Droit et Liberté n°171 - mars 1958

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°171 (278) de Mars 1958
    • Face à l'aggravation des menées antisémites, racistes et antirépublicaines, l'heure de l'union par Albert Levy page 1
    • Sous le signe de l'égalité et de l'estime réciproque: Orient et Occident apprennent à se connaître par Jacques Katan page 1
    • A Miami et à Nashville (U.S.A.) explosions de haine contre les juifs et les noirs page 1
    • Ne jouez pas avec le feu par Oncle Tom page 2
    • Que se passe-t-il:
      • Les indiens (conditions sanitaires;
      • une voix monte des fers: refus de servir sous Spiedel;
      • U.R.S.S. mise au point de Me Blumel;
      • drame algérien: "la question",
      • situation des algériens en France. page 2-3
    • Malaise au Palais Bourbon (agitation d'extrême droite) par André Sauget page 4
    • Pour un Comité National de Résistance au fascisme par Léon Hovnanian page 4
    • Le président Lyon-Caen: racisme et fascisme sont inséparables page 4
    • Les revoilà! page 5
    • L'action du M.R.A.P. page 5
    • La leçon des étudiants par Henri Lafon page 5
    • Entretien avec Albert Memmi écrivain antiraciste recueilli par Raph Feigelson page 7
    • Le premier numéro de "Domaine Yidich" page 7
    • La France acquitte Schwartzbard (qui avait tué Petlioura) par Henry Torrès

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

.. . ---' Dans ce numéro LE PRESIDENT Léon LYON-CAEN Racisme e t fascisme sont inséparable (p. 5) Léon HOVNANIAN Député de la Seine : N° 171 (275) MARS 1958 50 FRANCS Pour un Comité National de Résistance au Fascisme. (p. 4) Face à l'aggravation des menées antisémites, racistes et antirépublicaines Madeleine MARZIN Député de Paris : Malgré nos d:vergences ... (p, 4) André SAUGER L'heure de l'union Malaise au Parlement (p. 4) Un entretien avec Albert MEMMI (p. 7) Le Sénateur Henry TORRES La France acquitte Schwartzbard. lp. 8) CES périls, dont nous dénonçons depuis de longs mois la montée, voici brusquement qu'ils se précisent, qu 'ils éclatent, et d'innombrables citoyens, dans tous les milieux, s'en émeuvent. Le complot antirépublicain s'éclaire. La haine antisémite et raciste déferle dans la presse et dans la rue, gagnant parfois ceux-là mêmes qui ont pour mission de s'y opposer. Et chacun voit mieux dujourd'hui comment ces phénomènes funestes s'artic:ulent sur le drame algérien, sur la guerre, qui nourrit le fascisme comme celui-ci nourrit à son tour les passions aveugles et meurtrières. Not~e peuple interprète sainement ces symptômes : il a payé assez cher pour cela. Son expérience en la matière, il pourrait, en quelques mots, la résumer ainsi Il Quand les commandos fascistes crient mort aux juifs ! c'est mort à la République ! mort à la France ! qu'il faut entendre; quand le racisme et l'antisémitisme augmentent, c:'est la sécurité Le 11 mars, les étudiants pariSiens ont donné l'exemple de l'union. A l'appel des assoc:ations les plus diverses, ils ont manifesté puissamment au Quarti er Latin, pour protes~er contre les menées fascistes. (Voir notre compte rendu en page 5). A Miami et à Nashville (U.S.A.) EXPLOSIONS DE HAINE CONTRE LES JUIFS ET LES NOIRS (D'un correspondant particulier) New-York, 20 mars. Presque à la même heure, dans la nuit du 16 au 17 mars, deux explosions se sont produites, à la synagogue de BethEl, à Miami (Floride) et au Centre communautaire israélite de Nashville (Tennessee), dans le sud des Etats-Unis. A Miami, douze détonateurs de dynamite avaient été placés contre le mur de l'école juive adjacente à la synagogue. La déflagration fut entendue à plusieurs kilomètres à la ronde. On évalue les dégâts à plus ' de 30.000 dollars. A Nashville, les destructions sont un peu moins importantes. Ces attentats ont causé une vive émotion, d'autant plus qu'aucun doute n'est possible sur leur origine : ils sont le fait des racistes, opposés aux juifs et aux noirs, qui n'ont d'ailleurs pas craint de faire connaUre à l'avance leurs projets criminels. Les racistes à l'oeuvre de tous les Français qui diminue.» Et il refuse, dans son ensemble, de se laisser détourner des problèmes essentiels par ceux qui, faute de vouloir appliquer des solutions logiques et courageuses. le verraient volontiers s'égarer contre des boucs émissaires désignés à sa vindicte : juifs, nnirs ou musulmans. Mais c'est un fait : les ennemis de la République, s'ils se savent impopulaires, comptent, pour Il étrangler la gueuse ». sur les confusions, sur les préjugés racistes qu'ils entretiennent et qui, pensent-ils, neutraliseront bien une partie de l'opin ion; ils comptent sur la violence, l'intimida·tion et le chantage, il qlloi s'ajouterait un pourrissemen' insensible des institutions par la multiplication des atteintes ~ux libertés démocratiques; ils comptent enfin, et surtout, sur la division des républicains. L A division ,C'est, . face au danger, la paralysie des forces vives qui peuvent sauvegarder la République et son idéal. L'union, c'est le réflexe VItal, le seul possible, le seul décisif. De cela également, notre peuple a fait l'expérience. Aussi notre Mouvement peut-il affirmer plus que jamais qu'il sert hautement la cause antiraci~ te et républicaine en oeuvrant à l'union de tous ceux qui s'en réclament. Le président .LyonCaen le soulignait récemment encore, en notre nom, à un débat de la Ligue des Droits de l'Homme, indiquant que 1. M.R.A.P. adhérerait d'enthousiasme à tout comité d'union anlifasciste dont la création serait envisagée. Quant au combat plus particulier qui est le nôtre - le combat contre le racisme et l'antisémitisme - quel démocrate, quel homme de coeur refuserait aujourd'hui la main fraternelle que nous lui tendons, pour en assurer le succès ? Un front uni des antiracistes, partie intégrante d'un front uni des républicains, n'est-ce pas l'objectif impérieux que les circonstanc" imposent? Car demain il sera trop tard : le mal, en se développant accroit ses forces~ et c'est maintenant qu'il faut l'arrêter. L'heure est à l'union. Albert LEVY. Sous le signe de l'égalité et de l'estime réciproque Orient et Ocddent ~l,l)preIlJlent à se cOIIDai're Du 17 au 27 février, vingtet - une personnalités, hautement compétentes dans les divers domaines de l'éducation, de la science et de la culture, se sont réunies à Paris, à l'U.N.E.S.C.O., pour examiner le problème des retacts (commerce romain vers l'Inde, voyage de Marco Polo .. ) les relations économiques et culturelles entre l'Asie et l'Occident se sont longtemps heurtées à un obstacle géographique: les montagnes de l'Asie Centrale. Le contact Se mieux comprendre, s'aimer •.. lations culturelles entre l'Occident et l'Orient. Malgré de nombreux conentre le monde occluental et les cultures de l'Asie n'a été définitivement établi que lorsque les navigateurs européens, cherchant un accès vers les pays producteurs d'épices, ce qui les amenait à contourner le monde arabe, abordèrent sur les côtes de l'Inde, puis sur les rivages du Pacifique. Le heurt de l'Occident à ces anciennes cultures, l'assimilation forcée d'éléments importants de la civilisation occidentale par les peuples d'Asie, sous la domination coloniale, et leurs efforts pour s'en libérer, en se référant d'ailleurs aux principes de la Révolution de 1789 et même d'Octobre 1917 pour certains, constituent l'un des phénomènes les plus importants du monde moderne. Le fait que ces contacts culturels aient surtout comporté jusqu'à présent l'acheminement des idées et des connaissances scientifiques ou techniques de l'Occident vers l'Orient a engendré une conséquence que les hommes. A la rentrée de septembre 1957, à Nashville, l'intégratiùn scolaire a été appliquée et, pour la première fois, les élèves blancs et noirs ont été admis ensemble à l'école. C'est alors que le raciste bien connu John Kasper est entré en scène. Il fit des « conférences » et distribua des tracts intitulés « Les juifs marxistes appellent les nègres à la révolte » ou « Les luifs de New-York excitent au conflit racial ». (Suite page 2) Les racistes {de Nashville) ont passé par là .•• (Suite page 3) Jacques KAT AN 1 ATHENES • LASKARIS PAPANAUM, sous ,'occupation allemande, avait livré aux nazis de nombreux juifs, dont il s'était approprié 'es biens. Condamné à mort par contumace, on vient de le retrouver dans une petite ville d'Allemagne occidentale, où il re.evait une pension comme « victime du nazisme Il . BERNE • LA POLICE HELVETIQUE avait passé un accord avec la police hitlérienne, s'engageant ,il lui signaler l'identité de tous les juifs allemands passant en Suisse : c' est ce que révèle un rapport établi par le professeur Ludwig. ancien conseiller d'Etat. BONN • SUR 600 OFFICIERS supérieurs de la Wehrmacht qui avaient posé leur candidature pour des postes dans la nouvelle armée allemande, 53 seulement ont été écartés. COLOCNE • POUR PROTESTER contre la nouvelle loi autorisant les anciens nazis à porter les décorations qu'ils ont recues pendant la guerre, douze juifs, ~nciens résistants, ont décidé de porter l'étoile jaune. JOHANNESBOURC • LE CONCRES NATIONAL AFRICAIN. organisation luttant pour l' é/Zalité des !!ens de couleur avec les blancs a été mls hors la loi par le j;!(ouvernement sud-africain. 95 dirÎgeants de l'action antiraciste sont poursuivis pour « trahison n . LONDRES • « A BAS LES JUIFS! A bas les rouges ! )1 C'est avec ces cris Que les partisans de Mosley ont manifesté l'our protester contre la déclsion du Conseil munir.:i!al de Saint-Pancras de h isseT le drapeau rouge sur l'Hôtel de Ville le 1 er mai. MILAN • UN MANUEL d'enseignement religieux catholiaue. qui contenait des remarque. méorisantes à l'é!!ard des juifs a été retiré des écoles à la suite d'une orotestation cfe l'Union des Commun~utés Juives d'Italie. MOSCOU • PLUSIEURS CONCERTS et représentations théâtrales en yidich ont eu lieu dans la caoitale soviétique, ainsi qu'à Léningrad, remportant un vif succès. NEW-YORK • LE KU KLUX KLAN a décidé de changer cie nom. Il s'appellera désormais : Eglise Nationale Chrétienne. • LE CONSEIL DES CITOYENS BLANCS diffuse actuellement une brochure où l'on peut lire. selon la plus belle tradition nazie ~ue «la juiverh! asiatique-marxiste contrôle le monde entier. Il PRINCETON • L'ENTREE DU RESTAURANT du club univeTsitaire est interdlte aux étudiants juifs. 'Ceux-cl ont élevé une orotestation Qui est restée sans eff~t, le droit ét"nt reco"nv aux clubs privés de « filtrer les admissions D . ROME • .« VIVE LE DUCE ! Il Ce cri lancé par des députés d'extrêmedroite, lors d'un débat sur le statut des Résistants a provoqué une bagarre à la Chambre italienne. • UNE COURONNE dèpbsée, à Mantoue, devant une plaq'ue commémorant la déportation de 58 jU'ifs a été incendiée par les fascistes. U.S.A. ~ Explosions de haine ISuite de la page 1) S a venue devait coïncider avec le dynamitage d'une école. Il fut d'ailleurs condamné à une légère peine de prison et expulsé de l'Etat de Tennessee. Mais il avait obtenu gain de cause : il avait suffisamment excité les passions pour que la ségrégation scolaire fût maintenue. Or, trois jours avant l'attentat du (,lUE p AS~E-"r-lL 16 mars, 27 organisations religieuses, civiques et sociales, parmi lesquelles des organisations juives, avaient signé une déclaration demandant l'application de la loi sur l'intégration dans les écoles. L'attentat contre la synagogue est la réponse des racistes, de même que les menaces de mort adressées au juge fédéral, M . William Miller, qui s'est prononcé contre le maintien de la ségrégation. « Libérer l 'Amérique 1) Un dirigeant de l'Anti-Defamation League, M . Perlmutter, a révélé qu'il possédait la preuve que l'attentat de Miami avait été perpétré par le même groupe que celui de Nashville. On a découvert une lettre adressée aux adhérents de ce groupe raciste, indiquant que « des cours seront donnés sur le maniement des bombes et les incendies ». Déjà, en 1951, cinq centres religieux juifs, une égiise catholique, et plusieurs maisons habitées par des noirs ont été l'objet d'attentats. Selon certaines informations, le groupe des dynamiteurs raci~tes serait lié au Ku Klux Klan. Toutefois, le rabbin William Silvermann, de Nashville, a reçu un coup de téléphone d'un homme le menaçant de mort et se disant membre d'une certaine « Union confédérée ». On rapproche ce fait de la découverte récente à New-York d'une organisation intitulée « Confédération Nordique Unifiée », qui possédait des armes, et qui s'était donné pour objectif de « libérer l'Amérique des juifs, des noirs, des Italiens et des Porto-Ricains ». On ne peut limiter la haine ... Divers journaux ont sévp.rement condamné les attentats de Miami et de Nashville. Des a ssociations chrétiennes se sont offertes spontanément à payer une partie des réparations nécessaires. Une porte-parole du Congrès Juif Américain. à oui l'on demandait si son organisation renonr.erait. dans cette situation. à se solidariser avec les noirs. a déclaré : « La lutte contre l'Imtisémnisme est insépaTflnle de la lutte contre le racisme. Tl n'e .~t pas dp. rac; .~te anttnoir nui ne soit en même temps un antisémite ». Quant. all rabbin Silvennl'lnn, de Nllshvi11e. il l'l, ll'lncé allX nOllvoiTS publics un annel demandant une répression exemnll'liTe. « On ne neut pas limiter la haine ,., a-t-il dp.claré. « C'est un fléau aussi virulent Due la poliomvélite ou toute autre mahdie qui rend les hommes infirmp.:. J ,a haine rend infirmp.s l'esprit, la sensibilité, la conscience et l'âme. « Ces év,;nements n01.: rannellp.'1t les anannées "'li ont nrécédé la dernière !ruerre mnndi".le. ou:\'11 des rh .. étiens bien intentionnés np."saient qn'Hitler ne constituait un problème Que pour les juifs. Ce ne sont nas seulement les juifs. mais aussi les libertés et finalement l'Eltlise ellemême Qui ont souffert de la haine déclenchée par les hitlériens ». ~ Les Indiens Le racisme a bien des conséquences néfa stes. La revue « Santé lIu Monde Il, éditée par l'Organisation Mondiale de la Santé, en soul :gne un aspect par~iculière ment cruel, dans un récent article sur les condi ' ions san ita ires des Indiens vivant aux Etats-Unis. Les Indiens, on le sait, ont été placés dans, des c( · réserves » et ils subissent toujours, dans leur grande masse, les effe ts de la ségrégation. « Les Indiens connaissent aujourd'hui des conditions sanitaires semblables, par de nombreux points à celles de la population générale des Etas-Unis il y a une génération ", indique « Santé du Monde ", se référant à uh rapport du Département de l'Education et de laPrévoyance soc:ale des Etats- Unls. « En 1955, peut-on lire encore, la population indienne s'élevair à 472.000 habitants dont 280.000 vlve·nt dans des réserves fédérales. 335.000 Indiens bénéficient des services de santé publique. Quelque 135.000 Indiens appartiennent à des h ibus qui 'ne sont pas sous la jurid'ction fédérale ou vivent sur des terroires éloignés où ils ne peuvent recevoir aucune assistance médicale. " La revue note encore : « Les problèmes sanitaires les plus importants, parmi les Indiens, sont la tuberculose et les accidents. La mortalité che:z: les enfants de moins de 5 ans est le double de ce qu'elle est dans le reste des Etats-Unis. Les enfants de moi'ns de 15 ans représentent quelque 40 % de la clientèle des hôpitaux (12 % seulement dans les autres hôpitaux)... Les maux les plus fréquents dont souffrent les petits l'ndiens sont la tuberculose, la pneumonie et la gastro-entérite. Quant aux troubles oculaires. dus le plus souvent au trachome, ils touchent près des 3/4 des enfants examtnés. lt • • bd ut Ne jouez pas avec le feu ... ! RECEMMENT un îlot insalubre du 20' arrondissement de Paris était volontairement incendié par les pompiers eux-mêmes. Au premier abord, on peut trouver originale( cette manière de supprimer un pâté de maisons. Cependant l'abondantl' publicité faite à cette opération la justifie par d'autres raisons: étudier la résistance des immeubles à la combustion, l'efficacité des moyens mis en oeuvre pour circonscrire, isoler, maîtriser un foyer d'incendie, etc .•• Quand on connaÏt' le dévouement et la promptitude avec lesquels le corps des sapeurspompiers de Paris fait face aux incendies cc ordinaires » et même extraordinai· res, on ne voit pas très bien de quoi ce brasier expérimental peut faire la preuve. Mais les explications que fournissait, en novembre dernier, le directeur de la Protection civile, devant le Conseil municipal de Paris, éclairent mieux - si l'on peut dire - les buts de cet incendie cobaye. Nous avons le plus beau régiment de pompiers du monde, déclarait ce pero sonnage officiel, auquel nous allons adjoindre des colonnes mobiles de réservistes de 2.000 hommes chacune. Ainsi, nous pourrons encercler un foyer d'in- 1 cendie d'un périmètre de 8 kilomètres soit la zone de destruction d'une bombe atomique type Hiroshima. Voilà donc que le grand incendie de Ménilmontant apparaît comme un jeu , de « petite guerre ». On a joué avec le feu pour démontrer aux populations qu'on est capable de l'éteindre. Et les rassurer ..• Il semble même que le seul rôle que puisse assumer la Protection civile, soit précisément de rassurer. Car le débat devant le Conseil municipal de Paris a plutôt démontré le caractère dérisoire de cette protection, souligné par les explications embarrassées, les contradictions en forme d'aveu du directeur de la Protection civile, lui-même. Les ravages et les destructions qu'une bombe H causerait dans une agglomération comme Paris, anéantiraient avec une grande partie de la population les moyens de défense prévus, aussi bien abris qud canalisations d'eau. Et l'incendie généralisé, comme la radio-activité. de toute la zone touchée, provoquerait un affolement général des survivants, dont les pompiers d'élite rescapés ne seraient pas plus à l'abri. .. Dans cette « expérience », ce n'est pas aux pompiers de Paris qu'est dévolu le rôle de boutefeux, mais aux apprentis·sorciers qui veulent se rassurer et nous rassurer par leur « protection! » puérile, tout en jouant avec le feu des bombes atomiques plus ou moins « désamorcées », des rampes de lancement dont ils « amorcent ». l 'installation, et qui nous brûleront avec eux, si les hommes de bon sens ne leur rappellent Que faute de pouvoir arrêter les incendies entre les peuples, il faut les prévenir. HIER ET AUJOURD'HUI ~ Une voix monte des fers « Lorsque Speidel fera son entrée à Fontainebleau, écrivait, en mars 1957, la revue « Der Deutsche Soldat )), pour la première fois dans l'histoire de l'Europe, DES DIVISIONS ET BRIGADES FRANÇAISES, allemandes, américaines, britanniques, canadiennes, hollandaises et belges SERONT PLACEES SOUS COMMANDE· MENT ALLEMAND. » Sur les 168 jeunes dont les pères ont été torturés, fusillés ou déportés, et qui ont écrit au Président de la République leur décision de ne pas présenter les ar· mes au général nazi Speidel qui, de 1940 à 1942, exerça un « commandement allemand " en France (se traduisant par les exécutions et les déportations de résistants et de juifS), 17 sont emprisonnés. Dans la dernière lettre qu'écrivait à sa compagne le père de l'un d'eux, nous lisons : « Je te recommande une dernière fois notre cher petit... Fais·en un homo me, un homme qui soit bon, sans haine pour son prochain, un homme qui soit fier de l'être, qui ne courbe pas la tête, un homme qui doit savoir qu'il n'a pas à rougir de son papa et dont son papa ne pourrait avoir à rougir .•• ,. Quoi qu'on puisse penser de la présence de Speidel en France, nul ne peut rester insensible au drame de conscience de ces jeunes. D'éminentes personnalités (MM. J. Pierre-Bloch, Debu-Bridel, J.-M. Domenach, Etiemble, A. Hauriou, F. Jourdain, Paul-Boncour, O. Rosenfeld, J .-P. Sartre, A. ToUet, H. Torrès, H. Ulver, P. Villon, Claude Aveline, Jean Cassou, Edmond Fleg, Léo Hamon, Léon LyonCaen, Mmes Yves Farges, Mathilde Péri, J.-R. Bloch, Paul-Langevin, etc.) ont signé un appel contre leur emprisonnement : Oncle TOM. « Elevés dans le culte de la mémoire de leur père et dans le respect du sacrifice consenti à la Patrie, glorifié depuis plus de dix ans par toutes les autorités de la Républiques (ces jeunes) ont traduit par leur acte un sentiment qu'ont exprimé par ailleurs toutes l.es organisations de la Résistance et de nombreuses associations d'anciens combattants» (1). Des manifestations de solidarité de plus en plus nombreuses ont lieu à Paris, dans le Nord, le Pas-de-Calais, le Rhône, la Seine-et-oise, le Finistère, la Gironde, etc ... Tous les hommes de coeur se doivent de faire entendre leur voix pour arracher ces jeunes patriotes aux prisons d'où leurs pères sont partis en chantant La Marseillaise vers les pelotons d'exécution ou les trains de déportation organisés sous le « commandement allemand )) de Speidel ! (1 ) Les personI;les désirant se joindre iL cet appel sont priées de se faire connaître iL M. Roland Weyl, 158, rue de la R0- quette, Paris. U.RS.S. ~ Une mise au point de ' Me Blumel M' André Blumel, président de la Fédération Sioniste de France. qUii s'est rendu l'an dernier en Union Soviétique, et dont nous avons reproduit les impressions, a adressé aux « Cahiers du Cercle Bernard-Lazare» une lettre faisant le point sur la situation des juifs en U .R.S.S. Critiquant un précédent numéro des « Cahiers )1 consacré à cette question, M ' Blumel souligne certaines données sans lesquelles « le bilan de l'Union Soviétique » ne saurait être complet, à savoir : « 1° La situation des juifs sous le tzarisme en Russie ; (Suite page 3.) NOTRE SOUSCRIPTION DONATEURS Dainov : 1.000 ; Mme Hassoun-Hoffet : 500 ; Rappoport : 5.000 ; Claude Gandillon: 500 ; Berno : 3.000; M. et Mme Rabinovitch: 1.500 ; Atlas: 1.000 ; Zylberberg : 1.000; Fechtenbaum : 5.000 ; Frymerman: 1.000; Malvé: 1.000; Benveniste : 20.000; Gorintin: 5.000 ; Taksin : 5.000 ; Veleda : 5.000; Schuskin : 5.000; Erjetex : 5.QOO; Cherzbaum: 5.000; Simon: 10.000; Birin : 2.000; Steinberg : 1.000; Linder : 1.000; Gecht: 1.000; Marcel Amar : 1.000; Schmaus: 500; Ernest Kahane: 1.000; Broer: 1.000; Dr Weill-Warlin: 1.000; Dr Hirschman: 1.000; Mme Halbwachs Yvonne: 500; Riwan : 500; Pechman: 1.000; Fucks: 1.000; Mme Halphen: 5.000; Guy Charles: 500; Korner : 500; Lapidous: 500; Koplik: 1.000; Katz Charles: 1.000; Lobelson

