Droit et Liberté n°017 - 17 février 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Les "24" face à la cour martiale nazie: aujourd'hui comme en Février 1944, c'est en renforçant leur union que les patriotes répondent aux machinations antisémites et xénophobes -page1
    • Le chemin du salut par Lucie Aubrac -page1
    • Dans tout le pay, la protestation monte contre le scandale Vallat -page1
    • Comment l'antisémitisme se fabrique aux USA: G.K.Smith raciste américain n°1 a misé sur De Gaulle -page1
    • Les agents de'Otto Skorzeny diffusent un nouveau Sturmer -page1
    • Après Vallat, Béraud -page2
    • Un avertissement d'Einstein -page2
    • MM. Bevin et Attlee se découvrent une soudaine amitié pour les juifs (campagne électorale anglaise) -page3
    • Un document de plus au dossier: dans une lettre à Dannecker, Vallat crie sa haine pour Georges Mandel -page3
    • Une lettre parmi tant d'autres: les parents d'un combattant tué au Vercors écrivent à M. René Mayer -page3
    • Indochine SOS: un livre de Andrée Violis -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• • lES " 24" FAtE A"lA '[OUR MARTIAlE NAZIE L'agence allemande A.D.N. donne l'in~ formation su1vante qui .se passe de commentaires: TOUS [ES VEN"DRED "IS ,17.23 Février 1950 N°" 17 BONN (A.D.N.), - Un groupe dit 18 (121) andens généraux et oUiciers d'.Hat-major de la Werhmacht élabore, sous la direction du général nui Kurt von Manteuffel, depuis un certain temps, des plans cn vue cie créer la. première armée de l 'Allemagne occidentale. Cette information est confirmée de source américaine. La première division d'infanterie de l'Allemagne occidentale serait créée avant la fin de juin 1950. Elle participera aux manoeuvr.es d'automne de l'armée d'occupation américaine. Dans tout le" pays, la protestation eaene • en pUlssance contre le scandale V ALLAT Plusieurs accompagneront les délégations qui doivent se rendre au ministère de la Justice SI grande est l'émotion l)rovoquée par la libération de Xavier Valb,t, le premier commissaire aux Questions juives de VIchy, le pourvoyeur des camps de la mort. que l'action lancée par le M.R.A.P, pour réclamer Justice ne cesse de gainer d'heure en heure, en pu1ssance, Nous ne pouvons publier toutes le-s lettres Indla:nées que nous recevons .. chaque courrier: lettres de dépor~s, de nuves, de héros de la réslsta·nce, de })arenta des victimes, d'hommes et de femmes, jeunes et vieux, quI ont souftert dans leur corps et dans leur coeur des persécutions raciales organisées par Vallat. La volx, de plus en l'lus forte, Qui monte du pays, non personne ne pourra la. faire taire! Il faut 50ullgner dans Ce combat, la solidarité de tous les démocrates avec ceux Qui ont directement subi les coups de Vallat. Aux ASsises de la Paix des XIII" LIBRE, Anna Cymbler veut apprendre un métier • Anna Cymbler .t son onel., Sur la pau'deUe da Il Llbert' IX" et X' arrondissements, après Montreuil et le XII', des résolutions ont été unanimement adoptées. exigeant le retour en prison du commissaire sanglant. Au gymnase Japy, daru le XI'. les milliers de Parisiens assemblés pour entendre M. Yves Farge, président dl's Combattants de la Paix et de la LlberLi, ont voté une résoJuUon dans le même ~ns. Et le 12 février, lors du grand dérllé populaire de la Bast!lle .. la République, le iloupe Important du M.R..A,P, a été maintes fols s alué par la foule enthousiaste qui ré- clamait a.vec lui : _ X avier Valla! en )lrlson 1 a Les délégations Qui se sont rendues auprês des élus municipaux et des parlementaires ont obtenu des résultats fort encourageants, Qui, en effet. sl'!lon de fieffés réactionnaires, oserait retuser son appui aux eHorts du M. R.A.P, des Anciens Combattants, des Familles de Déportés et Fusillés, dans cette lutte pour la justice et pour Je droit? D'ores et déjà 'PlusIeurs députés le sont engagés li. accompagner les déléiatloru qui doivent se rendre auprès du garde des Sceaux, pour traduire l'émotion qui remue J'ensemble dC3 honnêtes gens. Ce sont. notamment, Mmes FranCine LEFEVRE, Maria RABATE et M. RaJlmond GUYOT, Jamals meetings n'ont réuni plus larlement les Julls de toutes (JplnlOO, 1 .de to.ut~ Q! ht1DI'S- pour t'ntendre d~ orateUl& répubItcalru de toutes tendances, que dans la campaine qui se poursuit. L'asS(! mbl~e de Nancy et ceUe des Jeunes, salle dt's Sociétés Savantes, a Paris, dont nous parlons d'autre part. en sont les exemples les plus Ilgnlflcatlfs. La vole nous est ainsi tracée : union des Juifs, union de tous les patriotes, union résolue et conséquente. C'est de cette façon Qu'Il est possible, oui possible, d'Imposer un retour sur les décisions scandaleuses QUi ont été prises d'Imposer le chAtiment de Xavier Vallat et de ses pareils, d'Imposer une- oolitlQue de justice. VIF SUCeES du débat de "D.L." Le "'Ind deblt publique orr1nlsli nnrdl dernier par " D.L, " i. la Sille Llneryo sur le lujet: " Le ~upie allemand tlt.iI un danl'er pour les . ulres pellplel? " 1 Connu lin tres rrand I UCCe.. C'est de\'an t une salle comble que Claude Mor,an, Gellrl Soria, Re_ BLER lOb l' naud de JOlllene' et SimOtus ont A NNA CYM est 1 re. Je ai vue sortir de prison, de\'elollpPIÎ le IIl1jet et r~poDdu lI,LlX Une semaine avant sa libération, elle avait été trans - nombnuau questions du pubic. La LES AGENTS 'D'OTTO SKORZENY le tueur S5 photographié aux Champl- Elysées DIFFUSENT UN NOUVEAU " STURMER " L E na~1 Ot1(/ S'koueny a t l l; liurpris, llliamedi 'dernier, par le photOJ:raphe d'un journA' parisien du aolr, alors qu'il d~eendAit trAnquillement, en compagnie d'une femme, les CbAmPli-Elysfe$ .. , Ce criminel n'e!!t pas le premier venIL "!Iut dignitaire S.S" membre de tA gArde perliQnnelle de "Iller, cher dCl!l c commandos 'pklaux • du Reich, tortionnaire qui !lMasslnlt. ~ OO dtportéll de Sachsenhausen, lors de leur repliement .ur Schwerin, • quel. qlles heures de l'Arrivée des troupe, alliees. e'est ILlI qui proceda .u .auvetare de 1\lunollol da ni le Grand SaS!lO en 1943, En J944, il .,·ait lité charre d'assassiner le ri néral Ebenhower. Porté depuls J94.:> lur la liste dM crlmineis de guerre, Il tut ubtré en 19(7 par lM llutorltM arntrlcal ne!l sur l'Intervention dlucte de leuu .ervlCCI .eerel.ll, n dirige maintenlll nt les lIen'lces reconstitu los dee bommes de la Ge.tAJloO qui ont fui en Amt rlque du Sud pour 1 oontlnua la propAgande blOtrlenne, Au Br&! iI, ces Rgenl& tdltent un journal tntls~",It4l DI. Brücke (c lAI. ~t.- .. ) qui "~c.r.p6!dlt .. de, oentalnf'S de mlillffs d'uemplalree: en Allemarne ocoidentale et en Autriche. Ce Journal rtpète e,l:8ctement 1f'8 thèrnC$ ra cistes de Goebbelll el de Strelcher sur 1. reeponeabilitè des Juifs dRnll le dtt:lenchernent de la ruene, le _ judéo-bolchevisme », le 1 ~uple Qui a tué Jéaus s, etc, Un de aes rtldaeteurs les plus vIrulent.'! si,ne: Furchetenichls (_ CeluI qui n'a peur de rien J), Pourquoi se cénerait·lI, en dtet? Die Brücke veu1., comme 800 00111 mt me l'Indique, élRblir un pont entre les nAzis du dedans el ceux d.u dehon. Il est l'organ" oUlcleu.x d'un réseau nRzI e:ctrêmement RcUf qui correspond • l'Ancienne section de la cinquième oolonne charrte du traull pannl let; Allemands â l't lrRnger. )(. 20 'fr. BELGIQUE 5 fr. CE QUE DISAIT LA PRESSE VENDUE: .;pr l1llJiimI'hvl l~ !~.I! "'_C .. ev. .. , ç.~a .. SUA_El; • _... .. - L. .... ~ON D'UN PROce~ n.s AVÏOENT COMMIS 37 ATTEN'T'Al'I E:T PROVOQUE L4 OtItAIL.LEMtNTS Aujourd'hui, comme en février 1944, c'est en renforcant leur union "que les patriotes répondet1t aux machinations antisémttes et xénophobes E EVRIER 1944.,. Mortellement blessée depuis un an à 8ta- La presse et la radio déchoillnées, ._ Ii!,~ra«!r . la bête h!tlé!Î.~~!!!....,b. at en ...r dr_aite 11!t. tout. le_ _ D'jmm.ense~ ~!Ciches sur les Murs. front de fèsCVArmée Rouge remporte vicfoire sur vic- Des" t~t ,'""'Indus "'èi :l"~U1:~n,._ to"tr c. L' e ffo r t d e guerre a Il "le" gran d "It de "J our en lour. A tra· nion sfraa'nlç aisee Qluier el 'ocnr oeirset ean ltorapilnvers toute l'Europe, la lutte des peuples opprimés entre dan~ de juger non des soldats de II une phase active. En France, les combattants de la libération, liberté, mais des criminels de droit soutenus par la quasi-unanimité du peuple portent à l'en- c?mmun, presque tous. des. me- " d d ' teQues » et des 1 youpms », nemt es coups e plus en plus rudes. Et que la Resistance n'est pu C'est au debut du mois Que les c bande » de 24 • terroristes» chose nationale, combat Ilcré pour Miliciens et les tankistes allemands étrangers, dont 10 Juifs. la délivrance de la patrie, ont entrepris leur atroce opération La c Propaiandastaftel » taif de répression contre les splendides UNE ORCHESTRATION imprimer ces phrases: maquisards de la Haute-Savoie. ICNOBlE Si du Françai& pillent, volent. Mâis partout la France se lève, Le .rabotent et tuent" .. Illazl, essouné, plie sur les ienoux. L'atraire est formidablement or- Ses misérables complices de Vichy chestree, Une propagande monstre. (Suite page Z) et de Paris, les Pétain ct les La- , _____________________________ _ val, les Darnand et les Maurras, les Déat et les Henrio.t sont déjà aux abois. Alors surgit unè vaste tentative de diversion et de division .. , Le 17 février, dans Paris occupé mais frémissant de haine contre ses bourreaux, un procès est monté dévant la Cour Martiale allemande. Un procès ou l'on juge une LE CHEMIN DU SALU'[ par LUCIE AUBRAC Mals qu'a don t. DU venir faire â Pari.'! son l'rand cbd 0110 Skorz~ny ? b============== Agrégée de l'Universite, membre de la CommiSSIon permanente des Combattants de la Paix et de la Liberte ie rU"C ~nC Portée, le 30 ,'anvier, de la maison d'arrêt de m,'on à la mriuonsplohnêr e. 'edset Id"erraonudéee codr.dnisa lituén ee t at_• centrale de Loos, près de Lille, Régime plus dur encore .• Dis- lalue une excellente impression. ' ci pline 1) plus sévère, Moins de lettres et de colis. Il y avait là, Pierre PaUl empêcbli a enmyli un ZUM DEUTSCHTUM DER WEI 'r L E 6 février 1934 était l'abou- ; , tissant, dans l'esprit des ennemis de la Rèpub:lque, d'une . ulte de manifestations Qui devaient renverser le régime; Ils avalent solil1eusement préparé leur at!alre. D'abord au pouvoir, leurs homme8, les Bonnet, les Chautemps, Chlappe, compromis dans des scandales, convives d'un Stavisky qui savait, lui aussi, manier' les chèque.!;, laissèrent se développer une agitation qu'Ils comptaient bien utiliser. . expose ecrit de Je. vue. sur la quea- lJ, entre autres, un certalD nombr';:,,:d~.:..:,~o~n~d~a~m:n~é:c~'~à:..:m:o:'t~" ___ ~~I~":"~"-::--------_...: _ ~:::::::::::::::::::::::::::::II - Quel sOlda"cment / Cc fut son premier mot quand ~~ulr~;~vCharles dCharles 14 février 2012 à 15:37 (UTC)l~l~e'd~;~~!aJ!~ CO JI.ll E ~ rl~ L' ;\ 1\T'I' 1 S ~llll1.' 1 S ItIE SE FAOIUQUE AUX U. S. A. quetle verte, sur la passerelle Qui relie la route li. la prison, En face, des marais, des champs déser ts, Il tombait une pluie tlne et ilaclale, - Quel sOlllage,nent 1 Mals dans la voiture encore, qui nous ramenait à Paris, la petite Anna nI' pouval~ se détacher du passé, que son oncle, Charles Cymbler, lui aidait parfois li. préciser, Une lettre m1Sterieule - Ah ! ma mère, j'JI al souvent pensé r Gérald L.-K. S~ITH, raciste américain A MISE SUR DE GAULLE N° 1 DANS la brochure ~ Hidden Empire J (l'Empire Invisible) éditée aux U.S.A. par le PartI natIonal-chrétien de Gerald L.-K. Smith, on peut Ure ce passage 1.nJ.maginable: réU dan~ l 'accom)lltssement de &.:.1 plans de pillage des GentUs ft com_ melJCe Il se plaindre de _ Persécutions • et de ~ manque de tolérance s. On ne pourrait approuver plus entièrement le massacre de six millions de Juifs perpétré par Hitler. On ne saurait pousser plus loin le cynisme: les antitascLstes QUI luttent contre Hitler et ses semblable.s sont tous JuUs : et les rent la victoire des AIllés, ains.! que les mesurC3 prévues è. Potsdam, Ils n 'en approuvent pas moins _ et Ils le disent - la politique actuelle des Etats-Unis en Allemagne. Voici un extrait d'un éditorial (Suite page 3), - (c,",CLca=-.:C:cahllIa • serait, selon les fascistes américain" une organisation scerete Juive qui dirigerait un complot contre les Chrétiens. Une crise économique grave : 500.000 chOmeurs totaux, plusieurs millions de ch6meurs partiels, des milliers de petlt8 fonctionnaires aUamés, des commerçant.s en faillite, voUa la mlsére Que connaissait au début de 1934 le peuple de France, Les responsables de cette mtsère commencèrent 1 e ur campagne, contondant volontairement les pelitlclens tarés et les Institutions rtpubllcalnes. Ils essayèrent de diriger le mécontentement de cés chOmeurs et de ces misérables contre la République, pour leur profit â eux, hommes de dictature, Pour les soutenir, les de Wendel, les Schneider, le comte de Paris Sa mère, Sarah, vint de Pologne, veuve et enceinte. Anna naquit a Paris, Il y a vlnlt ans. On peut dl!~ cllement Imaginer vie plus misérable qu.e celle de Sarah Cymbler : une barque en planches sur la zontl boueuse, Il Saint-Ouen, que le froid visite l'hiver, où la chaleur est Intenable l'été, où la famlnl' est chronique: le dur traval1 de la brocante, puis les ménages chez Il's riches: ll's brimades d'un monde hostile, la haine antisémite Hlltoir. des Etlts·Unl. selon Ca· rlld L, K , Smith t l'oncle Sim JIU. la PIIU-RouS' â l'IIu, mil, I! n. paut dominer lonstemp, 1. plYS, Clr .urvlent 1. Juif qui, a .on tour, se d'barra... da luI. Morail" 1 Il ' t Llt exterminer 1" Juif., comma on a extermin' 1" Indiens, _ L'Amériqua lUI( Am'rl' Clin. l, CaUa ImaSlrl. rlciste ait .n tous point. copié. lur let ~ Hitler pr~chait la doctrine de i' _ Allema"ne aux Allemands J , comme noll.! devrions prkMr la dOCtrine de _ l'Amérique aux Américains J.', Aus.tit6t qu'il fut au pouvotr et qu'il efU commence d. rompre le monopole de la CahWa (1). ~ la CahUla mit tous ses rouages en mouvement dans le monde entier )lour avilir et déformer HUler, appeler au bOllcoU et faire voter des réSOlutions )lar les )larlements ... 11 e~t clair que la grande 'Presse de la Cahilla - qui constitue envirOn 90 p, 100 des

