Droit et Liberté n°00004 - 15 avril 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Trois assemblées par Charles Vilner (ONU, conférence des 16, mémorial de Varsovie) -page1
    • Pâque 5708 Semaine de solidarité avec la Haganah en lutte pour l'indépendance -page1
    • J'ai déssiné le projet d'un monument que Hitler voulait élever à sa propre gloire sur les cendres de 500 000 juifs par N. Marceau-page1
    • Mon point de vue par Julius Streicher -page2
    • Les étonnements de la quinzaine -page2
    • Lu pour vous par Roger Maria -page2
    • Après la volte-face américaine, les démocrates dénoncent la violation des décisions internationales: Henry Wallace, Emile Buré, Jacques Duclos, Jean Guignebert -page3
    • La charité du chanoine Desgrange par Charles Lederman -page3
    • Je ne sors pas de prison, M. Mutter ne peut rien pour moi (collaborateurs) par Alain Adler -page3
    • Chroniques de notre temps: un million de juifs vivent dans les pays du moyen-orient page4
    • Savez-vous que: nouvelles internationales
    • Les juifs de Bayonne: de Torquemada à Hitler par Joseph Millner page5
    • Les maudits (collaborateurs) par Joseph-André Bass page5'
    • Anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie: les six glorieuses par Michel Baron -page6,7
    • Chronique juridique: les étrangers victimes de spoliations peuvent-ils être réintégrés par M. Imerglik
    • L'antisémitisme; névrose sociale par René Dalsace page8
    • Le terroriste Koestler par Bernard Kahn
    • "Le soleil luit toujours: un film qu'on ne voit pas par Felix Fedrigo
    • Le congrès juif mondial a retrouvé la trace de 24629 personnes
    • De l'air et de la joie pour les enfants
    • Jeunesse: Avec les jeunes de Bruxelles par Dany Senaz; Marchands de désespoir par Louis Mouscron page11
    • Paque 5708 sous le signe de la solidarité avec la Palestine en lutte (Moyen-Orient) page12
      • appel pour l'aide à la Haganah
      • le rabbin de Bacherach de Henri Heine
      • un Seder dans la Palestine nouvelle par Edmond Fleg (Moyen-Orient) page12


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Prb( 20 . fraOoc. 5 J G ••• LE GRAND HEBDOMADAIRE DE LA VIE JUIVE Fondé dans la clandestinité 15 avril 1948· Nouvelle série N° 4 (72) ' Trois Assemblées 1 " UELLE sinistre ironie de l'histoi.re que cette réunion de QI' As.semblée généra'le de l'O.N.U. pour conteiter aUX Juifs le droit de constituer un. Etat indépendant en Palestine ! Sinistre ironie parce qu'eUe se tiendra !e jour même du cinquième anniversaire de l'héroïque soulèvement du ghetto de Varsovie •.• Ce sublime co:mbat désespéré (mais non pas combat du déses.poir) étonna le monde ! Derrière les murs quicrûulaient,dans ce g-heuo qui flambait, il y a cinq ans, à l',a,pogée de la puissance hitlérienne, ib c'Onquirent cependant à jamais, ce3 combattants immortels, des droits que n~1 n'a le pouvoir de refuser. Triste ret'Our des choses: le fascisme est vaincu, mailS ici les vainqueurs sont ignorés, maltraités. bafoués. Us furent quelqu,es survivants à se ·glisser dans les ég'outs, qu~nd toute vie eut cessé, et après a voir erré interminablement, ils rejoignirent le~ rangs d'autres résistants et reprirent le combat. Aujoud'hui. on en retrouve, les armes à la main, en Palestine .. Face à eux, les bandes conduites par d,es officiers nazis. Ils pourront peut-~trey reconnaître - qui salt ? - les a.ssaiIlants qu'il y a cinq ans. Mais aujourd'hui comme hie.', i.Jssavent .que même dans leur détresse ils sont les plus fOTts, parce qu'ils sont les combattants de la liberté. Le spectre du ghetto de Varsovie en feu, la vision des murs s'écroulant sur les cendres d'un demi-mlllian de corps humains, feront-ils réfléchir, en ce jour du 16 avril, l'a-ssemblée de l'O.N.U.? Ou faudra-t-il que le rappel de la fin hjtlénenne fasse trembler ceux qui en pensant a u pétrole oublient le lang ?

  • NE autre assemblée, beaucoup moins internationale

signe des te.mps ! - . se tiendra le même jour à Paris : 1. Conférence des Seize. Ils seront cette fois-ci dix-huit, car l'Allemagne non dénazifiée etPEspagne da Franco sont près d'y participer. On ne s'y emploiera pas non plus, comme jadis à y a lta et à Potsdam, à assurer une paix durable et le règne des principes démocratiques dans le monde. Vainqueurs et vaincus s'efforceront d e rec'On'5tituer la puissance militaire d'un Etat allemand qui guette l'occasion de redevenir agressif et promet, en attendant, de servi~ fidèlement d'autres agresseurs .•• Nous ignorons si des traités seront é laborés sous le signe de l'oubli. Mais n'Ous doutons de la valeur q u'ils pourraient àv'Oir : les peuples - même silencieux - n'oublient jamais.

  • A troisième assemblée - qui, bien à tort, tiendra moins de

place dans l'actualité politique se réunira au même moment à Varsovie. Elle sera composée de nombreuses délégations, venuea du monde entier, pour assister à la cérémonie d'inauguration d'un monument à la gloire du grand soulèvement, épisode de l'éternel combat pour' la liberté et pour la dignité humaine. L'oubli du sacri.fice des hommes dominera le.os deux premières assises. Mais l'histoire retiendra sam doute le poignant r~A:it que raconte ce bloc de granit plu6 durable que le papier deli procèsverbaux. Cette pierre sculptée de visages de résislants pleins d'espoir n'est aujourd'hui qu'un symb'Ole. Symbole qui nous rappel'le cet autre monwnent projeté par Adolf Hitler et qui devait s'élever à la même place pour glorifier le Fuehrer qui « d é barrassa le monde du peuple juif ». Combattants et martyrs en décidèrent autrement. Cependant ce symb'Ole a un corps et une âme à travers ;e monde. II vit avec tous les hommes libres qui, en Palestine et partout, continuent la luUe. Ils sont plus forts et plus nombreux que jadis. Ils no'nt pas d'autre choix que le combat, car ils veulent vivre. Ce sont eux qui forgent l'avenir. M. VILNER , i s 1 é 1 fojet , n à ft r pre è oi e ur le Bas-relief (fragment) du monument élevé à la mémoir,e des Combattants du Ghetto Dans ce -numéro: u 57 8 ••,.. * SEMAINE DE SOLIDARITE AVEC LA HAGANAH EN LUTTE POUR L'INDÉPENDANCE ent que -Ile vo lait e e 50 .000 lUi " DROIT ET LIBERTE J 5 a vril .1948, - N~ 4-7l LES tTONNEME 1S DE L QlUUNZAll lE . • • par JUlÎusSTREICHER Sieg, Heil ! · Krupp ! Cher vieux et loyal eam'arade de l'époque héroïque du Parti ! Dès 1930, vous avez ité des nôtres. Vous avez été l'Âme du. réarmement de nolre patrie. Et les conquêtes du R eich à travers l'Europe et rAfrique, . c'est à vous, en premier lieu, que notre peuple les doit 1 · Depuis trois ans, quelques judéo- communistes avaient eu l'intiâmie de vous jeter en prison: il. osaient vou. faire grief d 'avoir forgé le glaive germanique, et ils voula,ient vou. frapper pour avoir utilisé à cette nOble fin dans VOl usines quelques dizaines de milliers de judéo~ marxiste. : toute cette racaille serait morte par votre (aute, - prétendaient-ils. La belle aff.irel . Heureusement, ces billevesées n'ont pa. pesé lourd dan .. l'esprit de vos juges : ' ce furent des homme. sage •. Instruits des réalités de l'exi.tence, fermement èonseillés ausai. par vo" .niis d'outre-Atlantique, ils comprirent ' que vous n 'avez jamais fait que votre devoir. Et ils eurent de plus, san. doute, le sentiment que' vous fûtes leur précu-rseur ••. Donc, cher vieux ca,marade, vous êtes acquitté ! Vous .llez pouvoir bientôt reprendre le combat à no. côtés. Nous savons que ·vo.... le' mènerez comme toujours, anilllé du plus farouche esprit national-socialiste: le parti vous (ait confiance .•. Après vous avoir rend·u votre Jiben';, wus les vôtres, ceux de l'ind·ustrie et ceux de la finance, l'ingénient à reconstituer notre industrie. sauvagement saccagée voici troj"s ana ; et pour accroitre notre production, leur chef cle file incon lu té, le granl Ford, a décidé d'inonder noa r égion. incluatriell ... de colis alimentaire • .•• Courage, donc ; la victoire eat en vue ! Heil HitleT ! P.c.c. J.-F. DOMINIQUE. De l'huile sur le feu Qui aurait cru quand M. PierreHcnri Teitgen s';ippelait 0; Tristan ]) lllïl se ferait Ull jour le complice direct du Crand Muphti et Je Fa",,,i K'lOudjî? Cest lui (lui a autorisé le trust Brandt · à venùre aux provocateurs arabes du Liban un stock d'armes d'une valeur de 80 millions Je francs. Décidément, son Dieu semble bien être celui de la guerre. Mais, peut-être, M. Teitgen croitil, en l'espèce, trouver une circonstance atténuante dans le fait que c'est une guerre sainte que les mercenaires de l'impérialisme entendent livrer aux Juifs palestiniens ?._ En tout cas, c'est jeter de l'huile - sainte ou non - sur le feu.

  • Le gouvernement de Gasperi

? Une société protectrice des animaux Les Marseillais ont connu pour leur malheur la tigresse blODde, abominable femelle de la Gestapo sabianiste, qui n'avait pas sa pareille pour torturer les patriotes. Les Romains, eux, et plus particulièrement lcs Juifs cie Rome, ont eu arIaire, aux beaux temps de Mussolini, à la Pap.thère noire. Pour se faire une idée des agissements Je celle renégate, israélite d'origine roumaine, il n'est que de se Tapp rer les « héroïnes ]) hitlériennes de « Rome, ville ou"erte :l, Elle travaillait dans l'horizontal: chienne coucha nie. avec les Fritz,. elle fit tomber J1Quibre Je ses .coreligionna ires SQus le feu d 'un peloton d'exécution ... Mise en cage au moment de la libération de l'Italie, elle vient d'être amnistiée et remise en liberté par le ministre de l'Indulgence du gOllverllt'llJ t'nt de G:1speri. ~ Que voulez-vous? us ami~ de M. de Gasperi, sïls nourrissent une haine zoologique cvntre ces hommes il peine supéricurs al.x chimpanzé~ - cOlllme disait si bien, naguère, notre R.P. Pan ici -, lui professent le maté rialisme sürdide du Front Démocratique Populaire, ont toujours pitié des ;mimaux, pour peu (lu 'ils aient ét é élevés dans les chenils hitlériens ...

  • Les animaux malades

du choléra Un mal qui rép,md la terreur, Mal que le ciel en sa fureur Jnventa pour punir les crimes le [l'Eg)'pte ... ... Le choléra, puisqu' il faut l'ap. [peler par son nom ... ...est fini. Mais le proc~s des responsables du mal n'est pas terminé. Le lion (britannique) est, bien entendu, hors de cause. Et c'est une autre sorte de coupables que jettent ft la vindicte publique les mcnel.rs de la a Fraternité Musulmane » - chacals rabatteurs du lion - qui tentent d'exciter la population contre les Juifs, éternels boucs émissairt'S. Ces pelés, ces galeux, dont vt'nait [tout le maL Ont empoisonné l'eau des puits! " Frères mus\dmans ~, un' peu d'originalité, s'il vous plaît. La rengaine est connue, d epuis le ... Moyen Age.

  • God save the Fuehrer !

, ' . « ..... Les femmes et les t'nfants juifs, vieux et jeunes, seront tous annihilés. Nous achherons l"oeuvre de Hitler. ), - Péut-être est·ce un manifeste du Werwolf, un réveil en Allemagne occidentale du fanatisme nazi ? - Ah! bonnes gens, vous êtes loin du compte! Cette belle prose a été adressée de · Palestine, par avion, à un certain nombre de députés anglais, notamment M. S. Sih'erman, M. Barnelt Janner et M. Michael Foot. - Alors, c'est l'oeuvre de mercenaires musullll a ns. Ce papier, qui déclare la (!ue rre aux vieillanls, aux felilmes et- ;IlIX petits t'nfants est inspiré par les émissaires du Grand Muphti? - VJus n'y êtes pas encore. C't:st un p:lI11phlei de la fal11el.se « Ligne B"itallnique )), qui vient d'être illl:orporée l~ Illois passé à r « lJni";n Movement )) du célèbre l\foslev ! Ce~t J'oeuvre ',Je quelqlles " Anglais' )) qui vt'ulent ressusciter Hitler et achever son oeuvre si mal· heureusement interrompue! Comment dit-on « Heil Hitler! :1 en anglais?

  • Pas beau, l'enfant

Savez-vous comment le très réactionnaire Dewey, ancien candidat à la Maison-Blanche contre Roosevt'lt, a débuté dans la carri~re? En chantant dans les synagogues! Car cet antisémite fieffé est un ... Juif, figurez-vous. ' C'est, .tu moins, ce Gue raconte un tract dis tribué par la Ligue ,les t( Mères américaines », de New- York, qui couve une propagande r:.ciste sous les dehors les plus honorables. JI y a lù une helle illustration tics contradictions qui déchirent la vie politi()ue aux U.S.A. Ces t( Mères améric;lines » disent avoir perdu leurs fils à la guerre. Ce ne sont en réalité, que des mères, sans plus ... Le parti de M. Truman utilise leur Ligue à ses fins électorales. De quoi ces messieurs fte vont~ils pas accoucher?

  • Thérapeutique moderne

La médecine et la chirurgie ont fait de grands progrès aux EtatsUnis ces dernières années. Et de bons esprits ont pensé à ~' :W~_'I~W24 novembre 2009 à 10:26 (UTC)_- poet 9lOfJeIt JI!lwtia &iiI .~ ~~,~ Des camions de troupes sautent, des hommes sont abattus, des immeubles explosen t, on exécute des 9tages, deux armées s'affrontent, des agents secrets attisent l'in- · cendie, etc ... Et bien des gens, un peu partout, sont tentés de se considérer au-dessus de cette mêlée qui leur paraît confuse, ce qui est certes plus facile que d'essayer honnêtement de s'y reconnaître. . Et pourtant les faits parlent, têtus et révélateurs ; en voic i un, rCY\arquabltme' lt prése'1té et analysé pa'r $pe:ta tor, dans Combat, du 2 avril ; il s 'agit de la grave affaire de la rue Benyehuda : On sait que le 22 février dernier. l'immeuble de la CG.T. juive, l'Histadruth - sis rue Benyehud., à Jérusalem - sautait presque entièrelitent. Des décombres, l'on devait retirer près de cent trente corps, dont dnquante-quatre morts et soixane blesses graves. Quelques instants .lvant l'explosion, d'innombrables té_ ins avaient VII s'arrêter, près de l'iI"meuble, deux camions militaires et une voiture blindée britanniques. En outre, les autorités ~'abes infor"", ient l'Agence J..ive qu 'e lles n'itaient pour rien dans l' .. ffaire. Celle-cl risquait donc d'être si grave que l'Agence Juive décidait d'une éftquête publique. Cette dernière "ait réguliérement conduite par trois hommes de loi connus Dépositions et recoupements prenaient t ,ois semaines. Ils étaient acqIIlants. Le 17 mars, l'Agence Ju ive en communiquait brièvement les résultats

voitUl"E's, ~iDns, e'lIplosifi

étaient britanniqqcs. Le personnel 4'exft:ution était é,alement anglais. Crim~s et complices Sdns transition, le préfère donner c;e t it re à l'extrait qui sur t, du même article de Spectator, q~'il a intitulé : Les amitiés persistantes, où il tente de montrer les raisons qui conduisent le gouvemement anglais, même travailliste, à jouer la carte de l'antisémitisme fanatique de certains milieux arôbes : Pc.ur tout cc secteur fourmillant qu'f'S1 le M"yen-Orient anglais et où se confondent étroitement les féodaux arolLes, les officiers anglais e .. congé ou en exercice, les agents et les inte.-médiairel, il n'y a pas, en soi, de question juive. Il y a des intrus insupportables dont on se moque ou dont on méprise l'affairement de fourmis, dont on redoute pourtant le dynamisme pl~ien, et dont - le cas échéant - cert .. i .. s conviennent de se débarrasser, tandis que les au~ tres acceptent cie fermer les yeux. Une logique de sang et de feu L'Histoire a jugé sévèrement Ponce- Pilate. Le doigt dans l'engrenage, tout le corps y passe. Ces Anglais sont amenés, par le jeu même des inté rêts ql.l 'ils représentent, à .taire la Buerre "onl'e le peuple juif aux côtés des S.S. qui. eux, après tout, ne font qu'agir conformément au serrnef'\ t qu'ils on t juré à Hit ler. Nous ne forçons point Iii vérité pour les be50ins de la pOlémique en fa isant ce rapprochement ; que l' n veuille b,en se reporter, par exemple •. cette i information prise dans La Dépêche marocaine (Tanger) , du 23 mars : \1 y a quelque temps, plusieun Allemands tombaient aux mains des forces armées juives palestiniennes. Un rapide examen devait apporter la prelWe qu'il s'agissait en fait d'officiers S.S. Ils portaient d' ailleurs cette preuve tatouée Sur leur bras : deux S,S. anguleux de sinistre réputation. Ces S.S. ne se contentent pas de mener la lutte dans les rantitS des Arabes. Abandonnant, pour un mome .. t, leur préjugé contre les hommes de couleur, ils encadrent les Arabes po..... poursuivre la lut! e contre le peuple d'Israël. leur gibier fayori. Encore une fois, ce n'est pas cel.a, si l'on y réfléchit bien, qui est tellement frappant ; l' inacceptable, c'est qu'un grand pays qui se dit démocr2tique protège et utilise ces _ élément. s et s'inspire, en .fait, de leurs fl'€ thodes, Le massacre « diplomatique » de l'Iman Yehia C'est ainsi q ue, toujours SOliS la. signature de Spe: tator, da.. . s Comhat du 30 mars, nous trouvons un long récit passionnant de l'affaIre de l'Iman Yehia, assassiné impitoyablement ainsi que son entoura e par un agent aIlslais ~, ., Le maaacre commen~a donc: Yehia, Ion premier' ministre, sa suite, deux de sq fils : Hussein et Moh'-, palsèrent au feu cles mitraillettes. Agents transjordaniens et même irakie;u, sillonnèrent I~paYs. Le journal de Da:Tlas, « El Nasr », trouva le travail assez mal fait et vendit la mèche : « C'est Glubb Pacha qui a 'monté le cp.urp ». Et chacu .. sait que Glubb est le chef (brita .. nique) de la Légion transjordanienne qui vient de se distin~uer en Palestine. La guerilla psychologique Sur un autr" front, avec . d'autres armes que la Légion transjordanienne, de discrètes hostilités se déroulent chaque jour à travers le monde, notamment aux Etats-Unis où l'a.,,tisémitisme fait de tels progrès que des esprits libéraux ont dû réagir avec force notamment par le firn pour désintoxiquer I.eurs concitoyens. , C'est ainsi qu'un nouveau film contre le préjugé racial vient de sortir à Hollywood. Voici comment Samedi-Soir du 27 mars le présente brièvement : «Le Mur invisible» raconte l'histoire d'un journaliste qui se fait passer pour Juif, pour mieux étudier lei aspects de l'intolérance raciale en Amérique. L'antisémitisme qui y est étudié est d'un ordre assez subtil. C'est celui des gens dits. tolérants, mais qui repoussent les Juifs 'sans même s'en rendre compte. Aprè~ Crossfire (Feux croisés), voila donc encore un film qui témoigne de l'etendue du mal qui ronge une partie de la soci€té américaine , mais aussI de la volonté certains dt '(f'f.vuW le."""t;. .; utiliser ces progrès pour }lluger 1. ,oie publique du pa)'s. Le Comité des activités antiaméricaines procb"ùe encore, par la b"uche d'un le ses membres les plus ~minents, M. John E_ Rankin, (lue « l'Amérique sera libre quand le sang des ~uifs, des nègres et des communistes coulera librement dans les ruisseaux de toutes les rues li. Mais ' cette opinion un peu grossière est déj,-' di· passée. Et le mouvement « Amcrica First li a Ifr()uvé mieux : il a récemment voté à l'unanimité \lIIe motion demandant la stérilis.ation de tous les Juils d'Amérique. Paroles nouvelles sur un air connu!

