Droit et Liberté n°00018 - 15 décembre 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Bataille pour la paix par M. Vilner -page 1
    • Il ne suffit pas de rayer quelques phrases du cathéchisme par B. Adam -page 2
    • Juifs et arabes eb Israël par Roger Maria -page 2
    • Plaidoyer pour Madagascar par le Pr A. Espiard -page 3
    • Le dernier mot de Kafka par Raph Feigelson -page 4
    • Les voyages de M. Forrestal -page 4
    • Entrevue dramatique au Caire (Moyen-Orient)
    • Cinq cents ans d'histoire marseillaise par Joseph Millner -page 5
    • Lyssenko donne un coup mortel aux théories racistes -page 6;7
      • L'épanouissement de la science biologique par l'académicien Mitine
      • La doctrine mitchourinienne par F. Dworiankine
      • Victoire sur le racisme par Jeanne Levy
    • Pour la paix et la liberté (assises nationales pour la paix et la liberté -page 8
    • Parce que les peuples veulent vivre libres: Franco et ses amis -page 8
    • Le conseil national de l'U.G.E.V.R.E. -page 8
    • Spectacles-Arts: Haro sur Fougeron par R. Payet-Burin; L'état de siège d'Albert Camus par R. Maria -page 9
    • Commission centrale de l'enfance: Tarzan et Superman ennemis des gosses par Monique Danja -page 10
    • Bagatelle pour un massacre par Dany Senaz -page 11
    • Au fond du puits: vive Céline par "l'ingénu" -page 12
    • Le judéologue par J.A. Bass

numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


texte brut du numéro

,'f" "'" -. ~ -.. : ....... _.- - - - --- (pages 6 et 7) , . , HEBDOMADAIRE FONDE DANS .LA CLANDESTINITE Prix, : 2.0 francs. Provisoirement bi-mensuel - . . p~la fI.aioe LA session parisienne de l'Organisation des Nations Unies a pris. fin sans avoir épuisé son ordre du jour ni apporté aucune solution, même partielle, à l'organisation de la paix. On ne peut le constater qu'avec une profonde tristesse et il faut en tirer un enseignement pour l'avenir. Au terme de la session, la tension internationale se trou,ve plutôt aggravée par rapport à la date de son ouverture. Trois mois de débats, plus de cinq cents séances n'auraient-ils servi qu'à des engagements oratoires, tandis que se creusait un peu plus profondément "abîme dans lequel on "oudrait précipiter le monde '1 On conviendra qu'avec la remise de la Ruhr, par les Anglo-Saxons, aux industriels nazis, la libération des IIs·e Koth et les « élections » berlinoises, le péril se dessine plus nettement qu'il y a trois mois, quand le tapage autour de la « guerre des monnaies » et le « pont aérien » n'étaient surtout qu'intimidation... De même, pour la question palestinienne. Au moment où s'ouvrait la session de l'O.N.U., un·e grande provocation, l'assassinat du comte Bernadotte, compromettait la position d'Israël ; mais les efforts actuels pour entraîner le jeune Etat dans un bloc du Moyen Orient, dirigé contre l'Union Soviétique, constituent une autre menace grave pour la paix ... Les préparatifs accélérés, par les . Etats-Unis, du « pacte de l'Atlantique », qui serait suivi d'un « pacte du Pacifique », ne font-ils pas également partie d'un plan redoutable? Sans doute, voul.oir ne veut pas encore dire pouvoir. L'avance ·étonnante de l'armée populaire de Chine, l'échec du gouvernement d'Athènes en dépit de - l'aide américaine, le développement remarquable des démocraties populaires, la résistance du peuple de l'Etat d'Israël, le remous que raffaire de la Ruhr a causé en France sont autant d'indices qu'i.1 y a "dans le monde d'aujourd'hui de puissantes forces, capables de faire reculer, par leur action, la guerlle atomique. CIETTE force des peuples liblleS en action est devenue un facteur qui fait réfléchir les génér~ux des étatsmajors et bouleverse leurs plans. Les « Assises du Peuple français pour la Paix et la Liberté », expression éclatante de la volonté populaire se mobilisant pour combattre l'idée de la fatalité de 'la guerre et pour empêcher, en même temps que la violatio" des J.ibertés, I·es entreprises belliqueuses, ont été sur. vies de la création, dans chaque commune, d'un Conseil de Vigilance. Les Conseils communaux ont, notamment, ,inscrit dans leur programme la lutte contre l'antisémitisme et la xénophobie, moyens de division et sources de dangers p.our la République et la France. Accepter l'idée d'un « antisémitisme qui a toujours existé et qui existera toui ·ours » est, en effet, aussi puéril que de croire à la fata-. lité de la guerre. Un démocrate se félicite de l'existence d'un tel mouvement. Encore faut-il que chacun y mette du sien. Il y a des organisations juives qui, sous prétexte cie « ne pas faire de politique », se refusent à la seule action efficace. En fait, etles pratiquent ainsi une politique: la politique qui laisse faire nos pepsécuteurs d'hier et les ennemis de la paix. Que penser du congrès récent de la soi-disant « AUiance Antiraciste » qui a conseillé à ses adhérents de reioindre les rangs du R.P.F. ? Puisqu'on prépare la guerre, il faut livrer un combat pour la paix. Ce combat ne saurait être mené séparément, dans la confusion que certains cherchent Nolontairement à créer. Voilà pourquoi une consu'ltation de toutes les organisations démocratiques iuives a' été proposée par l'U. ,. R. E. Les dirigeants des organisations juives sont mis à l'épreuve. Ils seront jugés selon la position qu'ils pren,dront enve1'S cette batai:JIe pour la paix. M. VllNER 'p ... -- 1 p 15. Décembre 1948 . NOl,lvellé série N° 18 (86) LA MA'IN DANS LA MAIN ..• Q . Sfi/",,!I-ad (Dessin de M. Bahel) Lire dans ce ' numéro • Le dern ier mot de Kafka par Raph FEIGELSON LE GUE " par J .-A. BASS Tarzan et Superman ennemis des gosses par Monique DANJA UR ·.MADAGASC R par le prOfesseur A. ESPIARD • Il NE SllFnT PAS DE RAYER QtiELQ~ES PHRASES DU tATEtHISME ••• par B. ADAM PERSONNE ne nie plu~ que l'antisémitisme va croissant dansle pays. C'était à prévoir. Car là où se développe la réaction, là se développe aussi l'antisémitisme. Affirmation banale, simpliste, diront certains ? Non pâs, constatation confirmée par de nombreux faits. Tandis que la réaction porte atteinte à des libertés républicaines fondamenta- . .Jes, qu!elle condamne d'admirables résistants, qu'elle blanchit, ou laisse impuIl'Ïs, 'les « collabos », on peut ' voir les antisémites agir à ' leur g~ise, éditer de nouveaux journaux, ou même , provoquer des incidents dans certains quartiers. Ce parallélisme n'est nullement le fait du hasard. Le remède ? Il consisterait, dit-on, dans « l'amitié judéo-chrétienne ». n s'agit d'une organisation qui se compose d' ecclésiastiques catholiques, protestants .et israélites, et 'de croyants ,des trois r~ligions. Elle se fixe pour but de réformer le catéchisme en l'expurgeant des passages qui peuvent inciter à la haine contre les Juifs. Certes, une telle oeuvre peut avoir son utilité. Car 11 est bien vrai, hélas, que .l'une des sources de l'antisémitisme réside dans la vieille calomnie qui présente les Juifs comme un « peuple déicide )J. , On dit qu'une malédiction pèse sur les « assassins ,de Notre-Seigneur)J et ainsi, " l'on justifie implicitement l'antisém~tisme . Cette psychologie est particulièrement répandue dans les pays anglo- saxons. Mais de là à conclure qUr l'antisémitisme est, fondamentalement, le résultat de certains passages du catéchisme, et qu'on peut le combattre en rayant quelques phrases ... Ces phràSes ont cours depuis des siècles à travers le monde chrétien et pourtant on connaît des époques entières où l'antisémitisme ne s'est pas manifesté, et d'autres, dans les mêmes pays où il a fait Fage, mettant en danger l'existence même de ses victimes. Hitler a sans doute appris le même catéchisme que le pasteur Boegner ou qué l'abbé Boulier, et pourtant.

.

La vérité est que l'antisémitisme, instrument politique de lutte contre le progrès, la liberté et l'égalité, ne peut être battu en brèche que dans un combat général contre la réaction. On ne peut vaincre l'antisémitisme si l'on ne s'attaque à la réaction, parce qu'on ne peut vaincre les effets si on ne s'attaque à la cause. Avec la réaction, pour l'antisémitisme. Ou avec le progrès, contre l'antisémitisme. Il n'y a pas d'autre choix. .• 1.,. " • DROIT ET UBERTE -------------- .15 D«eM.re 1948. - ,.., .JI-. '~~VUJIftt . ~ pm 9l~ Mwtia , ' ""\I\I""'/\MI\I\/\ i\I\I\I\I\I\I\MI\I\I\I\N\I\I\I\I\ Juifs et Arabes en Israël DERRIÈRE LE RIDEAU DE SOIE (6) La Colline du Printemps Crum est en Palestine : Mon arrivée à Tel-Aviv , eut lieu après avoir traversé Jaffa, ce qui accrut encore ma surprise en voyant la plus jeune métropole du 'monde dont le nom signifie « Colline du Printemps ». Je m'attendais pourtant, cela va sans dire, à une ville mod,erne : un soldat américain m'avait dit sa joie de voir l'ombre d'un arbre se profiler sur un trottoir blanc: : ' la civiliSation était présente. Jaffa, par opposition, me rappelait Le Caire. Des fruits et des légumes pourris jonchaient les rues, le revêtement des boutiques et des maisons s'écamait; on eut dit un village arabe trop grand plutôt qu'une ville. Les premières maisons juives que j'aperçus, dès mon entrée à Tel-Aviv, me firent sentir le progrès accompli. Je me dis : voici la preuve évidente que les Juifs de Palestine apportent la civilisation dans le MoyencOrient. La malpropreté des rues, la' misère et le mauvais état de santé dt! la population ne, découlent pas né. cessairement des moeurs dans cette partie . du monde, comme le laissent entendre le Colon,ial Office et les autorités arabes, en ajoutant qu'on n'y peut rien,. Un fonctionnaire col 0 n,i al m'avait même dit : « Que vouIez- vous? c'est comme cela~ qu'ils préfèrent vivre. ». Mais les Juifs donnaient la preuve qu' il peut en être autrement : en· entrant à Tel·A viv, on voit les maisons plus habitables. les rues plus larges et bordées d'arbres; le vert du gazon et des arbres d'ornement' remplacent la boue grise et on se rend compte que ce sont les Juifs qui ont voulu des voies larges, ce, sont eux qui ont voulu des arbres et du gazon pour les jeux de leurs enfants et ils se sont donné la peine de faire tout cela. Le sol avait été · ravagé pendant des siècles et, de tous ceux qui l'ont foulé, ils ont été les premiers qui aient songé à réparer les rava· ~es. Ils ont créé une ville bour- • donnante de près de deux cent mille habitants, une communauté vraiment civili'Sé~ iJvec des boulevards ombragés, avec: des théâtres et un opéra, avec des terrains de jeux et des écoles modernes, avec des autobus et des maisons de rapport. (p. (218c 219). Voilà la base sur laquelle, en effet, peut s'édifier une société progressiste, sous réserve que le peuple d'Israël soit vraiment maitre de ses destinées. Les. Juifs, les Arabes ct les « Témoins » Après avoir marqué nettement, en faisant état de son expérience et de multiples témoignages des intéressés, que les relations entre Juifs et Arabes étaient bonnes quand il n'y avait personne pour en être témoin, Crum précise : Arrivés dans le village arabe, nous trouvâmes un membre du ' Kibbutz en train d'arbitrer un différend entre deux Arabes : c'était un ancien avocat de Ber. lin. Au cours des troubles arabes de 1936 à 1939, nombreux furent les paysans arabes qui aver· tirent leurs voisins juifs des attaques projetées contre eux. Il y eut, d'ailleurs, plus de victimes parmi les Arabes que parmi les Juifs, en raison du refus par les paysans arabes de se laisser rançonner et piller par les bandes mercenaires arabes (p. 227). Plus loin, c'est le Haut Commissaire britannique pOur la Palestine, le général sir. Alan Gordon Cunningham lui-même, qui reconnait avec tristesse ce qu'a de sinistre la politique qu'il est obligé d'appliquer sur ordre de Londres, c'est-à-dire du travailliste Bevin - ceéi soit dit à l'usage de l'acrobate dl! double jeu André ,Philip et de ses soutiens juifs : ' . J'ai vraiment tout fait pour amener des rencontres entre leaders juifs et arabes, me dit-il. Aux réceptions officielles où l'on est plutôt en service commandé, vous auriez pu les voir, ,au bout de très peu de temps. séparés les lins des autres par toute la longueur de la salle, effrayés à l'idée de se parler en public, surtout en présence des fonctionnaires britanniques. Il eut un sourire amer. Et F3urtant, je sais, par des rapports confidentiels, que, bien entendu, Juifs et Arabes se voient journellement et s 'entendent bien. (p. 246). L'occupant est l'occupant Une note est remise à Crum au sujet des actes dits terroristes qui se produisaient assez fr~quemment à cette époque; en VOIci un passage : Nous n'avons pas choisi la terreur; eUe ne correspond pas à nos vues. S'il y a « terrorisme , c'est le fait du gouvernement. Lorsque le Gouvernement britannique se sert contre des embarcations, pouvant à peine tenit la mer et qui transportent quelques centaines de réfugiés, d"avions de reconnaissance, de destroyers, de stations de radar, lorsqu'il crée des postes spé; ciaux de police, emploie des soldats transportés par air, c'est lui qui commet des actes de terrorisme. En attaquant tout cet appareil, nous nous défendons simplement contre la terreur gouvernementale (p. 236237). Il n"y a pas qu'en Israël que le terrorisme est du côté des forces qui se déclarent du ' « maintien de l'ordre ». Quel ordre? ont dit les Juifs de Palestine.. jusqu 'au ' jour où ce sont eux qui ont instauré un ordre sa,ns terrorisme. Quel ordre ? disent les travailleurs de partout lorsque des gouvernements indigr. es opposent à leurs revendications des déploiements de police qui seraient mieux employés contre les pourvoyeurs de pogromes et de chambres à gaz. Solidarité de classe La véritable union des Arabes et des Juifs se réalise particulièrement au sein de la classe ouvrière, pour des raisons que l'expérience universelle a constamment enregistrées : voici ce que dit un prêtre catholique : V ous seriez ravi de voir étudier, travailler et jouer côte à Uo monument ft Iii mémoire des Hncleus CombilllilRIS Julls a été inauguré à Bagneux Dès 8 heures, en ce beau dil1umcllC du 5 décembre, une foule infj() mbrable se dirige vers le cimetière de Bagneux/ (( bus », autocars, voitu r es encombrent les ruts ttl for11l0nt une longue procession. Dans les allées du cimetière, un service d'ordre

mpeccohle, assuré

par les anciens combattants et les jeunes, canalise le flot ininterrompu des visiteurs. JI assés sur le terrePlein, lace au mOmlmmt voilé d'url immeme drapeau tricolore, les familles de nos glorieux - : l' morts, les délégatio1lS de di f f é rmits organisations d'anciens combattants, ainsi qu'urie fanfare militaire et une section en armes de chasseurs alpins. Jtttrmi les nombreuses pers01malités ayant pris Place à la tribune, on note le Ministre drs Anciens Combat/ants et Victimes de la guerre, le Ministre de la Défense Nationale, les représentants du Président de la République, du Préside11t de l'Assemblée Nationale, le Général commandant la Subdivision J!ilitaire de Paris, ainsi que les représmtantj de différentes organisations. M. lsy Blum, secrétaire de l'Associatio" des E11/',G.r,és V oZontaires et Anciens Combat tan i s juifs, préside. Tour à tour pre~lIlent la parole: MM. Orfus, préside'nt de l'V.E.V.C.j. , Morel, viee- président de l'V.F. A.C., Laroche, secrétaire de Z'V. G. E. V, R" M fiss, président du C. R.l.F., Bétoloud, ministre des Anciens Combattant s. C es orateurs exaltmt le sacrifice a es lmmi.r,rés, morts aux ,ôtés de leurs frères français dans le combat contre la barbarie nazie. Puis, c'est la remise des décorations aux famüles des 70 héros, dont les corps, rar.nenés des différents champs de bataille de France, repo- ' sent sous le monument élevé à la gloire des Combattants ju,jfs. Minutes émouvantes, où l'on voit de jeunes enfants, de vieilles mamans, recevtJir la Croix de Guerre au nom de leur père, de leur fils .. , V tU ' petite fille dévoile la stèle, oeuvre du statuaire Rapoport : haute de 4 m. 50, elle représente un partisan, fusil en '11ain, 'lui regarde, fier et confiant, vers l'ave" ir ... Après III minute de silence, les chassews, précédés de leur fanfare, ouvrent le défilé. Puis, en rangs serrés, t , :SCflt les anciens combattants, les cadets, les ~11fants de Fusillés et de Dé- 1ortés, les enfants des Patrona,r,es : hommage solenflel de la jeunesse à les aînés, tombés pour la Liberté des Peuples,

. j

côte les enfants juifs et les en--.. c·'" fants àrabes. L'hostilité est fabriquée de toute pièce 'et inspirée, en tous cas, au moim; en ce qui concerne les petites gens (P. 248). ({ Les petites gens» se créent" comme l'on respire, une mentalité d'hommes libres, précisément parce qu'ils ne sont pas libres et qu'ils - veulent d'un commun élan le devenir; la fra~ terni té de la lutte les unit. C'est ce que l'on comprend d'une façon particulièrement frappante à travers l'expérience de J'Histadruth (la C.G.T. juive) dont Mme Golda Meyerson entretient Crum. Elle commence par pal'- 1er de la question des niveaux de salaires différents entre tra. vailleufs juifs et arabes : C'est une situation que nous déplorons et il est facile de vérifier que nous n'avons cessé de travailler à élever le niveau arabe a~ niveau juif de crainte de voir -le niveau juif descendre au niveau arabe. Et cela n'Ous n'en 'voulons à aucun prix. Nous édifions un , pays, une civilisation, une manière de vivre et n'Ous n'avons nuJJe envie de nous poser en race supérieure, en lace d'une population qui aurait ' un niveau de vie très inférieur' ao nôtre. Ce que nous voulons pour n?s enfants, c'est qu'ils grandIssent dans un milieu où règne une haute culture, et cela non seuleme:nt dans les viUa~es collectifs juifs / mais aussi dans tes vinages arabes voisins, dans les nIes de- Jérusalem ou de Haïfa; partout. Vers 1920, les travailleurs et employeurs ' juifs avaient insisté auprès de la puissance mandataire pour que fût instaurée f.O Palestine une législation du travail avec salaire minimum pour t?US, Arab;es et Juifs. A pluSIeurs repnses, l'Agence juive avait demandé avec insistance des augmentations générales de salaires pOur les agents de police et pour les fonctionnaires juifs et arabes; ces augmentations furent refusées. Je pus ap. prendre par , moi-même que c.' étaient sùrtout les effendis arabes qui s'opposaient à ce que le nil'Cau du salaire de J'ouvrier arabe atteignît celui de l'ouvrier juif. La puissance mandataire eUe-même consacrait cet état de choses et maintenait pOur les travaux publics une différence entre les deux catégories de travailleurs (p. 249.250). Toujours la complicité entre les féodaux arabes défendant âprement letfr domaine quasi' escIavagi~te et la « puissance mandataire ", le pays pourtant le plus civilisé, mais capitaliste" donc démocrate en paroles à l 'usage interne et fasciste. conservateur pour les Juifs et les Arahes de .Palestine: les Hin. dous, les Malais et tant d'autres pe,!çles, Mais déjà les gardechIOurmes du colonialisme voient partout lturs matraques voler en éclats dans leurs poings impuis. sants et des forces neuves faire irruption sur les routes de la li. herté. Droit er,Liberte , ..... -.. ---...... - Rédaction et adminlstratlon 14, Rue de Paradis, 14 • Paris X· Të,.phone:PROvence 58-47 88-41 C.C.p. ParlB 607(Hl8 Tarif d'abonnement : ' 3 mots ........ 100 frs 6 mols ........ 200 frs 1 an .......... 400 frs Etranger : Tarif double. .. Pour tout changement d'adresse, prihe de joindre la dernihe bande et la somme de 2() francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK 15 Décembre 1948, - N° 18-86 ----------------- DROIT ET LIBERTE P AI OYER ' POlIR. MIDAGAS(AR SI astucieusement balancé et dosé qu'on l'ait voulu, l'arrêt de la Cour de Tananarive n'a pas satisfait grand monde, Ceux qui avaient demandé le dessaisissement selon la jurisprudence de la Cour de Cassation, pensaient que le verdict de la juridiction locale ne s'imposerait pas Poux populations intéressées, L'événement leur a donné raison, Il eût fallu au clan colonialiste moins d'acquittements et des peines plus rigoureuses pour certains condamnés, Par contre les cc Vazaha }) (Français) libérés de leurs préjugés critiquent un arrêt c( démoniaque » comme l'a qualifié l'un d'eux, d'appartenance catholique. Un fonctionnaire établi dans l'Île depuis près de cinquante ans m'a écrit qu'il ne saurait être accepté par un « Français clairvoyant». D'autres, à tout le moins, estiment que, pour ménager l'avenir et ne pas rendre toute entente impossible, il ne faut pas d'exécutions et qu'il serait dangereux ~ faire de nouveaux martyrs, après le lieufl~nant Randriamaro ; et le P... Dunan, reprenant une citation de Mo Ravaillier, souligne qu'il ne s'agit pas d'abat· tre des têtes, mais de faire tomber des barrières. Quant aux Malgaches, j'en ai rencontré de conditions et d'opinions diverses, parfois anciens adversaires du M.D.R.M, L'avis du plus réservé est que les débats n'ont point apporté la lunlière nécessaire. Les sentiments des autres vont de la désapprobation à l'indignation la plus vive, tels ces quatre détenus de Sambava qui proclament leur conviction de l'innocence des députés Raseta et Ravoahangy et offrent leur tête en échange de la vie Je ceux-ci. Sans doute, ces protestations sont-elles de. meurées discrètes, Mais la confiance qu' on avait en moi m'a valu des témoignages significatifs

