Droit et Liberté n°00009 - 1er juillet 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Le bilan d'une trêve (Moyen-Orient) par M. Vilner -page1
    • Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent par Roger Maria -page2
    • Mon point de vue par Julius Stricher -page2
    • Les maudits par J.A. Bass -page2
    • Chacun sa place au soleil (moyen-orient) par Claude Morgan -page3
    • Gringoire a reparu -page3
    • Dans toute le France, manifestations de solidarité avec Israël en lutte pour son indépendance -page4
    • Rendez-vous avec 80 millions de femmes (exposition internationale des femmes) par Annette Joubert -page4
    • Des peuples souffrent et luttent: au moyen-orient, des milliers de démocrates arabes et juifs en danger -page4
    • Histoire: Savoie, Dauphiné, Nice, de la peste noire à la peste brune par Joseph Millner -page5
    • Au carrefour de l'intrigue (Moyen-Orient) par Yves Farge -page6,7
    • La 2éme session du congrès juif mondial s'est ouverte à Montreux -page8
    • Spectacle: Virulence dans l'optimisme par Marcel Cerf; Sacha Guitry ou le roman d'un tricheur par Chatem; Parellèle 48 par Hélène Suarz; Il y a 30 ans l'Université de Jérusalem naissait au son du canon par Maurice Moyal -page9
    • 8 000 000 de francs pour assurer les vacances des enfants de fusikkés et déportés -page10
    • Heinrich Brüning, l'homme du iota par Michel Baron -page12


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

' 11\ LE IJRAND HEBDDMADAIRE DE LA VIE JUIVE' Fondé dans la clandestinité 1er Juillet 1948 Nouvelle série N° 9 (77) " , " LE BILAN D'UNE "TRÊVE " ,. ".'.' Au lendemain même de la publication de~ accords de Londres, la presse mondiale a relaté plusieurs manifestations d'un antisémitisme arrogant, qui se sont produites en Allemagne : deux ~imetiè~es furen,t saccagés en Bavière, une discu~s~on entre d~ Jeunes energumenes et un groupe de voyag'eurs JUifs a tourne en bagarre. Constatant la passivité malveillantè des sol,dats américains qui patrouillaient dans leurs « jeeps », une panique s'est emparée des ~uifs entassés dans les camps de D. P. A peine la « guerre des monnaies» a-t-elle jeté le désarroi en Allemagne occidentale, que le bruit se répand que les Juifs, « enrichis par le marché noir », accaparent toutes les marchandises. En même temps, plusieurs résolutions sont votées pa'r les partis « nationaux », démontrant leur impatience de voir vite s'établir à Francfort ce gouvernement militariste, qui disposerait de l'arsenal du bassin de la Rhur. Le spectre d'une Allemagne agressive menace à nouveau le monde. C'est alors qu'un message est venu, à l'issue de la conférence des ministres des affaires étrangères des « huit » à Varsovie, exigeant la démilitarisation de l'Allemagne, l'établissement d'un contrôle des qua .. tre Grands sur l'industrie lourde de la Ruhr, la formation d'un gouver-· nement pacifique et démocratique de l'Allemagne et l'adoption de mesures pour permettre à l'Allemagne de s'acquitter des réparations. C'est une offre de paix parce qu'elle s'inspire des décisions de Potsdam et donne des garanties contre une Allemagne oublieuse de ses responsabilités. EN attendant, la « guerre froide' » co~siste à frustrèr . I'Etat ,, ~'Israël w d'importantes positions ,stratégiques, à lui couper le pétrole, à désorganiser son économie. On annonce même que le~ biens ~es , nazis allemands se trouvant séquestrés en Palestine. , ~( qUI 'r 'evenaient de droit à l'Etat d'Israël, viennent d'être transférés à Londres par les Anglais. ' ' Comment la « trêve », au· lieu de préparer une ' paix juste; ~-t-elle pu devenir ·une arme des impérialistes et desservir l'Etat,' d'Israël ? N'est-ce pas en partie parce que son 'gouvernement provisoire tarde à saisir les' chances qui lui sont offertes par l'attitude énrgique de M. Gromyko au Conseil de Sécurité et semble méconnaître les mouvements de libération qui se m.!nifestent de plus en plus dans les pays du MoyenOrient, par suite de la guerre qui leur a été imposée en Palestine. Négliger l'un et ignorer l'autre serait commettre l'erreur fatale. Au reste, la trêve elle-même a été rompue sur l'ordre de l'Angleterre dans des conditions bien significatives. Depuis quelque temps" l'Egypte inquiète fortement la Grande-Bretagne •.• Le rejet par le Sénat égyptien du projet d'accord sur le Soudan a eu pour réponse britannique une soudanisation à outrance. Cela a provoqué une grande effervescence dans tout le pays et surtout au Caire et à Alexandrie.: Réunions de protestations Est-ce la détente ? En tout cas, un puissant barrage a endi .. gué la vague de guerre. SOLIDARITE' des étudiants, distributions de tracts et dé- , , . l ' L'ancien champloR' éf!! boxe Dempsey donne sont sang pour les bless4s d' J.i:;.raitl. monstrations dans les rues se succédaient. Le Wafd décida de commencer une lutte ouverte contre les Anglais et' ac" usa la dynastie ~' ,l A cause de ia P~ix a été, aU: . . contraire, bien .' mal servie, , par la « médiation:. du comte Bernadotte en Palestine. Trois semaines de ~ trêve :. à sens unique ont été employée~ à resserrer l'iuirieaü autour du jeune Etat d'Israël et à consolider le pouvoir des féodaux arabes, en vue de préparer à Rhodes un Munich. oriental. Aujourd'hui il ment que, dans l'esprit des Anglo- américains, la . trêve ne devait être qu'un moyen de chantage, sachant bien qu'en cas de refus l'Etat d'Israël serait présenté comme l'Etat agresseur. Cel chantage a été appliqué à un moment où, du point de vue politique, Israël bénéficiait de la sympathie agissante de tous les peuples et où, du point de vue militaire, son armée tenait bon. Pour effectuer l'opération, un homme a été choisi dont le moins qu'on puisse dire est qu'il n'est pas neutre. Vice-président de la CroixRouge Internationale, le comte Folke Bernadotte devait déjà donner des raisons de confiance au gouvernement hitlérien en 1942, pour être admis à . visiter les camps, d'extermination~ A son retour, rien n'avait percé des choses abominabl~s qu'il avait pu voir. Si ,e~ . pre~i~rs colis de la Croix-Rouge arrivèrent aux déportés, en.;'." 1944, c'était pour sauver la face, quand l'arrêt de mort de l'agresseur hitlérien devint trop évident. N'a-t-il pas essayé, le même Folke Bernadotte, en avril 1945, d'agir en médiateur entre Himmler et les Anglo-Saxons, pour tenter un effort suprême en vue d'une alliance antisoviétique ? Il est vrai qu'il a collaboré à la libération des prisonniers politiques pour effacer la collaboration de la Suède avec l'Allemagne. D'ailleurs, il a donné libre cours à ses sentiments antisémites, en s'opposant au rapatriement prioritaire des détenus juifs, plus exténués, malgré la demande formulée par l'ensemble des déportés. On comprend donc aisément les raisons de l'acharnement avec lequel ce « médiateur» refuse la participation de l'Union Soviétique au contrôle de la trêve et cherche à l'évincer afin de pouvoir dicter une « Pax Americana :. - sinon une « Pax Britannica :. - dans la servitude. éclaté au Caire. Mais la diversion étant insuffisante, la campagne de Palestine ••• L'Etat d'Israël a donc ses alliés Jlaturels et la suivre est toute tracée. " d'être , . l'jnstrù,:~ ment docile de la domination britannique. Devant la menace, le gouvernement de Nocrachi Pacha a essay~ d'un premier dérivatif: accentuer la propagande antijuive; un pogrome a ainsi l'Egypte a repris voie qu'il devrait ( 'EST par manque de clairvoyance politique, qu'on prend égaiement la responsabilité de renforcer la malfaisante pression exercée sur l'opinion par les groupements ultra-nationalistes tant juifs qu'arabes. On risque ainsi de jeter le jeune Etat dans"la confusion et dans les déchirements intestins, _dont seul l'ennemi profïterait. Les graves incidents qui viennent de se produire entre l'armée régulière et l'Irgoun devraient être un avertissement contre le danger ; que ·le gouvernement provisoire se ressaisisse avant qu'il ne soit trop tard. Ou bien on admettra la discussion séparée avec les Anglo-Américains en se condamnant d'avance à subir leur dictat. Et ce serait pour Israël la capitulation, la guerre fratricide ,et la catastrophe nationale. Ou bien on restera intransigeant sur le respect de la décision internationale du 29 novembre en se gardant bien de lier son sort à celui de tel bloc impérialiste. Et ce sera forger l'unité d'Israël et son alliance avec tous les mouvements de libération au Moyen-Orient contre lesquels nul ne pourra rien. . Il n'existe pas d'autre choix. 111. VILl\TER l' GRINGO E " a re aru !. {Voir , page 3) _.- ---~ -.....- . ~ -- - ~. par Julius STREICHER Sielt Heil ! Mille excuses, Heinrich, mon vieil Himmler ~ tu avais raisoD ! Il faut le ~ire. Nous ne t'avons pre pr~ au sérieux en 1-942, quand, un beau jour, tu noua entretins d'une 'espèce de- commi.voyageur en trêve du ,nom ~e Volke Bernadotte! Tu·avais beau nous dill'e qu'il était de tes • amis », nous indiquer que vos relations étaient suffisamment cordiales pour que tu aies jugé opportun de lui faire visiter ton ·glorieux camp de Neuengamme, tu .avais beau nous affirmer que .es relations, son entregent et son goût de l'intrigue seraient . ~usceptibles ~e nous serv~r. UJ:' Jour, nous n avons pas SUIVI tes conseils : ce vien hurluberlu costumé en général suédois ne nous disait rien qui vaille .... Et bien, not.s avions tOTt ; je le confesse aujourd'hui ! Déjà, en 1945, il sut te ~rouver son attachement quand il se lan· ça à ta recherche à travers tou' te l'Allemagne et qu'il tenta, auprès des Alliés d'alors, un effort désespéré pour permettre à no· tre régime national-socialiste (Heil ' Hitler !) de se maintenir .. ffi,ciellement au pouvoir malgré les revers qu'il semblait alors essuyer! Il ne s'est pas arrêté à cette seule marque de fidélité ; aujourd'hui, son attitude nous montre que tu avais su le juger à sa juste valeur lorsque tu pré· tendais que ce vieillard désoeuvré, au coeur desséché, dont le seut passe-temps était de jucher un uniforme sur ses maigres épaules et qui avait fait graver « médiateur ~ sur ses cartes de visite, était susceptible de servir (inconsciemment sans doute) les buts politiques que nous nous assignons! Et il est du reste divertissant de voir comme, à travers le monde, d'autres vieux crabes, inutiles et vains (et qui, de plus, font souvent profession de nous haïr !) sont souvent en fait nos auxiliaires les plus précieux. Leur insatiable désir de jouer un rôle,. de justifier à leurs propres yeux leur insolente inutilité, leur imbécillité agressive et leur vanité sénile en font, entre nos mains, des armes qui sont souvent parmi les plus précieuses de notre panoplie, avec le nerf de boeuf et le V2 ..• Il faudra Un jour écrire le roman bouffon de tous ces déchets de l'humanité qui, tout au long de notre histoire, nous auront toujours été des alliés d;··".,,, : mais auparavant nous les aurons, naturellement, leur service fini, passés au four crématoire! Car le Grand Reich National· Socialiste triomphant ne s'embarrassera pas demain du rebut de ses ennemi .... Heil Hitler ! p.c.c. ; J.-F. DOMINIQUE. Droit et Liberté Rédaction et admimstration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X' TéléphOne:PROvence 90-47 90-48 C.C.p. PariS 6076-98 Tarif d'abonnement : 3 mols ........ 100 irs 6 mois .......... 200 frs 1 an ........... 400 frs Etranger : Tarif double. Le gérant: Ch. OVEZAREK ORQIT ET LI!le~TE -----------------.J,'" oÎl.!iJl,et 191.~, .. -.!'r 9-71 Ceux qui vivent,l ce sont ceux qui luttent Une vague l'enthousiasme et d'activité fébrile a déferlé sur les camps de « personnes déplacées» En AllEmagne et en Autriche, à la suite de la procl-amation de ,'Etat d'Israël. Les Juifs -déplacés réclament leur transfert.r.apide dans 'J'Etat juif et beaucoup de familles qui s'étai.ent ~nscrites pour l'émigration vers les Etats-Unis ou vers d'autres pays ont annulé leur demaooe, déc.Jarant qu'elles veulent aller maintenant en Palestine. Fraternité montante Et pendant qu'on oublie ce que la mémoire devrait garder, pendant que les mêmes erreurs produisent tes mêmes catastrophes, pendant que des hommes se battent et tombent, les f()rces nwntantes de lasolidarit~· font leur chemin, dans le coeur et l'esprit des hommes. Void un témoignage de Jean Seine, secrétaire de la Fédération du sous-sol du Maroc, qui explique, dans. une interview donn~e à L'Humanité du 28 mai: C'est ce -qu'annonçait récemment le correspondant de l'A. T.J. i\... Vienne et il convient de rapprocher oette émouvante information de ce sinistr-e communiqué, du 16 mai, du Ministère ég-yptien de la Défense nationale

