Droit et Liberté n°256 - novembre 1966

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°256 de novembre 1966
    • Vietnam un nouveau génocide? par Le Dr Paul Chauchard page1,7)
    • R.F.A.: Opération anti-Nuremberg page1,4
    • Rosny: le bidonville était un luxe; Stationement interdit aux nomades
    • Les dirigeants intégrationnistes nous disent par Emmanuel N'Gassa
    • Malaise au sein de la communauté juive américaine
    • Voici pourquoi Françoise Dior (dirigeante du parti nazi britannique) est venue en France par Louis Mouscron
    • Reportage dans le Gard: quand les commandos racistes s'entrainent par Marguerite Kagan
    • Le MRAP s'adresse aux députés et au gouvernement (propositions de loi)
    • Conditionnement: presse raciste
    • Le "Folk Blues" à Paris par Pierre Houngue-Coula
    • Marie Laforêt, Joan Baez et le folklore par Bernard Sannier-Salabert
    • Théâtre: une oeuvre pas comme les autres (mille millions de sauvages et l'hexagone)
    • Cinéma: La poursuite impitoyable, Fahrenheit 451, Martin soldat
    • Les arts: Edouard Pignon au musée d'Art Moderne

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

VIETNAM • • UN NOUVEAU GENOCIDE 7 • • DES FEMMES, DES ENFANTS menacés par les soldats... Ces deux images, l'une prise pendant la dernière guerre dans le ghetto de Varsovie et l'au.tre, tout récemment au Vietnam, présentent une terrible ressem· blance. « C'est la survie du peuple vietnamien qui est en cause» a·t·on pu dire à l'Assemblée générale de l'O.N.U. Le professeur Paul CHAUCHARD montre (page 7) l'am· pleur de ce drame et demande pour ce peuple, le droit il J'indépendance et à la paix. • ROSNY N° 256 NOVEMBRE 1966 Un franc LETTRE AUX DEPUTES • LE M.R.A.P. vient d'adresser à tous les députés ainsi qu'au gouvernement une lettre leur demandant de faire en sorte que la France ratifie prochainement la Convention internationale contre le racis· me et que soit adoptée une véritable législation antiraciste. (Page cen· traIe ). • Opération .anti-Nuremberg • LA PAGE N'EST PAS ENCORE TOURNEE: Speers et von Schirach, libérés de la prison de Spandau sont accueillis avec des fleurs, des cris de joie. Novak, l'adjoint d'Eichmann, est acquitté à Vienne. Un ancien S.S. est appelé par le chancelier de Bonn, à occuper un poste·clé de l'Etat ... Ainsi se poursüit et s'amplifie, jour après jour, l'opération qui consiste à faire oublier les crimes nazis, pour assurer l'impunité des criminels et leur revanche ... (Page 4). • FRANCOISE DIOR --- ARRETEE EN FRANCE • ARRETEE A NICE au début d'octobre, Françoise Dior, la « führerine » du « Mouvement National Socialiste » britannique était recherchée en France pour purger une condamnation de 4 mois de prison. Elle le savait. Pourquoi a-t-elle, malgré tout, passé le Channel ? Louis MOUSCRON le révèle en page centrale. •• Le bidonville était un luxe • ILS ETAIENT TROIS MILLE : Tziganes, Algériens, et autres immigrés, quelques Français aussi... Ils s'étaient construit, avec des briques, de la tôle, du plâtre. tout ce qu'ils avaient pu trouver, des baraques pour se loger après le travail. Les bulldozers de la police sont venus. Le bidonvHle a été, en partie, détruit. Des centaines d'hommes, de femmes, d'enfants n'ont même plus, maintenant, ces abris dérisoires. Ils n'ont pas été relogés. Ils n'ont plus RIEN. (Page 5). • LES RACISTES AU MAQUIS ... • COMMENT SE FORMENT les commandos racistes en France ? Sur les lieux où s'est tenu cet été le « camp-école » de la . 'édération des Etudiants Nationalistes, « Droit et Liberté» est allé enquêter. Vous trouverez, page centrale, les témoignages et les documents recueillis par Marguerite KAGAN. • U. S. A. : Les dirigeants intégrationnistes nous disent ... • AUX ETATS-UNIS, un militant du M.R.A.P., Emmanuel N'GASSA, s'est entretenu avec les dirigeants des principales organisations qui luttent contre la ségrégation raciale. Il est intéressant de comparer leurs différents pOints de vue à l'heure où leur combat prelld des formes nouvelles, susceptibles de secouer profondément la société américaine. (Page 6). 2 17·IX. - Le F.B.I. arrête douze Blancs accusés de violences raciales à l'égard d'écoliers noirs se rendant pour la première fois dans les écoles nouvelle· ment intégrées de Grenada (Mississipi). 20·IX. - Pour la deuxième fois, le Sénat américain bloque le projet de loi interdisant la ségrégation dans l'habitat aux U.S.A. 21-IX. - Découverte d'un camp d'entraînement de « mercenaires » dans l'Ar· dèche. • Le procès des dix·sept Blancs ac· cusés du meurtre en juin 1964, des trois militants des droits civiques, James Chaney, Andrew Goodman et Michel Scheverner, dans le Mississipi, est ajourné « sine die ». 27-IX. - Violentes EMEUTES RACIALES A SAN FRANCISCO. après la mort d'un jeune Noir, tué par la police qui le soupçon· nait d'avoir volé une voiture : 53 blessés, 225 arrestations ; le couvre-feu est proclamé. • Nouvelle méprise de l'aviation amé· ricaine : vingt-huit morts et dix-sept blessés dans un village de la province de Quang-Ngaï (600 km. au Nord-Est de Saïgon). 29·IX. - Pour la seconde fois en dix jours, les Etats-Unis répandent des ton· nes de produits chimiques toxiques dans le secteur occidental de la zone démilitarisée du Nord-Vietnam. • Naissance d'un nouvel Etat africain

le Botswana (ex-Bechuanaland)

accède à l'indépendance dans des conditions précaires. 30.IX. - Graves heurts au Nigéria sep· tentrional entre les membres des ethnies du Nord (Haoussas) et les Ibos, originaires de l'Est : 60 morts et de nombreux blessés. • Incidents provoqués par le mou· vement « Occident " durant la repré· sentation des « Paravents » à l'Odéon- Théâtre de France. . • Guerre biologique au Sud·Vietnam: les Américains répandent des larves d'insectes pour détruire les récoltes, révèle l'agence de presse du NordVietnam. 1.X. - Baldur von Schirach, führer des jeunesses hitlériennes gauleiter de Vienne et Albert Speer, ministre de l'Armement du IIIReich, sont LIBERES DE LA PRISON DE SPANDAU, où ils purgeaient les vingt ans de réclu· sion auxquels les avait condam· nés le tribunal de Nuremberg en 1946. 2-X. - Arrestation à Nice de Françoise Dior, l'épouse du « führer » anglais Colin Jordan. 4.X. - Le protectorat britannique du Basutoland devient indépendant prenant le nom de Lesotho avec pour capitale, Masern. Le nouvel Etat, complètement enclavé dans le territoire sud-africain, va devoir affronter de nombreuses difficultés. • Les violences tribales s'étendent à l'Est du Nigéria, entrainant, pense-ton, la mort d'au moins un millier de -personnes. 6·X. - Ancien adjoint d'Eichmann, l'ex-capitaine SS, Franz Novak, «L'AIGUILLEUR DE LA MORT », est acquitté par la Cour d'Assises de Vienne qui a estimé qu'il avait agi « sous la contrainte ». 7·X. - Des attentats sont commis par des commandos arabes dans le secteur israë· !:en de Jérusa10iJt, lO.X. Devant la éour d'Assises de Vienne comparaissent les frères Johann et Wilhelm Mauer, pour participation à des exécutions sommaires de milliers de juifs en Pologne, ainsi que pour sévices et assassinats individuels. 12-X. - Incidents dans un quartier noir de Chicago : un garçon noir de 15 ans et un policier blessés. • Albert Pfitzer, qui fut un ancien SS et qui déplora publiquement la « chasse aux sorcières », pratiquée contre les anciens nazis, renonce au poste de secrétaire d'Etat à la chancellerie de Bonn que lui avait proposé le chancelier Erhardt. 13.X. - Aux termes d'un projet de loi gouvernemental, la loi sud·africaine sur la « suppression du communisme » sera appliquée au Sud-Ouest africain. . • Six extrémistes flamands sont JUgés pour tentative d'attentats par explosifs. • A 173 reprises, les Américains bombardent le Nord-Vietnam. • La crise rhodésienne : Londres donne six semaines à M. Ian Smith pour mettre un terme à la rébellion, sous peine de sévères sanctions de la part des Nations-Unies. 14-X. - A un mois des élections américaines, le président Johnson écarte l'éventualité d'un arrêt des bombardements du Vietnam du Nord. 16-X. - Inquiétante progression du parti néo-nazi allemand (N.P.D.), lors d'une élection municipale partie11e à Hameln, ville de 50.000 habitants de la BasseSaxe

3 candidats du N.P.D. sont élus.

l7-X. - Le Dr Robert W. Spike, théologien renommé et militant antiraciste est assassiné dans une salle de l'Université de l'Ohio : il avait été battu à mort. • Ouverture du procès de Dimitri Tsafendas, meurtrier du Dr Verwoerd, devant la Cour Suprême du Cap (Afrique du Sud). Le défenseur de Tsafenàas annonce qu'il plaidera l'aliénation mentale. qUE PASSE.T.IL ? CULTURE • Deux prix Nobel LE Prix Nobel de Littérature vient d'être décerné à deux écrivains, Joseph Agnon et Nelly Sachs, dont les oeuvres, très différentes, expriment deux aspects de la condition juive. Joseph Agnon est un sioniste de très longue date. Né en 1888, à Butchach, en Galicie (alors province austro-hon~ roise), il partit s'installer en Palestine en 1907. li y publia ses premiers contes et nouvelles sur la vie juive en Europe orientale, qui eurent d'emblée un grand retentissement. C'est en écrivant ses premières oeuvres qu'Agnon éprouva le besoin de revenir en Europe pour « parfaire sa culture générale ». Il y resta jusqu'en 1924, date à laquelle il s'établit définitivement à Jérusalem. L'oeuvre de Joseph Agnon est importante: des dizaines de nouvelles, plusieurs romans, dont h!sqtt'ic i, L es jours passés, Les jOltrS de fête, Une simple histoire, et surtout A·uparavant, une sorte d'épopée du sionisme au début du siècle. Une seule de ces oeuvres a été traduite èn français: Les Contes de ] érusa lem (aux éditions Albin Michel). L'art de Joseph Agnon doit beaucoup à la littérature traditionnelle hébraïque: ses oeuvres, pleines de références religieuses, se déploient généralement en forme de paraboles et de récits symboliques. Nelly Sachs, au contraire, a toujours répudié le sionisme, et c'est dans le plein courant de la littérature allemande contemporaine qu'eUe se situe. Née à Berlin en 1891, dans une famille bourgeoise, elle écrivit, à l'âge de dix-se~t ans, ses premiers poèmes. Remarquee d'emblée par Stéphan Zweig, et par la romancière suédoise Selma Lagerlof, eUe se dégagea peu à peu du courant romantique allemand pour atteindre une maturité très personnelle. A partir de 1933, et de la montée du nazisme, elle chanta en poème douloureux le martyre des juifs allemands. En 1940, eUe réussit à fuir l'Allemagne hitlérienne, et à s'installer en Suède, où eUe vit toujours. Ses oeuvres principales évoquent les persécutions et les massacres: Dans les habitations de la môrt (1944), Eclipse des Etoiles (1949), F1tites et métamorphoses (1950). A pat-tir des années 50, le ton et l'inspiratIon changent. V o')'age dans des pa')ls sans poussière, paru en 1961, marque le désir et la nécessité de « r,enouer, après les massacres, les fils .de la vie ». Nelly Sachs est aussi auteur dramatique; Israël, COi'de de Nuit, Eli, se rattachent au courant fécond de l'expressionisme aUemand, aux côtés de Taller, Piscator et du jeune Brecht. Elle allie dans ses spectacles le texte, la danse, le mime et la musique. Son oeuvre est totalement ignorée en France. C'est la troisième fois dans son histoi re que le ' Prix Nobel de Littérature est « partagé ». JI le fut en 1904 p.ntre Frédéric Mistral et l'Espagnol José Echegaray, et en 1917 entre deux Danois, Karl GjeUerup et Henrik Pontoppidan. RELIGION • Une prière contestée Q UELQUES jours avant de mourir (1963), le pape J e::m XXIII aurait composé une prière pour le pardon des fautes commises par l'Eglise à l'égard des juifs. Voici quel en serait le texte, qui aurait été divulgué, selon le journal suisse « Jeudische Raundschau », par Mgr John S. Quinin, lors d'une conférence à Chicago : « Nous sommes aujourd'hui conscients du fait que, au cours de nombreux siècles, nos yeux ont été aveuglés et n'ont pas reconnu la beauté du peuple élu ni reconnu les traits de nos frères d'élection. Nous comprenons que le signe de caïn soit inscrit sur notre front. Dans le cours des siècles et par notre faute, notre frère Abel était à terre, ensanglanté et dans les larmes. C'est parce que nous avions oublié Ton Amour. Pardonne-nous la con· damnation que nous avons prononcée contre les Juifs d'une manière injustifiée. Pardonne-nous de T'avoir crucifié une deuxième fois, car nous ne savions pas ce que nous faisions. » L'authenticité de cette prière, qui a été publiée dans de nombreux journaux juifs, est mise en doute par des personnalités proches du Vatican qui en déclarent le texte apocryphe. Un membre du secrétariat pour la Promotion de l'Unité Chrétienne, que IPfD~lr A\ILIE~ N sait que les cartes postales ne sont pas toujours d'un goût exquis. Mais essayez donc d'écrire : « Bons baisers à bientôt ", au dos de celle-ci. qui représente la gare de Montoire-sur-le-Loir et porte en légende : « Lieu de l'entrevue historique du Maréchal Pétain et du Chancelier Adolf Hitler (octobre 1940). Durant cette rencontre, le Maréchal réussit à sauvegarder une partie de l'indépendance politique française et à éviter la collaboration que prétendait obtenir le Führer. Cette victoire diplomatique fut longtemps et volontairement méconnue. » Je me garde de tout commentaire. Et j'invente un nouveau jeu. Par exemple, imaginez une carte postale de Büchenwald portant en légende : « Charmante ville de la région de Weimar. Longtemps méconnue, elle devint un lieu de villégiature très recherché en 1937. Dès 1941 d'innombrables touristes étrangers vinrent y couler des jours paisibles, à la suite des accords passés entre le Führer et les chefs d'Etat européens, dont le- Maréchal Pétain. La réputation de Büchenwald fut trop longtemps cachée, volontairement, par les ennemis du tourisme. La ville devint très célèbre en 1945, malheureusement trop tard. Les organisateurs de villégiatures avaient fait faillite. Les pensionnaires de Büchen· wald n'en sont pas revenus ! » Cette carte postale de Büchenwald n'existe pas. Celle de Montoire, oui. Si ce jeu ne vous amuse pas ... dirige le Cardinal Bea, aurait affirmé, d'après l'agence de presse italienne Ansa : « Jamais le pape Jean n'aurait conçu et autorisé une prière de ce genre. » Dans une déclaration au « Jewish Chronicle », Mgr Louis Capovilla, ancien secrétaire privé du Pape Jean, assure que la prière ne fut pas composée par le défunt Pape : « Pour être agréa- UNE VICTOIRE INSULTE et menacé par une antisémite, M. Jacques Korn, qui avait porté plainte et était défendu par M' Armand Dymenstajn, au nom de la commission juridique du M.R.A.P., obtint gain de cause au jugement de la 9' Chambre du Tribunal d'Instance. Son adversaire, Mme Dubois, fut condamnée à payer deux cents francs de dommages et intérêts et les dépens. C'est l'ensemble de cette somme, soit trois cent cinquante-six francs quatre-vingt-quatorze centimes, que M. Korn vient de verser à notre Mouvement, « pour que le M.R.A.P., écrit-il, puisse mener ses actions fécondes et généreuses ». Cette affaire, comme la victoire de M. Claude Haïm, à la PlaineSaint- Denis, qui fut défendu par M' Garidou et obtint 600 F de dommages et intérêts, prouve une fois de plus qu'il est nécessaire de réagir vigoureusement contre toutes les manifestations d'antisémitisme, et d'engager aussitôt des poursuites. La leçon ainsi infligée fera réfléchir les diffamateurs en puissancê. ble aux juifs, écrit-il, fallait-il pour autant insulter tous les chrétiens en disant qu'ils portent le signe de Caïn sur leur front. « Si la personne qui a inventé la prière avait été plus habile et n'avait pas mentionné cette auto-accusation absurde, l'histoire aurait peut-être considéré le texte comme vrai, encore que le pape Jean XXIII, s'il l'avait composée, n'aurait pas commis les erreurs théologiques et historiques qu'elle contient. » IMMIGRATION • Connaître les problèmes LE colloque organisé par l'Associaciation France-Algérie sur les pro· blèmes posés par la migration algérienne en France s'est déroulé du jeudi 13 au samedi 15 octobre, au Centre des conférences internationales de l'avenue Kléber. Il complétait les tra· vaux du séminaire organisé sur le même thème par le gouvernement algérien du 8 au 12 août dernier. Présidée par MM. Rheda Malek, ambassadeur d'Algérie, et Edmond Michelet, président de France-Algérie, la première séance du colloque s'ouvrit par un exposé de M. Alain Girard, conseiller technique à l'Institut national d'études démographiques, sur l'importance quantitative, économique et politique de la migration algérienne par rapport aux immigrations en provenance d'autres pays. La réglementation de l'accès et de l'emploi des migrants algériens marqua l'opposition entre les thèses officielles françaises et algériennes. Furent traitées ensuite les conditions d'accueil - « médiocres » souligna Mme Gonon - de logement - l'effort Oncle TOM public a été « tardif », admit M. Massenet - et de travail, domaine où joue la concurrence professionnelle avec les autres travailleurs étrangers mieux formés, plus adaptés à la vie industrielle. L'adaptation, la formation et l'intégration des migrants algériens sont encore retardées par le racisme dont ils sont victimes: « La bête n'est pas morte », s'exclama M. Claudius-Petit, président de la Sonacotra. Les problèmes sanitaires et judiciaires furent l'objet de la quatrième séance présidée par le Dr Aujoulat et par Mme Germaine Tillion. Le Dr Somia, médecin-chef de l'hôpital francoallemand, insista sur l'amélioration des conditions sanitaires et démontra l'ina-nité des campagnes visant à alarmer la population française quant à l'état de santé des migrants. Le commissaire divisionnaire Hirsch fit justice des accusations portées dans une certaine presse quant à la délinquance algérienne qui de 20 % il Y a cinq ans, ne se situe plus qu'à 8,7 %. Signalée par plusieurs rapporteurs, l'importance économique de la maind'oeuvre algérienne fut le thème du rapport de M. Chaigneau. M. Michelet devait clôturer les débatsen ne dissimulant pas un certain « accablement » devant l'ampleur de la tâche à accomplir : amélioration de l'accueil et du logement, destruction des bidonvilles, alphabétisation, formation professionnelle, etc... « A cet « accablement », écrit Jean Lacouture dans « Le Monde », la connaissance des vra,is problèmes peut être une première réponse. Les travaux du colloque y auront contribué. » FRANCE • Drôle de patriotisme UN nom à consonance étrangère suffirait-il pour réveiller les sentiments de xénophobie que nourrissent malheureusement tant d'individus? C'est en tout cas ce que tend à prou-

  • Suite page 3.

DROIT ET LIBERTE MENSUEL 38, rue des Jelneurs • Parlll (..., Tél.: GUT. 09-67 Tarif des abonnements Un 8n : 10 francs Abonnement de soutien : %0 fr.nca ETRANGER Un an : 18 franci Dompte Ch. Post.: 6070-91 Parll EN BELGIQUE : On peut se procurer DroU 8' Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'HOteldes- Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364-15 du M.R.A.P., 15, Square Prince-Léopold, Bruxelles-2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement ds souUell : UIO .... ~ JourMI composé et Imprirnj ~ par des ouvriers syndlq"" S.P.E.C. - ChAteauroux La Directrice de publication: 5. BUNCIII (Suite de la page 2) ver la « mésaventure » arrivée à M. Sklarchik. L'hiver dernier, son fils qui passait les vacances dans un home d'enfants à Villard-de-Lans, fut victime d'un acci lent. Remboursé en avril par la Sécurité Sociale des divers frais occasionnés par cet accident, M. Sklarchik envoya alors les documents nécessaires pour obtenir le complément de son remboursement à M. Mure-Ravaud, agent d'assurances à Villars-de-Lans auprès de qui M. Sklar' Chik avait contracté une assurance complémentaire pour la durée du séjour de son fils. Entre-temps, M. Sklarchik changea l'adresse. Il semble que les P. et T. ne firent pas suivre le courrier que lui aurait adressé M. Mure-Ravaud. Croyant à UT]e négligence, M. Sklarchik se permit d'insister auprès de l'agent d'assurances qui lui adressa une lettre où voisinaient l'insulte, le mépris et l'ironie. Qu'on en juge : « Votre lettr.e recommandée (et inutile), commence M. Mure-Ravaud, et dont les termes ne sont pas, ce me semble, en bon Français... ce qui ne m'étonne nullement, vu ... » Pour conclure M. l\lure-Ravaud réitère ses protestations de ratriotisme et de puriste inconditionnne

« ... Venillez agréer, M.

Sklarchik, les salutations d'mL bon Français qui aime lire en bon français et qni n'aÏ/ne pas qu'on Z1ti imputat (sic) des faits dont il n'est nullement responsable ».

\1. Sklarchik a décidé de ne pas en

rester là... Et il a raison. TIERS-MONDE • Cri d'alarme LA F.A.O· (Organisation des Nations Unies our l'agriculture et l'alimentation) lance un cri d'alarme

la production alimentaire mondiale

de la campagne 1965-1966 n'a pas dépassé celle- de l'année précéde!1te, alo~s que le nombre des bouches a nournr s'est accru de 70 millions. Cette situation dramatique est due en partie à la sécheresse, mais aussi et surtout au sous-équipement des pays d'Afrique, d'Asie et d'Amé:ique Latin~, auquel les puissances techl1lquement developpées ne remédient pas comme il conviendrait. On constate également une politique délibérée de limitation de la production des céréales, pour des raisons èle profit économique, aux Etats-Unis. Une partie seulement des sommes fantastiques dépensées pour la guerre et l'armement nucléaire, suffirait à résoudre le problème angoissant de la faim. Il faudrait aider l'agriculture du TiersMonde à se perfectionner, à améliorer .son rendement par l'utiliSation des méthodes modernes. Conséquence du sous-développement : .~ur un milliard d'enfants, dans le monde, UN APPEL A LA SOLIDARITË 23 morts 500 blessés, 30.000 sansabri des ~illions de francs de dégâts' tel est le bilan officiel des rava'~es qu'a causés, en Guadeloupe, le cyclône Inez. L'Association des Amitiés Antillaises lance une campagne de solidarité et d'aide aux sinistrés de la Guadeloupe. Les dons peuvent être adressés au siège des Amitiés Antillaises, 26, avenue de Joinville - 94, Nogent- sur-Marne - C.C.P . 13·316·11, Paris. 600 millions souffrent de la famine et -de la maladie, révèle à Stockholm, la Conférence Mondiale de l'Enfance, à laquelle ont participé 300 délégués de 71 pays. La mortalité infantile atteint dans certains pays des taux effrayant : en Argentine par exemple, 60 enfants sur 1.000 meurent à la naissance, et 20 % des survivants meurent au courant de leur première année. Les effets du racisme apparaissent clairement dans ce domaine en Afrique du Sud. Pour les Blancs, le taux de mortalité infantile y est de 25 à 28 pour 1.000 ; pour les Noirs de 61 à 400, selon les régions. Autre fléau lié au sous-développement, autre obstacle au progrès : l'analphabétisme. Un récent rapport de l'U.N.E.S. C.O. établit cette comparaison : Pour l'ensemble des pays avancés, le produit national brut avoisine 1.100 dollars par habitant ; le taux de scolarisation est de 73 % dans l'enseignement -primaire, 59 % dans le secondaire et qUE SE PASSE-T-IL ? I l % dans le supérieur ; on dénombre 80 maîtres pour 10.000 habitants. Dans les pays sous-développés, le produit national brut n'est, en moyenne, que de 84 dollars par habitant. Le taux de scolarisation descend à 22 % pour le primaire, 2,7 % pour le secondaire, 0,15 % pour le supérieur ; il n'y a que 17 maîtres pour 10.000 habitants. Des progrès sensibles ont été accomplis dans la sç,olarisation en Afrique, après la décolonisation : de 1955 à 1965, pour l'Afrique francophone, les effectifs scolaires ont triplé, passant de 980.000 élèves à 2.830.000. Mais il reste encore beaucoup à faire. Et la carte de l'analphabétisme coïncide, à peu près partout, avec celle de la pauvreté. POSITIONS • Des Israëliens parlent d/lsraël LA revue Esprit a publié en septembre 1966 un numéro spécial intitulé {( Des Israëliens parlent d'Israël ». Ce numéro, divisé en quatre sections. (juif du dedans et du dehors; une natIOn en changement; Israël et les Arabes; Au-delà du nationalisme), et rédigé par des intellectuels israëliens, est préfacé par Jean-Marie Domenach qui donne en quelques pages l'optique qui a présidé à l'élaboration du numéro: {( Notre but n'était pas de présenter un tableau exact de l'opinion israëlienne, mais de mettre en question des idées reçues ou des idées vagues sur Israël, et de préparer ainsi le terrain au dialogue. Des hommes qui justifient intégralement tout ce que fait leur Etat, qui ne pensent que préserva. tion ou refoulement, qui se refusent au risque du changement, ne présentaient, pour notre projet, aucun inté· rêt. {( Si critique, si contestataire que soit ce numéro, aucun auteur n'y met en cause l'existence même d'Israël. Ici aussi, nous serons clairs. Il s'agit pour nous d'un préalable: l'Etat d'Israël a été solennellement institué par une décision de l 'O.N.U. Sa politique est une chose, son existence en est une autre ; quelles que soient les réserves qu 'on puisse faire sur sa politique (et nous ne nous en sommes pas privés), son existence est de droit international. On peu t avoir des raisons particulières d'être a ttaché à Israël ; mais si l'on j us tifie cet Etat par des r aisons propres aux juifs ou aux Européens, on ne fonde pas son existence dans l'universel. C'est à partir d'une base de d roit, seulement, que la p aix peut être établie, et tant que les Etats arabes refuseront de négocier avec Israël parce que ce serait le reconnaître, Israël pourra se dispenser de leur donner certaines r éparations et satisfactions légitimes. {( Les auteurs de ce numéro semblent d'accord qu'Israël, de son côté, cherche à sortir de ce cercle vicieux. Plu· sieurs déplorent l'immobilîsme dans le· quel la politique israëlie nne cherche trop souvent refuge - je voudrais joindre ma voix à la leur ... {( ... Il faut citer ensuite l'effet d'intégration na tionale ... Assurément, tout ne va pas pour le mieux partout. J'ai r ecueilli pou r tant assez de témoignages pour croire que l'assimilation avance. Et cela, il faut le souligner, dans un monde où les ethnies ont tendance à s'immobiliser et à s'exclure. On a beau dire qu'ils sont tous juifs, il y a , entre un juif allemand et un juif yéménite, cette différence majeure qui constitue aujourd 'hui le défi primordial auquel ait à faire face l'humanité. Cela dit, un péril menace Israël, que je voudrais énoncer nettement : la suffisance, le repliement sur soi, la fermeture à l'extérieur. Paradoxe : on disait que ce peuple, venu de tous les horizon s, et qui a tant fait pou r l'universel, se particularise à l'extrême et se replie sur lui-même. Il a bien des excuses à cela : outre la trace douloureuse des persécu tions, la menace constante d'anéantissements que brandissent contre lui certains chefs d'Etats arabes, mentionnons encore la nécessité de fondre rapidement des éléments hétérogènes en une nation. Mais ces raisons ne devraient pas suffire à des responsables politiques qui, hormis quelques formules vagues, se refusent à toute initiative ... Le nationalisme israëlien a toutes les justifications qu'on voudra. Il n 'en est pas moins aussi néfaste que les autres, et, relativement à la tradition de ce peuple, il l'est davantage. • Un spectacle scandaleux D ANS un numéro spécial int itule! « La Paix, espérance de l'humanité », « Témoignage» mensuel édité par l'Actiop. Catholique Ouvrière, consacre au racisme plusieurs pages abondamment illustrées de photos p~rcutantes. Citons au hasard quelques commentai res accompagnant les photos : « Deux exemples des conséquences d'une politique raciste : un Juif sous l'occupation, marqué de l'étoile jaune, arrestation en Algérie. Les hommes humiliés sont blessés dans leur dignité d'homme. La paix est en danger quand le racisme triomphe. » ... « Dans une banlie'ue parisienne beaucoup de terrains vagues, des bidonvilles s'installent et s'étendent. D'où problème de cohabitation entre personnes ayant des modes de vie, moeurs et coutttmes différents. Les cas de tuberculose progressent, gros pourcentage de petits ALgériens d'ans notre groupe scolaire. Le racisme se réveille. » '" « Dernièrernent, campement de gitans

