Droit et Liberté n°199 - avril 1961

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°199 de Avril 1961
    • Tous, dimanche 23 Avril au mémorial du martyr juif page1
    • Importante réunion du Conseil National du M.R.A.P. page1
    • Après le temps du mépris par Marcel Mainville page1
    • Que se passe-t-il:
      • Afrique du Sud: Verwoord n'est pas venu
      • Connaître: les gitans
    • De Jérusalem, Madeleine Jacob écrit à 3Droit et Liberté": premières impressions du procès Eichmann page4
    • Encart spécial: Clés pour le procès Eichmann
      • Avant-propos par Jean Schapira page1
      • Paris se souvient et demande justice page1
      • 1919...1939 par Madeleine Reberioux page3
      • Adolf Eichmann et la "solution finale" par Albert Levy page4
      • L'idéologie nazie par Robert Merle page6
      • Nuremberg par Olga Wormser page7
      • L'Allemagne et les juifs par le docteur Rossaint page8
      • L'éducation de la jeunesse allemande par Léo Monbouyran page9
      • Les conquérants par Gilbert Badia page10
      • Les rapports franco-allemands depuis 1945 par Jacques Madaule page11
      • Pour une véritable réconciliation franco-allemande par Vercors page12
      • Depuis 12 ans par Charles Palant page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 199 - AVRIL 1961 TOUS/ dimanche 23 avril/ au MEMORIAL du MARTYR JUIF SEIZE ANNEES APRES « LA DEFAITE DU NAPlus de cent personnalités appellent les Parisiens ZISME, CE MOIS D'AVRIL 1961 VOIT S'OUVRIR EN ISRAEL, LE PROCES D'UN DES REPRESENTANTS LES PLUS TYPIQUES DE LA BARBARIE HITLERIENNE ADOLF EICH- à venir en foule demander le châtiment d'EICHMANN MANN, ORGANISATEUR DE L'EXTERMINATION DE PLUSIEURS MILLIONS D'HOMMES, DE FEMMES ET D'ENFANTS. » et de tous ses complices Ainsi débute l'appel signé sur l'initiative du M.R. A.P., par plus de cent éminentes Ipersonnalités de toutes ten- Importante réunion du Conseil National du M.R.A.P. _ 14 nouveaux membres au Comité d'Honneur. e Pierre PARAF, vice-président L E Conseil National du M.R.A.P. a tenu, le 19 mars, à Paris, dans les nouveaux locaux du Mouvement, une importante réunion, sous la présidence de Pierre Paraf. CONTRE LE NEO-NAZISME A l'ordre du jour figurait d'abord le procès Eichmann. Après les interventions de nombreux délégués, dont M" Jean Scha· pira, Armand Dymenstajn et Sarotte, Albert Lévy, Roger Maria,Causier (SaintQuentin), Guedj (Toulouse), Fridman (Lyon), Mme Marie-Louise Kahn, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., résuma les propositions faites, qui furent approuvées unanimement. Il s'agit essentiellement, pour notre Mouvement, de développer, à l'occasion du prOCès Eichmann, une puissante campagne à travers la France, pour informer l'opinion de ce que fut le nazisme et des dangers qu'il fait encore courir à l'humanité. Des manifestations diverses en vue de demander le châtiment d'Eichmann et de tous ces complices seront organisées, la plus importante étant le défilé devant le Mémorial du Martyr Juif (dont nous parlons d'autre part). Nos lecteurs trouveront, ce moisci, deux numéros en un. Dans ce numéro normal, c9nsacré aux divers problèmes de l' actualité, et réduit à quatre pages, est encarté un numéro spéci.al sur le problème allemand, en rapport avec le . procès Eichmann. dances, parlementaires et écrivains, professeurs et avocats, représentants des grandes organisations d'anciens combattants et de victimes du nazisme. Cet appel, vous le lirez en page 2 du numéro spécial encarté dans le présent journal, de même que la liste des signataires. Il souligne que le prOCès de Jérusalem intéresse tous les hommes, et que c'est l'occasion pour tous, mesurant l'ampleur des crimes nazis, d'affirmer qu'ils se souviennent et qu'ils demandent, avec celui d'Eichmann, le châtiment exemplaire de tous les coupables, sans exception. Répondant à cet appel, les antiracistes viendront en masse, le DIMANCHE MATIN 23 AVRIL A 10 H. 30 devant le MEMORIAL DU MARTYR JUIF, rue Geoffroy l' Asnier, Paris-4' (Métro: Hôtel de Ville ou Pont-Marie). Pour assurer à cette manifestation l'ampleur et le retentissement indispensables, 1 NF 10 h. 30 LE DRAME ALGERIEN En second lieu, le Cc.'IlSeil National a examiné les différents aspects du drame algérien qui concernent la lutte antiraciste. Approuvant l'exposé présenté à ce sujet par M' Marcel Manville ,il a souligné la nécessité pour le M.R.A.P. de dénoncer avec vigueur les mesures et les conceptions racistes et d'oeuvrer à une solution pacifique et démocratique, pour l'amitié entre la France et l'Algérie, aussi bien qu'entre les Algériens d'origines diverses. Nous espérons que cette init'iative sera bien accueillie, et qu'elle incitera nos lecteurs à faire connaître autour d'eux « Droit et Liberté ,.. qui montre a'insi une fois de plus, son aptitude à ré unir de brillantes collaborations, au service du com~ at ~ntir~ciste,. aujourd'hui plus que

Jamais necessalre. _

~1111111 111 11l1l1l1l11 1111111111111l 11111111111 111111 11 1111III IIIIIIII~ nous invitons nos amis à diffuser les tracts édités par le M.R.A.P., que l'on peut retirer au siège du Mouvement. Le sourire cruel, l'oeil glacé sous la casquette à tête de mort : Adolf Eichmann, organisateur de l'extermination (VOIR SUITE EN PAGE 31 Voir en dernière page l'article de Madeleine JACOB eDUDVee soeCiale a JerUSalem 1 J\LGERIE 1 flprtès k f:en.tps dJ,c, ft1ipnis ... UNE fois encore les antiracistes ont eu le coeur gonflé d'espérance par l'annonce des négo· ciations de Genève. La guerre d'Algérie et ses tragiques séquelles approchent- elles du dénouement ? Nous savons que bien des en~raves, des difficultés, des contradictions risquent encore de perpétuer le drame sanglant. Il nous appartient oependant, dans nos 1 limites, de tout mettre en oeuvre pour q~e, la paix une fois gagnée, l'Algérie SOIt une terre de réconciliation et de fraternité trouvées sinon retrouvées. l~~"'~ PAR ~ ..................... y Marcel MANVILLE 1 25 mai 2010 à 12:55 (UTC)25 mai 2010 à 12:55 (UTC)25 mai 2010 à 12:55 (UTC) Notre Mouvement a l'ambition légitime et combien humaine d'être lâ-bas demain le grand révélateur de la solidari té entre toutes les communautés qui doivent coexister. Nous devons le faire en respectant, bien sûr, la souveraineté du gouvernement algérien sans autre prétention que de l'aider dans cette tâche difficile. Aussi, il nous paraît nécessaire pour l'ensemble de nos amis et pour l'opinion publique de présenter les éléments de ce délicat problème. Nous avons toujours déclaré que le (Suite en dernière page.} 2 11 mars. - Deux bataillons de la Bundeswehr arrivent en France, à Mourmelon, avec 19 chars et 300 camions pour de nouvelles manoeuvres. Ils sont commandés par le colonel Philipp, qui fit la campagne de France en 1940 comme officier de la 'Wehrmacht. • Deux partis néo-nazis de la R.F.A., le Deustche Partei et le Parti des Réfugiés fusionnent pour former le parti Panallemand. 12-3. - La commission des Droits 'de l'Homme de l'O.N.U. demande à tous les Etats membres d'observer une" année de l'affranchissement des préjugés et de la discrimination ». Le représentant de la France s'est abstenu dans le vote. • Karl Chmielewski, ancien chef du . camp nazi de Gusen, condamné aux travaux forcés à perpétuité par le tribunal d 'Ansbach (R.F.A.). 15-3. - Au cours de la conférence qUl se tient à Londres, le gouvernement sud· africain se retire du Commonwealth britannique. • Manifestations contre la ségrégation raciale dans le sud des Etats-Unis: 175 noi rs a rrêtés à Louisville (KentuCkYi, 6 à Rutherfordton (Caroline du Nord) et 5 à Rock-Hill (Caroline du Sud), • La commission des associations de l"Etat de Virginie (U.S.A.) reconnaît l 'existence légale du « Parti nazi américain » fondé par Lincoln Rockwell. But de ce parti: « Porter à la connaissance du public américain les faits tenus secrets concernant la conspiration communiste qui a pour but la dest ruc_ tion de l'Amérique et de la race blan· che ». 16-3. - Le Dr Verwoerd, premier ministre sud-africain déclare qu' il renonce à venir à Pa r is et à Bonn après son départ de Londres. • August .Kolb, ex-commandan t du camp nazi de Sachsenhausen, condamné à trois ans de travaux forcés par le tribunal de Nuremberg (R.F.A.). 17-3. - Par 74 voix contre 0 et 9 a bstentions (dont la F ra nce), l'Assemblée générale des Nations Unies condamne la politique du gouvernement d'Afrique du Sud dans le Sud-Ouest Africain qu'il tend à annexer, alors qu'il s'agit d'un territoire sous tutelle. 20-3. - Le Dr Verwoerd de retour à Joh annesbourg en état de siège. Echauffourées et arrestations. 21-3. - Les Noirs d'Afrique du Sud observent une jour née de deuil pour commémorer les massacres de Sharpeville qui ont fait, l'an dernier, 72 morts. • Des milliers d'Algériens ma nifestent à Mostaganem, en faveur du G.P. R.A. et de l'Algérie Algérienne, en dépit des violentes interventions du service d 'ordre. 22-3. - Une bombe explose devant la banque Rotschild, à Paris. • La Cour Suprême des Etats-Unis rejette la r equête du Conseil de l'Enseignement de La Nou velle Or léans, demandant que l 'intégration scolaire soit suspendue. 24-3. - Incendie a u Palais Bou rbon, à la suite d'une explosion. Cent millions de dégâts. • La police tire sur les grévistes à Lamentin, près de Fort·de-France, à la Martin ique : 3 morts et 25 blessés. La grève affecte les coupeurs de canne à sucre et les dockers, qui protestent contre les bas salaires, le chômage et l 'insuffisance des allocations familiales. 26-3. - L'Amiral Lopez Alves se rend en Angola, pour « rétablir l'ordre » dans cette colonie portugaise où le mouvement de libération se développe avec rapidité, malgré une féroce répression. 30-3. - Attentat ultra contre le maire d'Evian, qui est tué. • Les criminels de guerre Ralph Gel'etes et Jan Vijk, jugés récemment à Talinn (U.R.S.S.) sont exécutés. • Neuf étudiants noirs condamnés à Jackson (Mississipi) pour être en t rés dans une bibliothèque réservée a ux bla ncs. Devant le tribunal, des manifestants sont dispersés par des agents armés de matraques et aidés par des chiens policiers. 3 avril. - Une bombe explose dans une imprimerie à Marseille. 4-4. - Vne bombe explose à la Bourse de Paris, faisant 14 blessés. Quatre autres blessés à la suite d'une explosion dans un hôtel, boulevard de Clichy. 5-4. - Douze soldats portugais t ués dans les opérations contre les forces de libération, en Angola. ')-4. - Attentat à Alger contre la villa de M. Coup de Fréjac, directeur de l'Information à la délégation générale. 9-4. - Une bombe explose à Paris devant le siège du M.R.P. • Le Dr William Fitzjohn, représentant diplomatique de la Sierra Leone se voit refuser l'entrée d'un restaurant près de Washington, parce que noir. Le Département d'Etat lui présente des excuses. 10-4. - Cent Africains arrêtés à Luanda, capitale de l'Angola après diverses attaques contre les forces portugaises dans l'ensemble du pays. • Par 93 voix contre une (portugal). la Commission politique de l'O.N.V. condamne le racisme sud-africain. • Arrivée de 1.200 soldats de la Bundeswehr au camp de Bitche (Moselle où ils vont faire des manoeuvres pendant deux semaines. Nombreuses protestations. qUE SE .1. AFRIOUE DU SUD • Verwoerd n/est pas venu.~. Ainsi, le Dr Verwoerd n'est pas venu à Faris. L'annonce du voyage officiel que devait effectuer en France le premier ministre de l 'Afrique du Sud avait suscité, parmi les antiracistes, une vive émotion. dont le M.R.A.P. s 'était fait l'écho dan ~ une lettre au Frésident de la République (voir notre dernier numéro). Mais, la conférence du Commonwealth, à laquelle il participait à Londres, ayant condamné l'apa r t heid, Verwoerd prit la décision historique de quitter le Commonwealth, et il dut r entrer précipitammem à Johannesbourg. C'est un nouveau pas, peut-être décisif, dans la mise au ban des Nations de l'Union Sud-Africaine, le seul pays au monde où le racisme est inscrit dans la Constitution et affirmé comme règle de gouvernement. Le gouvernement français, qui se préparait à recevoir le Dr Verwoerd, a-t-il l 'intention d'agir, avec les autres pays, pour qu'il soit mis fin à ce scandale? Depuis des années, son représentant aux Nations Unies s'abstenait dans les votes condamnant le racisme sud-africains, affirmant qu'il s'agissait d'une affaire purement intérieure. On a renoncé à cette objection, cette année, par suite de l'impression défavorable causée dan~ l'opinion par cette attitude - que nous avons toujours dénoncée - et la France se trouve parmi les 93 pays qui ont adoptée la résolution de la Commission Politique de l'O.N.U., le 10 avril. Le Portugal s'est trouvé seul à voter contre ce texte, l'Afrique du Sud n'ayant pas participé au vote. Précisons tou tefois que, si le délégUé français a voté, finalement, l 'ensemble du texte, il s 'était abstenu dans le vote sur le paragraphe invitant les pays membres de l'O.N.U. à prendre « des mesures individuelles ct collectives contre l'Afr ique du Sud ». On souhaiterait un position sans équivoque. Et l'on peut regretter que, deux jours à peine après le débat de l'O.N.U .. on ait annoncé la conclusion d' un accord commercial par lequel des hélicoptères françaiS seront livrés à l'Union Su dAfricaine. Sans doute pour mener .plus efficacement la répression contre le peuple noir. POSITIONS • Une déclaration de M. Maurice THOREZ Le journal yiddisch la « N aïe Presse» (Presse Nouvelle) a publié, le 2.1 mars, une déclaration de M. Maurice Thorez sur l'antisémitisme. Nous en donnons cides ous des extrai ts : « Le Parti Communiste Français a toujours combattu l'antisémitisme, cette idéologie bestiale, si étrangèr,? mtx traditions révolutionnaires. L'antisémitisme tend à diviser les forces ouvrières et démocratiq1les et à détmwner les exploités de la lutte contre lenr ,mnemi véritable : l'oligal'chie financière. « C O1nme toutes les formes de racisme, l'a'lltisé1llitisme est une arme de la réaction extrême. A notre époqz~ ?, où s'approfoHdit la crise générale d1! capitalisme, le pa.vs de l'impérialisme le plus p1lissant, les Etats-Unis, est aussi celtû de la ségrégation raciale, ne le disp1!tan~ qu 'à l'Afrique du Sud pOt~r le traitem.mt discriminatoire réservé à des millions d'holl~mes. « Dans le cadre du Pacte atlantique, les Etats-Un-is, soutenus par de Gaulle, ont fait de l'Allemagne de l'Ouest lntr premier allié en Enrope continentale. Dans l'Etat de Bonn, la pratique de l'antishnitisme n'est pas le fait de quelquesuns. C',?st une politiqne dont se servent les mêmes monopoles qui ont hissé Hitler au P01!VOir et qui ont restaul'é leur domination (00')' « L'impérialisme fran çais a vaillmzent cherché à s'opposer par la force aux irrésistibles aspirations des peuples hier àominés. La diffusion du poison chmwin va de pair avec l?s aventures colonialistes. Le pouvoir personnel, instrument des monopoles, favo'rise objectivement le racisme et l'antisémitisme. Il assure l'impunité aux ultras et aux organisateltrs d,? « ratonnades ». Il résel've ses coups aux partisans de la paix promoteurs de l'amitié elltre les peuples. (00') « Le sociaüsme est par nature étranger à toute Oppr,?ssion nationale. L'Union Soviétique, famille fraternelle de peuples égaux en droits, a été bâtie sur les rztines de cette « prison des peuples » qu'était l',nnpire des tsars. Le pouvoir sovié- PASSE.T.IL? tique a mis fin à jamais aux ghettos, aux misères séculaires des juifs. Avec le socialisme cesse l'exploitat'ion de l'homme par l' homme. « C'est setllement en UniON Soviétique ,et dans les autres pays socialistes que toute propagande raciste est considérée comme un crime contre le peuple entier et réprimée comme telle. » (00') FASCISME • A Toulouse Les éléments racistes et fascistes continuent à faire parler d'eux à Toulouse. Le 23 mars, de nouvelles agressions ont eu lieu contre des étudiants africains, de la part d 'un groupe armé de matraques. d'un ceinturon et d'un poignard. Le 9 avril, c'était un étudiant « européen » d'Algérie qui dirigeait volontairement sa voiture contre un travailleur musulman, Boufelda Liman, 34 ans, sur la place du Parlement. Signalons enfin les violences subies par M. Georges Montaron, directeur de « Témoignage Chrétien », attaqué par un commando fasciste alors qu'il participait à un dîner-débat. « J e suis certain que la police toulousaine connaît la plupa rt de mes agr esseurs », a déclaré M. Montaron. Le M.R.A.Po, en exprimant sa solida- Encore des croix gammées! Au moment de mettre sous presse, nous apprenons que des croi". gammées ont été inscrites sur plusieurs magasins de Turenne, de Saintonge et des Filles du Calvaire, à Paris, dans la nuit du 14 au 15 avril. C'est dans ce même quartier du Marais que, l'an dernier, les barbouilleurs nazis s'étaient manifestés avec Je plus d'insÎstance après le signai parti d 'Allemagne occidentale. Ces nouvelles provocations confirment la nécessité, pour les antiracistes, d'être vigilants et d'exiger des pouvoirs publics des mesures efficaces cantre les groupes (bien connus) qui s'en rendent coupables. rité à tous ceux qui ont été victimes de ces agissements criminels, demande que des mesures énergiques soient prises, à Toulouse, contre les groupes « ultras ». CONNAITRE • Les Gitans C'est un spectacle inusité - et même sans précédent -- qu'ont pu voir les pro· meneurs du quartier de l'Etoile, le 28 mars en fin s'après-midi : gerbes et drapeaux en tête, un cortège de Gitans - femmes en longues robes, hommes en chemises co· lorées, aux manches bouffantes - allaient fleurir la tombe du Soldat Inconnu. Les Gitans ? qui connait ce peuple er· rant et solitaire autrement qu'à travers les idées reçues, qui sont pour la plupart des calomnies ? Sait-on qu'ils sont 120.000 en France - dont une proportion notable vivent en sédentaires - et 6.200.000 dans le monde ? Sait-on que les Gitans ont combattu courageusement, pendant la dernière guerre, contre le nazisme, et que 3.500.000 d'entre eux ont été envoyés par Eichmann dans les fours crématoires ? Aussi, est-ce une heureuse initiative, de la part de leur Roi, Vaida Voivod III, que d'avoir apporté ces informations, au cours d'une conférence de presse, aussitôt après la cérémonie. L'étiquette habituelle aux réceptions royales n'était certes pas respectée, mais c'était tant mieux, et la rencontre y gagnait en cordialité vraie. Car nul souverain sans doute ne parle a.vec plus de conviction de la liberté. « Nous ne croyons pas, dit-il, aux fron· tières, même {( naturelles », qui limitent les nations et justifient les violences. Nous préférons apprendre à nos enfants que le ciel est notre tente et la terre notre foyer. Elle nous est chère et nous aimons la parcourir en tous sens. La terre appartient à Dieu, et les hommes sont faits pour y vi· vre en bonne entente. » Le drapeau gitan, précisa-t-il, est bleu comme le cosmos et vert comme la joie. Mais les réalités de la vie ont amené les Gitans à s'organiser. Ils viennent de fonder une Organisation Nationale Gitane, qui se propose de défendre leurs métiers artisanaux (étameurs, chaudronniers, van· niers, forgerons, orfèvres) et d'obtenir de l'O.N.U. un statut les protégeant de l'arbi· traire. FABRICANTS DE BONNETERIE Pour vos f il s classiques et fantai sie : (loine et angora - cachemire - poils de chameaux shetland pur importé d'Angleterre) Et pour vos t ravaux à façon : (bobinage - traitement et adoucîssement - foulonnage - dé vidage - fluffage) Un seul spécialiste VALMY-TEXTILES (VALTEX) 93, Quai de Valmy - PARIS-10e Tél. : COMbat 94-73 - NORd 32-80 - MAillot 03-65 Dépositaire des Ets DELMASURE (laine peignée 2128, 1/28, 1/ 40) MARAVAL (cardé 1/ 8, 1/12, 1/14) ATTENTION! Pour 2&0 NF (le reste payable en 6, 9 ou 12 mois) Vous pouvez faire un VOY t\GE IN oeSRAll avec le nouveau bateau « MOLEDET » le plus mode rne de la compa gnie is.ra élienne ZIM Le nombre des p laces étant limité, insc rivez-vous sans attendre au bureau de voyages bi en connu : Office de Voyages Lafayette 18, rue Bleue, Paris-ge - (Métro Cadet) - PRO 96-52, TAI 68-23 Prix spéciaux pour départs en groupes organisés par les Sociétés Billets S.N.C.F. , bateaux, avions pour le monde entier Voyages spéc iaux par avions « El AI », « Boeing » e t « Britan nia » és our e rocis iC mann N° 199 - AVRIL 1961 1 NF ~-" • 1919-1939, par Madeleine REBERIOUX (page 3). • Adolf Eichmann et la « solution finale », par Albert LEVY (page 4) . • L'idéologie nation.ol-socialiste, par Robert MERLE (page 6' AVANT-PROPOS • Les procès de Nuremberg, par Olga WORMSER (page 7) . • L'éducation de la jeunesse allemande, par Léo MONBOUYRAN (page 8) . ' TOUT le monde, en ce débu t de procès, parle d'Eichmann. La presse « sérieuse » étudie le cas en droit pénal. La presse à granâ tirage décrit l'atmosphère de la ville, i'agencement du tribunal, la vie et les tribulations de l'accusé. Quant aux périodiques iL sensation, ils traitent l'homme en vedette: photos, mémoires, états d'âme: Eichmann, ce printemps, se vend mieux que Soraya. pa r Des hommes et des femmes, de formations et de tendances diverses, dont un Allemand, ont accepté de prendre part à un essai de clarification. Ce n uméro spécial est né de leur accord. Certes, chacun d'entre eux garde son langage et ses op inions propres : sinon, nous ne serions pas le M.R.A.P . Mais leurs buts sont communs. Notre optique n'est aucune de celles-ci. Jean SCHAPIRA Le premier esT: de faire le point : car, si en 1961, un certain nazisme vit, le procès de J érusalem n'est pas le simple épilogue de ceux de Nuremberg : c'est un signal d'alarme. • L'Allemagne et les Juifs, par le Dr ROSSAI NT (page 9. • Les conquérants, par Gil bert BADIA (page JO) . Le roman d'Eichmann ne nous intéresse pas et, sur le plan judiciaire, nous ne sommes amateurs ni de problèmes techniques, ni d'émotions d'audience. Eich:-.. ___________ . Le second est de ne pas se contenter • Les relations franco-allemandes depuis 1945, par Jacques MADAULE (page 11). mann, pour nous, se borne à faire partie d'une équation dont le deuxième terme se ;~hiffre à plus de 5 millions de morts. Autant dire qu'il n'a pas valeur d'individu, mais qu'il incarne une politique, une idéologie. Connaître et faire connaître ce système, voilà notre propos. Si étrange, en effet, que cela puisse paraître, le racisme nazi, seize ans après sa chute officielle, est déjà (ou encore) mal connu. Les jeunes surtout l'ignore nt. La plu part, pour ne l'avoir, avant 45, pas 'consciemment vécu . Aussi, parce qu'une certaine propagande en in terprète le rapoel comme une atteinte à l'amitié francoallemande. Enfin, parce que l'Algérie, deplus longtemps déjà, relègue hors de l'actualité tout ce qui ne la concerne pas. Expliquer ·le nazisme n'est donc pas un luxe. Luxe d'autant moins grand que le drame dure toujours. Simplement, au lieu de s'afficher en politique d'Etat, l'hitlérisme se transforme, en Allemagne et ailleurs, en « groupes de pression ». Les antiracistes, à cet égard, aimeraient savoir, par exemple, de quelles complicités Eichmann a joui pendant quinze ans - pourquoi les anciens Waffen SS sont constitués en association fédérale reconnue par Bonn d'utilité publique - s'il est exact que Globke figurait sur la liste américaine des eriminels de guerre - comment les croix gammées devinrent une vague mondiale en 59-60 - quel rôle jouent au Caire les SS Gleim et Moser - pourquoi, à Paris puis à Londres, la police tolère des congrès nazis (i). ... L'AUTRE ALLEMAGNE Goethe, portrait à la rase d'informer : antiracistes, c'est-à-dire mililanLs, nous écrivons en vue de l'action. Le troisième tient à ce que la lutte antinazie soit une étape sur la voie de la réconciliatIon entre AlTemagnc et France. Réconciliation véritable cette fois, dans la mesure où, de part et d'autre, on saurait que l'on ne parle qu'à des démocrates et, singulièrement du côté français, (SUITE PAGE 2.) • Pour une réconciliation franco - allemande, par VERCORS (page 12). • Depuis douze ans ... , par Charles PALANT (p. 12). L'ALLEMAGNE D'EICHMANN ... Déba rquement des wagons à bestiaux lors de J'ar rivée au camp d'Auschwitz rARIS se souuient et demande JUSTICE •• Plus de ce nt personnali tés appellent à .une gr'ande man ifestat ion le dimanche 23 .gvril, à 20 h. 30 DEVANT LE MEMORIAL DU MARTYR JUIF (Voir nos informations page 2.


