Droit et Liberté n°00016 - 15 novembre 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Gala des vaches à France Dimanche et au Kremlin Bicêtre par M. Vilner (antisémitisme) -page 1
    • Avec Droit et Liberté par Charles Lederman -page 2
    • Les étonnements de la quinzaine -page 2
    • La discussion est ouverte: André Wurmser et Ethel Zisman -page 3
    • Les sanglantes promesses du grand Mufti par Roger Maria -page 4
    • La chronique d'Emile Buré: au lendemain des élections américaines -page 5
    • A. Schramek est mort par J.A. Bass
    • Les vaches sont-elles victimes du racisme par Roger Payet-Burin -page 6
    • La révolution française et la naissance d'une nation par Gilbert Mury -page 7
    • Marc Chagall de retour à Paris par Alexandre Alexandre -page 7
    • La campagne pour 3000 nouveaux abonnés -page 8
    • Quand M. Morgenthau veut aider la Palestine -page 9
    • L'Union Soviétique a fêté le 31ème anniversaire de la révolution d'octobre
    • Sans famille 48; enquête par Max Loiret -page 10
    • Activité de la commission centrale de l'enfance par Henri Goldberg -page 10
    • Jeunesse et vie -page 11
      • Les victoires de novembre par Dany Senaz
      • Sur un texte antiraciste d'Aimé Césaire
      • Vive les cadets de Gascogne par Ary
    • Monique: une nouvelle de la princesse de Beauharnais -page 12

numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut du numéro

Dans ce Numéro: _____________________________________ --. . . ~ LE GRAND HEBDOMADAIRE DELA VIE JUIVE Prix : 20 francs. Fondé dans là: clandestinité ' ~ ... ~, .. , ·AIIlD:ES·VI(IIES " ~'à .'~France-Dimanche~' et au' . Kremlin-Bicêtre· EN c'ette fin d'automr:le, quand le. ciel est chargé e,t ,. que là nuit tombe de bOl'lne heure, Paris est le' o théâtre de plusieurs attaques nocturnes de caractère , antisémite. Une bombe a même été lancée par des inconnus contre un grand magasin juif. Le bruit des vitres brisées vient ajouter une sourde note de pogrome aux préparatifs fiévreux d'un nouveau massacre au moment où la Rhur est remise aux capitalistes nazis. Cependant, il faut bien le dire, les excitateurs les plus dangereux à la guerre et à la haine raciale ne sont pas au:jourd'hui cel' vandales - heureusem'ent peu nombreux. D'autres, disposant d'énormes moyens, qui se camouflenr · - pour le moment - en « amis indépendants », mè- ' nent ce j~u sinistre par un travail sournois,.fabriquent , mille faux e.t dorent ', Ies 'pilules en augmentant, ' sàva'I!1'- ' ment et méthodiquement, la dose du p()Îson." Puisque, se dis~nt-ils, les déclarations "pàcrifiques s(mt -~ nécessaires pour masquer l'oeuvre 1 des , agresseu~s, pour~ quoi ne pas appliquer la mêm'e méthode pour faire revi,.. .' , vre les sentiments antisémites? Désormais, après les è'l;Cpériences hitlériennes, le visage du racisme, 'ils le .savent' bien, est. aussi odieux, que cellrli de la guerre. ~ais on ne saurait se passer de l'un pour faire l'au-tre. Alors, ils' agissent en politiques. UN, exemple-'type de ce gen,re, de, travail noos ,~st ,' offert par « France-Diman.che '» .. ,L'en.treprise est organisée comme une pièce de .thé;âtre en phi:- :,. sieurs actes. ' , . , . \ . , Ouverture : on publie un article « sensationnel » annoncé en page 1, sous le titre: « Céline: vivent les Jui.fs; Bo~ Pieu ! ~). L'objectif ~st double : annoncer un nou':·. veaIJ livre '~~ i:antisémite notoire F. C~LlN~, lùi.fairE(un'~ .. b'elle publicite et provoquer une ({ diSCUSSion libre ~) ,ou , les rédacteurs sont 'libres de faire dire au lecteur ce qu!ils n'osent signe~ eux0mêmes. . , ,,: . Premier ,ac'te !: deux ({ lettres de lecteurs » dans le , nùmero suivant. On est enc.ore timide et la dose est me:' surée~ Un ({ lecteur» s'écrie : Vive Céline ! et remercie . ({ Ft~"nd:'lJD,imanche » pour le très bienveillant article . cons:açré au {( Cala des Vaches ». L'autre ({ se permet ») de critiquer ' et acèuse l'hebdomadaire de devenir ({ l'or': ganeéles, collaborateurs nazis » afin de ({ démontrer .» l',!.~ jectivité du journal. ' Deùxième ' acte ~ ({ Le docteur Aron », juif, est '({ indigné » et déverse - dans le numéro d'après - une belle dose de racisme juif. Son rôle consiste en une déclaration ' ~e'lon laqu~lle' le Juif est supérieur à tous les autres. ' Troisième ade : le docteur Aron ayant dégagé le terrain, l'antisémitisme coule à flots dans les numéros du 31 , octobre et du 7 novembre. Et ce sont toujours « les lecteurs de « France-Dimanche» ne sont pas (toujours) contents » qui parlent. Le journal, lui. ({ ne publie que l'information vraie qui n'a de couleur politique qu,e dans l'imagination des lecteurs :partisans ». AINSI peut~on parler dans un grand journal d'information, ({ d'un nationalisme nouveau. racial et colonisateur, terroriste et-immoral, dans le lieu le plus saint de l'univers n. . Ailleurs, nous lisons : « C'est surtout la solidarité que je reprocherai toujours aux « bourgeois français » de ne pas posséder. Ils en crèveront peut-être à moins qu'ils ne se décident tous, en chemise, pieds nus et la corde au cou (à l'exemple de leurs illustres ancêtres les bourgeois de Calais ) , à venir demander pardon à leurs « frères» les _ grands bourgeois israél ites." » (Suite page 5) , M. VILNER ":.:~ " 15 Novenlhre 1948 ..... Nouvelle,série N° 16 (84) ,'. ' .. \\ .... '.: PÉGASE DE LA GUERRE Page 6 LYSSE KO A·T·IL DECOUVERT DU RACISME CHEZ LES A IMAUX' par Roger PA '(ET -BURIN Page 9 . PLA IN (politique) IMORGEINTIHAU D~ Ail DE (financière) ',A LA P ALESTIINE par H. NIDER /. 2 DROIT ET l.IBERT~ ---------------15. ~re 1~48. - N° 16-'4 Avec66DROIT & LIBERTÉ" LES ÉTONNEMENTS DE LA QltHNZABNE. • • QUE L L E magnifique réussite qUe le premier bal de notre Journal! Les saUes du « Con. tinental » n'étaient pas assez vastes pour recevoir, sans qu'elle s'y sente à l'étroit, la foule de ceux qui se pres· saient aux [03rtes pour es· sayer de pénétrer, et nom· breux sont ceux qui n'ont pu entrer. Nous savons que nos invi. tés ont passé une bonne et agréable soirée, et qu'ils ont su goûter la qualité du spec· tacle qui leur a été offert par les grands artistes qui nous ont ai4és de leur ooncours. Pour nous - je veux dire pour la Direction, la Rédac· tion et l'Administration du journal, et pour tous les Cer· cles d'Amis de « Droit et Li· berté » - pour nous, cette soirée a été une démonstra. tion en même ' temps qu'un réconfort et un encouragemeat. Nous avons rencontré le fi novembre non seulement nos camarades, nos compa· gnons des plus dures jour. nees, Don seulement des amis de vieille dilte qui depuis longtemps sont à nos côtés, mais un nombre considérable de nouveaux 'sympathisants et surtout des jeunes. LeUr présence est la . preuve indiscutable du rayonnement dènotre journal, la démons· tratiou é\'idente que « Droit et Liberte » a réussi à fou· cher une maSse importante des Juifs de notre pays, à les gagner et à les convaincre. Au moment où se ' posent poür tous - et pour les Juifs particulièrement ~ les ' pro. blèmes essentiels de là démocratie, de la liberté et de la paix" groupons. nous plus . ëtroitement et plus nombreux chaque jour autour de notre Journal. A vec tous ceux qui sont convaincus de .Ia nécessité d'un combat quotidien con. tre les forces de la réaction et, certains en même temps de ta victoire des peuples, en lutte pour leur totale indé· pendance, nous gagnerons cette bataille. Charles LEDERMAN. Noire la main ou le dessein? Jérôme et Jean 'Tharaud (de l'Académie française) découvrent dans le Figaro du 4 novembre, une association secrète des juifs ongi~ naires de Russie, nommée la « Main noue )). Selon les Tharaud, « le premier sang versé en Palestine )) est CelUi de son ami Israël d(~ Haan, qui fut tué, par la « Main nOIre ») évidemment, « parce qu'il n'éprouvait qu'effroi et dégoût pour ceux, parmi les juifs, qui prétendaient remplacer la Thora par Le Capital de Karl Marx ) (sic !). Pourquoi MM. Tharaud rapporlentils aujourd'hui cette « hls~ toire - comme ils le disent euxmême - vieille cl'un peu plus de vingt ans » ~ Pour vous I( éclairer )) sur la véritable cause cle la guerre en Pale~ tine, voyons 1 tapis à un colporteur ou à un mar~ chand ambulant de passage à Gre~ noble' ~ Réservez votre achat, etc. )) La population juive et les clémocrates de Grenoble ayant exprimé leur indignation, ce marchand a mis un trait sur le mot I( ghetto )). Pensant ainsi accentuer la I( pu~ 'blicité ») antisémite et xéoophobe. Au fait, quelle marchandise vend ce marchand de tapis ? LE-Pf\EtJIIEf\ 8f\l de Il DROIT ET LIBERTÉ Il a connu un éclatant succès Plus de 2.000 personnes ~é- semblées autour de Droit et pondant à notre appel se sont Liberté. empressées de venir, le samedi · Dans une brève allocution, 6 novembre, dans les Salons Me Charles Lederman, direcde l'Hôtel Continental, au Bal teur du journal, a souhaité la de Droit et Liberté, marquant bienvenue à l'assistance et souainsi la grande place que notre ligné le rôle de Droit et Lijournal tient désormais berté dans les luttes d'hier et Ce bal fut à la fois une l'importance de la renforcer réjouissance, un spectacle inou- aujourd'hui, pour faire face _ bliable, en même temps qu'une aux nouveaux dangers de manifestation de la puissance guerre et de réaction, et quand des forces démocratiques ras- tous les antisémites relèvent la tête. - Rédaction et admlrustratlon 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· Téléphone:PROvence 110-47 90-48 C.C.P, Parle 60'7(}-98 ' Tarif d'abonnement 3 mols ........ 100 frs 6 mois ........ 200 frs 1 an .......... 400 irs Etranger ; Tarif double, Pour tout changement d'adresse, prière de joindre la dernière bande et la somme de 20 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK La populaire chanteuse Renée Lebas, la fantaisiste Josette Daydé, le ténor de l'Opéra Pastor, et Rélis dans des chansons du folklore juif, ont été très appréciés Les danses, sous la direction de Fernand Bouillon, la tombola qui permit à chacun de rentrer chez soi avec un souvenir précieux, l'ambiance agréable qui vibrait d'amitié, font de ce bal un événement dont on parlera longtemps encore. Une manifestation qui est un encouragement et une promesse. Made in U.S.A. L'avant-dernier numéro du maga~ zine américain Week end a eu une « idée lumineuse )) : il a reproduit de l'aide amen caine prévue par le plan Marshall ? A retenir. On discute, à l'O.N,U., un projet de «( Déclaration des drOIts de l'homme )) , L'Union Soviétique a déposé une proposition ainsi libellée, tendant à faire abolir l'esclavage: « L' escla~ vage et le commerce des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes )). L'histOire retiendra les noms des c:lix-sept pays ' qui ont voté contre (~ Derrière le Communisme il y a -le JUIF! IZ MANIRS'I'S DU COMlR1lnSME nrr COMPOsa EH 1&41 ru LE lt1IP ILUL JIAD (MOBDUAJ) Aprie la ftVObIUOIl Oommuni!lte u Jl-.M ft octobre 1917 Je Pl,.. litait Tep. pu un 'tOUyft!DemeDt de dia ho~. compol!lf: de :-6 j\IÎr.: Trouk.i.Bronatrin,. KarDeDf'W" Ra.en{tJd. Sinowjcw-Radomylakij, Sokoltlü..ow. S...-clIow .el Uritàtj : 2 dmU·jlMa: Leoia et StaUD: 1 pokn": ~I ~t l ruser: BlIImow. DaM I~ li,..,.. bue du Gouvem~l ADaw. (R.uN:la e :o 1. ANrlI 1919) il y \ln nppo.o(. '.Jl par if. cnS~ holbulda18. M. Oudmdyk l Saint·Peterabou,.,. qui avait • pClldre '" "lm. alI,lah peDdaftl4& Tn'OluÛOft boldar ri5te. 11 ttek d·av&., que b. auppr-eaaion lnmé~t.c du l!oI' chcvisme. .... il le w.aoln le plu. rit&I au monde. UM WIlpo pra.IOI'I qui devrait étre «Imbatt.,.. t"II cu dt beaola. pu' la l'VotTn active. Si le bo~isnc CIe -.it pu dlluite antté. il .agnuak '(etraln, Gan. tout. le mcmdr. ao .. we fOnM cu .o. '-'M' a\ll~. pW~'11 el' orgGfl"~ el diri". J'Or k, ;"'1-, 9"1 . '011' ,... fl~ .1Il~Jlt ~, qWI 0"', powI .r ""'" .... , III -', tJc 40 .. ,,.. J'Gr .. "'-'rw,iotI dM It"UM« oW'O., 'J'Mwc p\l..,. - Lot rapPC»t _t dati .......... 1.18. Pu .. pofIlIJ.Uoe nIN "Vllfotl '0Ilie.,... _t appelée .. -. ...... ja y .... ,... c'_~ 1'V-. J""GUiNC. na. Ir ~ "'üiqw • ........, ... f~. 8t.,. Utd.a lA ......... "l'A ... "*, .1Ilnw'" _ IioaIl .u 10 aep ..... 1120: "1..& rcvoillUoD bokbt~ '\ail u rrude .,.,.. UH*M'W. t'eI~\UI judaiq,*-. ~tr -.em ~ .. ft pt'Oje(a ~'*- doDt - ~ &Nt ft(' criu _ ....-u 8yatbDe ft. _dt:. Cc q\lli • - ,.,. a. pbiJo8;ophk judalque. far .. _co~~ J1)daJque et 1* ke JIfOJet- j'ltdUquea - • él! a.iMi pM(-.itemeDl .. W t.D Ruaaif. ckwrw:fra OUnt J'Of ici lO'rte de 10 .. ta. 4,q ~iq.e ,é.mé ..... loq k. -..ln, ,.ar .... Apria ~II rrlow .. ID2t d ' .. ~,~ «JI R.aie ,·k,. .-!II lr iw'f JOHpA » .... 'nit ...... ~rw4I j~'" "III He""" f"ribtI.,.. • NN Yorlc: "Du. "UlÜOa &Mellque bÔue ~'.'#OnS PM ... cUctalurw ft ... dt1.riat. plul6t eoll.a .von. ,. 4icfal~r. jtuIGiqac .., It yQUteriot." N. B. Toe" kit ~Oftt al tt.aJiq_ aont a.at. ... ,'6dj,te\W. ~ OOWUNlSllE al PRATiQUE. - ÂJII'ta ta cleu.nnt'e du pe.y. dei boltlbn'ica ft JUllkt J941 la ,Pr"eMe IIUI.,.... .,.1. du 4autpt~ """'(1& de dé-..llla honibka .ur lea cru.aut_ du temp" bokheVWI\e.. AiMI .fa journal .......... ~ .. dalle ie ~rMro 23 du \9 JulJJet J~w. "A L ... b~a1laa.\1 ~r jO\W« '" (Uq'« ka ~ 0ft1,~ W: ewi )l Baby • . l'ftdu..uque N. Pttnlta el k p"'e.Nr N. Dob"~ dot VijaYiekIL III ~ea lNtftèreAt cs..n. ua L:wft el kt COrlIlNnt d-. '" mM.iért le. plv. enteUe ct pWe \al luaUWrnt,. 0.. IroUva lit t'UN 1WarC" I'UCitW._ .... «'. O'lW .... ~n .. Wlrt .... de t'hMr. Ir. z.....t 00 e'l&1t "kcnIpê ~ creU awr ta poitnae d. e'Cdb_Uq_ lWl..ri.a et ca awk bau.. Me cloua daDa _ die t.t daN I&e& )'ewl." , au.ant qUI A DtcouvIaT LA vta:rrt DU ~ 1:1 QUf HI Li; COIOAT PA, ft (lm ,.. l'UVIENT SES COMrAftIOTI oe LA JIIIIIf.UK lUDAlQU& DCVIDtI' tJ .. COMPI...ICS »II lan u C'OJfDaU& AUX MAUIE\1JIa Pour la Patrie Il contre le juaalsme ..... ,--_...... . y. ... ' .. ~ ............. - Ce tract antisémite rédigé en un jargon qtH pue la tmluction de l 'hitlérien émane d 'une officine de Stockholm. '; ;ré à d e t rèo nombreoux exemplaires (Editeur : EInar Eiberg l, il a é~ envoyé dans dlffër ents pays, Il semble que des nazis suélols veuillent r eprendre !a succession de la fa.. meu,se centrale de prope.ga.nle d'Erfurt, !( :, l, Faux les protocoles ... mais pas les dollars. Gerald Smith, éditeur de Wa~ hington, réalise une fortune en ven~ dant les tristement célèbres « Protocoles des Sages de Sion )), pour un dollar l'exemplaire. Il n' y a pas longt~, le Congrès américain lui-même. appelé à se prononcer, a déclaré qu'après « une Les abonnements partent tou jours du l'f au 15 suivant la date de leur réception à l'Administration. • 1 . ! ..... '1 1 "5' Novembre 1948. - N·16-84--------------- DROIT ET UBERTE La discussion est ouverte .' Ethel ZISMAN à André WURMSER Paris, le 3 octobre 1948. Monsieur, J'ai toujours lu vos articles dans Les Lettres françaises et Ce soir avec beaucoup d'attention, et j'al toujours pensé que vous étiez un homme comprenant effectivement le,s problèmes humains et politiques qui se posent actuellement. Dernièrement, dans Ce soir, j'ai lu votre article relatant votre voyage en Pologne. Vous en arrivez à parler qu ghetto de Varsovie et du monument commémorant l'héroïque lutte des juifs du ghetto contre le nazisme. Vous ,connaissez comme moi l'esprit de cette l.utte et les événements, sinon lisez le livre La bataille du ghetto de Varsovie vue et racontée par les Allemands, paru au Centre de Documentation Juive Contemporaine. Vous verrez, à travers le mépris du commandant allemand, quel fut le sentiment de ces juifs et leur courage, rien que par le nombre d'armes dérisoire saisies, sur .les combattants et le temps que d,ura cet~e insurrection. Elle devait durer trois jours, elle dura presque un mois, et jusqu'en juillet il y eut encore des troubles. Ces juifs ont lutté, car ils n'ont pas voulu se laisser déporter dans les camps de la mort, comme du bétail, car ils ont voulu mourir les armes à la main et montrer que les juifs, méprisés par le monde, entier, savent se battre comme n'import~ quel autre peuple, avec courage ct héroïsme. Ils ont voulu mourir en hommes d'honneur et chaque juif a compris la grandeur de sa tâche. Ne plus se ,laisser humilier, retrouver leur honne.ur et prouver que les Juifs forment un peuple fort et non un , groupe ,de g,ens, pourvus de tous les complexes qu'on leur attribue, voilà quel était leut" but. ' To~t homme qui luttait dans la Rési'St~nce a comprfs et admiré la grandeur de cette insurrection - le monument en fait foi. Et vous voudriez qu'on supprime la plaque commémorative parce qu'il a été gravé dessus que des ' jouifs sont morts les armes à la main en face des armées nazies. _ 6.000.000 de juifs ont été exterminés dans les camps, vous le savez, et ceux du ghetto de Varsovie ont osé résister -et vous voudriez que le monde l'oubli, e? On glorifie l'héroïsme des Résistants français, russes, espagnols, polonais, pourquoi ' les juifs n'auraient-ils pas droit a.u respect des hommes, pourquoi les juifs ne pourraient- ils lutter contre le nazisme en tant que juifs, simplement, comme le font les autres peuples en tant qu'euxmêmes? ' Et nous, juifs, nous pouvons maintenant redresser la tête avec fierté, car notre peuple a lutté lui ;lussi contre le nazisme à Varsovie et dans tous les pays occupés, et en Orient da,ns l'armée anglaise (malgr~ la mauvaise volonté du Gouvernement). - Un juif sur trois a été brûlé dans les camps de