La localité juive de ' Dangur ayant refusé de capituler, les troupes égyptiennes l'ont détruite de fond en comble et ont tnéious ses habitants. Oui, au sortir de cinq années de massacres, après trois ans de vie diminuée dans les camps de D.P., les survivants de l'Enfer organisé ont le, courage incroyable d'aller chercher ... la paix sur une terre criblée de menaces nouvelles. Ils savent que le droit à la sécurité, il vaut mieux ne pas le demander, mais le conquérir. Ils souffrent peut-être, ' mais au fond ils luttent et, en pleine bataille, ils bâtissent leur patrie et leurs institutions. Ce qu'ils pensent M. Jean-Paul Aymon, envoyé spécial de Combat en Palestine, câ'ble à son journal, le 11 juin, l'indication que, dans les milieux juifs, Les militaires, quels qu'ils soient, se méfient du comte Bernadotte, que certains appellent l'homme des Anglais. Car la trêve est une chose, et le " médiateur » en est une autre. Que les combattants d'Israël veuillent la paix, nul n'en doute; mais tout le monde comprend que le " jeu anglais » est tortueux et comporte l'emploi de tous les moyens pour parvenir à ses finsj Hitler vivant Dans notre dernière revue de presse, un texte cité, de Pierre Loewel, a été malencontreusesement écourté, privant nos lecteurs d'un jugement précis et brutal du chroniqueur de L'Ordre, qui sort de sa modération habituelle pour fixer les responsabilités comme il convient (4-VI) : On ne sème pas impunément sur le monde les maléfices à peine détruits. Proté~é, le nationalisme . allemand se réveille. Encouragé, le racisme prend officiellement le pouvoir en Afrique du Sud. Dans tous les pays. Hitler sort de la tombe. Hitler n'était donc pas mort? Non. A guoi occupait-il ses loisirs? A se faire naturaliser citoyen britannique. Les classes dirigeantes de la vieille Angleterre et leurs commis travaillistes n'effaceront pas la marque de sang que représente leur politique en Palestine'; dans la mémoire des peuples, nous sommes bien obligés de dire que cette marque se situera à côté de la croix gammée. Nous écrivons cela sans joie, car nOus n'enfermons pas le peuple britannique lui-même dans cette réprobation. Les ouvriers de Liverpool ou de Manchester subissent une oppression économique qui les solidarise avec les travailleurs juifs de Palestine, victimes des mercenaires des intérêts pétroliers. On ne le lui fait pas dire De même, ce serait une erreur de rendre le seul capitalisme anglais responsable de la situation. actuellement Premier Le .général Marshall lui-même a de la Basse-Saxe. ministre mis les choses au point au cours Et cet autre, dénoncé aussi de sa conférence de presse du dans le même numéro d'Action 16 J'uin: • . d U 2 J" Uin: Depuis quelque temps déjà, les Le Dr Max Wilmy, ancien .Etats-Unis et la Grande-Breta- éditeur de l'hebdomadaire antigne sont liés par un accord ta- sémite de feu Jruius Streicber cite dans le cadre duquel chacun «Der Sturmer », a comparu dedes deux pays consulte l'autre vant le tribunal de Furth (Baavant de prendre n'importe vière). Il a été condamné à un quelle décision dans le Moyen- an de travail spécial, et à la conOrient. fiscation de la moitié de ses Nous nous en doutions; mais, biens. II y a, au Maroc, une campagne ' antisémite. M ais elle n'est pas le fait de la C.G.T. La meilleure preuve c'est que la Qésidence a fait arrêter et condamner à' six mois de prison Ben Chimol,secrétaire de l'Union locale de Casablanca, militant juif particulièrement aimé aes travailleurs arabes. puisque tout le monde n'en est pas convaincu, il !!st bon lue ce 'soit le chef du Département d'Etat qui éclaire lui-même les indécis. C'est fait. - Et voici Julius Streicher Dans l'Americao Mercury, RkhardHauser . étudie la renaissance des préjugés raciaux en Allemagne : Après trois années d' occupation, l'antisémitisme est partout en recrudescence et se manifeste souvent violemment. Tant qu'il ne sera pas vaincu, ]a démocratisation de l'Allemagne, qui est notre objectif majeur, sera mise en échec. Sur le même sujet, le Journal de Genève du 22 mai écrit : Une en~uête minutieuse menée dans la zone américaine par le Gouvernement militaire en 1945, 46 et 47. révéla un accroissement constant de la discrimination raciale. A la fin de 1947, il n'y avait pas deux Al· lemands sur dix qui se seraient abstenus de prendre p'llrt à une action contre les Juifs. On peut assister, dans les trains et les restaurants, à des scènes rappelant le III- ~eich. Les restaurateurs refusent souvent de servir les Jnifs ; en voyage, les citoyens sont molestés et souvent battus. Un silO pie avertissement à la radio, dénonçant l'antislmitisme, valut à son auteur des centaines de' lettres de menaces anonymes. Il est bien évident que la dénazification et surtout la décartellisation n'ayant pas été effectuées, le!! Anglais faisant pratiquement la guerre aux Juifs en Palestine et les Américains ne reculant devant aucune manifestation d'hystérie antisoviétique, les Allemands ont quelque raison de considérer aujourd'hui Hitler et Goebbels, Rosenberg et Himmler comme- des précurseurs. et d'en tirer toutes les con séquences. Deux « techniciens » Lorsqu'ils voient, par exemple, que le criminel de guerre n" 1150-6766, denoncé par notre journal, est un personnage important, protégé par l'occupant anglais, ils se trouvent encouragés à retrouver les chemins de la haine radale. Voici, à ce sujet, l'information publiée par Action, du 2 juin : Le général Sir Brian ~obertson, gouverneur militaire britannique pour l'Allemagne. a rejeté la requête de la Commission polonaise des crimes de guerre. qui demaRdait l'extradition du Dr Heinrich Wilhelm Kopf afin de le juger pour les crimes qu'il a commis en Polo~ne pendant l'occupation. Le Dr Kopf est D'après les propres déclarations de Wilmy, la fortune qu'il a édifiée 4ans . l'édition de publications racistes s'élève actuellement à 2.850.000 marks. Le secrétaire d'Etat bavarois pour la réhabilitation des victimes du nazisme s'est élevé contre l'indulgence du tribunal, qui laissera Wilmy jouir des revenus d'un millionnaire. Oui, « ceux qui vivent c'e sont ceux qui luttent », et ceux qui mènent notre combat, quelles que soient leurs origines, sont de la même « race » : celle des victorieux, patients, mais certains. ELLE est bonne et indulgente, la Haute Cour de Justice : On annonce la mise en liberté de Bernard·Marcei Peyrouton qui n'était inculpé, par la grâce de la Commission , d'Instruction, en vertu de l'article 83 du Co·de Pénal, que d' • actes susceptibles de nuire à la défense nationale », - maximum de la peine prévue : 5 ans d'e prison. Une carrière avantageuse l'avait conduit vers les postes les plus enviés de haut fonctionnaire colonial j le 29 juill!'t 1933, il est nommé Résident Général en Tunisie; le 21 mars 1936, Résident Général- au Maroc. La diplomatie l'attire, le 25 septembre 1936, il est nOnlmé Ambassadeur de France à B·uenos· Ay...-, le Z5 mai 1940, Ambassadeur de France à Bucarest; mais les événements Se précipitent et le 3 juin 1940, il retourne à Tunis pour y exercer les fonctions de Résident Général en mission extraordinaire. . Il faisait déjà parlie du clan qui a préparé la défaite Pour instaurer en France le régime fasciste et il venait jouer son rôle dans le dispositif du cou.p d'Etat. Aussitôt après la demande dA,nnistice, il fallait garder dans le ciron de Pétain les pro'consuls de. terres françaises d'outremer qui avaient le moyen de continuer la lutte. Peyrouton se rend auprès du Général Noguès, Gouverneur Général de l'Algérie, pour Yempêcher de prendre contact avec Duff Cooper et Lord Gort, envoyés par le Cabinet Britannique. pour coriférer avec Georges Mandel et les officiers généraux français en Afrique. Une récompense immédiate attend son ambition; il a bien contribué à ta défaite milit.aire de son pays, il est digne de recevoir les honneurs de Vichy. Le 18 juillet 1940, il est nommé Secrétaire Général pour l'administration et la police au Mini.· tère de l'Intérieur de ce gouvernement d'opérette protégé par les fu.ils allemands. Le 6 septembre 1940, il devient Ministre de l'Intérieur. On se vautre dans' la défaite, • divi.ne surprise » (Charles Maurras dixit). Le 3 octobre 1940 débutent les me6ures d'exception contre les Juifs. Le 7 octobre 1940, on prétend enlever la citoyenneté française aux J.uifs algériens. Le 9 novembre 1940, la Confédération Générale du Travail est dissoute. A l'ombre de l'occupation nazie, les hommes de la Synarchie et de la Cagoule exercent leurs vengeances, preMés qu'ils sont de supprimer la république et les républicains. Par les Comités d'Organisation, toute l'économie française est livrée aux trusts, à la haute banque et aùx intérêts étrangers. L'école laïque est brimo!e. On installe dans les préfectures des « bureaux d'étucles et d'enquêtes » pour oTganiser le mouchardage dans les départements. On se sert d'une organisation occulte dénommée « service de protection » véritable officine d'agents d'espionnage all~m'and et italien, formée par les cagoulards bien avant ta défaite, sous le haut patronage de Pétain, pour créer « les groupes de protection du Maréchal •• Les conseillers municipaux, les maires, lee fonctionnaires républicains sont révoqués, les parlementaires qui stmt restés fidèles à leur fonction, pourchassés. La répression s'abat sur tout Je pays. L~ presse est muselée, les patriote. poursuivi .. et emprisonnés. On a beaucoup écrit et parlé des camps d'!'xtermination installés par les nazis en Allemagne, mais t'opinion publique ne sait presque rien des CaJllpS qui furent organisés en France. L'as.assinat ig.nominieux de. militants de la Rési.tance des comb";ttants .alliés, ,des victimes de la guerre, des réfugié; qui ont ~al~ ~onhance :' la Fr:-nce, est aussi punissable qu'il soit perpetre a Vernet, a Argeles·sur-Mer, à Saint-Sulpice ou à Dachau, Malhausen ou Auschwit,oE. Joseph-André BASS. n.-'" juillet 1948.' - .~ 9-7J lES ÉVÉNEMENTS ••• 10·JUIN - Le « Cessez le feu » entre en vigueur en Palestine. - DeV3iIlt le Conseil de SéOurité, M. Gromyko renouvelle sa demande concernant l'envoi de représentants sOviétiques à la mission d'observateurs en Palestine. Il JUIN - Le comte Bernadotte, « réClame » à. l'Angleterre, avions et bateaux pour Il contrôleoe lt la trêve. - Vives critiques à, l'Assemblée Nationale sUr les accords de .Londres. Nouvelle provocation antisémiJte au Maroc où le Pacha d'Oudjda est poignardé. 12 JUIN - Les Il contrôleurs lt américains de la « trêve » arrivent à Tel-Aviv. . - Le bureau de la C.G.T. reçoit la Commission intersyndiaale jUJÏve à l'occasion de la parution du livre sur la participation· des ouvriers juifs à la résistance. 13-14 JUIN - Pogrome à Tripolis : 12 juifs tués, 30 blessés. - La Roumanie reconnait l'Etat d'Israël. ' - Clément Gottwald est élu président de la Répu'blique tchécoslovaque. - En Grèce sont exécutés 14 otages et 120 enfllints sont massacrés. 15 JUIN - Pourparlers anglo-américains pour Un nOUveau plan sut' la Palestine. - Le comte Bernadotte arrive aJU Caire, après avoir pris une série de meSUl'es pour empêcher l'immigration des juifs en Palestine. - Le Conseil de SéCUrité refuse à l'Union Soviétique l'envoi des observateurs en Palestine. 16 JUIN - Graves incidents à Clet'mont- Ferrand où la police charge s'ur une manifestation des grévistes. Plusieurs centaines de blessés. - Le commandant militaire britannique à Haïfa informe les autorités juives que le camp de Tirn sera remis à. 200 Arabes. - Une délégation de parlementaires français transmet au président de la République une demande d'e reconnaissance de l'Etat d'Israël palj la France. - Heinrich Bruning quitte officiellement les Etats-Unis pour l'Allemagne OCcidentale. - M. Gromyko dénonce au Conseil de Sécurité, 1'« amorçage pa,r certai:ns Etats d'autres marchandages en dehors des Nations Unis et aux dépens des peuples arabes et juifs. » 17 JUIN - A l'Assemblée Nationale, fi:n des débats sur les accords de Londres : le gOUven\Jement obtient huit voix de majorité. . - « Les Brita,nniques désirent que nous prenions Jéru- ' salem coûte que coûte », déclarent plusieurs offiCiers de la Légion Arabe aUx officiers juifs au cours d'une réunion entre les commandants militaires juifs et arabes à JérUsalem. _ Les provoca teU1'S antisémites tle Turquie répandent' le bruit dans la ville de Morsill, que les JUifs auraient infecté l'eau de la ville avec du poiSOtn. 18 JUIN - Le comte Bernadotte déclare qu'il ne se croit pas lié par les décisions de l'O.N.U. sUr le plan de partage. - La réforme monétaire en Allemagne entre en vigueur. .. L'U. R. S. S. arrête en Aliemagn~, le trafic interzone.

  1. DROIT ET LIBERTE

Chacun sa place au soleil par Claude MORGAN RAQUEE, persécutée dans le vaste T monde une certaine fraction du peuple juif, venUe de partout, a réussi à fonder une nation nouvelle, la nation d'Israël. Ces hommes, ces femmes étaient accourus de tous les pays à pogroms, de tous les pays où l'on refusait de les considérer comme des êtres humains, de tous les pays où, pour détourner la colère d'un peuple ignorant, des gouvernements appliquaient la vieille recette : « Sus aux juifs 1 Ce sont eux la caUSe de tous vos malheurs 1 :t Ils rêvaient d'habiter des maisons comme celle des autres humains, ils rêvaient d'être des citoyens libres et non des parias. Leur long martyr n'a pas commencé avec les brutalités nazies et les déportations dans les camps de mort. Tout cela vient de beaucoup plus loin, de la nuit des temps. A,uschwitz, Dachau, Mauthausen, Ravensbrück et d'autres et d'autres camps, et d'autres et d'autres massacres dans les trains, dans les camions asphyxiants, sur toutes les routes de Pologne et d'Allemagne, tol1t cela n'a été qùe l'aboutissement d'un long chemin, le paroxysme d',une très vieille frénésie. En lisant les ' souvenirs d'enfance de Bella Chagall, que la femme du grand peintre avait écrits avant de mourir et qui viennent d'être publiés récemment, avec des illustrations de Marc Chagall (1) j'ai été bouleversé par cette évocation du passé juif, saisi par la poésie intense de l'âme juive, de la tradition juive, par sa gravité mûrie dans le . malheur. Ces parias ont fondé en Palestine la nation J'Israël. L'espérance est revenue en eux. Et l'on a peine à reconnaître dans les hardis pionniers palestiniens les fils des persécutés et des proscrits de jadis. Voilà le fait qui domine toute cette guerre de Palestine. Ce peuple existe. Contester au peuple d'Israël le droit à l'existence est aujourd'hui impe·nsable. Et prétendre, comme je l'ai lu, de mes yeux Iou, dans un certain journal, que la seule solution valable serait de transporter les juifs de Palestine dans je ne sais quel bled africain est une provocation grosslere directement inspirée des projets de Goebbels. Il n'est pas d'autre solution qu'un accord entre Israël et les pays arabes voisins. C'est là le deuxième point non moins évident que le premier. Et chacun sait bien que cet accord aurait été depuis longtemps possible sans les Anglais qui continuent la politique traditionnelle de l'Empire : diviser pour régner. Régner sur les pays à pétrole. . Le monde d'aujourd'hui se doit d.onc de maint~nir la nation d'Israël et de protéger cette nation contre les agressions d'où qu'elles viennent. Mais ce n'est pas son seul devoir à l'égard des peuples juifs. Il se doit de veiller aussi à ce que dans chaque pays les Juifs qui ne sont pas sionistes, comme l'immense majorité des Juifs de France, aussi Français que les autres Français soient traités sur le même pied que tous les citoyens. Qll a honte de constater qu'en France, après cette guerre, de jeunes énergumènes, héritiers de ceux d'Action Française, recommencent leurs indécentes provocations. L'antisémitisme refleurit déjà et l'antisémitisme, comme toute espèce de racisme; est un crime ineXpiable contre l'homme. Il devrait être puni comme un crime, sanctionné par la loi. Indépendamment de cette raison de justice, l'expérience nous montre que l'antisémitisme est obligatoirement avec l'anticommunisme le premier signe de la perversion fasciste. Il y a actuellement une vague d'antisémitisme aux Etats-Unis qui a été mise en lumière par l'admirable livre d'Arthur Miller, Focus (2). A vrai dire il n'y a pas de problème juif détaché de tous lês autres problèmes. Il n'y a qu'un problème de l'homme, le grand problème de la société humaine fondée sur la justice et l'égalité des races et des citoyens. Quand il sera résolu, tout se résoudra du même coup. (1) Lumières allumées. Editions des Trois COllines, (2) Editions de Minuit. Il GRINGO/RE" A REPARU Pourquoi y a-t-il des pogromes à OUDJOA, TRIPOLI, et au CAIRE ? Dans un magazine de Rabat, Le Jeune Maghrebin, du 4 juin 1948, DOUS lisons l'ignominie qui suit. EN TERRE SAINTE LES CROISES ... MODERNES Ils ne sont pas chrétiens cette fens-ci 1 Ils sont hébreux et de l'espèce sioniste. Rescapés des ghettos de l'Europe centrale, survivants décidés d'es régimes totalitaires, juifs errants, anarchistes, croyants, banquiersmarxisants, r(1;Cistes-internationalistes, francs-maçons de toutes loges, révolutionnatres luttent de vitesse pour foUler la terre qu'ils veulent « promiSe ». Derrière Sion, wne SOldatesque hétéroclite, assoiffée de sang Il goy » fonne une légiOn de mercenaires aguerris bon gré, mal gré dans les dernières batailles d'Asie et d'Europe et au matériel cI.e guerre ultra-moderne. On y trouve des « POlaks » à tout faire du général Anders" des Troskystes qui troquèrent momentanément leur saint marxiste pour la restauration du royaume divim et despotique de David, des dynamiteurs de tout calibre révolutionnaire, des anarchistes d'Europe. des militaires occidentaux en quête de dollars et de glOire facile, des miliciens, russes, des yankees étoilés à six branches. Rien ne manque à ces croisés modernes, sauf un idéal et UTIle fot. Car ils savent pertinemment que leur « home» national est par mers et contiments. La résonance du loUis est leur cri de ralliement. Que les croisés à l'étoile de Salomon se rassurent, car un jourr ou l'autre les 4: accourus » des cinq continents se rendront une fois de plus au mUT des lametn taUons pour Fly recueillir à la veille d'une

nouvelle et inexorable « Diaspora ». EL ARABI. Qu'attend le général Juin pour prendre des mesures contre ces appels au meurtre ?. Le journal marseilla,is « La FraillOO » du 26 mai publie cette « lettre d'Un lecteur» : ' SUR LES ISRAELITES FRANÇAIS Monsieur le Directeur. Votre journal rapporte que PM une man..je.talion d'une feroeur et d'un enthousiasme nationalistes exceptionnel., les Israélites français de Marseille ont salué la naislance de « leur » Etat, tout en remerciant la France de son hospitalité. . Ce qui reoient à dire en bon français que leur patrie est l'Etat , ' d'Israël et que la France n'est pour eux qu'une terre d 'asile provisoire. ... Se déclarant citoyens d'un Etat étranger, les Israélites de France ne peuoent ga,der la na- • tionalité française . S'ils désirent résider en France, ils doioent ac. cepter le .tatut imposé à tous le. étrangers oioant chez nous. S :non. il. doioent partir, c'est l'éoidence. Veuillez agréer, monsieur le Diecteur, etc ... - H. DELPON. En réponse à ce papier . nazi, «La Marseilla~» du 2 jllin publie une protestatiQn de la Section de l'U.J.R.E. de Marseille. Dans Paroles Françaises, du 11 juin 1948, deux échos: , 1. - A propos de la ques. tion palestinienne : « Le « judaïsme français • prend position contre 4: l'islamiS'me français », se déclarant solidaire de l'Etat d'Israël. L'affaire palestinienne es! le souci mignon de nos « 1udaïstes ». On vott tout de suite où en viendrait M. René Mayer s'il prenatt les Affair~ Etrangères. :t

