Droit et Liberté n°006 - 2 décembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • La question allemande en 44 répliques -page1
    • Danger sur le Rhin par Emile Buré -page1
    • Laissera-t-on Vichy renaitre à Paris -page1
    • Les pénitents impénitents par Francis Jourdain -page1
    • On espère au carreau du Temple que les travailleurs auront de quoi se payer des cadeaux de Noël -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • Les juifs sont-ils maudits: une lettre de Maurice Vanikoff -page2
    • Que se passe-t-il au Japon: le Mikado ne descend plus du soleil -page3
    • Eclatante manifestation d'union contre les pogromes en Irak -page3
    • Si l'émissaire de la cour de cassation s'était moins dépêchè, M.Mutter aurait du s'expliquer -page3
    • L'ère atomique est ouverte -page4
    • Ici, sans distinction d'origine, on aide les jeunes victimes du fascisme a poursuivre leurs études -page4
    • Quand la dame du quai Conti grimpe aux arbres (généalogiques) (conditions d'attributions de prix de "vertu") -page5 et 6


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• LA: Q ESTION ALLEM NDE ,EN 44 ÉPLIQUES HAUTSFOURNEAUX ... ; Quand un vicomte rencontre an autre vicomte ... Quand les maîtres de la ' ltuhr ,se rencontrent ~ déjeuner, ce n'est pas pour parler de la pluie et du beau temps. . li existe en Allemagne, une 'loi édictée par les autorités d'occupation et qui exige la décartellisation des grandes entreprises. En !aH, ce ne SOJ;lt même pas 200 familles qui se partagent l'énorme potentiel da la Rhur, mais une poigpée d'hommes, Le cartel existe aès qu'ils se réunissent à déjeuner. Les Allemands ' les ,appellent c Frühstûskskartelle ll, Et, ces temps-ci, ils déjeunent 'souvent ensembte. Les étJ;angers ~ont la propriété tombe sous la même loi ont depuis longtemps réglé la question par mariage ou par naturalisation. . Les actions montent ••• Le cours des !lctlons des usines de la Rhur monte depuis qijelques mois. Pour certaines aciéries, cette D'I9ntée en fièche I!otteint entre 28 % et 51 -%. Les « Aciéries ~éunles li qnt 'Vu leurs act[orts S'élever de 5' poïntstlans la journée du 30 septembre, et de 3 points du 26 au 'J:1 octobre. Ce fait est d'autant plus eurieux Que toutes les entreprises se plaignent d'un manque absolu de , commandes et licencient leur personnel. Mais les actions jouent le rOle de baromètre. Il y a. du pain sur la planche pour les aciéries de la Rhur et le patronat sent dan's l'air une odeur dè printemps. , L'industrie lourde de la Rhur le regroupe. Le patronat a créé, ces' derniers molli, un grand nombre pe super-organisations (Dach Organisationen) qui sont calquées sur celles qui existaient sous la République de Weimar. Les noms ont changé, certes, mals pas les hommes. Parmi ceux-ci, on pourrait, peut-être, en se donnant beaucoup de mal en trouver un, ou au grand maxi· mum deux, qui n'ont pas été des nazis notoires et éminents, Ces messieurs ont servi sous fempere.ur, Ils ont servi sous la , République" Us ont servi sous Hitler et Ils servent encore. TOUS tES veNDREDll J- 8 Dkembre 1949 N°6 (l ,10r 25 fr. DaM lit Ruhr, les grand.es uslne8 d.e fa'bricatwM d.e guerre (no1l démantelées) tournent d, plein D A 'N G-E R L'INQUIETUDE de l'oplnloll français. devallt 1& renaissance du péril allemalld, l'hostilité des eouthes les plus larges au réarmement dn ReiCh d'Adenauer, se sont exprimées à. maintes reprises au cours du récent débat de l'Assemblée Nationale. Nous avons choisi pour vous, daris les dis .. cours r prononcés, les , passages .les plus typiques. Au lecteur de tirer les conclusions du dialogue qui "est ainsi enla," 1. La s'écurÎté française est-elle en péril? Pourquoi? , , SUR I.ER'BIN " , « EN,rentranten A~lemagne après trOIS ans d'absence, ' j'ai senU l'arrogance croissante des Allemands, l'enthousiasme des jeunes pour l'entraînement militaire, en fait ,la renaissance de quelC(ue chose , qui rappelle tout a fait le nazisme biEin que le mot ne soit jamais prononcé... Le ' soir à Oldenburg. les jeunes paradaient dans 'les rues en chantant les hymnes hitlériens. Personne 'ne les arrêta. Je crois vraiment qu'il y a ici des symptômes d'un état d'e!!prit national qui a produit l'hitlérisme et la deuxième' giièrre -mondiale. , par Emile ' BlJRÉ' » La direction suprême américaine serait peut-êti:e acceptable, même désirable , momentanément, mais ensuite il conviendra de reconstituer le haut commandement allemand qui seul ,donnera des ordres aux troupes allema!!des. » M. Robert Schuman (mi' nistre des Affa1r.es étrangères). - c Notre prlnqipale préoccupation reste celle de la sécurité ,. pu!' de 1euramiti~ ' et de le1lI' solidarité ,. " M: Charles Serre (U.D.D. - c Je ,so1,lhl,\itè" que nowe di; plomatie utilise toutes ~s armes dont elle dispose, que" nous ne nous bornions pas à dire toujours c oui ~ à certains de nos Alliés et à opposer toujours des refus à d'autres Alliés, mais que, au contraire, nous dégageant de' toute consid~ation a priori - je dirai même de tout entralnement idéologique - nous . nous rendions bien compte du fait que la ,nécessité d'assurer Ces lignes sont extraites d'un article de notre confrère bri- • tannique M. Cummings, rédacteur au NewlI (ihronicle. li ne iaut pas s'étonner qu'elles , aient vivement émn ,les amis de la paix. , ,n ,n'eilt que de' lira le. al'tiqes dè la, presse , allemande , de la zone ' occidentale qui "paraissent maintenant librement pour se convaincre · que M. Cummings ne travestit pas la vérité. Ces articles sont propres, notamment, à nourrir les espoirs de revanche les plus

fpus des ;réfugiés allemands

des terres redevenues polonai--

'Me Moro~:G"afferi déc/ar ,

à"Oroi:t et Liberté: Oui, il Y a un renouveau ,d'antisémitisme. n ne se m,anifeste , pas encore avec violence, l'avenir est, à craindre. Les causes?_ Elles ne" varient pas. Sous des formes différentes, mais avec une inspiration toujours pareille, elle apparaissent 'en :temps dè mi· sère. c C'est la faute des Juifs ,. C01;lÙien de fois a-t-il retenti dans les loules passionnées, ce cri d'injustice, d e p u 'i s le moyen âge jusqu'à Hitler. Le 1er aVIil 188~ dans un petit village de' Hongrie, à' Tisza-Eszlar, les t é ID 0 i n s affirmèrènl qu'ils avaient vn le sacrificateur de la synagogue tuer une jeune lille. La ·malheurelJ.se victime avait été brftlée et ce fut un.pogrom., A quelque temps de là. la jeune fille fut' retrouvée morte, mais le corps intact, dans le' lit de la rivière où ·elle s'était Jetée.!' Qn aurait pu y longer; 'mais ' la ; passion ne raisonne pas, Le remède 1 il -nly en a qu'un, dont je ne ,.garanUs pas l'efficacité immédiate

nous engager '

tous et de toute notre âmè, dans la.lutte séculaire de l'eeprit contre les préjugés, eontr. ·la sottise et la eruauté. sel (maintenus volontairement et artificiellement dans un ' état moral et matériel lamentable) et à jeter l'inquiétude parmi les trois millions de ~lonais qui avec courage et efficacité s'èfforcent de reconstituer ' le capital industriel et agricole de ces terres qui leur ont , été J allouées. .' M . . Adenauer, chei cm gouvernement de Bonn, semble Ce n'est pas évidemment l'assemblée de Bonn qui pourra modérer l'ardeur revancharde du président Adenauer. Les ministres nommés par cette assemblée ne sont point, enettet ,(8ulU ft, lia" •• ; M. Pierre Cot CU.R.P.). c L'histoire nous apprend que le seul moyen de contenir la puissance allemande est une a1l1ance entre ses voisins de .1:0uest et; ses voisins de l'Est ~. M. Rob.rt Schuman. c Heureusement nous ne sommes pas seuls. Après l'autre guerre nous avons souffert de ' l'éloignemeni dei Etats-Unis. Aujourd'htd. ;DOUI avonl l'aP': n'avoir pas changé de politi-r-----------_____ .L. _________________________ , que depuis 1927, alors que dans la revue EU'I'optlisCM Ge· 3p1'tlche, il s'en:flammait déjà aux promesses du « Lebensraum li, qui a servi depuis de fondement à la géopolitique hitlérienne. n ne se contente pas aujourd'hui de demander la revision de la frontière polono- aUemande Oder-Neisse, il demande, comme Hindenburg naguère, « que tout ce qui a, un jour, été , allemand 'redevienne allemand ll. La ,sarre, les Sudètes, l'Autriche_ UN'. question*nai re en quatorze points a été envoyé par let IOj.!lS à la presse allemande et. au "tri chienne .. Voici ce que la revue viennoise Berichte tt.oo l-nforma.,timten répond: • ~, ~..rAJle.rp.J.K11e :tllY'9.Jl~ ft 'ses frontières de 1937' ef qu'une proclamation officielle soit faite à ce sujet par les puissances occidentales ... Que l'Allemagne occidentale soit Admise dans l'Union p0- litique européenne sur la base de l'égalité politique et morale et qu'elle puisse adhérer sur cette base aux pactes ' et traités militaires signés par les nations participant à cette union. ----------------------.,------------------ ,. En ce qui concerne le IerVÏce dans l'armée, l'AlleJnlj- gne , occidentale ', pour"t!' abord se 1 satisfaire ' du principe du volontaHat sar n lui faut d'abord construire la charpente militaire. Par la suite, le service militaire obligatoire lui sera ftécessaire. ' ,. Révision ' des verdicts de LES: PÉNIIENTSIM PÉNITENJS, 1 par FRANfjlS JOURDA.IN , l'équil1bre des puissances dam les diverses régions du monde et la nécesslté de maintenir la paix et d'assurer,'la d~fense de nos 1ritérê.ts essentiels nous obligent à' pratiquer ' une politique mettant en jeu toutes les ressources du clavier diplomatique filt non pas simplement les mêmes notes du même clavier ,. M. R, Schuman. - c Notre garantie la meilleure est l'accord des trois 'alliés, accord qui s'affirme il. 'chaque nouvelle rencontre. Certains veulent y voir le résultat de faiblelises et de capitulations de notre part : certes la France n'a pas toujours entière satisfaction, mais les autres pays non plus,. . M. Gilbert de Chambrun '(U.R.P.). - c Le gouvernement a liqUidé tous ses gages, tous ses moyens d'action sur l'Allemagne. n a abandonné le gage de notre zone d'occupation. n a abandonné notre créance des réparations ,. M, le général Aumeran (P.R.L.). - Ce sont les accords de ' Londres qui sonnèrent le glas d'un. saine p0- lItique en Allemagne. M, Robart SGhuman. - c J. ne cherche pas il. minimiser les concessions consenties, mais je suls -persuadé que nous avons fait ' oeuvre utile. Nous ne poUVOtll rester figéL . _____ ........ dans une attitude négdtlv. ,. ..,. Pierre Cot, - c Le gouvernement a abandonné les réparations, consenti à l'arrêt des démantèlements, en· couragé le relèvement dt l'Allemagne dont la production industrielle a augmenté de 80 p. 100 en un an. ~ Cette logique dea choses commande le réarmement de l'Allemagne ,. II. Va-t-on La natJonal!sation des entrepri. lieS décartellisées n'est paS Inter" dite mais' sa réalisation est lais· ............................. .ée à la charge du gouvernement ) ,Nuremberg pour les généraux, moins dans l'1nté~t de quelQues personnes que pour rétablir les principes d'obéissance, de fidélité au semlent et de discipline. VINGT-DEUX chefll d'ln, culpation valent à Jean Ca.mp de comparaltre d&vant la cour d~assises de Dax. Aussi l'excuserez-vous de ne pas attacher grande Importance aux sept négligeables délits qui l'amènent, d'autre part" devant le tribunal correctionnel. Jean Camp est passible de la. peine caplta:1e. mystiqua. eu ~ ':fort étrange mais qm' --. paralt-U, la. conséquence' dU )Ilatérlal1sme dès Que ce matêr1alisme es~ aggravé de 'marxisme. qll4 7 A la réflexiQll, .c'esI en effeil 1111 peu plus compliqué que je ne le, disais tout à 11leure et les personnages les plus déconcertants de DostoÜlvsky font figure de candides apprentis, comparés à de tela lascars. Vous me dites en outre que Mindzenty n'est pas e~ n'a jamais été communiste. Qu'en savezvous 1_ Si l'on admet - quelQU. invraisemblable que cela soit - Que cet Intègre coquin, ce héros criminel n'ait pas été de mèche avec ses juges. li reste possible qùe ce soit une sorte de masochiste· assoiffé constituer une nouvelle Wehrmacht? Dans quel but? de Bonn. Or, .ni la composition ___ ~--------------------------..,...---------- de Ce IJouvernement, ni ses actes ne peuvent Inspirer une crainte quelconque à ces chefs de la arande industriE!. Les hommes nouveaux Les hommes qui dirigent au· jourd'hui la Rhur, dont les noms paraissent et réapparaissent dans les organismes du patronat sont ceux archl·connus, de Krupp, Thyssen, Kleckner, Duiberg. Parmi eux, il yale Dr Reusch, farouche défenseur de la doctrine « Maître chez sol » (Herr lm Hause). Il est célèbre par la lutte que les syndicats furent obligés de mener contre lui. Il ne fallut pas moins d'une me· nace de grève générale pour évi· ter sa nomination à une fonction officielle, Il est membre du conseil d'administration ctun nombre incalculable d'entreprises du fer et de l'acier, et comme la plupart des autres, il fait partie de la banque du Crédit Indus· WeI. . , n y aussi, Fritz Berg qui, sous Bitler, était à la tête de l'industrie de motos et cycles. Il Y a Vogel qui, sous les nazis, était Betriebs.Führèr. Il Y a Menne et Lollenberg, qui étaient membres du conseil d'administration du Reich à. la Bourse de Berlin. Il y & le banquier Pferdmenges qui !lla haute main un peu partout, Il y a Dinkelbach, Viet-Henle, et une petite douzaine d'autres. On connalt leurs actes. Ce sont tous .duesr s anciens et ils ont tous fait preuves. . Croix gammée au casque d'acier ... On parle de la remUitarlsatlon de l'Allemagne occidentale, des ~5 divisions de M, Adenauer; on parle d'augmenter la produc" tion de l'acier de la Rhur; on parle de lever l'interdiction d'iJ;I' vestissement de I:apitaux prives en Allemagne. On parle d'un tas de choses qui semblent ne pas avoir de sens et qui en ont un, très profond : l'Allemagne l'en· tre en partenaire équivalent dans ce~te Europe qUI est en train de preparer une euerre. v. ADAMS. ••. OE LA 'REVANCHE "el , Laissera-t-on Vichy " renaître ,a ,P arl-,S.? c La Sentinelle , orgarte des nazis qui se regroupent en France, est publ1ée dans une demi-clandestinité, quelques- uns de ses collaborateurs utilisent un pseudonyme, bien que l'autorisation préfectorale soit accordée à cette sinistre feuille hitlérienne. • , Pour c Réalisme ~, le régime est un peu différent, mais l'attitude gouvernementale est aussi étrange. c Réalisme ~ para1t c légalement ~ et s'en vante. De fait, cette brochure bimensuelle, qui réclame depuis des mois la libération de Pétain et l'établissement d'un régime fasciste en France, se trouve dans les kiosques à journaux. La Préfecture de la Seine a cru pou~ir atténuer le scandale en interdisant l'affichage de c Réalisme ~ à l'extérieur. n va sans dire que cette hypocrisie ne fait qu'aggraver le scandale. Et c'est en toute liberté que dans leur local du 5, boulevard Saint-Michel, les hommes de c Réalisme ~ complotent, diffusent la littérature de la col· laboration et différents IIvre~ nouveaux, tel que l'infâme c Ubu -Justicier , du lieur Amaudruz. UNE AFFICHE PROVOCATRICE En plein centre de Parls, des fascistes agissent jour et nuit contre la République, contre' la sécurité du pays. Leurs héros sont Pétain, Laval, Céline, Robert BrasUlach, Bardèche et ausii Hitler, Goering, Rosenberg. L·a.tten~ , vjÇ !1'.~ ,a~ rée sur eux par la grande ,pres- sans doute parce qu'il est le se. Ill; venaient d'éditer une, plus vleux traltre du monde. affiche de dix mètres . carrés Mais U n'en serait pas ainsi si représentant la téte du traitre le jugement de la Cour de JusPétain derrière les barreaux' tice ' contre l'homme de Mond'une prison ,avec cette légen- toire avait été appllqué, si De de qui se voulait émouvante 1 Gaulle ne l'avait pas' 1l'âe1éc Le plUS vieux vrisohnier du monde ! . DE GAULLE et L'afflche a été saisie au der- « REALISME lit nier moment. Elle était trop voyante. 'On ne peut que se fé- Cela pose le prOblème des liciter de cette mesure du Mi. relations . entre De Gaulle et nistère de l'Intérieur. Mais el- c Réa/ume ~. Dans ses prele nous para1t bien tardive. mlers numéros, fin 1948 et au Qu'attend-on pour agir contr. ' début d'e 1949, c Réalisme les conspirateurs de .( 1Ualt3- attaquait De Gaulle assez viome

pour interdire la publi- lemm.ent, lui reprochant d'acation

de leur brochure em· poisonnée, ainsi que de c lA. Albert LEVY Sentinélle , ' et d'autres JOurDaux antirépublicains, et anti': sémites ? Si Pétain est c le plus vienx prisonnier du monde ~, c'est n n'en &era1t pu moins , scandaleux qu'il !!Oti condamné à la moindre peine de prison. En effet, il avoue avoir volé beaucoup de bicyclettes, avoir effectué, pas mal de cambriolages, avoir allumé plus de vingts incendies de meules, de granges, de ma;sons, de forêts_. Alors, me diront d'incurables naïfs, Quel inconvénient sérieux y aurait-il à ce qu'un. aussi peu intéressant technicien soit mis en chômage et ..:... Je ero:vaJa Q1l8 ' le matél' 1allsme - marxiBte ou nOn - n'était guère compatible avec le m:vQ1ciBmL - DétromPBlt-'fOUS. Et tâcllell' d~ eonwrendre : les marxistes I~ des .célérats, mais quand, IUI" l'ordre de leur chef d'orchestre clandestin, ils acceptent de renier leur ioi et de mourir couverts d'opprobres, na deviennent de très hOJ,plêtes gens qu'il faut défendre et dont n faut dénoncer les pieux mensonges, mettre en lumière le dévouement et le courage qu'ils s'efforcent ,de dissimuler en ~e roulant courageusement dans l'ordure. O'eft 1211 peu co~pl1- de déshonneur_ . N'avpuez jamais J conseillait jadis un assassin de la vieille école. C'était un simple, un naI!, un jobard. Le meilleur moyen de se blanchir, c'est aujourdllul ete se noircir. Général Aumeran. - c Sans attendre d'ailleurs d'armer l'Allemagne par le moyen du Pacte Atlantique, ne s~a· chemine-t-on pas déjà, comi me dans le domaine politique et économique, vers des abandons significatifs 7 Ne parle-t-on pas d'aviation civile? De ' marine marchan· de ? ,. M. R. Schuman. - c Une Seule limitation a été révisée: celle qui concernait la construction de navires marchands ,. (IJ.re la 1n1It.e en pace S). s'en aille connattre a~ ca- r ------------------------------------___ _ chot, l'humidité de la paille qu'il a, par étourderie, oublié de bruler ? C'est que, je vous le répète, Jean Camp avoue tous ses crlmes._ - Sans doute ne peuton pas les nier ? , - Toujours .. est-U 'qu'lI ne les nie point. - Donc, il les a commis .l - Eh J non... puisqu'il avoue ! Vous ne saisissez pas ? C'est cependant bien simple ... L'aveu ,'du crime est la preuve de l'innocence, une preuve irréfutable. Du moins est-ce là le postulat d'où découlent maintes démonstrations 'dont vous a~ez pu admirer dans maintes gazettes, l'incomparable éclat. Oh 1 ... évidemment, si vous ne l'acceptez pas, ce postulat, lesdites démonstrations perdent beaucoup dudit éclat, Mais comment admettre Que Mlndzenty ou Rajk, par exemple, ne se soient pas rendus coupables de crimes qu'Ils ne pouvaient plus nier !... ? Il est bien plus raisonnable de penser qu'ils étaient obsédés par l'envie de servir - fut-ce au - prix des plus effrontés mensonges - les desseins hideux de leurs hideux accusateurs. - Mais alors... ce sont, eux aussi, de hideuses canailles ? - Non, ce sont, eux, de très braves gens. S'ils se sont faits les corml1ces de leurs bourreaux. a'ea1; , 81:!. r~ 'Ii'une On espère au [arrèau du Tempoe que les',travaillenrs auront dE! quoi payE!r' des cadeaux 'de No91 Des chapeaux, des chaussures, des couvertures, des draps, des mantéaUlt de fourrure, des jam bons, des côtelettes de mouton, des pantalons d'hommes, des bas nylon. ~ c'est ,ee que l'on achète au carreau du Temple.,. ' Des pieds écrasés, des cris, des discussions, des bras qui s'agitent, des clients qui "'en vont sanS' rien acheter, qui reviennent, hésitent, paient et ont fait ul'Ie bonne affaire, ça c'est ce que l'on voit. •• 'et que l'on ressent._ Paris n'a Qu'un Carreau du payer leurs impôts et, finaleTemple et le Carreau n'a ment, 11 fut décidé de leur qU'une clientèle : les ouvriers. laisser les lieux où ils seraient Et les marchandages qui don- autorisés, afin de pouvoir vinent une ambiance si parti- vre, à vendre des friperies. culière aux achats sont aussi Mals grâce à une organisa.originaux que l'histoire 'de ce tion sans pareille et à un tracoin pittoresque de la. capl- vaU tenace, les affaires prostale. pérèrent. Tant et al bien qu'en 1863, la compagnie Ferrère reconstruisit le Temple sur l'emplacement de l'ancien marché de la Rotonde. Elle Pierre DELATRE. (Suite en page 4) Huit cents ans d'histoire Il y a environ huit cents ans, la Confrérie des Chevaliers de Jérusalem venait occuper toute une partie de la rue du 'Temple et dl! la rue Vie1lle-du-Temple. Chassés de partout, les malheureux IsraéIRAK! (VOIR PAGE 3) Ul;eB Jie pa.rvena.~ pu .. ,Jl;22 janvier 2010 à 09:59 (UTC)~ol;;;:;:;;;;;;:;:;;;;;;:;:;;;;;;:;;;;;;;:;;;;;;;:;:;;;;;;:;;;;::::;;;;ol!;!!!;;;;i!!!I!I;ljj -2 1.11 11. '11 11 11 , 11 ' ll l u l llI lU Il . . ;1 111 11 1II I II I Illltl n l ll l ll.' ~ ; 1 Unanimité! ~ 1 antiraciste j De toutes les cou/ears

