Droit et Liberté n°157 - juillet 1956

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°157 (261)de Juillet 1956
    • Eclatant succès de la 8éme journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix par Albert Levy page1
    • Le rapport de Charles Palant: antiracistes, agissons tous ensemble! page2
    • Interventions de Pr Baudiffier, Mme Elia Perroy, Pr pierre Vilar, Mme Chevalier, Me Saint-Cyr, Yves Jouffa, A. Dymenstajn, M. Bon, M. Come-Corneille, Dr Leibovici, Henry Bulawko, M. Bercovici, Felix Brun, Dr Scherr, gal Joinville, Maxa Nordau, Emile Kahn, Pdt Lyon-Caen, Jean Schaeffer, Me Jacquier, page2,3,4
    • Me André Haas: il faut sauver Morton Sobell page5
    • Appel à tous les gens de coeur page5
    • Pour l'union des antiracistes par Charles Palant page7
    • Messages de l'étranger page7
    • Au procés des dix de Drancy, Poujade, démasqué, recourt à la procédure page8
    • Assez de rafles au faciès! page8
    • Aux cris de "mort aux youpins", un criminet raciste poignarde un jeune artiste à Saint-Germain-des-prés page8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 157 (261) 12 JUILLET 1956 30 FRANCS ÉCLATANT SUCCÈS DE LA se JOURNÊE NATIONALE CONTR[ L( RACISM[, L'ANTISfMITISM( I:T POUR LA rAil Plus de 1.500 délégués réunis à la Mutualité, d'éminentes~ u personnalités r e pré sen tan t t 0 us 1 es cou ra n ts philosophiques, politiques et sociaux ont proclamé la volonté du peuple français de défendre contre les menées factieuses les principes républicains, les Droits de l'Homme et la pai•x PLUSIEURS dizaines d'éminentes personnalités, ex'primant tous les aspects, tous les courants de la vie nationale, 1.500 délégués de toute la France, réunis à la Mutualité, en dépit de leurs divergences politiques, religieuses, philosophiques, en dépit de leurs différences de race, d'origine, de milieu social, ont trouvé un langage commun pour condamner l'antisémitisme et le racisme. Cette exaltante confirmation de l'attachement de notre peuple à ses traditions républicaines, à sa vocation humaniste, le M.R.A.P. a le mérite d'en avoir été l'instigateur, cette année encore, pour la huitième fols. Et il suffit de lire la liste des Interventions et des messages pour constate'r l'ampleur sans précédent du mouvement antiraciste qui s'est manifesté, le 10 Juin, à la Journée Nationale. Alors que les factieux, forts du drame algérien, tentent d'exciter plus que jamais les passions et les haines les piUS néfastes, il faliait que cette preuve fût donnée: le racisme, chez nous, se heurte et se heurte'ra au barrage toujours plus puissant des gens de coeur, unis et résolus. Que les Poujade, les Tixier-Vlgnancour et leurs complices se le tiennent pour dit! LA Journée Nationale n'a pas été marquée seulement par des proclamations, si Im,portantes solentelies. En séance plénière comme en commissions, les délégués ont débattu longuement de la lutte antiraciste et des questions qui, de près ou de loin, s'y rapportent. Des points de vue très divers furent entendus, en raison même de la diversité des participants. Mals, grâce à la bonne volonté, au sens des responsabilités montrés par tous, c'est à l'unanimité que furent adoptées les résolutions. Loin d'être des voeux pieux, ces résolutions constituent des engagements, et le M.R.A.P., pour sa part, veillera à leur exécution. Elies font aux antiracistes un devoir d'oeuvrer, dans le cadre qui leur est propre, à une solution pacifique du problème algérien et à la sauvegarde de la paix au Moyen-Orient; d'intervenir auprès des pouvoirs publics pour que soit enfin punie et empêchée la propagande ,raciste et antisémite; elles soulignent le rôle de l'éducation dans le combat pour la fraternité des hommes et préconisent, dans ce domaine, une série de mesures concrètes; elles posent enfin au premier plan de nos préoccupations l'unité d'action déS antiracistes. LA Journée Nationale a montré une nouvelle fols, avec quel éclat! que pour le M.R.A.P., l'union n'est ,pas un mot vld~ de sens. Cela suppose que sans conditions préalables et dans le respect des convictions de tous, chacun puisse aborder librement les sujets qui lui semblent devoir être posés pour améliorer et amplifier l'action commune contre les discriminations, les préjugés, les propagandes de haine. Cela suppose qu'II soit ,tenu compte, dans la décision finale, des diverses propositions émises, dans la mesure, évidemment, où elles sont Inspirées par des préoccupations antiracistes. L'Inquiétante agitation des racistes et des antisémites exige aujourd'hui de tous les républicains que, sur la base de tels 'Principes, ils s'unissent et agissent en commun. Pour avoir démontré une nouvelle fols que cela est possible, et défini, à !travers une discussion approfondie, un programme 'd'action acceptable par tous les gens de coeur, la Journée Nationale porte en elle, incontestablement, ' l'espoir de nouveaux progrès, de nouveaux succès dans le combat Indispensable contre les factieux, pour le triomphe des principes républicains, de la fraternité et de la paix. Albert LEVY. 2 DROIT ET LIBERTE La Be Journée Nationale Le rapport de Charles ~ PAtANT Secrétaire généra' du M.R.A.P. Antiracistes, tous enseolble! contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix agi• ssons « La tenue de cette Journée Nationale, l'action permanente de notre Mouvement s'inspirent des traditions nationales, de la légalité nationale, de l'intérêt national le plus notoire », commence Charles P ALANT, secrétaire général du M.R.A.P. LE RACISME NE PASSERA PAS! Soulignant l'importance de ces assises antiracistes où « la France fraternelle et antiraciste s'unit dans la diversité de ses courants politiques, philosophiques, reli- Les messages .•• Claude AVELINE Ecrivain Le racisme demeure la honte majeure du monde. JI pourrit. tous les problèmes, suscit.e la haine, exaspère la révolte, provoque sans cesse plus de malheurs et réclame pius de sang. Nous en avons encore de nouveaux exemples. Comment cesserions-nous une lutte nécessaire si nous vouIons que l'humanité ne se d~shonore pas à jamais. Henry TORRES Sénateur Que ce bref message vous atteste que Je suis de coeur et de pensée avec vous. Depuis la Libération, Il n'a lamais été plus urgent. d'éveiller ou de réveiller dans notre pays le vieil esprit dreyfusard. J. RAPHAEL-LEYGUES Conseiller de ['Union Française Malheureusement Je serai dans le Lot.-et-Garonne le 10 Juin, et je suis absolument navré de ne ,pas être des v6tres pendant cette journée contre l'antisémitisme. .le vous dis tous mes plus vifs regrets et vous prie de vouloir bien m'en excuser. Etienne NOUVEAU Vice-Président de ['Union Française des Anciens Combattants .le tiens à vous faire connaltre que Je suis, aujourd'hui comme hier, tout à fait sympathisant à votre Mouvement dont J'apprécie les buts élevée. Alioune DIOP Directeur de {{ Présence Africaine » " me paraft opportun de rappeler qu'une action contre le -racisme se doit naturellement d'être contre le colonialisme. " n'y a pas, en effet, de source plus féconde de passions racistes que cette Institution qui s'appelle la colonisation. Toute société coloniale admet, de par ses institutions, ses lois et ses gouvernements, que la Justice « légale » consacre la supériorité ou l'inf~riorité d'une race ... JI faut oser considérer publiquement la colonisation comme la source la plus riche d'humiliations et de conflits raciaux. Tout antiraciste est contre la colonisation, en ce 20' siècle, ou n'est pas sincère. Pasteur André DUMAS Souhaitant que le racisme soit toujours combattu, le vous prie de croire à mon sympathique attachement. Dr P. WERTHEIMER Professeur à la Faculté de Médecine de Lyon .le tiens à vous déclarer que Je m'associe pleinement. à la manifestation du 10 Juin, ainsi qu'à l'esprit qui anime ses promoteurs. Les temps présents et les périls de l'avenir font de ce rassemblement une Impérieuse nécessité,. gieux et sociaux », il salue « les hommes et les femmes, travailleurs et intellectuels qui, s'unissant partout à travers le pays, ont, ces derniers mois, vigoureusement réagi et infligé aux racistes de sévères échecs, les chassant de leurs cités et de leurs quartiers, rendant ainsi presque impOSSibles les rassemblements factieux des hommes de Poujade et de ses alliés, réaffirmant ainsi courageusement que le peuple français n'est pas raciste et que, chez nous, quoi qu'il advienne, ({ le racisme ne passera pas! » LE; PRIX DE LA FRATERNITE Il exprime aussi {( notre reconnaissance aux penseurs, écrivains et artistes qui, chaque année, créent des oeuvres de noble et généreuse inspiration, exaltant la CONTRE POUJADE ET SES COMPLICES .•• Dénonçant avec vigueur les menées poujadistes, Charles Palant souligne « la démagogie sans limite de Poujade, la faconde avec laquelle il réussit à tromper, à usurper la volonté de certaines couches de la population, animées d'un légitime souci de justice et de mieux-être ». Et le rapporteur insiste sur la nécessité pour les àntiracistes de s'unir afin de taire face à ces menaces, « s'unir par delà les préjugés, sans sectarisme ni exclusive contre quiconque ». « L'union, déclare-t-il, devint, après le 2 janvier, l'exigence de tous les antiracistes et cette exigence s'exprima avec tant de force et dans des milieux si di-' vers qu'il devint possible d'établir des contacts fructueux avec diverses organisations, et notamment avec la L.I.C.A. et le Congrès Juif Mondial. fier d'en être l'initiateur infatigable depuis huit ans, il n'est fait condition à personne d'adhérer au M.R.A.P. pour y participer, pas plus que nul n'est tenu de souscrire à tous les aspects de notre lutte », précise le rapporteur, qui ajoute: « Il est, croyons-nous, peu d'exemples de démocratie aussi audacieuse que celle de notre Mouvement, se livrant chaque année à son examen de conscience, non pas dans le cadre limité d'un congrès ouvert à ses seuls adhérents, mais, ici, au grand jour, dans le cadre d'une Journée Nationale qui est celle de tous les antiracistes, à quelque opinion, à quelque organisation qu'ils appartiennent et quel que soit le sujet qu'ils désirent aborder. » PARTOUT DANS LE MONDE ••• Examinant encore divers aspects des problèmes qui se posent aux Le président L YON·CAEN prononce l'allocution d'ouverture. On reClmnait notamment à la tribune: Mme Ella PERROY, M. STAMFATER, le Dr DANOWSKI. fraternité et l'amitié entre · les hommes et les peuples, sans distinction d'origine, de race et de religion. » C'est pour encourager de telles créations que la 7' Journée Nationale, rappelle Charles Palant, a décidé la création d'un Prix de la Fraternité qui a été décerné, cette année pour la première fois, à Christian-Jaque, pour son film « Si tous les gars du monde.,. ». LE DRAME ALGERIEN « C'est ainsi que fut organisé le meeting du 9 mars, dans cette même salle, à l'appel du M.R. A.P. et de la L.I.C.A. « DepuiS des années, le M.R. A.P. n'avait ménagé aucun effort pour unir l'action de tous les antiracistes... » UN EXEMPLE DE DEMOCRATIE Quant à la Journée Nationale, « si le M.R.A.P. est à juste titre -antiracistes, Charles Palant déclare: {( Il nous faut, aujourd'hui, déplorer que dans des pays dont les structures, la Constitution et les lois condamnent sans retour toute discrimination raciale, des actes graves ayant coo.té la vie à des innocents aient pu être commis. Notre émotion est grande, elle est à la mesure de la vive reconnaissance, profondément ancrée dans nos coeurs, que nous portons aux peuples de ces pays pour les immenses sacrifices qu'ils ont consentis dans la lutte héroïque qui permit d'abattre la monstrueuse tyrannie nazie, sacrifiees sans lesquels l'Europe et le monde auraient peut-être connu des siècles durant le poids de l'oppression hitlérienne. « Et c'est notre satisfaction et notre espérance que, des profondeurs de ces peuples, des hommes au courage lucide, demeurés fidèles à la lettre et à l'esprit des principes auxquels se réfèrent leur idéologie et leur légalité. aient entrepris la réhabilitation des victimes injustement frappées et la réparation des torts commis. « Notre voeu, partagé par tous les antiracistes, est que cet exemple soit bientôt repris partout et dans tous les pays où des innocents ont été martyrisés, où des hommes souffrent encore, où des orphelins attendent, à défaut d'une caresse maternelle qui ne renaîtra pas, que l'honneur soit rendu au nom glorieux de leurs malheureux parents. » AGISSONS TOUS ENSEMBLE 1 Et Charles Palant conclut: « Amis antiracistes, la lutte que nous menons doit être marquée d'une intransigeante vigilance. « Rien du passé ne doit être oublié, mais notre lutte est tout entière tournée vers l'avenir. ({ L'avenir est fait d'espérance humaine, dont nulle époque ne fut aussi riche que la nôtre ... ({ L'inlassable combat que nous poursuivons, depuiS des années, contre les préjugés de race, de couleur, de religion, contribue, nous en sommes so.rs, au raffermissement de la paix et de 'l'amitié entre les peuples. « Unissons-nous, antiracistes, combattants de la fraternité! » Abordant le problème algérien, qui « nécessite de notre part, comme antiracistes, une particulière vigilance », le rapporteur déclare: Le professeur BAUDIFFIER (Strasbourg) : «Un réveil brutal ... » Le professeur BAUDIFFIER, président de la section du M .R. A.P. de Strasbourg, qui préside la première séance de l'aprèsmidi, se félicite de l'union réalisée dans cette ville, « union basée sur la bonne volonté et les concessions réciproques, entre gens d'opinions politiques diverses ». {{ En Alsace, déclare l'orateur, le poujadisme peut paraître insignifiant. Mais il y a des poujadistes camouflés qui - tels les hitlériens de la dernière heure - rejOindraient vite le mouvement s'il semblait devoir triompher malgré nous ... « Voilà pourquoi, conclut-il, se sont constitués à Strasbourg un Comité de vigilance républicaine et une section du M.R.A.P. qui agissent confraternellement. Voilà pourquoi nous nous sommes unis. Ce que nous venons de faire il Strasbourg, c'est ce que nous désirerions voir se produire partout ... » « Comment ne pas dire l'inquiétude des antiracistes, alors que les hommes de Poujade, de Tixier-Vignancour et Xavier Vallat exploitent le drame algérien comme une sorte de ban d'essai du fascisme et du racisme le plus outrancier. C'est à la faveur du drame algérien que ces hommes espèrent assouvir leur soif de revanche contre la République et ses institutions démocratiques ... » Si certains se sont désintéressés des affaires publiques, si la vigilance a baissé, « un réveil brutal » est survenu. « Hier c'était Hitler, aujourd'hui Poujade ». « Il y a aussi de braves gens qui ont des préjugéS raciaux parce que, de 40 à 45, la propagande nazie a réussi à faire pénétrer ,.