Droit et Liberté n°00033 - Août 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°33 (101) de août 1949
  • Ni avec les maîtres, ni avec les valets (éditorial)
  • Le procès Abetz reste à faire par Roger Maria
  • Deux justices par André Würmser
  • Le vichy juif par J.A. Bass
  • Enquête: la machine à déporter
  • L'indulgence insulte aux morts par A. Croizat
  • Pour tous les enfants du monde par Marcel Prenant
  • La résistance, chemin de la vie par A. Raiski
  • Paul Eluard: il n'y a pas de miracle
  • Au nom des victimes, le MRAP demande justice

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1. 1 ',y -ICI 83, avenue Foch, siégeait .DA!'INEClKER, · . chef de la Cestàpo antijuive. LA 8, rue Greffulhe, I~ . sbires de b S.E.C. et de la P.Q.J. avaient établi leUT .... patl'8. • 1 1 E DE l . PO (E A J '." ' . " , .. Nouvelle série N° 33 (lOI". HEBDOMADAIRE FONDE DANS LA CLANDESTIN ITE AOUT 1949 Hi oye( les mOÎtres, ni oye( les yolets!' LA France aura encore besoin de tels hommes!» s'est éCrie, dans s~ - plaidoirie, l'un dés principaux déf-enseurs de la police du Commis-' sariat aux Questions Juives. Quel : cynique appel, et aussi quel terrible avertissement. '. . . Ces homm~s ' ont I.es mains rouges de sang. Ils avaient rêvé d'exterminer la «( race ;juive». Ils ont délibérement trahi la France. Ils ont fait la guerre de Hitler. 120,000 juifs assassinés, n' est-~e donc pas suffisant ? La France a-t-elle besoin d'une aut.r e trahison? De no- uveaux massacres ? Droit et Liberté n'a jamais cesser d'alerter l'opinion publique contre le .danger d'un renouveau, d'antisémitisme hitlérien dans notre pays. Nous avons, sans relâche, dénoncé les verdicts scandaleux dont bénéficiaient les

Xavier V~lIat, "Bousquet et consorts .. : Arrive ce ' procès, que nous attendions

'depuis cinq ' ans .. ~ étriqué, escamoté: dans une atmosphère de fin de série, "-il se termine en déni de justice. ' PUJS aucun doute: la pofitiq~e ' d'" indulgence" méthodiquement pour. , suivie depuis la libération, n'est pas le fait d'un hasard. On aura encore besoin de ces gens là ! Le mercenaire de l'antisémitisme, àncien LVF, qui sort, blanchi, du Palais de Justic.e n'apprendra p~s sans plaisir l'incroyable nouvelle de la reconstitution de la Wehrmacht. Oui, tout devient clair. - 1 Voilà pourquoi I~Allemagne occidentale n'a pas été 1 dénazifiée, pourquoi le~ généraux de Hitler ont été épargnés. On aura encore besoin d'eux! L'armée allemande rtissus~ité~ dans toute sa force --, avec les S.S. 'lui formaient son meilleur noyau, comme ie proclame inS()lem~ ment, au procès d'Asq, I~ ~ sanglant Hauck --, est une menace mortelle pour les peuples d'Europe, et plus particulièrement pour les Juifs. ' La racaille de la P.Q.J. et de 'la S.KC., libérée ou légèrement blâmée, ira grossir l'armée du crime en France. Et c'est à nouveau l'épée de Damodès suspendue sur la population juive de notre pays. IL 'HEURE est grave. L'indifférence et le laisser-aller - qu~ prêchent certains milieux réactionnaires juifs - ouvriraient, sous _ nos pas, de nouveaux abîmes. . . Il faut être aveugle ou criminel pour entrer dans ce jeu. Qui accepte l'alliance avec l'Allemagne ré:II'mée se place dans le même camp que les tortionnaires de la poli·ce antijuive. Que les rescapés de Drancy et des camps de la mort, que toutes les victimes des persécutions racia les, se souviennent que seules la solidarité et l'union leur ont permis de survivre. '! I Prjx : 25 fr. VERDICT, 11 SCANDAL.EUX j i Des 35 assa~si.'1s ,le la S.E,.CO jugés en Cour de justice, la plupart sont sortis du Plliais, blanchis. i: -8 ' '1 sont, acquitteS. .: 2 s'en tirent avec 5 ans de dégradation .'1atio~.ale, ' 16 autr,es, et nan des moins : redoutables;' dont le cynique Duc cons- eil, écopent des p-eines de pri,ncipe de 1 à 4 ans de prison, c'est-à-dire qu'ils seront en liberté dès aujourd'hui. Parmi les peines légères de' travaux forcés (9 en tout), nous relevons avec indignation les noms des si,nistres Douil let et Fournier, 15 ans. Quant à Paul Besson et Jean Bonzans, les deux chefs de l'affreuse « chasse aux Juifs», ils ne sont cClndamn~s qu'à 20 anS ! . La Pol ice aux Questions JuivE!s a bénéficié de la même génér6- sité. Son chef, Grand, . le' Mai'lchot. tort;on'1aire, 20 ans de tràvaux forcé~ le nazi Goeppfert, ~5 ans et Norinand, le voyau obsc~- ne; 3 ans 'de prison ! 1 Les pàtriotes français jugfront. Une action vigoureuse des honnêtes gens, rassemblés aujourd'hui autour du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, comme hier dans le combat contre l'oppresseur, fera triompher la vie. Droit ~t Liberté. AUSCHWITZ~ La dernière étape. , DRANCY' Dans la cour à droite, la baraque des fouill" où opéraient les hommes de la P. Q. J. I~ Qans ce numéro -- Déclarations exclusives de: •• •• •• •• Elie BLONCOURT Claude BOURDET Ouezzin COULIBAL y Ambroise CROIZA T Pierre DEBRA Y Paul ELUAR.D Marcel PRENANT André WURMSER Notre prochain ntÛnc!ro paraîtra le 1er septembre • PROU: ~ LlBERU Août .1949. - N" 33 (10.1) ~ LE PROCES ABETZ Et d'abord, il n'y a pas de cas Abetz. Plus exacte,ment, s'il y en a un, il ne nous intéresse qu'accessoirement. Pour nous, il y a, avant tout, le cas de chaque être composant la longue procession d'es dizaines de milliers de torturés et d'assassinés de chez nous, et aussi tous les autres : les victimes du nazisme qui sont tombées sous toutes les latitudes, quelles que soient leur nationalité, leur religion, leurs tendances politiques et leur « race ». Toute une presse a voulu nous entraîner dans les méandres des compl xes psychologiques de c~t ave'nturier, promu diplomate, et qu,i fut un potentat rusé au service d'un ·gang. Quelles furent au juste ses sentiments pour la France, ses trahisons à l'égard de Hitler, son double jeu entre les durs et les mous ? "On nous permettra, face à cette bim- , beloterie de la petite histoire, de dresser la simple vie fauchée de n'importe quel Dupont ou Lévy dont les secrètes intentions ne seront jamais connues, car eux, ils ont été massacrés par un appareil dont Abets était un rouage de choix. Otto Abetz a été ambassadeùr du III" Reich, à Paris, dès la capitulation des gens de Bordeaux. Bien que la politique nazie forme un tout, nous n'insisterons pas ici sur tous les aspects de l'action d'Abetz. Ne nous arrêtons pas à oc qui relève des « usages reconnus " ,de la diplomatie et de la guerre. Passons même sur les rc~;;eaux de pénétration et d'influence organisés par lui avant et pendant la guerre. Mais l'un des scandales de ce procès réside précisément dans la discrétion du tribunal militaire à ce sujet et dans les silenoes de l'accusé. NOUS VOULONS Y VOIR LE RESULTAT D'UN ENORME CHANTAGE: « MA PEAU CONTRE MON SILENCE, OU ALORS, GARE: JE ME METS A TABLE PUBLIQUEMENT. » Autrement dit, un nazi peut encore faire la lOI chez nous. Première (et sinis_ tre) constatation. Le dossie~ contient encore des chefs d'inculpation très graves. Faute de place, rious laIsserons de côté les divers pillages auxquels il s'est livré (quelques sociétés françaises et le maximum de biens appartenant à des Juifs), l'organisation du S.T.O. et de la prétendue relève (ce qui représente quand même 250.000 travailleurs français transférés en Allemagne), la déportation d'honneur de certaines personnalités (quelques-unes 'né sont pas revenues), et diverses opérations qui re_ lèvent d'un banditisme caractérisé. ' L'ITINERAIRE DU CRIME Mais .. Droit et Liberté " insistera particulièrement' sur l'action antijuive dont Abetz s'est rendu coupable et 'qui a entraîné m.orts et souffrances, directement oq indirectement. MO Floriot. , Que nous apprennent les débats du drôle de procès qui s'est déroulé le mois dernier? Nous nous référerons le plus souvent au compte rendu « sténographique " publié' par Le Fig'aro, bien qu'il !Soit tendancieux ,et incomplet, té et du S. D., a reçu l'ordre de pro, céder à Jill « liquidation déiinitive » du problème juif en E'urope. La réalisation des déportations a été facilitée en France par le ~ecense. ment et le regroupement obligatoire des Juifs, eHe le sera enc,ore plus par l'introduction du port de l'étoile jaune. Une fois de plus, la leçon des événe. ments' apparaît brutalement: Vichy, Xavier Vallat et l'U.G.LF. ont rempli leur terrible rôle (le premi,er) dans le plan' d'extermination; la modération relative des uns et l'aveuglement imbécile des autres se sont rejoints pour assurer la condition if.litiale, sine qua non même, de toutes les horreurs qui devaient suivre. Reprenons la lecture de l'acte d'accusation