Un chauffeur de taxi, me sachant

témoin de la défense, refuse le prix de la course ; un employé de commerce, rencontré par hasard, me dit sa colère et ses rancoeurs ; de vieux travailleurs viennent m'exprimer leur gratitude ..• , En dépit de saisies presque hebdomadaires, le journal Fiavahanana (Fraternité) qui combat les pratiques colonialistes voit son tilage croître à chaque numéro et son di· recteur, mon ami Lombardo, Conseiller de l'Union française, recevai,t à chaque courrier, de toutes les régions de l'île, des lettres d'approbation et des plaintes contre les abus. Mais la peur de la police et une sorte de cc complexe de l'opprimé », empêchent - mes interlocuteurs me l'ont souvent confessé - la manifestation publique des émotions qui bouillonnent dans leur coeur. CCp as p 1u s e' vo 1u e' s que leurs boeufs" ..• MADAGASCAR, en effet étouffe sous un régime policier qui va jusqu'aux pires violences. La métropole est loin et le Haut Commissaire est un vice-roi, presque indépendant du Gouvernement. Quant au Parlement - dont il est pourtant membre - le Comte Pierre de Chevigné s'en moque éperdument. . L'Assemb1ée de l'Union Française envoie une Commission dans l'île ; il s'absente pendant son séjour après avoir prescrit de lui interdire l'accès des prisons et averti se. chefs de &ervice qu'ils n'avaient pas à la renseigner. Les colonialistes ne se font pas faute d'attaquer son administration avec la dernière violence. Mais la politique des autorités locales est inspirée par le colonialisme. Celui-ci est autoritaire et les gros colons qui, en 1936, félicitaient Mussolini et ses cc glorieuses troupes », se tournent vers le R.P.F. Ils voient dans l'indigène une bête de somme à exploiter

un haut fonctionnaire de l'île ne me disait-

il pa5 que les paysans de la brousse cc n'étaient pas plus évolués que leurs boeufs )). Il ~emble que le nazisme et Vichy aient développé un racisme qu'on m'a dit moins virulent avant la guerre. Aussi est-ce une tare pour un Français que d'être cc malgachophile » - " M. Blanchet l'a noté - peut-être parce que c'est aussi être démocrate. Si c'est rID colon, on le brime; si c'est un fonctionnaire, on le renvoie sous des prétextes divers, et, au besoin, on utilrse à cet effet un décret du 4 mai 1946, fait pour éliminer les cc collabos » - à qui on ne l'a guèf-e appliqué - et les incapables. Les Malgaches qui répondent à ces sympathies sont oenus pour cc antifrançais ' ); et traités en con,séquence, Un arrêté de 1947 sur l' cc inaptitude morale' » a permis de licencier une centaine d'agents malgaches dont l'attitude déplaisait. DANS un tel climat, la police a beau jeu. M. de Coppet en a doublé les effectifs sans préjudice des innombrables « mpitzikilo » (mouchards) qu' elL emploie, par le Professeur A. ESPIARD Elle se livre, sans être freinée par la justice, jlUX actes les plus arbitraires, Ceux qu'elle arrête, parfois sans mandat régulier, sont soumis aux pires violences, reconnues par des rapports officiels, avouées par le ministre à l'Assemblée nationale ; j'en ai vu les stigmates sur quelques-unes des victimes, On a arrêté récemment un témoin français de la dé. fense qui n'a été relâché que grâce à l'intervention de membres de la Commission d'enquête, Les Conseillers provinciaux acquittés le 4 octobre ont, avant la levée d'écrou défilé, un à un, devant de hauts fonctionnaires qui les invitèrent à se démettre de leur man· dat et, sur leur refus unanime, les menacèrent de brimades qu'on ne tarda pas à exercer, Il y a pis : les deux avocats envoyés de la métropole lors de l'instruction ont été l'objet d'attentats dont un rapport officiel ne cache pa3 que des c. éléments administratifs et policiers » y ont pris part, Les noms ont circulé dans nie, les responsables restent impunis, Il ne 'saurait, évidemment, être question de liberté de réunion, ni de presse, De nombreuses condamnations ont frappé journalistes et propagandistes en vertu de textes d'exception, Puis on a fait - M. de Chev igné après M. de Coppet - des promesses qui n'ont pas été tenues et l'espoir s'est mué en déception, L3 vie est restée difficile et les patriotes malgaches à q;ui la Charte de l'Atlantique ou de San-F rancisco et la Libération de la France avaient fait concevoir pour leur pays un régime plus libéral furent en butte à la persécution, Le rapatriement de nombreux militaires malgaches après un interminable séjour en Europe, la situation qu'ils trouvèrent à leur retour fut une autre sour.ce de mécontentement. Aussi fournirent-ils des. cadres à la rébellion, . Il est normal que, dans ces conditions, les · aspirations à l'indépendance se soient fortifiées dans des populations, très attachées à leurs traditions, qui n'avaient pas oublié avoir constitué un Etat souverain, On a cherché à exploiter le vieil antagonisme des Hova - ou, plutôt; des Merina, habitants du plateau - et des « côtiers » et prétendu que le nationalisme cc hova » tentait de rétablir sa do· mination sur les aùtres « tribus ». II ne faut pas exagérer l'importance de ces souvenirs, ni Parachutistes incendiant un village malgache Plusieurs journaux. malgaches ont été suspendus avant l'ouverture des débats alors qùe la pre.sse colonialiste a toute licence d'attaquer et de mentir . Trois directeurs - dont le vice. président de la \l T roisième Force francomalg3che » - avec quelques syndicalistes, relâchés depuis après avoir été torturés - ont été arrêtés sous prétexte de collusion avec la rébellion. Dans un numéro récent du Journal officiel de Madagascar, j'ai relevé en cinq jours cinq arrêtés interdisant des publications, Même les teKtes du Journal officiel de la Républiqlle française n'ont pas cours : on a tancé un religieux français pour avoir publié en malgache un extrait des débats de l'Assemblée de r Union française et l'on a saisi et interdit une brochure, encore inachevée où le Conseiller Lombardo voulait publie;, sans commentaire, la traduction' de ses interventions à l'Assemblée et de celles de quelQues autres conseillers. ON n'agirait pas autrement si l'on cherchait à creuser le fossé entre cc Vazaha » et Malgaches et à séparel Madagascar de la France - cela ne déplairait peut-être pas à certains colons qui louchent vers l'Union Sud-Africaine. Comment de telles moeurs n'éveilleraient-elles point les plus graves soupçons sur les origines de la révolte et les conditions dans lesq.uelles a été engagé et s'est déroulé le cc procès des parlementaires malgaches » ? Au moment où les troubles ont éclaté, la tension était devenue excessive. Le méconte'ltemen~ venait de loin. ' Le régime de Vi· chy, son racisme, r élimination des éléments démocratiques, r espacement des relations avec la métropole avaient ' favorisé le déveloP:pement de tendances dangereuses chez d'as.sez: nombreux c010ns. La défaite de notre pays, le défilé de troupes zouloues dans les rues de Tananarive avaient amoindri le prestige de la France. . . Malheureusement, ie's erreurs de la France Libre aggravèrent encore la situation : eKcès des contributions, imposées ou volon.taires 0), abus de la réquisition des indigènes, trop souvent mis, dans des conditions très défavorables, au service cl'intérêts privés, cc Office du riz », bon dans çon principe, mais mauvais dans l'application, marché noir, cherté de la vie sans adaptation de$ salaires - celle-ci a trop lardé et reste insuffisante ; tout cela a créé de la mi:Sère. de" ambitions particulières. Le patriotisme, toujours vivant dans le peuple malgache a été développé - jusqu'à l'exaspération - dans toutes les couches de la population par les erreurs et les fautes du colonialisme. C'est, d'ailleurs, s.ur la côte Est, particulièrement touchée par' les .abus .que la révolte a commencé dans la nuit du 29 au 30 malS 1947, Les colonialistes contre l'Union Française SIl' événement éclata comme un coup de foudre, il' s'expliquait pour des gens avertis. En soi, il était déplorable et l'on doit réprouver les meurtres, parfois accompagnés d'atrocités. Mais la répression ne fut pas moins horrible. Les troubles ont coûté la vie à des Français et à des tirailleurs au nombre de 90 et à environ 300 Malgaches auxquels se sont ajoutés les morts des troupes en opérations; mais le correspondant du Figaro, qui en fixe ' le total à 800 évalue à 80.000 le nombre des victimes malgaches qui pourrait atteindre 120.000 d'après ce qu'on m'a dit à Tananarive. La peur et la vengeance ont trop souvent engendré des horreurs. Et la terreur paraît avoir grossi la troupe de ceux qui ont rejoint les rebelles ou se sont réfugiés dans la forêt. Dans la quinzaine qui &uivit la révoltc, t'lUS les parlementaire~ malgaches furent impliqués dans la préparation des troubles avec ie:; clirigeanh du parti qu'ils avaient fondé à Paris en mars 1946, le cc Mouvement démocratique de la Rénovalion malgachè») (M .D.R.M.) et, sauf le député Raseta, al,ors en France, arrêtés avant" la ievée de leur immunité' par· lemeëltaire. . Cela surprit ceux qui les connaissaient et qui, comme moi, avaient travaillé avec eux. Elus en '1945 sur un programme d'indépendance dans le cadre de la Charte de San Francisco, ils avaient adopté, à la suite de leurs contacts avec les Français de la Métropole, la formule, prévue dans les teKies cons.titutionnels, de « Madagascar, Etat libre associé dans l'Union française », Au risque de compromettre leur popularité - les extrémistes les ont présentés comme des trattres et Rayoahangy a été menacé d'assassinat, - ils ont, le 17 septembre 1946, à la Conférence de presse de l'Hôtel Lutétia à Paris comme dans leurs déclarations ultérieures, proclamé leur adhésion à ce statut. Aux diver~ scrutins. avec un collège électoral chaque fois accrlJ en dépit de la pression administrative' et les fraudes, les candidats du M.D.R.M. ont totalisé 75 à 80 % des votes et ils étaient certains d'enlever le 30 mars les trois sièges de Conseiller de la République. C'eût été folie de compromettre une situation aussi lavxable par une action insurrectionnelle inconsidérément engagée. Les doutes se renforcèrent lorsque vinrent de Madagascar des renseignements plus com-" • piets et moins filtrés. On sut que la police a~ai-t' extorqué aux accusés, par des tortures dIgnes de la Gestapo, les déclarations où ils avouaient que la réunion du 27 mars, tenue par le bureau politique du M.D.R.M. avait pris , les dernières décisions relatives à la ré-. volte et en avait donné l~ signal par un télégramme à double sens où une invitation au calme cachait un apPel au combat, On sut aussi que i' Administration - depuis lors, violemment attaquée sur ce point par la presse colonialiste - av'ait reçu divers avertissements relatifs à la date où devaient éclater les troubles, Aussi bien, la polico avait des indicateur! dans tous les groupe... ments et, notamm~nt, dans les sociétés secrètes Panama et Jina, dont les agitateurs par. couraient l'île. Il est troublant de se -demander pourquoi elle n'a pas étouffé la -rébellion dans l'oeuf. Quoi qu'il en soit, l'instruction fut enta· chée d'irrégularités nombreuses - dont quelques- unes, hélas ! légales à Madagascar. Au début de l'instruction dans la période où ont été recuei Il is les prétendus aveux , les ' inculpés ont été privés de l'assistance d'un défenseur par la décision du barreau de Tananarive refusant cette assistance sauf désignation d'of. fice. Signalons encore le rejet par le Parquet de la -plainte en forfaiture du député Ravoahang: r au sujet de son arrestation, avant la l·evée de l'immunité parle~entaire, le refus de confronter les parlementaires avec leurs principaux accusateurs... et rappelons les attentats coatre les avocats métropolitains. Procès d'un pro~ès D!. tels procédés justifiaient la demando de dessaisissement poUl cause de suspi. . cion légitime ; et les violences d'avril 1947 légitimaIent des craintes pour l'ordre public ; j'ai dit plus haut ce qu'il en était de l'autorité de l'arrêt. Le Gouvernement n'a tenu aucun compte et la Cour de Cassation, en quelques minutes, a passé outre, . La seule garantie donnée aux accusés a consisté à substituer, aux magistrats de l'Île. des iuge~ venus d'autres .territoires. L'enga" gement de faire suivre les débats par trois membres du Conseil supérieur de la magist·rature, invoqué par l'avocat général devant la Cour de Cassation, n'a pas été tenu, Le~ débats n'ont pas apporté la preuve in~ contestable de la culpabilité des accusés, Le Président de la Cour les, a dirigés avec une correction voulue, mais l'événement a montr~ que l' atmo~phère de Madagascar pesait sur eux et sur 1 arrêt qui a été rendu, Avant même de s'ouvrir en séance publio« que, le procès a été vicié par l'eKécution précipitée de Samuel Rakotondrabe, le prétendu cc généralissime » de l'insurrection, . dont la confrontation avec ses co-accusés aurait pré. senté un intérêt capital. Les rétractations des accusés et des témoins de l'accusation, dans la première phase de$ débats, ont fait écrouler la légende, bâtie à la Sûreté - en niant sans qu·e fût relevé cet impudent mensonge, cc toute pression physique ou morale » le chef de la Sûreté Baron n'a convaincu personne - et la Cour en a fait justice en acquittant ceux qui avaient payé tle dix-huit mois de détention leur présence, réelle ou supposée, à la réunion du 27 mars, Le Procureur général a dû demander une suspension des débats pour parer à la défail· lance d'une instruction , faussée dès l'origine, De son côté, la défense a réclamé l'ajournement du procès, la reprise d'une enquête dont rien ne subsistait, la liberté provisoire des accusés. La Cour a donné satisfaction au Ministère public et rejeté les conclusions des dèfenseurs. On comprend que ceux-ci aient décidé de se' retirer des débats et les accusés de garder le silence. LE peuple français - qui a déjà réagi li l'injustice - doit exiger que le plocès tout entier soit repris en France dans des conditions de clarté et d'objectivité. Il y va de l'intérêt national, car le verdict, s'il était maintenu, ~erait la mort de l'Union française - dont on parle plus qu'on ne ra faite. C'est aussi l'intérêt du peuple, car certains cherchent à impl.anter sur notre sol les moeurs que je viens de décrire et la peste qui sévit à l\Il.adagascar gagnerait la France si nous n'y mettions un terme. En réclamant, en obtenant la justice pour les Malgaches, nous consolide-; rons nos propres droits. 4 VOYf\GES FOf\f\ES"r f\l' M James V. Forrestal, secrétaire d'Etat à la « défense » des U.S.A., vient d'effect~er un périple en • Europe où il s'est entretenu avec divers hommes d' Etat et chefs d'état-major occidentaux. M. Forre~tal est un homme d'affaires habile, il profite d.e sa lon~ue expérience de Président d'une des plus impor. tantes banques de New-York, la Dillon Read and CO, et il a toute la confiance de la National Association of Manufacturers (N.A.M.), véritable centre du f'ascisme américain, et de son « Comité des Conférences spéciales )) qui dirige la stratégie de la lutte contre les syndicalistes et les défenseurs de la paix. Pendant de nombreuses années, M. Forrestal a corn· mercé avec les industriels nazis, sa banque a financé les grandes usines sidérurgiques de la Ruhr, elle a réorganisé le grand consortium Rhin-Elbe et les usines de -guerre Vereinigte Stahlwerke et I.G. Farben. Elle commandite les sociétés pétrolières de l'Arabie Séoudite, telte que la Standard Oil of California Texas Co, qui construit le pipeline destiné à mener le pétrole du Proche-Orient vers la Méditerranée. C'est pourquoi les navires de guerre des Etats-Unis font des manoeuvres et que les délégués nordaméricains à l'O.N. U. cherchent avant tout à obtenir la domination réelle sur le Neguev, queUe que soit normalement la puissance à laquelle ce territoire serait attribué. . Aussi bien, le voyage de M. Forrestal a été suivi à très bref délai de résultats retentissants : la direction et le contrôle des forges de guerre de la Ruhr et toute la p·roduc~ tion de charbon et d 'acier de l'AUemagne de l'ouest, ont été remis aux nazis et les anciens combattants et victimes de la guerre fran~ais, matraqués quand ils ont voulu exal. ter la haute mémoire de leurs camarades morts pour la sou· veraineté nationale. Il faut croire que }es traîtres n'ont pas été oubliés dans sa mansuétude : les biens amassés par Pi'erre Laval et séquestrés par ks Américains furent remis à sa veuve, cependant .que, dans les Alpes bavaroises, au bord des lacs, dans des villas de luxe , vivent dans l'insouciance, les grandes dames du régime hitlérien. On y rencontre la femme de Rudolf Iiess qui élève des poneys, la femme de Ribbentrop qui écrit ses mémoires, celles de Goering, die Frick, de Franck, de Baldur Von Schirach et du chef du S. R. al~e. ma,!d Canaris. Elles prennent le thé et papotent. On recourt également aux services de spécialistes un peu oubliés depuis la Libération: l'ex.général nazi HaJder, ancien chef d'état-major de Hitler, a été enfin appelé en consultation. JI u'a pas voulu décevoir ses nouveaux amis du bloc occidental et il nous a apporté une bonne nouvelle: « Le peuple aUemand, a-t-il assuré, est prêt à concourir à la défense contre le bolchevisme )) Selon l'avis de cet homme apprécié par les experts militaires américains, le nOuveau conflit commencerait d'ans le Proche et Moyen-Orient, c'est"à-dire. en Palestine et dans les pays avoisinants; c'est sans doute pourquoi le criminel de guerre qu'on appe'le le « grand mufti de Jérusalem )) - après avoir été l'invité d'honneur de l'état-major du générai Halder, et ensuite le prisonnier de luxe de M. Georges Bidault - a été gentiment reconduit dans un avion spécial en Egypte pour continuer au mi~ux ses besognes hitlé. riennes. Ati moment même où M. FOrrestal rentre à Washington, on annonce le départ pour l'Europe de son adjoint: M. Kenneth Royall, secrétaire à l'armée. Tant d'agitation, d'allées et venues, ne traduisent en réalité qu'un· trouble profond et un manque de confiance dans le camp de la guerre. Lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche, M. Forrestal a déclaré qu'il ne resterait pas ministre pend'ant la période de quatre ans du nouveau mandl't- présidentiel. A coup sûr, la paix y gagnerait. A. B. DROIT ET LIBERTE ----------------- 15 Décembre 1948. - N'! la-ad lE DERNIER MOT ,DE KAFKA par Raph FEIGELSON « Certains nient la détresse e,n montrant le soleil, lui nie le soleil en montrant I·a détresse. » L'INQUIETUDE, le tourment, le désespoir de Kafka sont les thèmes communs qui inspirent généralement ceux qui s'intéresseut à son oeuvre. Et, parlant de son oeuvre, l'on en vient à regarder sa vie comme une expérience qu'il aurait faite et dont il aurait noté les résultats dans des livres. Présenter Kafka sous un tel aspect, c'est, nous semble-t-il, mutiler sa pensée. Il fut un homme, parmi d'autres hommes, comme tous les hommes, un contemporain soumis à un ré7 gime social déterminé et partageant nécessairement I.es vicissitudes de la politique de son temps. Qu'il y ait eu conflit entre Kafka et la société, cela est certain; mais il serait faux d'en rechercher la cause dans une prédestination ou dans toute autre a.ffirmation métaphysique. L'intensité et le sens de la souffrance de Kafka. ne sont pas des éléments innés de sa personna1ité. Ce sont des facteurs extérieurs et sociaux qui ont donné naissance à ces caractères affectifs. Cependant, les éléments riches et divers de son caractère complexe ont poussé jusqu'à leur paroxysme les manifestations d'une oppression sociale sur sa conscience. Se borner à une étude psychanalytique de Kafka qui révélerait sa puérilité, son oomplexe d'infériorité vis-à-vis de son père, sa lucidité, · sa révolte impuissante contre l'injustice, son refoulement, sa valeur, etc ... est insuffisant pour le bien comprendre. Ainsi ses difficu Hés professionnelles ne sont pas uniquement dues à l'opposition vocation-métier, mais aussi aux èonditions sociales dans lesquelles il se trouve. L'homme qui a perdu son procès avec la société chid D), cherche le néant qui doit lui apporter la paix. Victimè d'un ordre social condamné par les .forces populaires qui prennent conscience, . Kafka symbolise l'homme qui a perdu son frrocès avec la société ; « Un homme, ici, se voit dévoré » (Jean Statolen, ki, introduction à la « Colonie Pénitentiaire ,) et il s'abandonne ; d'où le désespoir de son existence nerdue et son amour nostalgique·pour la vie débordante et joyeuse qu'il ne peut atteindre. D'autant plus isolé que, dès son enfance, il s'est détaché de la oommunauté des siens, Kafka est dominé par cette solitude. Sa famille pratiquant les rites religieux sans compréhension et âvec un conformisme qui tient de l'habitude plutôt que de la conviction, il tente de se rapprocher du christianisme, mais sans. succès; une sorte de répulsion même, un malaise, en fortifi ant sans doute, accentue son cc inquiétude juive D • • Parce qu'il était Juif, Kafka vécut-il avec plus d'intensité une expérience commune à toU& les il)adaptés ? « Il a dc·ux advàsaires. écrit-il, le premier le harcèle de derrière - le démon de 'SOfl orif,' Îue __ le deuxième lui barre la route qui le mènerait Plu.s loin. , Désespoir de l'espérance S ON impvissance - et son échec parce qu'il n'a pas su emprunter la bonne· voie - aboutit à une obsession auto-destructrice

