Droit et Liberté n°00008 - 15 juin 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • De Tel-Aviv à Londres via Oujda (moyen-orient) -page1
    • Reconnaître l'état d'Israël par Charles Lederman -page1
    • De leur guerre à notre paix par Roger Maria -page2
    • Mon point de vue par Julius Stricher -page2
    • L'affaire Dreyfus et l'état d'Israël évoqués au 50 éme anniversaire de la ligue des droits de l'homme par Chatem -page2
    • Je ne crains pas l'avenir m'a déclaré à Prague un petit commerçant juif par Albert Levy -page3
    • Les maudits par J.A. Bass -page3
    • A Saint-Mandé, émouvante cérémonie du souvenir par Jean Tild -page3
    • Impressions de Hollande: Europe sans européen par J.A. Bass -page4
    • Justin Godart retour de Bulgarie donne ses impressions aux lecteurs de "Droit et Liberté" -page4
    • Des peuples souffrent et luttent (Afrique du sud, Grèce, Egypte, USA, Espagne) -page4
    • Histoire: "Lachonoc" par Joseph Milner -page5
    • Les juifs dans les pays arabes Par M. Vilner-page6,7
    • Spectacles:
      • les films de Feyder par Marcel Cerf -page8
      • Stendhal et le professeur clown par Felix Fedrigo
      • Branquignol par Hélène Sax
    • L'enfance, notre plus doux espoir: dimanche a eu lieu le premier départ vers la mer -page9
    • Solidarité avec l'état d'Israël en lutte pour son indépendance -page9
    • Jeunesse: nous ne sommes pas seuls par André Demensztain; non merci! par Louis Mouscron ; Volley-ball et discussion avec un éclaireur israëlite -page11
    • Au pays de la "Colour Bar" il est 2 heures du matin par Michel Baron (Afrique du Sud)-page12


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

... . 'rbe : ~. ·ff_ . -; _. . ~ . ' LE GRAND ~'HEBDDMADMRE DB LA VIE -JUIVE .~ .i .. Pon9é"~gans. la . clp.pd~stinité.. . . . .. :. - _.---: 15 .Juin 1948 Nouvelle série N° 8 (7~ ~ ..... .... :-, ". ReCODDnllre l'État·. d'Israël ' L E Gou " e r n ement français s'absti ent toujours de reconnaître l'E t a t d'Israë:. M. Georges 'Bidault, à l'Assemblée Nationale, a répondu à ses interpellateurs qu'il existait en Palestine « un état de choses qui n'est pas un état de drl'lt et qui est à peine un état de fait Il. Pour le ministl'e des \ffaires Etrangères de la

i'rance, le vote du 29 novembre

19117 n'a pas créé une situation en' droit. L'existence de l'administration juive, les manifestations quotidiennes de la volonté d'indépendance nationale, la l!ltte hérOïque de l'armiée 5uive ne sont, pour M. Bidault, qu~à peine un ' état de fait. . Et M. Bidault a prié ses contradicteurs de « voutoir bien laisser au Gouvernement la latitude de savoir quel jour ' et en quelles circonstances il reconnaitra ... Il . Notre ministre des Affaires E t r a n g ère s n ':éprouve pas le besoin de demander aux représentants 'du peuple français leur sentiment sur la ques. tion palestinienne. Et pendant que l'on parle trève, on trouve tous les prétextes pour continuer d'armer les mercenaires de Londres et de Wash ington. Ainsi les' Libanais reçoivent des armes de la France. Mais ne croyez pas qu'il s'agisse là d'une« livraison)) pure et simple , Non pas. Il s'agit d'un « remplacement Il "Car explique M. Bidal!It, « le Liban ayant été un Cfuart de siècle sous mandat français, et les armes de ce pays !étant françaises, il est normal que nous en assurions le remplacement. Il POUL M. Bidault d/JOc, ce qui est normal, --c'est €Id livrer des armes aux a~resseurs 'et de leur donner la possibilité de mCliflcer la paix du monde. Ce qui est anormal, c'est, par contre, . d'apprl'ter ROU aide à ceux qui s'en tiennent, une fbis qu'elle; ont été adoptées, aux décisions des organismes mternalio-. naux. . La France ne doit nits souscriee a une parè~ ll e politique. . 1:lle se doit de contribuer à l'édillcation d'nne paix solide et durable. DE TEL-AVIV A vI• a O'UDd 'DA L A quinzaine qui vient de s'écouler a été lo~rde d'événements politiques. Poursuivant leur offensive de guerre, les forces de l'impérialisme ont ouvert de nouveaux fronts, montré un peu plus de mépris à l'égard des décisions internationales et donné de nouvelles raisons d'inquiétude à tous les peuples. La Paix est une et indivisible. Des intrigues en Palestine, en passant par le pogrome du Mar~, au rétablissement d'une Allemagne agressive, apparaît la même volonté des Anglo-Saxons d'installer les bases d'agression antisoviétiques en Europe et en Asie. Ils violent les décisions inter,nationales : la décision de l'O.N.U. du 29 novembre là, les décisions de YaIta et de Potsdam ici. A Londres, à la Conférence des Six, un pas sérieux . a été fait vers la constitution d'une Allemagne réactionnaire de l'Ouest qui s'administrerait et se diriger~it ' politiquement elle-même. Un accord a été conclu., qui consacre la position dominante de l' économie gu~rrière de. l' Allemagne en Europe et met le contrôle de la Ruhr à son service, sans aucune garantie contre le péril , d'agression. ' . Pour les Juifs; le péril est doublemen~ grave. Ils sontmenacés, comme toU$ les Français, dans -leur sécurité devant une Allemagne qui prénd le chemin de la « renazification

te Ils sont également menacés d'une recrudescence

de l'antisémitisme: on veut faire oublier les fours . crématoires et les chaJnbres à gaz ; au lieu Menace allemande, 'campagne antisémite... Les objectifs des fauteurs de çuerre se précisent. Ils voudraient entraîner le monde dans une entreprise d'expansion et d'asservissement. Les mots d'Qrdre hitlériens sont repris: antisoviétisme, anticommunisme, antisémitisme. Seuls les chefs ont changé. OMMENT ne pas discerner dans ces conditions C la voie à ~uivre ? Précisément parce que la l!ltte se comphque et parce qu'on veut entralner ' l'Etat d'Israël da~s les rouages d'une intrigue - une sorte de « Fédération · des Etats du Moyen-Orient » au caractère antisoviétique et au service de l'Angleterre - pour asservir Juifs et Arabes, il appartient aux combattants d'Israël de lier leur sort à. celui des démocraties. Faire la « trève » est bien, mais à condition de ne pas la transformer en capitulation. Faire appel aux forces démocratiques, à tous les peuples, pour 's!assurer, avec l'indépendance, une paix durable et disperser les nuages d'un antisémitisme renaissant, voilà la nécessité de l'heure. DROIT ET LIBERTÉ d'exiger les réparations et la sécurité, on donne carte blanche aux industriels, responsables des massacrf?s. Le marchand de sable N Palestine, ne pouvant plus, devant E l'indignation génér.ale et devant la résistance héroïque de la jeune armée d'Israël, ni obtenir une victoire facHe, ni poursuivre leur « guerre par procuration », les Anglo-Saxons se sont vus obligés de recourir à une trève. Cependant, ils entendent profiter du « cessez le feu» de quatre semaines pour installer leurs propres forces sous forme « d'observateurs» et de « contrôleurs », chacun cherchant à gagner la course. Aussi comprend-on l'obstination qu'ils mettent à refuser la participation soviétique au contrôle. Pendant ce temps, la principale activité diplomatique des hommes du State Department et du Colonial Office consiste à aggraver les hostilités entre Juifs et Arabes. Les fauteurs de guerre redoutent terriblement une amélioration des relations judéo-arabes. Ils ont donc procédé à l'élargissement du front en développant une forte agitation antisémite dans tous les pays arabes. Une fois de plus, la Ligue Arabe, dont la haine contre les Juifs n'a d'égale que la haine contre la France, a fidèlement , exécut~ les ordre~. . C 'EST là Qu'il faut rechercher les véritables origines des pogromes qui se ,\ sont déroulés au Maroc. Comme obéissant à un ~ignal ou sentant venir leur heure, les antisémites de tous les pays relèvent la tête. A Paris et à LilJe, des affiches antisémites ont été récemment apposées sur les murs. Des organisations antisémites camouflées se forment à l'instar du Comité Pétain et donnent des conférences"au « Cercle André-Chénier » -ou au « Cercle pour la Vérité ». , est passe ••• Dans ce PRAGUE (p.3) - 1';Ue doit, sans j(o]ai, reconnaître J'Etat d·Israël. ~h. LEDEBlIIAN LA HAYE 1 (p. 4) - JOHANNESBURG (p. /2) LES J U 1 F S D A N, S LES P A Y S A RAB E S (pages 6 et 7) • J, , ~ ., numero: -" . .. -- ;-- - - par JuliusSTREICHER Sieg Heill Bonne .emaine, mes camara" ck. ! En masae, VOUII a"ez répondu à l'appel qu'il y a quinze. jours je "oue adressais ici'même au no·m du Parti National-Socialiste; et votre action décidée dans tous les domaines comme'nce déjà à porter ses fruits ! Partout à travers le monde, partout où ~ous avez difhu~ nos consignes, les fidèles compalrIl0n . de nos luttes ' passées _iellt..leura r~gs se grosair tous les jours des coh~rles fournies par le.. hOlDmea c~ule. enca" drés de leurs politiciens ambitieux ou 'impuissants_ Partout, tous ceux-là se rassemblent; et, au coude à coude, vétérans ' et jeunes combattanta entrent hardiment dans la bataille contre le judaïsme exécré et son allié bol' chevik. Sans tarder, ils ont remporté leurs preJJlières victoires ! V &yez plutôt : à Londres, un quarteron de « !iémocrates ocCÎ'dentaux ) respec.tue~JIi des consignes ck nos amis du State Departement, a décidé de crréer l' « Allemagne de l'Ouest » ; certes, ' cet épisode de la guerre qu'ils entendent mener contre l'U.R.s.S. heurte apparemment la volonté d'unité de notre peuple

mais lorsque, demain, cette

pseudo-Allemagne se sera relevée de ses ruines grâce aux dollars qu'auront fait fructifier nos techniciens, nous aurons la certitude de pouvoir faire fépreuve de notre force, COJ:llme il y a vingt ans IDes camarades ... A Johannesburg, grande vic" toire encore 1 Vous avez sU COrnpftndre, chen amis sud-africams que le mOJnent était "enla d'aller de l~avlUlt i et quoique Smuts ait souvent servi nos desseins, voua avez sagement jugé qu'il n'était peut-être plus usez c .ûr » pour Je. épreuves de demain