Mais la question des moyens de transport ralentit l'exécution. Donc, tOl,lte action, à l'époql)e, ayant pour résultat de réduire les possibilités de transport des Allemands (et de Vichy) était ~Mcisive pour sauver des milliers de vies en gagnant du temps. "_ Ce n'est qu'à partir de juin 1942 que le transfert des Juifs est possible sur une, grande échelle. Au mois d'octobre 1942, quarante mille déportés serunt partis. Ces déportations se poursuivront en 1943 et 1944: au total cent vingt mille Juifs auront éti déportés de France, dont très peu sont revenus. Dans tout ce qù~ a éfé fait cie ]940 il. 1942, Otto Abetz a eu sa part de directives, d'orientation. Il a tout su et tout approuvé. Il est à l'origine des premières mesures de discrimination raciale. H a exercé une pression continuelle sur Vichy pour 'que le gouver. nement de Laval ou de Darlan adopte une légi~lation de plus en plus con. forme aux lois de Nuremberg. ft a été l'un des promoteurs de la liquidation ,définitive des Juifs par la « déporta. tion vers l'Est » j enfin il a été tenu informé de toutes 'les mesures d'exécution et de propagande. C'est Abetz qui a fait adopter par Darlan la création de « l'Office cene, tral Juif » qu~ facilitera la persécution ... n organise la pro~agande qui abou_ tira au port de l'étoile jaune et qui s'efforcera de rendre les Juifs responsables des atten'tats contre l'armée d'occupation. Il est responsable, du moins en partie; des 'déportations. Nous disons, nous, ~u'il est responsable au premier chef, pour la France, des déportations: 120.000 morts' atroces, injustes, sl:Ir la conscience. Et s'il n'était pas responsable, lui, Abetz, pour la France, qui le serait? Hitler, n'est-ce pas, Hitler toujours, Himmler, Goebbels et Ribbentrop? P!trce qu'ils sont morts, - c'est si commode. La bande de B.trlin eflt été impuissante sans les mil- , IÎlers d'executants dociles dont Abetz, pour la France, a éte le numéro 1. SANCLANT BILAN Voici la fin de cette partie de l'acte d'accusation qui nous apporte des faits contrôlés, précis et qu'il faut se loger soigneusement dans la mémoire pour juger Abetz .... et les jug.es d'Abetz : ~ Fin juin 1942, à Berlin, Eichmann, le grand responsable de la question juive à la Gestapo (bureau IV, oB.4), avertit le ministèfe des Affaires étran. gères d'un grand plan de déç'ortatiQn: Le ~pitaine Flicot-eaux, Co mm ili'Sa ire du Couvernement. 40.000 Juifs de France doivent être déportés au camp d'Auschwitz pour « y être employés comme travail_ leurs », Lé sous-secrétaire d'Etat Luther avertit immédiatement l'ambassade de Paris et lui demande de pren_ dre position. A~etz est déjà au courant des projets 'de la Gestapo. Une note que lui a adressée ,Zeitschel l'avertit, en lut expliquant que Je mini:stre piénipotentiaire Rahn doit intervenir auprès de La_ v~1I en vue d'obtenir une absolue liber_ té d'action pour Darquier de Pellepoix et lui demander, en même temps, de mettre 50.000 Juifs de la zone non occupée à ' la disposition , de Dannecker. Et, le 2 juillet 1942, Abetz rend cOJllpte que « l'es meSllres d'év'acuati.. on massive des Juifs au camp d'Auschwitz pour y travailler ... sont en voie' d'exécution » ... Le même jour, il insiste d'ans ce sens, tout en affirmant qu'il n'existe pas d'objections de la part de l'ambassade contre la déportation des 40.000 Jui,fs français ou apatrides: «' Il n.'est pas question de réserver «une position . privilégiée aux Juifs «français, étant d'ol1né qu'ifs doi « vent, en tout cas, disparaître daris « Je cadre de l'élimination de la jui .. « verie des p~ys euroF~ens, ce 'qui est déjà exprimé par le fait qu'en toùt cas ' un certain nombre de Juifs français sont compris dans le contingent indi_ qué. » Signé: Abetz. A quoi Luther répond que, du reste en l'état actuel, il n'est pas encor~ possible de comprendre les Juj,fs français dans l'action de déportation. L'opération s'exécute, à partir du 17 juinet 1942, à la cadence de trois Voici, en premier lieu, l'extrait d~ l'acte d'accusation lu par le greffier et relatif à « la liquidation du problème juif en France» : Le pillage des biens juifs fut ientôt suivi, on ne l'a pas oublié, de persécutions plus atroces. Des rafles ont été faites en 1941, sur l'ordre de la Gestapo:' plusieurs milliers de Juifs ont été internés. Mais, au cours du mois d'août 1941, Heydricb, Je chef de la police de sûre- LE chavvinisme national et le chauvinisme racial so~t des vestiges . de moews propres à la période du cannibalisme. L'antisémitisme comme force extrême du chauvinisme racial, est le vestig~ le plus dangereux du cannib;,llisme. L'antisémitisme est avantageux pour les exploiteurs, il est le paratonnerre qui met le èapitalisme à l'abri des coups des travailleurs. L'antisémitisme es.t dangereux pour les travailleurs, il est la fausse route qui les détou,rne du bon chemin pour les co~uire dans la jungle. STALINE. trains par semaine, transportant ehacun 1.000 Juifs. Au -« septembre, 23.000 Jui!fs ont été envoyés vers l'Est, ce qui, av~ les 5.000 Juifs évacués précédemment, porte le total des déportés à 28.000 pour la Franee, dont 5.000 ont été transférés des camps d'internemeQt de la zone non occupée. , Quelques jours plus tard, le chiffre ' des tl'ansportés s'élève à 32.000. En participant, en vi,olation des règles du droit des gens, à l'action me.. née contre les Juifs, de nationalité franç'aise ou étrangère, mais résidant en territoire français, Abetz, par ses initiatives, les pressions qu'il a exercées sur les responsables français, les appuis qu'il a ·donnés au S.D., est l'un des' principaux responsables de la déportation des Juifs à destination des camps de concentration. 11_ est 'également responsable d,e toutes les tortu. res qui l'ont accompagnée. Il s'est rendu complice du crime. de séque.strations de personnes, accom_ pagné de tortures, prévu par les articles 341, 342 et 344 du Code pénal, ainsi que par l'article 2, paragraphe 5, de l'ordonnance du 28 août 1944. Est-ce que ces crimes ne devraien,t pas, suffire pour conduiré au poteau d'exécution « le moiJis ennemi de nQS ennemis ", ainsi que l'a impudemment qualifié un témoin. '" à charge! Car le comble, dans ce procès, du plus important des « occupants ", c'est qu'il n'y a pratiqu~ ment pas eu de véritable témoin à charge. UNf LOURDE ,RUSE Plus loin, l'acte d'accusation souligne l'un des procédés les plus odieux de la propagande allemande, dont les vertus NOUS luttons pour instau;er un monde d'où la tyrannie aura été bannie, un monde où tous les hommes, quelles que soient leur race, leur couleur et leur religion, pourront vivre en liberté. F.-D. ROOSEVELT. n'ont pas ,été oubiiées par ceux qui au. jourd'hui mettent 'constamment sur le compte. du Kominform (hier, du « judéobolcheVisme ,,) toute attion ouvrière de revendication: . " Il faut, en effet, éviter dans l'intérêt du peuple all'emand, que se répan- _de l'idée que le peuple français s'in. surge contre la collaboration, et Abetz en vient à conseille'r de prendre les otages parmi les Juifs et les communistes, ou tout au moins de les baptiser tels: « ... Même là où il peut être ouvert- ~ « te ment démontré qu'il s'agit d'au, « tres Français, il n'est pas reeom- « man.d é de le mettre en évidence ' « maiS, tenant compte de l'intérêt po- « Iitique, de défendre la thèse selon « laquelle il s'agit exclusivement de « Juif~ et d'agents achetés par les «services secrets anglo-saxoos et « russes.» • ... Cela me fait penser à la vieille canaille de l'Ile d'Yeu qui pleurnichait sur .. les' mensonges qui nous ont fait tant de mal ». LE VRAI VISACE DE VICHY ... .ET LA SUITE Le président lit des extraits d'un rap_ port d'Abetz à Berlin daté d'octobre 1940 : « Le Mini~tre de l'Intérieur, Pey « rout~n, m '~nforl1!a qu'j} ' envis'ageait « la dissolution des Conse:1'S munici- « paux, .des ~onseils généraux et desJ « Conseils d arrondissement et qu'il « proposait d'Interdire, comme pre- « mi,ère mesure contre les Juifs, leur t 1 y' .7WE " $ DROIT ET LI.BERTE .; .. ~ _. " ;::+;;. ~g .. 3 RESTE A' FA·/RE. I~········'··············-···· UN ARTICLE DE ~@((9IE~ ML4\~D/A\ 1 · « maintien à des postes d'Etat dirL « gea~ts, foeur activité dans la presse, « la radio, le cinéma et le théâtre et « l'exercice des professions libérales « dépass'ant le pourcentage des Juifs « par rapport au iotal de la popula. «tion. A cette fin, sera considérée « 'comme Juive toute personne ayant « ·plus d,e deux aïeux juifs, tout coma « me en Allemagne. » Il résulte de ce document que vous relatez dans quelle mesure le gouvernement de Vichy s'est plié aux directives allemandes, n'estce pas ? Abctz, - Non, pardon 1. .. Ce ne sont pas les directives allemandes. Si M. Peyrouton vient pour témoigner, je vous demanderai. .. Le Président. - Ce Re sont pas des directives allemandes ? .. Abetz. - ... de lui demander s'il y a jamais eu la moindre pressi,&n aUe. mande sur la l'égisl'ation qu'i.1 a faite. Le Président. - Comment ? ... Ce ne sont pas d·es 3irectives allemandes ? ... Vous pensez que le gouvernement d·e Vichy a ·pris d,es mesures de luimême ? .. Les étonnements de M. le Président nous étonnent. Cet acharnement ~l blanchir Vichy se retrouv'era en plusieurs occasions. Non, Vichy n'avait nul besoin de subir des pressions pour s'engager dans l'antisémitisme. C'était,' pour les réactionnaires, l'occasion inespérée d'appliquer enfin un programme déjà ancien. Relisez ce qu'Abetz écrivait en octobre 1940, alors qu'il n'avait aucune rais.on de travestir la vérité Sur le point qui nous occupe et souvenez-vous que Peyrouton a été acquitté. Il est libre. Plus que vous et moi. Libre et protégé, pu,issant et riche. Prêt à recommencer. Qui est responsq.ble de ces faibLesses (pour ne pas dire : de ces complicités) de la Justice ? Il faut Le soulig'ner avec la netteté qui s'impose : les responsables, ce ne sont pas seulement les Peyfouton et Cie, ni Abetz et les si,ens,. qui essaient de s'en tircr comme Hg peuvent: ce sont aussi ceux qui leur donncnt les moyens de sauver leur tête. Ceux qui, en collusion profonde avec les hommes du nazisme, poursuivent la lutte acharnéc con. tre les forces démocratiques dans le monde et principalement contre l'U.R. S.S. et lcs républiques populaires, sous la direction de ce capi.talisme américain qui a joué un rôle décisif dans l'établissement du nazisme en Allemagne et qui, aujourd'hui, recpmrT)oencent en soutenant les magnats et führers d'industrie ,de l'Allemagne . de l'Ouest pour réussir, pensent-ils, lit où Hitler et ses maré. chaux se sont nrisé les dents. C'EST LA FAUTE DES )'UIFS Petit dialogue révélateur : Le Commissaire du Gouvernement. - Vous estimiez donc que les Juifs devaient payer ? Abetz. - J'estimais que les Juifs avaient une très grande responsabilité dans l:e décbenchement de la gu,erre. Le Commissaire du Gouvernemcnt. - Nous verrons tout à l'heure comment vous leur avez déjà fait payer. C'est tout. Ni le capitaine Flicoteaux n~ le présidcnt n'ont eu la réaction instinctive de la part de tout patriote, de, tout démocrate digne de ce nom, de ri. poster au monstrueux propos d' Abetz. Le commissaire du gouvernement n'a évoqué que lc paiement (excessif) du ... « crimc juif ». ABETZ, ORCANISATEUR DES DEPORTATIONS EN MASS·E Le président donn'e lecture d'une pièce accablanbe du dossier: ~ " VOUS écriviez, par télégramme, le 20, août 1940 : « Je demande votre accord pOl;lr les « mesures antisémites à prendre i.m- • « médiatement qui pourront servir de « base à l'éloignement ultérieur des « Juifs, également de la France non « occupée : « 1 ° Interdiction du retour des Juifs « en France occupée, par franchisse «. ment de la ligne d,e démarcation ; « 2° Obligation de déclaration pour « les Juifs établis en z~ne occupée ; « 3° Désignation d,es magasins juifs « en Franc,e occupée ; « 4° Mise en place d'administra « teurs pour les .mag'asins, exploita- . « tions économiques, stocks e'n maga. « . sins et grands magasins dont l,es « propriétaires ont fui. Lesdites me « sures peuvent être motivées par le « fait qu'eUes intéressen1 la sécurité « de la puissance d'occupation aUe- Une belle brochette ; De gauche à droite : DORIOT, ABETZ. DE BRINON, SCH'LEIER et DARNAND, au cours d'un gala nazi au Palais de Chaillot. « mande et être exécutées par les au « torités françaises. » Et alors Heydrich approuve ces me. sures. Il écrit, le ,20 septembre 1940: « Je ne soulève aucune obje:tion «contre l'introduction des mesures « 'envisagées contre les Juifs, en Fran «ce occupée, par M, l'ambassadeur « Abetz. » , UN PRESIDENt COMPREHENSIF Plus loin, il s'agit de l'exposition antijuivc organisée par l'Ambassade; le président commente : Sans autre importance. Je reconnais, comme vous d'ailleurs, qu'en soi-même, fai'r·e une exposition contre les Juifs n'est pas ce qui est retenu à charge c~ntre. vous j 'cela indique simplement une tendance, cela n'a pas d'autre valeur. C'est à peine croyablc. Comme s'il y avait licu de séparer la propagande antisémire allemande de l'cxtermination des Juifs, comme si la première opération ne participait pas à la réussite de la seconde. Commc si, dans un même corps, le bras pouvait proclamer son indépendance à l'égard de la gorge. L' ASSASSI N,AT DE CEORGES MANDEL Venons_cn, pour tcrminer, it la responsabilité majeure d' Abctz dans le meurtre de Gcorges Mandel. Citons les textes Ics plus frappants : De sorte que vous reconnaissez, n'est-ce pas, à cette date, au mois de mai 1944, ~a propos~tion que vous aviez déjà faite, en 1941, de fusiller Paul Reynaud, Léon Blum et Georges Mandel ?... . Abetz. - Oui. Un texte signé cl' i\belz vient confirmer le crime et son autcur véritable-: dans un message du 13 mai, où il discute des mesures de représailles prises ou à prendre, il revient sur une proposition qu'il a déjà faite dans un rapport du 27 avril: « En conséquence, je me permets « de me reporter à la proposiHon que « j'ai faite dans mon rappart télégra. « phique 1897 du 27 avril tendant à « faire fusiller, à titre de représailles « de l'exécution des combattants de « Tunisie, des personnalités dissiden. « tes françaises qui se trouvent en dé. « tention allemande et responsables « du déclenchement de la guerre et « de commencer par Léon Blum, Paul « Reynaud et Georges Mandel. Signé: « Abetz. » On observera que l'assassinat de l'ancien ministre n'a été précédé d'aucun même sous forme de simula- Il est impossible de nc pas retenir non plus ce détail qui en dit long: Les autorités allcmandes (ce qu'il y avait de pire dans le nazisme au pire moment) ayant à choisir entre trois hommes politiques français, plus particulièrement entre deux Juifs, Blum et Mandel, désignèrent ce dcrnicr pour llexécution sommaire et non pas l'autfie, le « socialiste ", le « mo. déré " et non pas « l'homme de - gauche », car il y avait entre les deux hommes la différence qui existe entre l'hom- L E fascisme, en politique ex· térieu.re, c'est l'e chauvinisme dans sa forme la plus grossière, cultivant une haine zoologique contre les autres peuples. C. DIMITROV. me énergique qui agit vraiment dans un sens contraire aux intérêts nazis, quelles que soient, par ailleurs, ses "idées sociales, et le politicicn sans volonté qui pLeurniclhe son antifas'Cisme, mais ne joue, en définitive, qu'un rôle de diviseur des forces démocratiques. Les nazis rue se sont pas trompés : la politique « allemande» de Blum aujour. d'hui est exactement conforme aux espoirs et aux manoeuvres des plus dange- • reux revanchards de rincQrrigib!e antisoviétisme au service de la renaissance agressive de l'Allemagne. COMME LE TEMPS PASSE ... Otto Abctz n'a été condamné qu'il vingt ans de travaux forcés. Il ne les fera même pas. si les conditions politiqucs restent ce quelles sont. Elles changeront. Nous nous y emploierons. Il faudra rou"rir le dossier de ce criminel de premier plan. Les picces signalécs ici même· ne représcntent qu'une très faible partie des charges qui pèsent sur lui, Lorsque le vrai procès, se déroulera dc_ vant un autr·e tribunal, avec des juges plus libres de leurs décisions, il n'y aura même pas lieu de faire appel à d'autres articles du codc, il d'autres preuves. il d'autres témoignages. Un seul des textes cités doit suffirc pour en trainer la peine de mort, si l'on songe qu'un quidam qui tu~ son voisin peut allcr à l'échafaud. Et surtout que l'on ne vienne pas nous dire : c'est la guerrc, Où sont les chambres à gaz dans lesquelles les Juifs, les Tziganes et Les Polonais survivants ont liquidé comme race inférieure les Prussiens Ou les Poméra. niens ? Où sont les camps d'extermination qui auraicnt servi aux Soviétiques à massacrer les prisonniers de guerre alle. mands ? . .. Mais arrêter délibérément, sa'ns l'am. bre d'un grief personnel, des populations tout entières ou des otages dans un quar. tier, les torturer, les fusiller ou les dé_ porter massiv,ement pour une mort atro· ce, tout cela sans le moindre jugement il l'origin,c ; c'cst au-dessus du cannibalisme, c'est ce que l'on peut imaginer de plus monstrueux , et tous oeux qui, de près ou dc loin, ont pris une part active dans ce crime des crimes doivent être ch~tiés, après jugement, selon les lois universellement reconnues, ,et sans tortures. Non pas par respect pour les crim inels et les tortionnaires. Mais par respect pour nous-mêmes. Ce qui est peut-être plus - inquiétant que tout cela, c'est qu'aujourd'hui il soit tellement nécessaire de rappeler ces principes et ces réalités élémentaires, car une formidablc et sourde campagne veut nous fairc oublier. ' Mais la preuve que nous n'oublions pas, c'est que vous lisez ce ' journal et que nous sommes de plus eil plus nombreux à défendre le Droit et la Liberté. ANDRE WURSMER DEUX' JUSTICES· .- IL y' a de,ux raisons pour lesquelles 0::1 retarde un procès, T..a, première, c'est que le dossier est incomplet et que la justiee scrupuleu"" veut obtenir un complément d'infot'rnation, . La !'~':':;tlde, c'est que le dossier est trop comnlet et la justice prudente veut faisser faire le temps, la patience et le roi. Il paraît assez peu vrai que la justice se soit inquiétée pendant quatre ms de découvrir qui était exactement M. Abetz et quelle avait été son activité avant la prise de Berlin par l'Armée Rouge. A la vérité, nous avons vu s'aecréditer cette monstruosité juridique que la trahison était ,une opinion politique. Les attendus du jugement qui con,damne les Lettre Françaises (à la requête de la librairie « La Reine Christine ») constituent à ce propos Si la trahison était une opinion, on ne voit pas pourquoi le four crématoire, l'assassinat et le pillage, le nazisme en un mot, ne seraient pas une forme particulière de patriotisme. Les responsables des pendaisons de Karhov ont été jugés en quatre jours, il y a quatre ans. Et j'ai l'esprit à ce point aveuglé par . le fanatisme que cette justice-ci" me paraît plus juste que cette temporisation- là, Q j~ •. - -- .. S!W ';;:!C. - l Vlc~tY -JUtf les Israëlifes • .d e ces messieurs }!,A canicule aidant, les grandes vacances arrivées, voici la place librè aux marchands d'indulgences. , .. , L'anesthésie .administrée à forte ·d ose et les mens~nges t~pUntS des livres et pét'iodiques collab?s f~isant librement l'~pologle, d!u crune ,et de li/. Mais par leur participation .active à la Résistance française, les JUlfs français et immigrés ont mont~ .qu'ils n'étaient pas dupes de cette politique. TI est un scandale non moins odieux que la clémence de la justice à l'égard .~ des policIers de la S.E.C. et de la P.Q.J. C'est le fait que des Juifs sont venus témoigner en faveur des assassina de leurs frères, trahison, le tel'ratn est prepare pour tou.tes les tmpostUl es.. . El voici que dans une toule pettte, petHe salle (on est lom de, la publtcité illicite accordée à un Kravchen ~w) , ~tto Abe!z. n,ous assure a nOuveau de ses fidélités (Jermaniques et pas tres lom de la, 1. agent de la Gestapo L'U.G.LF. n'a pas fait autre chose en France que ce que des instiluti~~s semblables ont fait ailleurs, et ses dmgeanLs s 'lé Lan..L laissé prendre dan~ l'engrenage de la Geslapo, les naZiS .ont joué de leurs personn~s pour ,t'm tw;r le maximum d'indicaLlOns, pUiS les li- Joaltovici bat l'estrade.. ,.. .' Et on voit passer,.. t.OUjo'!!','s 1 mJw'e LA TACHE DE XAVIER VALLAT Ces témoignages contre nature, on ne peut pas tous les attribuer à l'inconscience. Certains relèvent du même état d'esprit qui animait, par exemple, les coll abol'aleut's de l'U.G.I. F. à la bouche un 1 tXte,'-V tan ancourt, ancien sec/'é/aire qénét'al à l'In[onnation de Pétain, et l'intdme Calzan t, petit roquet qui a aboyé .pe.f/dant toute l'occupalion après les vtcttmes du n~- . zisme, tous deux ~él ens eurs des Utchystes. Quelle metl.leure ~émonstration pourraient-ils latre ·d'alll.curs à la barre en faveur de leurs. che,n/.s que leur simple présence; pU1SqU tls .sont en liberté. pourquoi en,fc1'n}c1'at t-on les autrcs ? UN MOTIF INSOLITE DANS le Jou'mal olfi.cic~ du 24. j~jn, nous lisons ces cüaLlOns à ~ O~· . dre de la Nalion, accordées a titre posthume à MM, André Baur et Raymond-Raoul Lambert morts en déportation : i( Glorieux combattants de la graI:tde . guerre acceptent, sur l.a sollicIlatl?n de la communaullé israélite persécuLee, la présidence de J'Union Génél:ale 'des Israiéliles de France. Avec un mlassable d'évouement, ils essaient de sau~.er les persécutés. Malgré le danger qu Ils ont sciemment accepté de,couri.r et les arreslations tout. autour d eux, Ils renforcent leur action. ArrêtJés, ils sonl dûporlés avec leurs femmes et leurs enfants au camp d'Auschwitz où l,es fam illes disparaissent. » On ne peut que s'incliner devant la mlémoire d'André Baur et'RaymondRaoul Lambert, vicLimes - avec ~es millions d'aut!'es - des assassms nazis ' Mais il n'est pas possible d'accepter qu'aux termes d'une citation à l'Ordre tIe l'a Nation il soit proclaml6 que ( la présidence de l'Union Générale des Israélites de France ait, été accepLé.e su.r la sollicitation de la communau~ israelite perslécutée ». . ,. Non un démenti immédIat s lm pose, nous l'e donnôns. n ES tâches de Xavier Vallat furent lb déLerminées dès l'origine par les nazis lors d'une conférence qui s'est tenue le 4' janvier 1941. Il Y était notamment prescl'it : « Vu l'expél'ience que le Reich a acquise avant celte .gue!,l'~ dans le règ!ement de la queslton ] Ulv.e, le. C?mmiSsariat fran;ais aux quesliOns JUives est invilkS à meUre sur pied, d'ores et déjà, le plan et les mesures prélimiI:taires d'une déporlation future des JUIfs, Il pourra, à cet effet. s~ meUre en rapport par l'intermédiaIre de ~oLre service avec les autol'ltés du RelCh ayant l'expérience de ces queslions. JJ UN PRIVILECIE Et cerLains ( humorisles Il de la presse pèlainisle ont même parllé d'un (( Etat juif de J'Europe orientale » pour désigner les camps d'extermination. quider. . En Pologne, les nazis avaient nomm'é comme « dicta leur » du ghetto de Lodz un sieur Chaim Rumkowslci qui fut dléporlé dans le dernier c~nyoi, après avoir livré Lous ses core hg lOnnaires; quand il fû.t e~Lré dans le wagon à besLiaux du tram de départ, le comman'dant nazi lui donna une leUre cacheLée pour lui riéserver à l'arriv:ée un trailement privilégié: il fut jeté le premier, avec sa famille dans une chambre'à gaz.

