Droit et Liberté n°131 - février 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°131 de février 1954
    • Protégeons Michaël et Robby ! Un appel du Comité pour la réhabilitation des Rosenberg
    • Raisons de lutter et de vaincre par Charles Palant.
    • La conférence internationale des juristes a affirmé la nécessité de défendre les libertés humaines par Me Lyon-Caen.
    • Ce que nous attendons de la conférence de Berlin par le Dr Ginsbourg.
    • Les indiens sont des hommes, interview de B. Flornoy recueilli par Colette Morel.
    • L'antisémitisme et le racisme auxiliaires de l'armée européenne.
    • Contre les accords de Bonn et Paris, l'unité est en marche.
    • L'art ne doit pas avoir de frontières par R. Jouglet
    • La leçon de février 1934 : unis les Républicains ont vaincu le fascisme par Pierre Stibbe.
    • Après un quart de siècle de prison, W.R. Wells sera-t-il exécuté parce que noir ?

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

m::." ANTISI!MITISME ET au:riliaires · de l' (( ar•••ée ' LE ACIS ME , europeenne)) U:================================================::::::::::::::::::::::================================================ VOIR PAGES 2 KT a N' 131 {235) FEVBIER 1954 Raisons l.a Conférence Internationale Vl>!!nne 4 •7 Janvier - des Juristes 30 FRANCS Après la mort tragique de Manny BLOCH LES PETITS Ml CHA~ ET ROBBY! a affirmé la nécessité de de lutter /es DEfENDRE LIBERTÉS HUMAINES Un , s un1r de • et de vaintrt .~ D ANS ln lu11e contre h racisme ét l'a,.tl•émi t!t>me. s'unL>stn( au jourd'h~l de;~ foret, grandis sant~s e' chaque jour leur. efforls ,·ont croissant. qu· aident au dé,eloppement du •uroau! patriotique de la na· ti n toute entière contre h n:sourtrtlon du .r.ili~ri•nu alltmand. r-om l'indépen dar. ct• fran~:ù..e et la p~lx. J)uur lffU'-' no~ ntilitnnl~ e ntnl<, p~ur (Otb l.,; nntirn· d•tc>', 1• llfé~cnl numéro de PAR Charles P.!lANT ,..__..,. • ._ Gbud ct. M.I..A f'. ,. DlVIU ct Li.Hr1io • Sf"r'A un~ sour<'t' r•nounlée d'nrJCU· menlll ha•ê• sur des faits e• qui Hnbliss•nt d'incontesla· ble fa~on comment le rncls· ntu et l'antlsém.ithme sont d~jil les nu~iiiaires de ~eue Europe allemande qu'appellent de JeuN! voeux '"" r~van. ~hard· nazi'<. Ce recaur,; au racisme el à l'anllséMltisrue au moment ou la défaite des partisans acharnés du réumemenl des nazis appnrait comme ln réa· lité po~slble et prochaine Implique pour tous l<lll anll· rnci•te' tme teronsi<lératlon d~ leur devoir immédiat : s'unir toujoun. plu.!! et pOr· ter è un ni.-eau supérieur la lulle con!re la renalt<•an. t"t: du naz1l!>m~. Cela e.·l tellement évident, qu~ chaque jour ~e mulll· plient k• nutnlfe;tations où frntrrnl,t·nl dans l'~ctlon com~lUne l~s homme>~ de meu ré>< Cid~le~ à leur prapn pa ... t~t! de combuU:ants tu•tl rr.ci.Htes. (\:s prt>:m ier.s. jour~ d~ févrit'r nuu.. rtmémon.nl ~omnCharles tt i~ y a ,.in~~ ans Ja République fut Eauvée griice à l't.nlnn des forces populaire· et démocratique~. L'enjeu n·e~t pas ntoindre aujourd'hui. Et de cela les antirnci- t•~ nld-.ront des milliers dt! btavts: gens i1 tte convain ct·c plu• encore afin de re, nouvè.!er ln grande victoire du p<uplc de 1934. U SE nounlle et doulou. reu.se raison d.e redou· bler de vigilat>ee vient d'ft re donnie à tcus les anliradste •. Lu mort tragique de ;\lann)' Bloch. l'admira· blu défengeur di!S Rosen· btrg, nou~ a fràprjés d<> stu· peur. 11 ne faut • as que 1~ disparition du (ubeur de Ml· chai'l et R<>bb) Rosenberg ou'l"r. ls ,-oie aa"t mesures t>dieuse• dont sont menacés 1~• orphelins d'F:IP-el et de Juliu<. L'opinion publique demeure leur derni;er coml. 1 t< de tut~llc et d'~le seule déptnd muintenant t.eur sau"' Karde. l.:t mort de Manny .Bloch, dnn' les circonstanoes sin· ~:ulière~ où cu·e est i1n(<lrve- 11UC, force le r:!pprodtement dons l'esprit de tous les honnUe~ gens a\·ec les gravea menaces dont il avait été --.o LES 4, 5, 6 et 7 Jl\nvlvr derniers s'est tenue t\ Vionne (Autriche) la • C'onUrence lnternationalc de~ Jurls· tes pour ln dH~n•e dc11 libertés démocratiques ». L'importance de eettr 1~unloll nf ~urait •tre trop :lOU· lignée. L A u, organjS3ttnn<, l,fUt J'(lnJ activemt.nt préparée: :.u court de l'an dernier clans la plup~rt Jes paya du monde, notamm~nt en Amériq~e du SuJ ct au Canado, en U.R.S.S. et •n OranJtBrttaJ! ll<, Charles l n~• çt "" Chine, !n Polo~ne~ en 1 :31it:, en B4;1~j .. Q.U< •• en france. Il o-r awaru que IJ lib<rtt tl<: l'homme Mlbls; att d; nos joùts de·; ~f'·,owt~ ,,.. .. pétés ~t qu'en tnér:1e 1tmjJS, l'tt· tathemtnt aux pnr.c:pe~ dt: h· l:otMé i-1ait a~ p~t:~~3r.t, C•JilS IOI.l.S les m:l.ft!UX jurid;q:Jt'- i'M>Uf rb1 ... fff à oes assauts. D A'\~ L1 pratique l<~tl•lat" •· juditiajrc, ndmin;str3tt~e d~ muhirlts pay,, s'rl~-=~~'c. une 1 m.S:tnce A l:t di~rimlnatif"lll d:tn• la joui~.sance des llbczt~~ Jubl q ... e:s • (les :u:etnrts plu§ ou nn1n.lll :n·ouee.s ~r)nl pOrt .. .:fl 1 14 oôr.-té d• 13 p<rsonnc : 1~ rat •· ·•· qu'on po"'•·• cro ro ~'llltti A tout f: 13ls. appar'llt #~c< d'aatres dèguisemrnta. mais 3\ e<: autant ac b: utolilo! que J•· dos; des théori~. empreintes c.t'un autoritarisme total. taire, oont émises pour justit:er l'ar- PAR Léon LYON·CAEN p,~~tr pr.lid~m hfJnorofr• de H Cuur drr Couo1lon Prhitln.t. du at.R..A.P. hilraire tt pemle1tre la fraude 1 la loi ou le d<locrne~nt de pou\·oir. De•an! ces l>itf. une impé-rteu. s.e oNigation s'impos:~it aux )u l'l~lt ... , wu~,eu." du tupe,t du drort, quel$ que soiont ku"' opi· ulons tt le righnt ;auquel ils <M! nttnchês • rh!flrmer le rrmdre de l'<g•lhc ûts cltot•"• ~tr>nt 1> lo: : ôelendr< l'tntt'p • tt' dt I:J p<rsonM hii!IUlint, lt:l dro:ts il• l'bc.m:ne en bre Charles Cf QVf NOUS AJI[NDON~ DE LA CON:FÉRENCE - DE BERLIN par le Or B. GINSBOURG Membre dt1 Burcorr National du M.R.A.P. abus du pouvoir : rappeler an respect de la légalité el dea règl .. constitutionnelle8. Ainsi ••t née l'idée de celte Conférence. Deu• ordres de probl~mes éttient platés à ton programme: A - En premier lieu, c•ex afl< reuts 1 rexerece des libert<s publiques et des droits constitutionnels. A ct! t!gord figurfrent au centre du débot : 1• 1.,. tenàances à la discrimination - discrimina lion par ml les citoyens en ratiOn de leurs opinions, de !<ur rtlil(ion et de ltur race, - discrimlnation entre lts peuples; - 2' l't!tcde de la s'tuation présente d .. in.titutions représentatives, spkialement de la déformation du réj!ime parle· meotaire ; - 3< l'étude du dro t 6<odiul, devenu en Françe liI> Ërté constilut onnelle londamenfale, ma•s contesté ou foulé au• pieds dans maints pays. a - une seconde pa rtle d~ l'onlre du jour roncernait lM probl~mes rel•llf• 1 la oO: el~ ck l:t personne. oux aaranlies lb R•l~ et jud'c1mir<:$ de cotte sü· m~. à l'tr.J~ptndance dts Jvgeo •• >~)(dra; t< d~ 1Jt dt!cnse, il ta • ..U1~,: contr~ a tb trA•té' r-ot '-iOI ct ad.m.i tr111 f 1 - _.Ji t1lOICS "'M::i l..rmes. 300 déléQués dê 91 I5(!Yt PRES de 300 Mlégufs (magistrats, proltsseuro1 ai'O· cats), représcntMt tes ju· ristes de 3t pays, ont r~I'Ondu à l'appel du Comrlé d'lnihative. (l:Amérique du Nord n'étai! P:JS représentée, les juristes des U. S.A., qui ava:ent signé cet appel, n'ayant pas obtenu de vis.o de leur gouvernement pour par. tkiper au Congrès.) L'organisation matérielle, grâce ~u zèle des juristes autri, (Suite tn page 5) comité National pour la Réhab~litation des Hoserthero Le Com.tt6 rbCon:J povr fa :'1 ... ha::,ith.at:on dot. ;;.J.s:~.,o.,r~ fQ! a,pp•t • toua hM foran .tt:S q-ui, d11:-• unt un&n m:ü .a p: .3etJe""t~ avltlent t.~nl l:=~u -a. of:~r.s pl.J t.eftUr' de laUY.11' Jt \'l~ d1.!thO} C\ de Jullua Ro.re.,~e g . La mo" de IIUP d!ftnJCUP1 t! lno:manuol Dl ;th, prh·> lu d"'Jl po ltt orphell .. ,,, Mic.t:~o!l .:t. f:o1:~ by, ft)n saultmen\ "ie l~ut tut3ur, Mil li dl l'i.ff.ot'o:~ l:o:"(tlt'IPil ~1. d• celui • qui 1ours paron\& lOo: tuiont confUt avanl d' mou !r. L. 'opinion a 616 lnform 5• dt. br.mtdN dOl"'t los enf&n\1 ort ott wlc:\inut dlpUfl IIUI" Nnv:u a ~~f4.111 octobre 2013 à 16:38 (UTC) 1'6cole dtl t'Ot:\fi R:u:-, mol"w:t ., ~ .. ~ \;!I'I;U>1> " '"'

=!JII IIIIIllntUIIIIIIIIIIIOIIIIIIIII
IIIIIUJIIIIIUIIIIUUintiiiiiiiiiiiiOriiiiiiiiiiiii!JilaiiiiiiUUIIDJDliiUDtl/IUIIIUIUUIUIUUU!UDJliUlJlJUI!! a

§ Pour la sauvegarde des enfants ROSENBERG ê § Pour la réhabiU!alion d'Ethel el d& Julius § = = ! 1"0US au GRAND MEETING ~ § D'HOMMAGE A M• BLOCH § ~ ol"ogant•• ptt la ComlU FranG-Git pour la Rih:.bflltat.ion dot Ro&enberg ~ ~ le Mardi 16 Février, à 2D h. 30, à la Mutualité ~ 'il lU 111111111111111111111111 111111111 IUIIJIIIIIIIJIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII illlllllllllllllii!I;IIIIJIII 11111 Il :ltllll !lUI' n lUlli ... utlllr II!IU mu;' a. FLORNOY, réalisateur de "IAWA" souligne que LES IRBIEHS SOnT DES HOinfO·ES (Interview recueillie par Colelte MOREL) - J'aime les indiens l C'est par cette profession de foi quo se tGrmin~ le !ong métt·age de Bertrand FLOR, NOY, tourné en Amazonie

IAWA.

Retraçant la vic d'une tribu d'indiens • t·éto nctaires • vivant dans une clairière de la forét vierge, co document d'un intérêt qui ne faiblit jamais, est aussi le témoignage <l'une civilisation qui, bien qu'à l'état primitif, existe. un dt$ rares explorateurs aylnt ptnttr~ &\·tc su«:ès au coeur de la for~t de l'Amazone. Il rtssomblc à son film. Il est amical, syml'athique, et satisfa:t avec amabilité tt notre curiosité. De Jules Verne à la forêt vierge - Les tndiens vivaient aut: efo:s, nous dit-i1, en dehors triarc.tl1 Jo potriarcat. etc. L'a: ri\'Ct des blancs, venus du Portugal ou d'Es.. pagne pour coloniser les p>ys d' AmMque du Sud lut le signe de la sépara· tion des communa~>oés ct le dépnrt vers l'intér:eur de certains groupes abso· (Suite Cil page 4) ,..l\., ou t~o~\.eu" '"'tl.alt!'!t" pat d-> r m:dllk Clan• r•·!'On"uem~>nt •• 1 N'Olt. n .... ul~ d'un antem'JC. U.' •• tc.rmaU:n, ptovt"'surt d'~tn .. r.q~ quo \ou\ u:a m··· en oet) 1N t)Or IN pCf"'6outflur.s dt '" mémo·ro det Rottnbt:oth pour ton~\) ,. de tc· lrt 61ovar le~ enfan~• Jo.nt ht halno do lou,, p.a~entt. Il 6tall quh\.'on, avai"'i !.a dflpar: Uon de M" Bloch, do lui t'a1f· ,..,. fa tut.ollo en Invalidant ttttam• nt dOl Ro-tanbero. pour co., .. floP" '" tnfantt • I'As:sit:.:=u~ Pu .. bllqu• dt Ntw•Yor-t. Ctlt.e dtrniW. m3'n:oce d~vlon\ mllnt4n.ant rlua pl'eu..an\1. or. Il •xltte lUX a:ata•Unl; <les diapO... tUions t~oa l es pr,voyant le modt normal de ntmlnatlon d'un \u .. te ur. Auouno porsonne de coeur n'ad· mourait quo dts mo":uro; O'o1tooptlon fuuon\ prltfH contre. les or. pho!lnt Rosonbero. Oepula plut!eur-. temaln.,, M• Emmanuel Cloçh ewal! eonfl6 lts onfa.ntt l un t:crlnh arn!:-le•ln qu} a JOli6 un q.,..._nct ro61a d.a..."l 1t d6fo.,tt du Roun~:ug au.t 2.tatt .. Un~t. e: l •• f:mm& C'oat l eux que doft. re.vtnr, ta gudo dtt onfo.ntsr pt;o,onno n'aj .. mourc.lt. qu'oJio lauP !Olt ontevte. Seule, une pu !s•~t nlt protMte· tlon do l'opinion pu~t:qu._ p•ut f8lro 6c:ltoo 6 01 n c. uv~a u f orf.olt. L.o Comtt• to f'xe oomm~ tache uroont.o d'alorlor l'opioion pu'H· quo ot dt la to"'ll' lntorm6a d .. éwAnom"'n\1. Il demande: lie pro:•• fran"..alto, qvl a protesté d•n~t •on unan1mil.6 contr.e l'odcu~l~n det Aoaenboro1 do 1'-'de:t dans ra tt.ohe. Il demande l tous fe:t c:omltfr rOo!onau• ou locaux qul c'&ta!ent conUil\.161, de te rltunir d'u:o-l)enc" pou,. rop;ondro l'acllon ; Il f:uL qu$ toutet IC3 bonn&i volont.t lndlvlduOIIêt tO groupent een" perdre un lnet&nt. tnhC! dnx Mcr.1c•• • lo conflto!tt.C! dos. Quatre-, On dlttingwt MM. Molotov • t fden, Pour avoir lait cinq fois le voyage (el s'apprêter à un sixième) Bertrand FLORNOY connalt bien les indiens. Il est de la lorét. Ils avaient une cLlture assez évotuét bien qu'il soit d'lf.cile de la détenmner • aujourd'hui txactement. car il.; n'ont pas de littérature. Ils passèrent par diverses lormes d'organisottons sociales. Group~ s par Communautés et par croyances ils connureJlt le ma- L A voici enfin commencée., cette conférence des Quatre Grands que l'espérauc& populaire r6elA· mait depuis si Jongtemp8. Le& temps paraissent favorable$ à une négociation. D'une part, les So•·iét:que. - gulfisamment armés et equipk - veulent améliorer le bien-~1~ p~rsonnel de l'oul'rier el du pa)'· enn, ~e (lui ne peut se rênHser quo: dans la paix; et d'n•'tre part les Américains du Nord commencent â !liteffra.ycr des perspcc!i·;es <!• destru.ctlon de bombes atom1ques qut ne seraient pas lanctes par leurs aviat~un:. Il esl o!•·ide:tt qce la Co,,ff. ren~.:e de Scrhn ne r~~udn pa~ d'un <till ..Oilp tous les probtèmes qui no·ts an gl)i~~· •t et ne;---------------------------------------, supprimera pas tous les facteurs de guerre. Mais te lieu même du siège de ces négociations permet tout au moins l'espoir que r.era réglée la question plimordialc J'<)llr nous français, celle du riarmement de l'Allemagne. DEUX thtses Mnl en pr<· $Cnce. Celle d'abord qui vise. à empêcher que la dhrision de I'Allcmtt~nc ne t>rovoque une nouvelle guerre. On sc rappelle tes dé· sastres engendres par tes découpages fanta'sistes des diplomates, le :ouloir de Dantzig. lrrés; stiblement, des hommes d'une même nation. de même culture, imbiiS des mlmes t'adi- (Suile tn pagt 4) r4eme au cinéma, le Bal des Uuat' l' AI1S ne soura1.t e" tre INTf RDIT AUX NOIRS L A !inne américaine c Cinerama •· ayant à tourner une séquence de film sur le c Bal diNI Quat'z'Arts •· s'en vint un jour t\ ltt Cité Unive1·sitaire do Paris, cbel'chel' couleul' locale et t lgul'onts. Après une démarche inlruct ... euse az:,près du recteur, c'est le Centre Culturel 1 nternation'll (C.C.I.), que ces messieurs d'Hollywood chaq:~rent du r~ crutement parmi les étudia.nis. Une note fut aflichoe clans tous les pa•·illons. De numbre11x étudiants s'inscrivirent : on n'a pas si souvent l'occasion de faire- du cinéma ; e1 un cachetJ si minime soit,ll, n'est pas à dédaigner, au prix où sont les lî· vteS. .. tt !es chambres de la c:. té. Et uo bea<> jour, le \'Cndredi 22 janvier, tous les inscrits sen! convoqués, tous ... sauf ceux qu. onl la peau colorée. I.e C.C.I. interrogé déclare « La firme uméric<iine ,ne \'eu' pas de rigurntion nègre >. On lmnl(ine l'émotron à la c;. té : le boulevard jourdan n'est pas à Chicogo. et ces procédé~ là, chez nous. ça ne prend p>t Le • Bal des Quat't' Arts ~ interdit aux noirs ? La Cité tou( Su.lt ttr pogt 6) lt\;;t.,..tt• • lewe • D R OIT I:T 1.181!f!Tll s - - -~-- - e e e rac1sme GRAND PARADE DES CONDAMNES A MORT LU PôHRVOYUKS DIS CHAMRKIS Auglet•, Benoiat-Méchin, Coueteau. Clément!, Rebntet

c!>tque geste de ces individus, chaque ligne

écrite p.r eux, con!i.rme av&e éclat eette 6vidence : ncisme, nntisémitlsme, trahison, hotitilité 11 la dé· rnocratle ne sauulent aller l'un sans l'autre . .Au lendemain de la Libération, tous les cinq ont été cor.èrunnu à mort. Et lee çoilà aujourd'hui blanchis, 1>1f:s Il recommencer : quatre d'entre eux ont été 11- ~rés ao cour" des dernières semnlnes ; l'nutt-e, Re· l>n!et. libre depuis 1952, .,. manifeste il nouveau de· puis peu. Ac moment ou. oous le couvert d" l'c armée européenne •· le militarisme nazi se prépare officielle· ment à la revanche, ces libérAtions 'peetaculalres app~ raiuer.t d'une cruelle !otique. Pour cea précurseurs 1 c'est ainsi qu'ils se consid~rentl. ol n'y a pas de différence fondamentale entre J·~noienne •Europe Nouvelle> et ln nouvelle •Euro!)e l'l~·elle . Us n demar ~ent qu'à roprendre du ser· ce êt il3 y sont ncou. b par la maru!ut.tude dont tls bénéttelent. Ave~ empreoscment, Ils rallient les gtoupement3 !n ·clstea. Ils collaborent Il la pre~se qui, depuis longle!' llp' dti)A, a repri~ ~~ dé,•eloppe les thème; qui leur a+, c) ora. notal!llllH:t l'antit-émitilmle et Jo racisme. Leur• acti,it<8 pa$sé~• ut prés-.ntea eontil'l\lent que 1~ lulU.' ~n're le racisme et l'anù•émitismc est inséparable lie ln lutte contre le "'armement de I'Aile• no r~anchsrde ct oelllci.te. con re la ratification ourds de Bonn et de Pari!. pnt·jot• unis. Charles le pouvoir de leur faire \lbctl LEVY. AUGI 'R, le tnn~tiqEV m1ratcur t· o • M e T Ils ont été LIBfKfS Une gerbe da cal=~:s Es p mn arUe• ... e .. i. u c JQnguo c1 U' be- ant..dttn,lt, 6~u• lp rl)rrtlo ~'Utl J CSIO'.O.QO 1 Ctn· ne~. qu'li n~mmo -\"'-.!w ll'n- • 1\' • Ewi)QP.ll.nt dç my$~r ~Ua dan .. ge...: que fe& Ju fa fOr-0:1~nL c.outir .!u ~"• 1f p;J l çeuw.cl en CES tHm..t : U lt,,.e 1 û. e cula • "'~ •. r,, tl w S' u ~ ttl ur û u.•J. A'\: J'J' r J '\:f?II"V Ul.)l:,. 115 U t\4UJ qu.1n~

~ :o.r~tu \.VIl~ Il 111.: e 1!~-:IJ\0 lW'"

