Droit et Liberté n°026 - 21 avril 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Signez contre la bombe, pour la vie: appel de Partisans de la Paix présenté par le MRAP -page1
    • Une interview du grand compositeur noir Duke Ellington: "c'est ensemble que nous antiracistes devons agir -page1
    • Les Dulles brothers: de la banque Schroeder au département d'Etat -page1
    • Est-il possible qu'une seule femme au monde ait oublié par Andrée Marty-Capgras (campagne contre l'arme nucléaire) -page1
    • Pierre Daix nous dit comment et pourquoi il a écrit "la dernière forteresse" (livre sur les camps nazis) -page1
    • Cet hymne est le plus beau jour de ma vie (politique "revancharde" de Adenauer)-page1
    • Tandisque Pétain choisit le Figaro, le journal de Maurras trouve un nouveau collaborateur: le bras droit de De Gaulle -page1
    • Un morceau d'uranium gros comme un paquet de gauloises pourrait remplacer 60 wagons de charbon -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: de Skorzeny à Goebbels -page2
    • L'action du MRAP: deux millions pour la lutte -page2
    • Ce qu'on peut faire avec l'uranium: L'ingénieur Davydov va faire fleurir son jardin natal -page3
    • Digne commémoration de l'insurrection du ghetto de Varsovie -page3
    • Souvenirs d'André Spire -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

SIGNEZ C 1RE LA BOMBE, PO LA VIE! Jean.Jacques BERNARD, André BLUHEL le flrésident L YON·CAEN Willy NETTER, André SPIRE premIers de ,ignataires de l'Appel des Partisans la Paix, présenté par le M. R. A. P. 21·27 Avril 1950 (130) 20 fr. LE MOUVEMENT CONTRE LE L'ANTISEMITISME ET POUR RACISME, LA PAIX ET LlANTlStMtTlSME, POUR LA PAIX BELGIQUE 5 fr. 'ou. çJ)ll.Ue ... lgoDel' la r'"oluUoll 4" ooelt' 'oathl 4u

AR Ir s d, 1. PAIl .d    ' l 'too la. le 19  ar. l'50.

1 .... ou. ül o.. l'I. e·1'4 'Uo. ab_olue le l' aftIe ua.llque IJ1I\I'I 4·.po\l"'o . et 4'oJ:Urw.baUoa lIu8hor cie. !"opulltloD'" ' . '!1I t"1' ",1 :"0118 l'llsbll.'1,(1!Ieat. d' a ri&'OuZ'eult 0_t,..1. UNE INTERVIEW EX(LUSIVE DU GRAND COMPOSITEUR NOIR DUKE .E LLINGTON Les Dulles Ih'others 11'1 ' 1'11. 100111 pO'I.F " !luter l'appl10&\.10A \1.. Glue ..e"l "·10 1. l'dl!!I01!l". 3 ... ·"0:1. oJl !'lH. ron. ,:.l ' le .io.; nr.tlr ent ",ut le prtal6l' ",'lItlll"ralt '1,," '. 1") Il'l;;;po,.tc qll4ll tI1. 1'111".1: .tCIII.l" J""j\',(! r • .I:. 1100 1t\Ù .t 11& ol'll1U1 cle IUfItl'e, ad. Ilt\. orime OOllt. r.I l'h an1t4 fit IIlralt .. U'Aite' .......

:rll'!ll'\1'l lla  f re".

06)1" 'll'or: •• PJlelo" ton le }-oPIIlM-. de tallit Yolc!lj. (d. le mofte!1 • d :;ntr et't "FPel". " C'est ENSEMBLE que' nous DE LA BANQUE S(HROEDER antiracistes, devons · agir" AU DEpARTEMENT· D'ETAT C'ekt un homme long ct noir. D{'rrihe l'\CR lunette" fJ'H!uUlf', de! !'te8 yeux gris-hleui' , dllfS ct froids. il 8crute lu geM et I a chose8. il oh"crvc, il parle peu. Sa voix eli't l'accaù,-,c, flvee de!! Lntonl1ti(IflS pi dant!"". LE Mmwernent' eontrCl le Racisme, l'Antisémitisme l't pour 'la Paix,

e doit de par1!dper 6.ctlvement

411 Ja granrlC! canlfll\tlne des Pllrtisan de b, PaIx con Ire la bombt! IItomiq\lc. , DéJ', le. premi ère l!s1e II. en télc du M.R.A.P. e!rculp.nt, On voit ci-dc$IIU le cliché de l'une d·clie. Ell por11t let Rignalures d'hommet! éminentl!l tels que Jeol1 ·J aCQm' BERNARD, le cél bre écrin,in, fils df': Trlsl.n Bf!rnard, qui a connu i'lnternement A Compiltll1l1 60UI l'oecupation: André BLl.IMEL. avocat ft la Ooor PAr U. Jlf ... ltIent du M.R. A.P.: L6cJn Ll'ON-CAEN, prési d nt ... J. COllr de Ca-.altnn. III' "'URt .. ; wm ".,...wm"'.

'I'. ara6tlll.l ntI , &Iltrat d_ lIade, (1,"

1 nuit ; 1'1 puA lfl et Pllbltc ... te Andrè SPIRE, . Signalons, en out1'e, le  ! gnRlureJ ' .de; MM. Plerr, MIALET, moire du 3 ,arrondissement ; DURE ELLINGTON nou" a reçus, sans histoires, Nl peignoir de hain. A quatre heure", de j'aprè! -midi, samedi dernier. il ke jlréparait pour le concert flu'il de\'ait donn{'r_un heure et demie plus tard· Mai..: Duke Il hlJrn:ur de tie prei'ii'ier: il nI' nou!'. Quitta qUE' lorsqu'il ne put. faire ilutrement. Rpt"ès U'le conVH,,"tion t'ntrecoupées de Cf)up'" de lilepkone. d'ilppr ci!tlion Sllr II' Ihe et les t clilirJ'l. au café, de m •• I IImieilu," il l'un ou à raulre de ses filmili('rs. Ce géant sympathique Inspire d'embli!e conrlance, On ne sait ce Qui séduit le plus : la rayonnante bonhomie du personnage ou la sobrlétt cie ses g'('stt s. de sa voix: la  !mpJjc\lé de J'abord ou la protond. eur chaleureuse du regard iSmTy. PAGE 3) UN MORCEAU D'URANIUM gros comme un paquet de gauloises pourrait remplacer 60 wagons de charbon L E 16 juillet 1945 ail Il\ lin , il. 5 hf"u rcs 29 minutes 24 .(e f' tlf_ld (' . UI)I", II l 1,1)'1. , l:\_ m Ô .. ,i'iihf'llIl"rC'UI IIIf") 1. pre· mirre Lomhe al(1I1111I uC'. Dans le det'or de i: F:lr- \Vcst t, (':ullouflé dans une ('asemMe .t'acier, l'homme qui :wait diri i ht c'onslrudion de ("f"Ut. :trme tf'fri· V!ott.atiOl' trèn tt/qlOe et S4n.t Ircitl de.t CIIOIu rltja ffitllllle3. , QIRRtus l rJ -pn.3 t3.r(l, "" « M Qt, ta premJ re. !iambe atomique américaine tombait sur Hiroshima

.7.000 t ués dont 17.000 perlonnes

complètement volatHlsées: tl'l1ITt: l'AGE 3) Ü ·O' Pierre ,VELLAl', al'l5istanl do. muunlttl i\ l'hOpltat Roth child, Croix de Guerre. Mâda!llc de la lUsistanee: hie regardait p nsiHment e pre. ,. _______________ _ _ ('ipi!cr sm l'horizon lin immf!n1\c A:' iIGHF,RT. cornmt!rçlint, ('n fOllfrure, prê31dent de l'Amlc!l.! des !o\lrreur , président de I·H,E.F.U.D, I,Ine déclaration solril vert qlli hil'n!ùt illumina le ricl el la terre, passa ::tH f)f)I,O' pre, et enfin il un oranl'le êcl - tllnl. ' EST·IL POSSIBLE QU'UNE SEULE FEMME de H. Willy NETTER Robert Oppenheimer, chd (lu labol'atoire sclentlHQue ' dt) I.;o$ Alamos ( •. 500 tuvallleurll, 60 mCHans de dollars dïnnstlssemenh) voyait es efforts abc utlr. Expliquant ces résultats, Il déclaraIt: AU MONDE AIT OUBLIÉ ? • L :f, raeJllfllll! et l'a.nCkt;émIU 'lIe qnl el! oonRllloe URIt !lM formeli, "ont 1'If'_. fléaux '1,,1, tlepul" lon,t I)Jp! , "llrl\leRt tlÎl. foin) b nnis, de même Q'I' eetlllln!'_. m"Ja lles Infe(! t!eu.su liont, effl('IIeement, enraym rrAf'fo il. 1" décnuverte de .. ,,1. h ,mhtl'!I et Ile .. b. ta n cellf CtypIOJIItmlque, s, OHlin : PAGE li i: Les déc()!lverte, vraiment Importantes' turent faite,' en 1890, en 1905. en 1920 ... NOl/li avons pris cet arbre plein de fruits mllr,t, "OlU l'avons secoué durement, ct tloUd qu'C'ft SOllt lombé.f le rodnr et les oombes atomique" . TOllt l'esprit de la guerre fltt une ex, " NI DUS exigeons l'interdiction ahsolue de l'arme atomique, arme d'é· pOIl\'anle et d'exterminAtion ma ire Ile!!. popull'ltion!l. J) L'appel qui vIent tout récemment d'étre lancé à Stock.holm pac le Comltt du Congres mondial des ParUlII, ns de la paix. est repris f't. sc- Un livre, comme voas n'en avez jamais la, sar les camps nazIs PIERRE DAIX vous dit comment et pourquoi il a écrit LA DERNIÈRE FORTERESSE CE ne ()nt pas les line ni. les lêmoignage qui manquenl sur Ir: camps de cOIH:l1'n ltallOn, Et pourtant, la Oernière Fnr· l e!'es e ( 1) de Pierre Daix apporle, sur ce trrrihie ,"ujet" quelque rhof'e Il'en licl'ernenl nouveau. C'e t lin ollvrase rl'une Qualite e x t:c l jonllclle. Son aLltelir li hien \'oulu hav:lrdl'\" :lyet· IlIIl/S, :w (,OUI'S tl'unt ren r.on(r(' 1I1t Cmnik NaHon:t1 cks r :riY:ljns. Toul dt' s uil e, \lOIl C ;

I\'ons étc i l llp rc. sjo ,\ ,\ C: i par 1;\ lIu' iditè, la mail rise de sni, l'in ·

telligcll('c de Pierre Ollix.. S l'il!'IlX t t fralernel Il pj)Arti( nt • t.e{.te génf.ratlOfl de eornbatl.an t. qui 1 45' - io. en rt ... blir I I!f mier s nott Jusqu .... Iii nn d . 1949. où j l'lit termlm'. III. r.OllCl'ptiOn fl"e f n ai, eu a vari e, A l'oriJ'illP, mon jd e etait. romm la (IIuplul r!r mr. eamRrad l'ont rail

. r tt pc'rlotk, d lmoi.tn r sur 1..,.

- MI'I Û , pourQlloi votre liVT : t;t, . n(.(·t-IJ c:ommr un roman ? IlSlTI't: PAnE 3)

par

1 Andrée MARTHAPGRAS ra diffusé par un t rès e;rand nombre d'organisation s d mocratlque E'l pODulalres dans tous les pays du monde, Il devrait rencon trer de la p? rt de t.ous un accueil ('nthou slaste. LI' Il ""rll d('rnit'r, la Fêdératlon ! em()cra t it'j llf' Internationale des Femmes a oroclami! son soutien S311S réserVf' fi la pétition L ue de Stnckholm. Oh m:llntcnant, donc. les 80 mllHon.' de l emmes rassemble s dan.s cet!p, PUlsMmtc !édération sont alr.rté('$, Chacun/! d'clles va se t,aire l'ardente propagandl:ste de la paix avec comme objectif précis: la mtfe hors 'la loi de la borno!" atomique. Nous posons la question : Exls t(!-t-JI une femme IlU monCle Qui puis.. .. e rester en de horl! d'un telle lutte? RIche ou pauvre. 1ravallleuse 011 oisive. la femme, où qu'elle soit et où QU'E'lIe vive. ne peut échappt r à la preoccupa tion , à la hantise de la guerre. SI ,.lIe a d('s entan!s, celte preoccupation dl'vl('nt de J angoisse. Privée d'enlanl. s, elle a de vieux parents don t {'lie veut protéger les dernlt:rl;!s anllCe . Imaginons-la 'seule au mon de QU'I'l!e pen e nlors à se protég(' r enp-même r.ontre tes horreurs de la guerre atomique. (SUIn: PAGF. 2) Tondis " Figoro ", que Pétoin choisit le le journol de Mourros trouve un nouveou collohoroteur: LE BRAS DROIT DE DE GAULLE ... TROIS a.rtldt's du oolon el Rèmy. bras droit du gcnéral de Gaulle. viennen t de pa raltre ces JOUrll -ei dans la presse parisienne. avaiem 18 ans en 194ft et qui Ho __________________ --' _______________ , sont trcmpés da n" la lu t e patrlotlo' Le jlrf"mier dans Ct/rTe/o",!', h e bdomadaire R.P.F .• le second dans A pccts de la France. organ/!" oH/ciel de Maurras. le trolslt-me dn ns Le Figaro, jOllrn 1 dl MM. Prouvost, Brisson, il:"3uriac et Sko rzeny. • Plnre DAIX Que. U' J 1 nO\' Cmbf I!HO. avte des rnlllien d·étudiantll. il manifuta it DEJA 1l1lX Champs·Ely ... tf'. . t il se ht arré' tf'r unc premiere foi . Ail prltl1.emPl! 1941, Il parlicÎpa l il l'orJ;I'AnlSMlon des groupl' de combat.. Arrêté il. nnuvr(l.U Ir , mllu 194 . c'rs alors la prison. 1 ... mt e au 3 CT!'], prndant llnr. annet entière, .. De barrraux, La pensèr. qui lutt contrp, la solitude. Picrrt 0 ... 1:1: tltnt ! te, t,,1) comb:;u du p uplc lui donmtlt con,. liance !'n rav nlr. Déporté au carllp dt:' Maut.haw;tn, 11 '! continua la Lutt.e dan ]'organi tion de rr.Sistanr,t. I!:mploy dans 1'J\dmlnislration du ('",mp, parlant l'allemand ct L'e.spagnol couramment, il connaissait. sur l'h\Jit.olre et lts conditIOns m mn de la vie ct de la lU ite. beaucoup dr eholltl . C' t ce Qui l'a amené il hrire CI! Ih'1'C. - Cr. n'ut p,u un Ih-u "Ut J'lrl i! 'rU Il'Ilft tnlt , Df'pul Le moment .,û ,. •• ·.L5 ommenr.i puullrftL l'Hi LI) u Edittllls R un ll. CET HYMNE· t le plus Lea.U' Jour de ma 'le Pour I\ pr,.miiore vi .• it" BcrlinOuest dcpui la gllc rr(', Adcnauer a'csl livré il. unr. nouvelle provoc tion ('1) prononCllnt, au Palai.. Titian r I ect{'ur amérlc inJ un dis :our chauvin el revanchard. )';'1 pré enee dc commandnnlf occidc!lt \'", 2.0(){) pel' ·

onne   . tri (!   sur 1., volet, cnn8tituaient

If! brig .. de d · a l m"tion . Expre.o.sion rI la volonté des néo-nazi

1 dc le'll's prot"""telln cte remettr .. en

raus.e la frontière Odcr·Nei •• c, C !o:'e de p lx. p r lI è l lllr.nt aux vi.,; .. sur l'AIRgee rt la Lorraine la tribun" etait décorfie deJ: drapea..,:oc; cravate. de crêpe deli terr itoire. toeQuvres. par b. Pologne pOl)"lair ..... Aden ruer. apt"ès

.'olr prone 111 polilique de (orce d

ch \I I"mcnt IItpprouvé le discours. pro_ rroncf. dimRm:1tc dcrnÎ{'t l),;Ir le présid{' nt Bidault. c:mMt'!. son a udiloire li. chanter Je • De\llschland iIber ,.lIes ' . 011 conC ' Ît '11,;'1\ ait dêl'laré . .il I·is. uc de eeltf! démon lnlion : • C"e",;, le plus beau jour de mil vie . • Une déclaration 'da Thomas Monn Ce!.tr rct.:f\,II:lucenr:. du chaftvinisml'; dr (lirj jJeanu de Donn, cn(;oun;l; s p'l\' 1,,' pol!t.lqlJe occidentalr rl allantique, .ne lliisse ):)A, d'inquJt:t,.rr rt d'aleJ't l' tO\l$ 1 :5 homme r; pr1. rl paix il. trtl.Vrrs le moud!', Aux Etat.s·Unis m!'me, dc lan;r5 masses l:L'e la population

r dreM!'nt   ontr  lit. rcnmssance

du péril a.lkmand. Prena.nt la parol il San-Franc cO , au CoUt· (l'une on· férc lIce de r""'trlr.. " .Itwl_h ConlL'res' sur la renll zific al ioll, le .rrand écneain