--------------- quelques slogans bien faits et néfastes, qu'on n'a pas suffisamment combattus depuiS. » Et Charles Palant, après avoir cité différents appels racistes et bellicistes lancés par Poujade et ses complices, s'écrie: « Notre exigence est une exigence de paix, par une patiente recherche de la solution pacifique du problème, car l'aggravation du drame algérien renforce les préjugés, les incompréhensions et les haines qui, contraires aux généreuses traditions de notre pays, ne peuvent que compromettre l'amitié qui doit l'unir aux peuples' d'outre-mer. » Elia PERROY· «Que s'unissent les forces de bonne volonté» Mme Elia PERROY, mandatée par le groupe « Coopération ), groupe d'étude et d'action nordafricaine, souligne, au début de son intervention, que « l'heure est grave; le péril poujadiste, le péril raciste, le péril antisémite sont au-dessus de nos têtes et Vne heureuse Initiative: Le Ciné-Club AMITIÉ Intervenant au nom du cinéclub antiraciste « Amitié », ({ créé le 6 décembre 1955 par l'initiative de jeunes antiracistes de toutes opinions », notre ami Albert Borows7d, souligne que « le cinéma, moyen d'expression universel, doit être un art au service des idées qui exaltent l'amitié, l'entente entre les hommes, comme l'a fait l'oeuvre magnifique de Christian-Jaque, ({ Si tous les gars du monde... ». ({ C'est dans cet esprit, indiquet- il, que le ciné-club ({ Amitié» a projeté des films tels que « La vie d'Emile Zola », traitant de l'affaire Dreyfus; ({ La P ... respectueuse », montrant un aspect du prOblème noir aux U.S.A. ; ({ La montagne est verte », sur l'action de Victor Schoelcher, et récemment « Crossfire ». Enumérant les éminentes personnalités du cinéma qui apportent leur concours au ciné-club « Amitié », l'orateur appelle tous les antiracistes à soutenir cette belle initiative « pour défendre efficacement les idéaux d'égalité entre les hommes et entre les peuples ». nous ne pouvons guère penser à cette gravité de l'heure sans songer en même temps que nous sommes en guerre ». « Une guerre sévit, en effet, actuellement, poursuit-elle. Il faut l'appeler par son nom, une guerre que l'on veut nous faire croire pacificatrice et qui est cause, nous le savons, de terribles misères, de terribles violences, de terribles injustices, qui est cause aussi, nous le savons également, que des deux côtés des innocents perdent la vie. Je crois que nous ne devons pas nous leurrer; nous devons savoir que cette guerre est une guerre raciste. » Mme Elia Perroy cite le carnet de route d'un jeune rappelé catholique, éclairant d'un jour cruel le drame algérien, et conclut: ({ Nous devons faire en sorte qu'en face des forces de guerre s'unissent les forces de bonne volonté, celles qui veulent la paix, qui veulent, Français, Arabes, hommes de couleur, hommes blancs ou noirs, vivre enfin dans une humanité plus belle, plus vraie, et construire un monde où enfin il fera bon vivre. » MARSEILLE carrefour des races ({ Marseille n'est pas seulement la ({ Porte de l'Orient». C'est aussi le carrefour de toutes les civilisations, de toutes les races. On y trouve, côte à côte, plus de 15.000 Algériens, 3.000 travailleurs d'Afrique noire, Vietnamiens, Marocains, Tunisiens, etc... » Ainsi débute notre ami MARTER, de la section marseillaise du M.R.A.P., qui SOUligne l'importance de la lutte antiraciste dan8 cette région où « il ne se passe guère de jour sans que des hommes, dans les rues, sur les chantiers ou sur les navires, ne soient bafoués, dénigrés, meurtris il cause de leur origine ou de leur religion ». Il dénonce les menées des poujadistes, partiCUlièrement actifs à Marseille, qui éditent un journal régional: « Vigilance », et qui se sont livrés ces derniers mois à diverses provocations. Mais l'union des républicains le8 a fait chaque fois reculer et, le 13 mai, ils n'ont pas pu manifester sur la Canebière comme ils l'avaient prévu. « La population de Provence n'est pas raciste, conclut-il; aussi sommes-nous certains que notre Juste et noble cause l'emportera. » DAoli' È" LIBERTE pout une lléJagogie antitaeiste 1 La Be Journée Nalionale Le professeur Pierre VILAR: contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix pout un tlg-ad.. u8fUel Je toutes d..u eud..tutes .: •• Justice et vérité coinciden Il 1 Le , . t'emolgnage « 3. Reconnaissons nos fautes; sachons citer ces textes de jugements où des hommes furent condamnés « parce que, d'après leur physique, ils paraissaient être nés pour la piraterie et la rébellion » ... « 4. Ne laissons pas s'établir, sous prétexte d'Europe et d'Occi « Il n'y a aucune contradiction, conclut le professeur Vilar, entre la science historique honnêtement pratiquée et la lutte pour la paix, contre le racisme. Sachons utiliser puissamment cette parfaite coïncidence de la justice et de la vérité. » d'une institutrice malgache Mlle Justine RANIVOSOA. institutrice malgache, dit sa joie de voir confirmé par la Journée Nationale, le fait « que le peuple français est foncièrement antiraciste ». Mals elle constate que le système appliqué. à Madagascar, notamment dans le domaine de l'enseignement, « ne s'accorde point avec l'esprit universaliste de la France. » « L'élève malgache, préciseSoulignant que, « dans leur ensemble, les savant sont honnêtes et les éducateurs de bonne volonté », M. Pierre VILAR, directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes, déclare que les uns et les autres n'ont pas ({ dans les déchaînements racistes de grandes responsabilités positives ». Mais il en est de négatives. « A la propagande de l'erreur, ont-ils assez opposé la propagande de vérité? » dent, de nouvelles solidarités, der----------- ----------, t-elle, est déraciné de son milieu Sans formuler un programme complet d'action pédagogique contre les survivances racistes du passé, il énonce ({ quelques principes, quelques précautions » qui peuvent se résumer ainsi: ({ 1. Chassons de nos manuels ces formules où Madagascar - ({ la forme, la couleur et la fertilité de la brique » - se serait couverte de cultures, d'écoles et d'hôpitaux à la seule apparition du premier Français. « 2. Connaissons mieux les civilisations, souvent millénaires, des pays que nous n'avons soumis que par une technique supérieure des armes ... Mme CHEVALIER (Union Française Universitaire) , // Pour moi qui ai vu flamber les crématoires ... " nouveaux chauvinismes ... « 5. Renàons-nous compte que toute atténuation dans l'évoca, tion historique des brutalités de la guerre et de la colonisation, loin d'être un moyen de lutter contre l'esprit de brutalité et l'esprit de guerre, voile les réalités et favorise les complexes de supériorité, de domination de « l'homme blanc », son plus grand péché. « 6. Dans l'ordre même de l'histoire européenne, ne croyons pas de notre devoir, sous prétexte d'objectivité et d'apaisement, de passer l'éponge sur les horreurs hitlériennes. la résolution sur l'enseignement CONVAINCUS que l'enseignement joue un rôle prépondérant dans la formation de l'enfant; que l'lnselgnement peut et doit cultiver chez l'enfant son attitude naturellement fraternelle vis-à-vis de ses frères de contrées différentes; que l'enseignement ne doit pas être raciste, mals que, par contre, Il est par sa nature un instrument de choix pour combattre le, racisme; que l'enseignement dans les territoires d'outre-me'r doit tenir compte dos langues et des particularités locales, les délégués à la 8" JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RACISME. L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX font, sul' proposition da la Commission pédagogique, les suggest.lons suivantes: 1. Les rapports présentés par Mme CHEVALIER, de l'Union Fl'ançalse Universitaire, et M. Pierre VILAR, professeul' à la Sorbonne, seront édités dans les délais los plus rapides; 2. Ces rapports seront soumis aux enseignants et à leurs syndicats; 3. Ces rapports seront, d'autre part. portés pa'r une délégation à la connaissance' du recteur de l'Unlverslt~ et du ministre de l'Education nationale; 4. Une commission de l'Enseignement sera créée auprès du M.R.A.P. en .,.ua d'étudier les moyens d'action les plus efficaces pour promouvoll' un enseignement antiraciste; 6. En octobre 1956 sel'a éonvoquée une conférence des enseignants, qui aura pour tâche d'examlnel' le problème de la IlAtte antiraciste dans le domaine de l'éducation en France et dans les tel'rltolres d'outre-mel'. Paris, 'Ie 10 juin 1968. naturel par une série de mesures Injustes... La langue malgache est reléguée au second plan ... L'histoire et I.a géographie de Madagascar ne sont enseignées qu'en fonction de la colonisation et de l'ex'ploltatlon. Les livres de sciences sont les mêmes qu'en France, ce qui est contraire aux règles pédagogiques, qui veulent que l'esprit d'observation de l'enfant s'exerce dans le milieu qui l'environne, à partir de faits quotidiens qu'il peut contr9Jer ... » « Non que nous méprisions la culture et la civilisation française! poursuit Mlle Ranivosoa. Bien au contraire, nous les admirons profondément dans ce qu'elles ont d'humain et d'universel ... « ".ous demandons, conclut- - elle, que soient remis à leur digne ~Iace dans nos écoles l'enseignement en langue malgache, l'en~ oillr.ement par des manuels c.Clades appropriés au milieu, ' sOI.ltJiynement de notre langue, 'e r.c Lro histoire et de notre lI olira,:;hie. Ainsi seulement sera ~ u "slble le libre et complet épaI\ culssilment. !le l'enfant. » Les messages ... Marcel COHEN Professeur à la Sorbonne « Il est naturel, pour les universitaires que nous sommes, de ne jamais séparer nos responsabilités d'éducateurs de nos responsabilités civiques », déclare Mme Jeanne Chevalier, déléguée de l'Union Française Universitaire. Et elle poursuit: • « ... pour moi qui, il n'y a pas si longtemps, voyais flamber des crématoires, je pense que si l'éducateur doit former l'esprit critique, l'esprit de justice, de fraternité, il ne doit pas laisser détériorer son oeuvre vive, afin qu'elle reste capable d'empêcher l'extermination des hommes et de concourir à. élaborer une société meilleure.. . » Me SAINT·CYR: Défendre // Droit et Liberté" ... Vous avez bien raison de penser que c'est dès l'enfance qu'II faut lutter contre le racisme, malheureusement armé de longues hérédités et s'exprimant sou vent de manières Insconsclentes et sou'rnolses. Elle insiste également sur le choix des textes: ({ Il faut que les textes commentent, exaltent la dignité, l'amitié entre les hommes divers, l'originalité créatrice de chaque peuple, de chaque culture, toutes les cultures étant valables. » Soulignant le rôle joué par les éducateurs et les savants français dans la lutte contre l'occupant nazi, Mme Chevalier conclut: « Ils ont pris et prendront position pour briser le fascisme, le racisme et l'antisémitisme renaissants, qui ont toujours fait partie de l'arsenal idéologique des forces agressives. » M'André SAINT-CYR, membre du Bureau National du M.R.A.P., constate que « si, au lendemain de la guerre, on a pu enregistrer une certaine unité dans la pudeur de la presse française, la multitude des feuilles qui habillent aujourd'hui nos kiosques est là pour témoigner de la fragilité de cette unité, de la nostalgie de cette pudeur ». Dénonçant les menées raclste's et fascistes contre le régime republicain, il souligne que « DROIT ET LIBERTE », contre cette profanation, n'a · pas hésité à lancer un appel à tous les républicains afin de démasquer ceux qui osent parler au nom de je ne sais quelle « fraternité française ». Et il énumère les grandes campagnes menées ces derniers temps pal' notre Journal. « Toutes les fois qu'en France ou hors de France, s"écrle-t-il, la justice a pu varier suivant la race à laquelle on appartient, Me Yves JOUFFA : « Il faut agir! » M' Yves JOUFF A apporte à la Journée Nationale le salut de la Nouvelle Gauche. « La lutte contre le racisme, contre l'antisémitisme, pour la paix est notre lutte, déclaret- il. Comment la concevonsnous? Par l'union... » « Il y a, poursuit-il, une tendance irrésistible qui pousse les masses, les militants à s'unir, pour triompher de nos ennemis. André SPIRE Ecrivain Je tiens à vous dire que Je reste d'accord avec le M.R.A.P. dans sa lutte contre le racisme et l'antlsém.ltlsme, et tout ce qui se dresse contre les grands principes d'égalité et de fraternité affirmés par la Déclaration des Droits de l'Homme ... Mais l'union pour l'union est un leurre: elle n'a de sens que dans l'action. . .« Contre les forces puissantes qui s'opposent à. la réalisation d'un monde pacifique, unissonsnous donc et agissons. » DROIT ET LIBERTE n'a pas manqué d'élever de véhémentes protestations. » négligences qui sont autant d'armes laissées trop légèrement à nos adversaires. » . « rité Que nous soyons une majod'antiracistes en France, « Il ne nous suffit pas de savoir, déclare André Saint-Cyr, que DROIT ET LIBERTE existe. Il faut encore le faire savoir à tous ceux qui pensent comme nous et qu'ils ont, eux aussi, un porte-parole, et que nos colonnes ieur sont ouvertes pour dénoncer tous les attentats qu'ils savent avoir été perpétrés contre la dignité humaine. » « Quoi! les hommes de « RIvarol » et de « Fraternité Française » ont encore le souffle et l'audace de nous edresser leure; torchons 1 poursuit-il, cela est sûr. Mais notre angoisse, le danger, viennent de ce que, malgré ceLLe majùrité, une presse raciste distille à des milliers d'exemplaires des solutions de haine, de mensonge, de discorde. Le danger, c'est que malgré cette majorité, notre presse est minoritaire, quand elle n'est pas :out simplement défi ciI. oire. Elle l'est en raison de nos « Il ne su l "it pas de le leur 1 envoyer. [l rtullS appartient de l'épandre plus encore nos idées salvatrices. J.l est des sauvetages nécessaires... » « La diffusion de DROIT ET LIBER1'E, conclut-II, doit être à la mesure de la très grande audience que nous savons qu'elle peut avoir, en France et hors de France ... DROIT ET LIBERTE, ce n'est pas un titre ni un slogan choisi au hasard, c'est un programme que nous devons, partout, fairr triompher! »