problème d'hygiène et de moralité

vis-à-vis des gosses dn quartier. Pétition et délégations à la mairie pour les faire pm'tir. Visite au maire de l'aumônier des gitans pour les faire rester. Finale1nent, exptûsion par tme polic,e raciste sous les yellx des habitants du quartier manifestant des sentiments racistes. Le maire présent à l'expulsion est écoeuré. » • Le jazz contre ln ségrégation DANS Ja::z maga:;ille (octobre 66;, le critique Jean Wagner présente un recueil de « folks Songs » édité par le S.N.C.C., et distribué en France par Le Chant dn Monde, sous le titre célèbre We shall overcome : « Il s'agit de la geste involontaù',e et mL!sicale d'un combat qui nous concerne dans la mesure où il emprunte de manière délibérée les voies dtt jazz. Par le canal de ces chants, nous pouvons nous fair.e une idée de la démarche de ces hommes et d,e ces femmes, blancs 011 nO'irs, qui, les mains nues, ont affronté les prisons, les chiens, les gaz lacr)'11l0gènes, les brutalités policières et le méPris des fonles ... Qne des chants aient rythmé cette TI/arche vers le progrès, qtt'ils aient été ttn des plus solides ciments reliant tous les militants est la meilleure prel!Ve qu'il n'est pas possible d'appréhender le jazz sans el! envisager les incidences sociologiql~ es ... ... «J'entends ici quelques grincheux: encore ces intellectuels de gauche qui sont tont juste bons à s'enflammer pour des lttftes qui se déroulent à l'autre bout du monde. A ceux-là, je répondrai d'abord que rien de ce qui touche au ja:;z ne nous est étra nger, et à l'heure où les musiciens de couleltr prennent une conscience aigltë de leur négritude, la participation aiguë de la musiqne que nous aimons à la lutJe des N oi'rs pOlir leur liberté ne pellt nOlis la isser indifférents. Ensuite et surtout, le racisme nous entoure, ici même ,en France. Le racisme est une Plaie purulente qui envahit le monde si l'on n'y prend garde. » AFRIOUE • Les fausses indépendances DEUX nouveaux pays africains viennent d'accéder à l' indépendance ; le Bechuanaland et le Basutoland, ex-protectorats britanniques, deviennent resll.ectivement les Etats souverains de Botswana et de Lesotho. Cette j eune souveraineté s'annonce de façon fort étrange : les organisations nationalistes renaclent devant l'indépendance, alors que les chefs traditionnels l'acceptent et la prennent en main. Comment expliquer ce curieux renversement des positions politiques ? Il est impossible de le comprendre sans avoir une carte sous les yeux. Le Lesotho (ex-Basutoland) est totalement · enclavé dans la République Sud-Africaine. C'est un pays montagneux (j usqu'à 3.000 mètres). Sur une population de 900.000 habitants, 130.000 doivent aller travailler dans les mi nes et les exploitations agricoles d'Afrique du Sud. L'indépendance dans de telles conditions livre prat iquement le pays au gouvernement raciste de Prétoria. Qu'on essaie d'imaginer la Corrèze ou la Lozère indépendante, et parlant d'asseoir son indépen- 3 dance contre les prétentions de la France! Le souverain Mosheshe II a d'ailleurs exprimé son désir de nouer des relations « correctes » avec Prétoria, son premier ministre, Leabua Jonathan les souhaite « chaleureux ». Verwoerd était, paraît-il, un « grand ami » des deux nouveaux gouvernants. Car on oublie trop souvent que. les champions de l'apfl-rtheid ont des complices noirs : les équivalents africains du Bachaga Boualem ou du Pacha El Glaoui, à qui la ségrégation et le maintien des structllres de dépendance existantes permet de conserver leurs privilèges et leur illusion de pouvoir. Verwoerd avait promis à Jonathan de lui prêter quelques « conseillers » blancs pour l'aider à c.éer une « force de sécurité ». Les choses sont ainsi claires. Le Botswana (ex-Bechuanaland) n'est guère mieux loti. Ce territoire grand comme la France (575.000 kilomètres carrés), mais peuplé de 543.000 habitants seulement, est bordé par l'Afrique du Sud, le Sud-Ouest africain (territoire auquel Prétoria, qui en est « responsable » devant J'O.N.U., vient d'étendre s.a législation sur l'apartheid et la « répression du communisme ») et la Rhodésie de Ian Smith. Le chef du nouvel Etat, le docteur Seresté Kama, est personnellement opposé à l'apartheid, mais qu'est-il possible de fait'e lorsque les seules voies de communications qui desservent le pays le relient à l'Afrique du Sud, lorsque la nourriture même des habitant. s du pays dépend de l'Etat raciste voisin. Si on excepte la maigre région du Transvaal, où l'agriculture et l'élevage sont possibles, la quasi-totalité du pays est ç"onstituée par le désert du Kalahari, l'un des plus arides du globe. Cette impossibilité du pays à vivre sur lui-même était d'ailleurs très bien illustrée par une particularité administrative unique au monde. La capitale du protectorat, Mafeking, était si tuée ... en Afrique du Sud ! Ces cieux indépendances sont d'autant plus formelles que la Grande-Bretagne a refusé de les garantir par un traité particulier. Les deux nouveaux Etats sont donc, semble-t-il, condamnés à devenir des «Bantoustans », ces « états indépendants indigènes » tels qu'on les conçoit à Prétoria, c'est-à-dire des réserves. 11 reste en Afrique australe un troisiè11le protectorat britannique, le Swaziland, enclavé entre la République SudA fricaine et le Mozambique portugais. Il sera indépendant en 1970, dans les mêmes condit ions. U.S.A. • Encore un crime racial Le corps ensanglanté d'un pasteur p rotest ant, le Dr Robert W. Spike, théologien renommé aux U.S.A. et partisan de l'intégration raciale, a été retrouvé dans un centre religieux de Colombus (Ohio). Le Dr Spike avait été battu à mort. Le pasteu r Spike était l'un des fonda teur, en 1964, de l'organisation Mississippi Delta Minis try qui forma de nombreux militants intégr ationnistes destinés à servir dans .l'Etat du Mississippi. Il avait p articipé à la marche sur Selma ainsi qu'aux manifes t ations pour la suppression de la discrimination raciale, en matière de logement, à Chicago l'été dernier. NOS JOIES Nous apprenons avec JOIe la naissance de Phil'ippe. fils de nos amis Paulette et Guy PLOUVIER, m'embre du Comité de Rédaction de « .Droit et Liberté » et du Conseil National du MRAP Nos félicitations aux heureux parents e'i nos voeux au bébé. 4 , République Fédérale Allemande • Albert Speer . .Spandau, la prison des cr! ~inels d,e g.u ~ rre nazis, ne renferme plus qu' un Baldur Von Schirach n'était pas un comparse. Le voici dans la voiture d'Hitler, au cours d'une cérémonie nazie. priSOnnier, Rudolf Hess, condamne a perpetuite. Le 1"'" octobre furen t libé rés ses deux derniers co-déte nus, Albert Speer e t Baldur Von Schirach, condamnés chacun à 20 ans de prison, et dont la peine arrivait à expiration. C ETTE double libération s'est faite sous les applaudi ssements d'une foule nombreuse, qui scandait : c Libérez Hess ». Le l11aire de Berlin, Willy Brandt, poussa la délicatesse jus J.u'à envoyer un bouquet de félicitations a la fille d'Albert Speer. Quant à Baldur Von Schi rach, des en voyés spéCIaux de l'hebdomadaire Stem l'attendaient à la porte avec un contrat en poche 500.000 marks - 60 millions d'anci ens francs - pour l'exclusivité de ses Mémoires. Les deux nouveaux libérés n'ont pas de souci à se faire, dans ce pays où leurs amis nazis - anciens ou néos - tiennent le haut du pavé. C'est comme des victimes, ou presque, que les deux hommes furent présentés par la presse ouest-allemande. On parla des retrouvailles familiales après une aussi longue absence. On souligna au passage le pt'ix prohibitif - 10 millions d'anci ens francs par mois - que COlIte, pour un seul prisonnier, l'entreti en de la prison de Spandau. On rappela à ce proROS le courage de WolE Hess, le fils de Rudolf, qui mène depui s six mois une campagne de pétition, et qui a recueilli 25.000 signatures en fa\'e lll' de la libération cie son père, On ne souffla pas un mot, bien SlI t', des m ill ions cie jeunes, hommes et fPlllmes, à qui aucune pétition ne renclra jamais leurs parents torturés, gazés, pendus, brülés... On ne cita pas non plus, les mots de l'Américain j{obel t l,-e 11]lner, qui fut Procureur général à !'o 11- remberg, et qui déclara avant la Ilbér;ltion des deux dirigeants nazis : « Si nOlis aviolls COIIIIl! tous les docu1llellts que 110US possédons (!r/uclle/llr/iI , r ('{(1.1 la mort POUy Schirach ». Sch'rach (ll1i fut Gauleiter de Vienne et l'esponsable à ce titre de la déportation et de la mort de 50,000 juifs et résistants autrichie!1s ... Speer, qui a moins mauvaise réputation, qui fut, dit-on « technicien » plus que politique, visita quand même j\'l authallsen, qu'il jugea à l'époque « fort convenable ». « Sous la cont ra inte » L'accueil fracassant fait aux libérés de Spandau est le plus spectaculaire d'une série de faits récents qu'il suffit d'énumerer pour en mesurer toute la gravi té : • A Vienne, l'ex-capita ine S.S· Novak, ex-adjoint d'Eichmann, a été acquitté. Il gagna, pendant la guerre le surnom cl' « aiguilleur de la II/art» en organisant, à l'échelon européen, la déportation ferroviaire dc centaines de milliers de juifs vers les camps dl concentration et d'extermination. Il fut a rrêté en 1961 à Vienne, où il vÎ\'ait sous une fausse identité. Condamné à huit ans de prison, il obtint la cas ation. C'est le nouveau tribunal qui l'acquitta. Novak, estimèren t les juges, aurait agi « sous la contrainte ». • Les frères Mauer, qui participèrent activement à la « solution finale » du problème juif, sont actuellement jugés à V ienne. Ils furent notamment responsables du « dimanche rouge'de Stanis!a\' ». le 12 octobre 1941, lorsque furent massacrés les 20.000 juifs de la vill e. Lcs frères 1\1auer ont choi si de sc poser en victim e,; : « T ous ces procès de crill/illeiS de guerre" ont-ils déclaré, 1le sont I)n'ulle sorte d'affaire com1/lerciale, .. Les j uifs du 1I/01lde entier disposent de ressources fillallcières inépuisables pour arculI/lller des cliar,l)es cont're 1I0llS ». On est impatient de savoir comment le Tribunal appréciera cc système de défense. • Le président ouest-allemand Lübke a fait savoir qu ' « cn accord avec le cabinet fédéral », il n'allait pas intenter de procès contre les auteurs des « mensonges » dont il est victime. Ces ~ mensonges » sont ('n réalité cles faits irréfuj\ Bruxelles, lors de la récente réunion du Congrès juif mondial... tabl el11ent prouvés, documents à l'appui. Lübke prit nne part active à la construction cie camps de concentration. • « Je n'a i rien à cacher, je sui s entré à l'âge de 21 ans dans les S.S. et au Parti National-Socialiste » déclare tranquill el11ent l\T. Albert Pfitzer, qui fut nommé au con rs d'octobre, Secrétaire cl' Etat à la Chancell erie - c'est-à-cli re bras droit d'Eh l'art - ; ce n'est qu'à la suite d'une vigouretlse campagne de prctestation que la nomination lut annulée. • Dans son bulletin d'information, le Ministère de l'Intérieur de Bonn annonce que le parti néo-nazi N.P.D. a recruté quelque 6.000 nouveaux aclhérents depuis le début de l'année 1966,

Ces faits ne sont pas isolés, et cette 1 iste pourrait être allongée indéfiniment. Ce qu'il faut souligner, c'est la nouvelle att itude qu'adoptent les nazis en Allemagne fédérale et en Autriche. Naguère encore, ils niaient. Aujourd'hui, ils se font arrogants, commencent à revendiquer leurs actes passés, et même, comme les frères Mauer, insultent leurs victimes. Rudolf Hess est le clernier accusé du procès de Nuremberg qui paie encore. Il est la « dernière victime» di sent les néo-nazis qui dével oppent - 'cie plus en plu,s s~trs d'el;1x-mêmes, leur méthodique operatIon antt-Nuremberg. "RIVAROL" ET LES "GRANDES FIGURES" Rivarol pavoise. A l'occasion du 1" octobre, l'organe des anc'iens de la collaboration chante les Ilouanges de deux « grandes ,!iigm-es » du III' Reich. Albert Speer, qui était larchitecte, et qui conçut notamment l'" 'esplanade du Parti » à Nuremberg, séduisit Hitler, « par son talent et la f,lamme créatrice qui brûla it en lui ». « Devenu architec· te en chef du régime, écrit Rivarol, il vit alors dans ce « monde idéal » dont il a parlé à Son procès ". Ce " monde idéal» qui voua des milliers d'hommes à la mort, était si confo'rtable que la v,isite de Mauthalusen n'e troubla pas ,le " courage civique " que Rivarol prête au ministre de l'armement de HiÜer. Quand à Baldur Von Schirach, ,qui fut le " Führer " des jeunesses hij)lériennes, Rivarol est ,en 'extase devant « sa volonté de susciter une élite de preux chevaliers ». Des preux chevaliers qui furent plus à l'aise dans le massacr,e de la veuve et de ,l'orphelin que dans 'ieur défense. Enfin, préoise Rivarol, u le fils de Schirach, Klaus a annoncé que son père s'attacherait à mieux faire connaître le mouvement national.socialiste.» Montevideo Bâillonné, ligoté et inconscient, un homme gisait sur les marches du temple protestant de la capitale uru· guayenne. Une note fixée à sa cein· ture portait ces mots : « Que ceci serve d'avertissement à tous les maudits agents judéo·bolcheviks. Qu'ils ne mettent vlus leur nez dans ce qui ne les regarde pas. Heil Hitler ». L'homme, un citoyen d'Allemagne fé· déraIe, du nom de Herbert Bittner, a déclaré qu'il appartenait à une orga' nisation antinazie et se consacrait à la recherche des criminels de guerre. Riga Un charnier nazi contenant une multitude d'ossements, et notamment des crânes d'enfants percés de balle a été découvert près de la ville let· tone de Daugavpils. Dans une bou· teille trouvée près de la fosse, il y avait un papier portant ces mots : Comme si ce mouvement était mal con· nu ! Quant à cette « tâche " que va entreprendre l'ancien Gaulei ter de Vienne, -elle sera fOlrt rémunél'latrice, si l'on en juge par les mi,lIions que 'l'hebdomadaire Stern a déjà jetés dans la balance; l'ancien nazi touchera plus que celles de ses victimes qui ont 'survécu à l'enfer dont i'i fut un des premiers responsabl·es, lui 'qui déclara à Nuremberg

« Je suis he ureux de dire que

j'ai fait mon devoir, comme allemand, comme national·socialiste , comme fidè. le adjoint de mon führer ». Enfin , Rivarol s'indigne du fait que He'ss ,soit ga rdé prisonnier: « Amère dérision de l'histoire, le moins coupa· ble, sans doute, de tous les crimes re· prochés au nazisme demeure en pri· son. Veut·on en faire une figure de lé· gende ? » La dérision la plus amère n'e'st-elle pas de poser en victimes le s. pil'les meurtriers que l'histoire ait oonnus ? Il est vrai que Rivarol ne parle jamais des crimes du nazisme, mais des crimes reprochés au nazisme. Il y a ,là plus qu'une nuance. Quant à transformer Hess en figlUr,e de légende , que Rivarol se 'rassure : celà n'est pas près d'arriver 1 « Abe·Tevis Zelikson, âgé de 16 ans, mort le 7 novembre 1941. » Copenhague Une maison d'édition annonce la sortie prochaine d'une traduction du livre de Hitler « Mein Kampf ", P,tuis « Nous qui avons connu la guerre d'Algérie (et ses atrocités ( ... ) souhai· tons que votre résistance se durcisse à chaque nouvel échelon gravi pal' l'escalade, et que nous puissions orga· niser notre action avec la vôtre », écrit Jean·Paul Sartre dans un mes· sage aux pacifistes américains, que reproduit « Peace News », publication du « Paris Amerkan Committee to Stopwar ». Graz (Autriche) Des tracts antisémites, reproduisant un texte du journal ouest·allemand « Deutschen Nazional und Soldaten Zeitung » ont été abondamment dif· fusés . Bonn Pour la troisième fois depuis 1962, le cimetière juif de Krefeld (R.F,A.), a été profané : 34 pierres tombales ont été renversées, et une centaine souillées. ROSNY lE BIDONVILLE ÉTAIT UN LUXE ... TROIS mille deux cents personnes - hommes, femmes, et de nombreux enfants - ont trouvé refuge sur un terrain vague à Rosnysous- Bois, aux confins de Montreuil et de Noisy-le-Sec. Avec les matériaux les plus hétéroclites, s'est constitué un bidonville comme il en existe hélas ! plusieurs dans la banlieue parisienne. Dans celui-ci, avec des Algériens, des Portugais, des Français, vivaient une importante proportion de Tziganes (plus de 2.000) venus de Yougoslavie. Une famille jetée à la rue comme plusieurs centaines d'autres. Comment faire autrement? Ces travailleurs aux salaires misérables ne -peuvent payer un loyer en ville. Le pourraient-ils qu'ils se heurteraient souvent au racisme des logeurs. Alors, ils se construisent une baraque, ils se mettent à l'abri tant bien que mal, ils avaient leur « chez soi» pitoyable sur ce terrain dit de La Boissière. Ce n'était (ils l'espéraient) que provisoire

mais pour beaucoup c'était

STATION NEMENT INTERDIT AUX NOMADES STATIONNEMENT interdit aux nomades" : combien de fois hélas nous est-il arrivé de voir un panneau 'Comportant cette inscription à l'entrée de nos vi,I'les et villages de France ! Notre pays qui passe aux yeux des étrangers pour une contrée libérale et accueillante, ne peut malheureusement pas être cité en exemple quant à l'accue+1 des nomades, et des Gitans' ,en particuHer. A croir·e certains .de nos compatriotes, il ne s'agirait 'Ià que d'une saine réaction à 'i'en-contre d',individus tarés 'et sans 'scrupules, vivant sur ·Ie pays et dévalisant poulaillers et jardins. Certes , il faut bien l'avouer, et sans généraliser aucJnement, il y a parmi eux, peut-être un peu plus que chez les sédentaires, des gens qui n'ont pas tout à fait le même sens de la propriété privative et exclusive que nous a légué le droit romain. On peut aisément l'expliquer par leurs conditions de vie. Mais à qui la faute ? Sans doute les Gitans que nous rencontrons sont-ils Français et participent-ils à certains aspects de la vie publique (impôts, service militaire). Mais avons-nous fait l'effort qui oo'nsisterait à faciliter leur intégration dans la communauté française? Avons-nous en particulier, créé des air,es de stationnement, où ils puissent librement séjourner, disposer d'eau et d'électricité , de services sanitaires. sociaux et scolaires? Certes les pouvoirs publics ne se sont pas complètement désintéressés de la quastion, tel le préfet de la Mayenne dont une lettre était citée dans notre numéro . du 15 février. Certaines initiatives privées ont été encouragées et subventionnées sur des fonds publics, notamment à Montpellier, Toulouse, Nice ou Grenoble. Mais il serait nécessaire que l'opinion publique appuie ces initiatives et incite les collectivités à développer leurs efforts. Nous sommes hélas ,loin du compt'.o . C'est certainement dans la région parisienne que le problème du stationnement est le plus difficile à résoudre, car les terrains disponibles sont de moins en moins nombreux et d'un prix de pllus en plus élevé. Alors qu'il faudrait une dizaine d'aires de stationnement judicieusement réparti.es autour de Paris , aucun emplacement n'a été encore aménagé dans des conditions satisfaisantes. Quelques municipalités, comme celles de La Courneuve ou de Sartrouville, se sont montrées fort accJeiliantes et compréh, ensives, d'autres au contraire, de familles politiques diverses, se sont révélées farouchement hostiles à tout ce qui touche les Gitans ou les nomades. Une lueur d'espoir cependant : à Gonesse un terrain a été acquis par une association privée, en grande partie grâce à des subventions publiques ; malheureusement la réalisation du projet se heurte à l'incompréhension d'une partie de la population, mal informée des conditions de cette entreprise. Il serait regr,ettable que l'on échoue en vue du port. I! faut donc qu'un vigoureux effort soit accompli, partout autour de nous, pour que l'on comprenne la nécessité urgente de venir en aide à nos frères Gitans et que l'on donne enfin à cette catégorie de Français les moyens de vivre comme les autres. En France, un travailleur immigré analphabète se heurte à chaque instant à des difficultés insurmontables : mandats, courriers, médicaments, métro, trains, rues ... Or, ils sont des dizaines de milliers dans cette situation. A.C. FAITES DE L'ALPHABÉTISATION Des cours sont déjà organisés pour l'alphabétisation des travailleurs immigrés. Diverses associations ont pris cette tâche en main. MAIS CE N'EST PAS SUFFISANT Pour accroître l'efficacité des initiatives déjà prises, pour en susciter d'autres, une vingtaine d'associations - dont le M.R.A.P. - ont créé un Comité de Li@ison pour l'Alpha.bétisation. Militants, adhérents du M.R.A.P., vous pouvez devenir moniteurs et monitrices d'alphabétisation. Pour tous renseignements, téléphonez ou écrivez au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs - Paris (2) - GUT. 09-57. un luxe par rapport à leur situation présente : même cette baraque, ils ne l'ont plus, ils n'ont plus de murs, plus de toit. Il est utile ct normal de construire des vraies maisons. Le terrain appartient à la Caisse des Dépôts et Consignations, et la société immobilière S.C.I.e. doit ériger là un immeuble de 4.000 logements. Il fallait donc que le bidonville disparaisse. Où commence l'anomalie, c'est lorsqu'on expulse des familles entières sans se préoccuper de leur relogement, lorsqu'on détruit leurs abris et qu'elles n'ont aucune possibilité d'aller ailleurs. Des cars de police ont investi le terrain. Les bulldozers ont foncé sur les maisonnettes, suivis par les policiers en tenue de campagne_ N'en croyant pas leurs yeux, les femmes et les enfants s'enfuyaient, d'une baraque après l'autre, au fur et à mesure que progressait la démolition. Une petite tzigane, qui n'avait pas pu s'échapper à temps, fut soulevée avec la cabane où HUMOUR NOIR LE MARCHE COMMUN VU PAR LES GITANS FRANCE : Défense de station· ner. ITALIE : Défense de séjourner_ ALLEMAGNE : Défense d'immigrer. (Lu dans « La Voix Mondiale Tzigane ", octobre 66)_ elle se trouvait, et gravement blessée. Le soir, en rentrant du travail, les chefs de famille ont retrouvé femmes ct enfants « installés}) sur des couvertures, à même le sol boueux ... Sous la direction de M. Vanko Rouda, des délégués du Comité International Tzigane se sont rendu aussitôt sur les lieux. Vainement, ils ont tenté, pendant plusieurs jours, d'interrompre les brutales opérations de la police. Ils se sont occupés activement du relo· gement : quelques familles ont pu trouver des chambres à Vincennes, au prix exorbitant de 500 francs par mois; la plupart ont été accueillies dans les baraques qui n'avaient pas été détruites, où l'entassement s'est encore aggravé... Le Comité International Tzigane a également alerté la mUl1lClpalité de Rosny, les députés, la préfecture de police. Aussitôt informé, le M.R.A.P. esL intervenu d'urgence auprès du ministère des Affair:~ s Sociales et de M. Papon, préfet de police, pour demander l'arrêt immédiat des expulsions et que soient prises des mesures de r:~logement. Les habitants du bidonville de La Boissière, souligne-t-il, sont des ou~ Tiers venus en France en vertu d'accords établis avec leurs pays ; ils sont utiles à l'économie française ; ils doivent être accueillis dans des conditions humaines. 11 note en outre que les Tziganes de La Boissière ont la volonté de se sédentariser; étrange façon de leur faciliter la tâche! Dans une lettre aux services COIT!pétents du ministère des Affaires So· ciales, le M.R.A.P. écrit : « Les incidents de La Boissière confirment la gravité de la situation des Gitans et Tziganes. N'est-ce pas l'occasion de montrer l'intérêt qu'on leur porte, et d'amorcer, dans un cas concret, la recherche d 'une amélioration? }) A l'heure où nous mettons sous presse, les expulsions ont cessé_ Mais .ia menace demeure. Et aucune mesure ne semble être prise pour assurer aux habitants de ce bidonville des logements décents. 5 DES FAITS qui' donnent . A PENSER ... • « MUSSOLINI ET LE FASCISME: un album de 2 disques accompagné d'un livret contenant le texte de 40 chants et discours »... C'est la dernière production de la maison que dirige Le Pen, exadjoint de Tixier-Vignancour. Son disque « le III' Reich », saisi en principe, est encore en vente à la librairie d' « Europe Action. )) • LA SOLUTION trouvée par « Rivarol » pour résoudre les problèmes raciaux

envoyer tous les noirs des EtatsUnis

en Afrique. Car, écrit cette feuille infâme, « Blancs et Noirs ne sont pas faits pour vivre ensemble. » • UN MILLION DE PORTUGAIS vont être invités par le gouvernement Salazar à émigrer au Mozambique, en vue d'y modifier « l'équilibre racial » et renforcer ainsi la domination coloniale. Aujourd'hui le pays compte 89.000 Blancs pour 7 millions de Noirs_ PHILATELIE TENDANCIEUSE. A l'occasion de la sortie d'un timbre émis pour marquer la solidarité des pays arabes avec le peuple palestinien, les P.T.T. algériens donnent cette définition du sionisme

« mouvement raciste et fanatique

créé de toutes pièces par la finance internaticnale, afin de constituer un Etat factice avec des hommes qui n'ont de commun que la religion. Allié du colonialisme et de l'impérialisme, il a, en violation des prinCipes humains, occupé la Palestine arabe »... Façon bien schématique - et inquiétante - d'écrire l'histoire. • EST-IL VRAI que la société française Nord-Aviation fabrique des missiles « AS 12 » pour le compte de l'armée américaine en vue de leur utilisation au Vietnam ? • REMPLAÇANT DE VORSTER, devenu premier ministre, le nouveau ministre sud-africain de la « justice », a déclaré qu'il entendait au besoin priver de liberté, non seulement ceux qui violent la loi, mais ceux qui « risquent de se livrer à des actes subversifs. » .. POUR LA PREMIERE FOIS dans l'histoire des Etats-Unis, une femme noire, Mme Constance Baker Motley, a été nommée juge fédéral. • « LES JUIFS sont attirés par le communisme, parce qu'il est la forme suprême du capitalisme n, a déclaré le major général Hendrik van den Bergh, chef de la police sud-africaine, au cours d'un récent colloque, présidé par le frère du premier ministre Vorster. • AUCUNE CHANCE de trouver les responsables de l'incendie de la synagogue de Barcelone, qui a eu lieu en septembre, estiment les autorités franquistes. • CONTAGION ? Après l'interdiction de « La Religieuse », un député demande l'interdiction du film de Pontecorvo « La Bataille d'Alger ' ». Un autre s'opposait à la présentation en France de la pièce « Marat-Sade ». Un autre encore, s'en prend aux subventions qu'accorde l'Etat au Théâtre de France, parce que celui-ci a joué « Les Paravents )l. • DANS UNE INTERVIEW à « l'Information d'Israël », le général de Jussieu évoque Buchenwald : « Les Allemands nous faisaient travailler comme si nous étions des esclaves, à leurs projets de VI et V2, sous la direction du Dr Werner von Braun, qui vit actuellement en toute liberté en Allemagne de l'Est ». Erreur, mon général : il dirige le programme spatial des Etats-Unis. III LES ETUDIANTS ET CHERCHEURS ETRANGERS se trouvant en Chine ont été invités, fin septembre, à regagner leur pays avant un mois. • DANS UNE ' SERIE DE TIMBRES dénonçant les crimes hitlériens, la République Démocratique Allemande, vient d'en éditer un qui commémore le massacre d'Oradour-sur-Glane.