mais sa conscience de

l'échec lui fait entrevoir la signification du succès et l'on peut même dire qu'elle est pour lui la garantie que d'autres parviendront à la victoire. . Certains poseront là le faux conflit entre le Juif et le monde. Un héritage surrané de superstition. a laissé une vieille « habitude » : le Juif est un infidèle, un étranFranz KAFKA. ble question juive étant l' antisémiJ tisme ou le racisme provoqué et utilisé à de~ fins politiques) engendre un obstacle à l'intégration du Juif. Cette expérience séculaire du Juif résume les expériences des nations ou des classes sociales . opprimées et exploitées pour lesquelles leurs maîtres 1nmt la détresse e11 montrant le soleil, tandis qu.e leur condition humaine nie le soleil en montrant la détresse. Aussi, Kafka, étranger dans . son prorre pays, au lieu de combattre pour les transformer, vise à un dépassement des contingences sociales. Il touche a lors le fond du désespoir - et par là même se donne une raison d'espérer. - Malade, chétif, de santé précaire, la menace de la mort plane sur lu~ ; il cherche dans ses errements à vjvre intensément, mais, en dépit de sa frénésie, il n' y parvient pas. D'où cette incohérence du désespoir de l'espérance . qualifiée de « noire Il. Cri de confiance? MAIS ses échecs ne doivent {las faire conclure à la fatali· té : que Kafka n'ait pas trouvé la solution, ne signifie pas que la solution n'existe · pas ! La vision kafkéenne du monde est up avertissement contre l'abandon. Si le « réalisme Il de M. Sartre, rar exemple, conduit au désespoir chrollique et au dégoût (donc à la ré~ ignation car des hommes qui acceptent la sombre réalité de leur misère, ne se révolteront pas contre le pouvoir politique qui les domine et qui entretient cette mi~re" celui de Kafk.a , au mntraire, donne la oonSCIence des malheurs sociaux, montre une structure sociale inerte contre laquelle se heurte le dynanisme hum 'lin, et cette lucidité renù ces malh~urs plus réels, les accentue même, en enlevant toute iIlllsion (et par oons&J.uent appelle à la lutte). Notons encor.e que la détresse sans borne flue reflète l'oeuvre de Franz Kafka ne constitue ni un testament ni surtout un message

le dernier mot de Kafka

c'est le désir qu'il exprime avant sa mort devant son ami Max Brod : Brûle mes manuscrits. N'est-ce pas là, en dépit de tout le reste. un cri de confiance er d'espoir ? KAFKA est issu d'une famille j·uive de Prague, ville qui, malgré les efforts de germanisation, reste tchèfJue, et où les bouOEeois juifs, étrangers aux problèmes nationaux, donnent à leurs enfants une éducation allemande pour leur faire gravir les échelons de l'échelle sociale. Mais Franz est dépourvu de tout sens bourgeois; il cherche à se rapproch~ r des Tchèques dont il sent les aspirations populaires, mais ne parvient pas 'à s'intégrer. Il ne peut s'adapter et c'est là que réside le noeud du proplème kafkéen

il sent les efforts du peuple,

mais il n'est pas assez près du peu,ple pour partager son combat. Dès lors, il est un mMt qui . erre éternellement dans le mOllde des vivants et, pour ce faire, il se veut à la fois mort et vivant (voir sa nouvelle « Le Chasseur Grager sur qui retombe le sang de Jé· 1-----·-------sus et ce résidu de pensée féodale crée parfois, pour des esprits naïfs, un malaise en face du Juif. Ce faux oonflit latent (la vérita- ,~.:::::::::::.-:._ ... _---........................... ... , t ....... ...................................... .

N ' ; Ë ous . adressons nos plus,;

1 !Vives félicitatiOIls' à notre;; 'ENTREVUE DRAMATIQUE. AU CAIRE (De notre correspondant particuiier) ,!COllaborateur n j Roger MARIA 55 Het à sa femme, à l'occasion;; Hde la naissance de leur petltâi 1 ", Francis i N OKRACHI PACHA a eu une importante entrevue avec Sir Ronald Campbell, ambassadeur de Grande-Sr .ta. gne au Caire. Dessouki Abasa Pacha, ministre des Affaires étrangères par intérim, en rabsence du titulaire Khachaba Pacha - celui-ci dirige la délégation égyptienne à Paris - y assistait également, sans toutefois prendre une part active à la conversation. Nokrachi a commencé par formuler les griefs suivants à 'égard de l'Angleterre : L'Intelligence Service a fourni à l'état-major égyptien des informations, en partie fausses, en partie incomplètes, sur la force réelle de l'armée juive. Présentant les soldats juifs comme quantité négligeable, elles seraient, dans la thèse du Premier Egyptien, à l'origine de l'insuffisance de préparation de l'armée égyptienne. Utilisation des anciens de la Luftwaffe ? NOKRACHI se serait plaint éga- . lement de la manière dont s'est effectué l'approvisionnement de l'armée égyptienn~ en armes et en munitions : « Les Anglais, aurait-il dit, nous envoient les armes par « petits paquets ~, ce qui nous empêche de frapper un grand coup, par crainte de nous trouver à court de munl~ tions au moment décisif. ) SIR RONALD, selon des Informations provenant de . la même source, 'aurait catégoriquement repoussé les reproches de Nokrachi, en prétendant Que la fourniture des armes à destination de l'Egypte était régulière et entièrement suffisante pour les besoins des troupes égyptiennes en Palestine. NOKRACHI, abordant le principal obj,et de l'entretien, a déclaré que la situation de l'Egypte était devenue très difficile par suite de la tension intérieure et du déficit grandissant de la Trésorerie. Le moment était venu, soit d'une offensive générale et slJUultanée de toutes les armées arabes, y compris la Lê·gion arabe, soit de pourparlers de paix directs avec Israël. Le Premier a fixé les besoins immédiats de l'armée égyptienne pour le cas d'une offensive.. Il s'agit, entre autres, d'une centaine de tanks et de plUSieurs batteries d'artillerie lourde avec la Quantité d'obus correspondante. ' SIR RONALD a répondu que des pourparlers directs avec Israël porteraient un !!ûUP sérieux au prestige égyptien et ne manqueraient pas de susciter les plus vives appréhenSions en Angleterre. L'expédition des armes destinées à l'Egypte serait accélérée et un grand nombre de pilotes allemands, actuellement prisonniers de guerre en Egypte, seraient relâchés et autorisés à prendre du service dans l'aviation égyptienne. Sir Ronald a rappelé que des assurances dans ce sens avaient déjà été données par le gouvernemerit britannique à Amr Pacha, ambassadeur d'Egypte à Londres, actuellement en congé au Caire. Rébellion d'un serviteur On dit que cette conversation a pris une tournure dramatiq\le lorsque l'ambassadeur britannl- Que a déclaré ([Ue toutes les difficultés auraient pu facilement être aplanies si le gouvernement égyptien avait consenti à régler ~éfinitivement toutes les Questions en suspens entre Je Caire et Londres, notamment celles du Soudan et du maintien des troupes britanniques dans la zone du Canal de ~uez. NOKRACHI Pacha, qui est pourtant l'homme des Anglais aurait alors perdu son Sang:froid h'abituel et se serait écrié : « Aucun homme d'Etat égyptien ne consentira à discuter avec l'Angleterre de toutes ces Questions vitales dans les circonstances actuelles ! ~ La preSSion ties Anglais, essayant d'exploi\'er la défaite militaire de l'Egypte, a SUSCité une Vive satisfaction dans les milieux du Wafd . où l'on croit qu'elle est susceptible de provoquer un éclaircissement de la situation intérieure. Si Nokrachl succombe au chantage britannique, il sera abandonné par ses amis mêmes et balayé de la scène politique par l'indignation générale, S'il résiste. l'Angleterre ,devra chercher 'Un homme encore plus obéissant. . . ~ La Rédaction de ~~ ! « DrOit et Liberté ~. h : ; 1111 ......................................................... ::! ...... I".I •••• I ••••••• I ••• ' •••••••• .... ".-........ _~ Samedi 18 dJécembre de 21 heures à l'aube CRAND BAL DES VllNO'IS dans les Salons d.e l'Hôtel COontinental rue Rouget-d€-l'IsJe (Métro: Concorde) Un programme artistique sensatiO'l1nel. Orchestre Ferdiinand Bouillon, Buffet, TomboJ.~, Concours des Danses. LE CRAND BAL ANNUEL DU YASC aura lieu le 8 janvier 1949 diE! 24 heures à l'aube dans les salons de la Mairie du X· rue du Faubourg-St-Martin Nombreuses attractiollls Un grand 9rchestre de la iiutio t ... .15 Déc ....... 1941. - N" 18-"-------------- OROtT ET LIBERTE s Cinq cenis ans d'hisloiremarseillaise ( 'EST le père ' du savon de Marseille, Davin Crescas, alias « Sabonerius », qui clôturait. en vedette américaine, notre précédente chronique (1). Au 14' siècle. ce membre de la branche francaise des Cre!cas, famille bien c·onnue à Orange et~ plus tard à Carcassonn'e, - l'ornement le plus illustre de la 'branche espagnole fut le philosophe barcelonnàis Hasdai Crescas - lança l'industrie dont le nom de la grande cité dus que deux Vémoins : Honorat de Forbin et son homme de paille, Jacques Tourre!. On devine les conclusions de l'enquête menée par les compères. Quatrième acte : de Vesc convoque la communauté juive et oblige ses membres, sous serment rituel, à dresser l'inventaire de tous leurs biens. Geci fait, il leur interdit le lendemain - contraire- Des preuves, des preuves 1 crient les accuslés. Les accusateurs, et pour cause, n'en apportent aucune. N'empêche qu'en 1683 un arrêté d'expulsion ' est pris contre les Villaréal, et qu'un peu plus tard le Parlement d'Aix menace de donner le .. .fouet aux « complices des pirates )) 1 appartenait à une vieille fa .. mille d'origine comtadine Bédarride. « MeUez une pierre dans votre poelle)) est désormais inséparable. - Si ab es tan paon boutas una peira en vestra pocha, dit ce magistrat juif , à ses adjoints. « Si vous avez tellement peur, mettez une pierre ' dans votre poche )). Son fils lui succéda dans la , fabrication du produit et fut considéré comme le plus grand industriel marseillais. La position léminente de ces rois du savon contrastait avec la médiocrité de leurs core. ligionnaires . de . Provence en butte aux tracasseries et aux pour la circonstance ~e ses 'plus riches parures, mirent pied à terre et l'investis~ement de Marseille commença. La résistance - les judtéomarseillais ne furent pas les derniers à y prendre part - fut vive, mais que -pouvait-elle contre. des incendiaires servis par le vent? . par------. 1 Joseph MIL:LNER 1 Au xv me siècle, les Juifs, s'ils jouissent de quelque liberté dans le Comtat Venaissin - on en voit par exemple qui apportent, vers 1740, un stock de soieries ' d'une valeur de 500.000 livres au marché de Beaucaire - sont souvent traités en citoyens mineurs à Marseille et en Provence. Une 'épidémie de choléra,. venue de Marseille, décimait le chef-lieu des Bouches-duRhône. De lugubres feux de cyprès et d'eucalyptus brûlaient sur les places. Les Aixois, affolés, fuyaient de vexations. ' . toutes parts. Un certain nombre n'avaient pas payé leurs impôts dans les dlélais fixés. Le Sénéchal Hugues des Voisins donna l'ordre de les arrêter e~ de confisquer leurs biens. De la spoliation réalis~ à cette occasion dans la 'Viguerie d'Aix, un document, conservé aux archives dépattementales des Bouches- du-Rhône, dresse le bilan

