Droit et Liberté n°147 - juillet 1955

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°147 (251) de Juillet 1955
    • Puissante manifestation d'union à la 7éme journée nationale contre le racisme et l'antisémitisme, pour la paix par Albert Levy page1
    • L'affaire des nouveaux maîtres: l'antisémitisme ne fait pas recette par Me Mercier défenseur du MRAP page2
    • 7éme journée: messages de François Mauriac, Clara Candiani, Henri Roser, J. Debu-Bridel, J. Fonlupt-Esperaber, E. Fleg, Dr Weill-Halle, S. Cremieux, R.L Wagner,H. Deschamps, P. Paraf, Le gal Le Corguilllé, F. LEfebvre, André Maurois, R. Plazanet, J. Duclos, F. Rosay, R. Cassin, Louis Daquin, A. Spire page3&6
    • Rapport de Charles Palant: notre union dans le respect des convictions de chacun est le gage de nos succès page3
    • Le débat des enseignants; protéger l'enfance du virus raciste page3
    • Interventions de: Conseiller Attuly, Léon Lyon-Caen, Jacques Madaule, Léo Hamon, Mme Yves Farge, Me C.F. Levy, Me Armand Bittoun page4,5,6
    • La résolution finale: pour de nouvelles victoires antiracistes page5
    • Xavier Vallat interdit à Grenoble page8
    • Pour que vive le 14 Juillet page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

L· ollaire des « Nouveaux Mailres» APRES LE JUGEMENT de la 3e CHAMBRE (Voir page 2)· N° 147 (251) 12 JUILLET 1955 30 FRANCS A l'appel de nombreuses personnalités de toutes opinions PUISSANTE MANIFESTATION D·UNI·ON à la Je JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX Une vue d. la salle :le la Mutualité, le 12 juin. Les 1.600 délégués unanime5 ont adopté dans 1" enthousiasme d"importantes résolutions en vue du renforcement de la lutte contre les préjugés et les discriminations basés sur la race ou la religion A u lendemain de la Journée Nationale du 12 juin - la' 7· dont le M.R.A.P. ait pris l'initiative - une constatation s'impose: aucun antiraciste ne peut rester indifférent à cet événement considérable, qui dépasse de loin, en ampleur, en retentissement, les manifestations des .années 'précédentes, qui ouvre à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme des perspectives ja'mais connues. Il Y a fort longtemps que ne s'était pas réalisée en France une telle unanimité. Que tant de personnalités, si diverses par leurs conceptions politiques, philosophiques et sociales, aient pu 1rouver un langage commun pour condamner les préjugés et les discriminations racistes, voilà qui représente ·une grande victoire nationale, justifiant, n'est-il pas vrai? l'enthousiasme, l'optimisme réfléchi des quelque 1.600 délégués réunis à la Mwtualité. A cela s'ajoute l'importance des décisions prises. Les débats approfondis, qui se sont déroulés en séance plénière et dans les commissions, ont donné naissanoe à un programme d'action complet, dont la' réalisation portera des coups décisifs aux éléments antisémites et racistes. Les personnalités Tandis qu'avec une vigueur accrue se développera le combat indispensable contre toutes Ies manifestations de b haine raciale, la propa'gande antiraciste ellemême, en vue du rapprochement effectif des hommes de toutes origines, de toutes races, prendra un essor nouvea·u,. C'est dans cet esprit qu'a été décidée la création d'un Prix annuel de la Fraternité, et formulée la demande d'émissions .antiracistes périodiques à la radio. C'est dans cet esprit, également, que se préparera la Conférence ·antiraciste des étudiants, prévue pour novembre, et que se poursuivront les travaux des enseignants. Les personnalités suivantes se sont associées, par leur présence ou par des messages, à la 7· Journée Nationale contre le Tacisme, l'antisémitisme et pour la paix: Personnalités politiques MM. Francisque GAY, PAULBONCOUR, anciens présidents du Conseil. M.Edouard HERRIOT, président d'honneur de l'Assemblée Nationale. MM. Louis MARIN, membre de l'Institut; Justin GODART, anciens ministres. MM. Laul'ent CA SAN 0 V A, Pierre COT, Pierre FERRI, Albert FORCINAL, Edmond NAEGELEN, Mme POINSO-CHAPUIS, M. Henri ULVER, députés, anci.ens ministres; M. Edmond MICHELET, sénateur, ancien ministre. MM. Maurice BENE, Florlmond BONTE, Jean CAYEUX, André DENIS, Jacques DUCLOS, JacqueS FONLUPT - ESPERABER, Mme Francine LEFEBVRE, députés. MM. Charles-André JULIEN, le pasteur LA GRAVIERE, l'amiTai MOULLEC, Emile VIVIER, cons.eilIers de l'Union Française. MM. Elie BLONCOURT, Raoul CALAS, anciens députés. Mme Suzanne CREMIEUX, M. André HAURIOU, ancien sénateurs. Magistrats MM. Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix; GRUNEBAUM - BALLIN, président honoraire au Con s e Il d'Etat; A'rTULY, conseil honoraire à la Cour de Cassation; R. DIDIER, président de la Chambre des Mises en Accusation; Lucien BAUZIN, conseiller d'Etat honoraire. Ecrivains MM. François MAURIAC, André MAUROIS, de l'Académie Française. MM. Claude AVELINE, Maurice DRUON, André CHOU RAQUI, Edmond F LE G, Henri H E R T Z, Francis JOURDAIN, Jean LESCURE, Jacques MADAULE, Albert MEMMI, Robert MERLE, Plel're MORHANGE, PIERRE PARAF, Claude ROY, André SPIRE, Gabriel TIMMORY, VERCORS, Mme G. ZIEGGLER. Mme Clal'a CANDIANI, Journaliste. Personnalités religieuses MM. le Grand-Rabbin SCHILLI j l'abbé PIERRE, le chanoine VIOLLET ; les pasteurs André DUMAS, Henri EBERHARD, S. LENEBACH, Henri ROS E R, Louis VIENNEY. Personnalités scientifiques MM. Jacques HADAMARD, membre de l'Institut; Frédérlo JOLIOT-CURIE, Prix Nobel; Paul RIVET, fondateur du Musée de l'Homme; Hubert DESCHAMPS, professeur à l'Institut d'Ethnologie; Marcel PRENANT, professeur à la Faculté des Sciences ; El'nest KAHANE, maltre de recherches au C. N. R. S. ; E. SCHATZMAN, maître de conférences à la Sorbonne; Pierre BIQUARD, professeur à l'Ecole Supérieure de Physique et Chimie; Michel LEI RIS, chargé de recherches au C. N. R. S. Personnalités médicales Dr WEILL-HALLE, de l'Académie de Médecine; docteurs Henri BARUK, Henrl DESOILLE, GILBERT-DREYFUS, Jeanne LEVY, Marcel RAYNAUD, (Suite page 4.) Q UELQUES jours après cette puissante manifestation, la 3" Chambre du TribunaI Civil de la Seine, plus sensible aux «arguments» de Tixier-Vignancour qu'à la protestation des plus hautes autorités morales du pays, condamnait le M.R.A.P. à payer 500.000 francs (au lieu des 35 millions réclamés, il est vrai) aux producteurs du film ·antisémite «Les Nouveaux Maîtres ». Trois semaines plus ~a'rd, Xavier Vallat, à qui sans doute les leçons de Nancy et de Lil/e n'ont Ipas suffi, se voyait interdire toute activité à Grenoble. Albert LEVY· (Suite page 2.) - z DROIT ET LIBE,.TE L'affaire des "Nouveaux MaÎtres" Mercier , défenseur du M. R. A S'IL existait des doutes sur la signification du film « Les Nouveaux Maîtres» et les intentions de ses réalisateurs, leur avocat, Tixier-Vignancour s'est chargé, en une demi-heure, de les dissiper, l'e 14 juin, devant la 3' Chambre du TribunaI Civil. Une plaidoirie? Non, une diatribe antisémite. L'ex-ministre de Pétain n'a eu qu'à reprendre et développer l,es thèmes du film: la représentation s'est pou,rsuivie devant le tribunal. Powr ce qui est de l'aspect juridique de la question, TixierVignancour ne s'embarrasse pas. Quelques falsifications, une série d'insultes remplacent avantageusement à ses yeux la moindre démonstration, même s'il doit en résulter certaines contradictions. Par eX'emple celle qui consiste à déclarer que le héros du film, Padrovitch, n'est pas un Jwif, mais ... 'un Yougoslave, et d'affirmer ensuite qu'un tel personnage, s'il existait, devrait adhérer au M.R.A.P. pour se défendre conhe ... l'antisémitisme. Comme les auteurs des «Nouveaux Maîtres », Tixier-Vignancour insinue ensuite que « la Ré- NATIONALE · P." L'antisémitisme ne fait pas recette" Messa es ... tisme, est «communiste»: c'est dU! film, le retira deva'nt l'indi- était donc légitime. «Le M. R. 9 le fameux slogan du «judéo-bol- gnation des honnêtes gens et qui, A. P., déclare M' Mercier, a agi chevisme ». Et, pour cette même 'pour cette raison, est également dans le cadre de, la loi, conforraison, le M.RA.P., affirme-t-il, !poursuivie par les Artisans du mément au voeu du législateur défend «les escrocs internatlo- Film Associés. condamnant la propagande antinaux... parmi lesquels il pourra Il reconnaît que le M.RA.P. sémite. Et les producteurs du fc:ire la quête pour payer 35 mil- n'était pas à seul protester con- film, qui ont amtrevenu à la, loi, lLons allX producteurs des « Nou- tre ce navet raciste. «L'ensemble voudraient faire payer au M. R. veaux Maîtres ». de la Communauté israélite était A. P. la faute qu'ils ont com- Si, le M.RA.P. ne paie pas, dit- émue », déclare-t-il. Et il cite de mise. » il encore, ce sont l,es contribua- b' Il bles qui en souffriront" puisque nom reux dlrecteur,s de sa es qui les Artisans du Film Associés, lnt refusé de projeter « Les Nouveaux Maitres» sans que pou,r producteurs du film doivent de cela il y ait eu le moindre incil'argent au Crédit National. d t M' è 1950 1 f' Que d'éminentes personnalités en. eme apr s ,e Iim a de toutes opinions aient dénoncé été refusé dans la rplupart des ce film nocif n'est pas pour im- cas. pressionner Tixier - Vignancour. Au passage, il reproche à l'archevêque de Besançon d'avoir «une tendresse trop grande pour l'Ancien Testament ». « Les Nouveaux Maîtres », conclut- il, doivent reparaître sur les écrans. «On ne peut pas tenir compte, pour faire un fllm, de la protestation des Israélites chatouilleux ou des musulmans en instance d'émancipation.» M' Cochinal *p*l*a ide ensuit'e pour la firme Sirius qui, distributrice La plaidoirie de Me MERCIER Me Mercier, avocat du M. R. A. P., souligne alors que « Les Nouveaux Maîtres» est «un film bassement, lamentablement antisémite » et, de plus, un navet. Il montre qu'en dehors du M. oR. A. P. de nom'bl'euses personalités, des Associations Cultuelles, des groupements républicains sont intervenus. La campagne contre ce film M' Mercier cite ,un passage de «Mein Kampf »' montrant que le scénario des «Nouveaux Maîtres » est tout à fait conforme 'aux théories hitlériennes, qui 'Ont coûté la vie à tant d'innocentes victimes. Enfn, il montre que si le M. R. A. P. avait été seul à mener campagne, le film n'aurait pas été partout retiré des écrans. Toute J'histoire prouve qu'une cabale n'a jamais pu empêcher une oeuvre de valeur de susciter l'admiration. En fait, ce film est mauvais et nocif, et c'est pourquoi J'opinion ,publique l'a condamné. «La preuve a été faite, s'écrie l'avocat du M.R.A.P., qu'en France l'antisémitisme ne fait pas recette.» François MAURIAC de l'Académie Française J 'AURAIS été heureux d'assister à votre manifestation, mals, je quitte Paris mercredi et serai en Italie pendant. tout. le mols de juin. Veuillez trouver Ici l'expression de mes regrets ... Clara CANDIANI Journaliste JE vous prie de me compter parmi les vôtres, estimant qu'il est du devoir de tout citoyen de contribuer par tous les moyens au respect de la personne humaine. LE PASTEUR Henri ROSER C 'EST de tout coeur que je me joins à ceux qui veulent affirnÎer solennellement, une fols de plus, leur opposition à tout racisme. C'est. d'autant plus nécessaire qu'un racisme honteux se dissimule souvent derrière l'esprIt colonialiste qui exerce encore tant. de ravages. publique est aux mains des.,-_______ _ juifs », thème cher ,égal'ement à «Aspects de la France ». Il est temps que soient. bannis des relations, inter-humaines les préjugés raciaux, les discriminations de couleurs, les craintes superstitieuses qui, dans l'ombre de la cupidité ou de l'esprit. de domination, défient la saine raison humaine et plus encore la grâce de Dieu. «La radio ne passe pas pour être antisémite dans sa direction et son personnel. C'est le moins qu',on pu'isse dire », déclare-t-i1 rpar exemple sur un ton qui se veut ironique. Il s'en prend particulièrement à notre journal qui, déclare-t-i1, « rendrait antisémites ceux qui ne le sont pas » et qui n'est «pas rédigé par des Français ». Sans doute estime - t - il que pour êtr.e un véritable patriote il faut 'avoir collaboré au gouvernement .de_ Vichy. Il va de soi, selon lui, que le M.RA.P., combattant l'antisémi- UN GRAND ÉVÈNEMENT (Suite de la page 1.) Cest dire combien notre vi~ilance reste nécessail'e; maIS, dans les deux cas, s'exprime aussi avec éclat la profonde hostilité de notre peuple au racisme, à l'antisémitisme qui, oral ou cinématographique, ne peut êtfie que criminel et contraire aux intérêts de la France. Ce qui compte, en l'occurrence, ce qui décide et décidera, c'est l'union des gens de coeur et de bonne volonté. Là, et là seul'ement, réside la condition dU! succès. Cette union, resserrée le 12 juin, à nous de la sauvegarder, de la renforcer encore, pour que üiomphent en France et dans le monde la fraternité des hommes et la paix. DROIT ET LIBERTÉ 9t, Fbg St-Denis - Paris-tO' Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 DES TARIF ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an : 300 francs PAYS ETRAN~I:RS Un 3n : 430 francs ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQCE Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour lei changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière hande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.LP.N., 14, Rue de Paradis -:- PARIS (X') - :- Trall. exéc. par des OUIl. syndiqué. Des attendus ... inattendus! Le 28 juin, 10 3' Chambre du Tribunal Civil de la Seine a rendu son jugement dans l'affaire des c Nouveaux Maîtres.. " condamne le M.R.A.P. à 500.000 francs de dommages et intérêts, à payer aux producteurs du film. Le moins qu'an puisse dire des attendus justifiant ce verdict, c'est qu'ils sont inattendus. Le tribunal ne tient pas compte du fait que la protesta tian contre «Le. Nouveaux Maîtres" est venue de l'ensemble de l'opinian antiraciste; il en attribue la responsabilité au M.R.A.P. seul. . Le~ commentaires de la presse li nie le caractère antisémite du film, qui a pourtant suscité partout une vive indignatian. Ii n'y voit qu'une u sa~ire sociale ..• une oeuvre légère cherchant à faire sourire". Ii reconnaît pourtant qu'" Aspects de la France.. a présenté le personnage principal comme «le juif Padravltch". Mais, si ce personnage a "la dos rond, le nez camus" -- réplique des caricatures antisémites que publiaient les journaux nazis -- ce n'est là, aux yeux des juges qu'« une expression de physionomie ossez ba~ale », et son "accent artificiel" est «inclassa· ble ». Ainsi, conclut le tribunal, ce «personnage d'aventurier ne saurait susciter aucune haine •. Au lendemain du jugement dans l'affaire des « Nouveaux Maîtres», plUSieurs journaux se sont élevés contre la condamnation du M.R.A.P. « On croit rêver, écrit « Libératian », ... La Cour d'appel devant laquelle cet ahurissant jugement sera porté nous démontrera peutêtre, en infirmant la décision intervenue, qu'il y a encore des juges à Paris.)} « Franc-Tireur», après avoir analysé le film, s'étonne: « C'est ce film que les magistrats de la MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de notre ami, le Dr WROCLANS, membre du· Bureau National du M.R.A.P., avec Mlle Milio DEI MINAS. Qu'ils trouvent ici les félicitations et les voeux du M.R.A.P. et de .. Droit et Liberté ".

