Droit et Liberté n°122 - mai 1953

De Archives
Aller à : navigation, rechercher



Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Révision du procès Rosenberg: telle est la mesure qui s'impose après la découverte de deux faits nouveaux prouvant que Greenglass amenti par Me Paul Villard page1
    • 14 Juin 5éme journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme, pour la paix: appel page1
    • Le Dr Lehr (ministre de l'intérieur de Bonn) réhabilite la Gestapo: de notre correspondanr E. Giordano page1
    • Xavier Vallat fait sa rentrée par Albert Lévy page1
    • Rabelais pacifiste par Gustave Cohen page1
    • Le public doit juger "les statues meurent aussi" de Alain Resnais par Colette Morel page1
    • Billets aigres-doux par Gabriel Timothy page2
    • Du XV au XVI siècle, une riche civilisation resplendit et s'éteint au coeur de l'Afrique par Véra Cardot page2
    • Quand le Dr Hirt installait à Strasbourg un musée des crânes "inférieurs"... page2
    • "L'homme est un oui à l'homme" (sur Frantz Fanon) par Pierre Gerbal page2
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: de la Bible aux rosenberg page2
    • La presse maurassienne: une insulte à la France page3
    • Vrais et faux antiracistes par Albert Youdiné page3
    • Vercors: "la preuve est faite que l'antisémitisme est impossible dans les pays du socialisme" page3
    • L'affaire Finaly articles de Albert Beguin, Jules Isaac, l'Amitié Judéo-Chrétienne page3
    • Les cris de haine des racistes page3
    • "Rivarol" contre le sens de l'histoire page3
    • Sur le racisme: M Masson-Oursel, Professeur Tanon page3
    • Disparition de Charles Serre page3
    • 5éme journée nationale: pour une puissante manifestation antiraciste par Charles Palant page4
    • Faire triompher l'esprit de négociation par le Dr A. Kriegel page4
    • Disparition de Yves Farge un grand antiraciste page4
    • Justice pour les Rosenberg page5
      • interview de M. Joseph Brainin
      • déclaration de Me Marcel Willard
      • déclarations de Jules Bloch, Pierre Laroche, Jean Cassou, Charles Imbert
    • En Afrique du Sud l'amitié des races l'emportera par Sam Kahn page6
    • "L'Allemagne de l'Occident" par le pasteur Louis Vienney page6
    • Il y a 10 ans éclatait l'insurrection du ghetto de Varsovie page6

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• R(\, S ON DU PROC(S ROS(N MAI 1953 N° 122 (226) 14 Juin: rDée Naliona e contre le racisme et l'antisémitisme, pour la paix P EL LES otlieuses per sécutions racistes du cable d' ({ Armée européenne ». Le Dr temps de l'occupation hitlérienne, Peters, qui fournit les gaz pour les camps les cohor tes de déportés, l'étoile d'extermination, est remis en liberté et jaune, les rafles et les fus illades replacé à la tête d'un trust de produits ont tragiquement instruit le peuple fran- chimiques. çais des méfaits du racisme et de l'antisémitisme. 0 UTRE-ATLANTIQUE, d'où nous Notre peuple repousse avec mépris la parvient le cri déchirant d'Ethel théorie barbare de la discrimination ra- et Julius Rosenberg, menacés de ciale. Il s'élève avec force contre la l'e- la chai;;e électrique, les juifs et les naissance du fléau raciste qui s'inscrit noirs sont considérés, serI on les plus rédans les tentatives faites aujourd'hui centes études sociologiques, comme les pour effacer de l'histoire la victoire rem- ({ suspects n° 1 ». portée il y a huit ans, par les hommes En Afrique du Sud, dans les pays cololibres du monde entier sur le nazisme. niaux et dépendants, la répression raciste prend des formes sanglantes et en En France, après la libération de Xa- France même, do graves mesures discri- 30 FRANCS Prêt à « ouvrir une seconde fois la porte à ,Hitler» Le Lehr (Ministre de l'Intérieur de Bonn) réhabilite la GESTAPO (De notre correspondant particulier en Allemagne E. GIORDANO) NouSI avons, dans notre dernier numéro, publié des documents prou~ vant que le Dr Robert Lehr, ministre de l'Intérieur du gouvernement Adenauer, est un nazi de la première heure. Dès 1933, il signait comme maire de Dusseldorf, des décrets où s'étale son antisémitisme virulent. Les nouvelles informations que nous transmet notre cor,respondant en Allemagne Egon GIORDANO, confirment que le Dr Lehr reste fidèle à son passé. Les activités de cet individu, principal collaborateur d'Adenauer don~ nent tout. son sens à l' « armée européenne », qu'éclairent égalem~nt le voyage tl'Iomphal du chancelier de Bonn en Amérique et les discours bel~ licistes qu'il a cr~ devoir prononcer à son retourr. vier Vallat, Maurras, Béraud, Céline, une minatoires frappent les travailleurs nordscandaleuse loi d'amnistie vise à réhabi- africains et les étudiants d'Outre-Mer. Hambol/'rg ... , avril 1953. liter totalement les traîtres qui ont par- D'abord un souvenir ... ticipé à la politique raciste de Vichy. Les LE peuple de France sait que le ra- Il y a deux ans, au Parlement de Bonn le assassins d'Oradour sont amnistiés et la .cisme et l'antisémitisme ne peuvent ministre fédéral de l'Intérieur, le Dr Robert répression s'abat sur les rés istants, les être le fait que des forces de guer- Lehr, monta à la tribune. A peine avait-il ouvert la bouche que le député Paul. de Duspatriotes. re et de fascisme. Unanime dans sa seldorf, l'interrompait. Voici un extrait du Encouragées, les bandes antisémites et protestation véhémente, Paris républi- dialogue qui s'instaura, d'après le procèsracistes se réorganisent, répandent leur cain a empêché Xavier Vallat de tenir verbal officiel du Bundestag: propagande haineuse dans de mutiples son meeting provocateur, comme la po- . Dr Lehr. - j'ai regretté, ell entendant le journaux et publications. Lyon, Mar- pulation lyonnaise avait mis en échec les discours de M. le dépllté Paul, qu'il ne l'ait seille, Toulouse, St-Ouen sont le théâtre plans des trublions antisémites. pÇls l!rolloncé immédiatement au début et parde provocations antijuives. A Paris, le Chaque jour se renforce l'union agis- flcullèrement avant le discours de notre coltraître Xavier Vallat a prétendu parler sarite contre le réarmement des bour- lègue Menzel, car dans ces condiliens il au~ rait été différent. ' en public, salle Pleye-l, et les mauras - reaux nazis, pour la sauvegarde de la dé- Député Paul. - . Nous connaissons suffisiens se livrent, en plein Champs-Ely- mocratie et de la paix. samment le Dr Lehr d'avant 1939. sées à de lâches agressions. La doulou- FRANÇAIS FRANÇAISES D.r Lehr. - Oui, nous nous connaissons reuse affaire des enfants Finaly sert de " suffisamment, c'est p0u.rq~oi vous ne pouvez Telle ~est la mesure 'qui -s'impose après la découverte de DEDX FAITS NODVEA prouvant que 6Rf.fN6LASS, principal témoin à charge A Multip.lions les délégations, les lettres, les pétitions pour faire trioDlpher la Justi ce! Voici le " fac similé » de la lettre de Greenglass, où le témoin nO 1 de l'accusation au procès Rosenberg, reconnait quercertaines de ses déclarations lui ont été " suggérées .. par la police américaine. On en trouyera la traduction complète en page S. prétexte à de violent es campagne!'! anti- Contre la propagande antisémite Le Dr Lehr pa,le à un meeting sous l, pas me raconter des histOires. sémites. et raciste, croix de Malte (qui ornait les tanA~Déput~ Renner. - VOliS Ilon plus.l':\~us CO U P Contre le réarmement des nazis; ,les4vlo." nazlilt. i ,r. ez f!lj~ o..!!l2t unejoisJII porte à 1\\~Sir • .ELS'soù'hes fruits nme . de fa poli· Contre ta rehabilitatlon des vi- • ilffr Len""" m1tS"7e Siivons. J tique d'en:?ura~em~nt~a~u~x~r~e~v~a~n~-________ ~~ch~ys~t~e~s~, __ ~~. _____________ -11-:::::::::::::::::::::::~U,~~D~r~L:e~h~r~' ~2/~e~s~u192.168.254.42r192.168.254.42na~iDe~un192.168.254.42 _____________ ------__________ --__ --______________ ----~ le' e s vons. , , tique d'encouragement aux revanchystes, Dr llehr. - Je suis prlFp, le faire une sechards nazis qui retrouvent outreRhin force et 'vigueur contre la volonté même des forces démocratiques allemandes. Pour sauver Ethel et Julius Rosenberg, Pour la fraternité des hommes, Pour l'amitié et l'entente entre les peuples, J conde .Iois. -.:; Prêt ~ t~ faire une seconde fois 1 Cette parole, 9.U!. fIt scandale, ré&lI~ admirablemen.t la poiltJque -actuelle du Or Lelu, représen- ~ LES lecteurs de « Droit et Liberté » se sOllVi~nnent que toute l'ttc usation dans l'affaire Rosenberg repose sur le témoignage de David GREENGLASS et de sa femme. La Cour des Appels du 2· Circuit de l'Etat de New-York a, en effet, expressément déclaré que « sans le témoignage de David Maire hitlérien de Dusseldorf, où il GREENGLASS, la condamnation ne pourrait être maintenue. .. » édictait des mesures antijuives, le Dr Lehr est ministre de l'Intérieur du gouvernemen't de Bonn. Dès lors, les rebuts du nazisme multiplient les complots, pénètrent les grandes administrations et certains partis politiques. Par dizaines, les généraux condamnés pour crimes de guoerre sont libérés et se portent aussitôt candidats à la direction de la nouvelle Wehrmacht, camouflée sous le vo- Pour la justice et la paix, dans toutes les villes et les villages, dans les entreprises et les bureaux, les universités et les laboratoires, élisez par milliers les délégués à la 5' JOURNEE NATIONALE CON'l'RE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX, qui aura lieu LE 14 JUIN 1953, A PARIS AU PALAIS DE LA MUTUALITE Bénéficiant de hautes protections Xavier ALLAT lail renl 6 5 ee Le 1 er mai, les travailleurs manifesteront, en même temps que pour le pain, pour les libertés et la paix. Dans le monde entier, leurs démonstrations exprimeront leur attachement à la cause de la frat ernité des hommes, à la cause allliraciste, dont la défense s'inscrit dans leurs plus glorieuses traditions. « Les travailleurs, disait Jaurès, criellt toujours contre les injustices, parce qu'ils souffrent eux-mêmes d'une injustice permanent e. » (Suite en pagi 6) RABELAIS ··'9l /lae il iJIl!- PAR Gustave COHEN Professeur Honoraire à 10 Sorbonne Ce nonobstont, j. n'entreprendrol guerre que je n'ai essoyé tous les arts et moyens de paix. E N cette année du quatrième centenaire de la mort de François Rabelais (9 avril 1553) et L E 9 janvier, Xavier Val- Sceaux en 1949, ['a libéré ': M. .. d'inquiè~e aspiration à la paix, il ya lieu de lat devait parler ell pu- René Mayer. celebrer en lUI le 'Précurseur et l'authentique probUc, salle Pleyel, au cours Af· René Mayer, après celte moteur de la conciliation et de l'arbitrage afin de d'une soirée d'hommage à Char- scandaleuse libération avait ten- t~nter d'év~ter une guerre, qu'il ne tient pour légiles Maurras. Le peuple de Paris lé d'apaiser l'opinion indignée tlme que SI elle est purement défensive. l'en a empêché. Mais l'ex-com- en affirmant que Vallat ne pour- Qu'importe si cette thèse fondamentale se prémissaire vichyste aux Questions rait se livrer à aucune activité sente sous l'aspect d'une fiction : la Guerre Picrojuives ne se tiellt\ pasl pour' publique. ·On voit, aujourd'hui, choline. se joue entre le tyran Picrochole qui _ nos bat/Il. ce qu'il en est. M. René Mayer Ra!Jelalsants l'ont démontré _ incarne Gauoher de Avec une audace croissante, réserve les poursuites aux SaIn.t e- M.a rthc6 , a d versal. re d e l' avocat Anto'm e R a- '1' . l't' dirigeants syndicalistes, aux ré- belals, pere du conteur - et le 1 prepare sa ren[ree po 1 Ique, sistants, aux défenseurs de la géant Grandgousier (dont on re- ia.ureaux, veaux, gemsses, bl,!- pour le jour où l'amnistie l'aura paix, ceux-là mêmes qui étaient trouvera le nom dans mes Far- biS, moutons; abattant les nOIX, défillitivement « blanchi ». en prison ou dans la clandesti- ces inédites du XV' siècle), qui vendang.eant les vignes, empor- Aspects de la France a publié nifé quand Vallat se pavanait à est le père de Gargantwa et le tan~ les ceps, croulant tous les le discours qu'il devait pl'onon- Vichy ou insultait la France sur grand-père de Pantagruel. fCrhu.ltsxdxeVsla) r(bl)r.es » (Gargantua, cer à Pleyel, où il célèbre son les ondes de Radio-Paris allemaître Maurras, comme la lUi- mand. IL demande la levée de C OI'v1ME toujours, l'occasion L 4: Un chacun se mettait à leur mière de l'Espérance et le salut l'immunité parlementaire des dé- ,du différend est minime: merci, les suppliant d'être traide la Patrie. Mais ce n'est pas putés de l'opposition. Mais il une rixe entre les foua- tés plus humainement, en consiassez. On a pu lire, ces temps ferme les yeux sur le com- ciers de Lerné, c'est-à-dire les dération de ce qu'ils., avaient de derniers, la prose de Vallat dans plot, véritable celpi-là, des en- ,porteurs de fouaces (gâteaux de tous temps été bons et aimables plusieurs publication!! fascistes, Jl,emis de la République, des ex- ce nom), dépendant de Picro- voisins et Que jamais envers et en particulier dans Ecrits de citateurs' à la haine raciste el choIe et les paysans de Seuilly, CU'X ne commirent excès ni ou- Paris, cou'sin germai/ll de R'iva- antisé mite, ourdi par Xavier dépendant de Grandgousier. trage pour ainsi, soudainement, roI. Vallat et ses amis. Cwx-Ià ont refusé de faire part être par iceux mal vexés, et que Comme ils ont imposé l'inter- de leurs friandises à ceux-ci Dans un arlicle, il s'en prend diction du meeting prévu · pour qui offrent cependant de le; Dieu les en punirait de bref. Es à la Commune de Paris, confir- le 9 }·.anvier, les antiracistes, les I)ayer au . d h"1 quelles remontrances rien plus mant que l'antisémitisme va tou- républicains peuvent mettre dé- a bataille. pnx u marc c; 1 Y ne répondaient, sinon qu~ils leu" jours de pair avec la haine des finitivement en échec ces com- Picrochole, pour venge'r les voulaient apprendre à manger travailleurs et du peuple. Dans ploteurs et leurs complices. Ils siens d'avoir été rossés ordon- de la fouace. » Plaisanterie féun autre, il revient à Maurras, doivent, pour cela, renforcer en- ne la mobilisation géné'rale des roce, ·nous connaissons cela qU'I.l encense avec paSSI.O n, pt core leur union agissallte. Et ils habitants de Lerné et les en- cela aussi. dont il pose cl l'h éritier spiri- ,elllèveront à Vallal et aux autres gage aux pires e-lcès: «gâ- Ils arrivent à Seuilly, détrousfuel, au point de l'ouloir puulier revanchards toute possibilité de tants et dissipanls tout par où sant ,hommes et femmes et preun livre sur lui. recommencer leurs crimes. ils passaient, sans épargner ni llant tout ce qu'ils trouvaient. pauvre ni riche, ni lieu sacré, ILs envahissent le dos de l'Ab- intPeroduirt dcuo m9 pjaennvsieerr , luen en rteéeulnililogll ._ ____A_l_be_rt_ _LE_V_Y_. ___________(D_ess_in, _de _Bo_ris _Tp_sxl_itsk_y.)_ _________n_i _pro_fa_ne_, e_mm_e_na_ien_t .v .a..c;h._es-,- , abua yber, avmea Fisr èrlàe, Jielasn . sdee s hEeuntrotemn-t « privée » a lieu dernièrement meures (pron. ures), moine moià la salle des Centraux, rue A défaut du Jury de ,Cannes na nt de moinerie, admirable jean-Goujon. Xavier Vallat création du romancier, qui les a prononcé une TIOUl'elle diatribe attaque et les abat du bâton alllirépublicaine, al'ec, celfe foi s, L hl- cl - - " L t t t· " de la croix (Ch. XXVII). ~fï192.168.254.42risation de: pOlll'oirs pu- e· pU le Olt Juger es . S a ues meuren aussI Le192.168.254.42,e192.168.254.42!'I~i192.168.254.42C~~I\re~O~ S~ Comment ne nOllrrirail-l-il pas géographie locale de Rabelais l'espoir de jouer de nouveau. Ull 'ART nègre a suscité des éminemment populaire. art primitif mais seulement un «Cette civilisation différente est des plus précises et peut se rôle, lui qui a sur la consci.ence L écrits, des di!lcussions, des Alain Resnais, Jeune réalisa- art différent de nos conceptions de la nôtre, mals qui existe }}, y lire sur une carte détaillée dll la déportatio.n et la /llo /'t de oonférences, et aussi, pa~ teur à qui l'on doit déjà « Guer- ,occi'dentales. est décrite par des masques, des Chinonais) et assaille la Roche 120.000 Juifs de France ? Sa mal de balivernes paternalistes nica» a promené sa camera dans - A cela, il a travaillé long- statues, des objets tour à tour Clermauld, dont on peut voir reprise d'activité a coïncidé ou faussement admiratives qui les musées de Londres, de temps, en compagnie de Chris souriants ou' tragiques, mais évo- encore les grosses murailles, presque, jour pour jour, avec la contribuaient à donner une idée Bruxelles et de Paris, pour Marlier, et l'oeuvre terminte fut Colette MOREL. qui se rend sans résistance et . venue il la tête du gouverne- passàblement faussée, de ce qui, prouver par un court-métrage sélectionnée pour le Festi,al de que le tyran occupe et fortifie .. ment, de celui qui, Garde des est en réaUté, un ar~ vivant et que l'art nègres n'est pas _un Cannes 1953. _ ~__ . (Suite ,en page ::il. il son profit. TANDIS que le vieux bonhomme Grandgousier, après souper, se chauffe à un beau, clair et grand feu, où il fait griller des châtaignes, remuant la cendre avec son bâton, brûlé d'un bout, et fait à sa femme et famille de beaux contes du temps ja{jis, un des bergers qui gardait les vignes se transporte devant lui et lui racQnte les excès et pillages que faisait Picrochole, roi de Lerné, en ses terres et dommages. Le bon vieillard s'en désole: « Picrochole, mon ami ancien de tout temps, de toute race et alliallce, me vient-il assaillir? Qui le meut ? Qui le point? Qui le conduit? Qui l'a ainsi conseillé? Ho ! Ho ! Mon Dieu, mon Sauveur, aide-moi, inspire-moi, conse, ille-moi à ce qu'est de faire ! » et il conclut par cette phrase qui sert d'exergue au présent article: « Ce nonobstant, je Il' entreprendrai guerre que je n'aie essayé tous les arts et moyens de paix. » (Chapitre XXVIII.) Le Conseil, convoqué, conclut avec lui qu'on enverrait quelque ,homme prudent auprès de Pi, crochole, Ct: qui ne l'empêche pas, à toute éventualité, de rap, peler de P&ri.:; où il fait ses études, le jeune Géant Gargantua, son fils « afin de maintenir le pays et défendre cl ce besoin ». Sa lettre (XXIX) contient en- (Suite en page 2) (1) P. 95 de l'édition Plcttcrd, aux Belles Le ~lr es. Une condamnation reposant sur une base légal a aussi fragil e, soulevait, sans même examiner les faits, un point qui n'avait pas manqué de choquer tous les juristes. " est, en effe t, impossible d'admettre qu'une con_ damnation s oit prononcée sur les seules déclarations d'un coauteur ou d'un compl ice, qui a un Intérêt évident à travestir la vérité, et à tran sférer tout ou partie de sa respo nsabilité sur la personne qu'il accuse: Depuis plusieurs mois, tous les Juristes impartiaux étaient convaincus que Greenglass était un PAR MC Paul VILLARD Secrétaire du Comité Français de Défense des Rosenberg. faux témoin. Cela ressortait du caractère mensàn ger de ses affirmations j Greenglass avait en effet déposé, qu'il avait, dès le début, et même avant son arrestation, décidé de coopérer avec le gouvernement j or, le procureur général Saypol déclara, au moment de la condamn3- tion de Greenglass, que ce dernier avait commencé par nier les faits, et que ce n'est que sur les instances de sa femme, qu'il s'était enfin décidé à « ooopérer avec le gouvernement ». Le faux témoignage de Greenglass ressortait également d'une façon oertaine de l'impossibilité scientifique des exploits dont il s'était vanté dans sa déposition. Son « assez bonne description de la bombe atomique» en douz: e pages, est une impossibilité qui avait été soulignée par de nombreux savants, et notamment par le professeur Urey, Prix Nobel de Physique, l'un des grands savants qui ont dirigé les travaux de Los Alamos. MAIS deux faits nouveaux viennent de démontrer, même pour les personnes les plus égarées par la passion, que Greenglass est un faux témoin. L'accusation fit, en effet, grand cas d' une table m y~ tériel'se que, selQn Gree ng lass et sa femme, les Rosenberg auraient ,reçu comme cadeau des « Russes ». Cette table aurait comporté de savants disposit ifs permettant de prendre des microfilms. Les Rosenberg déposèrent au contraire qu'il s'agissait d'une table d'occasion d'u n modèle très ordinaire, qu'ils avaient achetée da ns un grand magasin de New-York appelé Macy's, pour une somme de 20 dollars environ. Le procureur Saypol le~ avait contredits, en disant {Suite en page 5) !!!II!!!!!!!!!II!I&!I!! 2 !!I!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!II!!!!I!!!!!!!.IR!!!I!!!I_ ___! !I!II __B I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!I!!!!!!!!!!!II!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! D ROI T E f L 1 -B E fi T E !I!II1!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!J_ _! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!~l2 ".·I.B~ILILIEIS ~ AIGI~lES:-~9UX pùr uobriel nrvHvlO;"'r . c .'~' ' . .' ,,' Le chapitre des inventions v OUS savez certainement, Monsieur le Secrétaire général, qu'il y a des pauvres honteux. Mais peut-être ignorez-vous qu'il existe également des inventeurs honteux, trop timides pour exposer leurs travaux. Je 1'ignorerais comme vous si un hasard ne m'avait informé de leurs principales découvertes. Je me permets de vous communiquer le hâtif catalogue que, dans l'intérêt général, j'ai cru devoir en dresser: La la\pl'ie judiciaire.C'est un perfectionnement des laveries si en vogue aujourd'hui, dont l',inconvénient est de ne blanchir que le) linge: le nouvel appareil destiné aux tribunaux et, plus particu lièrement, au x tribunaux militaires, blanchit, en outre, les incu Ipés pJ'lvilégiès (tortionnaires, délateurs, miliciens retraités, etc.), aux'quels notre justice réserve volontiers ses faveurs. Jusqu'à présent il lui fallait leur consacrer plusieurs séances: désormais, grâce il un ingén; eux disposit,f, qui malaxe les témoignages, édulcore le réquisitoire et intensifie la vigu~ur du plaidoyer, l'appareil pourra débiter les acquittements cn série, à .)adence accélérée. Le Cor('iciùc Hiùg"'R ,'. - Supérieur à tous. L'eSCall1ul'llI' BI LIli 'EIl\oi Ùt' Grenoille . - Cet appareil de prestidigitation a été essayé avec succès non seulement en France, mals en Espagne : il permet de faire instahtément disparaître un ou pl usieurs sujets, sans . qu'on puisse les retrouver. Le napalm acad~Jllique. - Merveilleux produit, dont il suffit d'arrosel' les peuples arriérés pour leur révéler le3 bienfaits de la civilisation. Le jJl'eS5c-)J1I1'I'{' il infla tion réactionnaire, qui, adopté par le ministère des Financee, tirerait des contribuables le minimum de rendement. Le jeu des l'cvellnnl~, . Pour se divertir en société. Sa règle, fort simple, est il peu près celle du loto : on ~i.tribue aux joueurs des cartons numérotés, portant les noms de nazis mineurs frappés naguère d'inéligibilité ou d' indignité nationale Marquet, Xavier Vallat, Peyrouton, Georges Bonnet, Taittingcr, Ybarnégaray, etc. ; on til'e au sort d'autres cartons, dont chacun représente une fonction publique: conseiller munic;pal, exécuteur des Hautes-OEuvres, député, sénateur, préfet, balayeu,r, ami-' l'al, ministre, etc. ; chaque joueur reçoit le carton dont le numéro cOJ'respond à celui de son propre carton ; le gagnant est celui auquel est attribuée la fonction la plus lucrative. La chasse aux sorcières. - Autre jeu non moins attrayant, dû à l'inventeur américain Mac Carthy : des silhouettes de sorcières à profil soviétique sont fixées par une charnière sur une planche à hauteur d'homme

