Droit et Liberté n°019 - 3 mars 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • En prison Xavier Vallat! page 1
    • Le Professeur Hadamard dénonce la menace de génocide atomique (interview L. Bruck) page 1
    • M. Churchill content: les 18 ans de Von Manstein déjà réduit à 12 page 1
    • De Gaulle, homme providentiel de Vichy page 1
    • Céline et Streicher: quand le Stürmer organisait lz diffusion massive de bagatelles pour un massacre. page 1
    • Une déclaration du ministre de la justice de la R.D.A. sur l'acquittement du député antisémite Hedler page 1
    • Le 8 Mars journée internationale des femmes: les parisiennes manifesteront contre la misère et la guerre page 1
    • Comment l'antisémitisme se fabrique aux U.S.A.: le "péril mongoloïde" obsession des amis de !gérald L.K. Smith. page 1
    • Importance des assisses de la paix par C. Alphandéry page 1
    • Avant comme après les élections anglaises, le raciste Mosley n'a rien à craindre des dirigeants du labour page 3
    • Y a-t-il deux Allemagne? A Berlin est, boutiques moins luxueuses mais baisses massives de tous les prix page 3
    • Avec "les héros désespérés", Howard Fast évoque la naissance des U.S.A. page 4


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• • • • • PRISON. XAVIER VALLAT! N° 1~ (123) 20 fr. BELGIQUE 5 fr. Le Professeur HADAMARD dénonce la menace de GÉNOCIDE' ATOMIQUE (Interview;-ecueillie par L. BRUCK) DAl'S Ctt. Il.lerleur LilP!qt de livrt.s et de irl'lvu.re~ . oU 10UL rt!;pire ie cl\ime e~ la mMiw.tion. un de:; pl Ulll grands mat hemal,lcien~ franç,sis contemporalru me parle de Drort ct Llbert!!' Le ~ mars, Journée Internationale (les Femmes. Dès le 5, les F!arlSlennu manifesteront contre la miser. tt la . guerre, lU Stado Buffalo. TOUS LES VENDREDIS L'ANTlstIWITISM M_ CHURCHILL CONTENT 3-10 Mars 1950 Après la manifestation de la place Vendôme VOLONTÉ ACCRUE D'EMPÊCHER LE RETOUR DE LA· GUERRE ET DES CRIMES RACISTES L'ancien commissaire aux questions juives? Les lB ons de U h t d' . 't' , Von Manstein« nomme courageux e eSIn eresse» déjà réduits à 12 (ou boul deZ mois) Lt comman:1an! ~n end des trOlJp,,~ d (J ~;;u pa\ lon hnlannlqllc en Allemagne lit ~,Iuil dH 18 " 12 ans la peme prona: Jcee fin déCI':nbre contre le ma:echal hltle; 1,,1\ \'On Manst.ell'l, crln\!ncl dc )tu 'fce T .'llI)OllSab',e de 1':lSlastm:at de rib: mll\1011S d 'homme&.. dc fcmmes eL d·t·nr"nl.,. LOI s de ion I)fOCr:S, le t r :h\lIla J anglais 01 .. Hllmbourg avait tout. faH pour a ll enu ~ r Il's Cl-:mct. de et bour,'eau Chul'chl;) a':811 versé 2~ hw~~ ster! ing pour lui pay.~\, let; m~i!! eu ~s avocaLs du b3rl l':tu lomlonit-n. Il aura!\. rncme ttmolgné $fJcrt!co\enL P.n faveu r de c~t f\.~~'\Sln rle: J uif ... de l'I150nnieu d de chlls so\':étlqu.:1i. prétend M. René Mayer M. René "'layer. Garde ri es Sceau::t, sous la pression du mas~ e~. a dLÎ ae{'ordcr audience à deux delt.l:'ation~, et:lle du !'II. R. A. P . et celle de l'D .. T.R,E., protestant C'.Ont~e la mi~e en libede de Xavier Vallat. C'est une preiTliere vicloire. I\-leeUn; s. afliclles. ariicltll. délégailOlls. rtsolutinns ont d(Jnne leurs IIremiers resultats. i'lbis 1t"S vidimes des perséru· lions raciale"i. tOlL' les honnête~ ,;cns qu 'indigne la liberatioo dc l'anlisemÎle n~ J de Vichy ne peu... ent adm"Ure les raillOns données [luur le miniJrtre pour « jus llfier Il son ~esje. Le Comité d'Action du ~I . R .A . P" Qui se reunit jeudI. tirera I!S conclusions de: ; résultats dêjil. ob· LE 23 fé\'rier, à 18 heures, une délégaLion de ['U .J .R.E .. conduite par M' Charle: ; Ledel'man, 3nx:al à la Cour d'Appel de Pari5. tt comprenant j\1~L Vilne!', Adam et Lang. s'est rendue auprès dl'! M. Relié i\'layer, Garde de: ; Sceaux. auquel elle avait rieman d~ .u ~ di encl! pour exprimer son indignalion de"nnt la mesure prise, Il y ta que lques semaÎ n(';s. en faveur de Xavier Va!l:IL NOIu 'avons pu joindre M. Rene « Aprè: ""oir erltl!lJdu DOS l'êbt- L ... nlC. aneien dil'ecte\lr regional a ux tIlentl'$ protestatlon!;. M. li e II. (i ServiCC!s (\e l'Epuration de la Mgion !\IayCf a cru devoir d'a bord $01)\,111- Rhône·Alpes, et Qui, fa isant partie ::ner 1 on action CD laveur du J ull.s de la dêle%ation. a vait oppose tre" et les autre!; aspec-is de sa lutte co.- nettement ~an opinion, qui est la tre l'enncmi durant 1'0ccupatioo_ nôtre. au point de vue du Garric Pou~qllol , alors, M_ Renê Ma,n des Sceaux. s'cu estiwe-.... iI plus quaillie DOW' JI li bien voulu tout d'abord nous « faire laire t'esprit de venlt'aDce • résumer ks a r(::uments développ(h en mettant fjn i. la détcntlon dt. p~r II': 11linÎ~tre dc la Justice pour Xavier YJlJli\t dont il a tenu à soue justifier UDe decisian dont il te· U,ner auprès dt. nous e LE COU~' endirlue pour luI seul l'entière respon.~ abHîté » ; \SUJTE PAGE t) lle'nndulso ne t fujteuttre ..r. a J~ ba.~es dl" Ir22 mai 2012 à 14:24 (UTC)22 mai 2012 à 14:24 (UTC)22 mai 2012 à 14:24 (UTC)22 mai 2012 à 14:24 (UTC)Charles:~~::::~:~~1 L" bat:\iIIe oontlnue. Elie continuera. mobllisant ::lAC I~ oouchp$ de plu~ en ph. .. K~Me _ U le fi5 ,~gu!i~ remt"' , i! e~t Îll.tér!'!, I.ltUlt .. , A. propO-!. q!l'r.~t - c e qllt Rtnl! Ma.!I~ r a r ~ pot,du il. votre délégation. ~ Cr~Ycl-1I101. je "egrPltte be !f.ue~ "p 'de ,,'avoir Plu r.1t It temfM nt!cr.u«ire l'our ,..---------- ------1 larg .. s rie 11\ populat,loll. l'. ' gnant en puls.!Iiance, Jusqu'à, m'y aJSOClcr . que justice "olt Impo~ M. Mon InttrlOClt:eur II.JorJle : _ J'ai cu lI er.lorl nellemlll'lt «!I(1/re, 3in.a1'l à Vflllat hli.mi!nu. du moins èr. ,011 ch'! ri ~ cat I!1~ t CholIIel de Jar" leu. Jr fie 1'0113 Cimlt'"R! IlM !laI' I~ deUu/ celle .. , C!l nC II~r, r"t rc'"u~ . SGc/i.c~ C/ uïl 1'«9I. JO,1 P'u n un H'ru~ c l au~\U. q Ui 1.. .. 1IOlt d'Ure déHete co"Jre le! Iitll' ci' ia"J~ jUl/J. Crg lois f'aciclc~ è,(li ~ l,t comp·I.U(!s Rnr 101 ri ~ 'rel /f'u.p/,Iicn· t,un "'r~ci/1t,In/ que /'al'l !C url~ de h'tud! J'I1 " li Il rlt[1',,,r ~4' trlfr 40'1:( !l fo.:fIJl _ -riir" «,."",th ,fi' - tl"Otl (/)~p't . Co, .. 1t\t ri ,"I ~J1If'I"4:" PUU\'4it " C()"tt"II,".I .. r, te COIlf,ooTIt"1eft fer. ~rQll tu i'rll'k"ll U de la utrila!lon, .. Jo d:ent!~~f' voiture Ifu m~"o c: le coin '4111J11'1f r/ltrlJ~! Cl lof J~cqu~~ Hadamard, pc:Or"S5ellr h onrr. I~ AU CoUèlP. d ~ P'1'ance et " l'Ecole Pol,l' le, " JlIQue. mtmbr~ rl r. l·Ins::tut., dt!\'~IOPTl ~ c ~ lt eonrepUfln Q U~ l'Inst l'uctlon ne pt rll ëtn une fa· '· .. ur Que l'on cOl\lY'nl /1. l'étudiant . n\1I. \$ uu ,e l'v i~ QlLe ,~ soc~é~ se rend • e,t .. ·;n~:n ~. ot A.uIITioI1. lll') l!.1 (lurw", ~ I:%lltirfl. comme 10 Trmpll~r~ ~"I!I Ph~' iJ!pr·!r · B r', n jOtlrne "Ot ail' c.r, a,re, CI/X ionTs rl.~ la I;c rill' enlll ~ ~;!:ill/! Ça l'r: .'C J(l.Ii 'Il'iU _), Il.' iUlIr,. t::;actc""'lll d,- (~ti ... fa ç'in, 111 0.1,. /n N~m Cs{8 pr~ 1111 - on Ir ,a:t _ IOl/l e, 80r le.' lit. 101"))11"1, Il ao-· r iver(! p !ul-ftl'f Û XrJ!;I ~r t'Illiat 1)1.1 il tour (l u" e rw/hem/!e d~ mar'que Il_ voir 1t11~ der ptrlo') ,!C ~ (j!Li lui ~ont r: ~t rC 8 , III ')l acer par J,- ça"c~ r ou (/1Jfi· ql16 'aul t flrlol! ulrO(; ~ Qui ~' I'tlt. cr jOllr.la, peul ·e lr ~ pr1ucm-t-il 0. ('~~ I()I ~ racül./r.s !jll ',l cmrlt Jale édifier ct J)'"rur ra-/ . rl Il'I't/ (IIiTO ,aTm': rr !l l r e~ 4 ' J FaClI. itr,I d" lIIc'd -:cIl1C Il /'Ill1ml le q'lli 710u..s (llI rall fI/'prj.1 G IIHltT (ait/Tt (~ fléau , . Le racIsme df! VlIillit M. dt ~~ maltHJI S'ut heurll .. la ~rlldlUon genereu.~ e des Intellectuel" de notre pay~. M~:s que d'ln.1u$ticu eomm i.~e,s, que de d('.tres.u~ IrrepArable,,! _ 11 tut trCl re~mtt!"b/6 (lue la politique d·ÎI,d!l lgr.IIU eN COlin l'IJllllliqlte 4 dr.t !lumlllel 1I 1!~~1 (·J"lr!'lCs d ~ r rillte~. ... La fO!\n'Uallon rouie m;\ir,VL'"nl ' r : e~ dan&er.~ clf! !: uCl'rf!. Au ,~IJjel df la b ' m~ f\ totll lqlle et oe \11, 1\O,J\'~ne bon1be H : _ II fa!!1 ,le ~(ltll;r,n(r rie 0' qU' fi rli l I~ I!I!.' r(lI~ t"iI~!p",q!lf' R I~rki'/1 I.r" '-ffet" rit la oombe unt.e ni alrrxes, m 'l'~ tilt ~ ~ 5rw rltl l o1 r r.;,Jcr II~ l'I,18tlr rl~ !rr " tt~,j~. !. ·~1II "i()l ~I,' crt l~ f',m,"' ni f\..tfl'/~ll$e nool/lira ll l't Ti" }!l rc ill_ cOIIrt'tf/. à 101 « wleld / er!.l1mou ~ ». ("np~~ Ir rli ,'flîl I~ pltilos(lphe 1 [m Ht!.rlmltn l'Il 11182 ... L'arme i'\tom!rju~ crl\ldu!rait à des génOCides où. ICI) ho!·!·turJ qut now; connaissons !tl"&icml ll'Iu!tITlllé e,~ par cent et pat mille, On ne pr.ut t!cme que ~ou~crlre au" propOIiithms qui tf!ndent • lnterd!re r~nlplol dot cet enlfln de m'lrt. ,. detrulre le~ ~loe'k.!. cxist,sn\..5. C·~.~L sur un me~e dt eonflance que terminera le I): o l c~~e ur Hada· mard ; - Le: ,citnc-- nu terl;lee de 10 poix 1'"r.1 4t1l1'fiT drJ ~"$peclivet (lrolldiMC5 11"1;111'" le fI'-J/r. ll!Lm t! Î", Moi! rien. ,,/: t"","' lo"t !tIlI. 1/ I/lut /f,(fir, il /4u1 t.f'I'Y. Cnt hl loi lU IIJ tn •. CELINE ET STREICHER Quand le Stürmer organisait la diffusion massive de « B~~atelles pour un massacre» VlUlt (a. gautlle) et Cellne (1 droite) lonl en communication Itll'phonlqlle. QUI peuvenl-llS bIen 5e dtr. , A VOIlI, J.cteun, dl trouver Il 1t!8lnde de ce dluln. lu mellleuru ItRendes aeront " Adr,"el-nOUI vos trou.amn. 6. bout. PoJssonnlilrl, Pari. (t'. LOUIS-FERDINAND CELINE pl"élnnl le t.s man. tend aUjourd'hul que ~eIi l\VJ"e.!li anliSl!mztes ont ~té int"rd;: ~ en AII~magne rl que C(·tte mlerrt ictlon Il éi.P. strIctement nlamt.enue pendant loute la durée  :lu l'tg i m ~ lla,.i. C·{ st. la un menSlInce d'unr rare ImpudNlce 1 L -~ naû~ en eHet ne se sont pas con!"ntél!, par la voix dt lf!un pI'Op:\gandisle5. de Jo'urs oratl"Ul'S, de leurs crit I Que~, de po!'I~r a ll" nUe6 ce~ ~cr! · vain qui reptitait point par Vl,,'n( tOU! I~~ thèm ~s raci.~tc s d.~ RoscnlJcrq, D~h Avan! !a .iuerrr, 113 ont a\lt.. .. i ol·~an:sl! .W~:éma\Jq\Lf'mpnl ia. iradu(;;ion. IR "'t"nte, la publHlé ~t la d:!fu:uon de ~"n oeuvre Bnllalellcs pour .lIn ln.aS8(1 - cr~_ DE GAULLE, homme p rov i d entie 1 ••• de Vichy Void un d ~ .~ document., ~ui con !!rment ce que nou~ avr,nçons. C'est lt (Sulh p:\le t ,) Cette Jeune maman t!gyptienna veut lu .. 1 d"end,e Il vie de son entant. Une de la déclara tion du la ministre République alle man de Justice de d é mocratique du sur l'acquittement député antisémite HEDLER J.~ député au Pal'lemcnl de BOIlIl, \\'QHE:,mg Brulrr, fll lÏ a publiquement appl'o\ln~ l'acti on ~Iltis e mitc rie Hilkl'. 1.'1\ pl'&t.:i~~nl fllH' pOUl' r:':[('l'miner les .1uif~ il ell:dl possible d'cmplo)'t"l' (L\Illr(',,\ moyens qlle le ~az, yicnl d'ch'e aequitLê ]Jlll' Uil ll'ibuilai al lemand de :\'elL MUllstp.r, donl rleux juges sur trois ~ o nl d'anciens illelllbre~ du parU nazi. Ce scmdale, flui n'a guèl'(' t'mu ~1. Mar. Cio:"" Il.1111 commhsaire MlJerkain, et son protr.,II;e Adenauer, ::l , par r.ontre, provoque !lll Ires large mouyelllenl de pl"l) te ,~ Lati on d('~ antifa sc i, les aJlcm:Jnd~ ric l'bt d rie rOllC:;!, rlont. ... D. '1.. l ,~ ·e ~t. di- jà fa il l'ccho d~Jn~ ~on dernier nnmrl'o. On ~ait notammenl rille les ouniers de J\:i c l, d;)IlS le St:hlt'swi~ - I-lo lslcin. où Hedlt' l' se lin 1 it sa pnW(]('a lion 1':1- l'i s le. ont faill;rh·c pOlir I)ro l c~ lcr coulrc le YCrrlid ; (ILLC les sy ndirais !ie lIambom;;; cl rie plu $ieu l',e; grandc,e; " i lle s. ain ... j quc de ll omlu'ells c ,e; organisa i i(l!l,e; flémol'l'atiflues allc m:mdc,e; sc "on! fJe "~" conl l'(, f'C (lUe le j o urnal tic Rerlin ~ T :lc#;lische Ilumhchau » a pu :l ll!lCkr 1111 ~ véri l;1I1le lien il la rl cmotl":l\Îc mnodialc " . NOliS puhlio n ~ au jou rd'hui les prinl' ;pallx Jla sS; I ~Cs tl-une rli- En AmetljUt, toules Jes lemmes n. sonl pas (le! pinoUp-5Ophl5tiqu«s _ 1\ , 'en f'la ral il'fI de M. ~1:l)i: FECliNER. ministre de 1::1 .f ustice rie la Ré jlu -' aui de OelU(;ouP. T6moln call~ lIaysanne du Middle W"t h lique démo(' ra tiq u f: :d len I3Ilrlf'. r------------------'.---------------------------------, tlCcbral ion intilulCe ~ Le c ~ s IIcdl!',. n'cst pas lin ca ... iso lé l , e D·(lhord. -le ;TJ gement hon-teu."t rl n ~)rtlCC' H~rt {.,.r lie 1'1011& Ii!onn ~ })(I .• . CI' Cll~ •• cunrlrdf!u,v n'ut lInt iUl I" . C' ~~! lm ~!lmptOme drw .• I ~_ 1)111'1 il !fl1iL '.'0;' irt lrWrrjHI' rW/JlQ"c d~ ln .• tr lict",,,, péTl i nllr. rie ln. '/11lt'('~ 1'( d~ lrml l'Rppnrr.il Ten r. !ionl'laire d'Etat en Allcmo.Qflp. occldo!n- Comment l'antisémitisme se fabrique aux U. S. A. (I II) laie, ~ Ici. TH! T'a r rIlle! /! ,'impo~l!. Q1Ull1n, aprC.~ t'(I."Sa~ $ iTlflt de RTltl el1a~t par Irl . Teflc li(J~, 1'illciiQI14- tiOlI du mass~s ohligc/l. lm rr.pré~ f:ntant dtl gOUt C1'rtemCT!t Il proIlmlcer la phTfl~e ccléore ; e L'CIl",~ tIIj e ,~ t Il d'roite ~. qUIl II'~ n'" R· r. taic1I1 écouleR deptli$ l'écrollle- 1»f!l1t nl- l'Empire de Guillaume, Au;ourd'hlli. cinq Ilns OpTe~ l'écrou. lem('nl du ft fl:,sme. II! gout:erfle. meJ/! reocl i01ll1erir l- de Som\ ('01/,"" I"lIcqUiUMfLClnt d'lIn homme j"'" I.i f ;anl. 1lllr l! o ; ,,~ 1'tlcilllc. In mort de m""fl7t.' d·'mmmtJI. 1"1 d ac-It!I·e qv~ ce l'erdîcl est correct, (objec' jSull.e Jm'. 3.) = LE " PÉRIL MONGOLOIDE " obsessio n. des amis de Gérald L.-K. Smith, qui on.t codifié (en 5 points et 10 commandemenls) la WHITE SUPREMACY D ANS liOn programme - decalogue. qu'll é dit.e sous rorme , de Cllrtes postales, iIIu~ tr ées de son proprc portrait.. Ge.rald lo·K. Smit.h, l'antisémite n~ 1 des U,S,A .. prend. entre autres, le.s enfaJcments suivants: 1. Sauver l'Amerique comme Na· tlon Chretle"!l\!, en partaltt (fu fait ~u'il y a une campagne lor· tement orl3nisee. tendant ft sub· .titue, la tradition juive ft la tradition ehrttiennl. &. .. ,C()mbattrt ., métissage et toute~ ln tentattvu qUi IOnt fal· tes pOLIr mèler ln raeel noln et blanche. . . . . . . . . . .. ., .... ... '-"',':' ..... _ ....• CE , EINSTEIN, REFUCIE JUIF " CE e dq;est. " du raelsmc am~ J'jcain dcltnlL, en nos, la théorie proprcml\!'lL hitlérienne de Q1'r a.ld L,·K SmIth et de ,,;cs amIs, tel le sena teur fasci ste Rankln. Celui-cI vient de 5t faire remarque. r par ses basses attaques cunt. re. le professeur EinsteIn. D'ac· c-.ord en cela. comme ,ur bien des points. avec les dirigeants a ctuels de leur pays, les !asclstes amé rl~ cains ne ~euv ent pardonner au grand savant la déclaration QU'\! vlf'nt de faire contre la fabrication de la bombe H. pour la paix. pour la I1berté. Dans les publlcat. ions du parti natIOnal-ch rétien. on t.r ouve de nombreuse!! anaQ:u('s co ntr~ Einstein, L'argument s uDrtme; c 'est un Juif, tSuite ~re 1.) I L y li plusieur1ll 'moi~ déjà, Je Jênéral de Gaulle li cornmf: ncê tian tour de France, (..e 18 nonmbre, il se rendait daM la Creuse dia Haule ·\'iennf'. Aprè~ la Nièvre, le Cher, III. H:lUle·Marne, le~ Ardenn es, l'Oise, l'Alsace, la" Som ml', ('le., il IQnge maintenant la côte allantîque ('t parcourt les déparlement5 du Sud-Dues!. Expéd itions spectaculaires a vec Imposants dé plol~ments de trou~.~ de choc. palabrf:s sccrètes d :\ns des propriétés prlvép.s. mise en pillee dei cadres et du disposHt! d 'aircssion contre la Repubihltl/~: Cp.s tOLlrnée~ rappellen t , ~:l.ru; douU1 possible celles Que rirent Louis- Naplllkln Bonaparte, et plu.~ prts de nous le colonel-eomte de La R(Jcqu r. avant de tenter leurs coups de force, « SOYONS PRETS » De Gaulle. d·allleurs. reconnalt lul-m~me, a demi-mot. ce qu'li prépare. Dans ses rc\eentes décla~ rAtions publiques uvlent le leitmot lv: c Bient6t, nous serOM ON pOUVOir J. N'avait-lI j]as dit .. 4n~ necy. en 1948, en j]résel'lce d'une. manHestatlon ant1tasclste: c U . manifestations cC!!sseron~ bunf6t," car b 1 ft /1 t 6 t flOUS auron.! Ju /lto.lJem rte les laire cesur ._ Peu de temps avant, H. B41etUl. délcgué national du R.P.F. avait la ncé a ux t roupes ~aulllste8 cet averUss('mcnt solennel: c SOll~Z prets. VOIt.\' combattrez. Je fie t'eux pas S4110ir. parmI u,t visages qui .tont devant mol, q\lc!. .~ero1i t ceux des mort: et cetll: du vaÎnqlleurs ... Je ne veur VOir Id que dc.t co,,,oalta'llt, » Certes. ee gpnr& d'appels, de déclarations vagues et menaçantCl l'ons~:t.ucnt la trame hllbitlle!!e: d, la pllraséologl(l luc!st.r.. Mai. , aujour d·hui. nous en sommes au IXllnt que le g~n (i;ral de Gaune: passe aux mflSUl'eS DnHlqu ~. n y a lOin de ses désirs à la r4ahte dans un pays comml\i li! nOtre. oQ lcs forces d~ dcmocrat!e s'unissent el, se nmfOtccnt CO LltinueUcm~nt. mals li n'en reste pas moins que (Suite pa,e !,) IMPORTANCE DES ASSISES NATIONALES DE LA PAIX par c_ ALPHANDÉRY Je la Commission permanente des Combottants Je la Paix L A préparation des Assises na· tlona les ~ê poursuit tlèvreusentent.. D~s as, ;isf!s départementales se sont déroulées ou vont se dérouler d'id Quinze jours dal\~ plus de 50 départements. EIks ont é t,~ pr6cédcM d'innombrables assises locales. réunIons de quartiers. d'entreprises, d'jmmeubles où s'est afIlrmèe la volonté du peuple français de combattre pour la Paix et la Liberté. Cette volonté n'est pas théorIque ou vp.rbale. Elle r.e traduit par 'une act,lon de plus en plus effieace et les assises qui se déroulent en ce moment ont j]our but de dcga( er les grande!': ngnes de cett.€l act l(ln, les résultats déjà obtenus et les taches à venir. Les problèmes concrets de la lut te pour la PaIx êt la LJbert~ soulèvcnt partout des initia tives n ombreuses; le soutien des dockers e ~ de tous les trava illeurs rt-fusanJ. de travailler pour la , guerre. la dctenl;e contre J'AJlema ... gne revancharde et l~s traltrel u.. béres, la solidarité avt'C toua el"Vl (SuUe ,. .. a.l 2 Rappêlê au s.ervice C'e$1 la l'none; WeYi&nd , on le nit. vi!!n! dl!! rommettre des • ~Umoil'es . Il 11 tenu aus~! à dM!r.R"'~l' ~~ !il~i_ fi~at!"l1 histonque dans une libra,,-ie émie de la rue il-lar.RI'me. Ma.!a le VI' arr('mdj~5o'!me,)t coml'te lI~sez de patriote" et de rep\lblicain~ pour CI'JO! II! général c~pitulud. bi"n que protéll,!; pn un hnr I'l,~~l1t se,'vice d'ordre, Rit enttndu monter veu lui une JmmenSI! reprob/ltiol'l : • Weygand en pn,;on ~ " • t.~~ col.. 1101 en 1)I'I;oI\! " crlhent lle:-td~nt IJl!le heure el demie les manift'stanlS rI~;fm"I!\" Ji rapI)el des Com;:'atLinu. Ct! l ~ Liberté. (.'.mi de ? ét8 ln veut reprendre du uz"lee dill"s lu ran,! du nou~'e.u vi. tbyvne. Il a pu se rfl10ire campa que ('ft If~tai l pu ~! beile. Car les Francais m.oJre Courte! n'ont pu la Olé- For whitê only Une cot!férenee l'jenl couveInem~nl ,énéuJ