tk!U' hP l' f-- H 8 c•u .. te pP"tludc l une wtoltr.· L tt c.:.nljJ;t.'JliO. tn ,,.,.u,. le 1• ,~. prf!JI.Ion ar1tiNrmtt, l . \ ,,uua JH.biiO 1 h~' ~0 lWi,..C~S 1 t-s:~n .. a 1~ mil c.o 4t ~ 1• Ott~ po u l'l de .. cs numéros '1\re ~ur hu•t ooJonnn : c IJ1Hiuy0r t.lco '"' u-: .. l'en uh·, •· c pau ~pre • ce crtr-'l:cr ~tt al'r6t • • E:.uoco " et antisé~ll!.sme 1 --.~OtER a.t1 t~ mpo. de ,.'= Cl ft«»~ ta . lo Commlu4,.1&t aux r;uaut n hf~" lut C.OI•rlr: J p ... s\.e d1.t.:fm n·,,.:.~eur de t>l..,. J il Ça. c'esl un homme ... • , ta:• du V let .. L\li qul rroc m1 : 111'h r ., "•"t! t uu Pierre-André COUSTEAU: un chef de gang D 1!8 H<!ac .. un de JE SUIS YAR'l'CJUT. l'un d'•ux, Br~::llto.oh, a dl' qu'lia a val eni • le •ons du gung .. Le ohef cfu ga.no i&«i"- PiePr&•Anclu ccuu~e:;r, dlr.oteul" poiiUque ~ ott tonobte Journal. Prt~nnier de guerl"t, Ub'n lUI" l'lntarvendon d'Abttr, Cous· tHU a'Ut glorffl' d'avoir men'd., eampavnee antt .. ml\e.s dn avant ta. défaite, oC- CJU4nd tu juf!.s, dft .. u, ûtttlcnt au tumvolr > Dln~ tel rtpcl"tagu d'•vant.guer,.., thal f'r~moo, comme pJut tard ~n Allemzgne, If aval\ d'a• ll•u~ montré quo t.on aç .. col"d ave-c. lt ntzfsme ilalt eom• pJtl. « n faut ttter 100.000 juifs ..... 11 &PPI"UVe lM- lolt rtd&JK qui oon1-t:tutnt, dit-11, c une so· lullon du probleme Juif • · lnt~l!'l'< ~OI'I'" el dlllo il lo f>(\,1 .\\ln3tl~+ rniUclenn& ~, U ,... tate awee. forCM •to;u 111 nplo te de ounand • .-. l'tolame ' .iUcr ll1tllllh~o: • ~. 10 rand turo « la {tant 1c l'~• •· C'e.tla\ot"l c;~o~'ll pgLt'e ta pro~ 11t C&tt; Ll CuliH.\fT \~'t El'fWPLL~ tt. l'l.VJ;;. ". \H\ : • :\•,us nout bO.il•ln~ Bupr~ .. nu ~Jtb:t rtlleznand. •u:~t- !1, r,,.ur l'ko5UJ t"r tt- nrmntJhf dt l"hvlmut ...ctdiJ 1 -.~ur 1'1Hunu1e d1.1 u~.,tt~rl.,tilirua hf::;t~rlcfU"', J•3~ee qU~ 1< 'IIIIUCJ .. I.-.. d>ll 1•, 141.1,cblt- $nnt lts prol(lt)'Jiti \1e;t n U\'tl\l.'t nonune~ ~ocltuL Ou •neore : Au a k mtt t3: &•Je! ~t CO~I, U DU.n1 dO UUX QUI 111 dunn• lo· t.u - (111 el lem· vit ~ hJ .tl d tv\. t::urt)Jtt Jlh:·e .. io r~' -t lt· h · ., du THJblètut tltf(h, !-ttU~;; -. A c6:é de l'un de su artfe-le3, un grAnd portr&lt de HIUe-r o~ a 4.4&tlon de lh"ln Kampt qui t 1a:r: co qU'li écrh : ; ~ulll' tll\'ult .. ,-,~h J~u~ f.'- hnkhC'"!"' ,. tl l'>• h IUIItttiY•• ~lr:t _!UJr~ Ill \'X .. ~ d•· J~ •ta•· I'OII'JU~ l'ft IJ tl~· ,fBIJa(·"' 'ln,t at~ Ce l"'ôl'tJ i.t f~rocei16, e.e fa:a:l'·l q\IO "dmlr.,;a;teul' d'HJ'J(;o tlonL :tc· tutlle:ncnt uno ru:.dque , êgu· t •=• ®.,, un l\!bdlr.,:"oCJcl,.-e a; .. U.:.~,~1ue. Il • momo. tous un pso-udonym.t, ttntA d'obtCP!r pour ton dornler liwro le p~rh: Q"' .~CUtl. Ul IJ 8!A.GGI, rr ~ 4"f ovocota d'AUC.tn~. d.rc•~rolt llrt d6<o,.,t-r~. 4•· Y&n• 1: !fib\t"t~l mi11tohe t ., Qr,ron-d !~ ,.,_: qtt'Otl '•t; r~pN'C.!ool .,.. 19'il ~·0" l' C"V O'll (" M\l>ot d • rf.fOi)e CCA· • 1• Charles:.ii"'. " ote" P"• m·o~pkhtr Charles ..., Charles<" "· "'t ·~ "tiJir.t o"&e~~ w• 8~0UOU T ! ~ ~uond ft~ c:uu;idin-o lot oit<~ """'~tt t"n'eNLp')rol-,t, k M .v•• o-,! •IY'".f oc· « iaH1 4c Mooc 4UG1 ~ pour lui let plein• poovoJ.-. au coure d'un meeting, Salle W;t .. ornm, en Janvier 1844 .. A la mtme êpoque, alota q!Je 1 ipura.uon a c;Qmmtnct à Algot, •l .l"êclome ltexùuUort de 100 jolfe '" F'ranu, oh&qua fols qu'tm trattr& .. t ehAUé en Afrlquo du Norô. Un jttsqu'auboutiste Cousteau, Il v• taRe dite, approuwe t'l.urop• N ~uveue. Dans LC C(l.'~fi.\TTA."T .t;I\OPr.l elu 11 ma1 1844, 11 exprJmo ain· ar son point de vuo : I,'t:uropé \'Il >U)ourd'lllll .:-"US UDf'! lf'fribl_. Il tJ C~ L ota sloutot n·,;st h:s u .. gnos ~van~~es de tt Wellrm•cht, lll•'•rr6te 1~ clvlli .. tlon. lk com. mt o..:t11t les tén~e-t •• \u 4e~ 't'•u l"ettr-o".'Ubl~ barbarl,. marùot•. l'llmplr d•$ 311115 fOU• gcs C• jusqu~aubOultst.t euh la Wohrmaoht •• retHI... ltl eopir• nt un revirement d• ta al· tua\lon, gric.t aox 4t'mu atomiquea. allema.ndts, Il r6pand ausd longtemP$ qu' 1 lui ott possl· bl4J, su,. les 0'1de• de :adio.-Berlin, sa pPOpao•n<le empo1aonnéé, n htlno hysUr1que de 11 ,.,ance. Libre-, if rott• aujour<S'hul fi· d•l• • t on p.aasé. Lucien REBATET, 1 'am i des I L convient cH parler d'un au· U'o ooncramn• • mot"\ : Lu· elen REBATitT, llbê... ln jul'lt: 111'52, et qui a tepr'• ,, .. cemnM~nt ses .c:t·•l"' e.a granet jour. Dl&t:lple cJe Maurras, tur eut• ei ::valt, btel1 au!"'t ta gu ... , •• donn6 det Qagtl 6 tfLUt:l'. Dans. Ul'l ,..pottage sur l'entr•• dt:t f'.Dl:e • Vlennt~. en juilftt 1t38, Il toril : c outl<Jt! ·s t~~ ·UJ.~e; dp ln.. lltc;uat, ,. ·:enaifn' dt ttr111lnN un.. prllt <'Xp~t.,UIIun punlU\'e .. I.e~ 11111r" p.t; talent de 1 n\J-t ei)..L ·~~ d•f.n .. rme!t l)o,rt~·nu!.lla~ ·• : e pt• "t' ! H( .... rru.IAoQ •JI\·e ..,, • ~ ::-lotrc•H•1'0 urg-cntâ ~~ hrlt.Ut ·h~~ ~ttft'olfr,m • • 0~ Julfi: a'eftc,~rcnlonl de ;. r:r.llf>r ••e<o ~U mMes. O'Autrrc: dl~~lltlUla.lent peul'eusemenl leUr$ p1-ollls dertil- rf les f1 nt't e'S. Je oogt.a1~ d. n uoe joie \"tngtrb:-e. Je buuml~ la r~\"anC'hfl de \1 nee. ,. « ll est réconfortant de voir pendrn un juil " Lora.que apflh fa ct6talto, JI~ Sl'IS P:\RT(Jll'r l"epar.lt, c'est Raba~et qu, rbdf;,~t le pNm!er è11t.orlal. ,. ~Nil de toutt ta prt~e rr'to~ol'"' Jt: SUIS p,\J1T0t;'t a (1Jo~ot\ rep· t'nd re h. rnnd. r:lt"1:tle' enl. ftr,ll!iqufnJtOt. ~plrtlutlleP'It'nt l't'IUdf' d~~" 1<~ "t'h··Uun Ja1- "· el df~Dunc~r .1an:li 11.' Julr te J'ho C'nne:ml da Iii nu thin, 11" plus ·p .uv.ntable ag~nt do pu1r.;rac- BENOIST -ME CHIN, créature d'A betz ft' "' tt coflab-or.ateut d'Ouq lf"'1 Abttl, l'atnb"""dèul" d'Hi .. &lu à P1,. <., B. ... NO TM~ CHtN aoun.al&.t.Ut' S. lOI u for mule, • l'l""totpor.a tOrt de Ja P~ancoe ' I'Et~rOopc di,.:s•• P•" J'AHamaone ~. C'eat p~;:rquel, f.lit. prhon .. ftLr p•ndun:t la . ~o~tr:-e, te dl!!l· QC3:nt du P.P.f'. oft liber6 dôs lo !ln dt 1040. Une crt~• mlnl~ot .r:eth~ a He;.~ peu apr" à v ch)', et'• dor.: Abstz torlt qu'clio Ht f•Crna·l~ IJ'C nolJ'I fl•i)t·l'cnvc cJh'eol• \lan~ la P'•ut!que r:-.an··~·S'c ». Le 2S rh~iar 18-41, c;t ro•m:e 1'6qulpe qui l'tpo,nj 10 mt~ux eux VOJux dta natta. l!:lto é$l dlrlgét par Dnrlan e~ Dtnofst- :"t,6chln U\ m.nlttro. L'appui cle Berlin f'idtle tt•viteur du r.;;~.JI:me, auquel Il • aff1rm& ton adh ... Gion to\.t,lt cJ~ns ••• deux If ... v r-es : • ~c.laJ· ,,:li~emcnl ·•u• ltdn f\oerup( ~ ct • .\lo! ... sc•t ,.~ lti •• U Jouo const.amma.'"tt lt .-ote .d'tn·otmtd ~:re e.~ttc Abeu •• V:chr. U offr• • Hl:re:- lt.s tue• fr.,z,ncal es. de ta r,1.Jdltt:r:-.an• d'Orlent. et# en Juin 1841, c'c't lui qui IUQ081'é QU Qtm6ra.f Voget ft bombal'dtt'Mn' do Halfto. il p~u ~at • l'entHe en ou1r:e l'f~ la F'fl:'l·u dana lt camp nul i ces~ lui :e fondateur et l'oroan1satour cf" la L.V.F. li ••· c Jmme l'indique un rapPDI' 1. alltmt.r.d du 7 m:1r-s 1841, Juçqt~'• demander à Ootrlln «l'appui n'ce.uaJrt peur que n, idtea pultsent tr1ompher dans aon para •· Un concert d!! :ouanqes L ~ nazJs, lu tollabo• • ne lllrlu•nt pas d'61oQes eu• lui. Puctu,u dlelare : • Henoi$() J ·hln '•::-i un 1llnbtn no~ptranl rw; [}('\! l nCharles ln ~. Von P3pon hlt l!tat doe • tÇ .. !IIUIUii!t!l<'~ flf' lo}'OU:Hftl' • four· .. nh ~•" eenolat .. ntàehl:'t. A ... 4l1 assart que ce cp6c1alis· t• dU affalrtl êtJo•noèrcs ( 6 combien> • Up1'0U\'I! (1 J•,:go.t·d (i(> l't•nneml lnl•'·rieur une haine .. u .. ,.l srr.mdr que Dn•J.,t el 0~~ .t L '• enntml ln\érieur 11 celon les tnn1!mJs do le Fr;Onco, o'étai\ on •'•" souvient, les r6sluanu, tu p:!.r!o~, ICI Jul!"··· Gonolat .. M6ehln est, on le wolt, tout dé&IQnè pour toutonlr aujourd'hui une poUtlque dilo europ~e~n, •· 1 OOVELLES MA IFESTAT!ONS ANTIJUIVES ALLEMAGNE OCCIDENTALE " • t?e nou\ coux cimenèrrs ju ls ont él( prolan~s ces dern1i:res scmaone.• <n AUemagnc Occidentale, par le~ na~i~ reprenant les mêmes p:ocèdés que sous Hitler. On signale particulihement le cimeticre de All·Bre•sa,~ o:. trois tom~ ont .été bris(-es. DéjiJ. au pr ntemps dernier, il. ua.; t-tè une premtète fo.s endommas~ : 22 tombes avaient Hé détruilcs. Autte w:J~CI dt$ pcrth.llf/t~n• unll· •4 •lites aoi.uont· , : dt t tutqltf::J ri.,. 1 ,,.., ltlat JctlOi·~ dc111 fi•~~,. jour"' "~ 4'~.fllf'ftleÇr.•· Ocdtfl'l.feie C'ôr.tr~ 1".-l•«flcge wutl d14 b~t«il lJTGlÏQUI 11ttr lo~~ juil• MlhoJq;«&. t. r#bblll Zel 8. L~rf, (Hhld'"' tl • '#.-ietw• /ldbHIJUof' è" .Jil• ... '" ! '-~ 0<-< ;,J,, 11/~ W fJil~ fWtJCFUtt "l"""' d ' J·'" i("f"l ;ou• ttriCJI'Jilntoux. Il IJ~i !ru t~;~t d•• qut- lto Jkr('t lif• tltr/tn d"tt .,, 1133, i~tttrdllol.tl rcb-tf· '* 1i'W"I "'hù• .a:rc.. •. t'"": ar • 1 · 1 ,.·,J f' :. •r-!1 • .• N'f!dtolPI'. ,.._.,, ltpp.Uqr-1 orr-c ph•• d~ ~iJJt.L'"'· Où les s ont profiteurs f,~ ecu• fi ~tl r!ébot 011 lartrm•·tll •1 8.wn '"' uitt dt- le Com·frntl·l· IH '#" Ghl«•·' .. .~ ~-,. ... 11#1, ro. v.r· '"' Charles;. If, ·H 11-."' tP~i Rlfu-iü) tt Rua j.;.,:-fut~t nn Al· ·• ~l'tJ'i lll~m mdl -•lt Jkltué flll• 1 1! t'<!Uli.('T(! d1•• jr1if' fl;lT f~f hflll• ,., 'lU ru c 11 octobre 2013 à 16:38 (UTC) t:i";ll~" ltiuoU~ qat fu •~ dn r•IJ pu ~«dltr •· Lo fouille ,\l'PECTS DE L.~ t'R.\:'iCE:. qui •••chine • em~ pêoher ln tGhanuu E$t•Oue.st, d.oh- rtco"rtaitro qu'il$ ""atent un bJ .. !'!fail, puisque çe jOU""·at reproch• 1ux Jults (bien enten ... du) de vouloir 6tre les $IUle 4 en profite,.. Sovt: le litre • Lf' c:oton russ. •: 1•au._ce Ju'vt » ( 21t·1- 1Sü4), fa feuilft maur~saftnne d~noncc uno ceMaln~ tlrmo a!é. Q:é&nt en FI'Jnce, q.tJl, autorlaëe • re:co;otr du coton rusee, le prcpoJetah aux int6roasb, on pr61evant det bénéfJcoe. Oolte fl•mt en AMI!RICAINE. Ct qui n'em~the ~u (au con· \laire) .\SPCCTS m: 1...\ FRAXCt;. Jouant tu le nom d'un du dlraotours d'affirmer quo c no~ n:Ofltt's dt> 1\'·rt•nomllflo fnln(31- aoeord•nt 311 Juif •, ce qu'Ifs nfusent an-< rhiPns de , 111 ~·t't'ns. au~ nlgaudj d'fndigèue~ '· On volt aldment • qui profi· te la contualon Pierre CLEMENTI: de la Concorde E UROPEEH • av an~ la ltl- (( tre, Pierl"c Cl6menll on- \ra résolument. bltn avant lloecupatlon, dans la ca,.. ri•re dont l'epogio ful le pos-te c:to sor;ent· innructeul" etant l'erruéo hl\f,ff&nne-. Lo 6 rhrler 1834, il fa!l le eoup dt feu place de la concorde:, contrt ra République. L• lf:ndem&ln Il fende 1on oroanl.. uon nule ; lo Parti Fran9AI1 National Collectlvfste. Se& mO'd'ordre

A ~ f• d6mG<Jr&\lt !

Mon aua Juffs ! Spécialiste de l'antisémitisme Dès foN, If vltup•r• dans aon s. s. lion ·uetnle or de Mi.aslrophes guerJ.'Jt!rcs. • Ce rtpr6 .. n1.aPt de l'c anU .... mlt:s.me l la fN.nçalt.a • proçlame

• Li\ Fran.:e duH se poUr·

volt do h~lft rQr•oJei5 h l'lnstcu· de c~·tle:- qu~ l'..~JJerMgnt A ;JU pr<:ndrt •· à la L. V. F. 1orolt0n LE PAYS LIBRE (slo) '$ Jea juifs, let rt·anc~ - maoons et !es bourgeois •· En 1838, Il ••phque elena une. bi'OOhure que 4 de plus en plut, en France, l'intlu~nce ct l'avldltu dea ,tulfs au<clteoL ta révolte Jo et que aon pa.rti ~"" est te ... ~lll qui ai' l~t tour:Jgc d.- prent""' n tf'l-hJ~nl ,,.,.:ffll)n .. ur ee <l:UJ~l M. Eh aeptembN 1939, Il ost .,... ..._,, pour uolr- dl ftua6 des tracta p1'0- na-:1s oU il d6nonee "' to p.atlameo\~J.rb:me Judéo·ma•: onntqu~ ~ •t Jo. juJverftl ». Polll l'« Union européenne " La d6talte d6ohatn• eon lma .. glnaUon tanoulnaiK. c Tr.thlc;.nn ' TrahliOD ! hur• le c• traU.r:e. Pulout ota vtenl ln julr. Jt n')' n lftl<' trahison. , (19 Juillet 1941.) 11 publié d .. lia\c.s de c sut· p.~l.l •· lt applaudit à la noml· nation de Xl.vler- Valla\ au poste dt Commtsulro aux que,Uona Julvoe. Et noelureflemon\, Il se .~die un eut"Opten cent pour ee-nt : c P.ntr~ l'um~m europ6eone. grn&•B de rrull< mn~nltlquo•, et lA dnmlnaU.n JuiVe. huonlllaole Et dans 11 rubrique cln•m•tooraphlquo, qu'li sion• du psou.. •' donymo do Françoll V!nneull, Il salue en ces termu lo film natl c Le Juif sou • : c n est r~~ 0••1fo:t~nt d·t....o.s1111er. mt:-m(l ,., ' mog,•8. ~ Ill pendaison · d'un d'un juil • L'" Elllope " aryenne RCb.ltet dit 1ur-m6mo qu'li n'e c Jamais eu d1n1 ltt velnét t:n seul g1obule d-e sano dèmoor•Uque • · C'est ce quf le prédisposait b trahir. Au dibul do la guerre cie 1838, Il demande c s·u t~t b1t!n n · ~-ql-r.e tl' n-oir la v1e.ldtre .. Q\lend arr-lve l'occupaIton, Il wolt ~ entJn fte lever les nule.s ht'•'lli•\Uquts "•His le~qut!1· tes r:ou~ o.IUuns ,. ttli\Qs :t. En 1942. fi r.enet:trlt su,. Lanl : Jt snHh.dte JA '·Jcf1Jir-e dt 1'..\1- l tcrnil~•tu~. 6crJt-lf, p:arce que 18 ..:t.t(r'l"• qv'""Jle f;f./ • a "'3 f!llf'r .. E\ en maJ 1944, dans DE\'(. .. NIR. l'organ<~ dU WoWon S.S., U dëtinlt 3.ln$1 $a voution c tu• POpftnno 1 : c t;•u •1•~~nt ne ,·orron-oo f!.tli, dan ~ J· 1$ l)ttfamon!l Ur•JJh~on~ Ile ~~ w•rron s.s .. ... l'éllle do cotte lnternatJon:tto at'rl•nn• qui rrfe .. n demain 1~ monde ôJ.DS juif~. .. ans dt'om,..eratc~. Un$ tru~l~ " Cilmnr.-.de.s S.S. de 18 no.Uons. jP vnufÇ tldrêiljte, te brfl~ tondu. nulre ~alut. If' .. alut or~ ·en. )tort aux Ju1ra- ,s. Et auio'Ul'd'hui ... C'ett ee mémé homme. qui aujourd1hul, sous le m6me plOU• donym& do Fr-.Qnoola Vitlnoulf, tient tn rubrlquo du c:ln6ma dana le journal 01-\t\~CIIE M.\TlN. u,... lmogt de l'•fu· 1 ·~il't"' teMe que lo .., o 1 e " t Robotet, COWt• .. v# CleMen· 11, 8enokt.Mfc-fn,l "'I•~Jict ct teui"C omll, Ut ~ani Gll•

.. , ·o\l·h·Jl~ f/~ "~4~

... v. tu phtJ or,.....,,., dffc-nwun de • ,,,...t.., •v•op.iettr! O .. UN E)(CELLI:NT NUME~O SPI!OIAL de lè Rovuo • L'Arm•e- Française » « La C. E. D. Xo, '" VoCott ft•kl~ por CU:Mfttti, ox;p.:•tt en 1t40, ru proion rocbt .. donr I'ARI$-.-SOU~. Aulo41 rd'hul libre. lql ot.WI, i: o 4etlt wn éfo~ 4• Mou.r· rot et colrob4,. 0 ASPtCT$ OE LA FAANCE. et ~at.htrophiCJ Uc. U l:l.ut C'JtOI· ~ir a , lit- on dans [.~;. P•\YS LI· HRt:: (24 mal 1841 ). Et lUS$} : L'ennemi f'ti1 Jutr. c St·~ au\lllair('.;;. sonl les arml · .. do la City qut veulen~ re· plartr teo monde SOU3 le Jou~ d6 l'm·. Ses a.wdllnircs r1-0nt auto· si l(llf: ru·m~f'i~ Alilla tlquott du Ko.n) Jnlt•ru. qui Ylt'nnent ~"' jolnd.r• aux l•~mJèrOj • (18 Juillet 1841 ) ... L:cra~~on:, la j ut:J~oc J•alle » (2& ma.ra 1941 ), etc •.• Il a'~ngag e dan• la L.V.F. dtla. 1942. pou,. • e··sarer de ra;r, Onll t· Je!l 1 roi,. t•nuJeur.tt b. .\fo~~ l"t~U ». L.e départ de son bat&ll· lon e•~ aaluS par un discours de Benoi.I-Méchln, Il continue ... Aprèe sa condamnation t mo:-t, Cl ~monU, en Su'ue, a êctl&. lin Hvro oû modtat.emeolJ Il affirme : c Il >eroiL dlf!~ll• do h•om·ea· nnct> I'C ,·ivanl un ad~ \"('l'!t.,l tt.) aul"~l quallnr qut" m~•l du lud•r•me lnloriUtlnn•t •· RcntPé: t:n Ftanee au d'but de 1983, Il a'efforça, avanl même d'ttto • mnle 16, de con1tiluer une c .\~snrC311~n de;: ('l)mbat! Jnl • i\ntitn'- tfln1ho11an1~ et fa.mlllt>A de ~omhalt:tnl~ anUht! ll'hC.VIQU-(:'1:1 •· U organisa 1& r•cru\ement au moyen d• petlt4s annonces dans RJVAROL. A GAZ dans le souvcrncmeot de BONN ,\IUII '"' collaborateur. d'ADiiNAUitR se trouvent en grand nombre d'anciens n>omllres dit paru oa. t. S'ilS ~taten~ toU5 anUs41Dlte• nobltsse oblige), etrtains 4<• ·P$ , europ~en.s do longue dtlo •, au d~meuro.nt c.rlmloela d6 HUOrre, .. n !'lont po.rUcullèrement 411~1ing\af.; tl&n!- l',.xntlee d,. l"u"'" tonrUonc, tltl~tt.ô(. PMmi ~ux eHon-. ; Ul' Emmtnuel PRKU&KER, 1111· ul1ta·e clt- ta reeons•ruction .... d Joint d'UIIIer en 1939, au p.ru nati. < ce>n!;e:iUer • pour 1~ (JUeslion& rac-Iale!, eplic.la.Uste dt~ t'exptXlpti!lHon des juifs, n reçut. du gouvem,.ment nuJ un c cerll! lcat do .omerclomettts • pour A\'Oir d6barruaë l'konomle aJ .. lomando du Joug Juif, Waldemar KRAfT, min1tltt> ~ans porloftuJll~. Récla•o6 par la Pologoe eom 1118 orllnlllol do guerre. Il rut !Uhrer S.S. Dr Hano GLOBKI : aecrél&Jff d'Etat a lo Clwlcellorle Fédfl'll· le, dlrlgo lo Bureau de pre•M de t)onn. Cher du oeoteur du que•Uons raciales au aùnlstero do l'lntl-llrur de lllller, 0 l'llp· porta au rongrès de Nuremberg fln 1 !J3G, sur tes rnmeu:&es tut• a.utis( u11lc._ qui ont. serYJ de c jusUtlcallon • lf.gole A l'tt· tenninallon des Jul!t. Theodor OBERLANDER, ml· nlsttc du logement, Uaupt.t.turernto. brf'r S.A. durant l't>c.cu!"' IIOD. Ott.o 8RAUTIGAIII : cbarg6 des c: qucsUon.s do l'Eu ~ o.u mlnls~rr d•s M!4Jros Etra~~ge"' · Put rho! du cabinet d'Alfred Ro>eoberg durant le nazlt!llo. 11 joua uo <Ole prépondérant dan< la déportallon el l '&xtormlMUon dts Juil• en U.R.s.s. Dr Fnn< MASFELLEll, lui aUSf;i &ous .. seerélarJe d'Etat au mloJslilro des Affaires Etrang6· ros. Commanta apr1'a Globlte tes lois raciale< de Nuremberg. Wîlhthm HEINZ, adjoint d< Rlanek au ootnmlbStrial alle· 111:\lld /\ 1' Dé!ense. Il 1:Ut un t' vnntet oJ~t l"o1DU· miUsm• liU• 'Il ti .'• ~:.•fU ~ \\"fi• .,. •1 ' lkrp 1·· r!®llollt· IIJ~nt u J'as.;a~!nat du l'l1ln.lsl r<' )utr ~e• .\If~~ Elt11n~ros ~\. \\'alter Rathenau. ... Et, nou~ en p&JaiOn~ ~ns a.u..t• un dQUie. .\<fcu3Htr almo a'ont(IUft'l' de ecu:< qui flron' 1~'" c hem"t~ de g lolr<~ d~ t'GD pre· déee...,ur llltlet. Slgnalon• encore true su ~ do• ornoter; de polle& de l'Aitemogno oroi O~ntate ,ont d'tn· oleM chers S.A. <t S.S. qui ao liont c rait la main • dao.! lf'S camps de ooncen\n.llon. L.a diplomatie gormonlquo ro>dMale. ullllse ou maximum, po.rlleull~romeol d3ns lo :lloyenOrlent, lts hommM de Hitte<" ayant donn6 la preU\'O de teur nn ll~émltlflm('. Tou~ "Sltns exeepUon r~vont do l'arm4e européenne. pté,·ue par les accords do Bonn et de Patlt. C'ct~ Avee ceu' qui ex!ermlnèrent acs million• d'<ll,rts humains que rou nous dc.mando de nous unir t-l de nous Intégrer 1 Que. nos gouvernants sachent une !Oi!J çle plus, quo nous ne serons jarnois dan• le mGIII;l t.•:.mp quf! les b<JUrrNlUX naxls .. ·'"Charles--~ ..... ~ .. ~,.,__.. .. $Lee 18, 20, 21, 22 mat'S1M4 ~ à l'MOTEL MODERNE S Pl•<• de la lltpubllqut ~ Grande Vente de i -:!olidarité • Kermessv 1 •u prortt drs Pn)'e:s d'Cn!ant• do fll<lllclo el do D'pol'!(.,. S Amis d• l'enfance ! $ lntJustrJels, commo,çanl$, ~ lbtlsana 1 $ ("DVtt)'f"Z vos dnn~ li 1:t $ COMMISSION CliNTRALa l Dit L'ENFANCE 14-_, rue de Paradla, Paria-10c: T61. PRO. 90·47 et 48 C.C.P. 6246-20 Pari$ Charles· · ·~,~· ,,,.,, Contre la France » 1 l'Arm4o Ftonçolsot • rn• 33 cie dkembr• 19$3), lW ... de ~ Confidfrcti. on tiOiionose cttt; R~ dt ta FêctcYoti«< OK offi<•tl'$ 6c r~e réi)Ublicalnt o' d~ Jo F6dEfoUQf'l ckls ~off;t:IOtf de rfl,ftvQ rê:publlcot!\$. o consocd O!.IJC P«<b'ltMS oe r ctf'l'lle dite ~l'liN!. un ~ spk"'l QU'elc s-tlonte Ollll• Hitler. cel inconnu ••• • Cc n!iuniro cd 1• fruit d"un• lonau• et mlnullcU$1! étude colh:ctlvo dC!I t•oitOs ct 4t le-urs onMt•u. et dfun tffort- .t:l>ldoltsi ft cll.e4uo tNodtwr ""' «om'net ÙIOCVft 4ft O:!JM!Ctl CO· roctiritt'qllst, e-n ro.p,ort ovec IO'J clt• constot~<CI hlstorlqyu qui :c11r don~ n"""t tovt lo'" as-n.f. • l• '"tc~ tro.rvtto donc UM M~ r;o ct'üu4n p'ftkulfèott.t doftt ht Mm· me c.on ·tlh•• VM ortoltM!: d"~t~t..,.ble, concrite, loeJqucmon• ord'Oil:\Ee dt fo C.E.D. Gt dont fa cOI\dutlon n'olt pos

