Droit et Liberté n°228 - janvier 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°228 de Janvier 1964
    • Ces préjugés, ces haines qui abaissent l'homme et qui le tuent page1
    • "Rom" unique objet de leur ressentiment par Oncle Tom
    • Une étude de "la revue socialiste": l'antisémitisme et l'U.R.S.S.
    • Moyen-Orient: l'eau et le pétrole
    • Inde: Calcutta ville sanglante
    • Un blanc dans la peau d'un noir par Etienne Nouveau page4
    • Chypre: une illustration de la formule: "diviser pour régner" par Albert-Paul Lentin page5
    • En Nouvelle Calédonie: retour au passé colonial par Maurice Lambert page5
    • Le racisme: une réalité en France page6,7
      • Comment peut-on être Africain? par Marguerite Kagan
      • Les "amis d'Edouard Drumont" des ennemis de l'homme par Emile Tersen
    • D'Auschwitz à Francfort: les bourreaux 19 ans après par Marie-Elisa Normand-Cohen page7
    • "Le Vicaire", la presse et notre conscience par Roger Maria page8,9
    • Au comité national du M.R.A.P. un bond en avant! page11
    • Darius Milhaud nous parle de sa symphonie "Pacem in terris" recueilli par Claude Gallois pge13
    • Les fleurs de Fan extrait du livre de Stuart Jackman sur l'apartheid page14

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

lS JANVIER- - lS FEVRIER 1964 N° 228 Un franc L'année du 15e annIversaIre Ces préjugés, ces haines En 1964, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, aura 15 ans. Depuis Ga fondation, son influence, ses activités se sont accrues sans cesse. Son Conseil National, réuni le 15 décembre, a mis au point les mesures d'organisation qu'impose ce BOND EN AVANT. (Voir page 11). qui abaissent l'homme et qui tuent. .. Sur « LE VICAIRE» EN FRANCE des mesures énergiques s'imposent La pièce de Rolf HOchhuth continue de susciter d'abondants commentaires. C'est que, par delà les évocations du passé, elle pose avec acuité, le problème de la responsabilité de chaque homme devant l'hisroire.

Au Moyen-Orient, à Chypre, en Inde

problèmes et conflits sont envenImés et faussés par les oppositions religieuses ou ethniques pour bannir la propagande et les discriminations racistes Roger MARIA, en pages 8 et 9, explore le volumineux dossier que constituent les articles parus sur Le Vicaire. Le M .R.A.P. et le Club Amitié organisent, à ce sujet, un débat, le 28 janvier, à l'Hôtel ModeT'ne. Il est significatif que les « points chauds ». de notre planète aient été, ces dernières semaines - outre Panama - trois réjtions où les oppositions religieuses et ethniques dressent les uns contre les autres des hommes ou des peuples que leurs intérêts communs devraient rapprocher. Au MoyenOrient, à Chypre, en Inde, les explosions de haines aveugles, masquant les vrais problèmes, constituent, tout autant que la misère et l'analphabétisme, les vestiges du système colonial. Les données complexes de la situation sont évoquées en pages 4 et 5, notamment par l'article d'A.-P. LENTIN sur Chypre. En France, certes, les préjugés racistes ne produisent pas aujourd'hui d'effets aussi tragiques. Ce n'est pas faute, pourtant, d'excitations à la haine, car nombre de feuilles spécialisées dans le racisme intensifient impunément depuis quelque temps leur propagande empoisonnée, habilement conçue, et qui pourrait, les circonstances aidant, trouver un terrain plus favorable. Le racisme est une réalité pour les étudiants et travailleurs africains vivant dans notre pays, comme le souligne l'analyse d'une en· quête sociOlogique, que nous publions en page centrale. Dans cette même page, Emile TER SEN montre ce que signifie la créatiun d'une Société des Amis de Drumont. LES BOURREAUX/ 19 ans , apres Darius Milhaud nous parle de sa symphonie «Pacem • terris» Le 20 décembre, dans le grand auditorium de la Maison de la Radio, était créée la symphonie chorale de Darius Milhaud « Pacem in terris ". La nouvelle oeuvre du grand compositeur inspirée par l'encyclique du Pape Jean XXIII, était interprétée par l'orchestre de la R.T.F., dirigé par Charles Münch. Darius Milhaud a bien voulu, à cette occasion, nous accorder un entretien, dont vous lirez le compte rendu en page 13. Dix·neuf ans après, quelques-uns seulement des S.S. tortionnaires d'Auschwitz passent en jugement. Le 20 décembre 1963, s'est ouvert à Francfort·sur·le·Main, le procès intenté à vingt d'entre·eux. ·Paisibles bourgeois (exportateur, pharmacien, docteur), au regard pur, à la conscience tranquille, ils ont tout oublié et ils s'indignent de leur position d'accusés. Ils sont ironiques, insolents. Ils se présentent comme de simples témoins occasionnels. Ils n'ont rien vu. rien fait. Mulka, l'adjoint direct du commandant du camp, affirme ignorer l'existence des chambres il gaz. Pour Hocker, « Auschwitz était quelque chose de spéCial ". Pas un seul de ces bourreaux, aussi sinistres les uns que les autres, n'avouera un crime, une torture. En page centrale, Mme M.E. NORDMANN·COHEN, présidente de l'Amicale des Déportés d'Auschwitz, a bien voulu nous faire part des réflexions que lui inspire ce procès. (On peut voir sur notre photo Robert Mulka, 68 ans, à droite, et Karl Hocker, 51 ans, au centre, durant le procès.) (Photo Keystone.) Retour au passé colonial en Nouvelle Calédonie par Maurice LAMBERT (page 5) Un blanc dans la peau d"un noir par Etienne NOUVEAU (page 4) Les "eurs de Fan par Stuart JACKMAN (page 14) 10·XII. - Plus de 300 Indiens arrêtés par la police de Johannesburg pour avoir assisté à une séance cinématographique. • Le Conseil de Sécurité de l'O.N.U. décide à l'unanimité moins la France de préndre des mesures sévères à l'en· contre du Portugal, en raison de sa politique coloniale. lI·XII. - A Danville (Virginie), manifes· tation contre la ségrégation raciale ; plusieurs noirs et un blanc arrêtés à l'entrée d'une salle de spectacle réservée aux blancs. • L'assemblée générale de l'O.N.U. recommande à l'Angleterre d'accorder l'indépendance à divers territoires. Par 95 voix contre 0 et 6 abstentions (dont la France), elle proroge le mandat du comité de décolonisation. 12·XII. - Le gouvernement nationaliste d'Afrique du Sud s'oppose à la venue d'une commission de l'O.N,U. , qui enquêterait sur la discrimination raciale. • Le Kenya accède à l'indépendance. Jomo Kenyatta prend la tête du gouvernement. 13-XII, - Manifestation à Auckland (Nou· velle-Zélande) contre les projets nucléai· l'es français dans le Pacifique, l5·XII. - La grâce de Baldur von Schirach, ancien chef des jeunesses nazies et ex-gauleitel' de Vienne, condamné par le Tribunal de Nuremberg, sollicitée par le vice·président du Bundestag. • Le général de Gaulle grâcie 100 membres de l'O.A.S. et 3 jeunes gens (sur 8) condamnés pour avoir milité contre la guerre d'Algérie. l6-XII. - Dirigeant de la secte des Mormons, et ancien ministre de M. Eisenhower, M. Benson dénonce comme « communiste » le projet sur les droits civiques. Il est un des soutiens de la John 8irch Society. l7.XII. - Malgré les objections de l'Afrique du Sud, l'assemblée génér~le de l'O.N.U. décide de mettre sur pled un programme d'aide aux familles des personnes persécutées en Afrique du Sud pour leur hostilité à l'apartheid, • A la suite d'un ACCORD AVEC LES AUTORITES DE BERLINOUEST, le gouvernement de la It.D.A. accorde des laissez-passer aux habitants de cette ville leur permettant de franchir « le mur » pendant les fêtes. 18·XII. - Un manifeste publié à Paris par un groupe de personnalités antillaises et réunionnaises demande un nou" eau statut pour les départements d'ou· h·e-mer. 19-XII. - A Stockholm, des tracts antisémites lancés sur le public assistant à la représentation du ({ Journal d'Anne Frank ». 20·XII. - A Francfort, s'ouvre le PRO CES DE 22 CRIMINELS DE GUERRE NAZIS, officiers, sousofficiers ct médecins à Auschwitz. • L'église orthodoxe d'Egypte refuse d'admettre que le peuple juif n'est pas déicide. • Quatre membres de la garde natio· nale de l'Alabama, dont un noir, ineul· pés d'attentats racistes à la dynamite. Manifestation intégrationniste à l'Université du Texas. 21.XII. - 17 étudiants « non violents » et autres militants en faveur des droits civiques arrêtés à Atlanta. -22-XII. - FUSILLADE GENERA· LE DANS PLUSIEURS QUARTIERS DE NICOSIE, à Chypre, entre membres des communautés turques et grecques. • Un incendie détruit l'église baptiste de la congrégation noire de Roanoke (Arkansas) dont le pasteur, le Rd Ja· mes Rice, milite pour l'intégration raciale, 23·XII. - Nouveaux incidents à Nicosie et échange de coups de feu entre Cypriotes des communautés turques et grecques. 1·1. - Messages de paix du pape Paul VI, du président des U.S.A., M. Johson, de M. Khrouchtchev et de Sir Alexander Home. 3·1. - AJ:restation en Allemagne fédérale de deux anciens officiers S.S. : Wer.ner Meyer était commissaire principal de la police de Kiel ; l'autre, Georg Fleisch· mann, ancien capitaine de l'état-major des Waffen S.S., était chef de la police judiciaire de Ludwigshafen. • Au Cameroun, huit membres de l'U.P.C. (Union des Populations du Ca· meroun), parti d'opposition, sont fusil· lés en public. 1 4·1. - Le pape Paul VI arrive:Jn .Jordanie où commence SON PELERINAGE EN PALE$TINE. 8-1. - Le président Lyndon Johnson, dans son message sur l'état de l'Union, s'engage à abolir toutes les discriminations raciales. 9·1. - Dennis Brutus, président du Co· mité Olympique non racial d'Afrique du Sud, condamné à 18 mois de prison pour avoir quitté le district de Johan· nesburg. 11·1. - Nouvelle affaire de Panama : les émeutes de Colon provoquent une vingtaine de morts, des centaines de blessés. Mais Washington s'oppose à toute contestation de sa mainmise sur le canal. • Violentes émeutes à Calcutta et dans d'autres parties du Be.ngale ENTRE HINDOUS ET MUSU~ M·ANS. Bilan provisoire: 60 morts, 300 blessés, 800 arrestations. DISCRIMINATIONS • Ici/ on ne sert pas les Noirs ... DANS le v' arrondissement, au 3 de la rue du Petit·Pont, un café de belle apparence, moderne et rutilant. M. Alioune Math·Samba, originaire du Séné· gal et ex·sergent de l'armée de l'Air française, passant dans cette rue en décembre dernier, éprouve le besoin de se réchauffer et entre dans cet- établissement pour commander une infusion de menthe. Eton· né de l'indifférence du garçon qui sert des clients entrés après lui, il réitère sa com· mande et s'entend répondre: « Ici, on ne sert pas les noirs ". M. Math·Samba avait déjà remarqué l'impatience croissante d'un autre Afri· cain, entré aussi pour consommer. Alors, devant l'attitude du garçon, très poliment, car M. Math·Samba est un homo me civilisé, lui, il s'est contenté de faire remarquer avec dignité : « Puisque vous êtes dans votre établissement, vous avez peut·être le droit de faire ce qu'il vous plait ", et il est parti. Il n'a pas voulu faire un « grand scan· dale public ", mais, a tenu à alerter la presse. Dans une lettre envoyée à plu. sieurs journaux dont « Témoignage Chré· tien ", qui l'a publiée, il a tenu à dégager les véritables responsabilités, celles du patron qui a donné les ordres au garçon " qui n'est qu'un pauvre exécutant " et il a précisé que, ne buvant jamais, on ne peut invoquer à son égard le motif cou· rant de « refus pour ivresse ". M. Alioune Math·Samba est venu nous voir, et nous a fait un récit sincère et objectif de cet acte flagrant de discrimi· nation raciale dont il a été la victime. La couleur de sa peau l'avait déjà obligé à abandonner sa carrière de géomètre : parce que noir, on le croyait incapable d'as· surer des déplacements en province. Et maintenant, on lui refuse le droit de s~ réchauffer et de boire une infusion ... La nécessité d'une législation antiraciste se fait chaque jour plus urgente. Et le cas de M. Math·Samba est à joindre au dos· sier déjà important que le M.R.A.P. assem· ble dans cette perspective. Une législation antiraciste ne transformera pas le raciste forcené en militant antiraciste, mais au moins l'empêchera·t·elle de se livrer ou· vertement à ses mauvaises passions. U.R. S.S. • Après un fait divers UN jeune étudiant ghanéen, Asare Addo est découvert sans vie à deux cents mètres de la gare de Khovrino, dans la région de Moscou. L'enquête révèle qu'il est mort des suites d'une congestion due au -Froid. Mais dans les milieux afri· cains, la nouvelle est propagée qu'il aurait été assassiné par un rival jaloux de son prochain mariage avec une Soviétique. Aussitôt, une manifestation s'organise et 400 étudiants africains se réunissent devant le Kremlin pour obtenir des éclair· cissements sur la mort de leur camarade. Il faut noter, qu'à aucun moment, les miliciens de service n'ont eu à intervenir, ce que précise l'Ambassadeur du Ghana, M. Elliot: « Je n'ai eu connaissance d'au· cun incident, d'aucune bousculade, d'aucun forcement de barrage, d'aucun accrochage avec la police ". Tandis que les étudiants ghanéens étaient reçus par l'Ambassadeur de leur pays, une délégation d'étudiants noirs est reçue alors par le Ministre de l'Enseignement supérieur, M. Elioutine, qui leur livre les résultats de l'autopsie à laquelle ont assisté deux étudiants en médecine gha· néens, de l'Université de Kalimine (où était inscrit Asare Addo): la mort de l'étudiant est due à une congestion provo· quée par le froid (24' au dessous de 0) après une absorption excessive d'alcool. Entre temps, une certaine partie de la presse a cru nécessaire d'étaler ce tragique fait divers sur 8 colonnes, et d'utili· ser des titres «choc.: " Bagarre, place Rouge », « Racisme à Moscou " « 600 étu· diants noirs manifestent jusque sous les fenêtres du Kremlin ». De toute évidence, ces gros titres n'étaient guère inspirés par une volonté de dénoncer et d.e com· battre le racisme. En effet, on a su peu après, ce qui s'était réellement passé. Un certain nombre d'étudiants ghanéens qui rési· daient dans d'autres villes que Moscou, avaient été attirés dans la capitale sous un faux prétexte: distribution de cadeaux pour Noël, à l'Ambassade du Ghana. Ni l'Ambassadeur du Ghana, ni l'Union des Etudiants ghanéens en U.R.S.S. n'avaient envoyé de convocation. Mieux: les représentants de l'Union des étudiants gha· né~ns avaient été expulsés d'une réunion organisée par certains responsables de PASSE.T.IL ? « Rom », .unique objet de leur ressentiment I L est des mots qui font horreur à certains, et qu'on emploie comme l'injure, selon l'époque, la latitude, le pays, les moeurs et les conjonctures politiques. Nègre, juif, arabe, etc ... Et « rom ». « Rom » est un mot gitan, donc encore plus exécrable. Il signifie tout simplement « homme ». Ainsi les racistes en arrivent à nier leur propre espèce, si tant est qu'ils appartiennent encore à l'espèce humaine, renommée par sa supériorité sur les autres genres de la faune terrestre parce qu'elle nense. Le raciste, lui, ne" pense pas. Il est victime des mythes et veut ignorer l'antimythe. Il en est à un stade inférieur de l'évolution naturelle. Ainsi, pour lui le « rom » (l'homme!) est l'Unique objet de son ressenti· ment (pardon Corneille!), parce qu'on lui a dit, étant encore enfant, que le « comédien » (1) allait venir le prendre s'il ne mangeait pas sa soupe. Et comme il n'aime pas la soupe, il déteste le gitan.voleur-d'enfants-de·lapiruHle· chevaux-etc ... On peut être en apparence évolué et toujours aussi stupide. Ainsi le plus grand journal du soir français publiait récemment ce titre à sensation, en gros caractères, comme il se doit : « Marie a vendu sa fille Rebecca (2 ans) pour 100 F. L'acheteuse, une gitane, a disparu de Bastia avec l'enfant. » Et de faire frémir le lecteur avec des détails sordides entretenant le mythe cité plus haut. Quelques jours plus tard le journal rectifia son " information ». Mais le poison jeté sur la nature humaine avait eu le temps de faire son effet. C'est l'histoire du clou qu'on enfonce dans la tête. Mal!Jeureux gitans, déjà damnés pour une affaire de clous, les voilà encore victimes de la publicité noire. « L'homme ça sonne fier », disait Gorki. Une formule que je voudrais traduire en tzigane pour la graver sur les frontons des commissariats de police et sur les murs des salles de rédaction. Mais les usagers n'y comprendraient rien ! Oncle TOM. (1) Dans certaines régions, on appelle les gitans, les « comédiens », pour marquer leur damnation éternelle, en souvenir du temps où les sacrements étaient refusés à Molière ... l'Union des Africains de Moscou où était préparée la manifestation. Il semblerait que l'Ambassade du Ghana ait été visée, autant que les autorités soviétiques, par les manifestants qui auraient profité de l'émotion causée par la mort de l'étudiant Asare Addo, pour atteindre des objectifs essentiellement politiques. Commentant ces incidents, M. Khroucht· chev, lors de la réception du 1" janvier au Kremlin, a déclaré notamment: « Nous savons fort bien que parmi les étudiants africains, il y a des différences de classe. Certains sont de famille laborieuse. D'au· tres sont les fils de gens qui aspirent à remplacer les exploiteurs étrangers et viennent chercher ici, une éducation qu'ils espèrent ensuite retourner contre leur pro· pre peuple. Il n'y a pas d'un côté les noirs, de l'autre les blancs; il y a les exploiteurs et les exploités. La lutte entre eux est inévitable, et elle se développera. Mais cela, c'est l'affaire de chaque peuple". . Désormais, le calme est revenu parmi les étudiants africains de Moscou, dont la majorité ont désapprouvé la manifesta· tion de décembre . HIER ET AUJOURD'HUI • Doivent .. ils rester impunis? UN correspondant nous communique la traduction d'un article paru dans un journal soviétique, indiquant que des originaires de l'U.R.S.S., qui ont aidé les nazis dans leur sinistre tâche, vivent actuellement en France, dans une quiétude et une ·tranquillité parfaites. Valerian Yosifovitch Pankevitch se ca· che à Lyon, où il est propriétaire d'un atelier de réparation de bicyclettes. Chauffeur avant la guerre dans un vti1lage de la région de Grodno, dès l'entrée des troupes fascistes, il s'engagea dans la police hitlérienne. Son zèle lui valut d 'être nommé, peu après, chef de la police régionale. Alors, il organisa des expéditions puni· tives contre les habitants des villages environnants, ordonna des exécutions sommaires auxquelles il participa en pero sonne. Des dizaines d 'otages ont été fusillés sous les ordres de Pankevitch, qui reçut des récompenses et des décorations nazies pour ses hauts faits d'arme .. D'autres bourreaux se sont réfugiés en France où ils vivent sous l'apparence de modestes et honorables personnes. Ainsi Fedor Zintchouk, originaire de la région de Rovno, habite Pont-SainteMaxence dans l'Oise. Commandant de compagnie dans le bataillon punitif « CC-102 » créé par les hitlériens, il a rait fusiller et brûler environ 27.000 personnes dans la région de Tarnopol. Zintchouk a participé à la liquidation des juifs enfer· més dans le ghetto de Kremenietz et de Belaïa Krenitza (région de Tarnopol). Dans la région de Minsk et de Bobrouïsk, Zintchouk et ses tueurs ont pillé, incen· dié et assassiné. A Paris, vit l'ex·diacre Pavel Koukhtine. En 1941, quand les troupes hitlérienne~ ont envahi l'Ukraine, Koukhtine a quitté la soutane et est entrée volontairement au service de la police créée par l'occu· pant. Nommé chef de police à Podgaïtzi, il commanda, durant l'été 1943, la liquida· tion du ghetto de cette ville et fit fusil'ler tous ses habitants. Une lettre signée de plusieurs personnes qui ont eu à souffrir de ces sinistres personnages, demande et à juste titre, un châtiment. .. L/homme qui arrêta Anne Frank est libre KARL SILBERBAUER, l'homme qui a arrêté Anne Frank, l'ancien policier S.S. au service d'Eichmann, ne sera pas condamné. Il avait été retrouvé grâce à l'obstina· tion de Simon Wiesenthal, qui, depuis son Centre de Documentation à Vienne, ras· semble tous les renseignements concer· nant les criminels nazis. Par recoupements successifs, Wiesenthal avait découvert que Silberbauer, inspecteur en exercice dans la police autrichienne, était bien le res· ponsable de la mort d'Anne Frank et des siens. Depuis, suspendu de ses fonctions, Sil· berbauer, qui avait été déjà blanchi en 1954, attendait d'être jugé, et seulement pour -complicité d'assassinat, la loi qui frappe de sanctions les criminels de guer· re, ayant été abolie en Autriche en 1957, Mais, aux dernières nouvelles, lucune poursuite ne sera engagée contre lui. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (Z.) Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs ETRANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pal'la , Pour les changements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer {( Droit et Liberté li ou s'abonner au (II Cercle Culturel et Sportif Jul! », 52, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 952021, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et Imprlm6 par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Chàt.psuroux Gérante : S. BIANCm. 3 Une étude de « La Revue Socialiste» L'antisémitisme' et l'U.R.S.S. DRANCY Le conseil municipal a décidé l'érection d'un monument national à la mémoire des victimes du nazisme mortes en déportation après leur internement au camp de Drancy et en hommage aux 100.000 martyrs dont Drancy fut la dernière résidence. Après un premier versement de 10.000 francs la municipalité a ouvert une souscription nationale destinée aux frais d'érection du monument et un concours pour tous les artistes intéressés par cette initiative. DAKAR Une première conférence africaine de coopération mondiale inter-communale s'ouvrira à Dakar à la fin de janvier 1964, sous l'égide de la Fédération Mondiale des villes jumelées. BAGDAD Tous les juifs se trouvant en Irak doivent se présenter à un bureau spécial et prouver leur nationalité irakienne, en vertu d'une nouvelle loi, approuvée récemment par le gouvernement irakien. Les juifs qui pourront établir leur nationalité irakienne se verront délivrer les cartes spéCiales. Ceux qui ne le pourront pas, seront considérés comme étrangers et leurs biens seront saisis. PENICHE Après 23 années passées à la prison de Peniche, un dirigeant ouvrier, Manuel Rodriguez da Silva vient d'être libéré par le gouvernement Salazar. Arrêté une première fois en 1936, da Silva a subi d'épou~ vantables tortures au siège de la Pi de (gestapo portugaise), mais n'a rien révélé des activités du syndicat. If a passé 9 ans dans un camp de concentration, aux îles du Cap-Vert. En 1961, il a eu une congestion cérébrale, mais les autorités salazaristes lui ont refusé les soins médicaux. Il a quitté sa cellule pour entrer à l'hôpital. DACHAU La construction d'un couvent de Carmélites commencerait en avril prochain sur l'emplacement du camp de concentration. L'initiative en revient au cardinal Faulhaber, ancien archevêque de Munich. FRANCFORT Un journaiiste correspondant au Caire du journal « Die Tag », révèle que l'ancien chef de la Gestapo Heinrich Mueller, aurait trouvé refuge en Egypte, où sous le nom de Amin Rashid, il s'occuperait de la propagande égyptienne contre Israël, et de la rédaction de tracts nazis destinés aux groupes néo-nazis de divers pays. « Die Tag » publie, d'autre part, une liste de criminels S.S., vivant dans les pays arabes, parmi lesquels, on relève : Alain Brummer, l'adjoint d'Eichmann, Bernhard Bender, chef de la section des questions juives à Varsovie, Heinrich Willermann, adjoint de Kaltenbrunner, le Dr Werner Witschale et le Baron von Harder, adjoints de Goebbels. EVREUX Le tribunal des Forces Armées siègeant à la base américaine d'Evreux a rendu son verdict, dans le deuxième procès de trois des six parachutistes noirs américains impliqués dans le meurtre de l'aviateur blanc R. Padgett. Le jury, parmi lequel siégeaient trois officiers noirs (dont un portoricain) s'est montré plus clément que lors du premier procès (le jury était alors exclusivement formé de blancs). Deux des accusés ont été condamnés à 11 et 10 ans de prison, le troisième, reconnu coupable d'homicide involontaire, à 18 mois de la même peine. « LA REVUE SOCIALISTE », éditée par le ~arti Socialiste S.F.I.O., publIe dans son numéro de décembre 1963, une intéressante étude de M. Boris Eliacheff : « L'antisémitisme et l'U.R.S.S. ". Nous avons cru utile, pour'l'information de nos lecteurs, d'en reproduire ici de larges extraits. L'auteur, après avoir rappelé les persécutions subies par les juifs dans le passé, en de nombreux pays, poursuit : C.') En Russie tsariste, arme politique entre les mains des Romanov, exploité par tous les profiteurs du régime, servi par l'obscurantisme et les préjugés de la masse, l'antisémitisme a pris les formes virulentes que l'on sait C . .). Il va de soi que l'U.R.S.S. avec un tel héritage, ne pouvait, du jour au lendemain, changer . les réactions psychologiques, le subconscient d'une large partie de la population. En outre, au cours de la guerre civile, profitant de l'anarchie qui régnait dans le pays, des bandes petlouriennes et autres, mêlées aux troupes des . généraux « blancs », 'massacrèrent et pillèrent des milliers de juifs, principalement en Ukraine. Enfin, l'hitlérisme, et malgré les pelotes terribles subies du fait nazi par l'ensemble des Soviétiques, a laissé des traces comme partout, hélas! où a été expérimentée l'occupation hitlérienne. Aussi est-il peu surprenant de trouver encore aujourd'hui dans les différentes couches de la société soviétique, un restant de préjugés et de méfiance à l'endroit du Juif L.). Nous avons eu la chance de connaître Lénine. Sa position doctrinale lui faisait, bien entendu, condamner l'antisémitisme. « ennemi du socialisme, poison distillé à différentes époques par les gouvernants, les possédants et l'Eglise chrétienne, pour désorienter le peuple et le détourner de la lutte de classe », et nous savons que, de plus, Ilitch avait une aversion quasiphysique de.s antisémites qui incarnaient à ses yeux la bassesse intellectuelle et morale. Après la mort de Lénine, le pOint de vue doctrinal du Parti en la matière, ne subit à aucun moment de modification : toute excitation à la haine religieuse, raciale ou nationale, demeurait un crime punissable. Et c'est peut-être Staline qui s'est servi des termes les plus violents pour c:uactériser l'antisémitisme C .. ). Durant l'année 1939-1940, où a joué le pacte de non-agression soviéto-germanique, non seulement aucun changement dans le statut léeal des juifs russes n'est intervenu, non seulement aucun juif n'a été livré aux Allemands, mais, en règle générale, les hauts fonctionnaires, les dignitaires du Parti, les généraux et les diplomates juifs demeurèrent en poste. A comparer le comportement de Vichy avec les juifs citoyens français L.). Disons aussi que l'annexion par l'U.R.S.S., en septembre 1939, des provinces orientales de la Pologne a évité le four crématoire à des milliers de juifs. Les cinq dernières années du règne de Staline virent l'apogée du « culte de la personnalité ». Autour du dictateur vieillissant, se méfiant de tout le monde et appliquant la politique de divJde ut regnes, se poursuivait. la lutte des factions. L'atmosphère au Kremlin deveI:\ait irrespirable et les persécutions arbitraires atteignaient aussi bien les Grands-Russiens que les Ukrainiens, les musulmans que les propres compatriotes géorgiens du grand maître. Les séquelles du bon vieil antÎ! sémitisme s'ajoutant, les juifs en ont eu plus que leur part : le procès des blouses blanches! Mais cette triste époque est révolue et, ajouterons-nous, Staline est mort à temps, car si sa politique d'arbitraire et de violence avait duré, elle aurait mis en danger l'existence même de l'F.:tat soviétique L.). VACANCES D'HIVER· EN ISRAEL Départs spéciaux par avion EL AL ou AIR~FRANCE Prochains départs : le 2 février - retour le 19 février le 9 février - retour le l mars le 18 février - retour le 3 mars le 19 février - retour le 11 mars. POUR LE PRIX DE 1250,00 FRANCS (Hôtel et petit déjeuner compris) Par bateau : à partir de 710,00 francs PRIX SPECIAUX POUR GROUPES Pour tous renseignements, s'adresser à l'agence de tourisme bien connue L'OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE (Direction : M. KOTZKI) 18, rue Bleue, PARIS (9' ) - PRO. 91-09 78, boulevard Barbès, PARIS (18' ) - ORN. 09-00 BILLETS DE CHEMIN DE FER, AVION ET BATEAU POUR TOUS PAYS Et cependant, de différents côtés on continue à reprocher aux dirigeants soviétiques un antisémitisme de fait. Oui, diton, les dispositions légales ne défavorisent pas les juifs. Mais dans certaines universités, un genre de numerus clausus est opérant, les promotions professionnelles sont rendues plus difficiles, on voit de moins en moins de juifs, aux postes de responsabilité politique ou administrative, des obstacles techniques sont mis aux activités des communautés israélites, l'Etat limite le nombre de synagogues, se montre avare pour le financement des oeuvres littéraires, des journaux, du théâtre en yiddish. Accusation plUS grave : dans les récents procès pour délits économiques - fraudes, vols, spéculations - le pourcentage des juifs condamnés serait impressionnant. Remarquons tout de suite que M. Khrouchtchev, dans une longue lettre à M. B. Russel, a formellement contesté, tant l'exactitude du nombre des juifs poursuivis, donné par la presse étrangère, que le caractère discriminatoire des jugements prononcés, des centaines, sinon des milliers de non-juifs ayant fait l'objet de sanctions analogues. Reprenant l'argument de M. Khrouchtchev, les Izvestia (du 19 octobre), écrivaient

