Droit et Liberté n°154 - mars 1956

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°154 (258) de Mars 1956
    • A l'appel commun du M.R.A.P. et de la L.I.C.A Paris antiraciste a dit non à Poujade et à ses complices page1
    • Poursuivre dans l'union par Léon Lyon-Caen page1
    • A bout d'arguments, l'internationale raciste a "découvert" un complot judéo-nègre et chrétien par Armand Bittoun page2
    • Le prix de la Fraternité 1956 au film de Christian-Jaque, "Si tous les gars du monde" page3
    • Le grand meeting antiraciste et républicain de la Mutualité: les interventions de Bernard Lacache, Jean Pierre Bloch, Léon Lyon-Caen, Jacques Nantet, Fernad Grenier, Charles Hernu, Michel Maurice Bokanowski, Yves Jouffa, Charles Palant, R. Vallaud, Emile Kahn, Charles Lévine page4,5
    • Après le meting unitaire, une délégation du MRAP au congrès de la L.I.C.A. page6
    • Les commerçants contre Poujade page6
    • Signez et faites signer l'appel du M.R.A.P. page6
    • En Algérie, pour faire échec aux racistes déchaînés, une solution pacifique s'impose page7
    • Etats-Unis: les noirs intensifient leur lutte pour l'égalité page7
    • Une interview de M. Juricho Matsumoto dirigeant antiraciste japonais: Nous sommes tous solidaires dans la lutte contre les discriminations (recueilli par Albert Levy) page7
    • La traduction du roman de B. Schlevin "les juifs de Belleville": Un mariage par Roger Ikor page8
    • Congo noir et blanc (livre) par Andrée Clair page8
    • Mieux voir par Alain Gheerbrant page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