L.

(SUITE DE LA PAGE 1) AVANT- PROPOS que nos interlocuteurs ne sont ni des bourreaux, ni des revanchards. Ce n'est pas le hasard qui, dans no· tre sommaire, donne là-dessus, pour finir, la parole à Vercors. CET avant-propos serait superflu si, des articles qu'il préface, je ne m'efforça.is d'extraire quelques enseignements de valeur permanente. Oes enseignements, je les vois de deux sortes. Je voudrais, d'une part, montrer que l'analyse du nazisme est fertile en avertissements pour la vigilance antiraciste el1 . général. Je voudrais, d'autre part, dégager le sens réel de notre lutte pour la dénazification. Le monde est plein de racismes. Mais, parmi eux, le nazis~e O?CUpe une place à part. Dote dune charte mis scientifiquement en oeuvre' à l 'échelle d'un continent par un appareil spécialisé, il possè de, par rapport aux formes inaehevées ou équivoques du racisme, un caractère monumental et, si je puis . dire, classique qui donne à son étude une vertu instructive. On peut affirmer, sans crainte d'être contredit, que, pour notre génération, la connaissance du nazisme est une matière de base de l'éducation antiraciste. Or, le nazisme illustre de façon frappanfe deux constatations : 1° JI existe une logique du racisme. - Sans doute, fonction de circonstances variables, cette logique ne se déroule pas u.niformlément partout. Mais le schéma suivant est toujours en germe : le préjugé ra~ jal , qu~lle qu'en soit la source, 'lie mue en position de principe PARIS se souvient et demande justice SEIZE années après la défaite du nazisme, ce mois d'avril 1961 voit s'ouvrir en Israël.le ~ro~~s d'un des représentants les plus typiques de la barbane hltlenenne : Adolf EICHMANN, organisateur de l'extermination de plusieurs millions d'hommes, de femmes et d'enfants. Le procès d'Adolf Eichmann doit mettre en lumière ce que fut l'entreprise nazie de génocide, dont l'humanité ne triompha que par l'héroïsme et les sacrifices. immenses consentis par les peuples, alliés par delà les océans et les continents, comme par de,la les régimes et les idéologies. Le procès d'Adolf Eichmann instruira l'opinion mondiale, et particulièrement les jeunes générations, des crime,~ inexpiables ~0n:'mis par les hitlériens, animés et fanatisés par 1 aberrante theone raciste. Le procès d'Adolf Eichmann va révéler - doit ,rév~l~r - la réalité et l'actualité du danger qui pèse sur la secunte des peuples et soUr la paix, du fait de l'impunité dont jouissent ~ncore de nombreux nazis et leurs complices, trop souvent charges, en Allemagne et ailleurs, d'importantes responsabilités politiques, administratives et militaires. A la mémoire des combattants du front et de l,a Résistance, tombés dans la lutte contre le naxisme, A la mémoire des six millions de juifs et de tous les martyrs exterminés par les hitlériens, Pour que soient châtiés les criminels impunis à ce jour, Pour que soient bannis à jamais le racisme et l'antisémitisme, Pour que triomehent la fraternité humaine et la paix, Les soussignés ,appellent les Parisiens à venir défiler silencieusement et se recueillir DIMANCHE 23 AVRIL 1961, A 10 H. 30 devant le Mémorial du Martyr Juif rue Geoffroi-l'Asnier, P·ari·s-4e MM. Francisque GAY, ancien vice-président du Conseil; l'aul ANXIONNAZ, Paul BASTID, Pierre COT, A. FORCINAL, François de MENTHON, Marcel PAUL, Jean PIERRE-BLOCH, Henri ULVER, anciens ministres; Mme Suzanne CREMIEUX, MM. Jacques DUCLOS, Marcel PELLENC, le général PETIT, sénateurs ; Charles DUTHEIL, Victor SABLE, Francis VALS, Pierre ZILLER, députés; Henry TORRES, ancien sénateur ; Mme Francine LEFEBVRE ; MM. Robert CHAMBEIRON, Pierre DREYFUS SCHMIDT, Jeon ODIN, Raymond VALABREGUE, anciens députés; Clément BAUDOIN, Ge.orges HIRSCH, Dr J.A. HUET, conseillers généraux de la c: . ~elne. MM. Léon LYON-CAEN, présicient du M.R.A.P., premier président honoraire de la Cour de Cassation ; Henri LAUGIER, ancien secrétaiFe général adjoint aux Notions-Unies; Jacques FONLUPT-ESPERABER, conseiller d'Etat honoraire; Robert ATTULY, conseiller honoraire à la Cour de Cassation; Vincent AURIOL, ancien président de la République . Mme ROMAIN-ROLLAND ; Mmes Marcelle AUCLAIR, Béatrix BECK, Anna LANGFUS ; MM. Hervé BAZIN, Jeon-Jacques BERNARD, Pierre BOULLE, Alexis DANAN, Michel DROIT, Elian-J. FINBERT, Edmond FLEG, Pierre GASCAR, Roger l'KOR, Armand LUNEL, Louis MARTIN-CHAUFFIER, Albert MEMMI, Robert MERLE, Jacques NANTET, Georges NEVEUX, André SPIRE, André SCHWARZBART, Maurïce VAUSSARD, Charles VILDRAC, écrivains; MM. Jean MERCURE, Abram IKROL. Les professeurs Roger BASTIDE. Albert BAYET, Marc-André BLOCH, Georges CANGUILHEM, Paul CHAUCHARD, Henri DESOILLE, ETIEMBLE, Jean FRAPPIER, V. JAN'KELEVITCH, P.-H. ,KLOTZ, Bernard LAVERGNE, Henri LEVY-BRUHL, J.-J. MAYOUX, Henri MICHEL, O. PO:Z,ZO ,DI BORGO, Marcel PRENANT, E. SCHATZMAN, Edmond VERMEIL, Pierre WERTHEIMER. Mmes Suzanne COLLETTE KAHN, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme; Louise ALCAN, secrétaire générale de l'Amicale d ' ,'\uschwitz ; Irène de LIPKOWSKI, présidente de l'Association Nationale des Familles de Résistants et d'Otages Morts pour la Fronce; MM. Pierre PARAF et Charles PALANT, Vice-président et secrétaire général du M.R.A.P. ; Georges WELLERS, vice-président de l'U.N.AD. I.F. ; MM. FICHEZ et Jean Maurice HERMANN, président et· vice-président de la F.N.D.I.R.P. ; N. FANSTEN, président de l'Amicale des Anciens Déportés juifs de Fronce; Me Charles LEDERMAN, président de l'U.J.R.E. ; Dr GINSBOURG, président du Cercle Bernard Lazard ; M. ROZENBLUM, président de l'Union des Sociétés Juives de Fronce; Paul LAURENT, sec rétcire national de l'U.J .C.F. ; Henri ATLAN, président de l'Union des Etudiants Juifs de Fronce; YVES TAVERNIER, secrétoire général des Etudiants du P.S.U. ; Félix BRUN, président de l'AR.A.C. ; J. DEBU-BRI:DEL, membre du C.N.R., vicepr ésident de l'AN.AC.R. ; Henri SINJON, secrétaire général de l'Union Régionale Pmisienne des Syndicats Chrétiens ; J. RAZAFIMINO, président de l'Association des AC. Malgaches. ' MM. les généraux LE CORGUILLE et TUBERT ; René CERF-FERRIERE, ancien président du Groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative; André TOLLET, président du Comité Parisien de la Libération ; le Comité National de Liaison de la Résistance (groupant 47 Associations et Organismes liquidateurs de Mouvements et Réseaux). Les Pasteurs André DUMAS et Maurice VOGE ; les abbés Jean BOULIER et A. GLASBERG ; MM. Alain LE LEAP, Elie GOZLAN, Adolphe ESPIARD ; les bâtonn iers René-Willïam THORP et Roger SALA, Maîtres DENNERY, Henri GARIDOU, Maurice HERSANT, MANVILLE, David M. LAMBERT, 'KRAEMER-BACH, Etienne NOUVEAU, SCHAPIRA, avocats à la Cour. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la la Paix (MRAPl. la position de principe engendre la discrimination légale ; la discrimination légale excuse les sévices ; les sévices, de proche en proehe, mènent à l'extermination, totale ou p.artielle. Le racisme nazi a sui vi ce parcours, et, avec lui, Eichmann et sa section IV B 4 : jusqu'en 1939, l'objectif est d'expulser et de spolier les Juifs; de 1939 à juillet 41, la persécution se fait collective, coneen" trationnaire et meurtrière ; le 31 juillet 1941, Goering prescrit le génocide. 2° " existe une unité du racisme. - Ce qui signifie deux choses. En premier lieu, que le aogme de la supériorité raciale ne se fractionne pas. Exemple nazi : la primauté biologique germanique a conduit au massacre des JuIfs, mais à celui des Tziganes aussi, et de collectivités slaves entières. Quant aux Latins, dans une Europe germanisée, ils eussent été les valets. Et, peutêtre, se souvient-on des sophismes auxquels Rosenberg et consorts devaient se livrer pour établir, à l 'époque du pacte anti-komintern, que, dans la hiérarchie des races, un Japonais vaut un Allemand (2). L'unité du racisme implique en second lieu que, nulle part au monde, il puisse survenir une oppression raciale qui ne nous regarde pas. Générosité humaine mise à par~, reconnaître son égal en tout homme, c'est se protéger éventuellement soi-même en défendant l'autre. Le nazisme, ici encore, est une occasion de réfléchir. Je pense à ces périples de Juifs allemands, dont les cargos, refoulés de partout, canonnés dans les eaux palestiniennes, échouaIent pour finir à Rambourg. Je pense également à certains Juifs français, morts depuis dans les camps, qui, avant 1940, soucieux de ne pas cc réveiller l'affaire Dreyfus ", traitaient leurs coreligionnaires fugitifs d'Allemagne en intrus. l EÇON essentielle ae notre époque, notre devoir est donc d'expliquer le nazisme et d 'exiger que les éducateurs l'expliquent. Mais ce n'est pas assez : il faut encore mobiliser contre ses survivances. Sous l'angle descriptif, les faits sont connus. Un nomJ:)re imposant d'ex-nazis tient le haut du pavé en R'.F .A. et dispose, dans quelques autres pays, d'un entregent certain (3). Sous l'angle explicatif, par contre, l 'analyse est trop souvent elliptique ou partisane. Pour l'Allemagne, deux fadteurs dom:ï;lants se combinent à mon sens et, puisqu'Eichmann il y a, c'est en }Jartant de ses dires que je les soulignerai. En 1\146, devant un Lribunal U.S. , Wisliceny, adjoint d'Eichmann, déclara tenir de son patron qu'en cas de défaite allemande celui-ci avait eu l'intention de prendre le maquis cc en attendant l'explication finale entre l'Est et l'Ouest ». En quoi, même s'il ne put exécuter son dessein, Eichmann se montra bon proiphète pOl.r les nazis en général. Car ils sont la vieille garde de l'antisoviétisme. A ce titre, après la phase historiquement nécessaire d'effacement, ,ils forment aujourd'hui une élite énergique au service ae l'irrédentisme de Bonn (4) . Elite turbulente et gênante parfois: ce sont les cc ultras» d'outre-Rhin. Mais si, vraisemblablement, le Chancelier n'apprécie guère , par exemple, la campagne de croix gammées, on conçoit mal, de son point de vue, qu~il commette l'erreur de se couper d'une aile aussi combattive : ne l'a-t-il pas innocentée en bloc lorsqu'au début de 1960 il imputa les inscriptions et le vandalisme antijuifs à quelques voyous isolés et à quelques psychopathes? D'autres propos d'Eichmann sont significatifs. L'hebdomadaire américain cc Life " a publié, après sa cap~ure, les confïdences qu'il fit, plusieurs années auparavant, à un journaliste de Buenos-Aaires. Or, parlant de l'extermination des Juifs il dit : cc J'ai exécuté les ordres. Il serait aussi absurde de me rendre responsable âe toute la solution finale du problème juif que de r ejeter cette responsabilité sur le directeur des chemins de fer qui servaient au transport des Juifs» (5). Le génocide considéré comme acte administratif - la conception peut · passer pour un système de défense. On alITait tort, je crois, de l'envisager ainsi. Eichmann ne fait qu'appliquer à une hypothèse extrême - son propre cas - une thèse couramment admise en Allemagne à l'appui de l'impunité nazie : on ne chàtie pas des fonctionnaires ; ils ont obéi au Führer, ils obéissent au Chancelier: c'est tout un, puisqu'en tout cas ils servent l 'Etat allemand. Pas de complexe de culpabilité : voilà l'objectif (6). Notre objectif, à nous, est de dénazifier. Mais il convient d'en expliquer le sens, tant, de l'autre côté de la barrière, on le falsifie : 1° A l'inverse de ce qui, d'ailleurs, serait naturel, les victimes du na- 4isme, les anciens résistants, les antinazis ont peu de goût pour la vengeance. Sauf dans un petit nombre de cas, style Eichmann, la sanction n'est pas notre fort. Que d'ex-nazis soient chefs de bureau ou directeurs de banque - nous n'y verrions aucun mal, si leur fonction ne leur pennet pas de nuire encore. 2° !D'autre part, à nos yeux, la dénazification n'a .rien d'une cc capitis deminutio ». Vouloir que l 'Allema, gne extirpe le nazisme, c'est lui demander un alignement sur les démocratie - mais un alignement à égalité, sa souveraineté restant entière, y compris diplomatique. En particulier - cela doit être dit - paTler de dénazification, ce n'est prendre position ni sur l'O,T.A.N., ni sur la C.E.E. , 3° Cernée de la sorte, notre exigence prend sa vraie signification. Ce que nous voulons, c'est ôter aux nazis toute chanc'e· de faire courir à l'homme de nouveaux risques. Or, aujourd'hui, ces risques sont au moins deux. Le premier est un ris· que de guerre : il suffit aux nazis, ou aux militaires inspirés du même esprit de reconquête, de susciter, à l'Est, un incident de frontière pour déclancher, par le jell des alliances, le conflit atomique. Le deuxième est un risque d'empoisonnement politique : tout groupe nazi essaime sa doctrine - que ce soit en Allemagne, enSuèae, en Argentine, en Egypte ou en France : un catalogue de presse en convainc mieux qu e ' tou t (7). L.' an tiraclsme, s:i~ est conséquent, dOIt relever le def!. TELLE est, au seuil de ce travail colleCtif, 1a synthèse des préoccupations qui l'animent. Comme toute synthèse, elle a le défaut de plafonner. Mais · ce défaut n'est pas sans remède, puisque, sur chaque aspect du problème, ce re· cueil vous apporte, article par arti· cIe des explications, des arguments et des enseignements circonstanciés. Jean SCHAPIRA. ( 1) Sur la renaissance au n3.2l1Sme ; précisions et références dans « The German Dilemma », édité par le C.M.J., .1959. « Résistance Unie », organe de la F .LR., janvier 1960, « Droit et Liberté », numéros 195 (articles de Lentin et de Schapira) et 196 (article de Schapira). (2) Le JaponaiS a une âme aryenne dans un corps jaune » ; « Les dirigeants japonais offrent les ~êmes garanties bio· logiques que les dirigeants allemands Il. - V. aussi le manifeste fasciste du 14 juillet 1938 ; « Le concept de race en Italie doit être essentiellement italien et avoir une orientation aryo-nordique ». (3) v. « Résistance Unie », précité. (4) Citations dans « Europe », avril 1961, pp. 49 et ss., reproduisant un article dp. la revue suisse « Contacts », février-mars 1961. - Notamment ; « Le gouvernement fédéral n'a jamais accepté le partage de l'Allemagne ... Il a souligné à plusieurs reprises que le Reich allemand continue à exister dans ses frontières de 1937 et que des décisions unilatérales prises dans les années qui ont suivi la débâcle totale ne sont pas reconnues par le peuple allemand » (Bulletin du service de presse et d'drrtormation du gouvernement fédéral, Bonn, 1960). - N.B. ; ici, on ne parle que des frontières de 1937, mais la « Deutsche Soldaten Zeitung », publiée sous l'égide de la Bundeswehr, réclame également le territoire des Sudètes (ex : n° de nov. 1960, p. 3). (5) Traduction dans « l'Express », 1er décembre 1960. (6) V. l'article, ci-dessous, de Léa Monbouyran. (7) Pour la France : « Aspects de la France », « Rivarol », « Jeune Nation », « Défense de l'Occident », etc ... 1919. •• «G RANDEUR et misère du Ille Reich }), « Arturo Uï }), « Mein Kampf }), Il Nuit et Brouillard )) : le théâtre et le einéma ont durant ces dernières années, p~rté à la scène et à l'écran, pour les jeunes générations de notre pays, ce que fut l'hitlérisme. Le temps semble venu éga~em~~t des premiers travaux sCIentIflgues. Pour ne citer que la France, SIgnalons en particulier la publication aux « Editions Sociales )) en 1958 de l'ouvrage de G. BADIA, sur « La fin de la république allemande }), et la même année dans la collecti~ n « Que sais-je ;" du petit livre de Cl. DAVID sur « L'Allemagne de Hitler }), Dès 1957 la revue « Recherches internationales à la lumière du marxisme » avait consacré son premier numéro aux « Origines du fascisme » et notamment, avec l'article de F. Klein, aux conditions dans lesquelles la grande bourgeoisie allemande avait soutenu Hitler. Plus près de nous encore A. Grosser publiait, voici deux ans, dans la collection « Kiosque », d'utiles extraits de presse commentés sous le titre « Hitler, la presse et la naissance d'une dictature ». Notre conna~ssance du nazisme demeure pourtant .précaire et incomplète. C'est à peine si l'on commence dans notre pays à mieux connaître les conditions et les conséquences de la prise et de l'exercice du pOUVOir par Hitler. Nous nous limiterons ici à en retracer les principales étapes, puis à esquisser une analyse des forces qui ont rendu possible la victoire de l'hitlérisme, enfin à montrer comment le racisme représente la donnée du régime la plUS constante et, par ses consèquences immédiates ou lointaines, la plus dramatique. LES ETAPES Le parti nazi a progressé par bonds entre 1919 et 1939. La coupure décisive se situe évidemment au 30 janvier 1933 lorsque le président de]a RépUblique allemande, Hindenbourg, appela « légalement » Hitler au pouvoir. Mais, avant 1933, on peut distinguer une période d'essor limité qui coïncide avec la crise inflationniste de 1923 des années de tassement répondant à I~' relative stabilisation économique et politique de l'Allemagne entre 1924 et 1929, enfin l'ascension de la grande crise 1930- 1932. C'est en janvier 1919, à Munich, que l'ouvrier serrurier A. Drexler crée le Parti ouvrier allemand (D.A.P.), groupuscule nationaliste auquel adhère pendant l'été un Autrichien obscur, nommé officier ins- ... tructeur dans la Reichswehr pour ses sentiments antisémites, Adolf Hitler. L'adjectif « national-socialiste » apparaît en 1920 et, dès l'année suivanté, Hitler devient président du N.S.D.A.P. Petit groupe parmi ceux qui surgissent dans cette période ambiguë de l'histoire allemande. Sur la toile de fond d'une défaite militaire camouflée en trahison, pendant que s'allument et vacillent en Europe les feux de la . révolution soviétique, dans le cadre d'une démocratisation manquée (la jeune République allemande se voit dès le départ châtrée de son potentiel démocratique par l'écrasement des spartakistes auquel ont collaboré, sous l'oeil plus que bienveillant des Alliés, les sociaux-démocrates allemands ' et la Reichswehr), pullulent les formations dites « nationales »; Diversifiées par 'telle ou telle coloration régionale, elles sont unifiées par quelques traits cOmmuns : leur carictère terroriste et para-militaire, le soutien que leur apportent les organisations antisémites plus anciennes, le patronat et plus ou moins discrètement, la Reichswehr (1), le bras' sage d'éléments sociaux qui s'y réalise sous l'éqUivoque étiquette du « socialismenational ». La crise de 1923 plonge dans' la misère la masse des salariés et prolétarise brusquement la petite et moyenne bourgeoisie allemande, en même temps que l'occupation de la Ruhr par la France alimente les passions nationalistes. Le parti nazi, encore fragile, mais déjà organisé en Sections d'Assaut, tente le 8 novembre à Munich un putsch militaire qui échoue et ne coûte à Hitler que neuf mois de prison. (2). De « La rue sans joie ». de Pabst à « L'opéra de quat' sous » de Brecht, les oeuvres les plus représentatives de l'époque évoquent cet univers où la fortune de quelques-uns écrase la masse des travailleurs. Qu'on ne s'étonne pas dès lors si, dans l'ombre, les nazis s'organisent : fort par Madeleine REBERIOUX de ses quelques dizaines de milliers d'adhérents nouveaux par an (3), de sa garde de S.S. qui double les S.A., l'hitlérisme se lie de plus en plus étroitement aux milieux industriels de la Ruhr (4) et aux ' hommes politiques de la droite traditionne1le dont il s'agit de s'assurer l'appui face à un Parti Communiste qui détient 54 Sièges aux élections de 1928. A partir de 1930 la crise mondiale gagne l'Allemagne et s'y aggrave jusqu'en juillet 1932, d'autant plus sévère que la « prospérité » précédente était plus factice et plus partielle, d'autant plus inégale dans ses effets que la cartellisation de l'Allemagne était plus pOUSSée (5). Pendant l'été 1932 5,6 millions' de salariés (43,7 % des ouvriers syndiqués) sont chômeurs complets. Malgré la progression rapide du Parti Communiste (de 54 Sièges en 1928 il passe à 100 en novembre 1932 et ses militants exercent sur le régime une continuelle pression), le maintien approximatif de la Social-Démocratie (elle a encore 121 sièges à la même date contre 143 en 1-928), 'celui, plus net, du Centre Catholique (89 députés contre 78), le nazisme absorbe les voix de la droite et passe de 800.000 à 11.700.000 suffrages, de 12 à 196 sièges. Ces chiffres impressionnants sont loin pourtant de rendre compte de l'atmosphère réelle de l'Allemagne. Tout ment affirmée par Hitler avec les tortionnaires et les assassins des Sections d'Assaut (6) n'empêche pas Hindenbourg de l'appeler « légalement » à la chancellerie. 1933-1939 : en six ans, Hitler, d'abord chancelier d'un gouvernement de coalition où les nazis ne détiennent officiellement que trois postes ministériels, devient le Führer tout puiSsant d'une Allemagne dont les frontières englobent l'Autriche, puiS la Tchécoslovaquie. On connaît les étapes prinCipales de cette ultime ascension

l'incendie du Reichstag (février

1933), prétexte à organiser la persécution de masse contre les communistes ; le vote par le nouveau Reichstag, le 23 mars, avec l'accord du Centre Catholique, des pleins pouvoirs à Hitler ; la liquidation de tous les partis politiques autres que le N.S.D. A.P. ; et, en août 1934, après la mort d'Hindenbourg, le cumul dans les mains de Hitler, avec le titre de Reichsführer, des fonctions de Président et de Chance, lier. Cette fois le mot même de République a disparu. La mise au pas du pays tout entier s'accélère par la terreur meurtrière, la politique de réarmement, une propagande forcenée. Et la division des Démocraties, 'l'antisoviêtisme persistant des gouvernants français et anglais, pour ne rien dire des « colonels » polonais, permettront l'Anschluss de l'Autriche, puiS l'occupation des Sudètes et, à Pâques 1939, de l'ensemble de la Tchécoslovaquie. 3 les partis auxquels elle donnait traditionnellement sa confiance. Les voix des communistes ont presque doublé entre 1928 et 1932, celles des sociaux-démocrates ont fléchi mais sans s'effondrer, celles du Centre ont sensiblement augmenté ! Plus éloquente encore la comparaison entre les élections législatives et les élections aux conseils d'usines en 1931 : les nazis n'y ont obtenu que 0,5 % des voix alors qu'aux élections au ReiChstag de septembre 1930 ils en recueillaient 18,3 % et, à celles de juillet 1932, 37,3 %. Ce qui est certain par contre c'est que la prolétarisation de la petite et moyenne bourgeoisie, ruinée et trop attachée à . s.es traditions pour rejoin· dre la classe ouvrière dans « son corn· bat », ' a apporté au nazisme une masse d'adhérents prêts à tout pour retrouver sinon des raisons de penser, du moins des moyens de vivre. La crise d'autre part a sacrifié d'abord la jeunesse et jeté les « classes - d'âge » les plus promptes 'à l'action dans l'aventure fasciste (7). De là sont venues les forces qui ont contribué il faire du nazisme autre chose qu'un petit parti d'extrème-droite. Surtout, les milieux dirigeants de l'économie allemande ont vu dans la crise de 1930 l'occasion de liquider de façon définitive non seulement la menace communiste, mais jusqu'à ce régime, influencé par la démocratie ouvrière organisée, où l'Etat maintient un système d'assurances •• .1939 COMMENT? Rien de plus fallacieux qu'un exposé chronologique si on le coupe de ce qui fait la chair et le sang de l'hitsoire : les forc'es sociales et idéologiques. C'est vers elles qu'il faut à présent se tourner si l'on veut essayer de répondre à la question fondamentale