"li fll scile .Hcmf!orl 'fhoma  MANN,

" 'adre , /,(nt aux Juifs amèricains. 11 souliJ:né 'lu. , le 1) llple Jul' n'a qUf' Irf){1 de ra, on _ de eon"iderrr ll'·tt. inqu1 .. iud La 'sHuall",,, httl1r. en AU",nlacnr. 1. ri.apPivltL"'n du nuisme, de ' ·a .. U":mJtbn:te. J'UhUI Urannt de ItnlaU.'t .. d ... dênulfll.aUon ...• On nll' "",ur" " mieux eondlunn!'r la politique Allemande du E1als- Unb. Tous crs textes aCQul rent une haute slgnHlcation. non seull:!ment en ral:o;on de la J crson nalltê de leur auteur. mals parer. QU'Us prel\ nt'nt place dan,. 1,lnt manoeu,vre d'cnycrltun:, qui \'l e â la. IIbëratlon de Fetaln. it ramnist! dêtlnltlve df' tous les r.ollabos, a u resserre ment. de l'alliance des tactleux du R.P.F. livre Vichy. Ii est remarQuablr (JU dans As pec/s de la Fnmcc. l'article du co .. lonel Rémy voisine dlr ctp,ment avec de longul's cOIuldératlom: sur l'Nat civil des Juifs, que Xavier Vallat aurait PU sIgner d('5 deux mains. . C'est. assez dire quellf'S nouYclles persécutions et Quels nOUvea\IX 0( slatut.s ,. les néo-fuclsl :s pourraient nous rfo.server 'Illl parvenaient à leurs fins, Oa.n,:·u FifJ4m, dont Pétain a décidé. nous 3r prend -on. de fai re sa lect ure Quot idienne, Rémy va ISUITE PAGE 2) Il ne se livre IHI". Il ealcul{', il manoeuvre. Fil" de pa!4e û.t. il Il I:ludé th! .son "ducatioll puritaine cet air souven t li:'ulndé. pllrroi  !'tolenn{'l, Qui n'appE'lle pas la sympalhie, POII'lnt, habIt ,., ha.ut or (nrme, dans une cérémon:e "u Il !'1f' nie .... · tlon. il r"ll j m pr s ion, i r.st lm « mOnll(fi'llr 1 : mais. pf"CI;QlIf" a ussit/ll. li 1:·t!IAl, Qu n d iO nll tI'!ViCnt pal; Ju:!,ubre. Ses l'Im if;, ou. 1,lu lât. Sl'S a c:es. 1" di!en lac,IIlHI". n, re"'tnna ,s,senl, hllU1R.ment $f'S mé "ll , accordenl la ),hI5 grande atkn llo:l il. 10111 I, qu'll .1I t. lut;l ct' qull Calt. I ls l'estiment., ib; n ... pl"jve'jt 1';15 l'aimer, I.e p'·ufJJe. Il'1. le trouve !J'ès ptu ra.sSUJ1lnt. Il ne  !l.lt Ims gnln fctlOsc d" lui: 11 AAÎt t'ulement , d façon l' lOiS t \l m t JfIr; eOllfuu. q::!! John f'o.l\ f· OliLa. . sl- lln pf'rsonn8i,fl retI , )(( labl . . ' •• , De bonne famille J(,hn Po.tter D\ll:e , que M· Trllm'!.n vient d'adjoindre ,'.Omm(' , 'onMill r à Dean Aelicson, SCl'ré\l\lrI nu Dêpl\"k_ m"nt d'Etat. eH \In businessman de Bl'and ramill .... Son i(l'an(l,pr: I'c, J. W. Fosl!!f, rut S('CI"élalrp. d'El';!!. .'-on oncle, 1.t1I1$ing, I!g:tlemc n!.. 1.1l j·mème avait i\ peln(' 20 an.!l, en 1907, qul! participait MJiI., ,'omme t'l'présentant amérlcain, .a. -!a COnférenc , d La. Hay", A la fOIS h omme )ooliLique et ave,.. caf. l((l'igoent 01\ F..mln lI ·" griF-e dc gr:l.ndee bnnq:.lcs et cntrcpri s indus-t r l,'U,'/ , :son nom l'tt I n pRr1\ble des J l a ison. '-11,1 s'é tabllren t, a ft lendemain de 1'11.1111 '" 1:"1"11'1', enll(' le., mOllolJO:es amerlealn, t'l allf"O'lanc:it'l 1 rô!r! ql )" "'R Il:!.IJ(II1s 1n()l'ro-'nt d:u:q, » "' t," .la.- I -.:J,o Il Il h-e t ru'nltr!' dC! l'A "e!m.a,ao-. IHI 1, m !I de ta Ri f"lblklUe 4e W(I:mllr cnmRle lit( temp;; ilu ltek h hit lérien, n' c8 P;UII fi dém "nln r. Les frères Dulles et la banque Schroeder On . Illt rlmpf'lrtall '(' de 1.. . Bml(/u,' S"' r'l r der, a 'l: ; capltallx anglais, amf.r j ca io rt allemilnct . C t 't. bO!nqup. fondeCl au XIX' 51ecle à Hamoo'll'g, N't 1itli it la SIC/n,lar,1 Oil de Rockfell r, n lA. CII " Se ,""atirmal Bank, !lnx dirlg" al1:s Ci'! pnrti r i )lUblieail! ,k U.,-:;.A.

dont J, F. Dull('s C ( l'un ries m"nIj)"

u ir.r rlu JnfluI'nUl. aliX S",Tf'it'I', !r('rc! lie ro,s,s., .llX ctil'igeants ries Foster DULLtS trl/.St.s IJ,llflmands de /'ae er, .. . 8oJs,.. q!lf; d'A.u,9 1 terf , à. rA.l1g10 1,e-,,*,,'1 Oi!,., Au lendemain Ile 1918. le. BIIJII}I.lr!

eh!·t){'ller . t1nance le t ruSl a \I 

,le l' lIeier, l!' Vere/nf/le ·tG lilIl't7Jt-, dp ThY $ n e d t SWnnei, m.fI;I);t.1.I q ui SOlit lf'$ Ilrlnrll)IUX touUtna dU parti naZI a ea naissance, Cinq am aprè$ la lia 0111 10 ;Iif'm) k ,"lCr"f' mond!'w, la l'\' h r II1fIlt&. "DI .'. lI! .. -N v..tltr- Ml "' ... 11t1 ,.,Ld" ment UDe ll e rrtPOnlW.f'U\'e . Çe !!iUU'ks, I!lle le doit f;V?nt tOUI au C!c:o.. "ou\'S qu'eUe reçoi du burr.u chU .... n ' S"l1i 'Oon GlUi. CrOmwell. Or, c •. ' bureaU, !rots pulS6l\nt, titi tH· t'Ljffl par Jbhn FOller Dutlf'li ct. lo(Ip frhe, Allen Oulles, Qui, par a l1!e\I:tto et comme par hnS'.lfd, rat dlretLe:lt' ct 3,VOCal- :QIl3rll de l". G, Sûtr«4ct' BtJ.ukiul1 Corporation de J.ondre.,. Co. logne rt H;vnbourg. Paf a1\lcurs t comme par h aMld. les drlll{ !rp.r Dulles {ont e de la. rlelétation amériealnn à '" Con· !é nce de hl. Pa.ix a V rsalUes , .zn 1919; John F(l l rr Dull!'s rep.nte . (SUITE PAGE 3) Il tONNAlSSEHODS PARIS t (Iil II y avait du poisson: LES ({ P ARISII » s'installèrent là •.• J (300 ans avant notre ère) Notre cité gt'!antc dc 2.725,000 habitants (4.775.000 avt'c l'agglomération parisienne) f'nrol)f', varel! à \111 I:rl n. le charme ineomparablcmC'nt tar::onné de l'ile de la Cité. Oe puls vingt-tr()1. sièc1e , les ParisI ens y déposent l'emprelntc d ! leur hls!.o!re, Au square du Vert,-Galant., situé rllI.ns l parUe efflléc de l'Ile, on hume: un air frais puisé au plu touf{u silence' de trés vieux arbres, La Seine tapotc la. berge Il pet1t. coups. Lc. amoureux s'y retrouv «nt di:s 1/1. naissance du soir. Vers l'an :;00 avant Jcsus-Chrîst, descendant. II' fl e uve, de petitrs barQues primitives accostaient, L'endr ol t étltlt poissonneux, et, les i: Parlsil .t- s'y installèrent définiti vement. Le temp.s aidant, les peu· "Iades vo!slnes vinren t s'y renc.cm, .. Irer pour échaTll!'p.r leurs produlta. Le besoin d 'armes et d'outlls soUdes croissa!t; Il en r su1ta Que le, plus habiles IaçonncUl's de pleq e ct de méta) sc spéclal1sérent. L'un forgeait, lP.'S pics, J'un t:quarlqnlt: des hache , l'autre tournaIt de. lJ9- t.rrles. Un ctntre d'lntérH commun t'!tait crùe. l,'échange, servant do forge, a un rythme Incessant, Lu. !. ce prenait corps tians l'He, C'{,;If. alo rs Que, l'an 52 avant J,-C .. Rome Iil.cha ses lt:,:tlons à tra.v r .. la Gaul/!'. Ot nO\lem m prodlgleult la vigne ctalt. Importée et cultlv@e sur les haut urs de Mont mart.l:. (Mont des Martyr:o. Les Germains, au mll lf u du Ill" et au IV' siècle, lancèren t 11.11' • .ISUITE PAGE Jj • . PUISQIJ'ON NE VOliS lE DIT PAS ••• L'ACTION DU M. R. A. P. De Skorzeny à Goebbels Au secours de Skorseny Le Figl!;ro, aYlI.nt entrcpri;; la pubiication des Uémolr(',s » de Skorzeny, .. provoqué une très vive indiG'!latio:l parmi les patriotes. 1Jfl lndigni\t!oll h'\tltime et qui, POUf l'honneur d la R.é, ist&nçe, ne n te pu purement \'erbale... . AUMitôt, Fra.m;. Tireur .oll au cou." 1I du journal dt. lI!M. PrOU\-OI!t. Mauri c et ,'on CholWu. n il. ICCU. I\ Ce lOir d'avoir pub1l6 le testament de Rownh!fli_ CI. dunier document était dûment. pe4M/lIt6 et commenté. Noll,!; Cil !li, ons Juge., ceux de nos amis qui Ot\t .. u l'occasion cie le lin! ; JI I\lal aCCAblant POIU' leos bourreaux. il ne pou_ v.n. qu'iIl6plrcf Ulle horreur accrue du nazll!me. du racî me. Les révé!atlon. de Ce soir répondalt\ nt au.x m!illeur Intentions antituclstu. lo nuit et le jour De même, D. L .. lorsqu'il prê.sent.e .. su lecteur une lettre ou un rapport sllOnt! Dannecker ou Vallat. e:i.la plUS just de, ; causes qui consiste rcs!.er fldMe II. la mémoire des morts en u.p. pelant les chose. ; qui 6e sont passées .. commcnt elles :se sont pasoees. pour que jamais nous ne revoyions plus ça. Tout (lU contraire, les " :Ml!moires du Figaro, cher à Trc"c-Tireur. arran iée15 et truque.e.s $81011 Ms procédl!8 d orma1.s ()()UU.l,t:; cie fal.'litlcatioll lie rhl t.oll'e, sont. el;Sentfcllement desti né5 .. re.habllît..er le.os pires criminels llUI.!. à. les faire paaser, aux yeUli: da leCleurs plus ou moins II,ver t is ou com· plwant.s. pour des 8arçons eouragtUli:. Sillon sympathiQuC$, aimant l'aventure jusqu'à l'héroïsme" Les soldat!; de M. Brisson Parmi d·autres. Ul' lecteur du Figaro a o$é ecrlre une lettre où il prétend que l tueur 55 qui nt aSSflSl!iner. d'un coup, 500 déportés français 10c$ de leur repliement de Sachsenhausen \'ers SChwerin, s'était conduit. en soldat, Et M, Pierre Brwoll a'est fmpr de reproduire cette lettre Bcanda· leuse. T ireur n'l\C'Corde plIS lui·même 1& moiDd.re Importance À. te ophL,me. Sinon. il n'autll pu; hlt l'ELOGE, sous la. plum", d'un de : es rMacteurs let; plus influtnt.,. M. PéJu, dc. .. MII_ moiTe! de Goebbels. Mémoires truqué:s, Il l'a sans dire, h.brlqu pour lc& besoiN d'une cause très ;su.. pecte. G,oebbels selon « Franc Tireur» Ces c Mt!moiru . de Goebbels, non seUlC'ment Fran.c-Tireur les a jugés dii'ne d'un large compte rendu dam u paie litt.êraÎre, mals encon il a Invll,é su lceteutll .. les fue. Et, CI! !al.sant, Il a. ouvertement danne sa Cl!.utton à quelQues thèse.s et légendes plus qUe dlscuta.bles, qui ont surtout. la mérite de cacher le vt!rl table ,'!sa e  :lu naz:sme, Ainsi, t'image d'un OQebbe15 Isolé, Impuls$ant. presque wa.;:nérlen, comme III le ministre de la. Propqande nazie a.valt. joué un Mio au milieu du dilsert: - C'est au centre mtme et presqlle au sommet de l'Elat nazi, éerivai M. Péju, que G04!bbel3 li cll.aqu. jlllS Ilpparalt isolé, noyé, impuissant. Ce n'ut jlas seulement au% homme. qu'il ,'en prenri, mai$ li tout le cor,,! de la ' natio". Voudra(HlIl nl lnimlser la mallalunce de nmmonde gnome qU'on ne 8'y prendrait pas autrement. Derrière Hitler. le.. néant!

Jeux de

Le tueur ...

Quelqu'Un a 'erl _ Le peuple françalll a trop de fIerté, 11 a derrl re lU1 trop de Iècles de clvllisatlon pour SI laiMer aMI!!r· v!t .. , Je filiclte le Figaro .. - La plaiu,nterle est da tm m.auYl goùt. l'olab non. cher lec\.eur. ce n'est nulI ment . helas 1 une pll1Unt.erle. C'est un lecteur qui. dllns une lettre à Pierre Bii$Son, applaudIt chaleureWle mellt .. la proM du tueur llUmt!rO l de HItler. ... et le fossoyeur. Le nom de . 1&(:leur ! Paul Reynaud ... _ Au fond, on n'en att.end lt pu molru de l'homme qui. en 40 ... _ .. , ft qui, maintenant t l'un des plWl acharnés à réclamer une Weht· macht dans Je cadre atlantique. .. , Sk()rzeny a, })Our lUI et avec lui, outre les poliderll, les tos.soyeurs qu'Il mirite, L'élève photographié Lc.1 chitfr , on le &aIt., on bf:au coup d'éloquenee, Beaucoup plus que certalM di ,caurs vilains DEUX MILLIONS Hure vIent. d'en Jmpoeu l'intadictlon pour la lutte. .. dan& la ville. Tout honnéte homme, tout d moerate, ne peut que s'en réjouir. C'ut l'Auroro Qui n'eat. pu contente, Il Populaire, non plus: .. La eemurc e ! un 11éatl )l, rl!.sent·Ila.. Mai:; alon;, pourQUOi n'ont·lls pu élevé la moindre protest..J.Uon quand le iOuvernemenL 1. arbltralrcment. inter· dit des: oeuvres qui exaltaient la lutte paclflque où le combllt IInt.!fa d.'ite des I)fuple&, comme e Mitchourine " (lU c Lovi avant le jow'  ? La censure ne serall·elle lm fléau que lorsqu'ella lppliqu. à dl/! fllmll de provocation anUouvrlère et rAQbt3 ? Tasses volant •• - SOUcoupe? - Vole 1 - Tasse? - Vole J" CO petit jeu peut. durer longtemps, Car il y a toujours un plreon ... A Bogota, upit.&ll de la Colombie, un TOUpe de noctambule a. vu dans le ciel d'énorme" corps lumineux re!umblant Il tUU ta:!!e blcl1clt4 ulrmontu d'une colonne de !umie. n y en & vraiment qui t.ravllllent do la cafetière 1 Une dépkhe d'ageme nous apprend QU'a.u cour dl! l'année 19 9, lUX Etats-Unis, l Clrlal'ùliations anUs'nlltu ont colleetê phu d'un million de dollars. Ce ronds a ptrmls de ViVN .. n organbatiotL'l ouvertement. antill: mitell et il) publications répandant la haine ractale. Face il. cette nlanne de dollai'!; (qui rÙI,rro!e pas &eulement les publica t10lU d'outre-AtlantiQue), DROIT ET LIBER.TE bat av les dule armM que sont la vcritê ç le sou !i n de ses nomb ux amis, DROIT E7 LIBERTE tient .. sur le Iront de la piill:, le sl'Ctêur qui lui "t. propre en mobl!lIlant \Ow; le.s antlra· cl$tes contre le fel veD:ltln du na· zlsme, pour la Sluvei:l\rde de la p.ix. Expre$Sl()n fidèle dea upira.tions qui ont permis le va te mouvement. uni àu M,R.A.P., Il doit pouvoir remplir &On role m&l&:ré les embùcl1és de tout.: snrte, maJiré les dUfieultés financiêri& qUI lUllaillent. Notre adminlatratlon a enregl!!trt catte umamt. son 1.$00 nouvel a bon· ntment, SUllI lKlu ·estimtr l'tCltlrt de uel ques-uns quI'! reDré i!n e ce chiffr , 11 est ccrta!n que de po!lblllt* ltl\men- 1 8 u iHent enoorr., Cette semaine, -n,GOO fra n s sont venus Ir le tonds d. lutte contre rant mjtisme et pour III pai1. Cette lKlmMe peut tre dfipauêa. La ,'Jctolre de 1", paIx ne "iendra pu wute seul . Par un effort de tnus, p r II. p",rs" vfrance de tou ;, elle sera conqu\. ;è. LISTE N° 9 5oci to\ BENOZIN'. HI.OOO I t, Socittt GIRÀRDOW, :5.000 fr. MM, GA.UNrEiLD, KORKBLU'fI. ROSEMBLIT, 15,000 Ir. chacun. MM. BENEK, JAtQUES, 1.000 h. chacun. MM, MINIWICKI, NATHAN, GOLDSCHM.JOT, RENDEL, HA· Gl NDORF, 1.000 fI'. chacun. MM. HOROVITZ. MAG ER. KA. DAN, ROBERT, MAYER. MIO h. chacun, Ave( de la (hance vous dureriez trois semaines ... Mal lgn1!lcMlve , Car on ne saurll.it mieux avouer que l'on vl&e, par J'in. termédlaire de Skoueny comme par Autre truquaie : celui Qui comlst.e à pr senter Hitler comme s'appuyant .ur 1 .... néant. sur l'tialiti, le droit A. J'lIl.5truction'r ________________________________ -, la liberté de l'eNeirnemellt, eUl ... CoJlettes : M.R.A,P. XI' (04' vets,l .. M.R,A.P. XX' Belltvl!le. M. Sokolnik, Amie, Rune. 1.000 '.000 '.000 47.100 665.310 A« VEC UN l'El} DE CHA (: t:. vous POURREZ D\JRElt DEl1X ou m on. SE1HAINtS ... Alnal s"u:"rhne un rapport I frlto lfll d. la conunlulon ","éric aine lit l'ënul"ie nucl .lr.,. u,;amhwllt "lur" d rels. l ur Ill' ra)'!)" de 800 mo\· d'une u;ploslon de b .. mbe ato.. , .. e. LI dan"er t t pt6t:1' ; 51 "ou .. .In pat! potv.fln •• 1 VOl! enl'ants, lu étre. qui \'OU sont le plu It hflu ne ont pas vol.tubés d.us le 1IIlIItu et ,1,.nt"ll1'" champ!j\non ..i... filmée ",41o-.et ,'C, la mot!. ut l1li01 ruett. et qui. il. plus ou JPolna brh'" 'théanee. !lUrI. raison cle .es l'roi.,.; innKentel. Sonrn 'lue la lIremleR b be , to .. iq .. " d'Hlrwhima n'a "" bit Itlolns de U40.0bO "Idlme.!!. LI: danger .pprall IUltsl de plus tn plu prooht. Le, bombe, .'.c umulent. M. Truman n'hédte pas • dlle : « .Te n·he lter.1 pas .. M de Gaull lui faU ê ho : • Plu. 16i. 1. bomb Que ]e prol'rès ! Et ,land"" qu'arrh' n l danl nos por4 le. arilles a",.;rltalnes. 13. l'uerr pretelulne e t prepari. par des me· ,atu qui ne trompent pas. _ Bil'tl sùr Que nous !Io(lmme con· I .. TI:' la bombe atomlque". Ma Que pt UVons-nous faire 1 Que peut nou_ siinature 1 II ut vnl 'Ille eul, Je ne peul[ tIen, VOUI ne pouvu; rien. Maja 1\ &1l vrai él'alennnt Clue des cental· ....... ole milUtln& olt sll'na.ture!\, du ..t.-naluru d'I!.ommu. de remme , de JUlleI et de ,"leu.." d'o\lvrlerl, d'ar. .u..n.. de eomD:luçants, d'inlellee.... el., ont la torct dt 'alre êchte l la bo"",1)e at.tlrtllque, ont la. force d'anUer ]a ruerre. On ne Mltne PU contre ]:., b"l11be atomique ()ommt on slrne le cour fier du jour .. Ce l'esta elt aus 1 d 'rele umx orqtu e- lad es igvnoatrteu rem odr'tu, n caur rêIlt ..'.1.. ,1.' 11 d'uft artil de vie - de votl'e LES centaines de mUIIGn8 de IIGms '1111, de Pari ... New·York, de fall.Franellea il. Pekin. de Mosctlu ... Canberra, de 5al,on 1 '1el·Altlv a\ln.erlrtlnt sur lu bulletins de ]1. Vie appartiennent l ceux qui ouf fUllt de ]a l'uene dol .. tout ce qui, l'*"'c:ompa,lIe (par ","emple le ra· 1 1I1 ... e, !'antl,él11ll1sme) , 1 ceu -: au"l l Illii rOllt 1 .. l'lierre ! t.fIs rouver .. eatenl. ne peftve .. ' pa. Ile pa, l.tnlr call1pie de leur "0- I,oti, Et quand l'O.N.V., rauttlmna ,uch.ln, aborder. l prtlblènte de .',arme a.tmnlque, lu peuple! aurtlnt I jl, pour leur prt, Interdit l'u ag' de cd "'n&,în de mort, et il faudra bien aflr en ctlnsiquence. Ce 5era une "1,,lolre dédsl"e TltIur la paix, Q,d, d'ns en ctlndllJoD5, refu ",· rait ilfI slrner l'Appel. qui refuse· rait de 40n .... r un peu de lion l.tmps pOlir le taire &Jrnu, u;pUqner i ceal( qui Ile stlnl pas encore au caurant. tlU qui JIIC:eonnat.lllent l' p,,e " Damoclès suspendue ur leu .. Utu. VJte, a,l5ItlM, ",e"lteliions notrtl voltlntii, unlunn'-IIt1us dans 01"5 eo IIIU" 01" dHen$e Ctlnln l'.nttsf.",I thlllle et pour la pa.lx. Au ntlm de la vie, .. N .USS.;lNCES • La C.e,E. et rU.J.R,E. II.dr"' sent leurs plus vi\'u téUcilation il n()tre IIm! William Rubinstein. IdnlÎni5trateur de rU.J.R.E .. et Il Madame Ru_ binstein, i1I l'oc::u lon de la 1I11Î:ssance da leur filt Jea .. ·l'Ierre. Bonne 5anté • la maman et JIU bé.bé. • Nou, Hon.! \1': 1)lal lr d'annollCer !" nal ance du pei t J an-L()ui , ms ft. M, et Mme Elle Anllt ln. Nos plu ,,1V'es ftlJidtll.tinn aux heureux pa· "'"1\\.5, ainsi qu'au p:rand·papa., noire .nu lI'éllx, m 'mhre du buruu du M, R.AP. du. xvnI'. TARIF DES ABONNEMENTS à Q",""L " StlUI. PolUOftnter. • PARIS (9") - Tt!. , rRO U·t l el TAI 11-1' - "RANCI.: ET VNIO/'tl 'ItA: IC,US& 1 15 mol. ............ 600 h . 3 ",ull ., .......... 380 Ir. 1 a.n ......... ..... l.l/1G Ir. P",,-YS l.'TRANGER!I 1