c'est une triste énumération

de vêtements, de guêtres, de voiles, de couvertures et de livres. Ils saccagèrent tout sur leur passage, ramassant un énorme butin dans les maisons, les boutiques, les églises. ment aux ordres antérieurs _ de quitter Marseille et de rien aliéner de leur avoir sans une permission du juge; entendez · sans l'autorisation de Forbin et de ses amis . . Bédarride resta fidèlement Un èertain Lopez. se voit in- à son poste comme si de rien timer l'ordre par le ministre n'était. Pontchartrin) de · rejoindre  la mairie, ses collègues Bordeaux au plus vite. Le 12 qui se voyaient déjà chotérijuin 17r~, c'est « l'injonction ques, parlaient ~e quitter la. 'de vuider la ville dans trois . ville pour se réfugier sur la jours )) lJui est signifiée à tous ' col~ine Sainte - Vivtoire,. en ses coreligionnaires de' Mar- pleme. campagne. Coléflque, seille, sur la requête des Bé?arrtde frappa alors du « sieurs syndics des mar- pomg sur la table en prononRoueet L'historien (pourtant antisémite) Emile Camau a écrit qu'un pareil inventaire « permet de penser que le coup de filet préparé ne · fu t pas aussi fructueux que ses instigateurs ne l'avaient espié ré. )) Les pêcheurs ont souvent des déceptions dans ce cas-là. Grèvisle de la circ:oncision La Juiverie ne fut pas épargnée. Au milieu de la panique, des pillards indigènes firent irruption, le visage couvert d'un masque ou passé au noir. L'ennemi finit par se retirer et le c!llme revint, mais à partir de ce moment, les jours Dans le dernier acte, le plus long - il dure jusqu'en 1498 - nous voyons les Juifs, harcelés, partir les uns après les autres, sans que jamais cForbin ne demande officiellement leur expulsion. L'ordonnance d'expulsion ç!nt en patois provençal le « mot historique )) que nous citons plus haut. ILes adjoints, ravigor'és, restèrent et le cboléra s'en alla. Dévouement au bien publie ' La conduite du maire d'Aix,. Bédarride, confirme un jugement du préfet de Marseille, de Villeneuve : A Manosque, où une Juive comparait . en justice pour avoir porté pendant sâ grosVUE CAVALIERE DE MARSEILLE AU XVIIe SIECLE (chez Jean Boisseau, libraire en l'Ue .du Palais, Paris) Biblioth~que de la ViUe de Marse.ille. « Depuis que les Israëlites ont été reconnus citoyens, ils ont donné des preuves non équivoques de dévouement pour le. bien public et l'administration n'a jamais eu que de bons L'émoignages à rendre à leur conduite politique. )) sesse la chemise qu'une Chre- de la. communauté juive 'de tienne lui avait donnée en ga- Marseille étaient ûomptés. ge, la chronique judiciaire ne L'union de la Provence à manque pas parfois d'un .cer- . . tain pittoresque : au banc des la. Couronne, ré~hsé~ par Paaccusés, on peut voir, entre . lamèùe de . Forbl~l, lIeute~i:nt autres, une sorte de rriaqui- &,énér~1 d~ rOI, pnéclpIta gnon faux sacrificateur, et un 1 agome. J;, événement. ~e pafonctionnaire de la synagogue rut l?~s d .ab?l'~ modifIer . . l~ qui, meLtant tous les fidèles ?,ondltLOn ]urldlq':le des JUl~S , en émoi, a fait ia grève de la l, ne leur en était pas moms circoncision. d~r1l:vor~bl~. ~ans la ~esure Ou 11 slgm fIaIt \' anneXIOn de Env.iron l~ .même époque, la ville à un royaume où les la Ville. d ~lx-en~Prove~ce « assassins du Christ )) que de vieux livres de r~~bms n'étaient plus léO'alement adappellent « Yr Hamat'Y!"-. )1 mis. 0 (ville d'eau) - transposition hébraïque du latin « Aqua Sextiae)) - comptait deux cents agriculteurs juifs sur une communauté d'un millier . d'1mes. Elle ne complait pas moins tle dix-sept évêques lorsque, . peu de temps après son couronnement, le roi Robert l'honora d'une visite. Les prélaLs, réunis en Concile, profitèrent de la circonstance pour réclamer l'expulsion de tous les «. indésirables )1 de la région. Non seulement le roi refu:3a « la grâce )) (sic) qu'on lui demandait, mais enjoignit à ses officiers gén:éraux de contraindre les d:ébi!.eurs des Juifs à payer le·UfS « dett.es jurées )) . le roi d'Aral1on débarque Lé 20 novembre 1423, au matin, Marseille courait un grave danger. Les gall~res du roi d'Aragon létaien~ apparues à la pointe de Tiboulen ... On sonna le tocsin. En masse, les défenseurs se porLèrent am: remparts, tandis qu'un combat naval s'engageait. A G heures du soir, après de violenLs abordages, les envahisseurs et leur roi, . revêtu (1) Voir dàns « Droit et Liberté » du 1'" décembre l'article intitulé : « Ils étaient de Marseille » • Drame en 5 aetes Les 'prétendus 'dléicides furent l'objet d'une campagne antisémite très raffinée dans son organisation. Premier acte : en 1434-85, le clergé régulier se livre à Tarascon, Aix, Arles, à une série de prédications qui amènent des troubles bientôt suivis d'un début d'émigrat.ion. Le mouvement gagne Marseille où le parti d'Honorat de Forbin. (successeur du priécédent), maître de l'Hôtel de Ville, va désormais pouvoir manoeuvrer avec l'aide de Charles VIII et du gouvernemenL royal. Deuxième acte: par des actes successifs, en date des 7 novembre, 1er décembre, 6 décempre 14.85, le gouvernement royal, saisi par les frères de Vesc (grands amis de la famille Forbin). libère les débiteurs des Juifs marseillais. ~ésultat recherché : on assiste à un premier exode des cr'éanciers. Le troisième acte est d'abord marqué par un temps d'arrêt pendant .• lequel le travail se poursuit à la Cour. Puis, le 26 septembre 1/186, un des frères de Vesc arrive à Marseille, porteur d'ordres secrets du roi. Il ouvre sur J'exode 'des Juifs une comédie d'enquête dans laquelle ne sont entenn'interviendril qu'au moment 'de la scène finale, c' est-lldire lorsque la Juiverie, réduite ~ quelques unités, n'aura plus rien qu'on puisse lui . prendre. . Judéo .. plrates t C'est en se référant â l'édit de Colbert qui établit la franchise du port de Marseille qu'une lettre royale du 16 juin itrro autorise deux commerçants juifs de Livourne, les Villaréal, à se fixer dans la ville fran~.aise. Mais au bout de deux ans la Chambre de .commerce ~dresse une protestation au Roi. En 1679, un mémoire renchér'it en déclarant que « la nésidence des Juifs à Marseille porte ùn grand préjudice à la gloire de Dieu et au bien de l'Etat )). En 1682, surgit une accusation qbi présente une .certaine originalité par rapport aux calomnies traditionnelles : les Juifs, diton, entretiennent une correspondance ,secrète avec les 'pirates 1 chands )., par le Parlement de Provence si:égean ~ à A ix en Cour de Justice. ' Pourtant, les intéresslés peuvent bienLô~ revenir dans le grand port et en 1771 l'un d'eux reçoit l'autorisation ' d' « armer des ·.vaisseaux )) pal'ce qu'il « habile Mal'seille depuis quinze ans et. s'y est acquis l'estime des honnêtes gens 1 •• Cet honorable Citoyen s'appelait Rouget. . Quand Rouget de Lisle chanta la: « ·Marseillaise )), les Juifs de Marseille étaient émancipés. Leur nombre, comme nous le révèle un recensement opéré pendant la p:ériode révolutionnaire, s'!élevait à 98f1, ' contre 631 dans le Vaucluse et 14 dans le Var. Dans les 98f1, figurait le père d'Adolphe Crémieux ; il avait été nommé officier municipal par les délégués de la Convention en lm. C'est la fondion, plus prestigieuse, de mair'e, qu'occupa . à Aix-en-Provence, quarante ans plus tard, un aV0ulé qui De Villeneuve, qui étalt comte, a écrit ces lignes au début du Xllt" siècle. S'il avait vécu en 1871, bon arist()crate, il aur~it sans doute répugné à « rendre un bon témoignage à la conduite politique )) du farouche républicain Gaston Crémieux. On sait que 'cet avocat juif devint l'âme de la Commune de )\'Iarseille qui eut à faire face aux troupes du General légitimiste Espivent de la Villeboisnet. La répression fut très vel'saillaise. Gaston Crémi~ux, arr.êté avec trente de ses camarades, comparut devant le Conseil de Guerre. Devant le poteau d'exécution il refusa de se laisser bander les yeux et dit à SI'S bourreaux ;. « Je vais VO;I~ montrer comment . un r.é~lublicain sait mourir. )) Il le montra, en criant ; « Vive la France! )) C'est du même héroïsme que n'l'ent preuve les patriotps de tOLlle~ origines qui tombèrent à Marseille dans la lult~ antinazie; pour que vive la France. NOUVELLES ISRAELIENNES Echanges entre la Pologne et Israël te Une Légation polonaise sera établie en Israël aussitôt Clue les arrangements techniques seront complétés, au retour du ministre' des Affaires Etrangères à Varsovie de Paris », a dit le professeur O. Gorka, Consul général à Jérusalem. Un attaché commercial arriverait j)rochaineme.nt en Israël. Dès négociations ' auraient déjà commencé. l.:a Pologne serait disposée à expédier du blé et de la viande en échange d'agrumes, de fournitures médicales et de produits chimiques. L'aérodrome de Lydda a été rouvert à l'aviation civile Après sept mois d'interruption des services aériens régulie(s, l'aérodrome de Lydda a été rouvert. Un accord a été signé avec une société de navigafion aérienne, pour le transport au courant du mois prochain de 2 .000 émi'grants de Munich à Lydda. L'aérodrome de Lydda a coûté au gouvernement mandataire la somme de 3 millions de livres. 11 a quatre pistes, dont la plus longue est de 2 kilomètres. La radio et les services météorologiques ont été compIètement restaurés et sont manipulés pa'!' des spécialistes qui ont plusieurs années de service. Un site pétrolier a été découvert au lebel Usdum, à lextrémité sud-ouest de la mer Morte, exactement au ' nord de la Raffinerie de Potasse. De source bien ~'1formée, on apprend que la prospection avait été faite en trois endroits, dont deux tombèrent récemment entre les mains d'Israël. Ces deux terrains se trouvent près de Huleikat, à' pro)(imité de Gaza, où un trou de 2.200 pieds avait été creusé, et à Kurnub au sud-est de Béerchéba, environ à mi-chemin de Usdum (l'ancienne Sodome). Exportation d'agrumes On s'atten6 à ce que les exportations d'agrumes atteignent cette année U'1 total de 5.820.000 caisses, tandis que 500.000 autres caisses seront vendues localement dans des buts industriels et un million de caisses seront réservées à la consommation locale. Plus k la moitié des exportations de cette année sera achetée par la Grande-Bretagne, tandis que le reste ira à destinatioo de la Norvège, la Tchécoslovaquie et l'Irlande. i DROIT ET LIBERTE 1 LYSSENKO DONNE UN COUP MORTEL AUX THÉORIES RACISTES L'épanouissement de la biologique La doctrine Mitchourinienne sC•i ence senal d'armes d'agression active et d'armes de l'A :J' •• ILflTl'Il71:' forme de l'espèce que wus la forme im:lividéfense passive dans le monde animal et végétal. par cauemlClen JrJj l'L duelle, n'est point ql1elque chose d'immuable ; Les moyens mécaniques, chimiques, physiolo- .. ql!e la cellule, ou ses parties intégrantes ne congiques d'agression et de défense, la coloration, tnooent pas seules au développement de l'Olgales organes développés, destiné& au tnvail, la plus grand que de cette question découlent beau- nisme, mais aussi l'organisme lui-même en enpoursuite et la procuration de la nourriture, sont coup de conclusions pratiques pour l'agrobio- tier et la cellule également en entier; que tous le résultat de la lutte interne dans les es- logie. l'homme s'ingérant activement dans la vie de pèces, ainsi que des relations entre les espèces.. * la plante en créant des conditions appropriées, LA discussion scientifique sur la lutte dans le Pourquoi ne peut-on pas considérer la lutte peut et doit influer sur le développement de la sein des espèces de la nature vivante, a dans le sein des espèces cxxmme « pierre angu- 0 EPUIS la parution de l'Origine des · esprces plante, dans la voie désirée; qu'il est nécessaire attiré l'attention de tout le monde scienti- laire» du darwinisme? de J)arwin, il s'est écoulé près de quatre- de réviser maints vieux princires sur le rapport fique. Parce que, premièrement, on ne peut ramener vingt-dix ans. La science a accumulé de- de la lutte intérieure dans l'espèce avec la lutte Les questions soulevées au cours de cette à une seule et unique foime, c'est-à-dire la lutte puis une énorme quantité de données nouvelles. entre les espèces; que les relations et les dé .polémique ont une grande importance de prin- interne dans les esrèces, toutes les oonnexités et 1. V. Mitchourine a fait avancer Je darwinisme pendances intemes dans l'espèce représentent 1. Y• . Mitchourine La victoire de la biologie mitchourinienne li mis fin à la « théorie » selon laquelle les variations dans le dévelor:·pement de l'organisme vivant se produiraient au hasard, sans aucun lien avoe les conditions de vie de cet organisme. La doctrine mitchourinienne, qui lie les variations héréditaires des organismes auX" conditions de leur vie, donne aux travailleurs de l'agrobiologie la possibilité d'agjr consaemment sur le développement et la variation des organismes et d'obtenir des modifications ·dirigées de oes.organismes.. Un nouveau champ cipe. Elles sont liées avec la juste compréhen- corrélations, excessivement oompliquées, existant à pas de géant. des rapports d'un ordre,~ et la lutte entre les ouvert à l'activité c~éatrice sion des proble'mes fondamentaux de la théorie dans le monde animal et végétal. Se basant sur des travaux sur plantes fnlitl.e, res espèces, séd es rta pp1o rts dA'lu n· da utre l'oér drle,' e t que,t Le monde des form~-o vivantes avec lesquelles darwinienne de l'évolution et ont un rapport Ensuite, il est tout à fait erroné de résumer et à baies, il a développé les lOI.S g én éra1 e s bio1o - pdaIrf 'c on t quen , eurs ro es ans vo utJon son travaillent les biolo0m' stes, n'est p'as un monde où direët avec les pratiques de l'économie rurale. tous les multiples rapports et effets à l'intérieur giques de l'hérédité et de la variabilité. 1 · eren s. règne l'aveugle hasard et où il ne reste à l'hom- Ma.rx et ETI!!'els disaient que la théorie de Dar- de l'espèce par une seule action, la lutte. é .. Toutes ces thèses représentent le développe- me qui aspire à la création de nouvelles formes ~ En v rit able coryphée de la sClence,. Mltchou- t é t d d " t t 1 ' .. 1 win a établi la I~ de l'évolution de la nature Dans le temps, Engels, critiquant tous ceux rine lui a tracé des voies nouvelles. men cr a eur u arwmlSlffie, ou ce a SUh a vivantes qu'à attendre le succès, comme à la loteorganique, et jls soulignaient l'importance de Il;!. qui ne voyaient du darwinisme qu'un seul côté, voie de pénéLration de la dialectique marxiste rie, sans pouvoi,r intervenir en aucune façon. révolution amenée par la doctrine de Darwin, démontrait que léS .rapports des êtres vivants 'Ild a o bte1n u trois cent .c inquante nouvelles eésté- dans . la s'cie nce b1' 01o gI. que. D'après la doctrine mitchourinienne, le mon d e peces e p antes, dont cmquante-quatre ont . dans la notion de l'origine des espèces. comprennmt aussi bien la collaboration cons- vulgarisées et occupent aètuellement chez nous Nous n'avons pas perdu la mémoire de - ces organique et ses variations sont soumis à des lOIS Toutefois, tout en appréciant à sa grande ciente ou inconsciente, que la lutte, également des dizaines de milliers d'hectares. fameux « procès de singes '! antidarwinistes aUi){ strictes. La connaissance de ces lois, acquise par valeur la doctrine de Darwin, qui a joué un rôle consciente ou inconsciente. Etats-Unis. Nous connaissons bien les inven- Mitchourine et ses successeurs, ouvre un large très important dalL~ la lutte contre la théologie Dès lors, ramener toute la va,riété des ral"Vnrt.s Il s'est créé dans notre saence agrobiologique tions archilféactionnaires d'une quantité de sa- champ à l'activité créatrice où l'homme se fixe à CJOmplète, elle ne peut rendre l'espèce autre qu'elle n'est déjà ». Weismann s'est attaché au schéma erroné de Malthus, admis par Darwin et il en gonfla l'importance par toutes sortes de moyens. Cette concevtion de Weismann, jointe à l'incompréhension de l'essence et de l ' im portance· de 1 a loi de l' assimi ation par l'organisme de ~ubstances puisées par lui dans le· milieu envirmlDant comme base de la variabilité ;les êtres, conduisit Weismann à énoncer la théorie de la OE sélection embryonnai, re », à renoncer à la séled\()n naturelle de Darwin et à prêcher la théorie Tnyf.tique de l'existence d'une substance germinaûve particulière, fondamentalement distincte du corps vivant et dont il faisait la OE su bstanoe héréditaire ». Ainsi, selon la théorie. de Weismann, la « substance héréditaire », les « unités vitales D qui possèdent ,une capaaté particu']ière mystérieuse · de reproduire l'organisme entier avec toute l'hérédité des formes ancestrales apparues dans le processus par F. DWORIANKINE et qni a soutenu SI' e ff·I cacement 1a concepü. on réciproques dans l'évolution historique de,..s.,. ..~e s- et dans ses pratiques un nouveau camant, puis- van t s d'A ng 1e t erre et d'Am.é n .q ue, nos con t em- l' avance un b ut, cher ceh a• l' a tte m. d re et l' a:t te .m t , matériali.s te, les cl as'slq ues de la s'CIe nce mar- pèces à la seule lutte ou concurrence à l 'intérieur sant et varié, le mouvement mitchourinien. Les [oram. s, sur 1es p"rm CJpes d e l'"L,vO l ut'lo n et 1e s sU.I vant un p 1a n, en agi. ssant sur l es orgam.s mes de l'évolution, ne sont ooumises il aucune action lll. ste-léD"l mste ont tou.jour.s m Sl. st é sur 1e carac tèr e des espèces, est du simplisme et une erreur. travaux de l'académiaen T. D. L)'ssenko témoi- b ases d e 1a the' on-e de D arwm'. . et en l es 't rans f orman t rat 'l onneI l emen t con form'e- de l'extérieur: ni à l'action des échanges de ma- ~,.I ml. tah' f et sur certam. s de' f auts d e cette t he' on.e . Ainsi, la question posée dans les oeuvres de gnent de la réussite et de l'extension de ce mou- En menant une lutte résolue pour les idées men t a' ses 1"-." _"_, om• s. dti ères entre l'orgda nisme et ,le m.ilie u, ni à l'action E . . d d 'f ? vement; et ce savant dit avec raison 'lu ' être. es conditions e vie de 1 orgamsme. D n, bqou odI conSIstent Jo nc c'"e s De a'ut s é T.D. Lyssenko concernant la lutte au sein de darwiniste C1I biologie, signifz.e être mitchouri- progressistes dans le domaine de la biologie, DéJ'à, du viv ant de Darwin et surtout après sa . a r, comme on e srue, arwm a accept , l'espèce dans la nature et la place qu'occupeiJ.t tûen. pour le darwinisme et cOntre tous ses adversai- mort, l'hostilité de la science bourgeoise envers le L'école de Morgan a joint la .doctl1ne réac- '.ans la moindre critique, et adapté. à la nature, les relations entre les espèces dans l'évolution, res et ennemis réactionnaires, nous devons nous noyau matérialiste du darwinisme· s'était nette- tionnaire de Weismann sur l'hérédité à la théorie 1: la loi sur la pOj:ulation • de Malthus. est très importante. La pratique pose de nouveaux problèmes, elle garder, pourtant, de nous compor1er devant la ment dessinée. Les réactionnaires en biologie et des mutations de de Vries. Dès le début, cette Or , M a 1t h us a é t é un d es 1' de' ologues d e 1a En effet, le problème du ra.pport de la con- exi.,,.,.-. la révision et la révaluation de bien des the"o ne d e DarW'll l en l.c onocl as t es e t dogma'tls er en p h·1l ooop h·l e coillimenc è rent une 0 fefnS'l ve 00ffl- écol e s'est m. anl' fe s tée' oomme un ra.o.senJ bl emen t re,ac.ho n an.s tocratI.q ue cxxm ha ttant la re' vo1 u h' on currence au sein de l'espèce avec la lutte entre dogmes de la bioloa~: ie qui sont devenus surra- sa doct r'm e. mune contre 1a tl,l.:u_I.l e d e 1a sél 0Cti-0l1 natureI l e, d' an t1'd arwU"l1s te s ml· I·1t ant s essayant d' a d apt er 1a Afr ançaise et les tendances révolutionnaires en les espèces représente une des T.-'·lus sérieuses néLs.e mérite de Lyssenko consI. ste en ce qu'il a Nous sommes pour le dévelopnI-P~ ment continuel contre l•e dd arw.i.ni sme. A la1 f in du s"iècle d.ern ier, tdh éto' rie dd e llhév' oéldu'tti'o n' là' alfa fd' octrti'n e dde la décgtèra - ngleterre. questions à résoudre pour le développement ul- , du darwinisme, pour la continuité de notre les an tl- arWllllstes les p us avoues · s·umssent a IOn e er J e, a uma Ion u cara re Son « Essai sur le principe de la population '. térieur des nrincipes de l'évolution. phos' é oo.u.ra ge1u semenft ceds nouve1ll es dq uestIons. Les science agrobiologique, ia plus moderne du avec 1e s « ne' a-d arwm" 1stes », d·l O. ge's par 1e zoo- f or tU·lt- , non dm' . gé, non con di b. onné, eds va'na - (1798) était l'expression de la terreur morteI le Les advers aires de T. D, Lyssenko, portant st· enekseos, JcJo1nltic.ae rensr ueltt lao nv iea meetn lt'aé veos luteio nT .d eDs . pLlayns-- monde et pour le nouvel épanouissement du loig ste a II em~n.d W ed. l$ma~hn;,C ~ derm·e r s 'éeèlv'alt tions héréditaires ; cette école a tenté de réfuter des propriétaires terriens et des fabricants bri- toute leur attention sur la lutte a'U sein de l'es- tes affirment que la plante, aussi bien sous la mouvement mitchourinien dans la saence. contre le pnnClpe e 1 eredlté des caract res le prinape darwinien de l'accumulation par la tanniques devant la croissance du paupérisme et pèce, rétrécissent la théorie de l'évolution, ne acquis, çontre l'inteT}'rétation darwiniste du ~o- sélection des variations positives successives a,cla croissance du prolétariat, suivie par le boule- voient pas les nouveaux problèmes qui dcman- cessus de développement des formes vivantes quises au cours du développement individuel des versement économique en Angleterre. dent à être défrichés et résol-us. comme processus d'accumulation des variati(ll1$ organismes. Malthus, ce bigot belliqueux, dirigeait la pain- En fait, il est ÎJldiscutable que les liaisons et provoquées par l'action sur les organismes· de Les théories pseudo-scientifiques de Weismann te de sa critique contre « le populo trop proli- les rapports réciproques entre les organismes leurs conditions de vie. A Weismann a opposé et Morgan, en biologie, contribuent à perpétuer fique D, contre les pauv,res, et se faisait le défen- dans les limites d'une seule espèce sont des rela- sa théorie de 'la " sélection embryonnaire D à la la dOlnination de la bourgeoisie. Ces biologistes, seur acharné du capitalisme et des rapines colo- tions d'un ordre déterminé et qui se distinguent sélection naturelle de Darwin considérée comme arrangeant les faits, cherdhent un fonvement niaI- es . radicalement des liaisons et des rapports réci· claa tiooonnss edrev altiao nn aettm lee ddeésv eolrogpapneimsmenets , daecs cummoudliéfeis- d« n'at urel D à la d.ivision. des hom1 mes •e nh races L'enseignement de Malthus a été fait sien par proques entre les espèces. omm antes et soum1ses, appuIent es prec es sur toute la réaction mondiale. Au cours du XIX· au cours du processus de leur adaptation aux l'inévitabilité des guerres entre les peuples. La SI· èc le enti. er, 1e s savants huorgeO"ls sen. tenru.e tn t nenLte sl ar acpopmoertrsv aitnioténr,i eluar s mdualtmip llic'eastpioènce edt élt'earmméi-- condiltéi oln s de leur ,acti.vité vitdal 'ef.' .W . eismann 1a génétique morganienne est à la base de la pseudo. aux idées malthusiennes. Le malthusianisme a lioratioll de l'espèce dOllnée. appe es savants a «reJeter e lmtJVement e sci,ence de l'eugénique qui élabore les bases d'une été largement utilisé par le raasme ; il sert de principe de Lamarck (hérédité des propriétés humanité de propriétaires d'esclaves. Les leaders base à la théorie raciale britannique. Il est, Ces rapports sont excessivemenl variés. lis acquises-F .D.) et à appliquer avec conséquence réactionnai,res de la génétique de Morgan prêd' aillel)rs, aussi, brgement utilisé par les impé- . comportent la doncurrence et la rivalité, souvent le r·rincipe de sélection, en le transférant aux chent ouvertement la nécessité de la stérilisation T. D. Lyssenko La révolution des plantes La doctrine mit~hourinienne réfute les inven. tions réactionnaires de la pseudo-biologie weismano- morganienne. Contrairement à la métaphysique du morgano-mendélisme séparant l'organisme du milieu, partageant l'organisme en « substance héréditaire» et corps, la science mitchourinienne donne l'unique solution scienti~ fique du problème, en affirmant l'unité de l'organisme et des conditions nécessaires à sa vie, en rejetant le point de vue mystique de la « substance héréditaire » spéciale. 