ourllaux métropolltain~ de.t EtatsUltiS

- la radio et l'éCran reçurent l'ordre de preseltler Hitler comme 1111 mOllstre et un ~ per6ecuteur > qui avait ( ramené l'EurOpe du mOllen dge J. Juifs qui ne se laissent pas em- r ------------------------------, mener au crématoire sans protester manquent d'esprit spartlf. Albert LEVY, <Suite page 3) model" hitlériens ( Des meetings de )lrotestatlon eurent lieu, la vieille lamentation sur la solidarité de chretiellS avec le Peuple chofsi de Dieu fut sortie d, nouveau, époussetée et remye en servtce J)Our' soulever des protestations, HWer avait porté un COU)l décisif d la cahilla et Il sa marche assurée vers la domination Internationale, et, avec cett. absence de tout esprit sportif, le& Juifs commencérent d se rassembler autour d'un nouveau mur de.t pleurs et 4 remplir l'air des natton. t de leu,", gemissements hl/POcr/ tu. partou: oll !,lit Ju if est ar- Voilà ce Qui peut s'Imprimer li_ brement dans l'Amérique de M, Truman, cinq ans a l'cine après la détalte ml1!talre de l'Allemaine hitlérienne. La maison Gerald L,-K. Smith ne 'recule devant aucun sacrUlce _ vous pouvez vous procurer ~ Hidden Empire J peur la mOdique somme de 25 cent.s. Pour 1 dollar, vous en aurez 5 exemplaires, 100 pour 15 dollars, 1000 pour 100 dollars, C'est dire Que des reS&Ources considérables sont mIses a la disposition des fa~lste.s amérlcalna. CES GENS SI COURAGEUX, SI AGRESSIFS""" DEFENSEURS de Hitler, les c national-chrétiens :t le sont aUSlI bien entendu, de l'Allemagne d'Adenauer. Et 1111 déplo- _ Ja vl.n. d'6oQper vin(t .n .... - RendU-VOU' dln. troIs mol .. la.chalent leurs mimons, tant Il est vrai que le.s marchands de canons savent bien que la ruerre et ses profits ne sont pas loin quand un dictateur supprime les IIbertes du peuple, MAIS le 6 février des êmeutards, de la ROCQue li. Chlappe, n 'eut pas pour eux de lendemains victorieux. Le iouvernement de ceux Qui, sous l'occupation, furcn~ les apOlres de l'antlsCmltl~ me et de la collaboration - le fascisme nlèno toujours Il l'abandon de la souveralnctl nationale - avec Doumergue, Tardieu, Flandln, Pétain, Lavai, Marquet, fit connaissance avec la vlioureuse riposte du peuple de France. Les Il et 12 février 1934, i3~ que les diviseurs n'y puissent rien, s'affirma InvLnclble la rorce repu bllcaine de notre peuple. Lei charges de po!\ce, ICI hfros tombM victimes du tascl.sme. n'entrave- (Suit. r-,e l) -2 Raisons L. ch.f d. cabinet ... Xavier VaHat. vlrttabl. mlnlJtre de l'Intldmltlsme, IIv.j~ ehol!! !\Omm!: che! cle cabinet. PHce qu'II lui re&, amblait beaucoup, le lieur Chomei de JUI\!eu. De ce personnla;e ... D. L .• n'a pu eu besoin de camper un portrait en ~jed Il nous • AUlt!. en effet. de publier, 6lnl nOlfe ..... nt-dernler num" ro. le rae . Imlll d'une elmple lettre adreuh le .5 aolle 1941 •• ur pa~ler l. I!'n-U~ du commiu_rlat aux Quut lona Juives. à M. le grand rabDln K .lp:&n ... On se rappelle qu'. la dl,ne prl> tut.Uon que notre ami avait ;,Iors l levk contre le~ lois antlalmt.es. Jarn leu C tlpondlt » tri êludlnt d'un mot tOUle& le. Questions embarrasIII. n:u pour aempresser de conclure : Je me borne à prtcl&er (t u'll 11.', l , da ns l'at ti t ude rou ntnementale. aucun ant btmlth me, mllS d .lIp lt.ment l'application de la nll el'! d'Etat. ••• et la raison d ' Etat La u ison d'Etat 1 Airai, p~ur cOuvrir les !)r~parl.tl ta de la d~potU,t1on ordMJi, 6f: par Oal'lnecker, l'ad:oint de VIlJlt rec6un .lt au c1aulQue tt hl~ux p~ tell"te mis UN AVERTISSEMENT D'EINSTEIN Cr: cri d'ala rme land par Alber& !:in5ttln lace .L1 d. nl er crob .. nt d'une nouvelle ruera, nt un . ete de la pill' hiLute lm_ poranee. AvaCl Ion a ... lorlte Incontestable, l'I1IU I.re u.va nt • déclart qLle 1. 110mb, Il , dont ICI prh ldClnl Tru_ nu,n a r écemment ordonné ,. 'a_ brlutl(ln, p(lu r .a lt anéa ntir toute vie ' Ut la terre, par l'empollonnement radlo-aClUI de l'l lmOlphtre,,, Ineommensurl ble se ra it le dl n- 1er couru par l'huma nltê tout entiira li lu peuple. n'arr ivaient pal à .rriter 1 .. m.ln. trimlnellu. L. Jour où Eln. lein f.i .... 11 .... u el. ra tion, M, Winaton Chu rchill , clan. une réunion 'Ieetota le à Ecllnabour" 0 .. 11 u a ller eCl qa'il appaUe • 1 .. npremaUe .mérlulne dans le dom.lne aloml,ue ~'R "l, lui f. l .. nt écho, lin .ulre boutefeu , l'anlllémita numéro dell. du Eau-Unit, John E. ltankln, membre du Cenlrh Imérltaln, réela_ l'Ilal' l'upuillen Imm"la te d'Ein_ Ilein qu'II trai tait cle • communl... t ~, de • vieux eba rlaa n • et dt. • Iimuid eur .l • I L est e1l1r que plUI le. peupl .. prennenl conatlenee 4u 4.nr er, l'lu. I randa devient la , .. ,e de ceux pOLir qui la ,uerre fi t la '"ule h l ue l leurt dUflcullh. Elnslein l'a bien 'Ollli , n~ en d'. nlln ~ant .. VIIC force le rtl lme qui sevit aduellement aux !:tall-tJnll : • De tormidablu pouvoirs fi nanciers _ . -t·ll dit - sont conClmtr~! entl'Il les mains des mili · talres: la jeuneue est mUlt .. rls~t.: le loyall.me des dtoyens. en partieuller dei fonctionnaires, !aIt I"oblet d'un étroit contr61e exercé J'ar a poilee donl llmport.nce croit de jour en Jour; lei perlOnnu qui professent du Idées ind~pend.ntes en matière de politique acnt en butte à de. manatuvret d'lntimld. tion: la radio, la J'resse et l'kole trlV1llUent à endoctriner roplnÎon publique ... • C'EST l'In l'eu, n'ut-ce p ... , ee qui le paue dans lu pays vi_ "Int 10UI 1.. plyel'lOOit! de ,ueru made ln U.S.A. On en ""olt d'lnqIlIU .. nll .ympl6mu dans no_ tre pays m'me. ~lais ln peuple .. heureuu menl, n'lDlendent pa. If 1.llIer entralner au lalelde l énhll. Le camp du parU .. n., du tomb.lant. de 1 .. paix ,ra ndlt .. ni eu!e. Danl le t.dre de la luUe da peuple rr.nç.iJ, le 1\1.R..A.r , nt dans 'a bonne vole, qui apl'elle lu plui lar,u m.IIU l le ,rOllpe. aux coth de mllllOfll de br ........ r en. pour l'interdielion de la bombe . tomlque, pour la d' mocrUie, pour la p .. lx. En répond.nl à l'appel du i\1.R.,A. P., en Il,nl nt 1 .. lettr' au prhldent de 1 .. R~ publlque , contre I·a nlll'_ mltllme, contre le néo·nuhme., eontre le utout du horreUfi . 11.quellu 1I.0UI avons pu l urvlTte. neUI eontrlbue.on. aeU1'em ent à j6jeuu lu péril. que d' nonee le ,rand Eln. teln. TARIF DES ABONNEMENTS à II-t~ ... OUL ,"o,_ .. nle •• _ PAlUS ,,,) _ T4t. l ,"RO ' ~'I el TAI 11·1' - ,.RANCE ET UN ION " RAN CA IUt • mOla ........... , ,on 'r. l mnll . .... . ,... . . lllG tr. 1 ln ... ........... 1.lto t • • PAYS ETRANOERS l J me,. ............ 4500 ft. 1 mail.... .... .... 130 t •• 1 ... . """"." .. 1.100 Ir. TARI,. S PECIAL pOUt la 8 ELGIQUE com ptl c"'qui poltAl : '010-fI rARII Pour Ifl chll1 l tn'ltOU d'Id.n,. el1vllyer 2. Ir. et Il der!!.I . .. IIl l1d •. COMIT8 01 OIIt Et.'TION 1 Alld rI Il LU MI!! L Ml urlre G RIN SPAN Charln LE OEM MAN Plure_..,llDd L E V l' La ,t'lllt ~ Ch OVEZAltr; .. NM P P. li N I!! P lmp Poluonntt ra .. boUI rnlll(lnnll,. PAlUS III') d'Etat ••• en 1. vant, lorsqu'HI aol'l.t daM l'lm\) OI!&lblitt a bsolu. de le JUlUtltr, Jlar I~ rtlcUonnUre& lu plus cyl'llquü, mOnarqtW; dt l'ancien r"lme, f.sel .. tes mo(jern~, antldreytu,o;ar(\, OU ch~quards to:npromil, l't'doutant qu. l'on met\e le nez danl I~urs comptu ... Tel miLltrt, L"\ VaUlt, Les bannes ledures Conda mne .. dix anA de prllon p .. r la HaUle COur en dkèmbre u n, Xa vier VaUaL a tU lib.rt JlI,r M. pt~n~ Mayer en d ~ce m brt IIlt 9. Et n6s lecteur. Ml demandt nt &ans doute, a v~ un l1rin d'Ironie, ce Qu'il .. pu advt nlr (je son ancien chef de cabinet. I l.!. pourront trouver une !)rem l ~ ~ r'ponse dans le c J ournal Officiel t de la lUpubllqut França lae, en date du 1er février 1945, paie 467, Le Garde dcs Su .. ux, mlnl'Ire de la JUlitlU, Vu I"ordonnance du 14 oelobre In. Utuant un u r ... lce de reche,... chotl de crime. de , uer re ennemll , Vu le d'cret du 6 deeembre 1944 liu nt 1 .. compMltlon et la fonctionnemenL du41t u nit e, An,He : Article unique. - M. le cttlGnel Cho!nel de hrnieu u t nomm' th .. r,f de mlp ion de prtmUre t at ~ ,orie, pour cempler du 1er , 'nier IM5. C\" Utilité "-1tionale » ! Le ~ndale o'éctaLa pu l.DlmM.lI· tement parce que le couJ' ....... It ~t, ,f.! .l.t. à l'ubroutte, comma t. . nt d'auQui aU,it Ilin~ l'arr~t~ en que. tlons .? Le minl&tre Ge la JUltlce du lénéral de Gaulle .. Lequel fut le premier _ C'l!lt le R.P.F. lul-m ~mt qui le rl!COftnalt _ l donner un coup de frein A. ce Qu'on a ppelai. enCOrl! l'tl'ur .. tlon. Et à proclamer qUI! les h .. utl dlgnttalres dl! Vlehy dav .. len~ ~nWcler de la plus large indul'I!nce, r!ln· t~grM m~ me aux plua hlUt& pOttes. pour rallOn d·utl llté nallonale ~ En rattachant le bru droit de VI I· lat lui-m ~ml! au serviCe de rl!cherchu de& crimes de Juene, 40n mlnlltre falsait-i1, au fond, autre chou que d'ilppllquer la ... raison d·Et .. t? COmme il reuort du dl!rnler &acours du chef du R P.F ... u V~lodrome d'Hi vu, pour pr~p .. rer &el mauv.is COUP3, la ,rande fam!He r~a ctio nnalre a besoin dl! tOus ses enfants, Publicitë acadëmique La , én~ ra l C&pltulnd Wey, .. nd, oe J'Etat Français et de l' Acad~m l e, a ~cr1t, lui aussI. ses « M~molrts ., DanA la blbliotheQue du parfait TI. • Chy8SOIl, 8011. bouquin pourra figurer .. cOté des oeuvrtA d'YTe. Bouthill1er. \'on Choltltz, 6ch .. cht I!t &utrt5 ~mlnellu &ym!)olea de l'honneur selon les • Aurore • !t lél , l'tiHo ~. C·ut à M. Maurtcl! Ol!nevolx, membre de la m~e m .. lson (lu Qu.1 Conti, Que l'td.ltèur P'iammarll'ln a cb:1l1~ (en I·.baenee du Mlt~chal tt de Maurru, empf,ehul le lOin (le faire 1 .. pu.. bllclt' (le Wey,and ... ff A faire r~u.ir un .in,e » Lonqu'lI 1·"lt de &t couvrir rectploquement de tleurs, Ils le poilent un peu lA, n03 acad!mlcleM 1. VOici CI! que ça donnl!, a\"i!"C M. Genl!volx, daM un prospectul que nOUI veno:u de recevoir (et d'Innoter). a ON L1!: VOIT (We7land) S'lNOlONm. S'EMOUVOIR, CHALEUREUX DANS L·e5TrM.E (aux tral· treal, FIDELE DANS L'AMITIE (à p et .. In), INFLEXIBLE SUR L'HONN! UA (qu·\I d~fendalt d~jà à ~a mal'llért dès 1920 en Intl!rvenant I!n POlorne .. ux rotes de Plblldski I!t de de Oaulle), LE DEVOIR (qui consistait, au Ill!u de flllire la guerre il HIt ... I~r, .. dlrlier I!n Syrie une ex))édl:lon visant leI pui\.3 de ~trole dl! Blkou), LE LOYALISME (qui, en Juin 40. est .i vI! cl'ltz w eYJand qu'Il lnvtnt..e un complot communialé à l'Elylée pour obtenir plul rlllplGement du Jouver- • nement la tliecliion d· .. rmlstlce ), LA l'IERTE f'RANÇAISE (Qui trouve 100 expte.!&io!1 dans la defalte, 1111 Ga .. pltulJtton, II honte de ViChyJ. .. Ma\.a Je pan',yrique poursuit : • C'est toujours le m~me ton de franchise naturelle, .. la reuemb:ance d'un homme .Ilr. d'un homme vraI... ON ROUOIRAIT DE NE POINT LE CR.OIRE COMME SI L·ON SE SUR,.. · PRENAIT SOI-MEME EN FLAORANT DELIT DE MENSONGE _. VoU .. des phrMtI dont la tranquiUt Impudl!nce dAns l'a pologie de la falI. I!lcation hlt;(orlqul! ferait, comme dit l'autre, 1 rouiir un &lnge • 1 nel phaul qui donnl!nt, en tout cu, une Ide~ du niveau 00. sont tomb~ ea cl!rtalnes • éllte~ JO ••• • DROIT ET llBERTi % L'ACTION DU M. R. A. P. PLUSIEURS DÉPUTÉS ACCOMPAGNENT LES ••• des tas de raisons DÉLÉGATIONS AU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Alni. Carrel in'plre ... Trh d.i*Cut~ é~ tr'a dil:<:utable le tameux doc t e u r AlexiS Carrel... L'homme n'ut pu IncO:lnu. Ami de P'taln, Il lui arriva !ouvent de ctln· fondre raclamt et blolQile, Pendant quatre ana. & Paris, l'occupant Isly .. fairl!. SOn .y.teme ne m .. nqualt pal dt lorlqul! : c'elt lui (aUIIIJ qui JUltlfl .. lt l'explOltation Aubie, dans ct r~ i1me, p.r lU ouvrier, en profen .. nt Que le prol~tar1lt serait toujours 101.1- mia & unt condltioo Inftrieurl! I!t mlaérabJe tn ralton d·une c lOUI-iLlImentatlon perm.nentl! 1. Il .. lalut un dtaclpte, donl le. p4!D- 8e11r8 du R.P.F, font ,rand Cal : le docteur P'!n .. nd, Qui .. trou\". bien entendu, le moy.n c5e risol,ldrl! la 1 qUl!stion &OClale t ... .. ,la revolution biolo,ique t Aprh la • Rholutlon nltlonale ., voici donc la 1 fUvolution biol6glQue,. 1 CÔ!I & eo? Il l'a,lt (tout èn s~. cul&nt .ur la. m i~re v~r!ta b le dei tra vallleurai d '~l!mln er celte menlaIIU ou\'rll.a et Cel tl~m e ntl d'l,ru_ Ih11t dont parlent les ps)'thana lys.. eI amirtealna et qui a'e ll"prlment d .. na (lea mouvtment.li rI! \·endlcatlfs, d ~ t rr~v u, ele ... Pour ee taire, fAltel Jouer de la muIIQue danl l'u.lne, pel, nu Ica murs tn blanc, ~elal rn dalanla,~ et cimatiSez