comment Hitler a-t-il pu prendre

légalement le pouvoir ? comment le .. vieux Président et le Reichstag lui-même, et reconnaît aux syndicats le droit de discuter avec les organisations patronales (8). Les décrets-lois de Brüning qui pourtant répondaient dans une large mesure à ces aspirations, parurent encore insuffisants aux cartels allemands les plus puissants et notamment au Reichsverband der Deutschen Industrie (Association nationale de l'industrie allemande). Ô'est alors, semble- t-il, que ceux-ci, qui n'avaient jusqu'en 1929 soutenu Hitler que partiellement (T-hyssen, plus ·encore que Krupp, _avait joué les bailleurs de fonds ; l'industrie chimique s'était montrée plus réticente que la sidérurgie) se décidèrent à abandonner la forme parlementaire du régime, à accorder un appui pOlitique entier au nazisme et à. faire sur Hindenbourg la pression suffisante pour que ce Jùnker « bien élevé » consente à voir dans un caporal grossier un collaborateur non indigne. Encore fallait-il qu'Hitler leur eût donné des assurances s"ùfflSantes. Goering avait longtemps fait personnellement la liaison avec les industriels de Rhénanie, encore qu'Hitler eût pris lui-même de nombreux contacts dès 1926-27 (9). En jan. vier 1932, avant les élections préSidentielles où le chef nazi obtint contre Hindenbourg 36,8 %._ des voix, il alla s'expliquer devant « l'Industrie Klub » de Düsseldorf. Et le 4 janvier 1933 c'est chez un banquier de Cologne, Schroeder, qu'il rencontra Von Papen : prêt élevé au parti nazi (10), problème de la prise du pouvoir (11), semblent avoir été les principales questions abordées au cours de l'entretien. Trois semaines plus tard en tout cas Hindenbourg appelait Hitler au pouvoir et Von Papen devenait vice-chancelier. La Banque avait encouragé l'alliance des « Barons » et du Fascisme et le grand capital allemand dicte, dans une large mesure, son avenir au pays. (Suite page 4,) (1) Sur ces différents points cf Cl. David, opus cité, p. 14. (2) Cf M.JCrouzet, Histoire des civilisations, « Le XX' siècle ». (3) En 1929, le parti compte 120.000 membres (Cl. David, opus cité, p . 20) . , (4) Cf l'article de F. Klein, p. 134. (5) La courbe comparée des prix de monopole et des prix non cartellisés prouve que les premiers. longtemps stables, n'ont pas baissé finalement de plus de 21 %, alors que l'effondrement des autres, commencé plus tôt, atteignait en 1932 55 % de la valeur de 1929. (6) C'est le 22 août 1932 que les tribunaux ont condamné à mort (ils seront vite grâciés) cinq des neuf S.A. meurtriers, dans des conditions abjectes, d'un ouvrier mineur polonaiS en Silésie. Hitler adressa aux condamnés, ses « camarades », un télégramme d'entière solidarité. (7) Cf l'analyse de M. Crouzet, opus cité, p. 189-190. S'ouvre alors une période de six ans pendant laquelle l'apparente consolidation de la République (stabilisation du mark, reprise des affaires, régime politique semiparlementaire) s'accompagne d'une non moins apparente stagnation du mouvement hitlérien (aux élections législatives de mai 1928 les nazis n'obtiennent que 3,5 % des voix et 12 sièges) . Où sont donc les réalités ? La reprise des affaires n'a été possible que grâce aux énormes investissements étrangers, surtout américains, dont les intérêts élevés pèsent sur le régime ; la faiblesse du marché intérieur, liée à la politique de bas salaires, entretient en permanence une masse de chômeurs qui, supérieure à deux millions en 1926, est encore de 1,5 million en pleine « propérité » Défilé des « colonnes brunes» pour le Congrès du parti nazi en 1933 (8) C'est le ;programme déf.ini par le patronat allemand dès 1925, exposé à Brüning en décembre 1929, puis à nouveau le 29 septembre 1931, sous forme d'un véritable ultimatum dont les éléments essentiels sont indiqués dans la « Deutsche Allgemeinf? Zeitung » du 5 octobre 1931 (voir l'étude de F. Klein, p. 158-165 et. le d'abord parce que la guerre civile a galivre de G. Badia) . gné la rue où les S.A. attaquent les ouvriers des organisations de défense communistes et socialistes ; puis en raison de l'abandon par le Chancelier Brüning, entre mars 1930 et mai 1932, de plusieurs garanties fonda,mentales de la Vie républicaine (saisie de journaux, interdiction de réunions, dissolution répétée du Reichstag, pratique des décrets-lois, etc.). La tension politique et sociale croît, dramatiquement, de mois en mois. Le 30 janvier 1933, l'Etat «répUblicain» bascule définitivement du côté du fascisme : la solidarité publiqueélu au suffrage universel et selon une représentation proportionnelle rigoureuse, ont-ils pu remettre le destin de l'Allemagne entre les mains de gens qui prônaient ouvertement le racisme comme doctrine et l'assassinat comme méthode politique ? Les crises de 1921-23 et 1930-32 jouèrent assurément un rôle très important dans la montée de l'hitlérisme. Mais en quel sens ? Il n'est pas vrai, comme on l'a dit trop souvent, que la masse de la classe ouvrière allemande, désespérée par le chô' mage, ait elle-même plébiscité Hitler. Elle n'a pas abandonné aux moments décisifs (9) Cl. David opus cité, p. 18. 10) Quatre millions de marks, si l'on en croit le « Ç1hicago Daily Tribune » du 12 janvier 1932, cité dans A. Grosser, p. 109- 110. (11) « Sans doute le programme de Hitler comporte des méthodes démagogiques difficile~ à concilier avec un régime capitaliste sainement compris, mais l'idée était que les nationaux-socialistes, solidement encadrés par des éléments conservateurs et appelés à partager les responsabilités du pouvoir, se prêteraient d'eux-mêmes à toutes les mises au point nécessaires. » ( « Le Temps », 12 janvier 1933). ADOLF EICHMANN ET O UAND un assassin comparaît aux Assises, les psychiatres - amateurs et professionnels - s'emploient à fouiller son passé, pour y découvrir les racines de sa perversion. Si, dans !,'affaire Eichmann, on considère l'individu - cinq millions de fois assass.in - qui va répondre de ses crimes, une telle recherche nous oide-t-elle à l'expliquer? Certains n'ont pas manqué de s'en préoccuper. Dès son enfance. nensionnaire dans une institution de 111uringe, le petit Adolf aurait été chargé par ses maîtres (anciens officiers) de tenir la comptabilité des châtiments corporels infligés aux élèves ; il se serait distingué par son antisémitisme cruel. Plus tard, au lycée de Linz, en Autriche (où habitaient ses parents), les persécutions du jeune Eich· mann auraient poussé au suicide un élève juif. En 1932, à Berlin, où il s'était rendu pour échapper à des poursuites, et où il exerçait la profession de vendeur de voitures, Eichmann logeait, paraît-il, chez une juive, dont il tenta de séduire la fille de 16 ans. Il en résulta pour lui quelques ennuis notamment la perte de son emploi. « Son antisémitisme, affirme l'un de ses biographes, sortit renforcé de- cet épisode » (I). LE NAZISME AU BANC DES ACCUSES A vrai dire, ces incidents, de mème que son accident de moto qui lui valut une fracture du crâne, nous paraissent d'un intérèt sccondaire. D'abord parce que leur authenticité est difficilement vérifiable. Et surtout parce qu'il est éyident que, même cruel. même frustré, même antisémite, sans le nazisme et le régime hitlérien, Eichmann ne serait pas Eichmann. . . Est-ce donc _ulle idéologie. un régiJ1le et nOI1 pas un homme que doit juge" 'la lIaute Cour de Jérusalem ? Le problème 'se pose, et il est fondamental. Car, plaidant (( non coupable », à l'instar des autres grands criminels jugés à Nuremberg. l'exterminateur de ~ juifs va se présenter comme un simple exécutant, appliquant en bon fonctionnaire les ordres de ses supérieurs : un autre gouvernement lui eût-il donné des ordres contraires, il les aurait appliqués avec non moins de zèle. Certes, à travers Eichmann, c'est le nazisme qui se trouve au banc des accusés. Et le procès devra préciser - pour les jeunes générations surtout - par quels pièg~ et par quels crimes ce système inhumain a pu engendrer de tels monstres. Mais ce serait faire preuve d'une étrange aberration que d'atténuer pour autant la culpabilité d'Eichmann lui-même, et de tous ses complices, en les présentant comme les victimes plus ou moins consentantes, d'un engrenage qui les emportait, d'une entreprise qui les dénassait. Dans le cas d'Eichmann, précisément, il n'y a aucune difficulté à prouver la l'csponsabilité personnelle de l'individu dans les crimes du nazisme. IL CHOISIT LE CRIME ... Une constatation. d'ailleurs, s'impose on ne peut COll1parer la situation d'un haut fonctionnairc hitlérien avec .celle cI'un serviteur de l'Etat ou d'un homme politique sous quelque autre régime que ce soit. L'Eta.t et le parti nazis sont fortement hiérarchisés. l'homme devenant un~ sorte dt' robot. tcnu d'obéir, aux différents écheions, à son « füh rer ». C'est clon'c de chaque citoyen que l'on tend à faire un instrument docile du pouvoir : et la défense d'Eichmann aboutit à priver de respon~ahilité l'ensemble des Allemands. aussi bien collectivement qu'indiiriduellement. Ce serait trop simple ! S'il' est vrai qu'accepter le nazisme, c'était abdiquer toute dignité et balayer à l'avance toute révolte de la conscience. il n'en reste pas moins qu'une telle acceptation n'était nullement une fatalité. Dès la première heure, et jusqu'à la dernière minute, des Allemands ont payé de leur vie leur opposition active au fascisme. Et en dehors même de cette attitude héroïque, il y eùt cent façons de mbir, voire de suivre Hitler, sans pour autant tremper directem'ent et volontairement dans le crime. Eichmann, lui, choisit, dès son adolescence, la complicité ouverte avec les incendiaires, les bourreaux. Dans un pays où sévissent la crise économique et l'inflation galopante, où la propagande revancharde se donne libre cours après la défaite de I918, il végète quelque temps, après avoir échoué à son examen de sortie de l'Ecole Supérieure Electrotechnique. Mais bien vite, aux vicissitudes de la représentation commerciale, il préfère les complots et les violences du parti nazi en Autriche. Eu 1932, il est membre de ce parti (carte nO 889.895) et devient bie1ltôt S.S. (carte nO 45.326) . Là encore, il faut se défier des références aux notions courantes. Selon les critères généralement admis, l'activité politique suppose la défense d'un programme, des efforts pour convaincre l'opinion, le risque d'être démenti ou critiqué, de ne pas être suivi. Pour Eichmann et ses semblables, rien de tel. Il ne s'agit pas de discuter, d'emporter des suffrages, mais de s'imposer par la terreur. Il participe à la préparation de l'Anschluss en s'exerçant dans le camp S.S. de Lechfeld au maniement du gourdin, de la baïonnette et du revolver. , Ainsi, dès le début, il s'engage sans réserves dans l'aventure hitlérierine, qui ouvre à son ambition des perspectives plus exaltantes que la vente de~ pièces détachées pour motos ou des bidons d'huile de g.raissage. Délibérément, il fonde son avenir sur le déchaînement des instincts les plus bas, sur le mépris de l'homme et sur le sang:..':' .,., . D'ailleurs Ernst Kaltenbr.l1111ier~ futur chef de la police, le remarqué ; et il entre dans les bureaux de l'état~majol' S.S. 1919-1939 (Suite de la pagé 3) Il est vrai que les conditions politiques étaient favorables. A l'exception des com· munistes les libéraux, de larges couches ouvrières, les croyants, tous ceux qui devaient à des degrés divers devenir les vic· times du nazisme, n'opposèrent à ses en, treprises, lorsqu'il en était temps encore, qu'une faible résistance. Aucun doute qu'idéologiquement l'Allemagne ne fût as· sez bien préparée : la faiblesse de la tra· dition démocratique bourgeoise, la vigueur 'des sentiments nationalistes alimentés par la politique de conquête des marchés ex· térieurs, certains aspects d'un protestantis· me d'Etat peu rebelle à l'autorité tempo: relie, plus encore l'attitude de l'Eglise ca· tholique soucieuse pour l'essentiel de com· oeattre les marxistes et de rétablir danS les écoles l'enseignement confessionnel (12), autant d'éléments qui facilitèrent la oonquête du pouvoir par l'hitlérisme. Ajoutons le comportement d'un appareil (l'Etat année, police, magistrature) qui, hérité de l'Empire et laissé quasi intact par la République, se montrait d'une tolérance voisine de la complicité pour les crimes de droit commun accumulés par les nazis bien avant leur arrivée au pouvoir (13). Ainsi s'explique .le lent démantèlement de la République allemande et que le pays ait été livré morceau par morceau, à la pratique faSciste. En détruisant les ger· mes de démocratie politique si fraîchement enracinés dans le peuple allemand, les gouvernements républicains n'allèrent pourtant pas assez loin dans la voie de l'obéissance aux injonctions de la grande industrie pour détourner celle-ci d'accorder finalement au nazisme, qui lui of· frait des garanties supérieures, un soutien décisif. Seul le mouvement ouvrier eût pu, dans de pareilles conditions, faire front. Sans qu'il soit possible ici d'entrer dans l'analyse des responsabilités, il est de fait que sa division ne le lui permit pas. A la tactique socialiste du (( moindre mal », c'est-à-dire du soutien à Brüning, les communistes opposèrent la voie révolutionnaire et la volonté d'instaurer en Allemagne la république des soviets en s'appuyant sur le Front unique ouvrier. Méme en fé· vrier 1933, l'unité d'action du prolétariat ne parvint pas se réaliser. Il était au res· te bien tard... C'est avant la victoire du fascisme qu'il convient d'être vainqueur. LE RACISME Le peuple allemand et les autres peuples d'Europe allaient s'apercevoir tragique. ment de ce signifiait la conquête du pouvoir par les nazis. Le racisme antisémite, donnée perma· nente de l'hitlérisme au travers de tant de ( variations » adaptées à la clientèle dont il convenait de briguer le soutien, se donna aussitôt libre cours. Les 600.000 juifs aUemands, soumis déjà à tant de violences individuelles, virent s'abattre sur eux une persécution officielle, désormais permanente mais qui se déploya en trois vagues principales. Avril 1933 : après la « journée de boy· cott » du 1" avril, quatre lois éliminèrent les israélites du barreau, de l'administra· tion et, à peu de choses près (un numerus clausus de 1,5 %), de l'université. Pour être « juif » (14) il suffisait d'avoir un de ses grandS parents juif. Septembre 1935 : retrait des droits civi· ques à tous les israélites, interdiction de fréquenter les lieux publics, bientôt (15) interdiction de toute relation sexuelle entre aryen et non-aryen. Novembre 1938 : pogromes de la « semaine de cristal » marquée par plus de

30.000 arrestation~, exclusion des juifs du

commerce et de l'artisanat, port obliga· toire de l'étoile jaune, interdiction absolue de quitter l'Allemagne. Alors commence vraiment l'extermination massive de toute une communauté. En même temps la terreur politique s'abattait sur les marxistes, communistes en tête, puis tous les démocrates, croyants ou non. Les nazis annonçaient en - mars 1933 l'ouverture à Dachau du premier camp de concentration (16). Dès 1939, il en existait une centaine où pouvaient être enfennés un million de détenus. Autrichiens hostiles à l'Anschluss et patriotes tchèques étaient soumis eux aussi aux tortures de ce « temps du mépris ». Les im· pêrialistes allemands croyaient trouver dans ces deux pays les premiers débouchés promis par Hitler. Ce n'était qu'un dêbut. Ce serait cependant sous-estimer gravement les conséquences de la montée de l'hitlérisme avant 1939 que de les croire limitées à l'Allemagne et aux pays déjà soumis. Sans même parler de l'Espagne, de l'Italie et du Japon, les ( doctrines » raCistes sur « le sang et le sol » pénétrèrent, à la faveur de leur essor en Allemagne, dans les pays voisins et y aggravè· rent la corruption de milieux sociaux particulièrement sensibles à cette frénésie. Politzer dénonça, dans les premiers numéros de « La Pensée », la nouvelle croisade contre le rationnalisme. La « chasse aux métèques » entreprise par les « Candide » et les « Gringoire », trouva des échos au Quartier Latin et dans une partie de la bourgeoisie française. Et croit-on que le racisme (( antibougnoul }) n'en ait pas été renforcé et que la pratique de la torture vingt ans plus tard en Algérie ne soit pas en partie liée à cette négation profonde de l'humanisme dont le nazisme et le colonialisme représentent deux aspects en notre temps? VEILLER' On a honte d'évoquer aussi sommairement ces années d'angoisse, de souffrance, de lutte. Il faut pourtant bien tenter d'y apporter quelques conclusions. Et la première, celle de la vigilance. Si la progression de l'hitlérisme peut, aux hommes d'aujourd'hui, enseigner quelque chose, c'est d'abord selon le dernier appel du héros tChèque Fucik, à veiller. A ne pas croire qu'on fait la part du feu au racisme, à le combattre dès le premier jour, tous unis, juifs et non-juifs, communistes et socialistes, croyants et athées. Vigilance donc et union par delà toutes les divergences. Encore est-il utile, pour y parvenir, de cerner de près les conditions qui ont favorisé et peuvent favoriser encore le nazisme. Les services que, dans une certaine conjoncture économique et internationale, il ~ rendu aux cartels allemands, l'appui finalement décisif qu'il en a reçu, doivent nous trouver particulièrement attentifs à toute manifestation raciste et impérialiste, non seulement en Allemagne mais dans les autres pays. Et aussi dans le nôtre. Il n'est pas inutile de s'en souvenir à l'époque de Pierre Lagaillarde, de la « gangrène » et, pour reprendre une récente formule, des innombrables ( atteintes à la sûreté des Français ». Madeleine REBERIOUX. (12) On sait que les députés du Centre catholiqlffi tl l'appel de leur leader, lé chanoine Kaas, votèrent le 2'3 mars 1933' les pleins pouvoirs à Hitler et que le Pape Pie XI signa le 20 juillet un concordat avec le gouvernement nazi qui lui conférait un crédit exceptionnel tant en Allemagne qu'auprès des chrétiens des autres pays. (13) A titre d'exemple, le ministre allemand de l'Intérieur indique qu'entre le 1" juin et le 20 juillet 1932 il y a eu 72 tués et plus de 1.000 blessés, dont 500 très grièvement, du fait des nazis. (14) Loi du 7 avril 1933. (5) En 1937. (16) (( Manchester Guardian » 21. mars 1933 dans A. Grosser, opus cité. p. 185. à Passau (23 septembre 1933). Homme de confiance il accomplit diverses « missions » secrètes. Il joue, semble-t-il, un rôle important dans la « nuit des longs couteaux ». opération par laquelle Hitler et ses fidèles se débarrassent de leurs concùrrents au sein du parti nazi. Peutêtre s~occupe-t-il aussi de l'assassinat du chancelier Dolfuss. Toujours est-il que, monté rapidement en grade, il occupe des fonctions, en octobre 1934, à la Direction Générale de la S.D. (Service des renseignements) du parti nazi où Heydrich le charge de créer une « section des affaires juives ». C'est pour lui l'échelon décisif, dans une ascension qui suit exactement la courbe du na~isme . LA PREMI ERE ETAPE Où en est, à l'époque, l'action antijuive d'Hitler ? Elle se situe encore sur le plan de la propagande, des mesures discriminatoires et des brutalités individuelles. Le principal artisan de cette première étape, c'est le Dr Hans Globke (2), rédacteur et commentateur des lois raciales adoptées à Nuremberg, les « lois pour la protection du sang et de l'hon~ neur allemands ». En vertu de ces lois, les ju'ifs sont progressivemen,J éliminés de toutes les professions. marqués de l'étoile jaune, isolés dans la nation. Les S.S. et les S.A. multiplient contre eux les vexations et les brimades, voire les assassinats. Déjà, aux yeux de l'opinion mondiale horrifiée, s'amplifie !a grande migration des persécutés, qui fui,ent ce régime de haine et de terreur. A l'état-major S.S. de Passau, Adolf Eichmam1 avait. pendant quëlques mois, organisé un « musée juif », avec les objets du culte pillés, et aussi, bien .entendu, des documents anti sémites. Il avait même un peu étudié l'hébreu, le yidisch et l'arabe. Maintenant il s'agit d'un travail plus sérieux. JI tcnte d'aller en Palestine (19~7), et de prendre contact avec le grand mufti de T érusalem pour compléter sa '« documentation ». Mais, expulsé par les Anglais après 48 heures. il reprend son travail de fiches à Berlin, réfléchissant déjà, sans doute, à b. « solution » de cette « question juive» dans laquelle il se spéciali se. L'annexion de l'Autriche (mars I9:~8) lui offre l'occasion d'une activité plus intense. Revenu derrière la \Vehrmacht dans le pays cie son enfance. il a pOUl' mission de le l'endre « Tudenrein », d'en éliminer la totalité eles juifs. Il met sur pied un « Centre pour l'émigration juive ». qui organise les départs forcés. moyennant de lourdes contributions financières. Même processus à Prag-ue, a:' l-ès l'occupation de la Tchécoslovaquie ; septembre 1938 - mars 19:)9) où 11 crée un « Office Central pour la solution de la question juive en Bohème et Moravie », recourant à des procédés plus brutaux encore. LE QUATRIEME ·HOMME Entre temps, les événements se sont précipités. La « Nuit de cristal », en novembre 1938, ê.L donné le signal des violences antijuives (incendies de synagogues, pillages de boutiques, massacres et viols). Goering, chargé par Hitler de trouver « la solution de la question dans S01l- ensemble et d'une manière o·u d'une autre », réunit une conférence interministérielle avec la participation de Heydrich (Sûreté), Deluege (Police de l'Ordre), Goebbels (Propagande), Funk (Economie) et Schwerin-Krosig-t (Finances). Des dispositions immédiates sont pri ses pour organiser la spoliation systématique des juifs, qui sera facilitée par les déchaînements cie la propagande et la multiplication des mesures vexatoires. D'autres idées sont lancées : émigration totale des juifs d'Allemagne, à l'exemple de ce qu'Eichmann a réalisé en Autriche

création d'un « refuge à Madagascar

». Pour la recherche et la réalisation d'une «solution » adéquate, Goering donne bientôt ordre au ministère de l'Intérieur de Gréer un « Centre du Reich pour l'émigration jujve » (24-1-I939). Cet org-anisme s'intégrera bientôt dans l'Office Principal de la Süreté du Reich (R.S.H.A.), qui coordonne l'action de toutes les polices, sous l'appellation de groupe B 4 de la section IV (Gestapo). Et Heydrich, grand chef du R.S.H.A., place à la tête du g-roupe IV B 4, Adol f Eichmann. Voici donc, à :n ans, le petit l'eprésentant de commerce arrivé à des fonctions hautement responsables, dans l'étatmajor hitlérien ! Il a gravi les échelons avec une rapidité fulgurante. Il n'y a plus, entre lui et le Führer, que H eydrich et Himmler, chef de la S.S., nommé à l'automne 1939, après la conquête de la Pologne « Commissaire du Reich pour la consolidation de l'Entité Populaire Allemande ». Quatrième h0111me de la hiérarchie, clans un domaine essentiel du point de vue de l'idéologie et de la politique nazie, l'action antijuive du 5 LA SOLUTION FINALE " Reich est désormais centralisée entre les mains d'Eichmann. Ses supérieurs ayant de nombreuses autres tâches et ne lui donnant que des directives générales. c'est lui. pratiquement, Qui oriente cette action. qui mltrit les plans et les met en oeuvre. C'est lui le grand maître de la « solution finale » qlli. déjà se précise ... LES {( REGROUPEMENTS }) La tâche d'Himmler dans la Pologne annexée, consiste, en effet. à « dégager la population de souche allemande » par le transfert et le regroupement des au" tres populations. n'ans ce cadre. doit avoil' lieu « l'essai d' une misc l'II ordre et d'lIl1 règle1l1ellt d/l problè/llc j/lif » L~). Ces opérations incombent aux « gmupes d'action » (Einsatzgruppen) du R.S.H.A. Et tme note d'Hevdrich le 21 septembre en précise les cOlïditions : les juifs seront évacués dans les territoires polonais qui ne sont pas annexés di rectement au Reich ( le gouvernement général ~, dirigé par Hans Franck). et groupes dans un petit nombre de centres urbaIn s, à proximité de voies fe rrées. tion finale» apparaît dans toute sa cruelle, son implacable réalité. Dès mars 1941, ordre est donné par Hitler à la Wehrmacht (il convient, en passant, de souligner le rôle de celle-ci) d'exterminer sur son chemin, lors de la future campagne contre l'U.R.S.S .. les commissaires politiques de l' r1rmée Ronge ainsi que les prisonniers il/ifs OH suspects de C01'n1l1/1- lIisme actif. A Himmler, il ordonne d'éliminer « tOIlS CC/IX qu' il jugera opposés al/X illtérêts alle/llauds » (4). La « menace jui\'e » n'est plus un thè- 11le de propagande pour Goebbels. Dans le cadre de la guerre totale, les juifs, cn tant que tel s, sont désignés clai::ement comllle des ennemis du Reich. Leur extermination, des enfants aux \'ieillards est présentée comme une mesure de salut publ ic. Dans un rapport sur les « groupes d'action ». lleydrich parle de « l'éliIIlinatioll a/lssi radicale que possible des juifs », \'u leur « al/itl/de hostilc ct cri/ IIinelle ». Le hllt étant a in si fixé, Goering chal'g- e l-leydrich. par un décret du .) J juillet TC)-l1 de préparer « la sailli ion tolale de la qllcslioll ;lI i7'C dalls la sPhère d'in- LE DERNIER ACTE Adolf Eichmann (ou premier plon à gauche) est entendu pm le procureur d'Israël Le « but fi nal » de ces opérations. indique la note, doit rester stri ctement secret et ne sera atteint qu'après des délais a~sez longs. L'extermination des juifs ainsi regroupés est-elle déjà ell\' isagée ? Le vague des documents ne permet pas d'en juger. Pourtant, les dispositions prises concuurent à donner cette illlpr es~ ion. Et ce qui est certaill c'est qu'Eichmann est clans le secret. Le ,10 jaI1\'ie r , il participe, aux côtés d'Hevdrich, à une conférence destinée à mettl:e , Uf oied les opérations de déportation. A l'i ssue d'une autre réunion, le 1'" avril. il se voit confier une tâche importante

