Droit et Liberté n°251 - mars 1966

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°251 de mars 1966
    • Nazisme pas mort! page1,8,9
      • Les racistes s'agitent au quartier latin par Louis Mouscron
      • Bardeche veut recoloniser l'Afrique par Jean Suret-Canale
      • Cote d'alerte en Allemagne fédéeale
      • Anne Frank les gêne encore! par Georges Chatain
    • Art nègre et racisme par Jacques Maquet 1&13
    • Un monde de chiens enragés par Oncle Tom
    • Ombres sur la Mauritanie par Guy Plouvier
    • "L'instruction" de Peter Weiss au théâtre d'Aubervilliers
      • Pleins feux sur le système d'Auschwitz interview de Gabriel Garran recueilli par Jeanne Langiert
      • La divine tragédie par André Gisselbrecht
      • Deux témoignages des temps maudits par Jacques Nantet
    • Belgique: symptomes par Léon Griner
    • Arts: les trésors de Bagdad au musée du Louvre par Juliette Darle
    • Cinéma: "L'or et le plomb" d'Alain Coniot presenté par René Dazy
    • Théâtre: "Hier à Andersonville" d'Alexandra Rivemale présenté par Edgar Wolff
    • Le "Prêt à porter" va de l'avant; une lettre de P. Paraf
    • Dimanche 8 mai; Journée nationale
    • Alabama route 80: génèse d'un nouveau folklore par B. Sannier-Salabert
    • Vivre ensemble à Nanterre propos recueillis par M. KAgan
    • Séparation ou ségrégation par Alain Gaussel
    • Il y a trente ans: les racistes contre le front populaire par Edouard Bonnefous

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

NOUVE~ DRAME MoA ! LOS ANGELES ~ En dernière minute nous parviennent des informations angoissantes (page 2). 1 ~ ,~"""""'''''''''''''''''~'"\ 15 MARS - 15 AVRIL 1966 NAZI ME PA ARTS NEGRES ET RACISME L'une des raisons qui facilitent le colportage des préjugés raciaux, c'est l'ignorance où s'est complue l'Europe, pendant des siècles, des cultures et des arts des peuples afro-asiatiques. Pour légitimer la coloIÙsation, il fallait que ces peuples soient arriérés et inférieurs. Trop souvent, les manuels des écoles primaires inculquent des notions de ce genre aux enfan ts. Le premier Festival d'art nègre, qui va s'ouvrir à Dakar au début du mois d'avril, est une manifestation culturelle d'autant plus importante qu'elle va contribuer à pulvériser ce qui reste de ces préjugés. (Voir page 13 l'article de Jacques Maquet, chargé d'enseignement à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes.) N" 251 Un franc M RI 1 • • DES ELECTIONS qui donnent, dans certaines localités jusqu'à 10 % des sièges au parti néo-nazi ; un rapport ministériel qui indique une recrudescence des incidents antisémites et un tirage accru des publications pro-hitlériennes : ces faits récents, parmi beaucoup d'autres, attirent l'attention sur d'inquiétantes survivances du passé en Allemagne fédérale. Il est temps de réagir : la cote d'alerte est atteinte. (Voir page 9). Photo Elie Kagan. SORBONNE 1966 • EN FRANCE MEME, des incidents de plus en plus graves illustrent l'audace que les groupes racistes et fascistes tirent de leur impuIÙté_ Leurs commandos distribuent des tracts au lycée Buffon, au Quartier Latin, lancent des grenades à la Sorbonne (photo ci-dessus), matraquent un professeur et des étudiants, mettent à sac la Faculté d'Orsay. Alors que se pose d'une façOD urgente la nécessité d'interdire ces groupes, la polioe reste passive_ Pire : ce sont des militants antiracistes que l'on arrête. (Voir page 8). QUARTIER LATIN 1936 • IL Y A lO ANS, les organisations d'extrême droite, que galvanisait la venue au pouvoir d'Hitler, étaient vaincues par le Front Populaire, après l'échec du putsch de février 1934. Le sénateur Edouard BONNEFOUS, membre de l'Institut rappelle (page 7) comment l'antisémitisme était utilisé pour combattre la...République, quatre années avant l'occupation. VIVRE ENSEMBLE A NANTERRE • LES BIDONVILLES, que ce soit à Nanterre ou ailleurs, posent bien des problèmes. Quels sont les rapports de leurs habitants - Algériens dans ce cas - avec la population des quartiers environnants ?... Des hommes et des femmes de bonne volonté, qui recherchent des solutions humaines, qui combattent le racisme avec résolution, ont répondu aux questions de Marguerite Kag_ (page 6). 2 13·11. - A Moscou, cinq anciens collabo· rateurs des nazis sont condamnés à mort. 17·11. - A Salzbourg (Autriche), nouvel acquittement scandaleux de plusieurs criminels de guerre nazis. 18·11. - Les Kurdes demandent aux Na· tions·Unies l'envoi d'une commission en Irak du Nord, pour enquêter sur les exactions dont ils sont victimes. • Après les émeutes de Nouakchott (Mauritanie), l'ordre est rétabli mais le conflit ethnique n'est pas résolu. • Le gouvernement belge interdit l'importation de tout produit en provenance de la Rhodésie. 19·11. - M. Wilson demande que le gou· vernement sud-africain cesse de livrer du pétrole à la Rhodésie. 21·11. - A Birmingham (Alabama), quatre Noirs blessés par balles : ils participaient à un « piquet » de protestation devant un grand magasin raciste. • Appelé sous les drapeaux, le boxeur noir américain Cassius Clay refuse de combattre au Vietnam contre « les Noirs d'Asie Il. • Une conférence d'un ancien collaborateur, Marcel Brauns, provoque des incidents à Gand (Belgique) entre Résistants et extrémistes flamands du Vlaamse Militanten Orde. 23·11. - Coup d'Etat à Damas : un groupe de militaires s'empare du pouvoir. 24-11. - -Nouveau coup de force militaire en Afrique Noire: l'armée prend le pou· voir au Ghana alors que le Dr Nkru· mah fait route vers Pékin. 25·11. - Un CIMETIERE ISRAELI· TE PROFANE à Munich. • A Francfort, deux condamRés du procès d'Auschwitz, les ex· gardiens S.S. Stark et Broad, SONT MIS EN LIBERTE PRO· VISOIRE. 28·11. - Un Californien voulait empoisonner tous les Noirs des Etats·Unis : il est arrêté. 1·111. - A la quasi-unanimité le Congrès américain vote de nouveaux crédits pour financer l'effort de guerre au Vietnam. 2--1II. - M. Mc Namara, ministre de la guerre des Etats·Unis, annonce l'envoi de vingt mille soldats supplémentaires au Vietnam. 7·111. - Pour le premier anniver· saire du « dimanche sanglant » de Selma - les forces de l'ordre dirigées par le shérif Jim Clark avaient dispersé brutalement un cortège de 500 manifestants inté· grationnistes -, la Cour Suprême rend "LN ARRET CONFIRMANT LA CONSTITUTIONNALITE DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SUR LES DROITS CIVIQUES DES NOIRS. • La bataille s'intensifie au Vietnam : trois jours de combats acharnés dans le centre, bombardements à 25 km. de la Chine. Le sénateur Fulbright estime que le danger d'une guerre avec la Chine est réel. 9·111. - A l'O.N.U., M. Thant ouvre les travaux du Comité de décolonisation pour 1966. 10-111. - Manifestations et protestations à Amsterdam lors du mariage de la princesse Béatrix avec Claus Von Ams· berg qui fut membre des jeunesses hit· lériennes. • Ouverture du procès de Horst Fischer à Berlin-Est: l'ancien médecin·chef S.S. d'Auschwitz avait « sélectionné ,. entre 55 et 75.000 juifs. • Grève générale à Calcutta pour pro· tester contre la disette ; l'armée tire sur les manifestants. • A Paris, un commando du « Mouvement National du Progrès Il, armé de matraques et de grenades, attaque un meeting d'étudiants et de professeurs à la Sorbonne. 11·111. - L'Indonésie aux mains des mili· taires : le président Sukarno cède à l'ul· timatum du général Suharto qui prend les pleins pouvoirs. Plusieurs ministres sont arrêtés. • Un criminel de guerre nazi libéré à Francfort : le tribunal l'avait condam· né à 4 ans de prison accomplis préven· tivement. • A Barcelone, la police force les portes d'un couvent de Capucins, où s'étaient réfugiés cinq cents étudiants pour une « assemblée libre » interdite par les autorités. 12·111. - De nouveaux troubles, dus à la faim, provoquent DES MORTS A CALCUTTA. • Un raciste blanc de Bogalusa (Loui· siane), accusé d'avoir tiré sur un officier noir, est arrêté et inculpé. • A Nuremberg, le N.P.D., parti fas· ciste ouest·allemand, organise un défilé aux flambeaux. 14.111. - Après les incidents de Barce· lone, un millier d'étudiants manifestent à Valence. 16·111. - Nouveaux incidents à Los Angelès. A la suite d'un incident minime (l'arrestation d'un jeune noir qui avait jeté des pierres sur la voiture d'un blanc), le quartier noir de Watts se soulève à nou· veau. Quatre heures plus tard, l'ordre est réabli. 17·111. - Le satellite américain Gemini VIII réussit son rendez·vous spatial, mais un incident technique oblige les deux cosmonautes Amstrong et Scott à attenir aussitôt après. qUE SE PASSE-T-IL ? u. S. A. • Nouveau drame à Los Angelès DEUX morts, un Noir et un Blanc. Huit mois après les émeutes qui l'ensanglantèrent, Watts, le ghetto noir de Los Angelès, entre à nouveau en effervescence. A l'origine, de nouveau, c'est un incident anodin qui déchaîne le drame; un jeune noir av~it !ancé des pierres sur .la voiture d'un 1I1stltuteur blanç; la poltce le retrouve dans un salon de coiffure, veut l'arrêter, et l'émeute, brutalement, enflamme le quartier tout entier. Cette fois, la police intervint très vite les toits furent occupés, le quartier « bouclé », la répression immédiate. L'affaire ne dura pas quatre heures; le temps pour les manifestants de tuer d'une balle un livreur mexicain (ce que les informations en provenance des U.S.A. appellent un « meurtre atroce»), et pour les policiers d'abattre un passant noir (ce que les mêmes informations qualifient d' « accident malheureux »). L'an dernier, une enquête avait été ouverte sur l'émeute de Los Angelès. Elle avait conclu qu'il fallait chercher l'origine de cette violence soudaine et incontrôlée, dans le chômage, la misère, l'humiliation constante dans lesquels croupit la population du ghetto noir de Watts. La plupart des habitants du lieu sont des arrivants de fraîche date; ils sont venus du sud ou de l'est des EtatsUnis, attirés par les mirages californiens. Et là ils se trouvent sans emploi, sans ressources, victimes d'une ségrégation qui, pour n'être pas affichée, comme là d'où ils viennent, n'en est pas moins très réelle, et subtile. La commission d'enquête avait conclu son rapport en des termes pathétiques : il faut prendre très vite des mesures économiques et sociales radicales pour vaincre la misère et le désoeuvrement de Watts. Sinon, disait-elle, de telles violences risquent de se reproduire; et cela dans un très proche avenir. On ne peut pas dire que les autorités californiennes n'aient pas tenu compte de cette conclusion prophétique. Mais la seule mesure qu'elles aient prise, ce fut d'or?"aniser la stratégie de la répression, et 1 occupation méthodique du quartier au moindre début de trouble. Organisation très-efficace, au demeurant, que l'émeute du 15 janvier a permis de « rôder ». Il n'est pas difficile dès lors de répéter la prophetie des enquêteurs : les troubles risquent de se reproduire, de plus en plus violents à mesure que la situation des Noirs de Los Angelès deviendra plus désespérée. Car il ne suffit pas d' ~ intégrer des écoles et des restaurants pour régler le problème noir aux U.S.A. • Des fous dangereux UN Américain de Californie, Herman Henri, soudeur de son état, avait mis au point un plan pour empoisonner lentement tous les Noirs des Etats-UnÎs_ Pour ce faire, il avait constitué des groupements d'achat ; les bulletins d'adhésion auraient demandé, entre autres renseignements, la race des postulants. Les clients noirs auraient reçu des échantillons de produits alimentaires garnis de poison, et d'un narcotique destiné à endormir la victime « avant qu'elle puisse avoir la réaction d'utiliser un contrepoison ». Herman Henry fit part de son idée à des policiers qu'il cr?J;ait complices ; c'est ainsi qu'il fut arrete. C'est un poison d'un autre genre que diffuse le docteur Henry Garrett, ancien professeur- à l'Université de Columbia et membre ·du Conseil des Citoyens A méricains, association fasciste américaine, « Les Noirs sont biologiquement ,en retard de deu% cent mille ans par rapport au% Blancs ; ils sont infantiles et manquent de matttrité », affirma lors d'unf récente conférence ce singulier Docteur; il ajouta Que l' « intégration scolaire ne profite ni au% élèves blancs, ni au% noirs. et qtt'elle aboutit à un abaissement du niveau académique . Le plus grave, c'est que de telles inepties trouvent un peu partout dans le monde des portes-paroles. En France, c'est évidemment Rivarol qui se charge du commentaire : « La déségrégation est achevée aux Etats-Unis, dans toutes les facultés de Droit. Ce n'est pas à dire qtt' on y trouve désormais beauc01f p d'étudiants noirs .- ils sont généralement incapables de suivre les cours. bien que plusieurs facultés aient abaissé, e%près pottr eu%, les examens d'entré,e. » Parler de « déségrégation achevée », c'est mentir avec une effronterie que les UN MONDE DE CHIENS ... ENRAGES rEproducteur, journaliste et cinéaste italien Gualtiero Jacopetti, qui fut le L triste auteur du film subtilement raciste Mondo Cane «( Ce monde de chiens Il) vient de tour,ner un autre film intitulé Africa Addio (Adieu l'Afrique), dont un récent numéro de Paris·Match publie quelques révoltantes images. Outre la nostalgie du colonialisme et un apitoiement sur ces « pauvres Européens d'Afrique» qui ont dû subir la décolonisation, le reportage en question, sous les dehors d'une objectivité qui n'est pas de mise, prétend « témoigner» sur les événements. Or, on sait fort peu, en France. que le sieur Jacopetti fut récemment l'objet d'un procès en Italie. On affirme que, pour tourner Africa Addio, il eut recours à certains procédés, C0111111e celui de faire tuer des Noirs pour les besoins de sa caméra, afin d'enregistrer des scènes « sur le vif »... si j'ose dire. Je ne sais pas c0111111ent se termina ce procès, mais le doute plane. C0111111e le personnage est un habitué des trucages (Mondo Cane est, d'un bout à l'autre une mystification), Paris·Match n'est pas dégoûté quand il accueille dans ses pages les images d'un ter individu. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'aide guère ses lecteurs à comprendre ce qui se passe en Afrique. Et que cette forme de journalisme nous donne l'image d'un monde de chiens... enragés ! pires racistes du Mississippi n·ont jamais osé afficher. Mais Rivarol en rajoute encore : « Les Noirs américains n'ont pas confiance dans- les hommes de loi de leur race. Comme quoi les choses ne sont pas si simPles que le croient les professionn.els de l'antiracisme unilatéral » (3 mars 1966). Même si ce « manque de confiance » est réel (çe dont on aurait aimé tr0l!ver un début de preuve dans Rivarol, qUI se contente de citer le titre du New York Times · sans plus de précisions), il peut s'expliquer par des raisons fort évidentes

Un Noir qui prend pour l'assister

un homme de loi de sa race a beaucoup moins de chances d'obtenir satisfaction que celui qui s'adresse à un homme de loi de « bonne » race. JUSTICE • D'une « aftaire » à l'autre' L'INSTRUCTION de l'affaire Ben Barka, qui approche de son terme, continue de susciter d'abondants commentaires. Certains méritent d'être particulièrement relevés. C'est ainsi que Pierre Marcilhacy, candidat malheureux aux élections présidentielles, et Pierre Hofstetter, collaborateur de plusieurs feuilles d'extrêmedroite, ont trouvé, dans deux journaux différents (C ombat et Charivari) la même douteuse cQmparaison : ils assimilent l'enlèvement de Ben Barka en France à l'enlèvement d'Adolf Eichmann en Argentine par des agents israéliens. Il est pourtant aisé de voir à quel point ces deux affaires SoOnt opposées . Eichmann était un assassin, responsable de plusieurs millions de meurtres sadiques, condamné à mort par contumace. Amené en Israël, il fut jugé publiquement, en présence d'observateurs, de juristes et de journali stes du monde entier. Enfin, s'il est vrai que l'enlèvement se fit en violation du Droit international, il fut organisé et réalisé par des fils, des pères, des aJ:!lis de victimes torturées, humiliées, assassinées sur ordre direct du chef nazi. Mehdi Ben Barka, au contraire, est un homme d'une probité politique et personnelle que ses adversaires mêmes ne contestent pas. Il préféra l'exil et la lutte aux honneurs et aux prébendes que la monarchie marocaine lui proposa plusieurs fois en échange de son ralliement. Au vrai, on ne peut s'empêcher de croire que la comparaison fallacieuse entre les deux événements répond à une intention bien déterminée : comme personne (hormis quelques néo-nazis qui l'ont sacré héros) ne semble vouloir s'apitoyer décidément sur le sort d'Adolf Eichmann, un tel rapprochement ne vise-t-il pas à accréditer dans le public que l'enlèvement de Ben Barka, puisqu'il est comparable, n'est après tout pas si grave? Autre manoeuvre de diversion : Bernard Cabannes, dans Carr,efour (23 février 1966) se demande à qui le crime profite. « Ni les U.S.A., ni la France n'avaient d'intérêt direct à la disparition de l'agitateur communiste » ecritil

il faut voir l'affaire « dans le conte%

te plus large et plus intéressant de la lutte d'influences entr,e M OSCOtt et Pékin ». Ben Barka aurait été, selon Carrefour, favorable aux thèses chinoises, et c'est « ce qui l'aurait condamné ». Est-il utile de signaler à Carrefour que les amis politiques de Ben Barka infirment cette thèse ? Le leader disparu, comme la plupart de ses homolologues du Tiers-monde s'en est toujours tenu à une stricte neutralité dans le conflit sino-soviétique. Oncle TOM. D'ailleurs, aucun début de preuve concrète ne vient étayer les affirmations de Carrefour. Bernard Cabannes ne sait rien des intentions des Chinois, des Arabes ou des Africains, mais étant ce gu'ils sont, ces intentions ne peuvent etre que perfides ou barbares. Le brillant analyste de Carrefour écrit textuellement

« Joli monde, en vérité, que le

monde décolonisé ». Ce qui tient lieu, pour lui, d'explication. Un commentaire plus inattendu de l' « Affaire », c'est celui de l'hebdomadaire La Nation française, qui se dit l' « organe de l'aggiornamento royaliste », et qui écrit, dans son numéro du 10 février dernier : « Une des conséquences les plus certaines de l'affaire Dreyfus avait été la démolition du service de renseignements français. L'affaire Ben Barka n'a aucune ressemblance avec celle-ci puisqu'il ne s'agit pas de la condamnation d'"n innocent, mais d'un acte de guerre civile internationale, et que la loyauté d'u" « service » et de diverses polices est en cause, non l'honneur de l'armée . C'est la première fois qu'un journal maurrassien reconnaît, noir sur blane, l'innocence du capitaine Dreyfus. Le fait mérite d'être noté. L'hebdomadaire Noir et Blanc (semaine du 10 au 16 février 1966), se refère également à l'autre « Affaire ». « Dans cette affaire Ben Barka, dont ~ant d'éléments "ous font encore défaut, tl manque un homme comme Bern/Jr. Lazare, l'avocat de Dreyfus ». • Insulteurs condamnés « SALE juive. Cest dommage que vous ne soyez pas morte cktns un camp de concentration. :. Ces injures s'adressaient, dans une entreprise p~r~si.enne, à une. employée qui a bIen falllt Justement laIsser sa vie à Auschwitz. Mme Jacques a été déportée; elle est revenue seule survivante de toute sa famille .. Ces i?jures ont été proférées, en mal dermer, par un certain

  • Suite page 3.

DROIT ET LIBERTE MENSUtL 38, rue des Jeineun • Parts (Jot Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : %0 franCl! ETRANGER Un an : 18 francl Compte Ch. Post.: 6070-98 Pari. Pour les changements d'adresse en· voyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint·Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif lI, 52, rue de l'Hôtel· des-Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364·15 du M.R.A.P., 15, Square Prince-Léopold, Bruxelles-2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutieIl : 1lIO .... ~~ Journal composé et Impr'mf ~ par des ouvriers syndiqué. S.P.E.C. - ChAteaurom La Directrice de publication : S. BIANCHI QUE SE PASSE.T.IL

  • Suite de la page 2

M. Huppé, employé dans la même entreprise, par téléphone. Mme Huppé mit, elle aussi et publiquement, son grain de sel dans l'affaire : - C'est dommage q1l'Hitler n'ait pas exterminé votre sale race; le tout accompagné d'injures assorties : « Saleté; putai1l; sale juive :1. Mme J aCLJues porta plainte, soutenue par ses camarades de travail, qui furent bouleversées par l'incident. L'affaire fut plaidée le 1« mars dernier, devant la XVII· Chambre Correctionnelle par notre ami M' Armand Dymenstajn. Le couple Huppé n'estima pas devoir assister à l'audience. Bien que la jurisprudence veuille que le Parquet soit seul habilité pour porter plainte dans des cas de délits racistes, le tribunal s'est estimé moralement obligé de sévir. M. Huppé, qui proféra des injures par téléphone. non-publiquement, donc, est relaxé. Mais son épouse est condamnée à deux mois de prison, cinq mille francs d'amende et vingt-cinq mille francs de dommages et interêts. Espérons que la juste sévérité du tribunal servira d'exemple si de telles provocations nazies se renouvellent. • Les à-èôtés d'un conte princier « SIXci smteilsli!o n»s d; e cm Vorivtse» la; «R Fépaus- blique li. Des manifestations violentes accompagnèrent, le 10 mars, à Amsterdam, le mariage princier de Béatrix, fille de la Reine Juliana et du diplomate allemand Claus Von Amsber~. Sur les 80.000 spectateurs qui regarderent passer le cortège (c'est fort peu lorsqu'on sait qu'Amsterdam seule compte 1.200.000 habitants), on comptait environ 10.000 policiers et soldats. Même réprobation lors des cérémonies officielles. Sur les 45 échevins de la ville, 18 (communistes, socialistes, pacifistes) ont refusé d'assister à la cérémonie. D'autre part la Commission Centrale des Communautés Israëlites hollandaises d.écida de boycotter les cérémonies nuptiales. - Les raisons de l'hostilité quasi générale n'ont évidemment pas été rendues publiques par cette presse florissante qui s'est spécialisée dans l'exploitation commerciale des idylles princières. Personne n'a dit que le charmant fiancé, avant d'être « diplomate », avait été membre des jeunesses hitlériennes et soldat des armees du Troisième Reich. C'est à la mémoire des centaines de milliers de déportés juifs et résistants gue furent dédiées ces manifestations. Tandis que des pétards fumigènes exploliaient jusque sous les sabots des chevaux du carrosse royal, que la police chargeait brutalement, plusieurs cortèges allèrent fleurir, en signe de protestation, le « Monument du Docker », qui rappelle 1" grève antinazie de 1941. En fin de journée, le quartier du palais était « bouclé » par la ·police et tar la troupe. Plusieurs centaines d'arrestations étaient effectuées, pour vériiication d'identité. A l'issue de cette peu enthousiaste cérémonie, les époux princiers ont adressé leurs remerciements à la population. Faisant allusion aux troubles, Béatrix déclara : « Beaucoup d' entr,e VOllS ont dû S1!Pporter dans le passé des sottffrances qu'on ne peut soulager et éProuver des pp.'rtes qu'on ne peut compenser. Nous ne voulons pas l'oublier et nos p,ensées vont vers eux aujourd'hui avec respect. » Et le nouveau prince ajouta : « Je voudrais vous demander de nOlis donner la chance de construire avec vous 'lI1I nouvel av,enir. » Mais pas un mot d'! condamnation ne fut porté contre les crimes nazis qui motivèrent les manifestations. PROCHE-ORIENT • Le pilote de la paix J« Em vae umxis sviooinr lees t Ppraécsiifdiqeunet . N»a sCs'eers;t par ce court message qu'Abie Nathan, restaurateur et ancien pilote israélien, annonça son intrusion dans les limites de l'espace aenen égyptien. C'était le 28 février; les chasseurs israéliens l'avaient accompagné jusqu'à la frontière; les Migs de la R.A.U. l'escortèrent jusqu'à Port-Saïd, où le gouverneur de la ville le reçut, avec les honneurs militaires; Nasser ne voulut pas le recevoir lui-même. Puis Abie Nathan repartit vers Tel-Aviv, où l'accueillit une foule enthousiaste. Il projette de repartir bientôt, à bord de son petit monomoteur, en direction du Liban, et de la T ordanie. Une telle action, bien dans la lignée des actions que popularisa Gary Davis voici deux décennies, n'attira, de la part des autorités officielles qu'un intérêt mitigé. « Ce n'est pas la bonne méthode », déclara-t-on à Tel-Aviv comme au Caire. Abie Nathan fut d'ailleurs inculpé dès son retour en Israël. De fait, il semble bien que la solution du conflit judéo-arabe soit autrement plus complexe. « La politique américaine au Proche-Orient risque de ranimer la course aux armements », câblait le 19 janvier dernier Philippe Ben, correspondant du Monde aux U.S.A. Les Etats-Unis, en effet, livrent des armes, et plus particulièrement des chars Patton, à la fois à la Jordanie (100 véhicules), et à Israël (200 véhicules, plus 80 millions de dollars d'armements divers). La Jordanie a obtenu ces blindés en faisant valoir qu'à défaut de les obtenir elle en acquerrait en U.R.S.S. via Le Caire; [sraël, de son côté, les a négociés par l'entremi se de I"Allemagne fédérale. Plusieurs sociétés françaises coopèrent à la fabrication en Israël de fusées sol-sol Diamant d'une portée de 800 kilomètres. Selon le New-York Times, ces fusées doivent, pour être militairement efficaces, être dotées de têtes nuc1éaire~, et le quotidien américain en déduit qu'Israël est décidé à se donner des armes atomiques. Face à cette course aux armements, la courageuse tentative d'Abie Nathan semble bien, en effet, « ne pas être la bonne méthode ». RHODESIE • Un blocus symbolique A MESURE que les mois passent, il devient de plus en plus évident que le blocus décidé à l'encontre des ségrégationnistes blancs de Rhodésie n'est guère pris au sérieux. Le Portugal et l'Afrique du Sud continuent, le fait est notoire, à approvisionner SaIisburJ' en pétrole. Contre cette complicité, Londres s'est con~enté de « faire part» au gouvernement portugais des « vives inquiétudes » que lui procurent ces agissements. Lorsqu'on sait les liens étroits qui subordonnent l'économie portugaise à la consommation en Grande-Bretagne, il est évident que Londres aurait des moyens très efficaces de convaincre Salazar de respecter le blocus. Un expert américain des questions pétrolières, M. Walter J. Levy, a par ailleurs rédigé un rapport sur ce sujet pour le compte du secrétariat de l'O.N.U. Les sanctions décidées par Londres, est-il dit dans le rapport, sont beaucoup plus spectaculaires que véritablement efficaces. Le pétrole n'est pas un facteur déterminant dans l'ensemble des ressources énergétiques de la Rhodésie; c'est le charbon qui alimente les chemins de fer du pays et qui constitue la source énergétique principale. Cela, le gouvernement britannique le sait fort bien. D'ailleurs, selon le Times of Zamb'ia, la Rhodésie « ne ressent pas l'effet des sanctions. Les magasins regorgent de marchandis,es. Les automobilistes ont même obtenu des rations supplémentaires d'essence pour vaquer normalemunt à leurs occupations ». Un journal sud-africain, le Sunday Times, affirme pour sa part que les firmes pétrolières Agip (talienne) et Total (française) ont offert à Ian Smith de l'approvisionner en pétrole brut. Dans ces conditions, on conçoit que les Etats africains et les mouvements antiracistes doutent de la détermination de la Grande-Bretagne et de ses alliés de mettre véritahlement les racistes rhodésiens hors d'état de nuire. Certains commentateurs commencent à rappeler OMBRES SUR lA MAURITANIE ... DEPUIS quelque temps, des nouvelles Inquiétantes nous parviennent de Mauritanie. Des échauffourées, des grèves, des manifestations de toutes sortes opposant la minorité noire du sud (300.000 individus environ) à la maJorité arabe du nord (au nombre de 800.000) gagnaient rapidement l'ensemble du pays après avoir pris naissance dans ,les établissemen~s scolaires. te mobile racial, évident pour beaucoup d'obs·e.rvateurs. co~fère à l'événement un caractère suffisamment grave pour que les antiracistes ' que nous sommes s'en inquiètent et cherchent à mettre cette situation au clair. Mais sommes-nous bien ici en présence d'un conflit racial véritable? Ne s'agit-il pas plutôt d'une flambée nationaliste dont les contours, malheureusement trop strictement découpés sur la plan éthnique, représentent effectivement un danger d'auhentique raci-sme. La première constatation que l'on peut faire, à la lumière de l'histoire, est que cet antagonisme racial constitue un phénomène tout à fait récent en Mauritanie. Depuis longtemps, en effet, les deux communautés vivaient en paix sinon en véritable symbiose, chacune d'elles conservant toutefois ses propres traditions et coutumes. Ces bonnes relations ne furent pas sensiblement altérées lors de la proclamation de l'indépendance en 1960. Dans l'administration, dans ,l'appareil du parti unique, aux postes gouvernementaux, nOirs et maures occupent des fonctions .qui correspondent assez bien à leurs capacités comme à ,leur importance respective dans le pays. Cette situation exemplaire n'allait guère durer. Entre les noirs de culture française et les maures de culture Islamique, de langue arabe, la procédure ,de divorce devait rapidement s'amorcer à la faveur des changements intervenus dans les pays africains limitrophes et même plus éloignés. Il n'est pas douteux que le sentiment national, naguère inexistant dans le cadre de 'l'imprécise entité mauritanienne, se soit réveillé et affermi, pour les noirs en faveur du Sénégal et du Mali, et pour les maures en direction des pays arabes. En présence d'une te'lIe conjoncture, il aurait fallu beaucoup de dOigté et de prudence de part et d'autre pour sauvegarder une unité nationaliste fondée sur une base histo, rique aussi fragile. Malheureusement, loin de s'engager dans la voie des compromis, la majorité maure prétendit, animée peut-être d'·excellentes intentions, assumer seule la re'sponsabi'lité de gouverner le pays. Dans un premier temps, les noirs sont donc écartés des responsabilités qu'ils occupent à tous les échelons de l'appareil d'Etat. Cela revient à simplifier le problème en le compliquant. A partir de cet Instant au sein de la minorité noire désappointée, un sentiment de vive amertume commence de miner les consciences. L'homme arabe réapparaît soudain aux yeux de l'homme noir comme l'oppresseur séculaire, l'esclavagiste, le spoliateur d'avant l'époque coloniale et qui, semble-t-il, n'a point répudié tout à fait le passé. Notons, en passant, que cette interprétation des faits n'est nullement particulière à la Mauritanie, mais qu'elle est, au contraire, fort répandue dans nombre de pays du continent noir. Ici et là les mêmes causes historiques produisent les mêmes effets sans qu'il soit pOSSible de conclure absolument au racisme. Le Soudan, le Burundi, Zanzibar, le Tchad ont connu des secousses semblables, absolument distinctes des luttes triba:es qui ont déchiré d'autres régions d'Afrique. Toujours est-il qu'en juillet 1965, l'ambassadeur de Mauritanie au Caire ayant annoncé que la langue arabe deviendrait seule officielle, cette déclaration fut l'étincelle qui mit le feu aux poudres. Les Noirs, souvent dotés d'une culture française non négligeable, se révoltèrent contre cette décision qui faisait d'eux véritablement des étrangers dans leur propre pays. Comme les Flamands en Belgique, comme les Canadiens françaiS et comme tant d'autres peuples, ils se saisirent tout à coup du phénomène linguistique comme d'un moyen exemplaire d'affirmer leur droit à l'existence. Il serait souhaitable que les dirigeants mauritaniens en tiennent compte s'ils ne veulent pas voir ce conflit pour le moment soluble déaénérer rapidement en flambée de haine raciste qui déborderait immanquablement, à plus ou moins brève échéance, ·Ies frontières de la Mauritanie. Guy PLOUVIER 3 l'affaire des « sanctions » décidées contre l'Italie mussolinienne entre les deux guerres lorsque le~« chemises noires » envahirent l'Ethiopie. Sanctions qui demeurèrent parfaitement symboliques et inefficaces. EUROPE • Un président nazi A Strasbourg, le Parlement européen a élu, au début de l'année, son président : le belge Victor Leemans. Le scandale n'est pas mince : Leemans est un nazi cie fort longue date. Il n'a même pas la piêtre excuse de l'être devenu par opportunisme ; ses premières activités fascistes datent de 1930, à une époque où Adolf Hitler n'est pas encore chancelier du Reich. Il dirige un quotidien, W oolken Staat, qui sera subventionné très vite par les fonds de propagande de Goebbels. Dès 1932, il publie une brochure : Qu'est-ce que le N ational-S ocialisme '! où il raconte ses « impressions de voyage » en Allemagne pré-nazie, où il retourne très souvent : « Grâce à mes relations amicales avec les Nazis, j'ai pu jeter un regard dans leur intimité. Comme ,en un éclair, j'ai eu la révélation d'un ordre nouveau et d'une conscience collective de la cohésion nationale... A insi m'en apparait-il de la pure camaraderie entre le noble et le so,ns-travail. Et qui pourrait parler avec méPris d1t courage et de la correction des S.A. ? )) « J'ai véc1t le1trs imposantes manifestations, dans des salles orné,es de drapeaux nationau:r-socialistes et de banderoles couvertes de slogans contre les fuifs et les marxistes ». La couverture de la brochure s'orne d'ailleurs de deux portraits, l'un d'Adolf Hitler, l'autre de Victor Leemans. Lorsque la guerre éclate et que la Belgique est envahie, Leemans se met aussitôt à l'entière disposition du vainqueur

