stél il lser pour pouvoir consrver l'A lue publique. Nous savons que les pl isons américaines sont peup lées pou r 50 % de Noirs al ors que ceux -ci ne représentent que 11 % de la population ; les jeunes Noirs sont particu l ièl ement visés : un prisonnier sur 10 a entre 17 et 19 ans et 3 sur 10 entl e 20 et 25 ans. Nous nOIJS souve nons que M. Young, alors ambassadeur des U.S.A. aux Nations ·Unies, avait décla ré : «II y a des centaines, peut être des milliers de priSOI1lUel s /J 0 lit iques dans les prisons amé" caines '. Parm i les vic times de la l épression racis te et politique aux Etats-Unis, nous voudr ions attirer votre attention sur plusieurs cas qu i nous semblent particulièrement sign if ica tifs. condamné à mort à 15 ans parce qu'il est noir Galy Tyler a auj ourd 'hui 21 ans. Il a été condamné à mort à l'âge de 17 ans à la sUite du décès par balle d'un activiste racis te tué lors de l'act ion d'un commando auquel ce lui-ci appartenait contre un " school bus », ces autocars qui font le tra nsfert d'élèves noirs dans les écoles des quartie ls bl ancs, Condamné sur le seul t élllo i g n a~e d'une jeune femme qui a ensuite admis avoir été contrainte à ce faux témoignage par la police, Gary Tyler a échappé àla chaise électrique mais, pour ne pas se déjuger, la justice raciste l'a condamné, le 8 mars 1977, aux travaux forcés à perpétuité sans possibilité de libération sur parole pendant les 20 premières années. justice pour les nations indiennes Leonard Peltier est un leader de 1'« American Indian Movement » . Menant une lutte difficile pour le respect des droits des nations indiennes, jadis massacrées, aujourd'hui combattues par les pui.ssants intérêts privés qui convoitent les ressources naturelles des réserves et par les hommes politiques qui demandent l'annulation unilatérale des traités indiens, Leonard Peltier a été arrêté en 1975 à la suite d'une fusillade opposant les Indiens de la réserve de Pi ne- Ridge aux forces de l'ordre. Considéré comme un meneur, Leonard . Peltier a été, pour l'exemple, condamné à une double peine de détention à perpétuité. En août dernier, convai neu que les autorités pénitentiaires complotaient pour l'assassiner, Leonard Peltier s'est éChappé de sa prison. A nouveau capturé, le jugement qui s'en est suivi a admis la réalité de ce com plot. Néanmoins, l'administration a demandé à ce que Leonard Peltier passe plusieurs mois au si nistre « centre de modification du comportement » de Marion. des centres de modification du comportement Dessie Woods, une jeune femme noire de 34 ans, mère de deux enfants, a été condamnée en 1975 à 22 ans de prison. Le 17 ju in de cette année-là, Dessie Woods retournait contre l 'homme blanc qui tentait de la violer l 'arme dont illa menaçait. 22 ans de prison pour payer le fait d'être femme et d'être noire! Depuis 1930, des centaines de Noirs ont été condamnés à mort et exécutés pour avoir été accusés de viol à l'encontre d'une femme blanche. Ainsi, en 1955, mourut, lynché, Emmett Till, un jeune Noir accusé d'avoir levé les yeux sur une femme blanche et sifflé sur son passage. Durant la même période, aucun Blanc n'a jamais été condamné à une peine significative pour le viol d'une Noire, En fait, ces trois cas parmi des centaines d'autres, illustrent l 'étendue de la répression raciste aux Etats-Unis. Une nouvelle loi, appl iquée depuis 1979, permet de faire juger les jeunes délinquants dès l'âge de 13 ans par des tribunaux d'adultes. Terrence Johnson, un jeune Noir de 15 ans, purge ainsi une peine de 25 ans de prison et est persécuté par ses gardiens et les détenus adultes avec lesquels on a mis cet enfant. Violé par ses compagnons de cellule blancs, il souffre d'atroces blessures. Les militants des minorités raciales droit et liberté. n0389 • mars 1980 dont le rayonnement est jugé " dangereux » à l'intérieur des prisons, sont incarcerés dans des « centres de modification du comportement » comme le « Long term control-unit » de la prison de Marion dans l'Illinois, centre dans lequel on tente de faire des prisonniers des êtres complètement déshumanisés et dépersonnalisés au moyen de mauvais traitements, de brimades, de «lavages de cerveau» dégradants, de drogue, d'électrochocs, voire de chirurgie du cerveau , Ce « Control unit» a déjà coûté la vie à 10 hommes entre 1974 et 1978 (3 décès rien qu'en 1977) et nombre' de cas de mutilations volontaires et de maladies mentales. respectez les droits de l'homme m. carter Il y a actuellement quelque 500 condamnés à mort da ns les prisons américaines, parmi lesquels 60 % de Noirs et 5 % de Chicanos et d'Indiens. Certains, comme Johnny Harris, doivent être considérés comme des prisonniers politiques. Coupable d'avoir voulu, avec sa famille, s'installer dans un quartier blanc, il fut jeté en prison sous l'accusation ri tuelle de « viol d'une femme blanche », En détention, il devient un militant actif du mouvement de défense des prisonniers «Inmates for action », et est condamné à mort pour l'exemple à la suite d'une rébellion de détenus où un garde avait trouvé la mort. Les Jeux Olympiques eux-mêmes seront souillés par cette répression discriminatoire puisque c'est dans une future prison que logeront les athlètes avant d'être remplacés par une population penitentiaire à majorité noire et chicano. Enfin, les organisations racistes et nazies, le Ku Klux Klan développent leurs activités et appellent au grand Jour à la haine et à la violence racistes. Des groupements nazis paradent dans des quartiers juifs, se permettant d'insulter et de menacer impunément une communauté déjà victime de si horribles forfaits. Le K.K.K. se répand jusque dans les rouages de l'administration, de la police et de l'armée, assassine, comme récemment à Greensboro, où 5 antiracistes ont trouvé la mort lors d'une manifestation de protestation contre les activités du gang. Ceci n'empêche pas ses représentants de publier livres, brochures et Journaux, de donner des interviewes à la radio et à la télévision . Les Jeux Olympiques vont s'ouvrir dans votre pays, Monsieur le Président, et nous nous en réjouissons. Ils ne pourront pas éteindre cependant le cri des ghettos, des réserves et des prisons, le cri de ces millions d'hommes et de femmes qui, aux Etats-Unis, sont assu~és dès la nüissance que pour eux, il y auraun peu moins de Droits de l'Homme, un peu moins de liberté et un peu p'ius de mépris parce qu'ils ne sont pas blancs. Ce cri a un vif écho dans l'opinion antiraciste française et celle-ci ne comprendrait pas que vous ne preniez, à l'occasion des jeux, aucune mesure significative pour le respect, qans votre pays, d'une justice dont vous vous proclamez vousmême le défenseur. Le mrap, pour sa part, vous assure que les victimes du racisme aux Etats-Unis trouveront en lui un ardent défenseur, comme tous ceux dans le monde qui ont à souffrir de ce fléau d'un autre âge. _ Une manifestation du Ku-Klux-Klan aux U.S.A. 27 promotion NEWIN PRODUCTIONS distribution Films en circulation: • Soleil de Hyènes (Rida Behi, Tunisie) • Ceddo (Sembène Ousmane, Sénégal) • Alyam Alyam (Ahmed el Maanouni, Maroc) • Alexandrie pourquoi (Youssef Chahine, Egypte) • Noces de sang (Souheil ben Barka, Maroc) • Sejnane (Abdellatif ben Amar, Tunisie) • Baara (Souleymane Cissé, Mali) • France, mère patrie (Guy Barbero, France) • Noces de Zein (Khalid Seddik, Koweit) • Seuils interdits (Rida Behi, Tunisie) 28 16 bis, rue Lauriston 75116 PARIS Téléphone: 500.68.46 CASE RESERVEE S.A.D. PREY A PORTER ESMAR 15, rue d'Hauteville 75010 PARIS cadeaux pour 50 F • La France de l'Affaire Dreyfus, (124 pages, 21 x 27) . par Pierre Paraf, cartonné sous jaquette, nombreuses illustrations. • Du côté de Barbès, (72 pages, 24 x 22) Poèmes de Jacques Gautrand, Photos de Dominique Antoni Préface de Max-Pol Fouchet. Au lieu de 111 F . . . . ... .. .. .. . .. . . ....... ... . . ... .. 50 F (+ fra is d'envoi 10 F). . pour 100 F • Les ouvrages orécédents (111 F.) .J'ai survécu (216 pages. 21x13,5) Témoignage de Charles Lopata - (32 F). • Soweto Soleils fusillés (162 pages, 21x13,5) Poèmes de Paul Dakeyo - (29 F) • On condamne bien les innocents, (269 pages. 16,5x24) par Morton Sobell, aux Editions Hier et Demain (39 F) Aulieude211F ... . .. . ........ . .. .... . . . . . ... ... 100F (+ frais d'envoi 15 F) pour 150 F • Les ouvrages précédents (211 F). • Une famille comme les autres (192 pages, 13,5 x 21,5) Témoignage de Denise Baumann Préface de Pierre Gascar - (25 F). • Servir en France, (212 pages, 11 x 18) Par Annie Lauran Préface d'Albert Lévy - (20 F). • Une Ecole chez les Tziganes (124 pages, 11x18) Par Jean-Claude Sangan Préface de MA Bloch - (15 F) • Races Sociétés, aptitudes: apports et limites de la Science (Cahier, Droit et Liberté, 92 pages - 21 x29,5) compte-rendu d'un colloque à l'UNESCO - (20 F) Au lieu de 291 F . ..... . ....... . . . ......... . ...... 150 F (+ frais d'envoi 20 F). pour 200 F • Les ouvrages précédents (291 F) .La France et l'apartheid (224 pages, 13,5 x 21 ,5) Etude réalisée par la Commission française d'enquête sur l'apartheid (42 F) . • Diviser pour régner (152 pages, 11 x 17,5) par Barbara Rogers L'apartheid et les Banhoustans (16 F) • Un drame à Bordj-Hindel (224 pages, 13x21 ,5) Récit de Claude Labarraque-Reyssac - (25 F) • La Santé des Migrants (200 pages, 11x18) Ouvrage collectif par le Comité Médico-social pour la Santé des Migrants (10 F) Au lieu de 384 F ........ .. .......... . . . .. .. ...... 200 F (+ frais d'envoi 30 F). 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris, Tél. 233.09.57 C.C.P. 9239.81 Paris. cinéma un entretien avec guy hennebelle . , pour un cinema d'inferve fion sociale Hors des circuits commerciaux mais pourtant connu et utilisé par ceux qui sont engagés dans les mouvements à caractère social ou politique, il existe un cinéma souvent qualifié de militant. Guy Hennebelle, qui anime la revue CinémAction, fait le point sur cet aspect du septième art. J.-l. S.-O.: CinémAction n'est pas la 11 € revue française de cinéma. C'est une entreprise qui permet la connaissance et l'utilisation d'une forme de cinéma dont le but est l'intervention militante et que l'on ne peut pas détacher de la réalité des luttes qu'il reflète. Comment en es-tu venu à étudier et à promouvoir cet aspect particulier de la production cinématographique? Guy Hennebelle: En 1962, je me trouve en Algérie. L'lndépendance vient d'être conquise. J 'y rencontre René Vautier qui met alors en place cequ'il appelle, à l'époque. le « Cinépop ». le cinéma populaire. Il s'agit de permettre au maximum de gens (l'Algérie est alors encore largement analphabète) de s'intéresser au cinéma. Je découvre alors deux choses : tout d·abord. il n'y a pas que la vision européenne d'un film ; ensuite. les gens veulent se voir, reconnaître leurs luttes, leurs préoccupations. Le «« Manifeste argentin vers un troisième cinéma » joue également un rôle important dans ma réflexion. Il appelle de ses voeux un cinéma de polémique culturelle et sociale qui vienne comnléter le cinéma commercial et le cinéma d·auteur. Il paraphrase la célèbre thèse de Karl Marx en disant :« Jusque là. les cinéastes ont décrit le monde, il s'agit maintenant pour eux de le transformer ». Puis, c'est le printemps 1968.Curieuse· ment, les «événements de mai » ne débouchent sur aucune contestation pratique du cinéma. Mais il nous semble qu'il faut traduire, malgré tout, sur la pellicule, les idées exprimées alors. C'est de cette volonté que naît le courant du «cinéma militant ». On peut lui donner trois caracdroit et liberté. n0389 • mars 1980 téristiques : premièrement, il s'agit d'un cinéma qui est l'oeuvre de collectifs, deuxièmement c'est, à l'époque, le seul courant du cinéma français à traiter des problèmes quotidiens qui se posent aux gens qui vivent en France; enfin, c'est un cinéma généralement sous-développé du point de vue esthétique. Un grand nombre de ces films se situent dans une perspective d'extrêmegauche, notamment maoïste. On y refuse le capitalisme de l'Ouest et le socialisme des pays est-européens. On se réfère au «printemps de Prague », à la « Révolution culturelle » chinoise, à mai 68. On considère générafement comme nécessaire de proposer, face .aux «contre-modèles » existants, une alternative politique. C'est une production marquée par le dogmatisme idéologique et la pauvreté esthétique. En 1976, parallèlement à l'effondrement du gauchisme, ce courant connaît une crise profonde, et en fait- se désagrège. Sembène Ousmane. ..: 'tl Il ne faut pas, pour autant, être trop sévère. Les moyens utilisés par les ëinéastes d'intervention sociale sont souvent dérisoires. Et puis, lorsqu 'un film militant est bon et connaît un certain succès, la critique s'empresse d'assurer que ce n'est plus un film militant. En fait. avec la publfcation. en 1976, de la brochure « Le cinéma militant ». on peut dire que c'est le point final d'une époque. J .