6

Les dirigeants intégrationnistes nous disent. .. JE viens de passer plusieurs semaines aux U.S.A. Pays de musulmans, pays de protestants et d'anti-protestants pays de catholiques et d'anti-catholiques, ~e juifs et de nazis, pays de Noirs, de Ja"lines, ,de Rouges et de BI'ancs, pays de lazz et de mus.ique classique, pays de grands buildings, de routes impressionnantes

pays si curieux de 200 millions

J'habitants où la hiérarchie établie entre les races venues des cinq continents n'a pas encore permis la formation d'une vraie nation. A New York, j'ai rencontré les principaux dirigeants des mouvements intégrationnistes; à Détroit, Chicago, Seattle, San Francisco, Dallas, Knoxville, Washington , j'ai consacré la majeure partie de mon temps aux contacts, aux discussions avec les organisations qui combattent la ségrégation raciale. La première (la plus ancienne - elle date de 1909 - et la plus importante : 450.000 membres répartis en quelque 1.600 sections ,locales), c'est la N. A. A. C. P. la National Association for the advancement of coloured people. C'est M. Lee Moon, directeur des relations extérieures, qui me reçut, et m'expHqua la po'l'Ïtique de son mouvement : - NOUS menons des actions respectueuses de la légalité ; nous intentons des procès devant les tribunaux et la Cour Suprême : nous luttons pour l'application des lois. Nous appliquons le boycott et les principes de négociations ; en un mot nous essayons de faire de la persuation. - Que pensez-vous du « Black Power» ? - Lors de notre récente conférence, notre Directeur exécutif a exposé les grandes lignes de nos conceptions. Aux U.S.A., il Y a plusieurs minorités (Indiens, Chinois, Noirs, etc) Le « Pouvoir Noir » nie l'idée d'un travail commun, refuse la coopération. 1. - On dit de votre mouvement qu'il est composé de bourgeois noirs et blancs, qu'en pensez-vous ? - Il n'y a pratiquement pas de bourgeoisie noire. Cependant, il existe une classe noire instruite. Dans notre mouvement nOus acceptons tout le monde, Blancs, Noirs, riches ou pauvres qui veulent travailler et coexister. Nous ne pensons pas que la bourgeoisie gêne la poursuite de notre combat. Un mouvement de mobilisation Seconde organisation, le CORE, le Congrès pour l'égalité raciale. Créé en 1942, il compte aujourd'hui 30.000 adhérents. J'ai été reçu par deux des plus hauts responsables du mouvement, M. Mc Kissick et M. lunch, respectivement, dir,ecteur exécutif et directeur exécutif adjoint. Souriants, décontractés, en bras de chemise, ils commencèrent par me questionner sur le M.R.A.P., son organisation, sa structure, ses moyens, ses méthodes, et par souhaiter l'établissement de relations permanentes entre nos deux orga' lisaHons qui mènent le même combat. Puis ce fut mon tour de poser des questions

j'ouvris le débat sur le « Black

Dower » mot d'ordre qJi fut adopté au printemps 1966 par le Congrès du CORE. Floyd Mc Kissick me répondit longuement: - Le cri de pouvoir noir est un cri gé· néral. Le « Pouvoir Noir» a commencé à s'affirmer comme mouvement en 1965 dans la Caroline du Nord. Ce n'est pas seulement un slogan, comme le prétendent certains ; c'est un mouvement voué à l'accomplissement de la démocratie américaine dans sa meilleure tradition. C'est un mouvement de mobilisation des communautés noires dans un effort monumental pour supprimer à la base les causes d'aliénation, de frustration, de désespoir et de sous-estimation. - DepuiS votre dernier congrès, à l'étranger, comme aux USA, on pense généralement que vous appelez vos mem bres à la haine à l'égard de la !!tce blanche. Qu'en pensez-vous ? Mc Kissick eut un petit sourire - Je m'attendais à cette question mon cher ami ! Nos aspirations ont été considérées comme l'intention de ceux qui cherchent à semer la haine. Mais le « Pouvoir Noir» n'enseigne pas la haine. C'est un moyen d'amener les Noirs américains vers une solution, un engagement de fraternité. Ce n'est pas la suprématie de la race noire. C'est une voix noire reflétant la fierié raciale dans les traditions de notre société hétérogène. Le « Pouvoir Noir » ne veut pas dire la séparation d'avec les Blancs, il veut dire la reconnaissance de la négritude, une compréhension de l'histoire africaine, la reconnaissance d'une culture noire, d'une histoire noire dans l'héritage américain, et un dévouement à essayer de créer une société nouvelle plutôt que de vouloir inclure des Noirs dans une vieille société. - Que pensez-vous de la guerre du Vietnam ? - La guerre du Vietnam est aussi une guerre raciale. - Quels sont actuellement vos prinCipaux objectifs ? - Dans la situatiOn actuelle, les Noirs doivent développer eux-mêmes un nouveau dynamisme qui innovera, créera et par Emmanuel N'GASSA emplOiera de nouvelles méthodes afin de leur procurer un statut égal dans la société américaine. Nous n'ignorons pas les divers obstacles qui existent. Nous devons nous préparer à un long combat où chacun doit avoir, non seulement du courage, mais de la patience, mais nous avons de la persévérence et nous sommes sûrs de gagner la lutte car c'est une lutte juste . Sortir de l'impasse Mais l'expression « Black Power n ne vient pas du CORE. Elle fut lancée en 1965 par le SNCC (Student Non -violent Comittee) et plus précisément par son nouveau président, Stokley Carminchaël. Je n'ai pas rencontré Carminchaël, qui n'était présent dans aucune des villes que j'ai .tra\'ersées ; mais j'ai pu discuter longuement avec des responsables du mouvement, notamment, à Washington, avec Ethol Woodfork, responsable du Comité local du SNCC : - Le Il Black Power )J, me dit-il, est une déclaration d'indépendance noire, c'est un tournant intérieur, un cri de ralliement pour un peuple qui se découvre luimême. C'est le seul moyen, pour les Noirs de se rQ.ssemb~er et de forcer les Bwncs à reconnaître leurs droits légitimes. C'est le moyen par lequel ont peut forcer le gouvernement, les libéraux et les autres à accepter nos revendications, par leq, uel les Noirs Ipeuvent se l1'éunitr et sortir de l'impasse. - Que pensez-vous de la violence ? - Demander à quelqu'un, dans le Mississ'ippi, le Texas, à Chicago, à Los Angelès, d'être non-violent, c'est lui demander de s'abandonner sans résistance à la mOTt. Nous ne désavouons pas le recours à la violence si les t:roits naturels et ins· titutionnels légitimes des Noirs sont violés - Certains Blancs sont racistes par ignorance due à une éducation qu'on leur a donnée. Ne pensez-vous pas alors qu'une intégration progressive pourrait être la meilleure façon de réunir les différentes communautés américaines? - La raison fondamentale pour laquelle le Noir n'a pas de place n'est pas parce qu'il n'est pas intégré, mais parce qu'il n'est pas puissant. L'intégration à l'heure actuelle obscurcit le réel prOblème des Noirs. L 'intégration veut dire : aller à une école bwnche parce qu'elle est w meilleure, et que celle des Noirs est mauvaise. L'intégration veut dire : se dépwcer vers quelque chose de meilleur. Elle ne par~e pas des prOblèmes qui se posent dans les écoles noires. Pour un Noir, elle signifie : se hausser au niveau de l'homme blanc. L'intégration ne doit pas être à sens unique mais à double sens. - Parfois on interprète le « Black Power » comme une doctrine qui enseigne le racisme à rebours. Qu'en pensez-vous ? - Le Il Pouvoir Noir » ne professe ni racisme ni Séparatisme. C'est le pOUVOir que les Noirs n'ont pas depuis la constitution des USA. Il propose que les Noirs deviennent puissants en réunissant leurs ressources comme les ouvriers en 1930, comme les Irlandais à Boston ... Nous devons nous organiser. Nous sommes affamés parce que nous sommes Noirs. Le paternalisme et la compassion pour les Noirs corrompent leurs sources vitales et affaiblissent leur pouvoir de combat. Pour un Bwnc, militer aux côtés des Noirs demande un désintéressement de plus en plus grand » L'action directe Puis vient un quatrième grand mouve· ment, la SCLC, la Southern Christian Lea· dership COllference, né en 1957 dans le Sud, où il garde l'essentiel de son implantation, et dont le président est Martin uuther King. 1'1 cherche à améliorer les conditions sociales, économiques et

ulturelles par des actions directes, mais

« non-violentes ", c'est à dire le boycott, les set-ins, les conférences et la propa· gande. C'est à Détroit et à New York que j'ai eu l'occasion de rencontrer certains mem· bres de SCLC. Notre entrevue porta particulièrement 'sur la doctrine de 'la « non violence » que prêche depuis quelques années le Pasteur Martin Luther King Junior : - Quel est le but de votre action ? - La négociation est le but de l'action directe. L'action directe non violente cherche à provoquer une crise, une tension telles que w communauté qui a constamment refusé de négocier soit Obligée de considérer le problème en face. Elle cherche à sensibiliser l'opinion publique, à rendre la situation si dramatiqu·e qu'on ne puisse plus l'ignorer. Ainsi le but de l'action directe est-il de créer une situation si génératrice de tension qu'elle ouvrira la porte à la négociation. - Certains disent que votre leader est un un extrémiste. - Notre leader se trouve au milieu, entre deux forces antagonistes de la communauté noire. L'une est une force de complaisance, composée des Noirs qui, à la suite de longues années d'oppression, ont si totalement perdu leur dignité, et ~e sentiment d'être Il quelqu'un », qu'ils se sont Plusieurs organisations, mais un seul combat ... adaptés à la ségrégation. On y trouve aussi des Noirs de la cwsse moyenne qui, parce qu'ils jouissent d'une certaine sécurité que leur donnent les diplômes universitaires et une situation économique bien assise sont inconsdemment devenus insensible; aux problèmes de la masse. L'autre force est faite d'amertume et de haine et s'approche dangereusement du recours à la violence. La question n'est donc pas de savoir si nous sommes, oui ou non, des extrémistes, mais quelle espèce d'extrémistes nous sommes. Sommes-nous des extrémistes de la haine ou des extrémistes de l'amour? Sommes- nous des extrémistes acharnés à maintenir l'injustice ou des extrémistes qui se consacrent à la lutte pour la cause de la justice ? Nous pensons être des extrémistes de l'amour, de w vérité et de la bonté. - Pensez· vous que la philosophie de « Black Power » soit contraire à la ligne générale de votre organisation ? - Chacun peut interpréter à sa façon w philosophie de Il Bwck Power ». Pour nous elle signifie la prise de conscience par tous les Noirs de leurs problèmes, prise de conscience qui les incite à s'unir à se rassembZer, à lutter par des moye~s pacifiques pour acquérir leurs droits légitimes dans la société américaine. NOUS rejetons par conséquent tout aspect du Il Bwck Power » qui tendrait à user de la violence pour gagner le combat C'est ainsi que le Dr King, après avoir été victime de la violence des policiers, s'adressant à une foule grondant de colère, venue chez lui pour lui témoigner sa solidarité, disait notamment: Il Vous qui avez des armes, remportez-les chez vous. Vous . qui n'en avez pas ne cherchez pas à vous en procurer. Notre cause ne sera pas résolue par la violence. Rappelez-vous les paroles de Jésus : Celui qui se sert de l'épée périra par l'épée. A w haine de nos frères blancs, nous devons répondre par l'amour. » Il faut enfin citer la N.U .L., (National I(ban League) et le N.S.M . (Northern Student Movement) créés respectivement en 1910 ct en 1961, et qui mènent une sorte d'assistancc sociale dans les ghettos du Nord : cours du soir, emp'loi, 5anté, délinquanc·e, etc. ,Associations de charité à l'origi:,,~, ces organisations s'onientent de plus ·en plus vers une contestation politique de la situation actuelle. Une recherche constante Il est intéressant, Dprè:.; ce tour d'horizon rapide, de citer quelques ext«)its du discours prononcé par J.-F. Kennedy, le 11 juin 1963, à la veille de lassassinat de Medgar Evers, dirigea!1t du mouvement des droits civiques dU Missis .. sipi : « Cent ans se sont écoulés depuis que le Président Lincoln a libéré les esclaves, et pourtant leurs héritiers ne sont pas encore libérés des chaines de l'injustice ; ils ne se sont pas encor~ libérés de l 'pppression économique et sociale. Et ce pays, malgré tous ses espoirs et toutes ses vanterit:s, ne sera pleinement libre que lorsque tous ses citoyens le seront... Nous prêchons .a liberté dans le monde. Mais allons-nous dire au monde que notre patrie e:it la terre des Hommes libres sauf pour les Noirs ? Le feu de la frustration et de ia discorde brûle dans toutes l'es vill?s au Nord comme au Sud ... Nous nous lrc'lIvons donc confrontés à une crise morale, en tant que pays et en tant que peuple ... « On ne saurait calmer les esprits par' des gestes symboliques ou de belles paroles. Il est temps d'agir ... Ceux qui ne font rien attirent la honte et provoquent la violence. Ceux qui agissent hardiment savent reconnaître le droit aussi bien que la réalité. » Cette liberté à laquelle appelait !e Président Kennedy n'était-elle pas 'e point commun vers lequel tendent jous les mouvements de droits civiques aux USA? En effet, l'opposition qui semble se marquer entre ces mouvements n'est qu'ap· parente car ils mènent le même com .. bat en employant des moyens différents et, dans une certaine mesure, ces :l1oye:1S apparaissent comme complémenta'ires. Les dirigeant des mouvements en sont parfaitement conscients puisqu'ils maintiennent des contacts entre leurs organi· 3aNons et se réunissent en conférences. sur le problème racial. Le problème des Noirs américains nous concerne tous car il est de notre devoir d'aider ceux qui luttent pour la liberté et la ha ter nit é. Ce que la lumière est aux yeux, ce que l'air est aux poumons, la liberté l'est à l'âme humaine. Je souhaite que chacun de nous fasse sor. devoir selon l'idée d'amitié constructive qu'entretient la recherche constante de la fraternité entre les peuples. John Donne, poète américain, disait il '1 a plusieurs années déjà : « La mort, la misère de tout homme me diminuent parce que j'appartiens à l'humanité n. Il nous faut dire aujour,d'hui : l'esclavage de tout homme, le racisme nous tiennent en esclavage car nous appartenons tous à cette grande famille qu'est l'humanité. Emmanuel N'GASSA 7------ VIETNAM • • UN NOUVEAU GENOCIDE? par le Dr Paul CHAUCHARD, directeur à l'Ecole Pratique des Hautes-Etudes A CEUX de plus en plus nombreux qui protestent auprès du gouvernement des Etats-Unis en lui demandant d'arrêter la guerre au Viet-nam, on objecte souvent que, pour être juste, leur protestation devrait concerner les deux adversaires. 'Pour ju·srtifier ceux qui ne s'adressent qu'aux seuls Etats-Unis, il est difficile de donner des a'rguments politiques convaincants à ceux qui pensent que l'armée américaine ne fait que défendre la liberté du Sud Viet-nam contre une agress'ion commun'iste qualifiée d'étrangère parce qu'elle est appuyée par :I.e Nord Viet-nam, 'qui ne saurait pourtant ,logiquement ê~re considéré 'comme étranger pour le Sud. Le Pape Paul VI qui supplie, lui, tous les re-sponsables d'arrêter la guerre n'est certes pas indifférent à la défense des catholi'ques sud-vietnamiens contre le communisme. S'il s'oppose au mode de défense actuel choisi par les Américains, ce n'est pas seulement qu'il redoute justement l'engrenage fatal qui risque de conduire à une guerre universelle. C'est que la guerre menée par les Américains est une guerre " pas comme les autres ", plus spécialement inadmissible pou : tout homme pourvu de conscience. Pourquoi ? Certes, toute gl ~erre est monstrueuse et doit êrre condamnée. Cependant, il e-st bien évident qu'une guerre atomique, par l'étendue des destructions et par le danger radioactif qu i en résulterait, facteur de dégénérescence héréditaire de l'humanité, n'a rien à voir avec les guerres tradit.ionne'lIes, même dans les pires atrocités de destruction volontaire de villes sans défense comme Coventry ou Dresde. Mais ce serait un tort de ne mettre à part dans l'excès d'horreur que la guerre atomi-que en oubiant la guerre chimique ou bactériologique. Les théologiens d'aurrefois avaient essayé de définir une g-uerre juste, la guerre défensive contre une injustice. Il ne s'agit pas de leur donner tort ou raison, mais de voir comment le Concile a été conduit à, sinon 'supprimer, du moins réduire considérablement cette thèse. Si la défense fait plus de mal au peuple défendu que l'injustice, c'est une évidence que la défense de cette sorte est inadmissible . En est-il ainsi au Viet-nam? La chose semble incontestable, quelle que soit l'opinion qu'on professe sur les responsé\bilités de la guerre. Et il est non moins incontestable que la responsabilité en appartient aux seuls Américains, même si on admet que le ur intervention était justifiée. CERTES, on doit plaindie un pauvre peuple misérable qui depuis 1939 a toujours subi la guerre faite par des étrangers sur son territoire. Mais la guerre actuelle n'a rien de commun avec celle bite par les Français. Non pa,s' que celle·ci ait été plus justifiée et l'histoire devra retenir la figure sanglante du sinisrre carme Thierry d'Argenlieu, mais les Français n'avaient pas les moyens financiers de faire une guerre ,suffisamment atroce. Tel n'est pas le cas des Américains : la plus colossale puissance financière du monde met toutes ses ressource-50 au service de la destruction, avec une bonne conscience aveugle à toutes les objections, son président ne songeant qu'au nombre des voix qu'il peut perdre ou gagner. Comment un anticommuniste ne voit-il pas cette évidence que c'est la conduite américaine, belliqueuse au Viet-nam, " pacifique " en Amérique du Sud qui est la plus grande force du communisme? Que se passe-t-il donc au Viet-nam qui justifie le procès que Bertrand Russel veut faire pour génOCide aux responsables américains, même si le gouvernement français n'a pas assez d'indépendance pour ,l'accepter à Paris? C'est tout simplement la destruction d'un peuple et d'un pays. Il n'y a pas de front, mais la guerre est partout. Paradoxalement l'éno'rme puissance américaine fait bien peu de mal aux combattants, mais fait surtout des victimes parmi les civils. Comme tout paysan dans son champ, toute jonque peut être viet-cong, tout sans distinction est bombardé, brûlé au napalm. Tous les villages sont des Oradour et parfois officielleme'nt lerreur de la destruction d'un village" ami " est reconnue et on demande pardon aux morts. Les troupes américaines elles-mêmes sont victimes d'une machine trop lourde pour être contrôlable. Et pire que les morts, peut-être, tous le's blessés, les orphelins, les veuves, tous ceux ,qu'on ne peut soigner car les luxueux hopitaux militai're's et les évacuations par avion ne sont pas pour eux. MAIS, c'est encore trop peu que de s'attaquer aux hommes directement par ,la" fatalité ", dit-on, d'une guerre monstrueuse, c'est le pays lui-même qui IB'S.! détruit par l'emploi systématique de nouveaux produits chimiques qui trans· forment les 'rizières en dése'rts et dérruisent Il'es forêts en fa'isant tomber les Ifeui,lIes des arbres pour raisons mil'itaires. Un grenier de l'Asie del.'i-ent improductif et les habitants regroupés sont des mendiants passant à la soupe populaire. Quant aux plantations productrices de caoutchouc, valeur de la coloni's'ation, au ,lieu de profiter au peuple libéré, elles sont stupidement détruites. Et oeci dans le pays" ami " et protégé. Si l'a dest~uction du Viet-nam-Nord est moins avancée c"est qU'i,1 'est mieux défendu et surtout 'que le Président des Etats-Unis hésite à prendre la décision réclamée et préparée par ses militaines -de Jaire, sauter les digues du delta tonkinOi- s, non par humanisme, mais par crainte de l'opposition américaine. On dira que tout cela, c"est la faute du viet-cong. D'un certain point de vue, cela pourrait être juste. Mais que dirait-on d'une police qui, pour arrêter un voleur caché dans une ma,ison, détruirai,t une vi'il-e habitée par bomba'rdement aérien? Il n'y a aucune mesure entre la guerre menée par le viet-cong et la risposte américaine. Et cela inutilement car aucune solution militaire ne permettra d'arrêter la guerre. Est-ce tout? Il faut évoquer la destruction culturelle et sociale provoquée par l'évacuation des Villages et le repliement de tous les habitants concentrés dans des hameaux stratégiques. Et cela est plus grave pour 'les sympathiques peuples de la montagne et de la forêt, oes non-Vietnamiens qualifiés bien trop vite de " sauvages" et ,qui vont disparaître à tout jamais comme les Indiens nord-américains. Sans oublier les peuple'5o voisins, 'le pacifique Laos divisé et ravagé par les occupants, le Cambodge, oasis de paix par la volonté d'un seul homme. MAIS au moins le peuple s'ud-vietnamien est-il heureux d'être protégé? Y a-t-il sympathie fraternelle avec les protec~eurs? Gomment cela serait-il pOSSible quand I.e protecteur e'sl1: blanc et s'estime supérieur, vivant -riche et heureux dans ,l'apartheid? Qu'on le veuille ou non, pour toute l'Asie, 'il s'agit de la guerre raciste menée par les riches blancs contre les pauvres jaunes, l'équivalent de toute la politique menée contne la Chine par l'Occident au 19' siècle. Il y a cependant « collaboration" ! Dans toutes les guerres, l'arrière est dé moraliosé par les trafics financiers et la prostitution. Ici aussi 'le nombre toujours plus grand des combattants américains, qui ont besoin de ,« détente" change toutes l,es dimensions. On ne peut plus vivre au Viet-nam que, si on explOite l'occupant en se démoralisant. Que -restera-t-il ensuite des valeurs traditionne!le's de ce peuple? 'Fau.t,il en dire plus pour justifi'er que c'est aux Etats-Unis seu'ls que s'adresse la conscience universel,le'? Nous n'ajouteroi1'5o ,qu'une chos,e : l'intérêt moral des Américains dont la jeunesse est déséquilibrée pa'r la préparation et l'exécution des atroc ités, dont toute la population se distrait en contemplant à -la télévision des horreurs cons'idé.rées comme des victoires. Et s'i l faut protester, c'est aussi que les militaires américains n'ont jamais caché qu'i l s'agit d'un entraînement pour ,la prochaine guerre ,ayant pour but de maintenir dans -la misère toute l'Amérique du Sud. Bien entendu, il ne faut pas oublier pour cela les autres peuples martyrs actuels et notamment Iles Kurdes et les populations noires du Sud Soudan. Malaise au sein de la communauté iuive américaine l A politique vietnamienne du président Johnson est à l'origine des troubles profonds qui viennent de se manifester au sein de la communauté juive des Etats-Unis. Le 16 septembre dernier, M. Malcom A. Tarlov, président de l'Association des anciens combattants juifs américains, était reçu par le président Johnson. A l'issue de cette entrevue, la presse fit savoir que le chef de la Maison Blanche avait sévèrement critiqué l'attitude des juifs américains à l'égard de la guerre du Vietnam. M. Johnson aurait établi un parallèle entre le soutien qu'apporte son gouvernement au Vietnam-Sud et LE SORT INHUMAIN DE MILLIERS D'ENFANTS La guerre qui fait rage 'au ,Vietnam, 'l,a famine, la misère et :l'e s ous-équipement sanitaj1r'e qu'i sévissent -dans de vastes régions d'As'i'e et -d'Afri'que, font que des dizaines de milli,ers d'enfants conn aiss ent 'le dénu-ement phys'ique et moral ,le plus atroce . Aba ndo nnés à eux-mêmes, souv'ent orphe'lins, rien ne peut, dans l "immédi'at, apporter s ur p lace u ne solution à l'angoissant problème de 'leur sorti'nhuma'in. Cependant, dan's nos pays, des milli,e'rs de fami,lIe's sont susce'ptibl'es d'_aooueillir, voire d'adopter -ces enfants, ce qui serait véritablement leur 'rendre l'a vie. Triomphant des préjugés les plus tenaces, une organisation international,e a réuss,i à résoudre ainsi des centaines de cas douloureux, pour le plus grand bonhe ur des ·enfants et des Jamilles. Afin que se développe ce mouvement de sol'idarité, ell'8 souhaite reoueil~lir les témoignages Ide foyers français où ont été accuei,llis des enfants d'une autre origine ethnique, ainsi que 'les observations de médecins, éducateurs, psychologues, juristes, etc. Ecrire au Mouvem.ent contre le Raoisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.l, 30, rue des Jeûneurs, Paris-W (GUT 09-57). l'aide éventuelle de Washington à Israël en cas d'agression. Aussitôt le bruit courut que le président Johnson conditionnait l'aide américaine à l'Etat d'Israël par un appui plus actif de la communauté juive à sa politique. Il semblerait que les propos tenus par M. Johnson lors de son entretien avec M. Tarlov auraient été rapportés avec inexactitude. M. Tarlov lui-même, dans une lettre au « New-York Times_ » a démenti If! compte rendu qui en avait été fait. Le président se serait dit-on, contenté de développer la thèse suivante : aucun petit pays menacé d'une éventuelle agression ne devrait condamner la politique américaine au Vietnam. Il n'empêche que cette controverse a créé un grave malaise et une émotion considérable parmi les diverses organisations juives dont certaines ont tenu à rencontrer M. Goldberg, chef de la délégation américaine à l'O.N.U. Au cours de son sermon hebdomadaire le rabbin Israël Margolès s'est fait le porte· parole de ses fidèles : « La réalité, a·t-il dit, est qu'un fossé sans cesse grandissant se creuse entre le président Johnson et un grand nombre de citoyens américains, y compris des juifs, parce que la participation agressive de notre pays à la guerre du Vietnam les remplit d'horreur ... » S'il ne faut pas considérer la communauté juive américaine comme un groupe monolithique dans ses réactions et le choix de ses critères, il est indéniable que se multiplient actuellement, aux EtatsUnis les prises de position contre la poursuite de la guerre, émf nant de personnalités et d'organisations juives. « Si la guerre du Vietnam poursuit la spirale de l'escalade, écrit M. Albert Vorspan, dans un article publié dans la revue « American Judaïsm » et reproduit par « Le Rayon », organe de l'Union Libérale, nous ne serions pas loin d'entr.er dans une période dangereuse d'obscurantisme dans la vie américaine, qui provoquera un esprit de répression et de haine hys· térique auprès duquel le Maccarthysme des années 50, apparaîtra, rétrospectivement comme une légère crise de chauvinisme. » LA POSITION DU RABBINAT FRANÇAIS A PRES la publication de l'encyclique pontificale pour la paix au Vietnam, M. Jacob Kaplan, grand-rabbin de France a déclaré qu'il s'associait de tout coeur à l'action du pape Paul VI. Déjà au mois de mai dernier, M. Jacob Kaplan, au nom de l'Association des rabbins français, avait lancé l'appel suivant pour l'arrêt de la guerre au Vietnam