II. - A propos du journal « Ordre de Paris », devenu hebdomadaire : « Buré est économiquement faible. Son « Ordre» s'est rétréci. Le voici hebdomadaire. Il a encore des lecteurs fidèles qui écrivent et dont les lettres sont publiées. Ainst, cette semaine, trois signatures dans ce courrier à Buré : L. Cahen, Mme RiSs, Lévy • Et alors? Alors, Ce n'est pas « L'Ordre

t ~u Saint-Sépulcre. ~

• 3 1 • ••• DE lA Q IJINZllINE 19 JUIN - Grève générale de protestation d'uIliC heure contre les incidents de ClermontFerrand. - Le député britanniq:ue Ziliacus flétrit la pOlitique anglo·américaine en palestine. 20 JUIN - Pogrome au Caire : 20 morts, 43 blessés. - Manifestation, à Paris, des anciens déportés juifs à l'occasion de la- remise de trois ambulances à la Pal,.-stine en lutte. 21 JUIN - Les gouvernements de Costa-Rica et du Panama reconnaissent l'Etat d'Israël. - PrOcès à Bucarest contre les responsables du massacre de l~ populat:on juive à Jassy en 1941. . -Trois destroyers 8m' ricains -sont mis à la disposition du comte Bernadotte. 22 JUIN - Graves incidents entre l'Irgoun et les autorités d'israël il- Tel-Aviv. - La réfor~e monétaire est promulguée en zone soviétique et à Berlin. 23 JUIN - Qua tre experts juifs et quatre experts arabes arrivent à Rhodes. ' - Deux nouvelles colonies sont' créées dans le sud de la Palestine, surnommées « Buchenwald» et « Ziki ». - Une nouvelle loi d'immigration aux Etats-Unis exclut délibéremment les juifs d'Europe. - A VarSOvie s'ouvre une conférence des ministres des affaires étrangères . de l'U.R. S.S. et des sept démocraties pOPulaires. 24 JUIN - La conférence des Huit prend fin à Varsovie par la publication d'un important texte qui met l'accent sur la renaissance du danger. allemand. - Nouveaux incidents Haganah- Irgoun à Tel-Aviv. Le gouvernement provisoire d'Israël dissout les formations de l'Irgou.n et procède à; de nombreuses arrestations. - M. Thomas Dewey est élu candidat républicain à la présidence des Etats.Unis. 25 JUIN - L'Egypte rompt la trêve en attaquant un convoi de ravitaillement destiné aux Juifs de JérUsalem. - Ben Gourion fait une déclaration devant le COtllseil National accusant l'Irgoun de saper l'autorité de l'Etat. 27 JUIN - NouveUes attaques CODtre les colonies juives par les ba,ndes Fawry el Kaukazi. - Une Conférence des httits Partis Communistes condamnent la politiqUe de Tito en Yougoslavie. - La deuxième session du Congrès Juif Mondial s'est ouverte à Montreux. 28 JUIN - Accord entre l'Irgoun et le Gouvérnement Provisoire d'Israël. - L'accord franco-améri_ cain est signé au Quai d'Orsay. - Le trafic des voyageurs est rétabli entre la zone so. viétique "t les zones occidentales en Allemagne. 29 JUIN - Le plan du comte Bernadotte est tranSmis aux Arabes et aux Juifs. Il s'inspirerait du plan Morisson' en préVOYalllt : 1) La réduction des territoires d'Israël; 2) Son intégration à une ..édération arabe. 3) Autonomie en Ce qui concerne les problèmes intérieurs seulement. .. - 1 / .. " .. " .... ~ , r. . , .11-, . • DROIT ET LIBERTE ----------------- J'" juillet 1948. - Nt' 9-77 Dans toute ia France, manifestations de solidarité avec Israël en lutte pour son indépendance . tOM MÉMORATION DE LA tRÉATION DE l'ÉTAT D'ISRAEL A PÉRI6EEIJX AU COMITE D'AIDE A ISRAfL DU Ise ARR. JUIFS SEPHARADIS ET ESKENAZIS TRAVAILLENT EN COMMUN Le dImanche 2() juin a eu :ieu une ma.nifestatIon des ancIens déportés juIfs à l'occasIon de la. remIse de trois a,mb u 1 a. n ces a.ux combattant", d'Isr6ël. Le lundi 21 juin avait lieu au Théâtre Municipal de Périgueux un grand meeting PDur fêter la création de l'Etat d'Israël. Haminel Président du Comité d' Ai(je Enfin le Docteur Dupuy, Président à la lJaganah, assisté de M. Rapo- du Conseil Général de la Dordogne port, président de la section de parlaJJt au nom de Robert Laco~te, l'Union, et de M. Woreczek e~ WeJl, Ministre de la Production, déclara représentant la Communauté Israë- que la France doit apporter au jeun~ lite. Etal d'Israël tout son . appui moral et matériel. M. Yves Peron, député commu- Mme Goldberg, femme du Consul niste de la Dordogne, dans une vi: Général, paI'la au nom ,de la Fédébrante intervention associa son parti ration Sioniste. Elle souligna l'espnl au combat mené par le peuple d'ls- de sacrifice de la Jeunesse d'Israël raël contre l'impérilllisme britan- animée par la conscience de combatnique. Il a stigmatisé l'antisémitjsme tre pour une cause juste et terminil comme un moyen de division des par un appel aux Juifs afin qu'ils peuples en Ire les mains des fauteurs viennent soutenir financièrement la dfi! guerre, et il a terminé en pro- lulle d' IsraëL . mettant l'appui du groupe parle- Puis c'est' notre ami Vilner, lémenlaire communisle pour la re· dacteur en chef de « Droit et LiberconJJaissance de J'Etat d'Israël par lé », qui, dans une vibrante aIlocu· le Gouvernement français. tion fera l'Ilistorique de la guerre en Me Bardon - Damarzid, conseiller Isruël depuis la décision de l'O.N.V. radical-socialiste de la République du ~ novembre. DaJJs son exposé exprima toule sa sympathie au peu- très documenté, l'orateur jette toute pIe juif persécuté. la lumii're sur les mtrigues impériaEnsuite M. Lestangt, secrétaire de listes et montre la voie à suivre. l'V.D. de la C.G.T. stigmatisa vigou- L'appui des forces démocratiques et reusement la politique impérialiste ce la comhativilé de la population pa· la Grande-Bretagne. leslinienne pour défendre son indé- ... ____________________________________________ CharlesamewntlepCharlesvictoire. Après quelqlleS mots de M. Zin- Autour du Comité d'Aide du 1 S· arrondissement aux combattants d'Israël se sont groupés Juifs Sepharadis et Eskenazis sans distinction d'opinions politiques, croyants et laïcs. Ce Comité a déployé une grande activité sous la direction effective de M. Magristo Alfred, président, et M. Doudkiewicz Ber/ lard, secrétaire, général, dévoués jusqu'à l'abnégation à la cause commune, sous la présidence d'honneur de M. Braverman, avec· l'aide des membres actifs du Comité, MM. Misrabi Sam, Rabinovici Lazare, Doudkiewicz Albert, Magriso Léon, Salomonovici Maurice, Marc Cherman, Menasse Henri, S.lwbrc, Dresine, Almaleck de Brive, Mmes Flora et Tifenbach Genia, etc. R'ENDEZ-VOU$ avec DE' FEMMES 80 MILLIONS guerwilch, bâtonnier de Bergerac, cel.le belle réunion s'est terminée /lU chanl de la « ;\Olarseillaise » et de la « Hotikwah •. Le 17 juin dernier, pour couronner ~on activité, le comité du 1 S· organisa dans les magnifiques salons du 157 rue Lecourbe, une grandiose soirée, en honneur de l'Etat d'Israël, et à laquelle as.sistèrent 450 personnes. . ELLES ont intitulé leur exposition: La Femme, Sa Vie, Ses Espoirs. Et c'est bien là la signification profonde de cette merveilleuse manifestation : la . vie et l'espoir partout dominent, tout au long des . innombrabes panneaux, à travers les saisissantes photographies et les proclamations. . La vie, avec son travaIl quotidien, exaltant pour certaines, ingrat pour d'autres, la Vle avec ses luttes, ses batailles gagnées et ses victoires à venir et toujours cet espoir éclatant en une existence plus belle que les femdents et ces légendes : '« Les femmes juives veuleOElt sauver et garder les éonquêtes du peuple sur le désert :). «Les femmes arabes et les femmes jUives veulent assurer l'ay'enir de leurs enfants :). Une fresque de Fernand L~ger mes contribuent largement à ~difier de leurs propres mains. Le mot « Paix ), cent fois repété, revient comme un leitmotiv accompagné toujours de « Démocratie ), unis et in.séparables. Dès l'entrée, c'est l'illustration de ce qu'on retrouvera un peu p-artoUlt, à travers tous les stands : là femme et l'enfant, la Memme comoattante, la femme au tmvail. Et l'Union des Femmes FranÇ'aises a réuni dans un ensemble parfait quelques-uns de ces mllle ()bjets qui font la renommée mondiale du gOllt français. Avec leurs dentelles, leurs fines porcelaines, leurs gants et leurs vins, c'est tou~ la variété et la richesse des provinces françaises qui som représentées. Et les bijoux parisiens, les parfums, les fantaisies de ~ramique nous semblent familie.rs, à nous qui habitons Pans Mais tom cela représente une somme considérable "de travail, fourni en grande partie par les femmes. Et ces femmes qui contribuent au développement économique du pays, qui ont participé ·comme les hommes aux luttes revendicatives, et à la résistance contre l'occupant, précisent par des gravures, des Inontages photographiques. des déclarations, leur volonté de conquérir toujours plus de bienêtre. Dans les pays en lutte pour leur liberté Plus loin, nous voici en Palestine. Le stand est modeste, mais les reproductions qui recouvrent les panneaux sont explidtes

C'est Tel-Aviv en 1904,

un désert aride et, en contraste, Tel-Aviv en 1948 devenue une vllle aux immeubles modernes, digne des plus belles cités du monde. Ce sont encore des photographies de femmes combattantes. Des visages jeunes, ar- La place de la femme en U.R.S.S. La femme soviétique tient une. place d'honneur dans son pays, ceci se traduit par un très grand enthouslasme dans la présentation, par une documentation abondante, des réalisations de femmes venant des coins les plus reculés de l'Union. Les pays nouveaux Après l'Iran, l'Afrique du Sud et tous ces pays où la femme n'a pas encore acquis les droits les plus élémentaires, c'est le contraste saisissant des pays de démocratie nouvelle où dominentnon plus les revendications, mais les réalisations. Dans telle ville, c'est un tel nombre de pouponnières, dans telle autre, c'est la reconstruction d'écoles, d'Universités. Varsovie reconstruit. La Ligue des Femmes partiCipe, dans toute la Pologne, à la renaissance et à la vie du pays. La Hongrie a châtié les traîtres et regarde l'avenir avec confiance. En Roumanie, où la question des minorités a été définitivement réglée, les femmes de toutes les « nation.alités cohabitantes ~ ont conquis des droits élémentaires dont elles ne jouissaient pas auparavant. Et toutes ces réalisations en images, en graphiques, en statlstiques, sont rehaussées par l'éclat des costumes nationaux chamarrés de vert et de rouge, des fameuses blouses brodées, des admirables cristaux de Bohême. L'art folklorique tient une grande place dans ces pays, art populaire qui fait des prodiges. • Vous n'êtes pas seulement ébloui, en sortant de l'Exposition Internationale, mais vous avez aussi beaucoup appris, De gauche à droIte : MM. Braverman, Ma,. gristo et Douaklew1ez. L'Inde ou la Chine vous semblent molns éloignés, un rapprochement s'est opéré et vous avez acquis la certitude que par delà les mers et les montagnes - chaque pays gardant ses problèmes particuliers et ses caractères propres - le rôle de la femme est devenu ' immense et ira toujours ,en s'amplifiant. Là où elle a les possibilités de s'affirmer, la femme devient un facteur de progrès, partout sa « cause :) est celle de la paix. UN COM·ITÉ EN AVIGNON Annette JOUBERT: Sur l'initiative d'un des plus acti fs diffuseurs de « Droit et Liberté » de Provence, M. Sokolowsky, s'est constitué un Comité d'aide à l'Etat d' Israël. juifs et non juifs, la création de l'Etat d'Israël fut célébrée par des o;ate.urs de 'divers partis politi:}1IeS d AVignon.· . Cette manifestation était plac~e sous la présidence d'honneur de M. Gabriel Biron, président du Conseil Général du Vaucluse ancien déporté de Buchenwald et sous la présidence effective d~ Mo Cattan. • Exposition Internationale des Femmes, Parc des Expositions, Porte de Versailles - du 5 jUin . au 4 juillet. . Ce Comité s'est assigné comme tâche d'offrir une ambulance automobile à la Haganah. Au .cours d'une manifestation (jui groupait plusieurs centaines de personnes, Des peuples souffrent et 'Iuttent CRECE Le Gouvernement monarcllo - fasciste a cllOisi .. une puissante offensive a été déclCllcltée contre l'armée démocr a t ique. Appuyés par des forces aériennes importantes, soixal1te - quinze 'mille hommes l~lOlItent à l'attaque de, positIons zenues par le f!.énéral M arkos dans les mOllts Grammos. Leurs premiers assauts ayant été. repoussés, les troupes monarchistes s'cm - ploient actuelleme1lt il incendier, au meyen de bombes jetées par avion, les forêts où s'abritent les partisans. Comme Franco à Guernica, il y a dix ans... , - La Cour m41- liale de Salonique a condamné à mort pour espionnage 34 démocrates grecs: Cil fait, ces llOlIlmes rassèmblaient pour le compte de la commission balkanique de l'O .N.U. des documents sur les crimes commis par les fascistes en M acédoil1e / ....:.. Et l'O.N.U. n'est même pas intervC1lue en leur faveur ... AFRIQUE DU SUD - Le premier acte de M. Sivart en pl'l-nant possession de S011 poste de Ministre de la Justice de l'Union sud-africaine a été d'abroger le décret interdisant aux mtmbres de l'Ose- AU MOYEN-ORIENT DES MILLIERS DE DEMOCRATES ARABES ET JUIFS EN DANGER ! Les gouvernements 'de la Ligue Arabe se déchaînent