créer et OI-ganiser le ghetto de

Lodz, qui ~e rvil'a de ban d'essai pour les (, regroupelll ents ». 11ais l'agression contre l' U.R.S.S, approche et les tran sferts à l'Est ri squent de gêner les préparatifs : ils posent d'autre part, des problèmes économiques diffici les. Aussi les spécialistes nazis de la « Question juive ». sans abandonner la « ghettoisation » en Pologne, cherchentils, momentanément du moins, d'autres voies. """~. L'INTERMEDE DE MADAGASCAR C'est ici que se place le bref intermède de Madagascar. D'où· vient l'idée ? Du ministère nazi des Affaires Etrangères, qui la sort de ses cartons aussitôt la 'France vaincue ? De Laval, qui voit là un moyen de pression sur l'Angleterre. Les uns et les autres, moyennant l'installation des juifs à Madagascar, voudraient obtenir de Churchill un armistice qui permettrait à l'Allemagne de porter tous ses efforts contre l'U.R.S.S. Rien de ce qui concerne les juifs n'est, en tout cas, étranger à Eichmann. Ses services étudient sérieuseflent le projet. Et il viept en personne a Marseille en négocier avec un diplomate américain, Yarian Fry : conversations d'une haute portée politique ce Qui montre bien en quelle confiance les dirigeants hitlériens tenaient Eichmann. TUEZ.LES TOUS L . C'est après cette tentative, bien vite a,'ortée que la conception de la « solujlllcl/ cc allclllallde ». C'est évidemment Eichmann qu'ù son tour Heydrich charge d'élaborer un plan précis, détaillé, (I u'i l dena ensuite appliquer. Eichmann \'ient d'ailleurs d'être nommé S.S. Obersturmballn führer (lieutenant - colonel) pour le motif qu'il « s'occape de toutes les questiol/s (/'é'l'ocltaliolt et de transfert des pofmlaliol/s » ( ;). Eichmann se troU\'e dès lors placé à la tète d'une entrepri se gigantesque. Il doit tenir compte, pour la mener à bien, cl'un g"and nombre de facteurs souvent complexes, D'abord les réactions des populations: des massacres au grand jour, comme ceux de Riga et de Minsk provoquent une émotion Qui peut être préjudiciable à la cause hitlérienne (6). Il faut donc trouver des méthodes à la fois moins voyantes et plus expéditives. A la fin de 1941, Eichmann et Kaltenbrunner rencontrent les dirigeants de l'industrie chimiQue, et une première chambre à gaz est expérimentée avec le « cyclon B » au camp de Chelmno, près de Lodz ; puis une autre au camp de Belzec. Se pose également la question du « ramassage » des juifs, dans les différents pays occupés, et dans chaque cas, c'est Globke qui s'emploiera à mettre au point une législation discriminatoire, pour isoler les victimes. La concentration, la dépOl ·tation vers l'Est, les transports retiennent, dans les moindres détails, l'attention d'Eichmann ainsi que les méthodes à employer pour faire disparaître les cadavres. C'est le résultat des études et des expériences ai ll , i réalisées Qui sert de base à la fameu-l conférence de \iVannsee, le 20 jam'ier J()42, où sous la présidence d'HeydriclJ, les principaux responsables de la' « solution finale » mettent au point les m6dalités tle l'extermination systématique des juifs. UN ZELE FEROCE Ces modalités sont hélas ! trop connues et il n'est pas besoin d'y insister A la conférence de " ' annsee, Heydrich affirme que les mesures. telles que l'émigration, Iî'a\'aient été choisies auparavant malgré leurs inconvénients, Que faute de pouvoir appliquer des mesures plus radicales. Faut-il en conclure que le génocide était prévu depuis longtemps et qu'Eichmann lui-même l'envisageait dans ses premières méditations de chef du groupe ] V 'B 4 ? Lui seul pourrait le dire. A partir de 1942, il redouble d'efforts pour accomplir son plan de massacre de Il millions de juifs (y compris ceux de Grande-Bretagne), cette « pa,qe de gloire de notre Histoire », comme disait Himmler. A vec un zèle féroce, il s 'occupe de tout : c'est .1'0/1 affaire. Il met au point le tran sport des victimes avec la direction des Chemins de Fer ; assiste en personne à l'arrivée et au gazage des convois d'Auschwitz, en vue d'améliol'el' le « rendement » : ordonne que l'on retire aux cadavres leurs dents en or (8) , examine les plans de crématoires géants ; fait calculer la ration minimum à donner aux déportés qui travaillent et la réduit cl'office de 1 S OlO ; menace son subordonné Dannecker parce qu'un train de juifs n 'est pas parti de France à l'heure fixée. Et l'on voit dans l'Europe entiè1-e ce pèlerin de la mort venil' activer les rafles ct les déportation s. .-\ insi fait-il de son mieux pour que selon la formule étrange d'Himmler, « (JI/taut de iI/ifs soient transportés z'ers l'Est que cela est H UMAT,\'EMENT possible ». A BUDAPEST ... Mais voilà que. sur tous les fronts, la \Vehrmacht bat en retraite. De ' combats décisifs se livrent aux f1-ontières de la Hongrie. La di rection du pays étant prise en main plus étroitement par le Reich, Eichmann se rend sur place. pendant l'été 1944, pour y régler d'urgence la « question juive ». C'est là Que se déroule un épisode encore mal éclairci, où Eichmann, comme à :'farseille en 1940, joue les diplomates en marge de ses fonctions de boulTeau. La négociation est d'ailleurs menée dans un esprit semblable. Eichmann trouve quelques interlocuteurs juifs - Joël Brand, Rezso Kasztner et Otto Komoly - qui se prêtent au marchandage : les nazis l'emettraient aux Occidentaux un million de juifs, en échange de 10.000 camions militaires, qui s ~raient utilisés mûquement c01ltre l'U.R. S .S . Ainsi s'amorcerait le l'envel'sement des alliances dans lequel les dirigeants du Reich aux abois yoient leur seule planche de salut. Le « marché » ne fut pas conclu. :'Iais il serait intéressant qu'Eichmann. au cours de son procès, apporte des précisions sur la teneur et la signi fication exacte cie ces étranges pourpa rlel's. « SURTOUT DANS SA SPECIALITE ... » A la fin comme au début, le sort d'Eichmann est inséparable du nazi sme. Et après la chute d' Hitlel', c'est pour lui la décadence totale, la clandestinité. la fuite, tandis Que pour le retrouvel', s'or ganise « la grande chasse ». Alors Qu'approche le châtiment, quelles circonstances atténuantes son avocat pourra-t-il bien découvrir en sa fayeur ? Car nous croyons avoir montré qu' il semit vain de le présenter comme un fonctionnaire irresponsable, ou comme un « carriériste » poussé par la seule ambition d' « arriver ». Rien ne prouve qu'Adolf Eichmann avait les qualités requises pour « arri ver » clans' cI'autres conditions que celles du nazisme. Parmi le ~ appréciations les plus flatteuses de ses chefs, on note, SUI' sa fiche personnell e, la « fidélité inconditionnelle à l'égard de la conception naliaI/ ale-socialiste », la « dureté » et ses « cùnnaissances pers01lnelles très bonnes . surlout dans sa spécialité ». S'il monte en grade, ce n'est pas parce qu'il joue habilement des coudes, c'est parce qu'il inspire confiance aux dirigeants clu parti nazi, et parce qu'il accomplit sans hésitation sa tâche criminelle. Pour « an-iver », il fallait qu'il eùt du sang- sur les mains : et c'est sur des monceaux de cadavres qu'il effectue son ascension. LE REVE D'UN ASSASSIN Parfois, dans la vie courante, on iIemande par jeu : « Que feriez-'IOU5, si vous pouviez réaliser tous vos désirs? » A l'apogée de sa carrière, Aclolf Eichmann di sposait de pouvoirs sans mesure - et que faisait-il ? Il tuait. 11 tuait de la façon clont un artisan de l'assassinat pourrait l'êver de tuer s' il disposait de tous les moyens imaginables. Un appareil macabre, cl'une capacité cl'absorption SallS précédent avait été mis en place par ses soins, et il en fut, constaJ1lment l'ingéni eur lucide. Tous le5 ser\' ices d'un grand Etat concouraient à son entrepri se, dont la « matière première » était inépui sable. Jamais, avant lui, on Jl'avait porté à une telle « perfection » les méthodes d'assassinats massifs, et c'est pour lui, pour ce qu'il a fait, qu'on a fo rgé le mot de gél/ocide. La mort. c'était son métier. Et l'on est tenté de se demander si, en fin de compte, il ne tU2.it pas simplement pour tuer, pour parfai re le l'ê\'e suprêl1le de l'assassin, plus encore que par conviction idéologique, le racisme ne lui fourni ssant qu'une justification et de pleins wagon: de victimes méprisées. Car on ne connai t de lui aucun di scours, aucun écrit tendant à expliquer ses actes par la th, 0- rie antisémite, mais seulement cette phrase, que rapporte son complice Wislicen)' : ( .le sa1llerai cn riant da1ls lIla tombc. car l'illlpl'essioll d'avoir cinq millions fil' persoulles Slfl' la cO llscieHce sera pour lIIoi la source d'ullc extraordillairc sali.~faction ». TI se savait un criminel. Toujours llIéfiant. le revolver toujours cl portée de la main - et lâche, au fond - il ,n'ait conscience d'appartenir à un gang-. « _\ -O/IS SOIllI/lCS tous da1ls le mêllle /J'Itea u , dit-il un joUI' au même Wisliceny. cf 111// n'a le droit d'en sorti!'. Celu i qlii .'cut se séparer de moi, ;'e ll fais n/Ou complice, afin de llti coupEr ensuite toute possibililé de retraite ». Que nul n'échappe, aujourd'hui, au châtiment 1 Albert LEVY. (1) Victor Alexandrov : « La vie d'Adolf Eichmann » (Plon édit.). (2) Aujourd'hui secrétaire d'Etat du chancelier Adenauer. (3) Discours d'Hitler au Reichstag. 6 octobre 1939. (4) « Le dossier Eichmann » introduction de Joseph Billig ( Centre de Documentation Juive Contemporaine), p. 34,35. (5) « Evacuation, c'esLà-dire extermina tion », précisera Himmler en 1943. (6) Ou encore l'opération « Nachtigal n, à Lwow, dans laquelle est impliqué Obel"Binder, qui fut, jusqu'à l'an dernier, ministre du chancelier Adenauer. (7) Rudolf Hoess : '« Le commandant d'Auschwitz parle » (Edit. Julliard). Ce ïournal vous a intéressé ... Alors, ne manquez pas de le foire connaître autour de vous. Envoyez à « Droït et liberté », 30, rue des Jeûneurs, Paris (2 "), (CCP 607098, Paris), les adresses des personnes susceptibles d'être intéressées nous leur ferons parvenir ce numéro spécial. Et si ce n'est déjà fait, ABONNEZ-VOUS A « DROIT ET LIBERTE », qui est l'organe d' information et de liaison indispensable aux antiracistes, A cet effet, remplissez et adressez-nous ce Bulletin : M .......................... ' ........ . . . , ...................... . Adresse ....... . .. . ...... . ................ .... . .. .. .. ... ...... ' .. . • vous envo i~ ci-joint une liste de ...... personnes à qui le présent numéro de « Dro'it et Liberté » pourrait opportunément être adressé. • désire s'abonner à cc Droit et Liberté» (un on : 7,50 NF ; abonnement de soutien

15 NF).

• vous adresse : la somme de ........ comme participation à l'envoi des journaux ; la somme de . ...... ... pour' son abonnement. (Royer les me ntions inutiles.) Voir au dos le BON DE SOUSCRIPTION 6 L'idéologie NAZI'E L 'IDEOLOGI E nat ional -socialiste n'est pas née, toute casquée et bottée, du cerveau d'Adolf Hitler. Ses é léments essentiels étaient dé jà présents dans l' idéolog ie réacti onnaire du type class ique qui avait cours un peu partout en Europe avant la pr'i se de pouvoir des naz is en Allemagne, et qui cont inue à avoir cou rs dans ces mêmes pays. après la défaite des armées h itl é riennes. On comprendra it mal , sans cela, comment le Parti National -Social iste a it pu recueilli r des millions de voix aux é lections allemandes, et qu' Hitler lu i-même ait pu être investi des p lus hautes foncti ons par le s.ymbo le même de la droite classique : le maréchal Hindenburg . Cette cé rémonie était elle-même un symbole : le vieux loup donnait l'i nvest itu re au louveteau mal léché que la bourgeoisie allemande raillait et brocardait pour ses mauvai ses maniè res, mais qu'elle reconnaissait cependant pour l'un des si en s. Hitler soutenait. en effet. avec seulement plus de virulence et de démagogie que ses prédécesseurs, tous les thèmes de la droite : l'lMlité, au n0111 du nationalisme, de la classe ouvrière et des classes possédantes contre l'ennemi commun ; l'expansion économique du type « libre », c'est-à-dire au llrofit d'une oligal'chie : par voie de conséquence, l'expansion territoriale, au besoin par la force. Bismark. Guillaume II, n'avé!ient l'ien rêvé d'autre. Ce qui change. ce n'est donc pas le fond. c'est le langage. Ce ne sont pas les RObertMEHLE J idées, mais l'expression démagogique des idées. Ce ne sont pas les thèmes, mais les mystifications qui les accompagnent et qui les justifient. Ce style, cette démagogie et ces mystifications sont nécessaires à Hitler parce qu'il s'adresse, avant son accession au pouvoir, aux sections précisément les plus malheureuses de l'Allemagne vaincue

le prolétariat et les petites classes

moyennes. C'est cette classe qu'il va s'efforcer, avant 19~3 , cie mystifier, avant de la mater par la force après sa victoire. C'est pour elle que le « socialisme» apparaît, pour la première fois dans l'Histoire, cyniquement associé aux thèmes chauvins et réactionnaires cie la droi te. Le mot seul est là, il va sans dire. Ni Hitler, ni son entourage d'aventurie rs et d'anciens « corps francs », ni les financiers qui le subventionnent, n'ont jamais envisagé, même en rêve, la socialisation des moyens de production. Sous la République de Weimar, le prolétariat, et presque clans la même mesure, les petites classes moyennes allemancles souffrent clu chômage, cles bas salaires, de l'insécurité de l'avenir, c'est-à-dire des conditions cie vie que leur fait un patronat avide. Les conflits sociaux, expression du mécontentement populaire, sont graves, par conséquent, et fréquents. Ce sont ces méÇW}tents qu'Hitler tâche de rassembler. et à qui il va s'efforcer de persuader qu'i ls ont - « en réalité» - les mêmes ennemis que leurs patrons : les All iés, les communistes et les juifs. Les vaincre, leur dit-il. c'est vaincre leur misère. T E national-socialisme révèle ici, dans toute son évidence, le caractère ~ mystificateur de son entrepri~e. JI vise à détourner le prolétariat de sa lutte int!:rne pour l'amélioration de ses conditions de vie, ilfin de le lancer dans une lutte impérialiste, aux côtés du patronat. pour la conq uête des marchés. Mais ni les All iés, ni les Russes ne sont, en temps de paix, des ennemis bien faci les à imaginer : ils sont trop lointains. Hitler va donc fai re au peuple allemand un cadeau qui ne lui coûte r ien : il va lui conférer la supériorité raciale, et lui trouver, en même temps, un ennemi plus proche, plus quotidien, plus vulnérable : le iuif. Cette opération de dive rsion est sinistrement familière à tous les hi storiens. Quand le Prince a des raisons de redouter le mécontentement de ses sujets, il désigne à leur c01ère un bouc-émissaire : le ghetto. En temps normal, le préj ugé antij uif est entretenu, parce qu'il est économiquement profitable au Souverain qui « protège », moyennant finances. ses « sniets inférieurs ». En temps de crise, le ghetto fournit des coupables. Le racisme devient ai nsi la pierre angulaire de cette idéologie mystificatrice, et comme l'expansion économique du « Les juifs sont notre molheur » (Meet ing au Sport palast à Berl in, 15 août 1935). Reich va proposer des guerres de conquête aux armées nazies, la supériorité raciale des Germains ne va pas cessel' cie s'étendre. Supérieur - « racialement » - au Juif, l'Allemand l'est aussi, il va sans dire, au Noir, au Jaune. bientôt au Slave, naturellement au Latin, et mêmes aux Ang-lo-Saxons, ces « frères dégénérés ». De {aux savants, des charlatans primaires, des médecins cie seconcle zone, des penseurs de brasserie, tout ce que l'Allemagne compte, à l'époque, d'i ntellectuels ratés et aigres, va collaborer à ce mythe enfantin : la supérior ité cles Germains sur tous les autres peuples. Ils vont élaborer cette hiérarchie imbécile des races au sommet cie laquelle ils se placent, non en vertu de leurs méri tes, mais cie leur naissance - et au bas cie laquelle ils placent, en tant que « SOllSh011lmes », bientôt indignes de vivre, les juifs du monde entier. I CI aussi, les racines réactionnaires de l'idéologie nat ional-sociali ste sont bien visibles. Car ce racisme, si puér il en ses prémisses, si monstrueux par ses conséquences, est, en fait une absurde résurrection, à l'usage de tout un peuple, du thème réactionnaire clu « sang bleu ~ des sociétés aristocratiques, Sous l'Ancien Régime, les nobles s'estimaient, on le sait. différents, par la « race » et le « sang », des rotu r iers. Si illusoire (lue fût, dans son principe, cette supériorité, elle était du moins bien réelle clans les faits, tandis que pour la majorité du peuple allemand, la noblesse cie la « Rac.? des Seigneurs » consistait à travailler onze heures par jour dans les usines, à se nourrir de pommes de terre et de margarine, à être privé de tous les droits civiques, et à se faire tuer sur tous les champs de bataille d'Europe. Que le racisme se retournàt finalement contre ceux-là mêmes qui en étaient apparemment les bénéficiaires, et les plongeât, comme leurs persécutés, dans la misèt-e et la mort, ne peut étonner quiconque a réfléchi sur le caractère autodestructeur d'une idéologie fondée sur la haine. Dans SDn bunker de Berlin, le faux prophète du national-socialisme, arrivé au dernier' degré de désespoir et de trénésie, donna des ordres pour la destruction du peuple allemand, parce qu'il n'avait pas réussi « à prouver sa supériorité raciale ». Il y a une affreuse ironie à penser que son dernier acte d'homme d'Etat fut d'appeler le peuple allemand à dét ruire le peuple allemand. Pour nous, hommes de 1961, nous devons être plus que jamais vigilants. L'erreur monstrueuse a perdu une bataille. Elle n'est pas morte. Elle se nourri t aux mêmes intérêts. L'oubli ou l'ignorance la favo rise. J e suis un peu affrayé quand je constate que les étudiants qui entrent maintenant dans les Facultés n'ont pour la plupart jamais entendu parler du génocide du peuple juif. A ces jeunes, à la masse aussi. des indifférents et des mal informés, nous ne devons jamais nous fatiguel' de di re que partout où le racisme apparaît, toutes les conditions objectives sont réunies pour l'apparition et le développement d'un national-socialisme. La vi•e duM.R.A.P. dépend de vous , • CE numéro spécial de « Droit et Li berté » est un témoignage et une confirmation. Il témoigne du danger - trop souvent oublié - que représente aujourd'hui le nazisme, ancien et nouveau. Il confirme avec éclat l'action incessante et efficace du M.R.A. P. contre ce danger et contre toutes les formes du racisme. Cette action, surtout dans la dernière période, n'a cessé de s'amplifier, car les événements nous sollicitent de façon pressonte. Faut-il rappeler nos meetings et réunions, à !aris et en province, nos tracts, affiches et bulletins, la sortie régulière de « Droit et Liberté », constamment amélioré dans sa présentation ? Ajoutons, pour compléter ce bref bilan, la nécessité où nous nous sommes trouvés d'acquérir de nouveaux lacaux, plus vastes, correspondant à l'exten sion de nos activités et de notre influence. Pour soutenir l'action du M.R.A.P. contre le néo-nazisme, contre le racisme et l'antisémitisme JE SOUSCRIS LA SOMME DE ........ . ..... NF Nom Prénom Adresse Effectuer les versements au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-le, au a « Droit et Liberté », même adresse, C.C.P. 6070-98 Par'is. Cela dit, ur.e question doit se poser : comment vit le M.R.A.P. ? Certains de nos amis, constatant avec admiration les résultats atteints, semblent craire parfais que c'est par je ne sa'is quel miracle, que le M.R.A.P. parvient à réunir les mayens matériels qu'implique san action 'intense. D'autres ne pasent aucune questian, et cela est encore plus grave. •. •. En fait, les finances du M.R.A.P. sant, pour quelques-uns, un souci permanent, une lutte quotidienne. Et des moyens taujours plus importants s'avérant indispensables, il faut qu'an sache que cette lutte exige des efforts toujours accrus. Le dévauement d'un petit nombre, si admirable, si utile soit-il, ne suffit pas. Aujourd'hui plus que jamais, il imparte que taus ceux qui approuvent notre cambat, prennent canscience de san aspect financier et nous apportent, dans Cil domaine aussi, leur cancaurs. •• • Imagine-t-on seulement combien de centaines de milliers de francs sont consacrés chaque mais à la sortie de notre journal, et en particulier, du présent numéro ? Les conditions générales faites à la presse sont connues ; et bien des organes plus puissants que le nôtre ant succambé à des difficultés insurmontables. Il ne s'agit donc pas d'applaudir à ce numéro, il faut le diffuser, le faire connaître, et surtout il faut persévére r. Nous avans fait beaucoup, mais demain, il faudra faire plus. ·•. Nos adversaires, eux, ne manquent pas de moyens. Il est notoire que le trésar de guerre des hitlériens, « planqué» dans des banques suisses à la veille de la défai te, alimente le fond de sauvetage des criminels de guerre, dont Eichmann a bénéficié ainsi que les organisations néo-nazies, leurs activités, leurs publications in fâmes. Ces individus, qui préparent sans désem- ,-- -~lIenïiuBART 1 parer leur revanche et de nouveaux forfaits, spéculent sur nos faiblesses, sur nos moyens rédu'its qui, espèrent-ils, paralyseront suffisamment l'action antiraciste .. •• • De là découlent les devoirs de tous nos amis, nous disons bien tous. Prendre sa carte a nnue lle c'est bien ; devenir un donateur mensuel, c'est beaucoup mieux . Apporter au M.R.A.P. une contribution selon ses moyens et sa canscience, c'est indispensable; co llecter autour de soi, c'est une tâche qui témoigne d'une canscience plus lucide encore. Combien sont-ils, autaur de chacun de nous, les amis en puissance de notre Mouvement ? Ceux: qui nous ignarent encore, ou qui nous connaissent mal, et qui remercieraient celu'i qui leur ferait découvrir notre action et les amènerait à s'y associer. Il faut donc les alerter, les mobiliser. Face au nazisme renaissant, au racisme et à l' antisémit'isme que les événements présents exaspèrent, le M.R.A.P. dait être fort. Que les antiracistes, qui partagent cette conviction, en tirent donc les conséquences. C'est eux, et eux' seuls qui, par leurs efforts, peuvent danner à notre Mouvement les moyens de vivre et d' agir. 1 1 r LES préparatifs. du procès d'Eichmann, les garanties légales accordées par le gouvernement d' Israë l, les polémiques mettant en doute la légalité du procès, ont tenu depuis quelques mois en ha leine l'opinion mondiale. Si ces arguties sont de peu d'intérêt « sub specie a et e rn ita t~s » en regard de la personnalité criminel le hors mesure d'Eic hmann, ou plutôt du symbole des crimes démesurés qu'i l incarne, e lles remettent ceper dont en pleine lumière la :notion de juridiction internationa le des cr imes de guerre, et la notion même de génocide, telles que les avaient déte rminées les promoteurs et les responsab les du procès de Nuremberg . Le 20 novembre 1945, le procureur genéraI américain Robert H. Jackson, déclarait ouvert le procès de Nuremberg, en définissant dans l'exorde de son discours la tâche que se proposaient les Alliés : « Les méfaits que nous avons à condamner et à punir font preuve d'une telle vilenie et ont été si nuisibles que la population ne pouvait se permettre de passer ou· tre, parce qu'elle ne pourrait continuer à exister si jamais ils devaient se répéter. Que quatre grandes nations victorieuses mais lésées n'exercent point de vengeance envers leurs ennemis prisonniers, c'est là un des tributs les plus importants qu'une puissance ait jamais payé à la raison ». Mais ce n'est pas de la victoire de 1945 que date la décision des « quatre nations victorieuses ». Dans une thèse de droit récemment parue (1), Henri Meyrowitz étudie le processus qui, depuis les premières déclarations alliées du 17 août 1940 visant la condamnation des crimes nazis en Pologne jusqu'à l'accord signé à Londres le 8 août 1945 et instaurant le Tribunal militaire international, a façonné aux yeux de la conscience du monde l'instrument juridique hors mesure pour juger des forfaits dont nul codificateur n'avait imaginé, dans aucun pays du monde, qu'ils figureraient un jour dans un acte d'accusation. En 1942, les représentants des gouvernements réfugiés à Londres proclamaient par la déclaration de Saint-James, qu'un de leurs principaux buts de guerre était le chàtiment des coupables des crimes contre l'humanité. Six mois plus tard, était créée une commission d'étude des problèmes juridiques relatifs à Ia répression des crimes de guerre. Au nom de trente deux nations, Roosevelt, Churchill et Staline, définissaient ces crimes le 30 août 1943 et posaient pour la première .fois l'un des principes qui devait déterminer la juridiction de Nuremberg : ils dis· tinguaient les crimes contre l'humanité qui ne doivent pas être jugés selon une l~: calisation géographique et exigent l'instauration de lois nouvelles, et les délits dont chaque pays meurtri a le droit de de · mander justice. Cet acte de naissance du tribunal international de Nuremberg devait être confirmé par la conférence de Londres de juin 1945 qui en précise la compétence, qui décide la création de tribunaux d'occupation dans les quatre zones de l'Allemagne occupée, et établit les différentes catégories de criminels. C'est ainsi que le procès de Nuremberg proprement dit jugea nommément les vingt principaux criminels de guerre. Comme le dit le Procureur Jackson : « Au banc des accusés ne figurent pas seulement ces Vingt hommes accablés et accusés autant par l'humiliation de ceux qu'ils dirigeaient que par la misère de ceux qu'ils ont attaqués. Leur pouvoir personnel de faire le mal est à jamais écarté. A voir ces tristes personnages au banc des accusés, il est difficile de se les représenter au temps où, dirigeant le parti nazi, ils régna.ient sur une grande partie du monde et én menaçaient le reste. En tant qu'individus, ils intéressent peu, mais ce qui donne à cette audience une telle importance, c'est que ces accusés représentent des influences néfastes qui, longtemps aprés que leurs corps seront tombés en poussière, alarmeront toujours le monde. Ils sont les symboles d'un nationalisme et d'un militarisme sauvages, d'intrigues et de préparatifs à une guerre au cours de laquelle des générations entières en Europe ont été transplantées, des hommes exterminés, des foyers détruits et toute l'économie appauvrie. Notre civilisation ne· peut admettre aucun compromis avec ces courants maléfiques, qui resurgiraient avec un élan nouveau, si nous n'opposions à ces hommes, en qui ces courants subsistent, toute notre force et notre puissance »_ Ainsi sont définies les garanties légales accordées aux accusés de Nuremberg avec la mêIVe rigueur qu'elles le sont aujourd'hui à Eichmann. 1(- Les procès annexes de Nuremberg, dont les comptes-rendus ajoutent des dizaines de volumes aux quelque quarante volumes du procès proprement dit, avaient à juger les médecins, les industriels - cela en application de la distinction en catégories de criminels instaurées par raccord de Londres. Aux termes de cet acpar Olga WORMSER cord, se déroulèrent en outre dans chacune des quatre zones, le procès des chefs de camps de concentration, jugés par les autorités d'occupation : Kramer et ses séides, le bourreau de Belsen, par les Anglais, de même que le Commandant de Neuengamme jugé à Hambourg, de Mauthausen et Buchenwald par les Russes, du Struthof par les Français, etc_.. D'autre part, une des dispositions de Nuremberg -- la loi n° 10 - attribuait aux tribunaux allemands la charge de juger leurs nationaux ne figurant pas parmi les grands criminels_ Ce qui explique les procèS qui se déroulent aujourd'hui encore dans les divers Landers allemands compte tenu des circonstances politiques: et du code traditionneL Par extension de la loi n° 10, les pays occupés ont aussi procêdé à des jugements de criminels de guerre allemands ne figurant pas parmi les grands criminels et ayant sévi sur leur sol - par exemple, Hoess, le commandant d'Auschwitz jugé à Cracovie et pendu sur le lieu de ses forfaits

Auschwitz.