les joueurs se placent

à quelque distance ; le gagnant est celui qui, avec un minimum de fléchettes, abat le plus grand nombre de sorcières. L'a~pil'al(,lIr .\ù rllalH' I'. - Se distingue de tous les appareilS de' ce genre en ce qu'" ne se contente pas d'emmagasiner la poussière: il a des aspirations nobles, car il absorbe tous les territoires que l.'Aliemagne revendique. Il en existe un modèle à musique, qui joue le Deutschlanù nbel' alles, avec orchestration américaine. Vous déplorerez avec moi, Monsieur le Secl's,taire générai, que ces remarquables inventions m'aient été signalées tardivement: elles ne peuvent plus participer au Concours de cette année : mais il est à présumer qu'elles n'au font point, malheureusement. perdu l'année prochaine I~ mtrite de l'actual: té. Je VOLlS cerais ::Ionc très obligé de les recommander à la bien v~ , lIance du jury d'admission. DU xv·' AU SIÈCLE Une .riche civilisa tion resplendit et s / e/t el.n t au coeur de l'Afrique L UHSQUE, au xv' siècle, l'empire manding fut à 'la fin de la période de son d.pogée, l'empire sonraï étuil à la veille d'atteindre la denne, ' L'empire son raï est le troisième gra nd empire de la boucl e du Niger. Héritier de Ghana et du Manding il fera s'épanouir. cette civilisation originale qui jeta un si vif éclat au XVI' ~ièc le et dont nollS avons vu se f ,rmer les prémisses. Alors Gao, T,ombouctou, Owalata, Djenné, devinrent des centres intellèctuels qui attirèrent docteurs et écrivains renommés du Maghreb. Des cénacles ~'ouvrirent. des universités célèbres où des éhldlants -blancs vrnaient chercher une formation supérieu:re au~ près de professeurs noirs. virent leur rayonnement égaler celui des universités de Cordoue el du Caire. Ahm~d i3ftbâ, le célèbre j m'i:;consulte tombou;:Ü:;n, etonna les Marocains par sa vaste culture, lors de son exil forcé dans leu,r pays. La qualité de cette cuHurte était telLe qu'ull jeune physicien toulousain, Anselm d'lsaJguier. ne se sentit guère dépaysé à Gaü, ou il resta huit an-s, ëOllt;Iluant ses travaux, Il se maria avec une jeune fille du pays qui ~jait loin d'être l1Ile ignorante. Le jeune couple alla s'installer ensuite à Tououse, en compagnie d'un médecin soudanais dont le ,grand savoi'r fit une forte impression sur ses confrères de France. Nous raconterons plus longuement leur histoire dans un prochain article. Environ cinquante ans plus t:1rd, en 1470, un Florentin, Be- , nedetto Dei, historien, diplomate et représentant de commerce de la maison Portinari, arrive-ra é'~alement:1 TombQuctou. La chose 1 ui j),lft!t si peu extraordinaire qu'il relata son, voyage en quatre lignes, ce qui .semble prouver, qu'à l'époque cela ne représentait pas un exploit Un Vercingétorix africain Pendant plus d'un siècle. cet \'ilisation soudanaise reçut un coup iuneste. Très peu cie maTWs- crHs· pllrent être sauxés, Parmi C~IIX qu: nous sont parvenus figurent l·ltibadj Ou recueil de biographies des docteurs de Tombouctou, d' Ahme.d Bâbâ, écrite au XVI' siècle, et trois «. Tarikhs l ou chroniques des pays nigériens: le Tarikh Es Soudan oeuvr,e; d'lLll lettré tombollctien, Abdherrama,n es Sâdi, qui le composa au début du XVII' siècle; le Tar,ikh El Fettach ou Chronique du Chercheur pou. servir à l' histoire des villes, · des armées et des principaux personnages du Tekrour, écrit au XVI" siècle par un jlirisconsulte Mahmoud Rôti. et enfil1 le Tdzkiret En Nizinn, ou biDgraphie des pachas du Soudan. qui fut écrit vers 1750 et dont l'autem est inconnu. Ces tarikhs nOl!'S ont aidés à retracee l'hist'lir,e de l'Empire son raï, à retrouver l'atmosphère de 10 vie d·autrefois. Ils sont. de nos jours encore, très populaires dans les villes et villages du Soudan. Et comment ne pas approuver ces Soudanais qui pe.nsent que ce passé glorieux ouvre de riches prrspctiv.es d'avenir? Véra CARDOT. ganlDlée contre caducée QUAND L[ Dr ,HIIT INSTALLAIT A STRASBOURG de , un musee A cranes II· ln fe' rl·e urs ". .. A u cours de l'année 1941 , le Dr August H!Ji, membre des S5, placé par le régime nazi à la direction de l'In stitut d'Anatomie de SI rasbourK, eut l'idée de constituer une colIl'ction de squelettes juifs pour démontrcr irréfutablemcllt l'i,Jfériorifé congénitale de la « racI' juive ». Unp telle initiative. si caractéristique de la perversioll de la 4: science .' nazie Ile pOl!vait que renconlrel' un écho favorable à Berlin. Dans son important livre- réquisitoire : « Croix gammée contre caducée » . le Dr François Bayle relate les divers épisodes de cette affaire, que la victoire des alliés empêcha d'aboutir, C'est dans les ta illes suivants que Hirt exposa SO rl projel il Himmler, son chef : '" 1. Rapport sur l'obtention de crânes de commissaires bolcheviques juifs à l'intention de recherches scientifiques ù l'U ni- , versitc allemande de Strasbourg. « II existe d'importantes collection!; de crânes de presque toutes les races et peuples. Cependant. il n'existe Cjue très peu de spécimens de crflnes de la race ji)ive permettant une étude et des co nclusions précises. La gULf re à l'Est nous fO llrn ;r une occasion de remédier à cette absence. Nous avons 1'0CL:asion d'obtenir des preuves s-cientifi( fues et tangibles, en nou!; procurant Ics CI âines des commiss, ures juifs holchéviques qui personnifient une humanité infér: eure, répugnante mais cnractéristique, l SUf!.géranl /Ille lIléthode pratillue d·organisation. il ajoutait: « Le meilleur moyen d'obte nir cette collection de crânes sans difficultés, consisterait à donner des instructions pour qu'à l'a venir, la Wehrmacht remette vivants, à la Police du front, tous les wmmissaires bolcheviques juifs. De son côté, la Police du front devra recevoir des inatructions afin de tenir constamment au courant l~n certain servk:e, du nombre et du lieu de détention de ces juifs capturés. il aura fI les garder jusqu'à l'arrivee d'un envoyé s pécial, Celui-ci, chargé de réuni r le matériel (un ieune médecin attaché soit à la Wehrmacht. soit il la Police du front. soit un étudian1 en médecine por,rVII d'une \'oiture et d'un c:onductèur) devra prendre une Sél ie de photogralJhies et des mesu res anthrop.ologiques; il devra s'assurer, autant que possible, de l'o rigine, de la date de naissance et des autres données peïsonnelles des prisonniers, « Après la mort d~ ces juifs, dont on aura soin de ne pas endommager 'la tête, il separera la tête du tronc et J'adressera à son point de destination dans un liquide COnservateur, dans un récipient scellé, spécialement destiné à cet usage. D'après les photographies. les meSt;lI'es et d'autres donn~es de la tête et du crâne lui-même, les recherches d'anatomie comparée et les recherches sur la race (I?assenzugchôrigkeit) sur les donllees pathologiques de la forme du crâne, sur la forme et la dimension du cerveau et sur beaucoup d'autres choses, .pourQuelle révélation que celle ront alors commencer... » d'un mouvement littéraire au coeur de l'Afrique ! Et comme elle vient jeter le trouble dan! l 'esprit de cellX qui admettent CJmme ent.endue l'infériorité des Noirs! Pourtant, il faut se rendre à l'évidence: plus de cent b:ographies de savants, de professeurs, d'éc rivains nous son,t parvenue,: avec la liste de leurs oeuvres, traitant ,entre autres de droit, dt: grammaire, d'astronoil1 e , de mathématiques, de médecine, d'histoire et de philosophie". Certains de ces professeurs sont inVités à ,ens.::ignu· dans les universités étrangères el l'on en, voit ouvrir des cours au Maroc et en E:~ypte, empire prodigieux dont l'orga-.-------...... ------.,....-------------------------------; .ni~atior. intérieure n'a rien. à envier aux royaumes chrétiens de la même epoque. avec ses ministères varIés, ses vérificatettrs Jt poids et mesures, ses agricultf:-uors, ses artisans. ses artistC!i, ses intellectuels et ses ,commerçants, va exetcer son hégémenie sur tout le Soudan Le' 27 février suivant, uTle note du Dr Brandt, fait connaître que Himmler a été « énormément intéresse» par les travaux de Hirt, {·t qu'il mettra à la disposition de celui-ci,« tout ce dont il a besoin ». Le 13 juillei 1042. ordre est donné cl flirt de Si! proCl/rer (( tout le matériel nécessaire il son travail de recherches li au camp cfe COnrenI,' atioll de NatzIVeiler. Un médecin soudanais à Toulouse ... D~ s voyageurs comme Léon l'Africain, ont Vil des bibliothèques pErsonnelles qui pouvaienlt attei ndre. deux mille volumes et l'effervescence que provoquait l'arrivée d'un ma'nuscrit qui se vendait plus cher que n'importe queHe marchandise 1 Des milliers d'étudian,ts, avides ete savoir, accouraient de tout le Soudan. fis venaient de o:'ntres int ellectuels secon-dai res comme Trndirma. Di J, Sa, 'KoIi'Cnzé. [l' r.:; lens études supérieures à Djenné et StlltOut à TomboucLO U. Là ils se trouvai-ent en contact avec des étudiants venus du Désert, du .lIr\aroc et d'Egypte, occidental. MalheLLtellSement, à la fin du XVI' siècle, le" armées marocaines, formées d'e la lie de de toute l'Europe viendront saccager et détruire l'empire 60n, raï· La résista~.ce du peuple fut admirable, La longue lutte de l'Askia Nouh contre les armées d'occupation est digne de figu~ rer parmi les hauts faits dé l'Histoire. L'Askia Nouh doit avoir pour les iJeuples soudanais la même valeur d'exemple, ~e même symbole Oe cOIlJ'age et de patriotisme. occuper la même pilce dnns l'histoire d-e son p'lys. que Vercingétorix ou le colonel Fabien, dans l'histoi're de France. Les bibliothèques furent détruites, les savants, les étudiants. tués Ol! dispersés, la ci- R ABEL AI S (Suite de la page 1.) core ces belles paroles qu'il fallit relire : « Ma délibération n'est de provoquer, ains (mais) d'apaiser; d'assaillir, mais défendre' : de conquester, mais de garder mes féaux sujets et terres hforéditai" es, es quclliis est hostilement entré Picrochole sans cause ni occasion, et de jour en jour, poursuit sa furieuse entreprise avec excès non tolérables à personlles liberes (libres). ~ L E messager dépêché vers Picrochole est Ulrich Gal. " let (2). Si la harangue qu'il fait à Picrochole est UIl1 peu trop cicéronienne, il importe cëPen!ant de la relire (XXXI) comme un modèle de bon sens et, d'humanité. ER vain opp06et- il )euT 'ancienne alliance traditionneHe à l'actuelle furie: « Quelle furie donc t'émeut maintenant, toute alliance brisée, toute amitié conculquée, tout droit trépassé, envahir hostilement ses terres, salis cn ri en avoir été par lui ni les siens endommagé, irrité ni provoqué ? Où est foi? Où est loi? Où est raison ? Où est humanité ? Où crainte de Dieu ? » L'ambassadeur conclut en réclamant le retrait des forces d'agression, une indemnité de mille besans d'or, dont le payement sera garanti pa'r otages. Personnellement, Grandgousier est plus conciliant que son ambassadeur, Pour éviter la guerre, il rendra des fouaces par charretées, L'énergumène voit dans ces concessions un sIgne de faiblesse et se contente de rrrendre fouaces et argent· « On n'apaise pas le crocodile » disait, de notre temps, Churchill. Il tient un Conseil de guerre où le lt:.[ de Menuail. le Comte Spadassin et le capitaine Merdaille. dont les noms sont ironiques, attisent la fureur et J'amb:tion de Picrochole et lui représentent le monde entier à conquérir. Le chapitre XXXIII est pour nous d'une actualité saisissante et récente. na/ure et complexion des Français qi/ils ne valent qu'à la première pointe. Lors il' sont pire; que dwbles, mais s'its séjournelll, ils SOlzt moins que fem/ Iles ». (XVI Il). Picrochole, dé::; espéré, s'enfuit vers l'IIe Boucha! d, et devient pauvre gagnedeniers à Lyon. Cr )NlBIEN nable la concion, ou discours tout cicéronien, que Gargantua a fait aux vaincus. et ' pa r lequ el il leur annon: e qu'ils les rend francs ri liberes (libres), laissant le royaume de Picrochole au.x mai,ns d'un fils en bas-âge, mais il se fait livrer Marquet el tous les mauvais Conseillers de ~ . icrochole, et ordonne ' d'inhlln: ,o' les morts et soigner les ble.;:i':s. Quant aux siens, il les récompt nsera largement, leur donnGnt des fiefs et à frère Jean tout le pays cie Thélème, « jouxte la ri\'ière de Loi re », pour y instituer sa religion (couvent), au contraire des autles et Se.IO.l ~'a dc\' ~c : , Fais cc que vOl"dras ». Ainsi, dans cette ('Cu,'re immortelle. Rabelais, devançant l~'l lcm'os, l'omme c'E:st 1 ~ rrivilè~" du f~~!1ie, offrait aux souveraili~ de son époque l'exemple du tyrar qlie ruine son ambition, et du bOI1 vieillard qu.~ .é}lui;e tou:; A cet effel, N'nt cinquante dépariés. spécialement sélectionnés ci AuschlVitz fUffnl trallsportés à Natzweilu, où ils turent asphyxiés dans tes chambres à gaz, Salis le contrôle personnel du commandant du camp, Joseph Kramer. Leurs cadavres, envoyés à Sirasb(lurg. deJlaient être découverts à la libération de la Fille, flirt Tl'ayant pas eu I,e temps de les faire disparaître. Nous voyolls là WIC illustration parlifUlièrement siTlistrc de la barbarie raciste. oui ne par! ifllt pas Ù ClIcher SOfl visage !;ideux sous le masque de la ~'C leJlce. Hirl a fui. il a pli éc,'wpper au juslc clzô/rmcnt· JI fait partie de ces CI iminels nazis dont la réhahiiitatiof/ ct 1(7 réutilzsation se pour:;uit fil Allemagne Occidenlaie. Il suffit d'évoquer n'imporle lequel de leurs crimes pour que s'impose à l'esprit le devoir sacré de tout antiraciste, de tout patriote: empêcher que les ar mes soie/lt rendues à de tels monstres. Chaque I~. . f :"",,,,,,,,,,,,,_'~~J vous retrouverez avec un. satisfaction accrue ible aux Rosenberg •••. Un livre subversif Que de travail elle a, la commlssioll des activ:lés antiamé: i({ d'Iles 1 Ne voilà-t-il pas que les rOll,, 1;t't's poussent leur entreprise de st;hVerSloll jusqu'à ... traduire la Bible. . 'C'est du moins ce qu'a révélé lin cfza~seur de sorcières émérite, M. Harold Velde. La der- ,~ nière traduction américaine des Livres Saints, tirée à 10 millions d'exemplaires, est, annonce-t-il, -_ d'inspiration communiste. Et il a repéré huit crypto-comnwnis•• !t;s parmi les traducteurs. - .... , - Dieu serait-il antiaméricain ? " Bandes ... La Bible traduite en bande:; IlIm,trees que do,nnent l'AU/ore et France-Soir est sans doute, ,elit-là, digne de foi. ~._ C'est la firme Opéra Mu/Uli 4lj répand à travers le monde cei évangile atlantique. J~e becca 'ne le cède en rien aux pin-up hollywoodiennes. David surclasse les premiers des jeunes premiers. Samson possè- ~, de unç musculature à rendre jaloux Tarzan. Quant aux amours ' .... du roi Salomon ... Plutôt tristes, ces comics ... C'était écrit ... ~-: .. Encore la Bible. Le New York 1/ ua Id Tribune lu,i emprunte 1I11 symbole pour symboliser le pacte Atlantique. Pourquoi pa,s, après tout? Sur ce dessin une arche de Noé (à réaction, bien sûr) bap' isée : Intégration militaire et '. - économique de l'Europe. Pour capitain~: l'oncle Sam. TARfF La passerelle attend les voya;,( eurs à embarquer. En lég ~ nde: Et les animaux elltrèrent un à un. Les a nimaux? C'est nous. Merci beaucoup. Entrer da ns cette galè re, ce serait pousser un peu loi n le respect des Ecritures. Des goûts et des couleurs Tout ce qu'il y a de moins triomphal, ce voyage en Europe des deux émissaires de la commission des activités antiaméricailles,' MM. Roy Marcus Cohn et David Gerard Shine. Ils ont découvert dans les bibliothèq ues des G./. en Allemagne, des tas de livres inspirés par les rouges· Exemple: Le Faucon Maltais, I:Homme Maigre, Nick gelltle- ET VOICI L'ARCHE DE NOE DES ANTIRAC ISTES ... Dessnné.e par. Jean Effel pour la 4e J our~ née Nationale, elle n'a rien de commun avec celle du New York Herald Tribune. (Voir ci-dessus) mail-détective, et autres romans policiers. qui n'appa rtelflaient jusqu'à présent qu'à la série noi re ou· à la série blême. Cruels 'gamins Réactions de la presse anglaise, lors du pasage à Londres des dC~lx inquisiteurs: Les chiens policiers de BroadIVay sont venus et parfis (News Chronicle) ... Ces gamins oulreCllidants bourrés d'autorité e~ d'argent (Daily Mail) ... Egalité Avec sa loi .sur l'immigration et les natural isations, Mac Carran se pose en digne émule de Mac Carthy. On chuchote à SOli sujet cette appréci.ation : « II est faux de di re q ue M. Mac Carran professe une haine particulière contre les Juifs et les étrangers, car il professe une haine égale contre tout le monde, sans distinction d'origine ou de race. Pas de passeport pOUl' Vénus Et le Daily Tel fgraph raconte cette petite histoire ql.!ri circule dans les couloirs de l'ONU: On sail que le gOl/l'ernement grec a offert aux Nat ions Unies /lIl bronze r eprésentant Zeus. Mais 011 asswe avec le plus grand sérieux que l'int ention originelle du gouv~rneme n t d'Athènes étai! d'offrir llne réplique en bronze de la Vén us de Milo. Il en aurait été dissuadé par ses représentants à Manhattan qui lui auraiènf' f ait savoir que la V é·nus de Milo ne pourrait jamais ent rer aux U .S. A., étant do nné que Jamais l es autorités d'immigration ne pourraient prendre ses ,empreintes digitales. « Vaq ue. d' antisémiti,~m e en' URSS :1, « pcg r omes dans les Démocraties Populaires », « retour aux lois de Nuremberg en Allemag ne orientale » .. ' Pes ~ antiracist es » .d'occasion avaient cru, par ces slogans, p ouvok enrichir III propagande guerrière. Et plouf 1 ... Apr ès le dénouement de l'affaire dES médecins tioviétiques, les 1'0 ilà qui chavi.l'ent dans llUr océan de calomnies. Avec éclat, la preuve est faite que ['an tisémitisme Tl'existe pas dans l es pays du socialisT1lf. A'l ors, que liant-ils dire? Battrant-' ils lel/r coulpe ? S'excuse r oTlt-ils ? . ... Valls pl aisantez' Ils lâchent de fai re oublier l eurs cqmpagnes ignaMes et r idicules· Ils üffi rT1lcllt " « NOliS ({l' ions r{/i~ son ». Et C{'(IX qui proclamaient la vérité, lis l es lié clarent '( disqualif iés JI. Le droit de tripatouiller Pour appuyel sa délllonstratian boiteuse (qui, sans cela, ne tiendrait pas delloul), Bernard Lecache a recours à l'argument suprême " le . tripatou illage des texi es. %-' La P ravda du 17 avril, écrit il, annonce que désormais, en Union Soviét ique toute incitation il la hai ne raciale sera sévèrement punie pa r la loi. ? Il met simplement au f ulur une phrase que la Pravda (du 7 avril) met au présent . Et il ajoute, pour plus de vraisemblance le mot « désormais ». D ès lors, ce qui est ulle citation de la Constitution Soviétique, lin pr incipe fondamental du régime, .devient un hy pathét iqL!e pr omesse. Par 'ces fYocédés, n'importe qui peut pl'Ollver n'importe quoi. Antiracisme électoral

- Des banquiers juifs Ollt hien

f inallcé H itler. /[ JI a bien eu des juifs collabos .. _ Un ju if, Relié Mayer, a hien libéré X avier Valla/ . Al ors, pourquoi n'y aurait-il Pd.;! des j uifs ail NP,.., hér i tier dè . Vi ch y, parti pour lequel J'an tisémite T rochu appl'lLe cl voter? Or dOll C, le sieur Moskollitch , ( ancien élève des lycées Cha;'" l emafIne et {Luri-I V » (a/tenfion, ne confondons pas ' ... )' etait candidat de M. de Gaulle. Les antiracistes, bi'en sIÎr ne s'y sont plIS trompés. ' Mais un journal, soi-disant allliracistt~ , Le: Droit lk Vivre /1'a t ro!Ivi' ql/'Iili c.ü!u/ie/ at' il monter en épinf(lt'. Li pres , Iller, (filant les élections, comml' /fil pourfendeur dt' racistes " le sieur Moskovitcfl . Dis-moi qui tu fréquentes ... Erreur d'adresse Dénonce; les Moskovitch, les juifs ql,i onl financi: Hitler, les l'Vila bas des ! judellrat » créés l'(1r les nazis, c'est évidemmeTlt Iit ter contre l'anlisJmitisme. Cette évidence ne parqÎt pas rq,oir frappé le Dro;t de Vivre. Mn er cette lutte, cela équi vaut, é t e nd~ il , à répéter les P rùtoco- 1 . des Sages de Sion. Cert es, les P rotoco les des Sas de Sion, ce faux monumen- 1 où s'abreuvent les antisémitfS, continllent d' être nocifs. La ctOire les recommande à ses Î/C teurs. Rivarol, Aspects s'en

  • piw zt.

Mais la Lica ne mène pas campi gne contre ces jO l/maux ni l'fntre les Xavier Valla t, ni ~onfrc Irs bourreal/x nazis. Elle préfère attaquer l es antiracist~ s . ~oll,~éqwellts et empêcher laTll te d action contre l'antiséntÎtisme. reprc:sen ent e mon e n .er a conquérir. Le chapitre XXXI II est pour nous d'une actualité saisissante et récente. Après avoir tué « ces chiens turcs et mahométistes » il se fera empereur de Trébizonde. Seul, un vieux gentilhomme nommé Echephron (en grec, prudent) a conservé sa tête su r les épaules et dit: « J'ai grand du g~ nie , offra it aux sOUVeraiJif de son épogue l'exemple du tyran qlie l'l1!nc son ambition, et du bOIl vieillard qUi ëpui~e tou:; les moyen,; de conci!;;\Î;oll avant (l'eilg-a'![f une gucrre, pur~111t~nt déîl?l1gi\'r" q:I 'i1 nh'ller 1 i::sq u'h la ,'ictoile final e. . Gustave COHEN, fleur que to ute cette entrepr' 5~ (2) Personnage rée' parmi d'autres ne sera semhlable à la Fa rce du semi- réels, comme Picrochole, et ficpot de lait duql1el un cordoua- lifs comm" Grandgousier. Avocat du nier s e- faisait riche par rêverie Roi à Chi "on, vers 1532, date de pupuis, le pot ve rsé, n'eut de quoi bbliiecno tiRona bed!ua isP aenstto g«r uealc t(uOenl v.)o.i t Ilc ofmut diner »" « Qui m'aime me sui- envoyé auprès du Par;ement de Paris V~! » co nclt ,t l'e tyran. pour défendre les inlérêts des marchands de la Loire dont Antoine Ra- DES lOI S, se déroule l'iné- bclois est l'avocat, contre Gaucher de vitab le guen~, menée pl r Sainte-Marthe qu'incarne Picrochole. Gargantua, revenu au . _ _ ____________ _ Mariage Nous avons le plaisir d':1nnoncer le mariage de notre ami. Maurict Feni gc htcin. du Com't~ dt scction du 1 Y" avec Mlle S\lIvie Ciu rariu. Qu'ils trouvent 'i:i les féli cita tio ns d les VOEl!X b; meill eurs de D ro:1 ct Liliert ll c~ du MRAP. vous retrou verez avec une satisfaotion accr ue « DE DEFENSE L A PA 1 X !?ellLlf I nternat iollale »

U. l'III' \ 'jvipnnp. - Pt\H IS-Z'

Directeur: P. COT Réd, en Chef : CI. MORGAN l';n vente dans t nus II kiu'lques : 100 fr. t\bunnelllenL~ : (\ IllOis 650 fr" l an 960 fr. eu C.C.P. 9;176-91 Paris LII rt'l'IIL 'lui f ait !r tO/lr t/1I rrlOi/Je. Reproduite en 13 langli,es dans 25 pays. pays, frère Jean, son principal ~apitainc, Gymnaste, Ponocrat( 3, Eudémon et les a'ltres. Grandgo'!Sier traite humaine- 111ent Touquedi llon, prisonnier, el J'interro~,e, lui remontrant (XLVI): ,~ Le temps n'est pl us iI'aill si con quêter les royaumes ava damages de SOli prochain frère chrétien. Cette Imitation des anciens Hereul:, Alexandre, Annibal, Scipion, César et au-r------------------ - - --------- I.·l'X tels, est cOI/traire à la plOfl'ss/ On de l'Evang :Je, par laquelle nous est camandé garder, saliver, régir el administrer chacun SES pays el terres, flan h ostilement envahir les alltres et ce qlle les Sarr asins et Barbares jadis, appelaient prouesses: 17Wl!ltenallt 1l0US appelons brigalldages el méchanceté. » Dure: et audaçieuse leçon pour les ROIS de France, qui avaient envahi l' Ita lie et pour CharlesQuint, cet autre Picrochole, qui allait pénétrer en Provence et parvenir jusqu'en Avignon. Les voisi ns offrent leur alliance mais Gargantua en les remerciant, dit : « qu'il composerait cette. guerre pa,r tel ;!n~in que hesoI/l ne seraIl tant empêche' de gens de hien . Il don ne l'assaut à P i:Î"ocho: le dans la Roche Clermauld qu'i l emporte, car « telle est I~ PE I N TURE Félicia PacaDowska (Cave-Galerie St-Placide) Est-ce modestie, sont-ce les difficult és éplouvées par tous les ortistese? Toujours est-il que Félicia Pacanowska, qui a déià participé à de nombreuses exposit ions et qui, après 20 années de travail, est un peintre dans toute la force de ses moyens, ~xpose à Paris pou r la première fois seulement. ,11 est vro! qu'en raison de son origine juive, elle était sous l'occupation dans l'impossibilité non seulement d'expo~er, mais même de peindre. De plus, les hitlériens lui ont volé t.,.,tes ses créati o~ s précédentes. Après avoir obtenu le diplôme de l'Ecole des Beaux-Arts à Varsovie, elle arrive à Poris en 1932. Depuis, elle ne fait que travailler, étudier et voyager. Malgré ses ottaches avec l'esprit de l'Académie de Varsovie, l'Ecole de Paris l' attira it depuis toujours. le bleu, l'ocre, le rouge prévalent, mêlés à beaucoup de tons neutres. Le sujet le plus souvent répété est la zone, l'homme de travail, le village. Combien attachnnte est cette toile représentant qllelques maisons groupées aUl toits bleus, entourées de tâches claires, ou la Vieille Femme, ou Je Pont de Dinan. Pacanowska a étudié la sculpture à Rome, d'oit, probablement, ce $8nl profond de la construction dans ses travaux, que caracté risent encore 10 sobriété, un dépouillement prononcé. DES ABONNEMENTS DROIT ETi.UBERTÉj A l'ec leurs activités méprisables et l eurs empreint es digitales, ils sont dans la sordido trar dition des jeunes grns stupides, dépourJ'u3 de bOIl sens, d'exp!!ric:: cl' et de conna issances (DaiIy Mirror)· "L'homme est un ou; à l'homme"' ... Scciéta ire des Artistes Indépendants . depuis 1938, du Troit en 1945, du Solon d'Automne en 1950, F. Poconowska prend port a ussi aux expositions