nommé Secrétaire Général du

Ministère belge des Affaires Economiques, il « recrute » des travailleurs pour l'Allemagne. L'euphorie dure jusqu'aux premières défaites des armées hitlériennes. Après Stalingrad, à partir de 1943, Leemans rentre dans l'anonymat ; il se fait oublier, et réussit, à la Libération, à se faire ainsi « blanchir » par les Tribunaux. Il recommence une carrière politique dans le Parti Chrétien-Social Belge. Il ne tarde pas à être délégué par ce parti pour siéger au Parlement Européen de Strasbourg, dont il est auiourd'hui le Président. Cette nomination a soulevé une tempête de protestations indignées. Toutes les associations de résistants, de déportés, de victimes du nazisme, ont entamé une campagne contre la scandaleuse nomination de Leemans. Cette campagne doit s'amplifier jusqu'à ce que ce complice avéré des criminels nazis soit éliminé de la scène politique européenne. NOS DEU ILS C'est une militante au dévouement exemplaire qui disparaît en la personne de notre chère amie Ita Fiszman, décédée à l'âge de 61 ans, après une pénible maladie. Depuis la création du M.R.A.P., elle participait, dans le 20° arrondissement à toutes les activités du M.R.A.P., et à la diffusion de « Droit et Liberté Il. Que sa famille trouve ici l'expression de notre sympathique amicale.

  • Notre ami Henri Citrinot, membre du

Bureau National du M.R.A.P. vient d'avoir la douleur de perdre sa belle-mère, Mme Eugénie HADDED. Nous lui exprimons, ainsi qu'à Mme Citrinot, nos affectueuses condoléances.

  • Le peintre Victor BRAUNER, qui vien~

de mourir à Paris à l'âge de 62 ans, avait manifesté à diverses reprises sa sympathie au combat que nous menons, notamment en offrant une oeuvre à l'Exposition- Vente du M.R.A.P., il y a deux ans. Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances. DISTINC T ION Nous exprimons nos félicitations au peintre MENTOR, qui vient de recevoir le Grand Prix des Peintres Témoins de leur temps. 4 « L 'INSTRUCTION» AU THEATR~ Pleins feux sur le SYSTEME d'Auschwitz V 1)1 CT mo)~ de procédure. trois cent cinquante-neuf témoins. six condamnations il la prison à "ie châtiment suprême en A lIemagne fédérale - onze peines de prison à temps. trois acquittements, le procès des bourreaux cI'Auschwitz a pris [in. ù Francfort. C'était le 18 août 1965. A la même époque, des répétitions de « UI nstruction ». la pièce de Peter \ Veiss. écrite il pa rt ir des lllinutes du procès. débutait dans quatorze théàtres des deux Allemagnes qui allaient la présente)' simul tanément. le 19 octobre 1965, à r()ccasion du ,:ingtièllle alllli ,'ersaire de la libération des call1lh Des semaines durant, « L'Instruction » fut le centre cles préoccupatiolls des thé:lyingt- quatre acteurs, n'est pas ce soir au complet. Mais on reconnaît pourtant ici et là Robert Porte, Armand Mesfre. Jean Bolo. Marc Dudicourt, Andrée I·ainsy. Henri Delmas, Claude Debord, et... Pierre Dac.

\ rais oui, Pierre Dac, le créateur de

la S.D,L. (Société des Loufoques) et cie l'Os à Moelle. Pierre Dac, dont c'est le premier rôle dramat ique - il incarnera le juge : - Quand Garran m'a proposé le rôle du .fu.qe da/ls « L'I/lstruction », je lll i ait fait tout de suite remarquer qu'avec l'étiquette que je porte ... Il a balayé mes objcct iolls : « Mais nou, a-t-il dit, vous êtes le persol1nage. » A lors j'ai accepté d'cllthousiasllle; la lecture du lIIa1l11scrit Une répétition au THEATRE DE LA COMMUNE de l'oeuvre de Peter Weiss (ci-dessus ). Pierre Dac (ci-contre), y joue le premier rôle dramatique de sa carrière. Photos Elie Kagan . tres, des journaux, des radio, des télévisions allemands. Peu cie temps après, on annonça la création cie la pièce clans de nombreux ~ays : Ingmar Bergman la met en scène a Stockholm . Peter Hall à Lonclres. Elle doit être créée en I sraël, il Broadway. F idèle à sa ligne de conôuite, « l'élaboration d'H1Ie chronique colleciiv,e des hommes ». le Théâtre de la Commune d'Aubervi l1ers l'a inscrite à son répertoire. C'est donc le 25 mars, qu'aura lieu la création francaise de cette oeuvre, dans un texte d'Ai1Clré Gisselbrecht, un dispositif scénique cl' André Acquart et une mise en scène de Gabriel Gan-an, à qui sera remis, le 30 mars, le Pri.t: de la Fraterllité décerné au Théâtre de la Commu1/e pour l'ensemble de ses créations en 1965. UNE VALEUR DE TEMOIGNAGE C'est en pleine répétition que nous trouvons Gabriel Gan"an, perdu der rière son vaste pupitre. La troupe forte de /n'm'ait littémlement « emballé ». - Vous êtes donc le président du tribunal et vous êtes sur scène tout au long cie la pièce. C'est un rôle très lourd, plein cie respon sabilités ... - C'est beaucoup plus qu'un rôle, car je ne me place pas seulement sur le plan dn comédien. C'est lm hommage que je 'l'eux rendre à la lllémoÏ1'e de tous les déportés, c,e ll ~: qui SOlLt l'estés et ceu.r qui sont reve1/ IIS des camps de la 1/Iort. - Au fond, vous considérez votre par ticipation à la dist r ibution comme un acte d'engagement qui aura valeur de témoignage? - Mais bien sûr, et je SltiS très fier de l'honneur qui m'a été fait. Car c'est mU? oeuvre absolumel1t l'emarquable et très l~tile, wrtout pour la jeunesse qlû n'a pas vécll ce dl'alne. NOliS savons d'aillelws ql~'en Allemagne, L'Instruction a elt un retentisselnel1t extraordinaire auprès des jeltneS qu'i souvent découvrai,ent POltr la première fois la réalité et l'i11/portance des crimes ttazis. De telles oeuvres, qu'elles soient littél'aires, théâtrales ou cinématograPhiques, sont nécessaires, tant que le danger subsiste. LA POSSI BI LITE l'al' le réconfort qu'il apportait en parti cÎf)ant, durant l'occupation, à l'émission « Les Français parlent aux FralL( ais », Pierre Dac a montré qu'il avait la force de caractère nécessaire pour s 'adapter aux situations d'exception. N'en faut-il pas dans cette pièce où tous les dialogues se rapportent aux crimes et aux horreurs d'At!schwitz? POURQUOI UN ORATORIO? 11 est « ce persoJlnage essentielleme11t humain, attentif, apparemment serein, capable de polariser l'attention d l ~ public, un homme avant tOl /t », comme le définit un peu plus tard Gabr iel Gan'an, qu i, malg-ré trois heures inin terrompues de travail avec les comédiens, répond à 110S questions avec la gentillesse que nous lui connaissons. - Il semble que le titre de l'oeuvre de :peter Weiss peut s'interpréter de diverses façons. E t pourquoi la définit-on comme un oratorio, mot qui relève du vocabulaire technique de la musique? - « L' Instruction », qui est la traduction littérale du titre allemand, dé finit plus précisément une forme d'inve~ tigation qui doit nolts amener à la décoltverte de la vérité, mais aussi une action pédagogique, ltn ,enseignement apporté par la vision des faits. Si on parle d'oratorio, c'est qu'il s'agit ici d'une vo~onté précise de Peter Weiss de donner à cette oeuvre w~e architecture qui lui soit particulière, et qui s'inspil'e de « La Dwine Comédie » de Dante. Peter Weiss avait d'ailleurs e.t:primé publiquement son projet d'écrire une Divine Comédie moderne, dont Auschwit::: constituerait ... « le Paradis ». C'est U 1l paradoxe : le paradis des b01trreaux. En fait, il s'agit - Peter Weiss l'a lui-même exPliqué d'lin vaste « collage dialecttque » dont le matériau IL été fourni par les dix-huit mille jelûllets dit procès -de Francfort : c'est un poème en forme de procès-verbal. Respectant le schéma de Dante, Peter Weiss décrit en onze· chants très précis le parcours temporel, psychologique 1ft presque métaphysique de l'homme entraîné dalls le mécanisme, dans l'engrenage de la vie concentrationnaire. Tout d'abord l'arrivée G1~ càmp, la sélection avec le « chant de la rampe », l'exi,Itence quotidienn,e et les torturiS dans « le chant dtt camp », et le « chant de la balançoire ». Ensuite le chant le plus important de la pièce, celui de « la possibi lité de survivre », d'où se dégagent plus ieurs idées : l'organisation de la résistance, l'ambiguité de la sttrvie Olt camp qui nécessite à la fois ttne certaine adaptation et une participation plus ou lIloins CO/lsciente alt système. Viennent s'intercaler deux chants de destin individuel : celui d'ume victime, la détemoe Lili Tofler; celui d'un baurl'eaH, le gradé 55. Stark. Et enfin, divant nous, défilent ce qlt'On pourrait appeler les modes grandissants et hallucinants de l'extermination qui passent pa?' les fusillades ait « mur noir », les injections et piqûres mortelles de « phénol », l'asPhyxie dans les « cachots », le « Zyclon B » des chambres à ga:::, les [1'é11latoires pour finir. « L'I nstruction» est 1~ne oenvre grmldiose, sans précédent dans le théâwc contemporain. Il s'agit plus de théâtrevérité que d,e théâtre-docttment : on peut dire ici que toute ressemblance avec des personnages !l!xistants est to talement dépel1datlte de notre volonté. L'HOMME VICTIME DE L'HOMME - Peut-on dire que le choix de cette oeuvre correspond aux préoccupations du Théâtre cie la Commune ? - Nous tentons d'élaborer à travers notre l'épertoire ttne sorte de chronique collective des hommes. Et il se trouve que l'ensemble formé pdr « Andorra ». « La mort d'un commis-voyageur », c Les Chiens» et enfin « L'Instruction », illustre le. thème de l'homme victime de l'hontme. C ette tenlati~'e de transcl'iption esthétique dtt monde contemporain a rarement été poussée aussi loin que dans la pièce de feter W eiss. Et~ effet, il ne faut pas y voir wze oeuvre de 1945. Comme souvent chez Alain Resnais, Weiss Ct vouln montrer comment cette éPoque - celle dit nazisme et des camps de la mort - sttrvit en 1965 datlS la mémoire et dans les faits. Je voudrais conclltre en indiquant que pour nOltS les conflits idéologiques et le racisme oppresseur sont les grands actellrs de la tragédie iifOder1te. (Propos recuei ll is par Jeanine LANGIERT.) DE SURVIVRE Nous publi ons ci-dessous avec l'a uto ri sation des éditions du Seuil , un extrait de « L'Instruction »,la pièce de Peter Weiss, dans une t radu ction de Jean Baud rilla rd, à paraître au mois de mai. et s'ils ne s'étaient pas retrouvé dans la peau d'un mais leur mort fut vaine Nous les voyons devant nous ces millions d'êtres Le Chant Il (,la Possibilité de Surviv re) d'où est tiré ce passage, in siste particulièrement sur ·le rôle important des mouvements de résistance à l'intérieur du camp, et sur la nécessité où étaient les déportés de coll aborer plus ou moins consciemment au mécanisme de l'unive rs concentrationnai re s 'i ls vou laient garder la vie , TEMOIN N° 3 Quand ;nous parlons aujourd'hui de ce que nous avons vécu dans le camp à ceux qui n'y ont pas été il reste toujours pour eux quelque chose d 'incompréhensible Pourtant ce sont les même gens qui étaient là·bas gardiens ou détenus Puisque nous étions ~i nombreux dans ce camp et puisque d 'autres furent si nombreux à nous y enfermer Il faut bien qu'aujourd'hui encore l'événement soit compréhensible Nombre de ceux qui étaient destinés à faire des détenus avaient grandi dans les mêmes conceptions que ceux qui allaient prendre le rôle des gardiens Ils s'étaient dévoués à la même nation ils avaient travaillé au même essor aux mêmes bénéfices détenu ils auraient pu aussi bien se retrouver dans celle d'un gardien Nous devons abandonner cette distance sublime au nom de laquelle l'univers du camp nous est incompréhensible Nous connaissons tous la société d'où est sorti le régime qui a pu produire ces camps L'ordre qui y régnait nous était familier dans sa structure et sa forme c'est pourquoi nous avons pu nous y faire jusque dans ses dernières conséquences quand l'exploiteur fut enfin libre d'exercer son pouvoir à un degré inouï et où l'exploité dut fournir la cendre de ses os LE DEFENSEUR Nous déclinons de façon péremptoire cette sorte de théories où se dessine une vision idéologique erronnée TEMOIN N° 3 La plupart de ceux qU'on aébarquait sur la rampe ne trouvaient évidemment plus le temps de réfléchir aux causes Muets et défaits ils allaient leur dernier chemin et se laissaient tuer parce qu'ils n'y comprenaient rien Nous en faisons des héros sous la lumière des projecteurs sous les injures et l'aboiement des chiens et le monde extérieur se demande aujourd'hui comment fut-il possible qu'ils se soient laissé anéantir Nous qui vivons encore avec ces images savons qu'il est possible que des millions de gens subissent encore une fois sans réagir leur anéantissement et que cet anéantissement dépassera de loin en efficacité les vieilles méthodes LE DEFENSEUR Témoin Aviez-vous eu déjà avant votre déportation au camp des activités politiques TEMOIN N° 3 Oui Et c'était notre force que de savoir pourquoi nous étions là Cela nous aidait à préserver notre identité Mais cette force même rares sont ceux qui l'ont gardée jusqu'à la mort Les plus forts même pouvaient être brisés D'AUBERVILLIERS La Divine Tragédie tion ». Prescription des crimes nazis, demande l'Allemagne (fédérale) officielle du « miracle économique » : qu'en pense le spectateur, français comme allemand, après avoir vu au théâtre, non pas Auschwitz, mais la façon dont en 1965 les bourreaux de 1943 et leurs défenseurs parlent d'Auschwitz? I L était un jeune homme, demi-Juii par son père d'ailleurs converti, qui traversa toute la dernière guerre sans être inquiété. Ses parents exécrés l'emmenèrent d'Allemagne juste à temps, il vécut d'abord en Angleterre, puis en Tchécoslovaquie, qu'il quitta également juste avant l'entrée des troupes nazies; il finit par se fixer en Suède, où le vagabond fut admis et naturalisé, parce que, dit-il dans son autobiographie, Point de fuite, il était d'un milteu aisé (son père possédait une fabrique de tissus imprimés). Depuis, il vit à Stockholm, mais il est devenu l'un des plus grands écrivains allemands, après avoir tenté jusque vers 1952 d'écrire en suédois. Aussi sa souffrance morale ne fut-elle pas d'avoir été persécuté, lui ou les siens, mais d'avoir été protégé de la persécution; de n'avoir connu la N nit de Cristal que par ouï-dire; de n'avoir entendu le fracas des batailles que derrière les buildings de Stockholm la neutre, la prospère, l'indifférente. Longtemps, Peter Weiss n'a voulu, comme ce Marquis de Sade dont il a osé faire un personnage de théâtre, ne s'occuper gue de soi, il a considéré de haut et de loin ceux qui s'effacent devant une cause, « quelle qu'elle soit » (comme Marat, comme le Hoderer de « Point de fuite »); il s'est enfermé volontairement dans ses phantasmes, q.ue lui renvoyaient livres et tableaux et qu'il projetait à son tour dans des tableaux et des livres. Apatride, lié à aucune nation, émigré, mais pas par choix ou par conviction, « condamné à la liberté », il se sentait coupable de n'être pas que victime. Longtemps, il n'a fait qu'observer, décrire Q..ar le menu, parfois au millimètre, comme dans « L' omQ1'e d~t corps du cocher », un monde « en désagrégation»; tenter de cerner, de fixer par la phrase, de postes d'observation tels que les latrines (comme le Bloom de Joyce) ou les fentes de porte chers aux voyeurs, les gestes élémentaires du milieu le plus élémentaire : la fami lle, dont tout son effort douloureux tendait à lui « dire adieu » ( Adieu aux parents » : titre d'un autre fragment en prose). Intervenir ? Aider les autres ? Faire une brèche « dans la muraille d'interdits et de solitude que ses origines bourgeoises avaient dressée aMour de lui» r Il ne le croyait pas possible, malgré ceux qui (comme l'interlocuteur principal de « Point de fuite ») le pressaient de se rattacher: à un mouvement, sans quoi sa révolte de fils prodigue était trop facilement captée par ceux-là mêmes qu'il visait. Longtemps il fut du côté de Kafka, non de Brecht. Jusgu'à ce qu'enfin la percée se fit. Sinon, il serait resté ce fils d'un peuple persécuté pour sa race, mais qui ne peut montrer « ni blessures, ni cicatrices, pltiSque je n'ai pris part à aUClln combat; je n'ai rien à dire puisqu'il ne m',est rien arrivé, un enfant sevré trop tôt et abandonné sur le trottoir ». La première étape fut 45, la révélation des camps de concentration, des chambres à gaz, où des amis juifs qui n'avaient pas eu sa chanc~ avaient dü rester. « Sa place » était, il le sent, avec eux, ombre parmi les ombres. C'est pourquoi, lors du procès de Francfort en 1964, il fera du camp d'Auschwitz, pour un moment, sa « localité », il l'explore, comme dans « L'instruction », avec la précision d'un dessinateur industriel, par les notes prises aux audiences. Seconde étape. L'ETOFFE D'UN COMPLICE Mais il y a une deuxième source de l' « Instruction» c'est le sadisme. Torturer a fait partie de ses jeux d'enfants; il jouait, entre autres, à Ben Hur où les victimes sont des juifs. Le pèr~ ne poursuivait-il pas lui-même un de ses frères en' le traitant de « sale juif » ( Abraham maudissait sa race »)? Comme son Marquis de Sade, il sentait la terrible amb:g-uité de la violence d'homme à homme, il se sentait « capable de tout» : il avait en lui « l'étoffe d'un complice et d'un exécuteur ». On s'explique ainsi certains passages troublants de son « oratorio » sur Auschwitz. Mais justement, malgré quelques individus - comme Bednarek, Boger ou Kaduk - qui torturent pour le plaisir, le sadisme d'homme à homme était tué par la bureaucratie de la mort. Fusiller, voilà qui reste conforme à l'étrange code de l'honneur du SS. Stark : mais gazer, « ça ne se fait pas, entr,e hommes ». La mort quand ellè n'est plus donnée de main d'homme, est « dévaluée ». C'est là, au delà des oppositions politiques, ce qu'il y a de commun entre la Terreur de 93 et la Terreur brune~ entre les charretées de guillotinés et les « fournées » de crématoires qui, dans le langage SS., se comptent par « unités» ou par « têtes» : c'est la mort mécanisée, ou, comme dit le divin Marquis dans « Marat-Sade », avec un anachronisme calculé, « technocratique ». Dévoiler, à la lumière de! oeuvres antérieures, largement autobio- PAR André GISSELBRECHT graphiques, de Weiss, ce fond existentiel de l' « I nstrnc t ion » n'est pas rabaisser son entreprise à une complaisance dans l'horreur; car précisément, l'Histoire, c'est-à-dire le fascisme, en donnant au sadisme des dimensions collectives énormes, rendait aux yeux de Peter Weiss le sadisme impossible : comment jouir de cette violence-là? Le sadisme est retourné comme un gant : de macération individuelle, il devient condamnation d'une société sadique. Du coup, le fils d'un monde qui a engendré Auschwitz rend productifs - c'est-à-dire dénonciateurs - ses propres pqantasmes; André Gisselbrecht la décadence sert à la libération des hommes; il cesse de s'identifier à Sade, le rejeton d'un race mourante qui se vautre dans l'ordure. Enfin il va, plus proche de Brecht que de Kafka, nommer les responsables. Ce qui ne veut pas dire : les racistes. « Personne ne m'insulte, ne me menace, ne veut rien savoir de mes origines. » C'est bien pourquoi il se fera chroniqueur (par le témoignage parlé) - et non peintre (par l'image) - de l'extermination massive. Mais pas du martyrologe juif; il sera beaucoup question dans î' « I nstrnction » des Polonais, de~ prisonniers soviétiques, pas des juifs : le .nom n'est n~ême ~as prononcé. Pour WeiSS, le probleme n est pas celui de l'antisémitisme et du génocide, c'est celui de l'exploitation de la main-d'oeuvre à bon marché, qu'on livre aux fours après en avoir tiré tout ce qu'on pouvait en tirer. Ce n'est pas celui de l' « Enfer » d'Auschwitz, mais celui du pré-Enfer et surtout du post-Enfer : c0l1!ment était faite la société pour en arnver aux camps, et comment continuet- elle, aujourd'hui,- en 1966, à être faite, pour c:onclamner les criminels qui se prélassent dans des emplois bourgeoisement honorables à des peines dérisoires? Aussi la pièce s'achève-t-elle sur une intolérable dissonance : le mot de « prescrip- A PARTI R DU 25 MARS ON N'EN VIENDRA JAMAIS A BOUT? S'il n'avait compris la possibilité Je comprendre, d'exPliquer Auschwitz, que telle était en 1965 la seule façon justifiable de se replonger dans l'horreur vingt ans après, Weiss en serait resté à son imp~ession de 1245, qu'il rapporte dans « Pomt de luite» : après cela, on ne peut plus faire de littérature, et surtout pas sur les camps. L'atroce est d'une telle envergure « qu'on n',en viendra jamais à bOitt ». Et pourtant, il a su continuant la ligne du « grand sujet »' idéo- 10$'ique ,!-morc~e ayec « Marat-Sade », faire temr, grace a un « collage dialectiqu(! », tout l'essentiel des rapports de notre société d'exploitation dans le cadre du procès de Francfort « contre Mulka et conso~ts ~. Entreprise digne de Dante! MaiS Justement, ce« théâtre du mond.e entier » sera, dans les formes digne de la « Divine Comédie » - onze 30 MARS: Remise des Prix de la Fraternité à l'équipe du Théâtre d'Aubervilliers chants subdivisés chacun en trois - le contraire de l'Enfer de Dante. «Si Dante et Virgile ress~lscitaient de nos jours, écrit-il, ils n'iraient pas chercher les cercles de l'Enfer dans l'au-delà, mais dans une « contrée bien précise » de notre ici-bas; à Auschwitz, par exemple. Ils ne croiraient plus à la récompense céleste des justes martyrisés, ni au châtiment des réprouvés ; les victimes restent éternellement persécutées et les b 0 u r r eau x splendidement impunis; Auschwitz devait donc être le Paradis (des seconds) : ne les voyait-on pas, à Francfort, donner d'une voix assurée des directives commerciales par téléphone pendant les suspensions d'audience? Une Divine Comédie des temps modernes ne peut, ne c10i t pas être « dantesque » : c'est là la troisième source de « L'Instruction ». Dante poursuivit son « instruction » à lui avec les moyens de son temps; nous en avons d'autres. Et voilà que Weiss, le « bo'urgeois qui se veut révolutionnaire, mais que toutes les contraintes anciennes paralysent li, publie en pleine Allemagne de l'Ouest un~ profession de foi marxiste. Moi qui ai survécu, tout simplement vécu, dit-il, avec qui suis-je? Avec ceux qui promettent aux victimes le rachat dans une autre vie, ou avec ceux qui s'ingénient à les libèrer dès cette vie? Mais pour édifier nutre Paradis - c'est-à-dire tout bonnement une vie supportable - il faut d'abord descendre, de la rampe d'arrivée aux crématoires, les cercles de l'Enfer, un Enfer où les diables n'ont ni cornes ni pieds fourchus, mais de petites casquettes de bons employés, lorsqu'avec un peu de culture ils ne citent pas Goethe ... Au spectateur, s'il tient à être « instruit », de suivre le nouveau Virgile qui le guidera, à partir du 25 de ce mois, Ru Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, à travers l'Enfer des meurtres en masse; il verra que le « système » concentrationnaire n'est pas isolable du Ci: système » de nos rapports sociaux, quotidiens, pacifiques, « normaux »; et que le racisme n'est pas un vice meurtrier isolable du vice fondamental de notre société. Telle est du moins la vision de Peter Weiss : gt1ice à lui, l'horreur renouvelée ne devrait pas hébêter, accabler, mais éclairer, susc; ter la discussion et de là, si possible, l'action. L'INSTRUCTION de Peter WEISS AU THEATRE DE LA COMMUNE D'AUBERVILLIERS (2, rue Edouard-Poisson - Tél. : FLA 64-83) Parking assuré. Autobus 65 partant de la Gare d'Austerlitz j Prix des places: 9 F - 6 F pour les amis du théâtre et les collectivités Charles"'Charles 5 DEUX TEMOIGNAGES DES TEMPS MAUDITS LORS de l'attribution du Prix de J.a Fraternité pour 1965, des mentions fu· rent décernées, entre autres, à deux ouvrages de style et de structure fort différents, mais pourtant consacrés au mê. me sujet : la Résistance au nazisme en France de 1940 à la Libération. On les nommait des étrangers (1) se présente comme une espèce de rapport, quasi exhaustif, sur l'action des immigrés - tant italiens que polonais, autrichiens, espagnoles, hongrois, roumains, tchèques ou même antifascistes allemands, réfugiés dans notre pays - pendant cette période. C'est Gaston Laroche (colonel F.T.P.F. Bo. ris Matline) qui a établi le texte, et sa publication est aussi un hommage à la mé· par Jacques NANTET moire du secrétaire général de l'Union fé. déraie des groupes d'anciens engagés vo· lontaires et résistants d'origine étrangère (Ugevre), trop tôt disparu en 1964. Gaston Laroche, lui-même issu d'une famille ouvrière russe venue s'installer en France deux ' ans après sa naissance, s'est fait l'historiographe systématique de ces contributions à la Résistance, Il rappelle que 132.000 étrangers, de 57 nationalités différentes, étaient sous nos drapeaux dès 1939. Puis c'est la lutte clandestine où se retrouvent les partisans juifs et leur jeune héros Rayman, fusillé par les Allemands, au coude à coude avec des Albanais, des Portugais (lU des Yougoslaves. On connaît l'histoire tragique du groupe Manouchian, auquel Paul Eluard a dédié son beau poème Légion. Gaston Laroche retrace les grandes lignes du pro· cès de ces vingt·trois hommes, exécutés Jacques NANTET par l'ennemi le 21 février 1944. Ils appar· tenaient à six nationalités différentes - avec à leur tête le fameux Missak Manou. chian, d'origine arménienne et né sur les bords de l'Euphrate - et on leur attribue l'attentat réussi contre le général von Schaumburg, qui alors terrorisait Paris. UN MESSAGE D'ESPOIR Rien que de janvier 1943 à juillet 1944, on dénombre neuf cent vingt·cinq actions (250 déraillements, 57 destructions d'usInes et l'incendie de 1.200,000 litres d'essence) des immigrés résistants en zone sud ! Voilà, dans sa sécheresse, une petite partie du bilan établi par Gaston Laroche, et il fallait que tout cela fut rappelé. Comme il fallait - tant la France dans son patriotisme est universelle - que fut mentionné, par le Prix de la Fra· ternité, le Pain des temps maudits de Paul Tillard (2) . Ici, à l'éloquence des chiffres et à la rigueur historique, se substituent les prestiges du souvenir et l'art du récit. L'inspiration est très riche, de ce livre que l'auteur place sous l'égide d'AIber~ Camus: « On apprend au milieu des fléaux, qu'il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser. » Le narrateur, arrêté comme résistant en 1942 et déporté de camp en camp jusqu'à Mauthausen, maintient tout au long, au milieu de l'horreur, cet émou. vant message d'espoir. Par trois fois, à Noël, il assiste à la dérisoire et atroce

