Droit et Liberté n°225 - octobre 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°225 de octobre 1963
    • Conflit racial aux Etats-Unis: l'intégration progresse en dépit de la résistance criminelle des sudistes par Suzanne Collette-Kahn page1
    • Jean Schmidt a reçu le prix de la Fraternité page1 et 6,7
      • Allocution de Pierre Paraf, réponse de J. Schmidt
    • La propagande raciste prolifère; Attention POISON par A. Dymensztajn page1
    • Les adversaires de l'apartheid menacés en Afrique du Sud (interview de Raymond Kunene de l'A.N.C.) page1
    • Trop bref hommage à Jean Cocteau page2
    • Le Cinéma: Muriel de Alain Resnais présenté par Guy Lacombe page3
    • Ces lois antiracistes qui manquent à notre pays page4
    • Robert Attuly: un grand magistrat antiraciste par Hubert Deschamps page8
    • Jean Cocteau: notre ami page9
    • Racistes bon teint par Oncle Tom page10
    • Pour la tolérance par Henri Bulawko page11
    • Le petit monde de Madame de Ségur par N de Boisanger-Dutreil page12
    • Ils continuent... nous aussi (néo-nazisme) par Roger Maria page5

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 OCTOBRE- 15 NOVEMBRE 1963 N° 225 Un franc L'INTEGRATION PROGRESSE JIIEA\~ ~4[IH~'1IIIDlr a reçu à Lille le Prix de la Fraternité en dépit de la résistance criminelle des sudistes LORSQU'ON relit la Déclaration d'indépendance des Etats-Unis, du 4 juillet 1776, proclamant « comme des vérités évidentes par elles-mêmes que tous les hommes ont été créés égaux, qu'ils ont reçu de leur Créateur certains droits l/'wliénables et qu'au nombre de ces droits, sont la vie, la liberté et la recherche du bonheur ", on demeure confondu devant l'inconscience, le cynisme, et par Suzanne COLLETTE-KAHN Secrétaire Générale de la Fédération Internationale _des Droits de l'Homme l'égoïsme conjugués, qui jusqu'à nos jours, ont fait des Américains - prétendûment démocrates - les oppresseurs de leurs compatriotes noirs. L'excuse longtemps invoquée, et qui l'est encore par nombre de ceux qu'on appelle « les petits Blancs ", est que les Noirs représentent une espèce d'humanité inférieure, volontiers qualifiée par eux de repoussante, en tout cas inculte, et n'ayant pas atteint le degré de civilisation qui seul justifierait qu'on les traitât en égaux. (Suite page 9.) Le 1" octobre, à Lille, Pierre Paraf, président du M.R.A.P., a remis au nom du Jury, le Prix de la Fraternité au lauréat de 1963 : Jean Schmidt, réalisateur de .. Kriss Romani ». La petite héroïne du film, Puce - de son vrai nom, Nina- Demestre - était aussi, bien sûr, de la fête, heureuse de la récompense offerte à son grand ami. C'est dans une atmosphère à la fois émue et joyeuse que s'est déroulée la cérémonie, dans les salons d'un grand restaurant. On reconnaît ici, avec le président Paraf, Jean Schmidt et sa jeune interprète, Michel Kerhervé, président et A. Eckman, secrétaire de la section du Nord de notre Mouvement. LA PROPAGANDE RACISTE PROLIFERE Attention L 'INDIFFERE.NCE des pouvoi~ s publics,. P?ur qui le racisme serait Inconnu en France, cette indifférence - contre laquelle luttent les antiracistes clairvoyants qui veulent promouvoir une législation efficace - est de plus en plus injustifiable aujourd'hui_ Les graffiti tracés sur les murs ou dans les couloirs du métro, à Paris, sont souvent le fait de maniaques, de névrosés; mois qui contesterait qu'ils sont, surtout, le reflet d'une prose toujours plus abondante qui s'étole, impunie, dons des publications mises en vente sur tout le territoire? La propagande raciste et antisémite a bien profité ces derniers mois de son impunité. Sa machinerie est bien huilée : la contamination des jeunes géné rations est en route. DRUMONT ET GOBINEAU Certains lecteurs trouveront que j'exagère, « que fort heureusement dons notre pays où les traditions des Droits de l'Homme sont si vivaces, il n'est pas possible de reprendre les idées d'un