Arts grophiques Polonais, Grovure

Contemporaine, ainsi qu'à d'outres, manifestations artistiques .à Rouen, Amiens, Le Havre, Tours, Reims, Angers et à l'étranger : à Landres, à Rome, à New-York, ou Canada, en Austra lie. On ne peut parler de réoll5rlle en évoquant les oeuvres de Pacanawska. C'est une transposition du réel à travers un graphisme volontairement sec. Il ne reste qu'à désire. que ce graphisme, touchant porfai. à l'abstrait, ne s'y naie pas. On re~annaÎt très peu ou pas du tout dans les tableaux de Pacanowska qu'une femme en est l'auteur. Tania CARIFFA (Galerie Chardin) 10, rue. de Châteaudun, Paris ge Tél. : TRU 00·87 ntANCE et UNJON FRANÇAIS: Un un : 300 francs. PAYS ETRANGERS l.,n "" : .. 30 francs TARIF SPECIAL POllR LA BELGIQUE Comple ch. post.: 6070·93 Paria Pour les changements d adresse e.n\'oyer 20 francs et la nernière bande. Le gérant': Cb. OVEZA HEK. 5. 1.1'.1'\ ., 14, rliC tle Paradi •• PAlUS (X') Chasse tragique C'est grâoe au travail det; geas il la Cohn . et à la Shine que Il's Juifs et les Noirs sont consi dérés comme « SllSl)ects nume ro 1 » aux U.S.A., ainsi que l'indique une réc ente étude du Research Center for HWl1lan Relations (publiée par D.L.. le mois dernier). Il v a mieux. Etàlant avec fierté ses états de service, R. M. Cohn a souligné qu 'i l avait « pris une part importa nte à la condamnation de Julius et Ethel Rosenberg ». On perçoit là les ahoL:ot issements tragiques de cette chasse al/x sorcii!res· P.\H. ~()Jl j)l'ellli,'1' IÎ\'I'c' « Peaux Noires Masques blancs », Frantz Fi\NO:\ ~'illlp05(, C01l1me un a u ~llentiql1e rcri\'ain antiraciste. Il a j et(' dan~ CI'S page, le: ('1'i (\flulolll'.ClI:-;, du je,1I1f' .\ntillub alln!'clanl la « mère patrie» pO\11' \'l'ni:' heurtel' ,le l'ronl le 111\11' dt's pr"jugt's raciaux': en (,OlllIlIPnçanl pal' app rendr!' que son ent'ance. dPjà. a\'ail l\l( lrompeusemenl Ilerc,"e a\'ec des lli~tnires pOUl' l'nfanU, !lIanes. II s'était muni du : curricu lilln vitae »que I,t eivilisalioD Mline SO ll~ l' ps tampille de la t'lllturr. r.eppndant, le monde hlalle If' ('anlonnail clans sa «. "O UICII !' ». l't'nl'Ill'Illaii snll~ l'eHlcl1e dans sn nrgl'i tude. .\Irll'S . le j eune inlelleclul'I e~1 parti il la ' redécouverte dés sien~ : les civili,'alions noil'es, IR l)()(\sie noire. l'arl nègre. Mais lit encore l'in telligence maligne clu ' blanc eH " entll' II' ddogel' de ses roefug-es. Lui l'es tait-il d'aull'e~ i~~ucS CJue la résignation, l'imj1I'{'ca1ion ou le mimétismc .? Oui , répond , Frantz FA:\Il:\. et cet acte de romage l'st le {'iU' 1(' plus exaltant de son li\'l'e: « Je restai longtemps à pleurer et puis je me remis à viv re. » A vivre ct il vOllloir comprendre. Et dan~ lin€' analyse sel'- 11'(' CfUÎ ('51 -t' ft ml\me Ir'llIps r('quisitn il'c, l'ault'ul' ml'I il 1111 II' comporlemenl raci,,1 e j Il sqUt! èlans :cs t'ormcs les plus subtiles: paternalisle ou 110n enr nt ." of.l'iciel ml)me . .'\insi, par c~ qu')I ,a ppelle l'imposition cullurell jl, il Illonll'e les rayages qUO peu\·pn t. t'ai l'e aux Antilles. p~rexçJllpl p, II' sJ'mbo lii'me pue- 1:1 inq\us dans la littèratur(', les a 'ocia-j,iQns d'idées toates faites e t'ern1l;es dans les rsprits ci ct lS le langage. an, cloule ~a t'ormation d,c p ,'chonlysle in cline l'au tC·lI t' a : inlcrpr('ta lions suhje('t:ye ~ . .\ tS s'il l'ange nt\gl'tlpllohes el d iSt'lllit('s rtans les ,'ad; 'e ~ ,Il' pathologie menlalt'. il n' enme pa" pOUl' (',e ln ln Ill e' l'al' tii]lIl' du ral'i~ll1e flan, Il' r:lh~ t·t Illt'dic,al. Le réquisiloirf' n'II est lilllle1l1 ent affaibli, IIi t ]lat' delà le cri de l'IIOIllHle ,ieal'tclé. la clameur de s,es J'l'ères eSlllaves des plantalions colonial!',; ct Je sens de leur lutte. Kourri dc faits, so utelHI d'un bout ,', l'autre pal' le frél11i!'sclI1(' nl (\r I;t vie et ln. l'cchpl'('11C de la \"("ril (', ce Iiyre esl un acte d'uccusalion capable de troubl cr plus d'une « bbnne conscience ». .\fai::; F'mntz F:\ :\'O:"\ Je termine par un actc de foi el de con l'inne,' dans l e~ victoires J ~5 ilOIllIll('s fratel'llcls, qui lui confi're tOlile sa valeul' hu mainc : « L'homme est un oui à la vie, à la générosité. L' hlmme est un oui à l'homme. Pierre GERBAL. De. oe\lvres de Pacanowska ont été acquises par le Cabinet d'Estampes de la Bibliothèque Nationale, par la Ville de Paris, par. le Musée de St-Denis, celui de Rappervill (Suisse) et par l'Un-iversité de Varsovie. Et voici qu'à ICI Galerie St-Placide, nous oyons l'occasion de voir un ensemble de ses trClvaux (toiles, gauaches, pastels, gravuresJ d'une très haute tenu e. Pacanow.ka excelle dons la gravure, mais n'est ... eHe pos en même temps coloriste sensible, raffinée et ferme dons ses talles, dans ses postels ravissants, que l'on prendrdit sauvent pour des huiles ? L'intensité de ses couleurs rayonne par IIne Illm ino, ité intéliellre. 1.11 vert, Tonia Cariffa était artiste d. théâtre. Auj.,.,rd'hui elle écrit aussi de. poèmes. Elle 0 travaillé chez Dulin, joué au Vieux-Colombier. Mois 50 possion, c'est la peintvre. C'est kr première 'ais qlj'elle "xppse ses CHIvres et le public l'encouragero. Tania Coriffa a pris pour tftèn1e : le barrage de Tignes. C'm en jouant avec les contrastes qu'elle cherche surtout à construire. Le ton bleu domine. On aimerait voir 50 peinture plus âpre, Tania Cariffa n'est attirée ni par l'abstrait, ni por le surréali .... e. Elle aimo une peinture sentie. Elle cherche èi être sincère ce qu-i est une Iran .. de quollté. L'AMATEUR. • Cercle Volney : une importante exposition de, Marie Mela Muter. • A ta Galerie Benezit : Sarah Valcoboïnlc. ~!!!!!!!!!!!!!!!!"!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!I!!!!I!I!II!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!I"!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!II!!!!!I!!!!!!!!!IJ!!I!II!W!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! D R 0 .1 or 1 T LIB E RTl !'!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ___ ~I!!I _ !I!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!I!!!!!!!!!!!J!!QlZ!!!!!!!I!!!!!!!!!!I!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!I!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!I!I!!I!!!!!!I!!!I!!!!!!!I!!'!'!!! Professeur à l'Ecole des Hautes-Etudes religieuses, Directeur de la Revue Philosophique. // Il faut substituer le bon vouloir au ,. , // preJuge ... M. P aul MASSON-OURSEL, P rof,esseul' il l'Ecole des Hautes E,tudes r eligi,euses, directeur de la Revue Ph iloso phique, il qui nous avons del1lan rJc\ son point cie yue sur le problème du racisme et de l'antisémitisme, nous r épond : IMPOSSIBLE à un chrétien conscient de ne pas vénérer dans le juda'isme les origines de sa foi. Impossible à un moderne instruit de sous-estimer l'Islam, ce puissant monothéisme si connexe d'Israël, troisième expression explosive de la ferveur sémitique. Pourtant, Ignorance, pr~lIgé, ,rancunes. sans noblesse font de la Méditerranée le contraire de ce qU'elle fut : une synthèse médiatrice. Mais après les déch i,rements entre chrétiens, le juif Spi, noza gratifia l'Allemagne de l'enthousiasme romantique et la \ France d'un rationalisme plus riche que celui de Descartes. 1 Et les Musulmans jadis gagnèrent à l'influence occidentale 1 l'Iran, l'Inde, 'une partie de la Chine et de l'Insulinde. Le , 1 pêChé consiste en ce qu'on préfère le préjugé au, bon vou, loir. Le f'Ossé était moins profond à l'âge, si religieux, des Croisades. Bien entendu personne, à part quelques doctes, , ne soupçonne ce que nos loitains ancêtres ont dû aux Sé- 1 mites d'Egypte et de Mésopotamie. i Le Professeur TANON Membre de l'Académie de Médecine "Dans Chaque SOCiélé,Uous les hommes OUlles memes droits elleS mImes deuOirs" . Nous avons reçu, d'aulre part, ces quelques lignes dL: Dr Louis TANON, de ]'Académie de J.l édecine : Vous me demandez un avis sur les questions de racisme et d'antisémitisme. Je considère que la question n'a pas beaucoup à être discutée. Tous les hommes ont, en principe, les mêmes droits et les mêmes devoirs dans les sociétés qui les ont reçus ou qui les. protègent. . *20 mai 2011 à 10:11 (UTC),20 mai 2011 à 10:11 (UTC)~~"""~""""""~"'~,~,~"~~ La presse maurrassienne: Vrais et faux antiracistes une .I-nsulte a~ ~... ~ la France, L A libération et la réhabilitation des médecins sovié- cist,eg sont réhabilités les un~ tiques injustement accusés; les poursuites engagé.es après les autres, tandis que la contre leurs accusateurs; la condamnation par la presse de haine raciale poursuit , t 1951 C tt d . . 1 ses campagnes infâmes. l ', fut un temps où, comme Le « bolchevisme », ainsi que tre~en en . . e e . erlllere presse soviétique de tout acte VIsant à suscIter a les reVlles pom ographi- tOlite idée progressiste et dé- feUIlle se reclp n~e. sans. vergo- haine nationale ou raciale, ont donné raison au MRAP, Aux Etats-Unis, les J\1ifs et . ques, les publications vi- l110cratique sont é ~lid.emm e nt gne du « socialisme-natiOnal » qui mettait en garde l'opinion publique contre tous ceux les Noirs sont les 4: suspects nuchystes se voyaiellt interdire « )'uifs » pour les di SCiples de et proclame que cette doctnne, 't d méro i », comme le souligne l'affichage aux kiosques à ,'our- Goebbels, ·et ils ne vont pas pa. r ca. mouflag.e t.ransparen t .d l! « na- qui menaient une campagne tapageuse sur un pre en u une e. tu d e 0 ff "IC le Il e, t ra d.ull· t e en naux. Après l'agression .antisé- trente-six che"!ins pO.l!r. l'afflr- t/Ona 1- SOClp 1! sme » 111 tl el/en, es t antisémitisme en Union Soviétique. France parI es se'rvic es de w-'n"i"' tlmite des nervis maurrasszens en mer : La doctnne sovietique est « le derlllei espoir de 1 Europe Pourtant, les calomniateu rs si un aventurier, ur. ennemi du mentation du gouvernement. Et pleins Champs-Elysées, un dé- juiv e dans son origine· .. Le pro- et de I~ r~~ e blanche ». de l'URSS ne se tiennent pas régime a git da ns ce sens d'une les Rosenberg, malgré les preucret leur enleva le drol't, pen- C, ar la resl.de le fond du pro- " 1 t ves de lewr innocence, sont toupour battus. Ils c herchent à fai - ma nl ere que conque, ses ten a- d 1 h ' dant quelques semaines, de crier ble,!,e. Ces ,ofrni:!u~ ,!,.ett ent le . re croire que la libération des t ives sont ir rémédiablement jours s ous la menace e a c alleur feuille. dans certains quar- racl~me et ~ antlsemlflsme , au médecins leur a donné rai son. vo ué es à l'échec: démasqué aus- se élect,rique. tiers... s~rvlce de. « 1 Europe », de l an- s itôt, son crime est puni comme En Ang leterre, la démocratie Ces temps de restrictions tlcommumsme le plus fan.atlq~e: un crime contre l'Etat. s'accommode fort bien des ban- (si minimes soient-elles) sont ré- comment pourrazenl-tls etr.e ln-. PA R des de Mos ley, qui attaquent.et volus. t~rdits al.ors qu'!ls. servent: à Albert YOUDINE EN France, pa r contre, un pillent les synagogues. C'est au grand jour, mainte- bl~n des eg'!rds, 1 Idee de « l ,!r- Xavier VaIlat, responsa- Qua n t aux ,~urreaux nant, que la presse infOme cr~- mee europeenfl:e , et certu/~I1.S Membre du Bureau National ble de la mort de 120.000 . 1 t é ~., che ses insultes, souffle son pOI- aspects. ~ssenlIcls de la pO.JlI- du ~ujfs, se p romène libremen t, d'Auschwitz, i s son r armti son raciste au visage de la que offICIelle? " M.R.A.P. ecrit des articles, organise des s ous le couvert de l'armée eu- Fran et. Les publications de hai- Certes, les Franr,il:;, li/ms u u,r réunions, et peut espére r, après ropéenne. ne croissent et se multiplient. Et lr. :'l'ht ble, repousse,11 a; ec 1'1('- le vote de la loi d'amnistie, rc- Oui, les honnêtes gens que l'on elles font preuve d'un sans-gêne pns I~s appels de c.ette. presse Ils voudraient ai nsi masquer d ~ven i r dépu té, voi re minist rc, voulait exciter contre. l'Union qui évoque les jours sombres de hm.ne ~t de spng. MOIs. on n ~ lel'.r défaite et faire oublier leurs à J'exemple de Boutémy. Soviétique, que l'on dressait de l'occupation. saurmt .nler qu ~Ile contrIbue a :nensonges. contre le MRAP font mainte- As pects de la France a été encourager et a. renforcer [es Or, ils se trompent l0urde- Charles Maurras, libéré, a pu na nt la compar'aison et tirent les condamné en diffamation pour ennenll.s de la .Republlqu~ . et de ment s' ils espèrent y parvenir. continuer tranquillement sa be- conclusions qui s 'impos.ent. avoir écrit que les Juifs - et la paix! nervIs. et polLtu:wns. Les honnêtes gens se ren rlent sogne sang lante d'excitation non pas Hitler - ont provoqué EII~ doit donc etre .com~attue compte, aujourd'hui plus claire- contre les Juifs, jusqu'à ce qu'il la denziëre guerre. ac tlv~ment p'!r les republl calns !11ent que jamais, que toute ex- meure, dans son lit· C t t t unammes, qlll ont, tous Uni S, le citat io n à la haine raciale est Les antisémites vich ystes, les son e thrne,menes onfagveo nr~. s Ee t pleo u~)o aunr - pouvoir de lui imposer silence . eH lue en Union Soviétiqu t. Et exécll+ta nts nazis des crimes ranal de Maurras ajoute, avec la r-------------------------____________ . _______ ... même audace que les Juifs sont responsables de toutes les futures guerres et de tOlls les malheurs de l'humanité, C'est écrit noir sur blanc: Les pires mal' he u,rs du monde, et la rupture Charles MAURRAS . des équilibres de fo rce pénibfement atteints pa r les civilisat ions de l'Occident, ont p resque ' üuj ours eu pour ca use accél ératri.: e la dynamique jLlive, le mouvement sing ulier et incontestable de la nati on jui ve rebelle à la chrétienté (27 .2 J953). g ressi sme de Roosevelt était naturellement animé, habité par les intellectu els jouifs (16-1-1953). Isoler les Juifs pour diviser la nation afin de mieux la maîtriser j présenter comme le problème central de l'histoire l'existence des Juifs, afin de masquer la lutte entre les forces de réaction et de progrès j rendre les Juifs coupables de tous les maux pour dis,culper les véritables criminels, tel a toujours été, tel reste le rôle de l'antisémitisme· VERCORS :" La ~ preuve est faite que l'antisémitisme est impossible dans les pays du socialismej" Au cours de cette campagne belliciste sur 4: l'antisémitisme en URSS ;p, les dirigeants de la Fédéra~i?n sioniste de France, les dIrIgeants de la Lica, Bernard Lecache èn tête, les journalLstes de FrancTireur et du Populaire se sont particulièrement distingués. Ils se sont hâ tés d'organiser à la Mutualité, sous la protection de la 'police, un meeting de « protesta tian » Où ils se sont fait les émules des ,pires excitateurs à la haine. L'AFFAIRE FINALY Avec de faibles variations, Riva rol, Ecrits de Paris, La Victoire, etc., développent ces mêmes thèmes. Mais il faut une mention particulière à deux nouveaux- venus: Défense de l'Occident, dirigé par Maurice Bardèche, apologiste des camps de la mort ; et Fid élit.é, organe du « Mou vement National Cïtadelle », groupant les gangsters antisémites au plastic qui s'iIlus- M, Vercors, présdent du Comité National des Ecrivains a prononcé, .i la récente assemblée générale de celfe organisation, un important discours, puUié par les Lettres FrançaisE:s, où il fit justice des campagne,o de calomnie dirigées contre t'URSS et les démouati(s popl: laire .~ . Il a déclaré notamment : sonnes qui , pourtant, a ura ient ElU bien des raisons de me mécomprendre, s ont là pour me rassurer. Comme 'aus.si les refus obst'inés du Figaro littéraire de me permettre de m'adresser à ses lecteurs pour réta bl ir les fa its dans leur véritable jour. Ref llS que son rédacteur en chef a ccompagnait de lettres de plus en plus ins ultantes à mesure qu' ils éta ient plus diff ic iles à justifier dans la toute simple honnêteté. Le bouquet, vo us le conn a issez: c'est le t p;omphe de ces gens-là 'avec l'a rti cle de la Pravda. Nous voici , paraî.t-il, tous déshon0rés p arce q ~: e la Pravda donne raison à cellX qui n'ont jamais admis que le racisme pouvait victorieusement fleurir en pays communiste! Nous sommes déshonorés parce qu 'au lieu de les condamner en termes tonitrua nts, nous nous .sommes contentés d' inviter solenn ellement - ce qui ne manqua it pas, pomta nt, de présompti on - les gouvernements des pays où la loi punit l'antisémitisme à ve iller à ce Cjlu 'elle s'appJ: que. La Pra vda, répondant à notle co nf ia nce, no us fait écho, a l o ~s nous voi là déshonorés. Je pl a ins le chi en, s'i l exi ste, du rédacteur en chef du Figaro littéraire

on sa ura très bien le

Ce meeting, comme d'ailleurs toute leur campagne, n'avait rien à voir avec la défense des médecins honnêtes, ni avec la lutt.e contre J'antisémitisme. Ce ne fut pour eux qu'un prétexte 'de plus ,pour s'associer aux campagnes antisoviétiques, pour appouter une c()(ltribu~ion à la guerre froide. Albert BEGUIN: Jules ISAAC: "Que justice soit faite" L'historien Jules ISAAC, auteur du livre Jés us et Israël, nous adresse, en ces termes, son point de vue sur l' affaire Finaly: Car 'si la lutte contre l'antisémitisme et le raci~me les 'intéressait vraiment, ils ne manquaient pas d'occasions de le prouver, et ce, depuis longtemps ~/ Dénonçons déjà . to~t regain de l'antisémitisme" A u poin t où nous en sommes, on est en droi t de cra indre que to ute action concil iat rice ne soit vaine. Rien n' indique, de la part des autorités ecclésiastiques, la volonté de mettle fin au scandale que constituent l'enlèvement, le transfert en Espagne et la séq uestratio n dans ce pays des enfants Finaly (fût-ce avec leur consentement). cassati on n'étant pas suspensif, cette attente même est une révolte contre la loi ; c'est accepter que la justice f rançaise soit p ubl iqu ement bafouée par des membres du clergé, citoyens fra nça is. Ce qui est g rw e f!t met en cause tOtit le problème de.s rapport" de l'Eglise et rie l'Etat, qu 'il faudra examiner de 'Jouveau, et à fond. Les candidats .·.Nous sommes désormais en possession de tous les éléments pour nous fa ire une opinion sincè re, exacte, et sa ns pa rti pris. Pu isque s i certains d'entre nous ont pu nourrir des inqui études devant certains faits d'a spect raciste, Slllvenus .dans les républiques socialistes, c es inquiétudes, l'article de la Pra vda les~, ----- ---noyer .. . A la ,libération de Xavier Varlat, c'est le MRAP qui orga/lisa dans le pays les meetings. les délégations, les protestations de toutes sortes· Eux étaient absents. Nous donnons ci-dessous, avec l'autorisation de l'auteur, qud ques extraits d'un article de M. Albert BEGUIN, directeur de la reV /le Esprit : I L faut rappeler d'abord q ue la réflexlÎon du c hrétien ne saurait, sans les conséquences les plus graves, néglig'ef le ~ !ltrictes exigen~cs de ·Ia conscience civique. Nù!:s .,vons sous la loi d'un Etat laïc. Trop de chrétiens - l'a ffaire le montre bien - considèrent cette ~, tuation comme une situation d~ Peut-être ces a uto rités attendcnt- elles la sentence de la Cour de Cassation, qui est saisie de l'affaire? Mais le pourvoi en .-- L'Eglise a eLl g rand tort de laisser s e développer L1ne telle aventure, au mépris des droits les p lus sacrés, ceux des parents martyrs, et au risque de s'aliéner les sympathies des esprits les plus conciliants, les pll!1S tolérants. Elle n'avait qu'un mot à dire pour l'arrêter; il Est encore temps: le dira-t-elle? de Vichy a maintenant dissipées. A supposer que ces faits relevassent réellement de sentiments antisémites c'es t le gouvernement même de l'URSS, LES élections municipales ont été, après le président même de la pour la presse vichyste, une oc- République tchécoslovaque qui casion de proclamer leur hostilité les ont condamnés, ces sentiau régime républicain. Eligibles ou non, ments, sans équivoque. les revanchards en ont cependant pro- La question est donc moins fité paur accentuer leur agitation. Le mal est dons le suffrage uni- que jamais de savoi·r si, oui ou versel et le parlementarisme clairon- non, il est concevable qw'un ne Ecrits de Paris Etat communiste puisse admet- QI/ont cà La Victoire, qrgane d~ tre, ,même exceptionnellement, « République autoritaire soda liste et l'existence en son sein de meplébiscitaire ", qui recommande ins- sures antisémites: cela n'est ni tamment cà ses lecteurs le faux docu- possible ni concevable pour un _ __________. I_ dml.e. .n. :i raci!:,e L~,192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:11 (UTC).. c. ~oles _d_es _S_age_scl _L.la v-.raimen. c.ommuais 0 ceJUL Les de la co •• enlaires presse ., . sovietique Contre l'exécution des Sept de Martinsville et de Willie McGee, c'est le MRAP encore qui a mené l'action. Eux étaient absents. Il est vrai qu'après l'exétution de McGee, la Lica. qui s'était La réhabilita lion de5 m(;clecins ... De pareils actes criminels tue jusqu"alors. a eu le cynisme arrê tés et inculpés il tort, a (-té n'ont pu rester longtemps :gno- de lance'r une souscription en falargement commentée par la " ér. et impu'nis, car le gouverne- veur de la veuve et des onphepresse ~o yi é t i qll e. ~o u s donn ons ment soviétique veflle à la sau- lins, patronnée par. des fen$ ci-d esso us quelques extrai ts des vegafde des droits des citoyens qui avaient refusé d'intervenir ar li cl.es parus dans le, j ours qui de notre pays, se soucie de ces pour saliVer le je\lne noir inno- (11'[ ~lIi\'i (' e t aete ('c la lant d û droits et punit sévèrement, sans cent. . " justice : tenir compte de leur personna- Ils' étaient abser.ts aussi dans • Des aventuriers méprisables lité et de leurs fonctions, ceux b ta' le coht e la libér . n •_ _ _- ..... ~ _~ _~~_tli u-Ï Ant :~~:.:.II_Ul....!dJillf'Iill~~Iills..,!g....!!~UlJillJl!_ ____ II sous a 01 un at aïc. rop ai s le pourvoi en temps : le dira-t-elle? de ch rétiens - l'affaire le mon- ----------- t re bien - considèrent cette ~,tuation comme une situation dl:! fo rce et ôe c~oient auto ris ,; (J la « il. crner .' l'v ps les foi.;, que la chose !Jill ,j' possible· Un a rrêt de justice ôte les enfa nts Finaly à la tutelle de Mlle Brun pour les donner à leu,r famille. Ces enfants doivent donc "être retrouvés ... La q uestion p rimitive s 'est compliquée du fait de la désobéissance aux lois, de l'enlèvement et du mensonge. Nous devo ns dénoncer to ut prétexte donné à un regain d'antisémitisme ... A la p resse d'ext rême-droi te, qui cherche à exploiter l'affai re dans un sens antisémite, il fa ut répondre par le raRpel de ces li gnes de Léon Bloy' : « L'a ntis émitisme est le so ufflet le plus ho rrible que Notre-Seigneulr ait reçu dans sa Passion qui dure toujours; c'est le plus impardonnable , parce qu 'il le reçoit sur la Face de sa Mère et de la de la liberté des ch rétiens ... L'hypocrisie des bien-pensa nts nous écoeu re lorsqu e, une fois de ,plus, ils dissimulent les mobiles pass ionnels de leu r particularisme re li gieulX sous les fa uxs emblants d'un patr iotisme de drcons ta nce. De même q u'on il1voque la co ntinuité de l'éducation à donner à ces enfa nts et que, dans I·e même temps, on les promène de collège en collège, sous des identités va ria bles, de même, pour leur garder soi-disant · leu r nati onalité· f rançaise, on ne trouve rien de mie ux que de les fa ire passer à l'étra nger! D'ailleurs, l'Etat étran ger dont on soll icite la haute protect ion n'es t .pas n'impm te quel Etat. C'est l'Espagne de Franco, tout heu,reuse de p rendre la défense de la liberté des chrétiens L'Amitié J·udéo - Chrétienne: . / / De telles pratiques devraient être impensables Il M. Edmond FLEG, à qui nous avons demandé également son opinion sur l'affaire 'pina/y, nous transmet une déclaration du Comité Central de l'A mitié JudéoChrétienne dont il est l'un des co-signataires. En voici le texte: Robert et Gérald FINAL Y LES membres souss ignés du Comité Central de l'Amit ié j udéo-Chrét ienne, réunis le 26 mars 1953 et agissant ès- qualités, plus que jamais attachés .à cette amitié plus que jamais .nécessaire, décla rent: 1. Le baptême adminis tré à des enfa nts contre la volonté de le urs parents constitue une atte ·inte essentiellen1ent co ndamnable a ux droits de la fam ille comme de la pe rsonne humain e. et ne justifie aucune mai nmise su r de tels ba ptisés; 2. La chaîne des compli cités g râce auxquelles les enfa nts a ins i baptisés ont été soust,rai ts à lem famille naturelle et conduits au delà des front iè res fra nça ises a urait dû provoquer la réprobation un iverselle ; 3. T outes mes ures devra ient être p ri ses par toutes les autorités compétentes, tant reli gieuses que c iviles, pour que les enfa nts soient rendus à leur famill e, sans aucune condition p r éalable, et que de telles pr·at iques deviennent désormais impossibles, et même impensabl es. jacque MADAULE, président, cathol ique ; Edmond FLEG, vice- prés ident, israélite ; Pasteur LAURIOL, vi ce..,prés ident, protesta'nt ; L. ZANDER, vice-p rés ident, orthodoxe. Spirituellement le des tin de.-------- plébiscitaire _, qui recommande ins .. tamment à ses lecteurs le faux document raciste Les Protocoles des Sages de Sion, elle renchérit : ... Sur quoi, lecteurs, vous me demanderez le remède? 1/ n'yen a l'J'un : la recette du 18 Brumaire : quand la médec ine est impu issante, la chirurg ie s'impose. En attendant le coup d'Etat de leurs rêves, Rivarol, Aspects et La Victo ire appellent leur. fidèles à « voter utile » . Votez p our les candidats gaulliste ! lance le collabo Trochu, antisémite notoire, qui souligne ainsi l'alionee désormais officielle entre les troupes de De Gaulle et celles de Pétain. , Nous relevons sur les listes de Paris "n certain nombre de soi-disant « nationaux ) qui se sont illustrés maintes fois par leur racisme et leur antisémitisme. Citons, par exemple : Pierre TAITTI NGER, fils de son père, le sixfévriériste, inéligible; Jean-Louis VIGIER, ex-rédacteur en chef de l'Epoque, le journal qui publia en 1947 une enquête sur u la médecine envahie par le. métèques. ; Roger BINET, ancien Waffen SS, auteur d'une Théorie du racisme et chef d'un groupe de ne, ... vis qui attaquèrent au plastic le. magasins et les demeures des Juifs ..• Dan. les ca. où ne se présentent pas des hommes de main aussi caractérisés, les journaux vichystes appellent évidement à voter pour les candidats que patronne le couple PinayBoutémy. La France a répondu à ces appels. Elle e infligé des pertes sévères aux hommes de Vichy et de la réaction, à leurs protecteurs, à leurs ami., et à leurs complices. eXls ence en son selO e mesures antisemites: cela n'est ni possible ni concevable pou r un Eta t v raiment communist,e, ceux qui l'ont to ujou rs su et toujou rs dit ont reçu' la plus éclata nte des conf irmations ... je su is de ceux qui n'ont pas accepté de croire sans preuves que les République sociaHst,es pussent déchoir a u point d'adopter l'erreur immonde du racisme. Pourtant la s eule crai nte que cela fût simplement possible - et les mots « d'o rigine j uive » poulvaient auto riser cette cra inte - me poussai t à m'ass ocier a u dési r ma nife sté par Serge Groussard d 'en discuter avec nos cama rades communis tes, à c ondition que ce qu'il dés irait fût si ncèrement la lumière entre nous. Et je le lui ai dit. Mais je lui ai dit aussi que s'il continuait d' exiger, n{ln une discussion impartiale, mais que sa cond amnation violente fût immé- . diatement mise aux voix, et à i moins qu 'i l n'apportât les preuves incontestables qu 'il p rétendait avoir, je proposera~ s alu Comité directeur de s'y opposer .. , Heureusement - et toutes proporti ons gardées! - l'exemple des avatars d'un Romain Rolland « au-dessus de la mêlée », comme aussi quelques témoignages très précieux de per- "Rivarol" contre le sens { Il Y a enco re, heureusement, quelques Dr ~la l a n de par le monde, pour se mettre en t ravers... du trop fameux ( sens de l'Histoire» ! Ils y laisseron t peut-être leur peau, mais non leur couleur. » Ainsi s'exprime Riva~ol , qui, saluant la victoire des racistes aux .élections sud-africaines, en profite pour exciter au racisme, en France, contre les étudiants d'outre-mer. « Au Quarli er Latin, écrit la feuille vichyste, les sédentaires changent d'avis; ils ont comces deux enf.a nts peut être fécond: avec la g râce de Dieu, il est possible q u' ils atteignent à une ha uteur où, mystérieusement, ils concilieront dans leur Ipersonne le meilleur des deulX familles spirituelles a uxquelles désormais ils a ppartien nent, et qu'en eux se renouvelle l'union des deux T es tamen ts ... LES CRIS DE HAINE DES RACISTES Quant à no us, à l' intérieur de l'Eg lise, en respectant le rythme de sa ma rche dans le temps, no us sommes lib res de s ouhaiter que la p résente t ragédie inaug u re une nouvelle r éfle xion : fût-ce à t rès loi ntai ne échéance, t out doit être mis en oeuvre pour que ni de près ni de loin on ne songe ,plus jamais à fai re des chré tiens de fo rce. Nul ne peut faire que ce d rame s oi t non advenu, mais il est permis d'espéifer qu'un 'temps viendra où il ,ne p ourra plus surgi r d' « affai, re Finaly » : non pas seulement pa rce que force restera à la loi civile - chose à la fois m'!cessaire et insu ffi sante - mais pa rce que les chrétiens, inst ruits par l'expér ience présente, ne rel nouvelleront pas les mêmes im- L ~r u den ce.s: _ _ _ Â L'HEURE ~ù ' nous mettons . sous presse, des dépêches annoncent le prochain retour en France des enfants Finaly. Ce n'est pas la première foi s, et ,rien ne pe rmet de croire que cette affaire recevra dan. l'jmmédiat une solution satisfaisante. L'attitude d'une partie du clergé catholique, défiant la Justice française, la passivité des pouvoirs publies, incapables de ,,"soudre ce ,problème, ont permis le déchaînement dans le pays de violentes, campagnes antisémites. Le collabo Ybarnégaray a donné le ton avec sa tapageuse proclamation