en appelant notno fidèle

Malan à lui auccéder, vous vo_ êtes préparé des aubes triomphales qui vous feront à nouveau goûter l'ivresse de circ·uler au milieu des carcasses de nègres et de juifs fraichement égorgés 1 Mais .tandis qu'en Afrique ,du Sud vous en êtes encore à affuter vos glorieux cou·teaux frappés de notre marque S.S., au Maroc vous avez déjà eu la joie de passer à l'action : convenablement fa·natisés par leu,rs féodaux, sans savoir qu'ils servaient nos desseins, sans même imaginer (les innocents!) que leur tour pou.rrait bien vemr prochainement, des égorgeurs se sont rués à l'assaut des quartiers juifs. Et dans le sang répandu, au milieu des scènes de pillage et à la lueur des incendies, voua avez eu l'immense orgueil de recon· naître la grande lueur mystique de nO! embrasements hitlérien •..• Et pendant ~e temps, à Paria, le Quai d'Orsay a la sagesse de continuer à se taire. Certes, on .peut dire qu'en différant toujours de prendre parti, il manque de courage mai. pour l'instant, contentems- noua de cela, il ne faut pas trop loi demander_ );Ieil Hitler 1 p.p.c. : J.-F. DOMINIQUE. Droit et Liberté , Rédaction et admimstration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· TéléDhone :PROvence 90-47 90-48 C.C,P, Paria 607()-98 Tarif d'abonnement : 3 mols •••••.•. 100 frs 6 mois OH.n.. .. 200 frs 1 an ...••.•..•. 400 frs Etranger : Tarif double. Le gérant: Ch. OVEZAREK DROIT ET. t1e~~1;E : .15. Mn 1946..,- N- 8-7~ • 1 • f i . ~ r. . ': q .. ' De leu guerre-' à noire paix· Juifs et Arabes se batten~ parce 'que M. Bevin et M. Marshall ne sont pas d'accord dans le MoyenOrient: pôle d'attraction POUT tant .d' émj~ grants arabes des pays VOlStnS qUI espèrent ( ... ) échappeT au servage, PJlysi'lue et mOTal, des bex,s et des' paellas, esclavage plus efYroyabl~ en(()Te. que celui des masses fusses aux temps auiouTd' hui révolus du tzarisme. . Ce scénario est banal, très ~ nu. Alors, pourquoi tant de gens hésitent-ils à le ,r~onnaître comme l'image de la venté fondamentale ? Pourquoi raisonner constamment comme si ces réalités n'existaient pas ? Pourquoi s'arrêter en chemin? Pourquoi n~ pas appeler l'ennemi par son nom et le combattre en acceptant toutes les oonséquences qu'entraînent logiquement les positions respectives ? Toutes les forCes de ce monde déchiré ne S()Ilt pas à mettre dans le même sac ainsi que voudraient le faire croire. l~ ~ lettantes sans ,consdence et .ltlS rusés du jeIJ impérialiste. C'est dans LibéTation du 2S mai que l'on trouve cette vue qui n'est, hélas, que trop juste. Trafic d'annes Des enfants meurent 01) peut vérifier ce qu'il C?n, est par cet autre extrait de LIbera. tion du 22 mai: TanàiS 'lue certains pays ont décrété l'embargo sur l'exPédition de matériel de gueTTe en Palestme (c'est jusqu'ici le ,as des EtatsUnis) d'autres pays (comme la Grande-Bretagne) continuent d' a~mer officiellement l'un des belftgérants. On sait, en effet, que l,e Foreign Office conti~/ue. d'appltquer les clauses de l'accord anglotransjordanien pour l'armeft!.ent de la Légion arabe. En Tt'vanche, les douanes anglaises ont reçu l'ordre de surveiller de près, pour les arrêter les expéditions d'armes à destination de la Palestine. Criminel impérialisme C'est l'hebdomadaire anglais , Tribtme, sous la: signature de John Kimche, qui vient confirmer l'étendue du crime dont le gouvernement travailliste' }:orte l'entière responsabilité : ' . Il ne fait aucun doute, m Palestine, lors'lu'on a vu le matér~el . capturé et les prisonniers, que les atta'lues arabes sont mmées av,e~ un équiPement dont 90 % ont ete et sont mcore fournis par le gouveTtlement britanni'lue. Il est également clair que le gotrVernement est aussi engagé dans une action préméditée poui détruire la vie ' économique de l'Etat juif. Le même joumaliste apporte encore cette précision : Des preuves de Plus en plus nombreuses montrent que le gouvernemmt britannique s'est embarqué dans une politique offiçÎeuse de sanctions pétrolières contre le nouvel Etat d' Israël. C'est la seule guerre moden1e que la City de Londres mène vraiment à fonl, mais tortueusement. « Speak frankly » Dans un récent article, L'Econo. mist a le granl mérite d'exprimer la politique de Londres dans tout son cynisme glacé et faussement réaliste : Il n' y a donc, à l' heure actuelle, aucune possibilité d'accord J' seules Testent deux solutions: la pe,mière est que quelque puissance extérieure (les Nations Unies, la L(f?ue arabe, les Etats-UtlÎs ou l'U.R.S.S.) occupe en force la Palestine pour lungtemps. La seconde est de laisser Arabes et Juifs régler leurs comptes ensemble. C'est bien là le dilemne fallacieux posé par tous ies exploiteurs du colonialisme pour justifier leur présence d'abord, leurs rapines ensuite, leurs crimes enfin. Car, ainsi que le fait observer fort justement Pierre Herbart, dans Combat du 16-17-5 : Tant que les Anglais ont eu intérêt à ce 'lue le calme règne dans ce pays - pendant la guerre PM exemPle - le calme a régné. Leurs alliés Les impérialismes, dans la défense de leurs marchés, de leur possibilité de faire travailler pour rien leur « bétail :t colonial, et dans leur apre souci de sauvegarder leurs routes stratégiqul:~. sont contraints, par leur pro).,r" système, à utiliser le plus arriéré des banditi,smes_ Selon François Chalais, dans Carrefour JU] 9 mai, :certains Egyptiens disent, en parlant de ceux des Arabes de Palestin,e qui sont dressés contre les Juifs :' Ils om vendu très cher leur, mauvaises terres aux sionistes, et maintenant ils veulent les leur re, prendre par ' les armes pour Téaliser un magnifique bénéfice .. , _ .. ~ , C'est là l'origine de bien des pogromes : en tuant le créancier, j'éteins ma dette. L'apport juif Et pourtant, souligne Eliane Brault, dans La Bataille socialiste du 4 juin ': Il ne faut pas oublieT 9.ue, de. puis la fondation du szo1zis~e, l'immigratiotl arqbe en Palestme est à pel4 près dix fois plus fOTte que l'immigration juive. Ce qui constitue un signe cer- ' tain d'élévation du niveau de vie depui,s la colonisation juive, phénomène p:uticulièrement sensible, toujours selon Eliane Brault, da~s les régions du AloyenOrient où à pt'ine sept pour cent des pOPl!lations ont un . standard de vie euroPéen. Les fellahs d'Egypte Et, Georges Meyer donne le titre suivant à son article de L'OTdre .- Les méprisables dessous de la guerre palestitlienne. - E,n ,TeTT8 sainte, Musulmans et JUifs unt Téalisé depuis longtemps, en dépit de,s religions, une parfaite entente. - Mais la féodalité arabe et le capitalisme anglais ne féuvent prospérer que dans le sang. - L' " ,idéal de vie :t égyptien .•• , U~e position fenne A ce s~jet~oici la position dê l'U.R.S.S., telle ' que l'exprime Leur « guerre sainte» l'édi.torial de la PTavda du 30 Michel Gordey, dans France- ~,ale~ armées arabes o~t attaqué So.ir du 25 mai, reFodilit. le. t~- l'Etat d'] STaël dès son établisSÇmoignage d'« un médecm JUlf , , ; (non sionisre) évadé du Caire _ mmt, en dépit du fait qu Il a et qui ' éclaire avec perspl.c aC.l té ' 1e s créé sur la base des décisions pr.i . dessous de 'la politique dè là Li- ses p'ar l'O.N.U. dont.-font,Par,tll , plustturs Etats arabes. ' L acUun gue arabe : , des Etats arabes ne saurait être Raflés par la police du Caire, considérée aut,.ement fJue co1flt1le 2.500 hommes, femmes, enfants une agression non provôquée, URe ou vieillards vont r.atiT dans les atteinte aux droits légaux du peucamps de la mort, au coeur du pl.' juif et une violation des pri. dése'Tt. cipes ' mêmes de la Charte deI. Juifs, pour la plupart. arrêtés Nations Urnes. à la suite de la proclamation de Hitler vivant PEtat, d'Israël. La rodio égyptienne consacre Laissons à Pierre Loewe1, dans trois hewes par jour à la trop a- L'Ordre du 4 juin; le soin de sigonde antisémite et les longues tuer les responsapilités exactes, La condition des fellahs, fJui tirades des speakers arabes visent avec une brutalité d'autant plus f()Tment les trois quarts de la po- . aussi bien tous les Européens. significative' qu'elle vient d'un pulation, eu l'une des Plus misé- , journaliste pondéré pèu -porté aux Tables 'lui soient" ou monde ( ..• ) Voici l'~xplication : excès polémiques: , En tinquante ,ans, le nombrl des Le gouvernement égyptien pro- On ne sème pas i'mpunémetlt familles vivant au-Jessous du mi- fite de la situation pour rétabli, su' le monde les maléfices à peiRe nimum vital est passé de 611.0 74 son prestige gravement menacé . détTuits, Protégé, le nationalisml à 2.392 .5 1 5, tandis 9,ue, à l'autre par la crise économique et par la allemand se réveille. Encouragl, extTémité de l'échelle, les grands crise générale. En exciiant les le Tacisme prend officiellement le propriétaires fonciers, 'lui ne re- foules à la guerre sainte et aux pouvoir ffl AfTique du Sud. présentent 'lue o,~ pour cent du pO.f?romes, o1J leUT fait oublieT le nombre tolal des propriétaires en cllômage, leur misère, la fami'ne et Et la France Egypte, possèdent 40 POttT ce1ft les épidémies. D'ailleurs, sous Si le peuple français, et même du sol utile au pays ( ... ) L..e taux cotrVert de l 'état de siège, on arrê- se(l représentants au Parlement de la mortalité y est le plus éleJ)é te non seulement des JuiN, mais ont pris un~ position netten:ent du monde, et,... aussi de très nombreux membres favorable au jeune Etat juif, le M. Georges Meyer, q!li cite ce de l'opposition, gens de gauche, gouvernement, au mépris de toute rapport dans un remarquable arti- communistes, socialistes, libéraux. démocratie, n'a pas encore re~ le de L'Ordre du 4 juin, conclut En somme, comme l'a dit l'autre connu Israël. Mm,e Eliane Brault en ces termes : jour un chef rie la police au CaiTe: fait observer dans La Bataille so- On comprend mieux pourqWJÏ les Kens dangeTeux, ceux qui ré- cialiste du 4 juin: la 'Palestine ( ... ) constitue un tel fléchissent. Attitude stupide pour la Fran,- ...-------------------:-------------ï ce puiStjue, ayant hésité, c'est la Grallde - Bretagne qui reti,"a l'avantage auprès des populations féodales musulmanes et que, PM conire, ce sont les Etats-Unis qui bénéfiëieront du geste d'avoir reconnu les premiers avec l'U.R. S.S. la République palestinienne_ L'affaire Dreyfus et l'Etat d'Israël évoqués au soe anniversaire de. la 'Ligue des Droits de l'Homme La Ligue des Droits de l'Hom~ me, née autçmr de r Affaire Dreyfus, a célébr,é son cinquantenatre en Sorbonne. Les Présidents Vincent Auriol et Edouard Herriot, tous deux « li~ gueurs Il, étaient représentés. Après lecture de plusieurs messages de France et de l'étranger, le Prési~ dent de la « Ligue » M. Sicart de Plauzolle!, prend la parole. li rappelle la naissance de la Ligue et comment Ludovice Trarieux, pendant le déroulement de l'Affaire Dreyfus, au cours des audien~ ces de Versailles, eut l'idée de créer une association pour la « défense des droits de l'homme ». Il voulait constituer une sorte d'association mutuelle de défense de l'individu, car il avait compris que r Affaire Dreyfus n'était qu'un incident, et, après avoir rédigé lés premiers projets de statuts, il disait que la Ligue « viendrait en aide à toutes les victimes de l'arbitraJre et de J'injustice Il. L'orateur cite encore les paroles de Ferdinand Buisson disant : (1 1'1 y a une Affaire Dreyfus partout où un ouvrier souffre, partout où il y a tin enfant sans instruction et un vieillard sans asile. » , C'est le tour de Pierre Cot. If Soyons fidèles, dit-if, à la Révolution Française, mais aussi aux révolutions à venir ». Il développe longuement le rôle que doit jouer la Ligue dans l'avenir : « En ce qui concerne la paix, la Ligue doit pouvoir atténuer les points de friction, et d'abord par la fidélité à l'O.N.U. : c'est en particulier par la fidélité aux transactions et solutions de l'D.N.U. qu'on peut régler le problème de la Palestine. Il Après le ·Professeur Paul Rivet, le Professeur Mirkine-Guetzevitch, qui arrive de New-York, rappelle les paroles de Péguy : « Il ne faut pas être historien de J'affaire Drey- • fus... mais considérez-la toujours comme permanente. » M. le Président J. Paul-Boncour fait revivre l'atmosphère de l'épo- ' que, puis lance un appel : (( Il faut, que la Liguè des Droits de l'Homme fasse une vive agitation dans tout le pays pour que le Gouvernement français reconnaisse au plus vite l'Etat Juif. » CHATEM. Après le désastre diplomatique de la conférence Il 'allemande D de ,Londres, après l'accord sur l@ papier ,BoIl aert-X,uan , qui risque d'aggraver la situation au VietNam en- gonflant des fantoches dépourvus de tout crédit sans régler a,ocun problèm.e de fait, le gouvememellt de liquidation de la puissance française que nous subissons encore ajoute la honte de laisser p1sser les jours sans prendre la décision qui s'impose, préférant s'aligner, oomme à Munich, sur les p05Ïtions étroites et criminelles des politiciens travaillistes de la City de Londres en qui les résidus du fascisme et du racisme reconnaissent des anti-juifs tout compte fait plus efficaces que les massacreurs d'Auschwitz, - car avec Bevin et son Colonial office on arrive an même résultat, mais progressivement, sournoisement et surtout, comble du cynisme ' et de j'habileté, avec un masque prestigieux: celui de la démocratie et du respect de la personne humaine, « La guerre d 'Hitler continue », mais la Résistance, elle aussi, continue, dans le monde entier. ... , . .. f15 juIn '1948. - N- 8-7S ..7 ii1iiZiiiiiiiiiiïiii_ _i iiiiiiiiii. .... ...,;;;. ....._ ___ DRO(T ET lI.BEinÈ 'WH • "JE NE CRA.INS PAS L'AVENIR ." m'a' déclaré à Prague un petit commerçant juif : De notre envoyé spécial Albert LÉVY 1 Prague, juin. - Prague est presque· touj~urs pavoisée. Il y a qui'nze jours, c'était pour l'anniversaire du président Bénès. C'est maintenant pour la fête des 50- kols. Entre les deux, eh bien ! on a laissé sur les bâtiments et dans les vitrines les drapeaux, banderoles et rubans tricolores ': ne fallait-il 'pas célébrer l'éclatant succès du Front National aux élections. Dans un petit 'magasin de la Revolucni Trida, j'ai parlé avec un commerçant qui, par hasard, était juif. - Nous sommes· heureux, m'at- il dît. Depuis les événements d'! février, qui ont été la victoire ije tous les honnêtes gens, les perspectives sont claires. . CI Tenez, moi qui suis un petit commerçant, mes impôts ont été diminués. Les grands magasins dont la concurrence déloyale menaçait mes. affaires, sont nationa. lis.és. CI Je ne crains pas l'avenir. Le plan quinquennal,. qui eritrera en application dans quelques mois assure aux commerçants et aux .artisans une place bien déterminée dans l'économie du pays. • CI Sous Ja première République, . de 1915 à 1938, So.ooo commerçants ont. connu la faillite. Maintenant, c'en est .bien fini. » Ce commerçant n'était pas un propagandiste patenté. J'ai. parlé aussi avec des oüvriers de toute origine. Ils m'ont dit: - Avant la 'guerre, le chômage était suspendu sur nos têtes. L'avenir était sombre. Maintenant c'en est bien fini. Nqus ne pensons qu'à la paix, au développement de notre patrie, à l'élévation de nos moyens d'existence. Maintenant, c'en est bien fini a plus de paysans pauvres. Avant la guerre, 21.000 paysans ont été expropriés pour dettes. Maintenant, c'en est bien fini ! Cette , similitude de langage entre les différents éléments de la population ne signifie' pas que l'esprit des gens,. comme pourraient le prétendre les journalistes anglo-saxons, a été stéréotypé. Mais elle prouve que les intérêts de tous les habitants sont défendus ·et que chacun envisage avec confiance l'avenir. . De Petruska à la place Venceslas ' Il n'y a donc pas de méoon. tents ? . «J'étais l'autre soir, au théâtre National. Au-dessus de la scène on lit la devise :.'« La nafion à elle-même • inscrite quand ' l'édifice fut construit. On jouait Petruska de Stravinsky. Au moment où le malheureux pantin, precIS. De même d'ailleurs que la plupart des opposants au régime. Ils n'ont pas présenté de liste contre le Front National, car, dans ce cas, quel programme auraient-ils pu soutenir ? Le retour au passé ? Le plan Marshall ? La « liberté » à l' américaine ? On se serait bien moqué d'eux 1 Ils" n'ont donc pas osé lutter à visage' découvert. Ils ont saisi l'occasion que leur donnait le gouvernement de manifester leur o[:'position par les bulletins blancs, sans préciser leurs inavouables desseins. L'Agora C'est pourql!oi mon étudiant restait indécis devant la politique gouvernementale et ne proposait rien pour la remplacer . Il était simplement dupe de la l"ropagande radio-Munich. ... Place Venceslas, il y avait, comme chaque soir, des groupes animés où l'bn discutait. Les Praguois sont avides de discussions. Les adversaires du régime disent .leur point de vue et les conversations homériques se prolongent tard dans la nuit. On pense à l'Agora, la plaëe Des paysans, j'en ai ~encontré beaucoup à l'exposition agricole de Prague. Le dimanche et les jours fériés, comme pour la FêteDieu, l'autre jeudi, ils viennent dans la capitale par trains entiers, de Moravie et même de Slovaquie pour admirer les machines agricoles modernes, s'initier aux méthodes nouvelles de culture qui sont, ici, présentées. Prague : La Vltava. Au fond : Hradciin L'un d'eux, en costume national, chapeau rond à plume, pantalon de flanelle blanche et veste brodée aux vives couleurs, m'a explioué : Nos impôts ont di,minué. On . nous paie un juste prix ce que nous produisons. Les grands domaines ont été partagés., et il n'y dont la dépouille traîne à terre, exprime, au-delà de la mort même, sa douleur d'amour, mon voisin me demanda si j'étais Français. Il était étudiant. Tandis que nous nous dirigions vers la place Venceslas, il me dit que la Tchécoslovaquie n'était pas libre, qu'il avait voté blanc pour manifester contre le gouvernement. Mais quand je lui demandai en quoi consistait le manque de liberté, il ne put rien me dire de A SAINT-MANDÉ publique d'Athènes, au temps de la démocratie ... Avec cette différence qu ICI, la démocratie est pour tous et non pour une Foignée de maîtres d'esclaves. Les réactionnaires pérorent sur « l'absence de liberté » en toute liberté. ' Communautés juives florissantes Il n'est pas lm problème, pourtant, qui n'ait été réglé à la satisfaction de tous. . Émouvante térémonie du . souvenir A Saint-Mandé, le dimanche 30 mai, au milieu du recueillement général, s'est déroulée une importante ma·nifestation du souvenir. Une plaque commémorative en marJre a été solenn~llement exposée sur la maison de la rue Gr.andviUe d'où sont parties, Je 22 juillet 1944, pour les geôles' allemandes - d'où elles ne devaient pas revenir, hélas! - dix-neuf petites fiiIes de quatre ans et demi à treize ans, accompagnées de . leur directrice, Thérèse Cahen. Ces fillettes étaient des enfants de déportés. A vrai dire, nous les considérions déjà comme orphelines. Du moins osionsnous espérer qu'en raison de leur très jeune âge elles pourr aient êtr e sa uvées. Elles étaient d'ailleurs â Saint-Mandé dans les meilleures conditions possibles. grâce à la vigilance compréhensive et à l'inlassable dévouement de la directrice de ce patronage improvisé, -Mlle Thérèse Cahen, celle que les petites appelaient si affectueusement « Tante Thérèse ~ et qui leur avait promis - j'en ai personnellement été le témoin - de ne jamais les quitter pendant la guerre, quoi qu'il advînt. Mlle Cahen les cànduisait le matin et l'après-midi à l'école communale. Excellente musipar Jean TI L D (Voir suite page 8) Les 19 petites filles d. Saint-M.1n4é 'et (en haut) Mm. T. Cabe. On a fait grand bruit, par exemple, en Occident, sur une prétendue «confiscation» des biens juifs par l'Etat. En fait, les entreprises de plus de 50 ouvriers ont été nationalisées, qu'elles appartiennent ou non à des Juifs. Mais quand il s'agissait de Juifs victimes du nazisme, une forte compensation ~ait allouée. De même pour tous les anciens résistants. Les Allemands de la région des Sudètes ont été expulsés. Mai., évidemment pas les Juifs, qui, au oontraire ont eu toutes facilités pour s'intégrer dans la vie nationale. Dans chaque ville, la communauté juive est florissante. ' Ellt' reut enfin, en toute liberté, déve· lopper ses richesses' culturelles et pratiquer la 'religion dans le cadre de l'unité de la nation. Il n'y li plus, d'ailleurs que 30.000 Juifs en Tchécoslovaquie. Plus de 100.000 sont morts en . déporta.tion, dans les camps de l'Allemagne nazie. . . « Nous sommes unis :t Ils ont leur, organisations particulières. L' Union des J uiis Tchécoslovaques se développe. Mais les organisations sionistes, notamment la Hachomer Hatzair et les Révisionnistes sont assez puissants. Tous sont reconnaissants au gouvernement qui le premier, avec celui de l'U.R.S.S., a reconnu l'Etat d'Israël. De nombreux Juifs militent · aussi dans les partis du Front National. Ils éprouvent avec enthousiasme le sentiment d'unanimité Q..ui anime le peuple tchécoslovaque tout entier. Les militants, les sans parti,· aussi, s'étonnent en riant: C'est merveilleux. L'an der .. nier, les partis se disputaient, nous étions divisés. Moins sut des . questions de programme d'ailleurs, qu'à la suite d'une excitation factice, de provocations criminelles. Maintenant, nous avons un · r-rogramme, qui satisfait tout le monde, qui ouvre de · grandes. perspectives à notre pays • Maintenant, nous marchons la · main dans la main en un bloc invincible. Deux hommes, Bénès et Gottwald, symbolisent cette invincible unité. j'II 1-\ U D 1 ~r·s ' . N apprend que le Général Weygand a pris part le 4 juin O à la séance de l'Académie F!ançaise. Salué par ses confrères, parmi lesquels Jérôme et Jean ThaTaud, l'pologi .. tes de l'Amiral sans flotte Horty et du fondateur de la « garde de fer » roumaine Codreanu. et qui se sont réjouis en juillet 1940 dans les journaux de Vichy, de l'assassinat de la République, il a travaillé avec eux à: la ~vi6ion de l'article con. acré au mot Il auxiliaire ). Ainsi reprend l'activité d'un officier de coup d'état. En 1929, à la mort du Maréchal Foch, n'ayant plus à subir la rudesse de l'ancien généralissime, Weygand peut donner libre cours à ses intrigues politiques. Ses inclinations sont fixées depuis longtemps : dès le temps de l'affaire Dreyfus, quand le journal d'excitation fasciste « La Libre Parole • ouvre la souscription à la gloire du faussaiN Henry, traître et complice. de l'espion Esterhazy, on trouve sur les listes rouges : « Capitaine Weygand, du 9 Dragons : 10 fr ••• En 1932, reçu 'sous la Coupole, il se voit oHrir, en des ter mes à peine voilés, la dictature; en 1934, il déclare à Pétain : « Vous représentez une force en réserve, peut-être serez·vous ua. jour l'Hindenbu1"g de la France •• . Le 6 février 1934, le « Mouvement Synarchiqne d'Empire • pal' l"intermédiaire du « Redressement 'Français. et sous l'impulsion de l'Intelligence Service, ne préconisait-il pas, en cas de succès des adversaires de la République, la prise du pouvoir par un triumvirat Chiappe-Tardieu-Weygand. - . Devant le réarmement germanique poussé par les anciens al1i~s ang.J.o-saxons et aidé par ' les hommes de l'industrie lourde française, Weygand, inspecteur général de l'armée doit envisagt;r les pourparlers militaires franco-ru.ses pour obliger, suivant le bon sens et une longue tradition, éventuellement les Allemands à dl battre sur deux fronts. Le pacte franco-russe est conclu sous la pression de l'opinion publique et signé le 2 mai 1935 par Laval . bien décidé à 1. ·saboler. . Weygand fait passer un « communiqué» à la' Chambre au sujet de ce pacte: «. Général Weygand, en tant qu'inspecteur général de l'armée non consulté, et en tant qu'homme privé : hostile •. Au mols de mars 1935,' il déclare : • Je sui. pour la fwce- militaire, les altiances et la religion, . contre la franc·maçonnérie •• A l'ouverture 'des hostilités, il tend, avec Edouard ' Ualadier, yen le renversement des alliances. , Au lieu d'attaqu:e~ l'AUemagne, il intervient pour la constitution d'un corps expéditionnaire en Finlande, lui envoie du ma. tériel de guerre et prend le commandement de l'armée de Syri. pour attaquer les puits de pétrole du Caucase. Au mois de ,mai 1940, devant . l'avance ennemie, Weygand est l'appelé au commandement en chef de rarmée. Le 16 juin 1940, ayant appris que les patriotes parisiens veulent se battre dans la capitale, il annonce au Conseil de cabinet, la révolution à Paris et l'occupation de l'Elysée. Georges Mandel alors ministre de l'Intérieur, interroge par fil direct le Préfet de Police de la Seine et apprend ainsi le mensonge. Délégué général de Vichy en Afrique du 1N9rd, il traque p"'-r ticutièrement les militants de la Résistance et J.ea combattants alliés, et déchaîne les persécutions raciales. 15.000 enfants juifs sont chassés de .écoles publique ... On appose sur des plages d'Algérie la mention: « Interdit auX Arabes et aux chiens ) . L'Afrique du Nord est mise au service de « l'économie euro· péell!De » des nazis, minerais, corps gras, blé, vont, par un trafic intense de bateaux, vers les pays de l'Axe alors que Cha rles Maurras ose scander « La France, la France seule» ; la spéculation bat son plein, on s'enrichit ... Voici l'état signalétique et de service de l'homme qui vient d'être. absous par la Commission d'instruction de la Haute Cour, dont tous les membres, sauf un, seul, ont estimé q~ ce n'était sans doute qu'une exubérance -de tempérament. .Assis au coin de leur table ou debout à la barre du tribunal, journalistes et avocats de Vichy, la sébille à la main. quétaient l'indulgence pour cet auxiliaire de la réaction. Joseph-André BASS. Voir les numéros Z, 3, 4, S, 6 et 7. •••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• ., -DRoiT ET LIBERTE IMPRESSIONS DE HOLLANDE (II) JUSTIN GOOART, retour de Bulgarie~ donne ses impressions aux lecteurs de "DROIT ET · LIBERTÉ ,. Europe sans Européens (de notre envoyé spécial Jo~eph-André B~SS) E Congrès de la « Fédération Européenne» s'est ou- L vert à La Haye, le 7 mai, dans la Ridderzaal (Salle des Chevaliers), du Parlement des Pays-Bas, dans un cadre médiéval, où un immense drapeau avec un E rouge sur fond blanc dominait une assemblée de 700 dé-· Europe sans Europêens ••• M. Justin Godart, ancien ministrl ou plutôt ministre de la Générosité française en pleine activité, m'a reçu entre un voyage à Sofia et un départ pour San FrancIsco. CI complètement aux besoins. Je « dois en dire autant de la belle " maison d'enfants qu.e j'ai visitée. " C'est un ancien orphelinat qui " se prête fort bien à devepir un " home» d'enfants. légués et de 300 journalistes. . Anciens ministres, directeurs de Journaux, parlementaires influents industriels, financiers, diplomates, hauts fonetionnaires,' des conservateurs aux socialistes, panni Les HollandaiJ, particulièrement hospÎlbaliers, sont restés fidèles à leur réputation. Le Gouvernement des Pays-Bas a reçu les ," fédéralistes européens