      • Nous apprenons également le maria·

ge de notre amie Denise MARTER, di· rigeante de la sectian du M.R.A.P. de Mareille, avec M. Sam TOROS. Toutes nos félicitations et nos meilleurs voeux. Hommage à l'Abbé Grégoire Le dimanche 29 mai, le M. R. A. P. était représenté par Me SAROTTE et Charles OVEZARECK à la cérémonie organisée par la Société des Amis de l'Abbé Grégoire, à la mémoire du grand conventionnel. Dans une allocution, M. Vanikoff, préSident de l'Association des Volontaires Juifs, a exalté l'union des chrétiens et des juifs pour combattre les discriminations raciales. Puis, M' Sarotte a souligné la nécessité, pour rester fidèles au haut exemple tracé par l'abbé Grégoire et continuer son oeuvre, de réaliser effectivement l'égalité entre tous 1 e s hommes sans distinction d'origines et de couleurs. La cérémonie s'est terminée par l'allocution de M. Grunebaum- Ballin, président de la société des Amis de l'Abbé Grégoire, qui, avec émotion, a dégagé la signification de ce rassemblement 3" Chambre civile ont jugé « oeuvre légère cherchant à faire sourire » ... Il n'ont toutefois pas été jusqu'à. accorder aux demande1\rs les 35 millions qu'ils demahdaient. » « Scandaleux j u g e men t en faveur du film a nt i s é mit e « Les Nouveaux Maîtres»! titre « L'Humanité ». Et « Le Parisien Libéré» souligne que la campagne menée en 1950 contre Les Nouveaux Maîtres était due à ce que le film présentait « un fdcheux renouveau des thêmes développés pendant quatre ans par la propagande nazie ». Aupara11l.nt, l'immense majorité des journaux, notamment Le Monde, Le Figaro, Franc-Tireur, L'Humanité, Libération. reprenaient avec sympathie, le 15 juin, les thèses développées par M' Mercier, défenseur du M.R.A.P. D'autre part, le iuge, M. Catomiès, faisant siennes les affirmations de Tixier-Vignancour, reproche à "Droit et Ubarté" d'avoir publié «des articles assez violents contre le film» et déclare que le M.R.A.P. a "outrepassé les droits de critique objective », alors que partout la légalité a été respectée et qu'aucun incident n'o été signalé. Au contraire, le journal «Le Proven· çal", de Marseille, constatait en 1950: ,," faut souligner la vigilance du M. R. A. P., dont l'intervention a évité les Inoidents qui auraient pu se produire si le film avait été projeté." C'est dans ces conditions que le tribunal condamne le M.R.A.P. à subventianner ia propagande antisémite, xénophabe, antirépublicaine! Un tel verdict, contraire à 10 volonté clairement exprimée de l'opinion, est inacceptable .. Le M.R.A.P. fait appel. ~---- La:~ Journée Nationale ' - cORdaDiRe (C US NOUYUUX MAITRtS» Présentée par Albert LEVY, membre du Bureau National du M.R.A.P., cette résolution a été adoptée à l'unanimité au cours de la 7' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour, la Paix: . ES délégués à la 7' Journée Nationale contre le racis~~, L l'antisémitisme et pour la paix, réunis le 12 juin à la Mutualité, s'élèvent contre les tentatives faites par les producteurs du film antisémite, xénophobe et antirépublicain: « Les Nouveaux Maîtres», de réhabiliter leur oeuvre ignoble et néfaste, en intentant un procès contre l'organisation antiraciste, le M.R.A,P., dont l'action aux côtés des personnalités et organisations d'opinions diverses, a contribué, il y a quatre ans, à faire retirer ce film des écrans de la capitale et des villes de province. Se faisant les interprêtes de l'opinion publique française, dont les sentiments de générosité et de fraternité humaines sont séculaires, les délégués condamnent, une fois de plus, la volonté des racistes et antisémites de semer leur haine qui a fait tant de mal au cours de la dernière guerre. Les délégués expriment leur solidarité active au M. R. A.P. et s'engagent à le soutenir dans son action tendant à faire taire toute propagande raciste sous quelque forme que ce soit. Contre ces peurs et ces folles, /1 faut dresser l'idéal du service fraternel. Le dernier mot, ici comme dans toutes les lutte$ de ce monde, est dans l'amour du, prochain. Jacques DEBU-BRIDEL Sénateur de la Seine JE n'ai pas besoin de vous redire mon ent{er accord pour vos efforts contre tout racisme quel qu'il soit, et spécialement l'antisémitisme. Je suis donc, en tout état de cause, de coeur avec vous et plus encore, si possible, dans votre lutte pour la paix, condition indispensable de t.:mt progrès. Jacques FONLUPT-ESPERABER Député VOUS n'Ignorez pas l'at.tlt.ude particulièrement ferme que j'al toujours prise, pendant. comme après la guerre, contre l'absurde mentalité de racisme plus ou moins larvé dont. les effets désastreux sont soulignés en ce moment en Afrique du Nord en particulier, Je tiens à vous exprimer mon entier accord avec votre act.lon. E, FLEG Ecrivain J}.; suis pleinement d'accord, vous le pensez Dien, avec les termes et l'esprit de l'appel que vous me soumettez. Dr WEILL-HALLE de l'Académie de Médecine C'EST le culte de l'humanité que nous voulons voir Instaurer en tous ,pays afin que, sans hypocrisie et sans égoïsme individuel ou national, on offre à chacun le droit. et le moyen de vivre, l'accès à la culture et que se crée enfin le climat favorable à la paix entre les hommes et e,ntre les peuples. Suzanne CREMIEUX Ancien Sénateur VOUS savez tout mon attachement à la cause que vous défendez, et que je suis de tout coeur avec vous dans votre noble mouvement. B.-L. WAGNER Professeur à la Sorbonne J E m'associe aux principes qui règlent votre action. Je serai heureux d'être compté au nombre de ceux quI les rappellent et qui invitent nos compatriotes à les méditer et. à les tra.duire en actes. D _ OI'r E'r L-IBERTE a La le Journée Nationale contre le raCI• sme, l'antisémitisme et pour la Paix Le rapport de Charles PALANT, secrétaire général du M. R. A. P. Messages ... "Noire union. dans le respecl des conviclions André MAUROIS de chacun. esl le gage de nos succès» J ~;~ECharles 9 mars 2010 à 11:16 (UTC)i: :.~~:~~;::~~! PRESENTANT le ra pp 0 r t d'ouverture de la 7' Journée Nationale. Cha rIe s PALANT, secrétaire général du M. R A. P., constate que cette grande manifestation « est, par-delà l'initiative de notre Mouvement, la réponse du peuple français à l'invitation lancée par plus de cinquante personnalités de toutes opinions, de toutes confessions ou origines sociales». « Les signataires d e l'appel, précise-t-il, ont apporté une importante contribution à la lutte antiraciste, en donnant à tous l'exemple de leur unité... Nous retenons la leçon de ces vingt lignes de texte commun, comme une expérience de fraternité française puisée aux sources de son généreux humanisme.» Les antisémites s'agitent Reliant cette initiative aux plus lointaines traditions du peuple de France, Charles PALANT montre que les activités antisémites et racistes sont le fait d'une poignée d'éléments antinationaux: « Puisant leur regain d'audace dans l'exemple donné par certains politiciens, dans la confusion politique entretenue par d'autres, se donnant l'air d'apporter une issue au juste mécontentement des couches populaires à la recherche d'un sort moins rude, les antisémites s'agitent, essaient de se manifester un peu partollt. » . Et le rapporteur évoque tour à tour les manifestations d'antisémitisme qui ont eu lieu récemment jusqu'au sein du Parlement; l'agitation raciste et xénophobe menée parmi les commerçants, notamment par le « Front National et Social»; les meetings orLes étudiants d'Outre-mer Le rapporteur s'arrête ensuite à la situation des étudiants d'outre- mer: « Si l'Université Française s'honore des traditions antiraci6tes de ses maîtres, dans certains organismes otticiels, le racisme transparaît curieusement ... » D'autre part, à mérite égal, les étudiants de couleur obtiennent des bourses moins nombreuses que les étudiants métropolitains, et les mêmes diplômes ne leur ouvrent pas les mêmes carrières, surtout chez eux. Défendre la Paix Puis Charles PALAt-IT insiste sur le renforcement récent des idées d'antiracisme, de fraternité en France et dans le monde. sè référant à la Conférence contre les discriminations, qui s'est tenue à Genève, sous la présidence de .M. Vincent AURIOL, et à la Conférence de Bandoeng, il déclare: « A Bandoeng comme à Genève, les conditions pour une régression du racisme, pour une amélioration des rapports humains ont été définies comme inséparables du maintien et du renforcement de la paix mondiale.» « Les antiracistes, ait-il encore, sont foncièrement attachés à la paix, qu'ils désirent et qu'ils défendent... Ils participent avec fermeté à la lutte contre la renaissance du plus dangereux des militarismes, le militarisme allemand, qui porte une si lourde responsabilité dans les crimes commis au temps d'Hitler.» Saluant le Rassemblement des Peuples pour la Paix qui va se tenir à Helsinki, il exprime l'espoir .« que son écho inspire tous les gouvernements dans la recherche de la Paix et de l'entente internationale ». Un programme d'action Le rapporteur fait ensuite, au nom du M.R.A.P., les propositions suivantes (qui seront, par la suite, approuvées unanimement)

