Droit et Liberté n°222 - juin 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°222 de juin 1963
    • Après la journée nationale: action renforcée contre le racisme page1
    • Que se passe-t-il: De Bandoung à Addis-Abéba; nouvelles lois de terreur en Afrique du Sud; Moyen-Orient, tension persistante; Strauss en Israël; la scandaleuse affaire Barbier page2,3
    • Le pape Jean XXIII et l'amitié judéo-chrétienne page3
    • Un festival du cinéma africain par Marie Magdeleine Carbet
    • La journée nationale: une journée extraordinaire par Albert Levy
    • Les interventions de: Albert Memmi, Jean Dresch, Me David Lambert, M. R. Cerf-Ferriere, général Tubert, M. Fred Tonge, M. Oumar BA, Me Henri Garidou, Dr Danowski, Vaïda Voevod III, Pierre Juvigny, Jacques Nantet, Jacques Savary, Jean-Claude Gillet, Pierre Paraf, René Cassin, Paul Anxionnaz, Abbé Paul Catrice, Mohammed-SadokBelmokhtar, Roger Garaudy, Pasteur Pierre Nardin, Louis Kahn, Théodore Monod, Jean Schaefer, Charles Steinman, Maoui Kemici, Maurice Lenormand,Julien Aubart, Alfred Grant, Me Jean Schapira, Melle Jeanne Dodeman.
    • Conclusion de Charles Palant page15
    • Les résolutions page16
      • Pour une action conséquente des pouvoirs publics face aux menées racistes et néo-nazies
      • Aux noirs et aux antiracistes des Etats-Unis
      • Sur l'organisation et le renforcement de l'action antiraciste
    • Les propositions de lois du MRAP reçoivent l'approbation de députés de toutes tendances
    • Max Ernst: une oeuvre en mouvement page17
    • Un film fraternel de Jean Schmidt: "Kriss Romani" page18
    • Il y a 10 ans: les Rosenberg par Jacques Malaude page19
    • Victoires en Alabama page20

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 JUIN: - - 15 JUILLET 1963 N° 222 - .0,15 F. ACTION RENFORCEE CONTRE LE RACISME pour la compréhension entre les peuples et la fraternité humaine LES 2.000 PARTICIPANTS ont exprimé leur chaleureuse solidarité h aùx noirs américains en lutte el précisé les tâches actuelles des antiracistes "Ji;" * Pierre PARAF,. A ,.UVIGNY:;; HN, l'abh$;;, Sadok BEL .. , 'Z LlKJ::.3,"," et Tbéodore Ç1~'U"'U, David LAMBERT, SCHAPIRA" UUIJ.r:.NIA:N Chtirtle~"; P~LA:NT; ' Jèon~CI6JJdè 'GI LLES' (UNEF) ;"f . Une vue partiel le de la grande sal le de co nférences de l'U. N.E.S.C.O., le dimanche 12 mai, pendant la JournÉe Nationale conlre le racisme, l'anli $€mitisme et pour la paix. (Reportage photoJ raphique r~al;sé par les studios M ARDVKS,) \"/-..../. ///// //////// ///////... .../. //////// ....../ ................./ .........../. / \ ~ De nombreux parlementaires ~ ~ de toutes tendances approuvent ~; ~ LES PROPOSITIONS DE. LOI DU M. R. A. P. ~! ~ déposées déjà par les groupes ~ ~ socialiste et communiste à l'Assemblée Nationale ~ ~.. ....; ...'/ ..... ;...r/////.. ...../ //.. ...../ /.. ..../. ....../. ......./ /.. ...../ .........................../. ............................................................. ;...r.. .........~ DIINf tE NUMEIlD: • Le compte rendu complet de la Journée National~ (pages 5 à 16). • Importants succès dans le sud des Etats-Unis (page 20). • Il Y a dix ans, les Rosenberg ... , par J.gcq ues MADAULE (page 19). e Une interview de)ean SCHMIDT, le réalisa teur du f ilm « Kri ss Romani » (page 18i . • Un festival du cinéma africain, par Ma'rie-Magdeleine CARBET (page 3). 2 28-IV. - Un commando du Parti Nazi Américain attaque une réunion tenue par une organisation juive à Los Angeles. 30·IV. - Cinq pays d'Amérique latine ( Brésil, Bolivie, Chili, Equateur, Mexique) décident d'interdire l'emploi des armes nucléaires sur leurs territoires. 2·V. - Manifestations d'une am· pleur sans précédent des noirs de Birmingham (Alabama). LA PULICE LANCE CONTRE EUX LES CHIENS. 500 enfants noirs arrêtés. 3-V. - Nouvelles manifestations noires à Birmingham. Cinq manifestants mordus par les chiens. Plus de 1.000 arresta· tions. • Colin Jordan, le führer du « Mou· vement National Socialiste de GrandeBretagne, condamné en août dernier à 2 mois de prison, obtient en appel que sa peine soit réduite de moitié. • 61 noirs arrêtés pour « sabotage » en Afrique du Sud, à la suite d'une grè· ve revendicative dans une plantation. 6·V. - 800 noirs arrêtés à Birmingham. 54 personnalités américaines des lettres, des arts et du cinéma demandent au président Kennedy d'agir contre la ségrégation. " Profanations racistes au cimet ière israélite de Niedervise, en Moselle. 7·V. - 850 noirs arrêtés à Birmingham. 9·V. - Douze jeunes Martiniquais, emprisonnés depuis le 11 février pour leurs positions anticolonialistes sont transférés à la Santé, à Paris. • Tandis qu'une « trêve » fragile a lieu à Birmingham, des manifestations antiracistes commencent à Knoxville -( Tennessee) : 1.000 arrestations. • Six Africains pendus à Xrétoria, en Afrique du Sud . U-V. - Deux bombes éclatent dans le quartier noir de Birmingl1am, faisant 50 blessés. 12·V. - JOURNEE NATIONALE contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, au Palais de l'U.N.E.S.C.O. à Paris. 13.V. - Multiples manifestations de sym· pathie avec les noirs de l'Alabama dans l'ensemble des Etats·Unis. 14·V. - Manifestations antiracistes à Cam· bridge (Massachusetts): 74 arresta· tions. l5-V. - 700 noirs, qui avaient manifesté, arrêtés à Greensboro (Caroline du Nord ). .l7.V. - L'astronaute américain Gordon Cooper achève· avec succès, après 22 révolutions, son vot spacial autour de la terre. • 325 noirs arrêtés à Greensboro. 18.V. - Nombreuses manifestations anti· racistes dans tout le Sud des Etats· Unis. 19-V. - Des centaines de noirs, qui manifestaient contre la ségrégation, arrêtés en Caroline du Nord et en Alabama. 21-V. - Chef du département char. gé des « questions juives et polo· naises " en territoire occupé par les nazis, reconnu coupable d'avoir dirigé le massacre Ile 180.000 personnes, l'ex·officier S.S. Heusel', est condamné par la Cour Il' Assises de Coblence (R.}' .A.) à ... 15 ans de travaux forcés. Jusqu'à son arrestation, en 1959, Ü était CHEF DE LA POLICE CRIMINELLE DE .RHEN ANIE· PALATINAT. 23·V. - Tandis que les manifestations continuent, des négociations s'engagent, dans le Sud des Etats·Unis, entre les leaders noirs et les autorités locales pour la suppression de la Ségrégation. 25-V. - Réunie à Addis·Abéba depuis le 22 mai, la Conférence des chefs d'Etat africains adopte la CHARTE DE L'ORGANISATION DE L'UNITE AFRICAINE. %6·V. - Mort du député grec Gregori Lambrakis, victime d'un attentat à Sa· Ionique, alors qu'il sortait d'une réunion en faveur de la paix. • 35.000 personnes, dont de nombreu· ses vedettes de cinéma, participent à un meeting antiraciste à Los Angeles. 27·V. - Jugés à Nuremberg (R.F.A.), pour avoir participé au massacre de milliers de juifs en Ukraine, deux policiers ouest-allemands sont condamnés à ... 3 ans et 7 ans de travaux forcés. 29·V. - Série de succès pour les noirs dans divers établissements publics à Cha!'lotte (Caroline du Nord), Lexington (Kentucky), At· lanta (Georgie), Lynchbur~ (Virginie), Greenville (Carolme du Sud). 3O·V. - Jean Barbier , ancien chef de ta Gestapo de Gre.noble, qui avait été laissé en liberté provisoire, est incarcéré sur ordre du tribunal des forces armées de Marseille. 31·V. - Le journaliste Lorenz Knorr con· damné à Solingen (R.F.A.) pour avoir rappelé pendant une réunion électorale, les termes du verdict rendu par le tri· bunal international de Nuremberg concernant les généraux nazis. • 500 noirs arrêtés à Jackson (Mississippi). 3·VI. - MORT DU PAPE JEAN XXIII. qUE SE Pi\SS~-T~IL 9• AFRIOUE • De Bandoung à Addis-Abéba LE samedi 25 mai, dans un enthousiasme indescriptible, sous les sa lves d'applaudissements, les 30 chefs d'Etats africains réunis à Addis Abéba depuis le 22, sont montés, l'un après l'autre à la tribune de l'" Afrika Hall ", pour signer la Charte créant l'Organisation de l'Unité Africaine. Après la conférence de Bandoung, où le "tiers monde" affirma sa soif d'égalité, de dignité et sa volonté de conquérir les droits dont il avait été si longtemps privé, la rencontre d'Addis Abéba marque un pas décisif dans l'émancipation des peuples naguère encore colonisés. L'Afrique, affirmant son unité, sa maturité politique, son dynamisme, est devenue une force qui compte, et, n'en déplaise aux racistes attardés, il foudra compter avec elle. Les pays indépendants représentés à Addis Abéba, comptent 180 millions d'habitants

et les pays non encore indépendonts,

30 millions. La Charte adoptée, outre ses dispositions institutionnelles, contient un préambule qui en définit l'objet. Les signataires se proclament .. convaincus que les peuples ont le droit inaliénable de déterminer ·Ieur propre destin ", .. que la liberté, j'égalité, la justice et la dignité sont les objectifs essentiels à la réalisation des aspirations légitimes des peuples africains ". Mois si tous leurs efforts tendent ou .. progrès général de l'Afrique ", ils n'en évoquent pas moins .. la réalisation d'une fraternité, d'une solidarité intégrées dans une unité plus vaste qui transcendent les divergences ethniques et nationales" j ils se prononcent contre le néocolonialisme, mois aussi pour la poix mondiale et la sécurité de toutes les notions. Parmi les décisions prises, figure l'aide aux peuples africains en lutte pour leur libération et la création d'un comité chargé de coordonner cette aide, siègeant à Dar Es Salam (Tanganyika) et comptant 9 mem_ bres : l'Ethiopie, l'Algérie, la RAU., le Congo (Léopoldville), l'Ouganda, le Tanganyika, la Guinée, le Sénégal et le Nigéria. Ce comité de coordination est déjà entré en fonctions. Dons les diverses résolutions adoptées, les Etats africains ont condamné le racisme sévissant aux Etats-Unis, et annoncé des mesures concrètes de boycott de l'Afrique du Sud. Ils se sont prononcés pour le respect du " principe selon lequel l'Afrique est une zone dénucléarisée ". Ils demandent enfin que leur continent soit représenté plus équitablement ou conseil de Sécurité de l'O.N.U. et dons tous les organismes internationaux. Certes, bien des problèmes, économiques ou politiques, restent à régler pour les Etats africains. Mois on ne peut que saluer avec . émotion, les progrès accomplis ou cours de cette conférence historique. L'unité de l'Afrique contribue à l'unité du genre humain. • Nouve!les lois de terreur en Union-SudAfricaine IL est à pei nie croyable que les lois ré, pressives puissent être aggravées en Afrique du Sud' te llement il est con· nu que l'arbitraire y règne depuis des années déjà. Et pourtant l'e gouvernement du Dr Verwoerd vient d'aller plus loin encore sur la voie d'un régime de type S.S. D'ailleurs son mini stre de la Justice, outeur des lois dites « antisabotage ", Balthasar Jo hannès Vors~er, est un an,cien nozi qu'il fallut interner pendont plus d'un an lors de la dernière guerre pour ses opinions prohitlé riennes. MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de M. Fernand SADENFIS, fils de notre ami M. Sadenfis, président de l'Union des Sociétés Juives de Fronce, avec Mlle Nicole VAIGRE. Qu'ils trouvent ici nos félicitations et nos voeux les meilleurs. '* Nous apprenons le mariage de Mlle Thérèse STABOWITZ, fille de M. Stabowitz, membre du Conseil National du M.R.A.P., avec M. Roger LEVINE. Nous leur présentons nos félicitations et nos voeux. ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ ~ Y/a vraim~nt plus bon i L 'AU IRE soir, en cherchant des informations à la radio, le hasard de ma ~_ promcnade sur les ondes me fit tomber sur un poste périphérique, et - quelques mots échappés du haut-parleur m'accrochèrent l'oreille. On y parlait d'Abraham Lincoln, de sa lutte pour l'égalité entre les hommcs. C'était - une émission dramatique en forme d'hommage au pionnier de la lutte contre _ l'esclavagisme qui paya de sa vie son obstination à vouloir les êtres égaux entre eux. L'émission était excellente et je l'écoutai jusqu'à la fin. Quand Abraham 3 ,Lincoln mourut, après s'être offert une ultime soirée au théâtre, un petit §

commentaire bien venu me tira quelques larmes. Et le speaker enchaîna ...

... A ma grande stupéfaction ! C'était une émission payée par la publicité (cc n'est pas un reproche !) et cette publicité s'achevait par le slogan bien connu: « Y'a bon Banania ! » Alors quoi ? Le nègre hilare, né au temps des pires années colonialistes, pouvait donc servir de drapeau à une émission antiraciste, et prouver par là mêmc son anachronisme. Ce nègre et son langage ne sont plus de notre époque. _ Messieurs les directeurs de Banania, faites un effort d 'imagination. Arrachez de nos murs, des parois de nos transports en commun, cette affiche qui subsiste comme une injure périmée, à l'heure de la conférence Il' Adllis-Abéba. Soyez de votre temps. Libérez-vous du colonialisme ! ONCLE TOM. -

1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIITIIIIIIIIIIIIIII~

De nouveaux ' camps de concentration sont ouverts ; des tribunaux spéciaux jugeant sons jury, ni procédure d'instruction sont institués; tout appel à l'O.N.U. sera puni de cinq ans de prison; l'empri sonnement pour opposition au gouvernement peut être pratiquement illimité; pas de visite pour les détenus pendant une longue période ; tout détenu libéré pourra êt re aussitôt réinterné sans jugement ; le secret de la correspondance est en fait supprimé; pénétrer dans certaines régions du poys considé rées comme « protégées » - ce sont de véritabl,es camps de regroupement forcé - peut entraîner une peine' de quinze ans de prison, etc. Aussi tôt, cette loi insensée a été mise en 'application let des centa,ines de suspects ont été arrêtés. Le gouvernement a accéléré la constitution des ,réserves où sont parqués les Bantous privés de tous droits. Le Congrès national africa,in a protesté, dénoncé ces lois iniques, appelé la popula tion noire et blanche à lies mettre en échec. Mais M. Verwoerd vient de déclarer avec une rare audace : « Les autres pays sant en praie à l'inquiétude et ou trouble tandis que dans la République d'Afrique du Sud règnent le bonheur et la prospérité. » Exemple : voici ce qu'a déclaré peu après le délégué général du Transkei, Hils Abrahams, à uni journaliste qui lui demandait: « Que foire si un noir entre dans un bar? » -« Si j'étais dans un bar et si un noir y entrait, je le jetterais deha'rs avec un coup de pied quelque part 1 » AuHe exemple de bonheur bien compris

D'une dépêche U.P. I. du 28 mai :

« Désarmais il ne sera plus passible à un noir de séjourner sons autorisation spéciale à' Betty's-Boy, station balnéaire située à une soixantoine de kilomètres du Cop, et où le premier ministre sud-africain, M. Verwoerd, posS1ède une villa au bard de la mer. » Comme un raci sme détermine d'autres racismes à se mani~ester, on apprend qu'à Durban des inscriptions telles que « Dehors les juifs ! » ont commencé à faire leur appal ition sur plusieurs magasins. Sir Roy W1elenski, l'un des survivants de l'ultra-colonialisme en Afrique noire, dictateur pour peu de temps encore en Rhodésie, peut rendre visite à sonl « compère » en crimes V!e rwoerd~ c'est la rencontre de deux fantômes a ssociant leur solitude avant l'anéantissement hi storique. Le gouvernement Verwoerd. à vrai dire, est moins « seul " que nouS! venons de le dire : le gouvernement français lui a livré des chars, des automitrailleuses, des bazookas, etc., dont il n'a plus l'emploi en Algérie, et qui vont servir, au sud du continent, à mater des populations ~ebelles sans doute comme il y a si bien « réu ss i » au nord ... Cet envoi d'ormement n'est pas sans profit pour certains très puissants intérêts

l'Afrique du Sud est le troisième

producteur d'uran'ium dans le moncle, la force de frappe en exige d'importantes quantités et les prix, sur le marché mondial, de ce produit précieux, sont particulièrement intéressants, « concurrlentiels ", ANNIVERSAIRE M. Isaac JANKELEVITCH, président d'honneur de l'Union des Sociétés Juives de Fronce, vient d'avoir 75 ans. Nous lui exprimçns très affectueusement nos félicitations, et nos voeux les plus chaleureux. NOS DEUILS Nous avons appris avec émotion le décès de Mme Bela MAUBERT, amie dévouée de notre Mouvement. A son mari, M. Max Maubert, nous adressons nos très sincères et amicales condoléances. en Afrique du Sud, en raison des salaires de famine versés par les compagnies étrangères, véritables maîtresses du pays. Pourtant, malgré la répression fantastiqLie protiquée par les autorités, l'expérience montre que ce sont les populations noires qui, en définitive, l'emporteront. Roger MARIA. MOYEN-ORIENT • Tension persistante LE caractère quasi-pv.rmanent de la tension dans les relations israëlo-arabe9' ne manque pas d'inquiéter tous, ceux. qui suivent de près l'évolution politique au Moyen-Orient. Certaines déclarations d'hommes d'Etat tenues, bien sûr, dans un climat souvent très particulier, ne peuvent que rendre plus précaire une situation d'autant plus dange· reuse que les progrès accomplis dans le domaine de l'armement moderne, tant en Israël que dans les pays arabes, pourraient vite transformer un « incident minime )) en une guerre aux dimensions atroces. Il existe, certes, un contentieux israëlo· arabe dont il serait vain et irrationnel de vouloir nier la complexité. Les perspecti· ves d 'un règlement, dans les circonstances actuelles, ne semblent certes pas très fa· vorables. Mais, n'est-ce pas, justement, une raison supplémentaire de ne pas se laisser aller à des facilités de langage et d'écarter certains propos violents dont l'effet ne peut être que désastreux? Dans cet esprit, on ne peut que regretter cette phrase du communiqué commun- publié le 8 mai à l'issue des entretiens entre les présidents Ben Bella et Nasser (SUITE PAGE 3). OBdETS TROUVES Il a été trouvé à l'UNESCO, apres la Journée Nationale, une pochette à main contenant un briquet, un poudrier, etc ... Prière de la réclamer au siège du M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Pari~l· . DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2-) Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7 f. 50 Abonnement de soutien 15 F. ETRANGER Un an : 12 F. ' 1 Par avion : tarifs divers selon pays Compte Ch. Post.: 6070-98 Pal'is Pour les changements d'adresse envoyer 60 centimes et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 278947" de M. B. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Gérante : S. BIANCHI. Journal composé et imprlm6 par des ouvriers syndiqués B.P .E.C. - ChAteauroux qUE SE P ASSE-T -IL ? (SUITE DE LA PAGE 2.) « Les deux délégations ont renouvelé en toute clarté et avec détermination, le ser· ment du peuple arabe de libérer la Palestine et de recouvrer tous les droits du peuple arabe de Palestine .. ». Il est non moins navrant qu'un porteparole du gouvernement, Ben Gourion ait été amené à déclarer, lors du récent débat au Parlement israëlien sur l'abolition de l'administration militaire dans les régions arabes que « l 'on ne pouvait relâcher le contrôle d'une population s'identifiant avec nos e,"!nemis jurés », et qu'un régime particulier subsiste à l'égard de cette population. L'alternative, aujourd'hui, est de trouver un terrain d'entente ou de se laisser entraîner sur la pente glissante qui aboutit inexorablement à la course atomique, alors qu'Israël, aussi bien que les pays arabes, manquent encore de ressources pour satisfaire les besoins élémentaires de la population. La proposition soviétique de « dénucléariser » la Méditerranée revêt, dans ce contexte, un intérêt indéniable. Bien que les cercles gouvernementaux en Israël, dans certains pays arabes 'et en Occident, se soient empressés de qualifier ces propositions de « manoeuvre», il n'en est pas moins évident que leur réalisation permettrait de supprimer une menace terrible dans cette région et d'épargner aux pays riverains de la Méditerranée, les calamités d'un terrible désastre. Il est également permis de penser qu'un accord sur la dénucléarisation de la Méditerranée serait un pas en avant vers une négociation plus large, plus profonde. Qui, en outre, se plaindrait du chômage forcé qu'un tel accord engendrerait pour les savants nazis travaillant au Moyen-Orient, à la création d'armes de destruction ? • Strauss en Israël LA visite en Israët de M. Franz Joseph Strauss, ancien ministre de la Défense d'Allemagne fédérale, a soulevé une vague de protestations dans les milieux les plus divers de la population. Bien que le ministre des Finances et porte-parole du gouvernement se soit empressé de décerner à M. Strauss une attestation de bonne conduite sous le régime hitlérien, l'opinion publique ne semble point partager cette hâte de branchir un homme dont le passé n'est, hélas, guère dépourvu de taches. C'est ainsi que l'avocat israélien Michel Landau a pu porter plainte pour crimes de guerre contre M. Franz Joseph Strauss. M. Landau accuse notamment l'ancien ministre de la Défense de la RépUblique Fédérale Allemande d'avoir participé à un massacre de détenus dans un camp allemand en 1945 et d'avoir distribué des armes aux soldats d'une unité qu'il commandait pour l'exécution de juifs, de Russes et de Polonais. Il reproche en outre à M. Strauss d'avoir placé à la tête de la nouvelle Wehrmacht tous les anciens généraux nazis. En réponse à ces accusations et aux manifestations qui se sont succédé, les cercles gouvernementaux ont traité les adversaires de M. Strauss de... « racistes Il et déclaré sans ambages que le présent comptait davantage que le passé et que, de toute façon, les « services » rendus par M. Strauss à Israël sont d'une « extrême importance ». Ces déclarations ont immédiatement amené un porte-parole de Bonn à démentir catégoriquement que son gouvernement ait jamais fourni des armes à Israël. Par contre, M. Strauss n'a pas manqué de visiter les usines israéliennes qui fabriquent des armes dont sont équipées res unités de la Wehrmacht. HIER ET AUJOURD'HU • la scandaleuse affaire Barbier JEAN BARBIER qui fut chef des sections spéciales de la Gestapo à Grenoble, condamné à mort par contumace après la Libération, fut retrouvé et arrêté en juin 1962 à Marseille. Que croyez-vous qu'il arriva ? Le tribunal des forces armées décida, ni plus ni moins ... de le laisser en liberté provisoire, estimant nécessaire un « supplément d'information ». Il y a quelques semaines, le dossier de ce criminel ayant été demandé à Grenoble, le scandale a été rendu public. Et les protestations qui se sont élevées ont eu un premier résultat : Barbier a comparu à nouveau (il s'est constitué prisonnier) et le tribunal des forces armées a décidé son incarcération. Tortionnaire cynique et plein de zèle, Jean Barbier a sur la conscience la mort de centaines de patriotes exécutés ou déportés dans les camps de la mort. Payant de sa personne, il participa aux persécutions racistes, tuant lui-même des femmes et des enfants juifs. Il lui arriva de précipiter ses victimes d'un pont dans l'Isère. S'il n'était pas jugé à nouveau d'ici 1965, Barbier pourrait bénéficier de la prescription prévue par ra loi d'amnistie. On ne saurait tolérer le moindre retard dans une affaire aussi grave. On ne saurait admettre non plus qu'il puisse se présenter comme un « résistant », sous prétexte que, dans les derniers jours de la guerre il fut envoyé à Mauthausen par les Allemands, ses maîtres, pour un délit de droit commun. Justice doit être faite. Barbier doit payer pour ses crimes. 3 ------- Le Pape Jean XXIII et l'amitié judéo - chrétienne CELUI qu'on appellera désormais le Pape de la Paix, Jean XXIII, s'est éteint à Rome, après une longue et douloureuse agonie. Jamais, sans doute, la mort d'un Souverain Pontife n'avait autant ému les hommes de toutes confessions, de toutes appartenances politique. L'hommage universel qui lui est rendu est un témoignage de reconnaissance pour son action, qualifiée de « révolutionnaire» en faveur de la coexistence pacifique des nations et des hommes. Jean XXIII, sensible à l'é.volution historique, a voulu y adapter la doctrine et les actes de l'Eglise. Il a tenu compte notamment de la promotion rapide des peuples hier colonisés, et les a proclamés égaux aux autres peuples. Considérant que la Paix pour être sauvée, devait être défendue par l'ensemble des hommes, il a encouragé les catholiques dans sa dernière Encyclique, à participer résolument è. cette noble action. La grande entreprise de son pontificat, le Concile OEcuménique, visait à reconsidérer l'ensemble des problèmes de notre temps. Nous croyons savoir que les positions de l'Eglise à l'égard de l'antisémitisme et des juifs, devaient y faire l'objet d'un débat. Dès les premiers jours de son règne, Jean XXIII sut montrer en ce domaine, par un geste spectaculaire - la suppression du mot « perfidis» qualifiant les juifs dans la prière du Vendredi Saint - sa volonté d'oeuvrer à la compréhension, à l'amitié. Dans son livre « Juifs, mes frères» (1), dont nous avons rendu compte, il y a quelques mois, l'abbé Jean Toulat rapporte le récit que lui a fait le professeur Jules Isaac d'une entrevue qu'il eut avec Jean XXIII, le 13 juin 1960. « J'ai rédigé, déclare Jules Isaac, un mémoire destiné au Pape, .suivi d'un dossier contenant .- les dil1érents projets de redressement de l 'enseignement chrétie:'1, concernant Israël,- un exemple de mythe théologique (la Dispersion, châtiment providentiel de la Crucifixion),- des extraits du cathéchisme du Concile de Trente d'où ressort que l'accusation tradition:' 1,elle de déicide ne correspond pas à la saine doctrine de l'Eglise ... « Vers 13 h. 15, mon tour arrive. Le Pape nous reçoit debout, devant la porte qui s'ouvre. M. de Warren fléchit le genou. Je m'incline, et Jean XXIII me donne tout bonnement la main_ Je me présente comme no,"!-chrétien, promoteur des Amitiés judéo-chrétiennes en France, comme un vieil homme très sourd. Le Pape me fait asseoir près de lui .- il est la simplicité même, et cette simplicité contraste singulièrement avec le faste du décor et du cérémonial qui précède. Il ne paraît pas si fatigué, il est tout souriant, le regard clair, un peu malicieux, avec une évidente bonté qui inspire co."!fiance. « Comme prévu; c'est lui qui engage la conversation, vivement, parlant de son culte pour l'Ancien Testament, les Psaumes, les Prophètes, le livte de la Sagesse. Il parle de son nom, qu'il a choisi en pensa"!t à la France (2), me demande où je suis né, tandis que j e cher che la transit ion pour l 'amener sur le terrain voulu. Je lui dis le grand espoir que les mesures prises par lui ont éveillé dans le coeur du peuple de l'Ancien Testament. Si nous espérons davantage encore, n'est-ce pas luimême qui e,"! est responsable par sa grande bonté? Ce qui le fait rire. « Alors j'expose ma requête. Mais comment, en quelques minutes, faire comprendre ce qu'a été ce ghetto spirituel dans lequel l'Eglise a fini par renfermer le vieil Israël - en même temps que dans un ghetto matériel? J'expose l 'essentiel de ma conférence en Sorbonne, montr a"!t comment s'est formé ce que j'ai appelé l'enseignement du mépris, qui subsiste toujours. Heureusement, ajoutai-je, un contre-courant purificateur se renforce de jour en jour. Entre ces deux tenda"!ces contraires, l'opinion catholique reste divisée, flottante. Voilà pourquoi il est indispensable qu'une voix s'élève d'en-haut, du « sommet», la voix du chef de l 'Eglise, pour condamner solennellement cet « enseigneme,"! t du mépris», en son essence antichrétien. «'Je présente alors une Note conclusive rédigée la veille, et la suggestion de créer une sous-commission Chargée d'étudier le problème. Le Pape réagit aussitôt en disant.- « J'y ai pensé dès le début de l'entretien ». A plusieurs reprises, au cours de mon exposé, il avait manifesté sa compréhension et sa sympathie ... « Plus de vingt minutes se sont écoulées,- c'est la fin. Heureusement, il yale Mémoire, le dossier, la Note conclusive, que je remets, et que le Pape promet de lire. En disant toute ma gratitude pour l 'accueil reçu, je demande si je puis emporter quelque parcelle d'espoir. Il se récrie.- « Vous avez droit à plus que de l'espoir! ». Il ajoute en souriant.- « Je suis le chef, mais il me faut aussi consulter les autorités compétentes, faire étudier par les bureaux, les questions soulevées .ce n'est pas ici la mo."!archie absolue ». Et nous nous quittons sur une nouvelle et bonne pOignée de mains ». « Quelques temps après, indique ensuite l'abbé Toulat, M. Isaac avait la joie d'apprendre que ses propositions, retenues par le .Pape, avaient été transmises au Cardinal Béa ». Nous exprimons l'espOir que l'oeuvre si noble ainsi entreprise sera poursuivie et menée à bien. (1) Editions Guy Victor. (2) Le précédent Pape Jean, Jean XXII, était un Français. Un festival du cinéma africain ORGANISE par l'Association pour la coopération francoafricaine, avec la collaboration de la Cinémathèque française, le festival du cinéma africain ne se voulait « d'autre ambition que de tracer le bilan de l'Mrique photographiée et non de l'Mrique réelle ». Entre les deux, cela va sans dire, l'écart demeure énorme_ D'une part, en effet, ce qui a été réalisé « cahinchaos » et qu'il a bien fallu passer en jugement. Sur projection, ou plus souvent, sur simple évocation. D'autre part... le champ illimité ouvert sur l'avenir. Les 22 et 23 mai, au Musée des Arts Décoratifs, le 24 mai, au Palais de l'Unesco, du 4 au 8 juin, à la Ciné. mathèque française, rue d'Ulm, le festival a passé en revue les films tournés sur l'Afrique - sinon tous en Afrique. En plus, au cours de féconds échanges de vue entre les personnalités présentes, cinéastes ou non, et la jeunesse représentative de l'Afrique, l'Assemblée a cherché les conditions ' de création d'un véritable, d'un indi spensable cinéma africa in . C'est que, présidée pa r Daniel Mayer, elle a été animée par de nombreux pionniers. Joris I vens, pour ne citer que lui, et illustrée des allocutions de J ean Dresch, H enri Laugier, Roger Garaudy, Jean Rouch. Jean-Paul Sartre. PARMI les bandes r éalisées jusqu'à ce jour - presqu'exclusivement par des blancs - (il Y en a tout de même pas mal) il a fallu faire le départ entre les f ilms à caractère commercial, ou documentaire, ou éducati f. Des premiers, résolument « exotiques » le procès était aisé. Techniquement, artistiquement réussis ou non, ils résonnent généralement faux. Pour eux, l'Afrique? Un décor! Même pas scrupuleusement respecté. La civilisation, l'homme africain? Lettres' mortes. Placés sur un plan d'infériorité, ils restent incompris, sont ridiculisés. Les documentaires, réalisés tantôt par des cinéastes, tantôt par des ethnolopar Marie-Magdeleine [AROU gues, parfois par les efforts conjugués des uns et des autres, sont le plus. grand nombre. Plus ou moins entachés de paternalisme, de conformisme, en leur majorité, cependant, honnêtes d'intention, ils sont de valeur très inégale. Des travaux de Léon Poirier « Caïn », « L'homme du Niger », à ceux de Joris Ivens « Demain à Nanguila » en passant par les oeuvres de Jean Rouch, « Moi un Noir », « Jaguar », les productions de René Vautier, « Afrique 50 », de Paulin Vieyra « Un homme, un idéal, une vie », de Chris Ma rker et Alain Res11a is « Les statues meurent aussi », les films à ca ractère documentaire ont été plus ou moins rentables, censurés, pourchassés. Témoin, le semireportage de l'Américain Lionel Rogosin photographié dans les faubourgs de .T ohannesbourg « Come Back Africa ». Il a ému les consciences. Il poursuit une diff icile carriè re de club en club. un peu plus ci a ill é, mutilé, émasculé chaque jour. Quant au fi lm considéré comme instrument d'éducation, on commence à en envisager, sinon à en faire dès aujourd'hui, un usage rationnel et très large. Avant les Français, Anglais et Belges en avaient compris l'importance et les possibles' ressources. Propagande coloniale ou campagne sanitaire, ils l'avaient mis à contribution. Aujourd'hui, Mauritanie, Sénégal, Mali, Côte d'Ivoire, Dahomey, Tchad, Niger, Haute-Volta, Cameroun, rivalisent de zèle et d'ingéniosité pour mettre en oeuvre et exploiter ce merveilleux moyen de toucher et d'enseigner les populations africaines dispersées sur d'immenses surfaces. lJ N des :i52 journalistes présents à Addis-Abbeba, Jean Daniel, de « l'Express », écrit : « Même pendant la période où l'on croit que le malentendu et la vanité vont tout faire pour échouer, deux choses frappent : la première c'est l'exceptionnelle tenue, qualité, dignité des débats ; leur exceptionnelle chaleur aussi. On se prend à douter qu'un Parlement constitué par des Chefs d'Etat européens puisse donner un spectacle plus digne et surtout plus émouvant. » Maintenant qu'à Addis-Abbeba, l'Afrique a a insi affirmé à la face du monde, à la confusion de ses détracteurs ou de ses f ils qui manqueraient de confiance, sa volonté de s'unir pour « fa ire face », tous les espoirs sont permis. Espérons donc, qu'en dépit de leur actuelle impécuniosité, les nouveaux Etats africains par viendront bientôt à disposer librement de l'outil qu'e ~-t le cinéma. Qu'ils pourront l'adapter il leurs besoins... que résolues les questions de montage et de son (spéciaux à leurs conditions d'existence) vaipc.ues, les épineuses difficultés lingUIstiques, les Africains se l'asserviront... qu'ainsi ils réussiront à sauver sans attendre, à épanouir leur personnalité, à s'approprier les techniques nouvelles, et prendre rang parmi les nations respectées parce que flori ssantes. Cela en coordination de toutes les bonnes volontés, avec l'amitié de cette Ass'Ociation pour le développement de la coopération franco-africaine. Avec l'aide de ceux qui ont soutenu à ce festival la cause d'un cinéma authentiquement africain, créé, réalisé par des Africains, pour des Africains. L'aide des Rouch, Jean Dresch, Garaudy, Ivens, qui ont pris la parole à ce congrès. Les souhaits, les conseils de tous, même des absents dont la voix était restituée pal' enregistrement, ont été persuasifs, émouvants. Le professeur Laugier, ancien Président de la Commission français'e de l'Unesco, et Jean-Paul Sartre. Elles disaient ces voix, le droit de tous les hommes à la culture comme à l'indépendance totale. E lles sti gmatisaient les séquelles du coloniali sme et de l'acculturation. Elles exalta ient l'Art africain « plus soucieux . de signifier et de libérer l'homme que de copier la nature ». elles r econna issaient en la contribution de l'art africain au monde moderne l'origine de la « plus grande transfo rmation depuis la Renaissance ». E lle annonçaient pour bientôt un cinéma africain au service de la culture africaine, jeune, efficace, rayonnant de c1ons, si. selon Je mot du professeur H enri Laug-ier, la jeune Afrique saisit l'urgence de « se construire en hommes avant de s'e const rlli l-P pn n;Pl-,."O " 4------------------------------------------------------- à la découverte •• Renseignements : d'ISRAEL par SIS CESAREE 10.500 T climatisé. 20 jours de MARSEILLE à MARSEILLE dont 10 jours en ISRAi':L à partir de 1490 F. 21 jours de VENISE à VENISE dont 12 jours en ISRAËL à partir de 1610 F. Séjour et excursions compris: BASSE GALILÉE - NAZARETH - TlBERIADE - HAUTE GALILÉE - SAFAD TEL AVIV - JAFFA - LE NEGUEV - RÉHDVDT - JÉRUSALEM TOUTES AGENCES DE VOYAGES ET Cie FRANÇAISE DE NAVIGATION 4. Rue des Capucines - Paris Tél. Rich 00.47 et 12.39 DÉPART DE MARSEILLE: DÉPART DE VENISE: 25 juin, 16 · juillet, 27 août. 5 juillet, 26 juillet, 16 août. r//////////////////////////////////////////.. ../. ////////.. ../ \ ~ VOYAGES en EUROPE de l'EST ~ ~ PAR AVION (séjours et excursions) ~ ~ 7 jours TCHECOSLOVAQUIE à partir de F. ........... .... ......... 600 X X 10 jours HONGRIE, à partir de F. ............................. ... .. .. 780 ~ ~ Différents Tours en U.R.S.S. par avion ou bateau ~ ~ Tous nos voyages peuvent s'effectuer en train. X ~ (Brochure envoyée gracieusement sur simple demande) ~ ~ Pour tous vos autres voyages : X X - EN ISRAEL - U.S.A. - AMERIQUE DU SUD, etc... ~ ~ X X Adressez-vous à : ~ ~ Office de Voyages Lafayette ~ x X ~ 18, rue Bleue - PARIS 9' - PRO. 91.09 - 78, Bd Barbès - PARIS 18c - ORN. 09.00 ~ l.///////////////////.... ......................./. ///////////////////////... ........./. ///.. .'.\ wu _ $ .... Tout pour AGENCE DE VOYAGES l~ S p~OJtt6 et V A C A N C E S RADIO - TELE - DISQUES PHOTO - CINE - MENAGER nac REMISE MINIMUM, 20 0/0 .Les adhérents de la FNAC reçoivent régulièrement « CONTACT )) qui publie des reportages, des bancs d'essai ct des prix choc sur les principales nouveautés : chaque adhérent bénéficie en outre d'une remisc supplémentaire de « fin de carnet )). Pour adhérer à la FNAC, il suffit de s'adresser : 6, Boul. de SÉBASTOPOL, PARIS 4ème . CAMPING COOUILLÈRE 39, rue Coquillière Paris l" - CEN. 04-09 "* Succursale - Ateliers PUTEAUX-SPORTSCAMPING S, boulevard Richard-WaHace Puteaux - LON. 30-12 "* Réservez vos achats CAMPING à ces deux maisons amies Prix spéciaux M.R.A.P. Cie NATIONALE 1 3 R". E L: :N ~ !E DE NAVIGATION CONSULTEZ VOTRE ACEn DE VOYAGES 1 OU ZIM, S, AV. DE L'OPERA - PARIS 1 Charles'11 juin 2010 à 09:59 (UTC)~~NW î MONDIAL TOURS AGENCE DE VOYAGES Lic. A N° 431 TOUS VOYAGES AIR - MER - FER 16, avenue de Friedland - PARIS (8') Tél. : MAC-Mahon 20-51 - 34-12 THOnSTOURS 49, AVENUE DE L'OPERA