Quel impressioqnant spec- ~

~ tacle, l'autre soir, à la Mu- ~ ~ tuallté! Et quel démenti ~ ~ aux détracteurs du M.R. ~ ~ A.P. ~ ~ Louis Marin et Florlmond ~ ~ Bonte, le président I,YOn-! ~ Caen et Elie Bioncourt, le ~ ~ démocrate irakien · l\lastane E ~ et le chrétien progressiste ~ ~ Bregeon, se trouvaient tout ~ ~ naturellement à la tribune. ~ ~ Et il ne s'agissait pas ~ ~ d 'une protestation platonique ~ 5 contre la terreur qui s'est ~ E abattue sur l'Irak. Tous en- ~ ~ semble, avec une fouIs vi- ~ i brante, ils ont cherché et ~ ~. trouvé les moyens d'arrêter ~ i les crimes des maîtres de là- ~ .~ b as et de leurs valets. ~ ~ Leur présence même était ~ ~ aussi éloquente ·que leurs ~ ~ discours: 'Une fois de plus, ~ ~ la preuve est faite que les ~ ~ honnêtes gens, les ' hommes ~ ~ de coeur sont partout, et que ~ ~ pour défendre une cause ~ ~ juste ils peuvent se rassem- ~ ~ bler. ~ ~ ~ ~ C'est l'honneur du M.R. ~ ~ A.P. d'avoir alerté l'opinion ~ ~ contre les Auschwitz qui ~ ~ ressuscitent au royaume du ~ ~ pétrole, et de rallier, dans ~ ~ cette bataille comme dans ~ ~ toutes celles qu'il a déjà me- ~ ~ nées, tous ceux qui veulent ~ ~ barrer la route au racisme, ~ ~ et à la guerre. ~ ~ ~ Ë Quand le président Louis ~ E Marin", avec l'autorité que ~ ~ lui confère un demi-siècle de ~ ~ vie politique, affirme qu'« il ~ ~ existe aujourd'hui un assez ~ E fort courant de démocratie i ~ dans .le monde pour queE l'opinion agisse efficacement ~ ~ sur les gouvel'nements », ~ ~ nous pouvons l"en -croire. ~ !! • ~ Le M.R.A.P. est. dans ce ~ ~ courant. C'est te qui fait sa ~ ~ f~rce. _ ~ , .~ i Q'!'!!§! L~IJ! : ; . : .. 11111 1111 111111'111111 11 1111 IlLf l!1 1I 1I11 11111 11 11 11 1 11 S'adressent à l'Amérique ... Devant le Conseil national des Femmes noires, le mlnl:tre du Travail des U.S.A., M. Maurice J. Tobin a déclA,ré que les peuples du monde s'adressent à l'Amérique et au:t Américains pour obten; r ' une aide dans la construction d'un monde où toutes les races, couleurs et croyances, pourraient vivre et coopérer harmonieusement et d'une manière construc~ ttve. Ces paroles venaient tout juste d'être portées à notre connaissance quand nous avons lu dan les journaux cette histoire du conducteur de tramways de :çIlrmingl1am (Alabama) qui a blessé à coups de revolver trois noirs dont un grièvement parce que l'un d'eux voulait s'asseoir dans la • section blanche» de son véhicule. La police alertée n'a pas ar rêté le mp.urtrler mal~ a entrepris une enquéte plus détaillée SUT cette allaire. La justice de chez nous Heureusem~t, une telle carence des pouvoirs publics est inconcevable à Paris où l'agent Jean Rameau qui abattit d'une ba}le, le. 8 décembre 1948, un Nord-Africain qui lui sembllLit suspect, s'est vu Infliger par la 14" chambre, huit jours de prison avec sursis et 2.000 f r a n c s d·amende. Le t'l'Ix d 'une vie humaine ! Le vieux colonlalisme ... Pour en revenir au Conseil national des Fpmmes noires, le prési ient Truman y a ait ce qu'II fallait penser de son fameux "'point quatre ~ d'aide ~conomique aux pays arriérés. - Les vastes régions qui ne possèdent pas le simple nécessaire pour satisfaire au.x exigences de la Vie matérieZle bien que "içh,oes en ressources naturelles, a-t-Il dit, ont besoin de capitaux pour jouir d'un développement économique et des techniques scientifiques modernes. Et il a ajouté : - Ces nécessités ne peuvent être sa:tisfaites par le vieux colonialisme qui favorise la: dépendance politique et l'exploitation économique. ... Et le nouveau Le «point quatre,. du programme présidentiel américain s'est exprimé à Paris par la Constltutlon d' u n comité fr&nçals chargé de l'étude de tous les projets de dévéloppement économique concernant l'Union Française. Sous le patronage de la Banque de Paris et des Pays-Bas et de la Banque d'Indochine. La documentation recueillie par ce comitè est transmise à. un autre comité à New-York, où siègent les représentants de la Chase Bank et de l 'Union Commerce COoPeration. Ce dernier organisme décide ellt dernier ressort de prendre en main le financement de tel ou tel projet et agit en conséquence sur le plan économique comme sur le plan pOlitique. De la Banque d'ITlftochine à la Chase Bank, on se aemande, en somme, en quoi ce « nouveau coIpnialisme

0 favorise moins que le .

« vieux » la dépendance et l'exploitation ! La colonie où 1'9n s~abill~ ... Un journal colonial de Paris décrit ainsi les vêtements 'qu'un tailleur du fauboUl'g Salnt-E;onoré s 'apprête à expédier à un administrateur des colonies d'A.O.F. : Pour donner le ma.ximum de confort aux vestons les épaules sont longues et 'arrondies du bout. La pottrive développée permet de charger les poches , intérieures .sans formér des plis disiJTacie~. La taille est légèremènt marquée, les dos sont droits partant de deux amples plis soulflets al!-x emmanchures. Les pantalons, de forme demi-hussarde, co:mplètent cette silhouette confortablf et harmonieuse qui ne tombe jamais dans l'excentricité. A noter encore : • Un smoking de zerga:lba (albène lourd) blanc porté sur un ptlntaIon bleu nuit à faire ré ver. Comme dit le journal. On s'habille plus qu'à Paris aux colonies 1 ... ... Mais où l'on manque d'élégance ,. Peut-être, après tout, est-ce le même dandy de gouvernenr qui a fait la démonstration de ses sent ments artistiques en interdisant l'importation au Sénégal, la circulation et la cession des disques sur lesquels la société Le Chant du numde a imprimé les deux beaux poèmes de Keita Fodeba : Aube africaine et Minuit ... o élégance! -Ils: approuvent (et soutiennent ,L'action du M.B.A.P. D. L. Les originaires de Siedlec (ville importante d~ Pologne) sont de ceux qui n ·oublient. pas... Dimanche der nie rIeur amicale organisait, salle Lancry, une cérémonie commémorative à l'occ, si 0 n du 7- anniversaire de l'extermination par les nazis de A. LOTERSTEIN toute la populatilln de leur ville nalale. - C'était le 27 novembre 1942, nous dit le président M. Alter Loterstein. Les barbares hitlériens ont massacré ce jour-là plus de 20.000 personnes. hommes. femmes, enfants, vieillards, habitants de Siedlec et de ses environs. Tous nos parents et nos familles... Comment pourronsnous oublier cela? D.ns là salle, des hommes et des iEimmes de toute condition. B~aucoup de jeunes. Des visages graves .. L'atmosphère est émouvante et même poignante lorsqu'on procède à l'appel des disparus. Beaucoup de gens pleurent. - Nous devons penser maintenant à notre avenir, nous dit le président. Regardez ces jeunes. Ils sont presque tous nés en France qu'ils considèrent comme leur Patrie. - « Droit et Liberté ., que nos jeunes aiment et lisent. a donc un rôle important à jouer. C'est un joun1al qui aidera à éduquer notre jeunesse et formera dans Un esp(,it de justice les hommes de demain. 5. N. E P. Imp. Poissonnière 6. bou1. POissonniè.re PARIS (9.) A la suite d'une première prise de contact, l'Amicale Israélite de Montreuil avait invité la section locale du M.R.A.P. à envoyer une délégation il. son assemblée géneraIe qui s'est tenue le 23 novembre. La délégation était composée du président de la section de Montreuil, M. Maurice, et de notre ami Voisin, du secrétariat du M .R.A.P. de la regïon parisienne. C~t appel fut chaleureusement et unanimement accueilli par la nombreuse assemblée qui a décidé d'orgaitiser il. Montreuil, le 4 décembre, en commun accor'd avec la section du M.R A.P., une soirée de co11t1némoration pour toutes les victimes 'de la barbarie hitlérienne, de protester contre les pogromes d'Ira Ir. et contre la renaissance du nazisme en Allemagne. De nombreuses et intéressantes interventions ont marqué le total accord de cette société avec l'action que mene le M.R.A.P. Nul doute que aans un très proche avenir, l'Amicale Israélite de Montreuil donnera son adhésion il. notre mouvement Nous remercions ici vivement M . le président de l'Amicale, M. Eisemberg, ainsi que les membres de son bureau pour la haute compréhension et la sympathie qu'ils ont témoignées envers le M.R.A.P. qui devient de plus en plus le TOUS LES VENDREDIS .DROIT ET LIBERTE contre 1", racisme et l'antisémitisme, pour la paix COMITE DE DIRECTION Andr6 BLUMEL Henri BULAWKO Maurice GRINSPAN Charles LIlDERMAN Plerre-Rcland LEVY Rédaction el administra tian; 6. Bd Poissouuière, PARIS·9' Té!.: PRO 15-01 et T~l. 81-14 Le gérant : Ch OVEZAREK Pour recevoir régulièrement « DROIT ET LIBERTE» ABONNEZ-VOUS en nous retournant ce bulletin à notre adresse 6, BOULEVARD POISSONNIERE, PARIS Je soussigné ___________________ _ denteurant _________________________________________ _ !ouscri~ un abonnement d DROIT ET LIBERTE de trois mois. six mois. un an (1) et en l'erse le montant à votre Compte chèque postn.l 6070-~8 Paris. Taril d'(Lbonnement ; 1 an. 1.100 francs; 6 mois, 600 fT.; 3 mois. ~OO fr. Etranger : 1 an, 1.600 fr.; 6 mois. 850 fr.; 3 mois, 450 francs (1) Rayer les mention. inutiles. centre de ralliement des masses unies dans la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix. A l'issue de cett~ réunion, de nombreux abonnements furent enregistrés pour Droit et Liberté. MEETI:"GS DE PROTESTATION DU M. R. A. P. Contre le relè.,ement du nazisme COlltre les pogromes d~lrak Pour la paix MONTREUIL. - Dimanche 1 décembre, à 20 h. sa, salle dtl Balto, 182, rue de ~aris à Montreuil. 18" ARR. -- Lundi 1) déeembre à. 20 h. 30, 7 rue Trétalgne, ,pa,rlsI8;. LIVRY-GARGAN. -- Mardi 6 décembre, A 20 h. 30, au « Mon Ciné », quartier des Angles. 0~t Ntm mor.k"mi~t.6~ (Officieux du State Department) Vraies ténèbres faux abîmes Ru,rmement de l'Allemagne occidentale eli plusieurs étape., en commençant par la « liberté . occidentale _ et la • free entérprise _ : Il est à peine besoin, pour comprendre la pOlitique de Washington, de lire entre les lignes qui .ulvent : Si l'on donne aux Allemands la liberté de choisir, ils préféreront certainement la liberté et les' occasions intéressantes que leur offre le monde occidental. à lout ce que la Russie peut leur offrir. Mais ces libertés et ces occasions ne doivent pas être trop difficilement accessibles. Les Allemands n'exprimeront pas un choix poutique en notre faveur, comme M. ChurcJ;lÎll semblait l'indiquer l'autre jour. s'ils sont soumis .à une répression économique. On doi t leur permettre de mettre en oeuvre leurs énergies naturelles et leur génie industriel, et leur permettre d'en profiter. Les récentes discussions ont été dirigées dam ce sens. Les démantèlements seront ralentis. Les restrictions à la production de l'acier et les limitations à la nav igation seron t sans doute levées. On accordera à la République de l'Allemagne occidentale une partie de l 'autorité consulaire qui. habituellement, va de pair avec la souveraineté ... Nous devons envisager l'Allemagne et ses problèmes en ~omprenant qu'ils représentent essentiellement une lutte pour les âmes humaines: une lutte à la fois contre les ténèbres d'un nazisme renaissant et contre les noirs abimes du communisme. A qui fera.-t-on croire, après tout te quI .e passe en Allemarne ocldentale, que ce Jeu ne con.lot" pas à ml~er our de réelle. « ténèbres • oou. prétexte d '~vlter . 4·lma,lnalre. abilDOI T DROIT ET LIBERTE Voulez-vous jouer avec moâ? En évoquant la possibilité d'une prochaine guerre, le maréchal Montgomery (de Fontainebleau) a déclaré à Washington : - Je puis vous dtre que nous aurons du bOn temps, vraIment du bon temps et· que notre puissance de destruction sera ·considérable. Minute, maréchal 1 Nous sommes plusieurs centaines de millions bien déclùés à vous empêcher de rigoler. Heur.eusement 1 Argument de poche Dans une correspondance de Selby Bradford. "datée du QUartier Général de l'Union occidentalé à Fontainebleaù, le Dàily Mail annonce que les Etats-Unis ont mis au point une bombe atomique de poche. A l'égal du stylo, du briquet, du débouche-pipe et du 7-65, la bombe atomique de poche séra bientôt l 'instrument pratique et facilement maniable. indispensable à l 'homme moderne. Pour 'toutes dllicusslons d'affaires ! ... Et autres comprimés d'in'telligence Après plusieurs années de recherches, les docteurs Zlmmèl'man, Buremelster et Putman, de New-York, sont arrivés à cette conclusion que l'acide glutamique constitue le véritable spécifique des cerveaux arri&és. Ils ont isolé le produit et le presentent en qragées. De véritables comprimés d'intelligence. On avait déjà, il est vrai, le Reader's Digest. Des volontaires Dans les milieux autorisés am~ricains on dément les informations du correspondant des I;westia en Allemagne, selon lesquelles le gouvernement américain aurait obligé les savants allemands à tra vailler. sur les armes nouvelles aux Etats-Unis Dans ces milieux on déclare que près de mille savants allemands et autrichiens travaillent en effet au," Etats-Unis, en collaboration avec les savants américains, à des recherches portant sur les moteurs à réaction, les fusées contrôlées 'par radar. les métaux légers, les parachutes nouveau modèle, les moteurs Diesel légers à haut rendement, J'ar- . me atomique, etc.. mais qu'aucun d'entre eux n 'a été l'objet de la moindre pression pour se rendre aux E.ats-Unis. . bn a seulemEfnt fait valoir auprès d'eux qU'Ii n'y ·a pas, outre Atlantique, de tribunaux de dénazification. A une époque où ils ignoraient qu'il n'yen aurait pas non plus dans l'Allemagne de l'OUest. Toujours les mêmes! Le colonel Stirling, ex-çompagnon de Lawrence et, comme lui. de l'In'telllgence Service, a été abattu par cinq hommes armés à. Damas. Etabli commerçant en Syrie, ~e colonel Stirling avait de fréquents contacts avec les tribus àrabes. 'LI ' dépêche qui a appris au monde son assassinat se terminait par cette phrase laconiqque .: Plusieurs cO'mmunistes ont été arrêtés AUS8ITOT après l'agression. . ' Et quelques J,ulfs aussi, sam doute? Comme Un seul homme Pour la première fols les femmes ont voté en Syrie. En masse, les électrices sont al. lées aux urnes. Avec enthousiasme. A la vérité, 10.000 femmes seulement sur 815.000 ont le droit de vote en Syrie. . Pour être électrice, Il faut en effet savoir lire et écrire. Cette condition n'existe pl!.' toutefois pour les électeurs. la tribune des Nalions (Paris, commentaires internationaux) . ~ion des vingt-cinq di.,isions ... N'est-II pas Inouï de songer que, cinq ans après la victoIre, la reconstitution de la Wehrmacht oolt à. l'ordre du jour? Mals les faits sont là : iles Allemands les plus farouchement nationaliste~. les plus profondément persuadés de la vocation militaire de leur patrie n'auraient pas osé se dem~nder en 1945 : « L'Allemagne sera-t-elle en 1952 la plus forte puissance militaire de l'Europe occidentale? •. Et pourtant, si l'on en croit les dernières informations - non pas les derniers échos - il ne serait plus impossible non seulement de la poser 'mais encore de pouvoir un jour y répondre affirmativement. Certains cercles américains. parlementaires ·ou dirigeants, ont repris l 'idée d'une phalange de mercenaires payés à mi-salaire du G.!. Acceptons le chiffre, vraisemblabhi, de 25 divisions. ... 25 divisions sur l'organisation technique desquelles le colonel X ... apporte d'Intéressantes (et Inquiétantes) précisIons : Il est permis de penser que cette armée serait constituée sur le type. léger d'in tervention • soit; - Deux corps blindés à 2 D.B. et 2 D.l. ; - Peul·être deux divisions aéroporlées

'

- Douze divisions d'infanterie motorisée ' ; - Un groupement de choc (équivalant à trois divisions et comportant des bataillons de choc • 1 11 111 11 (111 111 1111111 111 111 111 11 111 11 1111111 11 111 1111 111 II I, 11 111 1111 111 . 11 1111 1I II I II I II I II ' UI HI Ii IIIIUI II I II I I. ll lll tlll ' .: 1 LA TRIBUNE DE D. L·I ~ ! . ' Sur tous les tons i Les Juifs sonl-ils i

" ID a u d ils " ? 1

Bon sens Un chat entrait l'autre jour ch@z un chausseur des bouleva,rds. - Donnez-mol, elit-II, une paire de chaussures. Le chausseur présente plusieurs modèles. Le chat essaie. En choisit un et demande: . - Combien? - Huit mille francs. Le chat pale. - Merci, dit le chaùsseur, mals c'est bien la première fols que je vois un chat ... - Pas étonnant, répond lé chat. Les chaussures sont trép chères. S'agit' de s'entendre Droit et Liberté laissait apprécier à ses lecteurs, jl n 'y a paS longtemps, certain article publié par le. Journal Le Populaire (directeur Léon Blutl\) , où il était dit que les Juifs en U.R.S.S. ... ont formé les cadres d~s organUimes économiques soviétiques et, dotés d'appointements énormes (ils) continuent la vie bourgeooee. Droit et Liberté a relevé dans L'Echo Sioniste (du 14 novembre) un article d'un certain M. Eph· raïm ~elèn lequel Les pays de démocratie populaire et la Russie elle-ntême, où l'antisémitisme est considéré ctlmme un délit, ne sont pas à l'abri de cett'e vague antijuive. Le soin avec lequel l'U.R.S.S. écarte les Juifs des postes dirigeants prouve que la Russie socialiste doit ménager la susceptibilité de l 'opinion populaire Essayons de comprendre. Les Juifs forment-ils les cadres, comme dit Le Populaire ? Ou bien sont-ilS écartés des postes dirigeants, comme dit L'Echo SionUite ? SI encore il y avait, pour nous éclairer. la moindre preuve, le plus petit fait ... Mais rien dans Le PopUlaire Rien dans L'Echo Sioniste / Alors ? .. La musique ~ ~ ~ ~ : Une lettre de M. Maurice VANIKOFF 1 ~ ~ ~! ~près les lettr .. dt M. l'abllé Honoré Marty et cfe l'hlst?r1en ~ Jules Isaac répondant ~ 1,. question posée par M. Blocb-N~gat: ~ " • Les J ults sont-Us maudIts? -, nOllS recevons de M. Maurice ;; Force nous est de J)enser que les;; Vanikoff président de la Fédération des Anciens combattanb~_~-; Juifs ont, en U.R.S.S., les m~mes~! .lulfset 'membre de. « Amitiés Judéo-Chrétiennes _. la COtn- _ droits que les autres citoyens ... (Ce qui déplait au Populaire). ~ munlcaUon .ulvante: •~• ... Mals aussi les mêmes devoirs. ~ J'ai lu dans votre numéro du 1er ~écembr~ 1949 la let- ~ (Ce que L'Echo Sioniste juge -~~ tTe du professeur Jules Isaac en repons.e a la questton ~ intolérable). qui avai t été posée dans le numéro pré~e~ent par . un. de ~ Deux « canards ~, en somme, ~ vos lecteurs, M. Bloch.-Négat, sur la ma!edtcttOn qUt pese-

h~iSn'j'g~~;~e~~u~a~~:;,~r~eViCharles 22 janvier 2010 à 09:59 (UTC) ~ ritit sur les Juifs. . ~,,_

