Droit et Liberté n°120 - mars 1953

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Pour sauver les Rosenberg: le peuple français tout entier réclame la grâce des deux innocents par Albert Levy page1
    • Les nazis veulent escamoter le meurtre de 6 millions de juifs article de Jean Maurice Hermann page1
    • Comment pourrait-on faire appel aux anciens de la Wehrmacht si on les condamnait? par André Denis page1
    • A propos de l'affaire Finaly: les droits de l'enfant par Mme Lahy-Hollebecque page1
    • L'internationale antisémite page1
    • Auxiliaires honteux de l'antisémitisme (antisémitisme en URSS) par Charles Palant page1
    • Honteuses discriminations dans certains cafés parisiens page1
    • En Afrique du Sud racisme et antisémitisme vont de pair page1
    • Interview de Léontyne Price interprète de Porgy and Bess, par Louis Mouscron page1
    • Moudaïna par Véra Cardot (critique de livre) page2
    • Les livres: pour combattre l'antisémitisme luttons pour le bien des hommes par le R.P. Berger page2
    • Billets aigres doux par Gariel Timmory: la cure de golf page2
    • Cinéma: le pool de la pellicule par Colette Morel page2
    • Un appel du MRAP: il faut empêcher le réarmement des bourreaux nazis! page3
    • Brimades injustifiables contre les étudiants d'outre mer page3
    • Alain Le Léap combattant antiraciste page3
    • Le testament de Charles Maurras page3
    • Agissons tous ensemble pour sauver les Rosenberg page4/5
      • Voici comment fut prise la décision du Pdt Eisenhower
      • Nous accusons par J et E Rosenberg
      • Rien qu'un mot, la porte s'ouvre
      • 30.000 personnes au Vel' d'hiv
      • L'étrange histoire de l'appel pontifical
    • Des agressions nocturnes à la loi McCarran: l'antisémitisme croît aux U.S.A. par Samuel T Rubin page6
    • Nouvelles réponses à une campagne belliciste (accusation d'antisémitisme dans les démocraties populaires) page6
      • Le Prof. Weil-Hallé: je ne crois pas à l'antisémitisme soviétique
      • M. Eliashev: il ne faut pas confondre antisionisme et antisémitisme
      • Confirmations

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

MARS 1953 N° 120 (224) 30 FRANCS Lê grp.lIId CORlplot des r - --------------------------------- U EnT E C Dl 1 NI LES LAISSON$ PAS REPRIiNDRE LEUR MARCHE 1 E mE 6 ILLIO. S 0 JU FS Comment pourrait-on CETTE fois toutes les trompettes et les cymba les de la soi-disant cl'oisade pour la démocratie n'auront, malgré leur vacarme, pas réussi à étourdir l'opinhm. Qui aurait imaginé lors de la Libération, ou même voici seulement trois ou quatre ans, au début de la politique « atlantique », l'issue effarante du procès des tueurs d'Oradour ? t a 1 -r , e a p~~p e 1 Il nous faut voir clairement que ce scandaI e n'est qu'un épisode logique d'une ligne suivie PAR Après la décision du Président EISENHOWER de les livrer à la chaise électrique le peuple français tout enlier par des meetings, des ,délégations d'Innombrables leI ras, {ulégrammes el rusolutlons réclame LA GRACE DES DEUX INNOCENTS 1 et la révision de leur procès DEFI à la conscience universelle, 10 président Eisenhower rejetait le 11 févrIer, le recours en grâce d'Ethel et Julius Rosenberg. Dans le monde entier, ce ne fut aussitôt qu'un cri d'angoisse et d'indignation. D'heure en heure, grandissait la vague de protestation. Et tandis quo le Juge Kaufman annonçait que le~ deux innocents monteraient le 13 mars sur la chalso électrique, des milliers de lettres, de télégrammes, de pétitions parvenaient à la Maison Blanche, et à la Cour Suprême, des milliers de délégations so présentaient aux ambassade& et aux consulats américains, dans tout le pays. A qu~lques Jours d'intervalle, le Pape faisant entendre deux foill sa volx pour demander une m&Sure de clé .. menco. Contre la volonté de Kaufman, contre la volonté du Juge Hand. contre la volonté de l'attorney James Kilsheimer, représentant 10 gouvernement, la Cour d'Appel de New-York aocordalt, le 17 février, un sursis aux Rosenberg. 110 ont maintenant Jusqu'au 30 mars pour présenter à la Cour Suprême desEtats·Unls une requête en révision. Après quoi, leur sort dépendra de la plus haute Inspour susciter un mouvement plus vaste, pius puissant encore en faveur de la justice. Que cha;;ue minute aInsi arrachée' la mort soit mise à profit pour sauver les. deux vies innocente" Que se multiplient les initiatives

- Délégations auprès des autorités américaines; _ MeetIngs, réunions; - Collecte de signatures; - Envol de lettres, de télégrammes, de cartes postales, de résolutions au président Eisen .. hower et à la Cour Suprême;' - Diffusion mas81ve de la brochure sur l'affaire Rosenberg; - Collecte de fonds pou .. 1. Comité de Défense des Rosenberg, etc ... aux antiens de la Wehrmacht si on les condamnait:? Jean-Maurice Hermann depuis des années à l'Insu du peuple, en mentant au peuple et contre les Intérêts du peu· pIe. COlle qui consIste à réha· blliter tout ce que nous avons combattu p9ndant la Résistance, au service d'une ca,use qu'on peut juger par ses recrues. L'B T 'ER ATIONALE A 'NTISEMITE tanoe Judiciaire de leur pays, ainsi que du président Els~nhower, qui peut revenir sur sa décision. Après ce léger recul des autorités américaines, il reste âux défenseurs des Rosenberg quelques semaines supplémentaire& Pas un quartier, pas une usine, pas un bureau, pas une école, où ne s'exprime la volonté des Français unanimes de voir lM Rosenberg rendus à la vie, à leurs enfants, à leur peuple! Que partout, dans l'union la plus large, sans distinction d'opinlons politiques, on redouble d'efforts dans la lutte pour la vérité. Î4 Par Andre' DENIS, dDeé plau téD oMrd.Rog.Pn.e J 'AI voté contre toute intervention politique lors du jugement des criminels d'Oradour; je ne pouvais certes pas souhaiter que de simples soldats paient pour leurs chefs absents du procès; mais l'absence des uns ne suffisait pas, à mes yeux, pour excuser les autres. De toute façon, nos collègues alsaciens nous invitaient à violer l'elsprit de la COlist;tution et l'indépendance de la magistrature, en proposant de modifier la loi en cours de procès. Les mêmes juristes qui défendaient les Alsaciens à l'Assemblée Nationale n'ava:ent-ils pas invoqué cet argument lorsque la COL:ir de Cassation délibérait sur le jugement des déput~s malgaches ? N'avaient-ils pas maintes fois développé de brillantes démonstrations contre les lois de circonstance ? La vérité, dans l'affaire des Alsaciens, c'est qu'emportés par l:t passion, domaine où le droit n'a que faire, ils invitaient les i ,.. tU'" " (-. =--r comme eux-mêmes, à la pres- Systématiquement se poursuit L1ne double aotioll : on cherche à discréditer l'allié d'h:er pour en faire l'ennemI de demain, on cherche à blanchir l'ennemi d'hier pour en faire l'aillé de demain. Lorsque cet ennemi s'est souillé des crImes atroces que l'on cannait, la tâche n'est pas facile, certes. n.'1ais on s'y (SuUe en page 3) A u début de 1953, c'~st Paris, qui fut choisi comme poin.t de ralliement par les hitlériens répartis dans le monde. Du 2 au 4 janvier, 61 ct délégués ", la plupart anciens de la Waffen S.S" tin:ent congrès salle des S<>ciétés SaWln.tes. Munis de visas de « touristes :1>, ils venaient d'Allemagne, d'Espagne, de Suède, d'Argent·ine d'Italie, du Portu~ gal, des Etats-Unis. Oswald Mosley, fuhrer des nazis britanniques avait envoyé un message de solidarité. Quant aux organisations fascistes de France, elles étaient représentées notamment par Maurice Bardèche, l'apologiste des cam.ps de la mort; Charles de Jonquières; Maurice Achard, l'ancien Waffen S.S. René Binet... (Suite en page 3) Aux HUlresl sion de la 'on artifir; pll",mpnt (Y()nfi.192.168.254.42/unnjfj",.....t:,",,-..J_""LIIL."&jIl..lJl,JIUL"WII.J"j"L"Io_Al.,.lW"".LJlUlI.IblLlWLL-LL..ll:i35.i~ . lin agissant tOU8 ensemble, NOUS POUVONS SAUVER LES ROSENBERG. Albert LEVY. Une vue du défilé qui se poursuit 24 heures sur 24 autour de la MaIson Blanche, depuis que le président Eisenhower a. rejeté le recours en grâce des Rosenberg. VOIR NOS INFORMATIONS EN PAGES 4 et 5. honteux Le Comlé d'Action du M.R. A.P. s'e~t réuni le 10 février. Il a entendu un important rapport de notre secrétaire général Charles PALANT, dont on lira cl-dessous les principaux passages, ayant trait au:t campagnes d'e diversion des b~' lseurs de l'unité antiraciste en France, qUi tentent d'accréditer l'idée que l'anLlsémitisme est le fait de l'Union Sovi r tique et des pays de utlmocratle populaire. LES origines i,mmédiates de la oampagne tendant à faire orolre à l'antisémitisme dans !es pays de démooratle po· pulaire et en U.R.S.S., remontent au procès de Prague el à l'ar'reatatlon de, médeolns lovlétiques acousés d'avoir attenté à la vIe de pluaieurs dirigeants 80- viétiques. En réalité, oes oampagnes 6e poursuIvent depuIs de longl PAR Charles PALANT Secrétaire Général du M.R.A.~. mols. Elles étalent le fait de Bénazet, de « L'Aurore », du « Figaro », de {( Unzer Wort », quotidien yiddish. Peu avant les éleotlons de Juin 1951, des milliers de broohures émanant des services de M • .J.-P. David et du R.P.F. furent répandu66 dans les qua'rtlers à forte densité israélite

« Staline a tué plus de

.Juifs que Hitler ... li) pouvait-on y lire. M. Moskovitz, candidat R.P.F. du 3" seoteur, se sou· vIent enoore du sort qui luI fut faIt par oertalns éleoteurs Israélites auxquels Il venait proposer sa sale marohandise. I L faut, pour saIsir le pleTn se"s de oes oampagnes InfAmes, les situer dans leur véritable contexte, à savoir la préparation Idéologique à la guerre d'agression 'contre 11* pays de l'Est. Nous discernons trois aspects au moins, par lesquels les au· teurs de ces campagnes se sont faits les auxiliaires directs des forces de guerre. De oes trois aspeots, l'un conoerne directement les Juifs euxm. êmes. L'on entend amener ceux-cl à entrer dans le Jeu de la guerre froide (en attendant la guerre chaUde) en ~sayant de les convaincre que la cl'olsade antisovlétique dont les généraux nazis rêvent de rep'rendre la direction ost une néoesslté pour les .Julfa puisqu'il s'a- (SuUt en p'aze 6) mme eux-mêmes, à la sion de la rue, 'Pression artific! ellement gonflée, émotion factce que rien ne saura;t justifier. l' leize Alsaciens, même incorporés de force, qui tiennent plus à lelJJr peau qu'à celle de femmes, de vieillards, d'enfants (leurs compatriot,e:s) ne méritent pas la sollicitude et la solidarité de l'Alsace et moins encore de la France entière dans sa majorité parlementaire. " Montmartre n'est pas si loin de Catfish Row... " L 'HEROISME, le courage ne sont sans doute pas à la portée de tous les caractères, j'en conviens, mais il ,est dES circonstances dans la \"ie, où une âme française, sans Nre des mieux trempées, peut répon<lre spontanément : ,impossible ! Ceux-là furent des lâches au derni ,. degré. Que pouvait-on ltl!r demi .1der de

lus atroce q.·c ce qu'ils ont

fa it? Rien ! Alors, devant quoi aurai ent-ils reculé ? Le détenu politique qui, sous la tortur'e, livrait ses camarades, cédait à une contrainte physique, à une douleur que seu·le la mort pouvait écarter, et il n'avait même plus cet ultime tecoùrs. L'Alsacien de la division" Das Reich:» risquait sans doute, mais il était dans la natllre, H n'était donc pas sous le fait d'une contra!nte comparable. Sa fwit>e était possible, non sans risque, il est vrai, mais il avait sa chance. Cette ch<l"~(' du sa!ut physique -;t mor;:!. its treize ne l'ont pas ~.1isie bien qu'ils soient armés pOlir couvrir leur retra,ile. Ah! :lùl1, qu'on ne (Suite en page 3) Honteuses discrimi nations dans certains cafés parisiens QUATRE heur,es du matin aux Hallf.,~. Le quartier tout ent'r.- s'agite, bea'!coup plus aelif qu'en piein jour. Dans les bist· ots alento/lr, un voit les travailleurs, entre deux camions déchargés, se réchauffer un peu, en prenant un café et u/z sandwich· Deux d'entre euIC viellnen~ c'entrer. - Je ne VOllS servirai pas avant six heures. Allez, ouste, dehors ! crie la patronne. Il s'agit de Nord-Africains. Eux aussi ont froid et faim, sont fatigués. Mais c'est, paralt-il, une règle : dans cerlatms cafés des Halles, on ne sert pas les Algériens entre minuit et six heures du matin. Comment ces odieuses pratiqttes discriminatoires peuventelles exister à Paris, en France, dans le pays de la Déclaratio,n des Dralis de l'Homme? Comment ont.tlles p./t rester. impu- Ilies pendant des mois et des mOL. s .? ... Accompagnant des travailleurs nord-africains, M. Lacheool, conseiller de l'Union Française, membre du Comité d'Action de notre Mouvement, est allé récemment prendre sur le fait plusieurs patrons ' de café racistes. Il s'est aussitôt rendu au Commissariat de la rue de Beaubourg, pour faire constater le délit (car il s'agit bien d'une violation de la Constitution et de la loi). Or, le brigadier de service, IZon seulement refusa d'intervenir, mais déclara qu'interdire de telles discriminations serait <: contraire à la démocratie ». C'est dOJ2C encourages par la passivité des pouvoirs publics que le racisme sévit contre les travailleurs nord-africains non seulement aux Halles, mais à (Su.i(een page 3~ PORGY AND BESS, le célèbre opéra de Gerschwin, a triomphé pendant ,tout le mois février à l'Empire. Jusqu'au dernier jour, c'est à bureaux fermés qu'a eu lieu chaql.' e représentatio:l. TIOP peu de Parisioens ont donc pu applaudir cette oeuvre puissante dont l'intrigue impor-r------=------------------------------------------------ te assez peu, et AI ". l' AI 18 1 E"I 1 dont le principal _~_ __O _p_O_s_. _., e_ _r1 J_,j, _,a_r_e_. .. _n _a_~y personnage n'est ni Porgy-le-bon ni Bess-la-légère, mais le peuple noir ' des Etats-Unis, avec son dur lab<!ur. ses peines et ses joies de tous les JOurs· Et la première chose que n'll!~ avons demandée à M. Breen, co-pro dllcteur et met teur en scène à,e cet admirable spectacle, lorsqu'il nous a reçus, c'est quand il comptait revenir. - La compa- ~ni,e retourne maintenant aux Etats-Unis, nous a-t-il déclaré. Nous comptons revenir en. Italie et en France en septembre. Le quartier noir de Charleston C'est en 1935, que 4: Porgyand- Bess » fut créé en Amérique. II n'a été représenté en Europe qu'en 1 952, à Vienne, Berlin et Londres, avant Paris. Gers-chwin mit deux ans à terminer sa partition. Avec l'auteur du livret Du Bose Heyward, il partit vivre sur les lieux mêmes où se déroule l'adion, à Catfish Row, le quartier nègre délabré de la ville de Charleston. en Carolin.e du Su<l. C'est donc dans la "lie même que cette oeuvre plonge ses racines· Cest la vie quotidienne qui renait sur la scène dans le décor représentant une rue où les pê-cheurs assis à même le sol, réparen,t leurs filets; où passent les marchands ambulants; où l'on fuit l'anog. ante police des blancs racistes; où 1'011 se distrait aJPrès le tra- Louis MOUSCRON. LES L E cas des Enfanta Fi-. naly ne d«;lit pail être~ considéré, ainsi que le veut toute une presse avide de scandales, comme un fait· divers. Il est autre chose, et de plus grave, c'est-à-dire un des aspects de ce drame de l'enfance, qui souille nos sociétés modernes, et auquel nul parmi les puissants ne cherche de solution. Robert et Gérard FINAL Y Les faits sont connus. Nous n'en donnerons donc qu'un bref résumé pouvant . servir à la démonstration. Le 15 février 1944, le docteur Finaly ct sa femme éta1'eJ1t nr .. o TS E L'ENFANT cation, la guerne ou la clauspar Mme LAHY·HOllEBECaUE tration· .. Jadis, l'Inquisition n'autorisait- elle pas à brûler les corps pour sauver les âmes, et les Dragonnades, chères à Mme rêtés, en qualité de Juifs, par mière fois seul, la seconde fois de Maintenon, ne livraient-elles la Gestapo, et emmenés à assisté d'un huissier et du com- pas à la règle des Couvents des missaire : ~ je les ai convertis ~ puis: « On ne les confiera pas milliers de petits protestants deAuschwitz, pour y connaître à des juifs ... D'ailleurs ils ont venus orphelins ? l'horreur du four crématoil"e· Se- la vocation sacerdotale. » En outre, par un choc en re ... Ion leur désir, leurs deux en- Ces mots éclairent les faits tour, ces conversions, accotnfants

Robert et Gérard, - et permettent d'en découvrir les plies pour le service de Dieu.

trois et deux ans - furent con- raisons. ont pour second but d'assurer fiés à la Crèche Municiopal1e de à ceux qui en sont les agents, Grenoble, que dirigeait Mlle 1 L ne s'ag:t pll1s, en effet, des grâces partkulières. Par le Brun. d'un rapt ordi'naire _ car moyen des enfants Finaly, Mlle Celle-ci, catholique militante les enfants ont disparu -, Brun estime acquérir sa part de l,· d t è .. l' d d mais d'un accès de prosélytisme Paradis. et Ilee e l' s pres a or re e . AI' nsl', 'l'enJ'eu est dou·ble, ct N o tre -Dame d eSl·OI,I le s e mm e - religieux, inspIré par la croyance d'importance. na, pour plus de sécurité, avec au droit de convertir l'hérétique, dix autres enfants également fCtt-ce par le bûcher, la prédi- (~uite en page 3) juifs, dans une propriété des en--;-_________________________ _ virons. A PRES la Libération, c'està-. dire dès février 1945, les deux tantes de Robert et Gérard, Mme Fischel, résidant en Nouvelle-Zélande, et Mme r~osner, vivant en Israël, entreprirent des démarches pour reprendre leurs neveux. EN AFRIQUE DU SUD racisme et antisémitisme vont de pair . Dédaignant de répondre, Mlle Brun, afin de s'assurer des droits sur les enfants. se {lit nommer leur tutrice provisoire et lies fit baptiser. Dès lors, elle put ajouter à ses refus, lorsque M. Keller, mandaté par Mme Rosner, vint chercher les enfants, la pre- L A bataille antiraciste s'intemifie en Afrique du Sud. Chaque jour des groupes plus nambreux d'AfrIcains et de Blancs participent il 10 campagne de « défi aux lois raciales a. Mals la dictature fasciste et ra ·ciste du Dr Malan, n1) manque pas d'entraiMr aussi l'antisémitisme. C'est un aspect de la situation qu'il faut souligner. Le 14 Iuln, à la Mutualité AURA LIEU LA l se JOURNEE NATIONALE oonll'e le racisme. l'anlla6mltame el pour la Paix (Voir en page 4 les décisions du Comité d'Action du MR.A.P.) A la tête du u Parti Nationaliste .. de Malan, se trouvent de nombre\lll: antisémites virulents, tels Louis WEICH ERT, ancien leader des « Chemise. Grises .. ; et von MOLTKE, un ""' qui appartenait il la Sa ColONIe dG Hitler, dons le Sud·Ouest Africain. Les Journaux, les livres, les brocha. res Clntisémites s'étalent IIbrem8ftt dans les librairies. Il e~ artivé plusieurs fois, ces temps derniers que des magaclns apporte-nant il des Juifs salent mis à sac: par des bondas comparables à celles du Ku Kux Klan ou "" S.A. ' Récemment encoro, la synagogue de Greener Beth Hamedrash, il Johann_ burg, a été profanée ot pillée sons quo la police Intervienne. Ces faits confirment que ,. myttt. de la " supériorité raciale " abau. tit touJours à la haine et aux dl5o> erimlnat/ons contre toutes les « rac" " dites « Inférloures ". Et que le combat antiraciste est lndlvklble. 2 IBIIILILIE1f5 AIGI~iES-IOOlJJX par Gabriel TIMMORY c DE'GOL A Monsieur le Président du Conseil National de l'Ordre des Médecins. L E pro1esseur DEBRAYa, paraît-il, annoncé à l'Académie des Sciences Morales et Politiques que le Conseil National de l'Ordre des Médec ins, dont il est le Secrétaire Général, se proposait de créer un Office d'Information Thérapeutique. Excellente initiative : à une époque où la pressé et la radio conjuguent leurs effol'ts pour 110US instruire de ce qui se passe dans le monde, comment avaiton négligé de nous tenir au courant des progrès de la médecine en concedant toutefois aux Industriels de la pharmacie le monopole de célébrer dans les journaux ou sur les ondes leurs panacées fréquemment illusoires ? Pour remédier à cette anomalie, l'organisme que vous travaillez à fonder va bénéficiel' des plus, éminents patronages : dès maintenant, le Président des Etats-Unis ne vient- il pas, pOUl' démontrer par avance son utilité de oonquérir un nou veau t itre de gloire? Le 11 février dernier, en effet' à 16 h. 30, il rejetait la grâce des Rosenberg; à 16 h. 35 Il s ~ rendait sur le terrain de golf de la Maison Blanche, ce dont on s'empressa d'avertir l'univers entier . , Et<lit-ce manière d'afficher son impassibilité ? Non certes. On ne peut supposer que, loin de sent.ir la moindre émotion, il ait de gaîté de coeur, uniquement pour établir qu'il ne se laissait pas entraîner par une vague de mansuétude, envoyé à la mort un nomme et une femme dont les millicns de voix a1HI'maient l'innocsl1ce. Ce serait lui faire injure. En réalité, il a voulu proclamer qu'il venait de trouv~r le mOlon de guérir une maladie dont personne ne s'était encore ocoupé : on soignait le coeur, le foie, lit poumon, le cerveau ou les mombres: on se dés.intéressait, des troubles de la conscience, légers le plus sou,vent, mais parfois assei. graves, pour provoquer le suicide. I! est désormais aoquis qu'ils ne résistent pas à une cure de golf : comment le général Ei& enhower s'est-II comporté sur le tarl'ain ? Nous l'ignorons. ·A-t-;I triomphé aisément des obstacles qu'en langage technique on dénomme « hasards»? On ne saurait l'affirmer. Peut-être at- il marqué de l'hésitation en visant le premier trou; mals il a dù achever le parcours avec une pleine assurance,. escorté par Il j 0.1. '·Pd t t....... ~ ".C1 ..,"'L:rra! de ses, soucis: ses actes ne tardaient pas à révéler une sérénité f)arfaiteement atlantIque. I! est encore prématurÉ' de pré>cf,ser les moda.lités de la. réaction prOduite par la cure de golf : elle n'est évidemment ni vésicante, ni même sternutatoire; plutôt que narootique, on la croit sUdorifiqu:e, apéritive, détersive et sédative. Mais, dans l'ensemble, ~.()n efficaoité sinon anesthésique, du moins analgésique est indubitable: elle amène dans les oentres nerveux un apaisement' sai utaire. BIEN des infortunes pourraient en bénéfioler : elle permettrait au général Lammerding d'oublier les menus incidents d'Oradour, à von Choltitz, ex-sauveur de Paris, comme chacun salt, de ne plus penser au trente-cinq étudiants fusillés au Sois de Boulogne, aUl{ soudards Ramcke, KesserIIng, von Manstein et consorts, de passer l'éponge sur de fâcheux états de service; à André Boutemy, éphémère préposé à , la Santé Publique, de rétabli" la sienne pour reprendre son ascension vers ce qu'on appelle, en noble style, les hautes sphères administratives ou gou vernementales; eiles ne se" rait pas moins utile à Develle, tueu,r attitré de Vlohy: l'ingénieux trlbunar qui, pour le remercier d'avoir supprimé Jean Zay, a dé<:ouvert dans 60n oall des ci"constances atténuantes, se dGit de lui ménager des nuib tranq uilles, en attendant la grâce et l'avancement dans l'armée européenne. !3our satisfaire à tous les besoins, il fau t cttlnc multiplier les terrains de golf beauooup trop rar·es. Au corQS médical d'obtenir les crédits' nécessaires à leur illstallation. On ne manquera p;as (j 'objecter que ces gro.s frais grévera;ent notre budget bien déséquilibré: pourquoi soulager des malades qui ne veulent pas guérir? Hitlériens, tortionnaires, dé!ateurs ou traitres s'ennorgueillissant de leurs crimes, refuteraient d'en effacer le S()uvenir. Princesses de Bali aux danses lasciVE S, et t:hanteurs africains de la troupe Keita Fadéba, "Viennent de donner à Paris le témoignage de leur art populaire, profondéincnt humain. LES De BALI l'Afrique NOIRE , a L 1 V R~E S "Pour combattre l'antisémitisme luttons pour le bien des hommes" M IWDOLPHE LOEWENSTEIN vien, de publie, • aux Presses Univ,ersitaires de France Ull ouvrage: Psychanalyse de l'antisémitism e, qui lui fai t hOllneur par la prob ité sdentifiqll'e avec laquelle il a abordé son sujtt. .... L'anti'sémite est trê.ité ,llivec U:llC remarquable rigueur tech nique comme un cas spécial de traumati!'.me psy.chique analogue au complexe obsessionnel ou ' passionnel de l'affectivité. Si l'historien peut reprendre certains points <le son domain ~ proprt', il restera pourtant impressionné favorableme'nt par certains aperçus historiques. I.e tlléolog:,en catholique n'acpar le R. P. BERGER mais court d'un bureau d'embauche à l"au/tre aura souvent tks 1 éactions analogues à celles dè beaucoup de Juifs et pour le.;; même!; raisons: psycholol;!ie LUi Il:1 ute .i .li l'e de la Diasp ·rél, typiq ue' de l'insé<:urité ... lui c!onne S;i l'éritabll' !'Î;{ni;ication et son ori.:in:li:k et ; '11ï- Toute cette paltie du livre est I.it la répon~'! ia pit", solia~ J.U.'; douloureuse à certaiJl.i égards "lltisé:l~'t<,:- lj"i dt\w'1cent le" et suffirait à e1le seule à con- Juifs comme d!;,;; nr,.n:(t>r-;.li damner irrévocablement l'antiiléj'ay:; LlU'ils l1ab,: ... ,:' mitisme comme une infamie. L'antisémitisme repose le pl~.s Cet ouvrage mérite d'êl!e étusouvent sur l ~ s rnotiflô> d'intér'~t,; 'lfié avec l'obj.e'ctivité même de économiques· Dans une psycho- son auteur. Nous lui souhaitons logie profondément marquée par l"audience la plus large. Nou~ r;nuivldualisrnc bourgeois, .,' faisons nôtre sa conclusion : Juifs Eoal lies ':Gncurrents et ies «, Pour .~o.mbatlrc. l'alltiséminOIl- Flifs cohH2nt leur antbt',- tlsme, chreticns et ll!lfs devront lJlitisme d'lin natiOllali..me o',;" donc lulter pour Ulle cause com- LE CINEMA UII de pius ! ... l( rOOLDf LA ftUICUL( A PRES le Pool Charbon-Acier, le Eénélux et l'armée curopé€nne, voici que sort dans quatre pays à la fois, le cinéma européen. Ti ré d'une Ilouvelle de St,ndhal. , Car, contrairenKnt a,IX allégaLes AmOllis de Tolède , mouton lions de M. H. Decoin il ne s'ait cinq pattes, franco-hispano- git pas selilement d'i n't(:rêt 1:0111- mexico-italien fut financé, au merciaux. moins " aidé » par les capitaux La grallde l'edetfie des Amallts améncains. cie 'l'olMI' d'ori~ir.{' italienne ré - Pourql.,oi cd al1lalgame, ce f ra- pond en a'nglais' il un de sc,; 'partra" cosmopolite? j..'l1:Ii r t.' qui i ':Jpost~o ph e en mexitien: ,' Decoin. le metteur l , Il cain d il l'ad'e, qlli lui pa rle scène. nous fourÎlit une « explica- en · ';" all( :?"5. le tout clan; an ~' tion >.' : Espa;.;nc . de pacotille qui, si ks « Le~ .\I11<1n1., d~ Tolède » l'olÎ- jlay:lagc~ sont b': alix (j\~, j ICl'0iil t , ra 150 mi!lia' s .. , Nous fOUlïlo/ls I~\ (,3t pour riclI) lst I('in dt; ell Iluat rl' l'usions ... Alida Valli, J ,'~' e-mbler ;, la fière Espag.lc qll l grande l'eaefle i intemotiOlJal(' se ~):1ttit C() JlJm~ tlac l:oane connous oUI'rira ifs marchés d'Orient, t:·~ [e,; occupants napoléon:ens, Naus pOl/l'ons rompter Sllr le C j!î;rnet tradtlire clan;; ce ~ COIl marché slld-al7lél iCOIIl où Pedro ditions lin :entiment national, l'o:rc Amendaris est très populaire. Grû- tille seule des traditions populaice à la versian anglaise, 110US rrs dont sont pourtant respectiavolls reçu. des propositions de la l'enient fort riches tOliS les peuGrande- Bretagne et des U·S.A, pIes p représellt&s » clans cc film? Voilà la solution de l'avenir ... Com1lJent faire une telle oeuvre, Nous paurrons bientôt ajouter sans attaquer l'indépendance nal'Allemagne de, l'Ouest aux co- fonale, sans en faire fi ? producteurs européens. » COm'lle on demande il l'hcul'l'