« Ce ne sont pas des Juifs, des

Tartares ou des Ukrainiens que nous jugeons, ce sont des criminels. » Maître André Blumel, en sa qualité de Président de l'Association France-U.R.S.S., a, au cours de plusieurs voyages en U.R.S.S., procédé à une enquête approfondie sur ces points. Lors de notre passage en Union Soviétique, nous avons eu également l'occasion d'aborder le sujet. Nos impressions concordent : il n'existe pas d'antisémitisme d'Etat. Chaque fois qu'un acte de racisme isolé - actuellement fort rare d'ailleurs - se produit, les autorités réagissent instantanément et vigoureusement. Il n'y a pas de barrière professionnelle pour les juifs pas plus qu'il n'yen a pour aucune autre nationalité. Quant aux moyens insuffisants' mis par l'Etat à la disposition des Juifs pour le développement de leur culture nationale, il n'est pas question de mauvaise volonté, mais de calcul de la rentabilité des fonds employés - c'est l'Etat qui les avance - et peut-être aussi de lenteur administrative accentuée dans le cas des juifs du fait de leur dispersion, d'absence d'organisation juive portant sur tout le territoire. En tout cas, la tendance actuelle serait plutôt à l'augmentation des dépenses culturelles en leur faveur. Ainsi, tout dernièrement, ont paru de nouvelles éditions d'écrivains en yiddish, dont le célèbre Cholem Aleikhem, une anthologie de la littérature yiddish, des livres de prière, la bible et les psaumes en hébreu, en une quantité que les rabbins de Moscou et de Leningrad ont jugé suffisante. Plusieurs troupes théâtrales itinérantes, entre autres celle du vieux maître Vladimir SChwartzer, entièrement à la charge de l'Etat, donnent à travers tout le pays des pièces en yiddish. La Sovietische Heimland sert ùe tribune à une centaine d'écrivains juifs, quelques-uns de renommée mondiale. Deux précisions statistiques : un cinquième des juifs soviétiques ont déclaré le yiddish comme langue maternelle, soit 470.000 sur 2.200.000. Avant la guerre, ils représentaient environ 5 % de la population totale; les bourreaux nazis ont réduit ce pourcentage à 1 %. C'est la raison à la fois tragique et évidente pour laquelle on trouve aujourd'hui relativement moins de juifs aux postes de responsabilité qu'au début de la Révolution (. . .). Mais la cause essentielle, et qui est eu soi un indice de l'avancement culturel du pays, est la promotion rapide des masses paysannes et ouvrières. Dans un certain sens l'extension de la réserve intellectuelle du pays a pu jouer au détriment de l'intelligentzia juive comme elle a rédui:t le rôle des descenriants de l'ancienne intelligentzia bourgeOise ou noble de toutes les nationalités. Mais conclure de là à une discrimination antIsémite voulue se,:lit une grave erreur. La compétition s'est accrue et c'est la quaHté personnelle qui agit à la longue. Il n'empêche que dans toutes les professions di tes libérales, corps médical, barreau, cadres techniques, enseignement, dans les sciences et les arts, les juifs soviétiques figurent en nombre certainement supérieur à leur pourcentage par rapport à la population. Nous suivons les périodiques soviétiques - revues et journaux. Nous y trouvons très souvent des noms juifs traitant des suje"s tant politiques qu'économiques ou culturels. Encore tout récemment, un article sur la gestion des entreprises était signé par le Professeur Liberman et son intervention, longuement débattue, orientera, semble-t-il, une importante réforme enVisagée dans ce domai· ne. Faut-il souligner qu'un gouvernement qui confie des postes importants à des juifs dans la défense nationale peut cliffici. lement être accusé d 'hostilité ou même de préjugés envers eux. En effet - outre les savants Juifs qui collaborent à Doubno et ailleurs à toutes les expériences nudéaires les plus secrètes - l'armée compte nombre de généraux et d'officiers supérieurs israélites dont le général Kreiser, commandant en chef des armées de l'Extrême-Orient. La position prise par l'U.R.S.S. à rendroit des sionistes est un tout autre problème, trop complexe pour l'examiner icr. Disons simplement qu'elle est r estée celle des « assimilateurs » juifs russes, adoptée par le parti bolchevik dès 1903. Cette position n'a rien de commun avec l'antisémitisme et n 'a pas empêché l'U.R.S.S. d 'être, avec les Etats-Unis. la première puissance à reconnaître juridiquement l'Etat d'Israël. (. . .J. ,'~ ~'. '.' Trois f9-cteurs d'antisémitisme sont en voie de disparition en U.R.S.S. Facteur théologique. - Si pour l'Etat soviétique la religion est l'affaire privée des citoyens dans laquelle il s'interdit d 'interveniT, le parti communiste, lui, la considère comme une conception erronnée du monde, conception qu'il convient de combattre sur le terrain des idées. Il déploie une propagande athée intense et méthodique dans les livres, les journaux, à la radio, la télévision, au théàtre et au ci·néma. Certes, cette propagande n'a pas réussi à faire entièrement disparaître, même parmi la jeunesse, le sentiment religieux. Mais elle est parvenue à éliminer des mythes, préjugés, superstitions, imputables à un enseignement chrétien mal donné ou mal assimHé, qui s'étaient enracinés dans l'esprit populaire et, souvent, y tenaient la place d 'une foi authentique. Ainsi l'image du peuple Juif deicide et méprisable, COlportée depuis presque deux mille ans, a perdu tout son crédit auprès des masses soviétiques athées (..). Facteur économiquc. - La suppression du capital privé et la réduction de l'écart dans les revenus des différents groupes de la société enlèvent même l'apparence de force à l'argument classique des antisémites quant à la « richesse insolente» des juifs. Soit dit en passant, en Russie pré-soviétique le capital juif était insignifiant comparé à l'avoir des chrétiens russes et étrangers, comme de nos jours dans le monde capitaliste les plus grandes fortunes juives se trouvent loin derrière les fortunes géantes, en milliards de dollars, des protestants et des catholiques. Méfiance paysannc. - La méfiance du paysan inculte de la Russie impériale pour le citadin allait souvent jusqu'à l'hostilité. Maintes fois s'y heurtait même la propagande des révolutionnaires intellectuels russes. Or le juif, citadin . parqué dans les villes de la zone, n'avait pour tout contact avec le paysan que son activité de marchand ambulant, d'artisan ou d'aubergiste. De telles relations façonnaient le juif aux yeux du campagnard, faisaient de lui un être à part dont il fallait se méfier (. .. ). En U.R.S.S., l'énorme brassage des populations rurales et urbaines d'une part, l'accès des juifS aux travaux de la terre et leur disparition du circuit commercial pris en charge par l'Et~t d 'autre part, ont contribué à réduire sinon à détruire la méfiance ancestrale du paysan russe à l'endroit du juif. En bref, si' en U.R.S.S., les séquelles du virulent antisémitisme d'antan demeurent encore, il n'existe pas d'antisémitisme d'Etat. Cela se reflète, d'ailleurs, dans . les lettres soviétiques, inspirées par le Parti. Miroir de la société nouvelle, elles ne contiennent, à notre connaissance, aucun portrait caricatural ou péjoratif du juif alors qu'on le trouve parfois chez les plus grands classiques russes. Le manuel de littérature à l'usage des lycéens, rédigé par MM. Trifanov et Koudriachev conformément au programme officiel étabU en 1955, montre l'orientation des écrivains issus de la Révolution. Les auteurs de ce manuel commentent longuement l'ouvrage de Fadeev, « La débâcle» où le juif Lévinson, héros du roman, est dépeint comme un modèle de vertus civiques et militaires en opposition au lâche Metchik, un non-juif. On est bien loin de « l'enseignement du mépris» ! L'apport propre du régime soviétique a été, nous pensons pouvoir le dire, bénéfique aux masses déshéritées juives. Et si Jules Isaac n 'hésitait pas à écrire qu' ,( on peut soutenir sans crainte de se tromper, que dans leur grande majorité les chrétiens - ou reconnuS" comme tels - sont antisémites », sans crainte de nous tromper nous pouvons affirmer que ce n'est pas If) cas de la majorité des Soviétiques.


4
mm : ::::::::::::: z:::::·:::::::::::::::::

