Droit et Liberté n°197 - février 1961

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°197 de février 1961
    • Non, Pétain ne fut pas le sauveur des juifs!: Olga Wormser répond à Robert Aron page1
    • Le prix de la Fraternité décerné à Jules Roy page1
    • Coexistence et civilisation par Marie Bonaparte
    • Le drame du "Pisces"
    • Devant la haine déchaînée (entrée de noirs à l'Université d'Atlanta) page1
    • Que se passe-t-il page2
      • Munoz Grandes à Paris (général franquiste)
      • Le rapport de Galvao (opposant à Salazar)
      • U.R.S.S.: des juifs du Daghestan écrivent au "New York Herald"
      • Afrique du Sud: Apartheid et censure
    • Vous dîtes? Faux messies et vrais préjugés par Roger Maria pag3
    • Drame algérien page4
      • Le procès d'Aix en Provence: on demande contre-poison par Marie-Magdeleine Carbet
      • La précaution inutile par Pascale Saisset
      • La haine raciale au service de la guerre d'Algérie
      • Sur les routes millénaires par Odette de Puigaudeau
    • Une résolution du M.R.A.P.(antisémitisme au Maroc) page5
    • Le racisme au Congo par Jules Chomé page7
    • L'histoire douloureuse des relations judéo-chrétiennes par le R.P. Demann page8
    • Pour cojurer les forces du passé, la jeunesse allemande doit savoir par Philippe Laubreauxpage8
    • Jules Roy prix de la Fraternité par Pierre Paraf page9
    • Une association est née: "France-Côte d'Ivoire" page10
    • Une conception fausse à combattre: le racisme anti-blanc par Georges Sarotte page11
    • Nicolas Guillen: poème enfantin page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 197 - FEVRIER 1961 0,75 NF Notre nouvelle adresse • • 12 PAGES 30/ rue des Jeûneurs PARIS 2e (Métro : Montmartre, Bourse ou Sentier) -x- Non, Pétain ne fut pas le « sauveur» des juifs' Le Prix de la Fraternité Téléphone: GUT 09.57 LA revue « Le Monde et la Vie}) vient de publier un article de Robert Aron consacré à l'attitude du gouvernement de Vichy à l'égard de la question juive, ,article présenté sous la caution - apparemment décerné "-a du moins - du cardinal Gerlier et du pasteur Boegner. Robert Aron nous offre une vis,ion attendrissante des efforts « du Maréchal » pour adoucir les persécutions nazies. Jules R-OY Le Vel' d'Hiv, le 16 juillet 1942: « Laval avait proposé d'y comprendre également les enfants... » y .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................../. ......\ ~~ Co existence ~~ ~ \ ~ et civilisation j ~ ~ X La princesse Marie BONAPARTE a été M· B t:\ X la dïsciple préférée de Sigmund Freud, par ane onapar e :\ ~ qu'elle a cantribué à arracher aux per- ~ ~ sécutions naltÏes. Son oeuvre pénétrante ~ ., et vudacieuse lui assure une place de LE mot « racisme» est d'ail- .\ § choix dans la philosophie contemporai- leurs un terme dénué de ~ ~ ne. sens, car il n'y a pas de ra- ~ ., Nous lui sommes reconnaissants d'a- b d .\ ~ voir témoigné sa sympathie au MRAP, ce JUive, OU islamique, ou ou - ~ X à" Droit et Liberté» en nous confiant dhique au sens anthropologique. :\ X ce noble message. Il n'y a, si l'on veut, que des ra- :\ ~ TOUTE exclusion raciste est ces historiques, c'est-à-dire un ~ § contraire à l'esprit de pro- conglomérat de populations ve- ~ ~ grès de nos civilisations. Il nues d'ailleurs dans un pays et ~ ~ convient de le souligner une fois (Suite page 6) ~ X de plus, devant l'explosion anti- '\ ~ sémite - certes localisée - qui '\. ..................................................................................................................................... ;.;.. ....................... . ~ s'est récemment produite en ~ ~ Allema~ne, condamnée d'ail- ~ X leurs par ses gouvernants. :\ ~ J'ai trop vu, pendant les an- ~ ~ nées précédant la guerre, les vic- ~ S times du credo farouche de Hit- ~ ~ 1er, pour ne p:::Js compatir aux ~ ~ victimes, certes encore dissémi- ~ } nées, du « racisme » obscuran- ~ Devant la haine déchaînée ... .\\. tiste. :.\\ Dignement, sous les ~ On ne peut que soul igner :\ clameurs de haine et :X\ l'horreur qui émane, pour tout ~:\ les quolibets des racis- ~ civilisé évolué, de ces restes ~ tes, la jeune Charlainc \' moyenâgeux des temps d'autre- ~ lIunter (ci-contre) et ~ .\ SOI1 camarade Hami!- ~ fois. :\ ton Holmes. ont fait X Les humailns ne doivent être ~ leur entrée à l'Univer § jugés que sur leurs qualités, per- :\ sité d'Atlanta, aux X sonnelles et non d'après des pré- ~ Etats-Vnis. C'était la X :\ première l'ois que des X jugés« raciaux ». :\ noirs étaient admis ~ On ne peut ici que se souve- :\ dans cct établissement. ~ nir des paroles si libérales de ~ Cédant aux manifes~ mon arrière-grand-oncle Napo- ~ tants, le recteur or\\ IÉon à qui l'on proposait de ne ~ donna dès .~ lende.\ .\ main la fin ùe cette ~ pas signer la nomination d'un :\ expérience d' « inté- X fonctionnaire, sous prétexte que ~ gration. » Mais 'les ~ le père de celui-ci n'avait pas :\ professeurs et de nom:\ été honnête : « Les foutes sont ~ breux étudiants pro~ personnelles ». Et il signa. Ce :\ testèrent à leur tour X :\ et le" deux jeunes \: qu'aucun de nos gouvernants :\ noirs ont pu suivre les ~ actuels ne devrait oublier. ~ cour~. ),... ............................................................................................................................................................................,.. .\ La photographie du bon gTand-pèrc souriant aux enfants. dans lc parc du Grand Hôtel à Vichy, nous semble pa rticulièl ·elllent odieuse, car à la même heure, combien d'enfants de tous 5ges ' 110Uraient dans les chambres il p"az ? .. Du reste le cardinal Gerlier fait état d'un ou deux sauvetages de jui fs il l'actif du 1Iaréchal Pétain. mais ayertit prudemment (Ju'il ignore la plupart des faits. Quant au pasteur Boegner. tout cn louant Olga Wormser réoond à Robert Aron te sens historique de Robert Aron, ,Il lui oppose immediatement ues dementls catégoriques, puisque les tentatil'es !aites par les autorités protestantes aupres de Vichy pour sauver des 1ulfs sont toujours restées sans écho. Criti(JucI· point par point l'article d Robert Aron reviendrait il refaire le procès du double jcu, de la politique de collaboration ... Nou'~ -'Ioulons seulement étahlir que même ~; l'e ivlaréchal Pétain et ses séides ont pratiqué parfois le sauvetage individuel par n\pport aux juifs (comme Himmler lui-mêmc, ou même E ichmann !), il n'en est pas n,lOi~ls yrai. que la politique de Vichy vls-a-vls des 1lUfs a été pour les nazis non une entrave l1IalS une aide précieuse et préméditée. Nous citerons seulement quelques faIts et quel- (Voir suite page 6.) pou r son livre ({ La Guerre d' Algérie}) ('Voir en page 10 nos informations et l'article de Pierre PARAF.) Le drame du « Pisces » UNE légitime émotion s'est emparée de l'opinion publique à l'annonce du naufrage du « Pisces » : .12 juifs marocains, hommes, femmes et enfants ont trouvé la mort dons ce dr:Jme atroce tandis que le capitaine, qui avait empoché de fortes sommes pour les tronsporter, abandonnait sons scrupules à la mer sa cargaison humaine. Par delà l'évidente culpabilité de cet ignoble aventurier, cette tragique affaire a posé le problème de la situation des juifs ou Maroc. C'est un fait que si les passogers malheureux du « Pisces » sont partis clandestinement, c'est parce qu'ils ont des difficulhb à quitter ouvertement le Maroc. C'est un fait qu'une telle situation ne devrait pas exister, et qu'il y a là un indéniable malaise. Il tout cependant dépasser les passions et les jugements sommaires. Pour oe uvrer à une solution satisfai sante des problèmes posés, les antiracistes se doivent d'en examiner toutes les données sons parti -pris, avec toute l'objectivité possible. En particulier, on ne saurait ignorer la position des autorités marocaines, que notre amie Odette du Puigaudeau reprod uit d'outre port, d !a fin de son article si instructif sur « les routes millénaires d'Israël ou Maghr3b ». Efforçons-nous de clarifier cette situation aux multiples aspects. Albert LEVY. (Voir suite page 5.) Jules CHOME. : Le racisme au Congo (page 7) . DIINf tE NUMEIlO: • R.P. Paul DEMANN : La douloureuse histoire des r.el,ations judéochrétiennes (page 8l. • Nicolas GUILLEN : Poème enfantin (page 12l. • Odette du P'UIGAUDEAU

Sur les routes

millénaires d'Israël au Maghreb (page 5l. • Marie-Magdeleine CARBET

On demande contre-

poison (page 4l. • NOTRE DEBAT: Comment concevez - vous l'antiracisme? (p. 11). 2 10-1. - Quelques minur.es après la fin d'un office, une bombe éclate à la synagogue « Anchei Enet », à Chicago (U.S.A.). Les dégâts sont évalués à 2.000 dollars. 11-1. - Deux étudiants noirs, Hamilton Holmes, 19 ans, et Charlaine Hunter, 18 ans, sont àdmis pour la première fois a l'Université de Georgie (U.S.A.), à Atlanta. A la suite de manifestation:; racistes, ils sont expulsés le lendemain, mais doivent être réintégrés le 16. 13-1. - Une vedette battant pavillon hon· durien, le « Pisces », commandée par le capitaine Francisco Morilla, et transportant des juifs partis clandestinement du Maroc, fait naufrage au large de Mélilla. 42 juifs, hommes, femmes et enfants, périssent. 15-1. - Brandissant pancartes et panneaux ornés de croix gammées et de slogans antijuifs, Georges L. Rockwell, chef du Parti Nazi Américain, manifeste avec ses fidèles à Boston où est donnée la première du film « Exodus n. Seule l'intervention de la police protège de la foule indignée les trublions racistes. l'l-1. - Deux procureurs d'Allemagne Orientale, MM. Foth ct Ender, remettent au procureur de Francfort, le Dr Fritz Bauer, des photocopies de documents prouvant que le Dr Hans Globke, secrétaire d'Etat du chancelier Adenauer, a pris une part décisive dans l'élaboration et l'application des lois nazies contre les juifs. 19-1. - Arrivée à Bordeaux de sept navires- écoles de la Kriegsmarine. L'officier qui les commande est le baron von Schippen Bach, qui participa, sous les ordres d'Hitler ... à l'occupation de Bordeaux. 20-1. - Arrestation à Vienne (Autriche) de Franz Novak, ancien adjoint d'Eichmann. 22-1. - Une bombe éclate dans la grande synagogue de Johannesburg (Union Sud-Africaine). Un mur est détruit, des centaines de vitres sont brisées alentour. 24-1. - M' André Blumel se rend en U.R. S.S., où il rencontrera Mme Furtseva, ministre soviétique de la Culture, pour « un échange de vues au sujet de la culture yiddisch ». ~5-1. - Assassinat à Alger de M' Popie, qui était un des dirigeants du mouvement libéral d'Algérie. et qui devait témoigner au « procès des barricades n. 27-1. - Au cours de la soirée solennelle organisée en son honneur, pour son 70" anniversaire, l'écrivain soviétique Ilya Ehrenbourg déclare : « Que cela plaise ou non à tous, je suis un écrivain russe. Mais tant qu'il existera ne serait-ce qu'un seul antisémite, je répondrai et ferai inscrire sur mon passeport: je suis juif! » 30-1. - Dans son message sur l'état de l'Union, le nouveau président des EtatsNnis, M. Kennedy, déclare: « Le refus de leurs droits constitutionnels à certains de nos compatriotes pour des raisons de race, que ce soit aux urnes ou ailleurs, trouble la conscience nationale ct amène l'opinion mondiale à accuse; notre démocratie de n'être pas à la hauteur des grandes promesses de nos ancêtres. » 31-1. - Pour avoir bravé pendant deux jours le boycottage d'une école nouvellement « intégrée » à La Nouvelle Orléans (U.S.A.), la famille (blanche) de M. Thompson est obligée de quittel' la ville. • Cinq anciens officiers S.S. arrêtés à Hanovre: ils avaient mis au point et construit les « autobus à gaz » utilisés pour gazer les juifs au fur et à mesure de l'avance des armées nazies en Europe orientale. Leur « invention » a permis le massacre de 97.000 juifs. 1-2. - Arrivée en France, en visite officielle, du- général franquiste Munoz Grandes, qui fut décoré par Himmler en personne de la « Croix de Fer » en 1942. 2-2. - Ouverture, à Aix-en-Pro.vence, du procès de cinq jeunes fascistes qui. ayant décidé de « se payer un Arabe n, assassinèrent un ouvrier tunisien de 23 ans, le 5 juin 1959, à Marseille. • L'acte d'accusation d'Eichmann est rendu public à Jérusalem. 9-2. - La France a-t-elle renoncé à refaire des explosions nucléaires en Afrique? C'est ce qu'affirme l'A.F.P. en se référant à une déclaration du ministre des Affaires EtrangèrE"l du Sénégal. Le gouvernement français se refuse à toute précisio~ à ce sujet. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCHI. qUE SE HIER et AUJOURD'HUI . ' Munoz GRANDES à Paris Ce n'est pas sans émotion que les démocrates ont appris la venue à Paris, en voyage officiel du général lIunoz Grandes. Ancien chef dc la « Division Azul » envoyée par Franco sur le front russe pour combattre aux côtés des troupes hitlériennes, Munoz Grandes fut récompensé de son zèle par la Croix de Fer, qui lui fut remise le 1.1 mars 1942 par Himmler en personne, au nom du l'ührer. Actuellement, il est considéré comme le dauphin de Franco. Ainsi, c'est u-n criminel de guerre notoire, qui lia son sort à celui des entreprises nazies, qui a été recu par le ministre français de la Défense N ationale, M. Messmer, et par le premier ministre, M. Debré. L'ancien subordonné d'Hitler a visité des installations militaires françaises et a eu avec ses hôtcs des entretiens politiques, portant notamment, paraît-il, sur l'Algérie. Se référant à une récente déclaration de Franco, il aurait affirmé : « Nous n'amènerons famais notre drapeon en Afrique du Nord, zone essentielle pour l'Europe et vitale rOU1' not1'e na/ion ... » Venait-il donc ren(!t-e la visite (prolongée) Que Salan, Lagaillarde, Susini et autres effectuent en ce moment à Madrid ? RACISME 1 // T· 1· // 1 • elnt c air Cette annonce a paru dans « Le Monde » du 29-30 janvier 1961 : C1e Aér1enne américaine reeh. HOTESSES DE l'AtR c ( P 'Conditions requises pour poé ser eand1d. : âge 20 à 27 ans, célibat., instruct. nlv. Bac. ou équivalent. Langue : anglais et b une autre langue couramment. Q !_ Personnallté agréable. ~ ~s 'RI une bon. vue et ~- ,t. ' taille m1nim. 1 m. 58, ~. 1 m. 73. Poids eorl'esp. Se prés. sIt TWA, 101, Ch.-E1Y5., Bur. du Personn., 13 h. 30-17 h., sf sam. .n 1:

é 1

Lr- , J (- 15 S IM-P-.O• ._ R-T--A- N...T_ E- S-_O.C _I_E ..T E -~. , « Teint clair» : autrement dit: si vous avez la peau noire, inut.ile de vous présenter. Malgré l'hypocrisie de la formulation, la discrimination raciale est aussi... claire que le teint des hôtesses demandées. Que la T.W.A. use de telles pratiques aux Et.ats-Unis, cela n'est pas pour nous étonner. Quant à nous, nous déclarons ces procédés inadmissibles chez nous! • Pigalle ... ou Chicago? La scène se passe boulevard de Clichy, près de la place Pigalle, dans le snack-bar « Les Trois Notes ». Trois Algériens musulmans entrent et demandent des sandwiches à consommer au bar. - On ne vend que pour emporter, dit le garçon. Ou alors il vous faut prelldre 1tn repas dans la salle : c'est 2.000 francs ... Les trois Algériens s'étonnent, demandent des explications ; plusieurs clients sont assis devant le bar ... Mais le garçon insistant, ils préfèrent partir. Un de nos amis présent proteste. - Ici, on ne sert pas les ra/ons, lui répond le garçon ... Depuis Quand la ségrégation raciale est-elle permise en France ? La direction des « Trois Notes » ne pourrait-elle pas changer de ton ? • Un égout Non loin de là, dans un petit passage donnant sur la rue Lepic, c'est tous les soirs Que le racisme et l'antisémitisme se donnent l.ibre cours. Il s'agit d'un petit « cabaret », ou plutôt d'une cave, d'un égout serionsnous mêmes tentés d'écrire, où un soidisant « chansonnier », nommé René Cousil1ier, déverse Quotidiennement des flots d'ordures. Les noirs, les « youpins », les « bicots » ... tout le répertoire du « Stürmer » y passe, enrobé d'ignoble pornographie. Un soir Qu'un spectateur protestait, Cousinier s'écria : « Ils n'ont donc (Jas été tous .qazés r... ». PASSE.T.IL ? Nous ne sommes pas pour la censure, Mais il y a des cas où, plus encore que l'ordre, la salubrité publique exige des mesures vigoureuses d'assainissement. AFRIOUE' • Le rapport de GALVAO L'épopée de la « Santa Maria » a attiré l'attention sur la personnalité du capitaine Galvao. On sait maintenant que c'est comme gouverneur des colonies portugaises qu'il a manifesté pour la première fois son opp05ition à Salazar. C'était en 1947, à la suite d'un rapport sur les colonies portugaises d'Afrique qu'il avait établi après enquête, rapport dont la publication avait été interdite par le dictateur de Lisbonne. Dans ce rapport, dont le journal britannique « The Observer » vient de publier Le capitaine Galvao de larges extraits, Galvao souligne que « seuls les morts sont exempts du travail obligatoire ». « En Angola notamment, écrit-il, les colons ont pris l'habitude d'écrire au service local des a!!aires indigènes pour réclamer que ce service leur « fournisse de la main-d'oeuvre ». « Au Mozambique, c'est la même chose ... A tel pOint que les colons se sont accoutumés à l'idée que le gouvernement « devait» leur fournir la main-d'oeuvre. Et le gouvernement « fournit », mais avec des abus et des actes de violence qui sont loin d'être conformes à la loi. A certains égards, la situation est plus grave que s'il s'agissait d'esclavage pur et simple. Un esclave acheté était considéré par son propriétaire comme faisant partie de son capital. Le maître avait donc intérêt à le garder en bonne santé, au même titre qu'un boeuf ou un cheval. « Aujourd'hui, rindigène n'est plus acheté. Il est simplement loué par le gouvernement et cela, bien qu'il ait légalement le statut d'homme libre. Son maître en conséquence, peut en prendre moins soin s'il tombe malade ou même s'il meurt, du moment qu'il travaille tant qu'il est v vant... Parce que s'il tombe malade ou s'U meurt, le maître peut toujours le remplacer par un autre. Ainsi, certains employeurs ont perdu jusqu'à 35 pour cent de leurs employés, mais cela ne les a ja, mats privés du droit de s'en procurer d'autres. » Des travailleurs dits « contractuels », note encore le rapport, « sont envoyés dans des plantations où la mortalité, en raison des conditions épouvantableS, varie de 30 à 40 pour cent. « Le gouvernement oblige les indigènes à travailler pour lui, non seulement sans salaire, mats aussi sans nourriturl' ... « L'idée qui prévaut encore aUjourd'hUi est que l'indigène ne vaut guère mietu: qu'une bête de somme. L'indifférencè la plUS totale règne en ce qui concerne sa santé et ses sentiments. » U. R. S. S. • Des Juifs du Daghestan écrivent au // New York Herald // En octobre dernier, M' André Blumel fit en U.R.S.S. un voyage d'études sur la situation des juifs dans ce pays. Nous avons publié, en son temps, nos lecteurs s'en souviennent, un compte rendu de la conférence de presse qu'il donna il, son retour. Les dirigeants du Conseil des Affaires Religieuses signalèrent à M' Blumel, pour montrer la volonté des autorités soviétiques de s'opposer à l'antisémitisme, un incident qui s'était produit en août dans le Daghestan. Dans un journal de cette République avait paru un texte qui, sous couvert de propagande antireligieuse, reprenait de vieilles et grossières calomnies contre les juifs. Les juifs montagnards du Daghestan ayant protesté, des sanctions immédiates et énergiques furent prises contre l'auteur de l'article et le rédacteur en chef du journal tandis que paraissait en première page de ce même journal un grand article dénonçant ces « inventions grossières tendant à revivifier la haine ci l'égard des juifs ». A partir de cette information, divers journaux, dans plusieurs pays, se sont livrés à une virulente campagne, affirmant que les juifs du Daghestan sont l'objet de menaces et de discriminations, et prenant bien soin de passer sous silence les sanc· tions prises après la publication de l'article incriminé. Le journal américan « New York Herald Tribune » s'étant particulièrement distingué dans cette campagne un groupe de montagnards juifs du Daghestan vient d'adresser au rédacteur en chef une lettre ouverte, que celui-ci n'a pas cru devoir publier. En voici quelques extraits : « Nous avons été amenés à vous écrire à la suite de la publication dans le « New York Herald Tribune )1 d'l 4 novembre, d'un article de Joseph Newman dans lequeL il traitait de la situation des montagnards juifs de notre République. « Cet article commentait une lettre de lecteurs publiée dans un journal local de la région de Buinaksk que M. Newman s'efforçait de présenter comme une manifestation de haine nationale. « Est-ce exact? Naturellement non! Ltl parution d'une pareille lettre était un fait absolument exceptionnel, un cas semblable ne s'étant jamais prOduit auparavant daM notre pays et nous sommes s1lrs qu'il ne se répétera jamais. Il s'agissait d'un pur incident, d'une faute de journalistes irresponsables ... « En conformité de la Constitution de l'U .R.S.S. et de celles de toutes les Républiques Soviétiques, de tels faits sont sévèrement punis par le pouvoir soviétique, qu'ils aient été ou non intentionnels. Le lendemain même de la publication de cette lettre, le journal publia ses excuses à ses lecteurs pour avoir imprimé un texte qui en raison de l'ignorance de son auteur, contenait un absurde mensonge. « Les organismes du gouvernement et du Parti, l'opinion entière de la République Autonome du Daghestan ont vigoureuse· ment condamné la faute commise par ce (Suite page 3) . QUA TRI DISQUIS réalisés par la Compagnie « Art et T ravai! » Sous le patronage de la Ligue de l'Enseignement, la Compagnie dramatique « ART ET TRAVAIL », bien connue des auditeurs de la R.T.F. et de nos lecteurs, réalisera cette année quatre disques microsillons 33 tours d'une durée d'émission de une heure environ. ' Ces disques d'une grande qualité technique sont destinés à la jeunesse comme aux adultes, aux enseignants, aux associations culturelles, comme aux parents d'élèves ou aux Simples amateurs de théâtre enregistré . « FRANÇOIS LE CHAMPI" et « QUATRE-VINGT-TREIZE ", créés sur les ondes de la R.T.F. ressuscitent de façon vivante les immortels chefs-d'oeuvre de George Sand et de Victor Hugo. « JAURES ", de Georges de Wissant rappelle les épisodes dramatiques de la vie passionnée du grand tribun. Signalons en outre « L'Anthologie sonore de la pensée laïque », réalisée sous la direction d'Albert Bayet. Ces disques seront vendus uniquement par souscription à un tarif particulièrement avantageux dont nous invitons nos lecteurs à bénéficier : « François le Champi» : 20 N.F. ; « Quatre-Vingt-Treize » : 20 N.F. ; « JeanJaurès » : 20 N.F. ; « Anthologie sonore de la Pensée Laïque" : 20 N.F. Prix spécial pour la série de 4 disques: 75 N.~. Adresser d'urgence les commandes à Mme. DELFERRIERE, 3, rue LéolpoldRobert, Paris (14') (C.C.P. Paris 136-06-30), en mentionnant simplement au dos des mandats, les titres choisis et l'adresse à laquelle ils doivent être expédiés. (Communiqué, ) qUE SE PASSE.T.IL 9 • (Suite de la page 2) leurs travailleurs. Récemment sept de nos kolkhoziens ont mérité le titre de Héros du Travail Socialiste, la plus haute récompense pour les travailleurs de l'Union Soviétique. Girsun Babayev, docteur à l'hôpital urbain de BUinaksk, jaurnal, et les responsables ont été punis en conséquence. Mishi Bakhchiyev, écrivain, membre de l'Union des Ecrivains de l'U.R.S.S. " Affirmer sur la base de cet incident que les juifs sont persécutés au Daghestan constitue donc une falsification grossière de la situation réelle, visant à t·romper volontairement les lecteurs. » « Nous disposons également de larges possibilités pour le développement de notre langue et de notre culture. Selon la Constitution du Daghestan, neuf langues sont considérées comme des langues officielles dans la RépUblique, y compriS le « tat », c'est-à-dire la langue des montagnards juifs... » • Une lettre La lettre indique encore : ~( Avant la Révolution, notre peuple, d/é tudiants africains comme tous les autres, était opprimé par la misère et- privé de droits. Plus de 95 % des montagnards juifs du Daghestan étaient illettrés. « .Et maintenant ? Les fils et les filles de notre peuple sont ingénieurs chercheurs scientifiques, écrivains et compositeurs. Chacun de nous peut choisir le métier ou la profession qui l'attire. Notre peuple est très peu nombreux et pourtant nombre de nos montagnards juifs occupent des postes élevés dans les organismes du Parti et du Gouvernement de la République, à la tête des entreprises industrielles, des chantiers, des fermes collectives. Par exemple les noms de dirigeants éminents du Parti comme Hanun Abramov et Anatoly Danilov, ceux de Isaï Nakhuchunov, vice-président du Conseil Economique de la République et Yakov Izmailov, viceministre de l'industrie locale du Daghestan, sont largement connus dans notre pays. Concernant la religion la lettre précise : « Quant à la religion juive, elle bénéficie des mêmes droits que toutes les religions de notre pays. Les juifs croyants, tout comme les musulmans ont toutes possibilités pour accomplir les rites religieux. Des synagogues fonctionnent normalement dans la capitale de la République, Makhachkala, dans les villes de Derbent et Buinàksk. Il Y a quelques mois, trois jeunes Africains qui avaient fait leurs études à Moscou lançaient de violentes attaques contre l'U.R.S.S., au moment même où s'ouvrait dans la capitale soviétique l'Université de l'amitié des peuples. Nous nous sommes fait l'écho de cette affaire dans un précédent numéro, signalant que d'autres étudiants africains et asiatiques s'étaient élevés fermement contre ces assertions. « Des professeurs, des instituteurs, des chercheurs scientifiques nés parmi les montagnards juifs du Daghestan, travail~ lent dans les établissements d'éducation les plUS importants, dans les instituts scientifiques et dans la section locale de l'Académie scientifique des Sciences. Les fermes collectives de Derbent dont les membres sont des montagnards juifs du Daghestan sont célèbres à travers la République tout entière pour les exploits de « La Constitution soviétique garantit à chaque citoyen la liberté du culte aussi bien que la liberté de propagande antireligieuse. Mais il n'est- pas besoin de prouver que cette propagande antireligieuse est une propagande fondée sur une vision scientifique du monde. Et elle n'est pas menée bien entendu dans notre pays de la façon que M . Newman s'ettorce de la présenter ... » La lettre porte les signatures suivantes' : Gyulboor Davydova, kolkhozien, héros du travail socialiste, député au Soviet Suprême de la R.S.S.A. du Daghestan, Khizgil Avchalumov, écrivain, membre de l'Union des Ecrvains de l'U.R.S.S., Khanuko Gadilov, conducteur de locomotives du dépôt de Derbent, dirigeant d'une équipe de travail communiste, « Le Monde» s'étant de nouveau référé à ces témoignages à l'occasion du congrès de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France, le président de cette association vient de lui adresser une mise au point, publiée par le journal, où l'on peut lire : « Nous apprécions hautement l 'aide consentie par les pays socialistes à nos peuples en lutte pour l'indépendance (exem· pIe : la Guinée, etc ... ) et en particulier la c~ation de l'Université de l'amitié des peuples à Moscou, destinée à former des cadres africains. « Le con grés a unanimement dénoncé les trois étudiants africains irresponsables qui ont fait des déclarations mensongères sur la situation des étudiants africains poursuivant leurs études en U.R.S.S. » VOUS DITES? Il DilOlT ET IlBEilTE" répond aux ' mensonges racistes Faux messies et vrais préjugés sus, pour la simple raison que, dans leur immense majorité, à l'époque de ce que les chrétiens appellent la Passion, ils ont tout ignoré de ce fait divers qui n'a ému que quelques centaines de gens au plus; et encore: pas du tout dans le sens que lui ont conféré, bien après, les Evangiles. 5) Quant aux « Juifs qui auraient gardé la nostalgie du veau d'or », le « Père )1 dit-il cela des innombrables familles non-juives (et juives aussi, bien sûr) du passé et du présent qui ont édifié des fortunes colossales? Ce n'est pas une exclusivité JUIve. avec ou sans la légende du veau d'or. Et l'Eglise ellemême prélève sa large part sur pas mal de ces fortunes, sans pour autant parvenir à les sanctifier. C'est le malheur des temps, sans doute ... NOUS n'aimons guère, au M.R.A.P., polémiquer avec des représentants des grandes religions qui se partagent les Français, car nous savons d'expérience que, pour peu qu'ils soient vraiment fidèles à l'enseignement de leurs Ecritures, catholiques, protestants et israélites ne peuvent qu'être antiracistes et se montrer fraternels à l'égard des victimes des préjugés de race. Pourtant nous avons dû, à maintes reprises, riposter à des conceptions et propos entâchés d'antisémitisme d'origine nettement chrétienne; mais nous devons à la vérité de reconnaître que, le plus souvent, ce sont des catholiques qui/.ont remis eux-mêmes à leur place, dans nos colonnes, ceux de leurs coréligionnaires qui avaient osé participer à des campagnes outrageantes. Les « Amitiés JudéoChrétiennes )} (1) ont souvent apporté leur contribution à ce travail de salubrité; des prêtres aussi (2). Chacun sait que notre maître très respecté Jules Isaac, qui enseigna l'histoire de France à plusieurs g é n é rat ion s de Français (3), qui forma des citoyens d'esprit républicain, est l'auteur d'une oeuvre monumentale sur le rôle néfaste de l'Eglise, à certaines époques, dans le développement de l'antisémitisme, sous sa forme la plus insidieuse, la plus populaire. Les ouvrages de Jules Isaac sur la question Qui nous occupe, notamment « Jésus et Israël », ont fait l'objet d'études approfondies d'ecclésiastiques qualifiés, jusqu'au Vatican même, sans que le savant professeur puisse être en défaut. Ses thèses sont irréfutables et personne ne s'est aventuré à tenter même de les réfuter.

  • Nous semmes donc en excellente

compagnie pour ne pas laisser passer - nous sommes là pour ça - toute manifestation de racisme même barbouillée de formules religieuses. Or, nous avons sous les yeux un de ces petits journaux paroissiaux hebdoma. daires qui couvrent à peu près toute la France et pénètrent dans de nombreux foyers, où ils marquent donc les esprits de leur empreinte, et trop souvent des esprits assez mal défendus, insuffisamment éduqués, pour des raisons qui tiennent au régime qui est celui de la France (4). Ce journal a pour titre « Le Plateau », il est daté du 20 novembre 1960 et il est le moyen d'expression de la paroisse de Fontenaysous- Bois. Nous ne dirons rien de ses tendances politiques évidentes - extrêmement réactionnaires - , de son anticommunisme aussi primitif que viscéral, de sa tendance à entretenir la peur dans l'esprit de ses lecteurs en les accablant d'absurdités sur les catastrophes apocalyptiques qui attendraient l'humanité «( La fin du monde est-elle une blague? ») (5). Nous laisserons de côté aussi le prêchi-prêcha visant à entretenir l'esprit de résignation «( Quel plus beau sacrifice que d'accepter la condition humaine, ses servitudes et ses souffrances? ») (6).

  • Ce qui nous intéresse, c'est

ce qui participe par quelque côté au racisme. Or, avec l'éditorial signé « Le Père Barbu », nous sommes servis: nous retrouvons de « vieilles connaissances », tant de fois combattues et tant de fois renaissantes. Qu'on en juge : « Nous nous étonnons que les Juifs aient condamné le Messie et qu'ils l'aient crucifié. L .. ) Nous préférons bien trop les faux messies au vrai Messie. L.') Mais 11 n 'y a pas que les faux messies religieux; il Y a aussi les faux messies de la politique. e .. ) Ces faux messies-là sont les frères du faux messie qu'attendaient les Juifs: celui qui devait faire d'Israël la grande nation qu'elle rêvait d'être. Le peuple de Dieu gardait la nostalgie du veau d'or. Mais à notre époque, les faux messies font du bruit. Et celui qui en fait le plus est aussi celui qui va droit au but: le communisme sans Dieu. L .. ) L'autre faux messie L .. ),son nom est « confort moderne ». Ces deux frères ennemis se combattent mais ils se valent. Tous deux en arrivent à faire crucifier le vrai Messie. » On peut imaginer ce que cet amalgame peut entretenir de préjugés néfastes dans l'esprit des lecteurs.

  • Tentons de répondre, en

bref: 1) Les Juifs n'ont jamais ni condamné ni crucifié Jé- 2) Le petit groupe de Juifs qui portent une responsabilité directe dans l'affaire Jésus (Yeshou) sont les riches familles qui composaient alors le Sanhédrin (7) et dont il ne faudrait pas oublier qu'elles étaient détestées, méprisées par les Juifs dans leur ensemble, parce que mises en place par le traître Hérode, pour le compte de l'occupant romain. Ces Juifslà n'étaient que des collaborateurs prêts aux crimes les plus bas, aux dénonciations à l'encontre de ceux qui luttaient contre l'oppresseur étranger. Car le conquérant garantissait à ces riches familles - selon un usage millénaire, du Rig-Véda à Pétain - le respect de leurs privilèges pourvu qu'elles s'emploient à assurer la collecte de l'impôt (8). 3) L'accusation, contre les Israélites d'il y a deux mille ans, d'avoir préféré les prétendus faux messies qu'étaient leurs prophètes et rabis au « vrai » messie que serait Jésus, relève des croyances et des assertions indémontrables. Mais il est redoutable, à partir d'un reproche de ce genre, enrichi de tous les prestiges d'une puissante religion, d'accabler aujourd'hui encore les Juifs de notre temps du crime des crimes, ct collectivement pardessus le marché. On voit les conséquences racistes qui peuvent découler de cette affirmation. 4) D'autant plus que l'on a tôt fait de glisser des faux messies de la religion judaïque aux faux messies de la politique, leur « frères ». Et l'on retrouve ici, étrangement, cette fameuse notion du « judéo-bolchevisme », qui évoque de bien désagréables souvenirs. Ajoutons que, si les prophètes juifs ont annoncé au peuple d'Israël sa grandeur à venir, n'importe quel observateur de l'histoire, même le plus pauvrement informé, peut savoir que tous les peuples - sans exception, même parmi les tribus bantoues ou ... provençales - gardent la mémoire de récits légendaires exaltant la haute mission, tout à fait élective, de leur propre communauté, Juifs compris. 6) Les dernières lignes de la citation que nous avons faite sont d'une telle absurdité qu'elles découragent la riposte. Que le « confort moderne » soit un faux messie, il faut aller raconter cela à Passy et à Auteuil, mais certainement pas à tant de familles chrétiennes d'Aubervilliers ct de Saint-Ouen, qui se demandent déjà comment, l'argent du terme étant ue côté, elles vont pouvoir acheter quelques paires de draps ct de taies d'oreiller (c'est la saison de « blanc ») avec des salaires réduits par l'augmentation constante du cO'ût de la vie (le « veau d'or » encore et toujours). Roger MARIA. (1 ) Particulièrement leur principal animateur, notre ami de toujours, Jacques Madaule. (2) En particulier le R. P. Demann qui a relevé des traces d'antisémitisme dans des centaines de catéchisme et dont nous publions un texte page 8. (3) Le célèbre « MaletIsaac ». (4) Précisons: ce n'est pas le régime uniquement politique qui est en question, mais le régime économique, celui de la toute puissance de l'argent, toute histoire de veau d'or mise à part. (5) Les prophèties, correctement interprétées, ne font nullement allusion à la fin « du » monde, mais à la fin « d'un» monde. Voir lequel, peut-être, à la note 4, veau d'or compris. (6) Et pourquoi pas aussi la joie de vivre? (7) Au moment de la guerre menée par Hérode, le Sanhédrin précédent, qui avait appelé les Juifs à la révolte contre un ennemi barbare, fut totalement exterminé, totalement! (8) Il faut toujours en revernr au veau d'or, en effet, mais pas seulement, du côté des Juifs ... 3 AFRIQUE DU SUD • Apartheid et cenSlJre DES nouvelles inquiétantes nous parviennent d'Afrique du Sud. « Environ trois mille Africains, hommes, femmes et enfants, se sont réfugiés dans la montagne avoisinant la 10· calité de Boomplaas, dans le nord-est du Transvaal, en signe de protestation contre un ordre d'expulsion émanant du « département des affaires administratives bantoues »... Cette expulsion avait été or donnée en conformité avec le Group Areas Act qui assigne aux Africains et aux Indiens des secteurs résidentiels séparés de ceux des Blancs» (1) . Pour perpétuer la ségrégation et le sys· tème des « réserves », le gouvernement du Dr Verwoerd s'appuie non seulement sUl le « département des affaires administratives bantoues » (B.A.D.), mais aussi sUI certains chefs de tribu, qu'il gagne par la corruption et l'octroi de pOUVOirs quasi sans limites. Le résultat ? « On ne nous permet pas de labourer nos terres, et les gens meurent de faim ... » {( Allez donc parler de non-violence à des gens qui meurent de faim ... » (2). Faut-il s'étonner, dans ces conditions, que les Zoulous aient obligé leur Grand Chef à s'enfuir, après avoir incendié les huttes de ses partisans, et mis à mort certains de ceux-ci ? Ailleurs, comme dans le Pondoland (province du Cap), ce sont les huttes des adversaires du B.A.D. que les chefs font incendier - tout comme dans le Transkei (même province ), ils s'approprient les meilleures terres, d'où une mortalité élevée dans le bétail des paysans pauvres. Ou bien encore, les chefs font saisir et vendre le bétail sous les prétextes les plus. futiles. A Emnxe, en novembre 1960, ils ont fait brûler les huttes de « plUSieurs personnes accusées d'avoir volé du chaume pour réparer des écoles » ... Dans cette même région, d'ailleurs, de nombreux pro. l fesseurs viennent d'étre jetés en prison. Il existe, dans la province du Cap, une « réserve » d'un type particulier : l'Université de Fort Hare, réservée aux non· blancs. L'an dernier, à la suite d'un mee· ting organisé contre la ségrégation, trois étudiants en avaient été chassés. La presse anglaise (3) nous apprend que l'un d'eux, Hugh Lewin, âgé de 21 ans, vice-président de l'Union Nationale des Etudiants SudAfricains, et chargé par elle des relations internationales, vient de se voir retirer son passeport. N'avait-il pas, au Ghana, signé une déclaration contre l 'apartheid ? Apartheid non réservée aux Noirs, bien sûr... Lors d'une récente conférence tenue à Durban par les leaders de la communauté indienne et ouverte par le Dr Alan Paton, l'auteur du célèbre roman « Pleure, a Pays Bien-Aimé », de vives protestations se sont élevées contre le projet de création d'une « Indian Tribal University » - Université Tribale réservée aux In. diens, et le slogan « Boycott Indian Varsity » est apparu sur de nombreux murs de la ville. Pour - si l'on peut dire - cour'mner le tout, le gouvernement prépare un pro. jet de loi étendant démesurément les attributions déjà multiples de la censure - dans le domaine de la presse, de l'édition et des arts (film, peinture, sculpture), et visant ies Blancs aussi bien que les autres communautés. Il s'agit là . d'une violatiol1 flagrante de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, approuvée par les Nations- Unies. « Si le projet de loi est '/Joté, les Sud-Africains de toutes races seront privés du « droit de ne pas être inquiété (s) pour (leurs) opinions, et (de) celut de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les infor mations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. » On demeure confondu devant la malfaisance raciste du gouvernement Verwoerd, déjà responsable, en mars dernier, du massacre de Sharpeville, qui avait soulevé l'indignation universelle. C'est dans l'introduction au livre qu'il vient de consacrer à cette tragédie (4) que l'évêque de Johannesburg, le Rév. Ambrose Reeves, écri t ces lignes : {( ... La responsabilité essentielle de ce qui s'est passé devra être attribuée à ceux qui ont créé l'énorme appareil juridique de répression sous lequel doivent vivre les peuples non-blancs. » Quels nouveaux Sharpeville l'apartheid promet-il à la République Sud-Africaine ? J. J. RECHT. (1) « Le Monde », 26-1·61. (2) Déclarations faites à Durban par des membres de tribus zoulous au journal sud-africain « New Age » (22-12-60). (3) « The Observer» (22-1-61). (4) « Fusillade à Sharpeville », par l'évêque de Johannesburg. (Ed. Gollanec, Londres). 4- Le procès d/Aix-en- -Provence On demande [ontre-poison LES photos en couleurs du po ys du • grand silence blanc }) avec ses icebergs aux ombres opaltnes et l'océan des vogues solides en glace bleutée, les photos d'un film me ravivent une brülure à ia conscience. Sur l'écran, des Esquimaux affamés se rassasiaient de choir crue, du phoque frais tué, dégoulinant de song vif. L'estomac révulsé, mes voisins criaient à l'écoeurement. Du song yif ... fout-il être sauvage! Je pensais molgré moi à cette mère de famille de Marsei lle . « A table 1 }) Invitation joyeuse devant la nappe et la vaisselle étincelantes. Au fils - un adolescent. pas encore vingt ons - elle rappelait, peutêtre, machinalement : « Tu t'es lové les moins? » Et le fiis répondait ou sourire maternel ~ Rompait le pain de ses moins blanches ~ La conscience nette aussi? Peuplée d'images familières, d'images de tout repos ~ Bomb",s par-ci, couteau à cran d'arrêt, fusil- mitrailleur par là ... il tuait pourtant. Froidement. S'exerçait à tuer. Sons provocation ni haine. Il tua it pour sat isfaire son « idéal» raciste. Il disait obéir à « Pensée française}) ou marcher dons les rangs de « Phalange française ». Plus vulgairement, al ler à la chasse ou bicot, « se payer un orobe" », prendre port à une ratonnade. Ils sont cinq à l'avoir avoué. Les aînés qui, en 40, frisaient la vingtaine. Les outres, adolescents d'aujourd'hui, formés à l'école des premiers, prêts à prendre la relève dons l'horreur. 20 ons! L'âge des illusions. De l'enthousiasme. L'âge des émotions pures parce que gratu ites. L'âge où l'on croit inaugurer le monde, et l'amour. Où l'on découvre en soi la choir vivante. 20 ons! En 1940 .. . miliciens courant ou massacre des Résistants et des Juifs. En 1960... phalangistes lancés à la chasse ou Nord-Africain. • Le « chef » Ceccaldi (à droite) et son adjoint Dinelli condamnés l'un et l'autre à 12 ans de réclusion au procès d'Aix, le 4 février. Leur complice Paillot écope 8 ans de réclusion ; Barluet et Causse, 5 ans de prison. Ceccaldi comparaissait le 6 février devant le même tribunal pour un second crime raciste commis dans les mêmes conditions. Son aftaire a été renvoyée pour supplément d'information. • En 1980... des quoi? assassinant qui? Sous quel prétexte? TOUS les journaux ont relaté les faits. En titres pas trop gros : « LES J URES D'AIX-EN-PROVENCE VONT JUGER 5 JEUNES FASCISTES MARSEILLAIS QU I ONT TORTURE AU COUTEAU L'OUVRIER TUNISIEN CHIKHAOUI AU NOM DETACGERIE FRANÇAISE. » Ou : « LES 5 MARSEILLAIS QUI ONT ASSASSINE DANS DES CONDITIONS par -------. Marie-Magdeleine CARBET ATROCES UN TUNISIEN PARCE QU'ILS VOULAIENT_« SE PAYER UN ARABE », SERONT JUGES » ... A la rubrique des faits divers ... du quotidien, du banal ... Au procès: préméditation établie. Membres d'organisations connues des hommes q ' patrouillaient }) dons les rues, la nuit, à la recherche de gibier à deux pieds. Peu importent la personne et la national~ té. On chasse ou faciès. Le lieu d'exécution, une ferme abandonnée, est repéré d'avance. k Le MONDE ", compte rendu d'cudience). La police saisit tracts, ormes, bombes, munitions chez les accusés. Elle obtient l'aveu sinon de crimes jusque-là restés impunis, mois de projets d'outres opérations du même genre. Les faits? Cinq hommes armés s'attaquant à un seul, un inconnu, lourd de boisson. Enlev&e, ligotée, torturée, ia victime est laissée sur le terrain. Ficelle ou cou. Meurtrissures dues à la matraque en plomb, aux coups de poing, de pied ... 30 blessures ou couteau. Sons trace de lutte ou de mouvement de défense. De quoi révolter la conscience la moins chatouilleuse de « civilisé}). De quoi consterner celui qui s'en remet à l'âge de certains des tueurs. Le plus jeune a « appuyé le couteau pour voir si la victime était bien morte » Où? - « Mois sur la partie qui était devant moi! » Ni plus ni moins que la ménagère sur une tarte pour s'assurer qu'elle est cuite à point. LE plus triste n'est pourtant pas là. Ni même dons le fait que le crime purement raciste a assayé de se travestir en expédition politique ou exécution martiale. Ou que les coupables ont, paraîtil, bénéficié du régime politique. Non, le plus grave est l'espèce de contraste entre l'horreur du crime et la légèreté dont il a &té l'objet. Voici un crime gratuit. Agression préméditée certes, mois ni motivée, ni provoquée. Donc exécutée avec song-froid, dons le plus parfait cynisme. « On lui offre l'olIer, mois il n'ouro pas besoin de billet de retour. » L'humour garde tout son sel. Crime crapuleux. Les poches de la victime ont été faites. Argent, chevalière, briquet, montre sont emportés. Crime abject : cinq contre un. Traité comment? Presque sur le ton de la plaisanterie