-- « Populartser et genéraliser les exemples de large union antiraciste réalisée à Lille, Nancy, Marseille, Poitiers, etc.» -- « Populariser largement les travaux de la 7' Journée Nationale ... » -- « Alerter l'opinion, organiser des délégations pour obtenir que les travailleurs nord-africains bénéficient du mêm9 régime des allocations familiales que les autres travailleurs. » -- « Demander la création, sur les ondes de la Radio nationale, d'une émission régulière consacrée à la propagation des idées antiracistes ... » -- « Instituer un Prix de la Fraternité destiné à récompenser chaque année une oeuvre littéraire ou art~stique ... » Toujours plus unis! Enfin, Charles P ALANT insiste sur la nécessité de renforcer toujours davantage l'union dont la Journée Nationale elle-même est une si éclatante illustration. « Cette union, déclare-t-il, nous l'avions souhaitée plus complète encore. C'est pourquoi no u s avions proposé à la direction de la L.I.C.A. de préparer en commun cette Journée Nationale. Nous regrettons sincèrement qu'il n'ait pas été donné suite à notre proposition. » 11lt1: « C'est un fait, dit-il encore, que de nombreux militants, adhérents ou anciens adhérents de la L.I.C.A. travaillent à nos côtés, partagent nos responsabilités et nos luttes. Nous les saluons fraternellement ... ({ Ai nsi s'est . faite la preuve qu'il est possible de s'unir dans le respect de l'indépendance et des convictions de chacun, sans que cette union soit conditionnée par une adhésion à des vues partisanes ou politiques. « Notre union, conclut-il, chaleureusement applaudi, est le gage des victoires qu'ensemble nous remporterons sur le racisme et l'antisémitisme )} ganisés par Tixier-Vignancour;-------------------------------------------------------------------------------------------- les campagnes de la presse vichyste ... En revanche, il rappelle les manifestations qui ont empêché Xavier Vallat de parler à Nancy et à Lille, et Bardèche à Poitiers. « Honneur aux patriotes de Poitiers, de Lille et de Nancy, s'écrie-t-il, qui se sont unis et ont chassé de leurs cités les collaborateurs venus les naguer!» Abordant l'affaire des « Nouveaux Maîtres», il constate: « La loi est ainsi faite que nous, Mouvement antiraciste, ne pouvons pourSUivre la presse raciste, celle qui, journ~llement, crache son venin de haine. Mais les auteurs d'un film fasciste, xénophobe, antirépublicain peuvent traîner le M.R.A.P. en justice ... « ... Quoi qu'il arrive, poursuitil, l'opinion de notre pays a déjà rendu son verdict en témoignant, dans l'union grandissante, sa solidarité active avec le M. R. A. P .... » Des discriminations indignes Charles PAL A N T examine maintenant « un autre aspect tragique du racisme: la condition faite aux Nord-Africains vivant et travaillant en France, où ils se heurtent à des discriminations de toutes sortes.» « En matière de législation sociale, précise le rapporteur, ils sont victimes d'une odieuse spoliation. Les allocations familiales payées aux travailleurs nordafricains sont le tiers de celles versées à un ouvrier français ... Six milliards sont annuellement détournés, dont les familles, les enfants nord-africains sous-alimentés sont frustrés. » Puis Charles P ALANT dénonce 1 e s campagnes de calomnies d'une certaine presse contre les Nord-Africains, les rafles « au faciès », et diverses autres brimades, notamment à l'embauche, dans le travail et le logement, et le fait que certains établissements publics ne reçoivent pas les Nord-Africains. Le débat des enseignan ts ANIMEE par nos amis Jacqueline MARCHAND, agrégée d e l'Université, et Charles OVEZAREK, membres du Bureau National ·du M.R.A.P., la Commission de l'Enseignement élue à la Journée Nationale élabora la résolution ci-dessous, qui fut présentée en séance plénière par M. HERMENT et adoptée à l'unanimité.

Signalons, sur la même question, l'intervention de M. AUBERT, professeur honoraire, au nom de l'Union Française Universitaire, qui déclara notamment: « L'Union Française Universitaire s'associe sans réserve à V9- tre lutte. « Nous avons décidé de consacrer, à la rentrée d'octobre, un colloque au problème posé par les que dans son établissement, ({ où sont reçus de nombreux visiteurs é t r a n g ers, d'Europe, d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique, les rapports sont tels que les préjugés de supériorité de race ou de nationalité sont inconnus ... Le « climat » créé dispose fondamentalement les enfants à cette ouverture que nous souhaitons autour de nous et partout dans le monde». M. MAUCHAUSSAT, prOfesseur agrégé de philosophie, signale que, contrairement à 1939, les groupements antisémites ne se manifestent plus dans le lycée où il enseigne. Il souligne la nécessité de combattre les préjugéS antisémites en présentant aux élèves des faits frappants. « Ce qui est capital, à mon avis, écritdiscriminations ethniques et cul--:---------------turelles dan s l'enseignement ... Nous ferons appel à la collaboration du M.R.A.P., car nous n'ignorons pas que vous pOSSédez sur cette question une documentation très précise ... »

      • D'autre part, de nombreux enseignants

avaient, par lettres, fait connaître leur point de vue, témoignant ainsi de la lutte active et efficace menée par eux contre les préjugéS racistes. Mme MAUCHAUSSAT, prOfesseur à l'Ecole Normale d'Institutrices de Paris, écrit que dans les écoles primaires où elle se rend fréquemment elle « remarque quotidiennement des enfants plus ou moins teintés (noirs, mulâtres, jaunes, nord - africains), mais constate toujours que ces enfants sont parfaitement intégrés à la classe. J'ai souvent constaté chez les maîtresses, ajoute-t-elle, un intérêt particulier pour ces enfants. )}

Mme Blanche HARVAUX (Ecole Nouvelle de Boulogne) indique Protéger du VI• rus LA 78 journée National,e contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, souligne le danger -que présentent les ba'ndes illustrées de journaux, les ouvrages destinés à la jeunesse, qui habituent les enfants à considérer certaines races humaines comme inférieu.res et à les traiter, soit avec brutalité et mépris, soit, dans le meiHeur des cas, avec une indulgence étrangère à toute notion véritable d'éga'iité. Les ouvrages mêmes, ne sont l'abri de toute point. scolaires, euxpas toujours à critique su,r ce Les participants à la 78 journée Nationale estiment qu'il ne suffit pas aux ,parents ni aux éducateurs d'avoir eux - mêmes. une attitude humainement fra1eril, c'est d'empêcher l'oubli des crimes nazis.)}

