Droit et Liberté n°00006 - 15 mai 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Une nouvelle république est née dans le combat: un état juif acclamé par les peuples libres! par Charles Lederman -page1
    • A l'occasion de la proclamation de l'état juif, grandiose manifestation au Vel d'hiv -page1
    • Mon point de vue par Julius Streicher -page2
    • "L'alliée oubliée" (Palestine) lutte encore pour la cause commune par Roger Maria (Moyen-Orient) -page2
    • 1948: les Etats-unis attendent encore leur Victor Schoelcher par Michel Gour -page3
    • Entre le Rhin et l'Elbe l'antisémitisme continue par André Fray -page4
    • Des peuples souffrent et luttent: terreur en Grèce -page4
    • Judéauvergnats par Joseph Millner -page5
    • Les maudits par J.A. Bass -page5
    • Terre perdue, terre promise, terre conquise (Palestine) (Moyen-Orient) par M. Vilner -page6,7
    • A la mémoire de Victor Schoelcher par Chatem -page8
    • Abraham Furtado, président du Sanhédrin napoléonien, semble avoir prévu les trusts par Pascal Themanlys -page8
    • Papa Korczak, le grand ami des gosses de Pologne -page8
    • Spectacle: le lamento n'est pas un remède contre le pogrome par Bernard Kahn -page9
    • Cinéma: vrai et faux trgique par Felix Fedrigo -page9
    • Le voisin de palier de Tarzan par Hélène Sax -page9
    • Les vacances approchent: des milliers d'enfants partiront grâce à vous -page10
    • Solidarité avec les combattants de la Haganah -page11
    • Jeunesse devrait savoir par Max Loeb -page11
    • En avant, marche...arrière par Louis Mouscron -page11
    • Mala héroïne de la lutte antifasciste par D. Senaz -page11
    • Carte de Palestine (Moyen-Orient) -page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1 1. ' ,., " 1 Prix 20 francs. es 1 c ..... • l, LA" GRAND HEBDOMADMRE DE LA VIE JUIVE ~ .1 ... " , .

Fond.~ d?ns ' 111 clç:mdestinité 15 .mai 1948 . ..J . Nouvelle série N° '6 (74)
,
Un État Juif acclamé par les peuples 'libres

m . UAND ces lignes paraÎtrant, nous se.rons à quelques heures d'un événement historique : la proclamation de l'Etat Juif en Palestine. L'événement sera fêté avec une immense joie par tous , les hommes libres comme ' une victoire de la justice et , , comme une preuve qu'il y a dans le monde, en cette aprèa~ guer:re ,: des forces démocratiques plus puissantes que celles de la réaction et ;du fascisme. Les Juifs déracinés, ceux qui ont tant s."uffert, . trouveront une nouvelle raisf:)n de vivre et de lutter. Après l'angoisse de la persec:uliOD ... 25.000 enfants, femmes et hommes, parqués par l'Arigletel're dans ce camp tristement c~lèbre de Chypr.::, feront les premiers leur ent~ée joyeuse sur ,_eUe terre rendue enfi~ libre. D'autre3 dizaines de miniers de J uiEs, dans lea c,dmps d'Europe, s'apprê~ tent à en finir avec l'insé~ curité sans lendemain et à recommencer une nouvelle ' vie en travaillant. Ainsi. donc, les combattants de là-bas n'auront ce:' dé ni au chantage angloaméricair., ni à la menace des élémen13 réactionnaires arabes, ni auX« con·· ~cils .. de ceux de ces Juifs que notre ami Vilner nom- . mait, à juste titre, les « dé·· marcheur,,» de W ashing~ ton et de Londres. Les Juifs auront de leur sang entériné et donné vie à la décision prise par l'O. N. U. en novembre. dernier. Ils auront affirmé, dans les faits, leur volonté intraitable de voir respectées les .décisions des organismes internationaux. ,Aussi, en cette heure historique, la pensée première du peuple marty.r qui reconquiert ce pays qu'il a labouré et fertilisé ira vers les gouvernements et les peup,les qui l'ont soutenu dans sa lutte inégale contre les forces égoïstes de la réaction. A jamais il gardera une reconnaissance sans bornes à ses défenseurs et réservera sa méfianc à ceux qui ont tout fait pour le noyer dans le sang. Les impérialistes anglais et américains n'ont pas craint de provoquer la guerre. J?eu importent les moyens employés, même s'ils consistent à dresser, les uns contre les autres, Juifs et Arabes de Palestine qui, sans doute aucun, pourraient vivre en paix et prospérer. La paix du monde, le respect des tr.aités,la foi due aux engagements, ce sont, aux yeux de ces hommes d'affaires, des mots. Ce ne sont pas des chiffres que l'on peut porter' au ~ilan bénéficiaire d'une compagnie pétrolière. Partout, à travers le monde, le Colonial Office et le State Department veulent avoir· des hommes.et des gouvernements à leur dévotion, si ce n'est à leur' solde. Ce désir, ils l'ont 'plus violent encore là où ils veulent s'assurer des concours militaires ' et des bases stratégiques.- . Craignent-ils, à Washington et à Londres, ·que les Juifs dans le Moyen-Orient soient . des éléments de paix, ' de progrès humain et de libération nationale ? Redoutent-ils l'ap'pui moral et matériel que les démocrates et les hommes libres de tous les pays du monde apportent aux Juifs qui se battent pour leur existence ? Ont-ils peur de ces hommes et de ces femmes qui connaissent le prix de la liberté pour 'l'avoir un moment perdue, dans les ghettos de Varsovie et de Vilno, dans les camps d'Auschwitz et de Birkenau, dans ceux de la bizone allemande, dans les pontons de l'Èxodus et l'avoir reconquise, dans les tortures, dans les larmes et surtout dans la lutte ? Hitler a échoué dans son monstrueux dessein. Demain,. la Palestine, contre tous les fauteurs de gUel're~ contre tous les réactionnaires, contre tous les im·périalistes, prendra place dans la grande famille des peuples démocratiques. Demain, l'Etat Juif sera. Cha'rles LEDERMAN. ... l'espoir et la joie de vivre Mardi 18 Mai à 20 h. 30 au VEL~ D'BIV . • • j . , 2 pant de (lUe par JUlÎusSTREICHER Sieg Heil ! Comme toujours, notre bienaimé Führer (Heil Hiller!) avait raison ! Comme toujours, ceux qui (parmi ses plus fidèles comp; o.gnons mêmes) avaient douté df!: ses vues prophétiques en sont aujourd'hui pour leur courte honte : ainsi qu'il nous l'avait toujours pr~it, Londres ",t Washington ont rejoint le. rangs des combattants racistes : et, trois ans après· une guerre qui ne fut qu'un monstrueux malentendu provoqué et entretenu par les judéo-bolcheviks, nous avons enfin la joie de voir, nous les précurseurs de la lutte- pour la Race, l'Union Jack et la Bannière Etoilée flotter fraternellement unies à notre Croix Gammée._ Devant la Chambre des Communes, vous avez su, Bevin, trouver les mots qu'il lallait pour nous prouver votre profonde connaissance des travaux immortels de notre Rosenilerg ! Vous avez su, comme il conve .. nait, affirmer que votre gouvernement ne se laisse.rait pas intimider par les fauteurs de guerre juifs, que vous étiez décidé à châtier impitoyablement leurs monstrueuses provocations, que vous sauriez, pour y parvenir, profiter des enseignements, précis que nous vous avons prodigués_ Et lorsque, vous adressant aux parlementaires juifs qui vous écoutaient, vous les avez 50m ~ més de « cesser le combat _, vous avez su laisser entendre que ces youpins, qui déshonorent encore votre Assemblée, ne devaient plus désormais être considérés comme des sujets de aa Gracieuse Majesté Britannique, mais bien comme des res· sortissants juifs ! A quand 1;" dénationalisation des Juifs anglais? Pendant ce temps, aux EtatsUni. où adversaires démocrates et républicains sont unanimes derrière Truman à. vouloir protéger la pureté de la race blanche, une leçon méritée était infligée au sénateur Glen Taylor: ayant eu tinsolence de pénétrer dans un Congrès par la porte ré. ·crv';" aux nègres, cet individu (dont Wallace voudrait faire un vice-président des U.S.A. !) a été immédiatement arrêté et a reçu, des mains des polici .. rs indignés, la correction qui s'irnpo· "ait. Condarnné le lendemain, pour infraction aux règlem .. nts, à six mois de prison, peut-être comprendra-t-il (malgré le bienveillants sursis qui lui fut accordé) qu'on ne peut impunément insulter la race et la patrie._ Long live Bevin ! For .. ver Truman ! Heil Hitler! p.c-c. J.-F. DOMINIQUÉ. DROIT ET LI BERTE ~15 mai .1948. - N° 6-74 • ", J ~I!i w . VJMA-~-~ «L'ALLIEE OUBLIÉE» lutte encore . pour la cause commune L'alliée oubliée, c 'est la Palestine qui, durant la dernière guerre, fournit à l'armée anglaise, non seulement du ravitaillement et du matériel de toute sorte, mais d'importants contingents et de hauts faits d'armes (notamment ce Mechili, digne pendant de BirHakeim ) . C'est Pierre Fauchery, dans son feuilleton littéraire d'Action du 5 mai, qui rappelle cette vérité en rendant COll] pte d'un livre de

eierre Van :p'aassen qui porte ce

titre, L'Alliée oubliée. Dans une· formule excellente, Marcel- Four.rier, dans Franc-Tireur d'l 8 mai, constate qu'en Palestine le droit, pour se jai7l' recO/lnaÎtre, est obligé de recourir à la force. La s.ource du droit Beaucoup comp;ennent mal les raisons qui portent les Juifs de · Palestine a créer leur Etat propre. M. Gromyko, délégué de l'Union soviétique à l 'O.N.U., a analysé avec force et clarté les données de fait de ce problème dans lequel se lit le drame de toute une époque; voici un n'trait capital de son discours de noyembre dernier : Le jait qu'aucun Eta f occidnltal n'a pu garautir la déj ense des droits élémentaires du peuPle j1lif et le protéger contre les bourreaux tascisto's exPlique l'asPiration des juifs de créer ,m Etat à eux. L'Angleterre continuera Devant cette situation et ses prolongements humains, il n'ést pas possible d' aVOIr des yeux pour ne pas voir et de- · brouiller l 'écheveau des respqnsabilités. La conscience accusatrice de tous les hommes libres doit désigner impitoyablement les personnalités et les Etats qui oublient leurs promesses, déchirent les traités et promènent la torche de l'incendie sur une zone où, sans eux, le travail et la paix réconcilieraient les combattants d'aujouI'd ' hui. Mais la vieille Angleterre marchande, sôn Colonial Office et ses mercenaires s'accrochent misérablement à cette rerre qu'ils ensan-' glantent. Lisez ces extraits d' un article de M. Henry de Korab, dans Ce A~atin-Le Pays du 29 avril, sur la seance des Communes de la ,,·eille . C ependa'1t, serré de près, solliCIté de repo11dre s'il stoppera;it les envois d'armes aux Arabes après. l 'exPiration du mondat britalmique, M. Be'VÎn a réPo"du catégoriquement .- - Non, l'Angleterre cO)ltinuera à livrer des armes aux Arabes! Et voici le comble du cynisme et de l ' hypocrisie. C'est toujours Bevin qui parle : Nous consentirons peut-être à prolonger 'lOtre séjour en ' Palestine si j uits et Arabt,s COllSentnlt à ne Plus se battre. Oui, vous avez bien lu : alors que Juifs 'et Arabe~ sont au moins d'accord sur un point : lé' départ de l'occupant, le sinistre Bevin leur promet, s'ils cessent une lutte qui n'est entretenue que' par les Anglo-N azis du Moyen-Orient et les féodaux arabes, de rester encore un peu. Ainsi, ces messieurs du 10 Downing Street gagnent, croient-ils, à tous les coups : si Juifs et Arabes se battent (et pour cela on fait donner Glubb Pacha, Abdullah et Fauzi el Kaoukji), la soldatesque britanni'que restera .. pour maintenir l'ordre. Si Juifs et Arabes « consentent à ne plus se battre ", eh bien les descendants de la guare des Boërs et de la répression a nti-irlandai se daigneront « prolonger leur séjour ". Oui, les Anglo-Nazis ! D'autres pousser·ont aussi la grandeur d'âme, comme le désintéressé M. Bevin, jusqu'à rester là-bas par humanité, si personne ne se charge de les aider, brutalement, à partir. En efffet : On a trouvé des cadat'res d'officiers allemands après les combats qui mit eu lieu entre j é71lsalem et NamaZlam, f{mdis que d'autws ont été faits prisonniers en Galilée occidentale, . près de Y ehiam / d'autre part, la principale cOlldition de l 'ultimatum juif à Haï/fa éta;t la li7J7aison des ojficiers allemands de la garnison arabo'. C'est Robert Dervaux, dans Action du 5 mai qui apporte ces précisions que l'on retrouve d'ailleurs dans presque tous les reportages de la presse mondiale. Antisoviétism'e à tout prix Les obsédés de l'antisoviétisme snn t tiraillés entré' quatre atti tudes éga lement fausses : tantôt ils disent que l'U. R.S. S. ft lâche " les J uifs (ou les Arabes), tantôt qu'elle intervient en faveur des Juifs (ou des Ara,hes). D'autres se livrent à une synthèse de la calomnie et de- la stùpidité et voici ce que cela donne. (M. Charles Tribilliac, dans Ce Matin-Le Pays, du 30 avril) : Les ArabtlS et les juits, aveug lé s par leur j anat isme, ne 'Veulent pas compreudre Ijue leur lutte ne projite, C1l fin de compfl\ S, qu'aux Soviets, dés.ireux d' évin.cer les Al1glo.Saxons du royaume du pétrole. Fort bien. Dans ce' cas, il y a un bon moyen de « rouler» les Soviétiques