  • Piqués

D'autre part, un jeune médecin (le Chicago a trouvé une moderne application des théories de Lombruso et de l'acupuncture chinoise: Ayant localisé les centres cérébraux qui contiennent les idées communistes i'un individu, il les pique d'une aiguille de son invention. Peu après, l'individu traité perd son mordant et tombe dans une apathie qui s'accroît progressivement. Il est bient,",t à point poUl' faire un bon Yankee. Admirable concrétisation de Iri' machine il décerveler du Père Ubnl Nous av()ns consulté, pour Dotre part, le mé..lccin de serv.ce à " Droit et Liberté Il. Ne voulant pas être en reste ~I\'ee ses coll~gues d'outre-Atlantique, il préconise ua vaste traitement 'de douches pour hystérie collective.

  • Sur le. traces

de Xavier Vallat Quand Xavier Vallat était ét.. diant au QUlrtier Latin, il dirigeait des 1Il0nomes maurassie .... contre 0: l'invasion métèque ». Un jour, des « métèques » _ unilorme vert-cle-gris envahirent la France et Xavier Vallat envoya 1()(I.OOO de St"s comp .. triotes à la mort. On sait comment il s'en est finalem" nt tiré. Alors, quoi d'étonnant qu'en 1948 un groupe d'étudiants vichystesait pu ùiffllser lin tract' appelant la jeunesse intellectllelle il faire barrage à « l'invasion de tOIlS les météques » et il ~e ranger" derrière un guide: André Multer l'. Veut-on nous préparer lin nouveau Xavier V~')lat qui opérerai~ suus la protection d·un ... shùiff? LES INGENUS DE SERVICE. Droit et Liberté Rédaction et admirustrat10n 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· Têt'phone :PROlfence 90-47 90·48 C.C.P. Parls 6070-98 Le ~érant: Ch. OVEZAREK i15 avril 194ft - N° 4-72 DROIT ET LIBERTE - Après- /a volte-face américaine La c-harité -. du chanoine Desgranges LES DÉMOCRATES DÉNONCENT LA VIOLATION DES DÉCISIONS INTERNATIONALES 1 1 1 Le Chanoine Desgranges défend les traîtres. Il vient de témoigner en faveur de Clamamus, Capron et quelques autres, devant la Cour de Justice de la Seine. D'autres ont dit et diront encore ce que sont ces hommes, traîtres à leur patrie. Je veux seulement aujourd'hui relever quelques propos du Chanoine Desgranges. Plaidant pour tous les traîtres, il a déclaré que la 1 Quatrième République avait, en quelque sorte, institué un « Statut de l'Indigne National» comparable au « Statut des Juifs », et il a dépeint la lamentable situation de ces malheureux parias. Pensez donc que Clamamus serait privé de sa pension d'ancien sénateur si la Cour de Justice sanctionnait sa trahison! Sans doute, n'est-ce q.u'en avril 1948 que le Chanoine Desgranges s'est aperçu qu'il y avait eu, à un moment, en France un « statut des juifs ». Il aurait bien eu, de 1940 à 1944, le loisir de le constater. Mais il avait d'accablantes occupations qui l'ont empêché ~ . d'arrêter son esprit à des constatations alors sans importance. Mais le Chanoine Desgranges peut-il nous citer l'exemple d'enfants de six ans portant l'Etoile Jaune de l'Indigne pour le seul motif de leur origine ? Peut-il nous dire combien, parmi ceux qu'il défend, dnt été torturés comme le furent des milliers de juifs • pour le seul fait de leur naissance et combien ont été déportés dans les camps d'extermination, et ne sont pas rentrés ? Ose-t-il pretendre que la Justice poursuit ceux qui lui sont chers sur les ordres des ennémis de la France, avec la complaisance de leurs valets complices ? Soutiendrait-il que ceux-là n'ont pas souillé l'âme de la Patrie et ne l'ont pas trahie ? Ne sont-ce pas vos Amis, Chanoine Desgranges, qui ont décidé, promulgué et appliqué ce statut qui en France seulement a fait 120.000 morts ? Et puisque, hélas, il en est bien ainsi, les familles des 120.000 morts - et de combien d'autres - voient s'ajouter vos insultes à leur souffrance. Mais vos paroles, Chanoine Desgranges, auront pour mérite, nous en sommes sûrs, de réveiller quelques consciences. Celles d'hommes qui peut-être, quelque moment surpris par les vendeurs d'indulgences, ont compris en lisant vos propos sacrilèges, que l'on ne peut composer ni avec les assassins, ni avec leurs complices; Ni même avec ceux qui essaient de les défendre. Charles LEDERMAN HENRY A. WALLACE candidat à la présidence des Etats-Unis, collaborateur de Roosevelt La volte-fac.e de la délégation amériCaine dans la question palestinienne ' est une véritable trahison envers'Ia population de Palestine et une sérieuse atteinte au prestige d'e l'O.N.U. Il est rare que dans nQtre histoire une administration ait renié d'une façon aussi fla.grante son oeuvre et son honneur, ait trompé a-ussi totalement le peuple et les espoirs ,de paix du monde. La' délégation des Etats-Unis prétend, avec un ap'lomb inég-.1- lable, qUte sa tâC'he n'est pas de f()rcer il l'application du vo-te de partage, mais de sauvegarder la paix. Ceci pendant que. let assassinats continuent. L'affirmation de M. Warr.en Austin que les Etats-Unis sup- • pot1eront les frais de l'actiQn d~s Nations Unies n'est que pure hypocrisie.. La position des U.S.A. est dic- 1 tée par l'impérialisme pétrolïer et par la politiqUte pétrolière. Un second Munich est en pré- 1 parati()n. A moins que l'opinion publique n'()blige ~'ad.ministratiml de Truman à tenir sa parole le n()uveau Munich risque d'~voÙ' les mêmes conséqu,ences 1 qUe la session historique de ___-_ _-_ _- ________- -_""- _- _-_____. l. Chamberlain, Daladier et Hitler. EMILE BURE? directeur de L'Ordre de Paris Le gouvernement de M. Truman s'apprête à abandonner aUx Arabes massacr,eurs. évidemment après aC(:ord avec le gouvernement de M. Attlee, les Juifs de Palestine, reniant le premier la prom.esse qu'avait faite en son nom à l'O.N.U. son représentant de garantir Je partage. Ils veulent, disent-ils, prévenir la guerre, et il est sûr qu'ils l'appellent, tout au contraire. Le pétrole du Proche-Ori~nt, cause d'u,n malheur effroyable aujourd'hui, risque d'être cause demain de malheu.rs plus effroyables enCore. Il n'ai,dera pas à l'union des Amé'ricairis .et des Anglais. en compttition à son sujet, il alourdira encore la l()urde tâche de l'O.N.U., pour le mal de la civilisation e.t, partant, pour le bien de la barbarie. JACQUES DUCLOS, Député, Secrétaire du Parti Communiat. Français Qu.elle est lasîtuation des Juifs de Palestine ~ Ils sont oomba, ttus par l'Angleterre, ils s()nt lâchés par les Etats-UniS. Les Juifs de Palestine a ttendent qu'on ne piétine pas les dé cisiQns de l'O.N.U., et pourtant c',est ce qU'on est en train de faire ! Si les décisions de l'O.N.U. sur la Palestine, et sur le partage en doux Etats, sont f()ulées au de Palestine, vos frères, et je reconnais aux Juifs de Palestine le droit de lutter pour l'application des décisions de l'Orga" nisation des Nations Unies ! Je tiens à vous assurer en cette circonstance de la solidarité la plus complète du Parti Communis, te français, quï a la certitude que partout, à travers le monde. les fQr~ de démocraUe, de progrès et d'indépendan. ce nationale fi:niront par l'em porter malgfé les prétentioD!I inSOlentes des pétrOliers et d" tous les trafiqua.nts de l'Univers, malgré les prétentions ionsolent. es de tous les exploiteu:rs de la soufCrance et de la misère deS hommes ! Ni)US av()ns la coolVictiQn profonde que le combat des 'hO'mmeS de bonne volonté sera fin à lement victorieux. M. JEAN GUIGNEBERT, secrétaire national à la propagande 'du Mouvement socia:liste unitaire et démocratique ___________________________________________ , pioed, la preuv,e sera faite devant le m()nde qu'une politique de paix et de c()noorde internationale cède le pas aux nécessités d'une politique expansionnisl.e et impérialiste, que les prob/è~ du pétrOle 'prennent le pas sur le problème du droit des pellples à disposer Jibt1ement d'eux-mêmes. lB. Butter ne peut rien pour moi: Je ne sors pas de prison / .~ E voici au thèâtre Edotlard~ VII. la salle est agréable, spacieuse, mllis le public: . est peu nombreux. Quelques jeunes, mais surtout des personnes âgées, il la mise ~ décente, II~ [C \Jll1 '~ le sujet de la pièce? {( La Récouciliation fran~l\ise ». Un seul acteur, unel , ~ vedette: M. André Mutter. J l: venais de lire, la veille, dans" Paroles Françaises ", l'annonce de la création d'un " Comité national pour la Défense des Droits de l'Homme, la réparai ion et "amnistie li. C'était, écrivait le même journal, " pour suppléer à la carence de la Ligue des Droits de l' Homme agonisante, que ce nouveau Comilé entrait en lice .. . , Ma curiosit;': l'avait. emporté ct je me trouvais là, brebis galeuse, égarée dans celte société dl~ gens bien. On frappe trois coups et M. mité national, 47, rue de la Victoire. Mutter apparaît La façade est belle, mais dès que je _ Je veux d'ahord me présen- monte [es escaliers, une odeur nauter, commence-t-iL sêabonde me serre la gorge. C'est au d~uxième. J'entre dans une petite Et le voilà déclamant, sur un pLèce qui tient lieu, à la fois, de buton pathétique et des trémolos reau et de saHe d'attente. D~·x: tadans la voi 'C, son propre pané- b[es, quelques chaises et de la pousgyriquc . . U ne femme, près de sière qui se soulève comme par vamoi, sc reprend lentement et ra- gues il. chaque instant. Trois person- J 'uste cles J'umellcs qu'elle braque nes ,attendent. Trois « cas ». Dans un coin, entassées, des vieiIJes sur la vedette. _ l'l'lais maintenant, continue l'ora teur, il but que tous les Francais oublient le passé , scellent une amitié nouvelle ct reg ardent vers l'avenir.:. L:amnistie est un acte de Justice, un acte socia l... Il y a huit jours, j'élais à Fresnes. Ils ont froi~, certains sont tuhereuleux... 11 faut les sauver... . La salle applaudit vigoureusement. Le droit et la liberté (sic /) Je me .suis rendl.l pour une intagins ire affilÎre Ile l()~n.oot juif et dt) reclassemnt professiOOllle\ A- 00 Cochaussures pour femmes et hommes, de toutes les formes, poussiéreuses, us6es. A ma droite, sur le mur, une p~n:: a-rte : " Nous ne sommes pas une amlca[e, nous n'avons aucun but politiqu- e; nous défendons [e jroit et la liberté » (Sic). Assis devant une petite table, M. Jean Ebstein, le secr~taire général, dicte quelques lettres à la dact}'l[o. Des lambeaux k) phrases me parviennent

« Monsieur le Ministre .. .

la condamnation... wllJbor~eur .. . "FU II 'article... JY.ütlSi.eur le Président Il. A l'autre bout do la pièce, L. G. Prudhomme, l'adminstratour, lit attentivement Il Réforme ». Un titre s'êtalle en tête a'une page : « La j'oonesse allemande veut reconstruire Oradour ». Prudhomme approuve de [a tête : « C'est très liern... elle est mag-nifique cette jeunesse aMemande ,,. « Vous ne sortez pas de prison ? Nous ne pouvons rien pour vous. :. Une heure a passé. Mon tour vient enfidJ, et j'ex:pose mon cas· - Vous sorrez de pllison ? - Non, mais Je suis embêté. - Je vous comprends, mais nous ne pouvons rien pour vous. Vous n'avez pas êté condamné par la Résistance. Nons trouvons d~ emp'lois et nous nous occupons de ceux qui sortent de prison ou qui y sont encore. Ce sont des cas politiques et, qu 'i[s soient communistes, jUils ou pétainistes, n'lUS les aiderns li, C'êtait dit avec le plus grand s~rieux. Le c'y-nisme et le ridicule n'étouffent personne ici. ]'insiste : « Mais enfin, je comptais sur vous. Cette résistance qui ne me laisse pas en paix.·. JI - Je re.grette, votre cas n'est pas grave; a;:iressez-vous a'u ministère du travail, je suis certain qu'ils vous tïreront d'affaire, IA-bas. N()U8 avoos ll1IÏeux: ici ". Je m'en doutais. Je m'apprête à sortir, Près de la porte, une Jeune femme blande me regàtde avec Wl air d 'amnlstie ... Alain ADLER .. V01lS avez raison, V01lS. Juifs de France, de soutenir les Juifs L'abandon. par le Département d'Etat, d'u plraln cle paL1al:'e (Suite page 10,) L'Union des: Juifs pour la Résistance et l'Entr'Aide a pris l'initiative de s'adresser à de nombreuses personnalités françaises pour leur demander de signer la déclaration ci-dessous dénonçant la violation des décisions internationales. Emus par la remise en question de la décision de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. du 29 novembre 1947 - décision portant sur la création de deux Etah indépendant, juif et arabe, en Palestine - nous nous adressons à l'Assemblée de l'O.N.U. du 16 a,vril pour lui demander de faire honneur aux engagements pris. Nous considérons que la mise en application immédiate du plan de partage est possible sans effusion de sang. En la retardant on porte une atteinte dangereuse au prestige des Nations-Unies et à la cause de la paix. Contester le plan de partage serait également prendre une lourde responsabilité dans les massaCres qui se préparent. Le peuple qui a payé le plus lourd tribut à la dernière guerre mérite le soutien de tous les hommes de progrès pour la réalisation d'un Etat juif indépenda-nt en Palestine. Premières signatures : LO:UIS MARIN, député ; KAMM, ELISABETH MAGRIEN, LEON BA RSACQ, RENE LALOU, écrivain; AIME CESAIRE, député de la Martinique ; )'USTIN GODART, ' ancien ministre ; HENRI HAMM, membre du Comité d'hon.neuil du Salon d'Automne, président de la Société L'Art et la Nature

W A-LDEMAR GEORGES, DORINA WILFREDMOUNOD,

née MONOD, veuve du pasteur WILFRED MONOD ; EMILE IrURf, directeur de Cl l'Ordre de Paris ». DROIT ET LIBERTE l15 ~vli11948, - N· 4-.1.2. (HRONnQlUJ~S DE NOTRE T~MIPS ra;; 11 MilLION DE JUIFS vivent dans les pays du MOYEN-ORIENT Rien que dans les pays du Moyen-Orient il existe 300.()!)O lsrat:liles , sans compter 400.00/) en Afrique du i'J"{;rd ·~t l'O.ld'O en T Il ·~,ie, Ir;lll et Arghaflistan. Dans les pays du Moyen_ Orient, les Israélites se repartissent comme suit : 130.!)(JO en Irak; 18.000 en Syrie, Liban; 811.000 en Eg-ypte; !O.OOO au Yémen et à Aden. La plupart de ces Israélites résident dans ces pavs depuis 1rès longtemps. Ils o;,t fini PIl' s'as. imiler eomplètement aux nationaux, si bien qu'il est souv nt très difficile de les discerner. l ' cndant des siècles, ces Tsraélih's ont vécu en toute tranquillité dans toute cette partie de l' u nivers s'étendant entre la M 'tl iterranée et la Mer Noire. Ce n'est que depuis les derniers événcments de Palestine que les 1 sra(;lites du M oven-Orient Ollt commencé à s'inquiéter pour l'ur sécurité. dans l'histoire de ce pays une place prépondérante, s'occupant surtout de commerce et d'économie. A première vue, il est très difficile de distinguer entre un 1 rakien musulman et un 1 rakien. israélite. Pourtant, ils gardent leurs coutumes et leurs usages pmpres. Ils ont leurs temples et chôment chaque semaine du vendredi soir au samedi soir. Rien qu'à. Basra, on compte près de 10.000 Israélites. AU LÉVANT En Syrie et. au Liban la position des Israelites est bien moindre qu'en Irak. Bien qu'il n'y ait aucune loi contre les Israélites, ces derniers sont l'objet d'une surveillance étroite. Les Consulats de Syrie et du Liban ne remettent aucun visa d'entrée aux ·Israélites.

En Roumanie,toute injure raciale est punie que se sont trouvés dans un état de dénuement complet : famillês dispersées, appartements pillés, et la plupart des synagogues et des cimetières détruits. Le jud~ïsme slovaque organisé est représenté par le Conseil des Communautés juives qui coopère avec le judaïsme tchèqu,e dans un Comité de Coordination composé de six membres, trois Tchèques et trois Slovaques.

  • Le Mouvement coopératif

juif en Pologne Sur le nombre total de 778 coopératives artisanales existallt actuellement en· Pol"ogne, 168 sont juives et groupées dans la Centrale « Solidarité ». 85 de ces coopératives se trouvent à Wroclaw et en Basse-Silésie

elles constituent 9S % du total

des coopératives artisanales dans cette région et 81 % dans les environs de Szczecin. Les coopératives artisanales juives se distinguent par la bonne qualité oe leurs produits e·t leurs prix très étudiés. Elles jouent un rôle important aans la reconstruction des territoires recouvrés, et leur capacité de production est évaluée à 520 mi,llions de zlotys par moi!.. Cette pro- LE COM\1A~DANT SUPJ1El\OE ARABE DE JERUSALEM TUE AU COCRS D'UN COl\lBAT 1 On annonce de source arabe que Abd el Kader Ilusseini, commandant suprème pOlIr la région de Jérusalem. a Né tué [l).! cours

J'un comtlat, il jvlont·Cnssel. Ce

village commande lu voie de communicalion Tel AI·iI·-Jél"Usulem. duction englobe différentes branches

la confection, la chemiserie,

la chnpellerie, la maroquinerie, la cordonnerie, la pelleterie et la ganterie, et des produits at.imentaires miel, vin, bonbons, vinaigre. lignent qu'une forte propagande antisémite s'y développe. Une -ligue antisémite a été constituée à Cotchambamba et des restrictions sont ~pportées au commerce juif ..

  • La Bolivie refuse les visas

Un « Mois de la Liberté ~ aux Etats-Unis ' aux Sémites L'United jewi.h Appeal a proclamé le mois d'avril • Mois de la Li. "berté • aux Etats-Unis. Pendant ce mois la campagne pour recueillir de. fonds pour la reconstruction de la Palestine et le rétablissement des !Rl~ van!s juifs d'Europe &era intensifiée. 3.500 communautés juives partiôpen& Le Congrès Juif N.ondial communique de Suè:ie que le Consul de Bolivie à Siockholm spécifie que les visas d'entré~ sont délivrés u seulement si l'intéressé n'appartient pas à la race sémite ». D'autres rapports de Bol·ivie sou- à cette campagne. . NOUVELLES BRÈVES - Une manifestation de protestation contre la volte-jace américaine concernant le plan de partage a eu lieu le 6 avril à New-York. 50.000 anciens combattants de quatorze Etats, après avoir parcouru la 5" Avenue, SIe sont rassemblés à MadiSlOn Square Park. - M. Jamal Husseini est arrivé à Lake-Success, porteur d'une note du Muphti. - Le pape Pie XIl a discuté le problème palestinien avec le général E d w a r d Spears, ancien ministre britannique au Levant, qui a défendu la thèse tù la Ligue Arabe, ainsi qu'avec M. Jmaes Mac Dona:td. - Le Premier Mf.nistre de GrandeBrctagne, M. Attlee. dam une lettre adressée au Prof es- . seur Brooetsky, a rejeté la s,uggestion de rendre légale la Haganah r;(; de lui PMnl- ettre d'acquérir des armes. - Le poète Itzig Manger est arrivé à Varsovie, oil fl représentera le Pen Club aux cérémonies dle cinqUième annive1' saire du soulèvement du gheNo d~ Varsovie. - L'Agence Jut" et le Haut Comft~ Arabe ont désigné respectivement M. Moshe Shertok el) Jamal Husseini POO1I négocier la trève e» Palestine. -. Après un com-. bat ' acharné, kt Ha.. ganah a occupé leS villages de YOEZour et de yahudia vre3 de Tel-Aviv, infligeant de lOurdes pertes aux Arube'S'. - Erwin Steinheù', chef du service de renseignements fm/, a été tué le 6 avril dans la zone de st.:. EN IRAK curité à Jérusalem. La colonie israélite la plus nombreuse et la plus ancienne an Moyen-Orient est ce\le d 'Irak. Les I"sraélites sont instAIU; s dano; ce pays depuis le t emps des Babyloniens. Tout au long des siècles, ils ·ont tenu Sur les 800,000 Juifs que CQmptait r.--------------------------------------------TRENTE MEMBRES du Congrès demandent . une enquête sur le revirement américain WOKhington. - A la Chr.mt\re oies l'r pL'ésenluuts, trenle J1)cm· lJe/Vi l'ép Ihl ic rt ins du Congrès ont tlelllon lé UIle enquête ~omplNc sur l() u [('~ les phnses de lu politi· que amériwine concernnnt la Pa· lestille et sur toules les accus&· Lions Cormulèe.s COll t.re elle. M. rnLnI, I3UCHIIHII a intro(lllit une rpsolulion demandant la le· v~e !le l"elilhargo sur les til'mes el les munitions il loetinalioll ùe ln Pale"U ne.