RIC. 47-39

~------------- -------------- ~KI TENNIS -- CAMPING -- PATINAGE -- MONTAGNE SElF~ DELIVRANCE DE BILLETS AVION - BATEAU CHEMIN DE FER VOYAGES TOURISTIQUES CROISIERES CAIIIPlno 108, 80ulevard Richard ~ Lenoir PARIS .. 11' V '0YA 'G ES ISRAEL 'I~DIVIDUELS OR~ANISÉS ,- .... "..' . '. '--......... oe VACANCES IDÉALES ....... PAR LES NAVIRES ISRAÉLIENS RENSEIGNEZ-VOUS A VOTRE AGENCE 1 ou ZIM, s, AV. DE L'OPERA - PARIS 1 le refuge VOL. 73-6" LOCATION OCCASIONS Pièces détachées pour le Camping EXPOSITION PERMANENTE DE TENTES PARKING Hongrie une clé pour l'enchantement Vacances au pays du Tokay et de la joie de vivre - BUDAPEST : .. La Perle du Danube .. - Le lac BALATON : .. La Mer Hongroise .. - La beauté romantique de la COURBE DU DANUBE • Hébergement dans les hôtels les plus confortables avec cuisine hongroise. • Môtels modernes et camps de camping de première catégorie sur les bords du lac Balaton. • Circulation excellente sur un réseau routier de qualité. Renseignez-vous auprès de votre agence de voyages habituelle ou à 1 BUS Z Délégué à Paris: M. F. MAJOR, 10, rue Pasquier, PARlS (8') - Tél. ANJ. 01-02 ~--~---------------------------------_._--------------~ , SI VOUS AVEZ UN VOYAGE K L symbole de la conscience ~ ~ PAR AVION A L'ETRANGER M professionnelle hollandaise ~ \ EN PERSPECTIVE BUREAUX A PARIS : ~ , 36 bis, Avenue de l'Opéra ~ ,CHOISISSEZ 100, Champs-Elysé~s ~ ~-Charles------_#_-_.~#~------------------------------,,~-~, 44, rue Saint-Placide - PARIS (6') - BAB 27-33 ~!l1 111111111111 1 1111111111111111111111111111111 1 111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII!.: - EUROVOYAGES VOYAGES INTERNATIONAUX S.N.C.F. - BATEAU - AVION VOYAGES ORGANISES, etc ... 24, rue Caumartin, 24 - --- PARIS _ 9(' --- - Tél. : OPEra 23-24 - 88-23 Adresse télégraphique : - EUROSVOYAG - PARIS

i'iilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllili1llllllllIlIillllli~

5 LES PERSONNALITES PRESENTES MM. Léon LYON-CAEN, premier président honoroire de la Cour de Cassation, prési dent d'honneur du M.R.A.P. ; René CASSIN, vice -président honoraire du Conse il d' Etat, représentant de la France à la Commission des Droits de l'Homme des N:Jtions Unies ; Pie·rre JUVIGNY, Maître de requêtes au Conse il d' Etat ; Henri LAUGIER, a ncien secrétaire gé néral adj oint de l'O.N.U. Pierre PARAF, prés ident du M.R.A.P.

MM. Poul ANXIONNAZ, ancien mini stre; Maurice LENORMAND et Charles de CHAMBRUN, députés ; Roger GARAUDY. ancien député ; Mme Renée DERVAUX et M. Raymond BOSSUS, sénate urs ; le Généra l Poul TUBERT, anden député-maire d 'Alge r ; Mme Madeleine MARZIN, conseill:e r général de la Seine; M. PIERRON, conse iller munic ipal de Nante rre.

MM. le R.P. GHYS, les abbés Poul CATRICE et Robert DAVEl.lES ; le pasteur Pi e·rre NARDIN ; le mufti BELMOKHTAR Mohamed-Bendok ; l' i,ngénieur générol Louis KAHN, prés ident du Cons istoire israélite de France.

  • MM. Alfred KASTLER, Jean DRESCH, professeurs à la

Sorbon ne ; Jacques CHAPELON, profe sseur honoraire à l'Ecole Polytechnique; Théodore MONOD, professeur à la Sorbonne, d irec teur de l' In st itu t d'Afrique Noire à Daka r ; Du monde entier ... Les personnalités dip lomatiques suiva ntes ont a ssisté à la Journée Na tio nale: S.E. Monsieur Rakoto RATSIMAMANGA, amba ssadeur de la Républiq ue Malgache. M. MANASSERIAN, premier sec ré taire de l'ambassade de l'U.R.S.S. M. NAHMIAS, consul d' Iraël. M. Stefan STANIZEWSKI, représentant l'ambassadeur de Po logne. M. Ingre DOLO, premier conseiller culturel de l'ambassade du Mali. M. Oumar BA, délégué permanent de la Mauritanie à l'U.N .E.S.C.O. M. MELEDJ, attaché cul turel de l'ambassade de Côte-d'Ivoire. M. SMEJKAL, conseiller de l'ambassade de Tch écoslovaquie. M. LAKATOS, attaché cu lturel . de l'ambassade de Hongrie. M. Tek PENG, attaché culturel de l'ambassade du Cambodge. M. Francisco BENET, Chef du département des Droits de l'Homme à l'U.N.E.S.C.O. S'étaient excusés : MM. les ambassadeurs du Brésil, du Cambodge, de Cuba, du Danemark, du Mexique, des Pays-Bas, du Togo. Plusieurs délégués étrangers étaient présents : M. Fred TONGE, Co unty Councilor de Londres, président du Comité a ntifasciste londonien. Le Pasteur BUCHER (U .S.A.) et une grou pe d'antiracistes américains. Mme BRUNFAUT (Bel g iq ue), prési dente du Forum Internatio na l des Femmes. MM. CHERBONNIER et JURISTAT, représentant le Cercle Culturel et Spo rtif Ju if de Bruxelles. M. Aladji Malie LAM, mag istrat (Ma uritanie). M. DIENG, directeur de l'Ed uca ti on Survei llée du Sénégal. M. DJONGO, représentant l'Association des Etu diants du Togo. Des messages de sympa thie avaient été, d'a utre part, envoyés de l'étra nger par les perso nnalités suivantes : M. Ralph BUNCHE, secrétaire général a djoint de l'Org a nisation des Na tions-Unies . M. Josué de CASTRO, président de l'Associa ti on Mond iale de Lutte co nt re la Fa im. M. D. DACKO, président de la Répub lique Centra frica ine. M. HOUPHOUET ·BOIGNY, président de la Répu. blique de Côte-d' Ivo ire. . M. E. TOMBALBAYE, prési dent de la Répub lique du Tchad. M. MODIBO KEITA, président du Gouvernement du Ma li. M. Ch. ASSALE, président du Gouvernement du Cameroun Oriental. D'Allemagne : le co mité de Défense d es Dro its de l'Homme; le p rofesseu r K. FRIEDRICH, p rés ident du Conseil All emand de la Paix. D'Argentine : le Dr Isaac GOLDENBERG, président et le Dr Abraham GORBATT, secrétaire, au nom de la Délég ation des Associations Israélites Argentine s. (Suite page 6) MIALARET, professeur à la Faculté des Lettres de Caen ' Georges WELLERS, maître de reche rches ou C.N. R. S. '

Les écri voins Alioune DIOP, dmecteur de c Présence Afri caine » ; Albert MEMMI ; Nicole de BOISANGERDUTREIL, Marie-Magdeleine CARBET, Andrée CLAIR, Yves JAMIAQUE, Georges MAGNANE, Lucien PSICHARI, Lé onard SAINVILLE. Mlle DODEMAN, de 10 direction de c Mori.e-Claire ».

  • Mme Marie CUTTOLI.

Les peintres J ean PICART LE DOUX, Marc SAINT SAENS, BENN, J ean DORVILLE.

Les cinéa stes Léonide MOGUY et J ean SCHMIDT . M Alexandre KAMENKA, praducteur de films. ,. Les arti stes Renée LEBAS, J ean NEGRONI, Edmond TAMIl., Lydia EWAN DE, Marie MERGEY, Angel ELI -' ZONDO. Mmes Anne BERANGÈR et Gé raldine GERARD, prod uc tri ces à 10 R.T.F. MM. Georges BESSON, Guy DORNAND, Mme Juliette DARLE, c ritiques d'art.

Moi tres Henri GARIOOU, J ean SCHAPIRA, Georges SA ROTTTE, Victar BATTINO, Ferna nd BENHAIEM, Armand DYMENSTAJN, M. IMERGLIK, Marcel MANVILLE, PLAClDI -MONNET, Marie- Fronce SCHMIDLIN. Les Docteurs J ean DALSACE et LEIBOVICI.

Moit re David LAMBERT, re présen tant 10 Ligue des Droits de l'Homme. MM. Jean SCHAEFER, secrétaire de la CG.T. ; MOULINET, re présentont les syndi cots C.F.T.C. de la Region Po ris ienne ; Maurice PRIOUT, re présentant le syndicot not iona l de l' Ense ignement Secondoire ; AGHION, représentant le Synd icat Nati onal de l' Ense ignement Supé ri eur ; Jacques LEDERMAN, secrétoire du Syndicot des Cuirs et Peoux (CG. T.) ; Mme DUVAL, représenta nt la Fédé ra t ion Not ionole du Papi er-Carton (CG.T.) ; M. Maoui KEMIC I, représentan t l'Amicole Gé nérole des Trova ille" rs Algé ri ens en Fronce; D. GOLDBERG, secrétaire général de la Fédération Générale des Arti sans et Fa çonnie rs. Mme DELACHENAL let Mlle CARON, présidente et se c rétoire géné rale de l'Union Féminine Civique et Socia le. MM. Jacques NANTET, vice-prés ident de l'Amitié Judéo-Chrétienne ; Poul LACHAPELLE, représentant la ligue Fronço ise de l' En5le ignement ; Jacque·s SAVARY, sec rétaire géné ral du Cen~rE Mondiali ste ; Mlle Jacqueline MARCHAND, représentont l'Union Rotionaliste ; Mme Madeleine REBERIOUX, re présentant I:e Comité Maurice Audin. MM. SOUCHET, re présentant 10 J eune République; Jacques NISEN, du Comité directeur des Jacobins. MM. Jean - Claude GILLET, vice-président de l' Uni on Notionall€ des Etudionts de Fronce ; Raaul THOMAS, re présentant 10 J eunesse Ouvriè re Chrétienne ; M. HONORINE, président de l'Assoc iotion des Etudiants Guyanais ; Mlle Andrée GOTHELF, représentont l'Union des Etudiants Juifs; M. MARCHAL, représentant le Comité d'Admin istrotion des Aube rg es de Jeunesses de 10 Seine; le! représentants des J eunes de 1:) ·Gouche Eu ropéenne, du Cortef des Ecoles Normales Supérieures, du c Mischmar ». MM. Octave CHANLOT et BOROWSKI, représentant la Ligue Inte rnati onale contre le Rac isme let l'Antisémiti sme (L.IC.A.). Vaida VOEVOD III et M. Vanko ROUDA, président et secrétai re général de la Communauté Mondiale Gitane . Mme DAVID, secrétaire générale des Etudes Tziganes.' MM.Alfred GRANT, secrétaire général de l'Union des Sociétés Juives de France ; René CERF-FERRIERE, viceprés iden t de l'Associati on Nationa le ' des Anci ens Combattants die la Résistance ; Adolphe ESPIARD, représentant l'Association Républicaine des Anciens Co mbattants; Al be rt YOUDI NE et Charles STEINMAN, seorétai re géné ral et sec rétaire de l' Union des J uifs pour la Résistance et l' Entroide ; R. BERCOVICI, président des Volontaires. Juifs Anôens Combattants 1914- 18 ; le Docteur DANOWSKI et Isi BLUM, président et secrétaire général de l'Union des Engagés Vol ontaires et Anciens Combattants Juifs 1939- 45 ; Mmes Marie- Louise ,KAHN et Jacqueline GRUMBERG, représen tant l'Amicale d 'Auschwitz ; Ma ître JOUFFA, pré s icllent des Anciens Inte rnés de Drancy ; MM. VILNER, président de l'Association des Anciens Déportés Juifs de France; BRASLAVSKY, prés ident de l' Union Générale des Engagés Vo lontaires Etrange rs. MM.GLAYMAN et FARBER, représentant l'Association d'Amitié et de So lidarité Franco-Algérienne; Louis VAUTHIER, sec rétaire général de France-Roumanie. Des dé lég ués des Quake rs et des Amitiés Internationa les. De nombreux messages Les pe rsonna lités sui vantes ont ad ressé des messages de sympathie à la Journnée Nati ona le: M. Vincent AU RIOL, a ncien Président de 10 Ré publique. MM. Jean PAU L-BONCOUR, l'ierre MENDES- FRANCE, Pierre PFIMLI N, a nciens présidents du Conseil. MM. J . BERTHOI N, Pie rre COT, Edouard DEPREUX, Albe·rt GAZIER, Daniel MAYER, prés ident de la Li gue des Droi ts de l'Homme, Edmond MICHELET, J ules MOCH, Marius MOUTET, Jean PI ERRE-BLOCH, anciens minist res. MM. Poul CERMOLACCE, Fer nand DARCHICOURT, Louis DESCHIZ EAUX, Mme Nicole de HAUTECLOCQUE, MM. le Chanoine KIR, Tony LARUE, Alphonse LE GALLO, Mme Jacqueli ne PATENOTRE, MM. Waldek ROCHET, André REY, députés. MM. Georges DARDEL, Jacque's DUCLOS, Jean GEOFFROY, J ean LECANUET, sénate urs. Mme Mathilde GABRIEL- PERI, MM. André DILIGENT, Morcel MERIGON DE, anciens députés ; Henry TORRES, a ncien sénateur. MM. Jeon AUBURTIN, J ean CAYEUX, Georges HIRSCH, conseille rs mun ic ipaux de Pa ris; Mmes Marce·lle DEVAUD, mai re de Colombes, Louise CADORET, maire-adj oi nte cfe Gennevi ll ie rs, MM. Auguste GILLOT, ma ire de Sa int-Denis, L. TALAMONI, maire de Champigny.

La Princesse BIBESCO, membre de l'Académie Roya le de Belgique. MM. André CHAMSON, Georges DUHAMEL, Jean GUEHENNO, André MAUROIS, J eon PAULHAN, René CLAIR de l'Académie FrançGise ; Armand SALACROU, de l'Aca~ démie Goncourt.

MM. JOIN-LAMBERT, Pau l TEITGEN, conseill ers d' Etat ; le Bâtonn ier Paul ARRIGHI, membre de l'Inst itu t. M. Jldien CAIN, membre de l'In sti tut, admini strateur général de la Bibl io th è q ~e Nationo le. M. le gouve rn eur géné ra l Robert DELAVIGNETTE. Le Géné ra l LE CORGUILLE.

MM. les pas teu rs Marc BOEGNER, Charles WESTPHAL, président de la Fédé ra ti on protestonte de France ; Jacques LOCHARD, secréta ire géné ra l du Christiani sme socia l André BOEGNER. Le R.P. RIQUET. Le grand rabbin JAIS ; te ra bbin J. EISEN BERG. M. BOUBAKEUR, di recteur de la Mosquée de Pa ris.

MM. Jean ROCHE, recteur de l' Unive rsité de Por is ; A. A YMARD, doyen de la Faculté des Lettres; Georges VEDEL, doyen de la Fa culté de Dro-it ; Henri VALLOIS, direc teur honoraire du Musée de l'Homme; le Dr Francis BORREY, délégué permonent à l' U.N .E.S CO., directeu r généra l du Cent re d'Etude et d' Information des Problèmes humains en zones a ri des. M. He·nri FAURE, prés ident de la Li gue Française de l' Ense ignemen t. MM. ETIEMBLE, Paul FRAI SS E, Otto KLI NEBERG, Ernest LABROUSSE, Claude LEVI-STRAUSS, Marcel PRENANT, P. RENOUVI N, professeurs à la Sorbonne; Andr$ HAURIOU, professeur à la Faculté de Droit ; Pierre WER. THE IM ER, professeur à la Faculté de Médeci ne de Lyon.

Les écri va ins Ma rcelle AUCLAIR, Claude AVELINE, Pierre ABRAHAM, Jean - J a cques BERNARD, Michel DROIT, Ma urice DRUON, Alfred KERN, Anna LANGFUS, Armand LUNEL, Louis L1 PPENS, Robert MERLE, Renée MICHEL, Vladimir POZN ER, André SPIRE, Jules ,ROY, Germaine ' TILL ION, VERCORS. M. Emile SERVAN- SCHREIBER, prési dent-directeur génÉrai des « Echos ».

Les arti stes Ludmilla TCHERINA et Espanita CORTES, da n se uses - é~o il es de l'Opéra ; Jean VILAR, d irectieu r du T.N .P. ; Georges CHAMARAT, sociétaire de la Coméd ie Fra nçaise ; André DASSARY, J eanne MOREAU, Henri SALVADOR, Georges ULMER, Rika ZARAI ; André CHANU, producteur à la R.T.F. Les arti stes- pe intres Bernard BUFFET, GROMAIRE, HARTUNG, Jean LURCAT, J ean MIRO, Arpad SZENES, Vieira da SILVA. M. Daniel- Henri KAHNWEILLER ; Maitres Maurice et Philippe RHEIMS. Mmes Marcelle MARQUET, Morcelle Georges- HUISMAN.

M. Georges LAURE, secréta ire géné ra l de la Fédéra t ion de l' Educoti on Nationale ; le bureau de la Canredé ration Force Ouvriè re· ; les Fédérations C.G.T. de la Métallurgie et des Employés et Cadres ; la Fédération F.O. des Indus l tries de l' Energie Electrique et du Gaz.

Mme Denise DECOURDEMANCHE, secrétaire géné rale de l'Association des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance ; M. Jean COTEREAU, secrétaire nati onal de la Fédé ration Nationale dies libres Penseurs. ; MM. Henri MITTERAND, secréta ire-adjoint de la Société des Amis d' Emile Zola ; Justin BELSIE, pré ~ident dè la Famille Antillaise; Raph FE IGELSON , secré ta ire de l'Amicale des

J uifs anciens Résistants.