p .ur J'orrllniUlion du

I II'I~k ;!!n d;lns te pays, Il •• 1 t décld' de: 1" erj"r une catte de Dlelt.mt à. ses tltullll;.ea d!!' ~ tenir au dit l'Alrér :f! • tQuri~(Ile tourls(ll(l per_ de ne }las Sf! Pour défendre les cho:i:quards,., Ellll;f!:)lQ;~I, t,:n!!iCJ.i'\·@, la \" O,ill,.,n 'lue ~~, FUnçll!S IoI;;uriae '·,enl rie pHndroe cians j·"thir", dM r.):.l!q1l-1rrl •. En lm ml)t, pardonnor..., ! :lyon. indul): enl., aux corromp\l~ e~ aux corrup. t~Lln: • Aimer no. Cr~res. lu bnmmes, c'ut d'abord le~ prendre pflur 'e !J.u·il, sont. " M. Mauriac .·ailelldrl( l'ur les hOInmC! 5, qui pHau~ent dan$ l .. belle et le ",n~. ,UI WU l'ort'" !lmt d~ h,:un." $: , 5 3nl'ersaü'es p"litiq'le$. M. Maun,c, une (ois de plus. plaid!' pour les ;i~'1., pol,;r 'elte ;r?l1de bmiile rclaellon_ naire dont il est l'un del plw; 'IlthellCIQUe4 P,,[t.~- f'aloi e ... 1'.1liusion antisémite M. KIlegel-Va!rimont s·ach.une_t_i1 il Iain tout" 1;'1 lumiÈ'r~ ~ M. Maurlae lui d.ko"ne ... Jou, toul comm* un "ulra, re re,iaCl.,,,! d" • p"role, Franc,,;· ~I , des poinles Qui flem'enl J'al\llsémiti. me le plus IU!!.pect : • M. Il,, Kriexel."ablmonl III s'ul clonn ~ lui-mème le ir:o.U d·unlon. qu'II me prrmette de lui otfrlr l'r",c]eu~t'. lDfnt la parilr:ult). M. Krlel'!!I-"a],I_ mon\, ~I!-Je." • Vc:oilà où il~ en sont. LIl lcdeur du Figaro i.ouve m .. illlenant à l, pre· mière p~::e de son jour"",!. sous un.e forme à peine plus élégante, les inj\!· i'c$ que Xavier Vallat lança. lors de S(ln pro~h levant la. Haute Cour, au juré Krieiiel-ValrimonL Vie de chien (histoire vraie) On annonce qu", TOhy, un i eun~ dH~r. 'lui habite la Cinquième avenue à ,..,'e .... ··York. a hérlt' 1.l miUion$ de dollars! cll\plo~·./:e .. l'adminl~ll'dho~ d'occup~ · h e," amériuine. bit  !u('Jque~ emp!'!-ite;;. t:n soldai ~mér,cain (noi~) ~'otfn il lui lenl! tel pMlneb. Tou.; 6~ux dOrlt"n\. i\laif, \111 oU,c:er limérica in (::'l;:,nc)' pR~se pif li. A ] 1. jeune Cemrr:.e. brutalement. il demanr;~' - Vel5 papiers! Elle a'execute. Le leniemain. ene r~~oit une convo~al ion Imp~nti.,.~ i Il pr';senter bns un lruotitllt prophylaeUQlI8, l-il'l~reux encorc 'l.Il.'elie n'ait p:os été ilrtftée .~,le_champ. comme maintp.s de iW;S eomp~G'ne5 surpri5e~ en Clagra:'!! délit de, .. promenatl.e en compa, nie d'un n!!! .. re .• M, Mac Cln)". haut comrr,ls...,.,ire alllérk"in en Allemagne, aunit-il decid. de Laire transporter Atlanta à Fr.ane(ort ~ Comme ,,1 III raoci! IIlll local n* suffiult pal... Un qui doit bien ri'Q!t:r. en \Vut C3S. c'est le nad du ~oin, précisément! L 'a~ trologue de Bonn 115 u sont bien amusés. »f'ndant Il"ur catnaval, Il"s i;en! de B6nn, M. Aden.mer, r:oitfé d'un ,relot., posait devant les tlhu - p"ur la llo.  ;tt!rité -d'une bande de cl"wn~. bonnet à phot'l:iraau milieu Bea(1COup plu~ inoffensif qu'à l'épo- Six hotmnes de loi Sllnt  ::har,és de folU, vacciner, ~e~ intérêu. qUA où n lut l'ao:ljoinl du comman '.liict 2" Ilsurer des ,ervicel d'lIutobus A ron 5t'.rvice : 45 domutiqueJ, nul de la ri!gion de Lille, le SOcill- • r~"rvés ' . N. 8. - LI!~ domestiques $Ont de litote - humaniste _ r.é • il - P!'rl'lign:ln ellr la vacein.tlon, c'est bon pour la lieux eoul!'urs (hlanc ~t " olr). et-nourr!-de·BtJ\lrleJalre, CaTlo S~hmit rau Inft!r!eure dei • 8 ieots ' . mai. Atlanta-Frandon meMbre innuent du parti d@ Schumantu'! pour lu re pré~entants de 13 cher, parcoura it joyeu~m f.nt - trOlI- • while '!.Ipre-macy " La R:pne !;t' pa8se à Fnr:cfort. nant p.n"ul ses 100 k.ilns _ )cs ru!'s Qu3nt aux ~utobu., il ~n faut C:e Dans t.m malladn, une jeune femme, de la ~~:pltale tederale.,al·f!(: un cl:adllUIl sorles ' (es uns JI(Iur les Indl;è- r---------------------------------, I:l'~, lts lutres pour If'S bl.ncs. Comme dans les 1:t.15 du Sud .. ~====-~- I SUR LE FRONT DE LA PAIX De Ua/lat 1 DE:S «élégat:"nS '.lu Comllé ml';!- CEPI!:NDANT aux E1\I~-Um, de ~ 4 Il d,a' deo Pa·l.sans d~ ,:\ Pa:x se nou\el, es 'Vi:,.'!: s'éevrnt c~ntl"t 1 (\: 11 ont. au ro~rs d es plocllams I,'s pl éparat!!~ ,1~ guerrr. à Manstein X AVIEIt V,U,LAT, l'esponUblc de [a. mort tif! 120,001) Juif. de Franei'i; déportés danl [tl UlYt)JS nuh, ~st IJlne, Von i\hn~!f!in, Ir. , êr\l~r.l.bnur_ 1 reau, qui a lur la ennsl'ience rasuallUt de 10 ro:Uinns d'bommes. d .. fertUne) et d'ent'fll.!!. l'Olt lia , prinf: derlsolre de J8 alu de prison 1 rNlIII'" â I~, deul mols la. peine j lpt,. le ' 'I!' rdlct . 1 C.U.- .". huard ':' r.I1J lnemc", ,.,l!\', QIlI fie com· pund qu'il ulstf! Iln litfl entre 1 b lIIe~ure prbe il rari~ pAr ~r. KI"tlê t\layer cl celle qllf' ' Cnnent d" pnodre à Hl:1lbourr lu lu10- nU., rlo-américalnes d·ocr .... jl3. '11111 ~ 'IUl !J.ul p:\rdonnent I[nsl il des mon~trf.~ qui "nt tait ooultr t;p,nt Ife .. n, hum.in admr.lt~nt et \"ou. Ir4l1f'ltl faire adrnct.tr~ qu.: le5 rrl_ 1 ~u Cllmmb ~u nom de la. ha :ne, ne/al" np. mfrltent pR!' un châtj. Inent tlI;enlpl~lre. U~ .dm~ttent ~1 youdralent fllre admetlre 1I11'à l'Innlr, ~es crime, n!' nront pu- 1 ni' que de pelnt~ . Irui::nlflante~. 11 ~t co,"prih~"~lhlc QIlP. la clf. IIIcnce .~'~t~matiC!ue montr~e alll( 1 lIoaadltJ f,,~"lu eneOUUlfent ct '.~tI8c 1"', . ,:J~~e"lll'n qui nl~na_ tfnt aujourd'hui la République. Tflut .e l'us" comnle ~I, ilaon$ If Jc1urs. a',:p,~s d,'~ Parirmen~ qui n' mt Vlng,-sept pHsonnat:té.s améi·ir,3i· pas eneure. a:iopu: Mn ma:ll!t'st~ el nes, dont le physicien Einrthn. l'ecrl~ l'~ propositions ~ll fav ~'ur da la paIx, vain Louis Bromfield, l'hki'!e métllo, En FI:alJ 'C. c'est le I{'r mar5 Qlle ~e p,'Charlesnt:\ rI~V!l.t:t lrs Cllambn5 Iii. d~leg: ltlon ooml-1..néti Ile MM. Jolzl'lIrn!s St!el. jourCla lisl!! IIméncam; Crou:· tMr, prè.~ldt·!I\ lu Cômité br!t,mnlGw! des P;:.r!iHlnS de la Pl l\:: le grllnd IV-:Il·'re Ita!i~n Rl'lttlto GulfO$n; MM, Giulro Eino.udi, érliteur (Jtalle): K QT. lultchouJ;. éerwain, président du 60- \'irl sU!lrem~ d'Ukrame; Le/Io B'UM), secretaire génér:tl du Parti 6OCIa :is~e

18ï~n : Bare1ld.rccht, ['Irt',s[denl du Comlt~

d~ la Paix du pnrt 'Ile Rotter. ,iam; Kol.ky, \·Ic,,·pré.jr."nt (lu Con· 1\"11 central des ~rndicaU de T r btco- 5lovaqui e. Une autTe lië:ég-,ülOn a ~ , ê r~u~ p:H I~i prü!dento du &!n.l! ft dt la Chambre dn Mp'Jlts, ,n Ita,ie. En Belg1. qu~.  :, s prëS!fi ~.nts Il'6 Chamh:t!j o:-..t I.ou[. d'abord r e! u~ê de le~~\'olr la délégation: PUI ~ . devant !(5 prC:Oi t$tatl" l1~ Q.ui ~·é:henl. lans lout le pay~, ort 3cc,'p!é ri.' Mumetlre au P.lr'em'nt

e~ propo.o:ltions du Comit~ mondial.

Les déléga!iQllS sO;ll déjà tormér.3 pour M' l'encire rn Ho:lancle, pn An;:et.: rre, aux Etals-Unis. D'or,s et dé~à, lf.s p,u: ement.s de-!! pll.ys Vlinnts ont a lnpt.& .hm; l'en' lhousiaslne 1", man.testt ~t lM prOj:lOCharles lOn.S lI~s Ptritsallll de 111. F'lh B'):· g'lIri~, Hongrit, Roumanie. Tchd6:ls1a· ,aqul~. L1ls:e G!ro;,',( K~llIIedll "1 I~ préside'nt r.~ J'Union nalionale des A[1:rieull~un, J(JI'II.I!I Pattor!, \'Jpnnrnt dr pub:ier un rappnrl, dtnonçant la mihtarl"atiol\ d~s é :o:es I·t uni\'er.;it~~ aux U.S.A. Quure noul'UU1( j!m:nents l'al'an:s \'knncnl de l'onda:nn ~l' la {ilbricalion ùe III Domh! H. Lé Parti p rûg~~i.!le, prè6idt! par Henry W.lliae.-. \'Ient d'adopter, a ron Nnr~és, une ,~r~e tie ~so:utlons contn Je plan MarshaJ1. ~e pact. AtlanIl . ue ft la pohllque ag~elll'-e du. jJOll\' e~n(!:neat do Wnhmglon. EN Franc!. tan,/i5 que N! li!'1lne:lt lu ass~~ locale:!. et dep.arlt· 1lIenla :~~ o'/e la Paix et de la L!bprll, le5 man:If~lali(')n~!'t act'ons pra1!q'JC5 contre la guerre ~e mu:ti· p1i~ nt , Porle dj! C:lsnancourt, à :rari~. p)u~ I~urs 1nlllje:r.~ (ie pt'rsonnM eri~nt leur volont~ de l,ai: •. A Saint-Pielre- ie~· Cllr]l! ... ÔHll0b;~. A Va/pncc. d~'s ma· nlfe.5tanl! t;'opposrnt au tran~ror~ rl'al'mf!S, L ~s dock ~rs de Sèt( ... d·Oran. de L\ Paillee font gr"ye con Ire I~ II'.lUte, P:U~I~ur~ e,1n~et:5 munic:paul: un!!.nirn.~ (CO:1lm l!n! sU-~. f()Ciali~tt's, M, R.P., R ,P.F.) ont (tl'!ja rlonll~ !~ur Idhé~ion au.l' AS5ises nat.ionll,·s de :a Plt!X e~ d~ la' Liberté, apportUlt une cnli!.all m propor!lonr.e:le au nombre d·ablt.anis qu'Us nprénnte-nt. DROIT ET LIBERTE pC~\l l'oUllu (!\ un~ lonfwe robe d'astrololue .. , Tput cela, au Il'md. pour :'\~ pa, s"n JiH à 1l'l "venir que IOUS ne devinent que Ir".,. Masques - La \'~rlt ! est que. au nlomnnt oÙ l ~.ur p"lltique. é~onomlque _ qui est au~.l t~\ll! de leurs j)foter.tcuu - Ml ~old ! pu ur.e failJlte ,av", le! i~n~ de Eonn ont If!nté une ~·a, t. OJl~;ation d!' di\·erdon. E~pêranl camoufler, pnndant quelque~ joun. lU moyel1 des mll~UI!:; . r.I"J auirlcnde~ et des cO:'ltellis. une rélllité !J.ui s'il'.scrit dans ce tait brutal; l! y a eéj~ aujourd'hui. enlre le Rhin et l'Elbe, plu~ de :UOO,OQO ehô! neua ... Cf'ux·]io. et ci·aulre!'. eontinueTont .11. danser, del'ant le buffet, S,S,? Yes, yes ! A l'~eelsion dudlt cunaval, un train spécial. le S.mb.·ElI:rre~s (w~lon3- ]) t!':q;time .,',nlout tt!'rü.in!'J Jlen,hs et ~rr;ère'~n~Érs de J'(.'ne:e l';~m '1u~nt 3. h P~l~.,~il1 ... Ri"'I, d' etonn;ml il. c~ qu~ Jo,~'l Bull. l~ concurrC'1t m~lheur eux . n',,,: :;uèn .oÙlé unE ttlle oeu\·rt. Quand lf~ hOmmt3 de Mosley. par pur i.ntioémiti~me, ~e SOl1t 1i"r~s à d"$ m,l;nih~tatiol~3 Ilostil"" d"ll~ lu cillém~~ oi.! ell", était projetée. il ~'~n eu M'.crètemenl réjoui. Exel"llente XCUiOll p"ur. sous eouleur du ~amtjen de l'orrtr!'. Mcréttr l'mte~dle tion ~o~lh"l té! .. '" campagne IHador .. le M'lb il blla lt donl'lp.r une expUc.- 110'1. C'e~t M. Vin.. on, llré~jder.t de la Commis.sion de eontrô;. du Counly Council de Londres, qui ",'en "'~t cililr , é : , Nou~ .'·O"iri deelde d'Interdire ee tIIm, a-t-il dit. aprÎ'5 ",l'olr appris de )1 . le 1\IIDIs!re dr. !'Inlirleur, Chuter Edf., Que lu la!oCbles "'al"nt l'I.,h,,,_ tlOD d'orranhu, il. la. prodlll,lne preJec_ tion, lme manlfestatl"n qui aunlt ame • ni: des perln en "lu h ... malnt'~, et r:"nttt! laquellf. la poilu n'&uralt DII 11"lr, • QI) ippréciera cett~ petite tartufle: rle des diri,eants tr~vllllli~t"", En ~f! rappel~nt Qu'l"lle I!st interve_ nue en période d," eampll,ne éledo. r::'!e .. z ~ L'ACTION DU M. R. A. P. , Le M. R. A. P. aux Assises " .~ôlre mout'ement qui lu!!. enn_ tr~ Il !Iain" radai! fI l'odieux ant:. emitl"l~ nit Ir~! bltn qu ~ crUJ: Q,ui prêparml la ruerr~ ~ont ~ ' U) qui ali· ment!'l\'!; It' ra.mpain~~ r.r.i~lH et an· lll~milel. ~IIV~ U.n"n ~ l'1l'&I~nlent 'lue rhllque ,"u r rre r~t p~écidé?, aer,ompa· .rnit et ~uh'le d'une haln~ qui "bOHiit IIU" ,·amp.' d'exletminathlll rt :\U)( f"ue~ rrpmatol~$, à la nlan i"rt: d'ull P3M'" rkl'nt ". AinSI s'exprime la lettre d·adhJl.sion du M,R.A p , lU" Deux:t-m '~ AssL es AUIl Comités d. la Region Parisienne Lundi 8 mars a 20 h. 45 prli~18n 8, Bd PoiS30nntère L'ordTt du Jeur qui , Ca r.~m mu· nl'!u' ~ la rt ... n;'Jn, nnll'nrl,,~ .'n ~I!J~ UO cnn'pr. "ndOl Ir .• Ir~VqU" du C~tlIirt d',{~li"" dl' ,IUI .. i.F. ~'ll .~ rf~nll cette Sftr,~l n t.