c'est de faire la paix; ou

alors, on sera obligé de pensu que Glubb Pacha fait le jeu du Komin Moyeno (pas mal ce néologisme; dédié à l'auteur du plan Q). Stratégie du pétrofe Dans une étude parue dans L 'Echo de la Financft du 7 mai, Rude examine la situation des compagnies pétrolières dans le Moyen-Orient. Il indique notamment que: La Palestine (Haïtfa) et la Syrie (Tnpoli), apPa.raisso?lf comme les· ré f:ulateurs de tOlite la production Pétrolière du Proche-Orient avec, pmlr protecteur, l'Ile de Chypre que tortilh· spécialement Z' A miroeuté brital1?ziqlle. Nous n 'oublions pas que si Chypre représente une ~entinelle postée en un point décisif du couloir maritime par lequel cheminent les dividendes, cette île, pour beaucoup de nos frères, est une terre de misère et de désl'.spoir après Auchwitz et Treblinka . . « Pour mille ans ! » Paris-Presse poursuit la publication du journal ~ecTet de Goebbels, qui fait apparaître ce petit monstre qui fut puissant, comme un personnage d'une intelligence vraiment inférieure' ; 'Vaniteux et supl'rficiel, on est loin des qualités, spéciales mais certaines, cl 'un Schacbt et d'un Yon Papen, d'un Hal\chsoffer et d ' un Darré, ces deux duniers " théoriciens » véritables du nazisme. Voici un U.J.R.E. CENTRE CULTUREL - 14, rue de Paradis, Paris (l(}) - CONCERT ANNUEL DE LA CHORA.LE POPULAIRE JUIVE Au prGgramme : CHANTS en Yddich et Hébreux Accompagnement : Orchestre à cordes ,Solistes : Judith Marezka, cantatrice Lily Laskine, harpiste. Samedi 16 mai 1948, à 20 h. 30, à fa Salle Caveau 45-47, rue de la BC'étie (Métro Miromesnil) Invitations à retirer .- 14, rue de Paradis. Bâtiment B. . 4· étage échantillon de la pensée de Goebbels (Paris-Presse du le, mai) : Le Führer croit pouvoir supposer qu'Edda Cianc n'est pas la jille de . Doua Rach • .'le, femme tlu Duce, mais qu'elle est née d'une liaispn de MussolitlÏ avec laie juiVD russe. Ce qui exPliquerait tout! Ce qui expliquerait pas mal de choses c'est précisément qu'il ait pu venir sous la plume de Goebbels une telle !Oxpression (II ce qDi expliquerait tout ») après une information aussi infime. Par cette . petite phrase, c'est tout un monde qui de'scend au caniveau de 1 'histoire, condamné par sa bassesse intellectuelle. Solidarités fausses et solidarités justes De notre côté, on a appris à penser tout autrement; les lignes de' démarcation qui :lOUS paraissent différencier les hommes ' d'aDjourd'hui S~)Il t déterminées par d'autres raisons que la race ou de'S fantasmagories mythiques; nOs raisons ·sont les raisons de la raison; nous sommes anti-ces-my1hes (hum !.. .). Laissons la parole à André Wurmser qui, dans Ce Soir du 7 mai, fait une utile mise au point sur un problème trop souvent m.al posé: En quoi les rares sur'lli ... 'allts du ghetto de VarsfY.ne sont·ils solidaires de !vI. Re'lIé !vI ayer .1 En quoi M. Lazare Ka_!!,at~o'l.'itc'l , ministre soviétique, est-il solidaire de M. j ules Moch ? En quoi Z'OTPhelitl que laissa Georges Politzer, forturé et fusillé, t'St-il solidaire de M. Lazurick, de « L'Aurore » .' E1t quoi le casquettiCT Je la rue des BIO?tcs-M mltealix est-il solidaire du banquier de l'avt.nue de la Grande-Année ? je me set.s, quant à moi - 'lui attends la mort du dernier antiûmite pour ne Plus me rappûCT 'lue mes parents étaie~tt Juifs - soli:daire, certes, des enfants jllÎjS SJW qui pleuvC1zf les bom.bes o nglaist.~ et les hombes orahes fabriquées IIU p:lys de M. Bevin. Mais des e7tf01' ts arabes tOut aussi bien. Et Plus eoncore ties Grecs et des Espag1101s qui luttellt pour leur liberté. Et, naturellement, de M. Glett Taylor, qui )uJnore son pays. Cette solidarité des travailleurs du monde entier et des hommes libres de toutes ongines grandit puissamment aujourd'hui pour assurer la victoire d'une humanité enfin libérée et unie. Les rotatives LES ÉTONNEMENTS DE LA QtOBNZABNIE. • • du "T • 1" 1 agessplege Une conférence de presse tenue à la Mission Mililaire Polonai.... de Berlin a révélé que le journal farouchement proaméricain « Der Tage.spieg~l " .'iMprime sur cie. rotatives volées. pendant l'occupation, au q!Jotidien juif de Varsovie . Moment ». I:a « mémoire courte :. Le 12 octobre 1940, Pétain lance son message sur oc l'ordre nouveau ... Le principe de la Kollaboration est solennellement proclamé. - Droit et Liberté Rédaction et adminlstration 14, RUe de Paradis, 14 Paris X· T4'fphone :PROvence 90-47 911·48 C.C.P . ·Parls 6()7~98 Tarif d 'abonnement : 3 mois •..••... 100 frs . 6 mois ....•.. • 200 frs 1 an .. _ •• _.... 400 frs Etranger Tarif double. Le gérant: Ch. OVEZAREK Conséquence pratique : le Maréchal s'enga,xe à devenir, en tous points, le va let docile du Fu.,hrer. Au premier plan des obligations contractées envers le patron naz.i: les mesures raciales. Je collabore, donc je commence par persécuter les Juifs ! Et d'envoyer LayaI à Paris, en émissaire auprès d'Otto Abetz. Abetz à Laval : oc Puisque le Marêchal marche, ïai obtenu que vous alliez en in[onner \'Olls-même notre Fuehrer. Il \'ol'ls aécorde une audience. ,. Réponse de Laval : « Je ne vou. lai pas me présenter devant le Chancelier les malllS "iùes. Aussi, vous pouvez. annoncer que les mesures racia les vont incess....\ llllnent intervenir. J) Aussitôt dit, aussitôt fait ! Sans attend.'e, P étain inaugure ofiiciellement la politique de collabor,ltion en promulguant le statut des Juifs. Mais certains semblent l'oublier. On connaît la suite. Tout de même, pour un historien, avoir la mémoire si courte ... La bonne fée A.R.A.M.C.O. JI était une fois, aux U.S.A., un M. Loy Henderson à qui les bonnes fées avaient prédit un brillant avenir et une grosse fortune. La c:lrrière "int. Loy Henderson fut nommé chef de la division du Moyen-Orient au Département d·Etat. La fortune suivit. L'A. R. A. M. C.O. (Arabian American Oil Com' pany) s'en chargea. L'A. R. A. 1\1-. C. O. groupe an Moyen-Orient les quatre plus puissantes sociétés pétrolières américailles. La fortune était le prix du rôle déterminant joué par Loy Hender' son d ans l'abandon par les U.S.A. du plan de pariage de l,a Palestine. Chiffon de papier ..• . .. Beaucoup de coupures. Des enquêtes ont été demandées par des sénateurs, des dépu.tés sur les « activités J) de Loy Henderson. Mais la bonne fée A.R.A.M.C.O. veille. Offre d'emploi On demande spéci:llistes mlnoeu' vre électorales. sach. rlttrap. voix juives et arrlng. situat. compromise plr volte-face Palestine. Conditions intéressantes. S·aùr. : Mai.~on Blanche, Washington. Bien loin de le nier, « Der Tages.piegel » se justifie en allé- 1l'uant le. faits suivants : }O Les machine. étaient e .... dommagée. lors de leur « livraison 0 et c'est la firme allemande « Deulsçhe Verlag » qui a assUmé les (rais de réparation , 20 Ces machines servent éga- " lement à l'impression de l'édition allemande • Die Welt _, d'un journal anglais et du journal des autorités américaines d'occupation «Die Neue Zeitung » . L'affaire a d'autant plus de piquant que, ainsi que le fait remarquer le « Neue. DeutschI. and _, organe du P arti Socialiste Unifié, « ce bon « Tagesspiegel » s'imprime sur des rotatives v",lées aux Juifs, pour défendre son programme prosémite, de réhabilitation et de re.titution. des biens juifs spoliés. D. - .' 115 mai 1948. DROIT ET LIBERTE , 3 , ~(9)~~ D D Charles OE1f l1f~~(UJ[NJ~~ l1f1f~[NJID)~OO1f . ~[NJ[(ô)[R{~ ~~(UJ[R{ \Y1~[1f(ù)[R{ ~[[H](ù)~~[[H]~[R{ Le sénateur Glen Taylor, membre du parti de M. Wal. lace, a été'coildâmné à six mois de prison avec sursis .. p!lpr n'avoir pas pé'nétré dans un Congrès de Noirs par la porte réserv'é·e aux Blancs, meurée dans le NordI Jamais une . école primaire ne refusera un élève . noir; ' mais l'enfant doit fréquenter l'école la plus proche de son domicile, et, son domicile étant dans un quartier noir, il ne risquera pas d'avoir des enfants blancs pour condisciples. l f. voyageur français, q~i prépare un séjour aux Etats· Unis, dès ses premières démarches, est mis en contact avec un fait surprenant. un fait brutal et positif flue rien ne saurait dissimuler, un fait que chez nous le régime nazi a seul pu rendre concevable

il y a un racisme officiel.

En remplissant la formule de demande de mon visa, j'ai dû, à trois reprises, répondre à la même question, entre autres renseign eme~s d'état civiL: j'ai précisé ma « race», ma le couleur n, puis ma « religion' ». Ces trois termes d 'un autre âge figurent dans le document, en noir sur blanc, entre la date de naissance et la question de savoir si le postulant est polygame ou a l'intention de renverser ' par la force le gouvernement des Etats··Unis. Géographie rociste des U.S.A. Une société peut être raciste dans sa vie publique, en tenant à l'écart, par des manifestations matérielles, un ou plusieurs des 'C groupes éthniques » qui la constituent. Ce fut le cas des régimes fascistes. Mais la discrimination raciale peut aussi résider dans l'esprit public, dans les moeurs et les traditions, comme dans notre Algérie. Ces deux aspects du racisme son' présents l'un et l'autre en Améri· que; mais, à cet égard comme à beaucoup d' autres, les Etats-Unis sont coupés en deux morceaux bien distincts, le Nord et le Sud, par une démarcation qui date de la guerre de Sécession et passe au sud pe Washington. Cette frontière est si bien marquée qu'au moment précis où un autocar franchit dans h direction du Sud la frontière de l'Etat de Virginie, les Noirs, qui jusqu'alors avaient voyagé mêlés aux Blancs, se lèvent pour gagner le fond de la voiture. Exposition de noir Car c'est avant tout Ta séparation physique qui frappe le nouveau venu dans le Sud. Elle y constitue le premier des deux aspects du racisme que j'ai distingués. . Il n'y a pas seulement des quartiers d'habitation noirs Il y a des cafés noirs, des hôtels noirs, des universités noires, des maisons funé' raires noires - les morts ne restent pas chez eux Qne demi-heure, mais sont immédiatement transportés dans des hôtels spécialisés - des cinémas noirs, des églises noires même. Et on lit dans l'autobus, audessus du pare-brise : « Les voyageurs blancs se placeront de l'avant vers l'arrière, les voyageurs de couleur - « de couleur )) est le seul telme qui ne soit pas péjorati fde r arrière vers l'avant ». La prescriptic. n est scrupuleusement observée, bien entendu. .' Dans un grand magasin d' Atlanta, une des villes les plus importantes du Sud, j'ai remarqué une fontaine d'eau glacée que protégeait l'inscription « For white onIl) » (ré,ervé aux: blancs). Réservé aux blancs est aussi le suffrage universel inscrit dans la Constitution "... Fédérale. Car dans les Etats du Sud. le poli tax éloigne pratiquement des urnes la population noire qui est la plus pauvre. C'est dans le Sud que la séparation physique, dite ségrégation, est la plus brutale, puisqu'elle est codifiée et consacrée par r écriture:· l'inscrip.. LES JOURNAUX, tion a un caractère officiel et reconnu qUI fait défaut aux simples usages. Konakry à New- York H n'en est pas de même dans le Nord. Le Yankee, lui, ne voit pas dans le nègre qu'il rencontre un petit-fils d'esclave de son propre grand-père. Jamais, à circuler dans le centre d'une grande ville située au nord de Washington, on ne remarquerait la moindre inégalité entre les uns et les autres :. noirs et blancs vont, viennent et se coudoient avèc indifférence, et n'ont pas peur de s'asseoir côte à côte au café, à récole ou à l'université, au cinéma ou à l'église, Mais prenez le métro pour la 145 rue : vous serez' surpris de monter dans une rame entièrelJlent, occupée par des nègres, et, en débarquant, vous vous croirez transporté - les trains express vont si vite dans le métro de New-York - à Douala ou à Konakry. Pas ufl visage blanc 'dans la rue, dans les boutiques qui. bordent la ' rue, dans les maisons qui abritent les boutiques. Souvent; le flic en f,;,ction lui-même est nègre. Vous Dans le quartier des millionnaires, autour de la 90' rue Est, on refusera poliment, discrètement de louer à un monsieur en blum ou en stein. Jamais le journal le plus réactionnnaire de la presse Hearst ne se permettra une allusion à la (( ~uprématie blanche », mais sans commentaires, le New York Times, grand quotidien démocrate, publiera les statistiques des cas de par Michel GOUR syphilis soignés dans les hôpitaux de Harlem dans ces dernières années, statistiques qui accusent un accroissement rapide des maladies vénériennes parmi les « gens de couleur )). Ce qu'omettra le New York . Times, c'est la statistique comparée du nombre des salles de bains à . Harlem et dans les quartiers blanc~. . Voici un négrillon en guenilles dans ce petit parc où s'ébattent,. 50US l'oeil de ,leurs correctes nmses. des enfants bien nourris et chaudement vêtus: le garde s' approch~ de lui et, avec autant de fermeté que de douceur,. « main de fer dans lin g~nt de velours », le pousse vers la sortie. Le parc, pourtant. appartient aux contribuable;, faxpavers , et le gos~ est fils d'un citoyen américain, A merican citizen. Les Nèffres à la conquête de l'Amérique En dépit d'un taux de mortalité élevé, la prolifération rapide et l 'arrivée à New-York de noirs du Sud venus chercher un régime plus doux y accroissent régulièrement la population de couleur. Sur le plan de Manhattan, Harlem gagne en importance; ma is c'est une lente offensive, par une guerre froide pour l'espace vital : chaque maison louée à une famillie nègre iur la· frontière de Harlem est immédiatement abandonnée de ses habitants blancs, et ainsi de suite d'un pâté de maisons à l'autre. d' 11 C'est pourquoi des Américains ont vou,s . tr~uvez au coeur, une VI e pris peur, c'est pourquoi l'on a vu amencallle, se'mdbl' abl.e ùa 1to ute's le, s - a p p;i ra 'l'tr e ' 1e my th e d' un « pe, ll'1 at;tres, c est-a- Irt; 0 . ~ geome- noir)), c'est pourquoi des eth notne la . plus tyranmque decoupe. en . graphes distinvllés ont· ca\cu'lé qu'en rues et en avenues quadrangulaIres '1965 0 . '1990 2030 1 et numérotées, dans la monotonie _ l'. u ebn l ' . ou .en , ;\1 1 1 d " d ~, d popu ah on anche serait submergee a .p us eseb~perante, e; pat des . le et qu'alors il se pasSerait des chose~ m~lsons ~u ICJ.Ues.. ~rcees e, a terribles! meme lenetre a gUlllotllle, /lanquees du même escalier de secours. J'irai .cracher Vous entrez dans u~~ épicerie, ' ou àans une librairie, que ritn ' ne sur VOc; ,tom'bes . distingue des épiceries, : des librairies du quartier que vous venez de quitter. On vous y parle le même américain, mais un coup de baguette magi9ue a peint tous les vi~ ages en nOIr. Et vou:; commencez à conlprendre

vous comprenez que la cinquième

avenue a jeté un voile sur la « ségrégation » mais que la ségrégation e3t toujours présente. Le Noir peut évoluer à sa gUise dans les quartiers d'affaires, de commerce ou de plaisir; s'il veut rentrer chez lui, bon gré mal gré, il rejoindra ses «( 1 rères de race ». Ne laissez pas venir à moi les petits enfants Sournoise, dissimulée, mais partout présente sous un voile . fort léger, la discrimination raciale est de- C'est ce qui me disait un industrie! de l'Alabama dans le train qUI me ramenait de la Georgie à NewYork oÙ il se rendait pour affaires. Il ajoutait : « Vous autres étrangers vous faites des illusions. Vous n'avez aucune expérience de ces gens-là. Il n'va rien à en tirer. Ils sont la paresse même. Ils sont ignorants ? Nous leur avons donné des écoles, des instituteurs. Ils n'en ont tiré aucun parti. Et quel appétit de fffilmes blanches ! Ils ne peuvent pas voir une de nos filles sans se précipiter dessus, oubliant le châtiment qui les frappera sur-lechamp »... . Ce sont des arguments de celte sorte; assaisormés de sauces diverses, qui, le moment vent), jetteront cet -être apparemment civilisé dans la plus bestiale des chasses à l'homme. Un beau jour, le bruit, venu on ne sait d'où, se répandra dans son village qu' un nègre a violenté une blanche... . . . Aussitôt un groupe se formera que rejoindra notre industriel; il s'emparèra du premier noir venu, et, froidement, sans haine, sans violence inutile, avec la conscience -du devoir quotidien bien rempli, le pendra, haut et ' court. En grande partie pour se désennuyer. Une variante 'également fréquente de ce scénario consiste . à réclamer un nègre détenu dans la prison locale par le sheriff qui, clocile, le livrera sur-le-champ. L'an dernier, vingt-quatre chauffeur~. de tax:i, après s'être enivrés au whisky, a.sassinaient dans ces conditions un citoyen américain à Greenville, South Carolina. Le « Grand Jury » local les acquitta tous les vingt-quatre. Il est vrai que la grande presse du pays s'en émut. Mais d' autres articles sont, depuis, ' venus remplir la première page des quotidiens de NewYork:, et sur cette terre un crime de plus est resté impuni. Le lynchage. des ames Un Américain d~vant leque! je donnais libre cours à mon indignation, me répondit en ces termes : « Vous autres Français, si, aux XVIIe et XVIIIe siècles, vous aviez transporté vos esclaves africains non pas dans les Iles, mais chez vous, en Aquitaine par exemple, et s'il y avait aujourd'hui quatre millions de noirs autour de Bordeaux, êtes-vous bien sûrs que vous ne seriez pas aussi racistes que nous. )) Cette ques~ion l'engageait, avec la plus parfaite bonne foi, sur une voie de garage. Une supposition n'a jamais été un argument. Il y a un fait, et celui-là, nous sommes les premiers à le dénoncer : on trouve des racistes en France. Que ce ne soit une circonstance atténuante pour personne. La ségrégation consiste, pour les uns et le's autres. à cohabiter en s'ignorant, plutôt qu'en se haïssant. Chaque cité du Sud est composée de deux villes, la noire et la blanche, qui mènent chacune leur vie propre à l'abri d'un mur moral qUI les protège l'une de l'autre. Certes, un nè!ilre qui tenterait de s'installer dans un cinéma blanc serait rondement mis à la porte: mais un blanc serait avec non moins d~ énergie Mais il n'en est que plus affreux .. . Dans j'Europe hitlérienne • le Juif vivait dans une terreur, 1" déportation, èt un espoir, la libération. Le nègre américain" l'un sans avoir l'autre. Il suffit qu'une seule fois dans sa vie il apprenne qu'on a lynché un homme pour que de terribles images s'incrustent dans son subconscient~ Car il n'y a pas de juste mesure dans l'assassin!lt. Et le racisme « larvé )) aura bea!:! jeu, par la suite, à dénoncer les « complexes d'infériorité » du nègre. Un nouveau monde viendra Dans le Nord, région plus avancée, plus industrielle. mieux ouverte à l'influence européenne. de très gros progrès, que j'ai signalés plus haut, ont été- réalisés vers l'égalité absolue. Si les préjugés antiques restent ancrés dans les coeurs, si la civilisation en demeure imprégnée, du moins dans la vie publique, dans les rapports sociaux, les conditions de vie se sont humanisées, et bien des barrières sont tombées qui restent inébranlables dans le Sud. La ville rte New-York a entrepris une campagne de propagande antiraciste, d'une invraisemblable puérilité, assurément, mais qui, je veux: le croire, porte s~s fruits. Je pense à cette affichette posée dans les autobus, qui représente un groupe d' enfants des . deux couleurs jouant devant le bureau du maire de la ville et rappelant à leurs concitoyens

