Droit et Liberté n°205 - janvier 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°205 de Janvier 1962
    • La menace de subversion fasciste et raciste se précise et s'aggrave: plus que jamais: Union
    • Poujade jette le masque par Albert Levy page1
    • Pierre Paraf élu président du Mouvement, Léon Lyon-Caen président d'honneur page1
    • Une odieuse agression contre M. Justin Belsie page2
    • Vous dîtes? De l'usage des mots par Roger Maria page3
    • R.T.F. :mœurs arriérées par Henry Bulawko page3
    • Les harkis agresseurs de la rue François Miron enfin jugés page4
    • Ou allons-nous? par Pierre-Bloch
    • Lettre de Londres: en Grande-Bretagne, le "vent du changement" n'a pas emporté les préjugés et les discriminations page5
    • Faire face page6-7
      • L'indispensable combat antiraciste par Fernand Grenier
      • France 1962 par Jacques Mitterand
      • Les rejetons de Maurras par Georges Montaron
      • 32 organisations dont le M.R.A.P. appellent à l'union sans exclusive contre la menace fasciste
      • L'internationale néo-nazie
    • Un film débat: Jugement à Nuremberg par Edouard Axelrad page8
    • Dans notre courrier: pour ces hommes meurtris (relations juifs musulmans) par Jean Poindron page8
    • Les écoliers guinéens ne disent plus:"nos ancêtres les gaulois" par Marie-Magdeleine Carbet page9
    • Au royaume de la mort par Dora Teitelboim page9
    • Au conseil national du M.R.A.P. page10
      • La lettre du président Lyon-Caen: "que le M.R.A.P. poursuive le bon combat!"
      • Pierre Paraf: "un engagement et une promesse"
      • Charles Palant "rechercher tout ce qui rassemble"
      • Le Président Lyon-Caen: "je demeure à vos côtés"
      • Appel: le 25 Mars journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix
    • Procès Eichmann page12
      • L'image d'un régime par Fréderic Pottecher
      • Pour un ami mort en déportation par Jean Schapira
      • Lettre de Jérusalem: la dernière audience par Myriam Novitch


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

, LES DEBATS DU CONSEil NATIONAL DU M.R.A.P. 25 mars r U.N.E.S.C.O. : JOURNeE . NATIONALE, ' (co Îltrele r,acisme l'antisémitisme et pour la paix Pierre PARAF élu président du Mouvement Léon l YON·CAEN président d' honneur l E Conseil National du M.R.A.P. a tenu ses assises, le 14 janvier. En ouvrant ses travaux, notre secrétaire général, Charles Palant, donna lecture de la lettre par laquelle le Premier Président Lyon-Caen exprimait son désir d'être remplacé à la présidence du Mouvement, en raison de on grand âge et de sa santé fragile. Profondément ému, le Conseil "I:ational décida de conférer à Léon Lyon-Caen, le titre de Président d'Honneur, ct l'accueillit, à son arrivée, par une longue ct chaleureuse ovation . Pierre ParaI, ju squ'alors viceprésiden t, fut ensuite, à l'unanimité, élu président du M.R.A.P . ("est da ns une atmosphère amicale ~I confian te que sc déroula l'a péritif d'honneu r an cours duquel Charles Pala nt, P ierre Pa raf et Léon LyonCaen exaltèrent tour à tour le noble f'ombat mené par le M.R .A.P . dans J'union la plus large. voir en pages 10 et 11 le compte rendu des débats, la lettre du Président Lyon-Caen, les allocutions prononcées, et l'appel lancé pour la Journée Nationale du 25 marsJ 15 JANVIER - 15 FEVRIER 1962 8.75 NF N- 205 La menace de subversion fasciste et raciste se précise et s' aggrave ... Plus que l•a maiS• •• UNION A SSASSI NATS, plastiquages, menaces, ratonnades, vols d'armes : chaque jour, se précise et s'aggrave le danger de subversion fasciste qui pèse sur notre pays. Et chaque jour, il a pparaît plus clairement que le pouvoir ne prend pas les mesures qui s'imposent pour y faire face. La « volonté de combattre l'O.AS. pa r tous les moyens » affirmée l'autre jour par le porteparole du gouvernement n'a pas empéché que 18 explosions aient lieu à Paris le soir-même. Agissant la plupart du temps sans être inquiêtés, les plastiqueurs et les tueurs à gages, s' ils sont par hasard arrêtés, bénéficient soit ci '",' le Irampte mise en liberté provisair., soit de légères condamnations où Je sursis est de règle , Et 10 répression, en tout cos, ne vise ni ies lesponsables, ni les inspirateurs des hommes de main, quand (Suite page centrale.) • Georges MONT ARON, Fernand GRENIER, Jacques MITTERAND

Racisme,

fascisme et guerre d'Algérie (page cent ra le). DliNf tE . NUMEIlD : • J. PIERRE-BLOCH : Où allons-nous ! (page 5). • Frédéric POTTECHER, Myriom NOVITCH, Jeon SCHAPIRA Après la condomnation d'Eichmann (page 12). • Edouard AXELRAD Jugement à Nuremberg (page 8l. • Dora TEITELBOIM Au royaume de ~!J mort (page 9). • Marie-Mogdele ine CARBET : Leçons d'histoire (page 9) . Inculpé à la suite d'une plainte du M.R.A.P. POUJADE . - Jette le masque DANS sa fc uille hebdomadaire qui, par antithèse, s'appelle « F raternité Française », Poujade publiait, le 16 juin dernier, un article violemment antisémite. Le M.R.A.P., on le sait, adressa une plainte au Procureur de la République : Poujade a été inculpé. 11 devra répondre devant les juges de ses excitations à la haine. Et le M.R.A.P., qtti s'est constitué partie civile, sera là pour l'accuser, au nom de tous ceux qui entendent sauvegarder en France les traditions de vraie fraternité. P ris SUl' le fait, le « petit papetier » se débat, ergote, joue les vertus outragées : lui antisémite ? c'esC un comble ! on le calomnie, on le persécute, vous voyez bien ! Il n'a dit, après tout, que la véri té sur ces juifs qui ... Et, tout en s'indignant pour la forme, il continue de plus belle. Avec un renou.- eau d' insolence, il brandit l'injure et la provocation. Ainsi, délibérément, il aggrave son cas, comme pour justifier le 22 déçembre les poursuites engagées après l'article du 16 juin. Maladresse ? Inconscience ? Nullement. Car l'antisémitisme est partie intégrante de l'agitation fasciste, et Poujade, sans l'antisémitisme, ne serait pas Poujade. Sa fe inte indignation n'est qu'un alibi pour hausser le ton de sa diatribe .: et aussi, peut-être, une précaution : aujourd'hui, après les massacres hitlériens, mieux vaut ne p:15 s'avouer raciste, c'est une étiquette compromettante, susceptible de provoquer de désagréables rapprochements ... Mais en dépit de ces clauses de style, les rapproch e ~ ments s'imposent. En feui lletant au hasard quelques écrits les besoins de l'ennemi , - parfois mot !pflu\à l'infini ce peti!: jeu penser que Poujade prétend s'ériger en gré, on ne voit pas assez de noms juifs (Suite page 4) Albert LEVY. 2 12-XII. - L'U.R.S.S. demande l'extradItion du général Heusinger en tant que . criminel de guerre, ancien chef des opérations hitlériennes de 1940 à 1945. Il est actuellement président du Comité militaire permanent de l'O.T.A.N. 14-XII. - Attentats O.A.S. : à Alger contre un bateau de la Marine Nationale; un marin est tué, 3 sont blessés; à St·Germain-eh-Laye, chez un professeur, dont les deux enfants ont failli brûler vifs. • Dans l'Etat de New-York, l'appa'rtenance raciale ne sera plus mentionnée sur les actes de naissance. 1~XII. - Eichmann est condamné à la pendaison. • Attentats au plastic à Paris et à Pau. • Six anciens officiers S.S. comparaissent devant le tribunal de BerlinOuest, coupables du massacre de 11.000 enfants, femmes et vieillards juifs pendant la guerre. 16-XII. - Plastic au siège de l'U.N.E.F. 19-XII. - Des milliers de Français manifestent contre l'O.A.S., en dépit des interdictions gouvernementales. • Trois cents noirs arrêtés à la Nouvelle Orléans pour avoir manifesté contre les entraves apportées par l'administration locale à leur inscription sur les listes électora'les. • Cinq participants du premier maquis de l'Algérie française sont acquittés par le Tribunal militaire, trois sont condamnés avec sursis. 20-XII. - Après 48 heures de combat à Goa, les Portugais abandonnent ce territoire qui revient à l'Inde. • O.N.U.; paT 61 voix et 34 abstentions, la commission politique invite la France et le G.P .R.A. à reprendre les négociations. 2l-XII. - A Oran, trois activistes s'évadent de l'hôpital civil; à Paris, de nouVeaux Algériens portent plainte contre des harkis. 22-XII. - Déclaration du chancelier Ad~ nauer : Il faut encore renforcer la puissance militaire allemande. 2~XII. - Une nouvelle loi en préparation à Johannesburg réduira au silence M. Lutuli, prix Nobel de la paix, en lui interdisant de sortir d'une certaine zone et de prendre la parole en public. 3O-XII. - Journée de violences à Oran 9 morts et 22 blessés. • M. Papon suspend M. Rouve, s~ crétaire général du Syndicat de la police parisienne qui avait formulé des Objections sur la répression de la manifestation du 19. 31-XII. - Plus de vingt attentat pendant le week-end en France; une des victimes en est M' Blumel, ancien président du M.R.A.P. 3-1. - A Oran, lynchages et incendies ont fait 15 morts; le couvre feu est reporté à 20 heures. Nombreux attentats également à Alger, Bône et Constantine. 4-1. - M. Locussol, inspecteur principal de l'enregistrement à Alençon est abattu par deux tueurs de l'O.A.S. • Nouvelle journée de lynchage contre les musulmans à Oran. • Le siège central du Parti Communiste à Paris est mitraillé par les tueurs de l'O.A.S. ~I. _ Liberté provisoire accordée à J. Dumarer, chez qui ont été arrêtés les assassins du commissaire Gavoury ; trois autres inculpés ont déjà été mis en liberté provisoire. • 18 militaires tués au Nord de Sétif I\U cours d'un 'engagement entre l'ALN , èt les forces françaises. • A Chicago, une bombe explose devant une synagogue, causant de graves domma:ges matériels. 6-1. - Manifestations anti-O.A.S. à Paris après l'attaque du siège du Parti Communiste. • En 48 heures, 20 morts à Oran et Alger où des commandos O.A.S. se sont livrés à de véritables chasses à l'homme. 7-1. - Attentat au plastic chez J .-P. Sartr~. . • Vol d'armes a'U camp militaire de Satory, où un ' groupe de l'O.A.S. a pu pénétrer sans aucune difficulté. • Rassemblement antifasciste à Dax, à l'appel de 21 organisations landaises. 8-1. - Cinq ans de prison avec sursis à un plastiqueur venant d'Algérie ; 500 NF d'amende à des étudiants fascistes qui avaient agressé M. Montaron, directeur de « Témoignage Chrétien », à Toulouse. • Emission O.A.S. à Alger et Bône. 9-1. -' .Le Père Davezies comparaît devant le tribunal militaire de Reuilly pour avoir hébergé des militants du F.L.N. Il sera: condamné à trois ans de prison ferme et 3.000 NF d'amende. • Six des agresseurs et pIlleurs du commissariat central d'Alger sont condamnés avec sursis. 10-1. - Trois mille C.R.S. s'embarquent à Oran à destination de la France, en manifestant pour l'Algérie frança·ise. • Rencontre Adenauer-Mac Millan à

SonIlf; (la IGrande-]3retagne fournir~

pour 80 milliards d'armements à la Republique Fédérale Allemande. • Le G.P.R.A. réaffirme « sa volonté de hâter l'heure de la paix en Algérie » après une délibération de quatre jours a:u Maroc. 12-1. - Dix-huit attentats à Alger; 6 morts et 29 blessés ; à Bône un groupe de musulmans est mitraillé par des inconnus en voiture. • A Nanterre, l'explosion d 'un réchaud provoque .l'incendie de 20 baraques, habitations de 200 Algériens. JUSTICE • Petits affreux A Dijon, des racistes ont menacé et frappé des étudiants noirs. Notre envoyé spécial Raph FEIGEL-SON, qui a assisté le 16 janv:er 1962 à leur procès, donne iei ses impressions d'audience. Le calme apparent des villes de province fait souvent croire qu'il ne s'y passe rien. Et pourtant ... Dans la salle du Tribunal correctionnel de Dijon, la présence inhabituelle d'un public nombreux, indique qu'il s'est pas· sé ici quelque chose de grave. C'était le 13 mai 1961 : dans le local de l'Association générale des Etudiants de Dijon, deux racistes ont agressé deux étudiants africains ... Après ie greffier qui rappelle ces faits, faisant suite à une série d'autres attentats racistes, les différents témoins - des étudiants africains et français, .dont l'un fait son service militaire - disent comment deux voyous non étudiants ont attaqué leurs camarades. Ils rapportent les propos tenus par Yvon Masson et Jacky Monnayeur : « Ce soir, on se les paye, ils ont une sale gueule », disait le premier, tandis que l'autre provoquait : (( Si tu veux la bagarre, tu l'auras : au couteau, au pétard ou à la mitraillette ». Masson, un grand gaillard de 20 ans, au visage anguleux et dur avait, la veille, menacé le chétif et maigre Cisse Cheik ; il le provoque de nouveau : bagarre dans laquelle, pour le protéger, interviennent ses camarades qui 'Tossent l'agresseur_ Pendant ce temps Monnayeur, 27 ans, pe· tit, la figure rouge et les traits fuyants, n'intervient pas pour dégager son aco· lyte : il profite du tumulte pour perpétrer son mauvais coup : à quelques pas de là, il sort un couteau et frappe - au hasard : l'étudiant Ba Abdoulaye est sérieusement blessé, et son agresseur s'enfuit ... Le Président de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire (section de Dijon) Abolo KObou, évoque devant le Tribunal « la série d'agressions et de provocations dont l'affaire du 13 mai est l'aboutisse· ment ». Il dit « l'atmosphère d'anxiété qui gêne les études ». « Nous sommes menacés, dit-il. et nous demandons le droit à la sécuriU ». M' Kaldor, du Barreau de Paris, partie civile pour la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire, montre que les prévenus ont gravement porté atteinte aux droits moraux que défend la Fédération : « Il ne s'agit pas dans cette affaire d'un incident banal, mais de haine raciste ». Par delà, ces jeunes gens, agents d'exécution, il dénonce d'autres responsabilités

la propagande raciste qui « glorifiant

le colOnialisme entraîne le mépris pour les hommes asservis : Ces idées em· pOisonnées font leur chemin et on assiste à des scènes de haine zoologique dOnt cette affaire est une illustration ... Mais la présence à cette audience de nombreux étudiants français venus aux côtés de leurs camarades noirs témoigner leur sympathie solidaire aux victimes, est à l'honneur de l'université française ... Ce n'est pas seulement dans l'intérêt de la partie civile que je dis ceÙl, mais c'est mon devoir d'avocat français de dire que ces faits crapuleux sont à l'image de ce qu'était à ses débuts, la peste brune ... )J. La plaidoirie de M' Christian Fouchard qui représente les intérêts des victimes solidement appuyée sur les faits, passe également des arguments de droit au plan antiraciste. Le Procureur « comprend l'émotion et l'inquiétude des étudiants noirs » devant ces incidents qui sont le fait de « bagarreurs étrangers ,à l' Université ». Il approuve la partie civile et se félicite de {( l'im· Une odieuse agressIon N OTRE ami M. Justin Belsie, Président de la « Famille Antillaise » et membre du Bureau National du M.R.A.P. consommait dans un café, 96, rue de Clignancourt, Paris-I8', le 2;) décembre, en compagnie d'un ami. S 'étant absenté quelques in stants pour téléphoner, il trouva à son retour sa chaise occupée par une personne inconnue. Cet homme avait déjà répondu aux protestations courtoises de J'am i de M. Belsie, par cIes insultes racistes telles que : « Ces qens-là n'ont pas leur place ici, etc. ». Aux protestations également courtoises cIe M. Belsie JuiJmême il fut réponcIu par la violence, non seulement de la part cIu consommateur, qui le frappa au visage. mais aussi cIe la part du patron du café qui le frappa au flanc, tout en l'avant M. Justin BELS lE menacé de le « ficher à la porte ». . . Après avoir perdu connaissance, M. Belsie qui a fu t constater ses blessures par un mécIecin, fut contraint à un arrêt cIe tra~ vail_ cIe six semaines. Il a naturellement porté plainte contre ses agresseurs. Nous exprimons à M. Belsie notre sympathie amicale et lui souhaitons un complet rétablissement. • Il est intolérable que cIes manifestations racistes cIe ce genre puissent encore avoir lieu ; tous ceux qui refusent que Little-Rock devienne un mocIèle pour Paris, exigent que les coupables soient condamn~s cIe faGon exemplaire. partialité des témoins parmi lesquels un adjudant français ». Il y a provocation, coups et blessures volontaires avec port d'arll?es et préméditation ... Les avocats de la défense ont tout au long du procès provoqué des incidents et mené une bataille de procédure. M' de Montille s'étonne que l'on parle de ra· cisme : « Nous ne voulons pas savoir comment est mort Lumumba, ni comment se comportent les Balubas ... Nous n'avons pas de leçons de civilisation à recevoir de ces gens-là ! ». Mais s'il conteste le caractère raciste de l'affaire, les faits sonClà, aussi minimise-t-il le drame qu'il veut réduire à une bagarre d'étudiants français (sic) avec une « bande de noirs ». Les coupables ce sont eux : {( qu'on ne blanchisse pas Cissé » s'écrie-til. Plus adroit M' Siboni déclare en préambule que « rien n'est plus odieux que le racisme » et il enchaîne : « vous faites le complexe du racisme : parlez-nous des hôpitaux et des écoles que nous avons construits chez vous ». Après cet éloge, du colonialisme, l'avocat reproche l'ingratitude des noirs dont cette affaire exprimerait « la révolte ». Le jugement, reporté au 30 janvier, dira si des petits affreux peuvent impunément en France importer les méthodes du KluKlux- Klan et des S.A. NOTRE AMI GEORGES SAROTTE SOUFFRANT Notre ami Me Georges SAROTTE, membre du Bureau National du M.R.A.P., a été récemment victime d'un infarctus du myocarde et a dû être hospitalisé. Fart heureusement, sa santé se rétablit peu à peu, et il regagnera bientôt son domicïle, où il devra toutefois observer un repos total et prolongé. Nous sommes certains d'être les interprètes de tous nos lecteurs, qui ont eu fréquemment le plaisir de lire ses articles, et de tous les amis du M.R.A.P., en exprimant à Georges Sarotte nos voeux affectueux de prompt et complet réablissement. MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de Mlle Yvonne ENGIEL avec M. Pierre ROSINOSlKY, le 6 jonvier 1962. Nous leur exprimons nos félicitations et nos voeux les meilleurs. • Deux poids deux mesures En dépit des efforts du Commissoire du gouvernement, qui avait demandé le huisclos, le procès de Robert Davezies, prêtre de la Mission de Fronce, qui s'est déroulé de 9 ou 12 janvier devant le Tribunal militaire de Reuilly, a été, en fait, le procès des tortures, des méthodes inhumaine:; employées dons 10 guerre d'Algérie cQn~ tre taut un peuple. -- Accusé d'avoir aidé plusieurs Algériens à passer 10 frontière d'Espagnf!, l'abbé Dovez ies s'en est expliqué en ces termes : « J'étais à Paris lorsque la campagne contre les tortures a commencé... J'étais bouleversé ... Je ne croyais pas ces chOieS possibles. Je me suis renseigné. J'ai trouvé S, 10, 1 S, 20 lettres dans un milieu restreïnt rappllrtant des faits semblables ... Nous avons dit ; « Il faut que ces choseslà cessent. Nous, prêtres, qui avons formé des jeunes Français, nous ne pouvons admettre que ces jeunes se pervertissent ainsi ... « Pour moi, la revendication de l'indépendance était une chose juste : un patrio- (Suite page 3,) Nous apprenons le marie·ge récent de notre ami M. Hugues STEINER. Nous tencns à lui exprimer nos félicitations et tous nos voeux sincères. NOS DEUILS Notre amie Denïse DECOURDEMAN _ CHE, a eu la douleur de perdre sa mère. Qu'elle trouve ici l'expression de l'affectueuse sympathie de notre Mouvement et de notre journal, comme de tous ceux qui connaissent son inlassable dévouement pour la Couse que nous défendons Mme Decoudemanche était la mère de Jocques Decour, qui fut fusillé par les nazis. DON A l'occasion de la « Bor Mitzwa » du jeune Gérard, fils de M. et Mme Bernard EISEN BERG, notre ami Maurice Eisenberg, membre du Conseil National du M.R.A.P., a offert 200 NF à notre Mouvement paur contribuer à la lutte ontifasciste. Nous lui exprimons les plus vifs remerciements. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Salle Gaveau, le 25 lanvler Tarif des abonnements FRANCE: Récital Clara NEUMANN Au programme H. DUPARC; L'invitotion ou voyage (Ch. Baudelaire. Le Monoir de Rosemonde (R. de Bonnières. La Vie antérieure (Ch. Baudelaire). Chanson triste (Jean Lahor. G. FAURE: Mondoline (P. Verlaine). En sourdine (P. Verlaine. C. DEBUSSY; Ballade que Villon fait à la requeste de so mère pour prier N.-Dame. Ballade des femmes de Paris. M. RAVEL; Vocolise en forme de habanera. Chanson populaire espagnole. L. AUBERT: Trois chonts hébraïques Kal nid'réy. Berceuse. Qer rebele der' gabele. D. MILHAUD; Trois poème juifs: Chant de nourrice. Chont de résignation. Chont de laboureur. H. SANGUET ; Marine à Roscoff (M. Jacob' Renouveau (S. Mallarmé. Berceuse créole. F. POULENC; A so guitore (P. de Ronsard' Sanglots (G. Appolinaire). Air vif (J . Moréas. Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien ; 15 NF. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-~8 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 Ir. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin·Botanique à Bruxelles. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 FB. (Suite de la page 2) te peut comprendre le patriotisme des autreS. JO A la fin des débats, il devait affirmer : .. Je n'ai de haine pour personne. Je déteste la guerre. J'ai pris parti contr.e la guerre d'Algérie ... " y a des choses intolérables et inadmissibles. Ces choses, j'en ai eu connaissance. J'ai entendu, par exemple, les cris de Djamïla Boupacha, torturée, et je n'ai pas pu laisser hurler seule une jeune fille de vingt ans... » Sur les faits qui ont provoqué la révolte de Robert Davezies, Sur sa personnalité, des hommes éminents et représentatifs sont venus témoigner: MM. Paul Teitgen, René Capitant, Pierre Co t, Jacques Madaule, Fonlupt-Espéraber, le prafesseur Henri Morrou, Daniel Mayer, Claude Bourdet, Jérôme Lindon, les pasteurs Cazalis et Beaumont, plusieurs prêtres, une religieuse, des détenus algériens. Le cardinal Lienart affirmait dans un message public que l'accusé avait agi «dans un esprit de justice et de fraternité ,.. Il est significatif et émouvant que pormi les avocats de ce prêtre catholique, se soit trouvé un musulman, Me Oussédik, aux côtés de Me. de Félice, Paul Boucher, Audrey Sanders (de Londres), Rozzioni (de Rome). Ce dernier déclara : .. En Italïe, durant la guerre, et j'en Qi hante, on a condamné des hommes qui avaient aidé des israélites à survivre, et tout cela aussi d'après des textes de loi ; et pourtant, aujourd'hui, c'est une des pages les plus sombres de notre histoire. )' Au nom de la « défense de la civilisation occidentale », le commissaire du gouvern, ement demanda (et obtint) u.ne lourde peine: l'abbé Davezies a été condamné à trois ans de prison et 3 .000 NF d'amende, les , circonstances atténuantes lui ayant été refusées. Quelques jours plus tard, le même tribuno ~ acquittait trois officiers 'accusés d'avoir torturé à mort une femme algérienne. JEUNESSE '. Au Club Amitié Il y a tout juste deux ans qu'a été créé le Club Amitié, qui réunit un nombre sans c~ croissant de jeunes antiracistes. /1 $'. si bien développé que, pour son se, ~nd anniversaire, il a décidé de s'installer ,' dans un local plus vaste, où 'il pourra multiplier ses activités avec la participation de tous ses adhérents. Le Club Amitié a su trouver une for' Rule original,e. " offre aux jeunes non seulement cies soirées théâtrales et ciné·· mat,ographiques, des sorties-campîng, des visites d'expositions, mais aussi de passiQnnantes conférences (suivies de débat) sur les problèmes de l'actualité, auxquels ont déjà participé nombre d'éminentes personnalités. Ajoutons que les membres du Club, loin de considérer les discussions et les activités culturelles comme une fin en soi, leur don,nent pour prolongement l'action antiraciste. Ils apportent leur o:oncours permanent à toutes les activités du M.R.A.,P., et entendent multiplier eux-mêmes les inîtiatives pour apporter plus encore à la cause que nous défendons. Nous leur souhaitons de nouveaux succès. -0- Pour janvier le Club Amitié avait annoncé le programme suivant: 3 janvier : soirée libre ; 10 janvier : soirée cinématographique suivie de débat au « Floride » «( Un homme dans 'la foule » et « Le Cuirassé Potemkine ») ; 17 janvier: « La R.D.A. et le prOblème de Berlin », conférence de R. Feigelson ; 24 janvier : la renaissance du nazisme, conférence de Mme Olga Worm· ser ; 31 janvier : soirée au Théâtre de Lutèce