Allons- nOlis acccp-

1er que des Juifs et la presse

\ leur solde insullent et poursuiv

ent de leur haine d.es religi eux et des prêtres? ... Allonsnous accepter, en un mot., gi,ns!:'!oël fass,e la loi dall~ n o tr~ gouvernemen t, notre Assemblé.e et nos prétoires? En fait, le gouvernement et les autorités jUdioiaires n'ont pas réagi à de telleS! ignominies, et tout se passe com.me si la loi était faite pour Ybarnégaray et ses pareils. Rivarol, Aspects de la France, Ua Victoire, Ecri ts de Paris, etc. ont bruyamment app:laudi à ces provocations. Et ils consacrent à l'affaire des oolonnes et des colonnes de calomnies. visant à dresse.r l'opini?n contre les Juifs. Leur méthode? Identifier aux Juifs la justice française et tous les Français qui réclament justice

crier. pour faire diversion,

au racisme des Juifs. Généralisant leurs conclusions·, les feuilles infâmes étalent largement les thé mes classiques de l'antisémitisme : on avait rarement vu la haine se donner (!ours aussi libremenh Nous ne po uvons accepte r, écrit « La Victoire » , qll'1l y ait chez nous des gens qui profi lent de la citoyennelé fra nçaise et qui se révèlent être à tout propos, Juifs ayant lout. Aspects de la France qui ressort, à l'occasion, le slogan de la double na tionalité des Juifs, publie les menaces .Iancées aux Juifs par le gaulliste Rémy: Il n'y aura plus en France de «Mademoiselle Brun» pour, dans des circonstances semblables à celles que nous avons connues, et qui PEUVEN'l' FORT BIEN SE REPRESENTER DEMAIN, remplacer dans sa charité l'admirable femme qU'on a jetée en prison ... L'a.p,pel au pogrom est à peine caché, de même que dans ces autres phrases d'Aspecls de la France: Nous avons affaire il des hosLilités déclarées ... At- on mesuré quelle serai t la 1'é; Y~~ Le qe la, ~onscjenc e ~!! Lionale française, si ce scandale (la justice, N.D.L.R.) était co nsommé? Quant à Rivaro l, il parle des provocations racistes des ennemis de l'Eglise et proclame qu' un racisme étranger aussi insolent ne doit pas ayoir dru;t de cilé en France. Ce rapide échantillonnage montre assez quelle exploitation a pu, faire la presse spéciali'3ée, d'une, affaire qui n'aurait f,as dû quItter le terrain judiciairt', et où il est fait si peu de ras des droits de l'enfant. Heureusement, des hommes de touteb religions, de toutes tendances ~nt pris vigoureusement position pou,!, contrecarrer ccs tentatives d'empoisonne!' l'atmosphère. Mais que de telles tentatives a·ient pu voir le jour devrait inciter tous. ceux de qui dépend, aujourd'hui, une juste solution, à prouver par les actes qu'ils entendent couper court à gette honteus@ ilropagande. justice • Des aventuriers méprisables du type de Rioumine ont essayé, par une enquête truquée, d'attiser dans la société soviétique, un te moralement et politiquement pa:r les idées de l'internationalisme prolétarien, des sentiments de haine nationale profodément hostiles à l'idéologie soviétique. Le Professeur HADAMARD: " Comparez avec 1'affaire Dreyfus" ... 1\1. le Professeur Jacques Hadamard, membre de l'Institut, répo ndant, le 9 avril, à une enquête du Figar~ a déclaré: Il n'y a pas de nouvelle orientation de la politique soviétique. C'est toujours la même ... En ce qui concerne l'épilogue du « complot des blouses blanches », permeH.ez-mo.i de vous répondre par la bande. Il s'est passé une affaire analogue en F,rance et un ,nnocent est resté cinq ans en prison; le pays a été mis à feu et à sang pa.rce que le gou.vernement ne voulait pas reconnaître son erreur ... de l' Histoire pris qu'ils avalent de la malnd'oeuvre en Slu'nombre dans cet apport boursier de l'c}lltre-mer : faiseurs de ballets bouguy-wouguy et d'anges métis, sou te m~ urs, pari-mutuell is tes acharnés, poètes senghoriéns , à l'afffIl vraiment de tou t ce qui n'amèn,e pas de cal dans le creux de la main. » Ces Ignobles calomnies, dans un style qui ,rapp'elle celui du Sturmer dénonçant la « négrification » de la F·rance, ont un objectif bien déterminé. Elles contribuent à la campagne qui vise à priver de leurs bourses la majorité des étudiants d'outre- mer, dont les étlldes, pourtant, donnent les ,résultats les plus satisfaisants. Il s'agit, contre l.e sens de l'histoire, préoisément, de dr·esser les' .étudiants blancs contre leurs camarades de couleur et, en définitive, d'empêcher les peuples coloniaux de s'instruire, de prouver qu'ils sont les égaux de tous les peuples'. C'est ce que souligne Rivarol dans un autre article, lorsqu'il dénonce les ravages de l'humani, tarisme. qui ont abouti à la suppression ~e l'esclavage. Les étudiants et tous les démocrates ont S!,l' déjà répondre à de telles pro,vocations. Ils y répondront encore ~t sauront faire taire Rivarol et ses semblables,. droits et PUnit sévèrement, sans tenir compte de leur personnalité et de leurs fonctions, ceux qui ont recours à l'arbitraire. (PRAVDA, (j aHil 1953. ) • I,.a Constitution soviétique défend l'égalité des droits de tous les citoyens, indépendemment de leu!' nationalité ou de leur race, et dans tous les domaines de la vie économique, culturelle, sociale et politique. \ Toute limitation directe ou ind irecte des droi ts ou, au contraire, tout octroi de privilèges en raison d~ l'appartenance raciale des citoyens, ainsi que toute propagande de discrimination raciale ou nationa·le' sont bannis par la loi. ... Dans les pays capitalistes, où l'on va à l'encontre de ces principes, les réactionnaires qui exploitent la classe ouvrière suscitent des haines nationalistes en propageant le chauvinisme et la disc.rimination raciale. Les pays du socialisme, eux, développent l'Idée de l'égalité entre les peuples. (PRAVDA. 7 avril 1953. ) • La Constitution soviétique, fondée sur les principes du social isme... accorde à tous les peuples qui vivent en Unlon Soviétique des droits identiques dans toutes les sphères de la vie ,économique, administrative, culturelle, sociale et politique ... En URSS, tous les citoyens Jouissent de droits égaux. Ce ne sont ni la situation de fortur;le, ni l'origine nationale, ni le sexe, ni le rang, mais les capacl\és personnelles et le travail personnel de chaque citoyen qui détel'minent sa situation dans notre société ... Les droits civiques et les libertés de l'homme soviétique ne sont pas seulement proclamés par la Constitution de notre Etat ; ils sont au.ssi solidement garantis par la loi et par toute l'organisation de notre vie sosocialiste. (IZVESTIA, 9 avril 1953. ) cen . Ils' éta ient abser,ts aussi dàns la bataille contre la libération de Maurras, contre la presse antisémite, con1'ltJ'e: i ls tont étran gers à la puis~a:nte. caropegn~ . du peuple de1 ,'Frat1ce; ~de tous {es pe:uples~' çn- . ~~l!lIr d ' Ef~el et j lllliu~ ~~o.s~,~~,.+ 4 Feuilletez la p!~e::-çt'~ . ne, trou verez POU1".aucù.. lt;. :~~ cas, un Iseul mèêtfff! ~~ ble à celui qU'11 " ~P.'t tëi1 u~~ caIQmnier-I'U nion iSt)v~l11f.!l~t to ujours, Ils se sdnt a~t~lI.~ttt -pa rti ci p~ r ; a ux jonifnét; . ~.tI'f nales contre le racisme ff ··t~" .. tisémitis m(! orftir\isé~· pai::jfe MRAP, sans pOllr cela orgairlser eux-mêmes de semblables dianifest" tioos. '. ..' . L' E' MRAP prépar~' au'Jo.urd'hui la 5 Journee Nàtlonal'f contre le r~dsme, l'antisémitisme et pour là Jai~. Comme les années précèlel\t~s, et plus encore, ce sera :une puissante manifestation ~'unité alltiraciste. Le peuple M Efânçe, par des centaines .et _dèS één;ta:ine~ de délégués~ .venl!s :deI liS!;' nes et ges b.u:eaL)oc. d~ :é'ctil~~ et des UnlVepsltes, 1 darrtt!ta . Cl 'vO'- 10Îlté de voir la halilè , iit;tàle bannie à jamais. .., '" ~~. Comme 'chaque "'almée~ '·: le MRAP s'adresser,a a' tô~té:! .les organisations et ass~iatlOhs sans disti.nction, poutr ' ies ih\1lh!t à participer à éette. °Ruliis®tè mani.festation anHra~illt'ei .. _:~., CI!,'sera, pour toüS Jt!$ hQh.n6- tes gens, p-our toÛ.8 : }Afs adti.r~cistes sincères, l'o'ccaslbri de· 'se retrouver ensemblÉ! : ' d'àn~ 'itl;lt'Ctioncontre la protulg4tlld~ ra~ ciste ' et antisérrt ite-r corlfre' I~ ·Ii· bération des collao~~ contre -lé réarmement des r\à~ill, '1Jolir ' la libération des RoSeIlQëtg.ef.polif la paix. .. .: ' " • _ •. " . Mais ce sera en · fu~ttm , temps, une occasion d'attocli~r " .tellr masque aux fa:ux ··' aht.lra,cIStts, a ux faux adversairè$ .'d~ 'l'antisémitisme, à cell,x qui. ;urie' f.ols de plus, se mettront au ~an ,de la France antiraciste·· .Charles.SEltRE C'est avec émotion que taus- le, antiracistes ont appris la Ïn~rt subit", à l'âge de 52 ans, de M. Cl\orfes Serre, ancien député ci'O~an, Hérétaire de 1. Fédération . ~"Hariar. dès Déportés et Internés Réslsfonts .. ' p.triotes (FNDIRP), membre du .Camité Exécutif de la Fédération Internationale des Résillonts. M. Charles Serre s'était associé i maintes reprises à l'action rdu MR ...... " avait, en particulier, fait lin ' remarquable exposé à .10 'Confé,ènce cantre le réormement de l' ... " ..... olne, organisée le 13 décembre 1951 por notre Mouvement. .. Droit et Liberté _. a publi' de nombreux articles de M. Chari.. S.rr •• Le dernier en date dénansait 1. complot qui vise à recan.tituer une \lfelumacht nazie et revanchatcl •• , Le MRAP a adre .. ' i la FNblRP un message de candollence. .t ... fraternelle solidarité. 4 DROIT ET LIBEATE , 14 lUI • • E r our une puissante manifestation antiraGiste ' Il y a 2 ans ... ,Wlllie~t& Mc GEE Faire Iriomoher l'esor.iI de négOCialion PARLANT des discours prononcés le même jour par MM. Foster Dulles et Georges Bidault, l'éditorialiste du « Monde» écrit le 15 avril « De la confrontation des deux interventions, il résulte clairement que Washington nous presse de plus en plus d'activer le mouvement pour faire aboutir le traité sur avril, celles-ci ne peuvent donner de résultats positifs quant N au renforcement de la paix, » OTRE 5' Journée Nationale a été fixée au 14 Juin prochain, au P a lais de la Mutualité à Paris. Ensemble nous avons convenu que tout permettait de réaliser cette année une Journée Nationale plus grandiose que toutes les précédentes - ensemble nous àvons constaté que tout nous commandait de réaliser une Journée Nationale plus puissante que dans le passé. L'acharnement que les gouvernants de là-bas mettent à ne point grâcier Ethel et Julius Rosenberg n'a d'égal que l'entêtement qu'ils mettent. à ne point répondre aux mult,ple3 propositions de paix qui pourraient mettre fin à la guerre froide et par là même donner 'le C!)UP d'arrêt. aux manifestations de la renaissance du fascisme !.ous touies ses formes. Ces derniers mois ont contraint un grand nombre de gens à prendre conscience de la gravité d'une s.;tuation qu'illustrent les faits marquants que sont en France: la présence au gouverne' ment jusqu'à ce' que l'opinion publique Indignée l'en a it chassé, du ministre collaborateur Boutémy ; - la prétention d'un Xavier Vallat, jusqu'à ce que l'opinion indignée le Jui fasse rentrer dans la gorge de venir prononcer un discours public à Paris; - les attentats commis en ple;ns Champs.Elysées par les maurrassiens ; - les provocations antijuives renouvelées de Marseille, de Lyon, de Toulou se, de SaintOuen ... ; - l'exploitation antisémite de l'affaire Finaly ; - le vote de la loi d'amnistie qui blanchit, après les assassins d'Oradour, tous les traîtres et En avant pour les , milLiOnS 1 L A sou~,cription décidée à l'unanimité à la dernière réunion du Comité d'Action a commencé. Nous recevons les premières nouvelles de nos sections de Pari,s et de province, ainsi que d'organisations et sociétés affili ées à notre MOUivement. Partout le travail s'organise et nOlis pouvons dire avec certitude que l'objectif que nous nous sommes ' fixé sera .atteint, Tous nos amis ont compr is l'importance qu'a pour notre Mouvement une rapide exéc ution de ce travail de collectage, Il faut en particulier ql,;C nous puissions . disposer à temps des sommes nécessaires à la préparation de la 5' Journée Nationale qui aura lieu le 14 juin, collaborateurs, amnistie dont profitent les X. Vallat, Talttlngel', Ybarnegaray, Georges Bonnet, Pierre Soutang, héritier de Maurras, P.-E. Flandln, Marquet, Peyrouton, Tixler-Vlgnancourt et tant d'autres ; les campagnes de haine PAR ,Charles PALANT Secrétaire Générat du M.R.A·P. poursuivies par la presse antisémite

- le non-lieu Ij'énéral dont viennent de bénéficier les gangsters au plast,;c, qui commirent en 1961 pl usleurs attentats à la bombe contre des demeures juives et des librairies progressistes. Les traditions antiracistes de la France. Nous ne citons là que quelques faits qui, loin d'êt.re isolés, constituent quelques-uns des éléments d'une politique qui tend à remettre sur' pied toute la malfaisance vichyste en France, comme elle souscrit à la renaissance de l'hitlérisme en Allemagne, dont les accords de Bonn et de Paris, s'ils étaient ratifiés, consacreraient le réarmement. Aux Etats-Unis, deux éminents psychologues ont établi que la « chasse aux sorciè~es » a eu pour effet de placer les nègres et les Juifs dans la position de, « suspects n" 1 ». Voilà le moment choisi par Guelques-uns pour ossayer di' aétourner l'attent!Oil des antiracistes et tenter de les engager sur les voles fausses où Ils a'enliseraient dans l'aventure et la guerre. Fort heureusement, le peuple français les a démasqués. Antiraciste par vocation, épl'lis de justice par tradition, pacifiste par ambition, notre peuple, ses travailleurs des villes et des champs, ses intellectuels, ont dit « non » aUx lâches sollicitations et au x honteuses tentatives de corruption du noble idéal antiraciste des Français. Le peuple fran'çais répond : le danger est là ou les assassins relèvent la tête et non là ,où on les châtie. Le racisme et l'antisém;tisme ne peuvent être le fait de ceux qui veulent la guerre. Et ces jours derniers ont permis à l'opinion mondiale de se faire une idée plus claire encore de, ceux qui servent la paix et de ceux Qui la cra·ignent. Ce que signifie la Paix Pour nous, notre position est claire : nous désirons la paix, rien que la paix. La paix, c'est l'impossibilité pour les antisémites, les racistès de développer leurs campagnes haineuses. La paix c'est la sécurité pour tous, le bonheur pour chacun. C'est l'hystérie guerrière qui Une imporlanle réunion du Comité d'Action LE 2 avril, à l'Hôtel Moderne, le Comité d'Action du M.R.A.P. a tenu d'importantes assises, consacrées à la préparation de la 5' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme, et pour la Paix. Les comités de section du M.R.A.P., les délégués des sociétés et organisations affiliées à notre Mouvement, participaient à ses travaux. danger du racisme et de l'antiracisme s'est accru. » « Pour qu'il ell soit ainsi, a fait condamner les Rosenberg à mort, sans que soit fournie aucune preuve de leur culpabilité. « En défendant les Rosenberg, nous défendons la paix pour tous, la liberté pour tous », disions- nous au Palais de la Mutualité, le 9 décembre dernier. Cette apprécia.tion reste juste. En emprisonnant les patriotes, les plus lucides des antiracistes, le gouvernement Mayer fait tout le contraire de serv,ir la Paix. Il a cru pOUVOir ainsi se vanter d'avoir maté l'opposition à la politique de guerre et de réarmement des nazis. La puissante campagne qui se poursuit pour les Rosenberg, contre les accords de Bonn, pour la paix èt les libertés, prouve ql "1 n'en est rien. La cause juste des Ros ,~r:berg recueille chaque joup (~,!5 adhésions aussi éminente" ,~ t diverses que nomb:-euses. Une nouvelle grande étape Dans ces conditions, les perspectives les plus brillantes s'ouvrent à nous pour faire une 6" Journée Nationale plus grandiose encore que les précédentes. Certes, le devouement inlasIl Y a deux ans, le 8 mai 1951, j~ur anniversaire de la victoire des peuples sur le nazisme, le noir innocent Willie Mc Gee, nouvelle victime du racis'me, était ( légalement » assassiné sur la chaise électrique aux USA. Dans la' France entière, des milliers et de!; milliers de gens de coeur avaient participé, pour tenter de le sau ver, à une bataille de plusieurs mois, dirigée par le MRAP. L'année suivante, la veuve du jeune martyr envoya un bouleversant message à notre 4 · Journée Nationale : « Mes enfants et moi, disait-elle notamment, n'oublierons jamais les efforts magnifiques accomplis par tous les ~émocrates de France pour sauver mon mari innocent. » A l'heure où les peuples du monde entier, de nouveau dressés pour défendre la justice, luttent pour arracher les Rosen ~ berg, également innocents, à une mort semblable, le tragique souvenir Mc Gee doit nous inerter à redoubler d'effol'ts. Rencontre sur l'Elbe .. , il y a huit aM Il ne faut plus permettre qll:OIJ nous fasse vivre - et mourir - sous la devise romaine: « si tu sable de tous sera nécessaire, :--------------------------------... l'armée européenne et que veux la paix, prépare la gucrtant pour alerter, rassembler, unir des hommes et des femmes qui, par milliers à travers toute la France, éliront les délégués, que pour assurer la réussite matérielle de la 6 ' Journée Nationale. Avec enthou!oiasme, avec courage, nous abordons une nouvelle et grande étape de la vie de notre Mouvement qui va se développant, fort. de la confiance de dizaines et de centaines de milliers d'h{)mmes et de femmes de notre pays, qui se dressent à nos côtés pour que le racisme et l'antisémitisme ne passent pas - pour que la paix soit sauvée. ' Nous allons gagner, par milliers, d'autres combattants antiracistes. La tête haute, fiers d'avoir forgé le MRAP, sans concession à la démagogie et au mensonge, fiers des victoires que nous avons remportées dans toutes les luttes menées ensemble, nous allons faire un nouveau bond en avant. En avant pour le succès de la 6 . Journée Nationale contre le rac;sme, l'antisémitisme, pour la Paix! (Extrait du rapport présenté nu (' . té d'Action le 2 avril 1953.) le gouve,rnement français, re! » sentant se dessiner dans le « II n'y a pas d'exemples, pays et au Parlement une écrit Sirius dans Le Monde, que opposition croissante, n'est la course aux armements, si justifiée qu'elle ait pu paraître, pas en mesure de lui faire n'ait abouti à l'utilisation de ces de,s promesses bien satisfai- armements, à la guerre. » santes. » M, François Mauriac, de Voilà confirmée, p'ar un por- l'Académie Française, pense vite -parole de la « politique at- vre dans « un monde où il lantique » la thèse du Mouwe- n'existe aucune autre paix que Le ~lln l' a llùl'e,,~,;, le le I' Cl\'l'il. Je I11c~~agc ~l1i\'aJll au ment de la Paix selon laquelle celle qui règne, si nous en som;\ J nll\-pl1H'!1l de 1a Paix: l'action des peuples peut faire mes dl'b rne.s , au - dedans de obstacle aux plans de guerre et nous », C'est pourquoi sans Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la peut devenir une force capable doute il s'accommode «-' d'une Paix et tous les antiracistes, ont appris avec une prOfonde dou- d'annihiler ces plans, coalition qui ne saurait répondre leur' la mort tragique d'Yves Farge, dirigeant aimé et respectoé du A quoi vise J'action du peu- [aux offres de paix] , pour sau- Mouvement de la Paix français et mondial. pie? Elle vise à l'accord entre ver la face, que par un accord Membre du Comité d'honneur du MRAP dès sa fondation, les cinq grandes puissances, à d~ principe, mais accompagné Yves Farge apportait son soutien actif et sans réserve à la cause la conclusion d'Ull Pacte de d eXigences telles qu'aux yeuoc antiraciste, indissolublement liée à la cause de la Paix. Paix, qui « mettront fin à la ten- de l'adversai re, elles ne souf- Chacun se souvient de ses interventions si lucides et si géné- sion internationale et présen'e- frent même pas l'examen », reuses aux différentes Journées Nationales et à de multipl es mani- l'ont le monde des plus grand.s festations organisées par le MRAP, où s'exprima avec tant d~ maJheurs », 1 L faut cn finir avec cette chaleur communicative, sa foi en la victoire de la fraternlte Voilà la perspective qui a èll- politique si nous voulons humaine et de la paix. thousiasmé les délégations, di- éviter Ja guerre, et nous Avec Yves Farge, la France perd un valeureux combattant de versement composées, réunies le v~)Ulons, C'est pourquoi il n'y la Résistance, un patriote exemplaire, un animateur incomparable, à Vienne en décembre 1952, au a nen de plus urgent que de dont la personnalité rayonnante contribua hautement à l'union des Congrès des Peuples pour la soutenir, auprès du rouvernchonnêtes gens de notre pays, contre la guerre et contre le réar- Paix, et parlant au nom de 82 ment qui siège à Paris, la démellt des bourreau x nazis. pays. marche faite par la Commission Le MRAP s'incline avec émotion et respect devant la mémoire Voilà le but de la démarche, J nternationale du Congrès de d'Yves Farge. Il adresse à Mme Yves Farge, à son fils, au Mou- faite t'Il leur nom. "Llp'·' d.,,, V'; nnp pn VllP cl'Il"'" .. ' on""n :~~ . vement de la Paix, l'expression I.e S!!S OQndol.éanco .. attrist...... gouvernements des cinq grandes entre les Cinq Grands, pour la Il appelle les antiracistes, en s'inspirant de l'exemple d'Yves puissances, par la Commission conclusion d'un Pacte de Paix. Farge, à lutter avec toujours plus d'ardeur pour la défense de la r~ternationale du Congrès dc Il n'y a rien de plus urgent Yves un grand antiraciste F RGE Voici les premiers rés ultats: M' SAROTTE, membre du Bureau National, qui préside, prononce tout d'abord, en termes émouvants, l'éloge d'yves Ear.{!'e. 'arderr atriot P?DU"rS!it~~;,.~_us ~~!';'.~':i,-!a~!!.m- .,.1---------------_· paix et de la fratern ité des hommes. J_ _.V !..l!.~en~n~:e:;,:..... _~ _______. ...:iu~.e:::_'d'obteni un ré ~ cl i ',;) .' J.. ,.~ : ration de la 5' Journée Nationa le qui aura lieu le 14 juin. Voici les premiers résultats: 1. Sociétés ayant acquitté leurs rotisations : B rest-Li tovsk, 15.000; Amica le Russe, 7.400 ; Kock Zelechow, 60.00 ; Powonzek, 5.000; les Amis Israélites de France, 10.000; Varsovie Ochota, 10.000 : Zyrardo·w. 10.000; Radom, G.OOO. Total: 74.400 fr. 2. Premiers acomptes versés par. nos sections : 2' arr., 6.690; 3e, 3·000; Il ", 7.200; 19, 17,000; 20', 5.000 ; Strasbourg, 8.500. Total : 47.390 francs. 3. Artisans : Tricoteu rs, 15.000 (acompte) : Confection hommes: 10·000 (acompte). Total: 25.000 fr. 4. L, s membres du BlIJ el/II National du i'vIRAP : i7.000 fr. 5. ('ollecté li l'aide Ill' listes : 32.300 fr. fi. Collecté par : Père Berger, 2.000 ; Kornbluth, 14.000; Ch il. 3.700 ; Hutman, 3.700: Creiz, 800. Total: 24.200 fr. Total il ce jour: 220.290 fr. ,Ces premiers résultats sont en co urage:.\I1ts. Néanmoins, il faut faire beaucoup mieux et il faut faire vite! Envoyez-nous régu lièrement les sommes que vous aurez collectés. Qu'une émulation se crée entre les sections, organiSltions et sociétés : qui atteindra le plus vite l'objectif fixé? Bureau National, qui préside, prononce tout d'abord en termes émouvants. l'éloge d'Yves Farge, l'ardent patriote, le prestig1ieux , di rigeant du Mouvement de la Paix, qui ,s'était associé si sou,vent à l'action du MRAP. Cette allocu,tion est écoutée par la salle debout, qui observe ensuite une minute de silence, en hommage au grand disparu. Au début de SOil rapport, C~arles PALANT, secrétaire géneral du MRAP, évoque à 80n tour la vie exemplaire d'Yves Fa rge : « Nos yellx ne se détacheront jamais de son b(m et noble visage. Sa mort tragique nOlis fait 1111 devoir de redoubler d'eftorts pour unir les Français, les Françaises dans un [raterner élan pour la sauvegarde des libertés, pour la défense de la paix ... » Albert YOUDINE : « Nous devons rassembler les moyens fi· nanciers indispensables. » Après le rapport de Charles Palant, dont nous donnons, d'a utre part, de larges extraits, Albert YOUDINE, membre du Bureau National, expose le plan financier dont la réalisation est nécessaire d'ici la journée Nationale · « La 5' Journée Nationale, déc1are- t-il, doit être .plus grandiose que les précédentes, car le D'une section à l'autre Le 7 avril, à 20 h. 30, a eu lieu, en présence de notre secrétaire générai, Charles Palant, une réunion des s.~crétaires de section de la région parisienne, au siège du MRAP. L'abjet de cette assemblée était la préparation de la S' Journée Nation.le et la souscription lancee pour en -:OC · vrir les frais. Les sections des 3", 41'1, 51", lOt, 11 ', 14 ~, 18e, 19r t 20e, de Montreuil, ücsgnolet et Livry-Gargan étaient representées. Celles du 2' et du 12' s'étaient fait excuser. Celle. du 9 ' et du 13' étaient absentes. Au cours d'une intéressante discussion, les représentants de s. sections examinèrent concrètement les moyens de réaliser les tâches fixées par le Comité d'Action. 3' et 4 ° ARRONDISSEMENTS Des listes de pétitions ont été éditées, portant un appel en faveur des Rosenberg et les noms des principales personnalités qui en France et dans le monde, se sant déjà prononcées pour la grâce des deux innocents. Ces listes, adressées à de nombreuses personnalités locales, sont revenues cou- ' vertes de signatures. S" ARRONDISSEMENT Après avoir recueilli de nombreuses signatures pour les Rosenberg et fait plusieurs délégations à l'ambassade des Etats-Unis, la section du Se prépare plusieurs réunions de quartiers pour l'élection des délégués à la Journée Hationale. 70 numéros de « Droit et Liberté " sont vendus régulièrement. 1 () ARRONDISSEMENT La 10' section, après le meeting et la délégation en faveur des Rosenberg, organise une assemblée qui mettra sur pied le plan de travail pour la 5- Journée Nationale. 11 ' ARRONDISSEMENT Les premiers versements ont été faits pour la souscription. Le plan de travail se prépare. 18" ARRONDISSEMENT Le grand bal organisé le 26 avril à l'Hôtel Moderne 0 remporté un vif succès. Plusieurs centaines de personnes y ont participé. Le plan de travail pour la 5' Journée Nationale est en préparation. 20" ARRONDISSEMENT De premiers résultats ont été obtenus pour la souscription. Plusieurs réunions de quartier s'organisent pour l'élection des délégués. BAGNOLET Tandis que la section élabore son plan de travail, elle vient d'augmenter encore la diffusion de « Droit et Liberté ". LIVRY-GARGAN Une grande réunion publique ouro lieu le dimanche 3 mai à 15 h., MONTREUIL En dehors de la création d'un groupe de jeunes diffuseurs, la section, s'attache à élargir san Comité en vue de la préparation de la 5' Journée. CLERMONT-FERRAND Notre ami Charles Polont, secrétaire général du MRAP, a fait, le 16 avril, une conférence sur le sujet : .. Où sont les antisémites ? » racisme s'est accru. » (Extrait du rapport pr6senté .. u t'" « Pour qu'il en soit ainsi té d'Action le 2 avril 1953.) poursu it-il. nous devons rassem~"---------------' Farge, à lutter avec toujours plus d'ardeur pour la défense de la paix et de la fratern ité des hommes. bler les moyens financiers indispensables