J.nCJUUjalile,

HEINRICH WILHELM KOPF, CRIMINEL DE. GUERRE N° 1150-6766, REPRESENTERA-T-IL L'ALLEMAGNE A LA CONFERENCE DES SEI'ZE ? On annonce que Heinrich Wnhelm Kopf, président du Conseil d'Etat de Basse-Saxe, fera partie de la délégation allemande invitée à la Conférence des Seize, à Paris. Kopf était dirigeant de la Commission crf.ee par H1ll1mlelpour répartir les biens confisq ues aux Juifs et aux Polonais. A Ce tUre, il a été inscrit par la Commission des Nations UIlles - Tëcemment dissoute - de la rech erche des criminels cIe guerre, après étude, le 6 novembre 1047, sur l a. liste des criminels de guerre, sous le numéro 1150- 6766. LA GRANDE-BRETAGNE VA CONSTRUIRE UN PI PE-UNE EN PALESTINE Le g tJllvern ' nent brlt,anui4ue a infonné la. CommJss.lon des Nations UnIes pour la P alesLine qu'U IIoVa.J.i ~uto~ s1t Alan la Roumanie Q 'avant guerre, 400.000 seulement sont revenus de déportation. Les Juifs roumains sont groupés en communautés reconnues par l'Etat qui constituent un réseau de cu.lte, de culture et d'assistance et auxquelles personne, d'ailleurs, n'est obligé d'Iloppartenâr, Les papiers d'identité ne portent plus aucune mention d 'ori.~ine ni de religion (innovatiop, très appréciée' ici). Le nQ\lveau C0de punit d'une peine de prison je six mois à 'deux ans toute injure raciale, ainsi que les distinctions raciales pour les lonctionnaires, employés, etc ... Dans des centres de reclassement, des juifs (des jeunes et aussi des moins jeunes) apprennent des métiers productifs; la mécanique, l'extractioa pétrolifère et même l'agriculture, ainsi que tous les métiers artisanaux : chaussure, fourrure, coupe, e·tc ...

  • En Slovaquie

30.000 Juifs ont survécu Au sortir de l'occupation, 30.000 juiJs, survivants du judaïsme slova-, ., Cunningham, haut commissaire, à accorder une concession à l'Iran Petroleum Company pour construire un nouveau pipeline qui traversera la Palestine. Ce pipe-line aboutira prOlbablement à Haïffa. On peut s'étonner que la Grande-Bretagne pUIsse engager l'avenir de la Palestine, étant donné que son mandat expire le 15 mai. Ou faut-il en conclure que l'Angleterre a d'autres projets ? Un plan américain pour créer d'ici un an un Gouvernement de l'Allemagne Occidentale On hPp['('ntl il Lc,rulres que les Elul .... L:nis onl propo"é un rrurr rMl\ llle en cjll' , pnillls pour la I IIOEc :;ur plecl. llllll~ le dl'Iai d'un nn. d'un gOU\ '1"IIl'lIIl:nt ùe l'Al- 10m~gne occitlenlale. . . Les eillq ro i Il:; de la proposI· lion al léricaine scmiellt ; 1. Formation d'un gouvcrnêDtent p,rovisIJire -€i:I!l"loh"rll la bizone et la zone franÇaise ; 2. lIo!orgu Il tl!.1LI OII tCI'I'iloriale des Laendcr ; 3. El 'Von (t'une Assemblée CoIIS\.lllltUl t.e ; -4-. EIII.bor~1 tlon. :t l'elle AssemItle, tl'une Cone illllion ;

.. Cr':', IIr n o!fl'!, Ile 11" 'ln nO\l·

\'('1111 ~ tL\'prlli!IW:llL le l'Alh:OI(" le oCt:J(lenlulc. Savez·vous que ••• GRE CE .- Après ~j 'jo-rks de combots, l'armée démocratique grecque a brisé 1'0jfensioe des forces monarcho- fascistes jorles de trois brigades d'infarrierie, de détache; 2nts d'arlillerie el de flusiel/Ts escadrilles d'avions de combal. Sept bataillOns d'ir.janterie mon a roho- fascistes ont été anéantis ou mis en fuile ; ils ont laissé plus de 700 mortS SI/T le terrain. Ce succès des troupes du G ér.·érai Markos est d'autant plus imporlanl que deux « conseillers américains », le lieutenant - colonel Flen;ming et le Major ROfJne, étaient à la lête des troupes mOVlat'chistes. '- Mais pendanl ce temps, la répress ion s'intensifie à Athènes. 35 patriotes onl été fusillés. Et Manolis Glezos, un hérvs de la Résislance à l'envahissel/T allemand (il accomplil le premier acte de sabologe lorsque les nazù occupèrent Athènes en 1941) oier.,t d'être arrêté, 11 est en dan· ger de morl. CHINE - A /' iSsue des opéralioT.s of fer..-;ioes menées en janl'ier, février et mars, l'armée de Tchang-KaïCheck a subi de lourdes pertes. Un quarl de l'ensemble du terriloire chinois ser~ t , d'ores el déjà libere. TANGER - L es opérolions d'expulsion le pOltrsu. ÏI/(7)l contre d -s ouVriers d' origiTJe e.7- pagnole! Les malheu- Duns IH cc Prison Modèle» DE BARCELONE Le régime de terreur fasciste qui règne outre-Pyrénées juge l'heure propice à une recrudescence de tortures et d'assassinats. . Des détails sont récemment parvenl13 en France sur les crimes qui se perpètrent notamment à Barcelone. Alors que les ruines de la guerre civile ne sont pas encore relc\,ées, Franco a fait édifier dans la capitale catalane une prison qu'il a eu l'ironie cruelle de baptiser (c Prison Modelo », et que sa pIesse quaJifie de c( remarquable réalisation du régime )). C'est tout ~ire ... Des milliers d'Espagnols y sont incarcérés, - certains depuis des années. Tous vivent dans des condit! o~s a~o~i.nab!es qui rappe!lent le régime pénitentiaire hltlenen. Du reste, certains fonctionnaires de cet établis:;ement sont d'anciens S.S. et Kapos réfugiés en Espagne depuis trois ans : utilisation des compétences ... Naturellement, le régime alimenlaire est déplorable, et les colis que les familles tâchent de faire parvenir à · le.urs détenus sont systématiquement volés par les gardIens : dans le courant de r année dernière, plusieurs centaines de prisonniers sont morts d'épuisement, - camouflé sous divers noms savants par l~s, (( médecins !) de la prison. Les coups, les brutahtes sont monnaie courante: au mois de féVIier, un d!!enu aveugl~ a ét~ tué à coups de pied pour ne s etre ~s leve suffisamment tôt de son grabat au cours d un contre-appel de nuit! - En oulre r administration pénitentiaire pousse le sadisme et 1 ïn~amie jusqu' à ~b!iger les détenllS politiques à se hvrer au bon plaiSIr des prisonniers de droit commun invertis ...

  • Dans cette prison ( modèle », quatre vingt patriot;

s c~tal ans s trouvent plus particul ièreme.nt aujourd ~UJ en ~nge~ .de mort: à la suite d'un coup de ' mam de la ReSIstance espagnole qui a fait sauter à l~ bombe l~ locaux.du journal phalangiste (( Solidandad Naclonat », Ils ont été déférés devant la Cour lVlarlIale. Les conclusions du magislrat ins~ ructeur tendent à demander douze condamnations a, mort. !--e Procureu~ général a déclaré qu'il en recla~ralt trente. Et 11 est à craindre que le tribun. al. n aIlle 1encore au-delà de ces monstrueux réquisltones! Naturellement, les accusés n'ont aucun moyen de présenter leur défense. Ce proc~ est d' ~utant pl.us infâ~e qu.e les accusés ne peuv~nt avoir partICipé à t attentat dont on veut ,leur f~lTe c:ndosser la r~sponsabilité : le jour de 1 explOSIon, LIs se trouvaIent déjà en prison. - certains depuis plus d'un an 1 reux qui ne pem1ent oblenir aucun 0;30 80nl conduits il la fronlière du Maroc ~pagnol où jl~ sont immédiatement arrêtes par la poilee franquiste. 118 8eront /6- férés deoant des tri~ bunaux militaires et inculpés de « défer .. lion ». 118 risquent la morl. u. S. A. - Trente réfugiQ Politiques d' nigine espagnole el grecque ont été expulsés de~ Elals-Unis. Celle décision n'a pas été mo/l'vée. Ce r t a in, d'entre eux étaie ni in.r.tollés aux Etais-Unis depUis dix ans et y aOaient fondé des fa--. milles hispano-amér;..; caines. - TTQÜ nègre3 onl été ryrrc},f8 dan8 l'Etat de Virgink.: La police n'a f,XJs ar~ rêté les coupables. CHILI - Le PrésiJet1l G onzalez ViJela a soumis au Parlement ll'TI projel de loi in,. lerdisanl le Parli communisle ainsi que le$ Syndicats. COLOMBIE - A la suite Je l'assas8ir.at du II!JJer libéral Jorge Gaitan. une insurreclion populaire a éclaté à Bogo-la, vendredi 9 avril el s'est rapidemenl étendue à 'Ioul le pays. Une large frac/ion Je la police el de [' ar~ mée s'est jointe aux forces populaires. 8Ïluation est encore très confuse. Le Palais où .~e réa"" nissail la conférence panaméricaine sous la prl5sidence dd 1énéral Marshall. a éll pillé.. Par aillel/Ts, [' ambas~ 8ade Jes U.S-A~ étarrl en flammes, le général Marshall et sem enlourage ont Ja cher her refuge Jam la banlieue Je la VIlle. ORO.IT ET LlfiERTE r LI:§ JUIt§ 1)1: E~.Yf)l\Tl\Tl: -, De Torquemada , a Hitler ~----------par Joseph MILLNER -------------......... ------1 ~~ .... 'EST A l'Inquisi tion espagnole que nous devons de voir encore aujourd'hui il Bayonne des Juifs qui ont survécu à l'Inquisition hitlérienne. Il y a près de cinq cents ans, leurs ancêtres étaient venus de Navarre et du Portugal trouver la paix sur la terre de France. Comme ils étaient tous Marranes, les Français, qui les avaient fort bien accueillis, leur donnèrent le nom de « nouveaux chrétiens ». En 1520, on en trouve non seulement à Bayonne et s son de Saint-Esprit, mais dans les petites communes des environs, à Biarritx, à Saiut·Jean·de·Luz. Respectés, menant une vie paisibie, ils oublièrent vite les persécutions. Louis XIV leur accorda un !Statut légal, puis, par des ordonnances spéciales, Louis XV ct Louis XVI confirmèrent leurs droits. Leur nombre li Bayonne et il Saint-Esprit était exactement de mille au milieu du XVIII" siè· cie. Sous l'Empire, ils furent mille deux cents et, au moment de la Révolution dont nous venons de célébrer le centenaire, à peu près mille trois cents. L' « Etat Français :. contre les Français Le chiffre devait tomber à moins de 500 à l'époque où les nouveaux Torquemada occupèrent la France, du Rhin... à Bavonne. Les persécutés qui portaient déjà l'étoile jaune connurent alors un exode au bout doquel ils purent appdcier l'hospitalité de Pétain : transférés en zone dite lihre, ils s'imaginèrent qu'ils pourraient enlever le signe infamant, mais Vichy leur refusa cette grâce « puisqu'ils venaient de la zone occupée )) ... Rien ne montre mieux l'ig-nominieuse tartufferie de cet « Etat Français )) qui martyrisait amsl des Français dont les aïeux s'appelt.,.e~t Brandon, Meldolet, Furtado, Puat, Julien ou Rodriguez, et dont l'un des coreligionnaires fut le général Lévy, un héros de la g'uerre de 14 devant la mémoire duquel le maurassien Léon Daudet lui-même s'inclina ! Deux cimetières Le drame des Juifs de Bayonne, arrachés à. leurs foyers et à la sympathie de leurs concitoyens - car ils appartenaient à la grande famille basque, - s'ajouta au drame du camp de Gurs. De Gurs, qui n'était pas loin, parvenaient les échos atrocement tragiques du martyre de 23.000 internés « raciaux" que des centaines de trains bondés emportaient vers Auschwitz. 2.000 moururent sur place. Ils sont maintenant enterrés dans le cimetière de Gurs. Et il y a peut-être un symbole dans la· proximité de ce cimetière et de l'ancien petit cimetière de Labastide-Clairence, village proche de Bayonne. Dans le cimetière de Gurs sont ensevelies les dépouilles d 'hommes torturés, victimes du nouveau moyen âge hitlérien. Le "reporter déchaîné" Egon Erwin Kisch, le « reporter déchafné )J, comme il se plaisait A se nommer lui-même, n· est plus. Il est mort le 31 mars, à Prague, sa ville natale, où il était revenu depuis IY46 après avoir séjourné au Mexique. Avant de mourir, il a eu la joie de voir triompher les idées pour lesquelles il avait lutté durant toute sa vie, mettant au service de la lutte antifasciste toute la puis~ance et la grâce de son éblouissant génie. Nf. en 1685 d'une famille juive, il était déjà parvenu à la célébrité avant la guerre de 14. Il a ccuru le monde entier et ses reportages et récits innolllbrables sont, pour le lecteur, autant de merveilleux voyages. Ci-dessus : Egon Erwin Kisch, jeune soldat à la veille de .Ia guerre de J 4. A droite : Kisch il l'hôpital après la blessure Qu'il a reçue au front . Après \' avènement d·Hitler au pouvoir, E.. E.. Ki5Ch a habité P aris. Il fréquentait lel milieux littéraires et donnait des reportages originaux à « La Prel:se Nouvelle Il de Paris. Avec Egon Erwin Kisch, nous avons perdu un grand écrivain et un AfaLigahle ~batlanl dans III Jul!e pour le progrès. Dans l'autre cimetière, dorment en paix, à l'ombre d'une église, des Juifs d'origine por. tugaise qui réussirent Il vivre sans histoire l'âge féodal... La pierre a gardé leurs noms: Jacob de Paz, Jacob de Paz Regiclor, RaquelCordoza, Lopez Correa, Beatrix Rois, etc. C'e;t le roi Louis le Butin qui en 13H fonda Labastide-Clairence, ville franche, construite tout d'une pièce, selon un plan très géométrique en forme de croix. Au milieu de la croil, un marché se tenait tous les quinze jours, et il y avait deux foires annuelles. Le mot Makhila vient-il de l'hébreu ? Des Juifs de Bavonne, attirés par l'important trafic -qui se fai. ~ait à Labastide, s'établirent dans les maisons à arceaux qui entourent la principale place (carrée). Des Bayonnais contemporains, combien se doutent que leurs arwêtres vendaient du drap à la foire de la Saint-Martin, sur la place Carrée de La. bastide? Le Basque qui se pmmène avec cette espèce de canne-épée, si « couleur locale ", qu'on appelle le makhila, ne se doute pas non plus qu'il utilise peutêtre un engin tn~s vénérable en raison de son origine étymolog ·ique... . En dfet, selon deux chanoines très érudits, MM. Cabara, ancien curé de Caphreton (Landes) et Daranatz, an,.'i en prl~sident de la Société des Scien ces, LeHres et Arts de Bayonne, makhila viendrait du mot hl~brell makhel qui veut dire bâton. Et l'éta.t des re c h(~rches ling-uistiques ct historiques porte Il croire que cette hyrotltèse n'est pas dll.tout une g-asconnade. Un vieux cantique lj n plus g-rana mystère plane sur l'o rig'ine de la Paloma. La Paloma est un vieux cantique juif, étrang'e et rlaintif, écrit d::ll1s un vieux dialecte espagnol qui ne laisse ras d·être fort émouvant dans sa simplicité. Nul ne sait au juste de quand il date , ni qui en a composé la musique. Selon Ulle tradition qui se perd dans la nuit des temps, les fidéles ont l'habitude de le chanter dans la synagogue de Bayon. ne, tous les ans, le 9 Abe - jour anniversaire de la destruction du second temple. En voici une traduction. La colombe symbolise le peuple juif persécuté: Seigneur, maître du monde Laisseras-tu ta colombe Enf!rmée dans sa cage? Malheureuse e,t abattue, elle at- ]tend, hélCM! Délaissée, elle appelle son DieU, [son Seigneur. Il On l'a chassée de son nid. Nuit et jour, le froid l'étreint. Elle palpite au bru~t des armes, Erie tremble parmi les lions dé- [VOTa.n,ts. III Sei.yneur, 17lu.ttre du monde As-tu abandonné ta colombe Entre les griffes des rapaces '? Sanglante et meurtrie, depuis [bien des hivers, bien des é'tés. Elle succombe soUs le ·poids de [la persécution. IV Qui donnera à la colombe les [ailes de l'aigle PoUtr qu'elle traverse mers et [montagnes Et revienne à son Bien-Aimé? Auprès de lui, elle oublierait tou[ tes ses misères. V Des étrangers insolents Sans hOnte et sans hOnneur . Veulent l'abaisser par la force Devant leurs vaines idoles. Oh 1 Qui dira sa sout/rance ? VI Seigneur, maître du monde Soulage sa grande misère; Du plus haut des cieUx, console [mon coeur Console le coeur de tous ceux .. [qui souffrent; Rassemble les dispersés Et envoie leur ton sauveur! On se rappelle la Paloma lorsqu'on songe à la profanation de la synagogue de Bayonne par les vandales nazis, en 1941. Les vichyssois n'ont pas oublié la cinglante protestation qu'adressa alors le Grand Rabbin de Bayonne au traître Pétain. Un jour, le « Pi/O;·i » puhlia des extraits d'une COITe. rondance dl'couverte par la Cestlpo dans le,; a rchive d ('11I111;:\ssadc de France It Brux 'lle , auprès de laquelle il a \'ait .:té conseiller. Ces documents ~t /fient tout à: l'honneur de lhomme que le nazis voulaient mett re cn cause: ils démontraient que le gr::\f1d rabbin, valeurcux C'ombattant dél'oré de la noix de g uel"rc et de la croix de la U 'g-ion d'llonnelll', ava it mcnl~ avan t ] !l:J!1 une vigollf"Cu~e action u) tif'.!!; i'\ dans les milieux diplomatiqUe! et pol it iq !le~. Mais ils le désignaieQt n même temps aux coups des bourrtaux . Arrêté en mars] !l4-2, interné li. Compi&gne, il fut fina lement déporté en Allemag-nc nu mois de février 1943. 1\ n'en est pi:-S revenu. Seigneur, maître du monde As-tu abandonné ta colombe Entre les griffes des rapaceS? Sanglante et me1Lrtrie, deputs lbien des hivers, bien des étés Elle succombe S01tS le poids de [la. persécution. NCl;)! Des hommes, fiel '·1c. ·ft la m{moire des morts, luttent pour la paix des vivants! FRANCHET, Conseiller municipal de Pari., appartenant Mau groupe R.P.F., a demandé tout récemment à l'Hôllel de Ville qu'on procède à la révision des dossiers des 1 policiers « épurés » après la Libération, de nombreuses erreurs ayant, parait-il, été commises .. Comme nous sommes d'accord sur le principe d 'Ulle nouvelle en.quête sur tous ces cas ! Elle s'impose depuis longtemps : tous les honnêtes gens de Fra·nce et toutes lea viçtlmes de la guerre doivent être appelés pour y participer. L'ordre républicain ne peut pas être assuré par des hommes qui ont les mains sales, souvent les mains tach.ées de sang, et dont les crimes, malgré toutes les promesses de châtiment proférées au micro de Londres, sont restés impunis, excusés parfois, trop souvent oublié •. Quelques-uns d'entre eux ont ·dijà co·mmencé avant les hostilités à se faire la main sur les immigrés sans défense, et S lll'tout sur les glorieux républicains espagnols qu'Edouard DaIa· dier et Georges Bonnet, avec toute la séquelle de. traîtres e.n puissance, ont mis dans lea camps de concentration du Midi, où, tout de suite après le coup d'Etat de Bor-deaux de juillet 1940, les hommes de Vichy et leur po·lice ont interné des milliers de patriotes, de réfugiés politiques et confessionnels. Alors, la République trahie, une véritable danse du scalp a commencé autour de toutes les valeurs nationales et humaines, et, pendant que la Résistance s'organisait sur tout le territoire, les poltrons de tout acabit, et souvent de haut grade. ceux qui n'ont pas voulu combattre l'Allemand par haine i.e la démocratie, ceux qui ont appelé et facilité l'arrivée de « l'homme d'ordre » hitlérien, se sont donné. à coeur joie â. la répression. Ils sont allés jusqu'au bout de l'ignominie, oubliaRt leur mission de policiers républicains et se sont transformés en agents directs de l'ennemi, sous les ordres et au service de la Gestapo. Que sont-ils devenus ceux qui ont organiaé les camps de concentration, presque aussi horribles que les bagnes hitlériens d'Allemagne ou de. Pologne, les membres des « brigades spéciales », « le. troupes ·du maintien de l'ordre ~ c Olltre le maquis, le. dénonciateurs, les espions nazis, le. to rtionn&ires? Pour les dénombrer tous, les pages de ce jou",.,..] n 'y s uffir- aient pas. La plupart .'en .ont tiré •• ans dommage, 1. grande majorité est en liberté. Cito'ns Randon, premier secrétaire de la d"'uxième brigade spéciale; Christiaat Gibier, tortionnaire sadique ; Botte, qui a tiré sur Yves Toudic, secrétaire du Syndicat d u Bâtiment; Baudet, qui volait en cou... d'arrestation les p atriotes qu'il livrait à l'ennemi j Justin Charlot, qui a remis à la Gestapo cent patriotes qui furent aussitôt fusillé.; Pic a rd, qui a introduit les traîtres dans les organisations de Résistance pOW" servir de mouchards; le commissaire Veber, qui .. fait fusillerles combattants clandestins à peine parvenus à l'Âge d'hom me et a reçu les félicitation. de toute la presse na:cie pour ce haut fait . Que sont-ils devenus? lis sont to... en liberté, ~Ul[ et bien d'autre. bourreau", cles « brigade. spéciales " et d'autres as.ociation. d e m alfaiteun qui &Ont re.té. impunis ou ont été relaxé., et dont certaùu .. ont déjà réintégré. dan. la police. Et pendant ce temps, par de. méthodes aournoi_, le • .,. ... ù policiers républicains el réai.tan .... onl mena.cé.a tous le. joun, brimés, réduits à l'im pu issance et mêm e 1"eu .... oyé •• Vous voulez reprend roe les donic.n., MOlUieur Fralldlet, nous allons le faire. Now verrona de quels affre1D personnage. vo ... avez pris la défeuao au Conseil municipaJ de Paris. Il Iant cftver I·a.bcè. pour empêcher les crimineu de reDm' Joaep h-André BASS. ,1'" ~o.n: lT. L~eERTE 1__9__ _3__ _-__O__n__q: u-_i_è_m___e__ _a_n__n_i_v ~-e-r-s-- -i-r-e-- -d-e- -l-'-i-n-s--u-r--r-e-t-t-i-o--n-- -d-u- -è-h--e--t-to-- -d-e- -V---a-r-s-o~-v-i-e-- --1--9--4~8I, J'AI DESSINÉ LE PRO JET D'UN MONUMENT~ que Hitler voulait élever , a sa lIe:-sJ t endres de 500.000 Jllils, mais ... . t .,E NDANT q .. j',dm',." " ,'d· d'oeuvre Je Nathan Rappoport,