Drumont, d'un Gobineau ». tl n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Armand DYMENSZT AJN (Suite page 4.) •• POISON Ils présenteront le Gala du M.R.A.P. Vous les avez vus à la scène, sur l'écran et - très souvent - à la télévision. Vous admirp.z leur talent ... Pierre LOUIS et Odette LAURE seront, le dimanche soir 24 novembre, à la salle Pleyel, au grand gala antiraciste organisé par le M.R.A.P. Vous serez nombreux à applaudir le brillant spectac.le qu'ils présenteront. Louez dès maintenant vos places au siège du M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2' (tél. : GUT 09-57). Bill~ts de 4 à 15 francs. Les adversaires de l'apartheid menacés en Afrique du Sud Une interview de M. Raymond KUNENE dirigeant de l'A. N. C . EN Afrique du SUQ, république indépendante, trois millions de blancs font peser sur 12 millions de noirs le régime cruel, inhumain de l'apartheid, de la ségrégation raciale absolue. Les Africains ont longtemps répondu à la violence, à la cruauté, à l'inhumanité de l'apartheid par des manifestations pacifiques. En 1912, se créait l'African National Cong-ress (Cong-rès National Africain). L'A.N.e. représentait un premier véritable PJlI:' ,,,,,l'-t.\que au-dessus des barrières tribales ou rég- ionales. Le prog-ramme officiel de l'A.N.e. est le « Freedom Charter » (Charte de la Liberté) : abolition de toute ség-rég-ation raciale, ég-alité absolue de tous les habitants, suffrag-e universel, la terre à celui qui la ' travaille. nationalisation des mines. Jusqu'en 1960, date de son interdiction. à la suite du massacre de Sharpeville, l'A.N.e. n'a jamais cessé de pratiquer la politique cie . non-violence prêchée par Ghandi et par Luthul i, son président. Mais en 1963, la situation n'est plus la même. De nombreux pays africains se sont libérés de la colonisation et cie la domination blanche. Le peuple d'Afrique du Sud a atteint le stade au delà duquel il ne peut tolérer pluS' long-temps l'oppression. Procès monstre à Johannesburg Un représentant du bureau ang-Jais cie l'A.N.C .. de passag-e à Paris, M. Raymond Kunéné, a bien voulu répondre à nos questions. (Suite page 12.) 10 TROP BREF HOMMAGE A JEAN COCTEAU BENN ET PARIS Pour son soixantième anniversai re, le Salon d'Automne, bien inspiré, n'a pas cru pouvoir mieux démontrer sa vitalité tout en évoquant la fécondité de son glorieux destin, qu'en plaçant sa manifestation annuelle sous le signe d'un hommage à Paris - comportant notamment une « rétrospective » d'une cinquantaine d'oeuvres des maîtres d'hier qui furent ses adhérents. A cette initiative heureuse répondent d'autres expositions particulières dont les beautés de Paris sont le thème préférentiel. Dans cette ferveur envers Paris se rassemblent des jeunes peintres - ainsi J. Vignon, au Foyer des Artistes - et des maîtres consacrés : ainsi Benn dont la Galerie de l'Institut vient d'accrocher 2S toiles à ses cimaises. Nous ne croyons pas pouvoir les commenter... qu'en citant quelques phrases de la sensible préface écrite par M. André Flament : .. « En quelque 2S toiles, où la s incérité et la sobriété le disputent l'une à l'autre, Benn nous présente. ou mieux, nous révèle. les aspects les plus connus de la Cité. « Par la magie de quelques touches subtiles. par son souci d'abandonner le détail pour ne s'en teni r qu'à l'essentiel. il nous donne une apparence nouvelle des monuments et des sites, une image neuve et vierge en quelque sorte de NotreDaille. du Luxembourg, de l'Ile St-Louis ... « :\fais quelle poésie, plus poignante d'être plus discrète, quel charme et quelle grâce dans' ces rues de Paris et dans ces berges qui bordent la Seine, ce fleuye qui est la plus belle route du Monde! ». ..... OTRE temps a perdu, d'une mort aussi si.gnifica_ I~ tive qu~ toute sa vie, placée sous le même signe de l'hypersensibilité du coeur et de l'esprit, celui qui, depuis des années 10 de ce siècle, en était le Prince Charmant, l'Enchanteur. Pour