Droit et Liberté n°244 - juin 1965

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°244 de juin 1965 numéro spécial
    • Que faire contre le racisme? les 2000 participants de la journée nationale répondent page1
    • Les viets par Oncle Tom page2
    • La XVIe journée par Albert Levy page3
    • XVIe journée: Justice pour les Gitans et les Tziganes
    • Les interventions de R. Maria, Pr H. Deschamps, L. Grenier, M. Cremieu-Alcan, J. Schapira, Pr V. Jankelevitch, Dr Khayiguian, R. Lombreaud, M.C Besson, J. Drouet, C. Palant, H. Steiner, J.P. Le Chanois, P. Paraf, Chanoine J.M. Aubert, Dr G. Noël, D. Mayer, R. Ballanger, M. Deixonne, E. Depreux, conseiller Rolland, Y. Jouffa, K. Bachman, Me J. Gol, M. Elabassi
    • Ce 16 mai à l'UNESCO par N. de Boisanger-Dutreil
    • "On continue d'assassiner chaque jour, quelque part, Abraham Lincoln" message de M. R. Maheu directeur général de l'UNESCO page11
    • Contre l'apartheid en Afrique du Sud par J.J. de Felice, témoignage de Léonie Goumain
    • Moyen-Orient: ouvrir le dialogue par Marcel Manville

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

NUMERO SPECIAL

ou 15 JUIN· 15 JUILLET 1965 N° 244 Un franc AIRE CONTRE LE RACISME 2 • Les 2.000 participants de la Journée Nationale organisée par le MRAP (16 mai, au Palais de l'UNESCO) REPONDENT .. _ i'al1 "' .. par le M.R.A.P., a con .. u, le dimand,e .6 mai, au Palais de l'U.N.E.S.C.O., un succès s ar..s précédent. Deux mille participants, divers par leurs origine s , le urs milieux sociaux, leurs convictions politiques ou religieu· ses, ont pris part à ses travaux, marqués par les interventions de person n;:~ és repr' sentat ives, elles aussi, de multiples co ... • rant!: de la pl)nsée française. Elabor~s par cjnq Gommiss ioJls, les sept résolutions adoptées à l'unan imité font le point cl,*" données ~ ctuelles du racisme et tracent pour le combattre des lignes précises d'action. On lira dans ce numéro spécial le compte rendu complet de ces importantes assises (pages 3 à 14) . LES PHOTOS CI·CONTRE : En haut, la tribune pendant la séance du matin ; au centre, une vue partielle de la salle ; en bas, l'une des cinq commissions qui ont siégé la veille de la Journée Nationale : celle qui a étudié les moyens d'action contre le racisme et l'antisémitisme. (Reportage photograph ique : Eli e KAGAN.) le vrai visage de T;x;er-V;gnancour • TIXIER-VIGNANCOUR EST-IL, simplement, un candidat parmi d'aut res à la Présidence de la République ? C'est ce qu'il s'évertue de démont rer , en s'efforçant de calmer provisoirement les ardeurs t rop voyantes des vichystes, néo-nazis et anciens O.A.S. qui l'entourent et le soutiennent. A Clermont-Ferrand, ses « magnifiques garçons » - autrement dit ses commandos de jeunes nervis - ont matraqué les démocrates. Ses discours, ses écrits prouvent qu'il est aujourd.'hui le chef de fi le de l'agitation fasciste et raciste. (Page 2.) Faits divers ... • UN NOUVEl ABONNE AU TElEPHONE refuse l'instal lation de son appare il parce que les ouvriers ve nus t ravai ller chez lui s ont noirs. Un café refuse de servir un représe ntant diplomatique parce qu'il est a lgé ri e n. Une jeune fill e, parce qu'e lle est noire, ne peut trouver de chambre. Une annonce d'un journal médi ca l invite les noirs à s'a bste nir de ré pond re ... Oui, tout cela se passe en France. Ou i, chez nous auss i, le racisme est quotidie n. (Page 15) . L'exposition Lincoln voyage ... • VIF SUCCES de l'exposition organisée par le M.R.A.P. à Paris pour le centenaire de l'assassinat d'Abraham Lincoln. Maintenant, rexposition voyage. Des municipalités, des biblio· thèques, des maisons de jeunes et de la culture, des associations -culturelles la présenteront en grand nombre d'ici la fin de l'année. (Page 16.) _------- '2 3·V. - Vague de réprobation en Amérique latine : l'intervention des U.S.A. a sau· vé les forces contre· révolutionnaires €'n R6ipublique Dominicaine.. .. 4·V. - Le Congrès dommlcam elIt le cl}ef des insurgés, le colonel ~amano, presl' dent provisoire de la RepublIque. . 8·V. - Plus de trois cent cinquante aVIOns bombardent le Vietnam du Nord, t~ndls qu'au Vietnam du Sud, les partisans du Vietcong harcèlent les {( mary:es ». 9·V - A 120 km. de Saïgon, un reglIDent d;'" F.N.L. s'empare de la ville de Song· Be et l'occupe pendant cinq heures. n·v. - Renvoi du procès .d'~ d~s m.eur· tri ers de la militante mtegratIonmste, Mme Luizzo, assassinée à Montgomery, aux U.s.A. 12·V. - Démantèlement d'une OR· GANISATION NEO·NAZIE en Suède. 14·V. - Prison à perpétuité demandée au procès d'Auschwitz contre 11 des accu· sés parmi lesquels : Oswald Kaduk, Wi' lhelm Boger, Willi Franck, Victor Cape· tius, etc. N . 16·V. - A Selma (Alabama) , des . ?I~S manifestent pour aVOIr du travaIl . a6 arrestations. L8'V' - En Afrique du Sud, DES MINEURS BLANCS FONT LA GREVE pour soutenir leurs cama· rades africains. 26·V. - Par 77 voix contre 19, l!! Sén~t américain approuve la loi sur le ';lroIt de vote des Noirs, soumise au Congres Je 18 mars, par le préside~t JçJ:nson. 28·V. - Des commandos IsraelIens sa:bç' tent des installations dans trOIs localItes jordaniennes : 4 ~orts, une dlzame de blessés. 1'0 t • Arrestation en Allemagne de ~~s ! de six anciens S.S. qui avai~nt partIcipe à des exterminations massives. . 29·V. - A Cologne (R.F.A.), des tortIon· naires nazis du camp de Sachsenhausen sont condamnés à des pemes de hUIt mois à quinze ans de pris?n. 30.V. - Manifestation de NOIrs prote~tan.t à Bogalusa (Louisiane) contre la dlsCrI' mination dans l'embauc;he : 17 person: nes arrêtées. Treize milItants des dr;l1ts ~r.""-" arrêtés à Crawfordville (Geor· • Six jeune ,oule à Toronto (Canada). -- "~,. ,~ 2-VI. - Un policier noir abattu par un raciste à Bogalusa (Louisiane). 1 6·VI. - Cinq cents membres du Ku·Klux-Klan - dont trois cents L' en robe et cagoule - DEFILENT VANS LES RUES D'ATLANTA (Géorgie). . _-----' • Huit cents personnes exécutées sommairement à Saint·Domingue par les forces du général Imbert Barreras. 9·VI. - L'armée populaire occupe la ville de Dong Xoai et détruit deux camps militaires U.S. et sud·vietnamiens. lO-VI. - Création d'une FILIALE DU KU·KLUX·KLAN, A BIRMINGHAM (Grande-Bretagne ), par certains membres du parti nazi britannique. l2·VI. - ARRESTATION A CHICA· GO DE CINQ CENTS PERSONNES NOIRES ET BLANCHES (parmi lesquelles M. James Far· mer, directeur national du C.O. R.E.), qui manifestaient pour l'intégration. l4-VI. - Vingt·trois tombes du cimetière israélite de Bamberg (R.F.AJ sont pro· fanées par des inscriptions antisémites telles que : {( Juifs, allez au diable », {( Vivent les S.S. », {( Vive le Führer », {( Ici·gît un goret juif ». M. André MAUROIS, de l'Académie Française, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., vient de célébrer ses qua· tre·vingts ans. Qu'il nous soit permis en cette occa· sion de présenter nos sincères félicita· tions et nos meilleurs voeux à ce grand écrivain qui honore si souvent notre iournal et notre Mouvement de sa pré· cieuse collaboration.

  • M. Jean DARI DAN, ministre plénipo·

tentiaire hors classe, conseiller diplo· matique du gouvernement, vient d 'être nommé ambassadeur à New Delhi. Auteur d'une importante biographie d'Abraham Lincoln, il avait bien voulu nous confier un article paru dans l'avantdernier numéro de « Droit et Liberté ». Nous lui exprimons nos très sincères félicitations.

  • M. Armand SALACROU, membre du

Comité d'Honneur du M.R.A.P., vient d'être nommé président de la Société des Auteurs et Compositeurs. Nous lui pré.:entons nos vives félicitations. qUE TIXIER-VIGNANCOUR • Commandos REGARDEZ cette photo. Ces énergumèneS", armés d'énormes matl'aques, qu'ils brandi ssent avec un visao-e de ha ine ce sont les hommes de mail~ de Tixiel:-Vignancour, ceux qu'il appëÏle. dans son journal, « des magnifiques garçons » ... Ils ont été photographiés à Clermont-Ferrand, le 20 mal, alors qu'ils s'apprêtaient à charger le~ démoCI:ates l'éunis devant la salle ou leur « chef » allait parler. Avec violen ce, il s frappèrent. allant parfois j~ squ'à briser leurs gourd111s sur la tete de leurs adversaires. C'est un long moment aprèS" cette agression. tandis .que l'on comptait les blessés par dlza111es que les fOl'ces de police ont cru. bon d'intervenir. faisant refluer les nervIs. La veille au soir. d'autres incidents avaient eu lieu. Dans une rue de la "j ll~p1' P.l:.urlL'l.nt t , nUh' manifestaient n:tt. onpos ltron au ascls le lU,,,,,,, _~_ aus,i, . gravement blesses par des matraqaeurs sortis d'une yoiture immatriculée dans la Seine, appartenant à la '-' suite » de Tixier-Vignancour. l'ùur empêchel' ces menées insolentes . de nombrew,;es ol'ganisations clermontoises avaient protesté contre la venue du « candidat » et contre le fait que la Maison dû Peuple ait été mise à sa disposition. j'dais la démarche effectuée à la préfecture était restée sans effet. C'est alol's que les organisations - pal'mi lesquelles les syndicats (C.G.T., C.F. D.T., F.E.N., S.N.l.). le P.C.F. et le p.s.U., l'U.N.E.F., le 11.R.A.P., la Ligue des Droits de l'Homme - appel~rent la population à se rassembler paCl: fiquement sur la place de la L iberte, face à la Maison du Peuple. De s'on côté. la Fédération socialiste S.F.I.O. devait, le lendemain, publier un communiqué dénonçant Tixier-Vignancour, où; elle déclare que ces incidents « lle fal/t que pral/ver le caractère fasciste de sa candidatltre ». « Des militants palitiql/es et des jel/I/es ét udiants délllacrates ant été sa/wagement lI1atraqués, poursuit ce texte. li appartient alb:r citayens de traduire dal/s la dignité leur sel/timent de réprabatial/ ... » « Les républicail/s, souligne-t-il encore. n'ant pas al/blié. CI/ ce 20· al/Iliversaire de la Nous apprenons le mariage du cinéaste Jean-Paul LE CHANOIS avec Micheline Fontaine. Nous présentons à cet éminent et fidèle ami du M.R.A.P., nos très cordiales félicitations et nos meilleurs voeux.

  • M. ESCAT-KRINSKY a été promu commandeur

de la Légion d'Honneur. Nous lui exprimons nos très sincères félicitations.

Nous adressons nos meilleurs voeux à M. ZOLTOBROSKI, vice· président de la Société des « Amis de Lodz », à l'occa· sion de son soixante· cinquième anniver. saire.

  • Nous apprenons avec douleur le décès

de Mme Rosa FROGUEL. Que M. Froguel et toute sa famille trouvent ici l'expression de nos sincères condoléances. SE PASSE-T-IL ? LES ··VI ETS" N se s()uvj"'nt sans rire, de ces deux titres superposés dans un grand j~llInal O parisien du ~atin, au temps où la guerre d'Algérie faisait rage. Je Clte de mémoire: « Un Nord-Africain égorge une rentière. » « Un Français musu~ml!'n sauve une fillette qui se noyait. » L'assassin ne pouvait être qu'un Nord·AfrIcam (le journal est l'un des plus élégants de Paris, et il n'employait pa~, alors, le mot « bougnolle »). Le héros perdait cette qualité pour devenir « Français musulman ». On avait le sens du distingo. AujOllId'hui, la guerre fait rage au Vietnam .. Mais l.es journaux du. soir, dans leurs gros titres, font la distinction entre les Vietnamiens et les « y!et~ » tout COllIt. Les premiers sont les bons, ceux qui collaborent avec les A~erIcams dans la lutte contre leur propre peuple. Les autres sont les ~écha?ts, qUI o~t le c~ot, dans leur propre pays, d'exiger le départ des troupe~ etrangeres. C~ n est meme plus du racisme, c'est quelque chose qui va plus 1010 ~ncor~ ._ ~s Ju~ements ~e COIII qui, sous La Fontaine, vous faisaient blancs o~ nous, n e~alent rien, au~res de cette imbécile, mais terrible différence. On est touJours le « V~et » de quelqu un. Et les « Viets ». comme les « bougnoules ", ou encore les « y~upms ~ et le~ « sales nègres », n'ont rien d'humain, c'est bien connu : les tuer ne tue pas a consequence. Libératiall des camps, aù cal/dl/isel/t de tels pracédés ... » • Un programme NUL ne s'y trompe : T ixier-\ ; ignancour, c'est le faSCisme. L ( ~ contorsIOns du loup qUI veut "e faire passer pour un mouton n'y changeront rien. Bien au contraire, elles sont, dans leur grossièreté, particulièrement révélatrices. Son (luxueux) journal, (juin 1965) publie en bonne place une « mise en garde à taus nas militants et sympathisal/ ts » indiquant que « l'actial! des camités T. V. ësf -1!ne actian publiql/c légale, dant les abjectifs salit définis dal'/s le cadre de la campagne présidentielle » et les incitant à éviter « !:èS il/citatians au pravacatians tendant à les écarter de cette ligne palitique ». C'est reconnaître que les « militants et SV II/ pathisants » en question, liés d'aütre part à « Europe Action », à « Occident » et à la « Fédération des Etueliants N;;ttionalistes » ont une tendance trop « voyante » à recourir au.";: agissement illégaux. Pour préci;;er plus clairement ses intentions, Tixier-Vig-nancour a ;teh'essé à son « cher ami» Malliavin, directeur de « Rivarol », une lettre où il expose S"a tactique actuell e, et qu'il publie sous le titre : « Observations sur l'extrême-droite ». « Des ham111es ca'llrageu.r et dh1aués, écrit- il, sauhaiteraient que je fusse candidat raj'aliste au fasciste ou al/Il-démacrate. au lIatianal-sacialiste à la Présidence de la RéPnblique ». Mais cela, explique-t-i1. conduirait à un échec préjudiciable à la « cause nationale » « Jc co111bats paul' ce qui est passible et 110,'/'1 pau~ des chimères au des regrets ». Il ne faut donc pas donner au programme clu candidat « la marque de fabrique» qu i repousserait les électeu r s. Ce programme, Ç1ui, ~'elon lu.i, d~\"I'ait avoi l' l'accord de « la 1IIajante des FraNçais », il le résume ainsi : « le rétablissemellt de l'unité nalialLale par l'amnistie (pour les criminels de l'O.A. S. - N.D.L.R.) et le t1'Onsfert à Dauaumant du maréchal Pétain », l'application « à l'écanamie et (l,1t l'l'agrès sacial des Pl-illcipes de la Liberté », « callstmire l'ElwaPe et l'établir l'Alliallce atla ntique ». Les deux premiers points suffi sent à montrer qu'en dépit de ses efforts. Tixier-Vig-nancoui' a beaucoup de mal à camoufler la marque de fabrique. Il suffit d'ai lleurs de feuilleter son journal pour être fixé. En dernière page, un article de François Brigneau. le rédacteur en chef du raciste « Minute ». Dans la page centrale. accolé à un grand portrait du « candidat », sous un a rti cle de Le Pen. un placard vante aux « militants et sympathi sants » des disques tels que « Le pracès dl! P etit- Oncle TOM. Cla111art », « La gue1'1'e d'Espagne .», « Paè111es de Fresncs de Rabert Brasillach » [condanll1é à mort pour collaboration] , «Vai.t· et chants du lIr Rcich » : tout un ,programme, cela aussi ... • Un moyen EN fait, la « campagne pré;;j~lentielle » n'est, pour l'extr e~llelimite, qu'un l1l?yen pal·tlcul!erement efficace pOUl' developpel' sa propagande par la voix de Tixier-Vignancour. Propagande fondamentalement racist~ . A chacune de ses réunion s, le « candlclat » reprend le thème de l'incapacIté des peuples de couleur; de la suppression de l'aide aux pays afncallls, qUI, selon lui l'ésoudrait tous les problemes français;' de « l'Occident chrétie/'~ », (.les « 111arins saldats et avtatcurs amencams qui défe/;dellt au Vietnaw l'hanneur de l'hanl/ne blanc ». « L'r:1ntelLne T.V. », bulletin du comité Tixier-Vignancour du 196 alTonc1issement à Paris, que nous adresse U!! ami. crie au scandale et à la « colantsa' ion de la, France» parce que dans une raffinerie, des AlgéI-iens ont été élus au comité c1'entreprise. Un autre ami nous fait parvenir un compte rendu du meeting tenu récemment à Nice pal' Tixier-Vignancour. Faisant acclamer les noms de Salan et cie Pétain, le« candidat» a affirmé qu'ils devaient être « assaciés an renauvean de la France ». A l'entl'ée, on distribuait des tracts réclamant « l'arrêt de l'invasian des allagènes « (Algériens et noirs) qui nous apporteraient !: crimcs, insécurité et maladies ». « Il 'II 'V 1J/O'YIqllait, écrit notre correspondant, 'que les brassards à crai.r gam- 111ées ». C'est à juste titre, on le voit. que le CO)lseil National du M.R.A.P. demande au.';: pouvoi rs publics de prendre des mesures pour mettre un tel'llle à cette agitation fasciste et l'aci~te, contraire à la loi républicaine, quand bien même elle prendrait pour alibi la « campagne présidentielle ». Les démocrates. les anti l'aciste doi vent s'uni r et agi l' pour lui faire échec.

  • Suite page 1 S.