' . ces pièces détacbées du majes·

_ .; tucmx monument qui s'élc:ven: dans quelques jours là (lit viyait , . la plus importa,nte communauté j1iive, je tTCssêlillis au souvenir de cet autre monument pour lequel - étrange destinée! -l'avais été appelé à dessiner la maquette. Void comment la chose m'est arrivée, il y a exa,ctement quatre ans, le .iour du premier anni· yersai·re du soulèvement du Ghetto de Varsovie, sur le lieu même où se sont déroulés les combats. ...... N octobre 1943 ont été emmenés .-- d'AIIschwitz·Rirllenau à Varsovie 4.000 ... déportés juifs de nationalité frilnçaise, ....... belge, grecque et hongroise. Ils fure,nt dirigés vers un camp de concentratioll nouvellement construit dans la rue Gensia, en face de la prison du Pawrak. Les ruÏncs portaient les traces de5 combats récents, certaiTles filmaient encore; deS toitures et des murs pendaient, tra· g iques. Partout, dispersés, en désordre, les effets ménagers, les voitures d'enfants, I~ jouets couverts de poussière et de sang, contaient des histoires qui troublaient notre lourd sommeil de força,ls. Le vieux cimetière, à côté, paraissait la' chose la pIns viv'antc de cette ville morte. Les S,S_ disaient que les constructions soutenaines, savamment dissimulée!;, cachaient enCore de nomIJreux survhants. C'était vrai : plUSieurs devaient être retrouvés beaucoup plus tard, par les hommes du, S.D. chargés de le3 r echercher et de les exterminer. , J'étais du' convoi. N ous fume~ condamnés aux travaux de réCIlpérationde5 briques et de la ferraille, qui devaient êtrc acheminé's vers l'Allemagne. Une terrible ~pidémie de typhus détima DOS rangs pendant les mois de décembre 1943 et jan'/jer~~évrier 1944. D'autre~ centllines mou-' par N. MARCEAU rllrent exténué~ GU assassinés : tom furent brill~s sur les immenses brasiers. Un au1re convei, pour cmbler ·1e vide, fut alors emmené d'Auschwitz. J'ETAIS affecté, comme dessinateuT, à la « BauJeitung )), sous la djre~tion de l'ingénieuT allemand Yentch, qui lui, travail; - lait pour k compte d'une entreprise é),)Jemande de démolition. Mon travail consistiiit à calculer le v,,'lume des marchandise~ récupérée, s, il exécllter cc;rtains dessins ponr J'élarglsc sement du camp et d'un f~lIIr cr~, matoire en construction, qui devait fondionncr à la fin de !'annu, H~ 'uur du mois d'avril. Yentch m'apporta quelques croquis : diverses r·jèces d'un projet de monument en granit. Les dessinsprésentéll, il m'expliqua que tOllt le Ohettû" après nettoyage; serllittransformé en un~ immensli f~ace entourée de jardins, genreChampsElysées (il connaissait !'aris). Âu milieu de cette place, s'dènrait un mOIlument à la gloire du Fuehrcr. Là-des!\us il me donna une inscription à imprimer sur le dessin de la, façade : « A LA GLOIRE ETERNELLE « DE ADOLF HITLER « Jadis a vécu dans le monde un « peuple parasij'e ~t avare qui troublait « la paix et empoisonnait les esprits, le {( peuple juif. De ce' lieu, la vermine « dirigea son activité néfaste pendant « des siècles, {{ Gloire à Adolf Hitler qui, débar « rassant le m'onde des Juifs, a rendu « le bonheur àux peuples. » "r~OIS mois plus tard, dev'ant l'avance foudroyante de. l'Armée Rouge, nous fumes évacués en hâte vers Dachau. Les des,~ins du monument projeté furent auparllvant brillés avec les autres archives. Le rêve de Hitler d'ériger ce monument à Varsovie s'e~t enyolé en méme temps que son plan « d'une' Allemagne qui dominera le monde pendant miJIc ans ». Est·i1 vrai que Nathan Rappoport a taillé son monument dan~ le granit de Suède que Hitler fit mettre de côté? ' ••• LA PLACE ET LA PIERRE QUE SES HOMME.S AVAIENT CHOISIES PERPÉTUERONT LE SOUVENIR DU GHETTO DE VARSOVIE propre gloire sur c URZIO MALAPARTE {crivit, pn 1931, clails « Technique du Coup d'Etat ., que les Juifs ne saur:lient jlmais faire une insu rrection. SUpplltant leurs capac:ités revolutionnaires d' après la conduite des hommes et dcs femmes du ghetto de Valwvie, en 1020, à l'heure où l'Arm'e Rouge ét:lit à quelques mille31 de la capitale de la Pologne, il a ffichait son dédain pour" cctte énorme masse séditicuse, brûl-ante de f~lnatismc h:lineux, arfamée de libert~ )), qui n'avait p,'S su tirer parLÏ de l'oCClsion. 11 reprenait il son compte la vicilk calomnie qui presente le Juif comme un planqué fjui a peur 'des coups ou un miles g-loriosus )) qui E"nt tribue les exploits des aut res, et il con,'lll;]it perfidement : « L'exp{rienee m'a convaincu que si Catilina peut êtrc Juif, les Catilinaires ne sauraient !'trc rencont~~ parmi les enfnnts rl ' I ~rnë l n. ' L'HHSTOIRE.A REPONDU A TOUS LES MALAPARTE L'Histoire dev"it infliger un cinglant dc(menti Il tous les Malapartc! Les Juifs de Varc,ovic fircnt bClllICOUp micux que k,; hommes dr. 'C:nilina. Non ,wu1emcnt ils m.on_ trerent qu'ils appart enaient ::lU peuple de Simon Bar Korhb:l, mais ils fur ent les prcmieJ~, résistants d'Enrope il se dre ;o,~e r, d:.ms une ins urrection ,armée, contre la puis$ance hitlérienne. Et cette puissance n'était p::lS loin de son '{pogée! , DeS millions de Polonais ont été cxterminés. Mais en mourant , les Juifsllll ghetto ont vengé Jellr~ frères comme ils ont vengé leurs compltJ·iotes. Et ils .ont ~ffirmc , dans le ~nng, le droit des hommes, de tous les hommes, iJ. vivre ]ï1)r es, en Grece, en Palestine ou Ailleurs. {( La Pologne vivra tant que nous ITiOUrrOns ») •. dlélnterent en pleine fournnise Jes insurgés de 1 D44. Cc fut .aussi, plusieurs mois plus tôt, Je sens du sa'Crifiee dcs J uiIs de Varsovie. . Lorsq u'on son/te f'UX hée, tom1,es qui cnsanglan ... tèrent la Polog-ne l 'on reste ab"sol,rcli. On n 'assassine pns trois millions de ] tlifs, d'un seul COllp, ("omme ça, du j01lr :'lU lenduYlain ... Et p.ourtant, trois millions de Juifs ont été assassinés., Comment ) C r;îce :\!IX ghettos, RASSEMBLER POUR EXTERMINER La politique ,les Allemnnds fut atrocement ,simple:' rassembler les Juifs ,pour k s liquirler. On commence pnr édicter des meSUres d 'exception; on isole peu il peu les viclil11e~: 'inv inci hl ement", systfm~liquement, ll1~tlhèmat iql1cment, 18 tenaille se rc\sserre .. , ' C'ét:!it la méth(){]e employée :'1 tT:l vers toute l'Europe, sous des form:5 'Idaptée", : lilX ('onijitions par .. tieulii-rcs des d irr"'rent pays. Hitler l'avait expérimentée d () ; aVlnt 1;:1 g-uerrc cn Allcm:lgne même, en créant un Zentrales Jlldenamt. En France, l'existence d'unc U.G.I.F, et toute LI tactique de Vallat ne s'rxpliquen t pa!; a utrement. Kt f('i l'on nc rép,\ I'em jam:lis trop que l'antisémitisme est un. Marc Bloch, qui croyait en l!l:lti flu'il y fi ({ deux sortes )1 ,l'antisémiti ~ 'ue, ,,' celui qui veut extermineT et celui du numerus clau us, beaucoup plus inquiétant et beaucoup pins r épandu », :1 pu faire, hélasl lui-même, la trlg-iql1c I!xpèricnce de' son en 1I.r. ' Qu'on examine le dév el{J ppem,~nt de l'antisémitisme depuis les léb uts dll f1~( iSlllP en Allemag ne, et l'on verra (tU 'une implacable l o~i q ue ronduisit les Juifs du numerus clau$us nu cn': n;ntoi r\". Sacbon~ tirer la lC\on hi sl or'ique cie ,,'r ,·rèsr:endo .•• " Toute eoneei'sion à l'anl is{'milisme r islJue d'en~! llller jU,qU':1U bout, " BEeK AVAIT PREPARE LE TERRAIN QUlnd ]1 \Vt"hrl11~ c ht envahit l'hcroiîJl1c Pologne" ks Sladlowski et les Bt'rk 'l vH ient déj,\ préparé le tprrain à Hitler et mis à sa ùi"po ilion des tueurs re('rutes dnns le Lumpenprolt'·tnri:lt. Les nazis, après s'être fait b m"in en violentant quelques vieillaTlJs et ]nc1qIlCs jeune;; filks, engagèrent leur offensive antisémite cn févlif'r 1040 : un décret SOumit l'ill travail forci, tons les Juifs des deux st-xes, de 14 n 60 ans, habi1'lnt le (;ouvelflement Général . A cette premièr e etape, fertile en spoliations i:le toutes sortes, en sll(."c{oa rapidement une Hutre, oô l'on chercha :1 rétHlir le plus g-rand nombre possible \ dc Juifs (lans les villt·'-pri"ons. Tous les moyens furent utilisés : l"'ï)nu valltc comme la douceuT". C'est :Jinsi 'lue lt's .. \Ilemands lo thenl Je ghett.o de Lodz d'lInf' }:lq~c i( il lJtol1om ie " et phtrèlent à sa t 'Cc uo Qllisling, qui joun la com"' c1ic ùe 1 ïnd~pendancc. tE.S SIX GLORIE.USE.S par Michel BARON Pour amadouer les Jllif!i, ils avaient mifi en circulation ün p~pier-monnaic marqué de lu menhora et faisaient imprimer un jourmd officiel en yddieh dans le l(hctto. Dan~ le même moment, ils humiliaient les vieillards, rasaient les jcuncs gens et oblibe~ient tout le mondc il saluer il J'hit]('[Îenne les orricit:(~ allemands ... L'lli stoire Jcs ghettos de Pologne fourmiIle de CI: S contrastes qui donnent la mesure du machiavéJisme hitl0rien. LES SS DEVANT LES SEPT PORTES 1\u bout d'Iln an cl ' o c. ~ upation, ~ans revl'Jer ce que ses spéeiniistes ont prépnrf, lA Gestapo ordonne tout à e.oup nux Juifs domiciliés il Varsovie, ou vennnt lt s'y trouver, de se nlssembler dans un g-hetto. Une muraille longue de 5cize kilometres, haute de trois mètres cinqu;ll1te, trol1~ê ;je sept portes - c'est Ic S.S. qui g arde hl Porta Judaïca moderne - entOUie désormais 1:1 p'1rtil~ la plu~ pouilleDse de Var- 'sovic : tn ... , ·ou~ ùel~b rt~s, \:.aves pu ... nltcs, lj)J~t:ral)lL:S 'caban s. ' I ntra mnrns, plus d'un demi·million de Juifs, dont 200.0 0 enf-:mts. seront bientôt Iivrts au typhus et à la fanûnc , dduits lt l!ne f:lrmid,lblf' solitude, sans nouvelles dl! monde, en proie :\ la plus arr relise des fièvres obsitlionales. Scion le n'it d 'un témoin, il n'~tait pilS rare de trollvcr plus dc douze personnes vivant dans une seule eh~mbrc. Tout e,;t verboten : lire un jOUrl al, écout er la radio, ;l1ler il l'école ... Un jour, les 1J{' nlands, qui avaient pourtant une peur l e.. ri bh~ ,l ' (~tr ro nt' H1'i in~s, bloqllt:nt les égouts et les inllnondiel"s inondent les rues. DIVISER POUR RECNER Le gh"lIo ( t :l(]mini~tré par lin Conseil national juif, ch~rg"É cll1 mninlicn de l'ordre et de divers services n(J n :ini~l 'atik Il fait l'impossible pour sahoter les ordonmln, es, f1l k mandcs l't sc tient (,n linison al'ec le ('omit ; ouvrier juif, à mnjorité sO{'ialisteommuniste, !JlIi, f1U prix d'hc.roïques effort s, contactera le5 p31Tio te~ polonni~. P Our le moment, il s'ag-it de tenir, de .ltjouer les provoulliun;, d'org:1l1i,er la résist~n ce . Mais CJuc de fois la t.'ichc se r(vele surlllllll,line! Avec ]" nE!res ';ion de Hitler contre l'U.R.S.S., la terreur 'e tnlns forme en pogrome. Le 21 juin 1941, ~ Il,, J ll ils sont m a~':tç res en lln temps record d,9ns le g-hctl CI. Au fu ~ (1 .1 m~,,"re fille le., hordes hit l" r Îennes s'enfun çait-nt t'n tMr;toin~ snvÎ'\li!)\l . , l e~ hommt"s, de la Gest:lpO, ivrc~ oc joie, nll aielll drporlcT, par f(r,)~ses fourncll' !;, 1 ~ Juils 11 Tr~hliL1ka, H. w:1-Ru!!ka, M:lld:t- , nek, Ausdl\ ... i lz. L Mais c'était nus"i l'époque oil Goebbels - ruse suprême - plrl~it de créer un Etat juif en Pologne et oÏl la Gestapo baptisait du nom de transferts ks c;ugaisons de mort. " On vous emmène, disait-elle, dans un camp ou vous serez beaucoup mieux qu'ici. ). Lcs ,bourreaux cherchaient ainsi il briser l'union qui s ' cItait forgée dans la souffrance entre les Juifs. Ils s'illgéniaient lt les diviser ell c:'ltég-ories anblgoaigtes, l'une par:,issant plus favorisée que l 'autr'e, etc. avee une calme n:_olution, jls se preparent 1. la lutte. Objectif i1l1n)(!.diat : obte"ir des armes, A qui s'adresser? Ils l:ll1ecnt un appel aux Polonais de Londres : « Nous ne vous nemn.nelons pas de protestations soJennf'lles ... mnis des rcpr{saillcs, .. Par:lchulez-nous des armes, .. I\ o u~ a\;ons d~('iîl": de mourir en sollla ls, non en victimes. Aidez-nous à prendre notre place dans Je combat. » Mais M. Mickolajcz)'ck çt .11,1. Churçhill font la sourde oreille. Ils praticJ1 l("nt envers les Juifs le Var~ ovie la même politique lUt'ntiste 'lue le B.CR.A. envers les maquislrds du Vercors. DERNIER APPEL DE L'ORGANISATION JUIVE DE COMBAT DU GHETTO DE VARSOVIE .' . - . ..au lUH11 dQ/mii'ùofl'; .bJutp ~f;-- Et cc sont les patriotes polonais, ouvriers, paysan", petits cun':s de b:mlicue, qui ravitailleront les in~urg-es en ditisant des rnitr:1ÏlJeuses ct des !DU;; ition5 dans des tombf'.reaux de pommes de lerre ... ,'Hile" , .lIl IlIU.LW fltUJi 'PU tu1JA.1l1, avu l(ml d'Aerl ·i~"Ill'. 1111 ""'1'1' 1lI~11I' li /(JI1/, qui "\(JfflIllC1 iei CNtdalllll& à »ll'w'i,. , /l(ll.~., .r{lpl;{Ul,~ )~II ilfi,~l'I' Ail JJ/(~/UÛ! .pt.!.i.u p'gW! qlli' .'{lIM lidal,i.e,' il /1 ie,' ,tic('utclll fie" repr&)a"U?I5~ c"ll'rf1iqlil'.~ c(~lllr(! J"l'IIIll'lIIi jl)rll dl' ,balU}·, , ." qUi' j·liérf.f{-"/IIe· .,IIaiw pré.cédenI a,,~ PREMIERES ESCARMOUCHES Les Juifs du ghetto prép:;rent la gr;lnde bagane. l.eurs gesles sont les mêmcs que ceux des patriotes qui montel·ont Sllr les b:nricacles de Prague Ol! dt' P:Jris. Ils ont leur « Col' Ii'ge de France» : dans le sonterr;lin, une prlite indnstrie de grenndcs et de bouteilles explosives a été !Dontee avec des moyens ,le f OTtune. Et rien ne semble - avoir été laissé an hasard, [cJII('" fI.'~, haM/alll., du {'lli'elh~ . A1CCI~JIlp.ù,)en1, j!q"u.r... .. cli(~r1 ~t(;.~('.\pJr~ ilMpirc ,.ail nilJ/ldl' .i:le" .j"tcle., . ..qau .i1~i(,1l1 il .J'a 11/('-"(/'(' Ae.., /lwmenLA gr.alui.wi'iM'· qUR 1ll'lloJ V i v~"-,,., - . .\"J;t1S épopée. ùe t:et en fer SYNCHRONISME A L'ECHEl,LE EURO, PEENNE ••• • 'Au mois de juillet 1fl42, l' cxterminRtion Entr a dans sa phase '2ulmimmte, il l'echellc européenne. Qut!(jUCS joms r'près le drame du ]6 juillet, al! V~]' d 'H i,,', .ommenr-e la g-rande liquir1J tion de Varsovie et ce syncl1ronisme n'est p~s une. o'incidence. C'est l'honneu, de l 'avantg-; nde du j:Hol é:ari;;t juif de Varsovie d'nv oir dé,'élé tous les piè.:ps et orga nisé, des le 26 août 1 !' 12, un puissant mouvement de rues contre la dtlportation. Fin3kmcnt, Himmler, alerte par Frank - " der Koenig von Polen )', comme dit s;i hien M nlaparte dan', " Kapplltt » --- aniva en :l'lion à Varsovie et jug-ea l'lleu re ven IIC de " pa;:i fier » de fond en '2omhle le ghetto. A la fin ' lu mois ~ uivant, il restait ,40.000 esclnves ... Ils n'av;Jient plus le droit de porter Jeur nom. C'étaient de simples matriculcs. allait n~hre une immortelle POUR LE NOUVEL AN DU SS : UNE BOUTEILLE DE VITRIOL Des esclaves ? Oui, les survivants l'étnient. Mais er; même temp~ des hommes libres! , La plupart, de jeunes hommes, ou des Ga vroches même ... TOlls animés d' unE haine s;lcrée, d'une volonté fa 1"0 Il ("11 e. dussent-ils mourir jusqu'au d ernier! 11s Ollt mi;; 5ur pied une org~nisation militaire de combat, et, 1:1 nuit \'enuc~ s'exercent au maniement des arilleS qu'ils ont pu dt'nicher. Ils crellsent lIn souterr;,in et v instlJlknt l'électricité, des réserveS d'eau, des po;tes émetteurs. ,1es stocks de vivres. Au~un ne répond plus aux convocations de la Gestapo. Les plu~ s\lspects se terrcnt et ne remontent pas il l'air libre. Le 1" j;,nviu lfJ43, en guise de caùcau de nouvel an, les S.S. qui viennent proceù~r à la raflt. luotidienne reçDiv ent des ("oups dc fcu et des boutc.lles de vitriol. .. Leurs chds sont stupéfdits. Ils ne s'attendaient pas il une telle .lUd:1cc. D~dd~ment, ees Juifs ne sont P"S des ml)utons (l ui se laissent gentiment cünduire 11 l'abattoir! DES ARMES 1 DES ARMES! DorénaVflllt, il faut j ~leT sel d. On ne fusillera cette fois que t'ent ota. es. On s'en ti('ndra la si vous restez tra nlJ\lill c~ ... Mais nt 1tomm C~ ont trop de sens politique pour ne pas eomprt'ndre que J'ennemi veut endormir leur vig Il. nrc avant de frapPfr le granll l'ouT final. Et, pas plus le piers. service sanitl'lire que l'éqllipe des pom- Peu ü peu, les m a s~ès, entr:ânée" par les hommes les plus conscients de J'El:lt-Major rnilit:tire que (~ommande Aniclcwicz, (lnt compris qu'il étitit nécessaire de sc battre. TOllt est prtt. C'est la Gestapo qui prend l'initiative à la miavril