Ces diverses formes de procès s'adressent donc à la catégorie des criminels et selon les lieux où ils ont sévi, tandis que le procès de Nuremberg, au delà des vingt grands criminels, visait le crime en soi le génocide. ' « Mon intention est d'ouvrir le procès sous le chef n° 1 de l'acte d'accusation, déclara le président Jackson, et de traiter du plan commun de conspiration pour obtenir des résultats qui n'étaient possibles qu'en recourant à des crimes contre la paix, des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité . Je n'insisterai pas sur les actes individuels de cruauté ou de perversion qui ont pu se produire indépendamment de tout plan central. L'un des dangers permanents de ce procès est qu'il ne soit prolongé par les détails de torts particuliers et que nous nous perdions dans un amas de cas individuels. Je ne m'occuperai pas non plus actuellement de l'activité de chaque accusé en particulier, à moins qu'elle ne puisse contribuer à déceler le plan commun ». Mais chaque « cas particulier » fut passé e.u crible au cours des débats.

Jf-

Un des points essentiels du discours du procureur Jackson portait sur la légalité au sens fort, du tribunal international : « Il est vrai que le statut de la Cour n'est fondé sur aucun précédent juridique, mais le droit des peuples est plus qu'une collection savante de principes abstraits et immuables . C'est le résultat d·e conventions internationales et de coutumes reconnues. Cependant, chaque coutume a son origine dans un fait défini et :pour chaque accord le terrain doit être d'abord préparé par l'intervention d'un Etat. A moins d'abandonner tous les prinCipes d'évolution du droit des gens, nous ne pou· vans nier qu'à notre époque nous avons le droit d'introduire des coutumes et de conclure des accords qui, à leur tour, deviendront la source d'un droit des gens nouveau et renforcé . Le droit des gens ne peut pas se développer selon la voie lé· gale normale, car il n'y a pas d'organisme international durable de législation. Les innovations et les changements du droit des gens naissent des actes accomplis par les gouvernements pour tenir compte d'une situation nouvelle ». Après l'exposé plus historique que juridique du délégué britannique, Sir Hartley Shaweross, le délégué soviétique, le général Roman Rudenko, devait revenir lui aussi sur le caractère légal, « parce qu'au· dessus des lois », du tribunal international

« Dans la sphère internationale,.. la source fondamentale du droit est la convention, l'accord entre les Etats. C'est pour cela que, dans la mesure où dans la sphère nationale, la loi acceptée par les chambres législatives et promulguée d'une façon adéquate, forme la base incontestable et suffisante de l 'activité des organisations de justice nationale, dans la même mesure, dans la sph ~ re internationale l'accord conclu entre les Etats forme l~ base juridique incontestable et suffisante pour la constitution et l'activité des organismes de justice internationale créés par ces Etats ... Aux termes de l 'article 6 du statut du Tribunal militaire international les accusés sont accusés de crime contr~ la paix, de crimes contre les lois et cou· tume.5 de la guerre, et de crimes contre l 'humanité ».

  • On sait comment les juges du tribunal

de Nuremberg voulurent que le procès se déroulât pour les accusés avec toutes les garanties légales : recours aux archives, recherche de l'authenticité des sources avec audition de témoins de la défense et de l'accusation, avocats des deux parties. C'est ainsi que les rescapés des camps témoignèrent à Nuremberg des crimes dont ils avaient été témoins, crimes mettant en cause, plus que la personne même des accusés, l'organisme auquel ils appartenaient, la charge dont ils étaient investis. C'est ainsi que l'on vit aussi Rudolf Hoess, commandant d'Auschwitz qui venait d'être découvert en zone britannique exerçant la profession d'ouvrier agricole, être amené à Nuremberg comme témoin à décharge de Kaltenbrunner. C'est en cette occasion qu'il rédigea l'exposé sur la « solution finale » qui figure en annexe de ses mémoires et dans lequel le nom d'Eichmann revient en leit-motiv. Eichmann qui ne figurait pas parmi les grands criminels de Nuremberg, mais dont la présence semblait planer dans le tribunal dès qu'il fut question du génocide des juifs. Notons d'autre part que l'énorme appareil juridique mis en branle en Israël pour le procès ne nous paraît pas vain, ni l'accumulation de documents authentiques recherchés dans le monde entier au cours de l'instruction, ni le défilé des témoins, ni toutes les garanties d'historicité des preuves et ce n'est pas la sentence qui condamnera Eichmann qui nous importe. Comme à Nuremberg sera une fois de plus jugé en sa personne l'idéologie destructrice qui fit de ce petit bourgeois moyen un des tueurs les plus efficaces de tous les temps. Cette idéologie trouve encore des 'avocats, sous couleur d'objectivité. Un journal du 21 novembre 1960, « Deu· tsche Soldatenzeitung », n'a-t-il pas publié une interview de Paul Rassinier, dont les affirmations relèvent de la pathologie pas· sionnelle plutôt que de la pOlémique. Cependant, le journaliste allemand qui l'interroge, ose lui demander « son opinion sur les chambres à gaz », comme il lui demanderait ce qu'il pense de « la mope (le printemps ». Paul Rassinier répond froidement « qu'il n'y croit pas, que ceux qui en ont parlé ( et Hoess en particulier) se contredisent à un tel point qu'on ne peut rien faire que de poser la question et d'inviter les lecteurs à réfléchir par eux-mêmes ». I! fallait que le procès d'Eichmann se déroulât, car ils sont plus nombreux que l'on pense ceux pour qui le procès de Nuremberg n'a pas eu lieu. ( 1) La répression par les tribunaux allemands des crimes contre l'humanité. Bibliothèque de droit international (1950) . On voit sur nos photos (de gauche à droite et de haut en bas) les onze pendus du procés international de Nuremberg: Hermann GOERING (chef suprême des S.A. et de la Luftwaffe), KALTENBRUNNER (chef du Service de Sécurité et de la Police Secrète!, RIBBENTROP (ministre des Affaires Etrangères), KEITEL (commandant en chef de la Wehrmacht), Alfred ROSENBERG (théoricien du nazisme et ministre pour les territoires occupés de l'Est), Hans FRANK (gouverneur général de la Pologne occupée), Julius STREICHER (spécialiste de la propagande et des persécustions antijuives), SAUCKEL (recruteur de la maind'oeuvre dans les pays occupés), JODl. (chef d'état-major de la Wehrmacht) SEYSS_INQUART (chancelier d'Autriche, puis commissaire du Reich pour la Hollande occupée), FRICK (chargé de « l'incorporation » des territoires annexés). HITLER, GOEBBELS, HIMMLER et Robert LEY s'étaient suicidés, et BORMANN était en fuite. 8 NOEL 1959 La Synagogue de Cologne NUL n'ignore aujourd'hui l'étendue du massacre des juifs. C'est sur le territoire de l'Allemagne que s'est installé le système criminel du nazisme. Avec lui, ce pays. est devenu le foyer de putréfaction de l'Europe. C'est en Allemagne qu'il fut possible d'être élu député sur une profession de foi antisémite. Dès 1920, ce peuple a été habitué au poison antisémite, et à partir de 1933, il en fut littéralement intoxiqué. Ainsi, il devint caupable du tragique destin des juifs et ainsi se 'détruisit lui-même. En 1955, divers journaux de l'Allemagne Fédérale reçurent ~ne série d'articles contE.nant les thèses suivantes : - il serait temps enfin de rendre hamOla gf à la vérité et de réviser les jugements portés sur la liquidation des juifs ; - depuis toujours, les lois et les usages de la guerre ont prévu l'exécution des atoges ; la forme de cette exécution a toujou rs été laissée à l'appréciation des belligérants

- à plusieurs reprises et ou moin s cinq fois, Hitler avait clairement fai t sa voir que si la juiverie internationale ou d'outres faut e,urs de guerre déclenchaient une nouvelle conflagration générale, celle-ci entraÎnerai t l'extermination des juifs d'Europe ; - ainsi, Hitler avait constitué les juifs en otages, selon la loi fondamentale allemande et les règles du droit internationa l ; il agit en conséquence ; - il est temps de débarrasser le prob lème de l'exécution des otages juifs de son contexte nébuleux de vengeance et de saisir la Cour de La Haye de ce problème de droit international. Cette théorie ne trouve certes pas gronde audience actuellement, mois elle ne doi t pas être négligée. En général, l'Allemand se tait quand il est question du problème juif. Ce silence comporte chez quelques-uns, l'aveu d'un sentiment de culpabilité : la gronde majorité essaye d'oublier le passé et fait comme si rien ne s'était produit. Des statistiques, établies dernièrement, indiquent que 88 % des personnes interrogées .. ' se désintéressent" du problème de l'extermination des juifs. f Des gens plus habiles invoquent des arguments de ce genre : " A quoi sert de remâcher toujours les vieilles histoires de Bergen-Belsen ou du journal d'Anne Frank. Cela ne mène à rien d'entretenir le sen· t iment de culpabilité, d'autant plus qu'à l'heure actuelle déjà plus de 30 millions d'Allemands sont trop jeunes pour avoir participé à cela. Et, de toutes façons, une grande partie de la notion n'y a jarnai5 participé lO. D'autres, tentent d'affaiblir la responsabilité allemande par des arguments plus subtils encore. Pour eux, « la persécution des juifs, l'extermination des malades men· taux comme l'emploi des moyens de destruction massive auxquels on se prépare "Octuellement, sont les signes caractéristiques du mépris de l'homme à notre époque ». Dès lors,. pourquoi condamner spscialement l'antisémitisme ? EN fait, le passé n'a pas disparu complètement. L'antisémitisme allemand ne s'est pas évanoui avec la défaite eu nazisme en J 945. Il ser:lit faux et dangereux de croire qu'il n'est resté que quelques excités, auxque ls se seraient joints une poignée de blousons noirs. En 1945, tout le monde admettait qu'il fol lait extirper à tout jamais les rac ines du nazisme et de l'antisémitisme. Cette évidence, affirmée à j'époque par des hommes politiques allemands, s'expri ma it dons les lois promulguées par les Alliés et da ns les acco rds de Potsdam. Mois a va nt tout, ce sant le: adversaires du régime nazi et les résista nts qui exigeaient l'accomp lissement de cette tôche par le peuple all emand. Or, les accords de Pat'sdam, qui prévoient expressément l'ext irpat ion des rac ines du mili tari sme et du nazisme, n'ont jama is ét~ appliqués en Allemagncrcdéra ie. Des forces. à l' inté rieur comme à l'ext érieur ont e:mpêché qu ' une vé ri table cassure se produi se a vec le passé c riminel du régime nazi. Non seulement, d'anciens nazis furent ré habilités, mois des ré sistants et adversa i res du régime nazi furent diffamés et même persécutés à nouveau. Et malgré la défaite subie dons. la de uxième guerre mondial~, la rééducation nécessaire n'est pas intervenue, qui aurait pu renouer avec la gronde tradition ailemande d'humanisme et de démocratie, en dénonçant cla : ~ e ment les crimes du nazi sme_ Jamais, les leçons du passé n'ont é té tirée s, et à l'exception des tentatives faites les premièr~s années, Ips responsables du nazisme ;')'ont jamais été écartés de l'administration, de l'économie ou de la justice. On a empêché systématiquement que les cnciens résistants prennent port à la mise en place de la République fédérale et que les générations à venir soient éduquees dons. l'esprit de !'idéal qui avait inspiré ces résistants. NOTRE peuple, certes, à quelques exceptions près, condamne les horreur antisémites et les crimes nazis. Dons ce sens, on peut évidemment affirmer qu'il n'existe plus d'antisémltisme. Pourtant cela ne suffit pas à supprimer le problème. A l'heure actuelle, il y a environ 30.000 juifs en Allemagne fédérale . L'antisémitisme actuel est donc pratiquement un « antisémitisme sans juifs » . C'est là son signe distinctiL Cela prouve clairement que l'antisémi t isme est avant tout le symbole d'une tendance politique, le fondement du néo-nazisme et de ses possibilités de développement ultérieur. La remilitarisation importée en Allemagne a donné naissance depuis J 949 à une forme nouvelle de nazisme. Un millier d'associations de sauvegarde des traditions de l'armée hitlérienne ; les 45 associations d'anciens 5_5., leurs congrès et conférences tenus, souvent en présence de représentants de la Wehrmacht ou d'outres officiels ; le maintien en fonctions de plus de J .000 magistrats nazis; l'infiltration d'anciens fonctionnaires hitlériens dons l'appareil de l'Etat et notamment ou Mi- L/ ALLEMAGNE ET LES JUIFS par le Docteur ROSSAINT Le Dr Rossaint est, en République Fédérale Allemande, le ' -tee-l'résident de la Fédéra tion des Persécu tés du Régime Nazi (V.V.N.) Il était particulièrement qualifié pour apporter son point de vue sut" les problèmes dont traite ce. numéro spécial, où devait être également entendue la voix a u torisée d'une Allemand. 1933 La Synagogue de Dusseldorf n istère des Affaires Etrangères, où l'on t rouve 80 % des diplomates de Ribbent ropp ; la présence dons la Bundeswehr de 137 généraux hitlérien s, de plus de 2.000 a ff ic lers et sous-offici e rs de la S.S. : aulont de fai~ s significatifs de la situat;on présente, expliquant suffisamment l'apparition de phénomènes anti sémites. Il est non moin s s igni f icatif, comme l'a constaté le député libé ral Re if, que la presque tota li té des responsables pour le controle du pe,-son ne l dons les mini stè res de j'Allemogne iedéra le, sont d'anciens nazi s. Lors d' une récente réu nion organi sée par le; pa rti social-démocrate pour les fonctionnai res de la police, quond le moment fut venu de prc.jeter le film « Nuit et brouil Iccd » , 220 personnes, en majorité hautsfo nctionnaires de la police, y compris le Commandant, quittèrent la salle. Il fout également attirer l'attention sur la publication de millions de brochures mili tari stes destinées à la jeunesse et qui décrivent la guerre comme une simple suite de hauts faits militaires, contribuant ainsi à la glorification de celle-ci . En contre-parTie, la jeunesse n'est absolument pas instruite des horre urs de cette guerre. L'antisémitisme était en Allemagne le fondement essentiel du nazisme et du mili tarisme, son corollaire. Les nazis décrivaient les juifs et les bol chéviks comme le danger suprême pour la rcrce nordique . Pour eux, l'antisémitisme constituait un côté d'une médaille dont le revers était le communisme. Aujourd'hui, la renaissance du militarisme, avec des objectifs comparables à ceux du passé ne peut que favar;ser l'éclosion des mêmes théories. Nous trouvons donc dons l'Allemagne Fédérale, rlon seulement des séquelles de l'antisémitisme ancien, mois de nouvelles manifestations de haine antijuive . Un rapport du Congrès Juif Mondial de 1958 constate que 30 à 40 % des citoyens de l'Allemagne Fédérale ont des tendances antisémites et que J / J O· serait disposé à participer sans hésitation à de nouveaux pogromes. La presse indique que jusqu'en 1960, les services officiels de l'Allemagne Fédé~ ol e ont enregistré plus de 800 incidents antisémites. Elle y voit l'une des conséquences -des nombreuses manifestations des G 5so ciatian~ d'anciens combattants et S.S., organisées avec l'accord des pouvoirs publ ics. Un reporter juif a pu écrire que depuis des années, il y a eu une série ininterrompue de profanations de cimetières. A chaque fois, on essaie de les présenter comme des acte~ isolés ou des sottises de jeunes. Mois leur mult"iplicité rend de plus en plus difficile une telle interprétation. Des cimetières ont été profanés à Ansbach, Würzburg, Grüningen, Peine, Giessen, Costrop-RaLAxel, ,Düsseldorf, Heidelberg, Aslor, Bad, Gannstatt, Drove b / Aachen, Hemmerde, Montabaur, Schwarz- Rhe indorf, Hoh-Grenzhousen, Lisberg, Bod Tolz, Worms (Mehrmals), Stuttgart, BonnNiederzissen, Rees, Bod Vilbel, Bre isoch, Touber-Bischafsheim, Iserlohn, Ni ederHochstedt, Bezirk Mainz (Mehrfach), Ionstanz, Bückeburg, Wenzelberg, PreussigOhlcndarf, Hamburg-Ohlsdorf, Braunschwe ig (Mehrfach), Beckum, Hagen, Hohenberge, Kain-Mülheim, Stadthagen, eustad t, Gelsenkirchen, Lübeck-Moisburg, Harburg, Tholey, Landsberg, Kleinbardot. Si l'on tient compte qu'un certain nombre de profanations de cimetières n'ont même pas été portées à la connaissance du publi c, on peut estimer à environ 2.000 le nombre de tombes juives violées en Allemagne Fédérale depuis 1950. Il fout donc choisir entre deux explica tions

ou le peuple allemand est atte int

d'un penchant criminel indéracinable pour la profanation des cimetières ou alo rs la pol ice est tellemeent truffée d'anciens nazis qu'elle ne déploie aucune énergie dans la lutte contre les criminels. S' il fallait une preuve du caractè re politique de la plupart de ces actes, il su ffirait d' indiquer que sur 68 cos de profa nations de cimetières (avec 1.025 monuments mortuaires détruits), 18 ont été commis en avril (mois anniversoire du Führer) donc près du, tiers, 7 (donc environ 10 %) ont été commis en novembre (anniversa ire de la « Nuit de Cristal »). L'ANTISEMITISME est avant tou t on phénomène politique et historique . Il exprime une pensée concernant les autres hommes, qui conduit nécessairement à des pratiques criminelles_ L'existence d'un antisémitisme sons sémites ne prouve pas seulement que l'antisémitisme n'est qu'un prétexte, ou "expression d'autres réalités, d'ordre économique, politique ou social. L'antisémiti sme sons sémites est révélateur, chez l'homme allemand, d'un traumatisme profand_ Il conviendrait d'en mettre à jour les racines. C'est seulement après cela qu'on pourrait comprendre comment ont pu se développer, justement en Allemagne, à la faveur d'autres facteurs politiques et historiques, les inexpiables brutalités qui ont été commises. C'est seulement ensuite qu'on pourrait compter avec un dépassement de l'antisémitisme_ La persécution des juifs est d'une telle importance, et son influence sur la catastrophe allemande d'un tel poids, qu'on doit s'attendre à ce qu'elle oit des répercussions spirituelles dons les milieux les plus divers, qui sont amenés à y réfléchir. Quel sera le résultat de cette réflexion ? Les Allemands furent, naguère, le destin des juifs. Peut-être les juifs sont-ils devenus maintenant le destin des Allemands. De la façon dont ceux-ci expliqueront et jugeront leur état d'esprit et leurs actes passés, dépendra l'avenir allemand_ Espérons que cette appréciation sera véritablement humaine et chrétienne. 9 L'éducation de la jeunesse allemande LORSQUE, l'année dernière, des croix gammées et des inscription~ injurieuses furent apposées, dans plusieurs villes d'Allemagne de l'Ouest, sur des synagogues. et sur les monuments élevés en l'honneur des victimes du nazisme, le chancelier Adenauer, pour apaiser l'indignation mondiale, déclara qu'il fallait ne voir là que l'oeuvre de quelques attardés de l'idéologie hitlérienne. Or, les auteurs de ces actes de vandalisme étaient âgés de 23 à 27 ans et, Rar conséquent, trop jeunes pour avoir pu vraiment être contaminés par l'éducation donnée dans les écoles sous le régime de Hi'fler. Il y avait donc, dans leur comportement, une autre raison que M. Adenauer a préféré ne pas dire, car el le aurait trop clairement établi sa responsabilité et celle de son gouvernement. Cette raison, c'est que les dirigeants de Bonn se sont toujours refusés à appiiquer' les accords de Potsdam qui stipulaient que « le militarisme allemand et le nazisme devaient être extirpés » et qu'il fa llait « faire en sorte que les doctrines nazies et militaristes soient écartées de l'enseignement, afin de permettre le développement des conceptions démocratiques ». L'histoire de la République Fédérale Allemande, au cours de ces dernières années, montre qu'ils ne se sont nullement opposés à ce qui a été entrepris pour que renaisse dans les esprits, et en particulier dans les esprits des jeunes, la croyance en la supériorité raciale du peuple allemand et pour que se déveToppe la conviction d'une nécessaire revanche Il serait bien difficile à ces dirigeants, quoi qu'ils en disent, de prouver qu'ils sont intervenus pour empêcher qu'une in· tense propagande dans ce sens soit faite à la caserne et à l'école. Tout montre, au contraire, qu'ils y ont activement parti· clpé. En effet, à peine un jeune homme a-t-il revêtu l'uniforme militaire qu'on l'abreuve d'une .littérature et de préceptes qui exaltent l'héroïsme du soldat allemand et le « caractère chevaleresque » des officiers pendant la deuxième guerre mondiale. Il apprend les chants qui furent chantés par l'armée hitlérienne. Il doit lire régulièrement une publication intitulée « les Ca· hiers pour l'instruction civique et l'arme· ment .psychologique ». C'est sans doute sous l'influence de cette « instr\lction civique .!l que certains sous-officiers, intel'J" Ogé~ le 3-1-1959 par un reporter de la radio de ;Francfort-s-Mein sur ce qu'il pouvait y avoir de bon à leur avis dans l'oeu· vre de Hitler, donnèrent des réponses dans Je genre de celles-ci : « Il favorisa l'éducation de la jeunesse. II «. Il sut donner à la jeunesse un idéal qu'elle n'a pas aujourd'hui. II Et ce reporter, ayant cité à l'un de ces sous-officiers le cas de S.S. qui, après avoir tait sortir d'un camp des travailleurs, les par ILéO MONBOUYRAN avaient fusillés, lui demanda : « Si l'on vous donnait l'ordre d'agir de la sorte, que Je riez-vous ? II Le sous-officier répondit : « J'exécuterais cet ordre. II Comment être surpris d'une telle réponse, puisque le général Heusinger, d'après la « Süddeutsche Zeitung II du 30-9-1958, a déclaré au sujet des méthodes à employer par la Bundeswehr : « Suivons à l'avenir les mêmes principes que ceux que nous avons suivis dans le passé " . Ces prinCipes dont il s'est si largement inspiré lorsqu'il était un des chefs de l'armée hitlérienne et qui ont conduit aux odieux mas· sacres que l'on sait. MAIS c'est surtout à l'école que la propagande militariste a été la plus soigneusement organisée. On a d'abord pratiqué le mensonge par omission afin de cacher aux élèves les cri· mes -de Hitler et de ses complices. Alors que, dans les manuels édités à la fin de la guerre, ces crimes sont mentionnés, on en parle de moins en moins ou l'on oublie même d'en parler dans les éditions plus ré· centes. C'est ainsi que dans un livre uti· lisé dans la plupart des écoles de la République Fédérale et qui a pour titre : « der Mensch im Wandel der Zeiten II (L'homme au cours des âges, Georg Westermaim Verlag. Braunschweig 1958), il Y avait: dans l'édition de 1949, 13 pages sur la résistance et les camps de concentra· tion, alors qu'on n'en trouve plus un seul mot dans l'édition de 1958. Quant à l'extermination des israélites, on n'en parle plus dans de nombreux ouvrages à partir de 1957, ou bien on n'y consacre que quel· ques lignes. Mais, outre le mensonge par omission, il yale mensonge pur et simple dont on use et abuse dans les manuels d'histoire, en particulier pour tout ce qui concerne le fascisme et la deuxième guerre mon· diale. On se garde bien, puisqu'ils sont de nouveau tout puissants dans la République Fédérale, de montrer la responsabilité des hommes de la haute finance et de la grande industrie dans la prise du pOUVOir par Hitler et ce dernier, tout au moins jusqu'à la débâcle, est présenté comme une sorte de sauveur, d'homme providentiel. « La plu· part des Allemands vinrent à lui parce qu'il a1Jait mis un terme à la menace du danger communiste, à l'énorme chômage et qu'il avait brisé les chaines du traité de Versailles» est-il dit dans « Grundriss der Geschichte II «( Précis d'histoire ", Klett. Verlag Stuttgart 1958). Même sa politique extérieure, qui cau· sa tant de victimes dans le monde entier, fait l'objet de commentaires flatteurs L'annexion de l'A4triche fut une bonne ac· tion qui combla de joie la population autri· chienne. L'invasion de la TchéCOSlovaquie fut également une action louable : il fallaH bien libérer les Sudètes opprimés par les Tchèques. Quant aux Polonais, ils méri· tèrent le sort qui leur fut fait car, d'après l'auteur de « Geschichte der neuesten Zeit » «( Histoire contemporaine ", Klett Verlag Stuttgart 1955), ils avaient au dé· but de la guerre « plongé la population al· lemande de leur pays dans un véritable bain de sang " . . L'avance pes troupes hitlériennes en Europe occidentale est décrite comme une marche triomphale prouvant « la grande supériorité de l'armée allemande aussi bien pour l'arm~ment que pour la forma· tion militaire II (( Lebendige Vergangen· heit » - Passé vivant - Ernst Klett Ver· iag Stuttgart). Cette armée allemande, or. la présente comme invincible car, si elle a subi la défaite~ c'est parce que Hitler « non seulement à Stalingrad mais avant et après commit de lourdes fautes dans la direction des opérations II «( Um Volkss· taat und Vôlkergemeinschaft II - Pour un Etat national et une communauté des peu· ples) et qu'il resta « sourd aux conseils de ses officiers II (( Grundriss der Gesch'chte »j. C'est aussi parce que « le Général Hiver vint au secours des troupes russes » ( Der M ensch un Wandel der Zeiten ll) et que « les Allemands étaient ex· posés presque sans armes à des attaques incessantes, car les moteurs des chars et des avions étaient immobilisés par le froid» (( Lebendige Vergangenhert llj. En réalité, les troupes russes avaient été battues devant Moscou et devant Rostov lorsque survint ce froid qui ne gêna d'ailleurs nullement les chars russes dans leur avance. Mais ce que l'on veut surtout inculquer aux jeunes élèves c'est que les généraux de cette invincible Wehrmacht, des généraux comme Speidel et Heusinger, à qui l'on a confié aujourd'hui de si hautes fonctions, ne sont nullement responsables de la défaite. Ce que l'on veut aussi leur faire accroire, c'est que de graves injustices ont été commises à l'égard de l'Allemagne lors des procès de Nuremberg où on leur af· firme que « le droit international ne fut nullement respecté )) (( W eltgeschichte der neuesten Zeit 1848-1950 » - Histoire mon· diale contemporaine 1848-1950 - Verlag Johannes Burgmeyer, Bonn) procèS qui « blessèrent profondément la dignité du peuple allemand surtout parce qu'ils fu, rent étendus à des membres de l'armée qui invoquaient leur devoir d'obéissance mili· taire » (( Grundriss der Geschichte »), Graves injustices aussi dans les accords de Potsdam concernant les nouvelles frontières