concentration: obscurément, presque tout le monde l'a déjà oublié, et les seuls qui ont eu de la gloire, vous voudriez aussi les faire oublier? Actuellement encore, les juifs mènent; en luttant contre l'impérialisme féodal du Moyen-Orient et contre l'impérialisme capitaliste en Occident, et grâce à eux, grâce à nos morts de la Résistance et nos déportés, nous avons le droit de parler, et avons droit au respect. Réfléchissez et, voyez l'horreur de votre phrase. N'oubliez pas que C,e soir est lu par des ouvriers, par le peuple qu'il faut réveiller et dans lequel il faut combattre le mal, causé par la propagande allemande, et en particulier l'antisémitisme. Croyez-vous y arriver ainsi. ? ' " Je ,voudrais que les ouvriers puissent lire cette lettre pour confesser vos paroles. AhdréWURMSE,Rà.Ethel ZISMAN Paris, le 11 octobre 1948. Mademoiselle, C'est avec la plus vive attention. que j'ai lu , la lettre que ' vous avez eu l'heureuse idée de m'adresser. Je suis sen%.ible à vos' éloges et plus sensible encore aux reproches, mesurés et courtois, certes, mais enfin aux reproches que vous formulez. , . Je n'ignore r~~n des combats du ghetto. J'ai lu et relu . le livre que vous signalez .. ,Mai:; je vois bien ce qui, dàris mes ,articles et, plus généralement, dan); ma façon de penser, est de nature à vous irriter. Lorsque vous écrivez: « Tout homme qui luttait dans la Résistance a compris et admiré la grandeur de ces combats -h, vous avez entièrement raison. Lorsque vous ajoutez « le monumerit en fait foi », vous avez tout à fait tort. Le monument ne fait foi que de la fierté et de la reconnaissance juives; et les J.uifs n'étaient pas seuls à , lutter dans la Résistance, et c'est justement cette transformation d'un hommage juif en un témoignage universel d'admiration et de douleur que je souhaitais dans l'article qui vous choque. un régime bien plus qu'une nation. Je veux pour preuve de votre erreur d'optique, non seulement le cas, de tant de martyrs Juifs français dont lè j.udaïsme n'était guère plus qu'une particularité Sans impor-tance, mais celui des « enjuivés » poursuivis par Hitler et tués par lui: sont-ils morts pour la France? pour .les Juifs? ils sont morts ' assassinés par le nazisme, voilà tout. C'es.t sur le nazisme qu'il 'faut mett,re l'accent, non sur les ' Juifs. Ne Croyez pas non plus, Mademoiselle, qu'il soit juste d'écrire que « nous » avons, ou plus exactement que vous avez le droit de parler « grâce à nos morts de la Résistance et à nos déportés ». Vous avez le droit de parler grâce aux sacTifices de tous les hommes libres, à quelque nationalité et à quelque religion qu'ils aient appartenu. , Vous avez essentiellement le droit ' de parler grâce aux victoires de l'Armée soviétique qui comprenait des Juifs non persé-, cutés et des non juifs n011 persécuteurs, et n'imaginez pas un seul instant que le respect qui vous est encoré porté survivrait à la nécessité où se découvrirait le régime capi~ taliste de réinventer oou de redévelopper l'antisémitisme. Vous m'excuserez donc de ne pas voir « l'horreur de ma phrase », mais de distinguer très bien ce que votre enthousiasme, votre jeunesse, votre courage et votre franchise vous imposent de comprendre, au' delà de la lutte si _ .... .,. es lettre adressée à Léa GOBELF qui garde 2 enfants de mineurs 5 novembre 48, Chers Monsieur et Madame, C'est avec plaisir que je fais réPonse à votre leitre du 2 5. Nous sommes très heureux qu'André soit tombé citez de brcroes gens et c'est avec sincérité que nous vous disons merci, car c'est avec gros coeur que nous l'avons laissé partir __ il est notre unique enfant, il a fallu la grève pour nous en séParer. Je suis lamPiste à la fosse Thiers ; je g(Jgne 14,000 fr. par mois, cela ne suffit pas pour vi'lire à trois. Nous n'avons que pour manger, on ne peut même pas s' Itabillt:r. Alors c'est croec joie que j' (lp. prends que vous vous occupez de sa garde-robe, car c!taque fois qu'il a du neuf, c'est toujours de la descendance de ses cousins. Vous voyez notrc fa con de 1/ivre... ' Pottr la situation, c'e.st ÛJujours la même. Lundi nous étions dans la cour de la fosse depuis quelques !teures, lorsque souderin vers 7 h. il nous est arrivé des CRS, des tirailleurs marocains accompagnés d',attIO-mitraill euses , pour nous ' chasser; ils étdent environ' 1.000 (lrmés, nous étions environ 300 avec un malheureux bâton chacun. Nous avons dû céd,er la place, mtNs la grève contùme fout de même. Nous allon,s pointer tous lu jours notre , cartt d~ grévistes et la radio ment en , d,isant que certainel tosses marchent ___ il n' y a que des prisonniers de guerre et le se1'vice ' de sécu- , rité, ainsi que quelques jauner qui y vont en cachette, mais leur gai1t n'est" pas gros, car ils ,ont leurs carreaux cassés ~t ,ils se font huer. le's minetlf's ont loujours, foi en leur victoire, mais il serait temps que cette lutte · finisse .. nous sommés à notre 4· semaine et la gêne commence à se faire sentir, ! ~ termine p(Jur aujou:rd'hui, en vous disant merci de grand coeur de votre générosité et soyez certains que nous n'oublierons jamais votre geste de sobdarité que, VOflS faites et espJrons que nous pourrOllS mieux vous exprimer notre rtconnaissance après ce mauvais passage. V cuillez recevoir ... M. et Mme Vandrepotte C. • 7, rue Cernay Quant à moi, même si j'attachais à la religion de mes Bruay Tltiers Nord pères la moindre importance, ce qui n'est pas le cas (et je ne vc,us parlerai pas de leur race, n'étant pas nazi), même en ce cas je « ne relèverais pas la tête 'avec fierté » parce que des milliers de Juifs « ont prouvé qu'ils savaient se battre comme n'importe qu~l autre peuple ». Je n'avais aucun besoin de cette preuve, n'étant pas raciste, et j'aurais honte de demander à des martyrs de prouver la stupidité de l'antisémitisme. respectable, si admirable que mènent pour leur indépen- r----------..:..-dance les Juifs qui ont choisi la Palestine pour patrie. Aussi, lorsque vous m'accusez de refuser aux Juifs le droit accordé aux Belges et aux Bulgares de célébrer leurs combattants morts au champ d'honneur, je vo,us répète ce que j'ai écrit: les ' Juifs de Varsovie ne sont pas morts dans une guerre 'nationale (comme meurent aujo,urd'hui les combattants de Palestine qui ont créé ou choisi leur nation). Ils sont morts victimes d'un régime dont la ,res- ' ponsabilité n'incombe ni à tous les Allemands, ni surtout aux seuls Allemands. Les abominable's assassinats dont des hommes de toutes nationalités, parce qu'i1~ appartenaient , o~ parce que leurs pères avaient appartenu à la religion juive, ont été victimes, ne sauraient donc se comparer à la bataille de Marignan. Dans la mesure où vous considérez comme des combattants semblables aux soldats fran' çais qui combattirent les soldats allemands, les Juifs du ghetto, vous ajoutez une nation de plus à celles qui' firent la guerre à l'Allemagne nazie, au ~ieu de dénoncer la stupidité et l'infamie de massacres sans précédent dans l'Histoire. Au total, vous déchargez le nazisme d'une responsabilité effroyable. D'un crime contre l'humanité, vous faites un « crime ' de guerre ». Vous commettez l'inexactit,ude - et la faute - de transférer sur un plan national, où il n'a que faire, un massacre dont les origines sont sociales et le responsable Je vous souhaite, Mademoiselle, de voir se lever le jour de la liberté sur l'Etat d'Israël, mais prenez garde à ceci : c'est du destin de la liberté dans le monde tout entier que dépend le sort de l'Etat d'Israël: la réciproque n'est qu'une illusion mystique. Je vous prie de voir dans cette lettre tout l'intérêt que j'ai pris à lire la vôtre et de croire, Mademoiselle, à mes sentimen~s de vive sympathie. 29 NOVEMBRE 1941 - 29 NOVEMBRE 1948 Sur l'initiative de l'U. J. R. E., de l'U. S. J. F. et des Comités Populaires d'Aide à l'Armée ,d'Israël, sera or~ ganisée, à la Salle Pleyel, le dimanche 28 novembre 1948, à 20 h. 30, une grande manifestation populaire à l'occasion de l'anniversaire de la déclaration de l'O. N. U. du 29 novembre 1947, sur le partage de la Palestine en deux Etats : juif et arabe. Cette fête commémorative aura lieu sous la présidence du Professeur Hadamar, en préseni:e de représentants de 31 Etats qui ont voté la résolution de l'O. N. U. Différentes personnalitês prer.dront la parole au cours de cette manifestation. " La soirée se terminera par la projection d'un film sur la Palestine. Le Commissariat Bavarois pour. les victimes du fascisme dissous Gr.a,.,de joie papmi les nazis çle Bavière et de toute l'Allemagne. Le redoutable Dr AUERBACH, membre du gouvernement bavarois ne peut plus nuire. Son Commissariat d'Etat pour les ancie.'1s persécutés politiques, raciaux et religieux, a été dissous' par le gouvernement même dont il faisait partie et dont les vedettes sont le ministre de l'Education HUNDHAMMER qui a réintroduit le châtrment corporel dans les écoles et le président du Conseil Dr EHARDT. « antifasciste » de vieille date. C'est lui qui, ancien procureur, n'a condamné Hitler après le putsch de 1923 qu'à trois ans de forteresse, Sous le Troisière Reich, il figurait parmi les hauts magistrats de Bavière, comme président d'abord d'u.n ERBHOFGERICHT, invention de la juridiction nazie , puis comme président d'une cour d'appel. Evidemment le Dr Auerbach a un passé moins glorieux. Luï-même persécuté politique et racial, il fut arrêté par la Gestapo en Belgique, envoyé d'abord à Gurs et déporté ensUite à Auschwitz, A,-G. AUBRY. ' · 4 AU fO"'D DU pu,·rs GenevièlH! a fait des petits MON « ami du matin », ce jour-là était hilare : depuis d~u_ ans qu'à l'aube glauque, que chaote 1 e poète, DOUS « empruntGns » (mais nGUS le payons dix francs, hélas!) régulièrement la même vGit..ure d~ la même rame sur la meme Jagne du métrGpGlitain, je ne l'avai.. jamais vu de si jGyeuse humeur, . - Qu'avez-VOUS dGnc? )Ul dis-jè en' prenant place à côté de lui. • 1 - N'avez"vGus pas vu le reau - tat .le. électiGns américaines ? - Si, CGml11e tGut le monde. Mais je ne vois pas en quoi eUes prêtent à rire: Truman ou De' wey, pour moi, c'est blanc bonnet et bonnet blanc .. : - C'.est une opinion :. ce n'est pas par elle-même que l'élection de Tru,man m'enchanbe. Mais je ne peux pas m'empêcher d'être en joie quand je pense que personne (à défaut de l'intéres.é lui-même) ne donnait un pet de lapin des chances du président sortant, Les Gallup et autres vendeurs de pronostics, les bookmakers et les plus grands journalistes politiques des U.s.A. avaient non seulement fait caUlpagne pour Dewey, mais encore ils avaient tGUS donné sa vic tGire pour certaine, . - Certe" eh bie", c'est seuleJnent la preuve que, durant son séjour aux Etau-Unis, Geneviève Taboui. a tait des petits ... - Même en France, cGntinua mon « ami du matin » en s'é~ chauffant, la preS6e a participé à cette campagne,.. et quelquefGis, alGrs que les résultat. étaient déjà cGnnus! SGngez qu'un journal comme « CarrefGur » était tellement sûr du ré· sultat que, sa-ns attendre la prGclamatiGn du scrutin, il avait mis en vente une éditiGn dans laquelle étaient vantés les mérite. de... « Thomas Dewey, nouveau président des U.S.A. ». Vous ne trGUVez pas que cette histoire est Un véritable gag pour ... film américain ? - Si, Mais je la trouve triste ausai : elle prouve nGn seulement le manque de consoeience d'une certaine presse, mais encore l'absence de sens critique des lecteurs qui continuent d'acheter un jGurnal qui s'est aussi publiquement ridiculisé. - Taratata, vous n'y êtes pas du tGut ! Certes, les lecteurs CGntinuerGnt sans doute à lire un journal déconsidéré. Mai. est'ce à dire qu'ils crGiront ce qu'ils liront ? La réponse nous vieht d'Amérique, et c'est: non! - Qu'en savez-VGUs ? - VOyGn .. ! Pendant six mois, tcmte la presse américaine, sans exceptiGn aucune, a fait campagne pour Dewey, Pas Un seul lecteur américain n'a pu lire dana lIOn journal qu'il fallait voter po1W Truman: cela n'a pa-s empêché Trvrr.an d'être élu! Ceei est la preuve de ce que, __Isg ré les apparences, les homIIOnt moins dGciles et erédulC ... u'on veut bien le dire ... L'INGENU. Les 27 et 28 Novembre Assises Nationales du Peuple français poor la Liberté et la Paix Le Comité national des Combattants de la Liberté et toutes les per., stmnalités qui se joignent il hli, lanoent un appel à la nation. Ils suggèrent que tous les ConHih communaux pGur la liberté et la paix désignent des délégalions qui pariK:iperonl à P;lris, les 27 et 28 novembre, aux Au;'es nationales do peuple français pour la liberté et la paix, au sein deSJuelles se retrou~ ront les femmoes et les hommes de FI·;lnce résolus à di-lendre la République mise en danger par ceux qui abandonnent la Charte des Nations Unies. N.B. - Toutes les allhésio~s à ce manifeste doivent être envoyées au siège des Combattants ll~ la Liberté, 10, rue Leroux, Pans. 'OROIT ET LIBERTE .15 N"ov~re 1948. - N° 16-'" ~Di .-, ... ~.~-~~ LES SANGLANTES PROMESSES DU GRAND MUF4TI DERRIÈRE LE RIDEAU DE SOIE (4) Nous avons déjà eu l'occasion de parler de l'ex-Mufti de J~ru~lem, Amin el Husseini, criminel de guerre de choix, et nous ne croyons pas inutile de revenir sur son cas car ils est de ceux qui bénéficient de l'impunité parce que certains intérêts ~nsent qu'il faut ménager les compétences. regret c'est qu'on ne les ait pas bridés tous, jusqu'au dernier! » Sans doute mOn indignation était·elle visible. car il tourna l'ers moi sa · fa« rougeaude et lie penchant un peu, Ole tapa sur le genou en ricanant : « Ha 1 A la - lumière des documents et renseignements publiés par B::irtley C. Crum dans son )ivr~, 110US voyons, en effet, qu 11 s'agit d'un technicien, partic~lièrement agissant de 1 extermination des Juifs. On apprend avec effarement que ce personnage a fait des prome.sses ~t; dernière heure aux nazis; VOICI ce que dit Crum : Ha! je parie que vous en aVe-l pas mal dans votre clientèle, bein ? » (P. 150-151), de neuf 'cents enfants et cent ralement mal connus dans le déadultes qui devaient quitter la tail, qu'il ~'a paru indispen~aHongrie et, une fois de plus, il ble d'en laisser trace, au moms conseille la « surveillance »en une fois, dans notre journal. L'antisémitis.me Pologne comme la meilleure so· D'autre part, ce n'est pas de leurs seigneuries 111tion. tout à fait de l'histoire ancienne, Le ministre des Affaires Ce passé d'horreurs jette encore Après l'officier anglais, voici étrangères d'Italie reçut, peu de ses racines dans les événements le prélat viennois: jours après, une lettre du même d'aujourd'hui et s'il nous faut En présence d'autres membres C f · 1 M ff travailler à les arracher, encore , genre, ette OIS, e u 1 con· faut-il reconnaître exactement le de la Commission, j'entendiS J'avais en main un document seillait aux Italiens de prendre, déposer S, E, Mgr Francis allemand signé par un agent du Mufti vingt·quatre heures à peine avant la redditiGn de l'Allemagne, et aux termes du. quel, en compensation des som· mes en Or qui lui avaient été versées jusqu'à cette date, le Mufti acceptait de CGnstituer un nouvel empire pan.islamique et de « lutter contre l'ennemi commun ». S'il en était ainsi, le Mufti avait été payé d'outretombe par Hitler lui.même pour continuer son oeuvre au point où celui-ci l'avait laissée. (P. 130). d'accord avec les gouvernemen t s terrain. Kamprath, évêque auxiliaire de de Bulgarie, de Hongrie et de Les S. S. ont des successeurs Vienne, dont le rang suivait im. Roumanie, les mesures néces- médiatement celui du cardinal saires pour empêcher la fuite des La preuve, c'est Crum lui- Innitzer, et le Père Braun. chef Juifs. même qlli l'apporte quelque pa- de l' Organisation autrichienne Le 27 juillet 1944. le Mufti ges plus loin : des Charités cat!ioliques. J'as. écrivit à Heinrich Himmler. Il Un jour, Crossman ~t moi sistai au commencement de la trouvait · que von Ribbentrop et nous prenions un cocktaIl avec réunioo avec ces messieurs, mais Himmler étaient trop indulgents un des officiers britanniques ne pus y tenir, et quittai la salle pour les Juifs car, malgré les ayant la garde des personnes le r(Hlge au front, tant mes sen. protestations adressées par lui à déplacées et des prisonniers de timents catholiques étaient bou. tous deux, le 5 juillet 1944, quel- guerre de la zone britannique leversés par, leur interprétation ques Juifs avaient été autorisés d'Autriche. du christianisme, L'aumônier à quitter )' Allemagne, Haut en couleurs, l'air agres. Georges Vida servait d'inter. « Si des pratiques de ce genre sif, il exprimait son avis sans prète. Quant ~l nous, nous poserons inlassablement la question : qui aide cet assassin à tenir aujollrd'hui les promesses qu'il a laites à Hitler? . continuaient, écrivait le Mufti, aucune hésitation, Pour lui, le Hutcheson demanda aux deux elles paraîtraient tout à fait in. problème des milliers de Juifs ecclésiastiques ce qu'ils pensaient compréhensibles aux Arabes et déplacés dont il avait la charge de l'étendue et du caractère' du aux Musulmans, et ne manque. était simple. {( C'est vraiment problème juif en Autriche. lis raient pas de leur causer un vif dommage que la guerre n'ait pas s'expliquèrent sans ambages: désappointement. l (P. 131-132). duré deux ou trois mois de plus! « Nous n'avons pas d'or,inion Des précisions ? En voilà ! Autrement dit, le protégé de dit-il en jouant avec son verre, officielle, mais personnellement, Bevin trouvait que Himmler Ils auraiènt tous disparu et tout voilà notre manière de sentir : Hitler avait donné des ordres était un mou dans l'extermina- ~rait dit, » Crossman et moi le nous ne détestons pas les Juifs, pour qu'aucun Juif interné dans tion des Juifs ! regardions, ahuris. « Pour vous mais l'esprit juif. dirent-ils. un. camp de concentration ne pût Je m'excuse de ces longues parler franchement, je suis an. Nous croyons qUe la meilleure être racheté, ceci c()mme suite citations, mais elles apportent tisémite, dit. i1. Je déteste ces solution dll problème juif serait -aux accords avec le "!