({ On demrrnde des Juifs pOlir travailler dnns

la pS!4"ion d'Otwotzk n. Lc g-hetto, unlnime, refuse. LES DRAPEAUX ALlDES FLOTTENT SUR VARSOV! E (1943) Le 17 avril, le commi !- l'lire S"S. S t ' infurt répond: " D{'portatiOI1 Cil ma;;e le 20 nvril. Il. Mais il rrviC11t presque all ssitô.t . ur sa tlècision : « ••• J': ne VOliS d" 'porte P;lS , mais versez~moi de l'argent. n. Ce ThéTlartlier ,pense en cHet qu'il sera avantageux l'op,!rer sur des Juifs qui ne sf'rai ent pns encore des cadavres ... Simnltanément, la Gestapo réCjlJisitionne une importante main-d'oeuvre pOlir creUSer des tranchées au cimctihe. Grosse erreur ta c ti~jue. ,L'Etat-Mljor répliqlle du t'le au .tac: '- " Pns un 5011, pas un homme! » Le grnnd jour est arrivé! L'Et:1t.M~jor donne le sig-nal dn soulèvement. Le 19 avril il l'aube, Je g"'n,',ral S ,S. von Stroop investit le ghetto; Il est n:poussé avec de lourdes pertcs : :;00 soldats prisonniers , les aiitres tués! --, Le klldemnin, jl;ur de la P;Îque juivc et ... an'niversaire de Hitler, les drapcaux alliés flottent fiè rement sur Varsovie juive! Spectaclc unifjue en E ul'ope occupée .· Les occupnnts sont fous de rage. Ils décommandent les par~des militaires prévues pour ce jour et procl:.mf:nt J'et:lt de si(\gc. De miellx en micllx ... LES JUIFS REPOUSSENT LA WEHRMACHT Mais la bête p.)ssèdc la force mathic1k. Elle a tt:·t fait d 'ento;Jrer le ghetto d'un terrible rideau de tanks èt de canon!'. Les tanks enfoncent les pürtes. Mais les insurg ~s les font sauter l\ 1" ililc (Te bouteilles d'essencc - comme au Quart;",r Latin, en aoÎlt }014. Le 26, la GeS1;Jp , qui n'en revient pas, flit apJl '1 il la Wehrmacht. La vVehrmaeht reCllle. On envoie des avïons. Les Jnifs éteig-nent les incendies. l'end~nt plus ùe deux senwines, ce fut une terrible ba1aille. i, la vie il la mort, maison pJr mlisou : Varsovie devint le Stalingrad juif! Mnnqu:Jnt de vi vres et de munitions, épuisés, décimés, les héros {lll hetto tinrent tête_ Au mGi~ de mai, ils hmcCrent au monde un ultime et célèbrc appel. ILS ONT REMPORTE LA VICTOIRE JI ne fut pas el1teJldll. Et, au bO\lt de qllar:1ntcdCllx jours le ghetto agonisa all milieu de !'I!" rwnes. La plup;Jrt des ,-,(lml )alt ~,"l'i "ta ient mlll j;_ Mais ces six st:main 5 qui M(,nnCr~j]t le monde, ~es ~jx Glori e\l~es , prt'p:lr.lÎfnt la liLèrntiun des viv ants . , Elle fu reTlt lin comb:!t d"""sptlré tt lIil cOlnhm Ile 1 'fsperan e hum:lin . Le~ h 'ros juifs de VaT nvie savni .. nt que l'Histoire 1 ur donn rait n.i, on. Avec de", millions ol'homm " , ils ont gagné la g lierre ("ontre le fa~cismc. • DR.OIT ET U8E:RTi ,1) aveill94Q. - NG 4-J1 - - - IN MEMORIAM cc OMM E il faut peu de chose pour vous resouder au passé ... Au hasard d'une conversation, un nom jeté dans le cours d'une phrase, et soudain resurgissent les visages et les faits, Etrangers VICTIMES DE SPOLIATIONS CHRONIQUE JURIDIQUE Les , Elle était jeune : pas même vingt ans. Elle avait cbui 'i le combat, armes à la main. après avoir pendant quelques mois fait un travail d'assistance qui présentait déjà bien des dangers. Elle était courageuse et toute SOli acti\'ité devait le prouver, Militante résolue de nos groupes de com"at, elle participa un jour à la destruction d'nn garage nazi, L'attaque ,,,'ait réussi. Nos camarades se retiraient, couvrant leur retraite, quand un accident imprévi ible se produisit qui retarda le départ de notre jeune amie. Il fut impossible de la dégager et elle tomba entre les mains hitlériennes. peuvent-ils être réintégrés? 1 Nous savons queUe filt son attitude ma~nifique jusqu'au jour où les brutes nazies l'assassinèrent ; Saint·Genis-Lavala" ec plus de cent autres soldats de la liberté. ft UX termes de la loi du 7 mai 194() aucun locataire étrangcr ne peut demander l'exécution d'un jugement d'expulsion rendu sur la oase de l'ordonnance du 14 novembre 1944, contn~ un occupant fran~'ais, à moins qu'il ne soit ancien combattant ou (jue le service du logement ne mette à la disposition de l'occupant un autre appartelnent. Jusqu'à maintenant nombreux sont les jugements d'expulsion rendus au pmfit de locataires spoliés de leur logement pendant 1'occupation, qui restent lettre 1\10rte, Soldat de la Liberté, elle l'avait été avc ': ;)eaucoup d'au· tres contre un ré~ime de barbarie, contr: une Allemagne qw rêvait et vivait de meurtre et d'esch vage, contre une Allemagne qui faisait dans le sang et le feu la politique de son dogme raciste. Un jugement de la 6' Chambre de la Cour d'Appel Le 30 janvier 1948, la sixième Chambl'e de la Cour d'Appel de P;l1'is a rendu un jugement qui, s'il fait junsprudence, }1enndtra à de nombreux locataires étrangers de retrouver leur logement, Soldat de Ja Paix, elle anit mené le combat pour què fussent anéantis la puissance et le règne de ceux qui étaient les responsables de la guerre, pour que dispar,!tSsent les causes mêmes et les tenants de toute guerre, Mais aujourd'hui, pour certains, Oradour et Saint·fi,enisL~ val, Montluc et Compiègne, le Mont-Valérien et Drancy, Buchenwald et Ausschwitz, aoitt 14 et septembre 39, le d roit des victimes sont oubliées. Dans le cas soumis à b sixième Chambre, le Tribunal de la Scine avait débouté une citoyenne amérinline de la dt"mande en réintégration ba,;ée sur l'ordonnance du H novembre 1944 en im'oquant la loi tlu 7 mai 1946, Ils sont prêts à accueillir dans leurs comités et dans leurs ligues les assassins d'hier, les agresseurs de toujours. Ils les ont déjà a.ccueillis. L'appelante fit a/ors valoir la convention conclue entre la France et l'Amérique le 23 février 1853, aux termes de laquelle le Gouvernement français reconnaît aux citoyens américains le droit de jouir en France, en matière de propriété mobilière, immobilière et de suc- Comment tolérer cette insulte à ton destin, jeune cama. rade de Lyon? 1 Comment accepter cette offense à !ous tes compagnons? C. L. - - UN SEDER DANS LA PALESTINE NOUVELLE (Sui te de la page 12) « C'est une dette pour l'homme de se consi d~ r('r comme si lui-même était sorti d'Egypte. Car il est dit : - Tu le raconteras à tes fils, en ce jour-là, disant : « En vue de tout ceci, i'Eternel agit pour moi, quand je sortis l 'Egypte, " Ce n'est point nos Peres:.euleme t que sauva le Saint, beni soit-il, mais nous-mêmes, il nous sauva en eux, " - Nous-mêmes, il nous sauva en eux! Moimême, en eux, il me sauva! Ah ! cette vérité, combien je la sens profonde en moi ce soir, tout 3. ('oup ! Je fus SfWV~ ('~mme eux de la persec ution, j~ suis p'r"ecute encore, en ceux qu'on persecute! Et, parce qu'cn 'Cc jour-là Dieu agit pOlir moi, je d )i; agir pour eu"" - qu'ils soient juifs ou non , Car, ain'ii que l'ordonne la vieille Hag_ g,.da , non seulement tout juif,. mais ,( tout homme doit se eOIHidérer comme si lui-même étai t sorti (l'Egypte ", et délivrer tous ceux qu i gémissent en toute captivité !.., Tribune libre f ANTISÉMITISME, UNE étrange maladle s'est répandue au . XX· siècle : les sujets quI en sont at- . teints ne reconnaissent plus t{)ujours le visage humain, sont, en proie à des délires fantastiQiues et cherchent la guérison dans l'assassinat en masse, Le thème imaginaire que le malade met en scène est, un personnage légendaire : le Juif, Telle une né' Vl'CSC &OCiale, l'antisémitisme entraîne chez le patient toute une série de symptômes dont la c lln ique nou's renseigne sur les 'maladies de la ~ sociale, Altération du contact avec la réalité amblant.e, projection imaginaire dans des symboles irrationnels, retour à des actes magi lies, rien ne manque au tableau clinique de l a ncvrose, L'a.nt isémitisme surgit, en effet, des profondeurs mêmes de la socIété bourgeoise €t ac- 1'11mp.agn€ l'exercice de l'exploitatlon de l'hum me par l'homme dans le système capitalisee, Il voisine avec d'autres faits pat.hologiqlJ(' S comme le colonialisme, le chauvinisme x ' llophobe, la haine de l'ouvrier, .. L'oppression Je cl' "se qui asservit l'homme comme une Ch,)l;C e t \Jill comportement inhumain qui suscIte dans l'esprit de la classe dirigeante routes sortes de représentatl()ns monstrueuses, Leur rôle est d 'aider à supprimer les ilÙllbitions et les r és!. tances Qui risqueraient de l'empêcher d'exécLlter les actes d'O'Ppression indispensables ù sa domination, Pri vé de ce (lue les psychologues appellent le ... sens du ;t'Cel ~, l'antisémlf.e ne ~olt plus l'hOmme JUif tel qu U esL dans ~ vie d homIll:e, mais il l'aperçoit comme un etre inhU1l!a.m parmi l ' hommes, Tous lèS démons d loppression avec leurs poUSSOOS de sad.Lsme, de cruauté et de terreur sc rêÎugien t dans le juif et projettent en lui l'image du monstre q ui ~ toutes)es atrocités que perpèt.reD.t IL E repas commença, au bruit d'une conversation mêlée de divers idiomes; car les juifs venus ici parlent, outre l'hébreu, leurs langues maternelles avec quatre ou cinq autres, A l'autre bOclt cie la table, on parlait de cette ville juive nouvelle qui s'édifie hors des remparts, taillée dans cette pierre de Judée, qui a la couleur d'une peau d'enfant; on admirait l'harmOliie qui, tout naturellement, s'établit:, SOllS ce ciel, entre les lig'nes dl\ style arabe ,·t celles de oos ard1ikctures les plus modernes; on analysait le prodigieux « Quintette" d'ErI\ test Bloch, que nous avions eu la joic d'cntendre, dans un concert de chambre, au lendemain de notre arrivée, Et on n'oubliait pas les petits potins de Jérusalem, Et quand, le repas fini, les chants reprirent, leurs psalmodies, imperceptiblement, mirent, dans l'illusion, comme une r~alité. Edmond Fleg, (rrngmeots de « 'Ma Palestine D,) par René DALSACE NEVROSE SO[IAIE jour par jour les classes a,u pouvoir, II est là, le Juif, qui tue des enfants pour respecter un rite religieux, il est là' pour saper l'entente fratern€lle afin de créer la diviSion propice aux ex pl{) ite urs, il est là toujours pour trahl:r les valeurs sacrées du travail, de la famille et de la patrie, N'est-il pas l'incarnation de Satan lui-même? ~t AIS la névrose ne SoC limite pas à ces représentations, Elle engendre des actes obsessionnels, L'antisémitisme polarise les forces sadiques jusqu'à l'explosion dans l'acte du meu-rtre pour détruire le Juif. La névrose anti.5émite irulpire des actes magiquesafln de supprimer absolument le Mal personnifié mythique ment par le Juif. Le névrosé est ivre de fureur destructrIce : il lui faut anéantir sauvagement l'êtr€ juif qui, tel un bouc émissaire, porte en lui les conflits sourds et anonymes de la société bourgeoise. AUSSI les démonstrations ratioemelles à l'effet de révéler les cumplexes d'intérêts matériels et de passions trop humaines qui se camouflent dans l'antisémitisme provoquent-elles la fureur du malade: il refu:e de se laisser arracher ce masque si utile pour couvrir la pratique inhumaine de l'exploitation, T DU TE l'inhumanité de l'oppression de classe et de la t.erreur dominatrice s-! fige dans l~ portrait du symbole juif, et, dès lors, la lutte mystique contre le Julf relève d'une inqUIétUde d'autant plus atroce que le règne de l'oppression est davantage menacé p r l'essor du monde pro!ébarlen, L'antiséml~me oc.cll1.ental secrète le poIson mort.el dont se nourrissen t les DeuTs du mal qui ornent le nQ veau M yen Age d'une bourgeoisie décadente. cession d'un traitement identique il celui dOllt jouissent en France, en pareille matière, les citoyens fran~'; us. A cet argument, l'adversaire objectait que les droits des étrangers en matière de baux avaient trouvé leur l'èglement dans la loi du 28 mai 1943, et que la loi du 7 mai 1946, postérieure et plus précise, devait remporter. Tout en se ralliant à cette façon de VOil, la Chambl'e de la Cour d'appel a écarté ce moyen en invoquant les articles 26 et 28 de /a Constitution du 27 octobre 1946, aux tennes desquels les con\'Clltions diplomatiques régulièrt"ment conclues et promulguées ont force de loi, rllt:me si elles sont contraires à la loi interne fmnçaise, En conséquence, la Cour a prononcé la réintégration de la citoyenne américaine. La situation des spOlié. de nationalilé polonai.e Quelle est la situation des spoliés de nationalité polonaise représentant la majorité des cas 1 A notre connaissance, il existe entre la France et la Pologne une seule convention comparable à celle qui existe entre l'Amériq'ue et la France: c'est le traité de' COl11- merce et de na\,i,!{ation conclu le 22 mai 1937, publié au « Journal officiel » du 2 juin 1937, Malgré son titre, ce traite CORtient aussi des dispositions sur l'exercice des droits civils par les ressortissants des deux nations dans les pays respectifs. Dans son article 21, ce traité stipule, en effet: « Les rèsSOltissants de chacune des deux hautes parties contractantes jouiront sur le territoire de l'autre .... du traitement de la nation la plus favorisée, en ce qui concerne: 10 I.e séjour et l'établiSilcment ; 20 l.'exercice du commerce et de l'industrie; 3° Le droit de possé.ler, d'acquérir, d'occuper, de louer tlU5 biens, meubles et immeubles, d'en dispo& er de quelque manière qUe ce soit. Il est donc hors de doute qu~il pourrait tl'Ollver son application en notre matière, Une grande diificult~ paraît pourtant s'opposer à sa mise en pratique, C'est qu'à notre connaissance cette convention .n'a jamais été ratitïée, Une loi d'exception Elle a été mise en application pro\'isoire à dater du 'tor juin 1937: « En attendant, dit le décret, son approhation par le Sénat et la Chambre des Députés ", cette mise en application provisoire a été ordonnée confonnément à la loi du 29 juillet 1919, Or, cette loi ne vise que les conventions en matière de tarifs douaniers, et à la condition expresse que la ratification soit demandée à la première session du Parlement qni stlit la publication du décret. Cette irr'égulal'ité enlhe·t-elle toute valeur à cette convention? Sans vouloir trancher la question, nous estimons que son application s'impose aux tribunaux iudiciaires, et sa nullité éventuelle ne pourrait être prononcée que par le Conseil d'Etat. Nous nous trouvons, en , effet, en présence d'un décret régulièrement promulgué, dont la validité ne peut t:tre appréciée ,que par les tribunaux administratifs. II conviendra dorénavant d'examiner de pl'ès les conventions internationales existant entre la France et le pays d'origine de l'étranger auquel un occupant français oppose la loi du 7 mai 1946, , Dans de tl'ès nombreux cas, l'examen de ces conventions amènera les cours et tribunaux à écal1:er cette loi d'exception que l'UJ,R.E. combat depuis sa promulgation. Marcel IMERGUK, Docteur en Droit. . LE RABBIN DE BACRERACB (Suite de la page 12) ses traits, le sang lui monter au ViSage, ses yeux lancer des étincelles

mais presque au même

instant 11 se rasséréna, reprit wn expression aimable en y ajoutant même une JOVialité qui n'était pas dans son caractère, Elle eut peur, comme elle n'avait jam3.is eu peur dâns sa .192.168.254.45 24 novembre 2009 à 10:26 (UTC) vie, et plus encore de cette gaieté qui devenait folie, L'inquiétude de Sarah augmentait. toujours, et elle regardait avec terreur l'assistance, sous l'éclairage inégal, dans un bourdonnement et un mouvement d'hommes qui oscillaient à leur aise d'un côté à l'autre, cassaient le pain, vidaient les tasses, causaient entre eux, tüus au comble du bonheur, , Ainsi arriva l'instant du souper

tous se levèrent pour les

ablutions, et Sarah la première, alla chercher pour le présenter à chacun des hôtes pendant qu'on lui verserait l'eau sur les mains, le grand bassin d'argen t, rehaussé de figures en or, Comme elle s'approchait du rabbin pour lui rendre ce servu: e, il lut fit sIgne des yeux et se glissa dehors par la p onte ouverte. Elle le sul vit, 11 lui prU la maln. l'ent~a.1na bien vite Pal: les rues obscures. puis ayant franchi la porte de la ville, sur la route qui, longeant le Rhin, conduit à Bingen.