  • Suite page 13.

(1) On les nommait des étrangers - Les immigrés dans la Résistance, par Gaston Laroche, colonel F.T.P.F. Boris Matline, Les Editeurs français réunis, 477 p., 1965. (2) Le Pain des temps maudits, par Paul Tillard. Ed. Julliard, 245 p., 1965. 6 VIVRE ENSEMBLE A NANTERRE « O L-i habi/e:::-'iJolls! Rlle des l'rh', ail bidoll'i,ille .. , Lc vi~agc de l'interlocuteur ~c ierme, li n'est plus du tout aimablc, « COlnl/lell1 peut-on habiler l/1t bidonville? », doit-il se demander avec un vague sentiment de peur. Oui, comment pcut-on yi \'re ct garder sa dignité d'hommc dans cet univers dc misère, de tristesse, de boue : cahutes aux planches mal équarries, cabanes de tôle ondulée ou de carton goudronné; vieux wagons, roulottes brinquebalantcs; semblants de fenêtres, ouverture sur un mondc d'injustices et de hontes; yenelles tortueuscs que la pluie transforme en cloaques; un uniCJue point d'eau vers lequel se dirigent et se groupent patiemment des files d'enfants, Et puis tout de même, ça et là, un sourirc : dcs rideaux aux couleurs vives, du linoléum Ileu[ posé avec l'espoir souvent déçu dl' protéger du froid, Telle peut être la brèl-e dcscription émotionnelle d'un bidonville, Pour parler plus sèchement, selon la définition officielle, il s'agit de « loeau.t· 011 illstallali01IS il/lproprcs à loute occllpa/iou dalls des cOl/diliolls régulières d'h:ygiènc, de sél'1wité et de salubrité .. , 1ftilisées « alt.'!: fills d'habitations », Deux cent cinquante millc Français ct immigrants essaient pourtant de yivre dans les quelquc quatrc ccnts hidollvilles qu'on dénombre en France et, parmi eux, cnvi ron cinquante mille Algéricns sur les cinq ccnt mille qui sc sont établis autour dc ['aris et des grandcs yilles, UNE IMMIGRATION UTILE Décriéc, difiaméc, réprou\'l:'e ( Ils viem1eut 'lItallgel' l/Oire pain », cntendon trop souvent), l'émigration algérienne, pour nc ]Jarlcr que d'clic - clle découle du chômage en Algérie, dü aux structurl'~ dc l'économic coloniale -- est une nécessité pour l'économie fralH;:aise : il y a pénurie de main-d'oeuvrc dans les t ra l'aux publics , l'habillement, le travail des texti les, les mines. - La 1/ligratiol/ algérieJ111c, précise M, Michel Masscnct, délégué à l'Action ~()ci; dl' auprè'~ des travailleurs étrangers, ('.1'1 1111 p//('I/OIIIL'IIC beaucollp woius rigid,' ltll'Oll Ile le l'CI/SC parfois, beaucallp 1'111.1' 1II/llp/Ilb1,' à l'h 'lI ll1tillll ries " strllcllires rie IlOtre "Cllllllllli,' cl l'or {'o/tséqllelll 1'111.1' IItift, Il ('{'Ile ,'cal/olllie /fll'Oll Ile l'estillll' qél/,'ra!ell/:I/I ( .. J, I :/Ie eOIlINi'I,' /0 II/llil/-d'oeuvre fra1lçaise : J'rill/{), l'"r ("l'port dl' tl'l17'Olllrllrs ~l' loger, Or riell ll'cst lait. ou presq uc, ni il l'échelon gotll'ernclllcnt;d, Ili ;'1 celui des clltre12rises pour pri'par('r l'accueil des t ral'aillcurs ('trangers, Ces « /'11117'/.1' pa/'ll/i /,'.1' 1',III'1'/'cs » ~() llt les prelllières victilll l'S dl' la crisc gèll('rale du logenlcnt qui s,; \,it ('11 France, Si, d'une part. le bilan des loge- 1lll'lltS construits 1'(,1e hicll ('n-deça ues Ecolières algériennes à Nanterre jeul/es, II/obiles, 1/01/ cristl1/1is,'s slIr III/ métier 011 II/l régioll, Secondo, CI/ rel7lpla(allt Il artaills postes des ol/'iHiers fral/çais pllls facilcmeut qualifiables daus l'ill/'/I1édiat, les travaillellrs origillaires d' / lf.qérie Ol'L'rent ul/e 1'clève il/dispcl/sable 011 SlfCcl:S d'ltl1e politiqllc de proll/o/ioll dll travail, Mais pour tra\'ailler, il laut pou\'oir ohjectifs pré\'ll~: il selllbk, d'autre part, qu'oll n'a tenu compte ni des rapatriements, ni dc l'exodc rural, ni dc la réduction du service lllilitaire auxquels s'ajoute, bien sür, l'immigration, Le travailleur algérien, portugais ou africain, qui, en arrivant en France, doit aH ronter les hrimacJes et les vexations, le changement d'habitudes et de modes dc vic, qui reçoit les salaircs \cs plus Séparation ou ségrégation ? DAN S un article sur le dépistage de la tuberculose en France chez Ics Africains noirs (1), M. Brocard écrit : « Il apparaîtrait finalement anormal de mêler ces sujets, dont le comportement est très particulier, aux autres malades, Malgré les accusations de ségrégationnisme qui pourraient s'élever, dans l'intérêt des noirs autant que dans celui des autres malades, leur réunion dans certains établissements dans certains pavillons de grands sana~ toriums, s'avèrerait une mesure incli~pensablc, » Les arguments quc l'Oll peut invoquer en faveur de cette proposition ne sont pas sans valeur : ces maladcs nc COllnaissent souvent presCJue pas lc français; isolés dans une salle de malades français ils se sentent à l'écart' se retrouvcnt- ils à quelques-uns, reçoivent-ils des ViStteurs : leurs convcrsations sont e~ génél'al beaucoup plus bruyantes, exuberantes, que celles des autres malades, Et C0111me, par dessus le marché, « on nc c,0111prend pas ce qu' ils disent », cela susc.!te des « mouvements divers» et des l:é~eti0t:ts d' hostilit~. Le regroupement enterait au travaIlleur africain de se trouver isolé, éviterait ees heurts, pcrmettrait de créer une ambiance adaptée, d'utiliser un personnel médical connaissant Ics Africains, ayant le cas échéant quelques notions de leurs langues, d'ouvrir, clans ces sanatoriums, des cours d'alphabétisation, etc .. , Une réalité

\lême problème en ce qui concerne le

logement. Là cc n'est pas à l'état de proposition qu'existe la ségrégation : c'cst déjù - pour une bonne part - une réalité, Lorsqu.'un Algérien de Clichy mc dit qu'il habite au 33, au 77 ou au 121. je n'ai pas besoin qu'il me précisc la mc : il n'a guère de chance d'habiter

'1 un autre 33 qu'à celui du boulevard

\ïctor-Hugo où il y a un hôtel algérien, Cette segrégation ne résulte pas d'une organisation délibérée. Il est bien naturel quc le Kabyle débarquant à Paris aille rctrouver. dans leur petit hôtel ou lcurs baraquements, ses parents et s('s amis du yillagc, Les avantages de ce regroupemcnt sont faciles Ù \'oi l' : n'est-on pas mieux en famille qu'isolé dans un immeuble où personne ne YOUS connaît? A Paris pour un ou dcux ans seulement, on IlC coupe pas les ponts ayec son pay~ : le ya ct yient continuel des nou\' eaux arri\'ants lllainticnt les contacts, On peut sa ns craintc cie voir les voisins par Alain GAUSSEL rouspéter, écouter des disques arabes ou faire, pendant les nuits du Ramadan, d'interminables parties de loto ! To'ut est là ... JI lIC convicnt donc pas de conda1l1- lier systématiquement et à priori l'existence du pavillon pour Africains à l'hôpital ou dc l'hôtel algérien, Donnez à choisir aux intéressés, c'est souvent ce qu'ils choisiront, Mais donne::: à choisir. Tout est là ! Faites tlll pavillon africain ù l'hôpital, conseillez même aux Africains de choisir ce pavilloll où ils se sentiront plus chez eux (et attendez vous, peut-être, à ce que Ics Bretons réclament à leu l' tour une fa veu l'analogue !) mais n'interdisez pas à celui qui le désire - et qui accepte dc se soumettrc à la di sc ipline commune - le pavillon COnl1llUn, Ce scra peut-être la première occasion qu'il aura - depuis six mois qu'il est en France - de parler cnfin :l des Français (on s'ignore dans le métro, on s'ignore dans la rue, on s'ignore dans le travail. mais il est difficile cie rester quelques jours voisins de lit sans faire connaissance). Ne vous étonnez pas dc voir les Kabylcs dc Sidi Aïch se retrouver dans lc même hôtel et manger le couscous ensemble, Mais ne refusez pas de louer une chambre à celui d'entre eux qui voudrait faire bande à part, invitez- le à "enir manger lc bifteck-frites avec vous et ne croyez pas Ilon pl us, parce qu'il existe certains cafés français qui l'efusent de servir à boire aux noirs ou aux Algériens, qu'il vous soit interdit d'aller parfois boire un café ou manger 1t1l couscous dans un bistrot algérien ou marocain, Où est le mal... Le mal n'est pas que les A [ricains se retrouvent parfois et même souvent enscmble, Le mal serait (hélas, je pourrais sans doute écrire : le mal est) qu'il ne leur soit jamais donné J'occasion dc nous fréquenter réellement. Le mal est surtout Cluand ce regroupement est l'occasion de les montrer du doigt, de les dénigrcr, dc s'cn méfier, de les traiter en citoyens de dcuxièmc zone. Je n'en prendrai qu'un exemplc : Il existe, dans certains centres d'apprcntissage, des sections préparatoires pour Nord-Africains, En soi la chose paraît excellente : beaucoup de jeunes Nord-Africains ont eu une scolarité partielle ou retardée, connaissant mal le français, pcuvent utilement bénéficier, pour la suite de leurs études, d'un tel rattrapage, Mais dans tel centre d'apprentissage, les élè\'cs, algériens et français, sont aclmis sur concours, concours com11lun et noté sans distinction, Les Algériens admis ont donc le même niveau que les Français admis, Les premiers sont néanmoins regroupés dans unc classe préparatoire, Qui pis cst cette classe cl' « Arabes » est en butte aux attaqucs et à l'hostilité des autres classes, Qu',en pensez-vous ? .. Le problème, on le voit, n'cst pas simple. Peut-être certains lecteurs serontils étonnés que j'aie à plusieurs reprises, dans cet article, avancé dcs arguments qui peuvent justifier une certaine « scgrégation », Olt pour le moins une séparatiQn. Ni dans un sens ni dans l'autre, je ne les ai donnés tous, et je me suis gardé de les discuter. C'est que i 'ai voulu vous amener à réfléchir sur ces donriées de la yie réelle, à nous enyoyer "OS obseryations, vos remarques, \'os suggestions. Car c'est en toute è1arté, et en ne négl igeant aucun fait que cloit se poursuivre notre lutte contre 'les discriminations et surtout pour la compréhension, l'amitié entre tous les hOI11- mes. Nous comptons sur \·os lettres pour nous aider il conclure efficacement dans un prochain numéro de « Droit et Liberté ». (1) Revue d'hygiène et de médecine sociale, 1965 - 13 nO 6, p, 487 - 508. has pour les tra\'aux ks plus pénibles, n'a d'autres ressourccs que d'aller dan ~ Ics bidonvillcs rejoindre ~cs compagnons d'infortunc qui lui apporteront au moins cette l'haleur. cette [raternit\ cette l'onlpréhension qui sont les sculs sout iens dc l'exi lé, UNE PROPAGANDE PERNICIEUSE Les prohlè'nles que posent J'cxistence des bidon l'il les ne sc manifestent pas seulement sur le plan de J'hygiène ct de la salubrité mais intervienllent pour les fausser dans les rapports entre Français et Algériens, - L('s [olldi/iolls de 7! i .. d ,'s . /ly,'- 1'iells dalls l es bidollv illes créenl cilr::: ell.\' 1111. Se/ltilllellt bien eOI/lprNlcllsiblc d'aIl1e1'tume, de frustration ct d'a blludou, expliq,ue un dentiste de Nanterre, Mais l'aspect lIIêllle tI'Uft bidouville cst aussi illsupportable pour ln popula/ioft qui vit daus SOft 'i!oisillage .. , Cette différeHce de niveau de vie crée 1f11 fossé cn/re les d,eux communautés. Ainsi, au dispensaire lllunicipai du Pctit-Nanterre, la consultation des nourrissons où vicnnent surtout des en fants algériens cst peu f réquentéc par la population françaisc, « Or, nous affirme la directrice du dispensàire, les dix-sep/ 1I0urrissofts ct les 'uillgt-de1lx enfall/s qll!! 1/01lS VO)'O/lS régltlièrell/ellt salit 101ls c,rtrêlllelllellt biell /1'111IS, Très 7!ite, 1111 clill1at de coufiauce s'iuslitllallt, les I//(/IIIOUS S1liZ'Cllt stric/elllellt les [ill/seils q1lc 1l0llS IC1Ir dOl/1l0llS, » Là encore, la population l'st \'ictimc d'une propagande pcrnicieuse qui se sert de ces difficultés pour dresser l'une contre l'autre les deux conllllt1llautés, Tel tract de propagande l'lectorale n'accusait-il pas la municipalité de faire de Nanterrc « la casbah », de disLraire « ulle partie des i//lpôts pOlir S/lb7'ellir alt~; besoills d'III1C 1/1iIill--tl 'O'II,'/'c Irop souvent paresseuse », JI n'est pas de semaine où la presse raciste, MilJ/(te en tête, nc titre sur « la gallgrèlle algérielllle », sur « l'invasioll sileueicusc de la métropole par des williers de traîne-misère, d'escrocs, de malad,es et dc //Iallvais garçolls », Qu'un crime odieux défraie la chronique et avant mêmc que la police ait une piste sét-ieuse, aussitôt les manchettes des journaux il grand tirage signalent que Ic suspect numéro un l'st un homme « ail /eillt basallé », « 1/11 '1I1:J'Stérieu. v m llslliman », Un climat de psychosc antialgériennc est suscité à pal·ti r du JllOlIlent où l'on veut faire croire que tous les criminels sont Algél'iens et tous les Algériens criminels. ]J existc bien sùr une certaine délinquence nord-africaine, primaire d'ail leurs, ~dais supprimer le ChÔI)lage, démolir les bidonvilles ne sont-ce pas les meilleurs mo\'ens d'éliminer cette délin- Cjuence? - Face il ce drame, à cettc misère, où sont les solutions? Naturellement au nil'eau gouvernemcntal. lc premier objecti f doit être la démolition des bidonvilles accompagnée bien sür du relogement de ses habitants, Ce qui suppose la construction accélérée d'habitations il lover extrêmement modéré. -

\fais en attendant, un travail cl'explication

qui rende la cohabitation possible, s'impose, La solidarité ;l l'échelle de l'ho11lme doit C0111111encer à notre porte. Cc ne sont pas de vaips mots : il~ nrennent au contraire tout leur sens à Nanterrc où - la solidarité agissante cie la population a permis aux projets de construction d'une cité de transit et d'une école de voir le jour, - En 1965, fut décidée, en même tCl1lpS que l'édification de la préfecture cles Hauts-de-Seine à Nanterre, la constructiOll d'unc route de raccot'dcment ù la future autoroute prè, du bidonville de la rue des Prés, Unc cité prO\'isoire de transit i111plantée sur le seul espace libre, unc ancienne carrière, près clu groupe scolaire Voltaire, devait servir au relogement partiel de~ habitants du biclonyille, , Et c'est ct' simple projet qui provoqua dc multiples réactions, en particulier celle de propriétaires dc petits pavillons situés en facc de la future cité de transit. ]Is lancèrent une pétition poUt' pr?tester contre cette nouvelle implantatlOn, quc lcs signataires ïugeaient « indésirable », croyant qu'il 's'agissait encore de bidonvilles. FACILITER L'ASSIMILATION Mais laissons la parole à M, l-L" sccrétaire du syndicat du quartier nommé « l'avant-garde clu nord-ouest de N anterre », que préside M, Sagot : « Le 6 décembre dernier fltt lancée cette première pétition qt!' 011 peut qualifier d'inhumaine,' car .elle n'apporte aucune solution. Puis 1IIt tract émanant d'un comité spontanétnent formé appela à une réltnion dans 1I/t café où serait étudié ce problè//le. « Je décidlli d'aller à cette 'réuuiOIl

  • Suite page 10.

(Propos recueillis par Marguerite KAGAN.) 7 Il Y a trente ans LES RACISTES CONTRE LE FRONT POPULAIRE VOÎci t rente ans, le Front Populaire arrivait au pouvoir. Le peuple français ripos. tait ainsi aux ligues racistes et fascistes qui, le 6 février 1934, avaient 'lenté d 'étran· gler la Ré publique, et qui, depuis , ne cessaient de comploter pour étendre à la France l'ordre hitlérien. M. Edouard Bonnefous, qui vient de publier un ouvrage sur l'h is· toire de la III République , rappelle pour les lecteurs de « Droit et Liberté » le rôle odieux joué par l'antisémitisme dans les campagnes antirépublicaines. L·:\ NTISE.\llTI S .\IE il trop longtemps été, hélas, une tradition de certains mi lieux frança is. Avant l"aUaire Dreyfus on pouvait déjà lire sous la plume du général de Bonnefond : « Comment! Vous savez où s'achètent nos renseignements sur les armées étrangères, et que juifs italiens. juifs allemands. juifs roumains nous vendent ur" ehacune de leurs patries les rense ignements que nous pouvons désirer. Et vous yeudriez placer les juifs à notre Etat-:\fajor? Pourquoi le juif français ferait-i l autre chose que les autres? » Quand Léon Blum arriva au pouvoir en 1936. la campagne antisémite reprit avec violence. En ordonnant la dissolution des ligues qui ayaiellt fai ll i re1l\Trr.- 1l1/i dll l'ellple. le JOllr, .le suis 1'artOllt , de dé"elopper une campagne anti sémite. Qu'on Cil juge par les manchettes de r.·lctiol/ I;ral/caise pendant le Illois de juill 193ô : « tcs ,'a(a/l(CS jlli,' cs de la' !t~91lité » (Cl jUill). « I.a qilt'stio/ l jlm'e il la C!tambre » (7 juill), « Le /llI/Îtrc jllif ,est iII/pli issa/l t » (l) juin) . « Tout ,'II tri's bieu .1Jo/lsit'lIr l,' Rabbil/ » (10 juin), « I,e bateau juif il la déri,'c ( 13 juin). « [AI rh'ol lltiou j ui .. 'e (llI/l/te ,'ictoire » l l..J. juin). « JAl .I/ral/dc offcl/si,'c jllin; » (.!I juilli. Léon J)audet multipliait les expressions de ce genre : 81uIII le gCl/th.\'outre ». « CHébrcu mdiop!touiquc », le Cabinet « crhil/s -Tal/lllld ». « . 1,',',' !c' I;ro/lt pop/llaire ','O /IS (/'i'r,~ le )'011 ... poi/l , 'CC (1/1 pou'i'oir, .1lol/sicur Il' l'r,'s idt'I/t du COl/seil, est il/co/ltcstllblclI/c/lt II/ le date Ilistroiqu ::. 1'01/1' III prelllière fois cc 7'iC I/.l' pays gallQ-rolllain sera ,l/01l7'c/'1Ié par 1111 JI/if .. . POl/r YOII'i'c'lïlcr c('/ tc 110- tiol/ pa.\'sa/lllc ql/'cst III {l'lIIICC, il ~'a l/t Par Edouard BONNEFOUS Séllatel/r, III clllbr,' tic l'J IIstitllt. IIIÙ' II.r ln'oir I/llelqll'lIl1 (/lIl1t "'.1' ori.l/i/lcs, si II/ odcstes soiellt-dles, sc perdent dalls les clltrailles dl' IIl1tre sul, I/U'llIl ".l'prit tlistillgu(~, fort illtcllii/Cllt. Illois qui re'\"sort surtolll de l'Nlllle du ·j'a/III/11I ... » Dans une propriété de la région paris ienne, appartenant à un gros industr ie'l, ,les Francistes apprena ient la techn iqu e du cou-p d'Etat et de l'assassinat. Ils n'étaient pas les seuls. Des plus modérés , les Croix de Feu du Colone l de la Rocque aux hystériques de l'Action française et des Jeunesses patriotas, les ligu es f a~ c is t e s et raci stes prépa raient activement 'la chute de la 111' Républi que, et oI'i nstauration d'un régime sembla ble à ceux qu e sub is s aien : :' A lle m ~g n e de Hitl er et l'Ita'lie de Muss ol ini. ser la III' H.épubliqul', Léon l3l ulll devint la cible préférée dl' l'extrême-droi te et des membreS de l'Action Française. Sa politiq ue sociale lui \'llut encore de nouveaux ach·ersaires .. La fraction extt'émiste ne sc contenta pas de critiquer la poli tique intérieure ou la polit ique étrangère du pouvoi!". E lle s'en prit aux hommes mêmes qui composaient le gouvernement. L'arrivée de Léon Blum au poU\'oit· avait été l'occasion pour des journaux comme l'Action Française ct C;ri ll ,ljoire , notamment, mais aussi l'Echo de Paris, c/ier »., l'tc ... Voici enCOrt: ce qll ·écri l.lit Charles Maurras à la l'eille de l'it1\'estiture du gouvernement : « Le Cabillel juif est fait. 011 pellt dire qll'illl'y à p/IIS de débat sllr la qllcstioll sociale elltre Français... Le Cabillet FIlmll pose la qllcstio /l /latio lIale. C'est le débat e/ltre Iwtio/lau.t' rt a/ltillatioI101~.r. » « LA FRANCE DEPOTOIR '» A la Chamhre, c'est Xa\' ier \ -all at q\li reprend le même thème : « /-olre arri- Si Xal'ier Vallat reconnaissait aux juifs un statut de natu rali sés, pour Léon Daudet, ils étaient des étrangers qu'il iallait chasser~ Voici ce qu'il écrivait dans L'Acti011 française du 10 octobre, sous le titre « L 'envahisselllcllt précède l'illvasiolt ». « La France dépoloir de l'Europe » " « ... Du fait de la Répllb/iqui', l-égi11le de l'é tral1qer, /laits Sl/bisso lls actuel/elIlellt trois 'illvasions " la 1ïISSC, l'allelIlande et 1/ota1/lmell t l~1 .iui7'e allemande, 1.' espagl1ole. La crapule de ccs t1-ois l1atians s' infiltre et s' installe chez 110115. Elle y pille, elle )' corrompt, et elle J' assassine. Ce mOUVe1llellt i ll/1/Ionde, et qui va en s'accélérant, allllonce la ,Querre. Il date de loin, de l'affaire dn Iraître Alfred Dre)'fus. La d01llil1alioll d'ul/ jnif rabbinique, Léol! Blull1, totalemel/t étranger à nos moeurs, coutullles et fa çon de colllprelldre et de 1'esselltir , lIlu ltiplie aetuel/ellleilt le péril par dix. » UNE RELATIVE IMPUNITE Dans G'ringoirl', llelll'i Héraud était aussi virulent. Pour lui, ce n'est plus seulement de l'Europe que la France était le dépotoir, mais du monde entie!'. « SOlllllleS-nOus le dépotoir du 1Il01/de! 1-'ar loutes nos routcs d'accès, transforlllées eH grands collect cllrs, coule sur nos terres ?Ille tourbe de plus elt pll/s grouillante, de plus Cil plus fétide. C'est l'imm el/se flot de la, masse napol-itaille, de la guenille le7'alltille, des iristes pl/alltel/rs slaves, dl' l'affrnlse II/isère (!Ildalousl', de la IlIalllle d· . ..Jbralul7l1, ct dn bit 1/111 l' de Judée,' c'cst tout ce que rccracltellt les ,'ieil/cs Icrres de plaies ct de fléaux. Doctrillaires crép lls, cOllspiratl'l/rs fllrtifs. régicides an teil/t 7'cnilÎtrc, pollahs lIlités, gratill de qltet/os. cOlllrebal/diers d'al"liles, pistoléros ell détresse, l'spiolls, usuriers, -gallgsters, marcl!al/ds de femIlIeS ct de cocaïlle, ils aCCOllrel/t, préddés de lcur odl'lIr, l'scortés de leurs plt1laises. Ils arri'i.'cllt de tl'I/S les clÎth, SIlIlS rellicite, .l'III' le.l' (}céa l/s, par-dessus les IIIUIltaglles, à pleills trai/ls. li pleills paquebots. lis arri7'rllt cl Olt les attend. De « gauclte » Olt dé « droite », ils olll tOItjOl/ rs dcs alllis. Rh'oluliolls ct coups d'Etat Cil offrellt l'illcessallt p/'(~ t e.l't e . .Vaguère les Russes, ellsuite les Polonais, puis les Grecs, puis les Italiens que suivirent les Allell1ands, précédant les EspagnoLs ... A qui le tour? Sous eouletw d,e droit d'asile, 011 laisse l'n.il'cr pêle- li(êle et salis la I/loilldre prhaulion réfugiés politiques ct COllda11l/lés de d1'oit CO IHI/lUI/. Toits d'accord an 1lI0illS snr un poillt .,' le droit qu' ils s'arrogent cie 1/0US Iralter Cil pa}'s cOl/qllis. Ta/ldis qlle cel/x-ci aSSOllllllellt les oll"'rirrs dOllt -ils volellt Ir paill , ceux-là Ile cessent d'illsulter il 1I 0t re patriotislll e, dal/s I/OS propres .iOIlJ'/lIIW~. » -;\Iai s. par-dessus tout. « l'étranger » était symbolisé par « le juil ». Ainsi on pouvait lire dans L 'Action frall çaise .- « Notre patiellce est à bont. Ah! 1I011! .. -ll!! 1I01l! Ces lI/aÎtres fuifs ol/blicllt de ql/ elle illdulgel/cc ils ont bé- 7léficié ces demiers lel/lps. Les justices el/dorlllies se réveillerollt. nt si elles 1/e se réveillellt pas toutes seules,on les réveillera. A bas les il/ifs! Cel/X qU'aIL ava,it le tort d'ad/llettre LI égalilé afficltellt ulle ridicule alllbilioll de nous domillcr. 011 les lIIeltra au pas. et la petile pl'ille 1l1ra pas salis plaisir. » Henri Béraud ne cessait dam Gril/goire de lancer les pires attaques contre Léon Blum et « la tribu » qu'il ,lI'ait an.lCllée au pOtl\'oi r en même temps que luI. [\ faudrait une \'ol u1l1i\leu~e antholugie pOUl' donner, ;[ ceux qui nl' les ont pas connues, ulle idée dl' la l' iolence inouïe des invectives odieusl's de la pr(',se à cette époCiue. Leurs autew:s iouis,;aient d'une rel ative impunité. Charles :\Ianrras, qui fut sans cloute l'ul1 des nlus I·irulcnts. eut cependant cie longs déillêlés avec la 1 u,tice. Le 29 octobre, la Cour de l'a,;sation ayant rejeté ses appels. :\ 1 aurras (Iut purger les peines de prison qui lui avaient été infligées, Sa captivité ,[ la Santé n'était cependant pas très cruelle et il pouvait, clans des art icles presque quotidiens, joinclre sa voix aux imprécations cie Léon Daudet et de Hemi Béraud. ' L'antisémitisme virulent de cette périocle n'est qu'un des aspects cles ll1ul tiples cl ivisions qui opposaient les Français à un moment ou l'Allemagne nazie ne faisait pas mystèt'e de son clés i r de revanche. Les syndicats de la R.A.T.P. contre les menées racistes UN bulletin excitant à la haine contre les t ravailleurs originaires des Antll· les a été distribué r écemment sur certaines lignes du métro parisien . Ce bulletin émanant d 'un groupe fasciste (ano· nyme) constitué au sein même de la R.A.T.P., a -r0ur tit re : «( Modèle 18 n. On peut y lire : « Sur les 45.000 employés parisiens de la R.A.T.P., est embauchée une proportion sans cesse croissante de « cannes à su· cre » originaires d'Algérie et de divers autres territaires anciennement français » ... « Ces allogènes provoquent perpétuellement les usagers - aussi bien que les employés .,- de la R.A.T.P. lorsqu'ils n'ont pas l'holl· neur d'avoir la peau colorée... Ainsi le métro Laumière est·il devenu, pour ne citer qu'un exemple, un véritable petit Harlem ... Les quatre premières rames du matin sont devenues le domaine d'une faune humai· ne à la peau sombre », etc., etc, Et en conclusion : « Il est temps de faire cesser l'impudence de ces gens, et dire non - tant qu'on le peut encore - à la « Fr ance africaine. » Ces grossières insultes ont suscité de vives protestations. Signalons en particulier un excellent tract signé par les res· ponsables des sections syndicales C.G.T., C.F.D.T. et F.O. de la ligne 5 (où la prose raciste a été diffusée). « Les responsables des différents syndicats de notre corpo· ratian ont été unanimes à flétrir cette bassesse », souligne ce tract. « Que les camarades directement visés, affirment encore les syndicats, soient as· surés de l'esprit démocratique des autres travailleurs de la ligne ( ... ). Ces menaces ne feront que renforcer l'unité déjà exis· tante entre les travailleurs de toutes ra· ces. Quelles que soient les différences d'Gpinions philosophiques ou religieuses. ,. Cette réponse ferme et lucide réjouira tous les antiracistes. Les au racistes sI' ag itent Quartier Latin BOTTES, vêtus de vestes de cuir, arborant des brassards à croix gammée, des commandos néo-nazis ont, à deux reprises, effectué des raids, le 28 janvier et le 4 février, devant le lycée Buffon, à Paris. Ils ont pu distribuer des tracts s'attaquant à l'Administration du lycée et aux professeurs qui. « au nom de la démocratie, tentent d'empêcher la diffusion des idées nationalistes ». Ils s'en prenaient nommément au Censeur et au Surveillant général, « alliés des Viet·Cong contre les « marines » cOmme ils jurent ceux du F.L.N. contre les soldats français » ... « Nous en avOns assez de ces traîtres tétribués ! proclamaient encore les tracts... Ils méritent un sort mille fois pire que celui que nous leur réservons aujourd'hui ». Ces appels il, la violence étaient signés