concêrt. ~ Notre v!ce-pl'ésident, M. Jules Isaac, 1'ecom;mande a ~?~ Antisoviétlquê. ;; le~teurS la l'/lponse catholique que le R..P. Demltnn a de3a ~ N on, le peuple de France ;;.__ j aite à cette question et vous sig~a!e' ega!em:en: « !e.s .1 0 ~. points- de Se~lisberg » qw ont éte o.doptes a ! unammtté ~ n'est pas a~tisémite ~ par le Congrès international de Chréttens et de Ju* tenu ~._ ~ à Seelisberg en 1947 et confirmé ' par le congrès suwant Le journal Maccabi, analysant qui s'est tenu en 1948, à Fribourg. ..~_ ces temps derniers la vie poli tl- 1 d é ql.\e française, se !lvrait à de sin- ~ Je vous envoie, par même courrier, es. eux num ro.s ;! gulières réflexions. Du' point de;; ae l'Amitié judéo-chrétienne où cette questton a. été prevu~ juif, écrivait-il, on peut se de- ~ sentée par les renrésentants Qualifiés des confesstons chré- "._ mander si Léon Blum et Jules;; tienne et juive, ~t je pen~e qu'il vous sera possible, dans Moch ont bien "fait, dans la: 81-;; ces conditions d'en publter de larges extratts dans votre ~ tuation présente, de prendre dàns ~ plus prochain 'numéro pour l'édification de vos lecteurs. ;; leurs mains les rtlnes ' de la poli- ~ ~ tique française. ;; Extrait d'une éttlde du R.P. DEMANN • L~s Juifs sont-Ils ;; C'était en effet le temps où Ju- ~_ ~ les Moch essayait de coru;tltuer;; maudits? '. ~. un 'gouvernement et où (sans être •~• L" t 't t" ., xprime dans l'idée de la malé- - 1 t"'t) d t è 111 erpre a IOn qUl se, h' t' ~. pour ce a an Ise ml es· ers diction d'Israël utilise, sans doute, des donne~s IS onques .~.!;_. nombreux Français répondaient ~ et des données chrétiennes, mais elle les deforme mons~!~;Charles 22 janvier 2010 à 09:59 (UTC) ent à la question de ~ trueusement les unes et les autres. Y a-t-il lieu de con- Beaucoup, notait • Maccabi ,~ . fronter' cette idée avec la doctrine chrétienne? Pour c,;l1e- ~ espèrent que le gouvernement ~_ ci, admettre qu'il puisse y avoir un seul hom~e « maudit», :Charles_ Moch est un enfant mort-né. et à plus forte raison tout un peuple,. voue par Dieu au Et Maccabi d'en rechercher les ~ malheur temporel ou éternel, ce serait nier notre Dleuraisons. ~~ . Sauveur, qui veut le bien, le bien total" le salut de .tous ~ Peut-être est - ce parce que les hommes; ce serait nier aussi la RedemptJo~ umv,:r- , " M. Moch s'est 6llustré dans une ~ selle dans le Christ et la catholicité de son Eglise.; mer ;; ~~ICharlestéCharlesr c~rrière de ministre ~ enfin la liberté spirituelle de l'homme. Bref, ce serait mer ~ Maccabi ne fait même pas al-" Dieu nier lc Christ, nier l'homme. ~.- lus Ion à cette circonstance. C'est parce Cfije Jules Mach est juif, écrit ce journal. . Et de prétendre Que le sentiment populaire en France e.~t encore influencé par l'antisémitisme hitlérien. Imputation peut-être commode pour expliquer l'échec de Jules Moch, mais que les Juifs 'de France seront les premiers à relever comme une Inj ure Imbécile. ~ Le~ chrétiens qui parlent de Juifs maudits préten?ront - ne pas aller i usque-là. Mais est-il ?ans. leur pOUVOIr de ~ limiter les résonances' naturelles, hlstorlctues et SOCiales, ~. ~ 'et la logique interne de leur parole ? ~•. ' ~ L'idée de malédiction traduit donc une!nterpr~tation _ irrecevable de la destinée juive. Mais cette. lI:terpretatlo~ ~ ~ n'est pas toujours « platonique ». D~ns la l1t~erat':lre anh- : ~ sémitique moderne, elle est employee parfOIS tres cons- r

ciemment pour justifier des théories ou des. me~~es antl- ~

~ juives. A l'antisémite, fût-il le plus anhchrehen, tout r ~ argument est bon. . ,.. _ ~ On sait comment, au moyen âge, certaines theones anh- ;

juives furent élab?rées par de candides thé?logiens et c~n~- ~ .

~ ni stes pour justifier les spoliatIOn!; d.es prmc~s. La. th~o!le ~ . ~ de 1a malédiction ne doit pas sa naissance a des mterets ! ~ de ce génre, mais sa con'Servation et sa, propaga~ion, à i ~ l'époque moderne, ont certainement profite de connivences ~, ~ intéressées. ~ ~ . ~I,III II I \\11 1' 11 111111 111 ' 111 fi 1111 111 11 11 1 11 11 1111 111 11111111111111111111 1111111111111111 IIII I IIIIIIIIIIIJ! I II I II I II I IIIIIIIIII~I I;:~. VIfJDY A PARIS, (S'UITE DE LA PREMIÈRE PAGE) voir couvert l 'épurll-tlon, q.'avolr collaboré (bien malgré lui, sans doute) avec les communistes. Cette querelle de boutique était si vive Que des groupes sympathisants à De Gaulle firent un jour une incursion au siège d.e Réalisme

et jetèrent par la fenêtre

les livres qui s'y trouvaient. Mals, depuis, les choses ont considérablement ~hangé. Des voyages ont eu lieu entre. le boulevard Saint-Michel et Colombey- Ies-deux-Eglises. Des réunions ont mis en contact de nombreux rescapés de la collaboration, et « Réalisme . Qui, sur le plan organisationnel. reste totalement clandestin, est parvenu à regrouper sous sa houlétte tout ce l'jue notre pays compte d'antlrépubllcalns. FIN D'UNE QUERELLE QE FAMILLE Voici ce qu'écrlvait l'an dern ier « Réalisme » au lendemain . des élections au Ccnseil de la RépublIque

« Nous constatons q1.e aharles De Gaulle a obtenu un nouveau succès et que, s'il a gagné, c'est, qu'on le veuille ou non, parce qu'ü a changé Bon programme, radicalement et sans vergogne / ou commandos, des équipes S.A.S. pour missions de sabolage, encadrement de partisans. actions. d'avant-garde parachutées ou d'arrière.-garde • sortant de terre » dans les lignes de communications ennemies). LE PQP-ULAIRE (Paris, dirigeants S.F.I.O.) M. Léon Blum veut qu'on fasse l'Europe Cependant, 111. Léon BI um s'attache à justIfier l'allian.e de notre pay. avec l'Allemagne de M. Adena. uer, en la. présentant sous le jour d'un rapprochement francoallePnand qui s'inscrirait dans le cadre de I·Europe. M&15 Il lui but bien, d'abord, tenir compte des Inqul~tudes de l'opinion française

Un de nos camarades les plus familiers avec les affaires aIJemandes et la vie allemande m'écrivait hier encor~ : « Je pense que vous avez remarqué où veut en venir Adenauer ~ ... Pour l 'instant on ne nous parle encore. il est vrai, que de la céramique, de ;'horlogerie, de la verrerie. Mais les appréhensions de mon correspondant sont légitimes. L'industrie lourde et spécialement la métallvrgie auront bientôt leur tour. C'e.t-à-dire que les magnats de Hitler seraient 8auvés, et que J'entente francoallèmande se réaliserait sous l'autorité et au profit du grand capitalisme. On peut se demander si 111. BI um ne tend (las précisément au mê'1le résultat, en usant d'un vocabulaIre dHférent. Si l'industrie lourde allemande « Il est, à présent, anticommunis! e forcené ... Il e!L pour là libre enlreprise conli'e la charte du C. N.R ... Il est « sénatoph!le » ~t contl'e la Chambre unique... Il s'élève contre le résistantialisme (entendez: la résistance national ~) ct parle à mots couverts d·.am· nis!ie. « Nous prenons acte et nous n'hésilons pas à féliciter le préstdent du R.P.F. de la nouvelle orientation de sa pensée ..• • Le Général De Gaulle a re' connu s'étre trompé ». Depuis, raccord '-st devenu si complet que les a·ttaques con Ire' De Gaulle on.t dispal"U de « Réalisme » et les livres ouvertemenL antigaulliste. s de sa librairie. Et « Rétllisme » a RU i'occasion de féliciler encore l'apprenti-dlcta· teur. En p3.rtlculier quand il a prononcé des discours en faveur de l'Allemagne Occidentale, du plan Marshall et, surlout, de P~tain . Récemment, des députes gaullistes onL demandé !Jo l'Assem' blé Na:jona:e la libératIon de Pétain

la c,uerede de famille est

officiellement terminée. UNE EQUIPE DE COLLABOS Qui dirige « Réalisme • ? Le directeur·géranl en· est un certain René Collard, 57 ans, qUI p.st. en même temps, président et fondateur du Syndicat de la Presse Acquit~ée. Ce, Syndicat est, on doit être inlégrée dans un groupement économique plus vaste, nous devons faire en sorte que J'opération se réalise sous la forme, non '\las d'une entente bilatérale enlre la France et l'Allemagne, non pas d'une soi-disant enlente régionale comme le Fritalux. mais dans le cadre de l'organisation européenne. Nous sommes donc toujours ramenés à la même conclusion. Il faut faire l'Europe. ... Et. notamment, ce combinat Industriel Ruhr-Lonaine, dans lequel - la démonstration en a été faite depuis longtemps - l'économie française déviendralt la vassale d'une Allemagne ayant reconquis sa place dominante en Europe ... . 1!ibitlltiou (Paris, républicain ae gauche) Sécurité française d'abord Sous le titre : ~ Nous ne sommes pa! dupe. " M. Marcel Fourrier invite ses lecteurs c à penser Ira.nçais a.vant de ra.hmoner « eu .. ropéen ". Hitler était « européen • à sa façon. Nous avons compris la leçon - je l'espère tout au moins. Sécurité. Oui, c'est bien là une première et· indispensable condition pour faire un pas en direction des Allemands: Quelles garanties M. Schuman a-t-il donc obtenues ? La parole de M. Adenauer. Non merci. Alors celle des Américains. Mais que nous promettent exactement les Améri- , cains ? De nous soutenir éVènt'Y: llement d.ns le 'cadre des obligations découlllnt du Pacte Atlantique. M~is le Pacte Atlanticlue le sait, ccnst!\ué par un groupe de ' directeurs de journaux collaborateurs, qui n'ont, en réalité, pas été « acquitlés ». mais dont les dossiers ont élé opporlunément classes avan t touL jugement, Collard qui dirig'ait, sous l'occupa· tion le journal « L'Abeille d·Etam· pes .», est aujourd'hui - cu Il cumule les fonctions. - admmlstra· teur de « 'La Liberté de Seine· et· Marne », c,ui s'imprime à Fontai· nebleau. Il fu~ aussi l'un des ac· tionnaires-fondateurs de « In: l'r· Franee ». l'agence hitlérienne créée dès avant la guerre et qui contrôl~ tous I~s journaux de province de 1940 à 1944. Av~ lui' collaborent un 'cer:atn L. Poullain, directeur de « La' Vigie de Dieppe », tous l'occupation, el, dans Je même temps, vice·préctdent du Groupement corporallf d ~ la Presse hebdomadaire de province, condamné d~puis à 5 ans de travaux forcés. à l'indignité nationale à vie et à la confiscation de ses biens; un certain Jacques ~ienaimé,,· secrétaire du Syndicat de la Prpsse Acqulttép-, ancien directeur du journal collaborateur « Le Publicaleur de Z'Orne l; un certain Rober~ Giroux. un certain Eugène Létailleur, etc. . LE REGROUPEMENT SE POURSUIT Les buts de' « Réalisme ,. ? D'abord, regrouper tUS les colagencé, non pour protéger la France de l'Allemagne (notre constante ennemi), mais l'Amér. iqu.e de la Russie, (notre tradiUonnelle alliée). AinsI le réarmemeut de l'Allemagne occidentale e8t Jan. la Jogique d'une Europe qui ne comnlence sur le Rhin, mais sur l'Elbe. CE MATIN - Le PAXS - (Paris, gaulliste) La première motière première de M. Krupp Le récent protocole conclu entre M. Adenauer et les hauts commi~salres aillés n' .. t certes pas fait pour apaiser l'opinion française (la plus large). On s'en rend compte à la lecture de journaux pourlant fort enclins à soutenir la politique allemande deI lIulssances occidentales. M. H~nry de Korab, par exemple, ne peut s'empêcher dilronlser : Le texte de l'accord est d'une haute tenue. Sa sobre emphase _ excuse ce rapprochement voulu de. deux termes disparates - peut faire excellente Impression sur l'âme germaniq\le. Aussi est-on éberlué de voir le Dally Herald, déjà nommé, pêcher dans ce document. par ailleurs conc!,et. la seule chose stupide. à sa VOIr la promesse de M. Adenauer que jamais le goût d'un quelconque totalilarisme ne rei1eurira en AIJemagne. . Comme~t diable peut-on promettre 1 impondérable ? C'est comme si votre fumiste (la comparaison est de circonstance) vous promettait un feu sans fumée. Plus palpable est la promesse du chancelier de décarteliser l'industrie. Elle est aisément contrôlable si J'on s'en donne la peine. Or, il est avéré aujourd'bui que ce sont les trusts (depuis Krupp jusqu'à Thyssen. en passant par Hugo Stinnes) qui considéraient la guerre comme « la première de leurs matières premières •• labo3· Dans 'une lettre & un metl al1!i», le « délégué générai » de « Réalisme » écrivait, en janvier 1949 : « Avec quelques-uns IZe nos meilleurs amis, nous auons ... esttmé qu'Il élait nécessaire de fédérer les méconte nts, les spoliés, 1 es cocus de t01..te 80rte qui doivent il. la TV' leurs misères. Et quand je dis amis, je ne songe pas seulement à ceux qut étaient avec nous dans les camps et les ' prisons, mais il. bien d'autres, teI3" le professeur Louis ROUgier, Paul Fa"re... Je do!3 vous dire que. noU3 avons le vent en poupe, que' le su~s a dépassé nos plus grancis espoirs. « A côté de ce regroupement," nous en a~ons commencé un au·· tre, infiniment plus difficile par-. Ce qu'il conditionne des mOvens. matériels puis;(znts et qu'il est suivi d'u.'n « pool de la presse amie ». . « Mon cher vieux Louis, que vous 1 isiez « Réalisme », « Eeril" de Paris » ou (1 Paroles Fran- . çalses », Vous pouvez imaglnèr que les mêmee sont derrière. », Le « pool de la 'pre!se amie ». comprend aussi. hélas, bien d'autres journaux. Mêmes hommes· Même progrlj. m~e. Nous y reviendrons. A. L. Des pessimistes diront sans doute que cette paix n'est qu'un bout de papier. Certes, il y a des mots historiques percutants qui ont la VIC dure. (Londres, revue juive antifascist,) D'un député tra.,ailliste de gauche sur une fable antiso.,iétique Que les antisoviétiqUe5 aient r~_ pan du la fable .elon laquelle il Y' aurait de l'antisémitisme en V.R. S.S., ce n'est pas un hasar.d. Ecoutons plutôt le député travail_ liste de gauche, Ivor Moectagu : Je me souviens de la première' fois où l'accusation d'antisémItisme .cut lancée contre l'U.R.S.S. Alors, comme aujourd'hui, elle prenait place dans des préparatifs de guerre. Le Juif, désil1né à l'anéantissement physique, devait · perdre tout espoir. Le pays du. socialisme, cible de tous les pactes. de toutes les manoeuvres, devait être insulté, calomnié ... En réalité. aujourd'hui. ,l'antisémitisme se dévelopne, offioiellement encoura(\é, en Grande-Bre_ tagne. L'appareii policier de l'Etat , sert aussi à la protection de Motkley, à la pénétration de ses doctrines hideuses dans le crâne 1es gens. De."ant les Cours de justice, les servIces de guerre des Juifs sont minimisés, les insultes des antisémites. ignorées ou excusées. ' C'est contre Bevin que M. Ivor ~Iont .. gu conclut SOn article : Les faux témoignages. les rilgots, la répétition mêcanique etes ' mêmes calomnies contre l·U.R.S. S. visent un objectif : la guerre. Ne sont-ils pas autant de crimes contre l'humanité, et en même. temps contre les Juifs ? '. 1 • , \ ... • 1 • , ' " .. , ' OR.OIT ET lIBER.'rt 3- Un reportil~e de Jean MONTAGNEY l. - Le Mikado ne descend ~plus du Soleil~ Le ctimat de la Chine du Sud, chaud et humide, est assez dur. Pour nous reposer un peu, nous allions tous les deux ou trois ans, passer quelques semaines au Japon. Je faisais le voyage de Kobé à Osaka, par petites étap es, évitant.les centres, sur un de ces vélos japonais, bon marché, certes, mais effroyablement camelote. ~e traj~t et~jt un enchante~en't. Il y ava it_ tant de.. petites mai .. ons proprettes, comme vermes, de Jardms en fleurs qUi vous secou aient au Vlsage les pét.ales roses des pêchers! Et puis l'hospitalité des au-' veiliait les moindres c e,xté- L'empereur est le ptus resp;nsa" berges de campagne n'était riorlsations . Un mot pouvait ble des crimInels de guerre. Il est pas chère, pour deux, yens on envoyer à la prison, à la tor- Impossibte de croire qu'il ne conavait le glte et le couvert ture, parfois à la mort. Jtaissait pas l'attaque de Pearlsans oublier le bain, ce bain que les Japonais prennent presque bouillant et dont je sortais à moitié cuit, Comme le combustible était assez rare, lorsque « l'honorable étranger » s'était lavé, l'hôteli, er et sa famille profitait de , l'eau chaude, parfois même les voisins et les toutes petiites servantes qui, le klmono enlevé, n'étaient guère plus grosses qu'un chaton. Cela c'était le Japon pour touristes, le ' Japon pour cartes postales, celui de Loti, celui de Farrère. A côté il y avait l'autre, le vrai, mals on ne le voyait pas car Il était caché sous une monstrueuse hypocrisie, sous un décor de comédie, ou pour mieux dire, de drame. 'Une armée et une police Harbor. Si vraiment l'empereur ne [ut pas capable de discerner un [ait aussi évident, la soi-disant politique nationale du Japon qui con[le la vie et la mort de 60 mû" lions d'hommes à un tet i mbécil~ devrait être abolie une fois pour toutes, /( Un tel imbécile! » Décidément le respect dû aU céleste empereur était en forte baisse. (A suivre). Une manifestatloll .yndlcale 1 'l'oklo en 1948 .u LUNDïl Eclatante manifestation d'union dernier ' ' à la- (DE LOUIS MARIN A FLORIMOND BONTE) MUTUALITÉ CONTRE LES POGROMES D'IRAK ( Encore un m eeting? Non, encore une balaille l " C'est ,par ces mot~ ?e Me A ndré Blume~ que s'ouvrait: lundi soir, a.la Mul~al~te, la belle et enthou,slaste Assemblee qui avait repondu .a ) appel du. M.R_A.P. : Union et action pour arrêter les cnmes du nazisme en lrak et pour défendre la paix 1 beaucoup. Croyez-moi je l'ai bien vu au cours de ma longue carrière, quand des gouverntments sont Obligés de partir, c'est bien souvent sous la pression de l'opinion ... ' (applaudissements prolongés) . La voix d'un démocrate irakien C'est la même impression 'de combattivité et de courage qui se dégage de l'intervention du Dr. Mastane, un Irakien, Qui pllcrle au La salle et la tribune 01- neur du M.R.P., prof. Marcel llom de ses compatriotes progresfraient l'Image de la plus large Prenant, prof. Hadamard, etc. ~ De tout son coeur et de slstes. ~ Nous sallons Q.ue le gouunion. t t· tlernem.ent de Nouri Satd a ell On remarquait notamment!, parmi les personnalités pré- 1 sentes, MM. Loui~ Marin, député, ancien ministre, Florimond Bonte, député, membre du Comité Central du Parti Communiste Français, LyonCaen, président de Chambre à la Cour de Cassation, Dr. Mastane, délégué du mouvement démocratique Irakien, Elie BIoncourt, seecrétalre général du Parti Socialiste Unitaire, Maurice Grinspan, secrétaire général du M.R.A.P., Youdine, secrétaire du M.R.A.P.; Gotlieb ,observateur de l'Alliance Israélite, André Leroy, secerétalre général de la F.N. D.I.R.P" etc., etc. Des messages de solidarité ont été enVOyés par MM. Fernand Bouxom, député M.RP., Gabriel IAsette, déput;& RD.A. du Tchad Dr. Jean Dal'sace, Jean Min; oz, député socialiste, Robert Chambeiron, député républicain progressiste, Marc Sangnier, député, président d'hon- LOUIS MARIN : Il existe un assez fort courant de démocratie dans le monde ... ou e sa ratson , M. Lyon- reCOUrs aux pires méthodes 1'0,Caen, président de Chambre à cIstes. paree qu'il est affolé par 'es la Cour de Cassation, apporte progres du mouvement pOur la son adhésion au M.RA.P. M. paIX. Il tleut b,.iser notre lutte de Lyon-Caen a souffert cruelle- libération lIationdle, nnus imposer ment de la perte de ses trois , MS, traités de servitude, nous en- Il y a quelques jours à pel- fils, assassinés par les nazis. tramer dans des blocs d'agresne, M. Louis Marin disait 3. et« il est tout naturel, dit-il, sIOn.» L'antisémitisme n'est ja· l'A ssem""'l é e Nationale, avec que. j'adhèt re à un mouveme7•' t smaass~m usn d peh éBnaogmdaèdn,e aisvoalnét: lleess paos·- l'éloquence que l'on sait, l'in- qUt camp e des représentants gromes, ont déjà pendu sur la quiétUde de la France devant de toutes les ' tendances et qui place pUblique, sans distinction la renaissance ' du péril alle- a précisement pour but d'em- d'origines, ces quatre dirigeants mand. TI se retrouve tout na! pécher le retour des souffran- ouvners: Fehede un Chrétien turellement parlI}1 nous pour ces que nous avons connues . Chibibi. un Musulman Besslm' stigmatiser la guerre de Hitler Ce très haut magistrat s'asso- ,un Chille, Yehuda, Un Julf' qui continue en Irak: 4: L'l- cie -à une cause qui défend «C' est. pourquo( nous sommes Û~ k . « ce que nous considerons champtons cie l'union sans réserra , que 1e sache, tait partie ve de tous les opprimés. No'U& de l'O.N.U. Loin de rester des comme ce qu'il y a de plUS sa- n'oublierons jamais quant à nous specbateurs ""assifs, il ' nous cre: les droits de l'homme, ces patriotes l' " . k' i t!lut taire prep ssion sur ses re- l'e" gaZt·te· sans dl'st•'nc•t'o n de 1.a nvier 1948, Usot uss tlraa cleonnsd Uqiute , deun présentants, les placer devant ra.clI ou de religion, la paiX,. rablnn Sa,ssOu.n, ont ,pri, ,une si leurs responsabilités, pour 'que _(VIfs %.~'ppla!ldl~seII)ents). large part au mouvement qut emcessent les crimes qui u com- ' , pécha III rat,ifica.tflm du tTait~ de mettent ~à-bas_ IL existe au- FLORIM,OND BONTE:, Sang !:t:t~~th (vifs appla-Îl~issejourd'hui, dit M. Louis Marin, un assez Jort courant de dé- et pétrole ,en Irak... . Les Fran!;ais ••• , mocratie à travers le monde ' 'Toute atteInte à la l--rté et s' pour que l , opt.nl.o n publique, « Le chemin de l'honneur la Paix, qu'elle se prO"d'"u ise toot alerUe par nous, agisse utile- Z'améne ici , a pu dire Me An- pr_ès de nous, ou dans 1:ID. pays ment. L'opinion, peut fairll ' dré Blumel en annonçant M. al\ssi lointain qUe I·Ira.t, est une Elorimo~d, Bonte, et c'est l'ar menac.e pour vous et moi... Te~ une longue 'ovation. que l'a8- est notamment le sens de ' l'é1nQuelqu'un a défini l'Empire du Soleil levant de façon lapidalre: « Une armée et une police ). C'était bien cela. On ,sait que la plus grande llartle de l'Industrie, du commerce, de la banque, était entre les mains de « t;rusts » _ on dit aujourd'hui Zaibatsu - dont les plus connus, les plus énormes, les Mitsuibishl et les Matsui, dirigeaient en fait les destinées de l'Etat. Ces oligarchies s'appuyaient sur les cliques politiques protégées elles-mêmes par les militaristes. La comédie de l'hoDDeur La terre? Tout comme en Chine .elle ét~it la propriété des seigneurs ,féodaux et la conciition des fermiers se trouvait fort voisine de celle des serfs de jadis. la question allemande· en 44 répliques slstance accueille le représen- , queute in~rvention fa{~e par M. tant du Parti Communiste, le Leman, radIcal de gauche, au nom député, le directeur de «Fran- du Conseil national des Combatce Nouvelle:.. Discours salsis- tants, d" la LIberté et de ia Paix. sant de Qlarté et de précision, Le Paria populaire, le Paris 'des véritable réqulsitol're contre vsyé ndlaic avtosi xo upvo,ruierr sp aro tteosutejor ucrosénltree- Un nombre considérable de Eociétés fascistes ou ultranationalistes, comme le ~ Dragon noir », « L'Océan noir », ~ L'Action céleste », etc .. , formait une armature solide de mouchards, de tortionnaires, d'exécuteurs. Le fanatisme des adeptes était inconcevable, ils en donnèrent la preuve, le 26 février 1936, en trucidant proprement le vicomte Malto Makoto, le ministre des Flnance~ . et quantité de politiciens . et de militaires qui av~ent eu le tort de ne pa;; partager leurs idées sur la politique de ,guerre. L'obligation de prOduire à faible prix pour l'exportation maintenait les salaires anormalement bas. On explOitait les femmes, tes enfants ..:.. des petites filles de neuf à dix ans travaillaient sous le fouet dans 'les manufactures - aucu n e association syndicale n'étai t tolérée, le drolt de grève n'existait pa~ . ' Et comme si tout cela ne suffisait point encore, le gouvernement avait émis la prétention de réglementer le cerveau humain, Il 'j avait dans chaque département un ~ contrôleur de la pensée :. . et cer'tainement cet homme regrettait de ne pas pouvoir ouvrir les crânes, mals Il sur- La femme n'était rien d'autre qu'une béte de travail dans les campagnes, de plaisir d.ans les villes, achetée, vendue comme un buffle ou un chiot. Mais, contrairement à ce qui se passait en Chine, toutes ces choses étaient soigneusement dissimulées. La comédie de l'honneur, de la probité, de la pudeur régnait en maîtresse et cette façade faisait Illusion à l'Européen non prévenu. L' empere.u r ... Chacun sait que la dynastie impériale du Japon est issue en droite ligne du soleil - par l'intermédiaire d'une déesse, s'entend - et il n'est pas douteux qu'une partie de la population, fanatisée, encore arriérée. vénérait le fils du soleil' à l'égal d'un dieu. L'empereur sortait peu. On le représentait méditant, Impassible, le regard lointain, sur les graves problèmes de l'Etat. En réalité, l' co lIlustre » se bornait à entériner les actes des politiciens, signait le plus souvent des « rescrits :lles yeux fermés. S'est-Il opposé à la guerre du Pacifique, comme certains l'ont prétendu? Rien de moins sür. Dans tous les cas, seul le parti communiste japonais demanda l'inscription - sans l'obtenir du reste - du Fils du Soleil sur la liste des criminels de guerre. Dans un article du journal « Akahata ;10, en date du 7 décembre 1945, Yoshlo Shlga, leader de ce parti, écriv'\ it : (Suite de la première pi~) M. le général Aumeran. 4! Je ne vous expliquerai pas comment de civils Ils deviendront militaires, ni ' comment le personnel spécialisé pourra servir à deux usages . M. Louis Marin (républicain indépendant). - ~ Si l'on , arrête les démantèlements. non se,ulement on n'exécutera plus aucune des conditions acc,eptées jadis à Yalta pour empêcher où ralentir un réarmement matériel et moral de . l'Allemagne, mals on supprimera le seul obstacle qui, à l'heure actuelle, s'oppose au réarmement de l'Allemagne occidentale . . M, te général Aumer~n. - « Faire de l'Allemagne de demain un Reich militaire c'est consacrer ' l'oeuvre des nazis. M. R. Schumap. - c Un réarmement allemand ? Au nom du gouvernement unanime je déclare solennellement que personne n 'ose affirmer qu'il soit commencé . M. François Billoux (communiste). - ~ Retenir collte que collte . l'Allemagne de l'Ouest dans le camp impérialiste, faire de cette Allemagne des trusts de la Ruhr le pivot de l'Europe Occidentale, la base du dispositif militaire dit Atlantique, telles sont les raisons 'qui ont motivé la réunion rapide de cette " conférence Acheson - Bevin- Schuman ». • M. R, Schuman. - c Ce serait un étrange paradoxe qu'alors que les Alliés confirment leur volonté d'achever la démilitarisation de l'Allemagne et la destruction de ses usine de guerre, ce que l'Allemagne accepte, l'idée d 'un réarmement p'ût surgir ,. M. Pierre Cot. - « Mals les Alllés demandent l'Intégration d'Allemands dans une « armée européenne :t. L'admettrez- vous ? Où bien Irez-vous jusqu'à la rupture- avec V05 Alliés occidentaux s'Ils veulent vous l'imposer ? ». M. R. Sohuman. - ... (Pas de réponse ); M. Pierre Cot. - « Vous vous taisez, 'alors cette perspective reste ouverte, et c'est là qu'est le danger . M. Paul Reynaud (indépendant). - c La question d'une armée allemanr;le nê peut se poser pour nous. Mals croyezvous que les clnq\ ou six dlviSiOllS anglo-américaines d'occupation suffIsent à barrer la toute aux cinq cents divisions russes du temps de guerre? ,. M. le général Aumeran. « Je trouve, pour ma part, criminel d'exposer notre pays et ceux qui nous sont cners au péril allemand, si grave, si évident, sous prétexte de parer à un danger si lointain . M. Pierre Cot. - c Ferezvous appel aux soldats allemands ? M. Schuman, - c Nous défendrons la France en Allemagne ). M. Pierre Cot. - c J 'enregistre que vos cOl1ceptlons stratégiques Impliquent que les soldats français _se battront sur le sol de l'Allemagne pen- SI L'ÉMISSAIRE DE LA' COUR DE CASSATION, S'ÉTAIT MO'lNS DÉPÊCHÉ M. MUlTER AURAIT DÛ S'EXPLIQUER ... BUTE, sournois. un regard étrangement provoquant filtrant de ses yeux mi-clos, Dupré « s'expliquait » devant la Cour de Justice de la Seine. Un sourire immuable plaqué sur ses lè'\ Ires molles, il entendait le président faire l'appel de tous les patriotes qu'il livra à la Gestapo : capitaine Pelletier, colonel Rondelay, colonel Beaufort, colonel Choupat, capitaine' Desbois, !\'Iasié, Jacquelin fusillés ; Novaro, assassiné par la police allemande ; Mme Maranne, Glanivet, Lcbas, 'Guy, Faillot, Renard morts en déportation - et tant d'autres... ' Lorsque la veuve du capitai- tion est mondiale. et qu'aune Pelletier, à bout de nerfs, iui jourd'bui elle continue à tralançait