non contents d'avoir êTéclenché la

guerre en Palestine - ou plutôt, pren3JIlt prétexte des « exigences qu'implique l'état de guerre en matière de sécurité intérieUIe ll. - ils font déferler à travers leurs propres territoires une vague de répression sauvage contre tous les militants des mouvements démocratiques. E11 Syrie et au Liban, troi~ mille démocrates arabes et juifs ont été jetés dans des camps de concentration, notamment à Katana et à Baalbeck. Parmi les détenus, figure Ibrahian Bakri, représentant des Syndicats syriens à la F .S.M. En raison de sa qualité de « dangereux agitateur D, il aurait de surcT0ît été mis au secret, ainsi que cinquante personnalités universitaires arrêtées en même temps que lui. En Ir:tk, le chef du Parti Communiste, Yous· sef SaI man, a été condamne à mort à la suite d'une parodie de procès. Mais devant l'indign:ttion populaire, le gouvernement a été obligé de commuer cette peine en celle des travaux forcés à perpétuité. Quoique l'éventualité de son exécution « officielle D soit do'1c exclue, il n'en demeure pas moins en danger de mort ... En Egypte, les mesure", de répression contre les syndicats et les communistes s'accentuent . plusieurs cent:tines de nouvelles arrestations ont été opérées, et les personnes arpréhendées ont été incarcérées dans des prisons qui, « pour des raisons de sécurité, seront tenues rieroureusement secrètes D. ., ... Et au coeur même des pays de la Ligue Arabe,. des hommes luttent et meurent pour l'irl~ '11 qUl h;mte Je coeur de tous les hommes épris de liberté ! o L ou GARÇONNtT F' 44 GARÇONNET. FILLETTE ANCRE I~ RUBIS A 44 'ILLETTE .DAME. VURE OPTIOUE g ~4 "OMME.TROTTEÛ$E CENTRALE wabrandwag tout emploz dans les administratiorH publiques. L'Ossewabrandwag est le parti nazi sud. africain. CONCO BELGE - Depuis quelqueS remaines, on si.l!,nale un certain nombre de' lynchaf!.es à travers le pays. La Plupart de ces crimes serainzt restés impunis. - U. S. A. Une afficlle a été apposée dam les rues d'Utl certaill nombre de villes du Sud pour indiquer aux tUJirs américains qu' « ils risqunit la mort si, lors des proclJaines électiorJS, ils votent autrement qu'à bulletin ouvert et pour le candidat qui lelH sera ultérieuremerlt indiqué ». CANADA - Treflte-cinq res" sonissants tcIJécoslovàques et hOI1- };ro-is ont été appréhendés sans motif. Ils serol1t probablemetlt expulsés. • , t- ;uinet 1948. - ~ 9-"1" ORO.lT ET LIBERTE SAVOIE, DAUPHINÉ, NICE .' ~ De la peste noire à la peste brune PlENEZ une demi, douzaine d'arai. gnées, quatre lézards, autant de grenouilles. Ajoutez- y une once · de chair humaine, quelques miettes d'hostie consacrée (on peut s'en procurer facilement à l'église la plus proche) èt, si vous en avez un sous la main, un coeur de catholique. Brovez le tout dans un récipie. n t 'humide, laissez décanter ' pUIS versez la poudre obtenue dans . un gTOS flacon sur lequel vous ('ollerez l'étiquette « Mort aux Chrétiens ». Agiter avant de s'eci servir. Les animaux malades de la peste Il y a exactement six siècles, en 1348, un mal qui répandait la terreur, la Mort Noire, ravagea une partie de l'Europe et les choses se passèrent, comme dans la fable de la Fontaine. La peste, puisqu'il faut l'appeler par son nom, s'était déclarée \ ~ Gênes. Elle gagna rapidement l'Italie, l'Espagne, le Sud de la France, et traversa même la Manche pour atteindre Albion. Ce fut la plus terrible épi. démie de cette sorte que i'His- ' toire ait enregistrée. D'autant, bien entendu, que les esprits du quatorzième siècle, en proie ' aux br.uits et aux rumeurs les plus fantastiques, étaient peu enclins ~ en rechel'cher les causes naturelles. Dans 'chaque ville, un tiers, au moins, de la population tombait. La panique s'empara d.e tous. . Le HOIl tint conseil, et dit « Mes [chers amis Je crois que le ciel a permis Pour nos péchés cette infortune Que le plus coupable de nous Se sacrifie aux traits du céleste [courroux ... Le pelé, le galeux d'où vemiit tout le mal? Non pas un ~ne, mais un bouc, le traditionnel bouc émissaire. Haro sur Balavingus ! C'est à Chinon, four la Vienne, que l'on décréta que les Juifs avaient empoisonné l'eau des puits au moyen de l'infernale poudre ci-dessus décrite. Comme une trainée de poudre, bien plus vite que la peste, la fable se propage qu'un certain Balavingus a vendu la mèche. « Aveux spontanés" : il a 'ct confessé » que ses coreligionnaires ont ourdi un complot contre les Chrétiens, il a donné des noms, il a révélé ses reoettes pharmacologiques - et autres balivernes. Haro sur Balavingus et sur tous ses pareils ! Les prétendus christianocides de Chinon, de Strasbourg, de Chambéry sont massacrés en un tournemain. Bientôt, la te rrible calomnie pé- ,nètre en Suisse, en Allemag-ne, en Pologne, allumant partout les ha ines et les incendies. Peste et 'pog-rome, pog-rome et pe~te. Les condamnés à mort assassinent les innocents. L'origine de la Mort Noire et du Choléra Il eut suffi, pourtant, de ré, fléchir et de regarder un peu. De la Mort Noire Ils ne mourraient pas tQU S, mais r tous étaient frappés. Les Juifs comme les autres. De plus, le fléau faisait rag-e avec autant de violence dans les endroits - (:omme l' Ang-Ieterre - où la population chrétienne était absolument pure de tout mélange. Quelle était donc l'origine de la Mort Noire? _Tout simplement, des germes infectieux avaient été importés de Crimée en Italie par des marins gênois. Mais en de tels cas il est parfois dangereux de dire la vérité. La grosse calomnie sert de camouflage aux responsables. A la fin de l'année dernière, le choléra se mit à sévir sur l'Egypte. , Il avait été véhiculé par un corps expéditionnaire britannique contaminé aux Indes, et il exerça des ravages d'autant plus graves que le terrain avait été préparé par cinquante ans . d'occupation coloniale. Peut-on imaginer que M. Bevin et ses' serviteurs de la Ligue Arabe commettraient la sottise d'avouer leur nég'ligence ? Il est tellement plus simple de laisser libre cours aux bobards. Ils cheminèrent en grand nombre le long du Nil. Je n'en relèverai 'qu'un seul, 600 ans après la Mort Noire: des Juifs auraient empoisonné l'eau du fleuve t Ruffo, joaillier Menacés d'une double mort noire, les survivants de Chambéry se firent maquisards dans la montagne.- Les ducs et comtes de Savoie - dynastie desAmédées - avai~nt été plus accueillants a_ux victimes en 1182 lorsque Philippe Auguste chassa tous les fils d'Israël. Ils avaient même renouvelé leur geste d'hospitalité en 1306 lorsque Philippe le Bel surenchérit sur son prédécesseur. Le comte de Savoie Edouard le Libéral n'est pas trop mal nommé, qui en 1323 confirma les droits de la communauté chambérienne. Mais la peste vint. Elle s'en alla, aussi. Et les Juifs de'scendirent des hauteurs pour se livrer au commerce de la joaillerie. Les Amédées dev..inrent leurs clients. En 1356, la duchesse, en mal d'argent, se soulag'e de ses diamants. En 1379, le Trésor offre au Duc 'me couronne vendue 200 florins d'or par « Ruffo, joaillier ". En 1388, Amédée VII emprunte 800 florins à « M. Aaron, prêteur sur gages )~. L'étoile rouge et blanche Cependa nt, Amédée VIII a la bonne idée de deven~r Pape. Et le Saint-Siège de prendre, sans autre forme de procès, « l'argent où il se trouve ". Félix V ordonne d 'évacuer les « parasites " de Chati\1on-lesDombes, en attendant d'installer - ep l-i30 - une Juiverie à Chambéry. Il soumettra son g'hetto au couvre-feu tous les soirs et au port de l'étoile jaune, ou plutôt rouge et blanche. Il parait que la « rouelle" bicolore avait quatre pouces de larj!,e. Ces procédés n'ont rien d'étonnant si l'on s\.,nge que Saint-Vincent Ferrier donna dès la fin du XIV· siècle un avantg- oût de la charité chrétienne (selon la hiérarchie) aux Juifs de la ville. Au dire du chroniqueur Barnag-e, ce farouche prosélyte d'origine juive était né à Valence en Espagne. Converti (en dominicain) il décida que tous les Juifs, mécréants, païens et autres maudits trouveraient, bon g-ré, mal gré, leur chemin de Damas. Il prêcha l'expulsion des Juifs d'Espagne, porta la bonne parole à travers la France, échoua, Dieu sait comment, à Chambéry où ses anciens coreligionnaires, sommés de se convertir sous peine des pires calamités, cru· rent un moment que la Mort Noire recommençait. M édecÎns contre c(octeurs Saint-Vincent Ferrier en voulait sans doute à Chambéry de compter beaucoup de talmudistes. De plusieurs pays, de futurs rabbins venaient y apprendre la loi cllez d'illustres docteurs, Rabi Aron exoellait aux commentaires de la Bible. Rabi Salomon Colona devint la gloire 1 . par Joseph MILLNER d'une véritable dynastie rabbinique originaire de Trévoux (dans l'Ain). A partir ' de 1417, une lutte acharnée opposa docteurs et. .. médecins juifs de Chambéry. Etrang-e maladie. Les médecins, tous convel-tis, rêvaient de mettre le feu aux ouvrages hébraïques. Avec leurs collègues Guillaume Saphon et Pierre de Mâcon (1417), Haïm (1430), Louis (1466), ils reprochaient à cette La rue de la Juiverie à Chambéry littérature de contenir des « atta' ques contre Jésus ". Trinité savar.rte Parce que l'autodafé n'eut pas lieu, Théodore Reinach, en nos temps modernes, put se livrer aux joies de l'érudition. Esprit éclairé et encyclopèdique, cet ancien député. d'un Chambéry où l'on dénombrait à peine trois familles juives, apparaît comme la priucipale tête d'une Trinité savante, les l·S. T. : Joseph, Salomon, Théodore Reinach, ou Je Sais Tout. Il savait tout - ou presque - de l'Histoire juive pour avoir recouru aux sources les plus diverses, littéraires, épigraphiques, numismatiques, papyrologiques. La peste brune La peste brune eut à Chaml.- éry un effet inverse de celui de la peste noire. Beaucoup de persécutés du nazisme trouvèt'ent, en effet, un refug-e dans le chef-lieu de la Savoie. D'abord, sous l'occupant italien, et pour des raisons con nues, les menaces de déportation se faisaient moins directes. Ensuite, l'O. S.E. avait installé là son bureau central qui organisait une aide efficace et un transfert clandestin des enfants en Suisse. La Gestapo finit par avoir vent de notre activité. Le 8 février 1943, elle fit irruption au bureau central et arrêta dis-sept camarades. Aucun n'est revenu. Si d'autres furent sauvés, ils le doivent aux patriotes savoyards. Alain Mossé, ancien chef de cabinet de la Préfe~ture de la Savoie limog'é par Vichy, figurait parmi les 17. Il avait été le plus jeune chef de cabinet de ,France et tout le monde connaît aujourd'hui ses mérites, son courag-e. Depuis septembre 1947, côte à côte sur un mur de la Préfecture de la Savoie, les noms d'Alain Mossé et de Jean Moulit' - le président du C.N.R. avait ég'alement occupé le poste de chef de cabinet à Chambéry disent le sétcrifice et l'unité df, la Résistance frança ise, Au' cours de la cérémonie commémo; ative. l'auteur de ces lignes était très ému en évoquant un homme qui avait été son proche collaborateur à l'Organisation de Secours aux Enfants. Nouveau massaére des innocents Des enfants, sous la surveillance de M. Zlatin, vivaient ' dans une maison d'Isieux, petite commune de la Bresse. Cette province - voisine de la Savoie, riche de ses poulardes et du souven:r du, plus célèbr~ des gourmets, Briltat Savarin, ne présente pas seulement un intérêt d'ordre culinaire ... Outre qu'elle posséda au XIIIe siècle de puissantes communautés et un rahbin, Isaye Ben Abba, qui di'rig'eait tous ses coll~gùes de France, eUe fut le théâtre d'une des plus pitoyables tragédies de l'antisémitisme. Un matin d'avril 194-4, les quarante petits camouflés d 'Isieux entendirent un grondement sourd sur la route. C'étaient des camions bourrés de policiers vichystes et de S.S., mitraillette au poing, qui venaient, SUr une dénonciation, préparer un nouveau massacre des innocents. Toute la presse a relaté l'atroce spectacle qui s'ensuivit, les pleurs, l'épouvante au milieu des vociférations et des coups. Finalement, une cargaison de gosses et de brutes s'ébranla vers la mort des uns, la Schadenfreude des autres. D'Astérius à Eugène Lisbonne Selon l'historien Prudhomme, il y aurait eu des 1 uifs dans tout le Dauphiné à l'aube de l'ère chrétienne. Ce qui est sl1r, c'est qu'il en arriva à Vienne au temps de la domination de Rome, qu'au X· siècle l'un d'eux,. Astérius, vendit son terrain à des moines en présence de deux témoins (qui apposèrent leur sig-nature Sur le contrat), et que la synagogue locale était considérée comme le plus bel édifice de la rég-ion par une sorte de reporter géog-raphe du XIIIe siècle. Au XIV· siècle, l'on en trouve à Saint-Saturnin, à Sainte-Ephémie, à la Mure, ~l Veyne : tous souffrent double- , ment de la Mort Noire. Mais vers 1323, un petit groupe s'est établi à Valence où l'évêque Guillaume parlera de « ses " Juifs. Un peu plus loin, quelques talmudistes feront briller d"un vif éclat la communauté d'Etoile. Les rabbins de Montélimar, Lionel et Isaac de Lattès, s'auréolent ,de prestige. Mais en 1453, des ct cours spéciaux de christianisme » réduisent, par la faute des maHres bien plus que des élèves, à 7 membres la Juiverie de Montélimar. A Cr~mieu - la fameuse fa- 1 mille des Crémieux doit-elle ' son nom à ce petit villag-e ? La question est controversée - le droit de vivre coûte en 1449 une once d'argent (environ 30 gl'.) par tête. _ A Nyons, l'on distingue deux catégories de juifs: les « vieux ", autochtones, et les « jeunes ", venus du Comtat Venaissin. C'est à Nyons que Maestro Petit transforma en 613 recueil~.' de vers (les azoroth) les Its Xe la relig-ion juive et que naquit; beaucoup plus tard, le républicain Eugène Lisbonne, proscrit du Deux Décembre, préfet de l' Hérault le Quatre Septembre et rapporteur des lois Sur la presse en 1882. Cordon sanitaire et autocar ..., La première victime juive de Grenoble s'appelle Rabi J aeob ben Salomon. C'était en 1296, le dauphin Humbert II rég-nant. Humbert. toutefois, ouvrit "~es portes lorsque Philippe le Be ferma les siennes. En 1413, une Juiverie apparut, entourée d'un . terrible « cordon sanitaire Il qu'il était streng verboten de franchir, qu'on fût Juif ou Chrétien. . C'est Hitler qui ramena les Juif.s daos la capitale du Dauphiné. L'on estime qu'ils furent 'en 1943 près de onze mille sur qui la tenaille ' de la Gestapo se refermait impitoyablement. sten que la solidarité et la résistance dauphinoises aient empêché que ne ressuscitent, selon le voeu nazi, les cloisons du flloyen il.ge, beaucoup sont morts, te\' M'arc Hag-uenau . Cet admirable clandestin avait déjà multiplié les exploits dans la région de Toulouse. Pour aller de Grenoble à Nice, le péril n'était pas mince de ' prendre le train. Tous les matins, dOIlC, l'autocar « J ", plein à craquer, empruntait la route Napoléon. Nous faisions halte à Digne où, en de pareilles circonstances, nous n'avions évidemment pas le coeur à song'er aux disputes talmudiques dont la ville ' fut animée au XIV' siècle ni au judéo-nimois Salves qui 'devint en 1299 le favori du duc de Provence. En ces temps de croix gammée,. r;ersonne, non plus, ne se souciait d'un g-entilhomme de Digne. nommé Jean de Rochas. V.~rs 1.350, il n'oubliait jamais d lOscnre une svastiska sous sa signature. Elégie. ? Les réfugiés que nous contaction~ . au c1~ef-li.eu des 'AlpesMantlmes n avalent, eux aussi que de très lointains rapport~ avec les familk's qui peuplerent la Juiverie cie Nioe dès 1430. La plus connue est celle des Nizza. Le rabbin E~iezer Haim Nizza s'intéressait à tous les progrès de la science et ses ouvrages conservent encore une g-rande valeur. Un autre Nizza a com~osé la. fameuse élégie : « Un fnsson vient de passer ... ». Ce poème pourrait s'appliquer à l'époque ou Brunner, pour se venger des désastres mussoliniens, déporta de Nioe plus de 8.000 Juifs. Qui ne se souvient du 9 septembre 1943 ? Mais un an plus tard, la victoire de la France et de tous les antifascistes éCI-asa Brunner. Et ce n'est pas une élégie, mais un hymne à la joie qui conviendrait.