lui on peut sans crainte reprendre une phrase d'Anatole France sur un autre poète : .. Il est mort et tout un monde d'harmoni~s s'est éteint avec lui ". A dire vrai, aucun être peut-être, n'aura possédé davantage de dons multiformes. A n'envisager ici que la part de lui-même vouée aux arts plastiques et concrétisée par ses oeuvres, que ne faudrait-il évoquer, commenter ~ Des lithographies d' .. Orphée ", des burins au Comte d'Orgel à la décoration d'une villa du Cap F~rrat, du cartgn de tapisserie de .. Judith .. aux décorations des chapelles de Villefranche et de Milly, quel oeuvre magistral accompli comme en se Jouant et qui ne paraît pas aussi considérable qu'il le devrait, pour cette seule raison : la prodigieuse. la paradoxale facilité du Don qui guidait la main du dessinat~ur, du peintre des .. Innamorati .. et de tant d'autres suites non moins séduisantes. Jean Cocteau laisse, en s'éteignant, un vide dans la vie contemporaine des arts comme dans celle du théâtre, de la poésie, du cinéma, du ballet, etc ... un vide qui ne pourrait être comblé que par un autre lui-mèm~, maître au même degré d'une aussi luxuriante richesse de l'Esprit . Les Bucoliques de W. SPITZER LAUREAT du Grand Prix des Jeunes en 1957, cet ancien élève de Narbonne et de Goërg à l'Ecole des Beaux-Arts, s'e t acquis en tant qu'illustrateur et graveur une notoriété égale à celle que lui valurent ses toiles. Illustrateur des oeuvres' complètes d'André Malraux, il a illustré aussi le Tour du Malheur de Joseph Kessel. Et aujourd'hui, c'est le grand écrivain qui, soudain mis en présence des tableaux de Spitzer, nous confie son « coup de foudre » dans la préface écrite en tête du catalogue de l'expos'ition de la galerie Romanet. Un réquisitoire peint par Heaulmé Ce coup de foudre, l'éprouveront un· grand nombre des visiteurs de cette suite d'oeuvres qu'on pourrait titrer « Bucoliques polonaises ». Le jeune artiste (:~6 ans) - rescapé des pires camps de l'horreur en son adolescence - s'est plu en effet à ressusciter ses impressions, ses souvenirs d'enfance Cà Cieszyn) et c'est, dit Kessel, « un monde à la fois réel et fantastique, construit avec vigueur ~t pourtant léger comme un conte, avec ses enluminures d'Orient, ses nativités de folklore ... » mais avec un art savant du dessin jouant d'une palette lumineuse et fertile en nuances. (Galerie Ramonet.) Heaulmé - LES PENDUS (Photos Couvin) VERTES, peintre des charmes de la vie Par un singulier co priee du sort et de la nature, c'est ce spirituel Magyar qui s'en vint, avant guerre, des rives du beau Danube bleu aux bords de la Seine pour être l'un des plus parisiens de nos artistes et à coup sûr, le plus fidèle interprète des séductions de deux des plus plaisantes " conquêtes de l'homme» (pas toujours conquises d'ailleurs) : les chevaux et les femmes. Fruits verts, fruits mûrs (mais jamais flétris), pouli ches pur sang et yearlings, blondes ou brunes, c'est toujours Vénus à sa joie ottachée qu'il célèbre d'un croyon ou d'un pin ceau spontané, étonnamment habile, jusque dans ses improvisations les moins contrôlées. A travers lui revit la grâce !ibertine des petits maîtres du XVIII'. (Galerie K. Granoff.) BOULEVERSANT spectaclc, celui des 24 grandes toiles accrochées par Heaulmé aux cimaises de la galerie Hervé. Elles étonnent, elles forcent le respect d'abord à cette seule penSée : quel courage a-t·il fallu à l'artiste pour réaliser une telle suite qui sous le titre : La guerre et la Paix se constitue principalement des horreurs de la guerre et n'évoque la paix que 1 comme les premières lueurs de l'aube annonçant la fin des ténèbres nocturnes. A sa façon, qui est poignante autant que somptueuse, Heaulmé a été jusqu'au terme de son « Voyage au bout de la nuit )). Il s'est comme défoulé de l'obsession imprimée en lui depuis son adolescence par les images de l'univers concentrationnaire et les visions sinistres du crime majeur