« Si je l'ai maltraïté, dit un des exécutants c'était par réflexe naturel », et il ajoute: « Oh ! bien sûr, je n'ai pas été tendre! » « Je n'étais pas là ou moment de l'accident, affirme un outre. J 'avais ce soir-là des occupations, si intéressante qu'oit pu être cette a ffa ire ... » Quant aux avocats, ils parlent de « desagréable soirée » (pour Chikhaoui?) et du « côté espiègle de cette histoire ». Dons le public on rit ... on sourit... Au premier rang de la défense, Me ANDRE MARIE sourit lui aussi. Monsieur André Marie? Défenseur de la veuve et de l'orphelin. ExPrésident du Conseil. Mieux encore, ou hasard du jeu de la distribution des chorges ministérielles, Monsieur ANDRE MARIE n'a-t-il pas eu la charge de l'EDUCATION NATIONALE? L'un des avocats de la partie civile disait

« Ces assassins sont les produits de

seize années de guerre colonialiste ». Allons donc! Ils viennent de plus loin! Les événemerJ's le prouvent, ils suivent la trace des nazis dont ils se réclament. La haine raciale au service de la guerre d'Algérie On a trouvé des enregistrements d'hymnes nazis chez eux. Et ils ont échangé le salut fasciste en pLeine audience. Emules des miliciens, ils pratiquent les moeurs hit· lériennes. Ce sont les fils spirituels du fOIJ de Berlin. SOUCIEUX d'informer objectivement nos lecteurs, nous avons fait état de tous les faits connus concernant la mise à sac d'une synagogue d'Alger, en décembre dernier. En particulier, nous avons cité les déclarations du F.L.N. désavouant cet " act~ de vandalisme et condamnant, d'une façon générale, l'antisémitisme. Parmi les hypothèses émises au sujet de ces incidents, nous citions un article de la revue tunisienn~ « Atrique Action », selon iequel « des « bleus-de-chaufte », souteneurs, indicateurs, à la solde de la police, qui faisaient régner la terreur dans la Kasbah, poursuivis par des manifestants, se seraient réfugiés dans la synagogue, d'où ils tirèrent sur la taule qui alla les débusquer ». Dans « l'Express » du 12 janvier, Jean Daniel apporte des précisions allant dans le même sens. Relatant les propos qui lui ont été tenus dans les milieux musulmans, il écrit : « Mais que sont devenus les « bleus-dechauffe », les indicateurs, tous les musulmans qui coopéraient avec les parachutistes ? On me répond : « Leur chef est devenu fou. Le remords et la haine des autres l'ont rendu dément. Il était très connu

c'était l'ancien adjoint d'Ali La Pain·

te. Les autres ont été les plus audacieux pendant les journées de décembre. Ils ont même fait tellement de zèle que parfois ils n'ont pas obéi · aux consignes. La profanation de la synagogue, c'est eux. Nous ne sommes pas d'accord. » Cela n'empêche pas les ultras d'ici et de ~IIIIIIIII I IIIIII!I!IIII II I I IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII I I1111111111111111:f! ~ ~ Mise au point -- Nous tenons à precI ser que l'ar- t icle de M. le Professeur KASTLER, _ paru dans notre de rnier numéro ava it pour t itre" originaJ : « La for-

e de frappe et i 'Afrique ».

Ce t itre ayant été modifié par ;; notre rédaction, dans un sens qui ris- _ - qua it de fa usser quelque peu la signif ication de l'article, nous nous - - en excusons vivement auprès de M. -

le Professeur Ka ~tl er, a in~i que de ~ nos lecteurs. f;11!I II IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII I III I IIIIIIIIIIII11i 1 1111111111I~

là-bas, Soustelle en tête, de mener une campagne virulente tendant à dresser les juifs contre les musulmans et les musulmans contre les juifs, en faisant circuler les rumeurs les plUS fantastiques. Dès janvier 1960, Ortiz et les émeutiers des barricades se flattaient, indique « Le Monde» du 21 janvier 1961, « de compter parmi leurs partisans quelques anciens membres de l'Irgoun, qui, à les entendre, continuaient à mener contre les « Arabes » le combat acharné livré autrefois en paiestine ». Ces mêmes « informations » ont été répandues dans la dernière période, et il a même été question de « commandos israéliens » qui viendraient se livrer il. des représailles contre les musulmans eL contre les mosquées après l'attaque de la synagogue. Certes, écrit encore « Le Monde », « au sein des Juifs algériens, de telles attitudes politiques demeu.rent exceptionnelles ». Mais on peut facilement imaginer l'effet qu'elles risqueraient de produire si les masses arabes y attachaienL quelque crédit. Le danger est réel. Au point que la Fédération des Communautés Israélites d'Algérie et le Comité Juif Algérien d'Etudes Sociales, les deux organismes les plUS représentatifs des Juifs ct' Algérie, ont été amenés à publier le communiqué suivant : ({ La Fédération des Communautés Israélites d'Algérie et le Comité Juif Algérien d'Etudes Sociales, émus par la persistance de bruits, aussi criminels que fantaisistes, tendant à prêter aux Juifs d'ALgérie des intentions belliqueuses, s'élèvent énergiquement contre la diffusion répétée de ces rumeu1's, aussi absurdes que tendancieuses. « Les deux organisations soussignées, rappellent leur volonté de paix et leur souci traditionnel constamment réatfirmé de iout mettre en oeuvre pour maintenir dans ce pays des rapport cordiaux et fraternels entre tous les éléments de la population. » Le journal « Information Juive », qui reprOduit ce texte dans son numéro de janvier, constate avec amertume que, bien que diffusé par l'Agence France Presse, ({ certains quotidiens n'ont pas cru devoir le publier ». Et il ajoute : « Ces manoeuvres tendant à dresser Juifs contre Arabes et Arabes contre Juifs en excitant simultanément les uns et les autres et visant à se servir des Juifs comme boucs émissaires ne sont pas nouvelles . Elles ne sont pas pour nous surprendre. « Avec l'ensemble des organisations juives d'Algérie, nous mettons en garde nos coréligionnaires contre cette campagne criminelle, dont il ne doit pas être difficile de situer les instigateurs. » Les instigateurs de cette campagne, ce sont, de toute évidence, ceux qui souhaitent la poursuite, l'aggravation de la guerre, et qui osent se présenter hypocritement comma les ({ défenseurs » des Juifs au moment même où ils tolèrent ou encouragent de telles excitations. Nous nous félicitons du sang-froid dont font preuve les juifs et les musulmans d'Algérie. Mais soulignons avec force, une nouvelle fois, que seule la paix, par une négOCiation sincère et loyale peut permettre de faire reculer définitivement les haines et les oppositions entre Algériens d'origines diverses. LONGTEMPS avant 39, Hitler se vantait dons son fameux manifeste de . combat de. mener la Fronce à l'asservissement par le pourrissement de son âme. Il avait vu juste. Suprême bastion de défense, c'est l'âme, et elle seule, qui décide de nos défaites. Le succès des ormes est éphémère. Il est illusoire. Fronçais, avez-vous gagné des guerres, aurez-vous gagné une guerre sous quelque ciel que ce soit, si vous perdez votre ôme ? Cé n'est pas par l'abandon de tel ou tel lambeau de « l'empire» que le pays s'amenuise ou s'oba isse. La Fronce abdique la grondeur, elle court ou suicide, si elle laisse empoisonner sa substance et sa parure de demain, la jeunesse d'aujourd'hui. Vous qui, oyant- toléré la haine, constatez actuellement que son venin lui survit, secouez-vous, il en est temps. Prenez conscience de yotre crime à. tous. Ni orobe, ni juive, ni nègre, votre première victime, votre gronde victime, c'est la FRANCE ellemême. C'est elle que vous laissez assassiner. - -1 LA PRECAUTION INUTILE 1 1 1 Une fois de plus. il est étonnant et déplorable de voir à quel point l'attente de la paix dans une guerre qui se tI'aÎne. arrive à dégrader la situation et :\. créer l'équivoque dans les domaines les plus éloignés de la politique. Le M on.de, (dans ses numéros des 22, 2.1 et 24 janvier derniers) s'est fait l'écho de la protestation du Secours Populaire qui, ayant l'ecueilli des vêtements, des layettes, des chaussures d'enfants destinés aux réfugiés algériens de Tunisie et du Maroc s'est vu refuser l'autorisation de les distribuer. Huit tonnes de vivres. cie vêtements, cie remècles sont bloquées clans le port cie Rouen par ordre du gouvernement. pour la raison qu'ils pourraient être utilisés par les fellaghas. Si la pmtestation du Secours Populaire est, comme on ne peut clouter de sa bonne foi. justifiée, il y a là une cie ces nombreuses en-eurs administratives qui arrêtent les meilleures initiatives ; et nous souhaitons que la clécision, résultant soit d'une enquête incomplète, soit cI'une information erronée, soit rapportée, afin que la vie et la santé cles enfants exposés aux intempéries et aux malaclies. en plein hiver. soient sat.Ivegarclées. Et, replaçant ces tristes événements dans le contexte cie l'histoire, rappelons que même si ces enfants sont des fellaghas précoces ou futurs, toutes les interdictions n'empêcheront rien. Toujours quelques-uns passeront au travers. Peut-être les pires, pour ceux qui les craignent. Toutes les persécutions clu Pharaon n'ont pas empêché Moïse, et l'ordre d'Herode n'a pas empêché Jésus. Pascale SAISSET. t 1 J J Sur les routes millénaires UNE fois de plus, on voit actuellement des individus puissants et dénués de scrupules, étrangers au Maghreb, dresser Musulmans et Juifs les uns contre les autres par de basses intrigues politiques et finlncières, sans lie soucier des malheurs qu'ils préparent pour les deux communautés. Ces machiavels sont d'ailleurs antisémites et antimusulmans, et le plus étrange est Qu'ils parviennent à attirer les uns et les autres dans leur jeu, alternativement, selon leurs intérêts sordides. Tout est bon à leur propagande sournoise et tenace, prompte à utiliser les tragédies de la nature, les guerres des hommes et le~ Querelles mineures de villages lointain" et innocents : la plus facile de toutes le: propagandes Qui nou's étouffent, parce Qu'elle fait appel aux instincts les plu primitifs - la cruauté, la bêtise, la lâcheté du racisme - et Que ces mensonges trouvent leur liberté dans la crédulité des ignorants. Parmi ceux Qu'elle manoeuvre, combien y en a-t-il pour connaître l'histoire du Maghreb, pour savoir Quelle situation y occupent les Juifs. et d'où, et comment ils y sont venus ? Au VIII' siècle av. J,c., un premier voyageur illustre arrive au Maroc : le prophète Jonas. C'est du moins ce Que vous assurera n'importe quel Juif ou Berbère du Sud, et il vous montrera pour preuve le rocher sur lequel « SidiYounès » posa le pied en débarquant de sa « baleine ~, sur une plage du Massa, au sud d'Agadir. Il ne faut pas dédaigner les légendes : celle-ci est l'expression naïve d'un fait historique bien réel . l'ancienneté de l'implantation des Palestiniens au Maroc. du Touât et du Reggan, où ils ,"ont planter et irriguer ,avec les Berbères et les Noirs, posant ainsi les bases de leur future capitale, Tamcntit, qui brillera jusqu'au Moyen-Age par sa culture intellectuelle et son commerce. D'autres migrations se fixent dans les provinces du Sud-Marocain, au Tafilelt. au Noul1 et même jusque dans l'Adrar mauritanien. par 1 Odette du PUiGAUDEAU 1 d'où ils s'intéressent au trafic caravanier. Ainsi se forma dans toute l'Afrique du Nord une population porteuse de vieille civilisation orientale, composée de Juifs vrais et d'Orientaux de diverses origines, émigrés avec eux pour les mêmes causes, qui domina sans heurt les Africains autochtones dont beaucoup adoptèrent le judaïsme. Lorsque les Arabes musulmans parurent à la fin du VII' siècle en Tripolitaine et en Tunisie, ce fut une femme de l'Aurès, la célèbre Kahena, la Magicienne, qui, rassemblant une armée, n'hésitant pas à faire la « terre brûlée » devant les envahisseurs, leur opposa une résistance héroïque. Mais l'on ne sait même pas si elle était une vraie Juive ou une Berbère judaïsée. Après la victoire définitive des Arabes et de l'Islam, les Juifs maghrébins sentirent probablement qu'ils ne garderaient pas, en face d'une religion issue du même Livre que la leur et défendue par des armées puissantes, la prépondérance qu'ils avaient prise sur des Berbères primitifs et païens. Ils demandèrent alors 5 d'Israël au Maghreb à se grouper dans des mellah autour de leurs synagogues, de lelll's tribunaux et de leurs écoles. Notons en passant que ces mellah sont toujours au voisinage immédiat du palais royal, d'une qasba ou de la plus importante mosquée dans les grandes villes anciennes comme Marrakech, Meknès ou Fès qui ne compte pas moins de 17 synagogues. On comprend que les Tuifs aient désiré vivre entre eux. selon leur religion et leurs coutumes ; étant donnée la tolérance religieuse des nouveaux maîtres, sans doute eut-il mieux valu qu'il re~tent mêlés à la population dominante, laquelle ne pouvait qu'être irritée à la longue par ce refus de vie nationale commune et cette ségrégation volontaire. Cela n'empêcha point les lettrés juifs de participer aux activités politiques et culturelles du Maghreb, Auprès des Sultal1 ~ et des Emirs. dans les écoles et salon~ littéraires, il Fès. Marrakech ct .\f eknès comme il Grenade et Cordo..:le, il s sont professeurs. juristes, conseillers (Suite page 11) Le cliché ci-dessus : femmes juives au D'ailleurs, ils y venaient déjà au X' lavoir de l'Oued. il. Tiznit. siècle, au temps du roi Salomon. attirés par les ports de commerce phéniciens et grecs d'Afrique et d'Espagne ; et l'on peut bien penser que les armateurs et les négociants « export-import » de Gaza y entretenaient des mandataires. Ce n'étaient là encore que des passants et des petits groupes isolés ; les véritables communautés juives se formeront à la suite des invasions qui vont se succéder et ravager les pays du Levant à partir tiu VI' siècle avant notre ère. Le draine du c:c: Pisces » C'est à cette époque que N abuchodonosor II, roi de Babylone, faisant la guerre aux Egyptiens et, du même coup, aux Juifs qui étaient alors leurs alliés, envah.issait la Palestine. Jérusalem est prise et saccagée en 601, et de nouveau en .s87. par les Chaldéens, puis en ~20 par les Grecs. Les vaincus, terrifiés, s'enfuient en Arabie, en Egypte et à travers l'Afrique du Nord, ti'étape en étape jusqu'à ce que la mer ou le désert arrêtent leur course. Les Juifs d'Oufrân, un village du Sudmarocain, ' montrent fièrement les tombes de leurs ancêtre:; dont les dalles sont gravées d'inscriptions et de symboles hébraïques, avec des dates dont les plus anciennes remontent à l'époque de Nabuchodonosor. La Pa.'!: Romana et ses brutalités, les destructions de Carthage en 146, de Jérusalem en 70 av. T.e. envoient de nouveaux fuyards et déportés jusqu'au Maghreb. Entre II S et 1I8, les Juifs de Cyrénaïque se révoltent. Deux cent vingt mille Grecs et Romains massacrés. cela indique l'importance et la force militaire des communautés juives cyrénéennes. Devant une répression proportionnée à la rebellion. les révoltés s'enfuient vers l'Ouest, Tripoli. Tunisie, Aurès. Quelques tribus descendent vers le Sahara en suivant les vallées fertiles de la Saoura, (SUITE DE LA PAGE UNE) Première question : les juifs marocains sont-ils victimes de l'antisémitisme? Sons doute existe-t-il dons les secteurs les moins évolués de l'opinion publique un antisémitisme latent. Ce sentiment est, certes, d'origine religieuse, mois il ne fout pos oubl ier qu'après des siècles de tolérance, le régime colonial a contribué à dresser des barrières, quand il ne provoquait pas des heurts, entre juifs et musulmans. (f' Di' viser pour régner JO est une formule qui 0 fait ses preuves naguère dons toute l'Afrique du Nord; et les · récents événements d'Algérie démontrent que d'aucuns seraient heureux de pouvoir l'appliquer encore aujourd'hui. Aussi n'y a-t-il pos lieu de s'étonner si, ou Maroc, quelques années à peine après la proclamation de l'indépendance, il subsiste des préjugés et des rancoeurs. Deuxième question: Quelle est l'attitude des pouvoirs publics? Dès le lendemain de la proclamation de l'indépendance, le roi Mohammed V a fait des déclarations fort claires : « Nous espérons voir, affirmait-il le 16 novembre 1955, dans un Maroc nouveau, régner la tolérance et la concorde, afin que tous oes habitants, quelles que soient leur confession et leur nationalité, se sentent plus en sécurité pour leur personne, leurs intérêts et leur liberté ». Et deux jours plus tord, il précisait : « Il est évident que les Maro- Une résolution du M.R.A.P. - LE Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) qui ne cesse de combattre tous les racismes et de soutenir tous les efforts pour la fraternité entre les hommes, exprime une émotion profonde devant le naufrage du « Pisces » et le destin tragique des 42 juifs marocains, hommes, femmes et enfants, qui 1 trouvèrent la mort. Ce drame met l'accent sur le lien inéluctable entre guerre et racisme. O'est la tension persistante entre Israël et les pays arabes qui, au Maroc notamment, alimente les préjugés et la méfiance, incite les juifs à émigrer, sert de prétexte à d'injustifiables discriminations, en contradiction avcc les Droits de l'Homme. Ainsi, malgré des efforts indéniables, il ne semble pas que soit encore créé le climat qui permettrait de faire disparaître le cloisonnement séculaire entre les communautés, qui avait été entretenu jusqu'à l'octroi de l'indépendance. Le voisinage de l'Algérie en guerre aggrave cet état de choses, les milieux ultras n'hésitent pas, pour - - pêcher en eau trouble, à susciter artificiellement des campagnes antijuives chez les arabes et antiarabes chez les juifs. Le M.R.A.P., avec tous les antiracistes, se félicite toujours quand un peuple colonisé devient souverain. II s'est réjoui de l'accession du Maroc à l'indépendance. II mettra toujours en garde contre l'exploitation antiarabe d'une émotion, si justifiée soit-elle, comme celle qu'inspire le naufrage du « Pisces ». Mais il insiste fermement pour qu'une action résolue soit poursuivie contre les discriminations et les haines raciales, dans le respect des particularités de chaque communauté. A cet égard, il prend acte avec confiance des déclarations de diverses personnalités et associations chérifiennes, notamment de l'Association des Etudiants condamnant l'antisémitisme et préconisant l'égalité de tous les citoyens. II espère que les pouvoirs publics marocains sauront ~'inspirer de ce noble idéal. Paris, le 19 janvier 1961. 1 1 1 1 , coins israélites ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres Marocains ". A maintes occasions, lors des fêtes religieuses israélites, des déclarations dons le même sens ont été faites tant par le roi que par le prince Moulay Hassan, actuellement président du Conseil. Des efforts notables ont été entrepri~ par les pouvoirs publiCS marocains pour intégrer les juifs: à toutes les bronches de la vie politique, sociale et économique, souli gnant par là que ceux-ci ne forment pas une minorité mois des citoyens à part entière, comme cela se passe, par exemple, dons notre pays. C'est ainsi que le Dr Benzaquen, dirigeant de la communauté juive, fut ministre du premier gouvernement du Maroc in· dépendant, et qu'il est, avec d'outres juifs, membre du Conseil constitutionnel. Il y a des juifs à de nombreux postes officiel~, et pormi les cadres administratifs, techniques, militaires et économiques, ainsi que le notait « Le' Monde ,. du 18 janvier. Récemment, 1 1 juifs étaient élus aux· Chambres de Commerce et de l'Industrie à Casablanca et dons les principales villes marocaineS. Il est certain que lors de la conférence qui s'est tenue dernièrement à Casablanca, et à laquelle participait le colonel Nasser, Llne vive émotion s'est emparée des juifs du Maroc. Certains Se. sont-ils livrés à des manifestations de protestation? Les autorités marocaines l'affirment. Des mesures de vigilance ont été prises. Des juifs ont été appréhendés. Mois il est certain aussi, qu'après une intervention des représentants de la communauté juive auprès du gouvernement, un commissoire de police et une vingtaine de policiers, qui avaient fait preuve d'un regrettable excès de zèle, ont été sanctionnés. Troisième question : les activités sionistes. L'hostilité ouverte du gouvernement marocain ou sionisme s'explique d'abord par des raisons de politique extérieure: la tension qui règne entre Israël et le monde arobe. C'est de cette- tension que résulte par exemple l'interdiction de tout échange de correspondance entre le Maroc et Israël, qui ne saurait être considérée, de bonne foi, si déplorable soit-elle, comme une discrimination à l'égard des juifs mois comme une mesure de « guerre froide ». Diverses outres considérations expliquent l'attitude des pouvoirs publics et de l'opinion. D'une port, le sionisme va à l'encontre des efforts d'intégration des juifs : dons un pays nouvellement indépendant, il est compréhensible que le sentiment national soit à vif, et la population ne peut pas admettre que certains groupes considérés comme partie intégrante de la notion soient sollicités de s'en désolidariser. D'outre port, le gouvernement marocain est préoccupé de l'hémorragie. de capitaux, de cadres ct d'hommes que constituerait pour le Maroc, un déport quelque peu massif des juifs marocains. C'est pourquoi il s'appose à. la propagande sioniste. En fait, les milieux touchés actuellement par le sionisme, sont les juifs les plus pauvres, les plus inaptes à gagner leur vie. Ils espèrent trouver en Israël une véritable " terre promise ». Or, ils rencontrent làbas de dure9 difficultés, parfois même des d iscriminations, comme l'ont montré naguè· re les événements de Waadi Salib; et il est notoire qu'après cette expérience beaucoup souhaiteraient regagner leur pays notaI. Telles sont les données complexes, souvent contradictoires d'un problème en pleine évolution, et qui se trouve d'ailleurs également posé, avec d'importantes variantes, dons les outres pays d'Afrique du Nord. Pour en juger il serait dangereux de se contenter d'approximations. Par exemple, on ne saurait condamner