. et les journalistes au

Château de Wassenaar, à une douzaine de kilomètres de La Parlant de son voyage en Bulgarie, l'ancien Président de l'Entr'aide Française, m'a dit: f( J'ai également visité" l'hôpital fi juif de Sofia. L'ou.tillage de " l'hôpitâl est ultra-moderne, tout H est luxueux, ' Ie personnel dévoué " et très à la hauteur : on peut « en dire sans hésiter, qu'il atteint .. la perfection. » les plus connus, se sont côtoyés pendant trois jouArs. dans cette salle ou dans ses dépendances et dans un babment du jardin botanique, où siég~ait l~ commission politique . Haye. Tous les soirs, un grand dîner était servi au Kurhaus Palace de Scheveningen, station balnéaire près de La Haye. Les délégués de l'Espagne Franquiste étaient enttourés, fi J'ai vu M. -Dimitroff, Prési" dent du Conseil. Il a eu l'ama" bilité de donner en mon hon" neur une réception qui s'est " transforméé en manifestation de "profonde sympathie pour la " France. C'est vraiment avec un « vif plais.ir que tout Français « de passage en Bulgarie peut « constater le souvenir ému que « ce pays garde au nôtre. Le presf( tige de la France y est grand. " La Bulgarie renaît et elle a ac" compli des miracles... Partout, « un enthousiasme sans limites. » Avat.lt de nous séparer, je me permets de poser à M. Justin Godart une dernière question : du Congr~. Winston Churchlll, homme d'Etat habile à défendre les intérêts de sa caste, .a laissé aux subalternes de l'Intelligence Service, le contrôle de la « Ligue Arabe :1 pour venir patronner « L'Europe Nouvelle :1 fédérée par l'impérialisme anglosaxon. La revue « Hommes et Mondes

1 a publié, pour cette conférence

sans doute, dans son numéro du mois de mai, un artlcIe de Jules Romains, intitulé « Pour que l'Europe soit , où l'ancien fondateur du Comité France-Allemagne et ami d'Otto Abetz rappelant « l'idée européenn: e » lancée par les nazis « se demande si, en fin d.e oompte, l'imposture comme il arrive souvent, n'a pas ~ervi la cause qu'elle parodiait '. Julien Damoy, journaliste bolivien .•• Aussi mbn étonnement ne fut pas de longue durée quand j'ai vu à la séance solennelle de l'ouverture, dans l'après-midi, les congreSSistes acclamer la délégation allemande composée de 50 membres : 49 cléricaux et un socialiste de droite. En outre, le -territoire Sarrois était représenté par d'autres délégués de même origine, qui ont même accroché un fanion officiel à leurs voitures. Dans son discours, le représentant germanique a rejeté tous les crimes commis par son pays sur « le régime nazi :1 et a repris, san~ - prononcer un mot sur les réparations, le verbiage pacifiste, humanitaire . et collaborateur à l'usage extérieur de tous les agents de la réaction allemande quel que soit leur camouflage. A la tribune offieielle, lors de ' cette manifestation, on remarquait particulièrement le zèle intem}J€stif et le battement des mains de M. PaUl Ramadier. Chargé de prononcer un grand discours après M. Churchill à la séance d'ouverture, le 7 mai et lors d'un meeting organisé le 9 mai en plein air sur la g-rande place d'Amsterdaxp., le Dam, devant la solide bâtisse du Palais Royal, ancienne r€sidence des Princes d'OrangeNassau, il s'en est tenu à des lièux communs. Un facétieux journaliste français lui a fait passer un petit mot demandant, au nom de M. Julien Damoy, journaliste bolivien, de salufr la conférence, M. Ramadier a appelé M. Damoï, 11 a même fait répéter à plusieurs reprises ce nom par l'huissier de service. Quand on }J€nse qu'il a été ministre du ravitaillement! Aueun participant français à cette conférence n'a parlé de l'anéantissement du nazisme en Allemagne ou des justes réparations dues à la France. Echanges de politesses A côté de M. Ramadier. on voyait M. Paul R~naud. J'ai entendu l'échang!l des pOlitesses : - «Monsieul" le Président, disait M. Ramadier à M. Reynaud, je suis désolé de présider à votre place. ~ - « Mon cher aml répondilt ee dernier, cela n'est que trop naturel... je suis un extrémiste· et vous un modéré. ~ Un délégUé des syndicats français « Force Ouvrière :1 a déclaré à la tribune : « Nous • \ ceux de la Grèce de l'espion dirions bien Que nous sommes Tsaldaris impudent; les agents révolutionnaires, mais M. Paul réactionnaires de toutes espèces Reynaud a déjà ' revendiqué parmi lesquels on remarqu.ait cette qualité. ~ Coudenhove-Kalergi, V1eux che- - Et la Palestine, Monsieur le Président? La commission économique val de retour de }'antisoviétisme, était présidée par M. Paùl van ont trouvé là un terrain très Zeeland, ancien président du favorable. L'Empire Britannique Conseil de Belgique, adminis- faisait se battre les }J€uples en trateur de Ougrée Marihaye, Grèce et dMls le Proche-Orient, trust belge de la sidérurgie, mais il voulait la paix en Eudont l'orientation pro-briltanni- rope la paix avec tous les « homque avant la guerre devint net- mes de bonne volonté ~, surtout tement pro-américaine, après avec les gros industriels alleson séjour aux Etats-Unis pen- mands, puisque M. Ramadier a dant les hostilités. déclaré que « les hommes d'Etat - Et la situation des Juifs en Bulgarie? C'est le 1er juin. Les journaux: nous parlent avec inquiétude de Tel-Aviv et de la trève possible et probl ématique. La figure de M. Justin Godart s'accombrit : Il était assisté de M. Daniel des Conférences de Londres et Serruys, économiste lié aux· ln- de Bruxelles étaient ceux -qui térêts des grosses sociétés fran- ont fondé l'Europe ~. Cela doit çaises, eIt de Lord Lay ton. être vrai puisque M. Churchill Leurs propos dériv,aient du l'a approuvé. " La question radale n'existe (( P'ls. D'ailleurs elle n'a jamais (( existé dans ce pays. Le peuple « bulgare s'est opposé au nazisme « antisémite des Allemands. .Te « puis moi-même constater que (( c'est le peuple bulgare tout enH tier qui a sauvé ses Juifs de la ct déportation ... En effet, on n'a « pas vu de Juifs bulgares à « Auschwitz. » « Quelle tristesse de voir tout ct cela... Quel crime est mainte" nant commis contre l'humanité " tout entière 1... Il Y a dés mo" ments -qu'on voudrait ne pas " voir au déclin d~ sa vie. » En me quittant Justin Godart exprima sa vive satisfaction de "Qir reparaître « Droit et Liberté» auquel il n'a ;arnais dans le passé bon vieux libéralisme économi- Et le 10 mai 1948, s'étant bien refusé sa collaboraIi on. que, sorti oour la circonstance congratulés mutuellement après de ln naphtaline, Paul Rey- . avoir écouté le dernier discours naud opinait dans le même de M. Duncan Sandys, gendre M. Justin God~rt continue sens, mais à la condition que de M. Churcl1i1l et président du (( J'ai rendu visite pendant mon AMEIRQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE . (( 0 C É ANI A )) VOYAGES - TOURISME 4, rue die Ceste'llane. Tél. : Anjou 16-33 cela ait lieu dans un espace « Comité d'Entente des Mou- "séjour, et sur leur invitation, « économique européen :.... des vements Européens , s'est ter- « aux differentes organisations TIes Brita7Jniques à la frontière minée êette conférence corilpo- « juives de Sofia. Le dispensaire de l'Elbe, c'est-à-dire que les sée de délégués sans mandat, « de l'O. S.E. est remarquable, trusts de l'Europe occidentale pour l'Europe, sans Européens. « admirablement outillé et répond s'unissent et puisqu'ils n'ont pas r--------.,.---------.:.---------------------_______ pu, avec Hitler, « faire l'Eu~ rope ") contre la Russie et contre les E)~ats-Unis vieille idée des synarques, qu'ils deviennent au moins des commissionnaires prjvilé~iés et bien appointés de l'industrie américaine_ Financiers et Syndicalistes F.O. Il n'est pas pOSSible de croire un seul ins1;ant que des hommes d'af1aires aVl.sés, tels que MM. Van Zeeland, Paul ReynaUd, Serruys, d'autres l"rançais venus à La Haye t~ls que MM. Robert de la Fortelle, duecteur du Crédit Lyonnals, Pierre Hély d'Oissel, president de la Cie de Saint-Gobain, Dautry, ancien ministre de l'Armement et de la Reconstruction, Rueff, délégué français à la Commission inter-alliée des Réparations. aient pu se tromper ainsi que leurs collègues étrangers, sur la valeur des « solutions libérales europé~nnes :1 qu'ils ont préconisées, tout en constatant bien volontiers Que le commerce avec l'Europe de l'Est - à qui la faute, sinon à eux-mêmes? - éta~t réduit à un pourcentage vraiment :négiigeable, au mépris de l'équilibre normal et nécessaire. Les « honunes de gauche ") n'ont pas manqué à ces consignes. Malgré l'interdit du Labour Party Britannique, il y avait autant de travaillistes que de conservateurs, on a même parlé, avis à M. Léon Blum, de « l'aile churchilienne du socialisme international :1. Quelques syndicalistes de « Force Ouvrière :1 redoutant probablement un pareil n:wurage, se sont livrés à une amusante et tapageuse parade : ils ont demandé à la commission économique de faire voter · une motion déclarant que « dans üne Europe unie :1 les travailleurs seraient « associés :1 à la gestion des entreprises. Cette fonnule sans méehanceté a provoqué le courroux des « libéraux ~. Aussi le-s gens de la « F. O. , aidés d'u:n représentant de M. Marceau Pivert et d'un délégué de M. Henri Fresnay, onlt insisté à la dernière &éance plénière pour le vote de · leurs résolutions. L'un d'eux disait avec des trémolos dans la voix: « Si vous ne le faites P\1S, quelle figure aurons-nous en rentrant.

1

Des peuples souffrent et luttent AFRIQUE DU SUD - Notre information de la semaine dernière n'a malloeureusement pas tardé à trouver sa tragique confirmation dans le triomPhe aux élections du parti du Dr. M QZan dont les attaches hitllnennes sont COIlnues de tous. Une grande inquiétude règne dam les milieux démocratiques et l'on s'attend aux pires excès. De nombreux nègres, de's juifs et des militanis antifascistes réfugiés s'effqrctllt de quitter le pays avant lJu' il ne soit trop ta-rd. U.S.A. - Le Département de la Justice annonce l'aTrestatioll et l'expulsion imminmte de Jacob Abraham Staclzel, directeur des Services éducatifs du Par t i Communiste américailz. Motif '7 serait mtré ûlégalement aux U.S.A. . .. en 19311 - Le célèbre chanteur noir Paul Robeson a été, à son tour, « elltendu .. paT la « Commission des Activités (ltItiam éri cai1les »; cette derlIière a remis ~ qw.ztre semaines sa « décisi on D : on craint que PauZ Robeson (qui est un fidèle supporter de Henry Wallace, et qui jouit d'un grand prestige paTmi les hommes de couleur) Ile soit condamné à ulle peine de prison, Aux offres de paix des démocrates Ts a Ida ris répond par la terreur La situation va-t-elle évoluer en Grèce ? La paix et la liberté sont-elles sur le point d'être à nouveau Je piivilège de cette terre pour l'instant ravagée par une guerre civile atroce? L:t réponse appartient uniquement au gouvernement d'Athènes et à ses maîtres qui doivent maintenant prendre à la face du monde la responsabilité de la guerre ou de la paix. Le général Markos en effet, dans un message radlodiffusé, a quant à lui fait savoir que le Gouvernement de la Grèce Libre (( demeurait toujours prêt à accueillir favorablement toute initiative, d'où qu'elle vienne, pouvant mener au rétabllssement de la paix en Grèce, à condition qu'elle soit prise en dehors de 10ute intervention étrangère » A Ces propositions précises, Tsaldaris a répondu par la menace, l'insulte et un recloublement de terreur : « Pas de pourparlers de paix ! » at-il proclamé « mais l'anéantissement complet des partisans ! » Néanmoins, le général Markos, ava~t de se décider à engager d'es opérations militaires d'envergure sur le sol de son pays, a tenu à t~nter un ultime effort. .-\u COlIrs d'une nouvelle émission radiodiffusée, il a en effet affirmé à nouveau: « Les propositions du Gouvemernent Démocratique sont sincères ; nous les renouvelons dans le seul souci de protéger la vie de nos COllcitoyens

mais si, sous la pr~ssion anglo-américaine,

Sophoulis et Tsaldaris persistent à n 'y pas répondre, le peuple grec saura imposer sa volonté! » Voilà qui est clair. Tsaldaris et Sophoulis, appâtés par les dollars, accepteront-ils d'infliger plus longtemçs une guerre atroce à la ~ Grèce ? Obnubilés par leurs intérêts sordides, n'ont-ils donc pas enCOre- compris qu'ils l'ont perdue ? Ils ne pourront plus en tous cas se dissimuler très longtemps que la Grèce Démocratique sera ! o 1t4 MONTRE SUISSE A RUBIS. L ~ OU GARÇONNET ,/ F 44 GARÇONNET. FlLUTT[ ANCRE I!I RUBIS /II. +4 flLUTT[.OAM[. VERRE OPTIQUE o ~4 HOMME.TROTTEU$t: CENTRALE « ses réponses n' ayQn~ pas été jugées satis-. faisalltes D. ECYPTE Une centaine d'arreslations out été opérées a u Caire, principalement dans les milieux estudiarttitIS

les · jeunes gens

appréhendés . étatm! accusés «( de ne pas approuver la politique étrangère clzoisze par le Gouvernement en conformité avec les aspira/iotts séculaires de la nation... » ESPACNE - On apprend que 29 Français, 'arrêtés POUT des raisons politiques C1l 1943. sont toujours internés il la prison de Valmce 1 On pense qu'il s'agit de patnotes qui traversaient l'Espagne afin de rejoindre . l'Afrique du Nord ... - Le miniSTre de la J usttc e annonce que les guerrilleros actuell( mmt emprisonnés à Barcelone seront déférés devant une cour martiale; ils ne seront assistés d'aucun avocat. • ~s luln1948. - N-' 8-76 OROlT ET IJ,SERTi •