• DROfT ET lteE~TE ~. . Jultfef 1?4S. - ,..,. 9-11 LA DEUXIÈME SESSION DU CONGRÈS JUIF MONDIAL CHRONIQUE ECONOMIQUE PRIX ET POUVOIR D'ACHAT s'est ouverte à Montreux le 27 Juin Le Gouvemement .annonce qu'il va procéder il. une vente cie 20 millions de mètre,,: de tissu de colon, à 5 % au-dessous du cours pratiqué. DIMANCHE 27 juin s'est ouverte à MontreuI la deuxième session du Con~rès Juil Mondial. PI... de 550 délégué. représentant des dizaines de communautés juives du monde, assistent alUt débats, .insi qu'ua grand nombre d'invités. UNÉV·ILLE HONORE SES HÉROS - ~ 6 juin dernier avait lieu, à iIle, l'inauguration d'un .lent élevé à la mémoire des AGENtE DE VOYAGE • Agence Palestinienne de Voyages facilite ~ou!es questions de Voyages et Visas Assistance à vos familles en Europe Occidentale 10, r. Chaussée-d'Antin, Paris-9° Tél. : P~O . 11!-56 NE FAITES AUCUN ACHAT avant d'avoir vu les ensembles préSentés par L'HARMONIE CHEZ SOI 221. faubourg St-Antoine_ Paris Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS cheZ'. ZAJOEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2" Mo St-Dltnis. Réaum·ur, Sentier Tél. : eUT 78-87 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS : 12, rue de la Boétie Anjou 15-30 NICE et VICHY héros et martyrs israélites lunevillois. De nombreuses personnalités as: sistaient à cett~ inauguration : Le Préfet de Meurthe-et-Moselle; M. Morali, Grand Rabbin de Nancy; M. Louis Marin, député de Nancy; M. Kriegel-Valrimont, député du départ.ement, représentant le Parti Communiste Français; le Conseil Municipal au complet; quelques parlementaires, et les autorités militaires, M. Sam J oc a prononcé une allocution, et c'est le jeune Rosen; le' plus jeune déporté 'd'Auschwitz, qui a dévoilé le monument, Charles Lederman, directeur de « Droit et Liberté », est venu spécialement de Paris à Lunéville à J' occasion de cette inauguration. Il a tenu) à l'issue de la cérémonie, une contérence très applaudie. Le 13 juillet prochain, à 10 h. du matin, aura lieu au cimetière israélite de Lunéville, une cérémonie à la mémoire de trois de nos jelmes héros, morts pour la France, assassinés par les Allemands

Helfont J acq ues, 26 ans,

Helfont Simon, 24 ans, Lewkowitz Alfred, 21 ans. Cette cérémonie se déroulera en présence de M. Morali, Grand Rabbin de Nancy, et de nos amis de la section de l'U.J.R.E. de Nancy. CERANCE LIBRE Confection Modes Bonneterie Beau Magasin Plein Centre. Ecrire au Journal nO 1.502. AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatutn Toiles cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE WAIS 98, boulevard M6nilmontant, PARIS-XX' M.: Père-Lachaise. Tél, OBE 12-55 Succur.'Il!e : 117, taub, du Temple, PARIS-X·, Métro : Bellevllle et Goncourt WILLY De l'a.nc ienne olinique popula·lre Visites - Piqûres - Ventouses 18, rue Ramponneau - PARIS Métro : Belleville. Tél, MEN. 56-17 AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE (( 0 C É ANI A )) VOYAGES - TOURISME 4, ruoe de Castellan e Tél. : Anjou 16-33 ROBES - MANTEAUX TAILLEURS HAUTE COUTURE A FAÇON L. AUSPITZ 3, rue d'Orsel - PARIS-l8" Milro; Ba,~u-l!ocheclwWJ" où An"",. Simultanément, mais d'une manière beaucoup plus discrète, le gouvernement vient d'homologuer un nouveau barème de prix de ce même tissu, en hausse de 60 à 00 % : u Pas de haus.e lO, disent nos ministres qui viennent de rendre la liberté au commerce du cuir. En 24 heures, le kilo de cui!' brut est passé de 40 à 130 francs. La laine, à son tour, subit une hausse de 23 % et on annonce la hausse du charbon, celle des tarifs postaux, des loyers, etc... . Un mètre de tissu de coton. qui coùtait avant-guerre 5 à G fr., va atteindre le prix record de 280 fI'. La paire de cham:sures la moins chère 2,000 fr., un pantalon de travail 1.500, Tous les industriels savent que les salaires ne correspondent plus du tout au coût de la vie, tous les commerçants détaillants connaissent une mévente grave qui fera, 'dans les pl'ochains mois, de.' milliel's de chômeurs. Peut-on ignol"er la réalité et continuer il. parler d'une baisse à laquelle personne, ni industriels, ni commerçants, . ni consommateurs ne croient, Les classes dirigeantes de notre pays ~t le gouvernement ne peuvent pas ignorer que le.· augmentatic}fis continuelles lIe prix nous entraînent à. une cadence -précipitée, vers la cr ise économique et le chômage. Cette pers'pective risque de ruiner les classes moyennes, d'oblig~r des milliers ,de petits commerçants à fermer leurs houl iques, et des milliers d'arti~ans et petits industriels à liquider leurs ateliers. MARSEILLE rend hommage à la mémoire de GASTON CREMIEUX Avec l'amenUisement de la trésorerie, aucune affaire ne peut plus tOUl'ner sans crédit. Il suffira aux banques de ne plu~' compter les effets des petites maisons, pour provoquer de.' milliers de faillites. Les grosses usines, ' dont les intérêts sont liés il. ceux des banques, ne risquent pas d'en soufrrir. Les démocrates marseillais honorent G. Crémieux, écrIvain, avocat, qui Jut l'un des dirigeants de la Commune de 1871 à Marseille. U a été Jusill~ par la réaction au cours de la semaine sanglante. Au nom des intellectuels français, M. Roger Garaudy, député, président de la Commission de l'Enseignement à l'Assemblée Nationale, CI déposé une gerbe sur la tombe de Gaston Crémieux au cimetière israélite de Marseille. On le !Oit sur rtQire cliché, assist~ de notre ami Henri Cohen, Secrétaire général de la Section Provençale de l' V IR.E. . LE mois de juin nous rappelle, avec un triste anniversaire, l'image d'un vrai chrétien assassiné par les nazis à un poste qu'i1 s'était lui-même choisi pendant l'occupation ennemie pour le sauvetage des enfants d'internés et de déportés politiques. Daniel TROCME faisait partie de cette phalange 'héroïque - le mot n'est pas exagéré - qui So' est groupée autour du pasteur André TROCME, avec les pasteurs Edouard TEISS, POIVRE, BETIEX, LEENHARDT, Magda TROCME, Parmi les divers centres sociaux, pour la plupart clandestins, situés sur le plateau du Chambon dans ce pays de maquis, la maison « Les Grillons », groupant en plein bois les jeunes pensionnaires en une sorte de petite république d' enfants, a été, peut-être la plus belle ' réalisation de Daniel TROCME. Il allait le plus souvent lui-même arracher les petits aux camps de concentra~ion. pour les mener à ce poste d'accueil organisé où ils étaient magn:fiquement soignés et élevés dans l'idéal humain le plus haut et le respect mutuel de leurs origines très diverses. Il fut arrêté par les agents de la Gestapo au ' mois de juin 1943, interné à Compiègne, dé:xrté en Allemagne et assassiné au camp de Maïdenek. Ainsi s'est terminée la courte existence de cet homme de foi, d'un dévouement total aux réfugiés et à la Résistance franraise, et auquel tant d' enfants juifs doivent la vie. J. f!t... B: Affaires fiscales, juridiques, commerciales, artisanales, rédaction actes Sociétés, fonds de commerce, gérance, baux, registres du Commerce, des Métiers, déclarations fiscales, etc ... Simon FELDMAN CONSEIL JURIDIQUE ET FISCAL 132, rue Montmartre, Paris (2'). Tél. : CENtrai 27-68 Consultations tous lell jours, sauf dimanche. de lB h. à 19 h. 30. Samedi de 15 à lB heures et sur rendez-vous. et de 10 à 12 h. Je matin, au 5, rue Bisson. Paris (20.) L. JUST. ea.1'On CREMIEUX (Photo Eclair Marseille,)'. les orèanlsalions iulves apporleronf une aide eulturelle aux immièranlS d'Israel eu aUenfe à Marseille pepuis quelques années, Marsetlle est dev.enue la dernière étape pour les immigrants en Israël. Sur l'initiative de M. Perl, une commission groupant les représenta~ ts de toutes)es organisations JUives d~ Marseille s'est formée qui se propose de procurer aux immigrants tout ce qui peut contribuer à satisfaire leur besoin de lecture ou de saines distractions pendant leurs lOisirs forcés. Toutes les organisations culturelles juives de France sont invitées à apporter leur aide à la Commission d'Aide Culturtlle aux lm,. migrants d'Israël, 8, rue Berlice, Marseille. POUR TOUS VOS ACHATS DONNEZ LA PREFE·RENCE AUX COMMERÇANTS QUI FONT LEUR PUBLICITE DANS DROIT ET LIBERTE PASSAGES "Chez MAMMY" Maritimes et Aériens pour toutes destinations • 11010 OIITREMER 3, rue des Mathurins, PARIS-9' Tél. : OPE, 98-10 et 87-33 Restaurant célèbre pour SES SPEf ~ IALITES JUIVES dlLns un cadre typiqll ~ et unique au monde. +- DEJEUNERS DI NERS 22, avenue Monhigne, PARIS Mélr-o : Frank;in-R·oosevelt et Alma Tél. : BAL. 44-57 et ELY. 24-18 • tt." juillet 194ft - }Jo 9-77 DROIT ET LI BERTE ~-~;-:2 ""1,1 ~- ~ fit M ~ •••• ~'L' escalier" Virulence dans l'optimisme COMEDIE, drame, farce, l'Escalier relève un peu de tous les genres et passe de l'un à l'autre avec une facilité déconcertante. Après tout, cette diversité n'est-elle pas à l'image même de la vie? Le dialogue est fort spirituel, littéralement bourré d'axiomes, de truismes et de bons mots qui lui enlèvent, d'aille.urs, une partie de son naturel. Ce mélange de bouffonnerie et de réalisme nous donne, par instants, l'impression d'assister à un spectacle de marionnettes dont M. Yves Farge tirerait les ficelles. La musique, les décors et la mise eil scène, l'interprétation de la Compagnie Grenier-Hussenot, sont en tous points remarquables. Cette troupe est peut-être la première à posséder un sens aussi aigu du jeu collectif, de' ses nécessités, de ses possibilités. ' Nous avons particulièrement apprécié la scène cruelle et caricatutale du repas des funérailles : avec un humour féroce, le mouvement va crescl;!ndo pour s'achever sur la parabole de J'omelette au rhum dont les f1am)Tles purificatrices terrassent d'effroi les philistins et apportent le bhnheur aux hommes de bonne vo) nté. L'ACTION est centrée sur r escalier d'une maison 'popu. laire; - dernier salon où r on cause. C'est là que vont se nouer les intrigues tour à tour comiques ou dramatiques dont la mort d'un locataire est le prétexte. « Le mort a bon dos. ) Dans ce petit univers sordide, les convention$, la misère . et. la rapacité font peser leur servitude sur les êtres accablés : Monsieur Antoine, HANS, personnage lunaire, poète, naïf et clownesque, fait fi des bassesses sur lesquelles repose l'édifice moral de la vieille société. Evidemment, on peut reprocher à M. Yves Farge de ne pas toucher 'au fond du problème. Hans est doublement idéaliste. Il a foi dans le bonheur de l'humanité et on ne saurait r en blâmer, mais il croit à la vertu des grands mots - Amitié, Fraternité - pour transformer les hommes. Utopie. En tous cas, il faut féliciter M. Yves Farge pour sa courageuse dénonciation de toutes nos petites goujateries journalières, de toutes nos mesquineries, de nos préjugés ridicules. Sa verve éclate en mots à l'emporte- pièce. Par exemple : « Entre le cynique et l'imbécile, notre jeunesse '5' est épuisée. » Remercionsle de sa virulence dans l'optimisme. Une telle absence de conformisme de la part .d'un ancien Ministre a quelque chose de sympathique et de réconfortant. On voit mal M. Robert Schuman écrire une telle pièce. Marcel CERF. vieillard égoïste qui n'hésiterait pas ~-------------- à prostituer sa fille pour assurer sa AUX ÉDITIONS DU PAVILLON vieillesse, l'épicier uniquement préoccupé du gain, la veuve éplorée, le parent hypocrite et stupide, le couple désuni, le roublard et le démarcheur malchanceux. Mais voici qu'apparaît Hans, le . fabriquant de toupies. Jusqu'à pré" sent, la société ra effrayé, il a vécu avec son rêve, mais il veut se mêler aux hommes qu'il redoute. Il se transforme en justicier pour fustiger les méchants et donner aux pauvres gens la joie de vivre. T out cela est évidemment un peu simpliste, mais charmant. Rien de graveleux mais unè fraîcheur saine et rare en cette scène où r on ·voit-Hans recueillir la jeune femme du mari brutal. 32, rue de Penthièvre. Paris-Sb Té!. Balzac 02·17 Georges SORIA LA FRANCE DEVIENDRA-T-ELLE UNE COLONIE AMERICAINE? Préface de Frédéric Joliot·Curie Prix Norel Un volume................ 220 fr. J.B.S. HALDANE Professeur de Biométrie à l'UnivE.fsité de Londres SCIENCE - MARXISME - OUERRE Traduit de l'anglais par Jules Castter Préface de Marcel Prenant Professeur à la Sorbonne Un volume ............... 350 fr. Jean BAUl\'lIER FORCES DE OUERRE DANS LA RUHR Préface d'Emile Buré FORCharles]~!icf;8€·r:~r la Charlesi~~t~ruYroer!'re de la puissance aBemande par le nouveau parti do la guerre Un volume............... 180 fr. • I L a toujours été de bon ton d'établir un parallèle .quel~onque entre deux oeuvres ~'u~ genre IdentIque. Nous allons aujourd hUI déroger à cette noble habitude et vous fa~re pait de réflexions quelque peu amusantes et contrariée.s qui nous ont assaillis dans un intervalle de 24 heures. Il e~t un f!lm américain qui a fait beaucoup de bruIt depUIs quelques années, un film américain interdit là-bas pendant trois ans, un film américain qui a tenu l'affiche .rien moins que deux années à Londres et fait actuellement courir le Tout-Paris, à tort ou à raison, je ne saurais vraiment plus le dire. Les histoires de cow-boys, nous les connaissons; e~les nous ont fait frémir de plaisir et d'impatience quand nous étions jeunes et candides. Les aventures de ces héros, nous les avons partagées, elles nous ont laissés pleins d'admiration et d'envie et ne nous ont jamais lassés. Nous savions qu'il s'agissait d'une histoire ùe Pampa avant de la voir. Aussi quelle ne fut pas notre surprise - ô combien désagréable - d êt,e témoins 'de la plus banale histoire de cow-boy" qui ait jamais été portée à l'écran. Interdit pendant trois ans? Il paraît. Pourquoi ? Nul ne saurait le dire. Pour lancer la belle Jane Russell ? Sans aucun doute, elle méritait ce tam.-tam flatteur. Elle est brillante, elle est belle, elle a beau. coup de sex-appdl~ elle est excitante. Son talent? Pratiquement inexistant. Son seul rôle : paraître, iouer des yeux, des hanches, de l~ chevelure et du buste ... Nous sommes sortis du spectacle, non pas dé- Il Y a 30 ans çus, mais écoeurés d'insignifiance. '. Le Banni "D est vraiment unique en son geme. Le hasard, heureusement, a tenu à réparer le mal. La plaie a été cautérisée. Le cinéma est un~ belle chose. Dommage que le film ne soit pas plu, connu. Des 3;ffiches nous n'en avons guère vues; de commentam:s non plus. Le sujet aurait pu ëtre ~onotone; les cosaques et leur sauvagerie, la misere des mass,es et leur lutte poUl' la liberté. Autant de sujets connus, vou]-us méconnus mais qua nd me"m e ressasses .. Les sujets sont t'o ujours les m~mes, ce qui diffère, c'est la manière dont ils sont traités. Et, hier soir, ,nous avons oublié la ~auvagerie et la misère et nous n'avons vu que le Jeu de deux enfants, de deux enfants de dix ans à peine, mais qui, à eux seuls valent une multitude de Jane Rllssell, deux 'enfants qui ont joué, non seulement avec talent, mais f.vec humour ; car nous avons retrouvé quelques reflexes du grand Chaplin chez nos deux jeunese amis soviétiques. Et, chez eux, pas de jeu au moule, mais une fraîcheur et un élan rarement renconhés chez les jeunes stars d'outre-Atlantique. Nous avons senti que leur monde est autre et ':lue ces enfants vivent différemment. Ils savent plus, mais sont restés jeunes et di~es enfants de ceux -lu ':15 interprètent, de ces héroïques va·nu-pieds de 11))05 qui, à un contre cent, ont osé enir tête à la garde du Tzar. Et nous avons aimé « Au loi.n, ûne voile _; nou.s avons aimé cette synthèse le misère et (Jé ' . vie, de sérieux et d 'humour, et nous sommes nersuadés que tout le monde aimera ce film, et aimera le voir juste après Il Le Baooi ). , Hélène SUARZ. ·1'Université de Jérusalem L'Exposi t ion des artistes juifs naissait au son du canon L'UNIVERSITE hébraïque de Jérusalem dresse sur . le sommet du mont Scopus ses bâtiments à l'archi· tecture noble et simple : à l'Ouest, ils bordent la place où fut érigé le temple de Salomon, à l'Est le Jourdain, la Mer Morte et les montagnes bleuâtres de Moab. Leur blancheur tranche sur la sombre ver· dure des pins et des cyprès, pareils à des veuves dans des voiles de deuil. On ne pouvait mieux choisir le site. JI est à l'écart dl'! la vi Ile, sans en être trop éloigné. La peauté de la nature, la clarté de l' air porten~ aux spéculations intellectuelles. Disons comme Renan sur-l'Acropole : « Un lieu où souffle l'Esprit )). La pt'emière pierre de l'Université hébraïque a été posée au début d'! 1918. Jérusalem venait à peine d'être conquise sur les Turcs, le canon tonnait encore dans les collines de Galilée. . , assassInes C'est un simple et émouvant hommage à quelques artistes- juifs assassinés, que la Galerie Sherel proposa, pendant une dizaine de jours, à ses visiteurs, des toiles dont quelques-unes sont fort belles. L'importance de l'Université est évidente. Elle a formé d'innombrables hommes de science pour le développement de cette terre si vieille et si jeune à la fois, elle a relevé fortement le niveau de .la culture générale du pays. L'éducation qu'elle dispense ne consiste pas en la simple exposition de théories scientifiques ou de dogmes religieux mais en la synthèse de la vie et des vivants, de l'effort humain, des accomplissements et des nobles aspi-


~-------------:----------------------------; rations de l'homme.