\tufti, :lUX des faits d'un tel poids, géné- salauds de .Juifs. Je n'ai qu'un de changer l'esprit juif en esprit termes desquels les Juifs de· t-------------------________ --, chrétien, Les Juifs devraient se vaient être extenninés jusqu'au Il dernier, (P. 130)." L ' E' G Y PT E F1 1~ : V RE USE c1o51n)v. ertir au christianisme, (P. On était en train, à cette _ L'antisémitisme à Vienne époque, de négocier le rachat de ET L'IRAN NONCHALANT ~ .. -t.i1 augmenté, diminué, ou est. la communauté juive de Bratis· '1 il resté stationnaire depuis la lava : ce fut l'opposition du libération? demanda Hutche. Mufti qui entraîna l'extermina. D'un reportage de « L'Aurore l) du a d'autres soucis : il s'agit pour son, tion de hl communauté. (P. 5 novembre sur le Moyen-Orient au elle d'équilibrer les influences _ Pendant la guerre, sous la 1')1) sujet de la situation en Egypte : ét.rangères qui se partagent son 1 . t' d "l" • 'J na• ns une lettre du 25 juillet Le meurtre de notre compa- sol et de maintenir à travers leur - s( aoimt mdea IlO'ann tisees' mniatZisImS,e 1a ' s foargmise. 1944, adressée au ministre d es triote Cailla. d, engage· par 1e gou- onpapleo.s ition sa physionomie nati.o - raciale que nous réprouvons; Aff ' 'tr g' e 0 Rl'bben vernement égyptien pour la fo."" aire1S M€ af n' er sl v' n 't d 1 • mation des équipes olympiques et Le J'ournaliste de « L'Aurore» ou- aUJ'ourd'hui J'antisémitisme est trop, e ub se p algnal e 1 a sauvagement atta.q ué par une po- blie d'aJ'outer Qu'aussi bien en Egyp- uniquement a' base religieuse, clémence allemande envers es pulace en furie en dépit de cette te Qu'en Irak, où « la hantise Ia.nci- c'est-à. dire justifié. )} Telle fut Juifs : investiture officiel'!e, les blessures nante est : :il faut détruire le pseu- }a réponse, (P. 152). Excellence j"al' de'J'a' eu l'oc. graves I·nfl,·ge·es a' son coll .... ue do Etat d' Israël », cette vague anti- R cas{(i on d 'at tI' re, r l' a tte n t'I on d e Je an BI anc, 1e s v,•o 1e nces exer.c...e.• e s sém1i te est d1i rigée d'en haut, car là l'antaipspémeliotnissm-neo usn e quceo mJm'anelnac'ies V E Il 1 t t en pleine rue contre un paisible éga ement, a nation ne s'enflamme • otre 'x"c e eneed SUrJ e'fs en a- auxiliaire de notre ambassade, AI- pas toute seule . par les four. s crémato'lres, mais bves .repetees es UI s pour hert Fromentel, avaient été les Ainsi, il y a Quelques semaines le par des formes pe ce geure, et émigrer d'Europe et atteindre incidents les plus marquants, mais gouvernement irakien a fait exécuter que l'on n'en arrive aux chamla Palestine, et j'ai delD'and~ à il y en avait eu beaucoup d'au- un commerçant isrzëlite accusé bres à gaz que lorsque les forces Votre Excellence de prendre les tres et l'inquiétude régnait en- (( d'aider les sionistes ». Un second démocratiques, juives et non mhe surest t né·c es'gsarairtel'so np o.u.. r emf-ê- core dan, hn otre colrGni'e, comme coonmt méetérç aanrtr êaté sé tée tp ecnodnud.i lff3il0lé0s Jauuifxs J'u ives, ont été progressivement C er ce e eml • N D, t e lettres du Mufti' dPulu sr:e"sutres c deizza itnoeuss edse etrFarnagnerarsis. travaux forcés après des jugements éliminées puis écrasées. C'est t au rt s b"1 geil étaie~n t détenus dans un camp" de sDommaires. ' autres ont é.té condam- actuellemellt qu'il faut lutter, 1ma ond e·r peon r ta c to'Ir onn ledn e s1 JeU'nIfc s o udra'E u- • concentratiGn sans qu'on p'-ût Gb- lniévsr esà. payer des amendes de 10.000 Ss ;;.ns romantisme, avec les masrope dans les camps d'extermj. tenir la mGindre explication du es. sort qui leur était réservé. Un cination de Pologne. toyen américain avait été tué. Le 5 juin 1943, il adressa au Plus loin : président du Conseil de Bulga. ~ haine du Juif _ et, pM riric une protestation contre un c~het, de l'étr~nger censé 10Uprojet àu gouvernement bulgare tenir le Juif - s'enfle sourdepermettant l'émigration de qua· ment. Au CGurs de rété, des bomtre miUe enfants ~ifs. Ces en· bes qui, au niveau de la rue, ont fallts, prétendait.if, «présen. atteint les magasins israëlites Citaient un danger pour l a B u 1g a. ocuffriecli,e lloen, t laéntécé, ess elodnu lah auvte t'$dioen's rie, soit qu 'on les g'ardât, soit airs par des Juifs de Par-estine. qu'on leur donnât la permission C'est ainsi qu'on écrit l'histoire ... de quitter le pays ». On ~evrait et qu'Gn la fait. Plus récemment, plutôt les envoyer à. un endroit une bombe ayant éclaté dans un où ils seraient « sous bonne café israëlite, la foule a empêgarde, par exemple en Polo· ché (es pompiers d'accGmplir leur gIM: ». La protestation eut son office. « Nul n'est tenu pour un l,lein effet : aucun enfant ne voéritable ~mi si l'antisémitisme ne quitta la Bulgarie après juillet l'agite pas. lt 1943. . En ce Qui concerne l'Iran le jour- . 1 t d naliste CQ'1stzte : Quelques lIemames pus ar , Cependant tGut l' Islam ne s'inil envoya au · ministre des Af· téresse pas à cette cause. On n'a faires étrangères de Roumanie pas ébranlé l'indiHérence per- UlM: lettre du même genre qui sane. La nation ne s'enfla",me avait trait, cette fois, il dix. pas : die obSNVe le conflit c_- huit cents enfants Juifs. 1 ci en· me un incendie loint~in qui ne core, il suggéra l'envoi en Po. S'aurait la tGucher. Les milieux logne, en. fais,ant remarque.r officiels s'abstiennent 'de prendre qU'ilS seraient la·bas sous une parti. Ils affirment à l'occasion la ff . même sympathie pour les deux « surveillance e ectlve », . eu· adversaires, avec le souci visiphémisme pour désigner les ble de demeu;er à l'écart et en chambres à gaz. retrait. L'~ntithèse que forme A la même date, il écrivit en· la Perse, sereine et presque noncore au ministre des Affaires chal~nte, avec l' Egypte exacerbée étrangères de BuJg'arie à propos est saisissante. Il est vrai qu'elle DONT .~(JTE La R~daction de " Droit et Liberté» a reçu 'Ia lettre suiv~ ntc de " P~roles Françaises » : Monsieur le Directeur, Dans votre numéro du Iff novembre 1948, vous ave',& marqué que le journal « TOUR D'HORIZON» .était locataire de « Paroles Françaises » et, profitant de cette am. gation, vous nous attaquez. J'ai l'honneur de vous faire savoir que ce journal est complètement indépendant du nôtre et qu'il n'a jamais été un seul jour notre locataire. Je vous prie donc, en conséquence, de bien vouloir apporter la rectification que «tte fausse allégation corn. porte, dans les mêmes caractères. à la même place où V.ous ave1. publié « LA PRESSE QUI INCITE AU MEUR. TRE ». Croyez, etc.,. N.D.L.R. - L'adresse indiquée par" Paroles Françaises » est la suivante: Direction: 17, nie des Prêtres-St. Germain-l'Auxerrois, Paris «( er). 1( Tour d' Horizon » indique la même adresse pour ... son imprimerie. De plus, la misê en page et les caractères se ressemblent étraogeJ11enL .. En ce qui concerne le contenu de fi Paroles Françaises II nous ;wons eu l'occasion d'en fournir plusieurs echantillons. Voilà ce qui nous autorisait il employer le terme bien mOc!tste de fi locataire ". Si « Paroles Françajses » se désolidarise de « Tour d'Horizon II il faut l'imprimer en toutes lettres ... et sing-ulièrcment modifier la prose! JS No ...... lMt. - ... ',...4 ---------------- DROIT ET. LlIEATi LA CHRONIQUE D'EMILE BURÉ ·. Au lendemain des élections ,. . 'UN amerlcalnes d'Ad me é rmi eq s·u e,a mquisi était venu passer quelques semaines à Paris, m'écrivit lorsqu'il fut de rel'avantage sur son rival de parler le langage du peuple, de se servir de mots d'argot et de savoir se mettre au diapason de l'ignorance de la masse qui l'écoute. » tour à New-York, pour me donner ses impressions au sujet de la campagne électonIe présidentielle. Sa lettre porte la date du 30 octobre ' 1948, et yen extrais ces lignes essentielles: «La campagne électorale bat son plein. La victoire de Dewey était quasi certaine lorsque je suis arrivé, mais, depuis, Truman semble reprendre du poil de la bête. C'est un scandale que de l'entendre parler. Il dit n'importe quoi, se dédit chaque jour, condamne la politique qu'il a lui-même dirigée, contrecarre les décisions de son Secrétaire d'Etat, mais il a Mon ami est sévère pour M. Truman et aussi pour l'électeur américain: En réalité, M. Truman, qui vécut à côté de M. Roosevelt, a reçu de ce dernier, de précieuses leçons politiques dont il a su profiter. Il a compris, après deux ou trois réunions électorales, en dépit de la furieuse propagande belliciste à laquelle il est soumis, que le peuple américain demeure pacifique, sinon même pacifiste, et que les travailleurs américains entendent ne rien céder des avantages que leur a procurés le New Deal rooseveltien; les avantages, ils prétendent même J DE 66 FRANCE-DIMANCHE" A KREMLIN-BICÊTRE · (Suite de la page 1) Et puis cette soi-disant attaque contre F. Céline où l'ironie est mise au service d'une abominable campagne antisémite : « Nous essayons en toutes' choses de ressembler à M. Aron et au héros de Palestine. Notre idéal est d'être beau comme Jul~s Moch, courageux comme Maurice Schumann, désintéressé comme Léon Blum, idéaliste comme Yvon Delbos, talentueux commè Harry Baur, généreux comme sa fille, sentimental cOmme Dubout, et patriote comme ... Gambetta, pour tout dire ... Mais bourgeois? Pouah ! Et Français encore ? Et antisémite avec cela? Décidément, ce L. F. Céline, c'est un abject ! Nous, patriotes juifs, d'origine française, et tous tes Français d'ailleurs, nous le vomissons, nous l'exécrons, nous l'abhorons, l'ingrat, le lubrique, le refoulé! » Pour renforcer sa campagne, « France-Dimanche » nous gratifie d'une grande photo de Céline à la veille de la . parution de son livre « Cala des Vaches» et nous promet de nouvelles diatribes sur « ces rupins qui n'ont pas de coeur ». Camouflé de telle sorte, cet antisémitisme agit dangereusement sur l'ësprit de « l'homme de la rue ». Presse qui se prétend libre, mais presse qui organise le crime. Si nous sommes bien renseignés, ce sont des rédacteurs appartenant au parti, socialiste qui forment le gros de l'équipe de ct France-Dimanche ». VOILA pour la propagande. Un exemple-type de l'action antisémite, en cette année de disgrâce 1948, est ce scandale du Kremlin-Bicêtre dont l'écho nous parvient au moment de mettre sous presse. Au Conseil municipal du Kremlin-Bicêtre a été discutée une proposition, tendan,t à n'accorder le dr~it de s'installer sur le marché qu aux marchands forains de nationalité francaise depuis au moins trois générations. Une telle mesu;e, de pure tradition vichyssoise, est évidemment aussi inique qu'anticonstitutionneUe. A l'occasion de cette discussion, des propos ont été tenus, ' au Conseil municipal : « Pas de Youpins ches nouS ! » et cc Nous ne voulons pas de bouts coupés. » Ni le maire socialiste, M. Lacroix, ni les élus socialistes, ni ceux du R.P.F. n'ont bronché. Après une intervention vigoureuse de l'élu communiste, M. Baudot. qui a fustigé de la belle manière ces méthodes hitlériennes, le maire socialiste a reculé et essayé de passer l'éponge. N'empêche, qu'en définitive, ce Conseil mu- nicipal demande que les marchands forains, pour pouvoir exercer, soient citoyens français et possèdent leur carte d'électeur. Voilà quelques aspects de cette abjecte campagne d'antisémitisme et de xénophobie contre laquelle nous nous élevons de toutes nos forces. Les juifs n'y sont que pour servir de dérivatif. En vérité, c'est la France, ses masses travailleuses, la paix qui sont visées. La victoire du peuple sur ces pêcheurs en eau trouble est le seul garant de la sécurité pour tous. M. V. .1 les étendre, dans la mesure exerçaient à la Maison Blande lel\lrs forces, qui est consi- che une influence prépondéâérable. rante l'ont averti qu'ils ne le En Amérique, comme dans ménageront pas longtemps tous les pays, la révolution s'il tient toutes ses promesses du machinisme po.ursuit sa électorales. Eux aussi · sont marche, le socialisme se déve- sensibles à l'esprit de classe, loppe, . encore que les organi- plus sensibles encore sans satiohs ouvrières compren- doute que les travailleurs nent peu de ' socialistes, en- qu'ils occupent. Ils étaient core moins de communistes. sûrs d'avoir partie gagnée et Elles n'élèvent pas le débat: il est à craindre que la décepelles n'ont toutes en vue que tion qu'ils ont éprouvée ne le confort de leurs membres, leur conseille à plus ou moins que ceux-ci se croient à même bref délai une opposition de maintenir et même d'ac- acharnée et détestable. Nous, croître, sans se regimber al\l- qui désirons que la montée trement contre le régimé de de la classe ouvrière ne s'acla libre entreprise. La loi compagne pas de heurts soTaft- Hartley, loi de réaction cia1.1x trop violents, nous essociale dont le pàrti républi- pérons qu'ils se reprendront cain avait pris allégrement la .et qu'ils allègeront la tâche responsabilité, en dépit .du redoutable de M. Truman, au veto que lui avait opposé Tru- lieu de l'alourw.r. Il y va, au man, les avait humiliés du fond, de leur propre intérêt. point de vue national; elle On a à notre avis sousmenaçait aussi incontestable- · estimé beaucoup le ':ote de ment du ~oint .de vue socia! . M. Wallace dans · la campaleur, avent.r et 1l~ ont pr?fi~e gne électorale qui vient de de l occasion qu~. leur etalt s'achever. Celui-ci s'est atoffex: t~ , de manlf~ster l~ur tendu à moins de voix que hosttllte profo~de a ce sUJet. ses partisans et même ·ses adE N votant contre le candidat républicain Dewey, 1 e s travailleurs américains ont d'abord voté contre elle, avec une discipline qui a surpris tous les pronostiqueurs officiels ou officieux, et qui laisse à penser que, quel qu'il soit, le gouvernement américain a u ra âésormais à compter avec l'esprit de classe des travailleurs américains. Ce signe des temps, et M. Truman - se's déclarations, au lendemain de la victoire, en font foi - ne doute pas lui-même, des difficultés qu'il rencontrera dans l'accomplissement de la politique progressive a laquelle il s'est finalement rallié au dernier jour de sa campagne électorale. Déjà, les « big businesmen