.

AMIS LECTEURS " est du plus haut Intérêt que de nombreux antiracistes prennent connaissance des débats et des décisions de la 8e Journée Nationale. La diffusion du présent numéro de « Droit et Liberté », qui rend compte de cette importante manifestation, doit donc être ,particulièrement large. Amis lecteurs, qui approuvez notre action, vous pouvez, vous devez faire quelque chose pour l'amplifier. Faites lire autour de vous « Droit et Liberté ». Emportez-' en quelques exemplaires en vacances pour le faire, connaître à des amis. Envoyez-nous des adresses de p&l'sonnes qui liraient volontiers notre journal ou qui pourraient être éclairées par lui. Recueillez des abonnements de 3 mois (100 francs) ou d'un an (300 francs). N'oubliez !as que chaque nouveau lecteur contribue au renforcement de notre commun combat. (ADRESSEZ LES FONDS A « DROIT ET LIBERTE », 91, FAUBOURG SAINT-DENIS, PARIS (100). C. C. P. 6070-98, PARIS.) ... A cet. effet, en ce qui concerne l'Instruction en général et la fOl'mation des maîtres en particulier, il faut viser à élevel' et élargir la culture, en montrant dans l'enseignement historique, littéraire et artistique, l'apport de tous les peuples à l'ensemble de la civilisation. J. FONLUPT-ESPERABER Conseiller d'Etat « ... Nous pouvions espérer que le ret.our à une abjecte propagande nous lierait épargné et qu'ainsi les crimes de 1940- 1944 auraient du moins pour effet de nous libérer de cette honte. « Puisque cet espoir - lui aussI - a étÉ) déçu, Il faut du moins que ceux qui croient à la liberté et au l'espect de l'homme serrent. leu'rs, rangs. » René MARAN Prix Goncourt Je suis contre le colonialisme, contre l'antisémitisme, en bref contre le racisme. Que puis-je vous dire de ,pius pour vous dire que Je suis de tout coeur avec vous? Jacques CHAPE;LON Professeur honoraIre à l'Ecole Polytechnique SI J'avals été à Paris, l'aurais été heureux d'être avec vous pour flétrir cette honte de l'h umanlté, qu'est le racisme, quelque forme qu'il prenne, et en particulier la forme de l'antisémitisme. Marcel PRENANT Professeur à la Sorbonne Je sens l'Importance particulière d'une telle manifestation dans les circonstances actuelles. Je ne pourrai cependant pas être présent, à mon grand regret. cal' Je quitte Paris pour deux ou trois jours. Je vous prie de m'excuser et de croire à tous mes voeux pour le succès de cette Journée. " La Be Journée Nalionale . . contre le raCiSme, l'antisémitisme et pour la paix Les messages .•• Le Gé.néral JOINVILLE Député de la Seine Mme S. CREMIEUX Conseiller de l'Union Française Vous savez mon attachement à la cause que vous défendez. Les atteintes profondes actuelles aux principes républicains impliquent une énergie chaque jour plus grande. C'est. pourquoi, de tout mon coeur et de toutes mes ' forces, vous savez que ie vous aiderai, car en défendant votre Mouvement, c'est l'avenir même du 'p'ays et de nos libertés républicaines que nous défendons. Mme EBOUE-TELL Conseiller de l'Union Française J'ai beaucoup de, regret de ne pou voir être des vôtres le 10, étant retenue par ailleurs ce jour-là. Je vous souhaite plein succès et vous assure de ma sympathie. Henri RIVIEREZ Sénateur Je vous remercie de m'avoir convié à la Journée contre le racisme, le 10 juin. Malheureusement je serai· absent de Paris ce jour-là et vous prie de m'ex~ cuser. Inutile de vous dire que Je partage les idéaux proclamés dans votre appel, sans qu'il soit question de politique. Jean PERIDIER Sénateur Obligé d'assister. le 10 juin, au Conseil National de mon Parti, il. ne me sera pas possible de répondre à votre Invl~ tation. Croyez bien que Je le regrette et je vous demande de bien vouloir m'excuser. Il est bien entendu que je vous autorise à. utiliser mon nom pour l'appel que vous avez lancé à, l'occasion de cette réunion. Auguste GILLOT Maire de Saint-Denis Membre du Conseil National de la Résistance Je tiens à vous exprimer l'accord le plus entier de la Municipalité de Saint-Denis pour la cause que vous défendez. Je suis persuadé que la Journée Nationale QU 10 juin c:ontrlbuera beaucoup à faire reculer J'agitation antisémite et ,raciste, et à faire connaître les véritables sentiments du peuple français sur ces problèmes. Georges DARDEL Maire de Puteaux Conseiller général de la Seine J 'aurais bien voulu assister à cette manifestation, mais malheureusement je serais absent de Paris à cette date et, dans ces conditions, je vous prie de bien vouloir m'excuser. Toutefois je vous indique que je marque mon c:omplet accord sur l'appel qui accompagnait votre lettre. Abbé Pierre MAMET JI était de mon devoir de prêtre de participer à la 8" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme, mals je serai absent de Paris à cette date; je dois quitter la capitale demain, il m'est impossible de faire autrement; aussi, je' vous demanderais de ne pas trop m'en vouloir. Et j'ai à vous témoigner de ma fidélité dans la même lutte et d'une communion à une même souffrance. Pierre P ARAF Ecrivain L'appel que vous' avez bien voulu me communiquer et. auquel j'adhère de tout coeur exprime exactement la haute portée de cette Journée. Je souhaite que ses travaux soient féconds et co nstl'iuctlts, qu'elle se déroule dans J'union et l'amitié qU'a si ~troltement nouées la Résistance française. U Cj)étendona. loua. ena.emble le bien eommun ~~ Intervenant au nom du Parti Communiste Français, le général Joinville, député de la Seine, dénonce le renouveau d'activité des amis de l'hitlérisme. « Mais, constate l'orateur, aujourd'hui, chez tous les peuples sans exception, la conscience des hommes s'élève. « Sur toute la surface du globe on comprend maintenant qu'un homme vaut un homme. Par delà toutes les différences de tempémment, de production, des moyens de vivre, par delà core élever la voix? Comment est-il pOSSible qu' ils puissent encore monter des complots contre la République et contre ce qu'il y a de meilleur dans l 'idéal républicain alors qu'ils ne représentent qu'une intime minorité? « La réponse est évidente : « Les républicatns, les hommes de progrès, tous ceux qui considèrent le racisme comme une monstruosité ne se serrent pas assez les coudes. Ils sont encore trop divisés. « C'est pour cela qu'il est possible de poursuivre une guerre coloniale après l 'aut re. C'est pour cela que les antisémi t es renouvellent leurs injures, c'est pour cela que la République est mise en accusation. » Et il conclut: « Il faut en finir tout de suite. Nos idées politiques ne sont pas les mêmes. Nous n' avons pas tous la même philosophie. Mais nous avons en commun l'amour de la République et le respect de l'homme. Il faut à tout prix nous unir pour défendre ce bien commun. » les différences des coutumes, on -:---------------a compris que l'amour de la famille, le courage, la solidarité étaient le bien commun de tous. « Plus rien ne justifie l'oppression. Plus rien ne justifie la discrimination. A cet égard nous vivons une grande époque: l'époque où ,va être reconnue d'identité des aspirations et des buts de tous les humains. » Soulignant que ces idées « sont familières . aux Français » et qu' « on les retrouve dans l'histoire c%e nos révolutions », le général Joinville poursuit: « Une question se pose alors. « Comment est-il possible, dans ces conditions, que les Poujade, les Tixier-Vignancour et leurs complices puissent en- La presse et la Journée Nationale L'importance de la 8" Journée Nationale est soulignée par le fait que la presse en a publié" le lendemain, de larges comptes rendus, citant les résolutions adoptées et. les personnalités diverses qui s'étaient associées à la manifestation. Des Informations ont paru notamment dans Combat, Libéra tion, Le Parisien Libéré, L'Humanité, Le Figaro, Le Monde ... C'est Jfar une tempête d'acclamations que fut accueillie la délégation de femmes d'Afrique noire qui, de passage à Paris, participa dès le matin à la Journée Nationale. En leur nom, Mme Diarra Fatou, de Dakar, déclara notamment: « Je suis une femme de Dakar, déléguée à la Conférenoe des femmes travailleuses. En arrivant à Paris, j'al pris conQaissance de Maxa NORDAU: ~ .... .J!.~ aetiou 'Paie" « Si proche que soit encore une partie de l'humanité de la barbarie primitive, il y a tout de même des choses qui ont changé, déclare Mme Maxa NORDAU, artiste-peintre. « Il y a un changement dans la morale, il y a un progrès et nous devons y croire. Tout effort n'est pas inutile. Toutes ces choses ont changé parce que des hommes ont protesté de toutes leurs forces, qu'ils ont quelquefois payé de leur vie l'indignation qui les a fait parler. « Il ne faut jamais dire « cela ne sert à rien ». 'C'est la raison pour laquelle nous sommes ici pour protester de toute la force de notre conscience contre l'injustice, contre la violence et contre le crime, desquels le pire est la guerre. » "] e SUI.S une femme africaine . .. . la tenue de votre J ournée Nationale et, étant donné que l'oeuvre' que vous poursuivez r eflète l'opinion de l'ensemble de la population africaine et des femmes en particulier, j'ai tenu à venir adresser aux délégués de cette Journée Nationale le salut des femmes que je r eprésente. « Mon voeu est de voir tous les hommes, les femmes et les enfants du monde vivre fraternell ement, dans la paix. » Le Président Léon LYON-CAEN "T l ous les Républicains doivent Ouvrant la Journée Nationale, dont le M.R.A.P., souligne-t-il, « s'honore d'avoir favt, depuis 1949, une tradition en France », le pr ésident Léon LYON-CAEN remercie les délégués d'être venus si n o mbr~ wx et les éminentes personnalités qui ont apporté leur précieux appui à cette ma nifesta tion. Ce rassemblement, décJare-t-i1, « atteste la chaleureuse sympathie que rencontre à travers la France, dans toutes les couches de la population, le noble idéal d'égalité entre les hommes, de fra ternité entre les peuples, pour lequel le M.R.A.P. ne cesse de combattre,' le M.R.A.P., défenseur fid èle des opprimés et persécutés de toutes races, de tou fe origine, de foute couleur, de toute religion ; le M.R.A.P. qui, dégagé - je tiens à y insisler - de toute attache partisane, de toute visée politique, se propose et s'efforce de dél!Oncer et de fl étrir, en quelque pays qu'elles se produisent, les atteintes à la dignité humaine ». Analysant la situation qui confère à :ses assises natio nales une importance part ic ulière, le président Lyon-Ca'en poursuit : « D'un côté, un mouvement il peine formé il y a un an et qui, depuis plusieurs mois, a pris une inquiétante extension - le poujadisme, puisqu'il faut l'appeler par son nom - fa it peser sur nos traditions !r(l'flçaises d'égalité antiraciste, de tolérance et de frat ernité, sur les lib ertés républic mes, de graves 1 « Tous les vrc. conscients du geux, lucides, 1 rien oublié, doi quelle que soit Il litique à laquel/ chent, quelles q tendances socia, sionnelles - pOl cette excitation ~ tismes diviseurs et défendre avec A la tribune, de gauche à droite: M' André HAAS, Charles Jean SCHAEFER Secr ét aire de la C.G.T . tés publiques fo chèrement TeCOI « Un autre St et d'angoisse po patriotes et pOL fu sent à voir do la violence un m des conflits, 1 algérien ... », dé( Il Une lutte à mener dans runion Il M. Jean SCHAEFER, secrétai re de la Confédération Générale du Travail, souligne que cette organisation « est traditionnellement opPQsée à toute discrimination, quelles qu'en soient les caus es : qu'elles r ésultent de considérations racistes, de conceptions philosophiques, de croyances r eligieuses, d'o pinions politiques ». « Le maintien de cette solidarité entre t ous les travailleurs, poursuit-il, ne se fait pas sans eff orts et parfois sans luttes ... « Des problèmes très précis se posent à la suite du renouveau des tendances fascistes que l'on peut noter actu ellement, r enouveau dont d'anciens collaborateurs, fossoyeurs du mouvement syndical fran çais sous Vichy, prennent ouvertement la tête ... « Un regroupement s 'effectue LES Les personnalités suivantes se sont associées, par leur p,résence ou par des messages, à la 8 ' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, qui s'est tenue le di manche 10 juin il Paris, au Palais de la Mutualité. Parlementaires MM. Francisque GAY, ancien présiden t du Conseil ; Pierre COT, Jean PIERRE-BLOCH, André PHILIP, Henri ULVER, anciens ministres; MM. Maurice BENE, Robert CHAMBEIRON\ Pierre DREYFUS- SCHMIDT, Charles HERNU, Raymond GUYOT, Mme Francine LEFEBVRE, M. MALLERET- JOINVILLE, députés; MM. Jean CHAINTRON, Jacqu4! s DEBU-BRIDEL, Léo HAMON, Jean PERIDIER, Henri RIVIEREZ, Henry TORRES, sénateurs; Mmes Suzanne CREMIEUX, Eugénie EBOUE-TELL, MM. Jacques RAPHAEL - LEYGUES, l'amiral MOULLEC, conseillers de l'Union Française. Ecrivains, artistes cinéastes MM. François MAURIAC, de l'AcaMmie Française, Prix Nobel; Armand SALACROU, de l'Académie Goncourt ; MM. Claude AVELINE, Julien BENDA, Jean-Jacques BERNARD, Jean CASSOU, directeur du Musé,e d'Art Moderne ; Alioune DIOP, directeur de « Présence Africaine» ; Edmond FLEG, Pierre GASCAR, Prix Goncourt ; Francis JOURDAIN, Jacques KAYSER, Michel LEIRIS, René MARAN, Prix Goncourt

Albert MEMMI, Robert

MERLE, P rix Goncourt; Pierre MOHRANGE, Pierre PARAF, Jacques REMY, André SPIRE, Mme Olga WORMSER; au tour du mouvement Poujade qui tente, par des organismes spécialisés, de fa ire pénétrer ses doc trines, et entre autres le poison raciste et xénophobe jusque dans les rangs de la classe ouvriè re ... « Le conflit algérien est né des discriminations imposées par la contrainte, sur tous les plans : politirru fl, u'ünomique, social, culturel, depuis plus d'un siècle à la population musulmane. L'aggravation de ce conflit r isque de conduire au développement des tendances racistes ... « C'est pourquoi nous nous associons pleinement à des initiatives telles que celle d'auj ourd'hui, dans la conscience qu'il y a là un combat à mener en commun, au coude-à-coude, si on veut que le racisme soit vaincu et la 'paix assurée entre t ous les hommes. » Et après avo le M.R.A.P. n'es pour examiner 'c l'angle politique « Antiroeciste irréductibles de mes, quelles qu'I quelque côté ql t estent, de la d de la ségrégatil faire des voeux efforts pour qu Afrique du N! tolérance entre musulmans, po coexistence pac populations, pOl ell es le climat d compréhension, fondé sur le rel sonne humâne vraies traditio blique. » PERSONN Mmes Maxa NORDAU, Kate MUNZER, VOSCOBOINIC, MM. J.-J. MORVAN, James PICHETTE, artistes-peintres; MM. Louis DAQUIN, Henri JEANSON, Pierre LAROCHE, Alain RESNAIS, Jean VIDAL, cinéas tes; Léopold SCHLOSBERG, Alexandre KAMENKA, producteurs de films. Universita ires MM. Frédéric JOLIOT-CURIE, Prix Nobel, Louis MASSIGNON, professeurs au Collège de France; MM. Marcel COHEN, J ean DRESCH, Robert FAWTIER, membre de l'Institut, J ean FRAPPIER, Henri MARROU, .1.~ 1 . MATHIEU, 1. MEYERSON, Roger PORTAL, Marcel PRENANT, Pierre VILAR, professeurs à la Sorbonne; M. Henri LAUGIER, Mlle Jeanne LEVY, MM. Robert WAITZ, Pierre WERTHEIMER, professeurs à la Faculté de Médecine; M . Jacques CHAPELON, professe ur honoraire à l'Elcole PoIytechnique