2.000; Voisin : 1.000; Rotenstein :

2.000; Barrière : 1.000 ; Bernard Lyon-Caen : 500; Mme Brauman : 1.000; Paturaud: 500 ; Klatzman: 1.000; Mme Vve Hubschman : 500; Nadd: 1.000; Danziger: 1.000; Mme Kalle : 2.000; Swiatly: 2.000; Malowanzyk : 500 ; Jacob : 500; Banateanu: 5.000; Brébant

500; Della Torre: 500; André : 1.500;

Dr Sidi Edwin : 5.000; Maurice: 5.000; Dr Georges Fayner : 500 ; Studi : 2.000; Dr Gold: 3.000; Berenstein: 1.000 Blotnik: 1.000; Stein : 5.000 ; Strum : 1.000; Edna : 5.000; Blanche Belfer: 1.000; Sachs: 2.000. SOCIETES. Association des Bessarabiens de France

10.000; Société Radom : 10.000; Société

Aide Amicale : 20.000; Société Sydloviec : 10.000 ; Société Now·Radomsk : 25.000 ; Société Lodz: 20.000; Société Amicale prévoyante

10.000.

Antiracistes, a i cl e z 1 e M. R. A. P. (Suite de la page 2.) « 2" La libération de l'Europe occidentale et, notamment, de la France par l'effort gigantesque de guerre soviétique

« 3° L'aide apportée le 29 novembre 1947 à la création de l'Etat d'Israël; « 4° L'envoi d'armes par la Tchécos· lo'vaquie en 1948 ». A propos de la situation des juifs, M ' Blumel fait ensuite les observations suivantes : « ... Je lis l'article de Moché Schulstein

« Il se peut qu'un journal juif

paraisse encore en Union Soviétique bien que ce soit douteux. » « Ce n'est pas douteux. Il paraît au moins un journal yiddisch au Birobidjan. J'en ai même rapporté un exemplaire à Paris. Je ne discuterai pas de son contenu, dont on m'a dit qu'il était insipide et vide ; mais c'est un journal yiddish ! « Il n'y a plus de théâtre juif au sens exact du mot ; mais il existe toutefois une très petite troupe qui donne des concerts et des récitals en yiddisch dans les grandes villes de l'Union Soviétique, spectacles qui sont extrêmement suivis comme me l'a relaté un important diplomate français qui y a assisté, bien que la majorité des jeunes gens qui les suivent avec passi01l ne connaissent pas le yiddisch