« Notre maire a dit :

« Débarrassons nos gosses des préjugés: joignez-vous au combat contre les haines raciales )). Je pense è cet échange d'enfants que fiTl~nt. pendant quinze jouI s, dix ~ami ll es de H arlem et dix familles de Nouvelle-Angleterre. De telles :nitiatives sont des gouttes d'eau dans l'Océan: du moins méritent- elles de ne pas passer inaperçues. . Ai-ie fait l'apologie du racisme ~ Ai-je en rien cherché à minimiser l'effet de ses manifestations? Non, ï en ai la conviction. Mais condamner le racisme américain n'est pas condamner le peuple américain. L'Amérique est la ' pairie du racisme . Ce n'est pas une raison pour couvrir de boue tOIlS ses habitants, et ne pas applaudir aux effort5 QI'" font beaucoup d'ent:'e Ku-Klux-Klan : Quelques encapuchonnés de service. expulsé d'une salle noire, et, en fin de compte, on est arrivé à un modus vivendi fondé sur l'indifférence. Gardons-nous donc de conclure, consciemment ou inconsciemment, que chaque citoyen des Etats-Unis lynche son nègre, pour se mettre en train, après son petit déjeuner. Le lynchage apparaît comme un cas isolé, exceptionnel, de friction, et D'est jamais qu'un accident, eux pour laver ce q~i restera l'un des déshonneurs d'une civilisation. Il y a quelques mois, les électeurs du Bronx, élisaient comme représentant, à la barbe des deux grands partis réactionnaires, le candidat du nouveau groupement progressiste de Henry Wallace. Nous avons confiance dans ce parti, ,1 existe aux Etats-Unis biel\ des gens décidés à mettre de l'ordre dans la maison. .. DROIT ET LI8tATE .15 mai 1948. - Ne 6-14 Entre le Khi) •. et I~Elbe l'ANTISEMITISME CONTINUE Il NE nouvelle communauté est née en Allemagne, . enfantée au milieu des souffrances les plus atroces. Plus de 300.000 êtres déracinés attendent - attendent - 300.000 Juifs veulent quitter la jerre mau· dite. Mais, de'puis trois ans, ils végètent toujours dans des camps. Quelles réactions provoque leur présence entre le Rhin et l'Elbe ? Un peu partout eh Allemagne occidentale des cimetières juifs sont profanës. Dans plusieurs localités. des pierres ont été lancées dans les fenêtres d'appartements habités par des Juifs. Des Juifs sont molestés, frappés, assassinés. Herr Doktor fait d-e la psychanalyse Le mal trouve un écho dans la presse. La « Süddeustche Zeitung » de Mumch ouvre un délbat public sur ce « problème brûlant ». Dans la même ville, « Der Ruf » publie une longue dissertation dans un style a,mpoulé. Les deux publications sont d'accord sur un point : les quatre cinquièmes des Allemands désapprouvaient les persécutions nazies contre les Juifs. Parfaitement. Ces braves gens ignoraient, d'ailleurs, ce qui se ~assait exactement dans les camps d 'exterminatIOn. Ce qui ne les empêchait pas d'être con~ re dans leur for intérieur. D'ou provient donc la haine contre les rares survivants ? rien qu'à la pensée qu'il aurait pu être appliqué, un frisson parcourt ces nouveaux i: démocrates allmands ». Et de Morgenthau aux Juifs qui osent encore respirer l'air allemand, il .n'ya qu'un pas .. vite franchi. Car ce qu'on leur reproche avant tout, c'est d'exister encore, et tous les raisonnements des plumitifs avec ou sans psychanalyse n'y changeront nen. Les occupants s'en mêlent En avril dernier, s'est tenu à Bad Reichenhall le congrès des Juifs libérés d'Allemagne. Deux représentants des autorités américaines y ont pris la parole. Le professeur Dr. Haber, conseiller du gén éral Clay pour les questions juives, a reproché violemment aux Ju:fs de fane du marché noir et 'regretté que les dirigeants israélites ne soutiennent pas suffisamment la lutte de l'armée américaine contre ce danger social. De son côté, le général américain Harrold accusait les mêmes dirigeants d'une négligence impardonnable qui avait eu pour cause la conviction générale des milieux de l'armée que toutes les « personnes déplacées » s'adonnaient au marché noir. Ce sont là exactement les mêmes accusations que celles des antisémites allemands. Or le marché noir est devenu se hâtent de conclure que la nouvelle vague d'antisémitisme . n 'est pas la conséquence de douze années de régime hitlérien ? Comme leur langage est édifiant! Ils parlent de ces Juifs, qui, pour leur grande part, font contraste avec i: l'imagt européenne ) . Ils parlent des i: asociaux ~ (cela ne vous rappelle-t-il rien, camarades déportés?). Ils prétendent · que ce n'est pas une haine raciale mais une aversion contre les « minder...... ertige » (inférieurs). La meilleure solution du problème, d'après eux? Les débarrasser de cette race maudite qu'Hitler aurait dû extermmer jusqu'au dernier. En vérité, cette nouve:!e offensive raciste coïncide singuliè· r ement avec la libération des jeunes nazis par les occupants de l'ouest et avec 'toutes les me~ ures qui tendent à faire des vaincus de 1945 de bons et loyaux partenaires dans le concert européen. Elle prouve - si cela est encore nécessaire - que la dénazificatlOn n'a été qu'une farce tragique. Antisémite, l'Allemand à cas· que ou à chapeau-melon reste imbu de l'idéologie hitlérie,nne et constitue toujours un danger pour la sécurité de la France et la paix du monde. Rien ne sert de fermer les yeux sur cette vérité élémentaire. Aux partisans de « la force prime le drOlt :P, il faut opposer la force pour permettre aux élémen~ sains de prendre le dessus. André FRAY. (joebbels est, il toujours vivant ? On le croirait à lire la prose de cette affiche antisémite, apposée sur les murs de Paris il y a quelques jours par les soins de quelques provocateurs qui, sous le nom de « Jeu. nesse française antisioniste l) (sic) . voudraient faire croire aux Fr.ançais que les Juifs sont les ennemis des Arabes. Juifs et Arahes n'ont qu'un ~eul et même ennemi: l'impérialisme anglo-américain. Et c'est ce qu'ont bien compris les démocrates qui ont lacéré le torchon des diviseurs. « Der Ruf» nous l'explique avec gravité : la concurrence antmaturelle entre consommateurs a atteint outre Rhin un tel paroxysme qu'elle a prov?qué une négation des sentiments, une hypertension des nerfs et une indisposition à la tolérance, le tout aggravé du fait qu'un groupe homogène se trouve en face d'éléments hétéroclites. N'est-ce pas bien dit? une institution générale dont ni 0----_________________________________________ _ Mais ce n 'est pas tout. Il y a aussi M. Morge-nthau. Cet ancien collaborateur du regretté préSident Roosevelt avait conçu un plan à l'égard de l'Allemagne que. malheureusement, MM. Byrnes et Marshall ont depUis abandonné. Mais voilà : le plan Morgenthau a existé, et «Que le Juif soit votre point de mire» Le Journal Combat (de Québec) publie la lettre suivante, adressée par le Chef · faSCIste (lit {( le fuehrer canadien 1») Adrien Marq-uanl à 'ses chefs de groupe : '" Le hut imméJiDt : former Je3 chefs Je groupe pour le jour f}Ù le peuple, 3e mettant en marche, aura he-soin Je gIJiJe3 sbr3 Jans toutes les villes et tO!l3 les ujllages ... •.. Que Pollack (un marchand Je Q.uébec) soit votre point de mire, votre exemple de comparQÏ3fJII, toujours, toujours. Présentez-le comme le « Jui! iJéal )J, le « chef ) de la juive, ie Jans votre ville, dites que le3 ' aulres sont formés à son exemple. Le principal est de rendre toujours la question locale , sou ligRet le danger toujours menaçant . J'une nouvelle invasion d'immigrants juifs. A la hibliothèque du Sémin- aire, tlOUS trouverez sans doule l'excellent [ivre du Père Constant, O. P ., une petite mine. Peul - être aussi les livres de Drumont; de Léon de Pon cis , . Copin-A [bancelli, le roman Secret du .JUIf errant de mon ami Jean Drault, et qui relate, sous l1TIe forme romantique, des fails rnis. Ciiez très souvent Mgr Paquet, soulignez fréquemment la prière du Kol-NiJre et les pos- 3ages du Talmud ... les Juifs ni les D.P. (personnes déplacées) ne peuvent prétendre avoir le monopole. Comme le soulignait un journaliste allemand, « '" c'est la seule branche de notre économie qui fonctlOnne r éellement et à laquelle une grosse partie de notre peuple est redevable d'être encore vivant ... » Notons aussi en p'assant que 300.000 Juifs se trouvent en Allemagne, sur près d'un million de D.P. Pourquoi leur fournir des excuses ? Les journaux allemands Que nous avons citRs plus haut soulignent très habilement que leurs concitoyens ne sont pas seuls reSponsables du renouveau de l'antisémitisme Ils ne se privent pas de citer l'affaire de l' « Exodus) et le fait que ses passagers ont été ramenés par des Anglais en Allemagne. Sans mentionner directement les Etats-Unis, 115 parlent des c nombreux pays qui opposent à l'immigration jUive leu r s égoïsmes économiQUes ). Le rédacteur de la « Suddeutsebe Zeitung ) termine son article en disant: c Nous entendons-nous bien; pas seu1ement les Allemands - devons désapprendre la haine, même la haine des JUifs (sic) ". ) Cette phrase n'est-elle pas tout un poème ? Un autre aspect est évoqué par le « Telegraf » de Berlin. Il trouve anormal que beaucoup trop de JUIfs servent de témoins à décharge dans presque tous les procès de dénazification. Et il continue : « Ce penchant général pour le pardGn commence déjà à produire ses effe~. Tant que la correction est considérée CQmme une faiblesse. elle est déplacée et dangereuse. Où sont les véritables causes ? N'-est-il pas curieux de constater l'empressement avec lequel les auteurs que nous avo~ cités DES PEIJPlES SOnFFRENT ET llllTENT ESPAGNE - Selo Il Ult recensement (dont malJtt'urellsement on a tOut lieu de crait/dre 'lu' il soit incomPlet ), 56 journalistes espagnols ont ét~ fusillés ou a.sassinés sur ordre de Franco, d epuis SO/l accession au pouvoir. L es UlIS et les autres faisatmt p.anie de la Résistance et éditai- erd -rwtammellt des j-OUT1UiUJX clandestins, chaque jour plu's nombreux Outre-Pyr- énùs. - CifU] ditniU:! J.(J1It mOrt-s des mauvais traitements subis à la « Priso-Il M (}dèl- e • d-e Barcelone. Le pt'rmis d 'inhumer délivré par les médeu/ls f ranquistes il/dùlullit pour chacun d'emreeux: « ll10rt par or· rêt du coeur Il. PORTUGAL - D e nouvelles o pératioflS policières ont eu lieu à Port/) et à Lisbol/ne, où Plu$ de Ctllt sytldicali~tes. ont été arrètés. Erl outre, des réfugiés espaglwls ont été reconduizs à la 'frontière et livrés à la police franIjuiste. Terreur en Grèce Cette semaine encore, les événements de Grèce dominent l'actu alité internationale : avec la tragédie flal~ini en ne, ils constituent l'épreuve où s'affrontent les tellants de la tyrannie et les défenseurs de la liberté. Un jeune partisan ayant abattu Ladas, Ministre de la« Justice » responsable de l'arrestation, de la déportat1on, de la torture et de la mort de dizaines de milliers de patriotes, le Gouvernement Soph?ldi~ a déchaîné uope sanglante vague de répression a t;avers tout le pays. Chaque jour, des centames d hommes, de femmes, voire d'enfants sont fusillés sans jugement : et le plus atroce est peut-.être que la plup'art d'entre eux, en prison depUIS des mois ou des années (certains pour leur .action lors ~es. événements de décembre 1944) ne peuvent avoIr lOué aucun rôle dans' l'exécut;ion de ~as .. .. On remarquera. l'identité de ces procédés a v.t;C ceux empl?yés pm Franco, lors de l '-erg~ni sat'l() Il du proces de Barcelone dont fl()usavon-s déjà parlé. En même temps, la loi martiale a été I.,t'gravée .à tr.av.ers tout le pays: il est interdit .aux civils de pa-sser la nuit en dehors de leur domicile et nul n'a le drait de se livrer .au moindre commentaire (même conforme !) sur l'exécutlion de Lada~ ! Ces « infractiOlls » peuvent être punies de la peine de mort. . .. T out se pas. e exacten1ent comme si le Gouvern~ n~~t S,OI~.h?ulis, ?cculé, se sentant perlu, avait declde d utIlI~er 1 ult1me arme des dictateurs vai~cus pour essayer d'éviter le pire: la terreur et 1 assasslllat de tous les Opposants. De fait, la situation des forces mon:1 rcho-fascistes est chaque jour plus précaire: l'Armée _ ~_ ~l~~atique .du G~néral 11 arkos, intensifie son achVlte et faIt ~ublr de lourdes pertes aux troupes ~oovernement~les. Des désertions commencent à etr~ enreg~strees parmi les soldats de l'armée régulIère qllJ, abal.ldonnant les unités JI1Qnarchistes d~n~ lesquelles Ils ont été embrigadés de force, relolgnent les Andartès pour mener avec c-ux les combats de la liberté. . Indiquons pour terminer que le Cou~r;fement américain, sollicité de protester contre les crimes du ~ouver~'lCment d 'Athènes, a dédaré« qu'il n'y avaIt pas IJeu •.... BRESIL A la suite des arrestatlollS de commUllfstes ct de syndicalistes, opérées ces dernières semaines, le . gouvCTnemwt pré p4re fiévreusement l e 11 r pr-ocès. Tliutetois, leS charges relevées contre les -détenus paraissant asst'z faibus, certail1s « cOl/seillers. auulÏmt suggéré I1U JJinistr e de la J u.stice de fahri'luer des « 60- CUlIIe1lls » susct:ptibles de C1l1llprOilleUre .f!,rmJenunt les orfllnisatùms populains . Le premiu uHlseillu Je l'timbassade des U.· S. A. our-dit etJ dt~:t mtr-etiel/S avec les -t.ollohoraleurs itmnéduts du mùûstre : 011 it,11"· re officiellemt1lt l'objet de ces conversalions . U. S. A. Un COli ra nt semble se dessiller parmi les (1 colol/reà men • tendallt D OTganiser la réSistance à la polizique ~~acis te. Dertaim leaders de ce mouvemellt pro poseuzit1tt le refus du service militaire tant 'lue les discrimillatlotlS ractales n 'Quront pas été abolies. r ORon ET lIBEftTl; 5 " ]UDEA UVERGNA YS L , A U VER G N E menacée d'excommunicatIOn. a connu tant d'in- Une nouvelle conception de ... vasions et de l'amour du prochain était ainsi brassages ethni- introduite dans le droit (canon). ques qu'il serait De part et d'autre, les candidats vain de vouloir . au « mariage mixte » - ils discerner l'exacte origine' des n'étaient pas rares - durent se Auvergnats. résigner. Car il était tres dange- En 1~34, Pierre Laval, inter- reux de s'aimer clandestineviewé par un journaliste, s'en- ment. tendit demander son point de Callus avec nous! vue sur les théories raciaies que Malgré l'antisémitisme officiel Hitler mettait déjà en pratique de la hiérarchie, l'évêque Gallus, outre-Rhin avec tant de sauvagerie. Le futur créateur de la successeur d'Apollinaire, garda sa sympathie aux Juifs. Ce qui législation nurembergeoise de prouve qu'il y avait des Gaulois l' « Etat Français» eut beau jeu a ntiracistes. Accorda-t-il des déde se donner un air extrême.. rogations à certains amoureux? ment libéral en répondant: L'Histoire ne le dit pas. Tou- - Le racisme? Mais la chose jours est-il que la population ne tient pas debout! Tenez, moi- juive, unanime, prit le deuil même je suis Auvergnant. Eh quand Gallus mourut et assista bien, mon pays a été si « ' mé- en masse à ses obseques. langé» que je suis sûr d'avoir Grégoire de Tours, auteur du sang sémite dans les veines... d'une Historia Francorum à la- Heureusement pour Laval' quelle nous devons ces détails, qu'Otto Abetz et Xavier Vallat reproche à l'évêque Cautinus n'ont pas eu connaissance de ce., d'avoir continué la politique phipropos! losémite de Gallus. Claramounti (Alouyrnah) Mon boug-nat a pour femme une excellente Bretonne qui sait que je suis Juif. Elle a l'habitude cie me mettre en boite : .:.- Vous autres et mon mari, me dit-elle, vous êtes de la même race! Au fond, elle n'a peut-être pas tort. Qui sait, après tout, si nous n'avons pas les mêmes aieux, mon bouif et moi ... Aux premiers siècles de notre ère, \' Auvergne ne possédaitene pas deux· noms, le premier, latin: Alvernia, le s.econd hébrarque

Alouyrnah ?