1. Mitchourine s'est prononcé contre le mendélisme, indiquant que ce courant « contredit la vérité de la nature devant laquelle ne peut tenir aucune combinaison artificielle de phénomènes faussement compris D. Le développement de la doctrine mitchourinienne se réalise dans les travaux de l' Académicien Lyssenko. La théorie du développement rar stades des plantes, qu'il a élaborée, montre comment les variations des conditions de culture des plantes modifient leuQ" physiologie, transforment les besoins vitaux de la descendance des organismes modifiés, transforment leur hérédité, mènent à une modification nette de toute la nature des or-ganismes. La tendance mitchourinienne, en biologie, est vérifiée par J'utilisation dans la plus large pratique des méthodes de Mitchourine, Williams et Lyssenko. Le monde entier en connaît le succès, témoignage le plus solide de la justesse de cette tendance. ., Les méthodes mitchourlniennes sont des méthodes d'action active, planifiée, de la part des sélectionneurs ou des agronomes, sur la nature des organismes, avec l'aide des conditions naturelles capables, dans leur interaction avec les organismes, de changer leur. physiologie et pa.r là même de moilifier la structure et les besoins de leur descendance. TOlltes ces méthoc1es, tant celles élaborées par Mitchourine que celles qui sont nées après lui, s'appuient sur la . loi fondamentale de l'évolution : hérédité des propriétés acquises par les organismes dans le processus d'interaction avec les conditions de vie. rialistes pour justifier leurs rapines colonjales. même la lutte directe entre les individus (sélec- derniers éléments de la substance germinative, et des autres méthodes de limitation de la natalité Il n'est pas question de minimiser ou de revi- tion sexuelle, hltte entre les rapaces, etc. ) et découv .~.....~. e récemment ( Conférence sur la théo- parmi les ,n,_P tlples opprimés des colonies, ainsi Snw. r la base d e 1a t·h eo' n'.e d u dé v el op p emen t par ser les principes fondamentaux de l.a théorie de l'oppression. Ils comportent également un fac- rie de l'évolution D, Ire ,n... artie, préfa,ce). que la nécessité d'em'_1. ..' ocher la reproduction des stades , T •L•yss enko a don Ilé un f on d emen t expéteur de la plus grande importance - l'entraide. l'ndl'vl'dus he're'dl·tal·rement pre'dispose·'s au LI . t 1 . d' t bl ' l'h' 'd· t ' d act' Nouvelles règles de l'hérédité Darwin, c'est-à-dire sa doctrine sur l'origjne des « uu - nmen a m 1SCU a e a ere 1 e es car eres espèces, ses vues sur la variabilité de ces der- Toutefois, l'essentiel réside dans le fait que Faussal·re· s du darwinisme chevisme • ; il); rêvent de constituer des espèces acquis au cours de l'ontogénèse, caractères appa. nièces, aillSi qué sur la sélection naturelle et la le caractère des relations internes dans l'espèce slrJ.-k~i'a les d'e~~l aves soumis et stupides h 1 l 't l" fI d d' se distingue q·ualitativement du cMactère des re- '.• tr'u s c de z eslt up an es' " sous J' lU uenc,e es c.o n Ithéorie de l'évolution. Il s'am". t de purifier le lations entre les espèces. En'engageant sa campagne contre le darwl' s- En ce qui concerne la direction de la pratJque Ions e cu re, creees a avance a cette mten. .. c darwinisme en le débarrassant des commentai- me, Weismann a entièrement nié l'import · ce ag.ricole, 1' impuissdance torale es .!11(}rg~;,rnen s tIo'nI. l a t ransf ·o rme, 1a sor t e d e ble' d 'hOI ver « 000- res malthusiens sur certains processus de l'évo- Si les premières ont pour but la conservation pour la sélection de la lutte entre espèces et affir- dans ce domaine est apparue avec toute son évi- pérateur » en blé héréditairement de printemps lution organique dans la nature. . et l'amélioration de chaque espèce donnée, les- mé que seule la lutte à l'intérieur de l'espèce dence. Le weismano-morganisme désarme les bio- par l'action directe des oonditions de culture sur Dans son ouvrage l'AntNchisme et le socialis- secondes tend ent, au contraire, vers l'extermi- revêt une importance évolutive. Il estimait que, logistes qui travaillent pour la pratique _ les le p.remier stade de développement des plantes me, Staline écrit: . nation des espèces en lutte. bien qu·ela « limitation réciproque des espèces sélectionneurs, les agrotechniciens, les zootech- (stade de vemalisation) en contraignant les plan- T. D. · Lyssenko a l'incolltestable mérite puisse fortement limiter une espèce dans son niciens. Il leur inculque l'idée que l'hérédité des tes à le traverser à une température élevée inhabi.· ... Le darwinisme non seulement n'admet pas d'avoir posé la grande question théorique ve la expansion, réùuire son effectif nonnal même jus- êtres vivants n'est pas soumise à l'action des con- tuelle pour elles, proche de la lim ite de tempéralcls ca11acZ y smes de Cd1!mZ·er, maisdn'admet pas non lutte dans le sein des espèces - rroérite d'autant Quand les hitlériens exploitaient Mendel pour envoyer le10 Juifs ~v. four crématoire. .. qu'à zéro, c'est-à-dire jusqu'à sa destruction c1itions extérieUl:es. ture tolérable pour la vie à ce stade. p us a c01lcepüon la u tique u développement '---------------------------"'"""----____ ~-____ ..:.... _ _.:. _ .....:.. _______ ....:.... __ .:....._.-:._--__ ....:.... ____ _.:._-_____________________________ , lJui mglobe la révolution " or du P0Î11t de vue 1 La doctrine de Mitchourb, développée par de la méthode dialectique l'évolution n la révo- VIC TOI RES UER ACE Lyssenko ouvre un large champ tant pour J'étude . J LEV"" des causes des corrélations des modifirations et Zution, c'est-à-dire les transformations qU'antita- par eanue ... tives et qualitatives, SOllt de"~ formes ne'cess"'- . P l P d M'd de la transmission à la descendance de groupes· res d'un seul et même mouvem~e nt. ~. rofesseur à Il acnllé e c ecine d e carc tèr es« 1l·e's D que pour l'étl J(1 e d e 1e ur Darwin admettait également des erreurs dans développement disjoint, relativement discret, dans LES nazis dévcloppèt'('nt les th èses ra- et l'oeuf. » Ainsi, dès la fécondation de riations produites par le milieu n e sonL pas conditions ambianLes, pour lui inhabiLuel- rieur d'une espèce pour juslifier les exLer- la descendance. Pour la première fois dans l'hisl'interprétation de l'hérédité (théorie erronée de cisLes dans le dOIlIJle but de démon- l 'oe-uf qui lui donne nai ssance, j'individu transmi ssibles et que les caractères acquis les, qu'il est susceptible de transm eLtre. En minations des races dites . inférieures, Lys- toire de la biologie apparait la possibilité d'inla pan-génèse). trer la sup'ériol'ilé ùes Allemands ti rn t de ses parents un certain nombre de n e sont pas héréditaires. un mot: senIto nie cette concurrence interspéeifique tervenir par les méthodes de la physiologie et Darwin a tenté quelques essais erronés d'ap- (race des seigneurs) ct de justiJïer caracLères porLés par les chromosomes, ca- Les génléticiens traditionnels ne peuvent I( L"hét'édiVé est l'effet de la concentra- dans la nature et d.énonce violemment le de la biochimie dans le processus du développlication des lois biologiques de la lutte pOur j'extermination des races· dites CI asociales rncLères que ses descendants posséderont opposer aux racistes que l'abus fallacieux tion des influences des conditions du mi- danger de cetLe conception qui est souvent pement embryonnaire, daM le processus des l'existence aux manifestations sociales. Darwin et anarchiques » (ju ives et tziga nes) Cl la il leur tour. Le caractères mend:éliens s011t qu'i ls font de la notion de race. En effet, lieu amhiant, assimilées par les organismes mise en avant avec des arrière-pensées po- transformations qui se produisent dans les emn'a jamais sc développer la question de la cause stérilisation des popu lations non assimila- cn ral1porL 1!..vec des particules mal:érielles pour eux, il n'exisLe pas de races pures dans une série de générations préclêden- liliques. bryons. des transformation~ individuelles, etc. bles par le Grand H.cieh (polona.i sc, [J'an- disposées au long des chromosomes du 111lmnines, au sens biologique du mot. A tes. Il (1). Les hitlériens ont trouvé, d.ans la génlé- Les imperfections c1e la théorie de Darwin, çaise, belge, etc. ). n oyau auxquelles fut donné le nom de l'exception des jumea~x, il ne peut y avoir Lyssenko souligne le rôle important des !lique traditionnelle, des argumeni,s pour 1 Toutd ·celah r~l~d possibdle uI,n tbravap ~ni. coruqui s'expliquent d'une part par l'état de la scien- Pour imposer leur doctrine, les hiLJiériens I!(.\nes. Le lot de gènes ·qu'un l'llre vivant re- deux individus identJques par leur · géno- conditions de vie, de nourriture et d'entre- riépandre leur ·doctrine raciste, conserva- p exe u p yslO 0!5'ste, e em ryo oglste, dl i ce all milieu du XIX· siècle, et, d'autre part, un auraient pu se contenter d'invoquer la Bi- Ç.O lt de ses parents caractérise son géno- type. puisque chaque individu est porLeur tien pour la r'éussite des expériences de trice et faseisLe. Il est vrai que les généLi- biochimiste et du biophysicien sur les problèmes certain esprit bourgeois manquant de largesse ble et admettre que touLes les espèces J.ype : 11 ne peuL trunsmettre normalement de 24 paires de chromosomes, donc d'en- métissag.e, moyen radical et rapide pour . ciens classiques considèrent que ces inter- de la transformation des formes vivantes selon la de vue chez Darwin lui-même, sont connues suf- -avaient été créées par Dieu el qu'clles se ;"1 se~ pnfants que les gènrs compris dans viron 16 millions de cellules reproductrices. modifier leS descendnnts d'animaux d'éter- prétations repr'€sentent une falsificaLion de volonté de l'homme, armé par la science. Bsamment de tous ceux qui Ollt étudié le darwi- pel1Jéluent s.:ms modification - tout au ce genotypc. Chaque couple, avec ses 16 millions de sor- minés. Il affirme que: la théorie gén(\liqlle mendlélienne. Il n'en La théorie de Mitchourine, qui représente une nisme et la théorie marxiste léniniste. moins cellAS qui furent sauV:ées par Noé. Qu'objecterons-nous à ceLLe présentation tes d'oeufs et ses 16 millions de sortes de e L'hlérédité des caractères acquis par les est pas moins vrai que celle-ci ne permet nouvelle étape, ~ltl5 élevée, dans le développe- * ON peut affirmer catégoriquement que ni Darwin lui-même, ni le meilleur commentateur et popularisatenr du darwinisme, K. Timiriazcv, n'ont jamais affirmé que la lutte dans le sein des espèces constituât la pierre angulaire de toute la thffirie cie J'évolution. L'importance de la lutte interne des espèces dans l'évolulion est 111liversc llemcnt connue. En effet, c'est et' COll~é]I)('l1ce de la lutte f!U sein ùes espèces qu'a pu se former le vaste .lr- Ils aUl'ûient pu s'appuyer sur les aHirma- du rrolJlèmr racial sous l'angle des lois sprrmatozoi"des, pourrait donner naissance v~g6laux ct les animmlx au cours de leur p-as une explicalion de tous les faiLs connus ment de la science biologique, dcvient de nos Lions ùe Linné qui, 'en 1763, écrivait: classl()1]('s ùe 1'1l!énédité, fixant une fois à Zi).() Irillions de sortes dirrérentps d'oe1lfs développement est possnJle et indisprnsa- aujoUi'd'hui ct crue Jes gJénéLiciens classi- jours la base théorique essentielle et unique de {( Nous compLons auLant d'espèces f"ju'en a pour toules lB patrimoine hérédiLaire de fécondés. ble. » (2). crues sont umen1és eux-mêmes peu à peu à l'activité de l'honlme pour la direction de la crré au début l'ELre infini, » chaque individu? Si Ir) l'énéLique ~lassiC]ue nr. nous permet Avec la n ouvellr gén'é tiql1e sovii:~iquc, l'assouplir, Il est, plus certain eneore que nature vivante par J'intermédiaire de facteurs du Ils pr:6féraient, pour influencer plus pro- Nous pouvons invoqll er le fait que l'as- pas dt' lutter ef.L.·,~ace 'l\l dons Lous les plus de fixisme. plus ùe germen {( inLaris- les Lhèses de Mitchourine el de Lvssenlo milieu, organif"jues et non-organiques, contrôlés fnnrl'émrnt l'opinion . donner li lellr concep- pect cxtéricllf d'un individu n'est pas eom_ dornninrs contre lés raclstes, par conLre, sable et immortel »), L'êLre vivanl transmet, permetten t une réfulation simple et cal'é- par l'homme. . lion unr llû~e soi-rlisunt scirnlilique. Ils pIètement eL immuablement défini par srs j"'érolr miLrllourienne nous apjlorle un cer- dans oertai'nes conditions, les caraclères gorique de la ùoctrinr racisLe émise par les C'est un tournru1t décisif qui marque le début s'(lppuyi'l'l'nt SUI' les Jois rIe 1\1rntlel et sur I!l'nes, qu'il peut varier sous l 'action du tain nombre d'arguments. qu'il a acquis sous l'influence du milipu, nazis, de l'épanouissement de toutes les sciences biQlodla tJtn,. li oln' émli sf' pM, 1 \\'f'issmannt, de n 1ilS5, milieu, qll'il fnuL distin ,~uf'l', à cô~é fin gé- Lyssenlo nous apprrehn d que. dans cerLal- Nous ne sommes pltls enfermés par no~ (1) Rapport de Lyssenko, Europe, octobre 194&, giques, le début de l'accélération salls précédent e ml ('pC't1( anet' uU p-el'mrn e . u soma notype, le phénotype. Mais, à cela, les Ta- nes c.irconst.arrees, . érédit'é peut être adversaires 'dans un C'prcle vicieux. page 59. de leur développement sur la voie du progrès qui prut se réSllmf'1' par le schéma sui- cIstes r~épon(lrnt, en g'appuyant sur les 6briml(lc, puis consolld6e sur rie nouvelles De plus, alors qUi' la doctrine nazie s'ap- (2) Rapport de Lyssenko, Europe, ootobre-194.S, dans le courant uni de la biologie matériaTiste vant : Il lL'oeuf produit à la fois la poule thèses de la gl~nétique classÎ]lIe, que les va- bases. L'êLl'e vivant assimile de nouvelles pule sur l'in~y.itabilit6 lÇIe la lutte à. l'i.nt.é- page 39. mitcllOurinienne. " OROI,T ET LIBERTE _______________ 15 Déc_II ... 1'.1. - ... 11-" POUR LA PA 1 X Parce que les peuples veulent vivre libres ..• l' ET LA LIB E RT E _ po;R:s~~sinat de Franco et ses amis fantômes", on risque la peine de mort en Grèce: Pour la quatrième fois, le Gouvernement républicain espagnol en exil vient de s'adresser aux Nations Unies : rappelant la résolution prise à Lake Success en 1946 et recommandant « l'exclusion du Général Franco de tous les organismes internationaux, .. ,et la rupture des relations diplomatiques avec Madrid », il a demandé aux S8 Nations assemblées à Chaillot ce qu'elles comptaient faire pour traduire. leurs promesses en actes. il vient d'être libéré sUI'; ordre du Gouvemement~ Aussitôt, il a créé UH, « M O'Uvement anticommuniste et raciste .. avec lequel le Che 1 dt, l/J police a déclaré qu'il se-rait heureux de ({ cull"", borer Il. C'est le moinl qu'on fruisse dire ... De mémoire de républicain, nul n'avait assisté, depuis bien des années, à un congrès populaire aussi puissant, aussi enthousiaste et résolu que les Assis,es Yves FARCt nationales pour la Paix et la Liberté qui se sont tenues ébU Parc des Exposi..; tions les 27 et 28 novembre. Provenant de tous les départements, de toutes les couches sociales, des milieux politiques et confessionnels les plus divers, des milliers et des milliers de délégués élus se retrouvaient à l'appel des Combattants de la Liberté pour affirmer clairement, massivement, leur volonté de défendre et d'élargir les libertés républicaines, de ne pas laisser diviser et humilier la Résistance et de passer à l'offensive sur tous les fronts de la Paix en démasquant les fùturs profiteurs de nouveaux massacres d'abord, et en refusant, ensuite, collectivement et solennellement, de redevenir la matière première vivante des champs de bataille dans un conflit contre les peuples qui se sont libérés du pouvoir des banquiers. C'est la première fois sans doute qu'une position aussi lourde de conséquences est prise à titre d'avertissement par des hommes et des femmes organisés et qui savent ce que c'est que de se · battre, mais qui ne veulent pas, voyant monter une certaine ' guerre, que l'on surprenne leur confiance dans le brouillard d'un véritable préfascisme. C'est pourquoi se trouvent logiquement liées la lutte pour la liberté et la lutte pour la paix. Car pour assassiner la seconde, il faut cambrioler la première. . R. M. L'Abbé BOULIER Voici la déclaration que Me Charles Lederman, président de l'U.J. R. E., a déposée sur le bureau des Assises dè la Liberté et de la Paix: J'interviens ici au nom de l' « Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide ». née dès les premiers jours de ,'occul,ation pour la lutte contre l'hitlérisme et qui a contribué, par le combat de ses militants au côté de tous les Résistants, à la Libération de la France. L'U.J,R.E. a tenu à prendre place, dès l'appel lancé par les « Combattants de la Liberté », parmi tous ceux qui ont eu à coeur d'organiser ces magnifiques assises.. . Représentant unI: fraction de la p()pulation française qui a souf. · fert de I~ guerre et de l'occupation, en tant que Français aU même titre que tous les Français, et en tant que Juifs en raison de l'ignoble persécution raciale dont les Juifs ont été les victimes nous ne pouvons rester indifférents à la politique qui consiste il reconstruire, par priorité, une Allemallne qui, aux mains des nazis encore à leur poste de direction, constitue la menai:e la plus grave et la plus certaine contre la Paix et la Liberté. - Les grâces successives accordées par. les Anglo-Saxons aux! tortionnaires patentés des camps d'extermination, les verdids - d'acquittement rendus en France en faveur des tenants de la colla. boration et du racisme coïncident natureUem~Dt avec une recrudes- · cence de l'activité des traitres et des menées antisémites. Nou! croyons nécessaire d'attirer l'attention des assises sur les propagandistes du pogrome parce que nous savons: par expé- · rience, que les pogromes contre les Juifs ne font que prél'a~ - d'autres pogromes contre tous les hommes libres et finalement · l'assassinat de la Liberté elle-même. Au cours de cette guerre, 6 millions de Juifs ont été exterminés _ dans les conditions les plus horribles et des dizaines de milliers d'autres sont encore enfermés, sous la garde de leurs anciens · geôliers nazis, dans des camps de concentration 'de la bizone angloaméricaine. Aussi, les démocrates du monde entier suivent-ils avec com .. préhension et sympathie la lutte que mènent des centaines de · milliers d'autres Juifs qui subissent, dans le M.oyen Orient, uno guerre qu'ont voulue et préparée les hommes des trusts anglo· américains qui la préparent avec fihre dans les /lutres parties du monde, En CI: jour anniversaire d'une décision de J'O.N.U. qui avait permis d'établir les bases solides d 'une paix stab!e dans le Moyen Orient - bases sapées par les hommes du pétrole anglo-américain avec l'aide des officiers s~érieurs de l'Etat-Major de Hitler ~ tous les démocrates savent que le respect de la décision du partage de la Palestine en deux Etats indépendants, JuH et Arabe, est.le seul moyen de déjouer toutes les intrigues impérialistes dans cette parti.e du monde et d'y assurer une paix stable. . Nous avons perdu trop d'hommes, de femmes et d'enfants; Nous avons versé trop de larmes ct trop de sang: Nous sommes trop avides de reconstruire ; les Juifs, partie intégrante de la communauté française, conscients du fait que leur existence est liée à la victoire de la démocratie en France et dans le monde, avec tous les hommes libres du monde, avec tous les Français gagneront la bataille de la PAIX et de la LlBEIUE, U. S. A •. A, Kollas a été fusillé pour avoir « assassiné une femme inconnue à une date inconnue dans U11 endroit inconnu Il, - 1. ' Veinoglou a été fusillé pour avoir assassiné un certain Dimitracopoulos, mais ce derniv' 1', averti trop tard, s'est présenté à la police le lendemain de l'exécution/ il n'avait ja,mais ,subi le moindre attentat, Sous la pression de la majorité, le Président de l'Assemblée n'a pas donné suite à cette demande. C'est que, depuis deux ans, les choses sont· allées "ite : aujourd'hui, parlementaires et généraux américains se relaie:lt à Madrid ; et il n'est pas sans intérêts ' de signaler que le député Paul Schader, après avoir déclaré à Berlin: « Il n'y a rien de tel que la bombe atomique pour en finir avec les Russes », a pris aussitôt r avion pour l'Espagne afin de « rendre vi3ite » au Caudillo. - Un meurtre sans importance : c'est ce que pense la police américc# ne puisqu'elle il abandonné l'enquête OHverte à la suite de l'attentat dont tut victime il y a deux mois Robert Thompson, PrésidNlt d. Parti Communiste \ deI Etats-Unis, très grièvement blessé cependant. Par ailleurs, on vient ie libérer un certain R. J ~ Burke qui, il y a quelques jours, ava,it tertté d'assassiner la pt't;tll fille Thompson; n'avaitil pas déclaré qu' « jl fallait exterminer told les communistes et leU,., enfants Il ? Malheureusement, il n'est pire sourd ... 621 condamnés à mort, délv'nus dans l'île d'Egine, om commencé le 16 novllmbre, une gr~ve de la faim dans l'espoir de « se taire el/tendre de l'oPinion mor.diale li. AFRIQUE DU SUD - Tant qu' il y il de la vie, il y a de l'espoir 1 _ C'est en tout cas ce que doit penser Ruprecht Leibrand qui, débarqué d'un sous-marin allemand, pour organiser lm réseau d' {spio1tnage, fut arr été et con, damné à mort en 1941. Sa peine ayant été commuét' {tri celle des tra,vaux forcés à perPétuité, Les sept membres de la Commission Militaire de la Chambre des Représentants, venus « effectuer en Europe une enquête stratégique » {sic} sont rentrés à Washington. Et l'honorable Dewey Short, Président de cette Commission, a traduit le sentiment de ~ non moins honorables collègues en déclarant

