Droit et Liberté n°239 - janvier 1965

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°239 de janvier 1965
    • Vingt ans après: ni prescription, ni oubli page1
    • Sur la IXe sympho,ie de Beethoven, Maurice Béjart a créé le ballet de la Fraternité page1
    • Moyen-orient: Israël, une réalité
    • La croix ineffaçable par Oncle Tom
    • Mme et M Kraouti resteront-il séparés de leur fillette parce qu'elle n'est pas de race arabe?
    • Ni prescription, ni oubli des crimes hitlériens
      • Non, M. le professeur par Yves Jouffa
      • Des parlementaires répondent au MRAP
      • L'ardente soirée de l'Hôtel Moderne
    • Une instructive expositiondu C.D.J.C.: la résistance juive en Europe par Louise Alcan
    • Notre année 1964 en feuilletant Droit et Liberté
    • seize nouveaux membres au Comité d'Honneur du M.R.A.P.
    • Comment vit le M.R.A.P.?
    • Maurie Béjart nous parle de son concert dansé sur la IXe symphonie de Beethoven interview recueilli par M. Kagan
    • Langston Hughes porte parole et poète de la "révolution noire" aux Etats-Unis
    • Chaplin et les nazis

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 JANVIER . 15 FEVRIER 1965 N° 239 Un franc VINGT ANS 1 APRÈS ••• Ni prescription, ni oubli ! • IL Y AVAIT BEAUCOUP DE JEUNES (photo ci·contre) à l'assemblée organisée le 13 janvier à Paris, par le M.R.A.P., contre la prescription des crimes nazis. Car ce problème ne concerne pas seulement le passé. Si la prescription entrait en vigueur le 8 mai en Allemagne Occidentale, comme le souhaitent les autorités de Bonn', ce serait la réapparition de millier's d'hitlériens, aujourd'hui cachés, venant renforcer l'internationale néo·nazie ; ce serait, de plus, pour les candidats à de nouvelles aventures fascistes et racistes, la garantie qu'à condition d'un peu de patience, les crimes contre l'humanité, comme les autres, peuvent ne pas être sanctionnés. La foule nombreuse qui emplissait la grande salle de l'Hôtel Moderne a chaleureusement approuvé 'les orateurs : Charles PALANT, Jean SCHAPIRA, le conseiller Maurice ROLLAND, le bâtonnier Paul ARRIGHI, qui ont souligné ces graves dangers. Pour y faire face, l'union s'impose de tous ceux qui, après le vote du Parlement français proclamant imprescriptibles les crimes contre l'humanité, entendent voir admise une telle conception partout dans le monde, notamment en République Fédérale Allemande. (Voir page 5) . • DES PARLEM ENTAI RES appartenant à tous les principaux groupes politiques viennent, à ce sujet, d'assurer le M.R.A.P. de leur soutien. Certains sont intervenus auprès du gouvernement français pour qu'il fasse part à celui de Bonn des appréhensions de notre peuple. Une pétition, signée par de nombreuses personnalités, se prononce en faveur d'une telle démarche, (Page 4)_ • RARES SONT LES VOIX qui s'élèvent en France en faveur de la prescription

dans « Le Monde ", un professeur de Droit, M. Georgel, estime qu'il

est temps d'oublier le passé. M' Yves JOUFFA, président de l'Amicale des ln · ternés et Déportés de Drancy, lui répond. (Page 4). SEIZE NOUVEAUX MEMBRES au Comité d'honneur du M.R.A.P . • SEIZE EMINENTES PERSONNALITES de toutes tendances: hommes politiques, écrivains, artis· tes, hommes de sciences, viennent se joindre en ce début d'année à celles qui déjà appartiennent au Comité d'Honneur du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pOur la Paix. Nouvelle confirmation de l'ampleur du soutien que rencontre dans l'opinion française l'action salutaire du M.R.A.P. (Page centrale). Langston HUGHES • POETE ET PORTE-PAROLE de la « révolution noire » aux Etats-Unis, Langston HUGHES considère que sa patrie est Harlem. Georges-Albert ASTRE, qui l'a récemment rencontré, nous présente cet éminent combattant de la fraternité humaine. (Page 12.) Charles CHAPLIN • DANS SA VIE COMME DANS SES FILMS, le grand Charlie CHAPLIN a eu, plus d'une fois, maille à partir avec le nazisme. Il ~n parle dans son livre autobiographique, qui vient de sortir chez Robert Laffont. (Page 12. ) Une autre «affaire Hoch&erg» IL S'AGIT, CETTE FOIS, d'une fillette de 8 ans, Dominique, qu'un juge refuse de rendre à ses parents - vivant en Algérie - parce qu' « elle n'est pas de race arabe » ••• (Page 3.) Sur 10 IXe Symphonie de Beethoven , , Maurice BEJART a cree le BaHet de la Fraternité • ENRICHISSANT PAR LA DANSE, la · 1:;\" Symphonie de Beethoven (que le compositeur ayait d'ailleurs prévue · « mit chor und tanz » ) Maurice BEJART yient d'en donner, à Bruxelles, une réalisation qui a proyoqué l'enthousiasme du public et des critiques. Pour lui, toute oeUYre d'art - et celle-là tout particulièrement - doit être une manifestation sociale. 11 nous explique, page II, le sens de sa magnifique entreprise, et ses pl~ojets.