Maitres Lucien BLAVIER, J ea n-J acques de FELICE, Gisèle HALlMI, Albert NAUD, Joë NORDMANN, a voca ts à la Cour. 6 Une Journée extraordinaire EN présen tant ce compte rendu de la Jour née Nationale c'est a ux lacunes qu'il comporte que nous pensons d'abord, et nous deman· dons à nos lecteurs, comme à tous les partici· pants, de bien vouloir nous en excuser. Même en augmentant le nombre de pages de « Droit et Liberté )), il était impossible de r eproduire dans leur intégralité les interventions, les messages, les débats. Nous avons dû, à contre ·coeur, résumer, réduire, éliminer, conscients de nous priver, ce faisant, d'une considérable richesse. Car ce qui frappe avant tout, dans cette Journée extraordinaire, c'est justement le précieux apport à notre combat que constitue chacur: de ses instants. Comment pourrait-il en être autrement, dans lcs conditions où elle s'est déroulée : participation de 2.000 antiracistes, venus de toute la France ; concours de personnalités éminentes, hautement qualifiées, réponses venues des milieux les plus divers au questionnaire diffusé par le M.R.A.P. à la veille de ces assises. Ceux qui ont connu, depuis 1949, les treize Journées Nationales précédentes, n 'en douteront pas : ce rassemblement du 12 mai 1963 pèsera lourd dans la vie du M.R.A.P ., dans le développement de l'action contre le racisme en France. L' esprit constructif avec lequel tous les problèmes ont été abordés, la volonté qui s'est manifestée tout au long d'approfondir sans faiblesse les thèmes proposés à la discussion, la précision des résolutions adoptées, la présence ardente de la jeunesse et la combattivité de tous - il Y a dans tout cela, plus qu'un témoignage de la ma· turité de notre Mouvement : c'est un immense espoir qui s'est levé. LES k'éponses reçues à notre enquête ont alimenté quatre rapports, selon les quatre cha_ pitres du questionnaire, présentés tour à tour par le président Pierre Paraf (actualité du racisme), l'écrivain Albert Memmi (ses manifestations et ses formes), le professeur 'l'heodore Monod (ses causes), M' Jean Schapira (comment le combattre). A ces rapports s'ajoutaient des exposés sur des points particuliers : l'internationale néo·nazte, racisme et dééolonisation, le rôle de la commu· nauté internationale et de l'Etat dans la lutte antiraciste, les problèmes judiCiaires et législa· tifs, le rôle de la jeunesse, des travailleurs, des femmes dans notre combat, etc. Enfin, les porte· parole des grands courants pOlitiques, philOSOphiques et confessionnels vinrent dire leur active sympathie, affirmant que l'antiracisme est l'af· faire de tous. Une telle unanimité ne laiSse pas d'être im· pressionnante, à une époque où les divisions sont encore si tranchées, les divergences si nombreuses entre démocrates qui devraient pourtant s 'en· tendre. Rares sont les causes qui réunissent au· tant d'hommes et de femmes d'origines et d'opinions différentes. Nos militants et amis peuvent être fiers d'avoir Su rendre possible une telle r encontre, qui est l'honneur de notre pays. ET maintenant? La Journée Nationale n'est pas une fin, mais une étape. Le racisme, cette plaie toujours à vif, requiert plus que jamais notre vigilance. Parmi les tâches qui nous attendent, certaines sOnt de soli· darité : envers les combatta nts a ntiracistes des Eta ts·Unis, envers les noirs durement opprimés d' Afrique LA JOURNËE 'NATIONALE Albert MEM~11 •• Il A qui profitent les mythes raciaux? Il L'ECRIVAIN Albert MEMMI, examinant les différentes formes et manifestations du racisme, s'attache à montrer ce qu'elles ont de commun. .. Le racisme, dit- il, a pour point de départ la mise en évidence d'une différence. Mais la différence ne suffit pas à engendrer le racisme, d'autant plus qu'elle ne constitue pas, en soi, une défaveur. Le racisme commence au moment où l'on valorise cette différence au profit de quelqu'un ". Et il souligne l'importance de cette donnée en ce qui concerne notre action: .. La revendication classique contre le racisme a été, pendant longtemps, la revendication libérale et humaniste, c'est-à-dire qu'il s'agissait de dire que tous les hommes étaient pareils. C'était une fort belle revendication, c'était une optique philosophique, optique 18' siécle, optique humaniste très respectable; mais en définitive, aujourd'hui précisément avec la découverte, avec l'entrée dans l'histoire des peuples noirs, des peuples colonisés, on s'aperçoit que cette définition ne tient plus. C'est·à-dire qu'il ne s'agit plus maintenant, et c'est très important, il ne s'agit plus de nier les différences entre les hommes, mais d'affirmer que chacun a le droit d'être différent ". L'essentiel, poursuit Albert Memmi, n'est pas, finalement, de décrire, l'accusation raciste, fondée sur telle ou telle différence ainsi valorisée, c'est-à-dire sur un mythe, mais d'en analyser le mécanisme. En fait, et dans tous les cas, qu'il soit dirigé contre les juifs, les noirs, les peuples colonisés, le racisme sert les intérêts d'un groupe humain, tend à justifier une certaine politique, une certaine manière d'agir. .. Quand on parle de racisme, déclare l'orateur, il faut se demander à quelle condition concrète ce racisme renvoie. Et cette condition concrète, je crois que c'est la condition d'oppression, Dans chacun des cas, au racisme correspond une situation oppressive donnée. et il faut la préciser ... . .. Donc le racisme, en tant que tel, est un mythe; je dirais presque (si curieux que cela puisse paraître), que le racisme, en un sens n'existe pas: j'entends par là les images construites par l'oppresseur pour accuser l'opprimé - l'image construite par l'antisémite pour accablet le juif; l'image construite par le blanc pour accabler le noir; l'image, qui disparaît à peine aujourd'hui, fabriquée par .je colonisateur pour accabler le colonisé ... En conséquence, .. pour combattre le racisme, il ne faudrait pas rester uniquement sur le plan du verbe. Il faut également mener la lutte sur le terrain de ces conditions concrètes où il se manifeste", Albert Memmi précise encore : .. Nous devons certes, mettre en accusation le racisme, et aussi le démystifier. Mais il faut montrer surtout que le racisme, à lui seul, n'est rien, qu'il est la fièvre d'une certaine maladie beaucoup plus importante", .. Autrement dit: notre lutte doit être menée sur un double plan. Elle comporte un aspect idéologique, qui consiste à dévoiler. à analyser le racisme, à en démonter scientifiquement le mécanisme. Et, d'autre part, il faut, sans aucun doute, oser s'attaquer aux structures de chaque société dans laquelle il y a des opprimés. Mais c'est là le travail des hommes politiques ... ". En conclusion, Albert Memmi affirme : .. Une révolte comme celle qui se produit aujourd'hui dans l'Alabama fait beaucoup plus contre le racisme que toutes les larmes que nous pouvons verser sur le sort des noirs américains ". ~.u mcmde entWt ... (Suite de la page 5,) D'Australie : le Comité juif de lutte contre le fascisme et l'antisémitisme. D'Autriche: le Pasteur Erwin KOCK. De Bulgarie : le Comité Bulgare de Défense de la Paix. Du Dahomey : l'Union Nationale de la Jeunesse du Dahomey. De Grande-Bretagne : Lord WALSTON, membre de la Chambre des Lords; M. Fenner BROCKWAY, membre de la Chambre des Communes ; M. HEWLETT JOHNSON, Doyen de Canterbury ; l'Institut des Relations Raciales ; l'Association des Anciens Combattants Juifs (A.J.E.X.), le Mouvement AntiApartheid. De Hongrie : M. Endre SOS, écrivain, président du Consistoire Central des Juifs de Hongrie ; M. Arpad SZAKASISTS, président du Conseil Hongrois de la Paix. D'Israël : M. Jacob MAJUS, secrétaire général, au nom du Comité israélien de la Paix ; M. Michel ELYOR-FRIEDMANN, directeur du Centre culturel français de Beer-Sheba. D'Italie : le Dr Sergio PIPfRNO, président de l'Union des Communautés Israélites italiennes. Du Mexique : le Dr Santiago GENOVES, au nom des professeurs de l'Institut d'Histoire de Mexico. De Pologne : le Comité polonais de la Paix ; L. DOMB, président et E. REIBER, secrétaire, au nom de l'Association culturelle des Juifs de Pologne. Du Sénégal : M. N. RIGONAUX, président de l'Union Internationale des Métis. De Suède : M. Ingemar HEDEMIUS, professeur de philosophie à l'Université d'Uppsala. De Suisse : M. Heinrich BUCHBINDER, co-président de la Fédération Européenne contre l'Armement atomique ; le Dr GEORG GUGGENHEIM, au nom du Comité Directeur de la Fédération Suisse des Communautés Israélites. De Tchécoslovaquie: La Fédération des Combattants antifascistes. D'Union Soviétique : Le Comité soviétique des Anciens Combattants ; Nicolas TIKHONOV, président du Comité Soviétique de Défense de la Paix ; Aron VERGUELlS, rédacteur en chef de la revue yddish « La Patrie Soviétique ~. De Yougoslavie : La Fédération des Communautés Juives de Yougoslavie. du Sud. Plus près de nous, il faut redoubler d'efforts pour mettre fin aux discriminations, aux excitations à la haine qui frappent cer· t ains hommes d'ostracisme, t endent à les inférioriser, à les isoler. En Jean DRESCH • • particulier , une grande bataille doit s'engager pour que le parlement adopte au plus vite notre lé· gislation antiraciste. Enfin, nous avons l'ambition et la Journée Nationale l'a souligné - non seulement de rispost cr aux menées racistes, mais d'en prévenir les effets dans toute la mesure du possible en orientant les esprits vers la tolérance, la compréhension réciproque, la fraternité. Faut-il dire, une fois encore, que si nous voulons mener à bien ces nobles tâches nous devons nous en donner les moyens. Ce sera it un pièt re a ntiraciste, celui qui ne se préoccuperait pas de l'aspect fi· n ancier de l'action. La solution de ce problème, comme de tous les aut res, dépend des initia tives de chacun. Diffuser les Bons de Soutien qui viennent d'êtr e édités, faire souscrire ses amis, r ecruter des adhér euts au M.R.A.P . et des abonnés à « Droit et Liberté)) sont des actes indispensables pour quiconque entend se r endre utile à not re cause. Après cette grande Journée Natio· . nale, plus forts d'innombrables bonnes volontés nouvelles, nous devons et nous pouvons réaliser un bond en avant sans précédent. Pré_ parons, tous ensemble, les lendemains que nous espérons ! Albert LEVY. Professeur à la Sorbonne Où en sommes-nous l'heure de la décolonisation ? , a M Jean DRESCH, professeur à la Sorbonne, aborde la question du racisme à l'heure de la décolonisation dans un exposé qui, pour • être bref, n'en est pas moins fort documenté. La question posée Est : les heurts raciaux vont-ils disparaître automatiquement avec le système colonial lui-même ? « Je n'en suis pas sûr, dit M. Dresch, et il fattt se garder d'un excès d'optimisme. Le système colonial, en effet, reposait incontestablement sur le racisme, le créait, le développait. Qn' on le ve1ûlle ou non, qu'on s'en cachât ou non, -il reposait sur mze ségrégation administrative. » Ces pratiques se poursuivent-elles dans les pays coloniaux qui ont accédé à l'indépendance ? Ce qu'on constate d'abord, c'est un certain changement dans la vie de chaque jour. Les communautés sont moins séparées qu'elles l'étaient naguère, et le départ de nombreux Européens a permis la pénétration des ex-indigènes dans les quartiers jadis réservés aux colons. Pourtant, malgré la décolonisation, le personnel colonial n'a pas entièrement disparu dans les pays devenus indépendants. Et il est souvent le maître qui n'a rien perdu de ses anciennes habitudes. Il est resté là parce qu'il ne pouvait pas faire autrement, parce qu'il était lié sentimentalement au pays. Les moeurs ne changent pas du jour au lendemain, et les blancs qui servent dans les pays d'outre-mer s'installent dans les habitudes de la vie coloniale. Ils ont encore besoin de boys, de lieux de réunions où ils se retrouvent entre eux. Si les' clubs ne sont pas officiellement fermés aux Africains, on s'arrange pour rester entre blancs, tout en conservant un sentiment instinctif de supériorité . Mais les blancs se plaignent quelquefois, affirmant qu'ils ne sont plus racistes, mais menacés par un racisme en sens inverse : « Je pense, déclare l'orateur, que ces cas sont assez rares. Tl m'arrive souvent de circuler outre-mer et je 11 aL jamais eu l'impression d' ,ln avoir été victime. Pe!tt-ê,tr.e aurais-je tendance à trouver qu'après des décennies d'habitttdes qui dégradaient la conscience des colonMés, il serait normal et excusable que, par une réaction de libération, l'ex-colonisé plûsse rendre à l'excolonisateur les pratiques dont il avait é.té victime... Mais c'est rarement le cas. » .« Il y aura racisme et tendance at~ racisme, conclut M. Dresch, tant que les EuroPéens considèreront que l'on va outre- mer pour apporter une civilisation supérieure, Ott simPlement pour gagner plus d'argent ; tant que les pays !eXcolonisés seront des pays sous-dévelppés, donc dépendant économiquement et cultltrellement ; ,tant qu'il y aura des différenciations sociales aussi redoutables el/tre le blanc ex-colonisateltr et les e~-colonisés. Le racisme ne disparaîtra que dans la mesnu où nous aurons permis à ces pays de manger à leztr faim, de produire comme il convient, d'élever leu?' nivean de vie et leur revenu national. C'est donc à la fois contre les inégalités sociales et C011tre les conséquences sentimentales, les réflexes psychologiques qui sont à la base du. racisme, que tlOllS devons agir. » 7 - Me David LAMBERT: LA JOURNEE NATIONALE Membre du Comité Central de la Ligue des Droits de l'Homme ({ Tout mettre en oeuvre pour faire échec à l'internationale néo-nazie » V DUS savez que votre combat est l'un des « tral de la Ligue des Droits de l'Hommen,ô atrpepso r»,t acnotm àm lea nJcoeu Mrneé De aNviadti oLnAaMleB lEe RsTal, umt edme bcreet tde uo rcgoamniistéa tcioenn-, au nom de son président, absent de Paris. Puis, abordant son exposé sur l'internationale néo-nazie, il évo· que la conférence organisée en décembre dernier, à Londres par le Congrès Juif Mondial, à laquelle il était rapporteur, et où le président Pierre Paraf avait été invité à représenter le M.R.A.P. « L'erreur criminelle de notre génération, celle d'avant 1939, dit-il, c'est de n'avoir pas Stt anéant'ir le nazisme avant qu'il eût mûri, de n'av oir pas su préserver l'Espagne républicaine, de n'avoir pas tout fait pour interdire les massacres ... N ous qui sommes des survivants, nous avons le devoir d'en tirer une leçon, e,t nous porterions une grave responsabilité devant l' histoire, si nous ne mettions pas tOttt en oetwre pour extirper ce mal, et son corollaire, son développement, le racisme, pOtW combattre cette peste parlout où elle sévit ... » DES O,RGANISATIONS ACTIVES ET RICHES Evoquant les espoirs du lendemain de la Libération, Me David Lambert souligne les insuffi sances notoires de la dénazification, le fait que l'engagement pris par les Nations Unies de ne pas abriter les criminels de guerre n'a pas été tenu... Ce qui aboutit, par exemple, à cette « explosion de croix gammées » de 1959-60, indiquant « le maintien d'une organisation internationale de malfaiteurs occultes jltsque là, mais pourvus, ou cherchant à se pourvoir d'lme direction lmiqtte, et dont le but de résurrection des théories nationales-socialistes n'est aucunement dissimulé ». « 'Otti, s'écrie-t-il, les anciens nazis réfugiés en Amérique du Sud, en Argentine, alt Brésil, en Espagne, dans d'autres Etats encore, les anciens chefs nazis qui, dissimulés sous des noms à consonance arabe, entourent Nasser, les anciens nazis qui se trouvent répandus un peu partout dans le monde, sont devemts les tenants de ce néo-nazisme. Ils ont relevé la tête, se croyant désormais assurés de l'impunité ... » Ainsi se sont formées « de nomb.reuses organisations, disposant de peu d'adhérents, mais actives e,t riches, ayant emporté une partie des trésors de guerre du nazisme, et qui entendent poursuivre les buts d' Hitler, alt. premier chef la destruction des juifs du monde ». « Ces organisations, poursuit Me Lambert, tolérées dans les Etats qui répttgnent à les interdire en raison de leurs traditions libérales, publient des écrits, voire des journaux ou des bulletins périodiques, tiennent des conférences, tiennent des congrès. De 19.10 à 1962, des conférenc,es ou des congrès se sont tenus à Londres, à Malmoë en Suède, à Zurich, à Paris en 1952 et 53, à Hanovre, à ütbeck, à Bru:~elles en 19.14, à Madrid en 19S5, à Lausanne en 19.56, à Salsbourg en 1957, à Milan en 1958, à Vienne en 19.19, à Lausanne, à Paris en 1)60, à Londres, à Norfold en 1961, à V,enise, à Genève e·t en Grande-Bretagne en 1962, et à toutes ces réunions partici paient des adhérents venus de tous les coins du monde, v enus d'A utriche, de Belgique. de France, d'Allema. qne F édérale, d'Italie. dIt Portugal, de Suède, de Suisse, du M o:yen-Orient, des Etats-Unis, d'Amérique Latine. Les pôles de ces organisations se trouvent, nous le sav ons, en Suède, en Amérique Latine et au.ssi dans cette Egy pte l1assérienne qui, malheureusement, pour des raisons dites de haute politique, est aidée actuellement par toutes les .qrandes plûssances du monde. » NE PAS PERMETTRE L'orateur montre ensuite que les thèmes de propagande des organi sations néo-nazies reprennent ceux d'Hitler et, il cite une lettre du nazi américain Georges Lincoln Rockwell annonçant pour 1963 un congrès mondial nat ionalsocialiste. Pour « ne pas permettre que tout cela se refasse aujourd' hltÏ », Me Lambert fait appel à l'action sous toutes les formes possibles, Il suggère notamment que des mesures soient prises sur le plan internat ional contre les Etats qui protègent les criminels de guerre ou les néo-nazis. « La destruction de ce fléau ~n.ort,el qlt' est l'antisémitisme, conclut-il, n'est possible que si nous inscrivons notre lutte dans une 11ttte beaucoup plus générale, contre toutes les discriminations raciales OH religieus,es, dans la lutte pour la fraternité humaine, SOllS tous les ciels et sous tous les régimes, pour le triomphe des idéaux démocratiqltes. » M. René CERF-FERRIERE· Vice-Président de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance « Certains font semblant d'ignorer ... » M. René CERF-FERRIERE, ancien président du groupe de la Résistance à l'Assemblée consultative, parlant au nom de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, évoque les débuts du nazisme dans l'Allemagne d'après 1918. Les militaires à qui l'on avait fait appel pour « rétablir l'ordre » avaient créé des groupes de combat, embryon de S.A. et des S.S., et des « groupes de pensée civique », d'où sortit le caporal Adolf Hitler. « De doctrine, point; seulement qtoelques idées-forces., antidémocratiques, prônant le militarisme, relançant l'anti- Le Général sémitisme, demandant la snPP res~ion dtt parle1!tentarisme, la concentrattOn dlt pouvoir dans un E tat fort. » Paul TUBERT· Ancien député-maire d'Alger « Un seul combat contre tous les • racismes» LE général Paul TUBERT, ancien député, répond . particuli è rement au chapitre du qUlestionnaire du M.R. A.P. relatif à l 'oc~uolité du racisme : « L'événement s'est chargé de répondre, en donnant la vedette à cette scandaleuse explosion du racisme contre les nairs en Alabama, Etat fédé ré de la libre Améri que, dont le pouvoir exécutif, né pourtant du suffrage universel, n'a pu encore imposer pleinement l'application stricte d' une Constitution excluant toute discrimination raciale. Du moins ces fai t.s nous ont-ils mont ré spectaculairement qu 'i l n' y a pas, dans le monde d'a ujou rd 'h ui, qu'un seul racisme. » L'a nti sé miti sme, sous l' im pu ls ion d'un monstre comme Hi tle r, a infligé à l' humanité un giga ntesque génocide. MoiSi l' horre ur, let la co lère de tous ceux qui se récl ament de l'humani té, ne sont pas totalement pa rtagées. Certains estiment qu'il fout passe r l'éponge et embrasse r les bourreaux d'hier. Contre oela, nous devons me ner un impitoyable combat. 'Oe même qu' il convient de dénoncer et sa nction ner les humiliations infligées par des « blancs » aux hommes dent la peau est foncée. Et avec lès noirs, il y a les jaunes, les gitans, les métis, mulâtres et e urasiens pris sauvent à partie par les obsédés fu racisme. Le général Tube rt, qui conna ît bie n l'Al gé rie pour y avoir vécu de longues a nnées, a la conviction « que· tous les habita nts de ce pays avaien't la possibilité de coexister et même de fraterniser à la se ule condition d'ob.se rver un respect réciproque de la personnalité de· chacun et la sticte application d'une justice égale pour tous. Hélas! Vanité raciale, cupidité ou incompréhension - ni les gouvernements respon sables de Paris, d'une part, ni les vé rita btes maîtres de l' Algé rie, déte·nteurs de l'argent et de la te rre, d' autre part, n'ont voulu ce respect et cette justice. D'où le drome que v,ous connaissez qui fit tout à la fois le sort misé ra ble des populations musulmanes et la détresse de « pieds noirs » qui, trompés par les illusions et les mensonges insépara bles d'un racismé endémique n'ont pos réalisé à te·mps que la prospérité et le bonheur des uns étaien t conditionnés par ceux des autres. » Le géné ral Tubert concl ut en appela nt les militants a ntira cistes à lutter cantre toutes les formes de raci ;,me. Il demande un « antiracisme à la mesu re de notre globe terrestre qui n'est, d'ailleurs - soyons modestes - qu'une petite boule ronde où l'homme n'est pas même à l'échelle d'une fourmi lorsque not re esprit prend conscience des e'spaces infinis du cosmos ! » On sait ce qu' il advint ensuite : « Incendie du Reichstag, camps de concentration P01tr les opposants, politique étrangère faite de coups de force et de bl'uff, réarmement à outrance, exaltation hystérique du pettple des « seigneurs », la gl ferre, la 1/Iort, les r uines, les assassinats et génocides. » « T ottt cela, soul igne M. Cerf-F~rrière, personne ne l'ignore. Certams fOi /t semblant, cependant, de l'ignorer, d'autres l'ap pT01fVent, et tentent de faire rellaît're le même lla:::isme, dont les racines, imparfa it eHlel1,t extirpées en A llemagne fédéra le, j'edoll J1 ellt vigueur à cet arbre e111pOiS01'11lé, » E t il constate que, « reprenaut les idées et l.es méthodes de 1919, les anciens S .S. se sont réorganisés, d'abord en petits g'r01tpeS, en A llemagne fédérale ». pui s en une association de plus en plus puissante, dont les membres ont obtenu le statut de fonctionnaire d'Etat. Chiff res' et dates à l'appui, l'o rateur fait l'hi storique de la reconstitution de l'internationale néo-nazie, dont les anciens S.S. d'Allemagne occidentale constituent l'aile marchante, évoquant au passage « l'activité de plmne et de plastic d'anciens collabos qui, en France, apportent leur concours à cette entre prise ». Après plusieurs manifestat ions de ce genre qui ont déjà eu li eu. « 011 ~!Ous prolllet, ontre-Rhin, di t-i l, pottr les 21 et 22 septembre prochains, lm rassemblemeJ/ t de S.S. allemands et européens, mlec .10.000 participants. » Soul ig-nant qu'en Allemagne fédérale, l'opinion publique a été alertée par di" ers scanclales. tels que l'affaire du Spiege1. la présence de Globke, Oberlander et Strauss au gouvernement, le procès intenté à la V.V.N., il exprime l'espoir que la résistance au néo-nazisme i ra partout se renforçant. « A nous de veiller, conclut-il, ponr la liberté des hommes et la paL,; du monde! » M. Fred TONGE: Conseiller du Comté de Landre «le peuple anglais , s oppose au fascisme}) ~....1111 Fred TONGE, conseiller du .". Comité de Londres, apporte • à la Journée Nationale, le sa lut du Comité antifasciste londonien dont il est président. Il souligne tout d 'abord la détermination du peuple britannique de ne pas voir le fascisme s'instaurer dons ce pays. oc Jusqu'à l'été dernier, d éclare-t- il, l'activité des fascistes avait été sporadique en Grande-Bretagne, Mais à la faveur du chômage, des difficultés de vie, et de la tension internationa le, les fascistes ont cru le moment venu de mettre en action leurs doctrines abominables ", oc La propagande fasciste, avant guerre uniquement antisémite, est maintenant dirigée contre les populations de couleur, notamment à Londres et dans les grandes villes, pou rsuit M. Tange. Les meetings fascistes se déroulent sous la protection de la police, le gouvernement refusant d'instituer une législation antiraciste sous le prétexte qu'elle limiterait la liberté de ,parole ", M. Tange souhaite ensuite le dévelop pe me nt du mouvement antira ciste en Gro nde- Bretagne et a nnonce la prochaine cré ation d'un comité p lus important que celui q ui existe actue llem e nt et, qui d éveloppera une g ronde compagne pour l'égal ité et la fraternité entre tous les hommes. M. Oumar ' BA : Délégué de la Mauritanie à l'U.N.E.S.C.o. « Pour un monde humainement élargi )} J« 'AnPieP A», RdTéIcElaNreS Mà, lBaA MOauumritaar. « C'est une ré publiqlte islamique multi raciale, m~e république qui v ient de naître et qlti a donc connu les rigue urs de la colonisation ... « Que voulons-nous ? L'égalité, la justice, la fraternité entre t01tS les peuples de tous les continents, de tous les cieux, de toutes les confessions. Nous voulons un monde humainement élargi où l'on ne ,tiendra pas compte de l' esclavage, ' ni dn sémitisme, ni 1l1êll/e de la situation sociale de l'individu. « A l'heure actuelle, nous. anciens colonisés, 1I01lS ne VOltions pas cololliser nos anciens patrons. Mais 110US Ile v oulons pas étre colonisés {Jar les néo-colonialistes, d' où' qu'ils viennent. Nous voulons la collaborat'ion fratern elle entre tous. NOliS voulons que l' éqalité soit partout, en Alabama, en Afrique du Sud, au Moyen-Orient. en ExtrêmeOrien t. Et ( '('st à /Jartir dit mOlll ent où l'égalité et la fraternité e:~istent qu'on peut, dans l'amitié, e1lvisager la coopération. » B LA JOURNËE NATIONALE Envoyées dès le 12 mai à l'Assemblée Nationale Me Henri GARIDOU: France une législation efficace » c:c: La Les propositions de lois se du M. R. A. P. L' INTERVENTION de Mc Henri GARIDOU porte sur l'amélioration nécessaire de la législation antiraciste. « Il s'agit, déclare-t -i l, d'un problème qui est arrivé à son poi1'lt critique, car, la législatiol1 actuelle est désespérément vaiue contr,e les menées racistes. Nous sommes, par aillettrs, dans ce pays, après les terribles leçol1s de l'histoire et après la décolonisa tion, deva11t lm problème essel/tiel .' promou.voir ~me législation al1timciste ef ficace . « Vous save::: qu.e, depuis fuillet 19J9, un décret qui a pris le 110m de M archandeau , son promoteur, a ?'épri1né uniquement l'Olt/rage et l'injure lorsqu/ils s'adressaiel/ t à un groupe - je dis bien à un grollpe et VO IfS 7'el'1'e::: les difficnltés qui uaiss,ent de cette accep tl:on de la loi - lOl'sq lfe cet oHtrage ou celle injllre 011t pOlfr but d'excite?' à la haine ou à la vio/ellce enf?'e les cito'yeus ou. habitants. De là vl:ent ?lOn pas que 1'lOUS puissions être ?'assurés , 1/Iais ail contraire lme g?'ande inqlûétllde, et je parle, ·ici comme pounaiel'It le faire bien d'au,f?'es de mes confrères qui ont lutté d'w1e manièl'e c01'lcrètc et dans les prétoires, pmtr ltne répl'essiol1 efficace . pour l'application de cette léqislati011. 011 s'aperçoit qu'ü est tl'ès difficile. ('1/ fai.f, d'appréhender et de faire tomber S01tS le coup de la loi les l'acistes. » LA DEMYSTIFICATION NECESSAIRE Prenant l'exemple cie l'affaire de « Fratern ité F rançaise» et cles inj ures anti sémites de Poujade, M" Gariclou rappelle qu'un premier j ugement du tribunal de L imoges a donné gain de cause au M.R.A,P" aV.ec des' attendus, il faut le d ire, qui honorent la J ustice françai se, Or dern ièrement. le 2.5 avril, la Cour de L imoges a relaxé Poujade du chef de racisme. (( Jl me s lf ffit. poursui t- il. de vou.s dire qlle/s SOtlt les lIIo tifs de cet arrêt pOlW qlle vous voyie::: 'IIn peu. dans quelles difficultés nous nous tro lfv ons. « Attendu, dit la COIW, qlfe ui K. , Hi R. (il s'aqit dII11 bal/q lf ier e.f d'lMle p,ersOl1nalité politiqlf e) 1/1' SO I/ t l'eprése ntatifs du qroupe de persol/ ll es z'isées à l'article ", ql('eu les él/lflll éral/t, POIfiade ne 71J'se alfClfl/ gro lfPe ethniqu,e social Olf reliqiell.1" daus SOI/ el/semble. on ne salirait soute11ir qlfe l'lIrt icle Il pour but d'cxciter à la haine. Poujade l1 'a~laJ1t pas l/Iallqué dc fail'e ln discrill1inaJion ,entre les hauts diql/itaires . persollnelleme11t 'v isés dOl1t il jlfgc l'actio/1 indiglle. d011t il fustige l'ar ti7,ité à ses yel(X lIPfast es el le petit boutiquier israélite. le petit Abraham, la petite Rebecca. dont il pl'e lld la défense ct d011t il écrit qlf'il serait fier d'apporl el/i'r à Ulle 1'(Ice à Une délégation de 19 L.I.C.A. ON sait qu'une délégation du M.R. A.P ., dirigée par Charles Palant, s 'était rendue au congrès annuel de la Ligue I n ter nationale contre le Racisme (L. I.C.A.) qui se tenait à Paris les 27 et 28 avril dernier , pour y apporter les salutations de notre Mouvemen t. Notre secrétaire général avait in vité une délégation de la L.I.C.A. à participer aux t ravaux de notre J ournée Nationale. Le Comité central de la L,I.C.A. a donc chargé le secrétaire général de cetle organisation, M. Octave Chanlot, accompagné de Robert Borowski, d'apporter à la tribune de la Journée Nationale le salut fraternel de la L.I.C,A. et un mesllage de son président, M. Bernard Leca' che. Ce message, qui a été lu à la tribune par M. Borowski, affirme notamment que, dans le moment présent « il fau t savoir rassemblcl' sans distinction d'opinions, toutcs celles et tous ceux qui, pOur mener la lutte contrc l'Internationale néo-nazie reconstituée, s'engagent, en dehors et au-dessus de toutes contingences de part is, à tout mettre cn oeuvre pOur barrer la route au fascisme renaissant.-. Nous r etrouverons certainement, dans les jour à venir , vos amis auprès des nôtres da ns les luttes qui sc prépar cnt. Bonne chancc à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. A bas le racisme. Vivent l'union des races ei la paix entre les peuples. » doit d'adopter antiraciste laquelle notre civilisation doit tant. » « Lorsque je considère la manière dont les juges, des gens raisonnables, ont pu éc~ire des attendus pareils, je, songe à tOitS ces préjugés que nous combattons ici, et puisque mon propos est très complexe, puisque je vous parle à la fois de la législation existante et des projets qtte nous allons prés,enter, il ne faut pas oublier aussi ce travail particulièrement long de démystification. Car le tribunal, lui, avait vu, éclairé 'par nne his.foire qui crève les yeux, que ces considérations et distinctions entre « hauts dignitaires » et « p,eti ts juifs » ne sont qtt'ttn alibi COitrant d'une propagande fOl~cièrement antisémite, e,t qui s'acharl1e en fait cOl1tre tous les juifs. » LES DEUX PROPOSITIONS DU M.R.A.P. M' Gar idou présente ensuite deux propositions de lois élaborées par la Commission juriclique du M.R.A.P. sous l'autorité du président Léon Lyon-Caen : « La première v ise à protéger, non pas seulement ce « groupe », qui est difficile à déterminer, vous l'avez vu, mais aussi l'individu qlÛ est visé par les excitations à la haine racist,e. « Elle vise 110n plus l'outrage et l'inïure , mais la provocation ou la tentative de provocation à la haine et à la violence. « Par ailleurs cette première pro position donne à des associations déclarées dont le but est la lutte antiraciste, comme le M.R.A.P., le droit d'exercer tous les droits réservés à la partie civile, donc de mettre en oeuvre la poursuit,e, de se cotlstit1ter partie civile et d'obtenir la réParation symbolique. « La deuxième proposition est consacrée au,l.- discriminations raciales. Aux termes de cette proposition sen nt punis le refus par un fonctionnaire ou tout citoyen chargé par un ministère public d'accorder à une persorme ou à un groupe à cause de son appartenance raciale ou son appar,tenance religieuse, un droit, un bien ou un service. C'est également, avec cette proposition, le re fus de prestation de biens ou de s,ervices quelcollques, à cause de l'appartenance raciale ou religieuse qui sera puni. Et c'est aussi le refus d'embauche Ott le licenciement à cause de l'appartenance raciale ou religieuse. Enfin le M.R.A .P. a tenu à préciser dat/s sa proposition que soù punie l'o ffr.e de prestation ou de se1'7lice qui serait soumise à une ques-, tion d'ap pa1'fenance ou de non apPartenance raciale ou religieuse. » A propos cie cette dernière dispositi on, l'orateur ci te le cas des ofhes de chambres à louer aux étudiants, qui donnent souvent lieu à cles discrim inat ions. (( Nous avons fait tout ce qu'il fallait pour que ces propositions soient lttises entre les mains des parlementaires, conclut M' Garidou. Cela demande mainte~ nat/ t, de la part de vous toUS; une grande action .' des démarches auprès des parlementaÎ1'es, des articles de presse, la pris,e de position des organisations, syndicats, groupe/Hents intéressés par 1~ne telle législation. Et! br,ef, il faut susciter dans l'opinion un grand mouvement de sympathie pour cette initiative. Encore ume fois, -on ne peit! Pas comprendre aulourd'hul: que de telles dispositions ne soi,ent pas prises, pou,r mettre fitl à un fléau qui est terrib/emen.t dangereux. Si de felles lois ne pO ltvaient voir le jour, rien de gmnd l1e- pour rait se faire dans ce pa)ls. el tous les cito ~l,ens courraient 1 e plu s gral1 d péril. » - Le Docteur DANOWSKI: Président de l'Union des Engagés Volontaires {( Nous ne pouvons et Anciens Combattants Juifs tolérer la propagande criminelle des racistes )} RAPP ELANT les raisons qui ont déterm iné son association à partic iper à cette Jou rnée, le Dr DANOWSKI, président cie l'Union des Engagés Volonta ires et Anciens Combattants Juifs, déclare notamment : « N otre pèlerinage en Pologne ces jours derniers, à l'occasion du 20' anniv ersaire de l'insurrection dn Ghetto de Val's avie nous a ramenés à la triste réalité. E n v isitant les camps de la mort d'A uschwitz et de Treblinka, nous nous delllaHtlions, là-bas, s'i tout c.e que nous avons v u, tout ce qne nous avons ent ~ l/ d u. a hé possible an X X" siècle, siècle dn progrès et de la civilisation. Quelle aberra tio ll ! Quelle décadence de la pers01l1lalité humaine ! L',extermination de 6 millions de fuifs au nom de la « race supérieure» tO'Hrmentera la conscienc. e de tous hommes et de toutes nations ayant permis ce génocide. et le récent j ugement de Limoges, le Dr DanowS'ki poursuit : « Nous continuerons notre combat avec le M.R.A.P. e,t avec tous les antiracistes. Nous plaiderons notre cause à la Cour de Cassation qui, comme nous l'esPérons, mettra fin 01/..1; doctrines moyenâgeuses qui p?'ovoquent la discorde entre les citoyens d'un même pays. Nous croyons en cette vic,toire car nous avons appris dans la souffrance à Juger la supériorité des forces morales d'une civilisation qui enseigne le respect, le droit et la dignité hltmaine. » Vaïda VOEVOD III: Président de la Communauté Mondiale Gitane reçoivent l'approbation de députés de toutes tendances Déjà les groupes socialiste et communiste les ont déposées DE l'U.N.E.S.C.O. même, où elles reçurent l'approbation chaleureuse des participants à la Journée Nationale, les propositions de loi élaborées par la commission juridique du M.RAP., ont été envoyés, le 12 mai, à tous les députés. Les jours suivants, notre Mouvement a reçu de très nombreuses lettres d'approbation et il continue d'en arriver. Dans ces lettres, beaucoup de députés, de toutes tendances, affirment non seulement leur ac_ cord de principe avec nos textes, mais leur intention de les faire déposer par leur groupe. Aussi espérons- nous que le dépôt des deux propositions par le groupe socialiste d'une part, et le g roupe communiste d'autre part, intervenu le 22 mai, sera suivi d'autres initiatives dans le même sens. Voici une première liste de députés qui ont fait part ou 'M.RAP. de leur soutien : Groupe communiste : MM. Waldeck Rochet (Seine), Robert Ballanger (Seine-et-Oise), René Lamps (Somme). Groupe socialiste : MM. Guy Mollet (Pas-de-Calais), Raoul Bayou (Hérault), Louis Boisson (Seine-Ma ri time), Henri Duffaut (Vaucluse). Groupe U.N.R. : Dr Henry Berger (Côte-d'Or), général Pierre Billotte (Seine), Jean Degraeve (Marne), Gérard Deliaune (Gironde), Pierre Her· man (Nord), Pierre Marquand-Gairard (Bouches-du-Rhône), lu'cien Neuwirth (Loi re), Pierre Ruais (Seine). Centre Démocratique : Emile Bizet (Manche), André Brugerolles (Charente - Maritime), Paul Ihuel (Morbihan), Charles de Chambrun (Lozère), Maurice lenormand (Nouvelle Calédonie), Emile Dubuis (Ain). Rassemblement Démocratique : Georges Bonnet (Dordogne), Gabriel Bouthière (Saône-et-Loire), Paul Duraffour (Saône-et-Loire), Gabriel Peronnet (Allier). Pou le groupe socialiste, les propositions déposées ont été signées, l'une par MM. Gaston Defferre, Boulay, Laurent, Le Gallo, Matalon, l'a utre par MM. Loustau, Boisson, Cornette, Gaudin et Philibert. Pour le groupe communiste, toutes deux ont été signées par M. Ballanger, Mme Marie-Claude VaillantCouturier, MM. Georges Bustin, Paul Cermolacce et Théo Vial-Massat. Signalons enfin que M. Charles de Chambrun (qui éta it présent à la Journée Nationale) a déposé une question écrite au gouvernement, lui demandant d'agir également en faveur d'une législation antiraciste. « C'est pourquoi. nous, les anciens combattants luifs de France, parallèlement au M.R.A .P., nous devons empêcher qlle soit bafoué le courage héroïque de ces mart}'l's . .et e.'riger que soit mis fin à la propagande malfaisante et criminelle des antisémites. » «Formons un front solide et fraternel» Evoquant le procès intenté à Pou ja de par le M.R.A,P. et l'U.E.V.A.C.J" UNE . LARGE dé légation de Gitans, venus de dix pays différents, a suivi, du matin au SOir, les travaux d ~ la Jou ~n ée N.ationale . .. I n te r~e na n t dans l'après-midi, le président de la Communaute Mondiale Gita ne, VOida \ oevod III, soul ig ne tout d'abord l'esprit de frate rn ité qu i règ ne dans ces a ss ises. .. Il f( ut agir, s'écrie-t -il. le peuple gitan n'a pas oublié les horreurs de 1939-1945. Nous SOI Imes conscients des dangers actuels, nou~ uvons peur de ce monstre qu'est le nazisme, qui reste dans l'ombre et nous guette 'à nouveau. " .. Inutile de se le cacher, d it -il encore : le racisme et le nazisme ne font qu'un. Avant qu'il ne soit trop tard, formons un front solide, un front uni et frate rnel contre le racisme, contre l'antisémitisme et pour la paix. " .. Je tien.s, conclut-il, a remercier le MRAP et ses adhérents pour le concours qu'ils nous ont apporté chaque fois que nous avons frappé à leur porte. Nous assurons votre Mouvement ainsi que tous les gens de bonne volonté que nous sommes à leurs côtés. " Vaïda Voevod III, M, Vanko Rouda ( de dr oite à gauche) et une par tie de la délégation gitane A la su ite de cette intervention, un mémoire sur la situation des Gita ns en France a été remis au secréta ria t du M.R.A.P. par M. Vanko Rouda, secréta ire géné ral de la Communauté Mondiale Gita ne. 9 M. Pierre JUVIGNY: . " LA , JOURNÉE NATIONALE Maître de R equêtes au Conseil d'E tat « Le rôle de la communauté internationale et de l'État dans la lutte antiraciste EXAMINANT le r61e de l'Etat et de la communauté internationale dans la lutte contre le racisme, M. Pierre Juvigny, maître de requêtes au Conseil d'Etat, souligne tout d'abord que « pour la pr·emière fois dans l'histoire contemporaine, et singulièrement depuis 1945, la lutte contre les discriminations, y compris contre les discrimina. tions raciales, est devenu'B, un domaine relevant institutionnellement de la compétence internationale·, » Parmi les buts de la Charte des Nations Unies, le respect des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, d'origine, de confession ou de sexe, se trouve sur le même pied que le maintien de la paix et de la sécurité internationale. UN BILAN POSITIF Pourtant, constate l'orateur, « on n'a pas su ou pas pu tirer toutes les con· séquences positives souhaitables de ce principe général d'internationalisation des Droits dc l'Homme ». Pourquoi ? Parce que les Etats pratiquant le racisme invoquent, pour empêcher une action de la communauté internationale, le principe de la non-ingér ence dans la vie intérieure des pays, interprété dans son sens le plus étroit. Et aussi parce qu'il n'existe pas de Code universel définissant clairement et sans contestation les infractions en ce domaine. Malgré tout, indique M. Juvigny, « une bilan positif dc l'action internationale peut être présenté ». Dans certains cas, « les phénomènes racistes revêtent une teUe ampleur, un caractère tellement systématique que l'Assemblée générale des Nations Unies crée des organes spéciaux pour les examiner et les combattre. » Ainsi, l'apartheid en Afrique du Sud a fait l'objet d'enquêtes et de nombreuses résolutions dc l'O.RU. S'il est vrai que le gouvernement sud-africain a rejeté ces résolutions, les travaux effectués sur ce problème fournissent à l'opinion publique et aux gouvernements une base solide pour en discuter et prendre les mesures qu'ils jugent utiles. M. Juvigny rappelle également le soutien apporté par la majorité des Nations Unies au processus de décolonisation, M. Jacques SAVARY : ainsi que l'oeuvre scientifique accomplie par l'U.N.E.S.C.O., contribution de premier plan à la lutte contre les préjugés raciaux. Enfin, la Sous-Commission de la lu tte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités, fonctionnant dans le cadre de l'O.N.U., mais formée d'experts non gouvernementaux, a pu réaliser des études et formuler des recommandations souvent efficaces ... M. Pierre Juvigny analyse ensuite les déclarations et conventions internationales dont l'influence peut amener les Etats à agir contre le racisme. « La Déclaration internationale des Droits dc l'Hommc, déclare-t-il notamment, s'est traduite souvent dans le Droit positif dcs Etats. B.eaucoup des Etats qui ont accédé réccmment à l'indépendance ont placé dans le préambule ou dans le texte de leurs Constitutions, voire dans leur législation, un certain nombre de termes, de principes, de définitions qui sont directement reproduits de cette Déclaration. » Il en est de même pour certains accords internationaux. La Convention européenne de sauvegarde des droits et des libertés fondamentales - ratifiée par tous les Etats d'Europe occidentale à l'exception de la France - comporte en outre un organisme juridique permettant aux individus de demander des sanc· tions conl re leur propre gouvernement. A ces textes, il convient d'ajouter no· tamment la Convention sur les non-discriminations dans l'emploi, élaborée par l'Organisation Internationale du Travail, et la Convention, récemment mise au point par l'U.N.E .. S,C.O., contre les discriminations dans l'enseignement, ratifiée déjà par de nombreux Etats, dont la France. Cette Convention invite les États non seulement à abroger toute mesure qui aurait pour effet de placer un groupe ou un individu dans une situation d'inégalité, mais encore à favoriser, par l'éducation, la tolérance, la compréhension entre toutes les nations, entre les groupes raciaux ou religieux. UN FAISCEAU DE POSSIBILITES « Si l'on veut, dans ces conditions, préciser l'action de l'Etat dans la lutte antiracistc, on se trouve placé devant un faisceau pratiquement illimité de possibilités », poursuit M. Juvigny qui montre que les mobiles d'une telle action peuvent être aussi bien utilitaires (économiques et sociaux) que moraux ou politiques. Il préconise, dans le domaine législatif, des mesures précises tendant à prohiber l'action des associations dont le but est l'exaltation du racisme », et des mesures « garantissant à tous l'égalité dans la vie civique, économique et sociale ». Mais l 'Etat, souligne-t-il, doit mener « une action amplifiée pour créer les conditions destinées à faire disparaître, 'ou en tout cas, atténuer' le racisme dans l'esprit de l'homme ». Cela peut et doit se manifester « dans la structure et l'esprit des programmes d'enseignement qui, à l'heure actuelle, chez nous, font trop peu de place à l'éducation civique en général, et encore moins à la création réaliste et intelligente d'un esprit de tolérance et d'amitié entre les groupes raciaux et religieux ». « A l'heure où l'Etat aide beaucoup d'associations, il peut aussi, sans empiéter sur leur autonomie, aider les grou· pements qui contribuent au grand bras· . sage de la jeunesse et aux échanges internationaux », suggère encore l'orateur, qui ajoute: « Etant admis que l'éducation est un processus continu, qui va bien au delà de l'enfance et de l'adolescence, les moyens audiovisuels doivent être mis au service de la lutte antiraciste. Radio et t'é! lévision, qui accordent légitimement une place aux manifestations des différents cultes, devraient aussi permettre que s'exprime « l'église » de la fraternité humaine, qu'aient lieu des émissions consacrées à démystifier les préjugés racistes. » « L'action internationale, l'action de l'Etat, l'action des groupements et des hommes de bonne volonté ne peuvent être séparées, conclut-il. Lcur con jonc. ·tion, leur concert doivent être permancnts ». Secrétaire général du Centre Mondialiste M. Jean-Claude GILLET: Vice-Président de l'U.N.E.F. • M. Jacques NANTET : Vice-Président des Amitiés Judéo-chrétiennes «Sur la bonne • vOIe ... » « C'EtiSésT IuItdné od-eCsh roébtijeentsn eds,e sd éAclmariel'écrivain Jacques NANTET, vice-président de cette association, de l'lttter contre toutes les formes du racisme et entre mtires l'antisémitisme. "Yous ne sommes pas de ceux qui pensent que l'antisémit·isme trouve son unique source dans les enseignemellts chrétiens, bien sûr. Mais en collscience chrétienne, nous pensons qu/il pellt )' avoir parfois dans certains enseig1lements déformés de quoi donner quelque source à cet antisémitisme et c'est contre cela que nous luttons. « Ce que je voulais VO'lts dire bien simPlement, c'est que / ai reçu pwsonnel lement et parlant à ma personne les encouragem, ents directs du cardinal Béa dont vous savez qltel est le l'ôle dans la préparation de la suite d'lt Concile. A yant reçu à nouveau et tout récemment les encouragements personnels du cardinal Liénart, dont vous savez aussi le rôle important dans la suite de ces travaux, ils m'ont dit l'un et l'autre : « Vous êtes sltr la bonne voie, continuez. » cc Moi aussi je pense, en tant que chrétien et que catholique, que flOS idéaux sur ces points sont communs, et l' oeuvre entreprise, je vous le dis de tout coe'ltr, nous la poursuivrons. » L'action « POU r le respect des engagements» de la Jeunesse FAISANT applaudir la présence dans la salle de plusieurs antiracistes américains, M. Jacques SAVARY, secrétaire général du Centre Mondialiste, insiste sur la solidarité de tous ceux qui, dans le monde, luttent contre les discriminations et les haines raciales. Après quelques remarques sur l'une des motions soumises aux participants, il consacre son intervention au rôle des instances internationales dans la lutte antiraci ste. « Il est regrettable, déclare-t-i1, que les organismes internationaux ne disposent, en général, d'aucun moyen pour faire respecter les conventions et résolutions qu'ils adoptent. ~ A propos de la Convention européenne des ' Droits de l'Homme, qui prévoit le recours des individus auprès d'une juridiction supranationale, il souligne : « Le gouvernement français ne l'a jamais ratifiée : on conçoit que, pendant la guerr·e d'Algérie, à l'époque des tor. t'ltres et des camps de concentration Ot~ l'on enfermait les Algériens uniquement parce qu'üs étaient Algériens, il n'ait pas voultt se lier par ce traité. Aujourd'hui, les circonstances devraient être plus propices ... » « Quand sur le plan international, conclut-il, il existera 'ltne loi, des tribunaux condamnant des crimes comme le racisme, si haut placé que soit le criminel, alors, j'ai le sentiment que la fraternité humaine pour laquelle nous combattons sera en voie de réalisation. » N DUS nous sommes d'éjà re- « trouvés plusieurs fois "ôte à côte dans la même lutte, pour les mêmes objectifs », souligne tout d'abord M. Jean-Claude GILLET qui va développer au nom de l'Union Nationale des Etudiants de France, un intéressant rapport consacré au rôle national et international de la jeunesse dans la lutte contre le racisme. Sur le plan national, les faits ne manquent pas. La guerre d'Algérie avait officiellement consacré le racisme en France, où tout individu au type basané était considéré comme suspect, comme coupable et où des mesures racistes étaient prises collectivement. En maintenant la solidarité avec les étudiants algériens, dont les études étaient devenues presque impossibles, l'U.N.E.F. prenait une ferme position qui faisait connaître la détermination des étudiants de lutter contre de tels faits. Les événements d'octobre 1961, qui ont transformé Paris, pendant plusieurs jours, en terrain de chasse à l'Algérien, cc nous imposaient de porter à la connaissance de tous les témoignages qui nous sont parvenus d'étudiants Olt tout simplement de Français profondémen,t scandalisés. Il n'é tait pas dans notre intention d'exploiter la sonffrance physique ,et morale de tlombrell.'r Algériens. Tout simpl~ment désirions-nous l'emplir le devmr d'information qui nous revient. « Dès le 19 octobre, l'U.N.E.F. déclarait dans un communiqué : « Les exigences dit maintien de l'ordre, de la protection des services de police, ne sauraient, en aucun cas, justifier que des atteintes aussi graves soient portées à la personne humaine, aux libertés les plus élémentaires. » « De leur côté, les 5~ organisations de jettnesse rassemblées au sein du G.E.R.O.G.EP. ont cons.titué un dossier sur 'les événements racistes des 17 et 18 octobre. « Maintenant, poursuit M. Gillet, un terme a été mis à la guerre d'Algérie, la pai:t: est enfin revenue. Mais not~s assistons encore trop souvent à des manifes. tations de racisme plus ou moins conscients, plus ou moins dangereux, et cela tous les jours. Il suffit de se référer aux personnes qui viennent nous proposer des chambres à louer en sPécifiant bien : « Surtout pas d'étranger! » « Donc notre rôle n'est pas terminé et notre action de ,tous les jours doit tendre à faire disparaîtr,e ce racisme latent. » M. Gillet montre ensuite le rôle que doivent jouer l'U.N.E.F. et les autres unions nationales d'étudiants sur le plan international, notamment en Afrique du Sud et a ux Etats-Unis. « L'Union Nationale des Etudiants d'Afrique du Sud lutte depuis longtemps contre le racisme du gouvernement du docteur Verwoerd, car la discrimination raciale se fait jour également à l'intérieur de l'Université. Aux Etats-Unis, pour ce qui est du problème de la discrimination et de la ségrégation raciale, les écoles sont encore loin d'avoir atteint l'idéal fixé pour l'enseignement» : :; % seulement des enfants noirs peuvent achever l'école secondaire ou entrer dans un collège, et toutes les discriminations à tous les échelons limitent le chiffre des étudiants appartenant à une minorité capables de fréquenter les établissements d'enseignement supérieur. « L 'U.N.E.F. a d'ailleurs toujottrs SO'lttenu l'Union Nationale des Etu.diants des Etats-Unis qui est à la base des manifestations 'antiracistes qui ont eu lieu au Mississipi, Ott ces derniers temps en Alabama. « Le rôle des étudiants et de, la jeuHesse dans la lutte contre le racisme est primordial, conclut M. Gillet. En particulier les étudiants Otbt un rôle d'information et d'action pour faire face à certains mO'ltVements nationalistes et mÙloritaires dont le racisme est un des principes de base. Sttr le plan national el int. ernational, nous aVf2Jls encore un long combat à mener. » L 'a Ilocution d' ouvertu re du Président Pierre PARAF ({ Violent ou discret, combattu avec une LA JOU M. René CAS Vice-Président honoraire du ( « 17 ans de lutte à la des Droits de l'H( de l'O.N.U. }) vigueur accrue, le M René CASSIN, vi ce-pré: racisme demeure A la tribune, de gauche à droite: MM. Léon Lyon-Caen, Président d'honneur; Pierre Paraf, Président, ei .cnarles Palant, Secrétaire général du M.R.A.P. • son exposé en aHiny homme q ui combat par tous à la commission des Dro d ix-sept a ns « nous luttons pou un GRAVl PROBLEME D'ACTUALITE» Après avoir sal ué et remercié les nombreux pa rt icipants pour leur présence à cette 14" Journée Nationale, le président Pierre PARAF évoque les cha ngements inte rvenus dans le monde a u cours des qu inze dernières années. Un homme endormi en 1934 lors de l'avènement d'Hitler et réve illé en 1963 pense ra it que l'h istoire a réglé avec le racisme ses comptes essentiel s. « E t ponrtant, poursuit Pierre PARAF, le racisme survit encore, tantôt sous des formes plus discrètes, sous le maHteau de cette hypocrisie dont un de nos 'moralistes disait qu' elLe est l'hol1mlOge que le vice rend à la vertu, tantôt sous des formes violentes qui laissent la conscience humaine surprise, illdig11 fe . « A l'arrière plan d.e cette Journée, les tragiqu es images de l'Alabama se projettent sur nous. La chasse aux noirs. les prisons remplies de femmes et d'enfmlts coupables du seul crime de défense de la dignité humaine, ont suscité dans nos consciences un immense élan de solidarité. Et notre prelIIièTe pensée. à la première heure de celte jourll fe seTa pour dire aUx victimes qu-i commencetlt à obtenir quelques sltccès dans leurs justes rev endications, à tOIlS les hommes ,et femmes de coeur qui les appnient