DROIT ET LIBERTE MENSUEL 341, rue des Jebeurs - Paru (l't Tél.: OUT_ 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs lITRANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 PaI18 Pour les cha.n~ementB d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. 1 EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Libert~, ou s'abonner, au Siège des Amis de Droit et Libert~, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôteldes- Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square Robert- Pequeur, Bruxelles-7. ~ Le numéro : 10 francs belges. F L'abonnemeot annuel : 100 PB. • Abormement de IOUtien : 150 PB. ~ Journal composé et ImpriN ~ por des ouvriers syndiqués 8.P.E.C. - ChAtea.urotn- La Directrice de publication : S. BIANCHI LA XVIe JOURNËE NATIONALE SOUDAIN, après le discours du pasteur Martin Luther King, la salle éclata en applaudissements enthousiastes, et ces applaudissements, au cours de longs instants, se mêlèrent à ceux des manifestants américains, que l'on voyait sur l'écran, rassemblés face au « Lincoln Memorial ». C'était au début de l'après-midi. La projection de « La Marche » s'achevait (1). Grâce aux images de ce film, les 2.000 participants de la Journée Nationale ressentirent d'une façon poig nante leur solidarité profonde avec tous ceux qui souffrent du racisme, où que ce soit, aVèC tous ceux qui « r elèvent le défi » et qui jour après jour, étendent par leur combat le domaine de la fra ternité dans le monde. Ce fut a uss i u n g rand moment de cette J ournée s i l'ich e et s i exalta nte. quand. à la demande de Mme De ni 5'e Decourdeman che, soeu r du h é ros de la Résistance J acques DecoUl', le s ilen ce, pour une minute, enveloppa le vaste amphithb tre, et que c hacun de". 2.000, debout, évoqua a u plus intime de lui-m ême le sacrif ice des ma rty rs d'hier et d'a ujou rd'h ui, tombés sous les coups des ba rbares pour leur avoir résist é o u 5'implement parce que leu r ethnie était déclarée « inférieure ». (ontre le radsmè, l'antisémitisme et pour la paix

  • t& MAI t9&5

Palais de l'U.N.E.S.C.O. PARIS OUVERTS à tous les problèmes que pose le racisme, consc ients d'êt r (' les hé r iti e rs d'un farouche passé de luttes, les homme". et les femmes r éunis cc jour-là a u P ala is de l'U.N.E.S. C.O., se consacr è r ent cependant, a vant tou t , au présent, tel que nous le v ivons ici, en F r an ce. Pour la p r emiè re fo i"., la Journée Nati on a le était précédée la veiIJ e, ct dans certains cas depui s plus ieurs sema ines, par les trava ux de c i nq commiss ions : ce qui permit à des centai nes de pe rsonnes de prendre une pa rt directe à l'élab orat ion des décis ion s. L'ob jectif de l'un de ces g roupes de travai l. sous la p ré".idence de J ean S cha pira. éta it l'a na lyse r igou reuse de « ce qui est ». c'est-à-dire de ce mal multi forme qui sé\" it tou jours a utour de nou s et que, par une étr an g-e presbyti e, certa ins ne voient que lorsqu ï 1 5'e man ifeste au loin. L es pr éj ugés a nti sémites et racistes. vest iges de fa natismes ancestra ux. ou de l'occu pation h :tl é ri en ne, ou encore de la péri ode colon iale. consen 'ent d'âutant plus de v ita lit é que des' myst ificateurs ha biles s'emplo ient à les « rénover ». e;1 a pparence du moi ns. pa r rappor t ù l'actua lité. Ce,t a ins i que les soubresauts et les d i ff icul tés de la déco- Parmi les participants loni sation, l'afflux de trava iIJ eurs immig rés sen'ent de prétexte à d 'odieux décha în ements de ha in e, qui p euvent, les circon sta nces ai dant. engendr er cl i,'cr imina ti ons et v iolences. Pour dévelo pper cette propagande et . espè r ent-i ls. venger V ichy et l'O.A.S., les gl'oupes néo-naz is ut ili sent à fo ncl . précisons-le. la campagne « pr é:i clenti elle» de T ixier -V ig na ncou r. Celui -c i ne r éussira pas, par quelques phrases apaisantes, à camouf ler la nature fasc iste cie son ent r ('pr ise : et il importe que des mes'ures soient prises pour y fa ire éch ec. A la tribune , auprès de Pierre PARAF, président du M.R.A.P. et de Charle s PALANT, secréta ire généra l, a insi que dans la saIJe, parmi les invités et participants à la XVI' Journée Nationa le , se trouva ie nt les perso nna li tés s uivantes : MM. Henri LAUGIER, anc ien secrétaire général adjoi nt de l'Organisation des Nations ·Unies ; Jacques FONLUPTESPERABER, a nc ien député, consei ller d'Etat honoraire. Mme Suzanne COLLETTE-KAHN, vice-prés idente de la Lig ue française des Droits de l'Homme, secréta ire gé né rale de la Fédération Internationa le des Droits de l'Homme. Mme Madeleine LEO·LAGRANGE. i::é MM. Daniel MAYER, a nci en ministre , président àe la Ligue des Droits de l'Homme; E,!ouard DEPREUX, ancien ministre ; Robert BALLANGER, dé puté; Maurice DEIXONNE, ancien député ; Robert PONTILLON , membre du Comité dire cteur du Parti Socia liste S.F.I.O . ; le Dr Georges DUMONT, représentant le Grand Orie nt de France ; le Dr Gilbert NOEL, maire de Sa int-Maur ; Roland FOUCARD, conseiller gé néral de la Seine . M. Robert DELA VIGNETTE, ancien gouverneur gér.éral de la fr ance d 'Outre-Mer.

  • ' MM. l'Ingénieur gé né ra l Louis KAHN, président du

Cons istoire Israélite de France ; le chanoi ne Jean-Marie AUBERT, représentant .. Pax Chri s t i n .

  • ' MM. Maurice ROLLAND, cons ei ller à la Cour de Cassation,

président de l'Association des Magistrats Résistants

André HAURIOU, professeur à la Faculté de Droit

de Paris ; Mu Catherine AM MAR, Georges SAROTTE, avocats honoraires ; M' v,v, STANCIU , professeur à l'Ecole d'Ant hropologie , secrétaire général de la Société internationale de Prophylaxie Criminell e ; M" F. BENHAIEM, Odet DENYS, Armand DYMENSTAJN, Jean-Jacques de FELICE, F. HERMANTlN, M. IMERGLlK, Yves JOUFFA, Marcel MANVILLE, Michel MOUTET, H. PHILIP, Nicole REIN, Jean SCHAPIRA, Andrée SITRIVAZ, avocats à la Cour.

  • ' MM. Hubert DECHAMPS, professeur à la Sorbonne ;

Vladimir JANKELEVITCH, professeur à la Sorbonne, représentant l'Union des J uifs pou r la Résistance et l'Entr 'ai de (U .J .R.E.) ; Marc-André BLOCH, professeur à la Faculté des Le ttres de Caen ; Roger LHOMBREAUD, membre de la cOl')1 mission fra nçaise de l'U.N.E.S .C.O. ; Maxime RODINSON, professeur à l'Eco le des HautesEtudes

Albert PFRIMMER, anc ien qha rgé de cours à la

Sorbon ne; Henri JEANNE, proviseur du Lycée Pau l-La pi e ; Adolphe ESPIARD, inspect eur prima ire honoraire .

  • ' Le cinéaste Jean-Paul LE CHANOIS ; Anne BERANGER,

productrice à l'O.R.T.F. ; l'actrice Lydia EWANDE ; le peintre ZARFIN. Mme Marie CUTTOLI. M. Jean-Louis PIDOUX-PAVOT, éditeu r. Mmes Claudine CHONEZ, Marie-Magdeleine CARBET, Juliette DARLE, Nicole DUTREIL, Madeleine ROUSSEAU, MM. G. A. ASTRE, Gilbert GRATIANT, Mateo MAXIMOFF, écriva ins; Eric ROULEAU, Roger MARIA, journa listes ; Albert LEVY, ré dacteur en chef de .. Dro it et Liberté n .

  • ' Parmi les dé légués d 'assoc iatio ns qui ont pris part a ux

travaux, éta ie nt également prése nts : MM. CHEVALIER, conseill e r c ul t ure l de la Fé dération Mondiale des Villes Jume lées ; E. CREMIEU-ALCAN, président de l'Association de Lutte contre la Fa im (A.S.C.O.FAM.) . MM. Daniel MITRANI, dé légué national de la Fédération des Foyers et Clubs Léo-Lagrange ; Jean-François CHOSSON, représentant .. Peuple et Culture n ; Mlle MarieClaude BESSON, représentant la Fédératio n des Clubs U.N.E.S.C.O. ; M. ROUSSELLE, pré s ide nt de la Fédération des Francs et Franc hes Camarades ; Jacques DROUET, représenta nt le Centre de Liaison des Educate urs contre les Préjugés Rac ia ux (C.L.E.P.R.) . MM. Alfred GRANT, secré ta ire géné ra l de l' Union des Sociétés Mutua listes J u ives de France, et les dé lég ués de nombreuses sociétés affil iées; le Dr DANOWSKI et Isi BLUM, président et secrétaire gé néral de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Ju ifs ; Albert YOUDINE, secrétaire généra l de ' l'Uni on des J uifs pour la Résistance et /'Entr 'a ide (U.J .R.E.) ; Joseph HASSOUN, représentant l'Associ ation des J uifs originaires d'Algérie. MM. BENYLLES, re présentant l'Amicale des Algériens en France ; Ahmed ELABBASSI à la tête d'une large délégation de l'Association des Etud iants Musulmans Nord-Africains. Mmes CHAPELAIN, présidente de la Fédération de la Sei ne de la Ligue des Droits de l'Homme ; Denise DECOURDEMANCHE, secrétaire géné ra le de l'Assoc iation des Familles de Fusi ll é s e t Massacrés de la Résistance Française, représentant la Fédération Nationale des Dé- U E autre commission, animée par Charl es Palant, avait pour tâche de déte rmine r les « remèdes » dont d isposen t les a nti racistes. D'abord, a-t -elle indiqué. il con vient de « Ile rien l a i s~,.e r passer », fi. la table d'honneur du déj euner , on r econnaît le président Pierre Para!, Mme et M. Sim Var, Mmes Marie Cuttoli et Suzanne Collette-Kahn portés e·t Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R .P. ) ; Marie-Elisa NORDMANN·COHEN, présidente de l'Amicale d 'Auschwitz; M. Sylvain BLOCH, secréta ire géné ra l de la Fédérat ion des Réseaux de Seine et Seine-et-Oise. Mme Georgette DUVAL, représentant la Fédération du Papier-Ca rton (C.G.T.) ; M. LANFRANCHI, de la Fédérat ion Généra le de l'Agricu lture (C.F.D .T.) ; une dé légation de la Fédération Générale des Art isans et Façonni ers. Mme DAVID, secrétai re des Etudes Tsiganes ; MM. Vanko ROUDA et Stevo DEMETER, re présenta nt le Comité International Social Tz igane; le Dr KHAYGUIAN, prési· dent du Comité de Coordination du Centre d'Etudes Armén ie nnes.

  • ' Diverses personnalités dip lomatiques ont en outre ,

honoré de le ur présence la XVI' Journée Nationale et parti c ipé au deje uner : M. SIM VAR, dé lég ué permane nt du Cambodge à l'U.N.E.S .C.O . _ M. SOBAKINE, dé légué permanent de l'U.R.S.S . à l'U.N.E.S.C.O. M. Vojtech NAVRATIL, 2' secrétai re de l'am bassade de Tchécoslovaquie . M. GASNI, 2' secrétai re de l'ambassade du CongoBrazzaville. M. Hamed OULD DI E, re présentant SE l'ambassadeur de Maurita ni e . M. MISUR, représentant S .E. l'ambassadeur de Hongrie. Diverses assoc iations étrangè res s 'éta ient fa ites re· présenter à la Journée Nationa le . De BELGIOUE étaie nt venues : - une dé légation du Mouvement belge contre le Rac isme, l'Antisémitisme et pour la Pa ix, comprenant Mme BUCH, MM. Lé on GRINER, DUDICQ et JURYSTA ; - une dé légation du Cercle Culture l et Sportif Juif de Bruxelles, conduite par son président, M. SUSSKIND ; - une dé lé gati on de la Solidarité J uive , composée de Mmes VOLMAN et ZUSTER ; - une dé léguée de la Fédérat ion de la Jeunesse J uive de Belgique, Mlle Kathy SZYPER. De la REPUBLIOUE FEDERALE ALLEMANDE : - M. Kurt BACHMANN (F ra ncfort), membre du Comité di recteu r de la V.V.N. (Association de? Vi ctimes du Nazisme) . De SUI SSE : - M" Georg GUGGENHEIM (Zurich), membre de l'Exécutif de la Fédération Suisse des Communautés Israélites ' ...: M' Peter WOOG, chef du Bureau de presse J .U.N.A. de ne laisser sans r éponse a ucune ma nifes tation de racisme, qu' il s'a g isse de clouer au pil ori un fasc is te av é ré ou d'appor ter ù l'individu qui se trompe les ex pl ications nécessai res. Contre les uns les rig ueurs de la lo i : celle qui ex iste et qui dev r a it p ermettre l'inte rdiction des g roupes racistes et la condamna ti on de leur". j ournaux; celle que le M.R.A.P. propose, en v ue d'une efficacité accrue, et qui a fait l'obj et des d éba ts de la commiss ion présidée pa r le Conseill er l\laurice R oll and. Pour les autres, l'enseig nement de5tiné à ori enter la j eunesse ve rs la compréhens ion et l'a mitié inte r racIale; l'éducation de J'opini on publi que avec tous les moyens possibles : ceux dont n ous avons l' usage ( confé rences, f ilms, li vres, débats, expositi ons, « Droit et Libe rté»); ceux a uss i (gr a nde presse, radio, t élévi 5'ion), qui pourra ient oeuv r er d'une façon systéma ti que à la di spariti on du racisme et de l'a nti sémiti sme, ù l'épan oui ssement d'un huma ni sme vérita ble. L A commission de J'a pa rtheid, que présidait J ean -J acques de Féli ce, il étudié ce problème - beaucoup moins lointa in qu 'on ser a it tenté de le c roire - à la lumiè re de nos respon sabilités de F r a nçais. La v is ite à Pari s du mini stre sud-afr icain de la Défense v ient confi rmer une t ri ste réalité : malg ré les décis ions des Nations-Uni es, dont toutes les g randes pui ssances ont d ît tenir compte, n otre pays continue de fournir aux ma îtres racis tes de l'Afrique du Sud J'a ide économique et milita ire qu' il leur faut pour ma inteni r et aggraver leur oppress ion inhuma in e sur la populati on n o ire. Veut-on a in s i payer le soutien empo isonné que Ver woe1'Cl, en opposition également avec l'O.N.U., a ppo rta it, il y a quelques années, à la g uerre menée pa r le gouvern ement f r a nçais en Algérie? LE sér ieux des travaux de la Journée Nati ona le, son sou ci d'abouti r à des conclus'ions uti les, l'esprit d' union qui anima it les parti cipa nts d'o ri g ines et de tendances di verses - tout cela se r eflète clans la ha ute tenue des in te rventi ons et dans les r é:oluti ons adopt ées, qui constituent, pour un a n, la ch a rte d'action du M.R.A.P. 11 est à note r , en parti çuli e r , que ces mêmes caract é ri sti ques ont ma rq!!é la commiss ion sur le Moyen- Albert LEVY. (S'uite page 12.) (1 ) Ce très beau film de James Blue, consacré à la grande manifestation du 28 août 1963 à Washington, peut être utilement diffusé par les comités locaux. Le demander au M.R.A.P .