' vaille.' pour la France (resie) .

_ Vous êtes un monstre, je ,A quoi, me direz-vous ? Et vous maudis ! bien, messieurs, à la ~éfense Il la toisait d'un regard rail- des hommes libres, naturèlleleur. Et lorsque le président, à ment. Vous me comprenez ... bout d'horreur, s'exlaroait : Dans les couloirs, ses interlo- - !\'lais enfin ! ne regrettez- cuteurs affectaient j usteroent vous rien? Tous ces morts, de ne pas comprendre. « C'est tous ces deuils dont vous, êtes responsables ... Il haussait les épaules : - Cela fait quatre ans que je suis à Fresnes : qui est-cc qui le regrette ? « La Légion Blanche II En un mot, il apparaissait lingulièrement sur de son fait. Le remords ne le hantait guère. pas plus qu'une cra inte. Il semblait avoir, sur l'issue dl-' Eon procès, de singulières assll; r ances . .Ii laissait entendre, a qui voulait l'entendre, que le réseau. hitlérien auquei il appartint fonctionnait toujpurs, qu'il avait, partout, des haro: mes en place que ceUX-Cl étaient à même 'de le protéger ... Et, sous le regard approba. teur de M' Tbder_Vignancourt, avocat militant de la trahison, J il expliquait à mi-voix : - VOliS compr,enez, je ne peux rien vous dil'c : J'appartenais il la « Légion Blanche » (sic) , Celle-ci, depuis la Libération, n'a pas cessé d'exister. Aussi, je ne puis révéler aucun détail. Tout ce q'ue je puis confier, c'est que notre organiSa.- Dupré est l'erplexe : Va.lton ? Où al-je entendu ce nom 1 un fOIl ! » s'e;;:ctamaient-ils, en haussant les epaules. Ils refusaient de cro.ire que l'homme . au service de la Gestapo, ait pu se mettre aux ordres d'intérêts plus permanents que ceux de l'Allemagne hitlérienne. Ils refusaient d'admettre qu'il pût avoir, en haut lieu, des amis susceptibles de lui éviter le châtiment réservé aux tra itres. Ils refusaient d'envisager l'existence d'une ~(internationale blanche li ... Il n'est ' pire sourd que celui qui ne veut entendre. Or. ils furent quand même obligés d'écouter, jusqu'au bout, Mme Solange Rondelay ... II: Il donnait des armes aux communistes ... II , Celle-ci est venue à la barre cri er vengeance. Son mari, dans la résistance, était le chef du « Plan Tortue lI . Parachuté de ' Londres en qualité de délégué militaire pour là zone Nord, il était chargé d'organiser la lutte contre leS divisions blindées nazies. Il Iut livré aux Allemands par Dupré, torturé èt exécuté. Ma;3 Dupré n'est pa.;' seul en cause dans la mOrL de ce colonel français résistant. Sa veuve accuse

- En avril 1944, mon mari m'a dit : (( Il y a, depuis quelque temps, de vt'ritables bécatombes dans nos organisations. Je suis ;. peu prês certain que Valton est il la base de certaines de ces arrestations... Il Un gf'a.nd silence sc fait dans la salle ; car ce Valton, c'est ... M. André Mutter, député d'e l'Au' be, ex-{lirecteur de ( Paroles Françaises l, et qui Justement a ttend son tour dans la salle des témoiru afin de prote$ter de sa contiance_. en Dupré 1 et Mme Rondela;r upllque 1 - MuUer a appris que mon mari le soupçonnait. Il a déclaré que c'était intolélable et quïl avait l'Iu:ention de " mener cette affaire jusqu'au bont l. Il fit ordonner à ses bommes d'abattre mon mari. A deulx reprises, J'a.t.tentat échoua. Il chargea alon un nommé MaUtelin de le déb3rrasscr d'un homme qu'il estil/lait dangereux. Et c'est ainsi que le secrétaire de Mathelin apporta à Dupré l'ordre d'exécution. Plus tard, MatbeIin et Dupré ont d'ailleurs reconnu ayoir fait arrëter mort mari ... Dupré, flegmatique, répond : - C'est exact. J'al monté l'opération avec lei Allemands. VOU$ comprenez. on disait que 'Rondelay donnait des armes a,"" communistes ! MadaM'è Rondelay précise : - Dep\lf'. cinq ans, j'ai demandé il être confrontée avec Mutter. Le jUif" d'instruction Gerbinis n'y a ja.mais consen!Î. .. Suspicion ... opportune ! Ce moment est-Il venu ? Devant la veuve du héros, te « témoin » Mutte.r va-toi! enfin devoir s'expliquer sur cette livraison de patriotes 8. la Gestapo et sur son amitié pour le traitt~ D\jpré ? Devra-t-Il enfin dire, Il son tour, cc qu'Il pense de la « Légion Blanche » et des hautes personnalités qui, déctdément. semblènt couvrir l'inculpé ? Non. Car, sorti comme un diable d'une balte. un émissaire de la Gour de Cassation vient prévenir le président de ce qu'e le procès doit être renvoyé « pour cause de suspicion légitime ll. Miraculeusement, la Haute ' Juridiction vole au S'acours de Dupré, de Mutter et de la « Légion Blanch ~ ~, L'audience est Ievép. dans la contusion et renvoyée aux calendas grecques. Si l'émissaire de la Coùr de Cassation s'était moins dépêché, Dupré et Mutter n'arboreraient peut-être pas un sourire a.ùss! triompha.nt ... lean-Francols ,DOMINlQu&. dant que la population allemande travaillera :.. M. Louis Marin. - « Le chancelier Adenauer a exigé l'entrée de l'Allemagne occidentale dans le Pacte mll1taire de l'Atlantique en déclarant ~ Comme nous ne disposons nous-mêmes d'aucun système de défense, nous devons logiquement laisser à d'autres le souci r;le notre sécurité ». ~ C'est imaginer que les Français devront défendre l'intégrité de l'Allemagne ! ». M. Guy Mollet S.F.I.O.). - « Certes, en Allemagne, nous avons' des amis qui ont ' été victimes de Hitler et méritent notre estime. Mais certains discours électoraux ne sont pas de nature à nous Inspirer confl3.1lce ). M. Louis Marin. - c M. Schumacher, préside~ des sociauxdémocrates, a dé'claré : 4: TI est impossible pour l'Allemagne d'accepter comme définitives ses frontières orientales. :)

. Nous le savons fort bien;

mals nous ne pensons pas que les Allemands caressent l'espoir de condamner ,des soldats français à reprendre les territoires en cause aux Polonais ou aux Russes ! . M. R. Schuman. , - ~ Une partiCipation militaire de l'Allemagne à la défense de des magnats de la Ruhr dans votre Europe occidentale. Or, l'histoire nous a appris à nous méfier de cette Allemagne des grands industriels qui trouve des appuis chez les financiers américains. :. M. Charles Serre. - « OutreRhin nous voyons âctuellement présents et debout les trois piliers ' de la puissance allemande dans tout ce qu'elle a de néfaste pour la paix :. j 'al nommé d'abord le capitalisme d'affaires et d'industrie de la R.uhr, ensuite la caste mllltaire qui, ,quelles que soient les mesures dont elle a été victime 'dans ses biens fermiers, en Prusse orientale, existe toujours dans l'ombre et est prête encore à se faire employer; enfin, l'ensemble des fonctionnaires prussiens et prusslanlsés. M. Ambroise Croizat (communiste). - « D'ailleurs, l'Assemblée de Strasbourg est une institution destinée à préparer la guerre. M. Guy Mollet. - ~ Le comité des ministres n'a rien fait pour permettre à l'Assemblée de Jouer son rôle. Si cet état de choses continue, on risque de briser le grap.d élan européen qui animait les délégués .• ' l'Europe se ferait contre no- P f . tre volonté, qui est de rame- IV _ eut-on aIre ner l'Allemagne au service ex- • clusif des oeuvres de paix ). . M. Pierre Cot. - « Ou bien 'une autre vous acceptez l'hypothèse d'une guerre criminelle, et politique' ? alors, en admettant l'hypo- • thèse impossible d'une victoire occidentale sur l'U.~.s.s., Laquelle? on se trouvera en presence • d'une Europe où l'Allemagne serait sans contre-poids, ce qui constitue un grave danger pour notre sécurité.

) Ou vous n'acceptez pas

cette hypothèse. Alon il n 'est Pas nécessaire de relever l'Allemagne

..

lu.- Les magna'ts delaRuhrvontils dominer l'Europe? Qui le veut? M. R. Schuman. - 4: Nous voulons Intégrer l'Allemagne dans une structure européenne . M. Louis Marin. - ~ La résolution de nos Alliés nous fait courir un danger : que l'Allemagne pénètre dans les organismes européens , avec l'égalité des droits, lui donnerait rapidement la mattrise de toute l'Eur,ope . M. R. Schuman. - c En acceptant d'envoyer , des délégués à l'Assemblée, l'Allemagne optera pour l'Europe occIdentale. Vouloir la maintenir au dehors ce sera"it la pousser vers un attentisme dangereux. M. Chhrles Serre. - 4: Je ne crois pas, pour ma part. qu'Il soit opportun actuellement d'invIter l'Allemagne de l'Ouest à s'asseoir autour d'une table où 11 n'y aurait ni vainqueur ni vaincu . M. R. Sohuman. - ~ Nous sommes convenus qu'un débat parlementaire aurait lieu av!l.nt l'admission de l'Allemagne au Conseil de l'Europe . M. Pierre Cot. - ~ Vous voulez Intégrer l'Allemagne dans l'Europe. Mals quelle Allemagne, dans quelle Europe et pourquoi? c n .'agit lM l'Allemape M. R.Schuman. - c Et quelle autre polltlque faire? Quelle autre politique aurait pu amener l'Allemagne dans le camp des démocraties occidentales? M. Charles Serre. -" La paix du monde exige,' en premier lieu, non pas le rapprochement franco-allemand, mals d'abord l'entente de la France, 'de la Grande-Bretagne, de l'Amérique et de la Russie. Tout ce . qui peut nuire au bon accord ,de ces quatre grands Etats est une entrave à la construction de la paix. M. Françoi8 Billoux. c Dans la zone d'occupation soviétique, où vient de naître la République Démocratique Allemande. les bases fondamentales du fascisme ont été détruites, ce qui garantit la sécurité de la France : cette République marque la volonté de réparer les crimes commis au nom du peuple allemand par Hitler. ,. Mme Mathilde PérI (communiste). - 4: La justice veut que soient éliminés et non ramenés au pouvoir les anciens soutiens de l'hitlérisme. ~ L'accortJ, conclu entre nos dirigeants et 1'111emagne de l'Ouest non dénazifiée soulève l'indignation des anciens déportés, prisonniers, des orphelins qui pâtissent les premiers de la politique gouvernementale d'abandon des réparations.

.