ce qui est une preuve irréfutable

de la persistance du sentiment juif en U.R.S.S. ft J'ajouterai que lorsque je lis dans l'article signé J.G. ou, ce qui est plus grave, dans l'article de Zvi Raanan, qu'il existe un numérus clausus, 2 % à l'Université, précise notamment Zvi Raanan, j'ai le droit de demander quelle est la source de cette information. Je ne me donne pas, vous le sUr vez bien, comme un spécialiste des questions juives en U.R.S.S., un séjour de vingt-deux jours ne m'en confère ni le droit ni la compétence. Mais sur ce point, l'enquête - rapide, il est vrai - que j'ai menée, m'avait- permis de conclure sur la foi de renseignements très divers - j'ai même reçu, émanant d'un diplomate qui n'est pas juif, une lettre après mon retour en France - qu'actuellement il n'existe pas ou plus de numerus clausus à l'Université. Est-ce pratiqué à l'armée, ceci est également fortement contesté même par des juifs de l'U.R.S.S. En tout cas, je tiens à affirmer que les autorités , soviétiques se défendent avec une énergie indignée de tout numerus clausus ». En conclusion, M' Blumel s'élève contre une appréciation de M. Ben Gourion, selon lequel « deux grandes catastrophes se sont abattues sur le judaïsme européen au cou?'s des 27 années qui devaient séparer la fin de la première guerre mondiale de la fin de la deuxième, savoir : 1° 1/3 du judaïsme européen fut détaché par la force du corps juif par le régime bolchevique, il y a quarante ans ; 2° . presque 2/3 (toujours du judaïsme eu· ropéen) furent exterminés par les bourreaux nazis pendant la deuxième guerre mondiale ». Tout en précisant qu'il n'approuve pas en tous\ points la politique de l'U.R.S.S., M' Blumel se refuse énergiquement « à condamner la révolution russe comme une catastrophe » et à « placer sur le même plan le massacre de six millions de Juifs et un régime qui ... vise à l'émancipation des travailleurs et au progrès scientifique et humain ». QUE ~E PA8~E-'r-IL '.) DRAME ALGERIEN • Graciées Le Président de la, Républiqué a gracié, le 13 mars, Djamila Bouhired et Jacqueline Guerroudj. « Messieurs, je sais que vous allez me condamner à mort, pourtant je suis innocente, avait affirmé Djamila Bouhired, en juillet dernier, avant Djamila Bouhired le verdict qui devait la frapper. Pour réclamer contre moi la peine capitale, vous n'avez pu introduire que les déclarations d'une malade, dont vous avez refusé, et pour cause, la contre· expertise psychiatrique, et un rapport établi par la police et les parachutistes, dont vous avez caché l'original jusqu'au dernier jour du procès ... » Quant à Jacqueline Guerroudj, nos lecteurs connaissent son cas par l'article publié dans le dernier numéro de notre journal, où Jacques Madaule évoquait cette institutrice israélite, née à Rouen, et mariée à un institu· res d,e clémence qui viennent d'intervenir, en souhaitant que la même décision soit prise à l'égard de Taleb, de A. Guerroudj, et de tant d'autres condamnés, frappés dans urie ambiance passionnelle, peu favorable au strict exercice de la justice. ~ "La question" La diffusion en quelques semaines de 70.000 exemplaires du livre d'Henri Alleg, « La Question» (dont un nouveau tirage est en cours) témoigne de l'émotion croissante que provoquent dans l'opinion publique certaines méthodes employées en Algérie. « Cette lecture confirme, hélas ! ce que j'ai pensé en lisant les fragments de l'article (interdit) de Sartre dans l' « Observer », il y a trois jours, écrit à ce sujet le, philosophe catholique Gabriel Marcel. Je ne puis que lui donner raison. Hitler a été un précurseur ( ... ) J'estime qu'on se déshonore en gardant le silence en présence de ces horreurs. Les différences d'opinions politiques s'abolissent, elles n'ont plus sur ce plan la moindre importance. Il n'y a plus que ceux qui approuvent ou admettent et ceux qui réprouvent, qui vomissent de dégoût ». Plus encore que les tortures subies par un accusé, entre autres, ce petit livre éclaire avec une vigueur sans précédent le drame algérien dans son ensemble - cette guerre « imbécile et sans issue », où l'homme perd ses droits et où sombrent le renom et l'avenir de la France. Car les méthodes, c'est l'évidence, découlent du caractère même du con· flit. C'est à ce conflit qu'il faut, d'urgence, mettre fin, par la négociation et la paix. Algériens en France Une iournée d'étude sur la situation des travailleurs, algériens en France a eu lieu le 2 mars, à l'initiative de l'Amicale générale des travailleurs Algériens (A.C.T.A.). Les représentants de différenes organisations, en particulier les syndicats C.C.T., C.F.T.C. et F.O., ainsi que diverses personnalités ont participé à ces débats, au cours ft ft ft ...... ft Erratum Par suite d'une erreur technique, un certain nombre d'exemplaires de notre dernier numéro ont paru avec: la page 2 et la page 3 iftterverties. Nos lecteurs, nous n'en doutons pas, auront rectifié d'eux-mêmes. Nous les prions de bien vouloir nous excuser. desquels ont pris notamment la parole : MM. Claude Bourd!'lt, Jean Prunteau, Pierre Co t, le R.P. Chis, Jean Dresch, Pierre Stibbe, Mmes Andrée Michel et Colette Jeanson. Notre secrétaire général, Charles Palant, est intervenu au nom du M.R.A.P. Le rapport présenté par l'A.C.T.A. soulignait essentiellement les discriminations et les brimades dont sont victimes les quelque 400.000 Algériens vivant actuellement en France. Même à égalité de rendement et de travail, les ouvriers algériens sont en générai moins payés que leurs camarades d'atelier ou de chantier. D'innombrables obstacles les empêchent d'améliorer leur qualification et, plus encore, leur salaire. Les al locations familiales, les prestations de la Sécurité Sociale sont nettement moins élevées pour les travailleurs algériens que puur les travailleurs français, bien que les cotisations versées soient les mêmes. Dans le domaine, de l'habitat, des « marchands de sommeil » sans scrupules profitent du racisme qui, en fElrmant la plupart des logements et hôtels aux travailleurs algériens, les met à leur merci. A cela s'ajoutent les discr imi natiorS à l'embauche, les retards mis à payer les mandats adressés par les travailleurs en Al gérie à leurs familles, dont ils restent longtemps sans nouvelles, Et, quotidiennement, les brimades, les tracasseries de la poiLee, les rafles « au faciès », les perqui sitions de jour et de nuit ... Telles sont les conditions douloureuses des travailleurs algériens, aggravées considérablement par la guerre et son cortège de violences, d' insécurité, d'arbitraire. Les antiracistes se doivent de susciter plus de compréhension, plus de fraternité et de justice à l'égard de ces persécutés. LE ' CARNET DE D. L. Jacqueline Guerroudj teur musulman, condamné avec elle à « avoir la tête tranchée dans l'enceinte de la maison d'arrêt d'Alger ». Annoncée le 22 mars, la grâce dE! son mari, Abdelkader Guerroudj n'a pas été confirmée. L'ombre de la guillotine reste suspendue sur lui et sur leur coinculpé, l'étudiant Abderrahmane Taleb, jugé dans les mêmes conditions que lui. Ces derniers mois, des milliers d'enseignants, instituteurs, professeurs de lycées et des Facultés, des personnalités de toutes opinions, des simples gens dans toute la France avaient signé des appels, des pétitions en faveur de ces quatre condamnés. Et c'est dans le monde entier que des voix s'élevèrent pour défendre, en particulier, Djamila Bouhired. Il faut se féliciter des deux mesu- DISTINCTIONS Notre éminent ami le professeur Jacques Hadamard, membre de l'Institut, a reçu la Médaille d'or de la Recherche scientifique, qui lui a été remise par M. Hammadoun Dicko, secrétaire d'Etat à l'Education Nationale, en même temps qu'au physicien Gaston Dupouy. Nous exprimons à M. Hadamard les affectueuses félicitations de tous les antiracistes. PAUL RIVET Nous avons appris avec une profonde émotion le décès du professeur Paul Rivet, éminent combattant de la cause antiraciste. , L'oeuvre scientifique de Paul RIVET, consacrée aux vieilles civilisations d'Amérique, est en elle-même une contribution à la compréhension entre les hommes par delà les différences d'origines et de races, Mais c'est en fondant le Musée de l'Homme qu'il devait manifester avec le plus d'éclat sa volonté de mettre la connaissance au service de la fraternité humaine. Ardent républicain, Paul Rivet participa pendant de longues années à la lutte aatifasciste. Il avait été, en 1935, le premier élu du Front Populaire. Il s'associa à maintes reprises aux campagnes de notre Mouvement, sous l'égide duquel il prit la p",ole à la télévision, il y a deux an" à l'occasion de la S" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Il était membre du jury de Prix de la Frater.ll. Tous les militants du M.R.A.P. appreltdront avec une vive douleur le décès, à l'âge. de 67 ans, de notre ami A. eUTMAN, membre du Comité d'Action, dont ils connaissaient le dévoueft'lent inlassable. Une délé'gation de notre Mouvement. comprenant A. Lévy, S. Arbitourer, A. Chil et M. Dudkevitch s'est rendue à ses obsèques. « Droit et Liberté li se joint au M.R.A.P. pour exprimer ses condoléances à la compagne, aux filles et à toute la famille de notre ami, ainsi qu'à la Société Lodz, dollt il était un membre actif. ORIENT ET OCCIDENT APPRENNENT A SE CONNAITRE (Suite de la page 1.) favorables à une meilleure compréhension entre les nations orientales et occidentales, se doivent de combattre: l'Asie et l'Afrique n'ont pas été présentées à l'Occident d'une façon suffisamment complète, mais seulement à travers le colonialisme. Dans les pays occidentaux, l'Orient est jusqu'ici l'objet de quelques recherches scientifiques dont les découvertes sont réservées aux savants. Le grand public est uniquement frappé par le caractère exotique des sociétés orientales. Le système colonial a produit une situation telle dans l'esprit de nombreuses personnes que celles-ci sont empoisonnées, même inconsciemment, par la mentalité raciste : elles sont alors conduites à considérer les sciences et les cultures orientales comme secondaires, sinon inexistantes. Dans l'évolution actuelle, le grand public doit repenser les problèmes d'Orient et ac'i cepter tout l'apport oriental comme une contribution à la culture universelle, sur un pied d'égalité avec l'appor.,t occidental. Les Occidentaux devront apprendre que les Orientaux ont, eux· aussi, connu un moment de prépondérance culturelle et militaire. DE MAGNIFIQUES REALISATIONS Dès le X' siècle, le papier introduit de Chine est largement répandu dans le monde musulman. D'importantes bibliothèques existent dans plusieurs villes. Le poète Ibn Hazm, mort en 1064, a donné à l'Europe, avec son « Collier de la Colombe», un véritable code de l'amour courtois, dont on ne saurait nier l'influence sur la poésie des troubadours. L'historien Tabari, mort en 923, compose une monumentale histoire universelle où sont groupés la plupart des textes écrits sur l'histoire ancienne et islamique. Dès lors l'histoire devient pour six siècles le gen· re littéraire le plus cultivé du monde arabe. A partir de IX' siècle tous les gouvernements créent et entretiennent des hôpitaux, remarquables et exceptionnels pour leur temps. Des progrès sont réalisés empiriquement en ophtalmologie, en osbtétrique, en pharmacologie, la « petite circulation» du sang entre le coeur et les poumons est découverte. La médecine d'Avicenne a été enseignée aux occidentaux jusqu'au XVII' siècle. Dès le début du IX' siècle, un observatoire est établi à Bagdad Les observations faites sur l'écliptique, les éclipses, le mouvement des planètes, la mesure d'un degré de la circonférence terrestre, dans l'hypothèse de la rotondité de la terre, sont oeuvres d'astronomes arabes. Ce sont les musulmans qui nous ont transmis les chiffres hindous, à numération décimale avec zéro, avec les mêmes mots de « chiffre» et de « zéro ». Le mathématicien Al Khwârizmî, au IX' siècle, a créé le nom et les premières méthodes de l'algèbre. L'Islam s'est assimilé, au moment de son apogée, du IX' au XI' siècle, la philosophie d'Aristote. Et celle-ci, transmise à l'Occident par les Arabes d'Espagne, y est devenue la base de la philosophie scolastique. Comme l'a déclaré, au cours de la conférence générale de l'U.N.E.S.C.O. M. Ammoun, ministre plénipoteniaire du Liban: , « Nous participons à tout l'éclat et la gloire de la civilisation et de la culture arabes projetées depuis le désert jusqu'aux Pyrénées dans de magnifiques réalisations d'art et de science». L'avance technique de l'Occident dans une période donnée et le besoin de justifier son impérialisme, explique le sentiment de supériorité ressenti à l'égard de l'Orient. Le moment est venu de procéder à un changement dans l'attitude spirituelle qui préside aux relations entre ces deux parties du monde. « Il faut, a déclaré l'Académicien soviétique Zhukov, ouvrir un chemin à l'idée de l'égalité des cultures et il faut liquider dans la conscience des hommes les dernières séquelles du colonialisme.» Les membres de la conférence de l'U.N.E.S.C.O., qui appartiennent à 21 nations différentes ont apporté des exemples montrant les efforts déjà entrepris en vue d'une meilleure compréhension entre l'Orient et l'Occident. En voici quelques-uns : Le premier volume de Shakespeare jamais traduit en langue arabe parait au Caire. La première traduction directe de l'arabe en polonais des Mille et une Nuits sera mise en vente sous peu à Varsovie. L'Inde, la Chine, l'Espagne et les Etats-Unis ont fait l'objet d'émissioIlB radiophoniques spéciales réalisées à l'intention du public japonais. Cette année, dans 25 écoles britanniques, plus de 2.400 heures de cours seront consacrées aux probl&mes de l'Orient. En Union Soviétique, 21 milliOIlB d'exemplaires d'ouvrages traduits du chinois sont sortis des presses, de même que 8 millions et demi de livres indiens, 3 millions et demi d'ouvrages arabes et un million traduits du persan. La voie est ouverte vers une meilleure compréhension entre des peuples que séparaient des siècles d'ignorance, de calomnies, de haines aveugles. Les éducateurs, les hommes de culture, les antiraCistes , en général ont encore beaucoup à faire pour déblayer cette voie, au bout de laquelle l'humanité se retrouvera, enfin, une et ~ visible. ________________________________________________ L'HEURE MAlAISE AU PAlAIS -BOURBON I L est un fait qui - je crois - ne peut être contesté par personne. L'atmosphère de l'Assemblée Nationale devient chaque jour de plus en plus irrespirable. Dès que l'on pénètre au Palais-Bourbon on éprouve, depuis quelque temps, un malaise que rien ne parvient à dissiper. D'où vient ce trouble, cette angoisse? La réponse à cette question ne saurait faire de doute. Malaise,tr.ouble, angoisse par - ____ ---, André SAUCER naissent de ce climat fasciste en lequel vivent, s'agitent, pérorent " certains éléments èe droite qui siègent à l'Assemblée. Ils nous rappellent ceux-là par leurs agissements, leurs devanciers de 1934 et aussi la horde de ceux qui .parlaient de Révolution nationale au temps de l'Etat dit Français. L'hitlérisme n'est pas mort. Les néos-nazis tiennent les mêmes propos racistes et antisémites que leurs prédécesseurs. Dides, c'est Doriot; Tixier-Vignancour, c'est lui-même ! Le Pen, c'est Philippe Henriot. On les sent rêvant de faire brÛler le Palais-Bourbon, et de faire porter aux « juifs» quelque insigne jaunâtre. Ils ne cachent d'ailleurs pas leurs sentiments. Ils glorifient publiquement les exploits de ceux qui. comme arguments, usent de la' bastonnade. Le thème de leurs discours n'est rien d'autre que le slogan doriotiste: « France, réveille-toi» qu'ils agrémentent de violences ubuesques d'une rare bassesse intellectuelle. Ils s'en prennent à tout: aux libertés républicaines. à la démocratie comme au reste. Tous sont l'objet de leurs venimeuses attaques. Ils n'épargnent pas plus le général de Gaulle parce qu'il a été résistant, que M. Pinay qui ne l'a pas été. Ils mènent comme ils disent « leur combat ». Leur haine toutefois atteint son ' paroxysme quand il s'agit de «juifs». Ils n'ont plus alors de retenue. Ils vont jusqu'à s'en prendre à leur physique, jusqu'à les accuser des pires méfaits. Ils déversent sur eux les calomnies les plus viles. (M. Pierre Mendès-France et M. Daniel Mayer en savent quelque chose). "Leurs insinuations sont autant de mensonges. Et ils vont ainsi à longueur de journées diffamant les uns, salissant les autres. et tirant des immondices qu'ils répandent autour d'eux un spectaculaire plaisir. On est stupéfait de leur sottise et l'on rirait volontiers de leurs' burlesques divagations, s'ils ne trouvaient pas parmi leurs collè- Tixier-Vignancour et Dides gues une certaine audience.. Il en est beaucoup qui les écoutent sans impatience. Ne serait-ce pas parce que racisme et antisémitisme flattent en eux on ne sait quelle passion mal contenue? Il en était déjà ainsi en 1934. Le grave est que ceux qui exercent le pouvoir dépendent de ces tristes sires. Ils ont besoin de leurs suffrages dans les scrutins difficiles. Aussi tous ces Ubu-enchaînés font-ils preuve à leur égard de la plus coupable des complaisances. Ils les louent, les flattent. les aplaudissent. Ils vont, pour ne pas ,eur déplaire. jusqu'à se faire les complices des atrocités commises au delà de la Méditerranée; jusqu'à s'en prendre à la liberté de la presse et cela avec d'autant plus d'empressement quand le directeur d'un journal ou d'un hebdomadaire est israélite. Et dans le même temps, ils laissent une poignée de policiers trompés par quelques meneurs factieux crier devant les grilles du PalaisBourbon « Mort aux juifs » ... « A la Seine. les députés». . Tout cela, bien entendu, au nom de l'union. Au nom d'une union d'où sont exclus communistes, socialistes. israélites, radicaux mendésistes, francs-maçons, chrétiens progressistes et tous ceux qui sont attachés au régime parlementaire et qui portent en eux l'amour de la République. LE POINT DE "UE DI~ DEUX Pour un Comité National de Résistance au fascisme LES libertés républicaines subissent depuis deux ans des restrictions et des assauts qui exigent la vigilance et le regroupement de tous les républicains sincères. Ces atteintes à la liberté ont deux origines. l.a première, classique et béni~ e, est le fait d'un millier d'hommes, répartis dans les grandes villes