0 nationalisotion des écoles de l'Alliance

Israélite décrétée il y a quelques mois, et dont le « Jewish Chronicle » (1 er juillet 1 960) écrivait que « ces mesures en eHesmêmes ne doivent pas nécessairement être regardées comme hostiles ». N'est-il pas normal que l'on tende, dons tout l'enseignement marocain, à remplacer le fronçais par l'orobe, et à mêler les enfants de confessions diverses? c'est la ségrégation qui serait anormale, voire nuisible. De même, on aurait tort de considérer comme un bloc le monde orobe - le Maroc, où l'on projette « Mein Kampf » n'él'ont pas l'Egypte où l'on projette « Le Juif Süss ». Les juifs marocains non plus ne forment pas un bloc homogène : si certains s0nt inadaptés, un puissant courant d'intégration se manifeste parmi la majorité. Et !a politique d'Israël elle-même (puisqu'elle entre aussi en ligne de compte) doit être considérée également avec le sens des nuances: témoin Cette déclaration du Mouvement iraélien de la Poix (4-1- 1961) par laquelle il « se joint à l'exigence de tous les amis de la paix dans le monde, pOUII demander la fin de l'effusion de sang en Algérie, sur la base de l'access'ion de son peuple à l'indépendance JO; Il préconise en outre, des mesures qui cc mettraient fin à la suspicion et à la méfiance et contribueraient au renforcement de la paix entre Israël et ses voisins, par la voie de négociations, par la garantie de la souvera'ineté, de l'indépendance et des justes droits des peuples ". , . • • , Sommes-nous .en présence, au Maroc, dune « guerre sainte contre les israélites» comme le proclame « Carrefour» ? de me: nées « néo-nazies JO comme le claironne une feuille prétendument « antiraciste JO dirigée par M. Soustelle; ou même de « persécutions antijuives » comme l'affirme « La Tribune Sioniste» ? On voit qUe la vraie question est celle' de l'intégration des juifs dons une natia", n?uvell,e~ent indépendante, après qu'liS' Oient ete longtemps maintenus sous la règle d'un statut qui les isolait. Cette question est délicate mois non insoluble. Aux pr~jugés, hérités du passé, s'ajoutent les meflOnc~~ et les craintes liées aux tensions mternctlOnales. Les antiracistes souhaitert que, de, part et d'outre, tous les effort:; SOient deplayés pour surmonter ces obstacles. A. L. 1 1 6 VICHY ET LES "UIFS (Suite de la plJge 1) ljUCS textes à l'appui de cette affirmation, et nous renvoyons notamment nos lecteurs à l'article de Joscph Bill ig, « La condition des juifs en France », dans le nO 24 de la Revue d'Histoire de la 2' .querre mondiale. Dès septembre 1940, Pétain écri"ait : « Quand (la France) a/{ra exa'millé les principes qui ont assuré la victoire de ses adversaires, elle aura la surprise d',\, 'reconnaître un pen partout son propre bieu sa plus pure et sa plus authentique traditiou ... » Pétain ignorait-il que l'antisémitisme nazi était devenu l'une des traditions le" plus authentiques du régime et que, par ce texte, il le naturalisait français ? Il est évident que selon les termes mêmes de l'armistice, certaines mesure" ne pouvaient être prises directement par les autorités occupantes. Elles avaient le plus urgent besoin de l'appui dc Vichy qui ne leur a pas manqué. Dès juillet 1940, Vichy s'emploic à la r évision des naturalisations, à l'interdiction de la fonction publique et du barreau aux personnes descendant de parents étrang-ers (sauf si elles ont servi dans I·armée) . La loi réprimant les cxcès anti sémites dans la presse est abrog·ée. Lc 4 octobre 1940, « Nous, Mar échal de France» signe le décret permettant l'internement des ressortissants étrangers de race juil·e. V ichy a prévenu les Allemands de l'ensemble cie ces mesurcs, parallèles à l'élahoration du Statut des Tuifs, en in ~i~tant sur le fait qu'il ne pouya it pas prendre en main l'élimination des juifs de la façon que le désirait l'occupant. « csliman/ que les coHdi/ iol/s politiques 1/e lu i !er1llellaieut pas de prel/dre lu i-1IIê1llc cc" mesures ». Robert Aron ne cite pas ,e texte. mai, celui dans lequel Vich y aiti rmc « qu 'il s'est dé/el/du de faire a·m·re de repré sailles ct qll'il respectc les PcrSOIlJlCS ct les bieJls jlli!s » ... « affinll1lioll qui, SOIIS la prcssioll 'lIa:::ie. ajoute-t-il. sera d,'I/ 1Flltie m'allt l'eu » ... VERITABLE SURENCHERE 11 n'avait pas même été nécessai re Que le~ nazis exercent une pressian pour les premières mesures dc discrimination raciale. Et le Statut des Juifs donnait une défi nition du juif plus « raciste » encore que celle des nazi s, en tcnant pour juif tout demi-juif dont le conjoint n'est pa ... aryen. et en fondant la discrimination sur la race et non sur la con fession. La promulgation par Vichy du Statut des Juifs ne r éduit-el le pas -à n éant les affirmati ons de « moindre mal }) prêtées à Pétain ? Elle préparait le terrain aux spoliations successives. aux déportation s, à tous les stades de la « solution finale» puisque c'était Vichy qui élim inait peu ù peu les j ui fs de tous les ,ecteurs de l'actiyité. Vichy qui recensait et bientôt in carcérait. L'explication donn ée par Robert Aron de cctte « bonne yolonté » de Vich" c"t sin~ ulière : « S i la FraJ/ce se cab re. 11L' ltS serrerOJlS la qOlllïl/etle (du chel,!1). Deux· textes révélateurs ••• Par une lettre dù 12 juin 1942 à son représentant à Paris, de Brinon, Pétain lui demande d'intervenir auprès des autorités allemandes pour que certains juifs (en fait, une vingtaine) soient dispensés de porter l'étoile jaune" par des me~u~es individuelles et exceptionnelles )). Il ecnt : " Je suis convaincu que les Hautes Autorités Allemandes comprennent parfaitement elles-mêmes quc certaines excep tions sont indispensables; lc texte de la huit,ièrnc ordonnance les prescrit d'ailleurs. Et cela me sem bIc nécessaire POUR (QUE DE JUSTES MESURES PRISES CONTRE LES ISRAELITES SOIENT OO:!\IPRISES ET ACCEPTEES PAR LES FRANÇAIS. ))