    • * IL. ES rédacteurs de ces deux citations

ne savaient peut-être pas tout cela. gu 'ils apprennent auiourd'hui que 1 hi.stoire d~ rU.G.I.F. est l'histoire d'une tentaltVe de compmmis avec le ct'ime fasciste et nazi. - On ne compose, lJaS avec le aime. Joseph-André BASS. Nous., Maréchal de ·France ... Etonnant même ses confrères, un avo' cat juif, M' Pimienta, a assuré la défense de Torlet, le pourvoyeur des camps de la mort qui joua un très grand rôle dans la S.E.C. M' Pimienta a apporté sa vol:x au concert dirigé par des hommes comme Tixier-Vignancourt, qui n'a, dans sa plaidoirie, pas eu un mot POl!!: condamner l'antisémitisme de ses clIents. On a pu e,ntendre, au proç~ de la S.E:C., un M. Farit, chirurgien dentiste, déclarer : fi: J'étais en infraction: ;e ne portais pas l'étoile. Mais je garde un excellent souvenir de Pegeot qui vint enquêter à mon sujet et se montra d'une grande correction. Une certaine Mme Unik, dont la concierge est la tante de SOâstre, vint s'étonner de ce qu'elle n'avait pas été inquiétée sous l'occupation .. M. Rosenfeld, président de la synagogue de la rue Pavée, venait témoigner en faveur du sinistre MandoZini, quand des rescapés d'Auschwitz luI expliquèrent Qu'il valait mieux ne pas apporter de l'eau au moulin des russassins. Le témoin recula sur le moment, mais, le lendemain faisait parvenir une lettre dont fit état l'avoèat ' de Mandolini. . De même, la femme de M· Théodore Valensi envoya une leUre en favC!Ur de Fournier. Nous, mal'oohal d,~ France, chef Art. 4 - L'Union Générale des Le cas le plus caractéristique est eans de t'Etat françah,:, Israélites de France est adminis- doute celui de . M. Zl.skine, qui donna Le conseil -des ministres entendu, trée p.·u' un conseil ld'adrTl,inis~t'l?-- pendant de longues années un refuge au Déocrélons : tion del d'ixf-hu it memb.r et l ' l"C hrO ISIS bandit Lucien Grand dans un chantier parmi es JUl s de natlOna 1 :; ran- de bois qu'il possédait en Auvergne. Arl le'. - Il est institué, auprès çaise, domiciliés ou résidant en Cette décision fut prise, en 1942, à la di! commissaire généI'al aux (~ues- . France et désignés par le commis- suite de l'arrestation de Z1skine par (tlièosn IsR l'jauéilviLeess, deu nFer aUnoen i.o nC eLGteé rHunlli'.oalne sn.ire général,aux questions juiv~·. Grand et d'iu ne cboln vet risla tio'nA t die s t deu~.x, .~A •• •• •• •• •• •• •• •• •• •• ., . , •• hommes, qu, sem e- - , n '" a en p .... a pour objet d'~sU!'et' la repr:n- Fait à' Viéhy, le 29 novembré en- désacoord sur tous les aspects de la talion des Juifs auprès des pOl.\VOlrs 19i1. politique allemande. . publics, notamment pOut' l.es ques- Par le maréchal de France, Un certain Tennintraum, houspilll tions d'assistance, de pt'évoyance et ,chef de l'Etait françâ.ls : ensuite par les victimes ,de la P.Q.J., a de reclassement social. Elle' remplit Ph. P~;TA.f:II, osé déclarer' à la barre que Grand était les tàche~' qui '~lli son,t confiées dans . L'amiral de la nott~, minist,re un brave homm€. Ce domaine par le Gouvernement. U té i à d~Ah rge d.... Goenp ... rt vw:c-président du O:lnscH, n mo n ' - a '" .. u , Art. 2. - Tous les Juifs: dornici- A. DARLAN. jette une certalIre lumière ,sur la rnora- 'iés ou ' résidan,t en France sont. oùli- lité des autres. TI raconte que OoeppfErt gatoirement affiliés à l'Union Géné- Le garQc ùûS Sceaux, ministre lui ayant demandé s'il êtait Juif, 11 réd'Etat à l'Jntérieur, l'ale des ISl'aélites de Fmnce. Pierre PtlCHEU. pondit: L+U.C.l.F., ODCANE DE LA. GESTAPO l'oules les u~socialions juives _ Moi, Juif? Si j'étUis Juif, je n'ose- " exislallies sont. dissO\Jtes, il l"exccp- Le ministre, secrétaire d'Etat rais pas vous r.egarder en face. Les Juifs de France n'ont jamais sol- tion des associations cultUl'el1es is- à l'Eco[)omie NaUonale et I l laisse entendre qu'il fit alors une licité de quiconque! la. créatio.n de raélil.es légalement consLituée~:. aux yt~a15 janvier 2010 à 10:06 (UTC)IIU.IER. profeSSion de foi antisémite. Ooeppfert, rU.G.I.11\ Ils n'ont )an1alS requls un .. ... .. . . ... .. .. ... ... ... .. .. .. cet homme de coeur, le relâcha: rien des leurs pour en assurer le fDnction- __________________________________~ -.d• '•é. to.n.n.a.n..t .... ___________ nement. . Ii" Le « slatut'des Juifs » fut promulgué 1 J b ,e et e, d ., t 'l ~JCharlesi~e~p1i~~:~f.ff.Charles:~~; . osep . ne Ivral -1 que es me aux. ment par une « déclaration du Grand Rabbin de France au nom des Israéliles fmn;ais ». Le 25 mai HM! 1(' Consisloire CentrOll des Israélites de France volait contre le projet de créalion de l'U.G.I.F. et chargeait son président de remellt'e une protestalion aux Pouvoirs publics. Une délégation des anciens combaltants i uifs conduite par un officier génél'al 'de l'lrmtée fran;aise se rendit le il' aoû.t W4L auprè!" de Xavier Vallat pour. le confondre dans ses calomnies et lui demander raison de ses injures. Xavi er Yallat se tut. J.,'[J.G.I.F. n'!élail pas aulre chose qu 'un organe de la Gest.apo. Cette dernii) re avait une concepLtOll fort SImple de sa mission. Il s'agissail d'exL~rminer les Juifs, totalemenl el défllllllvemenL. C'éLait une opéraLion conçue dans sa simplicité criminelle comme une « dératisalion » et, pour y parvenir en France comme dans Lous les pays occupés par la Wehrmachl, il fallail avant Lout isoler les .JUifs, les recenser les marquer, les inlerner, puis les déporler, achever immédiatement les plus faibles, prolonger pour l!-n travail I6puisant de quelques mOlS, au maximum de quelques années, la vie des esclaves du Reich hitlérien. L'officier S.S. Dannecker, un des bourreaux du camp de Drancy, dans son rapport du ter juillet t9H relate comment il a cr:éé un C( Comité de coordinalion juif» transform!é quelque . temps après en « U.G.I.ll'. )J et un ( Bureau Cenlral Juif J) un peu plus tard devenu le «'Commissariat Général pour , les queslions juives JJ. I CI aussi, on a soufflé les lampions. A tel point qu'ils étaient éteints avant que ne s'achève le procès. Dès la seconde audience, certains journaux écrivaient : on s'attendait à un procès sensationnel, ce n'est qu'un procès étriqué. A vrai dire, nous aurions surtout voulu un procès sérieux. Maintenant qu'il est loisible de penser à l'affaire Joinovicl avec un certain recul, on se rend très facilement compte que lES « coups» d'éteignoir ont été administrés de main de maître. Après le scandale qui éclata en 1947. le retour de J oinovlci rentrant en France comme le ferait un roi retour d'exil, l'affaire s'est lentement effritée dans les cartons poUSSiéreux du Palais. On pouvait faire confiance à l'homme pour exploiter à fond la ~tuation. , Monsieur Joseph m'a dit ... J'ai vu M. Joseph, je lui ai parlé au mois d'avril dernier. J'étais un de ses voisins à la prison de la Santé (je tiens à souligner que Si l'on trouve Encore quelques rares collaborateurs en prison, 11 semble que les honnêtes gens, les résistants, les combattants de la paix, les grévistes y sont certainement en nombre supérieur). C'est à l'occasion d"un voyage en voiture cellulaire què je le rencontrai. Semblable à la silhouette que l'on a vue au procès, M. Joseph était confortablement vêtu. Le prisonnier cossu et plein d'une odieuse faconde. Nous étions tous deux dans la même et étroite cabine, et Sa corpulence n'arrangeait guère les choses pour moi. - Moi, monsieur, disait-il, je suIs un résistant. Et je ne comprends pas pourquoi les journaux ont été si méchants (sic) avec moi. Oui, un résistant, et j'ai un certificat de M. Lecourt, le mlnistre. Comment un tribunal me condamnerait- 11 dans ces conditions? Je « passerai ~ en CDU:r de Justice au déb-ut de l'été. Et après. je suis libre. C'est honteux, la façon dont on me traite ... Cela dura une dizaine de rnlnutes sur ce ton. Nous étions arrivés. La conjondure Jotnovicl se trompait-il? Non, CM' les cinq années de réclusion auxquelles il a été condamné ne le tiendront plus très longtemps en prison. Sans oublier que les maroquins de nos ministres renferment toujours nombre de projets d'amnistie. Ce que l'on n'a pas relevé, par exemple, c'est la manoeuvre de grand style effectuée au cours de la toute première audien.ce du procès. On se souvient Que la défense demandait le renvoi du procès, la lumière. prétendait-elle, n'é1iant ' pas faite sur l'exécution d'un certain Scaffa et diverses arrestations opérées par les Allemands au monastère de la Brosse. On implique notre client à tort dans cette affaire, déclamaient les avocats. Après délibération, la Cour ordonnait la disjonction du cas Scaffa et déclarait solEnnellement : il ne S'agit ici que d'une affaire de collaboration économique. C'était bien Là l'objectif de Joinovici. Il savait, dès lors, ne plus courir grand risque. Car il ne voulait pas le renvoi du procès, déclarant au président