M. Charles Serr •. - ~ J 'avais quatre camarades dans la Résistance, un catholique, un Juif, un socialiste, un communiste. c Monsieur le ministre, ces quatre camarade. : le catholique, le jUif, le socialiste, le communiste sont morts. ns sont morts pour la France. Je vous lIVTe leurs noms comme des symboles, persuadé qu'LI n'I)st pas pOSSible pour la France de faire une politique extérieure qui trahisse la mémoire de l'un quelconque d'entre eux. • les maîtres de l'Irak, mais les Inju&tices, contre les perséc:u-' aussi hymne de confiance dans tians dirigées contre des mlnorl!les torces· de progrés et de tés raciales: secrétaire de l'Union paix ... Après àvoir cité le jour- des Syndicats de la Région par:!nal ~ Le Monde :. qui n'a pas SIenne, M. D. Bortgars évoque les craint de dire que, s'agissant heur~ sombres et glorIeuses de de l'Irak, « l'associatien ' du la guerre, la persécution antijulve sang et du pétrole n'avat·t 1'a- seu~ rg'laés rédsius tagnhcee tthoé rodïeq ueV adresso viinemais été aussi réelle , M. «Quoi qu'en ait dit Pétain les Bonte trace un pathétique ta- Français n'ont pas la mémoire I?leau de l'oppreSSion que les cour~~, et encore main! la classe valets de Bagdad, asservis aux ouvnere de France ' ll (applaudisCompagnies pétrolières, exer- se\llents) . cent sur le peuple irakien. « Pour un socialiste authentique Quelques chiffres: 7'.000 pa- c'est avqnt tout l'action au! comp~ . te », rappelle M, Elie Bioncourt trIO tes arrêtés au cours u seul secrétaire g'énéral du P,S,U,. ob: mois de juin 49, ptus de 20,000 servant que c'est le gouvprnement prisonniers politiques, dix quI aurait dû prendre l'initiative camps de concentration (de d'une protestation, l'existence desquels M. David Rousset semble fort peu se ... n'ont pas la mémoire soucier .. .l « le plus «tfroyable courte de ces camps, dit M. Bonte, se « l,es pogromeS d'Irak nous retrouve près de Bassoura, dans mettent en mémoire ~s ralles un désert. Il est divisé en cel- MS Juifs de Paris, en 1942, lorsIules d'un mètre carré. U11, té- Que la police opérait sous le coumoin oculaire a pu. en dire .' . vert du traître Pétain en faveur Est un surhomme celui qui duquel..;une s:;o;tdale:tLse c~mp~gn" 'T'este vivant après trois mois est ouverte aU10 lfrd hui li: M· And'internement... ) . M. Bonte liTé T~eroy, seC1"~talre général de donn it d' ff l la ,F,N.D,I,R.P, s mdlgne de la fé- , .e ensu e e royab es l'ocité de ceux qui installent au-- d.etalls sur les conditions de .jourd'hui, de nouveaux Auschwitz Vl~ des masses Irakiennes, en Irak pour préserver les dlviJUIfs, Arabes et Chrétiens con- aendcs des rois du pétrole, qul fondus. 4: Qu'on songe aussi préparent· la guerre cependant que le Code pénal irakien pu- qu'en Allemagne occidentale l'énit de mort ou. de travaux jor- ponge !lst pasree 8ur les crimes cés « toute personne ayant ai- des nar.lS. d~ à servir l'un des buts quel- L'enthousiasme et l'unanimité conques du sociaLisme ou. du avec lesquels l'assistance vote la commttn,isme ,. ! Délit d'oJ;ll- résolution finale ne la'issellt galnion dont l'exemple nous est re de doute sur la néces$ité et l'éfdonné par le gouvernement ci cacité de ce nouvelle bataille. des U.S.A. lui-même montant un procès contre les dirigeants du Parti Communiste américain ... C'est pour faire diversion au mécontentement du peuple, dont M. Bonte énumère Impl~oyablement les causes, qu'on a déclanché des pogromes en Irak. Et aussi pour servir une politique d'agression antisoviétlque, « mais le peuple irakien a dit non à la fameuse c Grande Syrie , il ne tient pas à devenir de la chair à canon dans une entreprise criminelle contre le pays du socialisme (appl.). L'abondance des nous oblige à matièr~s remettre à la semaine prochaine la suite des souvenir inédits d'EMILE BURÉ sur raffaire Dreyfus Ils s'en prennent aux lIlorts ••.• Les nazis ont passé par "là. Renou,velant le. ,exploits' 4es brutM hitlériennes qui opéra.ient dans l'Allemagne de 1933, Imitant les disciple. de Streicber qui, dans l'Allemagne occidentale de 1949, pillent le. synal[ogues et profanent les l'ierres tombales, ils ont pp.nétré nultamment dans le clmetlère juil 'de Strasbourg. Et Il. ont réalisé leur. mauvais c~ups: mQnumenls détériorés, stèles brisées, eroix (compa ..... bles à celles du Ku-Klux-Klan amérlealn) gravées sur la pierre. n. ont cru le moment venu d'utiliser de nouveau l'excitation antl· • , 1 • --4 DROIT ET LIBERTE . AIO MES ·:;ATbMES:.;ATOMES~: ATOM ES~: ... ~ .... • •• , .: .:- '-',' .. ' ; ."~-.: " \". ~ ;'. . ,', ,.",, , , ~' •• ;: f.: ',z, L'ÈRE ATOMIQUE EST OUVE'RTE ... PEU de temp$ aprè$ la dern i ~ r e conversatton avec le professeur NucullUl qui nolUl a dévoilé le secrst de l'éne7l(lte atomique, une vive dtscussion sur ce su1et , s'est engagée au 'cours d'une réunion extraorainaire du comité de rédaction de « Drott et Liberté ), Voiai un compte rendu (non sténographié) de cs débat ; afin d'éviter tout malentendu, les noms des interlocuteurs seront tenlUl secrets, - Dans quelques années, îe monde sera complètement transformé. Pénsez donc! Avec 1 gramme de matière quelconque on pourra obtenir autant d'énergie qu'avec trois mlllions de kilos de charbon L Quelques kilos de maItière 'remplaceront les mil' l1ards de tonnes de charbon On pourra. alors 6Upprilner toutes les centrales hynro et thermo-électriques. «'outes les machines, les au- , ~mobUes. 1es avions, fonction':' neront à l'énergie 4tomlque. On pourra. même construire des robots atoml!Wes et taire des voyages dans la. lune ... ). Tout cela ce sont des ragots des journaux de 1945 au lendelIIJ1. ln de la bombe d'Hiroshlllla. L'énergie atomique ne peut servir actuellement qu'à. détruire. La discussion. aurait encore con.tinué longtemps sur ce ton explosif st le.s adversaires n'avaient enfit/- décidé, li Z'unanimité, de dOnnel' la parole li Z'ingénleur AtomicU8, spécialiAte de la question. A"jourd'hui le progrès Vl! vite - Ne nous emballons Pail. Ce D'est Pail encore demain que la. « 15 chevaux ~ sera reléguée au cImetière d'automobiles par la. traction atomique. Il a fallu des m1lliers d'années depuis la découverte du feu jusqu'à l'utilisation ratlomi:elle moderne de 'l'énergie calorifique. Mais à. notre époque, heureuselllent, le progrès est plus rapide. Il y a cent ans, 51 un homme génial avait brusquement découvert toute la technique a,ctuelle et proposé de l'adapter à. l 'économie existante, on aunlt trouvé son projet excessivement ruineux. , « Actuellement, sans tenir compte des connaissances encore tenues secrètes, Il seraIt possible, en n'utilisant qu'une fàlble fraction de la production mondiale d'uranium, qui se chiffre certalnémeht à que; qu~s dizaines de milliers de tonnes par an, d'obtenir ,au moins autant d'énergie qu'avec toute la production de charbon (plus d'un milliard de tonnes par an). Et l'uranium !issloné dans les piles ne 'cède dans ce cas qu'environ un demi-millième de son énergie ,. Que peut-on faire de l'énergie atomique? - Et comlllent peut-on utiliser cette énérgie ? cent mille fols plus cher qu'une bombe ordinaire, L'explosif atomique utilisé en U.R.S.S, pour des grands travaux, est déjà bien plus écc1l10mlque certainement que la dynamite. Car on peut envisager, avec l 'énergie atomique, des travaux qui seraient In-éallsables avec les seuls moyens ha.bltuels. • Et demain, dans un monde où personne ne songera plus à fabriquer des bombes, les rêves d 'aujourd'hul seront des' réalités ; les géologues rendront fertiles les déserts les plus arides et réchaufferont les champs de glace des régions polaires; les nouveaux alcbImistes produiront À volonté les matières premlèrés en trànsmutant des corps répandus, ou en fabriqueront d 'autres encore inconnus aujourd'hui; les ingénieurs constrUiront des engins merveilleux;, les médecins feront reculer les maladies les plus tenaces, et l'homme jouira en paix du bonheur de vivre libre de toute contrainte, oppreSSion et exploitatlon: ce sera la. floraison de l'ERE ATOMIQUE. :. ' Cette charmante jeune fille (Josette Daydé, 17 ans et demi) est, depuis quelques jours, première danseuse de l'Opéra. - Cette énergie étant produite sous forme de chaleur, on peut d 'abord songer a. l'utlllôer directement pour le chauffage ce,ntral des agglomérations urbaines. Par exemple, dix piles contenant 400 kilos d'uranium (volume,d'un gro~ 1----------'-------------::-------------------- i~;;Charles 22 janvier 2010 à 09:59 (UTC)mCharles1;~c~~ ICI (SANS DISTIN~TION D'ORIGINE) dans des centrales thermo-élec-

!
itlCharles;~tr~Y~~i~u~~ ON AIDE LES JEUNES, victimes cancer et autres maladies par le

rayonnelllent des corps radioactifs d ' • " '. l ' d 22 janvier 2010 à 09:59 (UTC)~;S iarCharlesI~e~lCharlesn~ttlf~: , U naZiSme, a poursuivre eurs élu es tion des Isotopes radloactlf,s pour dés études biologiques, et des milllers d'autres applications possibles qu'Il serait trop long de citer icI. ~ • . - Très beau tout cela, mals l'uranium existant sur terré, s'épuise comme le charbon et le pétrole 1 Rêves réa.lis2s 1 _ On utUise aujourd'hui l'Uranium, cat il est un des séuls cOtps à céder faéllement s6n ~nergle nucléairé, par fission. Mals nous savons aussi que tous lès corps renferment une énergie encore plus cOl1iJ.dérab!e que celle cédée par l'ur~ium, « L'étude et l'exploitation des connaissances actllillles permettent chaque jour de faire un pas en avant « La première bombe atomique qui provoqua dix mille fols plus de dégâts qu'une bombe ordinaire, revenait certa.lnelllent à pluS de D ANS ce bureau clair, sérieux, meublé Bovee slm' pUclté, sous le reg ard amical de ~Elu Ja,Çob Benvenbte, dont le caIme portrait semble Inspirer Ici toute$ les conversations. le sort de plusieurs dJzalnes d'étudiants a. été décld~, nu cours de ces deux dernières, années. Une 1 e t t r e' comme cellè-cl : Mon père a été !ustllé en ' m(li 1941 par les Allemands, ma mère et tous mes autres parents sont dépol'tés. Bre!, je n'al aucun parent nulle part. Ou comme celle·ci : Je términe cet, le année mes études de chirur· gie dentaire, et 'faisan' de la clinique, j'a! besoin de beauCoup de matériel, ce '(ut m'oCcasIonne des frais très elevès. Et, rjuelque temps après, un étudiant, une étudiante, enfant de fusillé ou de déporté, qUi craignai t de ne pouvoir aller jusqu'à l'examen final reçoit de quoi acheter les livres nécessaires pour ses étud! s supérieures, payer hl. petite chambre et le5 droits d'inscription, et l'a venir lui parait moins sombre, C'est là, au' 146, faubourg Pola. sonnièrè, oue fonctionne la, Fondation jacob Benven(stê. De son vivant, M, Jacob Benveniste, mécène et pnUanthrope, aidait nomhre d'étudiants, A sa mort, M. Haïm Benvenisie, son fils, a créé la Fondation, qui, depuis 1 e 13 juillet, est placée sons le pa· M. Halm BENVENISTE parvenus à terminer victorieuse' ment le'urs éludes, A présent, 1e travaille comme ingénieur de l'Air, écrit l'un. J'ai passé mes examens, écrit un autre, et je pense que la buurse que vous "Ill/aviez acCOrdée pourra désol'lnats serv'r à d'au· tres camarades ~nécess iteux. . M. Benvenisle \a de nombreuses tâches outre ses devoirs professionnels, qui consistent à, dlrlgu la société des magasins « AU Muguet », - On me reproChe parfois de négliger mes allaires, dit·il, et de m'occuper trop des étudiants ... Il est aussi ,administrateur des Con férences des Ambassadeurs et d.i la Maison de la Pensée Française. Il participe à de nom. breuses organ1.sations 'philan· thropiques. Il a d'ambi Heux proj ets, no. iamment celui d'acheter un hôtel où pourront loger les étudiants sans famille, - Mais, pour Cela, dit,.il, il faut beaucoup d'argent. J:wpère que de nombreux sOuSer/pleura viendront 81\COre m'épauler. Il y a beaucoup de malheur Il comprend les diWcultés où se débat l'étudiant; pauvre. - Il Y a beaucoup de mal· heur, dit-il. Le sort des enfants vtc tlmell du nazisllIe lui parait d'autant plus intéressant que, souligne-t-U, nous risquions tous d'ètre déportés ou fusillés. Les Allemands ne m'ont pas trouvé, mats st j'avais été pris, mes enfants auraient été heureux d'oQtenir une aide. Et M. H. Benveniste aime à évoquer son propre pa!lSé. - Je n'ai pas , pu 1111er ~ l'école. Si j'avais continué mes études, je serais develtu". , - Que seriez-vOus devenu 1 ... - Jourrzaliste, peut·tlre ... Pour le moment, il poursuit son oeuvre efficace, OEuvre mal. heureu.sement rendue necessaire - et il en faudrait beaucoup d'autres comme éelle-cl - PlU' \lne politique coniraire à la défense de notre Universtté. A, L. ~ . EMILE (SUITE DE LA PAGE 1) plus rassurants que lui. CJtons Blücher, gros banquier; Essen Heinèman, du trust de l'acier et de l"I.G. Farbenindustrie; Ludwig Erhardt, de l 'Univtrslté nlizie dé Nurért\béri; Seebaum, "de l'LG. Farbenindustrie; Fritz Schaffèr et Hans Lutraschk, membres éminents de cérclés nationalistes, h'ier hitlériens. Arnold, Réusch. Djnk~lbach, SéhrOdt!r, qui assurent la souveraineté de l'industrie dé l'All~. magné occidentale, ' et nat urelle· ment Schacht, sont éux au$si ca. pablés de cionner toute satisfàétlon lU f~n~ral Clay qui Il, voulu q4. 30 % de l'appareil adrninietrttil de l'Allemagne occidéntale ' fllt ~omposê d'ancièns nazis et qu'un plus 10rt pourcentage de ces denllers eût charge de rée/)nomiè privée.

  • L'ALLEMAGNE oriel\tale reste

prOviSoirement soull le contr61è de la. Russie. Ses dirigeants, Pieck et Grotewohl, ont fait. au lendemain de leur nomination, dés déclarAtions susceptil:!les de calmér lïnquiétud~ du gouvernement et du peuplé polonais. • La frontière Oder·Neisse, a \ Fe---~-~ 'AVAIS CHOISI UN AUTRE MÉTIER publici taire A Dessinateur, il à reve (encore) la peiniu.re - Bonjour, André! Tu as une sale mine aujourd'hui. - C~ n'est paè gravé, je viens Séul~nient de passèr ma nuit à travailler ,un boulot pressé, Bah! ce sont les inconvénients du métièr. OuI, drôle de vie que d'être ligOté, esélave jusqu'à l'ulure d'un J1t~Uer que la. vie nOU8, a. impOSé. DeSSinateur publicitairè, ce n'ést pas mal pourtant. Cl')érchér toujours de n6uvélles 1dê,es pour l'a!!iche, l'ànnônce, etc. C'est amusant de desMner, n'es,t-ce pas? Oui, mais pOur André, ce métIer-là. n'a. rien à voit' avec l'AUTRE. Celui auquel il rêvait, étant tout jeune, dé consacrer t6ute sa ,vlè, le meilleur de lul-même, LE METIER DE PEINTRE. ' Seulement, notre société n'ést ' pas encorè construite pour permettre à cltacun de réaliser son avenir, d'éncourager toutes , lés CApaCités, tou,s les dons. Tout enfant, André pérdit ' son père, ét sa maman dut pelrter dur pour l'élevér et lui permettre dè suivre l'école jusqu'à 18 ans: Tout le loni de ses classes, Il se révéla pour le deSSin comme le plus doué dés élèves et leI! bonnés notes et compliments de ses professeurs l'encouralteaient toujours plus dans cette vole .. Mals, à la sortie de l'école, les rêves ardents de l'enfance s'écroulent bien vltè lorsqu'il POMPES FUNEBRES ET MAlBRERIE Edoua,rd S(HNEEBERG 43, rue de la VIctoire, PA~S-" T~l.: TRI 88·M. Nuit" : TRI 88-01 faut choisir un métier pour ' iainér son pain quotidien. Pour apprendre la peinture et vivre de son art (et le sais qu'il ne pensait pas seulement à la peinture de chevalet, mais à la. 'fresque, à la tapisSérie), 11 faut des parents aisés. Car toutes les écoles sont payantes et ne promettént pas de débouchés immédiats, Et à l'Ecole des Beaux-Arts, seul le Prix de Rome peut espérér dés cOl,llmandés de l'Etat ou privées, Mals pour André, inutile d'énvlsager de suivre un cours. Sa maman, usée par lé travail, tombait malade et devait subir un traitement quotidien pendant de longues annéès. Demc néce15slté de travailler rapidement. Il trouve h solution en entrant dans un studio de publicité. - Je me rappelle, me dit-il, toutes ' les petltés corvées et ,la multltudé ete petits travaux publicitaires que j'exécutais pour apporter l'argént nécessaire chez mo!. Jé n'avais pas abandonné mon idéal. Je suivais le soir, après mon travail, des couts gratuits dé dessin à Montparnasse. Mais il fallait travailler toujours p1us pour gagnér sa vie. Je me suis installé chez mol. à mon compte, mon idéal s'élT.iétta complétement, je devins l'esclave total de mon travall. ~éclaré notamment M, Grotewohl, est pour nous une frontière de paix qui rendra possibles nos rapport~ amicaux ave~ la nation polonaise. Le gouvernement partail! ]e point de vue de tous le3 pulLs. d~mocratiqUè. allemands au sUjet de cctt" frontière, M. Pieck a confirmé la décla.ratIon. de M. Grotewohl : • Notre à!111t1e ave.c "Union Soviétique sera completée, a-t-il préCisé par l'amitié avec les pays de démoèratiè populaire et en particulier avec nos nouveaux voisins: la PolOglle, la Tchécoslovaquie. NQW ne supporterons pas que la frontieré de l'Oder et de la N ehse soit exploitée par les agents d .. l'impérialisme, qui par ce moyen ~citent le peuple allemand contre ses voisins de l'Est. La frontière Oder-Neisse èst une frontière de paix ~t jamais elle ne ruirléra l'amitié qui nous lie à la. nation polonaise . Ces déclarations sont valables dan s l'immédiat. Quand l'Allemagne aura retrouvé 50n unité, d'aucuns estiment, et c'est aussi mdn opinion, que M, Pieck ét M. GrotewC1hl risquent d'être rh 1 sen minorité facilement. Au vrai, leurs attaque.s contre les dirigjants de l'Allemagne oécidentâte t~llIo1gnènt qu'Us comptent àve'c cette po~ib!l1té qui ne peut Cju'!nquléter la Frànce, la POlogne et la Tchécoslovaquie, Pour une Allemagne unifiée ' s~Ion le voeu d'un Adenauer ou d'un Schumacher, ce serait un pâint d'honneur que de retrouver ses frontit'!res de 1937. Au temps de Bismarck comma au temps dé la République de Weimar, comme au temps d'Rit- ' 1er, l'Allèmagne unifiée pourtant dédaignait les terres aujourd'hui recouvrées par la Pologne. Pour ne citer qu'un fait rélevé en 1930 pM" Wilhelm Vol;, professeur à l'Université de Leipzig, ces terreg produisaient 40 % du total da la récolte de pommes de térra mais l'expédition vers l ' Oue~t sa réduisait à 703.000 tonnes et 367,QOO pour la capitale, dont 298,000 en provenance du Brandebourg. Que pouvait bietl devenir le restant de la production qui à celte époque s'élevait à plus de quinze milliOns de tonnes? Le professeur Volz ne cherche pas à lé dissimuler : deux: millions de tOnMS demeuraient sur place et pourrissaient. Volz. après avoir montré que la viande polonaise ne profitait pas plus à l'Allemagne que la pomme de terre poll)naiS'~. n 'hésitait pas à. conclure: • L'Allemagné n'a !là! besoin du surplus de production de sa province orientale. C'est une triste vérité, très déplaisante, niais qu'il faut enfin rec01il1altre . A l'hèure présente. la Pologna a pris un tel intérêt à $es terrM recouvrées qu 'elle tire d'elles le quart de sa prOduction industrielle et que trois millions de pionniers y sont employés comme agriculteurs. C'én est assell pour mOlltrer le bouleversement qui résulterait de la révision de la frontière. Oder-Neisse. d'U!l nouvéau transfert de populations. ~1l 1 1i\1J .1 1 1 11 . 11 . 1 1 1 1 1 11 1 1I 1 1I . 1I . '1 . 1I 1 11 . l! . 11 . 11 1 1 1 1 1I .'~ ~ FABRIQUE DE TRICOTS 1 IEtsG À N AI tronage du ministère de l'Edu-I ___________ ...:... ______________________________ , cation nationale. Une cinquan· taine d'étudiants juifs, chrétiens, noirs, bénéficieIlt des bourses distribuées, et il est pOSSible d'étendre encore celle action, car des dona teurs généreux, chaqué jour plus nombreux, apportent leur contribution à cette noble Seulement, J~ sais aus31 qu'André n'a pas perdu tout espoir. Chaque instant de liberté qu'Il peut avoir, Il le consacre à des recherches de peinture, à des visités d'ellPosltions. C'est évidemmerlt inSuffisant. André sè trouve aussi au coudé à coude a véc dès milliers de jeunes dans la lutte dé tous les jours pOur que Change la face dés cll.osê8. POur que l'on cons· trulse enfin des centaines d'écalés, pour Que chaqué jéune puissé apprendré le mé· tler qui lui plalt et ('u'on donne à chacun les mOYénS matériels de faire les études dont il est capable. ~ ~ . ! Société à responsablllté limitée! !t au capit~l de 500.000 francs ' ! Champignon mortet! Ici vient d'exptoser une bombe atomique de l'armée américaine. Les e:rpériences atomiques ne sont, heureu~ ement, pas toutes de ce genre-Là. 15 décembre: limite du concours de scénarios 10 Le Concours de « DI'olt eL Liberté » est ouvért du 29 o~tobre au 15 décembre, 20 Ne peuvent y participer qUe les jeunes da moÎ.lll5 de 2:i ans, 30 Chaque concurrent devra 'crire le scénario d'une bande illustrée. meltant en mène Pok eL Blmbolét. Il suffit de raconter la. t'Cène. Il n'~st pas nécessaire rIe la desslmr. Cinq des3lns Il u maximum doivent être prév', ,4· Cnaque srénarlo dOit ~tre adre'sé è. te Droit et Ub~rté » (concours). 6, boulevard Polswnnièré, Pari~·9', en y jOignant une bs.nde de Pok et Bimbolel parue dans un numéro de « Droit et Liberté », 5· Un même concurrenl peut envoyer plusieurs scénarios, à. condition d'y joindre le memp nombre d~ band~ découpées dans le .Journal. scénarios peuvent être envoye; dlns une mêm'z enveloppe, 7· Les meiijeurs Hénarles ~eront fidêlement iIIustl'és par Kamb, selon le-, Indications écri· te1: de leurs auteurS. 8° Les au~urs des scénarios ainSI lIIilltrés recevron t d ~ llOmbreux pris : livres, abonnements il. « Droit ét Liberté ». Le prenuer prix sera une montn.·e. 9· Le jury €Ct composé par lA réclaction d- « Droit et Liberté JI et les dessma ~e urs collaborant au journa', Il e!:l Intel'dit aux Jeun! S lravaillant pour « Droit et Liberté » ou ayant dtS rehtinn; avec u'! quelconque collaborateur du journal, de participer au concours, 100 La première bànde tllustrant un ~ct!nario de concurrent para!tni dm! le premier numéro oeuvre. \ Un hôtel pour les étudiants Les étudJants aiment M, Haïm Benveniste. et celui-ci ai· me la jeunesse, Il anime la Fon· dation avec pèrsévérance ; C'E st à ce titre et à, bien d'aulres qu'il a été fait, il y a quelques mols, chevalier de la Légion d'honneur, Modestement, il nous montre les lEttres que lui envoient le~ étudiants, qUi gmce à. son aide sont I~ Minuit, place Pigalle Les agents font une ra.f1.e. Tout à coup, uue flamme s'élève, projetant vers Le cieL un long panach.e de fumée, Agitateurs, provocateurs ? Non, un modeste marcha,nd de marrons qui active le feu de sa poête où gr€sment les fruits TOUX. - Achetez-moi des marrons, consei!le-t-iL aux passa.nts. Les miens valent mieux que ceux de ces m/'ssieurs. Et iL montre Les agents, stoïques sous La pLuie. ' Les matches joués par le VASe dimanche dernier VOLLEY-BALL Coupe de Paris (F,S,G.T.) : Hachette (division d'honneur) bat YASC (2· division) par 3 sels à 1. Championnat I1e·de-France CF. S,G.T.l: YASC bat Association Sportive de l'Ail9 par 3 set. à O. Club Sport et JOie battu · (forfait) par YASC. Tous les j8unes peuvent. venir 1 ail 10ea.1 dll YASC les lundi, mardi, mercredi et vendredi de 20 h, 30 à, 22 h. 30, !tu 14, rlle de Paradis, local du Y A SC, et le 1 jeUdi !olr à. la piscine de Château- Landon de 21 h. à. 22 h. 30. CARRIëAlUJ (Suite du devint propriétali'e et c'est dans ses caisses , qUe l' argen t rentra. La somme de 200,000 francs qu'elle paya la première année à la ville de Paris indique tout de suite l'importance des bénéfices réalisés sur le compte du vendeur qui devait payer un 'droit, et de l'acheteur qui acquittait lion entrée. Heureusement, cette exploitation ne dura qu'un temps et c'est en définitive la Ville de Paris qui prit l'affaire en main. Mals volci qu'au mois de juillet 1948. M. Contenot, conseiller mU1i.icipal du sectéur, déjà conseiller sous Vichy, décoré de la Francisque de Pétain, aujourd'hui élu sur un~ liste R.P.F .. déposait un voeu demandant la suppression pure et simple du Carreau. M. Clément Beaudoin a vigoureusern. ent protesté et jusqu'ici . aucune mesure n'a été prise pour la fermeture. Si la résolution Contenot avait été appliquée, le commerCe local disparaissait du même coup puisque les clients du Carreau sont aussi ceux des petites boutiques environnantes. Un costume de 12,000 ..• pour 9.000 Revenons au Carreau luiméme. Comment se fait-il , dlrezvous. qu'un costume afficbé 12 ,000 francS chez un tallleur puisse être acheté 9 01\ 10,000 francs au Carreau ? L'explication est fort slmreportage de Pierre pIe. Les marchandIses sont de même qualité qu'au boutiquier mais sont des c soldes dé néuf ~, c'est ce qUl permet au marchand de ( faire un prix ' et celui-cl se contente d'une marge bénéficiaire des plus rédultés. la concurrenèe étant serrée. Pour avoir leurs places, lés brocanteurs, puisque c'est aInsi qu'on les appelle, ont reçu des médailles en plomb avec leur nom et un num~ro. Cha' que matin, 987 , médailles sur environ 3.000 sont tirées au sort et c'est ainsi que l'on est plus ou moins bien placé. Il ne faut pas croire que tout marche bien au Carreau. La lutte est souvent chaude entre les marchands eux-nl.~méS, car une mauvaise place équivaut à une journée créùse, surtout à l'heure actuellp. où les bourses ouvrières sont vides. Je vous prie de croire Qu'Il ne faut pas ménager ~a salive pour vendre une paIre d 'espadrilles avec un bénéfice de 30 ou 50 francs. Ce n'est plus le Carreau ,d'autrefois Après avoir été accroché quinze ou vingt fois avec un pardessus d 'hiver ou une veste de fOurrure pour ma femme, Je suis Quand même parvenu à demander l'avls d'un vendeur