Sile conflit israélo-arabe connaît aujourd'hui une acuité nouvelle à pro· pos du détournement du Jourdain, on doit bien constater qu'il trouve sa sour· ce moins dans l'eau fécondante de ce fleuve que dans le pétrole, dont la présence au Moyen·Orient détermine depuis des dizaines d'années en cette région le jeu subtil ou brutal de puissants intérêts étrangers. Bien avant la naissance d'Israël , les " protecteurs » britanniques excellaient à opposer entre eux juifs et musulmans qui, soumis à la même domination, auraient dû , logiquement, s'unir en un commun combat libérateur. Tous les efforts entrepris de part et d'autre dans le sens de la compréhension et de la coopération, échouèrent devant les manoeuvres des occupants et de leurs complices, habiles à favoriser les courants chauvins et racistes, créant ainsi pour les colères et les revendications, un abcès de fixation sans rapport avec les véritables problèmes. Diviser pour régner : cette tactique éprouvée a trouvé son aboutissement, lors de la création de l'Etat d'Israël, dans une guerre qui, en fait, se poursuit depuis sous des formes plus ou moins larvées, et dans l'impossibilité d'appliquer entiè~ rement la décision de l'O.N .U. qui prévoyait en Palestine un Etat bi·national judéo- arabe. L'antiracisme est un tout. Et notre attachement à l'idéal d'amitié et de paix en· tre tous les peuples nous amène, antiracistes conséquents, à ressentir avec une angoisse toute particulière ies aspects multiples et contradictoires de la situation au Moyen-Orient. On ne saurait oublier que les hommes et les femmes qui forment l'Etat israélien sont des rescapés d'un immense génocide et qu'ils ont conquis l'indépendance les a'rmes à la main contre les forces colonialistes. Leurs souffrances, leurs combats furent souvent comparables à ceux de certains peuples arabes et africains. Il faut bien constater, également que l'opposition à l'impérialisme ne se traduit pas seulement en discours. Et s'il est vrai que le gouvernement d'Israël ne cache pas ses sympathies et ses liens avec les puissances occidentales, on est en droit de s'interroger sur le comportement de certains rois et chefs de gouvernements arabes, ceux surtout qui se montrent bien moins préoccupés du bien-être de leurs peuples que de leurs propres priVilèges, alimentés par les subventions des compagnies pétrolières. Les problèmes posés sont graves et fort délicats. De part et d'autre, des attitudes chauvines se manifestent. Les partis de gauche israéliens, qui préconisent une orientation différente de la politique du pays, ont dénoncé maintes fois les discriminations administratives et sociales, pratiquées à l'égard des citoyens arabes d'Israël, que le gouvernement justifie par la tension aux frontières. La situation des réfugiés arabes, partis du territoire israélien pendant la guerre de 1948, demeure ' précaire et vient faire l'objet d'un nième débat à l'O.N.U ., sans qu'aucune solution soit concrêtement appliquée. Mais la montée des menaces, des anathèmes ne cesse d'envenimer le conflit. Systématiquement ou presque (en dépit de quelques exceptions), la propagande des pays arabes confond le gouvernement israélien et le peuple israélien, le peuple israélien et l'ensemble des juifs, le sionisme et le judaïsme - ce qui se traduit par des mesures discriminatoires inadmissibles dans le domaine, par exemple, du tourisme, ou des relations économic'est EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. L/ eau et le pétrole ques, illustrées récemment par l'affaire Mancroft. En fait, la prise en considération des intérêts des peuples, du progrès et de la paix, de part et d'autre, devrait être le seul critère pour le règlement des problèmes du Moyen-Orient. Face aux forces puissantes qui dominent encore cette ré· gion pour des raisons économiques et stratégiques, si le peuple israélien et les peuples arabes s'entendaient, cela pourrait permettre une indépendance véritable et ouvrirait des perspectives immenses de bien-être et de prospérité. L'affaire des eaux du Jourdain, qui fait peser à nouveau la menace de la guerre, est typiquement de celles qui ne peuvent être résolues que par la négociation et la collaboration. Il n'est pas de région au monde où les récentes propositions soviétiques de règlement pacifique de tous les conflits frontaliers apparaissent plus opportunes. CALCUTTA VILLE SANGLANTE C ENT·CINQUANTE personnes (70 hin· dous et 80 musulmans) tuées et 438 autres blessées, tel est le triste bilan officiel des heurts survenus ces jours-ci à Calcutta et dans d'autres parties du Ben· gale, entre membres de deux communautés religieuses. Le Bengale, qui est la région la plus peuplée de l'Inde est depuis longtemps, le théâtre des luttes religieuses entre mus.ulmans et hindous. L'indépendance en 1947, partagea le Ben· gale selon le plan arbitraire de Lord Cur· zon, entre le Pakistan et l'Inde. Ces deux pays furent alors obligés de faire face à des problèmes de minorités religieuses toujours sur le point d'exploser. Deux faits survinrent alors : un double courant d'exode, d'où « un problème de réfugiés » : des milliers de personnes sont arrivées ainsi à Calcutta, fuyant, disaient· elles, des persécutions religieuses. Et sur· tout, la venue continue de la population des campagnes qui pensait trouver du travail et un logement dans la ville. Cette mas· se de chômeurs, de gens misérables représente une force disponible pour les plus cruelles diversions. Le voyage du Pape en Palestine a donné lieu à une trêve éphémère. Les armes vont-elles retentir en ces mêmes lieux? Une première étape, pour un examen objectif des problèmes devrait être l'abandon de toutes les campagnes de haine, un effort de compréhension réciproque de réalisme. Tous les habitants du Moyen-Orient ont le droit de vivre. Les ressources d.e la nature, exploitées pour le bien de tous, pourraient leur assurer un heureux avenir. Les désordres de ces derniers jours, ont encore une fois un caractère d'affrontement religieux. Ils suryiennent à un mo· ment où le gouvernement indien traverse une phase critique, et où les classes privilégiées s'opposent avec une grande énergie aux réformes qui donneraient au peuple le travail et le pain dont il manque. Un blanc dans la peau d'un noir G CETHE raconte comment il s'exerçait à étudier des sensations nouvel les à la vue d'un paysage, 'en changeant la couleur des verres de ses lunettes. Les esthètes ont eu souvent cette curiosité de rechercher une nouvelle harmonie des choses au travers d'un éclairage différent. Mais combien plus dramatique est l'expérience de ceux qui, partant, sans l'avoir voulu, d'une situation agréable et même privilégiée, sont soudainement plongés dans le bain de souffrance de ceux qui sont dans le camp des vaincus et des persécutés. . Pour quelques égoïstes, une telle expénence pourra demeurer sans effet social utile. Pour quelques autres, au contraire le fait d'avoir souffert ce qui, auparav~nt, ne pouvait les émouvoir sera bénéfique. « On supporte aisément les mauX' des autres », écrivait La Rochefoucault. TELLES sont les premières réflexions qu'appelle en nous la lecture d'un livre traduit et édité récemment en France, chez Gallimard : « DANS LA PEAU D'UN NOIR », dont ce journal a publié naguère une interview de l'auteur, John Howard Griffin Il s'agissait, on s'en souvient, de cet Américain qui avait fait la guerre dans le Pacifique et avait été plusieurs fois gravement blessé; philosophe, théologien, historien, après avoir séjourné plusieurs années en France, il décida en octobre 1959, de savoir ce qu'ii éprouverait et ce qu'il observerait si, d'homme de peau blanche qu'il était, il devenait, par l'artifice d'un médecin de ses amis, un autre homme, de peau noire. n ne s'agissait pas d'une préoccupation d'esthète ou de dilettante. Le compte rendu de ce changement de couleur, répandu à travers l'Amérique et le monde, était destiné à émouvoir ceux qui ont un coeur et une volonté au service de leurs sentiments. . L'expérience fut vécue par M. Griffin dans les Etats du Sud des U.S.A. En termes simples et surtout sans outI'ance, sans désir de « noircir » une situation oui est assez noire en ellemême, Griffin a conté ce ou'il a observé et ce que, dans sa nouvelle peau, il a souffert en lui-m ême. pour lui et surtout dans sa dignité d'homme ... « Homo smn ... Je sl!is homme et t'ien de ce qzti atteint l'homme ne m'est étrallg, er », di saient à peu près les latins. Le livre est surtout frappant par sa modération voulue... Sans doute fait-il allusion, pal' incidence seulement. à une affaire oui venait de mettre en lumière tout récemment en 19S9 « la manière dont la T ustice est rendue dans les Etats du Sud », « quand le g rand Jury de Pearl River se refusa à prononcer la mise en accusation ou même à examiner la masse de renseignements recueillis par le F.B.!. dans le cas sensationnel de rapt, lynchage, assassinat de Marck Parker ». Cela se passait dans , l'Etat de Mississipi. Mais pour l'essentiel, le livre raconte les mésaventures quotidiennes de ce par Etienne NOUVEAU faux noir qui devait apprendre... à ne pas uriner aux mêmes endroits que les blancs, à ne pas tenter de loger dans une maison ou dans un quartier où ne logeaient pas les noirs, à ne pas regarder en face une femme blanche, à apprendre de ses nouveaux frères de couleur que les noirs ne pouvaient, pour la plupart, en fait s'instruire comme les blancs ou si, par hasard, ils étaient aussi instruits, accéder aux mêmes emplois, recevoir les mêmes salaires. Il apparaît ainsi qu'ils étaient, en fait, dans les Etats du Sud, confinés en d'étranges ghettos, dans une situation misérable, sous le mépris de la plupart des blancs, dont certains croyaient, en toute bonne foi, que les noirs étaient congénitalement incapables de s'élever dans l'échelle humaine. Nous connaissons en France le préjugé colonial et, sans doute, le problème du racisme n'est-il pas limité dans ses excès aux Etats du Sud des U.S.A. Comme pour l'antisémitisme, il existe :'l l'état larvé dans le monde entier et à l'état pur en Afrique du Sud. Mais le plus vaste laboratoire d'expériences de la ségrégation raciale est aux U.S.A. Terrible, et passionnant, et redoutable problème : la marche des noirs vers Washington, l'assassinat du Président Kennedy et, plus encore, les rais insuffisants de lumière, projetés sur cet Etat du Texas où l'on tue à bon marché, où le crime demeure impuni, où 1'on ne sait même plus, à la vérité, qui a tué le Président des Etats-Unis, et où le présumé assassin a été llti-même assassiné sous les j/eu« prés1tmés consentants de la police ... , voilà quelques-uns de ses éléments dramatiques, Terrible et fascinante Amérique: Ségrégationnisme, et antisémitisme aussi, bien que moins « voyant ». Forces du mal et forces du bien. Tous ces problèmes sont inextricablement confondus. L'académicien Maurice Garçon nous rappelait naguère dans les colonnes du « Monde », qu'il n'y a pas si longtempS', le Maire de N ew-York avait, avec leS' gangs des ASSASSINS, des auteurs de rapts et de chantages, d'étranges indulgences. Les forces du bien, liées incontestablement à la cause de la paix ont, il ce jour, fort heureusement, en ce grand pays, pu triompher... On frémit en pensant que d'aventure, il eût pu et il pourrait demain en être autrement. J'écris ces lignes en toute humilité pour mon pays dont la lutte pour la paix pourrait, nous diraient nos amis américains. prendre un autre tour. .. Bien sûr ... LES MANIFESTATIONS ANTIRACISTES VONT REPRENDRE AUX ETATS - UNIS L E~ ré?entes déclarations de M. Roy Wilkins, secrétaire de l'Association pour l'Eman· clpatIOn des Gens de Couleur (N.A.A.C.P.) laissent prévoir une recrudescence des manifestations intégrationnistes, devant l'apparente inertie du Congrès. . . E;t _l'fret, ~e projet de loi sur les dr,oits civils des noirs, déposé par M. Kennedy, en JUllIe. J.963 r. est pas encore parvenu a la Chambre des Représentants une des deux assemblées qui forment le Congrès. Il est bloqUé à la commission d'exa~en où siège un dépulé démocrate de l'Etat segrégationniste de Virginie, M. H. Smith. Si la pression de l'opinion publique et l'attitude de M. Johnson réussissent à faire activer les travaux de la commission d'examen pour que le projet de loi arrive enfin à la Chambre des Représentants, il devra encore franchir l'obstacle du Sénat. En effet d'in· terminables interventions des opposants aux droits civils des noirs pourraient proionger indéfiniment les débats du Sénat et par suite provoquer des manifestations noires plus nç'lT,breuses et plus importantes qu'en 1963 (il y a eu pourtant l'an dernier, 2.000 manifestations dans 40 Etats et la capitale fédérale). Et surtout, de graves heurts, des affrontements aux terribles conséquences risquent de se produire, si le Congrès n'accélère pas ses travaux. A l'actif de ce bref bilan, il faut inscrire le choix de l'hebdomadaire « Time », qui a désigné le pasteur Martin Luther-King, dirigeant intégrationniste noir, comme l' « homm(~ de l'année » . .c'est la première fois qu'un noir est choisi par « Time ». A l'inverse, la décision que James Merdith a été obligé de prendre, marque un recul dp- la poussée intégrationniste : premier noir américain, inscrit et diplômé à l'université du Mississipi, Meredith renonce à poursuivre ses études supérieures aux U.S.A, ; il s'est inscrit à l'Université d'Ibadan, au Nigéria. . 5 Une illustration de la formule « Diviser pour régner » C H"~T,J:RE e~t, pour l'instant, une plece mmtresse dans le dispositif militaire de la coalition atlantique, et elle intéresse, au premier chef, les deux plus grandes puissances de l'O.T.A.N., les D.SA et l'Angleterre. Pour les Etats-Unis, Chypre est un fort importa nt noeud de communications et de télécommunications entre le territoire américain et le Moyen-Orient, où Washington a de s i grands intérêts. Quant à l'Angleterre, ses dirigeants ont toujours considéré Chypre, escale de la fameuse « route des Indes ", dernière grande base britannique avant Aden, et aujourd'hui porteavions n° 1 de la Royal Air Force, comme la clef de voûte de leur système stratég i· que en Méditerranée. Chypre a été le point d'embarquement des parachutistes qui ont attaqué Suez en novembre 1956. Elle est considérée, aujourd'hUi encore, par les partisans opiniâtres de la « grandeur impériale britannique ", comme le principal « verrou " qui « protège " Koweit et les autres émirats du Golfe Persique sous tutelle de fa it anglaise, où la Royal Dutch-Shell trouve, à bas prix, le préci e ux « pétro le Sterling ". DIVISION ET DIVERSION Pour conserver Chypre , le colonialisme anglais a d'abord utilisé la manière forte, maintenant le pays sous une poigne de fer. Le résultat fut l'insurrection de tous les Cypriotes grecs et turcs unis contre l'oppression , et une longue et dure résistance, animée aussi bien par les leaders conservateurs des deux communautés - le Dr Kutchuk, du côté turc , l'archevêque Makarios et le Dr Griuas, chef de l'E.O.K.A., aujourd'hui replié à Athènes, du coté grec - que par les syndicalistes et les leaders du puissant Parti progressiste du Travail. Quand la situation fut devenue, pour eux, intenable, les Anglais cherchèrent à regagner par la ruse ce qu'ils n'avaient pu conserver par la terreur. Usant de la vieille méthode du « diviser pour régner ", excita nt les passions les plus é lémentaires des é léments les plus lrustres de la ~' opu l ation et attisant le chauvinisme et la haine raciale, ils s'employèrent à dresser les uns contre les autres cypriotes grecs et cypriotes turc~ de manière à imposer encore leur présence a travers leur arbitrage. Sur le simple plan de la technique constitutionnelle et administrative, le système mis au point lors de l'accord de Zurich de jui llet 1960, était absurde, compte te nu de la conjoncture politique réelle à Chypre, car, en application de ce système, il suffisait aux représentan '~5 des cypriotes turcs par Albert-Paul lENTIN' C;'utiliser Inassi loment leur droit de veto pour rendre l'île pratiquement Ingouvernable pour los représentants majoritaires des cypriotes "l I e.;s, et, d'un autre côté, ceux-ci ne pOUl, aient pas demander la lévision des clauses du veto sans s'exposer il être accusGs de vou loir brimer et opprimer les cYl-lr.otes t urcs. Les hypothèses le5 plus pessimistes que ïon pouvait alors émettre, se SO\1t malheureusement véritiées. Après 4 alts de iuttes sourdes entre leaders cypriOtes grecs et leaders cypri otes turcs sur !'appiication de la constitution , les prem le ïS ont voulu réviser, au mieu,( de leurs i:lté réts, cette constitutlOI, en tournant G~ uroit de veto, ce qui a prov/lC]ué Ilnmeci idtc tlleltt la révolte des seconds. Le national Isme qrec et le Ilationalisme turc, pour cOMfj!iqùer encore le débat, se sont alors déc hé:lIles, et cela d'autant plus que dans ces d(~ u x pays dominés par des c:lasses di :-igeantes corrompues, les équipes actu e llem ent au pouvoir se trouvent dans une position s i faible, face à leurs oppositions, (!u oPes ne sont guère capa· b:es d 'endiguer, même si el les en avaient l'intention. les COllïants chauvins que l'on peut obse rver à J\thènes et à Anka ra. Le président turc ISl1lel Inonu ne dispose que de trois voix 08 Inaiorité à l'Asserhb lée Nationale turque , le premier ministre gnc Papaandre0u r,e trouve en si mauva:se flo s tul"(~ qu'il en\ji ~; age déjà d 'avoir recours à de nouvelles é lections, et la diversio'l de l'extréml,,me cocardier à propos de CII'!ol e fournit a l'un et il 1 autre une eX::61- len'te occasion dl') detourner l'attention jes véritables fJroblèrnes politiques et éCUinrniques qui se rosent à la Turquie et à ia Grèce. Les leaders parlent déjà du partage de Chypre. s oiution impossible étant donné l'nnbri:.;ation des populations après des décades el des décades de cohabitation; et les leadel s gl eos reparlent à nouveau de l'E.hJ 0 .5.1.5 ., solution pas meil leure car la minorité cypriote turque n'admettra jamais 1 autol Ite d 'un gouvernement installé il Athènes. Le dialogue est un dia logue de Suu105. RECHERCHE PA fiENTE DE L' UNION 1.lors, c'est l'impasse? Oui, c'est l'impasse et ce sera l'impasse tant que la question cypriote sera posée da'ns le cadre d'un f,ystème ntllntique lui-même plein de contradictions de plus en plus aig uës. II est très possible, en définitive, qu'avec l'appu i de tous les dirigeants de l'O.T.A .N., les Anglais, sous prétexte de « mainteni r l'ordre .. viennon t occuper pratiquement leur ancienne colonie. Cette s olution, si elle intervient, ne pourra être cependant que très provisoire car des dizaines de milliers de cypriotes grecs et turcs sauront alors, enfin clairement, à quel point leurs rivali tés fratric ides font le jeu d'un impérial isme dont ils ne se sont pas encore débarrassés, et une telle prise de conscience débouchera sur de nouvelles luttes de nature à mettre les autorités de Londres dans une position cette fois-ci intenable. Un parti , déjà, a lancé le mot d"ordre: « l.'ennemi commun du peuple cypriote En Nouvelle Calédonie RETOUR AU PASSÉ COLONIAL EN 1951, pour la première fois, en Nouvelle-Calédonie, les au tochtones participaient aux élections législatives. Celles-ci avaient lieu au collège unique. Par l'apport massif de leurs voix nouvelles, c'est leur candidat, M. Lenormand, qui était élu député et l'est resté depuis lors, L'ancienn~ politique locale dominée par le Haut-Commerce et la puissante Société « le Nickel )} se trouvait mise en échec par ce changement. Deux ans plus tard. l' « Union Calédo· nienne », fondée par le nouveau député devenait majoritaire au Conseil Général, en faisant élire, au collège unique, une liste composée d 'Européens et d'autochtones. Ces derniers entraient pour la première fois à l' assemblée locale. Le nouveau mouvement prenant pour devise « deux couleurs mais un seul peuple II devait réaliser pendant les cinq années suivantes un important programme en faveur des masses populaires: suppression des discriminations raciales, et aussi écoles, dispensaires, adductions d 'eaux, routes, téléphones pour les collectivités locales jusqu'alors délaissées au profit des gros intérêts fon ciers et ur· bains. En 1955, fait unique en pays colonial, les ouvriers européens faisaient grève pour obtenir l'égalité des salaires en faveur des travailleurs autochtones. Des a llocations familiales égales pour tous étaient insti,tuées. Une caisse des calamités agricoles était créée. En 1956, les écoles européennes étaient ouvertes aux autochtones. Une telle pOlitique devait forcément r encontrer l'hostilité des gros intér êts coloniaux et une opposition de plus en plus acharnée des privilégiés locaux_ Mais la loi-cadre Defferre, intervenanG en 1957, allait permettre à l'Union Caledoni. enne, toujours majori taire, en rai· scn de ses r éalisations, de pourSUivre son oeuvre de décolonisation progressive. La loi-cadre i'nstituait, en Nouvelle Calédoni. e comme dans les autres t erritoires d 'outre-mer, un gouvernement local, dénommé Conseil de gouvernement, compesé de 6 à 8 ministres et d 'un Vice-Pré· sident assurant le rôle de coordination d 'un Premier Ministre. Le Chef du Territoire en était le président Ministr es et Vice-PréSident, formant l' exécutif local, étaien t élus par l'Assemblée territoriale et responsables devant elle de l' exécution J e ses délibérations et de la mar che des ser vices territoriaux. Après la disparition de la IV' Républi:qUt:, la Nouvelle-Calédonie, qui avait voté « oui » à la France à 98 %, devait, en novembre 1958, choisir son statut. Elle optait librement pour le statut de terri· toire d 'outre-mer, repoussant à la fois l'intégration départementale et l'indépen dance, confiante dans les droHs acquis par la loi française et l'engagement solennel du ministre du Général de Gaulle, M. Cornut-Gentlle, qui assurait à la population ' lc mai '1tien des instit.utions cn vigueur telles qu'elles étaient au moment de l'option ». « Il serait absurde d'imaginer que le gouvernement de la Répu bli- P4R Maurice LAMBERT Ancien Ministre des Travaux Publics de la Nouvell e-Calédonie (1957-1959). que, rompant avec ses traditions de libéralisme, puisse revenir' sur les droits ct libertés qu' il a accordés », avait-il précisé. CE que n 'imaginaient pas alors les Ca· lédoniens, c'est que cinq ans aprèS. en 1963, le régime colonial fût restauré en Nouvelle-C ~ l é donj , et " e le suc· cesseur de ce ministre désavouât devant le Par lement, les engagements de son pré· décesseur. Mais les institutions de la loi-cadre qui assuraient la promotion des populations const~·tu ai. e nt pour les colonialistes locaux et les grosses sociétés une horreur permanente. Dès le 18 juin 1958, ils tentèrent, par un 1J'lt sch plus ou moins favorisé , de revenir au passé. L'île échappa de just es-e à la guerre civile. Par la suite, leurs élus r efusèrent obstinément de narticioer au gouvernement local, attendant leur heure ; ils t rouvèrent un allié dans le ncuveau h a ut-commissaire envoyé à Nouméa et qui s'appliqua à grignoter la loicadre et à envenimer les rapports avec les autorités territoriales, la ma jorité élue et son député. Toute une campagne fut orc h estr~e entre les colonialistes locau x et leurs supporters parisiens, avec la complaisancE; de l' administration d'Etat pour dénigrer la gestion du gouvernement local et faire passer le mouvement majori,taire du pays, renforcé à chaque élection, pour un parti anti-français. Les installations atomiques en Polynésie française et le r enforcement de la base stratégique de Nouméa allaient étre l'occasion pour les t enants de i'ancien régime colonial de prendre une revanche espérée et patiemment attendue. Et le 10 décembre dernier, à l'Assemblée Nationale, dans un débat à la sauvette, en fin de session , le Gouvernement a fai t voter d'urgence une loi qui supprime le gouvernement local de la NouvelleCalédonie. Le Ministre d'Etat, M. Jacquinot, rentrant d'une tournée sans grand succes dans les t erritoires du Pacifique_ a tenté de justifier ce retour en arrière par de fallacieux prétextes et de vagues accusations contre la gestion des autorités calédoniennes, déclarant au Parlement qu'H ne pouvait pas donner les véritables raisons de cette opér a tion politique. L'l. Nouvelle-Calédonie avait exprimé son opposition lors de la consultation préalable de son Assemblée. Pour le Président de l'Assemblée territoriale, itvec l'article premier (/ le Haut-Commissaire r edevient le gouverneur avec des pouvoÎl 'S aeCI·US. Il pourra gouverner et administrer à sa guise par le truchement de conseillers privés dénommés conseillers de gouvernement. Le gouverneur et S'l!1 secri'l.air·e g-énéral reprennent la barre comme dans le bon vieux temps colonial )) Et pour M. Ohlen, ancien sénateur et con" ciller territorial, le nouveau texte « supprime un des organes essentiels de la loicadre, le gouvernement. Il supprime le tout entier est l'impéria lisme ». Ce pa rti , c'est le parti progressiste du travail , l'A.K.E. L. , le parti de l'extrême-gauche, le seul parti vraiment antiraciste de l'île, le seul qui compte dans ses rangs aussi bien les travailleurs cypriotes d'orig ine grecque que les travailleurs cypriotes d'origine turque. Dans tous leurs commentaires ou leurs reportages sur Chypre, la « grande presse " française , la radio et la télévision feignent d'ignorer jusqu'à l'existence de cette formation politique bien qu'elle ait obtenu 33 % des voix, en 1959, à la veille de l'indépendance et que depuis, de l'avis de tous les observateurs, elle n'ait pas cessé de progresser et que son quotidien l' « Haravghi " soit le plus lu à Chypre. Les forces progressistes qui · s'expriment à travers ce parti et qui luttent pour une véritable indépendance et pour une véritable unité de l'île, estiment, à juste titre, que la seule solution valable du problème de Chypre est celle qui se fondera sur la recherche patiente et progressive de l'union , à tous les échelons de la société, entre cypriotes turcs et cypriotes grecs, et non pas , comme dans les plans des Etats-majors occidentaux, sur la consécration politique et juridique de leurs divisions présentes. Ii est bien évident que cette solution - la seule ra isonnable, la seule val able - ne pourra pas s'imposer tant que l'île demeurera placée sous le contrôle militaire des étrangers, de ceuxlà même qui ont tout intérêt à entretenir les divisions entre cypriotes pour maintenir leur propre domination . Voilà pourquoi le Parti progressiste du Travail récl ame, en priorité absolue, la neutralisation de l'î le et son évacuation totale par les forces britanniques et, du coup, à travers la question des bases militaires étrangères à Chypre, c'est toute la question de la démi litarisation de la Méditerra née qui se trouve posée. A Chypre, encore peut-être plus qu 'ail leurs, la lutte contre le chauvinisme et le racisme et la lutte pour la paix apparaissent indissolublement liées. s_' Vice-PI'ésident et les Ministres. Il replace l'ensemble des services territoriaux dans les mains de la Haute Administration_ Le chef du Territoire reprend ainsi le titre de gouverneur de la « colonie » Que redevient la Nouvelle-Calédonie. Le Conseil de gouver'nement nouvelle formule devient un organisme paravent, composé de cinq membres élus à la pl'oportionnelle, du gouverneur et de son secrétaire général, soit sept au total ». (Suite page 14) LE RACISME •• Une réalité en Fr Comment peut-on être Africain ? • Les • « amis A l'heure actuelle, environ 5.000 étudiants africains fréquentent les universités françaises, et 50 à 60.000 travailleurs noirs cherchent de l'embauche . à Paris et dans les grandes ville portuaires françaises: Marseille, Rouen, Le Havre, Dunkerque, Bordeaux. Qui sont ces étudiar.ts? Quels sont leurs problèmes, leurs responsabilités, leur idéal. Pourquoi, quatre ans après l'accession des Etats africains à l'indépendance, les tra· vailleurs noirs quittent·ils leur pays pour venir chercher un mieux·être aléatoire en France? ~ Deux ouvrages édités aux Réalités Afri· caines (1) répondent à ces questions, grâce à deux enquêtes réalisées par Jean·Pierre N'Diaye, l'une sur les conditions de vie des travailleurs noirs, l'autre sur les étudiants africains en France. Ces ouvrages, d'un prodigieux intérêt so· ciologique, témoignent du travail énorme accompli par J.·P. N'Diaye, sur un sujet qui n'avait jamais été traité, et nous permettent de mieux connaître la réalité de ces Afri· cains déracinés, transplantés, de les com· prendre, de les aider. Il ne s'agit pas ici de paraphraser ou d'interpréter l'oeuvre de J .-P. N'Diaye, mais plutôt d'utiliser ses enquêtes pour découvrir, saisir le racisme et ses répercussions dans la vie quotidienne des noirs en France. L'envers du mirage ... Pour l'étudiant noir, la France c'est le pays de ses rêves d'enfant, le pays de la Révolution de 1789, de Rousseau, de Voltaire, de Victor Hugo. Chez lui, le français est la langue officielle et les relations cultu· relies ne cessant de se développer entre la France et les Etats africains, l'étudiant vient tout naturellement achever ses études en France. Le travailleur africain, lui aussi, répondra à. l'appel de ce mirage : la France. Les raisons de son exil sont plus matérielles. En Afrique, il était « navétane » (travailleur saisonnier qui fait la navette); et, habitant des régions très arides, aux frontières du Sénégal, de la Mauritanie, du Mali et de la Haute-Volta, à la saison' des pluies, il partait chercher du travail dans des terres plus riches. En 1960, le colonialisme laisse la place à une « indépendance balkanisée ». Les Etats africains sont indépendants, mais économi· quement coupés les uns des autres, et même rivaux. Alors le « navétane » en chômage se décide à partir pour la France, d'autant plus que, dans son faubourg, des rumeurs circulent, rumeurs propagées par les compagnies maritimes qui y voient leur profit, selon lesquelles la France réserve en abondance des emplOis aux travailleurs d'Afrique Noire. Et le « navé· tane » s'embarque très facilement, sans trop de formalités, sans contrôle sanitaire rigou· l'eux. Souvent, arrivés à Marseille, ou à Bor· deaux, les premiers immigrants sont la proie de racketteurs qui leur vendent de faux contrats de travail et. les dirigent vers des industries exploitatrices : « Quand on arrive ici en groupe, on peut se battre bien, mais tout seul, c'est grave ... J'avais l'adresse des camarades, mais ils se sont trompés pour le jour de mon arrivée. Eh bien! j'ai vu au port trois noirs et deux gmnds Français qui m'ont amené dans une usine... On m'a eu du travail de manoeuvre; on nous payait un franc de l 'heure... on dormait dans le hangar ... Le jour de la paye, je n'avais que 200 francs; j'ai dit : « C'est pas possible ». Ils m'ont dit que j'ai de la chance, que je suis logé ... Eh bien! je suis resté là-dedans toute l'année à un franc de l'heure. Il faisait très froid; maintenant j'ai retrouvé les ({ Frères. » Ne pas être seul, livré à soi-même en terre étrangère, tel est le but immédiat du travailleur comme de l'étudiant. L'un et l'autre doivent lutter contre le dépaysement, la nostalgie du sol natal. Pour retrouver un peu de l'Afrique, l'étu· diant fréquentera ses camarades africains et les travailleurs recréeront leurs villages, groupés ensuite en ethnies. Discrim inations et rebuH.ndes Premier objectif, le logement. Et c'est le plus dur à atteindre. Le racisme, l'exploitation honteuse sont les obstacles. L'étudiant, s'il est de l'ex-A.E.F., du Cameroun, pourra peut-être trouver à loger dans des centres ou des résidences universitaires. Les autres chercheront des chambres en ville, chambre chez l'habitant, chambre de bonne. Si la crise du logement est la même pour tous les étudiants. elle se double du racisme des prop riétaires dans le cas de l'étudiant africain. Combien de chambres libres sont déclarées occupées, parce que le postulant est de couleur! Combien de propriétaires précisent bien qu'ils ne veulent, en aucun cas, de locataire noir! (1) Les Travailleurs noirs en France, par J.-P. N'Diaye, D. Germain et J. Bassene, aux Editions Réalités Africaines. (BERA). Enquête sur les Etudiants noirs en France, par J.-P. N'Diaye, aux Editions Réalités Africaines. (BERA). « Un racisme latent n'est pas loin d'être décelé, en particulier chez les propriétaires d'immeubles », dit avec pudeur cet étudiant en science, originaire de Côte d'Ivoire, déclaration confirmée p'ar un étudiant guinéen : « Depu~s le début de mon arrivée, jusqu'à il y a un mois, on m'a refusé des chambres, en me disamt : « Le propriétaire n'admet pas « les hommes de couleur. » La situation des trava!lleurs est encore plus malheureuse. Le travailleur africain arrive absolument démuni. Il ne connaît que son dialecte natal. Il est sous-alimenté. Il a besoin d'un lit. Et il accepte n'importe quoi, le fond d'une cave, un hangar sans fenêtre, où l'on s'entasse à 30 ou 40, dans l'humidité ou le froid. Le travailleur paie 30 à 35 francs par mois et par tête. Les logeurs n'assurent aucune dépense (chauffage, électricité, entretien des locaux). Ces logeurs sont souvent nord-africains, remplacés par les Africains au bas de l'échelle du prolétariat. Analphabètes, sans aucune formation professionnelle, sans grande résistance physique du fait de leur sous-nutrition, les travailleurs africains ne trouvent que des emplois subalternes et ne peuvent, par eux-mêmes, acquérir une qualification professionnelle. Mais on peut se demander si, dans quelques années, la qualification s'améliorant parmi les tra· vailleurs noirs, il ne pourrait surgir une « poussée de racisme, motivée par la concur· rence de l'emploi ». On a pu remarquer que, jusqu'ici, le travailleur (comme l'étudiant d'ailleurs), a très peu de rapports avec la population française, rapports strictement professionnels et encore 50uvent par personnes interposées, c'est-àdire, le camarade qui sait lire et écrire. Les travailleurs sont complètement ignorants de leurs droits, ne sont pas conseillés et se heurtent souvent à l'attitude asociale, raciste des fonctionnaires, des agents de l'administration. « Je suis allé aU! service de la maind'oeuvre de notre ville. Le chef de bureau m'a bien répondu ... puis il est sorti de son bureau pour me faire sortir du couloir en disant : « Ce n'est pas un parloir, ici, ni un « baobab, sortez! » Même sur le trottoir de la main·d'oeuvre, nous le gênions. » Une autre civilisation Les étudiants africains, eux, sont venus pour connaître le pays où ils étudient. Il ne suffit pas d'y vivre. Il faut parler avec l'habitant, avoir des contacts personnels, suivis, réels. Bien sûr, être assis côte à côte sur un banc de faculté ou d'école favorise les contacts. Mais là encore, l'étudiant africain se heurte à tout un système de préjugés, de fausses croyances, érigé sur cet instinct de supériorité, prOduit de l'éducation colonialiste. . Ecoutons ce que dit ce Guinéen, étudiant en mathématiques : « ... Ces jeunes Européens connaissent très mal l'Afrique, et par là même, les Africains, soit parce qu'ils ne l'ont pas étudjée à fond, ' comme '/l.OUS aV0!ls, nous, étudié la France, soit parce que, petlts, leurs parents leur ont fait croire que l'Africain était un paresseux, un bon à rien qui dort à l'ombre du baobab, qui s' « achète» des femmes à volonté; en un mot, il ne s'explique pas les coutumes et les moeurs des Africains. C'est dams ce genre de discussion que j'essaie de les tirer de leur ignorance, et de leur mOntrer que l'Afrique, avant de subir une autre civilisation, avait sa civilisation propre; je leur montre, en quelque sorte, la personnalité, la présence africaine, et surtout le pouvoir d'adaptation de l'Africain. » La communication entre étudiants blancs et noirs s'établit souvent difficilement et superficiellement. Un effort véritable s'im· pose pour que l'échange soit réel, concret et positif. Cet effort, c'est la mise en question, puis l'abandon, des faux concepts colonialistes, des préjugés forgés par l'éducation et le milieu; cet effort, c'est la valorisation de l'individu, quelle que soit la couleur de sa peau, la forme de son crâne; c'est ne pas céder à cet instinct de différenciation. L'homme de la rue réalise mal cet effort. Pourquoi ce regard appuyé, chargé de curio· sité, d'étonnement, de mépris souvent, à la vue d'un noir accompagnant une blanche? Ce n'est qu'un regard, direz-vous, c'est sans importance! Mais non, car c'est la preuve de cette différenciation intuitive, c'est du racisme en germe. Et les Africains ne s'y trompent pas. « Douter de soi » Bien sûr, en France, ne règne pas le racisme, ouvert, exacerbé des Etats-Unis. Il n'y a pas ici d'autobus ou de wagon de métro pour noirs, mais alors pourquoi la banquette voisine de celle occupée par un noir reste· t·elle vide, quand il n'y a pas foule, bien sûr. Un autre exemple : Cela se passe au mois de juin, dans un jardin publiC provincial. Il fait très chaud. Tous les bancs sont occupés, surchargés de mères et d'enfants, et de gens prenant le soleil. Un seul banc est libre, ou presque : un noir y est assis. On m'a dit : « C'est de la timidité. II Mais pourquoi cette timidité qui n'a pas de raison objective d 'être? C'est une impulsion raciste « camouflée au fond d'eux·mêmes ll, dira cet étudiant sénégalais, « chargée de méfiance et d'ignorance ll. Et les noirs, sensibilisés comme le sont tous ceux qui souffrent du racisme, le remarquent et s'en plaignent. Ignorance, indifférence, individualisme conduisent au racisme ou, dans une autre direction, au paternalisme. C'est l'un des fréquents reproches que formulent les Africains à l'égard des Français, ainsi cet étudiant en sciences, venant du Sénégal : « Tellement indifférents aux problèmes mon· diaux, en particulier aux difficultés des pays sous-développés. Eux seuls comptent, ils ignorent ce qu'un enfant devrait savoir. Je comprends qu'ils ne puissent pas ne pas être racistes. » Un autre étudiant, en hydrographie, originaire de Guinée, déclare avec fo rce : « ... Ces gens, en somme, les Français moyens, répètent ce qu'ils entendent, ce qu'ils appr en' nent, ce qu'on leur apprend surtout, sans jamais se poser la question si c'est vrai. La civilisation française n'est pas la civilisation où l 'on peut douter de soi. » « Douter de soi II engendre toute une démarche intellectuelle que ne permettent guère de réaliser la course au confort matériel, l'égoïsme de la vie moderne. « Douter de soi ll' autrement dit: essayer de se situer objectivement par rapport à l'Autre; essayer de connaître, de comprendre, au lieu de proclamer en s'enfermant dans une ignorance orgueilleuse : comment peut-on être Africain? Il faut donc lutter sans cesse, pour que chacun secoue sa conscience et procède au rajustement des valeurs humaines qui ne doivent pas avoir de couleur. Il faut rendre à l'homme noir sa dignité longtemps bafouée, sa personnalité, son originalité, sa liberté. Marguerite KAGAN. des en ON annonce la constitution d'une société des Amis d'Edouard Drumont, et ceci suffit à attirer l'attention sur celui qui fut un des pro' phètes de l'antisémitisme français et l'un des responsables de ses horribles séquelles. Et l'on reparle de son journal « La Libre Parole », de ses ouvrages, et notamment de la «France Juive »_ Comme il arrive assez communément (c'est le cas, par exemple, du «Mein Kampf », de Hitler), on en disserte, on en discute - pour ou contre - sans l'avoir lu ni même parcouru. Peut-être, dans ces conditions, n'est-il pas inutile d'en ]:rosser une analyse sommaire, de Même mort, Zola excitai le replacer dans son cadre historique et de tenter d'en montrer l'influence. Dans son introduction, Drumont luimême déclare « oe livre vient en son temps », et je pense que l'expression doit être conservée, mais pas dans le sens où l'auteur l' entendait; car ce qui, sous sa plume n'était qu'une justification, devient, avec le recul du temps une explication. Nous sommes en 1886. En France (comme dans presque toute:! l'Europe) le grand capitalisme financier se renforce, précise son armature, étend son influence, pénètre non seulement les entreprises industrieIles et les « affaires » en général, mais s'insinue dans l'Etat, directement ou par personnes interposées. Les scandales se multiplient, les fortunes s'échafaudent et s'effondrent, et d'âpres compétitions opposent les entreprises bancaires : le krach de l'Union Générale (1882) est encore tout récent ct quelques années plus tard, l'effondrement de la Compagnie de Panama viendra le relayer. Le public, celui des simples gens ct des travailleurs, grande victime de ces opérations, bénéfiques pour les uns, toujours maléfiques pour lui ne comprend pas, ne peut pas comprendre qu'il est impliqué dans un processus historique commencé depuis longtemps, sous des formes limitées, mais qui maintenant s'accélère et s'aggrave. Il en constate simplement la malfaisance et les conséquences, pour lui désastreuses. Bien entendu, il s'en irrite et même s'en exaspère

ce n'est pas par hasard que les g-rèves

se multiplient, se font plus longues et DES MESURES S'IMPOSENT , contre les menees racistes L A f_e~nle néo-nazie cc Jeune Eur,ope » a ete interd ite en France, fin decembre 1963. Cette publication, dont J'esprit est semblab le à celui de «Jeune Nation., et qui vitupère à longueur de colonnes les jU ifs, les noirs, les Arabes, est publiée à Bruxelles. C'est en vertu de l'article 14 de la loi du 29 jui llet 1881 (modifié par le décret du 6 mai 1939) relatif aux journaux ou écrits périodiques étrangers, que l'arrêté ministériel a été pris. Nous nous en félicitons. Nous y voyons la preuve que - dans certains cas au moins - les pouvoirs publics ont les moyens légaux de sévir contre les journaux qui abreuvent de haine les nervis fflScigtp.s At les incitent à des menées criminelles. Mais, dans ces conditions, préCisément. une telle mesure étonne par sa singularité. Il y a Quelques temps, le M.R.A.P. pro· testait par lettre, puis par un démarche au Ministère de l'Intérieur contre la diffu· sion en Fr:mce, d'une autre feuille non moins nflzie et non moins raciste. éditée elle aussi en Belgique: « L'Europe réelle », (Su ite page 1 0) e réalité en fronce • ? • ue pas les coutumes et les moeurs icains. C'est dams ce genre de diseuse j'essaie de les tirer de leur ignot de leur mOntrer que l'Afrique, avant r une autre civilisation, avait sa civipropre; je leur montre, en quelque l per~onnalité, la présence africaine, Les «amis d'Edouard Drumont» des ennemis de l'homme • • ,ut le pouvoir d'adaptation de l'Afri- ,mmunication entre étudiants blancs 5 s'établit souvent difficilement et tellement. Un effort véritable s'imur que l'échange soit réel, concret et Cet effort, c'est la mise en question, bandon, des faux concepts coloniaes préjugés forgés par l'éducation et u; cet effort, c'est la valorisation de u, quelle que soit la couleur de sa , forme de son crâne; c'est ne pas cet instinct de différenciation. lme de la rue réalise mal cet effort. IÎ ce regard appuyé, chargé de curiotonnement, de mépris souvent, à la n noir accompagnant une blanche?