Dans les responses rabbiniques de ces premiers âges, Clermont- Ferrand s'appelle Claramounti. Si le mot vient du latin Claromontium, il n'en désigne pas moins une cité 'où l'on trouve des enfants d'Israël dès le début du Ille sièçle. Il para1t même, à en croire le livre d'un certain Tardieu que vers le même temps la ville d'Issoire fut g'ouvernée par un Juif du nom de Luce. Ce satrape judéo- auvergnat aurait donné l'ordre à l'un de ses coréligionnaires, paysan d 'un petit village, d'ëgorger le premier apôtre et martyr chrétien du Massif Central

Saint. Stremonius. Dans

sa No"a Bibliothéca (tome Il) l'érudit M. Labbé a démonté cette lég'ende antis~mite dépourvue de toute base historique. Le poète Apollinaire Cependant, à la fin du V· siècle, les] ui(s avaient très bonne presse dans la région. Il faut dire aussi que l'évêq ut de Clermont n'était autre que Caiu~ Sullius, plus connu sous le nom de Sidoine Apollinaire, épistolier à la manière de Pline et poete dOllblement Rénéreux. Un commerçant juif apptlé à se rendre à Tournai, en BelRique, pour répondre au procès qu'un ennemi lui avait intenté, reçut dt" la main de Sidoine Apollinaire une lettre de rEX'ommandation, où il était dit: « Le.; Juifs méritent toute confiance même IOl'squ'on n'egt pas d'accord avec eux sur les principes de la religion. » On cite deux autres Clermontois " méritant toute confiance Il, Gorofas et Promotus, dont l'évêque se fit l'avoc-at en des ciro con;tnnces analogues. l\.1'"lht"ureusement. - que 1 q u ~ quanlnte ans plus tard, en 5~fi. un Concile, tenu ~I Clermont et ré'H1iss'l.nt quelques prédécegseu, rs (tout de même assez modesles) de P. Laval, édictait les premières mesures discriminatoires. Les Juifs n'eurent plus le droit de juger des Ch,rétic1is Toute personne chrétienne qui épouserait un wnjoint juif se vit Il préfère la violence inquisitorial~ de l'évêque Avitus qui mit les Juifs en demeure de renier la foi de leurs ancêtres et d'embrasser la religion catholique, apostolique et romaine Avitus ne pouvait supporter ce que plusieurs de ses collègues appelaient cc l'entêtement des ' Juifs dans la négation ». Il avait lancé une grande campagne de recrutement. Mais la communauté - à tort ou à raison - restait obgtinément rebelle à la conversion. Un seul Juif se soumit; l'on connaît même la date de cet événement (historique) : 5 avril 576. Dieu le veult ! Fusieux, Avitus décida de frapper un grand coup. Moyens: l'intimidation et le chantage. Le bruit se répand soudain à Clermont que les Juifs ont écharpé le renégat du 5 avril. On invente des « témoins oculaires » dont le nombre s'accroit de jour en jour. Comme cela ne suffit pas, des agents provocateurs excitent les chrétiens dans les rues. Le jour de l'Ascension, on ,ne trouve rien. de mieux, en signe d'avertissement, que de descendre un Juif. U ne foule prête au pogrome s'est déja rassemblée devant la synagogue. Tumulte. Puis tout à coup silence : les fI. dèles s'effacent devant l'évêque Avitus qui vient de faire son apparition. Un large geste des deux mains et il prend la parole au nom de Dieu. Qu'est-cè que Dieu veut? Que les Juifs se convertissent, ou bien, s'ils persistent dans un refus offensant pour lui, qu'ils s'en aillent immédiatement de la ville, et en ce ~rnier cas Dieu ne répond de nen. Résultat: le 15 mai 576, Clermont comptait cinq cents nouveaux chrétiens tout frais émo!.l. lus de leur baptême. Quant aU! réfradaires, ils étaient partis t. Marseille où d'autres malheurs' les attendaj~nt. Il se trouva un poète courtisan pour metrre en vers les qualités apostoliques du petit Torquemada de l'Auverg-ne, dans une '.(. Ode au Grand Avitus ». Clair-obscur Nul n'ignore que Pierre l'Ermite prêcha la premicre Croisade à Clermont-Ferrand à la fin du XIe siècle. L'on sait moins de quels ' déchainements de,barbarie raciale les Croisés se rendirent parfois coupables. De celle époque, datent les p,-emières chroniques juives médiévales !fui nous éclairent assez bien sur ln vie de prusieurs communautés d'Europe. On a pu dire avec quelque raison qu'eltes constituent des martyrologes plutôt qtte des histoires. Significatif est l'humour (noir) d'un calembouriste juil du XII· siècle: il appela Clermont, d'où partit le mouvement qui fut la cause de tant d'obscurantisme antisémite, non pas « Clermont» - . Clair Mont - mais « Har Ophel » - Mont Obscur. Il reste que les Clermontois eux-mêmes savaient aussi appeler les choses par leur nom. Ce Mont auquel Clermont doit son nom précisément, ils le baptisèrent, au XIV· siècle, Mons Judaeus (Mont Juif) - expression savante que transforma en Monsjuzet dans la langue vulgaire. . Bien qu'il ne fût pas recouvert par ce qu'on pourrait appeler le par Joseph MILLNER' ghetto de la ville - la plupart des Juifs se trouvaient concentrés dans le quartier dit 'fontpafoë - le peuplement du Mons en qùestion justifiait l'adjectif Juda,eus. De l'Auvergne féodale à « Droit et Liberté » Selon certains historiens, il y aurait eu des Juifs dans piusieurs villes de l'Auvergne féo dale. Lesquelles? Il est difficile de répondre avec exactitud~. L'on sait seulement qu'ils durent verser un impôt global de 399 livres a la caisse royale en 1298 et l'on en conclut qu'ils étaient moins nombreux que les Juifs ,des pays de la Loire qui, dans la seule ville de Bourg-es, durent payer 1.416 livres. Les historiens font parfois de la comptabilité pour déterminer l'importàJ1ce numérique des populations. ~ recteur du territoire de Vichy. Avec quel zèle ce gredin, une fois en place, veilla à ne pas laisser les Juifs « souiller de leur présence " la Terre Sainte de l' « Etat Français JI! Inhumain Homo « Homo sum, et rien de ce qui est inhumain ne m'est étraager ". Telle aurait pu être la devise du Préfet d'Aurillac, Homo, une brute maurrassienne, aujourd'hui condamnée à mort · par contum::1ce. Il avait une façon toute personnelle d'appliquer les théories vichystes de la cc Famille ». Partout où il passait, il s'attirait des histoires plus scabreuses les unes que les autres. Si seulement ses ravages s'étaient limités aux alcôves ! Il devint un ennemi des enfants. L'O.S.E., chassée de Vichy, s'ét::1it installée à Montpellier. Prévenus par des amis de la Résistance du nouveau pé- ' l'il qui nous menaçait sur les bords de la Méditerranée, nous déménageâmes à Vic-sur-Cère, non loin d'Aurillac. A peine étions-nous arrivés que le sieur Homo nous chassait comme des chiens, avec une cruauté sadique. Parce qu'il savait que nous avions la charge de jeunes êtres innocents, il ne nous épargna aucune humiliation. A Vic-sur-Cère, M. l'abbé Glagsberg dirigeait à ce moment- là une maison , d'enfants cc chrétiens" - nous nous comprenons - qui put tenir grâce à des prodiges de prudence et de dévouement. Le groupe des éducatrices qui s'occupait deg petits camouflés comprenait Raissa Gorlin, orig-.inaire de Pétrog-rad, qui avait écrit une « Vie du Un drôle Pape Silvestre II ", orig-inaire d'Aurillac. Elle est morte cn déportation. C'est à Aurillac que fut arrêté Alexandre Voronoff, le frère du célebre docteur. Les « chirurgiel, ls Il d'Auschwitz l'ont tué. Les vingt-quatre d'Issoire Mais nombre de persécutés purent échapper à la mort avec l'aide admirable de la population auvergnate. Beaucoup, all~si, se joignirent, armes à la mam, aux patriotes. A Issoire, en 1943, les nazis rassemblèrent sur la place principale vingt-quatre patriotes arrêtés pour faits de résistance. Ces vingt-quatre reçurent l'ordré de se placer en deux colonnes par douze. Le dernier de chaque coloAne fut fusillé cc pour l'exemple» de- i. ,vant la population contrainte d'assister au tragique spectacle. La douzième du deuxième rang était une Juive, Mme Stern. Sa petite fille, Huguette, âgée de six ans, se trouvait dans « l'assistance ». La mère mourut devant son enfant. Puis les bourreaux firent entrer tous les cc spectateurs » , dans une petite église proche de la place et leur annoncèrent qu'ils allaient être déportés. Un gendarme français se glissa, de nuit, dans l'~glise-prison et kidnappa la petite HURuette qui fut ensuite cachée jusqu'~\ \" Libération par une libraire d'Issoire. Car pour une poignée d'Avitus, il y eut, en Auvergne comme à travers toute la France, d'innombrahles Gallus, anonymes et héroïques. de MAUCO Pour ,ce qui est de l'époque contemporaine, le roman d'Er!mond Cahen, Le Juif et l'Auvergnat (1932) - le même auteur a écrit un ouvrage, Juif? Non, Israélite 1 qui établit 'des distinctions que Maurras et Vallat n'auraient peut-être pas désavouées - n'apporte que très peu d'éléments à notre sujet. Au reste, les modernes juifs de l'Auvergne nous sont assez bien connus et beaucoup ne laissent pas d'être fort sympathiques. Au cours des dernières cl/-- • cades, Clermont compta une cinquan.taine de familles juives (pour la plupart de tradition sephardite). A Aurillac, entre lE"s deux guerres, il n'en exista, par contre, en tout et pour tout, qu'une seule; l"un de ses membres est aujourd'hui collaborateur de Droit et Liberté. L ES tortionnaires nazis, les hommes de la trahison vichyste, les maniaques du racisme antijuif, ont loujours eu la prétentio •• de donner à leurs crimes des justifications d'apparence « scieDtifique '. , Le commandant du camp de concentration de Drancy, l'un des plus ignobles assassins du gaDg 5.5 .. était eDtouré • d'experts raciaux '. Le plus connu de ces experts fut Georges MontaDdon, chargé d'examiner l'aDatomie des interné.. Dans la publication de langue française dénoJ1llnée L'Ethnie Française, revue tnensuelle de doctrine eth no-raciale et de vulgarisation sdentique, il s'appliquait à justifier le mot de Hitler sur la « France négroïde et enjuivée ». Dans ses livres, au cours de ses conférences, en fondant des « Instituts de raciologie • ou d:études des questions juives, çeorges Montandon et ses collaborateurs désignaient à l'eDnetni les catégories à exterminer par priorité telles que : Juifs, Bohémiens d 'origine, certaines catégories d'imtnigrés, par edension certains hommes du Midi de la France, etc .•. Beaucoup de malheureux furent renvoyés à SOD expertise: il en a fait l'objet d'un trafic déshonorant. La « Terre Sainte » de « l'Etat ' Français » La guerre transforma des Juifs en Auvergnants. Des antisémites aussi. C'est de Vichy (Philippeville) que P étain exerça ses pouvoirs de roi nègre contre les Français, _ En Hl39, au moment de la déclaration de guerre, l'auteur de ces lignes avait, pour le compte de l'O.S.E. et de l'O.R.T., loué un hôtel dans cette ville dont il était loin de se douter qu'elle allait devenir le siège d'un Commissariat a ux Affaires Juives. Trois jours plus tard, la voix mic!leusement haineu~ de Ferdonnet se faisait entendre ? Radio-Stuttgart : - Les Juifs se ménag-ent def,. planques à Vichy. Mais nous les prévenons! L'armée de Hitler les en délogera! Nous rtmes heaucoup. Mais c'est Ferdonnet qui avait raison. La cinq~ième colonne, encour:tgée par la politique des fossoyeurs, agissait à fond. Le sinistre Fourcade, obscur gratte-papier sous la Troisième République, sc préparait à prendl'e les hautes fonctioni de di- L'un des principaux assistanb de Georges Montandon, te sieur Georges Mauco, collahorateur de L' Ethnie Française .. a été nommé, immédiatement après la Libération et, probablement, en raison de son étrange compétence, secrétaire général du Haut Comité de la Famille et de la Population, rattaché à la Présidence du Gouvernement provisoire. Continant d'écrire des articles dans de notnbreuses revues, il reste toujours « l'expert eD matière d'ethnologie et d'immigration •. Comment s'étonner, qu'ayant conservé un tel « spécialiste ,. qui est envoyé :en qualité de délégué scientifique français à l'étraDger, qui corre.pond sur du papier à en-tête de la Présidence du Conseil, on Toit préconiser l'introduction massive en FraDce des Allemands pro-Dazis, expulsés de diver",s régions de fEurope centrale pour avoir pris les armes contre les pays où ils lont nés ? On annonce les réunions d'un Centre d'Etudes des Sciences de l'Homme pour l'année 1948, sous l'égide de la revue Psyché. Au cours de ces assemblées, Georges Mauco, iDtitulé directeuradj~ int du Centre psycho-pédagogique, va traiter la question de c !'-ducatio_ de la sensihilité chez l'enfant »! Georges Mauco, qui a des responsabilités écrasantes dans la déportation des enfanb juifs vers les camps de concentration, a dû étudier en effet de très près l'état de leur « sensibilité •• Il est urgent de savoir qui a permis à Mauco d'accéder, après la LibératioD, aux diverses fonctians qu'il occupe. Nous posons cette question à toutes les personnes compétel'tes et particulièrement à M. Joxe qui a assumé le secrétariat général à la Présidence du Couvernement et 'qui est actuellement directeur des Relations Culturenes. MaiDteDant que nous avons posé cette question pour Mauco, nous demandons à tous les patriotes et résistants de prendre comme pour bien d'autres déjà cités ou que nous dénoncerons, leurs responsabilités. Le. démocrates sont les plus forts. Joseph-André BASS. "\ ) 6 -----------------'--------------;,-----------------------~-~. ,'-;-'" tDROIT":['f LIBERTE Il * Terre perdue * Terre pro-mise' .* Terr e conquise ... 24 novembre 2009 à 10:43 (UTC)~~ ml nous n'étions pas ,nous"mêmes emportés - par le tourbillon des événements et engagés dans une lutte à outrance pour que les Juifs obtiennent enfiri la reconnaissance de leurs ' droits d'hommes . libres, il serait pa~sionnant d'étudier le destin de cette vieille terre de Palestine à travers les âges; il seraIt instructif, en ce' jour du I~ mai, de se rappeler toutes les pui~sances_ qu'elle ,VIt , surgJi: et ' dispa):'aître. ' ' La Palestine, be~c~à~ ,d~~rois ,rèligions.,. Terre , çonvoitée par tant , de, grandes puissances à travero; l'hIstOire et dont la légende est entourée d'une auf'éole f~mtastique .. -. Pays dévasté et abandonné, av~t de devenir pour certains u"n véritable " robinet » de pétrole et d'être transformé en, importante base .stratéglque sur la Méditerrarié~ ... A j'heure où la Palestine recouvre son indépendance, quel sera SOn nou- . veau destin ? Et le peuple juif, après avoir traversé les épreuves les plus dures sans disparaître, après avoir su\); l'assaut de toutes les forces de la réaction dans tous les systèmes sociaux', peuple forgé au sein des per utions et qui a connu toutes les épreuves que l'homme est ' susceptible de faire subir , ,à l'homme" Iuelle place saura-t-il prendre' parmi les peuples libres ? Saura-t-il profIter de son expérience, lier son sort à , celui des peuples, avides de progrès social ? Saura-toi! vivre en bonne "intelligence avec ses 'voisin;; , 'en dépit des ' « ha'mès' » savamment 'orchestrées par l'occupant étra~ger ? QÎl~j' exem'ple donMra:t-il au monde au moment où il récouv,re son indéperidancè ? ' Autant de q\lestlOns auxquelles nous sommes im. pUlssailts à répondre .. . autant de questions que nou.,' pouvons en tout cas éclairer par un rapIde rappel de l'hIstoire. '.