Moi, je veux être jugé tOUt de

S1Uite. On le comprend d'ailleurs, la conjoncture était excellente. La destination des métaux Les dizaines' de millions gagnés au service des nazis ont été, soyons-en certains, soigneusement camauflés. Les cinquante millions qui lui seront confisqués, comme l'ordonne le Jugement, ne laisseront pas M. Jo&ph sur la paille. Ceci dit, le procès a-ton fatt la lumière sur les véritables rapports entre Jo1novici et les Gestapo de l'aveJlUe FDCh et de la rue LaurIston? Ne s'est-on pas demandé - en admet. tant même que Joinovici ait payé la libération de quelques personnes, ne s'est-on pas demandé si la cont.repartie n'avait pas été lourde, sI l'homme n'avaIt pas livré à Bony et Lafont sa cargaison de pal"i()tc~ et de ,Jnifs'1 ' Collaboration économique? dit-on. Quel usage les Allemands ont-ils donc fait des milliers de tonnes de métaux récupérés par Jo;inovici pour le compte du bureau Otto? Des balles, des bombes et. des obus, de CEUX qui tombaient sur les villes d'Ukrain~, détruJsaient à Londres, fusillaient en France et ailleurs. Collaboration économique? .L;expression est élégante pour un crime qui n'est que l'un des aspects de la trahison. Dans son réqUiSitoire, le cDmmissaire du Gouvernement disait : « Il est paradOXal qUie ce juif - qui avait re11Jié sa. raCe pdwr complarire a-ux Allemands - ait été l'intime ... :1, Nous aurions dit : « ... pour se mettre au serviee des Allemands ... '. Quant au « reniement de la race " fi me semble que le prOblème n'est pas là. Joinovici a trahi la France et s'est fait le pourvoyeur du fascisme. N'a.uralt-il réceptionné que des métaux, cela le place sur le même plan que ceux qui « réceptionnaient , à destination des camps de la mort. Mals le mattll'e (Abetz) n'a pas reçu le chaUment mérité. Pourquoi le valet ne jouIrait pas de la même indulgence coupable? Jacques FRIEDLAND. • Août J949. - N- n (IOJ): DROIJ: ET .LI,8ERTE . al , La ,maçhineà d.éporter CE n'est pas assez de dire que l'actioo antijuive des nazis, comme leur guerre, fut totale. Il faut encore expliquer en quoi et pourquoi elle le fut. D'abord, la persécution des Juifs d~ France est inséparable de l'oppression exercée contre le peuple français, de même que la persécution des Juifs d'Europe est inséparable de l'oppression exercée contre les peuples européens. Ensuite, dans le monstrueux plan de mort établi par l'ennemi" tout se tenait, depuis les directives générales de Berlin, jusqu'à l'arres, tation dans la rue, par un inspecteur de la S.E.C., d'un Juif sans étoile jaune. ' D'aucuns ont voulu voir une excuse dans le fait que les (M'ganismes policiers du Commissariat sanglant (1) ne furent que des « rouages ». Mais précisément, sans le valet, le maître n'aurait pu perpé'trer ses crimes. Eichmann 1 D'abord l'Olympe de l'antisémitisme nazi: Le bureau des questi,ons juives - IV B 4, plus tal'd IV J - auprès du Se,rvice central de la. Gestapo à Berlin. Là, trônait EICHMANN, l'exterminateur en chef que Hitler avait chargé de « la solution définitive (Endloesung) de la question juive ». Il dirigeait et coordonnait" l'acüon des génocides à l'Est comme à l'Ouest. Dannecker .. C'est du servi,ce d'Eichmann que dépen.& a daient les services parisiens (avenue Foch) de DANNECKER. Ce fonctionnaire de la Gestapo a précisé lui-même, d~lI1s un long·, rapport en date du 1er juillet 1941, le rôle que lion bureau des a'ffaires juives auprès de la Police de. Sûreté et du S. D. a joué en collaboration avec tous les services nazis. Le commissariat 'Sl Sur le plan des relations entre 'Vichy et l'oc.;;}} cupant, Dannedoer et ses auxiliaires se sont d'abord employés à obtenir de Pétain-Laval les bases de la législation raciale (notamment; le Statut des Juifs du 3 octobre 1940), , puis If:l création d'un Commissariat aux Questions juives. On peut lire dans le rapport de Dannecker déj~l' cité plus haut : « Aprè~ la promulgation par le Gouvernement français du statut des Juifs du 3 octobre 1940, la solution de la question juive en France connut un certain ralentissement, C'est pour-. quoi le chargé d'affaires juives (c'est-à-dire Dannecker) élabora le plan d'un Bureau central juif (premier nom du Commissariat aux Questions juives). Des pourparlers au sujet de ce plan tiu~ent engagés avec l'Administration militaire, le 31 janvier 1941. Celle-ci ne manifesta pour la chose aucun inté'rêt et estimant que la question était d'ordre !luremen,t politique, en confia l'examen au S. D., d'accord avec l'ambassad~ d~Allemagne. Sur l'insistance répétée du Service juif de l'ambassade, le Conseil des mÎllistres français décida de créer, le 8 mars 1941, un Commissariat général aux Questions juives. » Xàvier Vallat est donc l'enfant de Dannecker et d'Abetz. La police & Les bandits (lassent maintenant à l'exéculfD tion. La police entre en scène ... .. Au début, que 'voyons-nous? « En DOvem., bre 1940, sur l'initiative du chargé d'affaires juives, écrit Dallnecker, un collaborateur de la Secti.on a été délégué à la Préfectu.re de P~lice de Paris, en qualité de représentant ,ermanent de ladite Section. C'est à la suite de notre pression qu'un fichier juif complet, constamment tenu à joUf', a été constitué dans le plus bref délai. Ce fichier se subdivise en fichier alphabétique (les Juifs de nationalité fran~ai&e et de nationalité étrangère ayant respectivement des fiches différentes) et en fichier classé par profession, par nationalité et par rues )1. a Plus tard, « le 23 août 1941, notre déléga., tion à la Préfecture de Police a été retÎl'ée. L~ nombre des inspecteurs a été porté à Il, écrit le même Dannecker dans un bilan en date du 22 févriel' 1942. Leur utaisation, indépen- (1) Voir Drott et Liberté des 16r et 14 juillet. • dante de la Préfecture de Polic~, s'effectue sous la direction d'un chef S5, sous la forme d'un service actif. Le fonctionnement de ce service a fourni la preuve aux Autorités françaises qu'une organisation lt,:léciale réservée à la lutte active oontre les Juifs est absolument nécessaire. En vertu des accords pris avec le Com.missaire aux Questions juive·s, oe service actif a été supprimé et ces ins,ecteurs ont été incorporés à la «' Police française anti-juive », créée en mi-décembre 1941 à la suite d'un arrêté du ministre français de l'Intérieur ». Ainsi naquit la fameuse P.Q.J. dont Xavier Vallat et Pucheu furent les parrains. Le décret vichyste qui l'institua , précisait qu'elle était chargée de « collaborer avec le Commissariat général aux Questions Juives dans la recherche aux infractions à la loi 'du 2 juin' 1941, en complétant ou confirmant les éléments d'information que possède le dit commissariat ». N'est-il pas curieux que Xavier Vallat n'ait pas été cité au procès d'une police ~ui fut organisée sous son règne et sous son égide? , La P. Q.J. ~ La P.Q.J., forte d'une trentaine de sbires - recrutés selon le système du volontariat, n'a été « jugée» qu'en la personne de sept individus, septaine sanglante qui a pris sa large part de plus de mille arrestations. Dirigée initialement' par le colonel Durieux _et Du'rand de Villers, elle eut pour principal chef un ami de Pucheu : Schweblin. La Préfecture y avait détaché, pour le « travail actif », au. sens oL. l'entendait Dannecker, un commissaire du nom de Bouquin. Mais C'est Lucien Grand, le « manchot tortionnaire », qui devait être, dans ce~ antre, « l'oeil et le doigt de Dannecker ». La P.Q.J. inaugura une nouvelle méthode de gangstérisme que la S.E.C. par la suite, n'eut qU'~1 perfectionner. Elle travaillait « au faciés »), en pleine rue ( Tiens, celui-là a un air juif, on va l'épingler ! )~), ou sur dénonciation (elle appelait ça « exploifer la lettre anonyme»). Le malheureux était conduit rue Greffulhe, au siège de la P.Q.J. Ollon le maltraitait, puis au Cornmissariat centraI de l'Opéra, ~'Oll il était transféré à Drancy. A Drancy, elle procédait aux opérations de fouille, autrement dit au vol et au pillage systénlatique des détenus. Dans ces nobles fonctions, Grandet ses compères se '« sucrèrent» tant et si bien que les Boches eux-mêmes se virent dans l'obligation de confier «' l'organisation» du cam[) ù d'autres valets. Les services' antijuifs de la préfecture ~ Cependant, la PréfectuI"e de Police ne re~ ., tait pas inactive. Plusieurs services anti .. juifs y fonctionnaient : - Le Service FRANÇOIS, direction géné .. raie des internements. C'était le premier volet d'un tryptique qui comprenait par ailleurs les services de répression anticommuniste et la . section chargée de la surveillance delS sociétés secrètes. - Le Servi~e PERMILHEUX, responsable des questions ,iuives en général, à la Préfecture. - Le Service TULLARD-PERETTI, qui s'occupait du fichier. Quant à HENNEQUIN, directeur de la Police municipale, il se chargeait de fournir les effectifs nécessaires aux raids et aux rafles antisémites. Condamné à huit ans de travaux forcés, il a été grâcié et rendu à la circulation. On a dé,ià vu, dans le précédent numéro de « Droit 'et Liberté », quel fut le rôle de la Préfecture dans les gr4\1ldes ' rafles du 16 juillet. Mais a-t-on entendu parler du Ilrocès des services antijuifs de cette même Préfecture ? La S. E. C. .. La Section d'Enqu'ête et de Contrôle du • Commissariat a,Wt Affaires Juives, qui comprenait une cinquantaine de policiers dont plusieurs firent leUl's premières armes à la P.Q.J., a été fondée en novembre 1942. Deux euphémismes: d'abord, Je nom même de la S.E.C., 'choisi pour couvrir une vaste entreprise de 1110rt ; ensuite, le vocable qu'elle inventa pour désigner l'arrestation. Elle disait : CI mise à disposition »... . , La mise à disposition consistait à arrêter un Juif (au « faciés ») ou sur dénonciation), )'?ur le conduire , au commissariat le plus proche, sans que l'inspecteUl' qui ayait procédé à l'an'estation fth muni du moindre mandat. Ainsi, la S.E.C. allait plus vite en besogne que la P.Q.J • qui amenait d'abord le malheureux rue GrefCul he. Un coup de téléphone était tout de suite donné à la Préfecture, qui se chargeait de « (lrendre liVllison )). Les bandits de la S.E.C. sont responsables de neuf cents arrestations dt: Juifs, dont la plupart ne sont pas revenus des camps de la nHrt. A lire 'Iesverdicts rendus contre les sept de la P.Q.J. et les trente-cinq de la S.E.C., on constate; une fois d'e plus, que_ le crime est resbi sans châtiment. A. Croizat: u L'ind~lgence", insulte aux morts Dell graffiti ont couVert ces der· niers temps les murs de Marseille, reprenant les vieux clichés che" aux nazis . L A complaisance manifestée à l'é.gard d'Abetz est inadmi!jsible en raison des, responsabilités directes qu'il a assumées à Paris, notamment dans la déportation de milliers de Français et Françaises, de milliers d'étrangers dont le crime était d'aimer la France et de croire à son grand coeur, da la déportation d'hommes et de femmes probes, de toutes races et de toutes religions. sous le couvert d'une prétendue hiérarchie raciale introduisant le concept de « races inférieures lI. L'indulgence calculée dont Abetz bénéficie est une injure à tous les Français, à tous les Isr~lites massacrés dans les camps de la mort. Ce qui est encore plus révoltant, c'est de voir que des Fra.nçais tels ces inspecteurs de la S.E.C. et la P.Q,J. se sont associés, ,bourreaux implacables, à la déportation de 120,000 Juifs de France. Au lieu d'être condamnés à mort au lendemain de la libération, ils compa.- aissent aujourd'hui devant un tribunal qui leur permet de se réclamer à chaque instant de la Résistance. ' Les morts et les martyrs réclament que justice soit faite ! Il est temps que tous les Français et Françaises, catholiques; israélites, communistes, résistants et patriotes, s'unissent comme dans la lutte clandestine, pour exiger et obtenir les sanctions les ~Ius sévère-, s contre les auteurs de ces crimes, et pour que de justes r~.parations soient accordées aUJ[ victimes. La France a besoin que les coupables de ces actes monstrueux et ceux qui y ont collaboré ne puissent relever la tête . La plloto que nous publions mon· tre que trop de mansuétude il l'égard ' des fidèles émules des Pé· tain, Maurras el autres coltabO$ encourage la plus fine fleur (de Lys) de noire pays. L'ingratitude est bien une vertu fasciste. En reconnaisSance à la tolé· rance du ministre de l'Intérieur en-vers eux, ces « messieurs)) n'hési. tent pas à faire savoir à M. Jules Moch que sa place est en Judée. Les laudateurs des théories racis. tes des Gobineau el des Rosenberg ne sont pas morts. Nous n'avons jamais cessé Je le penser. Cet aVertissement devrait sera:, de leçon à ceux qui font fi de la lutte que nous menons contre le fascisme renaissant. Serge KRIWKOSKI. .' 'l '. '~"" ........ --- ,! J VOlelllES POURVOVIEU [J SOIES BAGNIES NAZISs P. • (Police aux Questions Juives) - Ce jour-M, Monsieur le Président, c'est par hasard que j'étais à Drancy. A l'entendre, c'est un petit saint. Il a toujours une « explication jj compliquée pour se justifier d'av.oir été le second du nazi Dannecker, chef de la ' Gestapo antiJuive, ou d'avoir envoyé en déportation des infirmes, des tuberculeux, des milliers d'innocents qui ne sont pas revenus. Il fait de grands gestes avec son bras et sa large main de brute. Il cite de~ chIffres, des dates, de petits détails. Manque-t-il un docuTI?ent }Jour prouver son (! imlocençe jl ? Il l'a « reconstitué II et le transmet au trIbunaL C'est avec une minutie extrême qu'il a préparé sa défense. Il a lu tous les livres sur Drancy. Et quand la questi.on posée l'embarrasse, il répond à tôté. - Alors, vous niez. Bon. Le Président n'insiste- pas. Et Lucien Grand, le manchot tortion· naire, se rassie-d, feuillette ses papiers, di~ quelques mols' à son avocat. Il esL à son aise. II se permel au passage d'insulter les Uémoins de ses crimes qui, pour lui, sont « des gens intéressés à égarer la justice n. Il fait celui qui en sait long e~ pralique un véritable chantage Il sait dès le début, c'est pour mission d'enlever aux futurs déporlJ(; s les objels de verre et les instruments tranchants. En fait, ils les dépouillaient de tout ce qu'ils pou:'!lient posséder de pré1;Jeux : o.rgenl, bIJOUX, titres vêtements. Les malheureux SOftaient de la baraque à demi'nus, les vètemen~ s dJécl1irés, le corps meurlri de coups, parfois sanglant. Les craP':lles leur arraCho.lBnt JUSqu'aux souvenirs de famille, leur ultime consolalion. On trouvait ensuiLe, sur le sol de la baraque, des photos dJéchirées, des objets pu culte délruits. Les brutes interdisaient aussi les boites de lait concentré, les bouteilles thermos nécessaires aux bébés, qu'ils envoyaient ainsi dl61ibérémcnl à une morl certaine. Station devant la baraque de fouilles de Drancy, où sévÎ54·ait CRAND, le « Manchot tortionnaire j).' Et au petit jour, après s'être parlagié le bulin '(ce qui ne se faisait pas tou jours sans bagarre), ils repartai ent les poches gonflées, chargés de lourclair, qu'il ne subira pas le cM.timent mériLé. SEPT CRIMINELS Dans le box des accusés, six hommes, six criminels, sont aux côlésde Lucien Grand, leur chef de file; Goeppfert, le nazi acharné; Stinzi, le faux inconscient; Normanù', le jeune voyou de bonne famille; "Guillon, Ja gouape; rropin, le « croque-mort )j; Despagnot, le bag,nard chantant. Ce qu'ils 'ont de commun: le sa- , disme, la brutalité, le zèle. antisémLLe et pro-allemand. Tous se sont, mis volontairement rI la disposition 'de l'occupant. A la Police aux QuesLions Juives (I!)'] L_/J2), ils ont, comme leurs successeurs de la S.E.C., procédé à des arreslations de Juifs « au fa eiès », sur Jil voir publique. Ils ont aussi C( eXjJloilJé lj Irs leLLl'es de dénonciation et participé ~l (]p.s rafles. En cela, leur rôle fut capital dan" l'application du plan nazl vi sant il. l'an'éa ntissem ent complet de la « race juive jl. Ils connaissaient pertinemment le sort qui aLLendait leurs vicUmrs puisqu'eux-mêmes, les jours de déporlation, les emmenaicn 1 cn gare de Drancy, dans les trains plombés. FOUILLES SANGLANT,ES Auparavant, ils pratiquaient lèS fouilles. Tous les anciens 'détenus :k Drancy se rappellent avec horreur la fameuse baraque des fouilles et le gang des « fouilleurs» dirigé alternativemenl par Grand, Schweblin (qui e;,t mort, dit-on) et I3ququin (qui vient d'être inculpé). L'o pération commençait à 7 heures du mali Il, les vei Iles de déport.ation, et ne se Lel'minait que le lendemain au P('t il jour. l,e départ suivait immlédiaLr 111'11 t. Les fouilleurs avaient en principe des valises. Topin, outre ces ressources, avait lrouvé un filon qui consistait à se servir dans les vêtements que l'U .G.J.F. envoyail pour les dlétenus. Habiller les assassins de Juifs n':était pas ln foncLion la plus reluisante de rD.G.LF. tiN PROCES PR~SSE Le président pagenel est pressé. Il remet. en place tel témoin . qui, selo!} 'lu'i, donne trop de pl'iécisions sur les exaeLions dcsinculp1és, Alors ql,l ' il n'est que douceur à fégarù de Gran.d et ses acotytes, il va jusqu'à couper Jo. parole. a·u commissaire du gouvernemenL De Se-l-11lcken, quand celui-ci met en lumière la respons-abiliLé des criminr. ls. Il faut pl'êciser 'd'ailleurs que le commissaire du gouvernement ne pro- . teste pas. En peu de temps, sa fougue appal'aiL facti ce . A plusieurs rrprises, il cède trop volontiers aux mauvaises raisons des avocats, qui lcntr nl, de faire annul er lr procès flour. de prélendus (( vices de forme lj. Le r0]11 ésenlant de M. Lecourt r ecule devant Tixier-Vi- . gnancourt, min istre de Pélain. Et ce t 6lat d'esprit devient une évidence quand il .!lmn all(](\ pour Grand, la peine ll:él'isoire de 20 ans de travaux foroés. CRAND.,. Dès le clébut de -10H, Grand, le petit maUre ù'inl.c.rnat de Thionvill e, devenu rédacteur ;\ la préfeclul'f' de police, solli ci tait un emploi de l'elt'nemi. Que 1 que s GRAND mois p 111 s tam, Dannecl\Cr le re.comman'de ft François, chef du service anlijuif de la P.P. pour la conslitution • d'une « petile 'troupe d'assaut jj dirigée pal' un S.S. Dès lors, a pu d ire un tJémoin, Grand a.pparait comme personnage de premier plan chaque fois qu'un malheur s 'abat sur les Juifs. Son principal exploit fut sans !ioule l'affaire 'du 27 avril 1942 . . Les nazis demanden t pour le travail fordé en Allemagne 1.000 internés de Drancy capables d'exécuter de gros travaux. Le's docteurs sont formels: impnssible de trouver dans le camp un ndmbre aussi consid:érable de détenus remplissant les conditions physiques nécessaircs. Qu'à cela ne tienne : « le docteur, c'est moi lj, proclame Grand. Il fa:t défiler devant lui tous les malheureux concentrationnaires el, de son propre cl:ef, d~signe à vue ceux qui partiront, dont quelques-uns à peine reviendront. Et maintenant il ergote. - Je n'ai pas inscrit les bondu..1lmes ... pardon, les détenu~ : je les ai coches. Insol ent, brulal, odieux, frappant de son poing unique femmes, vieillards et enfanls, Grand mena rue Greffulhe, au siège de la P.Q.J.,de nombreux « in, teITogat.oires » sanglants. Quand il arrivait à Drancy (plusieurs fois. par 53- maine), tout le mon'de se 'cachait,.. Où ils passaient, lui, et ses sbiI'ûs, tout espoir s'éleignait. . - J'ai fait mon méli.er prop1'ement, osc-t-il aItïrmr.r aujoUlxl'hui. Et peur taule excuse: Je fai.sais le leu de rrwn Gouve-rnemenl. GranLl a dit ùn jour, en 19112: « Si les Anglais gagne?? t, je serai fusillé. II Il avait compris. Mais il comprend au ssi al1jourd'llui. j'ETAIS PRO-ALLEMAND COEPPFERT Goeppfert, ancien sous - offic ~er de . carrière, Alsacien, entré volonlaire au service de l'ennemi, affeclait de parler allemand, Se faisait passer pour Allemand. Il racontait fièrement à qui . voulail J'en- . ten'dl:e, que. son fIls appartenait aux Jeunesses I-Iil:ériennes. Lui-même, après avoir opéré Les camions de la Préfecture de Police amènent à Drancy les Juifs arrêtés par la S.E.C. à la Gestapo, rue des Saussaies, puIs à ID P.Q'.J., partit volontairement travailler en Allcmagne. Il avoue (comment pourrait. il nier 1) : - J'étais pro-allemand. }\Iais il ne monlre aucun remords. Quand, rue des Saussaies, on lui amenait une personne qui demandait un délai pour prouver qu'elle n 'lé tait pas Juive, il la f.;lisait immédiatement envoycl' i't Drancy. même quand son cher, Schmidt, se montrait moins bru tal. VOUS PROFITEREZ DE LA BALLADE L,. Nor man d, ce jeune voyou au lein t de cire, à. l'oei l sournois, fut, lu l aussi. un collabo ralr ur direct de l'Allemand Sclimilli. rlle des Sa ussaies. NORMAND Avec son chef, il participa à de nombreuses arrestalions. Lui aussi faisait preuve d' initiatlv(' s criminelles pout' se faire valoir. Par exemple, un jour qu'il accompag- nait Schmidt, il lrouva, dalls l'appartement' de la personne à arrêter, une ' parente de celle-ci. Sans orllrr., il d,t\eid:i 'Cie l'emmenr.r légalement. ' - Vous pro/tterez de la balade. Comme ça, vO'us serez en famille, ditil -avrc arrogance à Mme Helfgott. Celle-ci rapporLe qll'pn (( perquisitionnant II ch·ez · elle il fit main basse sur un brillant et ~40.000 francs. Suite en paye 10 LE BON OEIL. .• ils ouvraient l 'oeil, et le bon, les policiers' antijuifs de la S.E.C. (Section d'Enquêtes et de Contrôle). C'étaient des spécialistes. Placés « en surveiIlance » sur un trottoir, ils guettaient le~ « individus au faciès spécifiquement judaïque II (ainsi s'expriment leurs rapports). Et quand ils en « piquaient » un (c'est leur terme) qui ne portait pas l'étoile, avait tme fausse carte ou contrevenait d'une façon quelcon'que aux lois et ordonnances antijuives. ils !' envoyaièn'l au camp de la 'mort. Ils ne « fravdmaient II pas toujours « au faciès jj, sur la voie publique. Ils arrêtaient aussi sur dénonciation. Ils ont sur la conscien,ce la mort de cent! lines et de centaines d'innocents . •.. ET LE MAUVAIS. Fil1alement, ils ont eu le mauvais oeil. L'antisém i t i sme brusquement, ne paya plus. Aujourd'hui, ils sont 35; au banc des accusés de la Cour de Justice de Paris. 14 LE lUGE DELONCLE sont prévenus libres. Belle brochette! Des inspecteurs, leurs chefs : Besson, Bonzans, Renaudot, Pegeot. Tous les caractères. Des cyniques, des sinistr 1 des lâches, des gommeux, des mielleux, {les fiers, des abattus, des' aphones, des ergoteUrs. . . Ils oiloi tous, c'est certain, le « faciès» antisémitè. Mais ils sont tranquilles. Ils savent que, finalement, toùt «. s'arrangera ». c. (Section d'Enquêtes et de Contrôle du Commissariat aux Questions 'Juives) LE SJ:NS DES .MOTS. Posant le problème d'ensemble, le presIdent Deloncle ,rappelle que, sous )' occupation, pour comprendre le sens des choses, il fallail souvent remplacer certains mots par leur contraire. Ainsi, d~ns « commissariat Q11X questions juives », il fallait entendre « questions (mUjuives l). Quand on disait « esprit européen jj, cela signifiait « esprit anemand n. Etc., etc ... Et aujourd'hui, ce petit jeu n'est-il pas de nouveau valable? Que signifie, par exemple : Haute Cour (demandez-le à Xavier Valla'! ?). On aurait bien voulu que, dans le cas de la S.E.C .. l'expression (( Cour de Justice II conserve son sens exact. Et que ces criminels reçoivent le châtiment qu'ils méritent. TOUT LE MONDE EST JUIF ..• REVOL « Une oeuvre alfreuseme11l. inhumaine n : c' est ainsi que I·e président caractérise l'activité des hommes de la S.E.C. Quand ils venaient, sur dénonèiation, arrêter un juif, ils en profitaient pour « piquer n aussi les membres de sa famille, ry compris les enfants. Leur principe : « Tout le monde est juif, sauf preUVe du contraire. li. Les enquêtes et procès-verbaux étaient transmis d 'une part à la Préfecture de Police (service de Permilheux), d' autre part à Dannecker, chef de la Gestapo-antijuive. Ainsi, la victime ne pouvait échapper à son tri. te sort. Permilheux, témoin, révèle que si, par hasard, un juif arrêté par la S.E.C. n'était pas envoyé à Drancy, la Préfecturè recevait de Dannecker une demande d'explication. . . Puis les Allemands couchaient, sur les listes de personnes à arrêter, les juifs qui avaient pu se glisser entre les mailles du filet. UN TEMPERAMENT NERVEUX. Les témoins dénoncent Douillet comme « grossier, hautain et zélé n. On rapporte qu'il tirait les oreilles des femmes arrêtées par lui', leur brûlait les bras avec une cigarette. ·les giflait. Il écoute avec attention ce qu'on dit de lui. - Si j'ai été parfois sec, affime-t-il, cela tient à mari tempérament. Maltraiter les femmes, il appelle' ça : Ge Eire Parisien ». Pas]' ombre d'un remords. Il insulte encore les Juifs et personne ne réagit. Il a déjà vingt ans de travaux forcés comme milicien. Mais le président de la République a réduit lia peine de ~ix ans. pAs REVENUS .•• L'acte d'accljsation énumère, dans le · dé. tail, les arrestations opérées par les agents de la S.E.C. Il n'a pas moins de 500 pages. Trois jours d'nt été nécessaires pour le lire devant le tribunal. Quelques .- uns des Me PIMIENTA noms de victimes évoqués ont également été prononcés lors de )' appel des témoins. Mais très peu. Car la plupart des juifs arrêtés par la S.E.C. ne sont plus là pour accuset les criminels. A la fin de presque tous les cas, un leitmotiv tragique: « Déporté, cet Israélite n'est pas revenu. jj. C'est à ceux-ià, surtout, aux 120.000, qu'il aurait fallu songer à J'heure du ver~ict. COMME SI DE · RIEN N'ETAIT. BESSON Suspension d'audience. Ces messieurs papolent et rient. Comme si de rien n' était. Comme s'ils n' avaient pas, sur les mains, des flots de sang innocent. Celle i~différence est le fond de leur être. Leur sérieux de tout à l'heure n'était que de circonstance : un mOYen de défense. On ne peut tout de même pas rire à la figure du tribunal , lui crier le mépris qu' on ressent, affirmer à haute voix qu'on ne regrette rien, qu 'in . est plus antisém'ite que jamaIs. L'un d'eux' mange av~c application une . . tab1ett~ de chocolat. '. A ce poste, il réorgani se, il « unifie les méthodes jj. Et quelles méthodes! Arrêté deux mois après la mort de De- 10ncJe, il est, à S'lI sortie de prisDn, nommé directeur de la S.E.C. Avant d'être à la S.LC., il avait adhéré, en 1941, au « Rassemblement national populaire lj de Déat. Puis il avait fait un stage à la L.V.F., portant· J'uniforme allemand, prêtant serment à Hller . • - Bliez-vow antisémile? lui demande le président. ' - A h! ça, oui! ... Profondément. LA PENTE. - C'est un fait que je ne les aime pas beaucoup, dit Besson (Pierre, fils du précédent), parlant des juifs. Il essaie de montrer un anlisémitisme bénin, « comme tout le monde ll, laisse-t-il entendre. FERRY C'est amsl que l'on commence et, le chômage aidant, on devient pOUrvoyeur des camps de la mort. Telle est la tragique logique de l'antisémitisme. r.; « histoire juive n, prise à la rigolade, contribue à préparer l'extermination. - Une fois admis que le juif était susceptible d'un régime particulier, souligne le président, il était normal de glisser à le mettre hors la loi. ()n donnait aussi libre cours .aux sentiments des sectaires, des canailles, des criminels et. parmi eux, les Dorio-t, Déat et autres apprentis-dictaleurs. SANS PITIE! BONZANS U n argument des avocats : la Préfecture de Police a arrêté 100 fois plus de juifs que la S.E.C. Or, elle n.'a été ni jugée ni punie. Donc les gens Je la S.E.C. ne doivent pas être punis. . Ainsi, la non -épurai ion sert de prétexte ·à la non-épurtaion. Pourtant, il est clair que si Permilheux était encore c;n fonction ' à là Police Judidiaire il y a un mois , cela n'enlève. rien aux responsabilités terribles d~ Be~soll. DES TEMOINS A,·UUUSEl\IT. •• Chacun est habillé impeccabie~ent, a le teint reposé. Même Douillet, qui purge actuellement une peine de 20 ans de travaux forcés comme milicien (réduite de 6 ans par le président de la RéJ?ublique) . Une femme. dans la salle, désigne du doigt J'inspecteur qui l'arrêta. Celui-ci proteste. C'est contre elle qu'on prend une sanction, et les gardes la fichent à la porte. C'est à l'envers qu'il faut poser le problème . . On doit punir sans ' pitié les anti$émites de la SEC. Mlle MONOD fiiIe du pasteur Monod J 'ai appartenu au service social de brancy à partir de septembre 1941. Dès le début, j 'ai pu constater. l'état lamentable des internés. La famine régnait dans le camp où l'on a pu enregistrer plusieurs décès' dus à la faim. Un jour, on a même mis un cadavre dans mon bureau. Au Vel' d'Hiv', à Pithiviers et Beaunela- Rolande, où j'ai également été assLstan te sociale, j'ai pu voir cette chose atroce : la séparation des enfants de leurs parents. Les pauvres petits n'y comprenaient rien. On leur disait que les parents allaient préparer les camps pour les recevoir. Au Vel' d'Hiv, par exemple, les gosses jouaient, faisaient du tOboggan sur les plans inclinés. 8.000 enfants juifs de la région parisi~ nne ont été déportés. 18, je crois, sont revenus. Mo BLAUSTEIN avocat à la Cour Grand se caractérisait par son arrogance et sa brutalité. A tout propos, il menaçait de déportation les internés de ' Drancy. . Quand nous avons été arrêtés le 21 août 1941, c'est Grand qui nous reçut à la Préfecture de police. Il nous a cochés sur des listes. Il apparaissait nettement comme le chef. M" FAIN avocat à la Cour Le 21 août, nous avons tous été arrétés à la même heure pour que nous ne puiSsions pas nous prévenir les uns les autres. L'opération était difficile ; car si la Préfecture de police en avait été avertie, plusieurs d'entre nous auraient été prévenus. C'est pourquoi les Allemands placèrent Grand à la tête de l'organisation de cette rafle. Il nous dit que nous étions considérés comme otages. Chaque fois qu'il s'est passé Quelque chose de grave pour les Juifs, on retrouve Grand à un poste responsable. rF Il se défend en soulignant qu'i! n'étO que rédacteur à la préfecture de police. En réalité, dans la Gestapo, dont Il faisait partie, on ne tenait pas compte des . grades administratifs. On voyait cou- • , ramment à Drancy, des officiers supérieurs de la Wehrmacht parler avec respect à un simple sergent, membre de la Gestapo. . M. LEVY ROBERT J'ai vu les « fouill eurs » arracher les boucles d'oreilles des femmes. J'ai vu Grand proj eter avec brutalité des internés dans la baraque des fouilles. Ces brutes donnaient un avant-goüt de la déportation. M:YOLKA Mon fils, combattant de 1939-40, Croix de guerre, a été arrêté dans un café, par les inspecteurs de la S. E. C. Emmené rue Greffulhe, il a été torturé par l!~s inspecte~rs Verger et Bonzans et par le commIssaire Bouquin. Mon fils a eu la lèvre fendue par un coup de poing ; il est ressorti du bureau de Bouquin, le ViRage tuméfié et sanglant. La personne qui l'avait dénoncé a volé tout ce qu'il possédait. De::,!uls la Libération, jc recherche les tortlMmaires dl' mon fils. J'a"i fait arrêter Verger et Bonzans. Quand j'ai découvert le commissaire Bouquin, installé dans un bureau de Police judiciaire, il n'a pu me dire qu 'une chose: , - Comment m'avez-vous trouvé? Il se croyait en sûreté, à tout jamaiS. Tous les Juifs devraient manifester leur volonté de voir châtier les assassins nazis. D' HUZAN Comme adjoint du médecin-chef de Drancy, j'ai vu plusieurs foLs les dirigeants de la P.Q.J . exiger la violation du secret professionnel et consulter les fiches de santé, documents confidentiels, que nous avions établies. Ils ont déporté des gens qu'un trai' wment de Quelques jours aurait suffi à sauver, mais que le voyage · vers les camps n azis devait tuer. M. Roland MAYER Stinzi et un autre Inspecteur vinrent, un soir, cherchel' mon père, sous pré- • texte de vérification de papiers. Le lendemain, ma mère qui allait aux renseignement.; rue Greffuhle fut arrêtée à son tour. Nos parents ne sont pas revenus. Comme nous ten tions, ma soeur et moi, de leur apporter quelques vivres, nous avons été reconnus, à la sortie du métro par Stinzi, qui nous a arrê~és à . notre tour . UNE BELLE CARRIERE. A la Libération, d'accord avec Antignac, Besson (Paul), directeur de la S.E.C., fit brûler une partie impor4ante des i'rchives. Pas assez pour que n'apparaissent quelquesuns des crimes accomplis par lui et ses complices. Il se réclame du collabo Deloncle, abattu par les Allemands eux-mêmes, en 1944, après qu'il les eût s.ervis 4 ans avec zèle. - Persor.~e ne peut mettre en Joule le pafr:ofisme de DelOTte/e, s' écrie Besson. - Ce n'est pas l'avis de fout l~ monde, rétorque le commissaire du Gouvernement. - C'est le mien. Deloncle m'a dit d'entrer à la S.E.C. : j'v suis entré, Il y travailla si bien qu'il prit rapidement du galon. Chargé de mission en juin 43, il devient, le 1 cr août, di recteur de la région de Rouen , puis, en octobre, inspecteur général pour les deux zones. Et sans pitié tous leurs sinistres congénères, à quelque service qu'ils aient appartenù. METTEZ-VOUS A Mi\. PLACE. Bérard, ex - artiste de théâtre, devait arrêter à domicile une