. qui, ces derniers temps,

versaires lui en promettaient, mais il convient d'observer qu'il contraint M. Truman à accepter une partie, une longue partie de son programme. C'est contre la guerre que s'élevait M. Wallace, c'est . contre la g,uerre que s'éleva M. Truman dans .ses dern~ers discours. Quand M. Truman annonça l'envoi d'une mission Vinson en Russie et que· le général Marshall quitta Paris pour lui conseiller son geste, on cria un peu partout à « la gaffe :. présidentielle; son sort par~t réglé, sa défaite décisivement assurée. Nous ne partageâmes pas cette opinion et élIujourd'hui le plus gr.and journaliste pol~tique américain, Walter Lippmann, écrit: « Rétrospectivement, je crois qu'il doit maintenant être dit que l'affaire Vinson, bien que foncièrement inepte, • . 1., • ~ ,. -:~",i'! • !.: .~'. .' .". • a été d'un appoint très net pour M. Truman. Il ne s'agit plus que de décider si « l'attaque » Vinson a été foncièrement inepte. » Les événements de Chine pouvaient bien pousser à un rapprochement américan'o-russe, à tout le moins momentané. Je me reprends parfois à penser ce ql\le je pensais il y a quelques années: les Russes, de par leu r marxisme, admirent l'Amérique qui est le pays du miracle industriel, et dont les ingénieurs ont aidé puis~ samment à leur développement économique; les Ainéricains, qui ne manquent pas âe présomptions, n'admettent pas, eux, les Russes, mais Américains et Russes ont intérêt pel\lt-être à s'entendre pour sortir la Chine d'une anarchie redoutable aux uns comme aux autres. Qui vivra verra. LA position . prise par M. Tr,uman dans les . conflits ra c i a u x, là aussi - il n'en faut pas douter - impulsivement, favorise M. Truman, qui avait d'abord nettement pris parti pour la Palestine, puis, sous la pression de M. ForestaU, agissant au nom des sociétés pétrolières, il s'était repris. Il est revenu, au cours de sa campagne électorale, à sa première position, s'y tienâra- t-il? La démission · de M. Forestall est possible, et nous nous en réjouirons, car la menace de guerre n'est pas seulement en Europe, elle est aussi dans le Proche-Orient, et il convient de la conjurer partout où l'on a le souci de l'avenir du monde. Soyons patients, et faisons confiance aux horiunes de Paix, dans l'Ancien comme dans le Nouveau Monde, qui ont à coeur que les événements ne tournent pas au pire, à la merci de toute invitation. A. SCHRAMEK est mort ON apprend le décès à Maneilfe, le 20 octobre dernier, dans ,on modeste appartement · de la rue Barbaroux, d'un homme d'Etat pa· triote. un peu oublié da'ns la tourmente de la guerre, M. Abraham Schramek, qui fut directeur des services pénitentiaires, préfet des Bouches-du-Rhône au cours de la guerre de 1914-18, gouverneur général de Madagascar, sénateur et ministre de l'Intérieur. Ses origines et sOn attitude de républicain radical de la vieille école, qui ne transigeait . e·D aucune circonstance avec la réaction, lui valurent constamment les outrages et les grossièl"e$ altaques des gens d' « Action Fran· çaise » et de • Griogoire » à l'in .... tigation de Charlu Mau .... as et de Jean Chiappe, ànimateur de la tourbe pr.é-hitlérienne. Depuis longtemps altaqué par Charlees Mau .... as expert en l'art de . tromper et d'exploiter le sentiment national et qui publia en 1925 une lettre à Schrameck pour l'intimider et essayer de J'empêcher de faire Ion devoir contre les factieux au ser~ice du fasci.me étranger, il cut le courage de res· ter ferme, là où tant d'autres ont lâché- devant la calomnie organi. sée pour faciliter les plus basses combinaisons. Il a combattu Âpre:ment, dans les années qui précédèrent la guerre, à la commission des Affaires . étrangères du Sénat, les intrigues antinationales et les menées de tr;'hi30n de Pierre Laval. Il se desûnait ainsi aux coups de l'ennemi et de ses valets • ,... J. , .' L ~~ L') ~J En octObre 1940, 8Ur une dénonciati~n de Cha ... les .Maurras, r'ëprise par l'hitlérien Gaillard-Bourageas, Abraham Schrameck avait été arrêté Mir l'ordre .le Laval. Plus tard, il paryenait à échapper à la police de ' Vichy el à la Gestapo et ·retourllait à Marseille où il avait beaucoup d'amis et où il vécut ainsi clandestinement jusqu'à la Libération. Rappelons à ce sujet que les campagnes de Charles Maurras dans l' « Action Française qui, depuis longtemps, concordaient avec les intérêts de l'Ita~ie fasciste et aussi de l'Allema!rne hitlérienne, se déroulaient selon une synchronisation singulière avec les opérations de ,la propagande nazie, lancées par Paul Ferdonnet, le traître de Stuttgart dans les livres: « La Préface . à la guerre (1937). « La crise tchèque » (1938), e La Guerre juive • (19l9). La succession de cette officine qui, pendant plus d'un quart de siècle, nialgré ses mots d'ordre de prétendu « nationalisme inté! rral » a constamment servi dea intérêts étrangers à ceux de la . France, est aujourd'hui as_rée par des feuilles comme « Paroles Françaises D, « l'Indépendance Française _, « Aspects .le la France ", et quelques autre.,s y compris « l'Aurore », qui b"availlenl ouvertement il la sape de la Républi- lue et à la r.éhabilitation des traitres. Une b.,J.le promotion de Judas! Ils n'auront pas phas de succès que leurs prédécess. eurs. Joseph .An~ré BASS CRO.n: ET L1BERTE;-..-----------------______________________________________ 7 VARIATIONS AUTOUR D'UN GRAND DÉBAT Les vaches victimes du par •••••••••••••••••••• raci• sme , • Roger PAYET-BURIN LE grand événement de l'année 1948, sur le plan intellectuel, n'aura pas été J'entrée de NI. Maurice Genevoix à J'Académie française, ni l'allnhution du Prix littéraire Machin- Chose, centième de son espèce, à M. Durand, ni même, c' est probable, la récente désignation de M. Thomas Eliot pour le Prix Nobel. Je n'ai rien contre l'v!. Eliot qui est un poète très apprécié de ses -admirateurs Mais il y a lieu de regretter ' que ceux-ci soient si peu nombreux. _ SO litres d_e lait par jour et par v@che QUI lira cet important dossier sera enfin informé. S'appuyant sur lui, on peut . ainsi fituer le débat. Les partisans de la biologie (( classique » wutiennent que 1 es caractères héréditaires se transmettent d'une manière immuable, éternelle, indépendante du milieu où vIvent les êtres. Lyssenko, lui. pense que les caractères héréditaires peuvent se modifier sous J'influence des conditions de vie. Ces modifications, dit-il, sont transmissibles aux descendants, pour peu qu'ils vivent' dans les mêmes conditions que leur~ parents. C'est ainsi qu'on arrive à créer et à fixer des espèces CE n'est gue dans cinquante ou cent ,ans qye les historiens auront le recul necessalTe pour porter d'une façon générale un jugement définitif sur les esprits créateurs de ' notre époque et leurs oeuvres et pour distinguer les oeuvres d'un caractère éphémère de celles qUI ont droit à l'éternité. S'ils écrivent alors une histoire de la culture de l'art de notre époque, ils rayeront sans doute les noms de certains hommes vivant aujourd'hui dans la gloire, tandis que d'autres, méconnus par leurs contem!orains, trouveront la place qui leur ' est due. Mais ils placeront certainement au premier rang, un artiste dont la valeur for;dame.ntale est depuis longtemps hors de toute dISCUSSIon : c'est Marc Chagall, ce grand maître de la peiJl" ture, orgueil de l'Ecole de Paris, issu d'une famille juive de Vitebsk. Phénomène très rare, Chagall a su créer, sans s'appuyer oomme d'au. tres grands maîtres, sur une tradition picturale, et, grâce à son seul génie, des oeuvres d'une beauté originale enviées par les musées les plus importants du monde entier. l'Allemagne a joué dans sa vie et je lui raconte que malgré les ordonnances du'« Führer D et de Goebbels, les · Allemands se sont certainement bien gardés de brûler « des Chagall D, car leurs périodiques sont renJI:-Hs d'articles élogieux sur lui et son art, illustrés de reproductions d'un g:an~ nombre de ses toiles et gravures, avec l'indlcatlon de beaucoup de galeries c:t de collectionoeuvres de ce Maitre juif, les faussaires Troisième Reich en tiraient un riche profit. du JJ E demande au maître quels sont ses projets. Il me regarde un instant de ses yeu~ 8 flamboyants » .dans ce beau visage de prophète biblique. Ensuite il dit: • Je ne suis à Paris que pour trois semaines. Comme vous le voyez, je n'ai même pas encore installé mon atelier. Je viens de terminer deux oeuvres auxquelles j'ai travaillé pendant vingt-cinq ans, oo!nmandées encore rar le célèbre marchand de tableaux Ambwise Vollard, mort après la guerre. L'Editeur d'Art Tériade, à Paris, va les sor' tir maintenant. C'est l'illust'ration des « Ames Mortes » de Gogol par cent vingt-cinq gravures et celle des Fables de La Fontaine, par cent gravures. Enfin, je pense faire une nouvelle édition de ma bible illustrée. L'ancienne est épuisée depuis longtemps_ D Non, le grand événement intellectuel de l'année s' est produit en Union Soviétique. Si grande était sa portée qu'elle a rapidement débordé le cadre de ce pays pour se prolonger très au loin. L'opinion française, et pas ~eulement celle qu'il est convenu d'appeler « intelle~1J.elle », s'y est vivement intéressée. Il ' s'agit de l'Affaire L}1ssenko. Le mot Affaire, qui a été employé dans la circonstance. n' e3t pas trop mal choisi. Il indique justement qu'on ne se trouve pas devant un~ question regardani quelques spéCialistes. Et puis, il porte un air de mystère, ce qui n'est pas faux non plus. Car on a beaucoup parl~, beaucoup écrit sur le sujet, avant même d'avoir les données essentielles qui auraient pu asseoir la di5cussion_ Celle-ci ne manquait cerles 'pas de passion, mais -de clarté. Voyez, comparez et jugez LA revue Eurape a eu l'heureuse idée de consacrer un numéro spécial à L'Affaire L:yssenko ou, pour parler désormais pl us exactement, à la discussion sur L'élat de la Science biologique. Aragon, qui a préparé ce numéro et en fait la présentation, dit bien comme il faut le prendre. C'est un exposé des pièces du procès. nouvelles. . . La force de Lyssenko, ç'est qu'il ne manque pas d'exemples à l'appui de ses dires. Est-ce qu'en suivants' ses directives, on n'a pas obtenu du blé en Sibérie au-delà du cercle polaire ? Est-ce que dans la région de Kostroma, on n'a pas formé une race nouvelle de vaches dont le pis pèse jusqu'à 22 et 25 kIlos, a un périmètre de 1 m. 50 à 1 m. 80, et ces vache-s ne donnent-elles pas 40 à 50 litres de lait par jour ? Descartes souhaitait de rendre l'homl1le (( maîtr~ et Possesseur de la nature »). Il s'y employa dans toute la mesure où la scienc'e de son époque le lui permettait. N'est-il pas émouvant -de VOir, à trois siècles de distance, le vieux rêve cartésien devenir réalité? Un langage ÇJui rapp~lIe quelque chose UN autre aspect, et non le moindre, de la controveT5e est à mettre en lumière. Tandis que son écriture artistique ne doit rien à personne, les sujets d'une grande partie de ses oeuvres sont inspirés par la vie et le folklore juif de sa ville natale. « Et ne voulez-vous pas me montrer de nouvelles peinture~ ? lui demandai-je. J'ai vu l'année dernière votre splendide exposition org:l1lisée par Jean Cassou au Musée National d'Art Moderne. Sans doute en avez-vous créé d'autres que je ne connais pas ? D « Je n'ai ici que ces quelques toiles D, me répond-il en en désignant quatre ou cinq de date anciennc, à l' excep tion d'un délicieux portrait de sa fille J cla Chaga ll également artiste peintre. « Presque toutes .mes toiles sont continuellem ent en voyage pour Nre présC'Iltées dans de nombreuses expositions dans le monde entier. • Avec fierté, Chagall me .montre le magnifique parc sauvage qui entoure sa maison. On croirait à un conte de fée, et il dit : L'agronome Lyssenko a lu devant l'Académie des Sciences agraires de l'U.R.S.S. un rapport qui, fondé sur ses expériences, renversait les théories biologiques jusqu'id admises, en UR.S.S. comme ailleurs. Ce rapport provoque l'émotion qu'on deyine. Des centames de savants prennent la parole après Lyssenko, les uns pour l 'approuver, les autres pour le blâmer, ces demiers étant de beaucoup les plus nombreux. Les partisans de la biologie (( claSSIque ), tenant l'hérédité pour un mécanisme rigide, estiment que si à J'intérieur d'une espèce, le blé, par exemple, on croise des variétés différentes, il ne saurait en sortir rien de bon. C'est pourtant ce qu'a fait Lyssenko. Mais ses adversaires laissent penser que ses résultats sont fragiles, instables ,et que bientôt « la nature reprendra ses droits »: Fait assez intéressant, l'Allemagne a ,peut-être été le premier pays qui a su mesurer a\'a! t la première guerre mondiale déjà, l'immense valeur artistique d'uJl jeune Chagall encore inconnu. C'est à Berlin, en] 91 4, que le poète français Guillaume Apollinaire, org:misa sa première exposJtlon. Naturellemen~, cela n'empêcha pa~ les nazis de ranger Chagall parmi les artistes dégénérés, ni de destiner ses oeuvres au bûcher, ni de persécuter le maître apès leur invasion de. la France, sa patrie adoptive depuis 1922. - Des Etats-Unis Ol~ il s'était réfugié pendant la guerre, Chagall est rentré maÏlltenant. Il a bien voulu me recevoir et d'une façon très cordiale, dans sa propriété « l'Annette D, près de SaintGermain- en-Laye. Nous parloI1lS du rôle que neurs allem:lllds, propriétaires des originaux. Chagall éclate de rire et dit: « Vous ne pouvez imaginer oombien il y a de faux ! D « Tout d'abord je pensais habiter le Midi, à cause du soleil. C'est ma fille qui a découvert cette propriété idyllique où je suis à la fois loin et près de Paris, cette ville que j'aime tant. C"est si beau ici; que je crains de devenir paysagiste. i. II ap-paraît donc que, si le fanatisme nazi nIa pa~ été vaincu par la beauté fascinante des ALEXANDRE ALEXANDRE, DÉPART , DU CINÉMA ISRAÉLIEN L'opinion est saisie. La Praoda consacre presque la mOItié de ses p3ges à relater ces diHérentes inter. ventions, au fur et à mesure qu'elles se produisent. Des centaines de millions de citoyens soviétiques wnt mis au courant. Là-dessus, le Comité central du parti bolcheVik se réunit, Il examine le débat. Considérant que les ,conclusions de Lyssenkp s'appuient sur vingt années d'expériences qui ont révolutionné J'agriculture sur un sixième du globe, jugeant que. sa théorie s'accorde avec le matérialisme dialecti. que, il décide de soutenir Lyssenko et de. lui confier la direction de l'agronomie soviétique. Quels drOIts ? Ces mêmes biologistes pensent que les variétés d'une même espèce se font la guerre entre elles et se détruisl!'Jlt en fonction de la sélection naturelle. A ce titre, les variétés anciennes, mieux fixées, auront tôt fait de triompher des nouvelles, Aussi conseillent-ils de culllver des (( espèces pures )), de leur assigner un (( espace propre n, et · de les préserver de tout mélange. Contre eux, Lyssenko soutient qu'il n'y a pas de lutte à l'intérieur des espèces. Telle est la con. clusion qlA'i! a tirée de ses ex'périences. Ses adver, saires paraissent bien au contraire s'inspirer d'Idées préconçues, Au fait, entre (( espèce pure » et (( race pure )J, entre « espace propre » et « espace vital », il y a une analogie troublante. Lyssenko l'a souligné, Il reproche aux biologistes (( classiques ) d'introduire dans leur science des prinCipes qui n'ont rien à y voir. Des principes ayant servi à une politique, et quelIe politique ! Faut-il que le racisme ait des racines profondes pour influencer, même inconsciemment, ce grand débat scientifique. Mais il est réconfortant de penser qu'Il n'en sortira pas vainqueur. [ ' EST le monde des u sines, des colon ies agricoles, des cen tres de recherches scientifiques que la nouvelle ~cole cinémaLogra~ phique isralélienne a l'ambition d'exprimer. C'est aux hommes qui, une pioche ou un fusil en main, se baLLent pour un morceau de terre, une maison, une rue qu'elle en~end rester fidèle. tives ne manquaient pourtant pas d 'in Lérêt, ment courante. C'est l'histoire d'un enfant dont les parents ont été extermin6s. à A uschwiLz. Il les croit vivants et pense les retrouver à son arriTelle est sèchement résumée, J'histoire du débat. Vlée en Palestine, Europe reproduit le rapport de Lyssenko, les prin. clpales interventions pour 011 contre lui, la résolution de l'Académie des Sciences, En dehors de ces «( pièces )), un seul article, celui d' Ara~on. Aragon, qui n'est pas biologi~te et en previent, ne prend pas parti. Mais il ne laisse pas d'exprImer ses remarques. Car il y a des remarques qu'on ne saurait s'empêcher de faire, connaissant les termes du débat, et sans qu'il soit besoin d'être biologiste, Avant la gu erre, le cinéma juif de Palestine se cherchait à travers de petits films à l'optique sociale souvent dis c ulable. Certaines -de ses ten La- De jeunes cinéasles ont surgi, qui pensent que l'art est inséparable de la lutte des hommes. Des oeuvres valables sont sorties : La maison paternelle de H. Kline, La grande promesse de Leyte:;;, La maison dans le désert de Norman LaUl'ie. La maiso1'l 1wtcrnelle met on scène une réalité tragique- ................. , ............... . Dans la maison du dése1't, un Lyped'homme nouvea.u apparail, qui n'agit pas iso16- ment, par eL pOUl' ~ui-mème, mais comme un élément actif 'd'une communauté agricole qYi doit travailler et pro'duire plus pour vivre mieux. ... .... ........ . ........... .. Moi, - Que Monique me rende mon stylo! J'en ai assez, moi, d'avoir toujours des histoires à cause d'elle! A la maison, on sc moque de moi parce que je reste assise à côté d'une Juive! Je ne veux plus être sur le même banc! J'en ai assez, assez, assez ! MONIQUE (Suite de la page 12) le repas, aCcourent pour' m'arracher aux mains de mes camarades. - Quelle hOlî te ! remarque Mme Alhin Un tumulte indescriptible répond à mes paroles. Mes camarades, qui avaient suivi la scène dans un silence tendu, se sont toutes mises debout. Des invectives pleuvent à mon adresse: - Bochesse , lâche! demande tout de suite pardon à Monique 1 Debout, les bras croisés, Mme Albin assiste à la scène; et Geneviève ne bouge pas nOn plus. Etonnées de les voir im- - mobiles et muettes, nous nous taisons subitement. Alors, ayec un détachement extraordinaire, sans donner tort ou raison à aucune de nous, Mme Albin m'indique d'un geste une place à côté d'Elvire, qui m'accueille avec une grimace; puis elle reprend la dictée, comme si rien ne s'était passé, LA leçon terminée, Geneviève s'ap_ procha de moi. - Tu vas aller au vestiaire, me dit-plie; et tu vérilieras dans ton cartable si tu n'y as pas laissé ton stylo. - Inutiie de chercher mon stylo, puisque je sais bien que c'est elle qui l'à! ripostai-je, butée, en désignant Monique au bout du corridor, en train de s"expliquer avec la Directrice. Néanmoins j'allai au vestiaire, où je vidai mon cartable. Le stylo n'y était point! En revanche, j'y trouvai une boîte de chocolnts, qu'un invité de Tante Roselte m'avait offerte la veille. Je la débarrassai du papier qui l 'enveloppait; je m'emparai également du panier qui contenait mon repas et je me renclis il la cantine. Mes camarades étaient déjà à table. Une grande agitation à peine contenue régnait parmi elles. En me voyant parallre, Mme Albin leur imposa le silence et s'adressant à moi : - Célia, dit-elle, vous devez des excuses à Monique. Le stylo est bien à elle, En le regardant de pres, vous vous ren_ drez compte que ce n'est pas le vôtre. Je ne lui répondis que par un silence obstiné, tout en défaisant lentement mon paquet. J'avais étalé Sur mon assiette des sandwichs à côté d'un morceau de fromage; j'avais posé, sur la toile cirée, mon pain blanc et ma grappe de raisin. J e d~jeunaisf entourée d'un silence hostile, intolérable. Assise au bout de la table, en face de sa mère, Geneviève me faisait une de ces t ~tes ! une vraie tête de croque-mort. Mon re'gard se porta sur Monique. Elle mangeait à peine; ct ses yeux étaient tou t brillants; ses gestes étaient nerveux. Je l 'observais, sous cape ... Tout de même, quel toupet d'aL firmer que mon stylo était le sien! Un cadeau de son Grand-pere? Allons! Fraülein Zimmler me disait toujours : « Le Juif honnête, c'est comme l'émeraude blanche. cela n 'existe pa's! Fiezvous à un Juif, vous serez toujours roulée! " Et moi, qui m'étais donné tant de mal pour défendre Monique ! Et tout le monde lui donnait raison, et tout le monde était contre moi 1 Qu'à cela ne tienne! J'étais munie d 'une « arille secrète ". (On parlnit beaucoup autour de moi d'armes secretes, qui assureraient bientôt la victoire définitive de l'Alle_ magne !) Mon arme secrèté à moi était la boîte de chocolats! Son apparition dissiperait en un instant l'hostilité de mes camarades. Colette et Elvire viendraient à moi tout de suite, câlines, parce que friandes de chocolat... Et puis, les autres : Janine et Marlhe, par exempIe! et la « glace serait rompue ", comme disent les grandes personnes 1. .. Allons! Enfin, on sc lève de table! J~ sors ma boite de chocolats, je l'ouvre. La boite ouverte présente son assortimcnt de merveilles : chocolats pralinés ! à la noisette! à la creme ! A leur vue, je me sens soudain, généreuse, conciliante, pleine de bonnes intcntions, et c'est vers Monique que je me dirige, en lui tendant la boîte. - Ecoute, Monique, faisons la paix, 4 décembre 2009 à 10:22 (UTC)!~ ~n GCharlese~ nCharlesn::rlo~n s~uCharles 4 décembre 2009 à 10:22 (UTC) ~~ prends un chocolat.. . Pan! d'un coup de poing, Moniq-ue renverse la boîte et J'envoie rou 1er sur le plflnchel'. Ses yeux lancent des éclairs, - Tiens! voilà ce que je fais de tes bonbons! ti ens! De son pied, elle _les écrase avec [ureur. Pan! je lui réponds par une gifle. Alors, comme des sauvagèS, les autres se précipitent dans la bagarre. - Célia a giflé Monique ! Je hurle, hors de moi : - Elle m'a volé mon stylo, elle a ~crasé mieS Qhocolats! Sale Juive! les Allemands ont bien raison ! On m'interrompt par ùes coups. Toute la dasse est avec Moniqlle ! Mme Albin et Genevih'e , .qui se reposent chez elles pendant l'hcure qui ;;uit sans se départir de son cnlme habituel. Je me mets à pleurni cher, - Elles m'ont fait mal! Des cris s'élèvent de nouveau: - Madame, elle a girlé Monique! - Elle l'a traitée oe voleuse et de sale Juive! - Elle a dit que les Allemands avaient raison! - Quelle honte; répète Mme Albin. Je sen~ bien que ce reproche est adressé à moi et non nux autres, et qu'elle n'a aucune pilié pour moi. Au lieu de les punir toutes, c'est moi qu'elle pousse dehors. Je glisse sur le parquet gluant, où gisent mes chocolats écrasés, en murmurant entre mes sanglots : - J'irai fout raconter à mon oncle, tout! - Racontez ce que vous voulez, mais sortez d'ici ! Gencviè,ve, veux-t,u téléphoner à Mme de Klcim p0l!r qu'elle env\lie tOllt d~ suite quelqu'un qui ramèneri-' Célia d1b elle. En même temps, Mme Albin me-prend par la main, me conduit dans la chambre de Genevieve où, sans dirc lln mot, elle rD 'installe Sur une chn ise, et me quitte nprès avoir refermé la porte derriere elle. Je reste seule. Une glace, en lace de moi. me renvoie mon image... ' La grande promesse est une oeuvre claire et généreuse qui pose le problème de la formation d'une humanité palestinienne et de conscience collective, en tenant compte des erreurs du passé. Ue nouvelle école cin'6matographique n 'avait pas le droit de s'amuser avec les filles du rui sseau, les amours sucrées et les bandits au grand coeur. Elle se devait d'exalter la vie. Du point de vue social, les films palesliniens 'cl 'après guerre se situent parmi les meilleurs de ceLte année. Certes, nous ne voyons pas encore, dan" le nouveau cinéma palestinien des Jean R.en oir _ ct des Eisens tein ; mais il est pe,rmis d'espére r, et beaucoup. F. F. Une scène de « La grande promesse :1 de Leytès, HISTOIRE ET ACTUALITÉ La Révolution Française !'~'i~~:4 décembre 2009 à 10:22 (UTC)~~ar et la naissa~ce _.. ...... _________ .. .1 d' une Na tlO n A u m()ment où, dans le Proche-Orient, Israël affirm.e par la force des armes la réalité d'Une nouvelle nation, le livre qUe M. Albert SObOUl oonsac;re à la réVOlution i'rançaise trouve UIll regain d'actualité. Il s'agit en effet pour lui dè montrer comment notre pays « cet agrégat inconstitué de peuples d~unJs » sous l'Ancien Régime - selon la formule de Mirabeau - est devenu un~ réalité yivante, Et, ce qui frappe en 1789, cOmme au XX' sièCle, (l'est la. rapidité avec laquelle la nation se constitue. Comme si toutes les conditions de cette na.issance se · trouvaient déjà réunies. Cornmie s'il suCfisait de supprimer les douanes intérieures pour faire surgir un marché national, d'abolir le m()n()pole du clergé en matière d'enseignement POUl' Y.oir éclore une éc()l.e et bientôt Une culture nationales, de balayer les privilèges militaires de la nobklsse pOoUlr que l'Arm~ devi~nne nationale. Finalement, comme le remarque M. Soboul, l'oeuvre politique d~ la Révolution française est eonsi.clérable ; Mais la jeune république échoue dans son effort pour instaurer immédiatement la liberté et l'égalité. La bourgeoisie a préféré abandonner le libéralisme politique, le jour où elle a compris que les humbles se serviraient de leurs droits de citoyens - même de citoyens passifs, une fois le sens électoral rétabli - pour combattre sur le terrain économique. La grande contradiction de la. Révolutiln Irançaise est symbollsée par la loi Le Ch!lpelier qui proclame la liberté du travail en abolissant les anciennes corporations ... et du même coup interdit la création de syndicats ouvriers, _mais non d'associations patronales. Robespierre s'usera dans ses efforts pour maintenir l'unité du Tiers-Etat qui se divise en paysans pauvres et ouvriers d'une part, acheteurs de biens nationaux et bourgeais. d'autre part Nous ne pouvons évidemment aborder en détail les innombrables problèmes que pose la. Révolution française et que M. Soboul éclaire d'une vive lumière - en s'inspirant souvent des vues désormais classiques de M. Mathiez. En particulier, l'Eglise perd la garde des registres d'EtatCivil et le pouvoirs de réduire les jUifs .et les protestants à la condition de Français de deuXième zone, exclus juridiquement de la communauté populaire. Aussitôt les uns et les autres f.ont leurs preuves comme citoyens et soldats et sortent de leur ghetto matériel ou moral pour se porter au premier rang de la vie pUblique. ~.::::::::::..":..-:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::.:::".::::::::::::::::::;~ :: , ii Il ' LE THEATRE ël Il par Roger MARIA Il Il C~rnQUE'EclA'i\.11 ii j!