  • l, Sur ce lieu, il. décident

, de construire une ville ••• ••• Quarante an. plu~ tard. à U Connais-tu le pays où fleurit le citronnier ? " C'est la description que le poète donne de la Palestine. La Bible la qualifiait de « pays ruisselant de miel et de lait ». Mais, depuis de longs SIècles, c'étaIt une terre inculte et désolée ... La ' Palestine est une étroite bande de terre, limItée à"l'Est par le J curdain, à l'Oi.H':st p~r la Médlter4 'ranée,..au.Nor.d par -.}es,monts-du Ljban qui la sépa- . rent de la Syrie, au Sud par le Negev dont les- étendues désertiques la séparent de l'Egypte. Autrefois, ' la réglOn à PEst du . Jourdainétait comprise dans , l'ensemble . qu'il est .convenu d'appeler la"Palestine : malS l'Angleterre y a créé un Etat vassal, la Trans.- , jordanie. . La superficie du territOIre ' p'alestmien est de 26.000 Im12, et sa population est de 1.900_000 habitants : 1.200.000 Arabes et 700.000 Juifs_ 70 % des Arabes ct 60 % des Juifs sont des agriculteurs. Pour terminer cet aperçu géographique, rappelons que depuis trente ans, grâce à l'effort des pionniers juj'fs,)a Palestine a connu un 'essor étonnant: plu4 sieurs villcs ont été bâties, des industries créées ; la pOpulation a triplé tandis que la superficie des tares arables doublait.

  • Une histoire ciJ;lq fois

m, illénaire ' ,~l Y a 5 ·000 ans, la Palestme faisait partie. d'un pUIssant emplIe aux populations , divers~s; parnri elles, _ seuls les Hébreux croyaient en l'existence d'un dieu unique. ' Pendant mille ans, celte terre fut l'objet ' d'une lutte acharnée entre BabyloJ?e et l'Egn~te.: Ba.bylone l'emporta jusqu'eh 1950 avant l'ère chrétienne; puis, après l'apparition d'une troisième grande pui ssance, l'Assyrie, ce- fut au tour de l'Egypte d'affirmer sa domination pen4 dant 250 ans. Harcelés de toutes parts par Jes tribus voisines, devant faire face aussI à' la famlOe, les Hébreux, vers 1.500 av. J.C ., abandonnèrent la régIon du ' Neg~v qu'ils habitaient pour le pays du Nil où le gouvernement égyptien' leur offrait l'hospitalité. Ils continuèrent d'abord à s'occuper de leurs troupeaux ; niais bientôt, le ph.araon · Ramsès II ayant besoin de main-d'oeuvre pour bâTel- Aviv, l'Etat juif est proclamé. tir les édifices grandioses qu'il avaIt conçus, ils furent réduits en esclavage. Esclavage et libération Le travail forcé 'dans les briqueteries d'Egypte fut vite insupportable à 'ces hommes habitués à la liberté : profitant de la confusion qui régnait en Egyptp. à la sUIte d'une invasion du terri toire par les barbares, les J ui fs quittèrent le pays sous la conduite de leur chef Moïse. Bien que les textes JUIfs indiquent que cet exode eut lieu 3-000 ans plus tôt, on croit que sa aate ap4 proxlmative est 1.230 av. ].C. Le but que s'étaient aSSIgné les JUlfs était la terre habitée par leurs ancêlres ; mais, incapables de soutenir le combat contre les habitants de Chanaan, ils prirent le chemin du dé~ert afin de rejomdrf: des tribus allIées qui habitaient dans le Sud. Il fallait aussi laIsser le temps à une génération combattive de remplacer celle qui 'avait été esclave en 'Egypte. , ' Après avol_r passé quarante '}nnées dans le désert, ils traversèrent le Jourdain et prirent ,d'assaut-la ville temple et le peuple juif se dispersa pour fonder d~ communautés en exil.

  • De Cyrus. à Balfour

La :?~~se, ,DlUvelle. pUlssance su.rgle à l'Est, ayant rava,ge 1 empIre babylomen, les JUlfs furent autorisés par Je famelrx' édit de 'Cyrus', à retourner én Palestin~' et à reeonstniire -Jérusalem. Cyrus escomptait , ainsi l'aide des Juifs en cas de : conflit avec l'Egypte, - calcul analogùe ' à celui de Balfour, 2:400 ans plus tard, pour tenir en resp~ct les Arabes.:. La plupart des exilés préférèrent d'ailleurs demeurer en Babylon ie, car l'indépendance . ,était illusoire et le pays dévasté. Un seul convoi de 50.000 voyageurs prit le chemin du retour. Après l'invasion grecque et les ' persécutions qui l' accompagnèi- ent, ce fut au tour de Rome ,de dominer la Palestine: à partir de 65 av. J.e., les persécutions romaines réveillèrent le vieux rêve du messIe libérateur; dans cette atmosphère cl' oppression,' le peuple juif enfanta Jésus _de Nazareth... le christianisme , avait pris naissance. Mais la révolte contre l'oppresseur romain finit par écla- . ter:' elle' fut terrible. Rien qu'à J érusalem,un million d 'hommes trouvèrent la mort. Les survivants furent emmenés en captivité et la nation ' juive cessa d'exister au sens polio ' tique du terme. Ce fut la deuxième destruction du Terne pIe. les combattants d'aujourd'hui rêvent au travail paisible de d~main. DepUls 70 jusqu'à nos jours, la Palestine ne devait plus avoir d'histoire indépendante, et l'histoire des Juifs se réalisa en dehors de la Palestine. La conquê'te musulmane, de 634 à 1096, Y établit une popu' lation arabe. Puis, Jusqu'en de Jericho sous le commandement de Josué, le disciple de Moïse. , Alors, ..,'mlVre l'Epoque des Juges: pendJ.nt tX:OI'i siècles, les Juifs affrontèrelJt des adversaires farouches. Finalement, l'union des tribus hébraïques se forgea dans le combat, après que des dissenssions intestines aient à plusieurs repnses mis leurs troupes en fâcheuse posture face à leurs ennemis. , C'est ainsi que se fonda le Royaume d'Israël. Le premier juge investi du titre de roi fut Saül. MaIS ce fut son syccesseur, David qui, après toute une 1 série d'exploits militatres, réduisit définitivement ses ennemis à merci ct établit la puissance du Royaume d'Israël qui prit Jérusalem comme capitale. Après le règne pacifique, durant quarante années, 1 dc Salomon, fils de David, les dix tribus du Nord entrèrent en révolte contre la dynastIe de David : dès lors, il y eut deux royaumes qui s'épuisèrent en de.s luttes fratriCIdes. Le royaume du Nord ne dura que deux sIècles: défait par ses voisins, il vit sa population absorbée par les vamC}ueurs. Le royaume de Juda ne putya5 non plus conserver longtemps son indépenda~ et se vIt entraîné dans l'orbl1e des grandes pllissance~. Pendant longtemps, il dépendit de l'Assyrie, pUI~ de Babylone. Puis en 586 av_ le., Jérusalem succomba à un siège: ce fut la première destruction du 1517, les Croisades, qui amenèrent la dominatIon chrétienne fournirent l'occaSIOn, à travers tout le monde chréti;n, d'une persécutIOn antisémite systématique, dont l'~pulsion . des Juifs d'Espagne, en 14;92 , constitue l'épisode le ,plus dramatIque. Ce devaJt etre ensuite, de 1517 à 1917, 1~ dom,mahon d~s , Turcs Ottomans pendant quatre slecles: a travers 1 hIstone, la Palestine ne faisait que changer de maîtres. La pr.emière guerre mondIale atteIgnit la Pa leshne

en décembre 1917, les Anglais occupèrent J érusalem.

Désireuse de parer aux éventuelles aspnatlOns des Ar.p.bes à l'indépendance, la Grande-Bretagne applicJua' sa traditionnelle tactIque: dIviser pour régnerC'est dans cet esprit que Balfour fit la fameuse déc1aration .dans laquelle , 11 affirmait que" le gouvernement de Sa Majesté considère favorablement-l'étabJissement d'un foyer national pour le peuple JUIf en Palestme ». On salt la suite ... Pour l'Angleterré, tout cela n'étaIt que calculs et promesses vames : maIs J'Histoire en décide autrement 1 * Eveil national Il existe chez les Juifs une théorie, soutenue par de nombreux hIstoriens, selon laC}u elle Ils devraient s'enfermer dans un monde d'esprit particulier, maIs ne 1 PAR M. VILNER , jamais prét~ndre à l'indépendance politique. Pour ces apô~res, il y aurait eu catastrophe et danger de dlspantlOn chaque fms que qJlelque Jibené étaIt aC4 cordée aux Juifs; ils prêchaient le retour au ghetto. Les faits ont démontré leur erreur. DepUIS la révolution française, depuis que les JUIfs ont acquis le') , drOIts d'homme et de citoyen, un réveIl national se prépare. Avec ' l'appantion des premIères idées soClabstes, on . trouve de nombreux Juifs dans tous l~s c:llnbats qui opposent les forces de progrès à la reactlon_ ' La ,révolution SOCIaliste russe de '19 17 qUI, pour la premlere . fOlS, ltCjUlde. défmltlVement dans un pays l'oppressIon natIonale et l'antisémItisme - tandio; que l'Europe s'achemine vers' les massacres hitlériens - a de grandes répercussions sur le peuple opprimé. . Ainsi 'se forme en Palestine une nouvelle corn mu' nauté ' juive, forgée à la fois par le dur travail des pionniers qui fertilisent la roche 'et le sable, et pa; la lutte _commune contre le fascisme. , Les, souffrances. subie~, la mort de six millions des leurs éveille chez b • , eaucoup de ,nouvelles aspiratIOns nationales, rendues DÉMOGRAPHIE DU MOY EN - ORIENT Arabie Séoudite ••• Irak .....••• Yernen .•.••• Syrie .. ...... . . Transjo,rdanie. Palestine •... Superficie e-n km2 1.450.000 185.000 125.000 95.000 60.000 .sJ 26.300 Nombre d 'habitants 3.000.000 3.500.000 , 3.500.000 3.900.000 300.000 1.900.000 7 • j Un boulevard , de Tel-Aviv. . réalisables par la victoiré de la démocratie sur le , fascisme.

  • Le bon chemin

Conscients de ,leurs droits, conscIents de,l'existence dans le monde de forces sur l'appuide~q'llelles ils peuvent comptcr, les JUIfs ont entrepns ~e ombat pour devemr un peuple comme les autres, parmi le" autres. « Qui méprise le monde du travail méprise les peU4 pIes de couleur, méprise la fraternité humaine ». Cet- l te belle formule est d 'Yves Farge, dans son remarquable livre « La guerre d'Hitler continue ». Ajoutons- y: « ... méprise .les JUIfs et leur refuse à la fOIS l'indépendance et la sécurité ». '. :rrois ans ' après h~ troisième guerr~ m~ndiale, l'Etat JUIf va naître. Ce n'est , pas un cadeau de l'Angleterre, ce n'est pas l'accomplJssement de la pensée de Lord Balfour. C'est une réalIté qUI se forge dans 'le combat contre l'impénalisme anglo-américain, contre la politique du divide et zm·pera. Dans l'entente amIcale avec les Arabes, dans l'ai. de, même, qu'i]faudra leur accorder pour qu'ils forment, eux aUSSI, leur Etat mdépendant, se trouve la clef dt: l'avenir de l'Etat Juif. i.'As"emblé; de l'O_N.U. du 29 novembre 1947 qui décide deux Etats indépendants en Palestine : L'Etat Juif et l'Etat Arabe. • DROIT ET USERTE .15 mal 1948. - Ne 6-74 1 A LA mEMOIRE DE 1 ABRAHAM Victor ScLoelcLer IFURTADO LE souvenir de Victor Schoelcher a été célébré recemment à la Sorbonne, en même temps que le centenaire de l'abolition de l'esclavage, le 27 avril 1848, en présence du président de l'Union Française, des présidents des assemblées et de nombreuses personnalités. C'est sur place, aux ~nti1les mêmes, puis au Sénégal, que Schoelcher a étudié i'e tragique problème Il n'en est revenu, en 1848, que pour travaii:1er à préparer les lois qui mettaient fin à la honteuse exploitation. Le 27 avril 1848; le Gouvernement Provisoire de la ~épublique , Française déclarait l'esclavage aboli , cc et du même coup la Deuxième Républitl. ue s'inscrivait dans la grande /{radition de la Première ", rappelle M. Edouard Deprellx, ministre de l'Education Nationale. M. Léopold Sedar Senghor, député du Sénégal, cite Lamartine « Trois jours après la Révolution de février, écrit-il, je signais la liberté des noirs, l'abolition de l'esclavage, .:t je ne le regretterai pas ». Après avoir exalté l'inébranlable volonté d'indépen.aance qui animait les noirs, M. Senghor souligne que les hommes de couleur ont, dans i'a résistance comme dans les ./' fangs des F.F.L., ' mêlé leur sang rouge au sang rouge de leurs frères blancs. . « Sait-on que la loi du 27 avril 1848 passa presque inaperçue en France ? demande ensuite M. Aimé CésaiJ"e. député des Antilles. C'est l-e 7 mai seulement que le « National » en parle, et en quels termes 1 « Les nouvelles mesures administratives coûtent cher au Trésor Public ... On dirait une machine à vapeur lâchant toutes ses soupapes au terme de la course. » « En plein XIX· siècle... là-bas, aux Antilles, des enfants sont mutilés, vendus, pendus, marqués au fer rouge parce qu'ils sont nègres : teis sont les fai,ts que je veux verser simplement au dossier de la bourgeoisie 1 « Il aura fallu la volonté de tout un peupl.e et celle inflexible d'un grand politique pour arracher cette conquête. Ce peuple, c'est celui qui combat/it sur les barricades, le généreux peuple de Paris. " Et M. Césaire ajoute : « Le racisme n'est pas mort, il attend son heure, guettant la lassitude des peuples ; le problème colonial est posé, attendant d'être éésolu. Il faut donner la primauté à l'homme indigène. Il faut lui donner une valeur plus éminente qu'à la canne à sucre, .au café ou au cacao. Il M. Gaston Monnerville, Président du Conseil de la Répubi'ique, exalte à son tour les deux conquêtes essentielles de la Révolution de 1848 : le suffrage uni.versel et l'abolition de l'esdavage . « Homme de raison, observateur averti, Schoelcher en fut le représentant- type et pour nous, fils d'outre mer, son nom ne cessera ;amais de briller. li . Aujourd 'hui, conclut M. Monnerville, il ne suffit pas de rappeler sa mémoire et son oeuvre : il faUS savoir la parachever, « C r d'autres formes de servitude sont nées aujourd'hui. Il Tout est pOSSible à celui qui refuse i'a serv~tude. C'est la leçon de Victor Schoelcher. CHATEM. président du Sanhédrin napoléonien • , semble avoir prevu les trusts par Pascal THEMANL YS IlIllllIlIlIIlIllllllIlIlllllllllllIlllIlllIlIllllllllllllIllllllIllUlIl1I1111111 L l:S parents d'Abraham Furtado étaient, à lisbonne, de' ces marannes influe.nts qui, pratiquant apparemment la religion officielle, demeuraient juifs dans leur coeur. Le séisme évoqué par Voltaire ayant bouleversé Lisbonne, Elie et Anna Furtado partirent pour Londres où naquit Abraham, en 1755. Une lettre de celui-ci raconte comment il avait été sauvé du tremblement de terre, alors que sa mère, Enceinte de trois mois, avait été ensevelie plusieurs heures sous les décombres. Après sa naissance, sa famille se fixa près de Bordeaux, où il devait épouser à l'âge de 18 ans, une rescapée de la catastrophe de Lisbonne. Fin et cultivé, il vient à Paris où il es t reçu dans les sa lon s. Chez Mme Helvéti us, il fait la connaissance de Benjamin Constant et de Mme de Staël. Admiratenr de Montesquieu et de la monarchie constitutionnelle, ami des Girondins, il est recherché so us la Terreur, et doit se cacher pour sauver sa vie. NOTABLE N' 1 Après Thermidor, le Directoire, le Consulat, c'est l'Empire. En 1806, Napoléon réunit l 'Assemblée des Notables Juifs, à laquelle Abraham Furtado est envoyé comme représentan ts des Juifs de Bordeaux. Il en est élu président. Son éloquence, son tact, devaient y jouer un rôle considérable. Par sa situation, il est con~raint de travailler a~sidûment aVEC les hommes de confiance de l'Emperellr : Pasquier, Mathieu Molé, etc ... Cependant toute sa pensée est hostile au régime et aux violences dé' l'Empire. 1 • Lorsque Napoléon décide de refuser provisoirement aux Juifs d'Alsace et de Lorraine, les droits qu'il accordait à ceux d'origine portugaise, Furtado, au lieu de se contenter des avantages donnés à ceux de son milieu, prend ardemment la défense de ses coreligionnaires de l ' Est. Ce trait montre d'autant mieux la générosité de son caractère et la profondeur de ses vues qu'il diffèTe d'eux profondément par sa culture exclusivement grécolatine et son haut degré d'assimilation. Il va jusqu'à Tilsitt en diligence pour solliciter une entrevue de l'EmpereUl en faveur des Juifs de l'Est. La Restauration succède à l'Empire. Le conservateur qu'est Furtado se trouve plus à l'aise sous ce régime. Il est nommé adjoint au maire de Bordeaux (une rue de la ville porte son nom) et décoré de l'Ordre du Lys. UN DEMOCRATE BOURGEOIS Abraham Furtado nous a laissé un grand ouvrage in éd it consacré à l'étude des Révolutions et des dissensions civiles. Si ces pages, d'un style puissant et d'une documentation étendue, se ressentent des préjugés du temps, certaines réflexions; cependant, sont très proches de la science sociale moderne et des idées démocratiques : « Plus la propriété se concentre, et plus la liberté publique diminue. La richesse se précipite avec la rapidité d'un torrerit vers un point du corps politique, laissant pour ainsi dire à sec la majeure partie de la nation. » li L'auteur nous montre une oligarchie devenue virtuellement maîtresse du pouvoir. Pour s'y maintenir, contre le peuple, elle fait appel à un dictateur