4

A XVIe JOURNEE ATIONAL JUSlice DOUr les Oilans elles TziganeS L A situation des communautés g itanes et tziganes en F rance pod' identité nati onale. comme pour tous les autres F rançais, devant suff ire. La création d'ateliers arti sanaux de type coopér ati f doit permettre de résoudre les difficultés de beaucoup de Gitans et T ziganes dans l'e_oer cice cie leur profess ion. se cles problèmes qui relèvent à la fo is cie la lutte contre les préj uges racIaux et clu respect cie l'égalité cles dro its pour tous. Il convient qu'un effort spécial soit accompli pour mieux fa ire connaître à la population française la vie réelle cles Gitans et Tziganes et les r a isons historiques et sociales cie leurs particula rités. Comme les juifs, les Gitans et Tziganes ont été systématiquement déportés et exterminés par les naz is lors de la dernière guerre. Outre le l'espect de leurs droits comme pour toutes les victimes du génocide, il serait juste que so it ér igé un monument aux martyr s g itans et tziganes. Nous devons les aicler à obtenir que la loi cie 1912 concernant les nomacles soit abolie et que cles lieux cie sta tionnement soient prévus et aménagés permettant aux it inérants cie se cléplacer sans autres dispositions administratives que celles qui sont appliqu.ées généralement aux autres catégories simila ires (campeurs, etc.). Des représentants des Gitans et T ziganes do ivent être appelés à pa rticiper à l'organi sation et au contrôle cie ces lieux cie stationnement. Notre sout ien aux revendications ci-dessus doit être dépourvu de tout paternalisme; c'est dans leurs propres rangs que doivent se trouver les meilleurs défenseurs des Gitans et Tziganes. Enfi n, plutôt que de paraître apporter une solution à leurs problèmes en préconisant la sédenta risation des Gitans et T ziganes, nous pensons qu' il vaut mieux que soient données au moins toutes facilités législatives et administratives à ceux d'entre eux qui veulent effectivement r enoncer à la v ie nomade, sans que soient pour autant brimés ceux qui veulent continuer à vivre de façon traditionnelle, p.ourvu qu' tls respectent des lois qui leur l'encira ient justIce. La scolarisation des enfants de ces communautés cloit être réalisée en tenant compte des conditions cie v Ie spéciales cie leurs pa rents. 11 faut supprimer le carne t anthropomét r ique, la car te Roger MARIA « Nous avons voulu, en ce qui concerne les Gitans et Tziganes, aller pour ainsi dire tout droit au problème de l'égalité des droits les concernant par rapport au reste de la population », commenoe R oger MARIA, rapporteur, ap rès 1\1c Schapira, de la commission sur les formes et manifestations du r acisme. Il y a environ 300 .0.00 Gitans et Tziganes en France, dont plus de la moitié sont sédentaires, les aut res ét ant nomades. Il faut que chacun d'entre eux soit libre de faire ce choix ; les sédentaires doivent bénéficier « des garanties de la loi et des r èglement administratifs r éellement allpIiqués », supprimant €'n particulier toute discrimination dans le travail ; les nomades, eux, doive.nt obtenir la suppression de la loi discriminat oire de 1912. « De toute façon, poursuit Roger Maria, si une évolution se produit dans leurs rangs, il faut que pour l'essentiel ce soit l'oeuvre des Gita ns et Tziganes eux-mê· mes. Les hommes et les femmes qui se lèvent pa'rmi eux pour transformer les conditions de vie de ceux de leurs frères qui le dési rent déjà, doivent être compris, écoutés, Nous avons voulu que l'action antiraciste tienne compte de la nécessaire compréhension qui doit se répandre de plus en plus dans la population française, car s'il est une population diverse, très 'méconnue, sur laquelle on dit les pires absurdités, c'est bien celle des Gitans "et Tziganes. » Le rapporteur aborde ensuite le problème des r evendications de Gitans : droit de stationner sur des terrains précis, ad· ministrés et organisés par les Gitans eux-mêmes ; suppression du carnet anthropométrique, « vieille habitude policièl'e qui fait d'eux une catégorie r éputée dangereuse et donc sujette à une surveillance aggravée par la nécessité de se présenter comme des malfaiteurs auprès de la gendarmerie là où des Français n'ont pas à le faire » ; scolarisation des enfants suiv'ant le procédé employé pour les enfants de la batellerie ; « création de coo· Léon GRINER : pératives ar tisanales permettant aux Gitans de se t ransformer par r apport aux conditions de l'époque ». Et enfin, Roger Maria insiste SUr la nécessité de recon.naître aux Gitans, assassinés par milliers dans les camps de concentration, « leurs droits aux dommages de guerre, aux indemnités, comme pour tous ceux qui ont subi les conséquences du racisme hitlérien », et de les aider, étant donné les difficultés auxquelles ils se heurtent, à cause de leur manque d'habitude des formalités administratives, et leur dispersion. D'autre part, un monument devrait être érigé en France, qui perpétue la mémoire des martyrs gitans et tziganes « et puisqu'il s'agit de notre pays, je rappelle, poursuit l'orateur, que plus de la moitié des Gitans et Tziganes r ésidant en France sont tout simplement des citoyens fran. çais, comme vous et moi, des citoyens français qui paient l'impôt, qui font le service militai're ct qui subissent malgré tout des discriminations, » « La solidarité du MRAP de Belgique » IL est ~rai que le M.R.A,P, n'exi ste pas depu is langtemps en Belgiq ue, s'exc la - « me Léon Griner, qui en es t l'un des animateurs. C'est danc le moment de rappeler san existence - surtaut - à certa ins de mes amis belges qui se tro uvent p'résents da ns la sa lle. Si diverses circonstances ont fa it qu' ils ne l'ont pas encore rejoint, je souhaite qu'a près ces assises ils viennent nous a ider dans la , lutte fraterne ll e qui doit nous unir, » Parlant au nom du Comité contre la prescri ption, qui réunit en Belgique que!que tren te-c inq organi sati ons de to utes tendances, Léon Griner rappe lle le gra nd succès qu 'ont remporté les manifesta t ions organi sées pour réc lamer l' imprescript ibilité deô crimes de guer re, insiste sur la nécessité de continuer la lutte et assure notre Mouvement de l'act ive so li da rité de son homologue be lge dans le combat qui nous est commun. M. CREMIEU-ALCAN ({ Faim et civilisation )} Au nom de l'Association Française de Lutte contre la Faim (ASCOFAM) dont il est le président, M. CREMIEU- ALCAN affirme : LEOPOLD « Une des formes les plus graves du racisme est la situation de deux milliards d'hommes sur trois milliards qui peuplent la terre. En effet, deux races ainsi se trouvent en présence .- la minoritaire, qui veut maintenir son emprise sur la majoritaire, (es peuples nantis qui continuent leurs agissements de colonisateurs à l'égard des peuples du Tiers-Monde. » La Campagne Mondiale contre la Faim n'est pas, souligne M. Crémieu-Alcan « une collecte de surplus et des distributions charitab les ». ' Les jeunes qui participent aux campagnes contre la faim savent d'ailleurs que seule la prise de conscience de l'opinion publique peut créer une « fraternité équitable ». LA GRANDE BIERE DE BRUXELLES ont été choisies pour vous par ~ORMONT Tél. · 205-89.39 10, rue Pajol, PARIS (18e ) « Il est nécessaire, que par tous les moyens, la jeunesse vivante et agissante participe à cette croisade », affirme encore M. Crémieu-Alcan avant de conclure : « La justice l'exige - mais aussi et surtout la sécurité - car sinon, en face des explosions de colères inévitables des malheureux peuples chez lesquels la démographie galopante aggrave sans cesse la situation effroyable, joueront inexorablement les ~xplos ions des militaires désireux de sauvegarder la minorité .- et le jour des retombées atomiques, ce sera la grande paix des cimetières qui viendra anéantir tous ceux qui avaient pensé que tous les hommes ne sont pas avant tout une même race. ii Le Professeur Hubert DESCHAMPS « Racisme et décolonisation» « Les préjugés ne sont pas éternels, mais ils ont la vie dure, commence M. Hubert DESCHAMPS, professeu r à la Sorbonne. Après la grande crise hystérique du nazisme, le ra· cisme n'est pas totalement mort ; la violence a laissé des séquelles de violence, et la haine des foyers de haine, toujours virulents, toujours dangereux. C'est la tâche primordiale et l'honneur du M.R.A.P. de veiller à les dénoncer, à les combattre, à les empêcher de faire à nouveau flamb er les peuples et l'humanité. » M. Deschamps va s'attacher à démontrer comment au « ra cisl/1e plus Olt moins inconsci-znt des épo qu es' coloniales a su ccédé Ul1 ra cisme de la décolonisation, fait de se ntill/ ents de ~ép it, de crainte et de colère, ex plottes par les pro fessio nncls de la réaction, de la xénobhobie et dc l'égoïsme national » et dont il fau t dénoncer les s'Iogans. « Premier slogan .- la décolonisation ne scrait r ien d' alftre quc la mise CI! accusation de l'h oml1l e blanc », «un phénolll èl/le racial antibla llc ». La lutte contre les peuples de couleur qui aspi l- ent à la liberté serait donc une légitime défense cie la civilisati on bl anche, occiden ta le et, ajoute- t-on, ch rétienne. « Dcux ième slogan .- la marée des l'aces de co ul enr va no us sub1l1 erqcr », poursuit M. Deschamps qui cxpnme le souhait cie voir « le racisme, conçn SO IIS l'angle de la d0711illatio ll, fa ire place à des' rapports ,cllire ill divid us » où les di ffé rences physiques «n'aurollt pas nne paTt détcrmina nte ». 1V1. Deschamps abonle le trois ième thème : le -gas'piilage, la ruine in tér ieure cie la F rance qu'entraînera it l'a ide aux pays sous-développés. « Rendre l'espollsable dcs insnffisances in té-rieu res frallçaises la seule coopél'atio ll avec les pays d'01l tre-mer, est 'lIi1e plaisanterie. Elle 1l0US coÎlte, dit-oll, ! % ' dn reZ'C llU llatioHal », précise 1\1. Deschamps. « A 'lIssi bie1l, to ut n'est- il pas faus cette aide, a joute-t -il, charité ni calcul politique. Les industries ct les tec/nllClCllS frallçais en bénéficient. » « Quatrième thème de lame1l tations l'el1vahissemellt et la conta1l!L1tatlon. » L'orateur explique que les travai lleurs immi grés, noirs et blancs, en occupant des emplois cie qual ité in[éri eure ne représenten t pas une concurrence mais que « ce sons-prolétariat permet au contraire la promotion des ouvl'iers franç ais vers les emplois spécialisés »; qu'il est calomnieux « de rcndre lcs lra- 7Jailleurs algériens respollsables dc tous les crimes et de toutes les maladies contag ieuses. » « Cinquième thèse l'acistc .- l'égoïsme sacré sur le plan culturel .-, l'Université française manq'ne de maUres, mats on les prodigne, dit-OH, aux pays d' outrel1ter. « Or ies Ullivcrsités local.es ont justeme/ lt pour but dc développer le n0111 - bre des enseignants autochtones, qui rédu irait par la snite les besoins en maît res français. Att surPlus, il paraît étrange que l'on r,eluse la diffusion de la culture fra nçaise an nom dn nat ionalismc frança is. » E nfin, un derni er thème, « le pius COTla ce , le plus simple, le centre même de la pensée l'aciste, le coeur du système .- l'infériorité l'acia le... L es sousdévelopPés seraÎe11t des « sous-capables ». 01-, rappelle M. Deschamps, cie nombreux travaux de psychologues ont démontré que« l"infén'ol'ité pS}lchiqne tena11t à '/l/1.e race est 1t1le légende ... Les retards d'évo lution tiennent à des canses géograPhiques, his tor iques, sociologiques, et sur tout au manque de contact ,e.rtérieur, à l'isolement. » L es moyens de communicat io n rapides tendant à affitibli r les diversités, « l'Histoir,e, conclut M. Deschamps, q~t' on le regrette ou 11 on, com't verj l'unité dn globe ». fi -----_ Un mal multiforme, toujours dangereux ... A XVIe . JOURNEE ATIONAL Jean SCHAPIRA RAPPORTEUR général de la Com· mission qui a étudié les « for· mes et manifestations actuelles du racisme, Me Jean SCHAPIRA pré· cise tout d'abord que les conclusions qu'il va p résenter n'ont pas de « prétention à un tableau mondial ", qu'elles se rapportent essentiellement à des problèmes français par la défini· tion .même du M.R.A.P . En France, constat e-t -i l , on se heurte « à lme doctrine quasiment officielle » selon laquelle le racisme n'exi ste pas, et à « deux attitudes extrêmement graves. La première, c'est le silence : silence parfois voulu, silence résultant parfois de l'ignoratzc,e; et l'antre qn'i est la négation du racisme par ses victimes. » M' Schapir a distingue trois points que les travaux de la commission ont souligné. « D'abord la nécessité de distingller soigneusement ce que 110IIS appelons le racisme militant - c'est-à-dir.e le racisme d'un certain nombre de groupes et d'organes de presse - du racisme vulgaire, du racisme endémique et même du racisme inconscient qui, existant dans des couches plus ou moins étendloes de la population, constitue par là même, lin milieu parfois favorable à l'éclosion d'llll racisme conscient, que le milital1t·isme des racistes nazis on de même acabit arrive à développer. D'autre pm't l'extraordinaire capacité d'adaptation du racisme : un même racisme. c'est-à-dire un racisme portant sur les mêmes victimes, noÏl's, juifs, Arajes, peut subsister à travers les années en chang.eant de contenn et de justification. L'exemple typique en est ie raeisme antinoir, d'une façon générale, le racisme contre les peuples de couleur: les mêmes ségrégations sont préconisées. le cas échéant, les mêmes actions violentes. On ne les iustifie plus de la même façon: aujoUl'd'lmi, on parle du danger qlw nous allons coltrir du fa'it des ?'Gces nouvellement indépendantes. « Enfin la nécessité de n'aborder jamais aucun problème racial O~I raciste ... d'une manière systémat'ique, permanente et générale : c'.est l'analyse des circonstances, des faits et des époques qui permet de s'y retrouver. » L'orateur commente la résolution qu'il va lire. Constatant qu'il est indispensable de distinguer les différentes formes du racisme pour mieux l es combattre, il demande néanmoins à tous « d'être conscients qu'elles sont liées étroitement et s'interpénètrent : le racisme est WI tout. » «Enfin, conclut M' Schapira, s'il n'existait pas un monde de préjltgés, de routines, de schémas préfabriqu és, cer- . taines . formes d'édltcation ... dont les el'lfants sont les victimes inconscientes, les racismes militants que nous dénonçons ne bénéficieraient pas de ce terrain favorable à leur développement. D'où la nécessité première, indispensable, qui doit être au centre de gravité de toute notre action : exPliquer, informer, éduquer. » L'observation établit, en ef· fet ; DANS le cadre de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix des 15 et 16 mai, la première Commission de travail a fait le point des manifestations actuelles du racisme. que le nazisme antijuif s'accompagne toujours de la haine des races colorées, dites « inférieures " ; Elle est parvenue aux conclusions suivantes; 1° En ce printemps 1965, le racisme sévit toujours dans de nombreuses régions du monde. Cette constatation , malgré certains démentis officiels, englobe la France. Simplement, comme tout phénomène social, le racisme varie de pays à pays, dans ses racines et dans sa doctrine, dans ses victimes, dans ses pratiques, dans son influence. - que les états·majors et les « penseurs " du racisme « défense de l'homme blanc " sont, en leurs personnes et en I~u~s in~pira.te~r.s, fortelT!ent empreints de tout ou partie de 1 IdeologIe hltlenenne : 1 O.A.S. en fut, naguère, la preuve la plus connue ; Trois variétés particulièrement graves du racisme se mani· festent en France.

- qu~, s,eule, la tactique conduit, à certaines époques, les

racIstes a epargner provisoirement telle ou telle de leurs cibles : ainsi l'O.A.S. et ses successeurs actuels vis·à-vis des juifs, comme en Angleterre, le Mouvement Colin Jordan vis·à·vis des Noirs, des Jaunes et des Indiens; La première est liée à la survie du nazisme classique, soit dans certains groupes qui se veulent de choc et qui, exploi· tant l'impulsion de la jeunesse vers l'action, cherchent à re· cruter parmi les adolescents, soit surtout dans une presse destinée à l'intelligentzia (ex. : Défense de l'Occident) ou au grand publiC (ex. : Rivarol). Ce nazisme, appelé plus souvent « néo·nazisme ", pratique essentiellement l'antisémitisme. " recevrait un apport appréciable, en hommes et en fonds, si la prescription des crimes hitlériens entrait en vigueur. - mais qu'il suffit d'approfondir le contenu des propagan· des racistes pour y retrouver, toujours et partout, et même 9ans l'~pport~ni~me des alliances proposées temporairement a certames vIctImes classiques du racisme, les hiérarchies raciales dont le sommet est l'homme dit « aryen ". La seconde est liée au processus général de décolonisa· tion. Elle se traduit par la philosophie, courante dans les cou· ches dites « nationales " de la primauté de l'homme blanc. Elle s'efforce, d'une part, de dénigrer les civilisations et les aptitudes des peuples de couleur, d'autre part, de créer une psychose, celle de la nécessaire union sacrée des blancs con· tre le déferlement des autres races. Ce racisme, qui rappelle étrangement le « péril jaune " de Guillaume Il, vise surtout les Noirs et les Algériens. " va de pair avec le « cartiéris· me " ou doctrine de la non·coopération. L~ Com~ission. n'éprouve aucune surprise devant ces phé· nomenes d adaptatIon du racisme: en fin de compte, ce n'est pas .Ie destin de tel ou tel groupe qui est en cause, mais c~lu~ ?e l'homme, envisagé à l 'échelon planétaire , dans sa dlgnlte et dans ses droits. 3° La Commission précise que les racismes militants se développeraient moins facilement si deux conditions n'étaient pas fréquemment réunies. L'une est l'existence de préjugés, de schémas préfabriqués, de routines et même d'un racisme inconscient dans certaines couches de la population, parfois, dans la population tout en· tière. Il importe de relever que cet état latent affecte quelque· fois des milieux que leurs traditions humanistes devraient te· nir à l'écart de tels phénomènes. La troisième variété de racisme se rattache à diverses tra· ditions, plus ou moins légalisées, de ségrégation. Hors de France, la question noire aux Etats·Unis et l'apartheid sud· africain en sont les exemples types. Moins spectaculaire et moins virulente, mais plus ancienne, la situation des Gitans et des Tziganes en France n'en constitue pas moins une modalité indiscutable. 2° Variant selon le régime politique et social, la latitude, les développements historiques de ces vingt dernières an· nées, ces racismes, que l'analyse doit distinguer pour les besoins de la lutte, sont cependant étroitement liés entre eux. La deuxième condition, qui, trop souvent, se réalise avec la complicité apeurée ou opportuniste de certaines victimes du racisme, est, malgré l'évidence, la négation pure et simple de celui·ci. En France, le phénomène est notamment frap· pant en ce qui concerne le racisme antijuif. La Commission souligne que ce silence voulu alimente et encourage le racis· me : il faut, si l'on veut combattre efficacement celui·ci, avoir le courage de dire ce qui est. Le professeur v. JANKELEVITCH • "Deux Dhénonènes dislinCls liés Dar l'hisloire LE professeur V. JAN KELEVITCH, membre de la présidence de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide déclare que si la lutte contre l'antisémitisme con· cerne plus directement l'U.J.R.E., il n'est pas possible d'en détacher le racisme, et on peut confondre la lut· te contre ces deux fléaux, étant donnés leurs liens historiques scellés dans le sang par le nazisme. " « Cependant, démontre M. Jankélévitch, ce~. !.deu~ ~oi-disant doctrines . sont qU!lnd l'ie,me, distinctes i elles pe.uvent et doivent être distinctes.... (comme le· fait le M.R.A.P. dans son titre). L'antisémitisme n'est pas simplement un cas particulier, subsumé dans une catégorie plus générale. Il s'agit de deux phénomènes hi storiques liées par l' Histoire, mais dis nctes psychologiquement. Tous deux sont abominables, de manière différente : le racisme est un instinct bestial, primitif, c'est l'animalité dans l'homme, le sauvage qui est en chacun de nous et qui peut s'y réveiller. Quant à l'antisémitisme, c'est quelque chose qui a plus de rapport ovec la méchanceté, la perversité. Si l'antisém itisme et le raci sme se confondent avec la xénophobie quand il s'agit des juifs d'Orient « que l'on déteste à la fois parce qu'ils sont juifs et parce qu'ils sont étrangers », l'antisémitisme est plus universel, lié à un ressort secret et éternel, et peut se réveiller en tout homme. « Je vois très Ibien, déclare l'orateur, le moment où les racines du colonialisme et ·du racisme, en général, auront été complètement extirpées de l'humanité. où il n'y aura plus ni racisme ni colonialisme, et où il y aura encore des antisémites. » { .. .l « 1\ s'agit là de quelque chose de t"ès profond et qui demanderait à être analysé à part. C'est un rapport très compliqué que celui du juif au non juif i ce n'est pas comme dans le racisme simple le rapport du soi-disant supérieur avec le soi·disant inférieur fondé sur la dissimilitude et sur un complexe de mépris, c'est le rapport du même avec le presque même, le rapport avec le différent à peine différent et dont l'origine n'est pas toujours annoncée par le visage. » S'il existe des nuances, conclut M. Jankélévitch, que nous distinguons dans notre combat, il arrive néanmoins un moment où, sous des noms différents, dans des organisations différentes, « s'agissant du r'CIcisme, de l'antisémitisme, du fascisme, en fait c'est toujours pour une seule et même chose que nous luttons tous. Elle porte le même nom pour tous : c'est la démocratie, c'est la liberté. » Le Dr KHA YIGUIAN . « Du massacre des Arméniens à l'extermination des juifs» APRES avoir dépeint toute l'horreur du génocide perpétré par les Turcs con· tre les Arméniens, il y a cinquante ans, le 24 avril 1915, le Dr KHAYIGUIAN, au nom du Centre d'Etudes Arméniennes, rappelle que Il ce crime ayant pour mobile un racisme et une intolérance religieuse exa· cerbée », ce crime qui n'a ménagé « ni les femmes, ni les enfants, ni les vieillards lI, qui a supprimé « un million cinq cent mille innocents sur un total de 4.500.000 habi· tants lI, « ce crime... a permis à Hitler d'emporter la conviction de ses généraux qui hésitaient encore à jeter dans les camps de concentration, de torturer et de tuer des millions de juifs, de Polonais, de Russes, de Français lI. Hitler déclarait en effet le 22 août 1939 : « Notre force doit résider dans notre rapidité et notre brutalité. J'ai donné l'ordre à des unités spéciales de S.S. de se rendre sur le front polonais et de tuer sans pitié hommes, femmes et en· fants. Qui donc parle encore aujourd'hui de l'extermination des Arméniens ? )) M. Khayiguian demande alors que jus· tice soit rendue au peuple arménien et appelle à la vénération des martyrs. -1 ces vieillards de Trébizonde, enterrés vi· ~ants ,comme ces habitants d'Erzindjan, eventres comme ces femmes enceintes de Mouch. Ils n'ont pas eu de sépulture com. me ces 70.000 massacrés de Chedadi dont j'ai cherché en vain quelque ossement au fin fond du désert de la Syrie. Violés cru· cifiés parfois, torturés souvent, ils ' sont morts toujours dans d'affreuses souffran. ces. )) La Commission sur les formes et manifestations . du racisme « Ils ont été ferrés au pied comme les professeurs de Kharpout, déclare·t·il, brûlés atrocement, comme ces femmes et enfants de Smyrne, jetés à la mer et noyés, comme Le Dr Khayiguian propose pour con· clure que le M.R.A.P. s'associe à la recher· che et à la diffusion des documents con· cernant le génocide des Arméniens. fi ~ ~------------------------------------------------------~--------------------------------- « De tout cc:eur avec vous » •••

1 L'EDUCATION A LA FRA URNITE 1 A XVie

JOURNEE AIIONAL M. Roger LOMBREAUD ( Clubs UNESCO) : « Ce qui donne un sens à l'existence, c'est la rencontre avec autrui» Au début de la Journée Nationale, le président Pierre PARAF présenta les excuses de M. Léon lYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, prés ident d'hon ne ur du M.R.A.P., qu i, e n raison de sa santé, n'avait pu être présent. D'autres personnalités ont, en grand nombre, envoyé des messages exprimant. en dépit de leur absence, leur sympathie et leur soutien. En voici la liste : M. René MAHEU , directeur gé né ral de l'U.N.E.S.C.O. MM. André CHAMSON, Marcel ACHARD, le paste ur Marc BOEGNER, de l'Académie Française. M. Gaston MONNERVillE, préside nt du Sénat. M. René CASSIN, vice-président honoraire du Conseil d'Etat.

MM. Guy MOllET, ancien président du Conseil; Edmond MICHELET, Diomède CATROUX, député ; Fernand GRENIER, député ; Georges MARRANE, s énateur ; J ules MOCH, député; Marius MOUTET, sénateur; André PHILIP, Michel SOULIE, Jean PIERRE-BLOCH, ancie ns min istres.

Mme Jacqueline THOME-PATENOTRE, anci en ministre, vice-prés idente de l'Assemblée Nationa le; M. Maurice SCHUMANN, ancien min istre, président de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée Nati onale; MM. Vincent ANSQUER, Octave BAJEUX, Pie rre BILLOTTE, François BLANCHO, Charles de CHAMBRUN, Henri CHAZE, Louis W. CHRISTIAENS, Pierre COMTE-OFFENBACH, Gérard DEliAUNE, Raymond DERANCY,Bernard DUPERIER, Pierre GODEFROY, le Chanoine Félix KIR, René LECOCQ, Marcel LEMAIRE, Jean LOLlVE, Louis lONGEQUEUE, Jean MOULIN, Maurice NILES, Roger PEZOUT, Etienne PONSElllE, René RADIUS, F. ROQUES, André ROSSI, O. de SESMAISONS, René TOMASINI, Andre TOURNE, Alfred WESTPHAL, Raymond ZIMMERMAN, députés ;-Mme Mathilde GABRIEL-PÉRI , le général Paul TUBERT, anciens députés.

hl. . Roger CARCASSONNE, Mme Marie-Hélène CARDOT, MM. Emile CLAPAREDE, Georges COGNIOT, Léon DAVID, Jacques GADOIN, Jean GEOFFROY, Jean NAVROU, Henri PAUMELLE, Guy PETIT, Etienne RESTAT, Georges ROUGERON, Edouard SOLDANI, René TINANT, Jean-Louis VI GIER, Robert VIGNON, sénateurs Léo HAMON, ancien sénateur. L'Amiral MUSELlER, ancien chef des Forces Françaises Navales Libres. MM. Paul BASTlD, Jean LURÇAT, membres de l'Institut.