« Les lycéens nationalistes de

Paris, MOuvement Occident ». Mais les témoins s'accordent à constater que les distributeurs des tracts n'étaient plUS lycéens depuis fort longtemps - s'ils l'ont jamais été. On imagine l'émotion créee par une telle provocation. Des professeurs intervinrent pour empécher autant que posnades d'exercices. Les policiers qui se trouvaient à proximité n'estimèrent pas utile d'intervenir. Quelques jours plus tôt, à la Faculté des Sciences d'Orsay, un groupe motorisé avait, en pleine nuit, saccagé un amphithéâtre et le local de l'U.N.E.F. D'autre part, au cours de la campagne pour l'élection des délégués parisiens à la Mutuelle des Etudiants, plusieurs militants de l'U.N.E.F., victimes d'agres· sions, ont dû être hospitalisés. Ceux qui, se livrant à ces violences, reprenant à leur compte les méthodes hitlériennes, sont pourtant bien connus. Le groupe « Occident », écrit Le Nouveau Candide (1), « se vante ouvertement de son efficacité physique ». Il a « mis a~ point des techniques de raids par « commandos » de dix à quinze La police contre les antiracistes, devant le lycée Buffon. Quant aux racistes ... sible le contact entre les élèves et les fascistes, afin d'éviter les bagarres. Les policiers, alertés, arrivèrent... trop tard. Quelques minutes avant qu'apparaissent leur car, le 'tommando s'était regroupé et saluait de la main en proférant un « HeU ! » caractéristique, puiS s'éloignait en rangs serrés. Le groupe « Occident », bien connu pour ses menées racistes et facistes montrait ainsi clairement où il pUise son inspiration. DEUX POIDS, DEUX MESURES Décidés à ne pas laisser sans riposte des actes aussi scandaleux, plusieurs dizaines de lycéens du M.R.A.P., se rendirent, le 4 mars, devant le Lycée Buffon. Leurs tracts appelaient les élèves à affirmer leur attachement aux idéaux démocratiques et antiracistes, à réclamer des mesures efficaces contre les groupes fascistes qui se livrent impunément à la violence, à s'opposer systématique· ment aux préjugés raciaux, avec le concours de leurs professeurs ... Mais tandis que ces tracts, accueillis avec intérêt par les lycéens, étaient distribués sans incidents, des policiers, qui, cette fois, se trouvaient à proximité ceinturèrent quatre de p..os jeunes amis, et les emmenèrent au commissariat. A la suite des protestations de la direction du M.R. A.P. et de plusieurs conseillers municipaux de Paris, ces lycéens furent heureusement libérés au bout d'environ une demi·heure, non sans s'être vu infliger des contraventions pour « distribution de tracts sans autorisation ». Plusieurs professeurs présents devant le lycée ne cachaient pas leur étonnement et leur mdignation de voir traiter avec une telle rigueur les militants antiracistes, que l'on devrait, en bonne logique, fé~citer pour leur vigilance et leur saine réaction, alors qu'on avait laissé les fascistes agir et s'éclipser sans encombre. De nouvelles démarches soulignant cette contradiction, ont amené toutefois le Préfet de Police à annuler, quelques jour. plus tard, les quatre contraventions. JUSQU'OU ? .. La passivité des pOUVOirs publiCS de· vant ies menées des groupes d'extrême droite constitue pour ceux-ci un indé· niable encouragement. La preuve en a ét~ administrée le 10 mars à la Sorbonne

pénétrant dans la cour où se

tenait un meeting de la Fédération des groupes d'Etudes de Lettres, un commando armé de matraques blessa M. Jean Bmhat, maître-assistant à la Faculté, et plusieurs étudiants. Avant de se replier, les nervis lancèrent des gre- Photo Elie Kagan. garçons, par/Ois trente ». Le siège du « Mouvement Occident », où se retrouvent ces fameux « garçons » est situé, « à proximité d'un commissariat de police », précise encore Candide, qui ajoutE': : « excellente protection ». « Europe Action », et la « Fédération des Etudiants Nationalistes » (F.E.N.l, dont les matraqueurs se sont entraînés au cours de la campagne de Tixier-Vignancour, se sont séparés récemment de ce dernier pour créer le « Mouvement Nationaliste du Progrès ». Leurs tracts sont également lancés lors des agressions commises au Quartier Latin. Le plus récent, signé de la F.E.N. et du « MOuvement Nationaliste du Progrès» exprime un racisme virulent. Sous le titre « Combattre pour l'Occident », il dénonce « les peuples de couleur, inca- Porte-clés hitlériens Puisque la mode est aux porte·clés, une organisation néo-nazie n'a rien trouvé de mieux que de distribuer à ses adhérents, comme signes de ralliement, des porte·clés à l'effigie d'Hitler. « L'Aurore », qui pUblie cette information, précise : « Ces nouveaux nazis semblent vouloir étendre leur action et constituer un groupement officiel. Bien sûr, cette association, !lU sein de laquelle se trouveraient des anciens de la Légion des Volontaires Français serait présentée sous une forme inattaquable juridiquement. » Il est également précisé que « des membres des partis nazis étrangers (anglais, américains et italiens notamment) » doivent assister à une réunion que tiendra prochainement ce groupe dans une ville de province. Quelles mesures va-t-on prendre, en haut lieu, pour empêcher un tel scandale? pables de se diriger eux-mêmes », et s'élève « contre l'invasion des allogènes, Africains et Noirs, qui ne nous apportent que le meurtre, le viol, l'insécurité, la maladie » " on croirait une citation empruntée à « Minute » ... Forts de l'impunité dont ils jouissent, ces groupes, et d'autres encore se croient aujourd'hui tout permis. Jusqu'à quels crimes les laissera-t·on aller ? ... Louis MOUSCRON. (1) Le Nouveau Candide, 28 février 1966. NAZI ME PA BARDECHE veut recolCJ J '1\ l entre les mains un numéro spéCIal de la revue Défense de l' Occidellt, en date de décembre 1965, consacré à l'Afriq ue. Maurice Bardèche, dans son éditorial, nous y explique qu'il a « de,.la s'Jlmpathie pour les Noirs » et qu Il souhaite « aider l'Afrique ». La colonisation, il le reconnaît, n'a pas été entièrement bénéfique pour l'Afrique, à cause de l' « J!ypocrisie d~mocmtique ». Il a manque aux colollisateurs de « regarder les Noirs comme des êtres différents d'eu·x » ... «. Ils ont vendu au;;: Noirs leur alcool mtellectuel frelate, leur drogue démocratique qui a fait ensuite des aigris et des -révoltés ( to~t comme en Europe d'ailleurs). » Et Il conclut : « Il n'en fala pas moins regarder l'abandon préciPité du domaine colonial fra1lçais c01'/lme Ul1 acte de haute trahison. » Car M. Bardèche est bon juge en la matière. Pas comme moi qui ai eu le mauvais goût de me faire arrêter par les Allemands dès septembre 1940, et de militer, pour les mêmes raisons, contre le colonialisme dès la Libération. Ce qui me vaut d'être trai~é, par L~s Eco.utes à la suite d'une mterventlOn fatte à ~ne réunion du M.R.A.P., de « raciste noir », qui devrait avoir « à défaut de patriotisme, lm pel{ de pudeur ». Tant pis pour moi : je n'ai pas su, comme M. Bardèche, être bon patriote de 1940 à 1944 ... Mais poursuivons notre lecture. D'où viennent les maux qui accablent aujourd'hui 'l'Afrique? De « faiblesses congénitales... encore aggravées par l'idéologie destructrice de l'antiracisme ». ... « En réalité, les rapp01'ts entre N airs et Blancs ne peuvent être définis qu'en termes de race, fruisque c'est la l~ature qui nous impose cette distinction. » DE MEDIOCRES COMPILATIONS « Il est plfrfaitement st'upide, écrit encore Maurice Bardèche, de parler de supériorité d'une race sur lme autre. » (Voilà qui n'est pas aimable pour ses maîtres à penser, qe Gobineau à Hitler.) Mais si « les Noirs sont supé'rieurs aux Blancs., lorsqu'il s'agit de danse, de chasse, d'instinct, de certaines formes de musique, de cours.(! à pied, de saut en hauteur, etc ... , les Blancs sont supérieurs aux Noirs pour construire des ponts, des usines. dinqer des machines, défriche1', organiser, prodltire l) ( 1). Nous voilà éclairés et rassurés sur les positions de M. Bardèche. Nous apprenons également que « ... les (1) Ils ne semblent pas supérieurs en matière de typographie, à considérer la manière dont les noms propres des hommes politiques africains, même Blancs, sont estropiés (Mamani Diori pour Hamani Diori, Mouphouët-Boigny pour Houphouët- Boigny, Krugor pour Kruger, etc.) attitudes rageuses et les comple l'antiracisme correspondent à ur. de vue réactionnaire et périmé. :. Des articles nous « documen ensuite sur l'Afrique. Pour la 1 ce sont de médiocres compilations lées de fautes d'orthographe et 1I( ments définitifs. « La mort de Lumumba fut bé: pour tous» (p. 38). par ]ea SURETCANALI L'éloge nous est fait des défens( l' « Occident » : le Portugal, 1 Smith, et les racistes d'Afrique ( (qui ne sont pas racistes car « ï pas de racisme en République d' j du Sud ») . « On nous a dit que les Blatl Rhodésie) sont deux cent mille BantoltS quatre millions ... Et alor. quel droit ql{atre millions de Pl feraient-ils la loi à deux cent millE sésY » (p. 74) . Les remèdes? D'abord la ségrégation : « . qlte le métissage biologique, nous redouter le métissage spirituel_ LE l'ont bien compris, eux qui dep!, de trente siècles, n'ont jamais 1 le moindl'e compromis en ce dl Tuer par le métjssage, l'esprit di, c'est tuer l'âme des peHples, c'esi liser spiritnellement (sic) et les inaptes an grand combat pour la (p. 55). Ensuite la recolonisation. « Dans Rivarol, j'avais déjà, lm an, affirmé que la recolonisatù nécessaire », nous explique l'un d( nents collaborateurs de la revue. colon était en général considéré l{n père par les indigènes. » Mali sement, « à cause de la propagand mImis te, ils ont servi de bouc é re ... » (p. 45). Ces quelques « morceaux chi auront, je pense, suffi à éclairer r teurs. On pourrait les prendre sur h plaisant - Dbu Roi fait rire - chaque mot, on ne pensait à ce ( « principes » ont signifié en Eu y a vingt ans et à ce qu'ils s i~ encore auiourd'hui pour des milh Noirs d'Afrique et d'Amérique. Ainsi, vingt ans après la défaite 1er, les mêmes « idées », les slogans a u nom desquels furent j le martyre de millions d'homme publiquement exposés; et il n'€ permis de rappeler le passé de li' dèche sans courir le risque de p tes en diffamation. FI LA presse raciste en France vient de se découvrir une vocation nouvelle : elle vole au secours du fa ible et de l'opprimé. L'opprimé étant, se'lon elle, Wi·lhelm Harster, avocat munichois, ancien chef de la Gestapo en HO'lIande, responsable direct de l'extermination de 83.000 déportés (dont la petite Anne Frank) et qui vient ·d'être arrêté et emprisonné. la guerre, c'est la guerr'e et qu~on aurait somme toute mauvaise grace à reprocher à l'ancien chef de la Gestapo .d'avoir fait son devoir de sO'ldat. Dans cette besogne, ,la pa,lme revient sans contestation possible à Charivari (mars 1966) pour un article intitulé Anne frank et son journal. Ce papier mérite qu'on s'y arrête

c'est un petit chef-d'oeuvre

de dupliCité, de diffamation, de mensonge par omission, de toutes ces méthodes chères aux plumitifs

lu racisme. L'auteur en est d'ailleurs

Pierre Hofstetter, une vi eille connaiss ance. De quO'i accuse-t-on Wilhe'lm Harster ? interroge Charivari. « Selon l'Evening Standard de Londres (à qui Hofstetter semble laisser ·Ia responsabilité de cette affirmation) de complicité dans le meurtre de 83.000 personnes ». « Du temps des hostilités, évidemment ", précise le Charivari pour bien faire entendre que « Parmi ces 83.000 victimes, une seule dont le nom est retentissant, Anne Frank ", ajoute Hofstetter, et oe « tUne seule» prend aussitôt des aMures de circonstances ,atténuantes. Avec cette hypoc risie que l'on aurait d'ailleurs été étonné de ne pas rencontrer dans ses colonnes, le Charivari feint de s'en prendre à l' « exploitation commerciale » à laquelle donna lieu le « journal secret » d'Anne Frank. « La malheureuse n'en profita nullemen~, doit quand même reconnaître Hofstette r. Elle mourut en mai 1945, après huit mois de détention, à Belsen-Bergen. Non dans une chambre à gaz comme on l'a prétendu, ni entre les mains d'un quelconque Harster, comme l'insinuent ,les dépêches relatives à l'arrestation de l'avocat, mais victime d'une de ces épidémies de typhus qui ravagèrent les camps de concentration. » Une mort accidentelle en somme et presque naturell e. Le Charivari E PA MORT , COTE Of ALERTE EN ALLEMAGNE FE eut recoloniser l'Afrique attitudes rageuses et les complexes de l'antiracisme correspondent à un point de vue réactionnaire et périmé. :. Des a rticles nous « documentent » ensuite sur l'Afrique. Pour la plupart, ce sont de médiocres compilations émaillées de fautes d'orthographe et de jugements définitifs. « La mort de Lumumba fut bétté fiqrte POllY t01lS » (p. 38) . par Jean SURETCANALE ON NE DISCUTE PAS ... P eut-on l'admettre, au n0111 de la li berté, d'une liberté pour laquelle les auteurs Que nous venons de citer procla·· ment lêur mépris fondamental ? • L'ALLEMAGNE fédérale vient de voter. En partie, au moins: deux laender (Territoires de la fédération), la Bavière et le SchleswigHolstein ont renouvelé, le 13 mars dernier, tous leurs Conseils municipaux. Après la publication des résultats, les commentateurs ont souligné, en première analyse, le succès presque général dl\ Parti Socialiste allemand. Pourtant, ces élections sont significa· tives à un autre titre : les néo·nazis augmentent de façon fort sensible leurs pourcentages. A Nuremberg, qui fut la capItale du nazisme, ils enlèvent 7,6 % des sièges ; à Erlangen, 9.5 % ; à Beyreuth enfin, ils dépassent les 10 %. Voilà qui ne confirme guère les paroles du chancelier Erhard : « L es extrêmes ne sont plus chez noUis que des groupuscules sans importance ». L'éloge nous est fait des défenseurs de l' « Occident » : le Portugal, M . lan Smith, et les racistes d'Afrique du Sud (qui ne sont pas racistes car « il n'y a pas de racisme en République d'Afr ique du Sud ») . En ce jour du onze ma rs, où j 'éc r is ces lignes, je pense à mon ancien camarade du lycée de Rennes, Claude Dreyfus. J'ai sur ma table le manuscrit de son diplôme d'Etndes supérieures, COllsacré à Plutarque, qu'il soutint à Toulouse il y a ving t-cinq ans. Il avait obtenu à dix-huit ans son certi ficat d'Etudes g recques à la Sorbonne, et il aura it été sans doute un des Dlus br illants hellénistes de sa génération. Il est mort le 11 ma rs 1945 au camp de Norclhausen. Sa mère, qui, après ce fils U111 - que a perdu tous ses proches, se recueille auj ourd'hui sur les lieux où il a vécu ses derniers instants. Et en même temps que je pense à lui, je pense aussi à tous mes amis morts à vingt ans, fusillés, disparus dans les crématoires. Et les mêmes hommes qui ont approuvé et justi fié ces crimes vivent, impI'iment, insultent! Le rapport que publie chaque année le ministère de l'Intérieur ouestallemand, iconfirme d'ailleurs, pour 1965, les indications fournies par les pourcentages électoraux. Ce rapport, sur « les menées extrémistes de droite et l'antisémitisme en République fédérale », et signé par le ministre luimême, M. Lücke, conclut, lui aussi, sur une note optimiste : « Vingt ans après l'écroulement de la dictature du national - SOcialisme, l'extrémisme de droite ne fait courir absolument aucun péril à notre Etat démocratique ». Deux « une» du « National Zeitung » (100.000 exen superCherie des chambres à gaz mise à nu ,. (7 janvier) des 6 millions de juifs assassinés. C'est ainsi qu'on nOI (21 janvier) « On nous a dit que les Blattcs ( en Rhodésie) sont deux cent mille et les BantoltS qlwtre millions ... Et alors ! De quel droit quatre millions de primitifs feraient-ils la loi à deux cent mille civilisés'! » ( p. 74) . Les remèdes ? D'abord la ségrégation : « ... Plus que le métissage biologique, ltOltS devons redouter le métissage sfJiritu,el. L es juifs l'ont bien compris, eux qui depuis plus de trente siècles tt'ont jamais accepté le moindre compromis en ce domaine. Tuer par le métjssage, l'esprit de race, c'est tuer l'â.me des peuples, c'est stériliser spirituellement (sic) et les l'endre inaptes ait grand combat pattI' la 'l'ie. » (p. 55). Ensuite la recolonisation. « Dans Rivarol, j'avais déjà, Ü J. a un an, affirmé que la recolonisatiQn etait nécessaire », nous explique l'un des éminents collaborateurs de ' la revue. « Le colon était en général considéré comme ltn Père par les indigènes. » Malheureusement, « à cause de la propagande CO1/! muniste, ils ont servi de bouc émissaire ... » ( p. 45). Ces quelques « morceaux choisis » auront, je pense, suffi à éclairer nos lecteurs. On pourrait les prendre sur le mode plai sant - Dbu Roi fait rire - si à chaque mot, on ne pensait à ce que ces « principes » ont s ignifié en Europe il y a vingt ans et à ce qu' ils s i ~nifient encore auj ourd'hui pour des milhons de Noirs d'Afri que et d'Amérique. Ainsi, vingt ans après la défaite d'Hitler, les mêmes « idées », les mêmes slogans au nom desq uels furent justifiés le martyre de mimons d'hommes, sont publiquement exposés; et il n'est pas permis de rappeler le passé de M. Bardèche sans courir le risque de poursuites en diffamation. Je n'ai pas le goüt. je ne vois pas l'utilité de m'engager dans une polémique avec ces gens-là. On ne discute pas avec les bourreaux, ni avec les panégyristes. Je pense seulement à ceux qui sont morts avec l'espoir que leur sacr ifice permettrait de balayer définitivement de la terre la peste brune. Les foyers d' infection subsistent : nous devons à nos morts de nous battre sans trêve pour leur éliminati on définitive. Entendons l'appel ultime du r és i ~ ta nt tchèque Julius Fucik, ses dernières paroles au pi ed de la potence nazie : « H ommes, je vous ai'mais. Veille:::! » IL NE MANQUE PAS D'AUDACE ... Ne pouvant enseigner par la voie offi· Clelle, lVlaUrICe HaraeChe a tente une nouvelle fois de parler à des étudiants dans le cadre universitaire, en faisant des conférences littéraires. Il y a quel· ques années, c'était au Collège Sévigné. Récemment, sa venue était annoncée à 1' ~COle Normale :superieure de !'·onte· nay·aux·Roses. Les diverses associations des élèves, soutenues par plusieurs pro· fesseurs, se sont élevées contre cette in· trusion inopportune. Elles avaient établi, pour appuyer leurs démarches, un dos· sier évoquant le passé de Bardèche, et comportant des citations de ses ar· ticles, et de son livre « Nuremberg ou la Terre Promise », saisi pour apologie du nazisme. Les conférenc·es de Bardèche ont été annulées. 227.000 EXEMPLAIRES Les chiffres que donne le rapport, s'ils ne permettent effectivement pas de dire qu'il existe un danger actuel, n'en sont pourtant pas moins inquiétants. A la fin de 1965, il existait 113 organisations néo·nazies, qui regroupaient 28.600 membres, contre 119 or· ganisations et 22.500 adhérents en 1964. La progression, on le voit, est sensible. L'émiettement de ces organisations tient à plusieurs raisons ; d'abord à la structure fédérale de l'Allemagne de l'ouest, qui favorise les compartimentages