« La, Pensée », de L. Andreiev.

HIER et AUJOURD'HUI • Une compétence " Le sport, on l'affronte sans arrièrepen~ ée. Le calcul préside à tous les actes du juif ... " Le sport implique la soumiuion , à la règle du jeu. Le juif cherche sans cesse le biais pour to!!rner la loi ... « Le sport, c'est l'école de l'abnégation, le sacrifice de l'individu au rendement de l'équipe. Le juif se fait une loi de tirer le plus possible de la collectivité... )' Nous en passons ... On n'a que l'embarras du choix pour extraire de ces litanies antijuives les formules odieuses qui montrent l'ignominie de celui qui les a écrites. Ignominie d'autant pl us répugnante que cette diatribe paraissait en 1943, alors que les juifs étaient emmenés par wagons entiers vers les chambres à gaz. Il s'agit d'une brochure à large diffusion, intitulée" Pitres du Sport ». L'auteur en était Jean Dauven. Non content de calomnier, d'exciter à la haine, il demandait avec une lourde insi)i,tance que le sport français soit "épuré de ses juifs ». Pensez donc! Par « une honteuse anomalie », l'année précédente, un champion juif, Alfred Nakache avait « fait l'aumône d'un record du monde à' la France ». " Ce cadeau, écrivait Jean Dauven, dons un beau mouvement de menton, personne n'aurait dû l'accepter ». Et de dénoncer « la trahison dont se sont rendus coupables les dirigeants de la Fédération de Natation » en permettant que Nakache puisse faire « ce cadeau ». , « " faut en finir ! », s'écriait Dauven. Les nazis en ont fini avec Alfred Nakache qui, dénoncé par un milicien et déporté, mourut pèu après à Auschwitz. Mais Jean Dauven, après une prudente retraite de plusieurs années, vient de faire parler à nouveau de lui. C'est sous sa direction qu'a été éditée, tout récemment 1'« Encyclopédie du Sport» publiée par la maison Larousse. Décidément ! .. , R. T. F. • Moeurs arriérées M JEAN NOCHER a parfois de bien curieuses formules. Elles sur- • prennent dans la bouche d'un homme qui milita jadis en faveur de « l'A bondance », prenant, à L'éPoque des positions ultra-gauchistes. Aujourd'hui, la radio étant vraiment bonne fille, iL déverse sur ses ondes un sermon quotidien avec tme hargne voisine de la haine pour tous ceux qui aspirent à la paix e.t au progrès social . Parfois, il p1"end la défense des juifs. Il a besoin d'eux comme alibi pour pouvoir s'en prendre aux pl!ltples qui roevenqiguent le droit de vivre libres. Mon Dieu, gardez-nous de tels amis ! 111 ais i'.1. Jean Nocher ne trompe gue qui 'l,\eut se laisser tromper. Il sutfit, pour reconnaître son jeu. de relever cette formule employée au, cours de l'émission du 8 janvier 1962. Parlant de la guerre et de la paix, M. Nocher condamne « les moeurs arriérées des peuples sous-développés ». Certes, l'assassinat de Lttmumba orga- 1 nisé par M. Tschombé relève de la sauvagerie'. 1vl ais ce n'est pas ce drame qui t préoccupe M. Nocher qui se fait le dé- - fenseur de l' « indépendance » dit Katanga .. Il ne précise pas sa pensée e.t englobe, dans une même conda111;nation tous les peuples sous-développés. Il le fait sûrement au n01'/'1 de cette civilisation européenne · qui nous a valu les chambres à gaz el' les fours crématoires, sans oublier les ratonnades et autres pogromes racistes de to'us ordres ... Ces propos sont d'autant plus déplacés qu'ils viennent à l'issue d'une période marquée par la réception à Paris de nombrettx chefs d'Etat africains. La « vocation africaine » de la France, dont on se préoccupe tant à l'Efysée, semble êt1'e le dernier sottci de M. N 0- cher. Nlais qu'el1 pel/se le Directeltr de la Radio - Diffusion - Télévision française ? Henry BULA WKO. , . VOUS DITES '1 "DROIT ET LIBERTE" ré~ond • aux mensonges racistes J, De l'usage des mots L'AMITIE de Francis Jourdain, disparu il y 'a quelques années reste un bienfait très preCleux de ma vie. Il fut un des purs humanistes de notre temps, un maître souriant pour beaucoup d'entre nous, une des plus nobles cautions dont le M.R.A.P. eut le privilège de se prévaloir dès sa fondation. L'auteur de « Né en 76 » était fort subtil, mais avec une vigoureuse simplicité, et lorsqu'un lourdeau lui reprochait - avec respect - de « couper les cheveux en quatre », il se plaisait à répondre « Mais, mon bon ami, couper 'un cheveu en quatre est enCOre la meilleure taçon..'de savoir comment et de quoi ce cheveu est constitué ... ». , Nous ne coupons pas de cheveu en quatre (et s'il est crêpelé, quel travail...) lorsque nous essayons de mettre un peu d'ordre et dans les notions et dans les termes en usage concernant les juifs, car les erreurs courantes correspondent à des ignorances voulues non par ceux qui les commettent par ignorance, bien sûr, mais par ceux qui les diffusent et en entretiennent la persistance par préjugé de caste et mépris humain.

    • * Poursuivons donc nos efforts

de clarification (1). (1) ( Droit et Liberté » de décembre 1961. Combien de fois avez-vous lu que Nasser était antisémite - et pas seulement Nasser dans « son » monde' ? Encore une absurdité, qui oblige à répéter que jui1;l5 et Arabes sont de même souche ethnique

ils sont les uns et les

autres des Sémites. Nasser et ses partisans peuvent donc être anti-juifs, plus précisé· ment antisionistes, mais certainement pas antisémites. Le terme est d'ailleurs assez mal formé, mais l'usage l'a consacré et il n'est pas question de le contester.

    • *

Autre distinction importan· te Existe-t-il un peuple juif ? A cette question, il n'y a pas de réponse capable de satisfaire tout le monde, à commencer par les juifs euxmêmes. C'est une vieille histoire qu'il ne nous appartient pas de trancher ici, même si nous avons une opinion très précise sur la question. Seuls les sionistes conSidèrent que tous les juifs de la Diaspora sont liés entre eux de façon plus profonde qu'ils ne peuvent l'être à leurs compatriotes non-juifs dans chaque pays où ils se trouvent. Mais dans chaque communauté nationale, sauf en Israël, la grande majorité des juifs, . -- même sympathisant sentimentalement envers l'Etat d'Israël se êonsidèrent comme Français, Anglais, Hollandais, Espagnols, Chinois, Chiliens, Soviétiques, etc ... même s'ils revendiquent le droit de se considérer - sans complexes - comme juifs, dans le même esprit que met un Basque ou un Alsacien à se sentir Français avant tout - et internationaliste, si sa raison politique le lui commande - en même temps que Basque ou Alsacien. Il n'y a là nulle contradiction déchirante : plus on élargit son horizon plané· taire, plus on se sent à l'aise par rapport à la petite communauté de son enfance. On parlera donc plus exactement, semble-t-il, de populations juives que de peuple juif. Encore convient-il d'admettre que cette idée de populations juives ne convient nullement à la plupart des juifs français, qui ne cherchent pas, en général, à vivre ensemble, et se sentent pleinement assimilés. Et nous ne mentionnons que pour mémoire les très nombreux Français qui ' ne se reconnaissent qu'une origine juive, qui ne signifie plus rien pour eux.

    • *

Le nombre est grand des juifs, particulièrement parmi les jeunes, qui s'éloi- • • _ft_. gnent complètement de la re· ligion judaïque. Les uns 're· vendiquent néanmoins leur qualité de juifs, alors que les autre,s n'y songent même pas. Pourtant il subsiste quelque· fois ,disons des ·signes de leurs liens anciens. Au moment des grandes fêtes juives, ils partiCipent aux cérémonies fami· liales et de groupe plus ou moins religieuses : Rosh-Has· hana, Yom Kipour, etc ... Mais ce serait un tort, pensons- nous, de ne voir, dans ces fêtes, que leur caractère rituel, de leur imposer l'interprétation qu'en donnent les croyants. Un marxiste, un rationaliste ne fête-t-il pas tranquillement Noël en famille, sans se préoccuper du sens particulier que ' l'Eglise tient à lui donner ? Les coutumes même lorsqu'eUes ont une origine religieuse - et pour Noël, eUe est largement antérieure à l'ère chrétienne - prennent une valeur populaire qui arrive à l'emporter sur les croyances par lesquelles les religions entendent les justifier. Qui n'a pas savouré en famille les fameuses galettes feuilletées de l'Epiphanie, le 6 janvier dernier ? Mais qui a eu une pensée volontairement émue, recueillie, en souvenir de cette manifestation du Christ aux Gentils, aux rois mages ? Et qui sait d'ailleurs la signification exacte de ces deux mots associés : rois-mages ? Roger MARIA. ft "ftft ~"- 3 ...• ,DES FAITS .qui donnent A PENSER ... • « JAMAIS L'O.A.S. ne serait devenue ce qu'elle est sans le « neutralisme» bienveillant de la plupart des policiers implantés ou même envoyés en Algérie. Que cela plaise ou non aux uns et aux autres c'elt l'évidence» «( Rivarol» du 4 janvier 1962). • DE RIVAROL» (même date) égaIement

Si l'O.A.S. n'est pas à l'abri

des « fuites », en face d'elle l'appareil répressif officiel se présente cor'nme une vraie possoire. Au point que c'en est à peine croyable. » • QUELQUES CHIFFRES tirés de l'ouvrage « Face à face avec l'ennemi nazi JO, que vient de publier l'AssocÎation israélienne des Invalides de Guerre: 500.000 juifs ont combattu dans l'armée soviétique pendant la dernière guerre; 67.00'0 ont été décarés, dont 50 du titre de Héros de l'Union Soviétique ; 1 SO.OOO juifs ont combattu dans l'armée polonaise ; 32.000 ont péri pendant les trois semaines que dura la campagne de Pologne. • PROFANATIONS dans le cimetièjuif de Klagenfurt (Allemagne fédérale)

des tombes ont été barbouillées

de slogans antisémites, d'autres brisées, d'autres encore souillées d'excréments. • LES ETUDIANTS DE L'UNIVERSITE de Cagliari, en Italie, ont demandé qu'un professeur soit relevé de ses fonctions, son attitude étant incompatible avec te. idéaux démocratiques dont l'enseignemellt doit sinspirer. Ce professeur avait publié un article raciste intitulé : « L'O.N.U. et les négrophiles ». • . EN FRANCE SONT ENCORE VENDUS des puzzles géographiques où l'Allemagne est représentée avec les frontières de 1937, • POUR AVOIR FAIT SUBIR à quatre Algériens un « traitement électrique », trois gendarmes d'Hautmont (Nord) ont été condamnés à... 150 NF d'amende. • L'ATTRIBUTION DU PRIX NOBEL de la Paix au leader sud-africain Albert Lutuli, est considérée, par l'organe de Poujade (3- 11-1961) comme une « provocation délibérée », démontrant {(' une volonté manifeste et dissolvante de mépriser l'Occident et de lui nuire. » • « NOUS POUVONS PROUVER qu'Eichmann est innocent de la mort de six millions de juifs ", proclame une affiche éditée à Stockholm par' le « Nordiska Riksparteit », organi,ation dont l'objectif est de « lutter contre la désagrégation nationale et le mélange des races ». • SE REFERANT AU VOTE RECENT DE L'O.N.U. condamnant l'action du Portugal en Angola, le dictateur Salazar a déclaré, dans une ,interview au « Figaro ». « Nous sommes frès reconnaissants à la France d'avoir été l'une des cinq nations à refuser de se jaindre en la circonstance aux 90 pays justiciers. La France sait être chevaleresque et fidèle. Ses gouvernants ont su comprendre notre tragédie ». • L'ADMINISTRATION DES POSTES de la République Démocratique Allemande a émis une série de six timbres dédiés à de jeunes héros de la résistance allemande contre le nazisme. Parmi eux, le jeune juif Herbert Boum, qui, à' la tête de son groupe, incendia en 1942 l'exposition antisémitique à Berlin. Il fut pendu à Alex'anderplatz. • LE TOME Il (INEDIT) DE « MEIN KAMP » va paraître prochainement en République Fédérale Allemande. • LA GREVE DE DEUX HEURES organisée le 8 janvier par l'O.A.S. en Algérie a été observée par la totalité du personnel européen de la préfecture et de la Délégat'ion générale. • LES ARCH IVES du ministère nazi des Affaires étrangères, actuelle~ ment dépouillées à Bonn par les historiens allemands, français, britanniques et américains représentent un poids total de 300 tonnes. D'autres documents se trouvent en République Démocratique Allemande. D'autres enfin ont été perdus. • LA PASSION jouée tous les dix ans dans la ville allemande d'Oberammergau, et dont on avait souligné, en 1960, le caractère violemment antijuif, va être réécrite pOur la septième fois depuis 330 ans, « compte tenu des exigences modernes », ont annoncé les organisateurs de ce spectacle • .' 4 les harkis agresseurs de la rue Francois-MIRON DEUX fois renvoyée, l'affaire des harkis agresseurs de la rue FrançoisMiron a enfin été jugée le 19 Jan- Yie.r. Un an et demi s'était écoulé de) Juil; cet après-midi du 17 juillet 1960, où enfin deux « supplétifs », Barkat et Chebab, accompagnés du brigadier Ben Bernou, firent irruption dans le café « Chez Zizi » en criant : « Sales juifs ! race de chiens ! Tous au fond !.. )). Frappant les consomjugés mateurs à coups de crosses, lis s'acharnèrent sur le patron, M. Nabets qui, infirme, ne pouvait se lever. 'M. Emile Dana s'interposa, et c'est lui qui reçut une balle dans le ventre. Quant aux agres-

seurs, ils s'enfuirent, sautèrent dan" J.rl taxi, protégeant leur retraite à COUJ)ti 1~ révolver et ne furent rattrapés qu' ,\;111 Pont Neuf. Sur de une diatribe « Fraternité antisémite Francaise » Aussitôt infonné, le M.R.A.P. s'emplu\I:l a rendre l'affaire pUblique : si elle ,\\ .'fJ des suites judiciaires, on peut dire. l'-\'! c'est en grande partie grâce à. notre M Ollvement et aux enquêtes publiées par . la presse, alertée par lui, en dépit dé 13 conspiration du silence organisée en ,b.!t.ut lieu. « La police fait le black-out SUT. tte àramatique affaire », écrivait « FrallC~ ' Soir ») du 19 juillet. Et quand il ne EUt plus possible de se taire, la PréfectUI'!'" 11! firma qu'il s 'aIPssait d'une opératio!'_ ':f", gulière pour la recherche du trafic 1~ drogue. {SUITE DE LA PAGE UNE. c sur les f'laques de marbre de nos moftUments aux morts :.. Et, tranche-t-il, c si je m'appelais Lévy », j'irais en Israël, « au lieu d'intenter des procès tIfU gens qui m'hébergent ». .Autrement dit, les juifs ne sont pas des Français à part entière, ils ne partagent pas le destin commun, et au lieu de défendre la France (trop) hospitalière, ils ne pensent qu'à l'attaquer, en la personne de M. Poujade. Car, comme chacun sait, la France c'est Poujade, et réciproquement. Disons-lui pourtant tout de suite qu'à défaut de modestie, un peu plus de pru-' dence et de pudeur serait de mise, dans son propre intérêt. Prudence, parce que de semblables infâmies ont déjà coÎlté cher à certains de ses congénères, que ce soit Bardèche ou le directeur d' « Aspects de la France », lourdement condamnés naguère. Pudeur, parce que ne donne pas des leçons qui veut : si Poujade avait luimême acquis quelque titre que ce soit dans la guerre ou la Résistance, cela se saurait. Alors, qu'il se taise ! Sinon, nous pourrions lui rafraîchir la mémoire sur son propre compte. GENERALISATIONS FRAUDULEUSES L'ignominie du racisme, depuis qu'il existe. réside essentiellement dans la généralisation frauduleuse qu'il pratique pour se donner une apparence de justification. Que l'on puisse trouver dans n'importe quel groupe ethnique des êtres vils et indignes, cela ne fait aucun doute

et l'éloge appliqué sans distinction

à tous les membres d'une communauté seoe.it aussi absurde que le dénigrement systématique. Un humoriste ne disait-il pas que l'on doit reconnaître à chaque individu « le droit d'être un salaud », sans que pour autant toute sa famille et toute sa race soient vouées à la réprobation universelle ? Mais lorsqu'on attribue à un groupe le monopole de la bassesse et à un autre toutes les qualités, lorsqu'on désigne un individu méprisable comme le type et le symbole cIe toute une catégorie d'hommes, c'est là que commencent la diffamation raciste. l'abus des mots. Ainsi fait Poujade, qui cite Joanovici en exemple du comportement des juifs sous l'occupation, au lieu de reconnaître qu'il y eut alors. d'une part les collabos, traîtres et profiteurs, avec à leur tête les c aryens :. Pétain, ~aval, Doriot et consorts - et d'autre part l'immense ma- Ce que Poujade écrit ...

( La France est un pays hospitalier.