qu'un regard, direz-vous, c'est sans

nce! Mais non, car c'est la preuve ~ différenciation intuitive, c'est du en germe. Et les Africains ne s'y .t pas. « Douter de soi }) sûr, en France, ne règne pas le raClvert, exacerbé des Etats-Unis. Il n'y ci d'autobus ou de wagon de métro irs, mais alors pourquoi la banquette de celle occupée par un noir restede, quand il n'y a pas foule, bien ,tre exemple : Cela se passe au mois , dans un jardin public provincial. rès chaud. Tous les bancs sont occurchargés de mères et d'enfants, et prenant le soleil. Un seul banc est l presque : un noir y est assis. On

« C'est de la timidité. » Mais pourtte

timidité qui n'a pas de raison e d'être? C'est une impulsion raciste ufiée au tond d'eux-mêmes », dira iant sénégalais, « chargée de méfiance torance ». Et les noirs, sensibilisés le sont tous ceux qui souffrent du , le remarquent et s'en plaignent. ON annonce la constitution d'une société des Amis d'Edouard Drumont, et ceci suffit à attirer l'attention sur celui qui fut un des prophètes de l'antisémitisme français et l'un des responsables de ses horribles séquelles. Et l'on reparle de son journal « La Libre Parole », de ses ouvrages, et notamment de la «France Juive»_ Comme il arrive assez communément (c'est le cas, par exemple, du «Mein Kampf », de Hitler), on en disserte, on en discute - pour ou contre - sans l'avoir lu ni même parcouru. Peut-être, dans ces conditions, n'est-il pas inutile d'en prosser une analyse sommaire, de plus combattives : celle des mineurs du Pasde- Calais, par exemple (1884) qui fournira à Zola le thème de son roman : Germinal, celle de Decazeville l'année même de la parution, de la « France Juive ». Il s'agit pour le capitalisme ainsi combattu et menacé, de freiner - à défaut de pouvoir la briser - cette révolte des masses, de la déviser et de l'orienter vers de fausses directions. Puisque certains juifs - et le grand public connaît depuis longtemps le nom de Rothschild, dont il a fait le symbole même de l'habileté financière - jouent un rôle bancaire important; il s'agit de !lémontrel- que tous les juifs sont responsables, et qu'ils sont seuls responsables. On omettra sciemment qu'il y a aussi des banquiers catholiques, des banquiers protesmce, indifférence, individualisme conau racisme ou, dans une autre 1, . au paternalisme. C'est l'un des

s reproches que formulent les Afri-

Même mort, Zola excitait la hargne de Drumont l'égard des Français, ainsi cet étuln sciences, venant du Sénégal nent indifférents aux problèmes mon' n particulier aux difficultés des pays 'eloppés. Eux seuls comptent, ils

ce qu'un enfant devrait savoir. Je

~ds qu'ils ne puissent pas ne pas être » Un autre étudiant, en hydrographie, ~e de Guinée, déclare avec force : gens, en somme, les Français moyen$, ce qu'ils entendent, ce qu'ils apprelle qu'on leur apprend surtout, sans se poser la question si c'est vrai. La ion française n'est pas la civilisation peut douter de soi. » Lter de soi » engendre toute une le intellectuelle que ne permettent e réaliser la course au confort matégoïsme de la vie moderne_ « Douter ), autrement dit: essayer de se situer 'ement par rapport à l'Autre; essayer laître, de comprendre, au lieu de proen s'enfermant dans une ignorance euse : comment peut-o.n être Afri- It donc lutter sans cesse, pour que secoue sa conscience et procède au nent des valeurs humaines qui ne pas avoir de couleur. It rendre à l'homme noir sa dignité ps bafouée, sa personnalité, son origila liberté. Marguerite KAGAN. le replacer dans son cadre historique et de tenter d'en montrer l'influence, Dans son introduction, Drumont luimême déclare « c.e livre vient en son temps », et je pense que l'expression doit être conservée, mais pas dans le sens où l'auteur l'entendait; car ce qui, sous sa plume n'était qu'une justification, devient, avec le recul du temps une explication. Nous sommes en 1886. En France (comme dans presque toute l'Europe) le grand capitalisme financier se renforce, précise son armature, étend son influence, pénètre non seulement les entreprises industrielles et les « affaires » en général, mais s'insinue dans l'Etat, directement ou par personnes interposées. Les scandales se multiplient, les fortunes s'échafaudent et s'effondrent, et d'âpres compétitions opposent les entreprises bancaires : le krach de l'Union Générale (1882) est encore tout récent ct quelques années plus tard, l'effondrement de la Compagnie de Panama viendra le relayer. Le public, celui des simples gens ct des travailleurs, grande victime de ces opérations, bénéfiques pour les uns, toujours maléfiques pour lui ne comprend pas, ne peut pas comprendre qu'il est impliqué dans un processus historique commencé depuis longtemps, sous des formes limitées, mais qui maintenant s'accélère et s'aggrave. II en constate simplement la malfaisance et les conséquences, pour lui désastreuses. Bien entendu, il s'en irrite et même s'en e~',aspère

ce n'est pas par hasard que les g-rèves

se multiplient, se font plus longues et DES MESURES S'IMPOSENT , contre les menees racistes A feuille néo-nazie « Jeune Europe" a été interdite en France, fin décembre 1963. Cette publication, dont ,rit est semblable à celui de « Jeune on", et qui vitupère à longueur de nnes les juifs , les noirs, les Arabes, publiée à Bruxelles. C'est en vertu de cie 14 de la loi du 29 juillet 1881 difié par le décret du 6 mai 1939)

if aux journaux ou écrits périodiques

1gers, que l'arrêté ministériel a été JllS nous en félicitons, Nous y voyons reuve que - dans certains cas au IS - les pouvoirs publics ont les moyens légaux de sevir contre les journaux qui abreuvent de haine les nervis f3scistp.s Pot les incitent à des menées criminelles. Mais, dans ces conditions, précisément, une telle mesure étonne par sa singularité. Il y a quelques temps, le M.R.A.P. protestait par lettre, puis par un démarche au Ministère de l'Intérieur contre la diffusion en Fr3nce, d'une autre feuille non moins n3zie et non moins raciste, éditée elle aussi en Belgique: « L'Europe réelle ", (Suite page 1 0) tants, et même des banquiers sans aucune étiquette religieuse. On réveillera ainsi dans' le grand public, un racisme larvé et mal éteint, qui vient s'alimenter aux vieilles Qui sont-ils? La « Société des Amis d'Edouard Drumont», chargée de répandre « l'enseignement » du fondateur de « La Libre Parole» groupe (entre autres), rappelons-le, dans son comité de patronage: Maurice BARDECHE, directeur de la revue « Défense de l'Occident » et l'un des dirigeants de l'internationale néo-nazie, Henr$ COSTON, -directeur de « Lectures Françaises », qui fut propagandiste nazi sous l'occupation, Georges GAUDY, d' « Aspects de la France », Xavier VALLAT, ex- « commissaire aux questions juives » du gouvernement de Vichy, qui officie également à « Aspects de la France », E, BEAU DE LOMENIE, de « Fraternité Française », Dominique VENNER, de « Jeune Nation » ... intolérances religieuses héritées du moyen âge. Le même travail, qu'on ne l'oublie pas, se pratique dans le même temps à Vienne et à Berlin, comme dans la Russie tzariste où se raniment les pogromes. On suscitera ainsi ce faux espoir que si l'on se débarrasse des juifs. on se libérera en même temps du capitalisme et de ses servitudes. Et la « France juive» n'est que l'aspect français de cette opération qu'on a qualifiée, avec juste raison de « socialisme des imbéciies ». LA France juive» (le titre originel « était : « La France juive devant l'opinion ») n'est pas du tout - comme on pourrait s'y attendre - une étude systématique et sérieuse de l'économie « juive » (avec tout ce qu'il y a de faux, bien entendu, dans cette dénomination) : un recensement méthodique des entreprises dites juives, avec leurs moyens, leurs points d'application, leurs tenants et aboutissants. L'historien ou l'économiste qui se pencherait sur ce livre avec de telles curiosités serait terriblement déçu. On se trouve en face d'une véritable ripopée, d'une accumulation de faits dont quelques-uns sont exacts (de façon à mieux atteindre la bonne foi du lecteur) , dont les autres - la plupart - son incontrôlables ou radicalement faux. Qu'on lise le chapitre III de la sixième partie (qui s'intitule : « La persécution juive ») on y retrouvera la vieille et sordide accusation du « sacrifice sanglant », c'est-àdire du meurtre rituel par lequel seraient immolés des enfants chrétiens, mais avec des dates sans noms, ou des noms sans dates mais sans aucune de ces précisions, sans 'aucun de ces faits qui sont la trame et la probité de l'histoire; et il en va de même dans la plupart des cas. D'ailleurs, comme l'intolérance, une fois déchaînée, ne connaît plus de limites, la franc-maçonnerie est prise à partie; les protestants euxmêmes sont mis en accusation, et Coligny, qui mourut pour sa foi, devient « le plus implacable des tortionnaires », et le massacre de la Saint-Barthélémy est loué sans réserves. On ne s'étonnera pas que l'esprit généreux que fut Crémieux, qui multiplia 1es efforts pour protéger ses coreligionnaires, que Gambetta - catalogué juif .- et ,qui commit ce crime impardonnable d'être


par

Emile TERSEN un des fondateurs de la République, soient spécialement, et à leur honneur, malmenés -et aient droit à un chapitre spécial. Le tout se termine par un démagogique

appel au pillage (et sans que le mot soit

prononcé, au meurtre), ainsi qu'à la dictature

« Toute la France suivra le chef qui

scra un justicier et qui au lieu de frapper sur les malheureux mtvriers français, COtl!me les hommes de 1871, frappera sur les juifs cousus d'or et dira alU pauvr,es attroupés alttour de ce pactole s'échappant du sémite décousit: « Si vons avez besoin, ra- 1nassez! » (Comme si le peuple ne pouvait -pas lui-même et par le jeu des lois histori- -ques établir une meilleure justice sociale et comme si seuls, les sémites étaient « cou-" us d'or »). L'ACTION néfaste de Drumont ne devait pas se limiter à « La France juive », il récidiva, et à maintes 1'eprises, par la « Fin d'un Monde» (1888), « La dernière bataille» (1890), « Le testament d'un antisémite » (1891), « Le secret de Fourmies » (1892), dans lequel il rejetait la responsabilité de l'affreuse fusillade du l' mai 1891 sur les juifs et très particulièrement sur le sous-préfet d'Avesnes, Isaac (1). Pour mieux poursuivre sa campagne de haine, il fonda en 1892, le journal « La Libre Parole ». Quelle fut, au juste, l'influence de ces divers écrits? Il faut essayer de la déterminer en deux périodes. D'abord, « La France juive » connut, c'est incontestable, un gros, un très g-ros succès, déterminé pour, une bonne part, par le talent d'écrivain et de polémiste de l'auteur, qu'il serait absurde cie nier; et, d'autre part, par la passivité d'une opinion publique malheureuse et désarmée qui accepta, sans esprit critique, les explications qu'on lui offrait et crut avoir trouvé clans l'antisémitisme une panacée universelle. Dans ta vague antisémite qui déferla :1lors sur la France, Drumont n'était certes, d malheureusement pas seul. Mais il joua le rôle d'une sorte de chef d'orchestre et il n'est oue juste de lui attribuer la plus forte part de responsabilité dans le développement de l'état d'esprit qui devait aboutir à l'affaire Drevfus, mais ce fut en même temps l'apogée et le début du déclin. Car la crise même. avec ses dénis de iu~tice ct sa férocité imbécile, amena les républicains sincères et les démocrates de toutes ,mances à s'unir et à agir; l'on sait assez (Jue, par leurs efforts, la justice devait triompher. LE S années qui SUIVirent furent pour Drumont un temps d'éclipse. Elu député, il n'eut aucune audience à l'Assemblée, malgré le caractère tapageur et outrancier de ses interventions; il ne fut d'ailleurs pas réélu en 1902. Ses livres, qui n'étaient d'ailleurs que des sempiterlieUes redites', se lisaient de moins en moins, les jeunes génél'ations l'ignoraient. Il mourut obscurément en 1917 .. au moment où séviss:1it le massacre universel, qui engloutissait, dans la fraternité de la mort, des hommes de toutes l-aces, de toutes crayance~. de toutes conditions. Les choses auraient fini là, et ces lignes n'eussent sans doute pas été écrites, s'il n'y avait pas eu le nazisme, dont l'antisémitisme était le , principal aliment. Drumont devint un des maîtres à penser des théoriciens clt l'hitlérisme, dans la mesure - si faible 1 - où ils pensaient. Et la g'uerre devait foumir une occasion d'exhumer ce mort oublié. (Suite page 10)

 - 



-

-




-

- -


- - - - - -

D LE! QUATRE r venant ( qui, en ont surveillé, 1 matoires, les gaz, Calculez 1 travail, ont sé des hommes e tant dans les rieures, Comb: 4.000.000 de p bre de S.S. ju en zone brita ancien comme cédé du procè naires a pass( On ne les conn; mais le plus souv, nous, les Français 88 4 X 22); appelé un autre Mel NORM~ Préside: des Dt cause de la cicatr front; ou bien no estropiés parce qu l'Allemand . Mais aucun sur figures; nous rev rades et moi, 88, policier, jetant ur laise, dans la COI sortait que pour a TroutrOlI. giflant a' turon, les femme bien rangées au matin , ou la tête sélection en févr chambre à gaz, n'avaient pu COUI restées 12 heure! devant le camp. Et voilà bien le ces souvenirs et retrouver ces cri ceux qui craignaiE que du Sud, com, aujourd'hui encore gele qui tuait les j rer leurs anatomit dans leur pays e' dans une de ces si propres, aux toi les cigognes chaql en ce moment, pc vitrines remplies d, Ils ont pris une p lation qui ignore tait, si elle la co être, mais surtout Ils gagnent bien le disciplinés, commt pli nés ; ce sont ( dres avec leurs pE ance -

d'Edouard Drumont nemis de l'homme » • •


- - plus combattives : celle des mineurs du Pasde- Calais, par exemple (1884) qui fournira à Zola le thème de son roman : Germinal, celle de Decazeville l'année même de la parution, de la « France Juive ». Il s'agit pour le capitalisme ainsi combattu et menacé, de freiner - à défaut de pouvoir la briser - cette révolte des masses, de la déviser et de l'orienter vers de fausses directions. Puisque certains juifs - et le grand public connaît depuis longtemps le nom de Rothschild, dont il a fait le symbole même de l'habileté financière - jouent un rôle bancaire important; il s'agit de j:lémontrer que tous les juifs sont responsables, et qu'ils sont seuls responsables. On omettra sciemment qu'il y a aussi cles banquiers catholiques, des banquiers proteslIa hargne de Drumont tants, et même cles banquiers sans aucune ,étiquette religieuse. On réveillera ainsi dans' le grand public, un racisme larvé et mal éteint, qui vient s'alimenter aux vieilles qui sont-ils? La « Société des Amis d'Edouard Drumont », chargée de répandre « l'enseignement » du fondateur de « La Libre Parole» groupe (entre au· tres), rappelons-le, dans son comité de patronage: Maurice BARDECHE, directeur de la revue « Défense de l'Occident » et l'un des dirigeants de l'internationale néo-nazie, Henr~ COSTON,directeur de « Lectures Françaises », qui fut propagandiste nazi sous l'occupation, Georges GAUDY, d' « Aspects de la France », Xavier VALLAT, ex- « commissaire aux questions juives » du gouvernement de Vichy, qui officie également à « Aspects de la France )l, E. BEAU DE LOMENIE, de « Fraternité Française », Dominique VENNER, de « Jeune Nation » ••• intolérances religieuses héritées clu moyen âge. Le même travail, qu'on ne l'oublie pas, se pratique dans le même temps à Vienne et à Berlin, comme dans la Russie tzariste 1 où se raniment les pogromes. On suscitera ainsi ce faux espoir que si l'on se débarras- 1 se des juifs, on se libérera en même temps du capitalisme et de ses set-vitudes. Et la « France juive» n'est que l'aspect français de cette opération qu'on a qualifiée, avec juste raison de « socialisme des imbéci- 1 ies ». 1 L « Aé tFairta n: ce« jLuaiv eF r»a n(clee tjiutriev eo rdiegvinanelt l'opinion ») n'est pas du tout - comme on pourrait s'y attendre - une étude systématique et sérieuse de l'économie « juive » (avec tout ce qu'il y a de faux, bien entendu, dans cette dénomination) : l un recensement méthodique des entreprises dites iuives, avec leurs moyens, leurs points (qui s'intitule : « La persécution juive ») on y retrouvera la vieille et sordide accusation du « sacrifice sanglant », c'est-àdÏ1- e du meurtre rituel par lequel seraient immolés des enfants chrétiens, mais avec des dates sans noms, ou des noms sans dates, mais sans aucune de ces précisions, sans aucun cIe ces faits qui sont la trame et la probité de l'histoire; et il en va de même dans la plupart des cas. D'ailleurs, comme l'intolérance, une fois déchaînée, ne connaît plus de limites, la franc-maçonnerie est prise à partie; les protestants cuxmêmes sont mis en accusation, et Coligny, qui mourut pour sa foi, devient « le plus implacable des tortionnaires », et le massacre de la Saint-Barthélémy est loué sans réserves. On ne s'étonnera pas que l'esprit

généreux que fut Crémieux, qui multiplia

1es efforts pour protéger ses coreligionnaiTes, que Gambetta - catalogué juif .- et qui commit ce crime impardonnable d'être par Emile TERSEN un des fondateurs de la République, soient spécialement, et à leur honneur, malmenés -et aient droit à un chapitre spécial Le tout se termine par un démagogique

appel au pillage (et sans que le mot soit

prononcé, au meurtre), ainsi qu'à la dictature

.« Toute la France s1tivra le chef qui

.sera 1!n justicier et qui au lie1f de frapper su r les malheureu.,. otwriers français, comme les hommes de 1871, frappera s1tr les juifs COttSUS d'or et dira aux pauvr,es attro1! pés autour de ce pactole s'échappant du .sémite décot!sn .- « Si vons avez besoin, f'a" massez! » (Comme si le peuple ne pouvait -pas lui-même et par le jeu des lois histori( Jues établir une meilleure justice sociale et comme si seuls, les sémites étaient « cou- .sus d'or »)_

- - - -

-



- - L'ACTION néfaste de Drumont ne devait pas se limiter à « La France juive », il récidiva, et à maintes - l'eprises, par la « Fin d'un Monde» (1888), « La dernière bataille » (1890), « Le tes- ~ tament d'un antisémite }) (1891), « Le se- _. cret de Fourmies )l (1892), dans lequel il rejetait la responsabilité de l'affreuse fu- sillade du r"" mai 1891 sur les juifs et très varticulièrement sur le sous-préfet d'AvesIles, Isaac (!). Pour mieux poursuivre sa campagne de haine, il fonda en 1892, le


journal « La Libre Parole }). Quelle fut. au juste, l'influence de ces divers écrits? Il faut essayer de la déter miner en deux périodes. D'abord, « La France juive }) connut, c'est incontestable, un gros, un très g-ros succès, déterminé pour, une bonne part,

par le talent d'écrivain et de polémiste de - l'auteur, qu'il serait absurde de nier; ct, d'autre part, par la passivité d'une opinion publique malheureuse et désarmée qui accepta, sans esprit critique, les explications qu'on lui offrait et crut avoir trouvé dans l'antisémitisme une panacée universelle. Dans la vague antisémite qui déferla :1lors


sur la France, Drumont n'était certes, et malheureusement pas seul. Mais il joua le rôle d'une sorte de chef d'orchestre et il n'est Que juste de lui attribuer la plus forte part de responsabilité dans le développement de l'état d'esprit qui devait aboutir :'t l'affaire Drevfus, mais ce fut en même temps l'apogée et le début du déclin. Car la crise même, avec ses dénis de iu~tice ct sa férocité imbécile, amena les républicains sincères et les démocrates de toutes ,mances à s'unir et à agir; l'on sait assez que, par leurs efforts, la justice devait triompher. LES années qui suivirent furent pour Drumont un temps d'éclipse. Elu député, il n'eut aucune audience à l'Assemblée, malgré le caractère tapageur et outrancier cie ses interventions; il ne fut d'ailleurs pas réélu en 1902. Ses livres, qui n'étaient d'ailleurs que des sempiternelles redites, se lisaient cie moins en moins,



les jeunes générations l'ignoraient. Il mou- ~ rut obscurément en 19T7 .. au moment où _ sévissait le massacre universel, qui englou- _ tissait. clans la fraternité de la mort, des hommes cie toutes races', de toutes croyances. de toutes conditions.