Mlle Boré, prOfesseur de lycée à Constantine, nous signale les préjugéS opposant parfois entre eux les élèves de différentes origines, par suite du climat ambiant, qui détermine aussi, dans certains cas, le comportement des professeurs et directeurs. « Heureusement, ajoute-t-elle, la majorité du personnel enseignant est à l'abri de ce reproche.» Et elle conclut: « Mais je pense que le racisme est le produit de la structure économique du pays et que les efforts des éducateurs ne pourront vraiment porter leurs fruits que lorsque celle-ci sera modifiée. Nous pouvons seulement semer des germes pour l'avenir ... )} l'enfance raciste nelle à l'égard des enfants de races différentes, mais qu'il est conforme aux principes de la démocratie et à l'idéal de l'université française de donner un enseignement positif destiné à prémunir les enfants contre tou,te inf1.uence racist'e et antisémite. Ils estiment qu'il appartient donc particulièrement a'ux enseignants de rechercher les moyens les plus efficaces en vue de promouvoir un tel enseignement. Dans cet esprit, la 7' journée propose la publication de textes pédagogiquement utilisables pour aider les maîtres dans leur tâche et soutiendra tout effort, toute initiativ'e qui tendrait à répandre la notion d'égalité et de fra·ternité inscrite dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. que de juger un être humain non sur ce qu'il est, mais sur sa naissance. On ne peut imaginer rien de pius sot que de condamner, par préjugé, des millions d'êtres humains. René PLAZANET Maire de Vanves Sénateur de la Seine JE m'associe plein ~ment à ceux . qui ont signé C'lt appel, r éprouvant les manifest.ations d'un racisme qui sont d'un âge depuis longtemps révolu et qui sont en contradiction formelle avec les sentiments les plus profonds de justice qui animent le peuple de France. Jacques DUCLOS Député de la Seine Président du Groupe parlementaire Communiste J 'AI bien reçu votre lettre me transmettant le texte de l'appel pour une Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, qui vient d'être lancée sur l'initiative de votre Mou vement. J'accepte bien volontiers de figurer parmi les signataires de cet appel et je vous autorise à faire état de mon nom. Si j'en avals eu la possibilité, Je me serais fait un devoir de participer à cette grande manifestation nationale le dimanche 12 juin, mais je suis retenu par des engagements antérieurs qui m'appellent en province ce jourlà. Je vous prie de bien vouloir m'en excuser. Françoise ROSAY ~ JE suis de tout coeur avec vous dans celte journée contre le racisme, l'antis émitisme et pour la paix. Malheureusement, je ne serai pas en France le 12 juin et ne pourrai pas assister à la r éunion qui a lieu au Palais de la Mutualité. Croyez à mes regrets et aux voeux que je forme pour le triomphe de la noble caUSe que vous défendez. René CASSIN Président de l'Alliance Israélite Universelle FIDELE à ses objectifs fondamentaux, l'Alliance Israélite Universelle ne saurait rester à l'écart de la 78 Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme ~t pOUl' la Paix. Elle tient donc à affirmer son attachement aux principes de fraternité que met en valeur l'appel signé par de si nombreuses et si éminentes personnalités. Tous frémissants des horribles massacres perpétrés sous l'actlUI des prétendues doctrine racistes, les hommes de l'Alliance savent que le sort du Judaïsme est intimement lié à l'amélioration du sort de l'humanité, c'est-à-dire au progrès général des institutions et à l'élimination de toutes les discriminations .•. Puisse I.a détente internationale, qui parait s'amorcer aujourd'hui, favol"lser l'ardeur de ceux qui défendent les droits de l'homme j ceux-cl sont Inséparables de la paix. Louis DlAQUIN Metteur en scène JE tiens à vous di re encore que je suis toujours prêt à vous aider dans les justes actions que vous entreprenez ... Et nombreux sont ceux du spectacle qui pensent comme moi... André SPIRE Ecrivain PLUS que Jamais adversaire des théories et des pratiques racistes et antisémites, Je vous exprime mon approbation totale. Natiol/ale cOlltl'e le • 1'aC1Sm e, l'antisémitisme et pdur la • * L a 7' ,Tournée ]lat.'/: le Conseiller A nUL y : Raoul CALAS: ANCIEN DEPUTE "Ne permettons.'pas que _notre :q_~ocrat.ie:; soit offensée,' meurtrie ..... .... .. Un A u - d. ComM CftlI,-, d. P.,I; eo-r ........... f'aB(I" ,. _ IpPO(IO le .. III! ..... 00' ....... -. .. _ .2'1' , _ ...... ... ~.:;r :ot~ .;" ~.~a':: " .t. -th. 'Dt "".Urt ".n'4boi COIII,., le r._ ..• "_"AI qg"apin .M ". _ dlt_ """10" cie _.. ... llOOl, dOftC la Okl.".!,,,,, .... O .... ta de l'Hom ... nI .11 JI tl~ .... le ""lll ... ,OD_ e .. , poli' ... int,~" ., ~ 1,..:1 •• tUe ~'t Con«phooo do La ""DM hU"';", '1" ...dcY_ 00 .. "";r ., tC bill" • COI."..... ~ dt 11* !ta bo- • __ pobtlq _ N. P"'-'_ pu qoot _Tt ~r .... ooit o4lütH. _ Iocooooo+., _ "l., ... n ... pot tH l ... o. riJlIMt rnl.... ... ... , .. , do 1.0 bICot .. Ue lei ptIIpin, '1, do", Il. lI'Ifmt "U-' de Il ~a; ...... , .. 1 .. ra .... pu ut ..... ..:1, .. d'I' ., do ca" .. " comme di .. ,t ... Im .... « .... ~"i 1 .. w'.An d ..... .~ .. ""1 ria IPPI'io: '1111 lOtI' •• , de ~""". _ .... cie ln .. U. _ el de ""'" llUptt-' ooatft les 1'111\01 .. Joi" ., !ta pop' h_ 1IOi ... _ les lilt la _ l!bof.b _~ , .. 'YI, Itt ••• de rI" , .... '~. les ....,. .. d' .. coloai. ol_ Inard,! ., ..t .... "COl'u" pCIIt le , :f'I cie 1& l'ooodo el baule perso ..... ...,rtl, tu' .. , 1. "r ..... , pooo. Il lifte..., d .. I,bttlb ;ylq-. .... d~l. de 1.0 pOnOnee hu- .... 1 ........ 1 .. !ta ill ...... p~ 1 l, di..,rillliJoati"" '1 ..... kIol- _ ... àaltt, -;,. •• 1 ulo (0011 ... le '0_, 1' _ 1_", _ . la pol. C ' 1.1 porr,UrI_Y •• ft ... uh""üf1 N .... I.n~ poUf hlh .. ... -;flf d,it.bIt ... t ..... , ... , .n ~ 06 .. ra a.PI'nnl/)O l'uploitatiNI dt 1"_... pu .1.,.., "," _...I. e"""o _f'" ._... dKo.r. .I Ma~ • le lib ... dfwIoI1 71 do _ on. la coM",liow do l1li ... dholS);z., do _ •. U. . _ ..-0'" '" U_ .... '" _rocti'P. 1_ d ...... IEbU_ do rKt. do co.lz.r ... do 'oIi.107. lolo.. ~... Idlt ~p!" .'aI pat ......... 1 "",t ... , IOOt ... i~.l EII pui .... ""'ur« "" ... les p,i1l(rpH .th. """, PO ' la OftI.r.I'NI da 1)"" .. do t"H_ fi d. C'IOJ". .a ~ 06 1. bort',II 'IIe. ct.... p~, Il . 11 • l·tpoQ .. , 11_ p!oall do r,,**-,aüz_ '"" o.L ûu.u .. PO_I .. d,re .... palnoM, q:ooi d,_1 .. F •• roç ...... fa;""'t ........ IIIC- 1 .... pa ....... _ la ",Iz •• do Inr pu •• In .. ~ pOlI. liq-, 1OCi.1.. NI "UI' zr L· .. poIrI .. oe l'. p,o"d. pui .. '1.'.,.. bien, les Iftloalmlta .. plu , ......... COIMII let X .. ..,r V.lIal. ont /1f IN pl .. ûl& coIIobor.lou" do I"oc.,.· ~ .. ....... , .... _ .... ..... '.L •• l', . ... _ . .. "1' , l,,,,e LES Prol .... urs .. li lin .... CO"'", . 11N:r\ lIa"I.T • .,..., OUItC .. , _ .1I .... IlII. _ ......... .ayo"x, , . • IU...oIl, n_ _ "" HII.I" .. II~L. """ ... - Il111, pror .......... Sor· bo ..... .. , , ... un, prr l_.r h--..r •• Coroot ............. N.· Uorr.al do .. rdIq .... li. O . .. 0.110 D' .aRma, ' .. 'ed .... ,'"nl rie nro;ttnr:. -- ""bIIct .... "li. "'U.lltT. mar-o-... _ • LOC", _RlllOI" lIO. _ III. lUI. L .... ÇUlVIL, .... ... eO"'T.fIT, loi ... . 1 ....... " '" V. U lE , .n • .I&or!uolr.o •• Rell ... D, M).! • .... IIC ..... " .. UT, O ...... ILUT, pror ....... . Pe~n.nalil .. de 1(1 Résill(IIlce lot ... ......... , .UtaL" • • Dei .... bd .... , ..... , .. "C,I". 1f .... I .. 1"'00 ; Il. cl,",_n .. III', .ordo7 -01 du , ..... '" rie La R_La .... l r_ , .. '01.01" CoDo.ILaU"; 1. ~H. .. , L. COIIIIII 'LU , 1. "nl "nIlllltT • • .,.1:0 ... 1 .. "'Alltt; /.: ... C .. O •• a ltT D' L"''''', m/'daU1o do La R60"La ..... C"". do 0. .... ; 1111, ........ lfIT., ua... ... mrr .. do '·AIHmrrl~. CouuILaIlTo; 10 CIIoDoI .... V .... PERSONNALITÉS 1 ... 'IIl .. AutrN pe~n.nalil" ..... 1I0 •• I1"_IIOLL ..... 0 , )1_ Y... • ... 110.. "0-' o.' G. Co_II )l,."ct.1 10 la POiL lot. ",~,• •, _~ •••I IL• • , __ )1 ... '~_d CA .. I .. , "'., du Coal .. d·C.pa l,. },I .... 'NJ"l"'" IIOUY. 010- )1. _. C ..... I ... prloldoo, 00:' ..... , ....... Ull, M. J~,1oro •• 11_ d. '·AllIa.ooo Intnt UIlkO,_ )1. _ CAIOCI: . _riWr. T .. I ... II, .,1101 ... .. II.. ~ ... , do 10 CorrI_1Io7 0.. )(. LNIo D"'OU ' N, .... t ..... )I},I. l'"D D' "L"IO- .f .. ,,, 1I111nu 60 I"ArtIoo.... ... oct .... L", p"-_' d·~ ... _r 60 la. )IloI. _III_ .... z 110.1_ loi . ......... IN ...... "' ......... , . , __ ":,".~,41 I.H~....:;_"_._• •_ '.'.'.'"_• ~. .'• •I.I "' ...' -.•. '.1--". _______ c!I:.t~. ~Ua! 60 ·11':;: cM: Dr1rIU ... 1"/1.,,_; 11_ IIU'II'N, pftotoSoal rIO .. _1107 chi \~ "" La u,u. .... 1) .... 10 rIO rll~1IWO. )1. IIII •• "D, ... n!IO.I .. ,,~ .. .. \ d. 10 LI&Ue de. 1)'0110 d. 1"11 ... 10. lU Co.,. " Olp- M. CO.I.ÇOttN" "'LI. ptrI_ oId •• 1 do. ...... 10 d. 8eh.lelor. )1. L_ LIO.TI."t,.12 ,. -loIt"I -~nl d. La a. ...... n. .. , _III ~"""'fIT , Il ..... III .. ,.I:hal da IoUL"-I'. loI)I. O'JOOwP.~ .. 1 1":r1 ... l'C_ lIN Alle .... C'·'II_ t.o.rrl.r fl Voloatalroro ,uIt.; V'LNlrz. _ritol.nr rttIlnl do 1'1:_ ..... 'ul" POU' .. Il'""'""" lift .. et n:.I,·o!d,,: ... 1'01. " "'. pr#ll •• 1 d. l"1I ... . d .. !lolflb Jul_ 10 ....... ; ....... IU"""""""O, pli_Dt du loI.,m,mut ,11,1'010" III .. raIr. ; "'1"" ... n. ... N, _1oIt"I LES ORGANISA TIONS a. .... , •• _ ·"'11._ .. "" •• Io.IkrM ... Iorol .. .... 1 ... Id ...... la ......... ..... Yonol .. Clio", ..... m_." LU IY .. DIC ... Y, _ .... ............ 111 .. -_ .. .............. Ia_ .. rio, .. Irr _ •• 11" (.".p .. •• ).10 ., ......... _ ... • ""._ .. La ,_ I·u_ 0 \' -" ,,'110 (D. II.. T.) ... "_" .. 10 _ " n',. L ....... t .. I • •• "nI. 0D."I_OT .I ..... .'". ._ IDrEo. _..". . .1.0 ....... 00/", 1'._..... d.. ..'.r~I.w1oJo.0.1.I •..• ••. 1... ........ '" •_•• •••• 1 ..... '., ...... -... 1_ _ ......... 1." .. le Président "Antiracistes, Léon lYON-CAEN: unis! Jacques MADAUlE: " Ce problème nous concerne tous ... b ....... '"AI _'1. 1. 