1 LA PEINE CAPITALE 1 de 
lallde-Andl'~ Puget (Co- ,1

MAIS cette unité vivante de ::':,' _ . médle - Françalse - Luxem- il la nation, sous le signe de ',',' bourg). - OEuvre conventionnelle, trop longue; dégagc un i'! l'oeuvrlea dL'uibne rgtér,a nnde smaouuravietm êetnret ,', ennui de bon goClt; très bien interprétée (Jean Davy), d'enthoUsiasme sI celui-ci ne i,:i 1 LUCRECE BORCIA 1 d «: V'lC to'r H ugo (1'b 1'd ) • - Lc i trouvait dans les réalités écono- !i _ . chnquant, les outrances du ro- li miques un solide point d'appui ; . Il c'est l'action d'une classe, - la !•!. mantisme, mais une langue,, riche et des effets sc.énio,ues bourgeoiSie - déjà maîtresse ii très réussis. Louise Conte dans Lucrèce et Denis d'Inès 1 des moyens de production et ce- ;; dans Gubetta, pendant exclue du pouvoir poli- :: tique, quI éveille les masses du H 1 UN MOIS A LA CAMPACNE 1 d.e.Tou rgueniev Tiers-Etat. La bourgeoisie assu- ;: _ . (IbId). - Une come la direction du mouvement ê,'i:.' médie fine et se'nsible du bovarysme russe. Un voile léger Il et lorsque. effrayée par les con- d'ennui, mais des délicatesses di~parues de la scène depuis • cessions qu'un gouvernement ré- 5: bien des années. Interprétation soignée (Jean Davy, ii volutionnaire ne peut refuser ii Yvonne Gaudeau, Jeanne Moreau). Ëi aux non possédants, elle se re- :: _ tournera vers ie conservatisme, ,:::i 1 ILES MAINS SALES 1 de lean-Paul Sartre (A.nteine). 15,! le progrès s'arrêtera. _ _ _ L'liuteur de HUIS clos . Ainsi l'unité nationale, et plus !i s'abaissant à faire du sous-Koestler, de l'anticommunisme § particulièrement l'unité de cul- .!i qui se veut intellectuel à l'usage d'un public troublé puis Il" ture - réelle bien qu'incom- 55 l' l' i pIète grâce il. l'idéal commun :; . rassure par ces militants bavards, anarc usants, coupés ; de liberté et de fraternité _ a ii des masses et politiquement délirants. Collection scénique i. été réalisée par une action de .,:.,.i.: '·.~.,:" des thèmes « angoissants " du communisme traités à la ;":.,:~!i:"· classe. Et une action qui n'au- fois avec 'bassesse et prétention, en dehors de toute expérait pas été possible sans une rien ce concrète. Des morceaux d 'un ridicule rarement unité territoriale. C'est là une atteint, même par les Clément Vautel de la sottise bourréponse directe à l'odieux argu- g geoise, sur l'hostilité supposée entre les militants d'origine li ment antisémite: «Maintenant " . l' Il 1 . . dé'à dé é . é ia que les Juifs ont un pays, ils ~.:.):: ;~;~;:ectgu'~e~r~~ es ouvners, Image J mon tlS e avant ,il nlont qu'à y aller ~. Il est trop • facile de montrer, et c'est là un :: d J A 'lh h ~s S4 décembre 2009 à 10:22 (UTC) q~;rCharlested~a li;~p~~ Il 1 L'INVITATION A'U CHATEAU 1 (1telie e r'r _ n~~ce Il thie réservée à Israël par un 'i enlevée il un rythme de cinéma qui témoigne, ainsi que le •• homme. juif ou non juif, ne ii sens du dii:t1ogue vivant, d'un métier sûr de la plirt de il l'empêche pas de rester citoyen H l'auleur et du metteur en scène. Dcs situations et person- :: du pays où 11 vit et dont li par- ,•. i!, nages oent fois vus : les deux jumeaux (cl' où quiproquos), ,1,1 tage le mode de vie. la vieille dame bienveillante (genre duchesse de Réville, du • Pourtant, si la communauté :; Monde où l'on s'ennuie), le déclassement de la femme du !5 nationale suppose la commu- !,;!.5 peuple dans le « meilleur" monde; enfin le manieur d'al. :e:',5 nauté territoriale. il ne suffit l'aires juif'avec juste assez d'antisémitisme pour ne pas en pas d'avoir rassemblé des ré- H perdre le goClt. ~§ gions diverses sous un même ;; li sceptre en laisSant subsister les :: d R D è J :! barrière douanières, les codes i.'i, INTERDIT AU PUBLIC 1 e oger oru s. et can i,,! juridiques différents, et un total . Marsan (Comédie Wa- • cloisonnement culturel pou r :5 gram). - Interdit au public? Vous pouvez, en effet, g§ « avoir fait la France ), et les i5 prendre au mot cet avis, à moins que vous aimiez les .~ quarante rois auxquels Maurras il pièces d'au.teur de confection courante. Mais si vous avez li décernait un tel éloge, avaient " applaudi Mary Marquet dans les grandes heures de la •• agrandi un fief féodal, non for- lê Comédie-Française, vous ne pourrez qu'être déçu par le Il' gé une nation. :ê:l personr_age archi use dans lequel elle se produit dans cette ,'Ii pièce. DE méme lorsque la Révo- :: • lution française décline, H 1 REVES D'AMOUR 1 de René Fau.chois (?~ml1ase). - li lorsque la bourgeoisie, i! _ . Très mauvaIs; dehnum « très Di après" avoir guidé les masses po-:5 . l' pUlaires à l'assaut de la féoda- :1 mlllce" du romantisme repensé dans le style 1900. Gros i lité, renonce à ce rôle. \In voit :':; sucçes commercial; il s'agit des amours de Listz ',Pierre- §; les forces de police et de répres- ii Richard Wilm l ait soupirer les jeunes fiUes, . sion se développer, l'instruction :: ca - un instant gratuite et obli- :::,l':,:,! 1 HAMLET 1 de Shakespeare (Marigny). - Jean-Louis- I~'I! gatoire - reperdre une partie _ . Barrault s'est surpassé. Le premier specdu terrain. La nation (dont la tacle, peut-être, de Paris, Vive Shakespeare! classe ouvrière privée de cul- :: , ture et astreinte à travailler 16 :: 1 RAPPELS 1 ~ontserrat~ d'Em?lnn~el Roblès (Mathu- ! heures par jour, est chassée) i! _ . rIns) et Maitre apres Dieu, de ] an de Har- si existe toujours. certes, mais H tog (Verlaine). - Deux oeuvres bouleversantes, qui ùon- li faiblement. La France se cloi- 55 nent ~ penser en posant avec force et rigueur de graves ii sonne de nouveau en corn mu- ;l!:.:.:·.i_,: problèmes. Il faut a ller voir ces deux pièces, la mémoire !5 1 ",ll nautés distinctes séparées moins vigilante et la conscience à vif. par l'éloignement géographique, que par la condition sociale. :±: :::::::::: 1 1 • ta vie , . economlque Pot sans poule par L. JUST '1 A quinzaine qui vient de s'écouler a été fertile en événe~ ments : élections en Amérique et en France (?), décisions gouvernementales en matière de prix... Quant à la grève des mineurs, dont nous espérions la juste solution par un rajustement des salaIres que' réclament sans exception tous les syndicats (C.G.T., C.F,T.C. et F.O.), il semble bien qu'on n'ait pas encore envisagé de prendre les ' décisions commandées par la sagesse. Evidemment, en arrivant au pouvoir, le Gouvernement avait accordé aux salariés une majoration de salaires, immédiatement « précédée » d'une hausse de prix, 'Suivie d'une majoration des prix agricoles. Pour compléter ce train de « baisse )J, il a procédé à un alignement monétaire, dont nous avons déjà commenté les effets SUI le coût de la vie. Il aurait donc été parfaitement logique qu'à la suite de toutes ces mesures de hausse, on envisageât d'établir un nouveau palier de salaires tel que le pouvoir d' achat d~s salariés' pût atteindre un niveau normal. A la hausse des salaires. le Gouvernement a préféré la baisse des prix, mais r expérience né nous a que trop prouvé que si les 'mesures de hausse sont toujours suivies à la lettre, il n'en est pas de même lorsqu'il s'agit de décisions de baisse, et il Semble que notre scepticisme sur ce point soit pleinement justifié. Le « B.O.S.P. » (bulletin ol/iael du SeroÏi::e des Prix)' a publié. en date du 8 novembre. une série d'arrêtés de baisse des prix, supportée presque exclusivement par les commerçants ,de détail : 8 % sur la laine, 5 % sur le coton (mais nous avons déjà dit que lors de rétablissement de leurs tarifs, les industrlds s'étaient prémunis contre des décisions ultérieures de baisse); quant aux cui! et chaussures, le Gouvernement fait les gros yeux et menace les professionnels de rétablir le dirigisme, s'ils ne font pas preuve d'une discipline spontanée (peut-être ignore-t-on que notre actuel secrétaire d'Etat aux Affaires économiques est lui-même tanneur ?). En contr~rtie çle ces mesures de baisse, il a été établi un programme de hausse compensateur: 48- % sur le sucre. 100 0/0 sur les corps gras, 38 % sur les pâtes, etc .• et, durant Ge mois. l'indice des prix de gros n'a cessé d·augmenter. Il' est :vrai également qu 'il ~ été décidé ; que les commerçants devraient, consen~jr un escompte de 5 % sur les çasseroles et marmites. Contrairement au bon roi Henri, qui voulait que chaque Français eût sa « poule au 'pot », M. Q\leuille, tout comme M. Schuman r avait fait précédemment. favorise l'achat des « pots ») faute d' y pouvoir ,mettre une poule. Quant a~x craintes que nous exprimions' dans nos précédentes rubriques au su j'et des petits industrids et commerçants, elles n'étaient que trop fondées puisque, au mois d'octobre, il a été prononcé, en France, plus de quatre-vingts jugements de faillite et près de cinquante liquidations judiciaires, et il est à présumer que- cela ira en s' accroissant. Simultanément, le chômage aug{ Ilente et · nombreuses' sont les industries où l'on a instauré la semaine de trente heures. . Nous n'avons cessé de répéter que seul un équiltbre «( sincère » (et non pas combiné sur les statistiques émanant . d'instituts d'études démographiques) entre les salaires et les prix, apporterait une solution durable au problème économique français. ' Devant l'augmentation du coût de la vie, on voit se former, en Amérique. une union entre les gens des classes moyennes et les ouvlien, pour faire front aux forces réactionnaires, et déjà M. Truman se sent contraint d'évoquer une éventuelle participatioo des syndicats aux affaires gouvernementales. Les Français des classes moyennes méditent , sur de pareils exemples et songent à se liguer avec les « petites gens » pour lutter à leurs côtés contre la réaction renaissante, dont les programmes politiques et économiques n'aboutiraient qu'à l'abolition de, toutes leurs libertés si chèrement conquises et souvent si préC llres. OU VA l'ALLEMAGNE J acques Duclos, Pierre Courtade. F. Bil1oux, Jean Cathala, J. Berlio7., Yves Farge, PielTe Cot, M. Magnien, ainsi que des collaborateurs démocrates atlemands (Grotewohl, W. Pieck, etc., etc.) répondent ~l cette ques' tion primordiale dans le sensationnel. Numéro Spécial de « DEMOCRATIE NOUVELLE » LISEZ ch'aque .semaine alti. IIE1DOMADAIRE DE l'INDEPENDANCE FRAtiCAISE Ses échos, sa tribune polltique, ses grandes enquêtes ses pages littéraires et socia~ - les, ses nouvelles... ' TOUS LES MERCREDIS 16 pages illustrées En \'enle partout •••• ,15 Cranes VOILA L'HIV~R DROfT ET lI~T! ,15 N~ 1-94 •• - ... ".oH LA CAMPAGNE POUR 3.000 NOUVEAUX'ABONN~ a'" , , Il DROIT E.T LIBE.RTE" Du 1er octobre au 10 novembre, 742 nouvea~ abonnés ont été enregistrés par l'Administration de Droit et Liberté. L'objectif fixé jusqu'à la fin ,du mois de novembre est de 1.500. Nous adressons un appel pressant à toutes nos amicales, aux sections -ae l'U.J.R.E., aux Cadets, à tous nos amis de France et de Belgique pour intensifi~ r la campagne. Face à la nouvelle vague d'antisémitisme -qu'on ' cherche à développer ,en France, .un devoir impérieux nous est imposé : faire de « Droit et Liberté» un grand h.ebdomadaire de lutte contre le racisme et contre la guerre. Nous ne pouvons le réaliser sans les 3.000 nouveaux abonnés. La Rédaction et l'Administration de Droit et Liberté expriment leurs remerciements les plus sincères à tous les amis qui, encoIlectant les lots pour la tombola, en vendant les billets et en travaillant au bal, ont~ par leur collaboration, assuré la magnifique réussite de notre ' gala du 6 novembre. La Belgique n'a envoyé que 45 abonnements sur les 300 que nos amis devaient souscrire. Les sections parisiennes sont également très en retard. Certaines villes de province n'ont pas encore bougé. C'est une tâche d'honneur pour chacun que d'atteindre les 1.500 abonneMents avant la fin du mois. Nous remercions tout particulièrement MM. Simon Bernblit, 5, rue de Charonne, et Milgram, 12, rue de Chevreul, pour le fauteuil de cuir qu'ils ont bien voulu offrir gracieusement pour la vente aux enchères, ainsi que MM. Eisenstein, Edouar,d, Lévy Peppo, Granat Sztejn, Werner, qui ont assuré le succès de la vente aux enchères et veillé avec succès au déroulement du bal. Amis, dévoués diffuseurs, au travail ! La Direction de « Droit et Liberté :.. Parce que les peuples veulenl vivre libres ..• U. s. A. - 'Le Ku - Klux - Klan ayant menacé de mort les nègres de la province de Montgomery (Géorgie) qui prendraient part aux élections présidentielles, un seul d'entre eux, Isiah Nixon, eut le courage d'aller voter. Le soir même, il était assassiné par un nommé A. Jobnson. Ce ' dernier, pris sur le fait, n'en a pas moins été acquitté. ESPACNE - Selon c1es chiffres que l'on commun;que officiellement, 150,000 Espagnols ont été fusillés ou abattus par Franco Je 1940 à 1945 en vertu de la « Loi d'Evasion )J. Au début de 1946, le seul Tribunal Militaire de Barcelone avait « instruit li 129,173 Pl'ocès sommaires. En juillet dernier, 106,241 détenus politiques (dont 20.501 femmes) se trouvaient incarcérés dans les différentes geôles franquistes, ' ITALIE - Les' attentats se multiplient à traV'ers l'Italie contre les dillérents lea- La déroute de Tchang· Kai • Chek se précipke Les événements, brusquement, semblent devoir s'accélérer en Chine. Depuis notre ·dernier numéro Moukden, la capitale de la Mandchourie est tom: bée et les armées de T chang-Kaï-Chek ~ subi des revers dont il semble impossible que le Kouomintang puisse Se relever. Les avant-gardes de \' armée populaire commandée par Mao-Tse-Toung sont, en effet, arrivées à Cheng-Teh, capitale du Jehol, à 200 kilomètres de Pekin. Pendant ce tenlps, à r extrême ouest du front, .des combats acharn~ à Kouei-Sui, capitale du Sul-Yuan, tournent à 1 avantage des forces démocratiques. D' après les renseignements fragmentaires qui nous parViennent, il semble· que r on puisse schématiser l' aspect gé~éral ~u front c~inois de la façon sui~ vante : troIs armCC$ ,populaires fortes de plusieurs centaines de milliers d'hommes marchent sur SouTchéou , dernier bastion gouvernemental cntre le Fleuve Jaune et la vallée du Yang-Tsé-Kiang. Pour essayer de défendre cette dernière positIOn, Tchang-Kaï-:hek aurait massé 500.000 hommes placés sous le commandement de son chef d'étatmajor général. I;.n même texnPs, polJr tâcher de remonter le moral Je ses troupes, il annonçait à Tien-Tsin que cette ville et Pékin seraient défendues jusqu'au bout. Mais les milieux chinOIS et américains de Nankin se montrent beaucoup plus pessimistes; à les en croire, "évacuation de Pékin serait même déjà commencée 1 ders syndicalistes. A Bologne, J'un d'eux a été poignardé en pleine rue. GREeE ' - Quatre-vingt-quatorze exécutions, sept cents arrestations, tel est le bilan de la dernièt-e quinzaine au lendemain de la visit~ du général Marshalt il Athènes. BIRMANIE - Continuant leur progression, les partisans se sont emparés de trente villages', ,fait plusieurs centaines de p";sonniers et ~is la main , sur trente tonnes d'armes d'origine britannique. Les désel·tions se multiplient au sein de l'armée gouvernementale. ' INDONESIE - Les partisans ont re· pl-is l'olTensi,'e dans l'est de Java. Ils mal·chent vers MaJioum et ont enlevé trois aérodromes précédeinment occupés par les troupes gouvernementales, Devant la gravité de la situation, le gouvernement- fantoche indonésien aumit demandé d'urgence des renforts hoIlandais. Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS AMERJQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE CC 0 C É ANI A )) NE FAITES AUCUN ACHAT avant d'avoir vu les en.gemblell pré&entés par chez: ZAJDEL 89. rue d'Aboukir - Paris-2e Mo : St.Den:s, Réaumur, Sentier Tét. : eUT 78·87 + WILLY De l'ancienne c:.inique populaire Visites - Piqûres - Ventouses 18. rue Ramponneau - PARIS Métro: Belleville. Tél. MEN. 66·17 VOYAGES - TOURISME 4. rua de Castellana T~I. : Anjou 16-33 ' . ..................... . POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard ~CHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9· Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toile$ cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE WAIS 9S. boulevard Ménilmorttant. PARJS.XX· L'HARMONIE CHEZ 50. 221, faubOUrg St·Antoine , Paris BOTIlER JOSEPH Chaussures souples paru récemment, sous couverture en couleurs, magnifiquement illustré (GO francs l'exelllp1ail'e). Il sera bientôt épuisé. Commandez d'urgence à Démocratie Nouvelle, 29, rue du 4-Septembre, Paris (2). Compte chèque postal : Paris 5739-11. C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT VISITER LES NOUVELLES COLLECTIONS DU M.: Père-Lachalse_ Tél, OBE 12-55 SUlCCUr,"'l e : 117, taub. du Temple, PARIS·X'. Métro : Belleville et ~ncourt et élégantes CLINIQUE: DES PIEDS SENSIBLES PARIS : 12, rue de la Boétie Anjou 15·30 ' UNE MATINEE DANSANTE eit organisée par LE CERCLE ' DES LECTEURS de « DROIT ET LIBERTE • le 21 novembre, à 15 heures GRAND MAGASIN DE LA FOURRURE ET DE LA NOUVEAUTÉ BOULAHCERIE· PATISSERIE JUIVE BERNARD 12, rUi! N .• D.·de·Nazarelh, Paris"" Tél. : TURbigo 94·52 NICE et VICHY Restaurant CHEZ ALBERT SALLE DE LA MARSEILLAISE PALAIS DES FETES STRASBOURG 42, rue de la Chaussée-d'Antin Pain de seigle meilleure qualité Pati5Sl?rle de la meilleure sorte Conditions spéC1ales pour mariage.;; et banquets, On livre à domICile, Prix modeTes ..M étro : Temple et RépUblique 57, rue Notre-Dame.de-Nazareth Métro : Strasbourg-Saint·Deni! où vous trouverez toutes les spécialHés rou'maines, polonaises et russes ,,', Novembre 1948. ,- N° 16-84 --------------, DROIT ET lI~ERTE 9 QIJAND M. MORGENTIAll L ~U~I()~ §()VI~TI(2U~ WIIIIIIIIII/lIllIIUIllIIllIllIllIllIUIlIlIlIIIUlIUDWIIIDDIUIUIDlIIIIlIIIIIIIIIDIIIIIIIIIIUIllIlIlIlIlIllIlIllIlIlIlIUIIIII11UIIllIIllIIIllIIIIHlIIUlIIIIIIUIIIWIIIIlIIIIIHlIIIII ': Iteut aide4-fa fi de6line."" CA' 1 3 1 . . . par Henri NIDER a lete e e anniversaire Au terme d'un voyage en Israël,. l'ancien Secrétaire d'Etat au Trésor Henry Morgenthau a déclaré : « La Palestine peut constituer un important bastion contre , l'U.R.S.S. Si une chance est donnée au Gouver· lIement d'Israël, toute la r4gion tnéditerranéenne résistera au &:ommunisme... » Quelle chance ? « Le Gouvernement des Etats-Unis devrait soutenir l'Etat d'Israël en lui accordant un prêt par l'intermédiaire de l'Export. Import Bank. » Autrement dit, à son tour, Israël se voit proposer l'aide américaine, gén~reuse et désintéressée. Généreuse? « Chaquè dollar versé pour , Israël est un dollar pour corn. battre le communisme », précise M. Morgenthau. Désintéressée ? « Les raffineries de pétrole de Haiffa peuvent livrer 4 ,millions de tonnes: A l'heure actuelle un contrat signé avec la Socony Vacuum Oïl permet aux raffine. ries de travailler '», souligne M. Morgenthau. LA compagnie pétroliëre Socony Vacuum, soeur de la Standard Oit of Cali· f9rni'a, de la Standard Oit of New.Jersey et de l'Arabian American Oil C (toutes Sociétés appartenant au groupe ,Mel. Ion) est financée par la Chase , National Bank, de M. Rockefeller, grancl bjçl!faiteur électoral de M. Trum.an. Comme par hflsard, les représentants de la Chase National Bank figurent en bonne place dan!' -le Comité chargé par le Président Truman de, diriger la politil'jue des prêts à l'étranger. On peut douter de la philantropie des trusts américains. les conséquences du prêt américain à la Turquie et à la Grèce. C'est " Le Monde » du 7 novembre qui déclare que lei: crédits américains à la Turquie, qui se chiffreraient maintenant à 1 milliard de dollars, ont transformé le pays en un immense bastion militaire dirigé contre l'U.R.S.S. La vie économique se caractérise par une sous-production dans l'industrie civile. Pour « galvaniser l'énergie nationale )l, on interdit les syndicats et on emprisonne les démocrates comme C( communistes ». En Grèce, sur les 300 millions accordés au pays, 57,5 % sont consacrés aux fournitures de guerre, 15 % au ravitaillement, 8 % à la recon:'ltruction. Au lieu de créer les conditions d'une reconstruction, les crédits américains jettent la Grèce dans le chaos économique, politique et militaire. La Palestine devra-t-elle subir un sort analogue ? Les héroiqus combattants de la Hagannah, après avoir combattu les meroenaires des capitalistes anglo- saxons', devront-ils preparer à leurs côtés la guerre contre l'U.R.S.S. ? Cette politique ex i gela, C( chasse aux sorcières ", c'està- dil-e l'élimination de tous les élém:!nts progressistes de la vie politique d'Israël. Veut-on faire de Tell-Aviv une sorte de nouvelle Athènes ? L'ENJEU . Comme le révèle, par exemple, leur main-mise sur l'Amérique du Sud ou l'Arabie Séoudite, ils sont opposés à tout essor industriel ' indépendant des pays auxquels leurs représentants politiques prétendent apporter une aide. Il s'agit, pour eux. d'empê- Enfin, et M. Morgenthau cher toute concurrence qui nui- semble le souhaiter ardemment, rait aux produits américains, et l'a.cce~tati?n des. crédits amérid'entraver la formation d'une calOS ImplIqueraIt le ralentissec1àsse ouvrière dont' les revendi- ment ou l'arrêt des relations cations syndicales porterai~nt _ commerciales de. la Palestine atteintè aux salaires de famine avec les démocratIes nouvelles. pratiqués dans les pays colo- On sait pourtant le. rôle .que .niau" et dépendants. le pont Prague-Tel-Avlv _ a J?ué Quant aux colonies agricoles ~t Jo~e encore dans les vlcto~res de Galilée, les pétroli,ers anglo- IsraélIennes .. C~ sont, préclsé- , saxons et leurs serviteurs féo- mel~t ces vlctoll'es qu on voudaux arabes les voient d'un dralt compromettre. fort mauvais oeil parce qu'elles M. !"1:orgentha~. di~ bien que pourraient devenir un ex ~ mple la ~?IItlque A amt:J.-Icallle envers néfaste pour les pays voisinS. Isr~~1 dOIt etre dIfférente de la pohtlque du Foreign-Office, REFERENCES mais il ne s'a!!it bien entendu 'Au mois d'octobre 1946, l'Ex- qu-e d'urie différence dans les pori-Import Bank avait déjà moyens sur un plan supérieur. ~ccordé à la Turquie, un prêt de Nous sommes en pl-ésence d'une 25 millions de dollars, avec pro- affaire de succession : l'impémesSe de porter cette somme à rialisme anglais décadent cède, 50 millions au ,cas où les ban- ' ici comme ailleurs, la place à ques privées consentiraient à l'impérialisJn:! américain. vers-~r les 25 millions complé- La politique anglaise a subi mentaires. ' une défaIte monumentale devant Mais les banquiers améri- l'admirabl ~ resistance des Juifs cains refusèrent de lâcher le dans le Neguev et la Galilée. moindre dollar. Le 21 janvier Les moyens militaires des im- 1947, tle hauts fonctionnairespérialistes anglais ayant échoué, du gouvernement indiquaient les impérialistes américains re- ' que" les ban€jues privées amé- courent à la méthode plus perricaines avaient, à plusieurs re- fide de ]' " aide économique ». ' prises, refusé d'accéder à la de- Les Israéliens p~uvellt déjouer mande de l' Export-Import Bank les manoeuvres de leurs faux , de .. partiCiper au prêt » à cause amis. 'des .. risques de l'opération ». S'il est vrai que la reconstruc- - Ce risque, le président Tru- tion palestinienne nécessite des " man l'a couru allègrenv;nt en crédits, il va de soi qu'ils doi- · .. prêtant " 400 millions de dol- veTlt être octroyés dans des conl.' lrS à la Grèce et à la Turquie. ditions saines. La même comédie recommen- Pour obtenir un emprunt _ eera-t-eIte en POllestine ? avantageux, il fallt qu'Israël !Sc Qu'on y réfléchisse : tout bé- renforce, par conséquent intennt': riciaire des crédits al'l.1éricajns sifie sa production nationale, est n~ccssairement promu élU tï.eone le Néguev, améliore ses v , rang de défens ~ ur de la civilisa- relations commerciales avec tous ,tion occidenta-Ie aux" côtés de la les pays, y compris l'U.R.S.S. · TurQ\lie dictatoriale et de la L'essor économique et l'expor- Grèoe fasciste. tation accrue des produits pa- Israël ne formant pas un 1lot lestiniens permettraient alors de · dans la politique mondiale, il rembourser un emprunt conclu serait instructif pour les Israé- sur des bases normales. liens , d'examiner sérieusement Cette politique est réaljsable. de la Révolution Le 7 novembre, l'Union Soviétique a fêté le 31" anniversaire de son existence. A cette occasion, de puissantes manifestations se sont déroulées dans toutes -les villes et notamment à Moscou sur la Plaçe Rouge Des témoignages de solidarité et de sympathie, rendant hommage à la lutte de l'U.R.S.S. pour la paix, ont été adressés au Gouvernement soviétique. Les Juifs ne sauraient oublier que le pays de la Révolution d'octobre, a été le premier à éliminer l'antisémitisme et que les vainqueurs de Stalingrad ont joué le rôle décisif dans l'écrasement de l'hitlérisme. Si les juifs ont échappé à l'extermination totale, c'est aux sacrifices et à ' l'héroïsme des peuples de l'U.R.S.S. qu'ils le doivent. Des journaux qui prétendent défendre les intérêts des Juifs ont choisi ce jour d'anniversaire pour déverser leurs ignominies antisoviétiques. Ainsi le «. Droit de Vivre » de Bernard Lecache se permet d'écrire ce mensonge

« A Lubino, près de Moscou, d'éminents

diplomates nazis « récupèrent » dans des conditions de confort. » On connaît le sort q,ue l'Union Soviétique réserve aux nazis, tandis que les autres libèrent les Ilse Koch. Les Juifs qualifieront comme il convient les serviteurs zélés d'une mauvaise cause. -d'Octobre EN HAUT: 1.énine prononçant son discours au Il" Congrès pan-russe des Soviets le 7 novembre J917. (Tableau de Serebriany) d'enfants dans Birobidjan CI-CONTRE: De Bauche ~ cI;oite et de haut en bas : V. Molotov, J. Staline, 1.. Beria, A. Jdanov. C. Vorochilov,' A. Andrei~v, A. Mikoian, L. Kaganovitch, C. Malenkov, N. Kh:ouschev. DROIT ET LIBERTE __________________ 15 Novembre 1948. - N' 16-84 ........ 4 _. _il. s ça 66 IFAMOlLE CONCLUSION D'UNE ENQUÊTE AVEC la Libération trahie, nous avons vu la réaction et ses agents tenter de jeter sur les horreurs de l'occupation le voile de l'oubli. . Oubli? Pas seulement. Regret parfois qu'il n'y en ait pas eu plus. Un chansonnier a osé dire à soli public: - « Buchenwald, ce n'était pas un four crématoire, c'était ûne 'couveuse li. « très réticente, ne veut, sous aucun prétexte, qu'on lui enlève l'enfant ))_ On. nous signale, du Nord, que Mme M. B. est tutrice d'un enfant de déporté, Maurice il., dont la conversion au protestanti5me a soulevé des difficultés. Mais Mme B., ardente prosélyte et jouissant d'une siruation en vue, a fait intervenir ... le Général de Gaulle, en per~onne, pour conserver la garde de ce jeune garçon. On peut se demander avec inquiétude qudle forma,tion recevra ce gamin. toutes les libertés, se font peu de scrupules i.t supprimer la liberté de conscience et l'on passe outre, « avec un mépris de fer )), aux droits de l'enfant. A la fin de cet été, M. François Garnier de Polignac, frère du Polignac collabo, i.t qui le roi d'Angleterre refusa de serrer la main aux Jeux Olympiques - dirigeait un groupe d·e.nfants, dits « chanteurs de la bohème h, auxquels il fit parcourir la Côte d'Azur et la Suisse. Ces gosses de résistants et de déportés, parmi lesquels se trouvaient Lorraine (en particulier le 12 septembre dernier, il Nice). Le produit de cette vent'e était-il aussi destine à une oeuvre de bienfaisance ? Après les cvénements de Grenoble on peut tout craindre pour l'avenir des enfants, utilisés a insi à de basses fins politiques. N'en déplaise aux judéophages, dans toute la France, de braves gens, organisés ou non dans la Résistance, sauvaient des g·osses. Ceux-ci, arrachés à la mort étaient confiés à des familles ou à des instit;utions religieu. ses. Hélas, il se trouve des personnes qui ont omis - parfois volontairement - de faire, après la Libération, la déclaration qui s'imposait (loi du 24 juillet 1889 _ article 19). Aucune enquête n'est alors possible, à moins ,que certains cas ne soient signalés par des témoins. Par con tre, combien existet- il de « placements )) connus et qui, pourtant, n'offrent pas toutes les garanties matérielles et surtout morales pour l'avenir de l'enfant? Ainsi cette fillette, recueillie par \lne famille où elle est choyée, mais qui lui refuse l'autorisation de voir son frère, élevé- dans un orphelinat. Ce jeune Claude B. qui vit, depuis la .déportation de ses parents, chez une femme qui l'a recueilli, et qu'un oncle, habitant Budapest, r éc la m e par l'intermédiaire d'une . oeuvre. Cette femme, Si la hiérarchie religieuse voit; dans les enfants à la dérive, de faciles néophytes, les aventuriers politiques ne les négligent pas non plus. On incul· que ce que l'on veut à des esprits neufs. Et certains qui se proposent la suppression de L'activité de la Commission Centrale de l'8nfance Enfants DANS une vie familiale, l'enfa'nt grandit, se développe, semq,le-t-il, tout naturellement. 'Les difficultés que rencontre .l'enfant ' et qu'il résout ou non, échappent le plus souvent aux pal'ents. On dit .que l'enfant a été plus ou moins « difficile ,.. en république ennemi, pour devenir un solide compagnon ' de "ie, L'enfant est heureux' de tonstruire lui-même sa vie, et nous sommès certains de répondre à ses besoins en suscitant ses initiatives . et ses propositions. La vague de terreur qui nous a submergés, pendant quatre ans, a laissé des orphelins sans défense. Nous avons recherché ceux dont la trace paraissait perdue. « Oue sont-ils devenus? )) de- Les Chanteurs de la Bohè~e et leurs « moniteurs " deux ou trois jeunes Juifs, mandions-nous au début de étaient tout heureux de' faire ce cette enquête. grand voyage. Or, il se troave " Le~ ,« cas )), pour ne pas.diçe que, sous le couvert d'une in- . les drames, que nous avons prétention fort louable, en l'oecur- sent~s. ne donncnt-ils pas une rence rçcueillir de l'argent peur partie de la ~épon~e, n'éclairent- · " , ' . , Ils , pas certall1s çotés ' du· grand une' oeuvre d . enfants, le phdan- .' p r oblèm e d e l' en f ance thrope ?e ~oll~nac se p.ropose· un La tâche des gen; honnêtes Pour notre part, nous pensons, selon les principes de l'éducation nou velle, que l'enfant doit être étuctié, que le milieu doit être adapté à l'enfant', et non l'enfant ~u milieU. publique d'enfants ' . Toute l'activité et la vie de la maison sont réparties en « commissions .. ; 1° Culture ; 2° Sports et loisirs ; 3' Etudes ; 4' Journal mural et .édité