ovlcment, oprès une rOft~to!~on dotS

Otfii::J~~nt-1 o~~Wtn~ •n c.andomrwa .. ti:l'JI "'oth-ic~ mo-Os rnqulno 4• ..... t"tlcr.t ho"soho ,ou!bf• n prol>l.medo Jo <fôfonso noUtutalt. • Adre"n vos commandes- a • r Arm& e Frort{ohe " f~ 33 • dk~o 19S3}, 10. ~ • CN!tooudt.-n, Pottt.- 9•. T61. "TRU 71-31 CC.P. 5390.11 Pof(l, Le numfro : 100 Irones. AbonftOMOl1h., - 12 numétOJ ! 1.000 ft,; 6 n~ : 550 fr. Etronott. - 12 nt.ln'lltos : 1.400 fr.; 6 num&os : 750 fr. U N joumal du soir. à r:ros lirag~. plein d'otltntuJns touchanlts pour ~•s /tt· leurs, leur offrit réummtnt (comme c'csr gentil), : c Mon nmi de jeunesse : Adolf Hiller>, révéla/ions inid:tts et txc/usit• ts tl soi-disant ~nsationntllts d' Aucuste Kub/zel<, rom pognon <ttnfn11te du su.'t-nommé. Tabltau 1dylliqut d'/liller : lus hon fils. amoureux dt \Vag. nrr t•l de Stt'phanle, une blonde aufrkhiennc. s;en lin peu violent, coléreux, orgue/1/~ux t l a1.ssi antistrnile. mais ~i noble el ,; fier, qut t'tsf un illtomparnble honntur d'ao•oir ill un de •cs proches 1 D'aillturs, Jt nommé Kubizek (Ou<li pour Hilltr) n'a·f·il pas pa)'l de sept mois dt ramp de conuntration sa lrbp c()nstanle am/Ill rl sa fidmté à son nm• d'tnfantt ? Ct tharmanl tl dévout ptrsonnagt, qui n'avait d'aulrts ltithes dans te Trols:ème Rtlth que ctUt dt thef d'orchestre (au vrai sens d,t la formule) ne fil pour le namme que peu de choses. Il invitait bit11 à déjeuner Rudolf Htss de ltmps à autre tl quelquefois soUiciloll du Fii.lutr, ctrlaints faveurs pour ses omis t'l ronnaissanus, mais tnfln ce n'est pas bien mlchant. D'ollltrus, troytz.ft, si Stéphanie trttail voulu aimer Hitltr il n'y aurait jamais eu dt Trolslémc Reich. Ah mais! ... Les chagrins d'amour tout dt mlmt! Ceptntiant, lts ploisanlerlts lts plus tourtes sonl les mtlllellrts. Ne pense-t-on pas que te journal du soir en quesllon y M un peu far/! On voudrai! rihabililer Hilltr ttl lts s·,tns qu'on nt s y prentlralt pas aulrtmcnl. Pour le plus grand bien dt la CE.D. tl de rordrt turopltn, commt il,. doit/ OIIOIT a T I.IBERTI! • xiliaires de l'« armée euro~éenne)) Un complot contre la vérité • • titzeJ de (de nO-utJeau;x R bo.nte) ll'll)Rt ln Juifs re•ponsaD! ee do tous les maux : ttl ettt tel fut touJouro l'obJ~otlf cto l'entinmitrsme. La mlb6N tl. lo ,rrse fllf\t- ellea dee \IleUm•• ? t,& outrr.e rnenace-t .. <~Ill 1 L.11ndépendaneo. natfonalo o.1Jt .. elle compromlao? C'ect tou .. jourt, atton let « thbritlen' » radttfJ, « 1& Juif Jo qui « t ire lts. f•ttllta •· Contre o.. bouc ~m.snlte aont dirfqie.5 tes coJ . .. nt, lu rtneoe~rs de:s miçon ... tenu.. 11 'ta una dit~ que 1& propa· vanaa anla6mlt.e apporte •int;l ~n préçllux s.ouUen aux; verl~ · b1"1i r••por\table~, à qui otle \brt dt paratonneru. Diversions 11 octobre 2013 à 16:38 (UTC) •,!TF. (d,eemb>e 1862) d!)l1RI I*IIIUU.tatlon la plu-1 f r :tp• pant• 01: çu pPO«dé~- ccue '"ame tcr:t : 1)111 ll,('oll' Il J ~ ru;n~ f'l u:. - l uwtuu Jt p.;..~~ oJ. '·' • r 1 d ;rr cl ... m~tf ... '-1! t·l ~r· J t •1'Jltnlrt;l!NlCC d11 .... •J..!O 11 .tnçtth t /IHIJII')l do quosllons, anll.lnt •lo l'l' \~tl em~> 1\uxquels 1l n'y a. t 1'Utm .. -4'•11le r•~J)on::a : l'a\1• • tr d11 tvu~ nt13 rrutu.~ est. to ~a. J;l U,ri'\C: JUil jlf't"'rnt'd!M•.:J.l. 1> SaQa doute faut-il çoncJ uro quo COUSSAC, FORD ou l<f\:UPP, 1'&1' exempte. nt- sont. p.:a. du çapltall~t~s et qw'ADI:NAU!. R nt un g1'3nd dëftnnur do ,. raix 1 Dt m6rru~ g;ndJa q~.o& se d6rou .. lalen~ les 9N~e-$ d'août 1963, 1 Il \1\ÇIL êuitO:l : \u II~OJtl<·nt ùil J'on p~trl<'" tiQ. Jt"«la.Hlh .c.bu;:l\•cs:. une ~Ml" •1 m••ll'-'nt~ t~mClites mulliJ~IIt\ 111 prov•'•'rLII ·nfli CL lt-s prvt'~·d<·s ···l~ll"': • 4 Ct laa nervii des: gtoup•ments hletr.!t:l pl;,u.rd.a.l•nt à P~tls dtt Aff,t.hct ail\ti conçuea : n"fl~i' 2.000 ~tn:s. les Jutr~ ttlt. le l'f!Nlilt. Cr•'n .. tf"•. uni z-YMl.s tl)Dlre le~ jnlt~. • TOJt e•ux que l'on t~nte &Jf\- al de protëçer du reYendlcatlona populall"'ft ne. peuvent h 1d•mPnont, y çompris les J uifs qu1 l t t..rouve.nt parmi eux, qu'epp l audl~ À de .-embfèbles. dive,..ionr . oouo propagande s'acçompa .. one d'ailleurs inévitablement. de 10n çof"o llalre : c le Judl!O·bOIch. vlame :t qul vlse • dl.s.cr,dl· &el' ltl organls.attons ouvti,rea ou p rogrc:utsus. Dédié aux imbéciles c•ut aillsi q u-'.\~PECTS Dr. 1 •. \ ~·11.\:>CF. (du 16-1-!14) aouUon• quo le marxisme : • ro ,llt"~:o.lan1~o l nC tualt.i1nl'Jt'n • o6t ... l'hl \'tniJim do quelques jui fs •· l!t., 11 1.\fflrm& : • L~s JHaf(n41i du cnpltAlfsmo f.'l 1~ lntCIIC'C· lll~h •·(·w;tutlonn3..ircs MOt pour lt ru·ofl\ne d1trlt'il<>s it dJqtln~uf'lr. t .. r" uns ~l h•s o.utrcs po1·le.ul en o.;nt'·ral lM m .·. mes nom... Dt" nuu:~ 4'(UI, je ft(• sat~ pollf1lti•JI, 1;11 J illrf'fiL ~~ Charles\J\'tnt •Y re lo ,,;1ft~ un l\'I'C Je na;C'n '*• s ana doute ce Journal, cornrn• us s emblabiUt compt .. t·11 q uo. le f3l11kU•me de set lcot.e urt: ltt empêche:a de vêtlfiel" Pi f' une m1nuto do .. éfea:lon l'a.bsurdlt. ô do ces O!SSerlions-. N'n-t-on pas dit, avec Julte l"alaon, que l'antisémiUamo Ill to soclalltme des imb~clles ! La chasse aux juifs POUR étayer .:u eampatntt ct6:nagogiques, la. prtu. raciste a besoin de c d6• montrer » qu ~ l es julfa c •ont partout • · Er\ o• n61"al, elle •• eonttrtte d'aNirmer. p ;,tola, •Il• ao livre, da.ns ses eolonnea l une v6f"lt.able ohasso au• Julio : que qu•lques Julio •• \.,.ou vent. l I'O.N.U., Hs sont. .aut:· aft<u. di.llanü , ' t iquet68, " cela devient « la domination Jul· ve •ur I'O.rrt.u. • ··· D• m6me pour l' écc nom1e., la magtat..ra.tu• re, les uts, etc-. I'I:L,LE m; FB.\.'\CF:. par e aempte, a ouw@,.t. une rubrique sous le titre : c Qunnd hr.tt!l -.·~l rot "··· POUP l\lll.\!IOL ( aoûl 1883) , la Franc.& est eouvt rné.e par « une caste d'fn:folents lin•ot•ll .. tC'!' ;# : c t.a presse est à sew ordru ; ·~ mast>lmlure lw est ~omplblf'MIO

l'cpiScop>l ••l vlcllme

de ~a pertid~<'. • Empoisonneurs ... de la médecine Feue L·EPOQt~ f vt oondemn6e apNs la. Libt ra.tlon pour avoir mené une "l'r'J)Igno •ur « la médecine rrano•.llo enve~ hie pa .. lee métêques ~ (1). 1\lV.\HOC) ma.l'che dant lA mo .. MD voif•, déjà OUVCIPlO pa.r XQJnnisl: s pU ... lt;. ,·iell"< hrcton.t qui 2e partagent dtttorm··ls lts. JIFlx Ji1léralrc~ en l~ttmll!e ('C'Un· me Ils fe patli\gt3lent df.Jà ltt J'\1;d lo, le l" lnl-ma, Ju pt'Ct•O f::it- Ue, olo ... ,. Ml:me appel l tOul lot méoonl. ent.s, à tous lts ratb, dans ASPECTS DE J •• \ FI1;\:>CE du 4-12-1903, q ui d•nonç1nt la pri tenJJt:e c maJU1M » dt t J uirs cur 1~ t~adio, • ouplro : <. :\'ft\1.;. autfr.o~ b~> .. oln de n::trrl~. pour oou.s d•;!tnl.fro t4Dlre celto b.ublri(' ... _. Un peu de pudeur ! Sa.ns cr.ainte du r idiCule, l'li· V.\l\OL généralise en ce s ter .. mes: c 1:0 •·n.o(;li• do lr>lcho dofe ,·o.nL J:lnnn plut qu·un 1-'Mnç-. 1\is do \'JCJ11C' ~ouche » (2G-11· 1853) . c Il r .a :tll!ii~l (~ th,'tgme, qu·on ,1~it ~U<'t'r 0.\'fio 10 l~ll (.IO !l:\ mt·- 1'<'. quo t(ls Jutr~ ont. Charlesujour:l ,.~~·Jn • (27·11-1863). Qui oublierait* pourtant, que nombre de Français de ftal<:he date (Jults ou non) " sont mieux conduits &out l'occ upation qu• les rjdae\eura Antl-frln;-Jls de IDVAHûL ct leurt ami:; ? Quant aut 8 millions de Juifs a.ssa$'slnes avco la con,pllclt-b des coll:.bos, faut-li Clrolr-o quo, b!on qu1a.bsonts, lit aftn\, eux ausM. • tcuJours rolton • ? Actuellement par:tÎ$5ent en f rance plus de 20 pt!ri0diques dirigés et écrils par d':mcïen~ eollaborarcurs de l'ottupant, qui s'emploient à prCp.ner la rt:\'anche de Vichy. VfC!t Va.lhlt• etH afflrm~ ('7 .. 1·--------------- ---·----------1 Sui\·ant ltur formule, ils !!Ont dt.stinl-s soit au large public, comn1e RI\' AROL. soa aux mit: eux intt1ltC1utt~. comme ECRITS UE P,>RIS ou ASPECTS DE LA rRA :'\CE, soit comme L1l SENTINELLE ou LA VICTOII!E, aux groupes s.e.mi·dtmdtstin~ de nen1iS fa!'· ciste~, ll'nncil:ns miliciens ct W~ffen-S.S. M::~h•, dans tou~ les cas, r anti~ ê.mih~me ct le r:sci.ime 5ont p.trt.c.: int~:~rontè de ltur propa~ 3114,h.: 61nhr~publk3int ct belhdste. 19541 : c f.lODDC"Z.-VOU3 dOn( ((•J'li (]P. jult) réu~slsse. tcantlH •:" Il' m,~_.,.in lmbois ct 1 '! w( dl"t1n

.ttrtln atlfndenl unP r.Jkul ·~

!)luM-.;ma.tJtJUO di1DJI un c:llt•'nPt •·· rcrt . ., c•est s:ans doute puc:o qu'He • t..a1e rot animé&. du mt.me tlPf"lt que Cflrto.ins membre$ du jury du concours des hOplt1ux de ParJt ont pu êtn, t'é dernier, ACCUséS do p:trtlatlt6. Des gens cultivés ApN.s ta médecine, votcJ la Uttérat uMj que Rl\'.\ltOt. <on no peut paa toujouts s ottlr son H vohe,. q uand on • n.te nd p.a rlt f' de culture) prétend • dHend,o • ig:•lement. Le prh~ Concouf"t a •t• l t.tf'l· buô à M. Pler,.. OASOAR POUf' une simple ralson. C'• • t, dit. niV,\ 1101. ( 18-12-1915$) parc• qu'il « :'1 f11rt l'iUYt!nU()n û'un JuJt (':U.·hé dan.<t un~ IOJh hn. c.r~u~éft ~': •1•• n,utro Julr qui tlr.\':tlf ,~h-e mort 1(1 l~ndt·U)IlJn •· et 11 affirme l ronlqutmenl (4· 1·1t64) que noua 5ommes • t"•>- (1J t.•lPOQUE ft-o lt dlrJt.fe ,., M. AMré IOUGfNOT~ oujo11u t ,.,., t.e<, ... toi,. .-aot du• &e •••••Charles • U.HIEL Ils •• let fo.sc.ittcs d'A,SP((T$ 0( l.A Ftt.ANCé : Bowt o tte. C•lz•M ....... etc .•.• l'ftO• ftJUsf6ftt d4M Jo , • • * 011'« for~torisc.fioll. da JoO;a•••n. H ll>l.ct fcè"f~ l'hoto • .. ,. ,, ... ~ft MOl d.t m!ff, nOe de lli•Ot POt ccntte .... 9 0ii...,,MMf"' Charlesad lnlndife kt m•l\lffl"t•IIO" Mult 1o t ~ t(... Aux plus :tnc1en' de ces titrt-s, se ~vot joînrt:...:., ce~ de:niers moh. de nou\·tJits public:uions 'r't l•.r po~o~t c~nNm ore:t ._ 'r'ictc.it• oohfoub:le dt 1U4. .!,_--------------. répondant nux m(,mes préoccupations, ulillsnnl les m€me~ procédës. Dimanche Matin DIMANCHE MATIN a IX)ur directtur, un certain Rogtr CAPO~ AS, mand>:aire des Halles, qui fut, sous l'ot'Cupation, direrteur-g~ranl de PA lUSSOIR, par l:t grâce de l'obcrle: llnanl \\'eher. Cet hehdomadairf, destiné :tu wand publîr , publie sous des lit res c ru\ rtfs ftt prose de PierreEtienne FLANDIN, l' homme du télé~ranune de ft'licitalions à Hitler : BELIN, auteur de ln Chaale du 1'r3v3il p<'tainiste, le mnurrns!<ien Pierre GAXOTTE, etc .• l.ud'" REBATET, ex-condamné à mort~ y tj~nr 1:t rubri~ que cinomatographiQl!e, sous le p>eudonyme ~e l'rançois VINNEUil~ rtlui dont il si~tnait la mi:me rubrique dans jE SUIS PARTOUT. Nouveaux Tours NOUVEAUX JOURS, présenté sous ptoht format, se pique beaucoup plu$ d~ culture4 f.dil{t par un groupe d."ami$ de Pitrre I.A V AL. t<tle revue h~·mtnsuc:te n pour princip3ux collabor:utars Anto·nc • ~brit PIETI!I, r(..Jn<1eur en <hel ; josi: I.AVAI., dune le nom a éh! citè lors dt: 13 découverte du compJot tHt7:i de Naumann en Son -< Comii~ de soutie.n > compte des représentants \te plusteurs de ces groupetnents, Fidélité fiDELITE est l'organe de tombal du c MOUVEMENT NATIONAL CITADELLE ,, dont le chef > est Char~s LUCAS. Peuple de France PEUPI.E DE F-RANCE, ~~·· lemcnt de-~tinè à gah·aniser Jts hommes de main nazis, e$l le port~-p:arole du ~ M.OUVEI> II;N1' JEUNE NATION >. Faisceaux FAISCEAUX, dans le m•me M)lt, st: "·3ractêrise < revut mt·n"llUtllt tl('s Jeunes. r\~tionaux Euruphn~ "· Voilà Il fnut dter é~olement VOlLA- EUROPE MAGAZINE re\• ue illu!tr~. édit~ en Belll.iqu~. tl Q11i suocecfe à FRANCE- 111\IERIQUE, publication interdite dnns notre pays après la Ubérnt1on, en 1aison ùe ses or~ tkl~ pro-na2is. Diffusée• chaque mois à des d uint< dt milliers d'exemplalr .. s, c~ feuiiiE:S infinr.es cncoura. s:ent lts agi~.Mtents antirépu. hl c•in, ct s'elfor«>nl de n.<pandre dan.< l~s nëlieux les plus dh·er:o;, te \'enin de leur prop::t· gAnde. All•mn~ne. nu printemps 1953 ; .------------- ~:\~rfi~~ci~-~NNET, !. éon BE- Ex· lraa·l dU L'OEuvre Nouvelle L'OEUVRE NOUVELLE, aus. si ,ou• peut ro:m••. t'$1 actu•l- "SlURm ER"? le:mtr.t tout A J..1i1 anonyme. Aucun

ulirle n'est signé, mals

nombre d'entre tU)<, ainsi que les dcs.~ins. ra}'lpellent irrésistibl~ ment !.'OEUVRE and~nne du traître OP.AT. t.ft c to;nut...,. pos q.ue tt:S d..rl't tc"' thés cf11 • Stiirwl..., • .tr: 11fth.· ,,.. ""'oifr: r , , , cont re 1 e droit d es g ens Bulletin de Paris BU LI.ElTIN DE PARIS, publication maurra~sienne, e.st le ~ucces~.: u r du bu11etin conîiden .. lie! FRANCE UOCUMENTS, qui, lui, n'tHt\ir p:\s difL:sé daM le!~!. i,::o--quc:t. Il e~t :ê1i!!~ par la m(me \;qu.pt que 59uo; l'octu.pattOn tt pt:N·e d~ artitle.; de r cr~-l:::f -t'nr.e FLA!"D!N. dt.1 concral \\'E\'OA:-.o. d'A"d'é l ts • .ar'9'JMtr.tt. • rean .lws ptt la p:e:ue ra-cll\•· lJ ne p.a.nllnnen; pu, tl fat.t uo r•. • COI\Uln-tN bUutowp d• J'raaçab. D 'aut.an'\ ttl oe Qv"t,. on ,.,~_. .ur~ 1 a Jus :.-,~, d'abom a.bln crfmts c:on\#e. la FN.n· ce r:. contte J'humanite. Alo re, Il$ plumrtlh ma.urratsl~ n s pour pr\tpnt;o les meeuret antljl.f1vts dont lit Nvent, tels des voJeurt criant tt au voleul' » onL- lnvont.6, à tout. fl•5•rd, ce qu'il& a.ppcllcn' C 1• J'I.CIIMO juif ». JH\',\i\Or •• psr exempte, d6 .. n•noo (Jullie\ 1803) • le~ •bnJ ur. uons du h.Ollisme roti.11 <l jnltc . Ou t:e,.. (4--:2-1553), lt i<•ll : (.C. 11 ln,)ril•j juh·e fJrO\'Of]UO l'li ti111o· QN :\.Ut res J;TOUpes ou "'!lr,r •rl •••· "'lUI'IIr~ elle Yil. • Soul ... tnl.endu : pour supprl .. mor cotte « provocation » perr. unantt, Il f•ut &upprime,. ceux qui '•en tendent coupabtu . A tQUltS fins: utllt:s, n~;FF;N~ f~ Ul l..'UC"!IUE~1\ p.a.rk dê 1~ ... contre la République C OMME sotoo l'oç.cupatlon, los cemp.agnes ~ntlsé mltos tt raciJteS, stccc:Jmpa· çntnt hldemmant d'att.J.que.a con\r(l, la RépubHquc. contre ta dfmcc:u,le, c:.ontro s:. pa.ia:. LJ Llb~.~uon e.!.t p~u,. Rl\'.\lutJ... u,w ··hl :-ture .. ln;tlan- 1• > ,\ •t•;:cTS JJE L.\ FR.\.'\Cf. •'t;o::r:e l r•p&.t..er : • A ha~ la h a•utll '111fl • .• • V.h'c le Rot l • 4.\ art•rmt (27-11-'!e&S) que "" Jn 11'\'ohltlr•n dUe fr<a.rt~{ll5e 1n( un •h•'·ntom('nt ant\Jt)gue â J'IH\'IH·IMt du!t lla-t'ht\1'@:;; ». J,,\ \'lf;'roll\1·: réclame uno f'U•p\lhllt'u~ \ut .. lit-t!rl!. Sol'lall~to. ct 1'1 hlte:lolt (sic} . 1-'.\ISt! EAt:X. o:g~oo de~ c J eunos N.atlonaux Europitns •· procfamt' lot t Dt:t ...... il: de l.:t <Liactute- •· ote .•• ,\,Prc·r~ flf. L.\ FRA.'\CI:. ra1t. nettement de l"antia:tmitltomo UfiO e:om• nt.tll'èpot.liulne. lortQil'il éc-rit qu• grlce au .lfii"JI!\;.\1, UTFlCII:L < IO!US lh ~flçrl,li • li~tO(I.,rallqu~s- .KOllt puhlk! t : JUil". IU~tùqU('$, fl\11'\' h'IIUf~ d1' IO nJ:\t'OnDCIIC Il(). S(' N.t'hCnl p.r ... :t .(20-12-1963) . Et s:orlant c!e. JfèttçUon du P~"otfdent de Ja R épu bhqu~, d'un wur n~,~m ,: rait un symboJo f2!l.t2-18&ô) : c ~ t.:t.\'f:'\ onm: le f\..ll. 11 f.\llrtft t!e jU'.i .• J•· Il!' "l'<; h 'l lU fllUUV«'m .!:lt un , • .,o~n:~ 1U 1~ PrJn"" ,~:'.~h ... ~cnl~ ~ l.'ldbt chef' tux ftolçlstes te trouve Nalfté dans. l1Etpagno de Franco, dont lo règlme, s elon ,\,<I'F.t:T5 Ill~ LA l'R,\.'\CE (11- &-1863) • rhlt gt.mll' le• l>rlll• Jlllf, et cù • IJ. Nl0$plration ù~• ap•to Id• lo volonté ùe p11 "' lU'-'•' •l•'=ï jults n'ont JlU vCharles 11 octobre 2013 à 16:38 (UTC)r-r • oü la fin du mond{'. pNph<!ls~ l"'r Drumonl. a c-to ou ,.o.,lnt relud~f ... ~ VOU' QUI et~ cl.atr. Noua $Omm .. f•••• aur Ju objeotlfs du c:a.lt.plgnttt de la pret.ae a nUt6· mite, "' paradoxalement 'Lolé.rit:s ptt Jet auto,lt-ês rèpubJicainos. 4 at ul Jui,·e • commt .\~PECT" nt L.\ Fil · ~<:E do • a•ttrtpudt nce jui~ e • c, 'OJL.\ <4tctlmbn 1653) eerH. : • <~ft un 1VQ tH Jull• nu~ r"""' nl• re- il eux.. IOUle liH:tl· ' dP< tutr le bH.tiJ. ~~ lit IJU.lnd ri "'llh'il do luer les s~ns, Ils no Jnnt. ~fis t:UJt d.hJst.oirPs N .r:•y Jul'nncu~ cx~etemt'nt cou1mo J('S C•Uirc ... ~ Poul"quoi ces propos "azlt, ., .. non pout' Juatiffet le recoure aux methodes nH;u ? sont pas 1.es Juifs, pa•lomental• ' " ou "on). Et let a lloeallana f:lmlll:atts n• 60n\. ferttt qut pOut trs Africains ( lesquela, an rtill•'--• dans feu..r lmrn.n&• fNIjor J.j, n•ua bentttclent pal) . lleprenant les thhu hlttt• rlonnes sul" la c négtiflcatlon • d6 ia Fr~nce, cette t eulllo vl .. ohyste et violemment oolonlallato oce- afflrme,. q ue .- dr"' l(ülth:\ fd$ ... de lt.lH ICS ('OlH('U11t ... ·•nt. liUéJ-t~.lenHmt colnnlf'·~ • fo Qt,;ar· tler L.a\ln ( 13-1-18&4). hi•~r;'lrt'hi'i~~<' thn~ l'tutorll·· •.. un~ J••Ï qui t'R f~ll pt donl!nror j("f p:u liN- k~ J'lin t..\Uh.. rn ~ nrw-rdnnB"' "" .. •rop lme r., ... - Les justifications Dès lé mols do mal 18152., h l ~ VAllO t ~ s'eftorçaft do Ju&tifiel" lta h"ènemen\$ n nola.ntt dU 14 Jui llet. Rendant. compte du dèfiiO de.s: AJgérJene Jo Prtmler Mal, H publiait eoa lion•• Ignobles

neuk e-n t• n ~ ul par Id pouvoii'.S. pu-btics (b1••1 qu.'auc:uno ,c fo r~ t d t ruo;,.s n•a:t • tttro i » Cf.u co· tMe ~" OI'd•&frluln). lU\ \noL 1• ~dttnl11'\ Ou 14 Jt;~.lltt. te,icita bt~o~ram:~~ent ln auteurs Cie fua111 acre <lt •• 'fl\t~n, ET LES AUTRES .:rnnl leo<~~ J'rlo.-lp:ut<t j:."t- f't!' 111. r~'m Plll I···I•F"U('bl" l't pnhJit" 3Jn n.- 1 1 pnt .. t:Jnl-- lr... 1 i ' m .. t'- tnt~ ,. h Et il ~OU\1 : I'R.Q:iSARO, Charles Cfla...\1!Nl;., • Lfl.s • .,uar.r,.. Charles 11 octobre 2013 à 16:38 (UTC)u~' t"Mit'dé.. etc ... t(·s • 11~n"'ne-l-~ J.l:\r 1\faur:r.os , d l'O d 1 .,,ni) 1 ,.,., ""·gomont '•• ro~l- Defensa e cci ent C •esT arbllralreme~t que Ires <k• <lillO l<,rhlnc DEFENSE OE L'OCCIDENT les Julft, ou let nclr-s , ou el v;l.Jla10df! +(Id, !&hl ~ est dirigé par Maurice BARDEles afg,riens, sont dislgn6s pal" fWUYolr ht~rf.l.illlllr..'. ... ct Jo. CHE. ro.polog!ste dts camps. na· les raclst•• c~ml'ro tes matt1ea tJtble n:lnc de l'l::tJ.l ""••""'"'-·1 zi!, qul fut CQndamnê pour son LES JUIFS ... de la Franoo ou Ica ,..sponsa- q•lr. ~ liwe c NUREMBERG, LA TERLES NORD-AFIDCAINS bi .. de lous lta maua. Pour- Quant l 1 •. \ \'IGTOfRE RE PROMISE >. PLUS ou moift$ OUYCI14mtnt, c La h-aine: rait srtmat"er tM quoi, da ns-«• çOrtdlt.lons, no pas 12-19'13), elle folt de Pinay JI c:-t l'or~ane du ]\lOUVE .. 1& pPen e de b~lne apptll& Les t.ravaillturs n~r4-afriulnt \i.~tt~sres in(luiH:mts. 011 Il '·rai- disigner, t.ou&. auaat arbitraire- homme plf'C.t q u'li n•et.t c M.ENT SOCIAL EUROPEEN, 1:. des. mesu:"e$ de dic.c rlml-- t ont ~..~. oaJement, d~rt• la pre aao meni r1m.•,· -rt'~Wn qu'Il ... ulfirlit ment, d'~utnt ut6 g or1 u de ra prof(>~!!rur. ul a\·Hc.at. nJ juil. qui ('()()rdonr.e l'acti\·Uê de tous 1 f h t 1• ') 1 d' dl · d'un ritn JX~Ur C'JIIC .. orpJ.. .. to dol\ 1 1 • __ , • nation ou d'e terreur conlNI es v c. )'& e, o..., e o eu•• • 1n- popu at ott. ni JILltnn tl " r~no  :-i. . lanl ,., tes rtroupenlE~nts 1: l.SC'istt:S cons-- Juif.s. s ultu . fel le touJc une (1)1'\ll.. 11" rJ... ASPtC'fS Dl·; L.\ PRAXc:F. chacune d• c•• cat4aar ies titufs 3\'tl.: 1~ débris des Ol' ga.- P ..: t;PLE DE FnA~CE. pour sr•ia. :t ne e'en privé pu. H rappelle Ftanoals conduft tnt ••ldemment nisa.tions dis~outes a la Libéraq ui < j uif :tt ot c étra nger » no ASPECTS DE L.\ Ffl.\~C:E Et fier de voir so.s o.ppela haî · (8 .. 1·1858) quo • Charlesnarras Vnu- le pays A la ruine. f ~n\q~un, •~P· -• ~n I'CharlesJ~n•-• •l',m-r--------------------------------------------·-~------------- progromme « rannultlfon dCI:J rlor nord-arrJMin quo nous tJrulti:l pour• les étta.ng'c.rs lnd\1- l arssonA s'io~tO UAr sur nutto llh\l.hit':~, •:t:1at bien entendu quo sol •· Les AlGériens venua en ro. n'c•t f'~s comme mét{'quc, Franco dans 1•eapt lf' d'llchappor nt3l~ eon.rnu cotnp:ttrlole. t(UO l la famine et A. l'oppHu lon , . .. 1'11n derient cUo)~n •· ciste, sont tnit's pa,. la feuille ru v \nOL, qui " pfa.Jnt (Juil· maurr.ud e nne. do c troupe$ de let 19&3) du prôtend\1 c t~-lo~tul thf)C •~ de c popultce •, de ~rll(nHf't dont 1~ juifs l\l·n~· c d.:eheL des dC-ehels •· r1rfrnt e1:tnde5Unc:neot • I UQ• .\SPECTS DE L.\ rnA~CF.: 90tt évidemment, que l'on re.• n'a évidemment pu un mot pour matt• en vlg u&ur le c atat.u\ dot condamner le meurtre dt aix AlJuifs » appliqué Jcua J'oool.lPI· g6riens e\. d'un F ranoa.la par ta lion. police 1& 14 Juillet.. Pronant • ~·lUS f'ouh1itt)ns, ((U:tnt li exoote~ment le contra-p:od, do 1:1 UoiiF, pré-cise- t-il, ... CJU'\m h\r· v4rlté, c'o$t1 afflrmo ce journal, mo " 1•fl Jui.s à des ngi~$Cn1 cnh c 111 "'oule démocL~llo • qui en cnn•·ut tf.~ f(lll:.onl .tU~.!>i con li JI elt cau te. lf'lt .~ Il lul rr~ .. l~illsO (!U'à I l Cl•n"'lt·nc-~· mt)nlc. ,. La solution qu'il propote c'est L• c lui ftan~Jl$0 •· la « ('l)nt· une c ~un·eutance • ptua •trolt.e c:tn•~«· Rltltale ! • o n rirait, •'•1 des Notd-Afric.aln-' et l'exe.'"'Gi.- nt s'ag::uah de si gravts ment:· ce c:ontroe eua: de m6thoda.a plus . .'.contre la justice et la paix LES ra.els.tes ne sont pu • une contndlcllon p l'ès. D'u n~ part Ht a11fmlleM les juifs i tout.•s los 1njua0ces, i tous les malheurt. 0 1&ut.re part, chaque tala qu'une campagne nationale pou,. la juallce ou la !)aix r~sacmbtè •os o•ns tJ e c<eUJO~ IUV. .A t\01,. ct contort. pNt. endent Qu'il a'aolt •• d'uno campagne c juive • · c e ql.fl c:.onfirme le tble dt l'antl16mltlame. r.ement ud dt ce p~c4:1e en fa .. veur des accords Cf• 8onn e\ do Pa.l'i-lO. c. t:tre contre 1ll r:\t1ri.t.:•.l.t•Tt du traitû do r:.~;.r>., • cNt- if, e·est t'lc·o "-r•• h.'l'!. t't'HOM~,.;n i ~IO.t,