Les écrivains Jean-Paul SARTRE, Claude AVELINE, Jean DARIDAN, Maurice DRUON, Yves JAMIAQUE, Jacques NANTET, Mme Anne PHILIPE, M. Emmanuel ROillES. Le compos iteur Darius MilHAUD ; les artistes Jean MERCURE, Rika ZARAI, Olivier HUSSENOT ; le cinéaste l éonide MOGUY, la pianiste Gisèle KUHN, Mme Fernand LEGER.

L'abbé PIERRE, le R.P. Charles AVRil, le Père Henry MOUlLlN.

M. Jean HIERNAUX, maître de recherches au C.N.R.S .. directeur scientifique de ia Conférence des biolog istes , généticiens .t anthropologues, réunie en 1964 à Moscou , sous l'ég ide de l'U.N .E.S .C.O. fv1M . l ouis FRANÇOIS, ins pecteur gé néral de l'Education Nati onale ; Jean ROCHE, recteur de l'Univers ité de Paris ; les professeurs Roger BASTIDE, Charles BETTELHEIM , Marcel COHEN, ETIEMBlE, Marcel PRENANT, Jean SURETCANAlE_ "* Mme Rachel lEMPEREUR, premier adjoint au maire de Li ll e ; MM. André BLUMEl, Paul MINOT, conseil'lers municipaux de Paris ; Mme Hélène EDELINE, malle de Genti lly; MM. Lucien BAlllEUX, maire de Châtillon-sous-Bagneux; Robert l EVOl, maire du Plessis-Robi nson ; Mme Louise CADORET, maire-adjo int de Gennevilliers .

M" l aure DACHEVSKY-PERRIN, HOFFET, Pierre STIBBE, Mireille SZATANGLAYMANN, avocats à la Cour. Les docteurs H.P_ KlOTZ, médecin des Hôpitaux, et Jean DAlSACE ; Mlle Nicole l AFAY, chargée de mission au Ministère de la Population.

MM. Gérard BLITZ, directeur général du Club Méditerranée ; Georges L1llAZ, vice-prés ident directeur général du Bazar de l'Hôtel de Vill e .

MM. Benoît FRACHON, secretaire général de la C.G.T. ; André TOllET, secrétaire de l'Union Départementale des Syndicats de la Seine (C.G.T.), prési· ùent du Comité Paris ien de la Libération. • MM. Georges LAURE, secrétai re général de la Fédération de l'Education Nationale ; Robert DADER, secrétaire généra l de la Ligue de l'Enseignement ; Albert RAVE, secrétaire géné ral de la Fédé ration des OEuvres Laïques de la Seme. Mme Marie-Madeleine FOURCADE, préSidente du Comité d'Action de la Résistance. M. Bernard LECACHE, prés ident de la Ligue Internationale contre l'Antisémitisme. M. Jean MARRANE, secrétaire général de la Fédération des Officiers de Réserve Républicains. MM. R_ BERCOVICI, préside nt des Volontaires Juifs 1914-18 Jean 'ZWIRN, secrétaire de l'Association Culture lle Is raélite de Sai nt-Etie nne. « Tous les êtres humains naisssent libres et égaux en disent libres et égaux en didoués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de f raternité. » C'est la mise en pratique de cet article, pil ier de la Déclaratio n Universelle des Droits de l'Homme, qui est le but des jeunes membres des Clubs Unesco, explique M. Roger lHOMBREAUD, rep résentant la Fédéra tion des Clubs Unesco. Les 25.000 jeunes gens et jeunes filles groupés dans 300 clubs Unesco « se refusent d'ignorer les situations concrètes » ; « ils se sovent concernés par les problèmes de leur temps et de demain. » Et par le dialog ue, la rencontre avec autrui concrétisée par èles conférences, des voyages d'étude à l'étranger, par l'accueil d'étrangers en France, par ' des expériences . d'alphabétisation et d'action sociale auprès des travailleurs. Ces jeunes « essaient non seulement d~ corpprendre les exigences de 10 Déclaration, mais de la vivre chaque jour_ Cor ce qu i donne un sens à l'ex'istence, c'est la rencontre avec outrui ». Ainsi, chaque année, les Journées d' Etudes des Clubs Unesco sont consacrées à un grand thème de discussion lié aux grands problèmes de notre -temps.' Celui de cette année était « le 'rac isme et la jeunesse ». « Il est vrai, souligne M. Lhombreaud, que ce su jet figure parmi les préoccupations permanentes. des Clubs Unesco, mais nous voulions cette année insister davantage pour mobiliser les -consciences et les volontés. » Mlle Marie-Claude BESSON . « Face à nous-mêmes et a"' nos APR.ES la présentation des Clubs Unesco qu'a faite M. Lhombreaud, Mlle Marie-Claude BESSON va résumer les travaux des Journées d'Etudes des Clubs Unesco qui se déroulaient cette année à Marvejols, sur le thème ({ La Jeunesse et le Racisme ». ({ Nos conclusions, déclare-t-elle, en ce qui concerne le premier groupe de travail (qui était consacré au racisme dans la Vie quotidienne) ont été la nécessité d'un enseignement (ie l'intégration de l 'individu dans son groupe et cela grâce à une connaissance approfondie de l 'autre, apportée par une informatiQ'l2, une éducation, saines. Nous voudrions ainsi parvenir à cet homme social qui nous paraît être le fondement d'une société juste ». Un autre groupe de travail a étudié le processus de développement du racisme, à par tir de la définition d'Albert Memmi : « Le racisme est la valorisation généraliresponsabilités » sée et définitive de différences r éelles ou imaginaires au profit (ie l'accusateur et au détr iment de ses victimes afin de j ustifier ses privilèges ou son û,gr essi'Jn ». ({ Nous avons, poursuit M.-C. Besson, constatè que le raciste agissait et pensait passionrnellement et qu'il fallait remplacer ses réactions par un raisonnement qui apaiserait ses alarmes et qui le libèrerait de cette situation d'oppression qu'il ressent

nous avons essayé de définir une

action qui ne soit pas une action anti raciste mais une action araciste, l 'action antiraciste contenant elle-même une certaine forme d'oppression qui risquerait, au lieu de combattre le racisme, de le faire ressurgir. » Quant au troisième groupe de travail, qui étudiait les antidotes du racisme, il s'est rendu compte que ({ notre société était beaucoup trop inconsciemment raciste et qu'elle r épondait trop confortablement, en quelque sorte, aux sollicitations (ies meneurs racistes convainçus. Notre combat doit donc se mener sur un double front : d'une part, la mise hors d'état de nuire de ces irréductibles r acistes en les isolant et en se substituant à eux ; et, d'autre part, l'information du plus grand nombre possible de citoyens » par la presse, la radio, des expositions, des manifestations, des cours d'alphabétisation. « Marvejols, conclut Mlle Besson, a été pour tous ses participants une prise de conscience beaucoup plus intense du racisme, et les a mis face à ce problème et surtout face à eux-mêmes et à leurs propres responsabilités. » Le message de la F.E.N. M. J. Drouet (C.L.E.P.R.) : JJ Faire découvlir, ne pas ilnposer" ... M. Georges Lauré, secrétaire général de la Fédération de l'Education Nationale, a adressé au M.R.A.P. une lettre dans laquelle, après s'être excusé de ne pouvoir participer à la J ournée Nationale, n ajoute: « Je tiens à vous dire que les Enseignants de la Fédération de l'Education Nationale sont les témoins reconnaissants de l'action que vous menez pour que triomphent enfin la justice et l'humanité dans les esprits, dans les coeurs ... et dans les textes. Un certain nombre seulement sont des vôtres et participent dÏ1"ectement à votre lutte ; mais tous savent qu'elle n'est que le prolongement, auprès des adultes, de l'effort d'éducation qu'euxmêmes ont le devoir de faire d'abord auprès des enfants que leur confie la Nation. « Je souhaite que de nombreux antiracistes partici}:ent à vos travaux et plus encore que soit enfin pleinement entendu l'appel que vous lancerez avec eux. » P ORTE-P AROLE du Centre de Lia ison des E ducateurs contre les P r éjugés Raciaux (C.L.E.P.R.), M. Drouet fait un bref récapitulatif des activités du c.L.E.P.R. : édition et diffusion du bulletin « E ducation à la F raternité », qui cherche à « apporter aux éducateu1"S et aux enseignants une do cumentation, une réflexion de fond sur les problèl1'tes, une sorte d'annuaire, de mise â i o'ur de ce qui concerne, à travers le monde .et les organisations, le problème de l'éducation antiraciste »; enquêtes, confé rences, r éun ions, confé rences à la radio. « Ainsi. notre rayonnement, constate M. Drouet, dépass,e les limites étroites dit groupe que nous formons. » Puis il essaie de définit· le rôle cl'éducat eur clans la formation d'enfants et d'adolescents ouverts à la compréhens ion huma ine. « Nous avons, décla re-t-il, à fai re lm diagnostic. Nous observons que le terrain est sain mais nous savons que les germes de cette maladie dont on a parlé toute la iournée, ce virus dH racisme est important et qu'il est da1/ger.e/Jx p01Jr la santé de ceux dont nous sommes responsables. » D'où la nécessité, en particulier, d'épurer certains manuels scolaires, notamment ceux d'histoire. Mais une pédagogie antiraciste oblige à repenser les problèmes de l'éducation en général. F aire un cours sur les at rocités naz ies, ou l'apartheid, n'est-ce pas ri squer de rebuter les j eunes qui pour se prouver à eux-mêmes leur liberté, sont t entés de s'opposer à ce qu'on leur affirme. « Je crois, constate M. Drouet, qu'il 'II a en eux une disponibilité étonnante à la découverte de cette cult1!re lmmaniste, 1!niverselle, débarrassée du 'racisme, que, peut-être nous fre inons en faisant peser sur Leurs épaules ttne édttcation étriquée, rétrécie, partisane, bMl1'rée de préittgés. » Il faut donc que les jeunes se libèrent de leur complexe d'infériorité vis-à-vis des adultes et qu'on les amène à prendre conscience de ces problèmes sans les leur imposer. 7 Comment agir contre le racisme et l'antisémitisme A XVIe ',~JOURNEE Charles PALANT C'EST Charles PALANT, qui est chargé de présenter la résolution élaborée par les quarante par ti cipan~s, ~-r.eprésentant plus de vingt organisations, qui composaient la Commission sur les moyens d'action contre le racisme. « La commission, indique le secrétaire général du M.R.A.P., a permis de souligner quelle somme de bonnes volontés il existe en France /Jour combattre les préjugés racistes quels qu'ils soient. La commission s'est fait à elle-même la démonstration de la solidarité qu'il y avait tout naturellement en tr,e tous ceux qui luttent contre le racisme quelles qlt'en soient les manifestations. La commission, enfin, a établi quelle compétence partiC1flière avait le M ouvelllent contre le Racisme, l'Antisémitisme et p014r la Paix à s01ttenir l'ensemble de ces initiatives, à le-s rassembler, à porter, en quelque sorte, l'indignation au niv,eau de l'act;on et l'action au niveau d'une organisation qui doit être chaque fois plus grande. » P uis, avant de passer à la lecture de la résolution, Charles Palant fa it part à l'assemblée du message de la L.I.C.A., qui « ajoute, déclare-t-il, à la signification d'ltnion et de fraternité qui sont les marques de nos travaux d'aujourd'hui et qui nous permettent de parler plus librement encore de la loyauté du contrat qui nous unit, nous tous, antiracistes, de quelque origine qu.e nous soyons, pour autant que nous n'ayons d'autre ambition, d'ajouter au fonds commlln de la bonne volonté et de la détermination à poursuivre Sans faib lesse le combat contre le raciS11ie et l'antisémitisme. » Les travaux cie la commission, ceux cie la Journée Nationale dans son ensemble, « nous inspirent, conclut Charles Palant, la certitude que les conditions existent P01tr faire du M.R.A.? un grand et puissant mouvement, fort d,e centaiJ!es de comités locaux, fort de dizaines de milliers d'adhérents. » Les salutations de la L.I. C. A. Une délégation de la L.I.e.A. a apporté à la Journée Nationale, le message sui· v'ant signé du président Bernard Lecache : " La Ligue Internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme suit, avec un vif intérêt et la plus grande attention, les initiatives prises par votre Organisa. tion. C'est la raison pour laquelle nous saluons très cordialement les délégués qui participent à vos travaux. Nous sommes intimement persuadés que vous ne manquerez pas, après avoir constaté la résurgence du racisme et de l'antisémitisme à travers le monde, de prendre des mesures conformes à la jus· tice pour développer votre action contre tous les racismes, où qu'ils se trouvent, et pour les dénoncer publiquement cha· que fois que cela sera conforme à la vérité. Nos représentants à votre Journée Nationale se feront, près de nous, l'écho fidèle de vos activités. Bonne chance à tous, et croyez, Mon· sieur le Président, à l'expression de nos sentiments antiracistes. » LES travaux de la Journée Nationale contre le racisme et l'antisémitisme confirment la persistance et, sur certains points, la recrudescence de ce's fléaux. Paralèllement, il convient de souligner comme très positive la prise de conscience grandissante de cette réalité dans les milieux les plus divers où de multiples initiatives antiracistes se sont développées. efforts tout particuliers doivent être faits auprès de la presse, de la radio, de la télévision na· tionales et régionales pour amener ces grands moyens ATIONAL d'information à participer à Ces initiatives rejoignent l'action du M.R.A.P. qui met au service de la cause antiraciste des militants expérimentés, des moyens et des méthodes qui rendent plus aisée et plus efficace l'action entreprise. l'édification antiraciste, par une meilleure connaissance entre les peuples. La lutte contre le racisme et l'antisémitisme exige une riposte immédiate, vigoureuse et organisée chaque fois qu'ils se manifestent sous la forme de discriminat ions, de violences, de paroles ou de publications haineuses, de graffiti, etc. En tous lieux, en toutes occasions, les racistes doivent être démasqués, dénoncés devant l'opinion publique. A l'égard des victimes du racisme, la solidarité de masse doit s 'affir· mer avec force. Contre ceux qui propagent le racisme, il faut exiger la stricte application des mesures d'ordre public, qui malgré l'insuffis~nce de la loi; peuvent permettre dès mainte· nant de tenir le racisme en échec. Dans la dernière période, un puissant courant d'échanges et de contacts s 'est établi qui va dans le sens de la lutte contre les préjugés : rencontres de jeunes étudiants ou tra· vailleurs de divers pays, jumelages de villes, chantiers de tra· vail, échanges familiaux, coopération scolaire, effort d'alpha. bétisation de travailleurs étrangers vivant en France. 11 faut exiger : Ces réalisations n'atteindront pleinement les buts recher· chés que dans la mesure où elles deviendront le fait de tous les groupements qui représentent ou rassemblent la popula· tion : partis politiques, syndicats, comités d'entreprises, Egli· ses, sociétés d'entr'aide, organisations culturelles, sportives, ciné·clubs, foyers et mouvements de jeunesse, maisons de la culture, associations de parents d'élèves, municipalités, etc. a) la poursuite et la condamnation sévère des publications qui font profession de racisme et de celles qui se livrent mê· me occasionnellement à des campagnes de dénigrement, de calomnie et d'excitation raciste ou xénophobe. b) l'interdiction des organisations racistes et antisémites génératrices de troubles et de violences, ainsi que la punition des coupables qui les dirigent et les animent. L'échange d'expériences, la coordination des efforts, la po· pularisation des initiatives et des résultats acquis sont particu. Iièrement souhaitables dans le cadre de réunions de travail et d'études, de journées régionales auxquelles militants et amis du M.R.A.P. doivent apporter une active participation. Le dynamisme du M.R.A.P., l'aptitude de ses militants à favoriser partout l'union la plus large autour de nos objectifs, doit permettre un développement impétueux de l'action anti· c) l'inscription d'urgence, à l'ordre du jour des travaux raciste. parlementaires des propositions de loi formulées depuis 1959 en vue d'une répression plus efficace de la propagande et des discriminations racistes. A côté du racisme des excitateurs professionnels et de la minorité d'éléments corrompus qui les suivent, on constate la persistance à l'état endémique de préjugés racistes et anti· sémites qui requièrent un important effort d'éducation. La sympathie grandissante que rencontre le M.R.A.P. dans tous les milieux, témOigne de l'ampleur du courant d'opposi. tion au racisme partout dans notre pays. 11 s'agit de former les nouvelles générations dans un esprit d'amitié envers tous les homm~,s. C'~"st ,r objectif majeur de la plupart des organisations et associations extr,~.sc~laire~. Le Centre de Liaison des Educateurs contre les Prejuges RaCiaux (C.LE.P.R.) et son organe « Education à la Fraternité» appor· tent une aide précieuse à ceux qui se consacrent à cette tâche noble entre-teutes. Le M.R.A.P. sera d'autant plus à même de répondre aux nécessités de l'action qu'il bénéficiera de concours plus nombreux. Une vaste campagne d'adhésions doit se dévelop· per pour le recrutement de militants, de propagandistes, de conférenciers, d'animateurs autour de tâches concrètes. Une vaste campagne de diffusion et d'abonnements à « Droit et Liberté » doit se développer pour gagner des milliers de lecteurs et de correspondants à notre- mensuel antiraciste. D'une façon générale, la lutte contre l'intoléranc~ raciale doit s'accomplir par de nombreux moyens susceptibles de toucher un large public : films, expositions, concerts et pièces de théâtre, conférences, débats, livres, brochures, etc. Des C'est le devoir de chaque citoyen envers les êtres qui souf. frent du racisme, envers lui·même, envers la cause démocrati· que, de contribuer de son mieux aux progrès de la tolérance et de la compréhension, au triomphe de la paix et de l'amitié entre tous les peuples. lean-Paul LE 'CHANOIS : HUBues STEinER • « Le prix de la fraternité • « La r. esponsabilité des créateurs » » INTERVENANT au début de l'après-midi, aussitôt après la pr o_ jection de « La Marche », film qui retrace la grande manifestation antiraciste de Washington en août 1963, le cinéaste l ean-Paul LE CHANOIS souligne « à quel point l'influ ence du cinéma peut être, et est profonde, utile, nécessaire, quand elle est au service des nobles idées, et aussi combien cette influence peut être dangereuse, néfaste, pernicieuse, insinuante souvent, lorsque ce moyen d'expression merveilleux est au service d'une pensée toute différente. Sans vouloir faire le procès du cinéma américain, M. Le Chanois explique COURTE mais efficace »" tel les sont les conditions de l'i ntervention de « Hugues STEINER, secrétaire national du M.R.A.P. qui, après avoir défi ni notre Mouvement comme « centrale de recherches, centre pédagogique et organisme de propagande », s'attache à montrer combien le budget du M.R,A.P. est insuffisant par ra pport à l' importance de ses tôches. De plus, ,poursuit Hugues Steiner « bien que la presse du genre « Fraternité Française » dénonce notre conjonction avec les grands banquiers Rothschild, Laza!e et compagnie, et affirme que, loin de rechercher des solutions aux problèmes, nous en vivons, le budget du M.R.A.P. est cent fois mains important que celui des racistes organisés. » L'orateur cite alors les différentes sources d'argent qui a limentent aussi bien " Europe Action l) que le parti néo-nazi français. Face à ces gens qui di sposent de moyens tellement importants « pour intoxiquer pour encourager les réactions les plus viles, pour lever des troupes de mercenoires et répandre partout des slogans criminels et des mots d'ordre orduriers », face à cette presse raciste oui t ire à, 500.000 exemplaires, « le M.R.A.P., déclare avec force H. Steiner, qui 'a le souci de l'octian concrète, se doit d'intenter des procès, de défendre les victimes du racisme, de monter des expositions, de soutenir un journal, d'orga niser sous de multiples formes des appels à l'opinion, de donner corps à toutes les revendications et d'éduquer les générations qui viennent à la fraternité. » Pour réali ser ce programme, le dévouement ne suffit pas, il fau t de l'orge nt. « Le J;ut de mon intervention, conclut H. Steiner, qui vient de rendre hommage au dévouement avec lequel notre ancien t résorier Julien Aubart a vei ll é sur les finances du MdtA.P., c'était vous faire estimer à sa juste valeur le prix de la fraternité et vous demander instamment de contribuer, et de faire contribuer autour de vous suivant les possibilités de chacun et des organisations que vous représentez, aux ressources du Mouvement. Sinon, vous nous condamnez à l'impuissance alors que notre action est de plus en plus indispensable ... Je vous en conjure, s'exc lame Hugues Steiner, aidez-nous: la contribution 10 plus modeste nous sero précieuse. Le M.R.A.P. n'o pos le droit de se rétrécir comme une peau de chagrin pour n'être qu'une association de souvenir à la mémoire des victimes du racisme. 11 '3 le devoir de croître, d'embellir, de se muscler, d' oc quérir encore plus de souffle et de continuer, par la dimension et l'intensité de son action, à être un moteur toujours plus actif dans la libération de l'homme. » _wu ft U ft ft wu __ que trop souvent celui-ci donne une image f~ussée, ridicule, hUlT~~liante clu t;Ioir. Pareillement, clans les films europeens, ou français, on retrouve « des caricatures plus Olt moills grossières d'étrang,ers ou d'hommes de cO'/lfession différente de celle des auteu'rs ... C'est qnelquefois très lége'r, à peiue sensible. Pal' .exel1.~ple, on donne aIt personnage ant!patluqne lm nom ismélite Olt 1tn accent particulier ... Mais c',est cette répétition même qui finit /Jar provoquer dans la masse des specta-teurs, par cette influence décisive de l'image, ce racisme dont on se demandê parfois d'où il vient. » Le cinéma, bien sllr, n'est pas le seul responsable du racisme. Cependant, ~I. Le Chanois souhaite expressément que les créateurs, les réalisateurs, les dialoguistes tiennent compte de la résolution sur la liberté d'expression, acloptée lors d'un congrès qui g-roupait il y a quelques années les l'eprésentants du cinéma mondial. On y lisait : « La responsabilité des créateurs imPlique notamment ponr eux de réfléchir de la façon dont, da",!s l'avenir ils présentel'ont dans leurs fllms des pe./sonnages appartenant à d'autres 'peuples à d'antres races et de batlmr de leur' esprit tonte caricature grossière et tOltte ignomnce des pellples, des races et des confessions qu'ils a1tront à représenter. » « Je pense, conclut J.-P. Le Chanois, qu.e notre Monvement pounait repre1ldre à son compte cette raisonnable définition et eSSa1/er, à la fave ur des évéllements littéraires Olt cinématographiques, de rappeler aux créateurs leurs responsabilités devant le monde. »