-l. S.-O.: Point final peut-être, et pourtant, CinémAction n'est pas encore né et la plupart des films utilisés aujourd'hui par les mouvements militants ont été faits depuis! Guy Hennebelle: Oui. mais ils sont peut-être d'une autre nature. Pour reprendre la terminologie pure et dure de l'époque, on passe alors de la description de la «contradiction principale » à celle des «contradictions secondaires » et, pour parler comme tout le monde, on revient aux problèmes plus concrets et moins ambitieux de la vie quotidienne. Ce mouvement traduit bien le désenchantement par rapport à la foi un peu naïve de la période précédente. En fait, l'absence d'une revue du cinéma militant qui puisse servir de lieu de réflexion ne facilitait pas les ·choses. En 1977. le directeur de la maison de la culture de Rennes, Cherif Khaznadar, à l'initiative de Robert Prot, propose d'organiser des journées du cinéma militant avec un double objectif : le faire sortir de l'ornière et utili ser tout l'acquis aussi imparfait puisse-t-il être. C'est de cette démarche qu'est né Ci némAction .. Tout d'abord, il paraît sous forme de numéros hors série d 'autres re vues (Ecran, l'Afrique littéraire, Jeune cinéma, Autrement, Tiers-Monde, La Revue du Cinéma). Le numéro 8. Le Cinéma de l'émigration. est le premier à paraître indépendamment de toute autre revue. J .-l. S.-O. : Outre son intérêt documentaire et cinéphilique, CinémAction apparaît, dans son projet et dans la façon dont il est réalisé, comme un instrument d'action militante. Guy Hennebelle : En effet. Chaque nu méro est conçu en fonction d'un public précis à qui il peut être utile, pour une assez longue période. Chaque numéro comporte, par exemple, un catalogue de tous les films existants sur le sujet traité avec les références qui permettent de se les procurer. De plus, on essaie de faire le point sur une question avec un éclairage socio-politique qui vient enrichir l'apnréciation purement cinéphilique. Enfin, plutôt que de donner un point de __ _ 29 cinéma vue unilatéral moyen sur chaque film, on tente de susciter le débat. Au lecteur et au spectateur de s'en emparer et de se faire sa propre idée. Mais la revue n'est qu'un aspect d'une entreprise plus vaste : le Festival de Rennes, tout d'abord qui, pendant trois ans, a servi de lieu de rencontre à tous ceux qui s'intéressent à cette forme de films. Aujourd'hui, le Festival ferme ses portes mais il faut absolument trouver une solution de rechange. Une de nos ambitions est également de créer une médiathèque du film d' intervention sociale où l'on pourrait voir les films, se documenter, consulter les fichiers nécessaires, etc ... En fait, l'idéal serait de trouver une capitale du film d'intervention sociale où pourraient se rencontrer réalisateurs et utilisateurs, où pourrait se forger un nouveau public (comités d'entreprises, maisons de jeunes et de la culture, etc ... ) où pourrait se tenir régulièrement et de manière plus systématique des manifestations du style de celle inaugurée à Rennes. J.-L. S.-O. : Je suis frappé de voir l'importance que tu accordes et qu'accorde le cinéma militant aux problèmes qui tournent autour du racisme et de l'amitié entre les peuples, En fait, CinémAction apparaît un peu comme une revue du cinéma discriminé sur des groupes discriminés. Guy Hennebelle : Tout d'abord, si '10US avons pris ce parti-pris, ce n'est pas parce que le cinéma dominant ne nous intéresse pas. Nous comptons d'ailleurs y venir avec, bien sûr, une autre lecture. La plupart des numéros de CinémAction traitent de cinémas méconnus. Cette méconnaissance tient le plus souvent au fait que ces films émanent et ont pour sujets des groupes discriminés. Ces communautés n'ont pas les moyens de l'expression cinématographique qu 'elles méritent. J.-L. S.-O. : Pour dire les choses clairement, il s'agit donc de « mauvais films » ? Guy Hennebelle: Le reproche m'agace. On prend les choses à l'envers. Nous ne partons pas d'un point de vue cinéphilique mais de la réalité qui produit ces films. C'est vrai que les 500 films dont nous avons fait la recension dans le Cinéma militant sont à 75 % esthétiquement insuffisant. Mais ils traitent de sujets vitaux pour la majorité des gens qui vivent en France et dont les cinéastes établis, disposant de moyens ne parlent que trop rarement. 30 Tournage d'un film de René Vautier : «Avoir 20 ans dans les Aurès ». Ce que nous avons voulu faire, par notre démarche, c'est avoir un rôle d'incitation pour une meilleure prise en charge de ces sujets par le cinéma français. Et je crois d'ailleurs que les choses avancent de ce côté-là. Ceci dit, il y a aussi d'excellents films à caractère militant, avec parfois des trouvailles qui viennent même des exigences d'un petit budget. C'est le cas par exemple pour «West Indies Story » de Med Hondo qui a réussi à retracer l'histoire de l'oppression du peuple antillais sur un décor unique. J.-L.S.-O. : Presque tous les thèmes abordés par CinémAction ont rapport à la lutte antiraciste, à la lutte anticolonia le ou à l'amitié entre les peuples. En consacrant,sous le titre «Israël-Palestine : que peut le cinéma? » une parution sur le cinéma israélien favorable aux revendications palestiniennes, quelle était ton intention? Guy Hennebelle: Il me semblait incroyable que l'Occident n'ait, depuis 25 ans, qu'une vision purement unilatérale de la question, au moins en ce qui concerne sa présentation cinématographique. En fait, à part «Kafr Kassem » et «Les Dupes ", il n'existe pas de films traitant de la question palestinienne qui soient esthétiquement valables. Il s'agissait donc pour nous de mettre en valeur 1 0 films israéliens qui envisagent, dans la difficulté, dans la contradiction, des solutions au conflit. Nous avons fait le maximum pour faire passer ces films, mais les résistances que nous avonsre'ncontré montrent combien il est difficile d'aborder sereinement et positi vement cette question. J .- L. S.-O. : Et le cinéma d'Afrique noire qui fait l'objet d'un autre numéro de CinémAction? Guy Hennebelle: Là encore, il faut bien avouer que le retard imposé par la colonisation se fait terriblement sentir, en même temps que le manque de moyens. Il est effarant de voir qu 'un continent aussi vaste que l 'Afrique ait une production cinématographique aussi réduite et souvent de qualité médiocre. C'est cependant un point de départ et l'on voit aujourd 'hui apparaître, avec Sembène Ousmane notamment, un certain nombre de chefs d'oeuvres majeurs. J .-L. S.-O.: Le TiersMonde est aussi présent en France avec les millions d'immigrés qui y travaillent dans des conditions difficiles. Le cinema de l'émigration connaît-il les mêmes difficultés? Guy Hennebelle: Cinéma de l'émigra tion, cela veut dire trois choses : le ci néma fait par des immigrés, le cinéma sur les problèmes des immigrés, le cinéma fait sur la question par des cii}éastes des pays d'origine. Là encor~, les 12.000.000 d'immigrés .: '0 cinéma qui vivent en Europe ont une expression cinématographique qui ne correspond pas à l'ampl eur du phénomène. Cepen - dant, c'est peut-êt re dans ce domaine que l'on a le plus avancé. L'immigration a conqlJis peu à peu tous les genres : le LE CINÉMA A U FÉMINISME Dossier coordormé par Monique Martiueau, réalisé par 45 femmes et 5 hommes, ce numélO fait le point sur l'impact du fémin isme au cinéma. Il analyse la mutation de, personnages masculins et fémi· nins, la naissance d'une critique téministe, la multiplication des réalisat rices et des techniciens en France, en Belgique, en Allemagne , en I talie, dans les pays arabes, aux USA ... Pour la première fois sont recensés systématiquement 500 films faits en France pal des femmes en 16, en 35 mm comme en vidéo et en super·8 notamment ceux qui concernent les luttes des femmes sur les problèmes de l'avortement , du viol, de la maternité , du travail ménager et du travail salarIé . Après ce «cmema au féminisme », le numéro double 10-11 «Cinéma d'avant-garde» (coordonné par Guy Hennebelle et Raphaël Bassan) proposera un double panorama du cinéma militant et expérimental à t ravers le monde Sont prévus par la sui te «Cinéma des régions», «Cinéma maghrébin», «Théories du cinéma», «La vidéo », «Cinéma et homosexualité», etc ... droit et liberté. n0389 • mars 1980 Ce numéro est en vente dans les kiosques à 30 F et en commande chez Papyrus. Abonnement: Ed. Papyrus 72, rue du Château d'eau 75010 Paris. Chèque à l'ordre de Cinémaction : 100 F pour la France (I an), 180 f pour 2 an" 130 F pour l'étranger (1 an). thriller politique (Dupont-Lajoie), la comédie italienne (Pain et chocolat), le fantastique social (Tra itement de choc), etc .. . J.-L. S.-O. : Enfin,vousvenez de sortir sous le titre: « Cinéma au féminisme », un numéro consacré aux films exprimant la lutte contre les discriminations que connaît la plus grosse des «minorités », les femmes. Guy Hennebelle : Oui une minorité de 52 ou 53 % de l'humanité qui est restée si longtemps sans voix au cinéma, si ce n'est sous la forme de la représentation dominante qui place la femme entre la mère ou la putain. D'ailleurs, les femmes réalisatrices représentent un pourcentage vraiment dérisoire. J .-L. S.-O. : Le racisme, les discriminations, ça fait donc bien partie de l'univers cinématographique ? Guy Henn.ebelle : C'est très présent et de quatre manières qui sont aussi quatre moments d'une prise de conscience . Premièrement, la discrimination n'apparaît pas à l'écran ou bien elle apparaît déformée, noyée dans l'expression dominante. C'est le cas notamment des «westerns ». On pourrait l'appeler la phase du « racisme de droite ». Deuxième temps, une expression plus libérale de. ces questions se fait jour. On pourrait la qualifier de «paternalisme de gauche ». Troisièmement, les opprimés euxmêmes prennent la caméra et font un cie néma militant avec de très petits moyens. On n'évite pas toujours un certain dogmatisme ni la redonda nce dans la protestation . Enfin, un élargissement esthétique des genres, un élargissement thématique également permettent le passage au «grand public ». Il s'agit, en outre, souvent, d'une expression spécifique des minori~ és sur des questions générales qui touchent tous les êtres humains. Cette évolution ne va pas, parfois, sans quelque danger de récupération ni sans ambiguïtés idéologiques. En ce qui concerne le cinéma français, on peut dire, je crois, que l'intrusion de sensibilités discriminées a commencé à jouer un rôle, notamment dans le passage de préoccupations purement intimistes à une expression plus en prise sur la réalité concrète de la vie des gens. Propos recueillis par Jean-Louis SAGOT-OUVAU ROUX La liste des dossiers et numéros spéciaux pu.bliés par CinémAction se trouve page 43à la rubrrque « Panorama des livres sur le cinéma antiraciste ». 31 EN VENTE PARTOUT le numéro 12 F l'abonnement 120 F 3, rue Récamier 75341 PARIS Cedex 07 32 J en ne CinéDla Organe mensuel de la Fédération Jean-Vigo une revue dont la raison d'être est' de faire connaître les jeunes cinéastes dès leur première oeuvre et des jeunes cinémas nationaux - donc ceux du tiers monde - dès leur naissEl'1ce, une revue dont la préoccupation puisqu'elle est née d'une fédération de ciné-clubs est de répandre la culture cinématographique dans le peuple et particulièrement parmi la jeunesse, public privilégié futur et même présent du cinéma, une revue qui a pour principes, en conséquence, le refus du snobisme de la mode et celui du langage jargonant des « spécialistes » . (spécimens sur demande) Prix du N" France : 7 F., Etranger : 8 F. Abonnement : France: 40 F" Etranger : 45 F. Bulletin d'abonnement: à adresser à Jeune cinéma, 8, rue Lamarck, 75018 Paris, Je soussigné désire souscrire ................ abonnement (s) à • Jeune cinéma. qui me sera adressé à l'adresse suivante