quatre millions de

francs doivent être collectés d'ici le 14 juin. » Après avoir précisé la répartition de cette somme entre les différentes sections, sociétés et organisations, Albert Youdine insiste sur la nécessité de réaliser la collecte de façon à populariser en même temps les mots d'ordre de la JOlllnée Nationale. « Si nOlis faisolls preu ve de romprélz ellsioll et de bal/Ile volonté, conclut-il, I/otre souscription réussira. Si notre souscription réussit, flaire 5" foum ée Nationale remportera 1/11 surcès éclatant· Je suis slÎr quI' nOlis rencontrerofls partolll la compréhension et la bonne volonté. » La discussion La discussion des deux rapports commence ensuite par l'intervention de Badower (Montreuil), que complètent celles de Marchewka (19'), Mme Mayer (2'), Safirdein (Artisans), Fenigstein (19'), Creitz (18') et du rabbin Tulman

tous soulignent, en donnant

de nombreux exemples concrets, que la sousc ription, pour être fructueuse, doit être liée étroitement à l'ensemble de roction antiraciste poursuivie par le MRAP, dont elle est partie intégran, te. landau (Montreuil) et Alfred Grant (Union des Sociétés Juives de Fran, ce) interviennent à leur tour pour montrer qu'il est du devoir de choque mifitont de s'instruire, de se documenter sons cesse sur tous les problèmes, pour pouvoir discuter avec les antiracistes de toutes tendances et les amener à s'unir dans le combat commun contre la haine et les préjugés. Puis Benkassi (3') et Eisenberg (Strasbourg, insistent sur l'action menée par le MRAP contre les discriminotions qui frappent les trovoiHeurs nord-africains. Et Yacé rend compte de~ mesures arbitraires prises à l'égard des étudiants d 'outre-mer, notomment en ce qui concerne l'organisation de comps de voconces. En quelques mots, Chories Palant tire les conclusions des débats. L'appel pour la 5' Journée Nationdle (que nous reproduisons en première poge) est alors adopté à l'unanimité, entouré de militants du MRAP prend la parole, en août 1951 dans un hôtel où les Noirs étaient compagne menée par notre Mouvement contre ces discriminations intolérables, se termina, on s'en souvient, par un succès complet. Aux Journées Nationales du ~U.R.A.P. Voici quelques extraits des discours prononcés par Yves Farge aux différentes Journ ées Natiollales du M.R.A.P. : HITLER nous dit qu'en enseignant l'~nticommu.?isme, on enseigne en meme temps le mépris de l'homme, et qu'en enseignant l'antisémitisme, on enseigne encore , • "o.l;X le mépris de l'homme, et nous savons que c'est par ces deux abominables démarches de l'esprit que l'on en vient à paralyser, à diviser, à stéril iser les républiques, pour les conduire dans les terribles aventwres dont nou.s avons, les uns et les autres, gardé le souvenir. .. Il est bien connu qu'en France on se retrouve toujours dans le malheur. Le problème que nous entendons poser et résoudre aujourd'hui dans l'action civique est le suivant: IL FAUT, CETTE FOIS, SE RETROUVER AVANT LE MALHEUR ET POUR CONjURER LE MALHEUR. (Première journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, 22 mai 1949-) Apporter la vérité Commenl nous preparon~ le 14 Juin ON a qualifié cie génocides les terribles maEsacres qui, cntre 1939 et 1945, décimaient des dizaines de milDans le cadre de la préparation de lions d'hommes et de femmes. la S, Journée Nationale, des amis nous ont demandé : « Camment aVeJ:-vous lié pratiquement, dans le 19' 10 q" .... tion financière aux autres tèches poli_ tiCJ1les ? » Poser 10 qucstion, c'est y répondre. Naus avons, jusqu'lei, rempli nos engagements financiers. Depuis le 1 er février, plus de 35.000 fr. ont été remis oU MRAP, C'est danc l'action permanente de notre section que se sant concrétisés ces résultats encourageants. Nous ne sommes pas des ft teclmiciens " de la souscription et nous ,.'avons pa. de secret. Nau. nous présentons à la population de notre orrondlssement en advenaires résolu. du racisme, de l'antisémitisme, du réarment d'une Wehnnocht naltie et revancharde. Les tâches sant étroitement liées : objectivement, an ne peut dissocier l'aspect financier des autres actions de notre Mouvement. Nou. avons organisé trois ,éances cinématographiques, plusieurs assemblée, populaires, un. goguette, un meeting pour les Rasenbe[9, des campagnes de signatures paur le. Rosenberg, contre les accords de Bonn. Toutes ces actions se sont déroulées avec succès, et nos amis ont été d'autant plus encouragés à nous soutenir financièrement. La diffusion de « Droit et Liberté ,. nous aide aussi énormément i c'est une armc pour notre combat et en même temps, un mayen' Incomparable de contact avec la population. AuS1i, lorsque nous sollicitons l'oppui financier indispenlOble pour une action dé, terminée, les ouvriers, les artisans, les boutiquiers versent malgré les difficult... éconarnques présentes. Lor. de la préparation du meeting pour les Rosenberg, l'imprimeur à qui nous avons fait oppel, ne nous d .... manda pas un centime pour la confection des affiches et des tracts. Est-ce à dire que notre section fonc.tionne comme' un mécanisme d'horlogerie ? Non, cela va de soi, mais nous nous efforçons de tenir compte des faiblesse. quand elles se manifestent, pour les écartel' par la suite. C'est avec: confiance et enthousiasme que nous préparons la 5' grande Journée Nationale. A cet effet, nous établissons un plan minutieux de travail où nous fixerons tous les objectifs de notre arrondissement. 1 Nous voulons faire et nous ferons de cette Journée une éclatante manifestation de la farce et de la santé du MRAP. Jo MARCHEWKA. Secrétaire de la section 411 19'. La guerrc que l'on nous prépare pour demain s'apparente à cet effort d'cxtermination massive. NOliS a\'ons gardé le souveni r de nos deuils, nous savons qu'à force de vouloir séparer les lins des aut res les 'hommes libres de tous les pays - les hommes libres de notre pJys - on s'acharne à paralyser la France pour la précipiter dans un nouveall malheur et cela, les combattants de la Paix et de la liberté entendent l'éviter à tout prix ... Et pour terminer, je veux rappeler la parole d'un grand ami des juifs, l'abbé Grégoire, qui lnte;natio-riale du Congrès de Vienne. Déjà l'action des peuples a permis que des éléments de détente intervie,nnent dans la situation internationale. Le vaste cou rant d'.opinion développé en vue du triomphe de l'esprit de négociation sur les solutioJls de force vient d'aboutir à une import~ nte victoire. Il Jl'a pas été pOSSible de traiter par le mépris les récentes propositions de l'URSS et de la Chine. La Paix est devenue le sujet des discours d'hommes d'Etat et des éditoriaux de toute une presse. C'est bien une nouveauté p?ur quelques-uns, puisque M. Pierre Gaxotte de l'Académie Française, JlOUS apprend cette semail:equ.il. Ile sait quel fonctIOnna ire de 1 URSS a dit l'autrl' jour que le communisme et le capitalisme peul'ent coe.·ister. ON conviendra que cette coexlst:nc~ pacifique'n'est . pas t,ac dltee par ceux qui attnbuent 1 espnt dC'conciliation ~oviéti9uC à la, « politique de fermete » des Etats-Unis et qui el} concluent qu'il f'aut hâter le rearmement a llemand et intensifIer la guerre en Ind ochine. « Si. !el est le sens réel des propOSitions du Président Eisenhower, écrit la Pravda du 25 ••• avai~ d~t: « D'abord apporter la vente, enSUIte marquer dll sceau de l'infamie tous les pro\ ·ocateurs. » C'est ce que nous faisol1ls. (2' j ou rnée Nationalc contre le racisme, l'a'ntisémitisme et pour la paix, 11 juin 1950.) Défendre les droits de tous les -hommes NOUS sommes atteints, comme vous, par les mauvaises ocleu rs de l'antisémit:: m~ et par les mauvaises actions du racismc Dans le combat' que vous men~ z, à chaque heure de la journec, vous entendez démontl1er qu·e·n a ucun cas, l'homme ne cI,lit abdiquer sa dignité, qu'en

1 ;IC lln cas, il ne doit renoncer

il reslYecter le droit, qu'en au~: lIn «lS, il ne doit demeurer r::ssif deva~t le déni de justice q:;c tldlcn qUI permettrait, si vous n'étiez pas là, si nous n'étions pas là, que l'on accepte le crime q~li ~isque d'engloutir nos géfleratJO'ilS. Pour la défense de la Paix, nous ne devons rien laisser pas,ser de ce qui co rrompt la pensee, les coeurs et les institutions · (4' journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, 20 mai l.95L) /1 n'y a ricn de plus urO'ent que d'obtenir une réponse d'àire du gouvernement de la France à cette proposition pacifiquc. C'est da,ns cette seule voie ql'IC nous sauverons la Paix et la France. Dr A. KRIEGEL. Membre de la Commission Permanente du Mouvement de la Paix. La paix leur fai' PEU ••• Voici. rele\'ées dans la press ... , quelques-unes des réactions susdttes par les récentes initiatives de l'URSS et de la Chine t'Il faveur de la détente inh'rnatio lIale : ADENAUER « L'Ollest doit cOlltinua, SlIlIS faillir, à cOllslruire sa défensl' (sic). C'est la seule l'oie qui s'offIe li nous. «' ... Même après une cntente au sujet des corridors aériens et après Ull réglement du cOllflit coréen, les condilions préalables à la continuation de la guerre froide seraient peu modifiées. » SYNGMAN RHEE « Un réglement de la guerre de Corée qui nous laisserait divisés serait considéré par notre population comme un apaisement allx communistes. « La Corée' doit être réunitiée au moyen d'une victoire sur le Yalol/, notre vieille frontière septentrionale· » TAGES SPIEGEL, journal d'Allemagne Oc· cidentale. « Les récentes al/vert ures soviétiques cOllstituent l'agression la plus étendue et la plus dangcrelIsl' que le Kremlin ait déclcnclz (oe depuis longtemps. » ARRIBA, journal franquiste. « Une paix neulre équivaudrait ell fait à une l'ictoire de Moscou. » LES AUTORITES AMERIe AIN E S (selon l'agence REUTER). « Les autorités amencaines semblent très affectées par les réperwssiOlls possibles de III denz{è!e « offensive de paix :. sOl'le flque sur le réarmement el la défense de l'Occident. « La dernière série de mestl res conciliantes est considéréf comme une des plus dallgereuse/' manoeuvres visant à séparer le; Etats-Unis de leurs alliés euro~ péens, l) 4 ~II!II ________ I!I!!!!!!!!!!!!!!! _________ !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~_"!!!!!!!!!!!!!!!!!!, D R 0 'T E T LIB E RTE !!!!'!!----------IJ!!I!!!!I!!I!III!!!!!!!I!!!I. II!!I!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!I!I!.l!!!I!Ia!!!!!!I!!!!I!!!!!!!!!!I __ II!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!II!!! !!!IIIIIR 14 lUI • • r our une puissante manifestation antiratiste N OTRE 5' Journée Nat ionale a été f ixée au 14 Juin pro· c h a in, au P a lais de la Mut ualité à Paris . Ensemble nous a vons convenu que tout permet. taH de réalis e r cette année une Journée Nationale plus grandiose que toutes les précédentes - ensemble nous avons constaté que tout nous commandait de réaliser une J ournée Nation a le plus puissante que dans le passé. Ces derniers mois ont contraint un grand nombre de gens à pre ndre conscience de la gravité d'une s;tuation qu'illustrent les faits marq uants que sont en France : la présence au gou verne- . 'ment Jusqu'à ce' que l'opinion pUblique Indig née l'en ait chassé, du ministre coll a borateur Boutémy ; -- la prétention d'un Xavier Vallat, j usqu'à ce que l'opinion indignée le .lu i fasse rentrer dans la gorge de venir prononcer un discours pUblic à Paris ; - les attentats commis en ple;ns Cha m p s~ Ely sé e s par les mau rrass iens ; - les provocations antiju ives renouvelées de Mars ei ll e, de Lyon, de Toulou se, de SaintOuen ... ; - l'explo ;tation anti sémite de l'affaire Finaly ; collaborateurs, amnistie dont profitent les X. Vallat, Talttln~ ger, Ybarnegaray, Georges Bonnet, Pierre Soutang, héritier de Maurras, P.~E. Flandln, Marquet, Peyrouton, Tixler-Vignancou rt et tant d'autres ; . - les campagnes de haine PAR ,Charles PALANT Secrétaire Général du M,R.A·P. poursuivies par la presse antisémite

- le non~lieu général dont viennent de bénéficier les gangsters au plast;c, qui commirent en 1961 plusieurs attentats à la bombe contre des demeures juives et des librairies progressis~ tes. L'acharnement que les gouvernants de là-bas mettent à ne point grâcier Ethel et Julius Rosenberg n'a d'égal que l'entêtement qu'ils mettent à ne point répondre aux mult,plea proposit ions de paix qui pourraient mettre fin à la guerre froide et par là même donner le C:lUp d'arrêt aux manifestations de la renaissance du fascisme loOUs touies ses formes. Voilà le moment r.h oisi par Guelques-uns pour l'ssayer d" aétourner l'attent!o;l des antiracistes et tenter de les engager sur les voies fausses où Ils s'enliseraient dans l'aventure et la guerre. Fort heureusement, le peuple français les a démasqués. Antiraciste par vocation, ép"is de justice par tradition, pacifiste par ambition, notre peuple, ses travailleurs des villes et des cnamps, ses intellectuels, ont dit « non » aux lâches soilloitations et au x honteuses tentatives de corruption du noble idéal anti raciste des Français. Le peuple français répond : le danger est là ou les assassins relèvent la tête et non là .où on les châtie. a fa it condamner les Rosenberg à mort, sans que soit fournie aucune preuve de leur culpabi~ lité. « En défendant les Rosenberg, nous défendons la paix pour tous, la liberté pour tous », disions- nous au Palais de la Mu~ tualité, le 9 décembre dernier. Cette appréciation reste juste. En emprisonnant les patriotes, les plus lucides des antiracistes, le gouvernement Mayer fait tout le· contraire de serv,ir la Paix. Il a cru pouvoir ainsi se vanter d'avoir maté l'opposition à la politique de guerre et de réarmement des nazis. La puissante campagne qui se poursuit pour les Rosenberg, contre les accords de Bonn, pour la paix èt les libertés, prouve ql "1 n'en est r ien. La cause ju ste des RU5 .~ r.berg recueille chaque j 'lU I' (~,)S II dhé~ s lons aussi éminen t.e.' ·~t diverses que nomb~eu s es. Une nouvelle grande étape Dan's ces conditions, les pers~ pectives les plus brillantes s'ouvrent à nous pour faire une s" Joul'née Nationale plus grandiose encore que les précédentes. Certes, le devoueme·nt inlasIl y a 2 ans ... '~'~Wlllie~~ Mc G ,EE Il Y a deux ans, le 8 mai 1951 , jour anniversaire de la victoire des peuples sur le nazisme, le noi r innocent Will ie Mc Gee, nouvelle victime du, racis'me, était « légalement » assassme sur la chaise électriq ue aux USA. Dans la Fran ce ent ière, des milliers et de!; mi lliers de gens de coeur avaient participé, pour tenter de le sau ve r, à une bataille de plusi eurs mois, dirigée par le MRAP. L'année suiva nte, la ve uve du jeune martyr envoya un boul eversant message à notre 4· Journée Nat ionale : « Mes enfa nts et moi, disai t-elle notamment, n'oubl ierons jamais les efforts mag nifiqu es accomplis par tous les -d émocrates de France pou r sa uver mon mal'i in nocent. » A l'heure où les pe uples du monde entie r, de nouveau dressés pou r défen dre la ju sti ce, lu tte nt pour arl'acher les Rosenberg, égal ement innocents, à une mort semblabl e, le tragique souvenir Mc Gee doit nou s inc~ ter à redoubler d'efforts. Faire IriOmpher l'espril de negOCialion PARLANT des discours prononcés le même jour par MM. F oster Dulles et Georges Bidault, l'éditorialiste du « Mon de » écrit le 15 avril : « D'e la confrontation des deux interventions, il résulte clà irement que Washington nous presse de plus en plus d'activer le mouvement pour faire aboutir le traité sur Re nc o n ~re sur l 'Elbe ... i l y a huit an!; avri l, ce lles-ci ne peuvent donner de rés ultats po~itifs quant au renforcem'ent de la paix· 11 ne faut plus permettre qUl'OIl no us fasse vivre - et mourir - sous la devise romaine: « si tu -- le vote de la loi d'amnistie qui blanchit, après les assassins d'Oradour, tous les traîtres et Les traditions antiracistes de la France. Nous ne citons là que quelques faits qui, loin d'être isolés, constituent quelques-uns des él éments d'une politique qui tend à remettre su r- pied toute la malfaisance vichyste en France, comme elle souscrit à la renaissance de l'h itlérisme en Allemagne, dont les accords de Bonn et de Paris, s'i ls étaient ratifiés, consacreraient le réarmement. Le racisme et l'antisém;tisme ne peuvent être le fait de ceux qui veulent la guerre. Et ces joul's dern iers ont permis à l'opinion mondiale de se faire une idée plus claire encore de ceux qui servent la paix et de ceux Qu.i la cra·ignent. sable de tous sera nécessaire, ~--------------------------------; tant pour alerter, rassembler, unir des hommes et des femmes qu i, par milliers à travers toute la France, éliront les délégués, que pour assurer la réussite matérielle de la 6e Journée Natiol'armée européenne et que le gouve,rnement fran çais, sentan t se dessiner dans le pays et au P arlement une opposition croissante, n'est pas en mesure de lui faire de·s promesses bien s atis faisantes. » veux la paix, prépare la g uerre! » En avant pour les q millions 1 L A sou~,c ri ptio n décidée à l'un a nimité à la derniè re réuni on du Comité d'Action a commencé. Nous recevons les premières nouvelles de nQS sections de Pari·s et de provi nce, ai nsi que d'organ isations et sociétés affiliées à notre MOUivement. Partout le travail s'organise et nous po uvons di re avec cert itude que l'objectif que nous nous sommes ' fixé sera .attei nt. Tous nos a mis ont comp ris l'importance qu'a pou r not re Mouvement une rapide exécuti on de ce trava il de collectage. 11 fa ut en particulier q t.;C nous puissions disposer à temps des sommes ~écessai res à la préparation de la 5· Journée Nationa le qu i a ura lieu le 14 juin. Voi ci les premiers rés ul tats: 1. Sociétés a ant acquitté leurs ---~_ ........ .o:;,.:,..::.:. Aux Etats-Unis, deux éminents pSYChologues ont établi que la « chasse aux sorcièl'es » a eu pou r effet de placer les négres et les Juifs dans la position de' « suspects n" 1 ». Ce que signifie la Paix Pour nous, notre position est claire : nous désirons la paix, rien que la paix. La paix, c'est l'impossibilité pour les antisémites, les racistès de développer leurs campagnes haineuses. La paix c'est la sécurité pou~ tous, le bonheur pour chacun. C'est l'hysté.rie guerriére qui Une imporlanle réunion du Comité d'Action LE 2 avril, à l'H ôtel Moderne, le Comité d'Action du M.R.A .P. a tenu d 'impo rta n tes assises, con sacrées à la p rép a r ation de la 5' Journée N a tionale contre le racisme, l 'antisémitisme· et pour la Paix. Les comités de section du M.R.A.P ., les délégués des soc iétés et orga nisations affiliées à notre Mouvement, participaie n t à s es travaux. danger du racisme et de l'alltiracisme s'est accru. » « Pour qu'il en soit ainsi, nale. Avec enthou&iasme, avec courage, nous abordons une nouvelle et grande étape de la vie de notre Mouvement qui va se développant, fort de la confiance de dizaines et de centaines de mil liers d'hommes et de femmes de notre pays, qui se dressent à nos côtés pour que le raci~me et l'antisémitisme ne passent pas - pour que la paix soit sauvée. ' Nous allons gagner, par milliers, d'autres combattants antiracistes. La tête ha ute, fiers d'avoir forgé le MRAP, sans concession à la démagogie et au mensonge, fiers des victoires que nous avons remportées dans toutes les 1 uttes menées ensemble, nous allons faire un nouveau bond en avant. En avant pour le succès de la S. Journée Nationale contre le rac;sme, l'antjsémitisme, pour la Paix! (Extrait du rapport présenté nu ,.. . té d'Act ion le 2 avril 1953.) l'.\' SA ROT T E, membre du Bureau Na tional, qu i préside, prononce to ut d"abord, en termes émouva nts, l'éloge d'y ves Farge, l'a rdent patriote, le prespoursu it-il, nous devons rassem-~--------------til! lieux diriJ?:ea n't du bler les moyens financiers indis- Yves F RGE un grand antiraciste Le ~, I li \]' ct a Ù l'e~~I;, le 1er aui !. le !1Ic~~[lge ~lIi\'[\ll1 au ,\JnU \'n ll1pnL de la P aix : Le Mouvement t on t re le Racisme, l'Antisémitisme et po ur la Paix et tous les antiracistes, ont app ri s a vec une profonde douleur ' la mort t rag iq ue d' Yves Farge, dirigeant aimé et respecté du Mouvement de la Pai x f rançais et mond,ial. Membre du Comité d'honneu r du MRAP dès sa fondati on, Yves Farge apportait son soutien actif et sans réser ve à la cause ant iraciste, indissol ublement liée à la ca use de la Paix. Chacun se sou vient de ses interve ntions si lucides et si gé néreuses aux différentes Journées Nationales et à de mul tip les manifestations organisées par le MRAP, où s'exprima a vec tant d ~ chaleur communicative, sa foi en la victoire de la fraternite humaine et de la paix. Avec Yves Farge, la France perd un valeureux combattant de la Résistance un patr iote exempl ai re, un a nimate ur incomparable, dont la perso'nnal ité rayonnante contribua ha utement à l'u nion des honnêtes gens de notre pays, contre la guerre et contre le réarmel1t des bourreaux nazis. Le IVIRAP s'incline av ec émot ion et respect devant la mé moire d'Yves Fa rge. Il adresse à Mme Yves Farge, à son fi ls, au Mou~ vement de la Paix, t'expression d.e S ilS oondol4ancoG attrist ...... Il appelle les antiracistes, en s' ins pi rant de l'e xemple d'Yves Farge , à lutter avec tou jours plus d'ardeur pour la défense de la paix et de la fra ternité des hommes. Voi là con firm ée, p'ar un porte- parole de la « politique atla ntique » la thèse du Mou.vement de la Paix selon laquelle l'action des peuples peut faire obs tac le aux plans de g uerre et peut devenir une force capable d'annihiler ces pla ns. A qu oi vise l'action du pe upie? Elle vise à l'a c cord entre les cinq g randes pui ssances, à la conclusio n d'un P acte de Pa ix, qui « mettront fi n à la tension internati onale et prése rveront le monde des plus grands malheurs ». Voilà la pers pective qu i a ènthousiasmé les délégation s, diversement composées, réunies à Vi enne en décembre 1952, au Cong rès des Peuples pour la Paix, et parlant au nom de 82 pays. Voilà le but de la déma rche, faite en leur nom. !tUpI' d .. " gouvernements des ci nq g randes puissances, par la Commission Internati onale du Congrès de Vienne. Déjà l'action des peuples a permis que des éléments de dét~ t:1t ~ 1 ntQ..n l1e.nn p n t L~ ,i- « Il n'y a pas d'exemples, écrit Sirius dans Le Monde, que la course a ux armements, si justifiée q u'e lle ait pu paraît re, n'ait abouti à l' utilisation de ces a rmements, à la guerre. :. M. François Mauriac, de l'Académ ie Française, pense vivre dans « un monde où il n'existe aucune a utre paix que celle qu i règne, si noulS en sommes dignes, au-dedans de nous ». C'est pourquoi sans dou te il s'accommode « ' {j'une coalition qui ne saurait répondre [aux offres de paix ] , pou/' sall~ 11er la fa ce, que par un accord de principe, mais accompagné d'e xi ge nces telles qu'aux yeulX de l'adve rsai re, elles ne souffren t même pas l'examen i. I L fa ut en fi nir avec cette ~o l i t i q ue si nous voulons cVlter la guerre, et nous le vo ulons. C'est pourquoi il n'y a rien de plus urgent q ue de soutenir, a u.près du gouvernement qui siège à P aris, la démarche fa ite par la Commission Internationale du Congrès de \ Ti .c.nllP pn 't.' 11P. ci'ut P Il: en ' ~ :!.; n.~'"t entre les Cinq Grands, pour la conclusion d'un Pacte de Paix. Il n'y a rien de plus urgent que d'obtenir une réponse claire du gouve rn emen t de la France à cette proposition pacifique. C'es t dans cette seule voi~ . ~. ,,~ .' ration de la S" Journée Nationale qui aura lieu le 14 juin. Voici les premiers résultats: 1. Sociétés ayant acquitté leurs fotisations : Brest-Litovsk, 15.000; Amicale Russe, 7.400; Kock Ze lechow, 60.00; Powonzek, S.OOO; les Amis Israélites de France, 10.000; Varsovie OChota, 10.000; Zyrardo'w, 10.000; Radom, G.ooo. Total: 74.400 fr. 2. Premiers acomptes versés par. nos sections : 2' arr., 6.690; 3e, 3·000; Il ', 7.200; 19', 17.000; 20', 5.000 ; Strasbourg-, 8.500. Total: 47.390 francs. 3. Artisans : Tricoteurs, 15.000 (acompte); Confection hommes: 10·000 (acompte). Total: 25.000 fr. 4. L lS membres du BlIJellu National du MRAP : i 7.000 fr. 5. ('o lleel/; li l'aide dl' listes: 32.300 fr. H. Co l1 ert~ par : Père Berger, 2.000; Kornbluth, 14.000; Chil, 3.700 ; Hutman. 3.700 : Creiz, 800. Total: 24.200 fr. Total à ce jou r : 220.290 fr. Ces premiers résultats sont enco ura gea nts. Néanmoins, il faut faire beaucoup mieux et il faut faire vite! Envoyez-nous réguli èrement les sommes que vous aurez collectés. Qu'une ému lation se crée entre les sections, organiS!tions et sociétés: qui atteindra le plus vite l'objectif fixé? Bureau Nationai, qui préside, prononce tout d"abo rd, en termes émouvants, l'éloge d'yves Farge, l'ardent patriote, le prestigJieux , dirigeant du Mouvement de la Paix, qui ,s'était associé si sou,vent à l'adion du MRAP. Cette a llocu,tion est écoutée par la salle debout, qui observe ensuite une minute de silence, en hommage au grand disparu. Au début de SO il rapport, Charles PALANT, secrétaire général du MRAP, évoque à son tour la vie exemplaire d'Yves Farge : « Nos yeux ne se détacheront jamais de .l'on ban et noble visage. Sa mort tragique nOlis fait lin devoir de redoubler d'e fforts pOlir IInir les Français, les Françaises dans un fra ternel élan pour la sauvegarde des libertés, pour la défel/se de la pavc .. » Albert YOUDINE: « Nous devons rassem· bler les moyens financiers indispensables. » Après le rapport de Charles Palant, dont nous donnons, d'a utre part, de larges extraits, Albert YOUDlNE, membre du Bureau National, expose le plan financier dont la réalisation est nécessaire d'ici la journée Nationale, « La 5' journée Nationale, déclare- t-il, doit être .plus grandiose que les précédentes, car le D'une section à l'autre Le 7 avril, à 20 h. 30, a eu lieu, en présence de notre secrétaire générait Charles Palantt une réunion des sE.crétoires de section de la région parisienne, au siège du MRAP. L'objet de cette assemblée était la préparation de la 5' Journée Notionole et 10 souscription lancee pour en -:ocvrir les frais. Les sections des 3(', 4 11, Sr, lOt, 11 ', 14t , lie, 19(', 20e, de MontreUil, Hugnolet et Livry-Gargan étaient reprësentées. Celles du 2- et du 12' s'étaient fait excuser. Celles du 9 - et du 13- étaient absentes. Au cours d'une intéressante discus .. sion, les représentants des. sections examinèrent concrètement les moyens de réaliser les tâches fixées par le Comité d'Action. 3 et 4" ARRONDISSEMENTS Des listes de pétItions ont été éditées, portont un appel en faveur des Rosenberg et les noms des principales personnalités qui en France et dans le monde, se sant déjà prononcée. pour la grâce des deux innocents. Ces listes, adressées à de nombreuses personnalités locales, sont revenues cou- . vertes de signatures. S" ARRONDISSEMENT Après avoir recueilli de nombreuses signatures pour les Rosenberg et fait plusieurs délégations à l'ambassade des Etats-Unis, la section du Se prépare plusieurs réunions de quartiers pour l'éledlan des délégués à la Journée NatIonale. 70 numéros de « Droit et liberté .. sont vendus régulièrement. 10 ARRONDISSEMENT La 10' section, après le meeting et la délégation en faveur des Rosenberg, organise une assemblée qui mettra sur pied le plan de travail pour la 5' Journée Nationale. 11 ' ARRONDISSEMENT Les premiers versements ont été faits pour la souscription. Le plan de travail se prépare, 18' ARRON.DISSEMENT Le grand bal organisé le 26 avril à l'Hôtel Moderne a remporté un vif succès. Plusieurs centaines de personnes y ont participé. le plan de travail pour la 5' Journée Nationale est en préparation. 20· ARRONDISSEMENT De premiers résultats ont été obtenus pour la !iOuscription. Plusieurs réunians de quartier s'organisent pour l'élection des délégués. BAGNOLET Tandis que la section élabore son plan de travail, elle vient d'augmenter encore la diffusion de " Drait et Liberté _. LIVRY-GARGAN Une grande réunion publique aura lieu le dimanche 3 mai à 15 h., MONTREUIL En dehors de la création d'un groupe de jeunes diffuseurs, la section s'attache à élargir son Comité en vue de la préporation de la 5' Journée. CLERMONT-FERRAND Notre ami Charles Palant, secrétaire général du MRAP, a fait, le 16 avril, une conférence sur le sujet : « Où sont les antisémites ? • racisme s'est accru. » (Extrait du rapport présenté nu r ~ té d'Action le 2 avril 1953.) app e e « POlir qu'il en soit ainsi poursuit-il. nous devons rassem~'----------------' Farge, à lutter avec toujours plus d'ardeur pour la défense de la paix et de la fraternité des hommes. bier les moyens financiers indispensables