Dans le procès verbal d'un entretien avec Eichmann, le 1er jnillet 1942, Dannecker, qui était r espons?"ble des mesures antijuives en France, écrit: fi Les pourparlers avec le gouvernement français ont abouti jusqu'à présent au résultat suivant: le président Laval a proposé, lors de la déportation de~ familles juives de la zonc non occupee, D'Y COMPRENDRE EGALEMENT LES ENFANTS DE MOINS DE 16 ANS. La question des enfants juifs restant cn zone occupée NE L'INTERESSF PAS ... )) Quelques jours plus tard, c'était la fameuse rafle du 16 juillet, à p aris, qUl emplit le Ver d'Hiv' de 30.000 victimes, hommes, femmes et enfants. (Ces textes sont extraits du livre « Dc Reihondes à l'Ile d'Yeu )), de Maurice Vanino.) Nous la détendrolls dans la mesure où la France sera .qentille », disaient les nazis... Elle est donc « gentille » sur le dos des juifs. « Donnez-nous des juifs, et "ous aurez des tickets de pain ! ». L'autre raison donnée est aussi étran §:!:e : « L'antisémitisme hitlérien a beau être comidéré par la presque totalité de Français comme une abomination, il n'en contamine pas moins, plus ou moins consciemment, certains de nOii compatriotes », écrit Robert Aron. Or, les l1lesures prises par Vichy, ce sont bicn les hommes de Vichy qui les prennent, et non un « antisémitisme latent ~. Que nous importent les soi-disant crises de conscience de Xavier Vallat ou de Pétain lui-l1lême, puisque les fonctionnaires juifs sont épurés, puisque les préfectures s'emploient allègrement à élimi ner les juifs de toutes les entreprises et à préparer les séEjuestres des entreprises juives, puisque l'Administration Militaire allemande exprime sa sati sfaction de l'aide apportée par le « Ministère de la Production industrielle », sans laquelle elle n'aurait jamais pu poursuil'e l'aryanisation des biens. Que nous importe, puisque, en zone non occupée, Vichy fit interner les juifs étranger s, puisque le Commissariat Génér al aux questions jui,' es est créé Tlar la loi du 29 mars 1941, sous la chrectlOn de Xayier Yall at . puisque Vichy a accepté de counir les mesures de persécution que « les Français ouraiellt peut-être iugées impopulaires si elles émanaient des Allemands ». A partir cie 194I. on assiste à une véritable surenchère cntre Vichy et les na zis, tant par le nOU\'eau Statut des T uifs préparé par Xavier Vallat, qui agg.rav~ les exclusions et les spoliations, que clans le domai ne des internements et des déportations. Comme l'écrit J. Billig- dans « La Condition des juifs en France ». « le .fl0/t;" èozeillellt de Vichy a ouz'ert la barrière pOlir les mesures radicales de la solutioll filiale ». Les rapports allemands précisent l'a idé précieuse que leur apportc la police française pour les rafles à partir de 194 T, cn zone occupée. En zone nOI1 !.'ccupée, les mesures d'internement. d 'ass ignation il rés idence. les interdits à l'émigration ne sont-ils pas poursuivis par Vichy en « toute liberté ». UN SERVICE IRREMPLAÇABLE spectif sur l'histoire des ;uifs dans l'Etat frallçais révèle le service irremplaçable ?'wdu par le ré.qime vich'\'ssois à la cause hitlérienne en Europe ... Lorsque la poliee ou les services ministériels de Vichy opposaient Hl! re/1ts aux autorités na:::ies, lez!rs actions devenaiel!t peu efficaces, de leur propre aveu. Tout seul, l'occurant n'aurait pas obtenu la collaboration de l'Etat français qlÛ a administré le déracinement social et nwtériel des iuifs, a prêté ta pol'ice pour l'exéclaion des « 1IIesnres de séClt1'ité » lla:::ies, et a enfill désigné et « concenl1'é » de va,stes caté- PARIS, go ries de victimes pOlir len?' déportation z'ers l'incollitu ». Que nous importe, après cela, que Pétain ait eu un sursaut devant la vision de ce qu'il avait permis. Que nous importe qu'il ait, en privé, appelé Darquier de Pellepoix « Monsieur le tortionnaire ». puisque les mesures qu'il a couyertes cie son autorité ont perlllis à la « solution f inale » de frapper en France sans entrave, et aux bourreaux de perpétrer « légalement » leurs crime, ? Olga WORMS ER. Ici, au 6, rue de Normandie, a vécu une héroïne de la Résistance, qui fut décapitée par les nazis, à Cologne en 1943_ C'est là que les nazis d 'aujourd'hui ont choisi de manifester à nouveau leur présence, brisant la plaque commémorative, et souillant de la croix gammée ce qu'ils n'avaient pas pu détruire. ~ Un peu partout, dans Paris, les croix gammées et les' insiqnes de « Jeune Nation" recommencent à « fleurir », Les antiracistes exigent une action énergique des pouvoirs La seule opposition uette que Pétain publics. ait manifestée, c'est à propos de la dé· portation des jUifs frança is celle des jui fs étrangers ne l'empêch~nt pas cie do rmir, et Vichy a yant même préparé le travail pour les juifs apatrides. Cependaut, cette opposition de P étain, aussi bien que cie Laval, fondéc', comme le montrent de lIombreux documen t s. sur la crai nte des réactions de l'opini(}ll publ ique. a -t-elle empêché les déportati:ons des juifs français eux-mêmes, que les- mesures pri ses si docilement par Vichy cl\'aient si n1inutieus el11ent préparées· ? .. On désigne ceux (lui doivent être frappé . et puis on demande de ne pas leur tai rc mal ' ... Le procès EICHMANN , se prepare De plus. pourquoi Rohert Aron e~ti,me- t-i l "Culement ;'l )0.000 le nombre db pertes iui\'e" cn F1(lnce. qui est de 1'01':cire de 120,000 0 Nous emprunterons à Toseph Billig no-tre conclusion: « Cil coup d'oeil 1'étro- 'Fixée d'abord fin 6 mars, l'ouverture du procès d'Adolf Eidunrum doit avoir lieu" err princIpe le 15 mars, à Jérusalem. Mai'f cet1JP. date peut elTCOre être modifiée. L'acte d/accus"tion Cet:oendant, les préparatifS de ces assi .. ses historiques battent leur plein. L'acte· d'accumltion, qui compte 15 points, vient d'étre publié. L'accusation de « crimes contre le peuple juif ) et de « crimes contre l'huma· nité ») ;!St étayée, dans cet important document,. par de multiples références pré .. cises aux activités d'Eichmann_ ,..\.. . .-',..,.,..,.,..,.,..,.,..,..-',..,.,..,.,..,.,..,.,..,.,..,.,..,.,..,.,..,.,..,.. ..................,. ..,... ..................................................................................., ..,.,..,.. ....................,.. .,.. ...................X., ~ COEXISTENCE fT CIVILISATION ~ ~ (Suite de la première page) 0 N parle beaucoup de nos ~ X jours de 10 paix. Certes, X \ qui fondent lelntement dans une tous la désirent, peuples ~ X unité nationale. Tels en Fran- et gouvernants, mais les divers ~ X ce les Celtes, les Germains, les credos sociaux, religieux, écono- ~ ~ Romains, et d'autres,. L'hostilité miques, ne sont pos faits pour ~ ~ de certa ins mi 1 ieux obi igea les rapprocher entre eux les peu- ~ S Juifs, trop souvent à émigrer, à pies. ~ ~ changer de patrie et les confina On voit trois grands blocs ~ X dans des ghettos. Leur religion -s'affronter : l'Occident, dont les ~ ~ différente de celle des popula-· Etats-Unis se targuent d'assu- ~ ~ tions où ils essayaient de se fon~ mer la direction, le bloc russe so- ~ X viétique qui englobe une partie X X dre les reléguait souvent d'ai li- de l'Europe et une grande par- X ~ leurs à part. Rien ne sépare les tie de l'Asie, enfin en Extrême- ~ ~ humains comme des croyances Orient, la Chine qui s'évei:fle ~ X divergentes. sous la forme d'une credo nau- ~ ~ veau : le Communisme. Et dont ~ ~ Un phénomène analogue se Napoléon, pour le citer à nou- S ~ produisit dans l'Empire byzantin veau, aurait dit : « La Chine -, X après la conquête de Constanti- dort, son réveil ébranl!ero le ~ ~ nople par Mahomet Il en 1453. monde ». ~ ~ Les Grecs gardèrent leur rel igion Que nous réserve lavenir ? ~ ~ et ceci pendant des siècles, ce Espérons que les peuples et leurs ~ ~ qui permit, au début du 19" siè- gouvernants, terrifiés par la ~ X cie, la renaissance de l'hellénis- puissance destructice des nou- X ~ me, lequel n'a cessé de s'assi- veaux engins atomiques se rési- ~ X gneront à une coexistence paci- \. \X- miler des populations variées, fique où ne s'affronteront plus \~' ~ Doriens, Albanais, Crétois, qui que les rivalités sociales, éco- ~ X ont fini par former une nouvelle nomiques, culturelles, le seul ~ X « race » historique au seul sens terrain où l'humanité devrait dé- X ~ que l'on puisse donner à ce ter- sormais exercer ses activités. ~ X me. M. B. ~ ~,.,.,.,. ...,. .,.,.,.,.,.,.,.,... ...,. .,.,.,.,.,.,.,.,.,.,.,.,... .., .,.. ......., .,.. ..., .,.. ..., .,.,.,.,.,.,.,.. ..,. .,.,.,.,.. ...~ Au pOint 1, il est reproché à Eichmann d'avoir avec ses complices, causë la mort de millions de Juifs dans les camps d'extermination, et par l'organisation des déportations dans 17 pays occupés... Ces forfaits ont été perpétrés alors qu'Eichmann était chef du « Département des Aïfaires Juives ) de la Gestapo, créé pour la « solution finale )) de. la question juive. Le second et le troisième points du document accusent Eichmann d 'avoir causé un préjudice physique considérable à des millions de Juifs en les déportant, en les persécutant et les maintenant dans les ghettos, dans des conditions inhumaines. Le quatrième point porte sur les mesures de stérilisation visant à la « destruction du peuple juif ». Dans les points suivants sont signalées, outre les persécutions raciales, les ?ersécutions nationales et politiques, notamment en Pologne, en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie. Il est question en particulier du massacre de Lidice et de la déportation de milliers de Tziganes. Eichmann est aussi poursuivi pour son appartenance _ aux différentes organisations déclarées criminelles par le Tribunal international de Nuremberg. Le document se termine par la liste de. 39 témoins de l'accusation. -x- L'avocat d'Eichmann, le Dr Servatius a quitté Israël, le 26 janvier en protestant contre le fait qu'il ne pouvait communiquer seul à seul avec son client. Celui-ci aurait, parait-il, à lui faire une déclaration dans le plus grand secret. En réalité, le régime auquel est soumis Eichmann est le même que celui qui fut appliqué aux criminels de guerre jugés i\ Nuremberg au lendemain de la guerre. Un policier est toujours présent aux entrevues d'Eichmann et de son avocat, qui communiquent par téléphone, à travers une épaisse vitre. Les autorités israélienne lui ayant don né la possibilité d'une rencontre sans témoin, ·le Dr Servatius est revenu à Jérusalem. Le procès-verbal de l'interrogatoire d'Eichmann, un document de 4.000 pages, lui a, d'autre part été remis. -x- Le procès aura lieu dans un bâtiment dont la construction est en train de s'achever. Des centaines de journalistes du monde entier suivront les débats.. Eichmann sera placé dans une cage de verre blindé, à l'épreuve des balles. Une unité spéciale de la police sera affEctée à la garde du tribunal. La circulation des véhicules dans les rues avoisinantes sera interdite. LE RACISME M' Jules CHOME, qui a bien vou· lu nous confier cette importante étude, est un spécialiste de la question congolaise. Avocat à la Cour il'Appel de Bruxelles, président de la section belge tJ.e l'Association Internationale des Juristes Démocrates, il a assuré, en 1959, à Léopoldville, la défense de plusieurs dirigeants congolais (dont M . Kasavubu) poursuivis par les autorités belges. Il est l'auteur de deux livres, « La crise congolaise » et « La passion de Simon Kimbaugu » et de plusieurs brochures sur les problèmes du Congo, qui font autorité. l E grand Livingstone, géographe et missionnaire protestant, mort à Tshitambo, le le, mai 187-', avait dit, en parlant de l'Africain : « l\-OltS ne doutons ni de son coeur ni de son intellt. qcnce. Quant à la place qtte le nègre doit occuper tin iour parmi les peuples, nOlis Il'm'ons rieu vu qui iustifie l'hYPothèse de SOH infériorité native, rien qui prou· ve qlt'il soit d'une at~tre espèce que les plus civilisés. L'Africain est doué de tous les' a/tributs caractérisant la race humai ne » (1). En 1889, S.S. le pape Léon XIII confiait au Supérieur général de la Congrégation de Scheut l'évangélisation du Congo, par un Bref qui proclamait (2) : i V ous n'ignorez point, chers Fils, Notre ardent désir de voir les Peuples sa'Mva.qes de l'A frique abandonner les té· nèbres de l'erreur à l'éclat de la lumière di f Evan.qile, et échan.oer leurs coutumes abruties avec la politesse et la civilüatiol1 chrétienne. « Ce changement aura poltr effet de soustraire à. la loi de leurs caprices, ces trihus. peuplades ravalées au niveau de l'animalité, et de les faire passer de la servitude de la corruPtion à la .qlorieuse liberté des enfants de Die!t. » Cette opinion du Chef de l'Eglise va marquer de son empreinte non seulement Je~ premiers missionnaire.s catholiques qui oeuvreront au Congo mais des générations de colons. Le noir est un intermédiaire entre l'homme et l'animal. Pour les plus bienveillants, il est un enfant. Pour tous, il appartient à une race maudite qu'on désespère de guérir de ses tares. Un des missionnaires les plus célèbres 1: l'époque des pionniers, le P. De Deken, scheutiste, décrit les noirs (:ù : " On ne voit que museaux de singes, lèvres charnues, allongées en 1n1tfle, iambe;$" velucs C011lmc celles d'un chimpanzé, poitrines étroites et plates, bras lon.qs à descendre iusqu'au:!: .qenmt;t', » . Le P_ Aug. De Clercq, autre scheuttste ~ Jépeint les Bakete (4) : • Sale peuple. C'est la définition aussi complète que brève qu'on puisse en dOIlnt" l' . .', Peltple laid d'ailleurs, même POUl' d, oS Hè,gres. Avec leur ne:: affreusement écrasé, leurs 'YeltX brillant d'1,ne lueur de convoitise bestiale, leurs lèvres épaisses allongées en mufle... » Voilà pour le physique. Fidèle à la conc.eption pontificale du noir « proche d€' l'animalité » on lui donne des traits simiesques. Pour le moral, le tableau n'est pas plus encourageant. Pour le Père De Wilde, encore un scheutiste (5), dès son plus ieune âge, le négrillon est : ~ L'être le pl'Ms corrompu qui soit sur la lace entière du qlobe - hormis ses po'rCJzts, bien entendu ( ... ). " La corruption morale, tel est le vice émitle 11!111ent distinctif par lequel la race notre tranche S'Ur toutes les atttres races mémes païennes, 'd Et c'est pourquoi quand même je n'aurais pas d'autre ar.qument, ie me ran.oerais du côté de ceux q~li font de~cendre les nègres - de Cham, le ftls dénaturé que Noë maudissait iadis à cali· Sf de son impudeur ... " L'enfaHt 110ir naît avec mIe tendance au mal corrélative au déver.qollda.oe ori· ginel de la race ( ... ). ~ Reprise en bloc , la race noire est la p!Ms sttt{ide qlti soit au m011de ( ... ). ( Leurs 'w/nes idées l'eliq ieuses se r.'.lulIlwt en lUI abiect matérialisme ( ... ). « Le nègre n'est qu'un .qrand enfant mobile, fantasque, tout à fait pour servit· en chien craintif une volonté pl1H forte qloe la sienne ( ... ). « Faut-1'l désespérer de changer ces natures molasses, idiotes et dépravées ? La race nègre ne sortira de son abJection pour devenir ml qrand Peuple. qu'à cOllditioll de se l'ele'uer par le CltrÎstiamsme. » Les Pères Jésuites, venus au Congo quelques années après les Scheutistes, partageront leur sentiment (6) : « Les noirs ne sont pas plus attachés à leurs femmes, à leurs enfants, qu'à une chèvre, à un .qoret_ » Le P . Prever (A) : « L'intelligence est plus qu'endormie chez le nègre. ~ Le plus· entreprenant des Pères de Scheut, le Père Combier, avait dit (8) : « Il semblerait qu'une malédiction pèse S1~r cette race maudite. » Et l'un des plus éminents 111lSSlOllnai· res .T ésuites, le P. Butaye, lui faisait écho (9) : « On remarque dès l'abord que c'est une race profondément déchue. » Le grand homme . d'Etat catholique Charles vVoeste parlera à la Tribune du Parlement, le 7 décembre 19II ( 10) : « de populations qui, depu is de 10Hgs siècles, ont perdu en quelque sorte le sentiment de la 'moralité la plt!s vulgaire. ). Il est à peine besoin de souligner que tous ces .i ugements sommaires ne correspondaient à aucune réalité. Indiquons simplement qu'il apparaît, de plus en plus, qu'avant l'arrivée des Occidentaux, les peuples d'Afrique avaient une morale souvent plus exigeante que la nôtre, une organisation de la propriété sûrement plus sociale, des principes de solidarité extrêmement efficaces, une organisation politique et judiciaire, etc., et qu'on était très loin du néant, qu'encombrés de préjugés et gon· flés de complexes de supériorité les conquérants militaires ou idéologiques de ces contrées ont cru discernet' dans des attitudes qu'ils ne comprenaient pas et qui étaient souvent provoquées ou inspi rées par leur venue ou leurs interventions. Mais le cadre de cet article ne nous permet pas d'entamer une discussion sur le bien fondé de leurs opinions. Il suffit ici qu'elles aient été dominantes et qu'elles aient marqué tous les milieux blancs vivant au Congo. Le ~o janvier 1921, « L'Avenir Colonial Belqe », qui se piquait volontiers d'une pointe d'anticléricalisme, s'exprimera dans les termes mêmes du Souverain Pontife de 188) (II) : « L'indigèlle du C OHgO ... est à peille sorti de l'animalité. » •• * Il allait de soi qu'en pa rtant d'une telle opinion, l'on devait abouti r dans tous les domaines à une véritable discrimination. Le rédacteur en chef cie « L'A~'eltir Colonial Belge », A. Brenez. s'insurgeait très logiquement contre l'instauration d' : « Un régime iudiciaire des plus dall. oereux qui ill.qeait les illdi.qènes, à peint? sortü de l'animalité, I.es indi.qètles sauvages et souvent antlwo pophages, d'après les mêmes lois et textes que cel/X appliqués aux Blancs (12). » Cette discrimination raciale se traduira nécessairement dans un nombre considérables de lois, décrets et ordonnances du Cong'o Belge. Les idées-fo rces qui domineront la politique belge à l'ég'ard des noirs seront formulées clairement par l'un des premiers évêques du Congo. Mgr Roelens (q) : « La crainte et l'intérêt SOltt les deu.!: 'mobiles prindpaux des actes du noir. COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE 14, tue de Paradis, PARIS-10" (PRO 90-47 et 90-48) (j~and ~p~ectacee d' enlant~ Le samedi 25 févri.er, à 20 h. 30 précises au THEATRE DE L'ENTREPOT 21, rue Yves-Toudic (Métro: République) AU PROGRAMME : SAYNETES (en costumes) : « Don Quichotte » - « Tom Sawyer » - « Parole d'honneur » - « Pourim Spil ». DANSES POPULAIRES, CHORALE DES JEUNES, et une grande attraction : UN FILM INEDIT de la C.C.E. sur les colonies de vacances 1960. Billets à 3, 4 et a NF, en vente, 1 4, rue de Paradis, et dans les groupes des oc Jeunes Bâtisseurs », 7 AU CONGO « Ce sont donc ces deu.r fibres qu'il faut toucher d'abord, afin de faire vibrer les autres. « Il faut s'adresser à la crainte par ostentation de la supériorité (force, talent, caractère). « Mais cette crainte, même révérencieuse, doit êtl'e tempérée par ttne bonté Paternelle, qui veut dt~ bien au noir .' cette bonté doit s'allier à la justice et à la. fermeté. » La crainte la plus efficace, ce sera celle des châtiments corporels : « Ce qu'il faut, c'est le châtiment C01'rOTel qui inspire aux indi,qènes tme réelle terreur. D (r4). Un certain Willy Van Cauteren l'explique clal1s le seul iournal de la capitale du Congo (1:::;) : « Il faut à la société un droit de défense et des exemples. Je n'en cOllt/ais pas de plus efficaces que la chicotte au Congo. « Et il ne faut pas e.ro.qérer la {/1'avité de ce ré.qime punitif. D-isons plutôt qu'il est humiliant. Demande:: au-t' missionnaires, vieux coloniau..x, doublés de .qettS aux meillC1ws p1'ùtcipes humanitaires, s'ils condamnent la chicotte r :. C'est une brave religieuse gantoise qui nous donne la description la plus précise de la chicotte (16) : « On hale, écrit-elle à sa Supérieure, sur le 'rivage l'hippopotame po·nr le dépouiller de sa peau épaisse de 4 centimètres. Cette peau se découpe toute fraîche en lanières qui, tordues et séchées. constituent la chicotte ou fmtet dont on fltstige au C on.oo les pa1'esseH~- et les malfaiteurs. » La bonne Soeur n'a pas seulement vu confectionner la chicotte. Dans la même lettre elle raconte que des noirs ont reioint le bateau en retard et dévasté des champs de manioc. Le président Lumumba. Ceux qui avaient fait du racisme une institution au Congo ne lui ont pas pardonné ... « Ce dont, écrit-elle, la chicotte fait allssitôt bonne fustice poltr les coupables. Et c'est bien fait ! » Le Père De Cleene, directeur de la Colonie Scolaire de Boma, a d'autres méthodes (17) : « C'est uu caillou, le crâue d'un 1Iè.qre, et qui croirait, en qiflant là-dessl's, faire mal à Bamboula, se tromperait grandewellt, ce serait la main d1t fraPPeur et Hon la tête dtt frappé qui pâtirait de ce choc ... » Lorsque l'usage de la chicotte sera interclit ill1X particuliers, il sera maintenu dans le secteur public, notamment dans les prisons et les camps de relégation. Et 1'011 aurait tort de croire qu'il s'agissait de survivances du temps des pionniers. C'est le GOtl\·erneur très chrétien (et que la Belgique considère comme le plus g rand goU\·erneur dont elle ait doté le Congo), M. Pierre Rijckmans, qui si· g'nait l'ordonnance nO 2r6 (AIMO), du I2 iuillet 19-1-~. org-anisant le régime des colonies pour relégués (r8). L'a rticle 14 de cette ordonnance stipula it 1l0t1mment : « Les réunions non autorisées, les manifestations collectives, les actes d' insubordillatioll, les réclama/ions nOIl fondées, la mauvaise 7Jolonté ou la néq/iqence dans l'exécution des prescriptions résultant de la présente OrdOI/HanCe ai/!si Que tous actes de nature à troubler le bon ordre sont passibles des peines disciplinaires ci-après : « 2° 2 à 8 coups de fouet appliqués qtt bas des reins en présence du gardien; Ils sont donnés d'affilée. Toutefois si ~me bl~ssu:e Ott une syncope se produit, l'appücatwn de la peine est immédiatement suspendue. « .Le~ femmes, le~ vieillards, ains·i que les md1.qenes dont l état de santé sV oppose ne pourront être soumis à la peine du fouet. » O~ :tppréci~ra les, préoccupations humal11talres qUI temperent cette sanction réservée aux Congolais bien portants_ Cet usage de la chicotte ne sera supprimé dans les prisons d'Etat et à l'armée qu'en décembre r958. ' ••• La discrimination est partout. Une ordonnance nO ~ Cont, du 29 mars 1926 crée : . , « dans les circOJlscriptions 'urbaines des quartiers distincts pour les Personne; de race eupéenne. » L'article 6 de l'ordonnance prévoit que : .« Toute personne qui sera trouvée réSidant dans le quartier euroPéen sans être munie de l'autorisation néCessaire sera punie au 1I!axinmm de 7 iours de servit-ude Pénale et de 200 francs d'amende Olt d'une de ccs peines seulement, :. Ces dispositions ne seront abrogées qu'ap.rès les événements de janvier 1959. Le Code de Procédure pénale établIt partout des distinctions entre indigènes et non-indigènes (lg). Certaines dispositions pénales tel le Déc,ret du. 24 .iuill~t 1918 (20),' érigent en mfractlOn certams faits uniquement lo rsqu'ils sQnt commis par' des indigènes. 1 « Ce sont en .qénéral les actes et pra.: PQS Irrespectueux tenus en public devant ' ~1! a.qen~ «e l' ad1Ylin~stration, le méPris, l mSottm1sswn, le fOlt de répandre des faux bruits, etc. » Il est impossible d'entrer dans le détail , des dispositions discriminatoires_ i\pres les drama.ti9ues journées de janner 19.5~, ~e Mmlstre du Congo Bel~e \-oulut ehmmer au plus tôt de tels textes. Il désigna à cette fin une commission de juristes. Après plusieurs mois d'un travail intensif, le Ministre dut reconnaître que l'on n'avait pu mener la tàche à bonne fin tant il y avait de textes ci modifier ou abroger. •*• Cette forme du racisme avait sans nuTdoute, une orginalité. Elle all~it, fidèle aux vues des premiers missionnaires de pair avec un paternalisme unique en 'son genre. Elle en était d'ailleurs une des manifestations . Si le noir devait quitter la cité européenne à une heure détenninée c'était P?,ur lui étit.er les mauvais e~emples_ S Il ne pouvait pas aller au cinéma des Européens c'était parce que les films qu'on v projetaient pouvaient avoir su.r lui une mauvaise influence. Grand enfant. il fallait le protéger contre lui-même. Un texte significati f : la conférence consacrée par Mgr Scalais (2 1) ame él-olués : (Suite page 12,) (1) Cité par le lieutenant Lemaire dans « Au Congo - Comment les Noirs travaillent ». Bruxelle_s 1895, page 138. (2) Revue : Missions en Chine et au Congo, :Sr~elles 1889, no Préliminaire. (3) MlSSIOns en Chine et au Congo 1895 p . 154. ' , (4) Missions en Chine et au Congo 1899 p. 334. ' , (5) Missions en Cliine et au Congo 1895 p. 106 et suivantes. ' , . (6) Revue des Missions Belges de la Compagnie de Jésus, mission du Kwango 1906. p. 141. ' (7) Re,,:ue des Missions Belges de la Compagme de Jésus, mission du Kwango 1901, p. 178. ' (8) Missions en Chine el; au Congo 1889 p.94. ' , (9) Missions Belges de la Compagnie de Jésus, 1900, p. 265. (0) Annales Parlementaires 1911-1912 p. 190. '~ (11) L'Avenir Colonial Belge 30 janvier 1921. ' (12) Le 14 aot1t 1921, dans un éditorial : « Soyons fermes. imposons le respect du blanc ». . (13) Libre Belgique, 11 janvier 1921 résumé dans la revue Congo, 1921, l, p.' 282. (4) L'Etoile du Katang-a cité par l'Avenir Colonial Belge, 27-11-1921. (15) L'~v~mir Colonial Belge, 5-10-1922_ (6) MISSIOns en Chine et au Congo, 1894, p. 502. (7) Missions en Chine et au Congo, 1898. p. 94. (18) Codes et Lois du Congo Belge, éd_ de 191)4, p. 880. Il est inutile de souligner que d'après l'ordonnance légiSlative du 12 juillet 43 la relégation était réservée aux; seuls indigènes de la colonie c'est-à-dire aux noirs. ' (19) V. notamment Sohier Droit de procédure au Congo Belge. ' (?Il) V. Codes et Lois du Congo Belge, p. 301. (21) L'actuel archevêque de Léopold. ville. dan" la revue Missions de Scheut, 1954, p . 68. B l'HISTOIRE DOULOUREUSE DES RELATIONS JUDEO·CHRETIENNES Le R.P. Paul DEMANN, qui ::l. consacré, ces dernières années, de remarquables efforts à la critique des tendances antijuives dans l'enseignement religieux catholique, passant notamment au crible de très nombreux livres de cathéchisme, vient de publier une plaquette intitulée « LES JUIFS. Foi et Destinée ». au Editions Arthème Fayard. Cet ouvrage, selon l'auteur llÙmême, propose « au public chrétien de notre temps une brève initiation au judaïsme et à la connaissance de nos « ainés dans la foi ». Il n'est évidemment pas de notre ressort de porter un jugement sur l'aspect réligieu.x de cette étude. Mais il nous a semblé intéressant de faire connaître à nos lecteurs un extrait de la première partie, qui évoque brièvement l'histoire des rapports entre chrétiens et Juifs, et le « climat » qui en est résulté. Nous remercions le R.P. Demann, et les Editions Arthème Fayard de nous avoir aimablement autorisés à reproduire ce texte. ENTRE les deux communautés séparées qui se côtoient ( ... ) d'abord en Palestine et ensuite dans toute la Diaspora méditerranéenne et orientale, il y a inévitablement opposition, conHit. rivalité. L'une et l'autre se ratta: ltent â la même racine et revendiquent le même patrimoine, celui des Ecritures. L'une et l'autre ont conscience d'être le peuple de Dieu. le « véritable Israël », héritier des promesses, dépositaire de la Révélation. Pour l'Eg-lise, la certitude de cette continuité est celle de sa foi au Christ, accomplissement des Ecritures et de toute l'histoire d'Israël. Pour le judaïsme, il y a l'évidence tang-ible de la continuité de sa tradition, de ses institutions, de toute sa vie relig-ieuse et natio- nale. Leurs prétentions sont contradictoires entre eltes. et il sera ég-alement vital 1J)ur l'une et 1)OUr l'autre de s'affirmer et de justifier ses prétentions en face de t'autre. De plus, mie inéluctable rivalité opposera. \luprès du monde païen, la -prédication de l'évang-ile et le prosélytisme juif, qui restera très actif pendant les premiers siècles chrétiens. Entre les deux communautés, il ne pouvait pas y avoir de « coexistance " dans l'indifféTence comme entre deux étrang-ers. ( ... ) Ce' qui peut paraître étonnant, et qui est pourtant, hélas! très humain, c'est Qu'au cours des polémiques et des frictions des années et des siècles suivants, on en soit venu si rapidement, de part et d'autre, à perdre de vue, en g-rande Pour conjurer ~~,~~"'Charles 25 mai 2010 à 12:35 (UTC) 'es forces du passé 25 mai 2010 à 12:35 (UTC)"""""'" l A vague d'antisémitisme qui s'est abattue sur l'Allemagne Fédérale dans les premiers jours de 1960 a amené l'opinion publique internationale à tourner leS yeux une fois de plus sur le grave danger pour la paix mondiale que constitue la survivance en territoire allemand cr~éments néo-nazis organisés. Ces organisations d'extrême droite recruten.' asenttellement parmi certains anciens pr,t· (JUégiés du I!l' Reich qui se sont trou?Jes dépossédés fors de s'f c!,-ute, et une )e1JIo Wesse désoeuvrée et sedutte par une .dem~· l/Ogie de grandes phrases creuses a pretention idéologique. Aurions-nous tort de nous alarmer ou- tre mesure ? Le gouvêrnement fédéral de Bonn nous a.ffirme qu'il ne faut pas trop les « prendre au sérieux », et qu'après /fout ils ne sont guère à l'heure actuell!! .que 40.000, chiffre qui n'a rien de superieur aux effectifs moyens de leurs homologues dans la plupart des Etats européens. Disons cependant que nous attribuons li la situation allemande un caractère quelque peu particulier : les fascistes ne sont pas partout encadrés par d'anciens ~.s.. .ou d'anciens leaders des Jeunesses Hltlériennes qui ont fait leurs preuves et que l'on a pourtant laissés libres d'exercer ~rs droits politiques .. ils ne sont pas partout encouragés par une politique offidelle dont certains aspects comme, par exemple, les revendications inc~ssantes .sur les « territoires perdus au-dela de la ligne Oder-Neisse », entrent parfaiteme!lt dans la « ligne politique » des néo-nazts. Mais diront quelques-uns, comment "eut-oti, donc en revenir là quand on a 'oennu l'époque nazie ou simplement quand on en a efitënàu parler ? Anne Bauer, correspondante de presse ù. Hambourg, raconte que, dans une famille le fils aîné (18 ans) posait souvent à se; parents cette question : « Qu'avezvous fait au temps d'Hitler ? » Et eux: qu:, pourtant n'avaient rien fait de bon 'f!t rien de mal ne savaient que répondre et baissaient la tête. Cet exemple est significatif d'une attitude générale outre-Rhin: aux questions des adolescents, on ne répond que par un silence gêné. C'est donc bien l'ignorance la plus t,!tale de l'époque nazie qui entratne l'adhesion de jeunes à ce fascisme, nouveau partie, ce Qui était et restait commun aux deux soeurs rivales ( ... ). Pendant la période décisive que constituent les 4 premiers siècles de l'ère chrétienne pour la formation de la tradition et les institutions tant du christianisme que du judaïsme rabbinique, le besoin Je se définir l'un par rapport à l'autre, de se distinguer et de se différencier de l'autre aux yeux des populations païennes et des autorités impériales, a nettement marqué l'évolution de la pensée de chacune des deux communautés. De plus, les polémiques doctrinales et les g-riefs récoproques conduisaient fatalement à un durcissement du conflit spirituel et préparaient sa dég-radation en conflit humain. ( ... ) UN renversement complet de la situation politique se produit en ~I2, avec l'avènement et la conversio1l de Constantin. De relig-ion illégale et nag- uère encore persécutée, le catholicisme devient pratiquement la relig-ion officielle de l'Empire et se trouve désormais, et à quelques courtes périodes près pour long-temps, associé au pouvoir, à celui de l'Empire d'abord, à celui des principautés et royaumes chrétiens du Moyen Ag-e dans la suite. La situation lég-ale privilég- iée du judaïsme se trouve, du même coup, compromise et à terme condamnée. On en arrivera prog-ressivement. mais rapidement à une conception de l'Empire chrétien et de la lég-islation civile et ecclésiastique, dans laquelle seuls les chrétiens pourront avoir une place de plein droit. Le pag-anisme éliminé et les hérésies pourchassées, seuls les juifs, ces antag-onistes déjà « traditionnels », survivront d'une manière durable au sein du monde chrétien et auront à subir le contre-coup de cette tournure de l'histoire. La législation impériale et conciliaire qui se forme à partir du IV· siècle est d'abQrd d'une inspiration surtout défensive. Elle vise à élimine1- de la Société chrétienne toute influence juive. à élever des barrières entre les chrétiens et les juifs, à re1ég-uer ces derniers ait bail de l'Empire. à les écarter des structures administratives et économiques de la société. L'ahoutissement, encore lointain, cle cette é\'olution, cc sera le qltetto et cet isolement des juifs au sein des peuples cl,,-étiens qui constituera le teITain de culture idéal pour toutes les ig-l1oranccs, tous les préjug-és, tous les mvtl!es. jusqu'aux idées et aux accusations les plus absurdes et les plus tenaces, Nous retrouvons les mêmes moti fs ct les mêmes tendances dans t'enseignement théolog-ique que formulent à la même époque au sujet des juifs - souvent avec une extrême dureté - les prédicateurs La • Jeunesse pour eux. Anne lJauer raconte encore qu'à Munich, ville pourtant « partiCUlièrement évoluée », le quart des ,enfants d'âge scolaire (12-16 ans) ignorent tout d'Hitler, la moitié n'en ont qu'une notion très vague .. seul, le quart restant a reçu un début d'instruction dans ce domaine, mais il est comme par hasard nettement orienté à droite. Combien nous semblent ainsi justifiées les paroles du docteur Joachim Une image qu'on ai nerait ne pus revoir", Prinz, ancien rabbin de Berlin, déclarant: « l'antisémitisme et le natiq,nal-socialisme allemands sont nés dans les écoles allemandes ». LE COTE MILITAIRE Quand on recherche les responsabilités d'une telle carence criminelle, on ne doit pas hésiter à porter haut ses regards. Sans doute les prOblèmes à résoudre sontils délicats, ne serait-ce que du fait que 30 % des professeurs actuels étaient à et les écri\'ains ecclésiastiques, et non les moins illustres. Cette lég-islation et cet enseig-nement s'expliquent en g-rande partie par le fait qu'à l'époque le prosélytisme juif était encore fort actif et que les com1llunautés juives rompues à la discussion avec les chrétiens, exerçaient par leur ancienneté, leur connaissance des Ecritures, leur culture. la beauté de leur culte, etc .. une sorte de fascination sur les populations souvent frustes et encore très superficiellement christianisées, fascination qui ne pouvait que paraître dang-ereuse aux autorités de l'Eg-lise et le R.P.IIEMANN! de l'Empire. Les oppositions durcies et les polémiques âpres dont on avait t'habitude, et sans doute aussi certaines tensions sociales, faisaient le reste. L'évolution ainsi commencée, dans l'enseignement et dans la lég-islation, ne cessera g-uère de s'accentuer dans le sens de la dureté, du mépris, de l'hostilité envers les juifs et imprégnera profondément l'esprit, l'imag-ination, la sensibilité, le langag-e, toutes les traditions des peuples du Moyen Ag-e chrétien. C'est surtout à partir de la première croisade (TOQ6) que cette é.volution produira ses fruits sang-lants et que commencent les siècles les plus sombres de l'histoire juive (du XIIe au XV'). Ces siècles de massacres, de spoliations, de brimades, de vie précaire et pourchassée, auront, de leur côté, pmfondément marqué la tradition, la spiritualité et la sensibilité juives. L'j,;c;toire réelle fut, certes, infiniment plus diverse et plus complexe que cette évocation ,g-Iobale. Il fallait pourtant bien rappeler ici, au moins en quelques mots, ce long- passé, dont le lourd héritag-e est encore présent, tmp présent, dans les habitudes de pensée, dans la sensibilité, dans mille traditions du monde chrétien comme du monde juif. et jusque dans les structures de la société, jusqu'à ces barrières psycholog- iques invisibles qui subsistent encore longtemps après la disparition dèS barrières institutionnelles. EN lïQI (quinze ans après que le même principe eut été posé dans la Constitution des Etats-Unis), la Constituante issue de la Révolution française vote l'émancipatiol1 des juifs, c'est-à-dire leur rend les droits pleins et ég-aux du citoyen libre. Cet événement fait en quelque sorte pendant au tournant intervenu un millénaire et demi plus tôt avec l'avènement de l'Empire chrétien. Avec quelques dizaines d'années de décalag-e, tous les pays d'Europe suivront .allemande l'école sous le III' Reich, que oeaucoup sont restés de tendance nazie, que l'énorme majorité du corps enseignant n'est rien moins que dynamique et que l'apathie en ce qui concerne ces problèmes de dénazification va grandissant chez les maîtres et dans la population, Sans doute certains « laender » Jont-ils des efforts très louables : dans la Hesse, 5 heures par an sont consacrées obligatoirement dans toutes les écoles à l'instruction sur l'ère nazie .. à Hambourg, à partir dé 14 ans, les élèves ont 2 heures obligatoires par semaine d' « instruction politique )}. Mais même ces gouvernements courageux se heurtent à des prOblèmes très difficiles, ne serait· ce que celui, capital, des manuels d'histoire en vigueur. Ici, on a tronqUé - délibérément ou non, ce n'est pas la question - toute explication rationnelle des faits de l'histoire hitlérienne. Citons, en vrac, ces phrases, toutes prises dans des manuels largement répandub : « L'Alsace-Lorraine appartient « de plein droit » à l'Allemagne... » « Hitler devait attaquer le Danemark et la Norvège ; c'était le seul moyen d'assurer la sécurité de nos bases aériennes et navales et d'entraver un blocus de [' Allemagne éventuel... » « L'attaque allemande contre la YougOSlavie était devenue une nécessité après la campagne ct' Albanie de Mussolini... » « Le côtê militaire des activités nazies ne doit être jugé qu'avec des considérations strictement militaires », UNE ETRANGE DISCRETION Dès lors, est-il besoin de souligner le silence quasi unanime des manuels allemands sur les persécutions nazies : 11 lignes au total y sont consacrées par le « Aus der Deustchen Vergangenheit )1 utilisé en Bavière et le « Am Fliessband der Zeit » en usage en Westphalie et en Rhénanie du NOTlf.. Le « Graindzuege der Geshichte }) de Berlin n'utilise que 6 lignes pour parler des meurtres de Juifs et se contente de cette affirmation générale : « Plusieurs millions de Juifs furent massacrés ». Sans doute un livre comme le « Welgesschichte im Aufriss ) en usage à Berlin représente-t-il un réel progrès " une page , et demie est consacrée aux persécutions, une à l'antisémitisme allemand avant le lIIe Reich, tout un chapitre sur le thème « Pourquoi l'expérience démole mouvement ainsi déclenché. Cette réintég- ration des juifs dans la société des pays de tradition chrétienne et le proce,,; sus d'assi'milation auquel elle a donnè naissance auront eu des conséquences ilt_ calculables pour les rapports entre le monde juif et le monde chrétien. Entre les deux, des relations normales - qui al'aient été presque impossibles pendant de long-s siècles - ont pu 1·eprenrlre. même si cette reprise prog-ressive a été ireinée par les séquelles du passé. contrariée bien des J'ois par la con jOl1cture politique et économique, trop souvent vidée de sa substance par la déchristianisation des uns et la déjudaïsation des autres. Néanmoins, peu' à peu, des liens, des échang-es, des amitiés se sont noués, permettant aux juifs et aux chrétiens de découvrir le visag-e de l'autre, de s'intéresser à l'autre, de s'interrog-er au sujet de l'autre. Cela n'a pas empêché. jusqu'à ulle ép"lIue récente. de nombreuses confusioll.' et des collusions entre des milieux chrétiens encore mal dég-ag-és d'un antisémitisme « traditionnel » et les nouvelles formes d'antisémitisme politique. nationaliste et raciste. Et il aura fallu les développements et les débordements de ce dernier pour faire prendre conscience plus larg'ement au monde chrétien de la véritable nature et de la véritable malice de l'antisémitisme. Cette démonstration brutale a été fournie par le rég-ime hitlérien, avec son idéolog-ie ouvertement païenne, avec S/1 sauvag-erie monstrueuse et méthodique qui, en quelques années, a eng-Iouti six millions de juifs, uniquement parce qu'il: étaient juifs. Ces événements inimag-ink bles ont provoqué un sursaut jusqu'alors sans exemple chez beaucoup de chrétien", en Allemag-ne, dans les pays occupés et partout dans le monde. Devant de tels faits, un chrétien dig-ne de ce nom ne pouvait pas ne pas s'interrog-er sur les causes et les imolications du drame, ne pas prendre conscience de la g-ravité d de l'urg-ence du problème de sa propre attitude, de ses responsabilités, de qe:, tàches relatives aux juifs. La haine païenne dans laquelle leô confondait le persécuteur, les fpreuves subies en commun, l'entr'aide et le' amitiés nées au creuset de la souffrance ont, de leur côté, fait mieux comprendre à heaucoup de chrétiens la solidarité qUi les lie au peuple de la première Alliance , Ces expériences ont suffisamment marqué toute une élite chrétienne pour susciter après la g-uerre de multiples efforts de réflexion et d'examen de conscience, et diverses initiatives qui ne cessent Je se développer dans le monde chrétien actuel, et dont bénéficient déjà plus larg-ement les ieunes g-énérations qui 11l0~.;, tent... . ,., doit • SaVOlrra • cratique a échoué après 1919 ». Sans doute le « Die Neueste Zeit », employé ef! Basse-Saxe, utilise une page pour décrir~ les persécutions nazies, parle de 4 a 5 mil, lions de Juifs assassinés, donne une description de dix lignes des camps de c01~centration. Mais est-il certain que ces progré soient appréciés par les responsables des Lander ? Un incident comme celui qui a eu lieu récemment en Bavière ne peut que nous laisser rêveurs : un m.lnuel affirmait : « Il est impossible de donnel' le chiffre exact ries Juifs qui perdirent la vie mais ils furent probablement plusieun; millions ». Le ministère de l'Education bavarois, jugeant sans doute cette affirmation trop préci~..e, la fit remplacer par l'expression « un très ;;rand nombre » REUSSIRONT-ILS ? Nous faut-il donc désespérer de voir lW jour renaître une Allemagne saine ? La partie sera difficile mais il faut pourtant noter quelques signes d'espoir, Notamment, l'action des étudiants allemands contre la politique stupide menée à Bonn: la grande association Verband Deustche,. Studentenshaften réclamait récemment la création immédiate d'un Institut académique des affaires juives et prenait position 'pour l'éducation du peuple allemand, seu~ moyen d'éviter la résurgence de l'antisémitisme. Me rendant dernièrement en Rhénanie, j'ai été très frappé de voir à quel degré de conscience politique étaient ar· rivés les étudiants que je rencontrais. Ils m'affirmaient tous leur volonté d'accepter le pOids que représentait ce fardeau quasi héréditaire qui pesait sur eux. Mats, en même temps, ils me demandaient, en il mt que Français, de tenter d'oublier et de leur faire confiance pour liquider les séquelles du nazisme. Personnellement, je crois ces jeunes dignes de respect et même d'admiration. Seulement réussiront-ils ? En 1952, les résultats d'une enquête d'opinion publique nous apprenaient que le 1110 du peuple allemand croyait encore qu'Hitler était celui qui avait fait le plus pour l'Allemagne. En 1958, après un nouveau sondage, ces « attardés )} ne représentaient plus que 4 % de l'ensemble de la population. Comment faire pour qu'en 1970, ils ne soient pas 40 % ? C'est tout le problème. Philippe LAUBREAUX .. r~--- - .- ------ - -- 9 J u lesR 0 Y, Prix de la Fraternité ( 'EST un grand livre que le Prix de la Fraternité vient de couronner. Et je me sens honoré d'avoir à lui rendre ici cet hommage. Parmi les oeuvres de qualité soumises à son choix le jury s'est attaché à celle qui traite clu thème essentiel pour le peuple Ïrançai s. Voilà près cie sept ans que sa politique intérieure et internatioonale bute contre ce problème, près de sept ans que notre conscience « a mal à l'Algérie ». Ce thème, un écrivain de talent et de courage, un authentique combattant cie la lignée .les Saint Exupérv, l'a évoqué en des pages si pleines, si vibrantes, si loyales qu'elles apparaissent comme une libération et comme une promesse. La ,"oix d'Albert Camus, l'Algérien, s'e~t éteintc. Et depuis bien des mois a"ant ~a mort. emprisonnée. en un dilelllmc que nous compren ions mal, celui LE LAUREAT Jules ROY est né le 22 octobre 1907, à Rovigo, près d'Alger. " est petit-fils de colons. Après des études ou séminaire d'Alger, il trouve sa vocation, à 20 ons, dons le métier des armes. Officier, il passe dons l'aviation en 1935. En Algérie, après 1940, il port, su r sa demande, en Gronde-Bretagne, en 1943 . Dons les groupes françai s de bombardement 'ourd de nuit, il effectue 37 missions au-dess;Js -de l'Allemagne et des territoires occupés. " obtient 6 citations et la Distinguished Flying Cross. Commandant en 1946, puis lieutenant' Colone l et co lonel, ses activités militaires, à l'état-major de l'Air, puis en Indochine (où i 1 s'é lève contre les méthodes et les buts de la guerre) cèdent le pas de plus en plus à ses activités littéraires. Après avoir écrit un essai sur Montherlant, publié « Trois Prières pour des Pilotes » (1942) et « Ciel et Terre » (1943), il rencontre Albert Comus, à Paris (1945) à qui le lie bientôt une profonde amiti é. Son livre « La Vallée Heureuse » lui vaut, en 1946, le Prix Théophraste Renaudot. JI écrit également une pièce « Beau Song », montée à la Comédie de Paris par Raymond Hermantier un récit « La Bataille dons la Rizière », puis « Le Navïgateur », « La Femme Infidèle », « Les Flammes de l'Eté », et deux autres pièces « Les Cyclones », et « Le Fleuve Rouge », cette dernière ne devant être jouée qu'après plusieurs années, à la fin de 1960. /1 reçoit en 1954 le Grand Prix Renier de 1 Monaco et, en 1958, le Grand Prix de littérature de l'Académie Française. Pendant un certain temps, Jules Roy se retire dans les Bosses-Pyrénées, où il dirige une entreprise agricole. Très éprouvé par la mort d'Albert Camus, il retourne en Algérie en avril et moi 1960, et en revient avec son 1 ivre « La Guerre d'Algérie ».