LE PRIX DE LA FRA TERNITE (CREE PAR LE M.R.A.P.) décerné au film de Christian-Jaque: '«SI TOUS LES GARS DU MONDE ... » u-__ ~ _ 27 avril 2010 à 12:14 (UTC)~ _ ~ _ Charles 27 avril 2010 à 12:14 (UTC) _ ~ _ ~ _ ~ _ Charles _ 27 avril 2010 à 12:14 (UTC)~ _ ~~(VO" page3) _______ ~ N· 154 (258) 20 MARS 1956 30 FRANCS A I·oppel commun du M.R.A.P. el de la L.I.C.A. le 9 Mars à la Mutualité PARIS ANTIRA CISTE a dit, ay,ec force NO~ A rOUJAO( Sous la présidence de Léon LYON-CAEN et de Bernard LECACHE les représentants de tous les courants républicains ont exalté la lutte et l'union contre le racisme et l'antisémitisme Pou rsu ivre, dans l'union Nous reproduisons ci-dessous l'allocution prononcée par notre président, M. Léon LyonCaen, en conclusion du -meeting du 9 mars à la Mutualtté. CHARGE, en ma qualité de président du M.R. A.P., de clore les débats, je ne voudrais pas qu'ils se terminent sans dire combien se suis heureux de me trouver aux côtés de M. Bernard Leca. che, le distingué président de la L.I.e.A., dans une union étroite dont je salue le retour et que je souhaite ardemment voir durer, se prolonger et se renouveler. Nos deux organisations soeurs ne sont-elles pas animées du même noble idéal? Ne poursuivent-elles pas, en définitive, le même but? Aussi est-il tout naturel qu'elles entreprennent et soutiennent en commun la lutte contre un ennemi commun, le poujadisme, et associent leurs efforts pou'r conjurer les menaces qu'il fait peser sur les !ibertés républicaines. LA gravité du péril poujadiste, les orateurs que nous venons d'entendre l'ont mise en pleine lumière. Pour la première fois depuis la Libération, un mouvement politique ose prôner ouvertement l'antisémitisme, insultant à la mémoire des milliers de ju.ifs français morts en héros dans la Résistance ou en martyrs dans les camps de :Iéportation. Pour convaincre les français encore sceptiques de la par Léon L YON .. CAEN réalité du danger, il n'est que de lire la presse du mouvement pouja'diste, - de voir l'origine de ses lieutenants, recrutés parmi les plus notoires des anciens collaborateurs, - l'appui que lui apportent les feuilles vichystes, - d'observer ses procédés de violences et de calomnies, - les slogans de haine raciale, de xénophobie, d'antiparlementarisme démagogique, qu'il jette en pâlture aux foules pour les attirer. Ce mouvement, vulgaire dans sa mentalité, vide de {oute idée politique réelle, dépourvu de scrupules dans ses méthodes, ramasse toutes les séquelles du nazisme' et du fascisme, ces grandes épidémies qui passent après avoir fait tant de mal, mais en laissant derrière elles des ferments toujours prêts à redevenir virulents. CERTES, le judalsme français, si cruellement frappé et décimé par les horreurs de la dernière guerre, n'a que trop de raisons pour s'alarmer. Et l'on comprend qu'il s'inquiète devant la tentative pour ressusciter, onze a'ns après la défaite de l'hitlérisme, les haines qui, naguère, ont allumé les fours crématoires et meurtri la Frlnce. Mais nous croyons qu'il convient de voir plus haut et plus loin, et d'élargir nos perspectives. (Suite page 4.) et a" ses complices SAMEDI [24 MARS 1956, de 21 -h. à l'aube fous AU GRAND BAL ANTIRACISTE SALLE DES SOCIETES SAVANTES avec Georges JO·UVIN sa trompette et son orchestre (Voir page 8.) 1 8ROIr aT LlBBRTa A boul d· argumenls. rinlernalionale racisle a ··découverr· un complol "judéo-nègre" ... et chrétien UN intéressant document,. Intitulé « Antisémitisme et crimes de guerre », vient d'être publié aux Etats-Unis par M. Anatole Goldstein, sous l'égide du Congrès Juif Américain. Il traite particulièrement la question de la propagande antisémite et celle de la situation des criminels de guerre en Allemagne de l'Ouest. L'auteur commence par constater que l'année 1954 a vu pratiquement tous les anciens nazis, fascistes et collaborateurs, les leaders racistes les plus notoires, retrouver un peu partout les positions qu'ils avaient avant guerre. Ce retour sur la scène a pu se produire si rapidement qu'il a surpris les intéressés euxmêmes au point que l'année a été consacrée par eux à leur regroupement, à leur réorganisation et à la recherche de nouvelles cibles et de nouveaux moyens d'action. La réalité de ces révélations n'est que trop évidente à constater aujourd'hui, en 1956, où ces forces néfastes sont passées du stade de la préparation à celui de la réalisation. La nouvelle internationale nazie Le rapport souligne la création du Comité international néofasciste, dont le siège central est en Allemagne et qui, sous le couvert d'action « européenne », est un véritable état-major d'action raciste et antisémite. La lecture de ces documents devrait être particulièrement instructive pour ceux qui peuvent avoir des illusions sur une certaine « Europe » dont la clé de voûte est en Allemagne. . La nouvelle propagande antisémite utilise tantôt le vieil arsenal des accusations calomnieuses qui a servi de tout temps, mais aussi certains thèmes qui, sans être nouveaux, semblent à leurs auteurs susceptibles de porter, particulièrement aujourd'hui, sur certaines couches de population: C'est notamment la nécessité de lutter à la fois contre les gens de couleur et les juifs et celle de lutter contre « le démoniaque esprit juif » «( evil spirit of Jewry ») qui anime non seulement les Juifs mais aussi nombre de non-juifs qui sont « sous leur influence ». Juifs, chrétiens communistes .•• Dans cet ordre d'idées les églises chrétiennes ne sont pas épargnées: « Cette tMse apparaît dans DER WEG, organe central nazi publié d Buenos-Aires, qui est une tn"bune avancée du fascisme, du pan-germanisme et de la propagande militante antisémite. Dans le numéro de février 1954 un article observe que l'influence juive se retrouve dans le « Nouveau Testament» qui, dans une large mesure, est juif ou constitue le reflet de la pensée juive. Cette influence juive, poursuit l'auteur, explique pourquoi les premiers chrétiens vivaient en communistes et pourquoi un tel mode de vie communiste était souvent adopté par différentes sectes hérétiques. Dans l'opinion de l'auteur, le communisme se développe seulement dans des pays chrétiens comme la Chine, où les missionnaires « ont déraciné la religion d'origine » (1). Conclusion? L'adoption de deux mesures s'impose: a) la création d'une nouvelle religion, « libre de l'influence juive »; b) la lutte sans merci contre « le communisme, mode de vie juif ». Une religion germanique nouvelle doit être créée, fondée sur les trois vieilles vertus germaniques: le courage, la chevalerie et la fidélité, sur la conception teutonique de l'honneur. Cette thèse a fait l'Objet d'un pamphlet distribué aux « Allemands bienpensants » et dont l'auteur n'est autre que le Dr Ernst BERGMANN, ancien professeur nazi à l'Université de Leipzig. Un an de retard 1.• • Quant au communisme, c'est une « conspiration mondiale juive ». C'est la publication mensuelle « DEFENSE DE L'OCCIDENT » qui développe cette thèse. Ce journal est l'organe du MOUVEMENT SOCIAL EUROPEEN, paru pour la première fois en décembre 1953 sous la direction de Maurice BARDECHE. Pour mieux tromper ses lecteurs, ce journal se prétend neutre sur les questions raciales et religieuses, mais sous la rubrique « Etudes et Tribune libre » paraissent des articles bourrés de propagande antisémite. Le document d'Anatole GOLDSTEIN cite encore « DER WEG » de Buenos-Aires et « COMMON SENSE » publié à New-Jersey, aux Etats-Unis, qui développent BARDECHE, « maître d penser » de l'internationale raciste. les mêmes thèmes, notamment celui-ci: la dernière guerre fut provoquée par les banquiers Juifs, les gouvernements de Russie. d'Angleterre, de France, d'Israël et des Etats-Unis; etc ... Contradictions, absurdités, énormités ne gênent nullement les nouveaux propagateurs de cette propagande empoisonnée: 11 y a trois ans paraissait en Angleterre un pamphlet qui annonçait la domination mondiale juive pour 1955, ce but devant être atteint au moyen des efforts combinés de l'internationale prolétarienne de Moscou et de l'organisation financière internationale des EtatsUnis! Faux et idées-forces Et voici la nouvelle « Idéeforce »: les juifs collaborent avec les gens de couleur dans la lutte contre la race blanche: une fois les races mêlées, les juifs seront les maîtres de l'univers (!) C'est la revue « COMMON SENSE », qui se qualifie de « feuille nationale anticommuniste », qui nous l'apprend dans son numéro du mois d'août 1952. Elle se sert d'un prétendu « discours du rabbi Emmanuel Rabinovitch », prononcé, dit-elle, au cours d'un congrès de rabbins européens à Budapest le 12 janvier 1952. Ce texte, plein d'inventions qui dépassent le sens commun, n'est pas sans rappeler l'apocryphe et célèbre « Protocole des Sages de Sion », dont il reprend certaines idées. Or, dès septembre 1951, une conférence raciste avait réuni à .Zurich des Allemands,' des Italiens et des Français pour l'étude d'un « Programme national européen »: « Le premier sujet traité fut celui de la défense de la race, car c'est en Europe seulement que la race blanche n'est pas mêlée aux gens de couleur et constitue une masse homogène. L'émigration des noirs en Europe, lisonsnous dans les procès-verbaux, constitue un danger pour la race blanche, qui court le risque d'être absorbée par les mariages mixtes. La tache majeure de la politique t1.ationale européenne consistera à interdite les mariages mixtes. « En mai .1952 la Conférence de Paris du Mouvement Social Européen confirma le programme de Zurich et la 30 Conférence internationale de ce Mouvement recommanda l'adoption d'une politique de défense biologique pour combattre les races de couleur. » Par un simple rapprochement des dates, le rapport explique comment le prétendu « discours du rabbi », qui est un faux grossier, a été préparé par la conférence de Zurich. Cependant que la conférence dénonçait le métissage et les dangers qu'il comporte, le pamphlet apocryphe insinuait que ce métissage était préparé par les juifs en vue de la domination mondiale. De Poujade à Bardèche Le rapport analyse ensuite les moyens de propagande considérables dont disposent en France les organisations néo-fascistes et antisémites. Le M.R.A.P. les a dénoncés et continue à le faire, une brochure spéciale y a même été consacrée, Il nous est néanmoins rappelé que 34 périodiques antisémites et racistes paraissent en France, dont le tirage total peut être estimé à 350.000 ou 400.000, ce qui fait que 1.250.000 à 1.500.000 personnes y sont exposées à une propagande ·antidémocratique et antisémite. Citant RIVAROL, ASPECTS DE LA FRANCE. ECRITS DE PARIS (pour ne parler que de ceux-là), l'auteur nous montre comment le racisme est lié à la lutte contre la démocratie. Il fait notamment état de la flambée de racisme que la France a connu lors du passage au pouvoir de M. MENDESFRANCE. D'autre part, il est signficatif que les dirigeants poujadistes soient en étroite liaison avec le Mouvement Social Européen, de Bardèche, auprès duquel ils ont délégué un représentant. D'ailleurs, on aura reconnu au passage, dans les citations faites cidessus, les thèmes principaux de la propagande antisémite et raciste enseignée à l' « école des cadres » de Poujade, que nous avons cités dans notre dernier numéro. Angleterre, Allemagne Suède .•• En Angleterre, si la propagande proprement antijuive est en diminution, le racisme n'en désarme pas pour autant. Il existe des publications antisémites comme FREE BRITON et GOTHIC RIPPLES. Mais, comme en France et en Amérique, l'accent est mis maintenant sur la lutte à soutenir contre les gens de couleur: il suffit de lier toutes les formes du racisme. Pour Free Briton, « la cause juive » ce sont: le communisme. le gouvernement du monde, le mélange des races et la liquidation de l'empire britannique (sic). Le même périodique (nO' 150-151 de 1954), « ... traitant du problème des gens de couleur comme une menace sociale, applaudit à l'action de certains propriétaires d'h6tels, cafés et restaurants qui appliquent la ségrégation dans leurs établissements et proteste vigoureusement contre les mesures gouvernementales tendant d l'abolition de pareilles pratiques discriminatoires. » Le rapport dénonce enfin l'activité de certaines organisations d'émigrés de pays de l'Est qui. sous le couvert de prétendus mouvements nationalistes et patriotiques, se livrent en réalité. notamment en Allemagne et en Amérique, à une propagande raciale et antisémite. L'auteur souligne le caractère grossier et primitif de certaines feuilles qui n'en constituent pas moins un danger qu'il faut signaler. Dans l'action de propagande raciste internationale, un Suédois. Einar ABERG, condamné dans son pays pour ses écrits à des peines d'amendes et de prison, joue un rôle des plus importants. On le trouve 1\ l'origine de la diffusion de feuilles antisémites, ' tant en Allemagne qu'en Amérique. Dans la deuxième partie du document, l'auteur évoque la question du traitement des criminels de guerre allemands. Il en sera rendu compte dans un prochain numéro. Armand BITTOUN. (1) En italique, les citations tirées du document d'A. GO'dsteln. PAS * 1I'IIJISQlUJ'OINI I~IE VOlUJS liE DIT IPlAS r;::::: ee bOnio.uc d' 04Lt ced :::::::n Voioi le temps pour les prix de vertu. Si l'Aoadémie française distribue les siens - on a tout le temps ohez les Immortels - la plupart des fondations s'en remettent à l'administration de l'Asslstanoe publique pour dénioher la vertu et réoompenser la bonne réputation. Reoherche patiente. sans doute. à en juger par les exigenoes baroques ou stupides dont nombre de donateurs ont assorti leur legs. Et Je vous ,passe le prix Eugène Faroy (de préjugés) Van Ael qui veut bien honorer le mérite d'un père de quatre enfants. pauvre. catholique. eto.... à oondltlon supplémentaire qu'il soit fabricant ou vendeur de corsets. oomme le prix Etienne Lamy qui aooorde 20.000 francs à une famille néoessiteuse sous réserve que cette somme n'y Introduise pas la paresse ... Mais je vous recommande la fondation Goffard, ohargée de seoourir une infortune digne d'Intérêt, ohoisie parmi les personnes du sexe fémnin, de nati-nalité française et ... non Juive. Ou. enoore. le prix Alfred (sio) en faveur des familles nombreuses des oolonies ou pays de Protectorat français. les condldats devant êue Français de nationalité. de religion oatholique et ... de race blanche. ... En vertu de quoi, le racisme peut être considéré comme une ... vertu phllantroplque. Dont-acte Le P.U.C. (Paris Université Club), sollIcité par le poujadiste Le Pen en vue d'un noyautage des organisations sportives et de jeunesse, a fait savoir qu'il est apolitique, qu'il admet des membres de toutes tendances, de toutes origines, de toutes confessions. Un bravo au P.U.C. qui ne confond pas le sport avec les jeux de mains ... Casser du verre La dernière de Poujade: il vient d'annoncer que son groupe parlementaire exigerait que les partis fassent connaître la provenance de leurs ressources. Nous on veut bien, et pour faciliter la comptabilité dt l'U.D. C.A. nous rappellerons les revenus qu'elle tire du rackett en extorquant par exemple des fonds L'ONCLE TOM sous la menace aux commerçants récalcitrants, au Carreau du Temple notamment. L'on serait d'accord aussi pour que la chambre des députés devienne une maison de verre. comme Poujade le réclame, si l'on ne craignait qu'avec les méthodes de gangslers qu'y introduisent les poujadistes, le verre soit bien fragile. Refoulement Lorsqu'il ne leur est pas permis d'assommer le contradicteur, les hommes de choc de Poujadolf se rabattent sur les slogans antisémites et xénophObes, ou bien lancent leur sésame-ouvre-toi : « Les Etats Généraux ». Ainsi, dans la Charente-Maritime, où leur campagne avait eu une violence particulière, les poujadistes reçurent brusquement l'ordre de cesser les matraquages. Un restaurateur-assommeur quI essayait ainsi de « compenser » ses colères en hurlant dans une réunion publique « Les Etats Généraux, les Etats Généraux! » en est devenu fou. On a dû l'interner. Histoire de la maladie : le sujet, après des · crises d'hystérie. a manifesté un abattement consécutif à des coups de poing « rentrés» qui ont provoqué une perturbation dans ... l'état général. Le Roy... des camelots Les récents débats parlementaires ont mon~re que les députés poujadistes ne reculaient pas devant la manière forte pour défendre leurs mal-élus. Ils ne craignaient pas non plus la fraude pour se faire élire : ainsi, dans la commune de Verrue (Vienne), dont le maire, un nommé ... Roy, était tête de liste de l'U.D.C.A. Le dépouillement du scrutin a révélé plus de votants que d'inscrits. La fraude se voyait comme une... verrue sur le nez. Aussi la commission du recensement. estimant sans doute que ce Roy était un drôle de camelot. a annulé le scrutin. Comme on connait ses saints ... ... On les honore. C'est la raison sans doute pour laquelle le département du Lot et la ville de Saint-Céré, d'où est parti le poujadisme, ont médiocrement honoré les listes électorales du « petit papetier ». Mais, s'il lui est peu facile de jouer les prophètes en son pays, Poujade n'est nullement gêné lorsque (à Angoulême par exemple), on le compare à Jeanne d'Arc. Il est vraI que sa femme, de son côté, ne craint pas d'affirmer qu'elle sera l'Evita Peron de la France. Quel couple 1 " DROlr ET LIBE~'tÉ , LE P'RIX DE LA FRATERNITE 1956 au film de Christian-Jaque LE JURY MM. Léon LYON-CAEN, Premier Président Honoraire de la Cour de Cassation, Président du M.R.A.P.; François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nobel; André MAUROIS, de l'Académie Française; Mme Marcelle AUCLAIR, Ecrivain; MM. R. ATTULY, Conseiller Honoraire de la Cour de Cassation; Albert BAYET, Président de la Ligue de l'Enseignement; Georges BESSON, Critique d'Art; Alioune DIOP, Directeur de «Présence Africaine ~; Georges HUISMAN, Conseiller d'Etat, ancien Directeur des Beaux-Arts; Francis JOURDAIN, Ecrivain; Jean-Paul LE CHANOIS, Cinéaste; Jacques MADAULE, Ecrivain; Louis MARIN, Membre de l'Institut, ancien Ministre; Louis MARTIN-CHAUFFIER, Ecrivain; Pierre P ARAF, Ecrivain; Paul RIVET, Directeur Honoraire du Musée de l'Homme; Claude ROY, Ecrivain; Georges SADOUL, Critique cinématographique; Docteur Jacques-Emile ZOLA. • • IISI TOUS LES GARS DU MONDE" ... LE PRIX DE LA FRATERNITE, créé par le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, a été décerné pour la première feis, le lundi 12 mars, par un jury comprenant dix-neuf éminentes personnalités. Le choix s'est porté, à l'unanimité, sur le film de ChristianJaque: Si tous les gars du monde ... , dont nous avons donné un L'OBJET DU PRIX C'est à la septième Journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, organisée le 12 juin dernier, par notre Mouvement, qu'a été décidée la création dUi Prix de la Fraternité, d'un mo'ntant de cent mille francs. Le règlement indique que ce Prix est destiné à couronner chaque année l'oeuvre ou la réalisation française, dam les domames littéraire, artistique (thédtre, cinéma, peinture, etc ... ), scientifique ou philosophique, qui aura le mieux contribué à servir ou, exalter l'idéal d'égalité et de fraternité entre les hommes, sans aucune distinction d'origine, de race ou de religion. Le jury, on le voit, a couronné une oeuvre qui correspond exactement à cette définition. commentaire dans le dernIer nu-_____________________________ _ méro de Droit et Liberté. Le jury a adop;,~ le procès-verbal suivant: Le jury du Prix de la Fraternité est heureusement impressionné par les nombreuses réalisations, portées à sa connaissance, dans les différents ' domaines de la culture, susceptibles de contribuer à servir et à exalter l'Idéal d'égmité et de fraternité entre les hommes. Il félicite chaleureusement les auteurs de ces oeuvres, éCT/vains, artistes, hommes de sciences, philosophes, qui s'inspirent des généreuses traditions de notre pays. Soucieux de couronner une oeuvre qui réponde aussi exactement que possible à l'objet du PT/X, et qui soit en même temps d'une larges portée, le jury décide de décerner le Prix de la fntcrnité pour l'année 1956 au film de Christian-jaque: Si tous les gars du monde ... Le fi' ....... Charles"~""'~ Le film " Si tous les gars du monde... » a une histoire. Avant que Christian-Jaque le réalise, de nombreux créateurs ont contribué à son élaboration. Il y a quatre ou cinq ans que le scénar;ste Jacques REMY en imagina le thème. Le sujet primitif vient d'ailleurs d'être édité par lui sous forme de roman, chez Laffont. Acheté par un producteur qui le revendit à lin autre, ce scénario fut proposé tout d'abord à Marcel PAGLIERO, qui envisagea la réalisation du film auquel il travailla, en Italie, avec Jacques Rémy. Mais ce projet n'aboutit pas et H.-G. CLOUZOT, vivement intéressé par cette oeuvre, s'attacha à en préparer le tournage, en 1953-54, en collaboration avec son frère, Jérôme GE.RONIMI. Pourtant sa santé l'obligèa à renoncer au tourliage, particulièrement difficile, de " La mer et le ciel » (titre primi- On peut résumer ainsi le -scénario de « Si tous les gars du monde ... »: I~"~~""-~"" tif de " Si tous ies go.. du monde ... ). C'est alor. que CHRISTIANJAQU E, au début de 1955, reprit l'idée et commença d'écrire le découpage technique avec Jean FERRY. Le premier tour de manivelle fut donné à Ouessant le 20 Juin 1955. Le projet a été considérablement remanié. Mais certaines idées des créateurs qui s'y sont intéressés successivement ont été coln-servées. Ainsi, en toute fraternité, plusieurs cinéastes éminents ont contribué à faire du film de ChristianJaque l'oeuvre excellente qui vient d'être couronnée. Accueilli chaleureusement par les spectateurs de toute ia France, ce film vl""t de commencer à Londres une brillante carrière. Il sera joué prochainement en U.R.S.S., aux Etats-Unis, en Italie, en Norvège, au Japon ... I~,~,~""~,,,,~~ - Ce qu'ils pensent de leur oeuvre ... Sur un chalutier breton, le Lutèce, qui se trouve en pleine mer, il deux jours des côtes norvégiennes, tout l'équipage est atteint d'une grave maladie, le botulisme, pour avoir consommé du jambon avarié... Tout l'équipage, sauf Mohammed, un Algérien qui, lui, n'a pas mangé de jambon. du Lutèce. Le matelot algérien. avec qui Jos s'est réconcilié enfin, plonge è. la mer pour le recueillir, contribuant ainsi au sauvetage. A cette grande chaîne de solidarité ont participé: tout un village du Togo, un jeune garçon et la femme d'un docteur parisien, un aveugle de guerre allemand. une hôtesse de l'air polonaise, un officier américain et un officier soviétique, l'aviation norvégienne. L'éminent critique cinématographique Georges SADOUL, membre du jury du Prix de la Fraternité, a recueilli les propos des cinq cinéastes qui ont contribué à la réalisation de « Si tous les goers du monde ... ~. Voici des extraits de leurs déclarations: Christian-Jaque: « Un film couleur d'espérance » ... « Ce film m'a passionné parce que ses héros sont des braves gens, et non des mauvais garçons, des tueurs ou des bandits. J'ai voulu moTttrer que dans chaque individu il y a un fond de bonté ... Je me refuse à être enfermé dans le dilemme film noir ou film rose. j'ai fait un film vert, couleur d' espérance... ~ H.-G. Clouzot: cc Une course à la vie » ••• « Ce qui m'a tout de suite séduit dans le sujet de Jacques Rémy, c'est qu'il était une course à la vie ... « Elle est de moi personnellement, ' l'idée de Mohammed, un Nord-Africain persécuté par un raciste et qui, au dénouement, sauve tout l'équipage. Pendant que j'écrivais, se déroulaient les événements de Tunisie. Leur ac- Les félicitations du Président LYON-CAEN Au nom du jury du Prix de la Fraternité, le président Léon Lyon-Caen a adressé une lettre à tous les réalisateurs, interprètes, techniciens du film « Si tous les Gars du monde ... ». « Permettez-mol de vous féliciter chaleureusement », écrit-il, « en exprimant le voeu que de très nombreux autres créateurs et artistes verront dans cette oeuvre un encouragement à exalter l'Idéal de fraternité humaine et de paix. » La remise solennelle du Prix de la Fraternit~ aura lieu prtlchalnement. tualité m'a imposé ce personnage, qui me tient très fort au coeur ... ~ Jacques Rémy: « Exprimer l'espoir du monde » ••• « Dans « Si tous les gars du monde ... ~, en montrant la chaîne formée par les radio-amateurs, je voulais montrer comment une collectivité pacifique pouvait sauver des vies humaines en douzf! Izeures seulement. « je serais heureux si ce film avait pu exprimer l'espoir du monde ... Jean Ferry: cc Nous avons eu de la chance » ••• « L'idée directrke de tous les auteurs était si noble, ni claire, que nous no~us inquiétions de la conjoncture politique où « sortirait » le film, conjoncture bien difficile à prévoir six mois, un an à l'avance ... « Mais nous avons eu de la 'chance. Notre film est arrivé en pleine détente. Au gala, la salle tout entière a applaudi le Russe et l'Américain coopérant pour sauver les marins. On nous a approuvés ainsi d'avoir chlisi u;ne histoire de solidarité, d'entr'aide internationale. Jérôme Geronimi: cc C'est formidable .D ••• « Nous autres, Il.uteurs, nous avons intérêt à ce que les films français soient aussi bons que possible. Si nous nOlls aidions entre nous, si dix auteurs s'unissaient pour fournir à chaque film chacun quatre larmes ou quatre éclats de rire supplémentaires, notre cinéma, dans son ensemble, y gllgnerait beaucoup. Ce serait formidable. « Comme est formidable l'union des hommes par dessus les frontières, la politique, les règlements, etc ... , qui a été ['idée conductrice de « Si tous les gars du monde ... » L'un des matelots, Jos, cédant aux préjugés racistes, croit même que Mohammed est responsable de la maladie et le poursuit de sa haine violente. La radio du bord étant inutilisable, un S.O.S. est lancé par un appareil de radio-amateur. L'appel parvient au Togo, où un médecin indique aux marins du Lutèce qu'il leur faut avoir du sérum antibotulique d'ici douze b.eures, sinon tous mourront. Le sérum étant fabriqué il rl!ris, il l'Institut Pasteur, un aP:..I:~ est lancé du Togo, qui est recueilli par un jeune garçon, également radio-amateur. Alors commence la course contre la montre. AprèS mille péripéties où la solidarité humaine se heurte aux règlements, auxfrontières, ou plus simplement à odes difficultés matérielles, le médicament est parachuté au-dessus Le film s'achève avee le retour du Lutèce à Concarneau. CHRISTIAN-JAQUE ChrIstian-Jaque est né JI. Paris en 1904. Il fit ses études à l'Ecole des BeauxArts, devint journaliste, puis décorateur de cinéma (1926- 1932) . Il a réalisé, depuis, plusieurs dizaines de films, parmi lesquels François .e. (1936), Les Disparus de Saint-Agil (1939), La Symphonie Fantastique (1942). Boule de Suif (1945), . La Chartreuse de Parme (1947), D'homme à homme (1948), Fanfan la Tulipe (1951). Lucrèce Borgia (1952), Madame Dubarry (1954), Nana (1955) . Deux images de « Si tous les gars du monde ... ). A gauche: le message du « Lutèce» est reçu par un radio-amateur, au Togo. A droite: les Parisiens qui ont participé au sauvetage des marins écoutent le reportage sur le retour du « Lutèce ;) à Concarneau. M.R.A.P. - L.I.C.A. Le grand' meeling anliral 9 cmau 1956 C'EST un grand événement antiraciste que le premier . grand meeting organisé en commun par le M.R.A.P. et la L.I.C.A., le vendredi 9 mars, à la Mutualité. La présidence était assurée en commun par Bernard LECACHE et Léon LYON-CAEN, respectivement présidents de la L.I.C.A. et du M.R.A.P., l'un ouvrant le meeting, l'autre en tirant les conclusions. Jean Pierre-Bloch: « Oublions ce qui nous divise ! ... » Tour à tour prirent la parole, outre les représentants des deux organisations, des personnalités éminentes, appartenant aux diverses formations républicaines. Chaque orateur se félicita de l'union réalisée, cependant que, de la salle, la foule enthousiaste scandait les mots: Unité! Unité! Cette puissante et exaltante manifestation constitue un ferme avertissement pour les dirigeants du mouvement Poujade, pour tous ceux qui s'efforcent de ranimer l'antisémitisme et le racisme. Nul doute que l'union des antiracistes et de tous les républicains permettra, en se renforçant encore après ce premier succès, de faire reculer sans retour la menace fasciste. On lira en première page le commentaire donné du meeting par notre président. Nous reproduisons ci-dessous dea extraits de toutes les Interventions. Bernard Lecache •• « la défense de la République passe avant tout» Ouvrant le meeting, dont il al'sure la co-présidence avec Léon Lyon-Caen, Bernard Lecach. e déclare tout d'abord: « Pour la première fois, deux organisations qui professent l'antiracisme se sont librement associées et accordées, malgré certaines divergences de pensée, pour organiser cette bt'lle manifestation. (~L'une, que j'ai l'hordleur dJ présider, est la L.I.C.A., qui Il. vingt-neuf ans d'existence, réunissant tous les amis de la m:erté; l'autre, c'est le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la paix, le M.R.A.P., si dignement repréS{. nté à mes côtés par un homme de haute sagesse, de haute culture et de haute conscience, M. Léon Lyon-Caen, premier président honoraire de 1.1 Cour de Cassation. «Le M.R.A.P., organisation ar.tiraciste. est né après cette guerre; vous entendrez tout d'abord ses représentants dynamiques. » la manifestation, Bernard Lecache montre qu'elle n'est « nullement dirigée contre l'immense majorité des commerçants et artisans de bonne foi qui, croyant adhérer à un mouvement de pure revendication professionnelle, ont donné leur argent et leurs voix à Poujade». Elle est dirigée, souligne-t-il, cuntre « Poujade et ses acolytes, qui ont délibérément pris le chemin du fascisme». Rappelant les antécédents de Poujade, ancien dorioti ste et pétainiste, il dénonca ses pro- pos racistes et antisémites, ses menées antirépublicaines, Bon état-major d'anciens collaboratf- urs. Et il conclut: « Nous, et c'est la raison pour laquelle nous sommes réunis, nous pensons à nos morts, à nos disparus, à nos fusillés, à nos torturés. Et c'est en souvenir d'eux, pour ne plus jamais revoir cela, que nous vous disons : avec les amis de Toulouse, avec tout le peuple de France, non pas vous, pas eux, pas ces revenants de la collaboration! Plus de racisme, p1us d'antisémitisme! A bas le fascisme! Vive la République! » « C'est une joie pour moi, déclare Jean PIERRE-BLOCH, ancIen ministre, conseiller géneral S.F.I .O. de l'Aisne, de penser qu'ensemble, la L.I.O.A. et le M.R.A.P. ont organisé la réunion de ce jour. Nous montn, ns une fois de plus que, face !).u danger, nous savons oublier cc qui nous divise pour nous retrouver ensemble, pour défendre la liberté, pour lutter contre la bêtise que représente le mouvement Poujade. « Je souhaite que l'exemple que donne Paris aujourd'hui s0it repris partout en France et que les hommes de bonne volonté, oubliant ce qui peut les diviser, pensent que la République est en danger, que le régime est menacé. » Soulignant que le mouvement Poujade est « essentiellement d'inspiration fasciste », l 'orateur déclare: « Les méthodes q'.l'il emplOie sont semblables à celles utilisées par les nazis peur détruire le régime parlementaire en Allemagne, ainsi que vous le rappelait tout à l'heure Grenier, que je trouvais fi. mes côtés à Londres pour le combat de la Résistance et que je retrouve avec joie ce soir à la tribune. » Il dénonce l'utilisation faite pat Poujade de l'antisémitisme, cette « doctrine des imbéciles qui a mené six millions d'innocents dans les fours crématoires, a tué des vieillards, des femmes et des enfants ». Soulignant combien est émouvante l'union réalisée par la L .I.C.A. et le M.R.A.P., Bernard Lecache évoque l'union des républicains qui, à Toulouse, a mis en déroute les poujadistes et il s'écrie sous les applaudissE: ments. Au centre de la tribune de la Mutualité, d. droite à gauche: Charles PALANT, secrétaIre général du M.R.A.P. ; Bernard LECACHE, président d. la L.I.C.A.; Léon LYON-CAEN, présIdent du M.R.A.P.; Charles LEiVINE, du Comité Central de la L.I.C.A. « Je vous affirme, au nom de mon organisation, la L.I.C.A., que, non seulement nous ne regrettons pas cet accord librement consenti à. l'action avec nos camarades du M.R.A.P., mais nous sommes fiers d'avoir compris, comme n08 amis sociallstes et républicains de Toulouse, qu'il existe des moments où, sous peine d'être inférieurs à notre mission, nous devons - ne serait-ce que pour un soir - faire abstraction des querelles doctrinales. La défense de la République passe avant tout, la lutte contre le fascisme passe avant tout. e Nous nous trOuvons, en ce n,oment, dans la même situation qu'en 1934 et 1936. Nous prenons place aux créneaux de la tranchée républicaine et nous ne nous préoccupons pas de savoir si les camarades d'à côté ont un certificat de baptême ou une carte de parti dans leur poche. Ils ont le coeur à gauche, alors, en avant, ensemble, et la main dans la main.» Puis, situant les objectifs de Les messages Divers messages de solidarité avaient été adressés au meeting, notamment de MM. le profes~eu::, .'acques HADAMARD, membre de l'Institut; Gabriel TIMMORY, écrivain, officier de la Légion d'honneur; AdOlphe ESPIARD, ancien directeur au ministère des Anciens Comb& ttants; du Comité de Vigilance Antifasciste du Quartier Latin; de l'Union des Etudiants Juifs de Montpellier, etc ... Léon Lyon-Caen « Poursuivre (Suite de la page 1) Il importe, si nous la vou~' ps pleinement efficace, de '~ pas circonscrire et cantonner la lutte, en la limitant au seul terrain de l'antisémitisme. JI faut lui donner plus d'ampleur et y intéresser de larges cou'ches de la population, - et c'est bien là l'esprit qui a présidé à l'organisation de cette vaste réunion et au déroulement des débats si dignes, si élevés auxquels nous venons d'assister. Car le vrai péril, le vrai scandale, n'est-il pas vrai, c'est que de vastes secteurs de l'opinion moyenne et honnête risquent de se laisser contaminer par cette excitation antifrançaise de fanatismes stériles, dissociateurs de la nation. Pour y obvier, il fau't faire comprendre à nos concitoyens, abusés par les menées poujadistes, avec qui ils ont lié partie, quels risques essentiels elles font courir aux traditions françaises d'égalité, de tolérance et de fraternité, à l'unité nationalel aux institutions républicaInes ellesmêmes. NOTRE combat, c'est cela qu'il faut souligner, intéresse tous les républiiiI Jacques Nantet : «Nous défendons la tradition française» Jacques Nantet, intervenant au nom de la « Jeune RépUblique » dénonce, dans le poujadisme, « le détournement vers la politique d'une difficulté sociale qui tient à. une certaine désagrégation du capitalisme, dont il faudrait faire coniprendre le s{.ns aux populations, et aux commerçants notamment ... » Il poursuit: « Pourquoi ces derniers ont-ils été trompés? Parce que cette orientation vers If! fascisme ne servira en aucun cas le monde commerçant. Le fascisme n'aboutit pas au développement du commerce, il ne fait pas marcher les aUaires ... Le fascisme mène à la guerre, à toutes les restrictions ... c C'est seulement une politique progressiste, de plein emploi, qui donnera enfin aux masses ouvrières le pouvoir d'achat auquel elles ont droit, qui fera sortir le commerce de l'embarras et du marasme dans lE'quel il se débat présentement.. . » « Lorsque Poujade nous dit qu'Il représente une tradition française, déclare encore Jacques Nantet, lorsqu'il nous regarde de haut en disant que nous sommes des « néo-Français », je peux affirmer avec force et autorité que c'es.t une tromperie grossière. Ce n'est pas vrai, le fascisme et l'antisémitisme ne sont pas dans la tradition française. La vraie tradition française, c'est la Révolution de 1789. Voilà la vérité. « J'ose dire, conclut-il, au nom de l'organisation que je représente ici, organiiation ehrétiendans l'union » cains antiracistes, antiraCistes parce que r~publicains, tous les Français fidèles à l'idéal d'es Droits de l'Homme. Tous doivent s'unir pour faire front la ma'in dans la main, quelle que soit la formation politique à laquelle ils se rattachent, quelles que soient leurs tendances politiques ou· leurs confessions reli~ gieuses, pour barrer la routê au poujadisme, parce qu'il expose à des périls mortels, et nos libertés publiques fondamentales, si chèrement a'cquises, et la Constitution, qui les procla:me et les garantit. nE', que nous serons ,de ceux qui se battront jusqu'au bout pour que ne renaisse p,as, que ne renaisse Jamais, la trahison du racisme .t de l'antisëmitig. mi.» Rappelant les propos antijuifs de Dupont, di rigeant poujadiste, J. Pierre-Bloch les oppose aux dénégations de Poujaàe qui croit devoir se défendre partois de tout antisémi t isme, ct il stigmatise cette « division du travail ». Il pose la question