« NOUS SOMMES AVEC

VOUS 1. .. » l'intérêt de 'la jeunesse ...

\Iontrant ensuite que la tâche de notre

1Iouvcment « est de PTovoquer la prise de co11science du mal, de le déceler, de l'anal' yser, de .trouver et d'appliquer ensemble les remèdes )J , le Président Pierre Paraf aborde l'examen de la grande enquête à laquelle il a été procédé à l'initi ative de notre secrétariat

« Sans anticiper sur les rapPOTtS

qui vous seront présentés par des personnalités hautement qualifiées que nOliS remerciMls d'a~'oiT bien V01Ûlt assumer cette tâche. je voudrais me borner à le7'er le rideau Sltr cette enquête, à souligner l'extraordinaire succès qu' elle a rellco11tré. « Quince mille exemPlaires du questio11naire 01lt circltlé. Des correspondants de tOitS les âges. des familles philosoPhiques, spirituelles ou sociales les plus divel'ses 011t répondu,. Des écoliers, des lycéens, des étudiants sont v enus en grand nombre à nos bureaux chercher le fonnulaire . Ils el1 ont COllvert les feuillets, en ont ajollté d'autres se trouvant trop à l'étroit dans le cadl'e que l'exiguité du papier leu,r av ait imparti. Un professeur de Rouen l'a fait remplir par ses élèv es. fo yer raciste que certain panarabisme allume au Moyen-Orient, Sltr Les discriminations que des pays fascisés appliqu.ent à leurs minorités, sur la menace de destruction qu'ils n'hésitent pas à brandir contre leur voisin israélien. » Pierre Paraf consacre ensuite une brève étude à l'examen du racisme en France, évoquant la situation des gitans, des travailleurs d'Afrique du Nord et d'Afrique noire, etc. « Et s'il s'avérait qlte ceux que l'on nomme les pieds-noirs (et n01{S n'avons pas hésité à dénONcer les lourdes responsabilités qu.'elt?'e11t certains d'entre eux dans le passé) , s' il s'avérait que ces rapatriés sOl4frent à leur tour dIt racisme dans leurs épreuves de déraC'Ïnés. tlOUS serions auprès d'eux pour les assister, P01t?' les aidel' à reP'rendre leur place a1{ sein de leur patrie. » « Olti. poursuit P ierre Paraf, le racisme a gardé chez nolts une actualité i'nquiétante. Ce raC'Ïsme fail de défiance, d'ignorance. de xénophobie, de la sotte et méchante réaction qui aboutit à mépriser, à brimer. à maintenir dans une situation opprimée ceux que l'on sent différents de soi, plus fai bles que soi. « Pas une des réponses à Ho·tre questionnaire d'où cette amère cons tatatiMI ne jaillisse ! « N ous ~I avons trouvé le fruit de jel/tl es méditations. de vieilles expériences. et a1{ssi l'écho de déchirantes confidences 01), chaque ligne semblait porter un lourd fardealt de souffrances, d' hllmflia ti Otis. s' arrêtan t parfois brusq~/ e111e'nt com/1/e la ligne brisée d'une vIe ... » Appelant enfin à la vigilance contre une renaissance toujours possible du raci sme hi tl éri en. notre Président conclut par une note d'espoir : « Jamais les forces a11 tiracistes n'ont été aussi nombreuses et aussi puissantes. Si le péril paraît s'accroUre, c'est qu'on le discenle mieux. c'est qu'on Le dénonce là Orl naguère on fermait les yeux sur lui, 01/ l'on considérait ses manifestations aussi naf1{reUes que les inégalités soC'Ïales imposées à des victimes iQnorantes et résigné,es. Désormais Prométhée a brisé ses chaînes. Chactm de nous v oit plus clair dans le raC'Ïsme qlÛ est anf01W de ltû. qlli es.f en lui. » M. Paul ANXIONNAZ . {( Dans la Ancien Ministre la tradition Révolution française » .... ~ Paul ANXIONNAZ, a nc ie n ministre, M vient à la tr ibune à la fois « camme • membre actif et fidèle du M.R.A.P. et pOur apporter le salut du Grand Orient de France et l'assurance de sa totale solidarité. » Rappelant que l a franc-maçonne rie du Gra nd Ori ent de France a toujours insc rit au premi e r rang die ses pri ncipes la lutte cont re tou tes les d isc riminati ons, et qu'e lle a é té la premiè re à la me ttre en pratique a vant même la révo lution de 1789 do ns ses loges, il évoque l'a cti on de cette a ssoci a t ion progressiste dans la préparation des grandes réformes révo lut ionnai res de 1792 : « Et parmi celles-ci, il en est une qui est chère à tous les hommes et toutes les femmes que vous êtes, c'est l'obolition de l'esclavoge décidée en 1792 sous 10 pression de Conventionnels dont un grand nombre de Francs-Moçons, au premier rang desquels je citeroi l'Abbé Grégoire. Hélas, dix ons plus tord, comme vous le savez, la de révolution fléchissante étoit obattue p coup de force militoire, déjà ! Et, biel la pression d'intérêts économiques et nioux, grâce à leurs rep,ésentonts à Pori tamment la famille Beauhornais, Con4 ou rétablissement de l'esclovoge dons les nies ... " M. Anxionnaz ra ppe lle ensu ite que jours plus tôt, dans une salle vo isi ne de c i, de nombreuses pe rsonnes se ré u ni ~ pour proclamer leur indignation et leu 1è re contre l' a ssa ssinat d'un homme lib re un pays voi sin du nôtre, et il évoque l' sinat du franc -maçon Francisco Fe rre r, et trée des troupes franqui stes, 30 ans plus dons Malaga, où fur ent fu sillés le jour 80 francs-maçons. « C'est vous dire que le combat que menez, nous le menons au.ssi. Nous 50 solidaires de votre oction... " L'abbé Paul CATRICE « ILe cinéma doit st vir lalcause de la fraternité humaine L 'abbé Paul Catrice évoque tout d'abord quelques souvenirs : les campagnes menées contre le racisme lors de la venue d' Hitler au pouvoir, et, en particulier, un grand meeting tenu à Lille, sous la présidence de Pierre Paraf, quelques mois avant la guerre de 1939 ; l'action de l'Assemblée de l'Union Française, dont il fut membre ; enfin quelques anecdotes significatives montrant la gravité des préjugés racistes parmi les européens des pays coloniaw Président et fondateur du Fest ival na tionol de l'amitié des peuples, il s'o ensui te à examine r je ·rôle d u c inéma l'e combat que nous poursuivons: « Le cinémo peut-il aider à l'amit peuples ? demande-t - il. Souvent, il cette couse, olors qu'il pourroit faire mément en sa foveur. " « N'est-ce pas là un témoignage t'éconfol'Iant de l'intérêt que la jeunesse de France porte attx grands problèmes aux quels sont associés les souvenirs de grandes injustices ? Celle qui vient à nous n'a Tien à v oir avec les « blousons 110irs ». « tedd'jls boys » et « h01/ligans » d0111 lme malsaine publiC'Ïté gonfla l'importance. Et ce n'est pas che:; elle qu'on répond QZlec indifférence

« Hitler. connais pas ! »