o,'nu!. ptinm ne. ami, d·~nnul .r

IOUle, AU:U, (\bll~"lt"n. p?Ilr lu"l.r ~"',. f."lt ~ C!UC ""nion, ' LF. SF.CI"IF.TArll.\T, de la Paix !l~ :1 PaIx ct ,,~ Ja L!bfr:~, q',li se t:Çllci:on- ln 10, 11 el 13 mH5 à P:l.:\ 5. "Il l'll~h d~ Expos:t!on~ en ;und lI"mbre rl'"r~allls a ti"~15 "t ~oeie! .. ~ J\li\'~~ al!lllé'~ ou nor'! ~ '.l M.R A,P. ont Mia ~dh~:,~. cC"mUlf! le M R.,'1.f'. aux 1\-'!;1$~S. aC~~mpR.i:na.n t lo:our adhésioll d'unl' \("Url'l t)(pllc:all\'e, apP"'J::v"e {'Il l!.S$f.mllil'", !;~\\~r~le. Parmi ~Il('s, l'Un iOn dc~ JUill pOUt l:l HE  ;~ L!l.n ,o et 11::n t~' Alde N, l'UnIon !'ips Soci~~tll ,Itll\'('; de France, D·au· lff'S sr p:'rparem a Je tai]'e, D'orrs et dc)à. Ic~ lI~t:ons loca 11"5 du M.R. ..... P Ont fait un gr(\!$. tflor~ (·n 1 a'l On ave~ la ~ull.e des C01nb11~ ta.nts de h PaIx e~ de III LIMrté. A:lX A~!,o;f"S local ::$ d ! la Paix. Qui "nt eu 11('\1 notamm~;H dans les arrondl. SS1'm eFltl; de Par:". If! M,R.A.P, a l'alt !'IWOV~ lle~ rE'pCharles 22 mai 2012 à 14:24 (UTC)ntant~, Lors dll meetln; du ~'I. R.A,P .. len:.! rlan~ le 12' arro!'d)"O.s~mpnt, la stmam'- rI ... rn:~T~, d"~ dp.léj:l'nCharles aux As~ l~,'~ Nlll i"'llll~,\ cm. ét.é e\:Js, L('. A~ I~ ... ~ dr la porte de Yer~all. IF~ rloh'ellt fenlol"(tr ft eoorc:cmner p~us tncorf' J'aellol1 df' wus l~s non. n/!'es rns d~ llotr~ Pfl.V~ qui ne veu· len' p.\l,~ r~\'oir ln horreurs du folSci~ lO~ ct de III l;Utrtr. L'union Q.ut s'es/. for;te l~r, d!~ A,~'ICharles local~~ se M\'r:"'rp ~rll ... ncorr. d~\' if' ndra pius CaiClce. bu\'etlu et wlliOIl5-d~ndn8~1 IU3ura, r-----~-------------------------A LA MEMOIRE DES « 24 »1 pour lts rieh"s fet1lrd~ le trajet Cologn('. Muni~ h. A Munich. tous les "o)'a!:~urs allè· rent s·ell.ouHrt'r d!i'l$ dei ban et de. boites de 71u;t ln the mnc:od , .. Ou le8 dén .. üfit!, n'étaient pu lu derniers .. reprendre: au l'erra in cette re nC~ln .. il 1. mode Etlez-"nus S.S. ~ l'es, \'6, Yu ! F.:lln· ... ou$ !iI.A," YI , l'a, YI'! Tout Un pnéme, n'est-ce PlIS, eetlf! réponfe j)ilinJue, et IIUUI. tout un pro~ gr.ilmme. Epêe dans le désert et ... l\'aus 3vans déj~ dU el qu'il Callai, peJlser du mm 3m4!ric~in Cne Eph dan! le Dhert,


CÉLINE (Suite de la page 1) t.,,~U! d'un Q:l"llod placard d~ prop~· g,mde pubJlé au mol.!. de J!\ll:tt 1939 dans le Sturmer ldirect.eu.- : J1I.111(5 S!rcle}ur) : BAG."TELLES POUR UN MASSACHE pH LO\l~ · Ferdleand CtL!~'t L~ complo~ jUif en France; Cft livre ~H Ime oeuvre dg com!lo;I CJJlltrfl le 1ud.ai$m~, ecrrte p"r 1It1 Français, un "rRUel!;", lUI homme ql/i, partout. a &!.dVI 1f!1 Jul/1I a' la plite, et qui rnam lf!JtUllt le$ démCUflu!'. Re· proeltr, ('1 accu$aliolll p/C&l I,I.,,1 Impi· tç.~.,...,1U ...aP let ..... ~eof.. Il. C"·tllt. ~ .. poltmlq ljJ'a de pfftU v'.' arden' qu'ellt,( Ile le (urene lamais. SOllt un symptôme da 'rJl~1 prodt.:it. Les JUî}s de Franeli IOllt parvenllfii ri!'cenl1l;t'nt à nWell.rr rinUrd,ctlrm d l: C€ liHt. d(lll:'lenux, Pour /tOIl' outrf$ Al'cmatld~, il e~1 important il' satolr qUq ,m3 IXH$/IU d~ l'Oc':l del1t, fI/X ail" ~i, panj" ',II.CIII ICIl'~tlunt li drs COI!vic/ ions QUi. '1 tllc~ ,.!~it/I\ mOllllale cour"lIte )lI'lTll'i Jn pp-uplr.$, ('lf,lIrra!erlt crtf~r bien tilt tille tlf.mosplltre dt!' /.Icix Cptt~ p!'l!~"'nlaf,IOI' df! RII~tl'~lles pour lin mQ;SIICl't'. dC511née il :·uHl/;P. mlune ct " xt~nl~. était N.I·le ,j'un bl111~tm de commande, pour X psemp'aire~, i\ envoycr il. la ml!~on ,!'~dl· lion Gmt-fdeilleire Buclllw,lld,l!jnll Kurl Hlllz, ,\'Itrrntllrl'g, 21, H(I!ip·al.~. 5. Lt,U1~,F~t'dinalld C~I'ne rut un dt .. princlplUX agel1t~ dO! 1,\ dnQ.Ulèm" co' lnn~ idto!o:;::lque ~n f'l'an.:e, ~\'a.,t d~ dhe:'\\l', 1lO:U J'OCcttpallon, UI1 \'u ls:a:re Il!;Fnt d~ :a GeSI.ilpo. On relt-ndra qu~ dès H39 il ~tllt publ!quemen: rl'tOnll\! par lu $I~m. Suite de l'article de C. Alphandéry (Suifa de la page 1) pa.trlotes, Immigrés, militants des organisations démocuUC!ues Que frappe la répression de plus en plus vIolente d'un gouvemement asservi, alertent et mobilisent tous lés Jou rs davantage les comba t· t.ants de la Paix. C'est aInsI que sous l'action con, certéc des conseils communaux du LoIret, le trallre Georges Claude l!béré se volt ob1!i"e de lulr ("c département. Contre XavIer Vallat, l'action doIt ttre poursuivie et am, !lllflée. Elle Intéresse non seulement tous crux qui ont subI le poIds des lois racistes. mals l'en, semble des part.!sans de la PaIx. Il n'est pas besoin. en effet. de dire dans ce jo'urnal à quel poInt sont Uts tOIlS les aspects de la lutt.e (",ontre le fascisme renaissant ct la guerre. Les verdicts scandaleux d~nt de la même PÇllitlque procéQUé la renaissance du naz!~n1e et te déInrquement du matérlei de guerre, C'est donc contre tous ces dangers à la tols QUI! les hommes lucides et. courageux doivent se lever. C'est à une Vigilance accrue sur tous les front~ QUI! les consel15 communaux M1nt appeles, Il est bien clair que le combat décisif es~ engagé, Ceux qui furent les premières victimes du na2:ls:ne r.e peuvent se désintéresser de ce combat, Ils ont trop payé P.t trop souffcrt pour ne pas se dres;,;r.r de tO'Jtcs leurs force~ c\)ntre le danger tout proche. Ils militent dans lr.s consr.lls communaux p?ur la PaIx ct la Llbertt'-, 11a pr(:parcnt activement les A~slses nationales des 10, 11 et 12 mars; Ils y seront nombreux; ils y pulseront une ardeur nouvelle pour défendre sans ctrfa1llallce lcors droits, leur liberté et la paix. La délégation de ru. J. R. E. de M. René Mayer , aupres (SUITE DE LA PREM IERE PAGE) RAGE l'lENT LE DESINTERESSEli En outre, il a bU ob~erve~ Ijue la mÎse en liberté cnndltionnelle d'un délinquant est une simple r.te sure adlninlstl'atlve t'lut il [ait narmale et hahitur;lIe à ncard d'un cnndamné dont la conduite avait ~atislait l'administration p;'nilenUalre, )1 Pour c(\nc1ure, le vire-président du Consl~toire a tenu il nous dire que la libération de Vallat Hait ~ eonhrme il l'intérêt des .lulb du Franc," li, Nous a\"ons iliors demi'lude ft M. R. Lang ~i l' argume-l\laticm dC\lcloppee pu M. ft. ].hyer l'ava it ébranle d~ns Sil conviction intime \1 Comme JuJf tt [orume Fran· ~al~, nO\I$ II-t-il répond·u, je ptrla~.e J'opinion des milliers de nos corc- 1J.r!fln.D3Ire:s dout les protestations contre la r@laxe de Xavier Valla! ne re: 5p.nt d·affluer. » Sans être m!lIistre de la Juslice, frstlme que n01l:'l sommes aus! II bons juges Que lui de J'intérêt des lsratlltcs. L!' dimanche :5 mars, !il Ifl h .. 1 une c~rrmnl1lt' "ol1llD~l1lor~ll\'e. ·1 or!tani~pe par les Andl'ns F.F.I. et F.T.P .. aura lil!u ail rime- . tlêr(' t'Ivry, en pr ~enre de "lIm' 1 hrcu!§"'$ déll.-, .. tlons, sur la tomoe 1 de!' 24 COmhlBant@; Inuni.rr#"" ft!'· ! su!.l né" par If'$ nllr,l~ en ré"rter ~4 1, Meeting À Saint-Fons Le dimanchl! 5 mars, li. 10 he-urts. meelinr de llrQtes lalion conl{e la libi'ra!i(')n de X. Vallllt, dUIi la S;o.]le df!; F~te~ ri" SaInt-Fon!. L.,·on, sous la pl'é~ldellee du maire de la localité. 1,,' MM. Grlrlfeld et BUtler ont

~ ver!é au Fonda de lutte contre

\} l'antlsi!mlthme et pour la Pail' 1J la somme da 10.1)00 franu, tl (l J'occasion du mariage de leun (! enfants. Qu'Ils trouvent lei nOI (I remerciements et n09 meilleurs ){ VOEUl aUl Jeunes CpOIlX, ---'----- A LYON LA ~alJe Berriel'-MiI!rt, /t. Lyon, éla,t ar :hl-conll)le r~uue mar· di - Il \' RI'a!1 de6 d:za.l.nes de p~rsonnts d~bou( et ail total p:u.s de 71')() pJ\"IIClp~nts - pour 10 m!ttini orgamsé PlIr le M.n.A P, A la t:'lbunt:, on 1l01alt: 1 CAdre dt, prrl)arat lh Ile Illiene tn ",un , 1 .. libêration de, erlml_ ! 1 ,..,1, de rUerrt n'é •• lt que le 1 :é. lude il leur utlUsal/lln. Il,, ont t;p,lt leurs preu\'O!.\, n 'e~ke PM ! dlr.s • IIDe "e$o~e où Il faul. mainte. nh'!l encore, "ombre d 'up&ris el ! ... p/claliSIU, . DE GAULLE VltJDY 1) 81 d'ailleun. !'IL René l\layer 3nlt cm \'~r ltablement apporter. par la llbél'aliun de J'lInrlen WIllmi~~ aire lUX Questions J\livl!.~, un COUp s~lIslbll! à J'antisémitisme, il eût tuul de mime rl!us.osi il dooner tllte publlcitt p11l."i cçl~hlnle il son Je~te de FAVJo:UR EXCEPTION· NF;J.J~E (J). li Son IlUllude gi'flêe pendant qu'jJ nous .donnalt audience me 131sse SUPpMtr qull a f twl il des mnbiles pnlillques. phtlo! Qu'a la "oix de s;, cons 'lenCt. quoiqu' il nnus en ail Irè."i "inr.èrement Ih'ré le rond. (!n nnus taisa nt comprendre très nett,,· ment qUf! !a qualiU de Juif n'avait pas fil: f'tn.o,ère à la décision qu'il avait prise. M. Justin G"dart. ltnr.len miniStr!. m.'n de Lyon A la Ilberal:on : M. le Pt'Or. Buu rl/er; Ir grand rl\bbln Poliakol1 .- Clutrlr-s Pal(,l/t, lterel'It't du M.R.A.P, : 1'.1:\1, J)(lurll, 18/1 cornnattantA de 11L Paix et !l~ Il!. Llbel"1e ; GaCCn, QI! la F N.D I.R.P, : kit.olr. ~~ Roi, du !" r.I,·F,T P. ~ MatnviollX. !:III « France It'Abnrd » : SiI');~Slr~, repré' ~t'ntlln~ M. Hf.n1ot. 1'l\11lr~ cie Lyon, ,mpl'ché : Ç/lnrlr~ DrtyJu~, dn Ami· tit!~ juùto',:hré1lennes : l,roll. pré~l· dent d@ ;" commUill.llté Juive de VII· l, ul'bann~ : M/lTa"I, prl!~la~nt dl! )a cnmml!n~l1té ~épheradn ; M' VaW" el 1I111 ~ Frtibc1(Ur. ,le JI. LIgttil d", Droits de l'Homm~ ; M:\!. W6rkl'llJer, de ru, J R.E. : Fmacr, Jlr~Jd,'nt r1u M.1catl\ j KQP~lmall, du MI~r8ni: Sal[(frrl!Jtt~h, (!e.~ enlagJl:; vnJO:'l talrcs el~lI.nijers ; SCh(l'aT~. du C,D,J,J. : MJ:~ DOInb, d.'s Etudian~ julf.~ : MM. Rl!lar, d~ il!. societli Sch('rnlll~Israel: Tqlumnll, de l'Uninn inte r~rndlr.lllc jltl\'~ : Kap, de l'l1n:on des anciens oontba'.tanl, juils ,; de~ rq l'lsPl113n:s I~ l'Un!on de il J"ulle-'!;~ repllbllCll,lnl! dt FI'llinet , de l'Union des fcrnmf'~ tl'lInçftlU .. , de