« D'émouvants appels s'élèvent pour demander l'arrêt des hostilités au Vietnam. Cependant La situation s'aggrave. Nous ne pouvons être en paix oevec nousmêmes tant que la guerre, avec ses violences engendrant d'autres violences, se poursuit dans ce malheureux pays. Les exigences de la loi divine à l'égard du monde, les appels des prophètes d'Israël nous interdisent de garder le silence. Les risques d'une guerre mondiale nucléaire étendant sa menace sur l'humanité entière, deviennent chaque jour de plus en plus grands. Nous élevons solennellement notre voix pour qu'un terme soit mis rapidement à cette guerre et que tout soit entrepris pour le rétablissement de la paix selon la justice dans le respect de la liberté de chaque homme et de chaque peuple. « L'oeuvre de la justice sera la paix », dit la Bible. » Le grand· rabbin avait renouvelé cet appel à l'occasion de Roch·Hachana, au cours de l'émission « Ecoute Israël ». • Voici pourquoI Françoise DIOR est venue FRANÇOISE DIOR, l'épouse de Colin Jordan, « führer » du « Mouvement National-Socialiste » de Grande-Bretagne, a été arrêtée le 2 octobre à Nice, dans un immeuble du quartier de Fabron. Elle se trouvait en France depuis plusieurs mois, faisant de fréquents va-et-vient entre son domicile parisien, près de l'Opéra, et la Côte d'Azur, en compagnie de son « adjoint » Terence Cooper. Pourquoi la pOlice française a-t-elle mis si longtemps à la trouver? Il est difficile de l'expliquer. Françoise Dior, condamnée par défaut, le 4 juin 1965, à quatre mois de prison par la 17 Chambre correctionnelle, était, en principe, recherchée et l'on aurait dû se saisir d'elle dès son débarquement sur notre sol... FilEE BIlITAIN en France rions enfoncer ces maison juives et voir la couleur de leur papier peint! » Les pires ennemis Au cours du procès, Françoise Dior, dirigeante du « Mouvement National-Socialiste» en l'absence de son mari (qui se trouvait alors lui-même en prison) fut appelée à témoigner. Portant, comme toujours, une croix gammée en sautoir, elle refusa de prêter serment

« Je ne suis pas chrétienne, je suis païenne »,

déclara-t-elle. Puis, après avoir disculpé Hughes, le chef de bande qui, selon elle, se trouvait dans les locaux du « Mouvement » le soir des attentats, hypo- ........... ..... Mrs Jordan in France-she 'leurs orresl' MRS. FRANCOISE JORDAN, wlfe of the

eader of the Na :ional

Socia:·ist i\l J \'emeI1t has re:urned ta France because sile fears .' unJust ,. arrest in connection ". i t h the iJurnilll( of London svnago~ ues: . Colm Jordan said '·esterday th3t his Aire woti1d not be retllrning .. 1I1ltii the sitllatiOI1 re 30: ,·es it.,el f." " He- adèed :lla t she had lear ned of a .. plot to il1lp. lcate her in the bum- 111'lS .. , In an Old Bailey Court. case. wh"l1 a nUlnQer of men admitted startin,~ tires ln synagogues. on~ clalmed Chat Mrs. Jordan JEW FROM llad cllcou.r_ag-e-d- [hrm. .ISH Co Withth NTROL Cou e elCPand' Ons and W Ing eco Britain's . olfsons th nornic ern . • Des nazis britanniques à l'entraînement. Industry 'e Jews PIres of th A and COrn_ . are .. ~ _. . e r. ~~;;'~AT THE JEWISH THREAT TO FREEDOM SUPPORT THE FIGHT OF THE o Une coupure de presse extraite du Daily Sketch (26-5-66) : « Françoise Dior est repartie en France parce qu'elle craint une arrestation « injuste » dans l'affaire des incendies de synagogues à Londres » (ci-dessus) . NATIONAL SOCIALIST MOVEMENT o Un tract nazi: « Libérez l'Angleterre du contrôle juif ». Arrogante, portant une croix gammée d'or en pendentif, Françoise Dior, après son arrestation, a déclaré

« Je ne suis pas mécontente de faire de la

prison. La « cause » a besoin de publicité. Toutefois. quatre mois de prison pour avoir apposé des tracts, cela me parait un peu « raide ». En Angleterre, cela m'aurait coûté deux livres. » Puis, descndant les marches du Palais de Justice, elle a salué à l'hitlérienne les quelques personnes présentes. C'est en effet pour avoir collé des tracts nazis à Paris sur les murs de l'ambassade britannique, que Françoise Dior avait été condamnée. Pourquoi est-elle donc venue en France, se sachant visée par un mandat d'amener ? Il faut croire qu'elle avait de fortes raisons de quitter la Grande-Bretagne, même s'il devait lui en coûter quatre mois d'emprisonnement ... Cs raisons nous sommes à même de les révéler. Elles sont effectivement impérieuses : qu'on en juge .. _ Deux procès à Old 8ailey Au début de février dernier, se sont déroulés, à Londres, deux procès qui causèrent un certain scandale, et dont la presse rendit compte abondamment. Dans la première affaire, six jeunes hommes se trouvaient au banc des accusés : Paul-William Dukes, 19 ans, Malcolm Sparks, 19 ans, Graham Chant, 18 ans, Alex Gordon, 23 ans, Colin William Rainbird, 20 ans, et Hugh Hughes, 27 ans. Ce dernier, pompier de son état, était chef de la bande poursuivie pour avoir incendié, le 31 juillet 1965, les synagogues de Clapto:1 et Ilford, au sud de Londres, après avoir tracé sur les murs des slogans tels que : « Heil Hitler» et « We shall free Britain from jewish rule » (Nous libèrerons la Grande-Bretagne de la domination juive). Au matin du procès, surprise : les murs et les portes de Old Baily, le vieux Palais de Justice londonien, étaient couverts eux aussi de croix gammées blanches hautes de quatre pieds, et d'une énorm inscription

« Hughes innocent ». Les amis nazis ds

inculpés avaient voulu, pendant la nuit, manifester leur soutien actif aux incendiaires. Ceux-ci, d'ailleurs ne cachaient pas leur appartenance au « Mouvement National-Socialiste ». « Colin Jordan, qui était présent à l'une de nos réunions, précisa Dukes, nous a dit que c'était une bonne idée d'incendier des synagogues juives, mais qu'il ne pourrait apporter aucun soutien officiel à ce projet. » Hughes affirma qUf~ s'il avait adhéré a:l « Mouvement National.Socialiste », c'était en raison de son /( opposition aux juifs et aux gens de couleur ». Quant à Sparks, il se déclara « lieutenant-colonel ou, en langage civilisé, obersturmführer » au sein du 1 Mouvement »,_ et il s'écria, lors de son arrestation: « Si nous avions un Panzer de 70 tonnes, nous pour- DISSOLUTION D'UN GROUPE NÉO-NAZI Le Tribunal Civil de la Seine a prononcé, le 13 octobre, conformément aux réquisitions du Parquet, la dissolution du « Cercie National et Socialiste Européen ». Nous avions, dans notre numéro de juillet dernier souligné le caractère raciste et pro-nazi de ce groupement qui déclarait dans sa profession de foi : ( Notre) " volonté de préserver la race de tout métissage nous apparente s·ur le plan idéologique aux fondateurs de la doctrine nationale-'socialiste (. .. ) . Nous 'n'hésiterons pas à nous 'réclamer de ce'r~ains p~i'ncipes de base relevant de cette doctrine, dans la mesure où nJUS les cons,idérons comme toujours valables pour notre t,emps et pour notre monde ". Tous les antiracistes se réjouiront de la décision du Tribunal Civil. Ils souhaite:nt cependant que de semblables mesures soient prises à l'encontre de tous les groupes qui excitent au racisme, même s'ils n'affirment pas ouvertement léur filiation hitlérienne. critement, elle affirma que .colin Jordan et elle-même étaient « à fond contre toute forme d'activité criminelle », car c'est « la pire forme de propagande ». Elle reconnut cependant que « sans aucun doute, les j uifs sont les pires ennemis de notre Mouvement, de même que les noirs ». Le juge Phillimore, voulant « faire un exemple » condamna les jeunes incendiaires à des peines assez lourde,

5 ans de prison pour Hughes, 4 ans pour Sparks,

3 ans pour Gordon, Chant et Rainbird, 6 mois pour Dukes. Et il dénonça avec force le « Mouvement National- Soci::tèÏ,te » et sa doctrine criminelle, qui, dit-il, « si je comprends bien n'est autre que celle qu'Hitler et le parti nazi professaient il y a de nombreuses années ». L:! loi et la morale Le second procès qui eut lieu à Old Bailey dans la même période, se déroula différemment. Il y avait cinq accusés : David Thome, 20 ans, Michaël Trowbridge, 23 ans, Jhon-William Evans, 24 ans, Gordon Parks, 19 ans, et Raymond-Francis Hemsworth, 17 ans. Tous reconnurent avoir participé à des incendies de synagogues (celles de Kilnburn et de Bayswater, à Londres) et appartenir au « Mouvement Nationaj.· Louis MOUSCRON_ ' ~ ... - * Suite page 14. IDA! QUAND LES C A la sortie de Goudar~ues, 'Charlllant petit village du Gard, près de Bagnols-sur-Cèze, ,)U passe le pOnt du Courrau, on emprunte la route tlépartementale 167 qui très vite, ne méritant plus son nom, se transforme en un chemin cahoteux, pierreux ; au bout de sept kilomètres, on est tenté de laisser les voitures, tant les voies d'accès paraissent incommodes ; on s'enfonce alors pendant trois autres kilomètres dans un senti er, hérissé de gros cailloux, à travers le buis et les chênes verts qui semblent pourtant avoir été récemment élagués

on finit par arriver en plein

maquis dans les senteurs de thym et de lavande .. De teIll,ps en temps, on remarque sur les ru-bres des flèches d'un rouge phosphorescent qui indiquent toutes une même direction. Enfin, on débouche sur un chemin plus praticable délimité pat- des 111urets curieusement fabriqués de larges pierres plates empilées les unes sur les autres, et qui conduit vers une large esplanade .. Là, dans un magnifique paysage doucement vallOllllé, seule habitation à l'horizon, se dresse le Illas de Soulomiac. C'est là que penc\ant dix jours, du 16 au 26 juillet, la Fédération des Etudiants Nationalistes a installé son quatrième camp-école, à l'abri de tout regaI'd indiscret, daus ce désel-t que sont les bois de Go u dru-gues. lIlw:Ii de toutes les autori 'ations légales_ ce camp avait été déclaré comme {( Colonie de Vacances ». On aurait pu penser qu'une véritable colonie se serait installée à proximité de la localité pour faciliter le ravitaillement, et surtout près d'un point d'eau. Or, ici pas d'eau, et c'est la solitude parfaite. l.es tendances les plus dures Pourquoi rechercher un li eu aussi éloigné et que se passait-il donc à l'intérieur de ce camp ? Les quelque cent cinquante stagiaires qui participèrent au call1p, à l'e:cception de quelques observateurs belges et alleInands. sont pour la plupart des militants de la F .E.N. (Fédération des Etudiants Nationalistes), section étudiante du Mouvement Nationali ste du Progrès, fondé le Fl' mai dernier et rassemblant les tendances les plus « clures » cie « l'oppOSitIOn natIOnale » : comités d' « Europe-. 1.ctioll », « Celltre d'Eludes lIaliolIales », « Cllité el Travail », ain si que des anciens poujadistes. A la tête du

\L~.P . , on trouve ayec le titre de délégué

général, Dominique Venner.- directeur politique cl' «Europe-Actioll », ancien (lingeant de « Jculle _Yalion ». Le camp de Goudal-gues a ,·ait été parfaitement organisé par la section de l1arseille du J\1.N.P .. que dirige le Docteur

'Il.auric~ RO,llet, connu pour ses sympatIlles

cl e.,,,treme-drolte, yenu sans doute en personne louer le Illas de Soulom iac. L'eau était apportée par citernes. Un groupe électrogène alimentait le camp en électricité. La sonori sation était a ssurée. 1.Jne petite imprimerie v avait été !n stall~e. é51itant un bulletin' quotidien Illtltule « l"lal/l!lle », illustré sur la COllyerture des insignes du :\I.N.P. : un casque stylisé et un ier de lance débordant d'un carré - qui é, fusée conquérante -, syl de « la Iradition fmn cadre Ill/ra-moderne ». « Préparer la prise dE C'est d'ailleurs grâce ; aux témoignages des hal clargues que nous ayons la vie du camp. Dans l'éditorial de .« date du 19 juillet, Georg crétaire général de la 1 « la portée et les buts « Ecole de formation polii doctl'il1al ,et sur le plan le camp est aussi une destinée ci tremper morai lauls et les responsables .. « Le IT" camp a rf.e t '. La marche n'était . sport le plus anodin du «. école ». Au programme raient aussi le judo, le et autres méthodes de ( (ci-dessus). • Un exemplaire du ~ nal ,) quotidien, FIammf • Dominique Vee " théoricien » du nouve~ cisme français, donna qu cours « doctrinaux » pm; parer la prochaine can électorale. • La cour du mas ! jeunes racistes avaien domicile. Au centre, l'er ment du feu de camp. I.E M.R. A L'OCCASION de la rentrée parlementaire, le M.l nécessaire d'attirer l'attention des députés st: , ., , t~ons de ~ois afoLtiracistes déposées depuis ph deJa a 1 Assemblee NatIOnale et qui ne sont toujours Il leur a soumis un troisième texte, relatif à l'interdic pes racistes, et leur a demandé d'intervenir pour que lé prochainement la Convention internationale sur l'élimi tes les formes de discrimination raciale, votée le 21 dé l'unanimité, par l'Assemblée Générale des Nations Unie: Catte démarchô fait suite à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et p:lUr la paix, organisée le 8 mai dernier par le M.R.A.P., au Palais de l'U.N.E.S .C.O. Dan's la réso,lution adoptée, ,les 2.000 participants affirmaient la nécessité pou~ notre pays de prendre toutes disposiNons en vue de mettre le 'racisme 'et l'a ntisém itisme réellement hors-la-loi. Les deux propositions du M.R.A.P. S'adressant à chaque député, Charl'es Palant, secréta ire général du M.RAP., rappe!lIe que le's deux propositions Maborées par I·e M.R.A.P., déposées 10rs de l'a légis lature de 1958, l'ont été à nouve. au en 1963, sous les numéms 320 et 321 (groupe communiste), 322 et 323 (groupe socia'l'iste), 33 putés U.N.R.-U.D.T., Ra, mocratique, Gentre 1 non-inscrit). A cette é d'autres élu's, de tend" ses, ont fait part au volonté d'appuyer le textes, dès qU'ils vie cussion. La commission de est saisie ; elle a dé teur, M. Pierre-Cha'rle~ gouvernement, maÎ~re 1 de l'Assemblée Natior devoir jusqu 'à présent, bat sur ce problème. Les deux propos'itio sons-'Ie, concernent l'u, de la provocation à ; l'autre la répression tions 'raciales. ce or, dirigeante du l'absence de son e en prison) fut e toujours, une de prêter serje suis païenne », cuIpé Hughes, le trouvait dans les attentats, hypoan in she ISE JORof the National ent. has ce because st·· arrest II' i t h the don synaaid "csterwOli! d not until the itoelf. " t she had lot to illlthe bul'l1- iley court. umoer of startin,;s gues. one l's. Jordan [hem. iques à l'entraînepresse extraite du

« Françoise Dior

parce qu'elle craint ste » dans l'affaire ogues à Londres " Libérez l'Angleterre GROUPE e a prononcé, le réquisitions du ercle National et uméro de juillet aciste et pro-nazi t dans sa profesé de préserver la apparente sur le rs de la doctrine n'hésiterons pas rincipes de base ns la mesure où toujours valables re monde ". ouiront de la déhaitent cependant ient prises à l'enqui excitent au pas ouve rtement Jordan et elle-même rme d'activité crimie de propagande ». ans aucun doute, les otre Mouvement, de ire un exemple» cones peines assez lours, 4 ans pour Sparks, inbird, 6 mois pour «( Mouvement Natioinelle, qui, dit-il, « si celle qu'Hitler et le ombreuses années JJ. Old Bailey dans la remment. Il y avait ans, Michaël Trowans, 24 ans, Gordon Hemsworth, 17 ans. à des incendies de et de Bayswater, à ouvement National .. MOUSCRON. uite page 14. IRIEIP~DIRT A\~G-IE ILlE QUAND LES COMMANDOS RACISTE' A la sortie de Goudargues. 'Charmant petit villag,~ du Gard, près de Bagnols-sur-Leze, .ln passe le pOnt du Cou n'au, on emprunte la route départementale 167 qui très vite, ne méritant plus son nom, se transforme en un chemin cahoteux, pierreux ; au bout de sept kilomètres, on est tenté de laisser les voitures, tant les voies d'accès paraissent incommodes ; on s'enfonce alors pendant trois autres kilomètres dans un sentier, hérissé de gl'OS cailloux, à travers le buis et les chênes verts qui semblent pourtant avoir été récemment élagués

on finit par arriver en ple1l1

maquis dans les senteurs de thym et de lavande .. De temps en temps, on remarque sur les arbres des flèches d'un rouge phosphorescent qui indiquent toutes une même direction. Enfin, on débouche sur un chemin plus praticable délimité par des murets curieusement fabriqués de larges .pierres plates empilées les unes sur les autres, et qui conduit vers une large .esplanade .. Là, dans un magnifique paysage doucement vallolll1é, seule habitation à l'horizon, se dresse le l1Ias de Soulomiac. C'est là que pendant dix jours, du 16 au 26 juillet, la Fédération des Etudiants Nationalistes ,a in stallé son quatrième camp-école, à l'abri de tout regal'd indiscret, dans ce désert que sont les bois de Goud;ll'g.ues. ';\IUl1i de toutes les autorisations légales. ce p avait été déclaré comme s: Colonie de Vacances ». On aUl'ait pu penser qu'une véritable colonie se serait installée à pro..,,imité de la localité pour faciliter le ravitaillement, et surtout près d'un point d'eau. Or, ici pa d'eau, et c'est la solitude parfaite. Les tendances les plus dures Pourquoi rechercher un lieu aussi éloigné et que se passait-il donc à l'intérieur de ce camp ? Les quelque cent cinquante stagiaires Cjui participèrent au camp, à l'e:tception de quelques obsen'ateurs belges et allemands. sont pour la plupart cles militants de la F.E.N. (Fédération des Etudiants Nationalistes) , section étucliante du Mou" ement Nationaliste du Progrès, fonùé le IN' mai dernier et l'assemblant les tendances les plus « clures » de « l'opposition nationale » : comités d' « Europe- flcti01l », « Celltre d'Eludes lIaliolIalcs », « L'nité el Travail », ainsi que cles anciens poujadistes. A la tête du

\I.N.P., on trouve ayec le titre de délégué

général, Dominique Vel1l1er, dil'ecteur politique cl' «Europe-Ac/ioi! », ancien dirigeant de « Jeu1Ie .Valio12 ». Le camp de Goudargues a"ait été parfaitement organisé par la section de ';\[arseille du l\1.N.P .. que clirige le Doctcur