("{"P 16 1:19 GH V P1rÎs Signature, -- z ..... 10 0 'Q" . :ri ~ dl m ~ '~" m '" 1 c: )( ", CT~ ..; ;. " CI) 1 ... 0 ~m 'TIr- !!:d x' --n 1 ~~ ",n

"m

~:: DC ~z c- I~ cn cn~

ri . r-

~o mm 1 - CI) ":"~ 'TIc;') iil:rl "' 1 !;:z -1 -ICI) !!:o .. m Nn 1 C:rl .... m (7)-1 W m (7)- wr-' L,. . - o m n o ~ ~ l Z o m ~CE MUNICiI'AL DES MIGRANTS DE CRETEIL Le rôle économique des travailleurs immigrés et leurs revendications (Conférence-débat de la Quinzaine des Migrants 4 mai /979) cinéma l'éveil du cinéma antillais t utes les joséphines ne sont pas im ératrices Expression d'un Tiers-Monde « départementalisé ", le cinéma antillais cherche sa voie entre la dénonciation militante de l'héritage colonial et l'exaltation commerciale du « héros noir ". Le public a fait de Coco la Fleurun succès. Le SERMAC, à Fort-de-France, diffuse les productions qu'il réalise, des groupes militants font circuler des films en 16 mm ou en super 8, des organisations syndicales ou politiques projettent La Machette et le Marteau de G. Glissant ou Toutes les Joséphine ne sont pas impératrices de J . Kanapa. Des films sont en production . La première manche et Zatrap d'Elfie Hass, soclo-politiques des Antilles , L'origine des réalisateurs n'est pas moins signifi cative . France, Guadeloupe, Martinique, Mauritanie. A ces origines diverses ré pondent des préoccupations et des ana lyses similaires sur les problèmes anti llais. Christian Lara, avec Coco la Fleur, portrait de la fraude électorale de la majorité et du pouvoir en Guadeloupe, a recueilli un succès de fréquentation important sans pour cela convaincre entièrement de la qualité cinématographique de l 'oeuvre. En fait, cela importait peu; pour une fOIS, il était possible de voir des Antillais, d'entendre du créole et de dénoncer un scandale quasi -institutionnel dans les DOM . la fraude électorale. Le récit en forme de western facilite une lecture pri maire sans pe'rmettre d'aller Jusqu 'à la prise de conscience. Film politique sans doute, mais western ou film policier d'abord. . Christian Lara affectionne sans doute le genre, puisqu 'après Coco la Fleur, Il a réa lisé Chap'la, véritable film policier .dnt illais (lI) ca lqué sur les séries améri caines ou les productions karaté ou policières de Hong -Kong. L'anti llanisme n'est plus alors que l'exploitation d'un crénHau économique correspondant à l'ouvJrture d'un nouveau marché . le héros noir. Après plusieurs polissonneries ci nématographiques tournées en France, Christian Lara avait levé un espoir. Chap'ia le déçoit sérieusement. des milliers d'exilés Deux tllms sont consacrés à l 'émigration • En l'Autre Bord de Jérôme Kanapa et 0 Madiana de Constant Gros -Dubois, Un Fran çais et un Martiniqua is, à un an d' intervalle, se sont trouvés au festival de Cannes dans la sélection " Perspectives du cinéma français », En L'autre Bord s'intéresse esse ntiellement, à travers le chemin d'une femme antillaise à Paris, à décrire et à dénoncer le déséquilibre pro- 1 voqué par l'émigratio n, le désarroi de la ••• Il fallait bien commencer à répliquer au monopole de l'expression audio-visuelle que se sont arrogé les partis de la majorité et le gouvernement français aux Anti lles. Ce monopole est renforcé par un quasi -monopole de presse puisque l'unique quotidien des îles appartient à l'inévitable Robert Hersant 1 Cette incroyable main-mise sur toutes les formes d'expression n'a pas pu empêcher le réveil et le développement d 'une identité culturelle dont les jeunes générations, victimes prioritaires du chômage, de la crise et de l 'exode vers la métropole, ont été les principaux responsables. «En l'autre bord » de Jean Kanapa avec Toto Bissainthe, Après une première période de production cinématographique de forme essentiellement militante, le cinéma antillais a enfin trouvé sa place sur les grands écrans. Le fait essentiel est le passage au récit de fiction et à la construction de scénarios de films d'un type romanesque. Il est significatif, à cet égard, que les 5 longs métrages de fiction distribués commercialement et qui abordent le problème antillais soient, à l 'exception d'un seul rChap'la), consacrés aux problèmes droit et liberté. n0389 • mars 1980 33 déculturation, le racisme et sa dialectique ainsi que l'institution psychiatrique comme outil de remise en ordre, de répression et de normalisation de gens de culture et de comportement différents. Le film de Gros-Dubois est la description linéaire et l'illustration des thèmes essentiels de la difficulté de vivre dans leur nouveau quotidien pour les migrants. La linéarité du récit de 0 Madiana, le simplisme des situations choisies, l'accumulation des clichés nuisent à 1" crédibilité, d'autant que la forme cinématogra~ ' lique est hésitante et naïve. Le film, sorti sans préparation et dans une salle Inadaptée au public auquel il s'adressait, n'a pas connu la fréquentation qu'un minimum de curiosité aurait dû provoquer. En l'Autre Bord, par un style assez froid et distant, refuse au maximum les effets sentimentaux. Cette attitude, comme le souci de rendre au mieux la complexité et l'Interaction des problèmes, demande au spectateur une attention et une attitude auxquelles il n'est pas toujours habitué, 34 en cela le film est d'une approche plus difficile que les précédents. contre l'héritage colonial Cette démarèhe, sans doute plus diffi cile, Med Hondo la fait sienne dans West Indies Story ou les Nègres marrons de la liberté. A la recherche d'une expression originale et adulte, Med Hondo, sous la forme d'une comédie musicale, signe une histoire allégorique de la traite des Noirs vers les Antilles et de la colonisation. Sa ns rien sacrifier aux nécessités du genre musical à l'américaine, il place symboliquement son bateau, lieu unique du film, dans les entrailles d'une im mense usine abandonnée. D'une idée a priori caricaturale et simpliste, Med Hondo tire la signification la plus frappante du symbole. Le parcours historique et l'explication politique ne laissent ja - , ..: ~ " West indies stories" de Med Hondo. mais de côté l'histoire d'un peuple qui Joue lui même sa propre histoire. Tirant profit d'un maximum de professionnalisme et de travail, Med Hondo arrache le spectateur, à plusieurs reprises, à la fascination du discours pour des scènes ou l'émotion nourrit et renforce le propos théorique et historique. Une telle réussite nous renvoie à des oeuvres maJeures du cinéma comme l'admirable Ceddo de Sembène Ousmane. Qu 'est le cinéma antillais aujourd'hui? Sans doute encore une mosalque d'oeuvres et d'hommes qui ne continueront pas tous à faire des Antilles le centre de leur démarche ou de leur recherche. Sans doute aussi ces premiers pas n'ont que le mérite de rendre crédible la possibilité de l 'existence d'un cinéma antillais en dehors des querelles de races et d'origines mais dans la compréhension des problèmes posés parl'héritage colonial et dans le choix de la défense du mouvement d'émancipation des peuples des Antilles . • cinéma un entretien avec safi faye CCj' aime filmer sur un rythme africain» Safi Faye, une des plus brillantes représentantes du cinéma africain d'aujourd'hui, répond aux questions de Marc Mangin. Marc Mangin: Après « Lettre paysanne ", ton film « Fad, Jal " commence sa carrière. Peux-tu nous le présenter? Safi Faye: J'avais fait une étude de plusieurs centaines de pages sur mon village pour un certificat d'ethnologie à la Sorbonne. Il s'agissait de l'histoire du village telle que l'avait retenue la mémoire collective. C'était pour moi un moyen de mettre en valeur une tradition orale longtemps méprisée du fait de la colonisation. C'est à cette tradition que j'ai voulu donner la parole. C'est l'histoire, certes, mais l 'histoire telle qu'on a voulu la retenir et la part d'interprétation, la part d'oubli aussi sont des éléments fondamentaux de mon film. La côte est à huit kilomètres de chez moi et pourtant, lorsque je leur parlais de la traite, c'était le silence ... effacé. Même chose pour la colonisation. En quelque sorte, ils reconstituaient une histoire où il n'y avait jamais eu de domination étrangère et c'est cette histoire là que l'on transmet aux enfants. M. M.: Apparemment, le système colonial n'a pas réussi à détruire la civilisation qu'ils décrivent. Safi Faye : En niant, en refusant dans le récit la domination étrangère, ils manifestent qu 'ils ne sont pas des esclaves, qu'ilS ne sont pas des colonisés. Ils tentent ainsi de maintenir leur identité. Et c'est normal parce que c'est leur propre histoire, une histoire qui se poursuit, qui est leur vie et qu'ils ne vivent ni comme esclaves, ni comme colonisés. M. M.: Pour beaucoup, le Sénégal, c'est Dakar: Or, ton film donne l'impression