 mo'. ..... ....... (Ml tr ..

1 mol. ,........... 8 n fr. 1 an .......... .... 1.600 Ir .. TAItIF SPECIAL DOU' II BE1.(lIQtll: C .. ",pl" cbequt pn.ta, ,1011-9 1 PARIS Pour lU n..It.tmeou d·oclr" ... envoyu 20 Ir. el Il dunlt,. "'Incle, COMITE DE DIRECTION' Andre B1.UMf:!. Mourl., OnlNSPAN Chule, L!OERM'AN Pleru.RolUcI LEV y lA ctrl.D.1 l '::1\ OVEZAREK N.AI," .r SNE.P, lm!). POIs"tlnnlcr" CI, b'tlu!. l'o'"( nnl n PARIS (II') A la sant. dl Fran ls Maurlao, l'intermédiaire de ChoIUU.. iL prépa rer l'alliance des survlvani& d'At.lSch witz et à'Oradour avec les homm de la Wehrmach et du SS, s 4 501 dat..s • . Un autre soldat? Une fob de pt\L. , Tranc_Tireur joue 50n jeu qui e .t. de tenter de broulUtr lu carte!'. de pervertir le plus éltmen I\Jre bon &en5, - De Ioule !rlÇOn, dit-il, il f t cri. mlnel de publier les écrits d'un nazi. Nous sommes persuad.h Que Franc· - CM if r tI. Hitler et detrfèr. Hitle r. rien. Goebll Ls pllrle volonlitr,! dt! doctrine, d.'ltf ologje, de pltllo!ophie, dl!! concepWm du monde, Mai! iL e!t Irappant de voir que n'apparait jamai.! un principe nitl, une IIchelts de va· leur cohllmnte, u' e idée ... Bien lût! Mal.s le nazuHne n'e,o;t. tout àe mtIne pu tombé du ciel comme 1 ça; ce Il '8:;I. pu une création 4%nihilo. Or, M, F jU n·aJout.e rien. C'est, en effet. le mellleur moyen d'escamoter c réalités extrémtmen tangible.. qui ont nom; magnats de la. Ruhr, Wehr· macht, Gestapo, SS, ou Sk.orzeny .. , DaM l'Et2.t de Penl1llylvanie, un de.-; plus nei. tes d" U .sA., la tradition veut que l'élève ou 1"étuli!ant ",mplis: le un qUI'llUollnlllre pour être admis à suivre du coun. Or, une enqutte vient de r vtler qU! :seul , :14 unlt;eultts, collège et t!cole ne pratiQuent pu la discrimina· tlon raciale pour filtrer le candidats, Les autru unlllt:r!lte$, collègu, ot tfcole& s'lntirusent à la. c religion , l iA. " rac . et .i. la .. naUon;lli . Pr de 30 et.abU.ssement.s mtme exl, ent une photoiraphie . _ Comme le serviee de 114.entlt.ê jUd! claire. Bismarc:k, en tête ch ... Adenauer Ne Quittons Pll$ le domaine da la. stilListique sans mentionner le curle référendum qui ,'lent d'fue orlan dans l'Etat de Bonn sur cette ques· t.lon ; .. Quels sont 1t3 quatorze homo me qui on fait le pl\Ui pour l'Alle· mallne? :t. C'est. Bismarck qu!. arrive larllement en tUe, av un nomr])e: de volx Q,ulntuple de celuI du sulv .. nt Immédiat, Frédérlc·le·Orand, Pour parler comme le.s turf w, Hltler n'est m'me pu 4; placé . Mals, quI voU! dit qu'en vot.an pour 'SiAmarck, le.s amis de M, Adenauer n'Gnt pas (ne senit.·ce qu'un tout pet.lt peu), sond son succe.sseur 1, .. Où est le fléau? NOID avom d noncé Icl-même le mm de rex!stenUall.$te M . Marcel Pa· gllero, Un homme marelle dom la Vllitl pour la verltl\ble illl'iulte !lu'n constitue Il l'egard des ouvriers et. dM dockers du Havre, prv;el1tes comme du ivrognes et. même dei racistes 1 La protestation de l population du RÉMY-DE GAULLE (Suite de ]a preml re JllIKe.) Jusqu'au bout de la pensée qu' IL avait ex.prlmée dans Carrefour: .. Je tiens à exprbner l1fes profOll aes excu cs au vatnqueur de Veràltll, écrit-Il. en reprena.nt la terminologie mensongère de Vichy, comme à tous ceux qui lui sont demeltrés j!àtles, Cette fidélité, d,ont i! m'a été donné beaucoup de trcs noblts et (le trts ém.ouvants excm.ples .. ne peut (Jlt'appartenir li une ;1I.ste cau!e. Autrement dit, c'est avoir servi \lne juste cause que d'avolr assas slné la République, trahi la Fra n ce, Installé la dictature fasciste chez nous ur l'ordre et sous la. protection de t'occupant, fusillé les otages par mUflers, dépor té les pat.riote!; et les Juifs par centaines de millie rs. armé la MIlice, créé la. L.V,F .. prat.lqué prn· dant Quatre ans, contre le peuple, la plus sanglante des oppressions. Les deux cordes LE communiquè que le général de Gaulle a publié a l suite du premier article du colonel Rémy souligne les visées et la. t actique des personnalu qui. encouraies par la politique actuelle, veulent c ntlnuer la politique de Pétain, sur le plan Intérieur comme sur le plan extérieur, D'une part, le ;:énéral de Gaulle IL fait semblant de ne pas être tou à !alt d'accord avec Rémy. pour ne pas heurter de front les cltoycn honnêtes qui se laissent. encore prendre il. la. démalOgle du R.P.F .. d'autre part, Il fi, laIssé entendr!! aux collabos que Rémy disait vraI. Le général de Gaulle a déclare à. Rémy ; 1: Souvencz·vous qu'il faut qu.e III fran cc ait toujours deux cordt:s 0, SOIt arc. En JUÎlt 40. il lut fallait la corae Pétain auut bleu que la corde de Gaulle. Ces propos, renouvelés de Charlemagne. n'ont, pas été démentis, C'est donc Que l'autre Charlema· gne les a. tenus. D'ailleurs. le g né rai de Gaulle ne s'en cache pas ; Il "eut libérer Pétain qu'li a lul même gracié, contre la volont.é unanime deR patriotes. en 1945. Le mols dernier, dans une conférence de pruse. entre une phrasè sur l'as&Odatlon du capital et du travail ':0 chére a Franco, Mw sollnl, Hitler ct, bien entendu, Pé· tain, et un appel lyrique à fusionner la France et l'Allemagne d'Adenauer. ass;I.lsonné de réfê rences. sinon ;1. Montoire, du moins à. ,'alliance des Francs ct des Germains, le cênéral de Gaulle disalt; 4; C'est un oPllrobre Que de lai$· Ber en pri. on un. homme qui va avoir 90 ailS, Cette spéculation sur ( la vieiltesse

 du traltre, Qui 5emble dlrèctement

reprIse du torehon ( lUallsme . conllrmeralt, s 'il en était. encore besoin, la collusion de de Gaulle avce les hommes de VIchy. Bort! avec quelque!; égratl gnures d'une ( t'lpuration que l'a.ctuel chef du R,P.F. a été le premier 11. saboter et a condamner. Elle répond, une fols de plus, l ,'Intention déHbtrée de blanchir lout Vichy. &cs t ra.l tres. ses ant! .stmltes, ;'Iles Béra.ud et ses Xavier Vallat. sous le mot d'ordre scan· daJeux de l'utilité nationale, en vue d'une nou"elle utilisation, 11 devient tout à. fait évident que, pour pounulvre, dans les condl tlons d'aujourd'huI. la guerre dl! Pétain et de Hitler. on a besoin du concours des t railres Qui ont dOnné largement leurs preuves en la matière. Et Il &emble assez ,;i· gnlflcaUf à cet égard que la presse américaIne fèllclt·e le général de Gaulle des ( Ilentiments qu'il ma· nlfeste enverll Péta.ln. L'opprobre CRACE aux bons soins de M. René Mayer qui en !aIt l'aveu lul même. Pét.aln jouit d'une captivité dorée.. d'un confor t que bien des Francais pourraient lui en vier . Pendant. ce temps, des patriotes, des partisans de la paix, poursui· vis et, condamnes, ont Jetés sur la palUe des cachots, Le génêral de Gaulle y volt-JI un c opprobr!! • ? Au co!\t.raire ; ses journaux lancent des appels à une répression accentu e. _ G néral, nflUI voilà .. D'autre . qui !ellnent de dénon cer la politique de de Gaulle, font eXact.ement de m!me. Il peut paraltce très bien de s'indigner des articles du colonel Rèmy. mala QueUe valeur cette prote5tatlon peut-elle avoir quand on se soll darl5e avec le jouMlal qui, après avoir approuvé Montoire et IC!i messages du ..: Maréchal " pubUc les l'Mémoires. de Skorzeny, Qua.nd on réintègre da.ns son pro pre parti. des dcputés tralt.res à leur mandat qui ont vott les pleins pouvoirs a. Pétain -LavaI. le 10 juillet. 40. ou Quand on applaudit à des actes de violence Qui rappellent les Jours maudits de L'Etat Français  ? Union l LA demande de révision du proc! s Pétain, dtposée par les avocats du traltre, ouvrira sans doute les yeux d'un certaIn nombre de personne.,; qui hêsltalcnt encore à croire :\ la rtalltê de la manoeuvre Remy. Elle en dévoile les ob ject1!s profonds Qui, s'11s étalent réal1sés. constitueraient une nou velle et grave mena.ce pour la. liberté. pour la paix, A cela, les rtpubllcalns. les pat ·rlotes. les cltoyens Qui ont à. coeur le bien de notre pays. tous ceux Q,ul ne veulent pa. ; revivre, decu pites, centupMcs, les horreurs de la. luerre, peuvent et doivent ré· pondre en r&sserunt leurs rangs, en a{1 sant concrêtcment pour que le fascism , et les spectres hideux Qu'Il tralne avec luI. le racisme, l'antlsémIUsm . ne passent pas, Le Secrétariat du M. R. A. P. appelle les masses juives à signer contre 10 bombe atomique Décisions importantes Le secceta.rlllt du MAA.P. a dkidt, au cours de SR niunlon du 13 avril. d'appeler toute la population juIve de Prance Il 5igner l'appe l du COmité mondial d.es Partisans de la PaU., pour l'Interdiction de l'arme atomique. Les eert!taires des sections du M,R, A.P. de la région part lenne riuniE le 17 courant. ont étudié lM modaJHU d'appHcatlon de cette décision lmporta. nt.:. Tous les comités 10caIU .. onL dresser un plan bIen étudié pour visUer toute la population Juive. En m me temps. Il sera. procede lIa. (ormation de comités de défense contre l'antisémitiSme, le racisme et pour la paix" UNE LETTRE de M. Michel G/emenceau Les anciens déportés et. Internês juifs ont adressé a. tous les parle .. m ntalres anciens déportés une lettre leur demandant d'interv('mir contre la libératIon de Xa.vler Vallat. Nous publions Ici la réponse de M. M1chel Clemenc,!au, député de Sclne et-Marn  : Je m'empre&'!e de répondre Il uo tre leUre dit 24 courant relative II: la libération de Xavier Vallat. Xavier Vallat II ete libéré llpr8s Q,volr fait la moitié de .lia peine, sa" comportl!me71t pendant son in ternement n'allant pa.J donné sujet It des reproches. Il est en résidence surveillée. Il m'a été ripondu Q'u'(i: 14 suite de sa libération. il n'était PlU poe. .lI/ble de revenir sur cette décision, Il n'en  !t pa.! mo/na vrai que ; partage exactemeJit leI! mémes sentiments Que vou", IL son endroit. Il a. été certainement un des personnage, les plus néfaste.ll au ser vic du gou.vernement de Vich.1f. J'étau membr dll 1"'11 en Haule COllr lorj de 1/0. condamnation et j'al méme provoqllé lm /ncldl!nt contre lequel 3es déJI!TZseur, se sont élevts avec t' hémence . Je rer;rettt! de 7le pas pOUvoir 1)01L$ tire utHe et re,tte cependant ci. votre di$positlon etl toute occa aWn. Mlct'lel CLEMENC!:AU, député de Selne-et Mame. la campagne contre la libération de X.n'ier Vallat La campagne contre la Il bllfatlon de ValJat continue et prend de l'ampleur. Nous notons Iel! Inltll\tlves ulvanw : - Les anciens combattants juifs tont signer les listes de protestation contre la llbtratlon de Xavier Vallat, - L'Associatltln des AnCiens Dêportu et Internés juif& aera reçue à partir de cette semaine par plusieurs deputts (anciens déportés ou Int.:rnés) , t qui il sera demandé d'appuyer la protest.ation contro 1", Ilbt!ratlon de XavIer V:\Jlat el de 1é.noncer le scandale devant le Parlement, - Dans plusieur.!l sectlQI1S, les co mit s locaux uu M,R,A.F. convOQuf!nt des f unions ilarglh (veuves, orphe lins de déporté , ainsi Que les d portés et lnt.ernes survlvlnl.sJ, pour for mer des delératloru;. Ces dé16gaUons ont pour mission de Ile rendre auprés d"l'l dépul é:; lIu ;StCteur en leur demandMt. de signer la lettre adre5Sée par le M.R.A.P. à. M. le Pruldent dl! l'A. semblfe Nationale. Par cette lett.re. Il est. demand6 que l'In.terpellation dépo sie concernant Je scandale Xavle-r Vallat. soit mise d'urgence à l'ordre du jour de la Chambre . Che-s IK j unes V. r:om il d'elltf'nle des ol1tllnisl· tlon., de la jeun e jUive (Cedets, Hachomer, Hatzafr, Vue. Jeune d", Sled.lece) des IXe et Xc arrondissen'HInts. organise le Jeudi 21 avril, t 20 h, 30, dans la salle du « YOIIC :t, 14, r'l de parauis, un rrll.nd mHting d protestation contre la libération de Xavier VaUat. et pour II!. combat ctln· tre 1'1'ntlsémltllime, la rlct.me et pour la patx. Pour ce meeting. les jcunM veulent mobll15er et ,rouper tnu. lcW1l camandtll pour lntell3lfler l'action dans leurs arrondl$St!mentll. Nou omme5 convaincus que leur fxemple lieN!. un stimulant. pour la jeunesse de tous les artOndisS"ements. A Nancy La. jeunuse julve de Nancy ol'f se le lundi 2 avril, dlln. le local, 68. rue des Pons. un lrand meeting : .. Con tre l'.ntlsimlt.ilsme, le r.clame et pour \a p.lx " avec la pert!clpat1on de no tr ami, Charles Palsnt, secrétaire du M,R.A.P. Ce meeting, Qui e$ le deuxi me grand rassemblement à Nancy prouve /tUe la jèune$Se juive re!l.l1se pleinement la. It'r vltA de II. s1tustiol'! et ch r, che à (l'ouper touw les: (orees pour b lre face au::.: dan,en. Andrée Marty-Capgras (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) Certes, nous le sa.vons, on oubUe vite le passé et, pour l 'avenir, 1'1- maglna.tion ne se porte pas volontiers sur les perspectives désarréa.· bies, Tout de ml:me, 51 prlls des horreurs de la dernière guerre. estIl possible Qu'une seule femme au monde ait oublié? Oubliés donc les camps de con· ccntratlon. les départ.at.ions en masse de Juifs .. les massacres d'en !ants dont le geul crime consistait a ne pas être nts " aryens , ies crématoires, les txtermtnatlon! raHlnées, la famine, les lentes t.or tures ? de la paix - puisque blOc Il y a - se renforce tau! les Jours. C'ut donc à la tols à. la lutte et t l'e6 6rance QUtl le mot d'ordre dt'! S oekholm, repris par la Fédé ration Démocratique lntcrna.tlonalt! di'.JI Femmes appelle lei femmes. l:outte contre la plus cruèlle des guerres. Espoir Que dans ce\.te lut.te, les peuples seront finalement les plus 10rts, Andrée MARTY -CAPCRAS, Membre du bureau de l'Unto,. des Fèmme.ll Fr(lncaiSe , Talai de la. 9' liel Total prtc !ldenl Total A cc jour A MONTBELIARD Nou$ a;"("11i publi rkemment 1'3 5om.nlC.s vtrs e5 pour le londs !le lutte contre l'alltisémltlsme plr tous lu m mb s de la. oommunaut!. jull"I! de Montblliard. On noull cSemande de rectlfier ces lisl r.t3.nt donué Que les donateuu !e sont en outu abafl nés il DL. , quand ils ne l't!ta.iem pas dt;à, Cc qui donne, souscription e4 abonnem",nt.s, les chir!rts suivant& : MM. :BERNHEIM Juilen ; 1.000 fn BtRNHEIM René : 1.000 fr. ; LEVy. Joseph et fils : 1.000 fr, : WEIL Re,né : 1.000 Ir. : Mme BERNHEIM Emile : 500 ' r.: .MM. BERNHEIM Léon ; MIO Ir.; BLUM O ton : 600 fr.: U:VY Oeol1:U : MlO fr, , SALMON ; 500 fr. : WEIL Georgl',$ SOO Ir. ; STERN ; 3no Ir. : ELKAUM JUiN ; 250 Ir. : GRtt.SAMMER : 260 fr. ; Dr. HIRSCH . 250 fr. , B.R.ONSCHWIG Jean ; 200 fr, Encore une fols. 1101 f !icltatiOl1A la communauté d& Montbéliard I! .. notre amie Suzanne Katz ! Les 70 ans de M. Henri Kriwkoski M HENR! KRrKOWS I. prë& ldent du M. R. A. P .• dll • X' arrt, a 70 ans . DR.OIT ET LIBERTE et le M. R, A. P. mont heureux de saluer en: lui, à. cette occa.slon, le combattant contre l'antlsém.ttlsme et pour la paix. DepuIs dei dizaines d'an ..