  • LACHONOC *

E N 672t le terrible Vambat qui était Wisigotht déclara la guerre au Lachonoc. Dans les vieux livres rabbiniquest le J.achonoc désigne le Languedoc juif. gré. · Il s'employa a y mettre bon ordre et ne réussit pas trop mal en son entreprise parce . que l'Eglise et la Synagog-uc, par delà toutes les divergences, s'étaient coalisées pour abatti'~ les idées de progrès, De la Méditerranéet les Lachonociens aùraient pu dire en ce temps-là : mare nostrum. Outre leurs florissantes conununautést ils possédaient une marine marchande dont le rayon dtaction s'étendait jusqutà la Grèce et aux pays du Levant. Le roi Vamba semble ,donc avoir fait un mauvais calcul: en ' attaq uant 'les Juifs pour les dépouiller. ,il provoqua une révo ·lution. Le Languedoc tout eno tier se .leva pour défendre ses Lachonociens enrichissants. Il s'en' fallut de peu que Vamba et ses partisans ne trépassassènt' en un pogrome prosémite. Mais le Wisigoth finit par reprendre le dessus et la « Révolution » fut noyée dans le sang. Ce que voyant, la hiérarchie ecclésiastique opéra un tournapt tactique, se rallia au plus fort et devint antisémite. Wisigoth mit un~ 1 . Alphonse moins indulgent que Larousse Les su'Ccesseuts de Vamba ' aggravèrent sa politique. Finalement les Juifs du Languedoc furent mis « hors de toute loi ». Ils revinrent en grâce sous les Carolingiens qu'ils avaient ai~ dés à triompher des ' Sarrazins. Pépin-le-Bref apparait comme le contraire de Vamba. Mais voici, au XIe siècle, avec le développement du fanatisme religieux, un autre pépin pOur les Juifs, et qui ne sera pas bref: la Juiverie. Cette forme féodale du ghetto va durer plusiêurs siècles. Err ce domaine, Saint-Louis ne mérite peutêtre pas son nom et Alphonse, comte de Poitiers et de ToulouSe. montre moins d'indulgence envers les Juiveries que le petit Larousse envers 'Ce prince dont il déclare « qu'il se signala par la douceur de son gouvernement dans le Midi de la France l. Alphonse, · qui avait de pressants besoins de trésoreri~, estima que son plan Mayer était insuffisant : il fit arrêter des communautés entières et inventa en 1270 le système des otages. Les Harari Dans Montpellier, il Y a Mont Ce Mont se dit Har en hébre'u, D'ou le nom de HararÏ pour désigner les Juifs de la ville. Ces Montagnards sont là dl"puis le XIe siècle. Ils comptent parmi eux d'excellents méde, cins auxquels le droit d'exefcf.r e~ de soigner les Chrétiens p.s': officiellement reconnu en 1180. « Nez, gorge, oreilles » et surtout « maladies des yeux» (très répandues comme dans tous les pays chauds) : la plupart des praticiens juifs ont rang- de ~I?écialistes et font de Montpellier un centre médical célèbre à travers l'Europe, ou viennent des rois, des princes, des féodaux tout puissants. visite en 1166, compare les professeurs de leurs grandes écoles talmudiques à ceux du Sénédrion de Jérusalem. D'âpres « disputes» s'y déroulent. Un anti-maïmonidien acharné.. Rabbi Salomon, jette l'anathème sur « Le Guide de l'Egaré » et le livre brClle sur la place publique. Autour de l'idéologue i.ncendiaire se grou_ pent quelques fanatiques : Rabbi Abel de .Lunel, Rabbi Todros de Beaucaire et le ' fameux El Duran de Lunel. Ils se heurtent à l'opposition d'hommes plus ' éclairés, tels que Rabbi Jacob ben Machir, doyen de la Faculté de Médecine, le docteur Salomon de Lunel, ou Rabbi Les agronomes et Peyrouton La dynamique jeunesse JUive du Montpellier des débuts de notre siècle, qui cotnpta des étudiants venus d'Europe een- .----- par ------r 1 Joseph MILLNER 1 traie s'instruire à. la Faculté de Médecine et à l'Institut Agronomique, eut encore à faire à quelques Abba Marie atténués, mais dans l'ensemble les ten~ dances démocratiques se développèrent dans son sein. Sous l'intelligente direction de Buchmil, toute une pléiade d'ingé- Ancien ghetto Jehouda Ibn Tibon. Et Maïmo~ nide trouve un bon traducteur en la personne de Samuel lbn Tibon. A bas Marie! nieurs- agronomes se constitua, qui allait bâtir la Palestine. Pendant l'occupation; l'O.S. E. - qui dut reprendre son errance le 11 novembre 1943 - s'installa quelque temps à Montpellier d'ou elle organisa le Si Lunel revient tant de fois « sauvetage " des enfants juifs ' dans les patronymes, c'est ljue des camps de concentration de cette petite ville du Gard, qui Rivesaltes et d'Agde. ne 'Compte plus aujourd'hui un Agde connut le triste privi_ seul Juif sur 7,000 âmes, fut au lège d'être la première ville de moyen âge la patrie des plus la zone dite libre, à posséder fameux docteurs du judaïsme. un camp de concentration pour Lunel se surnommait alors Je- Juits. L'idée en revenait au richo et la vallée de son canal, sieur Peyrouton, dont on conla " vallée de Jarchon ». Or Je. naît un certain nombre d'autres richo et Jarchon viennent de Litres à la , reconnaissance des l'hébreu Jerech, qui veut dire hitlériens. lune. Avait-il choisi Agde en sou- Exception faite des discus- venir du Concile qui se tint en sions philosophico-religieuses, cette ville en 506? Les évêques, Lunel a-t-elle donc quelque cho- furieux de voir la bOIl'-e entente se à voir avec la lune? Avouons qui régnait C1ilre h ';rs ct Ag-amodestement que nous n'en sa- thois, décid ~ren t Le cc rormaltvons rien. Une certitude, par ser la situa lion " e.1 décrétant contre: l'hôtel de Bernis, à Lu- toute une série de mesures dis~ nel. dans l'actuelle rue Alphon- criminatoire::.. Les prêtres case_ Ménard, n'est autre chose tholiques se virent refuser le qu'une très vieille synagogue' droit d'accepter une invitation désaffectée. à dîner dans une famille juive . C'est aussi de Lunel qu'était Un jour, le camp d'Agde fut originaire ce Don Astruc, alias liquidé au profit de Rivesaltes Abba Marie, qui au début du et ... d'Auschwitz. D'admirables XIV· Siècle mit le plus farou- prêtres catholiques « invitèrent che des conservatismes au ser- à dîner " ceux qui 'étaient mevice du mouvement antimaïmo- na'C é s. d'm. ternement. nidien. Orthodoxe aveugle et _ dans la charmante ville des bords de la Garonne. Au début de l'an~ née scolaire 1909, nous étions 500 étuàiants venus de chez le Tsar, ou sévissaient le numerus clau~us et l'oppression intellectuelle. Beaucoup d'entre nous restèrent en- France, se battirent comme volontaires en 14, épousèrent des Toulousaines et eurent des enfants parmi lesquels vous trouverez des héros de la Résistance. Comme leurs autres frères 'du Languedoc, les Juifs bitterrois connurent un destin en montagnes russes. Les Chrétiens avaient le droit de lapider le Juif qui osait s'aventurer nans le,s rueS le premier jour de la semaine de Pâques. Mais la ma_ jorité des habitants de Béziers était « albigeoise li et les « Albigeois », par hostilité aux catholiques, ne manquaient pas une occasion de manifester leur sympathie a.ux Juifs. En 1910, le Parti Sociaiiste Ici vécurent de brillants tal- avait organisé un meeting dans mudistes, et surtout Ibn Ezra, la grande salle de la Faculté 'des philosophe, philologue et poète, Lettres. Le révolutionnaire Sadont l'oeuvre devait provoquer z~noff, qu~ avai! exécuté le mi~ nombre d'exégèses et de com- mstre de 1 Intérieur, von Plevé, mentaires en plusieurs langues responsable du progrome de jusqu'à nos jours. En 1945, une _ Kic~!nev:, venait d'être liquidé jeune historienne a soutenu à la en SibérIe. Fougueux, le député Faculté des Lettres de Moscou Bedouoe, après - avoir stig'maune thèse sur Ibn Ezra qui écri- tisé la tyrannie des Romanov, vit « Le Livre de Dieu» (Sefer s'écria: ' Haschem). à Bézi'ers, en 1120. - Nous avons sauvé Drey~ fus bien qu'il fût juif. Colifisation et Pastoùreaux' Si le droit de lapidation n'était pas souvent mis en pratique à Béziers, la colifisation fut à l'honneur à Toulouse. Cette cérémonie, qui offre un r:~re exemple de raffinement dans l'humiliation, s'explique '!;ans doute par la croyance, si fortement enracinée au coeur des Chrétiens du m'oyen âge, que les J uifs so~t tous responsables de la mort ,du Christ. Chaque Vendredi-Saint, le comte de Toulouse, qui venait d'entendre la messe, se rendait sur la place du Capitole ou il avait convoqué toute la population. Il appelait le Parnas, chef de la communauté israélite, et lui administrait coram populo une gifle retentissante. La gifle fut si « magistrale ", le 4 avril 1018, que le Parnas tomba raide mort. Seulement, la « 'Colifisation li; pour spectaculaire qu'elle fllt, ne payait pas. C'est pourquoi elle fut remplacée au XIIe siècle par un impôt spécial. "En 1306, beaucoup de Juifs toulousains opérèrent une conversion que le comte de l'époque ne vit pas sans ·plaisir. Mais quelque vingt ans plus tard, ils se firent égorger - préfiguration de la Nuit des Longs Couteaux ? - par des hommes dont chacun put juger alors à ses dépens qu'ils n'étaient pas doux 'Comme des agneaux. Les Pastoureaux, en effet, n'avaient rien de bucolique; massacrant et saignant à tour de bras, Îl!j transformaient la région en abattoir et la ville .rose en ville rouge. Les Juifs n'y coupèrent pas. A Castel-Sarrazin, deux d 'pntre eux, pour échapper aux PastQureaux, se jetèrent du haut de la Tour. Puis le calme et la prospérité revinrent et les Pastoureaux ne furent plus qu'un mauvais souvenir. L e "b"le n que " de Bedouce Ce « bien que " n'était pas pour plaire aux républicains présents, ni aü président de l'Association des Etudiants juifs de Touloust, qui avait été invité à prendre la parole après Bedouce. Je fis sentir à ce dreyfusard honteux que son attitude n'était pas digne d'un disciple de Jaurès. Devant les applaudisse_ ments qui saluèrent la mise au point, ' Bedouce, il faut bien le dire, devint tout petit - une bedoucette. OD sait comment il a trahi, par la suite, toute sa jeunesse jauressienne. ' Pétain régnant, un préfet traitre, le ' {( von Lauritz " que dénonça la radio de Londres, martyrisa Toulouse qui avait accueilli des milliers de réfugiés. On assista à de véritables massacres des innocents. Mais les persécutés s'unirent à tous les patriotes pour trio!Upher, armes à la main, des persécu~ teurs , Tandis que Noé disait la honte du régime. à La,utrec, pour ne citer qu'un exemple, le groupe scout Marc Haguenau portait de rudes coups à l'ennemi. LUNEVILLE Le 6 juin 1948 a été inau. guré, à Lunéville, un mont!ment aux Juifs lunéviUois victimes de la guerre. Une importante conférence a eu lieu dans l'après. midi. Nous en donnerons le compte rendu dans notre prochain numéro, LES DIRIGEANTS DE LA COMMUNAUTE JUIVE DE HONGRIE SONT DECORES . M. Dinnyès, premier ministre de Hongrie, a remis la Croix d'Officier de l'Ordre du Mérite Républicain au président du ,sistoire Central hongrois. M. Louis Stockler, ainsi qu' à M. Max Domonkos, vice-président, au Dr Benedek, médecinchef de l'h8pital juif, et à M. Groak, inspecteur général. De ces fameux ophtalmologistes qui accomplirent des miracles - pour l'époque - on peut lire quelques noms sur les tables murales de r actuelle Faculté de Médecine de Montpellier. furieux, il devait à la sympathie _ , de Raymond V d~ être une très Ibn Ezra a Bedayche hRute personnalité politique, voire une sorte de roi juif. Béziers détient un record : Quand je suis arrivé à Toulouse en 1908, le nombre des Juifs autochtones ne dépassait guère la soixantaine. Le président de cette maigre communauté. l'honorable M. Manuel, n'avait qu'une pensée en tête: il priait Dieu que les prières à la synanogue fussent toujours chantées selon le rite portugais. D'autre part, ont reçu la Petite "Croix du même Ordre: M. Albert Geyer, président de la section du Congrès mondial juif, ainsi que d'autres persontés éminentes de la CommuMais les Harari sont aussi nauté, philosophes et théologiens. Benjamin de TOP'de, qui leur rl"nrlit Abba Marie séjourna assez la Bitteria latine ne possède pas longtemps à Montpellier, 04 vi- moins d'une dizaine d'équivavait une jeunesse juive beau- lents dans la langue hébralque ('our troj) " t'~tionRli;te » à son Bedll'yche est le plus connu. Je m'honore d'avoir été le premier juif russe à, débarquer

..... zr TT TI Ti

(Dl N spectre hante les Juifs du monde ~ entier: l'antisémitisme. Le souve- -,.€ nir des horreurs de la persécution

hitlérienne est encore dans les mé-

/.. moires. Chaque nouvelle d'une , ' agitation d'ordre racial, l'une. émeute antisémite dans un coin du globe, a de prolonds remous dans toutes les familles juives à travers le monde. Si l'antisémitisme est une vieille arme éprouvée pour semer la discorde entre les peuples et pour faciliter la besogne de leurs oppresseurs, la « science Il des impérialistes modernes a appris à en perfectionner l'emploi et y a découvert de nouvelles ressources. Ainsi la dernière « trouvaille II des Britanniques est d'agiter le spectre de l'antisémitisme, après l'avoir ,fomenté. De même que jadis Hitler agitait le spectre du comtp.unisme pour gagner la pr~mière phase de sa guerre de rapine, de même les bellicistes agitent le spectre de la guerre pour la mieux préparer, déguisés en défenseurs de la paix, de même les AngloSaxons agitent sou clain le speçtre d'une vague antis, émite qu'ils préparent dan5 les pays arabes. Pourquoi ? Pour creuser ' un fossé entre Juifs et Arabes dans ce Moyen-Orient qu'ils ne veulent pas lâcher et affaiblir le frOnt du peuple juif derrière l'Etat d'Israël. Quand le Colonial Office s'apitoie 'Pendant que les militaJres du Colonial Office, spécialisés dans le journalisme, écrivent des articles « inspirés de sentiments hautement humani- Le tailleur arabe a ltIoderni$é SOlI outillage JUI ta1res » pour mettre en garde - par pitié - l@s Jui fs contre le danger auquel ils s' exposent en déchaînant les passions du monde arabe par la créat ion d 'un Etat indépendant , d 'autres agents du même Colonial Office spécialisés dans l'excitation aux troubles, parcourent les pays arabes en « conseillant )1 à leurs habitant s de passer à l'action sur le front intérieur. Obéissant à ces conseils, Abdallah , qui fit un temps figure de grand atp.i des Juifs, a publié la ~emaine dern ière la déclaratiJn suivante : ~I Je considère qu'il est indispensable de confis- • queT les biens des Juif s au Liban, en Syrie, en • Irak el au Y émen, en dédommagement d es per. « les que les Arabes on,1 subies ». Le jour même de la publication de cette déclaration au Caire, un pogrome a eu lieu au Maroc, faisant quarante morts et trente bleSsés. Ce pogre me a été conçu et préparé de longue main par des agents provocateurs qu'on pourrait facilement {lécouvrir. Rien n'est dû au hasard. C'est à la même cause d'agitation qu'il convient d'attribuer la violente campagne antisémite déchaînée depuis quelques semaines dans ~ presse égyptienne. Un journal, CI Al Kotia )l, a demandé, le 26 mai, que tous les biens des Juifs égyptiens soient placés sous séquestre et servent à financer la campagne de PaleStine. Il présente les Juifs comme des Il ennemis implacables du monde arabe )). Par contre, un autre journal, 1( Al Ahram », affirme que Il les notables de la communauté israélite se concertent en vue d'une participation à , l'effort de guerre égyptien ll. Taus les observateurs étra~gers sont unanimes à constater que les Juifs de la vallée du Nil vivent sous l'empire de la crainte et d'un chantage permanent au pogrome. Près d'un million de Juifs vivent dispersés dans les immenses étendues d'A sie et d'Afrique, sous la domination apparente de l'Islam, mais où en réalité les impérialistes américains et anglais o soo r ( ._ 5 ~ '- . S . _~ maud its parce qu'ils se refusaient à retourne ~.l Palestme. Nombreuses furent les tribus arabes qui embrassèrent à cette époque la religion mosaïque. Au Yémen, il y eut même un Etat juif. 800.000 Juifs-subissent encore les "Lois de Nuremberg" Cependant à l' heure actuelle on sait peu de choses sur la vie de ces centaines de milliers de juifs. De temps à autre parvient la nouvelle d'un pogrome. Surtout depuis la créatIOn de l'Etat d'lsraël. la situation des Juifs dans les pays musulmans semble s'aggraver, ce qui n'est pas sans inquiéter ASIE AFRIQUE ) Irak •• , ••• ' ,":', .,.: ... 1 ran ............. __ Syrie et Liban ••.. r émen ... , .. .' -. __.: ..:. . Egypte • _." _: __ : ... .... Lybi.e ............. '"e . . . . ... . TuniSie ..... e: •• _.- .~ .. Algérie ........ .. Maroc (fran~ais et espagnol) et Tanger •• ' .• -.::.:.,. ,. IG:; "communautés juives et avec elles tous les d émo- ~rates. , M:jjs on ne saurait prétendre que cette tension soit d ue, aux événements de Palestine. On peut citer maints cas d 'excès antisémites dans les pays du Moyen-Orient et d'Afrique depuis la fin de la guerre. Ainsi un grand pogrome a eu lieu en 1945 à Alger, de 1( petits )) pogromes à Tunis et au Maroc. En 1946, de nombreux assassinats ont été commis à Damas, en Syrie, au Liban, en Irak et en Egypte. La L igue Arabe a imposé à ses Etats un code s'inspirant des 1( lois de Nuremberg )). Les persécutions les plus sauvages se sont dé· roulées en décembre dernier dans le protectorat britannique d'Aden. Tous les magasins juifs ont été pillés, les quatre synagogues et les deux écoles dé- NOMBRE DE JUIFS POURCENTACE 100.000 50.000 15.000 50.000 _ 70.000 , 25.,000 70.000 130.000 • 200.000 TlJlit.l.1 'R RA PALEsrlN TRANSu, mn ) T 'tn~ 2,8 % 0,3 % 0.5 % 5,0 % 0,4 % 3,5 % 2.3 % 1,5 % 2,6 % Pê RABES truites. Cent quarante femmes et enfants ont été brû lés vifs à la mode hitlérienne. Un grand nombre de J ui fs a disparu sans laisser de trace&. De même à Alep (Syrie) à la même époque, avec , la complicité de la police, J 50 Juifs, 50 magasin5 et 10 synagogues ont été brûlées. A la suite de ce pogrome, les rabbins de la vieille communauté adressèrent au monde un message dans le style des I( Lamentations » : I ( Que Dieu ait pitié ei mette un terme aux souf. 1( t"canees de son peuple ... Nos coeurs s'aTTêtent à « ces malheuTS et nous écrivons avec résignation .. , Il Des centaines d' habitations pauvres ont été mi « ses en feu et détruites Une centaine de gens sont I( assis sur les cendres, sans vêtements POUT COUIl vrir leur corps et sans toit POUT abriter leuT t~Il te ... Ils demandent du pain que personne ne leur Il donne. Israël est misérable, déshérité et nuI{ pieds. Tout ce qui leUT reste à faire est d'alten. • dre l'aide de Dieu et la pitié de leurs frères ..• li La grande pitié des Juifs du Yernen En Iran, dans les villes de Mecheda et d'Ispahan, les Juifs ont été sauvagement maltraités au mois de novembre, et depuis ils ne donnent plus signe de vie. Après une grande tuerie au Pakis· tan, la situation est ,devenue si menaçante que toute la population juive a été évacuée. A Bahrein, sur le Golfe Persique, éga" lement sous protectorat britannique, maisons et synagogues ont été brûlées et les quarante familles juives qUI y habitent se trou'· vent en grand danger. exercent leur pouvoir. Les Juifs y sont éta· blis depuis l'antiquité. On sait qu'après la déclaration de Cyrus mettant fin à la captivité de Babylone, je prince Zorobabel les a lm Pays i majol'ité musulmilfle C'est au Yémen que la situation des Juifs est la plus inquiétante. La loi leur interdit de cohabiter dans les villes avec les Arabes, et ils sont enfermés dans des ghettos. 11 leur faut un laissez-pas.ser pour pénétrer en ville. Il ' est interdit aux Juifs de porter des vêtements blancs, de monter à cheval ou de conduire un chameau. Ils sont soumis à un impôt spécial. Ils ne peuvent servir de témoins devant les tribunaux et ils doivent saluer les Arabes au passage. Les bains publics leur sont interdits. _ Pays adh~l'ents, a la Ligue AfJabe V. SUEUR • ltwu. en ~, .wwumt euoe .. tnême6 tJum~ fe6, ~ pmoe, dédau M .. a&le~ efWtif, 9l;jetnad Les accords franco·libanais sont le ré. sultat de l'échec des négociations tri· '/J'a .,-.-.I1.IJ.! 4f ,wl.; /J.- partites franco-syro.libanaises. Ces ac· a t- ~~"emttLee.J l'.. ... ~O-naw cords ont eu pour résultat d'opposer le ' ' Liban à la Syrie, afin de les isoler l'un de l'autre et d'.en faire une proie plus facile pour les impérialistes anglais et amérkains. On sait que cette situation, en ce qui concerne la Syrie, est exploitée par les « pétroliers » américains pour obtenir le droit de passage de leur pipe-line en Syrie. C'est donc autant de dan~ers qui me· nacent ces deux pays du fait des efforts de division des impérralistes. Les répercussions d'une telle politique sont encore plus sensibles quand on les place par ailleurs dans le cadre de la si· tuation ~én érale au Moyen.Orient qui, comme vous le savez, est dominée par la guerre en Palestine. Ainsi l' Orient arabe ne cesse d'être un foyer d'intrigues des impérialistes, et l'on a assez dit que le conflit qui l'ensan. glante sent terriblement le pétrole. . Les impérialistes anglais et américains se sont servis de la crise palestin-ienne qu' ils ont portée à son paroxysme pour détourner le mouvement de libération nationale des peuples arabes de son véritable objectif, qui est de se débarrasser de l'emprise anJ.!laise et américaine et d'obtenir une iùdépen-dance qui ne soit plus simplement de façade . Le soulèvement du peuple irallien en janvier dernier, contre son gouvernement indigne. qui venait de signer un traité de capitulation devant l'Angleterre. portait un coup terrible à la politique impéria. liste de celle-ci dans cette région du monde. Partout, en Egypte, en Syrie, au Li. ban, en Transjordanie même, ta révolte grandit. Les mesures de réoression dans ces p~ys s'avéraient insuffisantes pour en. dlJ.!uer le mouvement de libération nationale. La guerre de P~lestine fut donc un excellent dérivatif et servit de' prétexte à une répression renforcée en Syrie et au , Liban et à la proclamation de la loi mar. tiale en Egypte et en Irak. Diviser pour régner : c'est en appli. quant à la lettre cette formule que les im· périalistes ont rendu inapplicable la solu· tion d'un ~tat bLnational _ arabes et juifs - e~ Palestine, qui était pré'conisée p-ar les democrates arabes et juifs de ce pays. , De ce .fait, la solntion du partage de la PalestiOe en deux Etats a été rendue inévitable et fut votée par l'O.N.V, mal. J.!ré l' opposition intéressée de l'impéria. Iism britanoi..ve En effet, cëtte · solution devait entraÎ. ner • le retrait des troupes britanniques statiOnnées en Palestine et amener la fin du mandat. Arabes et Juifs de Palestine. débarrassés du joug étranger. allaient enfin avoir en mains les destinées de leur pays et vivre libres et indépendants. Mais les impérialistes anglais et amé· ricains ne pouvaient permettre que la question palestinienne soit résolue dans la paix. On a vu l' An~leterre lutter ou. vertement contre la décision- de l'O. JI, V. Quant aux Etats-Unis, on les a vus revenir sur la déçision du partage, ce qui fit dire à M. Murray, sénateur démocrate du Montana, le 26 mars, que « le torpiUage de la décision sur le partage de la Palestine est une ~rande victoire des compagnies pétrolières ». Pour mettre un terme à ces intrigues" pour arrêter la guerre dans le PJ;ocheOrient. il n'y a qu'une solution : appli. quer les décisions de l' O.N. V. Alors, Arabes et Juifs sauront, eux· mêmes, trouver les moyens de vivre en paix. Nous demandons donc au Gouverne. ment de nous donner toutes explications et tous apaisements désirables, afin que nous puissions nous prononcer en toute darté. La coutume médiévale qui donne au roi le droit de prendre les Qelles filles juivf's la première nuit du mariage est encore en vigueur au Yémen. Pour garantir leur ml~erable eXistence, les Juifs du Yémen se vendent souvent comme esclaves. L'impérialisme craint comme le feu la fraternité judéo-arabe. Les calculs britanniques Face à ces persécutions, il existe parmi les Juifs de pays a rabes une forte propension à se rendre en Israël. Manquant de moyens, ils font souvent le chemin à pied. Mais les féodaux arabes, qui apprécient l'utilité de ces ouvriers et de ces arti. sans dans leurs pays arriérés, multiplient menaces et sanctions contre les familles des émigrants. Leur dernière Il invention 1) est d'extorquer aux Juifs d!importantes sommes d'argent pour financer les ' expéditions de leurs bandes de mercenaires armés en Palestine. Dans les rangs de la Haganah, les combattants venus des pa)'s arabes, les Yéménites surtout, se distinguep.t par leur combativité et forment wuvent des fbrigades de choc. Cependant, peu édu· qués poli tiquement, ils· ignorent la responsaBilité des impérialismes anglais et américain dans les , persécutions qu' ils connur~nt chez eux et dans la guerre de Palestine. Aussi sont-ils enclins à diriger leur haine exclusive contre les Arabes à la joie des colonialistes. Procéder à l'éduc!.tion politique de ces vaillants combattants est une . nécessité primor. diale pour l'E~at d'Israël. Chauffer à blanc jes haines entre Juifs et Ara· bes, rendre la vie impossible à l'Etat d'Israël - voilà quelle semble être la tâche première que les impérialistes améric!iins 'et anglais se sont fixée pour consolider leur domination. La guerre même de Palestine a été conçue - et prolongé'e - par eux. On ne saurait contrecarrer ce plan machiavélique sans lui opposer un mouvement de libération nationale dans ce Moyen-Orient miséreux sans renverser les pot~ntats féodaux, tout en éliminant les ' colonialistes qui tirent les' ficelles. La mission historique de l'Etat d'Israël est de contribuer à ce mouvement de libération et de lui rester fidèle. M. VILNER M.uché aux annes 1 1 f • -----------------------... - OROn ET LtBERTi La deuxième session du Congrès Juif mondial s'ouvrira à Montreux le 27 Juin LE Congrès Juif Mondial, organisation groupant des communautés et orga:n~sations juives de la ploU part des pays du monde, tiendra sa deuxième session à Montreux (Suisse), à partir du 27 juin prochain. L6 Congrès Juif Mondial siège parmi les organisations non gouvernementaies jouissant du statut consultatif auprès du Conseit économique et social de l'O.N.U. Il participe également comme organisation mm gouvernementa.le aux travaux de l'OrganisaNon internationale des Réfugiés et de l'U.N.E.S·C.O. La renaissance de l'Etat d'Israël, créant une si.tuation nouvelle, l'assemblée de Montreux revêt un i'ntérêt tout particulier. Informations concernant la deuxième session Lisbonne. - Le judaïsme portugais sera représenté à la deuxième assemblée plénière du Congrès Juif Mondial par le professeur Amzalak:, recteur de l'Université technique de Lisbonne et par le Dr Baruel, viceprésident de ,a communauté juive du Portugal. Vienne. .- L'Exécu1'iI de la communauté juive de Vienne a exprimé son désir a'établir à J'avenir, en tant qu'organisation affiliée, une coopération des plus étroites avec le Congrès Juif Mondial. Sarrebruck. - La communauté jtcive de la Sarre a récemment a,nnoncé son affj,liation au Congrès Juif Mondial et sera représentée à la deuxième session plénièr6 du Congrès Juif Mondial' à MO\ltreux par un délé[ué. A l'heure ' actuel3e, quelql!-e 300 Juifs vivent en territoire sa1"rois où, avant l'annexion de la Sarre par Hitler, on comptait 23 communautés juives. Budapest. - La délégation qui représentera le judaïsme hongrois sera composée de MM. Ludwig StoeckJer, président du Conseil centrai des Communautés Juives; Emel'ich Reiner, vice-présiaent du Consei.1 des Communautés Orthodoxes; Michaei' Salamon, anciel1l président de l'Organisation Sioniste de Hongrie; Albert Geyer, président de la Section hongrOIse du Congrès Juif Mondial j professeur Salomon Beek, expert en droit ci-------...------------------------, vB ; Ladislaus Benedek. directeur