« Au-delà de l'Oder et de la Neisse

il y a un pays allemand ... L'Allemagne ne peut renoncer à ces 114.000 km 2 de son sol » (( Mann, Kletne Deutschlandkunde II - Mann, Petite géographie de l'Allema· gne). La décision prise à Potsdam est considérée comme « un acte d'arbitraire p0- litique II (( Erdkunde für hohere Lehranstalten » - Géographie à l'usage des éco· les secondaires - Verlag Schôningh Paderborn). C'est ainsi qu'on amène les élèves à penser qu'il faudra bien un jour réparer ces « injustices ", venger ces valeureux généraux condamnés à Nuremberg, dont on leur cache qu'ils furent des bourreaux, transformer les défaites passées en victoires et recouvrer les territoires perdus. Ei l'on cultive ainsi systématiquement en eux des idées d'irrédentisme et de revanche. Pour mieux ancrer dans leur esprit cet irrédentisme, on a attaché une particulière importance à ce qu'on appelle la « Ost· kunde ", c'est-à-dire la science de l'Est, qui est enseignée dans tous les établisse· ments scolaires de la République Fédérale. Des conférences sont faites, des films sont projetés qui ont pour thème cette « Ostkunde ll. On a même organisé des « Se maines de l'Allemagne de l'Est II pour que selon les termes de la circulaire du 7-7· 1955 du ministre de l'Instruction Publique de la Basse-Saxe, « la jeunesse allemande ait une compréhension profonde de l'Es! allemand ». En réalité, cette prétendue science n'est qu'un prétexte pour mener une violente campagne contre l'Union Soviétique et les pays de démocratie populaire et, en pre mier lieu, contre la République Démocratique Allemande où, selon « Damals und Heute Geschichte für Oberschulen » - (Autrefois et aujourd'hui - Histoire à l'usage des écoles secondaires - Klett Verlag stuttgart 1955) « un système terroriste a conduit des dizaines de milliers d'individus dans des camps de concentration et empêche toute libre éducation de la volonté ». Mais qu'importent tous les mensonges, toutes les opinions erronées que nous ve· nons de citer ! Ce qu'il faut, c'est persuader la jeunesse de l'Allemagne de l'Ouest qu'elle est prédestinée à être le Sauveur de la liberté et de la culture de ,'Occident. CE n'est d'ailleurs pas seulement à la caserne et à l'école que cette jeunesse est soumise à une telle propagande. Elle la retrouve à tout instant : dans les journaux et les périodiques qui, à de rares exceptions près, soutiennent une politique agressive et dont quelques· uns comme le « Stahlhelm )} (Casque d'acier), la « Deuische Soldatenzeitung l) buée gratuitement dans les écoles et les foyers de jeunes grâce aux subsides du Mi· nisUre des Réfugiés . Les diverses branches de cette organisation éditent des bulletins d'information où est exaltée l'idée de récupération des « territoires allemands de l'Est II et le ton employé indique que cette récupération ne peut être que reconquête. D'ailleurs, la guerre est presque toujours magnifiée. Dans un « Arbeitsbrie! » (Message de travail), les dirigeants de la « Jeunesse allemande de la Baltique II écrivent : « De toutes les choses, la plus LE M ILITARISME S'AFFICHE_._ Vitrine de librairie et étalage de marchand de iournaux en Républ ique Fédérale Allemande (Gazette du soldat allemand) font montre d'un chauvinisme exacerbé ; dans de~ ouvrages militaristes de plus en plus nom· breux, dont certains ont comme auteurs d'anciens nazis et même des criminels de guerre ; dans des brochures éditées spé· cialeme!'lt à son intention et vendues à vil prix comme les « Landserhefte II et les « Sch-ildhefte ", tirés chaque année à 20 millions d'exemplaires, qui exaltent la valeur du soldat allemand et n'expriment que haine et mépris pour son adversaire. Ainsi dans un « Landser « intitulé « Sturm auf der Maginot Linie II (Assaut de la li· gne Maginot) la France est jugée en ces termes par un des héros du roman : « Il sait que ce pays est pourri jusqu'à la moel· le et il ne Croit pas que ce peuple puisse jama!s se- relever ». A cette littérature le cinéma apporte son précieux concours. De 1952 à 1959 OP. a prOjeté 224 films de guerre, dont 70 ont été tournés dans la République Fédérale. Ces derniers tendent à minimiser les méfaits du fascisme, à déguiser les véritables motifs des guerras hitiériennes, à innocen ter les généraux nazis et à gloriier le militarisme_ Pour que cette préparation à de nouvel· les aventures criminelles porte mieux ses fruits, on embrigade enfants et adoles· cents dans des organisations de jeunesse souvent dirigées par des hommes qui fu· rent des chefs des « jeunesses hitlérien· nes II et dont certaines sont attachées à des associations d'anciens combattants et d'an· ciens S.S., associations qui sont mainte· nant au nombre de 1.200 bien qu'elles aient été interdites par les accords de Pots dam. La plus importante et aussi la plUS chauvine de ces organisations est la « Deut· sche Jugend des Ostens II (Jeunesse aIle· mande de l'Est qui compte 150.000 membres. Elle fait paraître une revue illustrée, au titre significatif de « der Pfeil II (la Flèche) qui déjà. en 1956 était tirée à 20.000 exemplaires dont une partie était distripuissante est la guerre. De tous les biens le plus splendide est la victoire. Les lois de la guerre sont les lois ancestrales de l'hu· manité ; elles ne sont ni brutales ni cruel· les .; elles sont grandioses " . Mais comment la jeunesse de l'Allemagne occidentale pourrait-elle ne pas être de nouveau contaminée par le militarisme alors que les dirigeants eux-mêmes de ce pays réarment à outrance et sont souvent ies premiers à s'exprimer en termes provocateurs ! Par contre, le gouvernement de Bonn poursuit impitoyablement tous ceux qui s'opposent à sa politique. Des universitai· res connus ont été cités en justice ou frappés de mesures disciplinaires uniquement parce qu'iis ont protesté contre la remilitarisation à outrance et l'armement atomique Ce sont pourtant ces forces démocratiques de la République Fédérale que l'on trouve parmi les intellectuels comme parmi les ouvriers, qui seules luttent avec un remarquable courage contre les forces mauvaises du passé dont la résurgence constitue une grave menace pour l'avenir. Et c'est avec ces forces et non pas avec celles du militarisme et du néo-fascisme que pourra vraiment se faire la si souhaitable réconciliation franco-allemande, car ce sont elles qui nous permettent d'espérer que l'Allemagne ne redeviendra pas la puissance d'oppression qu'elle fut naguère. CET espoir d'une Allemagne qui ne sera plus un danger pour la. paix et la liberté nous est donné aussi par la République Démocratique Allemande, par le comportement de son gouvernement qui a appliqué scrupuleusement les clauses des accords de Potsdam concernant la dénazification, par la proposition qu'il a faite à la République Fédérale d'un désarmement des deux Etats allemands pour en arriver (SUITE PAGE 11.) la ------------------------------------------------------------------------------- ---------------------------------- lES !ONOU,ERANTS PASSANT en revue, au début de ce s,iècl e, les troupes allemandes qui allaient partic iper à une expédition internationale en Chine (guerre des Boxers), Guillaume Il leur dit : « Inspirez-vous de l'exemple d 'Attila qui détruisait tout sur son passage » ; et il recommanda it à ses soldats « de faire sur les Chinois une impress,iOtn telle qu'aucun d'eux, pendant mille ans, n'osât regarder un Allemand de travers ». Ces rodomontades pourra ient, aujou rd 'hui, fai re sour ire. Mais il faut les si tuer dans leur contexte historique. L'Allemagne de Bismarck et de Guillaume II, son unit é à peine réalisée, se lança allègrement dans une politique d'expansion. Les gouvernements étaient soutenus pat' une opinion Dublique .chauffée à blanc, et que la Lig.ue pangermaniste, par ses conférences, ses brochures, ses journaux, persuadait de la nécessité d'agrandir l'espace vi tal allemand. C'est l'époque des premières conquêtes coloniales (Sud-Ouest africain, Togo ,etc,), mats c'est aussi l'époque où Guillaume II à Jérusalem se déclare le protecteur du monde arabe, où il enh'e à Tanget' en caracolant sur SOI1 cheval noir, où la flotte de guerre envoie la canonnière Panther mouiller devant le port d'Agadir. C'est surtout l'époque où se répand la théorie du Dmn.q Nach Osten, la poussée vers l'Est. L'Allemagne, championne du gernia'nismey , a..reçu du ciel, dit-on, la mission de refou1ù" les -Slaves, Bien entendu, les préoccupations terre à terre ne sont pas absentes de cette idéologie. L'Allemagne convoite CUkl'aine- ' 'et' son blé, Et en T9'18, Ludendorff préfèrera immobiliser dans cette région, après la paix de Brest-Litowsk, cinquante divisions -- qui lui font cruellement défaut sur le front occidental -- plutôt que de renoncer à e blé, aux oeufs, à l'huile ukrainiens, En dépit de toutes les différences de forme, entre le nazisme et les régime wilhelminien, c'est ,pien dans une perspective analogue 4be s'inscrit la politique extérieure hitlérienne, Au début de 1934, un an à peine après la prise du pouvoir, Hitler disait au président du Sénat de Dantzig, Hermann Rauschning: « Il n'y a qu'une chose qui ne change pas avec les siècles, c'est que les empires sont fondés par le glaive et la supériorité des a..rmes... A l'Est, il en effet : cc Il faut exti rper jusqu'à la t'aci ne, une foi spou l'toutes, 1 e système .Îudéo-bolchevik », mais il précise bien vite que l' idéologie n'est pas seule en cause : « La situation du ravitai llement en Allemag'ne exige que dans une ti'ès large mesure la troupe vive sur le pays et qu'en outre elle mette à la disposition de l'arrière des stocks de denrées aussi importants que possible, Dans les villes ennemies sud:out, une grande partie de la population va devoir souffrir de la faim . l\Ialgré tout, il ne faut pas que, par un souci d'humanité mal compr ise, on distraie quoi que ce soit des denrées destinées ;'t l'A llemagne pour les distribuer aux prisonniers ou à la population autochtone ». Et notre général de demander au soldat allemand de fai t'e preuve de compréhension pour la dureté de ce « traitement expiatoire », infligé aux populations de~ ter r itoit'es occupés (2). Si la te.rminolog-ie a changé, le but ,reste le même à vingt-cinq ans de distance : sous couvert d'espace vital, c'est de rapine Qu'il s'agit, Cette permanence des visées annexionnistes, et même de leur orientation n'a pas de quoi surprendre. Quand l'Allemagne de Bismarck a réalisé son unité, quand elle est devenue une g rande puissance, le monde, pour l'essentiel, était déjà partagé. Les empires coloniaux anglais, français, portugais, belge, américain, existaient déjà, comme autant de chasses gardées. Le Reich s'orienta moins vers la conquête des colonies, que vers une extension de son territoire en Europe même. Son objectif p remie t~ : s'assurer \I'hégémonie sur ce continent, avant de passer' à d'autres conquêtes. Mais ces tentatives n'en visaient pas moins à rompre un certain équilibre -- . Ia paix si provisoire fut-elle -entre les puissances européennes. D'où le fait qu'ctprès 1890 surtqut, l'illlPérialisme allemand apparaît comme un des principaux, sinon le principal fauteur de guerre en Europe. RENCONTRES ... Ces aviateurs français et allemands (C I-DESSUS) réunis quelques mois avant la guerre de 1939, pensaient-ils que, peu après, les appareils à croix gammée, dont ils admirent les évolutions, attaqueraient les villes de France (PHOTO DU HAUT DE LA PAGE), et bombarderaient les réfugiés sur nos routes? .. . nous faut étendre notre domination jusqu'au Caucase ou jusqu'à l'Iran. A l'Ouest, il nous faut la côte française. JI nous faut les Flanclt'es et la Hollande .. , Notre mission est de mener Ù une fin victorieuse et dans des conditions plus favorables la guerre interrompue en 1918 » (1). Voudrait-on ne voi r là que les rê\'eries d'un mégalomane, que l'orclre du jour suivant du général von Manstein, daté lui cie novembre 1941. c'est-à-dit'e six mois après le -début de l'invasion cle l'U,RS.S. par la Wehrmacht, \'ient démentir cette interprétation et illustrer la mise en pratique des rêves hitlériens de domination mondiale. Le général prussien s'exprime tout comme un bon S.S. il dit à ses troupes, ET maintenant ? L'Allemagne cie IC)6J, cette Allemagne divisée a-telle encore quelques points communs avec celle d'hiet' ? Peut-on parler aujout'd'hui d'impérialisme allemand ? Sans cloute étOFl11erait-on un certain 110mbt'e d'habitants d'Allemagne occidentale et peut-être aussi un grancl nombre cie nos compatriotes, en répondant par l'affirmative. Quoi, ce chancelier octogénaire. ce vieillard en veston, ce bon grand-père Qui se flatte parfois, clans le privé. d'avoir connu trois guerres (ou presque) et de n'en avoir faite aucune, serait à la tête d'un régime impérialiste ? Et pourtant ! Dans l'Europe cie J961 il n'existe pour ainsi dire pas de revendications territoriales. La fameuse question balkanique, cauchemar des chancelleries à la veille de la première guerre mondiale a cessé de se poser depuis que des régimes de démocratie populai re se sont instaurés à Bucarest et à Sofia, à Prague et à Budapest. Un seul pays revendiq ue des territoires étrangers : l'Allemagne fédérale. . « L'unification de . l'Allemagne dOtt comprendre les territoi res au-delà de l'Oder et de la Neisse », déclarait le chancelier Adenauer le 7 octobre J95 I. Et trois ans plus tard : « A diverses occasions le gouvernement fédéral a d~c1aré sans ambages qu'il ne t'econnatt pas la frontière Oder-Neisse comme f rontière n at ionale ... n -con sidère ces ,territoires (les 'terr itoi res à l'Est de cette 1 igne) comme terri toi re national all emand » (21 octobre 19.14) (:~). Depuis, presq ue pas de discours dominical sans que tel ou tel ministre ne- rappelle avec plus ou moins de (liscrétion ou . d'arrogance, suivant qu'il 's'appelle Erhard ou Seebohm, les revendicatIOns de la RF. A. sur les Sudètes, la Haute-Si lésie ou l'ex-Prusse orientale. Et nous ne mentionnons que pOUt' mémoire la volonté souvent réaffirmée par les hommes politiques de Bonn de « libérer » la République Démocratique Allemande, c'est-à-dire cie réannexer son territoire (4). Or depuis quelques annees déjà, la République fédérale est dotée d'une armée moderne parfaitement équipée, hautement mécanisée : avec ses ~oo.ooo hommes, la Bundeswehr est actuellement la plus forte puissance militai re en Europe. Et ses généraux ont revendiqué ran passé, dans un mémorandum qui fit quelque bruit, la dotation de cette troupe en armes nuc1éait'es. Or ces généraux sont ceux de HitleL Heusinger était aux côtés du Führer, lors cie l'attentat du 20 juillet 1944, Speidei, Foertsch, Kaml11huber, tous les commandants d'armes cie la Buncleswehr sont les ex-compagnons cie Keitel ou Von Manstein. Ils di sent expressément que les bombes atomiques, clont ils revendiquent la possession, doi vent sery i r à « lutter contre le communisme ». C'est un langage que nous a \'ons déj à entendu dans d'autres bouches. Et qu'on ne songe pas 't opposer l'opinion des militaires à celle cles civils. Le chancelier Adenauer ou le ministre cie la Défense, F.l Strauss, eux aussi revencliquent pour la Bundeswehr cles cngi ns nucl éaires. Eux aussi ont lutté pour l'égalité des droits, cette C/cicliberechti, QlIl1,Q que l'A llemagne il après cette guerre, arrachée en moi ns cie di x ans (.1). A près 19.'i0, la République fédérale :l. connu un surprenant boom économique. l\ctuellement. elle produit cleux fois plus d'acier que la France, presq u'autant à elle seule que tous les autres pat·tenaires du Marché Commun (6). Ses exportations n'ont cessé d'augmenteL Elle a reconquis méthodiquemcnt les ma rchés perdus depuis J94.'i. En Europe cl'abord. au Proche-Orient et en Amérique du Sud ensuite, en Asie et en Afrique enfin. Le mark est une des monnaies les plus 50- licles du monde. Les réserves d'or et de devises de la Bundesbank dépassent 8 milliards de dollars. L'Allemagne férlérale n'a pas de colonie et elle en tire at'gument pour se présenter sous les traits rI 'une pui ssance anti-colonialiste auprès ries pavs sousdéveloppés. En fait. elle pratique p,·t néocolonialisme mal déguisé, accordant jusCJu'ici ,son aide intéressée de préférence aux pays CJui ont choisi de se tourner vers le « monde libre ». C'est une des formes nouvelles de l'impérialisme allemand. L'aide économique est assortie de conditions et de pressions politiques mal déguisées. .•. E T.,sependant il serait fa.ux de con: clure cie ce trop SUCC111ct expose que la République fédérale n'a fait que substituer ses objectifs à ceux du III' Reich. En fait, le moncle de [96 r, n'est plus celui de 194.1 : cette constatation banale a, pour la polit iq ue ouest- . a l1er:n~ll de des conséquenc:;es importantes. C;est la FroJ/ kf'llrter ZeitlW{/ qui .léfinissait ain~ i , en substance, la politique extérieure cie la RF.A., en janvier dernier