M. Mohamed·Sadok 8ELMOKHTAR · « Il ne suffit Po.s, poursuit l'a bbé C de SE' proclomer antirociste le temps d'u cours, de se placer sur un plan sentimE Il faut connaître les peuples et les ci tions, les comprendre et les oimer. C 1'0 dit le gro-nd pen,seur : « Malheur connoissonce qui ne tourne pas à aiml « Au-delà de ces films exotiques, westerns que l'on nous présente trop vent à la t élévision, de ces feuilletons troyants pour 10 jeunesse, mois qui ex une influence si néfaste, il y a des fil grande voleur ", constate l'o rateur. On discerne mieux le péril Après cet hommage à la jeunesse, Pierre Paraf développe les g rands thèmes posés par notre enquête : « L'aclualité dn l'acisme. Progresset- il ? ReC1fle-t-il ? Si cette aotl{alité paraît à tous incontestable. les opinions de nos correspondants ne s'accordent par toujours snr la deuxième questicn... Regardant a'ntour de nous, de l'Alabama. aux pays amis d'Eltrope orientale 01/ le vieil antisémitisme .tsariste, les séquelles de l'époque dite « stalinienne » n'ont pu être entièrement élimÏtl ées, la lucidité notts interdit O1ttant l'optimisme superficl:el qlle le pessimisme désabusé. En Union SudAfricaine, la ségrégation légale jette Ut! défi a1tx principes d'égalité ... En Allemagne, les pires criminels de guerre res,tent ,en liberté , lorsqlt'ils n'occupent pas d'importants postes officiels. Et comment fermer les yeux sur ce « Il OUS tenons à dénoncer le racisme « ..... quel qu'il soit et où qu'il soit " .~ affirme tout l'abord M. BELMOKHTAR Mohomed- Sadok, mufti de la Mos quée de Paris, ajoutant que le racisme ne ~ra u ve ra aucune a ud ience auprès de l' Islam . Le premi er muezz in ne fut-i l pa s le cé lèbre Pilai , un noi r ? « Notre sointe foi reflète l'image de l'égalité entre les hommes en générol. De là découle une froternité certoine. Tout, depuis Adom, ju.squ'à notre Prophète, évoque cette égolité ... " « Le racisme n'a trouvé de terroin propice qu'à notre époque. Tout le monde doit bannir ce virus que toutes les voix ont toujours com- Mufti de la Mosquée de Paris nous faut dénoncer les maL .. » forces du bottu, comme Dieu l'a prescrit " , dit-il e ncore

et il concl ut sc brève intervent ion en

ces termes : « Il nous oppartient et il appartient à moi plus porticulièrement de dénoncer CE·tte bête noire qu'est le rocisme, ségrégotif en A",érique, houtain en Angleterre, destructeur en Allemagne, orrogant en Espagne, sournois en Itolie, moqueur en Fronce, mêlé de fousses conceptions religieuses en Afrique du Nord, hoineux en Orient .•• Alors que l'humanité 0 lutté ovec succès au cours des millénaires contre d'outres tares comme le fanatisme religieux, l'intoléronce, l'esclavage, la primouté de 10 force sur le droit, seul le racisme demeure un des obstocles à la parfaite intE·rcompréhension des hommes ••• » Contre l'antisémitisme, il cite por pie : « Le J ournal d 'Anne Frank " (rica in), « L' Enclos " (fra nça is), « Romé liette et les T énèbres" (tchécoslova que), Conspira trices " (bri tannique). Contre c isme : « Ple ure, ô pays bien aimé « Comle bock Africa ", « l'une des pl tions les plus virulentes et en même tem plus profondes dans ce domaine " . Après avo ir ra ppelé les efforts du FI qu'i l préside et qui , chaque année, à se consacre à un thème diffé rent, il lust de nombreux f ilms, l'abbé Catr ice con « Une associotion, si vigoureuse soi ne suffit pos. Chacun de nous doit a! fout que les critiques cinémotogrophiques lysent les films en tenont compte de leui tenu humain. Nous devons, à l'occasio~ noncer et boycotter les films racistes surtout, par un travoil positif, signaler, mander, diffuser IE'5 films qui .servent ternité humoine, essoyer d'en susciter to davantage. « Ainsi, sur un plon porticulier mais immense importonce, nous oeuvrerons util, pour la grande couse qui nous réuni,t. LA JOURNËE NATIONALE .- M. René CASSIN . Vice-Président honoraire du Conseil d'Etat « 17 ons de lutte à 10 Commission des Droits de l'Homme de l'O.N.U. » M René CASSIN, vice-président honoraire du Conseil d' Etat, commence droite: MM. Léon Lyon-Caen, Président d'honneur; et .cnarles Palant, Secrétaire général du M.R.A.P. • son exposé en affirmant qu'il ne représente personne, sinon un homme qui combat parfois trop solitaire, mais qui nous représente tous à la commission des Droits de l'Homme des Nations-Unies où depuis dix-sept ans « nous luttons pour les principes qui inspirent ce groupement ». M. Paul ANXIONNAZ . Ancien Ministre {( Dans la tradition la Révolution française» ... ~ Poul ANXIONNAZ, ancien mini stre, M vient à la tribune à la fois « comme • membre actif et fidèle du M.R.A.P. et pour apporter le salut du Grand Orient de Fronce et l'assurance de sa totale solidarité. » Rappelant que la franc-maçonnerie du Grand Orient de Fronce a toujours inscrit ou premier rong die ses principes la lutte contre toutes les discriminations, e t qu'elle a été la première à la me ttre en pratique avant même la révolution de 1789 dans ses loges, il évoque l'action de cette association progressiste dons la préparation des grondes réformes révolutionnaires de 1792 : « Et parmi celles-ci, il en est une qui est chère à tous les hommes et toutes les femmes que vous êtes, c'est l'abolition de l'esclavage décidée en 1792 sous 10 pression de Conventionnels dont un grand nombre de francs-Maçons, au premier rang desquels je citeroi l'Abbé Grégoire. Hélas, dix ans plus tard, comme vous le savez, la de révolution fléchissante étoit abattue par un coup de force militaire, déjà ! Et, bien vite la pression d'intérêts économiques et colonioux, grâce à leurs rep,ésentonts à Paris, notamment 10 famille Beouhornais, conduisoit au rétablissement de l'esclavage dans les colonies ... » M. Anx ionnaz rappelle e nsuite que huit jours plus tôt, dons une salle voisine de celleci, de nombreuses personnes se réuni'isaient pour proclamer leur indignation et leur colère contre l'assassinat d'un homme libre dons un pays voisin du nôtre, et il évoque l'assas·sinat du franc-maçon Francisco Ferre r, et l'entrée des troupes franquistes, 30 ons plus tord, dons Malaga, où furent fusi llés le jour même 80 francs-maçon5. « C'est vous dire que le combot que vous menez, nous le menons aussi. Nous sommes solidaires de votre action... » L'abbé Paul CATRICE . « ILe cinéma doit servir la!cause de la fraternité humaine » L'abbé Paul Catrice évoque tout d'abord quelques souvenirs : les campagnes menées contre le racisme lors de la venue d'Hitler au pouvoir, et, en particulier, un grand meeting tenu à Lille, sous la présidence de Pierre Paraf, quelques mois avant la guerre de 1939 ; l'action de l'Assemblée de l'Union Française, dont il fut membre ; enfin quelques anecdotes significatives montrant la gravité des préjugés racistes parmi les européens des pays coloniaux. Président et fondateur du Festiva l international de l'amitié des pe uples, il s'atta.che ensuite à examiner je ·rôle du cinéma dons l'e combat que nous poursuivons: « Le cinémo pe·ut-il Gider à l'amitié des peuples ? demande-t-il. Souvent, il dessert cette cause, alors qu'il pourroit faire énormément en sa faveur. " M. Mohamed·Sadok BELMOKHTAR · « Il ne suffit pms, poursuit l'abbé Catrice, de se proclamer antirociste le temps d'un discours, de se placer sur un plon sentimental... Il fout connoÎtre les peuples et les civilisations, les comprendre et les oimer. Comme 1'0 dit le grand penseur : « Malheur à la connaissonce qui ne tourne pas à aimer ! » « Au-delà de ces films exotiques, de ces westerns que l'on nous présente trop souvent à la télévision, de ces fe·uilletons si attroyants pour la jeunesse, mais qui exercent une influence si néfaste, il y a des films de gronde voleur ,), constate l'orateur. « Il ne ~rou' Islam. Le lèbrle Pilai , l'image de • De là depuis cette com- Mufti de la Mosquée de Paris nous faut dénoncer les mal. .. » forces du battu; comme Dieu 1'0 prescrit », dit-il encore

e t il conc lut sc brève intervention en

ces termes : « Il nous oppartient et il appartient à moi plus porticulièrement de dénoncer cette bête noire qu'est le rocisme, ségrégatif en Amérique, hautoin en Angleterre, destructeur en Allemagne, arrogant en Espagne, sournois en Itolie, moqueur en France, mêlé de fausses conceptions religieuses en Afrique du Nord, hoineux en Orient ... Alors que l'humanité 0 lutté avec succès au cours des millénaires contre d'autres tores comme le fanatisme religieux, l'intolérance, l'esclavage, la primauté de la force sur le droit, seul le racisme demeure un des obstacles à la parfaite intercompréhension des hommes ... » Contre l'anti sémitisme, il c ite par exemple

« Le J ournal d'Anne Frank » (amériricain),

« L'Enclos» (fronçais), « Roméo, Juliette et les Ténèbres" (tchécoslovaque), « Les Conspiratrices » (britann ique. Contre le racisme

« Pleu re, ô pays bien aimé » et

« Corne bock Africa ", « l'une des productions les plus viru'lentes et en même temps les plus profondes dans ce domaine ». Après avoir rappelé les efforts du Festival qu'il préside et qui, choque année, à Lille, se consacre à un thème différent, illustré par de nombreux films, l'abbé Catrice conclut : « Une association, si vigoureuse soit-elle, ne suffit pas. Chacun de nous doit agir. Il fout que les critiques cinématographiques onalysent les films en tenant compte de leur contenu humain. Nous devons, à l'occosion, dénoncer et boycotter les films racistes ; mais surtout, par un travoil positif, signaler, recommander, diffuser les films qui .servent la fraternité humaine, essayer d'en susciter toujours davantage. « Ainsi, sur un plon particulier mais d'une immense importance, nous oeuvrerons utilement pour la grande cause qui nous réuni,t. ,) « Réunie en ce moment, poursuitil, elle a une tâche écrasante. Nous avons beaucoup de devoirs et peu de moyens de nous faire écouter des masses. Or c'est l'opinion qui peut à l,a longue et avec ténacité, avoir une influence sur 'les gouvernements des Etats et sur les décisions des NationsUnies. « Dans les premières règles du combot qui s'impose à nous, figure justement la lutte contre les discriminations. Lo Charte des Nations- Unies ne porle pas seule·ment des discriminations raciales, mois aussi de celles de sexes, de longues, de religions. La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme a été beaucoup plus large puisqu'elle 0 inscrit dans ses textes l'ensemble des discriminations venant notamment de la naissance, de 1.0, co·ndition sociale, de l'origine ·nationole ou des opinions politiques. Mois comme vous le voyez, c'est la di.scrimination rociale qui vient en numéro un, aussi bien dons 10 Chorte que dons la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et dès le début nous ovons fait un grand effort pour qu'elle soit mise en lumière. » Evoquant la lut ~e contre l'esclavage dont a vait parlé M. Anxion naz, le professeur Cassin précise : « C'est cette lutte qui 0 été la première, dè.s que le principe de l'égalité entre les hommes a été formulé. Dons cette lutte contre l'esclavage, heureusement les blancs ont tenu une place particulièrement honorable et l,a Révolution Fronçaise y a joué le rôle de cl'éclencheur. Je croins que, malgré 160 ans de lutte, celle-ci ne soit pas achevée. Nous avons été obligés, en 1956, de foire une nouvelle convention contre les formes cochées d'esclavage et ces formes continuent à subsister. La Convention, non munie de moyens d'exécution n'est pas respectée. Cependant il y a un progrès, et l'Arabie Séoudite qui était l'une des dernières citadelles de l'esclavage vient d'abolir cette forme sociale. » De réels s'uccès M. Cassin affirme toutefois qu'il ne suffit pas d'inscri,re cette abo lition dons les journaux officiels. " faudra des années, voire des décennies pour que cette abolition devienne une réalité soci ai1e, une réa li té humaine. Evoquant e nsuite le fléau de la dépendance, M. René Cassin ajoute : « L'ère de la décolonisation nous amène au principe de l'égalité non pas seulement des Etats, mais des peuples, et ainsi un grand terroin qui .était hérissé de difficultés est débroussaillé. C'est pour cela, c'est parce que ces deux luttes-là ont remporté de réels succès que nou.s pouvons déjà, dans une vie d'homme, pu sentir les progrès réalisés. » Mois il reste énormément à foire sur ces deux terrains, et la lutte contre la discriminotion raciale apparaît comme la force, la citadelle qu'il fout attaquer. Dons ce but il convient de conjuguer les forces des institutions et celles de l'opinion. Les forces des institutions r;le sont pas mol di'sposées à l'heure actuelÎe, et c'est ainsi que l'Assemblée générale des Notions Unies a récemment invité la Commission des Droits die l'Homme à préparer une déclaration dirigée contre les discriminations raciales et 'une a.utre contre l'intolérance religieuse. C'est à la sui~ e de l'épidémie des croix gommées, il y a deux ons, que les Notions Unies se sont émues, comme le monde entier. Si c'était un test pour les hitlériens, il fut certainement édifiant pour eux. Rappelont que le racisme est partout à l'état latent, et que même les jeunes notions n'en sont pas à l'ab ri, M. Cassin conc lut en disant: « Le problème du racisme est un problème général et je dois dire que personne n'a le droit de s'en dire complètement exempt. » Il appelle les participants à la J ournée « à donner un avertissement et un oppui oux in.stitutions internationales et oux: Etats. Il faut que les hommes qui travaillent à réaliser ce que vous souhaitez se sentent soutenus, cor ce combat ne peut pas être mené facilement. Les hommes d'Etat antiracistes ont en foce d'eux des forces énormes. Ils ont besoin d'être soutenus par les forces de l'opinion. » Un2 vue de la « SALUANT la Journée Nationale, au Roger GARAUDY, professeur à la souligne que « le jour n'est pas e tisme, contre le racisme et pour la paiJ « Salls donte le raàsme dans le monde est aujourd'/mi en recul, ait moins sous ses formes ouvertes. La ségrégation raciale SOllS ses formes les plus odieuses, telle qlt' elle se manifeste aujourd'hui à Birmin· gham, et pas senlement dans ['Alabama mais dans wne part'ie des Etats-Unis, apparaît comme lUte survivance d'ttne mentalité et d'ut! comportement rétrogrades e,t barbares. Le colonialisme lui aussi est en t'ecul, ait moins S01IS sa forme classique, traditiol1nelle. Et lorsque le Pape Jean XXIII, datls sa dernière encycl-ique qui a été accueillie avec joie et reconnaissance par tous les hommes comme ItHe i'mportante contribution à la paix, lorsque le Pape Jean XXIII proclame " « Les hommes de tous les pays et continents sont aujourd'hui citoyens d'un Etat autonome et indépendant. ou ils sont sur le point cie l'être », n'est-ce pas fin avertissement il, des Etats qai se réclal/lel1t du catholicisme et qai livrent les derniers et sanglants combats en retraite pour teHter de maintenir quelque temps encore sous leur .ioug, des peuples entiers comme celui Ii:l'Angola? Mais sous des formes plus hab~les il, camoufler l'oppression et l'exploita- « LE C'EST aux doulou reux événements de Birmingham et à leur cortège de brutalités, que l'e pasteur Pierre NARDIN consacre son intervention, soulignant toutefois, dès le début, qu'il ne suffit pas de stigmatiser seulement des évén1ements qui se passent ou loin. « Je voudrois vraiment que nous odmettions les uns et les outres, déclare-t-il, que nous ovons tous en nous un racisme qui sommeille et que si les noirs de l'Alabama nous appren nent quelque chose, c'est ovont tout à réfléchir sur notre position à chocun. Et si, pour ma port, j'oi qu~· lque chose à' écouter du pas teur Martin Luther :King et de ses omis, c'est cette réolité toute simple, c'est que les mots, les di.seours, les sermons ne suffisent pas, que le racisme nous colle à la peau, qu'il est dans notre coeur, qu'il est dans nos institutions mêmes, et qu'il est à l'intérieur de nous, quelle que soit notre position, quelle que soit la nora ire du Conseil d' Etat, commence 1 ne représente personne, sinon Uin solitaire, mo is qui nous rep résente Homme des Notions-Un ies où depuis C1cipes qui inspirent ce groupement » . « Réunie en ce moment, poursu it il, elle a une tâche écrasante. Nous avons beaucoup de devoirs et peu de moyens de nous faire écouter des masses. Or c'est l'opinion qui peut à I,g longue et avec ténacité, avoir une influence sur 'les gouvernements des Etats et Sur les décisions des NationsUnies. " Dans les premières règles du combat qui s'impose à nous, figure justement la lutte contre les discriminations. La Charte des Nations- Unies ne parle pas seulement des discritn inations raciales, mais aussi de celles de sexes, de langues, de religions. La Déclaration Universelle des Droits de l' Homme a été beaucoup plus large puisqu'elle a inscrit dans ses textes l'ensemble des discriminations venant notamment de la naissance, de le) condition sociale, de l'origine ,nationale ou des opinions politiques. Mais comme vous le voyez, c'est la di,scrimination raciale qui vient en numéro un, aussi bien dans la Charte que dans la Déclaration Unive·rselle des Droits de l'Homme et dès le début nous avons fait un grand effort pour qu'elle soit mise en lumière. » Evoqua n.t la lu t~e contre l'esc lavage dont avait parlé M. Anxiannaz, le professeur Cassin précise : « C'est cette lutte qui a été la première, dès que le principe de l' égalité entre les hommes a été formulé. Dans cette lutte contre l'esclavage, heureusement les blancs ont tenu une place particulièrement honorable et l,a Révolution Française y a joué le rôle de déclencheur. Je crains que, malgré 160 ans de lutte, celle- ci ne soit pas achevée. Nous avons été obligés, en 1956, de faire une nouvelle convention contre les formes cachées d'esclavage et ces flormes continuent à subsister. La Convention, non munie de moyens d'exécution n'est pas respectée. Cependant il y a un progrès, et l'Arabie Séoudite qui était l'une des dernières citadelles de l'esclavage vient d'abolir cette forme sociale. » De réels succès M, Cassin affirme toute fois qu' il ne suffit pas d'insc ri,re cette a bo lition da ns les jou rnaux officiels. " faudra des années, voire des décennies pour que cette abo lition devienne une réalité socia le, une réa lité humaine. Evoquant ensuite le f léau de la dépenda nce, M. René Cassin a joute : « L'ère de la décolonisation nous amène au principe de l' égalité non pas seulement des Etats, mais des peuple,s, et ainsi un grand t errain qui .était hérissé de difficultés est débroussailCé. C'est pour cela, c'est parce que ces deux luttes-là ont remporté de réels succès que nou.s pouvons déjà, dans une vie d'homme, pu sentir les progrès réalisés. » Mais il reste énormément à fa ire sur ces deux terrains, et la lutte contre la discr imination raciale apporaÎt comme la fome, la citadelle qu'il faut attaquer. Dans ce but il convient de con juguer les forces des institutions et ceJ1es de l'opinion. Les forces des institutions r;le sont pas mal disposées à l'heure actue lÎe, et c'est ainsi que l'Assemblée générale des Nations Unies a récemment invité la Commission des Droits die l'Homme à préporer une déc lara tion dirigée contre les discriminations rac iales et 'une autre contre l'intolérance re ligieuse. C'est à la sui~ e de l'épidémie des c roix gammées, il y a deux ans, que les Nations Un.ies se sont émues, comme le monde entier. Si c'était un test pour les hitlériens, il fut certainement édifiant pour eux. Roppelant que le racisme est partout à l'éta t latent, et que même les jeunes nations n'en sont pas à l'abri, M. Cassin conclut en disant: « Le problème du racisme est un problème gé néral et je dois dire que personne n'a le droit de s'en dire complètement exempt. » Il appeJ1e les pa rticipants à la Journée « à donner un avertissement et un appui aux in,stitutians internationales et aux Etats. " faut que les hommes qui travaillent à réaliser ce que vous souhaitez se sentent soutenus, car ce combat ne peut pas être mené facilement. Les hommes d'Etat antiracistes ont en, face d'eux des forces énormes. Ils ont besoin d'être soutenus par les forces de l'opinion. ,) Une vue de la g ronde salle de 1'l). N,E,$,Ç,Q, pendant la Journée Nationa le M. Roger GARAUDY: Membre du Bureau Politique du Parti Communiste Français « Il reste encore beaucoup a faire }) SALUANT la Journée Nationale, au nom du Parti Communis te Français, M. Roger GARAUDY, professeur à la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand, souligne que « le jour n'est pas encore venu où la lutte contre l'antisémitisme, contre le racisme et pour la paix n'aura plus d'objet » . « Sans doute le racisme dans le monde est aujourd'hui en rectû, au moins sous ses forliles ouvertes. La ségrégation raciale sous ses formes les pllts odieuses, telle qu'elle se manifeste aujourd'hui à Hirmin· glwlII, et pas selllement dans l'Alabama mais dans une partie des Etats-Unis, apparaît comme une survivance d'une mentalité et d'1t1t comportement rétrogrades e,t barbares. Le colonialisme IU'i aussi est en recul, au moins sous sa forme classique, traditiollllelle. Et lorsque le Pape Jean XXII l, dans sa derlliè're encyclique qui a été accueillie avec joie et reconnaissance par tous les hommes comme nne i'mportante cont'ribut'Ïon à la paix, lorsque le Pape Jean XXllI proclame : « Les hommes de tous les pays et continents sont aujourd'hui citoyens d'un Etat autonome et indépendant. ou ils sont sur le point de l'être », n'est-ce pas lm avertissemen,t à des Etats qui se l'éclaJ/lellt du catholicisllle et qni livrent les derniers et sanglants combats en l'etraite pour tenter de mainteuir quelque temps encore sous leur foug, des peuples entiers comme ceilli de l'Angola? Mais sous des formes plus habiles à camoufler l'oppression et l'exploitation, le néo-colonialisme poursuit sur trois continents, sa triste besogne d'asservissement de l'homme. » Evoquant ensuite la situation de l'Allemagne de Bonn où « il y a encore des milliers d'Oberg, de Knochen et d'Heusinger vivants e.t honorés, et régnant parfois sur des armées où se perpétuent de manière active, les traditions et les ambitions de l'hitlérisme », M. Garaudy affirme : « Si l'antisémitisme, le racisme et le colonialisme ... font encore peser sur 1/0US leurs menaces, e' est que snbsistent les cond-itions qui les engendrent et les perpétl~ent. La haine de race, la persécution raciale sont des cas particuliers d'une forme plus générale de l'oppress'ion et de l'exploitation de classes à laqnelle le racisme, l'antisémitisme, l'anticommunis11le servent de diversions, comme l'assassitrat récent de Julian Grimall vient une fois de pll{S de le prouver. » Enfin pour conclure, M. Garaudy annonce que les groupes communistes à l'Assemblée Nationale et au Sénat sont prêts à déposer les propositions de lois élaborées par le M.R.A.P. Le pasteur Pierre NARDIN . « Les événements de l'Alabama nous C'EST aux douloureux événements de Birming ham et à leur cortège de brutalités, que l'e pasteur Pierre NARDIN consacre son interventio'l'l, soulignant toutefois, dès le début, qu'il ne suffit pas de st igma tiser seu.lemen t des évén1ements qui se passent au loin , « Je voudrais vraiment que nous admettions les uns et les autres, déc lare-t-i l, que nous avons tous en nous un racisme qui sommeille et que si les noirs de l'Alabama nous appren nent quelque chose, c'est avant tout à réfl é chir sur notre position à chacun. Et si, pour ma part, j'ai qUE:·lque chose à' écouter du pasteur Martin Luther :King et de ses amis, c'est cette réalité toute simple, c'est que les mots, les di,scaurs, les sermo,ns ne suffisent pas, que le racisme nous colle à la peau, qu'il est dans notre coeur, qu'il est dans nos institutions mêmes, et qu ' il est à l'intérieur de nous, quel le que soit notre position, quelle que soit la concernent tOUS» lutte particulière que nous avons choisie. " faut vraiment que cela ces.se. Ce n'est pas seulement un certain nombre de décla rations qui peuvent y 'suffire. " faut aller pl '~ :i loin et plus profond. » Le pasteur Na rdin se déclare donc solidGire des pasteurs noi rs amé ri cains qu i ont chc;si de prend re des risques pour briser les conformismes et attaquer cette bonne consc '~r.ce que nous avons les uns et les (1u~~es. « " se passe actuellement aux Etat-Unis une lutte dont on dit qu'eUe aura des réson nances extraordinaires. J'espére pour ma part qu'elle aura des résonnanc.es qui nous toucheront tou.s ici et qui nous engageront au-delà de nos motions et de nos prises de positions, pour une action personnelle et collective, un engagement à combattre le racisme sous toutes SE:'S formes, aussi bien comme maladie congénitale, que sous ses formes d'exploitation sociale, ou religieu,se, ou idéologique. » M. Louis KAHN: Président du Consistoire Israélite « Etre prêts à combattre 1 » RI\PPELANT, comme le professeur René Cassin, l'énormité du problème que nous avons à traiter, M. l'ingénieur général Lonis KAHN, président du Consistoire israélite de France, regrette que les résultats aient été si faibles jusqu'à présent en regard des efforts accomplis : «N'est-ce pas quelque chos,e d'affreux qu'il ait fallu tant de morts, tant de millions de 1/Iorls, tan,t de millions de civils assassinés, parlIIi lesquels 1.800.000 enfants brûlés dans les crématoires ... qu' il ait falltt tant de morts pour que vraiment on ait l' impression que le problème naisse devant la conscience universelle r Ajoutant que ce n'est pas seulement l'action du passé qui compte, ni seulement le souvenir, ni les commémoration~', mais l'action incessante dans ce domaine, M. Louis Kahn tire quelques leçons des événements passés et ;11ontre comment l'antisémitisme est singulièrement profitable quand on veut l'utiliser pour le pillage ou la violence. « C'est ainsi que nous l'avons VI! naître devant nos yeux dans l'Allemagne contemporaine, qu'on a VI! désigner le juif comme COltliable de l'inégalité sociale. Puis nous avons tll! l' antisélll itisme s'éleve'r à qltelque chose de pire. L'a1~tisé mitisme de raison d'Etat a toujours été plus dangereux, comme c'est le racisme de ?'Oison d'Etat qU'i est le plus dangereux de tous, comme c'est le bellicisme de raison d'Etat qui est le plus dangeren% de tous. » '« Eh bien c'est cela qlt'il faut combat,tre, et datlS cette lutte qni n'est pas simplement fine lutte platon'iqne et verbale, le judaïsme a fine très vieille fonction. Elle a commencé aux temps lointains par le prophétisme et j.e He considère nullement que son rôle dés'Ï,qné dans l'histoire est celui de victime ou de témoin. Il a été victime parce q~t'il a été actif et parce qn'il a été cot/sidéré comme dangè-reltx car il n'y a rien de plus dangereu!% pour les hommes . de guerre que les prophètes de la paix. E' c'est parce qu'il a traversé à l'empor,te-pièce tmtt,e l'histoù'e des hommes avec sa doctrine de paù., avec sa volonté de fraternité, qu'aujourd'hui, en me levant parmi vous, j'ai cons· cience de n'être lias seulement moi-même mais d'être à travers 'les temps l'homme qui dOt:t à tmts moments être prêt avec vous, non seulement à subir mais à combattre. » CA la fin de la journée, M. Louis Kahn est également intervenù pour attirer l'attention des par ticipants sUr la situation au Moyen·Orient. La commission des résolutions a examiné un projet de motion qu'il avait proposé et en a tenu compte pour la r édaction de la résolution générale.)


12 - - -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

M. Théodore MONOD •• : .LA JOURNËE. "NATIONALE·., . Directeur de l'Institut d'Afrique Noire à Dakar . . « Enraciné très loin dans notre passé, le racisme peut et doit être maîtrisé » LES réponses au questionnaire relatives aux causes du racisme font l'objet du rapport du professeur Théodore MONOD, directeur de l'Institut d'Afrique Noire à Dakar qui, en procédant à leur analyse, expose son point de vue de zoologiste sur cet important problème. Ces réponses -- très diverses et souyent divergentes -- font apparaître deux groupes principaux de causes : « d'une part, les facte·urs économiques e,t sociaux