nées, le chemin Parcouru par' no ..

tre ,ami est un eXemple pour tous. C est a.vec émotion Que M. Krl", .. k08lrJ nous rappelle l'année 18!H., l'eplsode historique de la dtgradatlon du capitaine Dreyfus. Jeune garçon de 14 ans, présent à. l'Eeole Militaire, lorsque des antisémites et racistes déchalnés ont crié :, ( Mort aux JultJl! il, notre amI III ressenti un choc prCl!onct et a corn .. pris son devoir da Juif. de Citoyen, de Français, Son ch mln é!.a.ltI tracé. Mobilisé en 191.4. bles.sé en 191!!, II connut les soutfrancl!.!I de la «uerre, c'èst pourquoi. aujourd'hui 11 est un combattant de la paix: Fondateur de la L.l.Ç,A.. 11 . adhéra a la Lieue des DroIts de l'Homme dès sa. création, membre du parti radical-socialiste, ami Intime de M. Alban Satra&ne conselllt'r municipal de Paris, 'n .!aè membre du conseil d 'admlnlstta tlon de la Caisse des Ecoles du X', Attaché au combat contre l'antiIlémltlsme et pour la paix, Il est devenu clair pour lui Que sa place était dans le M,R,A.P, dont la etche esaentielle est de réaliser lei obJ tlf& auxquels il a voue son existence .. Bonne santé #.t lonlue vl à M. Henri Krlwkoskl ! A NOS ABONNES Ceux dIo, nu 11.1111, dont l'abbiu'", hll'nt arrive i. C'xpiraUon reenront dorenava, nt un lmprlmê eoot.eru.nt, ,,'une part, notre tllrif d'abonnement, et cl'autre Jlut, UDe formule de JN.Dda,

arte partant .ur le C.lon leur illh'tl ..e

ft II. dale d'tXpf .. 1l0n de leur a1ten. lIement . Alln d'bittr ttlutf! IntelTUption dan lell e:qledJt1l1l1. du joll.rnal, nou. le. Im'It()ns a. .e meUre A jour ana tarder, et le. en relllerololl t l'ir.van e. L'ADM1NISTR.ATION DE.D,L .• Oubliées les dest,ruetion$ massl- __________________ ________ _ ves. oublié Varsovie, oubl!é Ora-I dour ? Oubliées les humlliations quotl dlennes Imposées pat lin occupant sauvage non seulement aux: JuUs, premières victImes, mals à tous ceux qui ne voulurent pas pUer l'é chine. II n·est. pas possible en verite que le peuple d notre pays en soit. lA. Et Il n'en est pas là. La pêtltlon or,anl ëP. pour la ml!e hors la 101 de l'arme awmlque va en apport/'r la démonstration. L e lemmes de chez nous se sont déja. mises au t,ra.vall. Elles vont de maIson en maison. de porte en porte solltclter une signature. 11 taut exp!lquer, mals les arguments ne manQuent pas. On rencontre les IndlC!èrellt! de toujours. les ( pantouflards ) de la dernlllre luerre. ceux qui ont toli rt l'occupation, les brimades, les tortures d s Juifs et des autres, on rencontr le.,; prudents qui préparent le coin de campag-ne où Ils pourront échapper è. la bombe. Mals la gra.nde maJorlt6 des hommes e des femmes comprend. Que la paix est frarlle, que la guer· re a tomique n'est pas une pure In venUon, mai.,; qu'elle se prtpare, que III les torce dl'! guerre sont. pulssant.ès, les torce!! de paix sont plus puissantes eneore ; que le bloc 21, 22, 23 A l'KIL: CONGRÈS DE L'U. J. R. E. L ES :'1. 22 et !3 avril l t Uendra, .II: Pins, le, l ro!.\ é1nt Co m,t lon!!.l de 1 UNI'!" deJ JlIiJ3 pour la RlIsl!ICI!1r ct fEntrcld" C'e t un riche blll\n que cette im-portllnte ori3 nisatlon pr el'\ten, .. cette orcllsion. Cl e ()Iand stln nlen \ rn 1943, .tous l'occupation nazio, l'U.J RoE. naquit (le J'extension de l'acllon r m lante des groupe: juils J. COntbtd et !l b!; grou·

 de /lall tage. Ch;\fJM de !auvu

I 'cnf:mts juifs dt la mort. Aplb la Uberatlon, l'U.J,R. E.. sor. tic de l'illéialJlt;, a été cClmtjlue en usoclation ayant piU:!l parli()uH rf!· m nt pour obJn de d.v loppt r l'acti· vi!é. lotlale et ('ult'J elle, d", diff!mll' les Juifs contre Ih menies anti.5énlitM Ct d" lem' v nir en aide Nl es l .,; ouf francès et les pertes :rubie5 sous Vi_ clIy et !-:,s nal.' u..

pllis 1114.5, l'U·J·R.E.  'tJ,t acquiS ..

ft'annét en anner. Ime InH',pnCf! et une ,.udir. nc consld tAb:M. Ses nom· breux :servicts. li!J IO$lltlltlons qu'elle '" r,tUi!s, lell ma:n.ifesU,Uon t 1 in· tervention.!: de toute6 .orte6 Qu'elle to.'!\flle Il 800 acllf, l'II ('nt ".lu 1& plaee pr poJld r&llte da une r.ommu. nMlé qui veut AMumer t()uv. tltl'o r pOOliablilus ct J!'lu ir dt. l'q.alilé dl't" drolt..s o;lans un Frl.ltCt d moeratlque !\ pacifique. L':lccrOWemenl du dan. /ter de guerre et, rarallèlcment. la fe cfudescence de 'a,ntux:miti!lm'e on Ament! !'U.J.R.E, a p3.rtlelpel' rnta. c me t À la utte POur la pAix, pr _

: p1l.110n ma.Jeutc de dll.&lnes de milliers

de JUifs de Fz'ance qui &"lnlSSenl pOUl' ne ]las rl'Volr les horn:urs alU;. quelle3 ils ont pu &urvivre. l.clI oria.nlsatlons d(!mo :raIiQu_ Irança\sc..l: ont manlf-:sté l'int.êrét Q.u'el. les poltent. /1. ce tonil'h de rU.J.R.E. l'n y envoyant de$, rePl'Hf.'ntant .. Ainsi , à la lItance d Oin'erlur , lèl Cl)fltbattants de la Paix et de la U berté 'cront repreS!!ntit; par M. F' Iland. Vignl:. la. C·G.T. par M. ,c;. numd. !a. F.N.D.J.R..p. ,'ar le c(lldb.:1 Mall1t " Je M.R.A.P. 1)1:1' M' A" lfr" BIIIlIICI, 1" Com(t de Dêfen NIl lm. nligr par M' Brlll\don, let Jntell c " luel" pl'Oiressl lell pu le prtlre &eur Prellant, etc. , t

." 1 )' l , , 1 1 ,1 • QU'O PEtJT FAIRE AVRe DE (}URA IUM .•• L'INGÉNIEUR DA VYDOV (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) va faire ISl'ITE DE J,,' ln PAGE 100.000 blessés grave!;. dont 75.000 devaient mourir dans le rnC'lls. 18.000 InHrmes, 45.000 autres billS· s .'i. Sur 90.000 bâtiments que comptait la ... I!.}e, 65.000 Ha.lent détruits. Sans aucun doute. Robert O ptn heimer ne voulait pas c la . D'autant plus qu 'Il a été prou ... e que, l'U.n.S.s . de ... ant entrer erl guerre Je 8 aoüt (et cela M. Tru· man le saulO , la bomb d'Hiro· "hlma n 'a pas hMé la fin de la guerre. Cette ext rminatlon mas, Iv. des DOPulatlons civiles n'avalt, 58:on l'aveu méme d'émlnents Am!rlcllins, d'a ut.res buts que d ', Intlntldtr » "Union SOvié tique (dl:j a) et Justlller "occupa_ tion du Japon par les eules for· ee.s des U.S.A. Les « idees noires Jt de R. Oppenheimer Robert OppenhHmer, fils d 'un fmlgré a llemand. établi comme Importa teur de tissus a. Manhattan, l!lalt pr60ccupé urtout des progrès de la c\ence. Vers 1936, Il avait mêmt milité dans les or· ganisations progressistes. Il d!t Q. ce sujet : c L Comitt Thoma .'t (des activi t t.s c anliamérfcatnl)$ ») est ml!!colttellt que la 1 !uJl(lrl de m s amis. d celle poQ ue. a iimt lM des COllmwntstes, mals ie n 'e l! ài ;JaS /ton te» lU . Ayant eu la "olonte d'aider a la Yletoir des Aillés sur le fa.sel'$me, Il IF!'l!rait que l'énergle atomique serait rapidement lltlllsée. aprt:s la guerre. 1 des fins l'aclfiques. Ce qu' Il préVoyait et cullnalt, c'cst Que toute la science d.'oprts· qUltrre soit organisee en vile de la mari, d le3 savants rèduits Il i t re les lonclJ o1!!l.aîre$ mineurs du gO\(· vernement, Et c'est sans doutl!' pour prot('stel' contre le chantilge atomique, contre les exhibitions de • Gilda . contre le stocltas;e de bombes. que le Irand phYSicien a quit té les $l'rvlces d 'Etat pour poursuivre aeu! SI!'S reeherches. • cLos AlaIRO.' ,,! la 811Ue. a 1,-1l 110 lJbl Pin-up tUt. m'ont ligué un MrltaOt d'idees noire.! ». Dans sa solitude, pe:ut·ètre pen s e t·U aux possIbilités Qu'offre l'éner· ,le atomique pour la défense et l'amél1oratlon de la 'l'le dcs hom mes. ·Un. nouvelle bombe T,umiln LI!! 23 septembre 1949. le pr!sl· d.ent Trun,1an lançaIt une bombe : c Nou  !!vons la preuve qu'au coud des réC/lntes semalne"5, un/l  :cplotfon atomique s'est produite MIr l territOire de rUliion Soviétique J. . En réalité, c'est deux ans pl ll t.6t, le 6 novembre 1947, que M. Mo!otov, mlllbtre des AHalres é tranlère.s de r Unlon SoviétiQue. a.nnonçalt, en ces termes, Qué son pays possédait la bombe Atoml· que:

 Comm.e l'on . ait, Ulh  espllce

dIS )tol/velle religioll s'et;t rl!!pan due dan$ les mî!1eux e.rpansion· 1Ii.:tes d s EtaU·Unls_ N' !!J/artt pas confiance dan$ leurs propres /orCI! S lnttr leures, fi" croient au secret · (1) Citations tlréell. Ilimi qUf: plu lieurs détal1.!J de cet article, de J'hee!· lent petit livre dt Dominique Desanti et ChllrlM Huoche : Bombe ou paIx a·o1l!.iqlte.' IEdltlons Soeiale5, 1:10 !J". En ",fllle à D. L .l . fleurir de la bomas atomique, BIEN QUE CE SECRET AIT CESSE DEPUIS LONGTEMPS D'EN ETRE UN ). Dès liNO. le prix Stallne df! phy· slQue étaIt attribué à Petrzha.\I: et. Flerov. Qui a llall!'nt fait des dé cou vertes sur la. fission spon t anée de l'uranium. F,t à. la c bombe. de M, Truman, ru.R.s.s. l'epondalt. rapPl!'lant la déclaration d"! M, Molotov : " CcttP. d c l aTat1on sir.lIIi/ iaft que l'UnlOn SOI:tétîque avall d4j/t son désert natal le crdnt', tautes lu partill" ete \.:0- tu corps non protégte, dt' la lumière, mbiront de t.lle., br/llures que la mort .fens"ivra rapldt'tne1It .

 Aprts un peIL de" chanCt' (1 )

vous poUrrl"i; durer deu% ou trois setnaineJ. 'mai.: des httnorragfes ln1ù{iplcs vous emPorl e"roltl. c En/i n, de" tOllte manltre. VOI/$ ave.:!: perdu tellement de D'fobules hlallcs que III moindre inJection &t' géntralisera. et 1!au, ne pourrez 911r re surtrit're QUe sil: st-fno ints q11i .!tlron t f.I lIenlainu d'l1/roeu lIouflrancu, , Inutile d"lnslster sur ces detalls, horrlblu. Mats Il taut savoir que, nllollré cela. des hommes songent strleusement a uUltsl!'r la bombe atomique et refusent l'interdtc:UOIl de cdte arme. Obt.tnlr la m Ise hou la 101 de la bombe at()mlIlUe. c'est faire ncultr la IUl!'rre. QI.\I refuserait de &i,ntr l'appel de partis an.!! de la paiX ? dtc01!V rt le " eeTet de /"a:rtnR ata- r--------------------------------miQUt! et q!l',II a estte arme li $a _ l'Inn p mier dÏlsir Ha.U de mp(.. tn tl, é,·i nl:#. lillo T';'lda1\l;e .U ",amp rt. dans eu t'bl\dlllol\.!I. Jft Mt sui. ra· pidem .... 1 Il'1)u'·. dAnS une tmp.a M, p.ru que j8 ,"a "ai. )I0Il5 la possibilité ni Ir. ttmp' de taire re reeit h!,.loriQur.. En mllÔme I rn\'lf. plU' luit1' de l't\'olu- 1Ion de inlnemenl. pfllitiquu, Il m'a pat·u qu'il ;'talt mien.uire de mOl'ltrH non l'Ieult:ment Cf, qui s'était prOd '(t, m:Lis :ul .... d romm1'nt 1" oomb;H a"alt i lé pou.îhll' li l'Intérieur .... .5 camp.ll dt. ll'onel!'ntraliDn. J)OlIrllUl'li il :nMt éte \·itlorirux ri les dif:kulh', q\l'il a"alt renfon\rt-P.s non 1iCultm nt., bim ilr. d, la pa,i. c'\:!  !'S. ma\!' aulOli drJ nllposlti .. n dh·ttU qui cxi.!ltairnt eJitre ln d,[,portt il. 11;!tirieur rneme du l'ampli. C' l'It clan. C I ,",onditions qu'en 1941 j'al modUhi le' donn desquel·