-lInion dfpartrmpnla :e d(-s fyndl!'at,

dl! Rhône, 1I11l~ 1 qu~ nn,;, amIs Cl1rftU, S~~r;rlleltl. F' !"rtUldrz, B(!)t~r, FrydIIl1l1r. {lu comité lyonnais du M R.A.P. A MARSEILLE 00:-5 cenlalnu de Jmff ~t c1f dérno· cra(~~ mlill'Selli .. L\ ,m~ a,osillté I~ dlman he 26. ft!vr,(!r. 1111 cméma Ruhl, à un mret,n[J df' PI"OI('\l\:llt~OIl contre b :ibh3tio" d~ Xa\'l r r Vallii.l. HEUREUSF::'ItJ:!Io'l', II Y a 101 li du projd. du fauteuu de a:uerre il ta r~allti. lu pf.Uples 'lI:nt enlendre un " non" retentl&- I .. ni. Non à la IlUtrr', non au r.l tl~m@ ! tc r.'1 d· .. lu·mt. hner par le r Ulld ~'l\'lnt EIMtelll, reprl ~ de, pul. par de.' dl~a:nc~, dt~ ct~~al. an d'h"m,"e~ dc Nclrflce, a 81Udtii dlBn ftlbrRblu irbo_ d:ln~ le mon_ de entier. Ll m6me l'(lloute popul~lre ~'n_ " rime dln.~ la d"marrlle dr~ MM_ r atl' ni du C(,"~rès Monill~1 de~ [  ;p,rU~ans de la rail.' aUl'r è~ de~ rilrlemenh, r::]~e s'exprimen pui~.' .. rrunent, le, 1(1, Il et 12 mar~ j aUl Ani~u !\'ali(males de la Pah:. 1 ffI prr.tnre d~ 1 n.ooo clclliguh de 1 1 toutu npinilln, l'enues du qUlltrr mlnR de n"tre ,..,.y" P(lU' lu It\ll.n"~ juin',. "nr n,,"_ , HUe ,u~tTe III::-nitltrait j'f',.tcnni. ft&Ulln he)l!al1l. le rénocil!r hW .... rle ll ('nroff. p~rfCI"Il(ll\n ~ SIlU~ la fonne df! ceUe " bombe H. " et dl' la 116mb", at,.mlllU"', clf nl 1", pou, , .. Ir dut1uel"'ur ((lofond r ima[tln:otlon, La leçnn de la nll1n~ue jll tlr. ;u_ t nrd/t i du V~Uat, il dr~' Vnn Maoddn. e'ut qu'II faut aClr plu. froc" r",. eh'lque Jour, i rtl~que h ~u. ni l'o ntr~ 1" l'urrr. et l'anU"'ml_ 1 lb me, r~., d"u~ tlf'au .~ lnRh,llrahle,. (' ni qu,!, tllUtt! le~ rc:ouehe~ d~ Iii. popul~tLon dn:l'I!nt ~'urdr l'le plu~ HI phu rlMllelllcnt rlan~ lc cum. bat tmur lA pal ,~ . Dp. nombrPux r .. pr~.'enl'"t.~ dr~ mauu jul"e~ ~1~~Hont don(- i 1" Port .. de ""rAAiU~~ parmi Je, dl:\: {t'IlIIe : de "ornbreu~et ,oeh\lt~ 1'1 1IIf1'.nIJ.tlon ~ jull'el ~dhtnro\ll .. a J: u51~e~, , Trnp de rnrp~, trop de tl',.ur~ i r~.ttnt mjlrQu.~ pa,r lu horreurs de 13 do!rn i~ re ,.ue rr~ polir Que eb~un ne plal'e a~ ' d~'U5 dt ~el "plnlon. p~I1"nl'lf!He. la luite lIOur J I bltn ,upr~(fte dt teu~ : la paix" III .-e,U_atiol'l d'un monftt! d'oia l'anUa,;mllllme, Il. halnt! rariale .nont • ja~.I. bann!J (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) la Républlque flst menaté@ et que la situation exlgl! une crande ,'1- g!1ance pour la ài fense deS lIber~ tt!s @t de la paix. l'APPREN11-DICTATEUR, APPRENTI.SORCIER Les ligues fascistes de Hl34 avaient tent.é d'f'xploltrr l'affaire Stavisky. ou elles étal~nt elleSml'me compromises. pour ln,o;\aurer leur dictature par la force, De m~me. aujourd·hul. la recrudescence d'acUvité du R.P.F. colneidfl avec la r"v,,~atlon du srandale des chéQllei, il laquelle lell mIlieux gllu!llst.es ne ~Il\blf!n~ pu etrang!'rs, MaiS l'apprcnU -dlcla :~ ur a fait, cn J'occurrence, J'experlence de l'apprentl-snrcler. fi n'a pas fallu longtf mps pour qu'appar;l1sIlf' clairement ce fau: dps personnalit.es gaulJist~s sont compromises, e!les am;st dans le scandale. Il est dUflclle, dans ces conrlltions, d 'accuser 11l ~eu l C" rc{ lime dra porth ~. La r.omptablllté de \';ln Ca portt'. par pxpmple. cette mention: ~ C01l.Qres R.P.F. de Lml!,' 250.000 fraNCS ~. Le ~cn tra l Chel'anceBertill, àlredpur du journal racts · tp Ft COI011iali~le ~ Clima!.~ •. ;1 1'""U rjrs sfllnm('~ ('on,~ld,\rabl .. s. Quant au gcntral Ma,it. qu! ne 1r)\J!'ha pas ffio!n;o; d'un mmton. jj lJl'Odalllc f!rrrffipnt ~on atlmira~ tion pour de Gaulle qur. dit-II. Il \'oyatl souvent. Dcs 110mmcs comme Paul Bastia. dirt:cteur dj! III tres :  ;aulllstc c AI/rorll ~ (600.000 francs), le fasciste André Mutter, allié de de Gaulle, ont l'ga!ement rcçll le~ denicrs du malt.re-corl'\ lpleur à la tabl!" de Q.ul ne cralgn! rt-l1l pas de s'asseoir un c .. (t a in no:nbre de députés et c spn:at. eurs ~ gaullistes. tels que :\1M. Chri.~tiae7!s, Mallpo!!, Lallargue, d~ Récy, Viard, IIla/drant et Mnrc Rucart. Il n't'st. pas jusqu'au députe R.P.F. Castl.'llanf, membre de la commission d'enquête sur If! scandal~, qui ne soit Inscrit sur les tablet.tes de Peyr!!: ct Van Co, DE GAUlL! ET VICHY De Oaulle n'en est pa~ à son coup (fl!ssal. En jumet 1947 et.ait dt!couvert le complot du .;; Plan B leIL •. Ce sont aussi des m!lltants R.P,F, Invétérés qui furent pl'l,: lm 1949. lors du C" Complot de !a Pentec6te ~. L'un d·eux. Delare. rf,connut Qu'Il appartenaIt au « .RtU$Cmbl~71ullt antlbolch~l)ique ~. organisme paramilitaire (lu R.P.F. A tett!l occasion furcnt mis a jour les agissements de certains élus S'tull!stes du Conseil munl :!pal de Paris. Que préside le !ren~ de Charll'!s. Plcrrl'! de Gaulle. L'un d'eux nOWlmment. Pierre Rt:noist. ancien col!abo. h~bergea!t cllez lui RCII4 MarCOllt. eX-li{'crétalre g~nérlll à. I1n!'pcct!on c('l1t.rale de la 1"V.t' .. COndamné à mort· par 1 " Trtbunal mllllaire dl' Paris. Car. Ilutnur de de Gaulle. se re!; l'Oupcn: les colJabos. les vichystes, les ennemis de la République. D;vis~s à la Libération, Ils ont !lU rcfaire l'unité en "ue d'~ étrangler la OueuS{' ~. Au lendemain ct e Il dernières tlcclions au Conseil de la Rtpubllque, la rt\'ue " Realisme ~, p;')I'If'·parole d'un groupe qui s'est donne pour ttlche cle r egrouper t('lU~ les collaborateurs, tcrj"aLt : ~ NOlj,~ cOtlslaloll$ {Jlle Charlcs de Gaulle a nlJtt'lm lm nouveau ~IICcr.S et ql/f'. s'il a Çlagll1!. c'est, QI((1It le l'el/We 011 lIOn, parce qilïl a. challpé son profJralllm~, radicctlemCllt et ,~all,~ l'a]1og/ll:. ~ Il cst. a present. anticom 11111- lliste /orcené ... fi est pour la libre l'lItrepr/sc, t'Oldre la Charte du Conull Nat/OIraI de la Résislan. ct .. , 11 (Mt ~ séllatophile • et C01Itr~ la. Chambnf U1~i.que. Il ;j'tu!'/: COlltre le résistalltlali.'ime et parle li "totS COlwerts d'amnistie, • NOuS prenons acte ct nous n'l'èsllons pus li leUciter le pré$ Edtn! du R.P.F. de la ,wuvel/e orf mtatioll de sa l)cnséfl ... • Le Iltnêral de Gaulle Il reconnu s'jUre trompé. • Depull!-, le rappr: chement n'a laH, Que s'acct'n~uer entre les hommes de Vichy et le R,P.F. Après avOir ç'r~cjé Pétain, de , Gaulle d~mandalt. pour le vieux !raltte c des arbres et une pe- 10u~t! ", Les journaux gaullistes SamediSoir et CarrelOllr turent au pre~ mler rang df, la ca.mpag;nl! Qui s'f:st menée, ce. temp.:; dernier,;. en laveur de PétaIn., !lt de Maurras. Ail m~et\llg ora;nnlsé fin (\/1- cr:mbre 1949 par ~ ,Hpect,1 de la F'rtlncc ~ peur la r~vlsiol1 du prod~ de Maurru, If': R.p.r. était re pr lscllté PU 10 chtf de ~('s e gWllp~~ ne protection l" le coJon~1 RblllJ, Qui pronontR. cntrp, Rutrl2'~. cettl! phrue: C" Les "en& Qui mn:rclln: ient de pldn COE'tlr 1'Il)I!C Pétatll, I~ vainqueur de Vtrdun, Sollt dt,f r t~istants •. « LE PROBLF.ME JUIF EXISTE 1) Dts lc temps où Il pariait à Londrps, de Gaulle ~'ttalt entouré de eaCoul:trds, t.els II! fameux escroc Passy, chef dIt B.C,R,A" Que ,.~. Henri de Kêrlllls. dans son liOU Il EST QUESTION D~ VAI.LAT D·.illlleurs. Xavier Vallat lors de son procès, en 1947. mé l'Idte du colo!'.el R(:my c R~slstance J, avait. expr!sur 1:\ e EII conr/amnant le,~ tarorjste.~. put-Il aHirmer. je ne /ai~aj~ QII'appliqua Iv, politique du r;enera! de Gaulle,' ~ Je dOline la COlt· signe de ne pas tller d'Allema.nds •. Et encorp,: ~ Il/allait ri tquipes. Je suis sacrij!ée. ~ l,. d, Frallce deux aile Qu.i s'est Par c la ~'ranc!! ~. Vallalt entend le" prIv ilégIés. les forces de r~ actlon et de I!IIl"rrt". L'aUI·re ~ t!:qll[pe ~, e'était celle de de Ga.uUt. dont, C'Nit le l.ol1r, tlllJourd 'huL de se démasquer. M:ds Il y a aussi le peuple, et. le rascls:ne ne passera pas! li Mals Je le di.~ nettement. nou~ 1I0U8 refuso.DS il "oir la un acle de contare per!lOnn",l, pas plus qu'un aete df' :sagesse )Jolitlqur; (2). )1 J\lIni:stre du /,:oul'ernemcnt de la République, lU, Ren(\ Mayer tI'avait pas a ~e sou,enir qu'il Hait Isral!lîte, » hrapille. il avait mleltx il. faire lJu'a tendre Ulle maÎn tl'OP secourahIe 311 bou/'reau de ses c01'i'ligion. aall'e~ , 1]1 A la Question qlh ILti f lt i»~l;e afin de S.II\'olr pGlu·Qu.)1 aucunt' pabU · dlé n'avait é!é fa'te a.utnur d~ la Ilbéral! lm de Xll\'ier V!I.]]~~, étanl donile ~11. p~l-rollllal.t~, ,e Garde dl'~ Se~.ux ~"alt répondu II' L" mimstl'rc oio:: :a JU;lic'r: n 't31 pu la PI'e.~~P. 1 l ,. c.U M. Rlné Mayer arant ( "pl"!m~ ,oPllllon QII~ Xal'~'r Vat'a: mél'lliut It. cll.Llmf'nt sup:-éme, m'liS comprennns enC()re moins l;:I :p~:t!on_ vre ~ De Gaulle dictateur ). ne r--~-----------------------------craint pas de QualHicr de ~ Gesl( lpo uallllistc " L'un dts pr(l('hes amis o:!c de Gaulle, je pro: ~ssl!\I r Pierre Tis· ~jer fut., alor.!!. l'han;é d'terlre un traité de la doel,r ine J3ulliste, Qui ptait en même tcmps unI! crll.IQuf de ViChy, CrItiQue Msez rtst'nte si l'on en croit ce passa~e du livre cn Qucst!on. t Le IIOllVerl1emcrlt d€ Vich)l ~ : • Le 1lroblem" .1 ul/, 1/1"111.:: ell F'nHlf:e. €.rist~. C·(',~t lUi fait lu~ conles/aIJ/1l et allCII1I!? polfttqlif. réaliste Ile ]'lelLf. lïp/torcr, ... " lA! "roblélll ~ JI/if, saliS tUrc cractemellt celui de,' êtrQllger$, dnit dre traltt par les m~mcs m.éthode,. ..... Il lallt f.(')ut d'abord prIver le,~ tlrallfl~rs ou le ... Jll il' de tnut Cf!' qui les raJ.taclle (J leur lIatlon d·origlne.. ...  : Unc politique de la nalalitt et de l'amilorot/()n physl411e ct morale de la vopulatfon doit oc· ('om.pa.,lIe;r la poUt/quc de rassI' mfl/'UÎfm. ... f R€ste encore la quest ion p/:iS delicatc de ia sê/eclion des nOIlt: tl'ou-nts. leI encore. If uratt vaf1l de se mettre dt$ O'lflltres ..... etc:. C'est du Xavier Valla~, LE GROUPE PARLEMENTAIRE S. F. 1. O. PROMET A UNE DÉLÉGATION DU M. R. A. P. de déposer une demande d'interpellation sur l'atfai re Vallat U1 NE dè:éo;;alicn du 2' ~n'()lld~",enl. nt, cundu,:,' pH Mm~ Ce, l' ~ C~rf rt L, Bru::c du ~"crélar1a~

lU III. R A P., a el~ r~çue \'~lldredl

d("rni~r au Pal~, ~ ·Bourbo:'l, p~r M, D~· ni~l I\layrl" dépu'é, anel~n mlr'! i~tre. L!l dé;~g:l ;io n v~n"it r:o.:?l'Imer au dt'puté du de\lXlèm~ !'('(teur Ô .. Pal',', l'émot lon et l'\ndilnallun Qu'a KlU!·· vée dans la popu'aW:m la !".uI·clle de la !i lX!rat lün dl! X,l\'I ~ r V31lal· U .. dame lIUp'r, du burt'ilu du M, R.A.P. du 2, M. Rn;:, Mme Do;a Burslem, r. mm!' de dt'pOl'ie • ~ :"$ autres oi~It'lI1ué, ont demande à 111. 03!llel

\1a~'rr ri,.

Il SOutenir l'aclin:l du 1I1.R A.P l'!_ 1\3nl à rem~l!H: 1"1\ p:i.slln le coupab'e I1r la mort de I ~O 000 JuiC' , 31 Am'ro r Je irouPI" socia!:ste. oin:'lt Il Catt pOlrtl  ?, .3 j'ller.dre P(7S\tlOll ;ut .'\ b tribune i1valrnt pns place les pl'l'snnna IJtj!,o; ~1;lV;lmC1'i: M Emile pol/"I.:, llVOCAt: MM, S, KtJI!J""J~kl, m~mbre du s.ferél:ui~l n8tlona: du M. R.A.P . : WCII ct Katil. m ~mbre5 du comit~ loc:;!1 du mou\"ment e()nlrl! :" r;lClsm~ "1 l'antis.rmit1sme. pOlir I~ p1.IX : Cohw, 5~crétalre ;énéral de l'Un;nn dr:~ JUIf!. pour :a l'~~ISlar.{'.t et l'pntnlide ,je Marseille; f',71I1rY, de la F N D I lU" ; lI 'J/J1tl, l'Iép,wte, rep)' f: tllt~llt du Pal'\ ~ COmmun l~'t Fi'lnCll~ : G(llIelrl~r. dM !'a1it'ILIl.x de ~~\l 'he . UnU;:, de: III. WIlU- 1'1,8 Dro!1!S de !'Hùmmc d. Clrt"". d"5 ~\'eu~les dll lA Ré5istanCt' : I n_ {)~n!fe Mor_ t~r, dépO!i~e. pl'é~itl.~llte de 11'1 J~l1nes~' JIIl\'e nl~r' f!il!alse : MIn"'~ Min!1l!1 DUW{lIlI, 3éna~rur, j)l'ulden!e dépal'tementi'" ,I~ 1 UniOn d~~ fer'l1m '~5 Innrlli~ 5, ct P. J(tn~. préstdenle dd Amiel d,' \;J Pal". fi,[ Em,[,. l'n'Iak, prec:id:llt ct'!le l'II' "~nth! I\t' . Ont pl'I~ la l'!aJ")~e: M. Cohen fI ': l'U J n E. : Mlle [)l'litS" Murt",. au nom oip la klUlcMr J\lÎ\'e d~ "~arl\lli llp: M. Frullly. tif! I~ ~'.N .D.J. RJ; ., ~t M. S~~r K, iwkll~"I. TARIF DE!; ABONNEMENTS à , 5, l! oUI, Pnl/,,,nnn'f'. , l'A ais (~) - Ttl. , rRO l~_OI Il TAJ 11-14 _ FR'\:';CI! l'T l1NiOS rnANçAiS!!: 6 nu,la .. .......... lM Ir, l ",,,la ............ l~ U. 1 ~" ............. , t.IOD Cr. P.l'I'S &TRANGERS 1 J ",nlO ............ 4.',n rr. G IIInl, ,.... ....... UQ fr, 1 .:ln .............. I.S00 ! •. TARIF SPF.C1AL Dour 13 8E!.-CiIQU!; Cnml'le cll~q(l. \lO ~U I : ~070·U rARls Pnur Je. enAn~p"ltnl. cl'ldrU"fI ,n.-e~'~r tO Jr. et I~ dercu~1'I !Illide. CO~IIT!: Dt DlaECTIO'S : "ndr~ 8Lll ~I il L ~1~,,. lt,, (ô R \ /Il SPA ,.. t;hHlp, LF.OP;ItM"N r l~rI._Rollild 1" E V Y L. ='rant , Ch.. O\'EZMtF.K N,1\U",,. SN!:P. lmp pot$50nnltre 1. bllul. 1"o11l0"nl.'c PARIS trI l -.' .• .. A ,