d'alttre pa1't, l'ig1lorance, les préjugés,

donc, en fait, l'éducation ». « Invoquer l'économique, le politique 01! le social, constate M. Monod, c'est tacite'ment accepter le postulai d'un atlth1'opocentrisme fondamental " le phé- 1l0mèn,e raciste doit .trouver S011 explication à l'intérieur même du groupe lmmaiJ/. et dans une phase récente de son évoluti011. » Il cite de nombreux c01'1'espondants qui, par contre, font allusion à « l'instinct », à « la peur ancestrale », à une « tare congénitale », une « réaction biologique » ... L'orateur, se référant alors aux plus récentes acquisitions de la biologie des vertébrés, analyse certains phénomènes particulièrement sig-nificatifs observés dans les sociétés animales. « Nous savons at!iourd' hlti, déclare-il. et depuis pen d'anntes, d'une part l'e.'!:- traordinaire puissance, chez b,eaucoup de vertébrés sauvages, de l'instinct territorial, el d'autre part, l'existence d'mie structure sociale hiérarchisée " les trava~ tx réCetlts, par exempLe, sur les sociétés de primates, hurleurs américains ou cynocéphales d'Afrique donnent à réfléchir... Leurs comportements sont peut-être tout simplement l'origine et le point de déPart d,e certaines tendances que nous avions trop hâtivement cru pouvoir attribuer à l'homme seul. « Il apparaît de plus en plus vraisemblable qùe celles-ci -- parmi lesquelles une hos,tilité congénitale à l'égard de tout étrang,er paraissant menacer l'intégrité du territoire déjà approprié -- ont des racines si profondes qu'elles pourraient bien plonger en pleine animalité. Bien plutôt qu'une « invention » récellte, le racisme, pour le biologiste remonterait à 1tn très lointain passé, étant 1tn des élémetlts an moins de l'héritage que nous tenons de nos ancêtres non seulement préhistoriques, mais peut-être pré-hmnail1s ... « Les seJ/timents d' hostilité, de peur, ou simplement de malaise que provoque ell nO/lS, cOlllme che::; le primate, le contact d'1{J! être à la fois proche et différelit, pamissent instinctifs ... » Le racisme est-il donc une fatalité? Nullement. A condition que nous reconnaissions l'existence de différences entre les hommes', sans y voir pour autant un obstacle à l'unité du genre humain : « L'unité n'est pas l'identité, souligne l'orateur. Et l'on sait combiel/ souvent Teilh01'd a insisté et avec quelle chaleur, SUT le fait que l'union, loin d'abolir la personnalité des éléments en présence; l'exalt,e, au contraire, au sein d'1me com- 17/uJ/auté vivante, organique ou fonctionnelle. L'union, disait-il, différencie. )} « Si le racisme, poursuit-il, s'enracine très loin et très bas dans notre passé, s'il est illscrit dans notre plus vieu.'!: pahill/ oine, il faut bien admettre ceci .' trioll/ pher d'ml instinct aussi solidement il/stallé, et deP1lis aussi longtemps, cela exigera /lU ' 10urI, un difficile ct c01lrageux combat; le respect de la personne humaine, C017lllle la pitié, qui n'est pas plus « naturelle » hélas! est '/Ine c-onqltê, te ... « Malgré nos belles mécaniques, ~1o"us ne sommes pas datls le domaine de l'éthique, sortis encore de la préhistoire, à laqu"elle d'ailleurs nous ne sommes guère pressés d'échapper », affirme ensuite le professeur Monod. Mais se refusant . à désespérer, il conclut : « L'homme n'a pas achevé sa course, il l'a à peille entr,eprise ... Il a sans doute encore le temps de montrer s'il est capable on non de rejeter le poids des troubles .tendances anc.estrales, et par conséquent, de se débarrasser P01tr de bon d"utl des plus scandaleux aspects de son héritage " le racisme. » M. Jean SCHAEFER · « De la solidarité Secrétaire de la. Confédération Générale du Travail à la fraternité humaine» SECRETAIRE confédéral de la la C.G.T., M. Jean SCHAEFER représentait la grande centrale syndicale à notre Journée et il y apporta ses salutations fraternelles et le témoignage de sa solidarité. Ayant assisté à une partie de nos travaux, il nous fait part de quelques réflexions que ceux-ci lui ont suggérées et il pose notamment la question de savoir s'il y a du racisme parmi les travailleurs: « Les gens simples sont, plus que tous aut1'es sensibles à t01tt ce qui déroge à leurs habitudes. au.v idées reçues, à leur 1l1ilien. Le caractère dn M. Charles STEINMAN: Secrétaire de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide « Nul nI est à l'abri ... » RAPPELANT que vingt années ont passé depuis les crimes sanglants du racisme hitlérien qui virent 120.000 juifs de France assassinés, M. Charles STEIMANN, secrétaire de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, indique que la lutte de l'u.J,R.E. se poursuit pour la frà.te~nité, « parce que nous savons le pru: de cette fraternité ». « Mais nous saVOtls aussi que les crimes du racisme et de l'antisémitisme n'appartiennent ni à une époque, ni à tm seul pays. Chaqlte fois que les Droi~s d,e l'homme sont bafoués, chaque fms que la liberté est menacée, c'est la. dignité et la sécurité de tous qui sont atteintes. Et notre protestation indignée devant la ségrégation en Afriqtte d?, Sud et les pogromes d'Alabama, expnme notre fraternité solidaire envers les hommes que des préjugés livrent à la haine ,et à la terret!r. Parce que les racistes continuent sans Hitler et menacent la dignité, la liberté et la vie des hommes en raiscn de leur orig'ine Ott de leur couleur, parce que l'antisémitisme réapparaît avec Po~tjade et consorts, parce que l'insulte, la calomnie, l'ex.citation à la haine et à la provocatwn raciale r,estent impunis, nul n'est à l'abri et nous devons t01!S participer au combat commun. » régillle social qni a enfa11té le colonialisllie fait partie de ces habitudes, de ces idées reçues. Ils ont admis cela dès l'école, ils l' 011t assimilé, et tont COlll1l1e il a fallu franchir un pas en passant de l'esclavage au colonwlisme, c'est-à-dire de la notion de l'animal à structure hUll/aine à celle de l'être 11l/lIlail1 inférieur, il fmû franchir un /louZ'can pas " celui qui fait de l'être 1/1/lI/ain il1férieur Ull être humain t01û cour,t. » .M. Schaefer s'attache ensuite à montrer les causes c1'un apparent racisme. Par ,~xemple lorsqu'un travailleur étranger accepte un salaire au rabais qui constitue pour lui un avantage par rapport à celui qu'il recevrait dans son pays d'origine : « Le bas salaire dH travaille1lr étrangel' est une 1Jlellace pOlir les conditions d'e.t:Îstence du tra' vaillellr fral1çais qui a tendanc,e, d'une fa çol1 trop si111pliste, à. faire grief à son call1arade dr travail étranger de la contrai1' 1te qn'il subit. au lieu de se retour- 11er COJ1tre l'emPlo'yeur qui l'impose. » Le rôle de l'organisation syndicale est donc d'éclairer les problèmes de fond et de désamorcer les réactions qui tourneraient à la xénophobie et au racisme. Les choses, toutefois, sont beaucoup plus faciles à résoudre aujourd'hui qu'il y a trente ans. Après une prise de contact parfois difficile, le travailleur est adopté, . intégré, quelles que soient sa couleur, ses ol'igines ou ses opinions. A cet égard, M. Schaefer rappelle comment, en octobre 196r, les ouvriers d'usines occupant des travailleurs algériens se sont préoccupés de leur sort, obligeant les directions à agir, intervenant pour leur libération, se faisant leurs gardes du corps quand ils sortaient de l'usine. L'attitude des ouvriers étrangers euxmêmes joue pour beaucoup dans leur intégration. Au cours de la récente grève des mineurs, ils ont eu une attitude admirable, alors qu'ils sont parfois en majorité dans les tailles, et qu'ils ont subi des pressions considérables : « AinSi les rapports dH travail effacent plus OH moins rapidement les idées préconçues, les préventions mettent fin aUX' étonnements ; la meilleure connaissance entre individus developpe la conscience de la condition com11ume, des intérêts commUllS et donc de la tâche d'émanciPation également commune. » « En conclusion, J'affirme q1te ce serait 1me erreur de penser qu.e la classe ouvrière serait raciste ; je suis même convaincu que c'est, de toutes les classes sociales, celle qui encourt le moins ce reproche... » « Il fant ajouter cependant, que si les travailleurs ne sont pas racistes, ils ne sont pas non plus, dans leur ma.iorité antiracistes, car cela signifierait qu'ils adopteraient une attitude offensive contre de telles thèses, alors qu'elles leur demeurent simplement étrangèr, es ... Il J' a là 1!n progrès nécessaire à accomplir, non seulement pour que les incompréhensions et les distorsions entre comm~ttla1ttés ne puissent avoir le racisme pour prolongement. mais pour qH'il y ait une compréhension réelle de l'hotn111,e dans sa diversité, et qu'ainsi les thèses racistes et les réactions à caractère raciste soient mises en échec. » M. Maoui KEMICI: Amicale Générale des Trdvailleurs Algériens « Une dure expérience» SALUANT la Journée Nationale ou nom de l'Amicale Générale des Travailleurs Algériens en Fronce, M. Maoui KEMICI, évoque le racisme développé par la guerre d'Algérie, à la faveur des compagnes de haine, des rafles ou faciès et de toutes les me~ ures prises contre les travailleurs algériens. .. Le racisme chez un individu, déclare-til, est fonction inverse de sa valeur morale; de même, plus une société est atteinte par le racisme, plus son niveau moral est bas ... Et il dénonce, à travers les préjugés et les pratiques inhumaines du racisme, les manoeuvres de ceux qui entendent ainsi .. assurer leur domination sur le peuple et défendre des privilèges ". .. Le peuple algérien, poursuit-il, en a fait la dure expérience pendant 130 ans, avant d'arracher sa liberté, par les sacrifices que vous connaissez et qui ont fait l'admiration du monde ". .. Aussi, conclut-il, le peuple algérien se trouve aujourd'hui tout entier aux côtés de tous les opprimés ; il oeuvrera de toutes ses forces à l'amitié des peuples et à la paix ". M. Maurice lENORMAND : Député de la Nouvelle Calédonie « Deux couleurs un seul peuple )} M Maurice LENORMAND, député de la Nouvelle Calé do- • nie (Rassemblement Démo .. cratique), lui-même en butte aux énormes difficultés mise sur sa route par les colonialistes racistes, expose longuement le cas de cette île lointaine, où il a fondé, voici plus de dix ans, le Mouvement d'Union Calédonienne. Cette île du Pacifique, est un ter .. ritoire d'outre-mer, peuplé de 45.000 Mélanésiens, 35.000 Européens et 10.000 habitants d'origines diverses. Les deux éléments de population, européens et autochtones, y sont donc à peu près d'importance égale. « Avant 1951, indique M. Le,"lormand, la Nouvelle,Calédonie représentait un cas typique de colonisation avec un élément européen important. 320.000 hectares de terre ont été don"lés en concession aux européens. Mais trois grosses sociétés et ci."lquante gros propriétaires se partagent la majeure partie de cette terre, 1.800 petits colons se répartissant le reste. Les trusts exploitant la petite colonisation, celle-ci, à son tour, exploite l'autochtone. Les autochtones ne possèdent guère à l'heure actuelle, qu'à peine trois hectares par tête d'habitant » ... Mais, avant 1951, l'autochtone vivait encore sous le code de l'indigénat, avec tout ce que cela comporte d'humiliations, de travail forcé, de corvées obligatoires, le tout, bien entendu sans participation aux élections, lesquelles étaient réservées aux européens et toujours faites au profit des gros intérêts. La ségrégation existait dans tous les domaines de la vie publique et sociale. En 1951, pour la première fois, les autochtones eurent le droit de vote et les deux organisations catholique et protestante se sont groupées en une seule: Il J'ai été élu à cette époque-là, déclare l'orateur, comme candidat des autochtones, avec seulement 500 voix d'européens sur 7.000 électeurs, et les voix des autochtones... Pendant très longtemps, les européens ont été réticents. Ils étaient habitués à une autre politique, à un vieux jeu pOlitique où ils s'arrogeaient eux·mêmes les avantages, et il a fallu dix ans de lutte pour les faire changer d'opinion et de mentalité. Et nous y sommes parvenus ». L'orateur montre comment il mena cette lutte antiraciste, pour faire admettre qu'il n'y avait là-bas que des Calédoniens et des Français, et non pas de majorité et de mi· norité, afin de maintenir le statut du collège unique. La première assemblée terri· toriale élue en 1953, donna 15 sièges sur 25 à l'Union calédonienne et sur les 15 Sièges, 9 étaient occupés par des autochtones. Sa première tâche fut la suppressiOn des discriminations et de la ségrégation raciale, accompagnée de réformes sociales importantes. La devise de l'Union était: « Deux couleurs, un seul peuple ... », Mais les grosses compagnies, comme la Société « Le Nickel », propriété de la Banque Rothschild, font tout ce qui est en leur énorme pouvoir pour empêcher cet effort de développement. Un gouverneur général qui ~ut célèbre en Afrique au temps de la. colonisation, fut dépêché par le gouverne· ment français, pour faire obstacle à l'évolution entreprise. A la suite du refus par' l'assemblée territoriale de voter une énorme subvention au « Nickel », malgré les injonctions du haut-commissaire, l'assemblée fut dynamitée et les provocations commencèrent. Dix ans d'une expérience antiraciste ayant abouti à des résultats convaincants, risquent d'être remis .en question par la volonté des pouvoirs publics soutenant les gros intérêts privés. « Cette expérience, conclut M. Lenor_ mand, c'est cette possibilité que nous avo"l~' montré que deux peuples, l'un blanc, l'autre noir, deux éléments d'origines diverses pouvaient vivre entre eux et créer une' communauté nouvelle, unie et fraternelle Il •. 13 LA JOURNËE NATIONALE" Julien AlJBART 3 MILLIONS' Trésorier du M.R.A.P. Donnons-nous les moyens d/ agir , L faut au M.R.A.P. trois millions d'anciens francs, affirmions-nous à la veille de la Journée Nationale. Trois millions pour assurer la préparation et le bon déroulement de ces importantes assises. Pour aSSUl'er les réunions, les affichagcs , l'envoi d'un abondant courrier, Pour permettre au M.R.A.P. en même temps de poursuivre la réalisation de ses nombreuses initiatives sur le plan judiciaire, législatif, culturel, pédagogique. Le succès a couronné nos efforts. Mais - il faut que chacun le sache - (( l'intendance », comme on dit, n 'a pas suivi au même rythme. En raison de leurs multiples tâches, par négligence aussi quelquefois, nos amis n'ont pas toujours fait le nécessaire dans ce domaine. A ce jour, un tiers seulement de la somme fixée nous est parvenu, des dizaines de listes de souscription ne nous ont pas été retournées, Ce retard, espérons-le, sera promptement rattrapé. Nous voulons croire qu'il aura été mis à profit et que, dans les prochains jours, ces listes nous seront envoyées avec des sommes importantes. TRESORIER du M.R.A.P., Julien AUBART s'attache à montrer que « nous ne voulons pas que nos décisions, nos projets restent à l'état de paroles ou de mots écrits sur des feuilles de papier ». Il s'agit de fai re entrer dans la vie les mesures adoptées. Il y a une difficulté, celle des moyens nécessaires pour mettre en oeuvre les décisions. « Le moyen essentiel, fondam ental, c'est évidemm ent le dévouement, la combaUÎ\' i té admirable, l'esprit d'initiative de nos innombrables amis. Mais il fa lll aussi ce qu'on appelle « les moyens matériels » , les moyens financiers, sans lesquels nos projets resteraient des projets » . « Que p'nis-je faire, que dois-je faire cOl/tr(' le racisme ? Le premier engageli/(, I/t, le plus élémentaire des devoirs c·est. pour chacun de nous. selon ses moye1/s, de donner les ql/elques pièces ou les quelqnes billets qui transforme- 1'01l! ('1/ réalité nos idées si 110bles. si bel/es, si généreuses. »

\ J'appui de cette affi rmation, Jul ien

Aubart donne quelques exemples chiff rés de la prépa rati on de cette journée: depuis l'impres'sion et l'expédition du questionnai re di ffusé à r ,;.ooo exempla ire,;, les tracts. les journaux, les affiche~, j usqu 'à la polycopie du document de dix pages que représentent les propo,; itions de lois expéd iées à 480 député,... tout cela t'eprésente des sommes con;:idémbles. Il décla re encore: « Je I/e voudrais pas que ce br.ef exp() s,~ ~'Ol/S apparaisse cOll/me l'inévitable ('t prosaïque rappel à l'ordre du trhorier. .1'11 vois 1/11 sim /Ile complé- 1/1('l1t aux iùtlres interven/iolls : l'e.ralIIel1 sal/s 1f,n iO l/r par/iC I/lier, mais indispensable dés mê1lles grands problè- 11I('S dOlll n01/S débattons depuis ce mati/ l. Et c'est avec confiance, avec optimis1/ le qne je m'adresse à vous. « Co nfiance, parce qne je suis persl/ adf de la justesse de notre cause . et que /,01/1' une cause juste le solttien moral et matériel. Cil France, ne fait f ailla is défaut. « Optimisme, parce que .ie vous vois da1ls cette salle si nombreux. si en th01~siastcs, et que ce nombre, cet ,enthousiasme m'apparaisse Il t comme la prolII esse de nonVe01tx soutiens acHfs et TOUTES DIMENSIONS (100 à 400 cm ET PLUS) PORTES OUVRANTES ou COULISSANTES 270 francs Catalogue gratuit donc de nouveau.. succès dans notre action. « Chaque franc qu-i nous parvient devient, par nos SOtns, action antiraciste. « C'est donc, .ie le répèle, faire acte antiraciste, le premier, le plus nécessaire des actes antiracistes que de 've rser son obole atl profit de cette action. Cest un devoir pour chacun de nous atl.iourd'hui, mais aussi demain, ql~e de se préoccttper des moyens matén:els qu'exige notre noble combat, et d'associer à son propre effort les _autres an-tiracistes qui sont légion autour de nous ... » UN BOND EN AVANT ... ~ AIS le temps a passé. Et - chacun doit aussi savoir cela _ de nouvelles ~ charges sont venues. Conserver et élargir les contacts établis à l'occasion de la Journée Nationale, faire entrer dans la vie les résolutions adoptées, cela suppose la mise en oeuvre de moyens considérables. Le M.R.A.P. a effeetué UII bond en avant. Nos finances doivent faire de même. Et l'on comprendra aisément qu'à la veille de la période des vacances, alors que nos militants, nos sympathisants vont se disperser pour prendre un repos bien gagné, les responsables de la gestion du M.R.A.P. éprouvent quel- Alfred GRA~T: S ecrétaire Général de l'Union des Sociétés Juives de France « Progrès et vigilance » CE l'TI-i JOl/ rnée N ationale lLOUS « pO/'tallle ql/e les précédentes », sceommbmlee nrceev êMli.r Aulnfer edsi. gGnRifAicNa.tTio.,n seplcur~e tai!tnregénéral de l'Union des Sociétés Juives de France, et Il se féliCite du n0111- bre des pa rti cipants, de l'ampleur et de la profondeur des débats. , « Nous sommes conscients, pours uit- et des millions d'hommes dans le monde il, de la nécessité de res·ter vigilan ts, ont pris conscience de la force des trucmais conscients aussi du changement dit trice de l'antisémitisme et dtt racisme ». rapport des forces entre les racistes ct « N otl'e optimisme, dit-il encore, est les antiracistes, à l'avantage de ces der- cependant temPéré par les menaces qui mers. » pèsent encor.e sur la paix. » Au pass if du bilan qu'il t race, f igure, en premier li eu, la persistance du racisme brutal qui se ma nifeste a ux E tat sUnis, les menées de l' internationale néonazie, les éc rits racistes d'un Poujade ... A l'acti f. qui est le résultat d'une lutte inlassable depuis des années. il s ignale notamment « l'ampleur des mani festations commémoratives. en ce v ingti ème a nniversaire de l'insur rection du ghetto d~ Varsovie », ~ insi que les !ravaux du Conctle oecume111que et les pnses de posi ti on du Pape Jean XXIII. Tou! ~el a montre, indique-t-il, que « des millIOns Il s'inquiète également du « nationalisme de cer tains Etats fraîc hement décolonisés. » « Ce nationalisme, décla ret -il, porte en lui un vints dangereux . Nous pensons en particulier à la situation explosive créée au Moyen-Orient. qui menace la vie de millions de .iuifs et d'Arabes, et peut aboutir à la destruction de biens matériels considérables, créés au pri.. de lourds sacrifices par les peu ples de ces pays ... Nous pensons de notre devoir de lal/cer 1111 appel ardent à tous les hommes de bonne vololl té, à tous les gens éPris de paix, à ce?/x qui ont llleSltré la nocivité de la halne raciale et Cil ont été v ictimes dans un passé l'écent : nous leur demandons de tout fai-re Pour que le contentieux israéla- a rabe tle soit pas à l'origine d'explosions el1 chaîne incontrôlables. Il est temps ql/e les combats entre les peuples cèdent la place au combat pour la fraterl/ ité . pO l/r la paix. » « Quant à nous, conclut-i l, tlOUS f'e- 11OUVelolls t/Otre engagement de II/11er COll /1'e tontes les formes de mcis1II!! et d'apPorter 1I1i so ft tle" fotal à l'.'rc/ioll rll/ M.R.A .P. » UN VRAI CANAPÉ ... CAnapé RElax LIt 3 posilions: téI'. relax el grand reL1x que appréhension. C'est dans les semaines, dans les jours qui viennent que nos besoins des trois prochains mois doivent être couverts. Et en proposant à nouveau le chiffre de trois millions nous exprimons le plus strict nécessaire. A CHAQUE ANTIRACISTE SES BONS DE SOUTIEN Pour mener cette campagne, le M.R.A.P. vient d'éditer des Bons de Soutien à 2 francs (en carnets de 5), qui commencent à être envoyés. Que ceux qui les recevront les règlent aussitôt ! Et s'ils le peuvent, qu'ils en commandent d'autrcs encore. Ces Bons de Soutien donnent droit à un tirage, qui aura lieu à notre gala de novembre, salle Pleycl. Les lots, cette année sont particulièrement intéressants : une caméra Paillard Duomatic 8 mm. et un projecteur Zeiss (d'une valeur de 2.000 francs) , un voyage pour deux personnes en Israël, une semaine en Corse, une semaine aux .sports d' hiver, deux téléviseurs (( Schneider », un collier de perles (avcc fermùir or et brillant), une cravate de vison, un combiné radio·électrophonc, plusieurs fauteuils, deux bateaux pneumatiques, deux transistors, un train de pneus, etc., etc. En aidant à l'action du M.R.A. P., on peut donc joindre l'utile à l'agréable. Et nul ne voudra refuser l'un et l'autre. Que la diffusion se réalise donc d' urgence ! Amis, mobilisons-nous pour cette tâche, conscients de nos responsabilités. Le M.R.A.P., qui n 'a jamais fait en vain appel à vous, vous demande, a vant les vacances, un ultime effort. Nous vous faisons confiance. UN VRAI LIT ... C~R.ELIE COMPAGNIE FRANCO-CANADIENNE des FOURRURES et PELLETERIES Siêge~teiner ANCIENS ETABLISSEMENTS KRZIWKOSKI FRERES SOCIETE ANONYME FONDEE EN 1896 TEL. PROVENCE 28-35 et 28·36 Adresse Télégr. KRIWFURS - PARIS 15, RUE DE PARADIS ET 16, RUE MARTEL PARIS· 10' 14 LA JOURNËE NATIONALE Me Jean SCHAPIRA: « Nous devons mener un combat et non pas seulement une controverse» CHARGE de présenter le rapport de synthèse relatif à la quatrième partie du questionnaire qui s'intitule « l'action contre le racisme ", Me Jean SCHAPlRA, membre du Bureau National du M.R.A.P., a basé son étude sur cent réponses prises au hasard. En préambule, il insiste sur le fait que l'ensemble des travaux de la Journée sont l'oeuvre, non seulement du M.R.A.P., mais de toutes les organisations représentées. Me Schapira aborde ensuite le fond du problème, commençant son exposé par l'analyse chiffrée des réponses aux trois questions concernant l'action antiraciste. La première question, sur l'intérêt que suscite cette action donne 36 réponses disant « N ous ne constatons aucun intérét » et .12 réponses « Nous constatons de l'intérêt ». La proportion varie selon les milieux : chez les universitaires, professeurs et étudiants, chez les intellectuels et les membres des professions libérales, chez les ecclésia stiques ainsi que chez les victimes du racisme, l'intér-êt à l'action antiraciste l'emporte sur l'indifférence. Toutefoi.s dans les milieux israélites, certa ines réponses poignantes indiquent une amertume « contre l'indifférence qu'ils croient trouver autour d'eux à l'égard de la lutte contre le racisme e,t également contre l'indifférenc,e qu'ils croient trouver chez certains de leurs coreligionaires ». La deuxième question, concernant les formes de lutte a permis de déceler trois centres d'intér êt culture, éducation, échanges internationaux, ci., r éponses favorables; action des pouvoirs publics, 19 réponses favorables. Trois réponses préconisent la violence, l'emploi de la force. Quant aux expér iences per sonnelles de lutte antir acist e, eUes sont curieusement vari ées. VOIR CLAIR L e r apporteur, a près ce simple dépouillement, va « examiner ces réponses dans un esprit critique » à la lumière des enseignements du M.R.A.P. et de ses problèmes. « Je crois que quand nous menons une action antiracist,e nous avons quatre démarches successives. La première consiste à dépister et à isoler le phénomène raciste. La seconde à convaincre autour de nous de la possibilité et de la nécessité d'une action contre le racisme. La troisième démarche consiste à définir cette action et la quatrième à l'exécuter. « C'est bien cela, je crois) en quoi consiste pratiquement la vie de notre M ouvemet~ t. Dépister, isoler le racisme, c'est assez facile lorsque par exemple il s'agit de la campagne des croix qammées qui partit de Cologne en 19:i9; ou encore quand il s'aqit de l'Alabama. Mais -il 'V a des cas fort nombreux où le problème est infiniment plus com ple:re et où notre action exige !t'ne obiectivité et Hue lucidité nOlis préservant a1l moerint1lln de l'erreur de .i/{qement ... « Je pense essentiel/eu/ellt à cette arrière- gal'de colonialiste qu' 01~ a appelé l'activisme et l'O.A.S. L'activisme c'est un phénomène de rébellion Vit d'un ce-rtain côté, uu phénomène de patriotisme présenté de l'autre côté: II/ais q1land on va au foud des choses on s'aperçoit qu'on est cn présence d'mt phénomène raciste à l'état pur. En Indochine, d'abord, en Algérie ensttite .. l'activisme est né du refus d'accorder à ttne collectivité tout entière le droÏ.f fondamental de l'être humain qui est de déterminer librem,ent son propre destin. C'est le prototype de l'attitude raciste et on a vu toute une littérature fleuri1' sur ce thèm.e et présenter l'activisme. l'O.A.S. et puis tous ses supports qni font le cercle a1ttour de la France, en Europe, com.me la défense du blanc, de la civilisatioll blanche, contre l'ensemble des races 11011 blanches ... « C'est ce que i'appelle à certains points de vue uue thèse attrappe-lliqallds, en ce sens que. par exe1llpll' , 1/1/ rertain nombre de .iuifs n'ava1lt cOllstaté dalls la présentation officielle de 1'0.A .S. flllCltn antisémitisme. se S01lt laissés Prl'I/dre an jeu, sont elltrés dans l'O.A .5. et n'.;nt pos compris Gu'ils O'i.'aie/1t à faire à de purs tta::;is qai à IIn IIlO/lle//t quclco1lqlle. tactiquement choisi, débollcheraient nécessairement allssi dm/s l'alltisémitislite ... » chez ses propres amis· politiques. Il cite un exemple typique, celui du conflit judéo-arabe. Ceux qui ont pris des positions de principe sur l'indépendance des nations arabes, principes justes et toujours soutenus par le M.R.A.P., se sont parfois laissés aller à fermer les yeux quand certains pays arabes ont commencé à développer des théories purement racistes, sous le prétexte que nous avions eu tort de faire la campagne de Suez. LE COURAGE ET LA VIGILANCE « Eh bien non! Le courage dans l'action cela consiste, même si celui chez qui le racisme est décelé vous est cher, même si vous l'av,ez défendu dans d'a.utres circonstances, même si le système social et politique de cet autre vous convient particulièrement, le courage con- . sis,te parce que v ous êtes dans l'action antiraciste, a, objectivement, honnêtement, intellectuellement, dire « le raciste est là », le dénoncer to-ut haut e,t agir en conséquence selon la méthode ap propriée. ~ A près avoir démontré combien il est pa r fo is difficile de sortir de leur indifférence les propres victimes du racisme ou ses victimes en puissance, le r appor teur développe l'important probl ème de ce qu'il appelle « la vocat ion internati onale du M.R.A.P. ». A l'appui de nombreux exemples (l'affaire Meredith, la campagne de l'affaire Eichmann, l'Alabama et l'Afr ique du Sud, etc ... ) il affi rme : « Nous considérons que 'Votre voca·tion est ltne vocation de résistance au racisme sur le plan mondial. » Abqrdant. pour conclure, le choix de l'act ion et la nécessi té de l'exécuter, il pr écise que le M.R.A.P., rassembl ant des gens d'opinions, de r elig ions, de formati ons d iffé rentes et mêmes opposées, ne peut prôner comme moyen de lutte anti raciste un changement de structure pol it iq ue. Tous ceux qui participent a ux luttes du M.R.A.P., pa rticipent à ce combat com111un dans le cadre de la société commune où nous v ivons. Mais ce combat, peut- il compter sur la seule force des idées? « Nous devons mener tm combat l'éaliste, concret, dans les conditions données. MAIS UN COMBAT et nOtl pas simPlement w/e controverse. L'immense maiorité des l'é/Jonses s'est prononcée dans ce sens. Mener l'action, c'est la grande affaire. Et là il n'y a pas de recette. Ce SOllt les qualités de caractère, d' O1'qanisation, de vigilance qui sont les maîtr,esses dll feu. Un certain nombre de fois all cours de l'année qui sépare la précédente Journée Nationale de celle-ci, fai c01lstaté, au nom dn Burea.lt Natio- 1101, combien certains de nos comités de prM,i1lce répo1ldaient à cette qualification de vigilanc,e touiours sur la brèche. Bt je vous demaude. si VOtts le voulez bien, d'applaudir a.vec 11/oi nos camarades de Lille, Roueu. Saint-Quentin, ClermontPenaud et nos camarades de Nîmes, dont ie puis dir.e qu'ils sont pour nous tous, les modèles mêmes du militant et du combattant antiraciste au sens de r -' rapport. » Mlle Jeanne DODEMAN : ({ Ce que demandent les enfa nls ... » LA revue « M~rie-Claire )) ayant publié récemment un article sur les races humames, elle reçut un abondant courrier de ses lecteurs. C'est à ~'anal yse de cet intéressant « gallup )) que Mlle Jeanne DODEMANJ qUI exerce à la revue des foncLions dirigeantes consacre son intervention. ' « Beaucoup de gens, remarque-t-elle, d'abord confondent racisme et question matrimoniale. Parlez racisme, et l'on VOus répond : « Aimeriez·vous que votre fille épouse un noir ? »... C'est absolument stupide. A cela un jeune a eu le bon sens de répondre : Je n'ai pas envie d'épouser une noire, mais pas davantage une rousse... » « Seconde confusion : celle du communisme et de l'antiracisme. Exemple de lettre reçue : « J'éprouve, et des millions de gens sont comme moi, des goûts physiques pour ces gens-là, mais vos arti· cles n'ont qu'un but, servir la propagande communiste et donner un complexe de culpabilité aux lecteurs. Vous mériteriez d'aller vivre chez les sauvages d'Afrique... )) Après ces « confusions », Mlle Dodeman signale les nombreux préjugés que « les familles semblent vouloir communiquer à leurs enfants tout autant que les cheveux blonds de la mère ou les yeux bleus du père. « Je pense ... )), dit le père - et ce n'est souvent déjà que l'opinion d'un collègue, le reflet d'idées préfabriquées par d'autres. Qu'il discute avec ses enfants, c'est bien rare. Il croit y gagner en prestige, il y perd en confiance, et l'enfant ne sait plus quoi penser ... » Préjugé dominant· : la race blanche est supérieure aux autres races. Ainsi, une lettre reçue par «Marie-Claire » demande

« Pourquoi voulez-vous nous

prouver que nous ne sommes pas supérieurs aux Arabes, aux Chinois, aux noirs ? Pourquoi voulez-vous nier le génre de notrê civilisation, en foulant aux pieds les génies de Pasteur, Newton, Léonard de Vinci? Pourquoi ? .. » préjugés encore que ces qualificatifs Parmi les invités ... a ttachés à tel peuple ou telle race et « dont peu de gens sont capables de se passer ... » L'oratrice souligne aussi combien la peur est répandue devant les hommes d 'une autre race. UN PEU DE CURIOSITE Précisant que la r édaction de la revue a reçu également nombre de lettres antir acistes, en particulier d 'institut r ices, Mlle Dodeman en vient aux moyens de combattre le racisme. « Ce qu'il faut d'abord, dit-elle, c'est que les mères de 'famille réalisent que leurs préjugés sont des valeurs négatives, et qu'il est toujours mauvais d'in. culquer à des enfants des valeurs néga· tives, telles que le mépris, la haine, la peur, le parti-pris. Ensuite, il faut que les familles se fassent plus accueillantes à tous les étrangers ... « ... A propos du racisme, on parle toujours d'amour, de haine, de supériorité et de mépris, somme toute de valeurs fortcs. Une petite valeur me semble un peu mésestimée, alors qu'elle peut avoir de grands effets, c'est la curiosité. Un peu plus de curiosité, et les gens s'entendraient mieux ... « ••. Comment ne pas s'étonner a ussi que le simple bon·sens ne soit pas plus efficace ? Le racisme est à la base de bien des guerres à l'heurc actuelle : quelle mère oserait encore formuler des axiomes racistes si elle comprenait que ce sont de telles théories qui mèneront son fils à la guerre ? )) Et Mlle Dodeman conclut: « Que demandent les enfants pour s' aimer entre eux ? A leurs parents d' accueillir leurs amis étrangers, et leurs amis tout court. Un dietionnaire, un atlas et une mappemonde. A l'Etat, des voyages, des livres, des coneerts bon mar· ché, des stades, une bonne télévision . » Au premier rang des invités (à droite), M. Rakolo RATSIMAMANGA. ambassa· deur de Madagascar en France, qui suivit les travaux d'une grande partie de la Journée Nationale. Aux côtés de Pierre Parai, il présida le déjeuner amical qui eut lieu à midi, au restaurant de l'U.N.E.S.C.O., en présence de très nombreuses personnalités. Bd BARB!S et à 50 m nouveaux magasins 62, R. MARCADET PARKING GRATUIT ASSURÉ MAGASINS OUVERTS TOUS lES JOpRS DE 8 H A 19 H 30 • METRO MARCAD ET·POISSONNIERS M' Schapira développe la thèse selon laquelle le courag-e consi ste à voit- clair, en sachant dénoncer le racisme même . -- - - LIVRAISONS ET INSTAllATIONS GRATUITES· lES PLUS lONGUES fACIlITES DE PAIEMENT - DOCUMENTATION GRATUITE D'AMEUBLEMENTS SUR DEMANDE 15 ----- La tribune pendant la séance du matin. On reconnaît de gauche à droite: MM. Paul Anxionnaz, Mme David (Etudes Tziganes), l'écrivain Yves Jamiaque, le aénéral Tubert, M. Kerhervé (Lille), le président René Cassin, Charles Palant, Pierre Paraf, le mufti Mohamed-Sadok Belmokhtar, M. Léon Bossus, Mme

Gebelin (Nîmes), l'amiral Louis Kahn, le Dr Danowski.