bandes fascisantes composées

pour partie de convaineus congénitaux de la véracité des thèses d'extrême-droite et de la primauté de la force sur le droit, et pour moitié de mercenaires. Ces bandes sont organisées par des partis politiques et payées en partie par les super-profits de la guerre d'Algérie, bénéfieiant de la complicité bienveil1ante du gouvernement. Si les dirigeants de ces partis croient détendre des thèses manrrassiennes, ceux qui les financent par Léon HOVNANIAN Député de Paris ~,spèrent en perturbant nos réunions nous intimider et nous empêcher de dire les vérités gênantes. Ce danger n'est pas bien grand. Les partis républicains sont capables de jugùler par leurs propres moyens ces quelques milliers d'individus répartis dans les grandes villes. Déjà, à plusieurs reprises, nos militants ont permis à nos réunions de se tenir en jetant à la rue les perturbateurs. Le deuxième danger est plus grave car il est d'ordre gouvernemental et relève à la fois de l'esprit de revanche du vichysme et du « fascisme mou » bourgeois. Et il est d'autant plus grave qu'il bénéficie de l'appui du pouvoir avec les moyens que celui-ci possède et qu'il s'installe de façon plu8 80urnoise prenant l'apparence du fameux « ordre moral ». Ainsi nomhre de républicains ne s'aperçoivent pas de son installation progressive. Cela a commencé avec l'action du gouvernement Guy MoUet et des pressions qui ont été faites sur la presse, la radio et la télévision qui sont passées complètement aux ordres. Ce qui était fait par facilité, pour camoufler une politique erronée (il était tellement plus commode de mentir !) rlevint insensiblement une méthode de gouvernement. Ainsi depuis deux ans une intoxication systématique de l'opinion publique a permis d'endormir le pays dans un optimisme mensonger. Le Parlement est baillonné par intimidation, en assimilant tous ceux qui critiquent l'ac- "tion néfaste du gouvernement à des traîtres à la patrie. Quatre journaux sont saisis. Des journalistes de la Télévision sont obligés de se taire et sont suspendus s'ils ont le courage de parler. J'ai déposé une interpellation sur ces deux problèmes : liberté de réunion et liberté rle la presse. Avec la complicité d'une assemblée au conrage restreint, cette interpellation a été étouffée. Devant la carence de l'Assemblée, la volonté délibérée rlu gouvernement, le pavs seul peut faire obstacle à ce danger imminent pour' les libertés républicaines. Ou tous ensemble nous saurons dire non, ou nous nous retrouverons demain, baillonnés, emprisonnés et il nous faudra des années pour rêcupérer nos libertés et faire respecter les droits de l'homme et du citoyen. Il faut rapidement créer un Comité national de Résistance au Fascisme. Il faut tous ensemble défendre physiquement nos réunions. Il faut tous ensemble protester, manifester dans la rue et même provoquer des grèves générales s'il y a de nouvelles atteintes à la presse. Si ]e pays dit non, le Parlement retrouvera rlu courage et le gouvernement cèdera. Mais le temps nous est mesuré. Il faut agir durant les quelques mois de régime républicain qui nous restent. Année 1958, année de défense républicaine. Malgré nos divergences ... LA manifestation factieuse du 13 mars 1958 contre l'Assemblée Nationale a réveillé dans la conscience d'un grand nombre de Français le souvenir du 6 février 1934, quand d'autres factieux marchaient sur le Palais-Bourbon, aux cris de : « A bas les voleurs ! A bas les métèques! », avec la complicité du Préfet de Police Chiappe. L'audace croissante des fascistes est une des conséquences de la guerre d'Algérie et de l'état de division des forces démocratiques. Cette division a permis aux gouvernements successifs, depuis 1956, d'imposer la guerre d'Algérie à une population qui, le 2 janvier 1956. avait clairement exprimé sa volonté de paix; et, depuis, cette volonté n'a fait que grandir. Dès lors. les gouvernements ont utilisé la contrainte à l'égard de cette population et de ceux qui expriment son opposition. Que les lois, la Constitution républicaines gênent la politique de guerre en Algérie : les gouvernements ne les respectent pas, ou les violent. Que les institutions démocratiques soient une entrave à l'appliCatIOn de cette politique : les gouvernements s'efforcent de les détruire. C'est ainsi qu'ils multi- Par Madeleine MARZIN Député de la Seine plient les tentatives de transformer la représentation nationale en une machine à émettre des voeux pieux ; la révision constitutionnelJe, chère à la réaction, est une de ces tentatives. Contre les organisations démocratiques, ces gouvernements multiplient les saisies 'de journaux et autres moyens d'étouffer leurs voix, d'empêcher leur action. A cet effet: ils laissent le champ libre aux groupements fascistes contre les réunions, les sièges et permanences, les activités des partis et organisations démocratiques. assurant à ces fascistes sinon la complicité, du moins l'appui tacite des forces de police. On le vit bien le 30 mars 1957, quand les forces de police ne bougèrent ni pied, ni pouce, lorsque les nervis défilant avec Didès et le général Faure sur les Champs-Elysées, aux cris de : « Fusillez Ben Bella - Le P.C. hors la loi - Mort aux juifs », attaquèrent les locaux du journal L'Express. Il est vrai qu'à cette époque le gouvernement Guy Mollet plaçait sous l'autorité de Speidel une partie de l'armée française. Comment les anciens kollabos, les fascistes, les racistes, n'auraient-ils pas « célébré » un tel avènement à l'hitlérienne. N'avait-il pas suffi Qu'ils réclament la guerre jusqu'au bout en Algérie pour que M. Lacoste les range au nombre des « nationaux » ? « Nationaux » ? Voyez plutôt ce 'chevalier de la guerre jusqu'au bout en Algérie, qui s'en fut dernièrement. à ' la tête d'un groupe fasciste, manifester à l'Hôtel Matignon, pour exiger de nouveaux Sakiet. C'est M. Alexis Thomas, du Comité France-Allemagne. Il s'eftorça, sous l'occupation nazie, de mettre l'Union nationale des Anciens Combattants au service de la kollaboration. Et si quelque démocrate pouvait douter de l'étroite liaison entre la politique de force et de guerre en Afrique du Nord et le développement de l'agitation fasciste, qu'il réfléchisse au fait que cet Alexis Thomas, le 6 février criait: ccA bas les métèques». Pour sa part, le Parti Communiste Francais a toujours dénoncé la guerre d'Algérie comme une danger d'infléchissement de la politique française vers le fascisme, vers le racisme. Comment la cbasse aux faciès organisée quotidiennement dans les quartiers où vivent les travailleurs algériens n'encourageraitelle pas aussi l'antisémitisme ? Contre la guerre d'Algérie et ses conséquences. contre le danger fasciste, le Parti Communiste Français a multiplié les offres d'action commune aux autres partis de gauche. L'expérience montre, depuis deux ans, qu'en refusant cette action commune avec le Parti Communiste Français, force démocratique essentielle, les autres partis de gauche vont à l'échec, et ouvrent la voie au fascisme. L'expérience de 1934, par contre, prouve que l'union des forces démocratiques lui ferme cette voie. C'est pourquoi au lendemain de la man.ifestation fasciste du 13 mars H158. le Bureau Politique du Parti Communiste Francais a, de nouveau, proposé aux autres partis et organisations démocratiques d'agir ensemble pour l'épuration de la police et de l·armée. la dissolution des groupes factieux, et pour la paix en Algérie. Nous ne doutons pas Que cette proposition, malgré les divergences idéOlogiques, trouve un écho favorable parmi les démocrates et ceux qui ont le sens des intérêts nationaux. Nous ne doutons pas qu'elle trouvera l'appui de celles et ceux qui, comme nous mêmes, refusent pour la France la honte du racisme, du fascisme. Ça s'est passé dans un commissariat du 3" arrondissement. Mme H. vient fa 're légaliser un certificat pour son fils, mineur, qui désire se rendre en Israël. L'inspecteur tarde à lui répondre et, comme pour lui-même, répète plusieurs fois, à haute voix : - Ah ! ce qu'on est c ...• nous les Français... " Pu;s, comme Mme H. lui demande des explicatlon$, il lui montre la Le "RAe SON La section d de la Ligue dei organisait, le 1: le thème : cc Li devenir le ce ment des antiJ Présidé par débat. parfois qUiétude des rÉ tendances dev3 ril fasciste, et firmèrent, chaIl dis, la nécessitl mune en dépi tions diverses. Après M. DaI président de 1 de l'Homme, 01 ventions de MI et Charles HE caux; Claude Nantet, leader: Gauche Social fer, secrétaire naud. secrétah emplovés de la Cot. député pl lières, dirigea] tion de la Sein l , niste Français; rie; André Hal teur socialiste: cie la Jeune RI , Lecache, présid Léon Lyon-Cael R.A.P. Au nom de DI président Lvon ration Ruivante cc Le M.R.A.P., de représenter dent. rassembll tnutes opinions phiaves et Te a1Jant tont à la j Devui,q dix ans, l10ur la toléra? les hommes et les peuvles, par ce,q d'ordre ethn nel aui 1Jeu1Jent te, à caractère Il tP',q les formes, , flées. ne raci.q17l les fui fs. contre les musulmans. 1 « En même tel me, il est . essen ('f.1te: car racis17l éfro1tement sol! d'être insénu,rab cas. mène à l'au, « C'est vous dl R.A.P. est, par s (lction, vror:he Dro;ts de l'Hom 110ur 1Jreuve oue 1 tf/nt Gvpui (7ue 11 trouvé auprès d', nue son renretU l'ahn. pur l'élévo ne lIOn éToauenc norter à toute,~ 1 de 'Y'f')tre activtt~ « C'est vous dil R.A.P. ne veut 01 lJpsion totale à tl da nt à re"roul1et rer tous lps ôtol tt011 .. q antifasciste « Tl est cerff/in 111t barraae efficn fée r:roissante d n"eTle nous ass dénrndntion. chal 71P rles Tihertés pu tnles (libertés dl nion. de réunion r.e,q antifascistes bat en ordre dt effet. « La Liaue des me pourrait être ble de réaliser 1 nécessaire, face à n;rn et à la r:ar publics. Car elle pement de vart1,Ql ou tel varti polit en dehors et a11 ries. A ce titre. 1 comme hauteme constituer et orgo de Défense des sant sans exclU! et collectivités dé tablir la légalttl garantir toutes L porte en criant, com temps: - Heraus !... 1\ a fallu plusiel Mme H. pour obter d'un autre inspecteu sans doute l'un de festa'ent l'autre jou lais-Bourbon aux cril juifs ». En voilà al l'on peut sanctionne lAIS -BOURBON On est stupéfait de leur sottise l'on rirait volontiers de leurs ' divagations, s'ils he pas parmi leurs collè- Tixier-Vignancour et Dides certaine audience.. Il en np~l1l'n'lIn qui les écoutent sans Ne serait-ce pas parce et antisémitisme flattent en eux on ne sait queUe passion mal contenue? Il en était déjà ainsi en 1934. Le grave est que ceux qui exercent le pouvoir dépendent de ces tristes sires. Ils ont besoin de leurs suffrages dans les scrutins difficiles. Aussi tous ces Ubu-enchainés font-ils preuve à leur égard de la plus coupable des complaisances. TIs les louent, les flattent, les aplaudissent. Ils vont, pour ne pas .eur déplaire, jusqu'à se faire les complices des atrocités commises au delà de la Méditerranée; jusqu'à s'en prendre à la liberté de la presse et cela avec d'autant plus d'empressement quand le directeur d'un journal ou d'un hebdomadaire est israélite. Et dans le même temps, ils laissent une poignée de policiers trompés par quelques meneurs factieux crier devant les grilles du PalaisBourbon « Mort aux juifs » ... « A la Seine, les députés». . Tout cela, bien entendu, au nom de l'union. Au nom d'une union d'où sont exclus communistes, socialistes, israélites, radicaux mendésistes, francs-maçons, chrétiens progressistes et tous ceux qui sont attachés au régime parlementaire et qui portent en eux l'amour de la République. PAl~LEMEN"rAIRES Malgré nos divergences ... A manifestation factieuse du 13 mars 1958 contre l'Assemblée Nationale a réveillé dans conscience d'un grand nombre de le souvenir du 6 février d'autres factieux marsur le Palais-Bourbon, aux de : « A bas les voleurs ! A bas métèques ! », avec la complicité Préfet de Police Chiappe. 'audace croissante des fascistes une des conséquences de la d'Algérie et de l'état de dides forces démocratiques. division a permis aux gouU" UU,UI, " successifs, depuis 1956, guerre d'Algérie à une qui, le 2 janvier 1956, clairement exprimé sa volonpaix; et, depuis, cette volonfait que grandir. Dès lors, les ont utilisé la l'égard de cette popuceux qui expriment son lois, la Constitution régênent la politique de en Algérie : les gouvernene les respectent pas, ou les Que les institutions démosoient une entrave à l'apde cette politique : les UVI~rrlennel:lts s'efforcent de les C'est ainsi qu'ils mUlti- Par Madeleine MARZIN Député de la Seine les tentatives de transforla représentation nationale en machine à émettre des voeux