Tuive qui avait une

fausse carte. Il la trouve, et aussi son enfant de dix ans, Janine. Qu'à cela ne lienne. Il emmène aussi la FOURNIER fillette. - Vous saviez que la mère et l'enfan! serarenl, pour le mu'ns séparées. On hé~le à séparer une chatie de ses pet:ls. Et vous, vous avez osé faire cela . Vous avez envoyé à la mort la mère el la fille Ne sentez-vous pas que c'est grave? ~ Si, bien sûr. Mais il V avail les ordres: mellez-vous à ma place, Monsieur le Président. (dessins de DONGA) • • - , r DROj.:r ET UBatTi 1\oQ1194'}. - N- 33 (IOn Pour l'avenir-de tous les enfants du monde Le procès de la Section d'Enquête et Cie Contrôle du Commissariat aux Af' faires Juives nous a donné l'occasion de connaître une des variétés les plus abjectes ·de la collaboration avec l'ennemi: le bas mouchard qui, dans l'extermination des Juifs, ne voyait que de l'argent à gagner et des affaires à réaliser; celui auquel pensait le chef du Sicherheitsdienst en France, Kn0':hen, lorsqu'il écrivait: « Il est apparu qu'il est presque impossible de cultiver chez les lf rançais un sentiment antijuif qui reposerait sur des bases idéologiques, tandis que l'offre d'avantages économiques susciterait plus facilement des sympathies pour la. lutte antijuive: » JEUX ET EXPERIENCES MACABRES Dans ma déposition devar.t la Cour, j'ai cru bon de rappeler ce que furent les camps d'extermination, On ne redira jamais assez, car trop de gens ont tendance à oublier, la torture inter.minable du voyage sans sommeil et sans eau, puis le massacre méthodiquement organisé d 'une foule tremblante, poussée par la terreur aux chambres à gaz ou, parfois, directement au créma!oire, où les corps se tordaient tout vivants 'dans les flammes. On ne redira jamais assez comment d es S.S. arrachaient' des bébés aux bras de leur mère pour leur écraser ia tête ou les écarteler sous ses yeux. On ne redira jâmais assez comment des S :S. s'amusaient à enterrer un enfant vivant, tandis que lè petit le's suppliait de cesser un jeu qui lui faisait mal. Je ne me lasserai pas, pour mon compte, de répéter qu'au camp de Neuengamme, où il y avait peu de Juifs et où il n'exis'tait pas de chambre à gaz, j'ai vu pourtant un convoi de 3.000 Juifs hongrois ' exterminé en ~u de semaines par . les mauvais traitements; et comment vingt enfants juifs, de cinq à ·treize ans, qui servaient de cobayes dan's des expériences sur la tuberculose, furent final!ment tous tués par injection de phénol au coeur, dans l'espoir que l'on effacerait ainsi toute trace du forfait. LES MEMES S.S ••• Trop de gens ne veulent pas y croire. Et la preuve, c'est que l'opinion publique ne se soulève pas tout entière contre la collaboration politique, économique et militaire qu'on organise pour nous, actuellement, avec une Allemagne non dénazifiée et non repentie., capable demain des mêmes crimes, c'est que cette opinion publique ne crie pas unanimement son indig-nati)n contre le fait que les mêmes S.S., qui tuaient femmes, vieillards et enfants juifs à· Auschwitz ou ailleurs, tuent actuellement de la même façon, mais dans les rangs des troupes françë.ises et sous par Marcel PRENANT professeurd la Sorbonne l'uniforme français, les femmes, vieil- tages, et l'on sait que ce charlatan lards et enfants vietnamiens ou malga- avait trouvé lucratif de délivrer des ches. Après quoi, ils reviendront en ,certificats- d'aryanisme à qui pouvait les Europe et recommenceront la chasse ' payer, Cela ne l'empêchait pas, d'ailaux Juifs, avec les mêmes complicités leurs, qe vouloir s'imposer comme des mêmes mouchards, si ces derniers homme de science, d'accord avec ses n'ont pas été mis· hors d'état de nuire, maîtres de Berlin et de Vichy, et il arMONTANDON NE SERA PAS GRACIE C'est pourquoi nous devons nous féliciter que le premier des mouchards de la S.E.C., George Montandon, ait été exécuté à la Libération, par la justice populaire.. Celui-là, du moins, ne sera ni grâcié, ni amnistié! Avant d'aller témoigner, j'ai cru devoir relire ses riva, en 1942, que ceux-ci voulurent nous le donner comme collègue à la Faculté des Sciences, résistance unanime des professeurs de la Faculté des Sciences écarta les prétenliions de Montandon, et les complices Pétain et Abetz n'osèrent pas insister. On peut en tirer quelques enseignements valables aujourd'hui encore. Le premier, c'est que la ferme union des Un. groupe de F.F.I. juifs, la .. de l'~nsurred'on de VilleUfibanne. écrits, pour en parler de façon plus précise, et j'ai été frappé de voir que, jusqu'à l'occupation allemande et jusqu'à Vichy, il n'était pas raciste, au sens hitlérien du mot. Il refusait de parler de race juîve et d'envisager la généalogie des individus, il considérait seulement le « type physique racial )l, qu'il caractérisait tant bien 'que mal d'après l'aspect du visage, du nez, des yeux, des lèvres, de::; cheveux. Cela ne l'a pas empêché de se mettre, en 1940, au service de l'ennemi et de servir sa pol itique, guidée vers ce que Hitler appelait « la solution définitive du problème juif ». Il ètait avantageux pour lui, au fond, de n'avoir que d'aussi maigres moyens de reconnaissance qu'un nez plus ou moins busqué ou un oeil plus ou moins « humide ». Cela permettait tous les chanéléments honnêtes du pays pouvait, même en ce temps-là, faire échec aux · prétentions des ennemis du peuple; et ·il n'y a pas de raison pour qu'elle soit moins efficace aujourd'hui, quand il s'agit de lutter contre le racisme, contre l'antisémitisme et pour la paix. LA VOIE DU CRIME Le second enseignement, c'est q.ue toute discrimination raciale voulue et recherchée d t un grand danger pour l'humanité. Dans le jugement qu'il a rendu, le Tribunal Militaire de Nuremberg a noté avec raison ce qui suit. Comme le témoin Ohlendorf, commandant d'un Einsat7gruppe dans la campagne contre l'Union Soviétiql1e, avait reconnu avoir fait massacrer par son groupe go.ooo hommes, femmes et enfants, Juifs pour la plupart, le témoin lUe BIOH(OURT : Un vrai socialiste ne peut que' s'indigner Pierre DIBRAY .. • von Bachzdewski déclara à ce propo~ l « J'estime que si l'on enseigne pen ... dant des années, des dizaines d'années, la doctrine selon laquelle la race slave est une race inférieure, et le Juif O. COULIBALY : Ils ont nié les droits de l'homme N OUS, Noirs afticains, victimes du colonialisme, conscients de ce que le problème juif ne peut pas être 'considér~ i$Olément de tous les problèmes raciaux, de tOlItes les discriminations et segrégations qui ont entaché l'histoire des peuples et déshonorent J'humanité, nous nous élevons avec violence contre la conspiration du silence qui entoure le procès des inspecteurs de la police antijuive. Le racisme constitue la toile de fond. d\l nazisme et du fascisme, qui'ont été la cause du massacre de millions de personnes coupables d'être nées . juives, II faut que la justice frappe sévèrement ceux qui ont osé nier l'universalité de l'homme. Il faut en fiuir avec le racisme sous toutes ses formes : antisémite ou ·colonial. OUEZ'ZIN COULIBAL Y, député de l'Afrique Noire, • à peine un être humain, un tel aboutissement est inévitable. Il Transposons cette condamnation du racisme. Appliquons-la à l'Union I:ranque les peuples d'outre-mer sont de

( races inférieures » .••

ILS ONT RENDU LES RAFLES POSSIBLES Le troisième enseignement, c'est que les sous-Montandon du pro~ès actuel doivent être impitoyablement condamnés. Ils ont leur part dans la mort affreuse des six millions de Juifs qui' ont disparu d'Europe. Ils ont leur grande part dans celle des 120.000 Juifs qui ont disl?aru de France, Ils ne peuvent pas nier leurs crimes, et leurs aVQcats ergotent pauvrement, en soutenânt que, même sans eux, les mêmes crimes auraient eu lieu, commis par d'autres, et que les nazis auraient pu opérer seuls, sans leur concours. Ce serait une pauvre ex;cuse, même si elle était vraie. Mais elle est fausse, et les rapports officiels du !uderführer Danneoker le disent tout crCtment : les rafles ~'auraien~ pas été possibles sans la police de V lch y, sans la collaboration des accusés et de leurs pareils. Voulant trouver la fortune, ils ont joué la mauvaise carte. Ils sont pris: ils doivent être punis, sans indulgence, sans grâces, sans arpnistie, pour l'avenir de nos enfants, pour l'avenir de tous les enfants du monde. a" Les mêmes /'ambassade ?• JE ne vous parle pas seu' lement en mon nom propre, mais en tant que s~cl·étaire (Jénéral dtt Parti Socialiste Unitaire, au nom de tous les socialistes fidèles à leur idéal. gères acc01'dés aux bOU1'- Le Sfa7l.dale, enfin, c'est n~anx. que soit prononcé le verdict Peut-on compter sur ceux qui ont défendu la liberté lorsqu'il s'agit de la détruire ? Nous n'acceptons pas que l'on ait une attitude bienveillante envers les lraitres qui ont tant fait souffrir notre pays tout entier el les Juifs en particul·ier. Pendant les noires années. lWO-19Vi, les Juifs ont été abominablemel1t traqués et torturés. Nous sommes tou' jours à leur cété, et nous leur apportons at/iourcl' hui le témotqnage de nO/Te entière solidaTité. PrécisémeTt t maintenant, cinq ans après la Libération, nous as sis tons au scanda.le des acquil/ emen / s, des arâces ou dans le mei.l· leur' des cas. de peines Lé- Nous proclam()ns notre dérisoire ·de 20 ans ... violente indianation ! La sinistre comédie du lin tant qU,ïwmmes nous double-jell, de l'exécution ne pouvons que. protester pa.s sive des ordres reçus, avec indi(/nation contre les n'absout en rien' les traîrécents symptômes d'une tres et les tortionnaires. nouvelle vague d'antisém,itisme d'une part, el d'au- Un hom,m.e honnête cl tre 1)al"t con tre les faveurs sain ne peut accepter lin que l'on accorde à ceux qui rôle de canaille et de meurauraient dû être condamnés trier. impitoyablement. C'est le devoi?' de tous les Le scandale Abetz a com- hommes iustes, de tous les mencé bien avant le ver'dic/. républicains, de tous les Le scandale, c'est d'avoir . socialistes dign es de ce attendu quatr'e ans pour nom, d'unir leuTs protestainstrui: re un pl'ocès dont lions contre celle iniure tous les éléments étaient lancée aux 120.000 Juils donnés, évidents, patents. victimes de la S.IT.C., de ta Le scandale, c'est aussi P.Q.J. et de tous les serd'avoir permis à cet odieu.}; vices antisémites de Vichy. 1Je1·S0n.nafle de . développer Il faut obtenir justice! ses thcones racwJes du box des accusés comme du haut Elie BLONCOURT, d'un'e tribune. Secrétaire général du p,s.lJ'. Peut-on comp:er sur ceux qui ont restauré la République lorsqu'il s'agit de la jeter à bas ? Peut-on compter sur ceux qui ont sauvé J'indépendance nationale alors que de nouveau il s'agit de livrer la naticm ? # Non point. On ne peut compter que sur ceux qui ont l'habitude, ceux qui connaissent la chanson, les spécialistes. Les traîtres de la veille sont pr(:':s à -devenir les traîtres d' aujourd'hui. Et de même, comment pourrait-on se passer aes services de M. Abetz ? , 9n aura peut-être besoin d~ lui demain à Strasbourg comme ambassadeur à 1 Umon Européenne, en compagme de M. Pierre-Etienne Flandin il nous aidera à refaire dans « I"hon~eur et la dignit~ une F~ance propre dans une Eu~ope unie u. . P~opre, bien lur, comme on 1 entendait du temps où M. Pierre-Etienne Flandill ~talt m,mlst~e ~ei Affaires Etrangères et M. von Papen ambassadeur. C est-a-d,re nettoyée de s,es Juifs, de ses com,!,unistes, et par-~essus le marché de ses « plo~tocr~tes ~) - qu on ramasse par camions devant les portes des usines pour le tra~all obhgatolle. M~is, grâce à Dieu, il y a des gens, en France qui estiment que l'histoire n'est pas un éternel recommencement, et qu après tout M. Abetz peut bien faire un bagnard. . . Il ne fa!:'t tout de même pas que ce soit toujours les mêmes à l'ambassade et toujours .les memes au bagne, '. Pierre DE BRAY, anc1en rédacteur à « Témoig..,a~e Cht~tien ». ... ., 1 . 1 . .',1," , tk,ô; 1949. _'~ 93"'(,0)): • ',' OROn: ET LIBERTE