qu'il existe un grand décalage entre la grande ville moderne et les campagr:'es. droit et liberté. na389 • mars 1980 Safi Faye: Je ne crois pas que le décalage soit si grand. Simplement, ce sont des gens qui 'ont à lutter à travers leur travail. Ils n'existent qu'à travers leur force humaine. Leur force, c'est semer, cultiver, récolter. Tout ce qui s'y oppose les voit se dresser. Ils sont prêts à mettre vigoureusement en garde jusqu'au gouvernement, même s'ils savent qu'aucun gouvernement au monde n'aime ça. Par exemple, il y a un refus croissant de cultiver l'arachide, la monoculture d'exportation qui ne leur rapporte rien. M. M. : Cette vie paysanne n'existe pas dans un monde Safi Faye. clos. Les jeunes voyagent. Ton film montre les frottements qui en résultent lorsqu'ils reviennent. Safi Faye: Lorsque les jeunes rentrent de la ville, ils le font avec des idées neuves et rivalisent avec leurs parents plus âgés. Mais je montre qu 'ils ne remettent pas fondamentalement en cause la vie du vil lage. Simplement, ils ont acquis d'àutres idées qui les poussent à prendre un rôle dirigeant dans le village. Pour les anciens, ils n'ont pas l 'expérience nécessaire, ils risquent de se faire acheter comme tout le monde et c'est là que réside la rivalité entre jeunes et vieux. M. M.: « Fad, Jal " est-il sorti au Sénégal? Safi Faye: Pas encore. Le film a été terminé pour le Festival de Cannes et je pense le montrer en mars, au Sénégal. Cependant, il faut dire que Lettre paysanne n'est jamais passé là-bas. La commission de censure voulait en retirer certaines scènes et je n 'ai pas envie de donner un film d'une heure et demie pour qu'on me rende un court-métrage. M.M. : N 'était il pas question que tu modifies ton film après Cannes? Safi Faye: Pas du tout. Il ya eu tout un imbroglio avec certains organisateurs du Festival. Mon film avait été choisi pour être présenté au « Forum du jeune cinéma », à Berlin. C'est d'ailleurs à Berlin (R.D.A.) qu'a commencé ma carrière car la R.D.A. fait un très grand effort pour la promotion des films du Tiers-Monde et l'on peut produire ses oeuvres sans qu 'on vienne vous censurer ou vous contra i ndre à faire telle ou telle chose. Mon film n'était pas tout-à-fait terminé alors et j'ai fait une première copie du montage. Et puis j'ai été sélectionnée pour Cannes mais certains ont dit que mon film avait déjà été présenté à Berlin alors qu'il ne s'agissait que d'une version inachevée. Ceci dit, il y a autour de ces sélections toute u ne mafia dont les préoccupations ne sont certainement pas uniquement la promotion du septième art! M.M. : Pourquoi « Fad, Jal » a-t-il été présenté hors compétition? Safi Faye: Le règlement stipule que les films qui passent en compétition doivent être en 35 millimètres. Or, premièrement, je n'ai pas les moyens de faire autre chose que du 16 mm et, de plus, je me vois mal me trimbaler avec du matériel de 35 mm dans les villages sénégalais. M. M. : Tes films ont une construction assez particu- __ _ 35 cinéma lière. la fiction se mêle au document. Comment conçoistu le cinéma? Safi Faye : Je ne sais pas, car sij'avais une conception du cinéma, cela voudrait dire que j'y fasse rentrer chacun de mes films. . , '. Quand on a fait une école de Cinema, Je pense qu 'on comprend ce qui . se passe. On prend une démarche, mais cela n~ fonctionne qu 'au présent. au moment ou l'on construit le film . C'est chaque fOIs différent. . , Par contre, ce que je peux te dire,. c est que j'aime filmer sur un rythme ,africain: Lorsque mon père me parle, Je m assied a ma place et j'écoute. C'est ce que fait la caméra lorsque je tourne. . Je n'a i pas envie d'adapter mon CI néma à ce que j'ai appris à l'éco,le. J 'ai reçu une éducation africaine et J essa ie de rester le plus près des attitudes et des réactions africaines. Si je monte un plan de cinq minutes, que le spectateur qUI peut le supporter le supporte, que celu 1 qui ne le peut pas s'en aille .. Si mon père me dit " Je vais te parler cinq minutes » et qu'il me parle un," deml heure, je l'écoute une d e m, l - he~re saRS bouger, à ma place. La came~a, c est mOI, une personne qui est acceptee par ma so · ciété, qui est là, à l'écoute. . . . Sur ce point, je ne change,ral Jamais; Lorsque je tourne, la camera est II1te - 36 .o.. o .:: Cl. « Fad Jal » de Safi Faye sera présenté au festival d'Amiens. grée. Tout le monde sait que c'est,une fille du pays qui vient filmer. La cam.era, elle, n'a pas son mot à dire. Elle ne gene plus. M .M . : Faire du cinéma, en Afrique, c'est souvent synonyme de petits budgets, Comment te débrouilles-tu? Safi Faye : Petits budgets, en effet. Mais comme je te l'ai dit. je tourne en 16 mm et avec des gens qui ne sont pas des acteurs. C'est une des contraintes avec lesquelles il nous faut jouer. C'est aussi ça, le cinéma africain. . De plus, il ne faut jamais oublier ,que le cinéma est aussi une industrie, qu Il faut passer par des producteurs, des distributeurs, trouver les fonds pour pouvoir tourner. Et là, c'est la jungle, surtout pour ceux qu i ne sont pas intégrés d,ans !es circuits. Pour lettre paysanne, J al du poursuivre en justice le distributeur pour une escroquerie qu i me privait de tous mes droits. Or, du fa it que je ne paie pas .I,es ~cteurs qui sont des gens du Village, J al a, coeur d'utiliser ce que je gagne pour amellorer leur vie et celle du village. C'est éVidem ment une préoccupation qui est très éloignée de l 'esprit des responsables du show-business. M . M. : Tu e's amenée, dans tes films et par tes occupations, à décrire les mécanismes de la domination de l'Europe sur l'Afrique. Ceci n'entraÎne-t-il pas une réaction de rejet par rapport aux Européens? Safi Faye: Le racisme, ~:est minable! L'essentiel est de savoir s Imposer. Que quelqu 'un s'en aille avec la rec~tte, de lettre paysanne ne m'a pas empech~ de faire Fad, Jal. C'est ça la lutte, ce n est pas le racisme. Le racisme n.'apporte absolument rien . Le raCisme, c est craindre l'autre, c'est avoir peur de l'autre et mOI Je n'ai pas peur! M , M. : Et tes projets pour l'avenir? Safi Faye : Je compte faire un film sur les diffic:Jltés de la période de « soudure », celle où l'on a épuisé la récolte de l 'an passé et où l'on n'a pas encore mOIssonné. Comment survivre ?C'estcelaque je veux montrer majs dans,un film qui, cette fois, sera tourne en dlfferents pOints du Sénégal. ., Comment faire pour survivre? C est vraiment la question, pas celle que se posent les dirigeants ou les riches de Dakar mais celle que je me pose, chaque ~OIS que je rentre au village avec le peu d argent gagné en France. Comment vont-Ils faire pour survivre? Propos recueillis par Marc MANGIN cinéma l'expression juive dans le cinéma américain le marxisme tendance roucho le cinéma américain n'a pas attendu Woody Allen pour exprimer la spécificité d'une des plus importantes communautés juives du monde, A en croire Maurice Bardèche et Robert Brasi lIach, écrivant leur Histoire du cinéma dans le sillage de Louis-Ferdinand Céline (1938), l'art é'inémaùigraphique serai t " enjuivé ». En 1 928, René Schwob, qUI ne faisait pas mystère de sa conversIOn au catholicisme, consacrait tout un livre, intitulé Une mélodie silencieuse à vouloir prouver que les films de Charlie Chaplin étaient ceux d'un juif et que les caractères que mettait en scène le grand comique de l'écran étaient ceux des juifs des communautés d'Europe centrale, d'où cet Anglais était issu . La vérité est tout autre. René Jeanne et Charles Ford, auteurs d'une Histoire encyclopédique du cinéma (Laffont) y écrivent, au tome III, citant Edouard Raimont, que la mère de Charlie Chaplin était - ce n 'est pas niable ·- «d'origine hlspanoJUIVe ». c'est -à-dire qu'elle appartenait à !a vieille communauté sépharade installée en Angleterre depuis Cromwell. Mais, en dépit du nom de son père qui peut prêter à confusion, le jeune Chaplin fut élevé dans la religion protestante. Pendant un temps, on pensa même en faire un pasteur. Certes, d'assez nombreux producteurs de cinéma ont été ou sont «d'onglne juive ». Mais ces industriels ne sont pas assez naïfs pour mettre toutes leurs entreprises uniquement au service d'une défense ou d'une illustration du judalsme de leurs parents. L'expression juive, notamment dans le cinéma américain, n'est donc pas un thème constant. Il faut même se souvenir qu'un des plus illustres films de l'époque héroique, Birth of a nation (naissance d'une nation) dû à David Wark Griffith, était ouvertement raciste et antisémite. Les juifs, dit-on, lorsqu 'on n'affirme pas leur volonté de domination, seraient des anxieux. A ce propos, Romain Gary, dans une note qui précède son récent roman, les Clowns lyriques (Gallimard) indique