« Alors, il y a ceux qui vont crier: à bas les youpins! mort aux juifs! et ceux qui essaieront de tromper l'opinion publIque pour extirper 1.000 francs d(! la pOChe de ceux qui ne veu-' lent plus payer d'impôt? » « En définitive, poursui t-il, Poujade, qui prétendait ne pas faire de politique, se trouve à la tête d'un parti comme les autres, et un parti fasciste. Nlltionalisme, violence, tels sont ses mots d'ordre » ... Et il conclut: « L'histoire de la III· RépublJque est là pour prouver que chaque fols que les libertés républicaines ont été menacées, toute la gaUChe - et je suis de ceux qui pensent qu'il n'y a jamais d'ennemi à gaUChe - ,!,'est unie pour les défendre ... Il serait temps de nous unir, car nous savons bien qu'à quelque parti que nous appartenions, seuls nous ne pouvons rien faire. Ensemble, nous pouvons renverser de nouvelles bastilles. Messieurs les fascistes, ~yez prévenus. » « Nous slgl grâce à la L.I A.P., « non : « non» est fié », commern NIER, ancien communiste de « Avec le III Chari 1 « Si j'ai tenu meeting organ A.P. et la L.I. que j'ai une el (lu poujadisme lE:s HERNU, di Il raconte qu récemment à Alger, il vit s' Michel Maurice-Bokar « Pour une nouvelle « Avant le 2 janvier de cette année, déclare Michel-Bokanowski, député républicain social, je ne m'étais intéressé, ni de près, ni de loin, aux questions raciales. Je ne pensais pas, et ne voulais pas croire, que onze ans après les atroces événements dont les Français avaient été les témoins, de tels problèmes pouvaient être remis à l'ordre du jour. » me trouve ce sc l'honneur de 1 Mouvement d Rf.publique ... » «Or, poursuit-il, les adhérents du mouvement professionnel poujadiste ont, sans le savoir, envoyé siéger à la Chambre, des députés fascistes plus ou moins conscients. « Outre .l'antiparlementarisrue, ces électeurs ont voté pour 15 médiocrité, sinon pour la Et il poursUi « Pour que : plus forts, not contre toute sommes partisa l'union totale mocratiques (a Nous nous tr m~me situatiOl dernière guerrt « Le préamb titution condl ment le racisl dc.nc demande ment d'appliqu cOllstitutionneli doivent être po Si le gouvernE pas, c'est à - nOI ge incombe. « Pour défel moine de liber sité, conclut-il, vent se regr nouvelle résistE été unis aux he de la patrie. Il empêCher le ca rait renaître 1 voir des Hltlel nI d'aujourd'h bêtise, puisque poujade se glo--------rifiait de ne pas avoir de programme, ce qui, en soi, n'est-ce pas, était déjà tout un programme. ({ Mais au-delà du néant, de la' médiocrité et de la bêtise, il y avait l'appel aux instincts les plus bas, aux passions les • pius viles et les plus dégradantes, telles que le nationalisme chauvin, la xénophobie systématique, et surtout, l'antisémitisme acharné, spectre horrible, que nous voulions croire il. jamais banni de l'esprit et du coeur des Français. « Eh! bien, s'écrie-t-il, nous sommes ici pour empêcher l'appzenti- dictateur d'aller plUS loin. C'est la raison pour laquelle, moi, député siégeant lors de la précédente législature, à .l'extrême- ciroite de l'Assemblée, je Yves Je meeling anliracisle el républicain . de