jctuelic au.' soldats de l'armée

Et voici le tour joué! l.r ançaisl' (et d'~ tous ks pays Veit Harlan, le réalisatcur du occidentaux) d'ilhandonner toute « Juif Suss » at:ora donc sa pla- idée de patrie pou r ~ervir a;"( ce, dans le concert çinématogra- côté,; des S,S. d'O.:adour da'n". phiqu'c ,( europée:1 ,; , l'armée européenne, on demande (Il l'a déjà reprise en Allemagne aux cinéastes d'abandonner leurs de Bonn, ainsi d'ailleurs qu~ se,; ll1oyer.s d ' expr ~s ioll natiofJJ:.Jx et coéquipiers du temps de l'hitlé- de se conS<1crer eux aussi à la risme). (' grande idée d-e l'Europe ». H. Decoin pourra bientôt faire C'e.st là, tout simplemen~ til'~r sienlle cettc déclaration, qui sv un trait sur le L"inéma de notre rait si adtlC'lle si elle n'était vieil- pays. dont on sait qu'il est fort le de dix ans. apprécié partout, et -essaye r d'acdans le domaine politique, la seul'e solultion de la crise adu'elle, c est de ,( faire J'l.:urofJe ;> , prélude à la guerre. M, Decoin n" en l'st d'ailleurs pas à ses débuts. Ne fut-il pas un des invités de la U.F.A. pendant l'occupation nazie et le metttu r ': Il scène de quelques bandes de collaboration européenne (on dit a'ij,'\,Hd'hui co-pr'Oduction) tels : Caprices, Premier relldu -vous et autres c, sl,ccès ~ du Il;ême 0: dr\:" ? SI bOIl nombre de cinéastes d d'acteurs frélnça;,s sont al!jourd'hui sans travail, cc IL'st pa~, loir. de là, cette « intégration » qui règlera la sitllat'; on, mais bien le vote de la loi cf'aide au cinéma, ql!i lui permettrait de s" ~ xprimfr pleinement. Notre gouvU'nel1lent vient de signer avec l'Espa~ne fasciste lin cont rat de co-productions. qui jusqu'à présent a fait fl/e urir les navets du genre Violeltes lmpé~ riales sur nos écrans. Et l'insin'de cinéma de l'Allemagne de Bonn sc promet. avec l'accord d:1 Quai d'Ors:l)', de « collaborer » l'L tir quinze films durant 1953· C u~ls monstl'eS de Stui"llités vont encore naître de cet mariage contre nalme ? .. , Les sp::ctateurs (et ce fut le cas pour les Amants de Tolède) ont déjà fait un sort au cinéma européen et il son id~olo'.; ;l! en « séchant » pUf('m'ent et simplement le film. M, Decoin, ses producteurs et les propagateus de l'idée de « l'Europ~ » en seront pOtlt l eurs frais, Colette MOREL. LII politique d'échallge et de créditer l'idé'~ que, dans le docollaboralia') portera bielltôt ses maine cinématographique, comme fruits les meillcuTs .. · 011 pourra r----------------------------- parler dalls chaque pays d'LIlle prodlIction reflétanl {'âme curopéellTle. » Propagandaableilin - (/ sreferalfilms dixiL. Un grand débat l,t' Cellire Cu Il Ul't.' 1 el ECUllOllliqlll' Pl'iin .. e-U.H.8.S. organise le Jeudi 5 mars 1953, à 20 h. 30, Salle des Sociétés Savantes, 28, rue Serpen~e, Paris (Mét!'o. Odéon), un grand débat contradictoire

LA ORANDE CONSPiRATION CONTRE L'U.R.S.S, CONïINUE. Sous la présidenoe de rI!. Marcei PRENANT, professeur à la Sorbonne, le débat sera introduit par M. Jean SnUHAT, agrégé de l'Université; f,llC BRUGNIER, avocat à la Cour; le Or DESCOI\, PS, médecin assistant à l'Hôpital Beaujon; le Dr LE G~ IL.LAIIlT, médecin des. Hôpitaux Ps,ychiâtrlques, ct rr. ' C;~ude- Pr.idéric LEVY, membre du B~."ational qu M.:,R.A.P. -~~--~-~~-~--~-~._-~-..., Dimanche 29 Mars 1953, à 14 h. précises SALLE PLEYEL 252, Faubourg Saint-Honore ~T élru : 'j'Nues Dans le cadre du X' }\nnivarsaire de la Commission Cenh'ale de l'Enfance • Grande fêle (nfantine costumée /lLa Ronde des Bons Livres" r\ ~9t::.~:~« 'q~al~ 1" caddÏljJl L'argument elot de poids, j'en conviens. Vous n'aurez pas trop ~e . vo.tr~ autol'It.é, M~818ur le t "',iI .. ,,, .,.. no -(:C\.Io'" .,. oôllègués, pI)U~"'I!-M' t~.pmPl\er .... l' ptq:~tr fJ~r pl u:5 ~ . " '{{lute son IIlterprétatioll du christianisme et de l'Eglise, mais ce sont là des poinis d~ détails qui laissent intacte la compé\,'" n":, 1Julidarité .prof~.;gI> V. 11 . __ .... t·WH_.' Ir Ii(.:n ~1ZUl !Iypoc;ite. Nous avons Lntore ell ,..-___________ . __________________ -4- mémDire les justifications ::11- ~l1fde;: ct odieuses dèS années de persécutions antisémitiqlles e; •• 8f 1\/1 { _ ....&.. ....._ I __te. ~I. l.c. ·e""-d_l'J ..p:,. .s. x.chanalyste et l'ap- LIVRES ui vt)u;ai~nt nous mettrL ': Il. avec la participation de 300 enfants des Foyers d'Enfants cie Fusillés et Déportés et du Mouvement des Jeunés Bàt;sseurs .', .. UDAIN VOILA Ull IIr,.e excellent, svrnpath!yue, antiraciste. à 8(1 malli,ore, ri fm rc lIre li fou ~ il s enfallts el à bien des adultes (1). des petits Blancs sc mêler aux petits Africains >. t ~ 1 c. christianisme et de l'Eglise, mais ce sont là des poinis de détails (lui laissent intacte la compétence dL:! psychanalyste et rapplicat: on qu'il en fait à un cas qui relève de sa technique. Il démasque avec la tranquille assurance d'un clinic.en les motifs inavoués de la judéophobie et en donne des explications scien'lifiques absolument valables, Il faut un responsable à la misère !IYIJUC:ilte. uus avons en 'Ore en mémoire I,e$ ,iustifications ;'h~ llrde" et odieuses dèS années de persécutions antisé;nitique5 ei {lui voulal~nt nous metttL (n [)o:."e conscience. Il f:1.tlt tOlljons un responsable à la m,:;,\ l' : On acc:,:sera les juits. LIVRES • ;\larquis d'Al'gc"I"UÎl : PE1'AIN ET LI! PETAIN!6ME. r;"sai ûr pS~'cl101ogic ( Edition.; (;It'aIOl' ) , • H!'gb Blacl1ere : LE PROBLEME DE MAHOMET. Cs~~i dr biographie c~l' ili (li'.(> (:11 j'r;flù"ICUl de l'Islam (Prp.;.;r..; L'nh'cl'... i!Ull'()S F'1'J.nt;[li=-l·~ . Ci _\1 ri l'cl Grosser : L'ALLErll"\ CNE DE L'occeOENT (1045- 1962), Pr,,"l'ace d'Etlnt/Jlld Verneuil. r Edition.; Gallimard ) . REC,. US • CONfE.RENCE 'NTi5RNATIOf4ALF. ?OUR LA SOl.UTION PAC!!=IQUl!: DU PROBLEME AL.LEMAND. Rc'rlin 8-l0 nlwel1lhrf' t !l5t. r COl1lple-r"ndu édit !' pdr If' ~ , rrl;I,ll'iat de la Drlé~ atilill Fl"1l1l:ai"p la Confrl'(' n('p). Qij SIOr~ISrJ:l:;;, ~NTIS::MITISMrz, pl io gmndc conspiration contre 10 Pili\. 'I~dit(, pal' l'Uni,on d e::: ,llIi!'-' l'nllr la ll{lsislancc et l'En- 1:' \ id!' avec la participation de 300 enfants des Foyers d'Enfants ete Fusillés et Déportés et du Mouvement des Jeunés Bàt;sseurs Textes et Poèmes Ile Josette MELEZE Bltllets réglés par Paul et Mathilde DOUGNAC Direction Musicale : L HOLODENKO Décors de TRUFANOW Prix des ptaces : 150, 200 et 250 franc6 LI'~ "iJIe.t~ ~nnl il l'l'tirel' 1 L Huc de Paradi:<, Pal'i1'-X' -~._-----~~- ChistOire est simple ct il ne sc I/Osse que peu de choses : do ilS la savane africairoe, au burd du Logone qui se jette dans le lac Tchad, arril'ent Ill< jour /III prof;!sswr frança is : .lltlrlo'lIc Liberi ct sa fille H éii'ne. I>eur demeure est près de ('cl Ip (l'II/Z paysall africain qui haVite là uvee sa fem/1/e I?I ses cino i'nial/ts. Dt:s relations ami cr.h s se nouent et le garçoll, Mour/aÏ/za, dCl'fcnt l'ami d'HéNOill'el étonnement de Oua ndfilé, lorsque Madame Libert, pour soigner sa fille, fait appel à llil docf.eur africain. Et pour aui connaÎt la menialité raciste des colons. le comportement de Madame Libert est en effet exceptionnel, Andrée Clair aurait peul-être dû le souligner dal'antage ... - Et dire qu'il y a des g~ns qui disent qUe les Noirs sont bêtes. C'est eux qui sont bêtes! s'exclame Hélène· Après une introduction générale sur l'antisémitisme et la maladie mentale. il démontre d'une manière irréfutablp le cy; -":ne politique des lIazis et l'u- 1 lisation .odieuse d'un iaux, «Les Protocoles des Sages de Sioll », ({Hi 5en'it habilemell' L.ur mensongère et calomnieuse propagande' antisémite, Si l'éducation chrétienne, par les personnages bibliques qu'elle met en cause, peut maladroitement influenoer une psychologie infantile et susciter l'antisémitisme religielux, nous lle pensons pas que cet antisémitisme démeure longtemps vivaoe, quand l'enfant aura as.similé et vécu la grande loi fondaméi1tale d~ sa foi chrétienne, qui est' l'amour de son prochain. L'auteur le reconnaît d'ailleur: courtoisement. L'antisémitisme il d'autres racines moins nobles mais il fallait le mentionner pou r être complet. ~ Andl~ Leroi-Gourhan 1'1 JI'~I I 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)20 mai 2011 à 10:09 (UTC)20 mai 2011 à 10:09 (UTC)20 mai 2011 à 10:09 (UTC)~~-20 mai 2011 à 10:09 (UTC)~~-192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)-20 mai 2011 à 10:09 (UTC)192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:09 (UTC) ~oirier: E,'t-4 \'1101.. {)Ci~ D~ lène,

VOlis (/~sistolls IIUX jeux des

dC/lx tIlfants et de leurs camarali" s, aU'~ OCCllpJ.tlOns des pay~ GflS, des ft'fi1nkS, li la p~che dnns ie Logone, aux fêtes familiales. - Bien saI' approuva tranquillement Moudaïna. Ils ne nous parlent pas, nous non plu$ et ils croient qlle nOLIs ne sal'ons rien. Le livre d'Andrée Clair aidera ceux qui voudront enga",er la conversation sur un pied d'égalité. Puisse-t-!I donner e"lv ie aux enfants des Blancs de connaître les enfants des Noir'!. Véra CARDOT. La parti ~ centrale d'~ tout cc travail est celle qui éiudie les

causes de l'an' Ui$'ém,:\)sll1 ~~. Il

l iquide avec des argurncJlt,; ·n .. discutabkôs le mythe J'une race juive. Sans être' anthropologue de métier, le plus ht:mble lecteur suivr;l ~1!5emlnt sa aémon"tration. C'. st là que, s'apPiI"tl:t sur l'histoil( ;1 ~:tll: h l,"l' .. L'analyse- des « particularité:, psycbolog:qu,s des juifs » paraît, par contre, moins pertinente, l.es ca ractéri stiques prêtées a'ux j'Jifs, 110n seulement ne sont 'pas celles (à beaucoup près) de tOl1~ les Juifs, mais appartiennen! il tous les hommes se trollvant dnn. les condition écono-I miques ct sociales correspondantes, P"r exemple, l'homme qui 1 n'a p:-s sa maison, sa terre, 1 L'UNION FRANÇAISE, 2 volu- Fn.ln(:~li:-,p~ . • ,\1,11'1'('1 Limbourg: SZ:1"Al.INVAROS, \ii!è-I r rnoill dl' J:I H(ll1 - é(Tir 1J,1I1\'~IIr, (Suppl61T1l'nt '1 la Ile', ur ~ FI',IIJ1'('-llnng il' » o Kcni1l~th 1... l.ittle : RAO!;; E:T SOCOE"1'E ' 1'~dilinlJ~ dt' 1'{Jn-eS- "0 G P,llrik o'm:: 1 LL't' et JeanMarie Sodè~ ; JAUNë:S, NOi~S ET BLl'-NC:3, j.'(Ii...; i!dl"'PS de g'uerl'P ;111'\ II('~ ~";l.!l'Jllljn . (I~(Ü-

iOIl- .\Innde \'1l11\'eaU, »1'

LISEZ Dïverses races, un seul racisme L '/1 \, TlSEMIT/:iME Il'est pa:; li/art, hPlas ! j'Cil il; pil'lIl1'i,i, Il! conSCience .. . 1. .. es ra(4 .. [I'" de l!~êI11r. flLllt ,

>'1lenl, / 'ril/rcl/t, calomllient, et

(l:!n; IL 1'0.1111, es, cl'/a l'Il jusll! l'CU sadisme. ., j'ai dl' Iwm!Jtl'ux a/TIIS dudiallts l'idnamims, marocains et DaJls tout cela aucune concessialiS à l'exotisme· Andrée Clai,. t( place à un point de vue nou- 1'1" 1.11 ell littérature ell face de ln l'ie afriraine. A tml'ers les réactions' des dCllx enfants, elle .---------------------------------------------------------.,..------- sU I?ge rl' qlle si bien des choses 1 IUdlS élonnent dons les coutuII/ I'~ africaines, les Africains de leur (:ô té /lOUS (<'gnrdnct avec 11111' é ~mc ('/fi io:;i!(:· De ces coutumes) si différenles l.es ulles sont-.elles meilleure.\' que les autres? C'est la petite Hélènc qui llOUS donne la réponse lorsqu'elle CC,llc!Ut /lne discussion slIr ce sujet, avec Mvutlaïna. en disant : « Tu dois avoir raison et moi aussi lIlais je aois que nous avons raison tOIlS l es deux. )) Si les coutumes diffèrent, les sentiments sont les mêmes et c'est avec beaucoup de délicatesse qu'Andrée Clair nOlis mO/ll", la douleur d'une maman qai (f perdu son fils, oa [rs sentiiI, cnts chevaler esques de Moudf in!l re/usant de dénoncer HéIhze qui vient de !' entraîner à fa in' UIlC sottise. Et ce petit livre pour enfanls, plt'j/l de tendresse, contient bien d'alllrl's leçons. Andrée Cfair Ill' parle pas de ses compatrioI,' s n'sidant à Bangor, Pourla,, 1 Oll dej'ine bien quel peutél n: 11'111' comportement raciste, ,i c2rtaines attitudes, à certaines pensées des Africains : par l'xemple, lorsqu'Hélène s'élance la l'remitlre fois pour jouer avec Irs petits Africains, ils s'enfuient c'uyant qu'elle l'eut les battre. I.orsqu'enfin la glace est rom- 1)"(' et que les enfants jouent . i, gardien Oualldfilé s'étollne : , Douze saisolls des pluies se sOllt écoulées dt3puis qu'il est r:a,..rtiell 1:' f JalllGis il il'a IIU (1') Andrée Clair: MOUDAINA (Ed.itions Bomreli~l'). Prix Jeu- 11e$Se. as - Puisqu'onne;o s iedi8 pas - Puisq';;~~ m .tLE4~ fî**M~d!M::~2!Z\"'etv1Z"? 1OWli4F El".'" _ Vingt-cinquième dernière Le parrainage d'un (futur) académicien.. Des artiC'les élogieux dans la « grande» presse. Une soirée à la Sorbonne en l'honneur de ce prodigieux « huma' niste », de ce profond Occidental... .. ' Et boum 1 Toult d'ull coup, l'idole s'écroule. Constantin Virghil Gheorghiu, le « génial écr'ivain », In'était qu'un immonde crJmiJ1t:1 de guerre, Uil farouche antisémite. Autejlr de « La Vingt-Ci/1quieme Heure », sa dernière heure de gloire, il lui, avait sonné. Quatre ans Il aura fallu quatre ans à ~es supporters, l!on pas pou,r connaitre son véritable passé. mais p.;~ , r reconn aître qu'avec Ill! tel passé

i\ était moins 'utlle qu'cncf)m ..

brall !. L~ 21 juil:et 1949, dans le .00- IJllin'- : " .. !IÎ!i/anche, M, Jea'l Te;,ier .2.:n V,!: t : < l'ai j'allté ici ia l'aieur moraie' de l'ouv r ro'.r;e ('" La l'inglCinquièm~ hi'ure ~, ), tout de mêmême que sa l'aleur :litléraire, Mais l'oici qU'I"1 ~/t' mes alllis roumains exilé est l'cnu me trollver pour me mettre ell !!orde .. · M. Glzeorgltiu a, parait-il, été fasciste, Il ('ollohorl> tll'I'C , into Jl('co ct (/ apparlenu ri la Garde de Fer ... Bref, j'aurais été /J emi: .. j t' comprends fort bÎl'n la réaction 'le Ilotre ami·" Mais cet avertis- L'IDOLE BRISÉE Sellll'Ilt pose aussi Uil problème celui de la r'aleur littéraire de l' oeuvre et de son autorifé propre, indépelldante de ,celle du, créateur. ~ 11 savait. 11 continu,ait à vanter « l'oeuvre > et l'homme ... Avant Ils savaient. Pour le moin.s, ils étaient avertis, eux aussi. Pourtant, lisez : « Ji cOilviend ra it de relire <, La Vingt-Cinquième H l?u re », de Gheorghiu, cet extraordillaire roman » (Robert Aron, La Nef, novembr,e 1 (49). « Lire La Villgt-Cinquième lIeure est une manière de devoir» mohert f(t:>mp, Les Nouvelles LiI/(; mins, 8 septembre 1949)· « La Villgt-Cinquième Hel/re, c'est l'heure de la véri té ), (Jean de Fabrègues, La France Catholilllle, 29 s.epkmb re 1 (50), .' Gheorghil!' « qui honore notre littérature d'Europe, adresse alfssi un appel à la conscience universelle » (René Laloll, L es ,Voul'elles Lilth'aires, Il décembre 1 ~152) L~ scandale Ce sont L.~s Leftr"s FrancalS(' s qui ('nt fait éclater k scand: di'. " EU!'ol>~e!1 », certes, (Jh~(lr -' ghill l'était. Et de \'ieille date, Il publiall il BlIc~\Iest. en 19 ... 1, un lin, intitulé Ard Maluribe Nislrului (L e.s I~ives du Dniestr sont en flammes), et. en 1 Y42, [;,11 antre, intitulé Am Lllptat in Cri/ 1/(;([ (J'ai lutté en Crimée), qui donnent toutes garanties à ce sujet. En voici quelques extraits qui se passent de cOl)lmentaircs: « Des enfants aux vieillards... » Dans les Hi ves du Dniestr SOJ/! en flammes, Gheorghill décrit en Ct'S tern,es les convois de juifs défilant devant lui (pages 113- 114) : « Tous les jll i,fs , des cnfants aux l'ieillards de 80 ailS, faisaient d" l'espionnage pour le camp le des bolcÎlevicks. ,< fuifs aux papillolles ci la 1110- de galicienne, femmes juiv es de toutes les catégories sociales, f./lfanls couverts de taches de rousseur .t aux o; eilles décollées , tous JIl;rtaipnt, Iluit et jour, à l'ellnemi, des renseignements conar/ Jant les posifwns de llOS troupes. « Il li fal/u I,'/ie i' 0 11 l"'Il/WC di!S /li, S/II, S radicales ... Leur présellc:' d proximité dl! (l'on! e,<1 lilus dangereuse que la dynanllte. (; Les voici /TI/w1tel/ant, ccs el/ Il,-;',';, i'1ortels dl' notre pays et dl' /?t,tre JI , upl1 , t'.i1/11fl/l'S l'II COil,roi ail llOrd de III Bessarabie· .. » Voila la justification d~s pog- I'Ur, H:S et del-i r it nt)1s (J't'xtt'rlllinafi~ n, Faut~ de lorgnette ... Et plu:; loin: « Les l'oila, qui défilent avec leurs femmes tE leurs vieillards, COl1l1ne la plus criminelle des armées de destruction. « Le convoi des juifs ava/lce lelltement. Ils Ile semblent pas tellemJ.?nt fatigués (qae disposés à goat,er le- plus longtemps possible le spectacle dc la l'ille br!ÎILle ... ,: Combien la mort est Ull châtiment clément pOlir eux et pour 'eus crimes. » Parlant d'un autre convoi, pris sous le feu des mitrailleuses nazies, Gheorghiu écrit ensuite : « Ils Ile pellvent plus s'enfuir ... Combien je regrette de /le poul'air assister de plus près à de telles scènes· l'aurais aimé avoir mes lorgnettes: .. Parce que ie n'ai .. 1111' pas ces ge'lS ... N'ayant pas de lorgnettes, j'ai pris mail fusil et j'ai commencé, moi aussi, là tirer sur le convoi de charrettes, d'au'tas, dL chevaux el de piétons qll i s·enfuyaient... » \'oilà le ,e:ralld hUIlli!!1 iste occi dental. Pourquoi? Lui encensé, h011oré, ~acré p~n, ·éllr et homl1l~ de lettr.es quasi t;fiiL'je! '1 ClJlllillent e,,(-ce poss:Ile 7 C'est que ce kravchenko « philosophe » contribuait, par La Vingt-Cinquième Heure à préparer la nouvelle croisade « europC'Cllne

..