Jusqu'à l'excês... Si je m'appelai Lévy ( j'irais) travailler de mzs muin~ ... en Isràël, au lieu à'intenter des proc~s aux gens qui m'hébergent Il. (La France est) « sucée par une banàe de vampires àe haut vol qui va àes Kas- 21ereit aux Rotschilà, en passant par les Bleustein et les Menàès. Des valets politiques aux maîtres banquiers, ils trustent banques et granàs magasins, Bourse et Supermarchés )). « Bien symbolique àe leur comportement est le cas de Rotchild, dont la tortune s'est constituée en spéCUlant à la Bourse sur le désastre àe Waterloo, et qui rêgne aujourd'hut-... )). jorité des Français, résistants, ou pour le moins antinazis, sans distinction 'de confessions ou d'origines'. De même, 011 ne peut nier qu'il y a des banquiers de religion ou d'origine juive, mais ils n'ont pas fait fortune d'une autre façon que les banquiers catholiques, protestants ou libres~penseurs. Et s'il se trouve des hommes politiques de religion ou d'origine juive dans la plupart des partis, leur choix n'est conditionné - comme pour tous les autres - que par le contexte économique et social dans lequel ils vivent. Mais Poujade - qui n'a rien inventé - ne s'en prend aux « vampires ~ , a1,lx trusts, aux « valets politiques », aux « bradeurs », etc. qu'en' lem accolant l'épithète, à ses yeux péjorâtive de cc juifs ». Comme si l'appartenance sociale, le civisme, le patriotisme, l'honnêteté d'un citoyen, ce qu'il apporte à la nation, pouvaient être fonction des convictions religieuses qu'il professe ou que ses ancêtres 0nt professées ! OU SONT LES PROVOCATEURS ? Mais Poujade en est encore là ! Et selon la dialectique éprouvée de l'amalg- ame et des représailles collectives, il entend justifier par ce grossier menson?; e les persécutions contre tous les juifs. Le raisonnement serait exactement le même si 1'011 den~andait la condamnation de._. tous les habitants de SaintCéré, sous prétexte que Poujade a sa maison dans cette channante localité_ « En France même. écrit-il le 22 décembre, si un iour se lève la va.que d'an_ tisémitisme QUE CES MESSIEURS CHERCHENT A PROVOQUER, qui sera perséwté l'Encore le petit boutiquier du IX· Ott du Ive » ... Déjà, le I6 Juin, il:.lunonçait II: le si.qne avant-coureflr de l'o1lraga.n » et menaçait: r. ... A ce mOlnent~ld,·.c.rois-tIlOi, petite. Rébecca on petit Abraham, qUG11d il y aura le re, tOlU' de flamme. tu n'auras pas besoi" de chercher tf!S qrands di.qnitaires qui l'auront provoqué » ... . Pour lui, la cause de l'antisémitisme, ce sont les juifs eux-mêmes, qui ont le tort d'exister, et c'est notre Mouvement qui est II: provocateur » dans la mesure Ott il joue son rôle de vigilance active. UNE AIDE NON NEGLIGEABLE En fait, l'antisémitisme, comme toutes les formes de racisme, a pour objet - ou pour conséquence, ce qui revient pratiquement au même - de poser faussement les vrais problèmes. Les vrais problèmes. que l'on peut apprécier diverse- - ment, mais qu'on ne peut nier, c'es.t qu'il y a effectivement de riches banquiers et des gens modestes, que la condition économique de ces derniers ne cesse de se dégrader, que la g'Ùerre d'Algérie continue, que la tension internationale est inquiétante ... C'est le j'ôle des partis et des hommes politiques d'expliquer les rapports entre tous ces aspects de la situation et de proposer des solutions pour y rem'édier. Mais si l'on « explique 1 tout ce qui ne va pas en substituant de prétendues oppositiolfS de races ou de reli~ gions aux réels conflits sociaux, économiques ou politiques, c'est à coup sûr pour tromper les naïfs à qui l'on s'adresse. A qui cela profite-t-il ? A ceux, bien sûr, Qui portent véritablement la responsabilité des maux que l'on dénonce_ Et dans le cas présent on peut affirmer qu'en désignant « le juif » comme bouc émissaire, Poujade rend un service non négligeable à tous les vrais responsables de la guerre qui continue, des difficultés des petites gens, de la tension internationale. Il le niera, certes. Mais la solidarité n'est-elle pas plus étroite entre Poujade et tel banquier juif, oppOsé à la négociation en Algérie, qu'entre ce dernier et un démocrate d'origine juive matraqué lors de la manifestation du I9 décembre ? C'est cela Que l'antisémitisme tend à camoufler. Enfin. présenter le reg111le actuel comme l'émanation et le défenseur des juifs (alor~ Que les racistes de l'O.A.S. déploient si aisément leurs activités et que d'odieuses excitations antisémites s'étalent impunément sur toute la première page de « Fraternité Française ») n'est-ce ]li!,S une façon de masQuer les racines réelles des maux dont souffre le pays ? Devons-nous voir là l'explication de l'audace manifestée par Poujade et de la facilité avec laquelle il peut poursui. vrp. se.~ menées ? A. L. ... •• Qu'il sache, en tout cas, Que l'opinion n'est pas prête à se laisser prendre à de tels pièg:es. Et que dans le procès Qui lui est mtenté, il n'aura pas seulement en face de lui « les juifs » ou méme le M.R.A.P. : car la lutte antiraciste est l'affaire de tous 1r-s démocrates, de tous les républicains - c'est-à-dire cie la masse immense des Français. Ils ne laisseront pas s'intaurer chez nous les mOEurs que l'occupant nazi a vainement tenté de nous imposer. De ces tenLati ves, il ne reste rJl\llIl rien. Le Président Rouet, en ouvrant ·(eH débats, souligne que ies trois hark.l!l ~ trouvaient hors de leur secteur et n'éta.lent chargés d'aucune mission. . il ressort en outre du. dossier que' .'ru. c,herchaient du « kif », c'était uniqWlnlf'nt. pour leur usage personnel. Me. Manville et Dymenstajn, déstgneg par le M.R.A.P., assistent les victimes, M;M. Dana, Nabets, Nakache, conJoinoement avec M" Rosenthal et RoseIlID.NlXl. Les uns et les autres souligneront les .iUJ.omalies du dossier. D'abord le fait que l'on ait refuse "fil qualifier de tentative àe meurtre l'!!.üte des agresseurs, et qu'ils comparaissent en correctionnelle, non aux Assises , mais les conclusions déposées par M ' e.€)· senthal ne sont pas retenues. M' Dymenstajn rappelle que le bug».· dier Ben Bernou, qui faisait le guet .je· vant la porte, a « disparu )), et l'adresse que l'on a donnée de lui est celle de la. D.S.T. à Alger. Quant li Chebab, mis ev liberté provisoire, 11 a obtenu l'autonBl!r tion de partir en Algérie - que l'on d0nne si difficilement aux avocats ! - 0t ne s'est pas présenté au TribunaL Notoe ami regrette aussi que les injures oo.ti· juives n'aient pas été retenues dans l'",ot~ d'accusation. En fait, le problème posé est celui Li.e.~ harkis, cette formation créée pour mener la répression contre les Algériens, roorn·· tée dans des conditions insolites, usant de méthodes déjà dénoncées li maintt-',s occasions. Le président relève dès le ,'lé-. but « les infractions à la discipline .. ~r. la conception très particulière de la te IRgltime défense ) dont témoigne l'affatl'(~ Il s'indigne que (c l'on confie des arme.$ à àe tels jeunes gens sans savoir ce q!lw's en feront )). M' Rosenthal note que les harkis, (C ,tan~ cette guerre fratricide accelJtent de jouer un rôle doublement fratricide »), et que III. seule circonstance atténuante avancée !;)8r les coupables, c'est qu'un de leurs coJ· lègues avait tué un homme à bout 001: tant sans être du tout inquiété. 'W,nfin, M' Manville (que le Substitut ':'JIiMie en vain d'interrompre) soulilme 13 "esponsabilité au moins morale du pr(:"let. rte Police. dont déoendAnt les h1ll'lds. et qui a publié un communiqué tendant il Justifier en partie les inculpés. DemM dant un châtiment exemplaire, il souligne-. « Si l'on pouvait penser que lorsqu'on por te un uniforme, on peut faire ce qu'Ott veut, alors la porte est ouverte à la g!lP.t'. re civile ". Après une brève intervention du sUI:UItltut, demandant simplement « l'apprù*, tian de la loi ), Me Camille Gay plaide !/ln faveur de Barkat. Jugement le 16• féVTI.el" D'AUTRES L'ONT DEJA DIT • •• • 1 « Un juif ne peut pas être un compatriote » (Program me du parti nazi), « Les juifs ne sont tolérables dons la société qu'à dose homéopathique » (Xavier Vallot, dans • Paris-Soir ., 1941). « Le juif, reconnu en tant que race inassimilable sera considéré comme un étranger. et comme tel recensé ... » ( .. Âff Pilori », 11 octobre 1940). « Vous êtes des juifs, et un juif n'est pas un Fronçai s. Un juif est un juif, comme un chien est un chien ,. (Le Rél"eil du Peuple, 8 novembre 1940). « Les Chinois comme les juifs ont le droit de vivre, m ois chez eux, en Chine, ou en Palestine JO ( La Communauté Na. tionale », 1 S avril 1942J. « La Fronce, sous l'hypocrite prétexte de maintenir une tradition de bon accueil est dèvenue le dépotoir du monde .) CDarquier de Pellepoix, futur commissaire aux questions juives, au Conseil municipal de Paris, 4 juin 1936). « Ce sont des rapaces, des vautours, des corbeaux » . Il fout « interdire à tous les juifs les fonctions où leur rôle est le plus dangereux: presse, radio, enseignement, justice, armée » ... (Charte anti-judéo-maçonnique, cc Le Réveil du Peuple ., lS novembre 1940). « L'économie, les rouages essentiels de l'Etat, la presse, les professions libérales, en un mot tous les secteurs importa"' t~ de l'activite nationale sont envahis par les juifs» (cc Lo Libre Pa role, 1 er mars 1936). . " L'emprise juive sur 10 Fronce est clairement démontrée JO (cc Au Pilori ", 11 septembre 1941). « Judos règne sur nos malheurs, établit sont empire sur nos ruines, et prend possession de notre Potrie c. . . Le vérita ble coupable est le juif, rien que le juif » (cc La Libre Parole 10,1 S juin 1936). « L'éducation nationale, la politique religieuse, l'intég ri té de notre empire colonial, la solidité même de la famille française, ont été et sont encore fortement infuencées par l'intervent ion des juifs " (Oorquier de Pelle poix, au Conseil Municipal de Paris, 4 juin 1936). « Par le gigantesque vol que constitue la Bourse, Rotschild, l'émigré de Francfort, est devenu roi de Fronce » (t« le Révei' du Peuple », 8 novembre 1940). (A suivre) 5 ----- ou ALLONS-NOUS •• ~ou l èvement armé du ghetto, chose adl11ise par les lois militaires ». Le reste des juifs est mort de typhus. de la sous-alimentation et à la sui te du bomhanlellient, par les Alliés, des ({ entrepôts allemands O de " ivres ». N a vu beaucoup de choses. On croyait avoir tout vu. C'était mal connaitre les revanchards allemands et ceux de tous les pays. Ministre fédéral a déclaré il Bonn qu'il s'agissait d'un acte isolé qui ne sc reprodui rait pas. Ce qui est curieux, c'est que. dans le même numéro de son journal, on trouve une série d'informations ayant pour but de discréditer le procès Eichmann

on met en doute l'authenticité cie sa personne

et on insinue que celui qui est à r érusalem n'est (Ju'un figurant. Il y a pire: on prétend qu'Eichmann est d'origine juive ! Nous voulons bien le croire_ Mais il y a les déclarations dn Général Lall111lerding, la condamnation par le bulletin officiel de Bonn du livre de W. Shirer qui fait le tour du monde et qui devrait faire penser et réfléchir tous les. rési stants antifascistes et, enfin, il y a l'affaire de Quand l':1mnistie a été votée en France, elle devait avoir une contre-parti e : la défense légale de la Résistance - (Jui fut la conscience franGaise - par les Pou voi rs Publics, par l'Assemblée issue de la .Résistance, par les gouvernements qui, à l'occasion, s'appuient sur elle. En France, rien n'a été fait ; il y a quelques années, l'acquittement de 11aurice Bardèche, après bien d'autres scandales, nous montrait que cette contrepartie n'existait pas, En Allemagne, aujourd'hui, on est allé beaucoup plus loin et c'est logique. On croit rêver et pourtant c 'est la réalité. Voici. dans sa simplicité, la dépêche transmise par l'A.F.P. : « Le Consul de Yougoslavie à Munich poursuivi pour avoir organisé l'exécution de soldats allemands ... » PAR PIERRE"BLOCH Ancien Ministre Le procès Eichmann a provoqué, dans les milieux fascistes, un extrême embarras et aussi beaucoup d'inquiétudes. La presse antisémite a essayé 1'[,r tom les moyens de réduire la portée de ce procès. Globke et de ses amis anciens nazis qui sont dans l'entourage du 1)1' Adenauer. A tous ces symptô111e~, il faut ajouter la publicat ion en France même, par un journal pour les jeunes, d'un récit exaltant sur les combats des S.S. Tout ceci tend à prouver que l'on s'efforce, dans certains milieux, de faire oublier les crimes du passé. Nous y voilà. Des partisans et des résistants sont poursuivis en République Fédérale Allemande pour des actes de résistance pendant la seconde guerre mondiale. L'Allemagne Fédérale poursuit des résistants, alors que son Gouvernement est accusé d'avoir, clans son sein, d'anciens nazis qui occupent des postes de premier p1;\I1. clans des org-anismes dirigeants du pays. Le Deu,fschf! .\ oldlif.'/1 /..cilllllg, porte-parole et organe des anciens combattants de la dernière guerre, journal revanchard, consacre son action à innocenter les agissements criminels de la guerre. Une grande partie de sa documentation « tend à disculper l'AlI emagne ». « Le procès Eichmann va enflammer l'antisémitisme », affirme un autre ex~nazi. Mais la palme est détenue. clans cc concert, par tlll nazi, Adrien Arcand, réfugié au Canada, qui érrit froidement « Il n'y a eu que 600.000 juifs tués pendant la guerre, dont 300.000 à Varsovie, lors du Tel est le bilan, seize ans après. Devons-nous penser que le sacrifice de nos morts a été inutile ? r.es survivants ne peuvent le croire.

l\Iais, alors, le redressement est indispensable et,

en premier li eu, l'Allemagne doit nous dire si, oui ou non, elle entend continuer les affaire Grabovac ou T .am'lllerding·. Nous attendons POUl- juger. :'Irais nous savons (lue la campagne actuelle tend à montrer que l'année allemande a. elle aussi. été victime ne crimes de guerre. De quoi ri re ! C'est beaucoup. Tl y a donc une aHai re V racaric et Grabovac, Le LETTRE DE LONDRES En Grande-Bretagne, le «venl' du changement» n'a pas emporté les préjugés et les discriminations P OUR la sep~ième fois, M. Fenner Brockway, député travailli'tse, vient de !pl'ésenter au Parlement britannique un projet de loi condamnant la discrimination et l'incitation à la haine raciales. Plusieurs autres députés conservateurs et libéraux, appuient maintenant ce texte. En le défendant, M. Brockway 11 fait allusion au projet de loi sur 'les Jmmigranls, actuellement en discussion lui aussi, et dont la tendance raciste (il vise à restreindre l'entrée en Angleterre de travailleurs du Commonwealth) a souligné de nombreuess protestations, dans le pays comme à l' étré1.ng- er. (1) « Jc reconnais, a-t-il ajouté, qu'on ne saurait mettre fin à la discrimination racialc par voic législative. » Certes . . Derrière la bataille juri{Ïique et politique qui se livre à Westminster, se cache une problème humain. Quels sont les préjugés. les forces sociales qui cimentent les murs de la haine? Quelles sont les forces qui les jetteront à bas? « Pas de personne de couleur }) ... Les faits. comme toujours, nous répon · dent. Principalement venus dans le pays il. l'occasiQn des deux guerres mondiales (2), employés da.ns l'industrie ou les forces armées, étudiants aussi, les « gens de couleur » r eprésentent aujourd'hui « une personnc sur deux cents » (3) en GrandeBretagne. Les Antillais, par exemple, (Jamaïcains en particulier) sont souvent serveurs dan ~ les cafés, poinçonneurs de billet dans le métro, receveurs d'autobus. EtendMlt ses recherches aux hôpitaux, aux grands ma· gasins, aux bureaux, Mervyn Jones écrit. dans une enquête de l' « Observer » (février /mars 1961): « C'est l'emploi qualifié, cclui qui signifie rang social et ar· gent, qui est la véritable pierre de touche de l'égalité. Aux ycux de la plupart de, Anglais... c'est à de tels emplois que Ics lens de couleur, par définition, sont inap tes. » Ayant ainsi souligné le fondement économique du racisme, le journaliste en dévoile un autre aspect - à propos du logement : Les Antillais en quête d'un toit dépendent beaucoup des Mlnonces, tant pour les chambres que pour les appartements. Or les annonces stipulenl, fréquemment: « pas de personne de couleur », ou exigent un locataire « blanc ». « britannique », « anglais » ou « européen ». Dans les autres cas, diverses autres restrictions: « hommes d'affaires », « couple distingué », constituent - sur le plan professionnel ou psychologique - de nouveaux obstacles. L'achat de maisons - « celles dont pero ERRATUM Dans la liste des annonceurs du programme de notre gola, publiée dons le dernier numéro de « Droit et Liberté », une ligne a malencontreusement « sauté l lors de la mise en page. De ce fait, une firme n'c. pas été citée : la Maison SONBEL (Bonneterie pour enfants). Nous nous en excusons vivement. sonne d'autre ne veut » - par des « coloured people », donne souvent lieu à des spéculations éhontées de la part des pro· prét::IIires blancs. De même, la soUS-IOCR tion d'appartements. Dans ce dernier cas, les contrats de logement contiennent fréquemment des clauses discriminatoires. Antillais et Anglais, d'après l'auteur, ne fréquentent pas les mêmes cafés, ni les mêmes clubs de la banlieue londonnienne. Et l'::IIuteur de déplorer ce qu'il appelle « une coexistence froide )), la perte d'un certahl esprit de bon voisinage de la part des Anglais. Que reproche-t-on aux Antillais? » ... C'est simple », écrit-il, « il y en a trop. » Personne, d'ailleurs, ne conteste que la misère, le manque de tr3!vail qu~ sévit dans le pays natal, ne soit la cause d l' cet afflux. Les « ,amis d' Eichmann » '" Mais les Antillais ne sont pas seuls en cause. Lorsqu'en mars 1961, M. Nehru rendit visite à l'Université d'Edimbourg. celle qui, de toutes les universités de Grande-Bretagne, contient lai plus forte proportion d'étudiants d'outre-mer, !' « Observer » put écrire que, dans une ville où les étudiants affrontent une crise du logement chronique, « plus de 50 % de logeuses ('Il garni » refusaient les étudiants de couleur. et que ceux-ci devaien 0 parfois payer des loyers « que d'autres n ~ tolèreraient point » L'antisémitisme, enfin, peut alUssi se manifester - dans le domaine scolaire par exemple. Le {( Sunday Times » du 11 juin 1961 révélait l'existence, dans un certain nombre d'écoles privées londoniennes, d'un « numerus clausus » plus ou moins tacite, justifié par des considérations sur « l'esprit chrétien de l'école ), et fixant à une certalin niveau la propor· tion d'élèves juifs. Mrs Laura Grimond, épouse du leader du Parti L1!;1éral, s'est - d'après la même source - portée garante de la véracité des faits. La concurrence économique, la crise du logement et lai spéculation qui en résulte, le préjugé religieux - à ces facteurs favorisant objectivement le racisme, s'en ajoute un autre : l'action des émules de sir Oswald Mosley. L' « Observer » du 11 juin 1961 rapporte les faits suivants. Inaugurant un ~ exposition. organisée par un group emen ~ belge (4), sur lai vie dans les camps de concentration nazis, le Lord Maire 1;: Coventry s'est entendu, lui et ses « amh juifs puants », menacer au téléphonf! par un inconnu qui a conclu: « Les amis d'Eichmann. Sieg Eichmann. » PréCIsions: la police était au courant. Le Prévôt de la cathédrale de Coventry ayant demandé à tous les chrétiens de boycotter « cettc cxposition d'amertume », le Lord Maire soulIgna que l'expo· sition ne visait pas « une nation déterminée, mais une philosophie mauvaise - et l'inhumanité de l'homme pour l'homme dans le monde entier. » (5) Un élan de fra t e rnité Il serait dangereux, cependant, de pousser le tableau au noir. La tradition de Locke et de son « Essai sur la Tolérance », celle de Wilberforce et de sa lutte contre la traite des noirs se perpétuent aujourd'hui - dans les larges masses du peuple anglais. Les massacres de Sharpeville, en Afrique du Sud, avaient suscité une grande manifestation silencieuse en plein centre de Londres, à Trafalgar Square. Les manifestations de racisme en Angleterre même, lors des incidents de Notting Hill ou, plus récemment, de Middlesborough, ont soulevé la réprobation des milieux les plus divers. Maintes « Lettres au Rédacteur en Chef » - cette façon typique du lecteur anglais de dialoguer , voire de polémiquer avec son journ311 - en témoignent. Lorsque Mervyn Jones . dans son enquête sur les « gens de couleur », montra les difficultés rencontré~ par ceux-ci sur le marché du travaiL l' « Observer » reçut de nombreuses offres d'emploi pour non-blancs, dans les branches les plus diverses. Cet élan a soulevé l'opinion contre le « Commonwealth Immmigrants Bill » et amené le gouvernement à envisager des amendements à. ce texte ; il n'est pas étranger non plUS au fait que le projet de loi Brockway, d'inspiration antiraciste trouve pour la première fois l'appui de membres influents des trot" grands partis politiques anglais. Il faut faire confiance à l'écrasante ma· jorité de la nation anglaise, à ses forces saines. C'est-à-dire, faire confiance il leur lutte vigilante. J . R. ( 1) Le prOblème peut aussi concernee les « blancs» : immigrants irlandais (d1i1 Sud), travailleurs italiens de Bradford., etc ... (2) In « Le Racisme devant la Scien· cc », cf Kenneth Little: « Race et Société » (UNESCO/Gallimard, Paris, 1960) . (3) « The Observer », 26 février 1961. (4) L'Association des Amis des Camps. (5) Invités à l'inauguration, les ambassadeurs d'Allemagne et de !Belgique li Londres ne sont pas venus ; par contre .. l'ambassadeur de Pologne était présent. LETTRE DE JERUSALEM (Suite de la page 12) sortant, je rencontre le jeune journaliste d'Amsterdam, Jan Voskuils, je le vois écrasé : « Dans le comportement d'Eichmann, me dit-il, nous voyons mieux encore jusqu'où est allé le nazisme, ce qu'il a pu faire d'un homme... ». Il faut qu'on sache C'est cela qui a été jugé ici. Il faut qu'on sache désormais que tout homme, où que ce soit, qui servirait un tel régime, paiera ses crimes de sa vie. Et s'il n'en est pas ainsi, la civilisation disparaî· tra : le nazisme est un recul vers une époque plus sauvage que celle des cavernes. Cela fut dit à Jérusalem, Cela fut dit avec insistance par le Procureur Hausner alors qu'il requérait la peine ca· pitale pour Adolf Eichmann, serviteur dévoué et enthousiaste du nazisme. S'il n'est pas condamné à mort, dit en substance le Procureur, alors, la loi n'est pas loi, et le procès même n'aurait été qu'une mise en scène juridique. Evidemment, dit-il encore, même la mort ne saurait racheter la vie d'un seul enfant ; mais ne pas le punir de mort, serait offenser la mémoire de tous les enfants tués. Pendant tout son réquiSitOire, Hausner parla sobrement, sans même désigner du doigt l'accusé : « Par les horreurs qu'il a perpétrées, il s'est lui-même mis au banc de l 'humanité. Homme il est né, mais il a vécu comme une panthère dans la jungle. Il a collaboré à d'effroyables crimes qui ont effacé de son visage toute ressemblance humaine. Il y a en effet des actes qui placent ceux qui les commettent en dehors du genre humain, des actes qu'on ne rencontre qu'au delà des frontières qui Séparent l'Jwmme de la brute. Adolf Eichmann a franchi cette frontière ». Cette définition: cet avertissement s'appl'iquent à tous les antisémites. à tous les racistes qui rêvent de nouveaux jours crématoires. Le tragique bilan L'extermination de six millions de juifs est une perte pour toute l'humanité, a souligné le Procureu.' général : {( Qui pourra jamais évaluer le nombre des hommes exceptionnels, des hommes de génie qui sont morts ). ? Et à nouveau, il semblait qu'un écho de six millions de voix reprenait les paroles de l'accusateur : Qui pourra compter les Anne Franck, jetées dans les fosses communes de Bergen Belsen ? et les Anilevitch, les jeunes héros du "hetto de Varsovie ? et les Itzhak Katzenebon, les poètes nés pour chanter les joies de la vie. réduits en cendre et jetés s.ur l'orcire d'un Eichmann dans les eaux des rivières... mais jamais dans l'oubli ? C'est pour toutes ces lumières éteintes, pour toutes les vies non vécues, pour tous les yeux qui se sont fennés aux beautés du monde et tous les coeurs aux joies humaines, qu'on demande compte aujourd'hui à Jérusalem. Et Guedéon Hausner répète les parOles du poète Bialik : « Sa· tan même n'a pas inventé encore de châtiment pour la mort d'un enfant ». Douze minutes Pendant ce réquiSitOire, ceux qui n'é· taient pas dans la salle étaient penchés, dans tout le pays, vers les postes de ra· dio qui transmettent depuis le premier jour tout ce qui se passe dans le Tribumil. Si on était dans la rue, on entrait écouter dans un café, ou . on s'approchait d'une voiture ayant un poste émetteur La sentence, tout le monde la connaissait

La main de la Justice mettra fin à

la misérable existence d'un de~ plus Ler_ ribles bourreaux des juifs, des plus féro· ces ennemis de l'humanité tout entiere. Cette main ne tremblera pas. Les derniers instants de ce grand évé· nement furent dramcltiques. La 121' ses· sion du Tribunal ne dura que 12 minutes pour la lecture du verdict. Les juifs ont eu de tout temps 'lorreur de verser le sang ; mais laisser en vie un tel malfaiteur serait défier toute notion de justice. La salle était archicomble. On sentait une I5rande nervosité. L'inculpé écouta le verdict debout. il le droit de faire appel. Mais nous savons que justice sera faite à Jérusalem.