« Oublions ce qui nous divise ! ... » Fernand Grenier:

où le racisme « Nous savons conduit» Charles Palant C'est une joie pour moi, Jean PIERRE-BLOCH, ministre, conseiller gé- S.F.I.O. de l'Aisne, de qu'ensemble, la L.I.C.A. A.P. ont organisé la ce jour. Nous monfois de plus que, face nous savons oublier divise pour nous ensemble, pour déla liberté, pour lutter la bêtise que représente Poujade. Je souhaite que l'exemple donne Paris aujourd'hui repris partout en France et les hommes de bonne vooubliant ce qui peut les , pensent que la Répuest en danger, que le est menacé. » lulia1la1~t que le mouvement est « essentiellement tion fasciste », l'oradéclare: « Les méthodes emploie sont semblables il. utilisées par les nazis détruire le régime parleen Allemagne, ainsi le rappelait tout il. Grenier, que je trouvais côtés à Londres pour le de la Résistance et que avec joie ce soir il. » dénonce l'utilisation faite Poujade de l'antisémitisme, « doctrine des imbéciles mené six millions d'innodans les fours crématoia tué des vieillards, des et des enfants ». l'union » antiracistes, antiraclstea que r~publicains, tous Français fidèles à l'idéal Droits de l'Homme. us doivent s'unir pour front la main dans la , quelle que soit la foron politique à laquelle ils rattachent, quelles que leurs tendances poli tiou leurs confessions relipour barrer la route poujadisme, parce qu'il à des périls mortels, libertés publiques fonntales, si chèrement a:eet la Constitution, qui proclame et les garantit. nous serons ·de ceux jusqu'au bout ne renaisse pas, que jamais, la trahison et de l'an tisémi tis-- Rappelant les propos antijuifs de Dupont, dirigeant poujadiste, J. Pierre-Bloch les oppose aux dénégations de Poujade qui croit devoir se défendre parfois de tout antisémitisme, ct il stigmatise cette « division du travail ». Il pose la question: « Alors, il y a ceux qui vont crier: à bas les youpins! mort aux juifs! et ceux qui essaieront de tromper l'opinion pub! Jque pour extirper 1.000 francs d() la pOChe de ceux qui ne veu-' lent plus payer d'impôt? » « En définitive, poursui t-il, Poujade, qui prétendait ne pas faire de politique, se trouve il. la tête d'un parti comme les autres, et un parti fasciste. Nationalisme, violence, tels sont ses mots d'ordre » ... Et il conclut: « L'histoire de la III' RépubIJque est là pour prouver que chaque fois que les libertés républicaines ont été menacées, toute la gauche - et je suis de ceux qui pensent qu'il n'y a jamais d'ennemi il. gaUChe - ,!,'est unie pour lEis défendre ... Il serait temps de nous unir car nous savons bien qu'à qUel: que parti que nous appartenions, seuls nous ne pouvons rien faire. Ensemble, nous pouvons renverser de nouvelles bastilles. Messieurs les fascistes, ~yez prévenus. » diste, nous voyons resurgir, pied contre la politique réacpoursuit- il, tous les thèmes tionnaire et ceux qui l'ont cauclassiques des factieux d'avant tionnée». guerre : l'antiparlementarisme grossier, l'antisémitisme abject, Mieux: « Poujade a noué le racisme inhumain, le tout rapidement des contacts avec accompagné de violences et les pétainistes à la Tixier-Vid'appels aux plus bas instincts. gnancour et à la Isorni, puis « Et alors que nos yeux sont avec les Legendre, les Frédéric à jamais remplis du tragique Dupont, les Max Brusset, dont spectaCle des colonnes de mal- il avait dit le 18 mars 1955 : heureux s'acheminant vers le «Les Max Brusset et les FréVél' d'Hiv' ou Drancy, nous déric Dupont m'ont trahi; dén'accepterons jamais _ la classe sormais, je ne travallIerai plus ouvrière n'acceptera jamais _ avec ces fumiers-là »... Des que des voyous puissent, comme combinaisons sont échaffaudées « Nous signifions ce soir, le 11 février dernier, lancer sur avec les hommes de Pinay et grâce à la L.I.C.A. et au M.R. les Champs-Elysées l'infâme cri Laniel, les deux préSidents du Il.P., « non » à Poujade; ce de guerre des SS nazis: « Mort Conseil des brigades polyvalen « non » est pleinement justi- aux juifs »... tes, avec le M.R.P., avec Jeanfié », commence Fernand GRE- Poujade, souligne l'orateur, Paul David, etc ... » NIER, ancien ministre, député attaque le Parlement, « sans Au sUjet de l'Algérie, « Poucommuniste de la Seine. faire de différence entre les jade n'a qu'une seule politique: « Avec le mouvement pouja- députés qui ont lutté pied à la force, la guerre. Politique de ______________________________ démence, de folie furieuse. qui serait payée de la mort de dizaines de milliers de jeunes Charles Hernu : « Une Français ». formule « Si j'ai tenu à m'associer au meeting organisé par le M.tt. A.P. et la L.I.C.A., c'est parce que j'ai une expérience récente clu poujadisme », déclare Charl~ s HERNU, député radical. Il raconte qu'ayant été parler ré.cemment à un meeting à Alger, il vit s'avancer vers lui l, ., 1 unite .... » seule Après avoir dénoncé le ridicule et l'odieux des textes antisémites qui servent de base à l'enseignement poujadiste, à l'école de cadres d'Alvignac, Fernand Grenier s'écrie: « Nous savons où le" racisme a conduit, et l'on ignore encore le nombre total effroyable des victimes d'autres écoles de cadres qui ont préCédé celle du Lot. » Et il conclut: Michel Maurice-Bokanowski •• ft. Le danger du fascisme est réel. Le poujadisme s'oppose aux volontés des 11 millions de Français qui, le 2 janvier, en votant communiste, socialiste ou radical, ont manifesté leur volonté de changement. « Pour une nouvelle résistance » « Avant le 2 janvier de cette année, déclare Michel-Bokanowski, député républicain social, je ne m'étais intéressé, ni de près, ni de loin, aux questions raciales. Je ne pensais pas, et ne voulais pas croire, que onze ans après les atroces événements dont les Français avaient été les témoins, de tels problèmes pouvaient être remis à l'ordre du jour. » me trouve ce soir avec vous. J'ai l'honneur de représenter ici le Mouvement de Défense de la Re.publique ... » Et il poursuit: des poujadistes armés. « L'un d'eux, dit-il, était prêt à me sauter il. la gorge, un rasoir il. la main, lorsqu'il s'arrêta brusquement et me dit: « Mais tu Il'es pas juif, on nous a menti ). « Il importe donc de démasquer Poujade et surtout d'extirper les racines du poujadisme. Il importe de réaliser l'union des socialistes et des communistes, le rassemblement de toutes les énergies républicaines et démocratiques, et, comme en 1934, le fascisme ne passera pas. » « A l'appel de ces deux grandes organisations antiracistes: le M.R.A.P. et la L.I.C.A., déclare Charles Palant, secretaire général du M.R.A.P., les Pasiens ont répondu par milliers pour dire non! à Poujade, qui tente, avec ses alliés, de reostaurer l'antisémitisme et le racisme, et fait peser une menace sur la République. ({ En nous unissant comme neus l'avons fait ce soir, nous avons conscience d'apporter une contribution importante à la lut.te antifasciste.» Charles Palant, évoquant les traditions antiracistes de notre peuple, salue l'action menée au Quartier Latin, à Montpellier, à Toulouse, contre le fascisme renaissant, et s'écrie: « Au temps de l'affaire Dreyfus, on a pu dire que ce grand combat pour la vérité et la justice avait été un moment 'de la conscience universelle... L'union du M.R.A.P. et de la L.I.C.A., ct la présence à nos côtés, de ccmmunistes et de socialistes, de radicaux et de chrétiens, de syndicalistes et de personnalité~ de toutes opinions, est, à coup sûr, face il. la menace d'un nouveau fascisme, un moment cJe la conscience républicaine. « Si Poujade, poursuit-il, avait su lire quelques-uns des livres dc./llt il faisait commerce il. - Saint-Céré, il saurait déjà quel sort lui est réservé: Poujade, comme ses prédécesseurs, finira dans la pOUbelle de l'histoire. ({ Mais les fascistes ignorent tout des données élémentaires de notre histoire... Ils rêvent encore, tout comme Streicher ~t Goebbels, d'effacer 1789. » Et Charles Palant cite les textes antisémites et antifrançais, utilisés à l' «école de cad, es» poujadiste. « La sottise et la démagogie, déclare-t-il, sont les ma milles auxquelles se sont nourris tous les fascismes.» Et il souligne que Poujade est ur~ élément du vaste complot raciste, belliciste et antirépublicain, dont le danger est illustre par la pré3ence à l'Assem- «Or, poursuit-il, les adhérents du mouvement professionnel poujadiste ont, sans le savoir, envoyé siéger à la Chambre, des députés fascistes plus ou moins conscients. « Pour que nous restions les plus forts, nous nous éléverons contre toute division. Nous sommes partisans convaincus de l'union totale des forces démocratiques (applaudissements). Nous nous trouvons dans la mllme situation que durant la dernière guerre ... « Le préambule de la Constitution condamne solennellement le racisme. Nous devons denc demander au g.ouvernemr. nt d'appliquer les dispositions constitutionnelles. Les fascistes doivent être poursuiviS et punis. Si le gouvernement ne le fait pas, c'est à-nous que cette charge incombe. « J'ai appriS le lendemain, poursuit l'orateur, qu'on leur a'lait dit: « Allez-y, c'est un deputé de Mendès-France, c'est pn sale jui!! » Après avoir souligné Za menc. ce que représentent les menees fascistes en Algérie et en France, Charles Hernu déclare: Kahn « Le danger exige rassemblement des démocrates» Emile le til Il bl m « ta ce cc « Outre l'antiparlementarisme, ces électeurs ont voté pour la médiocrité, sinon pour la « Pour défendre leur patrimoine de liberté et de générosité, conclut-il, les Français doivent se regrouper dans une nouvelle résistance. Nous avons été unis aux heures douloureuses de la patrie. Restons unis pour empêCher le cauchemar que ferait renaître l'arrivée au pouvoir des Hitler et des MussoliDl d'aujourd'hui!» « Prenons-y garde: il ne faut pas seulement dénoncer Poujade, mais le poujadisme, car il peut fort bien y avoir demain une force fasciste sans Poujade. Il faut dénoncer tous ceux qui l'entourent dans cette opération, et en particulier TixierVI gnancour , porte-parOle des poujadistes à l'Assemblée » ... « Devant ces menaces, conclut- il, il ne reste qu'une seule et unique formule: l'unité de toutes les forces républicaines, comme à Toulouse. C'est la force combattante qui fait que les républicains sont encore capables de défendre leur régime. « Je citerai Simplement, pour terminer, un vieux proverbe chinois: le mensonge a beau se lever de bon matin, la vérité l'a toujours rattrapé avant la nuit. » « C'est avec une grande joie que la Ligue des Droits de l'Homme a répondu à l'appel bêtise, puisque poujade se glo-;--------------------------------------r: tiait de ne pas avoir de programme, ce qui, en soi, n'est-ce pas, était déjà tout un programme. « Mais au-delà du néant, de la: médiocrité et de la bêtise, il y avait l'appel aux instincts les plus bas, aux passions les plus viles et les plus dégradantes, telles que le nationalisme chauvin, la xénophobie systématique, et surtout, l'antisémitisme acharné, spectre horrible, que nous voulions croire ~ jamais banni de l'esprit et du coeur des Français. ({ Eh! bien, s'écrie-t-il, nous sommes ici pour empêcher l'appz enti-dictateur d'aller plus loin. C'est la raison pour laquelle, moi, député siégeant lors de la précédente législature, il. .l'extrême- droite de l'Assemblée, je Yves JouHa •• « Pas de manifestations fascistes ! » Au nom de la Nouvelle Gauche, Me Yves Jouffa déclare notamment: «C'est un grand réconfort pour nous de voir réunies sur des Objectifs préCiS de défense \ républicaine, les deux grandes organisations antiracistes que sont la L.I.C.J\,. et le M.R.A.P. Cette union préfigure, je l'espèrt;, un rassemblement ~eaucoup plus large de toutes les volontés populaires, républicaines et antifascistes. «Il ne faut pas se, leurrer. En présence des dangers réels de fascisation du pays, dont le poujadisme est aujourd'hui l!expression la plus caractéristique, seule l'union de toute la gauche, sans exclusive aucune, peut constituer un rempart agissant. Ceux qui méconnaîtraient cette vérité d'évidence, ceux qui en seraient encore aux exclusives absurdes et dépassées, prendraient une énorme responsabilité devant l'histoire ... « La seule méthode efficace, c'est celle de Toulouse: à chaque manifestation fasciste, répondons par une conduite de Toulouse. « Il faut reprendre sur un plan plus général, le mot d'ordre qui était le nôtre au Quartier Latin, en 1934 et 1936, et qui est encore valable aujourd'hui: pas de manifestations fascistes au Quartier! Et maintenant: plus de manifestations fascistes il. Paris! commun de la L.I.C.A. et du M.R.A.P., qui prend aujourd'hui une valeur de symbole. Il signifie que les nuances d'opinions s'effacent devant le devoir commun de défense républicaine.» Ainsi débute Emile KAHN, président de la Ligue des Droits de l'Homme, qui rappelle ensuite la résolution définissant la position de cette organisation: « Le comité central observe que les menées des poujadistes en France métropolitaine comme en Algérie, prennent, par kur appel au racisme, par leur recours à la violence et par le retour, préparé par eux au corporatisme, un caractère nettement fasciste ... « La Ligue des Droits de l'Homme exhorte tous les démocrates de France et d'outremer il. s'unir, sans distinction de parti ou de croyance, contre le fascisme renaissant et la réaction. » Emile Kahn souligne que le danger ne vient pas seulement de Poujade, ce fantoche, « mais de tous les adversaires traditionnels de la République qui se groupent autour du pElujadir. me. D'abord, les fascistes professionnels, toujours à l'affCit, les collaborateurs de Vichy, les traîtres aujourd'hui amnistiés, choyés, gonflés d'ambition e. d'espoir. « Oe n'est pas par hasard que los députéS poujadistes ont pour conseil et pour guide un TixierVignancour, un Dorgères, et pour appui Dides, pOlicier d'intringue à la manière de « Paix et Liberté ». pli fin il fOI Ffi ré] qu les ble