7' Joonok N.houit. /ri.. Lto. l_ YO,N.i-C ..A EN, _if' p,_1II dt la Coor. dt c... . lioG, prhidnl d. .'olR.A.P ~ _ _~ .. _b"n _,lits el ... tIzIi ..... ta po ....... "tn • fIIi. ..._ th ,_ II~ .. riz",.. _ dou, 1«""1"" If , ..... 8t1. ... _ ..acii!:l • 4 ,,", _rd,"'QI,o~ 'QI;''~' ...... ,Îonlll, . Une 9lor~UM tradition Léo SEN,4 TEUN • • "Au la présidence 1.0 oMM ...... '." ... .. .. -'-. .. • 11:0_ "1 ,,,, III , _ ... .. .01 '1 , .......... ..- ........ '_1.0.c A.,N."' _.. . .M... C"O ..... , __ ..... , -.. '_'. ,to" 1 .. c, ,. ., .. fi 10 rf ... 'l do m'lil.riome .110- ....O:d. 10 p,n;\I,.' LJoa-C .... 1- ' . .- al'tt 10r«' Un péril à eearter fol DAN S LA Do .. "'U1 J_llr. .. 1 ... d~ _pLa do la ,.~....,.. N,_I. It de _ do' ,_ Clt .... ""wrr_o, L •• "",, L' II . .... "" La PI ..... L_ tIon, _ .... u Par1_ L_ .... La T_ 1101 .... . ....1 . .., •- .. wW ..t-rt~ .... Ea lRttUI ;:w:~! 1.Uo, :.: • LAI IUtSOLVTznN GIJNIJIVILB .I~ 1 """lUI. nOua ........ riunll 1. Il N. . u8 nouo ~Ievo ... «ont.e L.. . b,I ..& dtor. 1. ..e ..- luln 1~5·i1. 1. M.lualll~. pou. .anlf ... let n .. I. . lion .. 1 .... an .. dLftC. I_lnalo! .... 'lui Irap""nl 1 ... OO_ltlow to ... 1 ... p .... ju.b. I.opal.ndtor el dia· t.av.tll~u ........ d·.fr~I . .. Noua de.a.do ... q ... ... 1_I .. all.... ba.oti ou. 1 .. dllf rtnr:ea de .. .,.. d. le ...... Ien' . ppllqu&, _1 ... 1 qu'l t .... 1 ........ 111 ...... l'Quleur ou ,ella;loa. ~· ... t""'.f:r. IH l .. ulHrr .... t1tutlonnell ... Ii q,,·11oI _rF. I.~..I... . 10.11 1Ce _f.Ut.,t uaul r ._.. . _ du "t"uopi_e d e1 .p.......,.1. I,.... .q.u.raennll 1r elI'Q·_Ubrob;o. . ~.M!r • •1•tr U1l 1ll.2 .1 dI ..1.ts.,u a, ..~ p a,l .e.mn eirlrlle .. .... 1·1t.1U~ de ............. ... der •• , la loI. el le droll .IIocrrI!oni t •• lliaiei et der .. t la j ... t1oe. .le 1 .... a" peC1 de I.u. dlpU' el de leu ..... pl_ N_ ft ... ~1,. ...... ~r .. IH ,riJ",," et 1 ... d\6. .. 11011' h.d lcI ... ll ...... l'Qlledl ..... ""adUlo. de la •• I .. lnollo ... qui nuLlt.t .n ~ud1l.üte d'Oui ... ... 1"011".. de la 1i~.lf et d. la pat.... el .... tret'.UI leu •• ..,. .u prcrt_1ou lalell«, NOL'!! fU ... o"," nol •• o:olIdnll' nec loul~ 1 .... ~ktl .. e;o de l"anUUIIIUlome el du racla •• ..c"'t .e.r """"""'".eu ,cneo. .. t . •. • I,. ..... . I1M 1o rlH ~I 1. .. p ..U 'Iu,"" ... lHn el .UI .... U, .e." hu_IrI . .. central, .. 1 L. yolonl' et .UI tnt" rfl~ de .... "" ..... ple. No ... :-t f~lIdl __ du f.11 que le p.I..,'", ok l·uIlJ.~li """ droite de J·,""".e et de l'ltallf' .... .. li .t(" ,' ••• enl la ceNIc •• tlon """ """PM ""fie .1 .rAlrlq ..... rep"'.I" 1 11. Coot· li.ence dt U .. doe ... . NOUS roC ... lo ... ... llIn.lle."1 ""nlr. l·od.ol de n "vell ... . eoopo .... b1l1t&, 10 ..... p.H L. dH.ij: de I"hlllfrl . ... , • d ... h ......... " •• '1 .. 1 ""' ]'oppr . t du "' ..... e .. dt mUllo ... d'l .. a"",nlA fi 'lui ,,:rn .u)ou.d·hl d'p,,' . nl pl". redo .. t.wblf:1 que ",,,,'e,,, Hre .. tllIHM d ........ d·nte •• lna· IlDrr .... 1. .. pl ... pulMa. l .. qu" ta ... Hrr .0)',.... JUIIIIU'ld ... ,lari!oo.. V.""U' d ... u .... e Dt ",UI '1"'" ,·.tttO!l,.., .~ ... la rtttUdM ...... d. _mlarla.e. N_ .. 1_ .vec .. ",,1. la .. nconl .... p",,,,,.r,,,, """ .ra.deI, ,,,1 ... ,,.,... • ....,.pllbl. • .r.pparler .. "" Niulion pacifique 1 10... ,... probl. .... laIe .... • 'Ion." .. NOUS Zllrue 4Ie ..... "",,1 •• 1·I .. pun'" dOltI WnHlde .. t 1 .. Il,,,.,,,.e.le el 1 ... I. dll'Id .... 'Iut. da". le" ... réunion. et le" .. }ou ..... " .... ·ef· f.rcent d·"' .. e. l'opllll ..... u .0)'0. de l'anllH.l· luell .... N ..... de .......... que l·fq .. U' pr4rrrlde 1 I·.t- 1.lb .. llo .. .r... .h . .. b . ... d ... bou ...... el d ... e.plo,," aux ~Iudianl " el aUI IlIlen.ctuell de """le" •. N .. ". lenono , 1IO"lIlIlIe. le r61" d ... Mueat"" ... qui ,",ut être dkt-If pou. IlIculqlll' 1 la }eu __ 1. .. p.lncillf'l d·~I.II" et de t ..t emU'. POUR UN PRIX DE LA FRATERNITE N OUS ~"d_ " 11. ... lI dei! •• II •• dM ... pu'" .·..,.-prl.e. ph ...... Yen' Il 1 ...... 1 ... • n'" de 1. Il.d lodllf ... lo. f .. nça~. u ""0'" d'ino .... I ..... ulla 1 cel e tlet. Afin d'en""U'.lIe. ..."l ..... llon df:l p.llldpeoo d·fII.lltf et de frate.n U' hu •• I.e ........ decldo ... 11. c.~.lfoll d'un "lUX DF. LA FRATERNITE. dftlln' l ","",on ne • • lIIIu.lle.,.nl "ne '"'", ..... 1111, ... 1 •• ou ..U, U'I"e. •• AUX cor_pa.n .. de .!r.lne et de dbla-l.t ..... I!oD. \1 tu, ri_le ...... h . .... '-. No ....... 1_ l' .... to. dero ,.trlat.. '1 .. 1 •• ... t mlleft .ota .... , 1 N ... t]". Ullo el 1' .. , ...... pou. e .. pèche. la rm"" dei! .. nirtllatlou ..... nl. ..... pa. d ... "laoenCM a"llaHrll .... 1 •• d.,_ No ... ap",lo ... , .. ", 1.. ..U.acisltil, 10_ 1 ... pal.lolu, III"" d 18l lnctiOlt d'opinion et de «on'_ el .. n, l ,·u.l. Il l pO .... "I .. re la lul1e erlM_hle. "" • • ~plnc". 'I,,'.lnol nou. dffondon. 1 II foie 1 ... lat4_ rêlo d. 1. dé",,,.,,..""r, de la F ....... e, d. la l'ab. " ... Jo .....'1 11 ..... ro_ •. " ..... , .. r i,,",,", '" ............. ~."IO Mm. Yves FARGE : Nous faisons nous-mêmes notre Histoire" La I.U. «roUe I· ... jffm,tit.... , «HItre 10 '.citrn., 10 .. 1"". lU ... IonnN, NI de 11(1 ....... 7IIu.n._,. u pre .. "" pli_ do r.,_lil! .-....1 .... 1 ...... , ..... "jorr'dllgl •• ~ ta 1 __ "10 _, 1& PO"', qat oe toi. u bropt, .. _, NI .. M.ict .. . __ Leo d ...... porai.l .... t: ce- 101 dt la ..... 1000""0 dt 1. Wdr ... ,ht. IIotn da 0'_1 .. dl _ CO.p 1. pa" l f~ .. el l _ nf'RIo. - Jo _d'o .... _ "n;', ,...... ' 0"",,10 ..... ~.z .. qu·ta\. ~." V_ "AI«IE: • Sc"', _. _ .. _ .... ,... ~ralld·_. R_ .... bIi!:I 01 "ft .. , ...... __ 10Ul • 01 d·.bord, l1li;"".;' la hanre , _ .. ni- • $1 M .... .,on. i.dole"" el "'1;«011, ""III pe.rlons I0Il1. Leo IIn'm.. q" l ,.""ro," ctIte po!1 .. 10111 ".riolüf1H .... , 'Iu&hl! d'" '122. VOIIlo poor",1101 _ ... , ;_ .. bol'I! 001 , 1. _ • .ultawte fi k'AII.l. \"1II1Jr porrrq1lOi il _ 1.", _h ... r .... rell· e" • 0211"-11 .. porrI ,ame. la pai. t M_ . ......... _ .... 1.&42 participants AJN ... olt ..... 10. la 0"'. ...... u...n rie la J"urn'" sononit.. 1& /: .. " .. ,,1.0100 d .. )r •• dl" • 1-101011 t .. "nlit,u .ul· , ... ". qui ru'on, .,,"'uoIqM, l 1' _ ,""," . .... 110'" GE"· M _\~ ....... " ... du bu ..... u ::0,,, .. !Ill d~ l:I z'AI·. 'Cro, .. •• 1 ... '01.... t3t R.p ...... 1 ... 1.0 d'orplll_ Il'- ..... , . Ut "',,",","al .. t d. SoK ot_ 1" ............... U~ ~1,,*,,·1 /oh" .u ...... ... """ "0.1, ... , p ..... "'. 1.1.... n'trt, .. w. •• Il.110) ..•.•..•.. . .• 7GS Do'll-p" do pl"Ol1... .• ~ I • • •• • .. ........ 8 DROIT ET LIBERTE La le Journée Nationale contre le raCi• sme, l'antisémitisme et pour la Paix La haine qui fut génératrice de 6 millions de morts. · · « Dix ans après la Libération, la haine qui fut génératrice de 6 millions de morts n'est pas encore éteinte», constate dans son rapport M' Claude-Frédéric LEVY, membre du Bureau National du M.R.A.P. Et il énumère les différentes formes que prennent les activités antisémites: D'abord, les campagnes de presse, avec Aspects de la France, Rivarol, Ecrits de Paris, Défense de l'Occident ... « Sans parler de la multitude de petites follicules qu'on distribue sous le manteau ... » Les hommes qui reprennent cet t e propagande criminelle? « Leurs noms, qui s'étalent dans les colonnes de ces journaux sont marqués dans notre souvenir comme l'empreinte de nos souffrançes: Xavier Vallat, Cousteau, Bardèche, Tixier-Vignancour ... » Ils passent aux actes. Salle Wagram se tiennent des réunions aux cris de « mort aux Juifs!» Le « Mouvement Jeune Nation» diffuse des tracts antisémites. Le « Mouvement Poujade» et le « Front National et Social» « tentent de désigner les Juifs comme responsables des charges qui pèsent sur le commerce, de même qu'on les désignait, il y a dix ans, comme responsables de la guerre, et il y a quelques siècles, comme responsables de la peste ... ». « Mais le danger le plus grave, souligne C.-F. Lévy, réside dans le réarmement de l'Allemagne, car c'est par lui et grâce à lui que les racistes qui, depuis dix ans, veillent dans l'ombre, espèrent réaliser leurs desseins.» M' Claude-Frédéric LEVY « Tous les hommes, sans distinction de race, de croyance ou de parti, doivent être unis, conclut- il, contre Auschwitz, comme ils doivent être unis contre Oradour ou contre Hiroschima.» La désintoxication nécessaire M. VILNER, secrétaire général de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide, souligne l'inquiétude des Juifs devant la recrudescence de l'antisémitisme et salue les victoires de Nancy et de Lille contre Xavier Vallat. « Pourquoi, s'écrie-t-il, n'en serait- il pas de même dans toute autre ville? La clé est dans l'union et dans l'action. » Soutenant la proposition d'une émission antiraciste è. la radio, il constate: « L'Etat se doit de garantir la sécurité de tous les citoyens... DepUis que les racistes relèvent la tête, aucun effort sérieux n'a été entrepris par le gouvernement pour assurer la bonne entente entre citoyens ... L'organisation de la désintoxication est une nécesSité absolue.» Et il conclut: « Alors que la guerre recule, il est également pOSSible de prendre l'offensive, pour faire reculer le racisme. Il faut, pour cela, que nous soyons unis. » Les commerçants et artisans contre l'antisémitisme M. Jean CANCE, secrétaire général de la Confédération Générale Unifiée de l'Artisanat, apporte le témoignage de ces classes moyennes parmi lesquelles « des hommes tels M. Poujade et ses adjoints prétendent ressusciter les principes du racisme ... ». è. nos amis du 14', les activités antisémites du « Front National et Social»: Des discriminations indisnes de la france « Nous, antiracistes, avons le devoir de faire connaître la vérité », affirme avec force M' Armand BITTOUN, avocat è. la Cour, au début de son rapport où il dénoncera les calomnies et les discriminations dirigées contre les travailleurs nord-africains. « La plus grande malhonnêteté, déclare-t-il notamment, consiste à dire que l'Algérien ne peut être auire chose que le dernier