« La liberté avait fait place à la licence qui

-n'a été que le chemin de la servitude. » Devant les méfaits de la tyrannie, « le Contrat Social est rompu ". Et l'éminent conservateur se rallie: à la volonté d'émancipation populaire. Le portrait qu'il trace de Napoléon est d'une sévérité qui pourrait s'appliquer à toutes les aveutures fascistes. LE des Papa KORCZAI( GRAND gosses AMI de Pologne J'AI bien connu le docteur Janusz Korczak et ~e n'o~blier.ai pas ses yeux bleu clair, tou- Jours etonnes. . Toute sa vie se passait dans l'orphelinat juif qu'il avait fondé, rue Krochmalna, à Varsovie, et où mon père m'emmenait souvent. J anusz Korczak a passé sa vie parmi les enfants, « ses enfants ~. ... Il n'avait pas de vie personnelle séparée: sa vie se déroulait entre le dortolr et le réfectoire, la classe et le potager, le journal mural et le foyer de l'orphelinat. Et comme les petits, il trouvait un puissant intérèt aux innombrables petites choses que les gr,andes personnes dédaignent ordinairement. TINTIN 1er AU PILON La nuit, Janusz Korczak écrivait. Il écrivait pour «ses enfants ') et pour tous les enfants de Pologne des livres magmfiques et enchanteurs, des livres sur les gosses, pour les gosses. « Les Mojsie Joskie SruJe » et « Les Jozki Jaski Franki lt décrile rêve du Dr Korc:uk de"ient aujourd'hui une no .. "elle réalité. Dans la forêt de pins de Srodborow, il 30 km. de Varsovie, il y a .. Ile maison blanche où les chambres sont claires, la noumtu,. bine et abondante, l'atmosphère joyeuse. Des soins dévoués y sont pro .... ués au" petits orphelins juifs par ceux et celles qui suivent 1. "oie t,acée pu le grand a.i des cosses. vent, l'un une coloIiie ' de vacances pour enfants juifs, l'au. tre une colonie pour enfants chrétiens. L'âme des gosses n'avait pas de secrets pour lui. n savait saisir au vol et transcrire vivants sur le papier les propos des petits Moïse et des petits Joseph qui jouaient à la marelle, hiver comme été, dans les cours fétides des sombres immeubles, dans les ruelles de la ville juive ou dans les faubourgs ouvriers. Avec quel élan il offrait à l'enfant- lecteur la vie merveilleuse, si simple fût-elle, des autres enfants ! « Le roi Tintin Io' a été écnt pour les petits ... et prohibé par les maitres d'école. C'est un Ilvre révolutionnaire pour les enfants