10--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Pas de prescription des crimes nazis 1 A XVIe JOURNEE ATIONAL Le conseiller ROLLAND LE Conseiller Maurice ROLLAND, président de l'Association des Magistrats Résistants, présente la motion concernant la prescription des crimes contre l'humanité, élaborée par la Commission « Droit et Justice ». Après avoir évoqué les travaux de la Commission;· le conseiller Rolland déclare

« La notion de crime contre l' humanité ne doit être, à aucun titre, confondue, co m1lle on le fait trop souvent, avec la notion de crime de gnerre; le crim.e contre l'humanité c'est celui qui est commis, même en dehors de l'étal de guerre et qui consiste dans l'assassinat, le massacre, la déportation, l'esclavage. la perséctttion pOttr des motifs raciattx, religieux ou politiques de tou /e l/tle partie de la populatioll. » La prescriotion de vingt ans habituellement appliq uée en matière de crimes de droit commun ne saurait s'exercer ici, ca.r, poursuit l'orateur, « comme les juristes réunis à Varsovie les 6 et 7 iuin 1964 l'ont rappelé, il s'agit là de crimes d'une espèce particulière par leur gravité, parce qu'ils tO l/ chent l'Immanité tout entière; ils n'appar/i.ellllent pas à un Etat, ils appartienllent à l'hmnanité. ils appartiennent au droit international et ne sauraient sttb~r les règles d'tin droit national. Lorsque les tribunaux allematlds jugent les criminels nazis, c'est Pour une Yves JOUFFA LA commission« Droit et Justice » a travaillé le samedi sur deux questions : la prescription des crimes contre l'humanité; l'adoption en France d'une véritable législation antiraciste. C'est Me Yves JOUFFA, président de l'Amicale des anciens internés de Drancy, qui est chargé de présenter le rapport sur ce dernier point. Il rappelle tout d'abord que les deux propositions de loi élaborées par le M.R. A.P . et tendant à rendre plus e fficace la législation a ctuelle dans la rép ression des menées racistes, sont déposées depuis fort longtemps à l'Assemblée National e, sans pour autant venir en discussion. Or, on constate une recrudescence des manifestations racistes et antisémites. Si le ministre de l'Intérieur ne conteste pas l'existence de groupusc ules fascistes ou nationalistes, le ministre de la Justice, lui, nie l'exi stence du racisme. « Et pourtont, s'exc lame M' Jou ffa, il y a octuellement plus 500.000 joufillaux qui lont vendus en France chaque semoine et qui propagent la haine raciale, essentiellement pernicieuse pour la jeunesse ; on dit que la réédition des oeuvres pseudo-scientifiques de Gobineau, notamment dans les livres de poche. vient d'avoir un très gros succès. » Quel est l'arsenal juridique ex istant en France? MO Jouffa cite alors le décret-Ici Marchandeau du 21 avril 1939 qui modifie les articles 30, 31 et 32 du Code de la Presse, par le texte suivants : « La diffamation commise envers un groupe de personnes qui appartiennent par leur origine à une race ou à une religion déterminée sera punie d'un emprisonnement d'un -mois à un an ou d'une omende de 30.000 LES participants à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme · et pour la paix, réunis àu Palais de l'U.N.E.S.C.O. à Paris, les 15 et 16 mai 1965, se félicitent de l'ampleur des protestations internationales qui ont empêché la mise en application au lendemain du XX· anniversaire de la capitulation du III' Reich allemand, de la prescription au profit des criminels nazis. Ils félicitent tous les parlementaires français qui dans un élan unanime ont voté les 16 et 17 décembre 1964, la Loi constatant l'imprescriptibilité des crimes contre l'Humanité. Ils considèrent cependant que la décision du Parlement de l'Allemagne Fédérale d'appliquer la prescription de droit commun à compter du 1M janvier 1970 pour les crimés effroyables perpétrés sous le III' Reich hitlérien, assurerait l'impunité des auteurs, co-auteurs et complices des crimes contre l'humanité non encore poursuivis. Ils souhaitent que le gouvemement français, appuie le projet d'une Convention Internationale qui réaffirmerait que « les crimes tels qui sont définis par la résolution des Nations Unies du 13 février 1946 prenant acte de la définition des crimes contre l'Humanité telle qu'elle figure dans la Charte du Tribunal International du 8 août 1945 sont imprescriptibles Ils réaffirment solennellement que ces crimes ne peuvent, par leur nature ». sous quelque prétexte que ce soit, bénéficier d'une quelcon· que prescription qui serait contraire au Droit International et à la morale ; alors que leur imprescriptil;Jilité « empêcherait d'autres individus ou Etats de commettre des crimes sembla· bles, protègerait les Droits de l'Homme et les libertés fonda· mentales, encouragerait la confiance entre les peuples et favoriserait la paix et la sécurité internationale» (Commission des Droits de l'Homme de l'O.N.U.). Ils appellent les antiracistes, les démocrates à tout mettre en oeuvre, dans l'union, pour la réalisation de cet objectif qui répond aux aspirations universelles de justice et d'équité. Mais dès à présent, ils les appellent à l'action immédiate dans leur propre pays pour que, avant que la prescription s'établisse où que ce soit, chaque Etat adopte sans délai à l'instance I~gislative nationale la plus haute, un texte identique à la loi française du 17 décembre 1964. sous les y.eltX de l'hwmanité entière, qui apprécie leurs faib lesses ou leur justice. » Le conseiller Rolland rappelle ensuite que si, à l'exemple du gouvernement français, un grand nombre de pays ont voté l'imprescriptibilité des crimes contre l'humanité, le Parlement allemand a simplement voté un texte qui retarde de cinq ans le point de départ de la prescrip. tion. «A1tssi, déclare-t-il, avonsnOttS, de tous côtés, insisté pOHr qH'à -défattt du gouvernement allemand, inter-. vienne tmtt aH moins une Convention internationa~e . », projet voté déjà par le Conseil de l'Europe le 28 janvier 1965, et par la Commission Européenne des Droits de l'Homme. Ainsi tous les gouvernements seront obligés, par la loi internationale, d'a2pliquer cette imprescriptibilité. « N ot're appel adfure tous les pays à tOttt mettre en oeuvre pottr faire voter cette convent'ion internationale, car, conclut le conseiller Rolland, nous n'avons pas, hélas, à préjHger de l'avenir, mais il importe, pour la sécurité de tous, pO'ur l'avenir de l' httmanité. que, plus tard. ceux qui seraient tentés de commettre de pareils crimes s·e rappellent qu'ils seront touj(mrs exposés à la justice. » M. Kurt BACHMANN (V.V.N.) ({ Nous devons lutter ensemble » .. 1 M Kurt BACHMANN, anci€·n déporté à Buchenwald, membre du Co- • mité directeur de l'Association dés Victimes du Nazisme (V.V.N.) ete la République Fédérale Allemande, salue la Journée Nationale et dit avec quel intérêt son organisation a suivi la lutte menée en France contre la prescription. Mais si, en Allemagne, beaucoup de gens ont compris 1 \ nécessité de dénoncer les meurtriers nazis toujours en place et leurs crimes, un fait très grave est intervenu. « Après le vote du Bundestag qui a fixé un nouveau délai pour la prescription, il y a eu un second débat qui doit aboutir à la promulgation d'une loi extrêmement dangereuse. « Voici quel en serait le contenu: « Si l'accusé a commis l'acte criminel en tant que subordonné, n'agissant pas sur son initiative personnelle mais sur ordre de ses chefs sans avoir pris conscience de la. I}.ature et de la portée de son acte, et si sa responsabilité se trouve atténuée du fait de son pouvoir de décision limité, dans ce cas, le Parquet général près la Cour Suprême ordonnera l'abandon des poursuites. ,. Cela signifie que 11.000 criminels nazis, déjà démasqués mais non jugés, échapperont au châtiment puisqu'Hs ont agi en service commandé. Dès lors, il n'y a plus qu'un seul coupable, Hitler - et il est. mort. « Il y a là, répète M. Bachmann, un grand danger pour les forces démocratiques de mon pays et pour tous les voisins de l'Allemagne. Nous devons, tous ensemble, poursuiVTe la lutte contre la prescription. » véritable légÎslation antiraciste L ES participants à la JQurnée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, réunis au Palais de l'UNESCO à Paris les 15 et 16 mai 1965, constatent avec inquiétude la recrudescence des manifestations du racisme, de l'antisémitisme et de la xénophobie en France, ainsi que la multiplication des écrits et periodiques prônant ouvertement la haine raciale. n'autorisent pas les Organisations antiracistes à se constituer partie civile et à attraire directement devant les Tribunaux répressifs les- incitateurs à la haine raciale. Ils demandent que le Parlement français soit à même de délibérer le plus rapidement possible sur les propositions de loi élaborées p~r le M.R.A.P. pour une véritable législation antiraciste en France conforme à la « Déclaration des Nations-Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale » adoptée par l'Assemblée Générale de l'O.N.U. le 20 novembre 1963. Ils regrettent d'autre part la carence des Parquets, ainsi qu'une tendance des pouvoit:s publics à minimiser les faits, ce qui permet la propagation des thèses xénophobes, racistes et pseudo-scientifiques dans des milieux toujours plus larges de la population française. Ils soulignent que ces propositions de loi ont été officiellement déposées sur le bureau de l'Assemblée Nationale par plusieurs groupes parlementaires sous les numéros 320, 321, 322, 323 et 332. Ils attirent l'attention de l'opinion publique sur les grands dangers que fait courir plus particulièrement à la jeunesse cette propagande pernicieuse fortifiée par son impunité, alors meme que les éducateurs déplorent les lacunes de l'enseignement antiraciste dans notre pays. Ils appellent l'opinion publique à soutenir et appuyer la grande campagne lancée paI le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix pour l'adoption d'une véritable législation antiraciste en France. Ils dénoncent l'insuffisance des lois actuellement en vigueur, qui, selon une jurisprudence trop restrictive, à 30 millions de francs anciens lorsqu'elle aura pour but d'exciter à la haine entre les citoyens ou ha'bitants. » Quand il s'agit de diffamation envers des porticuli e rs, l'article 48 du Code de la Presse préCise que la poursuite n'aura lieu que sur plainte de la personne diffamée; e lle pourra toutefois être exercée par le ministère public, s'i l est reconnu que la diffamation ou l' injure avait pour but d'exciter à la haine contre un groupe de personnes. cc Or, poursuit l'o rateur, vous sovez tous combien les textes des racistes et des antisémites sont subtils. On n'excitera pas directement à la haine ; mais: par exemple, on étalera en grosses lettres tous les crimes commis par des Arabes (ou qui leur sont attribués). Ou bi~n on affirmera qu'ils polluent nos piscines. ,De même, on attirera l'attention sur le fait que les juifs sont nombreux dans le. commerce et on insinuera qu'ils ne sont pas tout à fait honnêtes_ Conclusions

comme le but n'apparaîtra pas explicitement

comme étant d'exciter à' la hoine, la poursuite, par le Parquet, deviendra très difficile. » De plus, en rnatière de diffamation, il existe une très courte prescription de trois mois qui anéantit les poursuites avant même qu'elles soient entamées. Dans ces conditions, les Parquets sont forts peu enc lins à engager des poursuites. Le M.R.A.P., ne peut-il pas, pour remédier à leurs défaillances se constituer lui-même partie civile et porter plainte? Dans un certain nombre de cas précis et notamment à l'égard de « l'abominable Poujade », répond Me Jouffa, la constitu tion de partie civile du M.R.A.P. a été - en appel - estimée irrecevable. En effet, « en vertu d'une jurisprudence séculaire de la Cour de Cassation, on considère que la partie lésée doit justifier d'un préjudice DIRECT ET PERSONNEL pour pouvoir exercer l'action civile devant la juridiction pénale ». Quelle est alors la solution ? M. le Conseiller Mazard, dans une lettre adressée à la Commission, propose que, par une modification législative de l'article 289 du Code Pénal, on permette d'assure r le contrôle de l'action publique à certains groupements à vocation anti ra ciste. Cependant, les organisations qui peuvent exercer les recours reconnus à la partie civile, doivent bénéficier, d'après l'article 289, de la reconnaissance d'utilité publique (laquelle est donnée par le Pouvoir après consu ltation du· Conseil d'Etat), et être agréées par arrêté du Garde des Sceaux et du minist re de l'Intérieur (d'où le risque en régime autoritaire que l'agrément soit laissé à la discrétion de l'un et de l'outre). « Lo commission a donc pensé, explique ft U M- Jouffa, qu' il était ' préférable CIe proposerl'adoption d'un texte beaucoup plus générai qui est le suivant: « Toute association régulièrement constituée se proposant, parses statuts, de com'battre la haine entre les citoyens ou habitonts, à raison de leurappartenance à une race ou à une religion déterminée: est habilitée à exercer les droits réservés à' la partie civile relativement aux faits de nature à nuire oux inté-· rêts qu'elle s'est donnée pour mission de défendre. » Si ce texte était adopté, le M.R.A.P., sans avoir à solliciter un agrément - qui ne lui serait certainement pas refusé - pourrait exercer de plein droit l'action civile. » « Enfin, étant donné qu'il existe dans notre pays une nouvelle immigration économique extrêmement importante, qui est soumise il des discriminations inadmissibles, il convenait d'étendre cette législation antiraciste à tous ceux qui ont appartenu ou appartiennent encore à une nationalité différente de la nôtre. C'est en ce Sens que nous proposons que le M.R.A.P_ rédige des amendements aux propositions de lois dont le Parlement est actuellement saisi », conclut Me JouHa avant de lire la résolution élaborée en commission. AMIS LECTEURS faites connaître autour de vous ce numéro J spécial de « Droit et Liberté ». Vous contribuerez ainsi utilement à la diffusion des idées qui nous sont chères, et au renforcement de l'action du M.R.A.P. Nous nous tenons à votre disposition pour vous en adresser gratuitement d'autres exemplaires. . - _ . wu W ft ft ft ... ft