j

. , , , • • • • 1 i . , . . '.. . r ,. • , CROIT ET LI SERTE . 3- . APR~S COMME AVANT LES ÉLECTIONS ANGLAISES . [L.A-T-IL DEUX ALLEMAGNES? ~ Une grande enquête de notre corrl Spondant particulier à Berlin, Lydie LAMBERT des diri{;'eants du ' Labour M'AIS BAISSES MASSIVES nE TOUS LES PRIX CZRTES, le p ~uple r.:ntJ'I'I1 ,s Il crlJ défel1dre la Il!li.r:. la libn/';. IlItte)' contre le ch6m a91!. et la mis.!re. en don71ant. U711!: nOUl!f/l1'! jois. la majorité de ses ,Çu..fJra.r;e~ au Labour. LI! ]:lfwp/e an(Jla~~. ail total. a dit ~'ntHl) à Churchill. 1111 des plus Cil1tiQl.te3 parl.tsan,~ rie la guerre. Mals la victoire dt Bevltt et Attlee est-el/Il. pour l'Ultlmt. la vict otre dt ta dcmocratle Ilt de la paix? Apr.!.t cinq an,nées de POUt,o!r. lu dirigeants tumaillistes sorte"t dfmlnuts de la consultation élect orale, S'11 est vrai Que les larges ntaSses de la population n'ont pas r"mpr~ c1.a treme11.t Ie:,i çratlt$ r es_ )J0t;"r.1)'II~es du f)OUt' e rnem~n t ',a~ hour dans l'aGgravation des rU!!!Clllté8 ct le danll/!'r croIssant de Querre', II ,,'eH re.ste pas m oin,~ QU I! /'rnthou,~ias m e a. manqul'! -. r:e liS fui. pas. 10111 de là, une rtélection triomphale. Et le 31U:d$ méme des conserva teuTF. OCClue" eu Iln uns, le.s rlirfqefmt~ t raVIl!lIIstes : leUT politique a fai t le jelt de rextreme reaction Cn fait. il n'y a pas, SUT le Joni de tfe_~accoTds lIagTant, entre con': ser!;O.tCUTIi et dirigeanl.$ travailn~ tes .- /e.ç 11/'1.8 el les autres prepa rent la guerre tians le cadre du pacte Atiantiqlle,' les uns ct le.t mal'e!; dMendent le blocage de;s sa.la.ires et les b ~l'Itj',ces frt,buleu:z df.s gross,"s 1I0déttll. Les nl'ltiona( iSatl(ll'l$ 7 AUlte n'en cr réali.sé qu'ulle pal'Odie et. pour l'a,vtnir, i l allnMlce dejit Quïl 71'en sel'a plus Qllt,slioll dit tout. Sur la. politiQue Impérialiste el! Pa/tsf/ne. MM. Bévin et Chllrchill ~ont en plein accord. Ils 1I011t et restent de5 in&tigaleurs de g!/el're. COlllre I~raiil. El! ce Qui cOllcerne la lutte COl'ltre le fascisme. contre l'tl7ltisém iLU1I1/!, ChurChill l'le saurait dtsnVOuer l'attitude dK Labour, Nous rlonn::m$ ici Quelques f aits qut le "rouvent. RE\' E~'O~S à .14 Il Berliner .Strasse Jl. Que "u.yons-nous du côté E~t ~ Des rllmes ? Certes. li y e.n a enruri'.. Cependant, on c,om. m~n c e à rèpsr"r le'" maL.,OI1,11; !';usc.('ptihles de 8t'r y ir, surt!)t!t au centr,.. ~i ttrrihlrment ravagé. de la ,,;ne. Tri . on ne rnn1;olide pas hâtiveInt"llt Ifll;: ru-rlê-cham~ ... ,ée." pour en faire des boutiqu e",: quand \In e l11a! f  ;OIl est reefm..,truite, l'Be l'est dl! haut, en bas. Ensuite. on l'affecte à un f'mploi utile: école, hôpital, ministère ou . simplcmf'n\ mai::;('In d·hahilalion. · vilisatlon (.(1mmercial~? L'e xter.sion - sanf, cess~ paunée en ;1v:\n~ - - de rorganb:â tion appel!e ~ H 0,. prouve QU'on ne sous-e!t1me nullement nmportance du oomm~rce, les H.O., magasins d'E~at VOICI DES FAITS • • • La. plupa r ~ de~ gares, cn secteur est. ont retrouvé leur vIsage d'avll. nt-guerre. tandl~ qU'cn ~ectf'ur occld&ntal, t'Ilt'~ ron t encore dans l'etat ou les ont lalss,~E's les born_ barrlement.s. Les l;i\reS ne rapportent J:a$. tandIs Q1U! lps maga.slns rapportent. Alors - n'eH-ce pas? _ Il V3U~ mlE'ux affecter le peu de ciment dn n ~ I)n dlapose aux magu. lns plutot qU'aux ,ares. Berlinpr Strasse. \(!S bàtiment.s re levés ont Oté, entre autr~~ . a !ftct. és à la rédact.:on d'un journal. La façad~ CH ornée d'une bande muf:" e ou court une 111script\r!O ~·ad.re5- sant au:.: llC'ns de l'aatre c6té : La. H.o. ou Handelsol't1an!$atlon (Organ i~ ation du Commere"J féte ju._tement son preml .. r annlverEaire et, entretIent déjà un nste reseau cie boutiques à tl'l'lVers tout\! la. République. - Cmuldl!!rez- vota Qu.e le f(1$cbme est ulle jorme de rJanrJ$t ~r /sme brutal et or{/a71Ls~? Crmsid~ re~ - l!OUS, de ,,/u s. a"rds une r écrmt~ expérience, QV.e /'al!t!stmi ttlme e~t IOle fOrme d'tncitatton au meurtre? -- Oui, je .mf.s n.u courant de ces de/IX tai/s. C'rIlL un député quI v06alt la qu~stlon a la Chambre d~s COnlmunes. La personne Interrog(le. et l;ul r~pondlt. n'ctalt autre (jUf' le ministre de l'IntérIeur du iouvernement Attlee. M. Ch"Jter Edf". Céla se p:iS!alt If! 2'\ janvier 1945. ' Mals M. Ede et ses aml~ ont .. depuis. conUnue à s'opposer à t.oule mesure pratlQue contre le!; t&..~lstes. centre la campagne anen raison de se's actlv!t!S prohitJéricnne~. Sur 1 u 1. la poUce trouva, la Ilst.1! des membreS du ( Right Cluh ... Churchill prêtéra ne pas la pu - blier. . Les trava!lllstcs allalent- !]s le faire? Le député Austin, un jour, le demanda. - No. Sir ... r !'pondlt M. Ede (en cor r lui). . Tout cela, c'e5t ia pollt1i:pJe Int{!rieure .• rI faudrait des pa,aes p'lur rappeler tous les cas 00. BevIn a soutenu les !ascl~tes à l'étranger. Il nul. bon. par exemple. de prendre. A l'O.N.U .. la léfende de M ln~ dztnst.y, le card inal honicols organisateur de pogromes. D'accord a,V\!C les dIrigeantS des Etats-Unis. il souti ent. en Allemae-ne ()(';cll'!.ent. a le. les mesures tendant au r e l~ " ement rapide du nUisme. Il contInue. en Grl'!ce, la polltlQue Churchili: ('n Espagne. 11 a dépassé le stad/! de la non-intervention en faveur de Franco, Partout. -- aux Indes. en Au~tnlle, en AtriQue du Sud, en I sraël _ Il prend parti contre les peuple..s.. Grac.e à I"actlon des travaillistes.. Churchill a gagné siéges. C'est VAr une P llltiQue de ce genre qUII Ji';s social -démocrates allemands de drolte_ amis de MM. At·tlee et· BevJn. on t fa vorisé l'ascension de· HIUer au P luvolr. C" Vive l"a :l'Iltlé entre l'Ut1ion SoviétIque et les peuples d·AmérIQue. de France et de Grand'!' - Bretagne~. Ces bandes, drapeaux. bannlére~ ornés de mots d'ordre divers sont trè.\ fréQuPI1ts dll.ns les villt., ; de l"Allcmagne orientale r t Ils ajoutent quelques louches de couleurs, Ull peu de gaHé aux tristes pay~ agcs de r uines. Dam; l'ememb!r. . le secteur est dt' Berlin paraIt _lus morne. mOins animé que le secteur ouest. â. cause justt'ment du manqUe de cps nombreuses et brUil nt.€s boutiques, La elvllisat:on socia liste ne s~ ral t-~lle pa!', une cl - Arrl'ltons-:lOu~ cl e\'an: une de ces bOUtiQ1H's d'Eta! Qui s'ouvrt'nt un P?u partout. Il y en Il trois types: le magasin d'alimel1tatlon, le r e~taunmt et le m ~gasln de nOllve!u~ t~s. Toutes les boutiques sont bien achalandées et on fait, un gr":)~ effort pour 1KIe présent.atlon ag rêa~ bic des marchandises. mats c,omm~ l'affluence est trè.'\ grande. l e.~ !r~ ticles les plu~ demand ~s sont aS3P,Z vite ê)":uisés. Les prix dal"ll; les RO. sont encore élevés parce que la producUon n'a pas altelnt le nIveau d'avantguerre. Mals ees prix ont délà ~ubl pl'JsiIOurs baisses m a ~f,lves AU .:.mlrs de la lOEU1!! an'1ée d·exlst.enc!! de l'OrgarJ.::ation et Ils continueront tIsémite de Mosley, r----------------------------,------------------.,---------------1 ·. M. Phil Plratln. députê du quartier Juif de Lç!ndrt's (Mile Endl. demanda un Jour .. M. Edf'.. t la Chambre ctes Communt's. les rdsnns de sa passIvité de\'Rnt le dr-veloppement dE' ~ campallnes fasc istes. Cinq points el dix commandements ... - Je Il'I'ti pa$ l'intention. fut. - ll répondU. d'int rol'tllil'e !lIIC' l.égislat/r:)/!.. QI/ elle qu 'e!11'! sott. Qui porte aUl'!inte Q, la libertl ([& pa · Tole. ou la gélte. drms t'tuelQul'! pa.rtie du pays Qlte ce soit. ... Le fascisme. M. Ede s'en lave lèS maJn~ (en ~pparenr.e du moins ). Cett .. décla.ra.tlon. taltè un j'lUr Qu'Il étalt en l'elné d~ confldenr.cs. en t.!mtilgne : - Qu.e ses orJ]l/tIlents (du 135- clsmt':) puusent s'exprlmer libre ment. et Que ceux qui les trouvent Jaux 11.'3 l'élu lent 1 ·, Pour ~rnlettre aux arguments far.c16tes de s'exprlmer librement le ,ou\'ernement Attlee :\.5~ure ~ Mosley la pro~ctiol1 de la poI!Cf". Un 11 novembr e. Mosl~y, le Whr er de5 nuis d·outre-Manche. da. Lgna ml!me fa ire l·élo,e. dans un dl~cours p\lblic de la pollcp. de M. Ede et de Sa Maje§tt. On le vit même, peu après, l!ierr~r la main ;'4 un officier de police Qui ava..lt C" protégé ~ J'un de SM m~", tlnjJs, Cec! ~e pas~9.!t à récole de WBmot Str('tt. à Bet hnal Green. Car l e~ école~ 80111, à la dlspos!tion dU f a~clstes. 50US II! r t::l1t des dir!geant-s au Labour. Le 26 ~eptembre 1949, If' Ct;;mlte en faveur de la Grèc4! démocr3.t.lClue tenait un mee'ftng a l'hôtel de vllle de Shoredltch. . BruS !ucmcnt.. Il 1· 1. a que d'uné b~ 1'\de de gangsu rs fuc\$tes. t..e commi.ssarla t de police de Shoredltch r-e trnuVe en tace de l'hOtel de ville. La pollce IÙ:st pM Inter vent!e. · . Don LOH8ECK, u::rtlalre ,entraI dl' Parti National Chr étIen. ROSENBERG au petil pied. ('1 Je le repète, écrit Gerald L.-K. Smith. dans un numero cte ~ The Cross and the Flag . je lB répète, Albert Einstein ne doU pas être seul!!ment mla il- la rallon mals upulse, Il l'est enfui d' Alle.!nagne flOmme réfughi et, depuis qu'II ut ici, il a utilise la sccurité dont Il jouit en Amériqu, Celmmo base d'olléraUon I)Oar la propagande ~ommuniste. Il Il , ;·agit.. en ~omm~, de rflnou· velrr les agl5sements d·Rltler .. Et dans un aut re numéro, on p~ut lire eett~ sroesltre a ttaque: Il Ju~qu'a presenl, psrllonne ne sait rien lIur Einstein , si ce Il'nt que Staline l'a deelgn ~ comme 1' 1.111 de ses six meilleure amie amérlf,lllns: et c'nt (le. rtfutlé juif que nOl-le a\lonl autorise à ",eUre la main sur notre bomb. atomique. 1) LES DIX HAl NES L A haine raciale. t':t la haIne en général e5t le pr incipe essentiel de la poUtll:f.u," du part! national-chrétien comme a! t.out groupement fa.sclst~. Dans sa (SUITE DE LA PREMIERE PAGEl ,. la haine du mal; :2. la haln. cte l'ivreue j J. la haine de la tra- 111&on i 4. la haine d. la conspiration Co:'lntr. la Constitution 'j 5. la haln. de l'athéisme j 8. la h3ine tlu attaques contre la vllrtu dei femmes j 7. la haine dij la dégéncrucence raciale; 8. la haln6 tlu Communisme; 9. la haine des attaquIII oontre la Personne, l, Nom et la DlvinlU de J esusChrist i 10. la 11alne de la violation de la loi de Dieu. CcrU.lns de ces commandf.mp.n t~ peuv(O:nt paraitre, malgré leur forme outranCil!re. inspires p lr de bonnt's IntentionB. Ne VOUII y trompez pas : ce!; hommes Qui ~ hatuent Jo les « att aques contre la \'I!:l'tu des temmeY Jo sont les mtmcs Qui violent eb tuent les fen\mt's noires et les enfants, comnle c'e~t IIJ"rlvé dernièrement t Kosciusko (MississipI). Ces prétendus ennemb de t.oute ~ conspiration •. conspirent il longueur de Journ~e pour rétablissement d'un régime totalement fascl!;te aux U.S.A. DON LOHBECK ET LES MONCOLOIDES P ARALLELEMENT à ces appels aux Imltlncts les plus has, t la haine aveugle et brut.ale, le part.! natlonal-ehrétl\!n se donne les gants -- commt' HItler et Rosenberg - de baser 50n raclsnle sur de préte.ndues th~orl!! s ~ scl!!ntHiQue,; Jo. Le 'jargon r3clste hitlérien e~t à peine renouvelé dan!; les publlcatjons de Gerald t •. -K. Smit h. Tandis Que la broch ure .. The Hidden Empire , parh~ des Il Hé. breuJ' ashkanazim mongoloidu " « The Cross and the Flag " pubite une conference de Don Lo": beck, son rédacteur en chei. pampeusempnt Intitulée : Il L'aspect r~clal de la lutte polillque Il venir •. n résume a insi (en cinq poinÛl) If credo r acilite : II: En prenlier lieu, n01-l1 cl'oYo:'lns tlue, pour toute race, Il est fondamentalement néCflssalra QUO eolt maIntenue , il tout prIx, sa pureté raciale (sic). " Deuxl emament, nous nions to:'lute égalité du raou, et croyons qu'II y a dU ra cas superieures, des races I nf ér!~\l re8 et dl! dlfférBnCel congénitalee entra toutu l~s racel. JI TroIsièmement, no:'lUS crayons quI eaule Ilne race bla'lche ravitaillée et ré:généré. peut empêcher l'humanité d'Ure .ntrainee toul entière danl un. conflagra· tlon racial. qui le terminerait llar la dutructloft de la civilisation . • Quatrièmement, 1I0UI croyortll en IIne ségrègation compl ète , so· ciale et politique, des raoes noire et blanche en Amériqu e, en atten· dant l'établissement d'une patrie nègre. 11 Cinquièmement, noull crl)yons que la race Juive aspIra à la do· mination mondiale et à une des· truction définitive de 13 raot blanclte. » CREER DES GHETTOS ... DON LOHBECK ne s'arrète. pas là. JI lui faut précl~er encore le rôle de la l: race Juive • (jet nous tombons dans le burles'lUf » : u GuIde 8plrltuel, é~a l - major dei forces qui s'acharnent COI'I· tl'e la cÎ\J"iII!1atlon blanche ct la culture blan che, organisateur et agitateur des racecs de couleur du monde enlie r, se dres!e le JuIf . qui s'e fforce de détruire la SI .. pr é mat 1 e de l'ilomme blanc, le remplacer, et doml!ler le mon· de à sa place. Le .luit, cet Aslatl· que. n'a pal be. soin de la clvi !l' sation IJlancl18, 11 ilS l'aime p3S, il lui e~t étran · xer et Il ns la veut pilll ... " Cette pholO • Ilwlratllmel1l dichainll la ootère da Gerald L·K. Smith: .. Au mOlnenl mtme où Je dlcle mon édltorlal, une Iimenlabte photo me lombe enlTt les mains. EUe parll d·eUe-même. Elle symbOlisa le prtlgrllmme da m~tlS5a s. nalllé a Mh'1l'leapolls par ceux ~uj vOl-ldraient l1élru lre toute dfsnlt. rlllcl l\ te, et jeter Blancs lit Nolr! Et dt' prc!:conlseT. d'abord le racisme comme base de 1"t'nse(gnement, Illll~ la crè!a~lon de ghctto~

l( II faut e n ~el· gner la tradition raciale, de fil~J)n il etabUr 1.111 Hen dans l' marlase mIxte et· la n,prOduction n. commun. entre les Ler; hsclilles anglais sont orga.nlsé& en plusieurs cluhs et société'. En autr~s. le ,RIght Club •. que dirige le capitaIne Ramsay. Le ca"ltalne RamSay, Mpute con.\ervateur. tIlt iitl'rMé, en 194.0. Km.a na le ddé nIl am11 ubmr~ér odtjJa' iteh,a i0n eesr al1d6 g1LU.-. rl~;;;;;;;;:;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;:;;;:;;;;;;;;:;;;;;;;;;;;;;:;:;:;;;;;;;l me!' ~ ... que tout bon ehrétlen devrait approuver Il ... P.t q\l~ voici: frèr81 de r a Cl e qui n'ont 113..'1 grand chose d'aulre en commun. Il faut monlrer la per speotive tI'une destin ée raciale,


_.--------

LA SEMAINE PROCHAINE 1 LA GRANDE KERMESSE Pour lutter, il faut des armes Nos armes ce sont notre des brochures, etc ... journal, CELA NECESSITE BEAUCOUP des affiches, D'ARGENT afin que l'individu sacrifie Bon Individualltt- au service de l'avenir. Il taut démasquer l'enneml r3clal, Ilour que t'individu le fuie et se Joigne au penser co:'lllectrf el a l'actiol! collective, au nelm de la sécurité ... JI Le sful moyrn pour prèy(!nlr )a domln at.ion iui ve esl « une eegrd. gallon complele de lous les non. de la Commission 1 nRSEZ VOTRE CONTRIBUTIO' AU r ONDS or LuHE CONTR. LE RACISME ET L·ANTISEM.ITISME eN o~. Charles ~u~.~.m.~ ~ 1.1: ,~ ~n~ ~ ~,~,~ Ill:...r. .'.t. '.d,.'.• •.". ."..'." ~j .'".::.,,• '•. ~.~• ••~. j•: ••:. '.~.:.?j!"• ~• "';.;.~.~"'."lt.·,,.'.~.C.b,,~U.C..'·.;.~.~.~.'.~.~(!.•J.r•G • ••• •; è..".·d~) " 1 U EZ ·N 0 (J S ! blanc! ... Il faut élolgn~r eu élé· ments étrangers de .,a ~ lo nes d·habitation. Il faut un r ~v ei! de la cOllllcienee ra~jale blanclte et UI1 ,elour de nos frères raeiau. a l'accomplissement de leur des· tin t. Ke,'mu!t des 10, Il et 11 mars, organisée par 1:,- Commln,on ct ... · --------------__ -------- ------traie 11'. l'Enfame, au profit da seli Foy el's d e n/ants do fualUea et dllPWlh. Une prer.ision: cette conference de Don Lohbeck n ·èst. pu une m:\nlresLatlùn privée: t'Ile n·a pa~ cté faite devant dlO's ranatlqut's (!!.l Lit semaIne d6rnlère, nous avons dit quo le grand poète Paul Eluard \litndra, le dlmanclle 12 nlar!, entrt Ij et 17 hel/res, dedlcacer lIU oeuvrel au proUt rte n08 entants.

\ujourcl"hul. n"u~ pOU\'OI~g; \'0\1.;

!ndiqu l!~ rl'aut,l"~ aul~ur~ COllnll~ Qui nnt, lll~n vlmlll nr)u~ a ~~u:· .. r de I\!"ur concours. NI)u$ alll'ons le plaisir d'a'/olr parmi Itou!oo MM. Al drt! SUI. Paal THla,·d. ainsi (II) 'Andr~ WlU"l\lscr: p(',. 6:;alp.m~!1~" l"écrlvain grcc Mmp Melpo .'IxiQi i. Vous v p.rrè ~ un boall pr"'g"rllnl!'llL~ ay er. Marle DubM. P!('L't'€ Dac et d'autres cnc01'C QU!. sollicll, ~~. aç· cepteront l:crtail1('Jl\l"Ilt dl )1lf'ttrl" leur talMt au servie!! d 'une ~j noble r.ausc .. DES PRIX EXTRAOAOINAIRf.'l Et. pour Que votre joit e..,it entière - car. t':ommtnt Hr~ jns~ux si l'on ne 'Pflut s'offrlr un objet. QuI phlit - noui VUu., dl50l"lS en toute con:!dence, Qu'à notrt 'kerl1\ esse vous aurez la pos~lbil1té d'acheter . pl')ur vous ~t pour votre tamllle, lOal, r.1': Qu'Il vou~ pla ira, ca:, les prIx ~tabl1s sont vra imer.t t:nraOl dlnajr~:i. Et Q'l~J cha].  :: ~ Tlssu~. art.icles de p ! a~ ' . .';!lC~. chaU.', ;urp'.'i. Imperméabies. manl,faux. "alll~ul's. chem. 1 ~ t 6 d·homm~s. ltngerif': d1": hm· mt' . m'!\lblr~. commcr:t ,, ('j~le~·"r) u~ ! que ,\r V,J1lS r:l.l~e 1.0u l. el' qUf' vous 1 t.roul'r ..... " a 11i1I,re kL~nJ1l::s6e ') l.J n'y a qu'une ~olut1on : c'e~I.· qlJ~ ,k5 vendredi 10 nul'3. à lot ht\lr~", vnus S l:;tz il l"H6.el l\'1n· dt(!H'. M~1.~ oui, aut.remen t, vous m:mquerez 1L",; mr.l11eu:-')s occa· .~io!ls. Donc:. arran;;ez-vnlls. j'lrl'I\!!Z vos diIlPO~iti(JJls il I"a val\cc. ne pré· ":: l'U rlell d autre pour le ven· duodi 10 ms.rs apr~s-mid \. Et. pUlsql'~ notlS somme.t! au dé· but du mals. tout de sultf':. · , ;ans ph1~ a t tendre. mett"z un peu d 3r· a-ent de cote pour fatre \'os acllat.f lA-bas. Et st votre mari \'O:1S dit que vous t!tes deper:slére, rOpOJI' del: -Iul que c·est. au contralr~, ainll que vous fe rel: des cconomies.. Alors. à vendredi 10, L'ONCLE 'l'AM • parti natl0nal-chretlrn_ Non. clic l a etl faite le ~6 al'rll 1949. ~ 1"'demande de::. autor\t~s uni\'cr51- t a!rc~. à la Faculte de Snc]nlngle