MM. Albert BAYET, présiden t de la Ligue de l'Enseignement ; Jules ISAAC, his torien; Hubert DESCHAMPS, professeur à l'Instilut d'Ethnologie; Pierre LAMANT, professeur à l'Ecole Normale de Vierzon; Mlle Jacqueline MARCHAND, agrégée de lT niversité ; Mme Jeanne CHEVALIER, de l'Union Française Universitaire ; M. Lazare LEVY, professeur honoraire au Conservatoire National de Musique; MM. CHOMBART de LAUWE, Ernest KAHANE, Evry SCHATZMAN, maîtres de recherches au (:.N.R.S. ; M. Denis FORESTIER, secrétaire général du Syndicat National des Ins ti tuteurs. Juristes e MM. Léon L miel' président Cour de CassaLl M.R.A.P.; Robe~ seill er honorain Cr..ssation ; Reni 1)) ésident du J. FONLUPT-El seiller d'Etat, Georges HU IBI d'Etat; Lucien 1 1er d'Etat ho HAURIOU, prol cuité de Droit Sylvère ALCAI ATTULY, Arm TAJN, And .. é tt QUIER, Yves MANVILLE, Ge André SAINTVALENS l, aVOCi Ma MM. G. DAI P uteaux ; AUf maire de Sainl du Conseil Nal si~ ta n ce . Autres pe MM. le chal' l'abbé Pierre IV teurs André B DUMAS, Marc LEHNBACH; Mme Yves F MM. Emile 1 de la Ligue l'Homme ; SICI ZOLES, préside lfl. Ligue des Dr Alain LE LEAl npral de la Con l'ale du Travail M. Emile MI des gouverneur Mme CHOMS ancienne dépor la Résistance, ( MM. CERF-FI! pr,ésident du g1 sis tance à l'As, ta tive; le gé e Président Léon LYON-CAEN: Emile KAHN Président de la Ligue des Droits de l'Homme •• "T 1 ous les Républicains doivent s'unir" "Le combat des dreyfusards continu uvrant la Journée Nationale, nt le M.R.A.P., souligne-t-il, s' honore d' avoir fc.~t, depuis 49, une tradition en France », président Léon LYON-CAEN mercie les délégués d'être ves si nombneu1x et les émintes personnalités qui ont porté leur précieux appui à tte manifestation. Ce rassemblement, déclare-t-i1, atteste la chaleureuse sympaie que rencontre à travers la ance, dans toutes les couches la population, le noble idéal égalité entre les hommes, de aternité entre les peuples, Ur lequel le M.R.A.P. ne cesse combattre,' le M.R.A.P., dénseur fidèle des opprimés et rsécutés de toutes races, de IIfe origine, de foufe couleur, e foute religion; le M.R.A.P. ui, dégagé - je tiens à y in' ster - de foufe attache partiane, de toute visée politique, plopose et s'efforce de dénonteintes à la dignité humaine ». Analysant la situation qui confère à ses assises nationales une importance particulière, le p résident Lyon-Ca'en poursuit : « D'un côté, un mouvement li peille formé il y a un an et qui, depuis plusieurs mois, a pris une inquiétante extension - le poujadisme, puisqu'il faut l'appeler par son nom - fait peser sur nos traditions fr{['(lçaises d'égalité antiraciste, de tolérance et de fraternité, sur les libertés républicaines elles-mJmes, de graves menaces ... « Tous les vrais républicains, conscients du danger, courageux, lucides, qui, eux, n'ont rien oublié, dOivent s'unir - quelle que soit la formation politique à laquelle ils se rattachent, quelles que soient leurs tendances sociales ou confessionnelles - pour lufter contre cette excitation stérile des f(N!atismes diviseurs de la nation, et défendre avec nous les liber- Apportant « le salut et les voellx de la Ligue des Droits de l'Homme », M. Emile Kahn se félicite que le M.R.A.P. ait pensé à évoquel' le souvenir de la réhab ilitation de Dreyfus: « Il y aura, le 12 Juillet, déclare- t-il, 60 ans que la Cour de Cassation, toutes Chambres réunies, a solennellement déclaré qu'il ne restait rien des accusations et des condamnations prononoées contre le capitaine Dreyfus, et a ainsi, en mettant le point final à ce grand drame qu'a ét& l'Affaire, définitivement fait triompher la Justice'. » « " est vrai, poursuit le président de la Ligue des Droits de l'Homme, il est vrai que l'injustice, que l'arbitraire, que le mensonge à leur service sont de tous les temps, mais ce qui est plus vrai encore, c'est qu'entre l'époque que· j'évoque eL la nôtre, il existe des analogies saisissantes. » Analysant le procès des « fuites » qui, souligne-t-il, « rappelle par bien des aspects l'affaire Dreyfus l, il cite notamment cette constatation de Labori, avocat de Zola: « Chacun Ici peut parler si cela peut nous nuire et n'a pas le droit de parler si cela peut nous servir ». 1 et de flétrir, en quelque pays u' elles se produisent, les at- A la tribune, de gauche à droite : M' André HAAS, Emile KAHN, Francisque GAY, le président LYON-CAEN, Charles PALANT. « Mais il y a plus que ce procès, déclare encore M. Emile Kahn; nous vivons un drame qui, comme le drame de l'Affaire Dreyfus, ,pèse sur les consciences françaises, les divise ean SCHAEFER Secrétaire de la C.G.T. 1 Une lutte à mener dans l'union Il M. Jean SCHAEFER, secréIre de la Confédération Gééraie du Travail, souligne que ette organisation « es t tradi' onnellement opPosée à toute iscrimination, quelles qu'en oient les causes : qu'elles ésuHent de considérations raistes, de conceptions philosohiques, de croyances religieues, d'opinions politiques ». « Le maintien de cette sollarité entre tous les travaileurs, poursuit-II, ne se fait pas ans efforts et parfois sans uttes ... « Des problèmes très précis e posent à la suite du renoueau des tendances fascistes que 'on peut noter actuellement, reouveau dont d'anciens collabo! lteurs, fossoyeurs du mouveent syndical français sous Ichy, prennen t ouvertement la ête ... « Un regroupement s'effectue autour du mouvement Poujade qui tente, par des organismes spécialisés, de faire pénétrer ses doctrines, et entre autres le poison raciste et xénophobe jusque dans les rangs de la classe ouvrière ... « Le conflit algérien est né des discriminations imposées par la contrainte, sur tous les plans: po!iticIU P., c('(lnomique, social, culturel, depuis plus d'un siècle à la population musulmane. L'aggravation de ce conflit risque de conduire au développement des tendances racistes ... « C'est pourquoi nous nous associons pleinement à des initiatives telles que celle d'aujourd'hui, dans la conscience qu'il y a là un combat à mener en commun, au coude-à-coude, si on veut que le racisme soit vaincu et la 'paix assurée entre tous les hommes. » tés publiques fondamentales, si ,-------------------------chèrement reconquises. » « Un autre sujet d'inquiétude et d'angoisse pour les Français patriotes et pour ceux qui refusent à voir doens la guerre et la violence un moyen de solution des conflits, c'est le drame algérien ... », déclare-t-il ensuite. Et après avoir souligné que le M.R.A.P. n'est pas compétent pour examiner ce problème sous l'angle politique, il conclut: « Antiradstes, adversaires irréductibles de toutes les formes, quelles qu'elles soient et de quelque côté qu'elles se manifestent, de la discrimination et de la ségrégation, nous devons faire des voeux et déployer nos efforts pour que soit rétabli en Afrique du Nord l'esprit de tolérance entre européens et musulmans, pour restaurer la coexistence pacifique des deux populations, pour recréer entre elles le climat de générosité, de compréhension, de fraternité, fondé sur le respect de la personne humaine et lonforme aux vraies traditions de la République. » Me JACQU 1 ER : "Racisme et antisémitisme sont diri~és contre la paix Il « La lutte contr,e le racisme et l'ant isémitisme est indissociable de lutte pour la paix », déclare M' Marc JACQUIER, secrétaire du Mouvement de la Paix. Soulignant que « le racisme et l'antisémitisme sont des attitudes fondamental'ement opposées à toutes les traditions de notre pays et heurtent profondément nos sentiments et notre conscience », il poursuit: « Aujourd'hui, devant l'évolu ... tion dramatique de la situation en Algéri'e et le développement d'un puissant mouvement d'opinion pour la négociation et la paix, certa1ns partisans des solutions de force - et ce sont le plus souvent les mêmes qui, il y a 15 ans, trahissaient la France au profit de l'ennemi tentent de relancer le racisme, comme instrument de leur poHtique et, dans la presse, dans les ·réwnions ou à la barre du tribunal militaire, font appel à l'antisémitisme pour tenter de déconsidérer ceux qui veul,ent la paix. » « Pas plus qu'il y a 15 ans, 1-_____________________________________________________ ----l ils ne réussiront, conclut l'ora- LES PERSON NA'LITÉS teur, à condition qwe nous soyons vigilants et que nous ne fassions aucune concession à la propagande raciste. Ils ne réussiront pas si nous savons nous unir pour défendre notre idéal de paix et de fraternité. » Les personnalités suivantes se ont associées, par leur préence ou par des messages, à la . Journée· Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, qui s'est tenue le dinanche 10 juin 11 Paris, au alais de la Mutualité. Parlementaires MM. Francisque GAY, ancien présiden t du Conseil; Pierre COT, Jean PIERRE-BLOCH, André PHILIP, Henri ULVER, anciens ministres; MM. Maurice BENE, Robert CHAMBEIRON, Pierre DREYUS- SCHMIDT, Charles HERNU, Raymond GUYOT, Mme Franclne LEFEBVRE, M. MALLERET- JOINVILLE, députés; MM. Jean CHAINTRON, Jacquês DEBU-BRIDEL, Léo HAMON, Jean PERIDIER, Henri RIVIEREZ, Henry TORRES, sénateurs; Mmes Maxa NORDAU, Kate MUNZER, VOSCOBOINIC, MM. J,-J. MORVAN, James PICHETTE, artistes-peintres; MM. Louis DAQUIN, Henri JEANSON, Pierre LAROCHE, Alain RESNAIS, Jean VIDAL, cinéastes; Léopold SCHLOSBERG, Alexandre KA~'ENKA, producteurs de fil ms. Universitaires MM. Frédé~lc JOLIOT-CURIE, Prix Nobel, Louis MASSIGNON, professeurs au Collège de France; MM. Marcel COHEN, Jean DRESCH, Robert FAWTIER, membre de l'Inst i~ut, Jean FRAPPIER, Henri MARROU, J.~ 1. MATHIEU, 1. MEYERSON, Roger PORTAL, Marcel PRENANT, Pierre VILAR, professeurs à la Sorbonne; Juristes et avocats MM. Léon LYON-CAEN, premiel' président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R.A.P.; Robert ATTULY, conseiller honoraire à la Cour de C&.ssalion; René CASSIN, vicepl ésident du Conseil d'Etat; J. FONLUPT-ESPERABER, conseiller d'Etat, ancien député; Georges HUISMAN, conseiller ù'Etat; Lucien BAUZIN, conseiller d'Etat h onoraire; André HAURIOU, professem à la Faculté de Droit de Paris; Me. Sylvère ALCANDRE, Rolande ATTULY, Armand DYMENSTAJN, André HAAS, Marc JACQUIER, Yves JOUFFA, Marcel MANVILLE, Georges SAROTTE, André SAINT-CYR, Théodore VALENSI, avocats à la Cour. Maires GUILLEj l'amiral MUSELIER, ancien chef des Forces Françaises Navales Libres; le général TUBERT, ancien maire d'Alger; MM. Etienne NOUVEAU, président de la Fédération des Amputés de Guerre de France; Félix BRUN, président de l'Association Républicaine des Anciens Combattants; Dr DANOWSKI, président de l'Union des El}gagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs; BERCOVICI, de la Fédération des Anciens Combattants Juifs; Mme Denise DECOURDEMANCHE, secrétaire générale de l'Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française; Mo Renée MIRANDE, de la- F.N.D.I.R.P. Docteurs Jean DALSACE, et les déchire autant que l'Af_ faire Dreyfus. « Pour écraser la Justice, pour abolir les libertés, on menaçait les Français de la guerrej aujourd'hui, cela n'est plus seulement la menace. 'hus somJ1les en guerre et dans quelle guerre! « Comme aut"efoi a ous voyons contre la liberté, l'Injustice brandir la.,. 0 d'itat. Nous voyons unè presse, digne héritière de la presse Immonde des Rochefort, des Drumont, des Maurras, cracher l'Injure et semer la haine raciste ... « A leur appel, on poursuit et l'on emprisonne. Nous voyons les adversaires de la République, sas adversaires découve~ts et aussi ses adversaires sournois, se préparer à l'assaut du régime détesté et nous nous sentons, nous qui nous sommes battus dans l'Affaire Dreyfus, nous nous sentons à nouveau dans le combat d'autrefois. « Ce combat, conclut-il, vi-vement applaudi, nous l'acceptO'ns e~ nous le mènerons, soyez-en sOrs, avec les forces qui nous restent. Mals à, vous les jeunes, nous adressons ce voeu que IIOUS trouviez en vous assez de clairvoyance, assez de voJorité; assez de courage pour vous unir au delà des partis, au-dessus des partis, pour sauver ensemb'l, le patrimoine le plus précieux de la France, son Idéal républicain. » Jacques REMY: Voici comment j'ai écrit 1/ Si tous les gars du mo d ..... " C'est avec une particulière émotion que les délégués de la Journée Nationale applaudirent l'acteur Doudou BABET. qui joue le r6le de l'Algérien dans le film « Si tous les gars du monde ... », et l'écrivain Jacques REMY, auteur du scénario. Ce film, on le sait, s'est vu décerner, en avril, le Prix de la Fraternité fondé par le suite à unedécfsion rr 7' Journée Nationale. En rq,bsence du réalisateur Chrlstia1l,rJ~ l'interprète et l 'auteur avaient tenu à venir à la Mutualité ex- (Suite page 7.) Mmes Suzanne CREMIEUX, Eugénie EBOUE-TELL, MM. Jacques RAPHAEL - LEYGUES, l'amiral MOULLEC, conseillers de l'Union Française. M. Henri LAUGIER, Mlle Jeanne LEVY, MM. Robert WAITZ, Pierre WERTHEIMER, professeurs à la Faculté de Médecine; MM. G. DARDEL, maire de Puteaux; Auguste GILLOT, maire de Saint-Denis, membre du Conseil National de la R~ si!'tance. B. GINSBOURG, président du Cercle Bernard-Lazare; GREIF, Pierre GR 1 NB EeR G , Paul HIRSCHMAN, LEIBOVICI, vicepr. ésident de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide; LICHTENSTEIN, de MEDERIOS, Alfred ' SCHERR, vice-président de l'Union des Etudiants Juifs de France; ZAIDMAN. Entre deux séances, Jacques REM Y dédicace son livre: Ecrivains, artistes cinéastes MM. François MAURIAC, de l'Acad€mie Française, Prix Nobel; Armand SALACROU, de l'Académie Goncourt; MM. Claude AVELINE, Julien BENDA, Jean-Jacques BERNARD, Jean CASSOU, directeur du Musé.e d'Art Moderne; Alloune DIOP, directeur de « Présence Africaine »; Edmond FLEG, Pierre GASCAR, Prix Goncourt; Francis JOURDAIN, Jacques KAYSER, Michel LEIRIS, René MARAN, Prix Goncourt; Albert MEMMI, Robert MERLE, Prix Goncourt; Pierre MOHRANGE, Pierre PARAF, J acques REMY, André SPIRE, Mme Olga WORMSERj .M. Jacques CHAPELON, professeur honoraire à l'Elcole Polytechnique; MM. Albert BAYET, président de la Ligue de l'Enseignement; Jules ISAAC, historien; Hubert DESCHAMPS, professeur à) 'Ins_ tilut d'Ethnologie; Pierre LAMANT, professeur à l'Ecole Normale de Vierzon; Mlle Jacqueline MARCHAND, agrégée de ITniversité; Mme Jeanne CHEVALIER, de l'Union Française Universitaire; M. Lazare LEVY, professeur honoraire au Conservatoire National de Musique; MM. CHOMBART de LAUWE, Ernest KAHANE, Evry SCHATZ_ MAN, maUres de recherches au (:.N.R.S.; M. Denis FORESTIER, secrétaire général du Syndicat National des lnstituteurs. Autres personnalités MM. le chanoine VIOLLET, l'abbé Piene MAMET, les pasteurs André BOEGNER, André DUMAS, Marc HERUBEL, S. LEHNBACHj Mme Yves FARGE. MM. Emile KAHN, président de la Ligue des Droits de l'Homme; SICARD de PLAUZOLES, président d'honneur de 111 Ligue des Droits de l'Homme; Alain LE LEAP, secrétaire géMral de la Confédération Générale du Travail; M. Emile MERWART, doyen des gouverneurs d'outre-mer; Mme CHOMBART de LAUWE, ancienne déportée, Médaille de la Résistance, Croix de Guerre; MM. CERF-FERRIERE, ancien pr,ésident du groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative; le général LE CORMM. Armand MEGGLE, président du Centre d'Expansion Ecnomique; Pierre AVRIL, président de la Fédération Natio_ nale des Etudiants Radicaux; Henry BULAWKO, président du Mouvement « Hachomer Hatza. r »; COME-CORNEILLE, président de l'Association des Amis de Schoelcher; Eugène HENAFF, secrétaire de l'Union des S)ndicats de la Région Parisienne; LEGITIMUS, de la Solidarité Antillaise; Jean de LORME, fondateur du Comité Franco-Malgache; Maurice SCHUSKIN, p,résident de l'Union des Sociétés Juives de France; J. STAMFATER, président de la Fédération Générale des Industriels, Artisans et Façonniers « Si tous les gars du monde... lt. , Me André HAAS: //11 tau Evoquant l'exécution d'Ethel et Julius Rosenberg, dans la nuit du 19 au 20 juin 1963, M' André HAAS déclare: « La mort des époux Rosenberg n'a pas mis fin à l'affaire Rosenberg. Partout dans le monde, des hommes convaincus de leur innocence continuent à agir pour préparer les voies de leur réhabiIiLation solennelle. « C'est ainsi qu'aux Etats-Unis, un auteur dramatique célèbre, John Wexley, a renoncé pendant de longs mois à toute autre activité pour se consacrer à l' étude approfondie du procès Rosenberg. Il 9 repris tous les témoignages, il Il vérifié tous les faits. Il, a écrit un livre fort impodant de 672 pages intitulé « Le procès de Julius et Ethel Rosenberg ». « Cette étude complète et minutieuse établit d'une manière défin live que l'affaire Rosenberg fut une machination . policièrel d'un cynisme et d'une ampleun que nous n'osions même pa~ imaginer pendant les années 1952 et 1953, ' au moment où nous essayions de soulever l'opinion publique française en faveur des Rosenberg »... . Puis Me Haas aborde le cas de Morton Sobell, qu'éola'l're égaiement le livre de Wexley. « Morton Sobell, déclare-t-II, a été jugé en même temps que les époux Rosenberg. li a. été condamné à 30 années de prison. li , ." unir ines elles-meenaces ... is républicains, anger, couraui, eux, n'ont vent s'unir - formation poe ils se raft ae soient leurs es ou confesIr lutler contre des flNlade la nation, 1 nous les liber- EmUe KAHN Président de la Ligue des Droi ts de l 'Homme •• "Le combat des dreyfusards continu Apportant ({ le salut et les voeux de la Ligue des Droits de l'Homme », M. Emile Kahn se félicite que le M.R.A.P. ait pensé à évoquer le souvenir de la réhabilitation de Dreyfu s : « Il y aura, le 12 juillet, déclare- t-il, 60 ans que la Cour de Cassation, toutes Chambres réunies, a solennellement déclaré qu'II ne restait rien des accusations et des condamnations prononoées contre le capitaine' Dreyfus, et a ainsi, en mettant le point final à ce grand drame qu'a été l'Affaire, définitivement fait triompher la justice. » ({ Il est vrai, poursuit le présid en t de la Ligue des Droits de l'Homme, il est vrai que l'injustice, que l'arbitraire, que le mensongé à leul' service sont de tous les temps, mais ce qui est plus vrai encore, c'est qu'entre l'époque que j'évoque eL la nôtre, il existe des analogies saisissantes. » Analysant le procès des « fuites », qui, souligne-t-il, ({ rappelle par bien des aspects l'affaire Dreyfus », il cite notamment cette constatation de Labori, avocat de Zola: « Chacun Ici peut parler si cela peut nous nuire '8t n'a pas le droit de parler si cela , peut nous servir ». ({ Mais il y a plus que ce procès, déc lare encore M. Emile Kahn; nous vivons un drame qui, comme le drame de l'Affaire Dreyfus, pèse sur les consciences françaises, les divise et les déchire autant faire Dreyfus. ({ Pour écraser la justice, pour abolir les libertés, on menaçait les Français de la guerre; aujourd'hui, cela n'est plus seulement la me'nace. "ou somJl1es en guerre et dans quelle guerre! ({ Comme autretoi. U !aous voyons contre la liberté, l'Injustice, brandir Ja '.""0 d"tat. Nous voyons une pl'esse, digne héritière de la presse lm:mDnde des Rochefort, des Dl'umont, des Maurras, cracher l'Injure et semer la haine raciste ... ({ A leur appel, on poursuIt et l'on emprisonne. Nous voyons les adversaires de la République, sas adversaires découverts et aussi ses adversaires sournois, se' préparer à l'assaut du régime détesté et nous nous sentons, nous qui nous sommes battus dans l'Affaire Dreyfus, nous, nous sentons à nouveau dans le combat d'autrefois. A\ IP IP lE L ___ .c-_ tous les gens de coeur ES antiraci,tes délégués à la 8' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, le la juin 1956, au Palais de l a Mut ualité, réaffirment l'opposition irréductible de l'immense "' majorité du peuple français à toutes les formes du racisme et de l'antisémitisme. Ils se félieitent de la vigilance de l'opinion républicaine qui fait échec aux tentatives, multipliée:.. ces temps derniers, de créer en Fran ce un climat de discrimination raciale. Ils se réjouissent de l'action menée en commun par les démocrates de tendances diverses et en particulier par les deux mouvements a n tiracb tes, le M.R.A.P. et la L.I.C.A., exprimant la volonté du pays de se dresser unanime, de Paris à Toulouse, de' Montpellier à Strasbourg, contre les men ées factieuses du mouvement Poujade, de Tixier Vignancour et de leurs complices. Ils saluent avec satisfaction le r ôle de plus en plus important joué dans la vie socia le, culturelle et politique par des hommes et des peuples prétendus inférieurs par les racistes. ' , . sir---------------------------------------------------------, ({ Ce combat, conclut-il, v~vement applaudi, nous l'acceptans e~ nous le mènerons, soyez-en sûrs, avec les, forces qui nous ,restent. Mals à vous' les jeunes, nous adressons ce voeu que vous trouviez en vous assez de clairvoyance, assez de voJon'té; assez de courage pOur vous unir au delà des partis, au-dessus des partis, pour sauver ensemb·l, le patrimoine le plus précIeux de la France, son Idéal républicain. » Condamnant le racisme et l'antisémitisme, dans quelque pay.s qu'ils se manifestent, ils saluent toutes les mt..sures prises dans le monde pour faire reculer les préjugés, pour susciter la confiance entre les hommes, pour assurer à tous, sans distin ction, la [ sécurité, le plein épanouissemen t et l'égalité. ' quises. » jet d'inquiétude ur les Français Ir ceux qui re' ns la guerre et oyen de solution l'est le drame hare-t-i1 ensuite. ir souligné que ~ pas compétent t problème sous il conclut: , adversaires 1 toutes les fortl/ es soient et de l'elles se maniliscrimination et ~n, nous devons let déployer nos r soit rétabli en ~rd l'esprit de européens et Ir restaurer la ifique des deux