« L'Espagne de Franco aurait dû depUls

longtemps faire partie de l'O.N.U. Elle lutte con~ tre le communisme depuis bien plus longtem~ oue n'importe quel autre pays. C' est notre meilleure alliée en Europe, » Et l'un de ses 'collègues n'hésitait pas à surenchérir

( Le Caudillo peut être considéré comme

un précurseur et comme notre maître ! » COREE DU SUD - Au « Pays des ma,.. tins calmes " : 50 officiers et iolda,ts qui participèrertt au sou lè'Ve~ merlt démocratiqut, d' 00- tOQre ont été fusillés. à Seoul. La Semaine Internationale pour l'Espagne républicaine, qui V:l s'ouvrir bientôt. donnera à réfléchir au monsieur qui ose faire une telle profession de foi. LE CONSEIL NATIONAL DE L'U. G. E. V. R. E. Le Conseif National de l'U. C. E, V. R. E. (Union fédérale des Croupements des ,En"ag-és volontaires et Jljésistants étrangers) s'est réuni à Lyon. Après un rapport analysant tous les aspects de l'activité de l'U. C. E. V. R. E., particulièrement en ce qui concerne l'action pour la Paix. la lutte contre la xénophobie et l'antisémitisme, la défense des droits des Combattants étrangers, le problème de l'union de tous les Engagés volontaires et R-ésistants des deux générations du Feu, le Conseil national a déci"'é à l'unanimité de convoquer le Con"rès National de ru. C. E. V. R. E., les l or, l et 3 avril 1949, 'sous le si "ne de l'Union et de la Paix. Ce Con"rès établira les cond'itions qui ' pe'rmettront de réali5er l'union totale de tous les combattants étrangers et de "rouper des forces suHisantes pour oeuvrer contre la xénophobie et pOlir faire droit aux rewendicàtions lé"itimes des Enga"és Volontai,es et Résistants étrangers. A la dôture du Conseil National, des personnalités éminentes d. la ville de Lyon, des rep.ésentants de hautes autorités de divers Mouvements des . ministères sont venus affirmer leur sy",pathie et promettre leur soutien à la cause des combattants étrangers. M. Varenne, au nom du ministère . des Ancie.ns C_battants et de 'a Préfecture du Rhône. a aHirmé sa iolidarité complète avec les voeux exprimés par le Conseil National de l'U. C. E. V. R. E. et la nécessité d'oeuvrer pour le respect de la dignité hu",aine. Tour à tour, M. Basset, maire adjoint de Lyon, M. Arnion, au n_ du ministère de la S3"le P"blique, M, Ch appuis, secrétaire géltléral de la Ligue des Droits de l'Hamme, l'amiral Muselie" MO Fauconnet, M. Ciraud, vice-président de l'U. F. A. C., M. Rivoire, au nom des F. F. 1., F. T. P ' F., ont pris 'a parole pour exprime', leur sympathie aux Com'battants étrangers, ,appeler leurs mérites e~ se solidariser avec "action qu'ill mènent. Une gerbe de Heurs a été déposée au monument de la Résistance ; après la sonnerie aux Mort', Je colonel Pasteur a pris la parole pour remercie, les Combattallti étr.ngers des services qu'ils ont rendus à la France. Appel du moutement des" tadets" La Direction du Mouvement des Cadets auprès de l'U .J.R.E. élargie aux tT!oniteurs et représentants des groupes, réunis en assemblée générale le lundi 6 décembre 1948, 14, rue de Paradis, constate avec inquiétude : 1 ° Que quatre arvlées après la libération de la France et l' 'ibolition des lois raciales, l'antisémitisme reparaît sous forll1e de tracts, d'articles dans les journaux .. etc ... 2° Que les collaborateurs dénonciateurs de Juifs et traîtres li la Pottrie sont l'objet d'une clémence inadmissible et peuvent librement reprendre leurs a.nciennes activités ; 3° Que contrairement aux décisions de PotsdatT! et Yalta ayant . trait à la dénazification de l'Allemagne, les gouvernemènts ;w-;glo- américains remettent en fonction les anciens nazis et libèrent les criminels de guerre telle la « Chienne de Buche..,wald » lise Koch. 4° Que les gros magnats des fours crématoires et des canons de la Ruhr qui ont outillé la mach~ ne guerrière de l'Allemagne nazie et permis ai nsi l'anéantissement d'une partie de l'Humanité viennent de se voir redonner les industries de la Ruhr. 5° Que quatre années à peine après la destructio.n de l'hit!éri sme et la victoire sur le fascisme, on reconstitue la puissance guerfière de l'Ailemagoe en vue d'une nouvelle guerre dirigée contre l'Union Soviétique et les démocraties populaires. 6° Qu'une année à peirÏ1 après la constitution de l'Etat d'Israël des hommes avides de profits, veulent transformer cet Etat en base de départ d'une nouvelle guerre et en champ de batai!le. Le Mouvement des Cadets sûr d'interpréter les sentiments de toute rq jeunesse juive de France qui a connu les horreurs de la déportation, de l'extermination, qui a payé un lourd tribut et versé généreusement son sang dans la lutte antifasciste pour la liberté des hommeS' s'indigne devant les préparatifs d'une nouvelle guerre encore plus horrible que la précéderile. Non, nous ne voulons plus voir d'enfants de fusillés et dép()(tés ! Non, 110US ne voulons plus voir nos maisons et nos fammes en ruines! Non, nous ne voulons plus voir l'antisémitisme et la guerre! Le Mouvement des Cadets invite toutes les organisations de la jeu.nesse juive à participer à la ca.,férence qui aura pour objet d'examiner le moyen d'apporter la contribution des Juifs à la défense de la Paix, pour la sécurité de notre .existence et l'indépendance d'israël. RESOLUTION (Extraits) Le Canseil National de l'U. G. E. V. R. E., réuni les 27 et 28 novembre 1948 à Lyon, après avoir e..,t_ du le rapport moral, financier et de propagande, ratifie l'activité de l'U. G. E. V. R. E. et exprime sa confian": ce au Comité directeur. Consciet1ts de la gravité de l'heure, les Engagés Volontaires et Résistants .Etra.ngers appellent tous ,les combattants à' s'unir pour défendre la paiK, le bien le plus précieux de tous It!Ii hommes. Face à ta recrude$Cence des caenpa'gnes xénophobes et antisémites, l'U. G. E. V. R. E. dénonce le danger de ceos campagnes qui ne visent qu'à creuse~ un fossé E!iltre Français et Etrangers et sont contraires awC intérêts de la nation française et à son ret10ffi à l'étranger. Les Engagés Volontaires et Résistants Etra.ngers fant la proposition de convoquer le Congrès National de l'U. G. E. V. R. E., les 1, 2 et 3 avril . 1949 à Paris, suivi d'une journée internaNonale, en vue de l'élargissement et du renforcement de l'union au sein de l'U . G. E. V. R. E. Le Congrès aura comme but : 1° de faire l'Union pour la PaiK : 2° de ,faire connaître à l'opinion publique française l'apport des Anciens E"gagés Volontaires et Résistants Etrangers pour la défense et la libération de la France ; 3° d'établir oUn règlement fntérieur de l'U . G. E. V. R. E. Le Conseil National fait confiance au Comité directeur pour l'établissetT! ent de l'ordre du jour du Congrès. 4" En vue du renforcen".ent de I"U. G. E. V. R. E., le Conseil nation:.! propose de réaliser immédiatement les décisions antérieures concernant la création de Comités Régionaux et Départementaux de l'U. G. E. V. R. E, en liaison avec l'U. F. A. C. 5° Le Conseil national décide la réédition 'du journal « La Voix du Volontaire », organe de l'U . G. E. V. R. E. et fixe la date du prochain numéro au lor janvier 1949. La Section de l'U J. R E. de StQUeJ1tin adresse ses 'condoléances les plus vives à M. Jacques Margules, membre de notee section, à l'occasion de la perte cruel1e qu'il vient vient d'éprouver en la personne de sa fMlme, Mme Golda Margules. La Section de l'U. J. R. E. de Saint-Quentin. La Section* de Gargan-Pa;... villon.s de l'U.J .R.E. adresse ses chaleureuses félicitations à notre ami Benzimra, membre du Comité, ainsi qu'à son fils qui vient de passer brillamment sa Licence en Droit. A cette occasion, M. Benzimra a fait don de la somme de mille francs en faveur de noe enfants. . 15'Décembre 1948. - NO 18~86---------------- DROIT ET LIBERTE F - Èë_ ~~ - •• . , ~ •~• • HARO sur FOUGERON ! L~~!; __ .~~!~l:~~.Charles] n::::::::::::::::::::::'::'-::::"'-LE::::T:Ht:AT:R:E:::::::::::::::::'::::::::::::::"'1 !! i · .• ou défense de réclamer la PAIX ~~ par Roger MARIA ! Il Il "II, A' DIE SD~GIE i L E peintre André Fougeron a fait une affiche où l'on J)€ut voir une petite fille, mollets bien ronds, bras potelés, cheveux dorés, coiffée d'un noeud et encadrant un visage convulsé 'par l'effroi. Car la petite fille est plaquée contre le sol, c'est la guerre, des maisons flamboient à l'arrière-plan et des bombes atomiques préCipitées du ciel vont, l'instant d'après, transformer ce paysage san. glant en une poussière d'apocaIIYPse. · On peut aimer ou ne pas aimer la peinture d'André Fougeron. Mais nul ne saurait résister à l'impression saisissante que donne cette af- · fiche et marchander son admir,ation à celUi qui l'a réalisée. Ajoutons que Fougeron a cru bon d'écrire quelques légendes sur son dessin. On lit au-dessus: La destruction de la France p(l,r l'alliance avec l'Allemagne. La guerre contre l'U.R.S.S. VOilà ce qu'on nous prépare; et audessous: Ccmtre çà, Union et Action; il faut sauver la Paix. ' . Voilà, dira-t-on, une oeuvre de grand mérite. · Elle ne fait pas que montrer les horreurs de la guerre, elle appelle à sauver la paix, elle ne se contente pas d'étaler le mal à nu, elle indique la voie du salut. Oui, mais sur ordre du ministre de l'Iritérieur, l'affiche a été lacérée partout où elle avait été posée, et Fougeron se tro'llve J)9ursuivi pour atteinte au moral de la nation et de l'armée. C 'EST une affaire qui va loin. II y a d'abord en jeu la liberté de l'artiste. Sans doute, il est arrivé plus d'une fois dans 'notre histoire Qu'un artiste ait été traité comme l'est aujourd'hui FClIUgeron. Les gouvernements qui en usaient ainsi ne comptaient pas, faut-il le dire, parmi les plus libéraux. Ils étaient même franchen€nt réactionnaires. L'illustre Daumier fut condamr.é à cinq ans de prison pour une histoire d'affiches également « subversives ». C'était sous le règne de LouisPhilippe. Il y a plus de cent ans. Ce rappel n'est pas à l'honneur de notre 'gouvernement actuel. _ Il y aurait il est vrai, des exemples plus récents. L'Italie fasciste et l'Allemagne nazie en fourniraient un bon nombre. Car il faut dire les cho&es franchement : un pays où l'on inrerdit la liberté d'expre~sion est dans une passe dangereuse. « L'affaire Fougeron » est bien loin d'être une affaire personnelle. Elle intéresse tous ceux qui veulent que la France reste un pays libre, et pl1-rticulièrement les intellectuels qUi se montrent toujours très inquiets de leur propre liberté - de quoi l'on ne saurait les blâmer - mais souvent sans donner à ce mot un contenu réel. AinSi, le procès fait à Fo~geron éclaire d'une manière assez crue le fameux débat qui depuis 'des mois partage les critiques de peinture: les uns soutenant la peinture « figurative , les autres la peinture « abstraite ~, ceux-cireprochant à ceux-là d'être « asservis ~ aux réalités du monde extérieur, tandts qu'eux-mêmes se raIent affranchis de. telles contingences. Or,

C'est pour avoir représenté si franchement cer,;'

taines de ces réalités oue le peintre Fougeron est aujourd'hui passible de prisGn. Comme qUoi la simple fidélité au réel se révèle plus gênante que toutes les libertés « abstraites ~. I L faut précisément en venir au sujet de l'affiche incriminée. C'est une protestation contre la guerre. Nos gouvernants trouveraient- ils, comme Nietzsche, que la guerre vaut mieux Que la paix, et la paix courte mieux que la longue? Cela parait inconcevable. Le texte précise, il est vrai, Que cette .,guerre future viendrait de l'Amérique, les «atomic bombs» en font foi. Faut-il comprendre alors que POur nos gouvernants la guerre ne semit pas condamnable, si elle &.vait cette origine? Comme on voit, l'affaire Fougeron ne laisse pas d'être troublante. Si le peintre était condamné, on ne peut prévoir quelles suites aurait ce précédent. Par bonheur, l'immense majorité des intellectuels de ce pays entend bien S'y opposer. D'ailleurs, l'amour de la naix est un sentiment trop répandu pour qu'on l'étouffe à coup d'interdits. Les déléguées du Congrès de BUdapest. qui représentaÎ\nt 80 millions de femmes dans le monde. viennent de lancer, elles aussi, un vibrant appel à la défense de la paix. La clique des boute-feux n'y Changera ~Q . g (d'Albert Camus). :: iS g Si Si II H i5 Il 55 !1 :: g il i !: !! 5! il ,:i 5l

i5a ::

~ 1 Il :: :: ::

5

!I ii Il li 55 il Il g 5: !! ai L E décor! Une réussite architecturale. C'est la seule chOse qui soit construite dans la pièce. L'écrin est soigné, . mais les bijoux sont en toc. Bric-à-brac de vieux symboles que l'on a tenté de rajeunir avec un coup de peinture à l'eau de Vichy; ici et là quelques touches de minium, car la mode est au rouge. Ce faux aigle shakespearien qui se pare des plumes du canard enchaîné, il est difficile d'oublier qu'il a déjà beaucoup servi. Dès les premières scènes, on se trouve devant les manifestations bien connues de la simili-profondeur

de l'accessoire à longueur de réplique, de l'intelligence

au kilo, de l'étouffant au robinet. L'art de roser de travers le.; problèmes les plus simples, l'amalgame des thèmes criti· ques les plus usés de l'"anarchisme : haro sur la bureaucratie, sur la discipline élémentaire, sur la démocratie, sur la société, sUlr toute soci~té. Pourquoi s'arrêter en Chel}lin ? Belle présentation des élans sans suite, de la liberté désossée, de la libération acquise par le vent du large, etc. Il y a du mouvement dans cette pièce. Les personnage'} parlent bien (trop) et marchent beaucoup. Nous pas ! Lorsque vous voyez apparaître sur une scène ce pantin conventionnel qu'est l'ivrogne de service, regorgeant de paradoxes gratuits (Pierre B~asseur, grand comédien dans ce très mauvais rôle), vous êtes sûr de vous trouver devant une supercherie PICASSO en Prowence n ii [CD) ~j EUX émissions actuelles ii de la Radio ont le tort 55 de passer simultané- •• .5: ment sur ses antennes. En effet, si l'on veut profiter de i5 toutes les rubriques de l'émis- H sion «Chang·ement de Dé- cor », présentée avec un peu ai trop de « gentillesse »: par H - Jean-Louis Barrault et Maria Casarès f:'d~:~nCharles 4 décembre 2009 à 11:17 (UTC)i~O ~. ~~i fu;s~: n et une dérobade. Pour ne pas entrer dans la vie, que l'auteur Chaine Parislenne (réseau !~ est imruissant à faire palpiter "Sous vos yeux et dans VOl Ferrié), on doit se priver du i:·:~.l:. coeurs, il en est réduit à se rabatt·re sur quelque déclassé plaisir d'entendre Mme Co- dépourvu de substance humaine qu'il anime à plaisir avec de! sleat tveo éixg rtéennedrr ese se ts oruovcaeinlilersu sdee, p' laisanteries sociales et une philosophie dé quatre sous; Sur la Chaine NatIonale (ré-:::.:1. :. il:::: Ce n 'est pas tout. Camus a complété SOIJ catalogue avec seau Branly) - et quand je quel']ues images bien connues: la pure jeune fille ~ qu'aura parle de deux émis~ions, je ben ùu malheur ~ (Maria Casarès) , le généreux jeune homme devrais dire trois, car les sou- marqué par la fatalité (spécialité Jean-Louis Barrault, _ venirs de ,Colette Qui débu- .:!~:' qui mérite pourtant, une fois de plus, des éloges), le gouvertent à 21 heures, sont précé- neur qui fait don de sa personne, rr3.is pas de sa peau, et sdaénets, di'nutnit uMléa g«a zSinéel ecintitoénre s»-, puis le peuple, un peu[le poétisé, que diable ! car l'aut. re, qui paR~e en revue toutes les le vrai, celui qui souffre et qui chante, qui lutte et qui tranouveautés de la semaine H vaille, avec une authentique carte syndicale dalls,. la poche, dans 1" domaine du cinéma, H le peuple tel qu 'il vit à. Saint-Ouen et 3 . Firminy, il n'inté- D EUX expositions nous ont montré quel'Ie a été l'influence de la Pro- du tr.6 t\f;re et de la littéra- èS Tesse un certain public et la pl'upart dp~ anteHe" qu'à doee vence sur l'inspiration et sur les oeuvres de Picasso. Toutes deux ture, "vec interview de vê- i;.. homeopathique et sous l 'aspect d 'une silhouette st Y lisée. nous ·révèlent une personnalité à la fois neuve et familière. dette:; ct d€ personnalités. i: Quant au personnage central : la Peste .(Pierre Bertin), il C'est" toujours 'cette même ingé- des femmes, ou des animaux, il s'est Dil ms-nous que la mariée H incarne un singulier mélange de l'occupant (qui surgit s:ms . nuité tourmentée; mais si elle reste plu à outrer ses teintes pour les in- est trop belle ? Non, car il i! guerre, d'ailleurs, sans explication), de tout pouvoir politique encore distante dans les loi~s, elle dividualiser de façon plus marquante. est. hélas, des jours où nous l5 (à tout hasard) et (pourquoi pas ?) de la reste. devient plus directe, plus perceptible Faut-il voir dans Ce nouveau Pi- n'avons pas « L'Embarras du il Si bien que la grande pièce sur l'occupation aura été faite 1 1 1 " dans les Poteries, car selon le mot ré- casso à la fois rêveur et pratique, Choi , ~ quoi qu'en disent Gi- h par un écrivain américain qui ne l'a pas subie : c'est Nuits oent d'un jour.naliste, tout le monde une réaction champêtre contre un sèle ikIyer et Ned Rival dans H 1/oires, de John Steinbeck. Camus, lui, aura produit l'oeuvre 1 .ne s'arrête pas devant une peinture déploiement de nuances passives? leur chronique quotidienne. i.e. l:.t plus ennuyeuse et la plus irritante de l'année. mais chacun sait à' quoi sert une as- L P Il d . . sietl'e, un p1a t ou une cruc h e. Et ibe· n à a u.n~e veinnscpeir aat-iot-ne pel us o.n'1naeïv en aeltu apnicues r~~ _l Charles 4 décembre 2009 à 11:17 (UTC)D~A~M~E~A~L~'~E~C~OCharlesE~.~ :~~,. ~_-_~ .-..~••- _~ -~-~-~_~_Charles__Charles._~__~_. ~..~ __~__~ ••_.~.•_ _~__~__~• •_..~•_.•~• __ _•• _ _•• ~_____~• •' •~• _~_~~ _ Charles 4 décembre 2009 à 11:17 (UTC)._ que certains affirment que c'est une intime, plus indiscrète aussi à l'égard JEU N E .S consolation pour sceptiques que de de l'artiste? Cette influence reflète UN LIVRE · voir chez Picasso u.n potier ingé- des pensées profondes Qui ne pou- dl' , h E d 505 A RT 15 TES nieux, au lieu que de lui reconnaître l'aient s-e montrer dans des teintes e ecrivain ' ongrois n re un nouvel aspect de son génie, il heurtées, mais rendues seulement, n'en reste pas moins que cet artisan par ces plats aux dessins gris sur fond SUR L'A N T 1 S É MIT 1 S M E provençal nouvellement révélé tou- blanc, frappants de simplicité, par ses c/1Era bien davantage ·Ie public. Si bronzes (je pense à l'Homme au le pei,ntre a subi dans le domaine Mouton) « émouvants de laideur» ? stricte~nt . pictural l'influence mé- C'est cette harmonie très vivante de 1a.'1colique du village de Menerbes, il la pâte luisante de couleurs et du semble que ses idées soient voi- dessin, tantôt rudimentaire, tantôt sines puisque nous retrouvons sur la achevé, qui fera le mieux comprendre faïence, les hibous, les faunes, et les aux amateurs qui se pressent devant bergers de ses ·toiles. les vitrines, l'enseignement que PiMa: is partout, que ce s.oit pour casso a tiré de son séjour en Pro- ' sculpter des alrmérits 'au fond d'un. , vence. plat, ou pou. €voquer des gardians, . René PiNHAS. Le Livre de M. Endre Sos: « Fascisme et antisémitisme en Europe », publié à Budapest aux Editions de « Magyar T éka », est une arme contre l'antiséIT'.itisme. L'un des chapitres les plus intéressants, intitulé : « L'itinéraire de l'antisémitisme » est un véritable précis d'histoire de l'antisémitisme européen au cours des 25 dernières années. Un autre chapitre traite !lu procès de Nuremberg, u.n troisième des camps de concentration nazis. Dans sa conclusion (( Crime et châtiment » et « Notes sociologiques ») l'auteur, s'efforce de donner une réponse aux nombreuses questions qui se posent à propos du problème juif et exprime sa ferme conviction de voir le socialisme naissant terminer le grand procès millénaire de l'antisémitisme. L 'UNION des Etudiants Juifs de France, 6, rue Lalaflde, aura iieu le ve~nissage d'une exposition de jeunes peintres, dessinateurs, sculpteurs, parmi lesquels .nous relev.ons les noms de Suzanne Balkanyi, Elsne, Dante, Sinaï, Spitzer, B. Blicher, etc. Un groupe d'artistes israéliens exposera également, entre autres Hanna Ben-Dol', Cécile Reims, Shosha'1i Ahiam. . , , .10 DROIT ET LIBERTE 15 Décembre 1948. La CorT,nlission Centrale de l'Enfance vous parle TARZAN et SUPEB.AN~ Nous préparons une grande, kermesse ennem'I• S des gosses Les difficultés actuelles se répercutent forcément sur nos oeuvres et surtout sur la marche des Foyers d'Enfants, qui nous tiennent tant à coeur etque nous voudrions toujours plus beaux et plus joyeux, parce que nous avons le souci d'assurer à nos gosses tout le nécessaire. AR 1 0 LE, multicolore, B provocant, l'objet de la tentation s'ctale à la de- . vanture du kiosque. Deux anges aux figures sales regardent, muets d'admi.ration., l'hercule au torse couleur de feu et au slip en peau de panthère qui tient dans ses bras une pin. up évanouie dont les splendides cheveux blond paille traînent jusqu'à terre. A l'arrière-plan, un lion montre ses crocs à un nègre armé d'une sagaie. . Vachement bath! Ce n'est que la porte du paradis de papier qui leur est ouvert pour la modeste somme de quinze francs. . Quinze francs et voilà deux gosses - purs, innocents - plongés dans l'empire malsain d'Opera Mundi, dans ce monde de lianes inextricables, d'animaux plus sauvages les uns que les autres, de Noirs idolâtres, où Tarzan est roi. où rien ne résiste à la puissance du Dieu blanc! . Marchandise exportée. Tellement exportée en France que d'excellents dessinateurs français se voient réduits au chÔmage. L 'ENFANT est curieux, avide de tout savoir, de tout connaître. Il s'intéresse au monde. Or, bien sou, vent, il est fastidieux de continuer un livre; bien souvent, un mot arrête le jeune lecteur, le sens d'une phrase lui échappe, l"image qu'un paragraphe lui suggère est embrouillée, confuse. Avec l'illustré, aucune difficulté