des manoeuvres... Les résultats atteints par les travailleurs nordafricains, lorsqu'ils ont la moindre possibilité de se perfectionner, sont remarquables par la rapidité avec laquelle ils peuvent s'élever dans l'échelle professionnelle ... » « Pourtant, note-t-il, trop d'entreprises exploitent le travailleur algérien d'une façon éhontée, ne lui paient pas le salaire qu'il mériterait, et les pouvoirs publics ne sanctionnent pas ces abus ... C'est l'Etat lui-même qui donne l'exemple en instituant deux ré{ iimes d'allocations familiales, discrimination absolument indichrétiens, s'est battu pour la France, vient vous dire de lutter contre toutes les formes de discrimination raciste et d'oppression ». M' Armand BITTOUN gne, contre laquelle il convient ,-_______________ . de lutter par tous les moyens.» Après avoir dénoncé d'autres abus, dans les domaines du logement, de l'embauche, ainsi que les rafles « au faciès» et la ségrégation pratiquée dans certains établissements publics, l'orateur poursuit: « Dernier tait que je constate avec le plUS ae tristesse: lorsqu'il comparaît devant les tribu· naux, le Nord-Africain n'est pas sûr de rencontrer la justice.» Telles sont les raisons, entre autres, pour lesquelles, conclutil, «un juif français né en Algérie qui, comme bon nombre fIe ses frères musulmans, juifs ou Une vue de la salle. Un devoIr de Juslite Mlle E. PERROY, au nom du groupe « Coopération », donne, elle aussi, de nombreux détails sur le racisme frappant les Algériens en France et sur leur propre sol. « C'est un devoir de justice, conclut-elle, de lutter ensemble et d'éclairer l'opinion, si souvent trompée par de fausses informations. Faire connaître la vérité, et tout mettre en oeuvre pour la justice et la paix, tel doit être notre but commun.» Le témOignage d'un Algérien M. NADJI apporte un témoignage: « Je travaille à la Régie Renault, et peux vous certifier que les besognes les plus ingrates et les plus insalubres sont confiées aux Nord-Africains, qu'il s'agisse de la fonderie, de l'atelier des produits chimiques ou autres ... « En ce qui concerne les allocations familiales, alors qu'une famille française perçOit plus de 26.000 francs par mois pour quatre enfants, une famille algérienne ne reçoit que 8.000 francs.» d'aspirer à la liberté, à l'indépendance et à la paix; dans ces conditions, tous les patriotes du monde sont des criminels.» Et, aprèS avoir rapporté de multiples cas de racisme en Algérie et en France, il conclut: « Nous, peuple opprimé, nous assurons nos camarades juifs et l'ensemble des Françai~ de notre sympathie, de notre fraternité la plus complète.)} Messages ... Hubert DESCHAMPS Professeur à l'Institut d'Ethnologie L ES races existent, et Il en résulte une diversité de tempérament particulièrement heureuse pour la richesse d'aptitudes et de ressources de l'-espèce humaine. Et aussi pour l'intérêt que l'on peut prendre à ce monde, dont l'uniformité serait mortelle-. Quant à l'infériorité mentale irréductible de certaines or-aces, c'est une hypothèse qui ne repose actuellement sur aucune base scientifique certaine et qui parait de plus en plus démentie par les faits à mesure que les progrès de l'éd ucation rendent la comparàison possible. LI! gobinisme et l'hitlérisme ne sont plus concevables. Pierre P ARAF Ecrivain JE vous adoesse ce message au retour d'un nouveau voyage en Afrique noire où j'ai pu éprouver, une fois de plus, l'intelligence, le sens poétique et humain d-e ceux qui doivent, dans l'amitié, dans l'ége.lité, faire avec nous la route de l'avenir. Et je souhaite que no~re Mouvement mène, dans la plus large union, son acLion généreuse. Il n'est pas d-e meilleur terrain pour refaire entre nous l'unit.é de la Résistance. Le Général LE CORGUILLE T 1US les Républicains fidèles aux principes de la Révolu! tion et à la Charte fondamentale des Droits de ['Hhomme et du Citoyen, du 27 août 1791, seront à vos côtés dans la lu~te commune que nous devons poursuivre contre le racisme, pour la dignité de l'homme; contre l'antisémitisme, pour le renom de la France; contre le réarmement allemand, pour la défense cie la paix. Francine LEFEBVRE Député de Paris D E coeur, je suis avec vous. Dans le monde que nous vouions construire, sur la fraternité de tous les hommes, il n'y aura pas de place pour le racisme et l'antisémitisme, et la Paix sera assurée. Nous sommes solidaires ... M' KALDOR, secrétaire général du Comité pour la Défense des Libertés en Afrique Noire, consacre son intervention è. la situation au Cameroun, où l'on constate de graves atteintes aux droits des populations autochtones: « Il faut qu'ensemble nous condamnions ces discriminations qui mènent aux catastrophes. Il faut qu'ensemble nous témoignons notre solidarité avec ceux qui souffrent dans les prisons et les camps de déportation, avec ceux qui réclament, au Cameroun et dans l'Afrique Noire tout entière, que soit respecté l ' égalité entre les hommes.)} « La lutte qui nous est imposée sur le plan fiscàl, déclare-t-il, n'est pas fractionnée; le mêm8 régime nous est appliqué à tous, et nous ne pouvons admettre les allusions malhonnêtes faites en parlant d'une « concurrence déloyale » ou « d'activité douteuse « Cette tentative, écrit-il, est une injure à notre peuple, foncièrement antiraciste... Est-il besoin de souligner que les pratiques racistes et antisémites ne peuvent que faire le plus grand tort à la cause juste des commerçants, en les divisant, en les dressant les uns contre les autres, alors que c'est seulement par leur union qu'ils peuvent obtenir les réformes nécessaires.» Evoquant le probleme de l'Algérie, il déclare: « Le seul crime que l'on nous reproche, c'est Selon que vous serez blanc ou noir ... des commerçants néo-français» . ...-------------------------------- « Le moyen de sortir du marasme ne réside pas dans une chasse à l'homme selon sa couleur ou ses origines, mais dans un changement de politique qui donnerait à tout notre peuple des conditions de vie décentes ... » Au nom du* *S*y ndicat National des Industries de la Fourrure, M. MICOUX constate « le tort immense causé par l'antisémitisme et la « xénophobie» aux artisans de cette profession, par la tions de vie décentes ... )} M. Robert F*R**A NCOTTE, conseiller municipal de Paris, conseiller général de la Seine, dénonce, dans une lettre adressée Avant qu'il ne soit trop fard • • • M. Henri BULA WKO, président du Mouvement sioniste « Hachomer Hatzaïr», analysant les progrès réalisés dans la lutte antiraciste, se félicite de l'union obtenue et observe: « Si Xavier Vallat a été chassé de Lille et de Nancy, c'est parce que l'unité que nous recherchons depuis toujours a été réalisée enfin... Le danger commun a eu raison des divergences, et l'union reconquise a eu raison de l'agitation raciste.)} Abordant le problème de la paix, l'orateur déplore la situation au Moyen-Orient: « Des Juifs tombent, et aussi des Arabes, déclare-t-il, alors que les peuples d'Israël et des pays arabes ont manifesté plus d'une fois leur attachement à la paix. Si le canon tonne et le sang coule, c'est dû aux intrigues des agents de l'impérialisme anglo-saxon, qui sont seuls à craindre la paix. » Et après avoir souligné la nécessité de combattre le réarmement allemand, il conclut: « Chaque heure, chaque jour comptent, et notre action doit ~tre amplifiée. Agissons tant qu'il est encore temps J )} Un originaire évoque diverses du racisme qui pays. du Cameroun manifestations sévit dans ce « Yaoundé compte deux h6pitaux, déclare - t - il notamment, l'un destiné aux Européens, l'autre aux Africains. Dans ce dernier les opérés couchent à même le sol, sans draps ni couvertures, alors que de nombreux pavillons restent vides à l'h6pital « blanc». « Lorsque nous consultons un médecin en France, nous sommes étonnés qu'il nous traite d'égal à égal ... » En France, pourtant, existent aussi des discriminations: « Dans certaines écoles, nous ne sommes pas acceptés, sous prétexte que . nous ne sommes pas. français. Par contre, les avantages dont bénéficieent dans certains cas les étudiants étrangers nous sont refusés, sous prétexte... que nous sommes français J ••• » C'est parce que la population aspire à plus de justice, au res- . pect des droits de l'homme, è. l'égalité, que la répression a ensanglanté récemment le Cameroun, ou des centaines de victimes sont dénombrées. « Il fallait que vous sachiez, conclut l'orateur, que l'on entretient, au nom du peuple français, un climat de discrimination raciale dans les territoires d'outremer. Nous sommes certains que le peuple français voudra mettre fin à une telle situation.» ,I ~ 1 rr --::* DROI.:r: l'r LI.IRT~ 7 La le Journée Nationale contre le raCI• sme, l'antisémitisme et pour la Paix La fraternité n'a pas deirontières ... ALLEMAGNE Le Pasteur MARTIN NIEMOELLER Si au sein des peuples, qUI porlent aujourd'hui la responsabilité de l'av,enir du monde occidental, triomphaient la haine de race et l'antisémitisme, cela serait, non seulement la fin de la paix, mais très certainement (}elle de toute l'humanité. C'est pourquoi toutes les forces humaines doivent aujourd'hui l'ester unies en un barrage inébranlable. LA COMMUNAUTE fSRIlELITE DE BERLIN Nous vous adresson~ l'expression de notro complète sympathie et solidarité ainsi que nos salutations de combat et nos voeux de succès complet. LE COMITE BERLINOIS DES COMBATTANTS ANTIFASCISTES . DE LA RESISTANCE Nous adressons à votre Journée Nationale les plus cordiales salutations. Nous sommes avec vous dans votre généreux combat. L'ASSOCIATION DES COMMUNAUTES JUIVES DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE ALLEMANDE Nous nous associons de tout coeur à votre Journée Nationale pour la Paix et la Fraternité. AUSTRALIE M. GOLDBLbOM du Comité Juif de Lutte contre l'Antisémitisme et le Fascisme M. Goldbloom, dirigeant du Comité Juif de Lutte contre l'Antisémitisme et le Fascisme, en Australie, était présent à la Journée Nationale. Au cours d'une brève allocution, il a déclaré notamment