wec te r; Ju;rl'( .... "N~ l<"q C~lfll~ '

nls ll\'Sh~!lrltlt'S Cl(l 1',\H <ll\,t.(."'t1, <\\'Ch- le:. 1'111wllll ... ln~.:ùuc.·~I!Jtt.:J ~" n:uro~· .• AuU:nt do t aisons. aollo1 fui, d'être pour la C.I.O. Les Rosenberg Rf\'.UlOL. dt ta m•:ne t.a.çon, s'etH oppo$6 l ta tamptgno p'Our sa.uver 1et ROSENBEIRO. < L'allaire RO>:F.XDER.O .. t un(! 2tr"IN' r·qf'nlltllet•)tnt juJ .. YO ~. 6c,.ln ;t· ll en juin 1$3. Et il <: ~·Jut(', tlls.dl tonte plliû I•Qur le·:, t.1'JIIIIItnuh~;o, <lb Xew. )'vrk » <Un6ralltant, Il attlrmo : c On 11mtc~lo t••uu· (IfS n•.,gl"• th.•!( julfl\, i,l., .. kn. lmnllkl', lll•tl:> hl\ J.d .. o~p t'r•·\'l"r d(! !~rn 1., p~'lltt.• \'li'lllc 11111 nt~ tnndlc rn.:roe , ...... Charles • ···t'uU•ilui.IUtmtnt toait•h·~ • \lan-.; le ~h:ll·n~e de ~vu immeultlt. • Comma al la c r('Uie \"Î~flJe du ~lxli·m~ prêcldm~nt, n'ètah pas colfda!re d& tous c.eua q ue fn.ppa una injustice tt victtm• du m&m~ for<:et mo.uu l&tl. Et JUVAROL &'en prend 6 ~ t'f\t: g1':~. ndft t':1prll ~. si promp1-t ft dt1noncor hl moln(lrc Mtcn$e BU \' tl l'~ ' ll!'l do l'h6rnml'! fJ.Utuld eUt' ~·,'.'H'I'I'O {'OillJe quc\qu~ 1:;J'Ilt'IU,. ttU iJtH'IIJUC nègre.,. (13.- 11-18C3) . Il raut toutefois conttdeJ" que tant d'efforts. pour diteuMet lOC Franc;al• do ta. lutte pour la jus.t. lc.• et p our la pa:x f"etten• ab• çolumt nt Infructueux. Co sont les raclatca qu1, alnal, se me\lent eux-m6mea au ban de fa nation. ~1 .._ ~~- ~ Ils t c1uPut • • prouver •• QVe • tt ~o trot • eor~t tO'.I• ct" ;aJff, qve ltt • bokh·hlk• •, l<ktwn dw • Cortltol • Cu . , .. .,.."1111) toAt tl"offru• rd~ ..,.,u,.ôetvx ct cau• lo Ré.JHI~M tro,{oiw • st • e.aJ•trie ... If• ll!inftt nf dU oi'Nc,lot a l'•"•'~o•t porwl cfo" ' L'OEUVRE NOVvtJ.lE ( ttt how1), ASPECTS DE LA f AANC.t C •t~ Cftltre). NOUVEAUX JOURS (•n M1). If• •l1tf\t 0 f!itC"Utft~ WJ Jo f:ev•s.t"o •M do t"r.tl:t:E m itinll~ to ~...,_ 4H Jlft' 41.1.1 w .. kt:.t C:IH • Ç.O cÂG,.. • • .-t • *'lftoC'f' oiftW " vérite .. ._ ,.... poMohJet de• cflffl<u1tit: et du "* Les accords de Bonn et de Paris BAROECHE, dans UI:.·E:>~E UE L'OCCJDt:~T a le plo• tl11- c.as, en un.nt cu mots $OUI 1a coercitives enco,.. : c l,~('ur n:tplt.~ mt dt:s c:>flabos qui ont. " '""' tut'<' ... ttuuve oens to prJnc1pc •l a llao iF nraaxnlcee ,e t~ et evna'tuét rd-ean lt' ldmapnoat clerT - ----------------------------------------------------------------------------------- tOS de not~ tom:,tt. crime ot Jo trahison. QuAnt b. ASPF.è1'S 1)& J.,\ J·1 1l 1\~ t~C . JI tonne la moblllso.tlon dca hommes dé main : • Ouf, Il c.sl. lemps. ' crit c•tt• feuilla ( aoOt. 1963) , que l i'~t p~,n~:. ~ ~e groupent en ('omtM r•ll lttllrt"mt'Dt [H)Ur dér«.'Odre ltur& •!roH' contre. tes entrtpr1- "'r:oo t)IJ t.tdsnte et des. agent~ t"ft'l ul,.tlr:-. ct'c hrai:t •· ,. LES NOIRS ... L'ANTJSEMITISf_,E ne UU• r3h aller san• racisme. La presse d6 VIchy ne m•n· quo PM une occasion do co.lom .. nlor Jo• Noirs. ntV \ ROL A\ taqu• particull•remont.. les parlemontalréa d'Ou• t r.o-mer, • ces ge.ns, Oc.rit-11 (4-- 12-!883), pour qui l'liolon J-"ran·~·H:'e es&. une r~l'té ... A h lm dn mols 1 C'<;t lou)o\ltoo (& •• Kt quand l'un d'êUJ:, t la ll-1• buno du Palais Bourbon, rap· pollo à Jucte Utr.e les s.acriflco• oonr;ontla par les peuple• d'ou· t.rc-mer dans la guerre commu· no oontro le fascîs:me et. le ra• ci1mo, RIVAROL ironito aur cot c ('Ut"drlealn ... q.ui <ivoque tl\'Ce ~· tr.~mlss,..urebts ®ns la vol"< .r Il•• lrf.molos dans 1« r. Dl!\ 11.\t:EI}l el EL AL,UOEII> ,, Où sont les colonisés ? A t'nt.cndre 1\J\'AROL c1 aont lot • tecteur-s et les pQitemt! nt.al,..., noTrs qui dôtetmlnent Ja po· lltlquc françai s-• (quand cl no L• c:c: E U R 0 P E »» NAZIE EN MARCHE APRES la défaite militoire du Reich, les hillériens de tous pays, dispe.sés en Esp4- gne, eo Amérique du Sud, en Suisse, dans les Alpes Italiennes et autrichiennes reprirent rapidement contact La nouvelle internationale nazie Skorze.ny, cornmis·voyn"eur international d l3 n:.tisme, tf:ss a, entre les diffé rents grou1>ts une toile d'araignée aux fils de plus en plus nombreux. Di!s 1950, deux rencontres internationales nazies eurtnt lieu à Rome. En mai 1951. à ,\\almee (Suède) se consliluail officiellement, à l'issue d'un cons:r(s, lo nouvelle internotionale brune, replique de cette c intern:~.· tionale a ryenne > dont 1>a rl ait Rebate t. A ce congrès~ dont 1'or~nniAnteur fut le- nazi suédOIS Per ENGDHAL, participaient des d~légués d'Allemagne, de Frnnce, d'Espagne, d'lfolie, de Suisse, de Belgique, de Hollande, du Danemark, d'Anj!leterre, des Etats-Unis. La dfligalion ,.enue de f raJlce comprenait notamment BARDECHE, BARBIER (du mou,·ement • Citadelle>, dont le journal esl FIDELITE), BONIFACIO, l'ancien \\'afien S.S. René BINET. Peu à peu, rinternntlonale nazie s'est or~:ani$ée. Tandis qu.e se constitua•t un bureau permïtnent, siégeant à Trie~ne. des Comités coordonnaient, dans chaque pays, l'acli,·ilé des divers groupts fascistes leconslitués. Pour recrute r, l'orsraniM tiom a pris le lilre do Monl'emcnt Popul aire Eùropécn, puis de Mouvement Socin! Eu ropé~n . Son o rgane Pst en All~m3gnc NAZIO~ EUROPA. et en France DEFENSE DE L'OCCIDE!\ T. Deux complots en Allemagne Le ras.<embloment de tou~ les. groupements néo-n"zis en Allemagne s'est réalisé sous le nom de Communauté Allcmnnde (DEUTSCHE OEME I NSCHAFT) dès novembre .1 9~2. « Dans le cadre de retie organisation, relate DEFENSE DE L'OCCIDENT, le Moavemenl Social Allemand a élé chargé d'établir comme section spéciolisée, l'organisation, des rapports de confiance el d'échanges d'idée• avec tes for~es nationales des a utres pa)'s enro~ens ... c o·~utte part, le Mouvement Social Alltm3nd A cr~-é un comité dt roordination des mou\'ements dt jeunesse. dont 1~ làche Stra de rëunir lett nombreux moU\-emenas de Jeunesse nationaux afin d'apporter un~ contribuf. on effectiVe au tr:l\':til des dilfcr<nts mouv~menls de j~unesse européens. ,. C~t à cette m~me pèriode tlue fut détOUI'Crt en Allemng ne le fameux complot de I'As~iation de la jeunesse Allem•nde (Bund Deutcher jugtnd). ~!le organisation li(-e à l'inltm3tiOn•le nazie, protég~ par le gouvernemen; de Bonn. et financée par les !'en·ices amt!ricains d'occul> a tion av~it constlhu! d'importonls dépôt< d'amies, crée d" camps d'entraînement nlilitairt, dresst des 1 stes de juifs et de dén~ocrates à abat1re. ?eu a1>tn, en lc,·ricr 1!153, les autorité-s britanniques arrH:aieiat tes protas::oni:ttt'S d'un autre groupe nazi, le ~ Corps Franc Allema nd > dirigé par Nau· mann. Les cnqui:tçurs ont révélé que le groupe él,.it politiquement et fi nancièrement li~ h des org:tnisations correspondantes en France, en Belgiqu(! et en Angleterre. En particulitr, l'on a pu établir qu'un complice de. Naumann, Athenbach (qui esl aussi son avoc3t). rencontrait fréquemm~: nt à Bruxellts, chez une certaine LCa l.ucht, hl veuve er la fi lle de L3vnl. Celles-ci, roppelons- le, nppartiennent au l(roupe t]ui éd1tc NOUVEAUX JOURS. .. Continuons la politique raciale » DL! 2 nu 4 jlln\·ier 1953, à Paris, 61 délégués de l'internationale n:sz.ie ont ltnu un tong'!ès, salle de< Sociét~s Savantes. Des ~roupemtnbt d'Allemagne, de France, d'I~~J)A~ne, Je Suède, d'Jfalie, ù'Ar ~el)line, d'Angleterre, du Portug~l. des Etal,._ Uni~ t·t.11ent t(présentés. La délcgat: on de Fran'e comptait no· tammenl .\l•urice llARDECHE, .l\13urice ACHART, Roger BINET. Clwle< de jONQUIERES. p,,m; le• bllnderotes tendues dan~ l:t l"'~lle. l'une proclamnit < Lt·~ juifs sonl un~ calamité. Cont!nu&>nA: la politique raci:;.lc en t::uropc 1 > l'cr ENODAHL, d ans son rap1)0rt, d~clara : c- Le moment esl pro<he où l'Europe sera doib3rra~~ e des juifs et des enjuil'é$ ~. lls ont fait leurs preuves J\ l'issue de ce rongrès Juf ron~titué un Bureau européep de li:tison, qui ~·est réuni en avril à Lnusunne, 1>uis en octobre Îl Hobmindcr <Hanovre) . Dans une résolution, datée de M31rnoc cl publl~e par DEFENSE DE L'OCCIDENT (décembre 1953) cet organisme .e prononce pour • un r~mble.ment des nations européennes t1arn une communauté hbrt. et indépe.ndante ,., ct pour la c défense de l'Occident > par une <'collaboration orJf3nJS~ enfre une An1<:rique nntiou;sfe ct une Eu .. rope nationale ... 1t (On sail que, hommage du vice ft 13 trtu, les collabos qu1 ont trahi la nation, ne craignent t>a< d'utili,er à tour propos ~ ntt)t C' national ,., de ntbne qu"Hiller a":tit forgé l'expres... sion national-socialisme >.) Et le Bureau de liaison du Mouvement Social Européen fait en ce.!-\ te rmes s~s offres de service : c t'avenir de la civilisation blanche dépend du choix antéricain e ntre des gou"eroenwnts incapables, incompetents et inconst: ants, et les forees qui rtJl~ ntenl la ltadition anticomntunis! t dts nations europétn .. nttt.;,. Ainsi se confinne l'appui des hitlériens à la con1munoulé européenne de dt!lense, dont ils se com~ i dCrc n t comme les pr~urscurs, leur c- seul c rime > éttlnt • d · ~voi r élé les vé ritables délcnscurs de l'Europe • (ta Sentinelle, mai 1953). Dons les prochains mois , les nazis pré,·o1ent d•autres rencontres internationales en Esp~ gne et en lta:ie. Une rt!ce<lta lttlormAtion publiée par la presse peul donner une tdée de leur acth,ité : l'inte rnationale brune (odile actuellement 150 journa lllt dans le monde. 4 DROIT IT L181i:II T I: CONT E LES'"'ACCORDS DE'BONN ETlDE PARIS • •• v., ~,,, ,,~,,~.~,,,,,,~,Charles'''''''~~~ ) ~ Un ancien deporte écrit à ses députés ! l ~ ! cc Devrai • je servir sous f l i ~ les ordres de ce u x q u i f ! b r û 1 è ren t mon père, ma i ! mère, mes 5 frères et soeurs?" J

ll
, 1
\.',. t•ll ufl... '"._ ... ,,: .. n:tt" l• lt• .... , hc:uli ~ t lU lo l•.IU•

\ ~t ,tJ, ... ... , ,. 1111 ~;·.._,...-,,. •Ir llut"lt•·n".JI•I t ~·tt,.. ..... •1 1•11 ,. dU \ 1 • tulf ... ~t·uu .,, • fl~Jit-. f:1111't•UI. t .lliltt• .\•1· t l·•lfllf" •fltlh' flt url• r' rti111Jt-lltlf' n .,., •• ,. ilol'nlrh- rall h ' t-•ttlh 111uu •l•., ,,,.,•c•PI""' ilt• lt•H.U I t•l ri •• p•,,, .. i 'd h• tt"U~"•' . : m•~•ll • •l"• l r l.u :.i~·m~·t ll d i rftl-:-•·4. $ , ,.ontliUI" le. Député, t

J t vout ~c
"",5 parço caue les- aoeord~ d$ Bonn von~ 4tr-e aou· $

, mJ• •u PO\r"ltment. t ~ J'hobltt 10, rue det Deux-Ponta. Oeue mo:~lson ntJit hl· ~

b.t•• r~un t la guerre quo p!lr d<St: ramilles nombrtuatc juhea. :
CIJt Vtlh piCino d1onfa.nh. Une ~al!o l e UP etllll r6J ~rv4o AU !
ru•!JC• Ch&ut..h ; Ils y faa ! aient l6UPS devo11"i en ftrUtan\ de ,

"' 1 '.~010 On I'A,PJiotl l lt. • LE Foyer D, ~

t. H "tf)tem~o~N~: 1~2. • $ "eur..~o> du kllr, ••t •Uitmtnds ,
"r """·- t:. ~·Ja.en~ une or.,rr•lért r:ll , ,.:dit lh 4t.tan- !
fJGtl 11 n ""•'-Jt J,»l u,. que des Franç;tl~ dan" e.ue tMlaon. :
A f..!nq c..- al• "e.~onne
.. ~' ramillé, e-'ei\ ptu. uc; dtua !

s MARCHE CHAQUE jDur IIUII ttppùrl•· dt noU!'C.'/ts mamjcstoiiOns tlu prtissàul courant umuu·. tt qui se litl't/oppt clans tout tco PIIY$ contre i<'~ (lt(Ords di' 811n11 Cl dt.' Paris. En p•ulitullt'r le dmrga rlld'~· tr qu~ rcprc1scntc•wU ft• rbtrtnt'• ment d( ·' na:;s ·'·ou ..; ; h• ,.,,U,'t't l ile f 0Tf1lit tUTOpfe!flllf,'_ I .\IlS• â lt daru lts milirux lrs pi;IS d•· ••rrs un~ aclittn soulrtWt. $ur l"iniliaJirP 011 a•·tr lu partuipoiiOII uc/ÎI'<' du M.R.A.P .. d~s mee/Jngs tl assemblérs d':tt. {f'rmtllio11 se sont fenrrs, au tour.s du moi.s dt jam•icr. dans tlh•crs arrondissements de Pttris t•/ lorolift!s dt banticut : 2" ar· rondisscnlf.'n(, evre: ln particir-o .. lion 1/11 n,. KRIEGEl., du Muu· 1-'mNrt tir la Paix : J 1" armmJi~. ~t-mc:rH; 12• :t.rl fJOdis~eancnt, u>W Ir Dt Lélfi017C/, lt Dr DAXOIVSKI (Antirns Combfl· tant, Juif.•). Pir,, DUPOiVT LE DE M E ETING BELLEVILLE -s (Cc'JJrul~ d»rntrm~ ,·onlre lts a.c< ords de Bonn ~/ 1/e Paris), cl Chorftos lfUTMAN, du 8ur~au Nutlonnl liu M./?.,I.P. ; 1 3' ~r rondiRscment, n.•tc .4. YOUDI\' E. du Burtau Nnlional du M R.A.fJ. (dts rntssogts s'assotian. "" mrtling al'alcnl Né adrtssé; p11r :IIM 1'00UET, ronstil/u mumdpaf t•ommuui . ..tt, ESTRA· VERE, <lfputt rornmuni$/c d 11/.BOU, •urilairt tlt Al. l'ER· DIER. dlrig.-ottl du f'ITtli sorùrti< lt' S.FJ.O.); 2fT 3rrnndissetncnr (1•o/r <'i"flt=U$) ; Montrc.. uil. m·u .\J' Cloudc...f"ridhic I,.LVY d A/brrt YOUDISE, .~ou.~ ln pr~$Îdtnu du D1 COUEHVER. D'~tulrfs munift.ftatwm sont prb·urs p(1ur f;l'rit•r, uotammcm tlnn ., Ir 10'- , h· 1 ~ tl .Hnntrruil le ;\"" ... 1>«- ... c .... th ... ,. : HoH, , O,...uto,JtJ, s~. Gtvb~r, l.it'+'iiW. LeM•i"~· HtHIIII, hsun. G•l11.,t», folll~lt:r, St~ut-llfton. L'ART • avoir ON pou\'ait \'Otr ré•·emment ~ur l<s ~ernns dt Paris un film qui n pour ritn; le Orand Concort. Cc n'éùtit pa~ un IUm où les sang~ter$ 5'0X· piiQuent il coups ile ré\101ver, où les filles jou~nt de~ hanch~•, oü 1•~ Mlqnenees wonl cclw~ d une bnssc immotl\lit\:. C'\~att une <ru\'rc so\•l<'tiqvc faite d'ex:,it$ d'opéros. Elfe prf,$C1t3ct tl•s t.'h3nt\"ur~ \.t ~\:~ J{lns,eu ;s t:X· l.'tptionnch. j';JI !C•)d r·n "· en c.e. ... · < J;,~~t • • 1 " u.-: d'un J)il>-

• •c de Nom-·• r t /ulirll~. tk

• r!. fkv. u· . .. R1 - ~ ·tl' t-.· 1 ~~. .:iC•Ut d.,1:. -1 lt' \ . •, .bit li"'" i - 1';·\~.s ,.'f..\ · :t:l1h.:lk ur.:mtnt,

• ;, tis enco ·~. t 1t ' Jection

d'un \';\.etC:iCt' à ht barre :au Grand Théâtre de Moscou. faime 1• chorés:roph>e : j'<n sui~ dt: pr~~ lt;~ manift'Stations.. Ctt exerdcc témoignt~:i1 d'un déli~ ct d'une di~dpltnè dont jt• dt:mcu1c ~merv~HI~. 1~1 j'écrivni~ nlor~ : Mnkt .:nfin, t !it .. ~e tiU~ n-.~u:- n'niiOns pouroir ~·u.tmir~r qu'nu clni·ma ~~ ;ntl &ft'!loit! ad :aub~squnc :.ur une ~~t de notrt \'ill(" ? Elle ue ntt'l P&! plu.-, 1• P•Y• en pbil qut nt lt mer Ro~•lla Hlghlower, Amtneaint, quand elle dan~ à I'F.mpir~ .es (1nnn:~nt~ ne doit pas de frontières ,·ariation$. Noft'7 :l!J surp1u..t qu'on aur~it iotéré1 à compartr par ~xemple <es deWI ams!H qui oompt•nt parmi les premières de leur temps, -'lni~ cel~ ne paraît pas perm•s. ~ Française s'en aiDe ~mouvoir les ,\loscovites, que les danseurs du Grand Théâtre &'en viennent <mou~oir les Parisiens. Aprè$ !luoi, il n')' aura qu'à continuer. Csr la sympathie ne se renonce pM ais~m<'nt. Il n'y a pas de mau1·ais chemins quand on les prend pour aboutir à l'entente tk1l Jl"Uples, OR roui!'S <huses flntl!S~nt Po't S1:Unl-liorcr, les gt'fls rlni~sant pur tntendre rai· son. NOU$ il\'Ons applaudj fl p···~- r-;:;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;jj ris - et ils le rntritaient bien - de cttl~·bres violonistes er pi:anistes, et <W non moin:J cilf.brt.s t·banteur~, venus de .Moecou. dts dans~urs lk folklore, un tamboulinaire. Ctla n'n point tu pour ro~uence: unt ri'\·o1ution ou une .ruerre. Je doi::. djrc qu~ je l>\UIS le plu• curieux de danse clas~i9ue. Et j'ajoute que> Jes J)t!IJ'~Cc.1avcs son t . bOnm:s pour mon JHOJ'IrC comçue. Pour le \ citre ;ws:41, je rc~pèrc. 4..:\:'t qu"on en c:~r ~· parler oflicltllemt:nt dt: tl'S é\'ba.nges '4IJl' jt p rêt.IIMiba:ÎS. JI br lfUestion ~ue b Coméd1e r:rançaise s'e-n :lille jOUt'r :1 Mo-.tou cet t?té- et qut~taon c.au·en re. tuur le hall~ du ·lr.tod Théiilr~ dt Moseou .. ·re:m.; J?nnu t!tt representations i Paris. fouthons du bois. L'afi'lire- ;, l'air d'nre en hon che,.i•t Le Pl'iX .JEAN-VIGO A un film antiraciste Le pl"ix .Jaan- vtgo, cléotrn• c.haque annfe l Yauuvr d'un f11m qui $$ e.ar-aatél"l&e par c l'ind6pen4ance de son U • prit » 0\ 6t6 décerné pour 18681 • Alain Resna1J et Chris Marle.u, pour : • Let t111luet maurent au~al •· Ce c.oul't mét.I'&Q.& antlra.oil• \e1 d"tln~ à populatllll' l'•l"t nègre, n'eS\ p~,- aUlort•• par la cens:ure. En eftt', l'accuaaUon courage-ua• tf• oea deux: Jeune$ Hallaa~ul':l con\N. ~u• q,ul ont eommerclatlc• t. outre.nu un c aM vWitable 61 re.ma.rqua.b1e • n•a p-u plu à tout 1• monde. On •~ sou vi..,, (1) ! u h:>mn1n, remrnu et e-nfants qui ont .ttt tmbarcauH 1 ~ uH.t nu•~·l* d on• lh eat$. Dt" ma fatnlltt 1IOUa r.ommh pal'- :

~ U pl. 11 y hl.i\ mon p<tti\ fre~ Zi:d qu' avait cJnq on•, J

~ ....... ~ tt q ut to:n aYâ1l huit, Hen:-.1 t i'ViJe an,, Bcl"\ht qui ita•t , ~ t ·1cit, nton , ,..,.., a.in8 qui avait tln~n an•, mon p6N, ma ~

  1. '""',... • t mal·m6mo. MoJ, j"av~l• dlr-sept ans. De m.a famllfe, :
J• ta.lo. 1<.: ~• ul .. etr. Nvenu o•Aifemagne. '
Ot:a ut~ ... c.et•h• d f: pon-6s, naull> &otnmea tt.ols a c. u,.v•v,.e : $
tcu" tn o~ U'ltiJII onl 4t6 b,..fllé.. $

,. Si vot.~ 'ilni't. un Juur. 10, tuc. de~ oeua·Panh, MOn•iOut ~· ~ J, Ot~fH&U, vau~ pO\Iri"Ol • nlre-r •'-~ 'oyer : •1 n'y a plutt au- ' tf,, •mpvnaut Juet:liu~ d'umr~. uf1Snisé par ~~ Cormtè Ju•f du ._(1 :Hrondis.semenr l'Ontr~ Jt rt .. armemen1 de I'AIIema~nc t'nt renu Je 26 janvitr1 au finéma \\.\1 loui, MAkiN • 1 Ldouarcl UAI ADlER >'élalenr, 1'"' 1~'trr~. MC:t)("i.S~ :l «tt«" $Oirt •• Le secrétaire della t9··20esection:dela L.I.C.A. CAR c'ea.l un bJn ,-h~amn. Au point de vu~ do J'art, cela a de soi tt tc l'at <ht. Alais 3 un point de vue plu~ gcnfral AUSSI. Quand les hnWe$ UCn.!t se •encontrent, par •:xemplc sur cc tcrr11;in de J'art, IJs g•o..,erçoivent v; te, et parfois J'cmblé~, <fUt~ ntfflle venus de~ MlipoJùCS, Jls sonr fait~ de la mi!me ~ubst~nte et r,t.."il~ n'ont p.~· la muindrc idee de se regarJff Charles ch en• d~ lalence. Ils se 1'3pproebent, ils lW semnt tes mains. C'est un bon poiot de d~rt pour la compre.ension mutuelle, aut~ menr dt! pour la pa1x du monde. qu•ap,.., awolr 'té s61ectlonn6 pour le Feetlvar de can· nee, If en rut HJ<'6 pU d._ cl:s:lon du oou~erne-men1., Reen•l• et MaleefP ayant rerul6 de e<>upOJ> la dtM116 .. bobine dê teu .. film. La po .. lloo par l• sulto en avait llllè•mlme emp6ch6 ra proJeotlon au cours du Feathal. ~ : • nl d'tsnftfl t!. qutau\rtfoli, mai• s-ur le& mura vau" verret

1• • phCJ\<1!,1 •to ceu• qui no sont pu l'ovcmu• : 80 poUts Fran- j
ç•ts. qu1 \tr·aieut âuJourd'hvl clet hommes tL dtt remme.t. ~
11 rl'\'a beHttbJ& QUO }'&Va,is ta dtvolr de parler tU leur nom

~ mol (!Ul at ~u 11.1 t hanoe d'être l"evenu. ~ J t o~ cut .S enlal'ld~ n ulemen! 51H est po&.Sibl• q~.o~• '1101.111, t'OUI f'ar3dls • . roe de flelle1•lllt. En présence de prb d•· 300 pt-rsonnes, des urateurs do. ttll (.lances irès din~r.st, tmt Afl:.' , t.t:

woU• t u:~ eçCO!"d. qui uonneratent a u~ oftiç1•PI nUit lo di"it. ,

,. d eomm.andoro des aatdats fran.çtts. le droit d• umpn en S

Fr•hce ., J • •"'"i 1Jet•.~4• si, fol'.sq,u~: noue tllmlne,ons lt t

~ rcs :.allaL. uu .. ote. MU$ ..tuPOns la nonte dt \PO""~~' le nom ~

d'un a•puur de notre ~c!êur dlnl:l 1&. lin~ de çel.&a. QUI au- J
ton~o ttliU6 ou voulu ,..tille,. ct5 accot<ll ? tt 41, pu malheur, 1 ! 'lOUa ' fu putis~n de. leal" ra\.ifk.a\.ion, J• .. ou' demande. ,
Mon.l aur le> D•pvt+, ee. que vous me conseiller. dt falte Il

' dU"ta 1n J• 'Sula app.l'ft a as.ni,. tous lia OJ'dr.as de l'un dt • ~ ceu' qut brul•r•nt mon pè:oe, ma m•re, m .. cinq fN,.. el E'l d~noncê les accord!( d<: Uonr• t:t \lt- Parisr ~·*~ 13 1-J(t'"tdt'hr~o .tu Or LEMOINE, mem,.,,. •11• t.'om>tt Ceotral dr la 1 .1 l ' ·\ nnt pris tout à tour 1• paroi· .~L\1, Pi~ STIBBE, •u Mnl ~~ I'Uno0<1 Pro~ st~ · Rob<n BOU\'JER, se<r.;ra;~ t.rttll de la F«Ji:ration lk• (')!ficr•r' de Rh-en·~ R<publlcain• : R~ymund BOSSUS. ton,..illtr munoctplll ~e Psri• (communi>tel : ORU· BER, s.crctairt J(.!nt ral du mou, emen: oatholltll~ Jeu nt Ill~ publique. ; Charles HEI!rr 'J, préoidcnt du Club de~ J•• oN~, (radical·soctali:th~) : 11n!rl! l:flll A 'man d OYMENTSZT Aj!'<, m~nthre 4u buretnl nufon<!l tlu ,\I.R.A P. · ChMit• "TEI~: \1 X, lu h' .. ~ . n~~: n;J.I '" 1 \." 1f. Uc::- juaro pvur 1.• w"~1 1 !1 t:l ~ ~"u~ ~o~e~;~';~!,~' l ~~:~~auoo'!~: J~ ::~•p::,l~~:o:r,~: $ ~ ::•:: ::;v:;: ;!~~u~~,Charles 11 octobre 2013 à 16:38 (UTC)!~=~~;,~:e 1;o_,:':~~:Charlesr oqh:Charles:~! i

1ctt u a tn1ec rlre ; Je m'engage pout m--. part l folr• con· ,,•

~ nahl"t wo1•e r6po:n• à\J.t. habttanu du 10 do la ' Lit dot Dovt- ~ Ptlf7h, ~ \Il ont contr ~"";lgnjo cette- leUJ"r e t J'ln.quiétent comme $ j mol. 1 $ V eullll•l •urter, Mor:~1•ur to•:.a Ma<'; m• l 11 d/llll' , l'•,.u· : , rance ~• '"" Mute <.o:tsld ér.tt ~"· :

AOfoiEA 5mill ~

.~ • 1) .., • • , ' t • l u ""'nl•l , ,' ~~' '~~''''''''~,,,,.,~~.,,,,,,,,,,,.,~··,~··· .tu la l'Entraide; Cf-rie .. 1 ~ ".1• •n rtt : "m•r.:at dt •~ 1 \. de Jl a Nie i Il r. Pour l'union de tous les antiracistes A•m•ud OYMENSZTA)N, npr~ "von souligné qut Jt réar· memen. ~t I'Aifemagn. ,. pour corutl.l.irc:. en F ran,"e, If développtmtnt du ra~~smt et dt l'anlis# mltq;m, rappe13 les effort> lJOtll:!>UI\'i$ par Dùlrc .\10U\'fm~DI pour U\'UJ'IUr l'llnion ÎJJ.d;;.,pen; Jit'llt" \lt' IOlJ<i les antaranitt$.