.. -- 2

15-XII. - Le Conseil mondial des Egli· ses protestanLes condamne la politique d'apartheid de l'Afrique du Sud et pré· conise le boycott commercial. 16-XII. - Huit ans de prison seulement pour les « actes de négligences ayant mis en danger » la vie des juifs, commises par le capitaine S.S. Franz No· vak, adjoint d',Eichmann. 18-XII. - Le Conseil de l'Organisation de l'Unité Africaine condamne l'opération de Stanleyville par 20 voix P.t 10 abstentions. 21-XII. - 173 détenu; activistes O.A.S. bénéficient de la grâce présidentielle à l'occasion de Noël. • A l'Assemblée des Nations Unies, soixante·treize délégations boycottent le discours du représentant de l'Afr ique du Sud. 23-XII. - I ncident israélo·jorda nicn a:.t mont Scopus. 25·XII. - A Deerfield (Floride), six noirs qui réveillonnaient sont blessés à coup; de mitraillette. 26·XII. - A Londres, UN JEUNE J AlUAICAIN EST TUE PAR DES RACISTES au cours d' une bagarre. 27-XII. - Un prêtre californien est chas· sé de sa paroisse pou r a voir pris parti contre le racisme. • Au cours de deux violents accro· chages près de Saigon, 17 Américains sont blessés ; à Washington, 105 pero sonnalités la'iques et eCClésiastiques de· ma-ndent à M. J olmson un cesscz-le-feu jmmédiat. au Sud-Vietnam. • Dans une lettre adressée à Mc Na· mara, le président Johnson exprime le désir que toute discrimina tion raciale disparaisse au sein des forces armées améric.aines. 29·XII. - NON·LIEU EN GEORGIE pour six membres du KuKlux-. Klan impliqués dans le meurtre du professeur noir Lemuel Penn. 1-1·1965. - Au Sud-Vietnam, violents combats à Binh~hia (64 km. au sud· est de SaÏgon), où les troupes gouver· nementales subissent la plus dure dé· faite de la guerre. 2·1. - L'Indonésie décide de quitter l'Or· ganisation des Nations Unies en raison de l'entrée de la Malaisie au Conseil de Sécurité. • Reprise des manifestations :le bouddhistes et d'étudiants à Sa'igon. • Le Dr !King lance une campagne en faveur du droit de vote pour les Noirs de l'Alabama. 4·1. - Des inconnus tentent au cours de la n uit de mettre LE FEU A LA SYNAGOGUE DE THIONVILLE (Moselle) en arro· sant d'essence la porte d'entrée. 5-1. - L'Armée Nationale Congolaise re· crute de nouveaux mercenaires en Afrique du Sud. 7-1. - Une grève antigouvcrnementale pa· ralyse totalemen~ l'ancienne capitale impériale de Hué, dans le centre·Viet· nam. • Les nazis britanniqucs de Colin Jordan sèment le désordre dans une réunion électorale travailliste. 11·1. - Cédant aux protestations qui se sont élevées dans le monde entier, les autorités sud·africai· nes suspendent la loi qui autorisait la police à GARDER A VUE LES SUSPECTS PENDANT TROIS MOIS sans que des char· ges soient relevées contre eux. • Les experts des Nations Unies se réunissent à Genève pour examiner les moyens les plus efficaces de lutte con· tre les mesures discriminatoires et pOUT la protection des minorités. 14·1. - Arrestation à Calais d'une bande de jeunes gens âgés en moyenne de 17 ans, qui avaient créé un « parti nazi n. POSITIONS • « Notre propre humanité » qUE "DES l'installt où, 110US acceptons, da!ls nos pellsées. où df!ns nos actlOHs qne cerca!1!S sotenl rej ctés de l'm!Îve'rselle lmmanité, c'est d'une partie de notre propre hU1IIanité persollllelle que nons nous privons. » Cette noble pensée est extraite du message de Nouvel An adressé « à tous les jcunes du monde », par M. René Maheu directeur général de l'U.N.E. S.C.O .. dal1~' lequel il rappelle que les Nation's-Unies ont décidé de placer l'année 1965 sous le signe de la coopération internationale. « Cette cooPératioll, écrit-il, est à la fois mie nécessité ct WI idéal - et par là je ne veux pas dire 111'1 rêve de ['imagil1atio'll, mais 1/1/e exigence de la conscience - parce qne les hommes se sentent 1I!0ralemeut de pltts en plus solidaires les uns des autres. Chacun comprend de mieu.t: ell mieu;!" qu'il ne peut être pleinement heure1tx si d'autres sont dans la l/'lisère ou la servitude, qu'il ne peut être vraiment en paix avec lu'Îmême si d'autres se font la guerre·, bref qtt'il ne peut être tmû à fait un homme si l'injttstice et le malheur empêchent les autres hommes de l'être, tous, comme lui et avec lHi C ... ). » Bien qué la coopération internationale, pour être efficace, exige une organisation et une technique· solides, elle ne saurait être réalisée par ces seuls moyens. Plus encore que de technique, elle reqaiert une certaine caverture d'esprit, tm certain élan da coeur, bref une disponibilité, voire une vocation de l'être tout entier : la vocation de la fraternité humaine. C'est à cette· vocation que je vous appelle, vous qtti êtes notre promesse et notre espoir.:. » • Le monde a besoin d/ amour FRATERNITE ENTRE LES « HOMMES », tel est le thème du message de Noël que le Pape a adressé au monde. Paul VI J: dénonce notamment les obstacles qUi s'opposent à la réalisation de cette fraternité. « Il y a en premier lieu le nationalisme qui divise les peuples et les oppose les ttnS anx autres, dressant entre eux les barrières d'idéologies contraires, de psychologie fermée, d'intérêts excll~sifs de prétentions à se snffire à SOImêl; lc, quand il ne s'agit pas d'impéria~ lislllcs avides et arroqallts. Cet ennemi de la fraternité llluna;ne semble mtlOtIrd'hui reprelldre force. On ' pOtwatt le croire défait, au moins virtuellement. Après la tragique exPérience de la dernière querre, voici al/il se l'elève. » Par'lant du racisme qui se manifeste partout, le Saint-Père dit qu'il sépal:e, dresse les uns contre les autres les différents membres de la famille humaine « en créant l'orgueil, la méfiance, l'exclusivisme, la discrimination et jusqu'à l'oppressiou, an détriment du respec~ mutuel et de l'estime nécessaire, qUt devraient assembler les dénomilwtions ethniques différentes en un coucert pa· cifique de peuples frères ». Renouvelant son appel de Bombay, Paul VI déclare ensuite : « Nons tenons à faire envisager générettsem~nt pour l'avenir l' (1 oblication, au mom.s partielle et gradttelle, de! ~udgets lntlitaires à des fins hmnanttalres. Et cela non pas seulement à l'avantage de leurs propres Etats, mais aussi au prof~t des pays en voie de développement qUt sont dans le besoin. La faim, la misère, la maladie et l'iqnorance appellent sans cesse mt secours, et nous n'hésitons pas à faire nôtre, une fois de. flus, en. ce jour de bonté et de fratermte, la plamte UN MONUMENT LITTÉRAIRE ET ARTISTIQUE : Hommage aux combattants martyrs du ghetto de Varsovie Dessins de Maurice Mendjisky Textes de Paul Eluard et Vercors ATTENTION. En raison du succès remporté par cette oeuvre, le M.r .A.P. a la possibilité, désormais de 'la diffuser au prix de 100 FRANCS au lieu de 150 francs. (Les acheteurs oyant déjà effectué leur paiement bénéficieront donc d'un crédit de 50 francs). Hâ tez-vous de passer vos commandes au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs. (C.C.P. 17.873-00' PASSE.T.IL La croix ineffac-able PLUS que beaucoup d'autres, j'ai le respect des morts et l'horreur des profanations. Une tombe est une tombe, et quel que fut l'êtl'e qui dort dessous, j'e3time qu'il a droit au silence et au repos. Mais la mort n'efface pas tout. Un pasteur allemand eut ce sentiment, il y a trois ans. Dans le cimetière d'une petite localité qu'il dessert, il aperçu t, dr'essée sur une tombe datant de 1942, une croix gammée de taille impressionnante. Il en avisa ses supérieurs et fit faire des démarches auprès de la famille du défunt : qu'on enlève cet emblème maudit ! Rien n'y fit. Alors, il y a quelques semaines, le Pasteur Schimmelpfennig, venant enter· rel' un de ses paroissiens, s'arma d'un marteau et d'un burin. A l'issue de la cérémonie, il entreprit d'effacer lui-même la swastika de pierre, en présence des fidèles : « Je ne peux pas prier près d'un tel insigne. » Geste maladroit ! Le pasteur est aujourd'hui poursuivi pour profanation de cimetière. Il sera probablement condamné, et la famille du na,zi mort large· ment indemnisée. La croix gammée reste sacrée en Allemagne Fédér ale. Elle reste ineffaçable, même à coups de burin. Je suppose qu'un jou r ou l'autre on retrouvera le corps d'Hitler. Ne vous avisez pas d'aller cr acher sur ,sa tombe ! des foules, aajonrd' lwi encore innombrables, des pauvres, de ceux qui souffrent, qui attendent une aide empressée et substantielle. » « Le monde a besoin d'amonr, il a besoin de se libérer dcs chaînes de l'égoïsme, de s'ouvrir à une fraternité sincère, dynamique tmiverselle », a conclu le Souverain Pont ife. MOYEN-ORIENT • Israël une réalité DES articles de Pierre Rossi posant en termes haineux le problème judéo-arabe et condamnant le .: schéma sur les j uifs» débattu au Concile (r), ont suscité dans l'hebdomadaire. tunisien « Jeune Afrique » de vives réactions de lecteurs et une polémique de DlusieU1"s semaines. Faisant le point dans le numéro du 27 décembre, le rédacteur en -chef de cette revue. M. Béchir Ben Yahmed, s'exprime en des termes qui retiennent l'attention. « Parler d'Israël et des Arabes, écritil, est tme entreprise, périllettse pOHr t{tl journal et en particttl'ier pour « Jeune Afrique ». C'est que les mots imprimés ont 1me (ùttre f9.rce que ceux prononcés dans un salon et que·, depuis la créati-on de l'Etat d' Israël, les rapports israéloarabes (et hélas, judéo-arabes) sont enfermés dans une armature de passions, d'intérêts et d'ambiguïtés qui rendent quasiment impossible le ra·isonnement... » Affirmant ensuite "u' « il n'y a guère de différence entre l' a1/t isémitisme et le racisme, »_ il poursuit : « Racisme et antisémitisme sout des maladies de l'hmnanité, vieilles comme elle et aussi répandttes que la folie. Il nous faut lutter contre elles, individuellement et collectivement, comllle on llttte contre les autres maladies. « Mais nous, Arabes et Juifs, Noirs et Jaunes, sommes à la fois le virus et le malade. Le racisme ct l'antisémitisme ne sont pas seulement mie maladie de blancs ott d'aryens Ott de chrétiens. Ce sont aussi nos maladies, puisque nous sommes, si l'on peut dit'e, inter-racistes. Et c'est là quc nous retrouvons le problème d' Israël : il est certain que l'antisémitisme existait che::: les Arabes (comme chez les atttres) avant la création de l'Etat d'Israël. Il est aussi certain que la création de cet Etat a donné an mal un cadre nouveau et mie autre dimension. » Oncle TOM. Aussi, la solution pourrait-elle être, suggère-t-il, « dans la disparition de tous les Etats de la région, leur fusion en tme Fédération des Etats du MoyenOrient, dans laquelle Israël, qtâ aurait réintégré une partie des réfttgiés arabes, indemnisé les mttres, serait non plus un Etat souverain et hostile, mais, comme le Texas ott la Californie, un Etat fédéral associé aux mtires, en une formule qtti pottrrait être celle des Etats-Unis du Moyen-Orient. Plus d'espace territorial à considér.er, ni d'armées hostiles qui absorbent la moitié des budgets; plus d'inflttences extérie1tres entrecroisées et de porte onverte à tmts les impérialismes, mais un Etat fédéral du MoyenOrient, qui grouperait .10 millions d'hommes, mt marché à l'échelle des industries modernes et des richesses naturelles que lu'i envieraient d'autres grands Etg,ts fédéraux comme le Brésil, les Etats-Unis ou l'UR.S.S. « Et de surcroît, la paix. Et une des plus grandes défaites Îrlfligées à l'antisémitisme depuis bien longtemps. » Tous les antiracistes sincères prendront connaissance, avec intérêt, de cet article, dont nous avons tenu à citer de larges extraits. L'essentiel n'est pas sa formulation, ni même les suggestions précises qu'iJ contient. Mais son grand mérite, en s'efforçant de surmonter les passions, est, précis'ément, que des suggestions soient faites pour la recherche d'une solution pacifique. Son mérite est de reconnaître l'existence d'Israël comme une réalité et d'envisager, pour résoudre les problèmes du Moyen-Orient, non sa destruction, mais son intégration. On ne peut que saluer le souci qu'a l'auteur de voir reculer à la fois antisémitisme et le racisme, indéniablement favoris'és par les tensions israélo-arabes. Il y a là, nous semble-t-il, l'amorce d'un débat oui, de part et autre, pourrait être fructueüx. • Boycott et discriminations LE fait que les Etats arabes refusent de reconnaître J'existence d'Israël, et les diverses formes de boycott qui en résultent ont donné lieu ces derniers * Suite page 3. Puis, le rédacteur en chef de « Jeu ne Afrique », examinant le «traumatisme » causé au monde arabe par la création de l'Etat d'Israël, montre les contradictions qui en résultent pour les uns et les autres, évoquant en particulier le grave problème des réfugiés arabes de Palestine et les vives oppositions que suscite la politique israélienne, liée à celle des puissances impérialistes. DROIT ET LlBERTI l , Mais par delà cette analyse, marquée par un louable effort de modération, M. Béchir !len Yahmed s'efforce de rechercher une solution. « La solution? Personne n'en a. Ni Ben Gourion, ni Abdel Nasser, ni Israël, ni les Arabes n'ont Ptt, à ce jour, définir leurs buts de guerre ou leurs conditions de paix. » « Les données actuelles du drame », estime-t-il, « sont les suivantes » : « I. L'Etat d' Israël, pour néfaste qu'ait été sa création, est une réalité qu'on ne peut effacer Clue par ttne guerre qui n'a de certain que les souffrances et les destructions qu'elle provoqllerait. « 2. Les Arabes n'accepteront jarnais le stattt quo, encore moins la menace permanente sur leurs frontières, contenue dans la logique même de l'extension d'Israël. « 3. Dans sa forme actttelle, Israël n'est en auctme façon une sol1aion à ce qu'il est convenu d'appeler « la question iuive ». (r) Nous nous en somme fait écho dans notre avant-dernier numéro. MENSUEL 31, rue des J eGneurs - Paris (11 Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs , 1 " &TRANGER '1 1:Jn an : 18 francs 1 1 Compte Ch. Post . : 8070-98 P&rla Pour les chaniements d 'adresse .. ' voyer 1 franc et la dernière bande. I ! EN BBLGIQUE : 1 1 On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des 1 Amis de Droit et Liberté, 43, avenue 1 de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, · , . ainsi qu'au « Cercle Culturel et 1 Sportif J uif », 52, rue de l'Hôteldes · Monnaies, Bruxelles 6. 1 ~ Versements au C.C.P. 723895 de 1 Léon GRINER, 9, Square RobertPequeur, Bruxelles·7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Aboememeot de IJOUtten : 158 PB. l , ~ Journal composé et Imprhnl ~ par des ouvriers syndiqués S.P .E.C. - OhAtea\ll'Ottlr La Directrice de pUblication : S. BIANCHI qUE SE PASSE-T-IL ? (Suite de 10 page 2) temp~ à un certain nombre d'incidents spectaculaires. Au congrès de l'Un ion Internationale des Etudiants (U.l.E.) qui se tenait récemment à Sofia, la demande d'adhésion des étudiants israëliens a été repoussée. Cette mesure, répondant au voeu des délégations arabes, a été acquise par 34 voix contre 16 et 18 abstentions. Elle a motivé, en grande partie, la décision de l'U.N.E.F. (Union Nationale des Etudiants de France) de se retirer du comité exécutif de l'u.I.E. Le Conseil des ministres du Liban a, d'autre part, décidé d'interdire au Liban l'entrée d'un certain nombre d'artistes, ains'j que la diffusion de leurs films et de leurs disques. Parmi ces artistes, condamnés pour « leurs activi tés en faveur d'Israël », figurent Juliette Gréco, Frank Sinatra, Harry Belafonte, Pascale Audret, Maurice Sarfati, Olivier Hussenot... De telles' discriminatioris n'honorent certes pas ceux qui les pratiquent. Signalons enfin les pressions exercées en France sur le général Pierre Koenig, sommé par le Bureau Central de boycottage de la Ligue arabe de démissionner soit de l'Alliance France-Israël, soit du conseil d'administration de diverses sociétés pétrolières dont il est membre. Au cours d'une conférence de presse, M. Koenig a refusé de céder à ce chantage. Ce qui apparaît certain . en tout cas, c'est que le problème fondamental posé aux peuples arabes n'est pas la présence de telle ou telle personnalité dans' les organismes dirigeants des compagnies pétrolières. mais l'activité de ces compagnies elles-mêmes s'ur leurs territoires. Cet exemple prouve peut-être mieux que tout autre combien les di scriminations et le boycott ri squent de fausser, dans les esprits. les réalités du MoyenOrient. • Les musulmans et le « déicide» M Ahmed Baha'a Eddine, l'influent directeur du grand hebdoma- • daire égyptien Al Moussawak~ a consacré fin décembre un éditorial au « schéma sur les juifs » adopté par le Concile. Mettant en garde l'opinion arabe contre une attitude antisémite, il écrit . « Notre réaction ne do'it pas être passionnelle. Nous devons bien préciser à la face du monde que nous n'entendons pas participer à des polémiques religieuses ... La religion musulmane ne considère pas les juifs comme responsables de la mort d1t Christ. » Tout en dénonçant Israël comme « l'expression concrète d'un mouvement raciste réactionnaire, héritage des persécutions européennes et non arabes » il ajoute : « Nous sommes étrangers et même hostiles à toute forme de fanatisme religieux et de racisme. Nous sommes d'ailleurs des Sémites comme les juifs. » RACISME • Deux poids deux mesu res ON constate avec inquiétude qu'une maladie étrange frappe depuis un certain temps les automobilistes, en France- et surtout dans la région parisienne. Les difficultés de stationnement et de circulation accentuent encore un état nerveux confinant à l'hystérie, consécutif à la fatigue et à un rythme de vie forcené. Alors on ne se contient plus. On s'injurie, on se bat, on se tue pour la seule place libre du quarti er, pour un dépassement un peu trop serré. Cette maladie a encore frappé cette semaine : M. Daghmouche blesse d'un coup de revoh'er 1\1. Londiche qui avait éraflé sa voiture en le dépassant sur l'autoroute de l'Ouest. Quelles (lue soient les causes économiques, sociologiques ou pathologiques de ce fait divers', apparemment semblable aux autres, on peut penser en toute objectivité, que l'origine des protagonistes qu'ils soient Bretons, Provençaux, Normands ou Au\"ergnats - Ile change l'ien à l'affaire, Or M. Daghmouche, lui, est Algérien. Vite sautons sur l'occasion! Gros titres en « une » de nombreux journaux : « Un automobiliste nord-africain tire une balle da11s la tête dit conducteur qui l'avait lé,qèrelllent accroché» - « Pourquoi l'AIgé1'ien avait-il 1111 revolver? » On parle de « 1'.-lrabe », dit « couple ANDORRA au nouveau Théâtre d'Aubervilliers Avec " Andorra n, le Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, inaugure sa nouvelle salle, une des plus modernes d'Europe, telle que l'a conçue son architecte René Allio, appliquant les derniers perfectionnements de la technique , L'une des particularités du Théâtre est que le plateau , monté sur un système hydraulique, peut tourner, s'élever ou s'abaisser vers le public, au gré du metteur en scène. Vous pourrez admirer le nouveau théâtre d'Aubervilliers lors du gala organisé par le M,R,A,P. pour la Pre· mière française d' " Andorra n, le dimanche 24 janvier. à 15 heures. (Location des places au Théâtre d'Aubervilliers, 2, rue Edouard-Poisson, ou au siège du M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs , Paris·2' . Tél. GUT 09·57,) Prix 9 F et 15 F. C.C.P. 14·825·85 Pari s. (Voir page centrale.) de N ord-Africrtins », d «la femme q!ti ne parle' pas français ». Ces précisions ethniques et familiales sont-elles nécessaires à la compréhension des événements. Certes pas ! Mais on est trop content de trouver un Algérien, le classique bouc émissaire, parmi les forcenés de la route, aussi le monte-t-on en épingle, et consacre-t-on à ce fa it divers des pages entières, comme à un événement international. Ces mêmes journaux se fon t beaucoup plus discrets dans d'autres circonstances. A peine a-t-on appris par un court entrefilet, que le II janvier, un jeune Algérien, âg-é de 2~ ans, M. Sidi Mouloud, avait risqué sa vie pour sauver les cinq passager~ d'une voiture helge tombée dans la Lys, près de Courtrai. Ici, l'Algérien jouait un trop beau l·ôle. InutiJe d'épiloguer plus longtemps: l'Algérien n'existe, nous répètent ces joumaux, que Dour faire le mal! • Assez 1 LA campagne raciste que l'hebdomadaire « Minute» mène depuis de nombreux mois conh"e les Algenens en France, a suscité de nouvelles protestations. A la suite de l'article de Nicole de Boi sanger : « Ce que Minute ne dit pas », paru dans le numéro 2~8 de « Droit et Liberté », nous citions l'initiative prise par un groupe de pasteurs dont nous avions r ~ ûroduit la. pétition. D'autres personnes ont tenu à témoigner leur i_ndignation devant une telle propagande qui constitue une incitation permanente ;, la haine raciale, un danger pour la j eunesse et tous les gens insuffisamment avertis. Ainsi, Mme Steinberg a recueilli cent treize signatures s'ur une pétition demandant la condamnation et l'interdiction de « Minute ». Elle a fait parvenir ces documents au ministre de l'Information, au président de la Fédération Nationale de la Presse et à de nombreux journaux, dont « Droit ct Liberté ». Elle est allée, accompagnée d'amis, protester au siège même de « Minute » où elle fut reçue par un simple r édacteur dont la mauvaise fo i fut évidente. D'un autre côté, l'Union syndicale des travailleurs de la métallurgie de la Seine (C.G.T.) a exigé, dans une lettre adressée au Premier Ministre, l'interdictio. n de « Minute » et d'autres publications fascistes « qui visent à exciter la haine raciste ». Elle a édité des tracts .1.:appelant que dans la métallurgie un travai lleur sur sept est immigré, que les 90.000 métallos étrangers occupent pour la plupart les nostes 1 s plus durs, les plus malsains, les plus dangereux, que, main-d'oeuvre à bon marché, ils sont SUl'exploités et ne bénéficient pas, à coti sations égales, des mêmes avantages sociaux que les Français', etc ... Ccs exemnles doivent être largement suivi s, car « Minute » ne désarme pas, bien au contraire. Le numéro du 8 ;anvier, annoncé par de grands placards publicitaires, consacre quatre pages ù un a rticle intitulé « Cl!-pdestin en Algérie ». L'auteur de l'article prétend devoi r ç(;)]1server l'anonymat. car il « ris'que sa vIe ... » Pourtant à lire cet article, il semble qu'il n'ait même pas quitté Paris. Ce n'est qu'une resucée de toutes les « études» faites par « Rivarol », « Aspects de la France ». «Défense de l'Occident », «El11'one Action » sur une Algérie, dont on accepte mal ql1'elle soit indépendante, 3------ Une nouvelle « affaire Hochberg » Mme et M. KRAOUTI resteront-ils séparés 'de leur fillette parce qu'elle « n'est pas de race arabe » J NOUS avons l'honneur de « vous demander tout votre appui et toute votre aide pour ,!ue notre petite fille Dominique nous soit enfin rendue ... Nous ne savons plus que faire ..• Nous avons préparé une chambre pour t'ominique, chambre ,!ui est toujours vide ... Nous cvons inscrit Dominique è! l'école. Quand donc nous la re':1dra-t-on ? ... ~, Comment ne pas être émus par cette lettre adressée, fin décembre, au prési· dent du M,R.A,P. par M. et Mme Kraou· ti, de Tlemcen, dont l'angOisse transparaît à chaque ligne. Leur drame, sur bien des points, rap· pelle celui de Mme Hochberg, dont toute la presse a parlé ces derniers temps : Mme Hochberg à qui un juge français refusait la garde de son enfant en rai· son de ses origines JUIves, la petite Ca· therine étant née, affirmait·il, d'un « mé· tissage ». A vr~·i dire, Mme Marie Kraouti, née Morin, était mère de Dominique lorsqu'elle rencontra son actuel mari. Ils vécurent tous trois ensemble, heureux, L'enfant avait trois ans, C'était pendant la guerre d'Algérie, En 1960, Marie Morin et Omar Kraouti furent arrêtés pour aide au F .L.N., et la petite fille confiée, en raison de ces circonstances, à l'As· sistance Publique. C'est à la prison de Nantes qu'eût lieu le mariage et évidem· ment M. Kraouti reconnut Dominique qui porte son nom, comme en fait foi son livret de famille. Libérés, amnistiés en 1962, les jeunes époux se rendent à Tlemcen, ville natale de M. Kraouti, Où il est aujourd'hui, secondé par sa femme, concierge et vaguemestre au lycée de jeunes filles. « Dès notre libération, écrivent-ils, nous nous sommes présentés, devant Mlle Le Fèvre, juge à Nantes, pour lui demander de nous rendre la garde de Dominique, puisque nous étions amnistiés et qu'il n'y a.vait plu ; de raison dc nous séparer plus longtemps. « Depuis cette date, malgré toutes nos requêtes, le juge refuse de nous rendre Dominique et ne nous laisse, pour ainsi dire, même plus la voir ... Elle vit actuellement chez une nourrice de l'Assistance Publique, où elle est élevée dans la crainte de l'Algérie nouvelle ! ... ». {( Ce serait un malheur... » « Dans la crainte de l'Algérie nouvelle » : ces quelques mots expliquent bien des choses, Car les enquêtes, les témoignages s'accordent à souligner l'attachement de la petite Dominique pour sa mère et pour M. Kraouti lui·même, le seul père qu'elle ait connu, De l'un et de l'autre, elle a reçu tous les soins, toute la tendresse désirables. Quant à la moralité des parents, elle ne peut sérieusement être mi· se en doute : la directrice française et les professeurs du lycée où vivent les Kraouti, un prêtre, des voisins, les autorités municip ~les de Tlemcen, sont unanimes à décrire ce ménage comme uni, honnête et matériellement à l'aise, vi· vant dans d'excellentes conditions qui ne pourraient susciter chez Dominique aucun trouble ni dépaysement, Alors même qu 'elle était en prison, à Nantes, Mme IKraouti était autorisée fré· quemment à voir sa fille. Pourquoi donc aujourd'hui cette cruelle séparation ? Il faut bien le dire, enfin. A lire les jugements et toutes les informations que M. et Mme Kraouti nous ont fait parve· nir, on est pris d'un profond malaise. D'abord, il y a cette « crainte de l'Algérie nouvelle » que l'en attribue avec constance, dans des documents juridiques, à une enfant de 6 ou 7 ans, et qui lui fait refuser, affirme-t-on, d'aller vivre avec ses parents que, pourtant, elle aime beaucoup. Les troubles évidents qui résultent pour elle de la.- séparation sont jugés secondaires, au Tribunal pour Enfants de la Loire-Atlantique, par rappor t aux « dangers » que représenterait la vie à Tlemcen, dans un foyer où Dominique serait entourée de l'affection qui lui manque aujourd'hui. Etrangement - et ç.'est là qu'on ne peut s'empêcher d'évoquer l'affaire Hochberg - le procureur croit devoir souligner dans ses attendus que « la mineure, élevée en France, dans un milieu français ignore tout des moeurs et des conditions de vie en Algérie, que ce serait un malheur pour elle, en l'état de la situation de sa mère, de lui être remÏ3e malgré les liens affectifs qui les unissent... » Etrangement, le juge n'hésite pa.-s (en 1963) à souligner « que l'enfant, qui n'est pas de race arabe, bien que reconnue par Quand seront-ils réunis? Kraouti, est ... bien adaptée à son placement actuel » ... et « qu'il est dangereux. d'exposer la, fillette aux aléas d'un séjour en Algérie. » Et d'insister sur le fait que ({ c'e;t une petite fille blonde qui n'a nullement le type nord-africain ». Et lorsque, le 18 décembre dernier, l'affaire est une nouvelle fois soumise au Tribunal, c'est ce même juge qui omet de convoquer le défenseur des Kraouti, Me Nicole Rein . En dépit de l'avis favorable de la Direction de la Population, des rapports des médecins et pSYChologues mettant l'accent sur le désarroi de Dominique, dû au fait qu'elle est priVée de ses parents, ce juge a refusé une fois de plus le retour de la.- fillette au foyer familial. Le crime d'être heureux M. et Mme Kraouti ont fait appel, et l'affaire reviendra prochainement devant la Cour de Rennes. Il aura suffi, espérons·nous, de rendre pUblique cette réalité, pour que les autorités compétentes se préoccupent du sort de la petite Dominique et du comportement de Mlle Le Fèvre, inspiré en grande partie, semble·t·il, par des passions personnelles qui ne devra-ient pas se manifester dans l'administration de la Justice , surtout lorsqu' il s'agit du bonheur d'une enfant. « Les conditions de vie d'un ménage comme celui-là (les Kraoutü ressemblent dans scs grandes lignes à celles que la petite Dominique a l'habitude d' a.voir, tant du point de vue habillement et nourriture que genre de vie, avec certai· nement plus de confort à Tlemcen qu'elle n'en a jamaÏ3 eu en France », écrit le prêtre dans son témoignage. Dominique ayant été - avec l'accord de ses parents - élevée dans la religion catholique, le prêtre tient à préCiser qu'en Algérie même, cela ne pose aucun problè· me : « Je puis vous assurer qu'en Algérie, il n'est mis aucun obstacle à la pratique r eligieuse chrétienne, non seulement pour les Français mais aussi pour les nationaux algériens, même s'ils sont de race arabe ou kabyle. Mon apo,tolat, qui couvre une partie de l'Algérie, me met à même de le constater chaque jour. » Il faut que soit entendu l'appel de deux jeunes époux dont le bonheur est troublé par une déchirante injustice ! « Notre foyer est uni et hcureux en Algérie, nous disent·ils, Nous ne pensions pas que cela était un tel crime, qui autorisait à séparer une petite fille depuis plus de quatre longues annnées de se, parents ... « Nous vous remercions de votre appui, en espérant qu'enfin la justice française nous rendr'a notre Dominique. » 4 NI PRESCRIPTION, NI OUBLI non, monSieur le orofesseur 1 PAR Yves JOUFFA Président de l'Amicale des Anciens Internés et Déportés du camp de Drancy COMMENT ne pas être confondu à la lecture de la " Libre Opinion " d'un professeur de Droit publié dans « Le Monde " du 28 décembre dernier ? Ce distingué juriste estime que .. la solut ion raisonnable s ur laquelle on s 'était orienté est remise en question par une série d'efforts qui tendent à ressusciter une querelle éteinte ». La solution raisonnable, c'est. la prescription des crimes contre l'humanité, laquelle est une « nécessité " d'après le titre même de l'article. Cette prescription. « il a été décidé (qu'elle) serait acquise à l'expiration d'un délai de vingt ans ", lit·on plus loin. il est vraiment dommage qùe M. le Professeur Georgel, qui doit enseigner à ses étudiants de la Faculté de Rennes l'importance de la précision des termes dans la discussion juridique - s'en tienne à des formules très impersonnelles. Qui est cet « on " qui avait pris une si bonne orientation? Pàr qui a-t-il été décidé qll~ la prescription jouerait? A notre connaissance. il ne s'agit que d'une intention du gouvernement de Bonn de faire application des principes du droit pénal interne de la République Fédérale Allemande aux crimes de guerre et aux crimes contre l'humanité. Mais cette intention. pour raisonnab le qu'elle paraisse à M. Georgel n'est p:.J.' moins en contradiction avec les principes du Droit international, tels que les a rappe lés fort opportunément M. le Conseiller Rolland, dans la même rubrique du « Monde. du 17 décembre 1964. Et je rappellerai à ce sujet au Professeur Georgel que la loi fondamentale (Constitution) de la République Fédérale Allemande fait du droit international partie intégrante du droit interne allemand. " ne s'agit donc pas de « revenir par des lois d'exception sur des lois générales " mais bien au contraire, de refuser de donner prééminence sur la loi générale définie par les plus hautes instances internationales, à la loi interne qui n'a pas été prévue eaU surplus pour cela. OUI, la plupart des législations pénales nationales prévoient des délais de prescription, d'ailleurs variables, pour les crimes ordinaires qui concernent des actes criminels accomplis par une personne ou quelques individus contre L1ne ou plUSieurs personnes. Encore ces Codes prévoient-ils parfOiS des exceptions et certaines législations ignorent-elles purement et simplement la prescription. Oui, « l'organisation sociale nécessite périodiquement des apaiSE- ments ", lorsqu'il s'agit de tels actes. Mais s'agissant de crimes, tels que le génocide dont l'ampleur et l'horreur sont sans précédent dans l'histoire de l'humanité, comment osez·vous, Monsieur It) Professeur, parler de « querelle éteinte " ? Comment osez-vous nous inviter à résister à l'envie de résoudre .. des problèmes particuliers, sinon personnels»? Comment osez-vous nous accuser de .. réveiller les passions » ? Croyez·vous que soient endormis en nous, que vont jamais s'endormir les souvenirs des aubes tristes de Drancy, où des convois entiers d'enfants, affa· més, pOlliileux et fièvreux partaient vers les chambres à gaz d'Auschwitz ou d'ailleurs, des nuits déchirées par les cris des mères folles qui se jetaient du trOisième étage du bloc III, ces mères que les baïonnettes des soldats nazis avaient arrachées à leurs petits, des jours atroces où des milliers d'innocents qui porîaient l'étoile jaune sur leur coeur étaient entassés dans les escaliers de départ, comme du bétail, avant l'envoi à l'abattoir. Près de 70.000 hommes, femmes, enfants, vieillards, sont ainsi partis de cette antichambre de la mort. Ceia se passait il y a un peu plus de vingt ans, et c'était aux portes de Paris. Et vous voudriez que nous , les survivants de cela, nous oubliions le passé ! Sans doute, les fils ne doivent pas « éternellement assumer les querelles des pères ". Mais vous raisonnez, Monsieur le Professeur, comme s 'il s'agissait d'une guerre ordinaire, où le vainqueur doit surmonter sa victoire, et le vaincu sa défaite, dans la réconciliation des survivants. La réconciliation franco·allemande est une chose. L'imprescriptibilité des crimes nazis en est une autre. Je dirai même que c'est faire injure aux démocrates allemands que d'écrire : « remettre constamment en discussion des drames anciens ... c'est alourdir le climat, c'est ruiner la stabilité des situations indispensables à la vie collective ". Contrairement à vos insinuations, peu flatteuses pour les Allemands, je considère que le châtiment des monstres nazis est le gage de la vraie réconciliation. C'est vous, M. le Professeur, qui voulez vous « engager dans une voie b::urbeuse ". Heureusement que votre voix est isolée. Car voyez·vous, je penserais rendre un mauvais service à mes deux fils si je ne leur rappelais jusqu'à mon dernier souffle, qu 'après plus de 75 ans d'une vie de labeur et de probité, le grand-père de leur père, et presque sous les yeux do celui·ci, a été déporté un matin de septembre 1942, et qu'il a rejoint dans une mort anonyme et atroce six millions d'innocents. Six millions de civils, systématiquement, scientifiquement supprimés, aucun Code PénClI, aucun Code de Procédure, n'avait prévu cela, M. le Professeur. Vous feriez oeuvre utile en le rappelant à vos étudiants dont certains, peut-être, . I'ignorent. POUR UNE DÉMARCHE AUPRÈS DU GOUVERNEMENT DE BONN 1 945 Des parlementaires répondent au M.R.A.P. PAR leLtres des 18 et 21 décembre, le secrétaire général du M.R.A.P., Charles Palant, s'est adressé à l'ensemble des députés et sénateurs pour, d 'une part, leur exprimer la profonde satisfa.ction avec laJluelle notre Mouvement avait accueilli le vote unanime du Parlement français sur la prescription des crimes contre l'humanité, et, d'autre part, leur soumettre la résolution de notre Conseil National (1) concernant la position des autorités ouest·allemandes, qui entendent mettre fin, le 8 mai prochain, aux pour~; uites contre les nazis coupables de tels crimes. De nombreuses réponses provenant des principaux groupes politiques sont parvenues ces jours derniers au MRAP appuyant la lutte qui continue aujourd'hui contre toute prescription. M. R. LECOCQ, député-maire de Tourcoing, nous fait savoir qu'il a transmis la résolution du M.R.A,P. à M. Georges Pompidou, Premier Ministre, accompagnée d'une lettre où il écrit : « Je me permets de penser qu'il ne pelü y avoir de prescription pour les crimes commis par les nazis. « Allssi, il importerait ql!e· la France en fasse la remarque au gouvernement allemand» ... M. Robert HAURET, député du Maine-et-Loire, nous signale qu'avec plusieurs de ses collègues, il vient de déposer au Conseil de l'Europe, un projet de recommandation invitant les' dix-sept Etats membres (dont la République Fédérale Allemande) « à examiner s'il y a lien de modifier leur législation relative à la prescriPtion pénale, afin que de telles violations des Droits de l' H omme (les crimes contre l'humanité) ne demeltrent pas imp~tnis dans les Etatsmembres dl! Conseil de l'Europe ».