5~ Ateliers ;' 6' D~coration ;

7' Hygiène ; 8" Salle à manger. Chaque commi.ssion comprend. 4 à 5 enfants et ch'Oisit un responsable. L'~nsemble des .esponsables forme la direction, qui se réunit chaque semaine pOUT examiner et cri- , tiquer le travail accompli et dresser le plan de la semaine; chaque responsable exéc.ute avec sa commission, le travail décidé à la di- Nous avons connu des enfants qui, à leur arrivée, étaient les derniers en classe ; à la maison ils mentai~nt, se moquaient de leurs camarades, se désintéressaient de la famille, vivaient isolés dans la collectivité. Tous ces enfants ont fait un progrès immense ; dès qu'ils trouvaient leur place dans les activités d'une part, dans les . commissions, d'autre p~rt, ils re-' couvrai,ent ltur équilibre tant social que scolaire. Quelq~es-uns sont aujourd 'h.ui membres" de la direCtion. L'un d'eux figure parmi les responsables de ' l 'ensemble de la République' ; très mauvais élève au cours du' premier tri m'èstre, il a terminé l'année dans les six premiers. Aujourd'hui, élève d'une école de ' bijouterie il est très bien classé. Ses prog~ès scolaires et professionnels coïncident avec son avance dans l'échelle des responsabilttés. . but .q~ll n a. rien il VOlr avec la n'est pas terminée. Après avoir chante. Il Joue, auprès de ccs arracbé ,des enfants à la mort, e,:fants, le rôle de propagan- . i[ ·fnut à nouveau .les sauver' en . çhste gaulliste. . leur donnant un ,àvenir heureuK On a pu voir ainsi, ces mê- et libre. . L'enfant de nos' maisons, parce qu'il vit' en collectivité et pa'roc qu'il est victime de la .guerre, pose des problèmes très particuliers. rec'tion. ' . Au moment de leur anivée dans nos maisons, nos enfants traînaient un certain nombre de 'complexes d'infériorité, de sU'périori~é (ce .qui se vaut) et certallls ' presentaIent des troubles de: caractère pl us ou moins graves. Tous avaient un retard scolaire plus ou moins impor- Ainsi, les soirées r&;rÙtives so~t organisées par les er fants. Ils dirigent les ateliers et prennent soin de rhygiène dé-la maison. Tous les quinze jours a lieu une « assem- . blée génér;;tle " où le travail de la direction est commenté et éventuellement ' critiqué . . . tant ,:elon leur fige et leur possibilité de fréquent~r l'école. Beaucoup étaient des ' « inadaptés sco· laires lI . Tous mc.ntaiènt ; lé mensonge obligatoire pendant l'occupation, « pour se sauver ", a eu un résultat éducatif négatif ; le.JIlensonge était devenu leur seul moyen de défense et peut-être même une manière de vivre. Tous nos enfants se montraient méfiants à l'égard des adultes. Lè sourire avait disparu de leur visage. Il s'agissait donc pour nous d'assurer l'équilibre de leur caractère, de les adapter- à la vie sociale et scolaire. No lS croyons que le centre d'une réédccation « caractérielle: Il est l'affectivité ct que. l'in adaptation socialE.- et scolaire, marque toujours un manque d'affectivité. Nous nous sommes efforcés de voir chaque enfant individuelle· ment, de développer sa personnalité parce qu'il ne s'ag-it pas de prendre un caractère pour modèle et de le standardise r, mais bien de déterminer ce qu'est chaque enfant, ce qu'il possède, ct de développer en lui les bons éléments de 50n caractère. ' Par quels moyens avons-nous tenté d'y parveni r ? Que la diver'sité d,es « activités libres Il donne la possibilité à chaque enfant de trouver sa place, son moyen d'expression, d'extériorisation, cela ne nous semble pas fairE.' de doute. Freinet dirait que la diversité des activités libres donne la possibilité de taire vibrer en chaq ue enfant la corde sensible qui le rattachera à la vic. En effet, tel enfant s'est attacbé aux jeux dramatiques, tel autre à la musique ou à la danse ; .celui·ci fera des modèles rétluits, celui-là du modelnge. Nous avons ainsi chez nous, huit ateliers, une chorale, des jeux dramatiqUeS, des dan ~es et un cercle d'initiation musicale. Un deuxième moyen, peut-être plus important t'ncore, est de faire p3rliciper l'enfant à l'élab'Oration, ~I la direction de s"" vie. C'est p'Ourquoi nous avons créé une « Ré- Une ieune fille de la maison de Livry- Gargan qui suit les cours d'une école de peinture d'art. Bien entendu, la grande qUeStion est de fairt; de cette républ i· que une réalité, Pour cela, l' éd ucateur doit faire ab tradion de tout sentiment de de potisme et manifester une totale confiance aux enfants. -Toute non-sincérité ou travail fictif serait vite décelé par les enfants et aurait pour conséquence un désintéressement de leur part. L'expérience acquise dans notre foyer' de Livry-Gargan prouve incontestablement que l'activité libre et l'exercice de la responsabilité ont pour résultat de rend re à l'enfant un sentiment de' sécurité, un sentiment de confiance et en lui-même et en l'adulte, Ayant trouvé le moyen de s'exprimer et de s'extérioriser, il s'est en même' temps libéré intérieurement. Au lieu de casser un ca! 1 eau ou de jouer un mauvais tour au copain ou à l'adulte, il construit un bateau

son agressivité était provoquée

en grande partie par son complexe d'infériorité, or ce: complexe disparaît à mesure que l'enfant devient un ({ constructeur ... D'autre part, v~vant en « République H, l'adulte cesse d'être un E~ conclusion, le pl :blème affectIf est au centre de la rééducatiou de" l'enfant. Un enfant équiliblé affectivement, aime normalement l'école et est sociable. Henri COLDBERC. Chef éducateur de Livry-Gargan La Commission Centrale de l'Enfance . vient d'éditer le premier numéro de son Bulletin d'Information. Celui-ci paraîtra désormais tous les trois mois et reflétera toute l'activité de la Commission. Association sportive FRATERNITÉ Y.A.S.C. 14, rue de Paradis, PARIS -loe ACTIVITES SPORTIVES: M'ardl: gymnastique pour filles: 20 h. 30 Il 22 h. précises, Salle: du Club. Mercredi: gymnastique pour enfants: 18 h. 30 Il 19 h . :l0 précises. Salle du Club. Jettdl: gymn. astique pour Hiles: 20 h. 30- 22 h. pr~ci~e9, Salle du Club. Vendredl: gymnastique pour homme'J.; ~tbt~. 30-22 h. précises, Salle du NAT ATION: MeroredJ': Piscine Neptuna : 19 h. 45 Il 21 h. pré-cises 2!l, bd Bonne-Nouvelle. Jeull: Pis: cine Château-Landon, 19 h. 30, rue du Château-Landon (MO Stalingrad). mes enfants, utilis~s pour la (1) Voir « Droit et Liberté" des vente des insignes à croix de 1.r octobre et 1er novembre. IIPPO[RAT.E ETGAllEN Les méd;ecins du Dispens'aire « ·L'Aide Médicale» ont bien voulu apport.er leur participation à la rubrique médicale de Droit et Liberté. . Le lecteur doit' cependant savoir que les articles de cette r~,brique veulent intéresser le public aux problèmes médicau:. courants, l'informer et lui faire 'connaître lei, règles élémentaires de protection contre la maladie, mais n'ont pas la prétention' ,d'apprendre aU malade ,à déterminer son mal et à le soigner. Ne faites pas comme cette ' malade imaginaire que j~ vis arriv~ r Ull jour, dans mon cabinet, éplorée et très énervée et qui me declara avant tO!1te chose : « Docteur, j'ai un cancer au sein, je n'ai pas dormi de ta nuit, )} Cette déclaration ne résista pas à· l'examen; cette dame n'avait ab~olument aucun·e trace de can·· cer" Elle avait simplement. la veille, entendu un conférenç.e à l'a Radio sur le canc,er et s'était délivré à ene-même un diagnostic très précis. ' Si le lecteur doit être mis en garde contre une inter!lrétation erronée de symptômes, à la suite d'un exposé médical, le médecin qui en est l'auteur, doit de son côté être très prudent et suffisamment clair pour ne laisser pliner aucun dout.e dans l'esprit du lecteur, - - . C'est ce que, pour notre part, nous nous efforcerons de faire, en rappelant qu'en aucun cas un article, une conférence, un exposé médical ne f'~ut remplacer le diagnostic et le traitement du médecin. Greffe de la cornée Divers communiqués, plus ou moins erronés, ont paru dans la presse indiquant que la réglementation actuellement en vigueur empêchait les autopsies et le prélèvement des greffes de cornées avant un délai de 24 heures et que la pratique des greffes de cornées était ainsi rendue impossible. Il est à rappele'r qu'un décret pris le 20 oct'Obre 1947. permet de réa· liser, sous certaines conditions, cette opération qui est d' ai lieurs pratiquée actuellement dans plusieurs Dr. EDELMAN, MédecinChef. hôpitaux de Paris et de province habilités à cet effet. La Banque des os Nous avions déjà la « banque ») du sang (pour les transfusiol.ls) et la « banque » des yeux (pour les greffes cornéennes), on vient d'ouvrir à l 'Hospital for joint Diseases (maladies des articulations), à NewY'Ork la « banque. j) des os, Le calendrier 1949 de la Commi:;sion Centrale de l'Enfance va paraître dans les derniers jours du mois de novembre. Il est illustré par le grand peintre juif Marc Comme l" explique le docteur Jacob J. G'Olub, directeur de l"h-apital, il est avantageux, 'Iorsqu'on doit faire une greffe osseuse, de ne pas devoir entreprendre une iQterventi'On supplémentaire pour se procurer ce r ragment d'os. A cet effet, les os sams, enlevés au couri d'une opération, sont placés dans un tube scellé conservé à basse température. Ils restent intacts pendant Chagall. Réservez bon accueil à tous les amis qui viendront vous le présenter. trois semaines. . Dr MUHLARD. .4 ncicn assistant à l' hôpital Lariboisière. .15 Noyetnbre 1948. - ~ 16-84 -------:.---------- DROIT ET LIBERTE SIX ans de barbarie ont mul- dans le monde. Après le sac.Tifice N cus allons fêter à ra fin du tiplié les tombes à fleurir. de 17 millions de ses fi,ls, il panse mois le premier anniver- En cette matinée du 1 er no- ses blessures et reconstruit· Est- saire de la décision de _ vembre, dans tous 1 e 5 ce une nouvelle guerre qui lui l'O.N.U. au sujet de la coins de France, on est allé dé- Palestine. L'Etat d'Israël a été poser le bouquet confectionné par Dany SENAZ proclamé et nous savons que avec amour, sur la dernière de- l'Union Soviétique et les Démomeure d 'un être aimé. Les yeux permettrait d'atteindre ce but? craties Pop'Jlaires sont ses meil· se sont remçlis de larmes. Pour Non, il a besoin de la .paix. leurs amis, que c'est grâce à ceux à qui le f.ascisme arracha Il- est tout à fait normal que cette victoire sur le fascisme que des êtres chers, ; ce n'étaient pas les jeunes de France préfèrent le vote a pu avoir lieu. L'Etat seulement des l~rmes de . regret. les vainqueurs de Stalingrad à d 'Israël est loin encore de conOn pouvait lire .sur leurs visages ceux qui gracient les « chiennes. naître la tranquiIlité. Les AngIola feffile résol~tion de ne plus de Buchenwald et remettent :la Américains ne veulent pas partir, permettre cela et d: continuer Ruhr a.ùx capitalistes hitlérien~. ferO"lt tout lellr possible JXùr resl'oeuvre que 1:.e s combattants Entre ceux qui relèvent UlJe Alle- ter. Le pétrole et les plans straté· avaient commencée et JXur laquel- · ~agne agressive et installent les giques ont leurs exigences. Mai~ le îls ont donné leur vie. nazis aux postes de commailde et les Juifs de la Palestine savent . Mais certains n'ont rien appris ceux qui arrachèrent le drapeau qu'ils ont des défenseurs. et ne reculent devant rien pour à croix gammée du Reischtag, II Novembre, 7 Novembre, 29 satisfaire leur soif de s'enric'hir nous n'hésitons ras un instant, Novembre: que le souvenir du aux dépens de millions · de victi· parce que nous voulons la p'aix, passé nous soit une anne dans .les mes. Oui, le speçVe de la guerrt; une paix juste et durable. lutles du présent. . est agité à nouveau ! Mais le., r---....,.------------------------centaines de millions d'êtres hu· mains qui constituent les peuples. n'oublient pas ! En France, la journée du Il novembre, anniversaire d'un armistice qui n'en fut pas un, a été l'occasion d'un appel du peuple de France en faveur de la Paix. ·Avec ]'U.F.A.C et les Compagnons de la Liberté issus de ' la Résistance, des ' milliers d'hommes et de femmes ont damé leur .v01Ohté de ne plus voir ' verser 'le sang ! Comme a dit Henri Bar- . busse, grand et noble combattant de la paix, dans Il Le Feu]) : , , -"- Deux années qui se battent, c'est une grande armée qui se t icide 1. .. C'est justement pen dan t H l'avant-dernière .. guerre qu'un peuple, dans un effort de volonté irrésistible, s'est levé el a secoué le joug du régime tsariste qui lui faisait faire une guerre injustf' à quoi il ne comprenait rien. Le nouveau régime qui naquit alors déclara la paix aux peur les. Tous les homme", toutes les femmes se mirent au travail avec enthousiasme. L'Union Soviétique est maintenant puissante, on y est heureux. C'est le pays qui grâce au socialisme a écrasé le fascisme, est d~venu le libérateur et l'espoir de centaines de millions d'hommes Sur un texte antiraciste d'Aimé CESAIRE Au Congrès de Wroclaw la question suivante a été posee : « La liberté effective ne dOltelle pas être étendue à des couches 'de plus en plus llj.rges d'hommes et de femmes et cette extension n'implique-t-elle pas leur droit au respect de leur dign. l.té, sans conditions, ni distinction de race? :. Les hommes du XIX· siècle. dans . leur optimisme un peu naïf, croyaient 'en une liberté effective. Le SOCiologue Emile Tarde n'hésitait pas à affirmer que l'élargissement continuel des relations de Droit qui nous a permis d'atteindre la notion d'Humanité, était dti sllrtout à la sympathie. . A notre époque, nous sommes un peu sceptique quant au rôle que peut jouer la sympathie dans l'histoire. Nous voyonS en effet que des miUions d'hommes sont, en marge de tous droits et de toutes communautés juridiques, en Malaisie, à Java, Sumatra, en Indochine et en IndonéSie. Les Juifs se font tuer en Palestine, parce que leur seule faute est de prétendre avoir un pays à eux. M. Aimé Césaire dit très jusrement: « Maintenant la guerre n'est pas. une chose qu'il faut éviter, la guerre est une chose ' qui est et qu'il importe d'arrêter au plus tôt. :. n est en effet étrange dans une Société soi-disant civil~ ée, tie voir opprimer et faire couler -le sang de peuples innocents. Au XVI" siècle, Montaigne croit . à l'égalité de' tous Ip.s hommes. Au XVIIIe siècle, les encyclopédistes prennent la défense des nègres contre ceux qui les calomnient et les exploitent. Mais dans notre xx. siècle, la bourgeoime n'est plus une classe montante. mais une classe décadente, elle a renié ses idées, elJe est devenue raciste. Le député noir cite la réponse de Renan lorsqu'on lui demanda