« V is-à-vis de nos partenaires de

la coalition atlantique, notre polit ique est libre. Vis-a-vis de l'Est, elle ne l'e~t pas. 11 il'y a pas d'autre éventualité pour n011S que de nous associer étroitement à la politique des aut res nations libre~ , face au bloc soviétique ». Cela signifie très clairement -- et le Bulletin cie presse du gouvernement f écléral ne cesse de le redit'e -- CJue l'impérialisme alle111and a renoncé, pour l'instant du moin~ , :'t pratiquer une politique autonome. La R.F.A. se propose de « coller » à l'Occident, de « coller » aux Etats-Unis, « notre plus puissant allié », comme on dit à Bonn. Mais alors la politique ouest-allemande aurait-elle perdu de sa nocivité ? Nullement. Car le gouvernement fédéral n'a par perdu l'espoir d'orienter la politique de l'O.T.A.N. dans le sens de la g uerrè froicle (7). Dans l'alliance atlantique. il joue le rôle de détonateur poss ible. 1..:'1.1 incident neut à tout moment éclatet' ?t Bedin ou' aux frontières des deux AlIemagnes. Dans ce cas-là, Bonn youclrait que les forces de l'O.T.A.N. fussent engagées pour défendre des intérêts impériali stes allemands. Le gouvernement fédéral s'est jusqu'ici t'efusé à .. envisaget' de signer un traité cie paix avec l'U. R. S.S. ou à recl)nnaître l'autre Etat alle- (SUITE PAGE 11.) (1) Hermann Rauschning : « Hitler m'a dit », Paris 1939, p. 143, 144, 148. . (2) Texte allemand de cet ordre du jour dans Ernst Niekisch cc Das Reich der niederneren damonen », ROhwolt, Hambourg, 1953, p . 304. (3) Ces citations sont extraites de E.N. Dzelepy c( Le Mythe Adenauer », ~ruxelles, 1959, p. 104 et 107. (4) Nous manquons de place ici pour montrer le danger pour la paix que peut représenter la participation de l'Allemagne occidentale à l'Alliance Atlantique. Robert Schuman avait dit le 8 février 1952 : cc L'Alliance Atlantique cesserait d'être une alliance défensive si l'Allemagne occidentale y était admise, en raison des reven' dications allemandes sur les territoires perdus à l'Est à la suite de la seconde guerre mondiale ». Il nous semble que cette constatation n'a rien perdu de sa valeur. (5) Après l'autre guerre, c'est seulement en 1935,36, dix-sept ans après Versailles, que le Reich avait réarmé librement. (6) 34 millions de tonnes d'acier en 1960, soit 45 % de la production des Six. Les usines VOlkswagen ont produit en 1960 autant de véilicules que toutes les usines françaises ensemble. (7) Adenauer, le 22 avril 1955 : cc Un jour l'Union Soviétique cessera d'être un danger mo.rtel pour l'Occident chrétien et aura été ramenée · à la raison par la forte pression de celui-ci ». Et. encore le 12 octobre 1956 : « Nous causerons avec les Soviets" mais armés jusqu'aux dents .». 11 Les rapports franco-allemands èlepuis 1945 Au lendemain de la réunion de Potsdam (17 juillet - 2 août 1945), l'Allemagne vaincue se voyait amputée d'une partie de son territoire à l'Est. C'est alors, notamment, que fut fixée la fameuse frontieoe Llcler-Neisse, que la Pologne, tous les pays de l'Est, l'Allemagne démocra· tique et plusieurs autres pays, dont la France, considèrent désormais comme définitive. L'Union Soviétique, les Etats-Unis et /"Angleterre partageaient ce qui restait de l'Allemagne en zones d'occupation. La zone soviétique est devenue, depuis, la Républ ique démocratique allemande (R.D.A.). Les Etats-Unis et l'Angleterre ~e divisaient l'Allemagne de l'Ouest, qui est devenue depuis la République fédérale allemande, dite aussi Allemagne de Bonn, du nom de sa capitale. Les Etats-Unis occupaient en gros l'Allemagne du Sud, l'Angleterre l'Allemagne du Nord. Bien que la France n'eüt point participé à la Conférence de Potsdam, les Etats-Unis et l'Angl,.terre lui réservaient deux zones d'occupation, l'une au KOHl de l'Alsace et de la Lorraine, j usqu'au confluent de la :--10selle et du Rhin : l'autre à l'Est du Rhin, dans le pays de Bade et en \Vurtemberg. D'autre part les accords de Potsdam pré"oyaient un statut spécial pour Berlin. ancienne capitale du Reich. Bien que la yille füt incluse dans la zone so\·iétipar Jacques MADAULE que. elle faisait l'objet d'une quadruple occupation, rEst de la cité étant confié aux Soviétiques, tandis que l'Ouest était partagé entI'e les Etats-Unis, l'Angleterre et la France. La ville devait conserver une certaine unité, en dépit de sa diyisioll. C'est ainsi qu'elle était rigoureusement séparée de la zone soviétique, que les communications intérieures y demeuraient absolument libres et qu'elle devait être administrée d'un commun accord par les commandements militaires soyiétique, américain, anglais et français. Si l'harmonie avait continué de régner entre alliés, on aurait pu concevoir et l'on tenta effecti l'ement d'appliquer à l'en emble de l'Allemagne un gouvernement quadriparti de ce genre. Mais on sait que l'entente se détériora très vite, surtout à partir de 19-1-7. du militarisme qui leur avait valu tant de malheurs. Cette campagne commençait à porter ses fruits :orsque se posa le problème du réarmement de l'Allemagne de l'Ouest dan:. le cadre du Pacte Atlantique et de la petite Europe. C'est ici qve la France abandQnne à peu près cowplètement sa politique traditionnell~ à l'égard de l'Allemagne. Tout se passe, à partir de 1910, comme si les tragiques événements dont les traces n'étaient pas encore effacées ne s'étaient jamais produits. M. Robert Schuman, en qualité de Présiclent du Conseil ou de Ministre des Affaires Etrangères, poursuit activement une politique dite d'intégration européenne. JI commence par former la Communauté charbonacier, connue sous le nom de C.E.C.A., qui groupe dans un ensemble économique, la France, le Benelux (Belgique, Hollande, Luxembourg) et l'Italie. Mais à partir de la guerre de Corée, il apparaît au Pentagone américain que ron ne peut assurer la défense de l'Europe occidentale si l'Allemagne n'y est pas militairement associée. C'est alors que prend corps le fameux projet de C.E.D. (Confédération Européenne de Défense) qui aurait pour aboutissement de constituer une armée européenne intégrée, où les nouveaux bataillons allemands se mêleraient aux bataillons français. On sait ce que fut l'ardente çampagne _ menéé dans notre pays par des hommes de gauche aussi bien que pat des hommes de droite contre la C.E.D. Le projet fut finalement rejeté par l'Assemblée Nationale en septembre 1QS4, lIendès-Fran;: e étant Président du Conseil. Cette attitude nous valut les pires difficultés avec nos alliés anglo-américains et MendèsFrance dut consentir, en I955, par les accords de Bonn et. de Londres, à la reconstitution d'une armée allemande qui ne serait pas intégrée e,t qui n'aurait pas l'usage d'armes atomiques stratégiques ou tactiques. Pour ceux qui avaient espéré voir disparaître à jamais le militarisme allemand, c'était néanmoins une grave défaite, que devaient souligner, quelques années plus tard, la nomination du général allemand Speidel, au passé plus que douteux, comme commandant en chef des forces Centre-Europe, et par conséquent, des troupes françaises ; et enfin, l'an passé. sous prétexte que le territoire cie la République fédérale est trop mince pour permettre l'installation de bases logistiques, l'implantation en territoire français de bases militaires allemandes. On croit que c'est un cauchemal', mais c'est la réalité. Ces précisions étaient nécessai res pour comprendre l'évolution des relations franco-allemandes depuis la fin de la guerre. L E général cie Gaulle et ses amis s'étaient toujours montrés cie farouches adversaires cie la C.E.D. et ils ne manifestaient pas une sympathie excessive pour les tentatives cI'intégration européenne, cie quelclUe nature qu'el- RENCONTRES... les fussent. On pouvait clone espérer que Mourmelon, 1961 le retour au POUVOil' du génél'al ne favoriserait pas le rapprochement de la France avec les revanchards de Bonn. Nos espoirs, là encore, ont été déçus, et nous avons même vu, dans ces dernières années, l'intimité entre le gouvernement français et le gouvernement fédéral, devenir plus grande encore que par le passé. C'est que le Pacte Atlantique a sa logique propre et que nous avions besoin des sympathies allemandes pour pouvoir poursuivre la guerre d'Algérie. Sans doute le général de Gaulle a-t-il affirmé à plusieurs reprises sans équivoque que la France considérait la ligne Oder-Neisse comme la frontière intangible de l'Allemagne. Mais des projets, comme le plan Rapacki, de démilitarisation de l'Europe centrale, n'ont jamais rencontré à Paris la sympathie à laquelle on aurait dû normalement s'attendre. Au lieu de favoriser de toutes les manières les tentatives cie dégel qui ont été faites depuis cinq ans, nous avons vu le gouvernement français soutenir la répugnance des dirigeants de Bonn. Toute la politique du chancelier Adenauer est. en effet, fondée sm la continuation de la guerre froide, qui laisse à son pays toutes ses chances, v compris celle de changer à son profit le statut territorial de l'Europe. Certes, il faut se réjouir, en un sens, que la hache de guerre entre la France et l'Allemagne soit enterrée. Mais ce ne peut être à n'importe quel prix. A l'heure actuelle l'armée allemande est prépondérante en Europe occidentale, comme elle ne le fut jamais, ni au temps de Guillaume II, ni au temps de Hitler. C'estl là une situation malsaine et dangereuse, car il est impossible que nos voisins d'oub'e- Rhin ne songent à une réunification de l'Allemagne qui ne pourrait s'accomplir que par les armes et à une reconquête des territoires perdus à l'Est. Tant que l'Allemagne jouit d'une prospérité un peu factice, le danger n'est pas immécliat. Il le deviendrait si, par suite d'une crise économique, qui n'est pas impossible. cette prospérité venait à s'écrouler aussi vite qu'elle s'est bâtie en I948. Les Français doivent donc attacher la plus grande importance à leurs relations avec l'Allemagne, avec toute l'Allemagne, non seulement l'Allemagne de l'Ouest, mais aussi l'Allemagne de l'Est. Rien n'est plus souhaitable que des relations pacifiques entre les deux peuples. Mais elles ne peuvent être fondées sur une dangereuse coalition et sur la renaissance du militarisme allemand. C'est sur une Allemagne yraiment pacifique que la France a intérêt à s'appuyer pour assurer la paix de l'Europe et du monde. T ANT que les alliés de la guerre sont demeurés unis, ils ont entrepris la dénazification des diverses zones dont ils étaient chargés, et le procès de

\ uremberg fut mené en cOlllmun par

toutes les puissances occupantes. Mais, presque dès l'origine. chaque puissance ~e comporta dans sa zone à peu près comme elle l'entendait. C'est ainsi que les Anglo-Américains remontèrent rapidement, par des inj ections massives de créçlits, l'économie de leurs zones, tandis que l'Union Soviétique transformait peu à peu la sienne en démocratie populaire. ~----------------------------------------------------------.----------------------------------------------- Pendant quelques années la France prétendit aussi mener sa propre politique dans les zones qui lui étaient attribuées.

--Tai s. à partir de 1Q.p commença, entre

les anciens alliés ce que l'on est convenu d'appeler la guerre froide. L'administration quadripartie de Berlin devenait dès lors un véritable pal'adoxe, qu'illustra le fameux blocus des zones occidentales. La question est toujours posée, ct l'on sait que la principale di fficulté qui, encore aujourd'hui, sépare en Europe les alliance opposées. est préci sément le statut de Berlin, qui a été mis en question par l'Union Soviétique, et qui le sera à nouveau, il n'en faut pas douter, quelle que soit la patience dont, jusqu'à présent l'Lnion Soviétique a fait preuve. Bien que la France ait quelque temps reiusé d'aligner sa propre zone sur la zone anglo-américaine, dite bizone, elle dut finalement s'y résig-ner. Le cadre du futur Etat fédéral allemand était dès lors fixé et la nouvelle République commença d'exister à partir de 1949. C'est à partir de ce moment que l'on peut véritablement parler de relations entre la France et l'Allemagne. li s'agit, bien entenclu, de l'Allemagne de l'Ouest, car nous n'avons pas la moindre relation officielle avec l'Allemagne cie l'Est. Les cieux principes sur lesquels les Alliés s'étaient absolument trouvés d'accord étaient la clénazification et la démilitarisation de l'Allemagne qui devaient, s'ils ayaient été loyalement appliqués, nous garcler à jamais de tout nouveau danger allemand. Mals il était impossible de les maintenir dans l'état cie division où se trouve le monde clepuis 1948. Les Occiclentaux, et par conséquent la France ont commencé par fermer les yeux sur la place cie plus en plus gl'ande qu'occupent les anciens nazis clans l'administration cie l'Allemagne occidentale. On demeu1"l un peu plus longtemps fidèle au principe cie la démilitarisation. Une campagne de propagande auprès des jeunes A lJ ~ma nd s fut 1lIê1lle entl'eprise pour les Gétourner L'éduca tion (Suite de la page 9) à la neutralité de l'Allemagne tout entière et peut-être plus encore par la manière dont il éduque la jeunesse. Dès qu'un enfant entre à l'école, on lui apprend à aimer les enfants des autres peuples, quelle que soit leur race. Il y a, dans l'abécédaire à l'usage des tout petits, une image qui représente des enfants de nationalités différentes qui se tiennent par la main pour danser la ronde de l'amitié. Ce mot amitié « Freundschaft » est un mot que l'on entend souvent ; c'est par exemple celui avec lequel on salue les visiteurs dans les camps de pionniers. On veut qu'il n'y ait plus de place pour la haine sauf pour la haine du militarisme et du racisme qui apportent aux hommes malheur et indignité. On ne s'applique pas, comme en République Fédérale, à en cacher ou en minimiser les méfaits. Dans les manuels d'histoire, on explique aux élèves les origines du nazisme ; on leur en montre les crimes avec leurs tragiques conséquences. Voici, par exemple, ce qu'en dit le manuel « Four l'enseignement de l'histoire en 8e année » : « Hitler reçut des millions des monopoles. En janvier 1932, il fit un discours de plu· sieurs heures au Club de l'Industrie à Düsseldorf devant 300 personnalités du grand capital... Elles furent tellement en· thousiasmées qu'elles lui assurèrent une aide accrue ... Les fascistes trouvèrent un nouveau procédé pour faire taire ou laire disparaître leurs adversaires politiques. Ils construisirent des grands camps de concentration où ils tortur " rent sauvagement et assassinèrent des adversaires du nazisme ainsi que des gens qu'ils persécutaient sur la base de la « loi raciale ». De 1933 à 1939, 35.000 Allemands furent con· damnés à un total d'un million d'années d'emprisonnement. Dans la même période, les nazis assassinèrent 14.000 antifascistes. Cette terreur contre les Allemands fut le prélude à des crimes encore plus grands qu'ils commirent à l'égard des autres peu· pIes. Après 1939, ils firent de ces camps de concentration des camps d'extermina· tion. Pour tuer le plus rapidement possi· ble beaucoup de prisonniers, ils employè· rent la méthode de l 'asphyxie par les gaz. Ils conduisaient ces prisonniers entière· ment nus dans une pièce où ils faisaient pénétrer un gaz toxique. Le prinCipal fou7·· nisseur de ce gaz était le Konzern de « 1'1. G. Farbén ». De la graisse qu'ils récupé· raient en brûlant les cadavres ils fabri· de la jeunesse allemande quaient du savon et ils vendaient les cendres comme engrais. Le nombre des victimes dans les différents camps s'éleva à onze millions ». Ainsi on expose aux élèves toute la vérité sur le nazisme afin qu'ils sachent à quoi s'en tenir et que plus tard ils empêchent que se produise un nouveau 1933. Une telle éventualité n'est, d'ailleurs, vraiment pas à craindre dans la République Démocratique. Tous les anciens nazis ont été écar· tés de l'appareil d'Etat et leurs postes ont été confiés à des antifascistes éprouvés. Dans les écoles, 70 % des enseignants, qui avaient été contaminés par l'idéologie hit· lérienne, ont été remplacés par des maîtres qui ont eu à coeur d'effacer les tares de la pédagogie nazie et de veiller à la démocratisation de l'enseignement. Pour la première fois dans l'lUstoire de l'Allemagne les enfants, sans distinction d'origine, ont le même droit à l'instruction. L'article 3 de la loi scolaire stipule qu'il faut « éduquer les enfants et les jeunes gens dans un esprit de solidarité et en vue de l'action collective, leur apprendre à aimer le travail et les hommes qui tra· va ment et développer toutes leurs qualités physiques et intellectuelles pour le bien du peuple et de la nation ». L'école de la République Démocratique Allemande s'efforce donc de cultiver chez les jeunes l'esprit d'entr'aide et l'amour du prochain. Il y a eu une vaste campagne pour ce qu'on a appelé le passage de « moi à nous ». Mais ce passage ne signifie pas une abdication de la personnalité. On s'attache, au contraire, à développer cette personnalité en donnant à chaque individu la possibilité de parfaire ses connaissances et de choisir la voie où il peut le mieux s'affirmer. Un effort culturel intense a été fait : partout on a créé des bibliothèques, des clubs, des maisons de la culture où sont donnés des conférences et où ont lieu des discussions sur les thè· mes les plus divers. Ce qui frappe c'est que soit dans la littérature, soit au théâtre, soit au cinéma, c'est toujours le respect de la vie qui est exalté. Une tâche importante que les dirigeants du pays disent s'être fixée, c'est d'éduquer la jeunesse dans le. sens de la paix, du progrès et de l'entente entre les peuples, dans un sens qui « assure la renaissance de l'Allemagne » pour qu'elle devienne un Etat pacifique et démocratique. Il n'y a pas lieu, croyons-nous, de douter de la sincérité d'un tel programme, car pour mener à bien l'édification, qu'elle a entreprise, d'une société nouvelle, la République Démocratique a besoin de paix et elle a besoin aussi de la compréhension et de l'amitié des autres pays. Et quoi que l'on puisse penser du régime qu'elle s'est donné, il semble bien qu'il y ait, pour la ·paix du monde et pour le respect de la dignité humaine, davantage à espérer de dirigeants qui, d'accord avec les forces démocratiques de la République Fédérale, travaillent à faire revivre l'Allemagne de Goethe, de Schiller, de Herder et de Heine plutôt que de ces anciens nazis que l'on retrouve toujours plus nombreux dans l'appareil civil et militaire de l'Etat de Bonn et qui naguère se firent une gloire de brûler en place publique les oeuvres des grands humanistes de leur pays. Léo MONBOUYRA . Les conquérants (Suite de la page 10) mand : la République Démocratique Allemande (8). Il se refuse à éliminer les causes de conflit possible, à liquider les séquelles de la dernière guerre. Si la guerre froide persiste et s'amplifie, l'Aflemagne de l'Ouest -- le meilleur soldat de la croisade antisoviétique - espère, à ce titre, être comblé par ses partenaires de la coalition. Si la coexistence s'impose, l'importance de la Bundeswehr diminue elle ne recevra pas de bombes atomiques, elle ne pourra songer à « récupérer » les territoires de l'Est en provoquant un de ces « conflits limités », dont certains militaires d'Outre-Rhin se sont faits les théoriciens. C'est di re combien il est de l'intérêt des peuples d'imposer cette coexistence pacifique des nations. qui limiterait si ngulièrement les dangereuses possibilités d'action de l'impérialisme allemand. Gilbert BAD lA. (8) Dans le caare de cet article il n'était pas possible de parler de cette nouvelle Allemagne dont le ministre des Affaires Etrangères Lothar Bolz déclarait en juin 1959, à la Corrlérence de Genève : « Le but de toute notre politique est d'exclure à jamais la possibilité pour le militarisme allemand de menacer la paix », et qui entretient d8s relations d'amitié avec la Pologne et la Tchécoslovaquie, dont elle a reconnu solennellement les frontières. Elle constitue pourtant un élément nouveau - et de première importance - du problème allemand.


12----------------__________________________________________________________________________________________________ _

Pour une véritable réconciliation UNE « vé ritable» réconci lia tion franco-a llemande ne peut être a ctuellement qu'un voeu. Les « conditions. » en sont, en effet, non seulement en nombre décourageant, mais actuellement plusieurs d'entre elles paraissent encore inconciliables. Certes, on peut toujours se réconcilier, comme on dit cc sur le dos de quelqu'un ». L'Allemagne d'Adenauer, ne demanderait pas mieux que de !::e réconcilier avec la France sur le dos de la Pologne, et ses frontières dont elle revendique la révision. La France, dans son régime actuel, est prête à. oublier le passé pour être défendue par une puissante Wehrmacht renaissante, contre la contagion socialiste venue de l'Est. Mais une pareille cc réconciliation » -- outre son immoralité -on sait ce qu'en vaudrait l'aune. Une Allemagne militariste réunifiée, tous adversaires neutraliséd à l'Est, ne resterait pas longtemps notre amie. EUe ne mettrait pas longtemps à découvrir que la France lui porte ombrage et q].l'elle doit être remise à la raison. Le processus est bien connu. Les hommes de mon âge en ont fait deux fois, déjà, l'expérience. Une véritable réconciliation ne se fait pas cc contre », mais cc pOUf », et implique un total changement d'esprit.. Elle ne pourra se faire que sur des buts de paix, et non de revendication ou de défense hargn:uses. Elle ne se fera pas sur les anciennes notions de grandeur, de prestige -- et de concurrence : Glle se fera quand les peuples allemand et français penseront de la même façon sur les problèmes communs à toutes les nations et à tous les hommes, sur ceux qui les unissent et non sur ceux qui les divisent. Ces problèmes commencent à se poser franco-allemande clairement, avec une urgence qui réveille soudain Tes plus endormis. Il n'y a pas vingt ans, la grande faim du monde, la grande faim des immenses populations d' A sie, d'Affique et d'Océanie semblait encore si éloignée, et à la fois si iusolubIe, qu'elle n'apparaissait pas comme un prublème, mais simplement comme une malédiction fatale. Seulement c'était une illuslOn commode. Si cette illusion subsistait, ce n'était pas que cette grande faim fût insoluble: c'était que les populations affamées se taisaient. Et elles se taisaient faute d'avoir pris conscience de leurs existences nationales et par conséquent de leur force. La grande victoire chinoise a soudain cristallisé ces consc, iences nationales, encore diluées mais en suffusion : pouvait-on imaginer, il y a moins de dix ans, cette extraordinaire explosion africaine? Le problème qui est posé au monde est le plus vaste, sans doute, de t.oute son histoire. L ' AVENIR des grandes nations dépend de leur capacité à savoir le résoudr e. C'est-à-dire tout d'abor d à savoir l'affronter. La France en est-elle capable? L'All emagne en est-elle capable ? Leurs égoïsmes nationaux pourront-ils être surmontés? Et toutes leurs soidisant cc nécessités économiques » ? Telles sont les nouvelles données du contentieux franco-allemand. Mais il n'apparaît pas que, ni en France ni en Allemagne, les goupar vernements s'en préoccupent au premier chef. Pour être tout à fait justes, disons que cela apparaît moins encore en Allemagne qu'en France. Par la force des choses, la France est confrontée au problème de la faim du monde à travers son drame colonial. Mais elle l'a abordé contraint.e et forcée, alors que son avenir comma'nde qu'elle sache s'y atteler avec une immense cc bonne volonté » ce qui impliquera non seulement des sacrifices, mais des solutions politiques audacieuses et rapides. Je ne pense pas que la V" République soit, sous sa forme actuelle, en mesure d'envisager une telle reconversion. Si intelligent et même, parfois, si cc progressiste » que puisse être le gTand capital, certains sacrifices lu i sont organiquement i~possibles. Il ne 'peut se les imposer à lui-même du dedans. Il faut qu'ils lui soient imposés du dehors. Cela implique, en France même, que le pouvoir ne soit plus entre ses mains (ou celles de ses r eprésentants), mais en celles du peuple. C'est la première condition de toutes. Pour l'Allemagne, le problème est encore plus grave. Elle ne ressent aucune urgence à se mêler au problème du tiers monde, et de son accession au niveau (matériel et Splrituel) des ·ci-devant grandes nations. Elle n'a rien à cc décoloniser ». Elle a relevé ses ruines. Aidée par ses vainqueurs, elle atteint ou dépasse leur prospérité. Le fameux cc miracle allemand» est une griserie nouvelle, qui exalte une fois encore son nationalisme. Elle semblé autant que jamais reprise pal' se." rêves de grandeur wagneriens. Elle éduque de nouveau ses enfant:: dans cette exaltation de Deutschland ueber alles. Dans les écoles, les crimes nazis' sont passés sous silence, mais les rêves nazis sont communiqués jour après jour aux jeunes élèves. Voilà la réalité, quïl serait dangereux de !;le dissimuler. C'EST pourquoi il appar'aît que la réconciliation franco-allemande n'est plus une affame entre la France et l'Allemagne: ni l'une ni l'autre, dans l'état actuel des choses, n'est en mesure non seulement de la promouvoir, mais mêm3 de la préparer. Elle s'inscrit: désormais dans une entité infiniment plus vaste : la réconciliation du monde. La réconciliation frallcoallemande n'est plus un problème européen, c'est un problème mODdial, dont la solution surviendra en même temps dans le monae et entre elles deux, en tant qu'elles am'on t cesse d'être isolées. Au cours de." décennies, l'idée de nation indépendante répond de moins en moins il une réalité, devient de plus en plus une succession d'illusions perdues. Le jour où la dernière illusion s'évanouira, la réconciliation francoallemande sera enfin réalisée. Ce n'est pas pour demain et nou::: devons, en attendant, redoubler de vigilance à l'égard des obstacles susceptibles de retarder la .solution du tout premier problème, celui de la paix du monde. Premièrement à l'égard du racisme et de son équivalent, le sentiment de supériorité nationale. Et avec eux, à l'égard de toutes les contradictions des égoïsmes économiques, dont ces aberrations continuent d'être les meilleur" auxiliaires, et certainement les plu:: vivaces, parce que les plus absu r des. Depuis 12 ans ... f lDELES à la mémoire des « ; millions de victimes de la barb~rie hitlérienne, nous jurons de ne jamais oublier les crimes commis par les assassins fascistes. » Il y a douze a ns -- c'éta it le 20 mai 1949 -- ce se rment éta it prononcé au Cirque d'Hiver, à l'issue de la Journée Na tiona le constitut ive du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme, pour la Pa ix. Les garçons et les filles qui abordent aujomd'hui leur vie d'adultes étaient alors de tout jeunes enfants. A ceux-là, nés pendant la guerre, nous essayions d'offrir une enfance moins dure, nous efforçant d'atténuer les ultimes privations, détournant leurs yeux des horreurs accumulées pendant les années noires. Deux millions d'enfants de moins de douze ans avaient, en Europe, payé de leur vie toute neuve, l'abominable aventure hitlérienne. Deux millions d'enfants dont le sacrifice, durant les années quarante à quarante- cinq fu t comme la sanglante rançon de ceux qui ont aujourd'hui vingt ans. Et voilà qu'avec le procès d'Adolf Eichmann, le rhare de la justice projette, depuis Jérusalem, une lumière nouvelle sur ce que fut l'entreprise hitlérienne d' asservissement et d'extermination des peuples. Alors la jeune gén~ration a le droit de savoir ce que fut le calvaire de ses aînés. Et la vérité rappelée, la jeunesse est en droit de nous demander ce que nous avons fait pour extirper le mal jllSqu'à la racine. Que ceux qui portent la responsabilité de l'impunité de la plupart des criminels nazis, du l'etour d'un . grand nombre d'entre eux aux plus hautes fonctions dans certains pays et notamment en Allemagne Occidentale, sentent peser sur: eux le regard accusateur de la Jeunesse.