 ; ; ;

L'EMOUVANTE CEREMONIE DE SAINT-MANDE (Suite de la page 3) \ . rèse Cahen devait être avertie en temps opportun. de l'hôpital juif de Budapest et BeJa Unger, chef du Mlsrachi. La délégation italienne à la ses, sion de Montreux Genève. - Le Dr David Prato, grand rabbin d'Itai'ie, le professeur Dante L~ttes,' M. Raffaele Cantoni, président de l'Union des Communautés Juives d'Italie, l'ingénieur Astorre Meyer, le Dr Lelio Vittorio Valobra et trois représentants de ia Merkaz Hapleita d'Italie feront partie de la délégation .italienne. 15 JuIn 1948, - N- S-7& CHRONIQUE JURIDIQUE par M. IME~GLIK, Docteur en Droit. lE PROBlÈME DEi lOGEMENTS N os lecteurs connaissent la jurisprudence ' des Cours d'Appels, aux termes de laquelle les héritiers des locataires dépossédés de leurs logements pendant la guerre et l'occupation, ne sont pas en droit d'agi'r en vertu de l'ordonnance du 14 novèmbre 1944, relative à ta réintégration de certains IGcataires. Cette jurisprudence était particulièrement révoltante, car elle avait p{)ur effet de priver do leur logement les enfants de ceux qui étaient tombés sous les balles d,e l'occupant ou m{)rts dans ks bagnes nazis. VU.J.RE. avait en son temps protesté énergiqq.ement contre ces décisions, Quelques arrêts de la Cour de Cassation dans des affaires analogues avaient semblé donner raison à cette jurisprudence. Le 24 avril 1948, la Cour de Cassation (Chambre Civile, Section Sociak) a rendu un arrêt qui cpndamne cette opinion. AUX: termes de cet arrêt, les héritiers d'un locataire, ayant droit à la réintégration en vertu de ladite ordonnance du 14 novembre 1944, peuvent exercer cette action aux lieu et place de leur auteur, « si ces héritiers étaien.t eux-mêmes occupants effectifs des lieux "loués avec leur auteur à la d'ate du 16 Juin 1940 et réunissent en outre personnellement les conditions définies par l'arti.cle premier de l'ordonnance pré.citée », Cette jurisprudence est appelée à avoir les effets les plus heureux sur l'issue de nombreuses demandes de réintégration actuellement en cours, cienne, « tante Thérèse» avait Et puis, brusquement, par une organisé une petite chorale chaude nuit de juillet, le 22, pour distraire ses enfants adop- deux jours après l'attentat contives. Ces petites, échappées à tre Hitler, à deux heures du l'enfer de Drancy, trouvaient matin, l'heure où les enfants maintenant la vie presque bon- dorment d'un profond sommeil, ne. Disons-le d'ailleurs à l'hon- le sinistre Brunner, chef de la n eur de la population de Saint- Gestapo, Brunner lui-même et Mandé : la plupart des habi- ses S.s, aux lourdes bottes surtants s'intéressaient activement gissen.t, revolver au poing. On à leur sort. Le F.rançais, le vrai perçoit le bruit d'une vrille forFrançais, tel que nous l'avons çant la porte du pav1llon ; les vu au cours de ces événements sbires franchissent les grilles et tragiques, ne saurait être ac- se précipitent. Une heure plus .cessible' aux exhortations racis- tard, les voisins entendent le tes d'un Julius Streicher, ap- vrombissement saecadé d'un prouvées par quelques ~aurras. moteur: Thérèse Cahen 'est Th~o BODENHEIMER, ancien garçon de ferme, invente la " photo lumineuse " Tout semblait o~gamsé pour , emmenée à Drancy avec ses faire filer les enfants par grou- vingt petites filles. D ANS les bars du boulevard Saint-Michel, un P~s de deux chez des personnes .Dix jours à Drancy. A ce mo- jeune homme au visage inteUigent E.·'adresbIenfaisantes autant , que ment-là chose bizarre les 1n- se aux consommateurs : pour 20 fr. il déva pouvoir gagner sa vie et aider ses parents restés à Châteauroux. Il habite une minuscule chambre d'hôtel 'du Quartier Latin, au bOI'd de po.ssible aryenne.s (!) comme di- ternés il sont bien traItés. Que crira le cara.ctère d'une personne d'après son la Seine. De sa fenêtre mansardée, il VQit les salent ces MeSSIeurs - au cas peuvent receler ces égards sou- écriture. C'est au printemps 1946. ' . bouquinistes, les clocb.ards, les peintres et Notred'une menace grave dont Thé- dains? Un aoeom a été conclu Puis on reh'ouve notre graphologue dans le Dame. Il tràtne dans' les rues, dans' les cafés. avec la Croix-Rouge suédoise quartier Saint-Paul où il joue du violon - et Mais le yoici ajustetH', Et il continue à. se perfectionner. Le ,soir, il s!1it des cours de mathématiques et de mécanique aux Arts et Métiers. Cela ,lui donne la possibilité d'un avancement rapide à J'usine en m~me temps qu'un bagage solide. AGENtE DE VOYAGE • Agence Palestinienne de Voyages facilite toutes questions de Voyages et Visas , Assistance à vos familles en Europe Occidentale 10, r. Chaussée-d'Antin, Paris-9" Tél, : PRO, 12-56 pour mettre fin aux déporta- de façon vraiment remarquable - dans les restions d'enfants : et c'est pour- taurants. quoI les cheminots résistants et Ensuite on ne le voit plUE. les grOUles de F.F.I .. dans l'in- Le jeune homme veut se créer une situathm. térêt même des enfants, croI- Il suit des cours de formation ront ne pas devoir intervenIr. accélérée de métallurgiste et Néanmoins, malgré l'engage- enh'e dans une usine d'aviament pris par les autorités na- tion comme ajusteur, zies. les enfants sont embar- Mais l'ajusteur Théo Badenaués à la gare de l'K;t. Trois heimer n'est pas encore satisjour~ de voyage. Arrêt final à fait de son sort. Il sait qu'il Auscl1wtt7.. en Haute-Silésie. . eE.t capable de faire beaucoup Dans le groupe de 'Saint- mieux, une fois qu'il aura rat- Mandé, une fillette,' Rosette. pa- tapé le retard que les événerait plus âgée que les autres, ments ont provoqué dans sa plus vigoureuse ; les Boches la formation. font sortir, des rangs, la trou- En effet, c'est en 1938, à vant assez forte pour travailler. l'âge de 16 ans, qu'il a 'dll fuir Thérèse Cahen. qui déjà a re- Heidelberg avec son frère et fusé qu'on fasse des démarches s:es parents. pour la faire sortir de Drancy, C'est l'époque qui précède et qui est très robuste, pourrait Munich. Le jeune Théo, Il a beaucoup d'idées qu'il peut li. p.résent réaliser. Sa petite chambre d'hôtel se transforme en laboratoire où, ap.l'ès de dures journées de travail, il poursuit des recherches . passionnées: Enfin le Concours Lépine 19t.8 est pour lui le premier triomphe. A l'ex:position de la Porte de Versailles, il avait installé une chambre noire et présentait aux visiteurs des photos d'artiE.tes qui brillaient dans l'obscurité complète. également se faire employer croyant pouvoir se battre con- , NE FAITES AUCUN ACHAT par les Allemands. Pour la se- tre les nazis abhorrés, s'en- 1 d f' Il ' • gage dans la Légion Etrangè- La « photo lumineuse n était née. A la lumière du jour, eUe a le même aspect que n'impOl'le quelle épreuve. Mais eUe a été traitée dans une s'olution inventée par Bodenheimer q.ui lui donne ses fUalités extraordinaires. avant d'avolr vu les enoSembles con e OlS, e e s Y oppose : n a- re en se fai sant passer ""ur présentés par t-elle pas juré à ses fillettes "'~ L'HARMONIE CHEZ SOI qu'elle ne les abandonnerait ja- plus vieux qu'il n'e.st. En guii 1 ? Mê se d'exercices guerriers, il Pourquoi vous avoi.r parlé de cette invention? Parce que Théo, jeune ouvrier de 26 ans, croix de guerre, n'a .pas perdu une seule journée de travail 221, faubourg St-Aiüorne. Paris ma s pendant a guerre. - construit avec ses camarades me devant la mort. qu'elle pres- ('~" l'oules dans le ~ud algé- Théo BODENHEIMER d'ans son « laboratoire » Photo A.J.D.C. Les les meiReures étoffes et toute~ fournitures pOIN' tailleurs chez ZAdDEL 89. RUE D'ABOUKIR (Métro ; Réaumur et Sentter) Tél. eUT. 78-87 Ouvert le lundi POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-98 Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 Paris juin-j·ui llet, Dame israélite 50 ans, très honorable, bon."le santé, voudrait connaître Monsieur pour mariage. - Ecrire au Journal, nO 1.501 . sent maintenant, eUe ne se ré- rien. cusera pas. . Aussitôt arrivées. Thé r è s e Renvoyé en France en 1941 Cahen et ses dIx-neuf "petites pour y être démobilisé, il est aus~itOt interné pour mener à bien ses recherches. Quand cercertaines démarches l'obligeaient à se déranger' dans la jOUf'née, il récupéraiL les heures la nuit, parce qu'il fallait subvenir aux besoins de ses vieux parents, toujours li. Ch&teauroux, et payer pour son frère tuberculeux le traitement dans un sanalol'ium. compagnes sont emmet'lP~s à la avec toute sa famille au camp de Nexon. Mais il chambre à gaz. L'exécution va réussit à s'évader avec les siens, cache ses padurer trois minutes. rents à ChAleaul'Oux et trouve lui-même, grâce Banal épisode de l'occupation à de faux papiers, une place de garçon de ferme nazie... Lorsque l'armée De Lattre de Tassigny débar- Comme l'a si bien souligné que dans le Midi de la France, Ttléo s'engage Monsieur le Maire de Saint- aussitôt à la 1re D. F.L. dans l'artillerie. Il fait toutes les campagnes :' Colmar, le Rhin, le front Bien qù 'il ait vendu son Drevet dans des conditions avantageuE.:es, il habite comme avant sa pelite ehambre d'hôtel, il pl'end tous les matins le train pour son usine, et le soir il travaille déjà. à une nouvelle invention, dont on sait seulement qu'elle est l( très pratique n. Mandé, dans le disCQurs plein de l'Atlantique, Bel'chtesgaden. Maréchal des d'une noble émotion qu'il prononça à cette cérémon...ie, logis, chef de pièce, décoré de la croix de guerre, il est proposé pour le grade de sous-lieutenant. « c'est cette gradation dans la Démobilisé en marE.' 19'1-6 à Paris, naturalisé « cruauté qui donne à la dis- « parition de ces enfants une ,~_F_r_a_n_ç_a_is_,_l_'_h_é_o_n_e_s'a_i_t p_a_s_e_n_co_r_e_c_o_ln_m_e_n_t_il ______________ A_n_d_re_ ' _F_R_A_Y_'_-1 «signification plus inhumaine - « encore parce que, se' situant « en dehors' même du combat, « elle met bien en évidence, en «même temps que la froide «préméditation du meurtre, « qui constitue en justice une « circonstance aggravante, l'im «moralité et la bestialité te «bourreaux chez qui l'espnt « partisan et l'asservissement à « une doctrine dégagée de toute «spiritualité ont supprimé la «notion même de tout senti- « ment humain. ~ Jean TILD. ROBES - MANTEAUX TAILLEURS HAUTE COUTURE A FAÇON L. A USrl'l' Z 3, rue d'Orse! - PARIS-18e Mé'ro BarJ,ès- Uorhrrboll'J.r' 1) Il ' 1'lf.O Affaires fiscales, juridiques, commerciales, artisa.nales, rédaction actes Sociétés, fonds de commerce, gérance, baux, registres du Commerce, des Métiers, déclarations fiscales, etc ... Simon FELDMAN CONSEIL JURIDIQUE ET FISCAL 132, rue Montmartre, Paris (2'). Tél. : CENtrai 27-68 Consultations tous les jours, saUf dimanche, de lB h. à 19 h. 30. samedi de 15 à lB heures et sur rendez-vous, et de la à 12 h. le matin, au 5, rue Bisson, Paris (20· ) PASsAGES "Chez MAMMY" • Restaurant célèbre pour ses POUR TOUS VOS ACHATS DONNEZ LA PREFERENCE AUX COMMERÇANTS QUI FONT LEUR PUBLICITE DANS DROIT ET LIBERTE Maritimes et Aériens pour toutes desti."a tions • §]PÉC][AL1I:'J['E§ JTUJIVE§ 110VO OIJTREMER 3, rue des Mathurins, PARIS-9° T~I. : OPE. 98·10 ct 87,33 dans un cadre typiqUe et unique au monde. -+- Maison fel'mée le luooi 22, avenue Montaigne, PARIS Métro : F.-D.-Roosevelt et Alma _-:-"'."...,-..,..."......--- Tél. : BAI.. 44·57 et EL Y. 24.18"....,,~,....,..,, ___ .,...-~.,-_ ....... f , ,lS juin 1948, - No '8-76 DROIT ET LIBERTE FtltJts o E f rr y 0 Ef \. _C_h_r_o_n_iq _u_e_t_h_é_â_t r_a_l_e_p a_r _ H_é_1è _'n_e_S_A_X par Marcel CERF . BRANQUIIGNOL JACQUES FEYDER vient de mourir ; depuis la Libération, il n'avait pu réaliser aucun des projets qui lui tenaient à coeur. Le marasme dans lequel se débat notre industrie cinématographique n'avait pas permis à ce grand . artiste de conserver la place qu'il méritait parmi nos meilleurs metteurs en scène. JE suis allée, voir Branqui. est enlevé avec autant de brio gnol au Tltéâtre La que de métier par une troupe d'aller chercher du travail en B " .,...,. de jeunes acteurs dont l'entrain ruyere, et J al rI ••• J al se communique très, vite à tout pAams érmiqiueeu xo ù ài l nime proéusesrs irsae sd u vruesetse, ri de tout mon coeur, le pubà lic, Le spectacle est par- H o Il ywood et sa mach'meb à r oyer eo,mme J'e n'avais pas ri de- ,tout la fois ' ; en scène, dans 1 1 l ' puis lonatemps, comme riait la salle, dans la fQsse de l'or- es ta ents ne Ul permettront que -- chestre, Toute la troupe y prend de fabriquer d'honnêtes produc- toute la salle, comme vous part; les machinistes, le pomtions commerciales moyennes : Le rirez si vous y allez. pier de servic-e, le pianiste atra- Baiser avec Greta Carbo en 1929 il E H_ est une b ande-type de cette se' n,e Pourquoi rit-on ? Et de pb liaceir ed,e ct eltete p vuabsût.e; fsaer csee,n et tc os'mensans surprises. quelle sorte de rire ? réjouit follement, Au len(]emain de A F'l Il -",st, extre"mement dl'fficile l'4\utre guerre, Fey- son retour en ra, nce, 1 re- Ce a,l c' e st une au t re a ffa'I re. de mo".n ter un spectacle de cette trpuve toute sa maitnse dans le n f 'f ' der fut un des pTé- domaine du Parlant avec la tech- ' audrait aire tout un essaI sorte. Une frontière bien étroite curseurs qui donnè- nique duquel il s'est fam, iliarisé Csur "le comiq,'u e ,pou. r end déGc ider. se'p are le ve'rl·table ,art du rent tout son essor à aux Etats-Um,s. o11 mtou;rnei Lqeu, ep ar upon~J.an es lare es, the· a" tre de la fe-te d· e patro- J'art ,muet, Après G rand Jeu : cl 'un thème rebattu et comrque de sdituati"on d es' c ssi- nage dans ce W" omal'ne aventu- avoir été assistant mélodramatique, il tir,e un film . q'ute s, gag 1mo "er nle ; d,. rOllaS no"m s, reux, comme l'ont prouvé bien de Gaston Ravel, il a ravers es Slec eS', e meme des échecs. « Branquignol » est Lré'Aa l 1 i s· de en 1920 pler otfaolnednét mdeen Ft rhanuçmoaiisne, 'Rcoosnasya, cpraunist Bsoeur'rgcseo nd e dgaanîtsé , ceLllee qRuI'ere d»é crliat sauvé par la qualité du texte, t anf.j e'. d'après Prf1Zsion Mimosa et son chef-d'oeu- . b ' t « d' t 'par la richesse de, s gags, nV ar le le roman de Pierre vre du Parlant « La Kermesse hé- t'r usquel" ,rutpt urde Iunt au' oma-. métier et l'erutrain d-e ses m't er- Benoit. On a ten- Isme, ma en u, e pan ln qUI prètes, enfin par la réelle valeur dance à ne retenir roique où la magnificence et la tru- se cam;e ou qui nous dévoile ses des numéros présentés, L'excelculence des Maîtres fiamanàs s'al- " Il de :e film que les lice es. lente chanteuse. Micheline Dax, côtés ridicules ou liaient à la plus fine ironie si ty- «Branquignol ~ (ne me de- les danseurs Ann Rey et Jack désuets: les charmes piquement française, cette délica- mandez pas ce que signifie Ary savent garder toute notre abondants de Stacia tesse de touche qui sait ne jamais Branquignol) est un spectacle attention et notre admiration NapierkolVs a, ses forcer. A ce jeu collaboraient de variétés ; à Blédigas-sur- au milieu même des incidents déhanchements las- spirituellement Françoise Rosay e. Doubs (quelque part vers Fouil- burlesques dont ils sont vicJticifs et ses oeillades Louis Jouvet. .1y-les-Oies, VOUSI savez!) dans mes, Il en est -de même pour le assassines; pou r - Les Gens du Voyage illustraient la salle des fêtes, en l'honneur quatuor Gérard Calvi, Qui tient tant, en dépit des la , vie passionnante du personnel du sous-préfet, de la comtesse ljeu d'orchestre, et particulièreexigences mélodra- d'un grand cirqùe ambulant; en- ou {Le quelque notabilité locale, ment pour Franck Daubray à la matiques du scéna- fin, à la veille de la guerre, il en- a lieu unegrrrande fête. Et batterie, rio, il avait su évo- treprend La Loi du Nord, que les c'eslt le programme de cette fête Une réserve cependant. L'athquer le désert : son événements nous ont empêché de qui nous est présenté, en plein lète Ferrari nous présente, avec envoûtement et son voir dans sa version complète et Paris, dans la salle du Théâtre sa fille Loulou, un très irutéresmystère; ce que ne qui était un très grand film où Mi- La Brùyère, habillée en salle des sant numéro d'acrobatie, dont parvint pas à sug- Jacques Feyder avec Françoise Rosa,. chèle Morgan faisait une t:réation fêtes de Blédigas. l'enfant est la vedette. Elle n:égérer l'Atlantide de remarquée. Ce spectaCle « d'amateurs ~ rite d'ailleurs tout à fait les Pabst malgré un dléplQiement applaudissements r ecu e i Il i s. de moxens ~chn~uu~ financie~ ~---------~~ -_____________________________________ , M~s l'on ne peut v~rsans an- ~aucoup plus considérables. Fey- goisse ni sans gêne les enfants der savait imposer sa direction ' , à la scène, surtout dans des nuaux artistes tout en les révélant G.hronique cinématographique par Félix FEDRIGO méros exigeant un tel effQllt. à eux-mêmes : avec l'Atlantide, . Une loi interdiJt le travail des Jean Angelo connut une po-pula- enfants de moins de treize p.ns; ritê que beau coups de jeunes Or, Loulou Ferrari n'a certainepremiers lui envieraient encore au- STE' 'N D HAL