Il avait un peu changé de style. Il se posait maintenant en défenseur des Juifs. Il plaçait ll!ne citation du Talmud en exe'rgue' de son second roman. Mais le but resta it le même- : réparer un regnettable accidell~ de l'histoire : Stal'in'grad et l'écroulement du nazisme. Dommage 1 •.. On prend les mêmesl -et on recommence· Par des moyens détournés, bien sûr. Mai., c'est I~ résultat qui compte : qu'importe si l 'Oil « dénonce » aujourd'hui l'antisémitisme (celui qui n'existe pas cn U.R.S.S.; pas cell,i qui existe ici), pou'rvu que demain ... Sans lts Illalencontreuses révé·lations des Lettres Françaises, Ghcorghill au rait publié de grands articles contre l' «antisémi tisme soviétiqùe ». Brfllé ~.'. Son derni~r « bestseller », La Seconde Cfzance, qui vient dt sortir. n'en a pas eu. Epilogue Oll del/laJ1de écriveur antisovié! illue en l'Ue de tenter llol!l'elle Ihoncr, /lnlisemit islilc de préfi'" nec ilil\'crer (momentanément). Passr' indifférent, ,VOl/l'ri et hiane".!. Si t1,'/lIa.I'(/I/" s'abstenir. A qui Il: totÎl' 7 ... NOS LECTEURS LgUiC,iil.:;lt juifs. ComiJfcn de fois il ' iii-Jc pas Ciitclldu ({cvant mOI ,les parol cs, des phrases pie.'ncs ,; (' l7Iéfimlce, de haine, de ml!i; ris, proférées conire eux .. ' Oh! sur/olli Ir mépris, venallt de 'l .. elqu'll/1 qui, croyant appartenir ci !/HL raCe wpérieure, dai' he /<!;Jt de même s'alJl1issi'/'

<11 p.lIé, l'er$ Ull être jugé ill]

érieur, tout juste pour lUi mon{/ cr (/Il'il y a 1l/1 monde cntre el/x ... I! n'y il rien de pills ill/e/lavie que ces II/oments-Ià, ca:- j . suis frança ise et j'ai ell Izonte de /lies cOlllpoelriotescn I/1OE!niLs uccasions. j'allotie que moimêmc je 1111' sentais responsa ble de cet etat d'esf1/'it, d'autant plus {fue presl/ILe tous mes alllis les IllI'Î!lclIrs SOllt des vIetnamiens ct d' (lutr, s étudiants d' oufre-mer, don! j'ai pu apprécier l'intelli!{ encc et Jo! clf!/Ir ... ". La méfiance vis-à-vis du jilulle - liLii l'U parfois jusqu'à la panique - trOll1>e très certailU'ment son origine dans la légende fa:! connue et très Cil ... Dans le !luméro de janvier dl' , Dloi! ('t Lih ertr' », j'ar lu aVle intérêt l'article d'un étudiant arri ca,11 sar la situatiol! tic ,~es jrèrc:, l'ivant l'Il France. Je m'é!i!Pe CIl tallt qu'étudiante [tançaise contre IfS odieuses orimaries 1 t calomnies dénoncées dan,) cri a/licle ». MOUNE LE MEE, Nantes, «Je !'&pondrai pl'ésent .•• » J E l'ieils de recevoir « Droi~ et L,jbe:rté i>, dOllt j'ai pu cOllstater la Izaute tenue morale et humaine. ... je vous dirai que mOIl burigl! f est assez limité, mais à défaut d'm gWf,,je répondrai toujOll: s présent avec ma conscienct: d'honnête homme, pour défendre ceux lJlli luttent pour la vérité. Maurice fAYARD, (Puy-de-Dôme) l 'o;':lI c' au temps de la co l onisa- .,-_~~ ______ ~_~_ t .OIl, de la «mystérieuse» ChillE'. légende présentant les jaulles l'Olrime des êtres fOllcièrement « faux et auels »... Cette légli/ Cic ilait I/écessaire à Ctl/X !fil: onl pillé, t/lsa!!g/anté le doux peuple c1zinois par un régime colonial féroce éf continu. I! LI! l'st de mêl7lf', {lien l'n tendu , de l'Indochine et du jap"II. ... Le mythc de l'Amve Il'est pas //loills sigllificatif. Ce tl'/'mc .Vord-Africaill )'8i fréquUIlII/ eill employé dails Iloire presse, rs/ lourd de sen.l' dalls la hOIi- 1',':1' 1,"/111 l ociste· Dans /1/a ville, il y a beaucollp Ii'AIf.[érit.'ns, Illli l'ivenl dans qes ruincs à ciel ol/vert 011 dans lies laudis, l'Il tass('s les lins sur les ouf,.. s. Sans Iravai!, affamés. ils so1l1 les 00: parias " dt' la r'ilie et le moil1dre prJtl'xle les elll'oie ail cOl1ll1lissaricrÎ. L e motif Ir plus fréauell1menl inl'orrué ('st le t! t'ClJ!tlbondn,'!.-1! " sur Id l'Oir pI/IJ!iI/Lle ». A partir de hwt li ellI'Ls dll soir si l'Algérim veul ,;!I(' ('JI II/IÎ\', il jlllil 11,,'1/ S. C,I , elle. TARiF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10. rue rie Châteaudutl, Pori. 9 •. Tél. : TRU 00·B7 H,,\ \(.f e~ l !';!() '< FU \{\(;,\lS" Un au : 300 Iraut':-i. PA,~ ETRANGEH!:i ( 11 an : ~:H) francs TARIF SPECiAL l'OUt LA llELGIQ.U: COUlpre rh. po.t. ; 6070·9U Puri. P ou r 1 t'!; l'hangclU('uts ,J adresse (1\ Il , ('1 ~ · I IralJc~ ct la (l(!rnii-re . h"nd~.

--.I.P. ,\ .. 1:. rHt' d~ l' ara di-.

l' \nl~ 'X,) Un appel du M. R;. A. P. IL FAUT EMPÊCHER le r8armemenl des bourreauH nazis 1 1 Brimades injustifiables contre les étudianls 'outre-mer Le Bureau National du l\I.R. A.P. a lancé, à la fi n de février, l'a.ppel suivan t : ~ L E nazisme, monstrueuse conspiratlo n contre la dl- U, gnlté humaine et la démocratie, le nazisme animé par la barbarie raciste, se dresse à nouveau faoe à l'humanité angoissée. Les récents complots découverts en Allemagne montrent que les principaux adjoints d'Hitler s'apprêtent à prendre le pouvoir. Ils disposent d'organisations militaires, de l'appui finanoler des. magnats de ,la Ruhr, et leurs hommes de main pénètrent différents partis pol itiques, les grandes administrations et le gouve1rnement de, Bonn. Avec ses généraux arrogants, Imbus d'esprit de revanche et de conquête, le monsn r; nombreux étudiants cl'oulre-mer ont été J'obj, t, ('es remps cremiers,: de brimades illégaies qui ont sIlscité, dalls tOIlS les mil:eux tre nazi se dresse menaçant et ullive: sitaires, de vivL's protes- "herche à prendre corRs sous la laiÏons. '"forme d' une armée qui lui don- Et! premier lieu, MM, LE HUN ne rait les moyens de réaliser PHUOC et LE CaNO CHAUII, ses ambitions néfaste3. r.'sidant respectivement à Paris La ratificat ion des accords de Et à l'l/îmes, ont été arrêtés le 13 Bonn et de Paris consacrerait la déCl'mbre. sans inculpation préarenalesance de la Wehrmacht IGhiL Puis, saTlS aucun avis d'excamo u,flée eous la forme d'une pulsion, ils furent, dès le lenarmée dite européenne intégrée. demain, livrés à la police de Tous les sacrifices consentis Eao-D,ll. C est dun" les mêpar les peuples pour a battre mes conditions que fut opérée l'hitlérisme seraient ainsi ren- i'arrestalion de, six autres étudus vains. Ainsi serait profané - diants l'ielTÏarniens de Bordeaux le souvenir des dizaines de mil- IIne semaine plus tard. tres, que nous avons récemment dt!noflcées) .'le visent qu'à écarter des Universités les jeunes iludianls d oulre-mer, tf à fa voriser l'obscurantisme, Les démocrates se doivent d'exprimer avec force leur réprobation contre ces procédés tJui violent les dloits ga, antis par la Constitutioll et qui heurtl! nt les s! ntiments les plus élémenta, res de fratern ité humaine. /::n outre,. nous savons combien dangereux POUR TOUS. est l'arbitraire, même lorsqu'il nt frappe tout d'abord qll'une cutt?gonc dl:termffl~e de gens, désig, 1és pûr lellrs 01 igines, la fo~ me do:! l(tir visage ou la couleur de leur peau. Le testament de Charles Maurras lions d' hommes, de femmes, De plus, des perquisitions ont ,----------___ _ d'enfants, tués sur les champs ('Il lieu chez un étudiant d'Afride bataille, sous les. bombes, (J.J.f! Noire et chez un étudiani dans les geôles et les camps martiniquais, aLors qu'ils étaien, roazis. absents de leur domicile. Face à cette situation, le peu- Ellfin, la police effeelue prespie de France, Jaloux de son in- que quotidiennement des desdépendance et de sa sécurité, se centes et dcs perquisitions à la dresse indigné et angoissé en un Cité l/nivenitaire (avec la com- OUS sommes en un temps où, au ministère de la Santé Publique, a pu être placé un certain M. BOUTEMY, qui fut directeur des Renseignements Généraux de Vichy. Parmi ses attributions, relevées dans l'annu, aire officiel de l'Etat Français, on note « l'antisémitisme ~ . M. Boutemy collaborait donc directement avec Xavier Vallat. puissant mouvement national piicité des dlrectel!rs de Fond'opposition. cette opposition, dations), dons les hôlds d'étll dans le pays, a déjà amené un d:'(Jllls . cololliaux et dans les certain nombre de parlementai- 1 Mai"olls communautaires. l'es, de tous les partis à se pro- Oradour manifeste contre l'amnistie a ux bourreaux. -""'~.Et q uell~; son{""";ë;'décol/- noncer pu'bliquement contre la vertes sensationnelles ? Des Iiratif ication des accords de Bonn ~'rcs d'études, des noies de CO!!)"· et leurdse, Pcaormism, ed éncoonnctréasi,r epsa rà allla- DEL DI V.I SI "DAS E Il et. tout au plus, de j:iwx jOllr· Nous sommes en. un temps, où Mais la parution d'Aspects de Constitution. naux. peuvent pa raître des livres de la France est une insulte p.erma- Il est du devoir de tous les A quoi tendent donc ces op,;· Maurras, maître spirituel de Xa- n€nte à la Résistance et a ux antiracistes de. dénoncer, de rations ? A intimider les éluvier Vallat. Le dernier en date victimes du racisme et de l'an- combattre le danger du nazisme "1" , diants d'outre-mer ct à désorRa a pour titre Le Procureur et tisémitisme. Pour ce journal, et de contribuel' avec tous les a armee europeenne niser leur travail scolaire l'Habitant, Maurras est le « maître du XX' patriotes, à mett/'ê en échec les Traqués, pOll/sui~'is, ils SOli On ne peut s'empêcher de rap- s iècle », le « plus Français des plans qui visent à réarmer les parfo:s obligés de fuir leur du procher ces deux fai ts : la pa- Français ». Pour ce journ al, la boul'reaux d'Auschwitz et d'O- micile, de manquer les cours, c rution posthume du livre de responsabilité première du mas - radour. (Suite de la page 1) les bourreaux. Faut-il croir€ raison de ce refus est politi- qui peut être lin motif d'exclu· Maurras et la prés ence de Bou- sac re/' d'Oradour revient aulX '--______________ 1 que ceux de nos ministres qui que. Comment lYIurrait-on t'Il siofz d'lin étabtrssLmcnt scolGlr, b d, - vi :;lne pas les platndre plus qlle t'~ temy au anc un gouverne- ont toléré et couvert les massa- effet faire appel awx anciens de Quand on sait que les étl. t . l' h ' l'" nos martyrs, qU 'oll ne S'Juille men qUi, Ul c asse par tndl- t;;if.~j,~r~!i192.168.254.42f192.168.254.42t'~~r192.168.254.42t ., ........ '.. . gna tI·O n popu laI"r e, n en con t·lI lue·"' ..... .... "'ftt'". ,.. M"" .N+liL,>o " ' v~" ..........~ ... n... A .i,r.,.vn · <, ", pa', le nom de 1' . \I :=;,1c ~ et • les cbrleasn cdae, Mleasd argaatsiscsaarg eets ddeu C aCsaap- lrao pWéeenrnhem asci htd epvoauI' rt l'êatrrme é€ coenu-- dveiannt:tss ean inFsrit 11plecer séqcuue tépso unre s'SiOmIl pas moins à dir,iger les affai res llia!'m,;;'~!;, ." :ré.~,:',J?':Z:~, :. ' sO 'df rances de sa pupdat.<.m , Bon, aient voulu pousser leu,r 10- damné l' un de ceux qlli ont en- tmire, l'enseignement étant in d en les confo ndant a\' ec eux. uDPaysi P t tH b' '·_,~;.",.).;;:~:,;:.:·:.,~iL;:~.'I;~,; Des circonstance" atténuantes, gique au suprême degré? A core leurs chances da'ns la folle suffisant dans leurs pays d'on ans e roeureur e a 1- ~,• • " ...... .. ,. ",~I~~,~_ v de la pitié l)our des garçons Tunis , après l'assassinat de F€- croisade 7... gifle, il apparalt clairement qu tant, le cruel vi ei llard nous Ii- ' " .... ',.' '.,' ': .. t rat Hached, n'a-t-on pas a rrêt~ André DENIS, res mesures (ù.jotltant à d'al vre en quelque sorte son resta- 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)~~i~ ."<,. ,.;".\~;> <,";-;,; : pris à 17 4n5, et dont l'espri: .ses amis et non ses assa6s ins 7.-------,:------------ - ---...;.- - ---- 192.168.254.42lo;192.168.254.42i,t~:~. t~r:n~ sru~r192.168.254.42: ~ !H"'<;«<'.·~· ....... r~'p~~:~f~;192.168.254.42.r ~~;~;a~~s al~ mj~I~~ nZ:'~le~~ut~ rai~~te~~:~o~pa~l~:ad~o~~a:at 1 a". n ~ t isémitisme d'Etat, méthodique pour en tenir compte; d ceth: pas su se fa ir e oublier? Le chef 1:. e t orgafll. se' , d ans 1a f orme ou. cOffij)lais ance ne nous condui- du syndicalisme tu nisien serai t- X · V Il t l' l' .,. ra-t-elle pas à récidiver au pro· b tt t a'Vler a a app Iqua sous il coupable d'avoir eu des amis, corn a an l'occupation. Q192.168.254.42':'192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)al..,~.; ';:fi~,20 mai 2011 à 10:09 (UTC);' ~·~m~;~taji192.168.254.42e~e:ql:~:sncV;de~I~:~ pour que ceux-ci paient si cher Dans ce livre, la cruauté et ., ,< quement odieux, mais q:Ji tout If' ur fi délité ? Raison d'Etat dile me nsonge se disputent l:i "'" ~<"~N"'"l"" M~~""'!'~ojr;C~!(<l~~,<t. ., a u moins ne t ra his<;aient i':1S en ra-t-<Jn encore. palme. Les grossièretés émaill ent , . e ux un souffle patriotique :' A'iors, .pourquoi ta nt de tapage chaque page : « youtre. », « sa- """, .. ~",.,,<><,<) •• ~~ 'de. ~ou""""""ts w&"~., j~~,ro<"x ~'~;l<x:l'~*~~,~js<., au sujet de Slansky et de Petlaud », «youpine ·majesté », « ils "'-~'i~!i<$>& <:I.,r.~.!~ 11l~t"l'@?~~ ~t ~Ill! o>!.)'··!cs. .' ". ..: ' ... ;,.: . A l'Assemblée Nationale, les kov, de Raik, des médecins ['avaient déculotté pour palper •.. ~!'192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)I~,~~S 192.168.254.42!192.168.254.42i~iè,« :L~~<I.I~· C""1\>3i"I""d':,,;:k:,'~-::' >défenseurs prétendirent oet de tant d'a ut res si ra iso.n sa juiverie » etc ... Voilà le lan- • ' M.<f-<;~~, J"t~ <re deV'~ '~.. \r";'. ' . ' . tout d'abord qu'il ne s'a- d'Etat veut dire : même défi à gage de celui dont M, Jules HO- . :<~,,; .. , .. ( 'gissait pas d~ contrarier le la jU!ltice et au bon sens sous MAINS (qui fut aussi de la col- ii!!i~lll\I~~l~~I,~~.. .... n ...... ~E l.A W~Vl'H.uHèf;:OU.TÉRiU1'O,JÇf .. cours de 'la i ustice, mais seule- toutes les latitudes. IFarbaOn~aatl·isO~) de insaitapàpr'eAnCaandtémsiea 11, iU{d.lJt:~> VICHY .," T.rr.. 21 .'1i,·~o . , " ment d'obQ"tenir, deux Ijugeboments d NOuts lIeh~otm.mes pas au bout .,. -, , . " .. distincts· ue dIre de eur nne e 110 re lS o/re et nous poumort

foi lorsqu.'après de tels engage- l'ons craindre que l'impunité ait

<.: Il était de ceux qui ont dé- ments, ils n'ont pa~attendu qua- t!carlé un exemple n.écessaire. Il fendu la lallgue française et l'ont rante-huit heures pour repren- s'imposait pour instruire chaque Rardée de ces dégradatiolls où dre l'assaut contre la justice? homme des lim'tcs au-delà desufl lû t'dit trop SOlIvent s'avi- On. <l i,1Vu4".! la 1 ;son .l'L.dt, qudk3, s'a Il,' ~sf l'Cl .) obligé d'élir, » l'unité française; Cc serait faire tre un héros, il lui est interdit On retrouve évidemment les injure à l'Alsace que de croire d'être un ldche doublé d'un habituelles calomni,eg de Maur- un i nstant que son attachem€nt tmUre et d'un barbau. ______r as su r le pro j~t insolent d es~J:~%W[§.:Zi8~~..;;.. _. . 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)~::.L;.,2::~~i;~ltL.L..:a~~' J I.!a,~F~~r~a~n~oe~~n~e~ti~el~n.~t. ~q~u~' a~u~f~il~dfe~-.r:ùQ~!l~aï~n tka~u~I~;~~n~é~ra~ln~LbA~M:M.:~E~lR~- C'est depuis ).e 8 octobre que M. Alain LB LEAP, !'ecréla:rc F(uÉ'ral de la C.G.T., est cm· ~ri~ onn é à Fresne.;, 3V'.le q 11 - tr.:'5 dirigeanb de j'union do '" Jeunesse Républicaine de France. On a voulu fl'apper en lui le dirig('ll1Ü syndlcn.! et l'ardenl dMenseul" Lle fa paix.. Parce qu'il est l'un et l'autro, il rut fréquemment à. nos oô té~ dans la lutte contre le racl!!Il 't, et l'a.nti· sémiLb me. l\femllrr du Comité ci :ionnear du ;\I.P'.,\P ., d!>!> la. lonùat inr: Je . 1I0ll - r Il amont, il 'ù ';ûl.1r1i l .~ 1;1 prc ld "l (' J out1lée ' ltll<;n'l,e eO !l t r ~ .0 ; :t r isme, ]' aPli~ém i t l ,me et p' '.Ir la paix, l il :!~ I I1~! 1 94!i ou dHendez ne cause antiraciste j ustice permanente ». ... Salle \ Vag:-am, le " mai 1 :l51. 1\1. Le Léa.p. intef\"enall au meeting organi~é par le I\Ut A.P. pour t"l.ltor d'arrachel Willy Mc Gce à. la mort. « Il s'agi t, déciara-t-ll notamment, de ua uver Mc Gee, Innocent du crimo pour leq uel Il est condamné; II s'agl1. aussi dl) S!lUIfer tous lu. innooents qui risqu ant ancore d'être vleth mes, parce q u'il s ont la peau noire, de cette pol it iq ua raciale.» CI' n'r!'t pas pa.!" ha:,ard :-;!, ail 1 t'nH'u t 0; ,1. .\~î.l 1:. t l OhL 611 prison et olt d'aulr,(!s g"avl'i' atteintes menac~nt d',ltrl' portées aux libertés conslltuticnnplle"! (en parliculie., la leV{' P riA l'ilnmnnit .. n::p'II'nlPnt~lÏ_ 'affaire ~ Finajy (Suite de la page 1) Qu'en déduire sinon qu'en cette affaire, deux ·con"eotions du nlonde s'aflrOmtnt, . L'une qui, se réclamant de lois extr<l-terrestres, pense faire oeu\" fe pie en VIOientant les conscienoes; i'a~ltle qui, au nom de la tolérance, réclame pour chacun le droit de construire sa dlesl'inée et de- l'orien,ler su~vant les préceptes de sa religion, de son pays, de sa ramille. Cltte seconde attitude, liée à l'idée de progrès, s'appuie sur un principe nouveau : celui des ùroits de l' 'nfant. Contrairement à l'homme qui, Illème au se,n de la s·~rvitu d e, proteste et se défend, l'enfant en raison de sa faibltS~e et d~ sun ignorance, accepte et subit. Qu'e pouvaient, en effet, les ellfall~ s Finaly contre Mill Brun,