6

L'indispensable combat antiraciste J AMAIS encore n'est apparu de manière plus éclatante combien le M.R.A.P. avait eu raison, dès sa fondation , de se donner comme but de lutter contre le racisme, contre l'antisémitisme et pour la paix. Toute l'hi stoire de l'Allemagne hitlérienne avait déjà montré que la théorie de « la race des seigneurs » abouti ssa it il considérer et ;l traiter - ;l\'ant de les détruire - comme des « soushommes » les juifs et les communistes dans un premier stade, les sociaux-démocrates, les catholiques et tous les opposants à Hitler dans un second stade pour finir par le déclenchement d'une guerre monùiale qui allait fail'e plus dc cinquante millions de- victimes. L'Algérie est le second exemple de l'ench;ttnement fatal du racisme ct de la guerrc. « L'Algérie française » 0 C'est un mensonge qui a eu cours pendant longtemps et que les communistes ont toujOU1' S rcpoussé. Des millions (Ic- nos compatr iotes y ont cru - ct le plus souvent de bonnc fo i. Or. si l'Alg-éric avait été la Francc, pourquoi ;'l Alger un gouverneur général. U11e Assemblée algéfF~ rnand PGRENIER 1 L Anciell Jtfillislre --- rienne. un régimc municipal très di fférent clu nôtre. une monnaic parti cul ière ? Pourquoi ce régimc élcctoral spécial dit des deux collèges - le miflion cl'Européens étant l'eprésenté par 1.1 députés il l'Assemblée nationale et les 9 millions de musulmans par ... ] .; députés également ? Air!si. devant la loi, en Algéric. un Européen valait 9 lllusulmans. N'étaitcc pas déjà une sorte de racisme ? Racisltlc cncore de fait quc cette déclaration du maréchal Bugeaud ,l la Chambre dcs Députés. le 14 mai 1S-1-0. dix ans après la conquête : « ['al·tout où il v aura de bonnes eaux et des ter res iert iles. c'est là qu'il faut placel' les colons salis s'illformer à qui appartiennenl les terres. En outre. l'ordonnance rovale leur assurera des armes ct dcs ' 111unitions pou r sc défendre. » Le sièclc qui sui\' it ré;disa les perspectives du maréchal. Sur 21 millions d'hectares, le recensement agricole de 19.10-.11 n'attribue que 7.133.000 hectares aux 1\ 19-ériem 111USll1m;\ns soit le tie}"'; des ter res pour une population neuf fois plus nombreuse que les E uropéens! Les 8/ IO" de la population musulmane, avaient. ainsi été refoulés sur les terres arides des Hauts-Plateaux et du Sud algérien. Que nO\lS n'exagérons nen. nous en trouvons la confirmation chez MonseiglleUl- Mercier, évêq ue du Sahara, qui écrivait dans « Témoignage Chl'étien » du 2S févrie;- 1955 : ' « Est-il possible de traduire par des chiffres le niveau effroyablemerl't bas des populations ? En Algérie du Nord, des statistiques établissent que So % des familles musulmanes n'ont que IS.000 francs de revenu par an .. . ». J'ajouterai encore que si tous les enfants algériens d'ori):ône européenne étaient scolarisés. par contre 9 enfants musulmans sur JO étaient abandonnés à la rue. Arrêtons ];\ le tabl eau sini stre des réalités algéricnnes et posons-nous la question

pourquoi la majorité des Européens

a -t-elle accepté que des gens qui vi\"aient dans le mêmc pays soient la issés dans un tel dénuement et traités en parias dans leur patrie ? C'est que « le bicot ». « le raton » étaient considél'és comme des êtres inférieurs et on trou vait toutes sortes « d'explications » à leur mi sère : ils sont sales. ils sont fainéants, etc. Qu'est cela, si non du rac isme ? Et la ~Y u erre est ven uc pour l'indépendance et qui vient d'entrer dans sa S' annéc. fautc d'avo ir compri s dès le début ce que 110US préconisions : la négociation. sui te d'avoir ajouté foi ;l deux mensonges comme «' la poignée de rehelles » et « le dcrnier quart d'hcurc ». Le G.l'.R.A. a 111aintes fois décla ré que les Algériens' d'originc curopéenne auraient les mêmes droits que ceux d'origine musulmane. Pourquoi les ultras de la colonisation ne l'acceptent-i ls pas ? C'est qu' ils voudraient continuer à dominer. à avoir des droits supérieurs aux lllusulman'. C'cst encore du racisme. Un racisme aussi fé roce que celui de l'hitlérisme - les bandits de l'O .A.S. Je démontrent chaque jour. Tl~ ont leurs tueur, - les S.S. 1962 - et leUl's plastiqueurs largement payés - COll1llle l'étaient les hande~ de la croix gammée il y a trente ans. S'ils imposaient la loi chez nous. ce serait une guerre d'Algérie interminable! nent prolongée pour l'impossible mythe de « l'Algérie française », la destmction des libertés. la chasse aux juifs. aux communistes. aux démocrates .. Heureusement - notrc peuplc n'est pas à genoux. Il doit cependant faire preu\"c d'une extrême vigilance. Qu'un tribunal mil itaire vienne d'acquittel' trois officiers français ayant tol'turé une femme musulmane jusqu'à la mort et alors quc le doss ier contre eux était accablant. cela montre que la gangrène a pénétré maints cach'es de l'armée et de la police. La seule sauvegarde de la France. c'est l'union et l'action de tous ceux qui entendent - comme en février J9~4 - em'pêcher le fascisme de passer. . La lutte contre l'O.A.S. rejoint a in si tout naturellement le combat pour la paix en Algérie. Le M.R.A.P. tient SOI1 secteur du front cie bataille. Nous ne pouvons qu'être solidaires avec lui et l'encouragel' il continuer sa généreusc activ ité. FAI RE 19 décembre: Les r une date qui comptera dans l'histoire des luttes antifascistes en France. Pour eette journée d'action contre l'O.A.S. et pour la paix en Algérie par la négociation, les syndicats C.G.T., C,F.T.C" ainsi que la Fédération de l'Education Nationale, l'U.N.E.F. et dans certains cas la C.G.T.-F.O. avaient appelé à un arrêt de travail de 11 heures à 11 h. 15, auquel s'associaient notamment le Parti Communiste Français, la S.F.I.O. , le lVi.R.P., l'U.D.S.R., le P.S,U, et de nombreux groupements. Des millions de travailleurs y ont participé, dans la France entière. O N croyait la bête 11101'1 moins, sérieusement al voici qu'elle se redre agressive que jamais. La guerre d'Algérie, qui vi trer dans sa huitième année seulement, comme tout conflil son lot de misères, de destru blessés, de morts; en souffla cendre encore chaude du ra du nationalisme, elle a raUur de la haine raciale et de la xé au coeur de trop de Français. A Paris, outre la C.G.T" la C.F.T.C. et l'U.N .E.F ., plus de quarante org'anisations et partis appelaient à une manifestation à 18 h. 30. de la Bastille à l'Hôtel de Ville. Le M.R.A.P, figurait parmi ces organisations, et ses militants ont été nombreux à participer à la puissante manifestation parisienne, comme à celles Certes, l'européen d'Alg( jamais vrai ment aimé le m l'ouvrier de France, comme bourgeois ne sympathisait gt le « bicot », mais il s'agissait de haine et en tout cas, celle· guère généra lisée et pas du t tutionnalisée comme elle l'es d'hui. qui se sont déroulées dans de multiples villes de province. Entre autres banderoles, largement déployées, on remarquait en maints endroits celles qui condamnaient II' racisme, comme le montre la photo ci-contre, prise boulevard Beaumarchais. En dépit de l'interdiction préfectorale et des violences de la police particulièrement révoltantes dans le quartier SaintPaul, les antifascistes, au nombre de 100.000 dans les rues cie la capitale, ont exprimé avec foree et résolution leur ,olonté de faire éehee aux menées factieuses et d'imposer la paix. Le racisme avait reculé er L'affaire Dreyfus semblait loit guerre mondiale, l'occupatiG l'effroyable hécatombe du pel le visage hideux de Goebbels, niers d 'Hitler, la résistance dl tes français, tout cela avait ( à extirper de notre sol le rai ------------------------------------------- FRANCE Hélas! la guerre d'Algérie e Par un phénomène curieux, ' que naissaient et se dével avec cent ans de retard sur les nationalismes africains, le lisme français reprenait vie. 0 Maurras mort. La guerre d'A ressuscite. Ou plutôt, il dor sance à des rejetons exc croient compenser la perte de français par un retour aux p du passé, en ramenant sur leu cette déviation du patriotisme nationalisme exacerbé. 1962 E N six mois, le visage de Paris s'est affreu5ement altéré par sa capitale, témoigne du mal qui la ronge. la nation, Le processus de dégradation suit, en métropole, le chemin déjà parcouru en Algérie. Après le camp de concentration et la ségrégCJtion, après l'attentat au plastic, voici venu l'assassinat méthodique des militants. Avoir permis par une incroyable [a iblesse que sûient utilisées contre le pe uple a lgérien des méthodes de r épression d'origine nazie ouvrait néces airement au peuple fran çais un destin redoutable. En 1962, le climat politique en France rappelle celui de l'Allemagne de 1932. par Jacques MillERAND Un pouvoir débile, une armée perverti e, une police douteuse, un Pa rl ement croupion . les démocrates divisés ... Les grands corps de l'Etat s'a ffa issent, le racisme court la rue, J'O.A.S., par le rackel el l'a%assinat, ouvre la guerre civil e. Le monde é tonné voit la France, terre de liberté cl de progrès, patrie des Lettres c l des Arts, tomber au niveau d'un misérable Etat, incapable dc sauvegarder pour ses fils les valeurs éléme ntaires de la vic. Devant ce péri l extrême, il n'est pas possible que le peuple français ne se redresse pas de toute sa taillc et de toute sa force. Quand l'avenir est ouvcrt, le sociali s te le dispute au libéra l, le radica l au communis te; quand la liberlé est assurée, le catholique s'en prend au rationaliste e t le franc-maçon s'empoi· gne avec le curé. Mais hier, auand la bête nazie ravageai t les villés et les campagnes, le franc-maçon et le curé, le radical et le communiste, le socialiste et le libéral sc sont r etrouvés côte à côte sur le sol cle Péguy ct de Volta ire pour défen· dre la patrie de Jaurès et de Lacordai re. Aujourd'hui , que les hommes ct que toutes- les femmes a ttachés à la sauvegarde des libertés publiques et privées se retrouvent pour briser Hi tler renaissant, pour rendre la France à la Paix, au progrès et à la liberté! Plus que Jaulai (Suite de la page 1) bien même ils proclameraien t ouvertement leur accord avec l'O.A.S., organi sation reconn ue criminelle . Comment les ultras ne verraient-ils pas un encouragement quotidien dons cet état de choses ? Comment ne serai ent- ils pas oussi encouragés lorsque, dons les rues d'Oran ou Alger, ils peuvent se 1 ivrer impunément à de véritables pogromes et qu'au lieu de s'opposer à eux, les fa rces de l'ordre sév issent à leur tour cantre les musulmans qui protestent. Le fascisme qui est à nos portes s igni fier ait, s'i l triomphait, le déchaînement de la haine raciste et anti sémite. Qu'an ne s'y trompe pas : l'O.A.S., hé riti è re entre autres, de « Jeune Nation}) et du « Front National Français » leur a emprunté non seulement l'insigne de la croix ce ltique, non seulement ses nervis et ses chefs, teb que Sus ini , adjoint de Sa lan, ou Ortiz qui vient de lui faire allégeance, mois aussi l'idéologie hitlérienne. Et ses liaisons à l' étranger en font, de toute évidence, la branche française de l' inte rnationale néonazie. Aussi, plus que jama is, la lutte antira ciste est-elle aujourd'hui partie intégrante du grand combat cantre le fascism e, pour la démocratie, pour la paix. Et tous les républicains sont intéressés à ce que le front antiraciste - où nous avons des responsabilités particulières - soit tenu avec une inflexible résolution. Plus que jamais, nous avons donc le devoir de nOt tation de dénoncer e coupables, so ient mis Et, plus le racisme Après la g après la pl organ isatio manifestati Dax, de la se l le, aprè ~ tonts de t le M.R.A.P efforts en core cette C'est un rencontrent s . ..-- AI RE FACE , • 1 320RGANI (DONT LE bre: l'histoire des lutPour cette jouret pour la paix on, les syndicats Les rejetons de Maurras appellent à l'uniol contre la mel Sur l'initiative de la Ligue des Droits de tians, dont notre Mouvement, ont décidé de si! « Le5 Urganisations soussignées, la Fédération de E.F. et dans cerient appelé à un à 11 h . 15, auquel Parti Communiste . R.P. , l'U.D.S.R., pements. Des milparticillé, dans la , la C.F.T.C. et organisations et ifestation à 18 h. Ville. Le M.R.A.P. ions, et ses milirticiper à la puise, comme à celles e multiples villes gement déployées, qui condamnaient -contre, prise boudes violenees de la le quartier Saint.000 dans les r ues et résolution leur uses et d'imposer 1------- ON croyait la bête morte ou, du moins, sérieusement atteinte, et voici qu'e lle se redresse, plus agressive que jamais. La guerre d'Algérie, qui vient d'entrer dans sa huitième année, n'a pas seulement, eomme tout conflit, apporté son lot de misères, de destructIOns, de blessés, de morts; en soufflant sur la cendre encore chaude du racbme et du nationalisme, elle a rallumé le feu de la haine raciale et de la xénophobie au coeur de trop de Français. Certes, l'européen d'Algérie n'a jamais vraiment aimé le musulman, l'ouvrier de France, comme le bon bourgeois ne sympathisait guère avec le « bicot », mais il s'agissait rarement de haine et en tout cas, celle·ci n'était guère généralisée et pas du tout institutionnalisée comme elle l'est aujourd'hui. Le racisme avait reculé en France. L'affaire Dreyfus semblait lointaine. La guerre mondiale, l'occupation nazie, l'effroyable hécatombe du peuple juif, le visage hideux de Goebbels, les charniers d'Hitler, la résistance des patriotes français, tout cela avait contribué à extirper de notre sol le racisme. Hélas! la guerre d'Algérie est venue. Par un phénomène curieux, à mesure que naissaknt et se développaient, avec cent ans de retard sur l'Europe, les nationalismes africains, le nationalisme francais reprenait vie. On croyait Maurras mort. La guerre d'Algérie le ressuscite. Ou plutôt, il donne naissance à des rejetons excités qui croient compenser la perte dt! J'empire français par un retour aux poussières du passé, en ramenant sur leurs autels cette déviation du patriotisme qu'est le nationalisme exacerbé. Le colon ialisme ne veut pas disparaître. Le blanc tient à garder sous sa dépendance le noir, ou l'homme au teint basané et aux cheveux crépus. Quand il accepte enfin de lui donner son inclependance politique, dans la souffrance et presque toujours dans le sang, il veut encore lui rester supérÎCur au plan de la culture ou au plan économique, quand pour lui J'argent l'emporte, en définitive, sur toute autre considération. par Georges MONTARON Dir~eteur de « Témoignage Chrétien )) '--------------- Le racisme, qui est déjà à la base de la Constitution de la République Sud-Africaine, r isque d'entrer demain dans les institutions algériennes si le « partage » - l'apartheid - l'emporte sur la paix par la négociation. Alors, le colonialisme restera présent sur la terre a lgérienne, il con tinuera à occuper les terres riches; à côté de la République . Algérienne des cheveux crépus, la République Française du b lanc restera présente, étalant sous des regards affamés une opulence qu'elle croi t signe de progrès ct de paix. .. *. .. TOUT ceci est grave. Cela devient tragique quand le mal nous atteint tous, peu ou prou. Quand le Nord-Africain campe aux portes de Paris dans des bidonvilles, ces ghettos modernes, où les « gens bien » n'osent pénétrer, c'est déjà l'apartheid. Quand la police matraque l'Algérien, dans le métro, sous l'oeil étonné de l'ouvrier et de la secrétaire, mais sans qu'éclate le scandale, c'est que le racisme a déjà obscurci les consciences. Quand l'adolescent blanc de BabelOued chasse le « raton », c'es t qu'Hitler n'est pas mort. Cette situation, les hommes cie la subversion la connaissent. Ils s'en servent, comme ils se servent de la peur clu petit blanc c1'Algérie qui craint pour son avenir. Le racisme, c'est J'idéologie qu'on o/lre à ceux qui cherchent a protéger leurs intérêts, leurs égoïsmes. La haine de l'homme de couleur, c'est la passion qu'on excite pour entraîner à l'action ceux qui seraient tentés de rester chez eux. Mais quand la subversion s'adresse aux passions humaines, à la haine et à la violence, à l'orgueil et à l'égoïsme, quand elle a pour bases le racisme et le nationalisme, elle est très réellement un Fascisme et, logiquement, elle doit porter des fruits q ue l'histoire nous a appris à connaître: le camp de concentration avec ses fours crématoires et la guerre.

    • . ..