t.xplolteul"A et explolté.5

'·I!mbrasseront toUt dl' lUite, et le ca.pitalisme d!!".,r .. ltra 1 Vous aureZ ainsi apprthendt Ihom.m .. total at.:t"c cO! qu'II cOll"lpo1'/e d'ccces. ojblf: Il ce/III quI 6121t 12111"1"r. Et on "oua pr~vlent charitablement que uule cette nouvelle ~dJtlon de ta vleillerll! corporatISte Qui t no:n a As.. KIClatlon Gu capital et du travail l, J'eut gUVer .. , 1 1 .. clvll\.aatlOn occidentale,. 1 c,c Sursum corda » ! Le maréeb .. 1 PétaJn .. rait l li. patrie mellrtrle le .uprf;mt llIerl r,ce d'une ,1a char,û d' .. nl et de ,Iolre H doft t le , .. ta u t empreint d'une tell! buuU qu Il forct l'iu!lmlraUon du holt'lmd el e'h 'e I"humanlll! .u·deuus d'e ll em'me !t qu' il 1\, "fH à r ff acer loutu 1&& erreurs et lu !. ute. pas, (hl. Le peuple annamite a en(endu et co~p re nd la men .. , e ~ m ou ... nt du \'cnert chef de l'EI. t Fran~1s et $aura conformer .a condultt a\lJl ,ra nd!! enul,nemt.nh qui l 'Cil. dera, enl. Ce morceau d'anthologie flJure dall. le JOurnal c LE FIGARO 1 i5u 28 octollre 1940 lOua le titre : " L'e:remple du ma rech. 1 1'~laln t lh! l'humanité a.u-denus d'elle' mtme JO, dtd.re "empereur d'AunaM. L'empereur d'Annam ... Vous n'y ~te.s pas ? Mala Bao Dal I!n ~rsonne,., Qui n'a llait pas tarder à collatlorer allec les fascistes Japon .. is en I ndochine, en attendant de del'enlr luimf, me un .. ut re P~taln, Et de donner. daM le! bol~e& de nult, ét dans une a!faÎre de ch6Que& retentl&llan:e, un de cel t.xemp:u qUI ~Ièv~nt l'hu:naftlte au-(S!uul d'eUe.. mème 1 Les embarras de Paris Sur les , rands llouJeval(a, eo ~lJll on ... Une \·oiture ronçallt l toute al,ure, t n d~plt de tous lei rer'ement.$, aecrOCh. e avec violence M. Jacqul'S Anihert, Celui-cI. fortemenl contUllonni , ~e releve avec peine. 1..& rt'SJ)OMabllllé dt. l'accl~ent nt flit pal de doute pour leI té:Ooinns Mal~ de l'auto coupable tOl'wnt un conducteur arrogant et unc lemme qui l'Nl p·us encore. A peine M . Anghert ellt·il remla de Ull ~motlorus Qu'l!& lui cri .. nl : « Pou vltt pA8 \:OU& garer, non? Pas ~wnnant avec une tete de Youpin L UNDI soir. À 18 heures, dev.nt la mairie du m· arrondluement, du hommes et des femmes .. ux vlsa,e, graves. Ils ~ont 1& dlx, puis vln,t. Ils seront trl!nte tout À Ibwre à lollleiter l"attentlon de Mme Francine LEFEBVRE, dèputt! du sectl!ur, • qui Ils vont exprimer leur ~motlol'l InR dl,nte de lavoir Xavier Vall .. ~, l'lU .. &lIWJin, en liberté. - Mon ,il~. madame, portait Et drDpeau I!n t~fe d'une mllnffe6tt1lfOn de