uréi..jUe ctlle-ci les cG'a!uisait

au baptêm.e alors qu~ pi)ur lJIa r~ quer leur volonté leurs carer.ts les avaient fait clrGonc;re dès leur na!ssan::e ? Et que peuvent~ Ils mall1tenant comre ces reli:,{ a:,ux qUI, en les persua'CIant de leur bienveillance, les mJ.-:e-nt de couvent en cou~ent 7 C'est t'"n instituant un Codt de l'Enfant qu'on assignera des limites aux prérogatives des adultes et qu'on présen'era de la misère et de l'in jus fi ce de jeunes Cires désarmés. Ainsi, ce qu'on ·nomme « l'Affaire Finaly » pose devant ln réflexion déS hommes 1:11 de' plus gran'tls p roblèmes d'ordr social qui, depuis 1789 reven qc:e la protec tion de la co!l tivité pou r les p' tits et sil rt,:'oLu, fera se cl6 rp ! . m -..frIC 'df><~.; dI dé~_""'~1i rc;~ l'Ill !II. LAHY -HOLLEBECQUE, 1 .. ~r nf • lir· » On retrouve évidemment les habituelles calomnies de Maurras sur le projet insolent des Juifs de repeupler la terrC' de France avec le rebut des ghettos de l'Europe Centrale. On y retrouve les mensonges classiques sur les juifs coupables de tous les maux de la terre : Notre fortune mobilière tut pillée, Hotre épargne fauchée ... L'ANTISEMITISME était l'une des oooupations de Boutemy l'unité française; Ce serait faire injure à J'Alsace que de cr()Ïre un instant que son attachement à la France ne tient qu'au fil de laine de treize iles siens à la -carrière honteuse. Elle a payé trop cher son droit d'être française porr que cles autonomistes éttardés lui fassent cet outrage de l'entraîner, à la faveur de la confusion, à <:rier pitié pour tre un héros, il rdit d'être un lâche doublé d'un tmUre et d'un barbaee. Quant au général LAMMERDING, le plùs coupable, celui dans' le- cerveau duquel a pu germer ,la, scène d'apocalypse <l'Oradour-sur-Glane, n'est-il pas ignoble d'invoquer: de vagu'es prétextes jUf.idiques pour jll'Stifier le ref,us d'extradition ? La 1:.1, prell'i"l e Joul'1lée 'i'lUnnl:e contr!:: ,e ; :.clsme, l'al'Ti~émilt~me et p' 'JI' la paix, la :!! IJl~1 194!i : <! VQUS d~fendez une cause que le mouvement syndical fMnçais a fait sienne depul!; toujou'rs. Jaurès disait ; « Les travailleurs crient toujours contre le8 injustices parce qu'ils souffrent eux-mêmes d'une ino;; l cn prison el Ol! S'I'ave" alleinles menact'nt d',ltre portées aux libertés constItuti onnelle" (en prll'tlculie., la lev"' c de j'Immunit" parlf'IJlR.nlail'e des dépllV'-; cil' l'opposition). l'uT' t:,.~mil isme ct le racisme l'eIi: vpnt irnpunrmenl la tl'le, Aucune fOl'lIIe dc l'arbitrair!' ne saurait laisser les anliracbte, ln<.liffél'en t~. Tout cela pour « justifier» sa théori'e de l'antisémitisme d'Etat, celui d'Hitler et de Pétain. Théorie résumée dans cette phrase capitale du livre : « fous qui déclenc/leIlt le crime à St-Junien ou ailleurs » (les fous, ce sont les rés:stants). Aspects de la France se félicit'e de la présence d'Eisenhower à la présidence ds U.S.A., d'abord, parce que « le caractère religieux du présidellt est très différellt dl: Roosevelt dOllt la religion etait maçollnique et jui-, On veut escamoter , les cri• mes des hitlé •l ens « Les Juifs avaient trop fait dans l'Allemagne d'après 1918: ils l'ont cruellement payé à l'allemande. Ils en fOllt trop en France : le paieront-ils? Bien des signes montrent que ça viendra, sans taute. En sommes-nous là ? C'est à voir. En tout cas, l'antisémitisme d'Etat, à la frallçaise, sera humain. » Rappelons simplement que 120·000 Fr:ançais ont payé de leur mort, entr'e 1940 et 1944. « [.'antisémitisme humain, à la française 1 » MAIS Maurras n'est pas mort. Le ven'in -qu'il a lancé continue d'être distillé chaque semaine par la presse collaborationnSste r e par l.iI e. C'est Aspects de la France, qui organisa le meeting qui devait avoir lieu le 9 janvi'er dernier, salle Pleyel, en hommage à Charles Maurras, La protestation populaire arrêta l'outrage. , ~'e la menJalité », Aspects de la Frallce (à qui rien n'échappe!) a été jusqu'à trouver dans la tête du pêcheur représenté sur les billets de 20 francs « un je ne sais quoi de cabotin apatride nuancé d'esthète à claque, de margouliJJ parachuté, de joueur de poker ct de bellâtre karpathique ». fascjsm~, racisine, antisémitisme ... Maurras n'est pas mort, Toute une équipe de collaborateurs mal blanchis s'emploie à empoisonn er une partie de la jelJ!llesse· Les succès remportés !.ln 'obt'en.ant l'fïli('l~r<liclion du scandaleux meeting de Pleyel e~ le départ de Boutemy du gouvernement, ne doivent pas nous fa! re oublier cela. Raymond LAVIGNE. (Suite de la 1" page) applique d'autan1. plus que son fanatisme éprouvé en fait un plus sOr soldat. Tout se tient. Il est donc naturel que le régime qui garde en prison Henri Martin et Le Léap en fasse sortir les S.S. EN France, ce travail n'ost possible que grâce au 1'etour au pouvoir d'une réaction dont tant d'éléments collaborèrent avec l'envahisseur. M. Pinay, ancien dignitaire de la Francisque de Pétain, fut salué par Hi nl 1'0 1 comme l'homme qui a effacé la honte de la Lioora~ tion; lisez l'épull'ation des traîtres. M, René Mayer a osé faire un ministre de M. Boutemy, préfet de Pétain qui fit massacrer des p'atriotes - et seule, l'indignati'On d'un pays qui n'est pas encore aussi chloroformé qu'on le croit a mis fin à ce scandale. Une loi L'INTER.NATIONALE (Suite de la page 1.) « Les juifs SOllt une calamité · .. Continuons la politique raciaf. e en Europe 1... » proclamaient les 'banderoles ornan~ la salle. kollaboration tendent à s'unir dans une haine commune de la République, de la démocratie et de la paix. Tête de Est~ jean-Louis TIXIER-VIGNAN,,-OURT, exministre de Pétain, voisine avec Sous la présidence du suédois BARDECHE, avec Maurice Per Engdahl, les « délégués» GAIT et René MALIAVIN, resallem~ nds affirmèrent dans l'en- pectivement rédacteur en chef thouslasme que « le moment est 'd directeur d Rivarol avec proc~e où l'E~rope sera déb.a~- • Odette MOREAU, qui' a des ,rassee des JUIfs et des enJUI- attaches à la fois au R.P·F. et vés. » Les 'liutres remercièrent à l'Action Française avec Henri avec chaleur le parti nazi pour BONIFACIO du « 'Fronr d'Ac- ~es enseign'ements. tion Commll~autaire Européen» Ainsi naquit le « Mouvement et q~elques autres de moindre Populaire Européen », nouvelle acabit. dénomination, de l' internationale Leur programme? S'opposer antisémite. à ce qu'ils appellent la conspiration rooseveltiellJ!e et antifasciste 1 C"est-à-dire effacer de l'histoire le procès de Nuremberg, rétablir les lois du même nom, édifier une « Europe unie » et instituer en France une « république autoritaire ... » Le tout ,dans le style démagogique mis au point par les « nationauxsocialistes ». La hantise de Nuremberg Quelle est, depuis lors, l'activité en France de cett>e dange]; euse association de malfaiteurs? On peut s'cn faire une idée en parcourant leur organe offioiel, « Défense de l'Occident ». , ""Dès la première page, le Comité de soutien de ce torchon fasciste montre . que les divers çounmh. du vichys'me ct de la Souvenir du 6 Février ••• Les néo-nazis ne se conten .. tent pas de publier en F ra'n ce-, il ùC'$ d'Izaines de ffillhers d'exemplaires leurs journaux, brochures, tracts et manifestes, Assurés de l'impunité, ils tienr., ent des réuni011s publiques, annoncées régulièrement par Aspects de ta France, Rivarol, La Victoire et Ecrits de Paris. C'est ainsi que, le 6 février dans la salle de la Société d'Horticulture, 84, ruc de Grenelle, toutes les organisations affiliées au <!: M€>uvement Po') Julaire Européen » ont te'llU un m~ting pour commémorer la tentati\'e de putsch fasciste de 1934. Tixier-Vignancourt et Jean Marot exaltèrent le régime de Vi<:hy et la politique « européenne ». Il faut souligner que la trad itionnelle manifest.ation répnblicaine destinée à commémorer la rvictoire antifasciste du 12 février vel1ait d'être interdite par les pouvoirs publics. Pourquoi les vichystes les plus v,i,rulents 'Ile pemicraient-iLs pas, dans ces conditions, aux prochaines ~lc;'::lions municipales ? Déjà, Chark~ de jonquiè.es, du groupe « N3fion et Progrès ." (sic), s'es~ pléf enté :lUX él'èc, tions législat,ves aViec un programme ouvertement antirél)lI blicain. Gérard Fontenay, du d'amnistie élaborée par ces gene~là va rouvrir aux responsable de la défait5 et de la colla~ boration, les portes du Parlement. Les fonctionnaires Qui 6er~ virent Hitler et traquèrent les bons Français volent du même coup se rouvrir devant eux le& portes de, l'administration, avE'C les grades Qu'ils ont acquis par la trallison, aveo le 'rappel d'années de solde non gagnée. Des milli!lrds leurs sont offerts, alors qu'on manque d'argent pour supprimer les taudis, soigner les malades ou réajuster décemment les pensions de leurs victimes. Amnist1e ? cela veut d:r~ aussi oubli. 34.000 criminels condamnés pour intelligence avec le nazisme, peur avoir activement aidé aux fusillades, aux dépoMations, au x persécu~ tlons, vont voir leurs casiers judiciaires rildevenir vierges. Si une mère en deuil, si un rescapé vient un jour leur demander des compt.es, ou rappeler seulement leur honte, c'est lui qui ira en prison, comme diffamateur. On veut étouffer le passé. Pas seulement en France ! L 'ALLEMAGNE de Bonn, l'Allemagne des Krupp et des Thyssen, l'Allemagne des ministres qui déclarent déjà cemme M. J. Kayser quo « leur coeur se sorro en pensant au clocher de Strasbourg » (lU comme M. Halistein qu'II faut étendre l'Europe atlantique «jusqu'à l'Oural» cette Allemagne revancharde et réactionnaire, on veut lui rendre des armes, en f~ire l'alliée de la France, nous liel' à elle par tous les liens d'une «communauté eul'opéenne » dont Chj! sait qu'elle serait vite la ., l'esse, et qui, mettra'it à sa sltlon, ' réalisant le rêve d'Hitler, le sang e~ les ressources de fa Fran~e pour l'ecommencer le oombat des ANTISEMI E F.A.C.E., en a fait autant pour les élections partielles. ils ont mème déjà des appuis au parlement, comme le prouve la rél::!: Oll des « Indépendailts de ~aris », prévue pOLir le .3 mal S à l'Hôtel COlltinent11 et où doiven; 'Prendre la parol~, SO!lS la presidence du kollabo Pierre TAITTINQER, l,es députés ISORNI (llavocat de Péta'r,) ct Frédéric DUPONT, ainsi qllC le sénateur .1ulit"l1 BRUNHES. Le cen~e du complot q~t d~mière cette façade que s'agi ent les groupes de choc dont on apprend de temps à autres I~s exploits ' attentats contre des joumaux ;JfC'"ressistes, ou les sièges d'organisations démo{ ratiques; cor stit':tion d~ défi' ts d'armes ct de ;i!>tes (le « Jaiis à abattre » p:c. , C'est derrière cetne façade que se renouent d'étroites relations entre les l1azis de tous les pays il: occidentaux » et que s'affirme la prédominance des hitlériens allemands. En Allema~ne, tous Iles groupements nazIS (y compris ceux ctont quelques dirigeants ont été <llfêtés récemment) se sont uni fiés en une « Communauté :> alleman< le :1) (Deutsche Gemeinschaft). ~ Dans le cadr~ de cette organisation, explique « Défense de l'Occident », le « Mouvement Social Allemalld » a été charf;é d'établir, comme section spéczalisée de l'organisation des rapports de confiance ef d'éc} zange8 d'idées avec les fOI cesnationales (sic) des autres pays européens ». D'autre part, le Mouvement Social AlLemand a créé un comité de coordination des mouvements de jeUJ,esse, dOllt 1)1 tache sera de réunir les nombreux mouvements de' jel1nesse ,;ationaux afin d'apporter une contributiol~ effective au travail des différents mouvements de jeunesse européens. » Tel est le centte réel de la toile d'araignée que le nazisme étend désormais su r toute une partie du monde et en parti- culier sur la France. '1< .:v * Ce dangereux 11egroupement indiqt:c aux antiracistes, aux républicains, aux patriotes, la voie à SUIvre. JI est temps pour ~ux de .,'unir, d'agir enselrble, s',,1 moyen de faire échec :lU con'pIe:. cl t'1t1tcrnationalf' flscistc d .ad.,!\;. vaincus de Stalingrad, pour repasser l'Oder et la Naisse, reconquérir Dantzig et Mamel. Les généraux hit.lârum, sont les piliers des plans militaires arréricalns en Europe: pourtant • aucune lIIusion ne peu~ exister sur leur cpmpte ! 11<;, posen1 leurs cond;tions. La premiàr-e c'est la libération de tous les criminels de guerre, l'annulatilln des condamnations ct'l NlJremberg. Ils refuseraler.t un,} nouvelle gusrre s'Ils n'ava:ent la certitude, sans doute, de p)U~ voir à nouveau massacrer sans ri&ques d'en être un jour l'endus responsables. Vtt IEUX ! on en fait des héros et on nie leul's crlmesl Un membre 6rninent de la ma~ jorité d'Adenauer (cette majorité dont deux partis sont dé~ jà contrôlés par des nazis), le Dr Mende a souligné que les actes pour lesquels los criminels de gu&rre ont été condamnés « no sonL pas dffférents .c e ceux commis pal' les t['oupe:> de~ ."aUons-Unies en COlÙ' », et que telle est donc la fatalité de la guerre. Le général parachutiste Ramcke, bouJ'reau de Brest, a pu s'écrier devant s.ooa s.s. (au cours d'uno manifestation autorisée par le gouverne~ ment d'Adenauer) -- que les vrais criminels étaient lea AI~ liés, et qu'il était fier de figurer SUl' leur « liste noiJ'e », liste qui, un jour, SCiait c()nsidérée « comme une liste d'honneur » ... Les cl'iminels sont devenus des héros, et III magistrat qui, dans sa petite ville, reconnut et fit arrêter un nazi condamna pour ses orimes à la prison à vie, et évadé, fut contraint de s'expatrier ... Voilà où on en est. CF. n'est pas tout. Il reste le plus grand des crimes, l'apocalyptique mass'acre des chamhres à gaz et des crematoires. Va-t-ol1 le nier" Oui. Une lettre des Hauts-Comm~ssaires à Adenauer lui a promis, le 25 novembre dernier, que, sitôt rlltifiés les aocords de Bonn, on lui rendra toutes les arohive9 de la Gestapo et des camps, saisies par les Alliés occidentaux. En même temps, ces «accords» prévoient l'abrogation de la décIsion alliée qui pronon~it la dissolution de la Ge.atApo. Ainsi <j9fai.rn 11H60! alJA IlIiRilittPillJ u" Bonn, déjà truffés de nazis (of~ ficlellement deux tiers 'dan3 1* seuls servicas des Affaires étrangères) t.outea les preuves des massacres, les listes de détenus, les listes de inortE. La presse allemande démasqt<e la raison de ce geste. Les-"! ·.ouvelles de Dusseldorf )} (1~; décembro), par e~emple, ô.f'flr-, ment qu'on a noirci le tableau, que ({ CERTAINS CHlrJ"'RES QUE L'ETRANQER A Iffl('ROiJUITS DA. S l..E R<::OIS7Rr=: DëS PECHES . ALLEMANDS O~ VRONT ETRE CORR1GES QUAND LES ACTES SE HIO\}VERONT A ~A DISPOSITION DES ALLEMANDS. Li! 1110 rnBRE Df! 6 miLLIONS DE TU~~ ET GAZES QUI EST REPANDU A L'ETRANGER DOIT, A L'EXAMEN DES LISTES CE MORTS DC:S CAMPS CE CONCENTRATION, APPAr-iAITRE COMME EXAGERE. Dfi:S PUBLICATIONS ALLEi\tlANDES NE VEULEN7 ADm~TTRE QU'UN MJLLIOr~. )} En même temps, les fichiers des djl'or~ t6s, le" dossiers des résistants seront rendus aux anciens do ra Gestapo, qui seront ainsi tout prêts dans le cadre des services de renseignements de «l'armée européenne », à collaDorer à la répreSSion ... CornPRENEZ~VOUS pourquoi on a gracié les S.S. alsaciens d'Oradour, première étape vers la grâce des S.S. allomands qui, Il) ministre de la - Justice de Bonn l'a déjà déclaré, ont été enrôlés de la même façon et ont commis les mêmes' actes ? Ccmpl'enet-vous où on nous mène, en achetant à ce pl'Ix le conoours de tels alliés ? Cela peut, peut-être, rét:esir à tromper des braves gens qui vivent Il Chicago ou à New-York Mais nous, en France, nous qui pleurons encore tant de rrlorts, nous ne pou vons nous laisser entraîner par les mensonges de la propagande qui appuie cotte potltiqu~, au pclnt d'oublier Où sont les vrais assassins et les vrais d<lngers. Si von ~1anstein et les S.S. s'ongagent (Jans une oroisade, ce no peut pas être pour combattre t'oppressloll, ou comme on vient de le découvrir, l'antisémitisme. Ce no peut pas être pour notre liberté. Ce ne peut pas être pour la Paix. M, LAHY -HOLLEBE , UnE RESOLUTIOr Dl m. R. A. P. Le Bureau National du M.R ~ .P. déplore vivement qu,

Ieux orphelins Israélites dont

,es parents fUl'ent déporwb ~t massacr'és par les nazis aient pu être soustraits il leu' f:lmille qui n'a cessa ds IS6 réclamer depuis la Libéra. ion. Il exprime le voeu de vol, catte pénilllE1, aff.llro ~rouve raridement sa conclusion dans le re<.:;pect de la 10 françnl!io, et conformément lUX !"ègles d'humanité. Le Bureau National dl M."l.tt.P. s'élève avec Indipatiol1 c:lnt.re l'expl:>itation cite autour do cette affain p<!r dos Yichystes notoirll'!i , 'CSP0:1S;t!;«,s de la mort de~ parenl.s i"innly et da tant J'autros, pour suscitel" par leu~ ~gltat;oll, le l"eveil de haines l'eligieuses et u,no "ouvelles ~e.gue d'antlséml cosme. Une p ovoealion' d'Ybarnegaray Ybarnégal'ay, l'x-ministro de Pétain, s'col liué, il. partir de l'affairc l'inuly, il tlne infùmc PI'ÜY"t'D 1 inn antisl>nlilc, « AilollS-nUllti u.cceptr.l', écritil, qtW dps JlIifs et Id. presse il !elll' ,;ulJp, insultent et pour;, Ui"cnt <.le [l'UI' harne des religieux el urs prèl re:;... . " « .\llon~-n' ,u;; accepter 't'Il Ull mot qu'brnël fasse 1 il. loi. don" notrc gOll\'el'~emcot, nosa";;,0l1tb[ 8('5 CL nos J>['étoi!'c~,àu . .bien en ayez-vous a~sez CL ,jl,è,Rsez" nus avec llIoi que la CO,!lllo.:"'est pleine et que yoiei ycnuc:qùmre dlJ (,ouI' ll'arrèl.» "~,'~', ,Yba~n(\garJy. inéligibl{;ÜtliH'fl!' le rult. tif' IR loi d'[iJnl1l~tle ,a.ux kollabos ,i elle éLait ,;ot~e,' Srs Yill!ences antisémites illustrent l'uu[iace croissanto des Yiclly~te5. Elles inciteront les gens dc coeur, Slns distinction d'origino ou de roligion, à s'unir plus elic.orc et il agir pour suuYcga!' c!cr la justice. !tE CARNET DE D. L. • Le Ccmité de la Colonie de Vacaltees « L'Enfance H!!Ure!rSe H,' de Strasbourg nO:.lG prie d'Inlérer,: Nouo ovong ICI profonde douleur de' fair. part de ta mori' de M. Michel BRUN, c"cien n .... I .. ,.ft. ln Colonio de Vacartces u Heureuso », déeédé dans née, aprèt une pti1ibfe mC<lau,,",., .. ,,ü ft Nou! avons le plaisir nai""ancc de la petite fill~ cie n S O\11's, M. nlOEL.SOH. H"!J~ lE,u. fliU.itations et nOt ."oeulC 1 .. t 4 !!Ia __ ~"_I!1!11!!!!!!!!!!!!!!!_!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!II!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!I!!!!!i!!I _ II!II!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!_I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!! D If OIT lE T LIB E " T E !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!"!! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!I!!!!!l!!!!IJ!!!JI2~ AGISSONS T~OUS (NS( 1: La France ent • e" re DRESSÉE POUR LA JUSTICE FAIRE le bilan de l'action menée en France pour sauver les Rosenberg? C'est chose prapratiquement impossible. Si nombreuses sont les initiatives qu'on ne peut connaître toutes les délégations qui se rendent chaque jour à l'ambassade et aux consulats des Etats-Unis, les milliers de lettres personnelles JOU collectives, de télégrammes, de résolutions, d'appels adressés au président Eisenhower et à la Cour Suprême. Peut-être, quelques hauts fonctionnaires de la Maison Blanche, du Département d'Etat ou du Département de la Justice peuvent-ils chiffrer l'indignation qui a secoué la France unanime, le monde entier après l'arrêt de mort prononcé par le président des EtatsUnis. Pour nous, le seul « Gallup », ce sont les coups Voici fui p.-ise la décision du Présidenl Eisenhower comment Lamarche des délégations A II cours des ùemiers jours se sont notamment rendues à rum_ Lassatle américaine tles déléga. tions représenlant : les travailleurs de l 'Institut du Radium (a ver une leure signée par 33 physiciens); les cheminots de La Rocbelle et Saint· Rriellc ; les ouvriers des Monnaies et Médailles (432 signatures); les eutreprises A,O.l.P, (520 signature.); Sainral't et Brice, ùe la Plaine.Saint. Denis (3 délégués représentant les 62 ollvders); les fonctionnaires du mi· nlStere ùe l'E,lucation Nationale; 23 enseignants ùe la Faculté des Sciences de Paris; 100 élèves de l'Ecole Normale Supérieure de Saint·Cloud (5 délégués); 37 jeunos filles du Iy. cée de Versailles; le quartier des Epi. nettes, Paris-17' (6 délégations su,'· cessives); 500 habitants de Leval· lois; 61 du quartier Montsouris ; 90 0/0 des habitants de la Cité Colonel·Fa· bien, il Saint-Denis; des habitauts de Passy; des femmes de Vanves; la section du Parti Communiste Fran. ~ais et la section de J'A.R.A.C. de Villemonble, elc ... C 'EST à 16 h. 30, le mercredi 11 février, que l'Attorney général Herbert BROWNELL junior, remit au Président Eisenhower le dossier des Rosenberg. Moins d'une heure après, à . 17 h. 30, la radio annonçait . dans tout le pays l'arrêt bru' tal : « Ike says Rosenbergs must die » (lke dit que les Rosen' berg doivent mourir). Mais ce I,aps de temps, si ·court soit-il, ne suffit pas à indiquer toute la hâte qui a marqué la décision présidentie'lle. , En réalité, c'est très exacten, lent à 17 h. 03 que la déclaration du président des EtatsUnis a été remise à la press.'. Trente-trois J1lÎnutes, ni plus n: moins, se' .sont écoulées entre h ,r.emise' t:u dossier et la publication de la décision. Cela n'empêche pas EisenhùweI" d'affirme~ : « Je viens d'éludiu avec:: "oin les docllments ail procès de !il/ius et Eth~1 ;,'usenberg et le recours ell grâce formé en leur nom". POUR DÉVELOPPER LA CAMPAGRE ... '" Vous pouvez vous procurer au siège du Comité Prançais de Défense des Ro, t.-r e:-1P. uU.e_ Ohl~au/ 1. Paris:'IX' (Tél. TRU. "'00-87). • DES SROCHURES expn... nt les détails de l'affaire i • DeS OARTES POSTALES à adresser au Président Ei- « le suis convaincu que ces Lieux individus ont été condamnés en toute justice... » Si l'on considère qu'il a fallu tout de même un certai'n temps au présiden't Eisenhower pour élaborer et dicter sa déclaration (de plu:; d'une' page) e: pù,," qu'elle soit dactylographiée, plusieurs questions vienole:lt à l'esprit