r.o

tua pal c la SG et Ul tG Pl pl u] or ru ql j LJ di dE ju fo dl el républicain de la Mulualilé ce soir, et au M.R. Poujade; ce justiFernand GREministre, député la Seine. pouja- Fernand Grenier: où le racisme « Nous savons conduit» diste, nous voyons resurgir, poursuit-il, tous les thèmes classiques des factieux d'avant guerre : l'antiparlementarisme grossier, l'antisémitisme abject, le racisme inhumain, le tout accompagné de violences et d'appels aux plus bas instincts. ({ Et alors que nos yeux sont à jamais remplis du tragique spectaCle des colonnes de malheureux s'acheminant vers le Vél' d'Hiv' ou Drancy, nous n'accepterons jamais - la classe ouvrière n'acceptera jamais - que des voyous puissent, comme le 11 février dernier, lancer sur les Champs-Elysées l'infâme cri de guerre des SS nazis: ({ Mort aux juifs » ... Poujade, souligne l'orateur, attaque le Parlement, ({ sans faire de différence entre les députés qui ont lutté pied à pied contre la politique réactionnaire et ceux qui l'ont cautionnée ». Mieux : « Poujade a noué rapidement des contacts avec les pétainistes è. la Tixier-Vignancour et à la Isorni, puiS avec les Legendre, les Frédéric Dupont, les Max Brusset, dont il avait dit le 18 mars 1955 : « Les Max Brusset et les Frédéric Dupont m'ont trahi; désormais, je ne travaillerai plus avec ces fumiers-là »... Des combinaisons sont échaffaudées avec les hommes de Pinay et Laniel, les deux présidents du Conseil des brigades polyvalentes, avec le M.R.P., avec JeanPaul David, etc... » Au sujet de l'Algérie, « Poujade n'a qu'une seule politique: la force, la guerre. Politique de démence, de folie furieuse. qui t-----------------------serait payée de la mort de dies Hernu: « Une seule zaines de milliers de jeunes Français ». ormule à m'associer au par le M.R. , c'est parce récente Char- •• » avec vous. J'ai ici le Défense de la l, ., 1 unite .... » des poujadistes armés. ({ L'un d'eux, dit-il, était prêt à me sauter à la gorge, un rasoir à la main, lorsqu'il s'arrêta brusquement et me dit: ({ Mais tu Il'es pas juif, on nous a menti ). Après avoir dénoncé le ridicule et l'odieux des textes antisémites qui servent de base à l'enseignement poujadiste, à l'école de cadres d'Alvignac, Fernand Grenier s'écrie: « Nous savons où le" racisme a conduit, et l'on ignore encore le nombre total effroyable des victimes d'autres écoles de cadres qui ont précédé celle du Lot. » Et il conclut: « Le danger du fascisme est réel. Le poujadisme s'oppose aux volontés des Il millions de Français qui, le 2 janvier, en votant communiste, socialiste ou radical, ont manifesté leur volonté de changement. « Il importe donc de démasquer Poujade et surtout d'extirper les racines du poujadisme. Il importe de réaliser l'union des socialistes et des communistes, le rassemblement de toutes les énergies républicaines et démocratiques, et, comme en 1934, le fascisme ne passera pas. » Charles Palant : « Notre union doit servir d'exemple» « A l'appel de ces deux grandes organisations antiracistes: le M.R.A.P. et la L.I.C.A., déclare Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., les Pasiens ont répondu par milliers pour dire non! à Poujade, qui tente, avec ses alliés, de rfstaurer l'antisémitisme et le racisme, et fait peser une menace sur la République. ({ En nous unissant comme nous l'avons fait ce soir, nous avons conscience d'apporter une contribution importante à la lut.te antifasciste.» Charles Palant, évoquant les traditions antiracistes de notre peuple, salue l'action menée au Quartier Latin, à Montpellier, à Toulouse, contre le fascisme renaissant, et s'écrie: (: Au temps de l'affaire Dreyfus, on a pu dire que ce grand combat pour la vérité et la justice avait été un moment 'de la conscience universelle ... L'union du M.R.A.P. et de la L.I.C.A., ct la présence à nos côtés, de cemmunistes et de socialistes, de radicaux et de chrétiens, de syndicalistes et de personnalité~ de toutes opinions, est, à coup sOr, face à la menace d'un nouveau fascisme, un moment Je la conscience républicaine. « Si Poujade, poursuit-il, avait su lire quelques-uns des livres blée Nationale d'hommes, tels que Tixier-Vignancour, Georges Bonnet, Dorgères et autres Dides, soutenus notamment par Xavier Vallat, dans leurs efforts pour aggraver la guerre en Algérie et porter atteinte aux libertés. Il rappelle que le M.R.A.P., « tant au cours de nombreuses campagnes, qu'à l'occasion des ,ept Journées Nationales contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, a démontré le processus de la reconstitution du fascisme en France. En combattant la remise sur pied de la Wehrmacht sous les ordres des gtnéraux hitlériens, nous avons établi le lien de cause à effet qui unit les anciens collaborateurs avec leurs maîtres d'hier. ({ Conscients du danger, souligne notre secrétaire général, nous avons inlassablement appelé tous les antiracistes à

,'unir et à lutter ensemble.

« Nous savons que le chemin qui mène à l'union est souvent semé d'embl1ches et que les choses ne sont pas toujours simpies. ({ Il n'y a que la vérité qui soit simple, et la vérité c'est qu'il faut s'unir malgré tout, si l'on ne veut pas périr en dépit de tout. ({ Antiracistes, nous sommes gens décidés à vivre; c'est pourquoi, unis, nous nous to~rnons vers les hommes et les partis sur qui pèse, aujourd'hui, la responsabilité du destin de la République. ({ Nous sommes, au nom de la L.I.C.A. et du M.R.A.P., allés vers les uns et vers les autres. Nous, avons, en général, trouvé une vive et amicale compréhension. Notre certitude est que les dernières restrictions et hésitations rencontrées et qui ne sont plus de mise, seront surmontées et qu'à l'exemple des travailleurs de Toulouse, teus les démocrates uniront toutES leurs forces pour mettre le fascisme en déroute.» Et il conclut: « En unissant ce soir leurs forces, la L.I.C.A. et le M.R. A.P. ont donné un préCieux exemple. Cette union, nous allons maintenant la poursuivre. Des meetings comme celui-là doivent se répéter dans les villes de province, dans les quartiers de Paris, en banlieue. MultipIlons les comités antiracistes et antifascistes! Tenons ensemble, partout, le langage de la l'aison et de la paix. ({ L'heure est à l'union, pour Que vive la République. Unissens- nous, le fascisme ne passera pas!» dc.,nt il faisait commerce à ,----------------------------Saint- Céré, il saurait déjà quel sort lui est réservé: Poujade, comme ses prédécesseurs, finira dans la pOUbelle de l'histoire. « Mais les fascistes ignorent tout des données élémentaires d~ notre histoire... Ils rêvent encore, tout comme Streicher ~t Goebbels, d'effacer 1789. » Et Charles Palant Cite les textes antisémites et antifrançais, utilisés à l' «école de cadT es» poujadiste. « La sottise et la démagogie, . déclare-t-il, sont les mamlilles auxquelles se sont nourris tous les fascismes.» Et il souligne que Poujade est un élément du vaste complot raciste, belliciste et antirépublicain, dont le danger est illustre par la présence à l'Assem- R. Vellaud : « La voie est tracée ... » Saluant la victoire remportée dans l'union par les travailleurs toulousains sur les poujadistes, Robert Vellaud, secrétaire de l'Union des Syndicats de la RégiOn. Parisienne, souligne tout d'abord l'attachement de la C.G.T. à la lutte contre le fasCisme et le racisme. ({ Bravo à l'initiative du M.R.A.P. et de la L.I.C.A., s'écrie-t-il, qui, associés, ont mis tout en oeuvre pour assurer à cette réunion la participation des organisations républicaines et des représentants du mouvement syndical français!» Robert Vellaud rappelle qu'il 11 a vingt ans se réalisait l'unité syndicale, qui fut, «en grande partie, le résultat de l'unité d'action que les travailleurs de toutes tendances n'ont cessé de réaliser pour s'opposer à la montée du fascisme en France, après la tentative de putsch du 6 février 19.34. Ces faits historiques, soulignet- il, présentknt certaines similitudes avec la situation actuelle: « Un grave danger nous menace. Il est grand temps que les travailleurs et le peuple de France, s'unissent comme ils Je firent en 1936, pour, une fois « J'ai appriS le lendemain, poursuit l'orateur, qu'on leur ayait dit: « Allez-y, c'est " un deputé de Mendès-France, c'est t'n sale juif! » Après avoir souligné la menc. ce que représentent les menees fascistes en Algérie et en France, Charles Hernu déclare: Kahn « Le danger exige rassemblement des démocrates» Emile le « Au delà des fascistes traditionnels », l'orateur cite encore Il toute la grande famille des bien-pensants», {( la grande masse puissante des muets », « les prétendants civils et militaires », enfin « la masse de ceux qui croient ce que leur racontent » Poujade et ses complices. •• {( Prenons-y garde: il ne faut pas seulement dénoncer Poujade, mais le poujadisme, car il peut fort bien y avoir demain une force fasciste sans POUjade. Il faut dénoncer tous ceux qui l'entourent dans cette opération, et en particulier TixierVlgnancour, porte-parole des poujadistes è. l'Assemblée » ... ({ Devant ces menaces, conclut- il, il ne reste qu'une seule et unique formule: l'unité de toutes les forces républicaines, comme à Toulouse. C'est la force combattante qui fait que les républicains sont encore capables de défendre leur régime. « Je citerai Simplement, pour terminer, un vieux proverbe chinois: le mensonge a beau se lever de bon matin. la vérité ra toujours rattrapé avant la nuit. » « C'est avec une grande joie que la Ligue des Droits de l'Homme a répondu à l'appel « Pas de manifestations fascistes ! » Au nom de la Nouvelle Gauche, Me Yves Jouffa déclare notamment: «C'est un grand réconfort pour nous de voir réunies sur des objectifs préCiS de défense , républicaine, les deux grandes organisations antiracistes que sont la L.I.C.JI... et le M.R.A.P. Cette union préfigure, je l'espèr6, un rassemblement beaucoup plus large de toutes les volontés populaires, républicaines et antifascistes. «Il ne faut pas se, leurrer. En présence des dangers réels de fascisation du pays, dont le poujadisme est aujourd'hUi llexpression la plus caractéristique, seule l'union de toute la gauche, sans exclusive aucune, peut constituer un rempart agissant. Ceux qui méconnaîtraient cette vcrité d'évidence, ceux qui en seraient encore aux exclusives absurdes et dépasséeS, prendraient une énorme responsabilité devant l'histoire ... « La seule méthode efficace, c'est celle de Toulouse: il. chaque manifestation fasciste, répondons par une conduite de Toulouse. « Il faut reprendre sur un plan plus général, le mot d'ordre qui était le nôtre au Quartier Latin, en 1934 et 1936, et qui est encore valable aujourd'hui: pas de manifestations fascistes au Quartier! Et maintenant: plus de manifestations fascistes il. Paris! commun de la L.I.C.A. et du M.R.A.P., qui prend aujourd'hui une valeur de symbole. Il signifie que les nuances d'opinions s'effacent devant le devoir commun de défense républicaine.» Ainsi débute Emile KAHN, président de la Ligue des Droits de l'Homme, qui rappelle ensuite la résolution définissant la position de cette organisation: « Le comité central observe que les menées des poujadistes en France métropolitaine comme en Algérie, prennent, par kur appel au racisme, par leur recours à la violence et par le retour, préparé par eux au corporatisme, un caractère nettement fasciste ... , La Ligue des Droits de l'Homme exhorte tous les démocrates de France et d'outremer à s'unir, sans distinction de parti ou de croyance, contre le fascisme renaissant et la réaction. » Emile Kahn souligne que le danger ne vient pas seulement de Poujade, ce fantoche, ({ mais de tous les adversaires traditionnels de la République qui se groupent autour du pElujadif. me. D'abord, les fascistes professionnels, toujours è. l'affilt, les collaborateurs de Vichy, les traîtres aujourd'hui amnistiés, choyés, gonflés d'ambition et d'espoir. « Oe n'est pas par hasard que los députés poujadistes ont pour conseil et pour guide un TixierVignancour, un Dorgères, et pour appui Dides, policier d'intringue il. la manière de « Paix et Liberté l. « Ce danger, poursuit-il, a fini par émouvoir tout ce qu'il il y de l'Iur, de propre, de foncièrement démocratique en France ». Et il conclut: « C'est par l'union totale des républicains et par elle seule que la République sera sauvée ... « Nous continuerons à éveiller les républicains, à les rassembler tous, à les unir. Alors, r..ous pourrons dire avec certitude que le fascisme ne passera pas. l