  • Ayant gravI un rocher qu.

domine le RWn, Abraham prit le bassin d'argent que sa femme gardait et le lança dans le fleuve, Sarah se jeta à ses pieds et le supplia : « Explique-moi ton étrange conduite l, Le rabbin, incapable d'articuler un mot, remua les lè,vres à. plusieurs reprises, avant de s'é crier

« Vols-tu l'ange d la

mort ? Il est là~bas, il pla ne sur Bacherach, Mais nous avons échappé à son glaive, Loué soit le Seigneur ! l Il lui conta alors d'une voix encore tremblante, comment, pendant la leeture de la Hagadah ayant jeté les yeux par hasard sous la table. il y avait vu, à SeS pieds, le cadavre ensanglanté d'un enfant. « J'al remarqué alors que nos deux hôtes tardifs n'étaient pas d'Israël. C'étaIent eux, les impies, qui avaient apporté le ~adavre, mais il m'était impos, ible de me trahrr sans amener ma perte, l (Traduit de l'allemand par M, Louis Laloy). Avis aux commerçants et consommateurs juifs Le Y chouv de Palestine lutte pour la création d'un Etat juil indépendant en Palestine, J.)es milliers de jeunes de la liagana sacrifient leur vie pour nos droits et notp" dignité, Nous devol1~ tous les aider, La !temaine de Pâques a éte procamée partout : Semaine de la Ha~ana. 10us les commerçants percevronl une dtme pour les marchandises vendues pour les fêtes de Pâques (vin, volailles. viande ma. zoth, poisson. etc.l. • k h"tel1rs j uifs, m énagèree juives. réclamez a vec L1",que ach.u ~ques, les oupOna de la \ .15 avril .1948. - N° :4-n 8, __ DRon ET LIBERTE Le Terroriste K.O~s"r. ~f\ ~nmondeo~lacouleur' 24 novembre 2009 à 10:26 (UTC)24 novembre 2009 à 10:26 (UTC)24 novembre 2009 à 10:26 (UTC)192.168.254.45 24 novembre 2009 à 10:26 (UTC)- regfteen'~altreabsolu ~ UNE floraison lu .. Tl/riante a PB· S(BINElER cn üalti les cill/aises de la ar eDn fj I L paraÎt que certains Juifs ont pour livre de chevet « La 3:rrière-p~nsé€S politiques que .. Galerie Granoff avec t'ex- ~::::~::::ii~ Tour d'Ezra» (( Thieves in the night ») de M. Ar- Ion. devme - que le grand, p(~sltlon des oeuvres p-emtes de n'est-elle pas e:cemptc de certa~ t h K tl ' l'umque problème de notre J dwme. ur oes er. . ,. . , temps est celui de la c société Passé le seuil de la salle fIes 1·éminisccnces. Peut-eUe me- On ne peut pas dire qu en Jetant leur devolu sur policière;,. d'expos"ition, le visiteur habilué me, saL1'op grande 1U11l!irD ~i()n ce gros bouquin apostolique et indigeste, ils font Appliqué aux Juifs, et dépouil- à. ~ douce 1U1!lin.osilé dIL ciel pa- pour' Detacroix perce-L-elle dans preuve d'un amour très prononcé pour les idées démocrati- lé de son bla-bla littéraire, le r 1s Ien es t 1t Ile ra l erllen t 1r a IlS- ct'hoardrgoénen andcee mtealjlees tuccol1msep ofs'Ii lsiomtl'.- dues. thème aboutit, grosso modo, à P?r/é dans un monde nouv~a·u Mais ces 1'éllliniscellces, pl/r loi. ... . ceci : ou la couleur règne en mmtre " absolu. inconscientes, étroitement liées De qUOi s'agit-il ? De la Palestine, du problème palestinien, des Juifs, de l'antisémiUsme, vus par un c romancier :1 qui a multiplié les palinodies, de c révisionniste est devenu « terroriste à sa manière, et finalement, avec d'autres aventuriers internationaux de la littérature, s'est « engagé . ... Sur la voie qui conduit auX diplômes d'honneur décernés par les journalistes de L'Epoque et les amis de la Commission d.es activités antiaméricaines. L'AUTEUR de Spartacus et du Bar du Crépuscule reste fidèle à une méthode qui ne lui est pas personnelle. Il prétend apporter la solution juste d'un problème politique et humain - et la « Chronique d'une expérience :1 que veut être « Thieves ln the night », constitue une habile prise de position - en mettant en scène des personnages qu'il qualifie lui-même de « secondaires» - l'aveu est à retenir - mais dont il laisse entendre qu'ils sont représentatifs d'une situation d'ensemble et portent témOignage. N'est-ce pas commettre une malhonnêteté intellectuelle ? Voyez ce que donne le procédé lorsqu'il est poussé JUSQu'au bout. Roubachov est un personnage « imaginaire :1 qUi se m:eut dans des circonstances « réelles :. L'on se croit permis de juger les destins du XX· siècle sur l'exemple d'une rév llte des esclaves de l'antiquité romaine, sans commune mesuTe avec le présent. Ou bien M. Sartre place l'action des « Mains Sales l' dans une oC Illyrie :1 qui n'existe pas. man en meme temps qu'à tous ses frères de lutte. Ensuite, 11 a remporté, et les autres bandits auxquels Dolfuss devait ouvrir la voie ont remporté une deuxième victoire, plus lmportante, sur Bauman, en brisant en falt sa confiance révolutionnaire. Aujourd'hui, 11 sombre dans l'a venture individuelle, sans par BERNARD KAHN principe, considérée comme le seul moyen de créer Un Etat juif en Palestine. Il s'allie .aux « extrémistes :1. Et, bien entendu, Joseph, qui présente toutes dispositions utiles, catéchisé par les bons apôtres, tombe dans le piège d'une clandestinité séduisante. Tout y est .. Rien n'est oublié. Mais la forme est subtile. Mépris de l'homme, mépris du peuple, glorification du héros du type « Uebermensch:l, antisoviétisme, sont versés à doses savamment calculées. N-OUS sommes, nous dit-on, au « siècle de la glace :1. Rengame connue. M. Koestler ne fait que répéter, plus adroitement, ce que racontent tous les marchands de désespoir et de solitude. Qu'on lise MM. Sartre, Rousset, Malraux, ou le journal Combat: sous couleur de « lucidité », tous essayent d'étouffer la raison - la froide raison - d'espérer et de combattre joyeusement des hommes, et singulièrement des intellectuels. C'est ainsi, par exemple, que certains existentialistes, ayant un peu réfléchi sur l'expérience du fascisme, la généralisent à l'univers tout entier et proclament - avec les Il n'y a rien à falre contre l'antisémitisme et rien à attendre de la vie dans la Galouth, nous sommes entourés d'ennemis, l'univers est et restera concentrationnaire, le rôle des non Juifs est d'extenniner les Juifs. Les non Juifs ne comprennent qUe le langage des fusils. Les Juifs, dans leur majorité, ne valent pas davantage et sont de misérables poltrons. Juif d'élite qUi m'écoutez, vous êtes un homme digne de ce nom, parce que vous avez de la « suibstance ~, parce que vous êtes un 4: terroriste ;, selon M. Koestler. Le combat des démocrates à travers le monde? Connais pas! M KOESTLER a· réUSSi ce tour de force d'accoupler, .sans en avoir l'air, un racisme juif forcené et un antisémitisme digne de Goebbels. Il faut reconnaître qu'il n'est pas donné à tout le monde de tenir une pareille gageure ! Ajoutez que ses perfidies sur les rapports entre Juifs et non JUlfs rejoignent les pleurnicheries d'une littérature juive qu'on pourrait appeler la littérature du « Mur des Lamentations ~ et qui correspondrait, toutes choses égales d'a!lleurs, aux angOisses des métaphysiciens de la sacristie catholique. Le souverain dégoût que M. Koestler nourrit envers les masses et les peuples, envers les dégénérés qui prônent la bonne entente entre les Juifs et les Arabes, envers les sous-hommes qUI sympathisent avec l'U.R.S. S., rappelle par trop certaines Idéologles récentes et bien connues pour qu'il soit nécessaire d'insister ·sur les étranges résonances de cette « Tour d'Ezra l qui est la tour d'ivoire d'un « terrorisme :p inhumain. Il faut un certain laps de à sa vision pe1'soltnelle, se tt·o~ Lemps avant que l'oeil ne s'accli- venl par là mème r e'nouvetées. mate à ce déferlement -chromaU- Ki./wïne peint la fig·ure hi.j.1illLiqy. e qui est une des caracléristi- ne, .les paysages ou la 1Iatur8 avec une égale maÎl'/'ise. EJl sa palette aux accents expression. llis/es ne ma'lllfue pas de patlletisme. Mais I/Uel que soit li! slliel traité, c'est toujours pm' la 'lichesse et le 11/1";sme de leurs COlV leurs que se distingu ent les ( uvres du peintre, Pllrfois trI/'me l'opulence du coloris coucou r t () créer une cer/aille apparl'Ilce tle confusion. Apparence slJ/dl'!)u-nt. car rien dans fan de Kil,oîtl6 n'est le fait du has(Jrd, ehllque centiinèlre ca'l"ré de /able(1!4 e'l une surface pen ~ée el vouWe. CI/Oque pouce de la toile dl' Iucluj du corps de {u:uofe pussède uns J;aleur prupre. ques de la peinture de JuliOine. A t'inverse de tant d'auLres, la peinture de Ii!-wlne ne se " donne » pas au premier regard. Pour se livrer pleinement elle demande plus quc L'allention ou la sympathie, elle veut l'amour. Pour pénétrer le caraetère profond de celte oeuvre, il faut percer l'écran rutilant et quelque peu chaotiq ·ue de son apparence première. Car sous l'écoTce chato!/ante et agressive de son langage plasliqve, j'art de Ii/wïne caclle dcs trésors de .tendresse et de simplicité. Et ce n'est que du moment où s'affinne cette vérité que l'on peul plf'inement goMer la savcur particllliére de celte oeuvre. J(i.lw ïn e. (fut en restant. dans les limU cs d'un solide Tla!.uHtlisme, a sn s'écarter des st: ntiers banus. Sans doute son oeuvre Exposition BLOND C'est avec tin certain r elant que nOus avons Tendu visi/.e à t' lIgréatJte e:Tpusil'ion du p! flt1'e nlond. Néa'/lllluins nous .lc/IOns à dire /Out le plaisir que l1OU.s 1 avons pris à ceUe La·rdive v isite. Fidèle à la nalure. Blond est Testé en ma'/'(Ie des déchin '1lIt"lls et des recherches caraclc!tisU_ ques de l'art c011tempurllin, Sil peinture lumine·use a'uer; sOlloriltJs impressionnistes ne poursuu d'autre but que ce/ni de 110118 restituer au lruv er's de la 1/îsion de l'artiste le charme sereÏl4 UIlS rélllilés extéricul'es. , Toute en fin esse el en nUllnces, la peilllUre de Blond poss rlda un attrai.t particu1ier inhàent 7Il't/té/ re à la clal'té de l'eJ.:pos liOn plastique du peil/tT'e. COMMENT s'y prend, en l'espèce, l'a rra n g e ur Koestler ? Joseph, un Anglais, aime une « Chemise Noire :1 de Mosley, qui, découvrant qu'il es~ un r----------------------------------------------- demi-Juif, rompt avec lUI. Du coup, il part en Palestin~ où 11 prend contact avec les Jeunes d'un Kibboutz et fait la conJ- Jlond peinl des )Jar/raits, des l/.olU1'es mortes, II/ais c'cst SU!tout dans le domaine du l ,a!! 'age q1JC sa manit::·r!; l'.recUI!. Il s a~t rendre avec lI:lle e.cqllise sensillil'ilé le frémissement des fe1{t~lft.{ les dans l'iml/lellsité des cj(Jls d'été ou encore III nos/algie lit: rues paisibles bordées d'a1 ùl'es ch étifs. naissance de Bauman. Bauman - mais ne croyez pas que de cela M. Koestler tirera la vraie leçon - a perdu sa foi socialiste après l'écrasement des p,utls démocratiques d'Au· tric11e P'H' Dolfuss. . C'est une victime du fasclsme, et à un doulble titre. D'abord, Do:fuss en divisant et en décapitant le mouvement ouvrier de son pays, a porté un coup à BaulE (OMITÉ DE DÉFENSE DU (INÉMA FRANtAIS demande dans son manifeste : l o Que la programmatio~ nationale soit largement réservée a la production notionale, et que. la .place lais,,~~ ,;ur nos écrans aux Illms etr30- gers soit avant tout fonction de ltur quali'é. 2" Que sur le p1ùn national .Ies conditions faites à. la prodllc.tlon ct il l'exploitation C1némiltogJ· ~phlq!le ~lient dans leur ensemble amena~L'es rapidement pou~ que pui%~ rem-:re une de noS plus Importantes m?~strles dont la paralysie actuelle a oc)a provoqué uo chômage massif et me~acé gravement l'équilibre des entrepnses. 30 Que sur le plan international tOut soit mis en oeU~Te pOUr facilltt',r la diffll~ion du film fIançais et accroltre son rayl)l1l1ement. Le ;;in~ma fTançaiS se défo:nd. JI ne p.'lsse pas une semaine sans qUe SES Ouvriers techniciens, vedl!ttes ne ma· n ifestent dil s les SI\les parisiennes. « » Un film... qu' cm ne (tcût pa6 Par Félix FEDRIGO

« Le. Irères Bouquinquant _ passent de longs mois dans h\ poussière .. « Patrie _, du même réalisateur, dispar;JÎt des f:crans. « Aubervilliers ", le beau film d'E,lie Lotar, agonise ·quelque part. « L'enfance cIe Gorki » est sabotée dès les premiers jonrs. Le chef-d'oeuvre italien d'AIJo Vergnano : • Le soleil lu·it toujours )J , n'a pu encore toucher une salle parisienne. Ce film (Iéllonce le bscisme comme jamais pent-être nn film ne ra fait. Et c'est lù tout le mal! Pendant ce tl:mps, « Les cloche. cIe Sainte-Ma_ rie » sonn ent ù nons casser le tympan. « Les tueurs» « Gilda » et Itmte r~colc américaine du crime (:~ de la corruption jouissent de rentière sYlllp:tthi" ,h-s milieux officiel ·. C'est .. illsi. On veut tuer l't'sprit. On \'cut fai;e de rhoJllme la hête. Pour Illic"x lII;\cher le sch,,"ing- lin et joucr Ill SI,ldar. « Le soleil lui toujom's » e~t Iln film ,le ré"istance. Pas de cette résistance à la • Réseau de renseignement ", ni il la « Mi"ro cIe la Bi-Ri-Ci ", dont on n'a crll hon (le nous « gâter •. Non ! La rési~t"nce populaire. La cotte bleue. L'\ robe défraîchie et démodée. Les prolos et le peuple. L'action a JWlIr cadre un petit village italien près de Milan en 1943. Foyers misérables, enfants lympathiques, dos courbés. Les n:uis . ~mt là. .' 1.3 lurte des p,')';;lIl "framé snrgunJse. Les il'unc~, pourcll:l~sés C'omm~ ù~ l"l"ltlll'S de l'année !as ·jste, prennent. le maqUIs.. , • ~ jeune prêlre catllOhlJue et le )eltne malenaliste luttent au coude à coude pour libérer la patrie. Satire, aussi, c1'u~e prétendue civilisation. On pénètre tIans une fUlllille bonrgeoise. Et l'on v(,Ii t tout ce qu'elle a de mesquin et même de sorùide, lI " maîtresse de muison " et ses alllunts. La bellesoeur Ilui a un faible pour les 0: beaux gosses " en nnifonne gris-vert. Le Jllari cocu genre Il SOU5- marin 1). Mais les partisans organisés mènent ardemment le COIII but. Ils portent de rudes coups à la bête. Deüx ù'entre eux ,ont pris. Le jeune prêtre et le jeune athée menrent SflUS les balles devant toute la population ra,;sem blée. Le m:lfché noir n 'es t pas épargné. LE: trafic quant est typé d'une fa~'on magistrale. On le \'oit commenct'r vculement a\"ec l'occupa nt. Et de sourire t"t de d onn er ùes coups de main ... Tont iei est passé all crible, mesuré, pes(.. Le f,,'cisllle nOlis apparaît. Sa face hiùeuse bien en aV;lnt. Le vienx metteur en scène Allio Vergnano a su éviter les écueils qne comportait nne télle réalisation. Alliant un certain lyrisme au réali'me lc pIn;, path~ti'lue, il restitue un temps, une épopée .qr'Ln, linse, s;m5 fausse grandiloquence, sans mié\'l"erie ... 11 faut voir ces visages souffreteux et faméliques. Lenr haine, leur amour, leur action. L'occuplnt est chassé. Les t~aîtres ont expié. La "ie recommence. . Sur la p1at'e publi(jue, on danse. L'amo·ur, les fleurs, les chansons ..• On chante la vie. Voi là le « pui. " Que ron nous empêche ùe voir. P .S. - Ce film a ~té donné POlIT, la premjùe loi. à la Salle Pleyel au ~urs d'une soirée fra-nco-italienn.,. P u.i, u Featival de Bru",etJ.e. où il ne fut pu, primé. Le. • spécialistes _ lui Tel'rochent une certaine • confw:iO'Jl " (aie). Blolld ]Jeint dans la joie et sa joic il la comlllll1ûqlle autour de lui par le truc1lellll'ni de son oeuvre, C'esl là Ilrw r euss/le tlU11 négligeable.

  • La Galerie P. M (UITS 'Pf'{f. cntcra

dans le couran t du mOis de mai une expositio1l {Lu jClwe rein.h'e {./(jjd bien (',mn" ,4. /(rol. Celle e',:'JJOsition tlOU,S donnera l'occasion d'lu.lntirer /Jour lu J)I'emière fois ll'$ éll/l.ll's effet'/tuJel par rar'~iste dans le scn de ,'Ar, mural. paULETTE 6000ARO veut jouer le rôle d'une réfugiée juive La \'(."{Iette de cinéma, P aulette Goddard, ancienne parlenaire de Charlie Chaplin, ., exprimé ~on d é;;ir de jouer le l'flle d'une ré[ug i,~ e juive qni aspire il aller en Palesline ('t ,\ Y n 'commencer sa vie. Le scé'n ari., de ce film :.\ été écril p',r l~ ubi:rr Bn'ckner. Paulette Goddard caresse cc projet d"lluis son ,o~ age en Pale~ line, il y a troi nns. c: Pour moi, dit -elle, la Palestine est comnle un ri!""- C'~ 't un i b~au p~ 'S, un peuple magnifique, si progressif et tourné vers l'avenir. Je voul1i'lli ~Jever comme un monument ; l'héroïsme tle t es gèn& si brayes qui luttent en di-Jlit de difficillté!o qui paraissent in nrmontablcs. :. DROIT ET LIBERTE -----------------......., as avrHI 948 . .-- N~ 4-n Grand succès de la campagne de Le service de recherches du Congrès Juif Mondial. lancement de , 1 d 24 '629