la révision co'nstitutionnelchère

à la réaction, est une de tentatives. Contre les organisadémocratiques, ces gouvernemultiplient les saisies . de et autres moyens d'étoufvoix, d'empêcher leur aecet effet: ils laissent le libre aux groupements fasles réunions, les sièles activités et démaassurant à ces fascistes '"'VUi'U"", du moit,ls l'apdes forces de poIlee. le vit bien le 30 mars 1957, les forces de police ne bouni pied, ni pouce, lorsque les défilant avec Didès et le géFaure sur les Champs-Elyaux cris de : « Fusillez Ben - Le P.C. hors la loi - Mort juifs », attaquèrent les locaux 'ournal L'Express. est vrai qu'à cette époque le Guy Mollet plaçait l'autorité de Speidel une parde l'armée française. Comment anciens kollabos, les fascistes, I""~'""'" n'auraient-ils pas « céun tel avènement à l'hitléN'avait- il pas suffi Qu'ils la g.uerre jusqu'au bout pour que M. Lacoste les au nombre des « natio » ? Q"JLVJLa.ULA » ? Voyez plutôt ce de la guerre jusqu 'au Algérie, qui s'en fut dernièrement, à ' la tête d'un groupe fasciste, manifester à l'Hôtel Matignon, pour exiger de nouveaux Sakiet. C'est M. Alexis Thomas, du Comité France-Allemagne. Il s'efforça, sous l'occupation nazie, de mettre l'Union nationale des Anciens Combattants au service de la kollaboration. Et si quelque démocrate pouvait douter de l'étroite liaison entre la politique de force et de guerre en Afrique du Nord et le développement de l'agitation fasciste, qu'il réfléchisse au fait que cet Alexis Thomas, le 6 février criait: «A bas les métèques». Pour sa part, le Parti Communiste Francais a toujours dénoncé la guerre d'Algérie comme une danger d'infléchissement de la politique française vers le fascisme, vers le racisme. Comment la cbasse aux faciès organisée quotidiennement dans les quartiers où vivent les travailleurs algériens n'encourageraitelle pas aussi l'antisémitisme ? Contre la guerre d'Algérie et ses conséquences. contre le danger fasciste, le Parti Communiste Français a multiplié les offres d'action commune aux autres partis de gauche. L'expérience montre, depuis deux ans. qu'en refusant cette action commune avec le Parti Communiste Français. force démocratique essentielle. les autres partis de gauche vont à l'échec. et ouvrent la voie au fascisme. L'expérience de 1934, par contre, prouve que l'union des forces démocratiques lui ferme cette voie. C'est pourquoi au lendemain de la manifestation fasciste du 13 mars 1958. le Bureau Politique du Parti Communiste Francais a. de nouveau. proposé aux autres partis et organisations démocratiques d'agir ensemble pour l'épuration de la police et de l'armée. la dissolution des groupes factieux, et pour la paix en Algérie. Nous ne doutons pas Que cette proposition. malgré les divergences idéologiques. trouve un écho favorable parmi les démocrates et ceux qui ont le sens des intérêts nationaux. Nous ne doutons pas qu'elle trouvera l'appui de celles et ceux qui, comme nous mêmes, refusent pour la France la honte du racisme, du fascisme. Ça s'est passé dans un commissariat du 3" arrondissement. Mme H. vient fa :re légaliser un certificat pour son fils. mineur. qui désire se rendre en Israël. L'inspecteur tarde à lui répondre et. comme pour lui-même. répète plusieurs fois. à haute voix : - Ah ! ce qu'on est c .... nous les Français ... Pu;s. comme Mme H. lui demande des explicatlon$. il lui montre la Le Président Léon LYON-CAEN : "RACISME ET FASCISME SONT INSËPARABLES " La section du 7' arrondissement de la Ligue des Droits de l'Homme organisait, le 12 mars, un débat sur le thème : « La Ligue peut-elle redevenir le centre de rassemblement des antifascistes ? » Présidé par Mme Seligman. ce débat, parfois animé, exprima l'inqUiétude des républicains de toutes tendances devant la montée du péril fasciste, et tous les orateurs affirmèrent, chaleureusement applaudis, la nécessité d'une action commune en dépit de leurs conceptions diverses. Après M. Daniel Mayer. nouveau président de la Ligue des Droits de l'Homme, on entendit les interventions de MM. Léon Hovnanian et Charles Hernu. députés radicaux; Claude Bourdet et Jacques Nantet, leaders de l'Union de la Gauche Socialiste; Jean Schaeffer. secrétaire de la C.G.T. : Rinaud, secrétaire du svndicat des emplovés de la C.G.T.-F.O.; Pierre Cnt. député progressiste ; Chaulières. dirigeant de la Fédération de la Seine du Parti Commul , niste Français; M'André Boissarie; André Hauriou. ancien sénateur socialiste: Maurice Lacroix, ne la Jeune République; Bernard . Lecache, président de la L.t.C.A.; Léon Lyon-Caen. président du M. R.A.P. Au nom de notre Mouvement, le président Lvon-Caen fit la déclaration l'ulvante: « Le M.R.A.P., aue j'ai l'honneur de représenter ici comme présirlent. rassemble des homme.~ de tnutes opinions 'Dolttfaues, phflosophiaues et reliaieuses. attachés avant tout à la fraternité humaine. De'Dui.q dix ans, il mp.ne le combat 110ur la tolérance, l'éaalité entre les hommes et la fraternité entre les peu'Dles, par delà Tes diveraence.' 1 d'ordre ethnlf7ue et confessionnel aui peuvent le.~ l'Ié'Darer. Sa lutte, à caractère apolftiaue. vise toute .~ les formes, avouées ou camouflées. ne ract.~me. racisme contre les juifs. contre les noirs, contre les musulmans, etc ... {( En même tem'D.'1. et par là-même. il est . essentiellement antifasri!! te.' car racisme et fascisme sont étroitement solidafrp.'1, au point d'être fnsé7Jarables. L'un, en tous cas. mène à l'autre. cc C'est vous dire combien le M. R .A .P. est. par se.'! obiectlfs et s,.,n action, 'Dro~he de la Lif7ue des Droits de l'Homme. Je n'en veux vour preuve aue le précieux et ronstnnt avpui Gue 1701lS o.1)ons toujours trouvé auprès d'elle et le concours mIe son rearetté présirlent, Emile ]("ahn. par l'élévation et la chaleur de .:on éloau.ence. n'a cp.c:sé d'ap' norter à toute.'! les manifestations de 1',.,tre activité. cc C'est vous dire aussi aue le M. R .A.P. ne peut aue don1'er une ad" l'Iion totale à toute initifltive tendant à renrOU1Jer et à faire coonérpr tous les cfto1/ens ou organisation!! antifascistes. ceptant les positions prises par le Comité central de la Ligue. Une étroite solidarité, en resserrant leur cohésion dans l'action, ne pourra que leur donner une puissance accrue pour la défense et le triomphe de leurs aspirations communes. c( Un grand nombre de membres du M.R.A.P. sont, comme moi-même, membres de la Ligue. Je ne doute pas que le M .R .A.P. lui-même adhérera de grand coeur à tout Comité dont la création serait envisagée. » M. Daniel Mayer tira les conclusions de cette passionnante soirée, qui avait été en elle-même une éclatante manifestation d'union, et qui, nous l'espérons vivement. ne restera pas sans . lendemain. L'EXPLOSION qui s'est produite au Palais-Bourbon dans la nuit du 5 au 6 février, commémorant les événements de 1934. a été un signal, ou au moins un encouragement pour les éléments factieux. Depuis. les manifestations antirépublicaines. les violences. les menées antisémites et racistes ne cessent de s'aggraver. Les pOUVOirs pUblics laissent faire. et même parfOis cédant aux exigences toujours plus vives de l'extrême- droite. favorisent par leur attitude cette agitation néfaste. C'est sous les applaudissements de la pègre fasciste que sont pratiquées. par exemple. les saisies de journaux, les interdictions de réunions. la destruction du plomb de la brochure de J.-P. Sartre ... Le bilan de ces dernières semaines L'action du Au lendemain de la manifestation facl Bourbon. le M.R.A.P. a rendu publique la , Le Mouvement contre le Racisme, l'Antit a pris connaissance avec une vive émotion déroulée, devant l'Assemblée Nationale. la n le jeudi 13 mars. A une heure où s'accroît de façon inqi tieux. il est scandaleux que des mots d'ordr puissent être lancés en p!ein Paris par certa sément pour mission de faire respecter l'orl Certain d'exprimer la protestation de to re que seront prises d'urgence les sanctions mesures nécessaires pour la sauvegarde des Il appelle tous les antiracistes, tous les 1 gences, à s'unir pour faire triompher la Ré: Le Burl D'autre part. exprimant la protestation menées antirépublicaines, le M.R.A.P. a édi L'ANTISEMITISME! A BAS LE RACISME Paris et en province. Une série de réunions et meetings sont vince. Tous les antiracistes qui souhaitent ( à prendre contact avec les comités locaul National. 15. faubourg Montmartre, Paris U De Toulouse à Enghien Déjà, en décembre. des (c ultras » avaient enlevé, à Nancy. M. Georges Suffert, rédacteur en chef de Témoignage Chrétien. venu dans cette ville tenir une conférence en faveur de la paix en Algérie. A Toulouse, une tentative semblable. diri~ée contre M. Le Brun. secrétaire de la C.G.T., a échoué. quelques jours après l'attaque perpétrée contre une réunion où devait parler M. Edgar Faure. assisté du député M.R.P. Alfred Coste-Floret. L'ancien président du Conseil. qui fut assailli par les perturbateurs. tandis qu'étaient lancées des grenades fumigènes et que le feu était mis aux rideaux rie I~ fl1e . devait écrire ensuite : « Cet incident ne rejui qUI prÈ tiol l qUI ren te na! Per trel F ren te ceri la , ifes heil der' o dép lire' cris s'ot: oui tifil M son r'ltl che' n'or LI l'élE1 dou! parc bre parr cistE Je~t enSl réali gie appl tre fasc' de~ IS"TI telle saI)" et ni cc Tl est certnin aue, pour dresser ?In barraae efficace contre la montP. e ~roissante du fascisme à . la' elle nous a.~sistonR. contre la dénrndntion. chaa1le jour 1)1118 ara? Je "'es Tiberti!s p1lbltaues fondamentnles (libertés de la presse. d'ovinion. d.e réunion). l'union des forrps antifascl.stes s'impose. Le comba. t en ordre dispersé reste sans effet. Leurs arguments (les fascistes à la réunion du candidat radical. dans le lS") Ce' conti les. juifs ~érie meet M. l de v rets cina' d'écn et al en s' versé cc La Liaue rles nroits de l'Homme pourrait être l'oraane s1/ .:~ e1Jtible de réaliser ce rassemblement ni!cessaire, face à l'a1)athie de l'ovininn et à, la ~arence des pouvoirs publics. Car elle n'est pas 1117, groupement de vartisans, infpodés à. tel ou tel varti politiaue. Elle se tient en dehors et au-rlessus des coteries. A ce titre. elle nous apparaît comme hautement aualifiée pour constituer et organiser un cc Comité de Défense des Libertés» réunissant sans exclusive les individus et collectivités désireux de faire rétablir la légalité républicaine et garantir toutes les libertés, et acporte en criant. comme au bon vieux temps : - Heraus ! ... Il a fallu plusieurs démarches à Mme H. pour obtenir le certificat... d'un autre inspecteur. Le premier est sans doute l'un de ceux qui manifesta