quatre millions de

francs doivent être collectés d'ici le 14 juin. » Après avoir précisé la répartition de cette somme entre les différentes sections, sociétés et organisat ions, Albert Youdine insiste sur la nécessité de réaliser la collecte de façon à populariser en même temps les mots d'ordre de la jOlllnée Nationale, « Si nous faisol/s preuve de fompré hel/siol/ et de bOl/lle volont é, conclut-il, notre souscription réussira. Si notre souscription réussit, I/otre.')" jOl/rnée Nationale remportera 11/1 SI/l'l'ès éclatant· je suis sûr quI' I/'OUS rencontrerons partollt la compré/ l eI/sion et la bonne volont/;. » La discussion La discussion des deux rapports commence ensuite par l'intervention de Badawer (Montreuil), Que complètent celles de Marchewka (19'), Mme Mayer (2'), Safl.dein (Artisans), Fenigstein (19'), Creif% (18' ) et du rabbin Tulman

tous soulignent , en donnant

de nombreux exemples concrets, Que la souscription, pour être fructueuse, doit être liée étroitement à l'ensemble de raction antiraciste poursuivie par le MRAP, dont elle est partie in t égrante, Landau (Montreuil) et Alfred Grant (Union des Sociétés Juives de France) interviennent à leur tour pour entouré de militants du MRAP prend la porole, en août 1951 dans un hôtel oÙ les Noirs étaient compagne menée por notre Mouvement contre ces discriminations intolérables, se termina, on s'en souvient, par un succès camplet. Aux Journées Nationales du M.R.A.P. [ntè;natio'riale du Congrès de Vienne. Déjà l'action des peuples a permis que des éléments de détente intervie,nnent dans la situation internationale. Le vaste courant d'opinion développé en vue du triomphe de l'esprit de négociation sur les solutions de force vient d'aboutir à une importante victoi re. II n'a pas été possible de traiter par le mépris les récen tes propositions de l'URSS et de la Chine. La Paix est devenue le sujet des discours d'hommes d'Etat et des éditoriaux de toute une presse. C'est bien une nouveauté p~lIr quelques-uns, puisque M. Pierre Gaxotte de l'Académie Française, nous apprend cette semai~e qu'il lie sait quel fonctlOnnalTe de "URSS a dit l'autre jour que Je communisme ct le capita lisme peul'ent coexister. ON conviendra que cette coexi.ste l1 c~ pacifique' n'est . pas tac:i1I1Le par ceux qui attnbuent l'esprit de 'conci liation soviétique à la « politique de fermeté» des Etats-Unis et qlli en concluent qu'il f'a ut hâter le r~a rm ement allemand et intensifie r la guerre en Indochine. « Si tel est le sens réel des propositions du Président Eisenhower, écrit la Pravda du 25 montrer Qu'il est du devoir de chaque mil itant de s'instruire, de se documenter sans cesse sur tous les problèmes, pour pouvoir discuter avec les antiracistes de toutes tendances et les amener à s'unir dons le combat commun contre la haine et les préiugés. Puis Benkassi (3') et Eisenberg (Strasbourg, insistent sur l'action menée par le MRAP contre les discriminations Qui frappent les travai,lIeurs nord-africains. Et Yacé rend compte de~ mesures arbitraires prises à l'égard des étudiants d'outre-mer, notamment en ce Qui concerne l'organisation de camps de vacances. • IJOlrx Ie-atee-nelle ••• En Quelques mots, Charles Palant tire les conclusions des débats. L'appel pour la S" Journée Nationale (que nous reproduisons en première poge) est alors adopté à l'unan imité. Voici quelques extraits des discours prononcés par Y ves Farge aux différentes journ ées IVationales du M.R.A.P. : HITLER nous dit qu'en enseignant l'~nticommu!1isme, on enseigne en meme temps le mépris de l'homme, et qu'en enseignant l'antisémitisme, on enseigne encore , le mépris de l'homme, et nous savons que c'est par ces deux abominables démarches de l'esprit que l'on en vient à paralyser, à diviser, à stériliser les républiques, pour le conduire dans les terribles aventwres dont nou,s avons, les uns et les autres, gardé le souvenir. .. Il est bien connu qu'en France on se retrouve toujours dans le Commenl nous preparon~ le 14 Juin Dans le cadre de la préparation de la S, Journée Nationale, des amis nous ont demandé : « Comment avez-vous lié pratiquement, dans le 19. 10 que~ fion, financière aux outres taches politiq1les ? » . Poser la qllcstion, c'est y répondre. Nous avons, jusqu'Ici, rempli nos engagements financiers. Depvi! le 1er février, pl,", de 35.000 fr. ont été remis au MRAP. C'est clanc l'action permanente de notre section que sc sant concrétisés ces résultats encourageants. Nous ne ~ammes pas des « techniciens » de la souscription et nous n'avons pas de secret. Nous noU! présentons à la poPlllation de notre arrondissement en adversaires résolu! du racl_o, de l'antisémitisme, du réarment d'une Wehrmacht nazie et revancharde. Ln taches sont étroitement liées : objectivement, on n. peut dissocier l'aspect financier des autres actions de notre Mouvement. Nous avons organisé trois séances cinématographiques, plusieurs assemblées populaires, une goguette, un meeting pour les Rosenberg, de! campagnes de signatures poÙr le! Rosenberg, contre les accord! de Bonn. Toutes ces actions se sont déroulée! avec succès, et nOS amis ont été d'autant plus encouragés à nous soutenir financièrement. La diffusion de « Droit et Liberté " nous aide aussi énormément ; c'est une arme pour notre combat et en même temps, un moyen Incomparable de contact avec la population. Aus,;, lorsque nous sollicitons l'appui financier inclispensable pour une action déterm inée, les ouvriers, les artisans, Ics boutIquiers versent malgré les difficulté. économlques présent.5. Lor~ d. la préparation du meeting pour les Rosenberg, l'imprimeur à qui nous ayons fait appel, ne nous demanda pas un centime pour la confection des affiches et des tracts. Est-ce à di,. que notre section fonctionne comme un mécanisme d'horlogerie ? Non, cela ya de soi, mais nous nous affo,",on. de tenir compte des faiblesse! quand elles se manIfestent, pour les écarte, par la suite. C'est avec confiance et enthousiasme que nous préparons la 5' grande Journée Nationale. A cet effet, nous établissons un, plan minutieux de travail oÙ nous fixerons tous les objectifs de notre arrondissement. / Nous voulons faire et nous ferons de cette Journée une éclatante manifestation de la force et de la santé du MRAP. Jo MARCHEWKA. Secrétaire de la section cl.. 19'. malhewL Le problème que nous entendons poser et résoudre aujourd'hui dans l'actiün civique est le suivant : IL FAUT, CETTE FOIS, SE RETROUVER AVANT LE MALHEUR ET POUR CONjURER LE MALHEUR. (Première journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, 22 mai 1949-) Apporter la vérité ON a qualifié cie génocides les ter ribles ma~sacres qui, cntre 1939 et 1945, décimaient des dizaines de millions d'hommes et de femmes. La guerre que l'on nous prépare pour demain s'apparente à cet effort d'extermination massive, NOliS al'ons gardé le souvenir de nos deuils, nous savons qu'à force de vouloir séparer les uns des autres les 'hommes libres de tous les pays - les hommes libres de notre pays - on s'acharne à paralyser la France pour la précipiter dans un nouveau malheur et ce la, les combattants de la Paix et de la liberté entendent l'éviter à tout prix ... Et pour terminer, je veux rappeler la parole d'un grand ami des Juifs, l'abbé Grégoire, qui avait dit: « D'abord apporter la vérité, enSUIte marquer du sceau de l'infamie tous les pro\ ·ocateurs. » C'est ce que nous faison,s. (2' journée Nationalc contre Je racisme, l'an tisémitisme et pour la paix, Il juin 1950.) Défendre les droits de tous les -hommes NOUS sommes atteints comIllC \'OUS, par les m~uvaises odeurs de l'antisémit:'; Iî1~ et pa l' les ma uvaises actions du racismc. Dans le combat que \'OUs men~ z, à chaque heure de la journee, \'OUS entendez démontrer qu·e·n aucun cas, l'homme ne d,lit abdiquer sa dignité, qu'en

1 ;Icun cas, il ne doit renoncer

il respecter le droit, qu'en au( i1n cas, il ne doit demeurer r::ssif devant le déni de justice q:;uld,cn qui permettrait, si vous n'étiez pas là, si nous n'étions pas là, que l'on accepte le crime q~li ~isque d'engloutir nos géJ1eratlO ·ns. Pour la défense de la Paix, nous ne devons rien laisser passer de ce qui corrompt la pensée, les coeurs et les institutions · (4' journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, 20 mai 195L) Il n'y a Tien de plus urO'ent que d'obtenir une réponse ci~ire du gouvernement de la France à cette proposition paCifique. C'est da'J1s cette seule voie ql'tC nous sauverons la Paix et la France. Dr A. KRIEGEL. Membre de la Commission Permanente du Mouve_ ment de la Paix. La paix leur lai# PEU ••• Void, rele\'ées dans la presse, quelques-unes des réactions SUIScitées par les récentes initiatives de l'URSS et de la Chine t'Il faveur dc la détente intnJ1atlO Ilale : ADENAUER « L'Ouest doit COI/iiI/ua, SI/ilS jaillir, cl construire sa d(; fellse (sic). C'est la seule l'oie lfui s'offre cl nous. «' ... Même après une l'nt ente au sujet des corridors aériens et après un réglement du conflit coréen, les conditions préalables cl la continuation de la guerre froide s.eraient peu modifiées. » SYNGMAN RHEE « Un réglement de la guerre de Corée qui nous laisserait divisés serait considéré par notre population comme llll apaisement al/X communistes. « La Corée doit être réunifiée au moyen d'une victoire sur le Yalou, notre vieille frontière septentrionale· ) TAGES SPIEGEL, journal d'Allemagne Occidentale. « Les réccntes ouvertures soviétiques constituent l'agression la plus étendue ef la plus dangereuse que le Kremlin ait déclcllchée depuis longtemps, » ARRIBA, journal franquiste. « Ulle paix neutre équivaudrait en fait à lIne victoire dl! Moscou. » LES AUTORITES AMERIe AIN E S (selon l'agence REUTER). « Les autorités amencaines semblent très affectées par les réperwssiolls possibles de Iq dernière « offensive de paix :. soviétiqlle SIlr le réarmement el la défense de l'Occident. « La dernière série de mesa res conciliantes est considérét comme une des plus dangereuse' manOEuvres visant à séparer le; Etats-Unis de leurs alliés euro., péens. ~ DROIT ET LIBERTE 6 gse JUSTI'CE POUR LES ROSENBERG! Uri appel du comité de défense: RENFORCEZ la protestation , • De nouveaux Cléments sont venus, ces temps derniers, renforcer avec éclat la thèse de " innocence d'Ethel et Julius I ~ o senberg: publ ication d' lin texte man uscrit de Oreenglass, p r incipal témoin il cha rge, reconnaissant le caractère mensonger de sa déposition

découiVert-e d'une

table qui avait été présentée fau ssement par l'accusation, 'comme pièce il conviction . Ces f aits sont un g rand encoaragement pour les défenseurs des Rosenberg. Le Comi té Fr ançais de Défense des Hosenberg lance lin appel solennel il tous les Fr ançais épr is de justice, il tous les gens de COEur, po ur que dans les jours qui v rennent, se multiplient les protestations, les pétitions, les délégations , auprès de l'ambassade et des con sul ats des Etats-U ni s· La protestati on de l 'o pini on mond iale est parvenue jusqu'il présent à empêcher l'exécuti on des deux innocen ts. Il est possible, cn p oursuivant et en inten sif iant nos effo rt s, de faire tr iomohcr défl r,it;\lement la justice. LE COMITE FRANCAIS DE DEFENSE D ES ROSENBERG. Des milliers de signatures à l'ambassade des Etats--Unis Une délégation du Comité fran ça is de Défense des Rosenberg s'est re ndue l ~ 23 avr il il l 'ambassade des Et ats- Unis. Elle comprenait l es éc r ivai ns André SPIRE et Michel LEIRIS ; MM. E rn est KAHANE, maître de l echerches au CNRS, Charles PALANT, secrétaire général d :1 M I~AP , ainsi que Colette MOHEL, Albert YOUDINE, Albert LEVY et M' DYMENSTEIN, du Bureau National du MRAP· La délégation a remis aux autorités américaines des lett res, résolutions, pétitions pou,r la révision du p rocès Rosenberg, po rta nt plusieurs mi ll ie r·s de ,signatu res, qui étaient parvenues au Comité au cours des dern ières semaines. MM. le professeur Vladimir FROLm, -, de l'Université de Paris, le docteur Jean DALSACE, Gahriel TIMMORY s'étaient associés à cette démarche. tendances. Une collecte f ructueuse a été faite pour soutenir la compagne en faveur des Rosenberg . Une délégation est allée, quelques jours plus tord, porter à l'ambossade des Etots-Unis, la réso'ution adoptée. Au Commissariat à l'Energie Atomique Les trava illeurs scie";tifiques du Commissariat à l'énergie atomique ont constitué un Comité de Défense des Rosenberg. Ils ont lancé un appel soulignant l'absurdité des affirmat ions de Greenglass sur le « vol du secret de la bombe a tomique '. Cet appel se termine par une demande de révision du p:"ocès, A l'Ecole Normale SupérieUl'e Quatorze professeurs, quatre membres de l'administration et dix-neuf membres du personnel de l'Eccle Normole Supérieure, à Paris, ont signé une pét ition demandant la grôce des Rosenberg. Greenglass avoue qu'il a menti

lh Il' l i ll'p : ({ Coup de th _âtl'e

dans l'affai re Rosenberg ? » Je .i umnaJ Combat publiai! Je 18 a \'l'il. un!' Ip tl !'e Illn nthl'1'il c ci l' lJa\'id l l l'rf'ngl,\s s. pri ncipal 1(' nloin il clLarg!' LIu pl'od's nosenhel'g, donl d r~ pl lul!l(' upips ,, ('naienl d l' Illi pH:\·rnir. Il don- 1 nai t !ln fac' similé de ces cloeu' mcnt,: , soulignant que ({ s'i ls sont exacts... David Gr eenglass reconnaît impl i cit ement que sa déposition devant la police et la justice contient de nl mbreuses contre-vérités ». b: t Combat aj uulail. qu'il es t « prêt à les soumettre à une vér ification facil e, p uisqU ' il s'agit de compar er l esdits docump. nts avec l 'écriture de David Greenglass ». Etant donné l 'Im \J ()l'l anl'p dt' l' es doculllenl ,;. le COlllit(, fl'an ; ab de D,' ren se d e~ ltusenlJ81'g en dpl11Hllda aus"il ùt cOIn muni , aliufl , et il I('s lra f1~lIlit d' lll'genel il l'aYocat dp ~ Ru se nlJerg, ain si qU ' il l '€'i'lse mbl r dl' la J!r e~SP.

\01!~ l'n donnolh ei-desso\!s

lil traduct ion int.:'grale : « Samedi, j uin 195 0. « Voici à peu près les déclarations que J'ai faites au F,S." : « 1, J'ai déclaré que j'avais reçu Gold à N,M., 209, N High Street, mon domicile j ils lie FBI ) m'ont dit que je lui avait dit de revenir plus tard, parce que j e n'avais pas les choses pr·êtes. Je ne me souvenais pas de cela, mais je l'ai laissé met tre dans ma déclaration. Lorsqu'il est revenu à nouveau , j 'ai dit que je lui avais donné une enveloppe avec les trucs dedans sans m'at t endre à être payé et qu'alors il m'avait donné une enveloppe dans laquelle j'ai trouvé plus tard 500 dollars, « 2. Je leur ai dit qu'au cours d'une visite que ma femme me f it en novembre 1944, elle me demanda si je voudrais donner des renseignement s. J'ai fait bien attention de dire au FBI qU'elle transmettait cette demande de la part de m~n beau-frère Juli us et que cela n'était pas sa p{'opre idée. Elle fai sait cela paf'ce qu'elle pensait que je pourrais être en colére si elle ne me l 'avait pas demandé. « J'ê-Ï al :rs mention né un rC:1 - dez- vous avec un Ilomme que j e ne connaissais ' pas, ar'rangé pa l' Juli us. J'ai situé approximati vemen t l'endroit du r endez-vous, mais pas la date exacte. Le lieu était une voiture Olds appartenant à mon beau- pére, quelque part au-dessus de la 42" ru e, sur la première Avenue, en mars. J'ai parlé à l'homme, mais Je n'ai pu me rappeler que trés peu de choses au sujet de notre conversation. J'ai pensé que peut - êtr-e il voulait que Je N~ fléchi sse au sujet des lentilles d' i mplosion utilisées dans les e xp é~i en ces de _la bombe atomique. « J 'ai fait une déclaration sur mon âge, etc. Vous savez ••. les choses habituelles. Je n'ai ment ionné aucune autre entrevue avec qui que ce soit. « Encore une chose: j'ai identifié Gold par un bout de papier ou de carton, mais je ne leur ai pas dit où ni comment je l'avals eu. J 'ai aussi placé d'une façon cortaine ma femme en dehors de la pièce au moment de la visite de Gold. « Egalement, je ne savais pas qui m'avait envoyé Gold. « J 'ai· f ait aussi un croquis au crayon d'un moule de lentille d'implosion ut.ilisé pour une exp. érience. Mais je dols vous dire que je dois honnêtement reconnaître que les renseignements que j'ai donnés à Gold ne sont peut-être pas du tout ceux que j'ai dits dans ma déclaration. » Les aveux de Greenglass La ledure all enti"c 1" celle Ictl l'l' cl ~a comparaison a\'cr la cI('p o"ilinll de Gre cngla,.,.; au pro cè s RosenJJel'g l' nll'aincili Ips cnns/a l aI i o n~ ,.;ui\'anl es : J. Greeng lass a JaiRs,' intro dui l'e dan~ Ra cI('cJaralion dp ~ ('l c'lll efll,.; qui lui onl (, l,' « ,ugg él'l's » par le FBr. ( Je ne me souvenais pas de l'ela. Illo is jr l'ai laiss(' 111('111'(' cl an,.; llHl d(' cl aral iOIl ... ») . t. Il ~'('sl al lilp l](', stl iglleu,p IIlenl il. 1' ()1npl'orneltre .Tlllius Ho," cnllel'g. ( J'ai rai l bien atl(,l1- 1 ion dl' dit'!:' au PB 1 qu'ellc LI'nnslllP!i ait l'clip drlllUnde de la pa:'l d t' Il!on !l C',il l - l' i'i'!'t, .1 11- 1: 11 '... » 1 . '

1. 11 ~ 'p ,.;l atlacilt' en IIU' III,

1 (' llIp~ ;1 dis('ulp el' ~a propl'" .\ jJl"·s la PUl ll i, ',d i"1\ dl' ,' , ' dll (' l1ln"II I.;. 1 .. l',\'ision dl1 pl'' ' ';';in p".;" pl ll'; "l1 r .inllla i ~. l'Pllll1le, Rulll lirrcllglas,.;. ( .J 'ai ,--_____________ _______________________________ _ aus;;i pla(' (' d'une f J; lIn crl lalnr Illli l'elllille Pli dehol' ; d l' la pi c'Cl' Hl! lllomenL de la \'i sil .(' dr (101 l I. ») . Après lecture du recours en A grace ••• 1. . La mémoire de Gree nglass a (0[(, singulièl'ement « mfraÎchie » entre sa dé,position au FR I rl son l ~ mo ig' n3ge al! 1'1'0 - cè~. En efret: a } Il dl'clare au PBI qu'il « n'a pu ~e 1'appder que très peu de chuses » d'Ullt" « cuo " el'salion » dont il donne tuus les dHaiis au procès. b ) JI déclare avoir id,enlifié Guld « pal' un bout de papier ou dl' car lon », alors qu'il préci,e au procès que c'est une b utte de « j ello » qui il ser'vi il l 'idenl i fica tlon. Sous ,l vons ;]J ublié dans notre lendel' IlUIII (' !'O de, lelll b adressées pal' tli\' el'~ cs pe1',.;onIlal i ll', au CUlni t,; l' l'alll:ai.; d " Défens!' des Husenberg, ap!'i'" lec tu1'e du l'eCllUI'S Cil rl'âc.e de,.; deux. inllu ce n t~. Voici q ue lqu e~un e, des [WlI" .. !l es l'éponse,; q ui sont pan ·enll e,.; au COlld t,',: M. Jules BLOCH Professeur Honoraire au Collège de France Inutile que je répète, ce qui a été dit et bien dit dans le rec~ ur s en grâce et dans les déclarations de ju ristes compétents. Quant à être d'accord avec vous sur ce scandale, qui ne le serait, s'Il vo ulait bien éc.outer Jean CASSOU Directeur du Musée d'Al't Model'ne ... Cer taines circonstances de ce pr ocès et, en partic ulier , le f ait que l 'accusation portée contre les Rosenberg est principalement basée sur le témoignage des Greenglass, c'est-à-dire d'accusés do nt, au contraire, la culpa· bilit./ sembl e établ ie, ne laissent pas d'êt re extrêmement t rou blantes, D'où le devo ir, pour t out homme de conscience et de bonne f oi: de s'associer à toute campagne d'opinion t endant à obtenir la suspension de l'exécution des Rosenberg et la révision de leur procès. Je souscris de tout coeur à la pétition que votre mou vement organi,se en ce sens. Charles IMBERT CompositeUl' Mon point de vlle su r cette « affaire » est qu'il s'agit d'une criante injustice, d'un moyen d'I ntimidation. Mais en fait, cette arme se retournera contre ses instigateurs, à condition que toutes les bonne8 volontés continuent à protester pour empêchel'" le crime, digne de la pire bar bar ie, crime qui con " steralt il assassiner les deux innocents, Et hel et Julius Rosenberg, Une f ois de pl us, j'envoie ma protestation.