«Les rapports du comique avec

l'anxiété sont connus depuis Bergson Freud et Chaplin, après Buster Keaton, Wc. Fields, les Marx Brothers et bien d'autres. Woody Allen nous en donne droit et liberté. n0389 • mars 1980 aujourd'hui une exemplaire IllustratIOn. Le burlesque devient le dernier refuge de l'instinct de conservation ». Dans cette énumération, il y a des juifs et des non-juifs, et la réfleXion n'est pas caractéristique d'une expression spécifique. Avec les Dix Commandements, de Cecil B. de Mill e, et Ben Hur, de Fred NIblo le cinéma muet américain a puisé à la so~rce de l'histoire biblique. Mais c'était là utiliser un dépaysement pittoresque, sa ns autre intention expressive. Plus tard, avec le parlant, le même Ceci l B. de Mille, King Vidor et bien d'autres, puiseront à nouveau à la même sO(jrce biblique, celle 'dont John Huston tera un prototype avec la Bible, Mais tout cela s'adresse essentiellement au public protestant américain, familiarisé de tout temps avec la lecture des livres canoniques du judaïsme. Rien d'autre dans ces productions aux scénarios simplistes, dépourvus du moindre sens religieux et où l 'on a pu remarquer que «si le juif a le beau rôle, ce nepeut être qu 'à la manière des redresseurs de torts des westerns ». On tourna également des films en yddisch, en utilisant le concours de troupes théâtrales spécialisées. C'est le cas de tous les films, dont le Dibbouk est le prototype, qu'on ressort actuellement d~ns les festivals. Puis, à partir des annees trente, c'est vers le music-hallnew-yorkais qu'on cherche une source d'inspira · tlon, ,;omme le montre Rachel Ertel dans son récent ouvrage, le Romanjuif américein (payot) : " Issus du Lower East Slde, formés par la scène yddisch où ils ont parfois continué à jouer, ces « amuseurs » se servaient des lieux de rendez· vous estivaux des familles juives comme d'un tremplin pour ce théâtre plus vaste, l'A · mérique. AI Johnson Milton Berle, Shel ley Birman, Sahl Mort, Nicholas et May West, et plus tard Lenny Bruce, y flfent leurs classes. /1 en sortit tout un style, tout un vocabulaire, toute une séne de gags verbaux et gestuels que les Marx Bro· thers portèrent à leur perfectIOn, que Lenny Bruce fit basculer dans l'horreur et le tragique, et auxquels Jerry LeWIS et Woody Allen apportèrent leur touche d'intellectuels huluberlus et désoflentés ». Selon Rachel Ertel, leU' ~ upture avec le milieu d'origine de ces acteurs est utilisé comme une source de comique, semant la panique dans leurs familles. C'est le ••• Les Marx-Brothers 37 cinéma le rêve américain de woody allen Parce qu'il s'appelle en réalité Allen Konigsberg, parce qu'il est né à Brooklyn et qu'il célèbre Manhattan, parce qu'il est psychanalysé mais complexé quand même, Woody Allen est devenu au fil de ses films le parfait paumé de ce qu'un snobisme intellectuel bien compris nous convie à l'appeler «l'humour juif new-yorkais », L'humour juif est devenu une valeur cotée très haut à la bourse de la réussite, et, en France même, quelques réalisateurs tentent de suivre la voie de la dérision désespérée .. du comique douloureux, du rire auto-destructeur dans lesquels Allen excelle du haut de son mètre et pas grand chose, «Au bout du boutdu banc »de Peter Kassovitc et« C'est encore loin d'Amérique? »de René Coggio lorgnent avec envie du côté de Manhattan sans jamais trouver cette synthèse entre un judaïsme vécu dans le rire et l'appréhension de la société environnante comme sait le faire le maÎtre à penser de New York, Aujourd'hui, il semble entendu que l'aigle de Manhattan a commis le comble de l'humour typiquement juif, Pourtant, il y a trois a,ns, lors de la sortie d'" Annie Hall », Michel Audiard affirmais non sans bon sens: «Si je faisais un tel film, le lendema in de sa sortie, la Ligue contre l'Antisémitisme me traînerait dans la boue! », Il est vrai que le judaïsme de Woody Allen est un élément totalement négatif dans «Annie Hall », Il n'est juif que parce qu'il se l'entend dire sans cesse par les autres, parcequ'ille lit dans le regard de ceux qu'il doit affronter, parce que grand-mère Hall, ,, l'anti-juive type », ne peut s'empêcher de se l'imaginer avec barbe sur le menton, papillottes S4r les oreilles et chapeau noir sur le crâne, Le personnage incarné par Woody Allen tente de s'assimiler à la société nonjuive, Il essaiera même de faire bouillir des écrevisses vivantes et s'offrira un beau sapin décoré pour la Noël. S'il se souvient du judaïsme, ce n'est que pour évoquer les souffrances: «Ma grand-mère ne m'a jamais rien offert, elle était trop occupée à se faire violer par les Cosaques " Cependant, «Manhattan» semble aborder un nouvel aspect dans l'oeuvre du réalisateur, Isaac Devis -le personnage incarné par Woody Allen - n'est plus du tout tenté par la société non-juive qui l'entoure, Il reste, bien au contraire, très critique face à l'intellectualisme distingué des snobinards de Manhattan, Face au monde fou fou fou qui tournoie autour de lui, Isaac reste lui-même, un Juif ayant plongé ses racines dans l'asphalte de la ville grise, Depuis« Annie Hall », Woody Allen semble avoir accepté l'étiquette imposée par les critiques, On a voulu faire de lui un exemple de l'humour juif new-yorkais, il a décidé de se laisser faire, sans réticence, Pourtant, tout en restant juif superficiellement, il est parfaitement intégré à New York, pur produit de la ville tentaculaire : il flatte ainsi inconsciemment le « rêve américain », Dans le grand pays des pionniers, des hommes de toutes les origines se sontfondus pour qu'apparaisse l'homo americanus, Avec son judaïsme en bandoulière, ses lur.ettes et sa calvitie avancée, le génie de Manhattan réconforte les Américains, Emmanuel HAYMANN 38 cas au cinéma, avec AI Johnson dans Le chanteur de Jazz, Ce film, qu 'o n a présenté comme le premier «parlant », n'est qu'un film muet où ont été insérés quelques numéros chantant et parlant. Il utilisait un chanteur connu à la scène et un scénario vaguement imité du Baruch de l 'Allemand Dupoht, racontant la montée à la gloire d'un pauvre chanteur juif, ce qui était un bon prétexte pourfarcir le film de chansons et d 'airs à succès, y compris le Koi Nidré final. On avait certainement fait mieux, en 1923, avec Métamorphoses, une comédie de moeurs, tournée par Sydney Gol di n, avec Molly Picon et Jacob Kalish, deux vedettes du théâtre yddisch, On retrouvera Molly Picon presque un demisiècle plus tard, dans le film tiré de Tevié le Laitier de Sholem Aleischem : le Violon 'sur le Toit, «sans rabbin ni talmud» L'avènement, aux U,S,A , du «parlant cent pour cent », vit de nombreux acteurs juifs, comiques ou dramatiques, arriver sur l'écran sans que, pour cela, les thèmes proprement juifs soient abordés par eux, Tel est le cas des Marx Brothers, qui sont bien, à en croire Robert Benayoun (Les frères Marx, Seghers, humour), des membres de cette seconde g énération des films d'immigrants qui sont nés à Brqoklyn, Newark et tout ce NewJersey qui concentrait depuis les années vingt-cinq les comédiens du borscht circuit, Selon Ben Hecht, qui fut le porte-parole de Jabotinsky et de M, Begin en Améri que du Nord, et un des plus prolifiques scénaristes de la Paramount les industriels du film d'Hollywood ont entrepris de conduire une renaissance sémitique «sans rabbin ni Talmud », Ce qui est beaucoup dire! Mais Robert Benayoun aioute fort il propos : «La réUSSite américaine signifiait pour un israélite : changer de nom, épouser la voisine irlandaise », Tout cela n'a pas empêché l'Hollywood d'avant Pearl Harbour de se préoccuper de l'antisémitisme, En 1939, l'Allemand William Dieterlé tournera aux U,S,A une Vie d'Emile Zola où l'accent est mis sur l 'attitude courageuse du romancier au moment où il écrivit «J 'accuse » cependant qu'à côté de Paul Muni, Joseph Schildkraut incarnait Alfred Dreyfus, En 1957, José ferrer tournera un «J'accuse » qui n'a pas été présenté en France, alors que le film de Dieterlé était longtemps interdit de projection par la censure, L'Homme de Kiev, de John Frankenheimer, d'après le roman de Bernard Malamud (Prix Pulitzer) relate des événements réels, ceux du procès Beilis, Ce fut un film de grande qualité, cinéma L'entrée des U S,A dans la seconde guerre mondiale fut l'occasion de nombreux films de propagande afltl -hltlérien ne Les enfants d' Hitler (1 948) d' Ed~ ard Dimytryk montre les dangers de 1 enseignement systématique de l'antisé mitisme, En 1947, le même tirera d 'un scénario de Richard Brooks un film qui eut un retentissem ent universel Crossfire, On y voyait un soldalamérl~ain tuer un de ses camarades par haine du «juif », La leçon du film est que, malgré la camaraderie des combats, l 'antisémitisme peut renaître et S'Infiltrer pernicieusement dans l'esprit de ceux dont on ne s'attendait pas qu'ils cultivent pareille paSSion, Le mur invisible d ' Ella Kazan met en scène un Journaliste non juif qUI se fait pa,sser pour j~if afin d'enquêter sur le probleme) ulf C est une contribution Importante a la mise en valeur de l'antisémitisme Inconscient. Un peu plus tard, le film tiré du célèbre roman d'Irwin Shaw, Le bal des maudits, montrera un juif aux prises avec ses ca marades de la guerre du Pacifique Noah A~kermann , paCifiste mais courageux, detru It le vieux stéréotype de la « lâcheté Juive » Les Anges maudits de Fred Zimmerman, avec Montgomery Cllft (qUi incarna Noah Ackermann). traitait du cas des enfants partis à la recherche de leurs parents déportés. Le Journal d'Anne Frank, de George Stevens, est une oeuvre médiocre, qui sent trop les origines théâtrales du découpage, De nombreux films ont été tour nés, avec des acteurs jUifs (La guerre amère, ou Comme un éclair de Jules Dassin et Irwin Shaw, à l'occasion des combats menés par l'Etat d'Israël) . Danny Kaye, Jerry Lewis feront des films comiques où interviennent des personnages JUifs, Le roman d'Herman Wouk, Marjorie Morningstar, porté à l 'éc~ an par Irwing. Rapper, est la deSCription d un milieu JUif bourgeois authentique, Barbra Streisand interprétera volontiers un personnage juif, notamment dans Hello, Dolly, ,on n:oubliera pas Exodus, d 'apres Leon UrlS, un excellent film d'Otto Preminger, et l 'Ombre d'un géant, avec Kirk Douglas la troisième génération La troisième génération des acteurs comiques d'Origine juive est celle de Woody Allen, de Mel Brooks, de Zero Mostel, de Gene Wilder, de Madeline Kahn, Benayoun écrit qu'on la voit « atteindre isolément au zénith du show business" investie par ce qui sera le label publicitaire de la « comédie Juive », droit et liberté. n0389 • mars 1980 ICI, le judaïsme plus ou moins marqué des frères Marx se manifeste ouvertement . L'école du roman juif américain trouve son pendant cinématograph ique, sans cependant que les oeuvres de Saül Bellow ou de Malamud (à l'exception de L'Homme de Kiev) aient été portés à l'écran , Woody Allen semble aujourd'hui le prototype dujuif américain intellectuel. Est-il le juif américain moyen? C'est là tout le problème, Roger BERG « Exodus » de Otto Preminger la tribu français1e vue des studios d' hollywood léger, superficiel, égoïste, c'est l'image du Français qUle donne le cinéma hollywoodien_ Le Cinéma hollywoodien ne transige pas élvec une de ses règles d'or , l'utilisa tion obstiné,e du cliché ethnographique, Et ,comme c est de la pUissante Amérique qu on regarde le monde, la France contrée lointaine et exotique a droit a~ sien ~e !lIm de Vincente Mlnelli, Un Américam a Pari~, en,est un exemple frappant. Ville peuplee d artistes, vouée aux plai sirs legers, la capitale française appal'aÎt comme un décor exotique et un faire valOir au peintre américain qui y vient en VISite, Petites chambres de bonnes et caba rets n'empêchent pas les enfants d'être faSCinés par la danse américaine et.. , le chewln -gum ! Les aventures troublantes du héros a~ec u.ne riche dame d'un certain âge n empechent pas la morale puritaine de l 'Amérique de triompher en forme de happy-end, Il épouse finalement une orpheline L'aide au Ti ers -Monde, en quelque sortè ! La production hollywoodienne s'atta che à respecter à la lettre les lieux commlln~ qui courent sur la Fra nce, Pays peu ple d ,exlstenllallstes verbeux dans Drôle de frimousse (1956) de Sta nley Donen contrée des vieux châteaux dans Let's b~ happy (1957) de Henry Lewin, la France aux moeurs légères dans How sweet it is (1968) de J . Pari s, la haute couture dans Made in Paris (1965) de Boris Saga!. Au départ séduisante, la France ne tient pas le choc devant les « valeurs » américaines du travail et de la morale protestante, Sous les projecteurs des studios de la côte Ouest, le Français est irrémédiablement irrespo nsable, immoral, égo'lste et frivole. L'existentialisme détruit la famille, les chatelains sont des personnages , véreux et jouisseurs, les grands couturiers passent leurs temps à des plaisirs ,malsains et frivoles, quant à la pure Amenque, Il lUI faut tout le renfort d'une morale qui lui a permis de vaincre les In diens et de diriger le monde pour ne pas se laisser aller au dangereux séducteur français, De ce point de vue, la représentation que le cinéma hollywoodien donne de la Fra,nce n'est pas une exception du genre, Il s agit de satisfaire le voyeurisme et l ' imagination des Américai ns puritains tout en , s~ulignant , par contraste, la supériorite d une Amérique laborieuse et morale, . Le complexe de l'Amérique face au riche héritage culturel des vieilles nations européennes est exorcisé et canalisé vers l'affirmation des Etats-Unis, Quant au sentiment anti-américain qu 'éprouvent certains Français, il est interprét~ comr;ne un phénomène de jalousie vls -a-vls d une grande puissance , Au fond, et cela confortera la solidarité antiraciste, vu de Los Angeles, nous sommes tous des nègres, d'après Myung Jin PARK 39 , 40