ent l'autre jour devant le Palais-

Bourbon aux cris de « mort aux juifs ». En voilà au mo'ns un que l'on peut sanctionner à coup sOr. est particulièrement significatif, et c'est à juste titre que les républicains s'inquiètent. s 'indignent et se regroupent. Au Quartier Latin : matraques, incendies Fin février, les nervis de c( Jeune Nation », les commados de Biaggi et de Le Pen se sont livrés à une sanglante agression contre les participants d'un meeting anticolonialiste, qui se tenait salle des Horticulteurs. Avec des gourdins et des planches hérissées de clous, ils blessèrent plUSieurS étudiants, s'acharnant surtout sur les noirs. Tous les témoins ont signalé la scandaleuse passivité de la police. Le lendemain, nouvelle manifestation dirigée par Le Pen. Les pOliciers protègént la bande de 200 fasdstes qui défilent sur le boulevard St-Michel. se rendent dans la cour de la Sorbonne, où Le Pen déclare : « Nous sommes en guerre. Faisons la guerre à Paris ». Passant aux actes, les jeunes voyous se préCipitent vers la librairie des Editeurs Français Réunis. rue Racine, défoncent la vitrine. piètinent et incendient les livres. Chassés de là (mais pas par la police) ces émules des nazis attaquent encore une librairie protestante. puis la section du 6' arrondissement du Parti Communiste Français. rue du Vieux-Colombier. Ils ne parviennent pas à y pénétrer, mais elle allait être incendiée quelques semaines plus tard, dans la nuit du 20 ·au 21 mars. Ce sont ces exactions qui ont suscité la magnifique riposte des étudiants antifascistes dont nous rendons compte d'autre part. tient l'intérêt que dans la mesure où il. pourrait être symptomatique, et parce qu'il est toujours attristant de voir apparaître sur de .ieunes visages le rictus affreux du fascisme ». La semaine suivante. M. Hovnanian. député, échappait de justesse à une agression, à Toulouse également. à l'issue d'une conférence. A Lvon. le 18 mars, c'est armés de matraques et de grenades lacrymogènes que des hommes de main des mouvements dits (c nationaux » ont attaqué une réunion de l'organisation Pax Christi. où le professeur Gilbert Blardonne. de la faculté catholique. devait parler sur le thème : cc Chances de guerre. chances de paix ». A Metz. le 22 mars, s'en prenant encore à une conférence de M. Suffert. . les éléments fascistes ont pu obtenir sa suspension. à la suite de l'intervention de la police. Ils ne sont pas parvenus à leurs fins, pourtant. lors des agressions lancées à Enghien contre une réunion où parlaient MM. Hernu. Hovnanian, Barrat et Max Pol-Fouchet. et contre une conférence de l'Union des Jeunesses Communistes. qui se tenait à Paris, à la Maison de la Pensée Française, où les nervis de «Jeune Nation» ont lancé un engin explosif. Les cris de « mort aux juifs • devant le Palais-Bourbon ... La manifestation du 13 mars devant le Palais-Bourbon montre l'ampleur du complot antirépublicain et la pénétration dans certains milieux policiers de l'influence fasciste. D'abord manifestation revendicative. organisée par les syndicats. elle a rapidement dégénéré. et c'est aux cris de Dides au pouvoir ! Vive Bigeard ! Les députés à la Seine ! Mort aux Ale mars la té 'dérot Consl Là lancé su at tuels mort le 'slo nisie Pré sieur~ tants. que « un et au « C ment. si c'e! à une portal Aut dange actuel l'anti! de pl décha et sus Lai! cette Le répubJ mettrl DE L'UNION ---------- ---- ----- ---- ---------------------------- --- résident Léon LYON-CAEN: ISME ET FASCISME T INSËPARABLES " 7' arrondissement Droits de l'Homme mars, un débat sur Ligue peut-elle retre de rassemblescistes ? » me Seligman, ce nimé, exprima l'inublicains de toutes t la montée du péous les orateurs afureusement applaud'une action comde leurs concepiel Mayer, nouveau Ligue des Droits 1 entendit les inter. Léon Hovnanian nu, députés radiourdet et Jacques de l'Union de la ste; Jean Schaefde la C.G.T.: Rie du svndicat des C.G.T.-F.O.; Pierre gressiste ; Chaut de la Fédéra,. e du Parti CommuM'André Boissariou, ancien sénaM~ urlce Lacroix, publique; Bernard nt de la L.t.C.A.; l, président du M. ~tre Mouvement, le Caen fit la déclaque j'ai l'honneur ict comme présides hommes de olttfques, phflosoliqieuses. attachés raterntté humaine. il mp.ne le combat ce, l'éqalité entre a fraternité entre delà Tes dtveroennue et confessione.'! sévarer. Sa lut~ olttiaue. vise touF- 0uées ou camou · racisme contre les noirs, contre te ... v.'I. et par là-mêiellement antifaset fascisme sont airl'.'!. au point s. L'un, en tous Te. re combien le M. .cl ob1ectlfs et slln e la Linue des e. Je n'en veux l'récieux et rons' lS a1JOns touiours Ile et le concours vréstdent, Emile tion et la chaTeur · n'a cp..c:sé d'al's manifestations aussi Gue le M. e donner ,J,ne adute initintive tenet à faire coovéens ou organisacep tant les positions prises par le Comité central de la Ligue. Une étroite solidarité, en resserrant leur cohésion dans l'action, ne pourra que leur donner une puissance accrue pour la défense et le triomphe de leurs aspirations communes. ({ Un grand nombre de membres du M.R.A.P. sont, comme moi-même, membres de la LiQue. Je ne doute pas que le M.R.A.P. lui-même adhérera de grand coeur à tout Comité dont la création serait envisagée. » M. Daniel Mayer tira les conclusions de cette passionnante soirée, qui avait été en elle-même une éclatante manifestation d'union, et qui, nous l'espérons vivement, ne restera pas sans lendemain. L'EXPLOSION qui s'est produite au Palais-Bourbon dans la nuit du 5 au 6 février, commémorant les événements de 1934, a été un signal. ou au moins un encouragement pour les éléments factieux. Depuis, les manifestations antlrépublicaines, les violences, les menées antisémites et racistes ne cessent de s'aggraver. Les pouvoirs publics laissent faire, et même parfois cédant aux exigences toujours plus vives de l'extrême- droite. favorisent par leur attitude cette agitation néfaste. C'est sous les applaudissements de la pègre fasciste que sont pratiquées. par exemple, les saisies de journaux, les interdictions de réunions, la destruction du plomb de la brochure de J.-P. Sartre ... Le bilan de ces dernières semaines L'action du M.R.A.P. Au lendemain de la manifestation factieuse du 13 mars devant le PalaisBourbon, le M.R.A.P. a rendu publique la déclaration suivante : Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) a pris connaissance avec une vive émotion des conditions dans lesquelles s'est déroulée, devant l'Assemblée Nationale, la manifestation de la police parisienne, le jeudi 13 mars. A une heure où s'accroît de façon inqiuétante l'agitation des groupes fac· tieux, il est scandaleux que des mots d'ordre antiparlementaires et antisémistes puissent être lancés en plein Paris par certains des fonctionnaires qui ont précisément pour mission de faire respecter l'ordre républicain. Certain d'exprimer la protestation de tous les antiracistes, le M,R.A.P. espère que seront prises d'urgence les sanctions exemplaires qui s'imposent et toutes mesures nécessaires pour la sauvegarde des institutions démocratiques. Il appelle tous les antiracistes, tous les républicains, surmontant leurs divergences, à s'unir pour faire triompher la République et l'idéal républicain. Le Bureau National du M.R.A.P. D'autre part, exprimant la protestation des antiracistes devant les actuelles menées antirépublicaines, le M.R.A.P. a édité une affiche intitulée : « A BAS L'ANTISEMITISME! A BAS LE RACISME! » qui est d'ores et déjà apposée à Paris et en province. Une série de réunions et meetings sont en préparation à Paris et en province. Tous les antiracistes qui souhaitent contribuer à leur succès sont invités à prendre contact avec les comités locaux du M.R.A.P., ou avec le Bureau National, 15, faubourg Montmartre, Paris (9'). 1• e voi-1 'a" ,. ... De Toulouse à Enghien Déjà, en décembre. des « ultras » avaient enlevé, à Nancy, M. Georges Suffert, rédacteur en chef de Témoi· gna~e Chrétien, venu dans cette ville tenir une conférence en faveur de la paix en Algérie. A Toulouse. une tentative semblable, diri~ée contre M. Le Brun. secrétaire de la C.G.T., a échoué. quelques jours après l'attaque perpétrée contre une réunion où devait parler M. Edgar Faure. assisté du député M.R.P. Alfred Coste-Floret. L'ancien président du Conseil, qui fut assailli par les perturbateurs. tandis qu'étaient lancées des grenades fumigènes et que le feu était mis aux rideaux ne l:l :;"l1e. devait écrire ensuite : « Cet incident ne rejuifs ! Mort aux fellagha ! que quelque 2.000 poliCiers ont assiégé pendant prèS de trois heures l'Assemblée Nationale. Le Pen et Demarquet les excitant, quelques-uns des manifestants tentèrent même de pénétrer dans l'enceinte du Palals·Bourbon. Plusieurs journaux ont relevé l'appel lancé par Le Pen au cours d'un meeting improvisé: - Vene?,. moi je v'lis vous faire entrer à la Chambre ... Venez tous ! ... Paris·Pres~e oui donne un compte rendu détaillé de la manifestation note les cris :lnressés aux députéS par certains poliCiers : - Ri .~olez ! On finira bien par vous la casser, à vous aussi ! - Ouvre? la porte. si VOlIS n'i\tes n~s Ife,.; dégonflés ! Vous vous planquez, hein! - Nous reviendrons leur botter Je derrière et f ... le feu à la bar~que ! On compr"nrl la vive réaction des députés de toute la gauche oui accueillirent 11' ministre ne l'Intérieur aux cris rénétés de I( Dl!mission ! " et s'oopo~prl'nt vigoureusement à Dirtes oui vOll1ait 1"Il ... rlre la parole pour justifier les factieux. Mais les sanction~ Indisoensables ne sont pas encore pr!sps : ni les Insplr: ltl'urs de la manife~tation. ni les chefs ries p:ro'mes antirépublicains n'ont été inquiétés. ... et dans le 2' secteur de Paris La candidature d'Alexis Thomas à l'élection du 2' secteur de Paris est doublement significative : d'abord, parce que ce oer:;onnage. ancien mf'mbre du Comité France-Allemagne, fut p:lrmi les anima'eur~ de l'émeute fasciste nl1 6 février 1934. aux côtés de Je:ln Goy. de La Rocnue et. Maurrfls ; ensl1ite. parce ou 'autour cl" lui s'est réalisée une union de la droite. élargie enr.ore au ser.onrt tour. Les liens apparaissent nésormais plus cl:lirs entre les pouiadistes et autres éléments fascistes d'un" part. "t n'~'ltr" p'1rt de~ hommes tels Que Frédéric Dupont, I~"rnl. Andrp. Mnrice. Birl!ult. Roustel1e. Tl'1p.me si Pinay se fait chahuter salI" Plevp l par les nervis de Biaggi et ne L" Pen. que. pour dresser e contre la monfascisme à lastons, contre la lIe jour l'l"s araZtnues fondamen- Leurs arguments (les fascistes à la réunion du candidat radical. dans le 18') Ceux-ci. dans d'autres réunions, ne se content"'1t pas d'interruotio"'~ verbales. Le 15 mars, aux cris de «Mort aux juifs ». « Mendès au Doteau ! », « Ale: érie fraJ1cai~e ! ». ils ont attanué un meeting électoral du candidat radical. M. De('hartre. Les commandos. vêtus de vestes de cuir et portant des bérets de « pqras » frappèrent les particinants. ouis mirent à sac le préau d'école. bris'tnt le!': vitres. les portes, et ab'tttirent une Marianne de plâtre en sx('lamant : « La voilà enfin ren· versée ! ... ,. la l'resse. d'o1Ji- · l'union des for' imvose. Le compersé reste sans nroits de l'Homl'oroane .~lI .c:c(1)tie rassemblement l'al'athie de l'o1)ince des pouvoirs 'est va.'I 11n orouns, in fp.odés · ft. tel que. Elle se tient dessus des coteIle nous apparaît t oualifiée pour niser un ({ Comité Libertés» réunisve les individus ireux de faire rérévublicaine et s libertés, et ace au bon vieux Irs démarches à ir le certificat ... . Le premier est ceux Qui manidevant le Pa; de « mort aux J mo'ns un Que à coup sûr. est particulièrement significatif, et c'est à juste titre que les répUblicains s'inquiètent, s'indignent et se regroupent. Au Quartier Latin : matraques, incendies Fin février, les nervis de « Jeune Nation », les commados de Biaggi et de Le Pen se sont livrés à une sanglante agression contre les participants d'un meeting anticolonialiste, qui se tenait salle des Horticulteurs. Avec des gourdins et des planches hérissées de clous. ils blessèrent plusieurS étudiants, s'acharnant surtout sur les noirs. Tous les témoins mit signalé la scandaleuse passivité de la police. Le lendemain, nouvelle manifestation dirigée par Le Pen. Les policiers protègént la bande de 200 fasr.istes qui défilent sur le boulevard St-Michel, se rendent dans la cour de la Sorbonne, où Le Pen déclare : II Nous sommes en guerre. Faisons la guerre à Paris ». Passant aux actes, les jeunes voyous se précipitent vers la librairie des Editeurs Français Réunis, rue Racine, défoncent la vitrine, piètinent et incendient les livres. Chassés de là (mais pas par la police) ces émules des nazis attaquent encore une librairie protestante, puis la section du 6' arrondissement du Parti Communiste Français. rue du Vieux-Colombier. Ils ne parviennent pas à y pénétrer. mais elle allait être incendiée quelques semaines plus tard, dans la nuit du 20 ·au 21 mars. Ce sont ces exactions qui ont suscité la magnifique riposte des étudiants antifascistes dont nous rendons compte d'autre part. tient l'intérêt que dans la mèsure où il. pourrait être symptomatique, et parce qu'il est toujours attristant de voir apparaître sur de jeunes visages le rictus affreux du fascisme ,.. La semaine suivante, M. Hovnanian, député, échappait de justesse à une agression, à Toulouse également, à l'issue d'une conférence. A Lyon, le 18 mars, c'est armés de matraques et de grenades lacrymogènes que des hommes de main des mouvements dits « nationaux » ont attaqué une réunion de l'organisation Pax Christi, où le professeur Gilbert Blardonne. de la faculté catholique, devait parler sur le thème : {( Chances de guerre, chances de paix ». A Metz. le 22 mars, s'en prenant encore à une conférence de M. SUffert, . les éléments fascistes ont pu obtenir sa suspension. à la suite de l'intervention de la police. Ils ne sont pas parvenus à leurs fins, pourtant. lors des agressions lancées à Enghien contre une réunion où parlaient MM. Hernu. Hovnanian, Barrat et Max Pol-Fouchet. et contre une conférence de l'Union des Jeunesses Communistes, qui se tenait à Paris, à la Maison de la Pensée Française, où les nervis de «Jeune Nation» ont lancé un engin explosif. Les cris de « mort aux juifs ,. devant le Palais· Bourbon ... La manifestation du 13 Tl'1ars devant le Palals·Bourbon montre l'ampleur du complot antirépublicain et la pénétration dans certains milleux policiers de l'influence fasciste. D'abord manifestation revendicative, organisée par les syndicats, elle a rapidement dégénéré, et c'est aux cris de Dides au pouvoir ! Vive Bigeard 1 Les députés à la Seine ! Mort aux Un « avertissement ,. Alexis Thomas se trouvait. le 20 mars. aux côtés du général Revers. à la tête de la manifestation qui s'est 'déroulée autour de la Présidence du Conseil. Là encore. des cris factieux ont été lancés : « A bas le système ! », « Mas· su au pouvoir ! », ainsi que les habituels

« Mendès au poteau ! », « A

mQrt les fellagha » à quoi s'ajoutait le slogan, maintes fois répété, de « Tu· nisie française ! » Prétendant parler au nom de plusieurs associations d'anciens combattants. les organisateurs annoncèrent que leur intention était de donner « un avertissement au gouvernement et au Parlement ,.. « Cette fois, il s'agit d'un avertissement, ajoutèrent-ils. La prochaine fois, si c'est nécessaire, nous nous livrerons à une manifestation beaucoup plus importante ,.. Autant de faits montrant le climat dangereux que l'on s'efforce de créer actuellement en France, le racisme et l'antisémitisme étant utilisés une fois de plus pour accroitre la confusion, déchaîner les passions les plus basses et susciter des violences. Laissera-t-on se développer encore cette agitation ? Le passé a prouvé où elle mène. Aux répUblicains de s'unir et d'agir pour mettre le holà ! La ·Iecon des étudiants DEPUIS le vendredi, à la sortie des cours, aux portes de la Sorbonne, dans les grandes écoles, les tracts étaient distribués. Ils appelaient les étudiants du Quartier Latin à manifester le mardi 11 mars « contre la poussée du fascisme et les atteintes aux libertés démocratiques ». Au bas de la feuille, on pouvait lire les noms des organisations signataires.' l'Union de la Gauche Socialiste, les Etudiants M.R.P., radicaux, socialistes, communistes, les divenes associations d'étudiants d'Outre- Mer, l'Union des Etudiants Juifs, etc ... Car les hommes de main de Le Pen, BiagQi et leurs acolytes ne font pas de distinctions dans leurs attaques contre les diffuseurs des journaux étudiants républicains. « Témoignage Chrétien» n'est pas épargné; ni « Paraboles», organe des étudiants catholiques, dont un vendeur fut sommé l'autre jour de déguerpir, l'un des fascistes ayant vu le titre.' « Le dialogue avec les communistes estil possible?». Et lorsque ces messieurs, le 21 février, brûlant à la Fac de Droit les urnes des élections de la Mutuelle, il devient clair que c'est sur tout le Quartier Latin que les fascistes veulent faire régner leur loi. « Je suis fier de ne pas être étudiant » s'écrie l'un d'eux lors d'une agression ... Face à cela, face à leurs matraques, planches cloutées, chaînes de vélos, aux blousons de cuir et bérets de paras, face aux slogans racistes et antisémites, c'est tout ce que le Quartier Latin comptait de démocrates qui a marmifiquement manifesté ce mardi-là. Pourtant, jusqu'à 18 h. 30. on remarquait surtout le déploiement des forces de police, les sinistres camions bleus et les casques aux ceinturons des policiers, A vrai dire, en divers points du ouartier, place Maubert, rue d'Ulm. rue Champollion. etc ... des étudiants se rassemblaient le plus discrètement possible, dont certains portaient sous le bras des paouets rectangulaires. Sous la neige, Hs ont tranquillement attendu l'heure qui leur avait été fixée. De telle sorte qu'à 18 h. 15, lorsque, près des grilles du Luxembourg, les mots d'ordre commencèrent à être scandés, on les vit arriver de toutes les rues avoisinantes, sortir des cafés. de partout, déplouer les banderole!!. Et en un instant, comme s'ils avaient jailli du pavé, le Boul' Mich' fut couvert d'un trottoir à l'autre et les pancartes fleurirent: « Halte au fascisme », « Liberté de la vresse 1). Le premier rang était déià bien engagé dans le boulevard que les Qroupes affluaient encore à l'arrière. La circulation, très dense à cette heure, était totalement interrompue. « Le fasci~me ne passera nas ». Des milliers de voix scandaient les mêmes mots, étudiants de toutes races, de toutes tendances. S'ajoutaient aussi ceux qui, des trottoirs, se joignaient à eux spontanément. Surpris par la soudaineté du rassemblement les policiers ne purent établir de cordon Gu'à la hauteur du boulevard St-Germain, en même temps qu'ils attaquaient les manifestants par l'arrière vers la rue des Ecoles . Pour les étudiants, il s'agissait de tenir le pavé le plus longtemps pOSSible et un heurt brutal ne l'aurait pas permis. Aussi devant le barraqe policier, le cortèqe se laissait-il disloquer en plusieurs groupes qui se reformaient ensuite dans les rues voisines. Ce qui n'a pas empêché les policiers de faire preuve de leur brutalité habituelle. Quoi qu'il en soit, c'est seulement vers 20 heures que l'ordre de dispersion a été donné. Les fascistes avaient choisi le Quartier Latin pour y faire la loi. Réponse leur a été donnée. Cette réussite doit être un exemple. 1 Henri LAFOl'f. (i CONFORT dans la R~CEPT'ON