\1. Henry MARTEL, député du Nord,

écrit : « Je suis député communiste, .i' ai et! deux fils fusillés par les nazis, j'ai été moi-même envoyé au bagne en Afrique dl! Nord, ma femme obligée de se réfugier dans le Sud de la France sous l'occltpation. Ceci, je pense, sl4fit pour vous donner l'assurance de mon complet accord poltr votre position. » 1\1. Tony LARU'8, député-maire de Grand-Quevilly (Seinc-~Iaritime) affirme

« Je m'empresse de vous faire savoir qlle je partage entièrement votl'e point de ,'!le et que ie le défendrai de mon 111 ieux, chaqlte fois que l'occasion m'en sera donnée. » M. Henri GUILLERMIN, député du Rhône, précise Que la Commission des Affaires étrangères, dont il est membre a unanimement appelé l'attention de M. Couve de Murville sur ce problème. « Le Ministre des Affaires Etrangères, ajoute-t-il, nous a promis d'essayer d'obtenir l'accord d'atttres plûssances pour que la Fmnce ne soit pas seule à intervenir auprès dtt gouvernement allemand ». 1\1. Emile BIZET, député de la Manche, déclare : « Je vais examiner avec mes collè(Jues de qroupe le problème que· VOltS soulevez et qui ne nous avait pas échappé. Je demande à notre président d'intervenir dans le sens que vous so!thaitez. » M. Emile CLAP AREDE, sénateurmaire de Béziers, ancien ministre, actuellement souffrant, nous fait savoir qu' « il ne manquera pas de se pencher sur cette grave question » dès qu'il sera rétabli. « Le groupe parlementaire communiste a clairement défini ,Ja position à la tribune de l' Assemblée Nationale en se prononçan' contre la prescription envi- 1 965 sagée par les antorités ouest-allemandes » rappelle- M. H. CHAZE, député de l'Ardèche, qui souligne : « Je tiens cependant à VOliS aSSltrer mon accord complet avec le contemt de votre C01nl1mlliqué ». De même, MM. E. FOURVEL et Fernand GRENIER. . « Croyez que je bartage entièrement votre point de vue et que, dans la mesure de mes possibilités, je ne manquerai pas d' oeuvrer pour que soit évitée une aussi dangereuse situatiotJ », écrit M. André GAUTHIER. député de l'Isère. Dans des termes approchants, le Dr HEBERT, député-maire de Cherbourg

M. Marc SAINTOUT, député

et conseiller municipal de Paris, expriment également leur intention de s'opposer à la prescription. MM. Gabriel PERONNET, député de l'Allier et Pierre RUAIS, député de la Seine, indiquent qu'ils ont pris connaissance avec intérêt de la résolution du M.R.A.P. « J'ai pris connaissance avec beaucoup d'intérêt de la résolution adoptée par votre Conseil National n. écrit aussi M. .Etienne PONSEILLE,' député de l'Hérault, qui ooursuit : « Ses termes recueillent mon accord le plus comple·t, et je tiens à· VOlts dire que je la soutiendrai par tous les moyens ... Je souhaite vivement que nos efforts conjugllés provoquent le reiet de la décision de prescription ». (r) Cette résolution a été publiée dans le dernier numéro de « Droit et Liberté n. LE DÉBAT à l'Assemblée Nationale et au Sénat te Article unique. - Les crimes contre l'humanité tels qu'ils sont définis par la résolution des Nations Unies du 13 février 1946, prenant acte de la définition des crimes contre l'humanité, telle qu'elle figure dans la charte du tribunal international du 8 août 1945, sont imprescriptibles par leur nature. » Tel est le texte adopté à l'uné1nimité par l'Assemblée Nationale et le Sénat les 16 et 17 décembre 1964. C'est sur un rapport de M. Paul Coste· Floret que commença le débat de l'As· semblée Nationale. Celui-ci devait montrer essentiellement que les notions habituellement avancées pour justifier la prescription en matière de Droit commun : dé· périssement des preuves , défaut d'exemplarité, ne sont pas valables - bien au contraire - en ce qui concerne les crimes contre l'humanité. M. Raymond Schmittlein intervint ensuite, soulignant qu'il n'est pas pOSSible te de trouver un crime plus abominable que celui de lèse·humanité ". Si la prescription a lieu, affirma-t·iI, te combien de dizaines de milliers de criminels de guerre sortiront de la clandestinité le 8 mai 1965, en soutenant qu'ils n'ont pêché contre personne, que leurs mains sont blanches, qu'ils sont acquittés ?... Une telle éventualité est inadmissible. " Une pétition demandant au gouvernement français d'entreprendre les démarches auprès du gouvernemeri.t fédéral allemand pour qu'il renonce à toute pres· cription des crimes nazis a été lancée au début de janvier. Elle a recueilli d'ores et déjà les signatures de plus de cent personnalités éminentes. xx· Anniversaire de la libération d'Auschwitz: Puis, Mme Marie·Claude Vaillant-Couturier devait, notamment, déclarer : « Ce qui se passe en R.F.A. ne concerne pas qu'elle·même. Le gouvernement français peut agir auprès du gouvernement de Bonn, pour exiger que la République fédé· raie n'applique pas la prescription aux criminels de guerre ... » Parmi ces personnalités nous relevons les noms du président Léon Lyon·Caen, de Pierre p a1'af, J. Pierre·Bloch, des professeurs Henri Desoille et Georges Wellers, d'André Maurois, Pierre Gascar, Anna Langfus, Roger Ikor, Michel Droit, du grand rabbin Jacob Kapla.n, du pasteur Vergara, de l'Amiral Louis Kahn, de Paul Coste·Floret, Marcel Mérigonde, Charles Hernu, du général Ganeval, de William Thorp, Max·Pol Fouchet, Clara Candiani, Mathilde Gabriel·Péri, Claude Aveline, Paul Bastid, Michel Leiris ... COMMEMORATION SOLENNELLE MERCREDI 27 JANVIER 1965 à 20 h. 30 très précises THEATRE DE L'ALHAMBRA 50, rue de Malte (métro République) Présentation exclusive du film de Wanda JAKUBOWSKA, tourné à Auschwitz « LA FIN r E NOTRE MONDE» Entrées à retirer à l'Amicale d'Auschwitz, 10, rue Leroux - PARIS (XVie) et à l'Amical6 des Déportés jUifs, 14, rue de Paradis. On entendit également, avant le vote, une brève intervention de M. René Sanson. Au Sénat, le rapport était présenté par M. Edouard Le Bellegou, et le débat fut marqué par les interventions de MM. Louis Namy et Georges Rougeron. Celui·ci souligna avec force que « la prise de posi· tion du Parlement français apportera, en même temps que l'affirmation de principes qui sont pour nous intangibles, une aide nécessaire au peuple allemand dans la prise de conscience qui s'impose encore en son sein ". 5 DES CRIMES HITLERIENS , • l/ardente . / sOiree de l'Hôtel Moderne FOULE nombreuse, jeune, pas· sionnément attentive, ce mer· credi 13 janvier, dans la grande salle de l'Hôtel Moderne à Paris. A la tribune, prennent place, autour de Charles Palant, secrétaire général du M.RA.P., qui préside, le bâtonnier Ar· righi, membre de l'Institut ; le conseil· 1er Maurice Rolland, Me Jean Schapira, Me André Boissarie, ancien procureur de la RépUblique ; Mme Marie·Claude Vaillant·Couturier, député; Mme MarieElisa Nordmann-Cohen. présidente de l'Amicale d'Auschwitz; MM. V_ Janké· levitch, professeur à la Sorbonne, de la présidence de rU.J.RE. (Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide) ; Vilner, président de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs ; André Leroy, de la présidence de la F.N.D.I.RP. (Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes) ; Vanko Rouda, secrétaire général de la. Communauté Mondiale Gitane ; Ralph Feigelson, secrétaire général de l'Amicale des Juifs Anciens Résistants (A.J.A.R) ; Alfred Grant, secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France ; Albert Lévy, secrétaire national du M.RA.P. Au cours de la soirée, Charles Pala.nt fendre la morale des hommes libres COntre la « morale li des assassins hitlériens dont le crime inexpiable n'est point d'avoir été vaincus, mais d'avoir été et d'être restés des as,assins_ Il L'histoire n'admet pas. M' Jean Schapira, professeur à l'Institut de Droit Appliqué de l'Université de Paris, secrétaire national du M.R. A,P" expose ensuite, avec une lumineuse clarté, les données diverses du problème de la prescription qui ne serait pas seulement un scandale judiciaire et moral, mais aussi un scandale pOlitique. « Mais il ne s'agit seulement, poursuitil, de crier justice. )) Et il évoque ce qui se passerait si la prescription avait lieu : « Des dizaines de milliers d'anciens nazis, parmi les plus vindicatifs, reprendraient leur place dans la vie allemande, au moment précis où la R.F.A. est sur le point de récupérer la totalité de ,sa force militaire sous la forme de la bombe atomique. )) Ce serait un réel danger, au moment où, dans le monde entier, nous voyons les menées racistes, plus ou moins adaptées à l'actualité, notamment aux conséquences de la décolonisation, se développer de façon inquiétante. « Ce serait, s'écrie Me Schapira, une véritable LA RÉSOLUTION ADOPTÉE L'INTENTION affirmée par les autorités ouest-allemandes de déclarer acquise, le 8 mai prochain, la prescription des poursuites contre les crimes perpétrés par les nazis, est d'une extrême gravité. La prescription, si elle devenait une réalité, serait un défi aux accords inter· allié." comme au Droit pénal international tel que l'ont défini les Nations·Unies en 1946, 1947 et 1948. Le Parlement français, soulignant que les règles ordinaires sont inapplicables à des crimes dont l'ampleur est sans précédent dans l'histoire, a voté à l'unani· mité, à l'Assemblée Nationale comme au Sénat, l'imprescriptibilité des crimes cvntre l'humanité. D'autres pays ont également adopté des dispositions suspendant la prescription Duur ces mêmes crimes. La prescription mettrait en cause l'un des Objectifs essentiels de la victoire sur le nazisme: la recherche et le châtiment des criminels hitlériens. Un grand nombre de ceux·ci se trouvent en Allemagne, et il serait intolérable que, soustraits légalement à toute poursuite, ils puissent rejoindre et renforcer ouvertement les organisations nationales et internationales qui se réclament et s'inspirent toujours de l'idéologie nazie. Le devoir de tous ceux qui demeurent fidèles à la mémoire des combattants et des martyrs de la dernière guerre est d'unir leurs efforts, en France et en Europe, pour empêcher la prescription d'intervenir. Il appartient aux voix les plus autorisées de notre pays d'exprimer au gouvernement de Bonn les appréhensions légitimes de l'opinion française unanime, que ne guide aucun esprit de vengeance mais qui souhaite voir disparaître tous les vestiges d'un passé sanglant. Que l'année du 200 anniversaire de l'effondrement hitlérien ne soit pas celle de la. prescription et de l'oubli ! (Cette résolution a été adoptée à l'unanimité.) échapper au châtiment des crimes contre l'human ité, peuvent être absou" ce serait le feu vert donné ouvertement à qui. conque rêve de recommencer ... Il C'est contre « cette idée a.bominable Il que nous nous insurgeons tous. Et c'est pourqUOi, co..nclut Me Schapira, nous ne pouvons admettre la prescription. : « Les crimes contre l'humanité ne sauraient être prescriptibles. L'histoire ne l'admet pas. )) Nous ne pOUYO~s pas nous en tenir là ... M. Maurice Rolland, conseiller à la Cour de Cass3ltion, président de l'Association des Magistrats Résistants, souli· gne brièvement à son tour, que :nous n'agissons « pas dans un esprit de vengeance, mais pour que de tels crimes ne se reproduisent jamai" lI. I! exprime sa sa.tisfaction de ce que, grâce aux efforts d'un groupe de juris· tes, le Parlement français ait voté à l'unanimité la loi déclarant imprescriptible les crimes contre l'humanité. « Il fau t, conclut-il, veiller sans cesse. car la bête immonde peut toujours se relever ... )) Tous les Français devraient être debout Présentant le bâtonnier Paul Arrighi. membre de l'Institut, Charles Palant rappelle que, comme lui-même, il a connu les horreurs des camps de la' mort, ayant été déporté à Mauthausen, aprèS avoir dirigé jusqu'en 1943 le réseau « Ceux de la Résista:nce ». C'est sous l'angle juridique, que le bâtonnier Arrighi examine avec une pressante éloquence, le problème de la prescription. Il rappelle les accords interalliés du lendemain de la guerre, définissant, au nom de 131 morale humaine. les crimes contre l'humanité et le génocide - « définitions, souligne-t·il, que je voudrais voir enseigner dans toutes les écoles Il. A la tribune, de g. à dr. : MM. 'Rolland, Arrighli, Pala/lt, Schapira « Nou·, ne pouVOns nous en tenir là, aojute·t-il. Cette loi ne doit pas seule· ment s'appliquer sur notre territoire, mais dans tous les pays, et par t iculièrement sur les lieux-mêmes où de tels cri· mes ont été commis. Par·delà le cadre national, l'imprescr iptibilité de ces crimes doit être proclamée dans des convention~ interna t ionales, sous l'égide du Conseil de l'Europe et de l'O.N.U. )) Il. évoque l'activité du tribunal international de Nuremberg qui ne jugea que 21 « grands criminels de guerre », et dont « la tâche était terminée alors qu'elcitera diverses personnalités présentes le n'aurait dû que commencer lI. aux premiers rangs de l'assistance : MM. Charles J oineau , secrétaire général de la F.N.D.I.RP. ; Louis Péron, membre du Conseil National de l' A.N.A.C.R . (Association Nationale des Anciens Combatta. nts de la Résistance) ; Florimond Bonte, ancien député ; Mmes Louise Alcan et Marie·Louise Kahn, de l'Amicale d'Auschwitz

Me' Yves Jouffa, Odet Denis,

Henri -Garidou, Imerglik, Marcel Man· ville ; le professeur Albert pfrimmer ; ainsi que tous les membres du Bureau National du M.RA.P. D'autres personnalités s'étaient excusées

MM. René Cassin, vice-président

honoraire du Conseil d'Etat ; Daniel Mayer, président de la Ligue des Droits de l'Homme , les députés Raymond 'Schmittlein et Achille Peretti, vice-présidents de l'Assemblée Nationale ; René 'Lecoq, Robert Hauret, Fernand Grenier,Gabriel Péronnet ; le sénateur Léon David

M. Léon Meiss, conseiller à la Cour

de Cassation ; Mme Denise Decourdeman· .che, secrétaire générale de l'Association des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Fra'nçaise ; Mme Geneviêve l'abouis. Ainsi, d'emblée, dans la diversité des partiCipants et des messages, s'exprime l'union qui peut et doit s'affirmer avec plus de force encore pour faire échec aux projets de prescription. des crimes monstrueux commis par les nazis. En ouvrant la soirée, Charles Palant lit une lettre de Pierre Paraf, président du M.RA.P. qui, retenu par une conférence, dit ses regrets de ne pOUVOir être présent. Puis notre secrétaire général situe l'objet cle la réunion en soulignant la gravité de l'intention, affirmée par les autorités de Bonn, de proclamer le 8 mai prochain la prescription des poursuites contre les auteurs des crimes contre l'humanité perpétrés pendant la seconde guerre mondiale. Relevant cette déclaration récente d'un parlementaire ouest-allemand : « Il est temps de mettre fin à la double morale, celle des vainqueurs et celles des vaincus », ·Charles palant s'écrie : « Nous ne pouvons croire que c'est là l'opinion de tous le, collègues de ce distingué député. S'il s'agit bien de ' réfuter une double morale, pour l'humanité civilisée, il s'agit de dé· libération de fauves ! )) De plus, des nazis actuellement sous de faux noms pourraient sans difficultés récupérer les fonds qu'ils ont placés dans des banques en Suisse. Enfin, souligne avec force, Me Scha· pira « s' il était admis qu'au bout d'un certain nombre d'années, ceux qui ont pu Une instructive exposition du C.D.J.C. Insistant sur le caractère relatif de la notion de prescription, qui varie selon les époques, selon les pays, et que des conventions internationales peuvent supprimer (dans le cas par exemple du trafic

  • Suite page 11 .