par - ------

Charles PALANT Secrélaire général du M .R.AT. La manifestation devant le Mémorial en janvier 1960, contre la vague de croix gammées. Et que celle-ci exige avec force le châtiment des assassins de ses deux millions de soeurs et frères massacr, és avant d'avoir vécu . Non, Adolf Eichrtfann n'est pas le seul coupable. Et ce numéro spécial de cc Droit et Liberté » apporte à ses' lecteurs - jeunes et moins jeunes -- un faisjceau d'arguments et de ureuves, rappelant qu'à la source du torrent de sang versé par les peuples victlmes de l'agressÎon hitt.érienne li y avait l'ambition démesurée des expansionnistes allemands, dont les manifestations récentes d'irrédentisme constituent de graves menaces pour la paix en Europe et dans le monde. Depuis douze ans que ce journal est le porte-parole du M.R.A.P., les avertissements n'.ont pas manqué dans ses colonnes, contre les survivances du nazisme et les dangers de la reconstitution du militarisme alIémand. Ni les appels à l'indispensable union pour Y 0PJ~oser toutes les forces pacifiques:-~i l'exaltation de chacune des étapes de notre combat mené par les antiracistes contre les périls nés du néonazisme: 1951 : conférence à l'Hôtel Moderne, où, sous la iprésidence de M' André Blumel, deux rapports sont pr,ésentés par le grand-rabbin Fucks èt J .-M. Domenach; peu après, une délégation comprenant Emile Kahn, Edmond Fleg, le rabbin Zaoui, le professeur Hadamard va porter à l'O.N.U., siègeant à Paris, la résolution adoptée ... 1954 : campagne contre la C.E.D. Avril 1956 : délégation au Quai d'Orsay pour protester contre l'intégration des officiers S.S. dans la nouvelle Wehrmacht. Janvier 1957 : contre la nomination du général Speidel, large conférence à l'Hôtel Moderne, avec le président Lyon-Caen, Jacques Madaule, le regretté Emile Kahn, Albert Bayet, Mathilde Gabriel-Péri, le professeur Jahkelevitch et Jacques Debû-Bridel. A l'appel (le' ces personnalités, une imposante manifestation eut lieu le 30 mars à l'Etoile. Et qui ne se souvient d~s maniiestations puissantes, qm lors de la vague de croix gammées, rassemblèrent, il y a un an, à l'~nitiative du M.R.A .P., des foules lmposantes à Paris et dans tou te la province. Puisse èe numéro spécial de cc Droit et Liberté » contribuer à un nouveau développement de notre inlassable combat contre les vestio'es d'un passé maudit qu'il convient d'éclairer pour qu'il ne revienne jamais. , Dédié aux millions de manyrs de la barbarie nazie el; destiné à. l'édification de la jeunesse dont la présence massive à nos côtés est un o'a""e de succès il veut être un écho 'h l'appel de Goethe : I( Toujours plus de lumièl'e, ! Il co~me t_ la prière de Paul Eluard , qm pour les martyrs, avait écrit: « 9uand o~ ne tuera plus, ils seront bien venges ». ~ Journal composé et imprimé ~ par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCHI. LA VIE DU M. R. Il. P. 3 .(.'. ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................................'.:. \ X X ~ Les nouveaux memb .. es ~ Les débats du -Conseil Nati'onal ~ du (;omité d'Honneu.. ~ ~ Voici les personnalités qui ont bien voulu accepter de se joindre ~ (SUITE DE LA PAGE UNE) Le débat fut marqué notamment par les interventions du professeur Marc·André Bloch et Belsie, ainsi que de Mme Ascoli. ~ au Comité d'Honneur du M.R.A.P., et dont la liste a été ratifiée ~ ~ dans l'enthousiasme par le Conseil National : X LA JOURNEE NATIONALE REPORTEE A L'AUTOMNE X Vincent AURIOL, ancien Président de la République Française. ~ ~ Paul ARRIGHI, Bâtonnier de l'Ordre des Avocats. X Entre autres décisions, le Conseil National a également reporté à l'automne la tra· ditionnelle Journée Nationale contre le ra· cisme, l'antisémitisme et pour la paix. En effet, diverses considérations pratiques ont amené les dirigeants à estimer que le mois d'octobre ou de novembre serait plus favorable à ces assises que mai ou juin. La Journée Nationale sera précédée par des conférences régionales. X Roger BASTIDE, professeur à la Sorbonne. ~ ~ Diomède CATROUX, a;ncien ministre. ~ ~ Michel DROIT, écrivain et journaliste. ~ ~ Henri FAURÉ, président de la Ligue Française de l'Enseignement. ~ ~ Jules ISAAC, historien, Inspecteur général honoraire de l'Instruction S X Publique. .\ X Charles-André JULIEN, professeur à la Sorbonne. ~ ~ Alfred KASTLE.R, professeur à la Sorbonne. ~ ~ Henri LEVY-BRUHL, professeur à la Sorbonne. X JULIEN AUBART NOUVEAU TRESORIER DU M.R.A.P. X André MAUROIS, de l'Académie Française. ~ ~ Etienne NOUVEAU, dirigeant du Mouvement Ancien Combattant. ~ Les problèmes financiers du M.RA.P. firent l'objet d'un exposé de Julien Aubart. Peu après, Julien Aubart était élu trésorier du M.R.A.P., tandis que Charles Palant saluait l'action des deux précédents trésoriers, présents dans la salle, mais que des raisons de santé avaient obligés à renoncer à leurs fonctions : S. Kornblut et Simon Arbitourer. ~ Emmanuel ROB LÈS, écrivain. ~ ~ Le général Paul TUBERT, ancien député-maire d'Alger. ~ S... ...............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................~. Réunions .uN COLLOQUE D'ENSEIGNANTS A LILLE Le Comité du M.R.A.P. de Lille 0 pris l'initiotive d'un Colloque d'enseignonts et éducoteurs sur le rocisme. Il oura lieu le 20 avril, à la Moison de l'Enseignement, 191, Bd de la Liberté, avec la participation de Mme Olga WORMSER, du Centre de Lioison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux. MEETINGS SUR L'AFFAIRE EICHMANN Parmi les meetings en préparation sur l'affaire Eichmann et le nazisme, ci tons ceux de Lille (4 mai), de Taulause (26 avril, sal le Sénéchal, sous la présidence du pasteur Gaillard) où Me SCHAPIRA prendra la parole. A Mantreu'il, au cours de la sairée, orgonisée le 2 moi por le Comité de Vigilance, au cinéma « Narmandie », et aù sera projeté le film « Mein Kampf », le M.R.A.P. sera représenté par Roger Maria . De nombreuses sociétés mutualistes juives arganisent des confé rences sur l'affaire Eichmann avec la participation d'orateurs du M.R.A.P. COMMEMORATION DU GHETTO DE VARSOVIE Le Comité créé pour commémorer l'insurrection héroïque du Ghetto, organise une grande soi rée à l'Al hambra, le mercredi 19 avril. Cette soirée sera présidée par Pierre PARAF, vice-président du M.R.A.P. A Bruxelles, une grande manifestation commémorative a été arga nisée le dimanche 16 avril, par la Fédération de la Jeu - Fabrique de Tricots et Articles Sport 38, rue du Caire - PARIS·2' Tél. : CEN. 99·29 GRAND CHOIX D'ARTICLES: simili-cuir, blousons nylon et plastique, mouchettes, teddy, herminettes et mouflons. ~ Grosse maille et' jersey diminué ~ ... "",,~""""""'Y\fY\f~' nesse Juive. Notre ami MO Armand DYMENSTAJN y a pris la parole au nom du M.R.A.P., en présence de 1.200 personnes. Joseph Creitz attira ensuite l'attention sur la nécessité d'élargir la diffusion de « Droit et Liberté ». AU COMITE D'HONNEUR ... AU CLUB AMITIE Voici le programme d'avril du Club Amitié, le Club des jeunes antiracistes. Puis, le Conseil National ratifia, dans l'enthousiasme, la nomination de quatorze nouvelles personnalités éminentes qui viendront compléter le Comité d'Honneur du M.R.A.P. Ainsi s'affirme l'influence croissante de notre Mouvement qui reçoit un soutien chaleureux dans les milieux les plus divers. 5 avril : « L'Etat d'Israël », conférence d'Eric Boiteux, membre du Club. 12 avril : « Le Music-Hall », présenté par Max Obadia, organisateur de spectacles. 20 avril: soirée au Théâtre de France : « Guerre et Poésie ». L'ELECTION DE P'IERRE PARAF 26 avril : « L'écrivain devant les problèmes de son temps », conférence de Pierre PARAF, vice-président du M.R.A. P. (Les réunions ont lieu à 21 heures, au 120, rue Vieille-du-Temple. Métro : Filles du Calvaire.) Enfin, Charles Palant informa le Con· seil National que le Président Lyon·Caen, à qui il rendit un vibrant hommage, souhaitait, en raison de son âge et de sa santé, la désignation d'un vice·président qui coopèrerait avec lui dans l'exercice de ses 1 Pierre PARAF, Vice-Président du M.R.A.P. Pierre PARAF, qui vient d'être élu vice-président du M.R.A.P . est connu à la fois comme écrivain, journaliste, conférencier, et comme homme de coeur toujours prêt à apporter le concours de son chaleureux talent aux nobles causes de la liberté, de la fraternité, de la justice et de la paix. Ecrivain, il est l'auteur de nombreux ouvrages, qui témoignent de j'am· pleur de sa culture et de son intérêt pour les problèmes humains les plus variés. Son oeuvre littéraire lui a valu trois Prix de l'Académie Française, deux Prix de la Société des Gens de Lettres, le Prix Halpérine-Kaminsky de la meilleur traduction. Journaliste, il collabore à de nombreux périodiques: ({ Les Lettres Fran· çaise »,« Les Nouvelles Littéraires », « Europe », « la Revue Politique et Parlementaire », il est directeur-rédacteur en chef des « Amit.iés France· Israël ». Directeur littéraire du quotidien ({ La République » de 1930 à 1939, il entra à la Radio en 1936. Jusqu'en 1939, et après la Libération, il a été édi· torialiste quotidien, puis rédacteur en chef. Conférencier, il a fait de nombreuses tournées en Suède, Norvège, Dane· mark, Tunisie, Israël, République Populaire Roumaine, République populaire Bulgare et en Afrique Noire (à cinq reprises). Engagé volontaire pendant la guerre de 1914-1918, officier pendant la seconde guerre mondiale, il était, dans la Résistance l 'adjoint de Justin Godart, président du Front National de la zone sud, et rédacteur en chef du « Patriote » clandestin de Lyon. Ses services lui ont valu de hautes distinc· tions: officier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre, Rosette de la Résis· tance, Médaille de la Libération danoise, etc ... Il est vice-président des Résistants de la RT.F. C'est depuis plus de 30 ans qu'il mène le combat contre le racisme, mili· tant activement dans les différentes organisations qui se consacrent à ce com· bat, et dont il souhaite l'étroite coopération. Membre du Comité d'Honneur du M.RA.P. depuis sa fondation, il appar· tient à notre Bureau National depuis plusieurs années, ainsi qu'au Jury du Prix de la Fraternité. Il est superflu de rappeler à nos lecteurs la collaboration régulière, unanimement appréciée, qu'il apporte depuis longtemps à notre ~ journal. S l/"" """"'~ "-~~"'_?"'_"'""-""_~~-,-","" .... t"t~ __________ "-~~_",,",,-p"'_1""'IIicut,..._,......,...._r-:::-.:s-s_~""~ HENRI ALEXANDRE LEUX ~U'EMPORTE LE TRAIN '" VERS l'ENFER D'EICHMANN « En évoq·uant ce~ temps abominables, l'auteur nous rappelle que, même alors, toute hum,gnité n'était pas bannie de Ce monde. » « DROIT ET LI BERTE » (mars 1961) EN VENTE AU JOURNAL CONTRE REMBOURSEMENT : 8,70 NF EDITIONS DU SCORPION l, rue Lobineau - PARIS-6e - Tél. : ODE 59-68 VITRIFICATION de parquets APPARTEMENTS PROPRIETES BUREAUX - MAGASINS POSE DE PARQUETS RABOTAGE PEINTURE - REVETEMENTS DE SOLS - Travaux exécutés par spécialistes Déplacement en Seine, Seine-et-Oise Sans majoration de prix Devis gratuit sans engagement BEMART 158, rue des Pyrénées - PARIS MEN 18-73 fonctions. Il proposa, en accord avec le Président, que ce poste fût confié à Pierre Paraf. C'est sous les applaudissements que Pierre Paraf fut élu à l'unanimité vice· président du M.R.A.P. Remerciant avec émotion le Conseil Na- Pierre PARAF tional de cette manifestation de confiance, Pierre Paraf conclut les débats en appe· lant tous les dirigeants et militants du M.RA.P. à poursuivre hardiment et vigoureusement l'action antiraciste, avec l'appui de tous les démocrates, de tous les gens de coeur. NAISSANCES Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de la petite Sylvie, fille de notre ami le Dr VROCLANS. Nous adressons nos félicitations aux heureux pa· rents et grands parents, et tous nos voeux de bonheur.

  • Nous avons le plaisir d'annoncer la

naissance de la petite Pascale, fille de notre ami M. BITTAN. Nos félicitations et nos meilleurs voeux. MARIAGE Nous apprenons le mariage de Mlle An. nie ROSENBLUM, fille du président de la société « Kalisz» avec M. René MOU TET. Nous exprimons nos félicitations à nos amis M. et Mme Rosenblum, ainsi qu'aux jeunes époux, à qui nous adressons nos meilleurs voeux. NOS DEUILS C'est avec une vive émotion que nous avons appris le décès de M. Maurice VA. NIKOFF, qui consacrait sa vie, avec un dévouement sans bornes à la lutte contre l'antisémitisme, comme journaliste et comme historien. Médaillé militaire, croix de guerre 1914-1918, Maurice Vanikoff présidait la Fédération des Anciens Combattants et Volontaires Juifs, et participait activement aux activités du Comité de Liaison de la Résistance. A maintes reprises, il nous avait fait bénéficier de ses recherches sur la pé· riode de l'occupation et sur les activités des groupes antisémites, recherches qui étayaient ses articles d'un style vigoureux et ses livres, dont le plus important est « De Rethondes à l' Ile d'Yeu )), pu· blié sous le pseudonyme de Maurice Va· nino. Sa campagne contre les « définitions » racistes et tendancieuses du petit Larousse lui avait valu des poursuites de la grande maison d'édition, qui devaient donner lieu prochainement à un procès. C'est une perte irréparable pour la cause que nous défendons que celle dp. cet homme, tombé en plein combat. A Madame Vanikoff, à toute sa famille nous exprimons nos sincères condoléan· ces.

SERVI .. PRIX (LIBRE SERVICE) 4 boulevard Denain, PARtS Métro: Gare du Nord CHEMISERIE - BONNETERIE LINGERIE - BAS, etc. Hommes - Femmes - Enfants LE MOIS DE LA CHEMISE PRIX CHOC OUVERT TOUS LES JOURS sans interruption de 9 h. à 19 h. 4 De Jérusalem, Madeleine JACOB , a , . ecrit n Premières· impressions du procès Eichmann RENCONTRE internationale autour d'Eichmann dans le bruit, la cohue d'un début de congrès. Encore que « rencontre internationale» accolée au nom de ce misérable soit beaucoup trop grand pour lui. On éprouve quelque surprise, et nous pesons nos mots, à constater que tant de précautions sont prises pour en finir avec un tel monstre. Tout à l'heure, cependant que le Ministère P'ubl ic développait des arguments réfutant ceux du Dr Servatius, Eichmann dormait. Confortablement installé dans son box de verre. Il dormait paisiblement comme si rien n'était dit dans cette salle susceptible de troubler sa conscience. La conscience d'Eichmann ! pour ne hoissel' personne, surtout pas le défenseur et ce qu'il représente en dehors d'Eichmann, pour expliquer les raisons qu'a Israël de considérer que la capture d'Eichmann, en quelque circonstance qu'elle se soit produite, n'est pas de nature à rendre la compétence d'Israël contestable. On démêle très nettement une hargne, , une rage froide exprimée par le défenseur. mais éprouvée au premier titre par l'accusé, d'être jugé par des hommes qui, si l'on peut dire, sont passés à côté des fourches d'Eichmann. Il y a là pour lui, sinon un sujet de méditation, au moins un sujet d'indignation. Tant de formes respectées... Quelles formes respectait donc Eichmann pour l'entasse11lent des juifs qu'il désignait à l'abattoir, dans les wagons à bestiaux. Quelles formes respectaient donc ceux qui obéissaient à ses ordres et écrasaient à coups de pelles les vieillards, les malades, les enfants ? Quelles formes respectait donc Eichmann, quand il ordonnait que toutes les femmes juives enceintes subissent un avortement à quelque époque-de la grossesse que ce soit, car il ne fallait pas qu'en enfant juif naquît ? Quelles formes respectait Eichmann quand il désignait celui-ci, celle-là, po~r l'assassinat ? Quelles formes respectattil lorsqu'il organisait avec tant de précision et d'enthousiasme les envois de gaz Zyklon destiné à être l'élément infaillible d'extermination? Oui, en vérité ' quelles formes pour accomplir ces crimes en séries pour l'anéantissement de cinq millions de juifs ? Tout ce protocole juridique, sans doute respectable, nous apparaît comme h?l's de saison même seize ans après la fUite du nazi Èichmann qui avait cru, son dernier mort juif livré au four crématoire, refaire sa vie bourgeoisement dano la quiétude de sa conscience. Dans nos écouteurs plantés aux oreilles, nous percevons que l'audience est levée. Cette ouverture du procès Eichmann n'a pas été celle que nous attendioll';. ~:-::'~b",'""C"!"'Uj" '"'r"'e"n'"d"jt"""c"o"m""p"t"e"""d"u""p"r"o"c"è"S""d"e"N""u"r"em""b"e"r"'9-("19""4"S"-1""9'4~')"""'~ suit pour Libération les débats du procès Eichmann. t CHAQUE JOUR DANS f 1!ibttéllti0lu ! 1." Qll u.i,'i,-" 1· 4~ 1 ... hli,·ni li d.· •• ... ·i... ~ LISEZ LE COMPTE RENDU DU « PROCES EICHMANN » ~ ~ par Madeleine JACOB t ~V\.f"~""~""""~""""""~"""""'~~"~"'~""""""''''''''''''~~'''' Servatius ne va-t-il pas jusqu'à contester aux magistrats israéliens le droit de juger son client, pour la seule raison qu'ils ont peut-être souffert eux-mêmes ou souffert dans la personne des membres de leurs familles du fait d'Eichmann. On n'en peut plus d'entendre ces voix posées, blanches, disserter sur ce qu'il y a lieu ou ce qu'il n'y a pas lieu de considérer ou de ne pas considérer comme légal. J\près le temps do mépriS Ne venons-nous pas d'entendre une réplique comme celle-ci, de Servatius, voulant contester la validité de la lettre écrite à Buenos Aires et signée Eichmann acceptant d',être jugé par un tribunal israélien

« Quand on se cache depuis 15

(ms pour échapper à la .iustice il est doutett% qu'on puisse soudain éprouver le désir de comparaître devant des .ittges dans un pays où vivent la plupart de ses victimes et qu'il doit certain,cment craindre le plus... :. Nous eussions voulu être à même de vous donner au soir de cette première audience, au moment où, dans la cacophonie de la salle de presse, nos écouteurs à l'oreille qui nous permettent d'entendre ce qui se dit dans la salle que nous venons de quitter, oui nous eussions voulu être à même de vous dire tout ce qui devait jaillir de tragique de ces premiers balbutiements de débats qu'on prévoit longs. Or l'atmosphère du procès est glacée. Glacée comme un congrès qui se déroulerait en Grande-Bretagne et qui traiterait d'un conflit international d'ordre économique. Vous voyez le ton ? Pour nous sortir de cette torpeur où chacun sombre peu à peu, nous observons Eichmann. Si « korrect », n'est-ce pas dans son box. Il écrivait il y a une heure à peine, d'~_ne main ferme, passait des notes au policier qui le garde, lequel s'en allait aussitôt porter le message à l'un des défenseurs. D'un geste large et lent, Eichmann a reposé son crayon, enlevé ses lunettes, croisé ses bras et s'est endormi. Quelles visions alors nous submergent ? Nous revoyons ces camps visités après la Libération, nous voyons ces monticules de petits sabots d'enfants dans la salle attenante à la chambre à gaz ou au four crématoire. Des petites victimes d'Eichmann. Nous voyons surgir de nos souvenirs de chroniqueurs la silhouette des bourreaux qui furent jugés en France et dont tant, oui tant, sont vivants ... Or, nous sommes repris par le discours. A quoi bon prendre tant de peine (Suite de la première page) Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix n'était pas habile à proposer, encore moins à imposer à ses adhérents une solution politique, une Quelconque option. Mais dès le début de la guerre, nous avons dénoncé avec véhémence toutes les pratiques qui mettaient en cause les valeurs humaines les plus essentielles : respect de l'homme, reconnaissance de la plénitude de son éminente dignité, à quelque race qu'il appartienne. C'est donc sans réticence que nous entendons nc.us adresser à tous pour qu'au nom de nos grands principes, les droits de tous dans l'Algérie de demain soient respectés. Quelle est la géopolitique en Algérie actuellement ? Si, pendant très longtemps, les choses étaient simples dans leur tragique conséquence, la fin des combats, paradoxalement, fait surgir toutes les complexités du problème. En effet, la guerre, avec ses schématisations sang-Iantes, laissait les deux camps face à face. D'une part, l'ensemble des musulmans menaient un combat héroïque et sans merci pour affirmer leur droit à la vie et à la dignité, soutenus moralement, et parfois pratiquement par une infime minorité d'Algériens de souche européenne. D'autre part, les « Européens » se défendaient, voulant retarder l'abolition de leurs privilèges et la fin de leur supériorité raciale. Les événements de mai 1958 dans une certaine mesure ont bouleversé ce manichéisme.. Si le mot d'ordre, le slogan de la « fraternisation », pour certains politiques habiles ne correspondait qu'à une tactique, une mystification, par un choc en retour il a comporté en réalité certaines modifications dans la psychologie des uns et des autres, et dans la réalité immédiate, par une de ces ruses de l'histoire. Cette politique égalitariste n'a pas dépassé le niveau des intentions et des projets car la réalité prime tou iours la fiction. elle a cependant bousculé I/"s vieux schèmes. JULLIARD ____________ __ Jules ROY La guerre . d'Algérie fllda; de ea fiJtateltnité _________ J U L LIA R D L'évolution de la question algérienne sur le plan politique, la reconnaissance de facto de ce Qu'on appelait naguère de façon péjorative les rebelles, br.ef l'approche du dénouement, autant de facteurs qui ont transformé le problème initial et simpliste des deux camps en présence. Examinons donc ce problème : Du côté musulman : un gouvernement provisoire qui proclame à la face du monde sa volonté : faire de l'Algérie une terre où chacun, selon son désir sincère de coopérer à la construction, sera un citoyen de plein exercice avec des droits imprescriptibles et inaliénables ; un peuple qui a atrocement souffert de la guerre, de la violence raciale, du mépris séculaire ; dans ce peuple, une jeunesse, qui au début des événements de 1954, naissait à la vie politique et qui par conséquent a mûri dans la souffrance, quand elle n'a pas payé son lourd tribut au conflit ; donc une jeunesse témoin et acteur, qui revendique sa place âu soleil et qui ne comprend pas toujours que l'on oub}ie déjà les martyrs pour proposer le dialogue, la réconciliation. Du côté des Algériens non musulmans: certains hommes excités prêts à tout, cherchant par le plastic à attiser la haine, ces ultras pour les appeler par leur nom, ayant choisi pour eux-mêmes, sans retour possible, « la valise ou le cercueil », - et entraînant trop souvent à leurs côtés d'autres Algériens qui seront, eux, par la force des choses obligés de rester ; des « libéraux » inquiets parce que suspects pour les uns et pour les autres, les musulmans s'interrogeant sur la si ncérité de leur option, et les ultras les considérant comme traîtres à leur cause pour avoir rompu avec la solidarité raciale

la minorité juive. elle aussi inquiète sur son sort .. malgré la déclaration apaisante du gouvernement provisoire parce Que cI'expériences traj:ôauement vécues elle sait aue l'antisémitisme reste toujours l'alibi classique et l'exutoire ; et puis, une masse d'hommes et de femmes désemparés. partagés entre l'attachement au passé et les nécessités de l'avenir. consciente et néanmoins anxieuse des transformations inévitables. désapprouvant les ultras et pas encore prête à admettre l'Algérie algérienne. Car ces « Européens » de bonne foi dans leur immense majorité de même que l'ensemble des juifs doivent pouvoir vivre là-bas, leur intérêt les y oblige et leur vie é~alement. Tout le moncle en effet ne dispose pas de movens considérables pour envisager le repli en métropole ou au Canada : sans parler du désir que chacun éprouve cie vivre dans le pays de ses ancêtres et de ses morts. v OILA donc rappelés quels sont les éléments si clivers de ce peuple d'Algérie qui devra s'arranger pour vivre ensèmble, en symbiose. Tâche délicate pour le gouvernement cie l'Algérie de demain mais oui sera facilitée clans la mesure où des hommes cie bonne volonté et de coeur voueront sans immixtions dans les affaires intérieures aider au dégel d'ahord. à la réconciliation ensuite. N'ayant pas participé aux luttes, notre Mom·ëment ne peut être récusé pour motif cie partialité. Nous devons être hardis et téméraires, prêts à hom'er tous ceux qui peuvent servir ce pays à Ol1 p I'lue camp qu'ils aient appartenu. Le jeune dévoyé politique de Bab El Oued qui a si souvent servi de masse de manoeuvres peut lui-même être récupéré ; quand il sera désaliéné, il comprendra que ,es intérêts véritables le poussent ver~ ce peuple plutôt que vel'-s les praticiens qui l'ont trop souvent mystifié. Nous devons l'aider, et avec lui toUS ceux Qui ont été trompés, à réaliser que le temps du mépris est révolu sans retour, qu'il peut repre~dre ou prendre sa place auprès de son frere musulman pour construire. Nous devons lui donner confiance en l'avenir. Ce n'est pas sans conséquence que l'on mène la lutte pour l'émergence de l'homme algérien. Cette lutte débouche néc.e~sairement sur la plus grande frater!1lte, celle qui exclut la conception partielle de l'homme, donc le racisme. Pendant des années les Algériens Jans les montagnes et dans les villes ont lutté pour le respect cie leur dignité contre ceux qui morcelaient l'humanité pour la hiérarchiser en fonction de leur critère biologique dérisoire. , C'est le moment pour nous de leur dire que leur combat ne saurait comporter cie nouvelles différenciations dans l'humain. Nous soi11mes sûrs d'être entendus, Mais disons d'autre part, avec force que plus longtemps se pour s ~lit la g-ue rre. plus s'aggravera la !ensIOn, et plus ardue sera la réconciliation nécessail·e. Seule, une négociation franche et sincère sans arrière-pensées, avec ceux cont~e qui l'on se bat - sans préalable et sans autre obiectif que de donner enfin au peuple algérien la possibilité de choisir son destin - peut ouvrir la voie à l'apaisement, à l'amitié franco-algérienne, à une véritable fraternité clans ]' Algérie de demain. Nous voulons de toutes nos forces Que notre amour de l'homme soit contagieux, qu'il balaye toutes les rancunes, toutes les haines, tous les mépris. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF_ ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S_ BIANCHI.

Notes

<references />