D'Auschwitz ... a Fra ncfort' LES BOURREAUX 19 ans apre... s. •• Q DATRE millions d'être humains amenés aux chambres à gaz par des trains ven~nt des quatre coins de l'Europe .. _ Calculez un peu le nombre de S.S, qui, en quatre ans, les ont escortés, ont jeté les comprimés de cyclon B, ont surveillé, pendant le sinistre ratissage des cadavres et leur transport aux crématoires, les hommes du Sonderkommando voués eux-mêmes à la chambre à gaz. Calculez le nombre de ceux qui, dans le camp ou dans les Kommandos de travail, ont sélectionné pour la mort, ont battu, ont assassiné de leurs mains, des hommes et des femmes qui étaient à Auschwitz pour leur activité de résis· tant dans les pays occupés ou pour leur appartenance aux races jugées inférieures. Combien de S.S. ont participé à l'assassinat de 1.000, 10.000, 100.0000 ... 4.000.000 de personnes? Et comparez le résultat de votre calcul avec le nom· bre de S.S. jugés depuis 1945 ? Certes. il y a bien eu quelques procès, Lüneburg en zone britannique, Nuremberg, évidemment, et, en 1947, le procès de Hoess, ancien commandant du camp et exécuteur direct des ordres d'Eichmann, précédé du procès des S.S. à Cracovie. En tout, une quantité dérisoire de tortionnaires a passé devant des tribunaux. On ne les connaissait pas par leurs noms, mais le plus souvent par des surnoms; pour nous, les Françaises, il y avait 88 (parce que 88 4 X 22) ; les Polonaises en avaient appelé un autre (en Polonais) Troutrou, à Par------- Marie-Elisa NORMAND-COHEN Pl'ésidente de l'Amicale des Déportés d'A uschwitz / cause de la cicatrice qu'il avait au milieu du front; ou bien nous leur donnions des noms estropiés parce que peu d'entre nous savaient l'Allemand. que le souvenir des centaines de mÎlliers de têtes bouclées qu'ils ont envoyées ou vues envoyer à la chambre à gaz, les effleure quelquefois? SUR cette quantité de SS qui a un grande, une moyenne ou une petite part de res- . ponsabilité dans les crimes d'AuschwitzBirkenau, les quelques-uns qui sont jugés en ce moment à Francfort ne sont qu'une toute petite fraction des acteurs de ces drames. Ils sont 22 accusés à Francfort; 9 seulement sont encore en prison; les autres ont versé des cautions parfois considérables et ils se sont présentés aux deux audiences qui ont eu lieu, libres, une serviette de cuir sous le bras, ne se distinguant en rien des autres Allemands que vous pouviez rencontrer dans les rues de Francfort ce jour-là. Les uns A l'entrée du camp, la devise.- « Le travail rend libre» Mais aucun survivant ne peut oublier leurs figures; nous revoyons toujours, mes camarades et moi, 88, suivi de son énorme chien policier, jetant une des nôtres, une Bordelaise, dans la cou'r du Bloc 25 d'où on ne sortait que pour aller à la chambre à gaz, ou Troutroll_ giflant avec la boucle de son ceinturon, les femmes qui n'étaient pas assez bien rangées au sortir des Kommandos le matin, ou la tête des S.S. qui ont fait la sélection en février 43, en envoyant à la chambre à gaz, celles des femmes qui n'avaient pu courir 50 mètres, après être restées 12 heures immobiles dans la neige devant le camp. Et voilà bien le problème. Comment, avec ces souvenirs et ce manque de précision, retrouver ces criminels? Les plus connus, ceux qui craignaient le plus, sont en Amérique du Sud, comme Eichmann hier, comme aujourd 'hui encore, Mengele, le Docteur Mengele qui tuait les jumeaux pour mieux comparer leurs anatomies. Les autres sont restés dans leur pays et mènent une vie paisible dans une de ces petites villes d'Allemagne, éta ient de haut grade, comme Robert Mulka, aujourd'hui exportateur à Hambourg, qui a été l'adjoint de Hoess et l'a secondé pour la construction des crématoires et des chambres à gaz dont nous connaissons tous les détails dans l'annexe de la confession' écrite à Cracovie, par Hoess, en attendant l'ouverture de son procès; comme Dylewski, ingénieur, dont les nerfs trop fragiles ne peuvent supporter l'interrogatoire d'identité, mais qui faisait, sans en «souffrir» les sélections à J'arrivée des convois à Birkenau, en compagnie d'un autre accusé, le Docteur Willi Frank, dentiste dans le civil. Celui-ci est aussi dentiste (Schatz); au camp, il ne voyait rien, mais c'est lui qui surveillait la fusion des bridges et des dentiers en or, arrachés aux cadavres. Celui-là (Capesius) est pharmacien; il possède des salons de beauté et des officines; là-bas, il délivrait le phénol et les seringues pour faire des piqûres mortelles. 1 d'application, leurs tenants et aboutissants. L'historien ou l'économiste qui se pencherait Les choses auraient fini là, et ces lignes n'eussent sans doute pas été écrites, s'il n'y avait pas eu le nazisme, dont l'antisémitisme était le . principal aliment. Drumont devint un des maîtres à penser des théoriciens si propres, aux toits pointus, prêts à recevoir les cigognes chaque été, aux rues illuminées en ce moment, par les sapins de Noël, aux _ vitrines remplies de plantureuses mangeailles. Parmi ceux qui sont emprisonnés, les moins gradés, voilà Boger, surnommé Folter-Boger, Boger-Ia-Torture; il appartenait à la section politique; avant son arrestation, il était employé de commerce, sûrement l'employé modèle; c'est le premier des 23 S.S. inculpés (23, dont il ne reste que 22, puisque Baehr, le plus important d'entre eux, est mort en prison), retrouvé en 1958 par un ancien détenu sur ce livre avec de telles curiosités serait terriblement déçu. On se trouve en face d'une véritable ripopée, d'une accumulation de faits dont quelques-uns sont exacts (de façon à mieux atteindre la bonne foi du lecteur), dont les autres - la plupart - son incontrôlables ou mdicalement faux. Qu'on Jise le chapitre III cie la sixième partie dt" l'hitlérisme, dans la mesure - si faible! - où ils pensaient. Et la guerre devait fournir une occasion d'exhumer ce mort oublié. (Suite page 10) Ils ont pris une place au milieu de la population qui ignore leur activité passée ou la taît, si elle la connaît, par complicité peutêtre, mais surtout pour s'éviter des ennuis. Ils gagnent bien leur vie, sont des travailleurs disciplinés, comme ils ont été des S.S. disciplinés; ce sont de bons grands-pères, tendres avec leurs petits-enfants blonds; est-ce (Suite page 11) • Rudolf Hoess « Le Commandant d'Auschwitz parle ... » (éditions Juiliard). __ --------- 8 .-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- De la critique théâtrale ... « Le Vicaire », la «I L serait navrant que l'amitié judéo-chrétienne soit compromise par les controverses suscitées autour de I,g pièce « LE VICAIRE ». Pourquoi, en notre pays de liberté, ne pas laisser chacun s'exprimer selon sa conscience, dans le respect d'autrui ». i\insi sc prononce notre ami l'abbé Jean Toulat, auteur de l'ouvrage « Juifs, mes frères », dans « Le Monde» (Libres opinions) du 24-XII. C'est dans cet esprit que nous nous proposons d'explorer l'énorme dossier, sans précédent pour une pièce de théâtre, des articles qu'a suscités l'oeuvre du jeune écrivain allemand Rolf Hochhuth. «Droit et Liberté" est l'organe d'un Mouvement qui prend sa source - si l'on peut dire - aux quatre points cardinaux de la conscience nationale et démocratique et notre tâche de fraternité en action ne peut s'accomplir que dans l'unité - une unité qui associe nécessairement dans un même effort des chrétiens, des marxistes, des humanistes de tendance socialiste et radicale et même des hommes «de droite .. - ce fut le cas de feu Louis Marin. PAR Roger MARIA De l'autre côté de l'éventail de la presse, M. André Gisselbrecht, dit la même chose (La Presse Nouvelle du 21-22- 12) : « On a entendu en Allemagne, au sujet du C( Vicaire ", d'étranges propos. Celui-ci : si le Pape avait parlé clair, Hitler serait devenu furieux et cela n'aurait fait qu'em· pirer le sort des juifs. C'est de l'humour macabre: que pouvait-il y avoir de pire que les chambres à gaz? ". L'argument majeur est donc, ou bien qu'une intervention publique du Pape n'aurait rien empêché, ou bien même qu'elle aurait pu avoir ia conséquence d'aggraver le sort des juifs. Le futur Jean XXIII en tout cas, et il n'était pas le seul haut personnage de l'Eglise à penser ainsi , appréciait tout autrement la situation réelle, puisque, nonce apostolique à Ankara , « le Cardinal Roncalli adressa une lettre à Pie XII pour lui signaler la déportation ~ presse cl'enfants juifs, iettre à laquelle le Pape fit répondre que «toute intervention de sa part semblait impossible" ( ... ). le même Cardinal Roncalli ayant proposé de se rendre au Vatican pour informer le Pape de ces cruautés, s'est vu prié « de n'en rien faire et de ne venir à Rome que quand il serait appelé". (André Sauger, " Le Canard enchaîné»). La même documentation sur ce point, mais plus étendue, fut publiée par Philippe Viannay, dans « France-Observateur" du 12-12. Le même hebdomadaire publia notamment trois rapports secrets que l'ilmbassadeur d'Allemagne auprès du Saint-Siège adressa à son gouvernement en octobre 1943, d'où il ressort nettement que Hitler redoutait une réaction officielle de réprobation du Pape à propos des déportations et massacres de juifs et que l'ambassa· deur se réjouissait d'avoir à annoncer à son Führer que le silence de Rome était acquis. Nous constatons, en toute clarté, qu'une minorité de nos amis, une fraction des catholiques, soutient des positions, à propos du «Vicaire", et du rôle de Pie XII, lors de la dernière guerre, que ne partagent pas l'immense majorité de nos mili· tants, y compris les catholiques. me le souhaite l'abbé Jean Toulat, luimême favorable aux arguments pro-Pie XII, n'est-il pas de donner la parole à chacun. Nos lecteurs, ainsi, seront informés, car il s'agit là d'un débat de première importance, qui va bien au-delà de la mise en cause d'une personnalité même aussi éminente que le Pape d'une époque tragique; les problèmes soulevés ne sont pas seulement d'hier, mais d'aujourd'hui -et même de demain, pour une longue période. DES PROTESTATIONS EFFICACES Le plus sage, dans ces conditions, com PIE XII ET LA TRAGEDIE DES JUIFS C'est pourquoi il paraît insoutenable a bien des personnalités que le Pape ne pouvait et ne devait intervenir pubiiquement avec les moyens qui étaient les siens. C'est assurément une erreur de ramener « Le Vicaire" à un réquisitoire contre Pie XII. L'étude de la mentalité S.S. et la culpabilité de tant d'Allemands complices des pires crimes et même la lâcheté de certains éléments juifs et les mécanismes de la collaboration des milieux capitalistes allemands avec la clique hitlérienne, et bien d'autres aspects de cette période historique sont vigoureusement et honnêtement éclairés par Rolf Hochhuth. Mais c'est un fait que Pie XII et l'orientât! Qn qu'il donna alors à la politique de l'Eglise sont gravement mis en cause. Ce qUi ne pouvait pas manquer de provoquer de vives réactions. On verra dans notre courrier, les arguments que font valoir le Docteur Paul Chauchard et le R.P. Fleury pour justifier le silence de Pie XII. Le Pape Paul VI, lorsqu'il n'était encore que le Cardinal Montini - dans ~ne revue catholique anglaise - ~t, plus recemment en Israël, a pris la defense de Pie XII. Nous ne saurions donc mieux faire que de reproduire ici, le passage e~sentiel. d.e J'article que, dès le lendemain, publiait le très autorisé « Osservatore romano" (9-1) : « Paul VI , devant ses auditeurs rescapés d'une tragédie qui a anéanti tant de leurs frères, comme tant des nôtres, a élevé la volx contre la médisance et la calomnIe qui, dans la personne de P,ie XII , tendent à frapper l'Eglise et avec elle, le peuple fidèle. Il est faux que la tragédie des juifs et de tant d'autres hommes qualifiés alors de races «inférieures" n'ait été ni comprise, ni partagée : c',est . précisément le contraire. Le Pape et 1 Eglise ont fait tout ce qu'ils pouvaient avec une ar.deur ~ont lnue, souvent cachée et donc Ignoree de beaucoup, une ardeur de tous le~ Jours, bien souvent proche du véritab!e ~erOlsm~. Ils n'ont pas craint non plus d agir au-dela des limites qu'un certain sens commun s'obstinait à assigner à leur action dans l'histoire ". «le Pape et l'Eglise ont fait tout ce qu'ils pouvaient,,: c'est précisément ce qui est contesté. M. Pierre Corval, dans « Témoignage Chrétien", bien avant que ia pièce de Rolf Hochhuth fût représentée à Paris, répondait sans équivoque à la question posée (S-IV-63) : . . a Ainsi se trouve posee une fOlS de plus la question: « Pourquoi Pie XII n'a·t-ii pas solennellement protesté. ~ontre. I.e massacre des juifs par le reglme hltlerien? " - Avant de répondre, il convient tout d'abord de reconnaître qu'effectivement, le Pape Pie XII n'a pas élevé de prote5tation formelle et publique cantre la persécution des juifs ( ... ). C'est un fait : il n'y a pas eu de dénonciation précise et solennelle des persécutions antisémites ordonnées par Hitler ". M. Jean d'Hospital, correspondant du « Monde" à Rome pendant seize ans, per- De M. Philippe Viannay ( France-Observateur,,)

« Une autre politique était possible, puisque toutes les fois que les cardinaux allemands, comme Von Galen, se sont opposés à Hitler, celui·ci a reculé ". Rolf Hochhuth a déclaré sur ce point, MARDI 28 JANVIER, ... a 20 h. 30 GRAND DEBAT a" l'HOTEL MODERNE Le M.R.A.P. et le Club Amitié org,gnisent un grand débat sur {( Le Vicaire » le mardi 28 janvier à 20 h. 30, à l'Hôtel Moderne, place de la République, à Paris. Les artistes de l'Athénée, le metteur en scène François Darbon, l'adaptateur de la pièce Jorge Semprun, ainsi que des journalistes et personna'iités diverses participeront à cette soirée. Nos lecteurs y sont cordialement invités. Une soirée à J'Athénée pour Jes amis du M.R,A.P. Pour permettre à un certain nombre de ses amis de voir « Le Vicaire » avant le débat qu'il organise, le M .R.A.P. avait loué la salle de l'Athénée pour la représentation du 15 janvier. Dès qu'ils en ont été informés, de très nombreux abonnés de notre journal nous ont fait parvenir leurs demandes de billets. Si bien que ces demandes auraient pu permettre de remplir plusieurs fois la salle du théâtre. En dépit de l'affluence à laquelle elle doit faire face, l'administration de l'Athénée a bien voulu accorder encore un certain nombre de places réparties entre le 19 et le 30 janvier, mais cela n'a pas permis de répondre favorablement à la totalité de nos amis. Que ceux qui n'ont pas pu bénéficier de cette initiative veuillent bien excuser le M.R.A.P., qui a fait tout son possible pour leur donner satisfaction. sonnalité catholique connue pour sa prudence d'expression, a publié, en 1962, un ouvrage de souvenirs intitulé: « Rome en confidence ", où l'on peut lire: « les âmes pieuses ont beau fouiller dans les encycliques, les discours, les allocutions du Pape Pie XII ; il n'y a nulle part, une trace de la condamnation de la religion du sang, instituée par Hitler, cet antichrist ". M. Rémy Roure, catholique, ancien déporté dans « Le Figaro" (30-12) fait la même incontestable observation: « le cri d'horreur n'a pas été poussé, à la face du monde contre le massacre systématisé, scientifiquement organisé, de tout un peuple ". dans une interview publiée par «L'Express» du 19-11 : « Heureusement, certaines protestations de l'Eglise ont été couronnées de succès. En 1941, lorsque la puissance de Hitler était à son sommet, le comte Von Galen, archevêque de Münster, a pu protester en chaire contre l'euthanasie des fous. Hitler a déclaré que « nous ne pouvons pas nous permettre de provoquer cette opposition pendant la guerre", et cette loi n'a plus été appliquée. En 1942, une simple démarche du nonce à Bratislava a eu comme conséquence la suspension de la déportation des juifs de Slovaquie pour deux ans. Je pourrais citer encOre d'autres exemples ». FALLAIT-IL SE TAIRE? Faut-il rappeler le noble exemple du roi de Danemark: Une fois confirmé ce si lence, il reste a en déterminer les mobiles. Là encore, il ya désaccord total entre les observateurs. M. Wladimir d'Ormesson, ancien ambassadeur auprès du Saint-Siège, estime dans « le Figaro" . "que si !e Pope, n~ p:uvant contemr son indignation, l'avait criée, la répo!"se hitlérienne eût été aussitôt la persecution des catholiques en Allemagne et ail· leurs ". Le Père Marié, des « Etudes" (revue des Jésuites), interrogé par un envoyé ?lI "Figaro littéraire" a not8mmGnt déclare: « Quoi qu'il en soit, il y a eu de la part de Pie XII un pari de prudence dont on peut penser qu'il ne fut peut-être pas le meilleur. Il n'a pas voulu risquer un bien (protéger quelques centaines de juifs à Rome ou à travers le monde, auxquels les nazis ne touchaient pas) au prix d'UI. bien plus hypothétique (proclamer officiellement sa réprobation) qui aurait déclenché des mesures radicales". L'abbé Jean Toulat ( le Monde" du 24-12) défend une position voisine: « la bête nazie a la patte posée sur sa victime. S'il l'excite, eile appuiera plus lourdement encore ". Tout le monde n'est pas de cet avis. Ainsi, M. Rémy Roure, dans «Le Figaro" (30-12) : « le pire n'a pas été évité: six millions cie juifs massacrés, sans compter les no~juifs, sans compter les évêques, les prelats, les prêtres martyrs ». « Le roi de Danemark a prouvé qu'on pouvait s'opposer les mains nues, sans péril et avec profit ». (B. Poirot-Delpech, «le Monde» du 18-12). Que fit le roi, en effet? Faible et isolé, «il menaça de porter, lui et la famille royale, J'étoile jaune, ce qui aboutit à ce que pas un juif danois ne soit inquiété". (A. Lejay, dans «La Vie Populai~e" du 1"-1) . Redonnons la parole à M. Rémy Roure (ibid) : «le noble et courageux évêque de Münster, Mgr Von Galen, avait osé s'éle· ver en chaire contre les exécutions de déments enlevés dans les hôpitaux psychiatriques par les nazis. JI ne filt pas inquiéte et Hitler fit cesser ces meurtres qui avaient soulevé une émotion profonde en Allemagne. Croit·on, si le Concordat avait été dénoncé, que des positions bien différentes de celle de Mgr Von Galen auraient pu être prises par certains digni. taires de l'Eglise qui n'hésitaient pas, dès 1937, à faire leurs les doctrines racistes? (Rappelons toutefois que Pie XII ne fut Pape qu'en mars 1939). «Croit·on qu'il en eût été ainsi si le Saint-Père avait prononcé publiquement une condamnation solennelle? Qui peut répondre en bonne conscience? Qui peut soutenir que J'anathème lancé au maître satanique du Troisième Reich aurait été inutilp.? QIJe cette voix suprême n'aurait pas été entendue dans tous les pays du monde, en Italie, en Espagne, sans doute, mais en Allemagne même, et surtout, qu'elle n'aurait pas provoqué une immense émotion, que les fonctionnaires catholiques, les officiers et les soldats chrétiens de la Wehrmacht ne se seraient pas sentis « déliés" de leur serment prêté à l'homme démoniaque proclamé tel par celui qui a reçu, seul et désarmé, le pouvoir sur la terre de lier et de délier, que ce cri de libération n'aurait pas eu d'écho? Com· ment le sauriez·vous ? « Tel est bien le sens du drame de Rolf Hochhuth. les boules puantes ne répondent pas a la question ". UN CHOIX FONDAMENTAL La question doit être d'autant plus posée qu'en d'autres circonstances, le Pape n'a pas hésité à intervenir sans tenir compte des considérations de prudence politique dont on fait souvent état pour justifier son silence devant le génocide des populations juives. C'est ainsi que Rolf Hochhuth a mis en parallèle deux attitudes dans l'entretien qu'il a eu avec Nicole Zand ( Le Monde" du 19 -12) : " lorsque les alliés ont bombardé Rome, le Pape s'est rendu immédiatement dans les rues de la ville pour réconforter les gens. lorsqu'on a entassé les juifs à la gare de Termini, il n'est pas intervenu". De son côté, Philippe Viannay, dans « France-Observateur" du 19-12, rappelle que: «Pie XII a envoyé, alors que le sang des victimes de la guerre d'Espagne n'avait pas encore séché, alors que les prisons étaient pleines de condamnés à mort, la distinction suprême de l'Eglise au général Franco". Jean Manan, dans «Le Canard enchaîné» du 11-12, a rappelé des faits très connus, qui appartiennent à l'histoire, à propos desquels aucune réponse n'a jamais été apportée: « Pie XII a, du début jusqu'à la fin, encouragé, soutenu et défendu l'hitlérisme, et quand on lui a demandé les raisons de son attitude, il a dit qu'il ignorait les forfaits de Hitler. Secrétaire d'Etat du V.atican, il réalise en juillet 1933 un concordat avec Hitler, au pouvoir depuis six mois grâce aux votes des partis catholiques, entraînés pai' l'évêque Kass et le grand agent du Vatican, Von Papen. Ce Concordat est le plus avantageux que l'Eglise ait jamais signé avec l'Allemagne, financièrement parlant surtout, et en 1945, le Vatican obtient des alliés qu'il ne soit pas dénoncé comme les autres traités signés par Hitler! L'article 16 de ce pacte contient le serment que doivent prêter les évêques allemands: « Je jure et promets de respecter et de faire respecter par mon clergé, le gouvernement établi ». « Le 2 mars 1939, Pacelli devient Pape - «il papa tedesco", dit le populo italien: ..... .. . a la contro\lelse histolique et mo/ale -et notre consci• ence le Pape allemand, alors que nos bénêts de par ici acclament « le Pape du front popu· laire". Hitler, lui, s'empare de la Slova· quie où l'évêque Tiso procède, le premier, à des déportations massives de juifs dans les camps de concentration allemands. Détail que Pie XII ignorera, qu'il dira. Seul dans le monde ! .. Le 18 mai 1941, il reçoit solennelle· ment au Vatican, Ante Pavelitch, chef des Oustachis, exterminateur féroce des Ser· bes orthodoxes et des juifs: Sa Sainteté ignorait sûrement quel abominable ass.as· sin elle recevait et honorait. Comment eût· elle pu savoir, en outre, que les évêques et les moines catholiques de Yougoslavie accaparaient les palais et les couvents des orthodoxes abattus en masse par Pavelitch et ses oustachis, publiquement encouragés par l'archevêque de Sarajévo, Saric et l'évêque Stepinac, que le Vatican s'est obstiné à défendre jusqu'au bout, et qui est un des plus sombres criminels de guerre de l'époque? .. Toujours ignorant sans doute, Pie XII eJivoie le 1" janvier 1943, sa bénédiction apostolique à Pavelitch ( ... ). " En 1942, le Vatican conclut avec Ber· lin un accord permettant aux citoyens du Russicum d'aller, sur les pas de la Wehr· Voir en page 10 notre courrier sur" Le Vicaire" macht, évangéliser les territoires occupés par celle·ci ". donné asile à des milliers de juifs et lui fait exprimer cette opinion: que l'Alle· magne, après tout, était le dernier rem· part contre le communisme. Il faudrait avoir la mémoire bien courte pour ne pas se souvenir d'avoir entendu de tels pro· pos fort gravement énoncés pendant l'occupation ". Au reste, ce choix n'était pas d'oppor· tunité, mais fondamental. M. Rémy Roure, déjà cité, s'appuyant sur une documentation publiée récemment par la revue catholique « Documents", fait un utile rappel: « Le Cardinal Pace iii avait été le négo· ciateur du Concordat, dès l'arrivée de Hitler au pouvoir, ce Concordat très favo· rable à l'Eglise catholique dans le Reich, mais qui faisait une obligation à la hiérar· chie catholique de prêter serment d'obéis· sance et de loyalisme au régime établi. Malgré sa violation par Hitler, le Concor· dat ne fut jamais dénoncé ". Et pourtant la vérité fut connue en temps utile de ceux qui voulaient bien faire effort pour savoir. Dans le « Journal des Communautés juives" du 11·1, on reproduit une lettre de M. Gaston Kahn ; adressée au « Figaro", qui ne la publia pas (" à ce jour »), dans laquelle on trouve un passage retentissant d'un discours important d'Eden : « M. Wladimir d'Ormesson assure «en son âme et conscience" que Pie XII, comme le reste du monde, ne savait pas le « raffinement des monstruosités dont les juifs étaient secrètement les victimes", « Pour ne citer que quelques faits à cet égard, pris entre bien d'autres, je me bor· nerai à rappeler que le 17 décembre 1942, lors d'un important débat à la Chambre des Communes, retransmis par la B.B.C., dans toute l'Europe, M. Eden, secrétaire d'Etat aux' ~ffaires étrangères du gouver· nement britannique, a dénoncé, dans une déclaration solennelle, les atrocités com· mises contre les juifs: « De tous les territoires occupés, les juifs sont transportés en Europe orientale dans des conditions affreuses d'horreur et de brutalité; « La Pologne est devenue le principal abattoir nazi. Les ghettos établis par les Allemands y sont vidés systématique· ment ... Pierre Marcabru, dans sa critique de « Paris·Presse», est allé plus loin dans le même sens : " La responsabilité de Pie XII si respon· sabilité il y a, n'est rien. Le principal accusé est en fuite, c'est l'Homme ». Ici, nous ne sommes pas d'accord du tout sur cette interprétation, sur cette dilution des responsabilités des uns - parmi les plus responsables - dans les eaux tristes de la passivité et de la com· plicité des «autres ". Les antifascistes actifs de tous les courants de pensée, donc y compris des chrétiens qui ont fait leur devoir avant même qu'Hitler prenne le pouvoir, ne sauraient être mis dans le même sac que ceux qui ont voté pour lui au Reichstag, y compris Von Papen et les députés catholiques du Zentrum, avec l'appui du nonce apostolique et de la Curie romaine. Ceux qui ont monté contre la paix et pour consolider le régime hitlérien, le mauvais coup de Munich avec ses suites: 39 et 40, ne sauraient être confon· dus avec les hommes qui ont touf tenté pour unir Anglais. Français, Tchécoslova· ques et Soviétiques contre le futur ennemi commun. Ceux qui ont collaboré avec l'occupant nazi ne sauraient être assimi· lés avec ceux qui se sont battus contre l'ennemi et ses valets - et ainsi de suite. Oue donc se frappent la poitrine sous les mea culpa, ceux qui ont failli, car, ains: que le rappelle André Neher, dans « Infor· mations juives» de décembre, les possibilités de résistance étaient illimitées et tr.ès efficaces: « Sur cette question de la responsabi· lité allemande l'auteur s'explique avec netteté. Simplement, il indique que cer· taines « complicités» conscientes ou inconscientes ont puissamment aidé et encouragé les chefs nazis dans une entreprise que, sans elles, ils auraient hésité à mener jusqu'au bout. Il est impossi· ble de ne pas donner raison à Hochhuth sur ce point. Avec le recul, on se rend mieux compte du formidable potentiel de résistance que possédait alors chacun d'entre nous, et que nous avons tous, plus ou moins, lamentablement gâché. Mais que possédaient surtout les hommes d'Etat, les chefs de gouvernement et d'Eglises, dont les paroles ou les gestes pouvaient entraîner la décision morale et physique des masses d'hommes' sur lesquelles s'étendait leur autorité ». Le Docteur Schweitzer, lui aussi. a fixé 9 Rolf Hochhuth vigoureusement les responsabilités, dans une lettre adressée, en septembre dernier, à l'éditeur de Rolf Ho;hhuth : « !.'Eglise catholique n'a pas été la seule à faillir, l'Eglise protestante a également failli... L'Eglise catholique supporte cepen· dant la plus grande responsabilité parce que c'était une grande force internationale qui aurait pu entreprendre quelque chose, tandis que l'Eglise protestante n'était qu'une force nationale, non organisée et impuissante. Mais elle est également fau· tive parce qu'elle a simplement accepté l'horrible et l'inhumain ». Il est m:ême d'élémentaire justice de rappeler le ' rôle négatif de certains juifs dans la catastrophe qui a fondu sur les plus vulnérables d'entre eux. « La Terre retrouvée », de décembre, le fait en reproduisa( 1t un propos entendu à la sortie du spectacle: « Je suis content qu'il n'ait pas oublié la lâcneté de certains juifs ». On se rappelle, en effet, la scène atroce qui oppose deux juifs italiens dans les caves de la Gestapo, un qui sauvegarde sa dignité, l'autre dont les nerfs craquent sous la pression policière. Pourquoi nier que ranticommunisme et l'antisoviétisme ont conduit les trois·quarts des" élites" de l'" Occident chrétien» à considérer Hitler comme un moindre mal' devant le " bolchevisme », comme un rem· part dont il fallait se servir contre le socia· lisme et la poussée des forces populaires? D'innnombrables textes, surtout depuis la guerre d'Espagne et Munich, ont surabondamment démontré l'importance de cet état d'esprit, les conséquences - et les inconséquences de cette «ligne" politique. Il va de soi que l'Eglise, en tant qu'institution internationale - et non pas dans le comportement de chacun de ses centaines de millions de fidèles - n'était pas en dehors de cette orientation. « On n'entend plus jamais parler de ceux qui sont emmenés. Dans les camps de travail, les hommes valides sont for· cés de peiner jusqu'à ce qu'ils meurent d'épuisement. . « AVANT» ET « APRES » Le R.P. Leiber lui-même, qui fut pendant quarante ans le secrétaire particulier de Pie XII et ùn de ses conseillers les plus écoutés, n'a pas cherché à ruser avec cette vérité (revue « Documents", ParisOffenburg)