La résistance jui"e en Europe LE 26 ianvier 1965, à la veille du XXe anniversaire de la libération d'Aus'chwitz, s'ouvrira au Centre de Documentation Juive Contemporaine, 17, rue Geoffroy l'As nier, une grande exposition dont le thème est; « Les juifs dans la lutte contre l'hitlérisme ». Plus de 4.000 documents, dont certains inédits, y seront présentés avec le SOUCl de recherche, d'authenticité, dè présentation vraiment historique qui anime chaque exposition du Centre. Placée sous le haut patronage de M. Jean SaintellY, ministre des Anciens Combattants et Victimes dc Guerre, cette 1'C exposition de l'année du XX· anniversaire de la libération des camps, rappellera les années sOlllbres mais sera surtout un témoignage de la lutte de l'homme contre l'oppres'sion nazie. Cette lutte sera évoquée dans toute l'Europe occupée . de 19.19 à 1945. Pour l'Allemagne même seront montrés les ol'igines du nazisme et le développement de l'antisémitisme. Partout sera aHi rmée. par des exemples de solidarité et de l·ésistance. la volonté cle l'homllle de rester un être humain. Un exemple entre cent : écoles et journaux clandestins dans les ghettos. Pays par pays seront évoqués la répre ~'3ion, le génocide et les différentes formes de résistance depuis le sauvetage des enfants jusqu'à la lutte année, même dans les camps, comme la révolte du sonderkommanclo (commando du crématoire) à Birkenau (Auschwitz II) le 7 octobre 1944· La bataille sous des fo.rmes diverses, a donné des 1 ésultats. Pour la France, par Louise ALeA ~ nous verrons, entre autrcs, la presse clandestine juive destinée à informer la population Juivc de ce qui l'attend et la presse de la résistance en général expliquant les dangers de l'antisémitisme, l'importance du combat pOUl' sauver des vies humaines, pour soustraire à la déportation des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants. JO.ooo enfants Juifs . ont été ainsi sauvés par des geus de toutes conditions ct confessioI15·. Des prêtres catholiques et protestants participaient à ce combat. Le Conseil llational de la Résistauce lançait en 194.1 un appel à la conscience mondiale contre les déportations et l'extermination. Des documents inédits de la Gestaoo montreront les directives allemandes pour les arrestations, les difficultés rencontrées lors de la rafle du 16 juillet 1942 où, malgré un déploiement exceptionnel de forces (6.000 gendarmes) les Allemands furent déçus. à cause de « l'attitude négative de la population parisienne ». Des documents montreront aussi la tenta!ive d'évasion de Drancy Cil novembre 1943 par un tunnel. La participation des juifs à la Résistance ~rançaise, soit au sein d'organisations juives cle combat, soit mêlés aux maquisards, aux F.T.P., l'.F.I.. l'.F.C., sera largement évoquée comme on verra le développement cie la résistance juive dans les autres pays. La présentation, comme la masse des documents inédits éclaire cette période de l'histoi re, où des hommcs ct des f emmes voués au génocide ont lutté dans toute l'Europe s'ous les fonnes les plus diverses. Le rappel des crimes nazis souligne le danger de la urescription qui pourrait intervenir le 8 mai 1965 en République Fédérale Allemande, donnant aux milIiers de responsables encore impunis la poss'ibilité cie reparaître au grand jour. Il est ù souhaiter que des cenhines et des centaines de groupes de jCl\lles des lycées et des collèges s'e rendent à cette eX!:losition historique. Sa visite leur apprendra où peuvent conduire le racisme, l'antisémitisme. Ils y verront aussi comment des' hommes, en luttant, ont pu arracher à la mort d'autres hommes, mettant ainsi en pratique cette phrase d'un des plus grands écrivains du monde, un Allemand, Goethe « Au commencement était l'action. ~ ~~ Noire année 1 1964 Une année s'achève ... Ce qu'elle a apporté aux antiracistes de soucis, de combats, d'espoirs, nous pouvons nous le remémorer en feuille2"ant, mois par mois, la collection de notre journal. JANVIER 1064· C'est la « bataille» du « Vicaire », ia pièce de Rolf Hochhut, que monte avec hardiesse le Théâtre de l'Athénée. Roger Maria explore dans' n~tre numéro 228, le volum1l1eux dossier que constituent les articles parus sur cette pièce qui pose le problème de la responsabilité de chaque homme devant l'HIstoire. Autre référence au passé : le procès des bourreaux d'Auschwitz vient de s'ouvrir à Francfort, Mme NordmannCohen présidente de l'Amicale des Déportés' d'Auschwitz, présente ces vingt tortionnaires. Le nazisme 'l'est pourtant pàs mort Edouard Drumont, l'un de ses théoriciens français, a formé des disciples qui viennent de créer la « Société des amis de Drumont ». . Dans le monde, au Moyen-Orient, :'t Chypre (où la situation est évoquée pal' Albert-Paul Lentin), en Inde, les oppositions religieuses ou ethniques dressent les hommes les uns contre les autres. Heureusement de grands esprits oeu- Quatre images de 1964. De haut en bas : Jorge Semprun, Michel Piccoli et François Darbon au débat sur oc Le Vicaire » organisé par le M.R.A.P. (janvier). Une partie de la foule à la soirée du XV, anniversaire du M.R.A.P., au Palais de Chaillot, où fut présenté le film oc Samson » (avril). L,a XV, Journée Na,tionale au Palais de l'U.N.E.S.C.O. (mai). Le meeeting de Saint-Claude (juil. let). ' \'rent pour la paix : Darius Milhaud nous parle de « Pacem in Terris n, sa svmphonie chorale, inspirée par l'encyciique- c.lu pape Jean XXlll, et qui vient d'être créee à Pari~'. QU'EST-CE QU'UN HOMME? Vercors répond à cette qu~stion au travers de sa plece créée au T.N.P., « Zoo ou l'assassin philanth1"Ope. », dans laquelle il pose. un problème qUI, par ~es chverses Implications conduit à celui du I·acisme. Son inter~Tiew et cplle du metteur en scène Jean Deschamps occupe une large place clans « Droit et Liberté » de février. La répartition des eaux du Jourdain, qui constitue un des aspects du différend israélo-arabe est examiné, en homme de science, par Jean Dresch. Armand Lanoux, Prix GoncoUl·t 1963, donne son point de vue SUI' le procès des bourreaux d'Auschwitz, fidèles adeptes d'une doctrine qui se perpétue malheureusement aujourd'hui et est répandue par des publications libr~l11 en t vendues : « Le Vlk1l1g », « Defense cJe l'Occident », dont l'antisémitisme fait l'objet d'un article de Jean Schapira « La question Bardèche ». Le déba~ organisé nar le M.R.A.P. à l'Hôtel l\1oderne sur « Le Vicaire » a été suivi 'avec passion par une salle archi-comble. EN AFRIQUE DU SUD, sept hommes sont en dangel' de mort, victimes de l'apartheid, la honteuse politique raciste du gouvernement Verwoerd. Cela concerne-t-il les Français? Oui, démontrent les Journées d'Etudes des 29 février et 1'" mars, dont le compte rendu est publié dans le numéro de mars. Les racistes sud-africains ont les mêmes argumènts oue ceux de France : l'analyse par Albert Lévy de la presse raciste fai! découvrir un monde dangereux de haine et de mensonge. Aux Antilles, « département » français, se posent de douloureux problèmes liés aux conséquences économiques et sociales d'un statut colonial : MarieMagdeleine Carbet en présente une analyse approfondie. Dans « Le Journal d'une Femme de Chambre », qui sort sur les écrans parisiens, l;3UJ1Uel montre dans toute sa bassesse l'antis'émitisme maurrassien. « Il faut voir dans ce film une leçon et u.n avertissement », nous disent le co-réal isateur .T ean-Paul Carrière, les acteurs Georges Geret et Michel Piccoli. AUX U.S.A., la loi sur les drüits civiques des noirs, débattue au Sénat, rendra illégale la discrimination raciale sous toutes ses' formes. Quelle en sera la portée? Jacques Amalric répond à cette question dans le numéro d'avril. Mais en France, le racisme quoique insidieux, se fait plus actif : l'Algérien est le « bouc émissaire» de la campaO'ne cie « Minute » (article de N. de Bois-anger), le Gitan, paria, est membre ,cJ'une minorité toujours persécutée (article de Rog-er Maria). Une brochure parue à Kiev sous le titre : « Le judaïsme sans fard » suscite une légitime émotion dans le monde. Le M.RA.P. en dénonce le caractère antisémite; « Droit et Liberté » publie, avec un article de Charles Palant, les diverses prises de position so" iétiques condamnant la brochure. POUR LE 15' ANNIVERSAIRE DU M.R.A.P., première du film de Wajda, « Samson », au Théâtre National Populaire. Au cours de cette briTIante soi r ée, dont le compte rendu est donné dans le numéro de mai, Vercors reçoit le Prix de la Fraternité pour l'ensemble de son oeuvre, à l'occasion de la création de « Zoo ou l'assassin philanthrope ». Campagne pour la réhabilitation de Pétain; Tixier-Vignancour, candidat à la présidence de la République: diatribes racistes de « Minute » : la bataille doit être menée sur tous les fronts aujourd'hui, sans pourtant oublier le passé. Car il ne faut pas sous-estimer la remontée des haines et des préjugés. écrit Michel Droit, qui s'inquiète du • danger de l'oubli en face de la volonté de disculpation des criminels d'Auschwitz. L'héritage des nazis trouve sa concrétisation en Afrique du Sud, où le sinistre Verwoerd, son gouvernement et les lois de l'apartheid maintiennent 12 milli ons d'hommes en esclavage ( La loi de la haine» par Jean-Jacques Félice). « BAeNst NlIeR m LotE d'RoArdCreI SdMe El a n,X Vtel' Journée Nationale que reprend « Droit et Liberté » dans son numéro de juin. De nombreuses personnalités, des délégations de province, et près de 2.000 participants, sans distinction d'origines, de confessions' ou d'opinions politiques ont tous proclamé leur volonté de lutter contre les nréiugés et les haines racistes. Mais le M.R.A.P. ne s'e contente pas cie proclamations. Il agit. Ainsi pour marquer son émotion, à la suite du ver- * Suite page 9. Comment l A campagne des adhésions commence, comme chaque année à cette époque. Les amis et militants du M.R.A.P. vont, très nombreux - d,u moins nous l'espérons - souscrire pour la callte 1965. Mais ce geste, symbole de leur attachement au Mouvement, vontils l'accomplir automatiquement ou bien vont-ils réfléchir sur sa signification? Ce geste, s'il est un symbOle, est aussi une contribution matérielle indispensable à l'action du M.R.A.P. Comment ne pas se pencher sur l'usage qui est fait de l'argent ainsi collecté, lors· qu'on en est un militant conscient? 'Le processus de la réflexion nous amène donc à poser une question : Comment vit le M.R.A.P. ? Parmi les membres de la direction nul ne connait mieux que Julien Aubart, les problèmes qu'affronte quotidiennement le Mouvement, sur le plan financier. Il nous a reçus avec la gentillesse qui lui est coutumière, et attaque aussitôt. - Mais oui, ü est important de savoir comment vit le M.R.A.P. Certains pourraient être tentés de croire qu'il n'a pas de difficultés. « Droit et Liberté » sort régulièrement, le Prix de la Fraternité est décerné tous les ans, le Gala de Pleyel est devenu une brillante tradition, nos initiatives sont multiples et diverses. Parfois, même des militants très actifs et très dévoués qui s'emploient avec dynamisme à distribuer des tracts, préparer des réunions, des manifestations, ne se rendent pas pleinement compte de l'aspect financier de ces actions. Pour illustrer la réalité, je prendrai des exemples concrets. Ainsi CI Droit et Liberté », dont le nombre d'abonnés augmente de façon constante cannait de graves problèmes financiers chaque mois! Il n'est pas de numéro qui 'ne soit déficitaire. C'est le cas malheureusement de nombreux journaux, et pour que le nôtre vive, (alors que t{])nt d'autres ont sombré sous les charges matérielles), il faut, en permanence, que le M.R.A.P. lui apporte les fonds nécessaires. Prenons un autre exemple : Une simple projection cinématographique dans un cinéma de quartier entraine de nombreux frais dont la somme globale tourne autour de 500 F : location de la salle, location du film, impression des tracts. C'est par millions d'anciens francs que Dimanche 24 janvier/ à 15 heures ... IIIIIID () I~III~ IIIIII~ ft, Lors de la création d' « Andorra ., à Zurich, le 2 novembre 1961, • Le Monde » a présenté ainsi la pièce de Max Frisch: « Frisch abat ses cartes dès le premier tableau et le public comprend tout de suite qu'il assiste à un violent réqui,;;itoire .contre l'antisé,!,i~isme_~ous tout~s ses formes. Comme Brecht Frisch est doue d'un Incontestable geme theatral, et c est en homme de théâtre ava~t tout qu'il montre pendant quatre heures, à l'aide de petits tableaux riches en couleur et lourds d'angoisse, comment naît et progresse le racisme et comment à partir d'une simple hostilité, on en vient à commettre le meurtre le plus injuste avec une assez bonne conscience. Frisch a fait sienne l'opi'!ion d~ Jean·Paul Sartre pour qui un Juif est un homme que les autres appellent « JUif ". L oeuvre est riche, touffue, truculente par moments ; il Y a de l'Ubu·Roi là·dedans, revu par Kafka. " Pour la Première de « Andorra " en France. le M.R.A.P. vous invite à venir nom· breux au gala qu'il organise le dimanche 24 ja~vier, à 15 heures, au nouveau ~héâtre d'Aubervilliers. Billets à 9 F et 15 F en location au M.R.A.P., 3D, rue des Jeuneurs, Paris-2' (C.C.P. 14-825·85, Paris) . 1 na an se ( la j rest raci ratil (alf l'orl Par rapi du entl il y Occident », dont l'antis'émitisme fai t et d'un article de Jean Schapira a question Bardèche ». e débat organisé nar le M.R.A.P. à tel Moderne sur « Le Vicaire » a suivi -avec passion par une salle i-comble. N AFRIQUE DU SUD, sept hommes sont en danger de mort, victimes de l'apartheid, la honteuolitique raciste du gouvernement oerd. Cela concerne-t-il les Fran? Oui, démontrent les Journées udes des 29 février et l ma rs, dont ompte rendu est publié dans le nude mars. s racistes sud-africains ont les mêarguments Que ceux de France : lyse par Albert Lévy de la presse te fai!: découvrir un monde dangede haine et de mensonge. ux Antilles, « département » franse posent de douloureux problèmes aux conséquences économiques et les d'un statut colonial : Mariedeleine Carbet en présente une anaapprofondie. ans « Le Journal d'une Femme de bre », qui sort SUI' les écrans pans, Bunuel montre dans toute sa esse l'antisémitisme maurrassien. faut voir dans ce film une leçon .11 avertissement )). nous disent le éalisateur Jean-Paul Carrière, les urs Georges' Geret et Michel Pic- UX U.S.A., la loi sur les drùits civiques des noirs, débattue au Sénat, rendra illégale la discrition raciale sous toutes ses formes. lie en sera la portée? Jacques Amalrépond à cette question dans le nud'avril. ais en France, le racisme quoique ieux, se fait plus actif : l'Algérien e « bouc émissaire » de la campade « Minute » (article de N. de anger), le Gitan, paria, est mem, d'une minorité toujours persécutée cle de Rog-er Maria). ne brochure parue à Kiev sous le titre : « Le judaïsme sans fard » suscite une légitime émotion dans le monde. Le M.R.A.P. en dénonce le caractère antisémite ; « Droit et Liberté » publie, avec un article de Cha rles Palant, les diverses prises de position soyiétlques condamnant la brochure. POUR LE ISe ANNIVERSAIRE DU M.R.A.P., premiè re du film de Wajda, « Samson », au Théâtre National Populaire. Au cours de cette brinante soirée, dont le compte rendu est donné dans le numéro de mai, Vercors reçoit le Prix de la Fraternité pour l'ensemble de son oeuvre, à l'occasion de la création de « Zoo ou l'assassin philanthrope ». Campagne pour la réhabilitation de Pétain; Tixier-Vignancour, candidat à la présidence de la République; diatribes raci stes de « Minute » : la bataille doit être menée sur tous les fronts aujourd'hui, sans pourtant oublier le passé. Car il ne faut pas sous-estimer la remontée des haines et des préj ugés, écrit Michel Droit, qui s'inquiète du • danger de l'oubli en face de la volonté de disculpation des criminels d'Auschwitz. L'héritage des nazis trouve sa concrétis'ation en Afriq ue du Sud, où le sinistre Verwoerd, son gouvernement et les lois de l'apartheid maintiennent 12 mil lions d'hommes en esclavage ( La loi de la haine » par Jean-Jacques Félice). « BAeNst NlIeR m LotE dR'oArdCreI SdMe El a )),X Vtel' Journée Nationale que reprend « Droit et Liberté » dans son numéro de juin. De nombreuses pers'Onnalités, des délégations de province, et près de 2.000 participants, sans distinction d'origines, de confessions' ou d'opinions politiques ont tous proclamé leur volonté de lutter contre les nréiugés et les haines racistes. Mais le M.R.A.P. ne s'e contente pas de proclamations. Il agit. Ainsi pour marquer son émotion, à la suite du ver- * Suite page 9. ~ SEIZE NOUVEAUX au Comité d'Honneur M du E! ce début d'année, seize éminentes personnalités rejoi~nent le Comité d'Honneur du M.R.A.P. qui se trouve ainsi conSIdérablement élargi, plus représentatif encore de tous les secteurs de l'opinion qui, dans une remarquable unanimité, entendent s'opposer au racisme sous toutes ses formes. Certains nouveaux membres du Comité d'Honneur sont des personnalüés politiques : Mme Jacqueline THOME.PATENOTRE, député, ancien ministre ; M. Jean PIERRE·BLOCH, ancien ministre ; MM. Robert BALLANGER e D'autres représente Georges AURIC, admi Lyriques Nationaux et SON et Georges DU HA TRE et VERCORS ; le~ le cinéaste Alain RES'" D'autres enfin sont d UN MOIS du livre anliracisll dans une grande librairie du Quartier Lé Le Comité étudiant du M.R.A.P. organise du 15 ja i1vier au 15 février 1965 un « Mois du livre antiraciste » rie 73 ", 73. boulevard Saint-Michel, à Paris. Tandis qu 'une exposition de photos, documents, et objets se tiendra en permanence dans les vitrines, des tures de livres auront lieu à cinq reprises, de 17 à 20 heures, aux dates suivantes, avec la participation d'une vin vains. * Vendredi 22 janvier: PIERRE PARAF, ANNA LANGFUS, MELVIN VAN PEEBLES. * Vendredi 29 janvier: EMMANUEL ROBLES, MICHEL DROIT, MALEK HADDAD, ALBERT·PAUL LENTIN. * Vendredi 5 février : ROGER IKOR, ALBERT MEMMI, JA CaUES MADAULE, HUBERT DESCHAMPS. * Vendredi 12 février: LEON POLIAKOV, MOHAMMED DIB, MADELEINE ROUSSEAU, SANDRA JAYAT. * Samedi 13 février: JEAN SURET-CANALE, KATEB YAC INE, MAX-POL FOUCHET. ~----------------------------- ------------------------------------------------------- --- --------------------------------------------~ Comment  campagne des adhésions commence, comme chaque année à cette époque. Les s et militants du M.R.À.P. très nombreux -- d·u mains l'espérons -- souscrire pour alite 1965. ais ce geste, symbole de leur chement au Mouvement, vontl'accomplir automatiquement bien vont-ils réfléchir sur sa .ification ? geste, s'il est un symbole, est aussi contribution matérielle indispensable ion du M.R.A.P. ent ne pas se pencher sur l'usage st fait de l'argent ainsi collecté, lors· en est un militant conscient ? processus de la réflexion nous amène il. poser une question : Comment vit .A.P. ? mi les membres de la direction nul nnait mieux que Julien Aubart, les 'mes qu'affronte quotidiennement le ement, sur le plan financier. ous a reçus avec la gentillesse qui lui utumière, et attaque aussitôt. - Mais oui, il est important de savoir comment vit le M .R.A.P. Certains pourraient être tentés de croire qu'il n'a pas de dilficultés. « Droit et Liberté » sort régulièrement, le Prix de la F raternité est décerné tous les ans, le Gala de Pleyel est devenu une brillante tradition, nos initiatives sont multiples et diverses. Parfois, même des militants très actifs et très dévoués qui s'emploient avec dynamisme à distribuer des tracts, préparer des réunions, des manifestations, ne se rendent pas pleinement compte de l' aspect financier de ces actions. Pour illustrer la réalité, je prendrai des exemples concrets. Ainsi « Droit et Liberté », dont le nombre d'abonnés augmente de façon constante connaît de graves problèmes financiers chaque mois! Il n'est pas de numéro qui ne soit déficitaire. C'est le cas malheureusement de nombreux journaux, et pour que le nôtre viVe, (alors que tant d'autres ont sombré sous les charges matérielles), il faut, en permanence, que le M.R.A.P. lui apporte les fonds nécessaires. Prenons un autre exemple " Une simple projection cinématographique dans un ci· néma de quartier entraîne de nombreux frais dont la somme globale tourne autour de 500 F " location de la salle, location du film, impression des tracts. C'est par millions d'anciens francs que manche 24 janvier/ à 15 heures ... Il IIIIIID GD I~III~ IIIIII~ ft\ ors de la création d' « Andorra », à Zurich , le 2 novembre 1961 , « Le Monde » a té ainsi la pièce de Max Frisch : Frisch abat ses cartes dès le premier tableau et le public comprend tout de suite ssiste à un violent réquisitoire contre l'antisémitisme sous toutes ses formes. e Brecht, Frisch est doué d'un incontestable génie théâtral, et c'est en homme ' âtre avant tout qu'il montre pendant quatre heures, à l'aide de petits tableaux en couleur et lourds d'angoisse, comment naît et progresse le racisme et ent à partir d'une simple hostilité, on en vient à commettre le meurtre le plus e avec une assez bonne conscience. Frisch a fait sienne l'opinion de Jean-Paul pour qui un Juif est un homme que les autres appellent « Juif ». L'oeuvre est touffue, truculente par moments ; il Y a de l'Ubu·Roi là·dedans, revu par Kafka. » ur la Première de « Andorra • en France, le M.R.A.P. vous invite à venir nomau gala qu'i l organise le dimanche 24 ja~vie r, à 15 heures, au nouveau ~h éâtre rv illiers. Billets à 9 F et 15 F en location au M.R.A.P., 30, rue des Jeuneurs, • (C.C.P. 14-825-85, Paris). vit le M. R. A. P. ? • se chiffrent les dépenses occasionnées par la Journée Nationale, qui est et qui doit rester la plus grande manifestation antiraciste en France, mais dont la préparation suppose une propagande inte-nse (affiches, tracts), des locations de salles, l'organisation de nombreuses réunions à Paris et en province. - Vous avez dressé un tableau, assez rapide bien siir des différentes activités du M.R.A.P. et des dépenses que celles-ci entrainent. Comment le Mouvement peutil y faire face ? - Les ressources du M .R.A.P. dépendent uniquement de la bonne volonté de nos amis qui cotisent directement -pour leur propre compte, ou 1ndirectement par les adhésions et les collectes qu'ils font dans leur entourage. La campagne des Cartes d'amis que nous engageons actuellement est l'une de nos principales sources de revenus. Cette année 'nous constatons avec plaisir, que certains amis nous versent des cotisations plus importantes que les autres années. Diverses initiatives sont déjà prises dans les comités locaux pour organiser la diffusion des cartes " vins d'honneur, visites personnelles, etc ... M ______ _ Profession ______ ., . Adresse ~ -i 1 9 & 5 Centenaire de 1. mort d 'Abraham M. R. A. P. LINCOLN ~ • VINGTIEME ANNIYERSAIRE DE LA VICTOIRE SUR lE NAZIStoIE ~:,~ ~ Francs (Voir eu do,) La carte 1965, Avez·vous souscrit ? Mais si On essaie d'avoir d'ensemble en considéra1!t le des cartes d'amis de ces deN. de grandes faiblesses se font coup de nos amis 'n'ont pa~ soit par négligence personnell qu'ils n'ont pas été sollicités. Il faut pourtant qu'ils 1 que le M.R.A.P. pour vivre el per a besoin d'eux. Peut-être ne pouvan,t . faire mieux, à sommes m~mmes. C'est un faux raisonnement. soit la cotisation, ce qui. ne c'est que chacun ait sa cart N'est·ce pas le symbole matE tachement au M .R.A.P ? Ci versé est transformé en action C'est faire un acte antiraciste de verser son obole au proj action. - Voulez-vous nous parler des autres ressources dont M.R.A.P. ? - Certaines sociétés ou nous versent annuellement un collective. Mais leur nombre trop restreint. Nous lançons des souscripi verses occasions, en particulie Journée Nationale. A quoi il c jouter, bien s12r , les abon -« Droit et L iberté » et la venl ra - bien insuffisante. La campagne des Bons de S( le tirage a lieu lors du Gala Pleyel remporte ' chaque annéE populaire assez considérable e grande place dans les res: M .R.A.P., comme le Gala lui nous permet de réunir nos ami ambiance antiraciste et frat mentionnerai particulièrement ce de la publicité du programn Il est d'ailleurs regrettable, ne soyons pas parvenus encor dans « Droit et L i berté » un gulier de publicité. Peut-être nous y remédier d'ici quelqu cela dépend évidemment de pour organiser un tel service cours d'un personnel qualifié. - Vous abordez là un poir portant quant à la bonne Mouvement : le personnel dl Voulez-vous apporter quelques - Les gens de l'extérieur avec étonnement combien est * Suite p k i· SEIZE NOUVEAUX au Comité d'Honneur MEMBRES du M. R. A. P. ,e début d'année, seize éminentes personnalités rejoignent le mité d'Honneur du M.R.A.P. qui se trouve ainsi considérablemt élargi, plus représentatif encore de tous les secteurs de l'opili, dans une remarquable unanimité, entendent s'opposer au Robert BALLANGER et Charles de CHAM BRUN, députés. sous toutes ses formes. .ns nouveaux membres du Comité d'Honneur sont des personpolitiques