un petit roi, sage de sa

jeunesse, de sa naïveté, de la bonté de son coeur, est entravé dans ses élans par les vieux conseillers mesquins. Livre merveilleux, qui démontre, noir sur blanc, que la raison reste avec l'innocence. DES JOURNALISTES DE HUIT ANS C'est Korczak encore qUl a fondé le supplément du ven. dredi au · quotidien juif de langue polonaise .« Nasz Przeglad :t (Notre. Revue). Ce supplément de quatre pages, « La Petite Revue , était entièrement rédigé par des gos- . ses de huit ans. Tout « auteur ayant publié dix articles dans le journal avait droit à une carte de presse, la carte de « La Petite Revue . A ce journal, pas de panier à f)apler pour y jeter les articles .: tout était pubhé. Les histoires les plus naïves, oeuvres de jeunes essayistes de huit ans, y ont paru. Règle impérieuse : les articles devaient être signés du prénom seulement, avec mention faite de la rue où habitait l'auteur, et de son âge. Je me souviens d'une visite que le docteur Korczak rendit à mon père un jour de 1930. Alors interne .à Lakanal, à Paris, j'étais à ce moment en vacances à la maison. « Comme Il a de la chance, dit-il à mon père, de poUVOir aller en France. Je voudrais bien y envoyer quelques-uns de mes enfants c'est un si noble pays! » n m'avait posé d'innombrables questions sur ma vie. au lyc~, mes camarades, et lorsque je lui avais dit qu'il y avait parmi eux des Angla.J.s, des Mexicains, des PerSE."s, des Chinois, bien d'autres encore, il s'était comme illuminé intérieurement. n m'avait fait promettre de lUi écrire un article POUT la « Petite Revue l. J'en at écnt un où j'évoquais Tabib de Téhéran, et Molko de Stamboul, et Moncada de Rio, et. le petit Moreau, de Bourg-la-Reme. ILS CHANTAIENT Les années passaient sur la vie paisible de la maison de la rue Krochmalna. Les ainés s'en allaient joyeusement vers la vie qui s'ouvrait, et de nouveaux petits orphelinS prenaient leur place en classe, au potager au réfectOire ou au foyer. ' Vint la guerre, cette guerre effroyable faite aux enfants aussi : une lointaine ChancellerIe de la Wilhelmstrasse leur avait refusé le droit de grandii". Il Y eut d'abord les difficultés de ravitaillement. Puis il fallut quitter la maison de la rue Krochmalna, qui n'avait pas été englobée dans l'enceinte du ghetto. Janusz Korczak fit tout pour épargner aux enfants la notion de la déchéance humaine, l'avilissement qu'on voulait leur imposer. Puis, un jour d'avril 1942, l'ordre vint de sortir, de prendre le chemin de la mort. Korczak, adulte robuste, aurait pu rester, s'échapper ... n a mis « ses enfants » en rangs, deux par deux, et, prenant la main du plus petit, il a marché à la tête de la double file, comme pour les conduire à une sortie en banlieue. Il ne leur- avait pas dit où ils allaient. Mais on parlait de la. mort dans le ghetto comme on parle ailleurs du pain quotidien.. Pourtant, ils chantaient. Les témoins vous le diront. Des chansons tristes, mais ils chantaient. R. P.' Aux habitants juifs du XV· arrondissement Le Comité de-Ia Haganah du XV, arrondissement tient des permanences aux adresses suivantes : - M. Albert Dute, 19, rue de Lourmel (Ségur 91-55), de 10 heures à 1.9 heures. - M. Grynsztein, 108, rue des Entrepreneurs. - M. Mizrachi, 309, rue de Vauglrarà. Aux mêmes adresses, on délivre des invltatioog pour le Meeting du Vél' d'Hiv' le- 18 Mai. - 115 Mai 19-46. OROtT ET LIBERTE 9 lamento n'est pas un C'est arrivé demain .•• remède eont.·e le pogrome Un nouveau chef-d'oeuvre lE VOISIN DE PAliER Le L'ACTION du roman de M. . Serge Groussard, « Pogrom », se déroule en l 'espace d'une m1lt, du crépuscule à l'aube. J'.lie a pour cadre une maison du mellah (quartier juif) d 'ull . port de Tripolitaine, la maison des N ata f , peti ts commerçants juifs. . Sur la ville, sur le mellah, sur la maison Nataf s'abat l'horreur du pogrom, soigneusement préparé et orchestré par un émissaire des féodaux de la Ligue Arabe. A travers le quarti~r juif déferlent de.;; bandes de Musulmans de toute origine, animés de plus de cupidité que de haine et entraînés par des agita teurs habiles. Les scènes de pillage, de meurtre, de torture et de viol se déroulent sous la surveillance impassible de la police et de l'armée anglaises: elles n'lnterviendront pas, assassin~ et victimes le savent. L 'auteur, impitoyable, ne nous fait pas grâce d'une larme, d'une goutte de sueur ou de san/!;. Son réalisme forcené ne recule devant aucune description et rehausse l'horreur par le contraste ùn fa· milier. Il nous distille savamment, comme à plaisir, le calvaIre de la famille Nataf. A plusieurs reprises, il pro. fesse sa sympathie pour . les victimes et pour tout le peuple d ' Israël. Il voudrait . faire de ce livre un témoigmlge du martyre des Juifs à travers les âges. Mais cette sympathie, pour vive qu 'ell e paraisse, ' n'est pas de nature à nous satisfaire. On pourrait en dire que c'est une Le peintTe H-en4!y Weing1uck, .ont _us reproduisons cette .CJeu\' le, est né en 1902 ~ Zawierce, en Pologne. Apr« avoir débuté en 1918 ia Cracovie, il travailla ~ Copenhague, puis ~ Berlin, où, admis à l'Académie des BeauxArts, il rest.a jusqu'en 1933. Tratlué par les naxis, il se réfugia à Paris : chaque année, il exposa au Saron d'Automne. Dans se~ tOIles, il joint une grande vigueur technique à une exécution où l'on devine l'action des meilleurs maîtres. Ses thèmes d'inspiration sont des plus divers : les paysages de Pologne, la place de la Concorde, la Bastille, la Seine, les sites grandioses des Alpes, CErtains types folkforiques du Maroc, des sujets juifs, des rabbins et surtout, depuis la guerre, des déportés. Weingluck a lui-même passé trois ans dans les camps de la mort. sympathie raciste : en de nombreux passages, il revient sur les caractères indélébiles qui marquent, selon lui, les Juifs au physiqùe et au spirituel. Il respecte en eux le t( peuple élu .. , le peu- OU voudrait-il nous faire croire à la .fatalité, à l'inéluctabilité des pogroms, à la guerre sainte; à la haine raciale, à l'impossibilité d'une entente entre Juifs et Musulmans? Si tel est son propos, nous ne 'marchons pas. DE TARZAN par Bernard KAHN pIe souffrant et persécuté, le peu- . pIe toujours blessé et toujours vivant et autres clichés douteux. Et il leur dénie la possibilité de se fond re parmi l 'humanité, de s'adapter, d 'être un peuple comme les autres parmi lès autres. Son roman, plein d'observations précises ·et de notations justes, s'il est un bon reportage, a tort de vouloir ê1Jre autre chose. Il voudrait être un témoignage : ce n'est qu'un lamento. L E Régina-PllZace tient en ce momenl un s'Hcès qlli promet . beancou p a 'lec C( Le Voisin de Palier de Tarzan ». Après " Tarzan et sa compagnoe ", « Le Fils dt, Tan'an », " . Le C OUSÙl de Tarzan " et " La M arraine de Tarzan », ce tilm nous apporte U?ll' nou7Jelle pre live de la fécondité imagillali7!e de ses producteurs. Ce faisant, il leur dénie aussi l 'espoir. C'est un leitmotiv de l'oeuvre de M. Serge Groussard. Il évoque l 'espér:fnce, éternellement vivante au coeur des Juifs, comme ~eur plus grand ennemi : « l'espoir incorrigible des enfants d'Israël • dit-il. Il nous montre ses héros (ou ses victimes ?) perdus pour avoir osé espérer trop longtemps. Est-ce pour corriger les Juifs de l'espoir que M. Groussard a écrit ce livre plein de bonnes intentions ? Fi\1alement, M. Groussard est un « humaniste » du type élégiaque. En l'Homme, seul semble l'intéresser l'individu faible et souffrant en proie à je ne sais quel aveugle destin. Oui, la haine, la misère, le malheur existent, existent terriblement. IVr ais il faut voir aussi tous ceux qui, innombrables, Juifs ou Arabes, Grecs ou Anglais, en Afrique du Nord ou en Palestine, partout, préparent ensemble des lende_ mains qui chantent. Il nous montrl' aussi le seus de l' économie dont s'insPire l 'il/dl/strie cinhnatographique d'OutreAtlontique.' m émt,'s dé::ors aux lialles éternellement sou pIes, al/x fleurs toujours épanolfies dO'lIs leur troPicale sPlendeur. A peil1e si l 'on découvrl' quelques accrocs à la toile de tond, quelques fissures au Plafond de l 'agrestl' logis. !' ai cru reconnaître aus·si, _ et avec q1lel plaisir! _ des scèIles entières tirées des films précédents. . Voici d,l's conceptions économiques dout feraient bien de s'insPirer nos propres prodllcteurs. Grâce à eux, un jour, un livre portant l'affreux nom de pogrome sera inconcevabl~, parce qu'il n'y aur~ plus de pogrome. L'ùltrigue, comme toujours, est simPle ot prenante, et d 'urie ch.ar- CHRONIQUE DES FILMS par Félix FEDRIGO CHASSE TRAGIQUE La solitude · est un crime. Le repos, la. mort. La collectivité permet de surmonter les difficultés de chacun, de dompter la nature. « Chasse tragique .;. est plus qu'un film . C'est l'exaltation de l 'homme en lutte. Gws plan d'UQ baiser: Puis, deux amoureux dans une camionnette. Puis, un petit village de Romagne : des terres minées, le mOllde paysan avec son dur labeur. C'e"t du particulier au général que travaille Giuseppe De Santis, jeune réalisateur, à peine âgé de trente ans. Il s'affirme, avec « Chasse .tragique », comme l'une des plus fortes personnalités du cinéma . Giuseppe De Santis se destinait aux lettres. D'heureuses rencontres le firent bifurquer vers le septième art. Ta'1t mieux. Pour flOUS et pour l'art. Un journal du soir av.ait publié en gros caractères qu'une bande de gangsters avait attaqué une camionnette et dérobé Ulle importante somme d'argent destinée aux Coopératives. vinicoles (qui ont vu le jour après l:J libération .de l'Italie). Giuseppe De Santis s'empare du fait divers et réalise « Chasse tragique ». . Nous aurions pu croire, au départ, qu'il s'agissait d'un 1ïlm banal 0\1. finalement, les méchants gangsters sont pris et les honnêtes gens ~atisfaits. Non. Ce thème ordinaire permet à notre jeune m('tteur en seène de montrer des réalités profondément humaines : l'après-guerre, la lultp. de milliers et milliers de paysans, rassemblés devant les dilficultes communes, le démina.ge des t~rres, leur fertilisation, la farouche volonté de vIvre. Certains esthètes ou amateurs-de-pellicule-soi_ gnée reprocheront à De Santis l'intrigue policière du film et tout ce qu'un canevas de ce genre peut comporter de gros effets et. de facilité. Mais nous pensons qu'il ne faut pas seulement « écrire pour les masses » , qu'il faut aussi les atteindre. U,.ne oeuvre par trop sérieuse et ardue risque de ne sati sfaire que quelques initiés, ou une faible partie des specta teurs. C'est pourquoi de Santis a fort bien (ait d'utiliser certaines vieilles recettes. Il ne travaÎlle pa" à « Samt:di· Soir ». Une seule de ses recettes en vaut cent d 'Hollywood. Il touche ain si le grand public et l'intéresse aux problèmes qui sont les siens. en France et ailleurs, ont droit à notre admira_ lion : malgré les difficultés que rencontrent de telles productions, ils donnent aux metteurs en scène la possibili.té de s'exprimer Iibrèment et sainement ! Cela mérite vraiment d'être souligné . Vous n'oublierez ni les. scènes terribles de l'ambulance, ni les p~lysans armes luttant pour le fruit de leur travail. Vous n'oublierez pas les .wagons à be~tiaux où des margoulins du marché noir CQtoient des ex-prisonniers de guerre réclamant du pain. " Chasse tragique» est une grande tres- ' que populaire où la vie s'affirme · contre les canailles. L'ET ANG TRAGIQUE Hollywood est une sorte de machine à réduire les cerveaux. Beaucoup n 'y résistent pas. Jean F-enoir, vieilli sans doute, lui-même y a cédé. « L'Etang tragique» n'excuse pas son médiocre c( Vivre libre », sorti des mêmes studios et qui nous fait assez mal au coeur. Une fois de plus, « la belle cité américaine du 'Cinéma » detruit un ·des tempéraments les plus riches que nous ayons connus. Qu'est-ce qu' « ils» ont fait du gradlo Renoir ? « L'Etang tragique .» ·est un· film. en série. Ce marécage insolite de Georg-ie, ces serpents, ces crocodiles, toute cette atmosphère de jungle tendue, malgré un jeu a..;seZ sobre de la caniéra et Ufle bonne photognlphie·, ·ne réussiront pas à nouS faire dire que le pavé parisien, les taudis de Marseille, le populaire typiquement . français, l'espoir et la lutte des hommes ne valent pas les longue3 jambes des girls d' Holly\.vood, les gratteciel, les ' bars, les lames de rasoir et les frigidaires de la grande démocratie américaine. Nous voulons enco're des « Grande Illusion », des « Crime de M, Lang », des « Marseillaise ». Nous réclamons donc l$: retour de Jean Renoir et intentons un procès à Hollywood, pour détournement de majeur 1 ... Abonnez-vous a u DROIT ET LIBERTÉ " 14, rue de Paradis c. c. P. Paris 6070-98 Les critiques de cinéma parlent rarement des producteurs. Or, c'est à eux que nous devons, dans une certaine mesure, les moyens financiers qui permettent de réaliser un film. Si certains d'entre eux ne sont que de vulgaires commerçants, il en est tout de même, Dieu merci' qui pensent commerce et art en même temps. Le pr()- 1 ~ ducteur cle.« Chasse tragique» et quelques autres, \".. _- _"..._ ___- _-__. .... "... __- ._. ~ mante origi1lalité. Proj itallt d'ulIe ahs-ellcl de Tarzan, 1/1/ ' In'IOJl P'l?' achtite dans la brousse de SOn domaille lin agellt dr·uMe déguisé tn chimpanzé qui a p ~,id.emlllent de fort noirs dessei.ns. Il arrive à se glisSl'r dans la tribu de singes amis de Tarzan, g?·âct: à une parfaite cOllllaissalice de l.eur langue et de leurs moeurs. En même temps, il fail allitmce avec 1.1;;';' tribu 7Joisille de nègres très mé. ,:hallts et très idolâtres. Olt, c' eJt UIl monsieur qui ne perd pas SQit temps. Il distribue des ph'rres et des noix de coco aux illdigènes des chèques et des carabiues Ret'ni!lL. ton · allx cltimpa?lzh (à moiliS 'lU l' ce /te soit le cOlltraire, ie ne suis Plus très sûre de ce détail) pour parür attaqller la cité des éléPhants, amis de Tarzan. Là évidemment, il y a de la casse. Ça 7)a très mal et des scènes d'im dynamisme intense se déroulultt sur l' écran L'on tremhle à Plus d'I/lle occa.' ioll de'vant Iles tabl eaux saisissallts de réalisme. Il! ais Iteurellseme?ll ~râce à Tarzan et à son fi ls.' qlti ùltervÎen_ neut à ü?nps, le bon droit va triomPher, comme toujours. AP'.ès de Inllltiples PériPéties, que Je ne veux pas VOliS raconter en détail, le fauteur tie trouble'S l'St renv oyé à d'alttres OCcupatiOItS, et le coiu de brollsse africaine qui cOl/stitue le domaine de ~arzan reprell.d .. w7'ie idyllique, à l abrz de la C1VtltSaÜoll. Erl sOrtant du Régina-Palace, je me sllis sur prise à gazouiller en langagl' clt im pauzt!, à eùalader les réverbères 1/lUllicipaux et à sauter de balcolt en balcon en m'aidallt. pour ce faire des cordons de tirag e d "!s rid;aux. Ces ?/t'ts symptômes de retour à l'i~l- 110cence I/atl/relle jn-oltvent, à mon aHS, la b.élléfique intl7lence de ce film. Il tallt dO/111er le prix Montyoll là .ses prodllcteurs, et je vous COI/ seiLLe d' eu7·oJ!er vos entants faire à ce spectacle une cure de simPlicité. Hélène SAX. f:adlez ce sein que ne salIrais vOir ..• OUi, mais que de cuisses et de cloch~s ! Voici l'-es_ntiel du Code .le production de la Motion Picture Associatmn L'usa~e des armes à leu doit être rest_int au strict minimum. L'adultère, aouv.ent niceu8.ire à l'intrigue, ne doit jamais être traité d'une manière explicite, ni justifié .ou pré5elté d'une façon attrayante. La tr.aite .d_ femmes ne doit pa. être un su;"t d.. film. L;vecation de rapporta sexuel. entre blanca et noir. est interdite. Les organes sexuels .le. enfants ne · doivent jamais être représentés. La présentation des chambres à coucher doit se faire selon les règles du bon goû et d .. la .dé' licatesse. . Les scènes de déshabillage doivent être évitées, sauf .i elle. sont indispensables à J'action_ Pendaisons, électrocutions et toutes images d'exécution sont à éviter. La Motion Picture Association vous recommande, parmi les meiJieurs films qui se soient inspirés de ces pieux principes : « Les Tueurs D, q; Dillinger D, 1 Gilda " etc ... Au cas oÙ votre âme aurait besoin d'être profondément régénérée, voyez « La Vallée du Jugement ", « Les Cloches de Sainte-Marie » ou « MarclulDds d'Esclaves ... '10 La ' campagne de lancement de "DROIT & LIBERTÉ" Plus .de 2.000 nouveaux abonnés En avant pour les 3.000 à la fin du nlols de ju,n Section S' ... : ............ .. Rais& •.•.•••••••••..•••••••• 1. K .............. :.; •• •••••• . tlass •....•• ~ •• "" •. "'" .". ". "", Individuel'" ••••.•.••• : ... ~ ••.•• Nancy .............. ; ...... .. Toulouse ................. .. Grohar ................... .. Drancy ..••..•...•••......•• LISTE NG 4 1 l! arr, ' ..•..•••••••.••••••• ) 5 Strasbourg •• '.' ••••••••.••• ", 6 Lyon . ...................... . 3 15' arr. . •••••••••••••.••••••. 185 Montreuil.: ••••• ;.' •••••••••• : 1 3' . arr .••••..•••••• ; .••••••• 1 Lens ...... ............... · ••••• î . 3 Lille •. . .... ' •••••••.•••• ••••• 6 11" arr . .••....••••.•••••• ; .. 4 2 5 4 1 2 ' 8 3 1 Lentchner ..... : .. : : ...• •.••• ~antor (Aix-les-Bains) •.•.• Cadets (rue Royale) ........ . 14 10 i Liste précédente nG 3 1 270 1.736 18" arr ••••••••••.• : ..•••••• arr. arr . . "' ................. . 1 . 2.006 Quelques lettres de ,lecteurs· Mons,ieur, Je vous mtVoie une p'etite somme de 100 francs, pour nOs /~/ petits soldats JUifs vaillants et sans peur qui combattent en Palestine pour l'avenir. C'est de tout mon coeur de petite fUle jUive de neuf ans que je pense à e1.{x. Ma pauvre manwn, qui a été déportée par ta méchanceté des, Allemands, je ne l'ai jamais plus revue. Je fais le serment qu'e j'aiderai de toute8 mes petites j ëcorwmies et de tout mon coeur. Je vous enverrai chaque . mois une petite somme, Je vous embrasse et j'embrasse tous nos soldats de tout mon éoeur. JacqueliJle GRUBER, 144, tue Diderot, Vincennes (Seine). Ci-joint 200 francs, abonnement de 6 mois. pour votre intéressant journal. Je vous transmets cinq adresses de personnes à qui vous enverrez des spéCimens de votré journal. . : LÉvy (Strasbourg) . Nous. volis adre!Ssons la somm'e de 200 francs pour un abonnement de. 6 ' mois à.« Dro,it et Liberté» que nous lisons avec pla,isir et entière satisfaction. DELAPORTE (PariS-4") , Je viens de .lire « Droit et Liberté ». Je trouve que c'esrt un journal magnifique, Il r épond à toutes les questions des Juifs ' et on peut l'appeler l'avant-garde des Juifs, ,P. TCHALE (Paris-13e). Veuillez trouver ci-joint un chéque de 200 francs pour abonnement de 6 mois à «Droit et Liberté ». Merci de m'avoir adressé trOis numéros de votre intéressante et courageuse publication. Dr WOL.FSOHN. Je vous fais part du décès de mon mari M. Joseph Lévy. Dans son souvenir, je renouvelle l'abonnement à « Droit et Liberté» po·ur six moiS, désiramt soutenir votrE belle cause. R. LÉVY {Neuilly-sur-Seine ). Votre journal est t1tès bien et nous f aisons de notre mieux pour le diffuser parmi MS amis. DIAMANT, Haute Couture (Paris). REFERENDUM A NOS LECTEURS « DROIT. ET LIBERTE », ENCOURAGE PAR LE GRAND SUCCES DE SA CAMPAGNE DE LANCEMENT, ORGANISE UN REFERENDUM. POUR ETABLIR UNE MEILLEURE LIAISON . AVEC VOUS, POUR AGIR TOUJOURS DA V ANTAGE SELON VOS VOEUX, AMIS LECTEURS, NOUS VOUS DEMANDONS DE REPONDRE AUX QUESTIONS stnv ANTES : .'- ' 1. Quelles sont les rubriques que VOUIS voud·riez voir développer dat:ts « Droit et Liberté ~ ? ... .. ...... . Z. Quels sont les reportages, enquêtes ou articles que vous appréciez le plus ? .. .. ....... .. : . ..... -.... ',' 3. Etes-vous disposé à adhérer à un Cercle d'Amis de « Droit et Liberté» ? . ...... ...... . ... . '. ~ .... ' ... . 4. Critiques, ' ~emarques et suggestions . diverses ... . 5. Voulez-voits faire de. la publicité dans « Droit et . Liberté ,» '1 (J,oiDdre l'annonce) .. .. ',: . . .. . ... ... . Envoyez ce questionnaire, une fois rempli, à « Droit et Liberté », 14, rue de Paradis, Paris (loe). ' . DROIT ET LIBERTE ,15 mai 1948. :...- NG 6-14 !-e~ ~ a1!-p'iO-Cl'lent ::;"1 .................. ~-wt ~ ...,..-saw;.