ensuite au fait que les fascistes

sont incapables d'organisation et d'activité réelle tant qu'ils n'ont pas trouvé un führer, un duce ou un cau· dillo à idolâtrer (la division actuelle des fascistes français en une pous· sière de groupuscules rivaux en est une autre preuve). Il n'empêche que cette augmentation d'effectifs est d'autant plus inquiétante qu'un seul organisme, le Parti National Démocratique (N.P.D.), digne successeur du parti nazi, en regroupe la moitié à lui seul. Outre ses organisations, le néo·nazisme dispose aussi d'une presse périodique (hebdomadaire, le plus souvent) en pleine progression. 227.000 exemplaires vendus à la fin 1965 ; soit une augmentation du tirage de 43.800 sur l'année précédente. DES CAMPS DE LA MORT AU CARNAVAL Comment s'étonner dès lors de la recrudescence des manifestations antisémites qui se manifestent en Allema· gne fédérale. D'après le même rapport, elles ont augmenté considérablement. Le ministère de l'Intérieur en a recen· sé 171 en 1964, et 561 en 1965, soit plus du triple. La dernière en date remonte au 25 février dernier : à Munich, un cimetière juif fut profané, et quarante pierres tombales renversées ou brisées. Autant que la propaganGe neo-nazle, il faudrait peut être chercher les raisons de cette recrudescence dans la légèreté que mettent lès . autorités à considérer le problème. Les exemples de cette légèreté ne manquent pas : • A l'Université de Bonn, les étudiants en médecine se sont aperçus que M. Siegfried Ruf!, éminent professeur, était un ex-nazi qui avait à son actif un minimum de 70 ou 80 morts de déportés après « expériences médi· cales ». Il pratiqua ces pseudo·expériences à Dachau. Il fallut toute une campagne menée par les étudiants et quelques journaux pour que les auto· rités universitaires promettent d' « étudier l'affaire ». Les choses en sont là. • Deux gardiens d'Auschwitz, récemment condamnés à 10 et 4 ans de prison, Hans Stark et Perry Broad, viennent d'être libérés, en attendant qu'il soit statué sur l'appel qu'ils ont formulé. A Francfort, un autre S.S., Adolf Harnischmacher a été libéré. Il avait été condamné à 4 ans de prison, pour avoir tué des jeunes et des enfants à Mogilev. • Au dernier carnaval de Munich, on vendait, parmi des déguisements drôlatiques, des costumes rayés des déportés aux camps de la mort. , • La firme métall, qui fut Cl même titre que manufacture Alf ploya notamment déportés ) vient ché fructueux : mitraillettes pOl contrat porte su lars. LA RESF DES En Allemagne de Horst Fisher, d'Auschwitz, res tions » et des el chambre à gaz, per pendant 20 grâce à la conda homonyme, jette lueurs sur la Il certains trusts ! mes nazis. Ce: d'une main-d'oel même pas besoi formule COnsacl restaurer sa fo qu'elle était é] l'envoyait aux c velles victimes trust chimique une fortune en jusqu'à la mort à cette mort pl gaz nécessaire, des premières dérale. Dürrfelc fiaien t cet odil jourd'hui deux lespectables, Il meilleur monde NNE FRANK LES GÊNE ENtJORE •••• guerre, c'est la guerr·e et qu 'on urait somme toute mauvaise grâce reprocher à l'ancien chef de la esta po -d'avo ir fait son devoir de oldat. « Parmi ces 83.000 victimes, une eule dont le nom est retèntissant, nne Frank ", ajoute Hofstetter, et e « lune seule" prend auss itôt des "'ures de circonstances atténuanes. Avec cette hypocrisie que l'on auait d'a illeurs été étonné de ne pas encontre r dans ses colonnes , le harivari fei nt de s'e n pre ndre à « exploitation commerciale" à laue lle donna li eu le « journal se· ret " d'Anne Fra nk. « La malheureuse n'en profita nulemen~, doit quand même reconnaÎre Hofstetter. Elle mourut en mai 945, après huit mois de détention, Belsen.Bergen. Non dans une hambre à gaz comme on l'a préten· U, ni entre les mains d'un quelcon· ue Harster, comme l'insinuent les épêches relatives à l'arrestation de avocat, mais victime d'une de ces pidémies de typhus qui ravagèrent es camps de concentration. " Une mort acc identelle en somme presque naturelle. Le Charivari se garde bien de dire pourquoi ces épidémies de typhus, disparues de· puis 'longtemps des pays industrialisés, ont fait de t els ravages : absence d'installations sanitaires ; famine chronique ; promiscuité ... Ouant au « quelconque Harster ", il aurait sans doute fallu qu 'il assassine de ses propres mains ses 83.000 victimes pour que M. Hofstetter veuille bip.n le reconnaître coupable. DES INSINUATIONS PERFIDES Ce monsieur ne cache d'a illeurs pas qu 'à ses yeux, les coupahles sont ceux qui ont pu blié le journal d'Anne Frank, et même, nous al-Ions le voir, Anne Frank e lle-même. Il ne procède évid emment que par insinuations. D'abord en faisant d'rp. à 1111 autre - en l'occurence le triste Paul Rassinier - ce qu 'il n'a pas le cou rage d'affirm er lui-même. « Loin de moi l'idée de p-rétendre que le journal d'Anne Frank est un faux : il y a du côté de Hambourg un instituteur qui l'a prétendu et qui a éié lourdement condamné. Très peu pour moi... Ce qui m'a frappé, c'est que, si on lit les éditions en différentes langues, on n'y trouve pas les mêmes choses et que, si on compare ces éditions avec un au· tre livre, Spur ein es Kindes de l'AI· lemand Ernest Schnabel (1959) l'écriture attribuée à Anne Frank différe de l'un à l'autre» (1) . Allons messieu rs, un peu de courage : al,lez jusqu 'au hout de vos insinuations. 'Puis Hofstetter s'en prend à Anne Frank elle-même. ct Les avis concordent pour dire que la jeune fille n'était pas très avantagée physique· ment, avait un grave défaut de structure du coeur, était encore très enfant et ne donnait nullement l'im· pression de posséder une maturité de pensée assez développée, ni d'un talent particulier susceptible de fai· re d'elle le véritable auteur du journal " (là encore, il se réfugie derrière une citati on, de P.R. Hauser da ns J'Expl'ess-Dimanche de Neuchâtel

on aim erait qu 'i l nous précise

en quoi ce Monsieur Hause r est compétent pou r parl er de la sorte). Puis ': « Elle eut de nombreux « boyfriends ". Elle était gâtée et, si son intelligence dépassait la moyenne, elle n'avait rien d'extraordinaire. " Cette citation , quoique perfide, est déjà en contradiction avec la précédente. Et enfin: .. Des experts [,Ie sque'ls ?) affirment que certains fragments du journal non expurgé [sic) présentent un grand intérêt dans le do. maine de la sexologie enfantine. » M. Hofstetter écrit anleurs : .. Il Y a trois ans, des dirigeants d'une association Anne Frank étaient mis en prison à Hambourg pour avoir fi· nancé cette association à l'aide de faux billets de dix marks qu'ils fa· briquaient eux·mêmes. " Ou encore : « Isa Cauvern (qui procéda avec 'le père d'Anne à la mise en ord re des manuscrits du journal) aurait pu commenter le texte qu'elle eut entre les mains, et lui comparer la version arrangée. Mais elle se suicida, pour des rai· sons mystérieuses, en juin 1946. " « QUE PENSERAIT ANNE FRANK ? » Oue veut dire cette phrase .. pour des raisons mystérieuses » ? M. Hofstetter, on le voit, n'affirme jamais rCen : il insinue, il cite tel ou t el. il place ici et là tel adjectif apparemment anodin , il fait des digressions sur les faux-monnayeurs ou 'la sexualité enfantine ; après quelques sous-entendus venimeux ou sordides, i'l appe'IIe la morale au secours : « que penserait Anne Frank des tripatouillages subis par son journal, un journal qu'elle ne destinait évidemment pas à la publication? " Cet imbroglio de considérations, de perfid ies, de suppositions gratuites, de cl ai r-obscurs, donne un par· ,fum naus éabond, tout en fauxfuyants , mais dont le pouvoir d'intoxi cation est certain ; il est vrai que les 'lecteurs du Charivari n'ont pas attendu cet artic'le pour se laiss er intoxiquer par 'le poison raciste. « EUROPE-ACTION » ET LA BOMBE Ailileurs, Rivarol (3 mars 1966) commente la trist e anecdote dont nous faisior nier numérc une blanche a mis au Ir été con dam son. « La cho! dignation c l'apartheid, parler de ( me ". Il est faire obser1 me assez (aux deux du Sud) à à l'extermir lière (ou g Il est ass excuser l'a me soit 01 " génocide forcé de ni ses précéd nal de pOUl ('1) Paul des juifs E MORT , COTE Of ALERTE EN ALLEMAGNE FEDERALE iser l'Afrique de lit » t, ilele ON NE DISCUTE PAS ... Peut-on l'admettre, au n0111 de la liberté, d'une liberté pour laquelle les auteurs Que nous venons cie citer proc1a·· ment lêuf mépris fondamental? • L'ALLEMAGNE fédérale vient de voter. En partie, au moins : deux laender (Territoires de la fédération), la Bavière et le SchleswigHolstein ont renouvelé, le 13 mars dernier, tous leurs Conseils municipaux. Après la publication des résultats, les commentateurs ont souligné, en première analyse, le succès presque général du Parti Socialiste allemand. Pourtant, ces élections sont significatives à un autre titre : les néo·nazis augmentent de façon fort sensible leurs pourcentages. A Nuremberg, qui fut la capItale du nazisme, ils enlèvent 7,6 % des sièges ; à Erlangen, 9.5 % ; à Beyreuth enfin, ils dépassent les 10 %. Voilà qui ne confirme guère les paroles du chancelier Erhard : « Les extrêmes ne sonr plus chez noU!s que des groupuscules sans importance ». En ce jour clu onze mars, où j'écris ces lignes, je pense à mon ancien camaracle du lycée cie Rennes, Claude Dreyfus. J'ai sur ma table le manuscrit de son diplôme d'Etndes supérieures, COllsacré à Plutarque, qu'il soutint à Toulouse il y a vingt-cinq ans. Il avait obtenu à dix-huit ans son certificat d'Etudes grecques à la Sorbonne, et il aurait été sans doute un des Dlus brillants hell énistes cie sa génération. Il est mort le Il mars 1945 au camp de Nordhausen. Sa mère, qui, après ce fils UI1lque a perdu tous ses proches, se l'ecueille aujourd'hui sur les lieux où il a vécu ses derniers instants. Et en même temps que je pense à lui, je pense aussi à tous mes amis morts à vingt ans, fu sillés, disparus dans les crématoires. Et les mêmes hommes qui ont approuvé et justifié ces crimes vivent, impriment, insultent! Le rapport que publie Chaque année le ministère de l'Intérieur ouestallemand, jconfirme d'ailleurs, pour 1965, les indications fournies par les pourcentages électoraux. Ce rapport, sur « les menées extrémistes de droite et l'antisémitisme en République fédérail': », et signé par le ministre luimême, M. Lücke, conclut, lui aussi, sur une note optimiste : « Vingt ans après l'écroulement de la dictature du national - SOcialisme, l'extrémisme de droite ne fait courir absolument aucun péril à notre Etat démocratique ». Deux « une» du {( National Zeitung » (100_000 exemplaires) : « La supercherie des chambres à gaz mis.e à nu ,. (7 janvier). « Le mensonge des 6 millIons de juifs assassinés. C'est ainsi qu'on nous fait. chanter » (21 janvier) liS ns 'ft us té e. e, ire » a it ie le u,- 1-

.

ctes és nt as rIJe n'ai pas le goût, je ne vois pas l'utilité de m'engager dans une polémique avec ces gens-là. On ne discute pas avec les bourreaux, ni avec les panégyristes. Je pense seulement à ceux qui sont morts avec l'espoir que leur sacrifice permettrait de balayer définitivement de la terre la peste brune. Les foyers d'infection subsistent : nous devons à nos morts de nous battre sans trêve pour leur élimination définitive. Entendons l'appel ultime du ré s i ~ tant tchèque Julius Fucik, ses dernières paroles au pied de la potence nazie : « Hommes, je vous aimais. Veille:::! » IL NE MANQUE PAS D'AUDACE ... Ne pouvant enseigner par la voie offiCIeue, ll'laUrICe Harl1ecne a tente une nouvelle fois de parler à des étudiants dans le cadre universitaire, en faisant des conférences littéraires_ Il y a quelques années, c'était au COllège Sévigné. Récemment, sa venue était annoncée à l' ~COle Normale :superieure de J"ontenay- aux-Roses_ Les diverses associations des élèves, soutenues par plusieurs professeurs, se sont élevées contre cette intrusion inopportune. Elles avaient établi, pour appuyer leurs démarches, un dossier évoquant le passé de Bardèche, et comportant des citations de ses articles, et de son livre « Nuremberg ou la Terre Promise », saisi pour apOlogie du nazisme_ Les conférenc.es de Bardèche ont été annulées_ 227.000 EXEMPLAIRES Les chiffres que donne le rapport, s'ils ne permettent effectivement pas de dire qu'il existe un danger actuel, n'en sont pourtant pas moins inquiétants. A la fin de 1965, il existait 113 organisations néo-nazies, qui regroupaient 28 .600 membres, contre 119 organisations et 22.500 adhérents en 1964. La progression, on le voit, est sensible. L'émiettement de ces organisations tient à plusieurs raisons ; d'abord à la structure fédérale de l'Allemagne de l'ouest, qui favorise les compartimentages

ensuite au fait que les fascistes

sont incapables d'organisation et d'activité réelle tant qu'ils n'ont pas trouvé un führer, un duce ou un caudillo à idolâtrer (la division actuelle des fascistes français en une poussière de groupuscules rivaux en est une autre preuve). Il n'empêche que cette augmentation d'effectifs est d'autant plus inquiétante qu'un seul organisme, le Parti National DémocratiqUe (N.P.D.), digne successeur du parti nazi, en regroupe la moitié à lui seuL Outre ses organisations, le néo-nazisme dispose aussi d'une presse périodique (hebdomadaire, le plus souvent) en pleine progression. 227.000 exemplaires vendus à la fin 1965 ; soit une augmentation du tirage de 43.800 sur l'année précédente. DES CAMPS DE LA MORT AU CARNAVAL Comment s'étonner dès lors de la recrudescence des manifestations antisémites qui se manifestent en Allemagne fédérale. D'après le même rapport, elles ont augmenté considérablement. Le ministère de l'Intérieur en a recensé 171 en 1964, et 561 en 1965, soit plus du triple. La dernière en date remonte au 25 février dernier : à Munich, un cimetière juif fut profané, et quarante pierres tombales renversées ou brisées. Autant que ia propaganGe neo-nazle, il faudrait peut être chercher les raisons de cette recrudescence dans la légèreté que mettent lés autorités à considérer le problème. Les exemples de cette légèreté ne manquent pas : • A l'Université de Bonn, les étudiants en médecine se sont aperçus que M. Siegfried Rulf, éminent professeur, était un ex-nazi qui avait à son actif un minimum de 70 ou 80 morts de déportés après « expériences médicales ». II pratiqua ces pseudo-expériences à Dachau. II fallut toute une campagne menée par les étudiants et quelques journaux pour que les auto· rités universitaires promettent d' « étudier l'affaire ». Les choses en sont là. • Deux gardiens d'Auschwitz, récemment condamnés à lO et 4 ans de prison, Hans Stark et Perry Broad, viennent d'être libérés, en attendant qu'il soit statué sur l'appel qu'ils ont formulé. A Francfort, un autre S.S., Adolf Harnischmacher a été libéré. Il avait été condamné à 4 ans de prison, pour avoir tué des jeunes et des enfants à Mogilev. • Au dernier carnaval de Munich, on vendait, parmi des déguisements drôlatiques, des costumes rayés des déportés aux camps de la mort. , • La firme métallurgique Rheinmétall, qui fut criminelle de guerre au même titre que I-G. Farben et la manufacture Alfred Krupp (elle employa notamment une main d'oeuvre de déportés) vient de conclure un marché fructueux : elle va fabriquer des mitraillettes pour les Etats-Unis. Le contrat porte sur 75 millions de dollars. LA RESPONSABILITE DES TRUSTS En Allemagne de l'Est, le procès de Horst Fisher, l'ancien médecin S.S. d'Auschwitz, responsable des « sélections }) et des envois de déportés à la chambre à gaz, et qui réussit à échapper pendant 20 ans awc recherches grâce à la condamnation, en 1.945, d'un homonyme, jette d'ailleurs de curieuses lueurs sur la responsabilité qu'eurent certains trusts allemands dans les crimes nazis. Ces trusts bénéficiaient d'une main-d'oeuvre à qui il n'était même pas besoin de donner, selon la formule consacrée, le minimum pour restaurer sa force de travail ; lorsqu'elle était épuisée, Horst · Fischer l'envoyait aux crématoires, et de nouvelles victimes la remplaçaient. Le trust chimique I .G . Farben, qui fit une fortune en exploitant ces déportés jusqu'à la mort, et en gagnant encore à cette mort puisqu'elle fournissait le gaz nécessaire, est aujourd'hui l'une des premières firmes d'Allemagne fédérale. Dürrfeld et Faust, qui planifiaient cet odieux système, sont aujourd'hui deux hommes d'affaires fort lespectables, reçus à gonn dans le meilleur monde. 1\NI{ LES GÊNE ENlJORE •••• rde bien de dire pourquoi ces mies de typhus, disparues de' longtemps des pays industria, ont fait de tels ravages : ce d'installations sanitaires ; e chronique ; promiscuité ... t au « quelconque Harster ", rait sans doute fallu qu'il asne de ses propres mains ses o victimes pour que M. Hofsr veuille bien le reconnaître able. DES INSINUATIONS PERFIDES monsieur ne cache d'ailleurs qu'à ses yeux, les coupables ceux qui ont publié le journal e Frank, et même, nous al'Ions ir, Anne Frank elle-même. ne procède évidemment que nsinuations. D'abord en faisant à "T) autre - en l'occurence le Paul Rassinier -ce qu'i·1 n'a e courage d'affirmer lui-même. in de moi l'idée de prétendre le journal d'Anne Frank est un .: il y a du côté de Hambourg stituteur qui l'a prétendu et qui é lourdement condamné. Très peu pour moi... Ce qui m'a frappé, c'est que, si on lit les éditions en différentes langues, on n'y trouve pas les mêmes choses et que, si on compare ces éditions avec un autre livre, Spur eines Kindes de l'Allemand Ernest Schnabel (1959) l'écriture attribuée à Anne Frank différe de l'un à l'autre» (1) . Allons messieurs, un peu de courage : al,lez jusqu'au bout de vos insinuations. 'Puis Hofstetter s 'en prend à Anne ,Frank elle-même. cc Les avis concordent pour dire que la jeune fille n'était pas très avantagée physiquement, avait un grave défaut de structure du coeur, était encore très enfant et ne donnait nullement l'impression de posséder une maturité de pensée assez développée, ni d'un talent particulier susceptible de faire d'elle le véritable auteur du journal » (là encore, il se réfugie derrière une citation, de P.R. Hauser dans J'Expl'ess-Dimanche de Neuchâtel

on aimera it qu' il nous précise

en quoi ce Monsieur Hauser est compétent pour parler de la sorte). Puis ': « Elle eut de nombreux « boyfriends ». Elle était gâtée et, si son intelligence dépassait la moyenne, elle n'avait rien d'extraordinaire_ " Cette citation, quoique perfide, est déjà en contradiction avec la précédente. Et enfin : « Des experts (·Iesquels ?) affirment que certains fragments du journal non expurgé (sic) présentent un grand intérêt dans le domaine de la sexologie enfantine. » M. Ho·fstetter écrit aiJ.leurs : « Il y a trois ans, des dirigeants d'une association Anne Frank étaient mis en prison à Hambourg pour avoir financé cette association à l'aide de faux billets de dix marks qu'ils fabriquaient eux-mêmes. " Ou encore : « Isa Cauvern (qui prOCéda avec 'le père d'Anne à la mise en ordre des manuscrits du journal) aurait pu commenter le texte qu'elle eut entre les mains, et lui comparer la version arrangée. Mais elle se suicida, pour des raisons mystérieuses, en juin 1946. " « QUE PENSERAIT ANNE FRANK? » Que veut dire cette phrase CI pour des raisons mystérieuses " ? M. Hofstel1;er, on le voit, n'affirme jamais rfen : il insinue, il cite tel ou tel, il plac·e ici et là tel adjectif apparemment anodin, il fait des digressions sur les faux-monnayeur·s ou 'la sexualité enfantine ; après quelques sous-entendus venimeux ou sordides, il appelle la morale au secours : « que penserait Anne Frank des tripatouillages subis par son journal, un journal qu'elle ne destinait évidemment pas à la publication? " Cet imbroglio de considérations, de perfidies, de suppositions gratuites, de clair-obscurs, donne un par, fum nauséabond, tout en fauxfuyants , mais dont le pouvoir d'intoxication est certain ; il est vrai que les 'lecteurs du Charivari n'ont pas attendu cet artic'Ie pour se laisser intoxiquer par 'Ie poison raciste. « EUROPE-ACTION» ET LA BOMBE AilIeurs, Rivarol (3 mars 1966) commente la triste anecdote dont nous faisions mention dans le dernier numéro de Droit et Liberté : une blanche d'A,frique du Sud, qui a mis au monde un bébé métis, a été condamnée à six mois de prison. « La chose a suscité une vive indignation chez 'les adversaires de l'apartheid, qui n'hésitent pas à parler de cc renaissance du nazisme ". Il est sans doute vain de leur fai~e observer qu'il y a tout de même assez loin de son application (aux deux communautés d'Afrique du Sud) à la persécution raciale et à l'extermination d'une race particulière (ou génocide). " Il est assez remarquable que pour excuser l'apartheid, Rivarol 'Iui-même soit obligé de l'opposer à ce " génOCide » qu'il s'est toujours efforcé de nier ou de minimiser dans ses précédents numéros. Et le journal de poursuivre: (Suite page 11. Georges CHATAIN. (11) Paul Rassinier : .. Le drame des juifs européens » (page 42). 10--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Vivre ensemble Nanterre (Suite de la page 6) qui s'avém e_r/rêlll elilent cu llfuse. J'intervills m! 1lom du syndicat de quartier. Bien slÎr, notre organisa/iol!, qui sert d'ùl/erlllédiaire entre la IIlIt1IiciPalité et les habilallls, s'occupe plus exactement des revelldicatiolls de ces derniers quant à r él(!t des .XlteS OH la viabilité dl! quartier. Dalls celte affaire, qui dépassait en fait ILOS 011 ribntions, nous nous sentîmes cepe1ldallt concernés en tallt qn'hommes. » Unc réunion commune fut con\'oquée le 12 décelllbre par le syndicat de quartier, la municipalité et lcs responsables des péti tions et tracts. Ce fut un franc succès, par le nombre èt la diversité ,de l;assistance ; membres de l'Association les Parents d'Elèves, enseignants, prêtres, etc ... Unc majorité se prononça pour l~ diffusion d'une pétition objecti \'c et humaine, qui demandait notamment aux pouvoirs publics « de régler les problèmes de relogemellt de la population étrangère humainemellt et défillitivement, ponr arriver le plus rapide/llent possible à la suppression des c01lcelliraiiolls actnelles, . facleurs de diffiCl/llés ellire les deux cO llllllullaulés » ; insistant « .'1111' le fait que le problèl/le 1/" 1 est celui d'une répartition raisol/llée des illlmigranis dans le cadre de Ioule la régiol! parisienne, en fOI/clion de la surface et de la po/mlati01l de chaque COIII/IIUlle, el non plus seulelllellt COIII/lle à ce jour pour les COIHlllUlles disposa7lt d'.espaces libres ainsi qu'il en est à Nanterre. » « Cela entraÎllerait, lisait-on plus loin, la diminution immédiale des concentralions act1telles d'irmlliqrants et permettrait de facilitcr leur assilllilation progr. essive dans la populaliol! mélropolitaine. » « L'alllélioraiioll des colldiliollS de vie des immigra;lts 1'éalisée par des méthodes normales, da1ls les cites provisoires de tràllsit. a déjà permis de constater que l'assil/lilation des enfants résidant dans ce.s cités est plus raPide que celle des enfants résidant dam la boue et le manque d'hygiène des ghettos II/odemes appelés Bidonvillcs. » « Nous sorti1lles cette pélilion à. 1.000 exemplaires, continue ~l. II... ; 90 % des personnes sonicitées acceptèrellt de donner leltr 1/0'111. Mais nous ILC flÎlnes l,Halhenreuse1llellt pas asse:: I/ombreux pour rew.eillir plus de ' trois cel/t qualrevingt signatures. Et tOltt se décida si raPidement 1 .... La pélitiol! fllt rell1ise al! maire de NanterreJ NI. Barbl'I qlli se chargea de la Iransm ettre allx illstal/ccs mpériell1'es. » M. O ... , cOllseiIler Illunicipal de Nanterre, gui nous accueille aimablement chez lui, intervient alors dans la discussion

« Tl est certain qlle l'é tablissell/el/t

i1'une cité de transit ne résollt pas 10111. Si elle n'est pas cOllstrllite en IlIalérillllx dttrables, elle 'l'isque de de'Llc l/ir 1111 allire bidonville. Nous craigl/oll.\· sllrtollt qu'ttne ségrégatiol/ de fait s·il/slallre. créant nne antre sortc de ghetlo. Il falldrait éviter les grosses concel/tratiol/s d'étrang.el's qlti empêchent IIne intégration rapide et le brassage des COIllIllItnalttés. Et bien sûr, accélérer la COI/Struction des H.L.M .... » « AUCUN PROBLEME » A la suite de la réunion du 12 décembre, la section de Nanterre du Parti Communiste éditait aussi un tract dont nous retiendrons ce passage : « Dans l'immédiat, tout.e amélioration même partielle est préférable an bidonville. , « Si dix, vingt on cent familles lIordafricaines peuvent aballdol/llcr lellY talldis ponr cette cité prO'l'Ïsoire où les règles d'hygiè1le serollt respcclées et où elles accèder01lt el/filt à u/le vie déccllle, tOltt homme de coeur 'Y Irou,'cra SOli compte ( .. .) . « En fin de colllple, il I/e s'agit pas de savoir si l'on .est pOlir on cOlltre la cité provisoire, Illois si l' al! est POllY ou contre le 1'écol1fort dOllt pourrollt béllrficier des hommes !Iui sont /lOS cOlllpagnol1s de travail et des e1lfallis qlli pa/"tageut les études des lIôtres. » Ce tract, comme la pétition du syndicat du quartiel-, concluait en ex igeant les travaux d'agrandissement de l'école Voltaire, et soulevait le problème dc la scolarisation des enfants d'immigrants. Etant donné la proportion importante - 50 % - des élèves nord-africains qui fréquentent le groupe Voltaire, il 110\1S spi '. "~1 t (', 1 1" rn,' t . :