.-. ~ ' : ~:;:

LA RESISTANCE" CHEMIN DE, LA'VIE La Résistance fut la première répoose Ju Peuple français aux bandits de la P.. Q.I. et de la S.E.C., aux assassins J'Ascq, a tous les A betz. ÎI y aura cinq ans Jans quelques jours. Paris se libér{û. CeuX qui 'luttaient alors , contre l'occupant doivent s' w1ir aujourd'hui pour exiger le cMament exemplaire des boltl'reaux nazis, pour ' protesler contre la reconstitution d'une armée allemande pr2te à la revanche. Les victoires d' hier sont un stimulant dans l'action Vers ,les oictoires de dema:n. Dans ce numéro essentiellement consacré à la police antijuive, il était donc nécessaire J'évoquer la Résistance juive, partie in-tégranle du .lraM de la Résislance en France. Nous ne pou/Xons mieux fair.e que pré~enter à nos lecteurs quelques pages ,tirées de la substantielle préface écrile par A. Raiski, au tvre : « La voix de la Résistance el de la Victoire. » Ce' livre qui contienl la reproduction de plus de 300 jour~ T'laux et documenls clandestins, paraîtra d'ici peu. Au d!ébut de n~)Vembre Balt campagne (~( nLre les co"ni\).' 12, nolIs recevions, munis Les ; il aidait, en génétransmis par un eama- raI, les bourreaux à répandre rade du mouvem,ent de Hésis- . ridée trompeuse qu'une coltance polonais, un rappbrl ~ur lélbol'at,ion était possible; que les massacres atroces de Po- si les Juifs se conformaient logne, sur l'exterminalion aux lois et ordonnances, l'occomplèle des déportés. cupant s'adoucirait. Un numéro spécial fut Comment développer l'esprit é'diLé. La rléaction fut assez de riésistance sans combaLtre différente de ce que nous at- el démasquer constamment le tendions . l'ole de l'U.G.LF. ? Notre lutLe On ne voulait pas, on ne contre l' U.G.LF. n'a pas cessë pouvait pas croire. CerLains tout au long de l'occupalion. ' disaient que, la nouvelle fQt~ Plusieurs journaux relatenL les elle vraie, il valait mieux la ef[orls déploy'és pour anéanlir cacher, car elle risquait de l'influence de l'esprit de coldécourager complètement les la bùralion prôné par le « Jumasses. , den rat ». ,Pas un appel à .lit Notre 'direclion d~clda lou- lutLe contre les assassins naz~ tefoÎs de continuer avec 1?lus que n'accompagne l'appel à de vigueur encore à écl~lrer I::l luLLe conlre ,ses alliés juifs. la. populalion sUr la tragique L'U.G.I.I~. s 'enfonçait de réalité, à dire que la commu- plus en plus dans les marais neuté tout entière ~lait ~on- de la tralli~on. Lorsque s'élal'damn: ée à mort. SI terrible git le combat, c'est à main qu'il flit, nous formulâl~1IS le aI'mlée, ,que les organisati.ons mot d'ordre: « La. depot/a- de R:éRI&1ance attaquèrent les tion, c'est le chemtn de la bureaux du (( Judenrat ». Ils , t1Wrt. La RésistanCe cl la lulle purent ainsi soustraire les liscontre la déportalion, c'est le les et les documents qu'utilichcmin- de la vic. ») sait la Gestapo pour se saisir l '\J.G.I.F. INSTITUTIO'N ENN,ÉMIE des malheureux { Juifs qui avaient cru deVOIr confier à rU.G.LF. leu!'s adresses ou Mais les plus grandes diffi- celles de leurs enfanls. cuItés provenaient de l',aclivité LE 16 JUILLET 1942 des groupements c:apllul~rds qui, par leurs presslOn~ dprec- E NCOUl1AGEll m 0 raI eLes et indirecles, alfallJlls- ment et politiquement saient l'esprit de lutte, frei- Il'élait pas la seule tâche de naient la mobilistUion des -' la litténl.lure clandcsline. Pl'amasses populaires. liquement, le 1f',f,Leul' y trou- A la lêta des démenls de vaiL des consei ls précis sur capitulaLion était rU.G,l.F. les moyens d'léchappcr aux L'occupant voulait obliger mesures de police. les Juifs de France à recon- (( L'ennemi prepare un C1'inaÎLI'e le fi ,Judenrot »). En me 1nnnstr1l CU,c » : LeI est le fait, les larges mas~es .se dlé- Litre d'un appel paru en juin toul'l1èrenL de celle 1I1slJlutlOil HM2, eL qui a joué, à cet égal'd, ennemie. Mais il est vrai, un rôle tlécisir en sauvant la d'auLre p,art., que certains élé- vie de milliers de Juifs. « Semenls r'éaCllOnnall'es .se lals- . lon les nouvelles qui nous parsèl'rnL (( torcer la ma1l1 j). ]Is _ par" A '. RAISKI viennent de sources aut01'isées, disait cet appel, les Allemands organiseront dans le temps le plus p1'oche des rafles monstres de Juifs. » Puis vient le conseil suivant: «. La question se 1Jose pour tous les Juifs: que fail'e pour ne pas tomber aux mains des assassins S.S.? Voict ce gue chaque homme, chàque femme doit faire: men Laire, les Résistants juifs organisèrent des prises de parole dans Lous les quartiers de Paris pour amener les masses juives à une défense active, à la protection organisée des en: fanLs. « L Ne pas attendre les bandits à la maison. Prend,'e toUtes les mes'u1\es pour se ca- , cher, et avant tout cacher les enfants avec la sympathie agissante de la population française; Des milliers de familles portent aujourd 'hui au ' fond de leur coeur un sentlment de reconnaissance envers notre mouvement pour l'aide que leur ont apporlée notre propagande et nolre organisation à la veille du 16 juill et. Des personnes revenues, de déporta lion - raconLent, par conlre, qu'au Vélodrome cl'Hiver et à Dmllcy, où furent rassemblées les viclimes des rafles, on e-ntendait sans e-"se ces paroles de regret: « Nous alll'ions dû ëcouler les R ésislan ls. » « 2. Ayant assuré sa pmpre liberlé, adhe'/'er à une organisatim/' de c,ombat patriolique, afin de baUre l'ennemi sanguinaire el venger ses crimes; « 3. Si l'on tombe aux mains des a.ssa.ssins, résister par tous les moyens; barricader les portes, appe,ler au secours, se baltre contre la police. On n'a 1'ien à perdre el l'on peut gagner la vie. Che1'cher sans cèsse à s'évada. » Cet appel a pUI'U un mois avant le pogrome du i6 juillet 1\).'.2. Tl a 'élé répandu à Paris par milliers d'exemplaires: Son conLenu fut ,transmis de Douche ù oreille. Selon les indications de ce document et selon l'instruction cpmplé- Point de Tafle importanLe, d'agression que le journal ' n 'ait sis-nal:ées à ' temps. Il s'efforçall ,ainsi de' prévenir la panique, d'allirer l'a Honl ion sur lOlde sous-eslimalion du danger el sur les illusions par lesquelles cerlains se laisseraienL bercer. En général, notre 1 iLléra 1 ure clandcsli ne a conll'ibué dans une lurge mesure au passage de la ])oplllation juive de l'étal de passivilé à une acLivilié qui a pris {jes formes divel'ses : abandon du foyer, suppression 'de l'éLoile juive; adhésion ù un groupe de combat armé. DES PAGES ECRITES AVEC DU SANG C E n'est pas crvèc de l'encre, mais avec du sang que furent écrits nos documenLs clandes Lins. La t~rrellr du tzari slhe contre le mO'lv2- ment OuVrier révolutionnai:'0 de H.ussie, la riépression d,,) !u_ « défensive » pol~lilaise pt ùe la « Siguranza » roumal.1,) étaient dépaSSées pat· la H-rreur de' la Geslapo, qui. d3l1S le cadre de ses mesures de r:épI'ession contre les patrioles, s'aLtach.a.it surtout à [rappel' les partisans et les m~lilants clandeslins juifs. ' Après le pogr'ome 'du 16 juillet, la rage antijuive des bourreaux grandit encore, s'il est possible. Paris, pensaient-ils, é lait déjà « Judenrein )). En fait, les parlisans juifs n'ont jamais frappé des coups aussi nombreux et aussi directs que dans les mois qui suivirent la dlépor\'alion atroce des 20.000 . hommes, femmes et enfants. R ién de très IiLlél'âi re dans ces écrils. Mais on y enlend l'appel clouloureux des mèJ'cs, les pleu1s des en[qnts innocenis. De ces humbles feuilles s'é lève la mal:édicLion des milli ers - dt', massClcrés. Le cri de la vengeance y ' retentit. Elles apportent l'éc110 des ell\1nls enLonnés sur les lieux du supplice. Elles résonnent du crépitement des mitraillettes et des grenades explosives. Elles exalLenl le courage et font yibrer l'hymne de l'espoil' eL du châLiment. n 'étaien t TJas cOn lmints d'ac- r-----------------------------'----.,.--------:-_-:---:-_-:-_____ :--_~_ cepler l 'offre des nazi~. Ils aUl'airnt pu fail'e comme toul honnt:te ciloyrll du pn:ys : PiJsser dans l'iUégalilié, rester hommes libres. Les collaboralrurs du «( JudcnraL », cie l'D. G. I. F. et leurs défenseurs prélcnden t aujoul'd'lllli f1u ' ils vOlllaient 'trompcr la Gestapo et faire ainsi oeuvre de sauveteurs ROUS le camouflage légal. La Gestapo n'était pas , dupe. Elle li mainlenu le « Judenrat ». Slulpnagcl et Dannecker savaient que cc qu'ils perdaient par le Ll'avail « illégàl ») de l'U,G.1.F., il,s le re .. gagnaient, capllal el mliérêts, par l'exislence même du « Judenral ». ' LA RESISTANCE CONTRE L'U.O.l.F. MaWl'iellement et moralcl1lent, le « Judenrat » secol~c dait l'occupant dans la réalls'ation de ses plans antijuifs. Le « Judenrat » publiait un journal; il faisait de la propagande; il appelait à rejoindre les , camps de travail; il créait une police juive et me- Quand le peuple est Une quetion. se posé immédiatement pour quiconque a suivi de près ou de loin les procès des bourreaux antisémites de la Police aux Questions Juives et de la Section d'Enquêtes e't de Contrôle : l'attitude d'extrême bienveillance adoptée, par la magistrÙure il l'égard de ,ces 'criminels e~t-elle l'effet d'une volonté Internationale d'indulgence enve: s les traîtres ? ' POUl répondre à cette question, nous avons procédé à une enquête tapide. POLOCNE La nouve"e juridiction polonaise 'p,évoit les plus sévères châtiments pour les criminels qui ont attenté à l'inviolabilité des Droills de "Homme qui stipulent que : « Nul ne peut être mis à mort du uul fait q .. 'il est fils d'une certaine race; « Nul n'a à répondre devant la loi de ses convictions religieus.es et politiques. » Ainll furent condamnés à mort Albert Forster qui liquid~ la population juive de Cdansk et s'appropria les biens juifs confisqués; BueMer, recponsable de la mort d~ .."mie" de Juifs et lnspeeteur du ghetto de Cracovie ; kudolf Hoess, ex-commandant du camp d'Aulchwitx, et nombre d'autres. HONGRIE A la libération furent créés des tribunaux populaires q,ui ont eu à juger d! nombreux antisém,ites, et particulièrement les cadres des bataillon~ de travail obligatoire (formation . spéciale de l'armée fasciste hongroise qui recruta:t 'essentiellement des Juifs) , q .. i s'étaient livrés à dec actes de cruau'é su. les Juifs ain4i recrutés. La peine de mort fut généralement requise et prononcée. Ainsi le Père Kun, prêtre sadique, qJli to.tura plusieurs centaines de Juifs de Budapest, ' fut pendu dès 1945 en même temps que tous les chefs du pouvoir naxi. , Le Q'uisling hong.ois, Sxtàgay, fut fusillé. Au cou:s du procè" Mindzensty, il fut violemment reproché au Cardinal so~ ,antisémitis1me. Il fut condamné aux travaux forcé" à perpetuité. De mêri1e les Juifs collabo~ateul'S, qui avaient , vendu lèurs correligionnaires aux fascistes, furent sévèrement punis. Enfin, en 1946, l'Assemblée Na-' tionale vota une loi qui stygmatise les persécutions indignes dont furent victimes les I~raélites. réta~lit l'égalité des droits exp'rlme la reconnaissance de l'Assemblée Nationale aux Hongrois qui n'ont pas craint, devant lès menaces intérieures et extérieures, de prêter leur ' appui àux persécutés et d·e lauver des milliers d'entre eux. Le peuple hongrois ne s'identifie pas aux , persécuteu:s racistes, En outre, la loi stipule que les biens juifs non réclamés par leurs , propriétaires seront g,érés par la communauté. sous le contrôle de l'Etat, jusqu'à leut restitution définitive. TCHECOSLOVAQUIE Par ordre d'Hitler, une petit,e ville située au Nord de Prague, Terezin, devint le Ghetto Ile l'Europe Centrale. • Juge. •• 85.000 Juifs y ont pé~i. Mai., aujourd'hui, leurs bou-reaU. sont sévèrement châtiés. leurs activités sont étalées au grand jour et tous les coupables paient. Joseph Tiso, qui avait cC/nsenti à la d~portation' de 51.837 Juifs et ... 30.000 Slovaques, a été pendu. Tous ses complices ont été condamnés Il mort. ROUMANIE • Les responsables du pogrom de Yalsi ont reçu un châtiment exemplaire. U.R,S.S. La justicl! soviétique a jugé les antisémites en même temps que les autres criminels de guerre, En 194'5, l'épuration était achevée, et le pays nettoyé des traîtres etdes tortionnaires de toute espèce. Là aussi, justice est faite. Et pfus rapidement que ailleul'S. C'est le peuple qui juge. partout L. D. ... 10 -----------------------------~------------ DROJT f.T LlBERT~ :::cs 2 Paul ELUARD ••• Il n'y Claude BOURDET •