l'image est la, nette,

bien définie, qui agit directement. Le texte lui-même, réduit au strict minimum, ri'est qu'un ' acoessoire. Quant au style et à l'orthographe, inutile d'y insister; ce n'est pas avec de telles lectures qu'on devient le premier er. rédaction. Un livre donne à .penser, appelle réflexions et commentaires, peut susciter une fcconde critique. Le mauvais illustré, au contraire, impos.e une manière de voir: c'est une sorte de matière préfabriquée qui n'est pas sans présenter certaines analogies avec cette simili-littérature NE FAITES AUCUN ACHAT avant d'avoir vu les en5emble-s préSentés par L'HARMON'IE CHEZ SOI 221, faubourg St·Antoine. Paris BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS: 12, rue de la Boétie Anjou 15·30 NICE et VICHY Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez Z AJ DEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2e M. : St-Den:s. Réaumur, Sentler Tél. : eUT 78·87 pour adultes en mal de condensation, dont le « Reader's Digest » est le prototype. On sait avec quelle facilité une image violente dans sa simplicité peut se graver dans l'esprit d'un garçon de 10 ou 12 ans qui, au moment voulu, essaiera de s'identifier aux personnages d'une mythologie gangstérotanzanienne, en transposant leurs attitudes et leurs actes. On peut observer un phéno- · mène analogue chez de jeunes spectateur;; qui copient les tics par~ Monique D~I et les trucs d~s vedettes d'Hollywood. De ce point de vue, on a pu dire que telle ou telle star était tirée à plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires aux les autres, la majorité, ne constituent, pour ceux qui les éditent, qu'un double instrument, idéologique et commercial. Car la plupart des grandes personnes qui s'occupent de la presse enfantine, ne se soucient guère des devoirs que l'adulte doit remplir envers l'enfant. Entre tes éducateurs dignes de ce nom et les marchands d'illustrés, il y a la même différence qu'entre les bons professeurs et les marchands de soupe. On mesurera l'importance ùu problème en se rappelant que certaines méthodes de perversion de l'enfance et de la jeunesse ont abouti aux violences de la Hitlerjugend et, par delà', amc: crimes des S. S. Les inquiétants Supermen, ennemis de nos gosses, no sont-ils pas en fait des soldats au service de nouveaux fauteurs de guerre? Encouragés par ' le succès que remporta, l'année dernière, notre kermesse d.u Palais Berlitz - tous nos amis se souviennent de cette belle réalisation où ils visitèrent avec intérêt de nombreux stands - nous avons décidé d'organiser une nouvelle kermesse à l'Hôtel Moderne, place de la République, les 4, 5 et 6 mars 1949. Des articles très 'divers, collectés auprès des industriels et des artisans de Paris ou fabriqués par les enfants de nos Foyers, y seront mis en vente. Travail dans une Maison d·Enfanb. POUf assurer le plein succès de notre vente, nous faisons appel à là générosité de to.us les amis de l'enfance, avec . la certitude qu'ils collecteront Iles objets de toutes sortes pour garnir nos stands. · U.S.A. Bien entendu, les ravag~ de eert~ns magazines som, I~------------------------------------------~ chez nous, bien moins importants; il n'empêche que dans nOll écoles, on peut voir des enfants qui reprennent le langage et le!; gestes des bandits de leurs illustrés ... CE n'est pas ElU prinoïp(, même de l'illustré que nous nous attaquons, mais aux « héros » que beaucoup de magazines donJtent en exemple à: leurs jeunes clients. Vous y chercheriez en vain un type de personnage vraiment noble. Où sont les grands hommes. de l'histoire de France, les héros de la tradition populaire,

Marceau ou Gavroche, leurs

continuateurs du combat antifasciste, Fabien ou Rayman? C'est un Kid-le-Tueur, taillé sur un modèle de Chicago, ou une Mm-fa-Ia-Vamp vous trouverez sa soeur dans une publication pornographique - qui devient l'idéal des jours sans classe, lorsque la forêt vierge et tous ses totems ne détournent pas l'enfa'lt de l'univers réel. Certi!s, il existe de bons ·et honnêtes illustrés qui s'efforcent de développer le goût de l'effort, du. progrès scientifique, du juste comhat dans un sens utile à l'ensemble de la sOCiété. Ils sont malheureusement trop rares; AMERIQUE DU SUD A.MERIQUE DU NORD PALESTINE ., (( 0 CE ANI A )) VOYAGES - TOURISME 4. rue die Castellane Tél. : Anjou 16-33 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 BOULANCERIE-PATISSERIE ~UIVE BERNARD La couverture de notre calendrier est signée Marc CHAGA'LL Mar c Chagall, ses récentes oeuvres en témoignent, a ilouloureusement ressenti les années de l'horreur fas· ciste. Il if' a pu se débarrasser de la vi- Març CHAGALL. sion de ces petits villages juifs en proie aux Uammes, où un peu· pie meurt sous les coups des « bêtes à face humaine ». Mais c'est surtout à la tragédie des enfants assassinés - à ce nouveau massacre des inno. cents - qu'il a été sensible, et qu'il a donné une admirable expression. On a pu dire avec raison que sa création arti.;. tique était comme « .e poème du bonheur perdu des années d'enfance ». Un poème, tout vibrant de souffrance mais aussi d'espoir, qui revit sur la couverture du calendrier 1949, édité par la « Commission Centrale de l'Enfance ». Car le grand artiste a bien voulu peindre une composition au profit de nos Foyers d'E~fants, de Fusillés et de Déportés, ct ce geste, nous en sommes surs, ira droit au coeur de tous nOs amis. llegardez cettê couverture, ce tableau sur le· quel s'ouvrent les mois. . C'est une symphonie, un poème lyrique, comme toujours chez ChagaIl. lléalité et rêve s'y fondent merveiileusement. Sur le fond d'une nuit féérique d'un bleu intense, une lune jaune, un rayon rouge de têtes d'enfants lancant leur chant de foi. Ils abaissent leurs regards' sur le petit vinage qui se cache au fond de la vallée. Le village avec son vieux temple, sa petite église, ses petites maisons vides de parents et d'enfants. ' Il somnole encore dans le silence bleu de la nuit. Mais déjà le coq chante. Dans le jardill s'épanouissent les fleurs. Devant les enfants se lève l"aube rayonnante. Chil ARON. LISEZ chaque semaine attifJ// Le Comité Populat-re du 15" arrt a collecté la somme de 30.000 fr. pour l'aide à Israël. La Vie d'lme famille juioe de Varsooie de 1940 à nos' jours es! relatée dans HEBDOMADAIRE DE L'INDEPENDANCE FRAI!,AISE Ses échos, sa tribune pollUque, ses grandes enquêtes, ses pages littéraires et socia' les, ses nouvelles ... TOUS LES MERCREDIS En l'ente partout ;... 15 [ranes ATTENTION. ! Retenez la date du 23 janvier 1949 Pourquoi? « DROIT ET UBERTE » du 16r Janvier 1949 vous le dira La Société de Secours Mutuel LES AMIS DE PARIS vous invite au qui aura lieu le VENDREDI 24 DÉCEMBRE 1948 de 21 heures à l'aube dans les salons de l'HOTEL MODERNE Place de la République LH rOUie est Ion Due tANG IST DER WEG film parlant polonais, allemarid et yaddisch UN SUCCES actuellement à New-York UN TRIOMPHE à Paris AU SliUDIO PARMENTIER 158, avenue Parm.entier Mètro: Goncourt Tous les jours: 15 h. 15, 21 h. Samedi : 15 h. 15, 20 h. 15, 22 h. 15. Dimanches et fêtes: Permanent de 14 h. à ~4 h. AU POSEUR DE LINOS 12, rUe N .• D.,de·Nazaretl1. Par is-3' avec l'Orchestre du Grand Chef Tél. : TURbigo 94-5'2 Armand SCHMULEVITZ grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Pain de seigle meilleure qualité Toiles cirées. Papiers peints, etc. Patlss~rle de la mellleure sorte Avec le concours des fantaisistes Conditions spécIales pour Lisa SINELLI Fred CLARENCE mariages et banquets. On livre à domICile. Prix modérés TOMBOLA - RADIO-CROCHET - CONCOURS DE DANSES VOILA L'HIVER Mètro : Temple et République BUFFET ~:::::::::4 décembre 2009 à 11:17 (UTC)4 décembre 2009 à 11:17 (UTC)~~ DEMANDES D'EMPLOI" Bonne sténo-dactylo cherche Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant, PARIS.XX· M. : Père-Lachaise. Tél. OBE 12·55 SUCCUr.il le : 117, faub. du Temple, PARIS-X-. Métro : Bellevllle et Goncourt Restaurant C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT VISITER LES NOUVELLES COLLECTIONS DU emploi. Ec:r. au journal. N· 1508 Finisseuse manteaux darnes cherche emploi. Ecr. au journal. N° 1509. CHEZ ALBERT 57, rue Notre-Dam-e.de.Nazareth Métro : Str6Sbourg-Salnt-Derus où vous trouverez toutes les _1_ WILLY spécialités De l'ancienne c!inique popUlaire Visites - Piqüres - ventouses 18, rue Ramponneau - PARIS Métro: BeUevllle. Tél. MEN. 56-17 rOll'maines. polonaises et russe. MADAME BARSCHI CORSETS SUR MESURES 45, rue de Trévise anrronce son téléphone' 1 TAITBOUT 45-36 , t t .- , t t P Dlc.sl"è 19 .... - ". "lI-.CS--------~---- !)Aarr Ir UBERTE ---------------------- Bagatelles[[[Utilisateur:Charles|Charles]] 4 décembre 2009 à 11:17 (UTC) POUR UN .MASSACRE CHOSE à la fois naturelle et Ne regardons pas, non plus, raf- quoi il est possible qu'en 1948 un fort symbolique: le nom de fiche du peintre Fougeron qui pour- Pétain espère jouir des beautés de l' auteur de Bagatelles pour rait nous inspirer quelques réllexions la ate d'Azur. lm massacre revient beau- sur les bienfaits de la bombe ato- Sachons de même, sous l'écorce coup, ces temps-ci, dans des jOur- mique 1 des mots, déceler les sordides inténaux qui sont au service des fau- * rêts. On nous rebat les oreilles d'un · teurs d'un nouveau massacre. Nous vous voyons venir, Mes- curieux lyrisme sur la « civilisation Quoi d'étonnant qu'un traître de sieurs, avec vos gros sabots. occidentale ». comme si les hitlécet acabit ait droit à toute la sol- Est-ce une pure coïncidence que riens n'avaient pas suffisamment licitude de personnages qui font la publication de nouvelles feuilles pratiqué l'escroquerie au vocabulaire bon marché de l'intérêt national? quasi céliniennès, du type « Paroles pour ne pas nous apprendre à déCar le crime du sieur Destouches (anti) françaises JJ, au moment où couvrir le contenu réel des idéoCes jeunes apprennent un ~tier, "a;ais combien d'autres ne le peuvent '1 Af~ p~eul6 p46; co.nfjance:, Simo-ne.,.,., . ...- - par Daniel BESS - qui couvre ses vomissements du nos gouvernants complices n'élèvent logies. pseudonyme littéraire, si l'on ose qu'une protestation platonique con- Hitler prétendait défendre la J'AI reçu une lettre d-e mon amie Simone, que j'ai perdue dd!re, de L.F. C)éline, c'est d'abord· tre la remise de la Ruhr aux capi- « race· supérieure JJ et baptisait de vue depuis quelque temps déjà. Voici un an, Simone avoir injurié a France, d'avoir talistes nazis - aux Krupp qui fa- « agresseurs J) tous ceux qui résisfait siennes les monstrueuses calom- briquèreHt l'acier des Panzerdioi- taient à sa volonté d'expansion. De était UI/le grande fille : 14 ans, pleine d'allant et d'esnies de Mein Kampf sur notre pays sionnen, _ tandis que les magnats même aujourd'hui, c'est le voleur poir ; elle faisait ses études au lycée, et, chaque trimes'" « judéo-négroïde et dégénéré », et de rl.G. Farben, fournisseurs des qui crie au voleur, et l'atomique tre, réalisait de nouveaux progrès, Ses parents déportés; soo aujourd'hui, après Hitler, de s'en- gaz qui brûlèrent des millions d'in- mâcheur de chewing-gum qui pré- foyer anéanti, elle remontait courageusement la pente.· foncer dans l'ignominie anti-fran- nocents dans les calI).ps de la mort, tend défendre le patrimoine qu'il" . Sa lettre d 'aujourd'hui, est çaise, en osant écrire, par exem- sont blanchis sur l'ordre des ap8- mènace lui-même. Sous couleur de cclle d'une jeune fille plus dure, pIe : tres de la nouvelle « Croisade con- défense, on ' conclut des pactes au ca.ractère plus sombre, un peu « La France éternellement hu- tre le Bolchevisme )). d'agression, on hyperkophie les angoissé. maine ... Tu causes' Pas plilssè. Si lise Koch a pu se confection- budgets militaires, on forge de nou- «Je prérare le secrétariat et che, coriace et rancunière. ner, en 1942, des abat-jours en peau velles armes. les' langues : je ne vais plus au Quell1e l m,auoaise foi 'd ' 1 humdaine'Chc'estbeaulssi parce~ que D' OUI - , * lycée, ce que je regr;tte d'ailleurs, I( n y aura pas e reoo u- Ire es am r ain et c.!s a a- surtout pour la 1itterature qui me lion en France. Le Français est dier, il se trouva, dans la période Mais cette fébrilité et les mala- plaisait beaucoup. D trop roublard. C'est le velléitaire d'avant guerre, des F oSlter Dulles dresses qu·' elle entrarne sont signes Ainsi, . les . dures conditions définitif. et des James Forrestall _ oui, les de faiblesse. d'eXistence l'ont con t rai n t f ( Les Français ne se battront mêmes qui s'agitent aujourd'hui sur Mais les peuples, les honnêtes d'abandonner le rêve qu'elle caresplus jamais qu'à cent contre un.» le devant de la scène internationale gens - les principaux intéressés - sait depuis si longtemps: devenir Ces phra~s inqualifiables (et - pour, animés d'une haine zoolo, prennent conscience du danger et sè professeur de français à l'étrand'autres où, en fait de I( beaux gique . contre le pays du socialisme détournent des fausses routes, des ger. - Elle essaye cependant draps )), l'hygiénique auteur ne ca- et le mouvement démocratique, re- troisièmes forces et autres attrape- de s'instruire elle-même. Mais, che pas qu'il les aime plutôt sales lever économiquement la puisSance nigauds, dans lesquels on voudrait écrit-elle, « à la maison, je n'ai et se livre à une apologie de la guerrière du Reich. Les activités les faire tomber. Mais nombreuses pas le temps de faire grand-chocrasse ... ), ont "paru - entourées d'un organisme comme la Banque et multiples sont, ici comme ailleurs, se comme études littéraires, car le d'un battage adéquat - dans un anglo-germano-américaine Schroe- les manifestations de l'immense vo- ménage, la ·cuisine occupent une ,D,1agazine de formule américaine der ou la "Banque n~w-yorkaise Dil- lonré de paix. Il n'y a, pour ~'en grande partie du temps . J). pIe, quand quelque chose me révolte dans la vie matérielle, je me renferme très fort en moimême, . et cela me procure u"ne sorte de consolation. Je trouve la vie bien monotone à Paris; je voudrais voyager tout le temps, je voudrais peindre, écouter la musique symphonique... 1 Plus loin: « Aimes-tu la musique? Moi beaucoup, et j'y trouve un plaisir, j~ pourrais dire amer, car la vie est si laide à côté ! 1 Eh bien non Simeme, le « malheur d'être jeune », 'Ce If système », que tu crois avoir inauguré, n'est pas un moyen de réagir, c'est une lâcheté que de capituler ainsi, et je ne pense pas que tu t'engageras dans cette voie. qui. à la page suivante, publiait d'Il Ion Read and Co, n'éclairent-e1~es convaincre, qu'à regarder autour de Comme pour tant et tant de , VIENS AVEC NOUS ! ' Sacha Guitry. d'un jour cru les dessous de l'his- soi, écouter les gens, discuter avec milliers de jeunes gens et de jeu- Elles constituent maintenant le toire contemporaine? eux. l'les filles, les études sont deve- Tu as connu les maisons d'en. clou d'un livre qui porte la signa- Comment les jeunes Juifs de nues une sorte de privilège que fants, Simone. tu te souviens ture d'un complice de Céline, un * France qui, comme le rappelle jus- seule une minorité peut mener encore de notre chère Villa Ast\y, certain Pa raz (Ces gens-là sont de Nous nous sommes félicités · de tement la récente RÉSOLUTION DES jusqu'au bout. à Aix-les-Bains; tu as vu avec petits malins: Céline se fait réédi- voir des jeunes, qui ne croyaient pas CADETS, ont « connu les hor- Ré-{oltée, Simone ne semble quelle foi nos amis travaillaient 'ter à Paris sous le nom de Paraz, aux périls que nous dénoncions en TeurS de la déporlatiOfJ et de l'ex- cependant pas' avoir trouvé une J.à-bas, pour préparer un avenir et p,araz spécule sur l'attrait de même temps que tous les démocrates termination» et « payé un lourd tri- solution à des difficultés dont elle meilleur . à nos enfants.. Qlle scandale qui s'attache au nom de du pays, protester, avec la même but» ne s'indigneraient-ils pas « de- devrait PollTtant connaître les ve- serait-il advenu de ces enfants, de Céline pour mieux vendre sa came- violence que nous, contre l'acquit- oant les préparatifs d'une gueire ritables causes. toi, si Félîx, Mila, Nelda, Pierlote - les petits copains se rendent tement d'une lise Koch. C'est très encore plus horrible que la précé. La voilà qui « se retranche mo- rette, et co m b i e n d'autrès, de mutuels services). bien. Mais il ne suffit pas de s'in- dente », comment ne se solidari- ralement du monde 11, se replie «s'étaient repliés en u.ne vie mo- Or, le· Gala des Vaches - cal digner, il faut rechercher, pour seraient-ils pas avec le mouvement sur elle-même: ({ Je me suis fai- raIe et intérieure» comme tu dis? ainsi se nomme le dernier-né de agir efficacement, les causes pro- de la Démocratie française pour ne te à une sorte de vie morale et Que serait-il arnve, pendant Céline - s'étale à la devanture fondes de tels scandales, comme il plus revoir les Céline, leurs ( baga- intérieure, ce qui me donne une l'occupation, si les soldats sans d'une librairie qui, avant que les ré- convient aussi de se dem.ander pour- telles» et leurs massacres !à force toute nouvelle ... Par exem- uniformes avaient « écouté de la sistants parisiens n'y aient mis bon musique symphonique» - on mdre, m~gréles « fOEcesdel'o~r---------------------------------------------~~rendoeqoejev~xdirepar dre », faisait la publicité du fas- • là - au lieu de traquer les nazis, ciste Taittinger insultant la Libéra- Il ,a collec.te' p~. ur te .19 tion, en bon ami de von Schaum- ccoomurmagee ,i lsd 'lh'oénrot ïsfmaiet . avec tant de bourg, en bon président du Conseil Crois-tu que l'Etat d'Israël, municipal de Paris sous \' occupa- espoir de milliers de personnes lion. Maman, je sors. La brave remme, qui « sait ce que que l'on appelle pudirJUe,· ent Qu'était-ce que l'antisémitisme de Tu vas encore au CInema, je parie? c'est )), monte sur un escabeau pour «déplacées », aurait vu le jour si Céline vers 1938, à l'heure des Non, je vais coUecter pour le grand bal des Cadets attraper sur un rayon cette be;le boite les combattants de la Hagannah capitulations munichoises? Avant d u 19 (sour'lr ~ approb ateur de mam)an • de biscuits que Jacques avait repér~e Ms'étaienet conlte ntés de peindre le tout, une marchandise étrangère, dès le début. Pour un peu, il sau- ont :lrme, au lieu de prendre une marchandise antipatriotique, Et voilà Jacques parti, plein de confiance, avec une liste terait au cou de la donatrice. I.es armes et de repousser }'invarépandue chez nous par une cin- toute bfanche dans la poche. En classe, défiant la vigilance Encouragé par ce premier succès, sion? quième colonne idéologique qui du prof, il a déjà inscrit · sur un' coin de brouillon quelques il moote maintenant chez Julien, qui . Allons, Simone, je sais bien que préparait la guerre de Hitler contre noms de familles qu'il connaît. écrit tout de suite son nom sur la tu comprendr3s ton erreur et que les Français. liste blanche, et lui indique· quelques tu te retrouveras : sors vite de ta VOI'la' ce qu'l·1 ne faut pas ou- Pas tout à fait ràssuré notre colJec- cm vient à l'objet de sa vÎlSite. d ' « tour d'ivoire JI et viens avec • '·1 . l' 1· d 1 L'é . .• • "-.. a reSEies ou il !Sera reçu à bras oublier aujcurd'hui, lorsqu'on voit le teur, îorsqu l gravIt eeca 1er e 11 plClere reconnalt en luI un verts. nous, aux Cadets, dans les orga- c 1a n d e «( 1'1 n d u1 g ence » à sens uni- première maisoo à visiter ... Il s'ar- client, mais - malchance, quand tu Lorsque, doub;·ement grisé, J-ac- nl·ont· d· .CQ IonS e Jeunes. que - 1·1 S a b so 1v ent 1e s co Il abos rête un ihstant devant une porte GU nous tiens 1 - son bon so.u rire se gues rentre à la maison, sa liste, cou- Là ,rf at enle1 1 emen t um. s, nous p,a r so l'1d a n.t e, de c1a sse, i1 s jettent second, hésite, puilS, risquant le tout change en une moue significative, verte de noms, est un bU'lIetin de 1i l't to ns pour un a"Vem. r me!·1 1 eur, en prison des résistants, des mi- pour Je tout, appuie sur le bouton de Mais au .rai!.. .. i:1 a oublié de dire victoire, pour pouvoir un jour écouter la neurs. des militants ouvriers, par la ... minuterie. Il n'avait pas vu la qu'il y aurait Ufle tombola, un bul- musique symj:honique, peindre, ham· e d u peup1 e - p 1a l· der 1a cause sonnette. C'est UI!le charmante jeUfle let 1 André BOLEN DE·R. voy ager en paI.x ... du, grand pourfendeur de Juifs qui, fllle qui vient lui ouvrir. Il rougit, paraît-il, a perdu 45 kilos dans son comme un col;'égien (qu'il est), enexil de Copenhague... Ire, serre des maüns, bavarde, répond _ Oublions le passé, répètent- courtoisement aux questions. ils, passons \' éponge. Hélas ! La ramme a déja prie des Nous connaissons la rengaine. bilJ:lets pour un autre bal... Mais la Oublions les horreurs de la guer- prochaine rois, c'est promis, ils vienre, passons \' éponge sur les massa- dront tous. Y compris, sans doute, cres 1 Ne nous rappelons pas corn- les COUsilllS et les arrière-petÎlts-i:oubien Je kilos en moyenne perdait un sill6. Bien sûr, bien sûr. déporté à Auschwitz 1 Jacques, déçu, prend congé, mai6 ~ lmp.r. Centr. du CrOIssant ~ 19, r du Croissant. Parls-20 P ROCBUN. imprlmpur • . 1 · 1 ne désespè~e pas. Dans la rue, H avise une boutique, entre, salue de nouveau et de nouveau, mine de rien, TOUS ~~n~rCharles ~a~!n~~ !~ ,,Charles!s~e J!t~~.~ par le Mouvement des Cadets auprès de l'U. J. R. E. SALLE DES f .ETES DE LA MAIRIE DU XIe, pla~e Voltaire - Métro Voltaire Avec l'orchestre JACK SINEL TOMBOLA-SURPRISE. BUFFET. ATTRACTIONS ELECTION DE LA REINE DU BAL CONCOU RS DE DANSES DIMANCHE t9 DECEMBRE DE 14 h. à MINUIT ,.' DROIT LIBERTE --------------.1.$ 1)6c,....rcf ".8. '- ......... ~ ·AUFO~'O JOU pu,·rs LIES ÉTONNEMENTS D·IE LA QUHNZAHNE. • • VIVE ,CÉLINE ! - « Vive Céline, Bon Dieu ! • ,tapissait mon « ami du' ma- I tin » en m'accueiUant ce jour-Ià devant la rame du métro où nous .ommes accoutumés à nous rencontre:" quotil~ennement. Je le regardai un peu étonné : • . Mais qu'e.t~ qui v_ prend? Moi qui vous croyais I..-aélite .••• - Mau' je Je sui. -'- pl'oteàta...til - et c'est bien pourquoi je JD'entraîne à criel' : Vive Céline! - « Vous êtes fou ! • protestai- je. « Depuis trente ans, cet hystérique hurle au pogrome qu'il appel~ de .es' voeux ; avant la guerre, il fut un des fourriers de Hitler en France ; et pendant l'occupation, il se livra à toutes les ignominies que l'cm pouvait attendre de lui. Du reste, s'il n'a pas, depuis, ';té condamné à mort et exécuté, c'est bien .parce qu'il a jugé prudent de s'enfuir au Danemark. Alors, dans ces conditions, je ne comprends pas ce qui vous prend... D - « Que voulez-vous ? Je fais comme tout le monde, je suis le mouvement : C'es'! « France-Dimanche » qui, le JXemier a commencé à faire campagne pour Céline - et même à publier sa prose ! - Après, ce fut l'aul Lévi qui, dans « Les Ecoutes », s'attendrit &ur l'homme dont les livres ont tenté de justifier par avance les fours crém'llo toit'es ! Et l'on dit même qu'UIIl rabbin aurait rendu visite à Céline à Copenhague! Alors, voyezvous, je me meb à la page ; je hurle avec les loups .... Je comprenais mairitenant qu'il plaisantait. D'un humour noir, forcé, désespéré. Je luI de.mandai: « Comprenez-vous quelque chose à l'attitude de ces hommes? - « Pardi! ils démontrent clairement que ' l'antisémitisme n'est qu'une forme de !'oppre ... sion des couches populaires·. Les distingués patrons de « FranceDimanche », le Paul Lévy COS5U, le raffiné rabbin de Copenhague SOnt d'accord avec Céline sur tout, sauf sur certaines formes de l'antisémitisme: celles qui, par aventure, ris·queraient de les atte'n. dre. Je dis bien : certaines formes seulement, car avec Céline ils haïssent les juifs qui ne sont pas issus de la bourgeoisie prétendue de vieille souche, comme on disait sous Pétain. De plus, leurs Întérêts de classe comm·uns sont plus forts· que les « malentendus ~ qui Jes séparent et qu'ils $Ont prêts à aplanir sur le dos de ceux qu'ensemble, avec le même mépris, ils nommént le. « polak,,· ». Que voulez-vous! Quand M. Jules Moch orchestre la propagande ' xénophobe et s'acharne à soutenir les antisémiles de profession, pourquoi voudrie'Z-vous qu'un Pa·ul Lévy, qu'un rabbin et que ces bea~x messieurs de « Fra'llce-Diman- , che ~ ne lui emboîtent pa._ 1& \ pôl5? Pourquoi, en vérité? L'INGENU. Accrochages L A sOOlaine passée, rue Montmartre, une voiture accroche . une moto. Dégâts 'matériels, pas de blessés : banal accident de la circulation. ' , Les badauds se rassemblent, et chacun de commenter à sa manière. Dans le groupe se trol.\ve un israélite qui, lui aussi, donne son lvis. Survient un individu : • Encore ces sales youpins qui riennent nous einm ... ; quand estce qu'on les foutra dehors ? - Exclamations indignées qui . rappellent à l'ordre l'individu, aussi l'antisémite préfère-t-il s'éclipser raç-idement. Un témoin de l'incident, non juif, le rattrapa par la manche .. 'On vous prie de croire que l'insulteur n'en menait pas large. S'il traîne encore chez nous fJ~\I ~ quélques porteurs du virus antisémite, l'immense majorité du peuple de France réagit d'une manière qui ne laisse aucun doute sur la vigueur de son sentiment antiraciste. Plaisir de la déformation ... p LUSIEURS membres de . la famille de M. Paul Levy, directeur de l'hebdomadaire Il Aux Ecoutes ", ont pérI dans les fours crématoires. Bien sûr, les sentiments réactionnaires de M. Paul Levy n' ont pas pu sauver sa famille. Dans leur action antisémite. les hitlériens n'avaient pas l'embarras du choix. Cela n'empêche pas le même M. Paul Levy de devenir le défenseur en chef. de l'antisémite en chef, L. F. Celine. « Je continuerai - écrit-il - à plaider pour Céline qui est l'homme de lettres type, pour qui l'utilisation et même la déformation des thèmes du jour, constitue le plaisir essentiel de l'écrivain. » Ce plaisir de la déformation aboutit chez M. Paul Levy a piétiner le souvenir des millions de victimes du fascisme, les memhres (le sa famille inclus. Le type du faux ami M John F oster Dulles a déclaré • au cours d' une allocution radiodiffusée à Paris, le 29 n·:ovembre