* Des milliers d'enfants PARTIRONT GRACE Il A VOUS ' Tarnos recevra, ceUe année, de nombreux petits garçons et filles de 5 à 8 ans, dans une belle maison de deux étages, située au milieu des pins, près de la mer. La Commission centrale de l'Enfance a tout mis en oeU2 vre pour transformer la maison, y installer tout le conbrt, afin d'assurer à nos petits le meilleur séjour possible. EUe travaille fébrilement et reçoit j,ournellement les inscriptions des sections, qui prendront fiQ le 15 mai. Nos petits du « Plateau », au Raincy, préparent déjà leurs t oilettes d'été et Renée, la « grande coquette» de 5 ans, nous il montré fièrement la nouvelle robe que lui a offerte sa marraine. Quant à Pierrot, il ne veut plus quitter son maillot de bain et il il fallu toute la persuation de « Ma· man Hélène » pour lui faire adopter une autte tenue. Bjen~ôt, nous VOltS donnerons des nouvelles d' Hossegor et d~ Mont·sous,Vaudray. . iLIANE. -·1 Le million est dépassé NOS ').M IS A L'OEUVRE ••• · .... pour assurer d'h.eureuses Va~ canees aux 2.500 ,enfants qui parM tiront cet été par les soins de ,la. Commission. Centrale de . l'EnM l'ance. . LISTE N' 4 13" Arr. (co llecte fiançaille~, 1.000; 3 Arr. (collecte M. Liberman) 1.000 ; Mme H,oscrigartén 13e Arr. (don) 500 ; fi Amis de la Press'e Nouvelle » 31 :000. V cnte insignes il la Fêle des enfants à Pleycl 5.7G9. Total de la lisl,e ' 70,269 Total précédcnt •.... 347.71[, Total g0néral ....•..• 417.984 LISTE N° 5 M. Mcncl clewitz (don remis p,ar M. Frcnzcl) 2.000 ; M. lliscnherg (don remis par M. Frenzel) 18.000; M. Woljung (don re,mis par M. F renzel) 4.000 ; M. Pozner (don) G.OOO ; Mat'cel (collede) 2.000; XI" (co ll ectc) 1û.OOO; 10· Bd (co ll ec~e) 25.000; 2" Arr. (collecte) 28.000; 190 Fabien (collccte) 3.500; 20' 13e-lI.::ville (collecle) 41.000. Total de la liste 14-1·,000 Total précédent •.. .. 41'7.984 Total général ...•.... '361,984 liSTE N° 6 Montreuil (coll ec te du Comité) 21,000; 4e Arr. (co ll ecte) lü.5()() ; lG" Arr. (co llecte 3,500 ; M. Gou- _______________ .-:. __________ .., ra, de New-York, 8.T;)(); MM. $luccki et Meizner de New··Yor.k Un Congrès des Sociétés juives de France :1;:}.000 (coüecte) ; Mine Wajn- ' lJ.erg du Comilé des Femmes de Toronlo (Canada) . 3G.OCXJ - . (Coi-' lecte.) L'U.S.J.F. s'affirme comme l'organisation centrale qui re'présente pHelC'tivernent les sociétés juives de France. I.-CS l) e t 9 mai, elle a tenu son 3' Congrès au chalet Edouard. ' Outre les 366 délégués des 46 sociétés a ffili ées, il y avait là les re· - p ré~el1 tants de 16 sociétés non affiliées et plusieul's personnalités marqua ntes de la communauté juive. M, Poznanski, président de l'U. SJ,F., prése nte le rapport moral el fa it le bilan de la première décade de l'organisation, qui peut s'enol'gueillir de ses belles institulions sociales (dispensaire, caisse J e prêt, service de légalisation, etc ... ), Suivent le rapport fin ancier de M. Bronèze, le ra()(lort de M. Friedman, secréta ire, sur le service de léga lisat ion qui a effectué 13.000 d é. marches en un an en faveur des nouveaux immigrés, le rapport de ~. lankelevitcn sur la caisse ck prêts qui a ()rncédé à 320 avances [lour une somme totale d 'environ 7 millions de francs. M. Alfred Grant, sec rétaire généraI, souligne le I·ôle de l'U.S.J.F. dans la vie juive et trace les tâches qui l'attendent dans l'avenir • continuation de la lutte pour u~ Etat Jutf, défense de l'enfance juive action culturelle, travail poUr l'~nité qui doit désormais sc réaliser entre les sociétés par une coll a boration de plus en plus étroite avec l'US. J.F. L'orateur établit un ()arallèle entre la situation des Juifs dans les p'ays occidentaux et dans les pays de l'Est. En occident; ils dôivent enco'"e f"ir t" face ,1 des manifesta" ti(II\5 antisélnites ouvel'les et se trouvent devant la pe"speclive d'une aggravation de la crise économique, A l'Est, au contraire, la lulte contre l 'a nli~é l1litisll1e est efficaceme llt menée par les gouvernements et les Cette première journée se termine sur le salut aj)[lorté au nom de rU.J.R.E. par M. Mnikovski - fort applaudi - et au nom des artisans par M. Stamfater. Le lendemain, l'assistance entend les rappol·ts sur la queslion de l'enlance, "ur le dispensai"e et sur le travail culturel, coupés de nOIllbreuses interventions, discussions et félicitations. Après quelques mots de cl[,ture de M. AHred GI'ant, le Congrès adopte à l'unanimité d es n~"oll~ tions sur l'Etat Juif, la défense d es nouveaux immigrés, les colonies de va ca n'ce~ et le développement culturel. Cette dernièl'e l'éso lution dénonce les buts de division des initiateurs du congrès culturel convoqué en Amérique. Après avoir élu son nouveau c.c. le 'Congrès se rend en bloc à la manifestation de r Arè de Triomphe, Otl les anciens combattants juifs raniment la [lamme du soldat lIlconnu. Enfin, au cOUrs d'un dîner fraternel, lcs pionniers et les membres les plus mél'Îtants de l'U.S.J.F. et des sociétés, reçoivent en hommage un exemplaire de luxe du li\'fe « Dix années de l'U.sJ.F. », édité pour la célébration de ce grand événe· ment. Total de la liste .... .. Total précédent ..... . Tolal général .......• USTIE N° 7 114.7GO 5iUl84 676,734 lÜ" Saint-T~ouis (co Il ede) 2,000; Arr. (coll ec te) 14.800; 5" Arr. (co ll ecte) 8.000 ; M. cl Mme S'Piro (collecte) 10.000; 9" Arr. (collecte) 3G.200 ; '2() A vron SOO; M. Gaspard (don remis par Mme Millner), 1.000. Total de ta lisle •.•• 72.800 Total précédent . ..... 67G,73'" Total général 7,W,534 LISTE N° 8 5- Arr. (coll ecte) 2.000; 3" Arr. (ooli ecLe) 4.500; 3" Arr. (collecte cie M. LiIJermnn) 9.000; 1ge Fabien (coll ecte) 3.000; 5" Arr. (collecte lü,500; 20 Belleville (coF lecte) 30.000; 2()0 Av ron (coll i!cte) 8.000; Gaby (collec te) 1.000; L.ite (collecte) 6.5.%; U.S,J.F. 'c oll,~c· Le) 152.Goo; M. Granas 4" Arr. (colleçte) 5.GOO, Total de la lis le •• Totàl précédent •..• ~3U35 7i~.t)34 Total général ...... 1.0S'~,269 (Sommç collectée jusqu'au S maL) RÉSOLUTION ADOPTÉE par le Conseil National de l'U. J.R. E. Le Conseil National, .réuni le 9 m'ai 1948,' six jOUrtl avant ('expiration du mandat anglais sur la Palestine, dénonce avec indignation les manoeuvres des Anglo-Américains, qui chercl~ent par tous les moyens à empêcher la constitution de l'Etat juif, malgré la décision de l'Assemblée des Nations Unies du 29 novembre 1947. ' r--------------..,. r-------:---------.J Juifs trouvell~ toutes sortes de (10:;- AVIS A5X ABONNES . sihiEtés d'épa nouÎssement. Le Conseil National se félicite du grand travail accompli par rU.J.R.E. durant les trois d·erniers mois dans la carrtpagne de la Haganah et la mobitisation des plus larges couches de la .population, juive et no'n-juive, pour soutenir les combattants de la Haganah et les démocYates du monde entier. L'Administration de Droi t et Liberté s'excuse aupres de ses amis qui, ayant déjà réglé lellf abonnement, ont re .. u encore une deuxième demande de paiement. Ce contre-temps est dù aux perturbations qui ont eu lieu dernièrement aux message-ries Hachette. Nous e'spérons que désoroe mais de telles erreurs regrettables ne se reproduiront plus, et nous nous excusons ,encore une fois auprès de nOS abonnés. Le Conseil National salue la naissance de l'Etat juif. Exprimant les sentime"ts de la populatiln' juive unânime il souhaite que l'Etat juif soit indépendant et démocratique ba.~ Ml,r la ,iustice .sociale et la tiberté, et qu'il prenne place ~armi les nahons qUi luttent pour le progrès et la paix. ' Il engage toute l'organisatin à poursuivre inlassablement son effort en vue d'un large rassemblement de tous les Juif. ~ans. 1;- I~!te pour la création de l'Etat juif eQ. Palestine, contre 1 anhsemltlsme. Il appelle toute la population ,juive à se grouper dans ",s comités de maison, de rue, de quartier. Coude à coude, tes Juifs de toute tendance politique mèneront le grand corrtbat, aux côtés des forces démocratiques de notre pays. A l'approche des vacances, le Conseil National reprend la décision de la dernièr;' Conférence Nationale sur la néces.ité d'organiser des colonies de vacances. Il décide la création de comités de soutien de colonies et fait appel à la participatioD morale et matériene, de tous les Juifs dans cette « croisade de l'air pur » pour nOIl enfantA. , / DRO'T ET LIBERTE .II 1 SOLIDARITÉ 'Printemps AVEC LES' COMBATTANTS DE,·LA ,. " , HAG.ANAH! La semaine dernière ont èu lieu à Paris trois meetings de la ,jeunesse juive. Ils avaient été convoqués par le mouvement des _Cadets pour venir en aide à la glorieuse Haganah, en lutte pour l'instauration d'un Etat ' " , juif indépendant en Palestine. Dans les 20", 1 \' et 4" arrondissements, ils ont groupé 250 jeunes Juifs. Voici le texte de la ' résolution ' qui a été adoptée à l'unanimité : ' , « Deux cent cinquante jeunes .Juifs, réunis à J'appel du mouvement des Cadets, ' « - Dénoncent avec vigueur les agissements réactionnaires' des Anglo-Américain~ qui ont déjà coûté un grand nombre de victimes aux' Juifs de Palestine; . ' « - Expriment leur solidarité avec la jeunesse de Palestine, jeunes filles et garçons, qui, par leur héroïsme et leur volonté de lutte, attirent l'admiration de tous' les démocrates et démontrent leur résolution de continuer le combat jusqu'à la création d' un Etat juif; « - Se séparent en pre!lant les engagements suivants (( 1 0 D' aider de toutes leurs forces, en collectant de l'argent, en mobilisant l'opinion, en envoyant des adresses de soutien, la Haganah en lutte pour l'application de la décision de l·O.N.U. « 20 De lut~er de plus en plus. en étroite collaboration avec la jeunesse non juive, pour l'entière disparition du fasci sme, cause de tous les maux, pour la démocratie· et pour la liberté. » Le mouvement des Cadets a déjà collecté, jusqu'à ce jour, 250.000 francs pour la Haganah. , Herbe verte et ... A Toulouse, aussi, la jeunesse est p~ofondément remuée par les événements de Palestine. Sur J'initiative du groupe des Cadets, un comité provisoire de coordination pour l'aide à la Haganah vient ' d'être constitué. Il groupe des représentants de toutes les organisations de jeunesse juive et non iuive : ~ionistes, socialistes, catholiques, U.J ,R.F., Cadets. queues de hausse C EnTES, on arrive toujours à se débrouiller. Les souliers: ceux de tous les jours, gris de la poussière de la ville. Le s~ c ; plus ou moins rapiécé, bizarrement fagoté, muni de fJcclJes ~n g~ise de cO~Irroies , ~a jupe ou la cul .... tte : pas du denller pm·up, m'aiS du solide et de l'infroissable __ bref dès le vendredi soir, des milliers et des milliers de jeunes envahissent les gares parisiennes, s'engouffrent dans les wagons à la va-queje-te-pou~se, emportent de quoi manger à la fortUile du pot et dormir à la bonne franquette ... et chantent: , , Ce comité a convoqué un grand meeting le vendredi 7 mai. Le secrétaire général des Cadets devait y prendre la parole. Malheureusement. une centaine de trublions ont empêché le déroulement normal du meeting. A la suite de ces incidents, la police a interdit la manifestation. • JEUf'IESSE Quatorze organisations de, jeudelJ.' tait 6,alJ.cWt nesse juive de Paris ont orgall.isé, le mercredi 12 mai, à la Salle de !a Mutualité. un meeting de soutien à la Haganah. Plus de mille jeunes Juifs de toutes tendances ont répondu à leur appel. Des représentants de toutes les opinions, sauf les jeunes du Bund, sont venus exprimer leur 'solidarité avec les combattants de la Palestine. « Vive la vie, vive la joie et l'amour. » , RACE aux bons oHi- G ces d'un génie de 4·377 ans, un milliardaire qui n'en a que 60 redev. ient enfant sans perdre son expérience. rr:el est l~ scénario peu banal du film (( SI jeunesse savait J). Le sujet valait d 'être traité. Qui n'a dit : « Si je pouvais avoir ton âge et savoir ce que je sais ! » .. : Il paraît que le but des réalisatJeurs est de nous faire réfléchir sur ce problème_ Donc réfléchissons. èe film oppose deux mondes, irrémédiablement séparés par un bionde d'incompréhension : celui des enfa9ts où règnent la can leur, l' inada ptation ;,ru monde réel , et celui des hommes où 'adapta tion signifie gangstéris'!1e, que l'on soit bandit ou banqUier. . La mét;morphose de J'homme le plus riche du monde en enfant est une tentative de, relier ces deux mondes. Incontestablement, elle échoue. A vrai dire, le problème n 'e.t pas posé de façon conc\uaOlte. L'action se déroule dans un milieu bien déterminé. Les paren t~ capitalistes, tout en souhaitant rendre, plus vard, leurs rejetons semblables à eux-mêmes, éprouvent quelque honte à les ini tier : fi Ils auront toujours le tJemps de savoir J, disent-i Is. C'est la politique de l'autruche. Il n'est pas mauvais, i; s'en faut de montrer aux jeu;,e~ les laid~urs du monde, A condition de leur illspirer le désir de lutter connre elles. (Ce que les parentsgallgsters ne peuvent pas faire) De nos jours et pour l'avenir, la mode n'est pas à l' éd uca.t ion sous ~Ioçhe. La jeunesse a une raison cie vivre : renclre le moncle meilleur. Pour cela, elle cloit, elle veut « sa voir D. Max WEB. 'En conclusion, le président donna lecture d' une résolution. adoptée à l'unanimité, déclarant : - Que Juifs et Arabes peuvent vivre ensemble et ne cherchent pas de guerre; - Que dans"le combat pour l'indépendance de la Palestine, nous avons le soutien de tous les hommes épris de justice et de liberté. Un dimanche en plein air Oui, on arrive toujours à se débrouiller, mais combien de privations de toute une semaine représente pa,rfois un dimanche en plein air ! Odette, depuis des a nnées, rêvait d 'une tente. Oh ! pas pour elle seule : une tente à trois places au moins. Les tentes cles copains c'est tres bien, mais c'est tellement bien d'avoir la sienne, avec ses mâts qui s'emman_ chent, ses piquets, son tapis cie sol - non par sordide désir cie 'possession, mais pour ce que cela représente de responsabi" lité, d'invitation au voyage, cie liberté. • Dès qu'elle a commencé à gagner de l'argent - voilà bientôt cieux ans - Odette economisa pour la tente. Elle e~ avait repéré une à son goût qui valait 6.000 fra ncs . Elle ne faisait pas cieux repàs tous les jours, Odette. Elle vivait souvent de l'air du temps - l' air qu' elle respi rerait le matin, en s'éveil----------------------------- ï lant dans sa tente ensoleillée. EN AVANT, MAR(BE ... ARRIÈRE Kadimah est le journal de l'Union des Etudiants Juifs de France. Kadimah , mot hébreu, signifie «( En avant ». Mais Kadimah fait marche arrière. Et les éil!diants ne l'approuvent pas. On ne peut lire sans indignation certains articles du dernier numéro de Kadimah . Par exemple. cet éditorial signé D .C. (par décence) où l'on reproche aux étudiants juifs de s'intéresser à «( la politique - ou qui pis est la politicaillerie )) - alors «( qu'ils affichent à l'égard des problèmes du Judaïsme - résolubles {sic} ne leur en déplaise en dehors des politiques de parti - une indifférence pour le moins étrange ! » Pas de politique. pas de partis : c' est tout un programme; et politique ... mais qui relève d'un parti qui n'ose pas dire son nom {par décen~ e} . Les sorties contre la politique ' et les ( militants abrutis par la doctrine », nOlis avons entendu ça quelque part... Et ce n'est pas un petit paradoxe que de l'entendre répéter par' de prétendus « défenseurs » du judaïsme ! Appliquée à la Palestine (dans un autre article), cette politique honteuse de son nom donne ceci : «( Messieur le,ç Homme:! Politiques, continuez à Vous payer de nos têtes, contir.v.ez à discourir pour renier votre parole, votre perfidie ne trompera plus personne, pas même nous. " (( ... Nous aVons compris que, quelle que soit voire couleur politique, Vous verrez toujours-en nous des ennemis. .. , ( ... .Nous avons compris que nOl!s sommes sèuls, absolument seuls ... «( .. • No'ns casserons des oeufs, el vos têtes si possible . .. et nos diplo~ mates seront ce que Vous êtes, des tas de dégueufasserie dans des bas de soie. )) Cette démagogie est non seulement ridicule dans sa forme, mais abjecte dans ses intentions. On jugera du niveau de Kadimah, quand on saura ' que dans son article, -D. C. proclame : « Il n' JI a pas de place {sic} pour ·la démagogie dans Kadimah. /) Ainsi, « nous sommes seuls », dit Kadimah. Et de mettre tout le monde dans le même sac. Et d' oublier que tous les membres de l'O,N.U, n'ont pas tait vôlte-face ; que ,certains soutiennent les Juifs de Palestine .. . Mais cela aussi, ce serait une honte de le dire, Qui paie ~ Qui trace le sch~ma de ces articles? Louis MOUSCRON. .""'0',-, ,; ... Et puis, il y a eu les queues cie hausses. De temps à autre, la tente, solita ire clans sa vi. trine. augmenta it cie 500, dc 1,000 fr. Augmentaient aussi la Deine et les privations cI'Odette. Enfin, ce printemps, elle l'a, sa tente! Elle l'a payée 12.000 f,". Elle a bien fait. car on annon~e pou r le 1er juin une nom"elle ha usse cie ::\0 %. • A l1ez essaver de vous équiper convenablèment, avec un salaire de petite employée des P. T.I. Un sac: 3.000 f~ancs. Une paire de g rosses chaussures : 2.000 frlncs au moins. Un short: 1.000 francs . Un cluvet : 5.000 francs. Sans compter les tarifs élevés des chemins cie fer et autobus - à moins que vous pensiez achetcr un vélo , à 16 ,000 frallCS ... et au prix où sont les pneus ! .. . Mais heureusement, l'él,an de la jeunesse est irrési~tible, Ceux qui font tout pour le bri!'er en seront pour leurs frais. Et au fur et à mesure qu'a\'ance le printemps, c'est chaque fin rie semaine plus nombreux que jeunes g-cns et jeunes filles foot retenti r cie leu rs cris et de leurs chants les vOÎltes fumeuses cles vieill es gares de Paris. Georges VILLACH. MALA héroïne de la lutte antifasciste Quand j'étais à Bruxelles, on m'a raconté l'histoire poignante et magnifique de Mala Zil1nel~ baume, jeune héroïne juive de la Qésistance belge. Après des mois de lutte clandestine, Mala, comme tant d'au. tres, fut arrêtée par les Alle. mands, déportée à Auschwitz. Dans le camp. eUe devint « Lauferin )}, c'est-à. dire « gara çon de courses », fonction qui lui permettait une certaine liber. té de mouvement. Combien de vies humaines a·t-elle ainsi sauvée! A celle-ci, elle évitait le tra vail mortel dans les marais pestilentiels. A cellelà, sur qui la griffe de la m&rt se posait déJà, elle donnait UDe partie de sa ration. Les témoignages reconnaissants concordent. Mala était partout : ici Un conseil, là une misérable croflte de pain, ici des soins. là lin encoura~ement. Tout le monde la vénérait. Corn. hien de victimes rendirent le der. nier souffle avec le nom de Mala sur les lèvres! Et-ant en liaison avec les Polonais, elle réussit à s'évader. Pendant trois semaines, on n ' en~ tendit plus parler de Mala. .. .Ft puis. un heau jour, au moment de l'appel, on vit une potence dressée sur la place, on s1roupe de S.S. et Mala au mi. lieu. Au lieu de se laisser mener à la potence, l\f ala r,r"cha au vi. sa J;!e du commandant S.S. et s'ouvrit les poi~nets. Ecumants de raJ!e, les S.S. ne purent que la tra;npp ail fonr créa mal'oire. S'Ir Je parcours , on pllt voir, Ion9tpmps, les traces du sanJ! de Mala. Mala a su mtHlr;r commp eJ'f! "vait vécII : (· ,,,ont , e" IIIH .. "~. Elle n'a iam;Ji~ " " ; ~ ~P 1,. t IH-P. Elle inrllrn o ~os ;""",~ cl" ,;,,~.~ . de frater"itp l!.,,,,,,·,1Tt° . nf)11r "'\!r oll P I~ tant d'i!lltre~ "',;,.,..~ ~I) ... t mort!'. Les ,ieunes se SOJld" ... ne'" ,!~ Mala. ln) })}" O. l:t r lJ C" 19, l' GU C h. i "a t l :~ U 1. !f ROC o-;0h ml) "'.'; ~ u , .11 .. ....: - ---'----,......:.------------------ DROIT ET ' LIBERTE . ---:--------------- LI 5-mai J946. - N· 6-14· D,oir et-Liberté 15 MA/1948 LE CRAND HEBDOMADAIRE DE Lit VIE JlJW:e . o, 10 ~o lO 40 50 t ! , . . , . Lé-g end If • Village Juif 0 Village Arabe - Voies ferrées - Routes 1189 A Points culminants. hauteur' en mètr~s . il) ~ 1 • cc( , .' r;netflJU(of~ o Nev.ttim '& li " v E G Y ~ .... ~ 1) • . (\ (\ li fA Il. \\ ~ Il Il •• (j ~, Il' 0 R Q u 1 E 5. ~.....

t

~ Co':) ~ Co':) (0) réhél'4n ~ • CI) .~ 1 R A N ~ . .~.... . 0 ISP4htM ..... q, Plan de partage i )", ~ ~ ttat Juif SEouairE ~ lDIIllID Etat Arabe o . 50,0 Km. [!J Zone Internationale ~ Pipe -lin/! •. S.M.., H /1 prajeté . . " J.

Notes

<references />

Format JPEG