Mme dacqueline THOME.PATENOTRE, député,

ministre ; M. dean PIERRE·BLOCH, ancien ministre ; MM. D'autres représentent le monde de la culture : les compositeurs Georges AURIC, administrateur général de la Réunion des Théâtres Lyriques Nationaux et Darius MILHAUD ; les écrivains André CHAM· SON et Georges DUHAMEL, de l'Académie Française, dean·pau.1 SARTRE et VERCORS; les peintres Marcel GROMAIRE et de·an LURÇAT ; le cinéaste Alain RESNAIS. D'autres enfin sont des hommes de science: Théodore MONOD, Laurent SCHWARTZ, dean SuRET- CANALE. UN MOIS du livre antiraciste 1ans une grande librairie du Quartier Latin Le Comité étudiant du M.R.A.P. organise du 15 janvier au 15 février 1965 un « Mois du livre antiraciste " à la « Librai' 3 ", 73, boulevard Saint·Michel, à Paris. Tandis qu 'une exposition de photos, documents, et objets se tiendra en permanence dans les vitrines, des ventes-signas de livres auront lieu à cinq reprises, de 17 à 20 heures, aux dates suivantes, avec la participation d'une vingtaine d'écris.

  • Vendredi 22 janvier: PIERRE PARAF, ANNA LANGFUS, MELVIN VAN PEEBLES. * Vendredi 29 janvier: EMMANUEL ROBLES, MICHEL DROIT, MALEK HADDAD, ALBERT-PAUL LENTIN. * Vendredi 5 février : ROGER IKOR, ALBERT MEMMI, JA CaUES MADAULE, HUBERT DESCHAMPS. * Vendredi 12 février: LEON POLIAKOV, MOHAMMED DIB, MADELEINE ROUSSEAU, SANDRA JAVAT. * Samedi 13 février: JEAN SURET-CANALE, KATEB VAC INE, MAX-POL FOUCHET.

--------------------------------------------------

.. M. R. A. P. ? .. • t les dépenses occasionnées par Nationale, qui est et qui doit Ilus grande manifestation anti- France, mais dont la prépa! pose une propagande intense !racts), des locations de salles, on de nombreuses réunions à 1 province. avez dressé un tableau, assez n sm des différentes activités P. et des dépenses que celles-ci Comment le Mouvement peut~ ace ? 'essources du M .R.A.P. dépendent uniquement de la bonne volonté de nos amis qui cotisent directement -pour leur propre compte, ou indirectement par les adhésions et ies collectes qu'ils font dans leur entourage. La campagne des Cartes d'amis que nous engageons actuellement est l'une de nos prinCipales sources de revenus. Cette année 'nous constatons avec plaisir, que certains amis nous versent des cotisations plus importantes que les autres années. Diverses initiatives sont déjà prises dans les comités locaux pour organiser la dittusion des cartes : vins d'honneur, visites personmelles, etc ... M _____ _ Profession ______ _

Adresse

~ i 1 9 & 5 Centenaire de 1. mort d 'Abraham LINCOLN M. R. A. P. • VINGTIEME ANNIVERSAIRE DE LA VICTOIRE SUA LE NAZISME ~:'j:; Francs (VOir eu dOl) ~ . . __ .• La carte 1965. Avez-vous souscrit ? Mais si On essaie d'avoir un tableau d'ensemble en considérant les campagnes des cartes d'amis de ces dernières années de grandes faiblesses se font jour. Beaucoup de nos amis 'n'ont pas leur carte, soit par négligence personnelle, soit parce qu'ils n'ont pas été sollicités. Il faut pourtant qu'ils comprennent que le M.R.A.P. pour vivre et se développer a besoin d'eux. Peut-être hésitent·ils, ne pouvant faire mieux à verser des sommes minimes. ' C'est un faux raisonnement. Quelle que soit la cotisation, ce qui nous importe, c'est que chacun ait sa carte en poche. N'est·ce pas le symbole matériel de l'attachement au M .R.A.P ? Chaque franc versé est transformé en action antiraciste. C'est faire un acte antiraciste majeur que de verser son obole au profit de notre action. . - Voulez-vous nous parler maintenant des autres ressources dont bénéficie le M.R.A.P. ? - Certaines sociétés ou associations nous versent annuellement une cotisation collective. Mais leur nombre est encore trop restreint. Nous lançons des souscriptions à diverses occasions, en particulier lors de la Journée Nationale. A quoi il convient d'ajouter, bien s11.r, les abonnements à -« Droit et Liberté» et la vente au numéro - bien insuffisante. La campagne des Bons de soutien, dont le tirage a lieu .lors du Gala de la salle Pleyel remporte chaque année un succès populaire assez considérable et tient une grande place dans les ressources du M.R.A.P., comme le Gala .lui-même, qui nous permet de réunir nos amis dans une ambiance antiraciste et fraternelle. Je mentionnerai particulièrement l'importance de la publicité du programme du Gala. Il est d'ailleurs regrettable, que nous ne soyons pas parvenus encore à établir dans « Droit et Liberté » un service régulier de publicité. Peut-être pourronsnous y remédier d'ici quelque temps : cela dépend évidemment de nos moyens pour organiser un tel service et du concours d'un personnel qualifié. - Vous abordez là un point très important quant à la bonne marche du Mouvement : le personnel du M.R.A.P. Voulez-vous apporter quelques précisions? - Les gens de l'extérieur apprennent avec étonnement combien est réduit le

  • Suite page '9~

(On les voit ici de gauche à droite et de haut en bas dans l'ordre indi· qué ci·dessus .) Jusqu'à présent, le Comité d 'Honneur du M.R.A.P. comprenait, rappelons-le, les personnaliLés suivantes: le Bâtonnier Paul AR RIGHI ; M. Vincent AURIOL, ancien Président de la République; l'écrivain Claude AVELINE ; MM. Roger BASTIDE, professeur à la Sorbonne ; dean CASSOU, conservateur en Chef du Musée d'Art Moderne; Aimé CESAI RE, député ; Diomède CATROUX, député, ancien ministre

Pierre COT, ancien ministre
le docteur dean DAL·

SACE ; le cinéaste Louis DA· QUIN ; MM. Hubert DESCHAMPS et Henri DESOILLE, professeurs à la Sorbonne ; l'écrivain Michel DROIT ; le Pasteur André DUMAS ; MM . Adolphe ESPIARD, inspecteur honoraire de l'Education Nationale

Henri FAURE, président

de la Ligue de l'Enseignement , l'écrivain Max-Pol FOUCHET ; les professeurs André HAURIOU, Charles-André dULIEN et Alfred KAS· TLER ; MM. doseph KESSEL, de l'Académie Française , Alain LE LEAP ; l'écrivain Michel LEIRIS; Mme deanne LEVY, professeur à la Sorbonne

MM. André MAUROIS,

de l'Académie Française; l'Amiral MUS E LIE R, ancien Chef des Forces Navales Françaises Libres ; Me Etienne NOUVEAU, vice-président de l'Union Française des Anciens Combattants; le cinéaste dean PAINLEVE , le professeur Marcel PRENANT; l'écrivain Emmanuel ROBLES ; l'actrice Françoise ROSAY ; M. Ar· mand SALACROU, de l'Académie Goncourt ; le poète An· dré SPIRE; le général Paul TUB'ERT, ancien député-maire d'Alger ; le docteur Pierre WERTHEIMER, professeur à la Faculté âe Médecine de Lyon. Parmi les personnalités qui furent membre du Comité d'Honneur depuis la création du M.R.A.P. et qui sont aujourd'hui décédées, .citons Marc SANGNIER, Frédéric JOLIOT - CURIE, Francisque GAY, Jules ISAAC, le Chanoine Jean VIOLLET, Yves FARGE, le ,Conseiller Robert ATTULY, Pierre DREYFUSSCHMIDT, les professeurs Jacques HADAMARD, Henri LEVY - BRUHL êt Edmond VERMEIL. Albert BAYET, Louis MARIN . La diversité d'opinions de toutes ces personnalités, leur grand renom et le respect qui les entoure, témoignent à la fois de l'esprit d 'union dans lequ el se poursuit l'action du M.R.A.P. et de l'ampleur des concours dont bénéficie toujours davantage la noble cause que nous défendons. DES FAITS qui donnent A PENSER ... • 700 MILLIONS D'ANALPHABE· TES DANS LE MONDE, constate M. René Maheu, directeur de l'U.N.E. S.C.O., dans le " Courrier n de cette organisation, ajoutant que la population illettrée augmente chaque année de 20 à 25 millions. N'est-ce pas un fléau pour l'humanité qui se trouve ainsi amputée d'une énorme partie de son potentiel intellect uel. • « L'AFRIOUE DU SUD RESTE LA SEULE ILE DE PAIX et de tranqUi" ité dans le chaos, la pauvreté et les luttes internes qui déferlent sur le cont inent africain " a affirmé M. Ve rwoerd dans son message de Nouvel An . Le ministre de la Défense de ce pays « idyll ique • ne doit-il pas arriver bientôt en France ? Peut-être vient-i l concl ure d'autres accords militaires. Rien de tel que des « Mirages • pour défendre la paix. • LES FORCES DE L'ANTISEMITISME ont leurs racines les plus profondes dans deux des institutions les plus vitales de la nation américaine : la corporation et le club dont sont souvent exclus les juifs, écrit le Dr E. Digby Baltzell. professeur adjoint à l'Université de Pennsylvanie , ajoutant que l'exclusion des jUifs et d'autres groupes minoritaires des affaires d'un pays est le premier symptôme d'une maladie fatale à la démocratie. • LES JUIFS BELGES SONT DES ETRANGERS, écrit un certain Roland Heder, rédacte ur en chef du journal « De Schedle " organe du parti na· tionaliste flamand. D'anciens collaborateurs nazis sont membres de ce parti qui a obtenu 12 o/~ des votes à Anvers, au cours des récentes élections municipa les. Inquiétant ! • " FRANCE SOIR n, D'APRES UNE DEPECHE DE L'A.F_P., prête !~S paroles suivantes à M. Gaston Soumialot, un des leaders de la rébellion congolaise, de passage au Caire : « Ce sont les mercenaires juifs qui ont assassiné le Christ, qui massacrent les Congolais . • On ne saurait, certes, prêter crédit à toutes les dépêches venant au C';;ï~ , divêrs précédents le prouvent . L'abs urdité même de celle-ci suscite le doute. Quoiqu'il en soit, les antiracistes, les démocrates, avec la même vigueur qu'ils défendent la liberté des peuples en lutte contre le racisme colonial, ne peu· vent que condamner toutes conceptions visant à susciter inconsidérément des haines nuisibles à ceuxlà mêmes qui s 'y laissent aller. • LES J UIFS IRAKIENS PERDENTILS D'OFF ICE LEUR NATIONALITE lorsqu 'ils résident à l'ét ranger? C'e s', ce que laisse entendre une série de communiqués publiés dans « Le Monde • et émanant de l'Ambassade d' Irak. Pourquoi une telle opération de recensement ne s'adresse- t-e"e pas à tous les Irakiens ? ~, j EN VENTE dans toutes les bonne. 1 Maison. de Literie et d'Ameuble· ment et le. grand. Magosin •• ~ .Charles"Charles 29 juin 2010 à 15:21 (UTC),Charles"~~,Charles"~"'~,

  • UNE RESTITUTiON

TARDIVE VOici ma contribution au débat du schéma sur les jwifs. Vous pouvez - à condition de n'en rien modifier - publier ce texte. Je comprends fort bien, en revanche, que la rédaction de Droit et Liberté ajoute en pOstscriptum qu'elle n'approuve pas la « verdeur » de mon style ... La brève déclaration d'André Schwarz-Bart, publiée dans ' l'avant-dernier numéro de Droit et Liberté, m'a ému, autant par sa concision que par sa justesse. Nulle acrimonie, mais une certaine tristesse : celle d'un homme qui a intériorisé deux mille années d'offenses

nulle raison de participer

à l'optimisme béat des thuriféraires, mais le rejet, enfin ! de la vocation du martyre. Il eût été difficile de dire plus avec si peu de mots, de le dire plus. clairement et plus dignement. Je suis d'autant plus chagriné que cette déclaration ait fai.t des mécontents, et que Schwarz-Bart se soit empressé de mouiller son vin. J'admets que ceux-là qui ont annexé la charité puissent s'offusquer d'une attitude qui manquerait de reconnaissance ; j'admets aussi qu'il y ait quelque maladresse à chatouiller les bienpensants dans un endroit sensible en un temps où ils marquent préCisément de bonnes dispositions à la mansuétude - encore que l'unanimité ne se soit pas faite sur ce point. Estce ainsi que l'on remercie les Gentils, si gentils? (Encore une expression issue d'une facile complaisance, et qu'il faudrait réformer : gentils dérive de gentes, les gens, c'est-à-dire « les autres », ceux que le juif Saül, devenu Paul, cherchait à convertir à la bonne parole; que le catéchisme français ait fait de ces gens des gentils, par opposition aux juifs - sous-entendu non gentils - n'y a-t-il pas là de quoi troubler une ,âme infantile ?). Pourquoi dopc SchwarzBart se fût-il montré plus rabbin que les rabbins qui, ' eux, se réjouissent publiquement de ce qu'un vote eût écarté avec mollesse la suspicion d'une opprobre de leur peuple? On a sans doute convaincu le romancier de la nécessité de faire amende honorable. Concile ici, conciliation là : cela regarde finalement les uns et les autres. La voix de la raison me soufflait de ne pas m'en mêler. Le silence est toujours d'or. Le Dieu des uns et des autres, fût-il le même, ne m'est rien! Et ma foi en l'homme n'est pas très sûre d'elle : tantôt elle m'entraîne à des espérances, tantôt à des amertumes. Si l'antisémitisme n'est en aucun cas une position morale, l'antiracisme en est une dans tous les cas : inconfortable, quand on est soi-même désigné par la discrimination; confortable, quand on se donne l'illusion de jouer aux arbitres. Mais nul n 'est arbitre en la matière, et chacun est au coeur de débat : du côté des bourreaux ou du côté des ~/ictim es . Il importe avant tout d'en prendre conscience. Le reste est affaire de sensibilité et de tempérament, de vigilance et de maîtrise de soi. Les parOles que je vais écrire, je les ai pesées une à une &ur la microbalance. S'eston bien rendu compte de ce que les atermoiements et les tergiversations de Vatican II à propos de quelques épithètes appliquées aux juifs comme « réprouvés », Il maudits », « coupables » ont pu avoir d'irritant? Cette docte réunion d'évêques, quelque chose comme un congrès radical-socialiste exceptionnel, convoquée pour rajeunir les structures gelées de l'Eglise Romaine, par nécessité intérieure et pour raffermir une autorité morale quelque peu ' entamée par l'Histoire, qui avait plus besoin de s'absoudre elle-même que d'absoudre des peuples qu'au nom de l'amour universel elle avait persécutés et laissé persécuter, ce qui revient au même, pendant des siècles, la voici Q)li rectifie une erreur millénaire, ce qui est fo rt louable en soi et pour elle. « Quand une vérité est tenue pour fausse, ce n'est pas la vérité qui en souffre, mais ceux qui se trompent ». Par malheur, le mot « erreur » ne couvre rien du mal qui a ' été fait. Sans doute fallait-il que l'enseignement du mépris contre quoi Jules Isaac avait milité avec tant de mesure prit fin. Mais je suis stupéfait que les uns et les autres, victimes et bourreaux, s'excitent comme des potaches quand se tient le conseil de classe de fin d'année. Tous voudraient que ce schéma fût un cadeau à l'humanité - alors qu'il est, au mieux, une restitution tardive. « Mieux vaut tard que jamais )), a écrit Mme Suzanne Collette-Kahn. Sans doute. Le jour où j'aurai connaissance d'une catholicité respectueuse des dogmes de son Eglise, je commencerai à faire cas de ce schéma. En attendant, il m'avait semblé que cette restriction était aussi contenue dans la brève déclaration d'André Schwar~Bart . Mais, puisqu'en fin de compte lui aussi est content, j'aurais mauvaise grâce à ne pas l'être. Herbert LE PORRIER Paris-VII' LE GALA DU M.R.A.P. Veuillez trouver ci-joint un chèque en règlement des billets que vous avez bien voulu me faire parvenir pour le gala du 22 novembre. Quelques remarques concernant le beau spectacle : beaucoup pour les jeunes, pas assez pour les !moins jeunes. Tous mes amis, tous d'ailleurs amis du M.R.A.P., sont de cet avis. Vous souhaitant du succès dans votre et notre lutte, je voue prie d'agréer, Monsieur le Secrétaire, l'expression de toutes mes sympathies. M. GAll LI Montrouge (Seine) • • • Avant de terminer' ce petit mot, permettez-moi de vous dire que votre dernier gala a été une très grande réussite qui n'a pu que réjouir le coeur de tous les antiracistes. Gérard MILLIOT Boulogne-sur-Seine 'CINQ COLONNES A LA UNE : TROIS REFLEXIONS Je m'attendais naturellement comme tout à chacun, à voir figurer au sommaire du grand magazine télévisé de P. Lazareff, P. Desgraupes et 1. Barrère, des séquences sur le rebondissement de la crise congOlaise et la mission des parachutistes belges. Mon propos n'est pas de revenir ici sur ces heures dou- ' loureuses, dont -toutes les mémoires garderont longtemps le souvenir et dont le bilan est à « verser au compte de cet enchainement de violences ... qu'on a trop souvent pris l'habitude d'appeler l'Histoire Il (je cite ici de mémoire le commentaire de P. Desgraupes). Certes pas. Mais aprèS cette emlssion remarquable comme toujours, j'éprouve le besoin de m'expliquer pour quoi je n'ai pas aimé cette séquence, moi le « Congolais » ( car l'Africain que je suis n'est ni plus ni ' moins qu'un Congolais pour le monde européen qui l'entoure ... le regard scrutateur et perplexe de ma concierge suffirait à lui seul à m'en persuader définitivement s'il en était besoin). Devant ces images venues de Stanleyville et de ses environs, devant cette désolation, devant la mort qui partout régnait, on ne pouvait que rester muet, accablé, désemparé. Et ce n'est pas le commentaire de P. Desgraupes, simple, spontané, et combien brutal dans ses laconismes qui nous aurait incité à élever la voix, si tant est que notre gorge nouée eût laissé passer un son, ne serait-ce même qu'un sanglot... Mais une nuit a passé, et subsiste cette impression d'inachevé, ce malaise comme si on m'avait sciemment abusé. Pourquoi ai-je ressenti, au milieu des images de ce drame, la toilette des bébés noirs comme une escroquerie morale? Non que je veuille contester le fait en soi qui n'a rien que de naturel. Toute femme blanche en Afrique, de la mère de famille à la jeune fille, en passant par la religieuse, a éprouvé, à un moment ou à un autre, le désir de baigner et talquer un négrillon, et nombreuses sont les Africaines (à commencer par mes propres soeurs) qui raffollent de s'occuper, dans de grands éclats de rire, de bébés blancs. Il n'y aurait, par conséquent, là rien d'extraordinaire, n'eussent été les circonstances ... ... Mais je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est une pièce judicieusement et « intelligemment)) glissée pour plaider une certaine cause, ou plutôt pour intenter un certain procès. Et là, je m'insurge, je m'inscris en ' faux pour employer un langage plus approprié. Cette émission qui, à un certain moment, aurait pu passer pour un témoignage lucide, courageux, d'hommes intelligents et sensibles, a brusquement pris pour moi un autre visage, celui de la machine à remonter la rancoeur des Européens, inexorablement, jusqu'à ce qu'ils en viennent à se poser la question de savoir s'il leur est possible de vivre désormais aux côtés des Africains, alors que ces derniers massacrent indistinctement les blancs, aussi bien ceux qui les aiment et les aident ' (les bébés) que les aut res ... (qu'on ne nous a pas montrés; existent-ils d'ailleurs? . .) Et de la rancoeur née d'urie telle injustice à la haine racüÙe, il n;y a qu'un pas, que certains ont franchi d'autant plUS aisément qu'ils avaient déjà un pied dans la place. Il nous suffit de nous référer aux titres d'une certaine presse et même aux écrits de certains journalistes que nous aurions pensé moins enclins aux généralisations hâtives. Ma deuxième réflexion sera réconfortante et pour tout dire optimiste. Elle m'est fournie par les hommes, et plUS précisément par un homme : le second des deux « rescapés )) de Stanleyville, interviewés, puisqu'il faut ainsi les appeler malgré la somme d'horreur et d'humour maccabre dont se charge ici ce mot. Ce jeune Belge m'a réconcilié, non seulement avec l'Humanité, mais surtout avec les Belges, que nous autres colonisés ou excOlonisés tenions, il faut bien le ·dire, en piètre estime pour ne: pas dire plus. Tant qu'il y aura des hommes de la qualité de celui-là, aucune cause ne set;a jamais désespérée. Et je comprends tout le mal qlàprouverait sa jeune épouse à ',ré primer ses sourires devant la caméra et ce, malgré les questions graves auxquelles devait répondre son époux. S'il m'est permis de "formuler un • souhait à cette époque de l'année si propice à ce genre de démarche, c'est de voir un jour mes soeurs, du moins celles non encore pourvues de maris, prendre un « époux de cet accabit ». Oui, tant qu'il y aura des hommes aussi tranquillement intelligents, lucides et objectifs, l'espoir survivra.