l'union a pas de JE tiens beaucoup à signaler qu'on ne peut pas demander à un régime de condamner des gens dont il se sert. Car s.i l'on condamnait Abetz à mort, tl faudrait, au lieu de s'en servir, châtier les 8.8. assassins. miracle! sont en général trop bons, et ne oorrigent pas toujours comme ils le rpéritent les énergumènes qui se livrent à des manifestations répugnantes. peu~, imposer châtiment .exemplaire des Résistants un , L'insuffisance de.la justice, son incapacité s'est manifestée du jour où Pétain n'a pas été c~âtié. Pétain, symbole de la traluson, _ des crimes et des persécutions d'hier, Pétain, symbole de la « clémence)} d'aujourd'hui. J'écrivais déjà en mars 1945 : Les femmes d'Auschwiti les pe[ tits enfants juifs Les terroristes à l' oeil juste les , [otages Ne pouvaient pas savoir par quel [hideux miracle La clémence serait ardemment '[invoquée. Nous avons bien compris aujourd'hui qu'il n'y a pas miracle mais simplement regroupement de tous les ennemis de l'homme pour la défense de leurs sordides intérêts. Et le traitement de choix accordé à Pétain, cc vieux misérable, donne confiance à . tous ceux qui osent dans l'ombre reprendre les mots d'ordre antisémites, Ce qui leur donne oonîiance aussi, c'est que les honnêtes gens Mais les Français, les patriotes, les catholiques, les juifs, toutes les victimes qui se souviennent, doivent réagir vigoureusement contre l'insolence renaissante des fascistes. L'Italie a su magnifiquement faire justice à Mussolini. J'ai vu, devant le cadavre de ce malfaiteur public, les Anglais, les Américains, les représentants de tous les pays attérés, saisis de respect et d'admiratio,! pour une nation qui a su laver sa honte et ses plaies. J'ai vu, en Pologne, au procès des 32 criminels de guerre de Cracovie, les accusés trembler de honte et suer de peur sous le doigt accusateur des témoins à charge. e Là les criminels baissent la tête. Là il y a une justice, là on peut croire en .elle. Mais la France, la France aurail- elle en vain versé son sang, chassé l'envahisseur, secoué les liens de la lrahison ? La lulte continue. La justice r.este à faire. SDILIENCIES LA première remarque qui s Impose est que ces procès viennent trop tard. L'atmosphère a changé depuis 1945. Peut-être estce, dans une certaine mesure, un bien. Les atrocités de la guerre, éloignées, soulèvent moins de rancune, les esprits peuvent juger les actes avec plus de justice et de sérénité. Pourtant, c'est certainement aussi un mal, et je pense que le mal dépasse le bien. Car, malheureusement, deux phénomènes néfastes se manifestent. D'abord, les horreurs de la guerre et des persécutions, les crimes les plus répréhensibles sont moins vivants. En 1945, lorsque nous étions sous le coup des tortùres, des fours crématoires, des chambres à gaz, une émotion légitime nous saisissait. Mais on ne s'indigne pas devant des souvenirs historiques. Qui se révolte à la pensée de l'assassinat du duc d'Enghien ? D'autre part, à la libération, les magistrats des tribunaux jugeaient, sous la pous· . sée populaire, avec un peu trop de sévérité parfois, et sans doute q~elques .Jpj~stices ont pu etre commIses. Mais aujourd'hui, ces magistrats tombent dans J'excès contraire. Des gens qui hier étaient en prison, demain seront tout à fait libres et après demain au pouvoir politique. C'est pourquoi il faut bien les ménager./ 000 UNE justice révolutionnaire n'aurait pas frappé beaucoup de monde. Une justice équi~a~le ilur,?it durément frappe a la tete, condamné les véritables respon~, ables. Or, Pétain termine ses jours dans une détention confortable, ses ministres sont frappés de peines légères, lorsqu'ils ne sont pas acquittés. Pour prendre un autre exemple, plus récent, on réhabilite le nazi Abetz, par 'respect de sa position « inattaquable » d' « ambassadeur officiel ». Mais en 1940 Abetz n'était pas ambassadeur! L'Allemagne, en guerre. avec la France, ne pouvait lui envoy'er un . ambassadeur, puisque aucun traité de 'paix n'avait été signé. Ce titre d'ambassadeur voile bien des crimes. Otonsle et toute la défense d'Abetz s'écroule, il ne reste que le propa2andiste de l'hitlérisme. Une répression juste, brutale dans son exercice, mais limitée dans son envergure, n'a pas été faite parce qu'en frappant les puissants on aurait frappé toute une société. Alors on s'est rabattu sur des criminels de second ordre. Là où l'opinion publique se serait montrée satisfaite de grands coupables condamnés à mort, on a. gardé des milliers de petits en prison. o . N ne peut pas conserver indéfiniment un grand nombre de condamnés politiques en prison. C'est pourquoi on tente au jourd' hui, à ' n'en conserver qu'un nombre restreint. Mais qu~ls sont ceux qui doivent rester en prison - ou ce qui vaudrait cent fois . mieux puisqu'il s'agit de grands coupables - être exécutés? Il me semble que parmi ces coupables une place de choix doit être réservée à ceux qui ont participé 'aux persécutions antisémites. Ceux qui ont donné libre cours à leur sadisme sur des innocents sous prétexte qu'ils étaient nés juifs, ceux qui ont t~rturé et massacré des mill iers d ' hommes parce qu'ils étaient soi-disant d'une « autre race », ceux-là ne méritent aucune pitié. Qu'est-ce qu'un antisémite? Qu'est-ce qu'un inspecteur de la police aux questions juives? Ou bien c'est un fou, et un fou dangereux, destiné à 1; asile et à la camisole de force. Ou bien c'est un criminel endurci qu' aucune mesure de grâce ne peut sauver et qu'il faut écarter définitivement de la société. Si nous voulons qué justice soit faite, nous devons reconstituer une unité de ce qui était hier la Résistance. Si le gouvernement, si tous les éléments de la magistrature, du barreau, de la police, . qui détiennent en main le sort des criminels, sentent qu'il y a dans le pays une force qui peut leur créer des ennuis, ils tiendront compte de cette v~lonté populaire au moins autant que de la puissance ressuscitée des ct collabos ». Et je suis personnellement . très heureux de voir qu'un regroupement des patriotes se dessine, qui démontrera sa force lors de la prochaine Journée de la Résistance. Comment qualifier l'attitude de certains milieux réactionnaires juifs qui se sont complètement désintéressés des procès des tortionnaires de la PQ) et de la SEC? cité jusqu'à omettre d'insérer une annonce payante appelant au meeting organisé par le MRAP pour de-' mander un jw;te châtiment . . aUSsi soient venus au rr.eeting ? Demandait- an aux Juifs à Drancy s'ils étaient communistes? N'étions-nous pas tous dans le même panier ? ~ au nCJm de6 ltictime6- Ne parlops pas de la e1CA qui ne s'est pas plus manifestée ici qu'elle ne le fit sous l'occupation. Que doivent. penser les familles de ceux des membres de la LlCA qui sont partiS à Auschwitz, via la rue Greffulhe et Drancy? La presse juive socialo-sianiste a obéi aux lT]êmes consignes de silence. La feuille socialiste «Notre Voix» a consacré aux procès quelques lignes à peine à côté de grands articles pétris de mer.JS0r:'ges et de calomnies sur un prétendu a.ntisém.itisme en URSS. « Notre Parole », organe « Mapai » en France, a poussé la dupli- Un malheureux père, qui a perdu son fils, déport~ :)ar les gangsters de la SEC et qui s'obsti.'1e à ne pas oublier, est allé demander des explications aux rédacteurs de « Notre Parole », poursuivant les dérr.arches qu'il fait inlassabiement depuis 1944 auprès des juges d'instruction, des 5'ecrétaires du Parquet et des fonctionnaires de ministères pour réclamer, en toute ba'1ne foi, la justice. - Pourquoi n'avez-vous pas fait paraître U.'1 appel demandant à vos lecteurs de venir au meeting de la . rue Lancry ? - C'était un meeting communiste ! - Et alors, bon Dieu, quel 'mal y a-t-il à ce que les ,commu.nist~s Ces messieurs de « Notre Parole » , l'1'ont pas encore répondu. Et quand « Franc-Tireur » rend compte du procès de la S.E.C., cela don,ne de drôles de résultats. Ainsi, le président Delonel'e, ayant demandé à Bessan s' il ' éta it antisémite, celui-ci avait répondu : - Ah .! ça oui, Monsieur le Président, profondément ! Résultat : on peut lire, le lendemain, dans « Fra.nc-Tireur », le titre suivant : « Paul Besson décla re : je ne suis pas . foncièrement antisémite. li Le « Figaro », cependant, rapportait, de son côté, la phrase exacte de Besson. Curieux, ,n'est-ce pas ?

'IIIUIIUIIllUUWUW_UUUIWIIÙIIUUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIWIIIIIIIUIIIIUUUIIIWWUIII1IIIIIIIIIIIIÙllllllllllllllllllllllllillUllllUllUUIWUUIIUHIIIWIliIE
"Notre action ne s'arrête pas là"

Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme montrée très active. Une délégation conduite par et pour la Paix (M.R.A.P.) a déployé une grande MO. Roland Lévv se rendait auprès du Commissaire activité autour du procès de la S.E.C. et de la du gouvernement, pour lui demander une condam~ P .Q.J. nation exeniplaire. En cela, il exprimait J'opinion de tous les Juifs, de De plus, par des communiqués quotidiens, le tous les Français honnêtes qui exigent le châtiment M.R.A.P. a constamment alerté la presse et l'opiexemplaire des criminels nazis. . nion publique. . On ne peut pas en dire autant de certaines orga- Et le 29 juillet, se déroulait salle Lancry un ni sa ions juives, dont les journaux ont presque entiè- puissant meeting organisé par le- M.R.A.P., présidé

rement passé sous silence les procès de la police par Me Biumel, et auquel prirent la parole 

5 antiiuive. MM. Prenant, Schafier (F.N.D.I.R.P.), Bulawko 5 ê Dès le 18 juillet, Me Grinspan, secrétaire géné- (anciens déI?Ortés juifs), Bucov:ci et Orfuss {anciens ê 5 raI du M.R.A.P., adressait au commissaire du gou- combattants), et Youdine (secrétariat du M.R. 5 § vernement Prioux et au président Deloncle une A.P.). Des témoins aux procès de la police an ti- ê

lettre demandant que Marcel Prenant soit cité juive, MM. Yolka et Marx intervinrent égalément. §

ê comme témoin à charge. Mais les jugements rendus ne sauraient safisfaire 5 § Le lendemain, le M.R.A.P. rendait publique les victimes de l'hitlérisme, les hommes de bonne §

cette démarche. volonté qui luttent pour la fraternité et la paix. 
$ La proposition ayant été agréée, Marcel Prenant Dans une interview du 19 juinet, le M.R.A.P. -~

témoignait le 28 juillet au procès de la S.E.C. Il soulignait: « Noire action ne s'arrête pas là. Nous - résume l'essentiel de sa déposition dans l'article n'aurons de cesse qUe tous les coupables,; que tous § que nous publions err page 8. les responsables soient cMliés, que l' opmion sache ê il Entre temps, la Commission juridique du M.R. à qlJOi s'en tenir, et viennent réclarTAt aVec nous un § 5 A.P .• représentée en permanence au Palais, s'était juste châtiment. » ê ffiUlIllIlIIUlIIlIlIlIIlIlIIlIIlIIlIIlHlIIlIIlIIlIlIIlIIllIIlIllIIlIIIIlIlIIlIlIIlIlIlIIlIIlIlIIllIIlIlIIlllllIlIlIUllIIlIlIIlI1UlIIIIIIIIIIIlIllIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ U M,R.A.P. DIMANDI JUSTICI Le Mouvement contre le . Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix tient à faire entendre, à l'occasion du procès de la S.E.C. devant la Cour de Justice de la Seine, la grande voix de toutes lés victimes .....d. es persécutions raciales, la voix de ceux qui ne sont jamais revenus des camps d'extermination et aussi de ceux qui en ont été sauvés après avoir enduré d'indicibles souffrances. Au nom d~ toutes ces victimes, le M. R. A. P. demande une justice certes sereme, mais implacable. Sous l'occupation allemande, la France a été souillée par des individus qui se sont faits volontairement et sciemment les complices des Allemands, les complices d'assassinats collectifs froidement perpétrés et qui sont sans précédent dans l'histoire moderne. Ils l'ont fait en dépistant les Juifs, en les arrêtant et en les livrant aux Allemands, vouant ainsi leurs victimes à une mort certaine. Ces individus en tous points méprisables ont foulé aux pieds l'honneur de notre pays, ses traditions les plus nobles et les plus pures qui ont toujours contribué au rayonnement de la France à travers le monde. La France ne serait lavée de sa honte si les criminels complices des Allemands n'étaient pas châtiés comme ils le méritent. Le monde serait stupéfait de la moindre indulgence à l'égard de ceux qui n'en ont pas eu pour leurs victimes. Les pleurs des mère!; auxquelles On enlevait leurs enfants' les cris des enfants que l'o~ séparait de leurs mère,,; les supplications des vieillards et des malades, rien n'avait pu les apitoyer. Ces monstres. se sont mis eux-mêmes en dehors de la communauté française et en marge de l'humanité. Et ceux qui, peu nombreux hélas, ont pu échapper à l'extermination ne pourraient vivre en paix tant que leurs bourreaux ne seront châtiés. Au souvenir des souffrances inouïes viendrait s'ajouter la douleur et l'indignaLion de voir leurs tortionnaires en liberté pire insulte à la rr,émoir~ des disparus et au sentiment de justice qu'éprouve tout honnête homme. • .... -- --- /tdJt 1949. - N" 33 ,(lOU .. D,ROll U. Ll.BERTI ~"'_~p~S!r::.~. ..,. .."i"'""!"i--"""""----.~:g:!!I!l"~ ,. -".-------- ,De la Seine au Danube --: .... NOUS A \VIONS !FAU' lUJN ImIEAU VOYAGE Sur ],es 150 enfants de France, filles et fils de fusillés et de déportés, invités par le gouvernemnt hongrois a~ Festival Mondial de la Jeunesse qui se tiendra du ,14- au 28 août à Budapest, la Commission Centrale de )' Enfance s'est vu aoeorder 40 places pour des enfants juifs dont les parents ont été assassinés pendant la, dernière guerre. Nos enfants et nos jeunes parmi lesquels 15 Cadets sont partis le 17 juillet ' dernier débordants de joie et d'enthousiasme avec leurs camarades de l'Association Nationale des Familles de FusilJés et Massacrés, curieux de connaître un nouveau pays, heureux de pouvoir assister aux grandioses manifestations prévue~. Déjà des nouvelles nous parviennent. chanté et parlé avec eux. Ils s'ont très Mieux que des commentaires cette lettre enthousiastes pour la préparation du d'un groupe de nos jeunes exprime leurs Festival et nous ont même montré l'Ile sentiments sur leur arrivée à Budapest. Marguerite où ce dernier se déroulera. « Nous vous donnerons bientôt des « Le voyage s'est très bien déroulé nouvelles plus complètes et ferons tout grâce aux responsables qui ont main_ notre possible pour replésenter icl ditenu le convoi dans une bonne ambian. gnement notre organisation. » ce. ~ notre passage en Suisse, la Croix-Rouge nous a offert un goûter et un groupe de jeunes Belges est ve· nu se joindre à nOus. Immédiatement une J!rande fraternité s'est fonnée. « Nous sommes arrivés à Budapest à minuit et demi. A la descente du train, nous avons été accueillis par une délégation de la Croix-Rouge hon_ groise. Un représentant du gouvernement hongrois nous a dit en français combien son pays de démocratie populaire était heureux de nous accueillir. Une · voiture radio a enregistré nOl! chants et a interwievé quelques-uns d'entre nous' sur nos impressions de voyage. La gare était pavoisée de dra_ peaux français, belges, soviétiques et hongroi,s. De nombreux autocars nous ont 'conduits directement à l'Hôtel Bristol, situé au bord du Danube, un des pros grands et des plus beaux hôtels de Budapest. Un repas nous fut offert et on nous a conduits dans des chambres magnifiques. « Aujourd'hui, nous . serons répartis dans différentes familles hongroises. Nous en sommes très contents car nous aurons ainsi la possibitité de con. naître la vie des travailleurs de ce pays. « Nous avons déjà pris contact avec les joones de Hongrie, nous avons Et ce n'est qu'un premier contact avec la jeunesse hongroise; déjà arrivent les premières délégations et dans quelques jours, nos enfants et nos jeunes feront connaissance avec des milliers d'autres jeunes venus de tous les coins du monde. Nous continuons.;. ;  : : - 'Allo 1 La F.M.D.]. ? y a-t-il des organisations de jeunesse juive qui, de France, participent au Festival mooJial de .la Jeunesse à Budapest cet été il - Bien entendu 1 ... Oui 1 Le Mouvement des Cadets, 14, rue de paradis 1 Il délégués. Il m' était, facile de remonter la filière et de voir les jeunes Juifs de France envoyés par leurs camarades au grand rassemblement de la jeunesse du monde. Ils .sont 3 filles et 8 gars. dont un de Saint-Quentin. ~E,N'AURAIS dAMAIS PENSE ... Clara la brune, déléguée du XI" arrondissement. m' émerveille par son sourire radieux. Inutile de l'interroger, les paroles coulent de ses lèvres en un torrent impétueux. . - Tu sais, me dit-elle. je n'aurais jamais pensé qu'un jour j'irais à Buda. Lorsque mon nom fui prononcé et que toute l'assemblée a levé la main, je ne voulais pas y croire. Tu te rends compte, jamais je n'aurais pu me permettre pareil vo:yage 1 « Je vais voir des jeunes du monde' entier, je serais l'une des 12.000 qui vont ensemble proclamer leur volonté de l1-:vre en paix, d'avoir un avenir meilleur ...