 ?t An. l,tomle d~ l'Uni\'er31té Wash-

1 jn ~to n . a :::alnt-Lou ls, M I~50'Jrl. 1 (,4 .mit·rc.l • -- ~,tjo l{GE. (TAM) ._----,---- AOUDEN MEI_IK, Prix Apollll1. iire 1948. ass:sté de Denise Decfl11rd€.' manclH~. . :~gnera son dernier ouvrage. II Madame Lorelei l,. II! ~;jll1cdl 4 mus, il. part.!r de 17 h e lltl.'~. au i Livre ~ur la Butte " . 01. plarc Constantin -P ecq ueur. il Montmart.rt. 'métra L:;.mat·ck). Mua;] LupO\'!ci lira cil1'.~ textes de Jacques Decour ct des pnènles de Rouben M~ lIk. POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Edouard SCHNEEBERG 4l. 'b ~ d. I~ \ ' , .... ' Olte, P ,\ltl S·'· T~L; TRI 88-~. Nuit' TRI &8-01 à baisr,~r au fur et à mesure Que té. L.1 Questi011 est de 5avoll' à Qui l~ proti!.lction augmente. J'Jst ~ - et'H~ llb:!rt~ proflt3. ment tous le~ HO. ont réservl': une A l'est la tU'l.dance est d'aurvitrine ~)::~c.iale au " Preml~l' An- m~nter tou jours le! l':\t.lon~. afin n!versalre ~. D'un coté df la vi- que tout le monde puisse plollter trl'ie. les :\rtlclcs Qu'on pouvait 5{' Équitablement des amt!l!ou.tlons prC'lcll ~ t'r pour 100 marks Il y a un jusqu'au jour ou l'abnndance et le an: un blm pauvre petit tas. De bon marché dp.s ptodult..s renj'autre CÔté. ce quI'! J"(m peut ache- draient tout ra tloMfment. Inutile . lef pou r la mtme somme aujour- La 5u}:lpresslon des cartu, "-ut d'hul: environ cinq Jols plus. Au- pour la viande et les corps gra.&, rles'u$. un", st·:tllstlque oi )"011 volt est env isagée, Que "ertalns objets ont dtjà baissé r--- ------------de: t ~~. O'ailleurs. le prl'mler ob- Jectif dH H.O. qui était de briSH l'échine au marché noir. a été plelnemet'!t atteint.. IA:s g~ns ont t~ndance à. grommeler t'n eonstatalH le prix _ t!ncore élevé - Ôel la vIande rt de la charcuterIe, partlcu1!èrf'ment chère allx Allemands. Ceux - malh@ u ~e ustml.' nt eneOff" trop riU~S _ QuI ont une étlneel[e d'esprit clviQU~ sc consolrnt en pensant que le bénéllce d~ ce~ prix élevé~ ne va, p a~ enrIchir qur.lqur traflQuant en graissé dan5 l'exploitation de la ml.sère publique, mais est e-ntlèrement versé daa18 1"'5 caiss~s de l'Etat pr,ur le plus grand bien de j·économle. Les RD. on/. déjà beaucoup contrib\ lé au relèvement. de l'ancienne ~ tone sovietique ~ et c'e5t en ;:artlt) ' «rAce à eux que les rations vl!nnent d'être augment.ee~ cons!dérabll.' ment - _ pOur la t.rolsiéme toi. , en un an - à J'occasion d~ l'instauration de Ja R~publlQue Democratique. Contrastes dant lel mêthodes Là encore, contrast .. frapp ant dans I!s méthodes: à l'ouest. la tendlnc~ est de réduire te plus pO!i~lble d'artlc[e3 en .. vente lib re ~ afin que le capital I= r ivé puisse prélever sur eux son impôt SOU8 torme de bénêflces. La ( vente libn , !'. ;t aU5s1 une esp~c€' dE'! liber - MOTS CROISÉS PRI'lBlEME N' 1 1{0IUlONT.lLE.MENT 1 \'eh:,' u.~~, P:~p'", - ~ O:~ . ",.nl. N~l1l ~n!r.1 "'H. - 3. w~" • • " m~nd . P'~: I II lrlnc.~\ _ 4, };eh.ne,,, .. d'~n. rn ,o~eh . , _ ~ f'r""~"" Uh.o . u roi C:o~ .. "r.d d~,,~. dj,';"iO~. _ ~. _\rlk: •. h.p. -S l llV·O",.,. 1;",~I1c~~", _ 1. "' ~. ~. !~" t.n Il':\. _ ~ 0 . ;,,10 d'UM motan ~'! O .n\, . -rauh.nl. _ ~, N~\. CO'j,bt, _ 'la, ClI.I, .• d. m."t.!:","", R~ ~ :u VIRT!C_lU,UNT !. lru:t I~ p!" Ch.i~. ri . m""\ ~lnt ' _ 1:, peul .1:0 """no .. ru. .. 1:"I~i,. .. :~, ~Q' )' ... t,,,~ _ III TU,,,. :Rlvlt" d. n."e •. _ IV . G~~nlu ~t po~t ' noN. _ V P."I.~ 'aIre . ~, !e po, .... ".!.". - " ,.: .... p~bhc:,. •. 15O:r:! Q tu ..... _ " illeU~ . _ VHI r lln ",in"". ".rt!e ( ·.Il. eO;'"M. _ IX. ~ .  !!, dM &u., .... .::.011 ta"," :Jnd."'.r.t. _ X eo,,"n'l. Md d .. ", ",.. roou "",a.na;" •. SOLUTION DU PROBLEME N~ .5 HonIIONT.llHIENT .. _ l. - CA"' I\'· O:'·MU). _ 1 . • \R!À~E !lO:. _ J. L::EN. CM." _ ,. CONalDl!:~ _ 5. 11oo?'t. - •. !::v.mR'n _ 1. n . 1':ln!. ~:.. _ 8 RO' )oo'OT"llL:: _ t. I\AT. ::U;IS _ !G. CY.M!E. ,.~"tF. VE ilTICALEMENr. _ l C.\l(.!:i!':P.. _ Il. AR. l O~, T'JaE, _ In, Ml~N!':. AS _ 1\' p,,:-.-e:':~I E:o,"TII, _ \' A:; PRO. - I"t al':, Dl'tOf"!'F. _ r1I, CE. RULE. - \'l![, AAAlt.\T, IIE:--. _ IX. ROU:, f,);. Ll~ _ x, DU:SZ, Lro.E. L .. meilleurs TISSUS T oules Fournitures pour Tailleurs ZAJDEL 89. r. d 'Aboukjr Paris-Z' ~~l-' St- Oe" .•. Rl!aumur . Senller T~l. , GUT 1&-11"1 HEDLER (SLIlte de 1 .. prelllle:re paJe.) tif et j1!ue. Ce p tr(l.lliH. montre .t quel peliln ut Pdrvenu !e dlve~pp/" me nt de I.a. politique r~aeti()ltMire ell A tlemn.gne occid~lItar~, ~ LIl p.,eudo_opposlt!on dil'igle par le Dr Scl1um lch~r se: fait indi_ ané!'! et (l:ccu!a~rl.ce. Elle n'tn li. "lU' le droit. Ce$ musÎwrs ont to!ll'ê la "resto.ura,tieln. de la. bure(tucl'lI.tÏ« judicia,lre l'ëll.ctionnalre de Wetmal". Ils ont accept~ que lu o:!nCÎelu ju.( lts lhUÜ l'estent pl'uQue tous d. leur~ post~s, Ils Ont accepti. pal" l',l;emp!e. Que dans le W1Lrtentberg .~ O '7t, eJl Sato'!ere 68 % et dans !tI.

one britanniqlUi 90 % du juges

t't prelcureun en exercice soiel'tt d'anciens nazis. Et, Ct qui e$t dlCi!! f. ils 0'11, (n conllaiuClllce de CIluse. contribué li fixer d4M lit loi felnda.mentale de Bonn l'irré1..'0C4bi. Ulé du ju~es. et Ir.llrs Jlrivil.!oes. Ces hommes. ..:i indiOllù Itujour. d·hul. ont eux-mimes 80uttl'aît l'ap"pareil judiciaire .t toute influence dt. la représentation populaire. " M. le Dr Sc/!umacher décl4r. que te jugement, du prO :ts Hedler t'st un coup contre t'AUema:gll.e:, Oui, c't'st un coup contre l'AlLemll.· glle, et tr~$ grlWt, mais nou, COnl-!. fltOl!,~ que ce coup n'a été rendt4 pelssibl.e que pal'ce qu·it exisUlit tOi HcrT Doklor Schuma.clur qu,i, par $IL poli!iqu! depuis 1945, li d.étruit la: M!u!e arme el'icttc, contre III remilitari!ation r.t ta l'etlaz;ificl1- fi/Jn de t'A!temagne occid,el1.tfûr.. et, par là même, contre le l) i~it appdTe i ! jlld.icinire : l'lInit politique du: travaillturs, ~eulll ora.nd.e forc. Cltpo. ble d'a,'8urer la. reconstructio:'ln démocratique de toute l'A l1emttgn.e. l) J'ai dit l'W début que le jugim~ nt de Hed l~r n'ut JXt8 l.$o!t!, ~'.d que l'histoire dll ICL jUlllee o,,-tt.. populaire d.e l'Allemagne occidentah!' n'est que l'hbtoir. d'une ch4tn.e sa.'13 Jin d!'! 'Ijo!atlo" ~ du d'oit... Lt1 prét!n..due dimoCrCLtle de BOl'tn fournit le l'ha bel "'xernple d'UM Justice emplollt!e comme c i1ut~ ment de t;engeance potitiqlle , pou,. n-prllndre un ma' de ThorMS Mann 0·11 temps d. la Rt!pubLiqu. de Wei~ mar. • l.a provocatiOI1 M zie de N.u bhnster doa i"-c!ter et incitera !es forc!'!! ddmoertttiqllu et ptltrioti. qul's de l'AUemll.gll, occident4l.e do s'unir de pllu pn plus solidement Velur mieux combttttre le cour' dl1n.q~ rtu ... r; d'unI'! politique ('tut 11 '11 source d(l.ns la. loum.iuion de cette TPgiol~ de notre patr!1'! d'. t'impériaUsme Qmlricabt. » l,a, !p.çon qui doit st dégager pour le peuple n.l!eTlUlnd de Cil ju" emeTlt hOllt, ~U.r, c'est qUIl ch4qUf!' démocrate. cllCtQ:ue plltriote a,!!e' mand combatlll , Gvec plus de. 'Isolation t!t de combllttil)ité que ;1.1- mo.i3 , pelur ln réoeli,a:tiol\. der mot, d'odr~ du Fran, No.!l()l'\.(I.l dt l'Allc- 1lll'lgTle dlmocrntiQ\l.e •. TOUS COLORIS GRAND CHOIX DE GABARDINES TIUI.II de meUltllr, (luaJ116 ~I l'I~. fn"'~'I'U~' "..". T~"', ... , !Chez: SIMON 1 10 , rue Lion - MON. 81-41 ll~lrc 1 Ch'I~ILI-Rcua:' ~······FABRïôü.E·~·Ê5Rï(üÏs·'···1 1 EtS G AN A i ~ ,/ i , SOC:l~l" ,- ruponsabUlI. Umlth • OIU capItal (f" &00.000 tune. :- _: 64. rue do Turbigo, 64 ii PARIS 1111') ~ 1

TEL. 1 AItCblv.. Sl..... 1

~,."."."."'"."." ." •. ,.".,,.,.,' .'.,,,,",,,,,,,,,,,,,,,,,'1:, Association dei Marehands For:illns et pellts commerQants Jul18 15. rue p'éun~er _ P,.\nJS DIMANCHE 5 MARS 1950 GRAND BAL de .15 heures oS m inuit dans les !a!on~ de l'HOTEL MODERNE (Pl. de la Repuhlll'jue) GR,A,ND ORCHESTRE sons la directIon de A. SCHMILOVITZ 'l'OMflOLA n li .. ., V. T LES JUIFS POLONAIS -VARSOVIE OCHOTÂ '-ous invitent il l~ur GRAND BAl. TRADITII1NNEL ' • . • . • ••• . , . .. . .. . .. . .. . . . .. , , , ., ... ". , , ·. '_ . .. . .. . .. 1.' . · .• .• . •. 1 ..• · ' .. .. . . " . ... ·tI ·· . '· I .·I .. . .. ' qui .. ura li~'l le. SAMEDI 4 RiARS 1950, de 21 heures à l'aube dans ln salons de l'HDTEL MODERNE (PI. de \9. Republique) TOMBOLA "-TTRACTlO1'5 1 DROIT ET LIBERTe ------------~------ VOUS TR·OUVEREZ appartement (L,e Corbusier) 2.000 En avant pour les un Novvmx AUX ARTS MENAGERS, ABONNES UNE DISPUTE FAMILIALE ET UN COUP DE FEU ont fait découvrir une immense toile d'araignée (nazie) tendue à travers l'Autriche CEUX, et. il y en li. enl:O r e, qu i n'oni jamais entendu pa.rlcr dl! L ~ Corbusier , apprendront il le OOllnaÎtre (un peu ) en visitant. ('M Jours·ci, la ... eellcm de l'llabîtatlon AU Salon de! Art~ Ménagers. C~.l b'ommt, l'un du plus gn .uds ar('hl tee1es de notre temps, qni eonnut et qui Mnna it Meore tanl de d r Ù' lI.ct.eur~ , :1. e nUn pu Tl!a lis '.r, à Mars~iII ~, U11 dll ses Il blocs d·hab l· ta llun ». ("e~I -:l-dITe un immelf'lile pouvant tuger .1011 fa milles dan:o. I ~s m (' îlleuTe~ cond llion:o. d'air, de lumière et de :o.nleH, dan$ les meillt u_ r es condHious aus si de vie pratiqur.. Une m.lison ~ Non un .lppa rtem ent L'un de ce! Appartement,; ("ue "'rill! d 'habitation) e x if;t lnt aducllcm!' n t dan ~ la Cité Phoe!len llll a LIVRES · Avec li LES HÉROS DÉSESPÉRÉS" Howar~ Fast évoque la naissance ~es U. S. A. contt'mPOralns ~ t. maIgri! li li t re du livr e. c'el\t une leçon de cour ll· ge. une leçon d 'e n ergle et. un grand souffle d'op tlmlsme q u i se deg!).!;€, d~ ces pa g!'5 ou tant de souff rances ~on t ~X1 u rtal\t évoquées. o':Innc ('II- \ ,)mme )e vous le dn'\I.!~ a rllllllc\ll Jo; ~cm/l)Oe dClnlCl r l'nti e r n n cnt r eC(l n.«tl' lIit il P«Ti~ . d ans o • L. U t n jou r . d:ll\ ~ Imt vil le de 1 1 Haul e -.\ul r khe (~. c)1l e :lm è.r it~:l i ll e

l"orc l1 ]1;lIi o n ) dC$ .'lC1U l'nlC'ndi r cn l d('; ; coups ,le (('u . Ih f Oll l"

lIrcnl \" C1 l'S r r ndrui t (l' ni! le b l'l1il rIait pill'li. et appJ' i r ~nt. q u 'un jel1 1le hOlll1n(' t'I ll 1l01n dc Rudolf Kren. il. la suite: o 'une yiol e n k . O i S("\ l ~si() n :1\'('1' ~c s p a l'c n L ~. a " :! )l fn i! U S~j gc Ifun t mil l'a illel Le. I. ·;tfrair~ sCl n!)!:)il dc,'oi l' se l (,l'mjn ~ r là. El le nc f .:lL~;lil que corn - 111 (' 11('1" 1'. l,,~ j l" dil1 ~ nu ri l'Qnd P,dais. Il e~ t. pO\ir ' ·jn .q ~ nt. l'lm o c~ clou,' (\\1 S.'I_ Ion des !hl" Mi-nil:;,:r",. Ce 'lui é tvrml": tout d '"b,wrl l~ vi~ iku~ non Il'lli~. C'C'l'1 de S lvoi r qu'JI est dan", _ un ap par\cmpnt ~ et rie cOIl.slnt(~I· bien l,"t QU'Il ~e trou ve ('n pn::!lCllce d'Iln r ez-derll[" i~"Fr et {fUll flrr mi ~ r Ftnge. Il ,l(' re a!ise P(\~ tl'ô.!' bien que cet f!V lJr! rtemc'lt J)(:ut u ll ~$i bien ~ trc ~lluê !lU troisit'nle qu'au si xième étase

fun immctibie. .