r recréer entre

générosité, de de fraternité, pect de la perLonforme aux de la Répu,- Me J ACQ U 1 ER: Il Racisme et antisémitisme sont diri~és contre la paix 1/ « La lutte contre le r acisme et l'antisémitisme est indissociable de lutte pour la paix », déclare Me Marc JACQUIER, secrétaire du Mouvement de la Paix. Soulignant que « le racisme et l'antisémitisme sont des attitudes fondamental'ement opposées à toutes les traditions de notre pays et heurtent profondément nos sentiments et notre conscience », il poursuit: « Aujourd'hui, devant l'évolwtion dramatique de la situation en Algéri'e et le développement d'un puissant mouvement d'opinion pour la négociation et la paix, certa1ns partisans des solutions de force - et ce sont le plus souvent les mêmes qui, il y a 15 ans, trahissaient la France au profit de l'ennemi tentent de relancer le racisme, comme instrument de leur poHtique et, dans la presse, dans les 'féunions ou à la barre du tribunal militaire, font appel à l' antisémitisme pour tenter de déconsidérer ceux qui veulent la paix. » « Pas plus qu'il y a 15 ans, Jacques REMY: Voici comment j'ai écrit JI Si tous les gars du mo d .... . If Ils saluent les progrès réalisés d ans le rapproche'ment des peuple.s et dans la déten te interna t ionale, qui favorisent la compréhension mutuelle et la paix. Ils se' félicitent des récentes initia tives et p r ises de position tendant à apaiser la tension au MoyenOrient.

.
  • * ILS constatent cependant que des hommes et des

groupements disposant de moyens puissants n'ont pas renoncé à semer la haine et à déchaîner la violence, contrairement à la volonté de paix et de liberté exprimée partout dans le mond e. 1-------------------------------------------, ils ne réussiront, conc/ut l'orateur, à condüion qU'e nous soyons vigil ants et que nous ne fassions aucune concession à la propagande raciste. Ils ne r,éu ssiront pas si 'nous savons nous unir pour d é~e nd r e notre idéal de paix et de fratern ité. » C'est avec une particulière émotion que les délégués de la Journée Nationale applaudirent l'acteur Doudou BABET, qui joue le r6le de l'Algérien dans le film « Si tous les gars du monde ... », et l'écrivain Jacques REMY, auteur du scénario. Ce film, on le sait, s'est vu décerner, en avril, le Prix de la Fraternité fondé paf lB Ces hommes et ces groupements u tilisent une nouvelle fois la méthode qui cons iste à détourner le mécontentement de la population contre un «, bouc émissaire ». Falsifiant outrageusement les faits, ils substituent de prétendues oppos ition s de races aux graves problèmes soumis au pays s u r le plan national et international. Ils misen t sur la gravité du drame algérien, qui remplit ,d'angoisse les Français patriotes, les adversaires de la guerre et de la violence, et risque d'entretenir et d'attiser du côté autochtone comme du côté européen, les haines et les discriminations raciales, contraires à l'intérêt de la France, comme aux principes inscrits dans notre Constitution.

    • *

'ALITÉS i t avocats iON-CAEN, pre- 110noralre de la hn, président du t ATTUL Y, con_ ! à la Cour de f CASSIN, vice[ Conseil d'Etat; ,PERABER, conancien député; "AN, conseiller tAUZIN, conseilInoraire; André esseUl' à la Faf: de Paris; Mes ORE, Rolande and DYMENSAS, Marc JACOUFFA, Marcel rges SAROTTE, CYR, Théodore fts à la Cour. lires DEL, maire de uste GILLOT, -Denis, membre onal de la Ré' sonnalités oine VIOLLET, AMET, les pasOEGNER, André HERUBEL, S. RGE. (AHN, président