s j'itais pa.rU et il. 110 pl .. ('  d'un t  ·

IDOÎ( rai krlt lUl lOlnan. di.H)Ositioll J ... lA plan Davydov M:\b cela n' I'n che pas la réalisation du p lan DaVYdov, aUQuel le: communlClUé AOlliétique du 2S septembre 1949 lait allu$ion pat ce:s mot.'; : c En UniOn SOV{ttiqlU, on le sait, de.! travaux ct.e constructiOn sur une large éch.elle son t en co"rs : constr llction de cenlrnlu hJldro 61ec/rlqlûs. IIIl nf:ll, canaux. TOU. t ,.S. de.... qld r tl ndent fndispen 3'Q bLe de grand$ travaux de terra.ueme1lt par exploslo ll. avec usag dl!l$ vro· cédés techniqltt.! IC8 plus rtcent . . c Dans la m·e.!ure, où ce trava il flUX àpl031/s .fut elltctut assez fréquemment dcw$ dtverses partie.' de l'Unum SOviétique. il -'e pêut qu'fI ait atlirl l'aUentiOll au deM d.es f rcmtièr $ de l'U,R.S.S. ) . Mitroïan Davydov, fils d'un che· minot dt la yole ferrée de Tacn kent, rêvaIt. depuis sa pll.\.1; tell· dre jl!luneSSe a ratre fl urlr. ;:rice à l'eau. les dés erts de l'Asie cen· traie, Devenu In génieur, le but à. atteindre pour trans former a lnal sa région na t le, s'Ualt, dan!'. 60n esprit. preclsé : détourner les deux grand!! fleulles IIIh!rlens, l'Ob et nlnls ef, dOnt les eaux vont sil perdre Inutilement dam l'ocean Glactal. Ma!s Il fallait. pour cl'Ja, tncer un panare dans les mont.1 du Tourga\:. Le plan Da.llydov, c 'e.st la ttaU· lIation de ce$ grands trs"aux avec J'aide de l'énergIe a tomlqul!'. Les commenta.teurs mérj ca lns reconnal sent Que l'U,R.S.S" en ral&on de son système économique. est,· capable dG réaHser avant lt $ U.S,A. du centrales atomiques ca· pl\bles de [(lurnlr d'énorrne& quan· tltés d·tne rgle. ... Cros co";me un paquet d. ci,arettes Frédéric J oliot·Curle, l'un des n'laltre5 de la recherché toml(tu e . Jcliot Curll!l qui. a ... ec les moyens rédul dont il dIspose. a déjà construit. , Zoé l , premIère pUe atomique fra n ça.lse, a !lOullrné A mainte!; reprises ce Que s ll n lflerait pour notre pays l'ut ilisation de l'énergie atomique à des oeuvU's de paIx. L'é11er,11! atomique produIte par la ri."slon d'un gramme d'uranium est tg'ale a celle quI est fournie par troL tonnl!!s de houille, Un bloc d 'uranium Iros comme un paquet de cigarettes pourrait r m placer un train de 60 watons ch.rges de charbon. Un seul wafon d'uran! um ""ollrralt couvrir f)(!u élant une année la consommation électrique de b. France. Et Il y a dans la terre au moins autant d'uranium que (: cuivre. Ce qui VOUS attend si ... Voici, d'après un rap{lOrt otltclel de la Commission amérlc.alne de J'énergIe a tomique, c Qui attend les deli t inatalreli éllentuels de c Gilda », et notamment les Fran. çals, puIsque la France est app(' lée à devenir le c COUMln atoml qUI!I -, des tuturs bombarde_ ments (I l. Pourquoi ils ont signé l'appel de Stockholm - QUlille 11'.,1, dlnu \'Ot oeuvre, le rappon de la. rbll et. du roman 1 le Dr VELLAY de l'hôpitol Rothschild ETRE ou l'l, pal tre:. pour 111 bom! e atomique la quedion "emble pO"$lble Il po· "er. Pour tout Ur, hu.mail!. quand_ il lJ$l doublt im plu.! du. titre: de m decin, la QU' S tion est rétolue lIutomatl quement, Je suis contre la bombe atomlQ:ue", comme jt Se" ra!3 contre tout Ce" qui veut att t'It ter li la liberté de" chCl-que ind/vielu dans son mode d'exvres$ion, 'darn sa philosophie OIL clan, ses oVI· nions polltlrlUts ou rel1gieuse5. 11 M. ANGHERT d. PrèSident l'Amicale des Fourreurs LA .th':'I .... I[U6rr. eo.l la v" • plu un IIOtm· bru d" ma ra7 mille t1. fl'l. P'rr, UcuUtr à '" il parflnt;. Une ,ueull .. '"mlque lIer.U plus t,,,,I· bll!'. pilla m r trltre "U4I lout ee qU6 nGoUIl JICIU' vom lma,lner. TOlls 1 •• hommes Ile noeut doIvent !lt dreuer  :-ontre !'utllllll\tJon rit b. bonll'(Je .. tomique et pour l'In· \.erdlotlon de Cll"tle Ilr d'lIitllmi' lIalion mAS IVe, - Je P'nu. qUf! le roman, 511 ohélt a\J:t eonditions du. réa-limle, _'il UI, non pu une simple él'ocation brutl du fait8, te qui ut le na.tural!mr, mats la. rttOnltttulton de l'histoire ..... tO les hommes lIul l'ont f_itt, en meUa", HI évldenQl! le-, httos vérita.blet, ecu.: qw ont a.umé la. di,cctlol\ du l'OIU' bat. tn éclairant lu faJb à li. !arnlètc de 1. perspccth'e mime de «lU': qui oln lutté _ 'IIM le roman, .dans eM c-onditi-olU', t5t un mo n d'uprèsslon complet dl: la rêalltê rt de la vit: mème La « Dernière Forteresse » s'elforec ainsi. d'être le tolU_n, non pu romme on l'a. irl'iI, de J.-. lllt dilltll It. ramp de 1a.ull; l1""n . mais d'une manitre plus li.rgo.l du cotnbat danI;. I",s r.amp de concentration. Ce n'I!'" pk!! , lmpl1'· ment Ull artWu qui tait que le ump n'y esl;, pa. nommr. JI: ui$ p.rtl (II! III. luUe au ranll) dn Mautb.auSt'n pa-tce Qu'vle fut. r je Cl'ois Qlue l'hl tolre des camps de tOn· cst inconcevable que la science , _________________________ _________ , soit a it service etlL génie: de: la d.es iruclion. comme ce fut le cas dans les cas d'exLermlliaHem aux camVl de la mort, J'estime Qut c'est un devoir pour tout Ure 'Pensant, QltClltS qut soii!nl st$ oVlnlOns poWiqU8S ou re Hgleuses, de Se dresser avec én e r gie contre 1'1tWf$at!o!l. du VllU urand fléau pOur l'humanité. WILLY NETTER (SUi'IE (o; LA 1re PAGE La Pltix A. III ,!ua,He nou oeuvrons nfl peut 'tl'6 l'apanll,.'1 d'un eilln OU d'un p.rtl, Eli. doit Hrft l'idiai OOlnmUIl d. la nation, /linon. dll mon· de eutler •• t , unlr aulour .t" :Mn .trspe.au II' clto,..nlll de teutll ",1- ",Ine, de toute oroyanee politique (lU r .. U(ieulllf., C' t avec cett oonvltltlo.l'l quI!', personnelJelnent, je "OUdrals InslSt&r à nouve:t.u lIIur 1'Importa.l'lM du MOUVEMENT CONTRE LE RA ClSME El' L'A "11SEMITISME. POUR LA PAIX, kt .. t 1',eUon fit! prllcleü!l4l tous ceu:x qui (Inl ré - 1111 l fU.ll.ehlr lM b.r:l'ikM qui ptUvent séparer 1" 1l0Ulmll!l ponr n'.n\' Isarer que (le qui pellt les Dol,. sur rur en('e qu'II y a de nloreer l'uniDn, de tout faire pour QU" I i hOnlmetl fIt 1... femQ1M deI tend .. n. ces I plUII dlveuM " rll.5lIembient au lIeln. du l'I.R,A.F. pour lnfIaer A. bien un paciflqulI combat. .Je pfllL fI qu'II fIlIt Inutile d6 dbll que l'Iln"nlmlté peut et doit .lie SAltll contr", l'utilisation .tè fa bombe Atomique dont Iè$ ravll .... s lIe,a'ent ca.talltrophlque .\'LI le millhiur "OUlAit flu'eUe tbt eMploy , Les DULLES Brothers (SUITE Of: LA 1re PAGE le U.S.A. à la Commi&l;ion allil!e POUl' les r pI\J"Rtion.s. toul en rollabonnt RVec le pr sid nt Hoover au Cllnaell économique &I.J I)r6me alijf;. P1lit il im· pl!"a la rgemen t Je Plan Dal f , pu lle e6sentid l ... du 1'(mfl0l1tment de 1'i n d u · trio; allemAnde En 1933, ii Jtège JI. 1"Conflrl!' fltt pottr Ir regltment du del! e.s aHl:mandt: ; il l'élranger. Duk Ellington •• "LA BOMBE ATOMIQUE CE SERAIT TERRIBLE" (Suite d. 14 premit re voe"e), dans ce ... Iure Intelligent. tour à tour sérll!lux. jOllla1. IroniQue, tou jours oUller t, un peu latllué. Il est (surtout dans le monde amtrlcaln ) des rtponsea·cllchts aux Interviews des Journalis tes. Le grand compositeur ct chef d 'or chestre noir, Qu'on a pu appeler le c pape du Jazz " n'échâppe pu à. cette tendance: - Comment t.rouvez ... ous Pa ris? - Woude:r f u.l , (Formidable.) - Et l'accueil du public tran çAI" ? - Wonder/u/. Mais 11 nOUA écoute al.tentlllfl ment pa.rler du raclsml'!. NOl.\a avons touch la. le plus protond de fion étre. La rlolre. les honntun ne lui lont PU oublier que 11 mUl slQul!' est iSSue dl la sou!fl', .. nee. des I!spoltl et des Joies am rea de ses 11'ères noJrs, millions de Dulas soumis â lA discrimination ràcl.le aux Etau·Unls. - Le jaz2 ? a-t 1l dit un Jour. Connai,; pas, Moi. je fai.s de la mu sique popltlMre nègre, C'est bien l'auteur de c S6l(tu dt: '. c t Immortel cri de doulèur. qui nous parle : _ Lu racl,tn, le. r'aotionna). ru ..,nt or.al'llah. O. l'lot,. .tItt, que voyonl'l'Ioul 1 O'lnno bra' bIS efforta Individuel Il .t di.ptlt· ah, Il faut qUI lu partlsana d, la trat,rnlU hurnainè .'uni .. ent et _,iSllènt en .. mblè, Duke EllInlton a montré sa so Hdarité lIVe : la lutte antiraciste, Il n'a éerlt Qu.'un op!r. èt Il est consacré prteiSément a la vie du noirs dani ln plantation.!! du sud de, Etat.!i-Unls. Il a pour titre: c Boola ). Serrant 50n buste puissant dans le pi:lgnolr banc. Duke d Delnt am remen t la situation de 50n Edward K nnedy EllIn,ton, vl/mt de feter ses 51 a.ns, Il est ne musicien. Très jeul'\.!, Il Jouait du pla.no. A 18 ans, Il constJ tuait un orch estre, c les Wa.shtIlQ· tonions " Qui devaIt devenir. en 1925, le c Duk.e EUinuton Orches !ra '. 'Deux morceaux : c Black and Tl'" F(wta311 " et « The: /tt oo che, rtndlrent cèlèbre cet homme qui sut faire du jazz nn "enre mu slcal. Il a. depuis, ecrit plus de mmc morceaux, tait 1.500 enr egJII treme-nts. donné un nombl'I': In cal culable de concerts. Il est. dé&Or mals, un c classique,. ct. san, avoir r lt:n perdu de sa jCllneMe. de sa spontan!lté. Il exploite SystematiQuement. les rythmf's, le couleurs, les formes dont Il a le secret, Dans cette éblouissante carrU re . il y' Il des ombres. Duke. teuUJe tant, notre Journal. revient au su jet Qui le tlen à. coeur - Il 11 a le,f préjuflés, fI JI Il la stgrer/allol!, il V a lcs agressiOn,' .,. tt, a ln3i, t Oll le une atrie d'ieh t 10113, pliiS ou mOins odieUI, J)/l r les Quel" le m4njfe le le Taclulle, Et. du racisme. nous passons tout naturellement a la guerre. CI! qu'i! })ense de la bombe atomique? _ C'tst qUelque chose de t t rrl bl e, Tl est i!l.lmaçlnabfB que cer !alns sOllge'l! d l 'employer, Je f te connats pas ur"nd cll08e /ln "olfli que, moi.! je Venu Q'ue le" E t a ts Un.is devraient voutJoir s'entendre avec la Rus3!e, PllltOt qlLe pripa. rer la guerre, II faudrait disC1lter. apprendre d se connaitre. n Jau· dralt dt//lndre la paiJ:. Les proJet5 de Duke ElIin2:ton ? Plusieurs concert.'1 en province : Lyon_ Nancy, Strasbourg, et puis Bruxelles. ct pl.\ls Rome. Partan t s'habiller après a voir slln des Auto,raphes a Quelques pasSlonn s du juz : _ Â hientôt ! crle·t-Il.- en lia· luant, de la main. ;e vous reverrai d mon retour a Pari.s ... centralton qui nt â fi.in l mOntrera. partituliêr, nt probant!!. Il m'c$1 .rr1 ' 1 de l ' dalr f a l'aide de rait, "m· pruDte. à. l'hblol d'au'rn cvn" d, concl'n(nliftn. ou parfoi!l il. dts annnn du ump dt Ialilhau,tn . Le combAt mr.rrê p;u l'or;-.IniSlI.tion Int rJ\ationaie du camp de i\lsUolhau_

 1I  'rst deroultc dans un camp d· ,,·

t rmin"tion où lllu de :'100.000 hom",, runn! tu "" fil '7 ans. Il s'f'st deroulê d:\n. le ":l.l'I\p oi! Irs déU'nu Qui .,'alent des pOitu da direction Halcnt

\ rOrlt
i de ). " dToit eODIMUl1 l" U

" polôli\luf'S .. dt toule!! n;dionalîl e, tlurl'nt mllDtr \l1l combat 'lui duu. plus d,. i annH. POUf obtrnir, H'N la lin dl' 1944" La maJorLIt\ des posteJ di ri. l"eOl.nls. La ronfronb.Uon d('J expirltn. ('r. d'hommu il', tout!!'! nallonalitb, pilrtieulièr!!'m l'lt ll'a dtportk ! O\·létt· qDH, mai. Ioussl lu déportés nparnol!o: qui y .llll'ent pin lTa.nod nombre qU'ail!tDtlI, IH dtpOrl" JrançalJl. par. u 11."" ,,'ut li, 11.". fut "1n'oy' d" Franct: la plu il'C\porlante proportion dl ceux que lu Allem.'Iond n'osaient plu$ [u.IIl.1" uII,,"'e ot.c:,, . ettt. con· frontation fut d ' u p&rtiGull n ri. cbes!I: .. - On a pu krlrl: !I vOWI l("'r qU'1I d:sait tOlite la verité sur l 's campL - J'al cru qu11 t n"cusalre 'e ,appdl:r à l'ald. cll lali, auth"lItillut caromelllt r. diroulêrp.ni nos combat . contre qui nOUA avom. I:U à lutter parce qU'il ('st n'e'e8saire q:le lu dll· portés dbent aUjourd'hul ce que furent leurs diWcultê..,. Il n'ed plu. po.' IIble, ail ,..m de 1. leule dl.tlnotJon 'lue nous limes ctal15 II:. camps enln lU vleUlllei dl •• bourreDul , .10 lawer eeux_li nI'IIIU qui, par leur aUllude, Ju"Wèrent p"r 1 .. lulije 1" IIlfttrenh. campaptfl' de di.-l,ion où l'on teMa d'uHII er lu dêportis pour lu plus vil 5 b""'"rneit. bilntlflc:ler de ce rrand rêva d'unlhi qui hü I nMre li la Llbé ration. L'unité dan, lu camps tu le rélul. bL d'un mb.L oP'inlittrye et d'une laUe enprie 'OU$ J.a dll'eellon d di· porlés I!'ft majoriti communi!ll';S, C'ut fl"'\r.e il cd. qu'U fll't pOMlble dt. rnl&ltr iIIouMi bien .. ux rampllf11u .. nUU' mlle or(anllfes par lu SS, qu'aux Cl.mpagl1,:'J antllranl.'alsu qu'Ils prDpa. reaÎent avec le mo!me Roln. _ Quels en eignem' nts peut-on t i_ rer, selon VOUS de la. sit".latîon parti· culière talte .. uX; J uifs da.ns les eam'PS nazis ? _ Mon e.ll:p4 n(t fut celfe d'un camp oit lo ue j', .. rri""l, ell nu, les Juil, port.alent aur ll!'ur veat .. de. baKUlrd. l, mu " Julie u, !lan, auCu Jl' di lillctlon de naUoniil\lé, tuhi du sifl1" "li,o I.e commandant du t'2.mp 51'! 1';Lnlalt Irh haut de C'Il ré. sullal. JU5qU'it, {"r.tte .:bic. Il t t trè dittl. dlr d',; ..... luer III nombrp de Ùéporté. julf:ol qui fure.nt en"oyés il. M:Lutha.uMn pour la. simple raison qu'ils ét.a\ t

 x trmillM. bien .ouvent, .... lllt d'llre

Irnmatriculb:, 1':11 l"in ral , il fouW""tt de quelquu ,ioU", au (IlL"'! qull'lqvc. .• emaiqn. feur que un eDa1'ob enU.,. fu. seDt .ntlntb. A Mauthau,un on réacrv,alt un sort pl\rticulier aux départis pol!tlqu. juih. 1I .rrll'lU1'nl, l'ft fénéral, \,U' petits cOllvob bo" .. et rt.a.j nt lentement et uIlém.Uqul.'ml!'nt exttrnUnM iL la carrUre. SJ le meul Ire de nlÂiIfI citait praUqui lur uux qui se tto .... valent au c .. mp bien ouvent '4ft. avoir tomblillu. M5à sin ts pour le

eul tait de. I.ur lIopparlt.nanu. fi r ...