Ce l',ystème de lA doubit-Itn utellf' S"U.if plofulld, chhe .ft Le Co,"bu,,;if'l" e l qui isole Je~ chambres d es piêcc$ O!I l'on v ;t d Ol U.' 1 1 jour néc., penllCt a la lumièrc (rentrer par une pa r,) Î de ver re s'e t ~n dant Sl!l' toute la la rgeu r rlC3 pi(:tcs, cl m r une hauteur de plus de " m. 50 ! La femme est là, .. L ·E!\""TR F. F. donne sur la "li lie La semaine cCOul ée nou~ a ame, ne un nou veau contingent de 47 abonlres. Ceci grâce a ux effort. des Co· mités IOtalll du M,R.A,P, de LyolI, Montreuil et des 9', 10', lf', 18', 19' (Place des FetU). GTàte. auni, a u)" Cadets, il. l'U.J ,R.E., au x An ~ eit ns Combatta nts JuUs et il no. amis des SOCiété, Kielce, Amis d. Paris, l!raélltl8 de Paris. 47, c'est un b eau chiffre, male qui est lo in cie corr t spondre aux pOSSibilités qui s'offrent il nOI amis. De partout, n ous apprenon. que toutes les manifesta tions organisées contre ta li bér a tlorl de Xavie r Vatlat groupBnt des auditoires: BI1' core jamais a tt ei nts. Partout, la combativite nt magnifique, Cu larges COUCI1 B. de la popu· lation Qui approu vent chal eureu· sement le comba t cont re l' IIllu s· tice et pour la Paix QU I nou s me. nons au sein du M,R,A,P , ont be- 90il1 d'un g rand orBane d 'i nfor. mation st de liaiso n . Cet organe est (( DROIT ET LIBERTE J . EN AVANT POUR LES 2.DDD NOUVEAUX ABONNES A \1 D,L. J ! Uun ~ n;, llIal g r~, les aul o ritês polir icres, Cll effe!' Ilu r (' l1l r r p'lll ' l'Ire à n'Il e qucst io!1 où lIudol f Krcn an~i l -i l 1)\1 sc pl'lwnr er une miLra ille lle ? Ell :\ l1 lrk h e , Ir: porl el lc de pôl (ra nnes esl in terù it p a r les . lul o r ilcs 0 t cu(woLc ... Une cnquête fut ou verle. E lle IIboutit a dp. ~ r ésu ltats sensationn t.ls. R\ldolf Kren lI voua qu'il ap.parten a it ft une organ isa tion cla n· d e~t i n e, d ite Co,.,~ Rép ublîctlin d'A utrid.e et cromposêt', pour la maje ure p ll"tie, de jeunes r:en~. Qui s tockaient des e"~ p lo.s i b, des armcs et des m uniti on ~. Cr.s jeunes ~e ltvrai pnt, illégalpmC'n t, il; Ull entr a înement mi litaire s y.~oemati que. Un des fils de l'Aroignée illlEUX : On trouva chcz Rudol! Kren d r.5 listes d'homme!' " abattre. De fil en aiguille, les liaisnns de son oq:an isa t lon avec l'AllemARne octiden t ale ! ur( l11. ét a bl ie~ . Ce~ lillles noires pOl'taien t des noms de militants progre nl ste~ autr ichir.n s: ell ':s dcvaient êtrc envoyees ft A!/g~bourg, en B.avière (zone amcrica ine d'occupation) où le f'ührer d tl mouvemen l. l'ancien Ob~rMltrmfuehrer SS WaiteT Hirk, dè.va it d' a illeU\'~ venir : e rêfu;ier, quand le pot aux rosrs tut rlêcouverl. CeUe affaire deva it r etenir r~ttenlion de l'opinion ;:\utT i chienll~ , Sa gravité ne ti~ plu~ de d outp. lorsqu ' il fut demon tré Que la b onde Krrn-Hil'k ne con stituait qu'un n~$ eau d' une v a~ t p nr~a ll Ùl at i on rayonnant i l'in teri(:ur el à l'e x téri ~ur d u pays_ On se souvient que des nazis intet'vi nrcnt d ir ectement et ouve:'temcn t. sou.~ ré t i qu~ Ue d t 1'1lnioTi d ? ~ Indép~ l'ld~l1 t !. d a n~ ll! ~ d ernie!' es élection ~ autrichiennes. di HI)s llnt p artout une abondante Hltécommune Qui CClmpreJlO III s81. le il ma nger el le ~aloll d an$ le p ro· longement desquels ~e l rouve un l:\rge b~dcon. Grâce au brise-soleil. I ~s rayons sol .lires pénétrant da ns les pièces sont IH ,~lt llé~ nt été ~!.l au con tr;lIre, pour a llUI d lrl:~ (,ilptF.I el! /m :er. La cui!;ine, petite 1I13Ü _______________________________________________________________________________________________________________ • (,'Ol\rortahle-, est CAchN:, d ans la l'aile commu ne, 14tns c1oi"on cepenclant. C'est 1;' une lIutre des id&~s rlc Le CorbU:!' ter rê ha bili ter ln femme d.lOS sa cuisine. en nr. III r~l r gll ant p .. ~ dll ns le fond de l'apparlement. , LE THEATRE GAI Charlesf~::rl~:~~,;fJf.?;~:~~:::~!;i lance une offensive et marque des points! ON obserye sur la scè ne. depulj; Qu e. Elle ent ra,lne habit u ellement l'une et l'autre d 'une irrésistible Quelq ues mo !s. une offensive une cascade de rires. force comique, de lh ~âtl'e gal. Heureuse o ! ~ ,'. J 'a l garde pour la bonne bouche t t nslve ! Au l'm d en)aln de. 13.: Lib!' - On rit a u.o;s\. Il faut croIre, au la comédie d ' A ndr~ Haguet Mon ratJon , on a vu sc tn Ul tl ~l !er les !,h éa.tre Daunou, où l .a Galette de.t ami le cambrioleur. que vie n t de plèce.1i ( pro fondes~. Les gmll e ;n et~ Roi.s, ' de M. Roger F erdinand. pour- mont.er le ti)éltre Gramon t. C'est Que Je prcn?s la ptcca utlon d em- ~ult une c a r r iè re qu i s 'annonce une pièce sen tJme ntalo- pollclere p ~oye~ ici d lsem a ssez m,,: pensée, auul heureuse Que celles des pré~ Qui dèt ie l'an alyse. Plcce li a n s C éta let,Jt des p iCces ter ri blemen t eédentes p tèces du même au teu r . a u t re pretentio n . d ' a illeurs, Q U~ p rétentwusf' s . ,mor tellement en - Tous les goûts son t dans la nat u r e. d 'amuser, mais tou t h é r issée de nu yeuscs. Je n cn citera I. aucune, y compr is le!; mauvais . J e trou ve pointes qlll, sanf; en avoir l'a ir . pipar ch ari t.A. Du l'es te 10ubll où que M. Ferdinand a t a it preuvl'! du qUent au vit les moeur~ en Ilsage elles son t tombées venge anc7. p ire en écrIvant La Galette des dans une certain e socié t é, dite la Ic-:-urs vlctlml! s, 1to~~. « haut.e soclé\.ê ~. M. Haguet a le. En revanche . les spO!ct.a t.eurs de Personna ges conven tionnels. plal ~ !Iocn s du t h éatre: sa pièce II. du l.a Q1Iadr ature Il!t Cer cle n'o ubll e - santerlcs eculées. clen n 'y manqu e, mou vement, les situations y so n ~ ront pas de .slwt la pièce d l' Ka- h èl a.~. pas m ~111e la vu lgarité. Lt$ constammen t Imprévu es e t C~· lalev et gard eron t une r econna ls- a cteurs ron t conscIe n c ieusement, ses. le dialogue a de l'espri t.. EnfI n , sance du rable a Georges Vil.a ly et l~ u r métier : Ca ther ine Fo n teney, Mon ami le cambr ioleur la it con Jl. ~ a troul*. J 'al pla isir à soulign"r Margu er ite P Ierry. Geora-c:o. Rollm , naltre un jeun e comedien. André le :succès prolnngt\ de La Quadra - e ntre aut. r es. Mals faut - il Que 1,., Versln!. don t ra l~a nc e . la déslnvol/' llre Ilu Cerçle , au thèatre de la c rise du théil. t re soit s(': r leust" pour tur c. la" mimique permettent d 'au ~ Hucllette. pt J'engage t.ous ceux ;IL QU!' If; dernier nomtnt accepte un l'urer un bel a venir. quI je veux du bil'n à courir la rOle a u! .';l stupide que celui qu'U voir. s 'ils ne l'ont d!'!) à [ait. Joue leI. Roger PAYET-BURIN. r"lure. d r J; brochures, ries lract3 (,Jun;le F ran\) . dts IivrH (La Gr.mde l \'rrSH' d" Erir-h Kr:r n l , e\c., Qu i glo r if: lienl 11' fa!eisme ('l la !Ouel'!. CcU!' a;;;ih( rO:1 put ~e d f: \' e1:Jpp( .r rI 'autant p ;u~ aisénU'lll quc r Eti.t ~utrichJclI pullule dl". n ll l':i~ (dans \a JUI'Uce. dans la Po!ice, 1IU P ar!emrnl méme, ee~ élémenls contrôlen l des po~i\ions prêpol)Oer anle5. Ell p. rccouvrait. en (a it. l'activ itê ~Olll('}"r;j mc rrune organisation au nom ~ xpl'ess ir , « r;A1'3ignée » (di-: S p;nnc) , b .. ~e de l'Unio7L dc ~ IlIdé· pell-dfll1 t~. Cette Arai,née est li~ RU:  :: n~;d a hava rois du ~enél'a l SS Ha lluT. Elle ('st en contact a\'e\' Franco. gl"âce a un l'elais lituc il Milan. A Ma.d rid . cLle di:o.pose d 'un Comite dt! Seeoun q ui aide I{'s nazis démuqués il fuir en AIll ~ tique du sud , e t qu i r.st (!iri ~é p ar une dame S f rm~ Jer. ancien ne employée de l'Amoassade d 'Allemagne en Esp a; lIe. En mf-me lempi!', rAra iJ;:"nee 1r a_ " aille e-Jl colla bor ation avec le par ti ultra·na1ionali:o.t!' d'Allcmagne occi· den la lr. D~1I1.3Çh p. Un ion. T oute cr.ttc activ ité r ou l(':,ait su r \:n fonds de pres de 10 millions de dollars. Le coup d. « compl! t d'ope rette lt il U fur et il mesure que la lumière ~e fA isait. la press ( dei zones oceident al('~ , contrôlée par les a ut(J rités a n;;\o-amol' icainç,s, s'employait à mini miser ct à ridiculiser le complot. Ll'!s membrcs du Carpi Repub(icain étaient pl'6~er. tés comme des cowmir'atc:Jrs d 'operette, leur activite comme \In jcu d 'ade-lescenls cn mal de rnystê re, etc ... Ainsi fit-on en F rance. pour la Ca., oule et le Plan BI~u .. nécemmen t, le journa l au trich ien Oe3tc n-eiche Vo!ksti7llrrlc révél lit les véritables r'ai so!'ls dc c :ttc ten_ ta t ivr d·étouffement. 11 apparaît que leg di l'i l!ea n t ~ du Co rp, Répv hLicai ll d'Alltricll€, le 55 Hi rk e t son arijoint Grulmayer ne sont pas Înconnus des services soecr~ts IInléricains. M l inte~ foi;:. la queslion des mentoes neO-nar.leS cn Autriche a Hé soulevée au Couseil de Contr ole a llk. M ai~ Ics r epl'é~entants de. Eta ts-Un i~ ct de la Gl'all dr. -Bretagne ont re(ullé' rie prendre la lnoin~ dre mesu re efficace. 1'ypiQue. à cet é, ant c"t Irur II ttiludc d eva. nt la littcr'atare na.zie et le problème de lA dénazifical1Q'\ dc~ bibliot heQUr.s. Trh bava rd$ lo r'$qu'j] s'a,it de dénoncer la m a lIai~ance d'un ouvra:e comme celui de K~ 1"ll . ils sï ng~. nient il noyer le p O ! b~on dès que la que~tion ;:e p o~c d' :;',;:ir pratiquf!w ment. " Les. HérO$ dêses p é r~s J, le Uvee du grand romancier amèr icaln Howard Fast. Que Rena ud de Jou· v enel vient de traduire pou r les Ed it e urs RéunIs, retrace l'epopéll da.nteso.ue de r.ette mIsér a b le a rmee de Ooorge Washi ngton durant t'b.lvC't at.roce Q,tl 'clle p llSsa près de PhUa.delpble, t Valley Forge ~ d 'ou t. ,.Je de l'Amérique sor tit IIb!1l et Ecrit da ns un style volon t.aiJ·p'n\ e n ~ dépoutllé. co upé de brers d ia logues dont Renaud dp, J o u vem·1 a $U admirablement tra d u lrt' toute la saV('\lr en françAIs. le récit v ou.~ empoigne dcs I t~ ptemjt~ re s U@.nes. On a l ' Impr !;:s~J o n de vivre avec ces h~ros dése spé r é ~ , tr~r e ~ des p oilus Que Barbus$e n ou s montra , pataug eant dans la boue d e ~ t r anl'l\eell. de partagt'r leurs cmotlo n s , d 'entendre leurs s a rcasmes ('t leurs p la lntt"s. Duns r e ntrée, la Sil lit- de d"uch\~~ tl'.inm l ul'e lXIIlI' 1(' ~ e n [a n t~ . La cham bre d('.~ pol.relll$ ~ urp\ o m\)e la SR lle Cumll1llne. F: :II) ra it. llll peu , ref let n 'et!'/' p l~~e su r un p.:mt dE.' t rall~at: an l ique » t~fl(1i~ Que ln ~al\e de \)lI.in~ ql;i ( ~t toute proçh~'. n;dre derricl'e 1 1 glace. fix;:e aud l'&~lI$ du la\'lll Q,. de;: l, l: :t'r-;: Cl"toS pr lfonds pour r .. nger t,-,u;: ]( s "h .. jet~ de 1011rlle. \.. '11 de:ux çh il mb,.c~ jum!'ll l's des c J'(lInl~ (a ~s( z t' lmi_ t e ~ ) ~ ' lIIt . êp a!'r('~ IJl-lr unc large pl)rt ( .. i(lis~i ére (" j \t'n ci cu ~e). Créce d es la tin de;: vaea ncf's. Il Les s pect a teurs de lA Galelt~ j ______________________________________________________________ _ y a en vir on -l'ix mols. c·es:. ccu.e rte.~ Rov. son t des Icn~ q u i. de reltnérée " n , restll neuf ~ o ldats du ré2'imenl de Pennsylvanie Qu i compta t r ois mllle hommes, Ils sont en haillons. erèvent de f aIm e t de froid . Entre e ux. les r ~:llm enU se détestent . Les h ommes se volen t J'alcool et 14!s remmes. Car Il '1 a des lemmes a vec eux, m isérables créatu r rs Qui au lven t les troupes en carnllagne. TroIs h ommes de Penn:;y lvanie d él er t ent a vec une de ces femmes. La femme est tuée d an~ une escarmouche. Les h ommt's sont. repris et l'un d'eux sera pendu p a rce que la jUlltlee et l il d lsclpline. sans l e~ Qu elles Il n' cst pa." de RévolutlQn l'e:rlgent. D'au tr es mourron t, ma!!; cr:ùx Qu i resten t s€'n t e n t r emontl\( en eu x. a vec III printemps , la "ran~ pll'ce, P 'llt-ê~r ~. qui a provOQu ,,: Inu te évidence, vten n f'n t a u IhêAl'offl' Ilsiv(' dont je parla is. Jc pensr. tre pour d lger e r l'!t non pour pe l'l ~ Qu'elle rl's t !' el1core la p ]u~ dr6Jf' 5er. C'est à eux Que s' adre s ~p, de !out, r s Cc!I ~5 'lu! y ont part lcl pf' aussI. à la Comédie-Wagram. Le Ue n .. fais pas en trer en li gn e de DOn d'Adèle. de M. Pierre Barillet. compt.e l cs repr! ~es, d ' a illeurs t. rps Mals ce d ernl(':r flatte moins son r l' ussie~, du RO$slt OU du Pd it p u blic Qu'il n e II! raille. Sous Ir. CaféJ. couvert d 'un com ique bon enfant ÉCHECS Howard F a st. d o n t les Ed îtE'lI rs R~unl s ont d~jà pub lié ~ l.a p a~sion de P eter AIt.geld ,. t' t u n(! biograph ie de ( Tom Paine ' . citoyen nmcr lcain. Qui fut nwmhre d f! la Co n vrnt ion franç alsC1 . nou.;; a 110n · n é a v",c (:c roma ll. un beau llvrl! d·Hlstoir e . ['his toire m ~mr. de la na[.ssance d t-s Et a ts-Unis . PÎerre BARLATI ER. Le ménage simplifié P ..... RTOUT, d-'lns (:ha Que pii! :é, chaque cntr~, d,,"s 1" ecisÎ'ne. de nombreux piaca rd:o. (p l'is t!an.~ les mur:o.). d illnombra bles ca .. sit'I'S. L,'~ l"c"t ll i rf'~ d 'un 1 '1 app .. rt ement pntJl' r ai ~ !l t en ou tre vivre ~A !l~ :; "- m ai~ (' I; v rir \c\l"~ f en ê t rc~ . enr ], inun t' u o \~ ' e~ t cnn~tam mcnt l'('nti!p m 6 eaniQI;~me(\L !l e~ t ô1 l11;~1 dimali:o.e ct ch!)u((!\ r,lèctl'lqucm('nt. Jacqueline WEIL LI succe~ de l.a Qundr ature du eL sou ven t un p eu gros, Le Don Cercle est d 'alll('u rs in sl-ructlt, d'Adéle p résen le une sa ti re a d roite Vous conna issez sans dou te le s u - des moeurs bourgeoises. La p ièce. Jet. pou r en al' olr lu une al1alyse Il fa\l t l'avnuer . tut u n e s urprl ~e Ici et là. C·f .. ~t . en gros. la crise d u pour tout le mo nde et de Iii. vient lOf(c nw nt. en U.n.S.S. da n~ les pr~ - p eut-Hre Qu 'on en a. par endrolts. n'll~l' es ann ees Qui ont ! ulvi la Ri' - ()(ag~ ré Je!; m érites. Aa demcuvo lut.\un d·Ocl,obrr.. et le~ compllw r ant,. JI' peux vous assurer Qu 'elle cations .se n tlm en t ale .~ Qu'elil'; ap- vous fc r(L passp;r une soirée t.rès porte il cl e U le j~u nes mé nages agr el\ble. Il est JU$te d 'l\ jou ter Que o bliges de vivre d ans la mé mfl sail s ucees re pos~ en bon ne partie p ièce. Il y a 1:\ une source de 1':0- sur I1nterprt tatlon de Suzanne mlQue Iralch ~, MyourCUse, lo nl ~ Dan t es et de Gaby Sylvia , douéts par le Maître No 16 - ETUDE H. COI-tN (l921) • • , • -, 1 " • d t poussée d · h ~ roïsmp. Qui !('ra i----------------------------------------------------------------------------------------------------_______________________________ _ d'ellx - '-- et mC!me de ceux 'lu! ... tlent voulu s' en fuir ~ des vain q ueurs, les fondat eurs de la ltberté , , amèrlc aln~ . T els Qu 'Ils se prése n ten t ;\ nou~. a vec leurs t a r"$, I~urs momen ts de dtsespolr et de révolte, leur man-, QUe de fol danf; la e a use pour l a-l Qudle Ils combatten t. ces humb lc~, lioldats pleins de la n ostal gIe d ll ' lt'u r village natal, nous ~(· m bl~nt autrement plus pro.r,.hcs, autrement plu! fraternelll QU (': les trlst.es p er sonnages Que n ous proposent d 'ord inaire lei rom a ncl{' r ll améric a ins LE SERVICE '~LiBRAIRiE " de ORO Il ET li BERTÉ Titfes dis ponibles : Répondant a la dcmar.de dr. tJ:ofl nombre de ~ " ~ a n1 \.s D,L, \'ten' d~ cr,Cf un serv :c,~ L10ri\h'le (J L.I' Il mct à \~ d1 5' pos:tion de ~e5 I ~c :rur ~. , . ~ ~ n'ln ~ $t en IllC ~\l l'e d' r x pedl ~l un ctrUill Ilolllbre dr titres d. d'~ll procurer (\ 'a a:rcs ~uL' 11~ !l1~ n de. PI,-rr~ BARI ... \ TIER : I.·a\'cnlnre 'f.~I_c om;"It" chI Ir. anlt (rn,;,.,. l Roul . n,er .. "". ! -U lJomill lqul: ll f:lSA " 7 1 .. \ e h, H.\ · B.OCHt: : U",mbr. ClU Ir"lx ~\ .... ml quf' ~ . . ....... . l v". l' ARGE : 1.:\ It" en'r !l'Hitlrr ("ontl",,~ Plf; rrp. Gf.ORGt: Ghlrra[lhl t e ~ .. - n.ml'lu~ ~t ~o~ t,a!~ . ~I t la ~r ~ n~t R..-n :l.ud d t .101 ' 1. ;\: 1-.1 . : L 11I1r" nat ionale d ~. tr:li l rc~ .. Vin, ! ","',é '. d't" Tcun po!1 Uq u e ~ ..... , . " ............ . J' anlll"a n.a (lu m"n .... . . Ch ud ~ "' O R G .\ ~ : I,e 1l d ~ 01" mondt ~1a~wJ\i~ , H .• iut Ralph r.-\ RIif:,R. conlrf la pah .. Vladimir P07,NtR : P:l.Y~ . ...... ......... . Lt~ Uat._ t)(-~ull i . .. ~ 2 ()

!~\

'!~I I ~II 2!HI IStl G~re~ SORI,\ : ("on .. " c .. 1 ,'1· ~'- n l 1"5 R.u)J e~ ~ .. . '......... tSO 1: ;\lIemal'lIt Il-I,tllr pf'n lu 1 .. l'uen .. ': ........ ,. ........ 8'1 André WUR.\t15f.R : R~ p"IISt ~ Jun C .. ~sou ...... . L·"dnle ~ ':r.l r. ~~ I le Illu ,r ... ad d ~s n\.\u .~ ~otre ,i' unr ~~e IlIlndi, tlnn d ~ $r-juur " nrtrre \' I O L LI ~ Indochjll ' ,.

ç, O. S. ...... ...... . . . .. ~ ! I/

V S almm :tl\d~1; «m: .. al:!rrs CI" a l'ad:mni..;lrallon dt , D.L .• , m;n· gn ... ,! du mon. ant d11 livre ~ , Tlajo:r-·} df 1" ~omm .· d- M Ir~nc~, pour \~, tra!.s d r xp;;daio1'l. Celle·ct ~f" fr ra p l1 4 l'f:Q(I:nm. ndé J. RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS t i_ • • , • , , • H (T rad uit de l' amé ri cain par Yvonne Dosvignes) Peu d " ";11. ""- deu/ne la clI. r iell,~e 11ersonnaliU de /If . NellL/lJutlt, elLel du J u,onlleI da1f.~ lm.e grallde en!re- 1)r1se de New~Yorlt.. 11 at obsrtlt /XIr l' idee qu'on le Wen.d pOlir un Jlu l et fini t par quitter ,on emploi. l. ·arrlvée dmu .~a ln.a i~o71 It'lm rtOlwet'lu locataire. M . Finkcl~ tôn , mal vu dt Je! l!oisins, provoque dt nOUVeall.l InClden/s. l M bllnCl jou.nl el lonl nulti Impossrblf' d ln~.:·vou:'!. Les blancs peuvent bl!'n cllfltu~/ r la dame a d· verse, mail Il:'! n ~ pourra ient i Uere évit~r dt ~uccom bcr a la nouvelle dam~ que les noln ne ln"n Qucrai!!llt point de faire. Qu~ fa ire alors. Aban- COPI'rt ~ht br Oroil U 1. lb ~rl t ~I F. d itl,,,,. ,110 ,VI" "II, 'j'", .. droHI ré . c t· ,,~~. r o cu s M. N ~" lJIan /lrfecl\! d· r.n r·rrr., m ~L. 1111 .~an ~~ol de r:lite I~ nO\.ml~ dal1 ~ n iOT ~ ~ . L 'h nm n,~ ~ ~lojll"n~;! .. ,·mpr,r lli plil r t.· Ir~ : n CP ~ O ', I' · \:t aJ1!'ès ~i ne r. il r~ ~sC i\\l t il n ouw :w ln b ~~o\ n Imperieux ri~ ~~, trouver auprh d ~ Fr"cl. L ~ h,.,\e qai ~ e \J"ra, t Iru r.; [:uUI"'ll('~ n ~va lt flOl(, rleu~ pled,~ d ,~ hal:·., il l'en· 1~ tl.l ba . de~endlt :e~ m:u,'h ,'s d·· e,'nent eL pI'n'~~I" l \her. lr~,! d:ln.~ Iii C''f'. Frpd elalt il ~Oll ét hli ct Car',o;oll I e le llalt dpoout aUlll1'! d·· lm. MN"" mail ,,'approcha d'rllx C:. c",nemp'a 1'$ mams d,· Prrrl qll1 f ,~,u('nt le pe~1t mOl rUT

lU fond 1111 blll!'au Le.~ deu;; h(lmme~ ne pa run·n'. ))"" ".mUllu"