><;n appel ou re~~lorct-menl tl<

1.'{ tte un~n. tn v:.z~ d.'unt 3C1ion ~oommunr. hn salut .;n-f'" t:flthou .. ~i:tS.ITIC' par fass:istAn~. L~ Dr I.EMOINE, exprimant 1~ oenti· tnent ~~néral, remercia tnsuite notre ami d"a..,·oir fait mtn/lon tilt Mo,_. anffratiPtt ~1ur nnus fOn,\'fliUDif.li. /(W$ ;,.; En 3d(lptanl â l'unnninutê la r~:o.olution finaJe. l.:s partici. ,~ nt l'- ... !! ,4.101 cw~ai!~ a redôutl lt· l!'~.=ifr.a~. S()u:; IL '"i;.ene lle 1 univn~ puur emp~·~t:r lô! ratifh. .1. tlon de a\((•t<ht r" 81)rm d t p ,; .. ta Provence crie: PLUS JAlAIS CA! (De ndre cone:,pondant parlicuher Henri LIBERMAN) W UJ.i•' :t1uellw t, "x-i<ommHnt!~ hl lt • 1' (;~it8llî"' de )JM fll'i Hc.·. C:llme.r. !J•Jiz~r·, !\'ilwlau , Wilb('rtz. J!olh. ('h i rt<•pher. en, Ho•·· hl~r. El.1fl..111• Sthmi~h Scho· •~ ··. 11 r.t·é~ent t~ur :u un:u- •e 20 a Utl't'~ "Mit (•' fuitt- il:IIRJ1 •;:, '{ !11> hl· mts. t.:t" hut~rtc!Ul.. un1 c.:n'- n;:lan-,· l:t Prou~nu.•. dt~~ .-: o ",\ 4! lit, ~... Nime.;o; â lltlt~U1&t1131\ I.e c.h .. rnier de S:- n~, ~. .. 17 rendu .... dt- Nime.'"• • lf"S p( 11du"' C!'..: Nkt, lt: ... mlllittrs ct'isr.:~{:Jitt~ dq Jhnt· . lt· JOOrts ,ft' 1 ;~. c, , u tron l' t'~ d.1 Pugct .. Th~nleNo. Je .a2fJ nt~ P:~radis à M-"r•.(.• illr, lh1U th.· ~ot, ff rrtn u- ct rfht'll: t!UU~ HOI1t :IUlnllf d'3.C1eS u'a<(.II,~IÎI>II contre: \'t'UA \IUÎ t)nt f\lltlt s.i hnu l 'hut'lnt ut d 11 ~,,1. tiat :~ll rn wnd Una brochette de tueW'l> racistes U1A. S.11:t. vnt tu , t.t "·r..~ tnltrntnt le 'i j:.n lt r t ~V.I "'uc !\"est •m\'~fl dt\. n1 fe tuhunal n al taaf':" :t'tl be.~lôr1 Stunr·Ni 1:'"•· •' A1arsetlle. lt> prtK.ë.-S tle uux qa'nn v~ ~p~ tltr d~ homrn~~ Mu~lher (tpt.ra.·t :-. .;\\~rse,tlc : t't5t $1'JQ Set ordre-• t1 avec la t:Oli.Jbor.:\tion 1.11: la f)<'IIH:<- fran· ~;aise t.tu'curcnt lien lt<il t~rrin!es r~IIC10 du 23 janvl~r 1943 au ' '"'t' d~squelles lun!nl déporte< .Jcs. cent~ine:c de juif~. Sthotcr rr Sehn*h VJJérai•nt ~• Nit!! ct (;é rurent les pend3i, on, de potriOie• •• 1;; ~<\portarion tk H40 ~rA~Iih:s dont :~J !-t!Uien1tn1 l'\Onl f(:\'COUS, Wilbcrtz sc.- rtaldit tristement tclthrc J>:lr la. .tqrturts qu~il pratiQu" ~ur le'- rc~•"tant!l arre· it?s. .-\ Ural.,'lliJ;:nan, Holu d• ri~ea pe:r.;;onntHerntnl 1~ ;t!lsa.s$inats Oe p,atnei es ptr~rrè .. Oans tont le Haut-Var. l.tl' tfmotn.. u-nr dé<rit dt's <~ol!n~ dt rortur~. d(."!!; interro..: atoirt". ~t" 11rrt"t~tions, dt:f" di 1 rtAti··~, ct t•Y'It ~outevé l'i_ndi n~llon ,\t a :l'1:- :ttiii='Hi - ..~ .~:$nnl u fU•~c.·t• i..c~ \.!ht:r~ dt• ln R~- ~t.Jn\'c •Jnl ('lr\~cnt' l' li(' d':ll'f!H•:.hon tlrC."S4.: J'•lr ln u~·~i-ttn1111• !'r(.Wcnça h•. \ n ltcppail un bébé à coups de pi'lc.!f; Not~ nonS- a(,~r h.: ,, m1 t..•.ll:a .. "t l1C C\'nr mt n•·g.·\1" 1.~ as .. "' ""tU il Orn\lour r~na1 t.nt du r:a 1 'lu'·l~ :w.va·toflt ob • ;\ des t.•t doe> •up~r <UD, Rolf ~luelher et ~l::f. ... ddt:\ ., ·~·nt •·~~·n \'11 . ril'll fa il \lutlhcr, <hel dc 1:1 Ut$10po, 1\t. ... ~w~i-!1 m\:11 \1.! p:t. cc qui '-t !l.l':;~it au ~2 ) rue Pnr:adJs, tt qui ordonn~' 1:1 d.fstructioJI \k":'o lJUarttël"f.. du Vîeux-Porf à Mnr:- t·ille, 5C permet dt: repondre ui-..~oh:mmc.nt ;tu President : il O$t demander au trihuu:~J ct <"lllnin\.'1:- de "gu~rrc donne l't&polr aux accusés de pouvoir aller renforctr Je.- rangs ~ts Ca&quc d'r\cier rccrêi-s par Kc:sselrin. z, tt rertrendre du serv1Ct M. e~rtm, 4) lo 1to1te1 tOIIJne "~" Kottr, (!vi bobw 10 ttt~ : • OUI; Jo \'0116 r~cutne~ ,•act vou, qw\,. IW'o\'tt Mk doM 1• boiO"Aofc• •t plon el 1• ,,,. "'"a t· .. w tloc$• .... ~·u l ·avrtH :ou, :..jouh:-HI, il stserait ~mprtM(· d~y mct1r~ un terme .•• WilbCtt/1 Hr;l1.t, Sclnui~h tt tous les autres, reconnus par leur~ victim~. mentent effronl~· ment : - Je n'ai jam._i~ vu .\\onsieur, répond 1\'ilbertt aux aCCU"21ion;; d'un témoin, .\\. ,\\:;.nin, de Nimes. qu'il a matroq•ë pendant d~u~ heur~$. D'aill~u~$ i~ doit ~· a\·oir erreur ~ar il t :c:t$111t au S. O. dt: ~fm" on a:ent mf re~ q mblant êtranu_em:,C. Ct mtln• \\'ilbettl a le cynos· mt- de meur~ .;n doutt. le t~moj ... !."T1.~C! dt .\\me llc)S~nhAunt de Nlm-.$ 4l'i r acu1 t ~:ne re nutres ~,;ho:t.~ d'~\tM l rapJli f\ coups de pie-J .;nn ~ l'·fnut dl: 1rn!f1 .o: l'lT\!'\i· Jl\:.5, Schurcr ; ' lui l'on r<·proch~lt ri' ;'I\'QJr fMI •f"lt' :\ ,·nnp de: nerl dé l1oe1.1t uu r(::o l:--lmtl de Nice. l~ pre;rndr fl"~~' ,.,...,, 1.q.1 >... rar

usa~"! th: '" fi11H\'h11l•. ~Uii

•nttrd1t 'rftpu .. h \' nm: de Hlth:r iUI f'Ôül'"JÎr Enftr., pnttr ""Il tJIUllr tuut ctL1. le g~néral $ .$. Karl Ob.r:;, qu'il <nteml par torture,,, tl tfrJOnd

< Tout e~:ln n'exlste po~,

C('l! tortures n'ont jambl• él< co1nmandées par rwu.• -. Je pr~dse que Obetg était elt~ comme rémoin. Le parrainaqe d'Adenau5r Emre 3:Utre~ tal~ns dt tf~ 3thtudts té\~ol1antt.S. il faut d · te; IP:Jï faitS SUÎ\'3Rt~ : - le goU\·erntment Adenauer !<'occupe! dlrecte:mtnt de la dC:iense de ces mon$-tr ...... et as.;umr lt!t- frais d~ 3\'0C.:J.lo, : l.:tUX•Ci touchent .WO.OCO fr. pot ntctts<,

\1. Cohen ,\youtht!' de Nhn
!-.

nrti·té et fro pp< !'"' \\'!lbetlr tnc d~.:h.raît que \: · : un,. hOJ1· t< de ,-oir un juif, ,\1' Clémcnl Flernhcim. dtfendre d'une fa~on écoeurante le- .1S!'as,s.ins de ses \' l1tehJ,ltonna:res f'ré~h·on:! qur ,\ \' Bérnhcun s't-H dcjAi tllu'~-tr~ d;m.o; lé' ctHcnse dt' Dul~l.;(·r ·f) l· la"c· f~ilh: - L..ï hiX.r:r::it>n d\'S (~nto.in~ de S.S., gestap'~te~, ct autrfS ~nns ,., organismes de repré!;• lon du gouvern~ment Adenauer Cl M la Communauté Europé· <·nn• ~" Défense , , Mai• face il toutes ces ma· noeuvrt5 le ptuple de Ma~llle se dr~•• et les déh!g.atlons se mulriplient auprè~ du tribunal miJit.lirt- : les anciens résistants, 1<< anciens déport~ les andens combattants. lê'< organisations d< jeunts, de femmet., la C.O.T., l'Union d .. Juifs pour la Rés>sranet et l'Enrraide, le M.R.A.P., ont tXI)l imt: b: volontè unamme dt \'Oit condamner à mon les boureaux de 1:1 PtO\"l:nct. I.e fa it que. ~eut~ .. \hJehltr l1 ~chon:r aient l:té frapf)t1s du ch.Uiment sur-~m~. a1or~ que fll:; !"i:.' .. :--. :u.tr t':'i rt~ ac~ttSé:t ~~mt " " le rn;nl d'être libertls. réJOUi r(t su,$ 3ucun doute Adcll:!. utr. t;'rst une raison de ph;s ,r,. ~·t'!Jlfl"'··ttr JU:\ accords de Ur• r1n Cl li• Paris. Lt:; mart:.lnl-. ln." tlul ' lfliJient de r:IS!"Zfll~er J((l.rJJII r-.i~u:'\t '"'""' conta·~: l:t ;:~.. .. ufJ\-':,ti(ln tk Ct" .. accords. (ôntinucnt ~ctinmeot la lutte. NOUS DSCLii.RI! ••• \J . lu~..-~")' , <,tr~l4 1rt: u~ .w. H~"-~0· •l'riJon dt' 13. L I.C_-\- ~ blto \'~o•Uiu tMr~ ~ ' Drott ct Llll~ rl 6 11 •tt-it•l.lrallttn o;ut"t·antJ> ~ Oomme ,.,.&nçala, cornm• an .. ct1n combattan\ de Ja PHmiirt A#mM ,.,.n.o&ltot lAhln 1;. Dauvbt), comme llult 1:nfln. Je t~e ptUJ QUt m'OJ)PGi-11' IY tét.~ to .. m•nt d• I'AIItm.gn•. Il "' "'""*Ire ttue s-c rfltiJ•• conlrt ta "'l1flcatlon des 3Ccotd ~; de lonn et dt PUJS t'union la plus tarte 'an• dit• llnollon d'opinion : c'est une que-.stion d1tt11eaol\,, tn pal'tloutltt, Il .... n(Htmal q-w• dtt orotnlta.Uone a.nUN.eft ... '" comm• la L.l.o.A ... le M. ft.A.P. at11Mnt tn e:ommura face l la mtnace du nuit~ Hnai.. ant. J• tUfl '"" • rn'IUO• c:ler- l tout. in1tlatln tn faveu.t d• l'unlû a.nUI'&C1ate conu. les aecordt de aonn 11. dt Puis. J• ~ounaJte que II:S oe>ux proi• rs se réalisent, qoe la ComMi• On ne peut que t e fillcltiP do la dêelslon du jury •Jean\ lfoo •• ql.li a tenU à se toU .. datiH,. avK cette oevne qui contl"ibu• l ta fNtePruW entH IH bomm.s. ft. L. •• loai 1!153. A'IEC I~IDIE"IS If\ 'l'If\ (Suite de tq page 1) lumenr hoslilu au nouveau mode de vie ~ul ll!ur êtnit .. propo.

.C 1·, Ifs :ùnAtotllèrent ators dans

Il,. olnlril·rcl'i dt la for~r vier~ d là t.•or,.a.nbt:rt-nt On Mnl qu< lltnrand FLOR· '.UY pourrA>t r~rler lonpemps d~ ceux a\« "'UI, a a vécu dur~ nt plu.'\Jeur$ tkmaint>:o. Ce "'Ujl"t Jt ru .. IOnnt El Ct: n'üt ra-~ cl'hr~o f ~.1 \OC.:lllôn ) hu e..q ' tnL•t h ltlJ ~nf.1mt :tlor:t quïl Ji. ... 1it 1 :u::111 t:l jult .. \ 't:mt" an ."<" i·:n.:r\·t illt;111..:nt. t'ne. cr:a\·urc re•' · .~ .. t-n h tlll 1:11 f.,rd ,-fet;:!t'. le: r:IJ1J':t fl :l ltkufu:·a·mcnt. Il n'eut rlu~ uu'unt: iûè~· : \'ClÏr de :<es yt:ux \.'t dCC',\unir p1u:;; \'11-COrc tlU'il n'rwait lu. L'ncc-at.'ion devait sc l><~sonter bientôt. A la F~cullé, il <'Qnnnt de.• ~udianls peruvien::- 'lui décidèrent d~ J•c.n1- mener. LA-bas,' Il cur les premiers contactto avec les indiens de lo Cordii!Ore d<• Ande$. La ~oi! d'llllrr rlu:~ loin ct de S3· \'Oir devint tnextinuuih1e. Rentré t:n Pran..:c:. il pr~:trait SA ru·e-. n11èh~ txpédliion Visite aux Iawa - -~·Charles au cmquit-me \"O)·agt.quc ) 31 c<>nnu 1.-. Jawa, Il• ap.. pa rt1tnntn1 aux premières m~-grad4) nJ car n.. . """ connaissent f):Jt. le méti4:r a fi!-.Fet eontrairt· rnena à c.tna.nt:i- t r1hu, Ils ut...., """' <"Jl<:nd>nr »'«' habiiHé le• fjtJn,•, vé~M~Ie!'o <aul serviront dè nturto 1:1 de loiturtll iJ leur h-a .. bifctllon, ic f:1briquer leur ilama~· ou qu'ils .!ouneront 1i un qucJ. couquo membre de 111 lri~u qui ~rnu n~ce..::siteux . C Quofqu'iJS VÎVtlll tJ:.tn~ lit((). rêt, tl:< n'ont rieu d~ commun nvct lt"s bHç~ StlL\\'<\ges. Us sonâ d..-~ hornm~. Ltur préoccupation de,. oriJlanes du Uh1nde t~t tonstan~. u~ 'roiem en des esprits Mur>fntur,. tt unt une musique polyphonique qui, ~i elle n'a neo à VOJr '*\'l'\: Je~ U:UVI'Q dt ~lho-\ t'fl ni la Pmrrt <llppl~mentalre de leur civilisation. Ils jouent dans des notes de bambou et quelquefois de la Uùte de pan. ils chantent dlfr.îNncianl leurs airs suivant les voix dt femme4 et tes \'Obc d'homme .... Il .1rriH qu'une: dan~~U"l' prcnr.(' ja $011 tour ploc. da!lf Jt cO~(tn. ,. Le$ indien.' qt•t: b·~n ~uvent QOU:S Ît!OOr(Jn:;., rtt'"t'ntts qu•it.~ nou~ :'iOnt J):t f d~ r\.,;ib rlu~ im:u::irtatn" qut \·feu~ où ft- fard et lt f:aux t XMI<me rtntf!l3ccn1 1::.. \'êrit· cunn:t~t·cn·•t"' l't-x•~lt" Utt 1'1<1'\ :wlrt~ ~·ut~ htlllllin.s ? - Il • $/ ;mt•M,;htt• '}ll'tl!i I'IKtmrt•ul. H•ta •tu'ltt ,,,;rtll irréducltblt- nll'llf fll"né\. pnr h.êrédUè " au crmtact nt't't tc~ hlancs ils hhatr~cu~ ptzrjoi.~ tWet les indh!ll> lrtl>•nillallt pour les colons du curor1.• t'""•~ (lu set, par <Xtlltple. Ils converse,,/ nvcç eux. Il arrive qu'Il,< {assent des l't>yagt$ dt ruinzc jours tt Ira· •'trs la forl pour sr raconlu des hi#olrt.< dt /nhu à frihu. Et lâ·has {,'.< m•Ul'tllt's t·nnt vi· lt ... A rh, urc 911'1/ t.11, 10 % •cuttnr~ nt d'indttns .H>nl ~ntt~rc rl/ raclairr~. ~<s outrt$ son/ alli$ $< placer rht: lt$ cDIOJU gui r~( ment ••tt la domt.sllc;tl urdigt. ne. Ou bltn 1/.s rtcD/ftnl pour leur compi< du caoulchout, du mal)ior q&lif1 tlrhmtgtnt t:on/u de la quinine, dt\ ({)&Strb/t$ ou dr.< harilr>. tnfln dr• rhnu• in· di.sptm:ah/lt, Ce sont des hommes El qu~l àcott•ll tont·il•? Et leur vit fnmlliol~ '1 /1.1 Mus nht, on tllbul, ma· nife.dft u111 t'l'flulnt• mé/innu, moos P•• d' ho•tllllf. AVl<' l<s ,ndlrns lrOI'fJil/ont pour /tl ri).. lùvs lt tonta1·1 rn lllrffsairt, ma1s pos rtthtrrhf ... Quan/ ù ltur v:r tanutial~. 111~ tst nrll~ dt $tnt•mtnt, vlritublt~ . L.Q ttlldrtssr pour h < t:osst~ (que 1'011 aiml nombuux). l'al/ntron tntrt lpour, 10111 cela peul ilro rrnwrquf d'une mani~re cons/anie et cric lts Némen# de la l'it quotidien· nt. La polf.gamit rxisft. muts rJ .. Ir est tmm )OUl'l'nt ~huraablc. Ptu trmrpk tt/ ~.ditn rttutrl· ltra la femme de son (rtrt mort ... .\Jais il y aura ICUJOUt• rdl< ~ l'on prffèrc, lYaill•·uro la JwiYJ:QUIÏt u t h< : { UX u~ tnut 4111/rl" ~n ~ que t•cl•t! ,,, no·f Il i donnlln,-t • .. V•lli/C-1'111/,'\ tW( l f UI'( f"'l• rhontc drs ~{·ntilnèlll~ ·'•'" 11: dic•tt ... ? [ni ,., . llllt'UII If ' 11ir •m jtu,,,.. lwmmr fr, ... l i( ' u Jt'tuml tle lù f/f1:1< auprt$ dt '" jcmm<' qm l'~toutail, heureuse, tenatrt sn lille dans ses bra$ ... Ottê, faim~ ln indi~s. Ct .<on/ des homme~ simple$, Il n'esr Que d't!c:outer ~rrrond fLOR~OY pour ~·en con· ...,.....,..,_ \ '""~~ •es i"dic::s, ;1 nou~ monut moins ce qui sépare lts races que ce qui rapproche lt> bommt$. Nous le remtr· ci""• d'a.-oir rapporté d~ ses \ O}'ll~e,. en pluf d'un livre fon !nl~r<f<art (1 ), un film 1rl:s hu· main (qui Otu-rait m&îlè buu .. \'••ur !liu~ cie f'ubJitité qu'il n'en

'1 é1~ fRi<.el. en un mot un t~mof~

n:~~,, -.:.~:~treux e.r --nntiracis-te. ~ 1 ) E<ihlorb. AMIO~DUMONT. ----------------- Prix tle lrL Paix Les Prix ittlerntttion.au.x dt la Paix Î11SJituis lof3 du prtm; cr Congrn ,Uondial d~ la Paix, son/ dt$/inés à rtmlr< hnrnmage aux artislts. itrivain. tl •••'11nls f11<1.nl le plus conJn. hui por ftUI'$ OEJ.IVftS 4} tDMolt· du la pair Miro lts ptuplts. Lu touriaJs dt l'ann;t i~OU· Mt .•onJbpour la FraMe : Pa111 F.LUAR , Prix lnternallonol, /tan EFFEL tl George• SA· I.F.NDRF.. Médailles d'or. l..t.'i r.Jt:tJiflpens.es décernées out lot~ so/eJintllement remises nu rours d'un gala nu Palais dt ln AfuJuot;M, le 14 janvier dtrni~r Le M.R.A.P., avait tenu r1 S'O$socitr ri utt~ rtrimonlt, morquant ainsi toute sti sympathv pour l'oeuvre du rtgre/11 Paul Eluârd oin$Ï que pour €tilts du dtssinuttur 1llll1toristiqu~ 1~ E{ftl el du sculpltur Gtorgts Sa/md·~. prtsident du ltfouv~nttll/ dt la Poix da RMnt. LA CONFERENCE DES ODATRE fSuoiP de lu paf!e 1) tions chercheront a refaire Je Reich. ~t nous pcn!IOns que cette réunification dqit s'opérer dès maintenant sous le tontrOie des puissances occupantes et avec toutes le• ,11'3rantits nêoessaires pour les pays voi~ins, dans la démocratie et pour 1., paix. U NE autre opinion consiste à maintenir anificit:Uemtn• cdte coupure, à favoriser la ~naift..~nre de l'armée dr fAIIema:;::ne occidentale t l i la mtttrt ~·• sen,ioe des r•uiS$3nCt'< >tlanl que.. C'est ta solurion de ln Communauté Eu· ropèenne de Oéfe•tse (C.E.D.) et de la Commun:tulé l'~o1itiquc dr 1~ Pelite Eur<>JlC. f?t:m rth.luonl'- d l· ~nit~ que cette fusion de L'ëurope rx:cideutale - non COI1lJl1'Î~ 1'1\nt:leterre - en un ucm\'el Etat C:i-t surtout pr~conist."c par des ministres ~athnliqut~ : R Schuman, de Oa~J)t'rl. Adt n:'lutr. Van 7.eehtn,1 qui ~t·r\\:nt k ~r;,ud dessein de la pap:Jut~ : 1tl n··:on.~ttjtution du Samt Empire Oermaniqut, réunion ao peuples m~intenus par ln main de fer de l'illlemal(ne et soutnls ao Vrttican. Celle Communauté cllt-tllc une lib~ F(odérntlon d~ peuples libres, un ,P.as vers ra constitution des r:.tat:I-Unis d'Europe? Absolument pu. C'est un orga. nisme politique dirigé ))3r un Commissariat où matbffllatique.me. nt, la Fran« ~trait toujour~ en minorité, en fa~ de$ voix unies dt!l AllemandJ~., des Italiens tt des Hollandli"- u'outre part, la C.E.D. ~roit consliruée par des di\i~ions :lutonomt"S à éta1 .. majo-r atlanti<tue, ce qui nous prirentit d~ffnttivtmtnt de toute

nitiatii'C mllilllire. Ces divisions

••raient amoenéL't A •• do!pl3cer ou gré d<~ >lrat~ge~ de I'O.T. A.N.. qui flUurrn1enl donner l'ordre il ln division < Ons J~t-ich )l rc~on~ttltu~e de venir o~cuptr rn nl~lon d'Oradour peudant que 1\nselriug de,·roi• cal'l1ocr en Italie 21ur les Jieu;.,: où il Iii fusiller tan! d'oto~:es in n··· cent-.. il y :t c.Li~ an-. :\ peine-. l.t.~ mcmbr~ de rt1tc.:. Comnh.1· na.ut~ Europt.'tnnt JOUiraient dt droits tdentiquh A l'intérieur de lo Fêdératiou, te qut ftteihter11t singuliè:·ement l'exode des té·

ti ons sur,le'1JPJtoe$ de l' Alh.•lna.

gne occidentale ve~ nos terri. toires et la mam·mise des nn.

lis sur 11otre économie nnti m:tJt.