des Droits de

~RD de PLAUnt d'honneur de bits de l'Homme; " secrétaire géfédération Géné- .RWART, doyen ~ d'outre-mer; ART de LAUWE, tée, Médaille de !roix de Guerre; RRIERE, ancien 'oupe de la Ré, emblée Consulléral LE COROUILLE; l'amiral MUSELIER, ancien chef des Forces Françaises Navales Libres ; le général TUBERT, ancien maire d'AI - ger; MM. Etienne NOUVEAU, président de la Fédération des Amputés de Guerre de France; Félix BRUN, président de l'Association Républicaine des Anciens Combattants; D' DANOWSKI, président de l'Union des EIj.gagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs ; BERCOVICI, de la Fédération des Anciens Combattants Juifs; Mme Denise DECOURDEMANCHE, secrétaire générale de l'Association Nati onale des Familles de Fusillés et Massacr,és de la Résistance Française; Mo Renée MIRANDE, de la' F.N.D.I.R.P. Docteurs Jean DALSACE, B. GINSBOURG, président du Cercle Bernard-Lazare; GREIF, Pierre GR 1 NB EeR G , Paul HIRSCHMAN, LEIBOVICI, vicepr, ésident de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide; LICHTENSTEIN, de MEDERIOS, Alfred SCHERR, vice-président de l'Union des Etudiants Juifs de France; ZAIDMAN. MM. Armand MEGGLE, président du Centre d'Expansion Ecnomique; Pierre AVRIL, président de la Fédération Natio_ nale des Etudiants Radicaux; Henry BULAWKO, président du Mouvement « Hachomer Hatza. r »; COME-CORNEILLE, président de l'Association des Amis de Schoelcher; Eugène HENAFF, secrétaire de l'Union des S)ndicats de la Région Parisienne; LEOITIMUS, de la SolidaritE.' Antillaise; Jean de LORME, fondateur du Comité Franco-Malgache; Maurice SCHUSKIN,p,r ésldent de l'Union des Sociétés Juives de France; J. STAMFATER, président de la Fédération Générale des Industriels, Artisans et Faç onniers suite à une décfsion cr 7' Journée Nationale. En Vq,bsence du réalisateur .christia1llrJ~ l'interprète et l'auteur avaient tenu à venir à la Mutualité ex- (Suite page 7.) C OMBA'fTRE le racisme et l'antisémitisme, c'est défendre la ' République, c'est défendre .la paix. Nous demandons que toutes les mesures soient prises, conformément à la loi, pour mettre fin à la propagande raciste f:t antb émite, exprimée par la parole, la presse ou d'autres moyens. Nous demandons que, plus que j amais, des dispositions soient étudiées dans le domaine de l'en :?-eignement pour que les jeunes génér a tions soient formées dans le respect et l'amour de' tous les peuples et ainsi prémunies contre les préjugés et les h a ines aveugles. Nous émettons le voeu a r dent qu'intervienne' rapidement, en Algérie, une s olution pacifique, conforme aux Droits de l'Homme, aux généreuses traditions de . la France, renforçant l'amitié qui doit l' unir aux , peuples d'outre-mer. Nous demandons que des mesures soient prises sous l'égide de l'O.N.U. pour ass urer la protection de la paix dans la p er s pective du désarmement et la coexistence pacifique entre Isra ël et les Etats arabes. Nous appelons les gens de coeur de ce pays, sans distinction d'origine", et d 'opinions, à s'unir pour défendre les principes républica ins, pour faire triompher les libertés démocratiques, la fratern ité entre les hommes et la paix. . Entre deux séances, Jacques REM Y dédicace son livre: « Si tous les gars du monde... ". Par is , le 10 juin 1956. Me André HAAS: ~~II faut sauver Morton SOBELL" Evoquant l'exécution d'Ethel et Julius Rosenberg, dans la nuit du 19 au 20 juin 1963, Me André HAAS déclare: « La mort des épo ux Rosenberg n'a pas mis fin à l'affaire Rosenberg. ParLout dans le monde, des hommes convaincus de leur innocence conti nuent à agir pour préparer les voies de leur réhabiliLation solennelle. « C' est ainsi qu'aux Etats -Unis, un au teur dramatiqué célèbre, John 'Vexley, a renoncé pendant de longs mois à tout e autre acti vité pour se consacrer à l' étude approfondie du procès Rosenberg. Il B repris tous les témoignages, il a vérifié tous les faits. Il a écrit un livre f ort impodant de 672 pages intitulé « Le procès de a maintenant 40 ans et il est enJulius ct Ethel Rosenberg ». fermé depuis novembre 1952 à la « Cette étude complète et ml- .prison d'Alcatraz, le bagne le plus nutieuse établit d'une manière dé- . cruel des Etats-Unis, celui des fintive que l'affaire Rosenberg crimi ais dangereux et des r écidifut une machination . policière; vistes. Si Sobell n'obtient pas la d'un cynisme et d'une ampleur révision de son procès, il ne sera que nous n'osions même pas Ubéré ,qu' en 1980 et il aura alors imaginer I!endant les années 1952 64 ans. Or, l'accusation n'a jaet 1953, au moment où nous mais fait la preuve que Morton essayions de soulever l'op,lnion Sohell se soit livré à l' espionpublique françai se en faveur des nage au sein du prétendu r éseau Rosenberg »... , Rosenberg, ni dans aucune autre Puis Me Haas aborde le cas de condition. Morton 'Sobell, qU'éola'l're 6gale- «Rien de précis n'a jamais été ment le livre de Wexley. . articulé contre lui. La vérité est « Morton Sobell, déclare-t-II, a que Sobell a été p,oursuivi parce été jugé en même temps que les qu'il a refu sé de témoigner conépoux Rosenberg. Il a été con- tre les Rosenb erg, parce qu'il damné à 30 années de' prison. JI s'est refusé pendant toute la. durée du procès il. les accuser et qu'il ne voulait pas le faire. JI est mainte nu actucllement en prison parce qu'il se refuse à faire un t tlmoignage accablant à leur mémoire, avec un courage .obstiné. » Analysa nt le cas Sobell, Me Haas démontre que l'accusation est basée sur ,pl us ieurs faux témoignages, sur des affi rmations Invralsem. blabl es. IIrappelfe le récent. voyage en France de la mère de Morton Sobell et la création d'un Comité f ra nçais pour la défens. de Morton Sobelf. « C'est au nom de ce Comité, conclut-II, que je vo us parle, certain quç Je M.R.A.P. fe ra pour Morton Sobell tout ce qu'il a fait déjà .dans l'affaire Rosenberg. » • La Be Journée Nalionale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix A. 'DYMENSTAJN chaque jour plus •• H Une action vigou reusel ' Intervenant au nom du Bureau National du M.R.A.P., Me Armand DYMENTSZTAJN démontre que « le mouvement Poujade, par son contenu actuel, par son action, a polarisé tous les racistes et les antisémites ». « Il ne se passe désormais plus èle jour, aJoute-t-i1, sans que le M.R.A.P. ne soit avisé qu'à tel ou tel endroit de Paris, de sa banlieue ou en province, le racisme « Aussi est-ce notre devoir l tous, conclut-il, de tout mettre en oeuvre pOur que ces nouveaUll racistes, aillés de Tillier-Vlgnancour, soutenus par « Rivarol ~ et « Aspects de la France ~, soient mis hors d'état de nuire. « Nous saluons avec Joie la large union qui va, de Jour en jour, se raffermissant contre lei menées factieuses de Poujade. lt haineux, l'antisémitisme s'est ma- ,..---___________ _ nifesté. » L'orateur répond ensuite à ceux qui estiment que « le silence et le mépris suffiraient à ramener le mouvement Poujade à sa plus simple expression ». « De tels arguments, extrêmement nuisibles, déclare-t-il, outre qu'Ils sont oontralres à l'examen objectif de la réalité, conduisent à pratlque- r la politique de l'autruohe et aboutissent en fait à favoriser les campagnes haineuses. La douloureuse expérience de l'Allemagne nous prouve que le silence et la passivité sont les meilleurs nourriciers du racisme et de, l'antisémitisme. » M. COME-CORNEILLE: Il L'humanité est une" « A une telle manifestation, les amis de Schoelcher ne pouvaient pas ne pas participer, déclare M. COME-CORNEILLE. Tous les noirs qui ont été libérés grâce à l'action incessante de Schoelcher, aiment la liberté, 11s doivent être et ils sont touJours présents dans la lutte contre les discriminations. » M. BON l'un des JI 10 de Drancy" M. BON est l'un des dix commerçants de Drancy poursuivis par Poujade pour avoir signé un tract le dénonçant comme fasciste, aventurier et raciste. Chaleureusement applaudi, il apporte à la Journée Nationale le salut fraternel du Comité de Défense des Commerçants et Artisans de Drancy. ({ Il est vrai, déclare-t-il, que nos revendications sont nombreuses, pressantes et importantes, mais ces revendications ne doivent en aucun cas servir de tremplin à un aventurier pour qui la défense des commerçants n'est qu'un prétexte pour arriver à la réalisation de ses aspirations fascistes et racistes. « Nous disons non à Poujade, parce que nous disons non à la guerre qui saigne le peuple, coQte si cher à notre pays, diminue le pouvoir d'achat de nos clients, prive notre production de tant de bras, nous couvre de charges et grève les prix de vente de plus d'impôts. « Nous disons non à Poujade parce que nous disons non à son antisémitisme, qui a pour but notre division d'où résulterait notre faiblesse... » DROIT lET LIBERTIE Halte au com~lot raciste et antirépublicain! Félix BRUN Président de Z' A.R.A.C. Il Le monde combattant unanime condamne le facisme Il fi Le mouvement combattant. a un privllège, celui de grouper dans son sein des hommes de toutes races, de toutes opinions politiques, de toutes conditions sociales », déclare M. Félix BRUN, président de l'Association Républicaine des Anciens Combattants. II souligne que, « cependant, il est parmi les anciens combattants des hommes dont nous avons pu, au cours de l'Histoire d'entre les deux guerres, constater qu'ils s'apparentaient aux fascistes hitlériens et aux fascistes mussoliniens, et qui ont tenté à différentes reprises d'utiliser leur titre de combattant pour entralner le peuple français dans une aventure fasciste. » c Mais, poursuit-il, nous avons eu la Joie de constater récemment encore que l'unanimité du monde combattant condamne cette tentative de fascisation. » Indiquant que c les sentiments de fraternité combattante ont solidement renforcé le sentiment de fraternité humaine », il insiste sur « la nécessité de mettre fin rapidement à la guerre d'Algérie et d'engager la négociation ». LEIBOVICI D r SC N ERR Vice-Président de l'Union des Etudiants Juifs de France '/ Ne nous laissons pas diviser " « Nous nous sentons de tout coeur avec le M.R.A.P. dans sa lutte incessante contre toute discrimination raciale, contre l'antisémitisme et pour le triomphe de la paix partout dans le monde», déclare le docteur Alfred SCHERR, vice-président de l'Union des Etudiants Juifs de France. « La tâche qui nous attend est immense, poursuit-il, et pour et nous ferions son jeu si nous ne savions pas surmonter nos querelles fratricides... » Parlant de divers problèmes internationaux et examinant en particulier la situation en U.R. S.S. et dans les pays d'Europe orientale, il déclare: « Il serait maladroit de nous servir du passé pour le brandir comme un élément de discorde entre les démocrates sincères ... Regardons plutôt l'avenir ! ... » « Demandons au M.R.A.P., conclut- il, d'être vigilant, d'être présent partout, aussi bien à l'Est qu'à l'Ouest, pour dénoncer chaque fois qu'il le faudra, les discriminations raciales, la renaissance de l'antisémitisme, les dangers de guerre. Demandons au M.R.A.P. d'être présent également au Moyen-Orient, où couvent la haine et la menace d'un conflit ... « Faisons l'union de toutes les forces démocratiques, pour la lutte contre le fascisme renaissant, contre toutes les discriminations raciales, pour la paix et l'entente entre les peuples. » l'accomplir, nous devons veiller à ~-------------l'union de toutes les forces démocratiques et éviter toutes les causes de discorde ... « Quels que soient les griefs que nous puissions avoir, quelles que soient les critiques que nous ayons à formuler, les uns et les autres, nous n'avons pas le droit de nous diviser ou de nous abstenir. « Le fascisme attend avec impatience l'heure de son triomphe Vice-Président de Z'U.J.R.E. Les messages ••• La Confédération Générale Unifiée de l'Artisanat // Nous n'avons pas oublié" La lutte qui nous est Imposée sur le plan fiscal n'est pas fractionnée, le même régime est appliqué à tous, et nous ne pouvons admettre les allusions malhonnêtes faites en parlant d'une Il concurrence déloyale » ou « d'activités des commerçailts néo-français ». C'est là un germe de division largement jet& en pâture à des esprits surchauffésj c'est aussi· une fausse orlëntatlon que l'on veut donner au légitime mécontentement des commerçants et artisans. Le docteur LEIBOVICI, viceprésident de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide (U.J.R.E.) assure la Journée Nationale et le M.R.A.P. du concours actif de son organisation et des masses populaires juives de ce pays. Henry BULAWKO HOEuvrons à la paix au Moyen-Orient" « Les juifs de France, déclaret- il, considèrent qu'ils méritent d'être traités à l'égal de tous les citoyens. Ils n'ont jamais refusé aucun sacrifice à la France; témoins les nombreux morts sur les champs de bataille lors des deux dernière guerres mondiales, ainsi que dans les rangs de la Résistance française. » ... Les moyens de sortir du marasme actuel ne résident ni dans la guerre, ni dans une chasse l l'homme selon sa couleur ou sa race; Ils résident dans une politique de paix pour donner à tout notre peuple des conditions de vie, décentes. Il dénonce ensuite « cette prétention à la supériorité, qui divise l'humanité en races et sectes, pour y trouver la justification de l'exploitation de l'homme par l'homme, de la guerre et de ses conquêtes. La force et la violence ont inventé l'inégali té des races et des savants à oeillères ont cru consacrer cette inégalité en établissant leur théorie sur la différenciation de l'angle facial, la forme de l'os crânien, le poids du cerveau, etc ... Et l'animateur de l'Association des Amis de Schoelcher conclut: « Le progrès se chargera - que dis-je? se charge déjà -' de prouver que l'humanité est une. » M. BERCOVICI • (Anciens Combattants Juifs) Au nom des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs de 1914-18 et 1939-45, M. BERCOVICI se félicite de ({ la haute tenue intellectuelle » et du « caractère positif de la Journée Nationale ». Il rappelle le sacrifice glorieux des immigrés juifs, « venus en France après s'être évadés de leur pays où régnait l'antisémitisme » et qui, ayant trouvé « ce refuge de liberté, de tranqu1llité morale pour aimer leurs enfants, les éle- • M. Henry BULAWKO apporte le salut des mouvements sionistes Hachomer Hatzaïr et MAPAM. SOUlignant les dangers qui pèsent aujourd'hui sur l'humanité, « c'est parce que nous avons conscience de ces dangers, dit-il, que nous pouvons nous rencontrer à cette tribune, malgré nos différences d'origine et nos divergences d'opinion. C'est pour cela aussi que nous devons, les uns et les autres, exprimer clairement nos opinions respectives, pour que, de leur confrontation, ressorte un plan d'action auquel chacun pourra souscrire sans cesser d'être ce qu'il est. Ce plan d'action, qui s'inspirera des résolutions adoptées ici, devra aussi pouvoir être accepté par ceux qui· grand rabbin de Moscou, Il une 1félégation du Congrès Juif Mondial. Abordant le problème du MoyenOrient, il déclare avoir trouvé en Iaraël, d'où il revient, « la volonté de déjOuer les plans de ceux qui poussent à la guerre, de l'intérieur ou de l'extérieur, la volonté de faire triompher la paix qui est, à la fois, le désir profond du peuple Juif et des peuples arabes JI. « Je crots en la volonté de paix des masses arabes et juives, conclut-il. Je crois en la puissance de notre action commune pour les aider à réaliser cette volonté. » « Nous n'avons pas oublié, poursuit- il, les exterminations commises par les barbares hitlériens et leurs collaborateurs français. Dénonçant en particulier l'agitation poujadiste, qui encourage les racistes, il déclare: « Une grande vigilance s'impose devant un danger que nul ne saurait sous-estimer ... Mais, dans l'atmosphère de détente internationale, que nous saluons avec joie, alors que la bonne entente entre pays s'améliore et que la guerre recule, il est pOSSible de battre le racisme et l'antisémitisme. Notre union, notre action commune en est la première condition. » sont encore absents aujourd'hui. ----------------------------Je pense à mes amis sionistes d'autres groupements, dont la présence parmi nous aurait répondu à notre voeu unanime. » Evoquant les récents évé~ ments d'Union Soviétique et de divers pays d'Europe orientale, il salue « la reprise de contac~ entre Juifs de l'Est et de l'Ouest », d la suite de l'invitation qui vient d'être faite par M. Schliefer, JI Soyons unis " ver et pour travailler dans la paix, se sont enrôlés sans condition, à l'appel de la France en danger ». Condamnant l'antisémitisme qui calomnie ces hommes et l'ensemble des juifs, immigrés ou non, M. Bercovici conclut par un vibrant appel à « l'union de tous contre toutes les discriminations, pour alerter les pouvoirs publics, pour que le fascisme ne passe pas ». Il Nous sommes solidaires de votre action " écrivent les travailleurs algériens ... Dans un message à la Journée Nationate, l'Union Générale des Travailleurs Algériens souligne que « les traVailleurs algériens, particulièrement victimes du racisme, de l'injustice sociale et de l'oppression colonialiste, n'ont cessé de lutéer pour l'égalité des peuples et des races ». « Les travailleurs algériens, poursuit le message, sont persuadés que la cause de la paix prendra le dessus. Ils demeurent convaincus que des assemblées comme les vôtres peuvent, en proclamant clairement la volonté des peuples d'imposer le respect de l'homme par l'homme, quelles que soient son origine ou sa confession, accélérer l'affranchissement total des travailleurs et des peuples opprimés. :l) ... et malgaches Un message adressé à la Journée Nationale par le Syndicat du Livre et des Arts Graphiques de Madagascar, déclare : « Votre action, appuyée par les véritables partisans de la démocratie et de la paix, pourra mettre fin à la discrimination dans les pays coloniaux ... Nous avons conscience de traduire devant votre grande Journée Nationale, les sentiments de l'immense majorité de la masse ouvrière, qui en a assez d'ftre traitée comme des ftres inférieurs. « Les ouvriers veulent qu'à travail égall , salaire égal soit appliqué à Madagascar. Ils veulent une vie plus belle et plus humaine.