rlale li. par oJlpo"tlon, le oour .... l'edraordlnl\lre tenaCitt. quI' m.anltl.' tèrent, d:an lu tondltlon'!! d'unl' luUe dé pérée. ce, comb .. ttant.. ClI.II ..... ,·.tent 'III.'lIa !l'tn rtchapperalent pU., eonvaJnQulrtllt Oel!X qui, bll'n JDuv.nt. arrivant 11ft pa)'.' où lu Juifs êl .. I"n.t anferon4i. flan. du ,fI"tes conat'" vaient ck!s prijur" t.\ciault. Avr.c queIJ, ! motion Pierrll Dal dès le premières pr,ges nous apporte une vi on horrible. odieuse du cam:!) dp: MauthauS'tn. La. machine tI'r. miner tonctlonni: du enfants juU. $Often d'un bttlInent et III rI nt, V . S.s. jouent qutlqun fnstants a\'w:c a ail soh!iI. Puis un o,dre; avll'C un una:. froid h t , les brUtes pouS&ent let enfants vers b, wmbre à 'h ... « C' t.alt alnai au camp », 1' 1re aou. vent l'auteur. . Le mérite .ssenti,l de c 1 ... Derla1. Forterust!l • est de ncofl,5titl.\tr, no. seulem.ent pour les anci.ns cWpoftê.!:. mw pour IOta ceux qU1.se. b4Utm'l pout' la. Uberté, l'eltpérlenoe vkue u,. bal. la l'Ieb:tue 1s8ue. d. la rimta.nee qui 3'Y mena. et, qui, finalement, 1- trlomph ... L'histoire de l' aprèS'JU rre aVllc soa. tlvoll.ltlon si rapide noUll JXlrmet m .. ln tenant de mieux comprmdre ce Cl'Ji 6\;st JOUt sur IN ch_m1» de bataille, et les camps de ooneentraUon furent un de cu champa de bataille. C'en pourquoi, • La. Dunl.re Forler ..... '-St un r«n .. n de ]9)0. Digne commemoration' de l'insurrection du Ghetto de Varsovie L'union dca Srocltlés j·Ui. ... 1l.!l de: l"rince, I·Orlll.nlsat!on des uU.s poil nab, les !OCldttll Varsovle-Dehota, T ra-ga. TowODtek. MUlSk, Wolomln . opwoell:. K • .l'Jstyn ont oommé ré. mardi dernier. !\aile de l'Entropbt, 1 m· surrection du ghetLo de VafSO\'!() Des centaines de p ef onnes n'ont pu trou ... er de place d"ns la. alle .rch lr. omble. Cette aoll' (l a été présidM pIl"r M. Koenig, rédacteur en chet de la c Presse Noullelle li. M. BourtUer .. pris la parole au nom de 1'0rp.nl· sa tlon de" J uifs poIOllail!. M. OJ"1\n t, r.rêtaire de l'U.S.J.F .. d une Importante .. llocuUOIl, a souIirnt Q,lfl l'Insurlll'CUon du rhttt.(1 de Vp,rsovle ut une l uite de l'histoire GRANDE KERMESSE-VENTE orl'anis par les anciens combattants juifs aa profit de, orphelins de guerre Lu !!l et 30 avril proc:h:alna, l'Union du e(\prê, Ionta.ire et .. n(]en5 combll,ttant", ulb IP3t.U or&,anlsc, 51111e Lanery, lll. :rue de J, .. ncrv. une rrande kumeue au eou" . de. laqutllt .eront mia "" \'"nte dr.s mi1Jlus d'articles oHert, pa.r de (inireu.ll: commerç:Lnt, de Paru. ct dt pro ... lnce .. u pt"oCit du ol11f1elitlll dt (ut .... ". TGUfi lu arlldu tcontfftlO". b()n· ncterle_ maroqulncrito, cbloUlrSuru, fourrl!l.rc , allmentatloll, ete.l IItrDnt vr.ndu il. moitie prix. l,a. kermu f! er.. oU"er de 10 hèurCl à !t bOurtl an InterTuptlon. heroïque du i Iluple l'JII à. t ra kil Ai"" ' 11 ser:t.j taux de cOMIcl!ur «It t!vénen:u n comm' un IICtc d, auldde. car les hér(15 du ,hctto citaient GMl. vaincus de la. JUS tes.'l1': de leur eom .t. r.t de la victoire tin. le. Il indiqua qua Its insur:is oot (on:;ldér! leur !SOullIlI&ment comme une betaille da",,- !Ir gOOHIl que menait les peuples cQntre l 'hltlél·l me. Ils ont été vaincus na.II l't: empl de l ur combat, a'J lende.main de la ",!Clolre de sta.lInirad. a. incl\é les p,utrr-s peuplu. les pll't.lsana JuIfs des di ... erse:s .. rm alliées, .. redoubler d'!nerg i"t. Ll!'ur e"emp1e a- encouragé les van. lants soldatll de la « Hagana. J , au marnent de leur lutte pour la. 1!W&tion nationale, contre l'Imp riall.5m. angl.is en !sl'aëL AWilIl hi'.;n le sou1&-o le ltOul 'I'ement du ghetto e t-Il un h&nement historique. M. Mounschein. arti;le du th6l1,. « Ykut J, a. lu du ver5 d".l poète .. m60 r ica.in Fouit .. la- memoire de5 ai:S millions de J uifs vl etim"ll's de l'h1t1 ri3me Et t ette magnifique Mit'l!. &.", termlnle par J proJectlon du f:lm : La. "êritê n'a pat de trontlêre. POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Edouard 5OENEEBERG 0, rue d, la V\ lolu, .41U5-1' T'l.: Tru sa·se, NIIII : TRI ..... 1 « Dalu lin ra}lon de 800 métres autour dt la vert Lcale" du pOint d.' i clatement, toute COfUtrUCtion. Qui Ile serait vaJ en Wlon r nforct ou en acier sera. démDlil!l l'or le . ollflle" de t'explosion. Mélli l! ce" dl!rniers bdtimeni8 seront tUtruit.! dans la proportion de 70 010. Auss/, talde per30ttne insuffisamment abritée Bera tilde Vllr le $oullie. par les tboul;ments ou par les pToj ectfons dt dtbris, On d \'ine II 5 d'un Une acli· vllé : bien lI.\'anl liJ9. une pUl sfln l.e coll t l ion ,m lO caplt.a.listes allemands et capi!ali. t.ee ,méricajn ét:'l.it léall· Sée en ... uu dll \'étab;lssement d'un ccm.:soriium. occld ntl\ l [onM ur !('II mlLgllats dt la. Ruhr tt l' i mptr i a li m, allelll'lnd ... l{ltler nI' delliit pa.,s Iltrt .. II: gendlln rie I"Europe Itpays: - Si Qut'lqU'Ull dtclo.re Ure DOur r----- ----------- ------------ ---l'éqallté des droits ,ans dizcrim i 1ta tiOua d rac , il est tout de luite , Si un mur ne vous en/ollÎt pas, traitt de 4 communtste " s! des brjqU(!3 !I.e vous brisent pa, (1) Clt.tlon tJrfit de la brochure des COinbRttRnts dl!' la jlai;r.: tt d' 1.. . Libl'rté : 1 DetrlJlre le monde? Non 1 dHnlirl' III bnmb et d"sarmer " 10 !rl\ne!l. (En vente À « D. L. »1. Par ailleurs et comme Ilat hen NI. en pltln Iuerre. on retrouve Allen DULe,o; fn S ul s . Il y dir i,e 1". $l'r· ... Icts n rrel M'lér!caln .Ie l'O. S. IS, CtIIX·cl, la d!talv. àe Hitler Iltllllt de. venue ceri Ii ne. "h rchent ;. renOll-r cflntact aVi' t. des tl n\eni.. /lu r llpllRli me alll:ma.ntl. pour Pl'épa.r r unt l'loo ... eUe Il. IUance lnlu;Oviétlqut. Et être traité de c communiste' aux U.S.A. (Il 5ufflt pour cela de critiquer tant. soit pèu le louver· nemenO slrniUe être en butte aux persécutions les plus terribles. Duke ElIInlton, cie son vrai nom L 65.RUt OQUBÇjGN MA,RSEIUE ·, ,!.t.· Les" Porisii" s'inslollèrenllù ... (Suite de la première pa,e) Le. meilleur. TISSUS Toute. Fourniture. pour Tailleurs (Suite de 111 prtmidre pagel. armées contre l'Ue. Lutèce, puls& ante forte:resse cerclée d 'eau, se ceignit d·un haut rempart de DIer re derrière lequel purent se réfu · 11er les I.abltants de la rIve. Parisienne, connois-tu la légende de Paris? Au V, siècl e, la vallée résonne IOUI le: galop eUrèné des Hun$. Leur chd. At tila. les conduit au plUa.ge et au massacre. Seule. ct rnèrvellleusement fragile , une t r. mme. sainte Oen ... leve, se dresiie contre la. nanlQue et r.on ... a.lnc la population do réslstcr aux Barbares, L'Ile s'organlse pour soutenir le Elt\gl!. et !lllaiernent lBS Huns lI 'lm· fuiron t. tou penauds et me urtrlli. L'on dit que de ce temps datent rhé rQismt et l'esprit de résls anc e des femmes parisIennes. O.rigin. du tourisme parisien Dans la pérIode s'Inscrl .... nt 1\ la fin du IX' s.1 cle et au début des manuèl6 d'écoliers. les Norn19.nds, rort pell Sedentaires. s'en fur«m t vlsltt'r du pays. L 'agence Socleted Pro!hls (tor ique:) prétend Que l#rur yoyale r.onsl5talt a dtptcher des ob.erllliteutS paclfJqu s munlli de coupe-iorge et perce·bedalne. De 85& il, ses Ils ruin ren Paris __ 1011, mlren à teu e .. sanil: 110. population. En 885 le manèjl;e a.llait recommencer, qua n d le comt.e EuQel\. la cotte de mailles sur les pectoraux. souleva la vaillance de Paris, Trelz6 mols. le coura,1' dans le vent rll a la place du bUtr. ck: pommes ftites. les gens d 'Armes de l'Ue tinrent en échec lea Normands. Charles Je Oros, les mous.taches en accroche-coeur, prenait l'air avec une arm e sur pied. de luer re. Le noble seIgneur lonça a. toute vitesse et parVint â silner \In pacte. Lcdlt pacte autorisait les Normands A exercer leur I: y m na · tique sur les barriQues et le ventre des paysans de Bourgognc. Tout est bien qui lInit bien; les Normands quittèrent, le llBu ... e pour le reprendre en amont de l'Ue; le Gros Charlcs tut dl:chu : Eud e partagea le t rOlle (beaucoup d 'l\rmures de ce t emps-là sont conser· vér.s dans la naphtaline et les toi· lei d'lI.ralgntes), Un restaurant bien situé Le Pont·Neur scrait plut6t usez ancien. car HenrI III en posa la. première pIerre le 31 mal 1578. II rut le premier a ne pu être boNjé de malsollS. PI torelique et bizarre. Il olfra lt a sile a un monde dense de gall'ne·pctU. : acrobates. arra · cht.urs de dents, montreurs de marionnettes Itallennes, tenanclen d·éChoPpe,. Du matin au soir, Il ronne. n r· vil'"uscment secout par des ... thlcu, les de tout calibre : bus, Citroën, Peugeot, vélomoteurs pétaradants. Face a. la moriue hautaIne de la Samar' d de la. Belle Jardlnltre. Il attend les sl les (et vos souliers) . De l'autrl! cOtt du parapet, fllant sur les deux rlllcs, s'échelonne le précieux fil on des bouquineurs, Placr. Dauphine : un enstmble trlaniulalre de maisons Il grandl'iS lucarnes. de$ arbres frai s. TA'. bâtIments dcs n uméros 14. et 26 ont conserve l'aspect prlmlt.1t : a rcade df'! pierre pll!'lnl' et. toit d'ar_ doIse aux poutrelles saUiantes, Un petit rcstaurant·hostellerle e l'II· che là. :wec une sacrée odeur de rotl braisé quI s'accroche aux na.· rlnes, Hê. hl: 1 l'allenture, e.t ten· tante. Ht':las 1 le portefe uille n'est pas prêt a l\l.\pporter la r ipaillé, Ans Yous ,'heur. ? En longeant le quai dr. l'Horlol{e, on décou ... re de:s tourelles som bres et fines. Issues d'une raçade de pierre 'Percét de meurtrlere •. Le palais. seize rois séculaIre. vous présent ... la tour d'Argent, la tour Bombee et la tour César. Les rois mérovlngJ en , capétiens. Philippe· Augus t l: et saIn t Louis les r('lia l" dl'Ilt (comme IIOUS tt moU. Il fallut attendre 1334 pour Que l'heurè s'inscrJve sur l'horlole, au haut de 1& \.ll'. c .. U .... La Conclerlerle détient pleu'l!' ment en reliQue unft lettre . de Ma.· rie-Antoinette. Une herse se ferme dans la cour. une triste fontaine ZAJDEL ou c tant de: nobles prl!onnJères 89. r. d'Aboukir Paris 2' lavèrent leur UnIe J. C .. R."'1"... M t,: St.-l)e a. RtaumU1', $foI1U. Le $olr du 9 thermidor, Maximilpiaenss Raioeb èa8 ...p alnetr rela, uglutiilmloet inIne.s tya nétt adiet I_ __- -A lor:., :eo:mm .': C:l, l, do c:hu:r, li m.'a :dU de la rd:., la e ha:m:br t, ___ .: T . L . G "" '. ... . -::: jeté dans un cachot. Parce qu'Il était tldèle à 1.. Rêvolutlon, les thermidoriens l'tcrasèrel1t. La Salnt-e-Ch.pelle, avec 1.134 setnelll sur vUrllux, enlumine rner vcllleusl!'ment de couleurs l'Histoire salnte. SI VOU$ ttes r!ru d'a-rchllo· IOKie. cholsillsez un véritable tré· r,i)r de (juelette!l hl"tbrlQutrnnnt funèbres y tralnant la un.te (daM les courants d'air). Attention, donger ! La I)réfecture de polict. tout comme l'HOtel-Oleu. est' df' ces lieux qu'lI n 'ut pu recommandé de visiter. Au tl'lbuna.1 de commerce. le choix est libre. Ou bien la perspec. Uve ouverte par le Quai de Coue. avec la tour Salnt--Jacques. \lU mieux. le chemIn dl! la nature dans le marché aux neurs, Le tri, bunal de commerce nous relarde t r istement, Pa s d 'ari nt pour acheter des Ite:urs. Quant a la fieu· rlst . pas d'arlcnt pour le petit restaurant. Qui dolt-on juger 1 ,(A suivre.). PENSONS AUX VACANCES DE NOS ENFANTS P AR ets fT/ lc hts Journ!ts d'3.\,rl1. l'idl.e dts Ysc .. nces de nos ,nfanta en encore loin df! no rfl II'Ilprit et pou r antl Il I!' t irflnd temps (j'y pl!'n r. En e fet. cl!Ue annèc il !alll prtsentt·· les enrants t !a s cu· rité !l()(:lale al'Ult le fo ma!. Don,:, pour le., pll rtnl..s qui ont n u ré sociaw;:. il but ::.Ire vite. Des Inal\)· lel'lanl, ils doÎven: pel'L."tr il inscrire 1f! lIfS enlanta. La (·ommlll'Sit :. ecnll"ll ;e dp '·en· lance pr" ... oit. pour l' ti 19;-'0. l'en · voi de 2 . .500 cnfan ls de lU!i ,lê:s ct de d!port dall es huit colonies : La Fe.1laz (S ... ole l, Tllrno (Lande!'). AI -I es Batns l a\'Clle). La CroL St.Ouen (qi )' And)" I'y (Scine-etOlsc), Lll Saleee, Merc,\··Ie-H .. ut e Ce\:eA' , ur·Plalne dans les Vnsges. Ce.'; coioni« $Ont il uées, r.Qmme on VOlI ,jllns def; rE J,!IO:Jfi aux cilmil'

 It:li plus dif f  r r n4 et· peuvent

don,: ,,'mVl'nlr tous les "nf;.I n! . • 011. /jue J"IU' Hill de Il!lr.1-4i i amf; un Ur· jour JI. la m,r, à II!. montagne ou a la. ciJ'tlpagn', LES INSCRIPTIONS Les illM'ril I(":l' lie lon daM lei! arrcmd1561:mentl selon la liste cl-d. ·

Oll  :

2' .. rrondlnement : 14-, rUt de pp,. no.dls mard! de 21 A. 23 h.: J' a"OI\, dilH'mtnt : S. "ut: Sai ntonsl'. " .. ndn· di I!'t m .. rc redl de :.tl il 23 h. ; 4' ar· rondiuemenl; 9. t ue Aubriot. mardi I!'t vendredi de :11 à :.l3 h.: S' :urondi! semc", : Il, IrQUllrt .... lbin·CAchot (lS' ), mercrtdi, de 18 à II} ho; 9' .. rronàis emeot : Mme Welsberi. H. rue or .. ngl!'-B.tel1ère, lundi. mardi. ",prercdi. de 31 à 23 h.: 10' arrondl" e_ ment (Saln'-LouÎll : .:i9. rue du !au bourg: du Templt, mardi. de 21 a 23 h.: 10' .urondluement !BlIult· ""rds) : 14, rue dl!' Paradis, jeudi, de J I .. :!3 h .: li' .rrondil.'t!ouellt : 5. passagt Charl('s-Oallcrs. mardi '" "I!'ndredi. de 21 /Ir 23 h.: IZ' ,.tr" .. dl •.• i!mcnl ; Ji). bOll l va.rd d!" R. tullly (cd;'). mard!, mprrrr-di, vendredI, rJ .. 21 /Ir 23 h.:. 13' .rrondi5.. em.p,nt : 21. avenue Steph.en·Plchon, Jeud.l, c. " a 23 h.; 14' .rrondbs.ement : Rot;. bard. 13. rul': df! J'Eure, dimanche, d4 10 h. 12 h .; 15' arrollclisnl:D."a 1 Stul a!t, lil. rue des Entrepreneur .. lundi. dl!' 20 II. 42 h.; 18' II.rrondl!u. ment ; 2, pUSR!iie Pene!. mercredi et jcadi, de 21 il 'l2 h.: 19' arrondi •• m"'lt (pl. de J.· irtl!' ) : CnU. 2 1. Ne dl'; 8elll!' ... i1le. mardi et. Jeudi de 21 A. 23 h.: Il)'" "rr ndlnemeJ\t (Fablea) : 5. rue Ch aumon . lundI et jeudI. de 21 " 23 h.; ! i'I" anondl$cment Ilkl ttl"iIlr ) : 120, boulevard de Bel1ell1l1e, mercredi I!'t JeudI. de 21 à 22 h. 30:

en' lI.trondls!p,men' (Auon) 
30. rue

d'Avron. mardi ct " ndredl. de 21 h, JO è. 22 h. 30. Pour le! mernbl"ts dt5 i\OCi t t4!s,

' adIeS!icr il l'UnIon de3 socl t s ju\.

ver; de Francl!'. ] 4. rue de PUiLdJ.&,. 1.01105 les jourl' de 14 à 16 heures. F.nfm, pour Irs enfants aIJ·deuu .. d 14 an5, I s il'lscrlpliOnl s font la rOmmil; lon ctnlrale dl!' 1 c U'alX" 14. rut de Paralils. mercredi e\ , . dredl, de 20 b, l 2 Il. 30. • • SOUVENIRS A BATONS ROMPUS. par André SPIRE (VII) THÉATRE LES AVENTURES DE BIP CINÉMA La mise à mort ... du toréador. MA RIPOSTE H'· ,. àl eaudeSeltz Istolres sans paroles - William Wyler, un grand maître du - Un étalage de veulerie . , cinema. A la pe nsion Laveu r, où pour yingl-trois sous à m,idi et vingt pt !IoOUS le soir. mes co llègues Bazin et ,Favarcille. et quel. ques ami!'! lorrain ! attacés il. la Chancellene ou au Par9u t 4t! la Cour de Cassation. nous prenions nos repas, o commençaIt a entendre de paroles peu bie'Jlveilianles pour les JUifs. Un soir d'hiver, des voisins de table s'exprimèrent avec une teUe violence que j'Interv!n", et comme peu après 11$ re(',ommencèrent. Je'.