  • SANS CHERCHER

A COMPRENDRE Puis·je attirer votre atten· tion sur un fait qui me tient à coeur ? Je suis en Algérie, au titre de la Coopération. Professeur, je peux constater que même parmi mes collègues coopérants le racisme prend racine. Pourquoi ? Beaucoup viennent sans connaître quoi que ce soit de l'Algérie, de ses habitants et de leurs habitudes. Ils jugent superficiellement les Algériens, sans chercher à comprendre les raisons de leurs attitudes ou de leur ignorance. Cette tendance au racisme est encore plus grave chez les coopérants « techni· ciens » dont l'attitude rappelle trop souvent celle des anciens colons. La coopération est nécessaire, tant pour les pays développés que pour les pays sous-développés, elle est un facteur de' paix. Ce facteur de paix ne peut-il ' pas être détourné au profit de facteur de guerre, si le . racisme vient pourrir ceux qui y participent. N'est-ce pas une grave faute que d'envoyer des gens, souvent ,de bonne volonté, sans information, non seulement géo· graphique, historique, mais surtout sur la religion, les coutumes, les conséquences sur la moralité et le comportement de toute une longue période de colonisation, celles issues de l'indépendance et les « maladies infantiles » inhérentes à cette dernière ? Je pense que « Droit et Liberté 1) et le M.R.A.P. pourraient faire une enquête auprès des coopérants, de « coopérés », d'organismes tels que P.E.C. qui ont suggéré des stages d'information. Cette enquête révèlerait si mes observations sont justes, ou ne sont valables que pour une partie de l'Algérie; mais je crois que le mal s'étend à toute la coopération. Bien entendu, je ne suis pas la seule à me rendre compte de cet état de choses ; des collègues (( éduqUés », des Algériens amis, m'ont fait part des mêmes réflexions. Madame CAYZAC, Alge;·. COMME A RADIO-PARIS? Mardi dernier (le 1'-' mars) j'ai entendu sur (( France Inter », vers 22 heures, une emlSSlOn d'un antisémitisme tel qu'on se serait cru à l'écOl,.!te de (( Radio Paris ». Il s'agit d'un montage radiophonique à épisodes, de Stéphane Pizella, qui s'intitule : (( Les nuits du bout du monde ». Un des personnages est un juif pOlonais dont il est dit ; (( Je n 'avais jamais vu un être aussi répugnant... sa houppelande se tenait raide de crasse... Il s'était laissé pousser l'ongle de l'auriculaire d'une façon démesurée, comme le font les Chinois, pour se graLter l'intérieur de l'oreille » ... Puis; (( Vous avez fait de la Résistance pendant la guerre ? Ah oui ! je vois quel genre de résistance ; du marché noir ». Ce personnage est un antiquaire qui vend (à des prix frauduleux des objets sans aucune valeur ; il a, de plus, été plus ou moins impliqué dans une histoire de traite des blan· ches. Et, bien entendu, il s'arrange pour soutirer de l'argent à son interlocuteur en échange d'un (( renseignement » ou d'une (( idée ». J'ai regretté de ne pas avoir un magnétophone pour être en mesure de vous citer exactement certains passages de cette émission. J'espère que mon témoignage vous aidera à mener une action efficace contre la diffusion de telles émissions. Mme J.-L. PICARD Paris-XVII' SEGREGATION POUR L'ETERNITE Bien que je sois agnOSi.ique et d'esprit hrique, je ne manque pas d'évoquer souvent la mémoire des soldats tués à la guerre. Leur sacrifice a toujours été pour moi une raison impérieuse de militer inlassablement en faveur de la paix. J'ajouterai que la mort des ' soldats étrangers, morts pour la France, est encore plus émouvante pour moi, s'il se peut. Le sacrifice des ressortissants des anciennes colonies françaises, par exemple, accompli dans des conditions souvent équivoques, m'est particulièrement attristant, et j'ai toujours pensé qu'il était bon de leur rendre un hommage spécialement reconnaissant. J'ai résidé plus de deux ans à Contrexéville, et n'ai pas manqué d'y visiter le cimetière militaire. Or, dans ce cimetière militaire, à l'époque assez bien entretenu, les tombes sont alignées, et les corps des soldats regroupés par religion. Le cimetière en question comprend donc quelques rangées de chrétiens, ou présumés tels, et une rangée de musulmans. Quelle ne fut pas ma surprise de voir, dans la rangée musulmane, une croix chrétienrie ! L'explication me fut donnée immédiatement en m'approchant. Il s'agit du soldat Rabeferarano, du 23" bataillon de tirailleurs malgaches, mort pour la France le 11 décembre 1917. Il n 'avait pas été couché là pour motif religieux, puisque chrétien. Pas davantage parmi ses compagnons de combat, puisque ses deux voisins, le soldat Bachir Mohamed Mekhlouf appartenait au 3" tirailleurs algériens, mort pour la France le 20 juin 1915, et, de l'autre côté, le soldat Abd-el-Haddour Labhibeb soldat au 2" tirailleurs sénégalais, mort pour la France le 13 janvier 1917. Enfin, vous avez remarqué qu'il n 'y a aucune similitude dans la date des décès, qui sont éloignés les uns des autres, et qu'il n'a pas plus été tenu compte de la nationalité, puisque ces trois soldats étaient respectivement Algérien, Malgache, Sénégalais. Je ne vois donc qu'une explication à cela : la couleur de la peau. D'aucuns prétendent que cette affaire est fort ancienne, et que, de toute manière, elle n'affecte en rien le repos de ces hommes. Personnellement, je crois qu'au contraire, le racisme doit être combattu constamment et partout, dans ' ses plus petites manifestations. J'ai écrit à M. le Maire de Contrexéville le 31 octobre 1965, pensant que, si les faits si anciens avaient pu échapper à la Municipalité actuellement en place, le 11 novembre pouvait être une occasion de les désavouer solennellement. Je n'ai reçu, depuis, aucun accusé de réception. Serge-M. LEPAGE, Saint-Maur-des-Fossé . (S_) UN ETAT D'ESPRIT J'ai eu récemment plusieurs occasions de constater ici un t:;tab d'esprit peu conforme aux idéaux de votre Mouvement ; 1) Une dame de la haute bourgeoisie dijonnaise, sollicitée de lôuer une chambre meublée à un professeur de la Faculté de Droit, ancien combattant dans l'armée française et, de surcroît, malade, a refusé sous le prétexte qu'il était juif. 2) Un maroquinier du centre de la ville a éconduit deux jeunes clientes et a refusé de leur vendre, en apprenant qu'elles étaient juives, et il a ajouté ; (( Tous les juifs, on aurait dû les passer au four crématoire ! » Les parents ont protesté avec vigueur, mais les choses en sont restées là. 3) Tous les ans, l'Université de Dijon organise des cours de vacances pour étudiants étrangers dont le chiffre atteint cette année un millier. Or la (( Direction » a beaucoup de peine à loger en ville les étudiants juifs, particulièrement les· étudiantes juives américaines. Les mêmes difficultés se reproduisent Chaque année. Vous pouvez faire état dans (( Droit et Liberté » de ces faits très regrettables. Ils vous prouvent qu'ici la besogne n'est pas facile ! Vous pouvez également rappeler cette phrase étrange de Baudelaire ( Belle conspiration à organiser pour l'extermination de la race juive ». lMon coeur mis à nu, Ed. de la Pléiade, p. 1224). On croirait entendre Hitler ! Tout à votre service. Paul TRAHARD, ancien -Doyen de la Faculté des Lettres. Dijon. JE NE ME SENS PAS DI FFERENTE .•• J 'ai vingt ans, je suIs auxiliaire puéricultrice, formée par

  • l'Ecolc Centrale de PuériculLure.

Je suis allée travailler quinze jours, chez M. et Mme de R. , il Boulogne. Tout allait très bien. Pendant la première semaine, j'avais déjà remarqué que M. de R. était assez raciste, lorsqu'il s'agissait des Algériens ; nous avions eu quelques discussions à ce sujet. Puis deux jours avant que ne se terminent les quinze jours, Mme de R. me parle des patrons juifs chez lesquels elle avait travaillé, me faisant remarquer qu'ils étaient les plus terribles, les plus rapaces. Aussi moi, naturellement, je lui fait remarquer que je suis juive, et essaye de lui démontrer le ridicule de sa pensée à prGpOS des juifs ... Dès le lendemain, j'ai senti un changement dans leur attitude vls-a-vis de moi, une gêne. M. de R. s'est montré franchement impoli. Aussi, quoique ayant accepté de rester une semaine de plus, je décidai de partir, mon engagement de quinze jours étant terminé. Je leur expliquai pourquoi. Et le soir, M. de R. se met à m'insulter... Il me dit ; (( Auparavant, il fallait annoncer la couleur ». Et malgré cela, ils trouvent qu'ils ne sont pas antisémites. Je quittai donc un jour plus tôt mon emploi, après avoir remboursé une journée. J'ai vingt ans, c'est mon deuxième emploi, et deux fois, je me suis heurtée à des antisémites. Je ne me sens pas différente des autres jeunes filles, et je ne vois pas la nécessité d'annoncer, lorsque je rentre dans un nouvel établissement, que je suis juive. Mauricette GABAY. Pantin (Se ine) . UN CONCOURS ACTtF Nous vous accusons réception de vos numéros récents de (( Droit et Liberté » qui nous ont beaucoup intéressés tant par les informations multiples et souvent inconnues ou peu connues du public que par l'impartialité dans la reprOduction de certains courriers. Aussi maintenons-nous notre désir d'adhésion et, à cet· effet, vous prions de trouver inclus un virement CCP. Nous désirerions, te~ que vous nous le demandez, appor ter selon nos possibilités, un concours actif au M.R.A.P. Etant tous les deux dans une profession libérale, nous pourrons l'un et l'autre oeuvrer pour le M.R.A.P_ parmi notre clientèle. Madame et Monsieur S.T. viennent de me confirmer, par téléphone, qu'ils vont vous fa ire un abonnement de soutien à votre journal. Pouvezvous dans l'attente leur envoyer les trois mêmes numéros qu 'à nous ? Merci d'avance. R. DEPARDIEU. Paris-XIV'. directrice de l'Ecole des Filles qui a profité de notre rendez-vous pour réunir autour d'elle des enseignants et des membres de l'Association des Parents d'élèves

« Nous n'av0 1ls ancw! problème avec lias enfants 110rd-a.fricail1es. Elles sont pent-être lin pen pllls indisciplinées mais beaucoup pllls affectives " si .elles ne voient pas la nécessité de la discipline, elles la ' respecteront cepe1ldallt pour faire plaisir à. l-'illslitutr-ice_ » fran çais. Le problème dn lal1gage existe aussi chez les enfants. Nous sommes obligés de créer des class·es d'initiation composées li 100 % d'enfants inmiigrants pour lelfr apprendre les rl/diments dIt fran çais. EnsHite, bien slÎr, 1/01lS procédons Olt reclassement. et je lHi ai dit " « N'a-t-il pas des yeux. des oreilles, ltne b01tche comme toi 1 ». Le premi.er iour, l'enfant est resté ci l'écart et m'a boudée. Mais le lendemain. je l'ai Vtt dans la conr jouer avec ce petit Algérien qui est devet11t maintenant son ami de coeur. _ - C'est Irès z'rai, affirme Mme V., secrétaire de l'Association des Parents cl'Elèves. qui s'occupe de la maternelle. Ce sont des enfants extrêIIlelllellt se11sibles " ai/1si j'avais des Pl'Oblèllles d'Ii)'giè/le mlec un p.etit garçon. Tous les jours, i'étais obligée de lui faire sa loilet le. Un jonr, pour me reII/ ercier, il s'est suspendit à mon COlt et lII 'a dit " « JYladallle, ln es belle, là » en désigllal/t du doigt SOI! coeur. - La fréquentation che:: les gra/ldes est 1/I0ills régulière, bien sûr, répond

\Ime T... à une cie nos questions.

Que voule::-volts, ce sont les filles aînées qui gardl'Ilt les enfallis quand la mère est lIIaladc. ql/i fOl1l les déma1'Ches 1lé- (Orçr.:niri' r' ('II (' 111 '- '(,IIf If-uio" ... · 1 ... M ai, insiste Mme B., membre de l'A.P.E., je pense qlle l'intégration devrait se faire et 11e pent se faire qlte par l'écolc, surtout à la lIIaternelle où l'adapta/ioll se fait en joual1t. - Nous devons lutter bien slÎr conIre certaines expressions que les el/fonts cntende1lt cirez eux, signale Mmc D ... , in stitutri ce_ « C'est lI/! Algérien qlti m'a fait mal », elisent-ils. Nous leur faismls alors cOll1pre1/dre que lenr camarade a 1/11 lia1/! comme eU.r et qu'il est illlltile de faire allusion ct sa lIatiol1alité. S'ATTAQUER AUX RACINES DU MAL 1 e me sonvieHs, reprencl Mme V .... d'un enfaHt qui refusait de dOHner la main à UI! de ses ca 11/0 rades " « Je 1Ie l'aillle pas parce qn'il est .' lIgériclI ». l"',.,,,,-.), I,·nu,,.. J:l 1'"v .• A· ... 1' _ : j., ~. : _ .l '- _ .. t Ces réflexions, rar.es il est vrai:, 01/1 des conségl.!en~es traumatisantes parfois sur les pettts 1tmmgrants. Je vous liz'rc la triste constatation de l'un d'eltx « Tu sais, Madame, je sltis Algériell parce que d'autres Algériens sc so1l1 frottés à moi ». Ce travail d'explication persistantc et convaincante auquel se livrent incessammcnt ces enseignants - signataires bien sür dc la pétition - comme les g-rèves scola ires du Petit-Nanterre et de Colombes clont l'objet était le relogement des habitants des bidonvilles et le déplacement clu dépôt cie mendicité, sont des exemples de la solidarité naturelle qui doit nous lier aux travailleurs immigrés. Cc n'est qu'en s'attaquant aux racines du mal qu'on mettra fin aux propagandes rac istes. au moment où se pose pour la France le problème de ses rapports avec lc Tiers .\[oncle et cie l'aidc aux .~ •• __ 1 ~ __ ... 1 ___ .!_


11 -------

BELGIQUE SyMpTÔMES Le dimanche 27 mars se tiendra, à Bruxelles, la première Journée Nationale du M.R.A.P.-Be1gique. Son président, Léon Griner, fait le point du climat dans lequel va se dérouler cette manifestation. DANS son édition de mercredi 9 mars, le journal Le Soir se penche sur la situation faite en Belgique, aux étudiants étrangers. Le préSident de la Fé_dération des Centres des étudiants étranger-s, M. Marc Van Gehuchten y déclare : « ••• Les étudiants étrangers éprouvent quelquefois de sérieuses difficultés à se procurer un 10· gemen~. Non pas que les chambres à louer fassent défaut, mais parce qu'il ar· rive qu'elles ne soient pas libres ... pour eux. » Il faut avoir le courage de l'avouer: la Belgique n'est pas à l'abri du complexe xénophobe de l'altérité. Trop souvent -le citoyen de notre pays, s'il accepte le fait de la présence d'étrangers sur " son » sol , n'accepte pas de l'admettre comme un être à part égale . Un bourgmestre de la région de Char- Ieroi, M. E. Golinne, me fit part, il y a peu d'e jours, des difficultés qui lui surviennent du fait de ses électeurs en ce qui concerne la situation scolaire : des parents belges voudraient voir créer des classes " d'étrangers » pour que ceux-ci ne se mêlent pas aux enfants du terroir ! « Accepter, me dit-il, ce serait faire de la ségrégation. Voilà une chose à laquelle je me refuserai toujours dans ma commune ... tant que je garderai l'écharpe mayorale. " A la première du Vicaire, des jeunes gens se 'levèrent dès qu'i-I fut question des juifs assassinés par les Nazis, et hurlèrent : « C'est bien fait... les juifs à Auschwitz ... " Au cours des tragiques événements du Limbourg, certaines autorités s'en prirent avec une hargne particulièr-e aux mineurs étrangers, tendant par des mesures d'expulsion et ,d'ar-restation, à troubler l'opinion publique et à la tromper. te M.R.A.P. est intervenu avec fermeté dans la défense des étrangers menacés d'expulsion. Des assur-ances nous ont été données, certes, mais un épais silence a tôt recouvert ceUe affaire, et même des parlementaires de la majorité n'ont pu connaître ,les intentions du pouvoir à l'égard des mineurs étrangers . PAR Léon GRINER Pn;sidc/lt dll M.RA.P. - Belgiqllc M. Crayebeckx, bourgmestre de -la ville d'Anvers, a interdit la présentation du Vicaire dans sa vill-e ; et ce:la par une décision du Conseil communal ! On se souviendra que c'est le même Crayebeckx qui, peu avant les élections communales , ,déclara dans un bistrot, tout de go : « Les moulins d'Auschwitz n'ont pas tourné as· sez vite pour supprimer tous les juifs " ... Ce qui n'empêche M. Crayebeckx de se déclarer un " ami " des juifs, lesquels , il est vrai, sont fort nombreux à Anvers eL, de plus, électeurs. M. Crayebeckx s'est excusé et -les officie-Is de la communauté juive l'ont absout ! ... Et maintenant, il interdit un spectacle d'art qui le gêne... Ainsi, il n'y a pas rupture de continuité: interdire Le Vicaire, autoriser les conférences d'un nazi comme l'excpère Brauns, ce sont là les signes pathologiques d'une conscience bien trouble. DE VIGOUREUSES PROTESTATIONS Un couple d'amis du M.R.A.P. assistait dernièrement au bal de la Saint-Valentin. ANNE FRANK LES GENE ENCORE

  • Suite de la page centrale

u II Y a un u racisme " dont on ne parle presque jamais, qui n'est pas une doctrine d'idéoloques pervers, qui n'est ni fanatique, ni aveu· gle, ni sanglant, ni criminel et qui consiste seulement à constater et à respecter ces différences naturelles que l'homme n'a ni inventées ni créées. " . Mais il y a un monde entre la constatation de différences naturel les, effectivement indéniables, mais dont la science a prouvé qu'elles ne sont pas psychiques, et :Ia fabrication de théories douteuses ou cri minelles. Certaines sectes re,fusent par exemple les soins médicaux paree que ,la ma-Iadie est" nature'lle » . L'homme n'a u ni inventé, ni créé" le cancer, les épidémies ou les fléaux naturels. Il lutte pourtant contre, sans répit. Europe-Action, lui, n'a pas de ces fausses pudeurs, H ne s'embarrasse pas de ,fausses justifications ni de demi- teintes: « Pour un homme blanc, il y a dans le monde trois hommes de couleur ", écrit Dominique Venner, le " penseur" de la maison (N° 39 - mars 1966). Dans vingt ans, la proportion sera passée de 1 à 5 ... u C'est là et pas ailleurs que se trouve le risque d'un conflit atomique. Il est en effet possible d'imaginer qu'un pays occidental menacé dEI submersion serait amené à uti· liser ses armes pour survivre, puis· qu'aucune solution n'est pr~vue pour endiguer à l'avance ce déferlement de haine. " On aurait aimé qu'il précise aussi quelle" solution " il préconiserait pour « endiguer à l'avance ,, ' le déferlement ", à défaut d'un bombardement atomique. Rivarol, quant à lui, s'-emploie un8 fois de plus à défendre le nazisme et à favoriser sa renaissance. Lucien Rebatet y écrit (24 février) : u Le communisme est la plaie du XX· siècle. Tous nos maux procèdent de lui. Si Hitler fut un personnage apocalyptique (admirons au passage le choix du terme), il (j'est pas permis d'oublier que l'Allemagne l'élut parce qu'il dressait la seule digue contre la marée rouge, les six millions de communistes encadrés de Berlin, Hambourg, de la Ruhl' ... Si ce destin a été épargné en 1945 à notre mince frange de terre occidentale, nous le devons aux S.S. qui ont lutté pied à pied contre l'invasion russe .. " REGLEMENTS DE -COMPTES Ne polémiquons -pas contre Lucien Rebatet ; ,laissons plutôt ,la paro,le à Aspects de la France qui, (le 24 févrièi' 1966) lave son linge sale en famille: u Lucien Rebatet, le masochiste des Décombres, écrit qu'il n'a jamais pardonné à Maurras de n'avoir point renversé la République le 6 février 1934 alors que lui, Rebatet, était arrivé si près du Palais-Bourbon. Nul doute qu'il ne fût plus va· leureux à cette époque qu'el! août 1944, où les carnets de Herold.Paquis nous dépeignent d'une plume méprisante la venette de Rebatet dans sa fuite vers l'Allemagne ... Charler. Maurras, lui n'emporta point sa patrie aux semelles de ses souliers et se tint droit devant ses juges. Moyennant quoi, à Clairvaux, il serrait volontiers la main d '~ Cousteau (qui collabora également à Rivarol, N.D.L.R.) et foudroyait du regard le malheureux Rebatet qui ferait mieux de ne pas monter au mât de cocagne avec sa chemise brenneuse, J) Les carnets de Herold-Paquis (publiés sous -le titre Des illusions, désillusions), ne sont pourtant pas non plus un modèle de dignité et de fermeté: il s'y aplatissait et s'y justifiait à plaisir en insultant ses amis de la veil-le; tout comm8 Cèline oJ.e fit dans D'un château l'autre. Quand ces messieurs -se jugent entre eux, ils sont d'une remarquable 'lucidité. ~ ........ êtfi18 "jJBie JjrUber5cbaft" T,upponkome,odschalt do, 28. Pz .. Gron. Div. SS • W •• IMIe. _, 27. F .. Iw. Div. SS • lo ....... rck _, 34. F .. Iw. Gren. Div. SS ..... re. ... _, 33. Pz. Div. SS • ~ Bezug Bel,ilft Sochbearbeiter Ue •• ieur •• ,am 18 janTier 1906 ~ la faveur de 1& ·victoir.~m4t'ri.ll. d •• ploutocrate. Anglo-aaxonl allié. au bolch'vi ••• contre l'Europe , TOUl OT •• durant plua de d.uz a'aod.o foloifi'. l'hiotair •• 4. aini.tr •• terrori.t •• 4e l'ombre , ~ •• a •• in. de, f •• u •• ,~·.nfaD. et de Ti.illara. "par un tour de pa •• e-p •••• ini~&ainabl' _ •• D. la cOl~pl ioit" ae la J:l.~i.tr .. tur. et de la bourgeoiaie rondue ouette d. peur J TOUl vou. tranlformi •• In ·L1lIIlnlu:I; H6rol cl, la ~é.i.t .. nc.· 1 WLa r6.iatADcI .. fait c~n.r 24 heur •• aux 1.111'.· ( Ei.enhower , .'goirea). .. ,~O1l8 avon. tu6 le IIlAuvaia cochon· (Churchill, m6moir •• J. Pour ces 24 heure, eOw~ieD d'ataC •• fusill'. avez-vous sur la conscience • ~eB8ie~rl lee -n6ros" ? Âujoura.(hui par .1e Ju:e1:lent de vie!me - qui nou~ chanc:e a.oa proc~8 de Rois nà:rea que nous Avons connUI A la -11D6ration Mla vérité historique °rerrend scs !roita • d'où votre bar:n8 et votrc hat. ~ oODilisor vos m~igre8 offactifl, pour faire aalle comùle , llelaieurl, il voua faudrBit ~ nouveau revendiquer de aubatnncielle. pr'bende. , là vocs Ste ••i eux ~.n. T~tr. raI •• : • Jean-Robert 0 E 8 D A U 0 T Bollo Pollo;' 754 BRUXEllES 1 (Belglquo) TQ. 31.35.63· (. (.P. 57SUl eiAir für oUe nEIL RITLlIll 1 M Jean-Robort DxnnAVDT

SS-Obor Junkor

~roiz d. 'Fer l~ro •• t 2~o. 01 a ••• '011. f\l, oilwl Le verdict scandaleux du procès Verbelen porte déjà ses fruits : les anciens S.S. belges redressent la tête et se font arrogants ; témoin cette lettre reçue par une association d'anciens résistants et déportés. Heureusement la Belgique compte aussi des militants antiracistes actifs; une campagne d'affiches s'attaque aux réflexes xénophobes que tendent à susciter certains agitateurs. La soirée étaient animée par Stéphane Steeman. Pour dérider le public, celui-ci eut recours aux plus plates fantaisies xénophobes. Nos amis outrés, :s-e présentèrent à ce curieux « animateur " et lui firent, au nom du MiR.A.P., les remarques ,qu'il méritait. Autour d'eux, la discussion s'échauMait ; nos amis saisirent au vol la remarque d'une personne : ... « Les juifs sont des accapareurs », ce qui fit monter le ton de la discussion, laquelle se termina par une invitation à assister à la Journée contre ,le racisme qu'organise ,le M.R.A.P.JBelgique. Les journalistes ne sont pas à l'abri de l'aveuglement xénophobe : je me souvient d'un récent fait divers parmi d'al';'; tres qui défraient la chronique judiciaire: chaque fois, la nationalité est appuyée de telle sorte que se répand et s'enfonce, dans -le sentiment popu,laire, l'idée que les étrangers sont bien plus méprisables dans l'acte répréhensible que le concitoyen belge. Le sentiment d'altérité s'approfondit encore et la Xé:lOphobie s'an::r8 sol id3ment. L'acquittement d'un Verbelen souleva en Belgique beaucoup d'amertume et de vigoureuses protestations de 'l'opinion démocratique, mais surtout des milieux de la Résistance et des patriotes écoeurés par l'apo-Iogie de la trahison faite au cours du procès de Vienne. Sous divers prétex· tes très « diplomatiques ", ,le gouvernement ne protesta que du bout des -lèvres . Quel encouragement que ce verdict pour les milieux néo-nazis de Belgique! De Jeune Europe à l'Europe Réelle, des pamphlets racistes sont répandus ; confidentiels certes, mais dangereux tout de même, ils ,font à longueur de semaine 'l'éloge de la politique raciste. Pis ,encore, un ancien SS belge ose ouvertement se prévaloir .de son appartenance à ce corps d'assassins et envoie au Comité d"Action de la Résistance une lettre Id'insultes où s'exprime ouvertement l'esprit de revanche. Le journaliste de Pourquoi pas? a bien raison de réclamer, dans un petit article publié par cet hebdomadaire, le vote d'une proposition de loi dite " Moulin-Rolin " et qui condamne toute manifestation raciste. Hélas, 'le Pourquoi pas? ignore que cette loi ayant été déposée au cours d'une précédente ·Iégis-Iature et n'ayant pas été soumi- se au vote du 'Par,lement, est maint'!nant frappée de caducité. Ce journaliste, qui signe H,R. ajoute : « Je crois que cette loi est plus nécessaire que jamais. ,. Il a raison ; c'est pourquoi le M.R.A.P.Belgique a demandé à son conseil, Maître Edith Buch, d'en tracer la rédaction et ses motifs. Ce projet rédigé a été approuvé par le comité du M.R.A.P. Nous avons demandé et obtenu de Monsieur Cudell, députo;} et bourgmestre, une audience au cours de laquelle, notre amie Edith Buch 'lui présenta la proposition de loi antiraciste. Lecture faite, Monsieur Cudelle considéra ce projet comme parfaitement valable et accepta notre proposition de le soumettre à un Conseil de juristes comprenant des parlementaires. L'action du M.R.A.P. est nécessaire; les personnalités politi'ques, scientifiques, artistiques, auxque'lIes nous nous sommes adressés nous ont toutes assurés de 'Ieur solidarité à l'égard des buts que nous poursuivons. lca Journée du 27 mars sera une étape importante de ·Ia vie du M.R.A.P. Beaucoup de nos concitoyens se demandent encore s'i'i existe un mouvement assez fort en 'Belgique pour combattre la xénophobie et le racisme. La première Journée Nationale contre le racisme doit permettre à tous ces 'amis encore inconnue de rejoindre le M.R.A.P. qui deviendra ainsi une organisation capable de combattre d'une manière positive et décidée le racisme et la xénophobie. Les actes racistes et xénophobes ne doivent pas seu,lement susciter les regrets du pouvoir. Notr-e devoir dans les 'jours qui viennent sera de faire pression pour le vote .d'une loi antiraciste. 'Faites donc connaître autour de vous, chers amis, ,la Journée du 27 mars. Invitez tous les antiracistes à être présents au Palais des Congrès à Bruxel'Ies ,Sai-le Benelux) dimanche 27 mars, dès 9 heures. 12 arts au Mu~,ée du eO-UfJJie DI BAGDAD Le Musée du Louvre présente actuellement une exposition d'art mésopotamien là où est née, pensent les archéologues, la civilisation. Ces trésors, plusieurs fois millénaires, s'inscrivent en faux, de façon magistrale, contre la thèse raciste qui oppose l' « Occident) civilisé aux « masses asiatiques » incapables cie création. LES trésors de Bagdad... Ces mots déjà suffisent à faire rêver. Il y avait foule dans la Galerie Mollien, quand je suis allée voir ces vases d'ar· «îles, ces colliers, ces statues de bêtes, de rois, de dieux, qui représentent quelque huit mille ans de vie et d'effort humains. André Parrot, qui dirige les missions archéologiques françaises de Mésopotamie, évoque Bagdad et le vieux musée de la rue El-Amin d'où viennent ces merveilles exhumées des limons qui les recouvraient jusqu'au siècle dernier. On ne les rapportera pas, au retour, « dans les salles minnuscules, où les tOuristes du monde entier côtoyaient les grands nomades du désert, éblouis par la vaisselle d'or _des tombes royales d'Ur. » Un nouveau musée vient d'être achevé pour elles sur la rive droite du Tigre. Le chemin de leur transfert, pour notre bonheur, traverse Paris et quelques autres capitales. De Khorsabad à Tello N'est-ce pas un Français, d'ailleurs, Paul-Emile Botta, consul à Mossoul, qui le premier eut l'idée de chercher, sous les alluvions du Tigre, les vestiges de .inive ? C'était en 1842. Botta, s'U ne put découvrir les ruines de Ninive, mit à jour à Khorsabad le palais du ro1 Sargon II, et toute une collection d'oeuvres en relief... Une vingtaine d'années plUS tard, le GOllSul de France à Bassorah, E. de Sarzee, découvrait Tello, où ies Bédouins venaient de mettre à jour des statues de Gudéa. Les Français ne furent pas seuls, bien sûr, à ressusciter de m. nuit qui les tenait englouties les civilisations des Assyriens et des Sumériens. Les grandes photos qui accompagnent l'exposition donnent une idée précise des paysages dans lesquels se poursuivent les Souilles, tels qu'on peut les voir aujourcinéma d'hui. Elles situent les objets arrachés à ia profondeur des temps dans une perspective émouvante et vraie. Car ces oeuvres ne prennent toute leur signification que si l'on comprend comment elles furent trouvées, déchiffrées au besoin, situées dans le temps et dans la civilisation qui leur donnèrent naissance. Cela touche prOfondément l'imagination de voir ce qu'il reste aujourd'hui des jardins suspendus, des portes ou des palais émergeant du sol. On ne finira plus de rêver aux cités endormies sous des collines qui longtemps semblèrent sans secret. Grandeur des Sumériens La plongée dans le temps commence ici avec des vases en forme de gren ade, ces coupes et ces cruches d'argile cuite, admirablement ouvragées, qui parviennent pour la plupart des fouilles d'Hassuna, et traversèrent souvent intactes six ou sept millénaires. Il y eut aussi les vases de pierre 0\.\ de marbre, les vases merveilleusement peints de noir et de rouge, les coupes de calcaire incrustées de nacre, gravées ou sculptées de bêtes en relief ... Rien n'est poignant comme ces premières figurines que les archéologues nous ramenèrent du fond des temps, ces minuscules statuettes, aux yeux Obliques, jambes et pieds soudés, curieusement coiffées d'un cône de bitume. Première SCulptures, jetées comme des sondes dans le mystère que furent toujours le passage de l'homme sur terre, le sens de sa destinée. Viennent ensuite les Sumériens, et la beauté de leurs créations nous est éblouissement, vertige. Un monde s'ouvre ici, qui représente un sommet de civilisation, un art élaboré avec une préciSion extrême'. Il importe de connaître ces ta- La stè le de Neirab (600 ans avant Jésus. Chris t). Elle est orné e d'inscriptions dans le premier alphabet connu inventé par les Phéniciens . blettes, ces cachets, la perfection qu'avait à l'origine l'écriture, ces canards de dimensions diverses qui servaient à peser, ces colliers d'or, de cornaline, de lapis· lazuli, ,ces couronnes précieuses... On imagine les femmes qui portaient ces bijoux à l'image de la Dame de Warka dont le visage sculpté dans l'albâtre est l'un des plus fascinants que l'on con· naisse. Tout un peuple vient à nous, un cortège d'hommes et de femmes en prière, taillés dans le calcaire ou la pierre noire, les mains croisées sur la poitrine, ouvrant étrangement leurs grands yeux incrustés. Leurs princes bâtiront les zigguJrats, ces temples d'une géométrie extraordinaire en sa rigueur. L'un d'eux sera ce Gudéa dont les statues hantent l'imagination des sculpteurs contemporains. Et je me souviens comment Alberto Giacometti nous parlait d\.\ prince de Lagash, de la statue de diorite sombre que possède le musée du Louvre, de la simplicité impressionnante donnée à sa longue tunique sur laquelle des signes sont inscrits. Les Sumériens vont disparaitre et vers l'an 2000 s'installeront aux alentours de Babylone les Amorrites, que viendra illustrer Hammurabi, le roi du Code. Les Assyriens succèderont aux Kassites, puis les Mèdes, les Babyloniens ... Ninive sera brûlée en '612 avant Jésus-Christ, et Babylone en 539. Aujourd'hui, les statues enterrées ouvrent les yeux à la clarté du jour. L'homme contemporain se découvre héritier d'un passé prodigieux dont l'origine recule presque indéfiniment. Juliette DARLE. 1IIIIIl i iII () IIIIIIR 1111 lE llllir 11~llllllllc IIIIIIP 1IIIIIl () ~IIIIIIIII[IIB UN jour, nous conte Voltaire, le génie Huriel, lassé de la folie et des excès qui règnalent à Persépolis, y envoya un enquêteur, le simple et sage Babouc, pour lui faire un rapport circonstancié. « Et je me déterminerai, sur ton rapport, à corriger la ville 01t à l'exterminer » expliqua Huriel à Babouc. Tel est aussi le sujet du film d'Alam Cuniot, à cela près que Persepolis s'appelle Paris et que nous sommes en 1965. Deux jours après avoir vu L'Or et le Plomb je suis encore embarrassé pour porter un jugement lapidaire. On ne peut mettre sur le même pied une oeuvre de réflexion et une oeuvre cie circonstance. Il ne viendrait certainement pas à l'idée du lecteur de louer la vivacité du style de SlI-ius, le réalisme des personnages de Fajon et la profoncleur des analyses psychologiques de LouisGabriel Robinet. Est-ce à dire que L 'Or et le Plomb s'apparcnte ù l'éditorial ou au reportage ? Oui, puisque l'auteur a délibérément tourné le dos à la fiction, qu'il a employé le style utilitaire clu reporter et, parfois, le ton didactique de l'éditorialiste