\laurice Rollet, connu pour ses sympathies

d'e.,-trème-clroitc, \'enu sans cloutc en perS0l1lle louer le mas de Soulomiac. L'cau éta it apportée par citernes. Un groupe électrogène alimentait le camp en électricité. La sonori sation était a ssuréc. Unc petite imprimerie y a\'ait été ins ta llée. éditant un bull etin quoticlien intitulé « Flalllllle », illu stré sur la couyerture des insigncs clu :\tN .P. : Ull casque st)'1 i sé et un fer cie lance débordant d'un carré - qui é"oque aussi une {usée conCjuérante -, symbole, parait-il, de « la Iradition f1'ançaise daus Hll cadre ultra-lIloderne ». calioll parliClflière . • Yolrc aclioll JI'est l'as Ull prurit de ;eullcsse. ELLE EST DJjSTl XJj/j, A P1OEP .-llOER S)'STJjMAT1QUEME.\" T L-l PRISE D U POCVOIN. ... » (Souligné par nous). « Préparer la prise de pouvoir » Le masque est levé. Où est l'innocente colonic de vacances ? C'est d'ailleurs grâce à ce bulletin et aux témoignages des habitants de Goudat'gues que nous ayons pu reconsti tuer la vie du camp. « 011 1I0US disait que c'élait des scouls », de.Yait déclarer une habitante de Goudargues. « 1110i j'a': Irouvé qu'ils Il'ell avaie?/t ~'railllellt pas l'air ... ». Dans l'éditorial de « Flamme » en date du 19 j uillet, Georges Schmelz, secrétaire général de la EE.N., rappelle « la portée et les buts du camp » . « Ecole de fornwtion politique sur le plan doctrinal et sur le plan de la méthode, le camp est aussi Ul1e école d'énergie destinée à lump,er moralement les mililanls et les responsables ... Les idées Il l, ·,:èlent les hommes et se reflètent dans leur allure, dans leUl tenue... Ici pas le 1l10incll'e doute : la « tenue de militant» - et non pas de scout - était imposée dès l'arrivée : cheveux coupés court - les nationalistes apprennent il haïr les cheveux longs comme symbole de décadence -, chemise à épaulettes beiges ou kaki , short court « L e 1re cam.p a cJ..e plus une sigllifi- bcige ou kaki, ceinturon américain, ran- • La marche n'était pas le sport le plus anodin du « camp, école ». Au programme figuraient aussi le judo, le karaté et autres méthodes de combat (ci-ù.esSlls). • Un exemplaire du « journal ,J quotidien, Flanunes. • Dominique Veer, le ~ théoricien » du nouveau fascisme français, donna quelques cours « doctrinaux » pour préparer la prochaine campagne électorale. • La cour du mas où les jeunes racistes avaient élu domicile. Au centre, l'emplacement du feu de camp. FLA.liE ,._ '"_,%, _QUOTIDIEN h "J ;.ilr u: h"rts lu t,~ , J'U H~ ui~t :lr l'~.~llnt. ~L.' 'lot r, ~r! rt,"!1 et Io,.n C'Ju.:le ~ 5()n vieu, t~tl.lr 011 I t llhnt , \,"$ ""lU Ir r,ul .. ~,"r ~Itr ur oo.;,fldl n~"yu u qui .orl l l"! de Mt rtl 'INeur, ~ah aun l dt n Ir. 1,"'tIU ".ul Ir , y~~ lo1r teujeurs HIIS lao;ah l,t.mt dilJII ollCe e~ .)ld , !r. dl: 1 ~) "T, ...... 1 ...... di~ "dl"l f- rAHtn plrs"l't/Ielll ""ur h~ir t~ul~"r. ;r~ t l '~t·~,.6 r'o ~ I!~ tiqul ~ e non !"!:, r ur,"n~ . Forlllr ttnsIJ.",nt yn ~loc $ li~. ~t ,~i,~~,: ~" .i"~ ~i ~.rUM' nt pulss. 'br~nle r. C. CQ;.~t QU' no~, ..... ~gr.~, ~I ~ • f, -,c "~J' IICrM'l pas dt pe rdre \Ille ei ..... 1I . 0.... los tfl~rti 00;' '.u J'.l f "'ri .r ~ .... ~,r y"trl pl~tl ~~ ,IIO[J , t(ftlt nYlnt ~.~r ~r.r.dr, "r,t ~b(Q do:. • 'u. tr 'u'~' 1',. ':lns n.tr. Charleslt. P~ul l~JR,t\~( ~~jOl (f) : I.r .. tt ~ ,'r lu .11, .)r~ ~ Il W1$ 1/2. 11 ut Inhrf' u ~ll~ _1r.t, , r,~.",,~ li. "" ri tn 66enbro 1911. II r8,,1 .. , en Fnll(:' e~ 1ça, sro"qv~t, t111u Ju rJls,n~ , $1 ~ •• qt.t part .n I"CA"i~~. En 1910, 11 ut "" .... ~ f,lItt! tlfllNi ccl ~1~1, ~u ",...ie, ". Il 1QreU h~ t i.n ~ollliql:~l . 0. 19.0 ~ lS'~ . il u' o. I!" ri • ~ .. _1 211 Juur.O$U. Pu;~ 111$t ur," c:en~ J'lnl;l'dlon ~ lNVJlI ~I , ) Ci 11\r f .. it ~~ 1cl'l9 I~N"r In l.f rtq.e. 11 ut 1111 lI: lUroiit e ~ 1'~~. c., SB Jn ._"r~:,. u~ ~.t d&-,~racl.re •• • Il radrtl.., rr.ltw:J 1ft 1~. GJ.rd.t ~ y~ ll'JI"t ."!i:"' )' CtJ$1 Il J'~~ w O,~9ii ISe De ~3"11; , Jl hlt h tCMatu:r.e. d' un rt.,Jr,\~blo "~ t i'r,J~II!t CIl ':rutll • • JI ut 3tljcllr4'ho:' ~n ~tlltr do la ",cUn.:le ~.::rulil{ 01; I\:u.c ",t , c'~·! llÇ~ftQ. id urll:. Il; eu ~ tnr~nh, l ' un d'tu. ,.."11·",,,~t l n.t.tlu w.r J ' Octtdu~I, ll' h t et en A l~ rt o 00Û Il trouva la otC r t , 11 iJ@~-- gers, guêtres, chaussettes blanches. Le \'l'ai petit soldat ! K.nraté et grandes manoeuvres La discipline ct l'organi sation , elles aussi étaient militaires. Répartis 'c1ans les trois « commandos » France. Europe et Rhodésie - le pays c1u très raciste .\1. lan Smith - , euxmêmes subdivi sés en quatorze groupes, les stagiaires subissaient un entraînement plwsique intensif : près de deux heures cle gvmnastique le matin et trois heures de ~ Dorts di "ers l'après-midi judo. karaté: close-combat. Et bien sùr, on concréti sait tout cela par des manoeuvres para-mi litaires sur le terrain : équipes de surveillance nocturne, attaq,ues des « commandos» entre eux, investissement de maisons abandonnées. marches forcées de nuit SUI'- ~..e no.tJt,e ~ 6pJ.ciale Marguerite KAGAN LE M.R.A.P. S'ADRESSE AUX DÉPUTÉS ET AU Ge A L'OCCASION de la rentrée parlementaire, le M.R.A.P . a estimé nécessaire d'attirer l'attention des députés sur les propositions de lois antiracistes déposées depuis plusieurs années déjà à l'Assemblée Nationale et qui ne sont toujours pas discutées. Il leur a soumis un troisième texte, relatif à l'interdiction des groupes racistes, et leur a demandé d'intervenir pour que la France ratifie prochainement la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, votée le 21 décembre 1965, à l.'unanimité, par l'Assemblée Générale des Nations Unies. Catte démarcha fait suite à la Journée Nationa le contre le racisme, l'antisémitisme et pJur la pa'ix, organisée le 8 mai dernier par I,e M.RAP., au Palais de l'U.N.E.S.C .O. Dans la réso,lution adoptée, 'les 2.000 participants affirmaient la nécessité pou, notre pays de prendre toutes dispositions ,en vue de mettre le 'racisme 'et l'antisémitisme réellement hors-la-loi. Les deux propositions du M.R.A.P. S'adressant à chaque député, Charl'es Palant, s.eorétaire généra l du M.R.A.P., rappe'lIe que le's de ux propositions é laborées par I·e M.R.A.P., déposées 'lors de I·a légis lature de 1958, l'ont été à nouve'au en 1963, sous les numér-os 320 et 321 (groupe communiste), 322 et 323 (groupe socia'l'iste), 332 I('groupe de députés U.N.R.-U.D.r ., Rassemblement Démocratique, Centre Démoc'rati'que et no n-inscrit). A cette époque, et depuis, d'autres élu's, de tendances aussi diverses, ont fait part au M.R.A.P. de I,eur vo lonté d'appuyer le vote 'des deux t.extes, dès q~j'Hs viendraient en discussion . La commission de législation s'en est sa isie ; e11e a dés igné un 'rapporteur, M. Pierre,Char les Krieg ; mais le g-ouvernement, maître de l'ordre du jour de l'Assemblée Nationa le, n'a pas cru devoir jusqu'à présent, autoriser un débat sur ce problèm:;. Les deux propos'itions de loi, précisOn's" le, concernent l'une, la répression de la provocation à ·Ia haine 'raciale, l'autre la répression des disc~iminatio ns racia'ies. {( La renaissance et la recrudescence d'activités nuisibles pour la paixpublique de divers mouvements d'inspirat ion nazie ou néo-nazie, écrit Charles Pala'nt, les manifestations de racisme de plus en plus fréquemment constatées à l'égard des travailleurs des départements d'outre-mer et des t ravailleurs étrangers résidant en France, ,le s campagnes de presse racistes qui se développent, soulignent l'opport unité d'une telle législation. » Un troisième texte La troisième proposition de loi soumise a'ux députés concerne ({ l'interdiction et la dissolution des associations ou groupements de fait provoquant à la haine raciste ". Son article unique consiste en un additif à la loi du 10 janvier 1936 sur les « groupes de combat et mil ices privées ", auxque'los seraient désormais assimilées les organisations « qui inciteraient à la discrimination raciale envers des personnes ou des groupes de personnes en raison de leur origine religieuse, ethnique, nationale, ou de leur absence de nationalité, ainsi que celles qui proposeraient des idées ou théories fondées sur une telle discrimination, ou qui prétendraient justifie r ou encourager cette forme de haine et de discrimination .. » Ce texte ne fait que repnendre, en l'adaptant au Droit fra nçais, J'une des recommandations 'contenues dans la Goncention intennationa:le votée à l'O.N.U. da:lsl'art'icle 4 C, ainsi formulé: (Les Etats parties s"engagent notamment) « à dé clarer illégales et à interdire les organisations ainsi que ·Ies activités de propagande organisée et tout autre type d'activité de propagande qui incitent à la di s crimi nation raciale et qui l'e ncouragent, e t à déclarer délit punissable par la loi la participation à ces organisations ou à ces act ivités ». La Convention internationale La ratification de la Convention internationale constituerait, on le voit, un engagement, pris par la France, de lutte'. efficacement contre le racisme, et de prendre à cet effet toutes les mesures indi-spensabl'es. Cette 'rat ification, qui favorise'rait d'une façon très importante, .l'action antiraciste dans son en· semhle, serait sal uée par tous celux qui souffre'nt du racisme, que ce soit dans notre pays même, ou a·illeu'rs. Répondant à une que'stion écrite de ILlE MMANDOS RACISTES S'ENTRAINENT aussi une e, parait-il, , dans 1/n WtiOIl particlllière. -Yolre aclioll n' est pas 1111 l'l'II rit de ;eltllesse. ELLE EST Du'STI,\ 'EE .rl ' PREP,-lRIi,N S}'STEMrl. TlQUEMEST L -1 PRISE DU POl·VOIR ... » (Souligné par nous). uvoir » Le masque est levé. Où est l'innocente colonie de vacances ? bulletin et ts de Goureconstituer « 011 1I0llS disait qlle c'était des scollis », de.Yait déclarer une habitante de Goudargues. « Moi j'ai troltvé qll'ils Il'e1l avaietlt vrailllellt pas l'air ... ». 1nme » en chmelz, seIJ., rappelle camp » SIl1' le plan a méthode, e d'éuergie les 111 ili- Les idées ni.'. :èlent les h0111mes et se reflètent dans leur allure, dans leur tenue.. . Ici pas le moindre doute : la « tenue de militant » - et non pas de scout - était imposée dès l'arrivée : cheveux coupés court - les nationalistes apprennent à haïr les cheveux longs comme symbole de décadence -, chemise à épaulettes beiges ou kaki , short court beige ou kaki, ceinturon américain, ran- FLAMF.'E ". ,,, _ 1~' _QUOTIDIEN h "~ ~,~r 48 ~C~'U 1" (.~:IP , J ' ;!.i .a~ ui~ t ;ol' l ' l-b!acct "c' t~t r, "rt.nlt Il ~ ,'~ C·JY"':r..o)n vtl". CQe\lr 0. .t lthM. ,,,y~ Sg~ .. ~ ir r~"t. ~,,~r ~ttr Lr "'"GI n~wwuu q~1 so rti" dt no t l"l f.,.....u r, U" a..ul Oô n.lr t :;ç\t •• ul Ir. v ;~lcrr tCIiJOUfS Slnl j3qh 1.C.rr.~ déf~i1bno::t ~/'1 ;0'1 s.;r. dt t Il "'~ .eL ...... di , r 11"1 f,. , .. llell ~ef"$~ ...... l l. peur hni r tQI/Jo.rs P'~t ) ,t~\·.1~,.1 1 ~ 11- 1lqu' Q\'e ","ws N·. rder.Lr,~. f~r""r nllSt~'~nt un bloc s h~ e~ uiH_ ~ ~. ri n rd ;:. rson'"""PIIlu. ébr.llll.r. ,.(,,!!.II qUltIOn"',o", ""i !,'] r, r, n~", IICr..-t pu III II'NI"I lIfIt It ... t • • 0.., los "4o rh Il"l f,~, J • .: f ~'rl .. r : .... .' , Y.II"I pl.xt lU U-r , t'ntll\Uen! ~.u r pr.,-;d" ur .. ~ilc ,J "w. or ~lf1S t .• tr. ~, w;.l •• P~wl ;~Ii,I.\,_ c~(·) (f) : Arrtt6 ~ lr ln AI1 •• ~~dt; 1 II OIIS 112. 11 ut inhmÎ u Ali. ~1rt, C.I~J"" ~ ... rt ~n d6ce.tlro 1911. Il , M' tri.., I"r~t)Ç~ en 1919, stO'1J.~l . ~tI[tQ a~ F:heu ••

r:~::~Q~1 '~QCharles (;~;8 juillet 2010 à 10:25 (UTC);~it;~~r~°Oe t :9:~1 j ~:: . f:~~!. ~~::~~;~:~!~~; ,;~ 1

• 1. Je "ne,s~ . Py l~ Il _51 Vl rst ca~$ Pl !'lS~ctjQn d:I tr~ni1 il, ~"titN: l.lll ~r lOIlll dJour l n J.f rlqu~ . Il ut ah • h ,.., t rJite ~ l'~~. eo se Je$ ~our U .cU~IH" d. (3rlet.ft ." Il r.r.t,.. lHl fNnca ln 19S8. G:r dé j Y"B ~ l'an:o.v~c.t ~ l'c'"l$l~n JI.n fOy:g' dt Ik ~3"'1 •• Il hit Il COlHla tn:r.c1 ~tun r[~;."Charlesblr Nt! ~a'hlt c. ':,.,,111., Il 1$1 wJourd ' iIIIl yr. ~lH.r de lJ udlcn de ·~rsti11 dl. 'h.~ .d. _ '~-, ll~ra~ u t IAr l~ . Il ~ el! a tnfJnh. l ' yn d' a'iI rI.Ih.",,~t 3 co.t.lty ~ ... r l.ifïiiii~ __ ~:; gers, guêtres. chaussettes blanches. Le \Tai petit soldat ! K.nraté et grandes manoeuvres La discipline ct l'organisation, elles aussi étaient mil itaires. Répartis 'clans les troi s « commandos » Fral1cc, Europe et Rhodésie - le pays clu très raciste :\1. 1an Smith -, euxmêmes subdivisés en quatorze groupes, les stagiaires subissaient un entraînement physique intensif : près de deux heures de gymnastique le matin et trois heures de sports di \'ers l'après-midi judo. karaté, close-combat. Et bien 'ùr, on concrétisait tout cela par des manoeuvres para-militaires sur le terrain : équipes de surveillance nocturne, atta(~ues des « commandos» entre eux, investissement de maisons abandonnées. marches forcées de nuit SUI'- ~~ nO-t1te enoo.lJée 6pi-Ciale Marguerite KAGAN tout : « Ils devaient el/ faire des I~domètres ! » précise la femme du maire. « Des gens de GOlldargllcs l'Il 0111 rCIIcoutré de ces jeltlles, Ics pi::ds l'Il sal/g, Pâles, fatigués, perdlls dal/s la lIuit : il faut coI/naître la régioll pOlir s'.V re/l'Oliver. » Le stage se terminait magistralement avec le « raid ». sQit 80 kilomètres à pied (1). mais écoutons plutôt Jacques DevidaI - membre du Comité de rédaction d' « E1trope-Actioll » - qui signe l'éditorial de « Flamme » le 18 juillet: « Les amis qlli ont parlicipé au camp de l'année derllière (2) Il'Ollt pas ollbli~ leurs ampoules, ni la Pluie qui avait anosé le raid dans 1,1' bocage velldéen, ni les coups de ceintllrolls dOllllés par quelques défensellrs trop ::;é/és au moulin ... » « Les responsables dit ca7llp orgallisci/t un crapallltt (3) encore plus dllr· C'est normal, chaqlle année il doit .Y avoir 1I1t progrès. Olt est nali01lalisle Olt 011 Ill' l'est pas. Il faut savoir en bm'er ... « Tels sont les propos éclzallg és dans la salle de maîtrise (4). Des cartes d' Etat-I/Iajor y salit étalées sur la gralzde table. « Bientôt ce sera le départ des I/Iilitants rh',eillés brutalel/lel/t dalls la Il Il it, la marche fouée vers 1111 point ii/COI/III1, en silence, les dents serrées ... » Des méthodes de S.S. Le « raid» eut lieu dans la nuit du 21 au 22 juillet. L'enjeu final en était la traversée de la Cèze, apprend-on dan~ « Flamme» du 22 juillet. Cela nous fut confirmé par des Pal'lsiens qui campaient au bord de la Cèz~, précisément sur le point de ralliement des trois commandos. « Nous étions trois familles qui O'1,ions découvert l'admirable site de la Roquesur- C è::;e et espérions passer des vacances tral/quilles et sans Iiistoires, explique ?lIme 0 ... , femme d'un instituteur de Pierrefitte. « elle 1/uit, celle du 21, 110US fûmes réveillés en sursaut vers 5 lienr,es dit matin par des cris qui provellaiel/t de l'autre côté de la riz'ière. Nous nous exlirpons de llOS tentes el/ toute hâle: que voyons-nolls !' Ellviro1l une ccntail/e de jeltlles gens en teuue militaire de campagne obéissant à des ordres tels que : « J.farclie::: droit », .: Garde::; le rang », trO'1'ersm enl la Y/viere et débarquaient S il l' 1/Ot re rlz'e. » Ils se mirent alors à courir dans tous les sens, à tourner autour de nous. à se poursuivre dans les tendeurs des tentes. .Indignés ,l)ar leur sans-gêne et par ce ventable lI1Vestlssement, nous avons apostrophé J'un de leurs che [s, ùgés environ cie 30 ans. - Allez doue pills loin, VOltS êtes des sauvages, nos enfants dorment. - l 'mpossible : c'est ici notre point de. ralhement. Nous avons préParé le l'ald sur des cartes d'état-major ,et nous n'avions 'pas prévu de campeurs. - NI ms V01tS ave::; des méthodes de S.S., de vrais fascistes, inten'iennent ~lors le~ ~is de M_me O ... , un couple de Jeunes Juifs, dont les parents furent déportés · P. S'ADRESSE AUX DÉPUTÉS ET AU GOUVERNEMENT a estimé proposiannées discutées. des grouratifie de tou- 1965, à « La renaissance et ,la recrudescence d'activités nuisibles pour la paix publique de divers mouvements d'inspirat ion nazie ou néo-nazie, écrit Charles Palant, les manifestations de racisme de plus en plus fréquemment constatées à l'égard des travailleurs des dé· partem ~n ts d'outre·mer et des travailleurs étrangers résidant en France, ,les campagnes de presse racistes qui se développent, soulignent l'opportunité d'une telle Jégis'lation. » Un troisième texte La troisième proposition de loi soumise aux députés concerne « l'interdiction et la dissolution des associations ou groupements de fait provoquant à la haine raciste » . Son article unique consiste en un additif à la loi du 10 janvier 1936 sur les" groupes de combat et milices p~ivées ", auxque'l'S seraient désormais ,assimi lées les 'organisations « qui inciteraient à la discrimination raciale envers des personnes ou des groupes d'e personnes 'en raison de leur origine religieuse, 'et hnique, nationale, ou de leur absence de nationalité, ainsi que celles qui proposeraient des idées ou théories fondées sur une telle discrimination, ou qui prétendraient justifie r ou encourager cette forme de haine et de d iscrimination .. » Ce texte ne fait que repr,endre, en l'adaptant au Droit français, l'une des recommandations contenues dans la Concention inte~natio n a:le votée à l'O.N.U. da:ls l'article 4 C, ainsi formulé: (Les Etats parties s'engagent notamment) « à dé clarer illégales et à interdire les organisations ainsi que les ac· tivi tés de propagande organisée et tout autre type d'activité de propagande qui incitent à la di scrimination raciale e t qui l'encouragent, e t à déclarer délit punissable par la loi la participation à ces organisations ou à ces activités ». La Convention internationole La ratification de la Convention internationale constituerait, on le voit, un engagement, pris par la France, de ,Iutte'f efficacement contre le racisme, et de prendr'e à cet effet toutes les meflUres in'di'spensabl'es. Cette rat ification, qui favorise'mit d'une façon très importante, ,l'action antiraciste da ns son ensemble, serait sa luée par tous c,eux qui souffr,ent du racisme, qu.e ce soit dans notre pays même, ou a'ill eurs. Répondant à une que'stion écrite de M. Paul Coste-Floret, le ministre des Affaires Etnangères faisait savoir, cer été, ce qu i suit ( Journal Officiel» du 14 ju in 1966) : « Le texte de la Convention internat ionale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, approuvée par l',Assemblée générale des Nations Unies le 21 décembre 1965, est actuellement à l'étude dans les differents départements ministériels intéressés (ministère de la Justioe, ministère des Affaires Etrangères, ministère de l'Intérieur). 11 convient de noter que s i, d'une façon générale les t raditions et la législation fra'nçaise répondent par avance aux objectifs de la Convention, celle·ci contient certaines dispositions, et notamment des clauses da mise en oeuvre qui constituent une innovation dans la ,pratique des Nations Unies, et appellent un examen appro~ond i. » Cette réponse appelle, à notr,e avis, deux remarquas : 1) S' il est vrai que l'es objectifs de la ConvenNo'!l 'sont co nformes aux t ra· d'itions françaises, on ne saurait affirmer que notre lég'is lation actue lle « répond par avance " à .ces objectifs. le fa it que des' députés de tous fies horizo ns approuvent Iles propositio ns de ,lois du M.R.A.P., montre suffisamment « 011 sellia it qu'ils avaient des cOllsigll es Irès strictes concernant lellrs rapj'arts a'1'ec les étrallgers. Ils I/e relevèrent pas celle pll/'ase mais iudiqllèrellt qll'ils apparlellaicllt 011 camp de 7JaCances de la FE.N. » - L'esprit dalls leqllel 'vous élevc:; la jeul/ esse est "-'raill/eut discutable, s'exclama M. U ... - Ça leur fait du bieÎt· Ils salit lev és depuis :2 heures du malill et out déjà UNE QUESTION ECRITE Dans une question écrite au Ministre de l'Intérieur concernant la découverte d'un camp d'entraîne· ment de mercenaires dans l'Ardèche, M. Roger Roucaute, député du Gard, fait également état de la tenue du camp de la F.E.N. dans ce département : « Un camp sus· pect se serait installé, écrit·il au cours du mois de juillet, dans un mas situé dans un triangle peu ha· bité et délimité par les communes de G()udargues, Saint·André·de·Ro· quepertuis et Méjane·le·Clap. Une vie militaire, avec la discipline y afférente, était celle d'une centaine de personnes ayant pris possession des lieux ... » A ce propos, le député du Gard demande au ministre s'il a ordon· né une enquête au sujet des faits signalés par la presse sur l'existence de ce camp « activiste » et dans l'affirmative, quel en est le résultat. fait ..JO 1?i101llètres à pied. Ça les virilise ... Au camp-école de Goudargues, la formation « idéologique » n'était pas négligée, au contraire. Tous les jours, de 10 h. 30 à 13 heures et de 15 h. 15 a 16 h. 30, les stagiaires receyaient des cours dits « de formation ».

  • Suite page 1 S.

(l) Notons au passage que tous les chiffres concernant les performances sportives des stagiaires ont été données par les responsables du camp, dans leur bul· letin ou au cours de conversations avec les gens du village. Or, ils sont incontestablement « gOnflés ». Effectuer un raid de 80 kilomètres en une nuit, c'est humainement impossible, à moins de pulvériser les records olympiques. Ailleurs, les « raiders » disent aux campeurs qu'ils réveillent à 5 heures : « Nous sommes partis à 2 heures et nous avons déjà par· couru 40 kilomètres ». Soit une moyenne de plus de 12 kilomètres à l'heure ! C'est évidemment une vantardise : ces courageux sportifs en disent plus qu'ils n'en font! (2) Rappelons qu'un stage identique avait eu lieu l'été dernier en Vendée. Alertés par les bruits de canonnade que les stagiaires diffusaient par haut-parleurs pour parfaire leur entraîneme.nt, les gendarmes avaient dû intervenir. (3) Marche forcée en argot militaire (N.D.L.R.). (4) Le P.C. d'Etat major, pourrait-on dire. (N.D.L.R.). la nécessité de compléter les lois 'existantes. Seu le ladoption de te ls textes peut aS'surer la mise hors d'état de nuire des groupes et des individus qui se livrent encore impunément, à des discriminations ou à des campagnes diffamatoires racistes. 2) Les innovations relaNve's à 'la mise en oeuvre de la Convention ont pour but de l a~endre efficace 'et de ravoniser le oontrôle des mesures qu'elJ.!e préconise. Ce'la ressort des débats 'qui ont eu li,eu à ce sujet à l'O.N .U ., et dont nous avons rendu compte (1). Sans contester la néce'ssité d'un examen approfondi, disons clairement que nous y voyons une raison de plus pour souhai· ter une ratification rapide. Afin que toutes dispositions puissent être prises, tant en faveur de la législation an'Nraoiste que pour la ratification de la Convention, le M.R.A .P. s'est adressé, en même temps qu'aux dé· putés, au ministre de la Justice et au Président du Conseil. • Nous ne doutons pas que Ges démarches recueillent l'app'robaNon et Ile SO ~Itien de l'ensemble des antiracistes. (1) Voir « Droit et Liberté " n° 249 du 15 janvier 1966. 10------------------·------------------------------------------------------------- DRAME INIMAGINABLE EN PLEIN PARIS! Une jeune mariée Mlluricelle (20 lins) violée 7 lois dans un camion rue de Belleville Dar une bande d'AlgérienS qui assomment et mettent en fuite son mari Un 8' agresseur emmène ID victime inonimée dons son hôtel obuse d'elle et ID séquestre 12 heures LUI SEUL A PU ÊTRE ARRÊTÉ l'ltata d-4'"1I , li . ' •• nll ..... ~. M' I" '~' 10111 ... ,e,i," ~. 21 '"1, A"~""",,,~01 lau.oI, I.nl ."',ui, ... 11,.,..",., Il ... ,. """"U "'h,,, M.. . ",,,.,,II,;,,,C.,II, 7J •• ,(,h,' ••• ".ail., 1 tl. J ........... u l ." ... vuhi""'.I'" .•••. JO. lltuII"u "UIu 1110 ... fr,l . ",u.'I ...... ,., "" .h"I,ulllln .ul. I rnlf Il'th .. , Il'.U •. l 'h .... "' •• c.",m ... Vi".,", Va',i,.2f '",. ,.r. Il, J,III ... " , • " .... iI Il fv;" ,., "" li",."t 'Ilii ",i, •. ,V,i, , l, Il,u,;',, ,_,. , Cette aeptuagénaire a failli, elle aussi être violee (par IIR Martiniquais) 2 JEUNES FEMMES Le Parisien Libéré du 28 octobre 1965 (en haut) et du 4 octobre 1966 (ci-contre, à gauche). La gravité du forfait, et la place qu'on lui accorde à la une dépendent moins de sa nature que de l'origine des criminels. Le crime d'Algériens est « inimaginable », alors que celui de Français n'est somme toute qu'un fait divers parmi d'autres : il n'a droit qu'à un sous-titre, sous un titre plus général et plus anodin. VIOLENTÉES dons le Vol- de -Morne o A Chevilly-Larue, une aide soignante itvitil été allilquée par le satyre qui terrori Sitil le quartier Il EST ARRÊTÉ, C'EST UN PÈRE DE 5 ENFANTS a A Montreuil, Ghislaine (17 ans) entraÎnee dans un terrain vague par 8 vauriens cv.,;, .1. _ 8.) CONDITIONNEMENT ••• GHISLAINE, jeune fille sage .est entraînée par huit 1eunes voyous dans un terrain vague à Montreuil, et violée huit fois. Ces viols collectifs, dit la police, se généralisent dangereusement depuiS quelque temps. Quelques jours plus tard . d'ailleurs, trois des voyous , sont arrêtés : le chef de bande qui n'a pas trente ans est marié et père de famille. Ce triste fait-divers ne vaudrait pas qu'on en parle s'il n'était survenu, ce mois-ci, un an , presque jour pour jour, après un fait-divers presque similaire : à Belleville, Mauric'ltte 20 ans, fut aussi violée s·ept fois par une bande de voyous Qui avaient ·à demi assommé son mar.i et l'avaient entraînée dans un camion en stationnement. Entre ces deux forfaits, il existe pourtant une différence. Cette année, les voyous étaient français, l'an dernier ils étaient algériens. Et la comparaison entre la façon dont ont été rapportés ces deux faits identiques est fort révélatrice. Ne parlons même pas des journaux racistes, Minute et autre Rivarol qui s'étaient déchaînés à l'époque contre la « pègre algérienne » . Ceux là n'ont pas besoin de faits réels pour se déchainer ; les faits réels les gênent même plus souvent qU'ils ne les servent. La récente affaire de Montreuil, ils n'en parlèrent même pas. Mals dans de t'ais -cas :il n'est pas 'sans intérêt d'observer certains organes de la grande presse quotidienne. TOUJOURS LE MEME EXEMPLE L'Aurore du 4 octobre dernier, par exemp'ie ne ·consacre à la triste aventure de Ghislaine qu'un entrefilet de quinze lignes surmonté d'un titre en petits caractères. Le fait est raconté brièvement. L'indignation du journal se Signale par un seul adjectif : on y parle des « odieux» agresseurs. C'est faire bien assez de place, direz- vous, à un fait-divers lamentable dont l'exploitation journalistique n'aurait pu que flatter les instincts les plus douteux du public. EN PLEIN PARIS, RUE DE BELLEVILLE ' UNE JEUNE MARIÉE DE 20 ANS est violentée par 7 Nord-Africains qui assomment son mari l U ~E fois de plus. une jeune femme vient d'être la victimêe d'une ignominieuse agression. !\tais ('elle-ri de paSSe en atrocite tout ce qUe J'on peut imaginer En p lein Pans Jne Jeune rnance de 20 ans a t'té VIOlen ti!e par sept Nord- Afnc3I1ls. .. près que son 01 .. /1 eut ctE' as' ammé Apn:s quoI. un h UI' ueme agresseur ra sequestree dans son h6tel pendant pl us de douze heufes et a odieuse· ment abuse d elle à nou\ eau . Mauncette P OU\'flere spt-- nall~ée et son man, un mil , t.ure de 20 ans. aHecte au 'l;el ~ tee des tfansmlSSlons aux l,,· ~alldes. consornmiuent I ,w'ff' mul d.:lrts une brasse ne Je 1.:1 place de la R€'publlquE' L.:I t'Iu~nlèle, li cette heure hl,dl\e - Il etait pres de 3 heLles du matlll - ('tau es-~en'I"leml;"ll composée d'AlgerIens PlUSIeurs d'entl'e eux vlZlrent s 1,.'!I.:IlIer a la table du ::ou ple Des l' :" pressions Obscènes, lis en Vin rent bIentôt aux gestes, Sou cieux d'éVIter tout scandale le leune t'poux pnt sa compagne par le bras, et, sans dire mot so rt it du bar Les Aigeflen~ lu' emboltèrent le pa. A peme les Jeunes gl'ns