Ces peintures n'ont d'aîlleurs, pour la plupart, aucunes caractéristiques particulières dénotant que leurs auteurs soient des artistes juifs. Ils ont traité les sujets les plus divers et, parce qu'ils ont trop tôt disparu, ces peintres risquaient de ~e trouver biffés de l'histoire de SACHA GUITRY ou ... l'art. LE ROMAN D'UN TRICHEUR ·0 N a dit qu'il enlrait une grande part de « caboti. nage )) dans le récent procès en diffamation qu'Hélène Perdrière intentait à Sacha Guitry ... L'avocat de ce dernier a même pu, déclarer qu'il avait i"impression que l'on reprenait le procès de son client alors que son affaire avait été classée 1 Pour nous il existe un procès Sacha comme il existe un procès de tous ceux qui, pendant ces années noi:l'es ont côtoyé l'occupant pour s'en servir et le servir, pour conserver leur voiture. quand to~s allaient en métro, enfin, pour que rIen lJle fut changé alors qu'il y avait, précisément, quelque chose de changé. Occupations .•• Nous ne nous j'asserons pas de répéter qu'un homme comme Sacha Guitry qui occupait une place ~..i. . de choix dans cett() bourse des valeurs qu'on appelle Il le Tout-Paris JI, pouvait, pour le moins, se tai;~ pendant ces quatre années. Or, q,~e pensez-vo~~ qu Il fit ? Il s'occupait. C'est ce ,qu 11 ra~onte d a.JJJeurs M-même dans Quatre ans d occupattOn car SI po.ur beaucoup, il y avait j"occupation avec tous ~es Tl&ques, pour rui il n 'y avait que des " occupatIOns )1. On vous reconnaît de l'esprit, Sacha, mais pas ~. --~à, car la pJaie est trop vive pour parodier une épopé~ comme la Résistance et trop nombreux les martyrs qui ont dit « non Il au nazjsme et qui sont morts à nos côtés. Hypertrophie du moi, dira-t-on, égocentrisme, sans doute, mais aussi bassesse. Voyez le c~ntexte Jean-Jacques Bernard, le fils de Tristan Bernard, est venu dire à la barre comment Sacha _pèche par omission, pal' insinuation et par abus de confiance. Dans son ouvrage, Sacha se vante d'une inter, vention auprès des Ai'lemands qui aurait sauvé les trésors de j" 'évêché de Lille. Mais le cardinal Liénard a répondu lui-même qu 'il n'avait jamais rien demandé à l'auteur-acteur et que si Sacha Guitry s'est occupé de cette affaire, ,id l'a fait à l'insu du CardinaL., et à son corps défendant. Plus loin, c'est une lettre tronquée oe François Maul'iac ou de fausses informations, et cette lettre de Tristan Bernard qu'il reproduit partiel:lement en ces termes : « Merci, mon petit Sacha, pour le bois que tu m'annonces" alors que Tristan précisait plus loin: « •• mais ma cave en est pleine •. Guitry ne peut défendre un passé _ iniéfendable. CHATEM. . UNE CONTRIBUTION AU FOND COMMUN L'Université hébraïque touche d'un côté à l'esprit mystique orientaI tourné vers la divinité, de l'autre à l'esprit plus matérialiste qui tend au perfectionnement de l'homme. Peut-être son influence pourra-t-elle ramener Juifs et Arabes dans une grande communauté de pensée. Les débuts culturels ont été dithciles car tout était à créer. Les premiers professeurs capables de dispenser un enseignement supérieur en hébreu furent d'abord invités à continuer leurs travaux avec quelques élèves qui leur servaient d'as. sistants. Petit à petit, le nombre de ces élèves s'est accru, le nombre des sujets enseignés s'est augmenté, ils embrasseront la somme des connaissances humaines avec la prochaine fondation d'une faculté de médecine. Les persécutions hitlériennes ont permis au Sénat de l'Université d'offrir des chaires à des sommités mondiales telles CJ'!e F arkas et Halbersteter reniés par cette Allemagne qui se vantait d'être à l'avant-garde de la Kultur. Maurice MOY AL. Ce Whitmann, par exemple, qui, engagé dans la Division Leclerc, est mort en combattant, était un . peintre dont on pouvait beaucoup attendre. Sa (( Cité )J, où domine le bleu d'outremer, est d'une construction remarquable par sa solidité. Szalit a de ravissants petits tableaux de paysannes d'Europe Centrale roses et mauves. Des fleurs, un âne, on croirait des images pour livres d'enfants. La tête d'enfant de Weissberg est pleine de spontanéité et les remarquables portraits de femmes de Alice Hoherman ont une touche lép; ère et pure, un air insaisissable, aérien. Ce sont des oeuvres très fémInInes. Il était bon de réunir ici cette vingtaine de peintres. Leurs oeuvres, aussi pacifiques et calmes qu'elles soient, .sont tout de même de vivantes accusations pour ceux qui ont oublié trop vite ou qui croient le moment venu d'un criminel pardon à ceux qui ont assassiné ces hommes parmi tant d'autres. tro DROIT ET LIBERTE ----------------- ~-' jui1let 1948. - NO 9-11 La campagne de lancement de .. DROIT & LlBERTt " 8. 000 . 000 DE FRA NeS 2.501 nouveaux abonnés Les cigo~nes se mettent en route en automne. Obéi:;~ant à d'autres lois, les citadins s'élancent sur les routes et ..• sur les gares dès le mois de juillet. Si, cette année, nombreux sont ceux qui ne peuvent se permettre un beau voyage, les lieux traditionne~s de vacances connaissent néanmoins une animation certaine. « DIlOIT ET LlBEIlTE » NE VOUS QUITTEllA PAS Notre administration a envisagé différentes mesures pour permettre à nOs fidèles lecteurs de ne pas être privés de leur journal : , - « Droit et Liberté» est en vente, dès à présent, dans les kiosques des principales r.tations touristiques et thermales: sur la Côte d'Azur, la Manche, l'Océan aussi bien que dans le Centre.' - « Droit et liberté» peut vous snivre partout: 1° Les abonnés n'auront qu'à faire parvenir au journal la dernière bande d'envoi et à y joindre l'adresse exacte et les dates extrêmes d..: leur villégiature. Il ne leur est demandé aucun supplément; , 2° les non-abonnés nous adresseront leur adresse de "iIIégiature et autant de fois 20 francs qu'ils désirent recevoir « Dioit et Liberté» (qui paraît les 15 et 30 de chaque mois). , VOUS POUVEZ AIDEIl « DIlOIT ET LlBEIlTE ,. En vacances, vous ferez des connaissances nouvelles. Montrez-leur notre journal, VOTIlE journal. IIlenr plaira. Profitez-en pour nous 'adresser leur abonnement. Pour la modique somme de 100 francs, vos nouveaux amis recevront le joufnal pendant trois mois, temps suffisamment long pour en faire des lecteurs de toujours. LISTE N° 7 Section du XIII" •••••••••••• 5 Individuels • • • • • . • •.•••• • ••••• 73 M. Millner .................. 1 Toulouse. ••••.•••.•••••••••• 4 Lyon ........................ 1 M. Prelstag • . • • • • • • • • • • • • • • 7 1()e S.L .•.• •••• ~....... .. .. 1 Prager ...................... 1 Marseille ......... ........... 4 200 Bel........ ......... ••• 1 Section 4· .............. ..... 1 14- ................. 1 lS· ......•.......... 4 Strasbourg •••....•..•.•.•••• 1 M. Vilner •.•.•••..•••.•.••.• 1 M. Magriso ..•...••....••...• S H. Grohar ... .... .•.•.. ..••• 1 M. Imerglick ...•..•••.•.•••• 2 10· ......................... 1 Avignon ..................... 1 M, Ranieta •••.••••..•••..•. 2 121 Liste précédente ............ 2.3S0 Total ............ 2.501 J.-A. BASS, nommé membre de la Commission d'Amnistie Nous apprenons que Me 'oseph_ André Bass, Conseil juridique, réhcteur à notre journal, Croix de guerre avec ~alme et médaiUe de la Résistance, a été nommé, par arrêté du 16 juin 1948, paru au « Journal OfFiciel » du 20 juin 1948, membre de la Commission d'Amnistie pour l'application de la foi du 16 août 1947. A l'occasion du deuxième anniversaire du transfert d' une urne de cendres provenant d' Auschwitz, l'Amicale des déportés d'Auschwitz et des Camps de Haute-Silésie, 10, rue Leroux, Paris (16e ), invite les anciens déportés et les familles de disparus à participer à la cérémonie qui aura lieu le DIMANCHE 4 JUILLET à 10 h. 30 AU PERE-LACHAISE. Entrée principale, boulevard de Ménilmontant. LETTRE DE LECTEUR Le mois dernier, de passage à Lyon, j'ai souscrit un abonnement à votre journal. Larsque de retour à Tunis, j'ai reçu mon prem~er numero, j'ai constaté qu'il est fort intéressant à plusieurs points de vue. J'ai pensé qUlavec t'otre ' permission je pourrais introduire aussi votre journal pwrmi toute la masse juive de Tunisie. Nous aurons à coewr de nous associer à ' vous, en ce moment où les vaillants oombattants du nouvel Etat d'Israël ont plus (lue jamais besoin de soutien. J'espère qu'avec l'azde de Dieu, tout finira bien, Je vous prie de commencer par m'envoyer quelqUJes carnets d'abonnements en attenda,nt mieux. Recevez, etc ... AVAYOU Isaac. BELFORT La communauté israélite 'de Belfort informe ses coreligionnaires que le monument élevc; à la mémoire de ses déportés et fusillés, victimes de la barbarie nazie, sera inauguré le d.manche 4 juillet, à 10 heures du matin au cimetière israélite de Belfort, en présence de M. de Crand Rabbin de France, du Président du Consistoire central de France, et des autorités civiles, religieuses et militaires. 'L'après-midi, à 15 heures, sera célébré, à la Synagogue, un service solennel, au cours duquel on procédera à "inauguration d'une ~Iaque reproduisant le nom de nos victimes. Commerçants, marchands UNE BONNE ADRESSE! RENRIETJE ET RAYMONGE GROS DEMI-GROS TiSSIUs - Robe9 Blouses, tabliers Bonneterie Articles Linge de maison pour ForaIns 5, r· Rougemont - Paris,- IX" (1lIU fond dU couloir à gauche) ré!. : PRO 92-75 Métro : Montm Les annonces et abonnements pour notre journal peuvent être déposés au guichet des ETS IDPBESS ~, boulevard Poissonnière - PARIS-~ BIJOUX MONTMARTRE ACHAT VENTE EXPERTISE OCCASIONS TRANSFORMATIONS , 42 ~ Faubourg Tél. : PROvence 45-74 DE TOUS LES BIJOUX • Montmartre, 42 .»AUIS-1X8 pour assurer les vacances des enfants de fusillés et déportés 4.798.865 fr. ont été collectés jU5qu'au 22 juin le. arr ............... .. 2" arr ................. . 3" arr ................. . 4· arr .•• ••••••••• ...••.. 5e arr_ ............... .. ge arr .................. . lÛ" bd .... : ............ . 100 St-Louis .......... .. XIe arr ................ . XII· arr .............. .. XIII· arr . •••••• ••• ••• •• XIV· arr .••••••••••••.. XV" arr .............. .. XVIIIe arr ........... .. XIX' arr ............. .. XX- Belleville •••••••••• XX· Avron .......... .. l\1ontreuil ............. . Livry"Gargan •••••••••• Banlieue . ............ . V.S,J.F ............... .. « Amis de la Presse Nouvelle Il .......... . « Cadets Il • •••••••••••• « Arti5ans Il ........ .. Juifs polonais ........ .. PROVINCE Lille ................. .. Saint-Quentin ......... . Limoges .....••.•.•.••• Collectes diverses •••••• • Francs 27.875 268,500 220.550 1;39.900 79.850 100.000 185:900 45.200 167.250 54.46() 105.156 16\,. ()()() 21.100 83 .080 ' 00.370 355.:-l8O 90.850 175.900 90.000 26.500 620.000 400.000 200.000 20.000 00.000 ' 215.000 80.000 10.000 708.134 "LES COLONIES - Château du 'Bac, à la Cl'oix-Saint-Ouen (Oise). - Château Jules - Crévy (Château du Président), à Mont-s.-Vaudrey (Jura). - Croupe _ scolaire JeanJaurès, à Tarnos (Landes). ges) • ges) • La Salcée (Vosges). Celles-s.-Plaine (Vo's- Mercy-le-Haut (Vos- Efiervescence à la Commission Centrale de l'Enfance, ' où l'on prépare acti'\'ement les prochains départs pour Mont-sous-Vuudrey (Jura), Tarnos (Landes), Compiegne (Oise), etc ... Les départs auront lieu vers la mi-jUIllet. On installe déjà toutes no~ colollies. Déjà. les grands et les caqets élaborent leur emploI d,u temps. , Pierre: " Dites, les copains, on refera la danse des sioux, vous vous souvenez, l'année dernIère. au dorl,oir.._ » , Robert:" Oui, et la corvée de peluches en punition ... ". Madeleine : ~ Ce n'est rien, moi je préfère l'excursion que l'on faisait toutes les semaines. » David (avec une grimace) : u Et mOl ... la sieste. .. • ' Les plus veInards sont déjà à Tarnos. Les autres, avec impatience, otlendent la distribution les prix ou la fin de l'année d'apprentissage pour prendre le train. Après un voyage paiSible et une petite promenade en cars, nos jeunes amis arrivent à Tarnos. Renée se précipite dans mes bras et me ml:.'rmure ravie : « Dis donc Flol'a, vous l'avez faite bien belle noIre colonie ». Au réfectoire tout le monde a bon appétit et bonne humeur. Un seul c rolon» n'est pas dans la note, Dédé. Qt:e ~e p'asse·~il ? Il pleure, Jean lui en demande la raison. C. ILIANE. NOS ENFANTS A L'OEUVR~ Après la brillante réussite de -la Kermesse , de notre maison de Livry- Gargan, nos maisons de Mo~ treuil et d'Andresy ont déddé d'organiser deux grandes fêtes le dimanche 4 juillet dans leurs jardintl et parcs respectifs. ' . Tous les amis qui désirent passer une agréable journée et se distraire sous les frais ombrages du pare d'Andrésy et du jal"din de Montreuil sont cord'ialement i'nv ités. , GRANDES KERMESSES ET PARTIES ARTISTIQUES 9 bis, rue Dombasle MONTREU 1 L-SOUS-BOIS (Mairie de Montreuil. autobus 121) Manoir de Denouval. ANDRESY (S.-et-O,) (départ Gare St-Lazare à 14 h. Descend. à Andrésy-Chanteloup) Nombreux stands, expositions, de travaux, choralès, marionnettes, démonstrations gymniques, jeux dramatiques. Buffet et tombola. Soirée dansante (en ca..- de plui& des locaux sont prévus). • Je n'ai pas eu de salade» lui ______________- , rbéeplloe.n d Dédé qui repart de plus Le Secrétariat général pour la souscription de secours à l'Etal d'Israël rappelle à tous les colle:teurs dé Lenant un carnet de reçus provisoires CI Fonds de Sécurité pour l'Etat Juif » qu'il y a lieu de retourner dans le plus bref délai ces carnets indispensa. bles à la régularisation des écdtures. ' Dans le 14e Arrt , Sur l'initiative du Comité d'Aide à, l'armée d'Israël du 14" àrr. une réunion d'information réservée aux intellectuels de cet arrondissement a été organisée le 24 juin 1948, sous la présidence de M. le Professeur Hadamard, membre de l'Institut. Il était assisté de M. E. Hertz, écrivain, M. Millaner, écriI) ain, M. Charles Feld, journaliste et M. Fourmainsky, ingénieur. De nombreuses personnalités du 14" arr. ont répondu à l'appel du Comité, parmi lesquelles un grand nombre de médecins, artistes peintres et savants. . Le professeur Hadamard, dans son exposé d'ouverture, après avoir excusé l'absence de Mme le Professeur Jeanne Lévy et de M, le Professeur Kiveliovitz, empêchés, a salué le peuple d'Israël dans sa 1 utte pour SOIl existence et contre l'envahisseur. M. Charles Feld, dans un brillant exposé, a fait le tour d'horizon politique et a flétri les responsables de cette guerre atroce imposée au jeune Etat d'Isr\ël L'envoi de télégrammes au ministre des Affaires Etrangères, M. G. Bidault, au Comité pour la Reconnaissance de l'Etat d'Israël, à la Commission des Affaires Etrangères à l'Assemblée ' Nati()o na le, présidée par M. Bonnefoix, a été voté à l'unanimité. POUR LA HACANA SUI' l'initiative de M, Magriso. pré.:'ident du Comité d'Aide du XVà l'Armée d'Israël, avec l'aide de MM, Elie Coenca, A:bert Castro et Béatrice Hallegua, une collecte a été faite à l'occasion de la. circoncision du petit Aron Cohen. La somme de 37,000 francs qui a été récoltée ira à la Halrana. BOULANCERIE·PATISSERIE dUIVE BERNARD 18, rue N.·D,·de-LoreUe, pari$·3·. Tél. : TURbigo 94-52 PaIn de s!ligle melllèure qualité Patlss'?rle de la meilleure sorte Conditions spéciales pour mariag66 et banquets. On livte à domicile, Prix modérés Métro : Temple et RépUblique - c Et pourqUOi n'as·tu pas eu de salade 1 - « Parce que je IJ,'en voulais pas 1 A bienfôl les amis Vendredi 18 mai 1948 a été célébré, à la mairie du 160 arrondissement, le mariage de M. HenriA.- Jacob Noach. négociant, avec Mlle Emilienne Raboin. M. Noach, réfugié juif hollandais, a pris pendant l'occupation une part active au mouvement de résistance dans le Midi et a été interné pendant plusieurs mois, Nous àdressons à M. et Mme Noach. amis de notre journal nos bien sincères féliCItations et' nos meilleurs voeux. . PENSION METROPOLE 6, AVENUE VICTOR-HUGO Place de l'Etoile PARIS (16") Pension de famille Tél. Cop 22-56 et 22-57 (groupée) Tout confort - Téléi/Nl.one (tans tou.tes les chambres Gourmets, attention 1 M. SIMON le ' Restaura~eur bi'en connu de Belleville. fait connaître à ses nombreux Amis et Clients qu'il a repris le bel Etablissement : 13, Rue n. -O. de nazarefb Tél. : ARC 64-36 Mo: Républiq Dans un cadre magnifique des menus choisis Un essai vous convaincra Grande salle - COnditions spéciales pour NoCes et Banquets La maison cffrira 5 % de la recette d. premier mois à la H 'gana D'autre part nous rappelons qu'au moment du versement il est délivré à chaque souscripteur un reçu provisoire. Par la suite le Secrétariat général adressera un reçu régulier à chaque souscripteur. Tous les souscripteurs qui, à, ce jour, ne sont pas encore en possession d'une lettre de remerci&ments sont priés d'en. faire la réclamation. L'O. R. T. communiq~~ Dans le domaine de la forma:tion professionnelle, l 'O,R. T. #ploie uno acti vi té des plus intéressantes. Ses écoles professionnelles sont groupées aujourd 'hui dans le nouveau Centre de Montreuil, 45, rUe de Raspail, et comprennent: Pour les garçons : une école de mécanique et une école de radioélec· tricité, Pour les jeunes filles : nne école de haute couture. Pour être admis à ces écoles, il faut être âgé de quatorze à seize ans, posséder une mstruction générale correspondant au certificat d'études primaires (C.E.P.). La durée des études est de trois ans. Les études sont sanctionnées après examen par le Certificat d' .A.ptitudfl Professionnelle (C.A.P.). L'enseignement est gratuit et les élèves ont de nombreux avantagus du point de vue social ainsi que ' des organisations de sports et de ioisirs. Pour les renseignements et les in&criptions, vous pouvez vous adresser au secrétariat de l 'O.R.T., 45, rue Raspail, à Montreuil. ' Le service de placement d'apprentis de l 'O.R. T. reste installé à son ancienne adresse: 70, rue Cortambert, Paris (16'). , L 'ECOLE PROFEs~rONNELLE ORT DE STRASBOURG reçoit les inscriptions pour l'aunée scolaire 1948·1949, Cette école comporte les trois sec· tions sui vautes : 1· Electro-mécanique (garçons) ; 2· Radio·électricité (garçons) ; 3· Coupe et couture (jeunes filles). '-J" L'école possède un internat pour garçons. 'Les jeunes filles internes sont admises au Home des Jeunes Filles de Strasbourg . Pour tous renseignements ou illll' criptions s'adresser personnellement ou par écrit à l'Ecole O.R.T. 14, rue Sellénick, Strasbourg. J 1 (