ET LE ' p'DO~'ES'J:'UR ment pas treize ans. Et li !l'est jlurd'hui. fi rJ 0, L pas rare de rencontrer des cas Le grand succès commercial de C'LOWN cseams bplarébcliess,. fPait-uorqnu oei,x cdeapntiso nc eàs l'Atlandide permit à Feyder de la loi? s'attaquer à des ~ujets Plus c011- 'Cette réserve faite, « Bran- forme~ à sa personnalité er à spn quignol ' ne m'a paru mériter sen's aigu de l~ téalité. «La Ch artreuse CJ Ie Pa rme» remarquable de, Renzo Rossellini. Lp.. s imal!, es q,u e des éloges, Citons les prin- II transpose à l'écran avec beau- de Brizzi sont soignées et fortement nuancées, Cipaux interprètes : Raymond coup d'humour Craillquebille Bussières, acteur et mime plein d'après Anatole France, interprété STENDHAL trahi? Stendhal dépassé, Un grand film! de maîltrise, Annette Poivre, qui ] . M ' d F' ou réactionnaire? Un film, deux pro- lui donne la réplique avec aipar e regrette aunce e e- L' , 1 n' sance, RJosine Luguet, dAbor_ raudy, On discerne encore dans ce ces. Nous n'en attendions pas telle- « eterne con li» dante de santé et d'en;rf'in, film une certaine virtuosité gra- ment. Mais tant mieux. Ainsi connaÎtmns-nous Christian Duvaleix, jmperturtuite qu'il abandonnera bientôt davantage ce grand écrivain passionné et pas- D ES gens cc bien informés » seront certai- bable, peut-être le meilleur. pour subordonner rigoureusement sionnant qui illustra le XIX· siècle. - nement choqués d'entendre le professeur A partir de cette semalne, sa technique à ses moyens d'ex- Janvier dire à ses élèves: cc Comme sous «Branquignol ' quitte le théâtre pression avec la sobriété distin- Un jeune assistant-metteur en scène me cc toutes les dictatures, les arts ont brillé chez La Bruyère pour les Ambassaguée qui le 'caractérise, Dans Vi- disait récemment que Christian Jacque était sur- « Napoléon de cet éclat propre aux chaînes deurs, sage d'Enfanis s'extériorise sa sen- tout un bon artisan. Lorsqu'on voit la « Char- . é L l' é sibilité si charmante; puis Gribi- . é « astlqu es et aux menottes. a ltt rature est che: au sujet quelque peu conven- treuse» cette réflexion du jeune cm as te pa- « surtout représentées par les rapports de potionnel, mais où nous voyons pour raÎt particulièrement juste. Rien n'est laissé cc lice ... » Plus loin (toujours pour Napoléon): la première fois une grande ar- au hasard, Rien n'est fait sans étude sérieuse. « Ii y a eu quinze .. , années de guerre, des tiste, Françoise Rosay, sa compa- De l'arrivée du jeune Fabrice Del Dongo à la cc foyers détruits, du sang, des larmes et un gne; le petit Jean Forest y tenait rencontre avec Ferrante PaJla, de l'entrée à la « million cinq cent mille morts ... » aussi un rôle d'enfant intuitif sans co'ur et des belles valses du J'eune abbé avec la tomber dans le cabotinage juvénil. 'Sanseverina J'usqu'aux scènes de révolution, le C'est a'ssurément bon à entendre. Surtout L '! mage f ut une nouve Il e re. ve' ] a- bon cadrage des personnages, la précision avec lorsqu'on a passé beaucoup d'années dans des t'IiDD n thdèum tea laesnste zd el itFtéeryadireer,; mle alfgilrmé laquelle on s'emplOl. e à nous 1e s montrer prou- épcaoilne»s oeut , uenn tNrea puonl éLono ugisr aXndV Ih o«m bmone , coonm mn'oe ul-e atteignait un lyrisme visuel que le vent combien Christian Jacque est passé maître bliait jamais de signaler un Robespierre " Padant » ne fait souvent qu'ef- ' dans l'art de manier la camera~ buveur de sang et une Commune très " bouffieurer. Images de rêve dans une Les stendhaliens lui reprochent de n'avoir feuse de gosses ". Mais le film ne s'en tient f((l)ureê t maéudxi tea rbsurers udnéep olUànIldleés dtéasnodléies pas respecté l'espn. t, 1a 1e ttre, la passI.O n d e pas il ce COurs d 'histoire peu ordinaire. une femme énigmatique, au regard Stendhal. C'est, à notre sens, mettre des ac- Le professeur Janvier en a assez de son exispur, surgie des brumes automna- cents aigus sur des voyelles muettes. Au tem. tence monotone et sourde. Il veut modifier sa les, ne cette beauté froide qu'était pérament du réalisateur· de cc Sortilèges ", pou- vie, secouer la terrible torpeur qui l'engourdit. Arlette Marchal, il avait fait une vait.il substituer entièrement celui de l'au- Il abandonne sa femme et se fait clown dans femme idéale, pleine de mystère teur de « Le Rouge et le Noir" ? Qu'il ait fait un cirque ... Et alors le film perd de son intéemt itdé 'apttarra itlse,s Dexe ig«e nCceasr mdeen la» , vlei-- une cc Chartreuse de Parme» plus précisémé ent rêt. dette Raquel Meller, le réalisateur ~l son image, il ne lui enlève rien de sa po sie, J'avoue que j'ai mal compris cette laborieuse ne lit qu'une 'production moyenne, de sa beauté: on dirait même qu'il en ajoute. histoire. Elle est peut-être trop riche. Il y a mais il allait prendre sa revanche Le film, malgré sa personnalité, ne nuit pas à dans le fond beaucoup d'humanité, de vie. avec Tldrèse Raquin qui reste son l'oeuvre littéraire. L'un et l'autre vont bien en- Mais elle eût gagné à ' être moins touffue, ctrhaehfi- d'lIar 'upvernes édeu dmu ugerta. nIdl énc'rai vpaains semble, Ce sont de beaux morceaux. moins 1c uisinée. N'empêche qu'on passe réaliste; si les accents sont un peu J e ne vou d rai.S pas pren d re par t1' pr ocI' Sé- d'agréab es moments dans ce monde hostile plus assourdis que dans l'oeuvre ment SUr le cc caractère réactionnaire » de du cirque. « BENN)) DaF 10 Dura Edifions d'art Albert Skira (Paris-Ge_ nève). C'est une deuxième édition qui vient de paraître de ce liVl'e complètement épuisé, Le peintre Benn jouit d'une grande popularité et on peUt ' dire aussi qu 'il est une .. personnalité parisienne »; En feuilletant le livre le 1.0 Duca, nous nous retrouvons dans l'atelier de Benn. Nous y retrouvons ses plus beUes oeuvres : la T eTms.." la Femme du peintre, J'Intimité, les Débuts .•• parmi bien d'autre~. Pendanr l'occupation, Benn a vécu dans une cave où la concierge venait le ravitailieT. Cela, sans interrompre wn travail artis!Îque. AUX EDITIONS DU 'PAViLLON 32, rue de Penthièvre, Paris-se Tél. ~Izac 02-17 Georges SORIA .. LA FRANCE DEVIENDRA-T-ELLE UNE COLONIE AMERICAINE? Preface de Frédéric Joliot-Curie Prix Nobel Un volume................ 220 .... J.B.S. BALDANE littéraire, les images sont chargées Stendhal. On a mauvaise grâce à ouvrir un Enfin revenue de Hollywood, Annabella • de résonances plus profondes, tel procès. Je , dirai simplement que par la malgré un rôle difficile, nous assure de son En '928, avec les Nouveaux beauté et la noblesse de caractère de ses héros, plein talent. Fernand Ledoux est bien le plus Professeur de Biométrie à ]JUnivErsité de Londres SCIENCE - MARXISME - OUERRE Traduit de l'anglais par Jules casUer Messieurs, il aborde à nouveau le qui portent les marques de son généreux esprit, grand acteur français de composition. Georges genre satirique. Cette jnnocente Stendhal s'inscrit fièrement aux côtés des Lanlpin a moins bien réussi que dans farce. des moeurs de nos politiciens hommes de progrès dont le XIX· siècle fut si " L'Idiot)). Il nous confirme pourtant sa bourgeois lui vaut les mêmes fou- fécond. maitrise. dr.es CJue la censure vi,ent d'appliquer récemment à Clochemerle. Maria Casarès et Renée Faure sont boule- " La , Chartreuse de Parme », « L'Et.ernel versantes. Gérard Philippe, puissant. Lucien Conflit» : nous croyons, de plus en plus, que duF ecyindéemr,a dférgaonûçtaéi s,d ees stt racfoiqnutraall1l1tst Coëdel, LoUI,S S a 1o u, d ans 1e ton. Une mu'siq ue le cinéma français a le droit de vivre! Préface de Marcel Prenant Profes.eur à la Sorbonne Un volume .. ,............ 350 .... Jean BAUMIER FORCES DE OUERRE DANS LA RUHR Préface d'Emile Buré F°:lt~~)~Ïi~:r:~r 1a ';.~~i~ft~ulforire de la pUissance aJ1emande par le nouveau parti du la guerre Un volume............... 180 fr. DROIT ET LIBERTE . - -- -. ;15 juin .1948. - N- B-lf , . La campagne de lancement de '~DROIT & LIBERTÉ" .L..'e..n..f.a..n..c..e.•, ••n , o•.t.r.e.. ..p.•l•u•s.•'• .d..o..u..x.• •e.•s.•p•o•.i•r Souscription · Dimanche a eu lieu Le million atteint ! le premier dép~rt vers la Nouveaux abonnements· 2.400 ABONNEMENTS REÇUS DU 27-5 AU 9-{l 1948 Liste n° 6 Individuels ••• ,., •.• , , . , • '. 19" Fabien .. , ........... .. Cadets R. Royale Xs Bi .•.•••••.•••••••••••• : M. Lande ••••••..•• - .•.• Montreuil •• , ••••••••• •· • '. Livry-Gargan ~ ••••••••.•• Dr Sama ............ .... : Vilner .............. ...... . 11· are ~ ..... ; ............ ; Lyon ' ••••••••••••••••..•• Roanne ••••••..••.•••. 1; G.renoble ................. . a' are .... ................. . J. Bass •••••••••••••••••• 18· arr •••••••.••••.•••.•• M. Ajzenkait à. C.-Ferrand Toulouse ............. , •••• M. Magriso ••••••••••••••. Marseille •••••••••••••••• •. Bruxelles ••••••••••••••••. Mlle Gutman ••••••••••• s; Nancy ••••... - •.•• " •••.•••• Drancy ................ - Strasbourg •.••.••.. .' .. .. Rosemblit à. LevallOIS ••. 14e are ••••.•.•••••••••••• t Félicia ...................... ; 2()0 ar, ................... . Maison d'Enfants de Lly. ry-Gargan •••••••••••• NOTRE SOUSCRIPTION: Liste n' 3 arrêtée le tO juin tM8 55 Gordon Frères, Montreuil ••. 1 \Vieder, Paris (11e) ...... .. 1 Epstein. Paris (1&0) ...... .. 1 Tiejenbaum PerpIgnan ... . francs 1.000 (j(jû liJO 100 100 200 • Querel, Daniel, Perpigna.n • 2 Orens\.ein. TouloU3e .. , .. , .. • José Oiziel, Gagny ........ •.•. • 7 Chamash, Paris ........... . 200 200 200 200 200 100 100 Anna I-Iayatte, Paris •••••• 3 Catel, Paris .............. .. 4 Mme Grauer, Paris ...... .. NI Etablissements Lel..o, Paris , 5 Wino, Paris .............. . 1 Lindenman., Boulogne - sur - 2 Seme ................... .. 3 Ben Said, Marseille •••••• •• 2 Bouchara. Mar3eille ., •••• ':". Almosnino. Marseille •••••• 4 Ribinik, Montreuil ......••• ' 2 Docleur Couehner. Montreuil 1 recueilli au CGurs d'une réu- 4 nion chez M. And,ré Lello- 2 vecky et transmis par le 1 Docteur Sama ........... . 4 Jakubowski, W.onlreuil 1 Grauer . Paris ............. . 2 SChinvelbaum, Paris ...... .. Gutterman, Paris ........ .. 1 Mürgeostein. Paris ........ . 4 Mochel, Paris ............. . 100 600 1.000 200 100 100 2.000 500 100 100 500 100 100 2 Don · de Nachel, s~tion V.J, 1 R.E .• Lyon .".~.......... 5.~ Don transmis par 'section U. 1 J.R.E., Lyon .............. 1.850 Transmis par Section U.J.R. 178 Listes précédentes • '.' .•• ~'::02 E., Roanne, don de M. Rioh3lrd ••....... .. .......•• 30.000 Transmis par Section U.J.R. P. Grenoble (collecte) .: .. 9.400 10.000 Total ................... 2.380 5.000 . . . René Lang, Paris .......... Krzent.()\Vs!'i, Paris .......• Amicale I.K. « Droit et liberté • .. ................. 10.000 Mme Ber. Paris :............ 600 EN AVANT POUR LES 8 MILLIONS EN FAVEUR DES COLONIES NOS SECTIONS A L'OEUVRE r Arr. 221.000 ; 3' N!\'. 186.500 ; 4' Arr. 116.400 ; S'Arr .. 60.100 j ,. Arr., 100.000 ; 10' Bd, 174.900 ; 10' St-Louis, 27.100; Il' Arr., 148.340 ; Ir Arr., 39.800 ; 14' Arr., 150.000 ; 15' Arr., 18.600 ; 13' Arr., 79.956 ; 18' Arr., 39.680 j 19' Fabien, 62.770 ; 20" Belleville, 315.000 : 20' AVl'on, 44.600 ; Montreuil, 97.200 : f:.ivryGargan, 60.000. Banlieue : 21.000. U.S,J.F.. 426.600 ; « Amis de la Presse Nouvelle », 188.950 ; Cadets, 101.000 ; Artisans, 20.000. Province : Lille, 215.270 ; ValeD' . cienne, 5.300 ; Saint-Quentin, 30.000; Périgueux, 5.000 j Limoges, 10.000. Collectes diverse. : 464.93'. Total jusqu'au 6 juin : 3.430.005. Les frimousses sont un pele palotes; mais, au retour, mer Une centaine de petits se pt'essaient à la gare d'Austerlitz diman-o cite dernier lors du départ tant souhaité pour Tarnos. C'était un spectacle attendrissant que ces tout petits riants et ba~ bouillés de chocolat, distribuant les friandises qui leur avaient été don.; nées pour le voyage. Comme de grands « bonshommes li, ils se sont rangés sagement. par deux pou,r' se laisser coruluire sur le quai comrne s'ils étaient déjà, cunscients de Id « grande aventure li qui les guettait ... la mer! Des mamans, des graruls frères, des amis ont réussi à se faufiler, sur le quai. Sans atterulre une minute, nos petits !1amins se sont . pré-. cipilés vers e-ux. et ceta a été embrassades, chuchotements et dermèrel ret!ommandations : Renée promettait: « Je ne m'approcherai pas de la (1 mer Il sans " ma monitrice. Il Q;tant à Jacques (5 ans 1/2): Il Je (eTai peur à. toutes ~s filles avea. l'eau Il, a-t-il déclaré de son atr malICIeux et délà conquerant. . Nous prenons possession de notre petit monde et chacun s'installe confortablement dans son wagon. • Les (( anciens )1 qui sont partis l'an préciMent à Mont-sous-Vaudray . sont les plus vaillants et consolent .feux qui cOlmmen-cent li se froUer les yeux. Mireille: passe dans les compartiment·s et entonn~ un chant repris pM tous les enfants qui te connaissent. Si tous les enfants du monde pouvaient se ,donner la [main. Ils feraient une ronde ... ronde .. , , n ne reste plus q'u'à souhaiter Il nos petits amis d/J euses et saines vacances et . de nous envoyer pr():1 de leurs bonnes nouvelles. IUA.N&. . AU « CARREAU DU TEMP·LE:. Comme suite à l'initiative de nos amis Bober. Korentaer et Dauman, ,il a élé Ol'éé au « Carreau du Temple • un groupe de . cotisants mensuels en faveur de nos Foyers. Le iourna~ m'intéresse v'ivement, d'aiLleurs il est de pLus en pLus mll!re- ssant et c'est le . mom'en,t ou l~n1ats elle lire et (a,ire tire DrOll et Liberté (j, tous ~es Juifs, a tous Les étl'es Iru· mains qUi vivent po:ur un meme idéa,! : le droit de vwr.e Ltbre. Total te la 3. 1i~te ......... 80.6:10 .. quelles mines res- Total précédent .......... 918.950 plendissantes ! N'Û'Us devons citer une attention charmante de nos amis qui offrent 'l\ chaque enfant Pun de nos loyers le cadeau qu'il a personnellement choisi au proolalole et mentionné sur une lellre. " Dans un de vos dermers numéro~ vOUS demandiez à vos lecteurs de guggérer de nouvelLes rUbriques , pourquoi pas celte-ct : •• Amis d~ Droit e~ Liberlé. Lecteurs de Droit el LiLerlé, Racontez-nous un souvenir de l'occupation, triste ou comique, qui VOu.s soit arriVé dans La Itie civiLe, &u dans un oomp de conce1ltralion en f-rance 01.1 en AUema.gM ? CeLui qui aura relenu notre atten~on ou qui aura. été tiré au sort, r ecevra un abonnement gratuit de 6 mois à netre journaL Dro.it et Liberté, et pa,. raltra bien entendu dans le jO'Urnal. Et voici un s~ogan : - Qui dit mieux '! POUR ·PASSER UN,E BONNE SOIREE APRES UN REPOS BIEN CACNE, LISEZ «DROIT ET lIBERTE ». Hélène BATRESCO, G. rue des Gardes, Parjs (18°). • AMIS ABONNES r Ne tardez pas à régler le montant de votre abonneme.nt dès que vous serez averti de son expiration. Vous aiderez ainsi votre journal dont les; abonnements sont la principale base d'exisrence. TRANSFERT DE TOUTES LES ECOLES cr. ORT » A MONTREUil Toutes les écoles et tous les cours de formation professionnelle de 1'0. R.T. à Paris sont transférés dans le . 'nouvel immeuble de J'O.R.T. à Montreuil. . Pour renseignen\ents et inscriptions, s'adresser au secrétariat de l'O.R.T., 45, rue Raspail, à Montreuil (métro Robespierre). le servi(!e de placement d'appreptis de l'O.R.T. reste installé à son ancie.nne adresse : 70, rue Cortambert, Paris-16" (métro Muette). BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS: 12, rue de la Boétie Aniou 15-30 NICE et VICHY FABRIQUE D,E BONNETERIE D'ALSACE 108, rue du Faubourg-du-Temple Tél.: ODE. 86-44 dispose actuellement ete stocks de tt8ms triCOtés : iersev coton, interlock et iersev la4'ne pOUT ar&1J- 80nS bOnnetIers 999.600 , Le samedi 5 juin a eu lieu une réunion générale de la Société de Secours Mutuel (,( Amicale Russe ». . A l'ordre du jour figurait la question de la Commission Centrale de l'Enfance. Après l'exposé du president, M. Mogulinsky. qui défendait la cause, et une brillante . intervention du doyen de la Société, M. Werch, il a été procédé au vote : une somme de 30.000 francs sera versée à -la caisse de la Commission Centrale de l'Enfance par les soins de M. Rosemblit. . Ce geste de solidarité a été vivement applaudi par tous les membres de la société. Jeunes gens, si vous voulez avoir un bel avenir, apprenez un bon métier aux : Ecoles Professionnelles de l'ORT 1° Ecole de Mécanique (garçons). deux sections: ajustage de précision, tournage-fraisage. 2° Ecole de Radioélectricité (garçons) . 3° . Ecole de Haute-Coutu,.e (jeunes filles). Les Ecoles Professionnels de l'ORT sont groupées dans le nouveau Centre de l'ORT amén"gé et équipé selon les données techniques les plus modernes . 45, rue Raspail à Montreuil 1° Conditions d'admission: être âgé de 14 à 16 ans ; posséder une instruction générale Correspondant au Certificat d'Etudes Primaires (e. E. P.) . 2° Durée des études : 3 ans. 3° Sanction des études: tes études seront sanctionnées après examen par le Certifical d'Aptitude Professionnelle (C. A. P.). L'enseignement est gratuit Les élèves ont à leur disposition