--- -----------------------------------------------------

LES F~DITIONS TC VOUS PROPOSENT cinéma 80 Tous les m'ois : des critiques de tous les films sortis des interviews des analyses, des commentaires des dossiers Mais aussi : des rubriques « le cinéma et le livre» « les musiques de films» Et en/core : tous les films à la télévision pour le mois à venir. Notre revue est f.m vente partout au prix de 14 F. Mais à l'occasion.de ce festival nous vous proposons 6' mOIs de lecture de CINEMA pour seulement 50 F. Essayez notre offre, vous verrez vous ne le regretterez pas. Découpez ce bo n et renvoyez-le avec votre paiement à CI NEMA - 6, rue Ordener - 75018 Paris - CCP. 34.120.44 La Source. NOM ... ....... . ...................................... . ........................................... . Prénom . .. ...... .. .............. . ... . ... . ........... . . . .. . ........................................ . N° ... .... . Rue ..... . ............................................................................. . Code Posté~1 ............. Ville .. ............... ... ........ . . .. ............. . ....................... . 77, avenue des Gobelins - 75013 Paris Tél. : 535.14.60 et 535.13.29 . GALERIES DE TABLEAUX - LITHOGRAPHIES ESTAMPES TOBIASSE - TREMOIS - FOLON - LEONOR FINI - VALADIÉ - WEISSBUCH - GANTNER - VASARELYSTEINLEN - BRAYER - BUFFET ... Nous réalisons tous travaux d'ancadrements tous styles. Nos encadrements sont personnalisés en harmonie de couleurs avec les sujets. DEVIS ET CONSEILS GRATUITS PAR DES PROFESSIONNELS DE L'ENCADREMENT. REMISE EXCEPTIONNELLE 10 % AUX LECTEURS DE « DROIT ET LIBERTE» CONFECTION POUR DAMES GRANDE SPËCIALITË DE JUPES ~lAI4~ette 47, RUE RÉAUMUR, 47 7.5003 PARIS C. c. P. PARIS ,8836· 40 Mètro: ~~UMUR·SEBASTOPOL T~L~PH. : 272.19.58 ROCIÉTÉ MONplAL "GO" B. RUE EL.ZÉVIR * 73003 PARIS cinéma une interview de mohammed alkama l'antiracisme aujourd' hui c'est aussi le cinéma La diffusion par le mrap du film de Mohammed Alkama « Quitter Thionville» est un exemple d'utilisation militante de l'audiovisuel. Ouestion: Ouitter Thionville, c'est un problème que se sont posé bien des habitants de la cité lorraine avec la mise à l'encan de l'industrie sidérurgique. Parmi eux, de nombreux immigrés pour lesquels quitter Thionville signifiait le retour plus ou moins forcé au pays. C'est le thème de ton film. Mohammed Alkama: L'axedu film est de montrer combien les conséquences de la crise frappent et les Français, et les immigrés. Mais à la différence des Français, les étrangers connaissent le problème du " retour " pour reprendre le terme officiel ou du renvoi si l'on analyse mieux la réa lité concrète. Ce problème n'est pas uniquement économique. Il a des conséquences psychologiques, sociologiques et même poli tiques importantes pour ceux qui en sont victimes et pour les pays d·ém igration. Souvent, et c'est notamment le cas en Lorraine, les travailleurs immigrés sont en France de pu is très longtemps. Ils yont pris des habitudes de vie, de travail, de comportement social et du jour au lendemain, il faut qu'ils remettent tout ça en cause. De plus. les pays d' origine n'offrent pas toujours des conditions d'accueil favora bles et il leur est difficile d'absorber les travailleurs qui rentrent. Le gOL:vernement français possède là u ne arme de dissuasion importante vis à vis de ces pays. C'est l'ensemble de cette réalité que j'ai voulu montrer dans " Quitter Thionville ». O. : Ton film est diffusé par le mrap, c'est-à-dire une organisation militante de lutte droit et liberté. n0389 • mars 1 980 contre le racisme. Comment s'est faite la rencontre entre le cinéaste et le Mouvement 7 Mohammed Alkama: Lorsque le film a quitté le circuit commercial. le producteur et moi-même pensions le confier à une fédération de cinéclubs mais plusieurs raisons nous ont finalement poussé à préférer le mrap. Tout d'abord, le mrap avait toujours fait écho à nos préoccupations; il était tout entier impliqué dans la lutte contre les discriminations que connaissent les immigrés et notamment celles qui viennent de l'Etat lui-même. En outre. sa position de solidarité avec le mouvement national algérien durant la guerre montrait la vo- "&-'" Mohammed Alkama 1 ...• lonté de ne pas maintenir la lutte antiraciste à la surface des choses. Et puis, en confiant le film au mrap, nous étions assurés qu'il serait présenté dans des conditions qui répondaient aux préoccupations qui nous avaient guidé en le faisant : susciter le débat parmi les Français surie rôle économique de l'im migration et les problèmes quotidiens des immigrés. O.: Toi-même, tu as eu l'occasion de suivre personnellement ton film dans de nombreux déhats organisés par le mrap. Comment cela se passe-t-il? Mohammed Alkama: Beaucoup de questions viennent du fait que la pointe du film n'est pas directement la lutte contre Je racisme mais l'explication du rôle économique des immigrés. Elles re flètent la profonde ignorance dans la quelle se trouvent de nombreux Français à cet égard. Cette ignorance reflète bien le flou dans lequel l'information officielle laisse ces questions, flou qui laisse le champ li bre à la propagande raciste anti-immi grés. Quand on évoque la question du retour, les avis sont souvent très partagés. Certains approuvent la politique gouverne mentale de renvoi des immigrés en pensant que cela permettra de donner du tra vail aux Français. D'autres la désapprouvent mais avec des arguments 'spécieux du type: " Qui fera le travail qu'ils font actuellement? ». Comme si les immigrés étaient par nature destinés aux travaux mal payés et dévalorisants. Enfin, on ren contre une catégorie plus militante, généralement parmi les syndicalistes, qui expliquent le problème en relation avec la situation générale de la crise. O.: Peut-on dire que ce genre d'initiative ait des effets sensibles et positifs dans la lutte contre le racisme? Mohammed Alkama: L'audiovisuel prend aujourd'hui une place décisive dans la vie des gens. Les mouvements comme le mrap ne peuvent pas s'en désintéresser et faire comme si le phénomène n'existait pas. D'ailleurs, le mrap. qui est à l'origine des Journées cinématographiques d' Amiens contre le racisme et pour!' amitié entre les peuples à montré quelle importance il y apportait. Il y a là un terrain à occuper et il est vital. pour l'immigration comme pour le mouvement antiraciste en France, de le faire. A l'expérience, je crois que les dé bats accompagnés d'une projection sont un des meilleurs moyens d'attirer du monde. de montrer u ne situation et de répondre aux interrogations qu 'a pu faire naître le film ou que les gens tirent de leur expérience personnelle. • 41 cinéma . , cinema des livres sur le du tiers-monde Si l'on compare les bibliographies consacrées aux cinémas nationaux des pays développés, U.S.A., France, Italie, en particulier et même à certains cinémas d'Europe de l'Est, à celles qui concernent les cinémas nationaux du Tiers Monde, on est frappé par la différence en nombre, et souvent en qualité, de ces derniers ouvrages, sans parIer de la diffusion souvent confidentielle de ceux-ci. Il nous semble ici intéressant de signa ler quelques titres en fra nçais encore disponibles en librairie ou chez l'éditeur, en espérant que leur lecture ouvrira la porte à d'autres enquêtes et études qui les complèteront. généralités • Audiovisuel et développement, par Y. Mignot- Lefebvre et alii Deux parties principales dans ce recuei l riche d'expériences : celle qui décrit les problèmes de l'audiovisuel, cinéma compris, au Mozambique, au Sénégal, en Colombie et ailleurs. Dans la seconde partie, une équipe de " CinémAction " analyse la notion de " troisième cinéma », lancée en Argentine en 1968. Paris, Editions PUF/ Tiers-Monde, 1979, 222 pages. • Guide des films anti-impérialistes, par G. Hennebelle. Trois cents films répertoriés, des adresses. Les luttes des immigrés côtoient celles des maquis des trois continents du Tiers-Monde. Guide qui devrait être refondu et remis à jour. Paris, Editions E. 100,24 rue Philippede- Girard, 1975, 233 pages. • Quinze ans de cinéma mondial, par G. Hennebelle. Une critique tr~s serrée du " modèle » hollywoodien précède des chapitres sur des cinémas peu connus (Viêt -nam, Iran, Québec, etc .. ) Enfin, les nouvelles conceptions politiques du septième art sont analysées. Paris, Editions du Cerf. 1 975, 425 pages. • Le cinéma colonial, par P. Boulanger. Les phantasmes et les aveuglements des sociétés colonialistes sont passés dans le témoignage involontaire que constituent les films tournés en "cadre naturel» au Maghreb. 42 Paris, Editions Seghers, Il, 1975, 291 pages, illustrations. • Cinéma de l'émigration, par G. Hennebelle et alii. Comment sont vus par les cinéastes européens, ou par ceux de leurs communautés, les 12 millions de travailleurs venus du Maghreb, d'Afrique, de Turquie, du Portugal. Paris, " CinémAction » na 8, Filméditions, 38 rue de Chanzy, 1979, 238 pages, illustrations. afrique • Les cinémas africains en 1972, par G. Hennebelle (1), et Cinéastes d'Afrique Noire, par G. Hennebelle et C. Ruelle (2). Le gros volume annuaire critique, consacré aux cinéastes et aux films africains, des origines à 1972, est bien complété par un second volumE' très à jour et ouvert largement aux pays d'Afrique an glophone. Répertoire très utile. '( 1) Paris, Société Africa ine d 'Editions, 1972, 371 pages, illustrations. (2) « CinémAction " na 3, Société Afri caine d'Editions, 1979, 192 pages, illustrations. • Le cinéma africain, des origines à 1973, par P.S Vieyra. Beaucoup de chiffres sur la production, le nombre de salles et leur fréquentation accompagnent ce panorama exhaustif de tous les films d'Afrique, des origines à 1973. Paris, Présence Africaine, 1915, 444 pages. illustrations. • Sembene Ousmane, par P.S. Vieyra. Un important historien africain du cinéma se penche sur la vie et l'oeuvre de l'un des plus fé conds écrivains et cinéastes sénégalais et de tout le conti nent. Paris, Présence Africaine, Il, 1972,245 pages, illustrations. • Essai sur les fondements du cinéma africain, par Pierre Haffner. Une réflexion originale sur les ressorts internes du cinéma africain, sa philosophie, son esthétique, menée à partir de Bamako (Mali) et sur la base d'une enquête sur les goûts du public tels qu'ils sont vraiment et non tels que l'on pourrait aimer qu'ils fussent. Abidjan -Dakar, Nouvelles Editions Africaines, T978, 274 pages. • Palabres sur le cinématographe, par Pierre Haffner. Un cours d'initiation au cinéma, à partir d'exemples puisés dans le. cinéma afri cain et annoté par un compte rendu des réactions d'auditeurs africai ns après des projections. Kinshasa, Les Presses Africaines, 1978, 279 pages. • Ecrans d'abondance ou cinéma de libération en Afrique, par T. Cheriaa. Un constat sévère sur la situation économique et idéologique du cinéma en Afrique, par l'un des plus lucides critiques du continent, créateur et longtemps animateur du festival de Carthage. Tunis, Editions Satpec, 1978, 316 pages. monde arabe • Dictionnaire des nouveaux cinémas arabes, par c.M. Cluny. Un dictionnaire. certes, qui fournit des notices sur tous les cinémas et cinéastes arabes (Palestiniens, Soudanais, gens du golfe compris). Mais ce livre dresse aussi dans sa copieuse introduction le bilan des rapports entre la création cinématographique en Egypte, puis dans les autres cinémas nationaux arabes, et les courants culturels et politiques dans ces pays. Paris, Editions Sindbad, 1978, 418 pages, 92 pages photos. • Regards sur le cinéma égyptien, parY. Thoraval. Le seul ouvrage en français qui passe en revue systématiquement l 'histoire du plus important cinéma d'Afrique et du monde arabe, des origines à 1975, avec des chapitres centrqux sur les deux " grands , du septième art égyptien: Abou Seif et Chahine. Paris, Editions L'Harmattan, 1977, 140 pages, illustretions. • La Palestine et le cinéma, par G. Hennebelle et Kh. Khayati (1) et Israël / Paldstine: que peut le cinéma? par G. Hennebelle et J. Euvrard (2). Ces deux ouvrages, qui vont paraître bientôt en une seule édition arabe à Beyrouth, se complètent: le premier traite de la façon dont les cinéastes arabes, israéliens et occidentaux évoquent la tragédie palestinienne depuis ses débuts. Le second donne la parole à quelques réalisateu rs israéliens ou juifs d'autres pays qui ont ouvert, par leurs films, le dialogue avec les Palestiniens. cinéma (1) Paris, Editions E. 100, 1977, 290 pages, illustrations. (2) Paris, Société Africaine d'Editions, " CinémAction " N° 2, 1978, 168 pages, illustrations. • L'histoire du cinéma en "Tunisie, par O. Khlifi. Un inventaire de 72 ans de cinéma en Tunisie, depuis sa " préhistoire " coloniale jusqu'à l'après 1968. Tunis, Editions S.T.D., 1970. 244 pages, illustrations. • Naissance du cinéma algérien, par R. Boudjedra. Entre le cinéma " algérianiste " d'avant 1954, la guerre d'indépendance à travers les films européens et la naissance d'un cinéma national, un tableau à compléter . Paris, Editions Maspero, 1971, 118 pages, illustrations. • l:e cinéma de Tunisie, par V. Bachy. Un regard sympathique de l'extérieur sur la réalité d'un cinéma national, en analysant tous les films produits depuis l'indépendance. Tunis, Editions S.T. P., 1978, 510 pages, illustrations. . aSle • Le cinéma chinois, tome " 1905- 1949, par R. Bergeron. Véritable révélation lors de sa parution, ce volume retrace l'histoire du cinéma chi nois, répertoriant oeuvres et auteurs, des origines à l'avènement du maoïsme en 1949, période durant laquelle 2000 films furent produits, quasiment tous inconnus en Occident, où "cinéma chinois " signifie le plus souvent" made in Hong-Kong", En 1980, un second tome, 1949-1979, paraîtra, ar le même auteur. Lausanne, Editions A. Eibel, 1977,306 pages, illustrations. • Regards sur lè cinéma indien, par P. Parrain. Un seul livre, déjà un peu ancien, pour présenter la plus grande production cinématographique mondiale, celle de l'Inde, qui peut atteindre, certaines années, 600 longs métrages et qui « couvre» des peuples très variés, aux langues et aux cultures également diverses, unis dans le giron de " Mother India ». Ici, on connaît Ray ou Sen, pas beâucoup plus. Paris, Editions du Cerf, 1969, 401 pages, 16 pages photos. • Les cinémas indonésiens et malais, collectif. Inutile d'insister sur l'importance capitale d'un tel document dans notre langue sur la production cinématographique du premier pays musulman du monde par la population : l'Indonésie. Paris, Editions Archipel / SECMI, 6 rue de Tournon, 1973, 190 pages, illustrations. Yves THORAVAL droit et liberté. n0389 • mars 1980 le petit catalogue du cinéphile antiraciste • MANDINGO, par Richard Fleisher, U.S.A. 75 (esclavage aux U.S.A.), Producteur : Dino De Laurentis, Distributeur: C.I.C. • L'ENFER DES MANDINGOS: par Steve Carner, U.S.A. 76, (esclavage aux U.S.A.), Producteur : Ralph B. Serpe, Distributeur : FN Prodis. • L'HOMME DU CLAN: par Terence Young, U.S.A. 74, (ségrégation et racisme aux U.S.A.), Producteur