le plus, barrer la route au fascisme,

pour faire triompher la volonté du peuple de France ... « Comme un coup de tonnerre, la manifestation antifasciste de Toulouse et le grand rassemblement populaire qui s'est réalisé ensuite indiquent la routf:. {( Cette route, il faut la suivre. » Charles Lévine : «Une date mémorable» Membre du Comité central de la L.I.C.A., Charles LEVINE souligne que {( cette magnifique et vibrante manifestation est une date mémorable dans l'histoire politique de la France, depuis les dernières élections ... Pour la première fois à Paris, un meeting antipoujadiste est organisé ». {( Les 500.000 indignes nationaux, qui votaient pour la première fois le 2 janvier, éxpliquent en partie le succès poujadiste, déclare encore Charles LEVINE. Les députés poujadistes sont les représentants des administrateurs de biens Juifs, des « locataires de bonne' fo! » qui cherchent il. reprendre du poil de la bête D. (.~ La réunion de ce soir, poursuit- il, n'est qu'un commencement. Il faut que nous militions dsns nos organisations antiracistes. Il faut que le succès de cette manifestation, où commun~ stes, socialistes, radicaux, catholiques, libres - penseurs, se sc.nt trouvés réunis comme en 1936, se répercute à travers tout le pays ... « Sachez que, tous ensemble, unis, nous sommes le nombre. Des millions et des millions de Français ont voté à gauche. poujade n'est fort que de notre dt'isunion. C'est avec notre union qUE' nous vaincrons, c'est avec notre union que le fascisme ne passera pas. » e DROlr ET LIBERTE Après le meeting un ita i re de la Mutualité Une délégatioh du M.R.A.P. au Congrès de la L.I. C.A. Le meeting réalisé dans l'union par le M.R.A.P. et la L.I.C.A. a suscité, dans tous les milieux antiracistes et républicains, un grand enthousiasme. Nous l'ocevons qu'otidiennement des lettres de lecteurs saluant cette manifestation commune. De multiples sociétés nous font parvenir des résolutions exprimant leur satisfaction et souhaitant que l'action se poursuive sous le signe de l'unité. La L.I.C.A. ayant tenu son congrès les 17 et 18 mars, une délégation du M.R.A.P., conduite par notre secrétaire général, Charles Palant, est allé le saluer. ' La: lettre suivante a été lue à la tribune par Me Manville, membre du Bureau National de notre Mouvement. Chers amis et camarades, Le bureau national du M.R.A.P. salue fraternellement les délégués au dix-huitième congrès national de la L.I.C .. A. et forme des vceux pour le, plein succès de IIOS travaux. C'est l'honneur de la L.I.C.A. et du M.R.A.P., d'avoir ces dernières semaines, en présence du grave péril fasciste, trouvé le chemin de l'action commune en écartant délibérément tout ce qui pouvait faire obstacle à l'indispensable rapprochement entre nos deux organisations. Notre fierté légitime est d'avoir vu se rassembler autou·r de nous des hommes de tous les partis et de toutes tendances à l'occasion du meeting commun du 9 mars dernier, tandis que cette première manifestation commune de la Des lands pour la lutte EN AVANT POUR LE SECOND MILLION! POUR la lutte contre le racisme et l'antisémitisme renaissants, la collecte de fonds continue. Des slclétés nous font parvenir des subventions et aussi, comme la société Varsovle-Ochota, dont nous saluons l'exemple, des dizaines d'abonne~nts à te Droit et. Liberté ». D'autres associations, de Paris, de province, d'Afrique du Nord, noua adressent, avec leurs dons, de nombreux bulletins d'abonnement. s. gnlflque combat pour le respect des droits et de la vie de tous les hommes, pour le triomphe des principes de liberté, d'égalité et de fraternité! Sociétés Varsavle-Ochota : 75.000 (total : 100.000); Kal"z (acompte) : 10.000; Otwock (acompte) : 10.000; Salut Public de Belleville : 5.000; Originaires de Bessarabie (collecte) : 7.3S0; BrestLltowsk (acompte) : 30.000; MlnskMazowiec (acompte) : 30.000. Total : 167.3S0. Cartes d'Amis Paster : 5.000; Anonyme : 1.000; Llsztman : 300; Mme Poznanski 1 500, Montreuil : 6.000; Studi : 1.000; Schuster : 1.000 ; Dr Jean Blum : 2.000. Total: 20.100. L.I.C.A. et du M.R.A.P. suscitait l'enthousiasme dans l'opinion antiraciste oui voyait se réallset' son voeu le plus ardent. A ce meeting, votre président, Bernard Lecache, déclarait sous les applaudissements : « " existe des moments où, sous peine d'être inférieurs à notre mission, nous devons faire abstraction des querelles doctrinales. La défense de la République passe avant tout, la lutte contre le fascisme passe avant tout. » Pour sa part, le M.R.A.P. depuis sa fondation, n'a cessé de préconiser le rassemblement et l'action unie de tous les antiracistes face au danger qui s'est lp'réclsé ces dernières années, avec la remise en selle des excollaborateurs du nazisme, libérés les uns après les autres, amnistiés et blanchis. Cette menace de voir restaurer le racisme et l'antisémitIsme s'est considérablement accrue avec le développement du poujadisme qui constlt.ue une menace pour la RépUblique et la liberté de tous les citoyens. Nous som~ convaincu6 que les travaux du dix-huitIème congrès de la L.I.C.A. seront empreInts par la haute conscience que nous avons les uns et les autres, et de la gravité du danger raciste, et de la force que recèle notre union. En renouvelant n~s voeux pour le succès des travaux de votre congrès, nous souhaitons que se maintiennent et se resserrent les liens entre nos deux organisations. Vive l'action commune des antiracistes contre la menace du racisme et de l'antisémItisme. Pour le buresu national M.R.A.P. Le secrétaire g&néral : Charles PA LA NT Signez el failes signer l'appel du M. R. A. P. ONZE ans à peine après la défaite de l'hitlérisme, nous assistons, dan! notre pays, à une dangereuse tentative de faire renaître les haines qui, naguère, ont allumé les fours crématoires et endeuillé la France. Trompant la volonté de certain~s catégories de Français, qu'anime un légitime souci de justice et de mieux-être, Poujade, entouré et inspiré par un état-major d'anciens collaborateursl notoires, s'efforce de susciter un réveil de l'antisémitisme et du racisme. Puisant aux sources du nazisme, Poujade et ses complices utilisent une nouvelle fois la méthode qui vise à détourner le mécontentement de la population contre un « bouc émissaire ». Comme au temps de Vichy, ils préconisent des discriminations entre les citoyens, suivant leur origine ou leur religion. Partisans acharnés de la violence en Algérie, ils poussent à un racisme exacerbé qui risque de compromettre l'amitié entre le peuple français et les peuples d'outre-mer. L E Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) s'adresse solennellement à l'opinion publique afin de souligner le péril que représentent ces menées pour les , institutions républicaines, les traditions françaises et l'unité de la nation. Le peuple français n'est pas raciste. Fidèle à l'idéal des Droits de l'Homme, aux souvenirs de la Résistance, il saura empêcher le retour dtS propagandes et des pratiques qui ont abouti aux horreurs de la guerre et de l'occupation. Démocrates, patriotes, gens de coeur, unissons-nous, sans distinctions, agissons tous ensemble pour faire échec aux déchaînements racistes des ennemis de la République, pour que triomphent la fraternité entre les hommes, l'amitié entre les peuples et la paix. J'approuve l'appel du M.R.A.P. contre la menace de l'antisémitisme et du racisme renaissants. NOM: PROFESSION: ADRESSE: A retourner au ,M.R.A.P., 91, rue du Faubourg SaInt-Denis, Paris (X'). La première liste de versements (sociét.és et cartes d'amis - Individuelles) publil\ dans notre précédent. numéro, après l'appel du Comité d'Action du M.R.A.P., représentait une somme de 834.000 francs. Dans les deux dernières semaines, 187.480 francs nous sont. encore parvenus, ce qui fait un total de 1.021.480 francs. C'est là un résultat appréciable et nous remercions tous nos àmis pour leu'rs efforts. LEf tOM"ERf!IINlf tON1RE POUIIIDE Mals combien faible parait ce premier résultat comparé aux milliards dont dispose l'état.-major poujadiste Il faut que, dans les prochains Jours, tout de suite, ce premier million soit multiplié par l'action de nos militants dans les sociétés, dans les sections, partout. où ils se t.rluvent. Ils seront encouragés dans leur tâche par les réalisations qui, déjà, ont été possibles