pris un siphon et les arrosaI d'eau

de Seltz. Ils se turent et partirent, me laissant maltre de la place. LOrSQue après leur départ je descendis le !;:rand escalier de pierre eb que je lraversal la cour sombre Qu! donnait dans !'êtrolt.c rue Serpent" e, ce np- (ut pas sans un serrement de coeur. M'attendaient- lis. ces braves? Ils étaient une bande et rétals seul. Mals IR COUT était vide: · . Dans ma famille parisienne. au dJner du dimanche soir. chez mon couS:ln. le chirurgien des hôpitaux Marc' Bee, où Je rencontrais parfois l'Mlteur FéUx Alcan et Andrt Lebon; . député des Deux-Sèvres et. mon ancien p rotesseur a l'Ecole des 8cleMes politiques, on s'Inquiétait de ·.l'lnsolence grandissante des journaux antisémites et de leur ln.(1.uence sur l'opinion des mllleux mJlltalres. Plus de généroux juifs ? Un neveu de 'Féllx Alcan, le 'c flitalne d'artillerIe Henri Cahen, et mOn petit-cousin, le ,capitaine de cavalerie Henry Lf!l;Tlant, détaché au ministère de la Guerre, que nous .blagulons parctl Qu'élevé par une .mère orléaniste, quand Il parl a.J t; du comte de Paris. Il l'appel lt m.on y,rlnce, nous entreten aient de slngu lers' 'retards dans l'avancement d 'officiers j ulls. J 'en eus tilent6t la preuve. A la fin de l'été 1894, mon oncle par alUance, le colonel Wolf!. proposé plusieurs fols pour le ' grade de genéral. se vit. préCérer des conctirrent.s moins bl n notés Que luI. Et comme ma tante, 'soeur de ma' mère. demandaIt è. son ami d'entance. Charl eI! Brice. chef du cabinet de Casi mir Périer, pré,;ldent de la RépubUque, de s'Informer des rai!ions de' l'échec df! ' son mari « Bien l utll e, clière amie. rêpondlt-Il. Le mlnls re de 1a. ·Guerre a dé"cld de n. ; P )J.s nommer de g néraux juUs ..• Le ll.,maJ 29 octobre 1894, la Libre Parole publiait la note sulvahte, signée Pap1lJaud : « Es t.-n vrai que, récemment, une arrestation fort unportante ait été opérée par ordre .de l'autorité mmtalre ? L'Individu a.rrèté serAit sccusi! d'espionnage. SI la nouvelle est. vraie, pourq OI l'autorlte militaire gardet. elle un si lence ab$Olu. Une r J) Qnse s'Impose • . Le 30. fEclair annonce Que l'enquète est achevép. et la Pntrie déclare que rofUeler arnté « est un officIer Is raélite attaché au ministère ' de la Guerre . Puis, une not.e,oftlcleuse de J'Agence Havas avoue l'arrest.at. lon. Enfin. le jeudi matin 31 novembre, pa.ratt en manchette dans la Libre Parole : c Haute trahison. Arrest.ation de l'officier juil A. Dreyfus. J'oyais diné oyec Alfred Dreyfus On devine mon angollse. Alfred Dreyrus, je l'avais rencon t ré peu aUDSravant. faisant assaut avec le capitaine Lemant, rue de Bellechasse, à la salle d'a rmes du cucie mllitalre. où. depub le duel tuelQue du ca}:-italne Armand Mayer avec Morès. je taisais réa-ullère · ment de l'escrIme. J'avals méme dlné aatrefois avec lui chez son beau-père David Hadamard, cousin germain de mon grand-père maw ternel, et Qont la lemme, née et élevée il. Nancy, était une amie in time de ma mère. Mals, on le liait. Alfred Dreyfus était peu liant. et avait traité. peut-être, un peu trop en petit garçon. lui l'oUlcler d'étatmajor, ancien élêve polytechnique, le blanc bec. simple Ucenclé en droit. Que j'étais. Et 'puls, les. scan dales Qui se succèdalent depuiS l'affaire de Pana.ma m'avalent exaspéré contre les hommes d.'affalres et de finance. J'évitais d'accepter les Invitations de leurs lemmes et d'aller faire danser leurs tilles. Avoir épousé la: tille d'un r Iche mar;chand de pierres précieuses n 'avait pas grandi · Alfred Dreyfus à. mes yeux. Mon Innocence fera sourlr.e le catholiQue Claudel s'Il Ill. ses lignes. lui dont le (lis a trouvé son établissemen t par mariage avec la fille d 'un des plus iran d!! marchands de perles de France et. d'Amllrlque. Au grand déplaIsir ' de mes parent;;, Je n'étals pa.r; r etour né chez les Hada.mard. Trogique fin d'onnée M'RCEL MARCEAU, un homme qui parle avec Iles mainll, lIeII pledll, .e. bras, Iles jambell; un homme quI liait faIre rire ou êmou"olr une· N.lle plltlne de IPICtateu. rI lanl prononcer une seule parole... . L'art de Maroel Marceau D'est le triomphe du iute, Sion lu'l demande quelle raison l'a poussé a s'engager dans l'art ;;i difficile du mime, Il répond simpl em nt : . __ Parce Que pour mol. la vie c'est l'action. Les paroles n'ajoutent rien. On peut tout exprimer par le geste. Quand on a aoslsté au speetacie Qu' II vIent de monter (dans un temps record) au Studio des Champs·El.ylée&. on est alors pret à l'approuver .. Lu pantomime. de IIp, qu'II 'pré e n te en première. partie défilent sur la sdne à la manIère de ces band s de dessins humoristiques dans lesquelles le m(!me personnage Joue chaQue jour de nouvellell aventures. Lie aventurn de 81p, elles sont tendres ou cocasses, amères ou follement galel'i. Elles ne sont jama, il "ullaire.) elles sont toujours vrafn, Il t ut avoir vu 81p peintre du dimanche, Blp danl le métro, Bip tt le bourdon, n faut avoir vu Màrcel Marceau conter l'hIstoire de Blp mendiant - faux aveugle '-----------------, MANOLETE CE mm espa,nol serait l"ul1 de . plu mauvai que l'on pUlSSf! volr à Paris ctuellement. : mal decoupé. dialogues stupides. style amateur des comtdiens. "l l n'ottralt, deux ou trois fols dix minutes, des ttractlons de premier ordre. Et d'abord le célcbrp Manoletc,

 el me jar toreador dei mundo "

dont on a Inserê les Jeux de l'arène. d'une vIrtuosité Inralllible. a uth emtlquement fUmés j usqu'aux t ragiques secondes (on y assiste la iorg séehe) où le ta.ureau en ll nglante de banderilles ruse avec le chUton rouge et les millimètres et. d 'un coup de corne furieux., déchire les entrailles de l'Andalou sans peur. L'autre att rait du film c'est. le l'rand da nseur José Gréco. une danseuse gltant. et. une chanteu e à la volx enM)lelllee : enellent fe.r;Uval musical. accord dei tormes en mouvem nt. du volx et d 5 gui· tares. Cette E paltne-là ne tait pas ou· blier l'autre, celle d'un peuple écrasé sous la mls re et la Phalange, â laquelle .wn César de mardi gr;a.s n'offre ni du pain ni des jeux. Il serait bon aussi que cette Espagne qui souffre, Qui lutte et qui vaincra. le cinéma veuille bien nous la montrer. qui reçoit un jour un anneau d'or, L'HERITIERE Chaque léQuence y semble. des· L ',,"UTEUR de « Mrs Minnlver &lnée comme par le pinceau d'un et des c Plu, belles annel!s de maUre décorateur. Les pantA:Jml- notre vie" est peut-ëtre le mpf'e:ust dpee uB lpét. tdeu rgerparnodc haerrt . àE t l5a1 l'soen ·r----________________________________________________________" -p lu s or lg 1na l des m et te ur s en s:ee,- conde partie d'Mre un peu courte, Il n'en rel5t.e pas moins vrai, Que la qualité du spectacle Marcel Marceau est appelée à. remporter un . grand luccès. ."Ce qui .serait a&sez étonnant d it. lul·m .me Marcel Marceau, Marcel Marceau élève de Dec reux. Joua aux c s de J.-L. Barrault. Il revient d'une tournée en I sraël. pour Jouer sur la scène du Studio d s Champs-Elysée.s pendant un moll;, avant d'entreprendre un long p riple à travers le nord de la Fr.ance. Son projet ? Ajouter A. son re· pertolre. une nouvelle et belle hllltolre d Hp . . Celle-ci se passerait sous terre.. dans le 'monde des travailleurs de la m!ne. Nous pouvons lui faire confiance. Jacqueline WEIL. LIVRES Au prIntemps 19401., a. Rome, une bombe explou d ans un h6tel occupé par If!s nazl et coùta la vie à trente -trois d'entre eux. Le commandement. allemand vou· lut anct.lonner cet attent.at par des reprtsallles mèmorables, Il y rtusslt pleinemt:nt : Il !lt arreter dans les prl ons, dans. les hopi taux. dans les maisons. dans la rue, un nombre d'otages t.rès exac tement. dix fols supérieur à celui des victimes de l'cxploslon. L'Union dei Juifs pour 10 Résistance et l'Entr'oide IU.J.R.EI aDDelle toule 1. pODululcon lulve da P., i; al d!)l. e "v; o" a • ma .. iluln POUR LA PAIX POUR HONORER. LA MEMOIRE DES R!:&15TANTS JOIPS POUR. HONORER Li\. GLORIEUSE INSURRP:c nON nE G Hn'TO DE VARSOVIE roua 7"r:R LS ANNrVERSAlRE OE I...A LIBERATION DES C.U.WS NAZIS "" participant. maqe A. LA SOIREE SOLENNELLE (lui .un. nou le DIMANCHE 23 AVRIL. '111 h . SI Ir. b .undt . ano. PI.,tl, 252, laubou •• hjnl·t4o o.' !MUro Torn@"! t t. l'OCCl.!il0n de la parution du IIYft ; . LI ',nu an'i,ni. te .ou l'occuMllo .. , 'recuell de docum nl. e] .. ndlJ&tln" DIX POUR UN II Ji avait parmi ces otages de:; hommes. des vlellIardl , des enfan ts. Ils furent emmenés aux PQrtes de Rome. il. l'endroit où les catacom bPs de Saint-Calixte débouchent 5ur la via Ardcatlna. Là se troUVl"! une vaste ca rril re creu êe dans le tuf. Le5 camions charges des otages Ylnr!'nt se dêcharger l'un après l"autrc devant la carrière. Des S.S. poussaIent les arrivants vers J"( n trèe des galeries. Des mitrallleuses les abattaient. quat.re par Qua tre. Tel est le sujet du livre de Janine Bouissounouse Dix p011r 1/11 Il 1. Un titre explicite. Encore l'au teur ne manQue-t -ll pas. pour finir. de rapporU'r la réflexion d'un des S. S. Quand la der nière r afale eut. couché 1. ernl e r otagp. c Si J'al bien compté. Il y en avait deux de trop , Une erreur par excès, en Quelque sorte. Cet te phrase t.raduit :1. pUe ule le climat d'horreur glacée dans l equ 1 se dérou le lOut le récit. Le massacre des fosses Ardeatl nes a reunl dans la méme mort Ignominieuse des hommes de tous tiges. de (.outp_ conditions. n 'ayant h ures qui I"onl pr dé. GlusepP l. rétractalre du travail f orc en Al lemagne. ne rélilste pu au désir de se promener daml Rome aprè douze jours passés danll une cave. Giovanni, le partisan, a vecu des

emalne s pleines de périlll. mals,

contre toute prudence. Il revient r6df!r autour de sa maison pour revoit, l'espace d'une minute, ie $Ourlre de Luisa. sa femme.

 "PourquoJ, pourquoI. pourquoi?

,. répète sans cesse Esther. la femme d·Ezechlèle. Et beaucoup des otaltes assassinés dans la car· tlère fatale ne comprennent pa.. davantage leur tragique a\·enture. lis meurent désespêrès. Seuls le Partisans saven t. le sens et le prix de leur mort. " Il en meurt· chaque Jou r, et· leurs effectifs ne cessent d'augment.er " . dit. un de leurs compagnons de malheur. JUSQu'au Jour, ou llii chassèren t les alilia. IIlns dps FOlises Ardtatlnes et pendirent Mussolini. leur Ignoble complice. Ce IIvr f! .r;obre et poignant est un magnlflqu hommage rendu à la Résistance Italienne. Rog , PAYET-BURIN, ne d'fiollywood. Voici . rm dernier film qui a cumulé cinQ Osears par· faltement mérités . C'est un chefd'oe\! vrc du elni ma p8ychologlqll': ' de la camera Intérieure, dans \{"s df!UX sens du terme, car toute l'action se pas e dans I s pièces d'lm luxueux appartcment de New·York \"f'rs le m.illeu du XIX' slécl12  :,t c'est . !"Interlcur du caractèr'! de personnages que .se d1'-!roule l drame raconté avec un art minutieux (on éVOQue Balzac et Dickens) par WillIam Wyler. Une jeune hérit ière riche, laide, timide, délalssee, tombe farouchement amoureuse du premier garçon qui songe à. lui taire la cour, Mals l'alme-t·il sincèrement I)U pour son ultf'nt ? Le père In terviendra brutalement, car li & con· du à. la dcux!t me hypot.hèse. Ce Qu 'II adviendra de cette situation, je ml' . garderai bien de vous le dire, mals vou; lierez Intéresst par ces per$Onna,es, après tout... P!!U Intéressants. Quant tI. l'Interprétation: Olivia df! Havilland pt Miriam Hopk.lns, Montgomery CUrt (le noul' au jeuM premlflr d'Hollywood ) et l'étonnant Sir Ralph Richardson, au jeu dense et sobre, elle est tellement soignée, lntelllgcntr. et surtout. cohérente Qu'Il faut uns dout\".. à un autre titre cncore, en féliciter le irand WillIam Wyler, • BALLADE BERLINOISE V OILA un mm écoeurant de vu!g& rlt-é, quI natte avec une lourde complaisance les pIres tendances du peuple allemand sol, neuscment c travaillé , par les tares du capitalisme. Le héros en est le c lampllte ", p r&onlla,e egoïste et Ià.che, qui se trouve à. lul-mèm'c des excuses pour toute bassesse Qui s'offre à SPS tentatlOlll: rudimentaires. Et on essa.le de le rendre sympathique ! 81 ca va mal c'est la faute de la haine, de la mauvaJl;e humeur et. des communistes. des foncttonnalre& aussi et de la paperasse. On reconnaIt là les truisme' et mythes dHtusés par lei maltre du jeu pour détourner lf!s masses (en Allemagne comme allleurs) des luttes concrète et coUect.ives qui seules sont capables d'entralner d s modl!lcatlons profonder: des baies de la vit sociale, Mals pendant que le « lam:plste , sourira dc ses mlsèrc

 et Ile débrouillera. vaguemf':nt

pour en 50rtir en pestant contre les employés de maIrIe et 1 8 politiciens en général. les magnats de l'!. G. F arben subventionnent des studlo allemands pour r ecommencer l"imldleuse préparation psychologiQue À. la guerre Qui leur est néces.', alre. Ajoutons Que le film est mal construit ( une successiOn de sketches), que l'interprétatlon est mauvalse.- particuliè rement en ce Qui coneerne le c htr08 • central, ct Que les · gags sont. en ersatz, pas drole du tout, Reger MARIA • MOT S CRO][SÉS J'a! eu beau défoncer. des ca SM, éventrer des paquet,s, je n al pu retrouver les lettres Que j'échangeai avec ma famille 'p endant ces affreux mols de novembre et de décembre 1894. OÙ tant de sentiments et d'Intéréts familiaux. politiques, .rellgieux fal saleJ;lt tempête en nous. Que de beaux cris d'espolr eon J'honnêteté des Ju [ les milttalrcs. de meflance aussi pour ccs, Intelligences raidies par la disciplIne et la confian ce totale en la parole des chefs ont été per dus avec les lettres pas.slonni s. et souvent admirables de ma mère. Pour mol. bien .Que parta,eant les dou tes de mes parents su r la clairvoyance et l'indêpenda ncf': des t r ibunaux militaires, ressayai au milieu d'une famille dêchlrêe et QUI. dès le dêbut" avait crié i l'erreur judlclalre, de .:arder la. tét.e froide jusqu'iL la tin de l'jnstructlon et du prods: C'é4lt aussi l'opinion de la plupar t. de mes collèrues Juifs · et non-juifs. Et. malgr la sauva,e campagne dé la Librt ParOle et du Petit Journal"contre Dréytus et let Juifs en génêral, je ne reçus, dans ce milieu de magistrats prudent-li . e t. discrets, aucune· marQue ,personnelle de métlance ou de .r;ympathle exce slves qui aurait pu me l al re croire Que mol, Juif" j'étals tenu pour solidaire de celui qu'une. cer talne opinion pul1l1que e mpolson née considérait, avant t.out.t, décision de. justice, comme coupable du plus grand crime contre la pat rie. ',"!d«nn d, M. YILNER bta,"ak -en'ral de l'U.J.R.E.l Pr"ndront la J Arole : en somme d'" commun Que leur r--------------------.--- --------amour pour l"Italie et leur haine n' 9 ' l'PDC . veATFCA1..I"'INT ! J..JnUl!Ir d'qpeuDc!I r lt'I, 4 10.. ebl.ru •. _ Il. Ap!'&.ell. Lt h ' I% n'lll I ·IIU. - lll . SI pin nI 1. "'fl:l.u .. ElU. _ lV. t'r f! ... Dewrl0rt : o r I"u'"il - V. FIII I tque,. P .  !Ia _. VI. )101 i 'OV ,,  !. DoIn",. _ \'1l . aln .... rt M" .n "" Uyt ll\tnt. _ 'lUI M.'  : .. .. "e1lOO,.,elll. A,..el. _ IX. ,.,tqu. I\I ' • bo ,!le d'u" t.hlfUt1 .... JU t d. iUO _ X . Pre d ••• ur •• 1 Solution du problème nO 8 HOIIFZONTAL.t""HT. _ L oUIA!lOURM1t. _ 1. )UlV,utl%:. 00. _ 3. . lU. - ( . DlSTVICTOE. _ l , OX. Al/I&RE. _ 1. OTIL!: _ 1. !:liS. UALU _ •. RAT.

Own: . _   , fI"1lON CRAN. _ :0.