  • GHANA - AUTOBIOGRAPHIE DE

KWAME NKRUMAH (Présence Africaine). Voici sous nos yeux la vie d'un leader africain, sa vie d 'enfant, d 'étudiant, sa lutte pour l'indépendance de son pays. Avec toutes les difficultés de tous ordres qu'il a su vaincre. Ecrit dans une langue très simple, ce livre se lit facilement et aide à comprendre non seulement les problèmes du Ghana, mais beaucoup de problèmes afri" cains. Un livre d'actualités. POUR LES ENFANTS, signalons au"\; Editions « La Farandole »: RA}IA ET SITA. - C'est une adaptation de Rayamana, la grande épopée po" pulaire de l'Inde ancienne. Ce récit, intelligemment adapté et agréablement conté, étonnera et intéressera les enfants de 11 à 14 ans. C'est une histoire passionnante (que l'on doit compter parmi les livres de l'amitié) et illustrée d 'une façon originale par Ragataya, cet illustrateur indien dont il nous a déjà été donné d'apprécier le talent. Qt:I AVAIT RAISON? Contes d'Ethiopie et du Soudan. (7 à 10 ans) . Ce voyage dans l'humour africain réjouira les enfants, que les héros soient des personnes ou des animaux. Illustrations aérées et aux très jolies couleurs de Konachevitch. (Et dois-je le dire? Oui bien sûr ... quantité d'adultes trouveront aussi grand plaisir à lire ces deux livres.) Andrée CLAI R. du de"oi r de justice et du devoi r envers sa mère, elle avait cessé de parler de l'Algérie. Jules Roya pris la relève. Son livre a déjà porté à plus de cent mille lecteurs un message de paix qui ne manque en rien à la justice. Livre brùlalJt qui porte en épigraphes des versets du Li vre de lob. « Je suis develllt le frère des chacals », criait le Patriarche sur son fumier. Et son désespoi r interrogeait l'Eternel, silencieux par Pierre PARAF Pourquoi dOlllle-t-il la lmnière à celni qui souffre et la Vie à ceux qu i ont l'amertume dans l'â1l1e et qni espèrent eu vain la mort ? Livre âpre et saignant comme la terre d'Algérie. n émalle d'un fils cie petit colon, d'un de ceux qui s'appellent aujoul"Cl'hui les pieds noirs et qui ont des cli'oits aussi et dont il est insensé dc croire que, voulant la pai x. la vraie autodétermination de l'Algéri e. nous acceptions le slogan dc la colère : « La valise ou le cercueil ». C'est en patriote français autant qu'en ami de tous les peuples que l'on préconise la négociation et si les conditions s'avèl:ent de plus en plus difficiles, n'estce pas l'aveuglement, l'égoïsme de tant de partisans actuels dc l'intég-ration, SI long-temps ennemis de toute égalité, qUI en sont les premiers responsables ? A in si Jules Roy, fils cI'un g-endarl11e et d'une fermière de Rovig-o - à quelque .10 kilomètres au sucl d'Alger - a accompli un pélerinage SUl' la terre cie ses parents. II a revécu le temps de son enfance où l'on ne pa rlait ni de raton s, ni de bicots. La condition des Arabes et des Kabylc3 n'en était pas moins misérable. Si l'on ne relevait de pal·t et d'autrc nulle haine, les « Europécns » avaient la conviction profonde indi scutée quc les autres représentaient une human i té sans commune mesu re avec la nôtre, dont le destin était de couchel' sur lc sol. de marcher pieds nus. d'obéir, dont lc dieu n'avait rien dc commun avec lc dieu des chrétiens... Un Allah qui se contentait de batards en g-uenilles, prosternés plusieurs fois par jour en pl eins champs, la face tournée vers La Mecquc. Sur la tombe dc sa mère. 1 ules Rov dit «Me voi là, maman. 1 e suis venu "01 r notre pays pour es sa ,'cr de comprC'llc1rc cc que les autres en ont fait. Nous ;l\'ons dcs égli ses. des hanques et des écoles. des mutes ct des hôpitaux mais nous avons nég-lig-é de nous occuper des A rabes comme il aurait fallu ... » Et lui qui eut « pour bien l"honneur, POUl' conscience la fo i, pour épouse l'aventure, pour enfant l'cspoir et sa mère pour étoilc ». il lui demande en 501-