La Fédération Nationale des Etudiants Radicaux Nous approuvons vivement le principe d'une Journée qui, au delà des divergences proprement politiques, montrera l'union de tous les républicains autour des principes qui nous sont communs. Le Président: Pierre AVRIL. Le, Consistoire Israélite du Bas-Rhin Le Consistoire Israélite du BasRhin tient à vous exprimer sa sympathie et ses meilleurs voeux pour la J'éusslte de votre Journée Nationale. Nul doute qu'en organisant cette Journée, votre Mouvement rend service à la cause de la paix et de l'union des citoyens, à laquelle nous demeurons passionnément attachés. Nous ne manquerons pas d'agir autour de nous dans le même sens. Le Secrétaire général: C. MARX. L'Union des Syndicats de la Seine Le Bureau de l'Union des Syndicats de la Seine s'associe à la Journée Nationale que votre Mouvement organise, et me charge de vous faire connaître son accord sur l'appel en faveur de ceUe manifestation. Le Secrétaire général: Eugène HENAFF. Le Mouvement de Libération du Peuple Nous sommes, comme vous le supposez, entièrement d'aoool'd avec les objectifs de cette Journée. Nous tenons à vous exprimer notre complète solldarl~. DROIT ET: LIBI..,. 7 ' des La Be Journée Nalionala contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix /Pour l'union · a nti racistes La fraternité LE M.R.A.P. peut être fier d'avoir été l'initiateur de la' manifestation du 10 juin, qui a permis le rassemblement de tous les courants de la pensée antiraciste unis dans une même volonté de donner un élan nouveau à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. pas officiellement désigné une délégation de son Comité central qui se serait exprimée à la tribune de la Journée Nationale? Nos regrets ne sont-ils pas aussi ceux de bien des adhérents de la L.l.e.A. qui, présents parmi nous, ont pu, apprécier l'importance de l'événement et déplorer comme nous, que leur organisation n'y ait pas tenu la place qui lui revenait et que nous lui avions fraternellement offerte? ~ait h tout Ju monJe Si le désir d'Ulnion a pu s'exprimer avec 'tallA: de force \au cours de la Journée Nationale, c'est bien parce que telle fut l'intention de ses organisateurs s'efforçant, durant les semaines qui précédèrent, de multiplier les con- LES délégués et participants de la se Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pOUl' la paix, le 10 juin 1958, au Palais de la Mutualité, se félicitent de la première action commune réalisée le 9 mars 1858 par la L.I.C.A. et le M.R.A.P. contre les menées factieuses et racistes de Poujade. Ils Invitent tous les antiracistes à renforcer et à réaliser leur union dans leur lutte commune pour le respect des Idéaux de liberté et de fraternité. Ils mandatent, à cet effet, le nouveau Comité d'Action pour qu'il prenne tous les contacts indispensables avec la direction de la L.I.C.A. afin que se développe et s'Intensifie l'action commune des antiracistes. Paris, le 10 juin 1958. tacts avec les organisations intéressées à ce combat. Pour leur part, les difi.geants du M.RA.P. se félicitent de certains résultats qui, bien que partiels parfois, ont permis d'avan~er sur le chemin de l'unité d'actIOn antiraciste. . C'est ainsi que la L.I.C.A. fit connaître à ses adhérents qU't:II.e ne s'opposait pas, à leu! parbc1- pation à la Journee NatIOnale, et cette décision fut saluée d'enthousiasme par tous les délégués et participants. Particulièrement chaleureux fut l'accueil réservé au message adressé pa'r la L.I.C.A. à .la ~our; née Nationale et le en repéte d' « unité » marqua le rappel dlll meeting commun organisé par le M.RA.P. et la L.I .C.A., le 9 mars 1956 contre les menées de Poujade' et de ses alliés, Pouvons-nous, pour autant" n.e pas regretter que la L.I.C.A. n ait Jacques REMY (Suite de la page 5) primer leur sympathie avec. tous ceux qui combattent le racIsme. « Ce n'est ni en fonction d'une thèse, ni en fonction d'un principe que j'ai écrit cette histoire : ({ Si tous les gars du monde ... », déclare Jacques Rémy. Je l'ai racontée comme elle s'est présentée dans mon esprit et telle que je la sentais. « Et c'est seulement quand elle a été terminée et qu'elle était là, devant moi, que j'ai compris qu'elle était un acte de foi. ({ Je crois que l'homme est toujours l'égal de l'homme, Je crois aussi qu'un homme, n'importe quel homme, est capable du meilleur et du pire. Je crois que tout dépend de la direction dans laquelle l'impulsion lui sera donnée. Et que, pour cela, la responsabilité des dirigeants est immense ... » « Il faut que chacun de nous, conclut Jacques Rémy, donne sa mesure, toute sa mesure et rien que sa mesure. Qu'il se montre digne de cette étincelle divine qui est en nous... C'est un chemin long et pénible, dans lequel chaque homme est seul, mais au bout duquel est la meilleure des récompenses. Le respect de soi-même. La dignité humaine. La paix de la conscience. » Dans un éditorial récent du « Droit de Vivre », Bernard Lecache écrit: « Me tournant vers ceux qui nous appellent à L'unité d'action, je leur demande s'ils ont enfin compris nos réserves et nos refus... :. Nous nous 'reconnaissons volontiers - c'est notre honneur - comme ceux qui « appellent à l'unité d'action ». Et nous continuerons inlassablement de le faire. Nous prenons acte que Bernard Lecache reconnaît que les « réserves et les refus » ne sont pas notre fait. Nous n'avions pas manqué de préciser à Bernard Lecache et à la L.I.C.A. que nous ne mettions aucune condition, ni quant à la forme, ni quant au contenu de \:a participation, à la Journée Nationale, à la tribune de laquelle chacun a' pu s'exprimer en toute liberté et en toute indépendance. Qui songerait à nous faire reproche d'avoir nous-mêmes abordé les sujets les plus divers qui préoccupent les antiracistes avec le souci de contribuer à unir et à rassembler plulÎôt que d'entretenir des griefs et des sourc~s de division. Certes .j[ y a, de-cl, delà des divergences d'opinion entre les antiracistes. Elles ne constituent pas, à nos yeux, des obstacles insurmontables à l'unité d'acti'Ûn. L'unité d'action n'est pas forcément l'expression d'une pensée monolithique. Elle est, avant tout, le résultat d'une prise de conscience commune face à un danger commun, Les rapports présentés, les discours prononcés, les résolutions adoptées à la Journée Nationale portent témoignage de l'impartiale objectivité dUl M.RA.P., dont la neutralité politique est le gage de son indépendance qui ouvre la voie à l'indispensa'ble unité d'action des antiracistes. Charles P ALANT. La se Journée Nationale a eu, un retentissement considérable en dehors même de la France, dans de nombreux pays. Elle a contribué à renforcer l'amlt que les peuples du monde portent 1 la France des Droits d. l'Homme et à son peuple. Le. measages qui nous sont parvenus ümol_ gnent de la profonde sollda1'l\é qui unit les homme. de bonne volont.é par delà le. frontière. et les différences de régimes, ALLEMAGNE D'Allemagne occldent.le, le palleur Martin NIEMOLLER, pe .... sonnallté dirigeante du pro\eatan_ tlsme allemand, .'assocle de tout coeu... à la Journée National. en dénonçant ~ les dangers que comportent la haine des juifs et toutes les haines raciales :t. Des messages sont pal'Yenus également du Con.e" Allemand de la Paix (Berlin), alnll que du Comité des Résistants AntifalOlltes (République Démocratique Allemande). Ce dernlet' Indlqu. notamment: « Dans la République Démocratique Allemande, nous avons détruit les racines de l'antisémitisme, du fascisme et du militarisme. Toute propagande dans ce sens est Interdite ... Notre jeunesse est élevée dans les Idéaux de fraternité entre les hommes et d'amitié entre les peuples. Les anciens résistants bénéficient d'une grande estime et occupent les postes dirigeants ... :t AUSTRALIE AUTRICHE Le Comité .Juif pour Combattre le Fascisme et l'Antlsétnltllme adresse d'Australie un chaleureux message de sympathie, alnll que le Comité Autrichien d'Action contre l'Antisémitisme, dont 1. président, M. Tankred KLIIN, émet le voeu « que notre combat pour une coexistence fraternelle de tous les hommes, llbres de tous préjugés et de discriminations raciales, soit couronné de succès, et que soit ainsi créée la base d'une collaboration paolfique sur le plan International. :t La lettre de Bernard LECACHE au Président Léon LYON-CAEN Mon cher Président, Votre Secrétariat général nous informe que vous allez tenir vos assises nationales et que, développant au cours de ces assises les vues de votre or.ganisation concer:nant le racisme et l'antisémitisme, vous nous invitez à y participer. Nous saluons bien volontiers l'effort que vous poursuivez, comme tous ceux qUli se font jour en France et dans le monde pour réagir victorieusement contre les fanatismes et l'iritolér,ance, contre les pourvoyeurs de haine, contre le fascisme renaissant, contne les te' nants du totalitarisme. Chaque fois qu'i! l'a fallu et depuis de longues années déjà, la Ligue Internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme (L.I. C.A.) a pris ooe part importante aux manifestations organisées en commun par toutes les formations républicaines et démocratiques. Elle entend, plus que jamais, persévérer dans cette voie, da'ns l'esprit qui est le sien, en accord avec toutes ces formations. Se plaçant en dehors et audessus de tous les partis et de toutes les confessions, la L.I. C,A. forme le voeu qu'un vaste front authentiquement ;républicain puisse se constituer. Ce jour-là, elle sera, la première à s'en féliciter, Croyez, mon cher Président, à mes sentiments profondément antiracistes. MANTEAUX - TAILLEURS - VESTES - GABARDINES ~tnlanJ 48. faubourg Montmartre 52. rue Lafayette PAR 1 S (ge) Métro : Le Peletier - Cadet BRESIL De Sao-Paulo est arrivé un message du Mouvement Brésilien contre le Racisme et l'Antisémitisme, soulignant que « la S, Journée Nationale exprime les traditions démocratiques et antiracistes du peuple français, sa lutte courageuse et admirable ». BULGARIE « Au cours de la deuxième guerre mondiale, le peuple bulgare, fidèle aux traditions de tolérance et d'estime pour toutes les races, a empêché le massacre des juifs en Bulgarie », Indique dans son message le Comité National de la Paix bulgare, en saluant la Journée du 10 Juin et en souhaitant plein succès à ses travaux. CHINE Le Comité Chinois pour la Défense de la Paix Mondiale souhaite, lui aussi, « plein sucoès à cette manifestation, pour la garantie des droits de l'homme, pour l'élimination définitive des discriminations raciales et pour une paix durable dans le monde entier ». ETATS-UNIS Nous avons opubllé Intégralement, dans notre dernier numéro, le mAlssage émouvant d'Hélène SOBELL, la courageuse épouse de Morton SObell, le co-Inculpé des Rosenberg, aujourd'hui emprisonné. Des Etats-Unis également sont parvenus ce télégramme de WitIIam PATTERSON, secrétaire générai du Congrès des Droits Civiques: « Le monde entier a besoin de votre message; la paix peut être gagnée », et une lettre du professeur W. E. B. DU BOIS, oélèbre ethnologue qui écrit: « Je me permets de vous exprimer toute ma sympathie et mon désir d'aider de toutes mes forces votre Mouvement, dont je suis l'action avec un profond Intérêt ». GRANDE-BRETAGNE HONGRIE, JAPON Nous avons cité dans notre dernier numéro les messages de l'Association pour la Liberté Africaine (Londres) et du sénateur IIAT:SUMOTO (Japon). Le Bureau National des Israélites hongrois et le grand rabbin de Hongrie, s'exprimant « au nom des juifs hongrois qui ont souffert du racisme, de l'antisémitisme et de la guerre », se solidarisent pleinement avec la Journée Nationale. MAROC, TUNISIE Le Parti Communiste Marocain, s'a .. oclant à la Journée Nationale, assure qu'il est animé du même Idéal de fraternité, de paix et d'amitié entre les peuples. Les deux centrales syndicales de Tunisie se sont également solidarisées avec la Journée Nationale. Le message de l'Union Syndicale des Travailleurs de Tunisie déclare notamment: « Au moment où le peuple tunisien, après la proclamation de l'indépendance de la Tunisie, jette les bases d'une vie nouvelle, tout en poursuivant sa lutte pour par_ faire cette Indépendance, la classe ouvrière tunisienne contribuera, à n'en pas douter, à faire échec à toute tentative de discrimination raciale ou religieuse. » It le message de l'Union Générale Tunisienne du Travait : « Les travailleurs tunisiens continueront à combattre, dans la Tunisie Indépendante, toutes les formes de racisme, où qu'elles se manifestent, et travailleront sans relâche Jl'Our la paix des hommes et des peuples. :t POLOGNE De Pologne sont parvenues les .alutatlons de la Société Culturelle des Juifs de Pologne et du célèbre écrivain Léon KRUCZKOWSKI qui, au nom du Comité Polonais de la Paix, écrit: « Le 'lIlclsme est toujours une arme empoisonnée dans l'arsenal de ceux qui sèment la discorde et la méfiance entre les peuples, faisant naltre ainsi des arguments psychologiques en faveur des aventures de guerre ... Nous sommes de tout coeur à. vos cOtés. » ROUMANIE Trois messages sont parvenus de Roumanie. Celui du Théâtre Juif d'Etat de Bucarest souligne que « grâce aux conditions d'égalité créées par le régime démocratique populaire à toutes les minorités nationales de la Roumanie, le Théâtre Juif joue un rôle éducatif auprès de la population dans l'esprit de la paix et de la fraternité entre les peuples » et un appui chaleureux à la Journée Nationale. Celui de la Fédération des Communautés Israélites Indique également que « la population juive de Roumanie, éprouvée dans le passé par les fléaux du racisme, de l'antisémitisme et de la guerre, vit désormais librement, dans un pays où toute manifestation raciste ou antisémite est condamnée et où est assurée la pleine égalité des droits ». Le message du Comité National pour la Défense de la Paix adresse à la Journée Nationale des voeux de succès, -4: au , nom des millions de' citoyens épris de paix ». TCHECOSLOVAQUIE De Tchécoslovaquie, trois messages également. Le grand rabbin Gustav SICHER ex-prime sa 1/: solidarité entière avec l'action entreprise par le M.R.A.P., car la cause sacrée de la défense des persécutés et opprimés de toutes nationalités, de toutes races ou -religions, et surtout la recherche de la paix, doit être le suprême objet de nos aspirations ». M. Emil NEUMANN, président du Conseil des Communautés "ulves de BOhême, Moravie et Silésie salue notre « puissant mouvement de lutte contre le réarmement de la Wehrmacht, contre l'antisémitisme, le poujadisme et autres formes du fascisme ». Au nom. du Comité Tchécoslovaque des- Partisans de la Paix, M ... an MUKAROVSKY, memb'l'e de l'Académie, écrit: « Il est évident que tout mouvement pour la paix est Inséparable du mouvement contre le racisme et le colonialisme qui, tous les deux, toujours et notamment dans la plus récente histoire du monde, ont causé tant de guerres et apporté tant de souffrances à toute l'humanité. :t U.R.S.S. « L'an dernier déjà, j'avals répondu à votre appel concernant votre Journée Nationale contre le racisme et pour la paix », écrit le grand rabbin SCHLIFER, de Moscou, qui poursuit: « Une nouvelle fois je viens vous assurer que notre opposition au racisme et à l'antisémitisme n'a pas changé et ne changera jamais. Au contraire, elle s'est encore affirmée, car nous ne saurions oublier les victimes que le racisme et l'antisémitisme ont causées ... Nous pensons que nos enfant! vivront htUfeux dans un monde de paix où il n'y aura plus de guerres, ni de sang, ni de larmes des mères et des vIeillards, plus d'antisémitisme ni de racisme. l D'autre part, le Comité Soviétique de Défense tle la Paix a adressé ses voeux de succès 1 la Journée Nationale. VIETNAM Nous avons largement cité, dans notre dernier numéro, le message de solidarité de M. Nguyen MANH-TUONG, bâtonnier de l'Ordre des avocats, professeur à l'Université de Hanoï, « approuvant chaleureusement ceux qui luttent et souffrent pour l'égalité des races et la fraternité des peuples ». .. Au procès des jj Dix de Drancy" PO.UJADE, démasqué, ergot et recourt fi la procédure LE 29 juin, devant la 17' chambre cOl'reclionnelle, s'est déroul é le procès intenté par Poujade à dix habitants de Dranc)', la plupart commerçants, qui avaient édité, en novembre dernier, un 1 l'art le dénonçant comme « avenlul'iel' », « fasciste », « raciste », « partisan acharné de la guerre d'Algérie ». Dans d'innombrables arti cles, livres, discours, Poujade a été qualifié en termes semblables au cours de ces derniers mois par des journal istes, des hommes politiques, par ses anciens compagnons eux-mêmes. Poujade n'a pas réagi. C'est Il. quelques petits commerçants et artisans qu'il s'en prend, comptant sur leur méconnaissance de la procédure pour se faire décerner facilement un brevet de civisme. PréciSément, en matière de diffamation , la personne poursuivie doit, dans les dix jours qui suivent l'assignalion. faire connaître son désir cl 'apporter la preuve de ses affirmai ions. Les dix habitants de Drancy l'ignoraient. N'ayant pas pris l'et! c précaution, ils ne pouvaient plaider que la bonne foi pt les nombreux témoins qui auraien t pu apporler la preuve que Poujade est r éellement un fascisl e, un ftven lurier, un raciste, elc ... , ne furent pas entendus. Les « accusés », pourtant, réaffirm ent qu'ils ne retirent rien de ce qu'ils ont clit et qu'ils se sont basps, pour le dire, sur les Informalions publiées parto ut, ainsi que sur leUl' propre expérience. Les témoins .de Poujade, le « responsable à la vigilance du secteur de Drancy» et quelques autres. viennent répéter une leçon visiht ement apprise il l'avance. Dès que paraît un témoin de la défen se, un des fondateurs NOTRE SOUSCRIPTION Sociétés Chelm : 10.000; Siedlec : 20.000; lrest-Litowsk : 10.000; Avenir Mutualiste