ATJUA. rMl::. yeRTtCAUMUIT, _ 1. AMADOOeR.. _ n. BA. nl"TR..U "t. _ m . Al'tES. l&TZ: It. _ IV. SAI 'tAL. CL. _ V. 00. J JttW"A - VI. Vl)1NE. e)l _ VIL t L 0Jt&,I.Xoe. - VM. ITZ r...oM. _ ;,"X. 19tZ. Dnl.U. - X, . ait" .. Trè, l'rand choix de Tinul GABARDINES - PEIGNE TISSUS ANGLAIS Chez SIMON '0, rUI Léon • MON. 81-41 M",o , Chh .. w _ Ro .

"""""""""' '' ''''''' '   ' ''''''.' .•..•..   i FABRIO E DE TRICOTS 1 * • •  

1 ps GAN A i : .::; ::- :::

PARIS (IW) ,

t i rn.. 1 AKCIU'u )1...... '_II"""ItIl"""' ""III,;a'""IIII'',: YlIU ,.ARCI P,of. Marul PRINANT pour ses occupants. Les uns étalent Pr . dM Comb,thn!. d l PaIx Cht! dt n .tu·meJor dU l' .'r .P."I'. Me Mi.\'I.,1 I!IRUCUIER Mme " .... 01 .. L'CllIl OfF\. 'tr F.F.1. Mem!)rt !lu ê.E, n. la l' .. 1.1". A. YOUOINE (lU nom des Rhlstlnts lulf") PI,tia II.rtlltiaut IYU : aOlDMAH dENUO/TM MORICkA riches, les aat r es pauvres. les uns Halent. croyants. les autres pas. et. tl'jl y avait parmi eux des Ré- 1ji5tants prêts à tous les sa('.rif lcl'ls. li y en avait. aussi qui n'avalent jamais fait plus que de maudire I ClS nazis dans leur coeur. IÉCHECS venette !nl,trnll!.!"nale d. .. . ...on .r!pertotre par le Maître de III. ehanliOn' !oll loriqu.. dtl folklore hll! LA r:MORAtE POPULAIRE ,JUIVE et le .,, brt blnet .... r. de KEITA.I' DIi'I' Le roman de Janine Boulssounouse est fait d'une suite de ta - On peu); e 'J)rocurer dM b11letl: l I·U.J.R.E., 14. rut Ce Par&d.lII: • J"l(tlJlln1.!ltration de III. Pre....e Nouv l1e . 127. P'a.-PO!sIOnlllere: t. III.. M. rMn dU J 'euple. 120 .. b i Belle .. lIl . d"n ln cTlo n dP l'U.J.R.E. bleaux dont. chacun met en scènc une d('s futures vlctlmes du massacre. dan les Jours et. dans les PROBLEME N' 23 tt .. l' ntrl!e de 1,. ul1 . . P. LEIBOVICI RESUME DES CHAPI TRES PRECEDENTS Dan.s IUl parc, au. clair de lune, M. Newman et Gtrlrude i promènent, lonqll 'i rencontrent une ieu1U fille IlI/OUe rcc\ercllallt %p: petit am.lt sortie pour la première JoiJ.

 !ul , ClVec un marin.

M. Newman, GClrUde ct lp: jeune Jillt " Re\·lft. Romana de Sah " (l931l (Traduit de l'américain par Yvonne Oesvign s ) dt& rt hcrchu. · Cto p,. J,hl : b,. O;"H ., Llbu,' .1 EMiU." .. ' tlf MI .. ull, Tou. d.oU. ,Iarnl., FOCUS Cell i 1 1s!;a. 1«tmnber la. !lole flt vint à rux. F,)Je a. pira. l'aU" profondémen\ et dit AVec calme : . - Ils SOilt v!'nl1!i. ICI. EUe tourna la tH , f'Xaminant l e pentes somOri.'S qui leS entouraient. - E. j ... ;e que vou:; vou:ez bll'n venir avec moi? 11 Y a un endroit où ils sonl peut-ét.rc all l!s bo\r . ,Je vous en prie. il fau t que j r. la ramene. ri faut. absolument. Je vous en pr,e, madame. dlt lle. j;ur I peint. de pleUI"er. - Al:ez en avant, munnura Oertt1ld . Nell'man fl"éml sous la vlbra!lon .sensuelle de /"oa voix. l,a m:c reprit le chemin par lequl':! 1Is tl,alent Vf'nl '. Gerlrtl.dç et Newman firen t demi-tour pour 1;1. l'\uiv . PresqUe immérli! l.tem n t, l'ombre lipa!&Sfl du r..alus les RYan .. l"Iou\""au en· gloutis. ·r l.'! n 'aPt' rceva i n L plus la f,lle. Ne ,,"man s'lIltendalt à vOIr Ger'l'ude aecé:ér('r leur l \!u rr, à l"en t"nclre hé:er la. fille. tais leurs pas se fa isaIent pius lenta. Pu i IOE s·!\ITl!\.è· rent et Ne"'man pt:r"Çut lme dét.ento; du corps de Gertrode, et d'un bref mO\J\'('rn,nt, 1; .se trouva deunt elle. U le élllit . ddxrut en oonlrr-ba-s. 1: la dllminalt, maintenant, do:: sa taille plus é! v ée. ]1 rf\WJit .. ,s'empal"('r de wn tll"llS l't a U$sitôt, d son alltre brll.$. t'Ile !"tn1a(a: eL tandi, qU'II ba inlt j;PS lèv res, son parfum l'lnont.la eomme si le ' laCfm .!I;Vlljt. it lda in débquehé .lOI es nar;nu. 1)1 di cerna ienl à \.ral'en; J .. (euil; !.'$. rie J"arb rc )a fa l bl JuPlU Q).H la cité, qui $'r.tendait autour du )Mre, pn;ojttait l'en I ci  :. Son corps lUi e ni.bla it clé I t"\ ' llrnl!, eng/:lurd\ corn· m" a mâchoire ehe 1.. dentistli.

. lI.1oo Dieu, murmura·t·el:e douceml.'ll t.

Elle balançait la letr d'un c6i t de l'aut.u .. Ctta1t le premier mot prononce pal" rUn d' llX d puis unf! o1emi·heurr. l' H l"t tQurna et cront"mpl31;t $I"I LI pl"ofll, ): t llta de (·ClIn· poser qur.lqu", parole . Sa pitlt étlll !.f1l le qU'il en illi comme suff'.JQué. .. . .:-... Mon Di , nlUrmura·t-  !I .. t nQuveau I!t eJ"e tourna la tete l'ers lui. Ou IVt -\"OI.L5 Ilppt'I CCI façons? - Je. Avant qU'I: eût ("t) mm ncé de ·cl!cusc r. ell él Ta "ers lu i son v L a e et il fn soru,iI. /;OU5 son olll er. Puis e:Je repo a sa l êt ar {"herbe: - Meon Dieu, nou n'Ilurions jamais du faire ctta. VOliS m'arez fRit perdre' la téte, VO\15 sa\·e . J'al p rdu eODscienoe. Elle paIiSa .! Ur s s )'tIlX le T"e\'en de la main. Sa. plU j;'envola qUllnd II reaUu comblrn e:le J'l\lm i . II se souleva sur Ip "oude . - Vous ... rous sentez bl n? dl'mand ... -i1 d'unf! \'oiA bri. w par l"émohon. ' - Oui, munnura-t-elle dal\$ un sOullle, Je me sm., IrèIi _82_ r--------l'-oo-us- ------ bien. Mon Dieu, ISl!S 'H .... p,J:e I!chapper dan. un YJ\!plr, ja.! lUis Je n'aural cru cela de l'oU!. Vous m'avez .llllt perdre la tHe. SUlllri il tenta 'l e rappelf'r comment c'et-lll arrivé d sc demanda si l'raancn\ c'I!tait là. c'" qu'on entemi!lit par « taire p rdre .. la I t li à wu: jeune fHle. - C'etait. p)u.s fort Quc mol. ch(!rh', dit-ii d'un ton plus a.!'Suré. SOudain. die p redrwa, s'empara de on vlsag·, et rem· bra&,;a l'\\'ec ('. l· :e , enfonçant profondém nt. a I te dal1. . :e gaz.on. Pub., rrposant Sa JOUI!" l1r la p,'!lrine de on com· pagnon, die ehuchota d'un ton mtrvei.l": .. Mon DIeu .• Il nl.:a le ciel à. tl'avers Ic branche!;. Pul-5 JI 1;11M3 sa poitrin(' se dIlater, respirant :leulemtnt a.vcc son l'st. mac. SQn corps pru a peu red pvcnalt sendtbll'. SCs membr!"li lIu -'emb! a ient !"aUon,er et , 'élal1:lr. JI ,"",JI un instant "iHw:iQn qu'l! al"ll.it p:us de sb: I kdl de hllut. - GertrUde. dit-li. Il é tait- !.l'mps d,' partI r. Il nt cessait do po rt'!'r re. ' er:êore , da ns l'appréhensIon d'apl'rtevoir Ir jel d'unc torchCre. Elil'  : drCl'll'a Cl. plong' a - Maintenant, je FroO\'e RAiJl!" .Iit.-elle. Il souri\.

n Te!la rd ven; luI.

que vous re& emb e il Claude . - C'fsl parer. QI'" l' ou. n,· dtsl inguP7. pa", mel U·iliU. - Mais Je mo: reprr..\ nl.e trh blcn commrnl vou êtes en cc mmn,..n" Vou aVfll lei! m mes petits plIS sous 1'i".I! yeu.x . voos rl pl"!' que d 53 taille. auSSi. C'es l'n ,. J ra! vu à Hory" ood. Vous l'OUS rÇMP.mb:tz t.nllrmémrnt. AIJom dun . l - Mai h' n b altle pas ! Vous f l"ie fOI·h . ll1'!: d:lll I cinéma. - Oh. (a \" , je V( UJ; il&SUI','. Il l !.it il. la fOlS gent! el tn';'. - Vou \'ou gal\'aude3: vraIment, je \'OU Jur - J r.·ai rien d'un artrur. Je n'II pas Il vOCatlon • - fi n'y a pu qUe dt.s ac.teur.;. Vnus poll.l"rie ,;:I.l"e patmi les d iril ant. ;. Vou.. tt.es .!811 pour dlriier. - Vous croyez? - J'tn suis SÛI' , VOUll llal'el .. !a plupan des dinge-"J.ntli onl dépas.oé la Qua.rll.nU.ine. J'ai lu J8 un Jour chez le coiffeur. - Je l'al et\ tendu dire a,. i. mals .. , - Vous (! :vrie:s avoIr pl u d·ambitio:1 . Vous ,al ;lle probablement l 'endormlr beaucoup dE vos facui s. A :a Illa.i n. rai relardi \'otre .siene dans le to(j Ja.que. - T ien&, .1U5t me nt. Je \"Qu:ala IIOU.., lt demander.

 vous  te! fait pour dlri,er. prf:cUstml'nt.

-83- A.CDIJl • • POCU8 · _.- Je ne peux pas dIre que rattache beaucoup d'imperI nc à. Ct5 ... - Ne blaguez pu. qUf IQu s-une.s d s plus grandu v de(,. t .... de Hollywood ne levent pu le oou du poeti\ doigt avant. d'avolr eonsul J"ur horoscop . - J'ai III e :1l su sl. _ C·esl. \'I"al. Qui aJt si "ou n'av" i pa l'c!loUc d'aD O(rand homme ! Je le cro! . Il m'arrlv au bureatt de passer en )"PI'U 10us lrs dlrill çants. ct puIs je pense \'ous ... - Enfin, tout "e qu . le peulo: hlre, c'cs d·es !lye r. J fa i mon tl"ltvall et... . - Pcrwnne n"I"rIve à rien "n se contentant . de faire 50n travail. Il faut se fa ire d c, relatitln!. Vous vous maint llez svu.s le bolUeau. oe la VOt.LS mp6 he .d'!: l'ayonner. I l }" a longl ... mp, que J'!: vou:a ll; vOUS le dire. Je VIlUS a&ure, dit· ell . V('US devTi rT. 5On!:f:r à. ('nl r danl une affa ire. Que:que C"hose qui vous dormerait une chance de deventr importan et montrer de QUOI l'OUS êU'1 capable. Il t 'nda. ll l"ort'll le, C"raf,nant d'enhmdn: dl's pas.. Si I"'ment li pou\'alt r r :meltre l'n marche sans paoaltre tl· mort ... - - Que: I!" nre d'a ffaire \'oul 7,-vous dire? dltmanda-t,-U. - Oh. Il Y en I!, de", ctntalnta. oe n'en pas ce qui in:!"n- Que. fall; je vtlu,s 1'01$ trh bien .. un poste dl": rl'l ponsabllitl . en l'jUt tU . - J": J rho.oitudc d,·s; r@"! J)on.sao llité.!;. Hconnul·j\ IIvee l ! II.C l lon. Mail! 11 r"Ut des CllpillllJ:ll pour monter UDe aI. lRire. . - Pa i vnus II.V'·1I le r lat!ons qu'II faut. Regardez' par exemple :M. Galway. 'lu cl'\'icc de Yente '! _ Oui. - - Vou croyr,z qu c garçon 11\ Ku rrt' finie? - Je 1(, connaIs à. peJne. VII. rrster  ?lariC une .foj -- J l'a!, de temp.s en t mps causer p.vec lui. J vous iarant1 que I s sirènes de l"armllltkc' n'Iluron PU !inl de se rll ll" en :.endr que r.e garçon seri . d ji. a. :a reehercne d'une af!llir à monter pa!" 5l!S p\"opr moyent. VoU!; .de\'tie3 prendrr. rOl,tact (l.Yec luI. Et mf:m avec M. Mac Int: r e. Mu: commencru probablemen t t sc saoûj r sitôt la guelT finie rt ,1 ne de,o:s.a.oûlerFl. DU jusqu'!\. ta prochaIne. Mals il ne ma nqlu; PM dïd(!-cs. Mac. l..'e&:entiel esl que vou!; nouiu d"./l r latwns avec r f'.,o; Wp 's,la. La urt:'nt. Je vois C:air. !e vous a sw·e. h·!éJel-Vou.s un peu à :eur bamle. Vous ramas. rrt'T. des toyam: utiles. - Je Ile sais pas si f 'n lrals capable, GèrFrude ... - MaIS Je ne ve\L"t PU dire que ... - u- 1. SHERNETSKY Lu hlanl':ll JOUf:!:'1 et fon.t mat en % eoup" UN DANGER PU81,IC Dans I tournoi actuellement. en cours à Bud .. pes - et dont Je vain.queur rencontrera 5o\.",lnnlk pour le titre mondlfl.J en 1951 _ un de.s joueurs lu plus redoutaolea F!st le Jeunp. gr nd ma.itrf! 5Ovll!Uque Bole&la \·sky. Perdant t rù ruement une p art , Il Mt en de devenir un « dang,.r public » pour ceux de MIS Adver$a ire ul s'av nturent i. Jouer la. déftnse slCllIenn . De re\.l1 n lMan.toe victoiru ont contrlbul! ttaye\'

lIdement $:\ réputation. Vokl la

dernir.rf: d,. $Cs prou sru. rtallsee au XVlI' championMt de 1"O,R.s..s, DEf'ESSE SICILU:l'iNE BOLESLAVSKY AROmN 1. d, eS; 2. Cf3, C(6: 3. d4, exd4 ; 4. Cll:d4'; 1;. Cç3, dlj : Go Fç4. Unt. v,.riante trts !")!u us(t e. Jouée probablemt.nt dan3 le but d' lter la répon f: 6 .... ê5 - IntrodUIte da.ns la I ratique par Bole3!lI.vsky lul-m me _ qui pourrait intervtnlr après le coup USltC'l 6. Fé2. En ('rte\.. sur 6. . .. i. les blanes disposent de j'cxcellente case 2 pOur retirer ICllr cavalier, c qui leur pc rmettraj de pOUnulvre asse;,; rapideme'"'.t pef t2-ft, 6 .... r6; 7, p·n, Fel": 8, Fel, o ... ; l, Fb3, .lS: ln. 14. Cd; fI. Dt!, De7: IZ. 1:"4 ! b5: 13. ,5. Cd7 ? 14. e",é6! eS; U, Flfe6 ·t- RbS; 16, Cd5, Ddl; ; n . DM: Avec 1:1. terriblC mp.nace 18. m

ui\'i de 19. Ox.h7 ... ! Rxh7: 20. 'IlI3

mat. 17. , .. Cç . Sur !7 . ... Df.8 let bJaij.CS contlnuen!. l)lI.r 18. ;:6. cr6! 19. Cld6, D x & ..;. 2n. Dxg6, hXi:6 : 21. Fxç8, Fx(6 : n.. Pd. 11:5 (linon 23. TI3 etc.) U. h:,5. FJlbl : 24, 'fbl, Fc5: 25, g6! avec Ull'! 3.t.u,que ngnante . 13. F:r(S, TJI ;R: 19. fS ! Avec une nouvt.lIe menl\.C mortellt 2(). (6 tl'l.r apr!s '20 . ... h'· le "cr Iliee

11. P'%h6 gaIne ans d!fflcul .

19 . ... F:r(5. Rendant il Cesar ce qUI ru à luI. 20. F:rr::ï. DeS: U. VAt.II, Thd l 21:. IG! Cd7. Ou :1"1, .. . gIl 16: '23. f')(!6. l'l.1J8; 24. \:K, e:c. Sur 2. . .. Clo:t4 I s blanr.a II:Il nent PT 23. (7. C)(&5: 24, fx!.'"8 + 'rxI'8: :15. C(7. tc . 23. n, Tuf: :! . ChI!! Encorr un coup de I.o nnerr . 24. CIS: 2 . Cxe8. 1" 4 + 26. Rhl. TXI:".'i: "Z7. Cx d6, ,6: 28. Taél. Td5;

9. T .. 8, Re' : .'10. 1"dl\ (menaçant 0

r8 + etc. TeS: 31. CeR ... kM: n. · Cfl  ! . ·L(. no!r.ll ab",ndonnent car  ! 3 . ... R 7 . ; 33. "t'xllll Rxf8: 34 .. Cd7 + ne rer i!. (llI'Augmenter l"a\·IIr.eo matérielle dt blancs. Solution du n ' 20 J, SCHEEL. - CaS(tpl G6kyrh . Sae hlslu nOl91 Clé: 1. TI15 Evacoe la colonne « b ! lalSi-il!1 le pusa.e lihre à. III dam/: pour clon· IIH le COUP d" rtce. Du m .m " cou la T nolr t'St Interoeptf:e car autft_ ment les r.oirs Jouent t .. ,."nI' letardlln

 le mu.

SUr l. ... TII 7 : :1 D mat. Sj 1. : .. 'Ib7: 2. 0.3 mit, SI 1. ••. TxM; 2. Db' mat. 1

Notes

<references />

Format JPEG