- Oh, vous savez, ce n'est plUs le Carreau d'autrefois ! « Maintenant, nous sommes soumts au même régime "u~ les commerçants. Les pouvotr~ pUbliCS nous imposent des DELA-TRE) forfaits qu'ils nous est bien souvent difficile de payer. 4: Pensez donc que nous avons quelquefois huit ou dix jours à PlisSér saM vendre une pi~ce, c Poilr m,z part" 1e dols payer 14.000 ]'ràncs de patente et 21.000 francs de loyér. SI l'on calcule au cttbage, Je paye plus cher que pour Une boutique àuX Chàmps - Elysées ... VOliez que l'on ne nous ménage pas 1 c Il n'y a d'ailleurs pas tellement longtemps, oh. a retrouvé deux marchandes chéz elles, mortes de jàim et qui n'étaient pas parvénuès à payer, leurs impats, c Evidemment, nous continuons à vendre moins cher, mai.3 ce n'est pas sans sacrifices. J.e vous assure que lorsque nous fats ons un rabai.3 de mille francs sur lLn costume, il ne nous reste plus grandchose comme bénéfices. Il nous arrive mém?- de vendrè à perte au moment où le3 feuilles d'imp6ts commencent à. annoncer la saisie ... c Excusez-moi, voici la cloche qUi sonne, il est midi, 1e dois repliel' I , ~. Et tout le monde s'en va, l" front soucieux, le regard rêveur ... L'achéteur pense aux dix m!lle francs qu'il vient Qé soustraIre sur sa paye et qui lui manqueront tant à la !ln du mois. ' 6. D3.IlS ce cas, les ditférenle de janVIEr I ________ ~----------______________________ __; .- Je demanderai unè avance, pense-t-il, mais ça ne r~SO'lid lla~ le pTobleme 1 Et le commerçant constate avec anxiété qu'Il n'a vendu ciue trois plèces de tissu, J VOILA UN JOLI BOUQUET PciJR LE PETIT MONSIEUR QUI !,lN VA VOIR M BtLLE j • AH ENFIN, VOILA. POK [.T 6tMBOlE.T, "VITE, JULIE VOU! ATTEND AU SALON. - Pourvu que 1e ne voie pas le percepteur, ;e n'ai pas encore payé te prélèvement Mailer ni ma feutlle à'tmp6ts ... LE ç 0 N S D'ANCLAIS, ALLEMAND, RUSSE ault adultes et enfants Prilt modérés Mme VINCENT, 2, rue Cervelt (17') M' Péreire Maurice GOUJU, VIENT DE PARAITRE . CLAUDE PARIS LES ENFANTS-POETES Trente-neuf poèmes Dessins de Arthur Kolnik AU POSEUR DE LINOS ,rand stock de Linoléum, ' Rétnoléum, Balatum Tolle. cirée" rapleri !Joints, ete. Eta MAURICE W AIS 98, bOlllevard Ménilmontant PARIS_XX' • ' M.: Pére·Lacllaise, Tél. OBE 12-55 Succursale : 40, ru. d. Rivoli - PARIS-IV' f 64, rue de Turbigo, 64 ~ .~ ~ ~ PARIS (Ille) ~ ~ TEL.: AltCblvts 37-48 'Î ':illll ll ltllllUI UI II I ll llll ll l fl l ll l ll l ll l l Il ' l lI l nllllr. BOULANGERIE-PATlSSERIE ISRAELITE Sp~cj al1tés étrangères .. Pains de ,dgle BERNARD lB. rue N ... Dame .. de .. Nazareth PARIS·l· , Téléphone : TURblg~ 94-52 M~mè matson: 1. r. Yerdin.·Ouval Métro : Saint~Paul Les meilleurs TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs chez ZAJOEL 89, r, d'Aboukir Paris-2 Mdt.: St-Dert.s, Réaumur, Sentler Tel. : G UT 78-87 GRANDE NUIT ISRAÉLIENNE /lU pro/lt de. oeuvres ct:en/(l1Ih du , Hacltomér-Hatzair » SAMEDI 3 DECEMBRE 1949, de 22 heures à l'oube " DANS LES SALONS DE L'HOTEL CONTINENTAL 2, rué IWuget.Jdé-l'Isle (Métro : Concorde) DEUX GRAN DES FORMATIONS ATIRACTIONS INEDITES ISJltAELIENNES AVEC NICO FELDMAN, la grande vedette internotionalè (' Au piano: Mme aAIIIEZ - 8UFFf:T - BAR - TOMBOLA Sillet! 4 rellrer .' Hachomer·Hl!.t~aïr, 17. rue de 1.. Victoire P. S. J , F., 29 rué Salnt-Lazar~, Fedéra.tlon Sioniste, 24, rue Btranger, PRESIDENTS DE SOÇIETES ET D'OEUVRES SOCIALES POUR VOS COMMANDES DE JOUETS DE FIJ', n 'ANNEE • DROIT ET LIBERTE. est en lUesure , cette année. de voua dbtelfl' 1 .. PRIX DE GROS 1 •• l'lus inlér ... ants ! , GRAND CHOIX DE COLLECTIONS pour tous les âges (garço!'s ou filles) Dix siries diffirentes PRIX,. " " ., .. " de 250 à 600 fr. le colis CHAQUE JOVET OU ENSEMBLE EST LIVRE D~NS lINE BOITE INDIVIDUELLE, PRETE A ETRE OlSTRIBUEE PRESENTATION TRES SOIG";::::: Liste documentfe ,ratulte sur d~ mande contre un timbre de 40 Ir. il. • DROIT ET LIBERTE " 6, Bd poissonnièr., PARIS-9' ENVOIS D'ECUANTILLONS CONTRE RI!~lBOURSE~lENT Pour eue Uvrh en tem,.pl voulu. comman4ez ltnm~d.iatemel1t ,1 \ 1 •• , . DROIT ET tlBE"R.Ti 5'- nous revie,nt sans une ride TECHNICOL' OR' QUAND LA DAME DU QUAI CONTI GRIM·PE AUX ARBRES ( G E. N E A LOG 1 Q U· ES) AIPRlèS 1'0 ANS D'ABSENCE .•.. A PIED ET A CHEVAL FONDATION , CHARREYRE-cqNORT. Les arrérages de cette fOD~"tion seront affectés tous les âns, sa vie durant, à une fUle d'officie, supérieur se trouvant sans ressources et n 'ayant pu obtenir du gouvernement ia concession d'un bureau de tabac. Vaualou. Il faut donc bien conclure que ce n'èst pas la fol, mals l'esprit de Drumont qui a dicté ces conditions il. leurs auteurs ... intéresse les enfants de parents " français dé race :1. Le prix Auguste Trivoll1er, « une famille paysanne catllollque, française de souche ). Accessibles à Darnand, ces récompenses eussent été refuséès à Rousseau. R ELIRE, après dix ans, un livre qu'on avait aimé, c'est toujours une entreprise hasardeuse et qui vous réserve d'ordinaire, plus de désill usi6ns que de vra.ies joies. Je viens de recevOir « BonsoIr Thérèse» (1) d'Elsa TriOlet, pub lié en 1938 et que la. Bibliothèque Française a récemment réédJté. J 'a.vals gardé, en partlculler, le souvenir d'une étrange histoire d'assassinat sous un titre frivole : Je cherche un. nom -de parfum et qui, frivole, d'a.llleurs, ne l'est que d 'apparence pUisque la .femme qui cherche un nom de parfum - qui lui sera payé deux mllle francs par le fabricant - est en réalité en quête d'un travall rémunérateur qui lui permette d'assurer son existence. C'ést ce récit que J'al donc commencé par relire et - 0 miracle - voici que, tout de sui te, je me suis senti repris par ce mélange si bien dosé de charme, de l'éalisme, de poésie, de perfection AfJrès dix ans d'absence, Thérèse nous revient sans une ride. J 'al, alors, .commencé le livre il. la première page et jè ne l'al plus quitté Que je n'a.ie a.chevé les sept histoires qui le composent - en comptant le prOlogue èt l'épilo~ue. Vous connaissez le prix Cogriacq- Jay. Vous Ignorez peutêtre encore que la lourde tâche incombe à l'Académie française de déceruer cent soixante - dix - neuf a u t r e s