Wil/enl·lls rail ~ue!que" p .. "

sur le troUolf qu un ce rcle me naçant se form .. autour d eu)( Lun des hommes ~e dt'f.lcha el se mIt Il. cha/lUler • la Jt'une femme Celle (OIS. le mllitalre reaglt 11 s'elançd et re«;ul deux coups de lét.e en p lcln vu.age qUI lUI fracturèrenl le nn et lUi rendlft'nl les lèvres Ses all'es~eurs parurenl el frayès pa r la vue du s"m,( "t battirent en retraite M ~is, rue de Belleville ce fut te drame Les Nord·Arr! ca ms, qui les 11\;Uent SUIVI'; se letl'rent !!LU' le jeune homme It- rouèrenl de ~oUp.i el Il' mil .. naclÎ'rent d'un COUleolU A(fo ;~ Il pru la fU lt t' t'l courut Olier- 1er le!! a gents du co mml S!a n~1 ("entrai du 21)' arrondlSgement qUI t'ni reprit lnunedl3tement des rondes. P,ndant ce 'emps, les dieu"" .. grcsseur! ~valt'nt tr .. lne la Jeune femm e JU Squ'" un cam fDn bathc el, l'un aprcs IdU' ue, la \'lol entcrenl Ils etaient ~p t t:n hÛltlcme, l(!omOln JUs' qu',J lor:; .1s:;t1re· t·tI, emmena hl \'Kllmt;, prt'sque Inolnunee .i son h6tclo 2!1 rue des 50111(11· re!t Bress{'e aux bras el aux j"lmbes, Mauflcclle etait Inca· pable de rcallr Ju,;qu·à 1,) heu· res, lodleux personna ge abusa d'elle " plUSieurs l('prlSol!S Apres quoI II la laIssa partir ell hl! recommandant le Silence SeuJ ce dernier agressAuf ~ pu être arrete Jusqu ',\ prt'J;ent Il s agit d'A.bdelm.1dJld Bou· ZIO, 21 ans Malgfe ses dén,galions, Il a cte Inculpe et ecroue QU;lr~ li la m.llheureuse Jeune remme_ elle A ete lransponee .i I"h6plL.i1 Tenon Ce genre d agreSSion, est nelas' trop frequenl de no~ !Charles 8 juillet 2010 à 10:25 (UTC)nl~ lees:al:,~~err.,Charles'.;Charles 1 calns, dont le nombre ne ceMe 1 de croitre depuis les accords de 1!Hi2 entre Pans et Alger et rarrlvee en masse des • tra. villlleurs • algenens, Il est, bien sClr, le tait d 'une mtnorite Mais il est plus qu'urgent que des mesures energlQues sOIent prises par les autorites que la police SOit de plus en plus v 11 IJante el severe 1 .. lusII(' p 'UJu ..... Certes, mais pourquoi le même journal avait-il consacré plus de 100 lignes, le 28 octobre 1965, au même fait-divers, où les coupables étaient algériens ? Cent lignes assorties de force commentaires sur « l'ignominiEl'use agression », qui « dépasse en atrocité tout ce qu 'on peut imaginer ». Et le journal concluait en appelant la police et la justice à plus de vigilance et de sé· vérité face à l'arrivée en masse en France de « travailleurs » algériens (les guillemets étaient de la rédaction de l'Aurore). De même, le Parisien libéré, qui avait consacré au malheur de Mauricette une part de sa « une » avec photos, surtitres et commentaires, plus, en page intérieure, une centaine de lignes et un long commentaire, ne consacre que deux lignes de titre à la mésaventure de Ghislaine (encore ne s'agit-il que du complément d'un titre plus général), et quinze lignes en page intérieure. Paris-jour, qui consacre une place à peu près équivalente aux deux faits juge bon en relatant le viol commis par des criminels « bien de chez nous » de rappeler le viol commis l'an dernier et de stigmatis·er « .oe,s bandes de Nord-AfrIcains pour qui le viol est monnaie courante » •.. Or l'Aurore du 30 septembre dernier fait le point des drames qui se jouent chaque nuit dans « Paris coupe-gorge » : « Depuis le début de la semaine·, il y a eu 178 cambriolages, 380 vols à la roulotte, 70 vols à la tire, 5 agressions de chauffeurs de taxi, 15 agressions d'hommes seuls, 7 de femmes, 15 viols et 200 vols de voitures » En une année ce sont presque 300 Viols qui sont commis dans l'agg1l-omération parisienne. Or chaque fois que l'on veut en rendre les Algériens responsables, on cite toujours le même faitdivers, ancien pourtant de plus d'un an. Celà ne prouve-t-il pas combien est arbitraire et fausse l'accusation systématique portée contre la communauté algérienne ? S'agit-il toujours d'un racisme délibé· ré ? Ou bien est-ce inconsciemment qu'un fuit-dive'rs où sont 'inculpés des NordAfrica'ins sem!}le d',emblée plus 'intéressant, du point de vue du « sensationnel » et de la vente, que le même forfait perpétré par des voyous françaiS ? S'il en est ainsi, le fait n'en est que plus révé- LES MAtONS ALGERIENS N'ONT-ILS DROIT OU'AUX BIDONVILLES? Un foyer-hôtel destiné aux ouvriers célibataires doit être édifié à La Garde, dans la banlieue de Toulon. C'est l'Union Syndicale des entrepreneurs du Var qui a pris l'initiative de cette réalisation, qui sera financée par les crédits de l'Etat. Plusieurs foyers de ce genre fonctionnent déjà, dans plusieurs zônes industrielles : Rennes, Le HaVire, Pau, Cherbourg, Dunkerque, Paris et sa banlieue... Celui·ci mettra 315 lits à la disposition des travailleurs du bâtiment que l'aménagement de la zone industrielle de Toulon-est va attirer dans le secteur. Comme chacun sait, c'est l'industrie du bâtiment qui emploie la plus forte proportion de travailleurs étrangers immigrés. Nombre d'entre eux bénéficieront donc, à Toulon, de l'ac· cueil de ce foyer. Il n'y a lieu que de s'en féliciter : voilà enfin une réalisation qui change des éternels bidonvilles L .. Pourtant, cette réalisation sociale n'est pas du goût de tout le monde. A La Garde, des pétitions circulent, pour s'opposer à la construction prévue

ce sont des rapatriéS d'Algérie

qui ont pris l'initiative de cette opposition

« Ce quartier sera plein de

Nord-Africains ! » disent-ils. Un argument plus subtil est aussi utilisé ; il existe à La Garde un quartier résidentiel, Les Savels, bâti en villas et en appartements de grand standing. Or, affirme-t·on dans le quartier, l'implantation de ce foyer et la 9résence voisine d'immigrés risquent de faire baisser la valeur de ces villas et de ces appartements ! Ces arguments, qui justifient le mépriS d'autrui au nom d'intérêts économiques réels ou supposés, ne sont pas nouveaux. Sans le savoir, peutêtre, les pétitionnaires de La Garde ont repris à leur compte les arguments des racistes amencains qui s'opposent systématiquement à la « déségrégation )) dans l'habitat. La législation élaborée par le Gouvernement fédéral pour lutter contre cette forme de racisme se heurta à l'opposition catégorique du Sénat, non pas au nom d'options ouvertement racistes, mais au nom d'arguments économiques : l'installation de Noirs dans des quartiers blancs allait faire dégringoler les prix de vente et de location. Allons-nous voir des arguments de ce genre se répandre en France ? Ils sont plus dangereux que les argumentations bêtement racistes. Tel, que la présence d'un Algérien dans un autobus ou d'un Noir au restaurant ne « gêne )) pas, risque de changer d'avis s'il commence à se laisser convaincre que ses intérêts immédiats sont en jeu. A La Garde, donc, des pétitions circulent à travers la ville. Il serait très grave qu'elles soient suivies d'effets. A cet égard, la construction de ce foyer-hôtel constitue un test. L'Aurore se défend de flatter le penchant morbide d'un certain public pour les faits-divers ignobles. On pourrait la féliciter de refuser tout tapage autour de cette triste affaire de viol (ci·dessous : numéro du 4 octobre 1966). Mais alors pourquoi, lorsqu'un fait rigoureusement identique met en cause des Algériens, lui consacre-t-on huit fois pIus de place et des commentaires qui sont autant d'encouragements aux préjugés raciaux (numéro du 28 octobre 1965) ? ,.-..- - , ... - HUIT «J.V." ABUSENT D'UNE JEUNE FILLE Sous pTi-texte de la recon~ ujre che?, elle à Champigny. 1 autre SOIr. d eux jeunes gens emmenèrent Ghislaine. 17 ans, dans un terrain vague il Mon~ reuil (Seine-Saint-Denis) où Ils furent rejoints par SIX ~omplIees. Après l'avoir rouéi! de coups. les huit voyOUS abusèrent tour à tour de la jeune ~11I~ . 9ui a clû être transportée a .1 hoplt a l Saint-Antoine Ses odIeux agresseurs n ·ont pas He re tro uv~s , .. . ~ : lateur ; le racisme avoué et militant d'une minorHé de pousse-à-Ia-haine aura'it vite fait long feu s'il ne trouvait un terrain préparé, au niveau du grand public, par une présentation souvent fallacieuse des faits. DES ASSASSINATS « PAS BIEN GRAVES» 'i N« ObUeSs »n,' aiomnotn sd itp, asp oluesr Aleruar défense, trois jeunes voyous de 19 et 20 ans qui passaient leur nuit à attaquer des travailleurs immigrés. Ils ont à leur actif deux meurtres et vingt agressions, toutes à Orly et Choisy·le-Roi. « Au début, on les' frappait avec nos poings, ont-ils encore expliqué à la police ; mais ils se défendaient tellement qu'on a dû prendre des couteaux et des barres de fer. » Deux travailleurs ont ainsi été assassinés, Amar Kadri, 45 ans, à coups de couteaux, et Mahmoud Khaldi, 28 ans, à coups de barres de fer ; plusieurs autres, algériens ou portugais, furent gravement blessés. Puis les trois voyous les délestaient de l'argent qu'ils avaient sur eux. L'un des trois était algérien : il se faisait appeler Daniel, et ses deux complices le croyaient « pied noir »_ Son acharnement contre ses compatriotes n'est pas incompréhensible

le « complexe du colonisé

)) a parfois conduit certains hommes à des errements de ce genre_ D'ailleurs, le racisme de~ agresseurs n'était pas, si l'on p~ut dire, « désintéressé )) ; et c'est peut-être là l'aspect le plus tragique de ce fait-divers : que des dévoyés puissent se persuader que l'agression contre des immigrés n'est après tout « pas bien grave )), et qu'elle leur vaudra moins d'ennuis que l'agression contre des « métropolitains ». I! faut bien reconnaître que ce raisonnement n'était pas dénué de tout fondement. Ces agressions nocturnes se répétaient régulièrement depuis plusieurs mois, dans le périmètre assez réduit de deux villes de banlieue peu étendues ; les deux cadavres des ouvriers assassinés furent découverts dans la rue, le premier en mai, le second en août, six et trois mois avant la triple arrestation. Et ce ne sont même pas ces assassinats qui mirent la police sur la piste des trois bandits, mais un banal vol de cuivre dans un entrepôt d'Orly. Ils furent arrêtés pour ce forfait mineur, après quelques jours d'enquête seulement, et c'est alors qu'ils avouèrent les autres. Il reste maintenant qu'ils vont être bientôt jugés. Il ne faudrait pas que le jugement confirme l'impression qu'on ne peut s'empêcher d'avoir en lisant le récit de cette triste affaire dans certains journaux

qu'un assassinat de travailleur

immigré est à peine plus grave qu'un vol de cuivre.


11

LE / / FOLK BLUES A PARIS Le développement actuel de la lutte des Noirs aux Etats-Unis s'accompagne d'une renaissance extrêmement féconde du chant populair,e afro-américain, le blues. Un festival de l'American fo'lk blues s'est déroulé à Paris le 1" octobre dernier. Droit et L'iberté y était. Au commencement était le Blues; ainsi est-il écrit dans le Grand Li. vre du Jazz. Puis brutalement les prophètes, semble-t-il, s'éteignirent et on n'entendit plus que le ronflement, profond comme un fleuve, des prosélytes ! Aux petits enfants bien sages, peut-être avouera-t-on que loin de disparaître, les pèlerins à la guitare et les « révérends » à la robe houleuse s'en allèrent hurler dans le désert de consciences désormais sourdes ; de zélés propagandistes, la main droite effleurant le piano, pourfendaient sur un rythme à 5 temps l' « Oncle Tom », en parcourant d'un oeil inspiré des traités de la fugue et du contrepoint. Aussi, au moment où, transis de « cool », les bergers se décidèrent à « reforcir » l'enfant en le remettant au sein, il s'était formé un peu partout de petits troupeaux fossilisés d'amateurs de ce que l'on pourrait appeler, faute de mots, un « Jazz folklorique » . Pour aimables qu'elles soient, ces remarques expliquent cette impression de frustration, qu'invariablement je ramène chaque fois qu'il m'est donné d'assister à un concert de blues. Inexplicable soif d'absolu ! réduisent à l'état d'épouvantails nos fantômes familiers. Dans les grosses pattes de James « Yank » Rachell la mandoline paraît bien minuscule. Elle reste insolite et assez peu « blue-sy ». Qui m'expliquera le succès mitigé qui fut le lot de Junior Wells? 0 fans de peu d'oreille n'avez-vous pas reconnu dans cet ondoyant garçon la réincarnation du pauvre vieux nègre aux cheveux crépus? L'oeil est plus vif, l'allure féline et méfiante me direz-vous. Aussi un petit harmonica a-t-il remplacé la guitare. Le blues qui tout à l'heure pleurait s'est soudain électrifié et prend - le ciel nous protège - des rythmes de jerk. Le swing a quitté les orteils et se répand par tout l'être même si la tête reste froide! Junior Wells a trouvé un style personnel qui en fait l'un des meilleurs harmonicistes actuels. Sa dédicace à Sonny Boy Williamson est à la fois un hommage au grand disparu et l'assurance que le feu sacré du blues brûlera longtemps encore, « from the deep south to the siums and ghettos of our Nothem Cities ». (1). Le blues est un art qui combat pour l'intégration et la justice. Big-Joe Turner a la décontraction du géant sûr de son appétit. Du haut de ses deux mètres il a dominé les vicissitudes de l'histoire du jazz depuis les années 30, qui le virent débuter à Kansas- City. Joe Turner c'est un mot, un seul, swing. Le swing ample, vigoureux, dévastateur! Ecoutez l'orchestre qui lutte note à note, rageusement, derrière l'ogre dont la puissance s'apprête à chaque mesure à le submerger ; regardez vibrer le public bousculé dans sa délectation compassée. Tendus en avant qui, battant du pied, qui rythmant du cou et de la tête, nous tapons des mains! Le hurlement n'est pas loin. Il suffit que Big Joe attaque « Lasl Good Bye Blues ». Jack Myers, à la basse électrique, et Fred Below, aux drums, forment une section rythmique comme je les aime. Avec eux les marchands de métronomes font faillite à tous les coups. De vrais bûcherons du tempo! Et paturellement vous vous mettez à danser. Eh oui, c'est ça le blues. Pie rre HOUNGUE·COULA. (1) « Du sud profond aux ghettos et aux taudis de nos cités du Nord ». Citation empruntée au Révére. nd Martin Luther King. Nous nous étions pourtant retrouvés de plein corps, « in the mood » par la magie des doigts et de la voix de Roosevelt Sykes, glorieux vétéran que l'on n'entend jamais sans une inépuisable reconnaissance. Depuis 1929, Roosevelt Sykes a enregistré un millier de plages fameuses. En écoutant Come on Back Home et surtout Mistake in life, on pense irrésistiblement à Memphis Slim, car, par un caprice du destin, le disciple est plus connu du public que le maître. Mais Roosevelt marquera ce festival à un autre titre : sa présentation tout au long de la soirée, si pleine. d'aisance et d'humour restera un souvenir rare. Ce sera le véritable souffle brûlant de Sleepy John Estes « l'ancêtre » à Junior Wells, le « kid » ; de la misérable cabane du Tennessee aux taudis de Chicago. MARIE LAFORET, JOAN BAEZ ET LE FOLKLORE Otis Rush, c'est la nouvelle generation, celle des « city-bluesmen ». Le guitariste gaucher chante d'une manière à la fois attachante et très dansante. La corde perd de sa sécheresse, le « swing » s'installe, léger et vigoureux. Un réel talent que l'assurance d'une consécration certaine épanouit déjà dans « Double Trouble ». Il n'y suffirait pas des quelques lignes que m'attribue Droit et Liberté s'il me fallait ici faire l'éloge d'Otis accompagnateur. Little Boy Montgomery, bon pianiste, soliste plaisant, met semble-t-il son ambition à chanter; petite erreur que son jeu délié à la facture brillante souvent, très « Nouvelle Orléans ", lui fait pardonner. Avec Sippie Wallace nous nous retrouvons dans les rondeurs des grandes « ladies » du jazz. De l'allant, du « feeling », énormément de gentillesse et une étonnante carte de visite: King Oliver, Louis Armstrong, Sidney Bechet, pour ne citer qu'eux, figurèrent au premier rang de ses accompagnateurs. Il faut bien sûr citer Robert Pete Williams - pour mémoire - qui semble avoir gardé d'un séjour en prison où il devint musicien, la manie du solliloque. La minute d'émotion, de compassion même, est là avec Sleepy John Estes, simplement, directement. Sleepy est né il y a sûrement très longtemps à Brownsville (Tennessee). Sa gloire fut égale à celle des grands : Big Bill Broonzy, Joshua Altheimer et autre Washboard Sam dans la période allant de 1929 à 1942, époque à laquelle il enregistra de nombreux disques qui comptent parmi les meilleures faces de blues. Puis ce fut l'oubli, la misère matérielle et physique jusqu'au « blues revival » en 1962. On le « redécouvrira », alors qu'entouré de sa femme et de ses cinq enfants, il croupit, aveugle, dans une baraque infecte qu'on lui « prête » dans son Tennessee natal. Laissez mourir le blues et Sleepy John Estes sera un mythe vivant ; mais le blues est là plus que jamais vivant et le pauvre Sleepy devient sa propre caricature. On se surprend soudain à haïr les manieurs de dollars dont les projecteurs désinvoltes et implacables JE voudrais que cet article, consacré pour une fois aux interprètes féminines, me soit l'occasion de l'encire un hommage mérité à une jeune chanteuse française connue pour ses rôles cinématographiques, bien avant qu'elle fasse dans le disque la carrière que l'on sait : Marie Laforêt (Disque Festival). La jolie voix cie Marie Laforêt, en s'appuyant sur des mélodies agréables, aux thèmes simples, aux couleurs sentimentales bien alliées à l'idée que l'on se fait cie cette jeune personne rêveuse et romantique, a fait le succès cie plu- . sieurs titres cie ces clernières années : Les vendanges de l'Amour (Festival 451331) Grand prix clu Marathon de la Chanson Française 1963-64 ; Viens sur la M01ltagne (Festival FX 1397) ; La Joan Baez Pla3'a (Festival 451411), puis récemment La Bague mt Doigt (FX 451430). Qu'elle chante en Français, en Italien (FX 1383) ou en Anglais, Marie Laforêt sait faire partager à ses auditeurs une sensibi lité qui est bien autre chose que le résultat d'une expérience de comédienne chevronnée. Il ne faut pas oublier que notre jolie coméclienne. surnommée, à juste titre, « le plus beau reqard du Cinéllla Français » a fortement participé à cette vogue retrouvée clu fo lklore. Elle a poussé cette recherche jusqu'à recréer des vieux chants clu folklore français : V'la l'bon vent, Aux marches du Palais (Festival FX 451347) ce qui est inhabituel dans le commerce cie la chanson, plus axé sur les méloclies anglo-saxonnes et américaines. La gloire de Bob Dylan, s; récente venue à Paris, l'intérêt certain cie son répertoire, n'a pas permis à mes confrères en discographie de rappeler que c'est

Marie Laforêt qui a, l'une des premières,

mis à son répertoire, une chanson cie Bob Dylan : Blowin'in the wind (Festival FX 451353) clont le succès a sans aucun cloute servi à l'implantation de ce répertoire en France. UN ENREGISTREMENT PARFAIT Quant à Joan Baez (Disques Amadeo) c'es le Festival Folklorique cie Newport de 1959 qui, clu jour au lendemain, l'a rendue célèbre. Les trente mille spectateurs du festi val virent arriver un soir SlÙ' la scène une jeune fille cie clix-huit Marie Laforêt ans, modestement vêtue d'un chem isier et d'une jupe; aucune extravagance vestimentaire ne pouvait accrocher l'attention, mais sa voù pure et claire créa d'emblée un climat aclmiratif et passionné. Et l'on est tenté de la classer bien au delà des chanteuses cie variété habituelles. Est-ce le charme magique de son visage cie Maclone, la rare qualité de sa voix cie soprano limpicle et nuancée, la simplicité qui émane de sa présence ? tou jours est-il qu'elle a su, par sa personnalité autant que par ses clons musicaux réels, imposer au public et aux critiques cie réfléchir et de s'interroger sur les problèmes que, souvent, posent ses chansons. On ne peut qu'apporter cie l'attention à cette jeune femme sérieuse, et, d'abord par respect pour son talent, écouter ses arguments. Et quand on apprend qu'elle refuse cie payer cie ses impôts la somme qui corresponcl au pourcentage allant au budget militaire cles Etats-Unis, elle a plus cie poids que ces « néos-révoltés » qui chantonnent la Paix, les yeux sur le chiffre d'affaire, CJue nous proposent régulièrement les ecl iteurs de di sques Français. Fille cie Mexicain, elle a, dans sa jeunesse, été traitée de « négresse » par ses compagnes de classe. Sa lutte contre la ségrégation et le racisme n'est pas purement icléologique ; elle a vécu cela . A vingt-cinq ans elle peut dire, sans chercher l'effet : « Je m'intéresse avant tO'ut à la politique. Je sttis partisan du lIlouvement mondial ponr la Paix... la 111usique est secondaire à mes yeux... » Toute une série cie grands microsillons propagent en France l'étonnante présence de Joan Baez : A VRS 9113 (distribution Chant du Monde. A11lédéo) une floraison cie chants cI'amour, clont la version originale de Donna, Donna. Le plus récent est Farewell, Angelina, (A VRS 9175, distribution CED) qui lui valut avec Pauvre Ruteboeuf cie Ferré, un triomphe lors cie son passage à Paris, cet été. Mais le plus extraorclinaire témoignage clu talent de .T oan Baez demeure, pour moi, celui qu'elle a enregistré sous la référence AVRS 9151 (clistribution CED) et qui comporte : It ain me baby de Bob Dylan, et l'inoubliable Bachialias brasileiras d'Heitor Villa-Lobos, accompagné par huit violoncelles ; aria d'une beauté envoÎltante, où. la voix, solitaire, s'élève en une complainte déchirante sur un contrepoint de corcles clirigées par Maurice Abravanel : cet enregistrement clemeurera comme l'un des plus parfaits, musicalement et discographiquement parlant, cie nos cliscothèques. Rarement la volonté farouche des jeunes cie tous les pays de faire cesser les injustices et cie lutter pour la Paix a eu, pour s'exprimer, ambassadrice aussi capable ni aussi convaincante que Joan Baez. Bernard SANNIER-SALABERT_ LES CHANTS DU GHETTO Joue-moi donc une petite chanson qui [parle de Paix, Ou'il soit vraiment la Paix et pas [seulement un rêve, ...Ces paroles de la chanson yidish, cette musique nostalgique et simple, vous la garderez en vous longtemps, bien longtemps après avoir replacé dans votre discothèque le très bel album que nous propose le Chant du Monde: LE MUR, chants du Ghetto. Folkways records - FWX. M. 53558.) 12------------------------~-------------------------------- THÉATRE Une oeuvre pas comme les outres MILLE millions de sauvages et l'hexélgone, l'oeuvre collective du Théâtre-Ecole de Montreuil (1), va être reprise les 27, 28, et 29 octobre prochains, avant d'être jouée dans plusieurs locaHtés de la banlieue parisienne. A cette occasion, une conférence-information s'est tenue le 10 octobre dernier. Plusieurs responsables du T.E.M., notamment Jean-Marie Binoche', Jean Guérin et JeanPierre Legorgeu, y retracèrent la génèse de ce spectaole insolite. « En septembre 1965, a déolaré J.-P. Legorgeu, 'le T.E.M. repre na'it ses ac~ivités avec un projet de 'spectaole : La Religieuse, dans l'adaptation de Jean Gruante que Jacques Rivette avait mis .e'n scène au Théâtr3 des Champs-Elysées. Mais dans l'intervalle, le producteur Georges de Beauregard avait acquis l'exc lusi vité des droits pou'r faire un film Id'après l'oeuvre de Diderot, Tout le monde sait 'ce qui s'ensuivit, l'intervention de la censure, l'interdicti: Jn, etc. « Le T,E.M. partit donc à la recherche de textes, Mais le marasme actuel ,du Théâtre, et d'autres raisons - difficultés fin ancières,

lombre de 'comédiens, droits à

paye,... - firent qU'8 tOJS nos projets tournèrent court. C'est alors que nous avons déci'dé d'écrire nous-mêmes le t'exte de notre spectacle. ft ::; 'était là une idée que nous av ions depuiS la création du T.E.M. Mais nous voulio 1S attendre d'être mieux « rodés ", nous hé~itions à nous « lancer ". Nos difficultés nOJS incitèrent à 'l',audace, En octobre 65, nous prîmes la décision: un collectf d'écriture fut institué. « Nous 'avons proposé une échéance, mai-juin 66, et un thème, ,le 'racisme, Pourquoi le racisme? Parce que c'est un sujet actuel, brûlant, et qui nous concerne tou!';. « Pendant tout le mois de novembre 1965, I,e collectif d'écritur'e se 'réun it à un rythme accéléré. Peu à peu , un 'canevas se dessina, formé de cinq chapitres : les conflits raciaux actuels (problème noiraméricai n, Vietn am, apartheid) ; : k~ 'racisme « conventionnel » ('le nazisme, la déportation, l'antisémitisme, la guerlre d'AIgér'ie)

le racisme quo'Ndien (les réflexes,

les ,expressions toutes-faites, les préjugéS vis-à-vis des mino'rités) ; les racines économiques (,l'esc lavage, la traite, etc.) ; enfin la notion de race. « Pour le sty,le, nous propos'ions un montage d'élémen.ts divers: dialogue's, proj,ections, danse, expression cvrporelle, chanson. Chaque membr'e du co,lIectif ,d'écr,iture devait soumettre des propositions de séquences à un comité de rédaction. Sur 74 séquences proposées, on en conserva 16, dont certaines furent 'réécrites plusieurs fois avant d'atteindre une forme satisfaisante. « En février 66, les répétitions commencèrent