eune~ en 1941. C',st I!n rUfendIJnt le

drapeau qlU! lu homme" de Val/1ft l'ont prll ft IÎl;r~. Mad4:me, le ... ;e .. , Ut réste ne peut PlIWJer les Ihres de ee perl! en larmes. - Me, troil! liu., u ... por un, ont ~tl! prl., tortur~~, u~llI"nt" por lu hommu de V/lllat, J'al perdu le .omm~( depul."! que fe .au ce mon5tre tn li .. berU. - J'fldf.l 4 AIUChu:ft2. - Mol, Il RavelUbruc7c:, - l U. ont tu~ ma vieille mtre de quatre-vingt-quatre aIL!!. - Madame, nou~ VO!l3 t.!emandolL!l, en tant qu'ilue du peuple, au nom tl.eJ 2,MM) hornmu et lemme6 du 11[ ' arrondlueme ... t diporU, Jour la re~JOIl .. 'abllftê de Valta!. d'appuyer, aur le plan parlotmtntairl!, toute Initiative pour que VaUal retourne en priJon. - Voule~ .. vou, accepter, madame. de conduire une d~liflattOn auprt, du ml. nutre 'de la Ju,tlce ? Mme Lefebvre, visiblement troublee, nous dit combien ell l! partaie notre émotion et promet de se joindre à notre délegatton. Elle nous promet d'etrt. notu Int!rpr!te auprh de son iroup~ parleml!nt .. lre. La d"t,aUon repart, &1 tAche tl!rml née pour ce Bolr. Au Puaale, une l'lellle dame QUI attend son \.(Iur, me d~m a nde : - VOUo:l, monlleur. c'ut au..,1 pour u"" logement qUI! VOta ttu vtnu? _ Oui, 1M4arM, mali mol, c'ut pou'" Xavier Vallat : un petfl logement., trtJ peut, a~c de, barreatu: au.::r: len~tre,._ .•. C. P. C'elt une deMg .. Uon de mit perIOnnes, vietlmes des pel'6écutions de Xavier V .. Uat, qui s·tst rendue, le lundi 13 février, auprù de M . Ray .. mond GUYOT. député de la Seine (co~munJ.ste). Parmi lts membres. de ceUe dél'Ilation ~I! trouvait un vieil .. lard de 72 ans dont la ll!mme et le !Us ont été déport~s, M. RAymond Guyot a affirmé l'apR pui SIUU réserve de son groupe danl la batame contre la libération de Xavier VlI.l1at. La d~I'.atlon t'les Flmlllr, dt deporth et fualIIt. du "". .rrondtlsement QUI avait H~ rèçue la semalnt dtrnlera par M. DelhOm. represe(lt.n~ de Mme Frlnclne Lefebvre tM.1I P.l, s·eJt rtndue ensuite aupre. de Mme Maria Dorlath, consel!l~re munlclplle, et de M. Cornard, maire adjoint. LM pr kldl! nls, ~ecr "a lrtl el Iro!.!! nll!mbre& actif. du eo mH~ de la riglon p.rlslenne sont 001'1 - ,·oq un A. la reunlnn 'lui ie tiendra lundi :!O février A :!O h, 45 aD &, boulenud r OI5!l0n nlèn!. L'omre du Jour ]!;era commu nique .. Il t ~ un lo n . LE S flCn t."I'A.JU.4T, Une .. utre d~l~g .. tlon, datt.'! le XX', a eu reçue par IN élUi M,R.P .. Olrl.ée par Mmt Clnette 8oenowskl. temme d" déport~. mere de fu.sl!l~, I!t M. Charles Lecourt, président de l'AMO claUon des deporth du XX', elle comprenait vlngt-cln'l. peraonnes, hOMmes et femmes, dont lea ëtres les phu chen ont l'te d~porth IOUI la rea!)onsablll", de Xavi~r VaU .. t, CONTRE LA LIBEItATION DE XAVIER VALLAT <:omml .. llre l UX quetllonl JUIV .. .:1. Vichy, rupon .. hll d. la .:I ~pOrtlt!o n r1 ~ I~O.UIIU "nmnw. , r,·mm .. , .nhnta el vlelllirdi U: MOUVEMENT CONTRE LE l'tACISME L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX VOUI IPpaU_ • venir en mullt .u GRAND MEETING ~r l lnld 1. mardi 21 t~,·rl u Ibo l f1I hturel U "AL' l!: 8Eltftt B'I'-MILU':T plie. Blllteour _ Lyon IOUS 1. prelldence de M, le rrotultllr aSyn tRS Orall urs : M, .wnl"" ÇOO,\IkT ancien mlnl.tre CNAItLES PALANT leerétalra du M.I'l,A,P. . 'fIlJeuIon dll mm: • La Bitallli .:le II. .. 1. ' . LI! vendredi 10 fevrler, une d'I~latian dfll; Anclelll Eniag~s volontaires et Combattants julfl .. été reçue par M, Hugul!t (R.O.R.l, député, dlru; le XI' .rrondlsstment. Une d~ I~l!:atton dfll; FAmilles de Dipor~ s et fu~IlI~~ a tté r~ue par M, Mercl~r (S.F.I.O,l, ma!re-adJolnt du III' arrondia;sement, le 12 U\'rler, AI"ICÈS " "I.JI.JA'I' BE RAUD comme la vOtre... Il . Conc'u.slon : ct sonl 1!!lI Julf~ qui g~n~nt la dre\llatlon, prol·oquent I··s t:nboutpjllage1l, pt IOrlQu'une barnol~ I~ur rentre ded ans, n'onl Que Ce Qu'1l5 muit.ent... Il 1 rRppelé les souffrances subies par lea Juifs pendant l'occupation et l'lUSliI leurs lu ttes I.Ult côtés de tous lfll; bons Français, hier pour la LI~ra tlon, IIujourd"hul pour le pain, la liberté tt la pAix. n a aoulllné qu'on libère Xa l'In Vallat au moment où on emprl .. IOnne des r~at.stant&. ou l'on poursuit lta plrtlsans de la paix. LE MEETING DE NANCY HENRI BERAUD, le 8inlstre Journall.te de 1 Grlngoire t. Ier.·t·1I bientôt IIb i ri ? Le 28 dhsmbrs 1944, B ~ raud ' tait, en raiaon de Ion acthlti nul., de au appels au meurtrI contre les patriotes, eontre les Juifa, d, aa prop.,and, antialllee - en un mot de .a trahi son - condamné à mort. Le , t neral de Gaulle a gracié Beraud, a oommu' sa peine en travau lt forella à perpétulti , Le 30 d' nmbre dernln, le pri aident de la Républiqua oommuait à ton· tour utte paina en dllt ans de r'Olullon, On parle malntanant de HU· ration condltlonneUs, Calul qui éorlvalt : Il fa ut êt re a ntisémite ... p arce' Qu'on n 'a plus le choix ), oelul qui pariait d'u· tlrper le vir us hébraïque aerait don c IIbn de r.commencer 1 Comme Xavier Valtat 1 • Comme Xavier Vallat, aur l'actlvlt ~ de qui 0 , L. publie auJour· d'hui un no u v a a u documant aceablant, B'raud excita parti cu· IIbement la haine eontre l'ancien mlnletre Geor,,, Mandet. Le 23 janvier 1941 , Il ~crl .. alt : Il t al.salt peur, celui-la (Mandei) . Etre au taux visage et au taux nom, en Qui s'Incarnait la coalition Judkran,lo-maçonnlQue. Ce Rothschild a la manehe p auvre ttalt la Ilynthhe de l'Antéchrist. Cet homme qui aouhalta la vlo· tOir. de Hitler, ca oollaborateur avant la IUtn et de la d ernltre heure, est-II donc auasl n t! cesealn que Vallat à oeux qui préparent de nouveault mallaaru ? La liberallon ayat! matlque du traltres, du anuslne oontlnue. Il faut s'unir, Il faut agir pour ar· rUer cette oouret â l'ablme ]", L'. ft ai re aura lon epÎ!OCue en corfPIUonnel! e. lb lU) CD le Il s'e~t eftra,é .... ccompagner les d~lélations Qui st rendront au mln\.a~ re de la JUlStlce, (SUI TE DE LA PREMI ERE PAGE) rent pu le formid able raz .. deRmar6e de I"unlon et de I"actlon des ripubllcalns. Et le 12 fé vr ier e!t devenu, a tra v~rs la nuit de l'occupation , le symbole de ce que I" un lt' ~ 'UI'I peuple peu t contre le. fo rcts (ucistes, tôt les c Judio- marx lst~s qui n 'ont pas leur place dam une Europe occldenta!e r4novi e 1 comme disait P hilippe Henriot. ,Ce fut une rrande mlnttestaUon d'unIW. Plus de 400 Jutta nanci leM ont exprimé. dans un grand enthouR ,ll.llml!, ce IIml!dl 11 Uvrltr ,leur volonté d'arlr pour obtenir JUllIce. 8o\llJ la prbJldtncl! de M' 8ch.,ab, prMldent du O.F.D.!" ont pris tour l tour la parole : M. le II"rand r .. bbln Morall, ·MM. Magnant (C.G.T.l. M f· chauz. prhldent du ComSattan1.s de ia Paix I!t de la Llber~, Picard {commun .. uté btl~lItel, Vilner (Anclent Dipor~8 Julfl\, et Arnold. rep~ende M. Xrleflel .. Valrlmon/, dipu~. M. Krlel'I!I-Vllrlmont, retenu" Paria;, avait adreut! à l'aMemblee un mllllage de aoUdarl~. A J'baue de cette mernlflq ue réunion, Il a ~té d~cldt que des lIattli de pétition '·ont circuler dln~ toute 1. ville, txlgeant le retour de Xavier Vallat en prJ.tJon. Ce~ l\.atea de p~tltl on, couvertel de Ilrnlturta, aeront en .. voy~es au prHet, AUX ASSISES LOCALES DE LA PAIX LES " 24 C·est pourquoI le 12 ttvrler 1950 a pris cette année une amp l~ur In 6,a ~ée de puiS la Llbiration. Ce n'est pas un huard 1 C'~st la ma .. nHestation des tentlments républlcalni et de la vigilance du peuple par isien. Tand is que les formations factieuses. qu'un lénéral en mal de d ictature retrouvent les formull!S de Casimir de la Rocque • le ré , lme moribond, la con sUtu· tlon faite au détr iment de la Fr .. nce, les funa mbu!esques ~nlrl gues " tandis qu'une ca ricature de Justice libère les t raltrl et condamne les patriotes, tandis que I~s • Compagnies ripullilcalnes de técurltê Il, 0 Ironie 1 réserPour écarter la ml.sère, la dictatu re fascine, le d al'l , t r d 'une luerre, le di~honneu r d 'expédllions coloniales qui, au VletRNam, A Madaiuear et e" AtrlQue Noire sont le t riomphe du racllme et du capitalisme, le peu ple de l'a .. ris a trouvé dimanche le chemin du l a lut. C'ut pourquoi Its Jeunes et lits femmel I tal ent si n ombreux è. refuBer la honte d'une mort loin ta! ne et la doul~u r deR deuils. Le pavé de P a ris reconnalt ses tIll et, sur ce chemin du salut qu i en eelul ~e la liber té iagn~e l traverl l'Hlswire de la Bast ll1e à la Republique, s'ut a Hlrmêe d imanch e, avec lorce, raison et ce!"t! tude, la dtclllion de tout un peup: e de relter ma ltre de .es destin~ es et de mareher paiSible l ur le chtmln de la Liberté· O'est dans l'enthouala.sme que lf!ll 392 d"t!iU~~ pr~.enta aux Aullu de 1 .. Paix du XIn' arrondl.u~meftt ont adopté liL rholutlon lue par un repr~. sentant du M.R.A.P" dont voici un utrait: • NoUJ demandon..t que Xattf~r VIlIla t, C4! z~l~ Jervll~ur du nazf.ll lit 4!nnelnl du gen re humain • • olt "fvt lm .. m~d ia temtn t de ,a Ifbertt, et qu'II 80ft eh4t1é comme fi Il doll, pour lU ln .. nombrablu u&a&&fnaU dont IL a tt' I1natl(1ateur et qu'Il Il enco1lragl!, de toute. ,u Jorcu. (S U 1 T E DE LA PREMIÈRE PAGE) Ce J"Onl Ulujour. d~. Itranger. Qui Jel commo.ndent. Ce 'Ont lOUjoU,. dei dtomtuTi ~t dt. crimlnd. prof,uionn, l. qui. e.::r:éctLtent. Ce Jont toujour. dei Juif. Qui le. inspirent. Ceat J'armie du criml contre le F rance. On eneorl! : 'L. banditialTl' n'u~ J)I1' l'eXpru. ion dl' Patr ioti'lTl~ bt,u~, cleu le complot d'etrangers contre la. vi~ des Français et eontr, la 101.1' veraineti de la Franc,. Ces vis81eg de trancs-tlreurs, de rélli~t.nts, qui ~·étalent lur 1 a fliche nazie intitulée 1 Du L!birauur.? Non! J lont de beaux I!t purs visages dl! combattant., honnétes et lieu, qui portent la tracl! de& tartUfes. Mais les larbins du a Petll Pnrisien " du a Matin l, d' a Aujourd'hui ., des, Nouveaux Temp3 J cr .. chent lur les 24 : tltu alin· tique., t,o.ctu limiUQUes, bO'lcltu lippues, checeux er~pul, oreiltu décollées ... Et ils s'acharnent. C est iiMble. L'hebdomllldairl! lA. Gerbe, 10U. le titre 1 L'Armél! du Crime J, déclare Que les 24 sont tous des Juif', de même Que Staline, ROO&l!velt et Churchill! Le liniltre prophète Alphonse de Ch"téaubriant barbotte allèrrement d.na la boue et Je un •. DES LIBERATEURS 1 OUI 1 L·afflche placard~e dans toute! les villes dl! Franct porte au compte des 24 toute une .irle « d'assassinau, d'IIUentat •. dl! déraillements de trains 1. Mail Il!s Français ne l'Y trompent pas , Ces « crimes l, ils les, admirent. ns savént Qu'ils lont autant d'exploits ilorleux, puissanle contributIon il la Résistance et à la Libération, rbliUl, danl les condltionl extraordinairement dures de 1'1IJeiaillé, contre le Bochl!, l'envahI" Ulur hel. Ces immi.~s, cel étranietl, cts Juifs, ces Italil!ns. l:splllnol., Hongrois. Arm~ ni ~n., Autrichitns, Allemands même, ont commencé à Il baUrt avee tles barrl!s de fer. Ils se $Ont armés en désarmant l'ennemi. Ils J'ont attaqué, et contre_ altaqué, harcelé et démoralisé plr des c actions lt aussi nombreuse. qu·efficaces. III n'avaient pour vivre qu'une ' Ioldl! de 2.300 franCI par mois, Ils ont pris leur larre ptrt du combat aux cOté. de leurl! camaredts français. Cu hOmml!5 sont du héro •. Il Y a parmi eux d'Immortelles li,ures. comme le jltune comm.ndant dt 20 ans, Marcel Rajman, fils d'un petit tailleur, qui exécuta le négrier Ritter, ou comml! le chef du iroupe, l'Arménien Manouchian, .ancien métallo de chez Renault. qui fut à la Cois un poète tt un stratège de grande valeur. Auuî, il la question posée pa r J"o{'cupant lui-même: , DES LIBERATEURS? J les patriotes français ont repondu par un c OUI! 1 éclatant. merqué il 11 eraie ou à la peinture Ilu r l'affiche ... Devant leurs JUles nazis. le. 24 n'ont rien renié. Au contrai rI!, aecu. és, il. se sont dresses en accul .. - teurs. Et Il n'est Que dl! reHre maintenant 1111 prfllst infime de l'epoque pour mfllurer leur Irenquille ('our .. ,e, C'est le journal de Georges Suarez. • Aujourd'hui 1 quI. ren_ dant un involontaire hommage aux 24. krlt par exeml.le : Il.'appelle Josl!ph BOClOV. Il est ni en 1905 ... 11 a l'air tre. étonné qu'on lui reproch, Je. acte., Riell ne lui femMe, en Itf/et. plu. naturel que de glner la circu!a.tion du chemin .. dl! fer don, un pays occup!! par la Wehrmacht. NaturelLtment. iL ne .ait lHU quI lui a remis, ainsi qu'ri. ... hommu, Les" c1"I. an"IaiJes Il (QueUe cOlncidence!) et les cri)cltela nlceuairu au déboulonnage du rail",. lt 11llfh d'avoir vu des ch.emlnots, trOl'!liUtur. de la voie, porter 1111 rait pOlIr comprendre qu'il Tte &'nO'it pa. d·un, op~rotion d. tout repo,. Le président du tribunal allemand trllte Ronlan d'assauin, Roman ripond calmement: c En com- Un et un font deux Deux foi. cent fois cent fais cent fOnt DEUX MILLIONS batta rtt la Wehrmacht J'Ile l alaa.IJ que mon det:oir de .old(lt de J'A rmte de la Libération 1. c Le 8an(1 dea vletlmes crIe lua .. tlce f JO. Des risolutlons umblablta ont tt6 adoptées Il meme Jour .. ux aullfll; du IX' et X· arront1\.asemtnta. On dem.ndt i Alfonso pourquoi Il voulait. lui. étrtnrer. libérer 1.. France. La rlpolte arTlve. cino gl .. nte : • .E!plltnol, j'estime de mon devoir d'ouvrier conscient de dé fendre Il lJberté du payl qui m'a ilccueilIJ 1 vent lltuu coups aux ouvriers qui r-- ------ ------------------------ ~;ri:~~. i~~J:;,~" ·~~:~~:~~It~E LE MAGNIFIOUE MEETING DES JEUNES Elek I .. nce au procureu r : a La vie 'an, liberté n'(I pa. d, .en, pour moi 1. On peut lire dan. le torchon nui 1 La Fro.nce SOC'idLl,t~ 1 : Gold· berg, Schnpirl'!. ét WalJJ brot Tecon.nainent tOlU /'" fait, qui Leur sont rtproch~. et dée/o"nt avoir agi parc. que Juifs. Et « L'OEuvre 1 de Di:at, hypocrite et maladroite: • li ut regrettabl, qu'un tel prodl n, puh." le d;roul~r ~n ploce publique •. " Nul, heure.!.ement. n'a ouhli~ l'attItude terme et dl,ne ~e Manou· chian, R. .. yman, Eln, ercweir, Fon· tanot, Cira 8ancic, ~t leuTi cama· rades, nal. Que dirait-on d 'un ouvr ier Qui dtperueralt le tiers de son salaire a ach eter des revolvers? MAIS I"on salt bltn Que Je i1)U- " ernement, encha lné a. des exigences é t r anJêres, prive les Français de t rav a il pou r que tourR npnt à pl ~ln les usines d'AmirlQue, pendant Que politiCiens et rinéraux tlxent l'orientation de leurs r a pports, de leurs vot~ ou de leu rs journaux au prix d'un cheQue ou au menu d'un banquet! Les T artuttes de la politique et de la presse retrouvent Ica mota des nazis pour qualifier les Françah ela lnoyants : les patrlotea d'hier redévlennent les « sanspatrie, l~s RparaUsted , et blen- UNION dt la jeunesse! C·est aous Ct 3fgne qu·a tu litu le 1Ilagn/fique meeting de la Sa.lle tte3 Sociétés Savantt3. Des ctntalnts de jeunes ont cr ié Il!ur Indlgllation causée par Il'!. libératIon de X . Vallat. Dan.! la 3al/e, comme à la tribune, des jeunes de toutes le, OplR tllotlll et crOllancell, mais unis par leur volonté commune de Ile plus revoir lell crimInel, frLSciste, en liberté. M. Orjn'pan, Ilecrtialre génitol du M,R..A,P .. qui préside, ouvre 10. Ilolrée par une brtve Introducl:on. Et quand BaJSel1f/1e prend la parOlI! au nom deI feunell de la C.G,T., les applaudissements Saluent en 111.1 la grande centrale LES 24 VIVENT Ou v r 1é r e. BasllevUle démontre DANS LA MEMOIRE FRAN ÇA 1 S E lïf;;;:;;::;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;;;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;;;;:;; 1 Vinl t-troil furent condamnéa i mort et aUliltot ul.uini •. 01,. JEUDI 23 FÉVRIER, Bancls avait été condamnh .. ux trav.ux :orcel i perpjtuité. Les nuis, au mement du jua:l!mt.nt, avall!nt tenu .. relndre un geste en faveur de cette f"mmé : quelque mois plu& lard, elle était dccapilee i la hache il Slutt"rt. . Mai& le sacrifice des 24 11.'1 PU é lé vain, lb vivent dlnll 1 .. mémoire du peuple françai. qui lei honon parmi I~. meilleur. combatlan ts tombé. lur noire 101 dans la luUt. pour J'indêpend .. nce, la hberte, 1 .. paix et le bonheur du homme., AuJourd'hul que de nouvellel campaine xénnphel et raciltes II! a"veloppenl. laur e:-cempll! (Jolt taIn rentrer l'Inlulte t'lan. 1. lorte dl l'In.ulteur, Pour tenter d, dlVI- • er les J'nnçall, 1t.1 hommes qui préparent le ,u~rre uilliltnt et font utllt5t'r les armes dont u ... Goebbels, Ne lfi lall50n. pli la i.e. [ 1 pour ce la, Um.lOnl·nOU'. aililOnl. Nous pouvona et devoIU dijouer cu ml.'r. bles ml nO!uvre., et con· courir ainll • Imposer la paIx. , a 20 h. 30 A la MUTUALITE, 24, rue Saint-Victor Grande Soirée Commémorative EN L'HONNEUR DES 24 ore anisée par le Comi té Jo.. .. ran ça i!l de Défense des Illlmi&"rês Sous la présidence de M. Justin GODART Ancien ministre. Présid~nt du C,F,D.I. A. prop"mml, projldiolt J'an grGRJ film lt ptrrficipatiolt fTOUPli folkloriqulI immigre, lt fralfçais VENEZ EN MASSE! d • que la lutte dei t r avaf//eurll d' F'ra nce colttr4! lt coLonlallJ1It4! contrl! la guerrl!, cantre la mi.~èr6 eat i ntfmem4!n t 1!t4! 4 cl!lIe que 7I1tnè 14! M.R.Â,P, contre /'alltflléR mlti&me et le rac/une Avec tOllte !on ardeur juVt!I!/II!, M arc ROslflzwefg, au nom dt l'Has, ohner HatzQ!r, pr otelltfl contre 1 hldldgl!lIce qu'a t rouvt, l'ancIen cO~tntuaire aux QueltfO'13 lU/V'Il, C ellt avec ellthOlIJlallme que lut accueilli F'. Hfl&um. venu pour apporter le Ilalut de solfCfarft~ de fUnlon de la . J4!utleue républicaine dfl Franc4!. c S·Unlr et agIr . ., ) Gérar4 Alexandrl!, au nom dell Eclalreura [Ilraélite. de France, 14! d4!mand. égalemellt. Nou' devons marcher «>naemble et nous pourrons ain si Obtenir Quelque chOlle. Enaufte, c'ell' Charlea Palant quf, au nom du M.R.A ,P" .atul! c; Mail meeting et ftllcfte lu jeunl!l d'avofr lU rtallur ll!ur union Qui demain, dftRfl. devra 1'~Ia.r glr ~ncore 1\ t(\m ('eux Qui IOnt ab!entl A/bIC Fr4!nkel enfin, $ecrttalr, dIt Comité d'ellte'lte des Jeutle. oU1Jr~s du M.R.A.P .. annorte de' flropn~ltlo ll5 cOllcrétu flour obte. IIlr la rtillcarciratfOIt de X avlel Val/aIt " Comltb locaux contre 1. Raci,un4!, /'AntL!bnLtti.l:me et ~u , la Pafx encore fl/US nombreux #1 pllls arrltll, 11 faut que DR01T 1:2 LIBERTE 30lt dilluaé partout. P ar, tout 11 t aut sonner l'alarme et ex pllquer que le dan,er est irand Il faut Qu'une dili!ratlun allit transmettre au ministre de la Justice notre protestatiOn Indl,née Nous sommes Jeunea. noui vOUlON ~tudltr. Irava11ler, vivre librement ... Nous noui battrons JU!Qu'au Jour 00. la paIx lera. tnnn usurée. Il est d signaler que Qutloue. enérgument' anti&émftes ont u saJlt de jtter le trOuble da.n. l'cu_ ,tme.lé ... Malt IIIl fur4!nt vftt mu en déroute par Id calmI! r ésolutiOn, de t bull lts Jeunu, , . . " l' 1 1 t • · , · " · . t • DROIT. ET. LIBERTE • 3- " Autour de la campagne électorale anglaise ( lN DOCUI'tlENT DE PI,US AU DOSSIER ••• MM. Bevin el Atllee se découvrent Dans une lettre à Dannetker une souatoine omitié pour les Juifs VALIAT - h - 6 ri Mdl (DE NOTRE CORR,SPONDANT PARTICULIER A LONDRES, L. ZAIDMAN) trie sa aIne pour eor ~es an e , . L ES élections généralas qui \'ont 8\'oir lieu le 23 lévrier en trlvalllUte. M. ,Albu, lod de l'elee· Angleterre jettent une vive lumière lUI' l'a ttitude des dU. UOn :partielle di !:dmonton. fêtents partis à l'égard ~es JU4~O"OOO J" d tOCharlesITCharles Charles ~~:~:I~nQl~tlfe;~!: II y a, en Angleterre, environ .... Uul, ont la plupart rlu t'l'obtiendront pis beauetlup dt votent. Un très ,rand nombre d'entre eux se sont étàbtis tn lultra,h d.e leur l'art. lb lont. deGrande- Bretagne vers 1914, date à laquelle J'immi,ration , 'ers eon.ldlrh aux yeux, des larl~s .. P'Y' •• ' que totalement cessé. La majorité de ee~ 450000 muses Julvés. Us autru putls, le VOici un document de plu.' (1) au dO&1ler. C'est une lettre de l!lo ms!n de Xa vier Vlll.t, adreS8~e il. Dau· nteker, le chel csllemand) de l!l Ot'st. po anUJuh"", dlns les c\rCOn!.tlnCeS lulvllntts : pro~ult le cliché el-contre. Le eom· m!~~ajre .ux questlonl Juives se d~· ft'nd nt'c \'~hémence . Lut. de la bien' veillance en"ers un Juif? O'lbord, cé n'e!t P.1.~ a lui. mals au Mln!.tere de la Justice que Oe-orle. Mand-I a I!.dr~M~ 81 rt'qu~te. Et puis . . ...... - 1\1\ !!!i1w.;{ fJ1 ~ ~ IR 61!Jf'fA1.ù L'lppartement Cie M. (karsts M.n· deI. .nelen mlnlstr!. pe.trlote alncere. avait et~ oeeupt PH un ,roupe 6e P.P.' .. M. M.ndel porta pla!nte, et une enqu~te fut ouv,rC •. qui. blt'n enundu, ne devait pu lui dO:lnl!r sa· tlatattlM. Et puls cette phra.se: ...t:,,4 . 1.', ,..., l " . . b d t l 'Labour, les Communistes et lu L1- Juifs Vit dans un petit nOnl re e cen l'es te s que Londre!! et sa béraux Jouissent d'un aptlul conslbanlieue (2.'l4.ooo>, Leeds (2f.i,OOO), Manchester (33.000) et Glu· dénble ~Ins les ml&ses juives. gow (J5,OOO). Danl quelques circonscriptions, ils constituent une Tou,tefols, on ne J)t'ut pa8 dire que fuetion importante du corps électoral et sont par conséquent le. élicteutJ JuifS. ~ ont beaucoup , . , . .,' , apparllennent aux claues moyensolhcltes activement par l c~ partis en presence, ne., constituent un tl~ment ata- Sauf en ce Qui concerne le fu- faire des avances d::ilns d'autre dl- ble et eoMrent dans la. vlé pollUCen tt.1t tout de m"me trop pour Oaunetll:t'r. Croyar.t que C'est V,llat qui a'est ren/Ju coupe.ble d'un! telle b!en\'eUlance l l'ttard /J'un Ju!f Il lui kr1t poUr proUster. C'eat la rtponlfl /Je VaUat que re- " Gt'ortu l\bndd, flUt 't J'un de~ pklmt'ns Ics p!lIa bles de la race Juh'~. " Cela &e passaU quelque. mo:a a\'ant I·'\!sas.!lnlt de Georres MaD!!!. Cet:.e phrlse de VaUlt n'~wne l'ld. avan~ la lettre, une Ju~tltleatlon du crime? li 1 Documt'nt communlQufl J»,r te Centre dl Documtnl.ltlon JUhll am· elsme et l'antlaémltlsme, les pro- rections. Par exemple. le Labour que anlilise. Leur ar.tttude dépend bltmu devan~ leSQuels les Juifs se Party s'efforce de piper lea voix df: leur positiOn socltle et de la t rouvent placés .. l'occasion des des Juifs en mettant en avant une conacienee qu 'lu ÔM du d'n,en êlectlons aénéralea 30nt les mêmes recente amitié pour le rouverM- qui mentcent la l1 be~ et la pt.1x. Que ceux Qui Intéresaent les autres ment d'l sra!!!. Une délé,atlon du r---------------------------------------------- ~Iecteun. Comité exéculll du LaMur Party ~emporltne. Le problème de la palx et les me· &"tst r~cemment rendue l':n hral!l nlces qui pèseraient sur l'Angle_ et un grand battAge a suivi son LE1'1'R"] PAIUlI T.A:\,'I' n'" U'I'IOES : terre en cas de ,uerre. lu exlgen- retour. De cette la ~on. I~s d lr lces des Etats·Unls, la politique de teanU travâl1llstts espèrent hlre bloca;! des 'alalres. ete., préoccu_ oublier Je l'Ole qU'Ils ont Joué dan$ ?tnt et Inquiètent les Juifs au mt- J'armement et la d irection des s~pt me tItre que les non·Julfs. Ces pro i.rm~es arabes Qui envahirent Ublèmes qui Interessent la majorl~ ra!!!. du ~uple britannique, constituent U! Parti li bérai qui présentera Le. parent. d'un écrivent à combattant tué M. René au Vercors Mayer ••• • le tond de la campune électOrale 400 candidats USt de moytns dlten cours. lérents. Ce parti tible sur III làlt .. Notre temps n'est pOIS qu'aux électionli munlclpalu du C 'lST le ,,' re et la mère, d'lIn printemps dernier, de nombreux encore venu » J uifs se sont détournts du Labout. CM\'lbatUnt de "lnrt ani De plus. lei dUficultês ~conoml- I l espère aussi exploiter l'état d'es- lombi dan. le V~rcou, .. lit!· Mon.itf ëur le mlnJ.tr, la Jutllee, (jU ~ 1I de l'A.'lgll':terre révHent une prit c juste milieu ~ que beau. me de la barNr:, natte, Ital vou. Importand spéciale pour les J uifs, coup de Jults ont ACquiS. Ce parti êerh""nl . ear. èn 1'6ccurence, c'est non seu_ a. de plUII, désigné un certain nom- JI. le font en tnule cnn!Clen~ lement leur bien-être matériel qui bre de candlda t.s Juifs dans les Clr. Jlar é,ard .. la mimolre de leur enest en jeu mats aussi leur exl$t.en- conscription! A population Juive fant, pour prel~ter contre la .un· ee meme. J::ulsque dans une crise Importante. dalell$f! mbl! en IIberU dl l'a,ent économique. le tuelsme et l'an tI- de l'ennemi t't PMln'oyeur deJ ~mlt1!me trouvent à coup ao.r un Les ' silences de M, Churchill Ump! ~ conun,rlUlln. le Ilnlstre terrain fa.vorable pour SI d~velop- Xa.,lt'r ' ·al1st. pero Quant au ParU conservateur. il No tre fils, eomllle d'. mlillert Pour le moment, on note une est dés plus d llcreta. C'est lui qui d·lunu ett mort pour que la Julaecalmle relative dans les actl.,ltés & le moins de Juifs ~arml ses can- It et', le bonheur, la "êrlli rërnt'nt 'lasclstu et antisémites. Non que dldats: par contre, 11 prts~nte le dani lèur pS.'" et dan! le motldt'. les faseltles lient renoneé A leur capitaine Furan et lin certain M. Nntrt filA porhU hlut dans "'" ranta, 111. le ministre /le l'Inlu,Uce, \'ou. ne eonnaluer PAl VAulen.en·Ver· eort., nI Salnt-Slder·tno.VflrMn, ni la Crob·Penln 011 not infinIS .ont mortA COUrl,eU.emt'nt, tlpéran\ ~I rl ",nrê •. "OU1 nt' connalasu pu non plus 1ft charnier du PolYione â Grtn~ ble. où mon fil. a"ee une quannta. ln!! de compaf non. a ~t' ml ...... cre. ,"ous ne connalale. rien de tout ~Ia ou fcltnea ne rien connallrl. , ·OU! lI~ru all.Jourd'ul Xavier "allat, en vertu de quel drott ? La peur et III remordJ ne vOUJ ron't'nt-U. pu ? 81 mon fils et tous .11 Cam., ... du le le, .. It'nt d'un leul coup et "OUI demandaient rlu comptee ? Que fuln-,'ous ? C't'!t une froue responsablllt~ de. unt l'histoire que "oua portet.-I". SOI morts ont de, drol :a, pubqu'il, ont eu le de"olr d, mOUrir? MSOlJle! C'est 1Jlmplement une· Fountaln qui ne manquent IllS," Coeur l1déal d·ut!. lIIonde meilleur. question d·opportunlté. Sir 08wa:d chaque conf~rence annuelle, de Il s'ut IhTi corp. ,t lme au M081ey J'a pr~clSé dans une decls- manHestl':r spectaculairement leu r tom bat libérateur. Il t Cl it prH a ration publiée par le journal de antisémitisme. donner Ut vte pour dêlh'rer IOn l'lIon tH! a le droit de ' ·OU1 dl!manlkr d'~ire le ministre de la Jusdct', et non le Jlbératt'ur de Xa vier Val1-.t. Mon ru. mOrt. à \':nrt ln. pour une jUstice qUe ,·ou, appllquci .1 mal, \·ou demande du comptu, Il ANTISÉMITISME AUX U. S. A. Ion mOllvement c Union :t: ,ayl dt 1'0PlIrulton et la MU .... '- c P ar ttet pu aux o~ ;/ectlon~ en ce L'antisémitisme, chez les Tories, l'le nazie. 1\ ttalt It' combattant t 't n'est pas limité à ces cas· Il appa- (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) Nmo!m ent .!era' U II gesle Irr~all!te. ra, t . ma , ntes occaslonll, au~sl bien medt\te, l'lime et lort COMme doit a re emp" n nt paa encore ve- dans la d~slgnat l on des eandldlts, étn la justlee. nu ,. que dan~ la conduite des campa- Quehlutl annéeR leulemtnt 80nC Les f·Mclstes britanniques ne r~· gnes électo r ale~. 11 y a qul':lQue pluéta, !!t Il semble que le aaerUt· "felent Pas encore ce qu 'Ils pr~pa- templl, le eommandant Hashe-Lln. ce de n~ f!nfan 's Rit tU vain. rent contre les Julh. Toutefois," coin. candidat conservateur ))our Lt'~ ruponpble. de tout .. lu une rêcente eon!lrence sur le fas Harrow. dut se déslliter, dlt-on. l':n uAellon. enmmlte. petldant les elsme et, l'anllsemltlsme. conVOQuée raison des objtc~lons des anttséml. lombrt'. Inntes que nOUi a~on. ~ar le Con!ell national pour les LI- tes de la locallte. Au comml':ncl':' connue., J(lnt â nGlI"du en Iltaet', bertés civiles, un orateur a cité la ment de rann~e dernlere, tl fut la cHe hute. ArrOiant. et ul. déclaration aulvante d·un fuclste: signalé que les conll~rvateura ,elnls. en a le droit. . Et "011.1 M . le mlnblN!, ,'o u~ n'a. l'f't À son ~rard que dei de'·olrs. Pensr" it. ,'0' d~voln, l'L le ml. nls(re, pen!f't :\ nM mort, ~.ralement, si "OUI le pou,·t'!. "M ac· t'onl futurt'I montrt'ront si notre lettre a été priM t'n con.lderatlon. Sinon, lou,·cnet.-'·ou. III. le ml. nl.ut', que not enfin" ont "l'oulu bitlr k! monde de. JUlte •. et Jeur aou'"t'nlr fait de nOUI 6f's fortl. de Oera:d L.-K. Smith, paru dans c The Cross and the Flag :t sous le titre ~ Terreur dans l'Industrie allemande ~ : Hacknev (Quartll':t Juif de Lon- a valent lait appel au "intiment Ces tralt,es, Ct'I art'nli dl J'~nnedres) verra de la bagarre tr~s blen- anUjult ~our battre le candlaat ml t1fnnent Je haut du pari, Insul. Le leune htrO;J MELMAN E tOt, de la vra~ bagarre, comtne u j