({ Nous parlons tous un langage commun, le langage de l'égalité et de la paix. Grâce à notre union et à nos efforts, l'égalité et la paix l'emporteront.}) De nombreux messages de solidarité antiraciste son t parvenus de l'é·tranger à la 7" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Nous en donnons ci-dessous les principaux extraits. CHINE LE COMITE DE PAIX CtilNOlts Le peuple chinois est prêt à lutter avec le peuple français et tous les peuples épris de paix pour éliminer radicalement les méfaits des discriminations raciales et .pour sauvegarder les droits des hommes et la. palx mondiale. Nous vous souhaitons plein succès. GRANDE-BRETAGNE Dr HEWLE"rT JOHNSON Doyen de Canterbury Actuellement, racisme et antisémitisme constituent une tentative

Le faire obstacle aux efforts

des hommes de toutes les nations pour piusi de justice sociale et pour la paix. Mais ces théorIes sont vouées à l'échec, grâce en particuUer à l'action de mouvements comme le vôtre. Je vous souhaite plein succès. HONGRIE LE CONSEIL HONGROIS . DE LA PAIX Les salutations chaleureuses et les sentiments de solidarité du Conseil HongroIs de la Paix à ohaque participant de la Journée Nationale contre le raoisme, l'antisémitisme et pour la Paix. Nous souhaitons de futurs-suooès et de riches résultats à votre Mouvement, qui lutte pour des objeotifs grands et nobles en défendant la Paix et la dignité humaine. ISRAEL LE MOUVEMENT DE LA PAIX Le Mouvement de la Paix d'Israël adresse ses voeux de succès à votre Journée Nationale. Nous suivons de près et apprécions hautement vos' efforts, en faveur de l'amitié entre peuples et de la paix. LAOS M. KATAY D. SASORITH Premier MInistre Au nom du peuple . t..a'o , le Gouvernement Royal remeroie le Mouvement contre le Raoisme, l'Antisémitisme et pour la Paix du concours moral appréoiable qu'il apporte à la oroisade en faveur de la dignité et de la fraternité humaine, en organisant en Franoe, le 12 juin, une Journée Nationale oontre le raoisme, l'antisémitisme et pour la paix. POLOGNE LE COMITE POLONAIS DES PAR'rISANS DE LA PAIX Nous sommes oonvainous que grâoe à vos efforts, aux efforts de tous les hommes de bonne volonté, tous les gens honnêtes, sans distinction de raoe et de oouleur s'uniront dans les rangs fraternels des défenseurs· aotifs de la paix. ROUMANIE COMITE NATIONAL POUR LA DEFENSE DE LA PAIX De la République populaire roumaine, veuillez reoevolr un sinoère message de solidarité et des voeux de plein suocès dans votre lutte pour la noble cause de la paix et de la fraternité entre les peuples. TCHECOSLOVAQUIE Dr GUSTAVE ZICHER Grand-Rabbin de Prague Je vous redis mes sentiments de solidarité avec la noble et vigoureuse aoUon que vous menez. La lutte oontre le racisme et l'antisémitisme fait en effet, partie intégrante de la conquête de la paix mondiale. Croyez à mon accord complet avec vos buts. (Suite page 8.) S'instruire Il. sans distinction -de couleurs De nombreux déléguéS ont participé aux travaux de la Commission des Etudiants, présidée par notre ami IMERGLIK, membre du Bureau National du M.R.A.P. La résolution adoptée, qu'on lira ci-dessous, a été présentée par Etienne BRUNSWICK (Union des Etudiants Juifs de France) et lue par un étudiant africain. Elle a Les étudiants étaient nombreux ••• été approuvée à l'unanimité. En voici le texte : La Joumée Nationale rappelle solennellement que l'égalité des droits, sans distinction d'origine et· de croyance, confirmée par la Constitution de 1946, resterait un vain mot si des possibilités égaIles d'instructiün ·n'étaient 'pas offerte aux enfants de la France métropolitaine et à ceux d'Outremer. et «Amis d'A s p e c t s de la France ». La: 7· Journée Nationale salue l'initiative du Comité provisoire pour la tenue d'une Confél'ence a'ntiraciste des étudiants de Paris, en novembre 1955, et appelle tous les Français à lutter pour l'abolition de toute discrimination dans l'enseignement. MARSEILLE Une belle Journée départementale M. MARTER, de la délégation de Marseille, signale diverses manifestations de racisme qui sont à déplorer dans cette ville. {( Tels ces entrefilets de journaux où les travailleurs nord-africains sont calomniés ou insultés. Tel ce tract électoral édité à l'occasion des dernières élections cantonales et attaquant un candidat adverse parce que juif. Tel ce cas d'un officier - mécanicien originaire d'A.O.F. qui se voit refuser un poste pourtant vacant, à cause ' de son origine, ses capacités étant hors de cause. Ou encore ces incidents créés par un raciste dans un ciné-club parce qu'un jeune antillais contr6lait les billets ... » L'orateur évoque, en contrepartie, l'opposition de la population à ces faits scandaleux, et en particulier la Journée Départementale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix organisée le 5 juin. De nombreuses personnalités de toutes tendances se sont associées à cette magnifique manifestation. {( Les antiracistes de Marseille, conclut-il, renforcent encore leur union pour développer ce juste et noble combat.» Un exemple d/ antiracisme M. Arch, ouvrier à l'entreprise Bruno - Rostand, à Marseille, vient apporter {( le témoignage de la solidarité agissante des travailleurs français envers leurs camarades nord-africains». Récemment, le patron de cette entreprise a voulu obliger un" ouvrier algérien à faire un travail absolument insalubre: vider avec un seau une citerne de ciment dont le fonctionnement de débit était en panne. L'ouvrier essaya, mais dut ressortir· de la citerne, à-demi étouffé. C'est alors que le patron ordonna son licenciement. {( Très touchés d'une telle injustice raciale, déclare l'orateur, nous nous sommes réunis et avons tous décidé de nous mettre LI L LE en grève pour la réintégration de ce travailleur. Nous avons faif) grève trois jours, contraints par l'entêtement du patron à reprendre le travail sans avoir obtenu satisfaction pour ce père de famille ayant cinq enfants en basâge. Nous avons alors transmis l'affaire à la justice. » {( Malheureusement, poursuit-il, ce n'est pas un cas isolé. Mais ce qui est certain, c'est que les travailleurs français sont antiracistes. Ils le montrent tous les jours sur le chantier et dans les entreprises. Ils sauront, avec l'ensemble des antiracistes, faire triompher la cause de la fraternité humaine. » Comment Xavier Vallal fui chassé Il appartenait à M. PLOTIGNY, préSident du Comité de Liaison des Organisations de Résistance du Nord, de saluer la Journée Nationale au nom des patriotes de Lille, qui ont fait échec à Xavier Vallat. Il exalta l'union qui permit de faire interdire les manifestations prévues par l'ancien Commissaire aux Questions Juives et souligna la nécessité de maintenir cette union au sein du M.R.A.P. pour remporter de nouveaux succès sur les éléments racistes, ennemis de la France et de la Paix. M. COMBRISSON Secrétaire de la Fédération Nationale des Cheminots (C.G.T.) «Nous nous souvenons ••• » L ES cheminots ont manifesté, manifestent et manifesteront encore leur opposition au racisme et à l'antisémitisme, de la même façon qu'ils ont agi, agissent et agiront encore pour la défense de la' paix. Pendant l'occupation, dans leur masse, ils se placèrent à l'avant-garde du combat, dans b l~ésistance ... Puis ce fut la grève insulffectionnelle de 1944, et la paralysie totale du réseau ferré, qui permit de stopper, a'u départ de Drancy, notamment, les convois de déportés, que les nazis s'apprêtaient à diriger en hâte sur les camps de concentrahon ... Ce fut ensuite, et sans trêve, la mobilisation patriotique de masse pour assurer dans les meilleures conditions le transport des troupes alliées et, en 1945, le rapatriement des déportés, des prisonniers ... Ces souvenirs impérissables sont vivaces dans l'eprit des cheminots, qui mesurent a'ujourd'hui les dangers de la renaissance du militarisme allemand, auquel il ont signifié leur opposition ... Ils n'admettent pas, ils n'admettront jamais les discriminations raciales pratiquées à .J'égard des travailleurs algériens, tunisiens et marocains ... Notre union est la meilleure garantie contre la renaissance du racisme et de l'antisémitisme, pour la défense de la, paix. M. FAVERAIS Cheminot, syndicaliste C.F.T.C. «Je me reJouis de cette union» J'AI pensé n'avoir paS le droit de décliner l'offre qui m'est faite d'unir mes efforts à tant d'autres dans 1.1In combat si juste, qu'on le considère surie plan philosophique ou du po-int de vue religieux, social, économique ou simplement humain ... La' 7" Journée Nationale décide __________________________ _ L A Commission des étudiants de la Journée Natiünale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, a pris connaissance de la discrimination qui frappe systématiquement certains écoliers et étudiants, selon leurs origines raciales. Cette discrimination se traduit notamment par la non-scolarisation de la grande majori,té des ' populations autochtones des pays d'üutre-mer, dans Il'inadaptation de l'enseignement aux besoins de de oes pays, dans l'orientation de cet enseignement vers la formation de cadres subalternes, dans l'attribution arbitraire et parcimonieue des bourses et dans l'inégalité des débouchés offerts aux tJiplômés. l'envoi d'une délégation aux Services compétents du Ministère de l'Education Nationale et aux services sociaux de l'Université de Paris, pour ,demander que cessent Iles pratiques de discrimination dans l'attribution des bourses et des logements aux étudiants. Etudiants juits et musulmans Le syndicaliste convaincU' que je suis ne ,peut que se réjouir de cette ,union de tant de volontés pour un idéal qui s'inscrit dans le cadre de la C.F.T.C., mon organisation syndicale, dont je m'inspire ici sans tou,.. tefois parler en son nom ... Elle appelle les étudiants à s'unir contre la ·recrudescence des menées radstes et antisémites dans les milieux universitaires opérées notamment par les asso~ ciati?n~ suivantes: «Jeunesses PatrIotiques , «Jeune Nation:. Intervenant au nom de l'Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains et de l'Union Générale des Etudiants Tunisiens, M. Belhaej MOKHTAR déclare notamment: « On entend dire parfois que les musulmans sont antisémites. Voici une preuve du contraire: à l'Union Générale des Etudiants Tunisiens, israélites et musulmans sont étroitement unis.» « La propagande raciste, dit-il encore, n'est qu'une manoeuvre bien orchestrée de certains profiteurs qui veulent semer la discorde entre les éléments d'un même peuple.» Il conclut en assurant le M. R. A. P. « de l'appui et de la solidarité sans réserve des étudiants nord-africains dans la lutte qu'il mène pour la justice et l'égalité ». C'est à nous tous qu'il incombe de faire savaiI' au monde que tous les hommes sont frères, sans qu'aucun.e race puisse se Iprévaloir d'être supérieure à une autre ... Je souhaite donc de tout coeur à notre réunion d'être constructive. 