AINsr, quand nous lutton~ pour la paix ~f1 Algérie, nous combattons, non seulement pour la dignité du peuple algérien, mai.s aussi pour défendre l'honneur de notre pays. Celte guerre tue peut-ê tre moins de soldats français que les accidents ct'a uto, pour parler comme le Mini stre de la Guerre, mais elle s'attaque aux ~îmes et à J'âme même de la France, e lle rend possible l'inimaginable installation du fascisme en France. I l est temp., qu'elle cesse. « Dénoncent l'oction criminelle de l'O .A.~ inspirateurs, 'lui menace la vie de tou~ les cito' talres. « Elles estiment que, devant la multiplice nace tasciste que le. pouvoir~ constitués n'ont considérer comme mobilisés pour la défense d la Démocratie. « Elles souhaitent que l'action indispense r union sans exclusive de toutes les forces mo 10 démocratie. » Amis de l'Express; Association des Déportés, 1 nternés, Asscc iatian pOLIr la sauvega rde de! Centre d'entrainement aux métha, Cercle Bernard Lazare ; Club Jean Moulin ; Comité français du Cinéma pour Comité Maurice Audin ; Confédération générale du Travail Eclaireurs de Fronce ; Fédération Françoise des Assaciati Fédération nationale des Anciens d Fédération nationale des Francs e' Fédération nationale des libres-Pe Fédération nationale des Officiers Fédération unie des Auberges de Fédération sportive et gymnique d ligue d'Action pour le Rassembler ligue française pour la Défense dE ligue françaiSe de l'f:nseignement Maison Internationale des Jeunes Mouvement contre le Racisme, l'A Mouvement de libération ouvrière Syndicat général de l'Education na Syndicat national de l'Enseigneme Témoignages et Documents; Tourisme et Travail ; Union des' Etudiants juifs de Fran( Union nationale des Etudiants de Union des Vaillants et Vaillantes; Vérité et Liberté ; Vie nouvelle. Il c été aécidé par les organisations texte, que celui -ci se rait soumis aux parti. ques de jeunesse. s'est affreusement altéré la nation, u mal qui la ronge. su it, en métropole, le chemin le camp de concelntration et la sèg réic, voici venu l'assassinat méthodique 'in erna iona e néo· nazie niveau d'un misérable Etat, incapable de sauvegarder pour ses fils les val eurs élémentaires de la vie. Devant ce péril extrême, il n'es t pas possible que le peuple français ne se redresse pas de toute sa taille ct de toute sa f oree. Quand l'avenir est ouvert, le socialiste le dispute au libéral, le radical au communiste; quand la liberlé est élssurée, le catholique s'en prend au rationaliste et le franc-maçon s'empoi· gne avec le curé. Mais hier, ouand la bête nazie ravageait les villes et les campagnes, le franc-maçon et le curé, le radical et le communiste, le socialiste et le libéral se sont retrouvés côte à côte sur le sol de Péguy et de Voltaire pour défendre la patrie de Jaurès ct de Lacordaire. Aujourd'hui , que les hommes ct que toutes les fernmes attachés à la sauvegarde des libertés publiques et privées se retrouvent pour briser Hitler renaissant, pour rendre la France à la Paix, au progrès et à la liberté! Hel• onlal•S • •• UNION , • autres, de « Jeune Nation» et du « Front National Français » leur a emprunté non seulement l'insigne de la croix celtique, non seulement ses nervis et ses chefs, te/:' que Susini, adjoint de Solon, ou Ortiz qui vient de lui foire allégeance, mais aussi l' idéologie hitlérienne. Et ses liaisons à l'étranger en font, de toute évidence, la branche française de l'internationale néonazie. Aussi, plus que jamais, la lutte antiraciste est-elle aujourd'hui partie intégrante du grand combat contre le fascisme, pour la démocratie, pour la poix. Et tous les républicains sont intéressés à ce que le front antiraciste - où nous avons des respon sabilités particulières - soit tenu avec une inflexible résolution. Plus que jamais, nous avons donc le devoir de nous dresser contre toute manifestation de racisme et d'.:mtisémitisme, de dénoncer et d'isoler ceux qui s'en rendent coupables, d'agir avec vigueur pour qu'ils soient mis hors d'état de nuire. Et, plus que jamais, cette lutte contre le racisme et le fascisme requiert l' union. Après la gronde journée du 19 décembre, après la prise de position commune de 32 organisations diverses, après les récen tes manifestations unitaires de Toulouse et de Dax, de la Loire et de la Meurthe-et-Mase lle, après l'appel lancé par cent Résistonts de toutes appartenances politiques, le M.R.A.P. continuera pour sa port, les efforts en vue d'étendre, de renforcer encore cette uniOn indispensable et urgente. C'est un symptôme . réconfortant que se rencontrent dans les colonnes du présent Journal les signatures à la foi s du directeur de « Témoignage Chrétien », Georges MONTARON, de Jo,cques MITTERAND, de l'ancien ministre communiste Fernand GRENIER, de l'ancien ministre socialiste PIERRE-BLOCH, aux côtés de celles des dirigeants de notre Mouvement : les pré Sidents LYON-CAEN et Pierre PARAF, 'ot r.atre secrétaire général Charles PALANT. De telles rencontres sont le privilège d'un journal, d'un Mouvement comme !e nôtre. Elles reflètent l'unanimité qui se réalise en Fronce contre toutes les formes de racisme, et contre leur support commun

le fascisme, nourri par la guerre.

Unanimité qui s'exprimera avec une force sens précédent le 25 mors à l'U.N.E.S.C.O., ou cours de notre Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. L'ARRESTATION réci frontière, de ressort. ges qui transport tracts de l'O.A.S. a mis les liaisons de cette org: l'étranger. Une question écrite 1 Chambre belge a révélé nai fonctionnait un post. en relation avec le Q.G. è Baléares ; que des dépô sont constitués dans plus belges, servant de relais lemagne occidentale et 1: que le matériel de l'O.A prime en abondant) en Si l'O.A.S. bénéficie dE cilités, c'est parce qu'el les mêmes objectifs qut nisations, très influente par les ultra-colonialiste Le général Janssens, a de la Force Publique co créé' (justement à To « Cere'.c d'Etude et d'Ac'ion contre-revolutionnaire », autour duquel gra « J-:!unesses lTRtionales )) de Joly (l'amI d'Ortiz et de Challe), le « Mouve tion Civique» \M: .A.::;.), Ips « AmitIés Kztangaises », l'organisation flama Europa Kommanèos )), le « ConutE: d'Action et de Défense des Belges d'l Ces divels grollpements s'expriment 2 travers un hebdomadaire, « Nf qw~ 1), public2.tio~ offich.lle du M.A .C. Dans chaque numéro est encartée intitulée « Jaune Europe ». Sous le sigre dC' la crojx celtique (ersatz de la croix gammée, trop c tante) cet or2"ane Cl\1 hscisme internatiunal publie les communiqués de 1 cotés d'articl8s et d'informations fournis par les organisations néo-nazies Bretagne tMosley), d'Allemagn~, d'Autriche, de Suisse, d'Afrique du Sud, du Portugal, etc ... Ces articles tpmoignent de !a sympathie et du soutien que les fascisl les pays apportent à J'O.A.S. Ils annoncent notamment la constitution de Europ~ )J, en vue de la guerre L:I.ile on Prance. D'autres lif.i"ons sont assurées en Italie - où séjourne Soustelle - p . de r.1assey eL le maurrassien Jean Meningaud avec les organisations IlE PO'1,' le compte d'Ortiz. Ainsi l'O.A.8. qui n'hésite pas à recruter d'anciens S.S. pour ses con: tueur: et dont les méthodes servent de modèle à tous les nostalgiques è m.~, a~paraît comme l'aile marchante du fascisme international, qui con~i rie et la France comme les points cruciaux où tous les efforts dOIvent et ment portés NO'l'; sommes avertis. 7----- - • ____ • u FACE , • 32 ORGANISATIONS 1 (DONT LE M. R. A. P. ) ejetons de Maurras appellent à l'union sans exclusive contre la menace fasciste Sur l'in itiative de la Ligue des Droits de l'Homme, un ce rta in nombre d'organisations, don t notre Mouvement, ont déc idé de signe r le texte suivant « Le5 Urganisations soussignées, ~ ou, au teinte, et ise, plus ent d'enn'a pas , apporté tIOns, de lt sur la cbme et ,é le feu ilop!lObie Irie n'a l1sulman , le bon ère avec rarement ~i n'était ~ut insti~ au jour- France. taine. La r nazie, tpIe j uif, les cha r IS pa trio: ontribué

isme.

st venue. , mesure ~pp ai ent , l'Europ e, na tionan croyait 19érie le ne nais~ és qui l'empire )ussières rs a utels qu'es t le Le colon ia lisme ne veut pas dis paraître. Le b lanc tien t à ga r der sous sa dépendance le n oir, ou l'homme au teint basané et a ux ch eveux crépus. Quand il accepte enfin de lui donner son independance poli tique, dans la sou ffra nce e t presque tou jours dans le sang, il veut encore lui rester supérieu!" au plan de la culture ou au plan économique, quand pour lui l'argen t l'emporte, en défi nit ive, sur toute a utre cons idération. Dar Georges MONTARON D ir~cteur de « T émoignage Chrétien » '---------------- Le r acisme, qui est déjà à la base de la Con s titution de la République Sud-Afr icaine, ri sque d 'entrer demain dans les in stitutions a lgéri ennes si le « partage » - l'a partheid - l'emporte sur la paix pa r la négociation . Alors, le coloni a lisme res tera présent su r la terre a lgérienne, il continue r a à occuper les te rres riches; à côté de la République . Algérienne des cheveux crépus, la République Française du bla nc restera présente, é ta lant sous des regards a ffamés une opulence qu'elle croi t signe de progrès ct de paix. ..*.. . TOUT ceci est grave. Cela devient tragique quand le ma l nous a tteint tou s, p eu ou prou. Quand le Nord-Af ricain campe aux portes de Pa ris dans des bidonvilles, ces gh e ttos modernes, où les « gens bien » n 'osent péné trer , c'est déjà J'apa rtheid. Qua nd la police ma traque l'Algérien , dans le métro, sous l'oeil étonné de l'ouvrier et de la secrétaire, mais sans qu'écla te le scanda le, c'est que le racisme a déj à obscu rci les consciences. Quand l'adolescent blanc de Ba belOued chasse le « raton », c'est qu'Hitler n'est pas mort. Cette situ a tion , les h ommes de la subversion la conna issen t. Ils s'en servent, com me ils se servent de la p eur d u p e tit blanc d 'Algérie qui craint p ou r son a venir. Le racisme, c'est l'idéologie qu'on offre à ceux qui cherchen t a pro téger leurs intér êts, leurs égoïsmes. La h aine cie l'homme de couleur, c'est la p assion qu 'on excite p our en traîner à l'action ceux qui seraient tentés de r es ter chez eu x. Mais q uand la subversion s 'adresse a ux pass io ns humaines, à la ha ine et à la vio lence, à l'or gue il et à l'égoïsme, q ua nd elle a pour bases le r acisme et le nationa lisme, elle est t rès r éellement un fas ci sme e t, logiquement, e lle doit por ter des frui ts que l'hi s toire nous a a ppr is à connaître: le camp de concentr a tion avec ses fours créma toires et la guerre. ..*.. . AINs I, q uan d nous lu tton ;, pour la pa ix l: f1 Algérie, nous comba ttons, non seulement pour la dignité du peuple a lgéri en , mais a ussi pour défendre l'ho nneur de notre pays. Cet te guerre tue peu t-ê tre moins de solda ts f ra nçais que les accidents d'au to, pour parl er comme le Mini s tre de la Guer re, ma is e lle s'a ttaque aux âmes et à l'âme même de la Fran ce, e lle rend possible l'inimagina ble in sta ll ation du fascisme en Fr a nce. Il es t temp qu'e lle cesse. « Dénoncent l'action criminelle de l'O.A.S., de ses agents, de ses complices, de sel InSpirateurs, qui menace la vie de tous les citoyens et les libertés même les plus élémentaires. « Elles estiment que, devont la multiplicatios des attentats et la montée de la menoce tasciste que tei pouvoirs, constitués n'ont pas enrayées, tous les Français doivent se conSidérer comme mobilisés pour ta défense de la justice, des droits de l'Homme et de la Démocratie. « Elles souhaitent que l'action indispensable ait lieu avec la participation et dans l'union sans exctusive de toutes les forces morales, politiques et syndicales attachées à la démocratie. " Amis de l'Express ; ASSOC ia t ion des Déportés, Inte rnés, Résistants et Patriotes; Asscciatlon pour la sa uvega rde des In sti tutions judiciaires , Centre d'ent rain ement a ux mé thodes d'Educat ion act ive ; Ce rcle Be rnard La za re; Club Jean Moulin ; Comité françai s du Cinéma pour la jeunesse Comité Maurice Audin , Confédé ration géné rale du Tra vail ; Ec la ireurs de Fronce ; Fédé ration Françoise des Associ ations chré tiennes d' Etudiants Fédé ration nationale des Anc iens d'Algé rie; Fédé ration nationale des Francs et Franches Camarades ; Fédération nat ionale des Libres- Penseurs de France ; Fédé ration nationale des Offic iers et Sous-Officiers de rése rve républi cains Fédération unie des Aube rges de J eunesse ; Fédération sportive et gymnique du Travai l. Ligue d'Action pour le Rassemblement antifasc iste; Ligue fran çaise pour la Défense des Droits de l'Homme et du Citoyen Ligue françai se de l' Ense ignement ; Maison Inte rnationale des Jeunes ; Mouvement contre le Ra c isme, l'Ant isémitisme et pour la Poix Mouvement de Li bé ration ouvri è re. Syndicat géné ra l de l' Educa t ion nationale; Synd icat national de l' Ense ignement secondaire Témo ignages et Documents; Tourisme et Travail ; Union des' Etudiants juifs de Fronce; Union nationale des Etudiants de Fronce Union des Vaillants et Vaillantes; Vérité et Liberté ; Vie nouve ll e. Il c é té déc idé pa r les organi sa tions qui ont parti c ipé à l'é laboration de ce texte, que ce lui -c i se rai t soumis aux partis politiques et aux organi sations politiques de jeunesse. _______._ r_$_ ___ ~_A.' ________________ ~ ~V1Il_ ........ lUI - 'in erna iona e néo· nazie Des résistants de toutes tendances fs ••• UNION , • )s dresser contre toute manifesracisme et d'onti sémit isme, de t d'isoler ceux qui s'en rendent I d'agir avec vigueur pour qu'ils hors d'état de nUire. que jamais, cette lutte contre et le fascisme requiert l'union . ronde journée du 19 décembre, lise de position commune de 32 ~s diverses, après les récentes bns unitaires de Toulouse et de Loire et de la Meurthe-et-Ma, l'appel lancé par cent Résisoutes appartenances politiques, '. continuera pour sa port, les vue d'étendre, de renforcer enunion indispensable et urgente. iymptôme . réconfortant que se 1 dans les colonnes du présent journal les signatures à la fOIS du directeur de « TémOignage Chrétien », Georges MONTARON, de JQcqu es MITTERAND, de l'ancien min istre communiste Fernand GRENIER, de l'ancien ministre socialiste PI ERRE- BLOCH, aux côtés de celles des dir igeants de notre Mouvement les présidents LYON-CAEN et Pierre PARAF, ,,,t r,o!re secrétaire général Charles PALANT. De telles rencont res sont le privi lège d'un journal, d'un Mouvement comme !e nôtre. Elles reflètent l'unanimité qui se réal ise en Fronce contre toutes les formes de racisme, et contre leur support commun

le fascisme, nourri par la g uer re.

Unani mité qu i s'exprimera avec une fo rce sens précédent le 25 mors à l'U.N. E.S.C.O., ou cours de notre Journée Nationale contre le racisme, l'antisémit isme et pOUr la poix. L'ARRESTATION récen te, à la frontière, de r essor t issants bel· ges qui transportaient des tracts de l'O.A.S. a mis en lumière les liaisons de cette organisation à l'étranger. Une question écrite posée à la Chambre belge a révélé qu'à Tou r· nai fonctionnait un poste émetteur en relation avec le Q.G. d'Ortiz, aux Baléares ; que des dépôts d'armes sont constitués dans plusieurs villes belges, servant de relais entre l'Al· lemagne occidentale et la F rance ; que le matériel de l'O.A.S. est imprimé en abondanc! en Belgique . Si l'O.A.S. bénéficie de telles facilités, c'est parce qu'elle partage les mêmes objectifs que les organisations, très influentes, dirigées par les ultra-colonialistes belges. Le général Janssens, ancien chef de la Force Publique congolaise, a créé' (justement à Tou rnai) un « Cerc'.e d'Etude et d'Ac~ion contre·revolut ionna ire », autour duquel gravitent : les « Jeunesses lTRtionales » de J oly (l'amI d'Ortiz et de Cha lle), le « Mouvement d'Ac· tIon Civique» (M: .A.:::.), If'S « AmitJés Kztangaises », l'organisation flamande « Jong Europa Kommanèos », le « Conut" d'Adion et de Défense des Belges d'Afnque » . . Ces dive!! gro'lpements s'expriment 2 travers un hebdomadaire, « Nation BelgIqUt~ », publicatio':1. officièlle du M.A .C. Dans chaque numéro est encartée une feUIlle intitulée « Jenne Europe ». Sous le sigre dC' la crojx cdtiqne (ersatz de la croix gammée, trop compromet· tante) cet ore-ane cln hscisme internatiunal publie les communiqués de l'O.A .S. aux cotés d'articl~s et d'informations fou rnis par les organisations néo·nazies de Grande· Bretagne \NIosley), d'A llemagn~, d'Autriche, de Suisse, d'Afrique du Sud, d'Espagne, du Portugal, etc ... Ces articles témoignent de !a sympathie et du soutien que les fascistes de tous les pays apportent à l'O.A.S. Ils annoncent notamment la constitution de « Divisions Europ"! )1, en vue de la guerre civile en ~'rance. D'autres liai ,ons sont assurées en Italie - où séjourne Soustelle - par Philippe . de M:assey el le maurrassien Jean Meningaud avec les organisations néo-fascistes, PO'l,' le compte d'Ortiz. Ainsi l'O.A . ~. qui n'hésite pas à recruter d'anciens S.S. pour ses commandos de tuenr3 et dont les méthodes scrvent de modèle à tous les nostalgiques de l'hitléri~m,~, apparaît comme l'aile marchante du fascisme international, q~i con?idère l'Alge· rie et la France comme les points cruciaux où tous les efforts dOlvent etre actuellement portés NO'l'; sommes avertis. Un appe l sig né par plus de cent pe rsonnalités de la Résistance a été récemment rendu public. Dénonçant « '~oute confus ion entre leurs actions pas sées et celles des factions de l'O.A.S., dont les buts sont .:. l'opposé de ceux de la Résistance, et qui .::omptent nombreux dans leurs rangs les anciens partisans du nazisme ' » , les s ignataires dema ndent « que toutes mesures soient prises po ur mettre hors d'état de nuire les fomen tateurs de guerre civile ; l'OU te mansuétude à leur égard ne pouvant qu'ouvrir la voie au fa scisme » . Ils « appellent tous les anciens Résistants à se retrouver et il agir au grand jour, leur un ion pouvant servir d'exemple et de stimulant à la jeunesse éprise de liberté et à tous les dtoyens décidés à tenir en échec, quoi qu'il IIIr rive, les factieux de l'O.A.S. et leurs complices » . Dons la liste des signatai res qui compte des persannalit'és aussi d iverses que le générai de Larminat, Benoît Fracho"" René Capitant, André Philip, Alain Savary, Pierre Villon ,: Paul Boncour, François Mauriac, nous relevons les noms de plUSieurs membres du Comité d' Hon neur de r.atre Mouvement : le Bâton nier Paul Arrighi, Claude Aveline, J ean Cassou, Diomède • Catroux, Robert Chambeiron, Pierre Cot" André Hauriou, l'Amira l Muselie r, ai nsi que de Pierre Paraf, président du ·M.R.A.P. ; Berna rd Lecache, président de la L.I.C.A. ; de Jean Pierre- Bloch, Léo Hamon, José Aboulker, Emmanuel d'Astïer, ,Ja cques' DebuBridel~ l'abbé Glasberg, Louis Mart in- Chauffie r. 8 UN FILM-DEBA T , JUGEMENT a NUREMBERG IL n'y a pas obligatoirement antinomie entre une oeuvre à thèse et une oeuvre d'art. La thèse - ou l'intention - pour excellente qu'elle soit n'explique ni ne justifie une défaillance sur le plan artistique. C'est pourquoi l'on doit regretter que, Jugement de Nuremberg ne soit ps un beau « film ». Les raisons de cette pauneté artistique sont multiples et je ne signalerai que pour mémoire : pas de gradation dans l'intensité dramatique , insignifiance des personnages dont les éclats ou les silences ne réussissent pas à masquer le vice majeur de ce film : celui d'être à côté du problème. Aussi bien est-ce du sujet qu'il faut parler ici. On connait le sujet traité : après les procès-vedette de Nuremberg, une cour américaine juge des prévenus de moindre Importance. Il ne s'agit pas pour autant de comparses. Les accu~é s sont d'anciens juges dont les sentences ont couvert d'un manteau de légalité les crimes les plus insensés. Coupables, ils le sont tous, et en dépit d'arguties de prétoire, personne ne peut en douter. Et pourtant le procès traîne pendant huit mois au cours desquels les débats s'enlisent dans des détails. Celle, précisément du pouvoir qui a voulu les procès de Nuremberg. A ne pas confondre avec la Justice qui, ici :omme ailleurs étouffe dans le corset de fer où l'enserrent la morale de l'époque, les par Edouard AXELRAD moeurs et le climat politique dans lequel elle s'exerce. Ainsi existe-t-il une êertaine similitude. une parenté, entre les accusés et leurs juges : bien qu'à des degrés différents, les uns et les autrel:. se réfèrent il. une notion du Droit qu'il ont reçue et acceptée en même temps que les insignes de leur fonction. Le fait éclate lorsque l'on considère la démission de la Justice nazie. Il apparaît de façon claire dans le comportement du Tribunal du film. En effet, si l'arrêt rendu par le vieux magistrat intègre est sans reproche, son renvoi à l'issue du prOCès et la suppression du Tribunal pour des raisons d'opportunité pOlitique fait planer un doute sur la valeur de tout l'appareil qui fut appelé à juger les chefs du troisième Reich. De proche en proche le débat gagne en profondeur. « Votre forfaiture, dit le vieux juge au juriste allemand qu'il vient de condamner, était inévitable depuis le jour où vous avez envoyé à la mort un nomme que vous saviez innocent ». Bien sl1r, les sIx accusês plaident la Raison d'Etat, comme les milliers de confrères qui, en tous temps et en tous lieux ont courbé la tête devant le pouvoir. On dira que le crime des juges nazis, fut plus grand. J'en suis pour ma part convaincu. Mais ce n'est pas l'air suprêmement ennuyé et la raideur quasi-minérale de Spencer Tracy qui auront ajouté quoi que ce soit à ma conviction. Escale il Orly ... La célèbre artiste américaine Dorothy Dandridge, héroïne de .. Carmen Noire .. et de .. Tamongo .. vient de faire une brève escale à Orly. Elle est partie rejoindre l'équipe du film « Marco Polo ", tourné par Christian-Jaque, et dans lequel elle jouera le rôle de l' impératrice Zaire. Ainsi le procès des juges qui est en réalité celui de la responsabilité des éléments les plus représentatifs d'un peuple finit-il par tourner autour de cas douloureux sans doute, mals en tout cas sans rapport avec la portée et le sens de l'accusation. Peu importe de savoir si la stérilisation d'un adversaire politique peut être ou non couverte par le prétexte de débilité mentale. Ce cas concret mais ambigü n'éclaire pas notre lanterne - celle du Tribunal non plus. Pour ces hommes meurtris L'affaire de « pollution raciale » telle que nous la présente le film est franchement mauvaise ; elle devrait permettre de faire le procès, non plus du prévenu, mais du Tribunal. Un certain Feldenstein, â.gé de 65 ans, se serait rendu coupable de ce crime majeur. Jugé, condamné et exécuté. La prétendue victime vient témoigner ; elle affirme que ses relations avec le vieillard relevaient de la seule affection. Ainsi la forfaiture des juges nazis éclate-t-elle au grand jour. Au fait, quelle forfaiture ? Celle dont ils se sont rendus coupables en fondant leur jugement sur de faux témoignages ? Telle paraît être l'opinion du Tribunal de Nuremberg. Aussi est-il permis de se demander quelle aurait été son attitude si les débats avaient prouvé qu'il y avait eu « pollution raciale ». Là, et là seulement était la question. Autant dire qu'elle n'a pas été abordée. Toutefois le Tribunal existait, et avec lui, une certaine volonté d'aller au fond des choses. J'ai bien dit ul}e « certaine » volonté.