'« Dans 'quelJe mesure

la guerre est-elle permise. :. , « La guerre est détestable et condamnable entre races égales, mais d'un.e race sU'Périeurement civilisée à une race qui l'est moins, la guerre est licite. ~ « Autant les conquêtes entre races supérieures doivent être blâmé~s, écrit Renan, autant la régénération des races inférieures par les races supérieures. est dans l'ordre providentiel de l'humanité. » Comment ne pas se révolter devant de telles paroles? Corn·'" ment peut-on parler de races supérieures lorsque nous venons d'a;sister à une guerre aussi atroce que celle de 1939-1945? Quelle preuVe convaincante de l'absurdité d'une différencia lion entre races supérieures' et 1 ':tces inférieures. Peut-on classe! l'Allemagne dans la catégorie des races supérieures? Nous pouvons donc · voir que Hitl er et l'Hitlérisme ne sont pas des exceptions, mais le déroulement normal préparé par le régjme capitaliste. La Société capitaliste par de telles sornettes berne les gens, ' faus~e leur esprit. et obtient ainsi un sursis de l'histoire. Et M. Aimé Césaire exalte l'Union Soviétique où vivent . côte à côte, dans la paix et le travail, des millions d'hommes appartenant aux nationalités les plus diverses. « Vous voulez tuer la guerre? Tuez tout ce qui divise les hommes et surtout réveillez contre toute injustice la conscience des hommes. alertez-la ameutez-la contre l'oppression: contre l'esclavage. où qu'ils sévissent. » Nous qui avons souffert du racisme. nous pouvons et devons être les premiers à dire oui avec Aimé Césaire. La rentrée universitaire vient d 'avOlr II(:;v M. \ ' ~ 11 VIVENT LES CADETS DE' GASCOGNE ! par ARY TOULOUSE, novembre. - A peine sommes-nous rentrés de « colo }) a"ec la nostalgie des beaux jours passés ensemble qu'une convocation nous appelle à une réunion. Au local, j'aper. çois un jeune bomme vêtu à la dernière mode (je n'ai pas dit ! new look, nuance . .. ), qui bàvarde avec Rosette. Qui est-ce? Sans doute oe fameux Raplt qui doit organiser notre brigade de Cadets toulousains .• Pour l'a plupart de nous, c'est dn inconnu que l'on vouvoie ou même à qui l'on donne du « Monsieur ». Avouez que c'est plutôt vexant. Mais entre copains faits pour s'entendre, vite la glace est rompue. D'ailleurs Raph conflaÎt bien notre "iIIe pour y avoir été pendant la guerre un des dirigeants des jeunes juifs de la Résistanre. Au cours de la réunion, en un bref, mais constructif exposé, il exaltera la mémoire de deux béa ros de la lutte clandest.ine dans h région : Jacques' Jakubovitch .et Raymond Grumbaum, assas. sinés par les nazis il Auschwitz. Bon départ [ E rappel du combat de la . jeunesse contre le fascisme se relie tout naturellement aux tâches de l'heure, a-~ devoir . qui nous incombe de former ici . une organisation de Cadets où tout jeune juif qui est sainement désireux de se distraire ' et . de développer ses aspirations dans' une belle ambiance de camaraderie; aura sa place. . Sorties et séances de camping, conférences et projections de films, natation et ski, j'en passe... ; de la discussion qui s'instaure ensuite entre nous, jaillissent des propositions aussi diverses que prometteuses. Un bureau est constitué et en avant pour la réalisation d~ notre premier objectif : - fiO cadets le 11 novembre! TaTldis qu'on lève la séance au milieu des chants, la ·certitu le nah au coeur de chacun que Toulouse !lUTa, pardon : a déja sa Brigade de Cadets. , On ne 'tarde pas à s'en Tp.ndre compte lQrsqu 'elle organise sa première manifestation officielle dans la grande salle cie la rue Bayard : une soirée arti~tique ayant pour but cie permettre aux parents de juger ;ur pieces l'activité des colonies de vacances de l'U.J.R.E. Première fête l 'ON entend d'abord un récitaI pot-pourri de la (f uture) virtuose du piano et célebrité (de demain) Mado (pas Rohin). Tenus sous le charme pendant un (demi) quart d'heure, nous sommes ens.Ulte mis cn joie par les sketches drôlatiqu es de Jojo et Marcel et finalement « soulevés)) d'enthousiasme par les chants (sic) de notre chorale (re-sic). Après quoi, on passe aux choses sérieuses et à votre serviteur qui y va de son compte renclu SUT la colonie de Tarnos (Landes) et parle des Cadets. Applaudissemeryts (pour les Cadets). Entr'acte (ouf !j. Buffet (.laah !) . Reprise : re-chants par la re-chotale (re-sic) et rc-sketches par Re-Jojo et Re-Marcel. Il s'en trouve un autre (Marcel) pour ter,ir des propos intéressants sur la colonie de Compiègne. C'est dans les bravos que se termine la soirée. non sans que nous ne savourions la joie cie notre réussite, encore accrue Impr. CeDtr. du CrOissant 19. r du Oro1Sl!ant, Parls·2- l'. ROClfON. imprimeur ' 1 i t)l ~" : • i .1 par le geste de Me Grahard qui fait don de 1.000 francs à notre Brigade pour l'acbat d'une table de ping-pong. Tout bien réfléchi, j'ose dire: Nous sommes jeunes il est vrai, mais. aux âmes bien nées ... Vivent les Cadets de Gaseogne.! Leçon d'histoi~e contemporaine, S OLIDARlTÉ... li oici un bien grand mot pour les gosses de mon' po:lrona-' ge. Sourcils froncés,. frOltts plissés par l'attention, ils écoutUlt le récit de l'arrivée des enfants de mùzt'urs à Paris .. . Comme elles sont loin leS' fables 'lu' 01! raconte a '1 r è :r une partie de jeux ou une séance de chant : la lutte, U' n'est Plus une O1Hinture merveilleuse, c'est une r.éalité iangible, quotidienne, 'lui ne les éparg1le pas, eux non plus ... Ils écoutent, ·avec une atten· tion fervente; ce qu'est la vie Pénible, harassante, dange~· reuse du' mineur fouillam les mtrailles de la terre à la re-' cherche du précieux minerai qu'est à l'Izeure actuelle li charbon. Et bien des yeux se' troublent à l'évocation des « gosses de ch' Nord », hâves, ' les traits tirés par les privations et la fatigue, aux vêtements propres, mais combien de fois rapiécés, (lUX souliirs' éculés, aux sandales usées .... Eux auss: les ont vus arriver, ces enfants de travailleurs POTtant sur leurs visages et leurs habits friPés la dure condition' de vie 'lui est la leut ... les poings des gars 'e S.'tlt serrés, les yeux des fille; se sont embués lorsque je lew ai raconté la tragédie 11ti \t déroulait dans les mines de France, les enfants jU')Il'tt ,'t- 1iant les chars et ler .r,rtl1'.Jà~s lacrymogènes, tout ça parce' qu'ils osaient réclamer de tjuoi. manger .. . Et les enfa1lts du « patro » se sont rappclés 1.n passé pas très éloigné, ()ù (.l.x aussi fuyaimt, paul'"s tl'/its_ êtres traqués par des brutcs Ilabillées de noir, 'lui abatlaie11t avec leurs mitraillettes et leurs , tanks des malheureux sans dé· fense. le même cri d'indignation spontané, ulul1lime, a jailli des. trente gosses assemblés ... le silenet, bien vite, s'est rétabli. Un gars, alors, s'est avancé et fièremwt, il a jeté: « T 'en fais pas, nOus aussi, ' on les aidera, les enfants de n;jnellrs..• » Alain (5 ans), dressé de toute sa petite taille, a ajouté: . «Moi, je leur 2'y donnerai mon 11l01zteau de fourrure, comme fa, y z'auront Plus c/taud là-hat/t. » Moi aussi, i' avais chaud dans le coeur, et ma gorge était un peu serrée... Quel foyer, quelle braise est aussi ardente, aussi purlJ, que le coeur d'un enfant! Daniel BESS. . " ,t l·.1 . ," I.ll -v r 112 . ; .,1"

visib~e~ent. P endant le cours, je les

voyaIs souvent regarder du côté de la porte. Mais le temps passait, le cours touchait à sa fin, et Monique ne venait toujours pas. - Nous n'allons plus attendre Monique Léon, nous dit alàrs Mme Albin. Prenez vos cahiers de textes et écrivez : « Ce que je souhaite devenir quand je se· rai grande, et pourquoi je le sonhaite. » C'est le sujet de la rédaction que je vOus . donne à faire ce mois-ci, et n'oubliez pas !lu 'il y a un beau prix à gagner ! Puis les élèves se dispersèrent en dis. cutant le sujet. DROIT ET LIBERTE :15 Novembre 1948. - N° 1 6-84 L'Etoile jaune n'était donc ni un colifichêt, comme , l'avait cru Coleue, ni (( quelque chose dans le genre d'une piè. ce d'uniforme », ainsi ,que je me l'étais imag.tné pendant quelques instants, et qui devait servir à distinguer les Juifs, comme se distinguent entre eux les régiments. Non ! L'Etoile jaune avait été inventée pour mettre les Juifs à l'index, les ridiculiser, les humilier.. !. - Et il se passe maintenant chez nous ce qui se passe en Allemagne et dat:ls les . autfespays qu'elle a vaincus, hous exter ... C'est tout de même scandaleux 'q'u'on vous laisse suc le même banc qu'eHe .!., . . Onéle .Bruno. -.:. En çffet, c'est scanM daleux 1. .. Majs enfin, ,Célia, j'exige des explications. Que' s'est-il "'passë exactement au cours ? . Je lui fis de mon mieux le récit de l'inM cid~nt. Je cherchai II émouvoir, à apÎM prop.ose qu'à partir d'aujourd'hui nous toyer mes auditeurs. Rien n' était oublié: portIOns comme elle, une Etoile jaune ni l'entrée de Monique, ni ses larmes, bien 'Cn vue sur nos corsages. Etes-vou, ni notre défilé devant ell e, ni le baiser toutes d'accord? que nous lui avions d onné . Sa voix fut couverte par nos applau- _ Oui, nous l'avons embrassée à tour. dissements. Nous exultions... Affublées E '1 . . d de rôle et ... d'une • tOI e Jaune, nous passenons ans Fraülein Zimmler sursauta de noula rue, tête haute devant les soldats alle- veau COmme si une mouche l'avait piM mands ! L'idée nous séduisait, nous.em- quée: ballait ... Monique nous avait écoutées en _ Vous êtes-vous seulement rincé les silence; s.es joue? s'étaient empourprées ., lèvres et la bouche avant de venir au saM et ses yeux brillaient d'un éclat ext;raor. , .' . dinaire: Mais dès que le tumulte de" nos 10~J Non: Mademoiselle, réporidis~je, déconcertée, ! Une 'riouvelle inédife de la . Princesse de -·BE.ÂÙHARNAÏS'· . :- Alors qu'attends-tu pour le faire? rugit Oncle ,Bruno absolument furieux . . ! ~ . ~,. '. ,'Je partis· en cOlll:ant ; .- je sent.ais mes ~f: - '- , - '" ja~~bes '~e Clér,obe(',Sdll's m?l. )~ ~ontai .' , - r . , pliquait ,Geneviève en s'efforçant .de mai- voix se fut apaisé, triser l'émotion qui faisait vibrer sa nous rem'erciant : " " ~'-, dans ma cnamb're, Jé me préctf1tat dans la salle· de bain, j'ouvris le robinet d'eau elle nous dit, tout en frqide et je me mis ~l savonner, a frotter voix, Ecoutez, mes enfants ! Imaginez- - Non '-vous êtes trop bonnes; mais vous une dame qui sort pour faire ses il ne faut pas le faire. En achetant des emplettes. Elle arrive devant les Grands Etoiles jaunes, vous enrichirez ceux qui Magasins ; elle entre... Halte-là ! une les vendent, car on les vend , très cher, vendeuse se dresse devant elle : - Je ' vous savez ! et de plus il faut donner regrette beaucoup, Madame, mais les deux points textil~s par étoile. . Juifs ne sont pas aclmis dans nos magasins avant cinq heures ... · Pourquoi ., ? , fpais parce qu'elle porte l'Etoile jaune? ... Un homme , un mutilé passe. La Croix de Guerre est épinglée sur sa poitrine. Il s'arrête pour prendre l'autobus ; mais vous passez devant lui. Vous pouvez lùi cracher à la figure ; vous pouvez le traiter de « sale Juif )l. Pourquoi ? Parce que cet homme porte l'Etoile jaune 1. .. U ne enfant traverse la rue, son cartable sous le bras .. , Un garnement lui dé- EN rentrant ,à la maison, je trouvai Oncle Bruno, Tante Rosette et' Fraülein Zimmter, qui prenaient le thé au salon. Mon oncle et sa secrétaire venaient d'arriver et avaient encore leurs costumes de voyage. Mon oncle paraissait' de fort belle humeur. Quand ses affaires avaient bien marché, il ramenait avec lui une valise avec toutes sortes de cadeau'x pour Tante Rosette et pour moi; et comme, tout de suite, je cherchais des mon' v.isage avec une hâte, une énergie farouche, comme si derrière moi qtielqu'un me harcelait en répétant: « FrotM te ! Rince! Rince! Frotte! » La bagarre JE ne sais plus comment cela s'est passé ; mais je me surprends à 'ne plus aimer Monique. Lenteme'bt, goutte à goutte le poison de la propagande antijuive a pénétré en moi et ' je ne proteste plus, quand i 'entends Oncle Bruno et Fraülein Zimmler accuser les Juifs de porter l'Etoile jaune avec ostena tation. J'ai retenu le mot de mon oncle et de Fraülein pour l'appliquer à Monique, et je le répète devant mes camarades : - Monique étuQie avec Ostentation. - Où vas-tu chercher ces mots-l~l? Laisse donc Monique en paix, elle est toujours la même; c'est. toi qui es devenue insupportable ! réplique 'Odette avec brusquerie. Un beau matin, pendant la récréation, tandis que Monique arpente la salle, plongée dans son livre\ je Bche le bras de Colette, avec qui je me promenais en bavardant, et me postant devant Monique: -:- Tiens, mais voici Monique 1 interrompit soudain Colette ; et regardez

quelle jolie chose elle a mise à son tailleur!

Tous les regards sè ' tournèrent aussitôt vers la porte. Sur le seuil se tenait 'Monique, étrangement immobile et toute raide, avec une grande étoile jaune épinglée sur sa jaquette. . - Madame ! Geneviève! Monique est arrivée ! elle porte l'Etoile jaune ! - Ce que tu fais là n'est pas honnête, cela s'appelle (( tricher " ; tu voles du ' temps il tes camarades ! Et d'une claque sur la couverture, ,je ferme son livre. Commè elle ne dit rien, je me mets il rire pour lui caçher. mon embarras et \ui montrer que ce n'ét'qit, Colette ' insistait auprès de MOriique : . de ma part , qu'une plaisanteriè ' ; niais - - Tu sais que ton étoile fait très bi~n . sur le fond bleu de ton tailleur. Dis-moi où tu l'as achetée. " Pour toute réponse, Monique avait fondu en larmes. Mais déjà, Mme Albin et Genevieve étaient ' auprès d'elle et la Directrice lui demandait en l'embrassant ' avec tendresse : " .!- Les bombàrdements. de cette nuit ; ne vous ont pas fàit trop peur, mon en. fant? Tout s'est-il bien passé chez vous? (Vous dirèz ' à votre Maman que nous avons beaucoup' pensé à elle. Vous avez rair epcore toute bO\llevefsée, Venez donc 'dans mon bureau, je vous ferai prendr,e une . tasse de café qui,. vous remontera. ' , ' ElIè s'él.oigna, suivie de Monique, en nous 'laissant à notre étonnement. - ,Oh ! Geneviève, explIquez-nous : pourquoi l'Etoile jaune est-cne une humiliation ? Est-ce mal 'cl 'être juive? Expliquez-nous ! Nous étions là, autour de Genev.iève,' la pressant de questions, sans nous douter. combien il lui était difficile et même dangereux d'y répondre, - Je vais vous parler des 1 ndes, commença Geneviève, après quelques instants de silence. . Des Indes? que venaient faire les Ind'es dans l'histoire de Monique? nous demandions-nous avec étonnement ... _ Il y a aux Indes des malheureux privés de tout droit : les Intouchables. Ils sont jugés indignes de tout co nt~ct avec les autres humains. Q~'il soit beau ou laid, bon ou méchant, cela n'a aucune jmportance ! un Intq.uchable est voué, dès sa naissance, au mépris et à l'humiliation. Il sait qu'en rencontrant un homme, il doit s'écarter sur son passage sans même lever les yeux, et il n'y a pas de place pour lui ni dans les hôpitaux, ni dans les écoles. P ersonne ne veut de lui et aucune loi ne le protège. Il est condamné ~l naître, à vivre et à mourir dans la misère, l'ignorance et l'abjection ... C'est ainsi que cela se passe aux Indes ! Oui ! depuis le3 siècles des siècles, cela se passe ainsi chez eux ... ... coche une pierre en criant : « A bas les Juifs 1 " La pauvre petite jeti e à droite et à gauche des regards effrayés et suppliants... Sur le trottoir d:en face, des soldats que ce spectacle amuse, rient à gorge déployée. - Bien joué ! crient-il; au garnement... Cette enfant aussi, porte l'Etoile jaune 1. .. Avez-vous compris? Oui ! maintenant, nous avions compris ! Les Juifs étaient marqués, C-01l111le le sont les bêtes des tinées à 1 'ab:Jttoir ... i Les Intouchables DJJ haut d'un escabeau sur lequel . elle était montée, Simone de l'vlor. lac nous disait : - P ar esprit de solidarité avec Monique, et en signe de protestation contre les humiliations qui lui sont infligées, je yeux la valise, il me dit, après m'avoir' embrassée: - Je n' ai pas eu le temps, cette foisci, de te choisir un cadeau ; je vais te aonner une jolie somme d'argent, à ' condition que tu me dises ce que tlJ comptes t'acheter. Sans hésiter, je répondis : - Une bonne douzaine d'Etoiles jaunes ! Ils sursautèrent tous. Oncle Bruno. -'- Des Etoiles jaunes? Quelle idée ! Il n'y a que les Juifs qui en .::portent 1 Moi. - Justement Oncle Bruno, c'est à cause d'une petite fille qui est juive ... Toute la classe a décidé cie porter la même étoile ... Comment est-ce que Simone a dit ? .. . ah oui ! par so-li-dari- té avec Monique, et. .. Fraülein Zimmler. - Monique est donc juive 1... J'aurais dû m'en dou- _ mon rire sonne faux, et il derpeL;re sa~s écho. Mon Reste a visiblement déplu à tout le monde, et c.'est , dans une atmosphère hostile!,!t' chargée d'orag-e que je m'installe s'!-tr ;mol1 banc. Mme Albin commenc-e une di ct~e. J'aper~ois alors mon stvlo clans les mains de Monique. - " ., . Je fui dis a voiic.-:basse ' : ~ Monique, donne-moi mon stylo, 's'il te pl aît. - Cc n'est pas le tienl ·répond-elle. - Mais avec quoi veüx-tu ;qLÎe j'écri- ' . ve, si je n'ai pas mon sl:y"lo ? . . Monique me tend ?l'ors son' porte-plu, me, celui dont elle se ~er t toujours, avec la plume qui gratte.I.;' " Mais non ! je ne 'vcu,x:pas de ton horrible porle-plume. Jterl'i:ls-moi mon stylo! Déjl1 les yeux/ de Geheviève se sont dirigés sur notre bçlnc,' Elfe fait: (( Chut ! " MoniC'Jue enfin me tend le stvlo et reprend sa ma uvai se plume ... Mais que se passe-t-il àvec mon stylo? il n'écrit plus comme avant. 'Monique doit l'avoir ab?mé avec son écriture. Elle ne devrait pas s'en servir aussi souvent. Je me penche sur clle et lui en fais ·Ie reproche. Alors Geneviève s'avance vers nous. - Que se passe-t-il ? Vous ne pouvez pas garder le silence pendant la clictée ? Moi. - Monique a abîmé mon stylo à force de s'en serv~r! ' . Monique: - Mais ce st.Ylo n'est pas à toi, c'est le mien ! Moi, - Elle ment! Mme Albin. '- Silence, Célia: 1 Rasseyez- vous et continuons la· dictée! Moi. - Mais, Madame, a,vec ', quoi voukz-vous que j'écrive? Geneviève. - Je te donnerai une plume. Moi. - Mais c'est mon stylo que je veux! . .... Mme Albin. Célia, je vous rappelle à l'ordre! (Fin page 6.) (1) Droit et Liberté publie en E'xciuslvité quelques bOnnes f euilles du roman de la PrinceSSé de Beauharnais intitulé Jossele qui paraitJra à la fin du mois aux Editions du Rocher à Monaco.

Notes

<references />

Format JPEG