8 DROI'r E'r LIBERTE APRÈS NANCY ET LILLE HELSINKI, lA USA N NE, GENEVE XAVIER interd.it a" Poursuivant son périple à travers la France, dans le dessein de regrouper les antisémites, Xa- VALLAT Grenoble de notre pays de manifester en toute occasion son opposition à l'antisémitisme. vier VALLAT, le 1er Juillet, de-,-______________ valt prendre la parole à Grenoble. Dès que furent connues les Intentions de l'ancien Commissaire général aux Questions Juives, la population grenobloise manifesta sa volonté de ne point tolérer une réunion aussi indécente. Comme à Lille, comme à Nancy, la Résistance, unanime, publia un appel contre l'Intolérable présence dans les murs de la ville du « pourvoyeur des camps de la mort ». Encore des tracts antisémites Un certain Comité d'Action Clandestine du Mouvement de la Jeunesse Nationaliste distribue depuis quelques jours un infâme tract antisémite à Vincennes. H ELSINKI, Lausanne, deux vines reposantes et fraîches dont le visage de pierre et d'eau nous est devenu étrangement familier depuis que des hommes et des femmes inconnus, accourus de tous les coins du monde, y ont parlé une langue que nous comprenons bien, celle de la Paix. A Helsinki se sont rencontrés 1.841 délégués, représentant 68 pays. En hommes décidés et honnêtes, ils ont voulu 'Voir les réalités bien en face, en chassant la routine des idées, le ronron des propagandes. Ils ont nettoyé les mots de la rouille dont certains voudraient les ternir. Et tOUt naturellement ils sont arrivés à un accord malgré leurs divergences d'o pin ion s et de croyances. Tant il est vrai que le désir de paix est commun à 10us les ver les mots qui parlent au coeur. Elles ont dit leur peine, leur misère, leur haine de la guerre qui tue les enfants, lieurs espoirs . dans la force des hommes et des femmes du monde entier pour assurer la Paix. Ce vaste mouvement qui soulève les peuples d'un continent à l'autre a permis la rencontre à Quatre de Genève. Les chefs des gouvernements 'Vont s'y rencontrer le 18 juillet. L'interdiction de la bombe atomique, une solution pacifique du problème allemand, le respect des accords sur l'Indochine, voilà quelques-unes des questions qui pounaient être réglées à Genève. Il dépend de nos efforts, de notre vigilance qu'elles le soient: l'opinion, plus que jamais, doit faire entendre sa voix. Devant l'émotion populaire, le meeting de Xavier Vallat fut .Interdlt par le Préfet, tandis que se déroulait une brillante contremanifestation organisée par les Résistants de Grenoble. Prônant la formation de réseaux autonomes clandestins, ce tract n'est qu'insultes et grossièretés. hommes, blancs, ou jaulnes, ou r--------------- Ainsi, Xavier Vallat a pu constater une fois de plus qu'il est des faits que le peuple de France . n'a pas oubliés et n'oubliera jamais. Et ce ne sont pas les mises au ({ ,point» embarrassées de Xavier Vallat dans ({ Aspects de la France » qui empêcheront le peuple Plus que jamais Il Importe que les pouvoirs publics prennent enfin les mesures nécessaires pour mettre fin à cette criminelle ,propagande raciste et antisémite que nous dénonçons ,sans relâche depUis des années. Il y va de la sécurité des citoyens et des Intérêts de la France. noirs. Mais il est vrai de dire aussi, comme le fait l'Assemblée d'Helsinki, que la Paix ne peut être assurée ta'nt que subsistent la discrimination raciale, le mépris et le recours à la force con- 1re des peuples opprimés. Les délégués venaient à peine de quitter Helsinki que, déjà, des femmes se préparaient à faire 'un long voyage pour assister à Lausanne au Congrès Mondial des Mères. Toutes, elles ont su trou ... La r Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix La fraternité n'a pas de (Suite de la page 7.) U.R.S.S. Le grand-Rabbin SCHLIFER Président de la Communauté religieuse israélite de Moscou Au nom des Juifs cro-yants (le Moscou et en mon nom personnel, je voudrais vous assurer que nous sommes à vos côtés dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, qui sont profondément contraires à la religion et à l'humanité. Que Dieu vous protège et que le succès vous accompagne dans votre action pour faire régner la paix de Dieu sur le monde entier. U. S. A. Mme Hélène SOBELL A l'occasion de voLre Journée Nationale, le voudrais vous demander de continuer votre noble action et de garder vivante dans vos mémoires l'héroïque sacrifice d'Ethel et JUlil1S Rosenberg et de mon mari, Morton Sobel!. ... Je vous Sllue, vous qui pensez que tous les hommes sQnt frères et je suis à vos côtés, avec mon mari et mes enfants, pour la réalisation de la justice, de la paix, de la liberté. Puissent-elles arriver rapidement et pour toujours 1 Le Professeur W.-E.-B. DUBOIS Par tous les mo-yens possibles, nous luttons pour les, mêmes objectifs que vous. Je suis certain que, si nous poursuivons nos efforts, le succès viendra irrémédiablement. W. PATTERSON, Secrétaire général du Congrès des Droits Civiques Nous sommes à vos côtés dans l'inc.essant combat que vous menez. Votre manifestation est pour nous d'une inestimable valeur. JI renforcera notre volonté de lutte. Nous avons la certitude de vaincre ... La suppression des haines racistes·, religieuses et chauvines est la garantie de la paix. République Démocratique du Viet-Nam M. PHAM VAN DONG Vice-Président du Conseil Ministre des Affaires Etrangères Au nom du peuple du Vietnam, j'ai l'honneur d'adresser mes 5afrontières lutations les plus chaleureuses et les plus amicales au Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. Menant avec détermination la lutte pour la libération nationale, le peuple vietnamien lutte en même temps contre le racisme sous toutes ses f')rmes, pour l'établissement de bonnes relations, entre tous les peuples et les hommes du monde entier, sans distinction de race et de couleur, d'origine sociale ou nationale, sur la: base des principes d' égalité et de fraternité. 1 Le ,peur,e vietnamien a la ferme conviction que, dans sa lutte a0tuelle pour la paix, l'unité, l'Indépendance et la démocratie, avec, comme tAche immédil1te, la consolidation de la paix et la réalisation de l'unité nationale au moyen d'élections générales libres, prévues par les Accords de Genève, il aura 111 s-ympathie et le soutien chaleureux du peuple de France, de tous les Français qui sont contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Pour que vi•v e le 14 JUiLUT 1 Traditionnellement, les antiracistes participent adivement 'aux manifestations du 14 Juillet, par lesquelles le peuple français commémore la victoire de la liberté sur la tyrannie, des droits de l'homme sur l'arbitraire. Or, cette année, le gouvernement Edgar Faure, comme le gouvernement Mendès - France l'an dernier, a interdit le défilé pacifique qui, à Paris, se rendait habituellement de la Bastille à la Nation. Cette mesure ne peut que soulever l'indignation de tous les républicains, fidèles aux principes de 1789, proclamés à nouveau par la Constitution de 1946. ües principes furent tragiquement bafoués, il y a deux ans, le 14 juillet 1953, lorsque la 'police, tirant, place de la Nation, blessa mortellement six travailleurs algériens et un Parisien, Maurice Lurot, à l'issue du défilé traditionnel. Le peuple de Paris riposta par d'inoubliables métnifestations, où s'exprima avec force la fraternité qui l"unit aux travailleurs algériens et à tous les hommes victimes du racisme. Pour commémorer ces dramatiques événements, le M.R.A.P. organise cette année une cérémonie sur la tombe de Maurice Lurot, le 14 juillet, à Il heures, au Père-Lachaise. Les antiracistes y participeront nombreux. • ILA 'VIllE IDlUJ IMIRAIP • lA 'VIlle DU MlRAP • lA VilE \DlUJ IMIRAIj) • Première session du COMITE D'ACTION Le Comité d'Action élu à la 7" Journée Nationale a tenu sa première réunion le 5 juillet, à l'Hôtel Moderne, sous la présidence de M. Léon LYON-CAEN, président du M.R.A.P. Un rapport a été présenté par Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., sur la réalisation des décisions prises à la Journée Nationale et sur l'affaire des «Nouveaux Maîtres ». Après un débat approfondi sur ces problèmes, le Comité d'Action a élu l,e nouveau Bureau Natio. nal du M.R.A.P. LES VACANCES En raison des vacanc.es, Droit et Liberté ne paraîtra pas au mois d'août. Le prochain numéro paraUra au début de septembre. Une permanq,nce sera assurée tous les jours, de 17 heures à 19 heures, au siège du M.R.A.P., 91, faubourg Saint-Denis, à Paris, du lundi 25 juillet au jeudi 11 août. Les bureaux seront donc ouverts toute la journée, aux heures normales, jusqu'au 23 juillet et à partir du 12 août. Et la lutte antiraciste, elle, ne connaUra pas de vacances ... Notre souscription Le succès de la Journée Nationale ne doit pas nous faire oublier, bien au contraire, l'importances des dépenses engagées pour sa réalisation. A la veille des vacances, nos problèmes financiers sont loin d'être résolus. Et si nous voulons « tenir» JUsqu'en septembre, nos militants doivent multiplier les efforts pour le placement des Cartes d'Amis. Des résultats encourageants ont éLé a.tteints au cours de ces dernières semaines, mais se démobiliser s,erait, dans ce domaine, dramatique, pour le M.R.A.P. Même les vacances devront être . mises à profit. Songez, chers amis, que notre lutte nécessite le soutien de tous. Voici le détail des sommes collectées depuis la parution de notre dernier numéro: CARTES D'AMIS Henri Calfan: 5.000; Jack Venot: 1.000; Michel: 1.000 ; Anonyme: 20.000 ; Karpik: 10.000 ; Aunac: 5.000; collecté par le Dr Turkiel: 21.500, Igla : 20.000; ZaJdel: 3 .000; Bernard: 5.000; Knopf: 5.000; collecté à Saint-Quentin: 26.500; Gorlntin: 5.000; Goldfeder: 5.000; S. Lévy: 20.000; Dr Davidovici: 4.000; ~nonyme : 30.000; Dlkstei .. : 2.000; Turkieltaub: 1.000; Birbrauer: 1.000; Meyerson: 1.000; Gru .. : 500, Weil: 500; Nutkowln: 500; Elle: 1.000; Jachimovicz: 500; Dikotein: 2.000; Trlcolor: 5.000; Spiro : 2.000; Reudel: 2.000. SOCIETES ET ORGANISATIONS Amis Israélites de France: 10.000; Ami. Solidaires: 10.000; Brest-Lltowsk: 5.000; Kielce: 5.000; Vllnols: 5.000, Gobelins: 20.000; Censtochow: 10.000; Kaluchin: 5.000; Varsovle-Ochota: 20.000; Syndicat Ouvriers Maroquinerie: 2.000; Pietrokow : 25.000; Plock: 5.000; Fidélité à la France: 5.000; Anciens Combattants Juifs: 10.000; U.J.R.E. : 40.000; Krasnik: 5.000, Entraide Frate~nelle: 5.000; Amis Retrouvés: 10.000; Konsk: 10.000. CARTES ILLUSTREES Société « Amis Solidaires" : 3.100; Société « Pulawy »: 1 0.000; 1 O· : 1.200; 2": 14.300; Montreuil: 20.000; 19': 2.200; Belleville: 5 .000; Dialochinski: 10.000; Livry-Gargan: 5.600; 18' : 1.500; Mme Wolmark: 500; Judin: 6.200. COLLECTE ET VENTEI D'INSIGNES A LA JOURNEE NATIONALE: 104.554. Après la Journée Nationale Le M.R.A.P. adresse ses ,'Jmerclements à tous les mllil lnts et amis qui, avec un Inlassable dévouement, ont participé à la préparation ~t au déroulement de la 7e Journée Nationale. Le succès remporté est le fruit de tous ces efforts conjuguéS. Nul doute que les nombreux contacts ,pris à cette occasion permettront à l'avenir de renforcer l'activité de toutes les sections et d'en créer de nouvelles. Le dimQ'nch~ 19 juin, au cours d'une sortie champêtre organisée à Achères par la Société des Juifs d'origine bessarabienne, Albert LEVY, membre du Bureau National, a fait un compte rendu de la Journée Nationale. Après un débat, tous les assistants se sont engagés à soutenir activement le M. R. A. P. Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., a fait, le 23 Juin, un compte rendu de la Journée Nationale devant 10 groupe de Jeunes «Amitié ... Après une intéressalnte discussion, le groupe a décidé d'apporter son appui le plus complet à l'action du M.R.A.P. Un compte rendu de la Jourtnée Nationale a été fait, le 20 juin, à Strasbourg, par M' MANVILLEI, membre du Bureau National du M.R.A.P. Un nouveau Comité du M.R.A.P. a été constitué. LA tOMMtMORATION DU 16 JUILLtT 1942 C'est sous le signer de la plus large unité que s'est déroulee, le 12 juillet, la commémoration solennelle des rafles monstrueuses du 16 juillet 1942, dont 30.000 Juifs (hommes, femmes et enfants) furent victimes. Devant le Vélodrome d'Hiver, où ils avaient été parquéS avant la déportation, une foule dense et recueillie a e n t end u, en présence de nombreuses personnalités, le service religieux présidé par le Grand-Rabbin de France, M. Jacob KAPLAN, puiS les allocutions de MM. VILNER et WEINBERG. Une gerbe a été dépOSée par une délégation du M.R.A.P. que conduisait notre secrétaire général, Charles PALANT. La Conférence Mondiale Juive contre le réarmement allemand Une importante Conférence Mondiale Juive contre le réarmement allemand s'est tenue à Paris, les 18 et 19 juin, en présence de délégués de France, d'Angleterre, d'Argentine, d'Australie, de Belgique, du Brésil, de Bulgarie, du Canada, des Etats-Unis, d'Israël, d'Italie, de Pologne et de Roumanie. La Conférence s'est prononcée pour la solution pacifique du problème allemand et a décidé des démarches auprès des parlements et des gouvernements, ainsi qu'auprès des dirigeants des Qua. tre Grandes Puissances, lors de la réunion de Genève. M· Claude - Frédéric LEVY, membre du Bureau National du M.R.A.P. a exprimé à la Conférence la solidarité de notre Mouvement. Des Rosenberg à Sobell Pour le 2- anniversaire de l'exécution des Rosenberg, la vente du livre "Le Chant interrompu. s'est déroulée avec succès à l'Hôtel Moderne, le samedi 18 Juin. Ce livre, édité chez Gallimard, réunit 01\ le sait, des textes d'un grand nombre d'écrivains contemporains et apporte de nouvelles preuves de l'innocence d'Ethel et de Julius. C'est une nouvelle arme dans la lutte qui doit se poursuivre et se renforcer pour la réhabilitation des deux héros livrés à la chaise électrique et de leur compag'non, Morton Sabell, emprisonné actuellement au bagne d' Alcatraz. VIENT DE PARAlTRE: LA NOUVELLE CRITIQUE N° 88 juin 1955 Cinq études sur Racisme, Colonialisme et Civilisation Charles 9 mars 2010 à 11:16 (UTC). PAR -~~ .... Maxime RODINSON: « Racisme et civilisation ». 1. POTIEKHINE: ({ L'Afrique est-elle un continent arriéré? ». H.-J. DOUZON: « Justice coloniale, justice d'exception ». J. SURET-CANALE: « Destin de l'Union Française OUI scrupule de la colonisation ? ». Ali YATA: ({ Les leçons de Ba,ndoeng ». G. LUKACS: « Les manuscrits de 1844 et la formation du marxisme ». H. REMORTER : « La ,pensée et l'action chez Albert Einstein ». V. LEDUC: « L~ttre à J.-M. Domenach à propos des « nationalismes ». UN ARTICLE DE JEAN KA NA PA à propos de MM. Aron, Merleau-Ponty, Etlemble LE N° : 200 FRANCS. Chez votre libraire ... et 24, rue Racine - Paris-Se

Notes

<references />