  • LE VESUVE, par Emmanuel ROBLE8.

Editi'Ons du Seuil). Le roman d'Emmanuel RQBLES, « Le Vésuve» est un ouvrage de forme traditionnelle qui ne doit rien au « nouveau

roman» ou à l'école dite « du regard }) .

Avec cette oeuvre simple et forte, E. ROBLES prolonge et enrichit Sai réflexion sur quelques problèmes moraux qui sont très précisément ceux des hommes de notre temps. Le lieutenant. Serge Longereau, blessé, en convalescence à Naples au début de 1944, s'éprend d'une jeune réfugiée milanaise, Silvia. D'abord froide et réservée, la jeune fille en vient à éprouver envers lui une passion éperdue dans laquelle elle décide en quelque sorte de s'enfermer délibérément, refusant et niant le monde extérieur, c'est-à-dire la guerre et tout ce qui s'y rattache. Voulant vivre pleinement cet a,mour exceptionnel; elle incite Serge à déserter. Ce dernier, ébranlé et hésitant, entre un moment dans son jeu, les causes pour lesquelles meurent ses camarades lui devenant « subitement étrangères ». Cependant, quelques rencontres de hasard, avec ses anciens compagnons d'a,rmes, des goumiers, avec son ami Joe Cohen, dont la famille a pérr dans les camps d'extermination, et à l'opposé avec un colon d 'Algérie, raciste et antisémite, l'amèneront peu à peu à comprendre qu'il ne peut pas ne pas reprendre sa place au combat. Quand, blessé de nou- Nous avons reçu de M. Jean Poindron un long et émouvant témoignage qui apporte, dans sa sobriété, une utile lumièl'e sur les aspects humains du drame algérien, en particulier sur le problème des rapports entre musulmans et juifs. Nous ne pouvons, faute de place, le publier en entier; mais on en lira, ci-dessous, avec intérêt, les passages essentiels.' IL Y a plus de trois ans. maintenant. que j'ai quitté l'Algérie avec la 56/lb. On ne sort pas d'un enfer mora.l comme on y est entré. En trois ans, cependant, on devrait pouvoir récupérer. C'est pourquoi je ne m'explique pas comment j'ai cru être personnellement injurié par mes amis, de sincères démocrates, avec lesquels nous prenons souvent le café. Je m'habitue difficilement à les entendre parler des « Arabes », à propos de ceux qu'on appelle partout, sauf en France peut-être, les Algériens ... Je les entends dire encore que ce3 « Arabes » seront bien incapables de ae gouverner eux-mêmes. On est, bien sar, pour l'indépendance car on est démocrate, mals avec quel effroi! « L'Algérie, disent-ils, senu livrée au chaos, c'est un veau et de retour à Naples, il retrouvera et épousera Silvia, en fait il l'aura perdue. Cet amour ardent exigeant, absolu, est mort, comme le Vésuve s'est éteint. Ce grand et beau sujet n'est pas sans rappeler le célèbre « Adieu aux armes » d'Ernest Hemingway. Toutefois, au delà d'analogies somme toute superficielles: la guerre, l'amour, l'It!lllie, les deux lJvres diffèrent profondément. En effet, si le héros de Hemingway. Frédérick, déserte, c'est que la guerre -celle de 1914-1918 - apparaît à cet individualiste comme un choc sanglant et absurde entre impérialismes. Les motifs pour lesquels Serge ne déserte pas et pour lesquels il risque et perd son bonheur, sont le fait d'un homme conscient, lié au monde et qui en vient à penser qu'en notre temps « le bonheur ne peut jamais être innocent ». Catherine Barkley, dans « L'Adieu aux armes» n'esc en somme qu'une infirmière assez romanesque et sans grande personnalité. Avec Silvia Damiani, Roblès trace un attachant portrait de jeune fille, secrèw, passionnée, amoureuse de la vie, assoiffée de bonheur total, une figure qu'on ne peut oublier. Naples grouillante de vie malgré la guerre, les bombardements, l'occupation alliée, la faim, est l!ll toile de fond peinte avec maîtrise de ce livre clair, solide 3t vrai. Guy BAUDIN. retour en arrière pour la civilisation. » Mais voilà ce qui: me mît tout à fai~ hors de moi: hier, mes amis ajoutaient avec aplomb que les « Arabes » (le;; Algériens) étaient foncièrement antijuifs Quelle rage me prenait donc ? .. J'ai connu les Algériens dans un régi· ment mixte - deux tiers d'appelés français et un tiers de musulmans... J'avais convenu avec ces Algériens d'échanger cours d'arabe et de français. L'un a.pprenait le françaiS pour la première fois et voulait déjà connaître l'alphabet. Tous les mati'ns, il me rendait visite dans la buanderie où je cuisais la marmite et me diemandait une lettre nouvelle, 11 apprit son nom, puis le mien ... Mon ami 0 ... , instituteur israélite en Algér ie, revenu à la vie civile, m'exprimait sa stupéfaction; les enfants se pressaient à l'école et le moi'ndre fellah ignorant venait le pousser à bien instruire ses enfants. Pour l'entrée au cours complémentaire, c'était la bousculade. Mon ami n'était pas aidé; a.vec lui travaillaient à mi-temps pour 70.000 francs par mois, de jeunes Européens venus de la vHle munis du B.E.P.C. et d'une mauvaise volonté très solide. ces jeunes avouaient, se vantaient même, d'en fairs le moins possible « pour instruire ces gens-là ». Cet ami disait: {( Depuis le début de la « rebellion », c'est le peuple, autrefois passiof et étranger, qui veut s'instruire. » Là-haut, au cantonnement de la compagnie, nous avions nos suspects. Un de ceux-ci avait deux de ses fils au lycée. Il s'inquiétait beaucoup de la; direction à donner à leurs études. Bien qu'illettré. il parlait le français de façon compré· hensible. Puisque le père était suspect, on avait supprimé la bourse: des enfants, je lui demandais commer.t ils allaient continuer: « Ils ont des oncles - disa.itil - ils n'abandonneront pas leurs étu· des. » Il a été tué après le 13 mai 1958 pendant la première amnistie de de Gaulle, peut-être parce qu'il voulait faire instruire ses enfants ... Je me fâche pour ces hommes meurtris partout, dans l!ll haie de cactus écra sée, dans l'humble mur de terre de leur mechta incendiée, dans leurs enfants, dans leurs filles ou leurs femmes, dans ce qu'ils croient ou essaient de croi·re. à qui pantelants, entre deux tortures, on dit qu'ils ne sont rien, que nous sommes les plus forts, et qui, fraternel lement, tenacement, cherchent et trouvent le chemin de l'intelligence contre hl brutalité, contre la passi: n raciste la plus rétrograde, qui porte notre nom .. .

En ce temps-là, j'at senti aes regaras noirs, affreux même: la victime étaitelle raciste? .. Mais parlons seulement de l'antijudaïsme des « Arabes », (ces sémites vivant quelque part en Algérie). J'ai entendu cent fois les Européens parl~ des juifs comme d'une race à part: un vrai juif, voleur comme un juif, deux fois pied-noir, etc ... Un musulman de Constantine, un commerçant, était le seul parmi les Algériens de notre unité il. parler des juifs. Il voyait la main des juifs partout: 181 prison, les ruines, la mort, c'était les juifs. Leur ' reprochait-il leur race, leur religion. Pas du tout, ils étaient pour lui le symbole du colonialisme. Dans la campagne oranaise, on ne vous ' parlera. jamais de3 juifS, mais des Espagnols ... Mais qu' il s'agisse des juifs ou des Espagnols, je le répète, c'est en fonction de leur attitude à l'égard du régime colonial et non pour leur origli:ne, qu'ils étaient critiqués. Encore faut-il souligner que la. maîtr ise de soi, le sens de la discipline chèrement acqUis pendant sept ans, et toutes les déclarations des diri" geants algériens vont à l'encontre de ce genre de généralisations, et tendent à prévenir les provocations de caractère rac;al ou confessionnel. Mon ami juif, né dans une petite ville du Sud, émancipé par un séjour en « métropole », ne se plaignait jamais que du racisme des Français d'Algérie. Il ne semblait pas près d'oublier que ces derniers l'avarl.ent chassé du lYCée pendant la guerre en vertu du n umerus clausus. Ceux qui l'avaient chassé. maintenant ultras, l'appelaient en vain il. l'union contrc l'Arabe et les « racistes du F.LN. » ... Il y a !l, cependant dans les relations juifs-musulmans des problèmes autres que ceux existant entre muIsulmans et européens. C'est surtout au Maroc que j'en ai pris conscience par la suite . .. En classe, les élèves ne se lassaient pa!; de montrer leur étonnement du fait qu'Hitler avait pu reconnaitre les juifs des autres. Ceux qui venaient du HautAtlas étaient très intrigués. ({ Pourquoi: n'ont-ils pas la même religion que nous - disaient-ils - ce sont pourtant des chleuhs (Berbères) comme nous, ils parlent le chleuh comme nous, il n'y a pas de différence. » Les problèmes posés par l'existenre d'Israël agitaient le peti:t monde scolaire, surtout les grands élèves de la villè. Beaucoup avaient une certaine acrim~ nie contre les juifs, les juifs de la haut ~ société s'entend. I ,eur raisonnement étaIt le suivant: j;s sant de la même race que nous, ils 5':I,t MarocaIns, pourquoi la sont-ils séparés de nous? Ils rappelaient qu'avant l'indépendance, pour un musulman autorisé à entrer au lycée, 11 y ~vait dix israélites. Ils revendiquaien~ pour le présent le droit de tenir les po~ tes de responsabilité, même s'ils n 'avalent pas les mêmes diplômes que les juifs. C'est bien net, partout où il y a problème, le colonialisme et les séquelles du colonialisme commandent actuelle: ment l'attitude des musulmans vis-à-vis des juifs. Les tenants réactionnaires et fascistes du coloni-wlisme ne manquent pas d'exploiter cette situation. Mais je crois le peuple marocain, et à plus forte raison le peuple algérien, absolument incapable de ce racisme viscéral et abject qui sévit en Europe, et en France en particulier. Jean POINDRON. 9 Les écoliers guinéens ne disent plus •• Il N OS ancêtre~ les " Gaulois » : a-ton exploité et blagué sur tous les registres, cette expression qui à elle seule, stigmatise les programmes d'enseigne- - Faites Quelque chose pour elle. C'est de votre milieu Qu'elle a besoin. Abandonnée à sa naissance, la jeune femme a été élevée comme pupille de l'Assistance Publique dans une excellente famille de province. Bien équipée. Infirmière diplômée de l'Etat, elle gagne honorablement sa vie. «Nos ancêtres les Gaulois» ••• . ment distribués naguère dans les territoires franç. ais d'outre-mer ! Des enfants de toutes races l'ont répétée sous tous les cieux. Indien, Malgache, Indochinois, Africain, Antillais, l'écolier a scandé ces mots. Pour n'en saisir la portée que plus tord ... ou moment où il n'a plus à découvrir, dans soon miroir et les yeux d'autrui, quelles sont les nuances de son regard et de ses moins. cc Les Gaulois nos aïeux... :.: nous n'avons même pas pris le lemPs d'en rire, nous autres. Les Gaulois ? L'important lI'était pas Qu'on nous les ait rendus familiers. Non. C'était que, par erreur et malanresse - je ne veux pas Que ce soit par politique délibérée - on nous /lit coupés, tous Noirs, Taunes et Rouges, de nos racines propres. Noyés dans la nuit, dans l'enfer et le néant, volatilisés, effacés, nos véritables ancêtres ! Un psychiatre de mes amis vient de me jeter sur les bras une de ses malades. Assez jolie. La trentaine. Apparemment saine : Oui. Mais elle a cheveux crépus et peau bronzée. Ses parents adoptifs. si braves, si affectueux soient-ils, ne lui sont, l'évidence le crie, ne peuvent lui être, Que des étrangers. Désespérément seule, perdue dans une société où elle se soupconne trahie dès le départ, la jeune Antillaise flotte, se cherche des racines. Ainsi faut il, je suppose, considérer dans leur ensemble les millions d'hommes exercés dans leur eniance à ânonner t Les Gaulois nos aieux » alors Que des paupières fendues en amandes, des chevelures frisées, des épidermes couleur de tan, accusaient des géniteurs dont ils ne savaient rien. UNE REHABILITATION L'Histoire en majuscules, est une grande Dame. D'apparence sévère, et Qui vo~ lontiers affecte la distinction. Mais sous ses masques divers veille une « respectueuse :. au lan~age sujet à caution, aux manières parfois vulgaires, en tichée d'arrivistes et de soudards. Qu'on lui retrousse un peu les jupes ? C'est pour mettre au jour des dessous douteux. Un petit livre recouvert de toile beig-e, modeste en son format, s'intitule « Histoire de l'A frique Occidentale ~. La première pa;::' révèle Qu'il est dû aux « Editions du Ministère de l'Education Nationale de la République de Guinée. Conakry ~. Ses auteurs : Djibril Tamsir Nianc et ] . Suret Canale, avertissent honnêtement le lecteur « qu'ils ont dû, en un temps extrêmement bref, rédi. qer ce manuel... destiné au.'t' élèves des Cours moyens des Ecoles primaires, s1tsceptible de servir de guide dans l'En- ____ par ----- Marie-Magdeleine CARBET seignernent secondaire, quitteà en étoffer le contenu par la consultation d'01iVrages spécialisés ». « En attendant mieux, disent- ils, ce manuel aura le mérite d'exister. :. Eh ! oui. Il existe. Et c'est une forme de réhabilitation pour l'honneur de la « Dame ~ si g-ravement, si souvent compromise, dont il est question plus haut. Ecrite en lang-ue française, cette Histoire de l'Afrique Occidentale, composée en toute hâte, présente donc, de l'aveu de ses responsables, imperfections et lacunes. Telle Quelle cependan t. ellc revêt une importance exceptionne./ e. 'est quelque chose comme un monument. Elevé malgré les erreurs possibles, les surprises éventuelles de la bonne foi, à la gloire de la Vérité. Parce Que, tentant de mettre les choses au point, cette Histoire entreprend d'enseigner l'Afrique aux Africains. Les inviJe à prendre conscIence de la voix de l'Afrique dans le concert des communautés humaines ... leur ouvre des perspectives sur son passé afin qu'ils le comprennent mieux, qu'ils en élaborent le présent. UNE LEÇON POUR TOUS Tâche urg-ente, devoir primordial envers l'écolier d'aujourd'hui. A celui d'hier, l'Histoire, soucieuse de justifier la domination coloniale, inculquait en premier lieu la notion d'une indiscutable, cong-énitale infériorité. Arts, techniques, morales, rel ig-ions , philosophies, n'avaient de patries valables Qu'en terre d'hommes blancs. Aujourd'hui, l'enfant africain, se réveillant d'une long-ue léthargie, se pince pour reconnaitre en soi le rameau d'une branche solidement fixée à un tronc bien enraciné dans la terre natale. Il peut, sans appréhension ni ridicule, suivre les événements au long des trente siècles qui virent éclore la civilisation sur les boros du Nil, ... s'illiticr au fas te, à la grandeur des Empires Sahariens, ... aux migrations des peuples d'un territoire à l'autre de l'immense continent noir. Des escarmouches, des g-uerl'es... des oppresseurs, des po tentats... il rencontrera tout cela sur sa route. Quelle contrée, au monde en a donc été tout à fait éparg-née ? Mais il suivra aussi dans leur évolution (es hommes, nomades ou non, COlllmerçants, berg-ers, artisans, paysans, travailleurs, des hommes libres. La leçon vaut pour les Africains, petits et g-rands. Elle vaut aus i pour les Antillais de toutes nationalités, pour les Français de France, Quels qu'ils soient. Pour tous ceUlC /lui sont curieux du passé de l'humanité, tous ceux Que l'ignorance blesse. L'Histoire de l'Afrique Occidentale a sa place dans toutes les bibliothèques. Les services de l'Education Nationale de la République de Guinée. s'ils prenaient soin de la mettre à notre portée, seraient bien avisés. Ils acquerraient même quelque titre à notre gratitude. Rares sont ceux à Qui cette Histoire n'apporterait pas de très importantes révélations. Elle bousculerait, c'est certain, chez beaucoup d'entre nous, certitudes et préjug-és fondés sur l'ig-norance vraiment honteuse, et Qui n'est plus de notre temps. rfg;;,~:;m';tm 4U ROY4UMf Of L4 MORT Le Jury du Prix de la Fraternité à accordé une mention spéciale, en 1959, à une oeuvre antiraciste de Dora Teitclboïm ; « Ballade de Little Rock li, traduite du yiddisch par Charles Dobzynski. Très différent est le 1.bème de cet autre poème que Dora Teitelboïm vient le nous adresser. Mais on y trouve la même puissanee é'rocatrice, le même sÔiiine généreux. Nous nous falons un plaisir de le publier ci-dessus. DE blanches routes bitumées, de mouvantes ruu[ railles d'arbres en fleurs voyagent avec nous. Le soleil est un poisson d'or Que le soir a pris dans ses [mailles et le ciel est sanglant comme un champ de bataille. Notre a'tltomobile fonce, tel un éclair coupant le prisme des prairies, traversant un hameau tout gris, des bois hérissés de ronces et des terrains clôtures dont les grilles sont barrées du vanneau noir INTERDIT. Déjà s'est é.'Oulée une demi-journée; colombes roul{es et fleurs noires paraissent s'échapper des hautes cheminées et recouvrent le ciel comme une ombre un miroir leur fuite efface le ciel, l'espace, les fumées, les écumes grises, les toits tranchants et les clochers d'ég-lises passent, passent, passent. JE tiens l'enfant sur mes genO\L,( ; elle voit au rythme des roues Que tout chang-e et s'évanouit : un arbre au loin qui nous poursuit, sentinelle sur un talus que d'un clin d'oeil elle salue. Elle me dit soudain, comme au sortir d'un rêve : - Pourquoi tant se hâter, pourquoi rouler sans trêve, pourquoi fuyons-nous ce pays, sur la route, bientôt, va descendre la nuit regardez le soleil Qui disparaît là-bas pourquoi ne s'arrête-t-on pas? - Mon enfant tu ne peux pas voir cet océan de flam- [mes cette forêt de forg-es, ces colosses dont la fournaise emplit la g-org-e, Leur haleine est une fumée malMiQue comme leur âme; ils répandent des émanations jaunes, des vapeurs vertes, remug-les pestilentiels, suintements de plaies ouvertes, de pûtrides exhalaisons; là-bas dans les chaudrons de ses laboratoires Démon-Gorg-one mêle en son alchimie noire les g-az, les brouillards, les poisons. Regarde, mon enfant, reg-arde, ce ne sont point ici des bois et des prairies mais des tombes que l'herbe épaisse a envahies et Qui s'ouvrent toutes les nuits, des ossements sortent alors sans bruit et formant d'étrang-es escortes ils viennent frapper à la porte de Démon-Gorg-one endormi dans sa forteresse. Ils viennent le chercher afin qu'il comparaisse devant leur Tribunal du dernier jug-ement. Qui est Démon-Gorgone? llle demande l'eniant. - Là-bas devant les lourdes portes closes et les gouf- [{res béants vois ses poings de métal et ses doigs de g-éant tels des rails oubliés par les t rains, solitaires. Ses mâchoires de feu, semblables aux cratères, écoute-les g-rog-ner, mastiquer sans répit, elles ont tant broyé déjà, tant dévoré, sans pourtant Qu'elles soient un seul instant repues. Vois ses cheveux pareils à des noeuds de vipères, ses pieds bottés de barbelé~. Où qu'il jette un regard, où Que s'inscrive sa foulée rien ne peut plus fleurir, tout se chang-e en désert et même la taupe et le ver se cachent plus profond dans les plis de la terre. par '----O_o_r_a T_EI_TE_LB_OI_M_J Vois dans l'ombre, là-bas, les cohortes de fer Les sorciers nouant les fumées, les tresses de feu de [J'ënfer; vois les os accrochés aux panoplies de ses châteaux. Il a des crânes pour hanaps, il a des fémurs pour cou[ teaux et ses assiettes d'or furent des dents, . les vins qui dorment dans sa cave ont des reflets de [sang Ses oreillers, ses matelas. sont emplis de cheveux d'en[ fants. Soudain je sens Que ma fille frissonne Comme une branche à la brise d'automne, sa main déjà protèg-e ses cheveux comme si tentaient de s'approcher d'eux les ciseaux cruels de Démon-Gorgone. Ai do do do do ai do do Dors mon enfant, dors bientôt. CINltM!\ e l dès que tes yeux seront clos tu entreras dans un monde de merveilles et de joie, Tant d'enfants pareils à toi dorment là~bas dans Je rroid sans fin des fosses profondes ai do do do ai do do. S UR la terre tombe la nuit effaçant d'un seul coup les sur les campagnes de la Ruhr. tel un drapeau noir [aux plis lourds dernières traces du [jour Gosiers g-éants, vag-ues de plomb, monstrueuses lu[ mières s'allument écument tout recommence comme hier. Fumées - noires, routes de cendre, feux de forge, rires incandescents : un drag-on aux neuf lang-ues g-ronde et crache au visag-e du monde. L'auto comme une folle file à travers les champs et les villes Dusseldorf et Cologne Duisbourg, Essen Gel senki rchen Bonn! Gosiers géants, vagues de plomb. monstrueuses lumié-[ res s'allument écument tout recommence comme hier. Les noms forment sur le chemin des pointillés Qui nous percent tels des aiguilles et s'évanouissent mais des montag-nes d'ossements des monceaux de cheveux d'enfants nous poursuivent nous poursuivent nous poursuivent. (Traduit du Y ddisch par Charles DOBZYNSKI.) RACISME Le numéro de novembre d' c( Image et Son li (revue de la Ligue F:rançaise de l'Enseignement) était consacré au thème : (( Cinéma et racisme li. que ou le Moyen-Orient) ; d'autres enfin dont l'antiracisme paternaliste ou moralisateur frôle le (( boyscoutisme ,. sans atteindre au but recherché. de Fort-Apache; Sturges: FortBravo; Daves: La flèche Brisée). problème dc l'antisémitisme (Lelser: Mein Kampf; Dmytryk: Le Bal des Maudits; Chaplin: Le Dictateur; Wolf; Etoiles), sont au· tant d'angles sous lesquels traiter le racisme; et il faut souligner que le cinéma américain, français et anglais notamment, a su tirer prufit de la richesse de la matière, pour produire souvent de très bonnes oeuvres oui ont, cn plus du mérite d'être -de belles réalisation9 du point de vue technique, celui d'apporter quelque chose de positif SUr la plan des rapports }lumain . Tout d'abord, il faut se féliciter de l'initiative heureuse de soumettre le problème du racisme à de nombreux lecteurs d'une façon intéressante et frappante ; de plus la documentation est abondante, et les recherches approfondies. Il y a, certes, des (( classiques Il du racisme, tels Naissance d'une Nation, de Griffith, sans parler du Juif Süss nazi; ou encore des films d'un racisme hypocrite (la plupart de ceux qui ont pour cadre l'Afri- Traite des noirs (ex. : Tarn ango), visages de la ségl'é~ation (ex: Brown: l'Intrus; Kramer ~ ;Lr.: Chaîne; Robson: Le Procès', amour et amitié (ex. : C. Bernar1 Aubp~t : Les Lâches vivent d'espoir; Rossen: Une Ile au soleil; M. Drach: On n'enterre pas le dimanche), problèmes de la colonisation (ex. : Rtsnais: Les Statues meurent aussi; Brooks: Le Carnaval des dieuxl, w('sterns (ex.: Ford: Le massacre 10-------------------------------------------------------------------------------------------- Le 10 janvier 1962. Mon cher Secrétaire Général et ami, C'est avec regret et émotion que je me résous à vous faire part d'une déci sion, à laquelle je me suis arrêté après müre réflexion et non sans hésitation, après r avoir reculée le plus possible, à savoir celle de me démettre de la présidence du M.R.A.P.