______________________

cc __________________________ . _______________________________________ '_' __ L_'_IA_"_"_. _ ~ La nation la plU3 riche, la plus fière, la plus J)rogressive de l'Euro· pe a U~ tran$lormee en camp de travail forct. (lI s·a.glt d~ l'Allema· gne). Nou.! avon" m~me aban· donné un Her.! de .,a population Dux RUlSe.! sauVDges, ,nneml" du Chrlllt. c ... La plupart de" hommes en fonetion en Allemagne (de l'Ouest> sont dignes, de.! hommes de carae· Ure· Hotre Departement d'Etat lul·m~me 'e rend compte aulourd'hui que nous ne pouvon8 pas 4 la. folJ d~truire l'Allemagne et sau· ver l'Europe. On s'el/orce main· Unant de recon"tr ulre l'Industrfe aUemande, afin que ces gens si cou ragtu: et 81 agre35ifs pu(&sent "ubvenir t\ leur.! beso!n". ~ n 'en a latnaf, vu. ~ lit :t ont lu~, fntendU, pali, en l&rall; plull vite &iJ partlron!, mleu: el':la vaudra. , Le. part ia et l'antisémitisme Sur l'Imporlante question de la 8t!curltê de la population Juive britannique, aucun parti. excepté le Parti eommunlste. nt s'est prononcé expl1cltemen~ Le parti communiste, dans son prOlramme éll':ctoral. demande ouvertement que ~ i'odfeu3e proPllgande an!!dmlte "olt d~clarte m~gale ,. Les autres partis, au contra.lre, prétendent que toute législation contre le fasclsrnl': serait une atteinte l la IIberW: de parole et prUèrent voir les fascistes rép.andre partout leur poison. ANNA C:YMBLER Cependant. cette ~ non·lnterl'entlon

t ne lei empéche pas de

POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Edouard 5CHNEEBERG Cl, 'n d, la v'elolu, PARII·" Tél., n i M-$! Nul! : TIU 81-&1 La déportation a mis tin .. ce calvaire. Sarah Cymbler est morUl au crématoire avec son pere et la. mére, sa soeur et sa !lIle Dora. Anna. se r etrouva. A l'Asnlatanee publique. dans des cond itions qui restent mysterleuses. - Dans la pruon 'de Dijon, nOU3 d it-elle. l'al reçu un jour UOl! Ie:ttrt. C'etalt une lemme. Elle me dillait : ~ J'al beaucoup contrlbut d: votre ma/heur . Je para en AI~ért e. A. mali retour, fe VOU" enverrai de8 ('oll.s " Il y a de cela un an, et J'étrange correspondante ne s'est plus manifestée. Peut-étre salt·elle quelque chose sur la tacon dont Anna tut a.rra.ehée Il sa. famll!e. Sa lettre. d'a.!lleurs. a été remise a l'avocat de DIjon. ... Mals Anna rl':vlent Il un p ... sé plus récent. A son acte IrréfléchI de venteance. à son mouvement de révolte. elle répèUl ce qu'elle m'a dit, Il Y a quelques scmalnes, derrlere ses barreaux : • Sur le front de 10 Poix U""'E IN"l'ERWIE\' DE M. "OLIOrCURIE • Voici un puaa,. de l'Important Interview accord' a la pru.se par M. JOllot·Curle. pr~aldent du Comit' Mondial du ParU ... ", de la Paix: • La pr~~ ent~tlon de l'Appel du Comjt~ Mondial A donn~ l!eu, un peu putout a de ,rAndes c.mp.,ne!! oour la paix orglnldes aur le plln natronal et International. Ces campainu enueprillee depull lA fin de 1949 se d~rou· lent, â 1I0tre connala .. nce, et .roll! dts fOrmes d!lUrente!, dans phu de 60 pays. Elle! ont pour objet de .roumettre d'Ibord deJ propositions du Comlt~ du Con,rès Mondlll a la ratification du popuiatlon.s pacifiques et de lu pr~· &enler ensuite aux AoAsemblete ~Iuel lur le plln local ou sur le plan ritlonal. Dt te:lles campa,ne. aont en cours no· tamment daM de nombreux pays d 'Am~rlq ue latine et du proche·Orlent, en l'rance. en Halle. en AUitralle, au Canada. ele ... A titre d·uemplt'. des mllllera de conselllen municipaux ae aont prononcbt en nlUe et ~n Frlnce POur l, lOutcen dei propositions de paix. él abor~ea par le Comtté Mondlàl dN Putluna de lA pat.x ~. LES NOftMAUENS lICRIVENT AU PRESmEl\"'T BIDAULT • 121 ~Iév~s de J'Etol, Normale lU · ~rl!ure ont ('nvoy~ ~u président BIdaUlt une lettre où, demandant la paix au Vietnam III d~larent notamment: c NOIl.l cherchoM en vain oil. est la JUlllee en ccttfl Ifhlre ? • Où eat l'Intérét de la France? • ... C'ut parce Que noWi 80mmu lIers de la CUlture frança lae et de sa lon,ue tradition d~mocratlque que noua ~OWl demandons d'arrfiter une guerre qui compromu. peut.fitre I&N: rem~de, lOt} rlyonnt'mtnt. ,',.C,tlt parci que noUi nous untoru sa 1 ru aea Jeunu Francala Qui touflrent et meurent Il.bas que nous \"ou.s demandol\lt de les tllre revenir J. Lt MA NIYI:STr; ('ONTftl!; BOMBE A"l'OlItIQm: LA , Le peraonnel dU pr~\'entorlum de Seaurouvre.·par·Illllrs !Eure.et.Lolr) a ~n .. oyt a toWi 181 ~hu du d~parte· ment W1e lettre flu] Approuve l'actlon et le manlteste du combaltanta de la paix pour l'lnt~rclicUon de la bombe atomlque.Oe manlf!.IJU contn la bom· bé atomique a été adopU. par Il!lI con~ tb munlclpsux de Marl,nane, de Serre (Bouches·du·RMne), de 811ntMaume et Malijai (Buaea· ... lpe8). d'Aix, d' ... ngulllon (Chl':r). P'lavl.e CAr. deche) , Albi cT.rn). Lalinde (Dordogne), Bouluac tt Oloron (Suses·Pyrén!!!! s). elc ... slnsl que. par les conael!! g~neraux des Landes et du Lot·et.oaronne. A BEYROUTH, IMPOSANTF.l8 OB· SEQUF.S D'UN PARTISAN nr.: LA PAL~ TUE PAR LA POLICE • Une msnlfulaUon pour la paix a'l!/;t d~roulee le ~ Janvl~r, • Ber,routh (Syrie). La police" char,e et t r~ aur les mAnifestatiON:. L'un /J·le\!x. Ali Charll, ble!S~ • mort d une belle en pleine poitrine. lut encon altaqut a coups de matraque. Le 31 /anyter, une foule nombreWie a lulvl es ob8èquea d'Ali Charif. La police attaqua le oor· tége pour le disperaer. falaant des blell' sea et opirant de nombrl':mes arru· tatlons. Deux aveca ... de Tripoli ont . été arrttéa. L'Assoelatloh Intérna· Iionaie des JurlatflS ~moerates a adrust au prealC:ent du Conseil de la JUpubllque IItHlnalae un téle,nmme colfdamnant CI!.!I muuru anttd~mo· eratlques et cet violences. "OTE POUR LA PAIX TN AUS": TRALIE • Un vote pour la Plix qui connalt un \l'fand succèll. Nt orranld actueUII_ mt'nt par le Comité Auatrallen dè la Paix. Lu UOO pr!!mll':ra bulletins provt'nant de Brls!:>.ne (~ueenelaMl indl· quent le soutien UM r~aerve des slgnatalru du vote pour 1. paix et l'interdiction de II bombe atomique, A DI::RLJN·OUI'lST • Il jeunes ,ens on tH~ arret~1i dans le ucteur traneals de S~rlln pour avoir Mnoncé lA. reconstitution de 1. Wthrmacht en AUeml(ne oee/dentale.. Il. ont été condlmn4i. S , JOU1I dt prl· wn. Le 20 Janvier, " .utrea jeuneJI ont été arréth par dU lnapecteurs de pe. lice et remia aux Amtrlcalna parce qu'III étalent en possessIon de tracta et aWchu Interdlea. CeJ jeunb IOnt actuelleml!Dt Incareém dans la pr"on américain. de L\ehterfelde, Mnt la direction a retuaé de flrendre une décisIon finale en e!! qUI. lM Conctrne, et transmla 1t4 documenta aux tr1bunaux &llemandli. - Ils m'ont pou",,' 4 bout. .. et fal J)erdu lit W~, « Sai. Youpine :1 Depuis l'ili! de 13 ans Hie travaille d,ns les fermes. Mtls c'Ut de Gaulat leul. l'adjoint au maire de 13ard -Iea- ÈpoISl~'. lion dernier pitron, Qu'ellé parle avec de la terreur dan. la VOlx. Ce ,r6. fermier brutal et ava.re en avait fait sa Mte noire. Les COUPII, Il-bas, ~talent monn .. le courante. ean! eompter lea vexations, les brimade •. Anna, eette 'Ille YoupIne, cette 8ale boehe. ainsi Que l'appelait Oaulat, le repUalt sur ellememe, ron,talt sa colère Impuls.- ante. Un Jour elle a.valt tenté de fuir d'une autre place pour aller " Paru, avee d'autres enfantA. La. lamentable petite troupe avait éte rattrap~e, durement punie. Done, PU d'Iuue /Je ce tOte. - J'at ecrit, fat t~/~phOn' d~lIx foll t\ mon dfrecteur de l'A&.SUltanee pOlir lut demander de m'enlever de chu Gaulat Il m'a ménacië de la maUlon de correctfon. Acculée au dé,espolr. poursuivie par Uni': haine Imtllacable. la pt'tlte Anna. à 19 ans ... ml~ lè feu .. deux granges de Gaulat. ... Elle hoque aussi lè pracè!!. Aux ASsises de Dijon, elle retrouva l'hostlllt~. voire la haine. Un avocat d'office. plus dur que le procureur lul-mémè. Une enquête menée danll des conditions pour le molnll dUavorables. Anna Cymbl_r a Ioté condamnée à clnt! lni de réclu~lon. (II Je .,. • .,x. .pprendr. un métier :1 La voilà Iraclée. après quatorze mols. Elle essaie de s'accrôcher au présent dé toutés sè~ torces. - Dfre Que fat Qulttt l'a.ru (teJ'IIU dtl: anl ... J'ira.t revoir la TOur EI/ft/ ... Elle parle de ce qui s'est paué Il .. veUle. Elle vient de faire une nuit de cachot pour avoir refusé (le jouer de l'harmonium. EUe ré· fléchit. ~lle est pleine de bonne volonté : - Je t'eux apprendre un metler. J'f1imtrDU bltn étre couturi~r~ ... Je ,mb bIen capable d'f1pprendre un mfltfl!r. Et devant la Irant'le table ~Ian(' hl". dressée en son honneur. >\ Salnt-Oul!n. par sa tante et $ell Muslnes. Anna Cymblér ,ne péut retenir ses larmes. .•. Je J'al revue deux Jours plus tard. Elle Ava.lt repris goOt t la vie. Elle s'etait réln,tall~. danl la vie. Elle Ile sentait chéz tllè, heureulle. Elle oubliera. eu ttlute 18, tamllle retrou\'éè est maintenant aux peUt.! soins pour èlle. Et eeux Qui ont obtenu lM. lIbéra.tion ne l'a.bandonnéront paS ma l n t~naflt qu'elle l':5t libre. L' hi.toire cf'un. libération Il faut t cette oecUlon. Il pénible Que céla Soit, déMncer l'êxplOlta. tion Odieuse Que l'on a tal~ dAns certalna mUleux, du eaa Anna Cymbler. RHabll5S0ns les CaIU. M. Alexis Danan, dans francTireu r, a ecrit: ) • Nous avons obtenu .!a grdce. Et volet Elit est grf1efte. C'e,t finI. Comme ~I une simple lettre, en· voyée au nilnlstére de la Justice 11 y a plusieurs mols, 6ultlsalL. M. Danan a peut-étre voulu se c mettre A couvert :t. Mals au moment oû Il écrivait ces lignes. croyant Anna sortie de la prison de DIjon, le M.R.A.P. multipliait les démarches. pourSuivait son aetion Ineeuant.e pour la. faIre sortir de Looa. Il fallut Intervenlr non seulement aupres du min la· têre. maiS auprès de l'Assistance publique - et Anna Cymbler n'a ét~ libérée que plusieurs jours apres que le d~cret de iràee fl\t pris. C'est la délégation du M.R.A.P. au Conseil supérieur de la maglstra. ture, condulUl par le président Blume\. et à laquelle partlelpalt M. Charles Cymbler, qui a permis d'emporter la déelslon. Il t'n fut ainsi tn raison de l'Influence du M.R.A.P.: lui seul pouvait. en France. parler au nom de olusleun dizaine. de mllilera de Julta. au nom de cent dix organisations et soclétes. M. Jarblum , prétendant. luI aussI. avoir tatt libérer Anna Cymbler. va jusqu'à. eonelure qu'Il fa ut.. en raison de cela. organIser la eommunauté juive sous la dlrect! on de III FMération {slonlnel ~ta 8ocl~tés Juive!. li y aurait bIlaucoup a dire ep:alement sur ltrOle jou~ à la onzl~me heure plU M. Max Zymbler, l'autre oncle d'Anna. N'l nalstons pas : Anna Cymbler est libre. Ld bon apôtre". Nous rl':vlendrona pourtant sur la compllane dém'loilQue men~e par M. Danan dans Frane-Tfreur (apr!a parill-Soirl. soit-disant c en taveur de renfance malheureuse' L'affaire Anna Cymbler n 'en est qu·un a1Jpect. Cett.e campagne a pour but de cacher les vtrltables responsablt's des malheurs de l'en tance : la ml· s~re. la ,uerre. Pour M. Danan, Il n 1 a que les mauvaL.!: parenta et les mDuvall lu~l':a. Selon une de ses (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) correspondantes, avec Qui II se dit d'accord sur ee point, ee QU'U faut changer, c'e!!t la mentallte gtn'· rDle et, en particulier. la menta. lite des pere3 de famille. Et Il ta,ut lutter cOlltre la culture gr~co·la· tine. C'est ce qu'on appelle c noyer le poisson ~. Les enfantA sont sourn Il au travail torce el! Afrique noir e. Mals Franc-Tireur, dana le cadre des préparatl!s de luerre. doit se r~t~rer à d'autres ~ camps" Imaginaires eeux-Ia.. Ceux qui préparent la luerre ré· vent d'envoyer il la mort parentl et enfants, mals Franc-Tireur or ganise une manltesta.tlon d'enfants contre les parent.! inatgne&. Et quand les mauvais Juges con· damnent les résistants. les parti· uns de la paix. Frane·Ttreur se tait... AU tait, le Juge d'Instruction Bouchard. qui enquéta (on salt comment !) sur l'affalre Cymbler, est le méme qui mit en prison le résistant Phlllopot et ln· forma le principal c témoin , à char'l"e. aventurier au service du R.P.F .... De cela M. Danan s'est bien garde de souftler mot. Il prétère proclamer spectaculairement