«Pie XII ne pouvait pas prendre parti publiquement contre Hitler, parce que pour lui le communisme était un danger pire que le nazisme ". - JI ne fallait donc rien faire, rien dire qui pût le gêner dans une entreprise jugée saluta ire. Et c'est bien ainsi que les' choses se sont passées. M. Jacques Lemarchand, dans « Le Fïgaro littéraire" du 26-12, l'a souligné lui aussi, assez clairement: .. M. Hochhuth loue le Pape d'avoir « On laisse mourir les infirmes, à moins qu'on ne les massacre au cours d'exécu· tions massives ". « Le :t1ombre des victimes de ces traite· ments barbares se chiffre par centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants innocents ... ". Signalons que l'affirmation de M. Wladimir d'Ormesson est démentie par le porte-parole du cardinal Feltin, lui-même, qui, à la télévision , a dit que le Pape savait et ne pouvait pas ne pas savoir. Tout au plus le R.P. Leiber a·t·il cru devoir préciser, récemment, ' à Heidelberg: « Au Vatican, on a été informé de l'assassinat de deux millions de juifs seu· lement ". Faut-i 1 rappeler encore, ef.ltre tant de témoignages, que, dès 1942, le grand écri· vain allemand antifasciste, Thomas Mann, a parlé à la B.B .C .. des chambres à gaz de Mauthausen. LES FASCISTES A L'ASSAUT DU «VICAIRE» Il n 'est pas pOSSible non plus, sous pré· texte de ne pas choquer des amis, de ne pas mentionner que toute la presse française ex·vichyssoise, ex·collabo, anti· sémite, etc ... a fait et fait compagne contre -Le Vicaire" et les thèse qu'elle développe, soutenant les commandos d'ultras et de provocateurs qui perturbent les représen· tations de la pièce . Xavier Vallat, premier commissaire du gouvernement Pétain-Laval aux questions juives, avoue même que c'est un royaliste d'" Aspects de la France", fils de feu le vieux lieutenant de Maurras, Maurice Pujo, qui organise le chahut ( Aspects de la France" du 19·12) : " Nous n'en sommes que plus fiers de constater que le sursaut d'indignation qui nous p;lraissait s'imposer ait été extério· risé avec vigueur par les jeunes de la Restauration Nationale, entraînés par Pierre Pujo, comme leurs pères, quand il s'agissait de fonder le culte de la Sainte de la Patrie ". Dans le même journal , une semaine plus tard, sous la signature de Béatrice Sabran, on peut lire ces lignes d'un chauvinisme aussi écoeurant qu'illogique, em· preintes d'ailleurs d'une certaine vulga· rité d'expression à régard du Pape: . ({ Je trouve cependant qu'il est proprement extravagant de voir un boche ou un ({ frisé" comme on voudra, venir rejeter sur le patron de l'Eglise catholique, la responsabilité de l'ignominie fonctionnarisée des fours crématoires ». Et nous aurions aussi bien pu citer ({ Rivarol", ({ Nouveaux Jours », « La Nation Française », etc ... CEUX QUI ONT FAILLI, CEUX QUI ONT RESISTE 10us ces faits et considérations étant mis en lumière, il reste la préoccupation dominante de l'auteur, telle qu'elle apparaît dans « Le Vicaire», telle qu'il l'a con· firmée dans plusieurs interviews, notam· ment celle qu'il a accordée à Nicole Zand (déjà citée) et qui s'exprime dans cette formule lapidaire: « Dans ma pièce, le Pape est le représentant de notre faute à tous » Dans cette recherche de la vérité sur les responsabilités, on comprend mal que des catholiques qui ne sont ni des ultras ni des i,ntégristes réagissent comme si c'était tOtlS les catholiques qui se trouvent visés à travers un aspect limité du rôla historique de Pie XII. Le R.P. Michel Riquet a intitulé signifi· cativement son article du « Figaro» (30·12) « Le Catholique bafoué» : Mais l'abbé André Laurentin ne partage pas cet esprit de généralisation et s'exprime ainsi, dans une lettre au « Monde» (3·1) : « Je ne me sens aucunement tenu . de défendre les Papes du X' ou du XVI' siècle pour les moeurs répréhensibles qui furent trop souvent les leurs. Ce discernement doit encore s'exercer pour les Papes actuels et pas seulement pour un lointain passé. Ce point est capital. Aussi, ceux qui défendent Pie XII sans alléguer de faits font du mauvais travail, car ils em· brouillent la question. Ils risquent même de la fausser, laissant croire que nos sen· timents filiaux nous rendent aveugles ou malhonnêtes ». Peut-être n'est·il pas sans signification que ce soient des journalistes communis· tes ou progressistes qui insistent pour mettre en valeur l'activité courageuse des prêtres résistants : « Il est vrai que des prêtres comme Riccardo ont existé: le Père Maximilian Kolbe, détenu n' 16.670 à Auschwitz, le chanoine Bernhard Lichtenberg, curé de la cathédrale de Berlin, qui lança en plein hitlérisme un sermon sur la prière des juifs et fut déporté à Dachau, où il mourut - auxquels est dédiée la « Chronique» de Rolf Hochhuth». (Guy Leclerc, « L'Huma· nité», 17·12) . Dans le même esprit, Jérôme Favard, dans « L'Humanité·Dimanche» (15-12), fait observer: « Si elle est une pièce antifasciste, si elle est oeuvre de moraliste en . ce sens qu'elle renvoie l'homme à la constante recherche de sa dignité, cette pièce n'est certainement ni anti·religieuse, ni même anti·catholique ». Elle n'est même pas un réquisitoire contre Pie XII, mais comporte un procès, c!JInc ,-tOlltp f~i ... ;. Dip )(11 . lin n ... n~p~ ni" qAtrouvent publiquement exprimées les thèses favorables au Pape : « Tous les arguments favorables à Pie XII sont exprimés et chacun des autres est justifié par des documents irréfutables». (B. Poirot-Delpech, « Le Monde» du 18-12). « Le Vicaire» est un procès objectif, car tous les arguments qui peuvent militer en faveur de Pie XII sont exprimés». (( La Terre retrouvée », décembre). « Tout en faisant le procès de Pie XII, i'auteur présente objectivement les arguments de la défense, et en particulier la fameuse « raison d'Etat» à laquelle s'oppose, au nom du Christ, un jeune jésuite, sorte d'Antigone» ((Courrier rationaliste», janVier) . Il ne faudrait pas oublier non plus que l'auteur ne minimise nullement les respon· sabilités allemandes, individuelles et col· lectives. « Le Vicaire» est aussi une oeu· vre qui dénonce en profondeur les crimi· nels nazis, leur mentalité; Rolf Hochhuth lui·même, l'a bien marqué. (InterView à " L'Express » du 19·12) : « Golo Mann, le fils de Thomas Mann et un des meilleurs historiens allemands, a écrit récemment que jamais on n'a montré autant que dans « Le Vicaire» l'abjection de la Gestapo ». Terminons sur ce jugement du chanoine protestant Grüber, qui fut un résistant courageux et témoigna au procès d'Eichmann: « Nous les vieux, nous devons recon· naître devant le miroir que nous tend ce jeune homme, que nous avons failli à nos devoirs non seulement pendant douze ans, mais avant ». Allons plus loin: il faut que la pièce cou· rageuse de Rolf Hochhuth serve aujourd'hui à ce que l'époque que nous vivons ne soit plus le tragique «avant» d'un recommencement que nous, combattants de la fraternité humaine, nous aurions laissé s'introduire, sans trop y prendre garde, dans le déroulement de l'histoire. L'histoire, c'est nous qui la faisons. Sinon elle se fera contre nous. « Le Vicaire» à la fois crie et explique cette vérité: nous sommes responsables - tous, et chacun de nous en particulier. la lulien AUBART Chevalier de la Legion d'honneur te trésorier du M.R.A.P., notre ami Julien Aubart, vient de recevoir la Légion d'Honneur à titre militaire. Nous exprimons très affectueuse· ment les vives félicitations de no· tre journal, à ce dévoué dirigeant de notre Mouvement. Presse raciste (Suite de Ja page centrale) Il nous fut répondu qu'il n'existait pas de texte permettant de l'interdire. Ainsi donc, " L'Europe réelle ", qui semble réunir les mêmes caractéristiques que « Jeune Europe ". continue d'être vendu dans les kiosques. Sous le titre s'affirme sa doctrine: "Périodique de combat pour un nouvel ordre européen. Défense de la race - justice sociale - indépendance européenne ". Le numéro de décembre s'ouvre sur le "Credo de l'homme blanc., de Maurice Bardèche, repris de " Défense de l'Occident ". On y trouve une bibliographie « sociale raciste ", recommandant l'" Essai sur l'inégalité des races humaines., de Gobineau, «L'Aryen et les sélections sociales ", de Vacher de Lapouge, «Le mythe du 20' siècle », d'Alfred Rosenberg, et les écrits de plusieurs ilutres " théoriciens" nazis. On y apprend que la « Bruderschaft ". qui est « la seule organisation représentative des intérêts sociaux et moraux des anciens membres de la Waffen S.S. ". « sera bientôt dirigée par un comité international composé des représentants de 8 pays européens ". Les diatribes antijuives y font l'objet de divers articles. On y mène campagne pour la libération du nazi Rudolf Hess. Il n'y manque même pas les appels au meurtre, notamment contre le chef de l'Etat, au sujet de qui est suggéré le « geste providentiel d'un Oswald français ... ". Pourquoi donc n'agit-on pas également, en haut lieu contre «L'Europe réelle»? Il est vrai que cette feuille n'est pas la seule à développer de tels thèmes. Plusieurs autres, éditées en France, celles-là, et qui tirent au total à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, se livrent, chaque semaine, à de pareilles excitations. La prose de "Rivarol", d'" Aspects de la France ", de « Fraternité Française ", de « Défense de l'Occident ", de « Nouveaux Jours ", de « La Nation Française ", de cc Charivari ", et de quelques autres, est un défi permanent aux traditions françaises et républicaines, une menace contre la paix publique et la sécurité des citoyens. Pour mettre en échec cette immonde propagande, le M.R.A.P. a sou.mis .au P.ar: lement une proposition de 101, qUi a ete approuvée par de nombreux députés, et déposée par trois groupes différents. Un..e autre propositjon, déposée dans les memes c:onditions, vise les discriminations raciales. Alors que les menées racistes, encouragées par l'impunité, se font plus insolentes, l'adoption de ces deux textes appal'ait plus que jamais nécessaire et urgente. les« Amis de Drumont») (Suite de la page centrale.) Dans la France occupée, où' g-ouvernants et possédants se vautraient aux pieds du vainqucur momentané, on réimprim,!- ,Drumont. L'excl11plait-c de « La France JUive » que j'ai 1 sous la main porte (note de l'éditeur) cettc indication « ... Depuis longtemps l'ouvrage était épnisé. Le te-xte que l'on trouvera ci-après, et auquel l'actualité donne un regain d'intérêt, est le de~ni~r qtÛ ait été revit par l'auteur. » Et SI Je me refère à la date, je lis : (8-41). L'actualité de 1941 et « le reg-ain d'intérêt » qu'elle pouvait fournir, vous savez ce que c'était, n'est-ce pas? Les lois' antijuives, les an-estations et les déportations massives, les camps de la mort, toute cette horreur. do!}t tous les coupables ne sont pas encorc Jug-es et châtiés. Drumont avait écrit : « Les inifs allemands tout fraîchem.ent tlaturalisés vont nous livrer tout liqotés à la Prnçse. » Eh bien! 1941 c'était le temps où Vichy livrait à la Prus'se des Allemands juifs et non iuifs (lui avaient eu confiancc dans l'hospital ité française. Nous ne brùlons pas les livrcs. nous. Nous les lisons POtll- les mieux c nnaÎtl-e ct avons le droit - et le devoir - de dire o~n toute conscience, Clue s' il se fonde unc Société des Amis d'Edollard Drumont. cette société sera aussi celle des enncmis de l'homme. E. TERSEN.

  • DE VIEILLES RANCUNES

En tant que catholique je m'intéresse vivement aux travaux du M.R.A.P Permettez-moi cependant de vous dire que j'ai trouvé choquante l'intervention du MRAP dans la querelle actuelle sur la pièce « Le Vicaire ». Je n'ai pas vu cette pièce, et je désapprouve de façon générale toute sorte de manifestation visant à interrompre quelque manifestation légale, que ce soit : conférence, pièce de théâtre ou autre. Je pense cependant, d'après les analyses succinctes que j'en ai lues, que cette pièce est profondément injuste contre Pie XII en particulier et l'Eglise en général et surtout tout à fait inopportune une année de Concile, quelques mols après, que l'Eglise en plein travail d'oecuménisme et d'ouverture au monde - au monde des « croyants » et des autres - ait de façon la plus formelle condamné le racisme et l'antisémitisme, allant même jusqu'à modifier le texte d'une prière parce que sa traduction (et non son texte en soi: « pero fideis judais ») pouvait prêter à équivoque. Je suis personnellement des Pyrénées et suis bien placé pour savoir que pendant l'occupation, le Clergé et les fidèles catholiques ont sur une très grande échelle, s'exposant souvent à la déportation (cf le Père Abbé de l'Abbaye de Bellocq), facilité le passage des juifs en Espagne ou leur clandestinité. Je pense personnellement qu'il était beaucoup plus courageux et efficace d'oeuvrer pour le salut des juifs, comme l'ont fait Pie XII et l'Eglise, que de s'interdire toute action et toute efficacité par une ou deux déclarations devant entraîner un emprisonnement inéluctable et immédiat (Hitler ne se serait pas gene pour réduire le pape). Quant aux camps de la mort, les gens de telle cité polonaise ignoraient qu'à dix kilomètres de chez eux il y en avait un, et des plus atroces. De toutes manières, quelle que soit la vérité ou la fausseté des faits allégués, je crois que l'on peut s'entendre sur un point : ce:te pièce est on ne peut plus inopportune: elle soulève de vieilles rancunes, de vieHles histoires heureusement oubliées, des vieux malentendus, de vieilles controverses de fami.lle, au moment où, grâce à Dieu, un réel esprIt de compréhen.si.on et d'ouverture aux autres semble gagner le monde en général et l'EgJi.se en particulier. Jean HOUSCADE (Bordeaux) UNE PIECE A CONVICTION J'ai aimé Le Vicaire, et aï eu de la chance d'y aller un soir où les trublions ne gâtèrent pas le spectacle. J'ai donc pu profiter intégralement de cette soirée. Je sais que les rareS resca· pés chargés de cette besogne impensable, ont gardé encore ce jour, 20 ans après, dans leurs yeux, une lueur d'égarement

ils ne peuvent jamais

évoquer ces souvenirs. La fin de la pièce m'a fait penser au « Dernier des Justes » : Riccardo accepte la mort au lieu de la choisir, mais avec la même infinie douceur. Il meurt avec les juifS qu'il a voulu défendre, dont il a voulu porter l'em· blème : cette étoile de David, que les S.S. ont voulu rendre infâmante et qui est devenue le symbole de la dignité et du martyr. Michel Piccoli, dans le rôle de Gerstein, joue avec sa sobriété habituelle. Les S.S., Eichmann, le Docteur, fuient les responsabilités individuelles, se rétractent derrière cette responsabilité collective qui a toujours été leur système de défense à Nuremberg, et encore en ce moment, pendant le procès des S.S. à Francfort. J'ai moins aimé la scène ISur « Le avec le Pape. Elle peut choquer inutilement des chrétiens qui furent d'au(hentiques résistants. J'ai aussi regretté que ne soit pas mentionné le massacre des Tziganes et de combien d'autres victimes. Il faut voir Le Vicaire. C'est une lourde pièce à conviction, mettant en cause non seulement le Vatican (à ce sujet Albert Camus avait alerté le monde tout de suite après la guerre), mais aussi les chefs alliés, les Etats neutres qui se contentaient d'envoyer, en prévenant d'avance, des commISSIOns d'enquêtes qui ne voyaient d'Auschwitz qu'un camp camouflé en camp modèle pour ce jourlà. M. L. KAHN, Megève. UN TEMOIGNAGE Au retour d'un voyage en Bretagne, je trouve dans le N° 227 de Droit et Liberté, un article de Marie-Magdeleine Carbet intit1,llé : « Il faut voir Le Vicaire ». Laissant à d'autres plus qualifiés que moi - et sans doute aussi que Marie-Magdeleine Carbet - le soin d'apprécier cette pièce et la valeur de sa documentation, je viens vous demander de bien vouloir mettre les lecteurs de Droit et Liberté au courant des faits suivants, que j'affirme sous la foi du serment. Ils restitueront l'ambiance d'une époque que n'a pas connue de près Rof Hochhuth. En mars 1943, j'ai reçu, au Collège Saint-Joseph, à Poitiers, la visite de M. André Baur, Président de l'Union Générale des Israélites de France pour la zone occupée, avec qui j'étais en fréquentes relations. Il revenait de Bayonne, où il s'était entretenu avec le général Laffont, de l'attitude des Français à l'égard des Italiens. Nous avIons trop tendance à les juger de façon sommaire ou à nous moquer d'eux. « Il faut . rectifier ce jugement, me disait- il; même les fascistes ne se comportent pas comme les nazis à l'égard des juifs. » Il attribuait la protection dont bénéficiaient les juifs en Italie, à l'attitude de la Papauté et aux sentiments chrétiens du peuple italien. En ce qui concerne la France, M. Baur m'a dit que le cardinal Suhard avait eu l'intention d'élever une protestation officielle contre le traitement réservé aux juifs. S'il ne l'a pas faite, c'est à la demande expresse du Grand Rabbin de France, qui l'a supplié de ne rien dire, toute démarche publique en faveur des juifs ne devant qu'aggraver leur cas. - Je pense qu'on ne me reprochera pas d',avoir manqué de courage à cette époque pour défendre les juifS, et pourtant j'ai dû, moi-même, conseiller une attitude semblable à l'évêque de Clermont, Monseigneur P i gue t, qui m'avait fait demander comment il pourrait intervenir en faveur du Rabbin Elie Bloch, interné au camp de la route de Limoges, à Poitiers, puis transféré à Drancy. Il était malheureusement c e r t a i n qu'une démarche faite pour le rabbin l'accablerait davantage. Aussi, quoi qu'il m'en coûtât, j'ai dû donner des consignes de strict silence. Voici la réponse que m'adressait le père d'Elie Bloch, le Rabbin Joseph Bloch, dans une lettre datée dè ClermontFerrand, le 28-3-1943 : « J'apprécie vos conseils et en informerai notre ami d'ici (Monseigneur Piguet) . Ceux qui ont de l'expérience peuvent mieux juger, les autres n'ont qu'à s'incliner. » Le Rabbin Joseph Bloch vit toujours. Il est actuellement retraité à Haguenau, où il a Vicaire» été éleve à la dignité de Grand Rabbin ; Monseigneur Pi guet est mort, après avoir été déporté en Allemagne, et M. André Baur n'est pas revenu des camps de la mort. Je pense que ce témoignage pourra intéresser les lecteurs de Droit et Liberté, et vous prie d'agréer, l'expression de mes remerciements et de ma cordiale sympathie. J. FLEURY, S. J. Aumônier National des Gitans et Tziganes, Poitiers (Vienne). PIECE COURAGEUSE ET OBJECTIVE ... Naturellement, je suis allé voir cette magnifique pièce qui s'appelle Le Vicaire, et qui remet, avec courage et avec tellement d'objectivité, les choses au pOint. Je serai de tout coeur avec vous à la soirée où vous serez tous ensemble pour témoigner de votre volonté inébranlable de supprimer tout ce qui est raciste. La lutte n'est pas terminée, d'ailleurs, car il faut rester éveillé, et je fais confiance au M.R.A.P. pour rester la sentinelle vigilante dont les gens de bonne volonté ont tant besoin. Docteur Francis BORREY, Conseiller Economique e~ Social Paris-VII' ANTIRACISTE JE' N'AI QUE MEPRIS POUR CETTE PIECE. J'aimerais bien que les antiracistes ne se laissent pas entraîner par une passion aveugle à propos du Vicaire. Certes, on ne peut accepter les scandaleuses manifestations des jeunes racistes intégristes. Mais il n'en faut pas moins reconnaître que le personnage de Pie XII est représenté dans cette pièce d'une manière mensongère et insultante, ce qui la rend inacceptable. La vérité, c'est que Pie XII a atrocement souffert de la guerre et des atrocités nazies, ci'autant plus qu'il avait de la sympathie pour le peuple allemand. Pourquoi n'a-t-il pas protesté solennellement? Parce qu'il n'était pas un « intellectuel » jugeant que l'essentiel est de protester en dehors de toute efficacité. Parce qu'il jugeait plus utile de sauver le plus de persécutés en n'irritant pas le tigre, ce qui aurait accru sa sauvagerie contre les asiles chrétiens, et notamment celui du Vatican. Parce qu'il n'était pas clérical et laissait leur autonomie responsable aux eveques et fidèles de chaque pays. Parce qu'il savait l'inutilité des efforts douloureux de Benoît XV pour rétablir la paix en 1917, ce qui l'a fait insulter, et par les catholiques allemands et par les catholiques français. Hitler se moquait, autant que Staline, de l'opinion du Pape, et cette opinion, personne ne l'ignorait. Pourquoi, dès lors, conduire aussi à la mort la plupart des catholiques allemands? Ce n'est pas pendant qu'il fl.lut agir, mais avant, et Pie XI, comme Pie XII, ont, en 1939, fait l'impossible. Mais le devoir patriotique, hélas! parlait aux uns comme aux autres. C'est en 1918 qu'il fallait faire un monde juste. Où, en France, y a-t-il plus de synagogues qu'autour d'Avignon, précisément parce que c'est auprès du Pape que les juifs étaient le plus en sûreté. Où se sont réfugiés les catarrhp '5, sinon en Italie, l'endroit où on les ignorait? Voilà pourqUOi, antiraciste,