combien de minutes a-t-il

consacré à l'étude dft.;[ ve des documents qui venaie 'lt de lui être communiqués? A-t· il adopté sans examen les rer;('mmandations que lui faisai r.'llt les experts ? A-t-il même ouvett le dossier ?., Or, plusieurs autres circonstances, s'ajoutant aux données horaire.s, pe,rmettent d'aboutir à cette conclt:iSion, qui est plus qu' talC hypothèse : 110n seulement le président Eisenhower Il'a pas CU le temps d' « étudier avec som » l'affaire Rosenberg; mais c'est délibérément Cju 'il a tranché le cas sans tenir comple des pièces qui lui étauJnt présentées (1). La décision avait été prise avant et ailleurs. Dans le dossier remis au président figurai t, en effet, un rapport circC)!J1stan<:ié de l'Attor~~)' O;:>llémi BRO";'I,'NELL et de J'Attorney chargé d'examiner les (;lest:teS de clémence, }\\, Daniel M· LYONS. Le journal indépendam Natio/ la! uuardian révèle que ce doule raQ ort l.oncluait à la né' un~ fois la dé<:ision pn!sidel1- marquée du sceau de l'arbitraire iielle publiée à la Maison U!<::1- tourne le dos à la justice. Ils che, il i lll évidemment impo:;si- inc,iteront les gens de coeu·r à ble d'obtenir confirmatio f: Je ;.:e, faire retentir plu.s haut en<:ore premières informations ,leur exigen<:e: « Vie sauve pOlir Pour,tant, le 30 janvier, M. les Rosenberg ! » Brownell indiquant que les mé-, ___________________________ , thodes én cours sous l'adm:· nistration du preside'nt 'L umar: " liaient chan,',.:!", n'avdit-:: pas r·T(\l isé « Désormais, tOlites les mesures d'amnistie ou de commutation de peines seronl rend/tes puh ,:.!lIi's. Les Iloms d~3 per- TRUMAN: .. Il a bien fait" Quelques heures après. la décision du présiden\ Eisenhower de rejeter le recours en gMlce d'Ethel et Julius Rosenberg, l'ex-président Truman, interrogé par des Journalistes à Kansas-Oit y, a déclaré que son successeur « AVAIT FAIT CE QU'IL FALLAIT FAIRE ». Il Un terrible exempl.e (LE MONDE) Ir Le correspondant du Monde. et meurent en ce moment :1> , seà Washin,gton, M. Henri Pierre, Ion les termes de la déclaration souligne, dans son article du 13 présidentielle. Soit. Mais que février, que le Président Eisen- penser du couple Oreenglass, hower, en décidant la mOli des sans Le témoignage dll'lJllel, de Rosenberg, a cédé à la vague l'avis de la Cour d'appel, les Rode nationalisme", « , .. reléguant senberg n.'auraient pu 'être con~ au second plan toute autre con- damnés? Mme Oreenglass, qUI sidération quant aux répercus- a commis, elle aussi Ull crime sions passibles de ce geste à « pire que le meurtre » contre l'étranger ». Cette décision, la Ilation I!t la liberté, et qui écrit-il encore, a été prise en attrait pu être « responsable de fonction des arguments de ceux, la mort de milliers de citoyensl> « miUtaires Ilotamment qui .. , continue de se proml!/ler en [ivoulaient faire UN TERRIBLE berté, tandis qu.e son mari, con- EXEMPLE ». Et il conduÎ' : damné à la pel/le de faveur de « TOlites les cours olll confir- quinze ails de prisoll, sauve sa mé que les Rosenberg « ont dé- vie en envoyant sa propre soeur sail/us f?commandallt :!e 'd/rs libérément trahi leu-r pays et la à la chaise électrique. mesures seront également ren- cause de la liberté pour laquelle « Cette différence de destin et dus publics. Cette nouvelle poli- des hommes libres se battent cette sitUation paradoxale attiqUe a été apprOUl'è!' pa! ie pré- jensent l'équité. mais ne semsi192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:09 (UTC) ew192.168.254.42tj~~r~~11192.168.254.42,1V:;~è~ LAo,Old' SI'HLOSSDt:DG 1 ~f;~fn!,.u:;f ;20 mai 2011 à 10:09 (UTC)192.168.254.42/~:s,192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:09 (UTC) le rejet du recours des Rosen·" " DI:I renonciateurs COlTime d utIles berg rappelaient cette décla- ' ,- auxiliaires de la JustIce. ration à, MM· BROWNELL et PRODUOTEUR DE FILMS « Nous persistons pOlir notre L YO S, ceux-ci se refusèrent à \1 r · Id C;C)·~LOSSBERG part à penser que le bOIl j012c- .. " l OpO ~, 'tiollllement de l'appared ,·udi- tout commentaire. Un embarras producteur cie films, nous a fait ' d évident régnait an ministère de ~al'venir cet a ppel adressé au claire et la just~e aveg .U/l 1fl:fa f/1, la ju.stice, Presidenl des 8tat,;-lJnis : J sont deux c oses len 1 e-


.,·~~·----I_--.....;.......;,·-.:.-.-:......:.~::..:.::.;;;:....;...~_1_,t:Il"I"~ ..

Dans les entl'eprises LES Iravailleurs de loute la Fran. ,'e participent aU premier rang il la défense des Rosenherg. Des lettres et télégrammes ont no· tamment été em'oyés par : la Fédération tles Mineurs (c'G.T.), les cheminOIJ; il'Oullins (Rhône) ; des Baôses.Alpes; les cheminots retraités de Sartrouville; les Unions déparle: mentales des Syndicats de l 'Eure·elLoir et du Vaucluse; les ouvriers de Brassac.Ln Combelle; let; délégués des métallurgistes de Meurthe·et-Mo· selle, réunis il Longwy; les services Cenlram: de l'Electririté de France; les travailleurs de l'E.D,F, Saint. Am· broise (52 signatures); le Syndicat des Bijomiers de Saint-Amand (Cher); les 70 ouvriers de l'entreprise Picquul't, chantier du boulevard Saint·Jacques (13'); le personnel unanime de l'en. treprise Dnifferat, rue des Accncia.s, (73 signatures), et de l'entreprise Pérignon, à Neuilly (cbefs de chan. tier et chefs d 'équipes compris); les travailleurs de l'entreprise Monod, chantier de Javel (15' ) ct de la S,A .P., houlevard Kellermann (200 signatures); les travailleurs des Arsenan" de Lyon; les Ateliers Mécani. ques Granièces el le garage Re. nault, à SainLJean-de·Maurienne (Sa. voie); les Ateliers (le Radio·lndustrie Paris·20' 050 ~ignatnres); la section C,G'.T. ôe 1. Banque Nationale }>our le Conmlerce et l'Industrie, rue de la • -alion. à Paris; le Syndicat (C.G.T.' du ministère de l'EducatIon Nalionale (85 signatures); le person. nel de 1'1 nslitut Géographique Na· tional (IZ8 signatures); de la Caisse Centrale d ' Allocations Familiales, rne Viala; de la Caisse régionale d'Assuranl'C' Vieillessc, rue de Flanitres ; llU __ ~",. l R.;,,;'t--"- ];;, i ... ." ... tu de téléphone, les lettres, les pétitons que reçoit le Comité de Défense des Rosenberg: «. Nous avons fait ceci ... », « Veuillez transmettre cela ... » « Nous préparons telle manifestation ... » Et quand bien même nous énumér erions tous ces documents. il faudrait bien arrêter le bilan à un jour donné, une heure donnée. A l'heure suivante, il est déjà incomplet : de nouvelles délégations se sant formées; de nouvelles"manifestations'ont'eu lieu; de nouveairx télégrammes sont partis. Tant il est vrai que "~'if n généreux qui anime notre peuple vient de ses couches les plus profondes, des milieux les plus divers, de tous les horizons politiques et géogl'aphiques. Nous ne pouvons que donner les exemples les plus émouvants, les pIlIS significatifs. La jeunesse CITONS les p.étitiOUS portant les s i~llature s de nombreuses j e u· n"" filles ù'As nièr es; ùes 6' et 15' arrondi ssement s; du lycée Vic. 10r·Hugo ; du lycée Lakanal à Sceau'\. ; du l)cée Fénelon; de l'E,'ole ù 'Ans Appliq ués. rne Duperre; ainsi 'lu e de 27 éLUùiantes en philosophie de la Facn h é de Paris. 600 jeunes de Vanves, 400 éluu ia nls el éludianles ues Beaux.Ar l s, 51 élè· ves de l 'Ecole ~ationale des Mines, ont également signé de. appel en fa veur ites Rosenberg. De tous les milieux DA, S le volnmineux courrier re· Çll pal' le Comité de Défense d es Rosenberg, puisons, presCjue IlU hasaril , les l ettres e t pétitions eJl. 'o ~ ée " par : les commerçants du Ca \'_ reau du Temple ; 100 commerçants d'AtùlCrvHlier..,; l e groupe Dauphiné· Savoie Ilu C.N.E. (12 éc rivains) ; 54 enseignants, chercheurs et techniciens rie lu Faculté des S,'iences de Pa. ris ; La Soci,;té l\Imualiste « La F'ral er. nelle Israélite ùe Paris »; les convalescent, de lu Ma ison de Repos Am· broise.Croi7.8t, ~ Vou zcrou ; les m~ .. lades du sanaloritull de Sai lit-Martin· du Tert"e (Seine. et- Oise) ; les hospi ta. li sés de Bicêtre ; les orpbelins des cheminolS f ran~u i s du Vésin et; 95 ell· fants lIe chômcurs et familles né .. c;· . it euses ù" Charonne, 20' . 300 moniteurs et monitrices de patronages, rénnis ~l I vry ; 33 conseiL Jers d' ori entation prore~sion n elle tJe Paris el des enyirons ; je C01nité (l et; "ans·travail de La Conrneuve; 182 udminislr al eurs des Caisses d'Alloca· tions fam i lial ~, r éunis e n assemblée géué rale; un groupe de 9 cOInédien5 ; 9 \nglaii! ù Paris; la Chorale Popuaire de Pari •• etr •.. e tc .•• Organisations et gl'oupements E ~TRE n utres or guni, atioDl et groupements qui se sont adresséJ au président Eisenhower pour lui demander de r evenir sur sa décision, citons : hl Féd ération Nationale de. Déportés et J nternés Résistants et Patriotes ; Je bureau directeur de r Union des Femmes Françaises; le Comité ~a tional de l'Union de la Jeunesse. Répuhlicaine de France; le Parti Socioliste Unitaire; la Fédéralion de Seine'eLOise de l'Association Républicaine des Ancieno Combat. tanls; les sections d" l'A.R.A.C. du Péuge-de. Rou.ss'illon CI ère) ct du Métro; le~ comités U.F.F. de Rognaix ~ l de ~fe nton ; le Comité de la Paix de l 'Ecole Dcntaire Garancière; 1. Conseil de 10 P aix du 7' arrondine· ment, eh' ... '* *; .:. ... Celle sèche énumération ne peut évidemment donner qu'une idée trè. imparfaite dn mouvement qui grandit >on s cesse pour la défense des Rosen. herg. Elle témoi g t\~ toutefois de la va riété ites milieux qui y participent, aimi que de son nmpleur , Ln campagne menée en France, pa· rallèlement à l'action des gens de coeur de tous les pays contrihnera au 1 riomphe de la jusl ice. Rien ne doit ê tre épargné .pour la dévelop{><'r en· ('ore. BROCHURES expn_ nt les détails de l'affaire ; • DES OARTES POSTALES à ad resser au Président Eisenhower; • DES LISTES DE P ETI TION; • DES LISTES DE SOUSORIPTION. Pou r organ ise r votre action en faveur des Rosen berg, prenez contact a vec le Comité de Défense . Tenez·le au coura nt de vos init iati ves. rney exam ner es ~~'T~Ô~S.clémencc, 1\\. Daniel Le journal indépendam Nalio/ la! Cruardian révèle que ce double rapport <.oncluait à la néc c~~jtr ci !.Ille lÜnl !TP!::·",;,:oP de t ' pe·I1:'. (;\·st (j(; moins ce 'l U·O Il an- 11 0nl,,,, ;t o ,f:cieusemed au minis' cre de 1" justice, au ,1ébut de l'après-midi du Il fénier. Niais ( 1 ) Parmi ces !Jièce~ , Illan,[ uai[ d'a ili l'Ul';: la prise de pn,. iLion du .Pal,e. rg ration à. BROWNELL et LYONS, ceux-ci se refusèrent à tout commentaire. Un embarras évident régnait au· ministère de la justice. Telles sont les conditions troublantes dans lesquelles fut prise l'h orrible décision. On reste confondu par une telle absence de remords et d',hésitation, par cette dési nvolture sinistre, par cette \·o[onté d'être sourd à la clameur de la conscience universelle. Ces quelques faits significatifs suffisent à montrer combien la décisi on présidentielle, PRODUCTEUR DE FILMS .\1. Léopold SCHLOSSBERG, pl'oducteur cie films. nous a fait tJill'vcnir cel appel adrcssé au President des Etat~-Unis : « Mon s ieu ~ le Président Eisenhower, ne refusez pas, d'entend re les centaines de mill ions d'hommes qu i vous demandent de renonce r à la cruelle exécution des époux Rosenberg. « Donnez aux hommes du monde e ntier, qui ont les yeux f ixés sur vous, ce gage de votre fo i en la recherche inconditionnelle de la vér it é. )} L'antisémitisme aux u. S. A.i (Suite de la page 6) les membres de l'équipag.e, du navi re francais Liberté. C'est le même Walter qui, à propos des ïnc idents suscités lors du dernier voyage de ce na\' ir-e en Amérique, a déclal"é :.« Un grave danger réside dans le fait qu'un grand nombre de Juifs J.Irofessionnels (sic) versent des larmes de crocodile sur cette affair:e >. On voit par la l'état d'esprit dES hommes qui font aujourd'hui la pluie et le b ~au temps en matière d '! mmi gr~, tion et dans beaucoup d'al1ltres domaines. A.pparentes contradictions " Porgy and /B ess " nécemment, le ;aurnatiste Milton Friedman, correspondant à Washington de l'Agence T élé· ~raphique Jl!ive, souligna qu'e les serv;ices gQuv.ernementiaux utilisent pour leur propagande antisoviétique, Les pires antisémites. déo-capitalisme ~, Car la fa lsifioation majeure sur laquelle elles se basent peut se résumer ainsi: au lieu de laisser voir que l'U.R·S.S. et les Démocr aties P opulaires se défendent contre les agents de l'impérialisme, parmi lesque ls se tro uvent des j uifs, on accrédite l'idée que ces pays s'en prennent aux Juifs en général et à eux seuls. Ces derniers sont, de ce fait, assimi( Suite de la page 1.) lés au capitali sme. vai l ; où s'étale la misère et se forge la fraternité ... Bt les quelques vingt acteurs, admira bles en tous poin.ts, semblent virvre l'action plutôt que jouer, si p renante est leur présence, si poig.nante leur douleur et frénétique leur joie. Une oeuvre humaine . . Ce jour- là, c'est Leontyne P rice q ui tenait le rôle de Bess. Bien q ue ce rôle, chanté, parlé, dansé comme tous les autres, soit particuli èr.ement fat ig ua,nt (il est joué à tour de rôle par deux actrices, et celui de Porgy par trois acteurs) elle a bi,e·n vo ulu recevoir, aussitôt après le s pedacle, le représentant de Droit et Liberté. - Oui, nous dit-e lle. « Porgy and Bess " f.avorise la compréhension entre Blancs et Noirs, mais aussi entre tous les peuples Car cette oeuvre, qui exprime si magistra le.ment .\t~s sen.t,im.ents des Noirs, exprime en même temps Les sentiments de tous les hommes, Montrer que tous les êtres humains. sans distinctiOll de couleur ou d'origine, épr'Ouvent I,e même type d'émotion, agissent pareillement lorsqu'ils se trouvent dans une mè me situation, n'est-<:e pas la meilleure façon de détrui re les préjugés racistes ? Et elle ajouta : ~ Cela pourrait se passer aUssi bien à Montmartre qu'à Catfish Row· Cette oeuvre est, avant tout, humaine. Cet universalisme, qui s'épanouit · il travers les pa .ti cillar ités des traditions popuiaires, c',est précisément ce qui fait la ~ral1detlr cft' toute vé rit:1i1le 'l'L'l'rt d'~,rt. j.,etlltyne Prioi! ~101I ;, a pilrl~ aussi de sa carrière. :-.Iée a L:ILI. r·el (Mississipi), l:t ville même où vécut Mc Gee, ~ I le n'a fait s~s débuts au théâtre que très r'ecemment, après trois ans d'études à JullIard Scho '1, célè- . b.re éC(J!c- de mil,iqu? de !\ewx ork. Bess est son p:·cmier grand rôle. Nous lui souhaitons Je nouveaux ,s uccès ; et puisqu'elle aime hea ucoliii Paris, no'.IS I:~l ,érons l'y voir bientô. reven lf avec Cab Calloway, Levern Hutcherson, Irving Bames et tous les autres interprètes de l'op~ra de Gerschwin. Ainsi, ce:.;:~ qui n'ont pas vu pourront voi~ (et ceux qui ont vu, revoir) le bouleversa'nt « Porgy and Bess », Il nota, en pa rt ic ul ier, que des (, informations » diffusées affirment que « t·es Juifs sont 1'0')jet de favoritisme en Union Soviétique », et ce au moment même où se développe la campagne contre « l'an tisémitisme en U.R.S.S· ». Comme il s'étonnait de cette (apparente) contradictic! 1 , lin port·e-parole du Département d'Etat lu~ répondjt : « L'essentiel est que le matériel soit anticommuniste ». Il est clair d'or.es et déjà que l'effet principal des campagnes « contre l'antisémitisme en U,R. S.S. » n'est autre que d~ COmpléter le thème du ~( judéo-bolchevisme » par celui du « ju- Nous retrolwons ainsi la contradiction classique de la propagande antisémite, qui n'hésite jlRS à s·adapter, démagogiq uement, aux mi lieux les plus opposés. S'il en est ainsi, c'est que, même sous ses formes les p lus subtiles, l'antisémitisme est l'un des éléments essentiels de l'hystérie bell iciste qui règne aux Etats-U nis et qui a coûté la vie, dans des ci rcollstances différentes il est vra i, à Forrestal et à Abraham Aeller. Naïfs (Ou. criminels) sont donc ceux q ui prétendemt p'Olwoir à la fois lutter contre l'antisémitisme et ,participer aux oampagnes die préparatioll à la guerre, Grande Venle de Solidarilé KERMESSE "~ u profit des Foyer;; d'Enfants de F usillés et de Déportés DE LA COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE 20-21-22-23 MARS, A L'HOTEL MODERNE AMIS DE L'ENFANCE! INDUSTRIELS, CO MMERÇANTS, ARTISANS Assurez le succès de cette Grande Kermesse Annuelle dont le bénéfice permet l'entretien et l es études des enfants victimes des persécutions raciales du nazisme. F AITES·NOUS PARVENIR VOS DONS 'EN ARTICLES DE VOTRE BRANCHE ! COLLECTEZ AU PROFIT DE LA KERMESSE PARMI VOS AMIS ET CONNAISSANCES! RESERVEZ VOS ACHATS A LA KERMESSE DE L'HOTEL MODERNE olt VOll ~ p Oli nez VOtl;! procurer joui ce qu'il ïaut r;o r;t, meillelll' m:l.rcJ,H~ t 1~~""~' __• ••* "~: ~l_I~:O.~·~é192.168.254.42eep"2~. ....t d. .~ ~-=~~·~z~~r. .~ t. .~ ~. .~ ~.n. .....~ %C%C~e-._192.168.254.42"~~. « Nous persistons pOlir notre part à pellser qU,e le bOIl f.0n~fioll llemcllt de 1 apparel'l Judi ciaire et la justice avec Ull grand J sont deux choses bien différentes. ~ L'opinion Iranc;aise unani• me• •• (NEW-YORK TIMES) Dans un r écent article consacré il. l'af~at'ie Hoscnbe,rg, Ic New-York Times écrit qu'en Franco, « l'opinion générale est dans sa totalité hostile à l'exécution des Rosenberg ». Il conslêlLe également qu'en Italie. « le sentime'nt en faveur des Rosenbe rg est si puissant et large que même, la presse de droite dit que les Rosenberg devraient êt re grâciés. » En ce qui concerne l'Allemagne, il souligne que les plus grand~ j llristes de ce pa~·5 ont déclaré «ue le procès des Hosenberg n'est lJas conforme au droit eL it la justice. MENTON A l'appel d" Comité de Défense des Rosen berg et de la section 10· cale du Secolirs Populaire Français, 'Ill grand meetillg pour les Rosenberg S'P..<t tenu à Melltoll le 21 jCUlvier, salle de la Marn e. A la tribu Il e, 0 11 notait la présence de M. DAUXOIS, COll seiller municipal, qui présidait la soirée; M. Ra. goff. présidellt de la section locale (le la F.N.D.I.R.P., M. Raybaud, se· créta ire du SYll dicat Autonome des In st ituteurs. A près les illten'enl iolls cie M' FLOU· REUSSE, avocat cl" barreau de Nice. et de M. S PER T INO, secrétaire "é. partemental clu Secollrs Populaire Frall ça is, ull e résolution fut acloptée à l'u nan ilnité, demandant à la COllr Suprême de reconsidérer le jugement. Cette résolutioll il é!é portée, qltelques jours après, IMr u ue délégation (1 /1 Consulat cles Etats.Un ;s ù Nice . Un.e lettre {( été adressée, au nom cie la population men lOrlll(l;Se " Etltel et Julills Rosen berx. LYON Des délégations ou consulat améri· coin ont eu li"u après le reiet du pourvoi des deux innocents. D'outres délégations se préparent, Plusieurs réunions sont prévues à Lyon même et dons la banlieue Iyon· noise, pour la défense des Rosenberg. Pes personnalités très dive rses y parti· ciperont, ORLEANS Un meeting pour les Rosenberg s'est déroulé le 18 février, à Orléans, à l'appe l de la C.G.T" de 'Union Pro· gressiste et du Parti Communiste Fronçais. Plusieurs centaines de personnes y participaient. Les chelninots de la manoeuvre, du matériel et des. services de nuit, ou 1 rioge dpç Aubrais, s'~ laient, par un message, a ssociés 6 la manifestation, h (C.G.T.) du ministère de l'Ed Nalionale (85 signatures); le person_ nel de l'Inbtitul Géographique Na· tional (123 signatures); de la Caisse Cenlrale d'AlIocations Familiales, rue Viala; de 1. Caisse régionale <1'Assuranf'e ·Vieil1cssc, rue de Flandres; de l'Hospice de Bicêtre (215 signatu_ res) et de Ihôpit.l Necker, etr ... Dans les quartiers A Boulogne.Billanco urt. l'autre jour, des d éfenseurs des Rosenberg pour rccueill i'i des si. ~:::nalures, avaient déployé un.e gran_ de b.nderole. Les C.R.S. intervinrent pOUf les en empêcher el emportèrent la banderole, s uscitant j'indignation de ]a popuJation, qui si gna en masse les listes de pétition. Dca pétitions ont été également co uvertes de signature.s au ca rrefour des ruea de l'Espérance et de Tolhiac (200 passants); ail Quartier Latin (216 )lassants); Par cles habitants du quar· , tier Hautefeuille, à Paris (600 signatnres); des rues Lévis et Legendre, Paris·17' 000 signatures); du quar. tier des Menus, à Boulogne·snr-Seine; par des paroissiens cle l'église Saint. Mi.chel, aux Epinettes, et de l'église des Blancs-Manteaux, ~ris-4·; des habitants du quartier Pasteur·Jean_ Jacques-Rousseau. à Fontenay·sous. Boig; de Montgeron (200 signatures); de la plare Rungis et des H.B,M. Brillat·Savarin, Paris.13'; de la Cha. pelle-Gonlle-d'Or ; d'lssy·les.Mouli_ neaux; du 15' arrondissement; clu quartier du CrosCaillou et Saint.Tbo· mas·d'Aquin, Paris-7'; du quartier de l'Hirondelle, à Pierrefiue. Ont également signé 100 femmes du PréSaint·Gervais; les vieux travaiL leurs de Villelaneuse ; des femmes du Vert-de·Maisons, à Maisons.Alfort. L' une des premières délégations qui se sont rendues à l'ambassade des Etats-Unis, après le rejet du recours en grâce. Organisée par le Secours PopUlaire Français, elle compl'enait (de gauche à droite sur notre photo): MM. Max STERN, du journal catholique « La Quinzaine ,l); Henril GOURDEAU X, Conseiller Général de la Seine; le professeur ESPIARD, le général TUBERT, Conseiller de l'Union Française; Maurice CUKIERMAN, Secrétaire de la Fédération de la Seine du Secours Populaire Français. S'étaient également associés à cette démarche, Mmes François. ROSAY et DECOURDEMANCHE, MM. Louils de, \,ILLEFOSSE, André SPIRE. le professeur HADAMARD, Célestin FERRE, maire de Pavillons·sous-Bois, NOEL-NOEL, Claude-André PUGET, M' JACQUIER et Vladimir POZNER. 30.000 personnes au Vel' d'Hiv' a"- l'appel du Parti Communiste Français l T NE foule ardente de Pa.. J risiells et de Parisiennes emplissait, le 17 février, .J'immense Vél, d'Hiv pOU~' Té' meeting organisé en faveur des Rosenberg par le Parti Communiste Français. Après une brève allocutiol! de M, François BILLOUX. qui présidait la manifestation assisté de MM. Etienne PAJON et Raymond GUYOT, M. Auguste LECOEUR, secrétaire du P.C.F., montra que la condal7l1/Otion des Rosenberg s'inscrit dans ['ensemble de la politique américaille. puis, M. Jacques :)UCLOS, examinant poillt par poillt le dossier d.es Rosenberg, souligna le caractèrc or;, ·Traire du lwdicl. « Avec la condan,:l:ltion de Julius et Ethel Rosen6erg, déclara- l-il, les impérialistes américains veulent démontrer aux Américains qui veulent la paix qu 'il est dangereux de formu ler L1ne tell.e eûgence. » L'aspect ,antisémite de l'affaire SOlllignant que, cI'autre part, lia t.ondamnat'ion des Rosenberg lvise à favoriser l'e développement de l'ant isémitisme, pOllrsui\'it : il IllITlSme est, en réalité, un des produit de l'affaire Rosenberg .. ·» « Les lllisérables qui nous acc usent et accusent l'Un ion Soviétiq l!e d'antisémitisme se ;;ardent bien de parler de cet aspect particulier de l'affaire l~osenberg. « Nans; communistes, nous délendron~ .Julius et Ethel Rosenberg qui sont juifs, étrangers que nous sommes à toute idée de discrimination raciale ou confessionnell e, « l'vi ais ceux qui, chez nous, ont pris la défense du traître Slansky et de ses compli ces, ceux q ui, aujourd'hui, se font les avocats des assassins e'll blouse b lanche décon\"erts et dénoncés à Moscou, ne font rien pou r sam·er les I ~osenberg. « Dans le numéro de ce matin de l'organe confidentiel d~1 parti socialiste, on trouve ne).tf lignes sur l'affaire Rosenberg pour al1- noncer sèchement, sans un mot de protestation, que l'exéc ution a ura l iel~ clans la semaine COIllmençant le 9 mars. « Les Juifs honnêtes n'intéressent ni Daniel lI1aver, ni Oreste r~osellfeld, ni jules I\\och, il n'y a qlle les fripouilles, les traHI'es qui ont clroit à leur sympathie. « Le développement de·l'antisé- Sorigez à leurs enfants .. , Enfin, il conclut, chaleureusement ovatiollné, par ce vibrant ~pt:l : . Dans ilotre combat pour la paix et pour la liberté, nous sommes solidaires de nos frères, les iravailleurs des Etats-Unis, qui luttent, eux aussi, pour sauver les Rosenberg, .. « Amis et camarades, pensez à Julius et Ethel Hosenberg qui sont promis à la peine de mort pour le mois de mars. « Amis et camarades, que pas un jour ne passe sans que chacun de ,'ous fasse quelque chose pour sam'er ce couple é;dmi rable de la chaise électrique. < Amis et camarades, en regardant \·os enfants, songez aux deux enfants des Rose~berg, Mirhel et Robert, et agIssez pour qu'ils lie soient pas dans quelques semaines de pauvres et malheureux orphelins. « Amis et camarades, mettez en oeuvre les divers moyens en votre pouvoir pour dOnner ulle ampleur Irrésistible au mouvement de masse contre l'exécution des Rosenberg, ». rou Nous accusons 1 lA' l', févl'ier. .\1" I::lIlll1J Iluel Bloch a l'ellùu publique "l" ;'C u,\:lal'atiun d'Elllei cl J ulil!,; HusenLJerg' : C'est avec une profonde gratitude que nous exprimons humlliement à Sa Sainteté nos remerciements pour son appel fi une mesure da clémence en notre faveur. Nous entendons également, à cette occasion, 6x:primel' notre chaleureuse reconnaissance aux millions de gens dans le monde Qui se cOI1>a~ren\ à notre défense. L~ dissfmulatlon délibérée des sentiments du Pape aussi bien au président Eisenhower qu'à J'ex-président Truman est 1:; confirmation dramatique des manoeuvres frauduleuses p:ati(Juées depuis le début dans la procédure dirigée contre i1OU ' , Nous sommes persuadés qUe, comme notre affaire est une atroce machinatien, d'autres pièces vitales ent été volontairement dIssimulées aux deux Présidents successifs. De toute évidence, la déclaration. du président Eisenhower, scion laqùelle nous aur~ons « ex~rcé tous les droits d'appel », est errDn&e. La vérité est qu'en ce moment même, ne us faisons appel à la Cour" Suprême des Etats-Unis pou~ demander la révision de' notre precès, la condamnation étant !Jasée sur l'usage conscient de faux-témoignages et d'autres moyens ' illégaux. Nous accusons de conspi .. ation visant à nous assassiner en violatlen de la lei de Dieu et des leis de notre nation. La vérité brisera cette c~nspir-atien. Nous avons l'espoir- que le président Eisenhower reconsidérera sa décision et puni .. a les instigateurs de ce drame edi-eux. Nous avons aussi l'esIloir que les tribunaux reconnaîtrent que neUs semmes des victimes et nous donnerent la possibilité de neus réhabiliter. ~i nous mourons, ne.US mourrons le coeUI' fiel' et la censclence pure. Julius ROSENBERG, Ethel ROSENBERe. DROIT ET LIBERTlt . , "'HG_ ft sp • " Soiti un ! Greenglass " Ne soit un Rosenberg" nous enlevez pas Ull anClell combat/ant améri- notre papa et notre maman cain, Walter LAUBER, arrêté en Autriche, il y a quelques semailles sur l'inculpation d'espionnage, et q1ri vient d'être relaxé jaute de preuves, a demandé (({IX avocats des Rosenberg âe témoigner en fm'eur des deux innocents. 1/ rtivèle dans sa leltre lJue la police secrète américaine le pres- 1 sait de témoigner contre deux cie ses amis arrêtés al'ec lui : « Vous avez le choix de devenir soit un' Rosenberg, soit un Greenglass ~ lui disaient les policiers. « Le fait que cette menace ait été proférée contre moi, écri-til, malgré la preuve établie de mail innocence par les services secrets est une preuve indubitable quI!' les sefïJices secrets américains eux-mêmes sont convaincus que les Roswberg sont innocents et que le témoignage de Oreenglass, en raisoll d1iql1! 1 les senberg ont été condamnés à 1110rt est lL/1 faux témoignage, .ex/orqué saLIs menace dl! mort. ~\ " es!! OSfN Rien qu'un lTlot - la porte , s ouvre ••• « Il faut ua exemple ... Nous ne pouvions pas céder_ » C'est en ces termes, selon l'a.gence France-Presse, que l'on justifie, au Département d'Etat, le geste du président Ei:3enhower. C'est parce q~,'ib font preuve d'un courage .et d ' UJlIe djignité exemplaires, parCe que, fidèles à ieur idéal, ils résiste'nt aux chantages et aux pressions de toutes sortes, que l'Oll veut accomplir sur eux un terrible exemple qui intimidlerait les combattants de la pa~ x, aux Etats-Unis et dans le monde· Par contre, s'ils acceptaient de deveni r des agents provocateurs, s'ils « avouaient » des crimes qu'ils n'ont pas commis, s'ils désignaient des «complices», alors la vie leUir serait aussitôt garantie. Cela, des journaux n'hésitent pas à l'écrire, noir sur bla'nc : (les Greenglass, par eX't!mple), Ile' vont pas mourir. Les Rosenberg vont mourir pa'rce qu'ils n'ont pas vo ulu parler d'un 5E'ul de ~eurs autres camarades de conspiration. « .. , Si, dans oette affaire, la chaise électrique a servi partiellement de question au troisième degré, ce n'est pas pour la première fois et ce ne sera pas la dC1'nière. ~ Ainsi, la chaise éiectrique est ot:,yert~ent comparée aux instru~ ments de torture, qui, au MoyenAge, servaient à appliquer « la ql/cstiol? » aux suspects pour l~ forcer a avouer. Poussant jusqu'aux pires cruautés cette f{; rme part,\Culière d' « interrogatoire », toe po.liciers du F.B.!. ont été jusqutà uticiter le président Eisenhower à plus de cruauté. Il €St clair pourt.ant ljlle seule 1 ilction publique 'est efficace, car clle seule permet d'attirer l'attention de l'opinion tout entière sLir le crime qui se prépare. Er il est plus facile d'accomplir 11n crime dans l'ombre qu'au grand jour, SOLIS le regard indigné dei> peupll's, Si tant de voix se &ont élevées, de tous les milieux., de tous l'tlp horizons pour défendre la cause des Rosenberg, c'est précisément parce que cetie cause est joete, parce que les Rosenberg sont in· nocents. Et c'est parce qu/ils sont innocents, comme le disait dernièrement Ethel il son fiis, qu'Us peuvent endurer les souffrances qui le'\lr sont inHigées et 'faire face aux bourreaux, la tête bau. te, à ]'omb~ même de la mort· liser cians leur chantage odieux r-----------~-la vie<il1e mère d'Ethel. qu'ils O'l)t envoyée ' dans la cellule d,tI la condamnée annoncer. qu'au pri.x d' un reniement, ell~ pourrait Autour de . '"0-