Un service médico-social. Des cantines. Des clubs. Des organisations de sports et de loisirs (conférences, excursions, bibliothèques. etc.). Jeunes gens, hâtez-vous. Le nombre des inscriptions est limité. S'inscrire : ORT, 45. rue Raspail. MONTREUIL. (MÉtro; Robespierre) . LA SECTION DU 14" ARR. NOS AMIS, PREND SOIN D'AFRIQUE DU NORD DE NOS ENFANTS .' Après un séjour fruc~ueux pour . nos enfants en Afrique du Nord, no- Un large Comilé de soutien de Irt: dévoué ami M. Bohne de retour l'enfance remet lous les mols il nos il Paris nou. a !lait part du cHaleudévoués .amis Céline Kon et Susman, reux accueil qui lui a été réservé par trésorier, des sommes Qestinées il nos les familles israélites d·Alger. d'Oran Foyers. et de la r6gion. . A l'occasion de notre campagne Nous avons le plaisir de remercier des Colonies de Vacances. nos amis ici no~re ami pour son dévouement ont fait preuve d'une belle initiative. et l'esprit d'initiative dont il a .fait Ils ont organisé un pique-nique très preuve pour soutenir la cause de réussi qui s'est déroulé dans une l'enfonce juive vidime de la guerre. ambiance sympathique et au cours Après le passage de M. Bohne en duquel a été vendu aux enchères un Algérie. nous avons reçu la somme pOAsteladesu'ri~'~e cette fructueuse et de 15.000 f.r. collectée par M. Victor . Benaïm, président d'e l'Association agréable sortie. dont le dévoué Israélite de Relizane (Oran) auprès présiqent. M. Granabstein, a élé le de ses nombreux amls au cours des sympathique animateur, nos - amis fêtes de Pàque,s. ont remis il la caisse des Colonies Nous remercions chaleureusemen~ de Vacances la somme de 95.000 fr. M. Benaïm et ses amis. Merci aussi Amis du 14" arr .• merci de la part il M. Saier fils qui ont remis il node nos enfants qui se doreront au tre oeuvre 5.000 fr. et qui ont désoleil grâce il vous. montré ainSI. une f'Ûis de plus, le réel C'est avec un plaisir toujours nou- souci qu'.éprouve la population juiVeau que nous recevons il Paris les ve de la métropole envers les enPour la Commission de l'Enfance du « Carreau' du Temple» j;outes ICd initiaLives sont lleurcuses et l'éussi es puisqu'ellés g1I'ossissent le. fond,,; en laveur de nos foyers ou .de nOlil colonies. . . DES EXEMPùLES " A SUIVRE ••• Celui de la Di.rectrice d\! Foyer des Jeunes Filles de Montreuil qui se dépense sans cesse pOUIf assurer à ses « Filles • de saines et joyeuses vacances cet été. , Nous avons reçu la lettre suivante d'e la société M.T.O., ?:7 bis, rue dl1 Louvre. Administrateur-Directeur généra.! M. Georges Gueron. « ." La Directrice de votre Foyer de Montreuil nous Il remis la crurte ci-incluse concernant les vacances dt MUe Jacqueline C .. .• qui est actuellement pensionnaire il Monlreuil, ~1, rue François-DeberguE;l. • Le versement que vous trouverez ci-joint est deiitin~ il. couvrir les fraia de vacances de cette jeune NUe .... + WI,LLY De l'ancienne .clinique populalr& visites. plqürea, ventouses 18. rue Ramponneau - PARIS Métro: Belleville. :rél. MEN. 56·17 preuves de dévouement et d'activité fa.nts re.tés seuls. du Comité et de nos amis de Lille. r:.:.::.:..::::.:.:::--------~:! La Section a organisé un service de cotisants mensuels important qui s'intensifie de jour en jour. Les collectes en fa·veur de nos Colonies de Vacances obtiennent un grand succès et nos amis arrivent en tête de nos sections de province. Bonne chance, amis de Lille. et merci. L'ECOLE PROFESSIONNELLE ORT DE STRASBOURC reçoit les inscriptions pour l'année scolaire 1948-1949. Cette école comporte les trois sections suivantes : 1) Electro-mécanique (garçons); 2) Radio-électricité (garçons) ; 3) Coupe" et coutu:e (jeunes filles) . l'école comporte un internat pour garçons. Les jeu.'1es filles internes sont admises au Home des jeunes Filles de Strasbourg. Pour tous rensei g.'1ements ou inscriptions, s'adresser personnellement ou par écrit à l'Ecole O.R.T., 14, rue Sellénick, Strasbourg. AU POSEUR D.E LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant, PARIS-XX· M.: PéIe-Lachalse. Tél. ODE 12-55 S'UlCCUr.OIlle : 117, taub. du Temple, PARIS-X-, Métro : Bcllevl1!e et Goncourt Solidarité avec l'État d'Israël en lutte pour son indépendance Des ambuIances pour l'armée d'Isrë.ël L· Association ' des Anciens Déportés et Internés Juifs vient de terminer une action pour )' achat des trois Ambulances destinées aux Combattants d'Israël. La remise solennelle de ces Ambulances au représentant de la Haganah aura lieu dimanche, le 20 juin, à 10 h. du matin, dans la cour de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes. 10, rue Leroux, métro VictorHugo. • Le Comité d'Aide il. l'Armée d'I s raël du 15' arrondissement 1 rganise une FETE 1 il. l'occasion de la naissance de l'Etat d'Israël, le jeudi 17 juin 1948, il. 20 h. 30, Restaurant Joseph, 157, rue Lecourbe, avec programme artistique. Mme Cécile Cerf prendra la , parole. Au cours d'une réll'nion chez M. André Lehovecky. la somme de 6.000 fr. a été remise au Docteur Saoma : 4.000 fr. pour la Haganah et 2.000 fr. pour Il Droit et Liberté ». • A l'occasion de la naissance du fils de M. Marcel Rosberg, David. il a été collecté par M. Szafran la somme de 9.300 fr. pour la Ha,ganah. Cette somme a été remise par tes soins de notre dévoué ami Félix. de la 18" section. . • Le Comité d'Aide il l'Armée d'Js f'aël et l'Union des Juifs Séphardis vous convient il. leur FETE à l'occasion de l'avènement de l'Etat d'Israël, le samedi 2Q juin 11H8, il 20 h. 30. av , Cufé Bosphore, 74, rue Sedaine. Prendront la parole: M' Lederman, p.résident dB l'U.J.R.E, M. Weisman, secrétaire g(}. néral de la Haganah. .... ." ""ln .1948,.- Nt 8-7~ , .' . ~ . : . :'. . ' ~OlT ET LIBERTE . '; ~ • ' f : ]JJ NOUS' NE SOMMES . DANS LES BOIS DE GIF-SUU-YVETTE . PAS SEULS Volley C · ERT AINS diri~eants d'.o~ganisations de jeu~esse juive pré~

.ball discussion

Eclaireur Israélite et avec un tendent que la Jeunesse JUive de France n 'a rien de commun, - Hep, par ici, beau ooin, . ou ne peut plus avoir rien de ·commun avec le reste de la jeu- n'est-oe pas ? Alors, on pique ici.? nesse française. . . Sortez les guitounes 1... . ' Sous prétexte que la population juive a subi quatre années durant C'es~ un samedi après-midi, à · la haine raciste des nazis et de leurs aéolytes, qu'elle a souffert plujl ' Gif-sur-Yvette, en plein bois. qu'aUC\Hle autre, ils veulent i!Oler la jeunesse juive, l'enfermer dans - Sympa, hein! Blédards, tout une tour d'ivoire, tournant ainsi délibérément le dos aux enseignements pour être tranquilles ... €le l'HistQire et aux traditions de la population juiye de France, oubliant « Bùn, bam, bam, baya ••• _ · les luttes de nos frères' pendant la clandestinité, reniant leurs propIe~ - Tiens, un çhimt hébreu. actions {assées et détournant les jeunes des voies tracées par nos mar~ ...:...- Je vais voir. tyrs €le fa Résistance. . A vingt-cinq mètres de nous, _ 'Nous nons élevons contre une r--------~-------I quatre à cinq jeunes d'une vingtelle attitude qui risquerait, si elle se généralisait, de créer un véritableghetto moral qui isolerait notre jeunesse plus sOrement que les murailles tristement célèbres du ghet~ ' to de Varsovie. · Issue de parents immigrés ou de vieille souche française, la jeunesse juive de' France est détentrice de deux cultures qu'il lui appartient de · développer et d'embellir. E.levée au sein de la jeunesse française, el~ le est en butte comme elle aux du~ les difficultés de la vie et ses re~ "endications sont les mêmes : des bourses pour les' étudiants, 'des , écoles d'awrentissage, des salaires dé~ cents, des ' stades, des piscines, etc. Ayant ·éprouvé dans sa propre chair les méfaits du fascisme, la jeunesse juive réclame le châtiment des traîtres et \Hl gouvernement ré~ publicain . . Mais est-ce à dire que la jeunesse juive de France ne se distingue en rien du reste de ta jeunesse de PLEIN AIR taine d'années, assis en rond. - Hello, les copains! Salut à vous • - Salut, gars, qui es-tu ? - Jeune de l'U.J.RE.. Et vous? - Eclaireurs israélites. SATAN RENCONTRE QUART-DE~BRIE En montant ensemble les tentes, on se présente : Djumbo, 1v'arabout, Satan ... - Philo, Macaque, Quart-de .. Brie... _ Je m'adresse à Djumbo : - Que fais-tu dans le civil? - Triooteur. J'ai pourtant mes deux bacs, et ... J'ai oompris. Cas banal parmi nous. Ne suis-je pas dans 'Ia même situation ? .' - Groupe d'E.I.F. ? - Un clan, plus exactemenit des gars de seize à vingt ans. Comme tu le vois, chez nous la disêipline est moins s1JI:icte que chez les plus jeunes. P".s de chef : nous sommes tous de bons C()I:ains. - Etes-vous nombreux?' - Quelques milliers en Frahce. Les jeunes sont plus nombreux que hOUS. - Vos activités ? - - A part le camping, nos réunions hebdomadaires, en général chez l'un de nous. Nous faisons des cycles de causeries scientifiques, artistiques et même politiques ... ON NE PEUT PAS ETRE APOLITIQUE - Politiques? Est-ce oonforme au programme E.I.F. ? - En principe non. Mais nous savons très bien qu'à l'heure actuelle un jeune de dix-sept ans 80tre pays) Au contraire 1 Si la jeunesse juiYe dé France souffre des mêmes Blaux que toute la jeunesse, il n'en leste pas moins vrai quO elle a des problèmes particuliers, . spéciaux, distincts, mais non pas personnels, des problèmes qu'il lui est donné de résoudre, qu'elle a pour tâche .de faire connaître à toute la jeu~ _______________ .-;.; ____________ .....:.. ______________ ..... n'est pas apolitique. D'ailleurs, sur ce point, l')()US ne sommes pas d'acoord avec nos resp~msables. nesse de France. En ce moment ~ù le monde entier porte son attention sur le conflit palestinien ; au moment où des centaines de jeunes tyJeurent chaque jour dans le combat pour un pays libre et indépendant, il importe que la jeunesse juive de F rance sache quelles sont les causes profondes de cette lutte et quel ,ôle de solidarité lui incombe. C' est ce que le Mouvement des Cadets auprès de rU].R.E. se propose de développer ici dans une série d'articles en se basant sur des faits concrets, en donnant des exemples précis, pour que. la jeunesse juive de France continue dignement dans la voie que nous ont tracée tous les démocrates juifs. Armand DEMENSZ"I:AIN. C( NOmS (ONTIN~ONS)) Nous sommes heureux de saluer la naissance d'un bulletin de ' jeu.nes ql.\i s'est fixé pour tâche de devenir l'ami et le guide de toute la jeunesse juive de France. Sous- une présentation très dynamique, le bulletin intérieur des Cadets, « Nous Continuons », est parvenu à exprimer le dynamisme et l'enthousiasme des Cadets de ru. J. R. E. Le premier numéro de « Nous Continuons li est dédié aux glorieux combattants de- la Haganah en Erelz-Israël. Sobre, simple et vivant, il nous fai,t espérer qu'il parviendra ra'pidement à devenir le porte-parole de la jeunesse juive de France. Tous les jeunes le liront avec plaisi. et pourront le trouver à la permanence du Mouvement des Cadets. 14, rue de Paradis, Paris (1 (1"), NO'N , ME'RCI •• D .ANS un de nos derni8il's nu-' tateurs et apprentis-dictateurs conméros, nous montrions les damnent e~ font condamner par (lessous (le la politique ' dé- leur vaJet de plume, la « poli tifendue- dans (leux articles du que", l'esprit partisan » et les journal « Kadimah " et qui con- « politicailleurs J, pour mieux réasiste, prétel1dûment « à ne pas fai- liser leur propre politique. re de politique '. Certes, nous faisons de la poli- Le monsieur qui signait « D.C.» .tique, dans ce journal, dans- cette l'un de ces articles, s'appelle M. page. Nous l'exprimons clairement. David Catarivas. Perdant toute dé- Ene consiste à défendre les- droits cence, il envoie une I·ettre de me- des Juifs, les droits (le la jeunesse, nues à « Droit et Liberté _. Il est à lutter pour le progl'ès aux. côtés tellement « au-dessus des partis _ ~e toutes . les forces démocratiques, qu'il veut nous a.ttaquer en justice a soutelllr les combattants de la parce que nous nous sommes per- - Haganah . . Dans le der~ler numéro mis de démasquer son attitude, . de votre Journal, Il n est pas dit (lans le ca.dJ'e de la polémique nor- un seul mot sur les combats d:e la 1 adm' t' Haganah. Mais ils ne (levront pas s'étonner quand Feigelson n'écrira plus du tout dans L'Il journal. Vous pJéci· sez, dans votre lettre, qu'il pourrait se voir exclu d'ici peu du Comité de rédaction. Comme ça 1 Par tolérance. Pour prouver que vous êtes « au...(iessus des partis _. Que vous n'êtes pas un « politicaille- ur . ' • Quant à vos amis, lis pourront continuer ttanquillement « au-dessus des partis D, leurs a.ttaques perfides contre les meilleurs défenseurs dé la ' démocratie. Allons, M. D.C., vous feriez mieux de ne pas insister! ma .ement Ise ell re Journaux. , Nous n'avons ceTtes rien à re- Louis MO'USCRON. Bien mieux. Ce -!laif nous somme procher à notre ami Feigelson qui, ----....,.---------de p1:lbher un ar.licle de lm. )\lon, aV8{) difficulté, parvient quel que~ ercI, M. ,CatarIVas ! «. DrOIt et f'Ois à pass8il' un article dans « Ka- LIberté » n ~st pas « Kadimah D. . dimah , quand vous et vos amis J'ai tronqué votre texte, dans les relâchez votr.e obstruL'tion. Vous citations que j'en ai données, di- dites que • personne ne vous retes- vous ? Vous vous affirmez à la ' proche ses articles . C'est un fois « anticommuniste, antiforciste aveu. et antitrumanien J. M. (le Gaulle Les étudiants qui lisent « Kadtaussi, figurez-vous. Et tous les dic- malI l savent à quoi s'en tenir. LE CAMPISTE Quels umt les campeurs qui ne le connaissent pas '! Teluz, prenoz donc un gars tie votre entourage, n'aya"t aucune no fion de la vie en collectivjt~/ mettez-lui UIZ superbe' chapeau " moust]uetllcire ", sans omettre les det4x ou trois plumes (elles SOI:t d'une grande nécessité)/ ajoufezlui une chemise (( cow-boy » dernier cri, puis naturellement le taulard aux couleurs excentrit]ut,s, un puignard (tout à tait cannibale) descendant jusqu'au parement de la culottt', celle-ci toujours neuve au départ. Ah ! n'oubliez pas le minuscule sac à dos d'où déborde une énorme 'couverture,' mélangez le tout, et ·vous obtenez le campis! t, . Ce genre d'animal est particulièrement ,Iuisible au campt2lr. OmIs le train, il se tait remarquer Par son chahut. A la ville, par sa pauvre connaissance des chants folkloriques et surtout ce beso;l1 de hur- 1er lOTsqu'il faut chanter duucement. Dans les bois, par ll'S ravages commis sur IlOS arbres ou les ordures laissées $24r le lieu do? camp après srm départ. Pour le combattre, un seul moyen. Il taut éduqul'T ce jeune et lui montrer ce qu'est la vraJe vie de Plein air, uù l'on peut vivre i11dépmdant fout en respl'Ctant le bien ou le plaisir d'autrui. 1 LE GÙITOUNEUR ". REeTI FICATION Le poème « Dors, mon bébé juif li, publié dans « Droit et Libedé du 1er juin 1948, est de Colette A1exilndre. Par négligence, la signature a sauté à l'impression. Nous nous en excusons auprès de nos lecte\ 4rs et de l'auteur. LA REDACTION. Les ~ie~s sur la terre .. ·. • Le dimanche 6 juin, le Mouvement des Cadets a participé en nombre à la grande manifestation au Mur des Fédérés, en demandant 3l,l ' gonvernement français de reconnaître l'Etat d 'Israël. Par contre, les jeunes du Bund ont manjfesté le djmanche précédent en tant que jeunesse juive et n'ont pas iu&i utile de le raire. Dont acte ! • Nous sommes heureux de saluer la présence à Paris d'.A·lberto 'Castello, journaliste brésilien, collaborateur du journal brésilien yiddish, et l'un des dirigeants de la jeunesse juive de Rio-de-Janeiro. Nous nous promettons, avec son · concours, de parler plus amplement de la jeunesse juive brésilienne.