William Alexander, Bill Sehiffrin,

Distributeur: Jacques Letienne • DUPONT LAJOIE : par Yves Boisset, France 75, (racisme et violence quotidiens), Producteur: Sofracima, Distributeur: Plansfilm Sirius • LE BOUGNOUL: par Daniel Moosmann, France 75, (le racisme anti nord-africain en France), Producteur : Patricia Films - O.R.T.F., Distributeur: Framo • LES AMBASSADEURS: par Naceur Ktari, Fra nce-Tu nisie- Lybie 76, (les émigrés en France), Producteur: Unit é 3, Films Nidal, Satpec, El Khayala, Distributeur : Unité 3 • FRANCE, MERE PATRIE: par Guy Barbero, France 77 (les émigrés en France), Producteur: Guy Barbero/ Newin Productions, Distributeur

Youna Films.

• L'AUTRE FRANCE: par Ali Ghalem, France 77 (les émigrés en France), Producteur: Ali Ghalem, Distributeur : D.I.F.T.M. • L'ETAT SAUVAGE: par Francis Girod, France 78 ••• «Touche pas la femme' blanche » de Marco Ferreri 43 GLA ........ - 28, Boulevard Strasbourg 75010 PARIS Téléph . : 208.16.18 et 208.14.07 MACHINES A COU URE IIIAT~RIEL DE CONFECTION MAT~RIEL DE . REPASSAGE TOUTES MARQUES ACHAT· VENTE - REPARATION • LOCATION LURIPH'S FABRICANT 44 68, Avenue Parmentier. 75011 PARIS - Métro Parmentier - St. Ambroise Tél. .' 355.74.34 HOMMES - FEMMES - ENFANTS S eVELOURS 1\. a." eJEAN'S FANTAISIE J E,I"'" e TOILES TOUTES SORTES A DES PRIX FORAINS BLOUSONS - SPORTSWEAR EXPEDITIONS PROVINCES CONTRE ·REMBOURSEMENT PARKING ASSURE ..... MITSUBISHI MACHINES A COUDRE MOTEURS A EMBRAVAC. uNITAS A POINTS INVISIBLES f3rinrcss INDUSTRIELLES ET FAMILIALES S. A. AU CAPITII DE 600.000 f . 551019621 B R. C. PllIS 37 , Bd VOLTAIRE. 71\011 PARIS · TEL.: 70000 -17 PI.c .. d".ch ... et renseignements 700·60 -39 Case réservée R.B. -- blblloahëque Infe.nafionale LES CHEFS D'OEUVRE DE LA LITTERATURE ENFANTINE DE TOUS LES PAYS L 'initiation à la littérature étrangère est délicate. Essayer par un livre carilctéristique, sensible, bien écrit, de situer le Jeune lec teur dans uh monde accessible à sa jeune culture, est l'objectif ç:le cette collection. La qualité de l'imagination des auteurs, la constru ction de leurs histoires, préparent les enfants à la lec ture des oeuvres des grands .. - 1 -+ DE8A14ANS romanciers. Chaque volume, format 13,5 x 22, relié pleine toile, impression 4 couleurs, est présenté sous jaquette rhodoïd, boîtage carto'n 18,8'0 NOUVEAUTÉS (Grande Bretagnel Pénélope Live!y e LE FANTOME DE THOMAS KEMPE Catherine Storr eCATCHPOLE STORY L'incroyagle aventure des enfants Catchpole 19 Titres déjà parus FERMAID ÎlAIHAI L-_--- SARL au capital de 40.000 F. 23, rue Etienne Marcel 75001 Paris li' 236.37.80 Maaasin de vente : Passage du Caire 75002 Paris 'ri: 508.59.32 PHARMACIE CENTRALE 46, rue Boucicault 92260 FONTENAY AUX ROSES cinéma (néocolonialisme en Afrique). Producteur

Films 66, Gaumont, Distributeur

Gaumont. • LE VENT DE LA VIOLENCE: par Ralph Nelson, Grande-Bretagne 74 (Racisme et apartheid en Afrique du Sud), Producteur : Optimus, Baum, Dantine, Distributeur : Artistes Associés. • LA DERNIERE TOMBE A DIMBAZA: par Nana Mahomo, Afrique du Sud 75 . (apartheid en Afrique du Sud), Producteur

Defense and Aid, Distributeur : U.Z.