4.000; Lublin : 5.000; Plock :

5.000; Censtochow : 15.000; Zlochew: 5.000; Piotrokow : 25.000; Amicale israélite de Montreuil : 10.000; Union 'e. Anciens Combattonts Juifs ,: 10.000; U.J.R.E. : 50.000; Prago : 10.000; Amis de Gobelins : 20.000. Donateurs de l' U.D.C. A. du Lot, Poujade s dr()sse pour l'insulter. M. Fernand Grenier, député de la Seine, confirme que les signalaires du tract {mt agi de bonne foi et que lui-même n'a pas été poursuivi, malgré la menace proférée par Poujade, il la suite de la publication d'une brochure dénonçant les men.ées poujadistes. Puis ce sont les plaidoiries des avoca ts de Poujade, avec à leur tête Farré, le « chef » des « intellectuels » poujadistes, qui s'efforce piteusement de justifier son client et ami. Affirmant son patriotisme, il invective M. Bon, signataire du tract: « Poujade est parti en Algérie, s'écrie-t-iI, pendant que vous, vous restiez tranquillement dans votre camp de prisonniers en AllelTlagne, » (Ric) • Les activités de Poujade, aups! bien sous l'o ccupation qu'après, sont éclairées sans ménagements par les avocats de la défense, qui soulignent ,leur appartenance à différentes formatIOns politi~ ques: Mc' Kraemer-Bach, Jacques Mercier, Borker, Baudy et Vergès. Ils soulignent le caractère fasciste, antisémite, antirépubllcain du « mouvem61nt Poujade ». Ils mon trent que le _ tract incriminé n'était pas diffamatoire, mais ne faisait que rapporter des faiLs cle noto riété publique. Le jugement, rendu le lendemain, condamne les dix habitants de Drancy il 10.000 francs d'amende et 50.000 francs de dommages et intérê ts (alors que Poujade en réclamait 500.000), ce qui est un minimum dans les ma.uvaises conditions où se pré~ e nt a it le procès sous l'angle étroit de la procédure. Toutefois, des attendus soulignent que les termes « fasciste » et « aven~. tut'ier » doivent être écartés de la poursuite. Ainsi Pouiade ne pourra pas se larguer de ce iug~ment. pour prétendre qu'il n'est ni un fasciste ni un aventurier. Les dix habitants de Drancy ont fait ap'pel. l* Le M.R.A.P. avait adressé aux' avocats, pour être versée au doesier, une lettre détaillée sur les agissements et les positions antisémItes de Poujade. Ce document de 15 pages, qui a été ronéotYP~J peut être communiqué à ceux de nos amis qui le tléslreraient. (Joindre 30 francs par. exemplaire demandé pour les frais d'envol.) DROIT ET LIBERTE Le 12, le 14 et le 16 Assez de raflas antiracistes, --au faciès··1 tion. orze, seize juillet: tes sont pour nous, riches de significa- Le 12 juillet de cette année rque 1 . quantième annivere de la bilitation du capia Alfre reyhrs. Ce même jour, en 1906, une dramatique injustke, rendue possible par un déchaînement inouï de l'antisémitisme, était réparée par la Cour de Cassation. Après plus de dix annies de luttes, les défenseurs du droit, de la liberté, de la' République, pour l'honnewr de la France/ ·remportaient. Ainsi triomphaient une nouvelle fois ces principes immoroels proclamés par la grande Révolution frallçaise de 1789; ces pdncipes auxquels, chaque année, le 14 juillet, les patriotes, les démocrates affirment leur attachement. ... Ceux qui voulai'ent « effacer 1789 de l'Histoire », les occupants nazis et leurs collaborateurs, mentràrent avec une par': ticutière cruauté, li y a juste 14 ans,' ce qu'ils entendaient par là. Le 16 juillet 1942, t!1ente mille juifs de Paris, hommes, femmes, vieillards, enfants, arrêtés au cours d'une gigantesque rafle, fu ' rent parquéS àu Vel' d'Hiv, qui devait êke, pour la plupart d'entre t!UtX'j l'a'n'tichambre de la mort. Noire ami KORNBLUT va mieux De· nombreux messages de sympathIe et de voeux parviennent au M.R.A.P. de toutes parts, concernant la santé de notre ami Kornblut, membre du Bureau National. RemercIant les uns et les autres, le ~ secrétariat du Mouvement estheureux d'annoncer que notre amI va maintenant beaucoup mieux et que n'ous espérons son . retour prochain parmi nous. ç'est le .voeu de tous les . am' et militants du M.R. A."., qui expriment à Korn*' et à sa famille leurs sentiments fraternels. Aujourd'hui que les hommes du 16 juillet rel èvent la tête, reconstituent .leur Wehrmacht et réclament la bombe atomique sous le Une pétition nationale pour la paix en Algérie Le Mouvement de la Paix a décidé de lan'cer une pétition nationale pour la paix en Algérie. En voici le texte: ({ Nous invitons le gouverne- ' ment à prendre rapidement les contacts nécessaires en vue de négocier dans les plus brefs délaIs, sans préalable de part et d'autre, le cessez-le-feu en AlgérIe. « Seule la négociation permettra de définir les bases d'un règlement pacifique et d,éterminera dans un intérêt commun les rapports nouveaux librement consentis entre la France et l'Algérie. » Les antiracistes nep,euvent qu'approuver une telle initiative. Tous nos militants et amis, nous en somllles certains, signeront et feront signer cette pétition nationale. Le 9 mars dernier, à l'heure où se tenait un important débat à la Chambre des députés sur le problème algérien, des arrestations massives de Nord-Africains furent opérées all'X enV'irons de la mosquée, à la Concordte et à la plaoe Saint-Michel, selon une méthode discriminatoire maintes fois appliquée avant et depuis. Arrêtés sous le prétexte de vérification d'identité, [plus de 40 Nord-Africains, après plus de quatr,e mois de détention, comparaissai'ent les 5 et 6 j uillet, sous la pr,évention de reconstitution de ligue dissoute. U ne avant-première avait été prévue pour le 21 juin. De nombreu'x avocats de la défense en profitèrent pour demander par voie de conclusions écrites la mise en liberté provisoire de certains prévenus. Ces différentes deman' qes, bien que solidement motivéts, furent purement et simpltement rejetées. Un jugement clôturera bientôt ces debats. Nous souhaitons y voir condamner cette méthode de « rafle~ co uvert de « l'Eu.ratom »; aujour- au faciès », d'auta'nt plus que d'hll'i que les Poujade et alltr'es l'avocat du ministère public n'a Tixier-Vignancour s'efforcent de pas su donner d'explications saressusciter chez nous les mots tisfaisantes sur cette « 1'econstid'or. dre hitlériens et les campa- tution d'une ligue dissoute ». gnes antidreyfusardes, il est utile Le M.R.A.P., pour sa part, tient de rappeler que les républicains à élever une nouvelle fois sa n'oublient pas le 16 juillet et qu e, protestation contre ces arrestagrâce à leur union, comme il y tions racistes opérée contre tous a 50 ans, la jll'stice et le progrès ceux qui se signalent par l,a seront victorieux. ' couleutr de leur peau ou la forme Aujourd'hui où une guerre dou- de leur visage. De telles métho- 10 ureu se r isq u e de c reuSier ch aq u e ,.-_d_es_d_O'_iv _e_n_t_ce_s_s_e_r_. ____- --, jour davantage le fossé entre les populations d'Algérie et la France, il serait enfin particulièrement souhaitable que, dans la tradition du 14 juillet soient pri s!es des mesures de clémence et d'apaisement, ouvrant la voie à la recherche d'une solution pacifique. Le LUNDI 16 JUILLET, A 18 HEURES, sur l'initiative de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs de France, un hommage solennel sera rendu à la mémoire des 30.000 juifs parqués au Vél' d'Hiv' 1942. _Le prochain numéro de 1I0roit et Liberté" en Septembre En raison des vacances, ({ DroIt et Liberté » ne paraîtra pas au mois d'aoClt. Le prochain numéro paraîtra au début de septembre. Artman : 10.000; Bakner : 20.000; Mme Perroy : 200; Ciore : 500; Pessin,

200; Eisenberg : 20.000; ISlo :

5.000; Wroclawski : 4.500 ; Dialochlnskl

10.000; Void man : 3.000;

Georges Edberg : 5.000; Flam : 5.000; Jacobson : 5.000; Haliot : 3.000; Stein : 1.000; Anonyme : 25.000; laumsztin : 2.000; Schneider man : 2.000; Charles Veleda : 10.000; Hogler

10.000 ; Imerglik : 10.000; Goldner
2.000; Szekulesz : 5.000; Kziwkoskl
1.000; Max Jacobs : 3.000;

Edna : 5.000; Haimovici : 20.000; Au cri de "mort' aux youpins" poignarile un jeune artiste a" un crirninel raciste Saint-Germain-des-Prés . Anonyme : 5.000; Zukorman : 5.000; lurmond : 1.000; Hurstin : 5.000; Dr Unger : 5.000; Fcchtenbaum : 5.000; Scarloul : 5.000; Rotenberg : 5.000; Jos : 2.000; Sapon : 1.000; Hutman : 5.000; Mourice : 10.000; Lenard : 10.000; Dr Sidi Tewin : 5.000; Dr Gold : 3.000; Didier : 20.000; Benveniste

20.000; Kandelmatn : 3.000;

Foyner: 300 ; Goldberg: 1.000 ; Iraunstein : 1.000; Slucki : 5.000; lerno : 1.000 ; Soint-Cyr : 1.000; Weil 500; Grun : 2.000; Sommer 1.000; Schlesinger : 1.000 ; Gasoch : 1.000; Bienenfeld : 2.000; Dr Bock : 2.000; Dr Turkel : 5.000; Engiel : 3.000; Chil : 5.000; S. Lévy : 20.000., Collectes lagneux : 5.200 ; Ciné-Club : 1.100; Dr Grinberg : 10.000; lO' : 850; II' : 2.600; 2' : 12.800; 14' : 2.700; 20' : 6.100; 3' : 4.550; LHensten : 200; Valenciennes : 7.000; Mme Belfer

500 ; 9- : 2.500; Saint-Quentin :

20.000; Société Tomachov : 3.500; Avron : 2.400; Mme Berger : 1.500; Livry-Gargan : 5.300; 2- : 3.000; Société Wroclowek : 1.000 ; Varsovie Ochota : 3.700 ; 18- : 600; Dr Leibovicl

6.000; 5' : 15.000 ; Dr Rennert
1.000.

LES CAHIERS DU PROGRESSISME Organe de l'Union Progressiste Abonnement de soutien: 1 an, 300 francs SPECIMEN GRATUIT SUR DEMANDE Secrét.nriat : Groupe parlementaire des RépUblicains Progressistes, Assemblée Nationale, Bureau 72. C.q.P. 9357-32 DIMANCHE 10 juin, à 3 heures du matin, la rue St-Benoit à . Saint-Germain-des-Prés a été le théâtre d'un drame sanglant provoqué par le racisme déchaîné. Une récente photo de Serge SILBERAS (à droite). Un éditeur, M. Mattei, dont la maison publie surtout des livres de guerre, des romans policiërs et des oeuvres pornographiques, était entré quelques minutes plus tôt dans un cabaret avec le colonel Le Mir, auteur d'un livre sur la guerre de Corée, et deux jeunes femmes. Aussitôt assis, tous quatre se mirent à interpeller les artistes et particulièrement Serge Silberas qui venait de commencer un / o danse avec une partea: ire, Mme Mercadier. Comme loe as 1 ur demandait poliment ir. i l'insultèrent de le traitant de « sale juif », de « sale youpin ». ~on numéro terminé, le jeune danseur se rendit auprès de Mattei et Le Mir; comme ils continuaient de l'insulter, il leur demanda de sortir, pour ne pas gêner le spectaele. C'est alors qu'une fois dans la rue, Mattei sortit un poignard à lame très fine et en frappa Silberas de plusieurs coups dans la région du coeur, en proférant toujours des injures racistes. Les témoins de la scène n'avaient pas eu le temps de s'interposer. Mattei fut alors jeté à terre; il donna encore plusieurs coups de poignard dans l'aine à Silberas, qui s'écroula ensanglanté. ILS PASSENT Nous avons été avertis, ces temps derniers, de diverses manifestations d·antisémitisme. Cette effervescence 1\'_ s01ft" doute pas étrangère al/x '*'mpagnes de haine multipliées par ce Rivarol ,. et oux slogans l .... cés pas I,s éléments poujadistes. Un brassard nazi C'est ainsi qu'à la fin de juin, un bras,sard nazi des SS, rouge, avec une a,oix gammée noire èI~s uni cercle blonc, a été lancé en, Jljei .. jour dan. lin magasin' de la rue de Turenne appartenont à 1\11 Israélite. L'individu ",ui .vilft accompli ce geste provocateur a pu s'enfuir. Coups et injures La semaine de"nière, rue des Arque .. busiers (3' arrondissement), un automoliiliste, M. Soslovitch, s'étant arrêté Arrêté, Mattei reconnut, au bout de 24 heures -seulement, son agression criminelle. Il a été libéré quelques jours plus tard. SILBERAS NOUS DIT ... Nous avons reneontré Silberas à sa sortie de l'hôpital Laennec où il a subi une délicate opération, plusieurs transfusions. Pendant plusieurs jours son cas était considéré comme désespéré._ Il nous a rapporté tous les dét ails de l'affaire, montré ses vêtements percés de petits trous par le poignard et rouges de sang. Comme nous lui demandions nombreux sont les artistes qui veulent agir pour que ça change. ... Le docteur qui m'a sauvé m'a ordonné un repos de trois mois dans le Midi . Après quoi je ne pourrai évidemment pas continuer à danser et donner des cours de danses modernes, comme je le taisais... Tout ce que je demande, c'est que Mattei et ses complices soient punis. Nous souhaitons, nous aussi, un châtiment exemplaire. On savait que le racisme n'était pas mort. Il est inadmissible qu'il tente encore de tuer. des nouvelles de sa santé, il a ,-______________ _ a jouté: - L es fascistes deviennent de plus en plus insolents à SaintGermain- des-Prés comme 'ailleurs, AUX ACTES •.. pour la isser traverser deux jeunes gens, eut la surprise d'être brusquement insulté por eux. Les deux hommes, l'inlure raciste à la bouche, se précipitèrent vers la portière et donnèrent au conducteur un coup de poing Eln plein visage. Des témoins s'étant approchés, l'un d'eux fut égolement attoqué por les deux racistes qui s'écrièrent : u Toi aussi, tu es un sale youpin. To'" compte sera, réglé plus tôt que tu ne penses ». Plainte a été déposée. .** Nou . de.nandons que dans chaque cas, les racistes, colnformément à la loi, soient châtrés sans pitié. Quant aux antiracistes, ils s'uniront toujours plus pour imposer des mesures efficoces contre tous les trublions fascistes et leurs inspirateurs. 1 DROIT ET LIBERTÉ 9t, Fbg St-Denis - Paris-toTél.

TAI. 48-11 et 45-26

Tarif des Abonnements Un an : 300 franci PAYS ETRAN-:;:rRS Un an : 430 franrJl ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs T ARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. Post. : 6070-98 Parie Pour les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Cb. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rne de Parodia - : - PARIS (X0) -:- Trav. exéc. par de. out!. syndiqué.

Notes

<references />