SANS enrrer dans Je détail des atcords de Bonn et du traitë de Paris, il ut C-vi· dent qat leur ratification entrai· nerait la mise au pas de la France â l'intérieur d•un gro~ pemeot dirigé, pa• l'Allemagne et - prOJ(resSI\'emenl - la per· te de notre autonomit. de nM libertés. Par une ironie du sort, les parti$3DS de la C.E.D., ceux qui ~outiemrent que la constitulion d'une telle arm~ hétérol(ène b majorité alleanandc e~t indispen· •able 0 la dèfcnse de la CIVill· sation occidenlale, cès hérauts de 1~ ca>tration de la france 1·iennent d'ètre désavoué$ par les Américains eux·m~mu. l.a

dr:tt~~6e dt~ llr~ident Eisenho.

wer rr.pvse ,ur i'•mploi de la mnrine et de l'a•iatlon à longue portét. lAs Etai&-Unis ~- connaissent le pet> d'imoprtanllt !l'une année lranco-allcmand• tw <'3S d1nn conflit mondial. A INSI s'effacent peu à peu tous les prétextes invoqués pour constituer cetlr P~tite Europe politique tt milihure. · le pays devient de plus en plus conscient des dangers de cette construction théologique ~ 1~ Parle~t l'a signifit au gouvernement en des votes dont M. Bi<bult ne tient pas compte, Il faut donc que s'êlève plu• forte encore la voix du pt.uple français. il faut donc que toute$ lt~ forces antiracistes s'unissent rlour tlanrer leur refus de voir f\e refaire une puissante arm~e ollcmande dirigée par des génë. rnux ua>.ls, il laut qu~ de toute ln france partent des mots d'ordr< contr~ lo Communauté poli li que, contre la Communoub! Europlenne de Oé~nse, pour •rue notre representant à Berlin muure l'ampleur de notre op.. posi1ion à l'hitlérisme ~naissllnl et la fo~ lk notre >-olonté dt paix. SAOVEGABDO ENFANTS ROSENBE Une srave menaté L E: dlma~noht 81 janvtt•, c••n avoo une •motion pN>fond• que lous loo direnuurt dea Roaenbcro ont ap, .. prit fa morot. lf'aoique dt M.~ l mm•nutl Bloch, '" courageux. d6fti'\StUr des d eu " martyrs. M· 8 1och, annonco le F.B. I., a e\• ti"'UVi mon dans c un bain d'tau boullfa.nt.. ., d&ns son ap .. p.a~mtn\ dt Hew .. York. Aussi· t6t, te cor~ a -' amporü • la. moroua et toumls, ao.us te eon .. \1'61e d• ta poU~, A une autopsie, qui conc1!1t que • fa moM \tntble 11&ture llt ». Ot\t.t aNlrma\10n "" fahe par lh m•m•s qui avaient \lOuvé • neturella • ta cond.amnadon et. l'tdcutlon dea R o.nnbe~ .. Un reproche vivant M Blooh tt.ait menac4- d '&\re radrl du barreau do New .. v ork pour Sa plue or.ande satiafactlon dt oeux. qui, faltant ft des derni6: PeJ volonUt dO$ Rosenbero , voulaient t•emptchlft dtte te t uttul" des pe\ltt: Mlchalt et Robby. La dl&piPillon de Manny c.ombfe teura ve~••• et d'J' s• pl'êcl&ent tu mensc.es contn le-, ent•n\1 Roaenberç~. C'QI alnal que FJ\J\.'I(CEsom, dana une d6plcho datte de New-Yort . 'crlvalt, le 1"" ft · , ,.e,. : c La dl~pariii~D d< li' Bh.ch am.t d"S conséquences po\lr le-9 enlanls no•eoborg. donl u aval! 6td ln,Utu6 tuteur par le tesla· Pour la R6hablllullon des Ro!enbOI'Q, Pour venl,. en alde aua deux otphellna, Vout aulueroz nombl'eux au GRAND MEETING orvanls6 ...,. lo Comll4 du 8' IN'Ond~uement pour 1• Rfha· blllullon dtt Jlo .. n....-g el la ttctlon locale du M.R.A.P. le Mardi 23 Février à 20 h. 30 Au oln6ma • LE ROXY > 87, bd Roohechouut (M61ro : Barl>èo) Uno m•gnltJq ue pa,.tie artls .. tique ltrmhutra 1& solr:b. men~;- tle leurs po.r~nt' Ja. veille t.le Jour e.x~cutlon. rA tnort (ln -"1• Blooh annulo co tc:"ltO.Inent. LM eatants. d~és ~o ~ ct J 0 au~. Qnt étti )l rl~ en c-htlrf:o pat· tine JamHJu .~.nttc do .\{• Uloclt, .~u

"\o(U detnle-1·. ~al .. <lb Hvmbrt.·n~

es '·oJx o;'élf«tnt ddt' ptJUr cJ.emaoder que lu t'nft nt. ··d..-nt ~nlo'Vfi Il cette ftJi'IIUc ct. cunllés k une lo•lltullou ou • u. ~ront élev~q c-omnu• tle bon~ Améric.alns •· On voit aldmtn\. d'où Yien. l'le nt. ces c nombNUNI volx » et ce qu• slgnlfltraJt c 11,duca· tlon » envlsao•• pout' le• en· tan\s Rosenbei"'Q par '" autori· Ws am6ricatnes. Mlchall et Rob· by, témolonen&. pe,. leur exlcten. ce même, do t'horreur du crime commis dans la nult du 19 au 20 Juin 1&53. Lot bourreaux ve uiOM fa,ire d llparal~r• oo vf. want reproche et lit 'enteront tous tes ettol"t• pour amener fe$ pet its l Nnle,. le-uN paPents. Des eUorts seront entrepris. .. sous te tJCharlest c The Ro1enblpog cate •• vfent de pant\H un li· vre infi.me do s. Andhil Fine .. bero, tuoement ditfuM aus E&a\.I· Unls a voc l'appui dH se,... r.c.es gouvernementaux. ce uvr• s'acharne 1 ealomnlet tea deux héros, ·~ l pNaentet com .. me uniquement c communfet.e » l'fmmence pi"'tt.Utlon Qui •••tev. a. dana le monde entlol' pour tes uuver. Au aujet dos enfants, l'auteur éorlvalt, avant 11 mort do M Bloch : c te c:t~ clN~ enrr.nts souh'·ve un problôrne Jlll'll•ull~r. l.'auenl. lon a l'lu moinl.. fuis ni UN.'e 'ur eux p.r le Con%.' pour la Jusuce- dans l'.'\rtalro Ro!o<41n· ~rj!'. Ooll-oo 1•• lal•••r ~ ls garde ~· gens qui pourralrnl encort falro puJt't c.t·~ux • be'! eftort~ seront eert.a.nemtol enlJ" eprB pour If'" ttUI"f'r d•J pl')u '" oir de tel-.. St-~rdttn .. C-M deux citations eln&piPkt» euftlsent • tefall"tr le dHme atPOce qut se pr.pare. L'avenir dea deux enfanta d"· pend au]oul"d'hul det timpltt gens du monde enUer Qui fu ont adopté dana feur COIUI". Nou1 de· von• monte,. autour d'ou• une garde vigilante pour qu• leur •olt aaaurjo une •duC<atlon dl· goe. dan' lo Ntpocl ot. l'amour de teuN parente h6roYquea. Mlchdl et R obb~ doivent •tr~ aauvis. D ~.:- Ir m,,u- t11 ~vtcml're 1 ~a:J. oroft n L1· berW publiai~ un doo.ument (llli ,o;__,lalralt d'un j t.lUr •'ru h tiltuati~n ralle à ~1· Emm3uuel lllnch ""' t:tots-Unls. U s'•gll d'une de> nomhtOII· ~eo; ('!~rtt- ot. lflfh·c~ de menaeos, adressées au <'0\1- rag~ux OlVOc.\1 par dos rllsolples de ~!•" c.~rthy. nu )~n~loma.fn dl• l'é~ûoutlon des 'Rosenberg. '\Jwl•s •Jtl() ;\Htnn~· Qtoch ait ét•~ lrouv·~ mort dont~ ~:oon UftPAI'lNU0nl dr :Xnw-YDrk il nous semblo lmj) MI•nl dl" teprèdulre cotte pr9s:e tillugulnalre. \'·1l1l l1• tr:tiJUtUflu dl.' la rarte rlont nOU'i. donnon .. lrl J"' tac-.almil•. .\11 n\l"fO, t-OUs Je norn du de:;litUtOir~. l't."x.p~dl· lf'Ut· • ~J,ml" : , Of"\'rail .lJJ'f' banni d,.. F.taltt• UnJ:.. • .-\1J \"l!l so c Un Juif ne peu\. Ja mais avoir t.of'1., bien .sor. Hl na tont rfen d'•utru q ue des f ilous, o(l qu'Ill soient. Montru - moi un Juif honntle e t Je woua montrerai un e•rclt urri. C' EST A CROIRE QU•tL N'Y Il PA8 UN SEUL AMERICAIN LOYAL. A NEWYORK, SINON VOUS SERIEZ DEJII PINDU, fila de chl• nne. Dommage qu'Hitler n'•lt pas dcu • • - &:t& lonQ\empa pour nous débanasser de vout. » Clion• 'galerneot u.n • poi:ma • de ;lyte nazi t'dlw en ltt1iét l'an dérniet par uno orsanfstulon qui •'lnlllule c l,ca Potrlotes du Pentag9ne • 1 Un avooa t .. oharfatan doué d'una Mlncelle l lla le m1lnt1oant de los arrache~ à la « ohalto • Mala un ttl homme ($actlez. .. 1e bien) a tt P•Y• avoc l'arge!lt qui vient. de l'onfe l". Auttl, Qtlo.e au foue t de Dleu, lui auaaj devl"al~

  1. [paruaer

S La mort avec ceHe pair• de communhtes. 1 C,.• t':'t~n'l~1t~ tr"ontN>nt c>.ommenl de~ lndh'Hfu.. .. E.mmanuel BLOCH, un valeureux A L CATRAZ c o m b a t t ·a n t DANS le~ dernières heures de leur vie, Ethel et Julh•• RoJ!enberg eurent à prendre une décision solennelle, ~ accomplir un geste d'uM hnute pot•têe : tmnamettrc la ~esponsabillté tle leurs jeunes fils, Micha~J et Robby, ~ prwte!le de nos yeux, dleaienl·ils, noire fierté, notre lrésor le plus précieux ». Dltng sa deJ·niè1·e lettre, Julius désigna à t'et effet un homme qu'Il appelait « mon ami le plu• t'her, mon fr~re dévoué •· Aimu.J~s de lùttl \'otre coeur. tr protégu-Jes toujours~ pour qu'ils dc•·ienr.ent des hommes nonr.au.,; et sain~. Ctla. 'ou~ l'f' !uez. fen uitt convain- \:U. • Cele· à qui Jul;u, s'adrts.ait ainsi etait 1nconnu d~ R~en~ rg trois années plu$ wt. lonoque )uh"" rinllul soumet Ir•: wn alfatre. Au cou"' de ce~ lrOI> .anné~. l'a\'OCat Ernmnnutl H Bl~ch \levinr à td point pour eux un ami \'l!ritahle cl un frè· re-, qu.: ce père l'"t cdtt mère c.oudamn~ purent pl:1cer SQus sa lj.lrde, tn toute cunfi:tnct, leur n'en le plus proc1eux. La défense des simples qens Qui êtait Bl~h? N~ a Ne~<· Yorl< Ci!f. l'année mfme (1901) où son pere y commença l'exercice de sa profusion ô';wocat, il a~ait peu lt peu pri~ consôence du monde qui l'en1oarah. tn ce bouillonnant <!mi-siècle de guerres et dit rwolut:ons, (ùU. ronn~ par la réal'•ation de la bombe atomiqu... Ap,és o\·oir commencé ses études nu. Collè· ge de New-York City, c'est il s• sorne de l'Ecole de Droil de Columbia qu'il devin! le collnborn· teur immédiat de son père. Par la suite. Bloch abandonna totalement la défense des in- Un télégramme du M.RAP. Le \l.R-\.P. t ~drP~· St \l' &loth. lr P'llr$ ,Je :\1. nn; AIN"h. ,,. !~lf,1f'<1Ull.r'l.e .::U}\")Ol : Mouwement e:ontN le racJe.ne, l'an.Uséml!ls-me- et poul' la palx, pi"'fondém.cnt ému P•" mort ua ... glqu• Manny Blooh partao• votl"a douleur - Souvenir MannJ 81ooh, o:oand oombaUant po:.zr hl Juttlct, vivr:a dans le ç.oeur d'u pcuplt fran.çaf-& - Maintiendront vfve sa m6moiH tn poureulvant luUe pour u~hebilltl\tfon tfet Roaonbe~ g tt aauvegarde do Jeur• entanu. !lgno: L.éon LYON-C,I!N, pr6- ddent du M.R.A.P. ' ' . t par La:urence Emeru t~ré-ts d~s homDW::io â'ahaires et 'it COn!atra a la défense dtS tra~ nilh:urs, des simples ~ens. En 1941. il fut mohihsé comme •implt •oldat. En tP43, •l c.lcvint ~.:onseiJier- ~pécial de la AU 1•"dc~~nont d• lo mert ._. Mo'l•f lloc ... M'• Vll:':-..5 M M«t_ •a p~ u dt p!.ott d• l OO :)IJ'!e ovocots-, "' lkJHIM .,9 suk ... .cn.cft~.-tnt •• •••t 4• Poloù. lt J\Ut.ic.t, o Poris. Cc,mnl•~~on crt-(-c par R<H.&:~ch 5)9ur combattre les dis=-riminations rac.ialts à l'e:mbaudu: Contre Bilbo pour les Six de Trenton ,\ynnl l'epris tl N'tw-York l'<Ull trn\'3il p::tsSé. il s'occ~pa néan· moins. de dàn:rs cas d'alteintes >ux lib•riO. londamerrbles. En ·~rt'Jlinl' du NNd, un noir èhll l a n.t • 1 ra • CISte t:undamnê à anon ~ous l'inculpa. lion de viol. Bloch prit en main l'allaire, oblint ln ré,•ision du pr~ès et lui sau"a la \'le. C1hoie111 tUt homme tl rure ftm· me trppqriNtarrl aux ~/aSSC! mo~cnr1rs, !talmont pro(ondimc: nt ru;l /'aulrt; O)'DIIl une rirhc ,.;f (anulialc, armr!llt /ts li ts t'/ ta mus;qut. Dts millions d'hommt< ••1 dt (tmmrs s'ldtn' ifrirtnt tl tux : lu >'O~anl, cha· cun pou1•ail tflrr : ctla auroif Pli m'orrivtr ), lAv~ lMU.Y ut \1ft c-.. tct.Mrot.-.r 4• N.ctitnOI Goot· CbOf\ &.. Jo~o~,.,..l ~vl • .. phn .t..l.t. .,......,,.. .p.e.r h:r t•ou. ., . . .. C..II'I.~IK. illw ~ltNc oCharlesttfn<ellll'l. te S~naleur Bilbo mènair cnmpngne. en 1946, pour sa réclc~ lon : d'aprh <erlaines inlormalions, ,1 "pparaissait qu'il •'elforçail. par la ltrreur, d'ern· r<cher tes noir, dt ,·oter. Bl~h rendi> sur r lace pour ttal>lir la prcu>e de ~ n•étbode3 d'in· &imidarion. Pour 1\: fai~, il Jui lallur ~(! cacher le jour et ne .e ~<!placer que la nuiL Bilbo hu r~lu mai, lo~qoe le dc-ssjer ra<semblé par Bloch lut ré\·élé, !>IOn él«lion fut annulêe. L'affai-r------------u: donne lieu, ~ jakso1: tMissis.slpi), a uni.' enquête effectu6e r.M ltne lflmmi. .. ~ion Mr.Ptoriat, l.n prcuvr fut nppu.té~ que 1~ nol~ nurai~nl risquO: leur Vi\! ~n s'npJlll~nr\1 puull,luemcnt il Bilbo. D~, tènla>•.c< de blan~ \tiurenl lt C'Onli rmt;;. Et Btlho, Jt:ptll 11'1t ji'lOI.ti .• plt1o, ~jég_~ :tl~ ~•nnt .. t;n IU!\0, lllvch lut l'un o-. •i\10\:.lf$ 4U1 ohlinrenl la reviSiOn t.lu pm~ ..Jt 'i\ noirs d~ Tren.tt., n~ tfUi ühappêren aiMi ft la t.hll'i;f ~ltctriqUt Le procès Un ~Ir ~t 1& mi·j&1m t950_.t jUitU$ R01<nhcre ~ppelait Man nv Bl~h .. ·Le~ Rose:nl>dg etaie111 absolument 10ans rc~sourtes. iSOté.s, ~anr,. pe.rsOntle pour venir à reur nide. Pour Manny êj(alement, celle 3ffalrt devait bu>nt6t si· gnlficr l'isolement. Il fut combattu cf inj uri~ pour s'être oceup<! de cctlt affaire : bienlôt, 11 lui renu ;, l'ocart par ~s connaitlAttnces et Jes autres tl\'0<'-ats Ma s ots conversation• avec F.thel e1 juliu> et la compr.!h<"nHM dt, objec1ila politiques du pr~ le COn\·:unquirent ~tfiniti\• tmtnt de l"ir~n'<t>nte de ~es diE'nt:t Peu d'hommt<o. ont jamass subit dt:i éprt~H es ou:.s.'li trudl~ 'iU< <til~ t1ue Bloch allai! ren~.: ontrer. Face aux batteries d~ Raisons luurr de s'unit ct de vaincre ($u.l• a.• tn pugt 1) l'objel de h• pari des farratiQllfS racf•te• aux EtatsUn i~. E ·rH EL et J ulius Rosenberc. F.mmanu~l Bloeh, après 31ac Gt~ et tant d'aotffs. ont #té vletlm~ de J'hystérie haineuse li. laquelle fait écho en Franc" la multitude de joumaul< et revues dirigé!! par d'anciens condamnés à mort pour collaboration. 1/ émou\·ant C<lurage de million• de França is exigeant, l'nn pn11sé, que [Uij· sent sauvés les Rosenberg, tltalt autant que l'expression de la solldarllé de tout notre peup!C', la puissante afflrmation de ""' pa~'>ion de ju~ lie~. Animt\ p&r cetll' pa..sion pour la ju~lice. la dignlté humain• ~t la pal:<, le people de .Fran<t en impo··~ra le triomphe. Charles PALANT. Lisez, diffusez Loin ? Cinq mille kilomèh·ea, e•t·ce loin ? Par un vol De einq mille kilomètres, commence le voyage. Puis ut> passeu•· va consulter •a liste. ll appellet·a des nomij, Les fera traverser - Tra,·e1·ser la rivière des Mort~. Non, pas des Mort.. ni même de• Motn·ants - La vie est là et aussi l'amour. Arrivé<! ? sui&-je arrivée ! Non, pu entore arth'ée. Quand ou est passé devant l'oeil, (L'oeil magnétique d'Alcatraz qui sonne et prévicn1 •On maitre. Etes-vou. porteur d'un couteau. d'un re\'olve r !) Un chauffeur VOUK attend, Ott<"lques kilomètre' enc1>re pour finir le oyage. Est-ce enfin le bonheur ? Sertée dans RCB bra@, le bai•er le plus tendr-e Balaiera-t - il la pousslèl't• lourde tles hl.t<!mes infini••1 Et la main dans la main, allono·lloll• viv•·e les motll Qui pa••ent hoa l~vre. ~~ r~dul~ent A l'ieu la diRtane., r ~t lE- temp~ '! A rieu les êprtmves ~~ n n'en fut pas ain~i l'horreur· t Em.br&llse If' mur, cAtesae Ja vitrl', Réjouis-toi après Je jeQne et la aolitud•, Chéris ee~ joie, couve ton plaisir, Le néant va biPnt6t t'~n ré<!IRmer Je prix - toul rentier. Jci l'ou <!êtruit $elemmcnt, Eeorehé~. doulou>·eux, lu ~ablts mouvants uolù! (subme,,eut. Conim. des fous, uoua vidons t!~ t-.mplissons la coupe De nos quelques momenta dont nous ne sommes paa [maîtres. Il faut boire à lon$1R trnlts notr~ amom·, goûter ù [notre vérité, Des secondes aeront no• jour•, nos années de jeunesse. Helen SOBELL. (Trodult par Jeanine PAROT.) (Ktlen SobeJI eat t.a temmt de Monon Sobell, Jn.culpt, en rnè-me temp~ QUI tes RoHnbt"V at oondamné à 30 a.na de rortue-sw: l Alcattu. l.r Cc1 ~~ Ro ....,t,•ro-SObell dlm&nde que d~.s I~U.. &4~em o?n~oy~ • t'A~otot"'IY Qenel"t;l H.,.Ot:P\ Brownell poul" que SobEII qufu• Al~trar t• t>IUt t6t poasibJe.) - r.rocureurg qui !"appuyait:!nt :;ur ES rts!t.Ouret~ llhrnitéoes du srou.. \ernc~nl. Blo<h se dressa seul ·,vec son vieux pèrt, sans d~-au tre• moyens que ~a proprf" for\." t.\ LES AMANTS DE LA LIBERTÉ Il v •Ill nlor• pour lui d'inter- BROCHURF. EDITEE PAR J,E COMITE FRANÇAIS POUR /,A REIIASil.ITATION min:iblc~ ntoils $ans sommeil, car 70 P•o•> DES ROSENBt'RG 10 f .. ne& 1• tro1·all QUOtidien du procès, qui nurnit ~tl Hrt tèalisc par un • d MRAP d RAP l ...... annel numbrtux. le fut fl3r La Vle u • l.a v ie,. u 1 rj ... La v 8 t eut l'a. d'an:enl le, Ho- • nbt.: r:;:- dur~"' rcmplu 1Ule d~

ua:lOn d ndr:.rtnce pont que le r ..: "'~nkn11:nt foumi&'C chaque 2 {'

wur. $:fol,tt•ttmt:nt tm rx~phil- Ud ~ de 13 ,tonutraphie d•· t>roc<s un anuratiste sans la tAKTf D'AMI r~x.~!<IUn flfl C{tr\fri•~(' \"l:r)~jt .,r.,,..rn1cnïtl'\t .lîdet Bkxh dz'l$ ~ rnhtr\ht< ct 1~ préJl:J.~3tf,IP \If -..c:-"' t.IC't=-~iu.... tn.3Î~ 13. tàch.~ n'en rt:-t:th p3-. moin~ ;~c:en ... hl:.ntt. Je n'uJ jwrtDt$ rtltc:ontré un ,,;_\,~~ amical au trihuual. disàit Bloch, r.t~,, qu'unt ntmosphtre •l'h~.tlilrlé " ipo/ss~ qu'elit en •'lait prcs9uc ttou(funte >. I.e verd,tl l<ndu, le travail pesant ~ur Bloch s'accrut au lieu de dim~nuer. Pour ulili5er tou1e~ les ""'-'ibilit~. l~gale• qui lw resl31tll1 l'Our u~ver <'ts rlients il !allait dt., anné•• - •1 il v c.<U'I~cn dt!'. ;.nnée~. • Cela aurait pu m'arriver " Pour Blo.c~ l'action ~n laveur de~ Ro .. tnhfr~ rtpri:amtait simpltntem une con~u,nc~ de la déci~ion qt.'JI av:tit prise Url jour dt délendr. 3U lieu des intérêts des hommes u'aflalres. les intéri: t, du peuplr. Taules les sou!· franc.• tl les dillicullés personnelles que lu• valut celte action ne firent 4ue 1C11forcer sa déter ... minnlion de servir à la fOi$ sa profession et son pays er dHendnnt toutes ltS victimes d'une loi hrot:tle tt d'un gouvernement brutal. Ethtl et Jul us Ro•enber<; qùi 'oy~'ent tn lui un lr·ère, turent pot•r Emm3nuel Bloch un ~rand txtmJ)It, u11 C'Ol!."itant tnc.Jura~ emtnt . N tJ1k1~ oule .ru nu ,.,,.,, de 'flr/ • • St·tt lulf(Cr:t(ltl fOm· uunr. 14 l .. {l;•rttf. \nu~ a/lt.ln" tururc une Jtus n.rrnstr n,., ~.uni.\, c..:ux qui sou. titnnent /( AI.R.A.P. dqruis qu'Il c:d~·fc. uux qiJi sc sofll joints cl lui tm cour:; dt~ nombn•usc.<li campaRnt,., qu'il a mtnét$. Cor l•' M.I?.A.P. a miril<' ln r.:on/ianu (/l!-'i mJt,·racl~tlt.o; dt lltJtre f16Y·'· PersortM rt'o ouQIM l'tilu!l a•·cr /euutl il 11 ~trimé la wandt• l>afa11lt phU' ($SO)'tr d'orrachtr iJ la chuist éltctrrqut lu dtux M· ros /igtndairtt dt Ill libtrlê. Elhtl tl fuliu, Rustnbrrg. ho- Remise des cartes sous la présidence de M. Léon LYON-CAEN La remit• aux .. etrons dM Cartu d'Amla, a ' "' m&rquM, fe 1" r• vrler, au el6-ge do notre Mouwement, par un vln d'hon• neur sous lt. prbsld4no.e dt M. Léon LYON·CAIN. Dé brè ves alloouttont tuilent prononc6es par M. L •on L. YON .. CAEN, Charlet PALANT, le Dr QINSBOURO oi Albert YOUDt· NE. lOiUt qw u SI>Utc:~·i· h' J'·llf4t th Franct 1~111 C"llliil'. /.a lul.'t ,Ir ttt•ltr mou•· ··m~·nt 'onlrr t•,Ll.::-- Ir. .. nwnitr.. ..t ul,cJih de runtisimili~me a•( (tu raci.~me est égolenu:nt bit'n eottnut•. C'est gr4ce à ~rotre atfiott qur le fJOUrl!ayerrr des Jours crdmaloires. Xavier Val/at, n'a pa~ pu prendre ta parQie dan$ rrn nrtt· titrg pabJ:c ti PaTI~'. C'est le M.k.A.P. ttui. lnlas.~ablemcnl, dbroncc /'aclivllé ni· jastc des anlislmiles • â la (rotl· çaisc ». Et il pr~parc tn cc moment unt puissante action contrt la presse ratislt tl onlisinrrt•. qu. acc~ntut ses tJIIaquts, tncouragie en tt/a p6r lt souffle dt la \Vehrmatht re>•anchardt qut fon voudroit (oirt rtnailrt. Le M.R.A.P., !lUi fut pQrmi /tir premitrs ô soullgntr ft pltil du Une formule nouvelle l Les abOnnomentt da •ou• den l 1 .000 frs qui permet .. tr-ont. à • DROIT ET LIBI!RTI • • d~ pour.suJvto son oombat antiracl&te ! • d•améllorer sa pP'61onta .. tion t e de gagner toUJour-5 plus de nouveaux ltcteu,.. 1 .Adr~ le~ abonncrn(>nt' :.. .: Droit. et t.Jbtl't6 • c. C. P. Paris 8070..118 rf 1 u mr:m ull<'mwtd, ~ar~uu ~,m ... tc-ldchc. appelant a fanion tft l•1u ~c:~ antlra.cistes, la latt~ ,,,,,,. le:; ttccords de Bonn tt tir Pari •• si dangereux p6Ur ren,') tntbf,. dts Français, et e11 part: culitr pour ceux qae vkent l'antisimitisme et1e racisme. Pour toutes ces raisons, ct fi<rrèe que le M.R.A.P. est connu partout comme te crand mout• cmerrl qui lUtte contre le ra· risrrrt, rontrc l'anlisemlllsme et pnur ta paix, nous sommes persrrodés qut, fris rapultment, des millitrs ct dts millrtrs dt ecrits d'ami> seront placüs· dans lts organ/Ultions et sociitis adhlrtntcs au AI.R.A.P., ainsi qut dan.• tau, les milieux antiracfsltl. (lut l'art/on rommcnce il"'m/. t>.nttmtlll 1 Qut lt~ rtspon:;ot!rs dt.S setIrons dt Pons et de provinu f16$Stnt ou renouvellent lean rommandts! Que :e plarement des carlts d'omis t~ devienne la tdcftt d'llonneur dP lous no4; IJt"Jiltt!ll~! S. XORNBLUT. Membre du Burt au :-lntion~l dn M.I(.A.P. LE CARNET DE D. L. Mariaqe c Or.oit 4:\ Li~ • el t.e M. t);t"lt•~,. J'Ir l'hy-,ot(;rie an~LCït'mlt.o. et ~ antJ•t~utf' a. ~'D('I~\II"'R' .. • r-ar 1..-. dt·n· de lu~1lc:t qui :thoulit ' 11 mt'1"1 l'tt df'\h; fnnntP.ntc;. not pu. 3U lt\rriM f\3r Jnl ttnt:l)n. ton-.plrer t'Jntre la "\*ie de .M~ B!nt-h. Charles·········~-~''~'~''''~'~~···~'''''''''''''''~'~'''''11 octobre 2013 à 16:38 (UTC)\\\\\\\t~ r Ils <ymM/istnl, a-1 -ll d:t finliS!rill du $Impies gens c •est dana une atmospht\re fJe ®f'dlallt.6 et de oont~a nce qu'a 6t• ainsi lande la campagne qui va te pounulvN dana lea proch: al.n.n 1-omaJnea. et l laque1-e 'OUs t .. mllllantl IUP'Oftt 6 CCIUI" cfe partlcfpOl' activement. R.A.P •• d,.e:sse-nt t&urs nucttaUona • léUN deu1. jeune:S am•• du 18 DEFENDRE · 1Srrltt d~ ta page Il chiens, lui •mpeccabl~. Un syst~ me dt t raduclions simultanées en lrançai$, allemand, anglais, espagnol ri ru~•e fta1t assuré. Pu un in•lanl ne lut troublée la haute tenue des débats. D'important$ rapports ont êté d.!posès : de nombreuses, éloqu~ ntt5, P'-ffoit tmou\•antes inttrvenlions •u~nl lieu " la tribun•. Aprt:; une discussion génlralt det question~ inscrites à l'ordre du jour, cinq, commis· $iOn..i furent ~;onstituees.. tntre tesquellq ellu lurent r.parties <1 qui ~labori:~nl des proposl· tions de,·anl •ervir à la redaction de la r<solulion ;:énérale linn le. A nuctJn moment la Conf~rencè n'est apparue. $uivant les ex· pressions de l'un de ses Présidents. M. Oiuseppe Nitti, c comme une acadêmie de savanlll ou un mur dt> lnmcntations •· Conlronlant le, expêrienus, dres. sant un bilan objectif, elle a en mt!me temps d~gagê le sen• positif de la lulle à cnlreprendre, rap~el~ à l'observation des ~rin-· cipes, des Jo is, des couslituhons:, trop souvent baloués. Multiples formes de l'arbitraire LA Conlerenee a consrale, par lts exemples concrets appor1és par lt>~ délégués de nombreux pays (en pmcu· t;er Orè<:e. Ell)'plc, Canada, Tunisit, Allem>gnt, pays coloniaux ou pay. dépendants. plusieur. Etats dt I'Amüique du Sud et du Moyen-Orient), la tendance croiso;t~nle à l'étoulle· ment des libertés : les attoque< dirigées contre les dro:ts des travailleurs ét les liberté> syndicales