Les conclusions de Charles PALA~T LA JOURNËE NATIONALE Secrétaire général du M.R_A/P. « Que partout s'étende le rayonnement de notre action prolongeant ces magnifiques PRONONÇANT le àiscours de clôture, Charles PALANT, secrétaire gé. néral du M.RAP. déclare tout d'abord: « Il appartiendra au M.R.A.P. de recueillir fidèlement les idées et les suggestions débattues ici et de les porter au niveau supérieur de l'action quotidienne. Cette action que mène le M.R.A.P. depuis quinze ans suppose le concours de très nombreux militants et amis, venus de tous les milieux, de tous les horizons philosophiques el politiques appartenant à toutes les couches sociales. La Journée Nationale permet·elle d'espérer un élan nouveau de l'action antiraciste? Nous pouvons le croire. » « Car les débats d'aujourd'hui ont été tout le contraire d'une discussion de chapelle. Par l'importance des communications entendues, par la grande div ersité d'origines et d'opinions des rapporteurs, par la présence de nombreux et éminents invités, par les nombreux et importants messages venus de toute la France, ainsi que de tous les continents, cette J mtrnée Nationale a été un grand moment de la conscience antiraciste fran çaise ... Nous pouvons dire aussi qu'elle a été M t grand moment de la conscience démocratique fran çaise... En un temps où certains croient de bon ton de souligner un recnl de l'esprit civiqne, 1tne régression de l'esprit démocratique, 71 0 US, antiracistes, éprouvons une légide très nombreux instituteurs, des éducateurs responsables de maisons de la j etttl esse, ainsi que des dirigeants d'associations d.e jeunes ,ont formulé de multiPles suggestions pour la création de comités antiracistes, l'organisatjon de collàques, le conférences, de proJections de films ... Quoi d'étonnant à cela quand on songe que la jelmesse d'aujourd'hu'i qui s'épanouit dans un mond.e dont les progrès de la science et de la technique bouleversent toutes les don- 11ées, est née alors que s'achevait la tragique avelltUl'e hitlerienne et qu'eUe a grandi durant les deux guerres coloniales dans lesquelles notre pays a sombré pendant quin:::e ans. La f eunesse qui pe11se en term·es d'avenir sait qu'il pour l'indépendance et le progrès avec l'orgueil agressif de certains dictateurs arabes. N'aurions-nous qu'un seul devoir à l'égard d'Israël, ce serait de veiller à son e;.;Îstence pacifique. Nous le faisons avec la conscience pure de ceux qui n'ont jamais approuvé aucune agression. » Charles Palant rappelle que les criminels nazis trouvent refuge dans les pays ou subsistent des régimes d'oppression fasciste, en Espagne et au Portugal, que l'Union Sud Africaine perpétue l'hitlérisme avec le racisme et que l'Allemagne, devenue notre alliée, voit toute son administration, voire son gouvernement, truffés d'ex-hauts dignitaires hitlériens. A propos de l'Allemagne, l'orateur souligne que les antiracistes ne sont point des attardés opposés à la réconciliation franco-allemande. Mais il regrette que les vertus qu'on exalte soient les vertus militaires allemandes, alors que les antiracistes souhaitent la fidélité et le respect des idéaux de la résistance antinazie, et de la paix. Pour une ,gction militante « Dans la préParation de notre Journée, poursuit Charles P alant, dans les réponses au questionnaire, revenait comme un « leit motil1 }) l'évocai toH du drame algén:en dont les séquelles sont encore nombreuses. » Les débordements racistes, liés aux causes de la guerre, en avaient aggravé les conséquences. Aujourd'hui, les plaies se referment, mais les cicatrices demeurent. La situation n'a guère changé pour les centaines cie milliers de travailleurs algériens en France. assi•s es » « La question des rapatriés d'Algérie est également posé.e et on évoque souvent m,e certaine hostilité à leur égard. Un an après la fin de la guerre, il faut analyser les choses sans passion. Du haut de cette tribune., nous voulons dire aux rapatriés : « Vous avez étl les victimes de l'entêtement colonialiste d'abord et du fascisme ensuite. Ne vous laissez plus tromper. Rejetez de vos rangs les éléments à jamais corrompus qui ont trempé leurs mains dans le sang du peuple algérien et qui cherchent â les essuyer sur vos corps afin d'y imprimer leurs stigmates. Victimes du mensonge et des crimes de l'O.A.S. qui ont contpromis votre sort en Algérie, votr,e 'vraie place est parmi les antiracistes et les démocrates de France dans le grand combat pour la fraternité dont vous avez tant besoin vous-mêmes el qu'qucun antiraciste français digne de ce nom ne vous refusera. » Enfin, Charles Palant lance un appel à l'action antiraciste militante, au· souti en et au renforcement de l'action du M.R.A.P. dans tous les domaines. « Dès demain matin, ajoute-t-il, tous , les députés vont recevoir nos propositions de loi. Que dès demain, ils sentent la volonté de tOits, de les voir discutées rapidement et adoptées. Que dès demain cet·te bataille dev iemi.e l'affaire des syndicats, des partis démocratiques, des formations philosophiques et religieuses, des organisations de femmes et de j eunes ! ~ Et il conclut : « Que dans le monde e11tier so'Ît entendlte la voix de la France at/tiraciste. fraternelle et salidaire de ceu·x qui, su.r tous les continents, oeuv rent à libérer le genre humain du fl éau raciste. ) • Depuis le 12 mal ••• Une vue de la salle peu avant l'ouverture de la seance de l'après-midi. Au premier rang, on reconnaît notamment l'écrivain Alioune DIOP, président de la Société Africaine de Culture, l'actrice camerounaise Lydia EWANDE, M. Oumar BA, délégué permanent de la Mauritanie à l'U.N.E.S.C.O. time fierté d'avoir réalisé la prés.ente J O1trnée... Car il faut le rappeler et le souligne1' avec force, la Journée N ationale, c'est la discussion d'aujourd'hui et c'est aussi le débat auquel ont particiPé quin:::e mille personnes touchées par notre enquête. » En finir avec le racisme L'orateur évoq ue le sérieux avec le( IUel les F rançais ont r épondu aux di" ers cha pi tres du questionnaire. Il remercie aussi les di ffé l'ents rapporteurs yenus à la tribune et dont c'était, pour certain s, le premier contact avec le l\I.R. A.P . Il rappelle les bonnes volontés qui se sont manifestées dans toute la France, à l'occasion cie l'enquête. « De tO lites les régions de France, des villes et des campagnes, des offres de participer à l'action sont v enues. Particulièrement 1'el/larqlwble est la grande part iciPatio n de la jeunesse à notre enquête. E tndiau,ts et jeltnes travaille~trs, faut en finir avec le racisme. Que libéré dtt fardeau de la haine et des préjugés, notre temps doit devenir le temps de la fraternité httmaine. » Une vigilance extrême Evoquant les suggestions recueillies par cette enquête, Charles P alant retrace brièvement les principaux problèmes s'O ul evés : les devoirs des pouvoirs publics et des grands moyens d'information et de culture, l'adoption des projets de lois antiracistes, l'indignati on provoquée pa r le non-chât iment des criminels de guerre, les ramifications de l' internationale néo-nazie, l'inquiétante profusion de criminels nazis au MoyenOrient et en Egypte. « A ce propos, les év énement qui se déroulent dans cette région du monde "equièrent '/t11e vigilance extrême de tous les antiracistes et de tous ceux à qui la pai~. est chère. N ous n'avons jamais confondu la lutte des peuples arabes DEJA la Journée Nationale a eu des suites. Des réunions, comportant le compte rendu de ses travaux ou des exposés sur tel des problèmes traités ont eu lieu, ou s'organisent. Diverses autres manifestations antiracistes se sont également déroulées depuis le 12 mai sur l'initiative ou avec la participation du M.R.A.P. A L'ECo.LE NORMALE DE JEUNES FILLES de Fontenay-aux-Roses, a eu lieu une assemblée, où l 'action générale du M.R.A.P . a été exposée. Les participan· tes ont adopté une résolution exprimant leur volonté de s'associer à cette action, ainsi qu'à celle du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux. A ROUEN, où un intéressant débat sur notre questionnaire s'était tenu le 9 mai, en présence de 200 personnes et avec la participation de notre ami Léonard Sain· ville, membre du Bureau National, un compte rendu a été organisé pour les classes terminales du lycée, par les Jeunes délégués venus à l'U.N.E.S.C.O. Dans cette même ville a eu lieu, avec la participation de nombreuses associations, une brillante soirée commémorat ives de ' l' insurrection du Ghetto de Varsovie, sous la présidence de M' Annie Epelbaum, présidente du Comité rouennais du M.R.A.P. , et avec la participation de Raph Feigelson. Soirée commémorative du Ghetto également à CLERMONT-FERRAND, avec une conférence de Roger Maria, membre du Bureau National du M.R.A .P. et la projection du film pOlonais « Chansons interdites ». A LILLE, une grande soirée a eu lieu, le 5 juin, sous l'égide du M.R.A.P., à l'occasion de la sortie dans un important cinéma, du film de Frédéric Rossif, « .Le Temps du Ghetto ». A COURBEVOIE, au Lycée Paul Lapie, une conférence sur le racisme, se référ ant aux débats de la Journée Nationale, a ét é faite par un élève de philosophie, en présence du proviseur et sous la présidence de Mme G. Ascoli. Il a été décidé de constituer un comité du M.R.A.P. La Maison de Jeunes de la Porte Brancion', à Paris, a organisé le 8 juin, une soirée consacrée a u r acisme, avec la par· ticipation du M.R.A.P. Le film « Come Back Afr ica » a été projeté.

  • Signalons également qu'u ne conférence

de notre ami Jean Sehapira a eu lieu à Bruxelles, le 27 avril, sous l'égide du Cercle Culturel et Sportif Juif. Ces der nières semaines, Roger Maria, a fait, d'autre part, plusieurs conférences sur le racisme, sous l'égide de l'Union Rationaliste, notamment à Evreux et à. Dijon. , , 16---------------------------------------------- LA JOURNEE NATIONALE Les résol utions A l'iss'ue de la Journée Nationale, ies participants on t adopté, il l'una nimité, les ré solutions ci -dessous. Ils ont également élu le Conseil National du M.R.A. P. qui .:Jura pour tâche de poursuivre l'action selon les directives et l'orientation définies par ces textes. Le Conseil National tiendra sa première réunion le 11 juin, à l' Hôtel Moderne, à Paris. Pour une action conséquente des pouvoirs publics Aux noirs , , . face aux menees racistes et neo-nazles et aux antiracistes des Etats .. Unis DIX-HUIT ans après la victoire des homme libres sur le nazisme, les complices et les héritiers politiques et spirituels d'Hitler, n'ont pas renoncé à leur revanche. L'horrible exécution de Julian Grimau vient de souligner à la face du monde, la survivance dangereuse des méthodes et des doctrines dont les peuples LES participants à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémi tisme et pour la paix expriment leur solidarité ardente et fraternelle a ux noirs et aux blancs libéraux de l'Alabama qui, avec tant de courage et de sangfroid, font face aux déchaînements de la rage raciste. ont tant souffert naguère. Trop de criminels qui trempèrent dans l'entreprise hitlérienne de génocide ont échappé au châtiment. Certains ont ~rouvé, refug~ en Esp~gne et au Portugal, en Argentin~ et dans d'autre~ pays d'Amérique du Sud. Au Moyen-Onent, ou les recents developpements aggravent la tenSIOn et menacent a nouveau la paix nombre d'anciens nazis sont signalés, notamment en Egypte, à des postes importants. ' Parmi ceux Qui sont demeurés en Allemagne, beaucoup, qui ont joué un rôle particulièrement nocif, se sont vu confier par l'Etat de Bonn des fonctions dirigeantes dans l'armée, la police, l'économie, l'administration, la diplomatie et jusqu'au sein du gouvernement. Celui-ci, proclamant en des termes tristement évocateurs, ses plans de remilitarisation et de conquête, persécute les libéraux, les victimes du nazisme, les défenseurs de la paix, porte atteinte aux libertés fondamentales, tandis qu'il reconnaît d'utilité publique l'Association des anciens Waffen-S.S. et tolère la diffusion d'une abondante littérature pro-hitlérienne. Un rapport du ministère de l'Intérieur recensait l'an dernier 86 groupes racistes s'efforçant ouvertement de ressu citer le nazisme en Allemagne occidentale et disposant de 46 publications. Des mesures telles que la libération des bourreaux Oberg et Knochen, les encouragements apportés au militarisme allemand et à ses revendications territoriales, les déclarations exaltant les actes guerriers du passé récent, loin de servir le rapprochement souhaitable entre les peuples de France et d'Allemagne, ri squent de renforcer dangereusement, de part et d'autre du Rhin, les courants les plus inquiétants. AUX hitlériens encore actifs se joignent, dans maints pays, le nôtre y compris, des éléments racistes et antisémites qui refusent d'admettre les tran sformations fondamentales de notre temps et rêvent d'imposer par la violence le maintien de leurs privilèges, liés au régime colonial ou à la ségrégation raciale. En Afrique du Sud, tout particulièrement, des dirigeants qui manifestèrent leur sympathie à Hitler font peser chaque jour plus lourdement le joug de l'apartheid sur les populations africaines, accentuent leur répression féroce contre les noirs en lutte pour la reconnaissance de leurs droits. De nombreux faits, tels que la campagne des croix gammées en 1960 ; les congrès tenus l'été dernier en Grande-Bretagne, sous le mot d'ordre « Hitler avait raison » et celui (lue prépare en Argentine le leader ~méricain Lincoln Rockwell; les multlples rencontres organisées par les groupements hitlériens en Allemagne occidentale; la participation d'anciens criminels de guerre aux aventures colonialistes et les complicités dont l'O.A.S. a bénéficié de la part de tous les éléments fascistes dans le monde, prouvent que les groupes néo-nazis s'efforcent de coordonner leurs activités sur le plan international, en vue d'une subversion généralisée. Toutes les prises de position, tous les actes tendant à dresser les peuples les uns contre les autres, à exciter les passions nationalistes, à restreindre la démocratie, à préparer la guerre, à faire oublier les horreurs du nazisme, à maintenir la jeunesse dans leur ignorance, contribuent au développement des menées racistes et fascistes qui menacent non seulement la sécurité de certaines minorités, mais les libertés de tous. FACE à ces dangers, les participants à la .Tournée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix appellent tous les citoyens à la vigilance et exprime~t leur solidarité avec tous ceux qm, dans le monde, s'opposent aux méfaits du néo-nazisme et s'efforcent d'y mettre un terme. Ils affirment leur fidélité au programme de la Rési stance, aux décisions et aux espoirs du lendemain de la guerre concernant le règlement du problème allemand sur une base démocratique et pacifique. Il s souhaitent que cesse tout soutien, sous quelque forme que ce soit, aux dirigeants racistes de l'Afrique du Sud qui violent systématiquement les droits les plus sacrés de la personne humaine et ils préconisent le boycottage absolu à leur encontre. Ils demandent aux pouvoirs publics de mettre hors d'état de nuire les groupements racistes et fascistes, d'interdire leurs publications, dont certaines sont ouvertement diffusées, et de mettre en oeuvre les mesures législatives et judiciaires indispensables pour une répression efficace des provocations à la haine raciste. Ils attirent l'attention des Chefs d'Etats sur les dangers de certaines déclarations préjudiciables au règlement du contentieux israélo-arabe, qui pourraient pour le moins inciter à la haine raciale, si ce n'est mener à la guerre, alors que les peuples aspirent à la fraternité et à la paix. Soulignant que, par les moyens puissants dont il dispose, l'Etat peut jouer un rôle décisif dans l'action contre les préjugés raciaux, ils souhaitent que les programmes et les méthodes d'enseignement (instruction civique, histoire, géographie, littérature), permettent de mieux faire connaître aux jeunes générations les méfaits du raci sme et de promouvoir une réelle et profonde éducation à la fraternité, notamment par de fréquentes émissions à la radio-télévision. Ils assurent l'Organisation des Nations Unies qu' ils mettront tout en oeuvre pour appeler l'opinion internationale à soutenir les efforts de la Commission des Droits de l'Homme. Conscients de tous les facteurs qui favorisent l'éclosion et la persistance du racisme, les participants à la J ournée Nationale affirment enfin avec force leur convicti on que l'action antiraci ste, qui doit être poursuivie avec vigueur, exige, pour triompher, un climat de clémoCl'atie vér itable et de paix. Ils saluent tous les antiracistes américains, engagés dans une bataille sans pré. cédent pour la défense des droits des noirs, et dont l'action a déjà fait recule r . sur certains points, les tenants de la ségrégation et de la haine. Conscients toutefois de l'immensité de la tâche qui reste à accomplir, les participants à la Journée Nationale expriment le voeu qUe les autorités qui en ont le pouvoir, usent de tous les moyens néces· saires pour mettre fin radicalement a ux discriminations et aux humiliations dont souffrent encore aux Etats-Unis, des millions d'hommes, de femmes et d'enfants, en raison de la couleur de leur peau. La conscience universelle exige, aujourd'hui plus que jamais, q ue soient reconnues et assurées, partout, l'éga1ité et la dignité de tous les êtres humains, sans distinction de race et d'origine. SlJR L/ORGANISATION ET LE RENFORCEMENT DE L/ACTION ANTIRACISTE LES participants à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, se réjouissent de l 'intérêt suscité à travers la France par le questionnaire diffusé à la veille des présentes assises. Les nombreuses réponses reçues expriment, dans les milieux les plus divers, et particulièrement dans la jeunesse, le désir généreux d'agir pour faire échec aux discriminations, aux haines et aux préjugés d'un autre âge qui continuent de diviser les hommes et de les dresser les uns contre les autres. Cette moisson de bonnes volontés doit permettr e, dans notre pays, un large développement de l'action contre le racisme, pour la compréhension et l'amitié entre tous les hOI?m~s. . P OUR que leurs effor.ts, soient fr~ctueux et d~rables, que .1~s an,tl~acI~tes conSCIents se groupent en comités dans leurs locahtes, sur le heu du travaIl, dans le mlheu ou Ils vIvent; qu'ils fassent rayonner les idées antiracistes, en diffusant « Droit et · Liberté », en organisant réu nions, colloques, conférences, projections cinématographiques, en propageant toutes les oeuvres qu'inspire un authentique humanisme; qu'ils encouragent tous les organes agissant sur l'opinion publique à combattre les préjugés, à faire mieux connaître les autres peuples et les autres races, à favoriser le rapprochement entre les hommes; qu'ils attirent l'attention, à tous les niveaux, des organisations démocratiques, des groupements de jeunes et d'éducateurs, des grandes formations politiques, syndicales, philosophiques, religieuses et sociales sur le rôle éminent qui leur incombe en permanence dans une telle action; qu'ils se mobilisent afin de renforcer et grossir sans cesse la cohorte amicale des militants antiracistes et assurer au M.R.A.P., les moyens matériels indispensables p ou r étendre son influence et multiplier ses initiatives. l UTTER contre le racisme, c'est aider l'ensemble des citoyens à mieux comprendre les grandes transformations de notre temps; c'est hâter la marche de l 'humanité vers le progrès et la paix. Les antiracistes, les démocrates de toutes tendances peuvent et doivent s'unir p our mener à bien ce noble combat, pour donner à la France son vrai visage humain et fraternel. Toute la presse française, ainsi que la radio, ont largement parlé de la Journée

-Jationalc, avant et après son déroulcment. On voit ici le présidcnt Pierre Paraf, in.