elles contribuèrent à amél iorer encore

le text.e et le spectacle. La mus'ique posa alLissi quelques prolJlèmes : elle va du jazz à la musique électronique, du letkiss à Honegger, du tango à un bruitage à base de coups de sifflets et ,d'aboiements de chiens. Vingt acteurs 'se partagent une bonne centaine de 'rô les dont Ile texte n'est pas immuable : notre but est de garder un texte toujours vivant, susceptible Id'être non se1ulement améHoré, mais aussi changé selon les urgences de l'actualité. " (1) Voir « Droit et Liberté" n° 255, oc- 1 tobre 1966. MARAT-SADE « La persécution et l'assassinat de Jean·Paul Marat, représentés par le groupe théâtral de l'Hospice de Charenton, sous la direction de M. de Sade », au théâtre Sarah-Bernhardt. Je crois qu'après cette représentation, il devient impossib le de soutenir que Sade ait mis son sadisme en application. Ce qu'il a fa it, c'est de découvrir le fonds éternel d'agressivité - comme dirait Freud - ,de l'homme, la jouissance qu'il éprouve à fajre le mal, la Schadenfreude. Elle se donne hélas ! libre cours à la fa,veur de tous les désordres. Cette phrase ne signifie d'ailleurs pas que Sade préconise de retour d'un régime autoritaire, il est violemment anticonformiste et les stances sur la misère du peuple et son exploitation séculaire sont sincères ainsi que ses tira· des contre la guerre. Mais la Révolution a fini dans la te rreur pour aboutir au césarisme et c'est ce qu'il ne peut lu i pardonner. Sa vision du monde est par ailleurs très pessimiste et il n'indique aucun moy,en de sortir de ce cercle infernal. Après lui, Freud parlera de dérivation et de sublimation Ides instincts d'abord bru:aux de la bête humaine ; on peut penser que le progrès économique atténuera - sans la supprimer - la férocité de l'hommE:. C'est A.M. Jul ien qui présente la version que Peter Weiss a donnée du drame de Sade. On peut dire que c'est un spectacle étonnant, qui rompt avec toutes les conventions du théâtre, sans tomber dans les outrances insanes de certains auteurs contemporai ns. Indiquons les principaux rôles: Jean Servais dans Sade, Michel Vitold dans Marat, Françoise Brion dans Charlotte Corday. Edgar WOLFF. LES PARAVENTS LA bande de trublions qui alla manifester à la représentation des Paravents, de Jean Genêt, au Théâtre de l'Odéon, ne pouvait rendre meilleur service à son auteur. L'oeuvre toute entière est conçue pour faire sortir le spectateur de ses gonds, et les incidents, les bagarres, la sen'ent mieux que CiNÉMA LA POURSUITE IMPITOYABLE VOULEZ-VOUS voir les résultats conjugués du racisme et de l 'intolérance la plus délirante: courez voir « La poursuite impitoyable » du réalisateur américain Arthur Penn, Un NOÎr lynché, un shériff rossé parce que, pour lui , la loi reste la loi, un jeu· ne délinquant abattu froidement alors qu'on le mène en p!ison, un climat de violence impitoyable et aveugle : tout cela dans une petite ville dominée par un fina ncier tout puissant et habitée par une population d'employés haineux Ce n'est pas le Far-West, c'est le Texas contemporain qui est ainsi décrit sans complaisance. Vous souvenez-vous de la photo de Jack Ruby descendant d'un coup de revolver Lee Oswald, l ' " as· sassin " de Kennedy, à Dallns (Texas) ? Vous nvez déjà vu, alors, une des dernières scènes de « La poursuite impitoyable n, aboutissement d'une montée implacable de la folie collective. Il faut rendre, en outre, à Arthur Penn cet hommage que la v iolence presque insupportable de certaines scènes n'est jamais gratuite, jamais filmée pour la beauté de l'image et de sa couleur. Des brutes terrassent le shériff (Marion Brando) à coups de pieds et de poings ; les " parties " du samedi soir (il y en a trois : celle du riche financier, celle de ses employés, celle de tout jeunes gens qui marchent allègrement sur les traces de leurs aînés) dégénèrent en débau· ches effrénées où toutes les femmes sont ivres, où tous les hommes dégainent les pistolets qU'ils portent toujours sur eux. Enfin, il y a la scène atroce et admirable de l'hallali , de la foule déchainée, surexcitée, cernant le cimetière de voitures où s'est réfugié le jeune délinquant

une extravagante kermesse nocturne

s'installe alors à la lumière du gigantesque incendie allumé par les lyncheurs. Délire des flammes, délire de la fouIe, qélire individuel de chaque personnage, dont pas lm ne se sent bi en dans sa peau et dont la violence constitue le seul exutoire, L'histoire reste ainsi exemplaire jusqu'à la dernière image qui évite le « happy end " trop souvent de règle dans ce genre de films : le shériff, au petit matin, frileux, abanrlanne en vaincu la vil le qu'il n'a pas pu dominer. Cette fuitp. n'est victoire qu'à son niveau : elle est pour lui la seule façon de garder son honneUi" d'homme. Histoire exe mplaire, histoi re actuell e, et terriblement dénonciatrice de l'ame· rican way of life, de ce culte américain de la violence dont les événements ré- Une scène de «Mille millions de sauvages ». les applaudissem~nts froidement polis cI'un public bien décidé d'avance à tout m·aler. Jean-Paul Sartre commença jadis une préface aux oeuvres de Jean Genêt. De proche en proche, cette préface atteignit six cents pages d'analyse serrée. C'est que j'auteur n'est pas simple. Dans Les Pa rG'uellts, comme jadis dans Les Nègres, il a choisi d'aborder le sujet du raci sme. Mais du racisme vécu, si l'on peut dire, de l'intérieur. Saïd est un arabe, un algérien, qui se voit lui-même avec les yeux clu colon, du blanc. Or, que dit le colon ? Que l'arabe est sal e, servile menteur, fourbe, paresseux. Saïd, ~n bon colonisé qu' il est, s'efforcera donc d'être tout cela à la perfection, jusqu'à en décourager la critique, à en cléconcerter le jugement de ses maîtres, ébahis cie trouver si parfaite incarnation d'un prototype qu'ils savent bien, 'lU fond d'eux-mêmes, fabriqué. L'action se déroule pendant la guerre d'Algérie, et c'est ce qui provoqua les hagarres que l'on sait. l 'ourtant le héros, S,lIcL Illet tant de bonne volonté à être un Arabe tel que le veulent ses maîtres qu'il va jusqu'à trahir ses f rères les maqui sards du F,L.N. J eall Genêt, voleur, pédéraste, clochard, bilgnard, a chois i, dans toute son oeuvre, de chanter la traîtrise, le mal et le erime ; non pas pour l es réhabiliter ni l eur troU\'er de bonnes excuses, mais pour désarmer d'avance la condamnation d'autrui, en la rendant déri soire en rcgard du forfilit. Dans Les Paravents, les todaits et la crasse de Saïd sc heurtent toUjOUïS ù la compréhension de ses compatriotes qui, ayant choisi le combat politique contre la colonisation et les préjugés raciaux, ont adopté du même coup des critères de jugement qui leur permettent de comprendre, donc d'excuser, les pires fautes. Saïd ne veut ni ne peut accepter l'explication et l'excuse pour un comportement qu'il a choisi inexplicable et inexcusable. Dans Andorra, par exemple, Max Frisch mcontait l'hi stoi re de l'homme que le regard et le jugement des autres transforment, de Z'extérieur, en juif. Les Paravents racontent le même drame, mais vécu de Z'illté- 1'ieur, et qui ne se dénoue que par la trahison, le seul crime qui soit vraiment i III pardonnable. G. C. MarIon Brando et Angie Dickinson : une interprétation remarquable, cents (assaSSinat de Kennedy, fou meur· trier d',L\uslin, etc.) nous donnent des illustmtions terrifiantes. Arthur Penn a réalisé un film tendu, nerveux, paroxystique, dont les rôles principaux ont été défendus par d'excellents comédiens : Brando le shériff, gigantesque, lourd et agile à la fois, avec tout le poids de ln catastrophe sur les épaules ; Jane Fonda, qui prête sa frimous'se aigüe et bouleversée à la femme du délinquant poursuivi et assassiné ; Angie Dickinson , bell e, calme, tellement féminine , en épouse du shériff aimante et angoissée, Tous ont été dirigés par Penn avec sûreté et justesse dans cette « Poursuite impitoyable n. FAHRENHEIT 451 (~ UAND j'entends parler de culture {( je tire mon revolver » : au nom de cet adage de Goering les nazis ont commencé par des autodafés de livres pour finir par les fours crématoires où périrent des millions de victimes. Les pompiers de « Fahrenheit 451 » ~uand ils entendent parler de livres sortent eux, leur lance-flamme car leur seul rôle dans ce pays imaginaire, pas très éloigné pourtant ni dans le temps, ni dans l'espace, est de réduire en cendres tout ce qui peut mettre en danger la société. Donc, les livres ... François Truffaut a adapté le très beau roman de l'écrivain américain de sciencefiction Ray Bradbury. Oskar Werner est Montag, le pompier qui trahit les siens parce qu 'un jour, il a lu un livre, après une rencontre :wec une fille non-conformiste (Julie Chistie, qui joue aussi la femme très conformiste de Montag). une fille qui parle de la vie, de l'amour, du bonheur. Bientôt, c'est la chasse à l 'homme et le pompier déserteur se réfugiera auprès des " hommes-livres .. qui portent dans leur mémoire le texte des iivres interdits qU'ils sauveront ainsi malgré tout. Truffaut a mis dans ce film sa passion des livres en tant que véhicules de cu lture et de civilisation. son humanisme, sa tendresse, sa lucidité aussi. Car « Fahrenheit n est un avertissement d'abord, on brûle les livres, en:}uite ... MARTIN SOLDAT C'EST un merveilleux «one man show " que nous présente Robert Hirsch dans « Martin Soldat ", le film que Michel Devill e a tourné pour lui, autou.- de lui. Martin, petit comédien minable , se trouve en tournée en Normandie au moment du débarquement de juin 44. Les Américains le surprennent en tenue de colonel allemand

le mécanisme est enclenché.

D'aventure en aventure, de quiproquo en rebondissement. il se retrouve en Allemagne en train d'organiser un attentat contre Hitl er. Finalement accueilli en France comme un héros, il sera refusé ... à la Coméd ie Française. On imagine lout le parti qu 'Hirsch a pu tirer d'un tel rô le à transform ation : il en fait un numéro de caméléon du gag. Le film est, de ce point de vue, réussi, alerte, amusant. Pourtant, en dépit du parti- pris de farce adopté par Devill e, il est parfois difficile de rire de certaines situations et certaines scènes, tortures ou gestapo, ne passent pas. N'accablons ni Hirsch, ni Deville : certains drames sont §ans doute trop frais pour qu'on puisse bâtir dessus des comédies. Raymond PRADINES. L'oUVrier mort, un thème qu'Edouard Pignon n'a cessé de travailler tout au long de sa carrière. Cette version, la première, date de l'époque du Front Populaire. LES ARTS Edouard Pignon au Musée dl Art Moderne LA rétrospective que le :\[usée d'Art Moderne consacre à Edouard Pignon témoigne éh'angement cie la grancleur clu peintre, cie son originalité. La continuité cie sa clémarche créatrice éclate ici. Et l'oeuvre évolue sous nos yeux, selon sa logique interne, l'authenticité cie es lignes cie force. Né en 1905, à Bully-les-Mines, dans une famille cie mineurs, Edouard Pignon éprouve dès sa jeunesse la vocation de peinclre. Il vient à Paris en 1927, fréquente des cours clu soi r de peinture et de sculpture, étudie au Louvre les OEUvres du Tintoret, de Véronèse et cie Rubens, cie Delacroix ... Fasciné par la profoncleur de l'espace et le mouvement, il élabore l'arabesque cI'un rythme très personnel, qui COl'l'eSpond au lyrisme animant sa vIsion. A travers les séries devenues célèbres, « 'uoiles d'OsteNde », « cueilleuses de jaslllill ». « pousseurs de paille », « paysans de Proz'cl1ce », « pLollgeurs », on voit s'amplifier le clynamisme de la couleur et des formes, s'en affi l'mer la puissance expressive. Parmi les « cOlllbats dc coqs » et les marines récentes, il est des oeuvres inspi rées, dans lesquelles la 1 iberté clu coloriste semble portée par le mouvement même de la vague ou de la vic ... Plus profondément encore peut-être que leur beauté violente m'émcuvent certaines toiles qui me clonnent le sentiment d'une réalité présente dont le poicls résiste au Ivrisme clu peintre. Comme si la telTil: ile densité de la vie faisant obstacle à l'imagination. l'obligeait à se dép,tsser. Certains portraits ]2llr exemple, certains \'isages de mineurs, un thème plusieurs fois repris comme celui de « l'oltvrier llIort ». La peinturc moderne atteint ici. à partir d'un drame particulier de !'ésonance universelle, à · l'expression d'une beauté tragique absolument neuve, comparable pourtant à celle cles anciennes dépositions de croix. Dans les peintures inspirées à Pignon par la mort brutale du mineur dans la mine, une identi fication se proclui t entre l'espace imaginél par le peintre et l'émotion qu'il veut exprimer, cet univers cie clouleur, cie fraternité, une fois sublime en la vie, au-delà de tout déchiren)ent. Juliette DARLE. LA LUMIERE DE VERMEER C'est devenu un lieu commun que de définir l'art comme un message dont la signification dépasse le niveau de la conscience même du créateur comme de la société au sein de laquelle il travaille. Une preuve supplémentaire de cette vérité trop souvent abstraite vient de nous être fournie par la très intéressante exposition du musée de l'Orangerie « La lumière de Vermeer » où, solidairement, dans une même expression intimiste, ont été rassemblés douze toiles du maître de Delft et quarante chefs·d'oeuvre éche· lonnés des primitifs aux maîtres con· temporains. Sans doute peut·on faire quelques ré· serves sur l'ambiguité de cette définition d'un courant artistique où la lumière, prépondérante en effet, pourrait être con· sidérée uniquement sous son aspect for· mel. Or, nous savons que Vermeer est un artiste au sens fort du terme et qu'il n'a pas seulement vu, mais voulu comprendre et faire comprendre ce qu'il voyait. C'est une oeuvre à clefs où, sous un décor propre à son époque et à son milieu s'expriment, sous forme de sym· boles, une multitude de sentiments corn· muns à tous les peuples et à toutes les époques : ennui, chagrin, amour, nos· talgie de l'évasion ... C'est à propos de cette plénitude d'ex· pression, de cette lumière à la fois ma· térielle et spirituelle que nous pouvons définir Vermeer de Delf comme un phare au sens où l'entendait Baudelaire dans son fameux poème, lorsqu'il décrivait toute création artistique. Guy PLOUVIER. ILES liVRES 1 « Je devais le raconter » Journal d'une petite écolière de 14 ans, d'une petite fille qui se croit comme toutes les autres ... mais c'est une petite juive et nous sommes en juillet 1941. .. « Le jour commence à poindre. Les chars défilent. Sur la plupart on aper· çoit un panneau avec une araignée noire terrifiante : la croix gammée. » C'est le ghetto . Vilnius . le travail in et out, et ceux qui sont trop faibles qu'on emmène pour un repos éternel. Soutenue par la tendresse de sa mère, luttant pour protéger les deux petit~ Rouben et Raïa, Macha veut vivre, sinon. « peut·être que personne ne me cher· chera, on m'oublira, les vivants ne se souviennent pas souvent des morts. » Puis c'est le camp, seule (la mère et les petits ont été tués ... ), c'est le camp avec toutes ses horreurs déjà longue· ment racontées : les femmes qu'il faut aider, soutenir, afin que les SS ne les voient pas affaiblies... celles qu'il faut déshabiller pour le dernier bain, mais dont on ne peut retirer les sabots collés aux pieds gelés... les morts que la terre rejette, diront les croyants, alors qu'il s'agit simplement d'un bras de survi· vant enseveli essayant de sortir du trou ... « C'est hier, hier seulement que sous ces vêtements battaient des coeurs, res· piraient des corps chauds. » « Hier encore, c'étaient des hommes ! Aujourd'hui, ils ne sont plus ! on les a tués ! Vous entendez : tués ! » Oui, c'était hier le camp de concen· tration, hier la -guerre d'Algérie, aujourd'hui Hanoï... Il ne faut pas que demain il en soit encore ainsi : c'est pourquoi « Je devais le raconter ", nous dit Macha Rolnikas. Josiane GUEZ. • « LES CAHIERS D'UN l\'IAITRE D'ECOLE », par Jesse Stuart (Nouveaux Horizons). Une histoire vécue, celle d'un jeune maî· tre de 17 ans, dans un village américain hostile au départ. • « QUATRE SOUS DE l\'IISERE », par Ivan Gold (Grasset). Cinq nouvelles nous entraînant dans les milieux les plus divers à travers le mon· de. Lire surtout la nouvelle intitulée : {( George Washington Carver Brown », souffre· douleur d'une compagnie de l'ar· mée américaine. • « STERN ", par Bruce Jay Fried· mann (Editions du Seuil). Un juif parmi des millions d'Améri· cains. o « LE RAVIN DES GITANS ", par Fernando Ro bles (Gallimard) . Des gitans vivent dans un quartier troglodyte de la côte andalouse avec leurs difficultés quotidiennes. • « AU PETIT BONHEUR LA FRAN· CE » (Hachette). Un magnifique album de photos de no· tre ami René Maltête. La beauté plasti· que et l'humour qui s'en dégagent en font un cadeau de choix. AU NOM DU NON. • • Notre ami Roger Maria vient de publier un nouveau recueil de poêmes, Par ce double chemin (aux éditions Pierre-Jean Oswald, rue des Capucins, Honfleur). De ce recueil, nous extrayons Au nom du non, un poême dédié à l'Afrique. QUI dit nation dit ce qui ' naît. Si l'on remonte à l'origine de tout peuple qui se veut un ,et Ilibre, on trouve du sang et des cris, du linge sale - et l'espérance -, comme pour un enfant qui vient au monde. A ce jour, seule la Guinée, en ce milieu du siècle vingt, - Pavlov, Lénine, et de Lénine à Hoa pu accoucher sans douleur. Mais, frères d'Afrique noire, ne l'oubliez pas - et que nos mémoires se conjuguent - : le sa,ng et les cris et le, linge sale, c'est plus au Nord. Après tout l'Afrique est un même corps et l'enfant qui vagit en force à Conakry salue le soleil de 50n indépendance à travers les larmes et les bruits de chaînes d'Alger et par la grâce d'Alger (Juin 1959.) 13----- • « FACE AU RACISME» : sous ce titre Louis Lippens, animateur de la revue poétique « Elan ", publie un livre, pré· facé par Martin Luther King, qu'il présentera le 3 décembre à la galerie « La Brouette ", place de la République, à Tourcoing. • AU LIVRE DE POCHE viennent de paraître « Les Eaux Mêlées ", de Roger Ikor, et « Nous autres les Sanchez ", de Catherine Paysan - deux oeuvres qui traitent, sous des aspects différents de problèmes posés par le racisme. • AUGUSTE LE B1OETON, accusé d'être raciste répond dans « Le Nouveau Cano dide » : « Moi. raciste ? Je suis membre du Mouvement contre le racisme et pour la paix !... » C'est vrai. • UN RECUEIL DE NOUVELLES de vingt écrivains israéliens, vient de paraître à Moscou en traduction russe. Il y a un an, avait été publiée une anthologie de prose israélienne réalisée par le di· recteur de la revue yiddisch « Sovietische Heimland. » • UNE « QUINZAINE CULTURELLE SUR LA VIOLENCE " est organisée à Paris, 44, rue de Rennes par l'Union des Etudiants Juifs de France, du 7 au 19 novembre, avec débats et projections de films. • UNE EXPOSITION DE « PEINTU· RES ET COLLAGES INTEGRES " a été présentée par Georgein à Paris, en octo· bre. • « JEAN ROSTAND ACCUSE" l'éminent biologiste dénonce avec vigueur la force de frappe dans un disque édité sous ce titre par le M.C.A.A. (91, rue du Faubourg Saint·Denis - Paris X, ). Prix : 8 francs. • AU T.N.P., le programme de la sai· son 1965·66 offre quatre grandes oeuvres qui vont « développer à leur manière un thème commun : l'homme d'aujour· d'hui à la recherche de sa réalité ». Il s'agit de « grandeur et décadence de la ville de Mahagonny " (Brecht), « Dieu, empereur et paysan" (Julius Hay), « L'Agression" (Georges Michel), et « Le Roi Lear " (Shakespeare). • « LE PROCES D'AUSCHWITZ N'A PAS EU LIEU» : le dernier livre d'Henri Bulawko (Editions du Temps Présent), pese avec force et émotion le problème des crimes hitlériens impunis et de la lutte nécessaire contre l'oubli de ces crimes et le renouveau du nazisme. • « L'OPERA NOIR " de Gabriel Cou· sin, sera créé d'ici peu par le Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, dans une mise en scène de Gabriel Garran. • LE COMPOSITEUR MIKIS THEO· DORAKIS, auteur de la musique du film « Zorba le Grec », vient d'écrire une « Ballade de Mauthausen ", inspiré par un livre de Jakov Kambanellis, ancien déporté au camp de Mauthausen. • A LA COMEDIE DE SAINT·ETIEN· NE, Jean Dasté annonce, pour la saison qui s'ouvre : « La double inconstance ", de Marivaux ; « Georges Dandin ", de Molière ; un spectacle de variétés avec Mouloudji, Simone Bartel et les Trois ..Horaces ; la création de « Monsieur Fu· gue ", de Liliane Atlan. • « LE SILENCE DE LA MER ", opéra de Henri Tomasi, inspiré par le célèbre roman de Vercors, a été créé cet été avec succès à l'Opéra National de Berlin·Est. • « UNE SAISON AU CONGO ", pièce d'Aimé Césaire consacrée au martyre de Patrice Lumumba, sera créée à Bruxelles en novembre prochain par une jeune troupe d'étudiants et d'ama· teurs de théâtre. Pour éviter que soient exercées des pressions financières à l'encontre de cette oeuvre d'une actualité encore brûlante, le spectacle sera monté en sous· cription. Pour empêcher l'extradition des jeunes CongOlaiS qui participeront au spectacle, un Comité de soutien com· posé d'hommes politiques et d'artistes belges a été constitué. • MARC CHAGALL VIENT DE DONNER A L'ETAT FRANÇAIS un ensem· ble d'oeuvres intitulé « Messages bibliques », qui comprend 17 grandes pein· tures de 2 x l,50 mètres, une de 5 X 3 mètres, vingt toiles et une cinquantaine de gouaches de dimensions plus réduites, ainsi que quelques sculp· tures et dessins. Un musée sera construit à Nice pour abriter cet ensemble d'oeuvres. 1 14------------------------------------------------------------------------------------------------------------ UN VIF INTEREl Hélas, votre journal est certainement ignoré de beaucoup. C'est avec un vif intérêt que j'en ai fait connaissance. Cijoint le montant d'un abonnement. Remerciements. Mlle Y. DANGONINI Paris-Se. MEME POUR RIRE .•• J'ai vu le film « Pas question le samedi ». Je m'y suis beaucoup amusée. J'en ai discuté avec des juifs et des nonjuifs, des « Pour» et des « Contre ». J'en ai déduit que les braves caricatures marseillaises de Pagnol n'ont pas fait de mal aux Marseillais ; hélas, les caricatures juives qui ont été faites par des non-juifs, avant l'occupation, nous ont amenés à Auschwitz... Et ce n'est pas maintenant aux juifs à faire les mêmes caricatures, même savoureuses, qui apportent inconsciemment de l'eau au moulin des antisémites ... Alors, par pitié, ne nous caricaturez plus ... même pour rire. Hélène ROPOPORT, Strasbourg. PLUS DE PORTEE ... J'approuve les idéaux que vous prétendez défendre. Je pense que votre action aurait plus de portée si, d'accord avec un périodique ou un quotidien tirant à 4 ou 500.000 exemplaires ou plus, vous disposeriez d'une ou deux pages mensuelles. E.D., ·PariS-7'. AUTOU.R DE MOI. .. Je viens de recevoir ma carte de membre de votre association. Je vous remercie beaucoup et vous prie de croire à mon soutien entier. Je vous enverrai prochainement une pétition remplie que vous m'avez donnée. Vous trouverez ci-joint le talon de ma carte accompagné de 5 F. Je ne peux vous envoyer plus, car mes moyens financiers sont très réduits. Je vais parler de votre Mouvement autour de moi. M. G., Nanterre. NOS PROPRES RACINES Le Congrès Juif Mondial, qui a tenu ses assises à Bruxelles, suscite une certaine inquiétude parmi ceux qui luttent contre le racisme et pour la paix. Pour quelles raisons avoir mis l'accent dans ce Congrès sur « les périls de l'assimilation » ? Pourquoi le judaJsme redeviendrait- il une religion à caractère exclusif, dissociant les juifs de leurs frères selon la chair en même temps que du foyer' national ? Car interdi!e l'assimilation, n'est-ce pas reJeter les juifs dans un isolement redoutable, non seulement sur le plan religieux, mais encore en les séparant de la nation à laquelle par leurs sacrifices ils sont si étroitement unis ? Il ne me semble pas opportun, à l'époque où sur le plan relifieux, l'oecuménisme rapproche tous les hommes de bonne volonté, de dénoncer « l'assimilation » comme un danger pour « les jeunes générations juives ». Ce sont ces relations judéochrétiennes, dans l'ordre spirituel, comme dans l'ordre temporel, qui offriront la plus puissante résistance au racisme. Doit-on encore rappeler, puisque le Congrès s'est placé sur le plan religieux, que selon Saint Paul, « les chrétiens ont été greffés sur l'olivier d'Israël et rendus participants avec lui de la racine et de la sève de l'olivier», comme l'écrivit Jacques Maritain ? Est-ce que chacun de nous n'a pas cruellement souffert quand nos frères juifs étaient persécutés et assassinés, parce que « c'étaient nos propres racines, la race charnelle de Dieu, qui étaient déchirées et broyées à travers le monde ? » d'archiviste et à un salaire assez bas. Seule sa nationalité (et je ne voudrais pas le dire : la couleur de sa peau), ce qui est impensable au XX· siècle, et en France, est la cause de son problème. Je vous serais très obligé de bien vouloir me faire savoir s'il serait possible d'avoir quelques adresses susceptibles de venir en aide à mon ami et où il pourrait entrer en contact, car, ayant lui-même frappé à de nombreuses portes, il s'est découragé. A. FERGA, Paris-13'. DE TOUT COEUR ... Militant aux étudiants amis de « Témoignage Chrétien» ainsi qu'à l'U.N.E.F., je partage entièrement les objectifs que poursuit votre Mouvement. ... Je vous prie donc d'accepter mes remerciements pour les exemplaires de votre jour- LA LETTRE Nous avons reçu quetques poèmes d'un de nos lecteurs de Rouen. Nous en publions un ci-dessous, La Lettre : Un petit enfant Noir Dans Harlem Ecrit une lettre I\u petit Jésus Blanc - Blanc pas très propre puisqu'il était juif - Et dans cette lettre Il chante Sa volonté de vivre Heureux, Sa soif de liberté Lui qui ne comprend rien Aux problèmes des grands. Il veut seulement jouer Avec les petits blancs Qui ont de si beaux jouets ... ... Le petit noir est en prison Il avait volé le papier à lettre Dans la boutique d'un blanc. Pour quelles raisons alors nos frères juifs s 'éloigneraientils de nous? Nous formons le voeu qu'aucun sectarisme religieux ou doctrinaire, ne sépare les hommes entre eux, afin que jamais ne se rallume le feu qui couve sous la cendre. - Cha..,les MAUVIERES Paris. DECOURAGE Un de mes amis Camerounais a énormément de difficultés à trouver un emploi dans sa spéCialité. Il est né en 1930 et a fait ses études avec, comme aboutissement