les abus de la détention

policière ou prévenli,·e el de l'internement administrntil. Elle $'est vi~ou reus•mcnt êlt· vée cont~ le mepris troP. lré· quent des droits de lo dclensc. particuliè~ment sous lorme LES d'exclusion de certains membres du barreau ou de pouNtuite~ contre des nvocals )>our avoir dôlendu des hommes suspects au pouvoir ; contre l'appnrilion de juridictions pénates d'exCel'· rion et l'attribur:on de corniX\· tence aux tribunaux militairtl'> en temps de paix à l'~;:ard dCJ CÎ\'iJs ; contre Ja multiplic:~tion des procès politiques •ervant à d?ssimuler la vioJa1ion d,. lA li· berté d'opinion. Elle a dénoncé avec lon:.: l'usage par mainb gouvernements. t.'Oaltre l't-xercice c.l~ droits con.1itationncls des d· IO)•ens, de lc,is d'excepti011 \'Îsant unlqu~ntent le temps dl' guerre, et d'incrim:mttions va~ ues d'attentai it ln 1écuritè de l'Etat. Maccarthysme A la lumière des faits ~"e '"" délcguc, ont scitnllfiquement analysés devant tilt, la Conférence a llêlri le n>aC· L IB-ERT ÉS ~arthysme , ~ul d~ la vieille dCmocratie omericaine, où on ne s'attendait ~uèr~ à le voir prendre racine, 3. gagné plusieur$ poy• du monde er qui, oous prétexte de dêlendrc la li~erté et la dtmocr.atie aboutit à étoulfer ta liberté el la démocratie, en pttmettanl de lrapptr aibitrairement le.• eitoyons, '"sptcts de non-eonform: ... m~, au nom de la ra:~on d'Etat Lt~ coog:res&Stes ont trnu. à condamner sé\·èremenl lo ptaliqut des violenres physitfUt!! ct des ml!tlwdt-s d'in\es. ligation destinCi's ô arracher dts. aveux; ils ont réaffirnt~ qu'il ne saurait <tre oortt! allein· 1c A la t:buté de I'Îndh·idu qll< par dédsion de justice et après un procès régulier. Ils ont regrelle que dans de nombreux pay~o, le )'louvoir judiciaire soit t:nt:ole:. \:Omme en Fran~é, dan:UII\! ~.tép~ndantc excessivl· vi::; .. i\ ... vis du pouvoir exéculif. Les droits el les libert.és dans les pays coloniaux LA \:onlércnte ft releve que, d:t.ns lts pays coloniaux, dépendants o~r~ en voie de ptrdré h:ur souver:tineté national•. d'apr\'s les rtnsei;: ncment~ prtcJj donnés par leurs Mloigué>. les droits et ltbenü d~ Citol"""" som en constante rlgresston, quand la Yie humaine fJle.-.méme n'Y est pa. menacfe ; que la Charte de I'O.N.t; n'} est pas observée. c Un peuple qui en opprime un autre, rr'OI.:.lamt: 13 r<:SOlution, t>'t•l P•• un pe~ple lihrt. L> souverninetë nationale est la c.lef de 1out ~)·sti:m~ démocra ... tl'{!le • .- l'lie souhgnt jtJsten1ent le lien nécessaire qui unit la paix et 1• d~vclopp~nter\1 des til>erlés démo< ralique. et l'utile contnbu- 1iQn 4ut lu• jullste.•. en défeodnnt ce~ dermèrt.>s, apportent à la déltnse de la paix. HUMAINES Lts <.'Ongreüisttg invitèrent enfin l~s l ~gis l atCUI'$ :\ ~·opposer nu vote de-i lois qui iraient à l'encontre des libertés cousliwfionnellcs, - les ju~es, à s'en tenir à une •tricte application dé la l~galll~, afin de garantir les libertès civique~ et le~ droits de, associatjons.

~:appel adressé par

des millions d'hommell ET la r<'Solulion linalr sr termine par ctts mot:tlmou\• ant. : Enlcndon> l'3ppel qu; nous Cl!l adn:ssé par tant de n,il!lon; d'hon>m~r<. plongé.'\ d:-tns l'humiliation <t l'oppression, qui luttcnl pour leur sëcuritê, 1eur oignité, lem ,·it. C'est pour H'mplir rnva~ <:"'lX notrt devc; .. de juriat~ t\' • nous dëfendon.- en conunu•1 ~l'l nôJtncs jurirfqu<~s. a.::qu1SCII\ lhJ prix dt ~ac'rillccs hmnensei l t qui con~titucnt ll<•!re pMrimnu~c commun ... Cc fut, et! V\\•· té, un spectah: magnifique, uni~"e jusqu'alors, que de voir les r~prl-sentants tff Ioules les hrant·hcs des profc~sions judirialr~s Jes nrincipnu~ pays du ntondl!, par delà ICHHS divergence• d'~p:nion•. do croyances l!t ri'orll(lnes. 'lth::lt ... geant les dtSL:'.l~~·ons ac;,cfêtT'IIw qces de pure tt~hnique ju•icli"~que, s't!levanr ou-dc.sus de~ p~~. Jon~ ~ , ... a~~ ' ' ~~ . •o~an·~ ât la .,!Opileoetnc!e, l>a .. ve~~r ~ s•entendre, â ~ .. ~on,·aiocr.: tt t; affinner qu'il existe un tonds commun de libenC, humaines tt de \:raie chiJisation à. s!\uves:arder en commun. L'l Confêrt:nce dl Viem· .. a r~le\' ê hau1 et lenne le llrl,-oot: de.; libertés. Elle 3 conlrobt•r h la formP.tiun, d~n~ tc tfotn:ain~ dt- ta défense du ce"' 1ih·. "~~ d'une v<!rit~ble ~ c."On~~.;l<:.lu;~ m ... ternationale . Il reste à 50uhailer qu~ SOli voeux et ses travaux "oient la l· ~emenl diffusés il traver& lé monde cr inspi~nl partout lé~iR· lateurs. Juge.~ et gouvernant~. Léon LYON-CAEN, tJ&cqucs KOL TE IN •1 H6t."e DUDKIEWICZ qui u aont marfb f• 1'1 jan· ,.ie.r 1954. TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, ru do C.Wtûudtu:~, Parlt tc Te. , nur OO.l7 FRA 1C(. ct L'1\10~ Fa.A..1S('.4b,. l,;a b : 380 fr~. P.WS E'lJIA.'\Grn5 to eo : ~6 .lul't:l \UU"WlE.\7 Dt: t-O~TII.' 1.000 lnr;ae~ T\81F SPECIAL POUR LI llEtCJQUI: Compt~ ('b. poe1.: 601&-9& P.erb Po1.1r lu cht.ra;:emn~ü J udtc:e•e fll\'O)"~t' .211 lr•aç._ e~ l1t ~etc.irt: Lande!> t"" atranl : Ch. 6\l'f2.AR.E~ S..l.I'.N .• H., roe de Par.tdu. -:- PAlUS (X•) - ,_. Après un ·quart ~d e siècle de prison Wesley Robert WflLS -~- setr PA -t-il ex écu 1 é Propagande hitlérienne CfE QUE NOIR ? en Autriche Malgré une loi lntordiS'Int lo 1rai1 do Oolland, la croix gam\ ·entt et la dilrusion d'ouvra{lts mCt et l'Bi~ie dt la Luftw:l.ffe : de propaj(ande hill<ri~nne, on de Hjalma' S<-hachl : < 1G ons D \'tnd à Viennt tt p~rfculière- d t ma \'Î~ ,. ; du con~lructeur /HiS :a ultulc dtt c.ondarnnh l mort de lo. prl• on de San Quenttn ((:l .. lffornlc) , cù Il to trouve depuit pl'b de 7 ana, lt noir Wt•l•y Robert \Vellt, compu los Jourt •.• C'est au oourt Ott prochtlnes ••main .. que doit ttr·e tlde ta dat• dt' *on G((i.ution. Qu•t .. :.t donc 11on crlmo "1 r:mprohonn6 en 10281 ô l'AG• de 18 ane pour un dôl·t minour (ttultllllallon dtunt. voltute "'"' to po:-mtultïn du proprltstaito) fi a. &U, depu1t, e-ont\-lmment v!c· tfmt, pa•co quo noir, du violenou dt la poilee- et dt6 uordlent de prison. Ce quf lui ut çurtout r-eprochi, c'eu d'noir toujoura dè· fendu dignement cee dro;u et ceux de au co~d6tonus de c:.oufeur. d'a~toir ftl! f:c• aux bl"l• madu ra.c:h;.tc:= av::c une tlort.6 e! un toura':• pl;.~ t:Jr:-:munt. Un jour, i. bOUt do neda, Il tar.?a un c.ncholr, qui n tl'ouwdt P d• hti1 l fa t6te C'!'un 9Udlen pardcull•*"mcnt cruel qui 1• brutalisait. le gudlcn f~\ i pelno blt sEê. rf1alt c'e~t IOUI ce pr,t.nte que Wtll$ a •t• condamnê • mort, le 29 août 1847. Ce:te condamnation COMtftue un pr.ûdtnt : j.lmais encore, cl~t.na l'ltu de Oatlfcrnle, on n'.JYalt f11epp6 du oh6tlment. &uPI' 6me un homme QUI ne c'6t.Ail. pau rendu c.oupab!& de meurt,.e. Lo Jugo fjd6rl\l Louit Qootl· man, qui, en mats 1880, ô\ ae ... cord6 â Wellt un 'ursl$ d'ué< utlon, t. oelfm6 que " hl P•'inc dt• rnutl ,,,,ut 11 ht fntr.;J)<~ ... Jl't'St f.J•Il;4 t 1Vhfvt'IIIC' 3U 1 \ .. Untèll· ih111U'IIl th~ lit C!vn,..lltullvu 11. JI * ooullgnë quo te, nutorlt'3 de la prfeen on\ * 1.11t (Jr~uy~ tli.! co (fh'o~n 1'\hlfttJit =N•e!er un rx ct·~ .;h: %\·Il" ... <·n \ 'UC ,I'(.Jhulne:r l1·<1 d tll.'llll'ot qu'(!UN (ln .. id, .. rent ""u'1", ~b l'lturl!'n... lnd~l:'l.r3.· ble-. • . L.~a Juços DouQiu L. Ed· monds, Roger ~. Trynor, Joue W. C&rlt~. do la Cou .. Suprfme d~ C41ffotnie, ont, de leut' eôt.ê, etftl rnt6 q ue 14 r;ondamnt.Uon de W ttrS 4 Ct)ftfiUfUc Uf'Je to"fiUr }UI. Ju 1lrr Le Co:'lg"ès amé,.icaln dea Dô'CI!ts CJ•,;qu~a a pris en main ta ctôfen1J.e de \ "Valls. s: dans fe.s m Heux les phtt dive,.,, au.: Etats .. Unis, des YDiJ: se ,ont. êlodu en faveur 1':1 conda.mn•. Pal' exemple, le- Journal cOnservcte- ur C1•nrl<'l~. d• PlUt· burG, reconna.liuit récemment : • Weflâ est. tans a,ucun douto v Joli mD des condl\lons soc IJh - Cé1'ains. dlr-on&. du caphalisme - •uxqL:tllles &'~!Joutent lt1 pr4J u~6$ t:SCIS,U X, » Fou,.tant la Oour 8\llJrême d~t Etot ~;- Uots :1. f!P.#~d rJ\)Xbtnlns r con c:u.. Et :a. dilcislen d•.,~u(! aujourtr-hui d~ gouvcrnoùr de la CaHtetnie, (lUt ru~:1t, par une mesur-e ete grace, &n r~c.~lier l'jrrés::~ rabte- d'41tr~ commit, Tous le; antil'aclstes se cso~vonl d'aQit pout sauve:- çe noir inJuitement condamn6.s. FAITES ClRCULf:R IlES PETITION3, ENVOYEZ DES L ETTRES ET CZ$ TELEGRAJ11ME9 AU GOUVERNEUR QOODWIN KNIOHT, STATE CAPITOL BUILDING, SAC:tAMEHTO, CA.Lif'ORNIA (U.S.A.). mrnt dan~ JK pro\·inces occi- d':tvion~ l'hitlrrien Erns..t Hein· dentalts de I'Autrh:h.: dr:~ jOtlr- ktl : Unt 1-iP agitlt :t. nnux, lh•res et péritJdit,tues. glc;.. St~nalons l•gaJt!mtnt c Nul ifinnt la j!uerre d'Hitlor tt l~i- rtmbug, probl<mts jufldiqaes sant ~mt J,ropa~3ndr 011\'l'rh: dt: humains , dans lequel on tt11trre. tenie d:.> prouver que 1e verd:ct li u n !(ranc1 nom b ,. Ci ouvr~{;~~ du trihunal interna.ticm:ll de Nu .. sur 1:. f(utr re mondwl~: ,::lc.;nfic remh<:rg cônir~ !·~~ Criininel$ de J'nrrnie h!tlédcnne. 1'nrm1 cc1u:.. J.!uer1e et l<•s oq~ani:.attons hitt \:- ci, c:ilons : « :)ôlllnl ju squ'tut rienne~ n'êt:lil q u'un ~ acte de tituii'Pt jour li) d~ Kf:MH!·Irfn..: : v~uuc:..nct~ ( lnformntîon F.LR.) • Colltbllls tl tlorf,tilr.< dl' lu nw-.-------------rin~ tiC uutrrt •· d~:ux r~t·ucils d'~crhs de Kes<clrin~ <1 d'oulr<.., ,lténérau~ hill(·ljt:n~ ; /JI/tm 4./t Ju 2" l(ùrtrr mon,fittft ~t c 1'u nt trouvtrm; /Hl': dr mcilltur re .. ma1rtdf - lm sol,iut parlt tlt la gurrr~ ln Potoxm·, tn Frnm•t tl en Hu_ssi,• ". L. ., biographit• et auto-bios: raphits dé j:énéraux hHI~riens sont tri.~ nombrtt.,.,.CS. On pe-ut nottr les biogr•ph•t>< dt Rom· mel Lu gutlfe lun· hlmtr • : dt l'aviateur GJIIond l.t> pr~mitrs rt lu dttmtt:J (ha»tun dts dt4J:C JtUtfrt~ ntOru/. Olt:t ,.

t.\'t"C, sur ta couvtrtcre, un por·

la municipalité de Rome et la des « race » Romains 25 ans lace aux geôliers racistes L'union d<"J Communautés jui\' M d'lt:tlit: a dt-mand~ au mair~ dt Rome de r~tirer de la cir. culat:on 1\':s impr!mês tm·ovl5 p3r la municipalit(- pvur fiire le ~tnstme-nt. Ces imprimés. tnrre autt~ ren~ign~mtnts, de~ mandtm aux ci10)'ettS LA RACE

laqudl• its appartitnnenr.

Daru un btn.lt:·r toni doru· mrnt. uliJi t.t ·bn., l':urt. \Vt'SitJ' Rubtrl \V rd a arli.fUt ILi·mtmt ~on dlfoiirt • .Vou$ til donnons itt &Jlltlft:Jt' ,·xl Olf{, .. Tu es un Eale nègre ,. je lu$ effray( qu,nd on tn'en\' Oya à Jn !'lrj.!'.J.n <.!~ San Quentin f'Q I!CR. 011 m'ttwtit dit que lts détenus v (1::,tnr rrk m~t traltl-s. · Un apri:~·mid•, peu npr~f; mon arrh~ée, je: mr (tnu\·~is ~ur ft ferrain de hn,l1dh:l.ll. nn m'af'lne .. la : -Eh 1 loo 1 ... - Qu'cr.r-ce que 1 our. voulez ? rèpon~i!-ie - Oie-toi d. 1•. le nt~rt, loi"' f t .. mQi J: Jlln-.:e ,,..,,. jtu·tr, - Nr me 'l:'l rtet :'MJ de" ccli<" foço". d .... je en<orr. - P< quoi, raie t•ègrt ? ... Tu n·a8 rien a fairt id. Nou~ nnus Jmrncs J',~:tu~. ct k~f}.t .H.tpj ~ J'9.Q ~f)/M),V•f;o,IJ lW di-lecteur. lt ca11•t:-Jine C.::upcn· ter, Je lui d;• comM~nl on m al'ait appeU. C>rpenter d<'clar' . ~ . - Et alor11? l'n t'dl u Que lu t.< .... a • • BUCA!t~ST • • U 'f}füTAl JUIF 4'1t•t do Jeu' (Ro;,.w:oo;.) o de-ru,,, dc,vlt wo tepdcttkn {o-. tMn t9SO), 74e .,.~tet:ol'l. Il o crU 20 ,,.., «t no1l1'dlu. t.C: CAP e MALAN. c"-of dv fOWYtl"ftOMft'lt Sud·Ah:Cotn, o Oftft~nc6 quo le • 1~got1C"'t toclo'o t!toit e pp1Jqltfo " t. plut ropl4•m•nl pouibl• • doM re, 4 Unlven.Uét (sur 9) d' Aftl.q:te dr.t SUd, ou ~11t: M l'tH pot OI:ICOfe', LOS ANGELIS • DIS TftACT$ O!\thfmlt•t ont 4tf obendommo.nt dlffv:6t don~ routt fo ville. MONT~VIOEO 335 jours de cachot Je fus jeté .tu c.cchot, un end: oit sombre, sans renêtrl', ni lit, ni lcilt'hC'. S!:ulerroent un tnoreea:o de pain ror jour ... Je dtvin, pte!(flut fo11 ptndant d1x jours. ... Il )' i\\'OÙ alon~ des quanti· hfl: de manifestations du racisme A Quentin- toul comme aujourd'hui d'oilleurs. On 1•0us aprtlnil toujours < snle nègre •• on donna1t aux noirs Il·$ phes tt:l\'tJux. et si \'Ou~ rdi:st:ez, \'OUf! ét!('t c repéré "'· je n'er.s;tit paR d'excuser Qll d<· ju:'ltifier ct~ !roi~ :.nn~c·s. de 1!128 il Hl31. Mai, j',:tnis j<une ,.r ft ;::trd:tis la tÇte h:&ute ... En tonfl,~qutnce. _ jt connu$ lt~ cvUJ'ft de loHU1.1te d~:. c~1ir. de CUj':'I.U dt C~OttiC~OUC-, cft r.l31f3• qc:~. •t le' insult.'S. Au cours de- cett troi~ 3nnte:q, j'ai passe

i3-,'i ÎOW$ d~O'> l'tsoltment OU

don. '1• donjon noir, 9ue19ue!oi~ rend>n! un mois d'affifl~. Uno danse «maison» Jt fus ~ra.-f<r~ à la priSOil de fohom. C'~t lit que SOnl en\'{ j)'~ lf3 pirt5 criminels. l..t g:ud.t'n Lark1n, le plus ignobl~ ind:vidu qut j'ait jam:1is renc(lntr.: m.e dit : c je \'Ois dans ron do~itr que tu es un dur, ~· ft ni-grt. Jt m•occ-upcr3i de toi .... J• •<pondis : - je "adresse ii 1·ous poliment, Mom~jeur, je vous pnt: d'en raire :aut3nt. Il ~_pliqua : - Toi, S31~ rcn.:trd noir, it te parlrrai comme il tnt plaira. - Je m'ap!'<'lle Wells, dis-je. Je \'c,us pm: de m'appeler p._,r mon nom. Il nfinsult:t enrole : - Snle moric.aud 1 Et il attrapa un ~ourdin, dont il me frappo les jnrnbes. L'nsSi>tant du diretttur, Bill nyon, l>rit :aussi un l)!tton et rntm.·h3 ~ur moi. c je v~is te fai re fnire une danse c m:.:son », dit-li. " Ah 1 tu crois valoil· un blanc ! » srkialomcnt suneillo. On l'a~ pelait le bloc de la llagtllarion ~ Dans la cellu!e, la:kin d'un râlé_ un :H!Ire g;rdien dt l'autre, un fus:l e: une mitrailleuse dirf~"l-:s cons1ammtnt sur moi, ils me !aiMèrent. Qu•lre jour~ durant, je restai couc-hé ~ur la pierre hoide. san~ glant. douloureux. On me passait chaque iour un verre d'Cf!U tt un morceau de p:lin par fa pnr1e dt fer. je fu• maintenu là qualte mois par le gard:col La:kin, L'incident fatal t.;n joc;, le ~octe:~r Day, n1~dec:: n de la pnson \·int me voir avec u-n de ~ts coll~r;ue$.. Il~ m txaminèrtnt e-t dir .. nl 41U ~:tr- - w.my Robtft Wek dien de m'enle\·e.r du cachoi, c:1r j'étais malade_ et 3\'ais heso1n d'être soijtné ... Au lieu dt soins, on me mu en jugement de\'ant un tribunal dt la prison. pour avoir < r!!j)liqué • à 1non gôlier. J'ai été pris de ~at:•. et Jli'ndant que mes gard:rn$ me bat~ 13:ent, rai Janet un cra.choir ... Je crois à l'égalité des hommes. Plus je fus mallnut~ en prison, plus rb~lu j~ d•vins A ,..,._ ltr un t.omme rt à nt ,,:a~ mt la.isscr d~morotiL~r alin de \'l· ne .... Vivrai-je mon 46• anniversaire ? Il v 3 sept ans, jt ~uis entrè ici (dans lt cachot de• condamnes à nlOt'l). Qui aurait pu Jli'A· ser alors que je scr:lîs ti)COre vivan! aujot~rd'hui? Quand je •uis arrive lei, it 2(l août 1047, j'étais seul, Isolé, tt "'"' chant'es dt sortir du t:achrJt M!m· blni.rtl nulles. Mon seul t~pqir il ctttt !!roque ~tnit : 31ttndrt mon 4l'r an· niversairt Pa ret qut, dJn:>~ ma famlllt (1~ Il y ova." <•ttq tn· fant~. aucun n':t n:cu ju~u·~ 40 on~, I!J j'01"3i~ Cnl'i~ dt Ctll( dltlinct on .• Je (t~itt q··e j'ai 1.1r~cment f.J.Vt m~ Ml~ 11 •1 ~~lit • tl 'doit )" 2V01t, A la <O<:ot:lt ... j'ao 45 ans .. \lon dt:nier annin: l'$3irt 2 ~tc.- lt ~ept' èmt 3u ca· chot. )e m~ dtn\:Jndt 1- jt \ ivraj jusqu au prorhain ... Si je n'avais pas até noir ... la meilleure prtuve que si jt n'rus.o;e pas (t~ noir. je n'aurais: pas fié condan1né o mort, c'eM Or. unt: loi de 1~ inttrdit aux a.utoritts :raliennes d'inr-!u .. re db quc.-stions c de C3ract~rt rncial ~ dam; leurs fonnulaires. txplosions à londres Dant le quartler de Wh1t.e· chapel, • Londres, habit~ p.ar un QI"'.nd nombre de Juifs. des taeclatu de Mostey ont récemment. placé plusieurs bomb-es oxploslvet. Cet boutiques et des- logemonts ont. subi des dègAts c oncldérablu. o : ux porsonne5 ont ot4 blessées. Ils av a ient fait brùler un noir a petit feu Au Kenya. dtux pcJ1ci~rs /lfoncs. Mich.1il Sawy~r. tif(; 11~ 31 ons tl Dems Pha·ozin, ligé dr 29 ont ont tlé :11culpis d'a••oir toit r61ir à ptlil feu un trova.Jitur aftltain. Ils lt soupronnaitnl. on·~1IS dèctarl~ d'a,.. parltn:r d l'organisa/ion MouMou, qui lulle {J()ur la rtco,.. noi!i.fDtltt dts dro:ts des noir$. Lt3 jo (~$ hrilunniquts ont rnrort tut', au cCJUrS du mors dt jJnvirr. d. $ dizaints d~ c. Mau. Mau ». que je suill le prtm er homm< ------------contre ltqutl un 1tl \'frd'ct :ttl été prononcé rn opphcation dt 13 S«lion 4.~ du Code pénal. Le Cont~,rèlt des Drois cil·:quts

1ménuin m'a beaucoup

aidé. J'•i aussi krit à de nombreux synd•catll pour obtenir leur appui d•ns la lutte q_ue jt mène pour NU\'er mon exl8ttn, .. ce. Je crois !IUt les travailleurs organisés doiv•nl t'Ire intoress.;s il mon affaire, parce que jt suis condamné à mort non pour un crime dont fournis été convaincu de\'nnt un tribunal. mai.~ lllutOI - comn1~ 'font Mcuney (1), qu~ j'ni en l'honneur de connattrc 1d :tu déhut de m~~ ntln~es dt pri!'on - A cnu~e de cc que ji! .roi5 (t de ce potor quoi j'ni comb~tfu. Le ratlsme~à l'étolr • A Wast•l~9f'ol', la Co:af' Suprême continuo t•••om.en du ~btim• ~ .,., ruhte~e d'écoles Kpatée" pavr lfl Oftfa~th blol'l<:t: ct lc.J enfo~th l'lOin dont 17 ltt~h du t~~d du (tab-Unh. tiSo o entv.du tfc~m:nt ro.,ocot 6e l' Auodot~ Hotlc.l'lote JtOVr Y AYOI'l• cemel'lt de• Ge1u dt CouJeur, M. Thv• rwood Monholl, qui, p/OtG-rtont co"tro ces dlwrlm:naUo.!U a d6montN: Q!J'CUH sont cor~holres li lo loi •• 0 la Cons,lltutlon. Por contre,. 1•o•ocot dts rorht~ du Sud, Jol\n w. Oa'tb, o d4clor6, quo " ftÎ lo C:o~o~r Supr!m•, hi le Ccngtês ft'ont te po1.1volr d"orchrut~r 01111 en· fontt blancs ot o~;~x cnfonts noln de 10 m~l e r 0 l'école • · La Cour nt rOftd'o COI'I ••rdlc·t (lUO do~<~• phJttaurs s.e ma iM~. La leço11 de f évrle•· Unis, les Républicains .reni vaincu le lascisme S 1"\ f•·\'ri••r l,34 : , .• ngt anot •lt.Jt•. ,.;n(ll ... ran•'.f'., h\.Jr· t(U,.t'~ j}\lr Il'"!: p.U( le .. pht"' ::~~que...;:;. tt .. ptu ... lni.l.n,~ e anoo-..i lrs ptu .. piPI iClUt'-.1 dl' nbtrt l!i-.lolre : t~ f.a•<" "'"l"· la ('t'~l.:~.bc·to.ai!(•R rn&i-t :tu..,, i l" Y~Mtt Jluj,1;1;rit(', la 1\~'i'-l•n•·P, t:t 'Vll· mi:---.lt,;a iii 1"-'lt'lng<'r d'ont"- pol~ gn\'<' dt"- tr-aUtts cl l'unlun de toute ... le~ r.-.:,•cs ,.1\.< ... de l.t n,. 1lnn ~ou:- l'lmh.'·p~n<tan~,. n1Un· D:lle. IOUt (~la ~tôlll <'0 Ft:fliiP d:.tu.. !r... journ•"' di! ft:H.t'!" 1 !134. l....t~ C:h•tieux qui illi'll.tlrnt t,.~ ~AR Pierre STIBBE • 111 c'nnir- .. ur IP clu.mp tl. t,.,.,._ qu'.apr. .. -. tt.. tclor1<"thP;;; htttf'i "lU' lM J).:Urlt"ldf'"i (lU ~~ r,:\'rft"r, Ir tt !a ~~\'<" g,!nf1111e ('-Jtl un:.:. niln~ tt •Ill'~ U X.lllvn, svcW.U .. hs i•l evrauuunl ... lt"~ l!ju!'m~n ~ t>tnt 1:; onnH"' \l'oppm•itftlO~ 'Jvlent<·i t-c tt'lrom ~nt tt;) te ~ rMf'. L•'·hn Ht.t'~l "<'rrant 13 r- ~------------------------------~ ----,--~- VA CTJ ON PR t\ ( \ tsi~ ~.~;.:;~~;.\~~·.,.. ~- . ' ' ·~ ... •o•u Ui"-<1d~td1<t" J<.., ~ ~"' • ::.·...;::_ .. t~"<'fik'. · ... -~ ~JifVt' l•~s ,·ott•m•... &'llllh't' h• f~91;;;-11l•ttotÏ ~\JS. <:E SOI~l •. ~n~2!·~~···. •.:!."- ~3~~1\!:f~l, - --La- ln-on·rh-ttt-• cl~- ·t-'ACTIO-N -FA;-At~G-AIS-E f~. -6 fh, ltr 19U, ... t1.rth •lt- ~helll'l •·(" •r.!t .ne%, 11, lll~ftttllliti\IC 1 ~<'t "rtuv.tr. , \ fl l-1· ~ ('C'Itl• ft '<'lll.l>1't' C1L puh·toaii! C' trl~nlh·,tttlh•t• d'unllé cl',lt"tllln ,.r M"l'n tr~·~ rllflldcmùtt~ fUtllt\~ '"~nc..Jil'•\1(!. pul~ le t-'ront t1vt,ulàlrt'. ~i•.ln nJ:%i<' que- 1~ bvmmt~ dU t; r.~vrie1· t'b!l'nt. tt~ séidts d'Hl· '"tLEft. )1.t}$ nOU!\ $~\"Ons d'Ote.; •·1 d·'J~ IJII• la. C.E.D. SISDIO<:rah ~ ... u.vu~n do la fran(\! <h·mo(' nt.ttqtlr ;, une AlltUI:lg:De r<. 4rU•mn.tlt'(' et re\·aochL""" do· win\"\! a D·lU\·ftau 1"\.t les lodu...'art~ l~ f"t ks rr.Uit3Jre~. DHant cr p•~rJJ e:octn.o.me, tom .. mt t>n lth'tie.r t !'3•. t'Ornme. dans la n,~_,.J.;J;~.nr~. l'Union d<':-O r(.pul• Ucct!ns tt (1.-.$ p:ttrlotes authefi· llq\tt'S H' t'(-tOn~UlUt. Et t'on Vt•lt po;ndJ·c \ln r..)U\'eau Front Poallll.l.lrf' à t'horfwn. tlont 1~

-lmJ,lû::ne~ !l'lunt~<·ou :-<-:.trs pru ..