l'édition de .l'appel du

M.R.A.P. en affiches pour Paris et la prlvlnce, et en tracts répa.ndus largement dans tout le pays, et 'qul nous reviennent approuvés par des milliers de braves' gens. Une brochure sur Poujade et ses alliés va, de !JI,lus, sortir dans quelques jours. N'oublions pas que l'argent est le nerf de la paix, l'arme sans laquelle nos projets seraient Irréalisables. Redoublons donc d'efforts dans ce domaine également! Donnons au' M.R.A.P. les moyens de poursuivre victorieusement son male carnet de D.l. Mariage Nous sommes heureux d'annonoer le mariage de nos amis, M. Lorenter et Mlle Jabllnskl, de Montreuil. Qu'ils trouvent. Ici les félicitations et les meilleurs "ceux du M.R.A.P. et. de Droit et Liberté ... ... Et nos remerciements pour la somme de six mille francs qui a été collectée à cette occasion. Naissance Notre ami M. Abrachkof, membre du Comité d'Action du M.R. A.P., vient d'être l'heureux grandpère d'une petite ""e, Claudine. Toutes nos féllcltat.lons et nos meilleurs voeux. « Messieurs, « J'ai l'honneur de vous faire connaître que suite à votre lettre de menaces en date du 18 janvier 1956, je ne vous dois rien, car à notte arrét de compte du 3 janvier 1956, je vous ai signé une traite d'une valeur de 50.000 frs, payable à vue. « Messieurs les juifs de votre race, je ne pouvais attendre mieux. « J'ai l'honneur de vous saluer. » Nous reprOduisons le début et la fin d'une lettre commerciale, reçue le 21 janvier, par un de nos amis qui fut pupille de la nation, son père et sa mère n'étant jamais revenus d'Auschwitz, de Maidanek ou de Buchenwald. L'injure grOSSière ne se cache plus derrière l'anonymat d'un graffiti sur un mur, elle devient désormais l'argument « décisif» des lecteurs de « Rivarol», d' « Aspects de la France» ou de « Fraternité Française », la feuille de Pl erre Poujade. Cet exemple malheureusement n'est pas isolé; le M.R.A.P. a eu connaissance de divers autres manifestations antisémites semblables. UN ENTOURAGE SIGNIFICATIF Tous les fascistes, les factieux, les antirépublicains, les racistes, ont trouvé un nouveau chef de file en la personne de Poujade et de son rassemblement. Le succès électoral du poujadisme a redonné confiance aux nostalgiques de Vichy; il a réveill~, encouragé l'antisémitisme latent, partout où il attendait une occasion de se manifester. • Poujade ose prétendre qu'il n'est pas antisémite, mais il est entouré d'un état-major, composé de gens qui ont déjà fait leurs preuves durant les sombres années de l'occupation. Mais ses diSCiples prOfèrent des menaces, dont la grossièreté n'a d'égal que les écrits de feu «Le Pilori». Mais son défenseur patenté à la Chambre n'est autre que l'ancien ministre de Pétain, Tixier-Vignancour. Un quotidien parisien, qui a fait une enquête -sur Pierre Poujade, a publié des extraits d'un certain nombre de lettres d'injures de correspondants, souvent anonymes, qui prenaient la défense de poujade, qui veut «empécher la clique judéo-maçonne de liquider ce qu'il reste de l'empire », écrit un de ses laudateurs. Il n'est pas dans notre propos de reprOduire ces insanités, mais le rédacteur de «Libération» constate que ces lettres sont toutes vulgaires, racistes, antisémites. LES COMMERÇANTS RIPOSTENT Il nous a été rapporté qu'un commerçant de province aurait affiché dans sa boutique que les représentants de commerce israélites étaient indésirables. Le M.R.A.P. contrôle la véracité de cette information et agira en conséquence. Sur un marché, dans une ville de Meurthe-et-Moselle, les dirigeants poujadistes locaux ont visité les commerçants, les marchands forains, pour essayer de leur placer « la carte de Pierrot ». Comme par hasard, alors qu'ils prospectaient systématiquement tous les forains, ils ont évité de proposer leurs cartes à ceux qui leur paraissaient être 'uifs. A Issy-les-Moulineaux, sur le marché encore, des poujadistes ont essayé de contraindre des commerçants de prendre des cartes de l'U.D.C.A.; ceux, nombreux, qui le leur ont refusé, se s nt vus injurier, traiter de c sales juifs » et menacer de représailles. La riposte des forains et marchands d'Issy-les-Moulineaux a été immédiate: les poujadistes ne feront pas de sitôt la loi sur ce marché. De plus en plus, les commerçants comprennent ce qui se cache derrière poujade. Tous les jours, nous apprenons la démission de commerçants qui ne veulent plus être trompés. C'est ainsi que 90 % des adhérents de l'U.D. C.A. de la Haute-Vienne ont retiré leur confiance à poujade. A Toulouse, trois dirigeants de l'U.D.C.A. ont démissionné comme ont démissionné plUSieurs dirigeants de l'U.D.C.A. des Bouches- du-Rhône. Poujade prétend défendre les commerçants, mais l'ancien président départemental de l'U.D. C.A. de la Haute-Vienne a pu révéler, sans être le moins du monde démenti, que seules huit fédérations départementales de l'U.D. C.A. comptaient plus de 50 0/0 des adhérents payant une patente, la moyenne dans les autres départements n'est que de 15 0/0. Ainsi dOpc, s'il est vrai que tous les antlsémites, les racistes, 1 Le 5 mars, à Toulouse, donnant l'exemple de l'union, les républicains ont infligé une sévère défaite aux poujadistes. Le Pen et Dides ayant annoncé leur intention de parler à un meeting, à 15 heures, les travailleurs de la ville, à l'appel des syndicats C.G.T: et F.O., débrayèrent en masse et se rendirent sur les lieux de la réunion. Un appel à contre-manifester avait été lancé également par le Comité de Vigilance et de Défense Républicaine. se regroupent derrière « l'homme de Saint-Céré», la grande masse des commerçants comprend désormais dans quelle ornière on voulait les entraîner. Il y a quelques jours, des diffuseurs de notre journal sont allés vendre « Droit et Liberté» sur le marché de Saint-Ouen. Jamais encore, ils n'avaient été si bien accueillis; en moins d'une heure, tous leurs journaux furent vendus. Ceci doit nous servir d'exemple. Les lumières, les vérités de « Droit et Liberté» aident les gens à mieux comprendre ce qui se cache derrière Poujade. Elles permettent le renforcement de l'union des antiracistes, des républicains. Dans tous les marchés, l'expérience de Saint-Ouen doit être reprise, développée. Ainsi se trouvera consolidé le front uni des ré;l!ublicains. qui saura empêcher par une activité militante de tous les jours la recrudescence de l'antisémitisme, qui saura museler les aboyeurs racistes et faire respecter les grands idéaux de justice et de fraternité du peuple de France. Armand DYMENSTAJN. Plus de 10,000 personnes se rencontrèrent devant le Palais des Sports et chassèrent les poujadistes. A la tête de la manifestation républicaine se trouvaient les députés socialistes MM. Montel et Aubanc, et communistes MM. Rumeau et LIante, ainsi que les dirigeants de divers groupements. Ce sont les démocrates qui tinrent un meeting. Puis ils défilèrent à travers la ville jusqu'li. la mairie, où M. Badiou, maire socialiste, prononça une allocution. J-,," DROI,. E,. L.IBERTE Une interview exclusive de M. Juricho MATSUMOTO ETATS-UNIS 1 dirigeant -antiraciste . . laponals les noirs N sommes lous solidairesintensifient ous leur lutte dans la lulle conlre les discriminalions pour l'égalité Tous les noirs des Etats-Unis feront grève pendant une heure le 28 mars procha.in. Ce fait, sans précédent dans l'histoire, témoigne de l'ampleur prise par la campagne antiraciste à travers tout le pays. Ce sont les récents événements d'Alabama qui se trouvent directement à l'origine de la grève du 28 mars. En fait, elle s'Inscrit datns le contexte d'une bataille de plus en plus aiguë entre les racistes du Sud et les noirs défendeGIt leun droits. LA QUESTION SCOLAIRE C'est le 17 mai 1954 que la Cour Suprême des Etats-Unis déclara illégale la séparation des élèves blalncs et noirs dans les écoles. Si dans le nord et le centre des Etats-Unis, la ségrégation 1C0laire est peu à peu atténuée, la décision de la Cour Suprême rencontre une vive opposition dans le Sud, où six Etats (Virginie, Caroline du Sud, Georgie, Alabama, Mississipi et Louisiane) oint officiellement refusé de l'appliquer. L'affaire Autherine Lucy est à cet égard significative. Cette étudiante noire a été expulsée de l'Université d'Alabama, à la suite d'émeutes racistes, en dépit de Jugements rendus en faveur de son admission. LA QUESTION DES ,.RANSPORTS CE noble vieillard, souriant, amical, qui nous reçoit dan-s les salons d'un ~rand hôtel, près des Champs-Elysees, a parcouru des milliers et des milliers de kilomètres, préoccupé de la paix, de la fraternité humaine. Il veut nous dire, pour que nous le fassions savoir ici à l'opinion publique, comment' à l'autre bout de la terre, des hommes, dont il est, sont traités en parias en raison de leurs origines. Il veut connaître la lutte, menée chez nous, contre le racisseules des années de lutte. ont pu l'amen.er. Nous montrant son secrétaire et l'interprète, Japonais également: - Ai-je l'air différent d'eux? nous demande M. Matsumoto en riant. En fait, pour voir ou créer des différences entre les hommes, les racistes ont un flair particulièment subtil... - De quelle façon, la lutte antiraciste est-elle menée au Japon? - Voilà trenie-quatre ans, nous dit M. Matsumoto, que j'ai créé un mouvement de lutte contre les discriminations. Nous mppelons à l'union des victimes et au soutien de tous les gens de coeur. Des résultats notables ont été obtenus, mais le combat continue, doit continuer, et il nous faut l'appui des antiracistes du monde entur. LE RACISME CONTRE LA PAIX Rencontrez - vous d'autres formes de racisme? - Il Y a un racisme étroitement lié à la guerre. Au cours du dernier conflit, on a tenté d'exci.ter le sentiment de supériorité des Japonais à l'égard des autres peuples asiatiques vaincus. Et nous pouvons dire que l'emploi de la bombe atomique, au Japon précisément, et les expériences atomiques qui se sont poursuivies oeprès la guerre relèvent d'un certain racisme. D'aucuns considèrent que la vie d'un Jaune vaut beaucoup moins que celle d'un Blanc ... «Mais toutes les formes de divisions, de discriminations, sont liées, et toutes favorisent les massacres et les guerres. - Comme notre Mouvement, qui l'indique dans son nom même, vous luttez donc à la fois contre le racisme et pour la paix. - Je suis vice-président du Conseil Asiatique de la Paix et je pense en effet que tout cela ' est étroitement lié. La conférence de Bandoeng, à laquelte j'ai assisté, a oeuvré à la fois contre le racisme et pour la paix. « Je pense que la paix seule fera disparaître les préjugés et les discriminations entre les hommes. Nous devons tous nous unir pour l'assurer. A. L. 7 Irène JOLIOT -CURIE martyr de et femme la sCience de coeur La mort brutale d'Irène JollotCurie oonstitue pour la solenoe et pour notre pays une perte Irréparable. Irène Joliot-Cu'rle consacra sa vie entière à pénétrer les secrets de l'atome, à le dompter pour le mieux-être de l'humanité. Elle est morte en héroïne de la science, atte,lnte d'une leucémie provoquée 'p'ar les radiations. Grand savant, I·rène Jo lIotCurie était aussi un grand ooeur. Activement solidaire de toutes leI justes causes, nous avons eu l'honneur de la voir maintes fols à nos côtés, notamment dans la campagne pour sauver les Rosenberg. Irène Joliot-Curie vivra dans l'hlstolr-e comme un adml-rable exemple. .** Le président Lyon - Caen a adressé à M. Frédéric JolJotCurie une lettre exprimant les condoléances de notre Mouvement. Une délégation du M.R.A.P. participera aux obsèques nationales d'Irène Joliot-Curie. Une décision récente de la Cour Suprême a Interdit la ségrégation dans les trains allant d'un Etat à l'autre sur tout le territoire des Etats-Unis. Cette décision, elle aussi, reste inappliquée dans le Sud, où la séparation entre Min et blancs est de règle dans tous les transparts. M. MATSUMOTO. En Algérie, pour faire écheè D'où les Incidents de Montgomery (Alabama). Une femme noire s'étant assise, au début de déce~bre derlnler, dans la partie d'un autobus réservée aux blanc. et ayant refusé de se lever, elle a été arrêté.. C'est alors qu'est né un Irrésistible mouvement de boycottage des autobus de la ville, auquel le. 50.000 habitants noirs participent daM l'enthousiasme. La compagnie des autobus a perdu 75 % de ses recettes et, sous sa prescsion, les dirigeants du mouvement de résistance, parmi lesquel. plusieurs pasteurs, oint été arrétél. DE NOUVEAUX CRIMES IMPUNIS A Sumner (Mississipi), la ville même où Emmétt Till fut sauvagement assos. Iné, un automobiliste blanc, Elmer Klmbel, a froidement abattu un pompiste noir, Clinton Melton, qui lui servait de l'essence. Le meurtrier vient d'étre, lui aussi, acquitté. A Colombus (Georgie), un médecin noir, le Dr Thomas Brewer, dirigeant local de l'Association Nationale pour l'Emancipation des Gens de Couleur (H.A.A.C.P.), a également été tué à bout partant par Ul raciste, dan. un magasin de la ville. APPELS DE HAINE A traven tout le paY'S se développe une campagne d'hystérie raciste. Ce sont 96 sénateurs et représentants du Sud qui lancent un appel poûr le maintien de la ségrégation scolaire. C'est le projet de loi hitlérien dépasé aU Parlement du Mississipi, demandant qu'une somme de 5.000 dollars soitallouée paur l'acquisition par la Bibliothèque d'Etat d' • ouvrages ethnologiques _ lustiflant la " suprématie blanche _. C'est enfin cette déclaration effarante de l'écrivain William Faulkner, Prix Hobel de liftérature: c Si l'on vient à se bottre dons le Sud, ie lutterai pour le Mississipi contre le Gouvernement des Etats-Unis, même si ie dois descendre dans la rue et tuer les noirs. » LA RIPOSTE ANTIRACISTE Cependant, d'Innombrables et enthousiastes meetings antiracistes se tiennent dans tout le Sud. Noirs et blancs s'organisent et ripostent aux melnées des lyncheurs assoiffés de sang. Des prêtres, des pasteurs, blancs et noirs participent activement à la campagne pour l'égalité. La commission exécutive de la centrale syndicale unifiée A.F.L.-C.I.O. vient de lancer un appel dénonçant la création de " coroltés des citoyens blancs -, forme nouvelle du Ku-Klux-Klan. ....* Tel est le climat dans lequel se prépare la grande grève du 28 mars, étape Importante de la lutte des noh's américains, que les antiracistes du monde entier suivent avec une sympathie passionnée, conscients que la bataille livrée aux Etats-Unis sera décisive paur l'humanité tout entière. me. JI veut resserrer les liens entre les hommes de coeur de l'univers entÏ'er. C'est dire combien est émouvante, exaltante, une conversation avec M. Ju·chiro Matsumoto, qui est, au Japon, un v-étéran du combat cO.ntre les discriminations entre les hommes, pour- l'amitié entre les peuples, et qui accomrlit un voyage d'information en Europe, avant de se rendre à Stockholm pour la réunion du Conseil Mondial de la Paix. aux racistes déchaÎnés UNE SOLUTION PACIFIQUE S'IMPOSE • • 1 TROIS MILLIONS DE PARIAS - Au Japon, nous dit-il, il existe six mille villages, dont les habitants, trois millions environ, sont considérés comme inférieurs au reste de la population. Ils sont vic'imes de tous les préjugés, de toutes les haines, et même, de discriminations officielles. Certaines professions leur sont interdites. Ils ne peuvent habiter en dehors de leurs villages, ni se marier oevec les autres Japonais ... «A l'origine, semble-toit, ces villages sont ceux qui ont résis:té le plus longtemps à la conqu~te de la famille impériale. L'APPUI DE TOUS LES ANTIRACISTES M. Matsumoto, lui-même, a été poursuivi toute sa vie par ces d'scriminations. Membre du parti socialiste, qui obtint la majorité aux avant-dernières élections, la fonction de président du Sénat lui revenait de droit. Mais ce fut une levée de boucliers et, en raison de ses origines, il ne fut élu que vice-président, poste déjà ex.ceptionnel, à l'accession duquel « La guerre qui est engagée là-bas et que nous s&/'ons Obligés de faire, tôt ou tard - mieux vaut la faire plus tôt que trop tard ••• lt Ainsi s'est exprimé Le Pen, porte-parole de Poujade, à l'Assemblée Nationale le 8 mars, au cours du débat sur l'Algérie. Le lendemain, Tixier-Vignancour, réclamant lui aussi la guerre à outrance, se livra, à la tribune, aux provocations les plus scandaleuses, notamment dans le dialogue suivant ( Journal off!ciel • du .10 mars 1956, page 816) : M. Jean-Louis TIXIER-VIGNANCOUR. - ... C'est pourquoi, parce que je n'al auoune oonflanoe, monsieur le Président du Conseil •.• M. Yves PERON. - Votre oonfiance, o'est pour le général SS Ramckel M. Jean-Louis TIXIER-VIGNANCOUR. - Et pourquoi pas? Cependant, « Rivarol », le journal du oondamné à mort Cousteau, actif soutien des Le Pen et des Tixier-Vignàncour, préoonise UNE RESOLUTION DU C.R.I.F. 04etifJ-u efJ-utce qJ6.ui-ade Le Conseil Représentlatlf des Juifs de France rappelle à ses organisations adhérentes et aux communautés de France et d'Algérle: Que Pierre Poujade a volontairement Inséré dans les statuts de son mouvement des olauses restrictives de tendance xénophobe, rappelant la législation raciste Introduite en France par les nazis pendant l'occupation; Que l'esprit fasciste, antisémite et xénophobe de ce mouvement, ressort de nombreuses déoillirations et des agissements de Pierre Poujade et. des dirigeants de l'U.D.C.A.; Il constate que la diffusion des mots d'ordre du parti poujadiste rallume les oampagnes fasolstes et antisémites, dont de nombreux 'l'esponsables du mouvement ont été I-es agents aotlfs durant l'ocoupatlon; , Et engage les diverses organisations adhérentes au C.R.I.F. et les oommunautés de France et d'Algérie à prendre part à l'aotlon de toutes les foroes démooratiques, républloalnes et antlfasolstes du pays pour réagir oontre le mouvement. ~_ouJade. « un -gouvernement de salut public, qui décrète l'état de siège en Algérie et l'état -d'alerte dans la métropOle ». Et « Aspects de la France », l'organe de Xavier Vallat, demande « que les armes parlent! lt et écrit: « C'est perdre notre essence, natre papier, le temps de nos aviateurs que de lancer des tracts sur l'Aurès. Quelques bombes feraient mieux l'affaire. Qu'Importe que les grandes oonsolences nous considèrent comme des êtres sanguinaires. » Poujade leur fait écho: dans « Fraternité Française », en demandant qu'en Algérie soient exécutés immédiatement les condamnés à mort e.t qu'à Paris soient arrêtés les citoyens qui se prononcent pour un~ solution pacifique du problème algérien. Ce que veulent les racistes est donc clair. Ils ont soif de fang. Ils veulent, en sauvegardant les monstrueux privilèges de quelques féodaux, maintenir à l'état de sous-hommes des millions de musulmans. Ils veulent entretenir les haines raciales et, au besoin, exciter l'antisémitisme, comme le dirigeant poujadiste Dupont qui accuse « les juifs » d'exploiter l'Algérie et propose que l'on donne des armes aux Algériens pour les exterminer. Ils souhaitent la violence, source de violences toujours aggravées, alors que, dans toute la France, dans tous les milieux, s'affirme toujours plus haut la volonté de notre peuple qu'on en finisse avec cette guerre, avant qu'lI ne soit trop tard. Pour parvenir à leurs fins, qui n'ont rien de commun avec les intérêts nationaux, les racistes, les ennemis de la République recourent à toutes les pressions, à tous les chantages. TI appartient aux gens de coeur de contrecarrer lems eUorts. C'est un fait que, ces derniers jours, les diverses mesures prises ne laissent pas d'être inquiétantes. Il n'est question que de mob!l!sation et de renforts, de couvre-feu et de ratissages ... Est-ce là la voie de la paix? Il est à craindre que l'on ne parvienne ainsi qu'à faire couler plus de sang et à creuser davantage le fossé entre la France et les populations d'Algérie. Les antiracistes ne sauraient rester Indifférents à ces graves problèmes. Ils demandent que soient recherchés rapidement un cessez-le-feu et la paix, dans le respect des droits de l'homme et de la dignité de tous. Plus tôt cette solution aboutira et plus tôt la France retrouvera son vrai visage aux yeux des peuples. Disons non à la haine. Proclamons notre ardente volonté de faire triompher la f-raternité. Réclamons de toutes nos forces la paix! DROIT ET LIBERTÉ 91, Fbg St-Dents - Paris-100 Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 DES TARIF ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an : 300 franee PAYS ETRAN~J:RS Un an : 430 franu ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 franci TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. Post. : 6070-98 Paril Pour Iea changementl d'adrelse envoyer 20 francB et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rne de Parodia - : - PARIS cr') -: - Tra". wc. par du OU". syndiqué. li • Samedi 24 Mars de 21 heures à j'aube TOUS au GRAND RAL AN II RACI SI E de PARIS C'EST le samedi 24 mars, de 21 heures à l'aube, qu'aura lieu cette année, salle des Sociétés Savantes (8 bis, rue Danton, métro: Odéon ou SaintMichel) le grand bal antiraciste .de Paris, organisé par le M.R.A.P. Tous ceux, qui étalent présents l'an dernier au bal antiraciste, voudront une nouvelle fois participer à oette soir-ée, d'une ambiance inimitable. Cette année, Il y aura plus encore de monde, et plus encore, si possible, de gaité. C'est .Georges Jouvln, avec sa trompette et son orchestre, qui animera le bal. De plus, deux autres chefs d'orchestre, non moins talentueux, apporteront leur concours: Yvon Allain et Benny Bennet. C'est dire que les danseurs seront, on ne peut plus, satisfaits. Pour oeux dont la danse n'est pas la seule préocoupation, Il y a'.,ra des attractions et aussi, bien entendu, la joie de rencontrer dans une atmosphère chaleureuse, de très nombreux amis du M.R.A.P., hommes et femmes de toutes races, unis dans une même volonté, de bannir les préjugés et les haines, de défendre partout la fraternité et la paix, Signalons, en particulier, que plusieurs associations d'étudiants d'outre-mer ont décidé, cette année, de donner leur patronage au bal antiraciste de Paris. ... Pour tous, enfin, Il y aura le buffet. Un buffet comme aucun autre, avec des spécialités de tous pays, du caviar, aux pâtisseries algériennes, du « gefllte flsch» au punch martiniquais. Nul doute, donc, que le bal an_ tiraciste de Paris aura un éclat exceptionnel, au coeur de ce Quartier Latin, où les étudiants ont Illustré si brillamment, ces dernières semaines, les généreuses traditions républicaines. Amis lecteurs, ne le manquez pas! Et ne manquez pas d'amener vos amis. A samedi, et. bonne soirée! cAu einé-elub ~ IIAMITIE" Jeudi 22 mars • LA MONTAGNE EST VERTE (La vie de Schoelcher), de .Jean Le Herissey (F rançais) . • NO MAN'S LAND, de Vlotor 1:rlvas, avec Georges Peclet, Ernst Bach, Louis Douglas, Vladimir Sokolof! (Allemand). Jeudi 12 avril En commémoration de l'insurrection du ghetto de Varsovie: • LA VERITE N'A PAS DE FRONTIERES, d'Alexandre Ford (Polonais ) . Jeudi 26 avril • LES AMOURS DE LIANG SHAU-PO ET CHU YIN-TAI, de Shang Hu et Huang Sha (Chinois ). • CHARLO'r BROCANTEUR. .*. Les séances ont lieu le deuxième et. quatrième jeudl de ohaque mols, à 21 heures, salle YvesToudlo, 21, rue Yves-Toudlo (métro

République).