r;·-------.:.-::::::::::::::::::::::.-:-----::::::-~i UNE ORGANlSATION H :: DEFEND' VOS DROITS A LA VIE H :: LUTTE CONTRE LE RETOUR DE LA BARBARIE RACISTE ET LA GUERRE Connaissez-vous ses 'oeuvres sociales? SES 16 FOYERS DE JEUNES ET PATRONAGES .t SON DISPENSAIRE! SON CENTRE CULTUREL ! SON SERVICE JURIDIQUE ! SA COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE :1 i5 :: ~! si :: :g:

H !i !:1i U nion des ,llu ifs Il 3 pour la Résistance et l'Entraide Il i 14, rue de Paradis - PARIS-X· H • Tél. : PROvence 90-47, 90-48, 62-16 g « L'kart entre les opinions des . Etats-Unis ct de l'Angleterre dans la question palestinienne a diminué, et ·je crois que nous app'cochons d'un règlement de ce problème . dans le. cadre de la polit;: . 'que américaine .• Et M. Foster Dulles annonce le retour, après maintes volte-faces, à la fidélité à la décision du 29 novembre 1947. Le 2 décembre, au Conseil de Sécurité, M. Foster Dulles a chuchoté longuement dans l'oreille du délégué américain, M. Jessup. . Après' quoi, ce dernier a fait un discours enflammé' en faveur d'Israël. Retour au 29 novembre ? On nous permettra d'en douter, «dans le cadre de la, politique américaine Il qui est la négation de la décision internationale: Quand on se souvient que M. Foster Dulles, éminence ' grise de la Banque Schroeder, fut l'un des principaux soutiens du nazisme avant guerre, qu'il est le champion de la guerre antisoviétique .. ,' qu'il fut l'organisateur de l'ag,ression arabe ... Que trame M. Foster Dulles, déguisé en ami d'Israël? . Pèlerins de la division n,EUX nouvelles : Le « New .[1.1 York Daily Herald Tribune » croit pouvoir annoncer qu'à rendre il Tel-Aviv pour une cour. te visite à la Confédération ' du Travail israélienne ». MM. Léon Blum et Haro1d Laski, si expérimentés en matière de division ouvrière, seraient-ils chargés de diriger l'opération ? tes élections israéliennes du ~is de janvier p'réoccupent gravement ces messieurs ... · ,ud~logue pour endormir J. EAN-Henri Labroue a déclaré sans rire devant la Cour de Justice « J~ devais endormir les Allemands. Je pouvais choisir le silence .. l'ai préféré l'action .. , • ~ .. ? ~ '. En voilà encore un qui professa la « J udéologie » en Sorbonne ... pour endormir les Allemands. Il a préféré l'action (antisémite) ... qui rapporta gros. Au fait, Darquier de Pellepoix lui-même n'a-t-il pas « garanti .. l'esprit de Il parfaite objectivité - du « professeur Il à qui Abel Bonnard accorda la chaire et le titre de Il J udéologue » ? Sainte-Alliance ,U N prêcheur jésuite de Turin (Italie) a prononoe un sermon dans la cathédrale de la ville sur le thème : Il Croisade pour le , bien 8. Dans ce sermon le prêcheur en question, qui a pour nom Riccardo Lombardi, a déclaré entre autres: « Les Juifs nourrissent des sentiments de vengeance et doivent être détruits. » b. suite du renforcement des 10- • slhons de gauche dans l'HistadlUth (C.G.T. palestinienne). une scission syndicale dans le proche avenir n'est pas impossible. « L'actuel comhat mené 'par les Arabes est juste et constitue 'une dHense du corçs et du foye~ du Christ .• L'agence « United Press » annonce à son tour que « MM. Léon Blum et Harold Laski doivent se •• « Nous combattons aujourd'hui le commuuisme et les Juifs comme avaient fait il y a just~ un siècle le Pape, lè Tzar, Meternich', Guizot et comme l'ont fa it encore hier le Pape, le Mikaelo, Hitler et Mussolini il. Adm~rez la Satnte Alliance 1 Libre au sieur Lombardi d., mettre Hitler et le Pape dam le même sa.c ... Mais que pensent les catholi .. qùes de oette • croisade poul'" 16". bien .. ? Droitdtasile 11 la ?emande. de la . C:ntr~le , Suisse d'aide aux refuglés juifs, les électeurs de Chardçmne- sur-Vevey (Canton de Vaud) avaient à se prononcer sur l'installation au Mont Pèlerin d'un home pour vieillf!.rds israélites. Ce projet a été repoussé par 125 voix contre 45. La municip~lité de ChatelardMontreux, en Suisse également, a. été saisie d'un projet tendant à ouvrir un pensionnat pour jeunes Israélites à Mont-Brillant. Mais la « Société de développement Il a organisé une pétition pour demander aux autorités de ne pas autoriser l'ouverture de ce pensionnat .. Et le gouvernement helvétique parlera du droit d'asile. Retenez dès aujourd'hui le prochain numéro de "Dreit et Liberté" qui, à l'occasion des élections israél iennes, publiera qeux grandes études sur () les partis en Palestine. la politique du gouvernement Ben-Gourion, " 5 AL TIMBANQUE excité et gesticulant, de petite taille, tête d'épouvantail, au regard de fGlie

tel se présente devant la Cour de Justice

de la Seine le 3 décembre, Henri Labroue qui, pendant l'occupation ennemie, fut « professeur d'histoire du judaïsme » en Sorbonne et créa une officine de la Gestapo dite cc Institut d'Etude des questions juives » . . Son cours est chahutë par les étudiants patriotes de l'Université de Paris, malgré tous les dangers qu'une pareille manifestation comporte, puis ignoré par les professeurs et les étudiants. Bientôt,. son public se réduit à... une seule auditrice hystérique ! Il se vantait que son cours fût « le séminaire de I? propagande anti-juive et de la propagande hitlérienne ». Auteur de quelques saletés imprimées, dont Valla ire antijuif, il livrait sa prose puante de rabatteur d'assassins à Aujourd'hui, au Pilori, à la Revr1e Mondiale. En 1943, il fut. invité à l'Université de Francfort souillée par les nazis : « Je suis allé féconder ma culture livresque par mes contacts avec la réalité », dit-il en expliquant son voyage. Et il ajouta: « C'est alors que le grand homme d·Etat. dont nous prononçons le nom avec respect, reconnaissance et admiration, Adolph Hitler, a pris la tête de I~ sainte croisade contre les puissances du mal. » Cet homme .apparaît essentiellement comme un incapable, un paresseux, un escroc et un raté. sans métier, cherchant depuis longtemps des expédients, ulcéré de ses échecs. Autrefois avocat, il avait été prié par ses confrères cf abar.don~er le ' barreau pour fautes professionnelles. Il exige, en 1942, qu'une question concernant son (c cours » soit inscrite au programme de tous les examens et concours, du baccalauréat à l'agré-· gation ; le Conseil de la Faculté doit délibérer SUT cette proposition, Labroue demande un vote à mains levées. Il est seul à voter pour, et, aussitôt, dénonce à la Gestapo les membres du Conseil. Plein de zèle, il proclame : « Le peuple allemand a mobilisé sans compter ses efforts, 'ies ressource5, son sang, pour se faire le Prométhée de l'humanité en préservant de la barbarie et de l'esclavage les cellules nobles du monde et le patrimoine sacré de la civilisaticn. » Il participe activement à l'exposition a:.ti-juive du Palais Berlitz qui est ensuite promenée dans toutes les grandes villes. Au moment de la débâcle anemande, Labroue demanda à partir en Allemagne parce quO « il ne voulait pas être ramassé par les maquis ». Il a fallu plus de quatre ans pour juger un pareil personnage dont le défenseur est MO Naud, conseit de Pierre Laval, le même qui a écrit tout un livre pour nous expliquer pourquoi « il ne ra pas défendu ». ~ : li Bulletin d'adhésion ~! . 5 :5 Professeur agrégé d'histoire et de géographie, docteur ès lettres, il n' a pu faire autre chose que de vagues répétitions dans les boîtes à bachot. Arrivent les nazis : le voilà, installé dans un appartement spolié du 16" arrondissement et dans une luxueuse villa, « Monte-Cristo », près de Nice. cc Professeur d'Université_», imposé à la Sorbonne, par le commandement de la Wehrmacht et Abel Bonnard, il est le protégé tout spécial de Xavier Vallat et de Oarquier de Pellepoix. Il invoque aujourd'hui une déclaration de M, Henri T eitgen à la Chambre : « Les apparences sont une chose, les actes en sont une autre. ») C'est ~ fe soussignl H encore un agent du double jeu, sans doute. s demeurant à· E~ 1 déclare adhérer à l'U·f ·R.E. !i i Fait, le :3 1----------··. .. :::::::::::-.:::::::·:::::::::::·-::-::::.-::.:.:. ...... :::::::::::::::!! Labroue n· est condamné qu'à vingt ans de réclusion. Il paraît que cette atténuation de peine, pour un {( judéologue » de cette espèce, est due à son âge ... Joseph-André BASS.

Notes

<references />

format JPEG