Car l'espoir est là malgré l'image de cet officier de parachutistes belges, le colonel Laurent, je crois_ Sans vouloir m'en prendre à la personne même du colonel, j'avoue que, pendant qu'il occupait l'écran, et bien longtemps âprès, j'ai frémi d'horreur

la même horreur qui me

secouait devant ces corps inertes que les Congolais avaient laissés derrière eux en disparaissant dans la brousse ; mon horreur devant la mort violente, la mort procurée à l'homme par l'homme. J'avais devant les yeux le visage d'un Tuel.lr. Un tueur intelligent, lucide, entraîné et efficace, à sa façon objectif et même honnête. De quoi nous a parlé cet officier ? Du déroulement de l'opération, de son mécanisme rigoureux, dont le « planing » ne laissait pas de place à l'improvisation, encore moins à la poésie. Au passage, il félicite les pilotes américains pour leur technique et leur adresse d'as du manche à balai; il reconnaît que les « rebelles », bien armés et « travaillant )) en « petits groupes )} ne sont pas faciles à réduire. Il a un mot affectueux pour « ses hommes » dont il a dû exiger une seconde miSSIOn exténuante sans leur laisser le temps de récupérer des fatigues de la première. Mais de ces blancs qu'il est allé sauver à tout prix, pas un mot, ou presque. Après avoir vu et entendu ce colonel, est-il encore besoin de se poser des questions? Est-il encore besoin de se demander pour quoi, pour qui, la Belgique, nation dynamique mais qui n'en est pas moins un petit pays, même à l'échelle européenne, et ceci sans intention de froisser quiconque, pour quoi, pour qui, dis-je, la Belgique forme-t-elle des colonels Laurent et ses hommes? LE LIT P. H. COULA Paris-XIV' DU POURRISSEMENT ... J'avais souscrit un abonnement de soutien, appuyé de surcroît par une souscription volontaire, I!ensant que votre mensuel était vraiment contre le racisme et l'antisémitisme et pour la paix. La lecture du N° 2:18, dans lequel vous avez osé insérer un supplément de Jules Chomé sur le Congo, m'amène à changer d'avis. Avant d'imprimer des articles tendancieux et engagés au bénéfice d'une subver sion violente, raciste, vous devriez vous informer et réfléchir aux conséquences de vos actes. Je suis sûr qu'en Belgique, aucun vrai antiraciste ne pourra tolérer votre insigne faute ... ... Je pourrai, en conscience, à l'avenir dire ce que je pense de votre feuille qui fait, elle aussi, peut-étre inconsciemment, ce qui est plus grave, le lit du pourrissement politique général qui ' caractérise notre époque. Yves DURAND Sceaux VOTRE INTERESSANT NUMERO 238 Je vous serais très reconnaissante de bien vouloir me faire envoyer, à mes nom et adresse ci-dessus indiqués, six exemplaires de votre si intéressant N° 238 (15 décembre 1964-15 janvier 1965). Je me permets de joindre à cet effet û F en timbres, plus une évaluation approximative de vos frais d'envoi, à la présente demande . Et vous remerciant vivement par avance, je vous prie d'agréer, Messieurs, la modeste expression de mes encouragements et de mes sen timents les meilleurs. Mme Marcel CARI VEN Paris-XII' 9 _____________I __~ __~_ I_ ~~-~~_UCharles 29 juin 2010 à 15:21 (UTC)-Charles-~~_-_~_ -___________ _ lANDORRA Une oeuvre de combat Consacrée au problème de l'antisémilisme, « Andorra " est une pièce de grande qualité et une oeuvre militante. Les amis du M.R.A.P. se doivent de venir nombreux ainsi que leur famille, à la première d' « Andorra ", le dimanche 24 janvier, à 15 heures, au Théâtre d'Auberv illiers. lis proftteront d'un excellent spectacle monté par Gabriel Garran, le directeur du Théâtre et feront ainsi acte d'antiracisme. Location des places au Théâtre d'Aubervil liers, 2, rue Edouard-Poissen, et au M .R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2' . Tél. GUT. 09-57. Prix: 9 F et 15 F. C.C.P. 14-825-85 Paris. TROIS BROCHURES A VOTRE DISPOSITION • « LA COMMUNAUTE DES NATIONS CONTRE LE RACISME », brochure préfacée par le Président René Cassin , réunit l'ensemble des textes adoptés par l'O.N.U . et l'U.N.E.S.C.O. depuis leur création sur le problème du racisme . • « LE DRAME CONGOLAIS n, reproduit l'étude de M' Jules Chomé qui avait été publiée sous forme de supplément dans le dernier numéro de « Droit et liberté ". • Sur le problème de la prescription, une brochure, de même format, est en préparation. Elle reproduira, dans son intégra lité, les exposés présentés par Charles Palant, le bâtonnier Arrighi, Maurice Rolland et Jean Schapira à l'assemblée d'information du 13 janvier 1965. Ces trois brochur*es peuvent être commandées à « Droit et Liberté ", 30, rue des Jeûneurs, Paris-2'. C.C.P. Paris 6070-98. Prix: 2 F l'exemplairP.. NOS DEUILS Françoise SPI RA , qui s'était entièrement mise au service du théâtre, durant sa trop courte vie, n'est plus. Actrice admirée, elle avait ,en 1951, interprété Chimène aux côtés de Gérard Philipe. Directrice de l'Athénée, elle fut ambitieuse et audacieuse. A diverses reprises, elle témoigna sa sympathie au M.R.A.P. et s'associa à certaines de ses manifestations, participant par exemple à notre débat sur « Le Vicaire )), il y a tout juste un an. Avec la disparition de Françoise Spira, le théàtre perd l'une de ses grandes figures, et c'est une amie que nous perdons. René ROUSSEAU*, présid€l1t de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail, est . mort le 29 décembre 1964, des suites d'une longue maladie, à l'âge de 58 ans. Militant inlassable pour la cause du sport et de la paix, René Rouss·eau avait mai.ntes fois manifesté son attachement au combat mené par le M.R.A.P. « Droit et Liberté» publiait, il y a quelques mois, un article de lui sur les Jeux Olympiques. Que sa famille, son organisation, trouvent ici l'expression de notre sympathie. Nous avons eu la *do uleur de perdre un de nos chers amis, M. Simonovitch, âgé de 82 ans, assassiné dans des circonstances que la presse a rendues publiques. Que la famille de ce dévoué militant du M.R.A.P. - M. Simonovitch a fait partie du premier Conseil National - soit assurée que nous comprenons et partageon~ sa peine. M. Isaac YANKE*L EVITCH, président honoraire de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France, vient d'avoir la douleur de perdre sa f~ mme. Nous lui exprimons nos sincères condoléances. NOS JOIES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de nos amis Claude Treffé et Marie·Christiane Joffrain, tous deux militants du Comité de la Région Parisienne du M.R.A.P. Nos amicales félicitations et nos voeux les meilleurs aux jeunes époux. Nous félicitons tr*ès cordialement nos amis M. et Mme Serge BROUSSINE à l'occasion de la naissance de leur petite fille SONIA. PAR!S-16e Après la Yent~-signature •.• Suivant l'exemple du Comité du 9', celui du 16' arrondissement a organisé le 15 janvier, à la librairie Saint-Honoré, 1, rue Mesnil, une vente·signature du livre du président Paraf : « Le racisme dans le monde ». Les membres du Comité au grand complet, entouraient le président, souriant et affable. Des visiteurs, venus nombreux achetaient le dernier livre de Pierre Paraf et s'intéressaient à la vitrine .où se tenait depuis le 9 janvier, une exposition de photos et documents sur le racisme. '" une séance ciném,atographique D'autre part, le Comité du M.R.A.P. du 16' arrondissement organise, le dimanche 14 février, à 10 heures, au Studio Ranelagh, 5, rue des Vignes (16' ), une séance cinématographique au cours de laquelle sera projeté le film « Mein Kampf ». Maitre Yves Jouffa, Avocat à la Cour, Président de l'Amicale fraternelle des an· ciens internés et déportés du camp de Drancy, membre du Conseil National du M.R.A.P., présentera le film et fera un exposé, suivi de débats sur la prescription des crimes nazis. « Samson ~ au lycée de COURBEVOIE ... Le 1" février, M' Jean Schapira, membre du Bureau National présentera le film d'André Wajda « Samson )), au lycée Paul-Lapie, à Courbevoie, dans le cadre des activités du Club U.N.E.S.C.O. ... et à GRENOBLE Le fiim d'André Wajda, ({ Samson )) se· ra présenté à Grenoble, le jeudi 28 janvier 1965, à 21 h. au cinéma ({ Le Club )), sous le patronage du Comité du M.R.A. P. de cette ville, dans le cadre des Deuxièmes Journées du Film pour la Jeunesse. A STRASBOURG : « Le procès de Julie Richards » Le Comité du M.R.AP .. de Strasbourg, organise le mardi 19 janvier 1965, une soirée de gala à l'occasion , de la' première dans cette ville, de l'émouvant film de Larry Peeree ({ One potato, two potato )) (Le procès de Julie Richards). La reprise des cartes à CHAMPIGNY A l'occasion de la reprise des cartes d'amis 1965, le Comité du M.R.A.P. de Champigny avait convoqué tous ses amis, le 10 janvier, à la Maison Commune de Champigny. Cette réunion qui était placée sous la présidence de M. Kergoat, membre du Bureau du Comité de Champigny, et au cours de laquelle, Charles Palant, secré· taire général du M.R.A.P. prit la parole, se termina par un vin d'honneur. LES ACTIVITES DU CLUB AMITIE Le Club Amitié, dont l'activité ne cesse de se développer et de s'intensifier, consacre une attention toute particulière à l'organisation de la réunion du 27 janvier. Ce soir là, au siège du Club, 82, bld de Belleville, à 21 h., le président du M.R.A.P., Pierre Paraf présentera son livre ({ Le racisme dans le monde )), Une campagne de propagande par affiches, distribution de tracts est engagée qui doit contribuer au succès de cette soirée. Le Club Amitié a témoigné sa solidarité dans un message adressé à l'U.N.E.F. (Union Nationale des Etudiants de France), à Jean·Claude Lévy, vice-président de cette association, qui avait été lâchement agressé par des éléments de groupes néo-nazis. D'autre part, le Club Amitié 31 adressé une lettre exprimant son indignation au Gouverneur du MissiSSippi à la suite de la mise en liberté des meurtriers des trois militants antiracistes, assassinés le 21 juin 1964, près de Philadelphia. En feuilletant « Droit et Liberté»

  • Suite de la page centrale.

dict du tribunal de Prétoria qui condamne à la prison à vie les huit dirigeants sud-africains, il a décidé de matérialiser 5'a protestation par un lancer de tracts au stade Roland-Garros où se déi'oulait le match de Coupe Davis entre la France et l'Afrique du Sud : six militants du M.RA.P. sont arrêtés. NUMERO 234, numéro d'été : la , vague de' chaleur s'accompagne d'une vague de racisme. En France : la municipalité de SaintClaude veut interdire la piscine aux Algériens, ses arguments alimentent la campagne de « Minute » et donnent lieu à d'autres initiatives du même genre. Le M.RA.P. proteste et organi~e un meeting à Saint-Claude. Aux Etats-Unis, l'app.1içation du vote de la loi sur les Droits Civiques entraî. ne des incidents sanglants. Jean-Pierre N' Diaye, directeur du B.E.R.A. (Bureau d'Etudes des Réalités Africaines) qui revient des U.S.A. nous fait part cie se~' réflexions. Juillet 1964, c'est aussi le XX' anniversai re cfe la Libération. L'historien Léon Poliakov et Me Catherine Ammar, ancienne déportée clisent ce que fut ce passé cie clouleur et cie souffrances. Dernière manifestation célébrant le XX" anniversaire du M.RA.P., l'exposition- vente cI'oeuvres d'art : les Artistes contre le racisme, ol'!;anisée les 29 et 30 juin, au Palais Galliéra, connaît un brillant succès. L'EFFIGIE D'ANNE FRANK, telle qu'elle apparaît sur la méclaille éclitée par l'Hôtel des Monnaies, orne la première page du numéro cie septembre.

'liais les assassins d'Anne Frank n'ont

pas été tous punis : certains voyagent, tel l'ancien S.S. 2ech N enntwich, évadé cie la pris~lI1 de Hanovre ; d'autres se cachent et poun·ont revéI1;î' parmi nous si Bonn applique son projet de prescription, projet clont Jean Boulier et l'Amiral l\Iuselier 5'Oulignent la gravité. La haine et les préjugés ne connaissent pas de vacances : le mensonge et la peur sont exploités dans la presse raciste (article cIe Nicole de Hoisangcr). Algér iens. noirs, gitans sont les victimes de réactions épidermiqucs. Aux U.S.A la rentrée scolaire rcste marquée par la ség-régation, tandis quc la bataille électorale pour la présidence se déroule cn fonction du racisme qllC défend Gold\\"ater (article de Claude Faux). DANS LE MONDE ENTIER la lutte antiraciste est ù l'ordre du .jour. proclame « Droit et Liberté » d·octobre. A Rome, le Concile, al! cours cie débats animés, qu'analyse N. cie Boisanger, examine le schéma sur les juifs ; à New-York, une Convention internationale contre les discriminations est soumise à l'O.N.U. ; à Moscou, 22 savants des 17 pays réunis sous l'égide cie l'U.N.E.S.C.O. conclamnent le racisme au nom de la science, dans une déclaration que prés-ente le professeur Jean Hiernau'x. Les sanglants événements clu Ruancla, clont Jules Chomé explique l'origine et le mécanisme, montrent la nécessité de telles mesures, eu un temps où le clanger de la renaissance nazie est toujours présent. N'assiste-t-on pas en France et à l'étranger à des tentatives d'innocenter Hitler, cie blanchir les criminels nazis, de réhabiliter Pétain. Vercors élève sa protestationdans une lettre que publie « Droit et Liberté ». Les problèmes des relations inter-raciales se posent avec une acuité accrue en Amérique Latine, explique le professeur Roger Bastide. Dans son livre rui vient de sortir, « Le racisme dans le moncle », Pierre Paraf, président du M.RA.P., fait le point des luttes en cours pour la fraternité humaine, et montre les perspectives ouvertes. I L A FALLU consacrer une double page du numéro de novembre à la campagne, raciste menée contre les AlgéTiens, les Juifs, les Noirs, par des journaux comme : « Minute », « Europe Action », par cles tracts du « Nouvel Ordre Euronéen », cie la Fédération des Etudiants Nationalistes', de « Jeunesse Action )J • • D'une façon nlus subtile et plus nuancée, les pt.:.éjugés cliscriminatoires sont au centre de la pénible affaire Hochberg. L'agitation raciste cristallis'ée autour de Tixier-Vignancour, a un autre cheval cie bataille : la réhabilitation cie Pétain , l-éclamée par les nostalgiques de la collaboration. Jean-Pierre-Bloch démontre ilyeC fOi'çe le danger cI'une telle Cill11pagil('. Pcndant ce tenJPS, la lutte pour les droits civiques continue en Amérique qui vient de choisir son président. « L'Amérique a bien voté », nous déclare André Maurois, Melvin Van Peebics c;,plique les mobiles de ce choix. Tandis que se déroule la troisième scssion du Concil c, où le schéma sur les juifs suscite de vives cliscus5'ions, Jacques l\Iadaule. clans un article consacré Li. Edmond Fleg et Jules Isaac, se fait encorc une fois le l)orte-parole du rap~ prochel11ent j\Jcléo-chréticl1, tan cl i s qu'André Schwarz-Bart exprime une certaine amertume . l 'ANNEE 1964 'achève avec le numéro 2,8 et les voeux du M.RA.P. présentes par cette petite fille à la fleur. symbole éternel de paix et d'innocence. Comment vit le M.R.A.P. Malheureusement, la réalité demeure loin de nos voeux : le 5'ang coule au Congo cx-belge où cie graves événements se sont déroulés en novembre et décembre. contribuant, selon la manière clont ils furent exprimés, à alimenter la propagande et les haines racistes. L'étude cie M. Jules Chomé sur ce drame, représente un effort remarquable de synthèse et d'objectivité. Coïncidence dans Je temps, ({ L'état sauvage » de G. Conchon pourfend le racisme anti-blanc Max-Pol Fouchet, au cours' d'une .interview justifie les réserves que le « Goncourt » lui inspire.