qu'il a accepté l'allusion à des

évènements qui n'auront plus guère de résonance clans l'esprit du spectateur de 1980 - et peut-être même avant - que, !lans ajouter le vernis de 1 art à la réalité brute, il a bravement assumé de faire une oeuvre qui sera moins bonne demain qu'aujourci'hui, selon la définition même du journalisme. Non, puisqu'à cette partie que l'on a\pellerait improprement « cinéma vérité », alors qu'elle s'apparente plutôt à un magazine télévisé, viennent se greffer quelques oasis que l'on appellerait tout aussi improprement « cinéma-mensonge », sauf à employer ce terme en antinomie pour qualitier l'intrusion de quelques sequences « dirigées » dans une oeuvre où tout est « en direct ». Cela nous vaut la lente et savante ronde de la caméra autour de la Régie Renault, ce rugissant enfer du travail. Ou encore un banquet révélateur qui, par la grâce d'un rêve où chacun peut faire exactement ce qu'il a envie de fait'e, tourne en une scène baroque, échevelée et très « bunuelesque ». Travail composite on le voit et qu'il est difficile {le cerner d'un trait, le nlm d'Alain Cuniot est le premier qui s'attaque ouvertement aux problèmes de notre temps : la paupérisation, l'aliénation, la g-uerre, le logement. Il ouvre une nouvelle voie à un cinéma qui se galvaude dans la recherche du succès commercial à tout prix ou qui s'étiole dans dc savants exercices de style. Il faut féliciter l'auteur de cette singulière audace et aller voir L'Or -et le Plomb non comme une oeuvre consacrée mais comme le défrichage d'un pionnier. « LE MIROIR AUX ALOUETTES » Ce film a le tort de porter également deux autres titres, Le Noeud coulant et La Boutique sur la rue principale, ce qui ne nous aidera guère à le garder en mémoire. C'est une sorte de co-production puisque l'amer humour juif s'y marie - mal parfois - avec une insistance pédagogique un peu lourde à digérer. C'est enfin une oeuvre à forte dominance folklorique et si l'art unit les hommes, le folklore il tendance à les enfermer dans letù's particularités. Ces restriçtions faites, Le Miroif aux alouettes est un beau film qui, à travers une situation parti cuL ère, nous dépeint le sort tragique d'une communauté juive dans une petite ville slovaque, en 1942, avec un pathétique sobre et juste. Maintes séquences, tendres ou douloureuses, sont inoubliables et les deux acteurs, Idij- Kaminska - la grande Kaminska du Théâh'e en langue yiddish de Varsovie - et Jan Kac1ar, ont tout simplement mérité leur prix d'interprétation au dernier festival de Cannes en marquant leurs personnages d'une forte vérité psychologique. René DAZY. t héâ t r e Hier à Andersonville HIER à AndersonvilIe, d'Alexandre Rivemale (d'après Saül Levitt, au théâtre de Paris) pose manifestement 'le problème de la culpabilité des chefs de camps de concentrations nazis. On sait qu'ils se sont tous réfugiés derrière l'obéissance aux .ordres reçus, et qu'ils se sentent aujourd'hui en bonne conscience, terminant leur existence en bons bourgeois et bons pères de famille . Or voici le procès du capitaine Wirtz. Gravement blessé aux deux bras, il a été affecté au commandement du camp de prisonniers d'Andersonville où, sur 40.000 prisonniers, 14.000 sont morts du manque de p'lace, du manque d'hygiène, du manque de nourriture, de l'extrême cha- leur en été (le camp se trouvant sans ombrage dans une clairière articielle défrichée au milieu d'une forêt de pins), des grands froids en hiver, avec leurs vêtements en ·Iambeaux. 1·1 est prouvé que Wirtz a refusé de laisser entrer vivres et vêtements recueillis par les gens des al'entours ; mais c'est 'Ie gé néral Winter, qui, présent sur les lieux, en avait donné J'.ordre. Cela parce que le général nordiste Lee brûla it les fermes sur son passage. On accuse encore Wirtz d'avoir lancé· ses chiens sur les évadés et de les avoir laissés déchiqueter ; mais son avocat, dont le rôle est admirablement joué par Raymond Rouleau, détruit ,les témoignages

on n'a pas vu, à proprement

parler, les chiens se jeter sur les prisonniers

ce ux-ci ·se sont sans doute

eux-mêmes déchirés aux ronces en courant pour s'échapper. De même on ne peut accorder aucun crédit au meurtre· de Chicomaga, ni à cel ui de Stewart. C'est pourtant pour ce chef d'accusation, sur un faux témoignage retenu par la Cour de justice miJ.itaire, toute heureuse de l'aubaine, que le capitaine Wirtz sera pendu. « AU PERIL DE SA VIE » La Cour, en effet, ne pouvait retenir le motif invoqué fi nalement par le procureur

Raymond Pellegrin, nous transporte.

à la fin du drame, sur ,le plan véritable où se situe ·Ie cas de conscience. Comme le dirait le philosophe Kant, on n'a jamais le droit de se réfugier derrière les ordres reçus pour obéir purement et simplement. Ce n'est pas que le procureur - ni Kant - prône la révolte ouverte, comme dans la strophe ·classique de l'Internationale où « les premières balles seront pour nos généraux » ; non, il n'est pas un anarchiste, un 'libertaire, mais un o'fficier à toujours le devoir de ne pas exécuter un ordre inhumain'. Wirtz avait signalé les ·excès, i'I avait demandé d'être muté ; on ne .Ielui accorda pas ; et. ajoute-t-il, on en aurait nommé un autre qui n'aurait pu agir autrement que ,lui. puisqu'il aurait été placé dans les mêmes conditions. Mais ,le procureur, quitte à risquer lui-même de passer en conseil de guerre, pense cependant que Wirtz avait 'le devoir de soutenir lui-même ce risque et qu'il ne fa pas fait ; il considère qu'il est trop Simple, trop facile de se réfugier derrière les ordr·es reçus et derrière ,les nécessités de fait. Le procureur a'joute encore qu'à force d'assister à des scènes pénibles. certes on devient insensible, et qu'on finit même par introd uire un fossé entre son existence privée, celle de Wirtz rentrant chez lui 'Ie soir, dans sa f"1mme, faisl'l'lt réciter la prière à ses enfants, et celle des concentrationna ires, pauvres types amoindris, avilis par leur situation même. Edgar WOLFF, EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. L'ART NEGRE ET LE RACISME Pendant trois semaines, du 1" au 24 avril 1966, se déroulera à Dakar le premier f estival mondial des Arts Nègres. Jacques Maquet, chargé d'enseignement à 'l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, explique ce qui fait toute l'importance de cette manifestation sans précédent. p ARCE qu"ils sont irrationnels, les racistes sont répétitifs. Ils s'efforcent de justifier leur position par des « arguments » cent fOlS réfutés mais ]u'inlassablement, ils répètent. Un de ces arguments, glissé dans une conversation ou brièvement mentionné dans un article de journal, est que les cultures des peuples noirs sont si pauvres qu'elles ne méritent pas d'être appelées des civilisations. A près quoi, on ajoute explicitement ou on sous-entend (le racisme osant rarement s'affirmer à visage décom"ert, il utilise beaucoup l'allusion et le sous-entendu) que cette pauvreté culturelle est la conséquence, et donc la prem'e, d'une infériorité mentale héréditaire cie la race noire. Les spécialistes anthropologues physiques, anthropologues culturels et sociologues - ont prouvé, au terme de travaux minutieux entrepris depuis une PAR Jacques MAQUET Directeur d'Etudes à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes quarantaine d'années, qU'Il lI'y a pas de corrélation discernable entre la culture ·d'une société (c'est-à-dire l'ensemble de ses manières de vivre, de ses institutions, ,de ses idées, de son art) et la race de ses membres, Ce qui veut dire que si un peuple ne connaît pas l'écriture, ce n'est pas par incapacité mentale génétique mais pour d'autres raisons, principalement d'ordre historique. L'intérieur de l'A frique au sud du Sahara a vécu dans l'isolement par rapport aux grands coul'ants mondiaux jusqu'à la fin du XIX' siècle. Si nos ancêtres d'Europe occidentale avaient été privés de contacts avec l'extérieur et avaient dfi vivre repliés sur eux-mêmes, auraient-ils inventé l'écriture? En tout cas, ils ne l'ont pas inventée (elle n'a été inventée qu'en trois centres : l'Egypte, l'ExtrêmeOrient et l'Amérique centrale). La richesse d'une civilisation, y compris la nôtre, doit peu à l'invention et beaucoup aux contacts qui permettent échanges, emprunts, perfectionnements. Et l'invention elle-même, lorsqu'elle se produit. n'est pas due à une supériorité raciale mais à la conjonction d'un milieu culturel raYOI"able et d'une capacité incli\'ic1uelle de haute qualité. LA NOTION DE « NEGRITUDE » Puisque culture et race sont deux sphères totalement indépendantes, quelle portée peut avoir l'art nègre sur le racisme? Sur le plan rigoureux du raisonnement scientifique, aucune. Mais le racisme ne se situe pas là, sinon il n'existerait plus depuis longtemps. Complètement imperméable aux conclusions anthropologiques, le raciste s'obstine il répéter Que les Noirs sont à peine civilisés et le sont si peu parce que noirs. Jl faut leur répondre sur leur propre terrain. Ne pas se contenter de dire, LES LIVRES • « DREYFUSARDS ! " Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, présentés par Robert Gauthier (Julliard, Collection Archives), 1966 : soixantième anniversaire de la réhabilitation de Dreyfus. Il est bon de rel.ire« le dossier de l'affaire. NAPOLEON ET LES ISRAELITES ", par François Piétri (Berger-Levrault). Une étude sur l'accession des Israélites à la qualité de citoyens à « part entière ). Il souligne le rôle de Napoléon dans l'assimilation des juifs et leur intégration dans la nation. • « HOMMES ET MIGRATIONS », numéro spécial de la revue E.S.N.A .. Les prOblèmes de la migration noire en France. • « SANS PITIE NI REMORDS HEINRICH HIMMLER », par Roger Mauvell et Heinrich Fraenkel. L'histoire de l'un des grands criminels comme nous venons de le rappeler, que de la pauvreté ou de la richesse d'une culture, on ne peut conclure ni à l'infériorité, ni à la supériorité d'une race. Il faut contester cette légende de la pau\' l'eté culturelle des peuples noirs. C'est ce que Léopold Sédar Senghor et Aiml: Césaire ont fait lorsqu'ils ont élaboré, il y a quelques dizaines d'années, la notion de négritude, ce concept de combat contre le colonialisme de l'intelligence et cie la sensibilité. Cette oeuvre, comJllencée à Paris dans un groupe de quelques étudiants noirs, fervents et ignorésJ va, le mois prochain, s'épanouir en une manifestation internationale à la fois ambitieuse et émouvante. Ambitieuse par son ampleur et son originalité. Les Noirs vivant dans quarantetrois pays d'Afrique, d'Amérique et d'Europe vont présenter au monde et à euxll1emes ce qu'ils ont fait et ce qu'ils font clans tous les domaines de la création arti,stique : s~ulpture, peinture ct clessin; htterature orale et écri te; danse et musique, théâtre et cinéma. Pendant plus de trois semaines, se déroulera à Dakar capitale de la République du Sénégal ...:.. clont Léopold Sédar Senghor est président - le premier Festival mondial des arts nègres. Quatre expositions seront ouvertes : une consacrée à l'art traditionnel rassemblera un millier de chefsd: oeuvre prêtés. par les plus grands musees et collectIOnneurs d'Afrique d'Europe et d'Amérique (après le Festi val. cette exposition sera tl"ansférée à Paris et I?résentée au public de juin à septembre); une autre confrontera (elle s'appe~ le « galerie de confrontation ») des pell1tures, sculptures, céramiques, tapisseries d'artistes noirs modernes; une troisième fera connaître le Nigeria, le I?lus peuplé des pays africains; une quatrieme réunira les livres - romans, poèmes, essais, ouvrages scientifiques dus à cles écrivains noirs. En outre, chaque jour, sont prévues deux ou trois manifestations des arts du spectacle : ballets africains, jazz américain, théâtre en français et en anglais, musique antillaise, danses brésiliennes, Une dizaine de prix littéraires seront décernés; d'autres récompenseront les meilleures oeuvres mu- • « OU VONT LES NOIRS AMERICAINS », par W. Haywood Burns (Istia). La longue histoire de la lutte des Noirs aux U.S.A. • « L'ALGERIE : NATION ET SOCIETE ", par Mostefa Lacheraf (Maspéro), Une étude historique sur l'Algérie de 1830 à 1965. ART, POESIE • Dans son quatrième recueil de poè' nes, Claude Paris, sous le titre « VOYAGES INSOLITES » (Orphée, éditeur ), retrace ses itinéraires à travers de multiples expériences. Il s'élève contre la déshumanisation de l'homme qui peut résulter de l'évolution de nos sociétés modernes si, par la scienc" maîtrisée, nous n'accédons pas à la pleine conscience de nos possibilités. Il veut rester de ceux qu'émeut le regard d'une antilope pourChassée par la meute, et c'est tantôt avec une sorte de colère tantôt avec tendresse que vibre son sen" timent de la fraternité humaine : o frères noirs à la peau de cuir luisant -- ____ ... _L .... _ ...1 ... 1 ............. ;;.~;o 13 ------- La mosquée plusieurs fois centenaire de Kong, dans l'ancien r oyaume de Djené (aujourd'hui Le Mail ). Ci-dessous une masque d'Afrique occitentale. sicales, pl~stiques, cinématographiques. Enfin, pendant la première semaine du Festival sera organisé un colloque portant sur les « Fonction et signification de l'mot nègre dans la vie dtt peUPle et pour le peltple» auquel participeront une trentaine de spécialistes connus pour leur talent ou leurs connaissances dans les diverses disciplines de l'art et de l'humanisme nègres. UN RETOUR AUX SOURCES li est sans précédent, je pense, qu'une communauté aussi vaste de peuples unis par la conscience de leur origine, assume pleinement devant le moncle la totalité de son héritage artistique et la cliversité cie ses voies présentes de création. C'est l'affirmation d'une collectivité, en son existence la plus haute, celle des formes esthétiques, et d'une continuité, celle qui relie les civilisations traditionnelles des paysans africains aux cultures urbaines des Noirs de l'ère industrielle, qu'ils vivent dans les villes d'Afrique ou d'Amérique. Dans l'intention des organisateurs, le Festival sera hiennal ct un de ses buts est de permettre aux artistes noirs d'outre-Atlantique d'effectuer périodiquement un retour aux sources. Est-il un indice plus clair de confiance dans la validité et la force de la négritude? Autant qu'ambitieux, cc F esti val est émouvant. Il est le défi relevé par ceux qui furent constamment humiliés par les racistes de l'époque coloniale et qui le sont encore (moins ouvertement, bien sûr) par ceux de l'époque néo-coloniale, Ceux à qui, parce qu'ils étaient moins forts, on déniait le droit d'être eux-mêmes; ceux en qui on suscitait la honte de leurs propres cultures ( ce ral/lassis de coutnmes barbares, immorales et SIlpel'stitieuses »); ceux qu'on faisait douter de leur propre identité et qui en arrivaient il croire qu'ils ne pourraient être que des sauvages ou des nègres blanchis; pour tous ceux-là, le Festival est mieux qu'une rcyanche, c'est tlne réhabilitation. UN RICHE CONTENU Dans notre monde où les affirmations d'identités nationales ou collectiyes sont habituellement assorties d'agressivité envers les autres ou au moins d'un rai dissement il leur égard, on constate avec étonnement et joie que l'africanité ne cherche pas à s'imposer contre les autres, à s'opposer aux autres, POUl" s'affirmer, elle organise un festiva l, une série de fêtes auxq)1elles elle convie les autres, .J e ne pense pas que cette manière inhabituelle de revendiquer sa place au soleil soit une astuce de diplomates : c'est une manière de voi r les choses qu i est profondément enracinée clans les idées et les comportements africains. La générosité et la confiance, le désir d'hm'monie et l'ouverture au monde sont des C'était vous qui me l'offrites dans vos jazz [retrouvés. • « COMPLAINTE DES TEMPS DE L'HOMME », par Michel Bernfeld (Editions André Silvaire). Un choix de poèmes. POUR LES ENFANTS ... • « PA CO LE PETIT GITAN n, de Madeleine Grize, illustré par Françoi~e Berthier (Hat;·er). • « LES DECOUVERTES D'ALKAS· SOUM n, d'Andrée Clair, iilustré par Ragataya (La Farandole). • Un grand ehoix d'ouvrages pour les enfa!1ts de six à quinze ans nous est donné pu Mme Natha Ca"Juto dans sa bibliographie : « Des livre-s qui app ~ e n nel1t à aimer n. Cette bibliographl3 est disponible au siège du Journal. • « SUR LA ROUTE DES BOHEMIENS », par Jacqueline Verly, prix de la Jeunesse 1964 (Armand Colin Bourrelier). L'amitié entre deux fillettes - l'une d'elles est bohémienne - permet aux enfants de mieux connaître ces gens dont on a dit tant de mal, par ignorance sou' u~nt valeurs ah-icaines que les amères expériences de la colonisation n'ont pu sérieusement entamer : c'est une preuve de leur endurante solidité. De réponse au racisme qu'elle était à l'origine, la négritude s'est chargée d'un riche contenu positif. Elle ne se définit plus comme un antiracisme mais comme une contribution aux grands courants ':lniversels de l'art. Au lieu de se replier Jalousement sur leur originalité, les artistes noirs veulent enrichir de leurs apports la culture du monde et bénéfiCier de ce que celle-ci peut leur offrir. Isolée pendant des siècles, l'Afrique noire a mûri lentement se nourrissant d'ellemême; de là le caractère unique de ses créations culturelles qui les di fférencie si nettement des oeuvres produites en d'autres grandes civilisations. 11 est heureux que l'Afrique entre dans le circuit des échanges mondiaux au moment où grâce aux moyens de communicatiol~ modernes - disques, radio, photos des magazines illustrés, films - se constitue rapidement, et pour la première fois dans l'histoire de l'humanité une culture universelle commune à to~s les hommes. Dans cette culture, deux importantes. contributions artistiques du monde nOIr sont déjà entièrement intégrées : les statues et les masques traditionnels qui influencèrent si profondément les peintres occidentaux au début de ce siècie; la musique tribale apportée dans le Nouv~au Monde par les esclaves noirs et qUI est la source la plus importante du jazz. !l n'est pas douteux que des mal11festatlOns comme le l;'estival de Dakar favorisent d'autres fructueux échanges. Faire connaître les oeuvres et le talent ~les Noirs ?'autrefois et d'aujourd'hui, etabllr un reseau de communications entre les artistes noirs de tous pays et entre ceux-ci et les autres artistes sont des intentions qui dépassent de haut la réfutation de la « doctrine » raciste de la pa':lvreté ~ultur.elle des peuples de peau n.o~ re .. MaiS pUIsque cette mauvaise justl~ lcatl,on du racisme trompe encore certal11S Ignorants de bonne foi, espérons que le Festival de Dakar ouvrira enfin I~s yeux à quelques-uns d'entre eux, DEUX TEMOIGNAGES DES TEMPS MAUDITS (Suite de la page 12) cérémonie qu'organisent les nazis pour briser les nerfs des déportés : le supplice dE) f un d'entre eux autour d'un arbre do Noël, de plus en plus beau et illuminé au fur et ·à mesure qu'on s'enfonce au coeu\' de « l'empire à tête de mort ,.. A Mauthausen, en 1944, l'arbre est plus haut que la plus haute cheminée des fours crématoires. Et pourtant, tandis que meurt un pauvre enfant, l'abbé Jean, au péril de sa propro vie, se jette à genoux pour lui donner l'absolution, avant de mourir 'lui-même un peu plus tard victime de son abnégation chrétienne : il refuse sa ration de pain en faveur d'un compagnon de détresse encore plus affaibli. Mais ces messages d'amour ne sont pas réservés aux seuls chrétiens_ Il s 'y mêle le tendre amour platonique de Daisy (une voix entendue, une conversation poursuivie de jouI' en jour à travers ·Ia paroi de la première prison) ; il s'y mêle la pure et simple fraternité de l'homme pour ·1 'homme_ Un saisissant exemple en est donné par le soldat soviétique (vois in de lit à l'infirmerie du narrateur devenu, momentanémen ~, aveugle) qui meurt de faim à son tour pou ~ avoir, comme l'abbé Jean l'avait fai t, abandonné sa ration de pain à l'infirme, lui permettant ainsi de ret rouver la santé, pu is la vue. ,Cal' tels étaient « ceux qui croyaient au c'iel " e'~ « ceux qui n'y croyaient pas -, pendant ces temps maudi ts qu'évoquent, avec une égale autorité, les beaux livres de Gaston Laroche et de Paul Tillard. Jacques NANTET. 14 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LE Il PRET A PORTER VA DE L'AVANT ILS étaient quelques-uns, en novembre , dernier, pour décider la création d'un Comité d'Action Antiraciste du Prêt à Porter. Un mois après, un appel était rendu public, signé d'une vingtaine de noms formant le Comité provisoire. Le 23 février, plus de deux cents personnes se pressaient dans la salle de réunions de l'Amicale du Prêt à Porter, rue Pigalle