tcrviewé par Europc na 1 dans le hall de l 'U.N.E.S.C.O., avant la séancc de l'après· midi. Pour une véritable législation antiraciste LES participants à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, expriment leur émotion et leur inquiétude à la suite de l'arrêt de la Cour d'Appel de Limoges, relaxant poujade, qui avait été condamné en preIIÙère instance pour ses écrits antiséIIÙtes. Il ne fait pas de doute que cette décision inattendue sera considérée par Poujade et ses semblables comme un encouragement à poursuivre leurs campagnes de calomnies et de haine. Cette nouvelle affaire confirme, après bien d'autres, combien est nécessaire et urgente l'adoption des deux propositions de lois élaborées par le M.R.A.P., en vue d'une répression efficace des discriminations raciales et des provocations à la haine raciste. Approuvant pleinement ces textes, les participants à la Journée Nationale demandent aux membres du Parlement de faire en sorte qu'ilS soient discutés et votés dans les meilleurs délais. Ils invitent les antiracistes, les démocrates à apporter, dans tout le pays, leur actif soutien à ces propositions, pour que la France soit enfin dotée, dans ce domaine fondamental d'une lé_ gislation conforme à la Décla~ation des Droits de l'Homme, ainsi qu'aux plus généreuses et constantes traditions de notre peuple. __________________________________________________ 17 MAX ERNST •• une .oeuvre en mouvemellt L'OEUVRE ue Max Ernst, si simple dans sa recherche ,si novatrice, retrace la trajectoire du premier vol vivant, aux prises avec son dépassement ou son infini. Cet envol qui n'a pas de mémoire ni de frontière tant ii est vaste, profond et visionnaire, se refuse à toute fixation : c'est une oeuvre en mouvement, L'artiste qui voue à l'auteur de la maxime qui suit une affection particulière Jiyre sa démarche : clos ton oeil physique afin de voir d'abord ton tableau avec l'oeil de l'esprit, ensuite fait monter au jour ce que tu as vu dans la nuit. S'ouvrant sur un demi-siècle de peintures, la grande rétrospective qui eut lieu à l'Art Moderne en 1959 permit d'embrasser toute l'originalité, l'apport, et le continuel renouvellement de son oeuv~e, En 1920 il collabore activement avec Arp au mouvement de Dada, Les dadaïstes tentèrent par le scandale, l'absurde, d'organiser la révolte contre la condition inhumai ne faite à l'homme. Leur revue « Der Ventilator » farouchement antibourgeoise est très lue des ouvriers', ce qui lui coûtera d'ailleurs son interdiction. Une exposition de collages organisée par André Breton vaut à Max Ernst d'être intégré rapidement parmi les futurs surréali stes parisiens. Poutre maîtresse de la peinture surréaliste, un amitié fraternelle va attacher une partie de son oeuvre à l'oeuvre d'Eluard. L U M 1 E R E D' E C'est en 1923 qu'il viendra s'installer définitivement à Paris ; il inaugurera deux ans plus tard la technique du frottage et composera son « histoire naturelle ». En 1940, qualifié d'indésirable par Sous le titre .. lumière d'Eté .. que justifie, avec un séduisant éclat, la dominante orange de ses fonds, CARZOU vient d'accrocher à la Galerie David et Garnier, la moisson d'oeuvre$ récentes où, tout en restant fidèle à sa poétique teintée de surréalisme, il a rénové sa facture personnelle. T E les fascistes et interné par les a utorités françaises bien qu'antifasciste, il peint « l'Europe après la pluie » et décidera de quitter le continent pour l'Amérique. Déjà riche, son oeuvre n'a cessé de prospecter, d'abonder dans toutes les techniques picturales (s'culptures, extension des limites du tableau, etc ... ). Pleins feux de la {( grande Saison)} sur la peinture Si active que puisse être d'octobre à avril, l 'activité artistique de Paris, elle peut paraître indolente, voire anemtque, auprès de celle qui s'empare des musées et des galeries de mai à juillet. 1963 confirme pleinement la tradition des armées précéde."ltes. Quand paraîtront ces lignes, il sera certes trop tard pour aller voir, dans le cadre fastueusement rénové du Grand Palais, les oeuvres non-figuratives en lesquelles certains voient l'unique expression de l'art contemporain. Mais il sera loisible de s'en consoler en alla"lt admirer, au' Louvre, les oeuvres de Delacroix réunies à l'occasion du centenaire de sa mort et en visitant, place de Furstemberg, l'atelier du maître romantique. Et, deci, delà, rive droite, rive gauche, le curieux, l'amateur, pourront se persuader de la vitalité de l'art français et de l'Ecole de Paris en contemplant, Galerie Granott, la remarquable accumulation de pièces précieuses, r éalisée en quelque 40 an"2ées par un collectionneur. Un vrai sorcier que celui-ci qui a su faire siens des tableaux de maîtres aussi divers, mais aussi éminents que Bonnard, Cezanne, Constant, Chagall, Dufy, Marquet, Picasso, Soutine, Utrillo, etc ... et détecter dès leurs débuts, Lorjou, Buffet, Minaux, Térechkovitch, Blond, etc ... Ces deux demiers noms se retrouvent au catalogue d'un fort intéressant assemblage d'oeuvres dues à dix artistes russes qui, tous, ont déjà laissé un nom très apprécié: ainsi Pougny, Larionov. Gontcharova, ou que leur talent impose présentement avec éclat ainsi Krémèg,"le, Lanskoy et Volovick (Galerie Agora). Autre artiste d'origine russe, qu'une sélection de toiles récentes ou ancien"les porte au premier plan: Kikoïne, dont la Galerie Chalom force à reconnaître en ce joailler de la pâte bien nourrie, un coloriste raffiné, u."l artiste ayant su fondre les dons de son slavisme héréditaire avec la finesse subtile du climat français. La génération qui accéda à la notoriété depuis quinze années, n'a pas cessé de do."lner les preuves de ses qualités et de son aptitude à ajouter des forces, des séductions nouvelles à la tradition séculaire du réalisme. Ainsi d'Aizpiri, que ses gouaches 7IOUo velles montrent fidèle au brio qui lui valut naguère le Prix National (Galerie Romanet). Ainsi de Rapp, à la fois sensl. ble et solide peintre de la Breta-gne (Galerie 23). Ainsi Capro."l, le vigoureux, le grave constructeur de pa;ysages (Galerie Drouant). Ainsi Fontanarosa, Schurr, Hilal. re et leurs compagnons d'équipe réunis (Galerie Chardin), sous le signe de la Il Joie de vivre 1. A ceux qui aiment à rechercher les talents en fleur, signalo."ls aussi ceux de Marek Halter (Galerie J.-C. et J. Bellier), de Mendjisky, (Galerie Urban), de Raymond. Humbert (Galerie Visconti). G. D. aquaulle" d'~~Tr~~ Max Ernst: Hommage à Eluard à l 'audience des connaisseurs, C'est à 63 ans que la Biennale de Ve·· llise vient consacrer une oeuvre si féconde et ouvre au grand public l'univers le ::'v1ax Ernst. Enfin nous laisserons à son ami, le critique P. Walberg (1) le S0111 de conclure. « Il fut. depuis lors, considéré comme le principal l'eprésentant du SUl-réalisme eIl peinture et, en effet, par la constante confluence de l'inconscient et du conscient son oeuvre est le surréalis·· me même, encore qu'il dépassât cette notion d'école par l'étendue cie son pouvoir d'accueil et cie sa tendance à l'uni .. verse!. » YIEROU. (1) « ~tIax Ernst », par Patrick Walc1bcrg (Editions ,T.-J. Pauvert). QUAND il s'agit des choses de ce monde, comme on dit, ce n'est ,point tant elles qui importent que notre manière de les regarder. Ce que chacun retient d'un boeuf, d'une pomme, allez-y voir ! l'écorché futur à l'étal, la douceur d'un museau dans le creux de la main ? Cette petite cage au centre du fruit où dorment ,les pépins, la plénitude des chairs ? Tout dépend à quoi s'attache le regard, de son intensité, de son appétit, mais à vouloir préciser ces mécanismes, ne repousse-t-on pas les sollicitations du hasard, de l'inconnu ? Tout amour ne s'écrit qu'en termes subjectifs. l'important donc n'est pas la réalité commune, c'est de savoir la distinguer, chacun, et se t'approprier. Telle est la peinture d'Estève. Elle assimile, elle réhabilite, elle s'éloigne de tous à priori, eUe est sauvagement indépendante, elle fait goûter souvent à la fine pointe de l'esprit une secrète et hautaine signification, sans cesser d'offrir d'inépuisables ressources, des mystères aussi, mais des mystères exposés à la clarté solaire. Jamais l'angoisse et la joie ne paraissent aussi positives que dans l'oeuvre d'Estève. (Extrait de la préface de Georges Bourgeaudau. catalogue de l'exposition des aquarelles d'Estève, chez Villand et Galamis. 127, boulevard Haussmann, Paris 8'.) Estève: CompOSition 504 DI: L'OUEST AU SUD-OUEST IL serait injuste de ne pas signaler aux touristes, aux estivants et même aux simples promeneurs de weeke." l.d optant pour la Normandie, la très éloquente rétros· pective organisée au château de Dieppe par M. Lapeyre en l'honneur de Rouault, très typiquement représenté par un beau choix de quatre-vingt oeuvres. Quant aux voyageurs se dirigeant vers l'Espagne, vous dire qu'ils seront sans excuse s'ils ne visitent pas les expositions orga"lisées par Mlle Martin-Mery et par M. J.-P. Lemoine, à Bordeaux et à Bayonne (Galerie des Beaux Arts et Musée Bonnat) à la gloire de Delacroix. ... Ajoutons qu'au passage, au château Lascombes, à Margaux, en plein vignOble illustre, ils pourront voir une nombreuse et attrayante exposition sur la Vigne et le Vin ... Non loi'll de là, à Mont-de·Marsan, dans le Donjon Lacataye, érigé. en Musée consacré à deux maîtres de la sculpture: Despiau et Wlérick, les amateurs apprécieront la remarquable sélection de statuettes dues aux sculpteurs Belmondo et Raymond Martin, ainsi qu'une suite de dessins et de pastels de grande classe. Dans la salle supérieure du Donjon, pour un temps hélas! trop court, est présentée une expositio:'1. d'un intérêt exceptionnel : celle d'oeuvres de quatorze lauréats et de plusieurs sélectionnés du Prix de la Critique depuis 1948: Buffet, LorjOU, Minaux, Pressmane, Mottet, Sébire, Sart hou, Marzelle, Georges Oudot, etc ... . - , , 1 18------------------------------~ _____________________________________________________ __ !!1I11111111111111111111111111111111111111111111111111 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111g; 1 Un f ilm frate rn el ~ ~ de Jean SCHMIDTifillllllllllllllllllllllllllllllllli 1lilililiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiG KRI MANI Ce visage de Puce, gitane authentique, vous ne l'oublierez pas ... I L existe aux portes mêmes de Paris, un univers aussi secret, aussi fermé; aussi ignoré que celui des hommes de la Préhistoire qui vivent encore en Nouvelle-Guinée. .. ,. " ,. Cet univers est celui des Gitans qui parcourent le monde depUIs des mlllenalres et qUI, merr!e lorsqu Ils .se fixent, ne se mêlent pas aux autres races et préserven! jalou~ement leurs co~tumes a~cestrales, leurs ntes, leurs lOIS. Tourner un film vrai sur ce peuple pouvait paraItre vam et pour le moms audacIeux. De nombreux films ont eu les Gitans pour personnages principaux. Aucun ~'ava~t jus9.u'à présent. donné une image e~acte de ce peuple. On ne pouvait le faire qu'avec son propre concours, et c est a quo~ Jean Schmld~ est parvenu. n. n a pas voulu, percer le secret, ni violer le mystère des Gitans. n s'est simplement faIt adopter et aImer par eux et Il est devenu l un des leurs, un « Gitan d'honneur ». Et ce n'est pas ~~ pour les trahir, mais les faire aimer ~ comme il les aime, qu'il a tourné avec leur concours - comment aurait-il pu faire autrement? - ce film « Kriss Romani », qui est incontestablement l'un des films les plus originaux de la saison. La caméra de Jean Schmidt, installée au milieu de quatre tribus gitanes ressemblées spécialement sur les carrières d'Argenteuil. révèle, par le biais d'une histoire d'amour, ce monde secret, en des images d'une beauté insolite. Deux petits gitans, étonnants de vérité vivent parallèlement à cette histoire d'amour une touchante aventure en essayant de retrouver la racine dans laquelle Dieu a enfermé la malédiction qui pèse sur les g itans.... Ici la magie s'insère dans la réalité, les symboles deviennent évidence, les religions ne s'affrontent pas, mais se mêlent. Au delà de son sujet, Kriss Romani constitue un document saisissant que personne n'avait encore révélé. Et, au moment où la presse. comme la police ont découvert dans le Gitan. un nouveau bouc émissaire, au moment où le racisme antigitan ]'eioint l'antisémitisme et toutes les formes de raci sme, il est réconfortant pour nous de voir ce film qui, parce qu'il apprend à aimer des hommes et cles femmes inconnus ou incompris. milite à 110S côtés clans le grand combat que nous menons pour la Fraternité. KRISS ROMANI Film écrit et réalisé par Jean SCHMIDT. Avec Catherine ROUVEL, Germaine KERJEAN, Lila KEDROVA, Charles MOULIN, François DARBON. Directeur de la photographie Jean BADAL. Musique: André HAJDU. Production, LES FILMS DU FLEUVE, Sacha GORDINE. Distribution : COFRADIS. SAGA et trouveront-ils le bonheur ~• SELON la coutume romani, Saga, jeune gitane a été fiancée par son père à un ho mme qu'elle ne connaît pas. Si le père a touché le montant de la dot, Saga s.e révolte et refuse de se plier à cette coutum.e qu'elfe juge inhumaine, et ces lo!s d'un autre âge. Elle s'enfuit, quittant la zone misérable où vit sa tribu, pour gagner Pans où elle pense que les hommes et les femmes sont libres de leurs actes. Elle va essayer de trouver un emploi. Ses seuls biens sont son carnet de nomade - carnet anthropométrique d'identité que les gitans sont obligés de porter - et quelques hardes. Très rapidement elle se heurte à l'indifférence de la société et à une méfiance inspirée par sa race ... ... Pendant ce temps, deux enfants de la tribu, Puce et Ballo rêvent de retrouver la fameuse racine dans laquelle on dit que Dieu a enfermé la malédiction qui pèse sur les gitans pour avoir autrefois forgé les clous de la croix du Christ. Avec cette racine, ils pourront faire des miracles. Ils croient la découvrir sur un terrain vague et se lancent, mais en vain, à sa recherche. Saga, de son côté va de désillusion en désillusion. Elle croyait pouvoir ~ivre fraternellement dans la grande vi ll e, mais celle-ci, partout, la repousse. Il ne lUi reste. plu~ qu'à reprendre le chemin du camp. Et sur ce chemin, elle renc.on~re, Mar~o, le fiance qu'elle avait refusé, et qui l'aime. Avec son consentem7nt, cet.te fOIS, il I.e~menera. Au camp, le jugement rituel de la Kriss Rom.anl se deroule, mais I! . d:venu sans objet... Le tribunal se fige: Saga et Marco, deux silhouettes confondues, s el? l gne~t.. . Ils sont devenus des êtres égaux en quête de leur liberté. Puce et Ballo sauront-ils qu'ils ont accompli leur miracle ? .. ...... • ft ft ft La scène qui n'a pas été tournée ft UNE scène cie « Kriss Romani » n'a pas été tournée. L'autorisation de tournage a été retirée. Elle se déroulait place de la Contrescarpe. Les Oursaris venaient y clonner un spectacle avec leur singe farceur, leur bouc acrobate, leur banjo et l'éternel tambourin, ct le fameux ours. Un monsieur en canotier et en gilet rayé ne semble pas goûter la beauté clu spectacle et s'écrie : - Et c'est pour ça qu'on paye Les impôts ... A h La La La la La 1 Batchko, qui fait danser l'ours réplique par une plaisanterie qui amuse les badaucls. Surgit un car cie police et un gracié qui demande « l'autorisation ». - On en a jamais eu, M onsienr L'Agent et ça fait sei:::e ans qu'on travaille S~tr les places. - Faudrait en demande l' une à la Grande Maison ... En tout cas, on vient de nous téléPhoner pour porter plainte ... Alors je suis obligé de vous emmener an commissariat. Un seul gitan est laissé pour rentrer les animaux, les autres sont emmenés par la police. Le monsieur au canotier et gilet rayé commente l'incident ft - Et si chacun était chez soi, y attrait du pain pour tout Le monde ... Ah, si ça va mal... c'est bien La faute aux métèque's... . .. Un homme en bleu cie travaIl surencherIt : - Parfaitement: à cause des métèques et des cyclistes 1 ... L'homme au canotier s'in terrompt, le doigt en l'air au milieu cie sa péroraison : - Mais ... pourquoi les cyclistes? .. - Et pO'!l.rquoi les m~tèques?.. . ., Un homme éclate cie nre. Un autre nre lUI reponcl. Le monsieur en canotier regarde la foule, riclicule et. pincé. Les ménagères s'esclaffent. Les clocharcl~ se frappent. la cuisse. Et l'homme s'en va sous les quoltbets ... Les nres fus'ent cie plus belle et font trembler l~s fI.eurs clans !eurs pots, les pancartes cles voitures cie quat. saIsons, les pillees à linge aux fenêtres. Un gToupe cie bohemes choquent leurs verres de bière sur les guéridons au pas'saRe de l'homme au canotier. Concierge, marchands de cacahuètes. rentier à son balcon jusqu'au plombier sur le toit... La rue ::\fouffetard prote~te et répond par le rire du bon ~ens et de !a générosité humaine à l'imbécilité raciale. u u ft ft :::P" ..... - ft te ~ Jean SCHMIDT · « J'ai voulu en appeler au coeur des hommes » INUTILE de dire que, pour tourner « Kriss Romani », Jean Schmidt a rencontré des difficultés d'apparence insurmontable et qu'il a tout de même franchies. Rien n 'est impossible à ceux qui ont quelque chose de solide à dire. Jean Schmidt est de ceux,là. Antiracist e, il l'est depuis toujours et il a vu ses parents déportés dans les camps de concentration n azis dont il ne sont pas re· venus. S'il possède une haine, c'est celle de l'injustice, de l'arbitraire, de la dis· crimination . - Gomment en êtes-vo.us venus à vous intéresser aux gitans? - Un peu par hasard. En intervenant un jour pour faire libérer un gitan arl'été, je me suis lié à lui, à sa famille, ct je suis entré dans ce monde fermé, (lue j'ai tout de suite aimé. Ce qui est difficile à admettre, c'est que les gitans soient les victimes des dernières lois racistes, alors que chacun sait qu'un demi. million dc tziganes sont morts dans les camps de concentration hitlériens. Les gens ne sont-ils pas inquièts devant l' existence du monde tzigane, qu'ils ne connaissent que par des préjugés, des anecdotes, et des récits plus ou moins romantiques? - Ils ont l'inquiétude des sédentaires, organisés et bien pensants devant les nomades, impulsifs et secrets. Les tziga. nes amusent, mais on sc méfie d'eux, on les obscrve avec réserve. - Ce qui est curieux, c'est que la plupart d'entre eux sont citoyens français (ce que les gens ignorent la plupart du temps), mais qu'ils ont un statut particulier, un carnet anthropométrique, par exemple, qui les distingue '.l ~'~ ~" _ citoyens? - Et ceci leur attire pas mal d.: :,:'. madcs arbitraires. Citoyens français, mais ne possédant pas de domicile fixe , ils sont citoyens de nulle part. La police les traque, les maires, trop souvertt, leurs refusent des terrains. Les rares terrains qui leurs sont réservés se situent généralement près des décharges municipales, ct ils sont dépourvus - inutile de le dire - du moindre confort. On les parque là où on n'oserait pas laisser paître les ani. maux domestiques. Ils savent travailler, mais il est rare qu'un employeur leur ouvre son entreprise, même pour des travaux saisonniers. On les traite en parias. - Certains critiques ont reproché à vo tre film son côté « pittoresque » quasi folklorique . Or, votre démarche était tout autre? - Je n'ai pas fait de folklore. J'ai mon· tré les gitans, de l'intérieur, tels qu'ils. sont, Mais ee que je considère comme le plus important de mon film, c'est son aspect humain. Les rapports des gitans avec le monde extérieur, sont teintés d'un racisme assez stupide et néanmoins ignoble. Les brimades policiêres font le reste. C'est cet aspect que j'ai développé. ,L'anecdote est là pOur éviter l'exposé brutal d'une thèsc. J 'ai voulu en appeler au coeur (les hommes. Car rien de durable ne peut être établi si, de part et d'autre, on n'efface pas la méfiance, les préjugés, le racisme latent. J'ai cherché à in formel' et convaincre l'opinion publique. Avec « Kriss Romani n, en dévoilant l'univers réel des tziganes, j'ai laissé pressentir le cri de révolte de l'isolé et son désir de s'intégrer dans un monde qui lui accorderait une dignité nouvelle. Il Y a 10 ans ••• VOICI dix Oins qu'Ethel et Julius Rosenberg sont montés l'un après l'autre sur la chaise é lectrique, sous le prétexte q~'ils auraient . Iivré ? "Union So" iétique le secret de la bombe atomique. Leur co-mculpe, Morton Sobe/l fut alors condamné à trente ans de prison et, malgré les eftorts de tous I~s hommes et de toutes les femmes de coeur dans le monde, il n'a pas encore été possible de faire casser cette inique sentence. La mémoire des deux martyrs de la vérité doit être évoquée avec d'autant plus de ferveur que le combat qU'ils ont mené se poursuit et qu'il ne sera terminé que lorsque Sobe/l aura retrouvé sa liberté et lorsque les époux Rosenberg auront été solennel/emelnt réhabilités. Ce serait l'honneur du peuple américain de s'y prêter. En effet, l'exécution des Rosenberg et la condamnation de Sobe/l appartiennent à un passé que les citoyens des Etats-Unis devraient vouloir à tout prix effacer de leur histoire. LES Rosenberg et' Sobe/l ont été, non les seules, mais les premières et les plus lamentables victimes de cette fièvre qui s'est empa:ée naguère des Etats- Unis, sous le nom de maccarthisme. Un certam nombre de faits nous donnent aujourd'hui à penser qu'elle est tombée. Mais il importe que des actes concrets vier;.- 19 nen t le confirmer, d'autant que Sobel! e t en prison depuis douze ans ' et que, si aucune mesure de réparation n'intervient, il doit y demeurer encore dix-huit ans, cc qui est presque inimaginable. Les enfants Rosenberg ont, eux aussi, le droit d 'exiger ES ROSENBERG que la mémoire de leurs malheureux parents soit officiellement lavée d'une accusation sans fondement. Cela est si vrai que la Cour d'Appel, par un arrêt du 6 février dernier, a reconnu que, si Ethel Rosenberg était encore vivante, elle au rait droit à la revision de son procès. Mais, par une étrange inconséquenpar Jacques MADAULE ce, le bénéfice de cet arrêt est refusé à Sobel!. Nous espérons fermement que la Cour Suprême des Etats-Unis, à laquelle l'arrêt de la Cour d'Appel a été déféré, permettra à Sobell de s'en prévaloir. Mais il faut penser que cet espoir se réalisera dans la mesure où l'opinion publique du monde entier renouvellera sa protestation. C'est pourquoi nous célèbreTons cette année avec une ferveur particulière le dixième anniversaire du supplice des Rosenberg. siècle dernier, la meilleure partie du peuple français s'est dressée pour faire reconnaître l'innocence du capitaine Dreyfus. Aujourd'hui, ce sont tous les peuples du monde et le peuple américain lui-même qui doivent lutter avec la même énergie pour obtenir que justice soit enfin rendue. I L est beaucoup question de coexistence pacifique. N 0 u s avons eu le sentiment, au moment de la crise cubaine, à l'automne dernier, que l'Administration actuelle des Etats-Unis n'était pas insensible au danger que font courir au monde des passions incontrôlées. Ce sont ces mêmes passions qui ont autrefois mis à mort Ethel et Julius Rosenberg, qui ont condamné Morton Sobell. L'opinion américaine ne , "5 étaient innocents Des millions et des millions d'hommes et de femmes, à travers le monde entier s'étaient dressés pour tenter de sauver Ethel et Julius Rosenberg. D'innombrables personnalités parmi lesquelles le Pope Pie XII, et les porte-parole de tous les cultes, M. Vincent Auriol, alors Président de la République française, les chefs de gouvernement de nombreux pays, les savants, les écrivains les plus célé,bres avaient demandé leur grâce. Dons toute la Fronce eurent lieu d'innombrables manifestations et le M.R.A.P. prit une port des plus active à cette compagne. Le 17 juin, place de la Notion, à Paris, 200.000 personnes se rassemblaient pour réclamer justice. Le lendemain, un vibrant meeting réunissait 50.000 personnes ou Vel' d'Hiv' (photo ci-dessus), tandis que les préparatifs de l'exécution commençaient à la prison de Sing-Sing. Condamnés sur la base d'un invraisemblable tissu de faux témoignages, de contre-vérités, d'irrégularités, qui soulevèrent l'émotion des juristes les plus éminents, Ethel et Julius Rosenberg furent électrocutés le 19 juin. Jusqu'ou dernier instant, ils ,proclamèrent leur innocence. Deux enfants qui parviennent maintenant à l'âge d'homme, les enfants des Rosenberg ; la mère, la femme et la fille de Morton Sobell ; son fils aujourd'hui âgé de treize ans et qui était un bébé au moment de la condamnation de son père, l'exigent. Autant dire que c'est l'humanité, dans le sens le plus haut et le plus plein de ce terme, qui l'exigent, non moins que la justice. A la fin du pouvait admettre, il y a dix ans, que, si les savants soviétiques s'étaient montrés capables de construire des bombes atomiques, ils aient pu y parvenir par leurs propres moyens. Pour maintenir la fictiqn de la supériorité américaine, il fallait donc trouver des boucs émissaires. Les bombes soviétiques ne pouvaient être que le résultat de l'espionnage et de la fraude. Ethel et Julius Ra-

enberg, sont tombés, Morton Sobell

a été condamné pour maintenir à tout prix ce mythe d'une vaine supériorité. Le peuple américain, les autorités responsables américaines doivent aujourd'hui comprendre que de pareils sacrifices humains ne sont pas une preuve de force, mais au contraire de faiblesse. Il y faut, non seulement renoncer, mais les réparer dans la mesure du possible. Les Américains ont abandonné la chasse aux sorcières, où les avait autrefois entraînés MacCarthy. Ils doivent aujourd'hui reconnaître que le supplice des Rosenberg et la ~ondamnation de Morton Sobell avalent été les plus cruelles manifestations du maccarthysme et que le meilleur moyen d'en finir avec ce mal honteux est de revenir sur ces iniques sent ences. La force d'un pays n'est pas seulement faite des moyens de destruction qu'il est capable d'utiliser contre un adversaire éventuel; mais bien davantage du respect de la -justice et de la vérité qu'il s'impose à lui-même. Le Président Kennedy s'efforce courageusement de mettre fin à la ségrégation raciale, qui est une autre honte. Mais Sobell toujours en prison; les Rosenberg toujours co~sidérés comme coupables d'un cnme qu'ils n'avaient pas commis, ce sont aussi des taches qu'il convient d'effacer au plus vite. C'est parce que nous, aimons le peuple américain

c'est parce que nous n'avons

pas perdu le souvenir de ses grands hommes : Franklin, Jefferson, Lincoln Wilson, Roosevelt que nous espér~ ns dans les efforts de ceux qui, depuis tant d'années, ne cessent de lutter pour les Rosenberg et pour Sobell ; que nous les soutiendrons dans toute la mesure de nos moyens. Un homme universellement respecté, le Pape Jean XXIII, vient 1 Morton SOBELL : 30 ans de prison 1 Morton SOBELL, oondamné en rn~mè temps que les Rosenberg, ' et toujours en prison, proclame, lui aussi : « JE SUIS INNOCENT. » d'offrir courageusement et douloureusement sa vie pour que la paix règne parmi les hommes, pour que la justice soit partout respectée, pour que les droits de la vérité ne soient nulle part méconnus. Ce serait une dérision que de lui rendre hommage tout en maintenantSobell en prison et en ne réhabilitant pas les Rosenberg. Je ne crois pas abuser de cette grande mémoire en l'évoquant à cette occasion. Luttons tous ensemble pour que l'innocence soit enfin pleinement reconnue ; nous sommes assurés d'une victoire qui sera celle de l'humanité tout entière. ..................................................................................~. :.--..................................................................................... \ X ~ ~~ S-I nous mourons !~ ~ ~ ~ mOi;~~:n~\)~o~e~x~c11 juin 2010 à 09:59 (UTC)s~e ~~c~~;~r~~!o::~~e~thel Rosenberg écrivit, quelques ~ ~ ~ ~ V OUS apprendrez, mes fils, vous apprendrez ~ ~ Pourquoi nous sommes descendus sous terre .\ X Le livre à moitié lu, le chant interrompu ~ ~ Et la besogne inachevée. ~ ~ Ne pleurez plus, mes fils, ne pleurez plus, ~ X Le monde entier saura le pourquoi du men~onge ~ X Et de la calomnie, le monde entier saura X ~ Nos pleurs et notre peine. ~ ~ Joyeux et vert, mes fils, joyeux et vert ~ ~ Sera le monde au-dessu~ de nos tombes. ~ X LCI tuerie prendra fin, la terre fleurira ~ X Dons la paix fraternelle. X ~ ~ ~ Travaillez, construisez, mes fils, un monument .\ X A l'amour, à la joie, à la voleur humaine ~ ~ Et à la foi que nous avons gardée ~ ~ Pour vous, mes fils, pour vous. ~ ~ Prison de Sing-Sing, 24 janvier 1953. ~ ~ (Traduit de l'américain par Vladimir POZNER) ~ X \ ~,.. .......................................: ..-............................................................................................................................................................................................................................... - - 20--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- VICTOIRES EN ALABAMA « Droit et Liberté » répond aux questions que vous vous posez sur la situation. 'les luttes et les succès des noirs américains .1 1 DEPUIS de longues semaines, les noirs américains soutenus par les antiracistes, aussi bien aux Etats-Unis que dans le monde entier, mènent une dure et patiente bataille pour la reconnaissance de leurs droits et contre la ségrégation raciale. Cette lutte les conduit inexorablement à la victoire, compte tenu, non seulement de sa puissance et de leur volonté d'aboutir, mais aussi de la situation politique intérieure des Etats-Unis. Nous sommes à moins d'un an des élections présidentielles américaines, et l'aggravation des problè:mes raciaux, l'obstination résolue des noirs de les voir réglés le p.1us rapidement possible, le désir incontestable d'une bonne partie de la population blanche, y compris dans les milieux dirigeants du pays, d'en finir totalement avec ce drame doivent aboutir, à plus ou moins longue échéance, à l'isolement des derniers ségrégationnistes. Même les adversaires du Président Kennedy cherchent désormais à s'attirer les bonnes grâces de tous ceux qui, dans le Nord comme dans le Sud, se prononcent en faveur de l'égalité des blancs et des noirs. Il s'agit là d'une situation eXtrêmement nouvelle et réconfortante dans le sens qui nous intéresse. Une des bases de la société américaine, particulièrement odieuse, est en train de s'effriter. Et cela tient à ce que les quelques 19 millions de noirs américains -- le dixième de la population des Etats-Unis -- ont décidé oeêtre libres, après deux siècles et demi d'esclavage et cent années de ségrégation. La lutte d'aujourd'hui, dans son ampleur, est le fruit de ces années d'un incessant combat antiraciste, dont les origines sont fort lointaines. LA LUTTE SE LlMITE·T·ELLE AU 1 SUD» ? Le « Sud », ce sont les dix-sept oEtats où l'esclavage était légal jusqu'à la guer're de Sécession de 1861-1865, Depuis, la défaite des Sudistes, les lois propres à ces Etats y imposaient la ségrégation raciale. Ce n 'est qu'en 1954 que la Cour Suprême des Etats-Unis déclara ces lois anticonstitutionnelles. Mais dans les Etats du nord, la ségrégation sévit encore, à un degré moindre, non sous l'empire des lois, mais sous celui des coutumes. Les noirs sont, en fait, isolés, éloignés des meilleurs emplois, des meilleurs logements, souvent condamnés à vivre dans certains quartiers et pratiquement, ces coutumes aboutissent à une ségrégation effective dans l'enseignement. Aussi le combat pour l'égalité s'est-il étendu au nord et à l'ouest. QUELLE EST L'ORIGINE DU RACISME AMERICAIN ? Un siècle et demi avant la proclamation de l'Indépendance, dans l'une des colonies d'Amérique, la Virginie, naissait la première assemblée représentative du continent qui proclamait un idéal prodigieux, qui devait devenir la clef de voûte d'une nouvelle nation: « des hommes libres se gouvernant eux-mêmes, » Or la même année (1619), les premiers esclaves étaient importés d'Afrique. Et quand, en 1775, les fondateurs des EtatsUnis proclamèrent les hommes égaux entre eux dans la Déclaration de l'Indépendance, l'esclavage faisait partie du mode de vie américain. La Constitution des Etats-Unis, souvent donnée en exemple aux démocraties, ne manque pas de prescrire que chaque esclave compte pour les trois cinquième d'une personne. Ce paradoxe devait créer ·un malentendu qui n'est pas encore dissipé deux siècles plus tard. POURQUOI ~ESCLAVAGE FUT·IL PLUS REIPANDU DANS LE SUD? Si l'esclavage fut davantage répandu dans le sud, cela tient surtout aux raisons économiques, et non pas à une « immoralité» particulière aux habitants de ces Etats. Le sud était en effet exclusivement agraire, et l'esclavage lui convenait plus parfaitement qu'aux autres Etats industriels. Les conflits entre le nord et le sud qui secCluèrent les EtatsUnis pendant le siècle qui suivit leur création est une lutte des Etats agraires contre les .l!:.ats industriels, qui se confond avec la lutte ent:e abolitionnistes et esclavagistes. POURQUOI LA GUERRE DE SECESSION ? L'esclavage n'était pas sans provoquer quelques préoccupations d'ordre moral à de nombreux habitants des Etats-Unis. Un fort courant de protestation contre l'esclavage se développa, qui aboutit à la formation de plusieurs mouvements, dont le Mouvement Abolitionniste fondé au début du XIX' siècle. Aux tensions économiques s'ajoutèrent les conflits moraux qui séparèrent encore davantage les Etats du nord et du sud et déclenchèrent la guerre civile. La Guerre de Sécession permit la libération des esclaves, mais ne changea rien quant au pouvoir politique qui resta entre les mains des esclavagistes dans les Etats du sud. Cependant, pendant une brève période dite « la Reconstruction », des gouvernements démocratiques furent instaurés dans ces Etats. Les noirs et les blancs pauvres y étaient représentés, et ils tentèrent de se faire distribuer les terres du sud. Dans le nord, on S'alarma, de crainte d'une révolution, et le gouvernement fédéral retira son appui à la « Reconstruction ». Bientôt naissait le Ku-Klux-Klan qui s'assura le contrôle de la situation. COMMENT LEGALlSA·T·ON LA SEGREGATION? Les racistes du sud rencontrèrent toutefois, pendant un certain temps, une résistance appréciable. En 1890, le Mouvement Populiste ,alors puissant, tenta une alliance entre les noirs et les prolétaires blancs. La classe dirigeante prit peur et laissa les racistes s'emparer du pouvoir. En peu de temps, tout un arsenal de lois furent promulguées imposant la Séparation des races dans tous les lieux publics. La ségrégation remplaçait l'esclavage et devint le symbole de l' « infériorité des noirs ». COMMENT NAQUIT LE MOUVEMENT NOIR? C'est à New-York, qu'en 1909, fut créée la « National Association for the Advancement of Colored People » (Association pour le Progrès des Gens de CouleUr) qui, avec d'énormes difficultés se développa lentement, en critiquan t les lois racistes, en défendant devant les tribunaux les droits des noirs, en s'élevant contre les limitations du droit de vote. Ce n'est qu'à l'avènement de Franklin Roosevelt à la présidence en 1933, que l'opinion publique se mobilisa pour la reconnaissance des droits civiques fondamentaux, soutenue par le gouvernement fédéral. Ainsi commença l'évolution, qui n'a cessé de se poursuivre. ,Et en 1954 la Gour Suprême, déclarant inconstitutionnelle la ségrégation dans les écoles, décision due en partie à l'activité des noirs et des progressistes blancs, donna une grande victoire aux noirs en mettant la loi de leur côté. Le combat pouvait donc s'engager dans des conditions différentes du passé. De l'affaire de 'Mme Rosa Park, qui, en décembre 1955, rentrant fatiguée de son travail, vint s'asseoir sur un siège réservé aux blancs dans un autobus de Montgomery et fut arrêtée pour ce fait, à l'affaire Meredith, il y eut bien du chemin parcouru. Les noirs de Montgomery boycottèrent pendant un an les autobus et finirent par obtenir l'intégration. Leur leader était le pasteur Martin Luther King, devenu célèbre pour sa lutte farouche. Dans le sud, des centaines de villes imitèrent l'exemple de Montgomery et dans plus de cent d'entre elles, restaurants et cafés sont ouverts à tous. DES PETITIONS SONT A VOTRE DISPOSITION Le M.R.A.P.a édité des listes de pétition exprimant la solidarité des antiracistes français avec ceux qui luttent, aux EtatsUnis, pour l'égalité et le respect de la dignité des noirs. Il est du devoir de chaque antiraciste de signer et de faire signer cette pétition. Demo.ndez-Ia au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2e (Gut. 09-57), elle vous sera adressée a'ussitôt. Les étudiants entrèrent dans l'action, et les jeunes noirs, lassés de promesses et d'invitations à la patience, lancèrent l'action directe. Le mouvement n'a pas cessé de grandir, sous les tormes les plUS diverses. QUELLES SONT LES DIFFERENTES FORMES DE LUTTE EMPLOYEES PAR LES NOIRS ? Jusqu'aux événements récents de l'Alabama, la lutte se déroulait sur quatre plans : l'action juridique, avec recours aux tribunaux, mais jugée trop lente, sinon inefficace, d'autant plus que la victoire sur le plan juridique est d'ores et déjà remportée. L'action directe non violente prônée notamment par Martin Luther King et les étudiants qui affirment que la réconciliation est non seulement possible, mais nécessaire entre les deux communautés. La violence directe, prônée par un mcuvement qui estime que les noirs sont en état de légitime défense. Enfin la méthode des « Musulmans Noirs » qui refusent toute intégration au monde blanc qu'ils jugent corrompu et dont ils veulent s'écarter. En définitive, ce qui l'a remporté, c'est la méthode de l'action directe non violente, devenue violente uniquement par la réaction des autorités blanches. Attaqués, les noirs se défendent et souvent, rendent coup pour coup. Ils s'efforcent néanmoins de ne jamais provoquer de violence de leur propre autorité, Enfin, le secret de leur victoire réside dans la puissance et la légitimité de leur mouvement. VEULENT·ILS UN CHANGEMENT P OLIT IQUE? Pendant très longtemps, le mouvement des noirs s'en est pris aux symboles de la ségrégation : les restaurants, les écoles, les lieux publics réservés aux blancs. Désormais, leur lutte est surtout orientée vers un but unique : voter, en supprimant tous les obstacles qui les empêchent de s'inscrire sur les listes électorales. On sait que les réactionnaires du sud, en contrôlant le Congrès, ont souvent empêché l'adoption de lois sociales et fait obstacle à une politique extérieure orientée vers la paix. Les votes des noirs peuvent modifier la structure du parlement et transformer la vie politique du pays. Dans ce domaine, ils ont avec eux de nombreux blancs aussi bien du sud que du nord. Car les conflits raciaux n'ont jamais opposé les noirs seuls aux blancs. Même dans le sud, la population blanche est divisée, et une partie d'entre elle estime que la lutte des noirs est aussi la sienne. C'est sous cet éclairage qu'il faut examiner la situation actuelle et la position délicate du président Kennedy, comme celle de ses adversaires. Ce qui est certain, et réconfortant, c'est que les ségrégationnistes perdent chaque jour du terrain. NOTA. - Cette brève étude s'est inspirée notamment des travaux de Mme Anne Braden, qui est une militante antiraciste de l'Alabama, intitulés : « Le problème noir aux Etats-Unis, 1619-1962 et publiés par « Démocratie Mondiale », document n° VII de novembre 1962. Cette photo, prise à Birmingham, au début de mai a provoqué une indignation profonde dans le monde entier. Elle prou, e que l'action et le courage paient. La répression raciste n'a fait qU'accroître la combattivité des noirs, conscients de la justesse de leur cause. Ils ont pu ainsi remporter de notables succès en Alabama et dans l'ensemble des Etats-Unis.

Notes

<references />