11

Amilié sans fronlières ••• Les personnalités étrangères suivantes ont adressé des messages à la Journée Nationale : M. Ralph J. BUNCHE, secrétaire général adjoint des Nations Unies. M. Otto H. FRANK, le père d'Anne Frank. REPUBLIQUE FEDERALE ALLEMANDE Les professeurs Max BORN et B. RENSCH. REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE ALLEMANDE Maximilian SCHERR, écrivain. Le professeur Walter FRIEDRICH, président du Comité National de la Paix. Le Comité des Combattants Antifascistes. L'Association pour la Défense des Droits de l'Homme. BULGARIE Le Comité National de la Paix. L'Organisation 'Sociale et Culturelle des Juifs DAHOMEY L'Union de la Jeunesse du Dahomey. ETATS-UNIS M. James FARMER, président du C.O.R.E. Miss Elizabeth SUTHERLAND, présidente du Student Nonviolent Coordinat ing Committee. M. Alfred HASSLER, secrétaire du Fellowship of Reconciliation . GRANDE-BRETAGNE Le docteur BURTON, de l'University College Le révérend CANON COLLINS, président de Christian Action. Le Mouvement Anti-apartheid. ITALIE Le . Dr Sergio PIPERNO, président de l'Union des Communautés Israélites Italiennes. REPUBLIQUE MALGACHE M. Henri RAKOTOBE et Mme Gisèle RABESAHALA, président et secrétaire générale du Comité de Solidarité MEXIQUE Le Dr Santiago GENOVES, de la Faculté des Sciences de Mexico. NORVEGE M. Alf SOMMERFELT, pro-recteur honoraire de l'Université d'Oslo. POLOGNE La présidence de la Société Culturelle et Sociale des Juifs de Pologne. La présidence du Comité Polonais de la Paix. ROUMANIE Le Dr M. ROSEN, grand rabbin et président de la Fédération des Communautés Juives, député. SE,,! EGAL M. N. RIGONAUX, président de l'Union Internationale des Métis . SUISSE Le Dr René TIMMERMANS, secrétaire géné(al de la Frat ernité Mondiale . TCHECOSLOVAQUIE Le Cons eil des Communautés Juives. La Fédé ration des Combattants Antifascistes. M. Jan MUKAROVSKI, président du Comité lchécoslovaque de la paix. Le professeur A. VALSIK, de l'Université de Bratislava . U.R.S.S. M. lIya EHRENBOURG, président de l'Association U.R.S.S.-France. M. V .YAKIMOV, directeur de l'Institut d'Anthropologie Le Comité Soviétique de Défense de la Paix. VENEZUELA Le Dr Adelaïda G. de DIAZ UNGRIA, professeur à l'Université Cent-rale du Vénézuela. M. R. MAHEU : « On continue d'assassiner Directeur général de l'UN~SCO chaque jO.ur.quelque part. Abraham Lincoln)) Voici le message de M. R ené Maheu, directeur général de l'U.N.B.S.C.a. : A UCUNE cause ne s'appar ente davantage à l'éth ique et aux préoccupations de l'U.N.E.S.C.O. que celle à laquelle est consacrée cette 16" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémiti sme et pour la P aix. T out en regrettant de ne pouvoir y pa rticiper, je m'y associe, par l'esprit et par le coeur, comme à toute initiative procédant de la même gén érosité et concourant aux mêmes buts. Votre rassemblement est placé, cette année, sous le double signe du conti ème anniver s'aire de l'assassinat d'un g r ~n d homme d'Etat antiesclavagist e, Abraham L incoln, et du vingtième anniversaire de la victoire sur le nazisme totalita ire et exterminateu r. L'U.N.E.S.C.O. elle-même a près de vingt ans. Si elle est née en 1946, elle est née de 1945, je veux dir e de la prise de cons'c ience qui suivit l'abîme de souffrance et d'injustice où faillit sombrer la civilisation dont un mouvement comme le vôtre tend à fai re respecter les g rands principes. Il suff it, pour se convaincre d'une telle conve rgence, de relire le préambule de l'Acte constitutif de l'U.N.E.S.C.O., où sont rappelées les causes profondes de" la deux ième guerre mondiale : à savoir « le reniement de l'idéal démocratique, de dignité, d 'égal ité et de respect de la personne humaine et la volonté de lui substituer, en ex ploitant l'ignorance et le préjugé, le dogme de l'inégal ité des races et des hommes ». Aujourd'hui, le r acisme et l'antisémitisme ne constituent plus de dogmes politiq ues avoués, cependant que, sur le plan scientifique, l'anthropologue et le gén éticien r ejoignent désormais le philosophe et le moraliste pour 'les récuser. C'est à cette r éfutation scient if ique que, par la voie d'études et de conf rontations de spécialistes, les NatiQns-Unies et l'U.N.E.S.C.O. se sont surtout attachées j usqu' ici, comme à un préli minaire indispensable. Cependant, on ne saurait se dl s's imuler qu'en dépit des efforts déployés - les vôtres les nôtres, .d'autres enco~e -:- ces inanit~s intelle~tuell ~s subsistent .sous fo rme d'att.itude passionnelle, psy~ chosoclOloglque et leurs msplrateurs contmuent d exp lotter chaque Jour, dans certames parties du monde dans certaines couches de la soci été, les tensions et les antago- ' nismes ethniques, l'intolérance et toutes les variantes de la discrimination raci ale. Ces anachronismes sont donc encore t erriblement actuels. Ils constituent un obstacle barbare à l'in stauration d'une meilleure compréhension entre- les hommes et entre les peuples. Moins que j amais l'effort d'édification de la P a ix -ne do it se relâcher. On continue d'assassiner chaque jour quelque part Abraham Lincoln. La lettre du père d'Anne Frank OTTO H FRANK ~ouv~ment contre l ~ RAcieme, l 'hnêisémitisme e t pour la Paix 30 Hue des Je~ n eurs Pllris - 2' Caer Monsieur le Présid en "; , le 3 "a i i9fi5 . A !!.On vtf r ",r t'! t il ne m'f' " t pas possible ci ,~: si~t e r ;. la Jour né t'! NAtionRle de votre n,ouv~ment . Pour cp.tte OCCAsion j '~ nvoip. au Comit" et toue les pRrticipAnts !rP. e rnp.illp·'r" voeux e~ l'expression de mA prn~o"d~ ~ym]lAthi e pour leur traVAil . Cor.m" mA f9rr.illp. e t mni - mpm" étAient vi~cti nes de la pers;'cution rAcial e du t~azi sme , r:loi aussi je COr)S2c:r p. Ip. r~pt~ de ma vie d lutt p.r pour les rr..meu buts que votre nrb 2nis atio n. Je vous prie d 1 8or~er , ch er l'iionsieur le .?résident , l ' 8 s 8ur R nc ~ de rr.P. 5 sentiments les plus distin..;uép. ". _ Lc!tCharles1 Le nouveau Conseil national du M. R.A. P. A la fin de la Journée Nationale, M' Armand Dymenstajn a soumis au . yote de l'assemblée la liste des 176 candidats au Conseil National du M.R.A.P. pour l'année à venir. Ce nouv~au Conseil National a tenu sa première réunion , sous la présidence de Pierre Paraf, le mercredi 9 juin; à Paris, à la Maison des Journalistes. Ouvrant la séance par un rapport approfondi sur la Journée Nationale, Armand Dymenstajn en a souligné l'ampleur et le retentissement, ainsi que l'efficacité de la nouvelle formule fondée sur les travaux des commissions. Quelques faiblesses dans l'organisation, résultant de l'importance même de ce rassemblement ont été signalées et des mesures précisées pour y remédier à l'avenir, C'est avec un esprit constructif que les membres du Conseil National ont ensuite , entrepris l'étude des différents points por. tés à l'ordre du jour. Ils ont souligné le caractère inquiétant des menées racistes, antisémites et xp.nophobes qu i se poursuivent à t ravers la France sous le couvert de la campagne « présidentielle " de Tixier-Vignancour. Les membres du Conseil National ont été unanimes pour recommander la plus grande vigilance à tous les démocrates à ce sujet. Dans de telles circonstances, il con· vient, plus que jamais de développer nos efforts pour l'adoption des propositions de lois antiracistes déposées au Parlement sur l'initiative du M.R.A.P. Les autres points de l'ordre du jour concernaient, en particulier, l'utilisation de l'exposition Lincoln dans le cadre de l'action antiraciste, l'organisation des journées régionales afin de renforcer ou de permettre l'implantation du M.R.A.P. en province ; la nécessité de favoriser J'ouverture d'un dialogue concernant le MoyenOrient, sur la base de la résolution adop· tée lors de la Journée Nationale et de con· tinuer la lutte, aux côtés d'autres organisations, contre la politique d'apartheid en Afrique du Sud. PARFUMS - CANTS SACS - CRAVATES CADEAUX INI:DITS Examinant, enfin , le problème des organismes dirig eants du M.RAP., il est apparu que le renforcement de ces organismes est plus que jamais nécessaire, car notre Mouvement conquiert, chaque jour, une plus grande audience , PROMESSE PERSONNELLE SI VOUS TROUVEZ LE MÊME ARTICLE MOINS CHER DANS N'IMPORTE Q!lEL MAGASIN A PARIS, MICHEL SWISS VOUS EN t6, RUE DE LA PAIX • PARIS 2 ' f;tage (Ascenceur) OPE_ 64 - 52, 60 -:16 ' ~. Au cours des débats sont intervenus : Mmes Marie-Magdeleine Carbet, Marie· Louise Kahn, Davisse, Jacqueline Marchand , Gracia Ascoli , MM. Jean Schapira, Albert Lévy, Hugues Steiner, Alfred Grant, Paul Guyard, Roland Hattab, Emmanuel N'Gassa, Weill , Marcel Manville. LE NOUVEAU BUREAU NATIONAL A la fin de la réunion, Claude Rutil i, au nom du secréta riat sortant, a présenté la liste des candidats proposés au Bureau Nat ional, constitué de telle sorte que cha· cune des commissions du M.R.A.P. y soit représ e ntée , Ont été élus : Pierre PARAF, préSident ; Charles PA· LANT, secrétaire général ; Julien AUBART, Renée BABOULENE, Adolphe BERNO, Brigitte BLOND, Nicole de BOISANGER, Henriette BRUNIE, Alexandre CHIL·KOZLOWSKI, Henri CITRINOT, Pierre COULA, Jo· seph CREITZ, Odet DENYS, Armand DYMENSTAJN, Alain GAUSSEL, Paulette GOLDBERG, Albert GRADZTEIN, Alfred GRANT, Louisette HIRSCH, Manfred IMER. GLlK, Marie·Louise KAHN, Marguerite KA. GAN, Louise KANAR, Bela KLEINMAN, Hen· ri KRZIWKOSKI, Françoise LEMORT, Albert LEVY, Marcel MANVILLE, Roger MARIA, Belladjal MEBAREK, Elyane MOREAU, Char· les OVEZAREK, Jacqueline PLACIDI-MON· NET, Claude RUTILI, Claude SAMUEL, Jean SCHAPiRA, Hugues STEINER, Edouard TCHORZEWSKI, Roger VALlD, Mme VALlD, Lucien WOSNIAK. .'., \ J : ! ' j,Ji ) ! 1 ( l 12---------------------------------------- A XVIe JOURNEE ATIONAL Contre l'apartheid en Afrique du Sud CONSID'ERANT que la Charte des Nations Unies et la Déclaration Universe lle des Droits de l' Hamme proclal' apartheid, provoquant des souffrances, des colères et des haines, se maintient et se renforce par l'arbitraire et la violence; ment salenn e" ement « le respect universel des droits de l'homme et des libertés fondamentales paur tous, sans dist in ction de race, de sexe, de langue et de re lig ion » ; les participants à la Journée Nationale a ffirment la nécessité pour tous les peuples, pour tous les hommes, d'agir vigoureusement contre l'apartheid et d'imposer le respect des droits des hommes de couleur en Afrique du Sud ; que, 20 a ns après la défa ite d'Hitler, l'Afrique du Sud deme ure le seul pays au monde où, comme dans l'A"emagne nazie, le racisme, sous la fo rme de l'a p.ntheid, est inscrit dans la Constitution et dans les lois ; ils lancent un appel pressant à l'opinion publique, aux parlementaires et au gouvern ement français pour que cesse l'aide fournie par notre pays, dans les doma ines éconamique et militaire, a ux maîtres racistes de l'Afrique du Sud; que ce système de discrim ination fa it peser sur les hommes de couleur, qui constituent les trois qua rts de la population, un esclavage inhumain, des humiliations quotidiennes qu i révoltent la conscience et violent de fa çon flagrante les principes proclamés par la communauté des na t ion s ; ils soulignent qu'une telle mesure ne canstituera it nullement une ingérence condamnable dans les affaires intérieures d'un Etat, mais serait conforme a ussi bien à l'esprit et à la lettre des t extes de l'O. N.U. qu'à nos t rad itions de solidarité et de justice. que les diffé re ntes résolutions de l'O.N.U. , comme les appels multiples adressés aux autorités sud-africa ines sont, à ce jour, restés sans effets, qu'au contraire, cette politique de Le racisme, où qu'il se manifeste, porte en lui le danger de troubles graves contre la paix civile et la paix internationale, et cette atteinte à la dignité humai ne offense et menace tous les hommes. Un témoin raconte ... C'EST avec une profonde émotion que les participants ont entendu le témoi. ./ ma~ne de Mme Léonie GOUMA1N, dont nous donnons ici de larges extraits

J E suis née en Afrique du Sud. Dès {( mon enfance, je devins consciente de l'humiliation et de la souffran· ce des Africains que je voyais constam· ment autour de moi. « Les Blancs ne considèrent pas les Noirs comme des êtres humains ayant leurs sentiments, leurs familles, leurs espoirs, mais comme des bras pour les servir (. .. ) « Chaque année, la souffrance empire et le gouvernement fait adopter et appliquer des lois de plus en plus strictes. ( ... ) « La plus cruelle de toutes ces lois a été en 1959, la loi créant des « gouvernements » bantous sous le prétexte de' donner aux Africains leur autonomie. Mais en fait, on leur a attribué 12 % du terri· toire d'Afrique du Sud, une région sèche et dénudée avec une terre pauvre et incultivable. ( .. ,) « Etant donnée la stérilité du sol, le plus haut revenu d'une famille est de soixante livres, c'est-à-dire huit cent dix francs par an, ce qui est bien au-dessous du minimum vital : les hommes sont alors forcés d'aller travailler dans les villes pendant des années. Le Transkei et les réserves sont devenus des endroits où ne V'ivent $lue des femmes, des enfants et des vieillards. La vie de famille est totalement détruite. Un récent rapport du « South African Race Relations Institute » a estimé que pendant les deux dernières années, soixante-dix pour cent (70 %) des enfants nés étaient illégitime-s. Dans sa misère, l'Africain ne peut même pas se tourner vers une sécurité familiale. Les sociologues craignent l'issue d'une situation aussi anormale. « Dans les villes, les hommes sont astreints à vivre dans des baraquements interdits aux femmes. L'Africain de la ville a perpétuellement peur de perdre Léonie GOUMAIN son emploi. Il ne peut pas rester sans emploi plus de soixante-douze heures car, sinon, il est expédié dans ces réserves haïes. « Ainsi, l'Africain est entièrement devenu un outil uniquement utilisé pour travailler, sans droits d'aucune sorte et sans même une vie de famille décente, outil que l'on rejette quand on ne s'en sert plus. « Le gouvernement de Verwoerd, (lui a admiré et soutenu Hitler, qui, en empêchant l'immigratio.n des juifs en Afrique du Sud pendant la dernière guerre, s'est rendu coupable de la mort de beaucoup d'entre eux, assassinés dans les camps de concentration, ce gouvernement ne cesse d'instituer des lois inspirées du nazisme qui sent appliquées à soixante quinze pour cent de la population. (. .. ) « Moi qui ai vu ces hommes désespérés, dans l'impossibilité de se défendre et pour lesquels l'aide ne peut venir que de l'extérieur, je demande à tous les Français de les aider. Je' demande à chaque personne ici présente d'aider comme elle le peut à briser cet apartheid qui est fondé sur trop de souffrances pour pou· voir continuer. » J.J. de FELICE LA commission sur l'apartheid comptait, parmi ses participants, une jeune femme sud-africaine, des étudiants américains ... Avant de lire le texte de la résolution issue de ses travaux, Me Jean-Jacques de FELICE, qui en était le président, dresse un rapide tableau de la situation telle qu'elle se présente pour les Noirs en Afrique du Sud. « En 1965, dou::e millions d'hommes de couleur vivent en Afrique d7t Sud dans l'esclavage et l'humiliation, déclaret- il, -Trois millions de blancs, possesseurs de toutes les richesses, et de t01ts les p01tvoirs d'un magnifique pays font peser sur la majorité de ses habitants le plus honteux svstème de ségrégation qtli se puisse imaginer. Ségrégation inscrite dans les lois, Pratiqllée dans tous les domaines, ségrégation lancée comme un défi à la face de notl'e co1J!lIllmauté lmmaine. » L'orateur fa it ensuite un parallèle entre « la Marche sur Washington» que retraçait le film. projeté en début d'aprèsmidi, et les manifestations pourtant tout aussi pacifiques de Sharpeville en avril 1960, qui se sont terminées, elles, par un 'horrible massacre : plus de soixante Africains assassinés sur l'ordre du gouvernement dont le premier ministre, Verwoerd devait déclarer en 1963 « Le problème est très simple. Nous entendons garder l'Afrique dl! Sud blanche. » Déportation vers des réserves éloignées, démantèlement des familles, obligation de porter constamruent un pa ~ eport ou lai ssez-passer dont la perte ou l'oubli est puni de prison (en 10 ans, 3.886,568 Africains ont été arrêtés pour infraction à la loi sur les laissez-passer), taux de mortalité qui est l'un des plus élevés du monde : voilà le lot quotidien des hommes de couleur en Afrique du Sud dont le régime raciste a été condamné à maintes reprises par l'O,N.V. et que pourtant la France soutient en lui fournissant des armes. Me de Félice cite une déclaration de M. Marouf, président du comité spécial chargé par l'O.N.V. d'étudier le problème de l'apartheid, et dans laquelle ce dernier souligne la réprobation soulevée en Afrique par l'attitude de notre pays. Après cette grande journée ... ensemble tapissier ALTESSE

  • Suite de la page 3

Orient. Réunissant, sous la présidence de Marcel Manville, à la fois des Arabes, des Juifs sionistes ou non, des antiracistes qu'amenait là leur passion de la justice et de la paix, cette commission abordait la plus délicate, la plus irritante des questions. S'il y eut des divergences, et même des heurts - ce qui était inévitable - jamais ne fut absent le respect mutuel des interlocuteurs'. Le texte ainsi élaboré, voté à l'unanimité par la- Journée Nationale dans une atmosphère chaleureuse, représente un grand succès, que la presse a salué, un premier pas, peut-être, vers ce dialogue tant souhaité, dont l'élargissement, un jour, amènera la détente et l'entente. P LVSIEVRS quotidiens, rendant compte de cette XVI" Journée Nationale, n'ont pas manqué de souligner son retentissement et son ampleur sans précédent. Jamais, il est vrai, « l'éventail ~ politique n'avait été aussi large, l'affluence aussi nombreuse, l'attention aussi soutenue, clu matin au soir. Jamais ces assises ann'uelles n'avaient été plus représentatives cie l'opinion française, socialement et géographiquement, les milieux les plus divers étant représentés par des délégués' venus en majorité, certes, de la région parisienne, mais aussi de multiples départements, cie Lille à Marseille, de Rouen à Nîmes, de Caen à Lyon, de Dijon à Bordeaux, sans parler de nos amis de Belgique, d'Allemagne et de Suisse. Ce qui frappe~ dans une telle Journée, c'est que la lutte antiraciste n'est pas auj ourd'hui - et nous nous en réjouissons - le fait des seules victimes elle est considérée par un nombre toujours plus grand de Français comme l'affaire de tous les citoyens conscients des intérêts nationaux, une -affaire d'honneur, .de démocratie, de dignité humaine. C'e;t Ilussi Que, de toutes parts, d'heureuses ,i()entatives sont faites pour poser le p'roblème du racisme, en débattre èt le combattre : spontanément, des dirigeants d'associations culturelles ou autres, des enseignants, des syndicalistes font leur devoir d'antiracistes, attendant du M.R.A.P. et de ses militants l'aide, les documents, • la coordination; l'expérience qui faciliteront leurs efforts et en accroîtront la portée. C'est enfin l'ardent soutien de la jeunesse à notre cause sur lequel le président Pierre Paraf a mis justement l'accent. Il y a là, pour nous, une raison essentielle d'espoir. LE M,R.A.P., d'année en année, progresse, les assises du 16 mai l'ont prouvé avec éclat. Les faiblesses qui ont pu être constatées - et qu'on ne saurait négliger -- dans le domaine de l'organisation locale et de l'implantation des comités, la Journée Nationale nous apporte, précisément, les moyens de les résoudre. Cet énorme capital de bonne volonté de dvnami sme, d'initiative que seize al{nées :l'action ont accumulé, il nous appal·tien( cie le faire fructifier au service du plus noble des idéaux. Ce ne sera pas sans peine, mais après cette grande Journée, plus que jamais, nous irons de l'avant. Albert LEVY.