 :"2

- La participaticm au festioal en (Je 25.000 francs. Comment t'arranges-tu il Tu peux donc débourser tant il Jopo, autre délégué du XI", qui avait tout écouté en ~i1ence. un sourire au coin des lèvres, intervient : - Tu sais très bien qu'il noUs est iTl1/JOSsible de pa)}er m2me la moWé de celle somme,. Clara est couturière, une midinette, en chamage très souvent. Moi de m2me. et pour tous les copains c'est la m2me cho!e. Daniel le maroquinier, Pierrot l'électricien, lIJernard le vendeur, Michel le tailleur ne gagnent ~me pas le minimum vital. Dora l'étudiante et Léna n'ont plus d'argent 1 « Potrrtaitt n~us allons tous parfir. Car le~ Cadets ont à coeur d'être représentés là-bas. Nous pensons qu'il faut que la jeunesse juive de France m21e sa voix au choeur mondial des jeunes. Aussi chacun collecte autour de soi pour payer notre voyage. « Le père de Julien Zerman nous a dOTmé pour les délégués du XI" 24.000 francs. L'U.}.R.E. nOIrs a versé une suboention de SO.OOO francs. Je viens d'apprendre que les jeunes de la colonie de Pomichet ont fait une collecte pour , nous. C'est formidable cette solidarité que nous ser.Jons autour de nous 1 POUR LA PAIX Je ,regardais ces jeunes enthousias~es avec envie. Le pâle Pierrot, le maigre Daniel semblaient déjà être dans J'île Marguerite, sur le Danube. Michel, le plus âgé de tous (l'an prochain il· doit faire son service militair~ pensait à tous ces jeunes iuifs de France qui sont tombés pour des iend€mains qui chantent. Il pensait à tous ces jeunes qui triment toute l'année durant mais aussi luttent pour voir leur condition s'améliorer. 1\ pensait aux déportés. à la guerre qui menace et son visa.ge reflétait la confiance. - A · Buda, me cria-toi! comme je par~ tais, je dirais que les jeunes juifs de France ne veulent pas la guerre, qu'ils ne veulent plus rev(;:' les jours sombres des années 194().. , 1945 avec les, crimes racistes, les assassinais en série. . « Je dirais la volonté du Mouvement àes Cadets de lutter aVec toute la jeunesse de France pour un salaire décent, pour des stades et des piscÎnes, pour la Paix. ADEM., POURVOYEUR.S "DES BAGNES ,NAZIS (Suite de la page 6) Normand, le gangster - fils - de - fa ~ mille, emmenaH chaCJue jour les ùé~ tenus de la P.Q.J. au commissariat de police, d'où ils étaient 'dirigés sur Dl'ancy. Comme ses complices, il participait aux fouilles ' et aux LOI'Lures. ' GUILLON UN RICOLO - Il faudrait êlre Jésus-Chrisl ou le T'oi des c... pOIJr avoi?' les mai'is dans le sucre et ne pas se lécher les doigts! Ainsi parlaiL Guillon, la jeune goua· pe sans scrupules, en 1942. Il vou laI t dire par là qu ' il faliaH piller au maximum les Juifs de Drancy qui passaient à la fouillE) avant ra déportaLion. Odieux, il obligea un jour un viell- 1 altI à jouer du violon au momenL Je son départ pour AuschwiLz. D'auLres fois, il revêtait les vêLements rituej ,~ qu'il Lrouvait dans les valises eL s'amusait à taillader avec son couteau le cuir des H Lephilill(s ». - Moi, je suis un petit ,'igolo, dit Guillon en manière d'excuse. Ce petit H rigolo )), brutal eL obcène, se Iais'Uit des joul'l1ées de &.000 rran'~'3. LE SIN ISTRE STINZI STINlI AuLre fouilleur émérite, S tin 7, 1 joue, devan L le :.rihunal, au benêt qui ne savait ce qu'il faisait. Il prétend qn 'Jl avait ;été l)la~ à la P,Q.J. pal' la « Ré' sistance Il de Lond l'es, Le plus gra- Vil, c'esL qu ' I1n chef de réseau vient cor.rll".'l".er, tout en déploranL les méfaits perpétrés j,al' son proLégé. Même manoeuvre dcgrad\ Jnl.e 'd'un chef de la ( . Résistance )1 en faveur de Normand'. Les violences de SLinzi ? - C' es t vrai, dil-il, i' ai dislribué des taloches à des gens qui mïn~'.clraient. En ma personne, ils insu{l,aicnl la France. Rien que ça! Un jour, .appelé par un commissairegéranL qui lie pouvait obLenir asse:.: d'al'genL de Son Juif, il arrêLe le Juif. .. Mais aussi llll autre qui se trouvait 1:'1., lJn jOllr, il entre dans un magas;n eL demande M. Simon, Juif qu'il sait y Lravailler. Celui-ci se présente. - Comment, diL Slinzi, vous ' enl'rez en contact flv.ec le llUblic ? Vous êlt~ S en illf-raction. ...:.. Mais vous m'avez [ail demanda pa-r mon nom.. - yeux pas savoir. S,rivez-moi. Ete ... , etc, .. Ainsi opérai t le ,si Il islreStinzi ... UN ANTISEMITE EXEMPLAIRE Despagnot a fait LOLlS les m:éLier.,: reporter - phoLographe, chansonniel" peinLre paysagiste, anLisémiLe proff'ssionnel et combattanL 'de la L.V.F. C'est dans ces dernIe r e s activités qu'il a le mieux réussi, puisqu'il a -gagné la croix de DiESPAGNOT fer devant Smolenslc Cet antisémite enragé prétend qu'en enLrant à la P.Q.J. il voulait se venger de la ( race juive », parce qu'un Isra~lite avait tenllé de violer sa petite fille. Croyez-vous que le Lribunal l-e rem elle en place, nu moins pour son racisme, sinon pour l'accusation qu'il se garde bien de préciser? Loin de là. Le commissaire du GOtlvernement, au cOlllr'aire, dans son l'équisiLoiI.:,e, le cite en exemple, trouve que, lui, ( avait une cxcuse ) à son anLisémitisme. Un LeI degré de « compréhension '» de la part des jusLiciers est vraiment inimaginable. Est-ce parce que Despagnot, 'déjà condamné aux travaux furcés à perp'éLuitJé, a vu sa peine réduiLe 'à dix ans de p'rison.? TOUT LE CONTRAIRE Des t-émoins accusent 'ropin ave~ précision d'avoir brutal isé les détenus qu'il fouillait cl d'auLres qu'il ne fouillait pas. - C'est tout le conlraire, M onsteu,!, le 'Président. J'allais voü; les [ami,l- , TOPIN les, je faisais passer des lellres. Mais un témoin, M. Alcalay, donna un jour à Topin ullé leUre conlenant 3.000 l'I'ancs, poUl' pOl'ler à sa femme. La leUre disparut ... dans la poche de Topin. 11 :étaiL membre du R.N.P. de Déat. Les détenus de Drancy l'appelaienL le « croque-mort 1). CE QU'ILS VENAIENT FAIRE LA •.. Tous ont sur [a conscience la morl de millie/'s de Juifs innocents. Ils 'mt été 'condamnés à des peines dél'iso/,res: Grand, 20 ans de travaux [m'cés; Goepp[el't, 15 ans; Stinzi, 7 ans; 1'0· pin, 5 ans; Guillon, 5 ans de prison; Despagnol, 5 ans (qui se confO't'tdt'/H avec sa peine actuelle); Normand, 3 ans. Ils ont tous l'indignité natw · nale, mais aUcun l'interdiction de "éjour. !La 'déLention preventive, les grâces et amnisties jouant, ils seront libre,s d' ici peu ... On comprend que ce verd-ict scandaleux ait provoqué des remous d'Uns la salle, pal'mi les rescapés qui se trouvaienL tà. - Je ne comp'rends pas ce qu'ils vi.ennent faire ici, debout, pendant dtl$ heures, avec celle chalew', s 'éLonnait un gal'de. , TouL simplement, ils venaient pour voir la jus lice s'abaLLI'e sur la Lête de leurs bourreaux. Dans leur sang, dans leurs nerfs vibraient des souvenirs brùlants qui leur donnaient la force de resLer 'debout des heures amant. Et ils n'ont vu qu'une parodie de justice. Il y eut, pendant ces quelques jours, tin décalage constant, écoeurant, entre la froideur sceptIque du juge et l'émoLion de~ témoins, enLre ]'ai3an,~e Ù'1S criminel13 et les crimes dont ils Naient coupables,. enLre ce qui se disdll là et ce qui s'était faiL là-bas , ..., On évoquait le IDlli,1S p(lssihle les vicLimes. • On a fait en sOl'Le qué les res:apé& ne puissent faire entendre pleioement leur voix et que le souvenir des absenLs - cellx qui ne sont pas revenus - soit exclu 'des d:ébaLs. 'On a voulu que les absent.s (lient tort. Eh bien 1 nous qui portons dans notre coeur le message des c,hers absenLs, nous n'admeLLrons 'pas,· nous n'admettrons jamais que leurs assas- , sins l'estent impunis. Albert LEVY. Droit et Liberté Rédaciiüii' ~ét··ad~iiiTs·tration 14. Rue de Paradis. Paris X" Tél. ,PROvence bO-47. 96-48 C,C,P ParIs 6070'98 Tarif d'abonnement : 3 mois ........ 150 frs 6 mois ........ 300 frs , 1 an .......... 600 frs Etranger : Tarif dpuble. Pour tout changement d'adresse. , prière de jOindre la dernière bande et la somme de 20 Irancs. Le gérant: Ch. OVEZAREK Imp. CmtraIe du CroIssant, U. rue du CroI8IIILIlt. P&r18. J, I-E , , LES 8 -MILLIONS DEPASSES llA\~INI'OS A la r~herche d'un trésor Un grand bâtiment clair et' spacieux et partout des enfants, des rires, des chants, des danses, Depuis une semaine que nous sommes à Tarnos, beaucoup .d'événements ont eu lieu. Nous avons choisi, com~e g;rat;d thè- I me de la coloOle, ' 1 uOlon de 1 tous les peuples du monde en ; passant des Mohicans aux Mein- I 'gols, des Zoulous aux Mexi- Icains, des Espagnols aux Américains. Dimanche, jour d'in"auguration de la colonie, tous les· peuples étaient présents et la présentation de chacun d'eux

fut accueillie avec un enthousiasme

délirant, Illustrons la vie de notre colonie par les écrits de nos enIrants. Nous avo~s la joie d'informer lès lecteurs dé Drôit' et " Liberté que pour 8 mil,lions que la Com- mission ,Centrale de l'Enfance devait ~oIIecter, afin d'envoyer en colo~ies de vaca~ces - 2500 enfants juifs, il n~us est parvenu jusqu'à Ce jour (2/ 8) 8,,016,000, Nous sommes heureux de constater que malgré une situation économique très difficile, la somme que nous nous sommes fixée a été atteinte et même dépassée. Un aussi grand succès n'a.pu être obteriu que grâce à l'immense dévouement et à la grande abnégation d~ tous les amis de l'enfance juive qui, nonobstant la fatigue, la canicule, la perte de ' temps pour leur propre travail, ont visité des Nous' remere.ions ••. La ' CommiSSion Centrale de l'Enfance adresse les plus vifs remerciements à M. Léon, 102, bouloevard de Béll-eville, qui, généreusement, a fait. un don de 40.000 fr. au profit de ses colonies de vacances. • A l'occasion du 6° anniversaire de Dlvid Moszkowitz et du 2Q a .... niversaire de Jacqueline Grossmln, il a été collecté par notre ami Gothard, président de ll Sectio.n de l'U .).R:E. du 9' lr.rondissement, la somme de 10.000 fr. au profit des colonies de vacances, • La Commission Centrale · de l'Enfa'1Ce ldresse ses remerciements lUX parents 'et ses voeux de bonne sante lUX enfants, Nous nous excusons auprès de nos lecteurs" mlis faute de .place, il noll'S est impossibl'e de donner dans cette page la suite des listes de souscription. • UNE COLONIE A AIX-LES-BAINS milliers de foyers juifs pour leur . présenter nos ' càrnets . de sou;cription. Ils ont su convaincre l'es hésitants et communiquer à tous leur 'enfhousia~me et leur g~ànd amour _pour les énf~nts. Ce succès est dû également ·à l'inébranlable confiance des Juifs de France dans l'oeuvre de la Commission Centrale de l'Enfance, confiance fondée sur l'expérience de quatre années de colonies de vacances et sur la conviction que nous faisons tout pour que les 'enfants soient heureux. En remerciant au nom de tous les enfants qui jouissent actuellement de l'air et du soleil, tous ceux' qui : nous ont aidés, nous prenons ici l'engagement de ne jamais les' décevoir, ' .. E ,t vive la Uretàgne ! - --- - Des 1eunes nous écrivent,' de la cOlonie,'de Pornichet · ,' : : J Là première' impressio~ q'ui frappe le visiteur arrivant 'de Paris' à la colonie de vacances de la Commission Cen.tràle dè-l'EnfànCé est celle d'un petit pèuple de joyeux sauvages, ' bronzé: par le soleil, ébouriffé par la brise de l'océan: . ;' - - La nourriture est excellente : manger est la première activité de la colonie. L'économe se donne beàucoup de mal' pour satisfaire les 154 appétits aiguisés par l'air 'de la 'mer: Les cui.! siniers aussi se suz:passent chaque jQur, po.ur · rendre .,.les repas aussi variés que stimulants. A titre d'illustration, voici le menu dusamedi 23 juillet : ' . " Petit déjeuner " Café au lait, pain beurré. " Déjeuner: Pâté; purée au lait, croustade de poisson, fruits. Goûter " Thé au lait, pain, confiture. Dîner: Salade de tomates, pâtes àu jus de viande, petits suisses, salade. de fruits_ Autres activités principales de la colonie: le repos et le sport. « Connaître son pays, c'efit apprendre ' à l'aimer » " tel est / le thème de la colonie_ Et les groupes «Armorique' », Bâtisse~rli _», « Lyssenko », « WaShington l) (paquebot de construction française qui va être lancé à Saint-Nazaire) partent chaque jour pour des découvertes nouvelles. Les journées, bien remplies, vont de 7 h. 30 à 21 h. '30, avec de\l.x heures de sieste après le déjeuner. SECTION DE LIMOGES Chaque matin, sport, sous la direction d'un moniteur Malgré la situltion actuelle et d'éducation physique. Une baignade par jour. Et puis, de mulles innombrables difficultés ren- tiples parties de ballon. Chaque dimanche, une « olympiade », co.ntrées par les collecteurs, la avec concours d'athlétisme, matches de volley et hand-ball. Section de Limoges est heurell'Se « Connaître son pays », c'est aller voir les gens, étudier leurs • COMMENT MANGE-T-ON , Yoici l'opinion de J. Pliskine: : « Depuis que je suis arrivé,. je! n'ai pas encore mangé deux fois : le même menu. Hier soir, nous 1 avons mangé du merlan frit au 1 beurre, ce qui était dé1i~ieux, 1 Nous alhms souvent faire une , promenade en forêt et à la "Iller. » NOS ACTIVITES ? En raison de très nombreuses inscriptions, nous avons ouvert une colonbe de vacances à notre Foyer d'Aix-les-Bains. G'annoncer qu'elle a pu atteindre activités, le cadre de leur vie. -Nous parlons donc avec les payet même dépasser le chiffre qui sans, les pêcheurs, les ouvriers des chantiers navals, les hôtelui avait éte lssigné pour la 'col- Hers. Nous allons en visite dans les colonies voisines~ L'histoire lecte en faveur des colo ..... ies de du pays, de la Résistance en particulier, nous ' fait découvrir Voici ce qu'écrit N. Schmitt: vacances, toutes les qualités de ce coin de France. Nous chantons des « En ce moment, la colonie \ est en pleine activité et c'est '!pour cela' que' je puis donner , Environ cinquante enfants s'y trouvent delà depuis le 19 jui,uet et nous en recevons des lettres enthoumes impressions. J'ai trouvé que ges et des signes de pistes qui 1 la colonie était bien org'anisée, souvent étaient faux. Nous som- I Pourquoi? Les enfants sont mes enfin arrivés à destin'ation ' groupés en équipes selon leur et avons mangé sur l'herbe à· âge, Ils ont une vie réglée et midi et à 4 h·eures, Nous nous une nourriture abondante et sai- sommes baignés e~, enfin_ les , ne, ils se dépensent par de très délégués sont partis à la recher, bons jeux instructifs et très che du fameux trésor, ' amusants. Les moniteurs font «Les délégués des Zoulou~ , tout ce qu'ils .peuvent pour noUs l'ont trouvé et j'étais très con· distraire et nous faire plaisir. tente car je fais partie de ce ' « Void une de nos plus gran- g~oupe. La, journée s'est très des distractions faites depuis à bien ,ac~evee et .nous .so~mes , 1 peine une ' semaine que nous r~ntres a la col?me! fahgu,es et ,sommes là, C'est un jeu de pis- b~en con~ents, d avoIr passe une l 1 te organisé far nos moniteurs St belle Journee, » . ' si déviués pour nous. Nou~ Des visages brunis, de larges 1 sommes partis le matin à la re. sourires, des chants nouveaux ' cherche d'un trésor (chocolat) et des souvcnirs inoubliables, que des érudits avaient emporté. ce sera là la récompense pour Mais ils avaient eu la précau- tous ceux qui ont oeuvré à la Hon de nous laisser des messa- réussite de notre belle colonie, l Ce résultat, nous le devons au chants br.etons et dansons les ridées du pays. , - déVOU-Eme[1t de ,nos fidèles col- , TandiS qu'ils rient et' chantent sur la plage, les jeunes salaborateurs et aussi à l'inépuisable \ vent que ces bonnes vacanceS leur permettront d'affronter avec générosité des donateurs, telle- des forces 'nouvelles le travail et les difficultés de l'hiver. me .... t sollicités de tous côtés, ces ' . JEAN. dernters temp~, Qu'ils se demar.- , ... ___________ -.~----------------..1 daie. .... t si ces quétes n'allai·ent ja- 1 mais cesser. Ils se sont quand Nous félicitons chaleureusement ~ même r,e .... dus aux arguments des notre amie lJIiane Pelta et son mari célégués quêteurs, et leur ont ac- à l'occasion de la naisSance de leur . n ~ le le IP n lA 9 1 cordé leur confiance pOlK l'oeuvre fille Sylvie-Danielle. . 11::. /J:ll U'"IE. ~ I!::. 6 de la Commission Centrale de Nous pl-ésenlons à la jeune mal'Enfance. man qui s'est dépensée avec tant de Vision fantastique de monts ensoleillés Qu'il nous soit permis de re- dévouement et d'abnégation au bonmerci- E'r ici ..... 05 amis qui ne n-.ar- heur de l'Enfance victime du nachandent jamlis l'eurs efforts, zisme, nos meilleurs voeux de bonI Qu,a,nd il s'agit d'aider au succ'ê's heul- et de santé. \ de notre oeuvre. Le Secrétariat de l'U.].R.E. , 11 est 6 h. 1/2. Nous nous habil4 \ . La Commission Centrale de l'En- Ions silencieusement pour ne pas ré- .'.·_ ____. ...;D;.;;an;.;,;l;.;e.;.r .;P.;A.;;P~P~0;ii'ii.....I.:f.:anc.e~:;.. ___________~ veiller les camarades. Enfin, voici le départ tant attendu, les six groupe$ ' s'alignent correctement et hop r enl' route pour le 'mont Revard où Je té-,' léf,érique nous attend. Le chemin se ' déroule sans incident. Mais, au-dessous de nous, s'étalel un panorama indescriptible. Les couleurs chatoyantes des prairies, des champs de blés, des ve:gers... vousi émerveillent tellement que vous n4t' pouvez vous arracher à c·e tableau.! 1 Devant nos yeux étonnés, le téléférique

nous montons dedans, Il

glisse lentement .sur son câbe, à la joie de tous qui voient glisser le sol sous eux. En bas, deux cars nous attendent, te voyage continue. Soudain, l'au4 tocar s'arrête devant la plage. Et: bientôt, nous pataugeons dans l'eau; puis, au bout de 10 minutes, nous ressortons. Nous nous retrouvons en. !on~ pour le repas et, après l ':. une petite Sieste et une douche, nous ' .", repartons ioyeux en espérant avoir ' encore d'aussi belles iournées. Un Colon.

Notes

<references />

Format JPEG