Un débat suit, avec la participation de nombreuses personnalités. Inscription: 200 francs, Cotisation mensuelle: 200 franos (pour deux séances). DROI'r 111: I.IBIIA'I'II La traduction française du roman de B. SCHLEVIN 1/ Les Juifs de Belleville" u '" L'ANTISEMITISME français se forge volontiers une Image assez curieuse du juif: tantôt usurier crasseux, tantôt richissime banqui-er, tantôt intellectuel dilettante, celui-ci se présente obligatoirement comme une manière de parasite avide d'argent et incapable de travailler de ses mains; incapable de vivre et d!,! mourir pour un idéal. A ces sottise dangereuses, Benjamin Schlevin oppose la force tranquille, toute simple, de la réalité. Le milieu où il nous introduit, peu connu des Français, représente cependant une fraction importante du judaïsme. Il s'agit des :nnombrables travailleurs juifs étrangers qui, fuyant les pogroms d'Europe- orientale, si fréquents encore durant J'entredeux- guerres, sont venus chercher dans notre pays un asile - mieux qu'un asile: une chance de vivre en hommes. Ce sont des ouvriers, et qui travaillent dur, de leurs mains; ce sont aussi des êtres soulevés parfois par une vérita'ble. passion de la fraternité humaine et prêts à tout sacrifier à leur idéal. Bousculés par la police, tirés à hue et à dia, traités en parias, ils se sont tout de même sentis accueiJolis, admis, ils ont reconnu plus ou moins confusément la profondeur de la liberté française et ils se sont donnés corps et âme à la France. Naturellement, ce ne sont pas tous des petits saints. Benjamin Schlevin, je le répète, n'obéit qu'à la loi de la vérité (et c'est en cela qu'il a droit au titre d'écrivain). Il n'essaie pas de nous attendrir par des images idylliques; il ne substitue pas, aux poncifs antisémites, des poncifs prosémites. Pris sur le vif, ses personnages sont complexe, certains même déplaisants; l'idéaliste côtoie le margoulin, I\'honnête homme IlS. fripouille; J'exploité de la veille devient parfois le lendemain un exploiteur. Mais quoi, ainsi est fait le monde! Schlevin nous peint des hommes, non des surhommes ou des sous-hommes; et ces hommes, ombre et lumière, comportent finalement, comme tous les hommes, plus de lumière que d'ombre. Comme tous les hommes, n'en déplaise à J'antisémitisme, i'is ont droit à l'égalité - à J'estime.

BENJAMIN SCHLEVIN est Iuimême l'un de ces « Juifs de Belleville . Né à BrestLitowsk en 1913, admis à l'Ecole NOl'llT1ale d'instituteurs de Vilno. il ne peut cependant supporter l'ambiance antisémite qui empoisonnait la Pologne de cette époque; il s'enfuit, voici une vingtaine d'année, et vient s'installer en France, au pays des Droits de l'Homme, de la liberté et de la dignité. Et c'est comme ouvrier imprimeur qu',il gagne aujourd'hui sa vie. Oui, cet universitaire, et écrivain déjà riche d'une oeuvre abondante, travaille comme ouvrier. Il a vécu, il vit encore la vie même de ses personnages; si quelqu'un peut se pr-ésenter comme leur porte-parole, c'est bien lui: leur existence est Ill' sienne, leurs aspirations intellectuelles plus ou moins confuses, il les incarne clairement, consdemment. En 1939, Schlevin s'engagea dans J'armée française et fit t:ampagne dans l'infanterie, au 23' Régiment de Marche des Volontaires Etra'ngers; après quoi, ce fut la captivité, jusqu'en mai 1945, dans un camp de Bavière. Ici encore, on le voit, J'écrivain témoigne, et de sa personne même. Nul hiatus entre lui et les étrangers qu'il nous peint, nul hiatus non plus entre lui et la masse de la population frança,ise. Une pleine communauté de destin, à valeur exemplaire. • COMME écrivain, disais-je, Schlevin a déjà une oeuvre abondante derrière lui. Mais cette oeuvre est écrite en yiddish j r , f\ G Le roman Les juifs de Belleville, de Benjamin Sohlevln, vient de paraitre aux Nouvelles Editions Latines, traduit du yiddish par Marcel Arnaud. Nous reprOduisons Ici la belle préface, écrite par Roger Ikor, prix Goncourt 1966. et, par suite, n'est pas accessible direcrement à la gra,nde majorité d'entre nous. Nous touchons ici à des problèmes fort délicats. Le yiddish, idiome issu de l'allemand, est un langage à la fois universel et très localisé; universel, car il se parle en Amérique aussi bien qu'en France ou en Russie; localisé, car en chacun de ces pays, il n'est pratiqué que dans des milieux très particuliers. En France, par exemple, la plupart des juifs d'implantation ancienne l'ignorent .(sans compter bien entendu la masse de la population française). Il apparaît a,insi chez nous comme un langage d'immigrants, et d'immigrants de la pl'emière génération; dès la deuxième génération, à la troisième en tout cas, il cesse d'être parlé ordinairement, même s'il continue d'être compris. Il cesse surtout d'être lu: on sait, en effet, qu'il s'écrit, en principe, avec des caractères hébraïques. Or, en dehors de la première couche d'immigrants, qui connaît l'écriture hébraïque? Elle n'est communément utilisée que dans "Etat d'Israël - l'Etat d'Israël où les gens parlent J'hébreu et non le yiddish 1 On voit dès lors av'ec quel public la Iittératu're yiddish est en contact - en osmose, dirais-je: très précisément avec des immigrants de fraîche date et d'origine populaire, dont la soif de culture est grande, mais dont la culture est, par force, souvent rudimentaire. D'où le drame d'écrivains comme Schlevinl qui ne pensent qu'en yiddish, qUI ne peuvent s'exprimer littérairement qu'en yiddish, qui sont condamnés par suite à ne toucher qu'un public étroitement limité et qui, pourtant, comme tous les écrivains, ont besoin d'air, de beaucoup d'air. Il me semble qu'on n'a pas le droit de les étouffer; on doit leur d0nner leur chance, car leur vocation, authentifiée par les difficultés mêmes auxqu'elles ils se he~rtent, est indiscutable. Je ne sais ce que vaut sur le plan esthétique la littérature yiddish pr!se dans son ensemble. Mais je sais que, pour elle, la traduction est un besoin vital. B::LLEVILLE... Pour nous, ce nom appelle l'image même du Paris populaire et ouvrier, avec son accent faubourien, sa gou-aille bien française. Pour Schlevin et ses amis, il évoque une annexe du quartier du Marais, un milieu non moins populaire et ouvrier que son homologue français, mais où l'on .parle yiddish. « Les Juifs de Belleville

. : en vérité, la traduction

française de ce livre yiddish revêt une valeur morale; elle consacre un mariage. Congo n -oir et blanc Voici un très beau livre (1) à inscrire en bonne place parmi les oeuvres antiracistes. Alain Gheerbrant nous apparaît dans ces pages comme un homme lucide, courageux - physiquement et moralement - un homme de coeur, un poète. Dans ses livres précédents (2), l'auteur, déjà, voulait ouvrir les yeux des hommes blancs et prouver que le niveau des techniques ou la couleur de l'épiderme ne sont pas des critères pour juger l'homme. Avant son départ d'Europe, en Belgique, on l'avait prévenu: «Il faut au Congo, qu'un écart demeure entre le Blanc et les autres hommes. C'est le principe même de notre politique, SUF lequel tout repose depuis qu'exi'ste la colonie ... :. On lui dit aussi: « Si vous voulez manger des nqurritur.es indigènes, prétextez une partte de chasse: cela fera sportif et au lieu de vous blt1- mer, on vous félicNera. Tout serait à citer. Tout est à lire. Et en le lisant, je me revoyais au Congo belge ou français, en Ot:bangui ou au Tchad. L'extrait que je vous propose est typique - très typique - de trop de mentalités européennes... Il m'a f.ait repenser à ce jour où le fils de mon cuisinier tomba dans une bassine d'eau presque bouillante. Je courus aussitôt chercher le seul docteur du poste - un docteur français - qu,i, sous sa véranda, s'ennuyait devant une bouteille de whisky. Il me répondit, scandalisé: - Oh! je ne me dérange pas pour un nègre ... Ce que vous allez lire, d'Alain Gheerbrant, est vrai aussi. Tout son livre est vrai. Et c'est un livre d'amitié qui donne à penser. A penser sainement et clairement. Quel plus beau compliment lui faire? Andrée CLAm. (1) Congo noir et blanc, (N.R.F.) (2) L'expédition Orénoque-Amazone (N .R.F.). - Des hommes qu'on appelle ICIUvoges (Robert Marin), tiré du film du même nom. - Les secrets de la forêt vierge (L.I.R.E.) (pour enfants), illustré par René Moreu. MIEUX VOIR. •• ALLEZ-VOUS retourner chez les Bakubas? dis-je. - Non, crie-t-il avec brusquerie. J'ai quitté mon ancien poste, volontairement.... parce que j'ai tué un noir. J'aurais pu rester, j'ai préféré partir ... Sa cigarette tremble dans sa main. Il la jette à l'eau et en allume une autre. - Je venais de faire ma classe quand deux gosses courent aprèS moi et me montrent un gros arbre, en criant: « Père, père. un singe! » « - Va me chercher un fusil! « Je tuais les singes pour eux. Ça leur faisait" de la viande. « Je ' voyais bouger quelque chose au plus épais du feuillage, j'épaUle et je tire. à une quarantaine de mètres. C'était un gosse. un enfant d'une quinzaine d'années. Je le ramène à la mission. Je le couche sur une tablç. Il avait le ventre criblé de pIbmb. Nous essayons de nettoyer les plaies. Il avait sans doute -les intestins perforés, mais on doit toujours espérer. Deux cents kilomètres de piste séparaient la mission du plus proche hôpital. Ma congrégation est pauvre, nous n'avons pas de voiture. Mais un colon, à quelques kilomètres de là, en possédait plUSieurs et des camions. Je griffonne un mot et j'enVOie un gosse le lui porter. sur mon vélo. Il revient avec la réponse. C'est non, le colon refuse de nous aider. « - Bien, me dis-je, le gosse va mourir. « J'étais assis près de lui sur une chaise, je n'y voyais presque plus. J'avais les yeux pleins de larmes, le gosse se redresse tout seul et me dit: « - Père, je ne t'en veux pas. «Je pleure toujours. Alors, 11 se redresse une seconde fois et répète la même phrase. « Il retombe. Il n'en peut plus. Il ouvre encore lentement la bouche. sans bouger et dit lentement. « - Tu m'as tué. « .Je dis: « - Veux-tu être baptisé? r------PAR Alain GHEERBRANT « Il dft: « - Non, je veux rejOindre les ancêtres. « Une coutume, chez eux, veut que les mourants posent la tête sur les genoux de leur mère. Et voilà que. brusquement, il se tourne sur le côté et j'ai sa tête sur mes genoux. Il dit, toujours du même ton : « - Tu es mon père. « ~t ses yeux s'agrandissent, comme s'il voyait quelque chose de nouveau, au-dessus de moi. Il dit: « - La mort, la mort! « Et sa tête retombe sur mes genoux. Il était mort. « Le lendemain. je partis au chef-lieu, voir le supérieur de ma mission. Quand je lui eus raconté toute l'histoire, il hocha la tête et répondit : 1( - Sapristil ... Sale histoire! ... Combien est-ce que ça va nous coûter! « Cette phrase, Monsieur, elle m'a fait plus de mal que mon coUP de fusil. Elle est entrée là, dit-il en se frappant le coeur du poing, et elle y est restée, pour toujours. « Combien est-ce que ça va coûter!» Voilà ce que répondait un Blanc. un prêtre, un missionnaire, mon supérieur! « Je suis resté trois semaines au chef-lieu. Puis, j'ai voulu retourner au village, les voir, leur parler. Je voulaia qu'ils m'f'icoutent. Je voulais qu'ils me regardent. Et savez-vous comment 11s m'ont accueilli? Comme un roi. Dès qu'ils m'aperçurent. toute la tribu vint à moi et me fit fête: « - Père, père, criaient-ils, pourquoi es-tu parti? « - Père, père, ne nous abandonne pas, reste avec nous! « Et ils m'offraient des fruits. « C'était moi, maintenant, qui ne pouvais plus rien dire. Je voulus m'en aller, n'importe où. mais m'en aller. Et comme un gosse, plus acharné que les autres, se cramponnait à ma soutane, je le regardai et ne pus empêcher une larme de couler sur ma joue. Je n'avals toujours pas dit un seul mot, et vous pensez peut-être qu'ils avaient oublié, qu'un jour chasse l'autre, que ce sont tous de grands enfants. Eh bien! écoutez ce gosse, voilà ce qu'lI me dit, tout seul, de lui-même: « - N'aie pas de peine, Père, nous savons que tu aimais les Noirs et que ce n'est pas de ta faute. c'est un accident, à nous aussi ça arrive. « C'étaient les mots que j'attendais depuis trois semaines et que pas un Blanc, ni personne, ne m'avait encore dits. « - Bonsoir, ajoute-t-il. Il est temps de dormir. Et mon histoire, peut-être vaut-lI mieux que vous ne la répétiez pas. » Est-ce bien sûr que cela vaille mieux? Ne faudrait-il pas, plutôt. que tous la connaissent et s'en frottent les yeux. comme d'un coUyre, pour commencer, peut-être, à mieux voir.

Notes

<references />