  • Suite de la page centrale.

personnel du M.R.A.P., compte tenu de ses activités. Ainsi {( Droit et Liberté )) avec deux rédacteurs seulement, est peut-être le seul journal en France qui soit réalisé à si peu de frais. Cela 'n'empêche que nos amis en appréCient la qualité. A nos bureaux travaillent en outre, une secrétaire et deux sténo· dactylOS ainsi qu'une comptable à mi·temps. Fort heureusement, nous bénéficions de l'aide bénévole de nos amis et militants __ c'est pour nous la plus grande richesse. Mais, chaque jour, se fait sentir de plus en plus la nécessité d'élargir avec un personnel qualifié, cet {( appareil )) permanent, en fonction du développe;,nent du Mouvement et de l 'ampleur des taches auxquelles il doit faire face. Sinon, 'nous risquons d'être dépassés ... - Quelles sont les perspectives pour 1965 ? - Bien sûr un accroîssement de l'activité du M.R.A.P. Deux manifestations sont prévues powr le seul mois de jan· vier : l'assemblée d'information sur la prescription des crimes nazis et le Gala orgoenisé par le M .R.A.P. au théâtre d'Au· bervilliers, à l'occasion de la premlere française de la pièce de Max Frisch {( Andorra )), consacrée au problème de l 'antisémitisme. Je conclurai en disant, que, contraîre· ment à une organisation pltilantropique qui répartit son aide en fonction des fonds dont elle dispose, le M.R.A.P., par son objectif même est toujours appelé à agir avant tout, et qu'il doit se procurer les moyens financiers en conséquence. La lutte antiraciste, l'aide aux victimes du racisme ne connaissent pratiquement pas de limites, surtout à notre époque où quotidiennement la {( une )) des journaux est remplie, sous une forme ou une autre de faits propres à déclencher notre action. Mais il est de fait que l'ampleur, l'efficacité de nos efforts et de 'nos am· bitions se trouvent limitées par les ressources dont nOUs pouvons disposer. Si nous pouvions faire mieux connaître {( Droit et Liberté », qui est notre meilleur porte-parole, en l'envoyant massivement à titre gratuit, si nous pouvions entreprendre régUlièrement de vastes campagnes d'affiches ; si nous pouvions disposer des moyens de propagande les plus perfectionnés, l'influence de nos idées se développerait, bien sûr, plus vite et plus profondément. Lo racisme aux multiples facettes se manifeste aussi en France : ins'criptions hitlériennes sur la synagogue cie Neuilly, tracts racistes, agressions contre cles étucli'; lnts du M.RA.P., contre des Africall1s. Fort de leur impunité, . les néo-nazis se manifestent. Que serait-ce si la prescription clevenait effective en mai 1965. .T acques Delarue, dans son article « Fantômes à croix gammées » montre la gravité de la mesure prévue par Bonn . La lutte antiraciste se fortifie : le Concile adopte le schéma sur les juifs. D'importantes nersonnalités cie toutes tenclances donnent leur avis sur cet évé- 11 emen t ma jeu r. Le nouveau théâtre cl' Aubervilliers monte la pièce cie Max Frisch « Andorra », consacrée au problème de l'antisémitisme. Gabriel Garran, metteur en scène de la pièce et directeur du théâtre explique pourauoi ... 10--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L'admirable donation d'A. et G. Besson ·à des musées franc-ais HEUREUX musées de Besançon et de Bagnols-sur-Cèze! Qu'il s'agisse de celui de la capitale franc-comtoise ou du musée créé au bord du Rhône par Albert André, chacun peut se flatter d'un enrichissement précieux: c'esl entre ces deux organismes, en effet, que George Besson et sa compagne - hélas ! victime d'une crise cardiaque le jour même où allait être inaugurée, au musée du Louvre, la collection léguée - ont partagé l'ensemble "..'. ........ -----""'- des oeuvres réunies de concert par eux, depuis cinquante années d'un commun amour de la peinture. Infiniment émouvante par la disparition subite, un tel jour, de Mme Besson, cette création, cet enfantement d'une sélection semblable d'huiles, de dessins, d'aquarelles, ne l'est pas moins par la ferveur éprouvée, côte à côte, par D/une année à l'autre LES ans se suivent et. tout comme les les jours. ne se ressemblent pas. 1964 a connu une floraison d'expositions brillantes. de manifestations mémorables et restera comme l'année Toulouse-Lautrec succédant à l'année Delacroix pour apporter aux érudits. aux « informés ". comme au vaste public de substantifiques joies du regard et de l·esprit... Mais il serait peu sage d'attendre de 1965 un semblable niveau de talent ou de génie. Non pas qu'on ne pourrait trouver matière. sujet ou même prétexte, mais il faut bien reconnaître que le coeur n'y est pas. Du moins. si l'on ose ainsi écrire, le coeur du Pouvoir. On ne le sait que trop: le fait du Prince s'exerce en faveur des producteurs d'un « art " qui s'inscrit en faux contre toute la tradition de la culture et de l'humanisme français et les pires impulsions président aux choix des festivités offertes aux contribuables et aux touristes étl·angers. N'étaient les dons faits par des particuliers - et parfois dans des circonstances équivoques - qui ne ~'éton nerait (au minimum) des acquisitions de l'Etat? Et de ses commandes à sens unique? Ainsi . après Toulouse-Lautrec (au PetitPalais) et les oeuvres inachevées de Rouault installées au Louvre en bouleversant le Salon Carré, que nous offrent les musées? Avenue Wilson, rétrospective Albert Gleizer. Même couverte. patronnée par un musée allemand et un célèbre musée américain, elle n'enchante pas les petits maîtres de la critique. L'évocation de ce cubiste de la première heure. de ce mystique élaborant ensuite non à l'aide de cubes mais de lignes courbes, de spirales. une transcription souvent absconse de ses méditations, n'a évidemment pas de quoi enthousiasmer ni surexciter beaucoup le spectateur déjà blasé par la prospection de tout le ban et l'arrière-ban du cubisme et du post-cubisme . ... Encore moins J.-B. Millet trop aisément accablé sous le rappel de son trop fameux Angelus et dont pourtant le musée Jacquemard-André démontre que sa maîtrise de dessinateur expliquait bien à elle seule le respect que lui vouait Van Gogh . ... Pas davantage n'a eu de chance aux yeux des aristarques nouvelle-vague la rétrospective réunissant un choix d'oeuvres de ses amis autour de Leprin. peintre montmartrois. « peintre maudit " comme on aime dire, qui finira. peut-être. par obtenir la place de choix qu 'i l mérita entre Utrillo et Guizet. Maintenant c'est au tour de Jean Puy d'obtenir. galerie Durand-Ruel. l'hommage dû à un post-impressionniste. à un ami et pair de Valtat. de 'Manguin. etc .... qui se démontra paysagiste sensible et peintre fervent de la Femme. Les semaines écoulées ont vu d'ailleurs des expositions dignes d'attention : celles de Savitry. interprète savant et poétique du mystère du Nu féminin (galerie Le· tourneur). des Heures Folles du Musichall (galerie Motte). c'est-à-dire : Gesmar. Erté, Paul Colin, etc ... ; Clayette, notre Piranèse constructeur d'édifices fantasti ques (galerie Dulac). Mayet. robuste bâtisseur de paysages et vigoureux dessinateur (galerie Cailac) . Houplain. maître imaginatif de l'eau forte (galerie des Peintres graveurs) . Actuellement. à l'Institut Néerlandais. voir les toiles ou subtiles ou truculentes d'Anton Kruysen, en qui se manifeste bien le climat intérieur reçu de son Brabant natal. A partir du 1" février. Bernard Buffet (galerie David et GarnÎer) . De nouveau. une suite d'oeuvres où se confirmera sa personnalité ardente. Ci-dessus : , les donateurs en faveur d'oeuvres choisies, avec autant de passion que de clairvoyance. Car loin de s'éparpiller, encore plus loin d'être accomplie sous le seul impératif du goût de collectionner, le choix raisonné autant que subjectif de G. et A. Besson s'est, dès leur jeunesse, montré singulièrement prophétique. Bonnard, Marquet, Signac, Van Dongen, requirent, parmi quelques autres, leur prédilection. Ces noms seuls suffisent à proclamer et la sûreté de leur goût et l'extrême générosité du don fait à la collectivité par deul\. grands coeurs, par deux connaisseurs éminents. Madame Besson, par VAN DONGEN. Ci-contre Naples, p:Jr ALBERT MARQUET. 14e Salon des Peintres Témoins de leur temps S L'R le thème éternel « le Pain et le Vin », les Peintres Témoins de leur temps présentent, à partir du 20 jam'ier, l'ensemble des oeuvres exécutées par quelque 80 artistes, parmi lesquels, à côté de Bernard Buffet, figurent dix-neuf invités nouveaux. Inauguré par M. J. Chaban-Delmas, président de l'Assemblée Nationale, nul • LA FIN DE L'ANNEE a été marquée d'une pierre noire : Robert Rey n'est plus. Avec lui s'est éteint un foyer de culture, comme il en était peu. un humanisme généreux dont ses ouvrages. son action de conservateur du musée du Luxembourg. de directeur des arts plastiques a donné la vaste et féconde mesure. • LES COLLECTIONS NATIONALES viennent de s'enrichir de dO:ls précieux: le portrait d'Achille Emperaire par Cézanne, donné à l'Etat ... en contre· partie de l'autorisation de vente à un musép. anglais des Grandes Baigneuses et, de Cézanne aussi. la Nature morte à la bouilloire - qui faisait partie de la collection Bernheim - soit deux oeuvres caractéristiques de la j~unesse du maître d' Aix. • A M. KAHNWEILER, le Musée d'Art Moderne est redevable du don d'une grande composition de Picasso : l'Enlèvement des Sabines, et à des collectionneurs américains. Mr CL Mrs Ch. Zadock. d'une toile de Bonnard, l'Amandier en fleurs. doute que ce Salon connaîtra cette année comme les précédentes, le très vif succès d'affluence et d'intérêt que justifie l'action passée de l'association animée par 1. Kischka. Plus aue jamais, dans le désordre, le désarroi qui affectent l'art contemporain, les Peintres Témoins ont eu le mérite de lutter efficacement pour la défense des disciplines indispensables, pour la composition, le respect du portrait et du sujet. Comme chaaue année, ouvert chaque jour au Musée Galliera, il sera égaiement ouvert chaque vendredi de 20 h. 30 à 2.1 heures, en présence des artistes exposants. W. ZAKRZEWSKI LE POLONAIS PEINTRE DE PARIS VENU pour la première fois à Paris en 56 (sauf erreur). cet artiste, formé par le solide enseignement de maîtres polonais et de l'Ecole des Arts Décoratifs de Varsovie, après quelques années de professorat, obtint de son gouvernement de pou· voir se consacrer entièrement à la peinture. Boursier de la République populaire. il a exposé en maintes capitales et partout a donné les preuves de son talent. Un talent qui atteint au maximum de persua· sion et de séduction dans ses grisailles. ses camaïeux. Une extrême sensibilité s'y révèle l'interprète émou· vante des finesses de notre ciel. (Galerie du Pas· seur) . • DANS PEU DE SEMAINES aura lieu à Paris dans une galerie nouvelle une rétrospective attendue : celle des oeuvres de Maurice Mendjisky - l'auteur du pathétique Hommage aux Combattants Martyrs du Ghetto de Varsovie. BHAGWAN KAPOOR (Galerie Michel Daubervillel. Ce jeune peintre, qui nous vient de l'Inde, expose une longue série de belles peintures inspirées par le folklore de différents peuples habitant son pays, par leurs contes, par leurs habits; par différentes scènes de leur vie. Mais il ne s'ag it pas pour BhagwanKapoor, de faire une peinture documentaire. Ses petits tableautins stylisés qui, bien que de caractère illustratif, sont de vraies petites oeuvres d'art, apportent un parfum de la poésie des peuples d'Orient. La grâce de son écriture, la finesse et la richesse de ses couleurs. le rythme mélodieux de ses personnages, des nus surtout, leur variété, sont des plus prometteurs pour la carrière de ce peintre. BETAUDIER (Galerie Furstenbergl. Peintre surréaliste, Bétaudier, Antillais né à Trinidad en 1929, expose des toiles lourdes de signification. Elles sont faciles à déchiffrer malgré leur symbolisme profond. Sans outrance, en rouge, marron, bleu, vert ou couleur feu, l' artiste peint des histoires tragiques où l'être humain, comme incrusté ou absorbé par la végétation de la . forêt vierge, rencontre la mort qui l'anéantit en le transformant en pierre, ou en tronc, durci, calciné, mais vivace, carnivore. Il n'y a pas de frontière entre le végétal et l'humain. Ses masques wnt tragiques, remplis de haine. L'éclairage est celui de 10 mort - un vert pâle. Sa « Nuit Calme », femme nue et la mort, n'est calme que parce que sursaturée de malheur et de désolation. « Dans la Vallée de larmes », est un cri déchirant, bien que muet, contre la guerre qui sème la mort. La peinture de Bétaudier, n'est pourtant pas sinistre. Le drame hallucinant qu'elle renferme exerce un pouvoir de fascination. H. ADAM.


11

Maurice BEJART nous parle de son concert dansé : l'esprit fait « C'est Schiller, qUI de Beethoven et de A meme de la oeuvre de combat dédiée IXe Symphonie à la fraternité ». une (Interview recueil'lie pa Marguerite KAGANl LE 27 octobre dernier, était présenté au Cirque Royal de Bruxelles, le nouveau spectacle de Maurice Béjart

l' « Ode à la Joie », symphonie chorégraphique construite sur la IXc Symphonie de Beethoven.

Composée d'après le poème de Schiller (1785) lequel resta longtemps le texte préféré des partisans de la Révolution française, la IX' Symphonie traduit la fidélité de Beethoven à l'idéal humaniste et révolutionnaire de sa jeunesse, sa foi dans le progrès de l'humanité, dans la victoire fu ture de la liberté, de l'égalité et de la fraternité universelle. La symphonie chorégraphique de Maurice Béjart dura une heure vingt. Elle était interprétée, sans décors, par cent mu siciens du Théâtre Royal de la Monnaie sous la direction de M. Guy Barbier, par les cent dix choristes de la chorale « A Capella » de Hasselt et par la troupe du « Ballet du XX" siècle » grossie à cette occasion de danseurs de différentes races et nationalités, au nombre de quatre-vingt-dix. Etant donné l'importance d'une telle création, nous avons cru nécessaire de rencontrer Maurice Béjart. Il nous a reçus dans le foyer du Théâtre Royal de la Monnaie, seul hâvre tranquille au milieu de l'intense activité d'un vendredi, jour habituel de « première ». -- Maurice Béjart. vous avez choisi de réaliser, sur la IX' Symphonie, ce que vous appelez un « concert clansé ». La phrase cie Schiller « Tous les hommes sont frères » que vous avez détachée cie son contexte pour la mettre en cxergue ~'ur les affiches -- je l'ai su par nos amis belges -- peut-elle être définie comme le mot d'ordre de votrc création? -- Mais oui, ce thème de la fraterlIité univel'selle entre t01lS les hommes, entre tOlites les races, m'a tOlljollrs poursuivi. Faire un ballet antiraciste, ce pouvait être montrer des ?loirs en prison an:\' Etats-Unis, des j/tifs dans WI camp de concentration, des Chinois mourant de faim, des Algériens en guerre, etc ... JI ais je pense que le ballet est un art absolmnent contraire à l'anecdote. Une Jièce de théâtre se nourrit du fait di' i}Crs, le ballet doit aborder le thème général dans une espèce d' nniversalité. Et un jour, en écoutant la IX' Symphonie. j'ai senti que le pr(Jblè11le y était traité dalls toute sa puissance, darls 1tne sorte de sOltffle cosmique, dépassant donc l'anecdote particulière d'une certaine race dans un certain pays et touchmlt l' humanité entière. Alors j'ai fait ce ballet en me mettant ~'rai1Hellt au serv ice de la musique et de Beethoven qui était, à mon avis, 1111 grand précurseur, tlOn seulement d1l point de vue musical, mais missi du point de vue spirituel et idéologique. - Cette aspiration à la fraternité uni verselle qui est au centre de l'oeuvre de Beethovcn, vous l'exprimez aussi extérieurement; je veux dire par là que vos danseu!";1 appartiennent à des races di \·erses. -- Je crois oll:il est difficile d'aborder un slljet antiraciste dans sa totalité salis faire appel à des .riens de races diffé ·rentes. J'ai pu réuni'r 2~ natiolls, des Japonais, des Argentins, des Jamaïquains, des Russes, des Américains, des Espagnols, des Congolais, des Cubains, des Haïtiens, des Brésiliens, etc ... C'est trop peu à mon avis: cela nécessite pourtC/ lit un très gros effort et un très gros travail. Bien sîir, beaI/COUp de .rIroupes ethniques tle sont pas représentés, et certains le sont d'Ilne façon insuffisallte pOlir conserver 1111 juste équilibre. C'est Ull départ, et j'espère remonter la _Veuviè17le, la l'ed01l1zer avec de plus en pll/s de ?/londe, de plus en plus de races différellles. - Les maillots ct les turbans de \'os danseurs sont de couleurs di fférentcs s'elon le mouvement de la symphonie. Chaque couleur symbolise-t-elle une race en particulier? -- J'ai voulu e:t:pril/ler par là un doitble symbolisme. D'ulle part, un symbolisme etlmique .' les quatre couleurs des maillots des danseurs -- brun, rouge, blanc et jaune -peuvent en effet représenter les principales races humaines. D'autre part, ml symbolisme cosmique .' ces différentes couleurs corresponde1' lt aux quatre éléments -- la terre, l'air, le fer ct l'eau -- suivant 1tne trad- itiol1 de l'Antiquité et du Moyen Age, et définissent ensuite les ql/atre parties de l'oeuvre de Beethoven : le premier mouvement, allegro, c'est la terre, le brun, Olt la joie par la lutte, par la volonté de résistance de l'homme à son destin; le deuxième, scherzo, rouge, le feu, ou la joie par la danse, par l'activité, la vitalité de l' homme " le troisième. adagio, blanc, ,l'eau, la joie par l'amour~ par l'intimité du coel/r,' le q11atrième mouvement, le finale, jaune, l'air, le soleil, la joie universelle par la proclamation révolutionnaire. -- En créant une chorégraphie sur la I!(' Symphonie, n'allez-vous pas au delà des intentions de Beethoven et de Schiller? -- Peut-êtl'e, tout en restant cependant dans la l1'gne tracée par l'aute1tr. Ainsi, j'ai appris -- et cela m'a fait plaisir -- par certains critiques belges, parisiens Olt même allemands, que Èeethoven avait toujOU1'S VOl/ln faire de la IX', en tout cas du dernier mouvement, un gmnd sPectacle avec danse; et il avait éCl'it sllr des partitions .' « Mit chor und tan:: ». Il n'a pu réaliser cette idée pour plusieurs raisons. Entre autres, pour des raisons politiques; Ol! craignait que son oeuvre, sortie du concel't, prenne trop d'expansion et devienne une espèce de manifestation. On m'a appris aussi qn'au déPart , Schiller Il'avait pas écrit un hymne à la joie 'Illois un hymne à la liberté : le 1IIot « freud » étaii Tell/placé par le 1IIot « freiheit » qui vent dire liberté; la censure l'ayant interdit, par craillte des manifestations, Schiller a challqé «freilteit» el! « freud » alt dernier momcnt. C'est devenu l'hyllme à la joie alors qu'à l' oriqine l' oeuvre avait vrailllent I/IL sells idéoloyiqne et révolutiolllwire. -- En montant la IX" ' comme ~·ous l'avez fait, Maurice Béjart, you~ avez volontairement voult en conserver cette idée précisément, et en fai re non seulement une création artistique, mais surtout une oeuvre cie combat? PIERRE PARAF LE RACISME DA SLE MONDE Analyse si lucide d'un problème qui est au coeur des préoccupations majeures de l'U.N.E.S,C.O. RENE MAHEU Directeur général de l' U.N.E.S.C.O. Un voL, 238 p. Col lection ETUDES ET DOCUMENTS PA YOT .. . .... ,.......... . ......... 1 2 F PA VOT, PARIS -- AbsolulIlent. Je n'intagine pas III moindre créatiQn artistiaue qui ne soit pas ltne oelwre de combat. Je pense que l'Art n'est pas ut! divertissement mais une manifestation profonde de l'être humain, 1tne manifestation sociale q!t'Î do'it avoir 1tne réperwssiot! sociale .' pour moi, ce -ui caractérise la réussite de la IX', ce ne sont ni mes appréciations, ni celles des critiq1tes, q1t' ettes soient b04mes ou mauvaises, c'est le m01wement de Public qu'elle a entraîné. Lorsqll' on donne la IX' (11,1 concert, 011 remplit deux salles qltand il y a un très bOH chef et Utb très bon orchestre; lorsque nous faisons des ballets à la M Ottnaie nous remPlissons di.'!: salles. Avec la IX' Symphon'ie, nous avons rempli 21 salles de ~.ooo Personnes et IIOUS Ottrions lm continuer s1lr ce rythme, tellement il y avait de demandes. Donc, nous avons touché 1tn public qui ne va jamais att concert, qui ne va jamais aux ballets, qui va 'farement ml théâtre, mais qui est Langston (S'uite de la page 12) ples nègres, qu'elle est dans une certaine mesure counable. TOUTES LES PROMESSES ... Beaucoup, enfin, lui pardonnent mal d'avoir en toute son oeuvre, en toute sa vie, mis si souvent en éviclelïce le lien qui ullit les haines raciales il l'intérêt le plu~ sordide, à toutes les attitucles antidémocratiques, à toutes les formes du fascisme ct de l'exploitation ... V'aucuns, parmi ses 1l1eilleurs commentateurs, s'obstinent ainsi à découvrir en "'èS livres quelque clualité : llll élélllcnt « naturali ste » extériorisé, symbolisé par le blues, une critique plus ou moins marxiste de la société environnante. l\[ai~', en vérité, rien ne ressemble il une telle clissociation chez Hughes. JI l'a dit ù The Crisi: en H)SO : l'obj ectif majeur cie son oeUVie a toujours été « cl'interpréter et oe commenter la vie nègre, et ses rapports avec le problèmc cle la démocratie ». C'est pourquoi poésie et action IlC font qu'un : Hughes a participé, clu reste, à toute ~ les actions entreprises pour défendre cette démocratie, en effet indispensable à C/uiconque veut en fini l' avec le racisme. 11 fut de tous les grands combats contre le fascisme, aux côtés des intellectuels les plu~ engagés; et fut même blessé pendant la guerre d'Espagne qu'il suivait comme correspondant de guerre. Lié au réel, reporter autant que poète (car le poèllle naît de la réalité même), voyageur passionné et sol idaire de tOUi[ les opprimés du monde, l'auteur de Figltt for Freedom p e n ~'e que la littérature ne se justifie qu'au prix de telles participations. D'où vicnt cette constance -- cette unité. Depuis The weary Blues, en 19~6,