  • LE CINEMA, NOTRE METIER, par

Louis Daquin. (Editeurs Français Réu· nis.) « Le Cinéma, notre métier » de Louis Daquin est un livre sincère et passionné. René Clair, dans sa préface dit fort justement que « l'auteur ne prétend pas toujours avoir raison. Il apporte avec lucidité son témoignage ». Daquin, en effet, a su se tenir à une égale distance de la prétention à apporter des vérités indiscutables et définitives et du repli dans la neutralité. Ce qui lui appartient très individuellement n'est pas dissimulé, ni son mécontentement contre les filmologues, ni son mécontêntement contre beaucoup de professionnr.ls de la critique. Il en avance des raisons: au lecteur de juger. Au total, cette réflexion prend sa pleine valeur de s'articuler sur la pratique du métier de cinéaste. Les problèmes de morale politique, les problèmes de morale, les problèmes économiques pOSés au cinema et leurs rapports avec les problèmes esthétiques, sont l'objet. d'un examen étayé par les référence:,: aux exemples concrets retenus par le seul metteur en scène français qui se soit heureusement obstiné depuis 15 ans à faire de chacun de ses films un témoign::l.ge social éclairé par des options idéologiques bien caractérisées. On lira en particulier avec un intérêt dominant les pages par lesquelles Daquin évoque l'aspect de son métier pour lequel il se passionne peut-être la plus : la direction des acteurs. On peut ne pas recevoir et faire siennes toutes les conclusions de Daquin. Il importe, au moins de les entendre. dat « Fais de Illon esprit une epee et de mon coeUl' une lumière ct toi qui as tant souffert de Ille saVOl r en guerre, aicle-moi à donner la paix parmi les h0111- mes ». C'EST que tout a bien changé depuis ces premiers colons auxquels ceux cI'au jourd'hui se réfèrent. L'Algérie cie papa, malgré la violente conquête qui lui donna naissance, les spoliations qui l'accompagnèrent, eut sa g-randeur. Mais, écrit Jules Roy, « les petits fils vivent de souvenirs et de comptes en banque ; quant aux arrière petits fils, il est salutaire d'assister à leur sortie du lycée Bug-eaud, quand ils montent dans leur raguar, leur Mercéc1ès ou leur D.S. et s'amusent à frôler les ratons ». .1 e n'ajoute rien à ce témoignag-e pas plus qu'à ce propos d'un écrivain algérien dont l'auteur juge plus prudent cie tai re le tlom « Nous sommes des hommes, nen que cles hommes. Nous avons besoin d'amitié, de tendresse, de fraternité ». Sans doute, en écho à ce cri, au reg- ard du bilan de la misère algérienne, du quaclt'illag-e, des camps « de résidence », des tortures qui hélas n'appartiennent pas seulement au passé, de ce grand désert où l'on laissa trop souvent les Arabes d'Algérie comme les travailleurs nord-africains de la métropole, faut- il enregistrer ces actes de terrori sme qui frappent odieusement des innocents. Bien loin de servir la cause de l'indépendance alg-érienne, ils entachent ses leaders cie barbal'ie, font le jeu de leurs ennemIs. creusent plus profondément le fossé entre les communautés destinées ~ vivre ensemble. .1 ules Roy dans sa Gue'Te d'A l.llérie flétrij toutes ces violencer sans équivoque, adjure les uns et les autres de rompre le cercle fatal. Et pour éclairer ces ténèbres il nous présente quelques types d'Arabes et d'Européens, de laiques et de religieux qui préparent l'aveni!". Bâti sseurs de fontaines, de ces fontaines qui chantent et devant lesquelles les femmes qui vont puiser de l'eau disent : « Voici l'homme qui a bâti la fontaine. Béni soit-il à lamais ! » Et ces couples d'instituteurs qui s'obstinent à vouloir éduquer, comprendre, aimer les musulmans, dans l'hostilité de leurs compatriotes. Et cet officier qui combat sincèrement « pour élever matemellement et spirituellement les gens d'ici, pour répartir la terre à leur profit » - « Ah, dit-il, si j'étais sùr que la France y garde sa place, 'que ce pays ne nous renie pas ... j'accepterais vo. Iontiers qu'il soit indépendant » - « Alors, lui répond Jules Roy, vous vous battez POUt· le même but que les g-ens d'en face ! ». SI j'ai multiplié les citations, c'est pour témoigner que Juks Roy n'a nég-ligé aucun des aspects du problème, que l'hommage qui lui est rendu était mérité. II faut maintenant que la tragédie s'arl'ête, que le vrai dialogue commence, que le fanatisme et le formalisme n'empêchent plus de fermer les portes de la guerre, d'arrêter en même temps le terrorisme et la répression et, toutes g-aranties étant assurées à la consultation loyale du peuple alg-érien comme à la protection des minorités, de conclure enfin la paix. C'est le mérite du livre de Jules Roy de rappeler ce devoir avec une force, une émotion singulière en combattant en fils d'Algérie, en Français soucieux de cette Fraternité que notre Prix a pour devi se. Et de dédier par delà la mort, cette réponse à Albert Camus, son am! fraternel « II ne s'agit pas de préférer sa mère à la justice. JI s'agit d'aimer la justice autant que sa propre mère ». « La Guerre d'Algérie » a paru aux Editions J uillard. LE PRIX Fondé en 1955, le Prix de la Fraternité d'un montant de 1.000 NF est destiné à « couronner chaque année l'oeuvre ou la réalisation française, dans les domaines littéraire, artistique (théâtre, cinéma, peinture, ete.), scientifique ou philosophique, qui aura le mieux contribué â servir ou exalter l'idéal d'égalité ct de fraternité entre les homme! sans aucune distinction d'origine, de race #ln dl! religion )). Les décisions du Jury sont prises à la majorité absolue. LE JURY MM. Léon LYON-CAEN, Premier Président honoraire de la Cour de Cassation, Président du M.R.A.P. ; François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nobel; André MAUROIS, de l'Académie Française; Mme Marcelle AUCLAIR, écrivain; MM. ATTULY, Conseiller honoraire à la Cour de Cassation; Albert BAYET, Professeur à la Sorbonne; Georges BESSON, critique d'art; René CLOZIER, inspecteur général de l'enseignement ser:ondaire ; Louis DAQUIN, cinéaste; Alioune DIOP, secrétaire général de la Société Africaine de Culture: Jacques FONLUPT-ESPERABER, ancien député; Max-Pol FOUCHET, écrivain; J .-P. LE CHANO!S, cinéaste; Jae(!ues MADAULE, écrivain Louis MARTIN-CHAUFFIER, écrivain; Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. ; Pierre P ARAF, éeri vain ; Claude ROY, écrivain; Georges SADOUL, critique cinématographique; Dr Jacques Emile ZOLA. LES PRECEDENTS LAUREATS 1956 : Le metteur en scène Christian J AQ UE, pour la réalisation du film « Si tous les gars du monde ». 1957 : Elsa TRIOLET, pour son roman, « Le Rendez-vous des Etrangers » et Gabrielle GILDAS-ANDREIWSKI, pour son roman, « Pas de cheval pour Hamida ». Mention spéciale à Claude VERMOREL pour son film: (f La plus belle des vies ». 1958 : Marguerite JAMOIS, Pascale AUBRET et Georges NEVEUX pour la réaU· sation théâtrale du « Journal d'Anne Frank ». Mention spéciale à Roger PIGAUT pour son film: « Le Cerf-Volant du Bout du Monde ». Hommage à Edmond FLEG pour l'ensemble de son oeuvre. 1959 : Jules ISSAC pour l'ensemble de son oeuvre, et plus spécialement « Genèse de l'antisémitisme» et « Jésus et Israël ». Le Jury signale en outre à l'opinion publique: « Roméo, Juliette et les Ténèbres », de Jean Otchenachek, traduit du tchèque par FrançOis KiEREL; " Les Passagers du Sidi Brahim », de Jacques LANZMANN ; « Ballade de Little Rock )), de Dora TEITELBAUM, traduit du yiddish par Charles DOBZYNSKI. rt ( - - ._- --- 10 LA VIE DU M. R. A. P. 30 rue des Teûneurs DEPUIS le 27 janvier, le M.R.A.P. et « Droit et Liberté » sont insta:lés dans leurs nouveaux bureaux. Situés ou 30, rue deSi Jeûneurs, au l ",r étage, ce local est assez vaste pour permettre de recevoir les nombreuses personnes qui viennent journellement s' informer, demander notre aide ou nous opporter leur concours. Les amis du M.R.AP., les abonnées à " Droit et Liberté » qui suivent et mènent avec nous l'action inlassable contre les menées racistes et antisémites et pour que triomphe l' idéal de la fraternité, connaissent nos difficultés matérielles. Il s savent les efforts constants que fait not re journa l pour éclairer l'opinion publique, avertir et mobiliser face à choque danger nouveau. Et c'est pour ne pas interrompre cette {JCtian intense qu'il nous a fallu lancer une compagne exceptionnelle de 3 millions d'anciens francs pour acquérir ce nouveau 10- col. 12 n'lars •• Nous avons la sati sfaction d'annoncer que les 2 millions sont largement dépassés, et nous sommes en très bonne voie pour atteindre l'objectif fixé. Comment ne pos s'émouvoir devant tant de morques de confiance et d'encouragement! Notre ami R. M. nous adresse 15 NF et de sa moin t remblante ajoute : « Je suis retraité, je participe avec joie à l'acquisition de votre nouveau local. Puissiez-vous continuer votre noble tâche ». Un prêtre du 13' arrondi ssement envoie 5 NF « pour le nouveau local d'où se poursuivra l'action pour la fraternité entre les hommes ». Un rabbin adresse 50 NF. Nos amis de Lyon, de Lens, de St-Quentin, de Nancy, de Rouen, de Valenc iennes, de Lille, de Stra sbourg -- et nous nous excusons de ne pouvoir les citer tous - apportent leur soutien actif. A diverses sections de l'U .J.R.E., dont celle du 20· Belleville, se joignent de nom- Réunion du Conseil National Le Conseil National du M.R.A.P. tiendra ses assises le dimanche I 2 mars. Ce sem la première réunion importante qui se déroulera dans les nOl/veaux locaux de notre Mouvement. Cette assemblée aura liel' à quelques fours de l'ouverture du procès Eichmann. EUe aura donc. entre autres, à examiner les mesures à prendre en prévision d'éventueUes manifestations antisémites, et surtout l'orqanisation d'tlne campaqne de meetin.qs et réunions à travers la France, pour inforlller l'opinion, à l'occasion de cette affaire, de la menace du néo-nazisme, animé par les anciens complices d'Eichmann. D'ores et déjà les c01ll ités [oeau:),; du JI.R.A.F. s'emploient à la préparation de ces manifestations. D'autre /Jart le Co nseil National allra pOlir tâche d'examiner les pro blèmes po- sés /Jar la persistance dn drame alqérien qui est la source de haines et de 'discri~ minations racistes. Il prendra des mesures propres à fav01'iser l'entente entre les A I.qériens d'or iqines diverses et à 1"enforcer la lutte pottr 1me solution pacifique par la néqociation. A l'ordre dn four du Conseil National, fiq1trent enfin diverses questions relatives à l'or.r;anisatio." intérielt're dH Mouvement. Un numéro spécial de « Droit et liberté » Le numéro prochain de « Droit et liberté », celui de mars, sera un numéro spécial, consacré au problème allemand. Le Bureau National du M.R.A.P. en a décidé aInsi tout d'ab ord pour faciliter aux jeunes générations la compréhension des événements actuels, par un rappel du passé. Comment la montée d'Hitler ou pouvoir s'est-elle effectuée? Quelle était son idéologie? En quoi consiste aujourd'hui la menace du néo-nazisme et du militarisme en Allemagne? Que s'est-il passé au lendemain de la guerre et depuis? La réconciliation franco-allemande est-elle possible, et dans quelles conditions? .. Autant de questions, parmi d'autres, auxquelles répondra ce numéro spécial, par les articles de nombreux spécialistes éminents, qu'i nous ont d'ores et déjà assuré de leur concours. Pour que le tirage puisse être déterminé dans les meilleures conditions possibles, il est souhaitable que nous ayons à l'avance le maximum de données sur ces 'initiatives. Comités, amis, lecteurs, PASSE'Z-NOUS D'URGENCE VOS COMMANDES! ••• Plusieurs militants du M.R.A.P. ont orga nisé, le dimanche 29 janvier, la vente de « Droit et Liberté » au « Marché aux Puces » de Saint-Ouen. Cn peu de temps, 70 journaux ont été v('ndus parmi les commerça nts. D'autres ventes sont prévues en fé vrier, en divcrs autres points de Paris. Nos félicitations à cc groupe de diifuseurs qu'anime Joseph CREITZ, le dévoué secrétaire de la section du M.R.A.P. du 18' arrondissement. breuses organi sations syndicales : Fédération Nationale des Cadres S.N .C.F., Fédération des Travailleurs des Métaux, Fédérations Nationales de l'Alimentation, du Papier- Corton, Union Départementale du Cher, Chambre Syndicale de la Fourrure ... et 10 place nous manque pour citer toutes les manifestations de sympathie que nOLIs enregistrons quotidiennement. Cependant, combien émouvante était la contribution des jeunes du Club ~ , Amitié », quand on' connaît la situation précaire des étudiants et les modestes appointements des jeunes. . Saluons oussi tout spécialement l'effo!1, de l' Union des Sociétés Juives de France, de Sociétés, dont nous prions les membres et les dirigeants de trouver ici l'expression de notre vive reconnaissance. Nous sommes certains que les amis n'oyant pas encore répondu à notre appel se feront un devoir de nous adresser leur participation et que, dans le prochain numéro de « Droit et liberté » , nous pourrons avec fierté vous annoncer que l'o bj ectif a été atteint, Fé licitons enfin les fabricants et ma rchands de meubles qui ont pris l'initiati ve d'a ssurer l'ameublement de notre salle de réunion et de nos bureaux, a f in qu ' ils soient à la mesure de notre influence et de nos tâches. LA DIFFUSION DES CARTES D'AMIS Mais le local est pour nous un moyen, non un but. Tout au long de ces derniers moi s, le M.R.A.P, n' a cessé de développer son action. Et nous avons encore bea ucoup à foire, en cette périod e où le drame algérien engendre quotidiennement la ha ine, où le milita ri sme allema nd accroît sa menace, tandis que l' in te rnat ionale néo-nazie s'a pprête à déclencher une offensive antisémite à l'occa sion du procès Eichmann. Nous devons être vigilan ts et multiplier nos efforts, en favo ri sant par tous les moyens le coura nt pour l'union de tous les antira cistes. Il faut donc qu'à côté de la campagne de sousc ription pour le local, la d iffusion des Cartes d'Amis 1961 prenne un rapide essor. Il faut placer par milliers et par milliers ces cartes, qui porteront ainsi témoignage de la confiance et du dévouement qui ne cesse de s'affirmer dans tous les milieux pour le M.R.AP. Nous sommes certains que, conscients de ce ~ nécessités, ceux de nos amis qui recevront la Carte 1961 s'empresse ront d'en effectuer le règlement aussi ropidement et aussi généreusement que possible. Et que nos militants s'emploieront acti vement è recruter por ce moyen de nombreux amis et abonnés nouveaux. Ain si le M.R.AP. pourra accomplir dans de bonnes condi t ions les tâches importantes qui lui incombent. Ainsi s'ouvriront des perspectives touja urs plus larges à son influence et à son action. Soni,n BIANCHI. ,- Le 1er annive rsaire du Club Amitié 18 janvie r 1960 - 18 janvier 1961 : le club « A mitié » fê te son premier anniversaire. Ce soir-là, la g-a ieté, la bOllne humeur ont le v isag-e de la franche amitié. S i nous a vons r eg-r etté J'absence de notre prés ident c1'honneur. M' ::\1:-\.)."V ILLE, de Charles P A LANT et de bien d'autres amis qui s'étaient excusés, nous. avon s eu le g-rand pla isir c1'avoir parmi nous, Albert LEVY, secréta ire national du M.R.A.P. Créé au cours de la lutte contre les croix gammées parties de l'Allemag-ne de l'Ouest, le Club Amitié a grandi et s'est développé dans toutes les luttes anti racistes Plutôt que de rappeler une fo is encore le riche bilan d'une année d'acti\"ité, mieux vaut essayer de voir quelles sont les perspectives. Né du combat a ntiraciste. le Club vit !.Jour et Dar le combat antiraciste. Le combat antiraciste est sa vocation, mais ce ser a it r estreindre son champ d'action que cl'oublier deux de ses tâches es,ent ielles. L a première : être le lien entre les org-anisation de la jeunesse ayant la lutt e an t iracist e inscr ite dans leur programme d'act ion. La seconde : être l'école de l'amitié ent re les peuples, seul gage d'un monde d'où sera it exclue toute h a ine raciale, Ecole de l'Amitié : c'est -à-dire le centre de fo rmation des futurs combattants et des futurs cadres de la lutte ami racist e. C'est r1'lns ces pel' ~J)f'c ti\'P~ fl ue nous a.ppelons les jeunes de tous les h orizons à r e joind re le Club Amitié. V ive le Club Amitié ! Avec lui, en avant vers de nouveaux succès ! Albert GRADZTEIN. Le programme du Club Mercr edi 15 février: « AVANT-PROPOS SUR LE PROCES EICHMANN », par M ' J ean Schapira, avocat à la Cour, membre du Bureau National du M.RA.P. ~'1 erc r edj 22 février: « L'INDE : SES PROBLEMES, SES REALISATIONS », par l 'Attaché Culturel de l'Amba ssade de l 'Inde à Paris . Mardi 28 févr ier (exceptionnellement) : « ROSES ROUGES POUR MOI », de Sean O'Casey. Accueil en musique à partir de 18 h . 45 au T.N.P . Mercredi 8 mars : D EBAT sur la pièce « Roses rouges. pou r moi », avec la participation d'un délégué du T.N.P. Les r éunions du « Club Amit ié » ont lieu à 21 h eures, au 120. rue Vieille-duT emple. (Métro : Filles du Calvaire). Soulignons, en outre, que ce numéro, coïncidant avec le procès de Eichmann, opportera toutes précisions sur ce personnage, et permettra de le situer dons l'ensemble du régime et de l'épo que dont il fut un des grands criminels. Une Association est née • • « france-Côte d'Ivoire» Aussi appelons-nous tous les antiracistes A DIFFUSER ACTIVEMENT CE NUMERO SPECIAL .: que les comités locaux prenne~ t toutes dispositions pour organiser des ventes massIves; que nos lecteurs et omis, sur le plan individuel, s'engagent à placer quelques numéros autour d'eux; que tous nous fassent parvenir des adresses de personnes susceptibles d'être intéressées par l'envoi du journal •. NOS DEUILS Peu de nos amis connaissaient Raymond SACHS, ,t ou t simplemen t pa rce qu'il était t r ès effacé, par timidité, bien qu'efficace da n s son tra vail militan t. Secr étaire de la section du V' a rrondissement du M.RA.P ., il a va it aussi, à plusieurs r eprises, partiCipé aux tâches de not re commission financière n ationa le, a vec un extrême dévouemen t n ' hésita n t pas à a ba n donner , pendant plusieurs jours, ses activités professionnelles pour collecter des fonds a uprès de ses collègues qui, pour cela même, le regarda ien t comme un homme à part, qui se « mouillait » vonlont iers pour la cause juste qui est la n ôtr e, même a u détriment de ses a ffa ires .. . Il était bien connu, t rès estimé, da ns son a rrondissement. Raymond Sachs vient de mourir d 'une embolie, le 28 ja nvier , alors qu'il se r eposait aux sports d 'hiver , à "Zerma tt, en Suisse. Not re Mouvement perd un ami courageux et actif, que nous n' oublierons pas. · R. M. 47 __ .. __ Une Association France - Côte d'Ivoire vient de se constit·uer à Paris , sous le patronage d'éminentes personnalités française et africaines. Parmi elles, figure notre ami M' Jean Schapi ra. membre du Bureau National du M .R .A.P. Cette association se propose de favoriser les échanges culturels entre la France et la Côte d'I voire par le moyen de confé.ren~es, e;xpositions, spectacles, pUblzcatwn d un bulletin mensuel organisation d'un centre de docu~ mentation. Le secrétaire général de « FranceCôte d'I voi re », M. Henri Cuinet a bien voulu, pour « Droit et Liberté» présenter l 'initiative dont i l est l'am: mateur. _,n".ft,*:» .... ft .............. -_ ...... Du graffiti à l'apartheid, du wagon réservé au lynch, nombreuses sont les métamorphoses du racisme. Les plus spectaculaires ne sont pas forcément les plus dangereuses. Il en existe d'autres, plus hypocrites. L'ignorance et le mépriS de tout ce qui n'est pas nôtre, par exemple, s'ils ne sont pas des fonnes de racisme manifes· tes, en permettent du moins les abus et le justifient à bien des égards. Par leur accession à l'indépendance, ce.rtains pays d'Afrique ont réalisé cette première étape vers la reconnaissance des droits et de la dignité à laquelle doit préten dre tout être humain. Qu'il nous soit cependant permis de nous demander ce que représe nterait une indépendance uniquement économique et politique qui tendrait par ailleurs à intêgrer le pays qu'elle con· cerne dans un système philosophique ina· dapté tout en lui contestant ses propres moyens d'expression . II existe un art, une pensée, une éthique qUI constituent le patrimOine spirituf'l de l'Afrique seul capable de donner un sens à la vie africaine. II existe un passé, sou· vent grandiose, des peuples africains, in justement exclus des livres d'histoire pal nos censeurs parce qu'ils précédaient la conquête et surtout qu'ils étaient susceptibles de la rendre suspecte en en contestant la légitimité, Ainsi ent retînt-on une équivoque qui porte encore aujourd'hui des fruits douloureusement amers. Panni les jeunes Africains eux-mêmes, beaucoup n'osent plus croire encore à la réalité d'une civilisation africaine et oscillent entre la nostaI gie d'une authenticité qu'ils pensent révolue et la tentation de la vie occidentale inapte à répondre à leurs questions. L'indépendance ne doit donc que faire pressentir l 'affranchissement spirituel de l'Afrique grâce auquel le Peuple Noir pour· ra s'exprimer dans le cadre de sa tradition et avec sa voix propre. C'est en affirmant son originalité, en traduisant poUl qui l'ignorerait le sens profond de ses r acines, que l 'Africain prendra vraiment sa place, digne et incontestée, parmi les peuples libres. Mais encore doit-on prendre garde à ce que certaines fonnules vagues et imprécises ne viennent à confondre cette dé· marche avec « l'accueil bienveillant d 'un enfant au sein de ses aînés ». L'ébauche même d'un dialogue fraternel avec l'Afrique demande de notre part une réceptivité à laquelle, il faut bien le dire, nous sommes généralement peu préparés, Cal dans ce dialogue, il nous reste plus il. écouter qu'à dire, sinon pour questionner. « Après l 'épreuve universitaire, nous dit un ami ivoirien, le Village reste pour nous une autre école": l'école d'apprent issage de la vie. » Nous voulons partager cet enseignement que nous avons oublié. Nous ne voulons plus, au nom d'une culture aux. vertus chancelantes, imposer nos concep· tions et nos limites, mais profiter d 'une rencontre pour confronter nos espOirs, dé· gager les ramifications possibles d'un tra· vail commun, penser un monde de demain où chacun aura sa place. Henri CUINET . xx LE COMITE DE PARRAINAGE Voici la liste des membres du Comité de Parrainage de l'Association France· Côte d 'Ivoire : Mmes Monique CAZEAUX, présidente du Comité France-Afrique ; Suzanne COL· LETTE-KAHN, secrétaire générale de la Ligue internationale des Droits de l'Homme

Germaine DIETERLEN, Ethnologue
Jacqueline DELANGE, Ethnologue;

Denise PAULME, chargée du Département d'Afrique noire au Musée de l 'Homme

Madeleine ROUSSEAU, secrétaire

de l'A.P.A.M. MM. Roger BASTIDE, professeur à. l'E.P.H.E. ; Roger BLIN_ comédien, metteur en scène ; Jean CASSOU, conservateur du Musée d'Art moderne ; Bernard. DADIE, écrivain, Directeur de l'Information il. Abidjan; Alioune DIOP, Présence africaine; Jacques DUVIGNAUD, maître de conférences à la Sorbonne ; Edouard GLISSANT, écrivain ; J .·Paul LEBEUF, maître de recherches au C.N.RS. ; LE CORBUSIER, architecte - urbaniste ; Robert LIENSOL, directeur de la Compagnie théâtrale les « Griots » ; Jean MAYER, directeur de l'Ecole des Lettres d 'Abidjan, secrétaire général de l 'Association « Hommes et Culture » ; Edgar MO· RIN, sociologue ; Paul NIGER, écrivain ; Henri RAU LIN, ethnologue; J ean ROUCH, ethnologue, cinéaste ; J ean SCHAPIRA, avocat à la Cour, membre du Bureau National du M,RA.P ,