  • je n'ai que mépris pour sette

pièce, entreprise commerCIale plus que douteuse et d'up- goût plus que contestable. Docteur Paul CHAUCHARO Châtillon-sur-Bagneux (Seine) DES PERSONNAGeS AUX PRISES Avec UN VRAJ PROBLEME Dès les premières répliques. j'ai pensé à. Cinna, pensé aussi : « Enfin un drame situé au XX" siècle! » On sortait du théâtre routinier, où les conflits raciaux politique et sociaux d'une époque sont, tan tôt escamotés, tantôt uavestis en drames antiques. Ce n'est pas la faute de Corneille s'il vivait sous la censure royale. Le Vicaire me rappelait ses tragédies à cause de la tenue morale des personnages aux prises avec un t'rai problème : en périOde de persécution, le pouvoir spirituel doit-il dénoncer le scandale, risquer d'attirer plus lourde· ment encore les foudres des persécuteurs sur leurs victimes? Doit-il jouer un certain jeu politique, se taire et donner refuge à des proscrits, espérant que ceux-là, du moins, auront la vie sauve? Allemand et protestant, Hochhuth donne loyalement sa réponse qui ne le réjouit certes pas : « La responsabilité du massacre collectif de plusieurs millions d'innocents est diffuse, celle de presque tous les survivants. » Aurait-il été pape, la protestation solennelle lui a paru plus efficace; il estime qu'elle aurait impressionné les nazis et sauvé des vies juives. Et il cite l'exemple du roi de Danemark; face au gouvernement nazi qui réclamait le port de l'étoile jaune pour tous ses compatriotes juifs, le roi l'arbora et la fit arborer à sa famille. Devant ce geste, les Allemands s'inclinèrent et la mesure ne fut pas appliquée. Rien d'injurieux dans ce propos pour les chefs spirituels de l'Eglise Catholique Dans une interview, Hochhuth se montre déçu que sa pièce ait surtout provoqué une discussion politique. Il dit que « même les critiques littéraires avaient un caractère politique OH théologique ». Pour lui, « il ne s'agit pas seulement de Pie XII, mais aussi de la respon: hilité allemande dans le massacre des juifs )J. 0ri lu! a refusé le droit de se rêver héros moderne comme le Père Riccardo, qui accroche l'étoile de David sur s3, soutane, et qui, déporté, surmonte la tentation de la peur et meurt avec courage. Mais Hochhuth s'enthousiasme davantage pour un autre héros moderne, plus héroïque peutêtre, le S.S. catholique Gerstein, qui voulut renseigner le nonce à. Berlin sur les camps de concentration, fut éconduit, et vécut la guerre en paraissant se salir les mains pour qu'elles fussent propres. Gerstein vivrait-il dans notre mémoire si l'auteur du Vicaire n'était pas aussi un écrivain? Les « commandos » à la porte, l'agitation fanatique, dès qu'on met en cause l'attitude d'un pOUVOir spirituel. Vivons-nous encore en Europe le temps des sorciers? Hochhuth a eu raison de nous rappeler l'existence de Dachau, de Bergen-Belsen, de Tri:blinka. Nicole DUTREll (Paris) COURAGEUSE, MAIS ... La pièce « Le Vicaire » est une pièce courageuse, m ;li3 qui aurait dû être représ(,:ltée il y a une dizaine d.'années, car l'action de Jean XXIII pt celle du pape actuel Paul VI nous sent très favorables . RACOSKV (Paris) 11 AU COMITE NATIONAL DU M.R.A.P. Un bond en avant! Pour la carte L - A session du Conseil National de notre Mouvement qui a eu lieu le 15 décembre, à Paris, salle de l'Encouragement, revêtait une importance primordiale. Elle fut tout entière marquée par l'analyse du BOND EN A V ANT que réalise en ce moment le M.R.A.P. et des dispositions à prendre pour faciliter les mutations, les changements de structu- ,Au cours de l'interrUption de midi, un amical vin d'honneur eut lieu avec la parti cipl.l:tion. des artistes Renée Lebas et Anne Béranger, que l'on voit iOi,' entourées (de drOIte a gaUche) : de Charles Palant, Mme Para!, le préSident Pierre Para! Hugues Steiner, Albert Lévy, Henri Krziwkoski, Alevanàre Chil. Photo Elle Kagan.) Les 19 bourreaux ans , apres (Suite de la page 7). à Auschwitz; il explique lui-même qu'il était responsable des tentatives d'évasion; autrement dit, des pendaisons des prisonniers évadés et repris, pendaisqns suivant des semaines de séjour au cachot et de séances de « chevalet n . ' . Oskar Kaduk, lui, est infirmier; il sélectionnait dans les blocs pour la chambre à gaz. Ils sont de différentes origines sociales, I.es uns " Reichsdeutsch" et les autres «VolksdeutsGh » : certains sont très riches, d'autres sont besogneux: mais leur point commun, c'est qu'aucun ne renie son appartenance a la S,S., même si, comme Mulka, quelques·uns essaient de nier leur adhésion au parti nazi. " Mon admission dans les S.S., c'est comme ma date de naissance n, dit Kaduk. «J'ai fait toute ma carrière dans la S.S. et J'en suis fier ", déclare Boger, Sile lIombre des tortionnaires retrouvés j et jugés est dérisoire par rapport alr 1 nombre de ceux qui vivent bien tranquillement, ce procès n'en a pas moins une importance considérable. C'est le premier procès relatif à Auschwitz-Birkenau mené par les autorités fédérales allemandes (Kramer a été condamné par les Britanniques, Hoess par les Polonais, Eichmann par les Israëliens et le tribunal de Nuremberg était international) . Le tribunal qui n'a encore siégé que deux foi., au moment où nous écrivons ces lignes est constitué par trois magistrats et 6 jurés: 3 femmes ( des ménagères) et 3 hommes (2 ouvriers et 1 employé) , Les magistrats ont conduit l'instruction avec grand soin . Ils acceptent encore les témoignages maintenant. Nous voyons une preuve du sérieux avec lequel les autorités de Bonn considèrent ce procès dans la manière dont notre vieille connaissance, Rassinier, ancien déporté français, auteur des « Mensonges d'Ulysse» dont « Droit et Liberté» a entretenu ses lecteurs, qui se singularisa en niant les chambres à gaz, a été jugé indésirable au procès où il prétendait assister comme journaliste. Pourtant ses liaisons avec certains milieux revanchards allemands sont indubitables, ainsi qu'en témoigne sa collaboration avec la « Soldaten Zeitung ». Mais la tentative de Rassinier nous montre, s'il en était besoin encore, que les pressions sur le tribunal et sur J'opinion publique de la République Fédérale allemande ne manqueront pas, pour que le verdict soit fait d'indulgence et pour accréditer l'idée que les vrais responsables étaient à l'échelon au-dessus. C'est si simple, ils n'ont pas été retrouvés, ou se sont suicidés comme Himmler, ont été exécutés comme Hoess ou Eichmann, sont morts en prison comme Baehr ou Clauberg. • Notre rôle de survivants d'Auschwitz, d'anti'l racistes conscients, tout simplement notre rôle d'hommes, est d'aider à ce que ce procès se 1 déroule à fond - de lui donner le plus de publicité possible - d'en profiter pour faire connaître Auschwitz-Birkenau à l'opinion publique et à la partie de notre jeunesse qui dit: " Moi, Hitler, connais pas ". " ne peut y avoir d'oubli pour ces crimes monstrueux; car la seule garantie qu'ils ne se renouvelleront jamais tient dans notre inébranlable volonté de ne pas accepter de pas· ser l'éponge . Marie-Elisa NORDMANN·COHEN, Présidente de l'Amicale d'Auschwitz. ';. Le " chevalet » était le dispositif sur lequel on attachait le détenu pour lui asséner des coups sur le dos (25 coups, 50 coups ... ) . l'es qui s'avèrent, de cc fait, indispensables. AU PREMIER PLAN DE. L'ACTUALITE 1964. est l'année du 15' anniversaire du M.RA.P. Depuis sa fondation il a grandi d'une façon irré istible s~rto ut au cours de ces dernières am{ées. Son dynamisme, sa combattivité, son esprit d'union jamais démentis lui ont donné l.me place reconn\.1e par tO\.1S parmi les grands mouvements d'opinion en France. Aujourd'hui, l'importançe toujours accrue cie l'activité clu M.R.A.P. s'explique en premier lieu par le fait que le problème du racisme se situe presque en permanence . au premier plan de l'actualité, Presse, radio, télévision, film s, livres en évoquent fréquemment les aspects les plus divers. Les événement! des Etats-Unis, d'Afrique du Sucl, la guerre d'Algérie et, en général. la décolonisation, de même que la vague cie croix gammées, puis l'arrestation d'Eichmann et son procès, ont contri bué ct contribuent à faire apparaître à la fois l'horreur et le caractère anachronique du racisme. JI en résulte une sensibilité l ' f'nouvel ée à l'éga.rd de ce fléau et une volonté renforcée de le combattre, dan.~ tous les secteurs de la vie sociale. On doit, à ce propos, souligner la prol'oncle aspiration des jeunes, après l'exnhience douloureuse de la guerre d'Al/{ érie, à sc connaître, à fraterniser pal' delà les fronti ères nationales et raciales, et l'intérêt qu'ils manifestent pour notre action. Mais il faut aussi reconnaître que le racisme, depuis la défaite de l'hitlp.ri sme, a notablement modifié ses formes, ses apparences et ses méthodes. Parfois, il se camoufle sous des dehors inattendus, ce qui nécessite' une étude théorique approfondie sur ses tendances actuelles, que notre journal doit s'emplover à meller à bien. Beaucoup d'interventions, au Conseil National du IS décembre, ont confirmé cette réalité. Des comptes r endus particulièrement intéressants ont été donnés sur les activités des comités de Lille, Cannes, Nîmes, ainsi que du comité récemment constitué à l'Ecole Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses. Plusieurs initiatives récentes - eXDOsitions, conférences sur le racisme organi sées par des comités d'entreprises, des groupes culturels, des comités de lycéens ou d'étudiants - ont fait l'obj et d'une analyse détaillée, montrant qu'elles pouvaient être multipliées très la rgement. D'autres suggestions ont été faites : débats, ventes-signatures de livres, cercles d'études, déma rches, a rticles, etc ... , destinées à répondre au puissant courant de sympathie que nous rencontrons pa rtout, et qui s'est exprimé par exemple lors de la di ffu sion de notre pétition pour le soutien aux antiraci stes a11l éricaim. UNE PROFONDE REORGAN ISATION Ce bilan étant précisé, il s'agissait essentiell ement, pour le Conseil Nati onal, de mettre au point une profonde réorganisation. Le débat sur ces problèmes, en ~oulignant les faibl esses actuell es, dues à la « crise de croissance» du M.RA.P., a comporté maints éléments constructifs. Sont successivemcnt intervcnus : le président Pi·erre Parai, Charles Palant, R oger Maria, Léonard Sainville, A lfred Grant , Mme Gracia A scoli, Jean S chapira, Mlle Roudil (E.N.S.), le professeut' Marc-André Bloch, Ewmanuel Ngassa, M{me Gebelin (Nnnes), HltglteS S teiner, j'viichel i{erhervé (Lille), R o.qer Valid, Albert L évy, Marie-Ma.qdeleine Carbet Féli:r Leroy, Charles Ovezar.ek, Fernand l3enhaïem, Joseph Creitz. Le nomhre même des interventions témoigne du sérieux de la discussion , (ll1i prit parfoi ;; · l1n tour passionné. La journée (inie, cepemlant, on s'aperçut qu' il resta it beaucollp il fai re, et qu'une nou\'elle réunion du Conseil National serait nécessaire dans un délai rapproché. Les déci s ions adoptées d'ores et déjà vont permettre de mieux organiser cette

Illpétueuse progression du M.R.A.P. qui

~ 'ill s crit dans la logique des événements et dalls la dynamique du Mouvement lui même. Elles concernent le foncti onnement des commissions culturelle, juridique et financi ère; la création de plusieurs organismes capables de diffuser notre pronagande et nos initiatives par différentes voi es, telles que les comités locaux, la presse, divers secteurs professionnels, les groupements intéressés à l'action antiraciste. . La composition et les méthodes du Bureau Nati onal seront modi fiées, de façon qu'il soit mieux il même, désormais, de préparer concrètement et de contrôler l'application de ses directives. Le travail des comités locaux a été examiné avec un soin tout particuli er. Ils doivent se lllultiplier, ainsi que les correspondants du M.RA.P . dans les v illes, entrepri ses, professions, etc ... Enfin il a été décidé d'accroître Ir nOll1hre des cadres permanents et des

mployés qui assurent, au siège du Mouvement.

son fonctionnement ac1mini stratif. AVEC ESPOIR ... S i une telle énumération de mesures organisationnelles peut, à la lecture, sembler fastidieuse, disons qu'à aucun moment l'intérêt n'a faibli pendant le déroulement du Conseil National. Chaque participant ressentait l'importance de cette réunion, la portée des décisions à prendre. Chacun était heureux et fiel d'assister à ce tournant décisif de la vie du M.R.A.P., et l'engagement a éte pris par tous de tout faire pour que l'année 1964 soit mar4uée par cie nouveaux et retentissants progrès de l'action antiradste. Que les IS ans du M.RA.P. soient célébrés avec éclat, que son influence se développe encore, que se consolide son implantation dans toute la France et dans tous les milieux, cela dépend, certes, des dirigeants, des militants de notre l\fouvement. Mais cela dépend aussi de l'ensemble des antiracistes, des démocrates', de tous les Français attachés aux idéaux d'égalité, de fraternité humaine, de pai x entre les hommes. Le M.R.A.P. ne ,'it que par eux, pour eux. Le M.R A.P. est LEUR Mouvement. Car nous Il'avons d'autre objectif ql1e de répondre il leurs préoccupations les plus généreuses, de rester fidèles aux plus nobles traditions du peuple français, dont le M.R.A.P., dans sa diversité, veut être l'émanation aussi complète que poss ible. C'est donc avec espoir que nous envisageons l'avenir. . 1964 Les amis du M.R.A.P. vont rece· voir, ces jours prochains, la carte 1964. Nous ne doutons pas que, cons· cients de l'importance de l'action poursuivie par notre Mouvement, Ils manifesteront par leur générosité, leur volonté de lui apporter leur soutien. Nous espérons..!lu'ayant fait leur devoir, ils demanderont d'autres cartes pour les diffuser au· tour d'eux. Le racisme, ce cancer social dont souffre encore si douloureusement l'humanité, exige plus que jamais notre vigilance et notre combat mul· tiforme. Il faut que, cette année, la famille du M.R.A.P. s'agrandisse encore. Plus nombreux, nous seront plus forts pour faire triompher la cause de la fraternité humaine. D'avance, merci. Belle soirée antiraciste à Alfortville Le comité « Travail et Culture » d'AlfortviUe a présenté, le 17 décembre 1963, une soirée artistique et culturelle placée sous la présidence de Mme Grinfas, ancie. rme déportée d'Auschwitz. Le thème de la soirée, « Le racisme )1, fut illustré sucessivement par notre amie Madeleine Rebérioux, assistante à la Faculté des Lettres de Paris, membre du Bureau National du M.R.A.P., qui fit l'exposé historique et scientifique des origines et de l'évolution du racisme ; par un extrait de « Grand-peur et misère du III' Reich )) de B . Brecht, interprété par' Arlette Ballds et René Dupré, de la compagnie « l'Etrave »: par John William. très applaudi dans la chanson « Old man River )) ; et enfin par Mario Pilar, du T.N.P" qui lut des poèmes décrivant les scuffrances et espOIr s des opprimés. A l'entr'acte, se déroula une ventesignature de livres et disques, dans le cadre de l'exposition de photos et documents fournis par le M.R.A.P. La soirée se termina par la projection d'une séquence du film de Louis Daquin « Maître après Dieu li. n nous faut féciliter les organisateurs d'une telle soirée et espérer que cette réussite suscitera de nombreuses initia· tives du même ordre. « ~ome bock Africa » dans le 9" arrandi.semQ.nt Le comité du M.R.A.P. du 9' organise le dimanche 26 janvier, à 10 heures, au cinéma « Studio 43 Il (43, rue du Faubourg- Montmartre), une réunion à laquelle il invite cordialement ses amis et adhérents. Un exposé sur le racisme sera fait par M' Dymensztajn, membre du Bureau National du M.R.A.P., suivi de la projection du film de Rogosin « Come back Africa », dont la présentation sera assurée par le critique Albert Oervon!. Entrée gratuite. Notre omie, Madame Gagnaire, militante active et dévouée du M.R.A.P., a diffusé au siège de l'E.D.F. où elle travaille, près de cent carnets de bons de soutien. Parmi ceux·cl, le sort a désigné de nombreux gagnants qui ont pu entrer en possession dOune cravate de vison, d'un fauteuil, d'un livre d'art, d'un disque et deux romans. Sur notre photo, prise dans les bureaux du M.R.A.P., Mme Oagnalre, entourée des h.ureux gagnant • . (Photo Elis Kagan,) -Brillante fin d/ , annee LES dernières semaines de :.:: 1963 semblèrent prises d'une émulation ... printanière avec ::::

les plus fastes de la " grande

1 ~f~~i~~:192.168.254.42 22 juin 2010 à 12:28 (UTC)?:22 juin 2010 à 12:28 (UTC)~ •

.; Là, c'était Dali qui, Galerie Fal- }
vart. se dénlontrait une fois de ....
plus dessinateur virtuose, poète 
:::

il 22 juin 2010 à 12:28 (UTC)i,~:::~::~~:::o::;!::i

Graveurs) le plus doué des lau · . :':..::.'

.:.: réats des trois Biennales de Paris,

le graveur Lars Bô présentait une

-:::: série d'estampes (accompagnées ::::

de gouaches) qui achèvent de le ::::

'1~~1 f::~e~o~~e~~eo~!f~s r~~g l'192.168.254.42-f~r~~ ): . ;::: en couleurs. :::: . :::: Faubourg Saint-Honoré, éclatait :::: ' ~~ (Gjler;e Kroedler), le rire explosif :::: ~1~1. leum:nt ai22 juin 2010 à 12:28 (UTC)~ ~~al~!~e~t d~vf;~- { ~. ;~~:~:22 juin 2010 à 12:28 (UTC)bi;~H~n~;Îrî~~JI une attentive audience. Ainsi (Ga- .. lerie Ror Volmar) à côté des pay· :::: sages francs-comtois si remarqua- :::: '1",~i192.168.254.42 22 juin 2010 à 12:28 (UTC)f;}~{22 juin 2010 à 12:28 (UTC)j,,1 Chagall au musée postal SIGNAC l'encha nteur RIEN de plus légitime que la rétrospective accordée à Paul Signac, à l'occasion du centenaire de sa naissance (C novembre 196~) dans le l\Iusée du Louvre où, de toute évidence, avait sa place marquée l'artiste qui tint, à partir de ses débuts dans l'impressionnisme, une place si originale et si marquante dans l'art français. PARMI les tableaux choisis par le ministère des P. et T. pour illustrer - clans tous les sens du mot - de nouveaux tim· bres postes, après un Courbet, un Géricault, un Cézanne, un Manet, une oeuvre, parmi les plus célèbres de Chaga ll, a été désignée : Les Mariés de la Tour Eiffel. Datant des ultimes années de l'avant-guerre (36-39) e lle peut, dans la polyphonie sonore et riche de son colorisme, être tenue pour l'une de celles qui synthétisent le plus complètement l'univers personnel, poétique , sentimental et plastique de l'éminent artiste dont on retrouve là maints thèmes, ou maints éléments plastiques de prédilection. Nul n'en pourrait apporter un commentaire plus pertinent que M. Jacques Lassaigne, auteur de la magistrale monographie consacrée au peintre par les éditions de la galerie Maeght en 1957 et dont nous prenons plaisir à détacher quelques remarques dont la pénétrante observation aidera à mieux comprendre la personnalité et l'art d'un des premiers artistes de ce siècle: Il a toujours été choqué par le côté explicatif de la peinture. JI redoute tout côté décoratif. Les éléments qui sortent de lui, il ne voit pas la nécessité de les accorder ou équilibrer ... La peinture plate lui paraît bonne pour les coloristes pauvres ... Ses couleurs sont presque un relief.. . Il ne peint jamais sur le motif mais il ne cesse d'interroger la nature... JI lui suffit, pour gUider ensuite sa mémoire dans ce laby. rinthe d'impressions reçues, de croquis et de notes très furtives qu'il veut condensées et secrètes, inintelligibles aux autres ... Ces références au réel gardent tout leur mystère lorsque Chagall se met à peindre, mais elles viennent enrichir insensiblement les thèmes si longtemps portés en lui ... La réalité a subi une transformation to· tale et le meilleur d'elle·même est pourtant sauvegardé ... Par sa participation capitale, au côté cie Seurat, dans la création clu « pointillisme », alias ou plus précisément tIto-impressionnisme basé sur les théones du chimiste Chevreul et les conceptions de Seurat relatives à la décompositiOn scientifique de la lumière et à la juxtaposition des couleurs et aussi, tout à -MARQUET MAITRE ANIMALIER la fois, à un égal degré, par le rôle bienfaisant ct si actif qu'il joua à la tête de la Société des Artistes Ind épt'ndants dont i 1 fut longtemps le président. Esprit libre, homme libre d'une farouche indépendançe de caractère, Signac ne laissa pas à ses contemporains que l'exemple cie son caractère : il laisse à la postérité une oeuvre dont l'importance tient plus encore à sa qualité qu'à son importance numérique, MARQUET trouvait dans le spectacle des animaux une vérité que les hommes camouflent par intérêt, par méfiance, par suffisance ou pour atteindre un but qui est loin de valoir la peine qu'il leur inflige. La vie possède l'animal. Il n'essaie pas de lui échapper. Il est entièrement ce qu'il est dans le moment présent. Et Marquet de regarder, de dessiner, inlassablement à la poursuite du mouvement qui l'entraînerait au delà de ce qu'il entrevoyait. Un accord plus ·mar· qUé, une répulsion irrépressible, une fuite amorcée, un refus contenu, toujours sous un aspect ou sous un autre, une mani· festation de la vie, cette vie dont Mar' quet fut jusqu'au bout le spectateur avide et jamais rassasié. Nul n'aurait pu mieux analyser les raisor.. ,., :. les mobiles de la maltrise atteint par Marquet dans la représentation de la vie animale que l'auteur de ces lignes : Mme Marcelle Marquet qui, après avoir été l'exemplaire compagne du peintre des eaux et des ports, veille sur son oeuvre avec le zèle le plus écllliré. A preuve la remarquable, l'attrayante exposition de dessins accrochés aux cimaises de la revue de Paris, à preuve l'album (format 28-38) qui reproduit en fac similé 18 dessins hors-texte et 36 dessins in-texte (tirage limité à 500). Or le texte est tout entier de Mme M. Marquet

c'est en indiquer la sûre information,

l'intense vérité, et un charme dispensé par sa sensibilité, son esprit et ra vivacité de son style. (L'album a pour éditeur « La Bibliothèque des Arts », Paris.) Allez galerie Mollien et vous pénétrerez dans l'univers enchanté, lumineux, subtil, coloré que Signac avait enregistré d"tm regard infaillible, puis fixé d'abord sur une masse d'aquarelle." cursives, spontanées, vivantes, et enfin transposé sur la toile. Selon la techt)ique impressionniste d'abord, puis selon la « doctrine:!) du point divi sionniste i laquelle il se soumet plusieurs années. EblOuissantes de luminosité et de délicatesse, ces toiles, d'une facture si minutieuse, restituent les plus rares des ciels d'aurore, des eaux nacrées cie Provence et de Saintonge ... Le profane goûtera leur éclat; le visiteur averti y mesurera tout ce qui sépare le « pointillisme» de Signac. de Seurat, de leurs amis (Van Rysselberghe, en tête; voir ses oeuvres il la galt'rie de l'fnstitut) du pauvre tachisme hasardeux d'hier. Aux pièces importantes prêtées par les musées étrangers qui sont assemblées au Louvre, le chOIX d'une trentaine d'aquarelles et de dessins présenté Galerie J,-c. et ]. Bellier constitue un additif, un commentaire du plus séduisant intérêt. __ ----.--------~------------------------------------------------------------------------------------------------ 13----------- Darius MILHt\UD nous parle de sa symphonie « LE vendredi 20 décembre, a été créé dans l'auditorium de la Maison de la Radio, par l'orchestre national sous la direction de Charles Münch, la symphonie chorale « Pacem in terr is », composée .par Darius Milhaud sur le texte de l'encyclique pontificale de Jean XXIII. Darius Milhaud a composé de nombreuses oeuvres religieuses, su rtout dans le domaine de la li turgie israélite.