l Ask '.'our Ma1lt1lta, qui est de 1961,

en pass~il1t par Fine Clothes to tlte ] ew, Sha/wspeare in Harlem, Fîeldsof wonder, MOlltaqe of a Dremil deferred, qu'il ~'e so it inspiré de tel ou tel folklore noir ou de tels rythmes de jazz, Langston Hughes n'a cessé de lancer lc même message. «Nous demanclons tout ce dont on nous a parlé clans tous les clis'cours du 4 juillet. Ne le clites pas. car on pourrait vous déclarer subycrsif

nous VOU10lIS 111 liberté ». Telle

est la conclusion cle SOli hi stoire dcs luttes de la N.A.A.C.P. Ccb lui a valu quelques cnnui!,., assurémcnt. notamment avec les cOl11llli~sions très spéciales d'une certaine époque,

Uais il n'est pas question pour lui

d'abanclcnner ces Etats-Unis. qui sont S(I nation : il clemcure convaincu qu'un jour seront tenues toutes les promesscs velin uniquement pour assister à une 1/10 nifestation sociale, à laquelle il a participé avec ferveur, et -- c'était tout à fait perceptible -- en y collaborant totalement. C'est cela qui est important. -- Pensez-vous créer la IX' Symphonie à Paris? -- Nous formulons beaucoup d'espoir dans ce sens. Dans l'immédiat, nous allons la reprendre quelques jours à Bruxelles au mois de mai. Ensuite nons entreprenons 'nne tournée qui nous cond/ tira à Varsovie, en Suède, à Lausanne au Palais des S po'rts devant lü.OOO personnes chaque soir; à Lyon-Fourrières où les représentations auront liel! en plein air. En principe nOlts la donnerons en octobre 6S à Londres, puis à Paris, mais la date n'est pas encore fixée. Den:!: autres villes m'intéresseraient é1'lormémetli.' New-York et Moscou, mais il faut attendre qu'on ?tOitS y invite. HUGHES amencaine5' et, j usoue là il y a ces frères, qu'on ne -eut trahir. « Ici au bord de l'enfer Se tient Harlem Qui se souvient des éternels mensonges, Des éternels coups cie pied au derrière, De l'éternel « soyez patients! » Qu'on nous a dit ~'i souvent... » (1) C'est pour cela, oui, qu'en cet hiver 1964, après un bref périple européen, Langston Hughes, grand écrivain noir, a regag'né Harlem. Georges-Albert ASTRE, (1) Traduit par Fmnçois Dodat, dans le beau livre qu' il vient cie consacrer ù Hughes (Ecl. Seg-hel·s). A l'Hôtel Moderne (Suite de la page 5) de stupéfiants), il mo:ntre que l'attitude des autorités ouest-~·llemandes ne se justifie nullement. D'abord, pcurquoi faire partir le délai de la prescription au 8 mai 1945, date de la fin de la guerre, alors qu'à cette épOque bouleversée, les poursuites n'étaient pas encore possibles, et que l~ R.F.A. n'existait pas encore? En outre, la Constitution de ce pays affirme que les principes généraux du Droit public international font partie intégrante du Droit interne et prime celui-ci. « Il faut donc de la mauvaise foi, déclare l'orateur, pour prétendre, au nom du Droit interne de la R.F.A., proclamer la pl'elcription. Cette attitude est révélatrice d'un certain état d'esprit, devant lequel nous pouvons être inquiets. » Mais, souligne le bâtonnier Arrighi, nous pouvons imposer un changement d'attitude : ({ Tous les Fmnçais devraient être de· buut, unis comme l'a, été le Parlement dans le vote contre la prescription, et ai~e aux Allemands : (( Si vous voulez que nous ayou, confiance en vous, il faut que vous ailpllilUicî vos propres lois et votre propre Constitution. li I( Le Gouvernement français s'honoré. rait, conclut-il, s'il intervenait aux Na. tions Unies pour que la loi votée par la France dcvienne une loi internationale. Nous devons agir tous ensemble pour qu'il en soit ainsi. »

  • En quelques mots, Charles Palant présente

la résolution finale. Il est décidé qu'elle SERA TRANSMISE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A L'OCCASION DE LA VENUE A PARIS DU CHANCELIER ERHARD. -.----- 12 Langston HUGHES porte .. parole et poète de la « révolution', noire » aux Etats--Unis A New York, en juillet dernier, il n'y avait vraiment qu'un problème, pour l'homme de la rue comme pour le businessman, pour le reporter comme pour le policier qui paradait près de Time Square sur son cheval bien lustré, et c'était, justement, cette Révolution Noire, dont on admettait depuis trois ans l'ef{istence et qui, soudain, dominait par ses clameurs toutes les autres voix, faisait passer au second plan jusqu'aux préoccupations électorales ... Au delà de la 110e rue, vers Harlem, et aussi vers Brooklyn, des centaines de milliers de « nègres » s'insurgeaient contre leur condition, contre le chômage où ils étaient réduits contre toutes les formes plus ou moins hypocrites de discrimination que le « Nord» avait imaginées. C'est alQrs que j'ai rencontré Langston Hughes, « couvrant » jour et nuit pour le New York Post ces événements sanglants, cette rébellion, que les bureaucrates de bonne volonté, qui étudiaient, statistiques cn main, la « qucstion noire » dans leurs building-s tout neufs n'avaient pas prévue. (C'était vrai, d'ailleurs, que Washington, au même moment, se préoccu1)ait des noirs; mais, essentiellement, de ceux qui, dan::; J'Alabama ou le Missi sipi, se défendaicnt contre le racisme du gOU\'crncur \,yallace, du Ku Klux Klan ct clcs mcmbres de la John Birch Society ... ) HARLEM, SA PATRIE ... Nous parlâmes dOllc surtout dc Harlem, Hughes et moi, parce que II arlclll était, pour ains'i dire, sa patrie depuis 40 ans, et qu'il en connaissait toutes lcs souffrances, toutes les passions. Mais il fut question, aus'si, de poésic - c'est-àdire de l'oeuvre impressionnante de Langston Hughes - dc scs projets en ce domaine, cie sa prochaine yisitc à cc Paris qu'il habita, jadis. avant CJue scs poèmes' l'eussent ]'endu célèbre. Et parce que le combat des noirs américains n'est aucunement terminé, parce que cette semaine la presse nous apprend que les assassins du .:\ Ti ~'~ i ssi pi vont être mis en liberté, il est naturcl d'évoquer le « mcssage » clc Hughcs, sa double importance - jc ycux Iirc son combat contre Ic racismc, ~'on cntrcprise littérairc. COTllll1ent dissocieï, au demeurant? Puisque l'oeune entière résultc d'un engagement sans réticence, et que l'inspiration vient du génie de cc peuple, de cette race, dont le poète est issu. Titulaire aujourd'hui de distinctions nombreuses, honoré en de multiples pays, PAR Georges-Albert ASTRE Hughes n'a rien perdu de cette fidélité exemplai re qui l'attache au sort de « son » peuple. Quand il fait paraître, en 1962, Fiqht fOl' Freedon, qui est l'histoire de cette N .A.A.C.p. dont il est un des principaux leaders, il ne fait qu'exprimer les revendications, les protestations qui figurent déj à dans ces Weary Bllte.\ de 1926 ... Il continue de rappeler aux h 0 m 111 e s blancs cl' Amérique ces promesse~' cie justice et d'égalité qui, bon gré mal gré, les engagent - parce qu'elles fondent toute la Constitution des Etats-Unis. A 62 ans, Langston Hughes n'oublie rien de ses premières expériences, de s'es ascenclances - qui le mirent, si l'on peut dire, en situation « privilégiée » pour p e r c e v 0 i r le candale, et engager la lutte. Comment d'ailleurs oublieraitil, lui qui naquit dans le .:\lissouri d'un père ù ce point révolté par l'oppression raciste qu'il préféra s'exiler au :\Iexique Dour trouver des conditions de yie tolér~Lh1es; d'une mère qui, en dépit d'une hautc culture. fut contrainte de faire dcs ménages afin, simplement de "i\Te? Toutes les races, aussi bien, se mêlent en ses ancêtres : indienne, noire, blanche; le sang Cherokee. du côté maternel et, de par 5'on père, quelque hérédité juiye. Mais l'élément prédominant demeufe l'élément « nègre »; et ccla, aux Etats-Unis, fait de lui un « homme de couleur », ou, simplement, plus péjorativement encore, un « nigger » ... Or, il refuse au seuil de l'adolesccnce la solution paternclle de l'exil. C'cst ù Harlem qu'il décide de vivre, quand il s'inscrit à l'université de Columbia; et c'est à The Crisïs, la grande revue noire, qu'il donnc ses premiers poèmes : « J'ai connu des fleuves, j'ai connu des fleuves vieux comme le monde et plus anciens que lc sang qui couIc dans le;; veines des hommes... »(Le Noir parle des Flellves.) C'est "ers l'Afrique noire, à 21 ans, qu'il fait sùn premier grand voyagc, pour retrou"cr lcs origines. Ce sont ses frères de race ql1 'il f réquentera à Paris, de préférence, quand il s'y retrouvera plongeur de restaurant et garçon de café (ClUe! que soit le prix qu'il attaque, aussi, il ses amitiés blanches). PRENEZ UNE CHAMBRE AU WALDORF ... La grande protestation lyrique du peuple noir, qui s'exprime entre autres à cette époque dans le;; "ers de Countee Cullen, et dans les chants du jazz, il la. fait aussitôt sienne. Hughes joue donc son rôle dans cette Renaissallce spectaculaire, qui apporta aussi aux hommes blancs... Et parce qu'il est, néanmoins, profondément sensible au message originel de la Démocratie américaine, il prend pour maîtrcs, outre Dunbar (le grand poète noir du XIX' siècle) \\'alt vVhitman et, surtout Sanc1burg ( ~ly guiding Star»). Mais le romantisme des chants profonds, l'incantation mpme des « blues » qu'il sait faire entendre mieu;.;: quc quiconque, ne lui suffisent pas. Dès son retour aux Etats-Unis, il ~'engage clonc dans la lutte de la N.A.A.C.P., \'a à l~ rencontre. à la découverte. clu prolétariat rural du Sud. Rejctant lc grand rêve, mythique encore, d'un continent noir libre et triomphant. il se fait le porte-parole des foules de Harlem ou des Sharecroppers du Sud. le poète des masses llèqrcs avec lesquelle~' il s'identifie. C'est ce refus de toute facilité morale, de toutes les tentations du succès - ce succès qui neutralise la rholte - qui fait la grancleur cle Langston II ughes

capable d'une complète lucidité,

hors de toute illusion, et héritier d'ailleurs de la longue tradition cl'humour de son peuple, il garde "i"aces en lui, lors mêmc nu'il les clis;;;ml1le sous le plus affable sourire, les puissances salutai res de l'indignation et cie la colère. Car il peut être féroce, Hughes, quand l'injustice revêt SOIl plus' hideux yisage; capable, par exemple, quand une crise économique du capitalisme condamne au chômag-e et à la misère cles millions d'êtres, d'inciter les frustrés, les .victimes éternelles. le5' sans-logis, à vel1l)' dmer et coucher au \\'alclorf Astoria nouyellement bi'tti (c'était dans les années :)0) : « Prenez une chambre au nouveau \,yarclorf, vous les parias, qu.i dormez dans les refuges de b charité ... Déjeunez-là, cet après-midi, "OUS', tous les chômeurs. Pourquoi pas? » Tl peut encore, comme l'été passé, rappeler aux hommes blancs épris cIe leur confort et cie leur tranquillité, qu'un jour pcut-être le chien enragé qui hurle c];)ns Harlem fera irruption au beau milicu de leur luxe et de leurs égoïsl1le~. Il peut même, et. il l'a fait, rappeler ù la bourgeoisIe nOIre, quelque peu coupée des sil1l-

  • Suite page 11.

CIIAPLIN et les nazI•s Dans son livre de mémoires, " Histoire de ma Vie» (n, Charles Chaplin décrit quelques rencontres qu 'il eut avec des hommes célèbres. Avec eux, ii s'entretint parfois de politique, bien qu'il n'aime guère ce mot. Son " engagement » pourtant, lui valut de solides haines et beaucoup de démêlés. Voiéi deux extraits de ce livre. Le premier explique la découverte de Hitler par Charies Chaplin , par l'intermédiaire du magnat de la presse, Hearst. Le second se déroule au début de la guerre en Europe, alors que l'Amérique attendait ci'entrer dans le conflit. Il y avait beaucoup de nazis aux Etats-Unis, et quelques visiteurs très indésirables. On verra comment Charles Chaplin les traita. A l'occasion de son voyage en Europe, Hearst visita l'Allemagne et eut un entretien avec Hitler. A cette époque, personne ne savait grandchose des camps de concentration hitlériens, La première allusion qui y fut faite se trouvait dans des articles écrits par mon ami Cornelius Vanderbilt qui, sous je ne sais quel prétexte, avait pénétré dans tlIl des camps et décrit les tortures appliquées par les nazis. Mais ces récits de brutalités sadiques semblaient si fantastiques que peu de gens y crurent. Vanderbilt me montra tlIle série de cartes postales représentant Hitler en train de prononcer tlIl discours. Le visage étai.t teI'~iblement comique : une mauvaise imitation de moi, avec sa ridicule moustache, ses cheveux mal coiffés qui pendaient en mèches dégoutantes, sa petite bouche ;:nince. Je n'arrivais pas à prendre Hitler au sérieux. Chaque carte postale le montrait dans tlIle attitude différente. Sur l'une, il haranguait les foules, ses mains crispées commes des serres, sur une autre, il avait un bras levé et l'autre abaissé, comme un joueur de cricket qui s'apprête à frapper, sur tlIle troisième, les mains jointes devant lui, il semblait soulever un haltère imaginaire. Le salut hitlérien, avec la main renversée sur l'épaule, la paume vers le ciel, me donna l'envie de poser dessus un plateau de vaisselle sale. « C'est un fou » songeai-je. Mais quand Einstein et Thomas Mann furent contraints de ,.. ..n .• .n wu ..... ...,.... .. ~ quitter l'Allemagne, ce visage d'Hitler ne me parut plus comique, mais sinistre. ( ... )

C'ET AIT étrange d'écouter de jeunes nazis à la bouche enfarinée haranguant de petits rassemblements sur la Cinquième Avenue. L'tlIl deux déclarait : « La philosophie de Hitler est une étude profonde et méditée des problèmes de notre époque industrielle, dans laquelle il y a peu de place pour l'intermédiaire ou pour le juif. » Une femme l'interrompit : « Qu'est-ce que c'est que ces discours ! s'exclama-telle. Nous sommes en Amérique ici. Où est-ce que vous vous croyez ? » Le jeune homme, un assez beau garçon à l'air obSéquieux, sourit sans se démonter. - Je suis aux Etats-Unis, et je me trouve être citoyen américain, dit-il d'un ton suave. - Eh bien, dit-elle, je suis citoyenne américaine et juive, et si j'étais un homme, je vous casserais la gueule ! Une ou deux personnes soutinrent les menaces de l'interpellatrice, mais la plupart des gens gardèrent un silence apathique. Un policeman qui assistait à la scène vint calmer la femme. Je m'éloignai, stupéfait, en croyant à peine mes oreilles. Un jour ou deux plus tard, j'étais dans une maison de campagne et un jeune frar.çais pâl€', anémique, le comte de Chambrun, gendre de Pierre Laval, ne cessa de me poursuivre avant le déjeuner. Il avait vu « Le dictateur » le soir de la première à New York. Il déclara, magnanime : - Mais bien entendu, il ne s'agit pas de prendre votre pOint de vue au sérieux. - Après tout, répondis-je, ce n'est qu'une comédie. Si j'avais eu connaissance des meurtres abominables et des tortures bestiales qui se pratiquaient dans les camps de concentration nazis, je n'aurais pas été aussi poli. Il y avait là une cinquantaine d'invi~ és et nous dînions par tables de quatre. Dans « Le Dictateu]' ». Il s'installa à la nôtre et essaya de m'entraîner dans une discussion politique, mais je lui rétorquai que je préférais infiniment la bonne chère à la politique. Sa conver, sation était telle que je levai mon verre en disant : « J'ai vraiment l'impression de boire beaucoup de Vichy. » Je n'avais pas plutôt dit cela qu'une violente altercation éclata à tlIle autre table, où deux femmes se déchainèrent. La querelle devint si violente que je crus qu'elles allaient se prendre aux cheveux. L'une criait à l'autre : « Je ne veux pas entendre ce genre de discours. Vous n'êtes qu'une sale nazie ! » Un jeune fils de famille new-yorkais me demanda doucement pourquoi j'étais si antinazi. Je lui répondis que c'était parce qu'ils étaient antihumains. - Bien entendu, dit-il comme s'il faisait une brusque découverte, vous êtes juif, n'est-ce pas ? - On n'a pas besoin d'étre juif pour être antinazi, répliquai-je. Il suffit que l'on soit un être humain normal. Cela mit tlIl terme à notre conversation. Un ou deux jours plus tard, je devais me rendre à la salle des Filles de la Révolution Américaine à Washington, pour réciter à la radio le discours final du « Dictateur ». Auparavant, je fus convoqué pour rencontrer le président Roosevelt, à la dèmande duquel nous avions envoyé le film à la Maison-Blanche. Lorsqu'on m'introduisit dans son bureau, il me salua en me disant : « Asseyez-vous, Charlie. Votre film nous donne beaucoup d'ennuis en Argentine. » Ce fut son seul commentaire. Un de mes amis résuma plus tard la situation en disant : « Tu as été reçu à la Maison-Blanche, mais pas à bras ouverts. J) (. •• ) (1) Robert Laffont, éditeur.

Notes

<references />