~-----------------------------------------------------

« Une fois le recours en révision rejeté (par la Cour Suprême), souligne le « New-York He-raid Tribune », la décision sera irrémédiable. A moins qu'ils (les Rosenberg), Ile sc décident il dire tout ce qu'ils savent. DaM> ce cas, on s'attend à C'C' que le président Eisenhower accepte de recevoir une telle requête remaniée. » Pour qui n'aurait pas compris, le « New-York "rime3 » pr~ise qU'.: les Rosenberg n'~hap.peront à la mo·rt qt:,e s'ils présentent au président des Etats-Unis ({ ce que le F.B./. (la police politique américaine) jugerait être une confessioll pleine et entière. » avoir la vie sauve· la Maison Blanche L'fTRAN6[ HISTOIR[ D[ L'ArrtL rONTlfltAL COMMENT J'inlervenlion faile par ,le Pape efl faveur dtlll Ro. ,enberg a·t.eUe pn pass.:r inaIlerçue an m.Jn.iitère américain de Jo J o.a1ic" et il la J\1ahQU Blanche ? Quel hant.follclioon.o.lre., quelle hARle aalo. .. it~ cn tl effacé la trace ? C'~';I pov.r élacl.der c"'" ljueitioni -Dans le lJan~ 1 vus Je;; puy~ du monûe, u~ s m3.llife:>tatiOlls de protesta.: iOll l'.t sunl déroulées, dès que fut connue la Mclsion du pré~ idenl. Eisenhower de livrer ~ la t~ lîaise (IJectrlque Elbel et Ju~ lill;. Husenberg. ~ou.s avons signal( plusieurs ùe ces ma.nifes{. alion. '. i dan!! notre numéro spé' d<ll du J (j février. Nous en donIhm ci-de~sus quelques ;lutl'~ <'xempJes. ALLEMAGNE • AUSSITOT CONNU Je ~te du j>1 ... i(l .. nt Eisenhower, le Front N.· lional de Id Ré'publiqu~ Démorratique A.licmande a éJ""" une viroureuie nr::,C"'~, .." j,.t) ~~ 1'1", i"lr l:J populatjfln " r<doubt~r cl effort, pOlll' faire trioUl' pher );1 justice. • UES ~nLLIEll.S do Ha01bO)ur~evi. .tllt )}:]ttidpé aux mQniI~lalion~ qui ,- n: ôéro:t1ë..s 1" 16 février dan. h" fallD"llrgb d'Altona d W\an+ {IU~ iII' Ell'lluulluel ~loch , IlVOçat ..le. HGienberg', a demandé l'ouverture d'uno enquête. Juaqu'i\ préeeut, l"a.ffaire se préieDte l'omme mit, dans l'ol·.h" chrouoloi" <lue : • A L.A FrN DE DECEMBRE. le DéléiUé Apostolique il Washiuetol1. monde EisenhoWér el à I~ (.;(IIJ r :111[lrême dCi Etau-ùniM PDU1' .Iemander l'an_ nulation <lo "efllicl de nU>r1. CANADA • CHAQVE JOUR des maJJife41al1on. ont lieu devant les consulat. améri· ,·.a iu. de Vancouver. Winnipe;, Wio.d· so r, Edmonloll et Toronto. • A TORONTO', "il 36.000 bl'O<'b"rCli anr l'affaire II.osenher~, onl .Ié ,m_ fmées. une émjB!iOll ~ f.lé COD8S..' rée aux df.US innOt'enls sut ];1 chaine « C.K.E.Y. " • DIVERS JOURNAUX tels que Jew;'-" Standard. Globe and Mail (To· ronto), Cili.;,,;: (Ottawa), ont réclamé la grût.. de. U.'.enoorg. • DE :'\Ol\1BRF.VSES DELEGA_ TIONS e rcndent .'h3que jour il J· .lmh~ -~'.'l~I f' amériN .. inf>. à OttewM. GRP.,NDf:..BRETAGNE • D'Ii\"NOMBR BLES JléliiioltB arrivent tbaque iour il rnmb.s~n.tc .rué· ri<."aine il Londres. • UNE TRIBUNF. ~lg.r AmleLo Cicoguani, .e rend au· près de M. James P. McGl"Bnery. qui occnpait alon le poste d'Attorney Genera l, la première fonction judiciai_ re dei Etals·Unis. rI ],ti fuit <ouIlaitr~ que le Pupe, >o1licité d'in. 1 ervcnir IJar de Irh nombreux ca· Iholiquea, veTfltit avec .ali~faction une Uterur., de clémenre el) favellr de. Ro_ .eoherg. • Le 13 n:v RlER, deux jour. aprè. le rejet ,In recour. en grilc.l par JI" président Ei«nbower, l'O""ermwre P...omano, ore:ane' du Votican. rend }>uhliqut' ceUe démarche faitP au nom du Pape, « comple tenv de J'ah· .eH"" de tOUlell relatioDs offirieUeo ~Vt'r le llOuvernemeul compétenl. » • Le L4 }<'EVRlEH. la l'l"eS5C , .. nf.ri. raine ,la matin allOnte Pinrerventisu f'GnliIitalc . • LE il'OO1.E JOUR, la l.re""" tlu .oir, Jlnie les Jilurnalll< du lendemai" malin, (Iémentent l'illforma:ioll pré· cédenle, mr.uaul en dQute le!! arfir_ m,aion. officielle. du Votil'an. • ENTRE TEMPS, le président EL ~u~n ho",er et J'el::-présjùent Truman 3ulienl déclaré ntuvoir pile eu con· nai· ... m·., dp ·Ja démarrJl" pontificale. A1ichael et Robert ROSENBERG /La vie du M. H. A .. P. * La vie du Les tâches La « question du 3" degré » <-litant au « ChicagO' Daily News », autre journal gouvernemental, il ne laisé subsister absolument aucune équivoque. Après avoir 'rappelé l'accusation d'espionnage, il écrit : « Ge n'est pas seulement pour ce crime, cependant, q u.'ils sont condamnés à mourir, D'autres,) qui ont pris part au même crime NI. R. A. P. * La L fi 10 février, dans les Sa- (au nom des étudiants d'outr, . solution fixe les tâches sui l'un- Ions dL" l'Hôtel /Yiode,' nc. mer), C' lette MUREL :)I,\1ù;\l teS aUA militants du M.R.AP. et , le ComitJ d'Ac/ion du (18'), JUDIN (9'), Louise AL- à ta liS les antiracistes sillcères : MR.AP. a tellu d'importantes CAN. secrétaire de l'AmJcale 1· Resserrer l'union de tvus assises, sou~ la présidence du d'AuschWItz, el Roger A'iARIA les démocrates pour combattre pasteur VIENNE Y. (5'). 1. racismc ci l'antisémitisme sous A la tribune, se trouvaient no- A l'issue de aite intéressante toutes leurs formes. I/i'srussiofl une résolution. fU1t 1. Agir pour la mise hors d'é- • l E "'OIR 'IEME 1 no '1' . A tammellt if. professeur El'_rv . ri à 1 · , ., ::> "P "r .gll~ 1""\' --::-j.7"pth: à i'ullllnimili!. Lu [ln- lai d t I<!Ilre es g r upemcl2 S lolique hit .avoir qu'il \"ient d ' jn_ SCHATZMAN, Charifs PA-. t' dl' fascistes ct dt leurs J·oumaux. torvenir une secoilde foi" au nom LANT, secrétaire géneral du miel e par le reprc/l a In/se du P'!lC, nll raiSOI) des tre', Ilonlhrcu', M f f le b 1'1/ r;arde du Bureau Vationai 3. Accentuer la campagne " v ouvel7lCI1, e s mem tes h Eth 1 J l' appel. reçus par ce dernier au conri du Bureau National: f~ R. rontre les campagnes alliisovlé- pour arrac er e et u lUS (le. dom., jours l'rb·édent.. 1) GER CI/IL J FUR tiques visant à exploiter /'anti- Roscnberg à III chaise élec/ri- (' " d . 'f' 'f '1 1. BER " . ,. - racism des an is au Ile ,co 'IlCI cnt. Wllt hl g,1lI . cat. s a _..l}i:~' ':11 .•. }:'~Si1K(J'I'~_Ee....-![i1:.'J{J)ti'A1~-L'.h.--192.168.254.42'--~::'-""'~"-"""'-""""'-'--"-- . _1 ..... _ Parce qu'ils sont innocents cn France, il s'est trowvé quelques journaux pour se prêter à ce jeu sinistre. C'est ainsi que le Parisiell Libéré écrit tranquillement : 1 « En dernier recours, Me Blocll pourrait annoncer que les Rosell-, berg ont décidé de parler, Le couple en effet... a toujours nié al/air communiqué aux Sov)ktS' 1 des renseignements atomiques. » D'autres facilitent la tâche des bourreaux ifn prétendant qu.e les 1 Rosenberg sont coupables 011 en affirmant que la campagne mondiale poIlU' les sauver, qualifiée ~-e « communiste », n'a pu qu'invie du NI. R. A.P. T ~.,~ ~ ".~,:r~" po!'ulatJnn

, r<<leub!~r d efforl. p01l1' faire Iriotll·

phe)' 1.. juslite. • DE:'; M1LLlEllS de Hamb.)ur~e"i. ,HJI 11:)t'tid·pé am;:; mGnif~tations qui ," "': dho:.Jées le 16 f bvrie. dan. J" faubourg .. d'Ahona et Wianl{. J.,ed, en faveue de. Rosenberg. • 51.226 CiTOYENS de Gorlitz ont ~;igll'; Pl1~ pétition demandant la grâ,.., des Ho~,.o""rg. De même, 65.000 Iem.m .. , et mères de l':rrron,li •• emcul d .. Kottb" •. • 0"11' 'OT.,Ull'IIENT PROT.ESTE ""lltro la tI~('isio" du président Elsen. huwer I~~ « Amis d.. 1. Pai~ » <I~ Berl j,,·Wilmerooorf; le personnel tle la \'ud;o de Treptow; los médedns ct infi.·t.li;"r~s du .anatorium de Bueh. l~s tra\Uiï:f"UTS de {"usine Agfa. à 'rrept 0" • <:1< ... • UN T~LEGRA.i;1Ml; signé par Ar· nold Zweig Il été udre8&Ô au prési· GRJi.-ND&BRET AGNE • D·IN~OMB.RABLES pélitiou. arrivent thaque jour à l'amba"nd~ Hmé· rkaine il Londres. .. UNE TRIBUNE est élevée rn pero manear" ii Hyde.Par où des meetings out lieu (fUotidiennement cn fa. veur de5 Ros~oherg. • DES MANIFESTANTS onl déllié p.,nùan1. plusicuf3 jours ;:W.tou:- du f'Otlst(lat américain de Glascow, avec: des pant'artes rt~·damanl 1I11e meaore de ~_ r:îc,.. ISRAEL • LE COMPCSITEUR israélien Paul BenHaim et l'aetrice Hannah Rovina. ainsi, que de nor.threuses persol1nalit'. d .. 1. vie artistique ~t culturclle el1 hTaël ont demondé la ~TlJr" ,Iee Rosenberg. ,I~nt Bi~tlhowt1'. pour demander la 1'---------------; nÎrc do. Roseober~, au nom de l'aB. emhle~ plénière de l'Académie des Art., de la République Démor ratique AIl".III3nd~. • A UREtîDE, "e~ t!érouj~ un grand ""6elilJ~ pour le. Rosenberl;, Parmi ln Ol'llt~1Jr&. figurait le Dt CeTee!.: .. , anden mini.tre de Gouvernement de nOl/il. • UNE MAil/lFFESTATION grOU[Jaut de. dizain"s de mill/ere de pertlOn. Ulla a el' lieu a full". (1 UN]; LETTRE .i~ née par 150 I.enl' Illes de .Hambourg ct leur. 250 en· f.nlf. a été adressée au l'résident M. fran~8is Maurlat pour la srâte M. François MAURIAC, de l'Académie Françalu, a: Joint sa signature au télégramme « DEMANDONS GRACE DES EPOUX ROSENBERG » qui, 311PNuvé déjà par un grand nombre d'écrivains et artistes françnis, a Hé adressé au prés)de'nt des Etats-Unis. L'écrivain Laurent de BR<JNHOFF s'est également Joint à cet appel. Des de critiques . /' cinema