\'[ais avec « Pacem in terris » il

11e s'agit plus de liturgie; c'est la première fois qu'un texte pontifical est mis en musique, et le prétexte d'une '-eune calquée sur la pensée de Jean .'\:XIII ne peut qu'ayoir une portée 1111 i verselle. C'est toujours avec une respectueu- e angoisse que l'on va interviewer un maître tel que Darius Milhaud. Dès l'arrivée dans un appartement du boulevard de Clichy, ce respect et cette angoisse trouvent leur raison d'être. Des cris d'enfants, une femme de chambre étrangère, un long couloir ouvert directement sur la pièce de sé·jour ... et Darius Milhaud apparaît. Il ~st là, imposant et maj estueux dans

on fauteui l roulant. La pièce est

CONNU d'abord par les habitués des cabarets, puis Grand Prix du Dis· que en 1962, après avoir tenu l'affiche plus de six mois à l'Alhambra avec Zizi Jeanmaire, Jean Ferrat est en passe d.e devenir une vedette de premier plan. grande, les murs chargés de tableaux et d'aquarelles. Le piano, énorme, figure cn bonne place. -- Maître, pourquoi avez-vous choisi un ',cl texte? -- Je n'ai pas vraiment choisi ce texte. Mais 'un ami, Michel de Bry, qui est secrétaire .rJénéral de l'Académie dn Disque français, a pensé que l'El/cyclique de Jean XXIII pouvait m'intéresser. J'ai été absolument conquis. Ce qlÛ m'a sédttit particulièrement, c'est l'esprit 1IIême de l'EllC'J'cliqloe. Il n'était pas question, bien sûr, de mettre en musique l'ensemble du texte de Jean XXIII. Mais nons avons sélectionné quelques thèmes concernant les problèmes de notre f,emps : la paix, la condition des travailleltrs, la liberté de l'eligion (henreusement nous ne S01ll1lles plus au temps de l'lnqltisition, et c'est la pr,emière fois que l'Eglise prend ltne telle position), le désarmement nucléaire, la coexistence pacifique, les réfugiés politiques, les techniq1/ es sci,entifiqttes, le racisme. Darius Milhaud insiste alors particulièrement sur l'obligeance des autorités du Vatican : Michel de Bry est allé à Rome, où il reçut un accueil très sympathique. Les autorisations nécessaires' furent immédiatement accordées et la R.T.F. commanda l'oeuvre à Darius Milhaud. .T e reste sag-ement assise, tandis que Une première séance a eu lieu le mardi 14 janvier avec pour thème la solidaritè au peuple d'Espagne. I_a paix sur la terre, illustrée par trois films : « Be jour Où la terre s'arrêtera » de R. Wise, « La jetée » de Chris Mar· ker, et « Un honnête homme» de A. Ky· l'OU et J. Vigne sera le thème de la soirée du mardi 28 janvier au cinéma ArtisticVoltaire (métro Voltaire), à 20 h. 30. Le programme de ce ciné·club annonce pour le 10 mars, une soirée consacrée à l'Afrique du Sud avec « Come Back Afri· ca » de Rogosin, et « La soupe à la ci· trouille » de D, Swanson (premier film sud·africain ). . ** Le 29 janvier va s'ouvrir à Paris la première expositiori du « Groupe des Neuf ll, à laquelle participent des sculpteurs tels que J. Carton, R. Corbin, P. Cornet, M. Damboise, L. Indenbaum, L. Kretz, G. Hilsson, J. Osouf, RaymondMartin. Les créateurs entende.nt se situer dans la tradition des grands sculpteurs humanistes que furent Rodin, Bourdelle, Despiau, Maillot et Malfray. Dans le cadre de l'exposition, un urix sera offert par M. Emile Godard, 'fondeur d'art, à un jeune sculpteur choisi parmi onze candidats déjà 3électionnés. L'exposition est ouverte du 29 janvier au 15 février, à la Galerie Vendôme, 12, rue de la Paix. Pacem l• n terris » 1 le Maître, d'une mobilité, d'une agilité indescriptible, malgré son fauteuil roulant, va et vient dans la pièce. -- Cette oeuvre se situe-t-elle, selon vous, dans l'esprit oecuménique qui inspira tous les ilctes et pensées de Jean XXIII? -- Certainement. Il se trouve 'lite, composée pa'r un 'israélite, cette symphonie, inspirée par le chef de la chrétienté, a été créée sous la direction d'un chef d'orchestre qui appartient à la religion protestan te : les trois confessions sont réunies et pelft-être est-ce là aussi un aspect de cet esprit oecuménique. .......:. Ne pensez-vous pas que votre oeuvre puisse être d'un apport important à l'amitié judéo-chrétienne et qu'elle répond à une conception de l'art au service de la fraternité, de la tolérance, de la compréhension. -- Bien sûr, bien sûr. Mais je veux d'abord bien préciser que c'est le texte de Jean XXI II, par sa force, ta ziaieur, sa grandeur, qni est le pivot de cette entreprise. D'autre part, ponr 'moi, avant tout c'est une oeuvre 1nttsicale et je voudra1:s qn'elle soit attssi comprise comme telle. Je demande alors à Darius Milhaud si « Pacem in terris » n'occupe pas une place privilég-iée dans l'ensemble de ses oeuvres. Avec la g-randeur olympienne d'un créateur sûr de lui-même, il me répond que c'est tout simplement son opus 404 : « Je ne regarde jamais dans le passé, mais toujours dans l'avenir », ajoute-il. Il est un moment où les préoccupations du grand artiste, maître absolu de son art, rejoignent nécessairement celles de l'homme, cela permet de comprendre pourquoi Darius Milhaud peut répondre dans une formule pleine de noblesse qui tt"aduit l'unité profonde de sa personnalité que « Pacem in terris », comme « 14 Juillet », comme « Château en Feu» qui est un hommage ' aux victimes de la déportation, comme toutes ses oeuvres antérieures, « c'est toujours du Milhaud ». Darius Milhaud a encore de nombreux projets en chantier : « Esther de Carpentras » sera une prodMction franco-israélienne, destinée à la télévision. L'enregistrement de la partition et le toul'nage sera fa-it en Israël. En France; tout est prêt et J'espère qtte 1964 verra cette création. » Un g-rand humaniste comme Darius Milhaud ne peut qu'abhorrer toutes les formes d'oppression et de discrimination. Il me dit son accord avec l'action du M.R.A.P., tandis cru'il dédicace sa photo Il « Droit et Liberté ». (Interview recueillie par Claude GALLOIS.) lE C.\-t"~ .. G par Le Cardinal uy LACOMBE Il y a dans la tradition hollywodienne du cinéma, trois constantes : le didactisme qui enseigne que le système de vie américain est «the best in the world ", le style western qui rend compte de la façon dont le bon Américain justicier se joue des obstacles - méchants, girls envoûtantes, indiens - enfin les décors, somptueux, vastes, dans l'espace et malheureusement dans le temps. Ces trois données fondamentales drai· nent pendant trois heures un jeune abbé de Boston jusqu'à la pourpre cardina lise, pour le plus grand bien de la nation américaine démocratique et ... catholique. Le didactisme? Seul un Américain peut déci 11er les yeux d'un Vatican trop conservateur à l'égard du problème no ir. De ce fait, seul il peut convaincre un cardinal autric hien, sympathisant avec les nazis, du danger du national-socialisme. En conclusion, il sera Le Cardinal, symbole face au tota litarisme, de la démocratie qui" est la loi de l'Eglise et la loi de l'Amérique ". Telle est la thèse. Reste le développement interne de cet enseignement, son sty'le. La méthode " western " offre alors à Preminger le canevas sur lequel il va dé· crire la marche triomphante du jeune hé· ros, non plus vers l'Ouest mais vers l'Est promis : Rome. Rien ne sera omis des diabolfques obstacles qui entravent la route d'une belle âme américaine vers la sérénité cardinale : l'antisémitisme familial et religieux qui pousse la soeur du jeunè prêtre dans les bouges de Boston - les saloons de l'époque -- parce qu'il lui est interdit d'épouser un israëlite; le dogmatisme moral qui rend notre jeune abbé responsable de la mort de sa pauvre soeur pècheresse, au bénéfice d'un nouveau-né; enfin suprême envoûtement diabolique, plus insid ieux parce que plus pur: l'amour, le grand amour déclaré à la belle Rommy Schneider, à Vienne, aux accents sensibles de la valse -- rien n'est oublié dans ce fatras mélodramatique! - Mais soyez sans crainte, tel le beau justiCier américain de la légende, il vaincra : pour racheter ce racisme antisémite de caractère rel igieux il se fera flageller par le Ku Klux Klan en défendant les noirs du Sud, ce qui lui vaudra la compréhension tardive du Vatican et sa mitre d'évêque; à l'amour délicieux de la belle Rommy Schneider, il préfèrera l'amour de Dieu ; enfin, poursuivi par les hordes nazies jus· que dans les souterrains de la cathédrale de Vienne en compagnie du cardinai autrichien repenti - comme vous voyez rien ne manque - il symbolisera la résistance à Hitler et deviendra Cardinal. Le décors ? Boston : ses bouges et un intérieur catholique irlandais. Vienne: ses bals somptueux et son plébiscite. Rome et ses fastes, dont le Vatican et les ma· jestueuses cérémonies religieuses d'intronisation épiscopale ... Un conseil : Allez voir « Le Guépard • de Visconti. Sa chanson « Nuit et Brouillard » lui vaut chaque jour des milliers de lettres de félicitations de gens, de jeunes Gurt9ut, 'qui n'ont pas oublié et qui Ge fientent concernés par le racisme. Tel était d'ail· leur le but d'e Jean Ferrat qui a composé cette chanson, dit·il, {{ pour rappeler ce que le nazisme, cette abjection, peut faire ». NOTES DE LECTURE NOTES DE LECTURE * NOTES Rappelons que « Nuit et Brouillard » a été créé par Isabelle Aubrey au dernier gala du M.R.A.P. Cette chanson Ile ~rouve sur deux disques, l'un de Jean Ferrat, l'antre d'Isabelle Aubrey. • * * Un poète new-yorkais, M. Rothenberg, compose actuellement une adaptation en prose rythmée de la pièce de Rolf Rochhutk: {( Le Vicaire », qui sera représentée sur une scène de Broadway et dont la première est prévue pour le 15 :1évrier. • Le Comité d'Acti~~ du Spectacle, qui a soutenu de nombreuses réalisations anticolonialistes et antifascistes nous in· forme de la création de son Ciné·Club. Des professionnels du cinéma ont organisé ce ciné.club, conformément aux buts du Comité qui oeuvre à l'union des travailleurs du spectaCle avec les autres tra· vailleurs, dans la lutte pOUl' le progrès social, la démocratie et la paix ; dans cette perspective, des conditions spéciales seront consenties aux syndicats et aux -organisations démocratiques.

  • « LE REGIME JURIDIQUE DES

ETRANGERS EN FRANCE », par Alphonse ROMEU-POBLET (Editions Coquemard, Angoulême). Cet ouvrage mérite d'être signalé et recommandé, en raison de la rareté des livres traitant la matière et aussi, en rai· son de la clarté des exposés et commentaires. La France est traditionnellement un pays d'immigration où les étrangers constituent une partie importante de la population. Cr, selon la situation économique donnée, leur présence est exaltée ou contestée dans certains milieux. Ajoutons à cela une haine de « l'étranger II très répandue parmi les « nationalistes ll, et l'on comprendra pourquoi les étrangers, en France, ont eu souvent à souffrir de l'arbitraire de la police et de l'administration, en général. Notre ami Romeu-Poblet, en analysant, en fin juriste, les droits des étrangers en France, a su forger un instrument qui permettra aux immigrés de se défendre contre les excès éventuels des pOUVOirs publics. Le M.R.A.P. salue la parution de ce livre, qui contribue à combattre' la xéno· phobie qui est une des formes les plUS pernicieuses du racisme. M. I.

  • MARTIN BORMANN, L'OMBRE DE

HITLER, par Joseph WULF (collection « L'Air du Temps », N.R.F.). Sous le titre imagé mais exact de « Martin Bormann, l'ombre de Hitler )l, vîent de paraître, dans la collection J'Air du Temps (N,R.F.), la traduction d'une biographie précise et docume.ntée d'un chef nazi assez mal connu, mais très important. Josepf Wulf, l'aliteur de ce- livre, est un spécialiste de l'histoire du III' Reich, et a vécu personnellement l'enfer d'Auschwitz. Etayant son ouvrage de témoignages et de sources de toutes 30rtes, il fait revivre l'existence un peu en marge de ce personnage obscur, sa carrière médiocre jusqu'e.n 1941, date à laquelle la fuite de Rudolf Hess en Angleterre lui donna la chance de sa vie. Le portrait psychologique que M. Wulf trace de Martin Bormann est d'un extraordinaire intérêt, mélange de ruse, d'ambition, de brutalité, sans imagination ni tnte1ligence, avec cette dose indispensable de servilité qui fit de lui jusqu'à sa disparition restée mystérieuse le 2 mai 1945, le confident, l'interprète et l'exécutant des sanguinaires lubies de son maître. G. B. ERRATUM UNE erreur s'est glissée dans le texte des notes de Michel Leyris que nous avons publiées dans notre dernier numéro (J1l'1O'P ,,\ :., P1:0po; du nrocès des 18 jeunes Martiniquais : les blancs créoles représentent en fait un centième envi· l'on de la popUlation de la Martinique, et non pas un dixième comme on a pu le lire. Cette erreUr est d'autant plus regrettable qu'elle minimise singulièrement l'iniquité de la situation : c'est à beaucoup moins d'un dixième que se réduit la fraction privilégiée de la population. . , J4 ILIE~ ILS avaient pris leur ca'fé et faisaient un tour de jardin, lorsque Fan ouvrit la porte et entra timidement. Ce fut le Directeur qui le vit le premier. - Hé! fit-il, qu'est-ce que c'est que ce gaillard-là ? Je ne sais pas, répondit Marie qui ne reconnaissait pas Fan, de même que son mari ne l'avait pas d'abord reconnu. La femme du Directeur eut 'un sourire froid. - Personnellement, ma chère, ditelle, je n'encourage pas les préten· dants. Je veux dire que le sens moral des natifs est si ... enfin, rudimentaire, n'est-ce pas, que si vous admettez que "Votre bonne laisse un homme venir la voir, vous aurez toute une tribu chez vous avant de vous retourner. - Lucy n'a pas de prétendant, dit Marie rapidement. On dirait bien qu'elle en a un maintenant, reprit le Directeur, un petit gars à la mode. Le voilà qui vient raire 1 Stuort iÂCKMAN 1 sa cour. Au diable son cuir noir. Beau costume, des fleurs, enfin tout' Ce n'est pas mon affaire, naturellement, dit-il. mais si vous voulez mon avis, Madame Krietzinger, vous allez le renvoyer, et en vitesse. Affirmez votre volonté dès maintenant. Cela vous évitera un bon nombre de difficultés plus tare!. - Oui, dit Marie en regardant Fan. - Lucy est trop occupée, mon garçon, elle ne peut pas vous voi r maintenant. - Non, ma Madame, dit Fan en touchant son chapeau du bout des doigts et en tendant les fleurs, ce n'est pas pour Lucy, ma Madame, c'est pour vous. En entendant la voix du garçon, clle le reconnut et fut touchée. - Pour moi, dit-elle. - Oui, ma Madame, et merci. Il fit un pas pour lui donner les fleurs, l11illS le Directeur s'interposa entre eux. ~ Don sang, dit-il avec colère, qu;est-ce que c'est que cette histoire, espèce de bestiau noir? Tu viens embêter la dame, hein? - Mon Maître? - Ne fais pas l'imbécile avec moi, kaffir, dit le Directeur. Tu t'es trompé de maison cette fois-ci, Voetsack? (1) Va-t'en, sors d'ici' De la main il repoussa violemment Fan. Fan, trébucha puis retrouva son éq ui-· libre. - Je suis désolé, ma Madame, dit-il d'un ton malheureux, comprenant que quelque chose allait mal, et son "egard alla d'un visage à l'autre, sans comprendre. Je voulais seulement ... - Pas de ça' sale bonhomme' cria le ,Directeur. La Madame ne veut pas écouter tous tes mensonges', sale noir! - Attendez un instant, dit Louis. Je crois que vous ne comprenez pas, Monsieur. Voyez-vous, ce garçon ... Le Directeur se retourna brutalement vers lui. - Comprendre? Il y a' en tous les cas quelque chose que je comprends, Krietzinger, voici un misérable et :lffreux petit tsotsi (2) qui est venu chez vous importuner votre femme et, jusqu'à présent, vous n'avez pas dit un mot pour l'en empêcher. - Mais il ne s'agit pas de cela, dit Louis, voyez-vous ... - Oui, oui! je vois. Je vois que peutêtre, après tout, je me suis trompé à votre sujet, n'est-ce vas? Peut-être ne savez-vous pas comment traiter les kaffirs. Pour les filles, ça va, vous savez ce Qu'il faut faire. Mais lorsqu'il s'agit des hommes, je n'en suis plus si sûr que ça! - Ce n'est pas juste, dit Marie, je puis vous expliquer ... - Madame Krietzinger, dit le Directeur, j'admire votre loyauté, mais je n'ai rien à faire d'un homme qui reste à bégayer sans lever le petit doigt pendant Que sa femme m'explique ... Il se tourna vers Fan en lui disant : - Donnez-moi ces fleurs, petit animal! Fan hésita, le reg-ard toujours fixé sur les visag-es des blancs: où il ne voyait que colère. crainte et honte. - Les fleurs, bon sang' hurla le Directeur. - Oui, mon Maître, dit Fan ,~t il déposa les fleurs avec vrécautiol1 dans la main du Directeur. Celui-ci les massacra les rpduisit en mi~ttes, qu'il lança sur le chemin et serra les poings - Maintenant. ramasse - les. d'une voix sourde. Ramasse-les et le camp. dit-il liche IF IL lE lU IR~ ID lE Marie poussa un petit cri et porta ses mains à son visage. La femme du Directeur mit un bras autour de ses épaules et lui dit doucement : - Allons, ma chère. Ne vous tourmentez pas. Piet sait comment 'on traite ces gens. - Eh bien' gronda le Directeur, vastu partir? Mais Fan regardait les fleurs brisées, il était tout à fois en colère et plein de tristesse. Son visage brûlant lui faisait mal, comme si la longue cicatrice qui montait jusqu'à son oreille était entrée dans sa chair et atteignait son âme. - Alors, c'est comme ça? demanda le Directeur. D'accord, kaffir. Je t'ai laissé ta chance. Krietzinger, appelez la police' - Oh! 11on, i.~ vous en prie, dit Marie, ce n'est pas nécessaire. Pourquoi ne rentrons-nous pas tout simplement à la maison pendant que Louis se débarrasse de ce garçon ? Je suis süre qu'en deux minutes ce sera fait. - Eh bien' moi, je n'en suis pas sûr, dit le Directeur. Ce kaffir est un mauvais numéro. On le recherche déjà, je n'en doute pas un instant. Regardez cette blessure? Il ne l'St pas attrapée en polissant des marches de perron. Non! c'est un gars qui joue du couteau, voilà ce que c'est. Vous n'avez qu'à le regarder pour le savoir. Vicieux, dépravé et rusé. Fan baissa soudain la tête et tourna les talons pour s'enfuir. Mais son genou raidi ne lui permit pas de filer et le Directeur bondit sur lui, le saisit par le col de sa veste et le lança contre le mur de la maison. - C'est ça que tu veux, n'est-ce pas? s'écria-t-il. C'est ça que tu veux? .- Et il gifla Fan en plein sur sa joue balafrée, du plat de sa large paume. La tête de Fan heurta violemment le mur. - Si tu veux que cela tourne mal, dit-il, haletant, tu as trouvé ton homme, kaffir. - Et il recommença à le gifler, faisant ballotter la tête de Fan et jaillir :,es larmes. - Et maintenant, Krietzinger, dit le Directeur, la police' et vite! - Mais bien sûr, dit Louis désespéré, je ... La voix du Directeur yint le heur.ter comme une pierre : - Ecoutez, l'homme qui construira pour moi le barrage doit être capable de faire face non pas seulement à un misérable petit kaffir pleurnichard, mais à cinquante, cent, deux cents! - Oui je sais, mais ... - Eh bien' Etes-vous homme :\ agilainsi, ou bien faut-il que j'en cherche un autre? Quelqu'un qui n'ait pas peur d'être dur lorsque cela est nécessaire. - Le Directeur a raison, Louis, dit Marie d'une toute petite voix faible. - Ce propos secourable de Marie fit plus de peine à Louis qu'il ne l'aida. - , Eh oui' dit le Directeur, c'est une affai re désagréable. Je comprends très bien ce qu'elle a de gênant pour vous, Louis. Personne n'aime avoir une scène de ce genre devant des hôtes. Je "ais que vous vous êtes retenu Dour .;ss'wer de rendre les choses moins pénibles. Mais c'est aller trop loin, savez-vous bien? Il s'était dressé sur la pointe,-le pieds, les poings' serrés sur les hanches: ses petits yeux attentifs et menaçants transperçaient Fan et le fixaient au :nur comme un oiseau blessé. Il fit une feinte, r::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::.:-::::::: ::;:::::::::::::::::;:::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :::::::::::::::: :::::.::::;::t:::~

L 'APARTHEiD, avec son cortège de haines, d'injustices, de cruautés, de ~~;~.

.~. Noov~1~~;~~{:;i:~;::~~:~~f;'~~;;~:;;: (;;:192.168.254.42;èt192.168.254.42:;;;;:~; 1

objectivité absolue, et un sens de la justice très élevé, il s'efforce d'exprimer ::::
et de peindre le violent antagonisme qui oppose deux groupes ethniques : les ;:::
blancs minOritaires, qui sont al. pouvoir, mais qui, se croyant menacés sur le :::;
.t.:.~;:.~,·:;,~ ~:~:22 juin 2010 à 12:28 (UTC)u:~li~f:r~:se ;·~~:'I~tsa~i:s192.168.254.42 :~e~I::22 juin 2010 à 12:28 (UTC)ti~!S s;aï:s ~i~:~~ :~r fa192.168.254.42 :~.·;:.~:.t:.~ qui aspirent à la liberté, au bonheur, mais qui répondent aux sanctions par la

révolte. ;::: .... Nous reproduiso\15 Îci, avec l'aimable autorisation des Editions Calmann.. .:.: :~:;:~.; ::,: Lévy, un « moment " de la vie de Fan (un des héros du livre), « moment» qui ~:~; aura un effet décisif sur sa personnalité et $on caractère. Fan est tout jeune :::; 1 192.168.254.42 22 juin 2010 à 12:28 (UTC)?~i~~S: 22 juin 2010 à 12:28 (UTC)~~:~I~~e~~1!;192.168.254.42Ê~:i.~~,22 juin 2010 à 12:28 (UTC)~~:i~ l, -:.: Krietzinger. Malheureusement, ce dimanche là, Louis Krietzinger reçoit à déjeuner ....

son directeur, personnage extrêmement antipathique, dont tous les actes SO!1t 
;:
motivés par un racisme exacerbé, mais qui doit décider de l'avenir d~ Louis. ::;"

?t: Celui-ci sera placé en face d'une pénible alternative : accueillir Fan et sacrifier ::;: sa carrière, ou bien ignorer le jeune homme et ruiner à jamais la sincérité, la t ~[:~ ~~i ~:;i~~td~/:I192.168.254.42 22 juin 2010 à 12:28 (UTC) ce genre de compréhension qui, un moment, avait jailli entre ~~!~

 
:;:;:;::::~: :::. ; :;:;:;:::;:::::;:::::::::::::;:;:;:::;:::;:;:;:;:::::;:::;:;:::::;:::;:;:;:;:::::;:::;:::::;:::;:;:;:::::;:::;:;:::;:::::;:;::::;:;:;:;:;:;:;:::;:::;:::;:;:::::;:::;:::::;::::::::::::::::::::::~:::::;:::~::~:;

plia les gell0ux en roulant les épaules tandis qu'un mince sourire cruel pinça sa bouche lorsqu'il vît Fan baisser la tête. - Allons, tsotsi, dit-il d'une voix à la fois rauque et ronronnante. Fais Quelque chose' I« L, qneesut r!h eiul raeiumxe, çpae.n sUan eL obuoinsn. e Speei- tite distraction pour nn dimanche après-midi. Que nous est-il arr'ivé à tous? Qttelle est cette maladie qui l;onge iusqu'à la pitié de nos coeurs? » Il regardait les mains pansées de Fan et sa veste déchirée au col à l'endroit où le Directeur l'avait s'aisie et il voyait la poussière sur les souliers bien luisants. Il regardait tout cela . parce qu'il avait honte de regarder le visage du garçon. Ces petites choses simples et pathétiques semblaient crier "ers lui pour obtenir pardon, bienveillance et jusfice, et ce cri retentissait en lui comme un glas. Il regarda alors le Directeur, la puissance de son corps massif, son grand nez en bec d'aigle; puis il regarda sa femme et la prière qu'il y avait dans ses yeux éveilla en lui un sentiment de culpabilité et de crainte. Alors, il hocha la tête et, la bouche sèche : - D'accord, je vais appeler la police, dit-il. - ' C'est bien, mon garçon, dit le Directeur sans' quitter Fan des yeux. - Oui, dit Louis. Il passa devant Marie et entra dans la maison. La voiture de police arriva rapidement et remonta l'allée; les policiers avaient tous un visage net et une petite moustache taillée court; de g-rands pistolets étaient enfoncés dans des holsters Qui pendaient sur loor hanche. Le Directeur insista pour Que Louis énumérât tout ce dont on pouvait charger Fan. Le sergent prit des notes que Louis signa sans les lire, apercevant seulement de temps à autre des grands mots accusateurs et faux : « Insolence ... Violence ... Résistance. )) Des mensonges, rien que des mensonges, tout cela, pensa-t-il, et, après avoir signé la dernière page, il rendit le carnet au sergent. On fouilla Fan pour savoir s'il portait des armes, mais on ne trouva rien. Ceci parut irriter les policiers. qui saisissant le garçon Dar l~s bras et les jambes, le lancèrent clans la voiture dont ils refermèrent la porte d'un tour de clé. - Vous n'avez aucune idée de ce Qu'il peut être, je suppose, Monsieur? demanda le sergent. Naturellement non, dit le Directeur. N on, répéta Louis, misérable. Jen'en ai pas la moindre idée. Il leva les yeux et aperçut le jeune visage balafré collé contre le grillage d'une petite fenêtre de la voiture de police; les yeux sombres le regardaient sans la moindre expression et il se souvint du sourire qui les éclairait quand ils s'étaient serré la main sous le porche. Le sel-gent hocha la tête et referma son carnet. - Il ne vous ennuiera plus, dit-il. Louis, uebout près du portail, regarda la voiture partir; la poussière marquait son vis'age comme des traînées dë-larmes. - Ça va mieux, hein dit le Directeur. Son compte est réglé. Louis Krietzinger se détourna, :uurmura quelques mots d'excuse puis courut "el-S la maison, entra dans la salle de bain. et, ayant fermé Iii porte derrière lui, il vomit. (1) V oetsack : va-t-en. (2) Tsotsi : mauvais garçon !lOlt . En Nouvelle-Calédonie (Suite de la page 5) L'ARTICLE 15 prévoit que les conseillers élus peuvent être suspendus par le gouverneur et destItues par le Ministre d'Etat, Ils n'auront qu'un rôle consultatif, Autre disposition: l'organisation des chefferies autochtones est supprimée dans ce nouveau texte. Les autoChtones qui représentent la totalité de la populatIOn des Iles Loyauté et la moitié , de celle de la .Nouvelle-Calédonie pi'oprement dite ont été stupéfaits. Les deux groupements cGnfessi,onnels autochtones. ,l'U.L C.A.L.O, (catholique) et l'A,A,C,LL. (prot, estant) ont émis le' lr protestation : "Veut-on non seulement nous enlever les charges politiques et administratives qui nous étaient confiées, mais aussi modifier la. structure actuelle de la société autochtone let contre notre gré ? Si on touche aussi faci lement à nos institutions, nous sommes en droit de nous demander ce que vont devenir' nos coutumes, nos réserves, auxquelles nous somme!) tout aussi attachés qu'à nos institu tions politiques ? .. . Pourquoi veut-on donc aujou'rd'h ui, pour des raisons qu 'on ne nous dit pas, punir les enfants de ceu x qu i ont défendu une Fr,a nce qu ' ils ne connaissaient pas en leur enlevant ce à quoi ils tiennent le plus ? .. . Nous retournons à l'époque co. loniale H. - Lors de la récente discussion du budget des Territoires d'out)'e-mer, le rappor. teur spéci'al de la Commission des finances, M. Pierre Bas (U.N.R.), a demandé pour la Nouvelle-Calédonie une réforme agraire permettant l'implantation d'une immigration « pied-noir ». L'inquiétude des Mélanésiens, menacés d'une nouvelle vague de colonisation européenne, ne sersit donc pas vaine. Quant aux Calédoniens d'oril!"ine ellr()néenne, ils se trouveraient devant un dilemme. Cette vaste opération de néo·colonisation qui ne laisse pas d'être surprenante en 1963 et de la part de « l'homme de Brazzaville », si elle ne peut se justifier, sur le plan humain, à l'égard des popul?,tions, trouverait-elle son explication dans les développements prochains de la politique du Pouvoir en Asie et dans la décision inébranlable, réaffirmée à Sydney" par le Ministre des Armées, M. Messmer, de procéder aux essais nucléaires dans le, Pacifique ? lU. D.

Notes

<references />