  1. " a retrouve a trace e . personnes

61 DROIT ET LI B ER TE Le Service de Recherches Euro- De Son côté, le bureau de Paris passé, pour combattre su~ le pla" pour 1 million de francs péen du Congrès Juif Mondial, issu du Congrès Juif Mondial a, au cours mondial l'antisémitisme et pour faire du département des recherches de la de l'année 1947, reçu 2.700 deman- reconnaître et maintenir aux Juifs de. section br;tannique. après le transrert dea de recherches. 2.230 enquêtes GOt droits égaux à ceuJ[ des non-Juifs. à Londres du fichier cent,al de Ge- abouti, riant 312 favorables et 1.918 André Bakouche rappelle enet 2.000 nouveaux abonnés· nève et du service de recherches du défavorables. suite le rôle déterminant joué par 1& Congrèa de New-York a accompli Congrès pendant la guerre pour le Souscripti()n: 900.000 fr. dépassés sa première année de travail sous la La Fédération des Commu- rétablissement du décret Crémieux et compétente direction de M, K. Baum. pour l'abrogation des lois d'excel"' Pendant une période de trois ans fi- nautés israélites d'Algérie tion. nissant le 31 décembre 1947, un total adhère au Congrès Juif La Fédération des Communauté. de 24.629 personnes ont été recher- Mondial Israélites d"Algérie "st le poyte .. pacoic chée. à la demande de leurs pa- qualifé d'environ 150.000 Juifs algé- Nouveaux abonnés: 1.525 rents. 7.120 personnes ont été retrou- Dans une lettre adressée à M, le riens, citoyens français. vées en 1945 et Il.628 en 1946, con- Rabbin Stephen Wise, président du . LISTE ARRETEE 6 pal" Mlle tre 5.827 en 1947. Ces chiffres ne con- Congrès, M. André Bakouche présicement que les cas où le demandeur dent de la Fédération des Commua reçu la preuve que la personne re- riauté. Israélites d'Algérie, annonce Denise 26 Lille, collecté~ pa.!' trouvée est bien la personne recher. la décision prise par le Conseil de UNE CONFÉRENCE EUROPÉENNE DU JOINT A PARIS Bauman. 2 par M·me Fridman. MM. Calla et Her- chée. On. présume que plusieu.rs mil· cet . organisme, réuni à Alget le 24 LE 12-4-46 man. liers d'autres personnes ont retrouvé février 1948, d'adhérer au Congrès 25 par M. Joseph '3ass, lédo.cteur de « Droi~ et Ll.l}erté •. 2 par Mme Bella Rats.~ . 11 Livry ·Garga;n. leur famille sana que le demandeur Juif Mondial. 2 Montl·eull-sous-Bo!s. se soit donné la peine de le confir- 3 par Mme Szwarc, .. 4 U .J R.F. dn~ 2. B par Mlle Bella Tygiel. 6 collecté., par l'Aml- mer au Service des recherches Euro-- Dans cette .lettre, M. André B .. - cale « Droit et Li- péen. kouche souligne que le Congrès est L'American 'Jomt Distribulion Comilt.ee tient il. Paris une con((, rellcc sur IpAS r. roblùmeg concernant le: 1.500.000 JLLi[s cl' EurOp8 rescaplis de la guerre. Le;; diree·· leurs de l'A.J .D.C. de dix·neuf p6yS d'Europe, d'Afrique du Nord, du Moyen·Orient et de Chypr~ partiGipellt Il. celle confércnce C{lll est présidée par le Dr Joseph J •. Schwarlrz.. dn'ecleuf pOUl' les achvil. ôs de \' AmpricliJ! Joint Dis lri .. bulio" Commilké en Europe, . 0 par M, A, Procho-ner. .10 I)fl.r M. Ba tres-co. l par Mme Mar 1 e Loul.se. borts lt, Anciens de particulier""nent qualifié, par son l'LK. Sur 24.629 personnes reche'rchées, 93 ilndlvlduels. 11 Avigqon, collectés PM M. B. 8010- lowskl. 10 collectés p'J,ne ~roU- 20.999 sant vivantes et 3.630 sont pc. Normo,ndle - Niéme. n, Paul Langevin. 23 Lyon. A l'honneur·: Mf-ecl~,mes : llélèn e Batreeco; Denl~e Bauman, qui a L It connaître «Droit et Liberté ~ li. Vitryle- Françols (Marne); B ulllJ, Tygiel; Mcs:leurs ; 2 Nice, sectlon U.J.R. E .. 10 Nancy, cOllectés par lM" Cobrynec. 5 LI mo gc~, coliectés par M. Mandelbaum. 36 Marseille. collectés, par l'Amicale «Droit et Liberté ~. 37 Toulou"-C, collectée 4 Besançon. 2 XXi Belleville, U.J. RE.. 1 XIX. Fabien U.J.R. E. 3 XVII[e Section U.J. RE.. l xv- Section U.J.R.E. 2 xv. SectiOn U.J.R.E. 4 XU Section U.J.R.E. 1 IX". Section U.J .RE. 3 V. Section U J .R.E. mort~:J . DU 25 AU 30 AVRIL 1948 SEMAINE DE SOliDARITÉ ave.: la PalesUne en lune Des permanences fonctionneront dans toutes les organisations Oot)fynec de Nancy; Ca.tk:a. de Lille, q'uI a co llecté 23 abonnements; par M. Pasternak:. 12 Strasbourg. collectés par M. M. Lissel:. 10 Ille Section U,J.R.E. M ud-ellJa,um, de Llmo- Ife: A. Prochover; PMtern·a.k:, de TOUlou"-C; SOloIOWSk:I, d'Avignon, Total de la liste n° 2 • Liste précédente. 0 0 386 1.139 11 a été collecté à la 5ynagogue de- Drancy, à la fête de Pourim, la somme de 40.000 francs pour la Haganah et 10.000 francs pour les maisons d'enfants de lUi a COllecté 11 l' « Union Il. abOnnements. Total général • • • 0 1.525 DE (L9 ADR El DlE llA JJODE POUR L·ES ENfANTS La Commission Centrale de l'Enfance m rt tout en oeuvrc pour donner la lJOssil,ili/(: à denom/n'eu.1: enfants de partir durant l)l ltsicurs semaines dans une de ses coloni/' de va.cances. l,a Commissi.on Centrale de l'Enfance a déci(.ié d'ouvrir les trois (Jrandes colonies d ~ Mont-sous·Vaudrey (Gard) Compiè(Jne (O ise) cl le camp d'été d'flos.se(Jor (Landc's), (m /lOrd de la mer, où les tl'lvau:r d'aména{/ cmertt sont déjà com.mencés. l!:t nous en C1 t'lJ1.sa(Jeons deuJ; attires encon~. J,a locatioit de as c(}lonies de vacances, lenr aména.(Jement, l'augmentation C011Stante du cOlÎt de la vie et des {rais de vo yage, le nom/n'e croissant d'enfants déficients el nécessiteux n' alU(Jcnl pas notre tdche. Pour faire lace à ces frais énormes, la Commissior:. Genlr'ale de 1'Enfance la.ncera ]l1'ocl!ainement une campaqne de sOlfscripLlon en faveur de ces colonies de lJaCances. Nou.s comptons su'r le bon coeur de tous les arais de l'enfa.nce. Le prix de séiour d'un enfanl en colonie de vacances sem plus élrvé que l'an der- 1 ;er, Mais film,., pouvons (laranlil' dl~s à présent que l~s enfants d'osy"U.rés sociaux pourront bénêficier de certaws avantage~. Les -inscriptions commenceront le 10 avnl el s'eUedue1'Ont comlne l'an d~rnier, c'està- di.re directemenl aupr'ès des Commissions d'Enfance des arrondissements et des Sections de province. Ami.s de l'enfanr.e ! Tous à l'oeuvre pour assurer le plein SW:cl!5 des colonies de vacances de la Cummission Centrale de 1'Enfance. Permanence pour les inscriptions Les inscriptions pour les e.olonies de vac.ances de la Couui1.issions Centrale de l'Enfance out commencé à partir du '13 avril. Los enfants de :; il. 14 ans sont illserits directement par les Commission: d'Enfance et sections de 1 'U,,) ,R.E, daus les arrondissements, Les enfants au·dossus de 14 aus 80nt inscrits par le Mouvement de Cadets, :14, rue de Paradis, tous les jours de 15 heures il 18 iloures (sauf samedi et dimanche). Permanences pour les Inscriptions : 2" et D" arr. - 14, rue de Paradis : toua les mereredi.~, rIe 21 heures il. 22 h. 30. a· arr, - 8, rue Saintonge: tous lea mercredis, de 21 heures à 22 h. 30, 4" arr. - 9, rue Aubriot: toua les jeudis, de 21 heures il 22 h. 30. 5· arr. - 11, square Albin·Cachot (chez Mme S. Lewin

tous les IUlldi~, de 18 heures à. 19 h. 30.

10" arr. U;t·Louis). - 59, fauhourg du Temple: tous les jeudis! de 21 heures à 23 heures. 10" arr,' (Bou evards). - 14, rue de Paradis: tous le., mercredis, de 21 heUres à 22 h. 30. 110 arr. - 5, passage Charles·Dallery : tous les mordis, de 21 heures il 23 heures. 13" arr. - 60, rue Claude·Bernard (Mme Renée Pasternak)

tOl\S les jeudis, de 21 à 23 heuros.

Ige arr. - 2, pa.sage Pcnel :.. tOUIi les jeudis, de 21 heures à 22 h. 30. 20· arr. - 120, houlevard de Bellcvill\l : tous les .ieudi..~, de 21 heures à 22 11.. 30. Montreuilosous-Bois. - 95, rue des Sodns (Chez M. S:r.ainer) . tous les lundis et jeudis, de 16 à. 11) heures. LA COMMISSION CENTRALE DE VENF ANCE A LE PLAISIR D'INVITER TOUS SES AMIS 'MMt\t~ 1 ÜtNerture d'un jardin 1 cl' enfants hébraïques A LA GRA~mE FETE ENFANTINE DU DIlUANCHE 25 AVRIL 1948, à 14 h. 30 A LA SALLE PLEYEL, 252, Fbg Saint-Honoré avec la seule particIpation artistique des enfants de nos Foyers et Patronages. Retirer les invitations dans les Sedlons et à la Commission Centrale de l'Enfance, 14, rue de PaI1ad1s (loge du gmdien). !--:~~ Jne Vve Isr. désire faire connaissance Monsieur Israélite en vue mariage. Ecri. -~ ra Adm. du journal, n° 34. ~ ~ CHERCHE POUR AMIE COMMERÇANTE MONSI EUR CI ~QUANTAINE EN VUE MARIAGE. SITUAT . ,NOlFF ECR, AGENCE HAVAS PERIGUEUX , N" 716. ~ Impr. Ceote, du' Orobla3.llt 19 r AA-$)),tssant, P&r111-2" . . .. ' R N 1m:Dl1mew L'ORT va ouvrir prochainement un cours de bobinage de moteurs et générateurs électriques. . La durée de ce cours est de SIl( mOlS. Les candidats parlant français et ayant une instruction gén&ale supérieure aux études primaires doivent s ad{esser {tous les jours. 3auf samedi et dimanche} à l'Ecole ORT. 12, roe des Saules, Paris {lS'} (rnétro : lamarck). dans le quartier d'Auteuil

Les parents des enfants âgés
de 3 à 6 ans, habitant Auteuil'I

~ sont avisés qu' un jardln d' en- ~ fants bilingue (Franp!s hébreu) ~ est ouvert depuis le ,.,. mars, 59, ~ rue J'Auteuil. , 1 ~ Le jardin est dirigé par Mme ~ Rachel Cordin. Pour 1 ïnstant, il est ouvert tous les jours (samedi et dimanche excepté,), de 9 heures à 12 h. 30; par la suite, il fonctionnera toute la journée. Inscriptions sur place; on peut également téléphoner à : AUT 49-69 (aux heures des repas). Mme Rachel. Cordin est la veuve du regretté profC5Se1U Jacob Cordin, qui a dirigE ICl! archives du C.D.J.C. Les DOSSIIERS DOCUMENTAIRES Bulletin hebdomadaire d'études et d'informations pOlitiques,- économiques et finanCières publié par le CENTRE DE DOCUMENTATION GENERALE 32, rue de Richelieu, Paris-l"" Tél. : Ric. 61-50 Rédacteur en chef : Gilbert MURY VOUS ECLAIRENT sur ce Q.ui n'a pas ETE DIT par la PRESSE Au sommaire du dernier nu. méro : Le fait de la sem;a,Ïne : De la guerre froide à. la guerre tiède, EC6nomie française : Le Conseil national du créd. tt décide ... Economie internationale : . La loi amérIcaine sur le « projet de reconstruction européenne », Etude boursière : Le marché mon rUaI du oaoutchouc. Une personnalité en vue M. Paul Van Zeeland. - Envol d'un numéro sur demande. - L'abonnement au bulletin (hebdomadaire) est de 1.000 fI'. par trimestre. Prière de faire tous versements

- par chèque bancaire à. l'ordre de Centre de Documentation générale, - ou par chèque postal, au C.C.P. du Centre, Parls n° 6227-03. D'autre part, le Centre peut fournir, dans un déla.t assez bref, toute étude partlcu- 11ère portant sur des questians économiques, financIères, politique.; et même scientifiques, littéraires ou bibllographlq\l.€s. Prière de se mettre en rapport avec M. Gilbert MURY, réd/acteur en che.f, pour les conditions. Une délé.:alion ~pé('lflle des Eta.ls·Unis assiste é~:)lement R ux: réunion.;; de la conférence, Cc\.Le Mlé~alion esl rrMid~e pûr M, Edwll.rd MM, Warburg, président dll l'American Joint DislribuLion Commitlec. Le Dr William Haber, cOllsr.il· 1er :lUX arraires juives du généra! Lucius D. Clny, commlwlllnt en cller c1eB troupes [,ll1érlollncs c1'occupal, ion en Allem'lgne, prend part aux lm vuux de lu conférerlce. Jaln 6U16nfBERT tUJ.~ décfa'te ..... (Su.ite de la page 3) de' la Palestine, ne constitue pas une « erreUT » isolée ni l.lIle déCISion occasionnelle. Il s'agit d'l.lIle mesltre de plUs parmi celles qui traduisent le reniement, par le gouvernement actuel des Etats-Unis, des rai~ns pour lesquelles les peuples alliés, y oompris les Américains, ont lutté et consenti des sacrifices pour la paix et la liberté. La politiqUe de justice dl1 grand président Roosevelt est désormais complètement liquidée et la conséquence la plUS gr.ave peut-être de la soumission à de puissants intérêts ca.pitaJ! istes que représente cette méthode du chiffon de papier, c',est l'affaiblissement de l'O.N. U. et une nouvelle perte de confiance dans l'institution internationale qui doit garantir l'entente entre les nations démocratiques. C'est donc aux peuples eux~ mêmes qU'il appartient désormais de réaliser une large et solide union contre les fauteurs de guerre, a,fÎID que les Juifs de Palestine, aient enfin la poS\ibilité de vivre et construire dans la sécurité et la fraternité. Le Dimanche 25 Avril 1948, à 20 h. 45 au PalaIs de Cha-illot CRAN D CALA placé /lIOU8 la présidence de M. le Ministre des Anciena Comba.ttants organisé plU' l'UnIon des AncIens Oombattants Juifs 1939-45 AU PROGRAMME : US COMPAGNONS DE ROUTB CHOUCOUNE et ..on Q.ua,drilQe antillalB CHRISTIAN JUIN LfO NOfL de la Gaité-LyrlQ.ue et s-on orgue de barbfl.rie ARMAND MESTRAL de l'A.B.C. OLGA ALEXANDROWICZ du ballet de l'Opéra-ComiQ.ue SCHOSCHANA AVIVITH PAULA PADANI grande tragédienne de 13 « Hablmah 11 Danseuee pa.lestinienne TONY VILLARD MAGALI GRAMONT Lauréat du. Ploum-PlolLlll-Tra-Joa..-la poemes L'ENSEMBLE TAHITIEN l'ensemble de mandorines PAGLIANO avec MarIa SCIVITARO et Sylvia CLAIRE as la RadiOdiffusion trançai8e y V ES DENIAUD Vedette de l'Ecran • et LA MUSIQUE DE L'ARMEE DE L'AIR Présentation par losette Wolny et Michel Debonne Re/en,,;, VO$ placea t)t.4 $ièqe ete /'Unir, 18, ru..l des MC"'():qeriea. PorI, (J,()it). Té' PllO U-69 1 .. ~, • 1 ,15 avril 1948. - N° 4-72 DROIT ET LI BERTE JJJ AVEC DE LES JEUNES ·u~"t~},· U~":,: I 1 ::~ ............ ,.....~ Dany De notre envoyé spécial Senaz LES SPORTIFS DE PALESTINE saluent LES SPORTIFS DE FRANCE '·RÉSOLUTION Les 159 jeunes Juif. réunis 120, boulevard de Belleville. à la fête organi.ée par un groupe des • Cadets » (jeunes de l'U.J. R.E.) : - S'indignent de L. brusque ·.oJte-face américaine concernant le partage de la Palestine .dé cidé le 29 novembre 1947 par )'O.N.U. - Estiment que le peupJe juif a sulfisamment souffert et ~tté pO\H" la liberté du monde d~rant cette guerre, pour voir vivre enfin dans u 'n état indé ·pendant les .centaines de millien de Juifs qui lont encore dan. les caanps de conèentralion allemands. - Pensent que les 6 mil. lion. de Juifs 'exterminés durant cette guerre méritent le ·re.pe:t et trouvent indigne la nouvelle position des U.S.A. qui. pour des intérêts sordide., oublient la justice humaine. . Les ISO jeunes Juifs envoient leur fraternel salut aux vaillants bâtisseurs juifs de Palestine, aux vaillants combattants de la Haganah. 115 leur expriment leur profond attachement et formulent le voeu que toute la jeuneue juive de France se groupe autour du Mouvement des Cadeta ~ur constituer dans chaque arrondissement un comité popu- 1~ire de la jeunesse d'aide à la ·Palelline combattante. Paris, le 3 avril 1948. BRUXEllES, avril 1948. Vitrines éclairées au néon, abondance aux étala- • g~ coca-cola dans les cafés. affiches sur les murs recommandant aux ouvriers d'acheter au prix le plus [,as .•• Le décor de Bruxelles est briUant, Le bas nylon que · fabrique Dupont de Nemours n'est relativement pas cher. mais en l'achatant, l'ouvrière du textile belge prepare la fermeture de l'usine où elle travaille. Chez les jeunes Des Juifs qui vivaient à Bruxelles avant guerre, un dixième a. survécu. Dans un petit pays comme la Belgique, 11 était en effet très difficile de se cacher et la Gestapo a pu donner libr~ cours à son sadisme. La résistance .n'en fut que plus farouche et a.ujourd'hui la population juive de .1a capitale belge compte beaucoup de jeunes antifascstes qui ne manquent pas de dynamisme. Il est regrettable que leurs efforts ne soient pas toujours bien dirigés. Quiconque visite certaines organisations de jeunes, Maccabi, Poalé~Sion, Gordenia. etc., constate une forte propension à ne rien voir en dehors de la Palestine. à ne te- MiUtbüods de désespoir ETRE Juif n'est p4S une rai:son suffisante pour se porter g{Jrant J'argumenb antisémite:s. C' est ce quO a cnr pouvoir faire dan:s le journal Combat un certain M . Minezeles. Combat. pourtant, ile prétend l'ami des Juifs. Apres avoir déclaré qu'il est Juif et que Il beaucoup de set . copain~ sont Juifs )). ce M. Mineze/es, donc, poursuit: Il Nous a'vons la manie très intellectuelle de nous mettre à la place des autres. de couper un cheveu en quatre. d' étudier le pour et le ·" '·contre. de discourir à propos de tout et de rien. de nous triturer '.:·l!l cervelle. )) M. Minezeles parle peut-être pour lui-même. Mai:s cette féné" ralisation. même le lOT al)ril" ne laisse pas d'être un peu trop , 'Conforme à /el.~ por/raits de Juifs campés par certains racis/es . . ,'" i Passons sur les contradictions. Celles-ci. par exemple affirmer d'abord que I( le jeune Juif... cherchera avant tout... à s' évader de sa condition d'exploité » {s' loader indÎl'iduellement - autrement dit par la (( débrouillardise » el autres mythes antisémites); el avouer un peu plu:s loin que les jeunes Juifs « s'orientent de plus en plus vers les carrières scientifiques, particulièrement la radio et LES PROFESSIONS INDUSTRIELLES (SOUDURE. A'rrOG~NE, AJUSTAGE) J) • •• At!ais passons! Où M. Mineze/es veut-il en venir 1 Voici : (( Il s'en5Uit une psychologie juive . ..• la recherche d'un monde à part, idyllique , extra-terre~tre. » El plus loin : . « La jeunesse juive de France préfère l'Amérique du Nord et du Sud, r Australie... » Mauvaise cause, mauvais combat. Celle attilude Je démission e:s/ peut-être celle de M . Minezele:s. mai:s pas celle de la jeunesse juive. Encore UTle fois, il procède par généralisation spontanée. Délibérément, il s'aligne SUr ceux qui veulenl amener la jeunesse à douter d'elle-même. Quelques esprit:s chagrins et réactionnaires qui s'acharnent à susciter el à culliveT le désespoir des je111lës. Le Monde n' écrivait-il pa:s. récemment. lui aussi : (1 La jeunesse d' aujourd·hui. plus que désabusée affiche un penchant au cynisme . . . Nous la voyons douter que 50n royaume soit de ce monde. )' La jeunesse de FraTIce. JUIve ou non juive, aime la oie et forge un avenir meilleur. Elle n' écoute pas les appel:s doucereux de ceux qui voudraien/ lui donner la nostalgie de terre:s lointaines, à dessein idéalisées. Tout le zèle de:s Minezeles n' y changera rien. La jeunesse franço~e ne désespère pas du monde. . Louis MOUSCRON. ~------l nir les yeux fixéS que SUl[" le Moyen -Orient. La lutte est indivisible L'on se désole des survivances ou du regain de l'antisèmitisn:e que favolise certaine pOlitique réactionnaire. Mais l'on tourne le dos - tout en étant d'ailleurs animé des meilleures intentions du monde - aux démocrates qui, ici; Sur pl~e, oeuvrent è l'élimination du mal. Au ~ongrès de la F.S.G.T. (Fédération Sportive et Gymmque du Travail) q.ui s'est tenu récemment Israël. HERTZ, dél~gué fraternel de l'Organisatio~ S?Orhv~ de Palestlne (le « Hapoël :Ii), a fait une decla~'atlon dont nous donnons ci-dessous quelques· e~.tra~t~. I~s ~ppor~tent un nouvel élément, plein d mteret, a l enquete commencée dans le dernier numéro de Droit et Liberté: « La Palestine et nous. :. Mais il s'en faut de beaucoup que tous le.; jeunes juifs se confinent dans cette espèce de splendide isolement. L'Union Sportive des Jeunes Juifs, qui groupe près de 250 membres à Bruxelles, fait du sport comme son nom l'indique, mais se préoccupe également des grands prOblèmes de l'heure. Et le travail sérieux n'y exclut jamais la s.aine distraction. CE saInt fraternel est lié à un . aplx-l profond de mes camarades qui se trouvent en ce moment engagés dalls une lutte sanglante, imposée par lïlllpéria' lislllC an.s::Jo-'IJlH~l :.cain. doivent· mettre à l'épreuve les valeurs physiques et morales Notre ,!euple, so.rti. de cette Ruer~ e blesse et aOEllbh, et qui lutte aprement pour son indépendance, est . sOll.tenu aujourd'hni par les "nllS defellseurs de ·Ja paix. et de la démocratie IllOndi"le. L'autre soir, j'ai assisté à un spectaCle artistique entièrement réalité par nos camarades de rU.s.J.J. Le public ne leur menagea pas ses applaUdissements. Leur orchestre de mandolines. surtou't, est remarquable et digne de rivaliser avec les fonnations professionnelles ... Votre Con~rès qui est celui de la plus grnnde association sportive ouvrière de l'Europe Occidentale. et surtout ridée-force qui domine ses tra,'aux. no·us prouve que même dans ces iours sombr.,s il existe dans la classe ouvrière irançaise llne force incorruptible qui pour' suit son activité d'éducation sportive ell vue de la préparer aux lourdes t;lehes qui l'attendent. Nos ennemis sont les mêmes: ce sont tous ceux qui pOUS5ent le .monde vers la g'uerre. Un" tn,isiènie J:uerre cela signifierait un retour ~du m~nle à · la harb:,rie, tlne destruction de la ci" ilis;ltion (lue forgèlTnt toutes les générations de l'humanité. Ma lheur~l~selllent l'Anllleterre tr:"';lIlhste sem hIe Ignorer ou la conduit l'obéissance aveugle aux Iirectives impérialistes. C" lâ ra pO\lssée à violer l'acte de justice intel'nationale (lui avait été · appu~' é par· la griliide majnlité de l'O.N.U., le 29 novembre 1~7 et qui inst:lllrait en Palestine le~ deux Etats, Juif·et Arabe. LES 15.000 membres de notr~ association lui combattent "lUX pre nlicrs ratlgs de hl Haganah, notre ~Inllée nationale, Dans son allocution de bienvenue, François, leur sympathique dirigeant, déclara : Le renard et la colo~be « Nous -voulons travailler de plus en plus étroitement avec la jeun€lSS€ non juive de Belgique éprise de liberté et de démocratie, pour extirper à tout jamais les racines du fascisme. Nous soutenons et soutiendrons de toutes nOs forces la population juive de Palestine d·ans sa lutte pour l'indépendance ». ~~ Sous prét""te d'év:lC'uer la Palestine, les An!do-Amériç;,ins organisent dans le Proche-Ori'~n t les ·éléments réactionnaires :.rabes pOur les d'resser contre nous. Chacun (le nos cal;Hlrades comhattants s'aper(oit que cette lutte ne nous Illct pas seuls en C;lfl~e. Hier c'ét:lit l'Espagne. aujourd'hui, C't'~t le tour de la Grèce et de nousmêmes de défendre avec notre ang la liberté des peuples. Notre lutte, c'est la luite contre la réaction internationale, celle même réaction qui menace votre liberté en France. Car de plus en plus nombreux sont les jeunes qui, avec François. ont compris que la cause démocratique e,st indivisible, que l'antisémitisme, la réaction, le fascisme doivent être combattus partout dans le monde. En lutte dans leur pays POUT la démocratie, les jeunes de Bruxelles aident leurs camarades de Jérusalem à conquérir la liberté. et inversement. (D'allTè3 La Fontaine.l Cellx qui luttent dans les cbamlJS de Judée dévastés par ·les barbares, vous adressent ici leur cordial $àlut. leun.esse @ @ . JUive ~(Q) Découverte de la France . Chansons nostalgiques et joyeuses,. L'atelier désert. L'étoile jaune,_ iI;E Le drame. - Lutte pour le progrès ~; .... -F~.~ ...... ~_;n e~-" _ -- d·enfa·nce pl'Urraient être ceux de tou- les les jeunes filles de chez nous. i 1 L'école primaire, l'école buissonnière