prix de vertu ), et que certains

d'entre eux relèvent du royaume d'Ubu. De ceux-ci, la fondation Charreyre-Conort est le premier que vous rencontrerez en parcourant la llste des récompenses académiques (1). Poursuivez. Vous en trouverez quelques Et c'est le même esprit Qui inspira M. Etienne Lamy, créateur d'une c fondatlon ) dont le bénétlce se limite il. «dès famllles de paysa.ns français et cathol1ques ). Il faut penser Que MM. Batard, Beausse, Colmnbat - Buvat, Fauche et Le Naour ont été particulièrement frappés par cet exemple, ,puisque tous ont tenu à soulttnér leur « absolue identité de pènsée et de vues avec M. Etienne Lamy. Mals c'est au seul M. GOf-,-------__________________ ---; fard que revlènt le mérite de la franchise. C'est lui Qui, e disant tout haut ce que chrj.cun pens~ ), a , dési~né le Youtre, puisqu'!1 faut l'appeler par son nom. Il consentira à aider unè univérsltàlre ou la veuve d'un homme de lettres, pouvu que « l'une ou l'autre ~ soit c de nationalité française et non juive ). Prenons par exemple : Un, vie étrangère : la narratrice rencontre à. Nice deux Amérlcàlns . blonds qui se ressemblent comme deux frères et qui sont, à. la , fois, espions, mouchards, trafiquants d'armes, hommes du monde et Ivrognes. Nous ies retrouvons à. Paris où nous les suivons de balte de nuit en boIte de nuit. puis, chez eux, où nous apprenons l'Ignominie de leur exlstimce 'désaxée et Que l'un d'eux traine la douleur d'avoir vu mourir la femine qu'li aimait... autres. UBU ET THERINE SAINTE·CA· PRIX LEFRANÇOIS ( ... ) • une famille .. , habitant Ifne commune dé l'arrondissement d'Yvetot (Seine· Inférieure), à l'exclusion de la ville d'Yve, tot et des chefs·lieux de can,. ton. Ubu roi (d'Yvetot). P RIX EUGENE FARCY VAN AEL ( ... ). - Un de ces prix devra être attribué à une famille habitant le département de Seine-et·Oise et de préférence la commune d,e Le culte d'Ubu, ,on le voit, n'est pas i{lcompatible avec celui de Drumont. Lès candidats au prix Alfred 4: en fa. veur des !amllles nombreuses des colonies ) devront être Français de nationalité et de race blanche. L'1llustre prix, Cognl1-cl!l-Jay ne peut être dééerné qu'à. des famllles dont le père et la mère sont, comme disait Bardèche, c nés Français ). La fondation Jean de Nettancourt - Vaubecourt Libre à M. Anqré Maurois, le jour de l'attribution du prix, de penser que Mme Dr,eyfus ou Mme Cohen réunllt toutes les conditions requises, mais que, ne pouvant décèmment àccorder son suffrage à une juive, 11 votera pour Mme Martin. Libre à de nobles apôtres de la tolérance de nous faire observer que l'Académie n'est pas respon( Suite page 6) Parmain ou le canton de ,-----------------------____ ......1 l'Isle·Adam. Un autre prix à une famille habitant le dé· partement de l'Yonne et de préférence la oOm'mune de ClVI'Y ou le canton de l'Isle· lur·Serein. Un autre pr.ix à une famille habitant le X' ar· rondissement. Un autre prix à une famille travaillant dans une profession se rattachant à la fabrication ou à la ,ven· te des corsets ... Ubu empereur. AMANDA (héroïne de .Marcel Achard) A PEU DE VERTU ... • Prenons encore : Parts qui réve. Par uoe soirée de brouillard, des prol~talres parisiens se retrouvent unis, place de la République, en face des agents casqués Qui les assommènt sans oser descendre de leurs cars. Il y a aussi quelques femmes parmi les manl!estants. Bientôt volent des pierres, des morceaux· d'asphalte de la chaussée brisée. Il ne "fallait pas taquiner le Vésuve 1 écrit Elsa Trlelet, qui, quelques lignes plus loin, achève ainsi sa nouvelle : « Paris liB ,retourne e~ dormant et écrase dans son sommea ses fils qui lut ont Clonné la vie, le sana qui coule dans ses veines dil pierre ..• ). FONDATION ERNEST ET ARTHUR MERl CE. - ... A des Jeunes filles âgée3 d'au moins la pièce mOIns encore Un autre écrivain sur les mêmes thèmes serait entré dans de grands ' développements, aurait voulu tout expllquer. A quoi bon. Nous en savons assez. Nous comprenons tout. Bien mieux, les silences d'Elsa Triolet sont plus éloquents que les bavardages de tel ou tel car Ils nous obllgèn t a réfléchir. Ils évelllen t des échos, qui longtemps retentissent dans notre mémoire. Seulement pour raconter de cette manière-là, 11 faut un admirable don. C'est ce don Qu'Elsa Triolet, venue d'un pa-ys de grands conteurs, possède sans même par$.1tre s'en douter, d'URe flilçon pour ainsi dite instioctive. Ce que l'on perçOit à travers les récits de Bonsoir Thérèse, comme à travers cet étonnant Cheval Blànc - auquel je dols une de mes plus grandes joies de lecteur depuis mon retour de captivité - à. travers n'Importe leQu~1 de~ autres livres d'Elsa, ce n'est pas une forme littéraire déterminée, la récherche d'un effet voulu, mals, comme la modulation d'une voix. Là phrase suit exactement le 'développement de la pensée, se plie au rythme du récit. 01'1 ne devine pas derrière elle l'écrivain J!lréoc· cupé d'imaginer de nouvelles métaphores, de découvrir un procédé inédit de narration m~ls la femme quL pour son plaJsir et le nôtre, raconte, raconte inlassablement, nous Ilvrant pèle-mêle de/ souvenirs et Ce que son esprit vient à l'In~tant de créer, des réminlscencés et des rêves, le fruit de son expérience et la vision très personnelle qu'elle a acquise des ~ens, des paysagès et des objets : Et c'est cela. justement Qui rend si paSSion nante 111- lecture de n'Importe lequèl des livres d'Elsa Triolet, trente ans .. , • Ubu est Dieu et Sainte-Catherine est sa pro.phétesse ! Mals Ubu est-il le seul Dieu dont l'esprit plane au-dessus de la coupole du quaI Conti ? La liste des prix de vertu de l'Académie. française n 'estelle qu'un supplément gratuit à l'Os à Moëlle ? COMME DISAIT BARDECHE ... OU bien si c'est aussi un supplément annuel à l'Aotion Française, rescapé du naufrage de ce vaisseau sabordé ? LE rideau de la Comédie des Champs-Elysèes s'ouvre sur le MissiSSipi. On l'aperçoit à travers une grande fenêtre à meneaux. Il est d'un tendre bleu pastel et si large qu'il bouche tout l'horizon. Un . tOQchl;tnt petit bateau à vapeur passe au fil de ses eaux. Dans un coin de -la scène, deux noirs (Babe WaIlace et Gordon Heath) égrènent des « blues » noslalKiques en s'accompagnant d'une l;Ilitare. Ce début est charmant et plein de promesses. . On pourrait croire, d'abord, qu'elles séront tenués. L'appartèmel1t que nous voyons, où l'amarante, l'indigo et le jaune d'or se marient comme sur un oiseau des îles, est celui d'Am,mda. Amanda fait le commerce de ses charmes et nous 60m!Jlès à la Nouvelle-Orléans en 1889, au petit matin. La jeune femme se chamaille avec unf! de ses collègues. C'est 9.U sujet d'un certain Antony, amant d'Amanda qui professe un profond amour pour lui (encore qu'elle l'ait trompé cette nuit-même) et que' l'autre voudrait, sinon lui prendre, du vaudevilles aux~uels MArceI Achard excellé et qui ass,+rent de Donnes: digestions, à de!aut d'Ilutr.s plaisirs. Arrive, sur ces entrefaites, serrée clans une robe grise qui lui côuvre les pieds, une jeune quêteuse du Sacré-Coeur de Jésus. On devine les èffets qui peuvent être tirés de cette rencontre du vice et de la vertu. C'e~t d'un comique un peu gros, mais enfin on s'y résigne de bonne grâce Antony survÏl;lnt à $on tour, sàchant gu'il a été fait cocu dans la nuit. Il porte un costume vert bouteille et un visage enflammé par la colère. Une scène violente se déroule entre les deux amants, sous les yaux de l'ingénue qui s'emploie gauchemént et vainement à les calmer.. On sourit polim, ent. A' ce mament-là, Antony se tire une balle de revolver et ne s'en relève pa~. La pièce liDn plus. Elle agonise l.entel'nent pendant les deux actes et demi tlui restent à jouer, divaguant sans arrêt, frôlant .Ja comédie policière, côtoyant le drame, tombant le plus souvent daas le mélodrame, et le pire. Marce! ' Achard en ga!ante compagnie: Françoise Christophe (au:x; bas artistement ouvraQés) et Jacqueline' Pierreux (aux fines bottines). ' , La femme légitime d'Antony, pensant trouver son mari chez Amanda, Ii'y rend et se train" à ses pieds : « Rendez un père à ses enfants, etc, etc ... II. Amanda se frappe la poitrine et prend le Ciel à témoin : cc Je ne ferai jamais, plus jamais l'amour II., On me dispensera de racon- , ter la suite. Il n'y a pas' de ficelle, fut-elle grosse comme une corde, sur laquelle Marcel Achard hésite 'à tirer. Il n'y a pas de jeu de mots . dont il . se prive pour nous faire rire, d'attendrissement dont il se passe pour nous faire pleurer. Le drame, c'est qu'il n'arrive oni à l'un ni il l'autre. N pourr~tt objecter que cet échec est parfaitemen honor9. ble, attendu que l'autéur a voulu rompre avec sa facilité, faire du nouveau, s'essayer à une pièce « psycho~gique II. Malheureusement, l'histoire de la fille - de ~ joie- qui- a- bien-Iedroit- d'aimer-elle-aussi a été traitée cent fois, et sans doute cent fOlS mieux. L'audace dè _ Marcel Achard a du retard. Tout au ' plus pourra-toi! procurer au public ordinaire de ses pièces l'illusion de « penser Il. Mals c'est une considération qui a rapport au commerce Les interprètes se tirent avec honneur de la sit4ation où l'auteur les a jetés. Mlle Françoise Christophe est une séduisante «( demoiselle de p'etite "vertu », Mlle Margo Lion, une bonne mauvaise-bonne, M. Claude Sainval un dandy plein de . ch9.rme. Il faut mentionner à part Mlle Arlette Thomas qui p1!rvient à donner à son rôle d'oie blanche une passion qui ferait merveille employée à un m@illeur usage. Le 'décor et les costumes sont de Grau Sala, il convient de le signaler, puisque la pièCe leur doit le meilleur d'elle-même. Roger PAYET-BURIN. L'Académie française décerne à la vertu .cent quatrevingts prix d'une valeur moyenne de deux mille francs. Dix-huit d'entre eux réservent leurs faveurs à. la vertu catholique. Condition qui proéède de la traditionnelle méfiance que les huguenots insPirent aux milieux bourgeois. dira-t-on. Nullement, répondent les fondateurs des prix ]l'auche et Théodore Lefèvre, lesquels couronnent le juste pour peu qu'Il soit c cathol1- que ou protestant ~. On a peinè à. crol~e que cette restriction vise les théophilà.nthropes ou les sectateurs du moins lui emprunter. Ellés sont ""'.-................................................................ ....;. ...................... - ........................................... ' .................. ..-.................. ------............... t toutes deux ravissantes dans leurs toilettes multicolores. On par9.ît partir pçur un de ces THÉATRE YIDDISH c YKUT ~ 10, RUE DE 'LAN CRY - BOT. 57-24: Administration : MOSCOVITCH SAl'fEDI 3, DIMANCHE 1 et LUNDI 5 DECEnmRE,. à 9 h. VERTES PRAIRIES Com~dle en 3 ades -de Peretz Hirshbein Mis\! en scène de Sheftl Zack . • 4 •• wr:w" ft ...... ... , .. P~CUS - Eh bien, dU l'oculiste e~ refermà.nt Elj. paume sur les cou~s minlscules et en aba.lSsant la main, VOlIS êtes 18 premier à me clire ça. _ J 'en connais d'autrel, dit M. Newman. Vovs v èrr~ z que même si ces obJels se réPandent chez des millions de gem, Il s'en trouvera d'autres qui n'arriveront Jamal$ li. l~ supporter. - Eh bien, je vous rouhaite bonne chance avec vos lu· nettes, en tout Cal:, dit l'Ilculi~te en le raccompagnant. - Je vous remercie, dit M. Néwman en ouvrant la pOrte. _ Vous avez vu? dit l'oculis:e en riaQt et 11 laissa tomber à terre l'une des petites coupes transparenles· ~:a rebondit commz une b!l.lIe de ping-pong. La cu pule, après avoir rebond·i, achEvai! de s'!mmob!liser dans un tintement. Il eut la chance de trouver dans le mé ~rl) une l'lace a.."Sise. Il n'aurait pas' eu la force, ce soir·là, de voya.ger ùebout . jusqu'à ~a. statl'on. Surexcité COlllffie il l'ét,it. le reknt des voyageul's entassés, auquel Il était toujours particullèrement sensible, lui eùt donné la na.us€e. Mêm~ areiE, il se sentait faib le. Les verres tout neufs dans- sa. poche vivaient comme un petit animal Luttant de vitesse avec le tram, il rher· chait fébrilemenl le moyen qui lui permetlrait de se pa.s( r de :unettes, mais l'approche même de la Etal ion ne faisait que graver pl us profondénent L'n lui la. certitude qUe, SJJlS verres, il ne pourrait bientôt plus ~ortir de ch ~z lui Pour apaiser son angoisse. 11 lenta d'évoquèr la femme alln..; visage qui revenait dans I:a vision du bonheur, mals elle s'évanouit eitôt néa, et Eeul perdsta devant lui le contour du miroir de sa falle de bains. Il descendit à son arrêt et atteigni't la rue sans l'oir autre chose Que le miroir. Il tuversa ani,' remarquer M. Flnkelstein qui, assi.5 devant sa bQutique, hunlait l'a,lr chaud de la nu it. el grimpa l'a'lée qui partageait en deux Ea minu,s.. cule pelouse. La barre n'était Pas pOsée et la pOrt~ étàit o u vert~. Il oublia de retirer son chapeau ~n passant dEvant E3. mère ins:allée devant la ' radio; Il monla lapldcment 1 '~ scaIi er familier; c'est en franchiSôant le seuil d ~ la sa!! de b9.lns qu'Il souhaita le bonwlr il sa mère, tandl$ qu'il donnait de la lumIère. II posa son chapeau sur le bord ~tro i t de la baignoire et sortit see lun ettès. Us branches s'écartèrent lentement sous la pression de :;es doigts, 11 prit soin de ne pas les forcer. Il mit le3 verr.es et se reg3J"da dans le miroir, Celt~ foi! encore, il ne distingua qu'un océan de mercure, piq u~ té des tons de Ea cravate. O'abord hypnotisé par cet'e maSSe a rgentée, Il ferma les yeuX, puis regarda ît nuuveau. A sa droite, hs contoun; du miroir commencè· rent il. devenir visibles, puis à Ee préciler. Ma.intè1'lant ;e bord de g9.Uche se deMinai t aussi· Le cadi-e entier re pré- 21 (Traduit de l'américain par Yvonne Desvignes) RESUME DES CHAPITRES PR:CEDE"ITS Obit6'4.n.1 fi l' {njonction de son directeur. M. Newman. chef du personn~l dons, une grtrndt: entrepri~e. If 'rtnd l).1'r" le travail chez s.n oeuli.te pour retirer le, lunett" commandees deputs l'lus;eu,. .emain.,. L 'oeull,t~ lui eon·~etlle dt porter deI uerrt& de contact, C f'. IU8 esthttiqUt3 &. mai,., M. l\ewman "II refu.Je. ~ne pbuvlJnt l~$ .üppôrter . Tl st Ttsl)ud . avec une gén. t' vislbU a port'!r du lunettu ordinaires. Pierre BARLATI ER, ' (1) .1;1 •• '('riotet : Bon~oir Tltü ... (La Btbllothèque Prançabe). Copyrltht by Drott et Llbertt! et Ed.Won. d. MInuit. TOUl droits r' •• rvh . P~CUS &ènta avec uilé rurprepallte neltèté, de sort.~ qu'Il oublia ce qui lé préoccupait et regarda autour ile lui. Il 14i fembllJ. qu'il rupiTait tout à. coup comme il ne l'avalt pas fait depuis d~s anl'lées. Les pOlis de !a brOSSe il. dentli ... comme il ~ éta.lent p,récls ! Les détal!a du carrelage. la. tramz des serviettes. Et puIS, tout à coup, c ~la lui revint ... Il dèmeura longtemps à. se conlempler: wn front, son menton, SOIl nez. Un bon moment se pa&a à inspecter :~s détail., de son visage avrnt qu'il prit consciencè de l'ensemble Il lui semblait que Je fol le dérobait: Il hochait la lête en un rythme accordé aux battements de son coeur. Un dépôt de salive au fond de sa gorge contractée le fit tou.::~ er. Ce qu 'il contemp:ait dans le miroir de sa saile de balOs, de cette 5a!~p de bairu; dont li se servait depuis prè.; de sept ans, c'èlait, a n'en pouvoir douter, le visage d'un Juif· Oui. avec cel: l un ~ttes, un J Ulf s'é lait Inlroduit dans la salle de bains. Les venes transformaient ~on vi.5age exact~ment dans le sel'l8 dont il avait peur, mais c'ét.ait bien pire, maintena. nt que sa. crainte se réalisait. C'était mille fois pire que trois sel)1alnee auparavant, chez l'oculiste, quan cl il n'avait eS' ayé que la monturE. Ce jour-là, il s'élait p'utôt ra pproché du tYP~ Hindenburg, avec ses jO lles Eans relief, s~ têlf! preSque carrée et sa. peau claire, et Surtout - trait le plus éloquent de tous - lee poches qui se d-a&'!nalent ECUS les yeux, ce:les du visages ~év~re de Hindenburg. Et c'était dépIaillant, m'lis pourtant acceptable; mals pas ceci. Maintenant, derrière cee verres groSiissanls, le11 pOChes perdaient tout relief et les yeux irrités parals!aient projetés hors de l'orbite. Les branches des lune:tes faisaient parallre encor" p:us plat son crâne luisant et fuyant; ainsi mis en valeur, le nez, déjà busqué à l'état normal, semblait po~ltivem~nt crochu. Il retira les verres, et posément los replaça, pour observer la déformation dee trails. Il tenla de sourire. C'était un $ourire de commande mais il le prolongea et ne le reconnut plus, !:iOlJ.' ces yeux g:obuleux, c'é tait une grimace: les dentli, qui n'avaient jamais étt' bien plan lées, s~mblaient malnlenant parquer ce sourire, en faire une plrodi e, insolente et r!Jsée, une manifestation fausse de galté qui Venaient démentir, selon lui, la courbe sémite du nez, .es yeux à !leur de tête, les Oreilles en ,éventail. Tout son vi· sage était, lui sembla-t-iL projeté en avant, comme celui d'un pols.Eon. II ôta· les luneltes. J9.mals sa vue n'avait été aussi brouillée; son l'~gard un moment erra dans la brume, Les jam· bes faibles, I! sorlit de la saJ:è dé bains, alla Jusqu'à la penderie où il a ccrocha son veston, puis dercendlt dans ~ e liviil&'-room. Sa. mère, le journa.! SUI' le~ gmoux, avait lltl1lmé )a l/lompc, ce qu'ere nf! f~i!a.it qu'après aloir enlendu son 1116 entrer; elle jéta les yeux sur lui avant d'échanger , 22 POCUS les qlJ.elqlJ.es propoe qui constilufiient leur convér!iatlQn ava.nt le ' repiIA d.u soil'. , L'odeur du diner parv~nait ju~qu'à lui. Il col'lOaiesait.l'émpl$ oe:nent de chaque meuble, son prix, et savait eXlct!ment qU9.nd il lui faudrait r~peindre le plafond. C'étaJt 51'- m:).i~ on, EO'l intérieur; cetle vieille femme, assise là dan SIlon fauteuil roulant' auprès de la radio silencieuse, c'était ta mère; pourtant, il se dép:açait parmi eUl( d'un pas d'automate, comme un étr:;tnger. Il prit place ,!;ur le divan en face de sa mère, et lis Se mirent à cauler. - Tu as pensé à suspendre ton veston ? Il a dû faire très chaul, en ville, aujourd'hui ? Eske que le tra in étlllO bondé ? Tu as eu beaucoup à faire? Comment va M Gargan ? Qua.nd il eut réJ!!ondu. à tou tes sès querlions, il alla manger le diner préparé par la femme de ménage. Olner qui lui parut lourd e~ iniipide, et dont Il laissa la moitié. Qua11:d 11 eut fini, 11 se lava la figure au·deE./ms de l'évier et l'tg.. suya dans une serviette résêrvée à cet Ullage. Fait étrangé, il n'était capable de pen.s ~r, qu'à 'Une chose : la netteté ,!-vec laqueHe lui étaient apparus les poils de sa bro,se à. del'lts. S'emparant du journal de la veilie - qu'Il acMvait toùjours de Ure avant d'aborder celui du Jour même - li reprit sa place sur le divan, sous la lueur de la. l1j.mpe: il mit ses lWleltes; pour é:re plus à l'a1.oe, il retira lts élastiques qui fixaient ses manches et les posa à ses côtés. Sa mère prononça .Eon nom· Ii leva la. tête et la regarda bien en face. Elle l'étudia longuement, en avançant progre~slveOlent le bUf:te. Il sourit timidement, comme il ' le faisait chaque fois qu'il arbor$it un complet neuf. - Ma 'parote, dit-elle en riant, on te prendra.it bien pour un Juif. Il rit avec elle, conEcient de oe qu'il projetait ses den ls en avant. - Tu ne pourrais pas portér des velTes sans montures ? - J 'ai essayé. Ils me donnent toUs le mème air. Ceux·là sont encore ce qu'li y a de mieux à ce point de vue. _ Je pense que personne ne 6'en a.pereevra, dit-eUe, et elle reprit sa lecture, lenant le journal de façon à ce que la lumIère tombât droit sur la f~ull i e. _ Je ne, pense PIL;, moi non plus, dit-ll, et il reprit lIOn journal. ' Son corps était moite, son village s~c et frais. Une bri!e venant de la cour traver6ait la ma.i1:on. De la rue s'éil'rena une cascade de cris d'enfants qui dimlmla et mourut lorsgu,~ leur pour6uite les eut éloignél. Agacé, 1: échal'lgea avec sa mère un coup d'oeH s:a,ndallSé par cette infraction au 'ton paisible qui régnait sur leur bloc. Et ce rappel d 'une tradition bien ' élablie fut pour lui comme un souffle ~111 23 , , DANS leI quartiers passent 1 en oe moment trois « technlcolor Il qljl valent la peine qu'on 8'en occupe. Le premier est Idiot, Je ne trouve pas d'adjectif suffisamment expressif pour le deuxième, et le trOisième est raolste. Ces trois films tiennent lieu de dé· monstration. Ils rassemblent tout ce que le cinéma, qui est 'un art, ne doit pas S8 permettre s'il veut le rester. UN NOUVEL HERCULE Le premier s'appelle l'a

Taverne du Cheval Rouge~.

n semble une transposition hollYWOOdienne de ... là Wlégèré apprivoisée lt. Imaglne~le dompteur en cow-boy, la mégère en tenancière d'auberge à la croupe éloquente. et la réconciliation finale autour de l'Innocente petite fille qui ressuscite le mythe d'Hercule au berceau en tuant un serpent selon la technique moderne des nourrissons : avec le revolver de papa. Le tout barboumé de couleurs ' à. grincer dès dènts. Vollà. pour le premier technlcolor. ALADIN, CHANTEUR DE CHARME Le deuxième de nos chefsd'oeuvre a le toupet de porter pour titre : Aladin ou la lampe mervellleuse l!. Aladin, chanteur de charme, roucoule dans les rues d'une Bagdad de fantaisie. én compagtlie d'un personnage comique à lunettes, dont le rôle consiste en plaisanteries de ce genre : e Ah .! si j'avals une mitralllette ! ... ~ La prlncejise Badroulboudour ressemble à. une nourrice plantureuse, blonde, rose, bovine. Un tailleur égrillard et une troupe de girls animent le spectacle. Poursuites à cheval, duel à. l'épée, etc ... Quant au génie de la lampe -0 Sheherazade ! ... - c'est une petite femme bien roulée qui s'amourache d'Aladin. La salle était pleine d'enfants qui se tenaient bien sa. ges pendant que la princesse et Aladin se flJ,isalent des ag1\. cetiès. Après cela, on peut s'attendre à. tout. Lea producteurs de Jeanne of Arc ont dû avoir grand'pelne à ne pas' la dotér de quelqùé amourette, ou à. ne pas placer un IIheriff à cheval au procès. Il est vrai qu'ils se sont rattrapés sur le reste. GARY COOPER TRAITRE A SON SANC Le troisième mm s'Intitule " Tuniques écarlates . Côté couleurs, quelques bea,ux rouges (àutant que de tuniques), et des . pa.ysages assez réussis. Les métisses ell révolte contre les blancs appellent les Indiens à la rescousse. Les Indiens d~scendent des collines sur leurs petits chevaux en criant (on a l'impression d'avoir déjà. vu ça qUelque part). Les blancs, en tuniques éCl/.r11 qéserte et meurt : ça lui apprendra à trahir son sang. Le tout est traité férocemént. Gary Cooper joue au chat et à la souris avec l'assassin (un métisse !), etc., etc. Ce mm témoigne à la fols d'une sorte de pa.triotisme à la Déroulède, et d'un racisme d'autant plus dangereux qu'il se présente là tout naturellement, sous la naïve apparence d'un wes,tarn (en teqhnicolor). Avec un wèstern, on peut tout dire à Hollywood .• Et les galops, les poursuites', les acrobaties tIssent souvent leurs effets faciles sur un thème singullèrement révélateur d'un état d'esprit qui n'a rien d 'innocent. CHEVAL-PISTOLET-BAISER Donc, ces trois films passent et repassent dans les quartiers, devant un public Qu'attire l'appât du " technlcolor :.. Ce sont, pourralt-on dire, des navets Qui ne valènt pas la peine qu'on en parle. Mals le' problème Qu'Ils posent ne manque pas d'intérêt, puisque Hollywood, avec obstination, envoie dix oeuvres de ce niveau pour une bonne. Ayant admis que la. formule cheval-pistolet-baiser fai~ait recette, les producteurs américains n'hésitent devant aucun saeri!lce. Ils assaisonnent de cheval-pistolet-balser tout ce qu'ils peuvent puiser dans le théâtre. la llttérature ou les mauvaIs thèmes. Ils assaisonnent aussi de psychanalyse et de folle tout ce qu'ils peuvent pUisér dans le roman noir ou le mélodrame, 11s nous accablent de leur police à pied ou à. cheval, 11s arrangent l'histoire, jonglent avec Jeanne d'Arc, Chopin etc. Plus rien .n 'est à. l'abri de leur imagination commercliJ.le. Le cinéma va-t-ll se métamorphoser dans leurs mains en une entreprise d'obscurantisme ? Pendant que leurR grands metteurs en scène et leurs bons acteurs s'épuisent à faire de bons fllms sur des thèmes Qu'impose un soi-disant point de vue comme.\"ciàl? Ils comptent sans le public, qui se lasse et juge. D~ns les Quartier, la recette commence à donner de mauvais rêsultats. Les gosses n'aimaient pas cet Aladin qui n'était pas le leur. Dans la 1: Taverne du ChevalRouge , les baisers de deux couples de lèvres puissamment carminées éveillaient dans la salle des tempêtes de sifflets, de soupirs, de trépignements et de bruits divers. Ql1ant aux 4: Tuniques Rouges l : 4: J'àimerals bien être le taureau pour foncer dedans :1, disait un spectateur. Et je n'al jamàls vu cie queue aussi longue, aussi assidue que devant les salles où passe le « Voleur de bicyclette ), ôù Il n'y a ni cheval, ni baiser, ni chansons, rien : qu'un chômeur. Cilth'erine MAI. latas de la police montée cana-,------------Ne laissez pas passer dlenne et tlanqués du vieux et fatigué Gary Cooper, en chemise à carreaux de la police américaine, sont massacrés par les méchants métisses, · qui protègent un horrible assassin. Lès Indiens, aussi bêtes que féroces, g'incllnent devant le rouge des tuniques. Quand au jeune et beau Canadien, qui aime une métisse, LE VOLEUR DE BICYCLETTE (simple histoire d'un chômeur) . VIENT DE PARAITRE (ou l'édition vue par un .réaliste). JOUR DE FETE (ou la grande aventure du facteur au village). G.G1 (une soirée cl1armante e~ r~[osante). POCUS et rSSSljrant. n !If pencha sur le papier, et il lui ~mbla. que, pour la premiêre folB de sà vie, 11 l~a.lt sans e!fan. O'habitude, ses yeux se fatlguailmt si vite qu'il se contentait de lire les nouvelles de la guerre, distrait !ouvent par sell 'propres souvenirs de ~es mornes années en France. Meis ce toir, il s'al tarda, épluchant jusqu'aux plus petits dét4IJs du bas de la. page. Un paragraphe retint son attention, il le relut quatre ou cinq fois. C'était ur,e' brève informa.tlon. ms vandales ava.ient envahi un cimetière jult la nuit précédente: 1.:6 avalent retourné troi.5 pierres tombales, et gravé rut" d'autres la. croix ganunée. Cette lecture If! passionna. comme eût pu le faire un l'oman pollcler. n y tramait un r~lent d~ violence, la même m'ilnace d'actions Muvages et de fo rce déchaînée qui l'assai:Iait devant lei! pl1!ers du métro. Ses yeux fouillaient les deux paragraphes, comme pour en extraire l'émotion jusqu'à la dernière goutte. Un Brand calme descendit ~ur lui, son agitation tomba comme, après le pas..."8.ge d'une onde, se fige à nouveau le miroir d'un étang. Et son rêve du carrousel lui revint à , l'esprit. « PQltce. police. li Il vit les cQarlots vides dans leur J'Qnde, en avant, ?U~ en arrière, pUis en avant. Qu'~tall~e donc qui se tramaIL là, sou.; t~rre ? Comment ·ce reve lui était·il venu ? Il s'imagina, grimpant dans un deo chariots vides, un grand cygne jaune. Il se mll à. tourner, en avant, puis il. reculons, puis en avant ... Il sentait vibrer 6(lUs lui les p ul~!an tes machines souterraines. Il se sen!!t étreint par . une sombre nappe de frayeur et, avec colère, il bllnnlt de son esprit le carrousel et se replongea dans sem journal, ... L'éditorial à. la. louange du corps des pompiers, un autre sur le mo·rl/.I de~ troup~s, un récit sur l'utilisation des diamants dans les indus tries de guerre. Mais le,s mots ne fai& ai~nt que pa.sser dev/lont ses yeux et tout. Ce qu'il retln~ fut une vision de' pierres tombales entaz;sées tandis que de~ vandales armés de leviers et de barres de fer fraca:!s, ienL dans la boue dei. étoiles de Oavid en marbre. Quand sa mêré eut fini de lire 50!'! journal, elle roula son faut euil jusqu'à lui. Il dormait. Elle le recoua. TI prépara le divan pour elle et l'aida à se coucher. PUis, 11 monta lui-même se déshabiller. Son chapeau demeura po~é sur III reoord de la baignoire. Jamaill encore il n'avait pau6 une nqit hors de son carton ova:e. CHAPITRE V Le lè1'ldemam matin. il se rendit à son travail, COOllne d'habitude, rentra chez lui, èiina et s'en fut cl!)ucher de bonne heure, comme à l'accoutumée. Le second Jour passa, puis le troisième L'après-midi du quatr;ème jour, aMis è. son bur!au derrièl'e aes parois de verre, il se lentlt m&me l~g~rement excité et joye'ux. Ce qui .étalt chose rare. 24 • Les· spectacles t de la semal·ne (ONSEIL Of par CERNIER • VIENS AVEC MOI CE BON VIEUX SAM . 2·8' Décem"b,. '1949 ,TOUS·LES VENDREDIS 25 fr. QUAiN01LA DAMiE:OU.qDAI CONTI . . GRIMPE -ADX-IR'BRES (généalogiques) (Suite de la pa.re l'il. sable de cette clause. 'et qu'en l'appliquant elle se borne à exécuter les volontés d'un particulier. lfous considérons. nous, que l'Académie . est un organisme public et ' qu'elle représente' quelque ,hose 'dans notre République démocratique, laïque et sociale ; que la liste de ses prix est uné brochure sortie à nos frais des presses de l'Imprimerie Nationale. et distribuée gratuitement. TI fallait savoir répondre" à Goftard ou ·au notaire de Goffard. Nous ne pouvons'