Diffusion, mrap • TOUCHE .PAS LA FEMME BLANCHE: par Marco Ferreri, ItalieFrance 73 (satire antiraciste), Producteur : Mara Films, Films 66, Laser Production P.E.A, Distributeur : C. F. D.C. • LES EMIGRANTS: par Yan Troell, Suède 72 (émigrants suédois aux U.S.A), Producteu .. : Bengt Forslind, Distributeur : Filmedis U.G.c. .. THE BUS: par Bay Okan, Suède 76 (travailleurs émigrés turcs en Suède), Producteur : Helios Films, Distributeur: Films Molière. • QUITTER THIONVILLE: par Mohammed Alkama, France 77 (enquête sur la vie des travailleurs émigrés en France), Producteur : Creative International, Distributeur : Myrha Films. • NATIONALITE: IMMIGRE: par Sydney Sokhona, France 75 (Iesémigrésen France), Producteur: Sydney Sokhona, Distributeur: MKZ Diffusion. • VIE ET LUTTE DES TRAVAILLEURS IMMIGRES: Collectif 4 films : Jusqu'au bout, Margoline, Emigration et Impérialisme, Pennaroya, France 71 / 73 Producteur et distributeur : Cinelutte, Cinélibre, Sion, Iskra. • LES BICOTS-NEGRES, NOS VOISINS: par Abid Med Hondo, FranceMauritanie 72 / 74 (les émigrés noirs), Producteur : Abib Med Hondo, Distributeur : Film:; Soleil ô. • SAFRANA, OU LE DROIT A LA PAROLE: par Sydney Sokhona, France 76 (lutte des travailleurs émigrés), Producteur: Auditel et l'équipe de « nationalité : immigré ", Distributeur : Films Molière. • VOYAGE EN CAPITAL: par AnneMarie Autissier et Ali Akika, France 77 (vie des Algériens intégrés ou non en_ France), Producteur: Anne-Marie Autis- ' droit et liberté. n0389 • mars 1 980 sier et Ali Akika, Distributeur : Olympic Distribution. • RAONI: par J.P. Dutilleux, BelgiqueFrance 77 (résistance des minorités eth niques amazoniennes à l'extermination). Producteur

Bamy Williams, Coproduction

S.N.D. (France), Valisa Films (Belgique). Distributeur: S. N. D . • LACOMBE LUCIEN: par Louis Malle, France-Italie-Allemagne 73 (loccupation nazie en France, la collaboration et la résistance), Producteur : N.E.F., U.P.F. (France), Vidès Films (Italie), Hallelujah Films (Munich), Distributeur: C.I.C. • ALAMBRISTA : par Robert M. Young, U.S.A.78 (problème des minorités raciales : ségrégation etc ... pour les émigrés mexicains aux U.S.A), Producteur : Sancta Shulberg & David Streit, Distributeur : Nef Diffusion. • NOUS PARLONS, VOUS ECOUTEZ: par Michel Davaud, Robert Jaulin, Xavier Wauthrin, France 7E. (minorités indiennes aux U.S.A) Producteur: I.N.A et Association des cinémas olympic, Distribl-'teur : Olympic distribution. • ANGE:LA DAVIS: L'ENCHAINEMENT: par Jean Daniel Simon, France 77 (à travers la personnalité d'Angela Davis, un témoignage sur la situation et la lutte des Noirs aux Etats- Unis) Producteur : Standard Production, 1. N.A , Distribu teur: Standard. • LE TRAIN ROUGE: par Peter Ammann, Suisse 73 (émigrés italiens en suisse), Producteur : «Les bicots-nègres, nos voisins » de Med Hondo. Peter Ammann, Distributeur . Capital Films. • NOUS SOMMES DES JUIFS ARABES EN ISRAEL: par Igal Niddam, Suisse 77 (situation et perspectives des juifs orien taux en Israël), Producteur : Igal Niddam, Distributeur : Films Molière. • LE SOLEIL DES HYENES: par Ridha Behi, Tunisie 77 (problèmes posés par le tourisme en Tunisie), Producteur : Ibid, Fugitive Film Production, Zeg, Huisman, Distributeur . L. Doghmi, M. Mersi, Lama Films, News Productions. • HESTER STREET: par Joan Micklin Silver (vie des juifs émigrants aux USA). Producteur

Raphaël Silver, Distributeur :

MKZ Diffusion. • t'AFFICHE ROUGE: par Frank Cassenti (émigrés dans la résistance), Producteur : Z Productions, I.N.A , Distributeur : Plans Films. • WEST INDIES STORY OU LES NEGRES MARRONS DE LA LIBERTE: par Med Hondo 79 (histoire du peuple antillais de l' esclavage à nos jours), Producteur : Med Hondo. • COCO LA FLEUR: par Christian Lara, 79 (vie quotidienne, racisme et pol itique aux Antilles) • GENESE D'UN REPAS: par Luc Moullet, 80 (le mécanisme du pillage du TiersMonde). Distributeur : Les Films du grain de sable. 45 46 Le prix. DARTY TV. ELECTROMENAGER. HI-FI. Israël en voiture embarquez-vous à Venise ou AnCÔne et bonnes vacances Sur l'Apollonia de Hellenic Mediterranean Lines Venise-Ha'ila à partir de 810 Frs par personne et 790 Frs par véhiéu Sur le Neptunia de Libra Maritime Ancône-Haïfa à partir de 780 Frs par personne et 640 Frs par véhicule. Pour tous renseignements, consultez votre agence de voyages ou G V TOUR 19, rue de la Michodière 75002 Paris Tél. : 742.22.84 ~_é_~~ Worms maritime 4, Place Bellecour 69001 LyonTél. :42.22.52 cinéma , ou se procurer les films • NEF: Claude NEDJAR. B. P. 90. Avenue d'Océanie 91402 ORSAY, Tél. 01080.31 . • NEWIN PRODUCTIONS: Behi RIDA, 16 bis rue Lauriston, 75016 PARIS, Tél : 500.68.46 (bureau), 968.86.96 (personnel). • CIC : (Cinema International Corporative) . 1, rue Meyerbeer, 75009 PARIS/ Tél. : 073.34.30. • GRAIN DE SABLE: Jean-Michel CARRE, 206 rue de Charenton, 75012 PARIS, Tél. : 344.16.72. • F.N. PRODIS : loring, 3 rue de Téhéran 75008 PARIS, Tél. : 923.55.69. • LETIENNE Jacques: 52 av. des Champs Elysées 75008 PARIS, Tél. : 225 96 54. • PLANSFILM Sirius: H. LASSA, 30 av. de Messine, 75008 PARIS, Tél. : 292.2339. • FRAMO: 11 , rue Vernier, 75017 PARIS, Tél. : 766.19.37. • ISKRA: 74 rue Albert, 75013 PARIS, Tél. 583.11.18. • ARTISTES ASSOCIES: GOLDSCHMIDT E/ 25,27 rue d'Astorg, 75008 PARIS, Tél. 265.45.90. • GAUMONT: 30 av. du général de Gaulle, 92200 NEUILLY, Tél. : 758.11.40. • FILMS MOLIERE : Pierre ANGE, Tony MO L1ERE, 71 rue Monceau, 75008 PARIS, Tél. . 522.22.57 et 522.45.64. • FILMEDIJ U.G,C. : 5 av. Velasquez, 75008 PARIS, Tél. : 522.88.50 et 563.11 .11 . • U.Z. Diffusion: SCHMUNDES J.J ., 13 rue de la Trémoille, 75008 PARIS, Tél. ' 359.75.50. • Olympie Distribution : F. MITIERAND, 79 rue Francis de Pressense, 75014 PARIS, Tél. : 783.67.42. • SND : GAST , M., 27 rue desportes, 93 SAINT-OUEN, Tel. : 25553.06. • CAPITAL FILMS : Cinéma Le Marais 20 rue du Temple, 75004 PARIS/ Tél. . 277.93.62. • MKZ Diffusion: Marin KARMITZ, 55 rue Traversière, 75012 PARIS, Tél. : 30792.74 listes établies par Didier MORO droit et liberté. n0389 • mars 1980 inter-service migrants l'audio -visuel à votre service Créée en 1970,1'« Association Inter-Service Migrants »a pourobjectif de favoriser la rencontre entre les travailleurs étrangers et les Français, ainsi que de donner des moyens aux personnes déplacées de maintenir des liens avec leur culture d'origine. • la cinémathèque diffuse des productions cinématographiques 16 mm des pays d'émigration. Elle dispose de 320ti tres sélectionnés pour permettre l'infor mation, la rencontre et aussi pour répon dre au besoin très légitime de distraction. • la vidéothèque permet de pallier, en partie, la déficience constatée en matière de fi Ims et surtout faci lite un contact plus étroit et plus actualisé avec le pays d'ori gine. Les programmes de téléviSion four nis par les T.V. nationales sont transférés sur vidéo-cassettes grand-public pour être mis à la disposition des organismes demandeurs. Trois cents programmes sont déjà disponibles dans les standards les plus communément répandus, qui permettent d'organiser de multiples manifestations de sensibilisation, animations de quartier .. • Les utilisateurs: au départ ce sont les travailleurs immigrés logés dans les foyers de la grande banlieue et de province. Puis c'est maintenant un grand nombre de centres SOCiaux, de maisons de quartier, de ce ntres de formation et d'alphabétisation, de comités d'entreprise C'est grâce à ces éqUipements que la rencontre entre personnes et cultures différentes est possible et c'est grâce à eux que des Français de plus en plus nombreux sont amenés à s'informer sur l'im migration, le néocolonialisme, le déséqUilibre entre pays occidentaux et pays de l'émisphère sud. • Vers une médiathèque des Trois Mondes. Pour la découverte d'autres ex pressions cu lturelles et la compréhen sion des processus historiques dont les nations industria lisées sont responsa bles, un projet a pris corps : la création d'un centre d'information et de diffusion des produits audiOVisuels d'Amérique Latine, d'Asie, d'Afrique etdu monde arabe. Avec le soutien et la participation de di vers organismes et de personnes d'horizons divers, dont GUY Hennebelle, René • ~. 249-24-00 Vautier, Ridha Behi, Fernando Solanas, Armand Mattelart etc .... et à partir de l'infrastructure d'Inter-Service Migrants, dès la mi -80, débutera l'exploitation d'une importante documentation et la diffusion des films et vidéocassettes du et sur le Tiers-Monde. Dominique SENTILHES 12, rue Guy de la Brosse - 75005 Paris _ C.C.P. 13.751.32. P. Paris. films disponibles au mrap • QUITIER THIONVILLE: en couleurs, 60 minutes, 600 F Le renvoi des immigrés dans la LOrlaine sidérurgique en proie à la crise . (Mohammed Alkama) • LA NAMIBIE: UNE CONFIANCE TRAHIE : réalisé par l'ONU., 35 minutes, 200 F L'histoire de la Namibie (Sud -Ouest africain) depUiS' la colonisation par les Alle mands jusqu'à l'occupation actuelle par le régime raciste de l'Afrique du Sud . • LA DERNIERE TOMBE A DIMBAlA

en couleur, 60 minutes, 500 F

Les conditions de vie des Noirs en Afrique du Sud. L'apartheid au quotidien. • LE LAAGER : en couleur, 1 h, 400 F Le dernier film de l'O.N.U. Document frappant sur l'état d'esprit de la population blanche d'Afrique du Sud et sur les données de l'apartheid. • SOWETO 76: noir et blanc, 10 minutes, 120 F Réalisé grâce à l'exposition de photos de Defence and Aid qui retrace les événements de Soweto. N° de Commission paritaire: 61013 47 • /

Notes

<references />