-;'111' :JI·"Jb jJuUli l' . <IUIl,; IlUI

l' flUJJJ(rù ~p(;ciul ùu tG fén il'!, lin J.ppel sig-n,; pa!' ùe nOIl!lll'eux professionnels du ci!\ l'ma. ri demandant au gOU\'cr- 11l'JJt(,1l1 el ù la .Justice des ~;t(ttsl 'nb d(' re noncel' il la cruelle ex('culioll d'Ethei el .Jnliu:> HfJs I~ n lJ (' I~g-. r. ('~ "ril ique~ cinélllJ.lograpl1iqlIP~ " 1JivunLs, de touLes opinions politiques, IJnt, signé. ù leur tour l'I't il Pp"' l Manri MAGNAN, Simone DUB ~ SIJIL, François CHALAIS, DONIOL-VALCROZE, Jean THEV~ NO"!', José %ENDEL, JEANDER, Jf':.In PAINbEVE, Goorges Mrh)\J , Trois . Journaux conservateurs ... LA GAZETTE DE LAUSANNE (Suisse) «Une mesure qui ne satisfait ni le droit ni la justice .•• » « Les (/J'guments du président Eisen/io:ver Ile salisfollt /li le dro:t nj la justice : « Ces deux ind~~ «( vidus, dit /lotamme./lt le présl- 1 <te dent, Ollt trahi ' la cause cne « la liberté '1> ,et c'est «( dans l'ill « féra du ;peuple américain » qu' il Il'a pas dOllné suite au recours , en grâce. L'aspect politique de /'affaire apparaît Ja'insoi trop clairement pour ne pas laisser subsister IIll sérieux malaise. ;) THE TIMES (Grande-Bretagne) « Une condamnation sans précédent. » l '" Le fait que le message du pape Ile soit pas parvenu entre les mains du général Eisenhower biell qu'il ait été effectivement remis aux mai ns de l'administration démocrate Ile peut produire que de l'embarras.'. « L cs Etats-Unis n'ont jamais exécuté quelqu'un 'po ll r espion~ nage ('Il temps de paix, et si l'on compare cette scntence à celles qui frappèrent des traîtres pendant la guerre tOl/t porte à penser Qu'il était moiTl~) (' I imillel d'aider les Allemallds el I fS Japonais que les Russes. » THE JEWISH CHRONICLE ( Grande-Bretaqne) « .~uc\.ln Juif dans le jury. » Dan:. un a rticl e où il souligne qu'aucun Juif ne se trouvait dans le j ur\' qui a condamné les Rosenberg. le j ewish Chronicle demande au préside,nt des Etatsl T lli ~ " d'ext rter sfi fl emi'1I1 son {lrpil rte ~rac,e » çn 1\:\11' f~Yellr, toli<lue hit ·savoi;· qu'jj vi~nt d 'ln_ ler"v~nir une seconde fois. au non1 du P3pe ~ en raison des très Ilonlbrcu;,. appel. reçus par ce dernier au ,'ours ,les deu"- jours pr,;,·édent •. SCHATZMAN, Charles PALA NT. secrétaire général du Mouvement, et les membres du Bureau National l~ R. P. BERGER, CI/IL, j. FURù:: .. 'SKI. P. GERBAL. CIl. HUTMAN, M" IMMEF<GLlCK S. KORNBLUTH, Albert LE\-T. AI' Claude-Frédéric LEVY. M' .. ":J"jJ Le il ,ll/Lan.lll/,,!. lAt prtmiere partic reprelld la mise Cil garde du Bureau .Vationai co III re les campaglles anlisovi-étiques visant à exploifer l'antiracisme des Français au prota de la guerre froide· (Voir le dernier numéro D.L.). La seconde partcc de la ré - QI ae UITT't ,le'. s ' vu-pe" IL ' fascistes cf dt leurs journaux. 3. AccPlltuer la campagne pour arracher Ethel ct Julius Rosenberg a .la c1lOisc électriIfue. 4. S'opposer, avec fous les pal rio t es. à la ratification des accords de BOII.fl et di Paris, qui ut: 'Ur 'LC l Vit< r t: ll: ,ucr~me t'r· l'a/ltisémitisme. /'). Assurer, par le placemellt des Cartes d'Amis, le recrutement de cotisallis réguliers I!i toutes les initiatives possibles, lcs moyc/ls finallciers nécessaires au renforcemellt cfe t'action dll M·R.A.P. -.;- C17=nlTC< {>. ., 1"[ - La COllr d'Appel dé ,C()#'"' qu'an nouveau procès al/mir ptt être accordé. - <te La justice, aux Etatsunis, Ile doit pas être plus rigoureuse que dans les alfires pays » Uewish Chronic!e). Ces inridents SOU.I hignificatif:; à l~ fois rie l'ampleur d , 1. protestation 11Iliver,elle et de l 'attitude Vlu. tôt "avaIière dea autorités amérirai· nes. Ils ont particulièrement ému les mili~ i1 x catholiques et contribué à éclairer entore des millions d .. gen. dans le 1110nde 5!.~ r r:' lrod té ,hl tri· me qui se prépat·e. MANV/LLE, Colelte MOREL, ~----------------------------------EII peu de temps. des Cl!nlaines de personnes se rassemblèrent pour regarder le cortége. Comme la police s'efforçait de lcs disperser, Illl grand nOHlbre de spectateurs se joignirellt (lUX manlfesLant:>. Le Rabbinat français rend publique son intervention du 2 janvier Lp Grand Rabbinat a publié 1 le 17 févriel'. le ('ommtIlliqu< I suivant : « Au moment où l 'Affaire RC>S3nberg est de nouveau soumise à la COur ll-upt"ême

les Etats-Unis, le Grand Rabbinat

d.e France rappelle qu'à la date du 2 Janvl6l' dernier, l'As~cia\ion des Rabbina français a écrit à M, 1. Prèsident des StatSl-Unls pour solliciter la grâce des épouoX Rosenberg. C'est en ae plaçant essentiellement sur le plan religieux et humain qUe le rabbinat françaia a demandé cette mesure de clémence « au nom même do l'idéal commun de justice et de OénGroslté puisé dans la Bible ». AFFLUX M' SANROTTE, Albert VOUDiNE, Mme Denise DECOURDE, HANCHE, M. Hen>i KR/KuWSKI, le Dr GINSBOURG ef Madame, Pierre PARAF ct Pierre MORHANGE, empêcl!i!s, s'c-I' taient excusés· Dans SOIl rapport, Charles PALANT. évoqua les diffémltes aclil'ités pou/'!:iui vicS par le .",IR. iLP. depuis fa dernière session du Comité d'Action: soirée commémorative de la mor t de Zola; gala de Pleyel; campagne pourl

,aU !JCT Ethel ct !lilillS 1<0::,'."Mfg;

action COll tri' te réarmement des bourreallx nazis; riposte (lUX anfi,~ém ites maurrasw siens, qui aboutit à l'interdiction de leur meeting où Xavier Val· lat devatl prendre la paro!l', Après avoir dénoncé les campagnes de diversion, te/ldant à accréditer l'idée que l'antisémitisme est le fait dcs pays de l'Est, il précisa les tùelzes <{ui s'offrent aux militallts antiracistes. fi conclut en :Ilsistant su:, la néce,sité d'élarf{ir et de ren~ forcer le,; jours l'union c011tre le racisme, /'a/ltisémitislile ci pour la paix. . La discussion fl:! l/I{/I'lJIlL'1' il,lr les intErventions SlIce[~' ;ÎlJt!s ri:! S. [<ORNBLUTH, Albert YOUDINE. joseph CREITZ, (18'), du R.P. BEI-WER, de LfUENSTEIN (3"). DYMENSTEIN (Hl'), ff lNNY (10'), A· YACE, de lettres et télégrammes à la Maison Blanche Le juge. Kauflllun, (lui condullI- 1111 Ics Rosenberg, l'econnnissait f (; CClllmCIlL : Depu:s la décIsion du !l'résident Eisenllower. les lettres de protestation ont augmentè à la fois en nombre et en insistance. Les télégrammes et les ooups de téléphone affluE!nt il mes services de façon extraordinaire. » JI > il. ljuelqul's jJluJ'~ l'ncm·C'. Dili CosLello. cOlllll1cntaLl'lIl' bien COrolJlI ùe la e lHlinp dc l'udiodiffusion « Columbia » annoru:ail qlll le courrie !' J.rrivulIl il lu :'Iai50n DlJ. l1 cl1e s'est acct'u de deux cinquièmes. Cette uugrnentulion proYienl du gmnd 1l0mbl'e de télégramllles et d.e lettre" en faveur des HosenhE'rg, qui con~!ituent la moiliti enviJ'on du courri er quotidien, « Des milliers de lettres vier.nent de l 'étranger, a déeluré Il. Cos Lelin, et le Département d'Etat les communique au , ministère de !a Justice pour examen. » Nouveau des message Droits de cie la Ligue l'Homme Le CUll1il0 Central dl' la Ligue' de~ Droits de l·l! OJnllte'. t'('uni le 16 ft'I'rier apl't\~ 1(' lejel de la IlTl{('(' demanctPe put' les (; POIIX l\osf'nbel'g, a adJ'e~~(' \lll ultime' lljJjlE'1 en 1~IIJ' f,ll'I'\II' HU ,,l'(~ ,,i < Il'nl dcs Etat,,- lJnb, Il rl.n~tal" lloJIlU1 ! 1l\l'1t1 qU'ilCOY50 (tU m:limc ()l'ime, l'Yn do ~ dénonciateu rs a été l'endu à la liberté et ceux qu'il a dénoncés sont à la veille d'être exécutés. Le COilJil ,' s' éllleui de. <.:!! ('oU, I J'as te qUi ileul'tr ({ des notions de morale et d'honneur traditiMnelles dMS llls vi~i"el1 démoorati~ Il, 2' ARRONDISSEMENT Soirée Cinématographique le 12 Mars La sectioll d" Z' orgunisc, le jeudi l~ mars, à 20 h. JO. 1lne .oirée fi· nématographiqn~. salle Yve;; T<1Uric, 2J. rue Y,·es-Toudir. Au pro.rumme V ARSOVIE ACCUSE et REVOLTE A V VILLAGE. . Une Conférence d'Albert Youdine NOIr" amj Albeti Youdine a fait. ,IaUI 1. 2' arroodb5ellU'Ilt, nnt "onfé. r enee 16 24 (é"'ier, aur l'attitude d'I M.R .•. P . ;, l'égud de, eampa· liou du l~' edita J~, Li,te. de pé. lition, qui furenl recouvertes en quel. que. jours de 1.600 ijl"notu r~. Pétition contre les Accords de Bonn Lu settion dn M.R_-\.P. rait circu· 1er des lis le de pétition demandant « OIU cUptltés de s'oppose-r ÏJ la ratio fication d<"S accords de BOlln ct de faire face à WU," responsabilitu, afin d'évittr "fine tr()isië.me guerro mmt ~ di6lc ». A ce jour, de$ ceL1u<ineo de signa. lure& out ciu\ ainsi recueillies, qui g.". rOnt pllrtée, «U1< dépuli. da s<reteu r.

n,,~ ~~LÙ?~jétique, our ~ u.' pr6(en~u 20"

« anltsemlUllme en U.R,l;.S. ;;. apre8 ARRONDISSEMENT hon es:posé, uue intéressante di.cruoion "OMt eU~8~éo au couu da laqu.elle les auditeun unanimoa unt dénoncé lei campu~ne. de dlY8niou et. de l,ré. pllration à III f:Ucrre. De>! melure. .. nt été a"rêtéea ponr la défel,",' de. Roscnber~ el la lutte conlre ]'ant.ilêmL 10" ARRONDISSEMENT Election du bureau cie iodion Réunic;n d'inforn1tltîon Le 24. fénier. dan~ III 20' arron· ùÜisem.ent, ... ·est dé roulée lWtJ réun.ioJl .'·informatiou du M.R_o\.P .. en pré. ."uCt! de Ilotre ami S. KORNBLVTH. ,nembre du Bureau Natio",,/. Un nouveau Comité d.., Section et au Bureall ont été élus, opr :'ô que diverses décisions aiellt tité r rhe., no. IS'lIment pour 10 ~Q mpaine "n faveur L'tes ROiienbt,.;r: Luc ré>oLution Q élé "deplée qU(> plnsleur8 personnes présente, ont cusu ite l'ortée 11 l' amba!""dc ,l,,~ Etal8. Uni •. BAGNOLET 0$ nouveaux efforts pour les Rosenberg 1 Réuni 10 21) ("V riel', 10 Comité de 1 Se<:tion de Bagnolet a élaboré uo nouv-eou pJon d'actiou 'en faveur do. ROlieuber ~. Rappelons qu'au lendemain même du rejet du recours cu :Jrâçe pal' 16 préaldent Eisenhower, une dél6aetion de Bagnolet, organ.ÎJlée par le M.llo A,P., .Uait porteT à l'amh8.S!iade d"s Etal •• Vnls nna pétition recouverte de prês de 300 lIi:;nature., LILLE Meéting 10 3 Mars pour lM Rosenberg . Lu .cclion lilloisc du M.R.A.P., en liaison avec diverses outree oriOn]. sation~ a préparé uu mee.lÎll(; polir les R.O$coherg <{ui aura lieu le 3 IDJIN. P~rmi le. OrQleurs. l'écrivain cIl' tbollque Marc BEIGBEDER. Comme ils arrivaient devaitlla porte /lard-ouest de la Maison Blanche, le secrétaire d'tl Comité de Défense, M. David AItrlOIl demanda à entrer pour remeflre Ul! message au présidellt Eisenhower. Cclui-ci, fat -t7 ripondu, t'cnait de pa.rtir jouet au golf avec le général OI7U1./' Bradley, au Burning Tret Clrib. M. Almall ayant longuement insisté, les gardes allèreni c1leJ'~ cher un foncii<mnaire de la Mai~ SOli Blancllé à qui lé mcss(Jl!,f fllt remis. l Depuis ce jour, les couJ'C1eeliX défenseurs des Roscnberg pot1f. suivent, 24 Iteurc:s sur 24. l~tlr ronde inlassable autotlr dé fa Maison Blanclre· OlseRE·IIBATlons touffe les Alsérlens Le Comité de la .ectiol1 Ûll 19'\-----------------------------( Suile de la page 1) A'lonlpamasse, à Barbès, autour de la gare du Nord, selol2 les mi) l matiolls qui flOUS sont parvenlles, et sans dOllte ail/eltrs. arrondiesemont. réuni 1.. 20 février en préeence de llotra ami Charle. Hutm.n, du Bureau National, a déil. gué ion hureau. ~r' Sarrotte, membro du Hureau National, a élé "In pré.ideut de la Section. Il ~ ARRONDISSEMENT Meeting pour les Rosenberg J..,J '"Clion du Il' arrouili •. <ewenl a décidé l'organisation, en liaison a\'et' divers groupements locaux, d'un meeting dan!:) le rO'!..uunl de mari ponr ]", Rooenbèt'g. 12" ARRONDISSEMENT i-1eeting pour les Rosenberg liu meeling l)Our le.; , Ro6enher~ aura lieu dans le 12' arrondisscment au milieu de mari. Le Comjté de becLio ll a, en outre. cXAmin<\ le problème financier et SlCH eng:u!!é ~ recruter clans le(,; plui href::; flélai3 flou?f'! ('Olüanls. lS' ARRONDISSEMENT Grand Bal il l'Hôtel Moderne le 26 Avril Le l1imanch~ 26 uvril, 31U'a lieu il l'Hôtel ?rloclerne, <1" 15 heures à mi· nuit, un ~rand bal, OrAQuisé par lu secliQ" du 18' arrondiesement. Ua h tlffl~t el dt' nOmhrf"I1H's a!tra~.'tjons sonl prévus. 1ge ARRONDISSEMENT 1.600 signatures pour les Rosenberg n~ . que fllt ~onnue 1" cl...,isiou ,.la pl, j ~:"lt.ot r:,,€chu\YCt') l'e;ètL!tlt le- n '· CQ10rt ell Irl\cl; lle8 RllienbtrJ, III ler.- Premiers résultats prometteurs de Ja campagne financière Ces pratiques SOllt signlflcati;' es de tOIl! Ull état d'esprit qlU s'efforce d'éntrC'teJ1ir une cutaine presse. De piIlS, elles complètent certain.es mesures et discrimitzatiolls offi cielles, qui font par exemple, qu'un fravailleur a/gerien uçoit des allocations jal/lilial~s moins élevées çue son camarade français, Ol.! que la plI/part des chômeurs d'ori ginl! nord-africaine /lI; peuvent obteIlir !'li allocations de c!:tJmage' ni a/localions familiales. N os amis et militants ont tépon. du à l'appel que nO\l' lancion. dons notre précèdent "umito. Si les réeultots !IOnt encote loin de l'objectif fixé, il faut toutefol. ~uligner que les débuts sont pro· metteurs. Citons tout d'abord les société. qui ellt payé leu", cotisotions. Czenstocnow, 10.000 fr.; Kalisz, 1.000 fr.; Minsk Mazowie., 5.000 ft.; Siedlec:, 15.000 ft.; Chelm, 5.000 fr. Brest-Litowsk, 15.000 fr. Total: 57.000 honc". En plu., les ~ociété. suivante. ont placé de. cartes d'Amis : Soc. Israélite de France, 5 cartes, sé pour janvier, 6.000 fr. Total général , 232.600 francs. Bien sûr, ce. sommes sont inférieures il nos besoins mensuels, si nous youlons développer tou/ours l'action de notre Mouvement. Il nous semble indispensable de rappeler à nos amis des sedions que le recrutement d .... cotisants doit ètre activé; c'est de ceHe action quo nous attendom en premier lieu, la réalisation d'un budget stable. Au travail donc, chers amis, et fai. les en sorte que nous puissions annonce, dans le precbain numéro 1005 premiers 300 cotisants. Lcs démocrates de FranC:e Ill' Laisseront pas s'illstaurer de pareill rs méthodes. 1.000 fr.; Minsk Mazowiec:, 11 cor· , _____________________________ • 1 es, 4.800 fr.; Kensk, 15 carte., 5.300 fr.; Siedlec, 4 cartes, 13.000 fr.; Chelm, 1 cartes, 2.500 fr.; No· wa-Radomsk, 4 cartes, 2.00G fr. Total

28.600 fron~s.

Les médecins ont placé des car· t~. d'AmK pou, 7.000 fr. Nos omis du Bureau National, 23 cartes d'Amis, pour 19.300 fr. NCtus est également parvenu un don de 20.000 fr. Deux sections ont versé un oc'ompte sur leurS' cotisotions. S' ArfCndissement, 10.000 h.; 19' orrondOOment, 13.500; 19 lism d. <ollectes ont rapporté. 38.140; 10 qmls LIu MauVChlent nou'. trl\. ver~ti 33,000, ç"fI" lat ,rell1~rs çvtls4nh 9nt VII,... BULLETIN D'ABONNEMENT Je désire souscrire un abonnement d'un ail à DROIT et LIBERTE, et vous adresse il cet effet la somme de 300 francs 1 l ' . Nom: ..... Adresse : Profession : l , C.(; .P. « lll'oiL el Libt'l'tl~ >,. (j()'jU.~)I:' . Pa l'i" III. !'Uf' d,: r.~tl:,tc'[,\Idlln, P , Il' i~ · rX ' '1'AUùailLe OiJ.i~' 1 IHIO',. ET LlaEIt~! , b IF' r Ir • répo ses à une cump.agne belliciste le ro e seo W[lll-IIAlLf: M. ELIASHEV •• H le ne trois pas à l'antisémitisme soviétique· Ex- AlI'nb:assadeul' é "lsl' Iii à Moscou "II ne faut pas confondre antisionisme et or.tisémitisme:' L'agCllce « NOl/velles juives Mo:id.iales 'fl n p:!lJ:ié, le 16 féVI .er, ulle iil .crviC'v d!! professe:: r WEILL-HALLE, président du « l<eren Hayessod :t et de « l'Aide à Israël ~, réccmmeni déclaré <:.démissio'i/la:re-; par la Fédération SionÏ!:f :: tie France· Enfin, le rédacteur des « Nouvelles Juives Mondiales l) ayant demandé au professeur Weil/Hallé s'.1 ne voyait pas ~ d'incompatibilité l) entre ses li: activités pro-israéliennes et celles en fav eur des démocraties populaires », il a obtenu cette réponse

« jusqu'ici, je n'ai été

martyrisé que d'un c6té, du c6té sioniste. » Quittant Moscou après la rup, ture des relations diplomatiques ent~a l'U.R.S.S. et Israel M. Samuel EI:ashev, qui dirlgllait la mliiiion 15ira,éllenn.e dans la capitale sov1Wque, a accordé, lors de son passage à Stockholm une Interview au journal Dagal1s Nyhetel'. « .la na Cl'Ol8 pSII, a-t-Il décle. ré, que le Kremlin sulva une politiqua antieémitique au slins véritable du mot. » If)es agres.~lon .• nocturnes III la lof 1.JlcCarron Après avoir so/!ligné qu'il n'étaÎt 4: pas d'sposé à dtmissionil_, de son poste de présider.t de l'Aide à Isr<:ël ~ et qu' 1 ir.ccmbait 4: aux institutions sionistes de prendre elles-mêmes les llleSU!ICS <lU'elles es.timent nécessaires li son égard J>, le professeur Weil/-Hailé a poursuivi: 1'1ifsme soviétique, a-t-il encore drchré. je crois qu'il y a en ce r:lOtnent Hne prise de position

oviérque à l'égard a'lsraël qui

fl' enlraÎne pas une poVlique générale. Je considère que l'UR. S.S. Ile fait aucune distinction entre ses citoyens. En s'attaql1' ant au sionisme, l'UR.S.S., à mOn sens, s'attaque au sionisme américain, car IUu'1ël manque d'indépendance envers les Etats- Unis. IS!Gël est même moins in_ r ---------------------------, 1. Il jaouté que l'on ne devait pas, selon lui, « confondre l'antleionisme actuel de l'U.R.S.S. et l'antisémlt:sme ». A c Il SME ais-Unis « JI": ne su/.s pas s'on':ste, mais je su's pro-Israël. S elon ma défini t,ion, lin vrai sioniste e st Quelqu'un qèlÎ veudra s'établir en IS1"al'l. Moi, je suis Français. je suis pro-Israël, étant

"evr.eux de vo
r exist,er un pays

o~ les Juifs apatr' des et 0' tl1o dJxfs sont !ibes d'établir leur fo)rer. c Pour le reste, je n'appartiens à aucun parti politique. je sljis vice-président de l'AssociatiOll Francc-UJ?S.S., parce que j~ considère qur sllr le plan international il est absurde de ne pas favoriSfJ les rdarons amicales entre tous les pays sans exception· l) (, je ne crois pas à l'antisédépendant à ce! égard que la France ct je trouve cela déplomble. j'ai beaucoup déploré la v:olence du discours tait par M. Moshe S'lOrret, au lendemain du procès de Prague. " Questionné sur la vraisemblance des accusations lan cées contre Slansky ct cont"e des médecins juifs de '\fosco u, le PIOtesseur Weill-Hailé a répondu: « le n'en sais rien. Je ne coni, ais pas les faits. Je sais, par contre, que les Rosenberg ne méritent pas la mort et je vais lancer un appel en leur faveur. l) En réponse à ulle autre question, le professeur a ajouté que « il nie s'attristait pas trop de l'assimilation fotale dies luifs en U.R.S,S. ou ailleUirs, étant donné que le judaïsme et les tradit ions juives se conservent en Israël. » Les obsèq ues de Mo Lev MEKHLIS Le 13 février, mourait à Moscou, à l'âge de 64 ans, après Ulle longue maladie, M. Lev Zaharovitch MEl<HUS, membre du Comité Ceniral du Pmti Communiste de l'U.R·S.S., ministre du Contrôle d'Etat. La presse internationale a insisté longuement sur les grandioses obsèques faites à cet éminent citoyen soviétique d'origine juive, qui contredisent la campagne sur l:n prétendu « antisémitisme » en U.R.S.S. De lo!!gs articles ont pana dans les journaux soviétiques, cxaltant la mémoire de Lev Mekhlis, qui joua un rôle important, notamment comme colonel- général à l'état-major soviétique au cours de la guerre contre le nazisme. li a <,voqué à ce propos le, funrrailles l"loiupturust.'; faitequelques JOUi';; plus tM, il U') rrombre juif dn C"mité Central ùu Parti CnTwnuniste cl. l'U.R.S.S., 1\1. Lev l\fekhlis, aln~ l que les nombreux artieles d'hommages publiés dans la presse à sa mémoire. M. 1,1: ~lJev &. l Bal6:nent raT)pelé 0.\" l '(.('ri \'e,fn juif, Ilya Ehrnr.:l ,II !~' qd 1 rbtenu le Prix Staline International de la PClix, a dé le premier citoyen soviétique à receyolr cette distinction 1 ux « Seuls les naïfs peuvent croire que l'antisémitisme décroît aux Etats-Unis », déclarait il y a quelques sem,tines, le sénateur Wayne Morse, à Birmingham (Alabama) . Et il ajoutait : « L'antisémitisme affleure de plus en plus nettement, au Parlement même ». Depuis un oertain temps, on peut parler d'une véritable vague d'alnfsé.mitisme, déferlant sur le pays tout entier et prenant etes formes multiples. Et il devi~nt de plus en plus difficile cie tromper « les nt!jfs l) dont parle le sénateur MOIse. La haine coule à pleins bords Silence sur ,raciale des l'origine r accuses tre autres le film ( j'étais commun: ste pour le compte du F.B.!. 1». Le numerus clausus et les S. A. CO IFIRMATIONS Le Com:'té Central du Parti Communiste et le gouvernement de l'U.R.S.S·, le ministre de la Défense, le gouvernement de la République de Russie, et d'autres personnalités et orf!.anismes dirigeants publièrcnt des déclarations exprimant leur douleur. Son corps fut exposé deux jours dans le plus grand hall de la Maison des Syndicats de Moscou 300.000 personnes participaient aux obsèques, où le cercucil était entouré par une garde d'honneur, formée des maréchaux de l'UR.S.S. Dans un article Intitulé: « La presse SOviétique définit le complot des médecins ». le qu.otidlen « Combat » écrivait le 14 jUllvler : Horm!s les accusations direotes - lancées dans le communiqué Taas du 13 Janvier et reprise le même jouI' par la « Pravda » - contre le « Joint Commlttee », aucune allusion n'est faite dans la presse fovlétique aux 0l'.ig:n9s des accusés. Leur., ag issements sont rattachés exclusivement aux « act ivités de dIversIon et d'espionnage des servkes amérlcalns et britanniques de rense:gnements ». Il en est de même en ce qui concerne les récents procès dans les démocraties populaires. Hier matin encore, les II: Il:vestla » n'évoquaIent à ce sujet quo « la sale besogne accomplie par les traltres pour le compt~ des services d'espionnage a'lllio-américalns », et ne fa:saient pa:: état des origines Juives dl} certains accusés ... Il y a longtemps que les publications antisémites pullulent aux Etats-Unis. jamais pourtant on n'avait vu un tel déploiement de moyens ete la part des offici'nes spécialisées. Non set:deme'nt The Cross and the Flag (La Croix et la Bannière), de Gerald L. K. Smith, Common Sense, The Broom (Le Balai), etc .. · étalent impUinément leur propagande hitlérienne. Mais, tirées à des millions d'exemplaires, ces feu·illes de haine sont ad~essée s par la 'lJl:lste à de nombreux citoyens. Il en est de même des tracts, brochures, dé- On comprend que, dans l'atmosphèr, e ainsi créée, le numerus clau'Sus soit pratique très courante en de nombreux domaines. Il ne s'agit évidemment pas d'une loi, mais d'habitudes que la loi tolèr.e et protège. Tel hôtel indique : « Clientèle chrétenne », telle plage est « Pour Chrétiens seul,ement ) et cela suffit pour écarter les juifs· Ou bien, quand le client éventuel donne son identité, on découvre brusquement qu'il n'y a pa,s de chambre <tispoaible. Dans les équ,ipes sportives et les grandes écoles, les discr.iminations sont aussi notoires. Mais les racistes ne se contentent pas de la propagande orale et de l'antisémitisme sournois. Organisés len groupes de choc Nous répéions comparables aux S.A. de Hitler, Aux falsifications, aux injures du Droit de V .. vi'e, nous avJOns, dans notie dernier numé, répondu pa r l,es faits. NQUS avions notamment : - dénoncé la malhonnêteté Qili consiste à confondre antisémitisme et lutte contre le sionisme et s'es age nts; - montré quels compagnons, nok i-ement antisém;tes, le Droit de Vivre s'est donné ditns la cro:sade belliciste contre un prétendu « antisémitisme en U·f(. S.S. ~. C'est M. Lecache qui vous le dit. Quant à Xavier Vallat, n'en parlons .pas! C'est un inoffensi f conférencie r. Son dada, « l'antisémitisme d'Etat l) n'est qu'une aimable plaisanteri,e. Et RivQ/ 01 n'est pas plus dangereux que les albums de Bécass ·:r.'e. Feimez les yeux, bonnes gens! ua;ssez l'antisémitisme croitl ;e autour de vous. Engagez- vù:rs plutôt dans la nouvelle « Légion antibolchevik ). - ,souligné q t.:l~ la raison d'êRien à dire tre du D, oit de Vivre n'est pas la krte l'JnLe le racisme et Toute la presse e·n a parlé. l~ nti[;éITJ ':SITlC, tnIJ,:S l'anUso- C' est un sl.'jet qui intéresse vi~tisme et la préparation idéo- tOllS les antiracistrs, tous les log.oque il .la gu'erre. républ icailis : l'affaire Boutemy. - relaté cor.lment, dans l'an- Cet ·ex~préfet vichyste a ~ur la fchambre du Préfet de Police consc:enc~ l'a~sassinat de nom~ amis de M. Bernard Leca~ breux pati1iotes. Il « s'ioccu- J ml'se' . I}::: -ra::'.· ... ~(!'il,; ,,;·aig>laiel'. !l;d ~ aussi des persécutions • ... •: ,,'1 dt,,t uco up p 1u s l' l,iiI' te' d' ac t'1 0n, c on t re 1e s JI'IIf s . 5.,ge d'effcacité, que les agis- Or, le voilà qui elitre au mi- ~ments d'un X,wi_r Vailat. nistèr-e, par la giâce de M. René - raprelé enfin comment les Mz.yec• Puis, l'indignation pog: oupe; de choc d< la < LIU:';', pulaire chasse au bout de qt:ell'o. r ni' 'ùnj t et du __ ,,,u,e>,,s'_J' ours ce sanglant RO licier, croque rie ? Les antisémites cr:ent qLe tous les juifs sont des escrocs. Un juif est-il condamné paroe que traître ou espion? Les a'ntisémites crient que tous les juifs sont solidaires des criminels. Les antisémites, certes. Et aussi M. Bernard Lecache, qui, sur ce point, qu'il appelle « le fait juif 1> décla r.ç être d'accord <0: pour une fois» avec Aspects de la Fral/ce. Oublions le passé ..• Le Droit de Vi vre- consacre un article à justifier le réarmement des nazis. Comment t,air~ admettre un tel crime par les antiracistes? La d:vers'on de 4: l'antisémitisme 'en U·RS.S. » suffira-t-elle à faire oL:blier le danger des bourreaux d'Auschwitz? ... Après -un colonne assez embarrassée, l'auteur tente le coup: ~ M~me avec l'appui américaill et celui du Commonwealth brifannioue, une défense efficaCE de l'Europe occidel/tale n'est pas Un 'articlt de "Neues Deutschland" Le journal Neues Deustchland organe oificiel du Parti Socialiste un ifié de la République Démocratiquoe Allemande écrivait, le 1 u février : <1: En employant des alZents