jamais on n'avait vu, en ces lieux,

assemblée aussi nombreuse, aussi chaleureuse. PAS UN HASARD ... Pourquoi ce succès ? Daniel Hechter, qui préside, l'explique. La rencontre entre des militants du M.R.A.P. et plusieurs exposants, au dernier Salon du Prêt à Porter, ne fut qu'une .-Occasion. Mais par-delà cette circonstance « il existait préalablement, chez ceux qui ont jeté les premières bases du Comité, le sentiment qu'une action contre le racisgrands problèmes qui assaillent les hommes de notre temps devraient-elles fatalement déboucher sur des divisions irréductibles ? Au M.R.A.P., chacun considère, au contraire, que ces différences de conceptions religieuses ou politiques sont autant de moyens d'aborder les problèmes qui nous concernent par des voies différentes, et qu'il en résulte une conjugaison d'intelligences, qui concourent à l'efficacité de notre action... Le M.R.A.P. ne se reconnaît d'autres ennemis que ceux qui, pour la honte de notre siècle, perpétuent le racisme et l'anti· sémitisme, et cela sous quelque ciel que ce soit ... » IL EST PLUS FACILE DE SE COMPRENDRE ... Et le débat commence. Un débat plein de spontanéité et d'animation, riche, positif. Un débat parfois passionné, toujours passionnant, d'idées, on peut citer aussi le Centre de Liaison des Educateurs contre les Pré· jugés Raciaux... Récemment, ce sont les travailleurs de la métallurgie qui ont lancé / un appel à l'action antiraciste. - Mais ne s'agit-il pas d'un corporatis· me moyennageux ? .. - Non. En aucun cas, ces rencontres n'ont lieu dans un esprit particulariste, mais elles visent à étendre, à approfondir l'action contre le racisme sous des formes variées. Solange Pelta. - C'est très simple. Chacun de nous n'aurait sans doute pas eu l'idée de se rallier individuellement au M.R.A.P., de participer à la lutte contre le racisme. Nous nous sommes réunis parce que nous avons des activités communes, des problèmes communs, et nous sommes approximativement du même âge. Quand on est « dans le même bain », il est plus facile de se comprendre, d'agir ensemble. Léo Berger. - Combien parmi nous agissent déjà contre le racisme ? (quel· ques mains se lèvent). S'il avait fallu attendre une conversation, une adhésion individuelle, beaucoup d'entre nous n'auraient pas bougé ... Mais nous sommes là. Je trouve cette initiative extraordinaire. M. Aulagnon. - Je ne représente pas ici la Chambre Syndicale. Mais, je suis là en sympathisant. Il est bien entendu, je suppose, que le Comité n'a pas à agir contre le racisme à l'intérieur de notre Une vue de la tribune: De gauche à droite: Elie Jacobson, Solange Pelta, Daniel Hechter, Charles Palant, Julien Aubart, Jean Kolpa, Dans la salle, il n'y avait pas assez de sièges pour tout le monde. Photos Elie Kagan, Débats fructueux à la première réunion du Comité d'Action antiraciste. me était nécessaire et qu'il fallait y participer ». En toute indépendance, ce Comité d'Action Antiraciste collabore avec le M.R. A.P. Pourquoi? « Là aussi, souligne Daniel Hechter, il y a plus qu'un simple hasard. Comme nous le disons dans notre appel, nous apprécions le dynamisme et l'efficacité de ce Mouvement. Nous apprécions le fait qu'il s'appuie sur les milieux les plus larges, sans distinction politique ou sociale, touchant aussi bien les plus hautes autorités que les simples gens des entreprises et des quartiers. Nous apprécions surtout le fait qu'il n'hésite pas à combattre, sans , distinctions, et avec une même vigueur, toutes les formes de racisme, quelles qu'en soient les victimes. » Daniel Hechter rappelle que le Comité provisoire a pris déjà diverses initiatives, outre la convocation de la présente réunion. Deux numéros successifs de « Droit et Liberté » ont été adressés à 5.000 fabricants et commerçants du Prêt à Porter. Le numéro de mars leur parviendra également. Une enquête a été faite, au moyen d'un questionnaire, dont plusieurs dizaines d'exemplaires ont été remplis et retournés au Comité. En conclusion, le président invite les participants à apporter leurs suggestions, et surtout à renforcer le Comité provisoire. UNE CONJUGAISON Puis, après avoir salué la présence de M. Mitz, président de l'Amicale du Prêt à Porter, Daniel Hechter donne la parole à Charles Palant, secrétaire 'général du M.R.A.P. « C'est, croyons-nous, l'honneur d'une corporation, déclare celui-ci, que des hommes, que leur dynamisme et la vitalité de leurs entreprises ont porté à des postes de hautes responsabilités se soient concertés pour décider ensemble de donner vie à un Comité d'action antiraciste. Dans cette corporation, où le racisme hitlérien a causé naguère tant de deuils, quoi de plus juste que la génération des hommes dont l'enfance garde le souvenir du cauchemar, soit préoccupée de tout ce qui survit de racisme et d'antisémitisme... » Charles Palant évoque de nombreux faits, en France et dans le monde, qui montrent l'ampleur du mal et la nécessité d'une vigilance active. Il précise les multiples aspects de l'action du M.R.A.P., qui, faisant appel à l'opinion publique, et plus particulièrement à la jeunesse, riposte sans défaillance aux menées racistes et antisémites, en même temps qu'il poursuit un profond travail de prévention et d'éducation. ' « Pourquoi, dit-il, les conceptions diffé· rentes des uns et des autres sur tant de Une lettre de Pierre PARAF PIERRE PARAF, président du M.R.A.P., absent de Paris, avait envoyé une lettre de sympathie, dont Daniel Hechter a donné lecture. « Mes. regrets sont d'autant plus vifs, écrivait-il notamment, qu'il s'agit d'une chose qUI nous est chère entre toutes et que les initiateurs de cette réunion représentent un secteur de notre économie dont l'importance ne cesse de croître dans la vie de la nation. « ta lutte à laquelle vous apportez votre précieux concours intéresse directement le destin de chacun d'entre nous. Elle se situe sur un plan largement humain où votrE) dynamisme saura, là aussi, donner sa mesure C .. ) , « Nos moyens doivent être à l'échelle de nos devoirs : ceux qu'impose la fidélité à des souvenirs, comme le souci de l'avenir d'un monde en pleine mutation C .. ) " A vouz qui nous aidez dans ce grand combat, permettez-moi d'exprimer nos voeux cordiaux, notre gratitude et notre amitié. » - Pourquoi donc se cantonner dans le Prêt à porter ? demande quelqu'un dans la salle. Est-ce que d'autres professions ne peuvent pas se joindre à nous ? ... - D'autres secteurs professionnels agissent d'une façon concertée, constate Daniel Hechter. Par exemple l'Industrie du Meuble. - Il existe au M.R.A.P. des commissions de juristes, de médecins, ajoute Charles Palant. Dans le même ordre profession, où il n'existe pratiquement pas, à ma' connaissance. Par contre, il s'agit de s'unir pour engager une lutte contre le racisme partout où il existe. Nous sommes bien d'accord là-dessus? De nombreuses voix. - Absolument. Bien sûr. M. Manson. - Moi qui vais à des réunions souvent et qui ai déjà participé à l'action antIraciste, je ne peux vous exprimer ma joie de voir qu'au sein d'une corporation comme la nôtre, il a pu se créer un tel Comité. Pour montrer que le Comité professionnel « peut déterminer, en tant que tel, des actions d'une grande importance », Charles Palant cite un journal du Midi qui publiait récemment des calomnies contre les commerçants juifs, tout en bénéficiant de la publicité de certains d'entre eux, C'est un exemple de circonstances, dit-il, où une intervention sur le plan professionnel pourrait s'avérer très efficace. M. Guilbert. - Je pense que notre action ne doit pas se dissocier de celle qui est menée sur un plan plus généraL Plusieurs voix. - Bien sûr, c'est évi· dent. M. Guilbert. - Bravo! Alors entrons en foule au M,R.A.P ... QU'EST-CE QUE LE RACISME ? Une autre question soulevée par Mme Helvasser : « Comment peut· on parler du racisme sans aborder les questions politiques » oriente' bientôt le débat dans une nouvelle direction. Mme Helvasser. - Le racisme est un problème essentiellement politique. Si on veut le faire disparaître, il faut connaître ses causes et le combattre dans ses racines mêmes. Les remarques fusent de toutes parts - A l'origine le racisme n'est pas un phénomène politique, c'est après qu'il le devient... - Le racisme est politique, mais l'anti· racisme ae l'est pas ... - Il Y a des racistes de tous les bords ... - Définissons d'abord le racisme Charles Palant répond : - Qu'est·ce que le racisme ? C'est la contestation à un prochain, en raison de son origine, quelle qu'elle soit, des droits à la dignité et à la liberté dont on jouit soi-même. C'est une définition qui peut paraître simpliste. Mais elle est fondamentale, et à partir de là, nous pouvons faire un bon travail, tous ensemble ... Bien sûr, on peut, on doit approfondir, comparer ou opposer les conceptions : c'est la tâche permanente d'une organisation antiraciste. Cependant, cette étude doit aller de pair avec l'action. De· vant le racisme, une seule attitude est possible: la réplique, la vigilance, l'union. L'analyse, elle, doit nous permettre de mieux comprendre tous les aspects, toutes les causes du mal que nous combattons, et de perfectionner, en conséquence, nos méthodes. Le livre « Les Français et le racisme », écrit sur la base d'une enquête du M.R.A.P., nous est par exemple d'une grande utilité ... Approuvé par toute l'assistance, le secrétaire général du M.R.A.P. ajoute: - Tout honnête homme pense, évidemment, que la philosophie à laquelle il adhère, qu'elle soit politique ou religieuse, constitue un garant contre les errements du racisme. Il estime que si cette philosophie triomphait, le racisme

  • Suite page 1 S.

15------ DIMANCHE 8 MAI ou Palais de l'UNESCO dournée nationale • contre le raCisme, l'antisémitisme et pour la paix C'EST le dimanche 8 mai qu'aura lieu cette année, au Palais de l'UNESCO, la Journée Nationale contre le racis· me, l'antisémitisme et pour la paix. A cette initiative prise par le M.R.A.P. sont invités à se joindre, soit individuel· lement, soit par leurs associations, tous les citoyens qui portent intérêt au com· bat antiraciste. Ainsi s'instaurera comme les années précédentes, un débat fruc· tueux qui contribuera à de nouveaux suc· cès dans la défense de l'idéal de frater· nité humaine commun à tous les démo· crates. Au centre des travaux de la Journée Nationale, il y aura la Convention interna· tionale pour l'élimination de toutes les formes oe discrimination raciale. adoptée le 21 décembre dernier par l'assemblée générale de l'O.N.U. Quelle est la portée de cette Convention ? Pourquoi est·il né· cessaire de 'la ratifier ? Comment peutelle être appliquée ? Tels seront les problèmes essentiellement débattus. Nul doute qu'il résultera des échanges de vues un enrichissement et un renforce- IElf Il AU FOYER DE L'UNION CHRE· TIENNE DES JEUNES GENS, 14, rue de Trévise, Paris·ge, le mardi 22 mars à

JO h. 30, conférence de MO Marcel MAN·

VILLE, membre du Conseil National du M.R.A.P, : « L'immigration noire et al· .gériellne : la crainte d'une ségrégation -en France est·elle fondée? ». • ROMAIN ROLLAND: de l'Af· faire Dreyfus au combat contre le fascisme et la guerre. Tel est le thème :de la conférence que don· nera Pierre PARAF, président du M.R.A.P., le vendredi 1" avril à 20 h. 45 à l'Hôtel Moderne, place de la République. Cette soirée est organisée particulièrement à l'in· tention des membres des Socié· tés et organisations juives. Elle sera présidée par Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. • « FACE A FACE : LES JUIFS ET LES AUTRES» : sur ce thème, le Club .J.U.M. organise un débat le mardi 22 ment de l'action à poursuivre dans la prochaine période. Cinq Commissions Dans le cadre de la Journée Nationale siegeront cinq commissions : 1. DROIT ET JUSTICE : Elle examinera plus spécialement les aspects juridiques de la Convention, et les problèmes de législation antiraciste ; 2. EDUCATION ET CULTURE: Elle précisera les moyens les meilleurs dans ces deux domaines, pour faire reculer les pré. jugés racistes ; 3. TRAVAILLEURS FRANÇAIS ET IMMIGRES face à la xénophobie et au racisme

Ses travaux revêtent une grande

actualité; 4. ORGANISATION ET COORDINATION DES ACTIVITES LOCALES : Les militants du M.R.A.P. et de toutes les associations intéressées mettront au point des métho· des pour développer l'action et la diffu- 114CII IElf mars à 21 heures, salle Lancry, à Paris. Les orateurs prévus sont : Jean Sehapira, secrétaire national du M.R.A.P., et Roger Berg. • A GRENOBLE, le Comité du M.R . A.P. a organisé avec un grand succès un débat sur le livre « Les Français et le racisme » dans une Maison de Jeu· nes. Un autre débat semblable, dans une autre Maison de Jeunes est prévu prochainement. La venue de l'exposition Lincoln aura lieu en mai. • A BOULOGNE·SUR·MER a eu lieu avec le concours du M.R.A.P., une ex· position sur le racisme, avec projection du film « La Chaîne » suivie de débat. Cette soirée était organisée par l'Asso· ciation Jean Vilar, animée par M. Achil· le Chassot. • A LA CITE UNIVERSITAIRE de Paris, la rencontre du Comité étudiant du M.R.A.P. avec les résidents du Pavillon des Provinces de France a connu SCIENCE ET RACISME Le Comité des Etudiants du M.R.A.P. organise, le jeudi 24 mars. à 20 h 30, à 'la Sorbonne (amphithéâtr·e Richelieu) un grand débat sur 'le thème : ~ Science et racisme ». Sous la présidence du professeur Georges HEUYER, de l'Académie de Médecine, prendront la parole les professeurs Pierre BOilEAU, Paul CHAUCHARD, Jean HIERNAUX, Théodore MONOD et Joseph STOLKOWSKI, ainsi que Pierre PARAF président du M.R.A.P. ' - sion des idées antiracistes dans les différentes régions; 5. PRESSE ET PROPAGANDE: Elle débattra du rôle des grands moyens d'information dans l'action contre le racisme et l'antisémitisme. Précisons que ces commissions siègeron~ le samedi 7 mai, à partir de 14 heures, à l'U.N.E.S.C.O. également. Mais elles commenceront à fonctionner bien avant. Des débats préparatoires au sein de chacune d'elles auront lieu dès ,le début d'avril... CES COMMISSIONS SONT OUVERTES A TOUS LES LECTEURS DE « DROIT ET LIBERTE n. JI vous suffit donc de nous écrire (30, rue des Jeûneurs, Paris-JI') pour demander votre inscription à celle qui vous intéresse le plus. Rencontres Régionales Dans différentes villes, la Journée Nationale sera précédée par des Rencontres Régionales contre le racisme et l'antisé· tisme. Ces manifestations prendront des Il 4C Il IElf le 15 mars, un vif succès. Après la pro· jection de « Come back Africa », devant les 300 participants, un débat animé sur le racisme a eu lieu, anirr.é par M' Médioni, Jean·Pierre Hirsch et Pierre Coula. • LE COMITE DES LYCEENS du M.R.A.P. a organisé une séance au ci· néma « Le Marais », le dimanche ma· tin 13 mars. Après la projection de « Haines », de Losey, un intéressant débat a eu lieu, avec la participation d'Alain Gaussel et Pierre Coula, membres du Bureau National. • A LEVALLOIS (Seine), l'Exposition Lincoln a connu un vif succès. Inaugurée le 22 février, dans le hall de l'Hôtel de Ville, par le maire, M. Jans, et Albert Lévy, secrétaire national du M.R.A.P., elle a reçu de nombreuses visites, notamment de jeunes. A cette occasion, une réunion a eu lieu, le 26 février, sur le thème « Y a·t·il du racisme en France ? » Animé par Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. ayant à ses côtés Mme Cohen et M. Atlan, adjoints au maire, le débat a permis de jeter les bases d'un Comité du M.R. A.P. à Levallois. • A CHAMPIGNY, où l'exposition se tient du 11 au 17 mars, c'est Pierre PA· RAF, président du M.R.A.P., qui l'a inau· gurée, en présence de la municipalité et du Comité local de notre Moûvement. De nombreuses adhésions au M.R.A.P. sont enregistrées. formes diverses selon les circonstance. locales. Pour la région parisienne, la Rencontre aura lieu le dimanche 24 avril, salle Saul. nier, 7, rue Saulnier, Paris·IX', toute la journée. Les participants débattront de. deux thèmes suivants : • Le racisme est un mal qui sévit aussi en France ; • Comment agir contre le racisme et l'antisémitisme? 3 avril Session du Conseil National du M.R.A.P. Pour préparer le succès de la Journée Nationale, le Conseil National du M.R.A.P. se réunira le dimanche 3 avril à Paris. salle de l'Encouragement, 44, rue de Ren· nes, de 9 h. 30 à 12 h. 30 et de 14 heures à 18 heures. A l'ordre du jour figure également l'exa. men de différentes autres manifestations prévues pour les prochains mois. Quinzaine antiraciste à Toulouse Le comité du M.R.A.P. cie Toulouse a pris l'initiative d'une quinzaine antiraciste, qui se cléroulera du 19 au 28 mars, et à laquelle se sont associés le Cercle Universftaire International de Toulouse (Club U.N.E.S.C.O.), et le Comité cI'Accueil Universitaire aux Etudiants Etrangers. De multiples manifestations sont prévues, clont voici les principales : Le 19 mars à 21 heur.es, salle clu Sénéchal

conférence de M. Ph. cie Marne,

ethnologue au C.N.R.S. : « Les Tsiganes et les Gitans ». Le 21 mars à 21 heures, au cinéma « Espoir» : projection cie « La Marche » (James Blue) et cie « Samson :. (A. Wajda). Le 22 mars à 18 h. 3D, salle cles E:.:J) ûsitions cie la Bibliothèque municipale : mauguration cie l'Expo~ition : « Lincoln et le combat antiraciste », qui durera jusqu'au 28 mars. Le 28 mars à 21 heures, au cinéma « Espoir» : conférence cI'Albert Memmi

« Les Français et le racisme ».

Toutes nos félicitations à nos amis toulousains, à qui nous souhaitons un succès complet. LE « PRET A PORTER » VA DE L'AVANT (Suite de la page 14) serait jugulé... Mais en attendant, dans l'immédiat, et sans doute longtemps en· eore, le racisme existe et nous devons agir ensemble. Et la contribution de cha· cun, au nom de sa propre philosophie, nous est précieuse. De plus, la lutte contre le racisme n'est·elle pas un moyen, pour celui qui y participe, de déblayer le terrain en vue de l'accomplissement de ses voeux les plus chers? Mettons donc ensemble ce qui nous est commun, et poursuivons, en agissant, les débats sur toutes les données du racisme et de l'anti· racisme. MILLE ET UN MOYENS ... A plusieurs reprises, la question avait été posée : que pouvons·nous faire ? Après les éclaircissements que la dis· cussion apporte, des suggestions, main· tenant, se précisent. Michel Flame. - Avant toute chose, nous devons faire nombre, constituer une force valable, qui s'ajoutera aux for· ces antiracistes déjà organisées. Une voix. - Nous devons être prêts à toute éventualité. Elie Jacobson. - Il faut renforcer le Comité par vos présences, pour que tou· tes les décisions soient prises en com· mun, ce qui assurera de .nombreux concours pour leur réalisation. La pré· sidence devrait être changée par roule· ment. Michel Flame. - Il est aussi essentiel d'informer les membres de la profession des manifestations de racisme et de tout ce qui est fait pour s'y opposer. Daniel Hechter. - Nous devons non seulement agir après, mais prévenir les actes racistes et antisémites. S. Rykiel. - Il existe de nombreux moyens de lutter contre le racisme. Nous ne les réinventerons pas. Mais il faut les appliquer en fonction des nécessités. Aujourd'hui, il s'agit de se grouper. Qui est d'accord ? (Tous les présents lèvent la main.) D. Vogelhut. - Il faut aider le M.R. A.P. dans toutes ses initiatives, parti· culièrement sur le plan éducatif. Il a besoin d'argent : nous lui en procure· rons. Il nous demandera aussi, peut·être, des orateurs : nous irons dans les réu· nions. Nous devons aussi surveiller la presse, intervenir lorsqu'elle se livre à des attaques racistes ou antisémites. Nous devons développer une très large propagande dans la profession ... Je pro· pose donc la création, avec tous nos adhérents, de plusieurs commissions de travail. J. Chmielnicki. - Nous devons à la fois nous intégrer à la lutte générale contre le racisme, et examiner, en pero manence, ce que nous nous pouvons ap· porter de spécifique à cette lutte. Charles Palant, - Dans le question· naire qui a été diffusé parmi les profes· sionnels du Prêt à Porter, toutes les ré· ponses reconnaissent valables la tota· lité des formes d'action proposées. La plupart insistent sur l'éducation de la jeunesse. Il est évident que, selon les circonstances, toutes les méthodes effi· caces sont utilisables, toutes les sugges· tions doivent être prises en considération. Il ne s'agit pas de substituer votre Co· mité à l'ensemble du Mouvement anti· raciste, mais je pense que vous avez des moyens propres d'action auprès de la presse, des pouvoirs publics, de l'opio nion, d'autant plus que vous êtes, pro· fessionnellement en contact avec la jeu· nesse, dont vous pouvez par exemple, patronner ou encourager certaines ini· tiatives... Il existe mille et un moyens d'amener de temps en temps l'antiracis· me au centre de l'actualité. POUR « DROIT ET LIBERTE» Daniel Hechter. - Notre Comité s'est proposé de faire de « Droit et Liberté » un journal plus puissant, au tirage et à la diffusion plus larges. Nous sommes décidés à rassembler pour cela les fonds nécessaires. Jean Kolpa (trésorier du Comité). - Il est indéniable que « Droit et Liber· té » est une force de pénétration, par toutes les informations qu'il apporte. C'est pourquoi nous avons jugé utile de le soutenir. Tous les membres du Comité provisoire ont déjà pris des enga· gements précis dans ce domaine, et nous vous invitons à vous joindre à nous. Ce serait l'honneur de notre profession, si nous pouvions contribuer par notre aide matérielle aussi bien que morale, au rayonnement d'un grand journal anti· raciste. ET MAINTENANT ... Julien Aubart. - Il est important que notre Comité cesse d'être provisoire, qu'il soit structuré pour être à même d'agir. Nous espérons que nous aurons de nombreuses adhésions soit pour par· ticiper à nos réunions, soit pour nous apporter un soutien. Par mon expérien· ce de militant du M.R.A.P., je peux affirmer que cette réunion aura des sui· tes positives. Pour cela, il faut se comp· ter, et entrer immédiatement dans la phase concrète. Charles Palant. - Le M.R.A.P., sans réserve, se félicite de cette réunion. Nous sommes convaincus que le dynamisme dont vous avez fait preuve, chers amis, au cours de ce débat, aboutira à une action efficace. La force du Mouvement antiraciste s'en trouvera considérable· ment accrue. Daniel Hechter. - Merci à tous de votre présence, de votre concours. Main· tenant, au travail... Quelques jours après, le Comité d'Ac· tion Antiraciste du Prêt à Porter, avec la participation de ses nouveaux adhé· rents, tenait une réunion pour la constitution d'un Bureau et de quatre Corn· missions (Propagande, Action, Presse, Trésorerie). La mise en oeuvre de l'en· semble de suggestions formulées, com· mence ... 16 ( " ~~ .~ ~enè&e d' un notWeau L F. Folklore est à la musique ce qu'était la prose pour Monsieur Jourdain, tout le monde en fait ... sans le savoir. Qu~une jeune femme chantonne, « Il fait beau, il fait beau » le matin à son réveil ; qu'un groupe de jeunes scande t l'aura-l'aura pas » en voyant quelqu'un courir après son autobus ... et c'est déjà du folklore en puissance. Les enfants le savent, l'inventent chaque jour, écoutez-les plutôt fredonner durant des heures la même petite phrase en berçant une poupée? L'importance du Folklore, peut-être à cause de l'immense répertoire des negro-spirituals, a créé le besoin d'une étude approfondie, qui fait se rencontrer de sérieux musicologues. Jamais encore, il me semble, l'on n'avait DU assister sur le vif à l'éclosion de ces chants unanimes, nés d'une véritable « nécessité » de crier sa foi, son horreur, sa révolte, comme il fut donné de le fail'e le 24 mars 1965 sur une route de l'Alabama. Ln témoin, digne de foi, nous l'a rapporté : Pete Seeger. Je dois remercier ici Emmanuel J acquin, de ia firme Chant du Monde, qui a bien voulu faciliter l'interview que l'on va lire, lors du passage à Paris, l'an passé, du chef de file incontesté des chanteurs américains de folklore aux Etats Unis. Le banjo u 'épau e Pete Seeger est né le 3 mai 1919, à New-York, il vit désormais dans la petite ville de Beacon, dans le même Etat. Sa passion de la musique, cristallisée sur un vieux banjo dès l'âge de huit ans, trouva son apogée lors d'un festival de danse folklorique à Asheville, en Carol me du Nord, en 1935. Ce fut la révelation d'une multitude de gens rassemblés uniquement par une commune passion de la mu;;ique. Avec l'appui d'Alan Lomax, l-'ete entreprit des recherches approfondies dans les considérables archives cie la bibliothèque clu Congrès. Puis il partit, le banjo sur l'épaule, à travers les Etats du Sud et clu Centre, observant tous ceux qui se rassemblaient pour chanter ensemble. Après la guerre, il forma avec Woodie Guthrie et Lee Hays, les Almanac Singers, un groupe itinérant. En 1949, il collabore à la formation cles Weawers avec qui il reste jusqu'en 1952. C'est Goodnight Irène gui les porta en tête du Hit-Parade. Sous la seule etiquette Folkways, distribué en France par Chant du Monde, nous retrouvons un ensemble de ces chants purs et sans « tripatouillages » plus ou moins artistiques, dont les excellentes American Favorites Ballades (FWX 52320 à 52323) et Hootenanny (FWX 50103). Lors de son passage à Paris, quoique très sollicité, il a bien voulu me consacrer, pour Droit et Liberté, les quelques instants utiles à évoquer la marche des Noirs de Selma, et, à travers elle la naissance cie ce nouveau folklore, Qui contribuera à laisser vivantes en 110S mémoires, les heures courageuses qui abolirent les barrières, mélangeant Noirs et Blancs unis sans arrière pensée contre une meurtrière injustice. - Pet.e, je sais qlte l'on vous a vu sur la route 80 au,x côtés d'autres Blancs, mêlé aux artistes noirs en renom venus sotaenir de leur présence l'importance de cette manifestation. Il y avait là Dick J ackman, Lee Chandler, Le.e Letherer et Louis Marshall aux approches de Montgomery, en Alabama. Outre la signification humaine et sociale qu'il faut attacher à ce geste, qltel enseignement avez-vous retiré sur le platl du chant folklorique ? Par Bernard SANNIER-SALABERT - Ce jour de mars 1965, ils étaient là quelque 300 marcheurs, arrêtés pour un court repos le long de la route 80, en Alabama. J'essayai de transcrire la mélodie de quelques-unes des douzaines de mélodies nouvelles que faisait naître cette occasion. Une femme m'observait en riant : ne savez-vous pas que l'on ne peut traduire les chants de la hberté. Quant j'ai tenté de me faire traduire l'un des plus durs : 0 . Wallace ! ils se bornaient à me répéter qu'il n'y a pas de mots : il vous faut les fabriquer ... - Mais cette objectio!, était celle que l'on fit, aussi, jadis, aux premier~ transcripteurs de negro-spirituals 1 La création folklorique - Après de nombreuses hésitations, j'ai pu enfin rapporter huit strophes et un chorus triomphant. Mais dans le feu de l'improvisation cela peut durer 8 à 10 minutes selon la force et la fougue de l'accompagnement. Le soliste répète ad-libitum tout ce qu il ressent. Dans une marche comme celles qui prirent naissance en Alabama, n'importe lequel des participants peut continuer aussi longtemps qu'il le souhaite. Les sources d'inspiration, alors, éta,ent toutes entières fixées. dans cette Marche vers la Liberté, vers une vie nouvelle. Les chants pouvaient s'appeler : Pour qui êtes-vous ?, Arrêtez !, Je me suis réveillé le matin, ou Nous triompherons. Cela s'exprimait parfois sur un air comme : La merveilleuse Amérique ou le thème d'Exodus. Si ces versions semblent différentes ce n'est pas par erreur de transcription mais bien parce que, au long des heures, des variantes intervenaient, selon la personnalité de chacun. - Ainsi, nous pouvons tenir les marches de Selma pottr un e:remple typique de la création folklorique. Pete Seeger (à gauche) transmet ses amitiés MIX lecteurs de « Droit et Liberté ». Ci·dessus, Les Bad's, qui interprètent quelques·unes de ses chansons IIIIIID Iliiiie 1IIIIIl11llft IIIIIIIIIIIII~ IIIIIID Il t\! § 1IIIIIl (1IIIIHI~1111l t\! §G) t\! - O. Wallace ! est, ùans ce sens, un exemple, des phrases entières revenaient : « V O'1ts ne pourrez nOlts emprisonner tous ». « La ségrégation doit cesser. » « Tout doit s'éclairer, c'est la cause de Martin King. » « Il y a lm homme derrière les fusils d'Alabama qui tue pour la haine, la peur, -et peut-être aussi pour la joie. Wallace est derrière les fusils d'Alabama ... » Pete Seeger, avec gentillesse, dédicace une photographie à Droit et Liberté, avee ses encouragements. Ce qu'il exprime est une conviction profonde, déjà des hebdomadaires comme Sing-O!tt ! « The folksong magazine ») en ont publié des versions. L'ensemble de ces chants, avec un texte de présentation de Pete Seeger, a fait l'objet en Amérique d'un très beau disque, rare en France, Radio Station New' s Story of Selma, avec Len Chandler, Pete Seeger and the Freedom Voices (Produit par Jerry Graham et Mike Stein, chez Folkwavs record. Album numé1'O FH 5595). ' Sou~aitons q)le Chant dn Monde puisse un jour prochaIn le mettre à notre disposition . Une profondeur prenant Rares sont les chants de Selma qui sont parvenus jusqu'à nous. L'un d'eux cependant nous est rapporté par les Bab's. Chez Polydor, référence 27217. Nous y arriverons, Nous y arriverons.. un jour. Nous vivrons en paix Le loup près du berger Et ce jour arrivera où nOlts vaincra ilS la peur. 'Qui mais dès aujourd'hlti Faisons C01nme si Ce jour était arrivé. Les Bab' s, trois garçons bien différents : il y il Gaston, né en Chine, d'un père français et d'une mère russe. Jacques, né à la lisière de la frontière Belge, et Edouard, dit Doudou, né à Paris, d'un père camerounais et d'une mère autrichienne. Les Bab's c'est un peu le marché commun de la chanson, le coude à coude fraternel. L'assemblage inhabituel de leurs trois voix : un baryton, une basse et un ténor, donne au chant de Selma une profondeur prenante qu'une orchestration discrète met bien en valeur. C'est avec plaisir que je salue et recommande cet enregistrement. Et pourtant, je ne peux m'empêcher de me poser une question qui me gêne? Pourquoi « We shall overcome », cette marche enregistrée par les Bab's, créée de toute pièce, sam; aucune pensée de lucre par cIes marcheurs cIe la paix sur la route 80, en Alabama, porte-t-elIe, en France, la signature cie six personnes ? Je n'invente rien : We shall ovel'come - traduite en français sous le titre : Un Jour - est signée : Z. Horton, F. Hamilton, G. Carawan, P. Seeger, G. Belby et J. Yvart... excusez du peu. Sans cloute va-t-on m'accuser encore de manquer cI'enthousiasme et de ne pas seulement applaudir au fait que des voix s'ajoutent à notre voix ? Peut-être est-ce parce que sur cette même route, après l'assassinat d'une femme, des voix nombreuses, spontanées, se sont élevées qui chantaient 0, ceci est un crime sur la route 80. Que vous soyez noir ou blanc 'j? ous devez être révolté De ce qui est arrivé un jour Sur la route d'Alabama ...

Notes

<references />