\·uqt;l"nt. l'f'!ath·:l1$'a,...,mr J)UjJ111.:1- l'() I'!L tJ>m<n l tu h':'J't!tlt lian:,. le ("Q.ulp ··~arH"nnllfi'C. C 'f:~1' t1an~ l'ltn1o:n que tons ~eux qui df.tfl\·: ent C'n~trn~ hl!' J,~ 1 t ft·nh.·r • 1 93 ~ de\' J'IHC'Ilf êh~ht'OJ• le \tln;;ilùmt'!' #n· t:h·~ Charlesil·t do •·til~ 11rrmJl'r" ,;:11udt\ \';,•lt•fr-.· ~~lu· l" fll~dbJUt : lA.; ,U\'l~)nu~ flld h'~ <IP JI ~~ll!ut h -t uns ftU~ n11trt·~ :l 1 1 \'('illl! tltJ G t.'\'l'i•·•· ,,•,~t:.tiunr r~<~.:; moh~,:, Jlf'(l(Olldt•:t (fUll ,•ftl!l~ tl'll ) Il 41Ut1ICII!(' ~ Ul\IÏ'\, ht1 sn ft•lllt~Hhl• l';{ut '·" ),nlitJllt' .~do-:iou Llr fuuit1~ d'.tr-lJ()f• J•latè ~c ltt :'\.lu .. o. il:-t f>ft I•Cr~vront Nat-vr<l ft1I<.•!J" J':,tdueUt: n•~ccs... .H .C:. r~utoiJu~ p l 1t\:~' u,. 1.~ (!tl!u~vrdt~- fit ruon<all·nt il f'I'I,.,.J'>rmt du ).t.t~·h•· ru('nt nUil;'•nt ~h ••not Jihtt~ t.•r• l, gt·tl.,:~ (t la « tlh'hH.~ !<iiH'.fWl'.c- o> IIP li.~, dO!tÎh•. rl-V4~h•r h•nr \'\~fl• trable \'Ï~Jlf! ~ lt•~ t~IJilll.'\h•un;, du ti (\~VriN• n' •~IAi(!nt ;Uitl·t•• QU(I: ~!.\lil\1\.\:', Ploilltope lft.:\JIJ(I1', Xa\·IPt V!\LI..\'r, 'P \l'r1'1:\l;l·:n. BL'(dlf\rt. c1ui ju\h•:-Hnl hm'4 Ull l'ùh• itllpurf31tl ~\tU.; l'orcu1.,,. thm. l..~t• f'.I.(•LJ;.u;.f' ti~ttre dt-J:, ;). l!•ur JlrogNmlw• N le ltttll\'t:tnt· .. Uif\Ot b~ dt.• l',~llll"llh• ,, Pt: J .OA. gr.;.hdr I•'(On dt· f,~\'rh~r• ------------------------ 1 ~:)4 r<·-thJc ..S':dNnJ N (1"-ienli~l- T:\1:'\ !) ~Ut Hoinl .. t!'to \Jr h Jl"UN re l• 111t'OI d ...W ~ Il\ fur..·~ dl' l'l'~l~ , ... : : t•IMtlllf rvli (}llî' Charles tt .. m.,t'rdtt" .... t~ _'\,,nt uni' u..- l'vot ,., .... '~vrlt~. di•I•IU~ fvl"" •111'11; .,,. "'4•111 ,,.,~ ... '4 tlh·l,l·r lh •ml 4'•t•~ h.1lhti. A t'JOl'JHt"llt.:t lt•t p;·uM•:AU-1!' qua ,. t\ 'ht'lll .t th•"' ... onL ..u .... i $('~"'" qu\•n f ..~. ·rh•r J'l:t1 fHIT""JUo t• , ... , I'P\htt'Of"f rn•lfn(ll tl~ l.t f'nnte qui t>~l tn J' u tm n'• cu IJU'If'r.~-s 1•1n\'<1~ RACISME au "0u pont·M o ntparnosse" /Le M.R.A..P. proteste I.e Bureau National du M.R.A P. " adressé "" directeur dt.< ttab/isscmwts Dupont ln /titre s•ùnttlc : Mons.e>.r 1• Oir,ctc~r. A différente$ reprise•, Il • ~té rorlé à lo connnis~nce de notre Mouvement <tue se rN~rant !1 des (lrdr~ de ln dirl'etion le J>et'liQnncl du Cnfé DUPONT MONTI'Af{NASSE refuSait de servir Çi.'rHiin!l client~ en t;\ison de ltuts oriç:inc:~. il s'agil plus p~tloculi~r<ntcnl de l'lord-Airicniu~. De~ tl'moins ont conM:tlé cc• fnils Cl ont pu noter qu'il fn~issnit de gens de mise rorr~de tt qui ne troublaie!nt t'ordsc. en aucune façon. lA: relus de lts 'm·lr oppor:tlt donc comme d<ceoul-nt de discrîmlnalit.·r~ rj1dak"' n~solt~~ntm fndiJ.!rh!'S. de, tradlhons ! rancn••cs et rcprimit< por 1• toi. Nous ,·oulorn; cr~ire. ,\lon~leur 1~ Direcleur, qu'il acr3 sulli d'auirer I'Oire attcnfon sur dt ltlil., praliqut$ pour les raire <:e ....~. r. Il strait indicent pour 1c. bon renom de notn- upito.lc que, dix ann&!s apri<~ la victoire hbérottice dt ln r~tstante français< subsistent tMOrt des ~urv \·ances a.candaleuSt:!"> ~u ra· d*-m~ qui- rtmttt~nt tn uust 14 victoire dt 1945, ncqu1~e au prix de t3.nt de sang cénth.ux, \'traé notamment p~\r ceux auxquel~ l'acct. est r<l~sé ,dans vot~e étal>hssemcnr. • Les 1ésistan1s, les antuar,~ttS de fr3nce nt m3nquera1ent pas. dt manifester ttur sol darité acth·.t à leurs compagnons Nord-Ai ricains si le sc:and::lt ne ces.'\3,1 pao~:. t;n \'Ous prun1 de bien voulnir nou~ info:mer d~ suilts q_ce vous donnerez A t'êttc leurt, nots \")US 3dre!'Sons, Mon- ~teur le Oitecttur, n~ ,..JutatiOrb diAt n~vtt~. . • A tr jour. ttllt ltllu, tn•·(})·i~ 011 dihul du molt dt JDnv: tr, ~st rt$11t sans r~pon'.t • La police complice des racistes De n.ombtouus prottst.a· tions nous sont pvvenue.s au sujet des dlscrimfnaUont pratiquees au c Dupon·t.-Mont.. parn.asae ,. • f'enoonlre do Nord·A!ric.elnt. Oivers mo·yenc tont omploy•• par la dlroct.lon : lan· tOt l'on dl\ aux otientt l,l'ort• glne nord·afr~calne qu'une c corte ~uôeo:alo • e~t dornan. dèo à tOus les cllGnte poUr consommer 1 tanlOt. on lot ex.pufse un a cu;, e cr.ptleatlon que cotte phr:tu : t Nous avont l'o:odr&. do ne pu torvlr de Nord-Aftlo-.lna ». A 1• fln de J•nvler, dea ct•o nsommat.eurc ayant pi"'tesconlf!• CO$ m6thodn et pris fo ptrU do doux Alg•rlent, la direction alert.a la police, qui o.rr6ta tes prote.stotal,. u. T CUI lOI antlracltUIJ apprendront. owtc ind:onatlon que> tc: pouvolre public• ee ront. • ~nef oomptleoe de çeux qui, cyn•quemt nt, violant la loi ot h\ Conttltutlon. Da:ne l'union. lis lmpouront 10 r o.apcot. det tradlllon, fra.l\• oalc•• d'6ooll" e t. de frater· nit •. Cousu de fil blanc Au cv:-etour Rk.helieuDtouot, à POU'!$, un t&IHéUr a Installé un panr.eiu de dei• ..ins da:.s lesquels U afficha be•uçol.fp plu.t $CS aentimer.u anUI'i:p :.~bU....;u.n.$ e.t même r.a.cisteG- quo son espra humo rJsUqué. Tém~ln co dcr:..in ou un noir u fta\~t. d'avou• fem .. mes (;\.- e-nfantt. 6n grand nombtl! pout"' vivr"O sur !os ~Uoca:Uc ns f:am•ll:a.ies~ En Sl')n\me PO!l1' hD\~ tt\.11• lou~ ftumtriste c. 'ert~ ra 041$. u d'AiltiCStion..s qOJI est d~venuo l'e.o.c:a:ve de' noirl. Pubh.-it.) dou'.euse pour un ~hi-e it' f)UO CC$ phUJ3 H(>r (H cou8t.t-J ue 11l t-Ian~ rac.e!e. Le qentil ... qrand frère RectmM:entt u., ceria1n GEI'ITII., a~minh!.role•Jr du colonies, retou:o dot M1.daoa~· ear, ptroralt aweo mad.ame sur to• ondu de ta radio. c Les; Malg.:tche$, ces grands enfanta, nous re:çoivenc. corn· me dn orandc frè~s dan$ teur.a cases de torç.his... • etc .•• , etc ... Celte .... o:cnUIIUS:e admlrus ... lratJve a un e6lé écoeurant alor• que Ma.dao.a~c.u p:ne encore la marque de l'&.bomlnabfe forfaiture quf t:t 80.000 victimes en 1'947. De:s mUllet'$ d'hommts et de femmes c-roupissent e.ncor6 en pri•on ou e!\ fonueue. L et seu les bl:tissea pi"'babl ... mont. avec les Immeubles officiels, qut ne ao1ent pu en torchis. RépubUcains .. bon teint " Les drtrJcultés qu'a ren· c:ontrEs l'élcc.tlon du PrCtidenl de 1~ République aur. a.iant dù être une chaFJce de; r.-1ù$ pou:o le çandidat t~r~tfiUonncl qu'ost le Présidtn\ du s6nat. e UH HOUVtAU Journol onlls6· m!t~ " Lo tscobo •· qui tt r4c: IO· tr~e dw " SNrmor ,., pcucut .,.,, Uu1• svoy. UEW·VORK ... j'~t3is au cachot, un jour dé rë\'rh:r en J!r.t.1, avec un autr~ détenu. NQus avons été ~ur .. pri~ à t\\I>er C'ontre le mur, ~otre tu.:~lt: façon de commum(}u(!r 3\W le~ détenus des autres celBièn Qlle j"eU5$t NC :igê seulemer\ t de IP nn~ à mon entrëc en prlsOr\. j'épr~uvais tt j'ë()rouve eocore aujourd'hui un solide allnchcment pour lo justice. je nt cr0)'3ÏS pas- et nt cro's pas ent:on.! - que la seule couleur de {Ua peau [as..')e de moi un l•tre infêrieur ét qu'on doh·e me traiter avec n1oms d• r.ospcct que si ma peau a\1:tit ~.:ne autre ptgmentahon. Les trow:lillcur~ ont toujours soutenu lo cau•c des oppritnlh; ct été ~ I 'Mnnl-~ardo de lo lu tle pour lo justl<c. C'est pourquoi je ••i• certain que lor~qu'lls connaitrnot i<'t< fait~ don~ mon :lff:&irt1 ils m•:tidtront A gagner cetl• couse jusle. Les antiracistes démasquent. .. " L'AURORE" SI M. fVJONNERVIL~E ne fut. j Qm.a,s c«n dtd~ o'o-st sant doute l c:.ause du bal"rt\ gO fa!t a1,1tour de son teint. jugé ttDp fontê. L't:rgument. a citc~tl 6 dans les couloirs du Congrès. Et une c:el't.alne pt'osso u deval\ de te re~ pr•ntfte. Mon cousin germain ... de No!mandie • TROIS CIMITif1tlS julh Cio &tcokly.t ont litU> profen6s ~r des btntdOt: foKbtH. 0.. d4fttft l"'• pot'fonh .sc;.,, t•gro.l.,_, e.,sous LI TltR( t• • Giton• eux J;~ift '"• iu inodhiHt . ,, ,~•"'t-1" ont itê d1t:hibuén en tronde q::ao~tfti ~"!' le " '•rtl ,..otl.n~l t th ro Renoluol.'lce •· 1 PRAGUE • Ul JUil$ do Tc!thHie.,G..:~u'e, ~O.IU .... o9SMI Nc•"IUnCnt odott .... inYÜOnf ... ,. C)t~Jf.lofti.'ICIIfH ilfO 1oou h• ,..,.. 6 .. -..t!M\Ir tMte fft~ flothoo 0'1'1 lo•c•t O.- ... t.Mont FOCitM;v• ._. !IIIC,ltftil• •I\Hitoft4 .. d-a toü tes ._,,,.,_.-. fAt•rl'lot ... fiOU.lr. ROME • CJUMINiL d• tliiCtff, ru .... " •• rel N:drte btko A4•mi·Rot•'· 4tlill 1 flt tire-r " to~~ fovh o Tu,.,., •n uut 19.:J, o .,;.t.i rttm•t.t6 d4r-lS l'o•Ul ;~, drolh eMit por lo c,~,~, de C•notlen lto:itnM, C:&UO ,..,._ t41to o ,uacU4 uno •!•• tmotlon doru to~l 1• poyt. TOKIO 8 UN MO~UMlHT o ét. 61cd sur Jo c.9t1!no Kutloyom.~o~, • Yokoomo. ô 1• ., • .;mobe cfo 5J ulm~'•'• de g:.~o.rrc. VARSOVIE • L'INSTITUT d'Hittoitc Juive onn<tn<CI la dcouv.,to cht ClrcPil• vu dv ghett.., clet Lodx. Form4tt ~. oc.hl• mon~o~scrlto•, 4o ioi.J I'o1aux, 4~ c:.:.CIAMII!.•• dlvtn. oltcs ompllt• , .. t 60 coinot, 111.11 011.1 (te te'• trou•t:Cn HVf tt-t tu(l'ltt. Ut~ com• 01fuleo ,,.iklol• o titi dflltnfo p!Mif lcn cloac<r. lules. je crois 3 la di~niê e.t ~ l'é~al: u\ des homn1es... L3 derni~re chose qui aurait p:r me ,·enir a l'idée eüt été d'at1enter à l;t vie d'un être bunt:tin~. Hl Te«t ~~. ~os ~re dots •uttft. OV'Irlft., oux Etots·Uni•. QU' co:.so c!~' csi:c·-ws d"ont\MJ ., pt'i$')0"1 en rojso., ct. ~ o<tt"~<it• ~ di<GI< Le journal l.'...\l'flOOE 1l pu-.. bll• te 12 Janvier 1964 sous Je titra : .- La polfce dllma&que une organlaatton dl racketters nor-d• frk~lns » vn article odieux1 vé ... rltabte provocaUon. Lt r:ardien cntrn et nous .en: le\\L tous no~ vêrentent~ a.an.:;1 que not rt un1que: m:uela.l\. Ptndanc 24 heure-s, nous somn1es rt&th sans vète:mtnts ni cou\~erIU~ S, sans pain ni eau. Comme nous ne cessions d'op-~--------------------------------------. pt:h.·r 1: ~3.rdien., il vint enfin. A notre surpri~e, il OU\'tlt la Jl<'r1< d'acior tl nOu$ lança quelque' effet;. je m'habillai et 3van,~i. je vis ato.:s lt fu$il d~ ~ard;en er le da~cteur, qu1 Les t1"8va.illcur-t t~ord .. t.fricalnt y a:4nt \rallA• de c t.uro,.lalaa • et Con\ LCCUUC dt 10 hYHr • touw.a toM.ca de c racket• », d'e~péd iUont punltlve:t, de chantage, d'auaulnata polltiquea el da t~afiea d'umM ot. de d1-ogut. Cela ne rappell ... t.-11 pu ce qu'ëc.tlwalent 'u' les Jlo!lfs fes Journaux antldm.tu qui M f&•saletat sous l'açcupatlon fee pourvoye1,1_n de$ camp• de c:.onçentra. tJon ? article vlondralt donc à point pour tcn\er do nmcr ta haine tl. la d,yJslon p.armlla p~pufatfon de France~, • un moment oû 1•union M •ene•ro en partieuUtt pour faire •c:hec aux »tojets crlmlnols d'c arm6o eur-epùnna a, umoufl.age de la Wehrmachl. nazie. n1'atttndait. - Qu'est-oe qui ne \'a pas, dem3ndai- je. - Ri<n, répondit 1< gard:m. NOU!io rcmmenonlfO au bloc 1~ où tu rttteras un peu . -Est..ce bien nécessaire ? - Sûrement. Ço le fera du bien. Il me mit des menot1es et 3t· tacha mes bras contre mon COl ps pour que je ne pu:sse pas les lt:~er. Puis il se mit devant moi et1 soud:tin, me lança un coui> de poing en pleine fi~ur.!. je perdis l'équilibre cl tombai. - Ah ! tu penses que tu vaux un b1twc ! hurlait~H. Le bloc de la flagellation Je me relevai ct il me d'onna un coup de pled. je perdis de nouveau t'équilibre et .roulai daJ1s l'tK:alier. 11s mc suivirent, mt donn:mt dt!' coups de pieds et de ~ourdlns, jusqu'nu • bloc 12, d;1ns un cachot de p1erre~ Le Bal des Quat' z'Arts cou• un•on, qui uuse .&al*_. dout• c t•inqu16tudo. a<scrue • donl 1.",\l'llntlt: fait 6r&t au dibu\ de cet arl;cle. ba...-ua aus• (Suite dt la {J()gt 1) tJ la route au rac:sma. te entière s'indigne de cette ima .. ~e. déform{-e par le racisme. qut 1 on \'outrait donner de Par.s. rlu Quartier Latin. t.:e c 1éahs .. me > à 13 mode ho'lywoodlt.r:· ne (sans doute ltt h'nche•a·s sont-ils les pareur.s) eSt cnn!li· ment condamne. Les étudiants, unis ... Aur.sit6t. la riposte P'Ctrgoni:'e. L'A.I.R.C.I!.P. (M;eciol;on lnternationolle des f,'~'>h!t•r.t:; <ic 13 Cté Unh,ersitOtir~ de P:sriq), dé~ none~ dlns un tract, comme contr3ircs âU:< sta~uts et !t J·~~,Jrit de la Cit~ les dbc.w~i:laaons ~ont le C.~,.;.l. s'est te•ul., cnup:t· l'ie. Oes- dO!egatin ;J ,,,. rotH<':!

~Cet! et de touter .,~tiqna.1 1téi

!,~ rendent au.prés Ir; dtt~d~ur:c -de j'):I\'Ïi!ons ct du re>..:!cur, qut s"associent à 1a p;:ote..~t.3t1<M r~~nérale. A la cantin~. ja•.s lt~ chambres. clans les t~J.!\t~ l'On1· mune!\, ·i~fferv~::~~·.:e n1onte d'h.eure en heure. Et le samedi 23 jnnvier, ct fut, dt1·anl le pavillon de 1• fr.1nce d'Oulte··"tr. un pu1,._. sant, un inoubliable riU«mbl<ment ilnlir.tcibtt. Un êtudj:&nl des 8taux-Arl5 (un Alrica:n, ju~terrent) 3\'ôait, sur c11e IOilt. kril ctS mols qui r~~umaic~t le sentiment de tous : • Ll$ étudiants uni~ contre 1e racisme ir.nJ~sê en Frnnce p.u los Am~tt~:& JR!t •• Pui• l'<n&enlble des r.!sidems inscsit~ SlOUr figurer dan~ le film (léS noir6 comme le~ blanc•) ~e rendirent :'t la mniric elu 1 Jt. où la •<<ne devait ~trc tournl-e. ln1pru•ionn<$ po r ln rèsolution des candidat~ figurants, JN1 cinéa~te'~ 3nu~ric:.ln~ s'excusèrent, et s'cUor<:èrent de 1ejc1tr lo responsabilité des di~critnlnatlons sur le •eul C.C.I. ët la l'érilê. lo frntcrnllè !'~rnportèrent

étL'<IIonts noirs ct

étudiants bl3ncs furent lilm~s. K'eu dèploi•e ~ 1• firme Cinerama •, elle devra tlpré$cnter le Bal de. Quat'z'Arl~ 1<1 <lu'il est en r~nlitê - ou y renonc\!r. Mais l'affaire n'est pa$ tetmin~. On conçoit que lç.~ tisidents de !a Cite! aient d~ compI<' S à rt'J:ler at·ec un C.C.I. laisant preuve d'une si étrange conCC! ltion de la culture international~. Bien qu'une partie ft c.\ ._,._ ticle $0ot consac,... à t xptJnuer que c fe~ polf~fe."' êp1'0uvent 1~ plus grand<!'s difflcult.ô.• " • pi"'uver ces e~tomnlea rocambG- fesquet1 quelques faits pr•cis y $Ont r~prochte aux nordat,.. lc.aint, qui se ramènent l ctci

l'oro;ga.nlsat!on et la d6tenao

des libcrt.b dimocraUquet. Cel Lo Mouvemtnt pour le trlompho dH l..lbort6s DémocraUt'jucs en Ato•r:c dlrecton•enl mts er: eaute, a 'lev6 uno vloou,ou:se protett.a\lcn. dltfua'o sous fof'; ... m• d'un communlqu6 • lo. oret .. se et. do t.t'c.cts, sou• le Utre : • Une nouwollo campagne de la prel5• ratitte •· La vraie culture .•• Ctt organisme qui, pour- jouer p1einement son rOte, devrait ètre 1--------------------------------------------une émanaHon des étudiants et déptndn: d< I'A.I.R.C.U.P.. a passè, contre toute démocratie. \ous tc confrlile de t $péda.li:->les • dépendant do:.s pouvoirs public$. Ct\'i c: spé-cialistes > ont montré qu'ils se J>reoccupa~ent plus d'ors:nni:;er des confëren'ces en r:weur de 1"«. E"urope Nouvelle », que d~ servir lé$ i~écs génêreusts qui ~~ont l:t t rame de toute culture véritable. Le C.C.I. • subi un premier t f euisont echec. Les ét<'<liants sont hien décidés à imposer sa réorganis3tion, en vue de te rendrt conforme a leurs aspiraHon~. Deux courageux sauveteurs Le ITl~.t'credl 11 no wt~rnbro , un commerçant de Roubnix roulait en voi\ur• aveo sa fcmmo-. Artiv• prhG du porlt MOREL, • Roub:.lx, te conducteur fut ébloui par Jes pharc.s d'uno vol· ture venant en sent 1nvcrat. U perdit le sens de la dlr.ectlon, d•vala 1& talus 4)\ &'enfonça dant lo canal. Le oommor911nt ot s~ fommo, re"~ pP'ftoonlcre dana 1our volture-, è'alent woub a une mort cert.a.lne. C'cat alo l"s quo deux hommes qui patsCllent sur la bel"go ae Jet•ron-. rôtolumont. li l'NU. En quetquos Jnct.anls, Ils l"èus& lf'on~ ~• d6gegcr los malheureux. lt, pou Après, tout lo mon .. do ee rotf'OU\'IIt. sain et u.uf sur •• borge>. Ott deux courageux eauv&• tour1 6tatont dot travailleurs nord·o.friC4fne. C'est un exemple de plus qui vient a'ln•crlre on f1.ux contre t•a ~lomnlot ro.clates. 1..• Journal chNlienoodJ_mocrate • l<oetnl$ctut Fc:und$c.~ u • sf: 1ëHdte que M. Rtni Coly $Oit. de NOI'ntandle, c Wrco.ll d'une '"C!: dont le$ hommes uni~unt ~1 hum. on.etlsoment res qualitis dos Ga.utofa ct Charles 11 octobre 2013 à 16:38 (UTC) des Germains s. En qutlqUit SC,.t! f.CPot le journal allemand, le Ptt.lcfent d~ la ._H?~blique fr&f1• çaiae ett un homme b;en do Che!. :ti.IUS, Le aux « pool .. oeufs d'or Un wltil .ami de M. l.a.niel so•1riwx de eu-er S<ln ftts:, s'en va 1.roun::o notre Pr61, .. dent cfu Con-.eH. - Rien de plus f:J.o;!~, t"e• pond celul-c!, lé çool çtutrbon ·;tofe:o en fa,it pour ça,. Que dlf'iez:-vou* d'un poste à 180.000 fr. par mols ? - Ma~s mon chor Présf .. dont, o•eat beaucoup trop, 40.000 fr. suftir.s:ent. - Alora je rcg~U&, déclaro Lanlol, tes emploie· 4 40.000 fr. son\ tous au çon .. COUf'S t , </div>

Notes

<references />