--:- IDER RAD ~- T ~ L ~ VIS ION AUTO-RADIO encore Je mei"eur' 3 S uJI. f't'I-üevddiow. de cette Cl&1./.Ww.ce lTeosu s ~D% disques avec de réduction ELECTROPHONES - MAGNETOPHONES RADIO - TÉLÉVISION l, rue René Boulanger Paris longle de la place de la République, Ouvert tous le, jours souf le Dimanche, de ·9 h. à 19 h. 30 sons interruption. Office de voyages Lafayette Licence de Voyage N° 338 SEJOURS EN FRANCE ET A L'ETRANGER CIRCUITS EN AUTOCAR TOUS BILLETS: FER - AIR - MER LOCATION THEATRES 78, me La Fayette VOYAGES ORGANISES Entrée: 18, rue Bleue pour le 10 Anniversaire Métro : Cadet de l'i,ndépendance d'Israël PAR 1 S - IX· ré!. : PRO. 96-52 TAI. 68-23 En raison des nombreuse$ demandes, réservez dès maWenant vos placet dan!; les nouveaux avions « Bri tannia » et les bateaux « Théodore Hertzl » et « Jérusalem l) ainsi que vos chambres d' hôtel • AMIS LECTEURS. pour vos achats des Fêtes de Pâques donnez la préférence à nos annonceun les nouveaux , lIJ(E : ~MPll sont en vente chez : ODIOIIOX 124, AVENUE DU GENERAL-LECLERC -P ARlS-14· Tél.: VAU 53-79 et 58-92 TELEVISION DISQUES - :- RADIO -:- ELECTROPHONES .:- EQUIPEMENT MENAGER Très larges facilités de paiement Prix spéciaux pour les amis du M.R.A.P. Nous acceptons tous les carnets de bons d ' achat;!!. LES MAGASINS " 11 ROBES - MANTEAUX - TAILLEURS NOUVEAUTES vous présentent leurs dernières créations parisiennes dans leurs nombreuses succursales de Paris et de proviMle l l 1 LA SELECTION DANS L'ABONDANC:E 1 DES PRIX SANS CONCURRENCf Direction et ateliers: 146, rue du Faubourg-Poissonnière, ParÏ3-9" 1 Té léphone : TRU. 64-64, 64.65, 64-46 S.BJ.R. 1 10, rue de l'Ouest - Paris-14 Téléphone : SEG. 19-79 PAIN AZYME FARINE DE PAIN AZYME fabriqués selon la technique la plus moderne La Société des Boulangers Israélites Réunis vous offre pouf )es Fêtes de « Pessach » du PA IN AZYME et de la FARINE DE PAIN AZYME strictement « ka cher » produits sous la haute surveillance du Rabbin Jacob RUBINSZTEIN et du Grand Rabbin ZfV;JlJJ. de Paris Réclamez partout notre PAIN AZYME et notre FARINE DE PAIN AZYME avec emballage spécial sous carton, conservant toute leur saveur ATTENTION! Prix spéciaux pour les communautés juives de province RATEZ-VOUS DE PASSER VOS COMMANDES A: S.BJ.R. 1 1 0, rue de l'Ouest - Paris-14' Téléphone: SEG. 19-79 LU • • ENTENDU T Entretien avec Albert MEMMI EN prenant rendez-vous avec Albert Memmi, j'avais l'intention de l'interviewer par des' questions précises que j'avais préparées sur le racisme, le fait colonial, l'intégration, le mariage mixte, etc. Mais au lieu du couple questionréponse, notre entretien prend un tour plus familier. Dans son bnreau où il me reçoit, je retrouve en 1 ui l'étudiant que j'ai connu il y a douze ou treize ans, après mon retonr de déportation. Même sérieux - même gravité, pourrai-je dire -- snr les problèmes que nous évo rUons aujourd'hui et qui déjà nOUR préoccupaient. Après un échange de souvenirs, la conversation porte naturellement sur son oeuvre. L'oeuvre d'un écrivain ne traduit-elle pas ses préo() ccupations, n'indique-t-eUe pas un tableau de la condition des hommes qu'il connaît ? Aussi, plutôt que vouloir donner un cadre à ~a pensée, laissai-je parler Albert Memmi. Entre le ehetto et le monde - Dan.~ (( La Statue de ,el JI (1), me dit-il, j'ai es.' ay;'" d'évoquer l'univers VERCORS ; « Sur ce rivage... » (Ed. Albin Michel). Raymond BEN ICHOU : « Ecrits juifs J (Commission Culturelle Juive d'Algérie). . Marcel EGRET AUD : « Réalité de la nation algérienne l) (Ed. sociales) . Jean FREVILLE : Il Inessa Armand » (Ed. sociales). Jean FANGEAT : I( Mahault » (Ed. Del Ducal . Mongo BETI : « Mission terminée » (Ed. Corréa). Sylvère ALCANDRE : « Sauv~ge à Paris J (Ed. La Nef de Pans). Jean MOUSNIER : « Journal. de la traite des Noirs » (Editions de Paris) . Michel DROIT : « Pueblo » (Editions Julliard) . Michel MAZOR : « Le phénomène nazi i) (Editions du Centre). j.M. MACHOVER : « Dix ans après la chute de Hitler li (Ed. du Cen~rel. }oseph KLATZMANN : « Le travail à domicile dans l'industrie parisienne du vêtement 1) (librairie Armand Colin) . Roland COLIN .; « Les contes noirs de l'Ouest Africain. Témoins majeurs d'un humanisme ,. (Présence Africaine). Jacques RABEMANANJARA : « les Boutriers de l'Aurore Il (Présence Africaine) . Mohammed DIB : « Le métier à tisser ,. (Editions du Seuil) . écrivain antiraciste d'un jeltne juif tunisien, tiraillé entre le ghetto d'où il Veltt sortir et le monde extérieur qu'il veut gagner. Le ghetto, c'est également le passé, le folklore, le groupe local, et aussi l'Orient d'une manière plus générale. Le monde extérieur, c'est l'Occident et c'est d'abord la France, son université et ses valeurs universelles. Puis la guerre éclate, et après de multiples aventures et de multiples déceptions, il découvre que l'issue occidentale n'était qu'une impasse. El prend conscience qu'il est un juif, pauvre, et colonisé ... - C'est donc un livre pessimiste ? - Pas exactement. « La Statue de sel» ne proposait pas de solution. C'était un inventaire, un bilan, effectué à un moment de désespoir d'ailleurs. J'étais alors isolé dans une ville du nord; et le froid et la nostalgie dlt soleil concrétisèrent en quelque sorte mes deux pôles, d'un côté .. . Il sonrit .. . - Non, laissons de côté cette alchimie intérieure, elle a déjà varié ... Mais je tiens à refuser cette qualification de p6ssimiste, que l'on a souvent accolé à mes livres. Je crois même que dire les choses telles qu'eUes sont, c"est déjà aller au. devant de la solu.tion. Tenez ... Il me tend une phrase de Sartre sur un petit bout de papier : « La visiou lucide de la situation la plus sombre est déjà par elle-même un acte d'optimisme : elle implique, eu effet, que cette situation est pensable ... que nous pouvons la tenir sous notre regard, donc la dépasser déjà et prendre nos résolutions en face d'elle, même si nos résolutions sont désespérées. » - D'ailleurs, ajoute-t-il, pessimiste ou pas, c'est ainsi que je conçois mon rôle d'écrivain : dire avec exactitude ce qui est,. et le dire au ssi bien que possible, bien entendu. Pas desolution individuelle ... Dans « Agar » (1). son demuème roman, Albert Memmi. euvisage une tentative de solution à ces antagonismes sociaux. Mais c'est tille tt-mtative individuelle; c'est le problème du mariage mixte, qu'il aborde par le biais d'une histoire d'amour (Il insiste là-dessus : « C'est d'abord une histoire, un roman »), l'histoire d'un jeune Tunisien qui éponse uue jeune Française. On voit le sens de la tentative : le rapprochement des groupes par l'intermédiaire des individus. - Mais vous concluez par un échec? - L'histoire se termine mal, en effet ... question esthétique, c'était un roman psychologique, assez cla!sique de forme ... mais j'avoue aussi que je crois difficilement à une solution purement individuelle si les groupes sont en conflit grave. C'est le cas, malheureusement, du contexte franconord- africain. Je me souviens d'une lettre ouverte de Claude Roy qui me fai.~ ait la même objection ... Je lui fais remarquer la progression de son oeuvre, qui, partant de l'analyse autobiographique et psychologique, s'amplifie jusqu'à Propos recueillis par Raph. FEIGELSON l'examen des rapports sociaux, en passant par le couple, qui est un état intermédiaire. - Oui, c'est exact. De proche en proche, il m'a falht chercher la solution dans un contexte toujours plus étendu. Racisme et relations coloniales Nous en arrivons ainsi à son dernier livre le ( Portrait du colonisé, précédé du portrait du colonisateur » (1). Pourquoi cette formule du Portrait, que récrivain semble avoir choisie délibérément, et non un roman? - Il me fallait une formule intermédiaire entre le roman et l'essai, qui garde les attraits du roman sans sacrifier la précision et la vérité de l'essai. J'ai essayé, en peignant trait par trait, le portait du colonisateur, puis celui du colonisé, de les faire naître en quelque sorte sous les yeux même du lecteur. La situation coloniale. se trouve en même temps gradltellell~ent nouée ... - Vous avez ainsi montré que le racisme en est un des traits les plus révélateurs, « il résume et symbolise la relation fondamentale qui unit colonialiste et colonisé », avez-vous écrit. - Oui, il me semble qlte le racisme est une des expressions les plus typiques du comportement colonisateur. Il est tellement ... spontané, tellement quotidien, si bien incorporé aux moindres démarches de ce personnage, qu'il le résume, Z' exprime et le justifie. Il reprend devant moi son analyse du racisme colonial, dont il a démonté le mécanisme; c'est assurément un tles plus beaux exemples de racisme, si l'on peut parler de beauté ... Le privilège du colonisateur appelle une .;ustification, que le colonisateur doit trouver dans un double mouvement : exaltation de soi et rabaissement du colouisé; passage à [' absolu des situations sociales, ce qui interdit tout remède. - Vous avez également expliqué un certain « racisme » du colonisé ? - Oui, refusé si complètement, si continuellement, le colonisé ne peut qu.e refuser à son tour. Et le fossé se creuse encore davantage ... 1'enez, pour avoir montré ce que la situation coloniale pouvait avoir d'implacable, de conséquences impitoyables, peut-on m'ue- . cuser de pessimisme ? Je crois, au contraire, qlte cela nOlis dispense de beaucoup d'illu.sions, qui coûtent Le premier ~ «Domaine Le premier numéro de la revue Domaine Yidich vient de paraître. L'objet de cette revue est de faire connaître à un public piUS large une riche culture à laquelle seuls les juifS de langue yidich avaient accès. Dans l'avant-propos, son directeur, M. Slovès, présente cette langue, cette culture qui, nées dans les ghettos, se sont répandues dans le monde avec les juifs originaires d'Europe orientale que les progromes avaient chassés. Dès ce premier numéro, des traductions de nouvelles et ex- Une nouvelle Affaire Dreyfus ( cinématographique) « Une oeuvre cinématographique de premier plan » : c'est ainsi que la presse britannique .a caractérisé le film « J'accus;) », qui vient de sortir à Londres au cinéma « Empire ». Ce film dont nous avons parlé dans un récent numéro, retrace en détails l'affaire Dreyfus. Son réalisateur, José Ferrer, qui interprète le rôle du capitaine Dreyfus (après avoir été Van Gogh dans un film projeté récemment en France) a déclaré : « Nul doute Que les puris.tes pourront trouver des fautes dans cet~e oeuvre. Mais mon but a été d'exposer cette affaire sous une forme simple et claire, de façon Que le spectateur moyen puisse d'emblée la comprendre et l'assimiler ». Les nombreux spectateurs qui se pressent à l' « Empire » témoignent de sa réussite, et les critiques soulignent . Ie tact remarquable avec lequel Ferrer incarne le personnaj:e central. « Cet effroyable drame, écrit le « Jewish Chronicle n, est démonté avec une grande puissance d'évocation et une totale absence de grandiloquence ». Les autres rôles sont tenus par Viveca Lindfors (Mme Dreyfus), Emlyn Williams (Emile Zola), Anton Walbrook (Esterhazy), Leo Genn (le général Picquart). Donald Wolfit (le général Mercier), Peter lIIing (Georges Clémenceau) ... Verrons-nous bientôt ce film en France ? Comme nous l'avons indiqué, certains milieux (qui n'ont pas encore admis, sans doute, la réhabilitation d'Alfred Dreyfus) y sont nettement opposés, et exercent une forte pression pour empêcher sa projection, déclarée « inopportune ». • Après l'affaire « Tamango n, aurons-nous une nouvelle affaire Dreyfus ? cher (qui continuent à coûter cher) à tOllt le monde : la seule manière de faire disparaître la racisme colonial n'est pas de faire des reproches, aux uns et aux autres, mais de transformer totalement la relation coloniale ... de dé'couvrir de nouvelles relations entre l'excolonisateur et l'ex-colonisé ... C'est à peine si j'ose l'interrompre tant il analyse et fouille ces mystifications qui croissent dans la peine et même dans le sang des hommes. Avant de uous quitter, je . lui demande quels sont ses projets. Il se ferme un peu; visiblement il n'aime pas parler de ce qui n'est pas encore achevé. Il murmure vaguement; - Je travaille. Je le presse. Enfin il avoue préparer un nouveau roman, et peut être un autre essai. - Toujours dans le même ordre d'idées ? Oui; car Albert Memmi est de ceux qui cheminent sur la route de la vérité, de ceux qui recherchent le contact entre les hommes. Sur cette route commune nous nous retrouverons. A bientôt Albert Memmi. (1) Editions Corréa. numéro de yidich» traits de romans offrent un aperçu du talent de plusieurs écrivains yidich de grand renom tels que Mendele Moicher Sforim, Schalom Aleichem, J.L. Peretz, David Bergelson, Schalom Asch, Ephraïm Kaganowski, H. Slovès. D'autre part, Charles DObzinski, rédacteur en chef de la revue, après une étude sur la poésie yidich, présentE' des oeuvres de sept poètes : Bialik, Rosenfeld, Leivik, Markich, Manguer, SChulstein, Vagler, qu'il a lui-même admirablement adaptées. Un article de Raph Feigelson: « La bataille des manuscrits de la Mer Morte » et des notes sur, l'a.ctualité culturelle complèient un sommaire c0pieux et varié. Nous saluons la parution de Domaine yidich, et nous sommes certains que nos amts liront avec intérêt cette revue qui ouvre des horizons sur un secteur jusqu'ici peu exploré de la culture universelle. Abonnements, renseignements et spécimens « Domaine Yidich n, 14, rue de Paradis, Paris 00'). DROIT ET LIBERTE 15. Fg Montmartre - Paris (9') Tél. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE ET COLONIES Un an : 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs ABONNEMENT DE SOUTIBN 1.000 francs TARIF SPEOAL POUR LA BELGIQUE Cpte Ch. Post. : 6070·98 Paris Pour les changements d'adresse en voyer 40 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAlOEK. Imp. Abécé, 176. Quai de 'emmapes CHl~ON l{J lJID~ La Frallce acquitte " y a un peu plus de trente ans, un procès rete-ntissant passionna la France et le monde : le procès de Samuel Schwartzbard. Lp jeune Schwartzbard, dans un geste de colère vengeresse, avait tué à Paris l'ataman Petlioura, qui dirigea entre 1917 et 1920 les forces contre- révoluionnaires ukrainiennes en lutte contre le pouvoir soviétique et qui, instaurant un régime de teneur sous le vocable de « république populaire d'Ukraine », organisa dans ce pays de terribles pogromes contre les juifs. Ces jours derniers, à la télévision, le sénateur Henry Torrès, qui fut l'avocat de Schwartzbard, a évoqué cette affaire au cours d'une remarquable émission. Nous reproduisons ici, avec son aimable autorisation le récit qu'il en a fait dans son livre « ACCUSES HORS SERIE », paru récemment aux éditions Gallimard. E 25 mai 1926, au début de L hl.près-mldl, rue RacIne, a qut:lques mètres du boulevard St-Micnel, un mconnu sortaIt (fun restaurant et, ahant à sa re'ncontre, un passant marl:nalt en sens Inverse. Le passant aèvisagea lïnconnu, pUlS layant crOlsé, se retourna et l'int~rpeHa : « Vous êtes Petlioura '/ » ~n même temps, 11 sortal~ ae sa poche un pIstolet. J.,dnconnu orandit sa canne, en un geste mstmctü de défense. Le passant nt feu cmq fois à bout portant ne criant : « ASsassin, vOl1à pour les massacres, voilà pour les pogromes », et epulsant son cnargeur, li tira encore deux fOlS à. terre sur l 'homme qu'li venait d'abattre. La VIctime était l'ancien ataman en chef des armées de la « Reputllique ~opU1aire à 'Ukraine », blmon ~etlioura. Le meur~ner était Samuel Schwartzbard. Transporté à la Charité, le blessé expIra en y arrivant, sans avoir prononcé une parOle. Au poste àe pouce où il avait été conàuit, le meurtner entendit un agent qui annonçalt au comnussaire : « C'est un nommé Simon l'etlioura. Il est mort ». Schwartz bard s'écria : « J'ai ~ué un assassin ». téristiques de la préméditation, Schwartzbard, faisant face à toutes ses responsabilités, ne dissimula rien. Modeste, bon, sensible, naïf, toujours naturel, dépourvu de cette emphase vaniteuse propre aux « justiciers », ne prétendant pas s'identifier à la cause qu'il servait, il était simplement un brave homme et un homme brave qui, profondément attaché aux siens, à sa race et à sa religion, eût perdu sa propre estime s'il n'avait infligé au coupable un exemplaire châtiment. De sa cellule n° 7, division 5, de la Santé, il écrivit à sa femme quelques jours après son arrestation, cette lettre où je le retrouve tout entier : « A Mme Schwartzbard, boulevard de Ménilmontant, Paris. « Ma chère Anna, « Je voudrais que sur le tombeau de mon père, qui se trouve à Ananiev et sur lequel je n'ai pas eu la possibilité de faire une inscription, l'on taillât les mots suivants: « Isaac, fils de Moïse Schwartzbard, dors en paix, toi, grand âme juive! Ton fils Schalom a vengé le sang sacré de ton frère Israël et le martyre du peuple d'Israël tout entier. « Domine-toi! Ton malheur n'est que jeu d'enfant en comparaison du malheur universel. Sois gaie, amusesident de la commission d'enquête sur les progromes de l'Ukraine, M. Sliosberg, avocat aussi renommé, qui avait présidé le Comité Central de secours aux victimes, et M. Tiomkine, membre de l'Assemblée Constituante sous Kerensky et président de l'Assemblée Ukrainienne. Leurs trois dépositions composèrent un réquisitoire écrasant contre la mémoire de l'ataman en chef, qui peut se résumer dans la conclusion de M. Tiomkine, dont la voix devint tragj ~ que pour lancer cet anathème: « Je ne rends pas responsable le peuple ukrainien. Je jure que Petlioura seul est responsable de toutes les horreurs commises au cours des pogromes». D'autre part, un dramatique incident à l'avantage de Schwartzbard éclata à propos de la lecture d'une déposition, à l'instruction, d\'un colonel ukrainien, Boutakov, qui, reconnaissant le pogrome de Proskourov, l'avait qualifié d'« oeuvre d'inspiration divine ». Après cette parole infâme, illustrant avec éclat les témoignages de MM. Goldstein, Sliosberg et Tiomkine, j'eus le sentiment que le procès était jugé. . Certains jurés avaient peine à dissimuler leur émotion. Je réalisai en quelques secondés que la sui~e des débats, pour patliétique qu'elle promît par '1'OIIIII~~ toi, promène-toi et passe ton temps avec nos amis. Je serai content quand tu ne t'ennuieras plus et que tu deviendras calme. Ton Schalom. » L'instruction dura de longs mois, le procès plUS de huit jours. Il était présidé par un maglstrat dont la rudesse bourrue rayonnait de bonté, le conseiller Flory. La famille de Petlioura, partie clvile, était représentée par Campinchi et par Albert Wilm. L'accusatlOn avait fait citer 30 témoins, la partie civile 25, la défense plus de 80: « 80 conférenciers », dlsalt ironiquement Campinchi. Les débats furent rudes, violents et souvent tumultueux. Je fus parfois interrompu quand je lus les lettres de témoms cités à ma requête et n 'ayant pu venir, telle celle du célèbre historien Aulard: « C'est la pitié qui a rendu cruel Schwartzbard. Il faut que le verdict décourage les bourreaux. Historien et disClple de cette révolution française qui a émancipé les juifs, je flétris l'antisémitisme et ses crimes que réprouve le génie de la France.» d'être, risquait de leur apparaître fastidleuse. Déjà ma décision était prise avec une r apidité telle que j'en fus stupéfait. Je me levai pour déclarer qu'afin que l'on pût commencer à plaider surIe- champ, je renonçais à mes 80 témoins. !SU témoins, la plupart « rescapés » des pogromes de Petlioura, dont certains étaient venus des Etats-Unis, du Canada, de l'Uruguay ou de l'Argentme, pour faire à la Cour le récit àe leurs souffrances et du massacre de leurs enfants, pour apporter le témOignage de' leurs bras mutilés et de leurs jambes brisés. 80 témoins, impatients de réclamer justice aux représentants de la capitale du pays du droit humain. bi le discours rentré d'un homme public, la plaidoirie rentrée d'un avocat sont communs sujets de dérision, de telles dépositions rentrées avait le caractère d'un sacrilège. Je le ressentals profondément, mais j'avais à choisir et j'avais choisi. Il ne me resta plus après, dans un court appel aux jurés, véritable acte de foi dans la justice du peuple françalS, qu a re:;U.uler a larges \,nULS ce lj.ue r!Vus veulUUs a ' eIl~eHUle, a rappeler qu'en UKrame, aans les lo11gueS UUl~S u'nIVel', lUl':;l!ue leS peü\':; tlnnl. nLS ne aonnalen~ pas, les IntlreS tlll les oerçant leur alS"-lent : « J.Jepecnet01 ae \, tmaoruur. bans qUOl rtl~l1Uura va venu» et Je Cunl:lU:S en quelqueS mots, après avoir évoqué la ~evolutlOn IraUçalSe aont aU(;Un nOlwue Vlvant ne ),Jeut aue qU'li n 'est 1J!u:; ou mOlns le I11S: « ~U' l1 sorte Hure cet homme qUI porte :sur son tront comme un Sceau ternble touLe la \.fageule a 'un peuple! Vous étes aUJouru'nul, lv.Le:;sleur:;, responsables au 1Jle:;uge ae notre natlOn et àes milllers de Vles humalnes qUl ,aepenaent uu Vel' Ull,;~ ae la l"rance.» bi je n 'avalS pas été entendu, la France n 'eut piUS eté la France; rarlS n 'eut plUS ete .t'arlS. Aprt,~ l 'acqUlttement, il fut question u'edlter ma plalaoine avec aes desslns onglnaux ue LUClen Lawrge. Le projet ne se réalisa pas, malS aeJà .l!an., ~eln m'avait envoye une poela"e que Je puoHe Cl-dessous pour la premlère 10lS. « Le procès Schwartzbard a démontré que le peuple trançalS est re;,té Ildèle à ses noules traa.mons et qU'li est ~ouJours le cnamplOn aes droit:; ae l'homme. ba justlce est tOUJOU1S salne, cnevaleresque, sensible e~ sait se lioérer de la lettre inI1exlOle des textes. « Le jury parisien l'a illustré une fois de plUS àl:!-ns cette aHane où il avait cependan~ à juger un acte qui tombait netj;ement sous le coup de la loi pénale. « En inspirant sa décision des événements tragIques qUl ont entouré cette affaire et qui aepassent smgulièrement le geste lUl-méme de l accusé, les Juges popUlaires ont 1aIt triompher le vraI arOlt. Aussi le verdict a 'aosolution a-t-il été un hommage rendu ' à la pensée umver.,elle et a l'esprit même de la loi. « La gratituae de tous les juifs et de tous les hommes imbus ae l'idée de justice et d'humanité doit être à jamais acquise aux juges de bchwartz- ' bard et au peuple français dont ils sont l'émanation. « C'est avec une joie profonde et reconnaissante que je salue Maître Torrès, qui, dans sa plaidoirie maglstraIe, toute vibrante d'humanité et de justice, a élevé à la cause ou arOlt un monument que le temps ne laissera pas périr.» EINSTEIN. C'est le seul écrit d'Einstein qui soit à ma portée. Né en Russie d'une humble famille, Samuel Schwartzoard, après avoir apprlS le métier d'horlOger, quitta à 2U ans son pays d'origine, terre classique des persecutions antisemites. Il vivait en l"rance quand éclata la guerre de 1914. Il s'engagea, prit part à tous les combats de la Légion, fut grièvement blessé en 1~10, et aécoré àe la Croix de Guerre. Réformé n° 1 en 1917, il re~ourna en Russie où il resta jusqu'en 'HJ20. Pendant cette période, sous le gouvernement du Directoue, le seul pouvoir effectif était passé aux mains du chef àe l'armee. La population juive de l'Ukraine fut persécutée d'une manière atroce, des escadrons de cosaques et des détachements de partisans faisant partou~ régner la terreur. Telle celle de Gémier: « Ce soir, malgré ma bronchite, je suis obligé de Jouer Shylock. Dois-je vous due que ma pensée sera toute avec bchwartzbard? Avec quelle émotion j'interpellerai Antonio: « Toi et tes amis, vous nous avez bafoués, méprisés, couverts d'opprobre. Pourquoi ? Pourquoi :' Parce que nous sommes Juifs. Quand vous nous blessez, coulet- il moins rouge, le sang juif? Non, tout nous est commun, maladies, joies, douleur, espoirs, tout.» Après le procès des JI Nouveaux MaÎtresJ " L'opinion européenne resta indifférente à ces crimes. Les plus terribles furent ceux de 1919 à Berditchev, à Jitomir (deux dans un semestre), à. Ovroutch, à. Proskourov, à Felchtine tous perpétrés sur l'ordre direct des atamans dont Petlioura était le chef suprême. Schwàrtzbard vécut ce cauchemar, assistant à plusieurs progromes où périrent des membres de sa ' famille. Il regagna Paris en 1920 et ouvrit une petite horlogerie boulevard de Ménilmontant. Petlioura, né à Poltava, d'un père cocher de fiacre, avait exercé, avant la révolution, la profession de comptable. Membre du parti social démocrate, il n'en était pas moins d'obédieace nationaliste. Sans que rien semblât l'y destiner, il fut, dès 1917, à. la tête des forces militaires ukrainiennes et devint en décembre 1918 ataman en chef et président du Directoire. Chassé d'Ukraine dans le second semestre de 1920, il vint en 1921 s'installer à Paris. Quand il apprit vers 1925 que Petlioura était dans la même ville que lui, Schwartzbard se jura de venger ses frères. Il acheta un revolver et se mit à la recherche du fauteur des progromes de 1919. Après de longs mois de patiente obstination, il le vit entrer seul dans un restauran~ de la rue Racine. Il gagna alors en courant le bureau de poste le plus proche et envoya un pneumatique à. sa femme pour lui faire part de son dessein. Sans que je l'eusse jamais connu, il me griffonna également quelques lignes pour me confier sa défense. De toutes ces circonstances carac- Telle encore cette lettre que, de Sorrente, m'avait adressée Maxime Gorki: « Je ne suis pas partisan de la terreur, mais je ne puiS pas refuser à un homme le droit de se défendre. Il me semble qu'un meurtre peut être commis par peur de voir le passé se renouveler.» Telle celle de Michel Karolyi, anci~n préSident du Conseil de Hongrie: « Les autres Petlioura reposent en pleine sécurité sur leurs lauriers ensanglantés. Quand cela finira- t-il ? C'est à l'Histoire de le dire.» Telle encore cette lettre de mon fraternel ami, Joseph Kessel: «Quand ce ne serait que pour avoir attiré l'attention du monde civilisé sur l'atroce tradition des pogromes - et cela ne se pouvait faire . qu'à Paris, le point de résonance le plus sensible, le plus vibrant de l'univers - Schwartzbard devait faire ce qu'il a fait. Et c'est pourquoi, quel que soit le sort que le jury lUi réservera, je lui demanderai à la fin des débats de me faire l'honneur de lui serrer la main.» Telle enfin celle de Séverine: « Jamais geste ne m'apparut plus désintéressé, inspiré davantage par un sentiment de justice», et celle de la com- . tesse Anna de Noailles: « Nous sommes en France au pays de Corneille où l'honneur fait toute la valeur de la vie. Bien que soit troublante pour le coeur~ la présence de Mme Petlioura, je continuerai à prendre part de toutes mes forces, aux justes paroles clamées par votre voix.» Quant aux 80 témoins qui avaient répondu « présent» à mon appel, je n'en fis entendre aucun. L'avocat général Raynatld avait en effet, dans sa loyauté, cité trois personnalités de l'émigration russe: M. GOldstein, célèbre avocat de Léningrad, qui avait été le défenseur de Tolstoï, témoignant au titre de pré- Le Recueil Dalloz, qui reproduit et commente chaque semaine les décisions judiciaires présentant un intérêt pour la jurisprudence, pUblie dans son numéro du 26 février 1958, sur l'affaire des «Nouveaux Maîtres », une importante étude de MM. Gérard LYON-CAEN, professeur à la Faculté de Droit de Dijon, et Pierre LAVIGNE, professeur à la Faculté de droit et des sciences politiques de Strasbourg. Après avoir rappelé le procès qui opposait notre Mouvement aux producteurs du film antisémite «Les Nouveaux Maîtres », qui entendaient faire combler par le M.R.A.P. le déficit d~ leur mauvaise affaire, les deux commentateurs écrivent notamment : DROIT DE CRITIQUE ... «Les créateurs de l'oeuvre cinématographique bénéficient de la liberté d'expression, sous réserve de se plier aux exigences de la' censure_ 'Réciproquement, et dès l'instant où le film est livré au public, les tiers jouissent de la liberté de critique. Cette liberté de critique appartient aux critiques professionnels qui écrivent dans la presse. Mais, au moins implicitement, elle appartient aussi au public lui-même: en applaudissant ou en sifflant le film, en assistant à la projection ou en s'en détournant, le public manifeste son opinion. La liberté de critique existe également au profit des corps et associations ... "Il n'est guère douteux qu'une association dont l'Objet social est de poursuivre les manifestations de racisme et d'antisémitisme, peut s'en prendre à un film en fonction de ses propres critères et dénoncer dans ce film une tendance raciste. On ne voit pas pourquoi eUe ne pourrait pas alerter ses adhérents, faîre des demandes auprès des exploitants, voire organiser une manifestation (bien entendu sous réserve des pouvoirs de police de l'autorité locale). Le fait que le film ait reçu le visa de censure est en soi indifférent; en effet, on pourrait peut-être hésiter s'il s'agissait de poursuites pénales contre le film: le fait que le film ait été autorisé par les autorités de censure pourrait, à la rigueur, être invoqué comme fait justificatif. Mais ce qui est en cause ici n'est pas la conformité des films aux. lois pénales, mais le libre exercice de la criLique, lequel doit être admis sur tous les terrains et pas seulement sur celui de t'esthétique formelle. Il y a une criuque du contenu des oeuvres que personne n'a jamais prétendu interdue. » ... ET BOYCOTTAGE Examinant ensuite un autre aspect du problème, ils poursuivent: "A vrai dire, l'attitude du Mouvement contre le racisme participe à la fois de la critique et du boycottage. Sous le second aspect c'est au film envisagé comme l'objet d'unCi activité commerciale qu'il s'en prend... ' "En incitant ses adhérents à boycotter le film - en insistant auprès des directeurs de salles pour qu'ils ne le projettent pas, - il a effectivement eu recours à une sorte de mise à l'index, mais qui ne tendait pas à la défense d'une profession. Aussi bien n'est-il lui·même ni une entente économique, ni un syndicat. " C'est qu'au delà des conflits du travail et des conflits de la concurrence commerciale il y a des conflits de type idéologique, auxquels la mise à l'index peut trouver à s'appliquer. C'est même là l'origine historique du procédé: ce sont les groupements religieux qui ont led premiers mis en garde leurs membres contre telle pUblication, tel spectacle, telle lecture. Ils n'engagent pas, ce faisant, leur responsabilité. On peut inférer de là que la mise à l'index est un procédé licite de défense pour tout groupement désintéressé, à condition évidemment que ce procédé soit mis au service du but poursuivi par ce groupement, but présumé légitime .. "Le boycottage d'un film n'est pas le boycottage d'un concurrent ou des produits d'un adhérent qui ne joue pas le jeu, par un groupement professionel; c'est, comme le boycottage d'un livre ou. d'un journal, lin geste d'inspiration essentiellement idéologique, et seulement. par ricochet à conséquences ' commerciales pour le producteur. JO On voit par ces brèves citations toute l'importance, du point de vue juridique. comme du point de vue antiraciste, de l'arrêt rendu en faveur du M.R.A.P. par la Cour d'Appel de Paris.

Notes

<references />