La solution, "elon moi

la meflleure, c'e"t pas de prillon du tout, sans étayer d'ailleurs eette phraséologie anarchiste lur la moindre oroposltlon concrète. Et finalement. IIl1cz dan1J le jour· l'lal méme de M. Danan : Alexl3 Danan. C'I!!lt UII ap6tre ... Danan. ra m.! des pauvre!! m6ml!!. Tout ee battage autour de l'enfance malheureuse aboutit à quoi? A la publicité personnelle. .•. Anna Cymbler est libre. n fallait la défendrè eontre l"exploltatlon qui a éte faite de sa détresse l dei fins si peu louables. - Je Il'aime pa.! me vofr en photo sur les journaux, nous a ·t·elle dit l'autre jour. Nous vous promettons .• Anna . qu'aujourd'hui, c'est la dernlere fols. Nos leeteurs, qui vous aiment. veulent vous voir, enfin, en liberté. MADEMOISELLE KOCH"", L 'ACCORD des fascistes amtricains - et par conséquent allemands - avec la politique trumanlenne se reflète avec éclat dans un autre éditorial de ~ The Cro!s and the Flag :t. Au sUjet de lise Koeh. les phrases de Gerald L.·K, Smlth ~ont à peine plus scandaleuses Que celle du ,énéul LuCiuS Clay, ex-gouverneur militaire amtrl cain en Allemagne. publiées rficemment daM le ~ New York Herald Tribune ~ et Que D. L. Il reproduites dans l'un de ses derruers numéros: ~ 11811 Koch a jU condamn~e d mort, écrit Gérald L..K. Smith. mals par la suite, le.! autorltes mllftalre.! amtrlcainl':., (Lucius Clay) ont annule cette ptlne. oiur la bl1&e d'un ma.nQue ae preuves !le &a cul· pabmtL c Le, Juifs malnt~nant ",,'Ou· draIent limoger tous le!! juges, mllftatre8 Olt autre", Qut ont refu.!t d'a.uauiner Mlle Koch et d'autres (nazis) de la. cu/pabfll!é !!e"quel.! Il n'v avaU pa~ a.!!ez de prl!uve". , FRANCO, QUI A TDUT FAIT I L est Intéressant t1e eonnaltre les prIncipaux amis européens de Gerald L.-K. Smith. O'abord, Franco. c Le.! Juifs, explique le führer des national-chrétiens. veulent anÛlntfr Franco. Ils voudraient le mettre en Quara.ntalne, l'IsOltr. l'aeculer li la banQueroute, et .!oumeUre l'ZJXllme d: leur propre eonlr6le. cHou" mfSOM al milliard" de dollars "ur lu Grec", lM TurcII et lu autre.! aans le cadre d'une eampagne pour stopper le commuA nlllme· Nous n'avon.! rfen dépen!}t pour l'E"pa9ne, Qui l'Ourlant a faft plul pour Itopper le communi!!me Que toute autre nation de l'Europe. vofre mtme que tOu.te: les autres natiOn., réunies. ~ Ce pAssage montre que la poil· tique allemande n'est pas le seul point 3ur lequel lea dlsclplell de En sig ne. de protestation con tre la libération , cie Xavier Vallat qui a contrlbu~ a ~n taire des orphe1ln8 Aide. le. enfanls de fusillé •• t Déporté. en noUl! adressant vOl! dons pour la CRAN DE VENTE de solidarité·kermesse qui se d~roulera les JO. 11 et J2 nlars proehain daoa lu Siloni de l'H6tt'1 Modern plaee d~ la. Rêpubllque EtI"O' t'r lee coUt à la Commlnion Cenlrll, d. l'Inllnu, 14, rue de Plradt., Parll·IOo. Hitler approuvent les . iluements de M. Truman, l ei ap))aralt, de plua. la con!usion volontaire entre J uifs et antltasc1! tes. La manoeuvre des milieux dlrlreants !'éactlOnrlalru. qui patronnent (p:us ou mOins ouvertement) le tl.llclsme est la lulvante

Premier temps : exelter à l'an· tls~mltlsme en faisant du c Juif :t le bouc émUsalre : second temps: présenter t()us les anUfasel&te.s. toua les demoerate.s eomme des Juifs ou des SUppÔts de~ Juits. de !a~n l dét.oumer lu héJ:ltantll de la lutte anuraselste et d~moera tique. LE CHRISTIANISME, L'ENTREPRISE PRIVEE ET DE CAULLE MAIS volct un autre ami d.e Gerald L.·K, Smith: M. ne~ vin. c Aln-si donc, la machlnl! de pro~ paga. .de des JUil8 "e d'chaine contre Bevtn, et Il, semblent le haïr of/!cielleme:nt eomme fi" haï!!salènt HI!ler. I ls s'tt/orcent de d~t r ui re l'Angleterr e, eomme il" ont detruit l' Allemagne, ~ Tout cela tient. Il e"t vrai. du roman feuilleton: on ne r espeete pas beaucoup le lecteur. ' chéz les taselstes: II s'artt précl.5ément de l'abrutir le plus possible, de standarCUser 8& pensee. , Mals voici qui Intéresse directement notre pays : • U.! França/.a 1 e, meW,ura commencent 4 ttr~ fa.tlgue. du eommunl,m" d' la fourberie du Juil" et des bourrag~& de cr4n8 en gtn~ral. Le.! ellretfen&, ceux qut Croient 4 l'entrepri"e prloee et ceux QU! ont la plu" rfche conceprlon de la tradition frimçat.!e 'I! ra.!!!emblent derrlere le gentra.l De Gaulle· Je pen.,e QUI! d'tel QuelQuea mal.!, tout au plU." le gén~ra t De Gaulle deviendra la. che/ du gouvernement frança!&. Le gen~ral est antleOmmunL.!:te, pro-chretien, et c'est un hOmme à p6igne. II l ut l'un dU QuelQue8 homme.! d'Eta.t Que Franklfn D. Roosevelt ne put tromper, ne put eorrompre, ~ Et ailleurs : c En ce moment, De Gaulle et ~on parti ,ont le $eul espoir de la France. ~ Cette appréciation jute à la fols les tasclste" am~r!elln's et De Gaulle. Elle confirme les relations qui txlstent entre tous l'-s nazis de c la Sentinelle :t, du M.S.U.r., du P.R.U.P· liés à Gerald L.·K, Smith et certains ~I~menl'; ,aulliStes. Elle met l'accent sur le danger qUI:! le R..P.F. représente pour nos libertés et montre la nécessité de redoubler d'etrorts dans la lutte contre De Gaulle et 11':5 siens. Lu meilleun TISSUS Toute. Fourniture. pour TaiUeun ch!,1 ZAJDEL 89, r, d'Aboukir Puis-2" MH.' S\·O,n.a, Rhumut, Sintilr TtL , eUT 18-11 ' "0·' .......... '0' " .. , ' "' 0 ' .,,"" '', FABRIQUE DE TRICOTS • • • fts GANA Soct'te • ruponubUlt. llmlth III ClplW d' &00.000 ttll\Cl 64. rue d. Turbigo, 64 PARIS (III') TEl.,. 1 ARChlYu 11 .... S 5 •• ! Ê ! i , i ,f , l oi 1 1 l , , , , • , , , • I ll ' ~ I · 1 1 1.,1 . , 1