'1a décision est irrévocable.

Je remplis ces fonctions depuis plus de huit ans, et je reconnais que vous-même, le Secrétariat et le Bureau National m'en ont facilité le plus possible l'exercice. Ma is les ann ées s'accumulent sur ma tête : j 'en sens de plus en plus le poids. J e suis dans ma 8.s" année! Du même coup. j'ai perdu mO)1 activité d'autrefois, les fatig-ues et les infirmités de l'âge aidant, ainsi que les accidents d'une santé, devenue fragile. J'ai dît, en pa rticulier, pour ces motifs, renoncer à reg-ret à assister aux réunions périodiques du Bureau et du Conseil National. Outre que je n'y puis plus recommander certaines mesures. défendre des idées qui me sont chères. ni combattre cer- Ci-dessus, Charles PALANT, le Premier Président l,éon LYON-CAEN et Pierre PARAF, pendant les travaux du Conseil National. Ci-conLre, une vue partielle ùe la salle. La lettre du Président LYON~CAEN • • « Que le M. R. 4. P. poursuive le bon combat 1 » tai lles, mon absence de ces réunions a l'in conv énient de ne pas me faire parti ciper, autant que je voudrais, à la vie de notre association dont elles sont partie intégrante. Je suis persuadé que vous trouverez pour me remplacer une personnalité, sinon démocrate antiraciste plus convaincue que moi, du moins plus jeune, plus active, plus dynamique. Car, c'est à l'avenir du M.R.A.P ., à son développement qu'il faut songer avant tout, et mon âge et ma santé, en me réduisant un peu à la figure d'un président in partibus, ne me permettent plus d'y travailler efficacement. Je reste, en tout cas, ami fidèle du M.R.A .P. et fai s, à ce titre, des voeux pour qu'il poursuive le bon combat, plus nécessaire que jamais, Ilour le triomphe de l'ég-alité entre les hommes, de la fra- Pierre 'PARAF NOUS voici réunis en ce dimanche de janvier autour de notre Président auquel l'action de notre Mouvement est si totalement identifiée qu'on ne saurait prononcer le nom du M_R.A.P. sans qu'y soit associée depuis huit ans la haute figure de M. le Premier Président Léon LYON-CAEN, tout ce qu'il incarne de droit, de justice et d'équité. Nous sommes réunis à deux mois de • • ternité entre les peuples et du re,;pect de la dignité de la personne. Le M.R.A.P. est convaincu que, pour mener cette lutte avec succès, pour être entendu et remplir son rôle élevé, il doit écarter le sectarisme et l'esprit de parti, s'efforcer de combattre les manifestations du racisme et du fasci sme en quelque pays qu'elles e produi sent, s'abstenir d'agir en sens unique. Il évite de donner l'apparence par les modalités de son action, le caractère de ses interventions, le ton de ses déclarations, le recrutement de ses membres et le choix de ses dirigeants, d'être à la remorque et d'aligner ses positions sur celles d'un parti Quelconque. Ce sont là des idées qui ont toujours guidé et inspiré notre Mouvement et je souhaite. en me retirant, qu'il y demeure fidèle. Soyez persuadé que je garde le meil~ leur souvenir de la sympathie que vous m'avez, en toutes occasions, personnellement témoignée, de la conscience avec laquelle vous assurez le fonctionnement du Mouvement et de l'aimable accueil que j'ai toujours rencontré auprès des membres du Secrétariat et du Bureau National. Vous voudrez bien exprimer à nos amis communs mes remerciements et ma reconnaissance. Je vous serais oblig-é de vouloir bien, en soumettant ma démission au Conseil National, liti donner connaissance de la présente lettre à sa prochaine réunion. Soyez assuré, mon cher Secrétaire Général. de 1110n amitié fidèle et dévouée. Léon LYON-CAEN. « Un engagement et une promesse 1 ... » notre Journée Nationale en ce local acquis au prix de tant de sacrifices où l'installation du M.R.A.P. a marqué un nouveau départ pour des activités plus étendues, plus efficaces, à l'échelle des périls auxquels doivent faire face la France et la République_ C'est à moi que revient le grand honneur d'exprimer, à l'occasion de notre Conseil National, à M. le Président l'hommage de notre affection respectueuse et de notre déférente gratitude. Mais cet honneur se voile pour moi d'un sentiment d'émotion et de regret, puisque notre Président, après avoir longtemps cédé à nos instances - et les miennes furent particulièrement pressantes - a fait connaître sa décision · irrévocable, non de nous quitter certes, mais de décliner une présidence que le voeu le plus profond de nos militants continue de lui conférer. Puisque la bienveillance de mes camarades m'appelle - à titre provisoire - à exercer ses attributions, je vous demande la permission de vous redire ce que j'ai déclaré, en des conversations privées, à mes deux amis, avec lesquels je travaille depuis longtemps, en étroitc fraternité, Charles PALANT et Albert LÉVY: on ne remplace pas le Président Léon LYON-CAEN, même si lui-même et vous, chers camarades, vous voulez bien me déléguer ses fonctions et sort titre. Pour n'être pas trop indigne de le continuer - et j'ajouterai de l'assister, car il demeure avec nous '- il ne suffit pas de l'écrivain, du journaliste, du militant que vous songez à désigner. Seule, à mon sens, une équipe coUégiale, représentant une somme de tendances assez variées, de compétences assez multiples et aussi une marge suffisante de temps disponible (que ne limitent pas seulement les travaux quotidiens, mais d'autres responsabilités confiées par d'autres organisations littéraires ou résistantes ou situées sur le plan, qui jouxte le vôtre, des amitiés entre les peuples), seule une telle équipe pourrait garantir la diversité, l'efficacité nécessaire. Mais c'est à vous, c'est à nos camarades qu'il appartient d'en décider, de déterminer les modalités de cétte future présidence dans la seule perspective du succès le plus plein de votre Mouvement, où chacun d'entre vous donne l'exemple du courage, de la fidélité, de la générosité. ..*... . Charles PALANT • • « Rechercher ACCEPTEZ ce témoignage d'un cama, rade auquel, depuis plus de trente-cinq ans, la lutte contre le Monsieur de Président, PAR la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser et dont les termes si élevés ont ému tous no, collègues, le Conseil National du M.R.A.P. a été informé, ce matin, de votre désir, de renoncer à la présidence active Que vous exercez à la tête du Mouvement, depuis huit ons. Avant de vous rendre compte des di spas il ions arrêtées pour assurer la présidence a u M.R.A.P ., permettez-moi, Monsieur le Président, de vous dire, ou nom de tous nos omis et, j'en suis sûr, ou nom de tous les antiracistes, qu'ils soient ou non membres du M.R.A.P., notre reconnaissonce - et pour ceux Qui ont eu, comme moi, le pr ivil ège d'être de vos proches collaborateurs - notre respectueuse affection . Depuis ce mois de septembre 1953 où vous avez accepté la présidence du M.R. A.P., ou terme d'une longue carrière, les militants du Mouvement et ses innombrables omis voient en VOUs comme l'incarnation de cet idéal de droiture, de respectabilité et de fraternelle tolérance pour lequel nous combattons. Nous vous aimons trop, pour ne pas comprendre , aujourd'hui cette aspiration légitime ou repos. Nous souhaitons seulement que vous puissiez avec votre admi · Table compagne, Madame Lyon-Caen, vivre de longues années en bonne santé, parmi tous les vôtres et dons un monde en f in pacifique. Ce matin, le Conseil National a décidé à l'unanimité, ou cours de ce Qui fut moins un vote qu'un moment de solennelle communion, de vous offrir la présidence d'hon neur du M.R.A.P. Ainsi, aurons-nous moins de scrupules à venir de temps à outre, t roubler votre retraite pour solliciter de vous les conseils précieux qui ont tant de fo is guidé notre action, vers le succès. Le Conseil National s'est ensuite tout na turellement tourné, vers celui d'entre tout ce qui rassemble ... » nous qui est le plus digne d'occuper votre poste et dont la personne est unanimement respectée pour son courage lucide et son dévouement sons bornes à la couse de la fraternité humaine et de la Poix, notre ami Pierre Paraf qui devient président du M.R.A.P. Le Conseil National a exprimé le voeu qu 'autour du nouveau président et à l'image de cette large unité qui réunit dons le M.R.A.P. des femmes et des hommes d'origines et d'opinions très diverses, plusieurs person'lalités soient désignées comme vice - présidents. Lors de la prochaine Journée Nationale, le 25 mors, nous rendrons donc publ ique la composition définitive de la présidence ainsi constituée. Vous avez, Monsieur le Président, bien voulu rappeler dons votre lettre un certain nombre de principes Qui sont et qui doivent demeurer ceux du M.R.A.P. pour assurer son efficacité et son succès. Le respect de ces principes élaborés ensemble nous paraît aujourd'hui plus indispensable que jamais. Alors que s'étend sur le pays la menace ouverte de la subversion fasciste animée par les tenants du racisme le plus bestial, tout sectarisme, toute étroites se de vue, toute excl uSlve doivent être rejetés qui gêneraient ou retarderaient l'union indispensable. Le M.R.A.P., inlassablement, recherche ce qui unit, ce qui rassemble, ce Qui rapproche les antiracistes et les conduit à agir ensemble. Le M.R.A.P . déplore toutes les querelles Qui divisent encore les républicains, mois il soit qu'elles sont aussi le reflet de la di versité, voire de la richesse, de la pensée démocratique françai se. Diversité, richesse de la pensée démocratique, dont tous les courants sont représentés .dans le M.R.A.P., où chacun contribue par son génie propre à renforcer le front commun et où personne ne songe à jeter l'exclusive contre qui Que ce soit et, à plus forte rai son, à imposer ses vues à quiconque. Contre les forbans du racisme et de l'anti sémitisme, .Ie M.R.A.P. soit que l'action ne peUT être victorieuse qu'appuyée par l'opinion la plus large, c'est pourquoi; nous avons décidé de soutenir toutes les initiatives, et les manifestations antifascistes, à la seule condition qu'elles tendent au re groupement sons exclusive de toutes les forces morales, politiques aUl syndicales pour la défense de la démocratie et de la poix. .""",-, Ce faisant, le M.R.A.P. recueille à son tour 1 'approbation des républicains, et les mots d'ordre antiracistes figurent en bonne place dons les imposantes démonstrations populaires par lesquelles le pays dit son dégoût du fascisme et sa colère devant l'attitude négative du pouvoir, nourrissant de ses faiblesses et de sa mansuétude l'audace des factions criminelles. Monsieur le Président, le Mouvement tout entier est désormais engagé dons les préparatifs de la prochaine Journée Nationale. Dons les circonstances dramatiques que traverse le pays, la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la poix marquera une étape importante de la lutte du peuple de Fronce, pour la sauvegarde de sa dignité, de ses libertés, de sa volonté de voir la poix rétablie en Algérie, de son refus de voir l'Europe dominée par la menace d'une Allemagne réarmée et revendicatrice. Puissent vos conseils éclairés et notre fi délité aux prinCipes d'union que vous avez si souvent rappelés, nous guider sur le chemin du succès. Puissions-nous ainsi contribuer à donner à ceux de votre génération la sérénité dons le repos combien mérité, et à la jeunesse qui déjà nous enrichit de son enthousiasme et de son ardeur dons la lutte, la certitude d'un avenir pacifique et heureux. racisme est devenue familière: depuis que l'immigration en France de nos frères d'Europe Orientale, échappés aux pogromes, à la terreur blanche, aux honteuses discriminations, ont rendu plus proche, plus concret, un racisme que je ne connaissais que par les livres ou par des premiers souvenirs d'enfance des lendemains' 'de l'Affaire Dreyfus_ Il m'a été donné depuis, au cours de voyages en Afrique blanche ,et noire, d'observer d'autres formes de racisme qui ne m'ont pas moins blessé, puisqu'il émanait des fils de la plus libérale et de la moins raciste des nations_ Cette lutte que j'ai menée longtemps au sein d'une organisation dont l'idéal me demeure é~alement cher, je la poursuis au miheu de camarades qui sont devenus les plus affectueux des amis, à la lumière de souvenirs de la Résistance, où le M.N.C.R. préfigurait le M_RAP. Le vent de l'histoire souffle à nouveau avec une violence qui ne comporte de notre part ni hésitation, ni équivoque. Nous ne pouvons vaincre qu'à condition de ne pas nous laisser gagner dans une course de vitesse engagée contre une minorité où le fascisme 'et le nazisme percent sous l'OAS., qui n'a pour elle, ni le droit, ni le nombre, qui n'a pour elle que l'audace de la violence, la passivité de ceux qui regardent et l'aveuglement de ceux qui hésitent à s'unir. C'est là et là seulement qu'est le danger. Sur le statut de l'Algérie, sur le destin de ce qui fut la Communauté Française, nous pouvons avoir, les uns et les autres, des conceptions, sinon divergentes, du moins nuancées. (Suite page 11.)