aussi. les premiers jeux dans les jar-

, . .lins du Luxembourg. La découverte de la France sur la grande carte de la . c1a ... e. Le6 héros de notre histoire qui me faisaient rêver: Jeanne la Lorraine, Bara, l'enfant qui meurt en criant : Vive la République ! le. héro .. de la Bastille et de la Commune ..• Je me rappelle les chants que notre iu.titutrice nous apprenait pour le 14 juillet et ce .. ouvenir a un parf .. m de brioche. chaudes dans u.ne nuée de rubans tricolores. Parmi les voix de mon enfance, il en est une qui domine, plus douce. plus chaude, plu. familière, c'est la voix de ma mère. la voix de mon foyer. La grande table. toujoUnl pleine de petites étoffes de toutes couleurs qui faisaient de .i jolies poupées. la maison où me. parent. travaillaient, travaillaient de l'au,be à la nuit. Devant moi, le petit atelier, la .. ilhouette de mon père courbé .ur la machine .. ou. la gro.ae lampe pous.iéreuoe ... J·entend. encore la voix de ma mère rythmant le gémisaement de la roue. Je vois mon père sourire de Ion IOUrire triste et WI peu las. dire quelques mols en yiddish, pencher à nouveau son visage fatigué lur la machine tandis que ma mère m'emporte en riant dans mon lit, mes rr. aina pleines de chiffon.... Chan .. on.. nostalgique. ou joyeuse., histoire sanglante, douloureuse m ai. h éroïque du peuple juif que mon père me racontajt Jes larmes Bill yeux· ..• H éro~ lq:endaires de la lointaine Pale.ati:ne, LoOn.. cie l'histoire, tombé. pou r la lihertt ..• Une nmt, un roulement sourd me tir!, b rusquement de mon sommeil.' Des ordres bref. monta;-t de la rue. Ma mère me dit : • Nous avons ~du la guerre! » Depuis cette nuit. depuis cette phrase. le .. visage. qui peuplaient ma vie changèrent d'expressio·n. J e n'aimai. plus jouer dans l'atelier parce qu'il d e.venait chaque jour plus désert. L·angoi .. e creusa le visage de ma mère. La nuit. j'entendai .. mes paren" parler d'évasion et je me rendormais le coeur bat. taut . Un matin, je trouvai mie étoile jaune, ousue à ma blouse d·écolière. et S·Ur le mur d'en face ce.. trois mots qui bourdonn oient dan .. ma~ tête : • Mort aux Juifs ! ». • Puis ce fut le drame, l'arrachement : papa et maman emmenés par les brutes .. . -. La joie revint sur la Fr .... ce. comme un tour. billon. Je connuo alors l'enthou$iasme de la Libéra~ bon. mais je sus en même temps que, p)ù" jamais je ne reverrais Je cher vi .. age de maman. ' Avant qu'on n'arrachât ma mère au foyer déjà détruit. elle eut le temps de m'apprendre que le monde entier était enchaîné. que le' fa$ci .. me avait étendu l'ombre lur la terre et que les e nnenli. de la liberté commençaient leur massacre par les Juifs. Elle eut le temps de m'apprendre aussi qu'à chaqua instant dans le monde de. homme. luttaient e l! mouraient pour re.ter libres et parmi e 1l'1, d e s Juifs comme moi. C'est poun,.u .. : je n'ai jamai. eu hernie de l'étojle jaune. r:1 je me . uis juré de lutter de ta... tes m.... forces. pour eJltirper les r .. $le du pa .. é pour que le PTOV"è. en6n. illumine la vie. .~onique ALPHAN.D. PAQU DROIT ET LIBERTE 708 SOUS LE SIG AVE LA PALESTI E E LA SOLIDA TÉ LUTT Appel pour l'aide à la Hag~nah Le rabbin de Bacherach MORCEAUX CHOiSIS DE HENRI HEINE Le ' fêtes de P1ques conll,,~morent la libération du peuple Juif, alors que, secouant leurs chaînes, nus ai~u.x se lancèrent sur le chemin de r:nJ~I,.mdance et de la liberté, vers Eretz Israël. Aujourd'hui, comme alors, le peuple juif court un danger mortel. Aujourd'bui, comme alors, nous luttons pour la con· quête de notre indépendance et de notre liberté : malgré la décision de l' O. N. U ., le sort des Juifs de Palestine est remis en question; d'ores et déjà, ils sont en butte aux atta~ qu es des féodaux arabes dirigés et armés par des Etats qui (/Ju nom de leurs iRtérêts illlprrialistes) n-'ont pas hésité il U débouché de la plaine du Rhin, là où les rives du fleuve perd~nt leur mine souriante, où les onontagnes et les rochers, avec leurs châteaux en ruines à l'aspect fantastique, prennent des attitudes menaçantes et font !,araÎtre une grave viennent à entendre le vieux chant de pessach.

  • Le deuxième gobelet . versé,

les visages et les voix s'écla ircissaient de plus en plus. et le rabbin. ayant saisi l'un des . palns azymes, se. levait avec un "salut joyeux, en lisant les paroles de la Hagadah : et sauvage majesté. C'est là qu'on découvre, comme une efhayarJteim~ge du passé légendaire, Iii sombre et antique renier leurs engagements les plus formels. . ~ais la H'aganahest là; chacun des combattants de cette armée démocratique du peul,le juif sait que le combat qU'iI, mène est celui du peuple juif tout entier; chacun est prêt a sacrifier sa vie pour les droits et la dignité du peuple j uif. Grâce à eux, les portes d.e la Palestine seront ouvertes à tous ceux qui désirent s'y établir: ET L'ETAT JUIF lOEQA[ Au mome,nt où 10s meilleurs élémenb de notre jeunesse sa~riHent, l~ur, vie pour nO!IS, il est inconcevable qu'un seul JUIf se desmteresse de cétte lutte sans merci. Les. autoritës et Ics organisations juives de France ont décide que la semaine de Pâques serait consacrée à la

campagne de la Haganah : elle a pour but de fournir à

1IOS combattants les armes dont ils ont besoin. Des centaines de nos frères, en France se sont volontairement enga~és pour mener à bien cetÙ campagne; ils abandonneront leur travail et leurs occupations pour aller ~() porte en porte recueilUr les fonds dont ·Ie besoin se fait si pressant. Aucun de nous ne se dérohera; chacun les accueillera chaleureusement et donnera tout ce que ses moyens lui permettent l,our exprimer sa solidarité avec les héroiques combattants de PalestÏlle. Ceux qui. pour une raison ou pour une autre n'auraient pas été somcités chez eux, ne manqueront pa~ de verser leur contributi4l,n. à l'une d~s o~ganisations juives où une permanence speCiale l',cra ctabhe pendant la semaine de l'âque~. S'évadant de l'exil et de l'e;c1avage, le peuple juif est encore une fois sur le chemin de la liberté. ville de Bacherach. Bacherach à la fin du XV· siècle. , La grande persécution des Juifs avait commencé avec les croisades et exei:cé sa plus cruelle fureur vers le milieu du XIV· siècle, après la terrible épidémie de peste dont on rendait les Juifs r esponsables, comme de toutes les calamités publiques, en les accusant d'avoIr appelé la colère divine et empoisDnné les l'bntaines avec le concours des lépreux. Une autre accusati::m. qui depuis le début du Moyen-âge jusqu'à la fin du siècle dernier a coûté aux Juifs bien du sang et des larmes, est l'absurde légende répétée à satiét.é dans les chroniques et les récits hagiographiques Qui les montre dérobant des hosties consacrées pour en· tirer du sang en les perçant de leurs poIgnards, ou égorgearut des enfants chrétiens, parce QU'U leur fallait du sang pour l'office nocturne de Pessah.

  • Le rabbin Abraham et sa

femme la belle Sara, entourés de leurs parents, disciples et amis. s'apprêtent à célébrer le Seder. Sitôt la nuit tombée, l'épouse allume les lampes et ~ou vre la table d'une nappe, au mUleu de UN SEDER DANS LA PALESTINE NOUVELLE Q VELLE étrange ~ motion nous a vons éprouvéc chez Rac:dcowski nos amis le soir de la fêtc pascale!' • Dans la longue salle arahe, la longue, longue table était dressée. Sept flambeaux d'ar. gent I;éclairaient. Autour, des smockinn-s, des r:0bes décolletées. Au bout, les plats ~yml.JoItques

l'oeuf et l'agneau rôti, le raifort, lcs

herbes amères, le mortier fait de pomme et d 'ama ndes pilées, le vinaigre et le eerfcui l, les pains sans levain. J' me rappe\ai; les Séder de mon enfance:

  1. taque année, attaché au passé, mon père Il.

la barbe grise officiait, comme l'avaient to u. jours fait son père, son g'rand-père; tous ~es aïeux. Ici, le père n'avait que trente ans; c'était un hommc d'aujourd'hui, un savant. qui 'parcourait le pays, explol"ant la cartc g'éologique de la Palestine. Jamais em.:ore, il n'avait 'C -Iébré le culte domestique ; mais, revenu à l'an tique Foyer, il réinaug'urait, ce soir-là, ·dalls son jeune foyer, l'antiCjue tradition. L ES hommes mirent sur leurs tNes les . . co.iffèS de papier noir qu'on leur avait distribuL'cs; puis' l'offi ciant remplit la première coupe, dit les premières bt"IlI"dictiol1s, se lava les main", trcmpa le cc rfl'Ilil cians k vinaigre, brisa le pain sans levain en deux parties, l'une plus petite, l' ,\lltre plus grande, qu'il cacha sous la serviett e. Puis il souleva . 1er plat et récita la formule h{braïquC' : « Voici le pain mi;(,rable que mangèrent nos P~res au pays d'Eg-vpte. Tout affamé, qu'il vienne ct mange; tOllt IJPsog·neux, qu'il ait sa Pâque. )) . Et, montant sur sa \' l1;li5e , 1111 enfant rie quatre .1ns posait, dans l'h{hrC'u le plus pur, les queslions séculaires « P ourquoi cetl e nui I-ci di rrerC'-t-elle des lIul l'es n uits? Les autre" nuits , nous mall~ con" du pain levé ou nûn !-Vl'; c~ llc nuit-ci, du pain n011 levé seulement. Les autr nuits nous Jll a ngt'I"'nS des h e l ' h\ ~ s de tout es sOI·tes; cette lluit-~'i , [es herhes ;ll11 (' r ('s seuk lllt'nt. Les alll l' (~S IHlits, nOliS ne t n'mpons point nos m et . fût-l'e une fois; cc-Il l..· nuit-ci, nous les trelilpons demi fois. Les autres nuits, nous manét colls aC('oudés ou a~sis, cette llUit-ei, ace ueUs !'l'ulemcnt. )) Et le jeunc pere n~ ponda it, avec toute l'as~ mloléc : « C'e"'It qlle nous ffime e !'\, ve d(' P llamon, au pays d'EJ:.'Yfll : ct il n us Cil fit s rtir, l'Eternel, noire Dieu, par main [vrtc ct Par Edmond FLEG par bras tendu. Et, si le Saint , béni soit-il, n'eût fait sortir d'Egyple nos Pères, VOICI : nous serions asservis il Pharaon, en Eg"ypte. )J LE prêtre familial narrait maintenant l'histoire des quatre Rabl)ins qui, oubliant l'heure, avaient commenté les miracles pascaux, de la nuit tombante à la Prière du matin; puis, celle des quatre fils, dont l'un est un sage, l'autre un méchant, le troisième un simple, et le quatrÎéme un enfant qui ne sait pas interroger. Il rappelait les origines du La sortie d·Egypfe, d'une Haggada :lu XIV· siècle peuple d'abord idoLître; Dieu se rev..':lant à Abraham, lui pddi:iant la Cap,ivit..':; puis la prOOlt-;se de l'Eternel au P a t ria rt:hc : « Cette promesse, psalmodiai t-il, nous tint debout, 110S Peres et nous. Ca r cc n'est point un scul qlli se leva sur nous pOlir nous cxterm~ ne r ; mais, il ..:haque g·é-nl·"'tioll, nos extermmatcurs se Icverent sur nOLIs. Et le Saint, b(:ni soit-il, nous (lt~livra de leurs mains. " Aprl~s l'enum(\ .. alion des Dix Plaies, pour chacune de5quclles chacun des assistants ég outte du doig-t une g'outte de vin et la jette l,or de la e upe, le jeune offil·iant poursuivoit: (Suite page 8.) laq uelle sont placés trois pains azymes, recouverts eux-mêmes II: Vois ! c'es.t le mets don t se d'une .serviette Qui supporte nourrirent nos pères en Egypsix peti.tes tasses contenant des te. Quiconque a faim, n'a .qu'à 'aliments symboliques : un oeuf, • se présenter et sera nourri. de la laitue, du raifort. un os Quiconque est triste se préde mouton et une pâte brune sente et partiage notre joie! ) Préparation du pain A"im. (D'apès Url.;! gravure d'J XVIII" siècle .l faite avec des raisins secs, de la cannelle et des noix. A cettte table s'assied le père de famille avee ses parents et compagnons ; il leur fait la lecture d'un livre merveilleux appele Haga.dah, extraordinaire méla nge de legendes anciennes, de miracles arrivés en Egypte, de récits curieux, de discussions, de pri~res et d'hymnes. U,n. grand souper a lieu au milieu de la fête, et pendant la lecture on gow.te aux mets symboliques, on mange un morceau de pain azyme et on boilt Quatre gobelets de vIn. Cette fête nocturne a un caractère de mélancolie sereine, dle sérieux enjoué, de mystère et de légende, et la mélopée traditionnelle de la Hagadah, avec les réponses du choeur, a un accent qui saisit, berce et anime à la fois de telle sorte que même les Juifs qui ont Quitté la foi de leurs pères Onlt le coeur profondément troublé quand Ils A ce moment, la porte d'entrée s'ouvrit. livrant passage à deux hommes, pâles et de haute stature, enveloppés de manteaux flottants. L'un d'eux prlt la parOle : « La paix soIt avee vous, nous sommes des co l'éligionnaires en voyage et désirons fêterPessah en votre compagnie

.. Le rabbin répondlt

avec un empressement a imable

4: La paix soit avec vous,

prenez place auprès de moi ). Les étrange·rs s'étant assis, U poursuivit sa lecture. s'interrompant de temps à autre, penda! llt que les autres causaient enre eux, pour adresser lm mot gentil à sa femme, qu'li appelait « ma reine », par allusion à la vieille plaisanterie ql1i,. ce jour-là, prête l'orgueil d'un roi au père de famille. Comme elle l'écoutait a ttentivement et ne le Quittait pas des yp-ux, elle vit tout à.. coup l'horreur se peindre sur (Suite paae 8 ) 0.-L. PEAETZ CONSOlf\ "rlo", Consolez mon peuple ! Il a besoin qu'on le [console. Affermissez son coeur, fortifiez sOn esprit ! Ne soyez pas le vent qUI fait mourir la [flamme, Mais ranimez-là, car la nuit est poiMon. Versez l'huile, nettoyez la mèche ! Car la nuit est poison; le sommeil, Consolez, consolez mon peuple! c'est la [mort. Affermissez son coeur, fortifiez son esprit ! Plus d'une nuit a déjà lui. Plus d'un combat a été gagné. Ne lâchez pas votre étendard ! Un mur de fer, un vrai rempart, Se dresse sur la mer houleuse. Fortifiez le peuple, ranimez sa flamme 1 La nuit d2scend, le jour se lève. il nous envoie son rayon d'or. Comme salut à l'esprit fort, Le vieil esprit qui n.ous anime. Qu'elle jaillisse, la force vivante, Comme une tour de feu, la nuit ! C9nsolez, c9nsolez mon peuple ! Il mérite qu'on le console. (Tra d uit Dar J, M.). '.

Notes

<references />

Format JPEG