Comment concevez ... vous l'antiracIsme? Dans un précédent numéro, nous avons ouvert un débat : COMMENT CONCEVEZ-VOUS L'ANTIRAC'IS, lE ? Après les correspondances de M. Paul DEHEM et de Roger MARIA, qui examinaient certaines formes de racisme inconscient pratiquées parfois par des personnes de bonne volonté, nous publions le point de vue de notre ami Georges SAROTTE, membre du Bureau National du M.R.A.P. sur un autre llroblème. Le débat (ou la confrontation) continue. Faites-nous part de votre point de vue! QUAND, pour la plupart, les peuples d'Asie et d'Afrique ont impétueusement accédé à l'indépendance politique, ce n'a pas été sans lutte et parfois sans batailles violentes contre les Etats impérialistes qui les avait soumis à une ·exploitation dégradante. Une fois cette indépendance conquise de jure, il leur faut lutter encore pour déjouer les diverses manoeuvres des gouvernements impérialistes à la dévotion des cercles monopolistes, manoeuvres allant parfois jusqu'au retour offensif des anciens colons appuyés -par la force armée, comme c'est le cas de l'Indonésie, ensuite du Congo belge, mais -elles ont presque toutes plutôt pour but, non pOint tant de rétablir une domination politique désormais condamnée, que de conserver intacte et même renforcer au besoin une domination économique propre à assurer la continuation des fabuleux profits extraits de la sueur des populations autochtones. UNE CONTRE-OFFENSIVE C'est ce qu'on appelle le néo-colonialisme. L'assujétissement pOlitique et administratif d'antan, avec ses contraintes répressives, n'était que le moyen d'assurer avant tout l'assujétissement économique : donc, on peut y renoncer, du moment qu'il peut être dissocié de l'assujétissement économique, alors surtout qu'on peut se prévaloir de cette renonciation forcée comme d'une attitude magnanime. La meilleu· r E' contrainte, moins visiNe, consiste maintenant dans les investissements de capi· taux, qui permettent de dicter aux anciennes colonies des stipulations léonines dans des accords dits d'aide et d'assistance. Il convient d'autant plus de s'attendre à la Une conception fausse , a 11 combattre •• le racisme JJ anti-Blanc" multiplication de tractations de cette sorte que les convoitises impérialistes ne sont pas moins âpres aujourd'hui qu'auparavant, car si autrefois on s'enrichissait grA ce à l'économie de traite, maintenant les perspectives de profits sont devenues bien plus larges par l'exploitation du pétrole, de l'uranium, de la bauxite, du diamant, etc ... Il est regrettable de constater qu'un certain nombre de leaders auxquels échoit le gouvernement des jeunes Etats sont dis· posés à se prêter à des tractations favorables à ces visées néo-colonialistes. Cela provient de ce que, constituant l'élite de populations encore peu éduquées politi· qUement dans leur ensemble, ils forment leur bourgeoisie nationale, qui est imbue, sauf de notables exceptions, des conceptions dominantes dans les métropoles où ils ont été instruits, de telle sorte qu'ils vont plus ou moins à contre courant des aspirations de leurs peuples à une indépendance totale. Or, dans l'ensemble, les J aunes et les Noirs ont conscience, assez· obscurément encore, il est vrai, de ces menaces de la contre-offensive néo-colonialiste_ Ils réagissent par des manifestations parfois très vives contre les Etats de l'Occident, où se trouvent leurs anciens maitres. Ce sont ces réactions que des écrivains et des journalistes qualifient du terme de racisme « anti-Blanc » ou racisme « à rebours ll, expressions propres à jeter le discrédit sur la lutte contre le néo-colonialisme. DEUX COMPORTEMENTS DIFFERENTS Ces expressions sont inadéquates et malheureuses. Il importe de combattre vivement la conception qu'elles traduisent, celle-ci étant fausse et, de plus, préjudiciable à la cause de la libération totale des masses d'Asie et d'Afrique du joug colonial. Elle semble répondre à un mot d'ordre qui serait lancé pour ruiner l'intérêt et le soutien que les démocrates apportent à cette cause. Cette conception est fausse, car si le comportement, vis-à-vis des Blancs, des populations déjà national t'ment indépendantes ou encore assujetties et opprimées n'est certes pas toujours exempt d'animosité, voire de violence, il n'est que la réaction Incoercible des sévices dont Us ont été ou sont séculairement l'objet. Et tel quel, il ne présente en aucune façon le caractère raciste. En effet, s'il est un principe que doivent reconnaître sociologues et ethnographes, c'est que le racisme n'est pas susceptible de réciprocité. L'antiracisme, même peu conscient et non militant de façon systématique, n'est pas la doublure ou par Georges SAROTTE l'envers du racisme, quelle que soit la forme qu'il affecte, même si, faute de discernement, il englobe pêle-mêle, dans l'esprit de Jaunes et de Noirs très nombreux, tous les Blancs dans la même hostilité : ils croient sans doute, par cette tendance à généraliser si commune, que tous les Blancs sont leurs ennemis. Quoique provenant de la même base objective, à savoir l'exploitation et l'oppression exercées par les colons et subies par les populations placées sous leur domination, les comportements respectifs des uns et des autres se pOlarisent sous des aspects tout à fait différents. Du côté colons - et c'est là l'essence même du ra· cisme - se manifeste le mépris des Noirs et des Jaunes conSidérés comme étant plus près de la bête que de l'homme, avec la croyance fortement enracinée en la fixité et la permanence de leurs caractéristiques biologiques et psychologiques. Cet attrait pour l'immobilisme est du reste le propre de tout groupe social bénéficiant de privilèges et d'inégalités, car il ne peut se résoudre à admettre que l'état de choses dont il profite soit appelé à céder la place à un état de · choses . nouveau. Si donc les Jaunes et les Noirs sont irrémédiablement inférieurs aux yeux de ces profiteurs, ceux-ci tirent de cette donnée première que de tels êtres ont besoin d'être pris en charge, non pour être éduqués et progresser, mais seulement pour être soumis au commandement et à la discrétion de leurs supérieurs que sont les Blancs. Telle est pour l'essentiel la mentalité des racistes, dont la doctrine n'est que le reflet persistant de rapports esclavagistes. Mais du côté adverse, le mécanisme mental ne peut être qu'entièrement différent. Le colonisé· sent qu'il a affaire à plus fort que lui, qu'il faut coûte que coûte mettre un terme à ses souffrances et à sa misère. Tantôt il est en proie à la peur, et alors il envie le sort du Blanc ; il cherche, en observant les signes extérieure auquels il associe et attribue la puissance de ce dernier, à l'imiter dans ces manifesLations extrinsèques. (Il semble qu'ou puisse expliquer ainsi la facilité avec la· quelle les Africains se laissent convertir par les missionnaires, croyant que par l'appartenance à la même religion que le maître, ils se hausseraient d'un certain degré vers le niveau de celui-ci et jouiraient d'un peu de considération de sa part.) D'autres fois, quand il se sent poussé à bout, c'est la colère, et la soif de vengeance qui l'emportent. Mais en aucun cas, il ne professe de mépris pour l'homme blanc, ni ne le considère comme un être inférieur à lui-même. C"ette différence des comportements suscités par l'oppression coloniale, traduit l'opposition fondamentale dans les rapports entre colons et colonisés : on trou· ve des situations de même genre dans d'autres rapports humains marqués par des oppositions et des antagonismes. Il est donc impensable qu'au racisme du groupe dominant ne réponde point l'antiracisme du groupe dominé. Le racisme veut que le système dans lequel il prend sa source n'ait pas de fin ; l'antiracisme, au contraire, aspire au changement par la fin du système. L'ALIBI ET LES FAITS C'est le propre de ceux qui, au fond, ont mauvaise conscience que de chercher, dans l'idée et la pratique racistes, une justüication, un alibi. Pour se justifier, ils accusent de tous les pêchés leurs propres victimes, mais cette justification est purement subjective, car elle ne correspond point, dans ses motifs, à la réalité, qu'elle déforme péjorativement. Elle s'enferme ainsi dans un cercle vicieux, car si elle se motive en s'appuyant sur la dégradation des exploités, cette dégradation quand elle existe peu ou prou, n'est qu'une conséquence de l'oppression_ Au contraire, les sentiments inamicaux que des Noirs et Jaunes éprouvent à l'égard des Blancs sont liés à des faits objectifs consistant dans les mauvais traitements qu'ils ont subis. On ne peut donc honnêtement désigner par le même terme : « racisme ll, deux tendances qui se différencient et s'excluent à un tel point. -SUR LES ROUTES MILLENAIRES D'ISRAEL AU MAGHREB (Suite de la page 5) et ·iinanciers des princes. Ils travaillent avec les Musulmans aux traductions hébreues et latines qui feront connaître la pensée grecque et arabe à l'Occident chrétien. Un de leurs plus illustres maîtres est Moïse Maïmonide de Cordoue, médecin et théologien, qui, au XIIe siècle, cherchait à concilier la foi et la raison. C'est en même temps l' « ère juive » ,111 Sahara et l'épanouissement de la culture musulmane arabo-berbère. C'est aussi le début des Croisades et de la ReconQuête chrétienne de l'Espagne qui vont (Iéclencher le racisme et le fanatisme religieux. Les Espagnols veulent recueil- -Iir la culture des Arabes - lettres, sciences, architecture - avant de les chasser. Répugnant à s'adresser directement à eux, ils font appel à l'intermédi aire des Tuifs. L'évêque de Tolède, Rodrigo .Timenez de Rada, se hâte de faire traduire par des érudit~ juifs les oeuvres des savants arabes avant que les 400_000 volumes de la Bibliothèque de Cordoue soient brùlés ou pillés. Les géographes de "l'Ecole juive de Majorque, en relation avec les Sahariens, dressent des cartes d'Afrique et construisent des in struments de précision qui serviront aux navigateurs espagnols et portugais_ Devant la rlécomposition de l'Andalousie musulmane à la fin de la dynastie almohade, la minorité juive songe à se ménager de · nouveaux protecteurs. Prudence que l'InQuisition devait leur faire payer cher ! Après les pogroms de 1~QI, on les con- · uaint à se convertir ; ils deviennent des ,( Marranes », iudaïsant en secret ; ce qui ne leur épargne pas d'être chassés finalement en 14Q1. La plupart s'en re- · tournel)t au Maghreb et. plus particuliè- rement à Tamentît, et dans le petit Etat iuif du Touât et du Reggân. « Les Juifs ici abondent, écrit de Ta, mentît, en 1447, le voya.Qeur Malfant , à son commanditaire .qênois... Leur ,( vie s'écoule en paix, dans la dépen « dance de divers maîtres qlti défendent « chacun ses subordonnés_ » Ces maîtres. ce sont les fonctionnaires et les troupes du Sultan, et les tribus nomacles qui font le trafic de l'or, du sel, des céréales et des esclaves à travers le Sahara. Les ennemis sont les « Philistins », c'est-à-dire les Touaregs. Le fanatisme est terriblement contagieux. Allumé au nord de la Méditerranée, il enflamme le Touât par la prédication d'un illuminé, AI-Maghili, et l'heureuse Tamentît clisparait à jamais dans le massacre et l'incendie, en 1492. PaTtout ailleurs, la symbiose judéomusulmane continua_ Les Tuifs de l'Adrar mauritanien avaient formé depuis le XI' s iècle la caste cles artisans. ou maâllemin (et peut-être celle des musiciens) dont les familles vivaient dans les tribus maures. Bien qu'islamisés, assimilés, on les appelle tou jours YOhOlld, sans que le moindre sens péioratif s'attache à ce nom_ Les mellah du Touât allèrent grossir eeux du Sahara marocain où ils sont particulièremer.t nombreux_ Les négociants juifs du Tafilelt, du Noun et de Chingueti commanditaient les caravanes qui leur rapportaient des marchandises de Tombouctou. Certes, il leur anivait souvent des malheurs, pris Quïls étaient entre les guerres incessantes des Berbères et des Arabes, et si leurs caravanes étaient pillées, ce n'était pas en tant que « biens juifs » mais au même titre que celles des Musulmans ! Pour échapper aux razzieurs, les Noirs se disaient Tuifs parce que les Gens ùu Livre ne peuvent être réduits en esclavage_ On sait que Charles de Foucauld choisit de se déguiser en Juif pendant son voyage au Maroc, jugeant Que cet état lui assurerait plus de sécurité que celui de Chrétien. Et voici une vieille histoire de « visa », rapportée par l'explorateur Camille Douls qui visita Goulimîn la « capitale » du Noun, en 1887 : « Les Juifs qtti « occupent ttn quartier spécial ont le mo « nopole dtt qrand commerce ( ... ) Ils « fouissent d'ttne très qrande liberté. « Leur conco·urs Paraît même si néces « saire à la rrosrérifé dl~ pays que. si « l'un d'el/X veut s'absel'ter de la con- « trée, il est obligé de déposer Hile .qa « rantie pécltniaire C01l11l1e ga.qe de son ( retmw. » DEPUIS 2.500 ANS C'EST dans ce « Pays de Josué, fils de Noun » que j'ai le mieux connu les .J ui fs marocains. Dans la foule enturbannée et voilée de blanc. ils se distinguent pa r leurs calottes et leurs djellabas noires. Te n'ai jama is remarqué la moindt-e animosité sp~c ifique ment raciale entre eux; et les autres :Marocains. Ce n'était pas en tant que .T uifs et Musulmans que les boutiquiers du souk se querellaient, ni que les enfants des uns et des autres se bagarraient, comme tous les enfants du monde, sur la place devant la synag·ogue ou la mosquée_ Les notables sont négociants et beaucoup de grosses fortunes marocaines sont juives. Les petites gens sont maçons, menuisiers, cordonniers, selliers, bijoutiers. A Tiznit, comme dans tous les villages de l'Anti-Atlas. du Bani et du Noun, j'avais grand plaisir à observer le travail des orfèvres qui cisèlent, niellent, émaillent d'admirables bijoux. où les motifs hispano-mauresques de l'Andalousie se mêlent à de lointaines traditions hébraïques. Les femmes coiffées de bonnets d'argent brodaient le cuit- jaune des selles et des bâts de mule. Nous buvions le thé tous ensemble avec des clients berbères ou arabes, et je crols que personne ne pensait à l'origine ou à la religion de son voisin. Mais la division est une des techniques coloniales. La « politique berbère » battait son plein, en 1Q.SO. On sait ce qu'elle a donné ! En même temps, les « Affaires indigènes » s'efforçaient astucieusement d'exciter les Tuifs contre les Musulmans_ Et les Tuifs du Sud se rapprochaient des Européens, comme autrefois leurs ancêtres andalous avaient cru gagner l'amitié des Espag-nols. Ces jours-ci, une Tuive de Fès, professeur et ethnologue, me parlait des amis musulmans de ses parents_ Un fonctionnaire de l'Ambassade du Maroc me disait qu'étant enfant, à Casablanca, une voisine juive était pour lui comme « une seconde maman ». Après tout, ce sont tous Gens du Livre, venus du même Orient, qui se réfèrent à un passé commun et parlent des langues apparentées_ - Au IvIaroc, me disait mon ami, le .qouvernement ne ve~tt connaître que des Marocains, quelle que soit leur reli.qion. No·us avons eu un ministre fuif, M. Benzaquen, à présent membre dt~ C o1!seil constitutionnel. Nous avons des fonction- . naires fuifs_ StW 2S0.000 Juifs, il n' y ell a pas so.ooo à êt're partis ou à désirer-partir. Ce ne sont famais des notables, mais des gens misérables et ignorants, affolés par la propagande de transporteurs étrmlgers, clandestins, cpmme cela s'est produit après la guerre dans les ports européens de la Méditerranée. On n'aime guère, en Israël, ce .qenre de Nord-Africains inassimilables, en sorte que, déçus, ils demandent à j·e-nt.;rer che::: eux, et nous, nOlts devons les rapatrier ! D'ailleurs, je me souviens qu'ell 1QSO, le Protectorat n'autorisait pas des Marocains de Rabat ou de Casa à aller à Agadir ! - Le tort des Juifs, c'est leur_ penchant à croire à des lois d'exception diri. qées contre eH.t". Le gouvernement marocain ne reconnaissant pas l'Etat d' 1 sraël n'a pas d'accord postal avec -lui. L a loi est la même pour tous et, moi-même, il me serait impossible d'envo.'yer une lettre directement de Rabat à Tel-Aviv ! Notts donnons des bourses d'étude en France, sans aucune discrimination. Les boursiers iuifs sont même plus nombreux que les musulmans. Quand le .qolwernement marocain a entretenu ces .qarçOllS pendant t; Olt 6 ans, certains partent eu Israël sitôt qu'ils ont lettrs diPlôme" alors que nous avons besoin de médecin r, d'in.Qéniettrs et de fonctiotmaires.. . En somme, tout ce que nous demandons , c'est que les Juifs de notre Pa'Ys se COI1- duisent comme des cito'Vens marocaills et acce/Jte ;lf la loi cotw»lt~ne ! Est-il donc impossible de considérp ,comme une patrie un pays où l'on yit depuis 2.S00 ans ? Odette d'u PUIGAUDEAU.


,------------------------------------------------------------- 12

Nitolas GUlllEN • • POEME ENFANTIN « Droit et Liberté », qui souhaite faire entendre à ses lect eurs toutes les voix fr aternelles, présente aujourd'hui ce « Poème enfantin » de Nicolas Guillen. Dans l'oeu vre du grand poète cubain, dont les poèmes, les « sones ». cha ntent sur des rythmes typiquemen t a ntillais la vie des n ègres de Cuba, le thème de l'unité humaine est essentiel. Il est au coeur de sa vie même. Lor squ'il pense à ses deux aïeux. son aïeul espagnol à la « grise ar· mure guerrière », son aïeul noir. battu par le fouet du négrier, c'esi pour les r éconcilier. Et ensemble ils vont « rêvant, pleurant, chantant - Pleurant, chantant, chantant! » Salon familial. La mère Itne blanche - et son fils. Un enfant noir un ~nfant fhinf!is, un enfant juif, en visite. Tous d env~ron douze ans ... La mère assise à son ouvra,qe. A son côté les' enfants iouent avec de petits soldats de plomb. 1. LA MERE, au qroupe. - Vous voyez ? Vous êtes mieux ici nue dans la rue . .J e ne sais cOlllment il y a des mères assez insouciantes pour laisser leurs enfants tout le jour tout seuls à la grace de Dieu ... (ri l'el1fant noir.) Et toi, comment t'appelles-tu ? L'ENFriNT NOIR. - Moi? Manuel. (Mo11trant le Chillois.) Et lui s'appelle Louis. (NI oHtrallt t'enfant iltif.) Et lui s'appelle .J acob. LA MERE. -- Oh mais dis-moi' Tu en sais des choses... Tu 11abites près d'ici ? L'EAFriST l'WIR. - 110i ? Oh non, madame. (Montrant le Chinois.) Lui non plus. (Montrant le j~tif.) Ni lui ... L']'·NFANT JUIF. - Moi, je vis làbas du côté de la rue d'A costa. près de J'avenue Terminale. Mon papa est cordonnier. Moi je veux être médecin. J'ai une petite soeur qui joue du piano ; mais comme il n'y a pas de piano chez nous, elle va toujours chez une de ses amies, qui a un piano à queue. L'autre jour, il lui a pris une douleur , ... LA MERE. - A qui ? A u piano à queue ou à ta petite soeur ? L'ENFANT JUIF, il rit. - Non ! A l'amie de ma petite soeur. C'est moi qui suis allé chercher le docteur ... LA MERE. - Eh bien vrai , Mais elle est guérie maintenant, n'est-ce pas ? L'ENFANT JUIF. - Oh oui , Elle a été guérie tout de suite. Ce n'était pas une douleur bien forte ... LA MERE. - Qu'il est gentil , (A l'enfant chinois.) Et toi ? Voyons. Dismoi quelque chose. Comment t'appellestu ? L'ENFANT CHINOIS. - Louis, LA MERE. - Louis? Mais bien sûr, mon vieux, ce coquin de Manuel me le disait il y a tout juste un instant... Et... tu es Chinois de Chine, Louis ? Tu sais parler en chinois ? L'ENFANT CHINOIS. - Non, Madame. Mon père est Chinois : mais moi je ne suis pas Chinois ; je suis Cubain, et ma maman aussi. L'ENFANT BLANC. - -Nlaman , Maman , (Montrant le Chinois.) Son père avait un hôtel: mais il l'a vendu ... LA MERE. - Ah oui ? Et comment le saÎ,'s-tu, toi Rafaelito ? L'ENFANT BLANC, montrant le Chinois. - Parce Qu'il me l'a dit. Pas vrai Louis ? L'ENFANT CHINOIS. - C'est vl·ai. Et je le lui ai dit, parce que maman me l'a raconté. LA MERE. - Bon. Touez maintenant. Mais sans dispute, hein ? Je ne veux pas de dispute. Toi, Rafael. ne prenrls pas les soldats pour toi tout seul. Il faut Qu'ils en aient aussi ... L'ENPANT BLANC. - Mais, maman, je les leur ai distribués. Il y en a eu six pour chacun. M 'lintenant. nous "lions passer une revue, pal'ce que les soldats s'en vont à la guerre ... LA MERE. - La paix' La paix' Et ne m'appelle pas. T'ai affaire là-bas ... (Elle sort.) 2. (Les enfants, seuls, parleut tout el1 i01lant avec les petits soldats.) L'ENFANT BLANC. - Ces soldats, c'est un capitaine Qui me les a donnés, un capitaine Qui habite là en face. Il me les a donnés le jour de ma fête ... L'ENFANT NOIR. - Moi, je n'ai jamais eu de petits soldats comme ça. L'ENFANT CHINOIS. - A mOl àU5si la maîtresse m'a dit que la race jaune est moins Que la blanche... La blanche est la meilleure ... L'ENFANT BLANC. - Oui. Je l'ai lu dans un livre Que j'ai. Un livre de géographie. Mais maman dit que c'est "Il mensonge. Que tous les hommes et tous les enfants sont égaux, Seulement... Je ne sais pas comment cela peut se faire parce Que, remarque bien, tu ne vois pas ? Moi j'ai la peau d'une couleur, et toi (a.1t Chinois) d'une autre ; et toi (au iltif). Oh ça, alors' Toi non, tu es blallc exactement comme moi ... L'ENFANT JUIF. - C'est vrai. Mais on dit Que comme j'ai le nez un (Dessin tie M ady) Dis donc... Tu as remarqué qu'ils sont tous pareils ? L'ENFANT JUIF. - Bien sftr , Parce qu'ils sont de plomb. Mais les vrais soldats ... L'ENFANT BLANC. Eh bien quoi ? L 'ENFA.\'T JUIF. - Eh bien, ils ne sont pas tous pareils. Les uns sont gl'ands, les autres petits. Tu ne comprends pas Que ce sont des hommes ? L'ENFANT NOIR. - Parfaitement. Les hommes sont différents. Les uns sont grands, comme il vient de le dire, d'autres plus petits. Il v en a des noirs, des blancs et d'autres jaunes (II/ontra lit le Chinois) comme lui ... Ma maîtresse a dit l'autre jour en classe que les nègres sont moins Que les blancs. Ça m'a fait une peine ... L'ENFANT JUIF. - Oui ... A I",.,i aussi, un Allemand qui a une boutique clans la rue cie Compostelle m'a dit Que j'étais un chien. et que tous ceux de ma race on devrait les tuer. Te ne le connais pas. Je ne lui ai l'ien fait. Ni 11'~'11an non plus. Ni mon papa. Quel fichu caractère il avait , .. , peu... je ne sais pas... un peu long, eh bien je suis moins que d'autres gens qui l'ont plus éourt , Mais c'est une histoire. J'ai beau faire attention , Il y a des hommes et des garçons partout par là qui ont le nez aussi long et personne ne leur dit rien ... L'ENFriNT CHINOIS. Parce qu'ils sont Cubains ... L'ENFANT NOIR, an Chi11ois. - Oui ... Pourtant, toi aussi. tu es Cubain, et tu as les yeux bridés comme un Chinois ... , L'ENFANT CHINOIS. - Parce que mon père est Chinois, animal. .. L'ENFANT NOIR. - Alors tu n'es pas Cubain , Et tu n'as pas à me traitel- d'animal. Va-t-en à Canton , L'ENFANT CHI.'VOIS. - Et toi vat- en en Afrique, eSf)Pce de nègre , L'ENFANT BLANC. - Ne cl'iez pas , Maman va arrivel' , Vous allez l'entendre , , L 'ENFANT JUTF. - Mais tu ne vois pas Clue ce nègre l'a appelé Chinois , L'E.VFANT NOIR. - Tais-toi, fuif, chien, avec ton père cordonnier et ta famille ... LE RACISME AU CONGO (Suite de la page 7) « 11 faudra exercer leur esprit à fl11e saine c'ritil/ue qui les rende capable de faire la. part dit vrai et dit faux dans les lectures auxquelles ils s'adonnent et dans la propaqatlde subversive 'dOllt ils pour' raient être les victi1lles. » « Il "faudra SUl'tout leul' a"prelldre à ne pas concentrer leur attell!ioll sur les droits déià obtenus ail auxquels ils aspirent... » N'est-ce pas admirable. cette sollicitude Qui allait évidemment jusqu'à interdire sous peine de prison, la détention d'un vieux journal marxiste. C'est pour éviter qu'ils soient exposés à des influences subversives que les mi} ieux religieux du Congo s'opposèrent jusqu'à ces dernièl'es années il l'envoi dans les uniyersités belges d'étudiants congolais, ce qui explique la carence totale - et unique au Congo (22) de ca It-es universitaires, de médecins, d'ingénieurs, d'al'ocats noirs, Sans doute d'autres discriminations pouvaient-elles plus difficilement s'expliquer par le paternalisme : celle notamment Qui, dans de très nombreux magasins, oblig'eait les noirs à se faire servir à un guichet extél'ieur pour éviter leul' promiscuité aux blancs qui faisaient leurs emplettes à l'intérieur de l'établissement. Tl fauclt'a Qu'un jOl11' l'on fasse l'histoire précise de ce processus qui entraîna progressivement à un tel racisme et à des procédés de ségrégation une population blanche Qui, dans sa métropole, demeure à l'abri du VIruS raciste. Nous n'ouhlieron~ jamais la surprise étonnée des Congolais venus pour la preInière fois en Belgique, à l'occasion de la Conférence de la Table Honde de janvier 1960, et qui se vovaient accueillir chaleureusement dans les restaurants et cafés de Bruxelles par les compatriotes des blancs qui les avaient. jusque là, chassés ignominieusement de leurs établissements au Congo, strictement réservés à la clientèle européenne. Jules CHOME. (22) Où pourtant l'enseigneme?t prima!re était le plus étendu du eontment afrIcain. L'ENFANT JUIF. - Et toi' Charbon de pierre , et toi ' singe , et toi ... (Ils se roueut de coups, faisant un qral1d scandale ... ParaÎt la mère qui arrive en cauro ut ... ) 3. LA MERE. - Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Vous êtes devenus fous ? Rafaelito , Voyons , Ici tout de suite , Qu'est-ce qui leur a pris ? L'ENFANT BLriNC. - Rien maman. Ils se sont battus à cause de la couleur. LA MERE. - Comment à cause de la couleur ? .le ne comprends pas ... L'ENFANT CHINOIS, mOlltrallt le lloir. - l\ladame , C'est parce qu'il m'a appelé Chinois et il m'a dit Que je m'en aille à Canton , L 'ENFANT NOIR. - Oui , Et toi, tu m'as appelé nègre. et tu m'as dit de m'en aller en Afrique ... LA MERE, riant. - Naturellement , Est-il Dieu possible ? Ils sont tau :; les mêmes ... L 'ENFANT JUfF. - Non. ~[adame , 1 e ne suis pas la même chose qu'un nègre ... L'El\-FANT BLANC. - Tu ,ois bien, maman, que c'est à cause de la couleur. .. L ' flNFA.VT .'10 fi? - le ne sui , pas la même chose Qu'un Chinois ... L'E.VFA.'VT CHINOIS. - ~on mai: regardez-le , Moi non plus je ne yeux pas être la même chose Que toi ... L 'ENFA;VT BLANC. - Tu "ois. maman, tu vois ... LA MERE, avec antorité. - Sil ence , Assis ! et écoutez-moi ... (Les enfants obéisseHt, s'assoieH! ra I' terre. près de la mère, qlli c0711111ell c,· ... ) Le sang c'est la mer immense qui baig'ne toutes les plages ... Sur le sang voguent les hommemontés sur leUl's grandes barque,. Rame que tu l'ameras Sans repos pour le l'ameur : Sous la peau noil'e du noir son COl'pS est baigné de sang. de ce même sang qui court et qui hout sous la peau blanche. Qui prétend que la chair jaune, lorsque ses veines éclatent, saignera d'un autre sang nue le sang rouge de tous Qui sépare les ~nfants sépare déjà les hommes , Le soleil sort --haQue jour va frapper à chaque porte il frappe avec son baton et lâche un éclat de ri re ... Oue la vie sorte au soleil dont trop d'hommes la protègent Vous venez comme la vie courra baignée de soleil , La vid Qui saute, la vie, . la vie libre et sans barrières ; la vie dane; la chair du noir, la ,ie dans la chail' du blanc, la vie dans la chair du jaune, avec leurs sang-s déployés ... (Les e/lfants, fasci/lh, se lè .. 'ellt l'Ill! après l'autre et entourellt la mère qlli les embrasse. formallt qrollpe avec Cl/.\'. co/lés al/tour d'elle, Elle pOllrslllt.) Sur le sang voguent les hOlllme :, montés sur leurs grandes barques. Rame Clue tu rameras, sans repos pOUl' le rameur Malheur à nui le sanO' manque car il cesse de ramel', et s'il cesse de ramer son corps s'échoue sur la plage. un corps vide et desséché. un corps bri sé et sans âme, un corps bl'isé et sans àme '". DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des J eûn eurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un ::'11 : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. l ETRANGER ~ Un an : 12 NF \ Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris 1. Pour les changements d'adresse en- l voyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxel1es. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. 'Abonnement de soutien : 150 FB.

Notes

<references />