11 ---__ APPEL

A l'issue de ses travaux, le Conseil National du M.R.A.P. a adopté l'appel suivant, qui est soumis à l'approbation de tous les antiracistes : EN ce début de 1962, la vocation du genre humain à l'unité apparait plus que jamais éclatante. Tout y concourt : l'universalité des sciences et des techniques, l'accès à li.ndépendance de peuples nombreux, l'aspiration commune des mass,es du monde entier à la paix. Jamais, par contraste, le racisme n'est plus clairerr,ent apparu, non seulement comme une pratique monstrueuse, mais comme une idéologie rétrograde. . La grande majorité des Français le ressent ainsi . Imprégnée par deux siècles d'humanisme, elle avait déjà, sous Hitler, réprouvé ou combattu l'antisémitisme nazi . Un combat nouveau se développe aujdurd'hui, qui rassemble déjà - tous milieux, tous métiers, toutes générations, toutes croyances mêlés - un nombre sans cesse grandissant d'hommes et de femmes. CAR le danger est immense. Qu'il s'agisse d'hitlériens authentiques ou de nostalgiques de l'oppression coloniale entraînant des éléments fourvoyés - le spectacle est constant de crimes dél ibérés ou improvisés contre des hommes ou des groupes soi-disant inférieurs. Pour la France, un risque grave et toujoUi s présent réside dans la survie du nazisme allemand. Actuellement, il se fond dans le péril urgent et essentiel, né de la guerre d'Algérie. Après avoir, par la torture, par la ratonnade et par les tentatives de putsch, traité l'Algérie en banc d'essai, les racistes de l'O.A.S. se proposent ouvertement l'instauration du fascisme en France. Attentats impunis, complicités multiples jusque dans les avenues du pouvoir, telles sont, jugent-ils, leurs raisons d'espérer. Et, comme cet espoir les dispense de plus en plus de dissimuler, le racisme se présente au grand jour comme ce qu"il n'a cessé d'être : le fourrier du fascisme. Dans ses calcul?, cependant, l'O .A.S. commet un oubli grave : elle oublie le peuple français. Depuis des semaines, l'action du peuple monte et s'unifie. Alertée, en 1959, lors de la vague des croix gammées, l'opinion se mobilise depuis les ratonnades d'octobre dernier. Son mot d'ordre est : « Pas de nazisme chez nous » ! LE M.R.A.P., dans la perspective qui lui est propre, celle de l'antiracisme, participe act ivement à la lutte. Cette participation, il entend la concrL tiser dans une Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix qui se déroulèra dimanche 25 mars 1962, à Paris, au Palais de l'U.N.E.S.C.O. Les soussiQ!nés, hostiles à toutes ' manifesta tions de racisme, en quelque lieu qu'elles se produisent, quelles qu'en soient les victimes, soucieux de p réparer entre toutes les communautés, entre tous les peuples, un avenir de compréhension garanti contre les violences, s'associent à cette initiative. Ils souhaitent qu'elle contribue au rassemblement et à l'action efficace de tous les citoyens de bonne volonté sans distinction d'origine, d'opinion politique et philosophique ou de croyOince, qui ont à coeur de défendre et de faire triompher les nobles idéaux d'égalité et de fraternité entre les hommes, de démocratie et de paix. L'allocution de Pierre PARAF (Suite) Je suis de ceux qui ont toujours souhaité, qui souhaitent encore que la présence de la France ne cesse de rayonner sur tous les continents et d'abord sur ces terres que, malgré les erreurs et les crimes du colonialisme raciste, elle a marquées de son labeur . et de son esprit, oü les peuples ont appris dans son langage et dans son histoire les idées de liberté et d'égalité qui les ont condu.its à l'indépendance. Je suis de ceux qui comprennent l'inquiétude, l'anxiété de ces minorités européennes qui ont raison d'exiger des garanties solides, que l'on a constamment trompées, après avoir encouragé leurs illusions, auxquelles on a donné trop souvent l'impression d'une démission clandestine et comme honteuse, alors qu'il fallait revendiquer au . grand jour une politique généreuse au nom de l'intérêt et de l'honneur de la France. Je suis de ceux qui comprennent la crise de conscience d'une partie des cadres de l'armée française chez qui l'on a laissé se désagréger le sens djY la pSitrie, de ces officiers patriotes, mais non des complices ou des auteurs des plastiquages et des tortures, non de ceux qui volent les armes des soldats confiés à leur commandement. MAIS aujourd'hui, le danger est à nos portes. Il s'agit, pour sauver la démocratie, pour éviter la guerre civile, de montrer qu'on est fort et cohérent, qu'on est décidé à barrer la route à toutes les formes de fascisme, à pratiquer cette union, qu'il est juste, mais à peine suffisant de proclamer sans exclusive, comme si l'on pouvait mener le combat, remporter la victoire sans le concours de ceux (communistes et C.G.T.) qui, malgré tels désaccords sur certains aspects de leurs méthodes ou de leurs programmes, représentent le courage, le dynamisme, la discipline et le quart de la population française. En vérité, le rassemblement auquel nous pensons, c'est le rassemblement des consciences. Sur des bases sensiblement plus larges que le Front Populaire, il doit apparaître pour nous comme le prolongement de la Résistance, grouper croyants et incroyants, modérés et M.R.P., radicaux, socialistes et communistes, inspirés par la volonté de respecter la volonté des morts, d'assurer la sécurité et la dignité de ceux qui survivent. LE Président Léon LYON-CAEN, dans un message que je ne considère pas comme un message de départ, mais plutôt comme le bilan de huit ans de présidence, nous don· nait le conseil plus que jamais impératif d'écarter le sectarisme et l'esprit partisan, de combattre les manifestations du racisme et du fascbme, en quelque pays qu'elles se produisent, de s'abstenir d'agir en sens unique. Le président LYON-CAEN •• « Je demeure à vos côtés ... » ..... OTRE Secrétaire général vous a don I~ ' né lecture de la lettre par laquelle j'ai cru devoir lui faire connaître dans quels sentiments je me suis décidé à résilier mes fonctions de Président du M.R.A.P. On ne quitte pas, vous le comprenez, une Association comme la vôtre, aux: desfinées de laquelle on . a présidé pendant plus de huit années, sans regret, sans émotion, et même sans une mélancolique tristesse. Mais je me suis senti contraint à me démettre de mes fonctions par mon âge et la fragilité de ma santé, par la nécessité aussi d'appeler à la tête du Mouvement, et dans son intérêt même, un homme plus jeune, plus acfif, plus dynamique, plus' capable que le vieillard qui vous parle, de travailler efficacement au développement du M.R.A.P. Quand on est arrivé, au déclin de la vie, il faut savoir, comme on d'it, .. dételer ». Vous avez accueilli pour me remplacer Pierre Paraf, dont vous conna'issez les talents d'arateur et d'écrivain, la sincérité et l'ardeur de ses sentiments de démocrate antiraciste : le sort du M.R.A.P. ne pouvait être confié à de meilleures mains_ Je ne veux pas quitter mon poste sans dire un mot de reconna'issance à nos amis du Secrétariat, du Bureau National, du Conseil National, qui m'ant toujours té moigné leur amicale sympathie, en me fa cilitant l'exercice de mes fonctions, à l'ami Albert Lévy, qu'i assure avec une compétence reconnue de tous la rédaction et la publication de « Droit et Liberté », à notre secrétaire général, la cheville ouvrière du Mouvement, que je félicite, à bon escient pour l'avair vu à l'oeuvre, de l'essor qu'il a réussi à 'imprimer à natre Mouvement par sa fermeté et sa conscience. Je les assure tous de la fidélité de mon souvenir. Je rest.e un ami dévoué du M.R. A. P. Je suivrai ses efforts et m'associerai avec joie à ses prog rès. A tous, je souhaite de poursuivre la lutte, plus 'indispensable que jamais, contre le racisme fasciste, qui, à l'heure aù je parle, assaille à caups redoublés la République et les institutions démocratiques. Continuons le combat pour la défense et le triomphe des idées qui nous sant chères et sont aujourd'hui si gravement mises en péril. Voici autant d'idées essentielles que chacun de nous fait siennes, qui doivent nous guider à chaque heure de notre combat, non seulement parce qu'elles sont conformes à notre conscience, mais parce qu'on ne les sou li~ era jamais trop pour di ssiper toutes equivoques. 6u reste, les larges concours qui viennent à nous témoignent que celles-ci ne peuvent plus abuser personne. Répétons clonc que tous les racismes nous sont odieux et que si les blancs devaient un jour en être victimes après avoir été les coupables, ils trouveraient en nous des défenseurs. Répétons que si la présence de conseillers nazis auprès du gouvernement d'Allemagne occidentale nous semble un objet de honte et de scandale, nous ne flétrissons pas moins ceux qui entourent le colonel Nasser. L'A grandeur d'un Mouvement comme le nôtre, c'est de combattre toutes les manifestations de l'injustice et de la haine dans notre combat indivisible contre le racisme et pour la paix. C'est de tenter de substituer partout la négociation à la violence, la compréhension au préjugé, de contribuer à remettre notre pays sur sa vraie route, celle de l'humanisme de la Révolution Française, qui proclamait la première l'émancipation des Juifs et des Noirs, celle qui va de Valmy à la Marne et à Verdun, et des faubourgs de Stalingrad aux barricades de la Libération de Paris. C'est de nous efforcer de refaire une âme à la France dont les guerres d'Indochine et d'Algérie ont plongé de nombreux citoyens dans la confusion et le désespoir. ET quel réconfort pour les aînés de voir monter dans nos écoles, dans nos lycées, dans nos usines, une merveilleuse jeunesse si différente de celle, si limitée, que gonfle une affligeante publicité. Quelle fierté de militer au mIlieu de vous, chers camarades du M.R.A.P., qui avez donné à notre cause tant de témoignages et dont certains, trop rares rescapés des camps de morts, portent dans leur chair le glorieux matricule de la déportation. Une réunion comme celle d'aujourd'hui est un engagement, une promesse. L'engagement de servir avec une ferveur, une efficacité toujours plus grande, l'idéal qui est le nôtre. La promesse d'un avenir plus clair et plus heureux. Pour tenir l'un, pour préparer l'autre, nous ne saurions mieux faire que de nous éclairer de la pensée, de l'action de celui qui demeure toujours, malgré lui, à notre tête, le Président Léon LYON-CAEN. Les débats A PRES l'élection de Pierre Paraf à la préSidence du Mouvement, et la chaleureuse réception offerte à Léon Lyon·Caen, à ql,1i avait été conféré, dans une atmosphère d'affectueusp. émotion l'e titre de Président d'Honneur, le fJon'seil National de notre Mouvement a consacré ses travaux à la préparation de la prochaine JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX. « Aujourd'hui, le prOblème numéro 1 pour les répUblicains, déclara Albert LEVY dans son rapport d'ouverture, c'est la lutte contre la menace de subversion fasciste, qui n'a jamais été plus grave, et qui s'expnme par les menées impunies de l'O.A .S., née de la guerre d'Algérie. Il est évident pour nous, comme pOur tous les républicains que cette menace fasciste a un contenu raciste et antisémite )l. Ayant évoqué les nombreux faits d'où il ressort que l'O.A.S. est « la branche française de rinternationale néo-nazie li le rapporteur souligna d'autres donnée~ significatives de la situation actuelle : le racisme pratiqué et entretenu par les pouvoirs publiCS eux-mêmes, comme on l'a vu dans la répreSSion des manifestations alg_ériennes en octobre dernier, et comme le confirment les rafles au faciès le maintien du couvre-feu, les arrestaÙons arbitraires, l'impunité des auteurs de « ratonnades li ou de tortures ; les heurts de plus en plus violents qui opposent les AI~ ériens de différentes origines, et qui: nsquent de compromettre la coexistence nécessaire dans l'Algérie de demain ; la p-:opagande raciste et antisémite développee par certains journaux, tels que « Fraternité Française » ; la révision des valeurs à laquelle on assiste en Allemagne de l'Ouest, où les criminels d'hier sont r~habilités et les anciens résistants déClares coupables ... En regard de ces éléments négatif" A:lbert Lé~y i?sista sur la prise de con~~ clence an.tIraclste qui. se manifeste depuis un ,cer~alD temps dans les milieux les pl~s divers. La vague des croix gammees en 1960, le procès Eichmann en 1961 O?t suscité un vaste mouvement :l'opi- ' mon contre l'antisémitisme. Après les événements d'octobre, il y a eu une véritable . levée de boucliers contre le racisme a!1hmusulman. Dès · lors, l'action antiraCIste, qui s'inscrit dans le grand combat contre le fascisme et pour la paix peut P-t doit entrainer le~ plus larges ~asses l'ensemble des courants répUblicains. ' En conSéquence, il nous faut préparer la Journée Na~ionale qui se déroulera le 25 mars, a~ PalaIS de l'U.N.E.S.C.O. sous la forme d un grand, d'un puissant rassemble. m~nt antiTflciste, d'une ampleur sans p:ecedent. E!lle sera précédée, dans les dlffé~entes VIlles de province, dans les arrondlsse~ ents de Paris et les localités de ~anlIeue, dans les entreprises et de multIples groupements, par la tenue d'asses. antiracistes, également placées sous le sIgne de l'union en vue d'une action vigoureuse. Une riche discussion suivit le rapport : Alfred GRANT insista sur la nécessité ~e. lutter à la fois contre le racisme antiJUIf et le racisme antimusulman complémentaires l'un de l'autre. Le' g;énéral Paul TUBERT, ancien maire d'Alger m.o?trant qu' « au lieu de franciser l'Al: gerze, on est en train d'algérianiser la France li lança un vibrant appel à l'union des antiracistes de toutes tendances. Le Professeur Marc-André BLOCH souligna que la Journée Nationale devait être liée d~ façon cla~re et efficace avec les donne es de la sItuation présente . HADDAD rendit compte des initiatives prises à Lille, où les assises régionales aur~ mt lieu le 3 mars. Me Jean SCHAPIRA resuma l'expérience historique confirmée dans la dernière périOde par ces deux formules : « Unité du raCisme, quelles qu'en soient les victimes li, « liaison inéluctable entre racisme et fascisme ». Me A. ?YMENSTAJN intervint sur la préparatIon de la Journée Nationale dans les quartiers et les entreprises. Puis, Julien AUBART, trésorier du MoR A.P. présenta le bilan financier de l'année 1961, et insista sur le caractère collectif que doit revêtir nôtre action dans ce domaine comme dans tous les autres. On entendit également les brèves Interventions de nos amis PHILIP, LOCHER, J. CREITZ, · R. FEIGELSON RECHT, OVEZAREK, NYS, NEUSTADT' Sonia BIANCHI, apportant tour à tau; des précisions et des suggestions sur les différents points du rapport. Charles PALANT tira les conclusions de ces débats d'un bout à l'autre intéressants et constructifs. Il conclut en invitant tous les militants du M.R.A.P. à faire preuve d'une activité accrue pour assurer à la Journée Nationale le succès et le retentissement que la situation impose 1 ~ r 1 2 d'un / reglme • POUR les chroniqueurs judiciaires ,;1 aussi pour tous ceux qui réfléchissent sur l'évo. lution de notre civilIsation, l'année 1961 aura été marquée surtout par le procès d'Adolf Eichmann_ Nul ne peut oublier, en effet, qu'un homme accusé de génocide vient d'être jugé_ Mais, pour beaucoup de gens, Adolf Eichmann n'est que l'image encore vivante d'un régime politique qui a mis l'Allemagne au banc des nations civilisées de 1933 à 1945. EN vérité, si Eichmann est bien cette image de l'idéologie nazie, il n'en porte pas moins personnellement des responsabilités qu'il ne faudrait pas oublier. Nous avons appris à Jérusalem que Eichmann s'était félicité d'avoir expédié plus de six millions de Jtùfs à la mort. II faut ajouter à ces six millions de Juifs quelques centaines de milliers de Tziganes, un grand nombre d'orthodoxes et de Musulmans. Nous ne parlerons aussi que pour mémoire de ces nombreux catholiques (et Arméniens) qu'il déporta vers Auschwitz ou Theresienstadt. Quant à nous, Français, pouvons-nous oublier ces télégrammes qu'Eichmann adressait à son représentant à Paris, le sinistre Danneker, pour se plaindre de ['insuf! isance numérique des arrivées d'en/an ts par _______ -, Frédéric POTTECHER dans les camps de la mort? Pouvons-nou~ oub~e~ que c'est Eichmann personnellemen t qUI _ a eXl~e la liquidation de ces 4.000 pauvres gosses mternes à Drancy? Un autre fait histonque montre la volonté d'Eichmann d'assassiner des Juifs. Lorsqu'en octobre 1944, Himmler, sachant la guerre perdue, nourr issai t Je projet de discuter· avec les Alliés une paix « honorabl~ », il donna l'or dre à Eichmann, qui se trouvait à Budapest, d'arrêter la mise en rou te de convois de déportés vers l'Est. Himmler pensait qu'en a~issant ainsi, il apaiserait la colere des Alliés. EIchmann a tout fait pour désobéir à ces ordres. On nous ft raconté à Jérusalem cette effroyable marche de la mort, dans la neige, durant l'hiver 1944-1945 ... Naturellement, l'accuse a répondu à ses juges : « Je ne faisais qu'obéir à des ordres ... ». C'est un mensonge. Eichmann a aussi refusé d'accorder des grâces qui lui é taient demandées. parfois par des dirigeants nazis. Ce parfait fonc tionnaire de la mort s'est comporté comme un fanatique froid, qu'aucun sentiment humain n'a pu atteindre. On nous l'a dépeint comme un bon père de famille. En Argentine, par aît-il, il a vécu comme un brave petit artisan, comme un bon petit Allemand raisonnable, correct et honnête ! Il faut nous débarrasser une bonne fois de cette sensiblerie et il faut crever le mur de l'indifférence. Il faut que la jeunesse sache qu'un tel homme a pu exis ter et que Je régime nazi a créé de tels hommes. Le procès d'Eichmann n'a pas eu tout le retentissement qu'il aurait dü avoir. C'est pourtant de la défense de l'homme qu'il s'agit, et si nous ne nous battons pas pour faire entendre raison, si nous ne nous contraignons pas à mettre les indifférents et surtout la jeunesse au fait d'une tragédie qui a été l'une des plus cruelles et des plus honteuses que le monde ait connues, nous risquons de porter l'effroyable responsabilité d'un retour à une telle barbarie. EICHMANN Eichmann, officier S.S ... ... camouflé ... ... en Argentine ... ... pendant son procès. après le verdict Pour un ami mort en déportation J 'AVAIS un ami, français et juif, membre d'un résecw de la FronCe! Combattante. Il fut pris en 1943. En 1944, un Sonderkommando en finissait .avec so persan ne : c'était à Buchenwald. Je lui dédie ce qui suit. Je n'agis pas sous l'effet d'une piété tardive

durant ces 14 ons, jamais je ne

I·ai réellement quitté. Simplement, il avait deux fils, - grands aujourd'hui : l'un sera chirurgien, l'outre ethnologue. Et voici qu'ou lieu de la poix qu'il voulait pour eux, on s'apprête à leur imposer de nouvelles épreuves. Je le sois comme il le saurait s'il était là : je le sois parce que j'avais 20 ans en 1933. Mais eux, s'en doutent- ils? ' J'al pensé ceci à propos d'Eichmann : à mon ami, qui était avocat et qui aimait l'Angleterre, ce procès aurait paru probablement admirable, - avant Buchenwald. On ne fait pas mieux à Londres : 15 chefs d'accusation, 121 audiences, 127 témoins, 1,543 pièces à conviction, plus d'UA million de mots dons le verdict. Le tout ou rythme d'un président courtois et ferme et d 'un procureur ne déviant jamais de son dessein. Bref : une véritable extase juridique. Mois, - après Buchenwald -, ton opti que, mon cher Pierre, serait-elle demeurée aussi oxfordienne ? Aurais-tu, notamment, apprécié les manières de l'accusation ? Car celle-ci avait un choix. Ou bien, le rô le et le fonctionnement de la Gestapo étant connus de longue dote, il suffisait de quelques heures pour établir qu'Eichmann en était un des chefs et cette seule démonstration appelait le gibet. Ou bien, pou r les générations futures, elle brossait la fresque complète des génocides nazis et l'accusé prenait place, à son rang, dons l'organigramme nominatif des assassins. Dons le premier cos, le crime d'Eichmann était l'appartenance, avec une fonction de responsabilité, à une organisation reconnue comme criminelle depuis 1945. Dons le deuxième, le procureur dénonçait, un par un, une série de crImes, ce qui, nécessairement, le conduisait à dénoncer, avec Eichmann, un ensemble de criminels : parmi ceux-ci, il avait le devoir de désigner ceux qui sont encore impunis. Or, sous un prétexte juridique - il s'agit du procès d'Eichmann et de nul autre - ce choix, offert à l'accusation, fut éludé. D'une port, la saisine de la Cour portait sur la totalité des crimes commis, dons le III' Reich, contre les Juifs (1) : telle qu'elle nous est parvenue, l'analyse des débats et de l'arrêt l'établit sons discussion possible. Mois, d'autre part, de cette analyse, il se dégage un souci scrupuleux, témoigné par la même Cour, de se détourner systématiquement de toute responsabilité qui ne serait pas celle d'Eichmann, Plus précisément

à aucun moment de l'instance la

Cour n'a estimé qu' II convenait d'inculper d'autres personnes 'ou d'en requérir l'inculpation. De ce point de vue, la défense était loin d'avoir tort en présentant l'accu sé comme un bouc émissaire. Le 16 décembre, après la sentence, le correspondant du " Monde » à Bonn ti rait, de ses contacts personnels et d 'une revue de presse en R.F.A., la leçon du procès. Avant la première audience, dit-i l, on craignait, en Allemagne de l 'Ouest, que se déchaîne à travers le monde, " un re gain de ressentiment onti-allemand ", Mois on se rassura bientôt : celui qu'une partie de la presse mondiale désignai t comme " le criminel aux six millions de victimes " ou comme " le bourreau du peu .. pie j uif " n'était-il pas investi, è Jérusalem, d 'une sorte d'exclusivité bienfaitrice ? Il y eut, dit " Le Monde », " soulagement " rétrospectif et même satisfaction. Un tel compte rendu est un constat de mystiJication. Mystification, d'abord , de l'opinion d'Outre-Rhin, ou moi ns dons 50 fraction la moins consciente. Mystification, aussi, de l'ôpihiof1 ' mondiale. et je n'en exclus pas la Fronce. Rappelons donc quel .. ques vérités : 1) Pourquoi un déroulement différent de l'aHaire eût-i l provoqué un ressentiment contre l'Allemagne ? Ou, pour être plus concret, pourquoi avait-on peur, à Bonn, qu'un réflexe antigermanique fosse suite à la dénonciation des militaires, des poli .. ciers, des diplomates qui, à des degrés di-. vers, ont pris port, sous Hitler. ou massa .. cre des Juifs ? la réponse est historique .. ment indéniable : cette inquiétude tenait à ce que la R.F.A. garde toujours à son service les fanatiques du précédent régi .. me. Et, comme, dons leur immense majo · rité, les masses ont tendance à confondre l'aclion d'un gouvernement étranger (en l'occurrence : celui de Bonn) avec l'a ction de la notion qu'il gouverne (en l'occuren· PAR Jean SCHAPIRA ce : les Allemands de l'Ouest), on doit re connaître qu'une telle inquiétude était jus .. tifiée. Mais l'aurait-elle été si la dénazifi cation avait eu lieu ? Conclusion pratique : à nous, antirads· tes et démocrates, d'expliquer sons relô · che, devant nos opinions respectives, que ce n'est pas au peuple allemand que nous en avons, mais au nazisme et à ses survies. 2) Pourquoi attachons-nous une telle importance à ce que l'abcès nazi ne soit pas seulement photographié, mais opéré ? La réponse, ici, est claire également : le passé nous préoccupe moins que l'avenir, le châtiment moins que la prévention. Cor, que ce soit dons la fonction publique, dons les entreprises ou à la tête d'associations, les ex-hitlériens (" ex " , d'ailleurs; étant souvent de trop) constituent aujourd'hui encore, un ferment idéologique (pour la jeunesse surtout) et un danger par les ac· tes. Ferment et danger d'autant plus gra ves qu'ils ne se limitent pas à l 'Allemagne. Par exemple, regardons chez nous. Qu'est· ce que la ratonnade sinon l'expédition pu· nitive des chemises brunes ? Et, lorsqu 'il vitupère le " ghetto du IX' " en quoi Pou· jade diffère-t - il du commentateur des lois de Nuremberg qualifiant le Juif, en 1937, de " corps étranger .. ? 1 Lettre de Jérusalem La dernière audience ... Conclusion pratique : le racisme à la nazie est un tout, quelle que soit la moda lité nationale qu'il emprunte. Par là même. le combat contre le racisme est un tout éga lement, qui ne fa it aucun distinguo en tre un complice d 'Eichmann et un tueur d 'Arabes. Que le correspondant du " Monde » rassure ses interlocuteurs de Bonn : il n'y a rien d'anti-allemand là-dedans. LE leader israélien du mouvement kibbutzique, Itzhak Tabenkin, a dit en apprenant l'arrestation du criminel : « L'année à venir sera l'année d'Eichmann )) . Il va de soit que la personne même d'Eichmann n'entrait pas en ligne de compte ; ce qui comptait, c'était la possibilité pour les juifs, pour la première fois dans leur tragique histoire, de juger ceux qui ont commis contre eux tant de crimes. Et aussi de por ter ces crimes à la connaissance des jeunes générations. Le prcrcès a joué ce rôle et son importance apparaîtra mieux avec le temps. Une double morole noires, sur le podium, un choeur de six Les dernières journées de ce prOCès furent les plus dramatiques. Quoiqu'il y eût moins de journalistes qu'au début, la fièvre régnait dans la salle de la presse, et on voyait tous les journalistes penchés sur leurs machines à écrire : ils :lvaient de quoi faire leurs « papiers » ! Disons-le sans avoir peur des 'nots : le jugement lu par les trois juges à tour de rôle est une pièce capitale dans l'histoire de l'liumanité. Car ce que lisaient ces magistrats de leurs voix calmes et fortes, ne concernait pas seulement les juifs. Les pages de douleur et de souffrance, du martyre sans nom des Juifs, font partie de l'histoire humaine des temps modernes. A nouveau sont venus sur leurs lèvres les noms tant répétés dans cette salle archi-comble et silencieuse comme une synagogue aux grands jours de fêtes : Auschwitz, Treblinka, Belzec, Maïdanek, Sobibor et d'autres encore, et il semblait que derrière ces trois juges en toges millions de voix répétait les noms terribles. Quand le Procureur général, dont le Par Myriam NOVITCH nom est devenu le plus populaire en Israël, depuis le prfntemps dernier, a déclaré

« Jamais ne sera effacé du coeur

des Juijs, le souvenir des massacres de nos jrères et soeurs, ni pour la génération qui a vécu les horreurs, ni pour celle qui la suit, ni par celles qui suivront à tout jamais », on sentit que la salle, où des femmes pleuraient, communiait profondément avec lui, et ce fut un moment de tension extraordinaire. La séance qui précéda la sentence. fut brève et d'une intensité dramatique telle que . certains, incapables de retenir leur émotion, quittaient la salle. Hausner parla une heure. Puis la - défense prit la parole. Servatius parla très peu. Que pouvait-il dire ? Encore une fois, il rejeta la responsabilité sur le seul régime hitlérien. Mais ce n'était pas le régime qui se trouvait assis dans le box des accusés, c'était son client, Eichmann, qui servit le régime, avec une ardeur fanatique. Puis l'accusé se leva et prit la parole avec l'aplomb d'un homme en bonne santé, à la conscience tranquille et « aux mains propres II comme il le dit lui-même. Il parlait avec la même voix qu'il avait lors de ses conférences de la Kurfursten Strasse 116, lor squ'il convoquait à des réunions régulières ses Judenreferenten, les Brunner et les Wisliceny, les Nowak et les Guenther. Il se découvrit même une qualité : il affirma être un homme fidèle au serment prononcé. Alors que veut-on de lui ? Il était bien tranquille en Argentine, on s'empare de lui, on l'enferme pendant 7 jours (imaginez ce qu'il a pu souffrir !) on le jette dans un avion et le voici ici, il n'est pas du tout à sa place! Il est resté un Allemand, certes... Et c'est toujours cette notion d'une double morale : l'une pour les Allemands, et une autre pour tous les autres ! Il est pénible de j'écouter. Et quant en (Vair svite page 5.) 3) Pourquoi, dans ces conditions. la Cour de Jérusalem a -t-elle si bien évité tout nom compromettant pour. Bonn ? C'est pour parler comme le " Frankfurter Allge · meine ", qu'il y a les " principes d'ordre général n et les .. considérations d'opportunité n. En termes moins gala nts, il y a la justice et la politique. Il est d 'usage, au M.R.A.P., d 'en u! e( avec d istance à l'égard de la politique. Je la isse donc aux lecteurs, chacun pour soi, le soin de réfléchir, sous cet angle, ou procès Eichmann. Je leur signale cepen· dont que, selon le même " Frankfurter Ali .. gemeine », il ne serait pas exclu que flit accuei lli le recours en grâce introduit· par Maître Servatius : tout dépendra de la place faite à " l'opportunité ". Cette même opportunité qui, adoptée a ux ci rconstances de l'époque, conduisait naguère, mon ami au crématoire. (1) Et contre d'outres groupes ethniques . JournoT composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E_C. - Ohâteauroux Gérante : S. BIANCHI.

Notes

<references />