.. En 'acceptant de décerner

uri prix à de telles conditions. en introduisant cette note antisémite dans un imprimé officiel. l'Académie fr.ançaise s'est à jamais condamnée aux yeux des Français civilisés et sensés. d'aristocrates victimes ;! du paupérisme et de paysans bien-pensijlnts. TI y . a aussi des domestiques. A . eux la manne du prix Pérou (c'est cinq' cents francs, le Pérou) et du prix Savourat-Thénàrd. S'ils sont assez heureux pour avoir servi leur maltre depuis plus de vingt ans et n'avoir 4: touché qu'une partie des gages qui leur étaient dus ou des gages très modestes », ils pourront postuler les qUinze cents francs du prix PeyrardBeaumanolr. C'est évidemment une solution au, proplème de l'exploitation de l'homme par l'homme. , 1 . Le prix Alexandre .Broquette- Gonin ' se décerne 4: iluX instituteurs qiji se lieront fait remarquer. par leur excellen· te conduite ,. Voilà qui sonne républicain. en . pénétrer l'esprit. Revenons à M. Etienne Lamy. TI répartit ses vingt mille francs en deux prix. Toutefois, . dans des circonstances exceptionnelles, s'iI apparaît que vingt mille franos remis à une seuls famille ne risquent pas d'y introduire 'la paresse. mais achèveront d'y rendre mell. leur un avenir déjà préparé par de l'intelligence et du tra. vail, ces ' vingt mille francs pourront . foriner . un . seul prix:t. ' TI n'a pas échappé non plus à Cam1lle Favre, ni à Jules Faivre, qu'en allouant de l'argent aux gens du peuple. on ne peut que les encourager à l'alcoolisme. Ce sont des médailles qui. d'après la ·volonté de ces deux bienfaiteurs, ré~ ompenseront réspectlvement le dévouemént filial et les LA VERTU .' vie1l1ards nécessiteux. LA TERRE, D;EBQRDANTE Femmes ou fi/les' fran· ELLE, NE MENT PAS... P t l' çaises :., pour recevoir ' les ' a erna lame ne figure pas trois mille francs d'Alexandre TI faut examiner aussi le encore au Larousse. C'est Darracq, vous devez. « sans contenu social de la llste -des donç à la liste des prix \ de .fortune, Intaotes tle 'moeurs ~,

' Prix "de vertu ). Fondation vertu" qu'U faut réeourlr pàur être , des emblèmlls de Yail-

Amious : 'secoura en e.Pèces r ___________________________ • à des personnes appartenant lanoe et de dévouement dont les 'yertus ont débordé le foyer familial ' pour soulager de plus malheureux en répan. dant l'entr'aide... :). Connaissez- vous à ce ·compte, disait à peu près Figaro., beaucoup de donateurs qui soient cllgnes d'être dOI).atalres ? FAl,JSSE 'NOTE , Le prix. Hurel-Poulaln sera décerné à un Jeune homme ou à une Jeune fille Il'étant si· gnalé par son dévou,ment et surtout sOn désintéressement enyers la famille ou ses' pa· trons :t • Travail, famille. patrons. Et ~ comme aujourd'hui le corporatisme, c'est-à-dire la. négation de la liberté, ne se conçoit plus sans le cultè de la liberté d'entreprise, Mme veuve Debonnes a réservé· sa sollicitude à des oeuvres dignes d'Intérêt dont les ressources sont limitées, ,mals non à l'assistance pUblique ,. Moralité : l'Etat-trust. · le pire des trusts. LA S~IINI~ ... . Lu 28 enfa,nu i/t/f8 tragiquement calcinés dans un fJord de Norvege lieront bien vite oubliés. Il Y a eu tant d'enfants juifs ?rtllés ces dernièru années. 28 de plus. C~la prouve qU,!1 e.n reste encore. Les petits Tunisiens n auront p43 d obseques nationales, comme Cerdan à C43ab~anca. Ces petits .m6.mes pré-tuberculeux qu'une organtsation charttable tnvttait à se refaire une santé sous le clImat du grand Nord ne sont-ils pas des victimes - innocentes, certes - des circonstances ? Ils n'avaient qu'à rester dan~ leurs ghettos. Peut-être certains lecteurs des grands quotidiens, à la lecture de cett~ nouvelle. ont-ils raisonné de la Borte 7 ' C'est qu'on s'est bien gardé de dire comment vivent les enfants juifs - et les enfants musulmans - sur cèUe terre si proche et si lointaine du Protectorat Français de Tunisie. Les journaux du soir se sont bien gardes de raconter combien d'enfants, en Tunisie comme au Maroc, meurent chaque année dans les ghettos' et les medin43, de faim. de manque de soins. de phtisie. Au mellah de Casablanca 50 % des nouveaux-nés n'atteignent pas leurs première année. On.ne dit pas davantage que 50 % des enfants juifs du Maroc vagabondent dans les rues. s'occupent à mille petits métiers honteu.:r:. parce qu'il n'y a pas 43sez d'écoles. On a beau jeu après de parl-e,r de l' c oeuvre civilisatrice:. et de 1' émancipation des populations arriérées :). On a donné du chocolat au petit Isaac Allal, l'uniqtLe survivant de la catastrophe aérienne. Nous avons vu sa photo. Le pUblic s'est apit01lé. Mais personne n'a parlé _ n'était-ce pas pourtant l'occasiotr- ou jamais ? -- du Bort des enfants juifs victimes de l'impérialisme, le6 enfants' ae l' Union Française ~. Les enfants juifs d'Ira~ étouffés dans,.les pogromes organisés par l'armée et /.4 police de NouTy-Saïd avec la bénédiction du Foreign Office br·itannique et la complicité américaine. OUi, et la passivtt4 d'une France qui renie 8a tradition de générosité et qui, jadis, élevait sa voix lorsqu'un seul homme, quelque part était opprimé. l:;opinion, pourtant refuse 'de se solidariser avec cette politique de démission. Des meetings alertent les foules, les informent du danger que court le monde, de l'antisémitisme du nazis de 'l'Oues.t e,t ,de la. peste brune qui renait en Orient. Et c'est heureusement à Paris, ParÙl quI. se révolte ·à l'idée qu'on pourrait , ~e faire oublier, que natt ce grand mouvement d'opinion et de protestation. La Seine qui boudait le cigare de M. Ehrard, ministre allemand du gouvernement de Bonn, venu la narguer, se réjouit quand des voix d'hommes libres s'élèvent pour 'défendre la liberté. C'est Paul Rivet qui, lors d'une récente réunion, s'étonnait que les pavés de Paris ne se soulèvent' p43 pour protester contre une pareille imbécilité et une pareille ignominie :t (il parlait des morts françaÙl et vietnamiens de la guerre d'Indochine) . Qu'il se ,assure :. fI n'y a pa~ que de6 paVé' Il Parts. 'Pàul J. RENNI. • .. IET MIES AMOURS de préférence à un ' niveau social élevé. ' (Ce niveau est la plus belle appartenance de ma viel. Prix .Camille CaYelan ' : à des ,femmes ... ohoisi!!s ---:-.:::::-- ?oZ ._ .. ~ ... Nous savons que la Répu-r------------~----------~----blique est bonne fille, et qu'elle a pour les gens qui lui crient leur haine et leur volonté de la détruire ' des trésQrs de bienveillance. ' De là à les entretenir et à se charger de l'édition de leur llttérature, 11 y a une nuance. Puisqu'elle y reste obstInément insensible, c'est à nous de la ramener à une meilleure intelligence de ses propres intèrêts, qui sont les nOtres ; à nous de faire en M'rte que' cesse çi;apparaltre comme une fausse , note dans un concert trop harmonieux., le priX Batault. attribué « sa"s djJtinc. tion d'opinions politiques ou . de préférenoe dans un milieu social où règne une certaine éducation. Si l'on cesse de dispenser ses bienfaits aux gens du monde déshérités, C'eSy pour se pencher sur le sort dés 4: paysans français :t, comme MM. Bobill!er, Buvigner, Ge· hère, Lamy, Lefèvre, LefrançOis, Le Naour, Saulnl-er et beaucoup d'autres. Car .' le temps du . retour à la terre est resté cher à bien des coeurs, tel ' celui de M. Théodore Viette. dont le legs s'adressera c à des oeuvres ayant . pour objet 'de ramener 'des Fran· çàis à des' campagnes ' de France, pour se livrer à la culture :t • . Regrettons en passant que cet hyperriationallste se soit si peu livré à la culture de la langue française. n faut d'ailleurs reconnattre, en bonne justice, que la société française ne se com~ p ~ $ e pal exclusivemen.t - -- Ici, c'est la Maison :èllanche. -~Mais, où est la Maison qui s'occupe des , Noirs? rellgleu,es :t. Jacques BREVIN. (1) Institut de France, Académie française. Prix de vertu et Prix des famill .... nombreusu. 1M3 et années suivant-es. Pâris, Imprimerie nationale. 1948. ~ pp. in-lS. Remis gril' tuitement sui demande au lecrétarlat 'de l'Institut. 23. quai Conti, Paris (VI'). ECHECS par Maître PROBLEME Na 5 ' Noirs : Saemlsch A a C D E.· F C H C'est aux Blllnc. de jouer. tne dolvent-ils taue ? 1. A première vue, Il •• mble 'lue les BlAncs . doivènt perdre. S'il! avancent leur plon â b3 en bisant une :D'ame, le fou noir à é5 le SHERNETS:KY prendra, tandis que l'on ne veit pas b if!:n ccunmént empêcher lei Noirs de faire une Dame . à 91. Pourtant il y a encore une ressource. Envoyez-nous vos solutions avn.t le samedi 10 décembre. . Combat original dans Une ' colonie de vacances Tout recemment noU8 avons _ l'occasion d'tJ.3s1.ste1' à. une e1W~u~ d'échecs assez singulière. C'étcûl à: la co!onie de vacances de TarnO$. TOUll ,ceux qui y sont passé . connaissent tas _ cadets Jvio et Harry. Deux bons copcûns maÏ8 /auiaurs en train d.e se chamailler: A. l'tssu.B d'une partie mmsvementée de pichenette dont JO;o 80Tt vainqùeur, Harry confus lui lance

.

. - I l n'y :;. pas de quo! être &i fler, le dernier çtes imbéciles peut. gagner à ce jeu ~diot. POUR ·5.000 NOUVE'AUX ABONNÉS A· D.· L. Jo;o de répliquer : - Mon Vieux. je te prends à. tout autre jeu que tu Teux, com- ' llle je suis plus fort.iche ' que to} je suis allr de gagner. . Déft imprudent, car Han-v 1_ prend au mot : - Tiens, iiens, tiens, ifand malin, ce ' roir tu me montreras ce qUe tu aais faire aux échecs, ça c'est un jeu où ·il faut de l'intelligence et cO}JL\lle tu p'en M pas. ~.: du déeelftbr.e au • • • Janvier ~so prix .•• : ; Jojo.: tr",~îniluie.l, ne cale pas pauT 8t peu et de répliqugr. : - D'accord, peilte nature. je te donne~ai une leçon de plus. Apres. cet aimable échange tU lorfanlmes, Jo;o vient 1IOUS trl1lJoo ver et avoue qu'il ne sait 1IÛnw peu 1.auer à notre noble jeu mtJj, i~siste pour Que nous lu.i appre- 1t10ns. la marche des pièces en ajoutant qu'il ·\1sl certain qu.tI doué comme il est, il dGit arriver à gagner. contre ce grand nigaud d:Harry. Naus voilà à la tàche mais Jojo s'embrouille facilement: ,- )1. f:Jly :AURAPA~ ~.:::t4~ .. OE P.eARME'ME,Nl" UDRONT: PAS"ME CROIRE PREMIERE QESIL~USION Le. Mureux .rarft&llts Il'; notre concours Individuel .. uront à. .e p .. rtarer !50, prix de très rranlle "",leur dont voici le. prlneJpllux; Le ,rllnd v .. lnqueur fer .. un VOYAGE EN ISRAEL aner et retour, .. nx Jeuru.al. traJs tla Vient ensuite Ull . CIRCUIT EN ' CORSE voyafe inoubliable à. travers les lIaysal'e. pittoresques de , l'Ile de Be .. uté, e~'mprenant le tr .. nsport depuis la résidence du fafnant et reto"'r. Les ' trois sulva;nts se verront flftrir HUIT JOURS DE VACANCES vOY&fe . 11.11 er et retour compris, dans de. hôtels ou pensions ' de premier ordre lur II. COTE D'AZUR. à. 1& montalne et à. la campafne. Relevons encore. dans la ' liste detl pr.i~, une BICYCLETTE eomplètement équipée. ponr homme. f ..... me. ou mixte, suivant le Ilhir du l'alnant; un , 'BEAU POSTE DE T. S. F. et des MONTRES· BRACELETS .ans oubller de nombreux lots de VETEMENTS • BONNETERIE, MAROQUINERIE, Y compris de très beaux sacs de d .. mes en cuir ou en daim, etc ... , sans oublier non plus: • Excursions et châteaux de EN FORET DE BLEAU, ete ... visites aux la Loire, FONTAINENous ferons connaître le. trois prix attribué. aux collectivités pendant la dnrée du eoneours. QUI P.EUT PARTICIPER AU CONCOURS? 1. - A titre Individuel. les dltf) lseurs, les abonn~urs. les lee" . teurs et amis de DROIT ET LI, BÈRTE. %. - Au titre ae collectivités, le. or,anlsaUoftlf, &ssGeiatlon.~, sociétés, membru oa .011, ria M.R. • A.P.. le. ateUers. écoles, dlspen... ir~lt . etc ..• Qui ' CACNERA LE CONCOURS INDIVIDUEL? Le preplier prix reviendra •• eoncurrent qui aura obtenu le plus de point!. Les autres prix .eront déterminés dans l'ordre décroissant. Inlvant le nombre ae point. obtenus. LE CALCUL DES POl NTS 3 point. par abonnement payé à. l 'administra.tlon dn journal; • points supplémentaires pou r chaque abonnement d'un an; 5 pOinis 8ul'plémentalres pou r ehaque abonnement de 6 mois; 3 points supplément.tlns pou r c'haque abonnement de 3 mols; 1 point est attribué pour ehaque • jonrnal vendu aU aumire, .... pins du nombre de , ~uru.anx vendus .. v .. nt le concours. EXEMPLE DE CALCUL DES POINTS . Un ami vendait avant le eoneours dix journaux. n participe .. u eoncours et vend cinq journaux supplémehtaire •. En pIns, JI apporte nn abonnemellt d'un an, deux abonnements de 6 mol. et trol •• bonnemenu de 3 mol", n marque donc: J points pour les elnq journanx vendus en plus de son nGmbre habituel d'avant le conconra; 18 points pour les six abonne· ments; 8 points pour SOn abonnement d'un an; : 10 points pour les denx abonnements de 6 moIS; 9 points pour les trois .. bellJlements de 3 mol •. Tot .. l: 50 POINTS. QUI CACNERA LE CONCOURS DES COLLECTIVITES? Trois . prix de rrande valeur réeompenserent l'effort d.. eol-, leetlvJtés (assoclatlolls, sociétés, ete ... ). én teD&nt compte. bien ea- ' tendu. des résultats obtenns par leurs adhérents et de l'objectif fixé a.a départ. . Chaque abonnement remis à. l' .. dmlnlstrlltlon et ch .. que point obtenu p .. r 1 .. vente des Journ .. ux par un concnrrent membre d'une collectivité participant .. u concours Individuel &era porté ' .. ntom .. Uquement .. n crélllt de II. LES SOCIÉTÉS,ET.ORGANISATIONS DU M.' R. A. P. RECUE'ILLÈRO~T •. ~ Voici le nombre d 'abonnements qu'il est proposé à chaque orga· nisation ou société du M,R.A.P. de recueillir pendant la campàgne d'abonnements : . ORGANISATIONS Anciens déportés juils .... . Cadets ...... . . . . .. , ...... . Comit. Pop. d'Aide à Israël Epiciers ..... ... ........ .. . Fraternité - Yask ........ .. Hachomer Hatzair .. .••.•.. Intersyndicale juive .... .. Juils polonais ....... .... . Amis Israélites de France .. Arrùcale russe ....... .... . Les Amis du 15' .. ~ ...... . Amis de Paris .......... ' .. Amis de Zirardow ..•. .• •• • Brest _ Litowsk .......... . Novo - Radomsk ........ .. Egalité .......... , ....... . Entr'aide Fraternelle ....•• Fraternité de Tailleurs .... • Fraternelle Israélite ..•••• Grodno ._ ................ ~ Gobelin ..... ..... . ....... . Nowy - Dwor ......... . .. Odessa ...... .............. . Olkusz .................. . Ozarow .................. . 100 350 50 100 100 40 150 Marchands forains ...••••• Artisans ........... . ...... . Poale Sion .............. . Sect. locales du M.R,A.P .•• U.E.V.A.C,J .. , .. ........ .. . U.J.R.E. (rég. parisienne). 150 U.J.R.E. (pr~vince) . ...... . SOCIETES 30 30 30 40 20 35 25 25 30 30 35 30 30 20 30 25 25 Bendzin .. ..... ..... . .. .. . Bessarabia. .... ........... t t •• Chmelnik ............. ' •••• Chelm , ... ............... . Ciechanow ... ............ . Czenstochow ....•••.•••••• Ochota . ...... . • .... •• ..••• Paradis .................. . Powonzek ............... ... Przytyk ................. . Pietrokow ............... . Plock ... , .. ...... ... ..... . Praga ............... 0 ·0 ...... . Pulawy .......... ....... . Rawa - Mazo'wieck •••••••• Renaissance Jll-ive ....... . Radom ., ................ . 100 100 50 500 500 1.000 500 ~g 30 30 30 75 50 30 25 25 40 50 75 40 35 25 100 Szydlowiec . ........ . .... . Secours Mutuel des Israéli· tes de Paris ...... . ....• Salut Public de Belleville. Secours aux Amis ....•... , Siedlec .... '.' . ...• " . , , ' . . .. Tomaszow - MazoWolecki .• V~rso.vie ... .............. : ' VIlnOls .................. . Wolomin ..... ............ : Wloclawek .............. . Voleiner ..... , .. . ........ . Yiddische Briderliche Hilt. Galicie ................. .. l'déal Fraternel .••..••••.• Kalisz , ......... ......... . Kaluszin .. ............... . Kielce ...... ... . ......... . Kock - Zielechow •••••••• Kutno ......... ......... . . Krasznik ... .... : ......... . Kozeniec ••••••.•. ; ••••••• Kiew ' ....... . ......... ' ... . KOl1sk ................... . Lodz " ................ .... . Lubartow ................ . Lomza . .. ................ . Laskarzew .. . ............ . Lublin .. . . ............... . Minsk - fvtazowie,ck ..•. •..• Mutualistes de Montmar-' tre .:, ................... . -40 30 50 50 90 35 100 120 40 40 30 25 60 30 75 35 · 30 40 30 35 25 30 40 ,75 25 30 25 50 .30 30 TTENTION! , ' Au' 31 décembre, les objectifs doivent être réa,lisés à 50· 010 .olleetivlté Ilont Il a déclaré fatre partie . Les prix seront ... ttrlbull., lIul_ ~ant les rè&'les 'ci-après; 'RECLEMEN-T 1. - La. eollectivlté doit atteindre l'objectif fixé; ee qat lai Ilonne droit à 100 points • 2. - Les gagnants seron' le. eolledlvité. ayant obtenu le plus de . points ponr le. abonnements dépa .... nt. le nombre fixé. A ces points s'ajoutent ceux attribués pour lei Journaux vendns .. u nu· méro. 3. - Le calcul des points e.t le même qae pour le ooncours Individuel. EXEMPLE , DE CALCUL La Société X a , atteint son objectif. Deux de ses adhérents rèrIent, en plus. chacun deux abonnemenu de ·6 mols, UD troisième, un abonnement d'un an. Un quatrième, enfin, a vendu pendant . trois semaines chaque fois elnq Journaux en pins de Ba vente h .. bltueUe avant· le concours. Elle obtient donc: Poar avoir atteint son objectif .. ' ........ Il .. bonneD:1"itts "'," , abonnements de six mol . ....... ..... .. 1 abonnement d'un an •.. ..... .....•. .• 15 Journaux 'l;upplémentair';. . ..... . 100 points 15 .. 20 • .. Total. ... .... 158 AVIS IMPORTANT 1. - Chaque personne dé.lr .. nt participer au eonoours est Invitée à. se faire · connaitre d'urrenee .. l'adm.inist ... Uon de • DROIT 'ET LIBERTE pour l'établissement de sa FICHE DE CONCURRENT. Elle aura à. fa.ire connaître, en même temps, s'I! .y a. lieu. tre. exactement, le nom de la -collectivité qu'elle désire faire bénéficier de son effort. %. - Toutes les sociétés et oreanlsatlons adhérentes au M. R. A . . P. pllrtl';ipent au concours anto!Datlquement. Les autres eollectlvités sont priées de ." f,.lre eonnaitre. 3. - Nos amis Isolés de province. d'outre ... mer ou de l'étranrer désirant participer au eoncours sont. prié.· de noua adresser lenrs commandes . Ile cunets d'abonnemeDt., de prospectus et de journaux. eD même temps ,ue leur' 1olieriptloa. · '.' A la fin, nous ,perc1.ons patience et gratifions Jo;o du conseil suivant. - Tu vas t'arranger pour qu'Harry joue avec les blancs alors au début de la partie, tu " n'aura. qu'à répcmd~e à chacun d~ ses coups par la ' meme chose, ainsi s'ij joue un pion tu pOusseras le pilm qui est sur la meme ligne s'il iOUe lm cavalier. tu joueras l~ tien qui fait vis-à-vis. Jo;o rayonne : , - Ça c'est facite, tu vas vOir ':Il l'aumi que je te dis. . {-e soir, les deux champions s·cu. SOtent devant l'échiquier et tous les copa/ms se groupent autour pour assister à la lutte hOméri_ que qui s'enoage. Voità. ce que ce' la Cl rendu: Blancs ; Harry Noirs! Jo;o 1. h2 - M b7 - h5 2, é2 • é4 é7 - é5 Ah 1 tu 'as peur die l1Ul laisser avancer, tu; me bloques tO!&t de suite, eh bien je vais t'CU taquer défends·to!. ' • 3. C gl - f3 C g8 - fe - Me defendre, quelle idée. défencLs ·tof. to!-méme 1 - Ah, tu me joues la défense Pétroft, je ne savais pas qUIl ~ étais si calé. Tiens je vais eJisalieT autre chose. 4. Th1- h3 Th8 - he 5. Cb1 - g3 Cb8 - g6 6. d2 - d4 d7 - d5 - Tu contre-attatIIJA1S , Tant pis pour toi. tu 'f)erras ce que je vais te porter. 7. a.2 - ~4 a7 - a5 Voyons VOIT, ce que tu peux fair~. 8. F fI - b5 P' fa - b4 - Tu. me s~is tout ours, fe vais t'empêcher. ttens repond, à ~.elui ·là. : 3. d4 x é5 d5 x é4 - Voilà., c'est fait. Mais majntena~ Harry. certain de rcmtpre la slimetrie iL son avantage 10ue : 10. Dd1 x dB + en criant de toutes ces forees : Echec au. Roi JO;o très impertuèlement lut ritposte: 10 .... - Ré8Xél Tout en aya~ soin de rugir : Ech.eo-tof,.:même 1 NO/U nous IOmmes arraché les cheveux elt nous enfUliant. Qu'Ctur!ez..vous lait ci notre pla. . U 7. .

Notes

<references />


Format JPEG