,. Greenglass reconnail enfin

que les « renseignements dunnés Il GulLl » , quand il l'a ren cuntré (ayant SO/1 arrestatiun ) " ne sont peut- être pas ùu tuut l'eux qu'il a dits dans :;a déclaratiun » GU FBI et au fJrUCt\ s. Tuus ces faib cont'irlf1ent pleinement les observu 1 ions llt'j;). puIJlivcs pal' les ~ a\'a nts et le" jUl'i st cs les plus (' lilineil ts suc' l'ill\'!',liselnblant!e du témoignage de Gl'eengla s, Il apl,ar'aIt ]Jlus elairemenl encore quc la déposition de ce sinistre indiviùu a t,té l11ise au point dan" le cadré de la machination pol icil' re montée de toutes pière!' ('onlrr 1eR Roen lui-même la voix de l 'éq uitéï------------------------ -----~ cnl)prg. ou du bon sens ou d~ la charité? Pierl'e LAROCHE Scénariste Je su;s cont re la peine de mort, mais je suis aussi contre l'assassinat . L 'exéc ution des Rosenberg SE, rait un assassinat. Il fau t protester deu x foi s, Après la découverle de deux faits nouveaux Une déclaration de Me Marcel WILLARD Avocat à la Cour Après la décoUl'I!Tte de pll!sieurs faits nouveaux prouvant les menso/lges de Greenglass, pl Încipal témoin à c/zarg~ . du procès Rosenberg, le PHstcipeux défenseur de Georges Dc mtlroJl, M' Marrel WILLARD, avocat à la Cour, llO llS a adressé la lel/re suivante : vant les peuples et devant l 'Histoire si jamais les magLsrrats qui la CompO:ient s'exposaient il l'ineffaçab le déshonn eur (qu I les atteindrai t· tous) ~n reno:lvelant le geste de Ponce Pila te. Ethel-Julia .. · IUSEZ NOS LECTEURS '" Ce qu'en:pense M. de Rotschild M. Pierre F .. . IPari s, I Se). nous fa it part d'un échange de lettres qu'il a eu avec M. Guy de Rothschild . Ce dernier lu i ayant adressé un « appel personnel • en faveur d 'une organisation qu' il p réside, le « Fonds avons horre ur d'user d'un voc a bula ire qui dépasse les bornes de la bienséance. A vec la sérén ité, la neutra l ité et la b ienséance qui le caract érisent, le bulletin en quest ion a pa rtic ipé activement àla compagne ca lomn ieuse sur « l'antisémitisme en URSS . Il est vrai q u'i l a par lé aussi des Rosenberg : une page de calomnies pour une ligne en faveur de la justice. Social Juif Unifié " M . F .. . envoya la -:-__________ ___ _ somme de 250 fr. et profita de l'occasion pour tenter d 'obten ir une prise de position en f aveur des Rosenberg. Je m' intéresse au sort des malheureux Rosenberg, israé lites amé rica ins, éc rit-il. Persuadé qu' il ne peut vous laisser insensible, je vous adresse, cijoint, une corte, que je serais trés heureux que vous me retourn iez revêtue de votre signat ure, Jointe à celle d'autres éminentes personna lités, ellc peut avoir une g ra nde influence G,Ur ceux qui dét iennent la vie de ces deux malheureux. Il reçut, peu après, un accusé de réception de la somme versée. Mois des Rosenberg, pas question. M . F .. . insista, dans une nouvelle lettre: "Les stalues meurent aussi" (Suil !' d,' IiI ]Inge i l CI uant t ou! les actes essentiels de la v i ~. De ce film d'art, se dégage un scnti ".::nt qui, peu à peu, vous p énè~;) et vous place devant l'é vi da:1ce : si différent es solentelles, il n'y a de distance q ue les kilomètres qui les sépapent, entre cette ci vilisation ct la nô- De nouvelles tre. 1 délégations De nouvelles délé9ations se sont

endues à l'ambassade des Etats-Unis,

à Por i s, pour demander la révision du procès Rosenberg , après la découve rte des f a i ts nouveaux qui confir' nent l'innocence des deux condam- Double coup de théâtre A UX yeux du monde entier, le;; époux Rosenberg o'nt été co n da mn~! sans p l eU\'c et c'est à peine si, dans cette nOl1\'elle affai re Dreyfus, I! raison d 'Etat prend la peine M. et Mme Van Haaren, de La Haye, vi'ennent d'apporter une émouvante contr i::utio:l à la cause des Ro se n b ~ ~ (] . Vous ne pouve.z. ignorer J'extrême urgence d'une prise de posit io!l nette ... Je ne puis croire que le président du FSJU se f era, par san silence, le complice des a ssass ins de deux Israélites. Je vous adresse donc un dernier et pressont appel. Sans réponse de vcus, je t irerai, à mon grand regret, de vot re a t t itude, la concl usion qui s'imCe film sobre, mesuré, remarquablement r éal isé, est prof ondi mcl1t antiraciste, Mais au prohlèmo posé par l'évocat ion de ~ « malentend us » entre noirs et blanct, une bien (, ur.eu.'c décision fut 1.1 réponse: « Les Statues meurent aussi » ( c'est le titre du film), n'entr'eraient pas en compétition à Cannes, cette oeuvre étant connés. Citons notamment: une délégation


~ _ c-t~ l~ •

(S uite lie la page 1) qu 'il n'y avait pas de tab les de moins de 85 dollars chez Macy's. Or, la fameuse table vient d'êtr ~ etrou vée e identifiée par la qui, avant 19S9, soutenaient Hitler et Mussolini, réclamait l 'exécution des époux Rosenber g. Un document sensat!onnel a été publié plr le j ournal « Como. oJ. --.. . caine, d'en constater l'aut.hentlcité, par un examen de l'écritu~e de Greenglass. Toute l'accusation s'effondre. .' dl: se dissinwlcr . C'est la réprobati on unanime qu i avait obtent , cn 1906, la révision du p rocès D reyfus, le traît re ei le Grtce à la campagne mondiale faussa i r e ayant été confondus. ft H- :t--CII'" i t fAnAn 0-1 · j,,-,,_~ _______ ~ __ _ Une petite fille leur 05t née il y a quelques Jours, et ils ont décidé, en hommage aux de ux innocents , de la prénommer

Et hel-Ju lia.

Le C o mit~ hollandais de 'UI puserQ ••• C'est alors que lui fut adressée cette répon se, on ne peut plus évaslve

Nous devons vous dire que M. Guy d~ Rot hschild est, en même temps que président du FSJ U, président du Converte des faits nouveaux qui confirment l' innocence des deux condamnés. Citons notamment: une délégation des travai lieurs des chèques postaux; une dé'égation de la maison Schmidt, 8runeton et Morin, de Gennevilliers; la section du MRAP de Montreui l. Meeting dans le 18" Un meeting s'est déroulé salle Verte, dons le 18' , le 17 avn!. Ont pros successivement la parole : MM. le pasteur Lenebach, Camille Denis, conseiller général de !a Seine; le R.P. BerDer et M' Claude-Frédéric Lévy, membres du Bureau National du MRAP. Une résolution a été adoptée à l'unanimité par l'assemblée composée d'hommes et de femmes de to\,t .. s qu 'il n'y avait pas de tables de moins de 85 dollars chez Macy's. Or, la fameuse table vient d'être retrou vée, et identifiée par la Direot;on de Macy's; cette table a~' ait bien coûté environ 20 dollars ; il s'agissait d'un article très courant: les Ro€enberg avaient bien dit la vérité, Dav·id Greenglass avait menti, e~ le procureur Saypol s'était livré à des divagations romanesques contraires 'à la vérité ... La vérité finit toujours par faire son chemin, et cela explique la hâte avec laquelle une partie de l'opinion américaine, empoisonnée par les j ournaux Hitler et Mussolini, réclamaIt l 'exécution des époux Rosenberg. Un document sensationnel a été publié pllr le journal « Combat », qu,i, sur notre demande, nous a remis une photocopie. Il ~'agit de la photocopie de trois pages manuscrites, éorites par David Greenglass, dan~ lesquelles ce dernier reconnalt expressément que le FBI lui a fait mettre d.ms sa déposition des déclarations contraires à la vér

té, ou dont il n'avait plus aucune

souvenance. Le Comité Français pour la Défense des Rosenberg a envoyé, par avion, ces photooopies à Mu Blooh. Et il sera facile, à la justice américt, par un exam de Greenglass. Toute l'aocusation s'effondre. Grrce à la campagne mondiale qUt a fait différer plusieurs fois l'exécution des Rosenbero, la vérité vient de se manifester d'une façon éclatante ; et l'exécution des époux RosenberÇj serait un crime, dont le caractère odieux ne pourrait plus être dissimulé à l'opinion publique mond

ale. Un pays, comme un individu,

s'honore en reconnaissant, en redressant les erreurs qU'il a pu commettre ; et tous les hornmès de bonne volonté attendent avec confiance la révi. .sion du procès. 11:'" Cil 19ü{i, la rcvtsoon du proces Dreyfus, le traître el le faussaire ayant été co nfot1du~ . Dans le procès de5 Rosenberg, aucull honnête hlmlllE:' n'admettrait que la révision soit refusée et que lei' condamnés soient privés du droit élémentair\! de faire éclater leur innocence, alors que deux fails 1l0:lvcaux ont été révélés publiquement, q! ,i établissent dans quelles cond: tions le témoignage à charge du dénÛ'nciateur Green glass a été fabriqué. La responsabilité de la Cour Suprême serait écrasante de- ,Une interview de M. Joseph BRAININ: // Ethel et Julius Président du Comité américain de Défense des Rosenberg ont tonfiante dans la solidarité des ~ommes de toeur " De pass.a'Qe à Paris, Monsieur Joseph BRAIN IN, président du Comité américain do Défense des Rosenberg a b;en voulu accorder un interview à DROIT.. ET LIBERTE. Voici les déclarations qu'il nous a faites. 1) Où en est la campagne pOUl' les Rosenberg, aux Etats-Unis? - Il y a aujourd'hui, en Amérique, des millions de personnes qui t iennent les Rosenberg pour innocents; des millions qui éprou vent les plus grands doutes au sujet de leur culpabilité; des millions enfin qui, tout en les croyant cou,pables, estiment que la 'pei ne de mort cst injustifiée. Dans ces conditions, de multiples initiatives sont prises dans les milieux les plus divers, aux quatre coins du pays, en dehors même de la campagne menée directement par le Comité de Défense, qu i a tant contribué il alelier l'opi ni :m. Les déclarations retentissantes des professeur UREY et EINSTEIN ont été appuyées par un grand nombre d'hommes de science. L'émotion est grande parmi les intellectuels· places) sera la plu,g grande manifestation qui ait eu lieu en faveur des Rosenberg. 2) Quelles sont les répercussions de la campagne mon - diale ? - j e veux tout d'abord saluer l'action vigoureuse menée par le peuple de France, Jointe à celle de tous les Iyeuples du monde, elle nous est !:on grand encouragement et elle in flue, sans aucun doute, sur les milieux tcsponsables de la condamnation des Rosenberg. La journée de délégations q~le vous avez organisée le 13 janvier a été particulièrement efficace. Au Ministère de la justice, l es appels et messages ven us de tous les pays du monde, emplissent l'Ine pièce entière, 3) Avez-vous pu vOIr Ethel et Julius Rosenberg? - Non, car les autorités ju diciaires les tiennent dans le plus grand isolement. Ils ne peuvent voir, de temps Cil temps, que leur avocat, Emanuel BLOCH ou un membre de leur famille immédiate· Ethel est la seule femtllC 0 11 Amüique, qui soit condamnée à 11I0 rt. La section des condamnés il mort dans la prison des femmes de Sing-Sing n'est maintenue que pour elle. 4) Que savez-vous des pressions qui sont exercées sur les deux condamnés? - Ethel et Julius Rosenberg fo nt preuve d'un moral extraordinaire. Même aux jours les plus sombres, quand le Président Eisenhower a rejeté leu!" recours en grâce et que la chaise électrique était préparée pour eux, ils n'ont jamais faibli, ils n'ont pas cessé de proclamer lenr innocence· Pourtant, de nombreuses tentatives ont été faites pour les pousser à acheter leur vie au prix d'un reniement. On a utilisé à cet effet même des membres de leur famille et jusqu 'à leurs enfants. On a fait également savoir à Eth el qu'elle alliait la vi.e sauve si elle faisait « parIer » son mari. Cette guerre des nerfs, que l'on a comparée à la « qwestion du 3' degré » se heurte à la résolution des deux innocents et à leur confiance dans la solidarité des hommes épris de justice, C'est il dessein, semble-t-il, que l'on a cho;si pour Itur procès, un juge et un procureu,r juifs, sachant que ces derniers seraient intimidés par la presSion des groupes antisémites et anticommunistes, dont l'influence sur la vie politique américaine croît sans cesse. Conformément à l'état d'esprit de leur milieu, ces magistrats, pensant écarter d'eux l'accusation de « judéo-bolchevisme », se sont faits sciemment les bourreau,x des Rosenberg. Il est donc certain que l'origine ju ive d'Ethel et Julius Rosenberg a été déterminarrte dans leur condamnation. D'a'utre part, il faut souligner que sur les deux millions et demi de juifs (un quart de la population) qui habitent NewYork, aucun n'a Hé retenu par le tribunal comme membre du jury. Les groupes antisémites ont exploité au maximum cette affaire, qui justifie, proclamentils, les campagnes qu'ils menaient, bien avant, St: r le « \'01 du secret cie la hombe atomique par les juifs » . Selon eux, le gouvernement a montré, en faisant poursuivre et condamnant les Rosenberg, qi/ il comprenait le « danger juif ». Cc' n'est un secret pOllf personne que la loi Mac Carran su,r l 'immigration et les natl'ralisations est dirigée contre toutes les minor ités, et spécialement contre les juifs. Le collaborateur de Mc Carran, le représentant Walter, a d'ailleurs déclaré publiquement que les adversaires de cette loi sont des « juifs professionnels ». L'antisémitisme se base sur la croyance de plus en plus répan. due, que les Juifs, s'i ls ne sont pas tous des « rouges » (reds) sont pour le ,moins des « roses » (pinks). C'est donc derrière la façade de la lutte contre le communisme, au nom du patriotisme le plus intransigeant, qu'il étend ses ravages dans le pays, jusqu'à Sénat et au Congrès. Dans les Illili eux d'a ffai l'es, où il est très influent, le « théoricien » Mervin J( . HART s'eFforce de démontrer, par ses bulletins hebdomadaires que les Juifs ne peuvent être :onsidérés comme des « citoyens loyaux », parce qu'ils sont associés à la « cause internationale com nll:~ niste ». Cette propagande, violente 01\ subtile selon les cas, que complètent de vastes campagnes calomni euses contre les Juifs qui occupent des postes importants, a des répercussions dans la vie quotidi ~ nne. Il y a quelque temps, un .référendum a été lan, deux innocents, de la prenommer

Ethel-Julia.

Le Comit~ hollandais de défense des Rosenber g, qui donne cette ;nformation, annonce &galement que la campagne se développe chaque Jour davantage aux Pays- 6as. D'éminentes personnalités se pr ononcent pour la grâce des Rosenbet'g. De multiples délégations se rendent à l'ambassade américaine et auprès du premier ministre hollandais, lui demandant d'intervenir. M. Joseph BRAININ des dernie rs mois. L'affaire ROSENBERG est u,ne partie inté~ rante de l'atmosphère ainsi ~r{,ce. 7) Quelles sont, selon vous, les perspectives de la lutte en faveur des Rosenberg? - Il n'y a pas le moindre doute que l'action menée en Amérique, avec l'appui du mond ~ entier, :1 réussi jusqu 'à présent à' sauver les Rosenberg de la mort. Mais les pruchail'es se:naines, '1:';: nOU:i sépa':'nt de la décision de la Cour Suprême sont particulièrement critiques. Les messages. les délégations doivent être plt:JS nombreux que jamais. Il fallt que les appels retentissent avec line fo rce toujour.; Li oissante dans les miiieux les plus divers. Si l'action mondiale s'intensifie encore, nous avons l'espoir cI 'arracher les deux innocents à la chaise électriqu~ et de faire triompher la justice. Fait sans précédent, 2.500 ecclésiastiques, comprenant des évêques, des dirE,cteurs et professel ~ s d'écoles théologiques, viennent de s'ad re sser au Pré" ident Eisenhower, pour lui dem: tnder la grflce des Rosenberg ct sol!iciter une entrevue. Ils reçoivent leurs enfants bne heure par mois, n;ais dans des ('onditior:s très pénibles. La visite '1 lieu dans une immense salle. Et::el et jul ius, placés a[:lx deax co!n.' opposés et entolirl:~ de ga. de~, ne peuvent se par!er: 5) La condamnation des Rosenberg at- elle quelque rapport avec l'antisémitisme? L'antisémitisme, qui a beaucoup gagné à cette affaire, atteindrait évidemment SOJ1 paroxysme si les Rosenberg étaient exécutés. cé dans plusieurs grandes villes r--------------I: n un mois, un million de rnl'~sage ,; ind ivichds sont arrivés de toute l'Amérique il la 1\1:l i::on Blanche. I.e meeting prévu pour le 20

'lv r il au f~andilll's Stadium. ii

New-York (qui compte 35,000 I ('~ t'nfants doh'e,l t couri:' je l'lIll ;', I·;. ut re. Les Rosenberg ne reçoivent al'~lIr.e lettre. Le"r av') ':)! les informe sur l'abondant cOllrrier qui leur est adressé, - Les Rosenberg, comme ce fut le cas pour Sacco et Vallzetti, appattiennent à un groupe minoritaire. 6) Comment l'antisémitisme se manifestet- il aujourd'hui aux Etats-Unis? - Aujourd'hui, en Amérique, l'ant:,,émitisme revêt la forme la plus dangereuse qui soit: il a pris un caractère politique, sur le thème : « Voudriez-vous avoir des Juifs comme voisins? Pensez-vous que des Juifs doivent participer au gouvernement? etc. » Plus de 50 % des personnes ont répondu négativement, affirme-t-on , à ces questions · Les attaques contre les Juifs, leurs maisons et les synagogues n'ont fait que croître au cours L'auteur du " Salaire ~e la peur" L'écrivain GeorgeS ARNAUD, auteur du, livre « Le Salaire de la Peur », vie,nt de joindre son nom à la liste des écrivains qui ont demandé III vic sauve pour les Rosenberg, sive: Nous devons vous dire que M. Guy de Rothschild e st, en même t emps que président du FSJU, président du Consistoire Central des Isra élites de fro ncc. C'ust· en ct.-+tc dcrnièr~ q t;C raé qu'il prendra évenluellement po ~ion sur 10 question Rosenberg, pour QU, ant que l'organisme représentatif d; la Communauto le jugera désirable. A ce jour, M. Guy de Rothschild n'a pas pris individuellement la pos:)ion nette qui lui était demandée. Con.me notre correspondant, chacun tirerc. de son attitude 10 conclusion qui f. ,mpose. L'esprit de Zola C'est également de l'affaire Re onbel9, entre outres injustices,· que M. R,ben H... (MI.Jlhousel. parlait ou G and Rabbin Deut;ch, de Strasboc:rg, dLns une lettre dont il nous adr, se ....- copie. f\ propos d'un article "llr lolo, J~a"~ den..i le Bulletin des '::ommune ;.I~és J)~IVCS d' Afsc;ce. e~ de !...or rolne, l r"l,. L.c:n H... eCrivOIt: Vous dites qu'il to .. t réveiller ce monde chlorotormé. AliX U,S.A., les époux Rosenberg vont être électrocuté!. à l'aide de (C preuves . )) (!) cclo porait incroyoble _ encore plus taibles que celles montées, "il". oussi de toutes pièces, contre Dreyfus. Là aussi, Çlgit la conspiration du silence, seuls se bottent pour arrocher à la mort Ethel et Julius Rosenberg, pour ne pas faire deux orphelin. de plus, Ijne minorité de brochures et publications, celles-.là mêmes qui ont conservé l'esprit de Zola. Je suis sûr que le Bulletin voudra prendre port à cette lutte et se bottre aux côtés des ouvriers de chez Renoult, des Universitaires de Strasbourg et de bien d'autres encore, pour la justice et sa propre vie ... Il reçut cette étrange réponse: Nous ne sommes inféodés à Qt,;:un parti et entendons demeurer neutres tout en stigmatisant lorsqu'il le taut, toute injustice, qu'elle vienne de droite ou de gauche. Mois nous le faisons - vous vous en serez aperçu _ avec 10 sérénité d'hommes qui sovent que l'humanité est faible, et nous (c'est !e titre du film), n'entr'er'aient pas en aompétitlon à Cannes, Gette oeuvre étant conEidérée comme dangereuse parce qu'elle met ~n doute les bienf.:! its de la civiliE:atlon blanche, pour l'art nègre, On proposa aux réa!isateur" de coupel' « les scenes Qênant:ls ». Ils s'y refusèrent à Juste titre. I::t les choses en ~ont rcstces là. Il faut souhaiter pourtant que le bon sens l'emportel'a sur les pr'éJ ugés, la liberté d'exol'ession SUt' le, « tracasseries administratives ", et que nous pourrons admirel' procha;nement ce courtmétrage, qui honore le cinéma français. io séc~nton io COOPERATIVE OUVRIER. Art - Coiffllre - Beauté 126, rue de la Boétie PARIS-3' ELY. 63-40 Réduct'on importante aux Icc~·cu rs du journal - VOIR, C'EST COMPRENDRE ET C'EST AGIR ----a ERNI-BONNARD PROMESSE DE L 'H OMM E L'exc mp!aire nLoméroté : 1.500 tr. L'exemplaire sur Pur Fil Johcnnot ov\oc Lme ~ ithoZJraphic or~g i ncl~ de " n: . . . . . . . . .. 5,000 tr. ARAGON L'EXEMPLE DE COURBET Pr' x : 2.000 tr. Claude ROY GOYA Prix : 1.500 ft. 1 Il P!CASSO-ELUARD LE DE VISAGE LA PAIX L'cxcniplolre num2rcté : 1.200 tr. l'~Acn,plajre ~ur Pu:- Fi l Johannot a vec une lithographie originale 10 Picosoo .. .... ...... 5 ,000 tr. Paul ELUARD ANTHOLOGIE DES ECRITS SUR L'ART Prix 1.750 tr. André WURrflSER DAUMIER Prix : 1.200 fr. DEUX PEINTRES ET UN POETE RETOUR D'ALGERIE Boris TASLITZKY, Mireille r.1IAILHE et Jacques DUBOIS Pc;" : 600 tr, .-~--_. EDn'lONS CERCLE D'Mn -iII!fo1I--_Y , " 22 2 D R 0 J TE,. LIB E R :r E !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!l!!l!!!lI!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!I!I!!!'!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!'!'!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~ Malsr e la vltloire életlorale de Malan En Afrique du Sud l'amitié races l'emportera M. Sam KAHN, a ncien dé- ' puté sud-africai n, a été déchu de ses droits pOU l' a vo ir combattu le racisme. Dans l'art icle que nous pUblions ici, et q ui vient de paraître en Afrique du Sud, il analyse a vec un lu cide cou rage et un sens exaltant de l'avenir, les résultats des élections q ui ont donné la majorité au. Dr rila lan. Cet arti·cle :ncitera plus enco re les antiracistes de France à 1 utter cont re les propaga'ndes de haine, et à exprimer leur solidarité avec les vail lants com battan ts sud-africains de la f raternité- des races. APRES la sin istre victoire du parti na tionali s te, l'Afrique du Sud ne se trouve pas seulement placée devant le même premier ministre, le Dr Malan le même ministère et le même' parti .au pouvoi r. Elle se trouve dans une situa- Le ministre de la «( Just ice )) de Malan brandit le « chat à neuf q ue ues, » destiné à « mâ t er » les noirs. tion pol itique nJuvelle ; non pas nouvelle dans ses fondements et dans ses perspecti'ves immédiates, mais nouvelle quant à son rythme d'évolufon ·et sa tension interne. Le tr iomphe des tyrans racistes les plus réactionnaires, se traduira s~ns aucun doute par de prochains efforts pou,r accélérer la marche au fascisme, qui a caractér~,sé j~lsqu ' à prés~nt le régime natIOnaliste. Mais il est temps, il est g rand des par Sam KAHN ront plus décidés qu'.auparavant à lutter poulr leur vie et leur avenir· parti unifié, est devenu, aux côtés dlll Dr Malan, un ardent propagandiste du « maintien de l'homme nJi r à sa place ». M. St rauss et le parti ' unifié ont adopté tota lement la ségrégation et l'apartheid, si bien qu'en définitive, les deux p:lrtis en compétition rep résenta ient deux poliLques j ume.aes d.l désastre. L'aile soit-disant libéra le et progressiste du parti unifié, le Torch Commando et le Labou r Party, fut absolument silencieuse au cours' de cette campagne d'hystéri,e a·ntinJire à deulX voix que fut la périOde électorale: Dans un discours témér a·ire, M. Strauss menaça du camp de concent ration les SudAfricains qui luttent pour l'égalité démocratique. Aux Indiens, le parti unifié et le pa rti nationaJrste offrirent également l'expuls ·ion de l'Afriqu.e du Sud. Mais t~ltlt cela -ne peut supprimer ce fai t de première importance q u'est l'écrasa nt succès nationaliste. Le gain de 650.000 voix nationa list.es en fa veur d'u ne vig.ou r euse oppression des non-Européens, l'obtention 'de 722.000 'Voix par le parti unifié, en faveur de la ségrégation. cela constitue Ime év idente réalité politique. La bataille continue ..• Dans l'avenir immédiat, la politique sud-africaine sera basée sur un seul principe : l'opp ression maximum des non-Européens · Il appa raît après ce sc rutin qu ' il n'existe pit:,; de divisions réelles dans les rangs; de lil dasse dominante bl::tnche. Seul' 'une fraction insigni fiante de cette classe dominante envisage d'adopte r un point de vue différe ·nt. L'écrasante majorité a la volonté d'autoriser le gouverneme nt à disp oser de la vie des non-Eu ropéens dans toute la mesu re où ce la lui sera possible. Pour l'Afrique du Sud, malade et fatiguée ~e la hain-e raciale, de la ségrégation et des discriminat: lons r.:l ai si'es, tou t cela n'offre aucune perspective favorable. Mais entre le dési r natio' nal iste d'un.e éternelle dominat ion bla-nlhe et sa réa lisatIOn, s'étend un \'a~te champ de bataille. Affi rmer que cette bataille est inévitablement perdue, ti rer des conclusions mécaniques de la p résent~ situation, c'est mal lire les jalons qui se trollvent sur la route de l'aven' r histo ril1ve. La voie du salut Pour un pacte, de paix entre les Cinq Grands "La peine ,de . La victoire électorale du Dr Mal.an a pour cause p remière le fait qu'-en ra ison de multip l,es entraves, les non-Européens ne 'Votent pas. Il y eut aussi d'autres facteurs, moins importants, mais d'nne grande signification. D'abord, la banqueroute de la politique d.e M. Straus.s, qui est devenu l'omb re du Dr M.a lan. Ensuite, les ill usio ns entretenues par le parti unifié en refusant une alliance tota le avec les nationalistes... Enfin le parti unifié, dans u·n effort désespéré pou r apaise r les électeu,rs réactionnaires des campagnes, s'est refusé à faire q uoi que ce soit pour accroît re le nombre des électeurs de co uleur a·u Cap et da ns les autnes vi ll es. A travers leurs dirigeants, à travers leurs organisations telles que le Congrès National Afr1cain et le Congrès Indien d'Afrique du Sud, les non-Européens ont tendu la main de l'amitié et de la coopération à leurs frères blancs. Seule l'union entre noi rs et bla ncs peut sauiVer l'Afrique du S\.:d de l'abîme où la plongent les haines de race, les misé rab les d isc riminations racia les. Tout bon SudAfricain doit contribuer de toutes ses forces au renfo rcement d,e cette unité ent re noirs et blancs sans laqu,elle notre pays ne pourw. être sauvée et aucun de no us ne pourra vivr,e libre. L ·U.R.S.S. el la Chine mort pour répondentfavorablement les Juifs Il au Congrès des Peuples pour la Paix Da ns ces conditions, le mouvement susc~ptib l e de faire échec au gouvernement malanaz ·i ne pouvait venir de la dir, ection réact ionnaire du parti tlInifié. Malan n'est pas éternel La situ.ation est-elle aussi dés\ 1 est temps d'offr'Ïr au peuple un choix r-éel. \1 est g rand temps déjà pour l'union des noirs et des blancs qui sauvera l'Afrique du Sud du f léau raciste, personnifié par les tyrans ·nationalist,es. Le d roit de 'Vote pout!' tous, les mêmes droits pou r tous; l'Afrique du Sud pour tous: telle est la voie du sa lut. La Commission interna tionale élu e au Congrès des Peuples .po ur la Paix , en décembre derni er, a adressé au début d'avril un message aux g ouvern ements de l'URSS, des Eta ts -Unis, de la Pranc e, de la Grande-Bretagne et de la R{'publique Populaire Chinoise, les im'itant à entr.er en poul'pal'lers pour la conclusion d'un pacte de paix. Le 27 a\Til, ~I. ~I o l o l o v, ministre des Affaires é trangèr es de l'URSS, a r épondu affi rmativem ent à cet appel. 'espé rée que le croient ceux qui .-----------------------------i parlent d'une domi nation nationaliste pendant vi ngt ans? M. J.-G. Strijdom, mi nist re nationa liste, a décla ré b ruyamment que les nationa listes étaient au pouvoir pour toujou rs. Hitler, lui aussi, r.appelons- le, proclamait que les nazis dirige ra ient l'Allemagne pendant 1.000 ans. Le coutp terrib le c;ue la démocratie a reçu