Ingénieur commercial,

et termine en ce moment, la spécialité « Finances ». Cela fait 8 années qu'il se trouve en France et il a travaillé notamment à la B.N.C.1. et à la S.N.C.F. mais évidemment dans des emplois inférieurs à ce qu'il souhaiterait occuper. Actuellement, cette personne travaille dans une société d'Import- Export, mais en qualité Alain FLOOR. nal que vous avez bien voulu me faire parvenir, ainsi que mes encouragements et ma sympathie pour l'action que vous menez, J. ASSENS, Lyon (1"). Veuillez croire que j'approuve de tout coeur votre Mouvement et que je lis avec le plus grand intérêt votre journal que j'essaie d'ailleurs de faire connaître à d'autres jeunes. M. RAVASIO, Florentin, par Maissac (Tarn) . LES EXPRESSIONS COURANTES Pour un observateur averti, il n'est pas douteux que les informations tapageuses et tendancieuses, et très souvent mensongères, publiées par la grande presse à scandale, et souvent diffusées par la radio et la télévision sur les événements mondiaux concernant la race noire, contribuent puissamment à la propagation du racisme. Le but est d'essayer de prouver subtilement l'indigence et l'incapacité matérielle et morale des peuples noirs, et ridiculiser ceux de leurs chefs qui luttent pour les vrais intérêts de leurs frères, sans compromission avec la clique des néo-colonialistes ... ... Autre véhicule du racisme: l'emploi abusif du mot péjoratif de nègre. Il signifie noir, dans la langue espagnole, et fut naturellement utilisé par les négriers pour désigner les esclaves africains transportés en Amérique et aux Antilles. Adopté par les colonialistes européens dans un sens méprisant certain, ce mot désign~, dans leur langue respective, l'homme africain ou d'origine africaine dans la condition de dépendance et d'infériorité. Il est couramment employé par les racistes, à bout d'arguments, comme suprême injllre. Et puis il y a les expressions courantes « parler petit nègre », « travailler comme lm nègre », « sale nègre », ,·tc. qui ne sont pas flatteuses. Quand on veut désigner l'homme européen, on dit un Blanc, ou bien un Anglais, un Turc, un Syrien. Pour un Asiatique, c'est un Jaune, un Chinois, un Japonais. Mais quand il s'agit d'un Africain ou d 'un noir, en général, c'est un nègre, sans spécification du pays d'or if! ne, car dans l'esprit d'un raciste un nègre ne peut avoir de patrie ... En conclusion, pour endiguer et faire refluer cette marée malfaisante et nauséabonde, {( Droit et Liberté », ainsi que ses admirables collaborateurs, ainsi que les organisations progressistes, doivent redoubler d'efforts et de vigilance en dénonçant sans faiblesse les auxiliaires du racisme, car les préjugés sont tenaces et la lutte antiraciste dure et longue. M. CERON, Marseille. TOUT A DES LIMITES Et voilà notre monde : les plus forts attaquent les faibles et les aveugles en concluent que la raison du plus fort est toujours la meilleure. Les Américains ont une énorme puissance, mais, au Vietnam, ils font la guerre à un petit peuple. Il faut qu'ils se disent que tout a des limites et qu'un jour viendra où les Vietnamiens conquerront leur indépendance. T. K., Sousse (Tunisie). CETTE ATMOSPHERE D'ANTIPATHIE SOURNOiSE .... Il serait bien superflu d'exposer ici même, dans leurs grandes lignes, les constatations et expériences que j'ai faites ; je me bornerai à vous dire que les ennuis dont j'ai été victime jusqu'ici, procédaient tous de mon ignorance. On m'avait dit : « Tu es un homme à l'égal de Pierre ou de Paul, c'est-à-dire que tu es libre ». Et, fort de ce principe, je ne demandais qu'à vivre. Je réalise maintenant de quelle naïveté irritante j'ai fait preuve jusqu'ici. Il est donc clair que les chaînes dont je suis chargé, pour invisibles qu'elles soient, ne s'en révèlent pas moins pesantes que le carcan qui broyait la gorge au bétail humain. Il est heureusement consolant de découvrir qu'épaulés par des bonnes volontés telles que celles qui animent le M.R. A.P., nous ne mourrons pas étouffés dans cette atmosphère d'antipathie sournoise où nous sommes plongés. Bissiriou ADEOTHY, 'Paris FAIRE COMPRENDRE Je vous joins une coupure de presse relative aux trois tueurs de Choisy qui ont assassiné au moins deux Algériens pour la raison qU'ils « n'aimaient pas les Arabes ». La guerre d'Algérie continue! Je pense que vous parviendrez à faire comprendre au public que la malhonnêteté n'est pas une question de race mais une question individuelle. Mlle Marie·José DESTREZ, Paris-17'. POUR AIDER ... De retour d 'un voyage à la Guadeloupe, où j'ai eu l'honneur de faire partie du Comité des Fêtes du Bi-centenaire de la ville de Pointe-à-Pitre, je prends connaissance de votre appel de janvier et m'empresse de renouveler mon abonnement pour l'année 1966. Mes fréquentes absences me privent de la satisfaction de recevoir régulièrement votre si intéressant journal. Je m'en console en espérant que les numéros égarés tombent en de bonnes mains. Et qu'importe d'ailleurs si ma modeste obole peut aider à la réalisation de vos admirables objectifs. R. BOGAT, Cap d ~A i l. Ci-joint les deux talons de Bons de soutien ainsi que virement à votre C.C.P. du montant de la vente des bons. Avec mes excuses de ne l'avoir pas fait plus tôt, mais j'ai été hospitalisé. J'espère que l'année prochaine, je pourrai consacrer plus de temps à la vente des bons et faire au moins deux fois mieux. Cette année, je ne l'ai pas pu. LE ROUZIC Michel Lannion Voici pourquoi Françoise DIOR est venue en France (Suite de la page 8) Socialiste ». Faisant état de leur « repentir », 'le juge Aarvold, ne les condamna qu'à des peines de principe, leur disant : (( Vos esprits semblent avoir été pris au piège d'une philosophie qui permet et même peut encourager l'incendie de lieux qui sont sanctifiés et vénérés par d'autres. Vous aviez pris l'habitude d'accomplir les mauvais desseins de gens sans scrupules, et l'on ne sait s'il faut vous plaindr;e ou vous blâmer. » Pour quatre d'entre eux qu'il libéra deux jours avant Pâques, il ajouta : ( J'espère que vous profiterez des Fêtes de Pâques pour vous placer dans un esprit tout différent de celui qui vous a poussé à commettre ces crimes. » Cette attitude moralisatrice souleva des commentaires passionnés et contradictoires

chaleureuse approbation de certains

journaux comme le « Yorkshire Post », vives protestations du Board of Deputies, organisme représentatif du judaïsme britannique et de plusieurs associations d'anciens combattants ... Mais ce qui est certain, c'est que les propos des juges Aarvold et Philiimore s'accordent sur un point : la ,responsabilité indéniable du Mouvement National-Socialiste et de ses dirigeants qui ont endoctriné et poussé au crime les jeunes voyous arrêtés par la police. « Si les criminels selon la loi sont devant vous, avait déclaré à la Cour l'avocat C. G. Du Cann, le ou les criminels selon la morale sont ceux qui ont incité ces jeunes gens à se livrer à de telles activités. » Témoin et ... accusée De fait, si au premier procès, seul le nom de Colin Jordan fut évoqué, alors que Française Dior venait à la barre comme témoin, la « führerine » devait être explicitement désignée comme l'instigatrice des incendies par les inculpés de la seconde affaire. John-William Evans affirma : (( S'il n'y avait pas eu la propagande de Colin Jordan et de sa femme, je n'aurais jamais fait cela. Elle nous encourageait toujours à faire ces incendies... » «( L'essentiel des arguments qui m'ont poussé à brûler des synagogues, est venu de la femme de Jordan, qui disait qu'elles devraient toutes être détruites. » Et Raymond-Francis Hemsworth : (( Nous haïssions tous les juifs. Mme Jordan nous disait .combien c'est une bonne chose que de voir brûler une synagogue. » Ou en- 110re : «( C'est après avoir commencé que je me suis rendu compte que Mme Jordan se servait de moi pour mettre le feu. Vraiment, Mme Jordan devrait être parmi ceux qui sont enfermés, à cause de ce qu'elle a fait. li Ces déclarations amenèrent plusieurs journaux, et même des parlementaires, à demander que des poursuites soient engagées contre Françoise Dior-Jordan ellemême ... Un « complot » Fuir la Justice britannique avait, dès le début, été le p remier réflexe de plusieurs des inculpés. C'est ce qu'a révélé devant le tribunal l'inspecteur Wickstead, concernant Thorne et Trowbridge qui avaient (( reçu d'une certaine organisation l'assurance qu'ils pourraient quitter le pays ». L'un des incendiaires aurait même effectivement passé la Manche. Quant à Françoise Dior, elle se rendit compte dès avril, qu'elle se trouvait menacée non pas seulement d'une amende de deux Livres, mais de plusieurs années de prison. Il lui fallait choisir. Elle préféra s'envoler vers la France, au risque d'y purger quatre mois, plutôt que d'attendre auprès de son mari les décisions de la Justice de son pays d'adoption. Colin Jordan reconnut, dans une déclaration reproduite par le Daily Sketch (26 avril 1966), qu'elle craignait ( une arrestation injuste en relation avec les incendies de synagogues londoniennes. » ( Elle a appris, ajouta- t-il, l'existence d'un complot visant à l'impliquer dans ces incendies... » Questions Et maintenant ? Va-t-on laisser échapper Françoise Dior ? A supposer qu'elle fasse dans leur totalité ses quatre mois à la prison de Nice, les autorités françaises vont-elles la libérer ensuite ? Ne vat- elle pas être extradée et remise aux autorités anglaises? La réponse à ces questions dépend à la fois de la diligence dont 11 sera fait preuve à Londres même et à Paris. Elle dépend aussi de la volonté des antiracistes français et britanniques : ils doivent, les uns et les autres, faire savoir qu'ils ne sauraient admettre la mise en liberté sans un châtiment exemplaire de cette raciste fanatique dont l'activité permanente consiste à installer un peu partout (y compris en France) des sections de l'internationale néo-nazie. Il faut que Françoise Dior soit mise hors d'état de nuire. Il faut que justice soit faite. LA VIE DU M.R.A.P. RÉUNION DU CONSEIL NATIONAL Dimanche 23 octobre, de 9 h. 30 à 13 heures, et de 14 heures à 18 heures, d.ans la sal'le de l'Union Chrétienne des Jeunes Gens, 14, rue de Trévise, Paris-IX·, a lieu une importante réunion du Conseil National du M.R.A.P. A l'ordre du jour figurent les points suivants : implantation et activité des comités locaux ; - campagne de recrutement au M.R.A.P. ; - lancement de la nouvelle formule de « Droit et Liberté ». Nous en rendrons compte dans notre prochain numéro. Le nouveau « Droit et liberté » LA transformation de « Droit et Liber· té n se ,conorétise : le numéro « zéro - de la nouVieNe formulle sort cette semaine. Petit format, présentation plus aeree, nombr·euses i\:lurstrations, parUe " mag'azl· ne- ,plus déVleloppée ont condi~ionné la nouvelle présentation de notre ,journal. Si r\'es'sor actuel du MRAP 'et les 'impératifs d'lune presse moderne rendent né. cessaire une tel'Ie en~reprise, elle 'ne peut ê,tre menée à bj.en sans ,la collaboration ,effecthre de tous nos 'lecteurs. Gomment aider à famé l'i ora,t.ion de « Drolit 'et l.Jjberté » ? Tout d'abord , en nous ,faisant ,part de vos ,remarques et ,de vos 'sugges·tions. Nous avons enllegistré avec plaisir un certain 'Ilombre de 'réponses au questionnaire lancé lors de 'la Journée National·e ooncernant le fond ·et ,la forme de « Droit et Liberté n. Voioi quelques unes des lidées ·exprimées : - reportag.es à fétr.anger e.t ,en province su.r :Ies manifestations de racisme et sur ,les in.itiatives ant.iracistes. - rubriques sdenNfi'ques ·(A ce propos M. Cohen Addad, de 'Grenoble écrit: « Il peut être utile de familia~iser le lecteur avec certaines découver,tes dans ,la mesure où eUes représentent un pas décisif vers l'amélioration du sort humain. Par ailleurs le détournement de ces découvertes vers des buts d'agression et de destruction peut être stigmatisé en soulignant les dangers qu'il fait encou~ir à l'humanité. n) - ,rubrique culture'lIe ,plus :importante qui ferait plaoe à 'l'analyse de tout·es I·es oeuvres (théâtre, l'ittérature, philisophie) qui contribuent avec efficacité à la lutte contre le racisme. -article,s p:l'us nombreux et p'llus .Importants sur les activi,tés du MRAP en province; - 'courrier des lecteurs plus polémique; - classement des articles dans un ordre qui fac'iliterait la documentation, et.c. Le nerf de la ·guerre étant '\'.argent et

Ia transJormation de • Droit et Liberté »

en~raÎnant .des dépense's .importantes, chaque lecteur du jourrnal, ,chaque a dhérent du MRAP doit contribuer à 'qévelopper la diffusion de " Droit et Liberté ". Réabonnez-vous, faites ,abonner vos amis le prix de j'abonnement r,este inchangé jusqu'à la fin de l'année. Pour ,le montant de· deux abonnements que vous nous ferez parveni.r, (y compri's 'Votre propre .réabonnement), vous· bénéficie'~ ez d'un abonnement g'ratuit suivant lia formule 1 + 1 3 Ce doit être l'a tâche de tous de multiplier ainsi par trois Ile nombre de nos I.ecteurs. 1(:1 ~T L~_._ PROBLEME SUR ECRAN NOIR BLANC Sous ce titre s'est déroulé à Malakoff du 10 au 18 octobre, un festival du film antiraciste centré sur le problème noir. Quatre débats animés par nos amis Armand Dymenstajn, Daniel Jacoby, Roger Maria et Pierre Coula ont été suivis par un public attentif et souvent passionné. Pendant toute la durée du festival, les adhérents du M.R.A.P. de Malakoff et des environs, aidés du Comité étudiant ont tenu une table de littérature et diffusé « Droit et Liberté )) et les brochures du M.R.A.P. Des adhésions ont été enregistrées. QUINZAINE ANTIRACISTE EN ARLES Le CLUB LEO·LAGRANGE d'Arles organise avec le concours du M.R.A.P., du 29 octobre au 11 novembre, une quinzaine antiraciste. Au programme, une exposition de photos, des projections de films et deux conférences·débais qui seront animées par nos amis M' Roland Rappaport et Roger Maria. CONFERENCES ET DEBATS • A MONTREUIL à l'occasion de la reprise les 27, 28 et 29 octobre, du spectacle « Mille milions de sauvages et l'Hexagone )) les animateurs du T.E,M. ont fait appel aux orateurs du M.R.A.P. M'S Josyane Moutet et Marcel ManviIIe, Alain Gaussel pour animer les débats. Nos adhérents de Montreuil aidés du Comité de la Région Parisienne, ont tenu une table de littérature et diffusé « Droit et Liberté )) et les brochures du M.R.A.P. • A LA MAISON DES JEUNES DE CHATEAU-THIERRY, Jacques Nantet et Roger Maria animeront un débat sur le thème « Antisémitisme et chrétienté n, le samedi 17 décembre. DANS LES COMITES • LE COMITE DE LA REGION PARISIENNE réuni le 19 octobre a décidé de tenir, VENDREDI 4 NOVEMBRE, A 20 H. 30, AU SIEGE DU M.R.A.P., une réunion consacrée spécialement à la préparation du Bal de l'Amitié du 12 novembre prochain à la mairie du 5' arrondissement. Tous les adhérents de la région pariSienne et plus particulièrement nos amis du 5' et du 6' arorndissement y sont invités. • LE COMITE ETUDIANT DU M.R.A.P. a repris ses activités. Trois commissions fonctionnent déjà régUlièrement. La première assemblée générale avec débat aura lieu VENDREDI 18 NOVEMBRE AU M.R.A.P. sur le thème : « Le M.R.A.P., « Droit et Liberté )) et la lutte contre le racisme )), avec la participation d'Albert Lévy. - Le groupe d'ORSAY qu'anime Foulques de Jouvenel, prépare début novembre une conférence-débat, une vente signature d'ouvrages antiracistes et aussi de bons de soutien et de billets du gala. • LE COMITE LYCEEN a tenu sa cteuxième réunion le 26 octobre. • LE COMITE DE CHAMPIGNY met la dernière main à son stand de la 403' « Foire aux Cochons )) qui aura lieu début novembre. • LE COMITE DU XX' qui prépare son assemblée générale nous annonce que son nouveau président est Guy Retoré, directeur du Théâtre de l'Est Parisien (T.E.PJ. • Reprise des activités également pour les Comités de LEVALLOIS, LA COURNEUVE et du XVI' ARRONDISSEMENT. • A DIJON, la presse locale a reproduit un communiqué du Comité du M.R. A.P. de la ville, intitulé « Connaissezvous Achenbach ? )) et rédigé d'après un article de « Droit et Liberté )). • LE COMITE DU PRET A PORTER a tenu, le 26 septembre une réunion consacrée au lancement de la nouvelle formule de « Droit et Liberté )). • LA COMMISSION DES SOCIETES ET ORGANISATIONS JUIVES s'est réunie à deux reprises. Elle prépare une assemblée où l'action du M.R.A,P. sera exposée à l'ensemble des adhérents de trois sociétés. PIERRE PARAF AU COLLOQUE ROMAIN-ROLLAND Le 20 septembre, à la deuxième .iournée du Colloque Romain-Rolland à Vézelay, le président Paraf a prononcé une allocution traitant du racisme et de la lut.te antiraciste. 15------ QUAND LES COMMANDOS RACISTES S'ENTRAINENT (Suite de la page 9) Les ,hommes et les méthodes du 13 mai, le bolchevisme, le national-socialisme, tels furent quelques-uns des sujets inscrits au programme· Les principaux thèmes de la propagande raciste d' « Europe Action » de « Minute », de « Rivarol », etc. assortis d'un fatras d'élucubrations pseudo-scientifiques se retrouvent dans chacun des numéros du bulletin Quotidien « Flamme ». Qu'on en juge. L' « âme raciale » Le lundi 18 juillet, on lit: « Les groupes sanguins varient suivant les groupes raciaux: 80 % Rhésus moins che:: les Blancs, 75 % Rhésus plus che:: les Noirs ... » « L'Al·t est l'expression sllPrême de L'AME RACIALE (souligné dans le texte) des peuples ... Seul l'artiste occidental a entièrement accédé à la représentation complète de (la) réalité, grâc,e à son sens inné de L'EQUILIBRE, DE L'HARMONIE ET DE LA PERSPECTIVE » (souligné dans le texte). ( Flamme », 24 juillet.) L'art informel, pour les théoriciens du camp, est « 1111 véritable ART DEFIGURA TIF, ar,»!e objectivement manié.e pour détruire la l'ace blanche dans son âme avant de l'attaqner dans sa substance biologique ». Primauté et défense de la race blanche contre les dangers qui la menacent: « com.lIlunisme, immigrfltion llord-africaine » ( Flamme », 23 juillet), ces mots d'ordre ne sont pas sans évoquer de sinistres souvenirs ... Un témoin actif de l'époque hitlérienne, un serviteur français du nazisme, « honora » d'ailleurs de sa présence le camp-école de la F.E.N. : il s'agit de Paul Lagrange, commissaire général à la Jeunesse de 1940 à 1944, sous le gouvernement de Pétain, dont le fils combattit sur le front de l'Est ( Flamme », 24 juillet), sans doute dans la L.V.F., et trouva la mort en Algérie. La confiance régnait ! Ce bref tableau de la vie au camp et de. l'enseignement qui y était prodigué, fait comprendre dès lors la nécessité c~'u ne discrétion imposée dès l'in scriptIon. « Le camp étatlt réservé à des milttants et à des llationalistes, nous vo'us demandons de garder STRICTEMENT PERSONNELS (souligné dans le texte) son emplacement et les précisions qui vous ont été communiquées :1, lit-on dans les circulaires préparatoires. La confiance régnait au camp-école de Goudargues ! Ces diverses précautions ont permis au camp de se dérouler normalement sans donner de motifs flagrants d'inquiétude à la population habituée à voir beaucoup de touristes dans la région, en période de Yacances· « Moi, nous dit M. R. .. , j'ai eu très peu de contacts avec eux. L'un d'entre eux est venu m'inviter pour la veillée qu'ils organisaient le 23 juillet au soir. J ls ont invité individuellement tous les habitants de Goudargues. Je leur ai de- 1llandé ce qu'ils étaient. - Nationalistes, m'ont-ils répondu. Je leur ai demandé: - Vous faites donc de la politique l' - Non, nous sommes seulement nationalistes. « Le mot de « nationaliste » m'a tout d,e même inquiété, poursuit M. R ... Je ne suis pa.f allé à leul' veillée ... Je sais pourtant que des pêcheurs les ont vus, formés en carrés, faire le salut hitlérien devant un drapeau sur fond rottge (5). « Ils m'ont affirmé qu'ils reviendra'ient l'année prochaine. Mg,is je pense qu'il faut tout faire pour éviter que se l'eproduisent de telles choses. :1 Plusieurs commerçants de Goudargues confirment que les responsables du camp - les seuls qu'on voyait au village - avai ent été toujours très cor- (5) La presse régionale rapporte en effet que cette manifestation aurait eu lieu le 26 juillet, au pont du Courrau, à SaintAndré de Roquepertuis, localité située dans le secteur du camp, vers 5 heures du matin. Les enquêteurs s'efforc€lIlt de déterminer s'il y avait ou non une croix gammée sur le drapeau. Le prOblème n'est pas là d'ailleurs car l'emblème choisi ne Change rien quant au fond des activités du camp. reçts, familiers même, rendant des services lorsqu'ils en avaient l'occasion. - « Mais tont de même, s'indigne Mme D ... qui a eu son fils tué pendant la guerre, est-il possible de voir cela après ce que nous avons véc1t 1 ... :1 Ecoutons une habitante du village: « Ils sont entrés et m'ont parlé du programme de la v.eillée: nn felt de camp, des poèmes, des chants, etc. Ayant appris dans la conversation que mon mari avait combattu en Indoc[!ine, ils ont alors beaucoup insisté pour que nous venions. « Je dois dire que mon mari 11' était pas très chaud. Nous sommes tout de même partis avec lm couple d'amis v·enus de Normandie, en vacances dans la région. Il faisait mût noire; par bonheur le chemin était balisé de pancartes marquées « F.E.N. ». Devant le mas, des jennes gens, en f.enue militaire, faisaient le service d'ordre· On nous a fait entrer et asseoir par tene dans la cour intérieure dIt 111as. Il y avait un très beau jelt de l~tmières. Mais dès le début, mon mari m'a dit: « C'est un truc d'Hitler, ça. » On nous a distribué du « vin gaulois », un mélange de rhum et de kirsch et un carnet de .: Chants de militant ~, qll.e, voici. « Toutes les autorisations légales» « Mes a.mis, ew'Ç, n'ont pas vouht entrer. Ils avaient l'impression que c'était lm guet-apens. Ils sont restés dans leur voiture, d~trant tout le spectacle, encerclés par dix- jeunes munis de torches électriques allumées. Mon ami a alors empoigné sa lIlaniv.elle, prêt à toute éventualité. Le lendemain, nOlis avons vn lin des responsables photographier la voiture de mes amis facilement reconnaissable par son immatriculation. » J'~i parlé de cette soirée avec d'autres personnes qui, sans méfiance, y avaient participé. Les titres des chants à eux seuls avaient de quoi désarçonner la population tranquille de ce petit village: .: Nationalistes », « Pour un ordre nouveau et impérial », « Les Bérets verts », « Commandos », « Debout les Paras» et surtout « J'avais un camarade» traduction d'un chant des S.S. ' Le maire de Goudargues qui a assisté à la veillée pour s'informer sur les activités du camp, m'a déclaré: « Plusieurs éléments m'avaient frappés. Le choix du lieu, par exemple, désert mais facile d'accès par plusieurs chemins qui partent en étoile depuis le mas. Mais M. Rollet qui est ventt déclarer la tenue d.e ce camp était muni de totttes les autorisations légales. « Alt co'ltrs de la veillée, je me suis rendlt compte qu'ils subissaient une dis~ ipl!ne de fer. Le spectacle, lui, était tndlscutablement raciste: les ét·udiants ont mimé l'Europe, exalté une race d'élite, la race « aryenne », pourrait-on dire glorifié les héros d'aujourd'hui et d~ Moyen-Age. Lelt'rs chants ne parlaient que de sang et de combats. « Je dois dire à la décharge du propriétaire, 1m homme de droite certes qlt'il ne s'attendait pas à ce genre d~ manifestation et qu'il en est désolé. « En tous les cas, je suis d'accord avec l'action de votre Mouvement. Car ces ge.ns ne désan!:ent jamais et l'opinion publ~ que a oublte malheureusement ce qui s'est passé il y a vingt ans. » De cet amas de faits, de déductions cie preuves, cie témoignages, que peut~ on conclure ? Comme « Midi-Libre »: « Etrange camp, étrange vie qui se donnait un aspect très pnblic. » La tenue du IV· camp-école de la F.E.N. est un phénomène extrêmement dangereux si on considère ses buts : fOrt':1er de jeunes responsables qui vont aVOir la tache de mener la campagne gue le M.N.P. prépare à l'occasion dei elections légi slatives, et si on considère que . cI:a~tres ~a!11pS du même .type ont prolifere cet ete : Camp Max~me. Real Del Sarte organisé par « la Restauration N ation~le » et « Aspect de la France » ; camp-école du parti de Tixier Vignancour au domaine de Monclar-deQuercy (Tar!l-et-GaroI?-n,e) ; camp de tra,vail europeen organise du 1er au 30 aout en Espagne par le C.E.P.S.E. (Centre d'Etucles Politiques et Sociales EUI-opéennes), la revue « L'Europe C on:munalttaire » et le journal « La N atw n Eltropéenne » de Jean Thiriart - dont l'emblème est aussi une croix celtique ; et bi~n sûr, le, fameux camp des « mercenaires » decouvert dans l'Ardèche à quelques dizaines de kilomètres de Goudargues, avec lequel, cependant la F.E.N. dément toute relation. --16----------------- Dimanche 20 Novembre SALLE PLEYEL à 20 h. 30 Les FRERES JACOUES vous donnent rendez-vous au GRAND GALA ANTIRACISTE en compagnie de Claude NOUGARO, Ricet BARRIER, les HARICOTS ROUGES Béatrice ARNAC, Mathilda BEAUVOIR, THERESA et une pléiade d'autres vedettes Le spectacle sera présenté par Harold KAY, d'Europe N° 1 Places à 6, 12, 15, 20, 30 et 35 Francs (Location au M.R.A.P., 30, Rue des Jeûneurs - GUT 09-57) Samedi 12 Novembre A la mairie du cinquième arrondissement Place du Panthéon, à Paris GRAND BAL DE L'AMITIÉ organisé par le Comité de la Région Parisienne du M.R.A.P. el animé par MANU DURANGO et son Grand· Orchestre 8.ar, Suffet, Attractions De 21 heures à l'aube Entrées: 10 Francs (Couples: 18 Francs) - Etudiants et: Militaires : 8 Francs · l , •• -'. __ ,~~ , 1 • .~~.

Notes

<references />