  • TCHECOSLOVAQUIE. - Les

étudiarrts autraliens sont revenus sur leur décision de démissionner de la Fédération Internationale des Etudiants, dont le siè~e est à Prague. Le Congrès des étudiants canadiens et la Fédération des étudiants d ' Equateur ont décidé d'adhérer à cette organisation. YOUCOSLAVIE. - La saison des travaux volontaires de la jeunesse a commencé. Le programme de cet été comporte notamment la construction du {( Nouveau Belgrade li sur la rive gauche de la Save, jusqu'ici désertique. - Il Y il plusieurs ten.danCé!i ? - Oui. En gros, les « libéraux » et les « croyants ». On peut dire que 80 % des E.I.F. ne sOnt pas -croyants.. Beaucoup de nos camarades, à Paris surtout, sont de bons démocrates ayant .à tout jamais enterré. tous les préjugés,: COMMENÇONS PAR JOUER AU BALLON - Et cependa,nt, certains de vos di~igeants ... - Oh, les dirigeants L .. Pendant Je « jam Il, nous étions en contact étroit avec eux. Depuis nous a.gissons complètement seuls: de tem~ en teJ;l1ps une oonvocation sans intérêt, et ç' est tout. faire Nous tients. Ohé, les sectaires, venez une partie de volley ' ! ... crient les oopairis impi- . - Attends, Djumbo, encore une question : et la Palestine? - Nous aidons Israël le plus possible. Certains de ' nos cama~ades partent combattre dans les rangs de la Haganah. - Allons, viens! Commençons par jouer au ballon ... Et ce n'est pas le seul domaine où nous pouvons faire équipe ensemble. V- a-t-il un éteJtnel ·ado..f e"cent ? Nous avons déjà reçu un certain nombre de lettres, contribuant à notre enquête, lancée dans notre dernier numéro

Y a-t-il un éternel

adolescent ? Nous publierons les premières réponses dans le pro~ chain numéro de « Droit et Liberté ». ~ Impr. Centr. du Crol s~.nt ~ 19, r du O~olssant. Paris-2- r. ROm::ON. imprimeur . ' , \ r' " . - DIItOtT' Et' U8I!RTI )~ .... -JMC'. -lit .-te l'~ ;- . ' t fJ·t' ';~"-':. _-...- . ,. ,.-" "'~~ ' , . ')'~ .. , ' .. ; . !!!'!ljI~2!!!~.~!1.!.J!!!1!j!!oo21!!!!I!!'L~!J.. AUPAVS DE LA " COLOU BAR" Iii est deux heures du matin~ .. I, {,a ~quels, avant les progre~ de la racboscoPle" g!me, ,de, Smuts ' et du rOI RU,EGER, la -,guerre des B~,ers, les min-;urs d:o# d~çtion par leS héritiers d,! ré-, chaînée, firent l'impossible pour du .. frein~r l'effort (les ·Allies en ~alan :;:" ~t. ,2,!i2, -,a$e?t~ .,bitl~ nens avec lUI - une Issue, '1!'..rÔle, une espérance. La Tr~ sième Force a de ces faiblessés qui sont dans la logique du s~ • of, • des garde~hiourmes administraient une purge diamant Oppenheimer. .' 'Afrique du Sud. : , poùr voir s'ils n'avaient pas avalé des pépites, ;, ' , cette fameuse tribu des Hottentots qui ne s'ex-' Smuts a lait • p~i~ent, pa~aÎt-il, que , par des jap~1Jlents •• ~ le lit de Malan Que sall-on ICI de l'Afnque c;lu Sud ? ' En dépit des apparitions chroniques , du ,Maréchal Smuts sur la scène internationale, c'est la plupart du temps des souvenirs scolaires qui nous raccrochent à cette contrée lointaine, lorsqu'elle ne se pare pas des prestiges de l'exotisme dans l'imagination ,des rêveurs d'aventures (chutes du Zambèze). Le Paradis .•. 1. pril!cesse , Elisabeth, mais les Indiens - importés au début du siècle -:- qui travaillent dans les mines du Transvall reçoivent encore ;les coups de fouet. Le fouet, fabriqué en cuir d'hippopotame. indispensable à 1 la couleur locale, porte le doux nom de sjambock. C'est en spécùlant sur f'(;~tes les ,contradictions';' les ' hain~s, les peurs aveugles que ces héri- , tiers ont mené leur campagne. Un racisme en appelle toujours un autre, encore plus forcené. R'ésultat : trois ans après la débâcle hitlérienne, un homme politique responsable, appelé à par--Jv1ICIi~ L E~I2()N" Il est dur de se faii-ê '( déboulonner " après un long " règne'. Mais au lendema'in de sa défaite électorale, Smuts li déjll deux motifs, au moins, de coll-: solation. Les « recommandations " de la récente Conférenciè des Six ne peuvent que le rem[ lir de joie, et d'autre part il aurait mauvaise grâce à dé~llvoueÎ' Malan puisqu'il peut être absolument certain que son successeur continuera le bon combat et ' s'em~ , ploiera, tout en tenant compte de la situation parlementaire, à le pousser jusqu'au bout. Tandis que le triforciste Smuts montait un procès à grand spectacle contre le Comité Central du Parti Communiste sud-africain et des travailleurs "qui furent d'admirables combattants sur les fronts d'Europe, Sydney Holm, le HéroldPaquis local, était gratifié d'une peine de pure forme. Le voilà qui se fait offrir par tème. ' ' , ~ A deux heures du matin f ~, if , , Cependant, rien n'est perdtJ., A 1" un des C~ngrès de s~ Parti, le maréchal Smuts, fit la métaphore suivante: t - Il vous est déjà arrivé d'attendre le sommeil , jusqula deux heure~ du matin ".recherchant en vain la solution d'lm problème qui devrll: êtr~ rés01u à l'aube. Eh bien, ' l'humanité en est encore à deux heures du matin. ;( A deux 'heures du matin, ~n Afrique du Sud? Sans doula. 1\1 ais déjà le jour se lève polÎr d'autres peuples. Et ils ont trouvé la solution. C'e'st pour tous les hommes libres la certi.tude que l'Afrique du Sud troùvera la solution li son tour. Au printemps de l'année dernière, la famille royale britannique fit en cette région du Commonwealth un voyage que les magazines inspirés présentèrent à leurs lectrices comme une p!l6menade à travers le Paradis. Le train spécial, décoré de drapeaux, fut tout au long de ln v_oie accueilli par des chants et des fleurs, il y avait Je;; fougères arborescentes" l'on s'offrit de magnifiques panoramas, et des éléphants uniques au monde évoluèrent dans les grands cirques de la nature. Cependant, ils sont moins malheureux que les autochtones, des nègres Bantous pour la plupart, au nombre de 6.500.000. La moitié de ces parias triment pour un salaire de, troi.s livres par mois dans les mines aurifères, à plus de 1.000 mètres de profondeur, logent dans des compounds, sortes de granges en béton avec des couchettes superposées, et ne peuvent franchir, sous peine d'emprisonnement, leS limites des Réserves de la brousse où ils ont été peu à peu refoulés par les envahisseurs. Il existe encore des camps de concentration en 1948. former un nouveau ministère, -annonce officiellement son intention d'interdire toute immigration juive, d'ouvrir les portreeslâ cahuexr Nlaesz is trda'Aitrlleesm alegsn e,p ldues ..._ _______________________. _• • voyants, d'acçabler davantage En vérité, ce paradis a quelque chose d'infernal, et il vient d'être .livré à de nouveaux dieux qui rêvent d'y recevoir non plus Sa Gracieuse Majesté, mais quelque représentant des lyncheurs de nègres américains. i\ujourd'hui l'Afrique du Sud est au bord du fàscisme, Et cela mérite attention. •.. du racisme Ici, plus que jamais., la Co. lour B-ar - barrière des couleurs - semble être la loi. La ségrégation n'est pas moins violente que dans le Sud des Etats-Unis, Dans les trolleybus. ultra-modernes, jamais un NOIr n'oserait s'asseoir ailleurs qu:à !a place (la seule place) qUI llll est réservée au fond de la voiture. Sur une population de 9 millions 600.000 habitants, il y a 2.200.000 Blancs à qui l'on a ... réservé l'usage exclusif des libertés démocratiques de vote d'expression, de réunion, etc.): contre - c'est bien le mot - 7.4-00.000 indigènes. Un inextricable réseau de haines raciales ' couvre le pays. Des Anglais haïssent les Af rikanders. Des ,Anglais et des Afrikanders haïssent les Juifs. Des Anglais, ' des Afrikanders, des Juifs haïssent les Indiens. Des A-nglàîs, des Afrikanders~ ' des Juifs, ,des Indiens haissent les Noirs. Et vice versa. It faut dire que les maitres de l'Union Sud-Africaine savent l'art de diviser pour régner. 40 pages, 80 0 10 d'illettrés Des journaux paraissent sur quarante pages, mais il v a au moins 80 % d'illettrés, Au Cap le .voyageur s'émerveille devant les hl,1ildings, il ignore qu'il vient de débarquer sur une terre où tous les records de mortalité infantile risquent d'être battus, Ouma Smuts, la First Lady, parade sur la scène mondaine avec des robes dignes de la encore les Indigènes. Franco assassine. mais essaye de se cacher. Tsaladaris massacre, mais tente de se justifier. Ghettos noirs Le docteur Malan, ancien pasteur de l'Eglise' réformée hollandaise - véhicule, en C'est dans les Réserves que Afrique du Sud, d'une idéologie les racoleurs des grandes en- plus proche de Mein Kampf que treprises viennent chercher la , de la Bible - a certes un petit air puritain avec ses lunettes Dr ~blan main-d'oeuvre, dont ils ont besoin. Alors tout un système de cerclées de fer: il n'éprouve pourtant pas le besoin de jouer les Tartuffe. Ce ' cynisme est dû à un mode de scrutin occidentalement démocratique où un parti qui recueille 120.000 voix de moins que son rival, obtient 10 sièges de plus! Il apparatt cl"une manière générale comme la conséquence trop naturelle d'une politique de c( Troisième Force " qui a réprimé à coups de trique les greves du Witwatergrand, jeté les militants syndicaux en prison et fait siennes les thèses de Douglas Mordon. Il a suffi que cet Afrikander, traduit devant le tribunal de Prétoria comme volontaire d'un corps franc de la Wehrmacht, dise qu'en combattant « le bolchévisme " il servait l'Union Sud-Africaine pour que les juges de M. Smuts l'acquittent avec des félicitations. laissez-passer, de visas, de pas- ft Coeur mut,'le'" seports, de cartes d'identité se met à fonctionner. Il n'est pas De quoi M. Smuts se plaipt-il rare que l'indigène possède ' sur donc aujourd'hui? Il doit être hli une vingtaine de certificats. ' content de voir le fasciste MaS'il est pris sans l'autorisation lan assurer la relève de la réacadéquate, o, n le condamne à uneh'e in su d -a fr'i caine, lui qui, en amende qu'il ne peut naturelle- de nombreuses circonstanc~s, ment pas payer, et c'est la pri- hurla contre le's Soviétiqùes ' et , son. L'Afrique du Sud , est le se fit l'apôtre du relèvement pays où l'on emprisonne le plus: d'une Allemagne agressive. 150.000 détenus par an. « L'Allemagae, disait-il le 10 Quant aux Noirs des villes, ils ,sont confinés dans des quartiers spéciaux, les settlements, qui sont de véritables ghettos. Et l'on s'arrange, bien entendu" pour les opposer aux travailleurs blancs en leur donnant un salaire dix fois moindre. -La minorité juive, beaucoup plus fortunée, n'échappe pou.tant pas aux antagonismes sociaux. Il est de très riches diamantaires sur le dos desquel~ leurs concurrén ts aryens voudraient s'enrichir selon les lois de la jungle capitaliste, Il est aussi un prolétariat juif qui souffre durement et dont les syndicats sont menacés d'interavril 1!)i7, est le coeur de l'Europe. et si ce coeUr est mutilé, l'Europe le serait également. » Dès avant 1939, le parti nationalistè de Malan, qui succède aujourd'hui au pa{"ti unifié de Smuts, ne craignait-il pas que « ce coeur" fût mutilé? Il s'opposa avec force à l'entrée en guerre de i'Union Sud-Africaine contre l'Allemagne hitlérienne, et peu s'en fallut q.u'il ne réussit à faire prévaloir son point de vue au « Parlement " du Cap, On se souvient d'ailleurs que pour leur part, les nationalistes, encouragés par l'indulgen.ce d'un Smuts qui, au lieu de sévir contre la Cin'luième Colonne locale, insultait ta France en- LA GLANEUSE 5 .. •• .. .,· 'KAHN A l'occasion de la fête cie le Chovoath Il (La ' Pentecôte Juive), nous donnons Ce poème de Gus- , tave Kahn, inspiré de la fameuse légende de Ruth , et Booz La glaneuse a les reins brisés d'avoir cherché SUr la glèbe roussâtre et' sèche, les épis le soleil assénant ses flècbes verticales ' sur ses épaules, sur le pan de voile gris qui tombe d,e ses seins, protégeant mal ses reins. Le maître indifférent a regardé J'ovale de sa figure brune éclairée des pâleurs brillantes de ses yeux bruns-noirs qu'une bùée emplissait, comme d'une larme qui va naître sans raison, aspirant des profondeurs de l'être ce que vingt ans ont pu réunir de douleur dans l'âme et le souci d'un pauvre, Il est parti compter ,le lot de gerbes â lui départi. Déjà les meules élèvent en monceaux d'or leurs tours, tandis que près des pistes, sur les bords, les gerbes' qu'il abandonne à ses moissonneurs bossèlent légèrement le sol. Il a dit : « Laissez glaner celles qui passent. Il est écrit que l'oiseau malheureux doit picorer ses grains quand le maître n'a plus à craindre pOUr demain Une errante, au bord de mes champs, c'est une soeUr qui passe et qu'on oublie 1 Soyez-lui charitables ! Qu'au soir, la galette fralche, à votre table fête sa place auprès de la coupe de vin ! Que personne ne dise qu'au seuil de ma demeure on a tendu la main et souffert de la faim. » Et puis son long burnous flottant sur ses pas lents, il s'éloigna dans le soleil étincelant. , ~uth peinait, tassant dans un ,coin de son voile quelques épis. Ses pas haletaient à la terre . ardente. Il lui semblait que devant ses paupï'ères flamboyaient, en tourbillons rouges, des étoiles venues du fond de sa fati~üe et -de sop sang ' et des poings de fer martelaient son front bruissant. Les grandes meules se penchèrent en oscillant. Elle se vit toute menue, écartant de ses ,doigts maladroits et frêles, le soutien des mains maternelles et riant du ~ardien de ses premiers pas. Elle s'endormait. Soudain une sombre aHée noire ouvrait devant ses yeux l'arche sans fond, dévalant jusqu'au bord du gouffre. Quelque peine de quitter un linceul fluide Se mêlait à sa langueur. EUe rêvait « je souffre» faible gémissement ébloui de splendeur brusquement révélée à ses lourdes moiteurs de fièvre. Une main fraiche apposée SUr son front la réveillait, Le maître ayait tendu vers elle une gourde et de l'eau avec un frisson d'aile glissait 'sur sa bouche et son front. Il l'étendit à l'ombre claire d'une meule. Elle entendit parmi le heurt de rumeurs de son rêve une voix douce qui murmurait « L'amour seul ~st la Loi ! » Et }luth se réveilla dans la brassée de rose du triomphe imprévu entre les bras de Booz ! 1 , . ,, ": ....

Notes

<references />

Format JPEG