~ DROIT ET- tlBERTI

Le liquide mystérieux EN AVANT UNE BELLE ... qui coule à Fontaine-Vendée POUR LES 2.000 sera -t.il la source nouveaux abonnements 1 M PU D ENCE d'un roman policier (contre les rhumatismes ?) A L LO A llo! la ga re Mo ntparnasse? A que lle heur e le train pour Fontai n es·Ve ndee par Velluire? ,. L 'employé ne vous laisse pas achever, In u t ile pou r lu i de con sulter l ' ind ica te u r, il connaît la rép on se pa r coeur, car plus de vi n g t fois par jour, la m ême ques ti on lui esl posée. Fontainu-Vl!ndée est en passe de devenir plus célèbre que Deauville. De France, de Bela:lque. d'Amérique même. des hommes et des temmes s'élancent vers ce vlllase qui. depuis un an. a vu démet plus de monde Que cert.alnes de n os irandes villes de province. UN LIQUIDE QUI FAIT BEAU· COUP JASER. La Queue de ceux qui attendent a transformé le Jardin du docteur en un vaste champ de foire. Papieu gras, boites de conserves et épluchures de toute sorte jonchent le sol. Comme les heures d'attente sont longues, on. ne se lène pa! non plus pour déDOser ca et Iâ. quelques reliefs d'un au~ tre genre. Tandis Que. matérfellement, le village connan. une nouvelle vie, le vieux médecin. qui n'a matérlel~ lement plus le loisir de s'attarder su r un malade, consacre A. chacun le temps d'une plqOre ... Une pl ~ Qo.re d'un liquide blanc, visqueux, Qui fait.. beaucoup Jaser. C'est du lait. dIsent les uns. - Ce n'est pas du lait, disent les autres. Mals le secret est bien gardt:. Le vieux praticien n'a confIé sa de~ couverte â. aucun laboratoire. II ne veut pas la commercialiser. Il a d'allleurs fixé le prix de sa consultation à un taux très modique. a"' "D. L." MONTREUIL REALISE SON OBJECTIF A 200 % C IIAQUE lundi, nos Ami. de Mont reuil ont" coeur de nou!! An· 1I0nrer une bonlle nouvelle. C"f"It al n",1 que cette Aema\ne li. ont orrert .. D. L. hwr 10&' AbonneDnmt, rbU.""t "IMI leur objectif .. ~OO ". Comment p nl -II!I pan 'enn!! .... r ~u ll at ~ En form" nt une #rqu lpe qui loull lu dlm" nche8 v.l&lIe un cerhln nombre de '"mille et lenr pro' posent D. L. Elle& ne tArdeat pu .. s'Abollner. " n'MI pu dQnte u:r. q ne MIt b em· pie poulr" lt tire AU!vt PII r d'aulrell iIIlK! tiOIl. 10c,,11!II du M.R.A.P. et m~ me par de -nombre u,,", aoelété$ Qui Iroll""ralent ,,1 n.'1 un excellent '\1OJ'en pour l" rder la lIa l'OIl aveC! des n dh ~rf' nl . sOllve nt Ilb.en18 des .. s ~ "e'll'llées. l i dernier I)rl dl 1'I.nte, Illon COOUE INDOCHINOIS, M, Pleru Balmlln , Il tU dll DU L' lndo<:h lnl lit il la modl, n'"I--ee 11&1 ' C, 1I1 explol t.tlon commarel.11 d'uni . etu. llté douioun usi .. t pour Il molnl Impudl nta'M T.ndll ' quI d.nl ln préunl. llon. mond.lnll. l'on p. poll . utour d, te oharmall t m.nnequln, 1" eooUII, I UX_ . [IINDOCHINE s.o.s.11 PAR AN DREE VIOLLIS I L ne .'ailt pas d'un reportage nou" par tenu le" honnt!tu gen", flur la sale guerre au Vlet·Nam. En lu éclairant VlolII" leur four- Andrée VlolIIs a publié Indo· nit une arme ,,{nouHéremeni eltjchine S. O. S. d:mt les Editeurs cace. Il,, lui "cran! reconalssant", Français Réunis nous donnent au· il" sent IIont de Quelle valCllr est le jourd'hul une réédition. Il Y a plus soutiell preclellx Qll'elle leur apde quinze ans. Pourtant ce livre porte. Celte lutte du peuple fran ~ reste d'une actualité brùlante. çaiS aidera le nell1l1e mar/llr 4 Accomp,agnant. {'n 1932. M. Paul francltlr ICl denI/ère étapt ouant 14 Rl'ynaud. alors mln.!stre des Colo~ vIctOire. Cet/e vlcloire "era la viconies, dans sa c Mission .d·étude J toire de" Itommes et de" femme. en IndochIne, Mme Andrée V/Dili" qui ne croient 111 4 la "ain/ete de n'a mani/e'té. comme le remarque l'esclavage, ni Il la néceulté du M. Francis Jourdain dans une meurtre, la tric/olre de la vérité lU" preface enthousiaste, qu'une pa". le men"onoe, la vicloire Qut noUf "ion, celle de "on metier d'ln!or- lommes "Il'" de remporter. Parc. matrfce Impartiale Que nou" avoru raisOn.. C'est pourquoi Il taut lire et pro-o Et, ouvrant tout grands les yeux, pager; Indochine S. 0, S .. le lin. ce que Mme Andrée VlolUs a vu courageux d 'Andrée VlolIIs quI Inl depasst en horreur ce que nous a deJà valu tant de haines et tant savions des bagnes nazis. des raf· de menaces, mals aussi cette ré-f1nements de torture.! Inventh Par la GestaDO ou la poUce de compense magn.!f1que d 'apprendr, Vichy. un Jour Que quelques exempla1tea de son oeuvre ayant pênetré _ • Non, ce n 'est pa.s Iâ. cette oeu· la suite de queUes ruses _ dans 1. ,.re clvillsatrlce dont on nous a bagne de PoulO-Condor, .valent .1 louvent rebattu les oreilles. La contribué A. rendre A. l'espéran~ dv11lutton n'a rien de commun les martyu dont elle avait oN avec les moeurs Infa.mes du colo· dévoiler la longue détresse. nlallsme. Cette ex·ploltatlon de Pierre BARLATIER. J'homme par l"homme, cet t e r---------------cruau~. ce sadisme, ces assassl· nats perpétrés froidement, sciemment, ces8uppllces, cette ml· sère volontairement entretenue doIvent faire horreur â tous les honnètes gens, encore faut-il que les honnê-tes gens sachent. Et c'est à M. FranCis Jourdain Que J'emprunterai encore la con· cluslon de sa -préface : Le combat pOlir le rt!tabUuement de la paiX, ecrlt·ll, e3t mené chez LE SERVICE •• LIBRAIRIE ., de DROIT ET LIBERTÉ T itres disponibles : Et cette foule qui accourt se précipite chez un vieux médecin qui guérit (dit-on) les asthmatiques et les arthritiques : Il y a plus de dix ans que le docteur ROUi!':t solgne ses malades de la m6me laçon mals Il ne connut le grand succès qu'1lu lendemain d'art.lcles parus dans la presse au moU de Janvier dernier. UN METIER (NOIR) EST NE Aujourd'hui les cllenta sont si nombreux qu'Us ne peuvent être reçus dès leur arrivée. Quand Ils parviennent Jusqu'a l'enceinte bénie, 115 obtiennent un petit car~ ton por tant un numéro d 'ordre (Je con nais un monsieur qui avait le 530l. Il ne leur reste plus alor,o; qu'Il attendre patiemment leur tour qui n'arrive partols que trois lours après 1 SOn neveu qui est médecin doit. dit la rumeur publique, hériter du secret. Mals la mème rumeur pub:lque volt l'attalre se corser. L'assl5tante du médecln, enga,ée depuis Quel· Ques mols aurait, elle, un IIIs pharmacien. Bltn ent end .. , polir f a rner de!! a oonno'!$ .. D. L., Il n 'e..~ t pali de recelle Loule fa ite, A cbacun de faln prel,ve d' llIllIlll lve, et d'upr!t de r e!!· pon.atllIIté. Non!! AVon.!! le plAisi r de cll er Il ll jourd'hlli : l'V.J.R.E. qui Il réall.!é 237 " bonne me n l~ ; 1", Cadets, 91 ; 1. section du M.R.A.P. du lX', ofZ ; celle du XIV", !t : celle do IX·, 33, LM Ju ifs polonais alleltnellt dtJI. le chiffre de 3'!, 1. SoeiHIl Bre!!t_ Litov.-.k, 25 ; PuIAWY, %1 ; Kielce.. 1$, etc ... Amll!! do M.R.A.P. et de D. L. r e-dou blo"" lou, d'efforts pour aUeln· dre no pldement I·étape des %.000 J • C'est vous le nè;:re ! ... Ro'pendant Il la demande de bon nOmbn de ses amb D.L. vien' de crl'tr un Sl'rYict Librairie Qu'II met à la dis-po.! i:Uon de ses I~cteurs. Ce &<'rYice est en mesure d'expédler un certain nombre dl' titres ~t d'ta procurer d'aatres sur dl'manc\e Dominique DESANTI et Ch. BAROCIft:

Bombe ou paix Mo--

c'est bien, mon ami, conti nIIez ! mique ! ..................... ut Yvu ,"'ARGE : La (uerre d'HlUrr continuf' ................. ,.... ~!t Pi~rre GEORGES : Géo",·l.ph.le f"Conom!que et ,oclale France .. 3g Renaud de JOUVENel, : L' l ntf' ..... Un nouveau métier (noir bien entendu) est né au vmage. C'est celui de trafiquant de numéros d 'ordre. Les speclallstes vous ven· dent en eftet pour quelques cents francs un numéro qui vous permet de ragner plusieurs dlzalne,o; de place. Il J a même aussi, vente de faul: tickets de numéros d'ordre (déclencheurs de bagarres l. Les malades .en attente logent ~ ans le pays où les hôtels tont de ' 1 Inattendues et br!llA.ntes A.ffalres Qu'Ils vont MI' mOderniser. Une commerçante de Fontaines· Vendée avait. méme envlsa~é la con~tructlon d'une hostellerie, grani1 style. Mals, aprb réflexion, elle a abandonné son projet : - Hélas. l'af!lue ncf ne durera pu longtemps. a.·t·elle dit. Le docteur a plus de quatre·vlnlts a ns. quel malheur! Si · chacun fait un de vou. 9 e • t • LES DEUX MILLIONS seront vit. atteint. De la a Imaginer toute la trame d'un roman poUcier bien cons· ttuit, Il n'y a pas loin. Et, lorsque la nuit tait termer les volets, bien dC5 voix chucho~ tent. En attendant le commerce va bon train du cOté de Fontalnes~ Vendée ou, même chez l"habltant, 11 n'y a plus une chambre â. louer. 'JacQuellne WEIL. UN RÉCITAL d'Arcadie KUGEL I.e pIaniste et compOliittur Ar('adie KUGEL donnera un reeit al de ,e~ oeU\'Te . Ie vendrtdi n tenler il ~O h. 30 sa lle rl eyel . D eb u s~y. 14 février 2012 à 15:37 (UTC)~ ÉCHECS par le Maître J. PROBbElUE N- 14 C, G, GAVRILON (REVISTA RO;\IANA de Sah, UUI ,• iL. _ • tÇ!l1~lI:iï • 6&1 ""w • "1'C 1 • • r." 1'"- ~ . e • • C D E ~ C H Lei blanu fo nt mit l'n deuS cou,"!! U . - DEFENSE Sll\IZOWITCH Le XVII' championnat de l'U.R.S.s. comme Il!s précédents. a produit un très grand nombre de parties ~ensa' tlonnelles où de nouvelles Idé ... ont été expérlmentéu. Parfoi4 avec succès, d 'autr~ 101.5 avec un échec ntenti.!l-sant. C'e~t le cu dans la partie Que nous reprodul!!Ons aujo:lrd1lul. SHERNETSKY l'I lKENAS X ERES I L esl surperllu de soullper d e~ vant les lecteur.! de Droit et Li· berté, le caractère odieux de la discrimination raciale aux Etats-Unis. C'est â. cette honte qu'on pense lorsqu'on assiste A. la projection du Hlm: Je suis un nèore (O. Le réalisateur Mark Robson nous a offer t dernlérement un échantillon de lion savolr·falre avec Le champion. Le Hlm est habilement taIt. Comme au théa.tre, Il n'y fi. qu'un décor. Le dialogue, Important par rapDOrt aux autres eléments, est suffisamment soutenu pour éveiller et maintenir J'Intérêt du spec· tateur. L'Interprétation est bonne et le rôle du noir est maglstrale~ ment tenu par Jame5 Edward. L'action lie déroule pendant la guerre, Un noir et quatre blancs sont volontai res pour partir en commando faire le relevé topogra~ phlque d'une Ile du Pacltlque aux mains des JaponaIs. On croit Qu'alors va être abordé le problème du racl5me. Comment ces hommes Isolés vont·lls réagir? Que vont devenIr leurs préjulês racistes dans le feu du combat ? Car Ils en sont tous Imprégnés même l'ami de collège retrouvé et qui. dans un moment d 'exaspération, découvre le vrai fond de la pensée, l'épithète Qui monte â ses lèvres est ", sale nègre 1 J Mals Il n'en est rien. Contrairement â la publicité qui est talte pour ce mm. Il n'y a là aucun courage. On n'y ten te pas de déceler son propre état physique, IL ses complexes. Qu'U se persuade QU'U est un homme comme les autres, comme le lui conseille le médecin et tout Ira bien pour luI. Il n'y aura plus de,raclsme, ni de rae1stes. C'est à cette conclusion qu'aboutit le film. AInsi. sous couvert de générosité alors Que taussement on prétend .!'apltoyer sur le sort des noirs, on distille subtuement le poison du racIsme. La narco·sythèse, vollâ. le grand remède pour résoudre toutes les contradictions d'une société qui veut se survivre. Appl1Quons~là aux millions de Noirs. de Juifs. de Mex1.calru qui peuplent les Etats·Unis. Il n'au· ront plus le sentiment d'être brl· més. Faisons tout. mals surtout pas ce qui peut éveiller leur cons· c1ence. Mac·Mahon. de qui on ne compte plus les mots transmis â. la postérité, apercevant un beau soldat noir Qui montait la garde. s'écria : c Ah ! c'est vous le nè· gre 1 C'est bien, mon ami, conti· nuez! J. Il semble qu'Hollywood ait repris A. sa manIère la formule. En somme, nous vous Otons II' complexe de l 'oppression pour vous laIsser l"oppression elle·méme. Alain FAREL, nationale drl lra i l~. .......... UI Vlnrl annec. d'erreurs poli. tique. . ................. ... , ~!.5 Panorama du monde ........ %.5e Claude MORGAN : Le Poids /!lu monde ........................ 1%(1 Matwl'aiu' l' raine ............ zoe Ralph PAR.Kt:R : I,e complot contre la paix ................ 15. Vladim ir rOZNF.R : ~ ,ena du ~q .......................... lU L~. Elat. Dmnl.. .......... l!l!O GllOrJe! SORIA : Commellt vi. vent les RUh« !.............. ~5' L'Alltmarne .-t.tlle perdu 1" ~erre ! .................... l ,lt André WUR'ISER : Rêponu 1 Jean C.'&oo .................. li L'l'nranl enchain" ....... 188 rraL"·'."d odlet.s! eem"caeu x c..a.t , ..I.le. ...p.l.u , 130 "'-olfe jeuut.!se .............. lM Interdidlon dt I~Jour ........ 40. Andrh VIOLLIS : lndochlne S. O. S. .............•........ ZtO Les comm3ndrs sont li. adre.'S.!.er • I·.dminbtratlon de « D.L. li accompa_ gnée!; du montant du livre et maJoréel dt 1 • .'SOmm~ de 1i5 trancs pour Il!S fra is d·exPédltion. Celle-cI ae fera par « recommand~ t. TOUS COLORIS GI\AND CHOIX DE GABARDINES TIfS'" de mellleufl'i qu.ntê rI Ioule, IUI,rn//ur., p",u 7'IIIl/fllrl Chez SIMON . Alirtuu 1 •• 'OmnU, col/oc/tu, "on •. ~Ic .. , .. DROIT ET LIBERTE, 8, bou. IoIJarli Pot.,onnUr., Porll'to, ,011 p .. r chiQut . • 011 par m~ndal lic UfTltm,n/ au C.C.P. M'O·IIA. Au pror ramme. de. fraJments de aon poème symphon ique " l,a Pail[ " f'1 des oeuvres . ur des tbème. lpéclflquement juifs. Partieîp;allon de 1";" LI, premier aolo.vîoleneellste dl ·Ope. ra-Comique, la canls tr lce I\lona Velll, de "Opera, la violon"'" Mania lJloeh. Un match de ~Ix parties est actuel. lemcnt en eours pour départager Bronsteln et Smvslov qui ont tous d,,:ux terminé ceÙe épreuve avec 13 palnts (sur 19 possibles( devant Ta} manov et Geller Il pelnU et. demi eha· cun. ce.! deux derniers sont de Ires hunes Joueurs qui ne manqueront point d'étre de sérieux pré .endant~ a'j titre mondial d'Ici quelques annlies. 1 dof Cts Z, e4 e6 3, C el Fhof of, Dd3 (Trop artificiel. La dame va se lrou. ver trop ~xposée aux att.aques des pièce.!! mineures nolre.~. Ou ~ult.cs plu~ mltêes !!Ont : of Del, " Db3, " i3. , a3 ou ,. Fg5). of. _ eS S. dS W 6. Fdl! (Un df" parvenir à e~ sans avoir a subÎr de pions doublH e~ bloqué • • cl 'ott cof apres J'échange du F'b4 contre Ccl). Il. - e x d57 exd.5 (Ou 7, Cxds F xdl t- 8. Dd l CH 9. D<:l Da5 i 10. C<;3 dS Il. exd5 Ft5 d le. ennuil! ne font quP cotnmencer POUl' I~~ blllnc..~J. ., • 11.6 8, g3 I II. t4? Fxc3 , . Px c3 Cx!! 4! 10. Dxe4 11 TeS ete.~ 8 - bill! F)::2 Fa6 le. I)ç~ Cbd7 Il . C'h3 Tt8 Il!. crof 02. 0-01 0:.1 U.o..f)-(l alors F xç3 13. F x ç3 F ou T x e:l el les noirs galU(nt un pion) Il!. - F x ç3 13. b <;3 (moins mauvais était 13. Fxc3 Quoique aprèl 13. - Dé'l les nolu obtiendra!eDt une partie nctU'metlt aupérll'urel 13 - r5 14. Cd3 T ê! + ! (Par ce beau sacri_ IIc~. mettant A. nu Il' R blanc. lu nOirs o 14 F x d3 + 17. Rdl bs 18. l)a3 \l8 1) a4 ,"'x d3 + 17. Udr b5 18. 0 13 Ols. DaS b of etc.> 18. Dd7 19. 11(;1 b4 20. Da 5 t.près 20 <; >< bof CXb4 21. F I( b4 T ç 8+ll. P'ç3 Dç7 23. Rb2 C<:of + et les noirs gagnl'n~ sans dlf!lcultil l!0. - •• !! Après cecoup tranq'lllle mals combien terrible les blAnc.s .bandon· n~M car leur dame n'a pills dl! re-traite, 1.& mena~ est ll·C <:4. SI aupu ..... M lu blanCII jouent 21. DbII alora li - Da( et le mat à ç2 est inévitable. 10, rue L éon - MON, 81~41 les vraies raisons du racisme, on (1) Mas_Linder, rranç.b, Mo ulin~ M"ro i Ch"nu·Rou" n'en démonte pas le mécanIsme r.:.::....:~R~.~'~.:.~-~A~.:.~':.~.~.=-:.::::. __ ::._...:...:14 février 2012 à 15:37 (UTC)14 février 2012 à 15:37 (UTC)14 février 2012 à 15:37 (UTC)~ RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS Peu de peu se ttu,fne la. curleme peraonna./lté d.. qui vise â. maintenir des hommes dans l'oppression. li. les diviser et A. faire dévier leur colère contre d'autres opprImés, au profit des oppresseurs. Une fols de plus. la psychanalyse vient à la rescousse pour resoudre les problèmes socIaux. Et. de ce fait loin d'alder li. clarifier le pro ~ blême. J e suis un ntore tente d'en falsifier les données. JTraduit de "américain par Yvonne De5vign~5 ) COP7rllhl_. b, Drllii ct Llberl. et .111110". ~f Mln .. fl, Tou. droll l rbu.t.I, M . Newma.n, ch.e! d.u personnel d.a"'-lIne grand. entreprise d<'l New~ York. Il ut ob!ede pa.r l'flUe qu'on 1. prentt pour un Juil I!!t Ilnll par quitter JOn tmplof. L'arrivee d.an..r ,a. maiJOn. d'un 7Wu~au locataire, M, Tln_ keLsleln, mal !lU de au t7OiII1lI, protlOque dl!! f1OUtll!!au.z incUfenu. BI le noir du tllm reuent l'hostilité de ceux qui l'entourent, ','11 subit des vexations. la faute en Incombe non .. la société, mail à pocus - Merci, je n'y m.nqueral pas. Allons, bonsolr el ne vou. lurmcnez pas. E( Newman salua d'un Icste las. - Voua non plus. Et ralte~-mOI IlvQlr ce Que "'OUS devenu. - SÙr~ ment. Willy le lIa:ua de la main et tourna dans une rut élrolt •. M. Newman d ~meura Wl Instant Immobile à l'.ngle dei deux rues. L~ntement, 11 30rtll us lunelle!! et les remit. A cette heure-'à, un homme pourr.lt dteaer une tente alU- .bords de WalJ Street et y dormir profondément, IIU"IS percevoir un bruit de pas au dl: clrcul.tion sur la chaUMée. les Immeubles étalent verrouillés, clOill comme de hautes nefll. Les maiulna ét.lent .ombres. A perle de vue, 1. ci te ita,t morte et la senU'ur verle de l'océan phlIlalt lur Ica bot· looes.. M Newman II! sentit peuMé en lYant: la hauteur mmtle des Immeublra J'ébranlai!. Il • . lalt lentement, comme 5'11 se tlit épuisé à I.ttelndre un marché pour trouvtr, en .r· rlvan!.. qU'1I ne real.1I plus rien à acheter. Pas un Ure vivant nt mé'aH 80n lIluHle au sien dans cu rues. PM de chletU ni de chats en maraud .. , personne. Les Plleons.. même. ét.lent b-(ltlil! .ux IOmme~ des clochers. silenCieux. Jf\vl.s;bles. Il m.rchalt, contemplant d'un air morne Ica éloiles susperuluea entre le.'! Imml'ubles 1 I"extrémllé de ravenue. avet 1. baie à I"horl:tOn Il fm it p.r se sentir trh 111.'1 et il s'uslt sur le mur de pierre Qui bordait le lazon de Trinlly Chu!l.h Il en· trndait au-deuus de sa léle e~ derrière lui I.e froissement d'.Hu des plJj;eona: JUSQu'à ct Qu'Ils se fussent h.l;li ~ués à sa présrnce; et .lors, tQUL reDira datU le ca'm~. Une foia de plw, Il fut plong~ dam un ablme de IIOIi1ude e~ il se IInt .bsolument Immobile, le dos appuy~ à la rampe de ter du Clmetlèrc, Irndant J'oreille an sUencl'. Il n'arrivait pas à se concrntler puisqu'il n'y avait pas de décision Il prendre. I l s .... alt d"lnatmct qU'il n'y avait rien à t.lre. C'était d'une li reroce absurdité qu'il n'y .vsll qu'" rire, mals d'un rire slluVIl,e donl Il ne Ile sentait pas 1. force, et tout ce dont Il .se Icntalt cap.ble, c'élait de demeurer spectateur, muet et parlllysé Un Inconnu. en qu~te de quelqu'un ayant precisc!ment lIOn expérience, l'Ivait pris pour un JUlf et, 1 cause de cta, une sltu.tlon à I.quelle Il pouva:t légltl· mement prétendn - qui lui êt.n presque tendue par le 'dC3tm - lui avait ichappé. M.la ce QUI le réduisait à cet él.t dl' morne IIUpeUr, c'était de nie pouvoir retourner auprèl de cet homml' pour s'upllc,uer .vec lui. Voî!i. ce qui mainte. n.nt l'ané.nUsuil. Avtc lOua Irs mots que m~tt.lt à sa di.po&\tion 1. I.ngue .nlaiu, U nell exlstall pas peur ra,te entendre;' M. Ste-" ens ... Lu, f.lre entendre quoi, euctement? n tenta Ge I.pprofondlr. - 57- ,-----------------, pocu.! Bon, pensa·t-il, Je pourral.5 le convatncre Que je n~ suis pu Juif. Je pourrab mllme, au besoin, aller 1usQu'à lOI produire mon cerHticat de bapléme. Bon. Il serait Illen oblllé alors de me prendre pour ce Que je IUla vraiment. lei , lel! pensées de M. Ne"m.n s'égarèrenl. Car Il savaj~ bien Qu'en d~p lt de 10ut.es 11'.1 preuves, M. Stevens ne l'engagerait tout de mèmc pa. el, qui p:us est, qu'!! Ile r~ aimerait PM dav.ntale. Notion fuyan le et du domaine du lève, mslll certitude néanmollU. Car Il savait bien qu'au vieux temps du bureau de verre, aucune preuve, pail plus lea êcriU Que ICI mOIS, n'cOt chanli les contours d'un vlsale UDe tola qu'II l'.valt lu l·méme lIOuPlionné. Un vlsage ... La monstrueuse ironie de 1. chose lui nt mon· lf'r les Illrmes .ux yeux. Il se leva et se remit à marcher, comme ."11 rspéralt trouver dev.nt lui, dan.! l'obac:urité. la c ~ de I"éOllmp • « ER.--,I pouible, II! demanda·t-II, Que M. Stevens. m'ayant relardi, m'.it JUI~ peu scrupuleux, lpre ou vulgaire slmpl"ml'nt à c.use de mon 'fIIale 1 C'est Impos· Ilbl~, pensa·t·n. Cela m peut étn. Je .ub un ètr.e scrupuleux, r.rnni. Et pourt.nt, Il me aerait Impoh,ble d'en pero suader cet homme 1: La terreur commença à vrner !la pelnle dans fa chair et il marcha plus vite. I l devaIt bien exiaur un moyen d'indi· quer à un employeur ~venluel ce Qu'il était vnlml'nL: un homme d'Ine de confiance et de oonnts maniértll. Que fa ire, quelle alUtude nouvelle Ildopler? Av.lt-Il ch.nl'? Juste ciel, yusll·ll depuil! Quelques joura, quelque chose de changé daM" m ... nlére de marcher ou die parler? II se "RUa conaclencit'useml'nt .u crible et conclut qu'II Iltalt resté extérit"urem~ nt semblllbie à ce QU'Il avait 10ujours élé. Que fa ire alors. que 'alN! peur prouver à CClI ,ens Qu'll était toujours Laurent Newman? SOn ... 1811.le, Il lit hAlle à l'ang'e d~ deux ruca, sous un ré· ve~re. Ce ,isa,e, ce n'~talt pas lui. Pe~nne n'.valt le droll de disposer de lui à cause de .on vis.ge. Pnsonne. I l él.n lu i, un étre humain en possession d'un ceruJn passt§ bien d~lImité, il n'etalt pas ce vil!ale qui semblait avoir imer;:é d'un passé tout diHirent et Impur, qui lui é~.it étr.n· 1er. On e6IIayait de r.lre de lui d~ux per.!onnale&. On le con-IldV. 1I comme s"\1 ét.lt coupable de qudque chose, comme 5'11 ~t.lt nulllibie. On n·.valt pu le droit de faire cel. On n·OI!C ..... 1I pa. lui f.lre cel. à lui, car il n'itait autre que Lau. rent N."m.n.. .. LIe IOn de u propre volx diSpersa cetle vision et Il vit .U· tour de lui la ru .. d6serte tt 1(' unt roI. Tout lremblant. Il aperçut .u loin les lumières d'une sta· tlon dl' métro vers I.quelle il se dtrll!!a en toute hitf' C·'t.it il deux blou d"v.nt luI. de IODlS blocs. Il pa&a devant Ile clmellére et $el plltres tombales lu, apparurent mainlenan l -,,- , , POCUS dans toute leur funebre sllllJf\catlon: I"obscurl li mème sem· bh'\t compollée d'antres protonds et, forçant l'alluu vers les lumière.e, Quand Il lei! atteignit il courait pn8que. En renlrant chez lui, Il se rendit directement chez Pred. QU'II trouva datU l'ellcl05 de sea chiens, derrière II. maison. Quand Il ouvrit 1 .. I rllle, les deux setters roux vinrent au devant de lui, renin.nt violemment el levant déllcat.ement Ipurl paltel. Il con.veraa tranquillement avec Fred, parlant du temPI et d. la lune, bas&e derrière leura tUes el al1onl eant leura ombrl!fl démesur~ment sur II. terre battue du ch~nU. _ Dommage dl ln eJoltrer lei à longueur d·.nnée POUl" deux aemalnes de chuse 1 dit doucement M. t'lewman en flxan! l~s yeux des bétes. Fred itendlt la main e! cartMa la téte de l'un du chlcN:, pull les relard., debout et leII ml.lns sur les hanche&. _ No vous en f.ltes PU: ua jour, j'.urais un domml.lne à la campalne 1 dlt·1I .vec .utan\ d·usur.ncc Que li l'acqulaition étall en court et. qU'iI en parl.lt en lanlale d'.ff.lrea el sans Insllter. _ Vous économisez d~jà? demanda Newman en tOurlant. _ Mes économies ne lufflralent pas: pour le lenn! de domame que J'al en vue. MaiS Je l'aurai. Il [le Qult .... it pu les chiens dei yeux. _ Vous p.rln sérieusement 1 chuchota Newman. Impre .. lionne. - Et comment.. Maintenant, P'nd regard.lt I"s verres de Newm.n. _ Je n'III pas l'intention d'ètre poire loute ma vIe Nous terons slluter les Juifs et tout sorlira comme d'un dislributcur .utomllllque rélé. Il. IOnt 81 rlchu qu'ils font leur ",lMelle à l'eau de sella. Newmln rit doucemcnt d Fred f il de mém.e tout en r ... · musant un balai .vec: lequ"t Il diblay. le 1101. Newman le recl.rdalt faire sana oouger. Un peu p.us tard, Il descendit à la cave avec Fred, qu'il reelrd. paaser .u papier do verre iIOn vo4ller mini.ture, Il port.lt ses lunette. et, tout en ae tenant assiS, lacllement .ccuellII et .dmls, Il lenUt qu'Il ven.lt de franchir une éta.pe;. Tl.ndls que les m.1PI c.lleuses de Pred promenaient le pipier d" verre d·.rriére eD av.nl et d avant en .rritre. M Nel' man &II mit à par.er de II, luerre et de J'Allemand qu'l! avait tué. Le p.pler de verre s'lmmobiUsa et aucun bruit ne l'élevslt dans 1. c.ve tandl.5 qu'il décrIVait la blessure, c.r il sit.it penché 3Uf le corps et aV.lt vu l'orl· tice. La bal e ~talt entrée pst le cou el ressortie par le IOmmpt dl' la ttle. - se- • Où sont les Tartuffes? I L 7 • "ltn!ftltement une querelle de « Tartuffe li, ct c'est en un liens bien r~co nJo r ta n t. On aura it lieu de s'Inquiéter , certes, si une que relle .'étalt êlevêe au sujet d'« Un homme de Dieu li ou de «La Demoi.selle de petll'WJ ver tu », par exemple. Mau, par bonheur, ces spectaCles poursul_ l'ent leur c.rrlère comme üs l'ont commende, dans l'Indlfférenoe. Et c'est Molière, et non Gabriel Maral ou Ma rcel Achard, qui paulonne les spec~ tateurs de 1950. Ta nt mleus ! C'est aussi Jouvet, naturelle- est un Tartutte iourmé, glacé, sI· ment. Toute la querelle parait nlstre. Il ne manque pas d'allure, méme porter sur la manière dont Mals Quoi! Moliere n'a jamais st! Jouvet a c monté, Tartufle. On pulé que Tartuffe devait avoir la comprend bien pourquoI. Tartuffe mine d'un moine de Rabelais eL est· une des quatre ou cinq pièces Que sa concupiscence devait se voir les plus célèbres de notre réper- comme le nez au milieu du visage. tolre, et Jouvet compte parmi les SI Tartutte avait cet air-lA., n ne plus lrands metteurs en scène de serait guère dangereux. On en rlce temps. Le nouveaa spectacle de rait comme d'une bonne plalsanl'Athénée prend ainsi f1,ure d'évé~ terle. Mals Jouvet ne fait pas rire, nement. Jouvet tait peur. On touche Ici· au tond de l'af- Un événement attendu, ou pour taIre. Tartuffe, monté par Jouvet. mieux dire luetté. Vous connaissez penche vers le drame plus que vers tous de ces amateurs de bel canto la comédie. Le décor ,ris de ter de qui, perchés au poulailler de Braque donne le ton de la plèc~ l'Opéra-Comique, survelllent, par- Et je n'y vols, DOur ma part, rien tltlon en main, le moment 00 le A. redire ténor va at~aQuer le grand a1t de Ceux 'qul, auJourd'huI. rcproLa Tosca. C est un peu cette attl- chent A. Jouvet d'avoir pou5Sé les tude qu'ont prlae les critIques au choses au tragIque, ou bien ne soir de la premIère de Tartufle. comprennent pas la pièce (mals Je La tête pleIne de toutes les repré- ne veux pas mettre leur Intelll. entatlonl de Tartufle qu'Il s gence en doute). ou la compren_ avalent vues, de toutes les hlstol~ nent trop bien et la voudraient voir rel de représentation.! de Tartu1!e édulcorée neutralisée. ramenee .. Qu'ns avalent lues. Résultat : un une farce' sans Importance. Ce qui toUe de protestations contre Jou- est la façon'" 1950 , de prendre veto parti pour les dévOts contre MoA un Journaltste Qui, la veille de la. '" générale J, lui demandait s'II avait respecté les tradltlons. Jouvet répondit: « Une seule : le texte J. Je vols Ici beaucoup plus Qu'une boutade. SI le metteur en scene doit servir à quelque chose, Il n 'a pas â. respecter aveuglément les lotlts et préférences de ses devancleu. Jouvet a mille fols raiIon. J 'ajoute Que sI la tradition ne doit pas obUier A. suivre leI ou ttl usale, elle ne doit pas l'Interdire non plus, s'Il est bon. Ceci dit pour loula,er l'erreur de distribution qui a f.lt attribuer le rOle de Do· r i ne A. Gabrielle Dorzlat. Le talent de Gabrielle Dorzlat n 'est evldemment pas en cause. Mals â part cette erreur manifeste, je ne vols pas en Quoi Jouvet a pu c trahir , Molière. Parlons de son petaonnale d·abord. li lière. SI Louis Jouvet domine la distribution par son Immense talent, ajoutons tout de suite Que les autres Interprètes sont parfalt<:ment â. sa hauteur. Pierre RenoIr est un Orgon saiSissant de simplicité et de vérité humaine, une vlctlm8 pitoyable bIen plus que ridiCule. DominIque Blancha.r (Marianne), Jean Richard (Valere). Pierre Olaf (Damls) forment un trio pleIn de grAce et de pétulance. LOO Laparra s~ tire av~c honneur du rôle Intt"rat du raisonnable Cléante. Fernande Rene est. en M8dame Pernelle. une c belle~mère , suttlssmment empoisonnante. Quant â. Monique MelInand, elle fait. une Elmlre très grande dame. d'une beauté sereine et d'une Vertu tranqutllf". C'est. Il faut le dire, une arréable surprise, Ro,.r PA Y ET~ BUR.IN,

Notes

<references />

Format JPEG