13

MOYEN-ORIENT: OUVRIR LE DIALOGUE A XVIe JOURNEE . ATIONAL Mnfcel MANYI LLE PLUS de quarante personnes -parmi lesquelles des étudiants maghrebins et des juifs, sionistes ou non -- avaient participé, le samedi aux travaux de la commission du Moyen-Orient. Les débats, parfois fort animés, témoignèrent de l'intérêt passionné que suscite le problème douloureux des rapports entre Israël et le monde ara he. 'l'outefoi 5, cOlllme le soul ig ne M" jvl a rcel M.-IXI ·fLLE cn pr é~,,~ntan t la r ~so Jution adoptée, une atillosphère de COIllpiète fl,tternité et un souci de vérité a toujours régné au se in de la cOlllmi ssion . « Sc II/cil re eH relatioll de dialoqlfc" cela si[/Ilific r e("o llllaÎlre Ifll e e.Lïgence co 111111 If III' de z'éri lé et S'" sOlllllelfr ,'. Aillsi, IIlfl des parlellaires Cil préseNcc ne pClft pr::l clldrc cO/lfondre sa proprc PCIIS,'C D'i'CC le 101ft d" la 'i'érilé. Ccfa nr EN ce xx' anniversaire de la fin d'une guerre atroce qui a coûté la vie à 50 millions d'êtres humains, les participants à la Journée Nationale condamnent, partout dans le monde, toutes les manifestations racistes contre les Noirs, Juifs, Arabes et autres ethnies ainsi que tout recours à la force dans les rapports entre nations et proclament la nécessité de rechercher loyalement une solution négociée aux co nflits générateurs de nouvelles hécatombes. reche rche d'une solution juste et pacifique . C'est pourquoi les participants à la Journée Nationale appe ll e nt à des efforts toutes les parties concernées pour qu 'elles cherchent à aboutir à la réparation des injustices subsistantes de façon à ce que le règlement éventuel soit acceptable pour tous. En particulier, doivent être sauvegardés les droits des minorités arabe dans l'Etat d'Israël et juives dans les Etats arabes, ainsi que ceux de la communauté nationale arabe palestinienne. Soucieux du maintien de la paix dans les régions où elle se trouve menacée, les participants à la Journée Nationale expriment en particulier leurs préoccupations, en tant que mi· litants antiracistes et en tant qu'hommes attachés à la cause de la paix, concernant la situation au Moyen-Orient où le litige israélo-arabe risque de condUire à un affrontement armé aux conséquences incalculables non seulement parmi les peuples avoisinants mais pour toute l'humanité, Conscients des origines lointaines de ce litige ainsi que de ses données actuelies multiples et complexes, ils estiment néanmoins que l'intérêt des peuples de cette région, dont l'histoire présente tant de similitudes et de rappels communs, victimes les uns et les autres du racisme, réside dans la Les participants condamnent toutes les déclarations bellicistes, les appels à la haine et l'excitation des sentiments chauvins qui vont à l'encontre des intérêts de toutes les parties concernées, ainsi que les intrigues alimentées de l'extérieur à des fins de domination économique et de stratégie. '!H? lfl Cil auclIlI C,ilS dire qU'ail accef'le n'ill/N,rtc quclle o!illio'll, cc qlfi Ile serait q/le bavariJage fuiil e, l/1ais qU'ail aceeple de sc soull lclfre à ce lfe exigellce ct d'ilbord Cil OSllll t sc welfre soi-m,ê ll/e Cil qlle.ilioll. Tallt qlle chocu'll dell/cura dllllS sa rellsre cOlllllie dllllS UII caillp -relrallché, il IIC relit l' avoir quc poléll/iqllc cl violellc.e , » C'est cette citation ti rée cI'un art;cle paru dans « Le l\loncle », sou;; la signature de )\ 1. l ,'rançois Chirpaz, prof e3seur cie ph iloso phi e, (!ui servira cie « règle d'or» à l'interventi on cie 1\ [' i\lall\ ill e, li prepose, cOlllme pr ~ a l ab1e, Cille l'on év ite cie rechercher les r esl~o ll , :tbil itts dans lc con fi it existant : Ils recommandent enfin au Conseil National d'organiser un colloque sur la situation au Moyen-Orient et saluent tous les efforts, toutes les prises de position en Israël et dans les pays arabes tendant à ouvrir la voie d'un dialogue. « Dans celte question délicate, douloltl', eHse, complexe, qui 1'isque de 11Iettre face à face deux communautés que nous aimons également dit mêll:e ClEnr, que 1/0US appréciONS de la même façon parce qu'il s'agit d' fi O1'/Lm es, nous avons pensé qn'il éta it préférable ct 'l'lits sage d'évi- 1er de -remonter aux S01trDeS, de considh'er qn'il y avait 1In- conflit, d'essayer modeslell/e /1t de jeter l es linraments d'une sol utioH pacifique el hlllllaine ... « Ai1lsi pourr(lit-o·n li'lIlcr de sc 1IIeltre Cil positioll de dilliog ue, de '!'oir ce qn'il :1' a de posilif ct de justi' da/!s choCUII des call1Ps en prhellcc , » « EII effet, poursuit M' i\falll'i ll e, n'élallt l'liS e/1ga,rJés, biell qnc concerllés. 1/0US avons, grâce au rewl qui bllllllii toute passion ct toul parli-pris, la possibilité de diswler la lête froide, lI/ê7lle si le coellr est cha ud, » « Les parlisalls d'une guerre prévelltive 011. défcllsiz1e n'out l'as de place Olt MR.A .P. », affirme très nettement M.

. r anvillc oui expl ique :

« Lorsqu'il s'agit de problèmes 11Itmai1ls, de faire vivre des flammes cn sylllbiose et Cil flarmollie, a/ors que del JIis louglelllps des diviseurs -- l'our l'égller -- les avaiellt, au COli traire, opposés, les sciellces lIIalliéll/l1liques Ile peuvellt l'i,ell résoudre 'les so/uliolls 11Itmaines, ce sont touiours des sollliions de colllprolllis, des so/uliolls pllllializ!es, ct c'est la raisoll l'our laquclle 1I0US pellSOHS qu'il 'uaut miellx disculer pC'lIdallt Irès 10W/lc/lI!s ellcore oz'allt de laiss er l es il/squ'al/bol/lisles dcç dCl/x ClIlIIpS s'affrollier et délerlllillcr dalls le iUO \,CIIOricllt !Ille cillasiropfle allx COIIS,'qIlCIIl'CS illcalculables, » Me Jean GOL: « La seule solution» M Jean Gol intervient au nom de la Fédération de la Jeunesse Juive de • Belgique et du Cercle Culturel et Sportif Juif de Bruxelles. Ayant participé la veille aux travaux de la Commission sur le Moyen-Orient, il reprend les thèmes qu'il y a exprimés. Evoquant les « phénomènes parallèles » qui interviennent dans les rapports entre I sraël et les pays arabes, il. a/firme : « L'affrontement des deux grana blocs se traduit d'une façon particulière dans cette région du monde ». Et il déplore certaines prises de positions qui constituent des éléments « extérieurs au dialogue Il et pèsent sur celui· ci. M' Jean Gol regrette également que les Israéliens n'aient pas la possibilité de participer au Festival de la Jeunesse qui se tiendra cet été à Alger. Au nom de ses amis, l 'orateur se félicite de ce que « au sein de la Commj~si(ln traitant du Moyen-Orient, un large accord ait fini par se faire sur un texte », « Nous sommes pour le dialogue, déclaret- il, Nous croyons que c'est la seule solution pour régler les prOblèmes qui se posent entre peuple juif et peuple arabe, » M. ElABBASSI: « Une lutte à mener avec le MRAP » Au restaurant de l 'U.N.E.S.C,O. Ayant de lire le texte ci-de;:sus, :'Il'

'I [all\' ille conclut sur cet appel : « Ie

",'O IIS dClllaw!e, IIl1lis dll JIR.:-LP" et l'ar-delà le Jf.R,,-I.P., alllis jllifç cl arabes, dc lIoycr 'Z'olre flaille, si clic C'xiçl(', dalls lIolre alllour COIIIIIIUII d~s fl olllilles ct de '!.'oll'r à l'II 110 I/ill!il' fa résollliion qll! Il'a d'lIl1lre prételliioll qll:: dl' prr/,osel' 'III! dialoglle, » ~~""'''''''''~'~'~ 1 gauov. dO'l;nv.... l c'est s . Saltom f ! EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de literie et d'Ameuble- 1 ment et les grands Magasins. """~,, .......... ~ ..... ~ ....... ~~ "~,~~-e."""" ...... ~ ....... ~""" Pierre PARAF: Actualité et grandeur de notre cause

  • Suite de la page 8

« Le racisme prend au jourd'hui, poursuit le président Pierre Paraf, des formes nouvelles, Aux Francais de les déceler, de ne tombel" dans aucun des pièges que ses partisans camouflés voudraient leur tenè re, « Jamais les blancs ne se sapareront de leurs frères de couleur dans une prétendue défense de "Occident, « Nous demeurerons vigilants en face r:'un néo-colonialisme qui prépare la contre- révolution dans l'hémisphère Sud de l'Afrique, comme en face des racismes nouveaux auxquels des fanatismes nationaux ou religieux pourraient donner naissance. " Et soulign ant la « féconde et gén:')reuse action des éducateurs pour dispenser aUll enfants l'enseignement de la fraternité ", il montre aussi la nécessité de faire 3boutir les propositions de lois antiracistes élaborées par le M,RAP. C'est par un appe l à la jeunesse, que le président Pierre Paraf termine son al locution

« la jeunesse de France qui , de plus en plus nombreuse, de plus en plus agissan· te, rejoint nos rangs, illustre l'actualité, la grandeur de notre cause. « En entrant dans sa 17' année, le M,R.A,P" fort du dévouement, de l'ini\!lli. gence de ses admirables militants, compte sur le magnifique élan de cette jeunesse. « Il compte sur vous pour briser les ricleaux de préjugés, faire s'écrouler les murailles de haine, afin que soient non seulement acceptés ceux qui sont semblables, mais aimés ceux qui sont différents, » « la vraie revanche de nos morts, conclut-il, doit être le triomphe de la vie, le lever d'aurore du bonheur pour ces milliards d'hommes que la misère et l'igno. rance en ont frustré. C'est à ce prix seulement que, 20 ans après, nous aurons mérité et gagné la victoire. » PRESIDENT de l'Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains (A,KM,N.A.), M. Elabbassi, après avoir apporté le salut « amical et chaleureux » de son organisation, souligne que les trav'ailleurs nord-africains se heurtent journellement à des discriminations, à des brimades qui requièrent la vigilance et la riposte des antiracistes. « Cette lutte, que nous avons menée jusqu'à présent d'une façon isolée, nous souhaitons y participer désormais davantage avec le M.R.A.P. C'est pourquoi nous sommes venus nombreux à ces assises, Ces assises où nous avons trouvé, comme ,nous nous y attendions, un esprit de camaraderie, de solidarité, dans les différentes commissions, et particulièrement dans celle que présidait M' Marcel Manville. » « Je voudrais encore préciser, ajoute M, Elabbassi que notre action, si elle est très limitée en France du fait de notre caractère d'étrangers et de notre petit nombre, est soutenue, effective et efficace à Alger, à Rabat et à Tunis o€:. nos ca· marades luttent contre cette plaie et soutiennent nos amis africains d'Afrique du Sud ou d'ailleurs,.. » 14 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce dimanche-là

  • Suite de la page 9

Ensuite, une ombre sur ma joie, une déception. Devant la salle où je me prépare à entrer, un jeune journaliste me dit: « Pas la peine, c'est fini depuis longtemps. Il n'y avait presque personne à la commission sur l'apartheid. » Et pourtant ce qui se passe en Afrique du Sud passe l'imagination. Des milliers de familles arrachées de leur foye r en ville et expulsées vers des réserves lointaines. Les nonblancs exclus des emplois importants, les dirigeants de leurs syndicats arrêtés. J 'entre pourtant et je ne le regretterai pas. Une jeune femme brune m'accueille. C'est Léonie Goumain, qui a vécu là-bas son enfance. Demain, eUe dénoncera à la tribune le scandale de l'apartheid. Aujourd'hui, elle me donne de petits détails sur sa vie là bas avec une pointe d'accent anglais et d'une voix musicale : « Quand j'allais me baigner au parc, les Africains n'avaient pas le droit d'y entrer. .. Les noirs gagnent deux ou trois livres par mois . ~t les blancs vivent dans un luxe dont, manee à Paris et vivant simplement, je me souviens avec surprise. Ils m'ont donné des cadeaux de mariage superbes. Je me souviens d'un volumineux appareil pour faire des croque-monsieur. Personne n'a songé aux couteaux et aux fourchettes dont j'avais grand besoin. Il allait de soi qu'une Sud-africaine blanche avait « son argenterie ». Je demande à Kagan, photographe qui se déplace comme le vent et barbe au vent avec SOn flash, pourquoi ce désintérêt de l'Afrique du Sud. Il hausse un peu mélancoliquement les épaules : « C'e~t loin, et dès que c'est loin les FrançaIs ont du mal à s'imaginer les choses... »

un pied, quand on ne lui donne plus de papiers.

J'pntends énoncer à la tribune le chiffre effarant d'un tirage total de 500.000 exemplaires pour les publications racistes en France. C'est M' Shapira qui parle de sa voix vibrante et dynamique. Mes VOIS mes se regardent, effarées elles aussi. Toutes deux travaillent à la Caisse Vieillesse de la Sécurité Sociale. L'une est Martiniquaise. Ensemble elles ont été alarmées par le développement du racisme en France. Nous rions, lorsque M. Deschamps, professeur à la Sorbonne, s'étonne qu'en un temps où l'industrie de conserves pour les chats, les chiens et les perroquets prend une grande extension, on ne puisse pas nourrir les travailleurs étrangers en France. Il dénonce aussi la légende de ces étudiants noirs que nous ferions vivre à grands frais. La moitié seulement d'entre eux b énéficient de bourses de 400 cent francs par mois.

  • Le docteur Noël, maire de Saint Maur,

propose un jumelage des villes françaises , a l'V. N. E4 S. C. O~ _1 elle, celui de ceux qui ne se savent pas racistes, qui pourraient même penser qu'ils ne le sont pas du tout. » Pour M. Ballanger, les racistes sont surtout des imbéciles. Il le dit posément, tranquillement et cela donne de la vigueur à son propos. Il insiste sur la nécessité de supprimer les bidonvilles qui par réflexe rendent les vOlsms racistes. M. Ballanger se meut avec une force paisible. Il m'a fait penser à un ancien capitaine d'une équipe de football. J'esp~ re qu'il ne s'en formalisera pas. Dans ma bouche, c'est un grand compliment. Me glissant parmi les groupes qui montent dans les ascenceurs vers le restaurant, je m'approche de M. Fonlupt-Esperaber

il a les moustaches blanches de

Jean Rostand et lui ressemble comme à un frère . « Pendant cette matinée, me dit-il, j'ai pensé que nous avions fort à faire pour n'être pas raciste. J'ai pensé que le racisme est vivant parmi nous, chez des officiers de l'O.A.S. qui ont échappé au châtiment et parfOis même ont été promus. » Jeune, petit et mince M. Misur, attaché culturel hongrois pense que le racisme n'existe plus dans son pays. Il a été vivement intéressé par ses nouvelles formes, Felice le precIsera ensuite avec cette même impressionnante douceur qui, la veille était celle ùe Léonie Goumain.

  • Des remous, des pas. On entre en masse

pour entendre la résolution sur les problèmes du Moyen-Orient. Oui, le M.R.A.P . a vraiment amorcé le dialogue.

  • Dans le hall, des familles se photographient

sous la fresque de Picasso. Encore des enfants, mais trop petits ceux-là pour écouter les orateurs. Ils se souviendront de cette journée. C'est important qu'ils soient là et c'est vrai que les antiracistes forment une immense famille. Le secrétariat l'a compris qui , pendant toute la journée a accueilli noirs, algériens, espagnols, portugais, arméniens, venus pour dire leurs difficultés en France et ailleurs. Je vais m'asseoir avec deux confectionneurs dont l'un est un ancien métallurgiste. ({ Nous sommes des juifs de Paris. nous ne ~ommes pas d'accord avec les. chauvins qui poussent à faire la guerre, en Israël. Ceux qui parlent mal des Arabes ont une influence sur les juifs des pays arabes. Nous pensons que la Journée Nationale est très importante, le gala aussi. Nous avons placé des billets. pour le gala. »

  • C'est la première Journée Nationale de

Mme Lavin, de Clermont-Ferrand. Elle l'a trouvée réussie. Beaucoup de mO:1de et un monde qui s'intéressait passionnément aux problèmes raciaux. En province, elle a des difficultés à entrer en contact avec les antiracistes. Les milieux clermontois sont fermés . On se figure qu'il s'agit d'un parti politique et qu'y adhérer c'est se mouiller. Peut-être fauUrait-il expliquer davantage le sens de notre action. On peut atteindre le public par le théâtre. « Auvergne et Loisirs » a organisé une représentation d'Andorra. La salle était comble. M. Paraf a mené des débats très animés avec M. Dasté, le metteur en scène. Le lendemain, je le retrouverai dans le hall aussi pétillant que son flash et je retrouverai aussi à l'accueil tous ceux qui avaient organisé la soirée de la veille. Ce sont, ce& quelques trente~ auxiliaires, discrets et attentifs, ne montrant ni fatigue ni impatience, qui font la Journée Nationale hospitalière aux nouveaux-venus. Dès l'arrivée, j'ai pu comme tout le monde constater qu'on est bien r eçu. Je ne connaissais pas le jeune homme qui me reçut avec un sourire et me guida vers la vaste salle des conférences où chacun a son siège confortable et un dossier devant soi sur une tablette. Une attention soutenue ... Mil'ce, vivante et aynamique elle aussi, Mm~ Wins est la secrétaire du Comité du M.R.A.P. à Lille où un Israëlien et un représentant du Consulat d'Algérie animèrent une conférence. Ils arrivèrent à un accord qui est celui de la résolution de la Journée Nationale sur le conflit judéo-arabe. L'entente fut parfaite. Le reMes yeux aUaient de la tribune à l'enprésentant israélien manifesta le désir de trée. Le plus grand nombre des partiCipants prenait un si vif intérêt aux débats qu'à l'entrée ils oubliaient les gradins et trébuchaient sur les marches, les yeux sur les orateurs.

Il y avait là des enfants. J e commencerai par eux, avenir de l'antiracisme. J'ai interrogé une petite fille. Assise à côté de son père, elle se tenait fort bien. De temps à autre, elle se levait pour gravir en courant les marches et redescendre près de lui. Rêvant à des jeux d 'enfants, elle a déjà connu l'antisémitisme. A l'école de Montreuil, une de ses camarades avait - initiative suggérée par sa mère - proposé que les juives fussent exclues d~s jeux. Une autre enfant distribue avec une grâce de danseuse les tracts sur l'apartheid et le club Amitié. Son travail l'amuse tant qu'elle s'arrête, déçue, sur et africai:1es. Il est membre de l'U.N.R. A la tribune siègent aussi MM. Deixonne, S.F.I.O., Depreux, P.S.U. et Ballanger, communiste. Un large éventail des partis est représenté.

Je regarde les visages attentifs. Des visages noirs, des visages hlancs. Je reconnais plusieurs de nos amis de l'Amicale des Travailleurs Algériens. Jerne demande si l'intérêt qu'ils portent aux différentes interventions n'a pas les mêmes sources que le mien. On ne parle pas en l'air ce matin, on aborde des faits concrets, des moyens concrets pour lutter contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie On ne traîne pas. On est libre de s'exprimer, mais il n'y a pas ces interruptions oiseuses, ces débats hors du sujet qui rendent tant de congrès si fastidieux. On n'a pas perdu son temps quand vient la pause du déjeuner.

Je m'approche de la jeune actrice camerounaise Lydia Ewandé, mince et souple dans une jolie robe rouge. « C'est le racisme inconscient qui me frappe, dit- L'OFFICE DE VOYAGES LAFA VETTE vous recommande pour les VACANCES D'ÉTÉ EN ISRAËL VOYAGES GROUPES PAR AVION Départ 30 juin Départ : 1' juillet Prix à partir de F PAR BATEAU (avec pension complète) Retour : 15 août Reto ur : 22 juillet 980 (9 jours) 2 SEMAINES en Kibboutz - et 10 jours d'excursions Départ chaque semaine à part.ir du 24 Juillet Prix : F 1.030 + Taxes 70 2 SEMAINES au bord de la Mer en village de vacances et 10 jours d'excursions Prix : F 1.350 + Taxes 70 PAR AVION (avec pension complète) - Même voyage Séjours de 2 - 3 et 4 semaines Prix : à partir de F 1.230 de Paris POUR L'U.R.S.S., LA TCHECOSLOVAQUIE ET LA HONGRIE, nous consulter Pour tous renseignements : 18, rue Bleue, Paris-9' - PRO. 91-09 - 4 lignes (Métro Cadet) 78, bd Barbès, Paris-18' - ORN. 09-00 (Métro Château-Rouge) celles qui suivent la décolonisation. Les étudier pour les extirper, voilà qui lui semble une résolution très p:Jsitive de cette Journée Nationale.

A présent, me voici devant une des grandes nappes blanches des tables sous la clarté des baies vitrées. J'ai dans mon assiette une talmouse feuilletée et je suis gourmande. Je lève le nez pour rencontrer le regard malin et indulgent de M. Depreux. Que pense-t-il de cette Journée Nationale ? Il sourit : « Je voudrais que nos progrès wient tels que cette journée n'ait plus sa raison d'être. L'essentiel serait d'éduquer les gens à la fraternité par l'information. Je suis heureux aussi que le mot paix soit associé au mot antiracisme. » Dans une brève aIJocution, M. Paraf remercie les assistants. Je me souviens d'une belle image dans ses paroles, ce matin. « Nous devons, disait-il , faire lever les ombres de la mort. »

  • Nous regagnons nos fauteuils de la salle

des conférences. Le Chanois parle du cinéma, puissant moyen d'expression pour lutter contre le racisme. Il déplore que trop souvent soient filmés des noirs ridicules, peureux, croyant aux fantômes.