_ DROIT ET LIBE~TE

UNIS nous serons FORTS · Selon le rapport de Danneker (chef de la Police allemande en - France pendant l'occupation) et · dont un extrait a été publié dans le premier numéro de Droit et Liberté. il y avait en 1941, sur une ',: population de 160.000 Juifs décla-

rés, '25 % d'enfants ayant moins de

" '15 ans, plus de 30 % de jeunes de !',' moins de 25 ans. ... , Ces chiffres, évidemment, n' ont plus qu'une valeur documentaire. 'Nous savons qu'il y avait en réa' lité, en France, près du double de

)\.iifs. Hélas, les fours crématoires,

les chambres à gaz, les pelotons · d'exécution, les combats de la Résistance ont ravagé les rangs de notre population juive : un tiers fut ainsi exterminé. Par conséquent, si nous estimons à 280.000 personnes la population juive de France Cc' est l'estimation moyenne des principaux représen- · tants du judaïsme français}, nous pouvons évaluer sans trop risquer de "'nous tromper, à environ 60.000 le lnombre de jeunes entre 14 et 25 , ans. Soit 21 %. C'est un taux extrêmement élevé, et de loin supé',' rieur à celui de toutes les populations juives d'Europe. Récemment, à Varsovie, j'ai pu m'entretenir avec les dél'égués des communautés juives de 42 Etats du monde, y compris la Chine et l'Australie. La Palestine et les Etats-Unis mis à part, c'est la population juive de France qui est, proportionnellement la pIuS jeune et, par voie de conséquence la plus dynamique. Pour mieux marquer cette vitalité de la population juive de F rance, voici les chiffres terriblement significatifs de la Pologne Pologne Frnnce Nombre de ~u1fs en 1939 3.000.000 300.000 En 1948 •••• 120.000 280.000 Jeunes de 18 à 25 ans •. 7.000 00.000 .% ... . . .... 6 % 21 % II faut que la jeunesse JUIve de France soit consciente de son im' portance numérique et, par consé- .. quent, du rôle qu'elle est ~menée li- jouer dans la vie juive et dar.s la vie du pays tout entier. Mais il faut qu'elle comprenne que \' umté est Je principal fadeur de progrès. La jeunesse juive de France '! payé un lourd tribut aux combats de la libération, elle espérait potlvoir vivre enfin dans un monde apaisé, avec toute la jeunesse de France et du monde ; elle pensait avoir des jours heureux. Mais en France, la jeunesse est en butte aux pires difficultés

chômage, hausse des pl;X.

Mais en Palestine, le canon tonne contre les Juifs et en Grèce les enfants sont assassinés. Aussi tous les jeunes Juifs de France sont-ils unanimes à prote~ter contre cet état de choses et à dénoncer sa cause profonde

le fascisme.

Des protestations nombreu~s mais isolées ne peuvent rien, sinon expliquer les ratiocinations et les propos désabusés de certains dirigeants d'organisations de jeunesse juive. Il est nécessaire €lue tous les jeu- ,. nes Juifs s'uniss~t PÇlur donner plus de force à leurs revendications, il faut qu'ils s'unissent aux jeunes dé'T1ocrates de France pour voir aboutir ces revendications. , Armand DEMENSZTAIN. !Rue de ' 9Jefleu.ille,. av.ec le6 ecidel6 L~TT~S . ~ V~C~N"C~S M~r~redi soir, 120, boulevard de Belleville, 150 jeunes se réunissent ICI toutes les semaines. ' Entrons. . « J'aime la galette, savez-vous comment? » ... Tiens, un air connu de danse folklorique une centaine de jeunes dans une ronde immense. • - « Hep, le responsable central, s'il vous plait 1 .! - Daniel, on te demande l " Un gars d'une vingtaine d'armées se présente. - Tu désires? ,- Te poser quelques questions au sujet des cadets. Les danses ont cessé et, après quelques cl)an-ts, la réunion sérieu~ commc:nce. Cependant, je contmue

- Depuis quand votre mouvement existe-t-il ? . ~ Nous ' sommes une toute jeune organisation, nous nous som, mes constitués en mai 1945, au cours d'une sortie à Draveil. Une vingtaine seulement à l'origjne. Mais après notre splendide camp d'Hossegor dans "les Landes, au cours de l'été '947, notre cercle s'est agrandi et nous avons aujourd'hui sept cents inscrits pour Paris, sans compter ,les grands centres de FrlDce, Marseille, Lyon, Toulouse, Nancy, Lille, etc. - Comment êtes-vous organisés? - Nous nous réunissons par arrondissements et suivant les âges. Dix groupes so~t déjà formés, de 14 à 19 ans et même plus. Tout près de nous, la réunion se poursuit, on discute avec passion du problème allemand. Alain, qui préside, a beau.coup de mal à faire parler chacun à son tour. - Votre but ? Votre programme ? . - Nos groupes portent tous des Doms de héros juifs tombé15 au cours de la dernière guerre et pendant la clandestinité, le nêtre s'appelle « Charles Volmark li. Nous sommes rest'és fidèles à leur idéal et nous continuons fièrement dans la voie qu'ils nous ont tracée. Nous essayons d'effacer à tout jamais les misères de l'occupation. ~ous réadaptons nos jeunes à la VIe normale . Notre programme? En un grand nombre de points, il, est celui de ' toute la jeunesse française. Nous voulons, nous aussi, une France . démocratique, débarrassée à tuut jamlis de tous .les résidus .mtisémites et fascistes. Nous réclamonô àes stades et pisci nes afin de nOliS développer sainement. - Je vois ici une partie de vos activités. En avez-vous d'autres ? - Oui. Elles sont même nombreuses. Nous organisons, dans le domaine éducatit, des cycles de causeries et de lectures historiques et d'lctualité. Dans nos réunio,ns, nous commentons tous les événements mondiaux. Puis, nos activités artistiques : chorale, danse folklorique, art dramatique. Enfin, nos activités sportives et le camping. Nos réalisations sont d'ailleurs nombreuses. Notre fête annuelle qui s' est déroulée dernièrement, nos collectes en faveur de l'enfan.;: e malheureuse et de la Hagan'ah ont rapporté 400.000 francs en huit jours pour tout le mouvement. Je dois rappeler auss.i nos meetings, les manifestations auxquelles nous avons participé. Lll dernière en date est celle du ,8 mai au Vélodrome d'Hiver où nous étions près de 600 et où nous avons fait un splendide défilé. - Et la Palestine ? - Nous voulons un Etat d'Israël démocratique et progressiste coopérant avec l'Etat arabe de PalestÎJle, en application des décisions de l'O.N.U, Nous soutenons Israël dans sa lutte avec d'autant plus de conviction que nous saVOns que nous ne sommes pas seuls dans la lutte. Ainsi, lq Grèce ... - Ah 1 Quand la Grèce ... - Hep 1 Daniel, va faire ton exposé sur les " colos . Et av.ant de me retirer, j'entends encore la voix de Daniel annonçant l'approche des vacances, les colonies et le formidable camp Cadet qui se prépare à Compiègne. Albert ERNER. L' article publi~ dans notre dernier num~ro sous le titre: 1( Volley-bail et discussions avec un Eclaireur israélite», ~tait aussi d'Albert Emer, Nous nous excusons d'avoir omis sa signature. La jeunesse juive de SaintQuentin, désireuse d'établir un contact plus étroit entre' l'a jeunesse juive du Nord, organise le dimanche 4 juillet

.

- Une conférence régionale, à 15 heures, - Un bal, à 21 heures. Toutes les sections du Nord sont cordialement invitées à ces deux manifestations. La jeunesse juive de Lille a fait savoir qu'elle acceptait cette invitation et envoie une délégation du Comité_ . Pour Paris, un camarade du Bureau de Direction des Cadets montera faire une conférence sur le thème suiyant: « ~ôles et tâches de la jeu. 1 nesse juive de France. » Brayo les jeunes de SaintQuentin et bonne réussite pour cette journée du 4 juilJet 1 Y~A·T'I'I lIN ÉTERNEl ADOIES(ENT ? Première r-éponse: 0 U 1 NoUs av()nS reçn, entre autres réponses à notre enquête : « Y a-t-il un éternel adolescent ? »une l()ngUe et belle lettre de Mme COLETTE ALEXANDRE, dont nOoUS donnons ici les principaux passages, en nous excusant de ne pouVOEjr, faute de place, la publier intégralement. Tous les critiques ont remarqué que le premier livre d'un jeune auteur était souvent une autobiographie peu ou mal déguisée. Alain Fournier, p.Jus que tout autre, a mis simultanément , à vivre et à écrire la même hâte extrême, hâte d'un être marqué par ce pressentiment de la mort qu'il laisse transparailre tout au long de sa cOI'respondance avec Jacques Rivière. Dè~ lors, ir 5erait injuste de juger le Grand Meaulnes comme un roman ordinaire, puisqu'il e~t presque un te5tament sentimental ; injuste de juger Yvonne de Galais comme la descendante clil'ecte des chlorotiques héroïnes romantiques, alors qu'elle est la femme inconnue, la " Douce-Amère n, le " grand iris féminin n qu'AlainFournier a aimée, de loin, pendant huit ans, de leur brève rencontre à sa propre mort, avec une foi désespérée, Frantz de Galais est-il, lui aus~i, un adolescent romantique? - Non, un adolescent prolongé, un faux romantique procur5eur de&' héros d'Anouilh et qu'il ne faut pas confondre avec Augustin Meaulnes. Car Alain-Fournier les a marqués d'une oppo:ilion fondamentale. Devant le bonheur qui est, au fond, le thème du livre, tous deux se dérobent, mais s 'ils pal'ais~ent également inaples à être heureux, c'est que l'un, FranLz, e,:;:t trop léger, trop superficiel, l'aulre, Meaulnes, trop profond, trop grave pour I.e bonheur. Trop intran5igeant, trop exigeant aussi. Je sais bien que depuis les années 1910, 1\)12 où Alain-FOurnier écrivait son roman, le monde a profondément, terriblement cllangé. Les jeunes de 194~ ont, en effet, d'autres préoccupations, d'autres conceptions