par ces élections, éclairera de

nombreux électeurs blancs, particulièrement ceux de langue a ng laise, et ils comprendront que I·eur culture, leur langue et leur mode de vie s-ont menacés par un g roupe politiqL!e rapace, déterminé à instaurer un régime nazi basé sur le pr-in cipe: une langue, un pa r ti, une église. Les attaques scélérates lancées par les nationalistes co ntre les tr ibu'naux ,et J'ind épendance des juges, leur total mép ris pour le système parlementaire et ses traditions, galvaniseront les défenseurs de la liberté et d,e la démocratie, et ils s'-attacheront à stopper l'offensive nationaliste. Les mi lJ:ons de non-Eur- opéens, n'ayant plus d' illusion sur le caractère du gouv.e rnement et sa vo lonté de les réduire au rôle d'esc laves sans te rre, sans toit, sans foye r, se- Il y a 10 ans, éclatait L'INSURREC TION du GHETTO de VARSOVIE Le gouvernement soviétique, éc rit-il, est persuadé qu'II n'existe pas de question litig ieuse ou non résolue qui ne puisse êt re résolue par la voie pacifique sur la base d'un accord mutuel entre les pays intéressés. En conséquence, le gouverne_ ment soviétique se déclare prêt à ooopérer aveo les gouvernements des autres Etats pour atteindre les nobles objectif SI du renforcement de la paix universelle et de la sécurité internationale. Au nom du gou\'ernement de la République Populaire Chinoise, M. Chou En Laï, ministre des Affaires étrangères, a fait parvenir égal ement une réponse favorable, où l' on peut li re: Convaincu que les · na tions possédant des systèmes différents peu vent coexister pacif iq uement, le gouvern ement de la République Populaire de Ch ine maintient que les recommandations et les proposit ions contenues dans l'appel du Congrès de la Paix répondent pl einement aux désirs de tous les peuples. du monde qui aspirent à la paix. (Voir en pngr 4., l'a r ticle OH DI' A. Krig el : « Paire 1riompil er l' esprit de néogociation » . ) Un document sur le "vote des Noirs" aux Etats-Unis réclame un antisémite américain Le parti chrétien antijuif vient de lancer une grande campagne de propagande. Des tracts et brochures antisémites ont été envoyés, par la poste, à des dizaines de milliers d'Américains. Le dirigeant de cette organisation, Jesse B. Stoner, a commencé sa carrière en 194.2, dans le Ku Klux Klan. Il dé clare que son objectif est que tous les Juifs pu issent être punis de la peine de mort. Le part i chrétien anlijuif est légalement enr.egis tré. Une brochure antisémite distribuée au tonsrès Jméritaln Une bl'ochur an~'s ~ mite de 92 pages vi ent d'è tre distribu ée il lous les membres du Congrès américain par ie sénateur J ack Il. 'renney. Ce demie!', spécialisé ('ga lpm ent da ns l' éditi on de lill.éra tllre anli co mmllnis te, travaille en droite co ll abora tion J.\'ec le s r' nateur Mac Carthy, ,pr és id ent de la «commission des activités antiam éricaines ». Sa nouvelle b rochure, intituIrle La 6" colonne de Sion, écrit notamment: Les Juifs dictent leurs volontés non seulement aux dictateurs communistes, mais aux personnal ités les plus pu issantes de tous les partl& politiques de la gauche, de la droite et du centre. temps de dJnner au peuI?le:------------------------------------------, (j'Afl ique du Sud un chOIX reel entre la guerre des races et la paix èntre les races, entre le prog r~s ~ t la l'éaction, entre la démocratie et le nazisme. A l'issue de son 4' Congrès, qui coïncidait avec le \ 0" anniversaire de sa fondatio n, ['Union des ' fuifs poùr la Résistance et l'Enlr'aide a organisé le \9 avril, salle Pleyel, une puissante manifestation pour commémorer l'i/lsurrection du Ohcllo ' de Varsovie. ( ~ i-de ss us : une IdOW f1 ~ C 11/, ~,. N O. 7i~/'I Deux partis~ un seul programme Le Dr Lehr récidive (Suite de la page \ .) tant typique de l'appa reil g~u- Un « régime laires 1'b:J~- mais indispensables à C/Tj )1 La Commission des DroUs de l'Homme a" " • • ABIDJAN. • UN NOUVEAU PI CES relatif aux é nements de 1949.19 en Côte d'Ivoire, Q lieu. Au cours de c événements, provoql par les racistes, Pl sieurs Africains avaie ~ é té tués ou bles des ce ntai nes aval. été a rrêtés. Ce sont, une fals plus, les victimes que l' on· jug Douze peines de détention a été prononcés. Quatre accu qu i a va ient déià fa it de non breux mais de prison préventl" ont été acquittés. BUENOS-AIRES. • C'EST AU CRI de : ~ Mort a Juifs )) pue les ne rvis péronist ont i nc e~dié divers immeuble dans la capitale argent ine, le 1 avril, au cours des émeutes ql; ont entraîné 6 morts et 150 ble. sés. KSAR-EL-HIRANE (Algérie) • UN CANDIDAT, M. Altia Aïs est mort le 20 avril à la suite d coups de matraques qu' il ava reçus de la part de la police qui était intervenue pendant 1 opérations é lectorales. LONDRES. • « J 'AI RENONCE aux Etats-Un is, a déclaré le gran IIrtiste Charlie Choplin, parce qUI depuis la dernière guerre, j'ai ét' vict ime d' une presse vendue et des mens0'\ges de puissants grou pes réactionnaires, qui ont cré une a tmosphère irrespirable, dan laque lle les e} prits libres ne con· naissent que la persécution. ,. NAIROBI. • JOMO KENYATTA, leader dIA mouvement national d'ém"Gnclpa. tian des Noirs, au Kenya, a été condamné à 7 a ns de travaux for· cés par un tribunal britannique. NEW-YORK. • DES BANDES de fascistes pa· lona is et ukra iniens, protégées par la police, ont attaqué aux cris de : « Batards iuifs ! ... assassins ju ifs !... à bas les communistes iu ifs ! ... » un meeting d'hommage à Stoline, orgcnisé dans le quart ier de l'East Side. • LA PRESSE YIDDISCH comptant, pour l'ensemble des Etats-Unis 4 quotidiens t irés à New·York, a rédu it son t irag" de 400.000 en 1921, à 200.000 en 1951 , indique un rapport du « Jewish Informat ion Bureau ». • CEDRIC BELFRAGE, le rédac· teur en chef du « National Guar· dia" )), journal qui se consacre essentiellement à la défense des Rosenbe rg, vient d'être sommé de compara itre devant la « commission des acti v:tés a nt iamé ricaines n. NICE. • JOSEPHINE BAKER a déc. d'adopter cinq enfcnts de deu. ans, qu'elle fera vivre ens.",hl .. :un Scandinave, un Sud-Africain, un Japonais, un Indien et un Israé!ien. ROME. p rogreS _ démocratie Deux partis~ un seul programme (Suite de la page 1.) tant typique de l'appareil gou- La campagne électorale a vernemental de Bonn, où pullumontré comb;en la population lent les anciens naLis. européoel1ne est I~ée t'ragrique- Droit et Liberté à récemment ment :par la camisole de force évoqué les méthodes fascistes du système à deux partis. Le du Dr Lehr. Grâce à lui, le naparti unifié et le parti nationa- zisme relève la tête et les liste avaient, l' u,n et l' a utre, priso."s se peuplent de 'patriotes, adopté des programmes extrê- de democrates, de défenseurs de mement insolents et a gressifs la paix. Mais cela ne suffit pas. envers les milli-ons de non-Eu- On ne peut revenir à l'hit lérisme ropéens, privés du droit de vote. sans réhabiliter les c rimes hitDans son vain effort pour ar- lériens et aussi les criminels. rache r aux nationalistes les voix C'est à cette fin de renazificades racistes blancs, la politique ti nn que l' « Association des raciale du parti unifié est ap- Policiers Allemands », qui se parue comme un écho à peine réclame du Dr Lehr, vient d~ assourdi de celle des nationa- publier un mémorandum re ~t!nlis tes· M. Strauss, lead er du tissant. "L'ALLtMA6Nt Dt L'OCCIDtNT" ~ar le Pasteur louis VIENNEY Membre du Bureau National du M.R.AP. On n'a pas le droit d'observer l'Allemagne actuelle en spectateur désintéressé. Si demain elle montrait un visage détestable, chaque Français aurait sa part de culpabil ité. Nous voulol1S croire qu'il n'est ,pas encore trop tard pour l'éviter. Cette conclusion du travail de M. G/1Osser (1) suffirait à la justifier et à en recommander la lecture à tous ceux qui sentent l'urgence d'une information personnelle et d'une action immédiate. Le rythme de l'évolution mondiale et la complexité des problèmes sont tels que des guides avertis et sûrs sont indispensables à quiconque veut, et c'est un devoir pour chacun de nous, y voir clair et orienter· son action · M. Grosser est lin de ces guides compétents et honnêtes que son objectivité même conduit à des positions raisonnées et à une orientation non équivoque. Si SO li livr·e n'apporte pas de solutions toutes faites, de for/ IIules politiques magiques, 110US lie vans sans doule lui être reconnaissants de nOllS porter al! delà des sÎ'mplifications arbitraires nées de considérations 011 d'a priori étrangers aux problè/ Iles directement affront és. A vec une rare connaissance .des hommes et des choses, do millant une documentation abondante et précise qùi n'alourdit en rien la lecture de l'ouvrage, M. Grosser dégage les lignes essentielles de l'évolution allemande et de la politique (ou des 70litiques) des alliés vis-à- vis de l'Allemagne de 1941 à 1952. JI dresse le bilan des forces économiques, sociales, intelleefuel:: les, morales ct religie.uses qui, cn Allemagne même sont à l' oeuille" s'unissent 011 s'opposent pour le meilleur et pour le pire. L'évolution de ces dernières années peut faire craindre le pire, mais, s'il semble incontestable que, sur tous les plans, les fo rces de restauration risquent aujourd' hui de l'emporter sur les fo rces de progrès ... la tendance peut être renversée ... (si) les autres pays transfo rment Itur politique, ca r le déve loppement de l'A llemagne occidentale dépend de celui des EtatsUnis .et de leurs a ll iés. Ici vient se placer notre respon 5~ bilité de citoyens f~':a'n çais

avant même d'êt re réa lisé,

le réarmement de l'A llemagne s'oppose à sa rénovation. En accordant une priorité au réa rmement on met nécessaireme nt en veilleuse les transformations économiques ct sociales qui devaient rendre l'idée européenne 'att rayante pour l,es forces je unes de toutes les nations. On prône un anticommunisme dominé par la peur et la haine, au lieUJ d'éviter l'extrémisme de droite en Allemag.ne, et l'extrêmisme de gauche en France par l'application d'une politique constructive .. · Mais un anticommunisme construdif nécessiterait une nu it du 4 août... (alors que) les éléments dét,erminants des actue lles majorités .parlementaires en Allemagne, en France et ailleu rs représentent précisément les couches sociales contre lesquelles les réformes devraient être fait·es ... L'avenir de la r~épubl i que Fédérale dé' pend de la politique inté r i·eure des autre pays emopéens ... La politique de l'anticommunisme militaire favorise en Allemagne le nationalisme et l'irrédentisme· (1) c L'Allemagne de l'Occident, 1945-1952 " par Alfred Grosser. Préface d 'Edmond Vermeil. N.R.F. 340 pages. 680 fr. . Un « régime culturel » Le régime hitlérien est désigné, dans cc document comme ùn régime CIl/turel. Sous ce réI.( ime, expliqul le préambule, les fonctio nnaiies de la Gestapo étaient des instruments sans inikltive. De plus, il tst normal qu'une police politique, qui veut combattre avec succès les activités subversives, ait recours à l'information ... de personnes de confiance. Donc, il n'y a pas de raison de cacher honteusement l'existence des indicateurs. La résistant:e aw régime policier hitlé rien, voi là les aelivités wbversives, selon les amis du l'r Lehr, qui précisent: Les del'oirs légaux de la Gestapo· .. ne difj(!~a ' ('llt fondame/llalement en aucune sorte de la section 1 A tmferll:.ure et de.· polices d'autres régimes culturels. La manoeuvre est si gros!!iè re q u'un journa l occidental de Francfor t, Die Tat, proteste : La liquidation de millions d' hommes, écrit- il, le:! exécutions par le coup de revolver dans la nuque, les tor tures pendant les interrogatoires, les horribles méthodes pour obtenir les dépositions, l'espionnage, la délation, la déportation de centaines de Ill/Ilions d'hommes, ·est-ce donc là, !'"ctivité normale de tO llS les « f'I'g lmes cullurels » ? Les rôles renversés Au sujet dt.; camps de concentration et de l'extermination des Juifs, l'Association des Policiers Allemands s'efforce, bien entendu, d'atténuer les responsabilités, non seulement de la Gestapo, mais de to us les c riminels nazis. JI ne faut pas cacher, affirme le mémorandum, que plus de la moitié des détenus des camps de concentration étaient de dangereux criminels de droit comlaires mais indispensables à l'Etat, correctement, proprement et d'une manière irréprochable. Quel meilleur garant que le Dr Lehr, pour témoigner de la justesse de ces aJfirmations? L'Association des Policiers Allemands ne manque pas de le citer abondamment à l'appui de ces thèses: Il est certain qlle les services de l'Etat, écrit, par exemple, le Ur Leh r, dans le Bulletin d' Information du gouvernement fédérai , n° 19 du 14-2-1952 il est certain que les services d~ l'Etat ont consavé, SOIIS le 3" Reich, une conception objective des devoirs qui leur incombent. Les fonctionnaires sont restés fidèles à leur éthique profesionnelle. Pe/ldant les années 1933-1945, ils sont tombés moins souvent dans la démagogie politique qu'au cOllrs de ces dern,iè res années. Et le mémorandum s ouligne: Ce jugement, valable dans TOUS LES CAS, est aussi applicable à l'ens.emble des fonction naires de l'ancienne Gestapo ... Ils n'ont rien fait d'autre que leur devoir, suivant la conception correcte du sel1vice qui leur a été apprise, et ils ont accompli leurs tâches suivant les tdirectives e.n cours. Tels sont les « ars-uments » qu·e présentent les cnminels de la Gestapo pou r réclamer, avec l'approbation du Dr Lehr, non seulement la réintégration (qui s'accomplit déjà à un rythme accélé ré) mais une réhabi litation ,complète, des rappels de salai res, des pensions et de l'avan-. cement. On voit clairement, par cet état d'esprit que le Dr Lehr sait bien ce qu'il veut dire lorsqu'il s'affi rme prêt à ollvri,., une seconde fois la porte à Hil/er. Aux démocrates allemandS, aux combattants de la paix aux antifascistes de tous les pays de s'u'nir ;pour l'en empêcher! mun. Et il semble défier le b{)n 1---__________ _ sens lorsqu' il ajoute: La Gestapo, dans son ensemble, /l'a pas dll tout participé aux déportations ayant pour but l'extermination des juifs. Face à de telles audaces, commente Die Tat, on évoque des figures comme celle de Baab, polider de la Gestapo, « spécialiste » des « questions juives », qui, non seulement torturait nos concitoyens juifs, hommes, femmes ou enfants. mais encore leur donnait des indications précises sur le sort qui les attendait : chambres à gaz et fOll rs crématoires d'Auscllwitz, Maïdanek; TereZÎn, etc. ( L'éthique professionnelle de la Gestapo. Enfin, le mémorandum décerne ce satisfecit aux organismes inférieurs de la Gestal}O : Ils ont {Issuré leurs services, impopu- Il Y a " créole" et " créole .. On applique le mot « créole " , en Louisiane, oux descendants des Français et des Espagnols (tt a ryens» purs) qui s'établirent il y a plu sieurs si èc~~s dans cette province amé ricaine. Mais à Mobile (Alabama), les « créoles n sont des g ens qui ont du « sang noir » dans les vei nes. Or donc, un enfant de 7 ans, an ne peut plus blanc, vient de se voir refu ser l'entrée dons une école cc pour blancs ,. de Mobile. Ra ison : il est cc cré ole » (descendant de s a nciens Fra nça is de la LOUisiane). La Cour Suprême d'Alabama, consultée, s'en est t enue à la bonne viei lle dé finition de l'Alabama e t a classé l'enfant dans la catégorie des (c noirs nt confirmant l'av is du d irecteur d'école. Noir en Alabama, blanc en Louisiane

ainsi va le racisme, partout

absurde et c: riminel. n r aI e a organzse e avril, salle Pleyet, une puissante manifestation pour commémorer l'insurrection du Ghcl/o ' de Varsovie. (Ci-de ssus: une photo de la tribune)· A celte manifestation, présidée par M. Léon Lyon-Caen, président à la Cour de Cassation, prirent successivement la ' parole l'écrivain catholique jacques Madaule, Florimond Bo.nte, député de Paris, et Albert Youdine. Elle était placée sous le patronage d'un large comité comptant les personnalités suivantes: M. Frédéric Joliot-Curie, Mme Louise Alcan, MM. Emmanuel d'Astier, Henri Bassis, Marc Beigbeder, julien Benda, le R.P. Berger, Louis Daquin, le doc/eur jean Dalsace, justin Godart, le professeur jacqu'es Hadamard, jean-Maurice Hermann, Mme Irène Joachim, MM. le général Joinville, joseph KolYma, Henri Krasu~ki, Maurice Kriegel-Valrimont, le génért71 Le Corguill é, Me Charles Lederma nn, Mme jeanne Lévy, MM. le colonel Manhès, Me André Mayer, jean Noaro, Charles Palant, Marcel Prenant, M' Georges Sarotte, André Spire, M" Pierre Stibbe, André Tollé, le docteur Tzanck, le pasteur Louis Vienney, M' Paul Vienney, Pierre Villon, le professeur Henri Wallon, I·e professeur Weill-Hailé, M" Marcel Willard, André Wurmser· Vne belle' soirée artistique a clôturé celte soirée de reweillement ct d'enthousiasme, au cours de laquelle la foule qui emplissait la salle Pleyel s'est engagée à continuer la lutie des insurgés du Ghetto Coll s'opposant à la r:enaissance de la Wehrmaclzl, ell défendant la paix et la fratemité des hommes. En Pologne Le 10' anniversaire de l'insurrection du Ghetto de Varsovie a été marqué, en Pologne, par de nombreuses manifestations. oU ne exposition a été inaugurée le 18 avril à V.arsovie, au s iège de l'Institut Juif d'Histoire, par M. Stanisl aw Piotrowski, vice-ministre de la Culture et des Arts. Vne conférence commémorative s 'est ensuite ouverte, dans la salle du Grand Théâ tre National,. en présence des membres du gouvernement. Des soldats de l'armée polonaise ont monté !\Ine garde d'honneur devant le monume,nt élevé à l'emp lacement du Ghetto. Des déléga tions représentant les organisati ons politiques et sociales, l'armée polonaise, l'U nion des Combattants pour la Liberté et la Démocratie, ainsi que des délégations des entreprises et des bureaux ont déposé de·s couronnes au pied de ce monument. La presse a consacré de nombreux articles à ce glorieux anniversaire, LEI/~E ft. ,'y y ... V' ,,,,,.)' • • ' .8 ·Vo~-"', r'V' ,., Il,T eN ~!/ 7"Wl i.( 1'11!,.",7i(~T y . ~ W,U, [3., 000,:" l3~s "NGS~ Et ...,,, e:;;;:;;---;;t:' CMI'~ VD]i..- i? . J~ V"'I.7; c. ~ IN ,,r/l,.t;," 1 /r'4N"!- C' 4( , ,,, ,. . ... $~ .. "L. "LfJer "~~NÇ r 13"- 7h ~ "N'; n"OI!'s., .. IJtrl; 1:- A, '1/ ',J*'~'r / T.IJr...,J'lv ' 1'7.-1 'J .... +'J •• ,.v.'f"..- des BroUs de l'Homme s/interroge Le refus des Etats-U nis de 'ratifier les Conventions international es des Droits de l'Homme (élaborées par l'O.N.V.), qui affinnent notamment l'égalité de toutes les races, contin ue de susciter de nOmbrelJX commentaires. Mme Kamaladevi Chattopadhyay, déléguée de l'Inde' à la Commission des Droits de l'Homme de l'O.N.U. a déclaré : «Quant un pays qui a joué un grand rôle dans l'évolution de la d,ér,nocratie annonce qu'il ne ratifiera pas ces conventions il sllscite le doute dans l'esprit 'des peuples. un Japonai s, un Indien et un Isra él ien. ROME. • LE SENAT ITALIEN a été d issout par le Président de la R~ publique. Résultats : 96 sénateUrt te de d roit », choisis parmi le. anciens parlementa ires antifasc is_ tes ne f igureront pas clans la prochains a ssemblée; par contre, tous les a ncie ns fa scistes seront é ligibles, le Sénat n'ayant pu voter la loi adoptée par la Chambre des députés pour empêcher c:e scandale. SAN FRANCISCO. • DIVERS GROUPEMENTS fa scistes et antisémite~ des USA ont t enu un Congrès de de ux jours pour mettre au point un plan vi_ sant à « l'abolition des Nations Unie s . » qui sont, affirment.Jls, un « snst rument des Juifs _. Voici un exemple des procédés qu i sont employés par le Ku Klux Klan, aux Etats-Unis , pour empêoher les Noirs de voter. "ras de plate pour les nord-afrltains" 1" Cette lettre, qui porfle le ca.chet de Lake Arthur ( Louisiane ). a été adressée à un NoIr de la loca lit é, Howard Higginbothan, ~ la vei lle des é lec tions prés ide ntielles de 1948. En voici la traduction « AverVsse ment. » Il y a quelquH semaines, deux AI. gérien., travaillant chez Renault, s'étant présenté. au café Orlac, ove. nue Edouard-Vaillant, à Boulogno-Billancourt, le patron refu sa de los servir. Comme l'un d'eux protesta it, le patro" se précipita sur lui et le frappa violemment, jusqu'à ce que trois autres consommateurs s'interposent. Ce fait illustre les mesures discriminatoires prises dans un certain hombre de cafés parisiens à l'encontre des travailleurs nord-africa ins. Garanti. respecter 10 101. M. Marcel Cachin, dé puté de Po "l" a adressé, sur ce sujet , une q uestion écrite au ministre de l' Intérie ur. Tou. le. démocrates e xigent que soit puni le racisme sous toutes ses formes et qu'en particulier, les travaillurs a lgé riens a ient droit aux mêmes a llocations familiales, a ux mêmu prestations de la Sécurité Sociale aux même. allocations de chômage' que leurs camarades f rançais. « Responsable : si t oi ou l'un de ces 8 électeurs essaie d'agir le 20 (de ce mois ) , cela sign ifi era que tu seras hors d'usage. contre les sanctions, les commerçants r----- « Si l'u n de ces, huit vote, ce sera toi qu i paieras. » (Suit la liste de huit personnes, y compris le destinataire et sa femme. ) Question !ln officier briLannique a expliqu é, en ces termes, au j.ournal Sunday Observer, de Singapour, les raisons pOUl' lesquell es de multipl es camps de concentration ont été élablis en Malaisic: « .le considère que 75 % des Malais sont gonflés d'animosité contre nOU$ ; mais comme ils sont de race jaune, ils ont des peaux assez épaisses pour empêcher leurs sentiments de s 'exprimer. » « De temps en temps, a-t- il racistes 54nt encouragés dans cette voio par les campagnes de calomn ies et par les discriminations officielles. Des délégatians ont eu lieu à l' Hôt el de Ville pour demander que la polic:e parisienne, abandonnant son actuelle complicité, fasse, en la matiè re, de peau pours uiv i, Ils éolatent, et alors des jeunes hommes gagnent la j ungle ou même un Yillage tout e ntier tourne mal » ... Le général Templer, commandant en cltef brilannique en Malaisie, a confirmé, d'aulre pil'rt, au cours d'une confér ence ùe p,,(' ss-e, qu'un nombre de plus en plus grand de j~unes g ens sc j oignent aux forces de la r ésis t ance. L'attitude racis te des a utorit és b rit anniqu es explique suffisamment la vol.o nté de lutte qui anime le peuple malais. EDITIONS DU PAVILLON 5, J'ue Rollin - PARIS-5e - 'r él. : DANton 84.- 29 Fra ncis NE JOURDAIN EN 76 450 francs Les souvenirs d'un « vieil artiste» La vente aux librairies est assurée ,en exclusivité par les EDITEURS FRANÇAIS REUNIS 24, rue Racine - PARtS-6 - Tél. : ODEon 77-95 U.. ne Iradilion a l'en vel'ser A la dernière r éunion du Comit6 d'Ac tion, notre ami Bellkas si', j eune militant de la s ection du l\IRAP du 3' arrondissement. a raconté l'an ecdote suivante: Alors que je me t rouvais à l'hôpital, il y a quelq ues mois j'al r eçu t rès souvent la vlSit~ de mes amis du MRAP. Ce dimanche- là, ils étaien t 24 autour de mon lit. - Quil s ont - ils? me demanda un vois in. - Des mil itants du MRAP. Et j 'ajoutai pour bien montrer ce q u,'est la vraie f raternité que la plu part éta ient Juifs. Mon voisin s'étonna: - J e croya'is que les' Ju ifs et les Mus ulma ns étaient en désaccord par t rad ition ... Alors, je lu i répondis: - Il y a t rop de t radition, q ui s'éternisent. Il faut les renvel'ser, celle-là en particulier_ Chaleureusement applaudi Denkassi conclut : ' Juifs, Chrétiens ou Musul mar.,, tous les bra'ves gens doivent s' uni r. La seule dist inction va la ble est entre les hommes honnêtes et les f ripou ill es. Ceux q ui préparent la guerre ceux q ui oppriment les pe u~l es ne fon t pa!! de différence parmi nous, se lon la race ou la Ireliglon. Nous de vons" ag ir tous e nsemble cont re nos ennemi's commu .,!~~ - - "'---~-'---_ .....

Notes

<references />