uifs. les imper
afistes se réservent

de nous ;eter à la face l'i([ noble in;ure d'an,tisémitisme, et ils ne s'ell privent pas depuis que nous avolls dt?masqué lLUrs espions· <1: Le sionisme permet à l'Etat d'Israël, satellite de l'impérialisme américain, d'eo!1lretenir un Ire l'esp;'onnage, le sabotage et le divers:ollll;sm e impérialiste. ~ Peu no.us impo, te qu'oll nous accuse d'être antisémites. Nous ne le sommes pas. NOliS combattons uniquement le sionisme. Pourquoi avons-nous été moins vigilants à l'égard des lu.:fs que des autres ? Parce que nous éprouvons une horreur ,I~atm'tlle à l'égard de l'al/tisémitisme et Cil raison des souffrances passées des Juifs ... :. réseau permaQent d'espionnage ;---------------------------dans tous les pays où vivent les Juifs. « Mais Iloire lutie contre le sionisme ,n'a riell de commun avec (antisémitisme. L'un l1'est qu'un produit de la barbarie fasciste et des haines raciales. L'autre est un combat défensif con- Les élections 3U Conseil Municip31 dr Moscou Parmi les membres du Conseil mt:nicipal de Moscou, qui ont été élus le 22 février, figurent, seulignent les agences de presse, un certain 'nombre de juifs.


An nive r&- a ,i p,e s •••

Qu.elques " oomiee l) antisémItes appelant à boycoUer lee commerçants JuIf,. ils se Iivren t à des agre.ssiOl1s contre les Juifs, et leurs demeuOres, contre les synagogues, les organisations et les écoles juives. f-QnJ:eJIJlh e sans le concours de ._~!&o;;~"""",:.w~ia.;.~';l Citons notamment: Mme Moiseev BASS, directrice de J',exploitation des tramways de Moscou; M· Iosif MALlTSKi, direc teur des cOl1stn:ctions; M. David RlESER. ministre des consti'u- ctions p~ur l'industrie lourde; M. Iosif GOBERG, chef de la direction des transports automobiles de Moscou. plia'nts, plus luxueux les uns qu'e les autres, qui appellent à boycotter les commerçants juifs, dénonçent les 4: juifs d'Hollywood », ou énumèr'ent les < dix 'COIITlmantlements ~ du parlia:t raciste. '~I,~-I.;,~"__hjt"'__"n n o'r te.nJ_uD tléme.nti,~, _______ _ Pendant la campagn.e électorale, ,Is unt été particulièrement --~------~~. 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)~~n.~, ~q~l"le192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)& -a~g192.168.254.42_--~~,192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:09 (UTC)<~""-r~~e~aTIu-rnrl~I~- --<~lW192.168.254.42m~.e~a~v~e~c-I~'~ap~p~ll~i -a~n~17ér~i~ca~,~·n~~--------192.168.254.42r.~-.~. .~ . .~ . .~ ~~. .- ..~~rw192.168.254.42--r-vvT<lrï~~ET.r..ïm~ln~Iïss~r~erar'eeis~cë.o),n~s~-~~ess~a~u~t~r~es~",~q~u~l ~a~p~p~e~lï.le~n~t-;àlb~o~y~-~~contre les Juifs:~~urs demeu- <:emen ts d'un Xiwi.r Vailat. nis tèr'e, pa r la gi â ce d·e M. René et celui du Commonwealth bri- tructions pou r l' indus tri e lourde ; cotter les comme-rçants juifs, dé- res, contre les synagogues, les - rappelf enfin comment les J\l<:yer. Puis, l'i ndignation po- fann Îoue, une défense efficac t M. losif GOBERG, chef de la nonçent les 4: Juifs d' Holly- organisations et les écoles juig

oupc.., de choc de la « LK&;', pulaire chasse au bout de q I:el- de l'Europe occidentale n'est pas direction des t ramports auto- wood », ou énumèr,ent les «dix ves.

de 1'0rg:misa tIon s'oniste et .du ques jours ce sanglant policier concevable sans le cOllcours de mobiles de Moscou. ç OlJTlmantlements » du parfa:t Pendant la campagne électo- Bund ont j. r. :1é ' 1e rô.l e d e mOI:'- deven u bail lEU r de fOI",ds d'une' l'Allemagne. » Ces faib appo rteï:t un démenti rac ISte. raIe, ,ls ont été pa rticuli'e rement cha rds 'Et d'hommes de mai'l de agence de corruption. Et plus loin : « Ce /l'est pas aux affirmations d'une certaine Les organisations se récla- actifs, asst:,rés de l'impunité, La police au meetino- antl'sov'é Et le Droit de V.vre se tai t. . ct 1 t t' ct 1 • •• '" 1 - seulemellt le passé que 110US presse, selon l ~squelles les Ir; fs mant de- l'a ntisémitisme, s uccur- vOire e a p ro ,ec IOn e a poltIitqéu. e du 19 j.1nvle r ' a la J\,\"t:.l:l- dMe. ssUusc, ache n'a rien à dire là- avons tOllI'ours cn me'mol're, c'est n'a uraI.e nt pas a cc ès ,en U.R.S. S. sales d u K u KI ux 1\'. 1a n poussen t lice . égalemellt le présent 1> . aux postes de direction. comme champignons après la Rocidive Le dern ier numéro du Droit de Vivre, ne fa it que confirmer ce. qU'2 nOI'3 <; van ci ons· En pa rticulie r, tout au long de cette én':JTIne apolQgi'è de 111. Benard L:cache, q ui couronne la prr"mière page. Et s ·g nç.e !T.od.s-!cment : Berna rd Lecache. Et pou r Il!quelle l'imprimer:e n'av ai t pas de carac[l::rc assez gros. Au {aH! « Dieu sail, t:c'it-il (d;able 1) si, mes lecteurs allClens en témoigneront, je n'ai pas été tendre pour certains Jui fs de la haule finallce internatioilale ... » « rm été le premier il dénoncer en 1933 ... " (b igre 1). Etrange, cette hantise du passé ! Pourquoi ne parle-t-il pas de }ies « tendresses » présentes et de ce qu'il est a ujourd'hui, le dern ier à dénoncer ? Pour le rEs te, des a ff irmations comme celles-ci : 4: Je s uis lib, e de toulte attache.·. Nous sommes quelques-Ulis à à vou loi r conserver as sez d'inpenda nce... " etc· .. Au fa:!, M. Lecache, au fait! On <: Il n'y a pas si longtemps encore, liso ns-not:.s en première page, ON nous disait: Le Droit de Vi vre n'a plus, comme avant la g uerre a utant de raison de faire du bruJt. ON pe ut s'leu passer. « Les faits ont répondu. ON t'le peut décidé nent pas se passer du Droit de V;vre ». Autrem ~nt dit : quand il ne s 'agissait que de lu .ter réellement contre l'a ntisémitisme, ON r.e trou\"a it pas ce journal tellement nécessa ire, il paraissait irrégulièrement. Maintenant qu'il s'est trOI:<vé une place de cho:x d:ws la croisade antisoviétique, ON l'encourage, ON lui donne d-e nouvea ux moyens· Qui ça, <! ON ~ ? Le paravent D'a il l>eu:s, qu i parle d',a ntisémit i~me en France? H li est peu grave que PierrE lJou tan[J (d'Aspects de la Fran .. oe) se lIoue à l'antisémitisme ... ::. '« Tl (pi 2rre Bout:ang) n'abuse ']ue se; amis, d ~ plu en plus c/{ùs~més l>. Une bonne farce Au-dessous du t itre général, Le Droit de Viv le, un titIe pa rticulier

4: Le droit d' ~tre Ull

salaud ! " C'est une bonne farce de Pierre Dac. En q l..:Iques lignes, l'excelle i:t humoriste démolit J'échafau dage branlant, laborieusemen t éln é pa r les dir igeants de la € Lica » et tous a utres. « Le jour où [cs fuifs se Vtrr( Jilt dûment et légalement COllfUN le .1; oit impres criptible d'êtl e des salauds comme les autres - comme les autres salauds biell elltelldu - l'alltisémitisme sera l'iriu:!ilemellt vaillcu ~ . C'e3t un fa it. Un Juif commet"';l une es- Le passé : six mill ions de p lu ie. Ici la « Croisade Natio- J UIfs assassinés. nal-ChrétiE.nne ». Là, le « Parti Ceci làch é, tO ILS les 4: mais 1> Chréten antijuii ». Aail elurs, les nr .+.::rlgcront IÎcn à rien; k Le COln"ltA « Pat riotes du Pentagone) ou l,ecteur sa it à q uoi s'en tenir. 0 l' « Association des Américains Un scandale A propos d'Oradou r, un beau m0uvcment d'indi;::nation : ~ La réhabilitation serait un scandale ". Le scandale a e u lie u: P armi ceux qui ont voté l'am- .'n·st ie a·ux S.s., aussi bien à l'As..<;emblée Nat ionale qu'au Cons eil de la Républiq ue, figurEnt de nombreux amis et colla borateu rs du Droit de Vi vre et même un membre du Comité Central de la ,( Lica )., Laisso ns au Droit de Vivre l'e loisir de I ~ s c:ter dJns son prochain 'numéro. Le 23 février, a été célébré le 35' anniversaire de l'Armée SoV'iét'ique. Les campagnes bellicIstes SUI' un prétendu « antisémitisme en U.R.S.S. » ne feront pas oublier aux honnêtes gens que c'est cette armoe qui, le 31 Janvier 1943, abattait la bête hitlérienne à Stalingrad, et libérait, le 27 Janvier 10a&, le camp d'Auschwitz. Sur not1'6 cliché : les der~ COIl'nbats SUA' les marchés du Reichstag, à Bf.rlir ~ " < . Blancs » .. ' des Juifs Allemands' Leur bible est le c Pro.torol~ des Sages de Sion », éd:té par '.' Ptl'S Jen epSO'CUII"OnS nFeo rfdo nta vqUan'et -rge susea. srsee re tl esd othnèt m.ielss éculés. Le « judéo-bolchevisme » !lnll"s6.ml"'ES en U U eLets led e4:u xj udméaom-cealpleista ldiise mlea »« sdoon-t mination juive mondiale » qui, t:.[lumaune Orilln'ale" tt 10 ( sgerloomn esc,e ss uJfofimt eàn taexteput:rqs uedre topuosles maux dont souffr,e l'humaLe Comilé Cent ral de" Juifs nité. d'Allemagne occidentale a publié récemment un communIqué où il annonco sa d( cision de faire parvenir un.e aide aux Juifs qui ont quitté Berlin-Est. et' Ol'ganisme ajoute toutefS. 1 ,stÎlon l'agence France~,~ F e : « q u"aucune . Informat~ Qn ni permet de dire que JU6- Plus si gnif icative encore est l'utilisa tion, d iversement camoufl ée, de cette propagande par la mdio, (émissions du Pène Field), la g rande presse (articles du Chicago Tribune, sur le « gouv,ernement secret des Eta ts-Unis »), le cinéma (en- Les cc Juifs professIonnels » Encourager l,es grot:Jpes antisémites ne suffit pas, L'antisémit: sme se manifeste de plus en plus ouvertement dans les cerclEs g,ùuverntemen:taux· Sans insister sur l'affaire Rosenberg, comparée jusvement à l' affai: e Dreyfus, il suffit pour s 'en conva.nc re de cite'r la fameuse « loi Mac Carran ~. Cet:e loi. dénoncée dans les milieux Les plus larges, établit des discriminations racistes et antisémites en matière d'immigration. Le co-a·uteur de cette loi, L-e Représentant Franc:s E. Walter, s'est distingué réoemment en q u,al ifiant de « coupe-jarrets '>, Samuel T. RUBIN. (Suite page 4.) • . .qù;4 ~;'esent des personnes ont h t d l ' t · 1 • t · : . ie:(~· l~ob!ei de . poursuites en AI- on eux e an Iseml ISm,elj~~H;~.':~:: :":~::';9i~: 1 « Par contre, remarque l'A.F.P. uxiliaires Aujourd'hui dUl emenf éprouvé Le peuple . hollandais Il lullé courageusement (Suite de la page 1) git de « libérer » leurs corréHg ion naires de l'Est CI. victimes do l'antisémitisme ». A ce propos, nous l'appellerons la mémoi-re confidentiel du Comité Juif Américain, datant de 1 B47 et intitulé : « Le Problème communiste et ses rapports avec la sllualion des Ju ifs en Amérique» et dans lequel nous lisons : « Lo Jewlsh Committee constate « que du fai t que le r égIme soYiétique a anéanti l'antisémitisme. il s'cst créé un conflit émotionnel quI sc traduit chez de nombreux J uifs par une gêne il. combattro le communisme ». On ne saurait dire plus clairement qUG les campagnes sur l'a ntisémitisme dans les pays de l'Est ont d'abord pour object if de t riompher do ce « confl it émotionnel » afin d'ouvri1' la voie au confl it ... atomique. Le second aspect de ces campagnes vise à l'exp loitation gouJate des sentiments a ntiracistes du peuple de France chez qui le sou venir des horri bl&s persécutions antisémites auxquelles Sil livrèrent les nazis st leurs complices vlchystes, a cré~ un mépris instinctif pour toute fo rme de racisme. Convaincre le peuple de notre p ay~, que ce que f it Hitler, chez nous, pourrait se répéter dans les pays de l'Est, nll peut qu'entretenJr « un conflit "",otlonn,1 » chez tout Fran, ais honn~ te ot cont ribuer à « mûrir li notre peuple pour l'au tre conflit: celui qui ferait de la France u,n champ de ruInes et do deu~ls. E troisième aspect de la L complicité entre les auteurs de ces campagnes et les hommes du fascis me et de la guerl'& est le plus important, car là s'établit la collusion directe e ntre les « antiracistes » du Figaro, de Frano-Ti reur, de Unzer Worl et du Droit de Vivre et les pir~s antisémites d'Aspects de la France et de Rivarol, etc ... Quand le Figaro, qui a ouver ·t lles colonnes à von Choltitz, et à Skorzeny, feint de s' Indigner contre le soi-disant antisémitisme dans les pays de l'Est, c'est en fonction de la haine que co journal profes,se à l'éga~d de ces pays et de leur régime. Quand Aspects de la Franc-e se réjouit doe l' «antisémitisme » qui, selon nos maurrassiens\ est nGcessaire là-bas comme ici puisque les Ju ifs sont un « corpe étranger » dans (Ga pays où Hs vivent, c'est égaiement en fonction de la halnB que cette feuille professe, pour les pays de l'Est comme pour tout ce qui est démocratique. Voilà comment, l:ur deux parti" tions différentes, les uns et les au·tres Gmbouchent la même trompette. Voilà comment les uns ,t I~ autrea sorvant obJeot lvement les buta dG l 'an~le . mItisme en essayant de convaincre les masses popUlaires de notl'e pays qu'antre les Juifs ct les peuples qui se sont forgé un régime politique de démocratie plus réelle, il y a un divorce inconciliable. On saisit toute la canaillerie d'une telle campagne si elle avait prise sur les travailleurs de France. LES masses laborleu&es de notre pay,g. sont chaque jour aux prises avec des difficultés accrues découlant directement de la politique de guerre de nos gouvernants. Les libertés sont sans cesse bafouées, lea leaders syndicaux sont emprisonnés, les dirigeants démocrates sont menacés, du pionnago et de sabotago anglo. américains, mals l'ensemble des JuifS, ces ' campagnes tendant donc finalement à faire naître l'antisémitisme dans les masses populaires. Tel est le but que poursuivent le Figaro et Aspeots de la France, l'.'\urore et Rivarol Le but est-il différent pour un Altman, renégat du Mouvement ouvrier, pour un SchraGer, autre renégat dos organisations Juives démocratiques, ou même poUl" ElernQrd Lacache, quI, on 1947, contribua à l'oeuvre de division nationale et d'abandQn de l'unité de la Rés:stance, en brisant le Mouvement antiraciste en France après l'avoir sabordé en 1940 ? même sort, et ces masses volent NoTRE mOlJvement contre le de plus en plus comme seule racjsme, l'a:Jtisémitlsme et sol u,tion à cet état de choses, pour la Paix est né sur un l'avènement d'une politique de serment: « JAMAIS DANS LE démocratie plus réelle où les ItlEME CAMP QUE LI.!S BOURolasses travailleuses partage- REAUX NAZIS ». Dans le refus raient les responsabilités aux- de certains dirigeants « llnt:quelles leur plaoe dans la na- racistes" de s'associer à notre t ion leur donne droit. Or ces serment, certains ne virent que campagnes auraient pour effet. la manifestation de préjugés d'établir que le chemin qui mè" malsains et la marque de vlolenne à ces heureux changements' tes passions politiques. passe par l'an tisémitisme, les Aujourd'hui, ces fiers-à-bras Juifs, ne pouvant être que des se démasquent.. Ils ne pouvaient adversaires d'un développement jurer, avec nous, de n'accepter démocratique. jamais de se trouver dans le En prétendant qu-e le procès même camp que les boul'reaux de Prague et l'arrestation de nazis: ils en sont les plus plats quelquOQ médaclns à Moscou vi- valets ... s.nt non p~s lU 6&l'vh:u d'ii- 9 harlis PAbANT. de vives critiques sont formulées dans les milieux juifs de Du sseldorf oontre le retard apports par le gouvernement fédérai de Bonn pour venir en aide aux victimes Juives du régime hitlér;en. « On souligne que si la mise en vigueur de la légiSlation sur l'indemnisation des victimes est encoro retardée, les personnes âgées n'auront plus la possibilité d'en bénéficier 1>. Une déclaration d'lIya Ehrenbourg A la !in du mois d.e j anvior, Ilya Ehrenbourg, le grand écrIvain soviétlque d'origine juive, Il reçu le Prix Staline Internationa l do la Paix. D'éminèntes porsonnalités assis taient à la cérémonie. Après que M. Skobelchin, de l'Académie des Sol·enoes l'eùt chaleuresuement féli ci té, Ilya Ehrenbou rg, au oours d'une brève allocution, déclara notamment

II Quelle que 601t l'ol'igine nationale de tel ou tel homm& soviétiq ue, Il est d'abord pat riote et, en véritable internationaliste, l'adversaire de toute dlscrimi. nation raciale ou nationale, le défenseur de la fraternité, le vail !flnt .. tfln.fur ... la paix.» contre la déportation des juifs L E peuple hollandais est dan~ la détresse. Un sixième ds ses enfants est sans abri, une grande partie do son territoire recouvert par les eaux. La catastrophe est Immensa et chacun là-bas, la ressent profondément. Aux courageux fils du pays de Spinoza, le grand philosophe républicain, va la sympathie générale. 1.400 morts et 66.000 sin ist rés, triste bilan d'une tempête crevant des digues centenaires, que le budget (aux crédits ml" litaires trop Importants) du gouvernement des Pays-Bas n'avait pas permis de réparer. Durant la nuit noire de l'occupation, le peuple hollandais se leva hard iment oontre les rafles et les persécutions antisémites. Les dockers d'Amsterdam, à l'appel du Parti Oommuniste clandestin, firont une grève mémorable contre los déportations de Juifs. Le souvenir cie cette grève est exalté chaque année dans l'union la plus large. Il y a quelques semaines, à la date anniversaire, M. Paul de Groot., IIHr6t-a!1'1) du Parti e.mmuniutl" néerlandais et la Reine .Juliana ello-même participèrent à l'inauguration d'un monument commémoratif. Nous devons également à un Hollandais, Jan de Hertog, la très belle pièce, qu,1 donna naissance au film si humaIn de Louis Daquin ct MaItre après Dieu ». Aujourd'hui, co pays rlohe en traditions, voit se tourner vera lui la grande lIympathle des braves gens du monde entier. Pour venir à son sacours, nombreux lIont ceux qui se sont. privés même du strict nécessaire afin d'expédier vers les plus Infortunés qU"eux, les vivres, les vêtements et les sommes nécessalree à adoucir cet exode terrible devant les élément. déohaTnés. Le ooeur des peuples a battu d'un même élan, d'une même frnternlté pour ces déshéritée leur donnant ainsi l'appui nacessaire pour f'l"ann1 ;:r [ce noU>' veau malheur. Puisse la même fraternIté se renforcer en·core pour barrer la route à un autre fléau pire eneQr.

1'- ql.lerr.; .

Notes

<references />