leur monde est nettement

délimité; leur temps a une signification; leu.r pas5é le plus proche " a déjà ~es dates historiques; leur espace comporte des frontières en mouvement perpétuel générateur de catastroplJes. Le jeune de 1948 ne voit plus uniquement le u cadre» de l'homme en poète, comme Alain-Fournier ; il le voit aussi en économiste, en sociologue, en politique et il le voit surtout en fonction de ' l'homme. Mais est-ce une raison suffisarite pour dire que l'Adolescent n'existe plus' ? Si le monde où nous vivons a été tellement bouleversé, l'adole5cent a-t-il changé? Celte avidité. cette curiosité de la vie dans toules ses manifestations et sous t.ous ses aspect&" ils la possédaient autant que nous. Certes, le~ jeunes ont tra sformé autour d'eux bien des c Joses ; ' Mais je vous le demande! l'âge du premier amour, qUI pourrait le supprimer ? et l'âge de la pudeur Lill est secret, instinct et don exclu~if ? On me répondra peut-être que les questions sentimentale&' ne sont plus essentielles, primordiales, -pour l'élite de l'adolescence actuelle, de ]'ooolescenoe Il eng~ ée n. On me parlera des thèmes de la littérature (( engagée Il. Loin de moi l'idée 'de le~ dimipuer, au contraire; mai: l'inverH me paraIt excessif . D'ailleurs, s'il est vrai qu'à l'heure a.ctueHe le plus grand &'ouci des jeunes est de lutter pour ét.ablir sur terre la paix Dour les hommes' de bonne volonté, il faut bien admettre aussi que. dans, tous les p-ays du monde, la -paix a le ' visage d'une femme. . Dès l{)rs, comment diminuer l'importance du thème sentimental, puisqu'il est peut-être antérieur, dans votre àme. à celui de vos luttes ~ Car l'élernel adolescent exi~te ; " Qui éCrira la vie du Grand Meaulne: 1948?» demande Mouscron. Et je demande: l'éc.rira-ton? est-ce possible? quel jeune voudrait nous livrer ses souvenirs, même lransposé&' en oeuvre d'art? On nQUS a donné notre adoles- · cence comme un cruel château de Barbe-Bleue; nous avons eu toutes les clés, nous avon5 ouvert taules les portes; nous avons vu, pêle-mêle, des trésors, des pierres précieu5es et des femmes assa5sinées ; et quand nos fl'ères sont venus pour nous emmener sur la roule poudroyante d'avenir, nous avons · jeté toutes les clés, les grandes et la petite taahée de Eang, dans les eaux dormantes du pas5é, et nous avons laissé derrière nous, sans vouloir nous reLourner mais ~ans pouvoir J'oublier, ce grand château plein de reliques inviolables, OEuvenirs, musiques et livres d:amotir. Colette ALEXAN DRE. li' Que la lumière soit f C'est à quei travaille ce jeune ouvrier palestinien. C'est 'pour pouvoir continuer à construire sa patrie qu'il s'est battu et continuera de se battre, s'i' le faut. .. INTERDIT AUX MOINS DE SEIZE ANS" Beaucoup de moins de vingt aDS, dans cette salle où l'on projette un film « interdit aux moins de 16 ans •. L'avantage de ce film est qu'il montre comment on tue. A trois reprises. Alors que d'autres, plus mijorés, ne font que su'ggé,"er, celui-ci met l'acte devant les yeux. Comment on tue. Comment on enfonce le poignard dans le dos. Comment on tire à bout portant sur une femme sans défense. Froidement. Simplement. L'enseignement par le cinéma, en quelqve sorte. 11 montre aussi, ce film, comment on échappe à la justice. Très simple également. Seul, un léger manque d'imaginatiaD peut trahir un criminel. L'assassi .. ? Un homme comme il faut. Un modèle de sang-froid, d'int~ lligence. Un peu faux-jeton, mais c est la vie! Son adversaire, le détective? Naïf_ Malchanceux. Bête et Bon commencent par la même lettre ... Ah! Comme il est beau d'être assassin! Evidemment, je n'ai JM:rsonne à tuer. Mais en sortant du cinéma, je m'exercerai à serrer Jes mâchoires et les poings comme lui, à être maître de moi, toujaurs prêt à tout. C'est la vie! Pour commencer, j'irai prendre un whisky dans un bar a-méricain et je broierai ma cigarette entre mes doigts. Etre viril, tout est là. •.. Eh bien non! Que les trusts américains nous envoient de tels films pour corrompre notre jeunesse, c'est leur rôle. Le nôtre est de lutter contre leur invasion pernicieuse. Mais qu'en France on di.tille un semblable poison, voilà qui est inadmissible. Notre dèvoir est de protester avec la plWJ grande énergie. En présentant le crime comme un geste normal et même beau, on s'efforce de le judifier. On prépare le terrain au fascisme et à la guerre. Hitler s'était donné pour tâche de transformer le plus grand nombre possible de jeunes Allemands en assassins. Le. jeunes Français disent « Halte! » aux ave~turier. qui, dans notre paya, ont les mêmes desseins. Jls be,cotteront les films qui visent au dé.a .... mement moral, qu'ils "oient tournés à Hollywood ou ailleurs. Et vous, « moins de sei:z:e ana », ne vous croyez pas lésés, Noire seul espoir est que ces films aient définitivement disparu de nos écrans lorsque vous aurez « l'âge » c'est-àdire bientôt. Louis MOUSCRON. Impr. Centr. dU CrOIssant 19, r d.u Oro1s6a.Ilt, Parls-20 •. RocnbN, imprimeur '. DROIT ET LIBERTE [Lor Juillet 1948. - N° 9-71 •• Heinrich BRUNING Jl VANT même que l'Assemblée Nationale ne se fût , pron,oncée sur les accords de Londres, les généraux Clay, Robertson et Koenig procédaient à la réforme monétaire en Allemagne occidentale où le Dépar, tement d'Etat expédiait à la même heure, à titre officiel, un vieux cheval de' retour : Heinrich BRUN INC. Qui sera content? Pie XII, Irving Brown, le fils Krupp et - la solidarité démocrate-c~rétienne finira bien par êt~e la plus forte ·- M. Ceorges Bidault. ' Mieux vaut ne pas demander leur avis aux survivants de Dachau. Surtout aux membres du K.P.D., internés par Hitler dès 1933. Petit iota detJiendra grand membres de différentes couches sociales, notamment de la paysannerie et des classes moyennes. par Michel BARON l'Antéchrist, se félicitèrent de voir que « le péril du bolchevisme impie et destructeur avait été conjuré par l'action du mouvement national-socialiste 1;. A ce jeu aux conséquences diaboliques, Dollfus avait perdu, depuis longtemps, la vie. Mais, à cette époque, Alcide de Gasperi passait de longues heures à lire les livres de la bibliothèque vaticane. Et Heincich Brüning s'en allait tranquillement apprendre les principes démocratiques aux étudiants de l'Université Harvard, à Boston. ' Ils savent trop que Brüning . est le type de l'homme qui ouvre' la porte à celui qui vous enfermera. Brüning, homme de confiance du Vatican, des industriels, et des hobereaux, représentait l'aile droite. Il arrivait que l'aile droite prolongeât ses flirts avec la social-démocratie, tandis que l'aile gauche nouait les meilleurs rapports avec la réaction ultra-chauvine ou monarchiste. Au centre du Zentrum, des éqûilibristes se balançaient. Poitrine prégoeringienne C'est Brüning qui, pour distinguer les Israélites des autres voyageurs, avait décrété en 1932 que leur visas porteraient un I. 'Bientôt, l'Israélite fut transformé en Juif. Le l, le petit iota insidieux, devint un IUDE en lettres énormes sur la pancarte que les Hitlériens accrochaient au cou des ilotes titubant, sous les quolibets et les crachats, à travers les rues de Nuremberg. Alors, le Stuermer n'était pas seulement un torchon antisémite. Streicher bavait sur les Evangiles, la civilisation chrétienne. L'hag,iographie nationale- socialiste ne voulait pas connaître le calendrier romain, elle proposait à Ja piété des foules le poète-souteneur Horst .IV ess.~l,. " . Des" militants c-atholiques, ' en . 1933-34 ont croupi, aux côtés de communistes, de socialistes, de juifs, dans les bunker des prétoriens du colonel Roehm. La foree Zentriluge Du dieu du Calvaire, Brüning, pourtant, se prétendait le disciple. Faut-il lui pardonner parce que, fourrier de Hitler, il ne savait pas ce qu'il fais'lit ? Cf" serait trop simple. Et d'ailleurs peu importent les intentions. Lorsque Brüning devint chancelier en 1930, il y avait quelque chose de pourri et dans la République de Weimar et dans le Zentrum, puissant parti clérical, dont il était l'une des têtes principales. Sa composition vouait le Zen- Le parti, jouant sur plusieurs tableaux, finit par perdre. Lorsque sonna l'heure, les associés de cet assemblage hybride capitulèrent (,!)mme un seul homme devant le fascisme. Mais le « ca tholique Il von Papen ne s'en trouva pas trop mal, qui reçut de Hitler une bonne place. Il négocia même, au nom de son nouveau maître, un Concordat avec le cardinal Achille Pacelli, plus connu maintenant ' sous le nom de Pie XII. La résistance antinazie du cardinal de Munich, Faulhaber, apparatt, après coup, avec d'autant plus d'éclat que ses collègues observaient un silence complice ou donnaient leur bénédiction à César. ' Aoe CaeatJr! Ce processus de dégradation de la politique social-chrétienne et pontificale en Allemagne n'a ricn d'exceptionnel. Précédent italien : le parti clérical des. Popol'ari, ancêtre de la Democracia Christiania, avait ouvert, avec d'autres, la voie aux Chemises Noires . Mussolini ne vit aucun inconvénient à appeler le jeune de Gasperi dans son , premier ministère. En 1929; les accords Latran aplanirent les différends nui opposaient encore le Saint-Siège et le Duce. Analogie autrichienne: le parti socialiste chrétien de Dollfus avait dég-,énéré en lig-ue mystico-autoritaire avant 1930. ,El'! 1934, une alliance du Sabre hérité des Habsbourg et du LES INDUSTRlES .- DE GUERRE DANS, LA RUHR trum à la décomposition. Hétérog- ène. comme tous les partis frères d'obédience romaine, il groupait, sur la base d'une simple unité confessionnelle,J les Goupillon des chefs de DoUfus écrasa le prolétariat de Vienne. Le jour de l'Anschluss, les archevêques d'Autriche, lQin .de se ~igner devant les soldats de Il leur aura sans doute expliqué le fonctionnement du régime « parlementaire Il de Weimar. C'est édifiant. Le Zentrum tirait son nom du fait qu'il or:cupait le milieu entre la droite et la gauche au Reiçhstag-. Positio't'I , déterminante: das Zuenglein an der Wage, la petite aiguille de la balance. Selon qùe l'aiguille penchait -dans un s'ens ou dans l'autre, la majorité pouvait se faire ou se défairc. Les combinaisons se réalisaient en règ-le g-énérale sur une base tripartite : démocrates, sociaux-démocrates, catholiques, et le Zentrum sut toujours exploiter habilement ses atouts stratégiques' - contre le suffrage universel. Lorsqu'il le jugca bon. ses l(:aders devinrent Chanceliers cl,u Feich. D'abord, Albrecht Wirth, de l'aile gauche, prit la peine de gouverner avec une certa;ne hypocrisie. Mais plus tard, avec Brüning, la bourgeoisie allemande accentua ouvertement son offensive antiouvrière, sans être lâchée, d'ailleurs, par les sociaux - démocrates. Ceux .. ci, soutenus par les catholiques au Landtag- de Prusse, soutinrent' leurs alliés au Reichstag. Dirigeant un « cabinet de la génération de la guerre mondiale Il, le nouveau Chancelier, prégoering-ien, s'était couvert le buste d'une batterie de cuisine adéquate. Avec la camarilla du vieil Hindenbourg- comme toile de fond, l'on imagine le décor. On aurait' pu croire à une farce. Brüning, dont le pouvoir avait encore accru la rudesse, se mit à molester ses subalternes comme un adjudant. Hélas, le drame était en ce~te Allemagne ravagée par la CrIse économique. Le krach de Wall Street avait, en quelque sorte, UI dO~lllé le signal au ' monde capitalIste. Les prophètes idylliques de la période dite de stabilisation avaient bonne mine: le mécontentement, la misère, le chaos s'aggravaient en Allemagne. Décret.-loia, chemise. et caleçon. rie était sérieusement touchée, Brüning ne trouva rien de mieux que d'allouer une do.' tation de 2 milliards de marks aux gros propriétaires fonciers de la Prusse orientale. Beaucoup de banques sau-' taient. Livrées, à la démagogie chauvine des agitateurs nazis , qui dénonçaient seulement le ' retrait des capitaux étrangers; de longues files de petits action.:. Brüning « maintint l'ordre Il. naires stationnaient devant les - Utilisant ce même article 48 de caisses pour réclamer leur arIa Constitution de Weimar qui gent. Brüning s'empressa de allait permettre au « Chance- couvrir le déficit des banquiers, lier " fiitler, après le 30 janvier aoeorda aux capitalistes dans la 1.933, de rég-ner « légalement)1 gêne des subsides en achetant saQS partage, it substitua à un les actions de leurs Konzerns, parlementarisme déjà fort mala- diminua les impôts des riches. de le régime des décrets-lois. Avec l'argent du petit contriToutes choses égales d'ailleurs, buable, il alimentait pendant ce M: Daladier n'annonce-t-il le 10 temps les fonds secrets de la juillet 40 et l'Etat Français? Reichswehr dont les officines (Petit détail en passant : en antisoviétiques travaillaient en 1933, le Gouvernement étant en collaboration avec les services proie à de grosses difficultés fi- secrets aUiés. nancières, M. Daladier s'était D'étrange~ pcrsonnages, mi[montré extrêmernent séduit par liardaires ou espions, s'agila pratique des décrets-lois dans taient dans l'ombre', des émisla République de Weimar agoni- saires trotzkistes arrivaient à sante.) Berlin, et le Zentrum prenait Les unes après les autres, les sa nourriture spirituelle dans un libertés démocratiques furent équivalent du journal « La vidées de tout contenu. Les or- Croix ", qui ne s'appelait pas ganisations ouvrières étaient « Das Kreuz ", mais « Germabrimées ou dissoutes, leurs jour- nia Il. naux suspendus, les grèves du- A Germania, gendarme de rement réprimées. La police dis- l'Europe contre le bolchevisme, persait des meetings communis- que n'allait-on pas permettre? tes, tirait sur des manifestants Déjà, par delà la I( bataille des promis à des .tribunaux d'excep- débouchés ", Krupp, Thyssen, tion. Mais les sections d'assaut l'industrie lourde se préparaient s'approvisionnaient impunément au réarmement massif. à la dans les arsenaux de l'Etat et guerre .... ,lorsqu'elles pillaient des boutiques juive.s et tentaient un po- Apr~. le. incendie. 'grome, lforçe oe restait jamais à la loi. ~ , ' ., . Lorsque Brüning- rentra dans Les salaires tombaient sans le rang-. tout était devenu pire. cesse, et le gouvernement préle- En ~931, -eri 1~32, la surenchè~e vait sur les salaires pour ali- faSCiste. a~r~lIrableme~t servie menter les fonds d'assurance~ . . p~r s~ PQhtlq,ue, _ av~lt ,donné sociales. Cependant, '11 réduisait d éno.r..ihes résultat~ ?ans les les assurances , d'invalidité .. et de scrutms. . Les h~sltatlOn.s d~s maladie. Par centaines de mil- gros reqUl~s de 1 éCOnO!llle ~lIeliers, les travailleurs étaient je- mande étalent levé~s, ds mlsè..: tés à la rue. Brüning diminua ren.~ ~ fond sur Hitler. Certes, 'les allocations de chômag-e et BruOln~, que.lqu:, temps avant radia 'Complètement les jeunes et d.e partir, avait du, sous, la pre~les femmes des listes de secou- sion des !orces. de gauche, SIrus. . g-ner la dissolutIOn des S.A. et Il envoyait beaucoup de ses victimç'i manger à la soupe populaire du N .S.A.D.P. et se faire habiller dans les mag-asins de chemises et de bottes des S·A. Il faut dire à sa décharg-e que son règne provoqua d 'autres oonséquences vestimentaires. C'est sous Brüning que s'eng-ag- ea cette offensive des pudibonds qui finitent par trouver un remède à la licence des moeurs en réglementant la lon- . gueur des caleçons de plage. ' Comment on devient , gendarme de l'Euro"e Brüning pouvait toujours compter sur quelques pédants du S.P.D. qui n'avarent pas leur parei,l pour justifier, dans un jargon pseudo-marxiste, les pires tyrannies économiques. En janvier 1932, il décréta une réduction générale de 10 % SUr les salaires; les traitements ' et les allocations; et des sociaux-démocrates, avec une erreur de 8 %, pronostiquèrent une baisse correspondante sur les prix intéressant les masses. La crise de l'agriculture se traduisait par un effondrement des prix qui, bien entendu, ne profitait à personne. Alors que la petite, et moyenne paysannedes S.S. Mais ce n'était qu'un décret sur le papier pour sauver la face « in extremis ». Von Papen, mis en selle par lui, se laissa faire une douce Violence pour rapporter la dissolution théorique. On sait toute la suite et comment, après l'incendie du Reichstag-, Brüning- donna le de rnier coup de pouce au trio~-' phe nazi : sans les voix des députés du Zentrum, Hitler n'aurait pas obtenu les pleins pouvoirs. Il est naturel que ce fOSSO\Eur qui n'a rien appris, rien oul'lié" n'ait pas voulu pour toujours, Sage de Boston, retourner il ses chères études. L'on savait (lue. depuis la débâcle de Hitler, il fréquentait assidûment les coulisses de la politique américaine. Mais l'Juel symbple que son retour à l'heure où le g-énéral Clay prép3re un gouvernement militaire tripartite, à l'heure ou l'Etat de l'Allemagne de l'Ouest prend forme au milieu d'une recrudescence d'antisémitisme! Coupez en deux! Marshall commande, Brüning obéit. Il s'agit, conformément à des objectifs économiques, politiques et stratégiques bien connus, de détruire définitivement le$ accords de Potsdam. (Suite pages Ci et 1.)

Notes

<references />

Format JPEG