f ~a p:·t.8r.nCe. « Te!lrment 11.5 el a ic ll ~ a bso-,,·I)t$ p ~l" k iJ ;\', " ~lI l , _e til t ·!:. Uill IOI ~ ',,' m"tc nl' lIli.~ ('n p \ ar ~. !,,:'Nl P:'J I un~ r.haiM ('t. . · a "~ ,I, ~I U"'- l'll\.Il ll ~ ·Clllp.ar"- cu t" Jcklllg ~ ha il' c' iI ~ , ~ mtl .. n t ~ Il,nler du 111'-'",\\1' : Pro'd ClCptlq\l~ q\leilc Quant,té d'f'~' ~eace l'lait ,,~'·c..' .1ialr,· pOW lUi l :t u'" fllro' cmqll lll,j' melre~ ~lIr j'eau 1\'e\\ man ~ !rna rt aupres de :'c:.atll, n~ Ile tUI a"a" nI. nlfm,· 1)-1' dIt oonj"ur DI" lllmrlle_~ ,,'e,-ou'crcnr Il sr ... ,.n~:t rO'l~ r "1 l'IMlUR uno; rem"rqur Fn'd le\':l 'e~ .\'e,~x l't'IIi lit Il'1 M)tne, P\ll5 .1 rcpnt aa conv('f.""\;,,n ~n:'e ClI:·\- 50n qu , l'Il~:1 !,~ YCI.lX ob,' ti lll!mcUt [Ix r.~ SHI' F re:I ,\ 11 ,)nu\ dl'. Q,\~:qllh IllIl1U (':':!'. N" \\ m,l ll ctl' ' .'\. ~ 'oul, :i. (:ü\IP la :êrr. - E \-ç(' (1' 1~ ('(' ll'e.' 1 PliS mon rd h )h" Il ('? dl t· '1 TI) II ~ (rO, ~ !l i' et(';rtll~ ]1'1';\" d il fl\llILa I1I'ec,pl"'mm'·Il;. \a OJl·". D ' la frne .r~ (11' n ehambr'1. 1'0:1 re ;::~ rd Il ! )Ill1:e,, d,lI\~ l'oilM:un!é QI:I ,· .. ·"u\'r,ut 13 C()UI·eIL'. Il al'a,t 1,1' ""1::" "IrUlIIT._ JUift'! fi .~~ p·.Iomdl"t". Ir J;',ur~lr l"Cur'. PUi~ Il 1 1111 ~!' CO':; l'h\'T. mue: 1;'1. (Comme a.MI,)III11re E~ e:l Il:} d,· cOll1l) le. ,; .' ,·Ilflormit. El lIl 'l. in l' n~ l\t. litl !ail~ rlr ~('n rr. lwl'r . il l'~ ,, ;;~ :o qU' oI ~ \'.\ 1l :lCiI(',·' ri·· Il' Indre ~" ~ p pr.~,~ l}ll ~S. E ~ l"l'cd ,'t Ç~ I' 8 m n'et J irnt j"\I JO\II'S p:1. 1 lltl· C.~ de. J~ rd lll.' du l nd l ~ ou il· é : a'~:ll !t !. t ~ bui rc lm "cr(l' deux h !U IT~ 3'1l1Rl';I\""nl, ~~Il-~ le C-O ll\'lc r' il k.s " "COlllpagncl' bl" n qu it fu: lU'AIS ~Ul' ~a !"ITa..,.~~. a por'lee tir leur V 'Hl( Nc" man lIl~pC' ~ mm!· (I{'~"ment Sl'6 volets dalll r"lip"lr d'y trouve :' \;" pomt ~Ci1 3Ppl! il w n p~nr.,·all. ;\1ais :e bll1~ ét:tl: U~Jllornlélnrn~ rcc" uVC!'\ d 'un 1'('1'1 t"111 n "nl. P·16 un pouce Il)' ll),l ll(!u.aa el c et a ,t c,·~t e fOIS du mémr vrl"l Que chey, Fr.·cl r.t lf rCMC du b 'uc. I i 1)'~ l':'llt aucl.m:: r"",-on d t ~' (lt\ l, rd ,' r ct lVC\ l.h!;e I..c~ t r:n c l'~'-, S rl ~ 1 ccl~ e l \f \l1i ,'l':'.I' ... i p'1l( d'Ill.! \c.~ dl ~ :r&, /\l'cc ~'l n 11 cic!~"h;l, II' pot ck jluiliure .;~ .... ,u c roch,'~ Of' fr r ct Ùctcenc:!lI. éch"lon par tcll!" (ln. Comm{' d lll;::t(~iI t(· 1J1~ i ~III' ",::ml Il PCI\:ut Ir brUIt ,f \1n mll,t'ur d· .JU\n qUI dcllo\l' chaR "" C: 11l de la rue. p'oc us JI rm \,,:(" fait dr l·rconnail.~c \(\ vOllul'e de F red H a UMIInl il ~'arfa:l'il :ho ramener ' "n éch(,lk . La l'Ol lur,! 1 1 ha te dC\'~ llt le Iro\: oil'. 11 "n t(,ll dit gr ill er!" \ P.~ Rmol·l.': I:',·\lrs et la J}Or t :U: "i:h:tuer t ;le n d t ~ (iU" l C~ dp\lx hOlll lll l'.l' UI·6cpnd;Üen'. Ne ll'Ill -' . a m~ · n ;le w. la partie 5t'Il~ri':lm:: d,' ~' '" ecl1e' e en ! i r'a l~ 1 \a c"rd~. nc ll'lurnit P,I~ ta lêle 11 Vt"lla lt de r"pcilldre M:'~ ,,'·I·lIi,·nl\e~ . Tl e-ü~ elé ~.a1\5 pfe.'edellL qu" C.arISQII. QUI rem:o. rqU l il tout. n" l,t. pa", en p,1.1 S3n t, qnc1qw· corllllwn lair'e ~lIr : Oh \l'll VftU, De p!m. mam:r.llIIll t· qU'Ils n,· W'uva lrllt pas ne pa. le voir, i; ~::o.lI Innnltgmaoll!'"' qU"IS p \ li~'\C n l 5'; z;iparn - f" rcd Ilntr~ 1l 1 ch'·~. lu, \'1 Ca l"~on rlan~ s;r. rlemelln' de !' ~ ul"e CÔté de l:l. 1'11 '.' -. R,l ll.~ lUi a dr r.s~t'f la parole. VO!l'e même S":XC\ISer de Il~ p~ s l'avol~ COllvié il. "Pli!!' avec n:x, Le"lle:lc ~ ·ab ;l.I&-.a t, and , ~ QI,'II :aJ.~,a i~ ta ~"rd "- f! i -r ')011- ccm, 'nt cn~l'e ~cs ma ms. 11 ell lenrJl~ 1 .. omit dJ's \~\OI1.~ de Ca rL.«II\ U'(lVC I'"" n l pOli!' \lUcr che/. lui Il "nt"I'dl Fr('1:\ CI'av,r I"lIttée rle clm,·m. 'lITIH'r SUI' ia. terr:lS!!e, Il emC:l d i~ la porlll "Oll\·nr ... Sali" P"'1\'I)'I' ,c r"f'kmr. NI'\\'man tOllrna la te:e et hl ; G H I! ~à ! )1. Fr,'d \cnlillt )a pOrl r. ouy,'rt,· !'~ !'CJ;:JTrla il Nt"mHIl. )e !lied .• tU· J,. ~ " ~I!i. S('.~ ye u:.: b"ur~O llf lp~ é \ ~icn t " Ollllt~\I()nJl~ " el, .'cs Joues rI :llo t JC.' P"!" \ ~ bi ü~ . NI'l' mail h .. VI\. 110n ~ :l n~ a ~ lI!"Ill". pp, nC I1 ,~r kIll CIll,' 1I1 i.t Ir le ,' 11 av"ll t J II ~qn ï, P"iIU'l' du llo'z ~\lI' 1. ' ·.-1) )l t d ~ lOI p"11e. P u~ . . ~"\lnall t tI:lII .~ Ir. Vil.' gue d'un l'il' IdIot. ,1 mannonu t\ d 'une l'O,X r ~ llqU": « J 'ai l"J'I .. _ », 11'111.1.. en \·3cIHanl. cI ·r ll tr..:'· ch,'!/: 1111 dt: frOIlt. Ile f"i,t'iRll qu'A ~' heurter' :'ép:ullt :Ill ch1f.mbnlDiC ,.~ dl.sparm, a nnll'n··ur. Cf'UC m11I-l iI . cOI:I::he ll'I!ll'è!r '11: SlI fenÊ"lrc O\lnrlC, M. Nr'l1 i1n (:\mll,Ill 11 lalt hl hr,l '. ~a l" Il IW IXrJvait riomIH·. !1 c: ta it o !).~ 'ct~ pnl' la YI .~" ,n du n , ' ~, t'le Fl'c(\ p lu n ~\~ :\ll t V Cl'~ 1,. 1"'olll'lI dr cR, POI·t,· L'a vAit_l' fa it Il1t ~ nl t mlllel t( nlenL d~li'J !l'é lll c r.t ? U;l n l"~ rr.co\il' IX' .. Et cq),'n'!R lll . Il !tI'~ l' t "nu .oI()t a prc~ un P I(IIIO~ p\\Uot :lmu. \ 1. Il eSt l' l'al. a us..i, qu'II t!IOII lITe. ~f al~ pourqu(), ~'ftalt - Il oom p"I'I~ d t'. "dl" fat:0n b:\.:ane? Lc;: h()l1l'eS s'ecllulerelll ut1c * \11' 1' pt t" h\i~êr ... n~ M':ul et "i· r' llclc \lx. Il !"lml p~ !" se 1,.",,1'. 1;;I~n" la s,"IUr. rie bAins et ".YlInl allunr t , ,1 d!'m .. ura h'"!;;I ... mcnt il r,·gal'der clami le miro r son \'1~!I.,e. L·( ,' pr1\. v~de, sa ll~ fa. iI·( de proj' li, m ê lll ~ ~"11 ~ cr:\ lnill. I l ~e m l.Jlal! devenu lIlSt ll~i bl~ ;\, I.oU'" Le i " ll d " m ~dn ma tin. il OI IVI'lt tl'l pOl"f, {' d' '-'Ill\'('" ct ~() Il.it ."lr ~:,' :, rl'!' aH~ . " ,n p'ed drrJ\1 ll!!$\l. al1t un m."alit 5\'allt de ,,,. p O~f'r ~u ,. e m \ d~ o"iqu1': S ~ p"!ll) ei lc r,'p . .!'lI.\: ~ llr l~ rilté au rn:l,t\l du rUlss,·au. L,· eon!e::u cn avait !ii,C ...oi:1 ncu" f' III CllL 1'( p:1.ndu sur ia. pdo\1.~· Il I1lbpccta 'a rue oI ~ n" toute!, II'I dli'e,·tirlll ~ TOII!i:'S 1011 .. u:re~ poubellcs .,. dlHlil lell{

o.llr ;e t!'O'~ olr, l'ecoll\'cr·tt'S d!: ],'\1111 bâche6.

- 61 -- '------_.,---------' FOCOS ,\1 . F't n k t \~te ill ~taJ t I1n hOll1rt\l' ~ nc()rt J ~une . mals C' ~ ta n! q\lr J uif. Il rta.t il1 fln1lll cnt vj('l!X ct savlut d" quO! II l'NOW-l\~ it , Il n~ pOU" ait r;U/!!'e 1 !I!'n ol'~ r. A deux repr\! c:\, 3tl COU I'A I1 r~ t.roh dHI1I"re ~ ,e m~ i ne$, .·n ,o;orUnt d ~ chez lu \ It. sΠ!'t heurr,  ; d'J m~tln pour OUHir sa 1J.o1l,lque. :\ " v:.u t "OU\'r aa. poubdie rCnVf'l'S I~ ,ur le coti. u ec JoOn f.omenu "~PI' nclu SI:r le tro~t()i... ' I\ u~sl . lorsqu' 'n $Ottl!ll de ehel. lut li. ,j.'( b('ur~ :o. cp. lu ndI. \J eut \rou\'!i de UOllveall sa pOulmllc CDllehte l ur l ~ e6~e ct des ep!uchur rs d'écorce d ,~ p:\mplrm o u~sc jonrhant le .~ol Jl!~qLl 'a ~n I.erusse. il Il ·hé,it.a ruèl'~ p! u~ d'un 111 5L~nt ct se m;: {' li devo.r de l'ama ~Mr lu o~'d\l ~' e~ .... .1 nHl~'rll dr. drux mor(: "f\UX de ea r _on . f"l, d ~ les r~m 8 t :': r~ dans 1;1, boLte . El. ~ f .. l~allt. :L ne oes.o;a \t de , ourire. Cha· Que fOl~ qu'il ,;tal1 IlIllui:'t ou (li.che d·ullp. c~rtai lle-. m:m iCT~, il 30Uf ,:a :t COmme $1 Il n ~ p!;I,IRalltcr.' vj:-iIIe comme le lIIonde lui a vait ~t" rnb.'\l':Ilêe IIlI llS r:I'SSC :\a co:..rs de SQ:l rX 1M.,·nr ~ , f't ~a $t·ulc rèll elloll. m'limenant . r:t\ait de sourir~ dp la st" pldi.~ d l! n:\ fI'altur. Ml\l.~ CNte foill. 11 ~ou riait Atl ~8, p'lre.' QU~ tI 'tn ~t i ll CI. Il ~ ~ vait que dr. l' une des m~,i~on s d' rn lace. 1l11r.)QU·U ll l ·o ll ~eIva)t. Cf f\;t s,' \! Ir.m!'lll, "-prC5 ~ 'ét l'e rr. dreM~ . Quand il cul l'f'mis la !lOubellr d"ll ~ AA ll O~ltion normale, ~ t f.'ga rde (pIon$: riE' \a ru~ I{'~ pOubelle., lllt fl;nl'es il, leurs places respect. j\.~$ 1jc\';1nt .. ha Q'-1.:: ma l: on - « [ut a lon; Que $('f notint1 ~ ",. brou!U..,ren t. Celr II r~mll l'Qua !lv!'!r un choc c1(- ~\lrpnlle, 'lU" dl's o ~ d\l}"('1 junrhlllo'nt è'\1'3 1{'mrnt \;1, prlo".~(' de M. Newman. p t la pOtrbcllp d .. M. N ~ ,,"m:\11 r~po.o;alt a:.lM) sur lI' liant'. M. ~~Ir1);('\ •• l. ~ ill cn\'r i1:' ~ t rll c:('\a a\'rc ~1n.. ~ ' r n tr nan~ ~ tll( fR! !,~. & ppurra \t.-ll quP ~ a [rmm'" ~ù \ r~l s(1n , aprk t .I)~l t. en prftr.}danl (l l\C N,'wmJn f tdit 1111 non, lu if ? Il ne J)O:II, .. it le Cl'oil'~. ~an~ trop "'ô1voiT pourquoI. Sil'l\\ llr.ml'nt., il ;l, va iL LOujou~ ér(!: per,ma dt! q\U\ ~1. N"wma n. q;n t ra vailla it dans celle ~rosM: e!\treprl&O, n·é:.it PAA J u:t, bit" qUf' rêccmmrl\l,., AfI()lls. il a.Ya it il ta:re Il ouvrit donc AA boutique. ltha i,~&. lp lin \c:\11 dr la. portr', ~(lrtt! Mln Cllmptou' de bc i~ N dr,i)'IJlI\ le paQuct, de jllumaux q tl ~ \a e 3m ~(.nl1el! ,: dcpa~ ... H \ Oll ~ l{'.~ j(lurs ~ :Ir I~ Il'('ll\ lOir. Il :ll"a. t • peine eu l~ 1(' )11PS Or dC!alr ~ !a lt r.~ ll c quand U r ~m;Hq \l~ nn ]1(I:t i~ d.ipLSllll.'lt dr p;J. \)\l'r jaunt QUI rme:"e3 it du • T imes ~ . p\l'eé ~u !IOnlmr( de la pU\'!. I l le- s-orti t. Il pol'I 'l't !III\! .n.scr!plion. L.t l'olé~f\ (ou!oun prit!' " $DrUt !tonfla IN; \·tine~ de 5ti'lI l empe~ land1s qU'll III 1i.~il ~l. - 6:' - 1. SHERNETSKY donnt r ? Non, ch~rchet bien, a ussi !neroyablr que cela paraIsse il exlsUi encore an!' res.sOUfCC l'tul sauve la par' t lt ! HISTOIRES SANS PAROLES Voici plus;eurs pltl'ti !'~ miniat ul'l'3. (d(!l§ \'é rita.bles courL-clteuils i l qui '" t.e;'mtnen~ tOU!.es sur Ul\r note amu_ !\Ante Elles prmnt.enl. un autre avll.lltltle. Elles ~on~ te llement elairu qU'f'IJ~ El' passent de rommenVliru . Ce 30nt des h lstolrr5 ... san., parole5. A111ig. il. V()5 écll!ouie rs ! A LA CONQUETE D'UNE DAME N" tG - ParU .. Hattenne SCHWARTZ GROHSKI 1 Berl!n 1941) 1. U eS ; 2. Cf3 Ce6 : J, FC4 Fes . C. c3 Cf6 ; 5. d4 h de ; ~. O)l d' Fbc + ; 7. CCJ C 'L e4 i " 0-0 F ~ Ç3 1 9.I1S CtS; 10.01:215) 110 .Cd3 .... 'J' 11. b ,' Ç] CC4??; i ll ... dsï 12. Fi~ ! Abandonnent. SA MAJESTE' EN PROMENADE N~ Il - Otbut Irregul!., LI SSITSINE KROC fUS IDemr-fi lJa lt s ClllUllp. U R BS. lIl4iH 1. Cf3 IS; 2. d3 Cf6; J. el t " ~4; 4, d " U C ,: e4 1 i .~. Fa3 CIS : 6. C S gS ; 7. h4 116 ; 3. h6 .II  : 05 i 9. C. h1 1 C  : 117; 10. 0 ,. h6 ': Rdl; 11. DIT CaS ; 11. Ff5 .~. Ab~ n donnel\t ;13, .• RÇ-6: U. Dç4 .· R1J6 ; \ 4. 'f ,hS.Ne. l. DEUX FOUS AU DE5 SOUCOUPES PAYS VOLANTES N" Il. _ Otfl!nn Seandlnavo CO OY HEATON IE ta ts-U!\l ~ 10171 t , U d5; 2. 8 ~ d5 D ~ 0'5 ; 3. Ce3 Od. ; 4. d4 . S i (Cfli 1) : S. CI3 Fb$ 1 '. l'dl F ,. Ç1 + 1: 'Cf SI: 7. b , Q3 h6; ' . ~-o Cf6 ; , . Fa3 1 18 1; 10. Ttt b5 1 11, ç' Fbl ; t1. e3 III c,.. 1,5 ? Il b!J . \3 P' d ).; +r;6 ! 1: 12.., CtXfJ ?; Il: T ", el -;- 1 ' : 86; 14. FIJI IIml MADE IN U, S. A. LA BOMBE oxygène) N 19. ·- GambU de III Danle Ea. LASKER 1. HOROwrTI ,NI'W· Y01'k L'46) t. dG Cf6 : 1, (1 '3 d~ : 1, el C3 : "C4 ç · aG; .\. c , ,,. 'S. /'  :d~ :l .i; 5. CU CC6 ; 1. Ct3 fI' 1: l, e ' 04 e - d f; ,. r b~ FM i 1(1. Ffl1 g-n : 11 . l' y 1:1' C ~ b4; I~. Cb ', 114 0 11.51: 13, Cd ~ (13. D(1:.l CO ; . .. te, 1 O ~5 1 i 14. Cn CdJ . mu ét ollff~ . ' 5CK\lTJON DU PROBLEME 14 De C.-G, GAVRILON (RfVisla Ror" alla de Sail 1931). 1, .112 _ 1:4 1 S~ J.. h .. ;;~ r p: 2, Dhl mat. SI 1.. 113 :l Df~ rn , t 8i 1... B1l3 ;1 D" 114 u:at. !"JUS"~UJ 's S'.-,J ll t.IO:\Il :~'!'s I~OU" ,Dl cn- ,'OVE' la f.WS:' ". c'e . 1. Ii?- ~j At'ru 1... RhJ ' ,\ IIV .. nU d!' 'liaI. Solu(:" l':s f'xaelé~ fr-:'urs dl" M ~ I. Ab!'n. B .. ,;~ rr. Chotnlk: COliN. ~I. ~HI~k.\·. E:!!',man. Pjof~an, Kllpl eI1l!1':, ~I ;\ l'ft n . Nadr l ... ,!, &. Puter, P"'~~ Sl\T :;I; r.r. Tffielllla :J. TorL.. Volm. et Zaldm.ln. ,

Notes

<references />

Format JPEG