  • J'aime entendre Roger Maria parler des

Gitans. Il se lève, grand, mince, agile et je sens souffler dans ses cheveux chât. ain le vent du plein air dans une roulotte qui le mènerait vers l'aventure. Il réclame pour eux les droits des campeurs, autres amis du plein air, et, pour la sco~ arisation de leurs enfants, les droits des bateliers. C'est un aspect d'Hitler, hideux parmi d'autres, que ces déportations massives de Gitans, une des formes odieuses de son horreur de la liberté. Je me re]ouis ensuite que le Père Aubert de Pax Christi représente le catholicisme en plein accord et en pleine sympathie avec cette journée. Je me réjouis aussi que de nouveau, notre secrétaire gén~ral, Charles Palant ait mis l'accent sur le problème de l'apartheid et rappelé que la France fournit des armes à l'Afrique du Sud. Armes pour tuer qui ? On frémit de penS8, qu'à la moindre tentative de révolte contre un sort inhumain, elles se tourneront contres des Africains désarmés. Maître de La plus jeune participante montrer la Tunisie à sa femme. « Venez d'abord chez nous », dit l'Algérien. « A Nimes, me dit Mme Gebelin qui représente le M.R.A.P. dans le Gard, tout l'effort se porte sur la question algérienne. L'année derni ~ re des cours d'alphabétisation ont été organisés. Malheureusement il n'y a Encore qu'une seule institutricê. Le proviseur du lycée de garçons a fourni les locaux. Tous les élèves algériens y assistent en cravates et chemises impeccables. » Je ne peux pas m'empêcher de penser au débraillé qu'affectent certains fils de famille , en première, à vingt ans.

  • La Journée est finie, le Conseil National

élu. Nous sortons ensemble, antiracistes de toutes couleurs, de toutes confessions, de tous partis, vraiment côte il. côte et coude à coude. Nicole de BOISANGER-DUTREIL .. 15 PASSE.T.IL ? AFRIQUE DU SUD • Un visiteur indésirable MERCREDI 16 juin, une délégati on du .:'Il.R.A. P. , conduite par Cha rles Palant, compos'ée de nos amis Alexandre Chil Koz lowski, J oseph Creitz, E lyane .:'Il oreau, B. llebarek et Claude Samuel, membres du Bureau nati onal, ain si que de Mmes Nicole Rein, Léonie Gou111ain et 11. Clément, représentant le secréta riat du Comité de Lia ison contre l'Apartheid, s'est rendue au mini stè re des Affaires étrangères pour exprimer l'émoti on des a ntiraci stes à l'occasion de la venue en F I ance de M. J.-J. Fouché, ministre sud-afri cain de la Défense. La délégation a remis une lettre signée du président Pierre P a raf et la résolution contre l'a partheid adoptée Je 16 mai de rni er lors de la Jo urnée Nationale. La presse britanniq ue précise que le but de la vi site de .:'II. F ouché sera it l'achat de fus'ées ol-air. de sous-ma rin s, de na vires de g uerre et d'avi ons de reconnaissance tel J' « Atl antique 1150» fabriqué par la firme Brég uet. Ces armes a ideront le gouvern ement Verwoerd à ma intenir et renfo rcer la cruell e, l'inhuma ine politique d'apa rtheid contre les Noirs en Afri que du Sud. La France représente l'un des derniers es poi rs des racistes sud-a fri cain s. pui squ'elle accepte de vencl re les armes oue la Grande-Bretagne et les E tatsU nis re fu sent de fourni r. E n ne respectant pas le boycottage 'économique cie l'Afrique clu Sucl , la France va à l'encontre des rés"Olutions solennell es du Conse il de Sécurité. 111. Ashka r 1Ia rouf (Guin ée), prés ident cie la commission spéci ale cie l'O.N.U. sur l'apa rtheid, qui s'éta it montré pa rti ct 1 ièrement sévère pour la France, lors d'une décla ration fa ite en avril derni er, a affirmé que « les pays africains suiv ront le déroulelll ellt de la v isite de 111. Fouché avec al/ el/tion, étant dOl/llé qn' ils ont décidé que tonte fourniture d' arill es an gOHv erll elnent sud-nfricain est UII acle inamical à l'égard de tous les E tats africai1ls illdépenda nts ». Si le renforcement de la pui ssancc militaire du sini stre Verwoerd est une menace pour la pa ix en Afrique, il Le 26 juin prochain, sera célébrée, dans le monde entier, la JOURNEE POUR LA LIBERTE EN AFRIQUE DU SUD, qui est le symbole de la lutte du peuple sudafricain. A cette occasion, le Comité de Liaison contre l'Apartheid, en acCG rd avec les organisations démocratiques, les partis, les syndicats, organise une réunion publique le vendredi 25 juin, à 20 h. 45, 44, rue de Rennes, Paris (6' ). Prendront la parole : M' JeanJacques de Félice, Fernand Grenier, Albert Lévy, Jacques Lochard, M' Nicole Rein, Henri Stern, Pierre Stribbe, P. Thibaud, André ToUet et un représentant des Mouvements de résistance en Afrique du Sud. Une exposition de photos et documents sera présentée lors de cette manifestation. représente surtout la mort ou la prison pour des milli ers de Sud-Afri cains qui luttent actuellement contre le sini stre régime de l'apa rtheid et pour leur 1 iberté. II faut que le gouvernement français cesse d'apporter un e a ide milita ire ou toute autre forll1e d'ass istance à un régime où fo urmillent les anciens naz is et dont l'unique _souci est « la prés-ervation cie la race blanche », c'es t-à-di re l'oppress ion inhull1aine cie 11 millions d'holl1mes cie couleur. l 'IISSAGIES 1 IDIE GI~A VIIGINIY Blanchisserie et Teinturerie 1 de BOULOGNE 1 Location de linge pour usines et bureaux SERUIRlOIIC Distributeur automatique de seruiettes essUIe· mains Société Anonyme des Ets Maurice DECROIX 9 à 17, rue Diaz Tél· BOULOGNE-SUR-SEINE VAL. 17.80 FAITS DIVERS • Au restau rant. .. EN raison du main tien de l'or « dre dans cet établissement, il n'est serv i anC1Ule consommation aux ressortissants algériens. » Cette affichette, pl aca rdée sur la porte du restaurant f Orion, quai clu F orst, à Mulhouse, a suscité une vive émotion dans cette ville. Pour contrôler la réalité de cette mesure di scriminatoire, le consul d'Algérie à Nancy s'est rendu sur place. Il s'est vu, lui aussi, refuser toute consommation. Notre ami, M. Ja cques Fonlnpt-E speraber, Conseill er d'Etat honorai re, anci en député du Haut-Rhin, est alors intervenu auprès cie la directi on du restaurant, mai s en vain. - l'ai essayé, nous a -t- il précisé, de faire comprendre à la femme du propriétaire dll restaurant , puis au propriétaire ln i-même, l' odieu.x et l'illégalité de son attitude. L 'entretien a été difficile. Il ne m'a pas été objecté que ces clients étaient indésirables parce qu' ils av aient mauvaise tenue. .. C'est bieJ1- a-t-il été recontln, en raison de leur seule qualité de « resso'rtissants alg ér iens » que l'aubergist e entendai t refuser de les servir. » Les représentants' cie cli verses organisations se sont réunis pour mettre au point une action antiraciste, dont cette affaire montre la nécessité. En premier li eu des poursuites seront engagées contre les propriétaires clu restaurant Orion. M. Fonlupt-Esperaber, qui a participé à cette réunion , nous a encore décla r é : - Tl appartient aux pom ·oirs publics - all.1: autorités administr atives comme aux autorités .iudiciaires - de m ettre fin à de tels abus et de les sanctionne·r. Mais il importe allssi que les Français - l.es simPles cito:yens - sou cieux du bon 'renom de leur pays et qui Ol1t COHl,W, dans leur patrie l/I êlll e, les exces dn ra cisl/l e, manifestcnt leur ré p'robation. • Pas de chambre ... NOUS relevons cla ns « Elle » du 27 mai, J'articl e suivant . Une agence de locations illlm obilièr.es a très chaleureusement r em ercié 1me dame que n ous connaissolls et qni allait louer UHe chambre à 1!lle Jeune fille martiniquaise. La dame a dit oH' il n'y avait pas de quoi témoigner une telle élilotioll . L e dir,ecteur de l'agence lni a alors expliqué que, depnis six mois, celle j eune fille n'arrivait pas à se log er parce que sa pean n'est pas blanche. Quelou-uu av ait bien donné son accord pour lni lou er une c hambr ~ , lI1ais ft condition qn'elle paie un. supplél/l ent. Dans celle histoire qui s'est déroulée à Paris , le 3 mai demier . il y a quelque ch ose d' in croyable : c'cst qu'cli c' est 'vraie. Nous félicitons le grancl j ourn al fé- 111111111 de cette dénonciation sans équivoque cles préjugés raci stes'. On nous sig na le d'autre part, et nous le regretton s, que dans son numéro du 10 juin certa ins dess in s et dialogues des « Aventures de Tintin » où un banquier du n0111 de Bohlwinker et au faciès « sémitique» (sel on la tradition clu « P ilori ») est présenté sous un jour pa rticuli èrement défavorabl e. Incorrigible, M. H ergé 1. .. • Abonné ... au racisme 1\1. c. ... 43, boulevard de Strasbourg, voul a it le téléphone. Trois agents de P . et T. se présentèrent pour lui 1110nter une lig ne. l\1a is M. c. .. , ancien milita ire, les renvoya, simplement à la vue de leurs visages : les trois employés étaient Antilla is. 1\1. c... préférait se passer de téléphone que de voir des Antill ais chez lui . 1\I. c. .. n'en resta pas là. Il alla porter pla inte auprès de l'administration du Central téléphonique, lui reprochant de « mal choisir » ses employés. L'administrati on, « compati ssante» et sensibie aux passions de ses clients, alors' qu'ell e aura it dû refuser d'admettre de telle di scriminations parmi ses employés qu'ell e engage d'après leur valeur profess ionnell e et non la coul eur de leur peau, désigna une seconde équipe pour travailler chez M. c. .. L'esprit de solidarité qui fait défaut à la direction, a été au contra ire le moteur de la déci sion de cette seconde équipe : ell e a refusé de faire le travail demandé, lorsqu'ell e a eu conna issance de l'affaire. Convoqués pa r le chef de centre, les trois agents de cette deux ième équipe, malgré la menace d'un procès- verbal coll ectif, ont réitéré leur refu s. Alors, à la faveur des vacances de P â Clu e~, une troi sième équipe fut convoquée qui l-éali sa le travail. Mais quand les deux agents qui la composai ent eurent connaissance des faits, ils présentè rent des excuses à leurs camarade antill a is', déclarant qu'ils avaient été induits en erreur. La loi raci ste du client l'a c-.:pendant emporté. reconnue qu'elle était, par une entreprise d'Etat qui foule ain si aux pieds le principe de l'égalité clans le travail. l 'Ia inte a été déposée. • Quintessence ... « Quintessence », c'est une revue destinée aux médecins, et qui publie un supplément de petites annonces gratuites. Exemple : cette annonce-ci, où l'on pose comme condition, l'appartenance à la « race blanche » : C~~:~~t~s ,_l+ et Charles$~~) iatt~ ~ii;'jiJ~~ »~~., p('{lh, :·f~ 1Xl ... : cOl'ld. ~;. ~JS:~:~ .b.J~1$G.~ ~@t~~:"~S1 i~ê~~t.{ tt, ~tQfi dr~t,:Charles 2 juillet 2010 à 10:25 (UTC) Ey, QtJ IN1 ESSENCl H30, Etrange, n'est-ce pas ? Ces annonceurs ont été contaminés par le virus raci st e. Ils feraient bi en de se soigner ... ID lU • Le Comité du M.R.A.P. du 20' ARRONDISSEMENT, à Paris, organise le 24 juin, à la Maison des Jeunes et de la Culture, une Table Ronde sur le racisme à laquelle participeront des représentants des trois cultes, israëlite, catholique, protestant ; des syndicalistes, des jeunes de diverses tendances. Le film « La Marche », retraçant la grande manifestation pour l'intégration en août 1963, à Washington, sera projeté au cours de la soirée. • Le Comité du M.R.A.P. de CLER· MONT·FERRAND, a organisé, le 20 mai dernier. au Cinéma « L'Essai », une soirée très réussie pour commémorer l'insurrection du ghetto de Varsovie. Présenté par M' Manville, du Bureau National du M.R.A.P., le film d'André Munk « La Passagère » fut projeté devant environ 300 personnes, parmi lesquelles beaucoup de jeunes. D'autre part, le Comité clermontois a participé à l'élaboration de l'exposition organisée par le Club des Relations Internationales du Lycée Jeanne·d'Arc et consacrée aux « grands fléaux du monde contemporain » parmi lesquels le racisme, la guerre, la faim, etc ... L'exposition est ouverte jusqu'au 25 juin. • Sur le thème « De l'étoile jaune à Auschwitz », le comité du M.R.A.P. de GIRONDE a organisé le mercredi 16 juin, à la salle des Pompiers de Libourne, une soirée·débat avec la participation du docteur Eva. Tichauer, rescapée du camp d'Auschwitz, et celle de représentants de groupements de jeunes, enseignants et résistants. Un film de court métrage complèta cette manifestation. • Le M.R.A.P. était représenté par nos amis : - Marie-Magdeleine CARBET. Joseph CREITZ, B. MEBAREK. Claude SAMUEL au Congrès de la C.G.T., le jeudi 20 mai. - Joseph CREITZ et Alexandre CHU .. KOZLOWSIU à la soirée organisée le 25 mai par l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France pour l'anniversaire de la fondation de l'Etat d'Israël. - Renée BABOULENE, Louise KANAR et M. CUKERMAN, à la réunion du « Cercle des Enseignants Juifs », le 26 mai, salle des Ingénieurs Civils. - M' IMERGLIK et Adolphe BERNO, à la cérémonie annuelle de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants juifs 1939·45, le 30 mai, au monument aux Morts du cimetière de Bagneux. • Ont pris la parole. au nom du M.R.A.P. - M' Armand DYMENSTAJN, lors de la soirée organisée par « Les amis israë· lites de France », le 26 mai, dans la salle du Mémorial du Martyr Juif Inconnu. - M' Odet DENYS, lors de la corn· mémoration annuelle de la Société des Amis de l'Abbé Grégoire, le 30 mai, au cimetière Montparnasse. 16 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------- aoant de

M. R.A. P. POUR lE TIRAGE Mouvement contre le Racisme l'Antisémitisme et pour la Pal x N~_ 30, rue des Jeûneurs, Paris Z· Succès à. en ltacance~ ••• Paris Le présent Bon de Soutien peut permettre au souscripteur de bé. néficler d'un des cadeaux sui ~ anH ;

[. Un meuble acajou . radio

électrophone « GRUNDIG » (offert par la FNAC).

[. Une camera Paillard avec projecteur

Zeiss.

[. Une télévision Schneider.
[. Un magnétophone.
[. Des postes il transistor.
[. Plusieurs sièges Steiner.
[. Un appareil de photo, etc ...

Répartition des cadeaux lors du Grand Gala antiraciste du 21 novembre 1965, Salle Pleyel, Paris. de PAS de y,tlcances pour le M,R.A.P ... En cette période d'été, de détente, où L'EXPOSITION LINlJOLN 1 qui va maintenant circuler en banlieue et en province les éléments hostiles ':' lu démocraiie, à la ~aix croient parfois pouvoir perpetrer leurs mouvais coups plus facilement, le M.R.A.P. demeure, comme taujour!i, vigilant et actif. BEAUCOUP d'idées, de bonne vo· lonté, peu de moyens, au total une grande réalisation: l'exposition Lincoln . Première manifestation réalisée dans ce domaine par le M.R.A.P., elle a remporté, il faut bien le dire, un grand succès. Des légendes claires, des textes explicatifs, une mise en place très 1érée : autant d'éléments comptant dans la réussite esthétique de l'exposition et qui contribuaient à lui donner sa valeur éducative. L'inauguration officielle eut lieu le lundi 10 mai à 18 heures, en présence de nombreuses personnalités, parmi lesquelles: MM. les Ambassadeurs de Madagascar, du Dahomey et de Hongrie. Jean Daridan, écrivain, ambassadeur de France en Inde; M. Sim Var, délégué permanent du Cambodge à l'U .N.E.S.C.O. ; Jacques Duron, représentant M. Malraux, ministre d'Etat chargé des Affaires Culturel· les ; M. Jean·paul palewski, député; le gouverneur général Delavignette; Jean Pierre·Bloch, ancien ministre ; Conil.Lacoste, représentant M. Maheu, directeur général de l'UNESCO; Belcher, directeur du Centre Culturel Américain ; André Tollet, président du Comité Parisien de la libération; le pasteur Christol, Jeandet, du parti Radical ; Mmes Yves Farge, Madeleine Léo·Lagrange, Juliette Darle, Jacqueline Marchand, Salfatti, du Cercle des Enseignants Juifs; Suzanne Roger, peintre ; Famin, directrice de lycée; MM. le Dr Jean Dalsace, Bhely Quenum, directeur de la " Vie Africaine " ; l'acteur Olivier Hussenot ; Elie Bioncourt, ancien député ; Paul Delerce, de " Témoignage Chrétien ". Il convient de remarquer que beaucoup de jeunes visitèrent l'exposition, parmi lesquels les élèves de plusieurs classes de lycées, collèges et écoles. Paris n'était qu'une étape pour l'exposition Lincoln. Avant même qu'elle soit montée, des jalons étaient posés pour permettre de faire circuler dans la région parisienne et en province, ses quelque deux cents documents. Il faut en effet que le maximum de gens, puissent la voir. Il serait dommage que cet excellent porte-parole du M.R.A.P., réalisé au prix de nombreuses difficultés, ait une trr,;. .. courte vie. Heureusement, le M.R.A.P. a reçu beaucoup de réponses 'posi~ives à ses propositions de location, emanant de municipalités, de maisons de Jeunes et de la Culture, d'associations culturelles . Déjà, le comité d'entreprise d'Hispano- Suiza la présente dans ses locaux, du 14 au 18 juin. Avant de partir, .oo~r un repos bien mérité, n'oubliez pas d'apporter votre contribution ~ la vie de nctre Mouvement, cul.ressez-Iui dès AUJOURD'HUI le règlement des Bons de Soutien 1965. Joignant l'utile à l'agréable, ces Bons à 2 F l'un (lOF le C':lrnet de 5) peuvent vous permettre de recevoir E'n novembr,e un cadeau de grande valeur : 5.000 F dlOl marchandises g chosir gratuitement au Bazar de l'Hôtel de Ville, un meuble radio-électrophone en acajau, une caméra et un projecteur, un poste de télévision, un magnétophc. ne, etc., etc ... Si vous n' avez -pas de Bons de Soul!:an, si vous en désir~z d,avantage pour les diffuser autour de vous, hâtez-vous d' ~n demander au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2e (C.C.P. 14-825-85 Paris). Amis 'lecteurs de « D'roit et Liberl'é », le M.R.A.P., une fois encore, compte sur vous, ~ui êtes les plus conscients, les !llus conséquents des antiracist~s. D'avance, il vous remercie. .. Lors de l'inauguration de l'Ex- ~ ~ position Lincoln, on reconnaît, de ~ ~ gauche à droite, ~ ~ PHOTO DU HAUT : MM. Jean· ~ ~ ~ 0: Pa,ul Palewski et Pierre Paraf ; ~ ~ Mrr::e Madeleine Léo·Lagrange et S ~ M. ,Jean Pierre·B1och. ~ PHOTO DU CENTRE : M. Jac· ~ ques Duron (représentant M. Mal· :: 0( raux) ; le gouverneur général # ~ Dela vignette et Charles Palant ; ~ ~ lVI. CClIiI·Lacoste (représentant M. ~ ~ Maheu). # 0( PHOTO DU BAS : MM. André ~ ~ Tûllet, r'ienc Paraf et Rakoto ~ ~ Ratsimamanga, ambassadeur de # , la République Malgache ; M. Jean ~ ~ Daridan. ~ 0: ~ ~... .. lv~~'"''~ .... '~'\.rlv\,;'\,;~'''''''\.''''''''~~'

Notes

<references />