des hommes, que l'on ne peut plus concevoir dans le style « mise en scène )) des parades ordonnées pOUl' la gloire meurtrière des rois de jadis. Bêtes écorchées vives, femmes et hommes torturés, tous des victimes du mal contre quoi Heaulmé clame sa haine légitime ... II le fait dans un style Iictural d'une maîtrise ct d'une somptuosité peu banales. Sur les modulations de fonds très richement accordés, où les tons sombres, le rougeoiement des incendies et des blessures forment les basses du duo des clairs-obscurs tragiques, le pinceau de Heaulmé fait vibrer la lumière des chairs et, ça ct là, introduit dans ses ciels un pan de bleu qui laisse présager les jours de la paix ct de ses joies champêtres. «GENS ET SITES D'ISRAEL» par TOFFOLI Grand voyageur qui l'an dernier avait demandé au Brésil ses sujets, ses " motifs ., le plus Parisien des Triestins : Toffoli nous est revenu ces temps derniers d'Israël en en rapportant une ample et belle moisson d'oeuvres fort personnelles. Toffoli, en effet, a hauss~ au niveau d'un style ce qui, en ses débuts, voilà dix ans, Rouvait n'apparaitre que comme un procédé arbitraire. A ses strates obliques, il a substitué le jeu, rationnel celui ci, de plans cernés ou non, très savamment ordonnés et rythmés qui, doués d'une intensité décorative fort €)xpressive, accroissent la séduction des rapports de tons, toujours subt ils et précieux, mais toujours exacts localement. En sorte que paysages et personnages revêtent tous un caractère de vérité qui se conjugue avec le lyrisme raisonné de l'artiste. (Gal'!rie Ror Volmar.) Toffoli - L'ETAMEUR (P. Petitjean)


~~---------------------------------------------------------------------------------11

II r\"t.-~ " Guy LACOMpBaEr IMllUJ I~ IllE IL M« ON film est un film à facettes; ce n'est pa-s un film d'intentions mais de préoccupations, imprégné d'une sorte de malaise qu'on ponrrait désigner par ces mots : la civilisation du bonheur. » Ainsi parle Alain Resnais de sa dernièr e oeuvre. r Ce miroir aux multiples facettes nous renvoie l'image de Boulogne où se croi sent en 1961 quatre pers'onnages à la dér ive. Le révélateur dramatique qui fait apparaître les contours psychologiques de ces personnages 11'est autre que la rencontre de deux d'entre eux, H élène et Alphonse qui s'aimèrent autrefois. puis se séparèrent, en 1939 très exactement. avant la guerre. Histoire banale peut-être, mais qui baignée dans la réalité de 1961 et au contact des pr éoccupations de deux jeunes gens au seuil de ' leur vie d'adulte, va donner la dimension morale de notre époque. Or, quel événement domine l'année I96r à Boulogne et en F rance? Essentielle- ' ment la guerre d'Al- gér ie. ' Bernard, le fils d'H élène, r e v i e n t d'Algéri e, " malS ' son comportement a Dclphinc SEYRIG et J.-P. KERIEN dans « Muriel, ou le temps d'un retour ' » changé : il est agressif, souvent absent par fo'Îs enfermé 'dans un mutisme inquié~ ' tant, incapable de s'adapter à cette vie 'surannée Qui est celle ' de sa belle-mère àntiquaire, toujours à la reèherche ' d~ vieux sentiments comme ' de vieux meubles, quand elle ne s'accroche pas aux tables de jeux. r iel :, cet Alphonse tout ouaté qui déteste les , Arabes, sa ,fiancée qui le t erri fie, lorsqu'elle ferme les paupières, le mot aveH prononcé , incidemment, , la lande et , la falaise même où vit un homme désaxé qui r éClame un mari pour sa chèvre n'évoquent-elles pas certains paysages de là-bas? A côté de ce drame mémorisé qui envahit le fi lm et qui lui a donné son nom, éclate celui de ces deux épaves de l'amour mort, amour qu'ils essaient en vain de ranimer le temps d'un souvenir. BalIotée entre ces être à la dérive, la jeune' maîtr@6se d'Alphonse prend conscience de ce désarroi moral, s'en effraye et rompt les amarres. Sa quête de la mer ne correspond-elle pas à son g rand besoin d'air nouveau, de vastes perspectives, de saine liberté dans ce port de Boulogne où sont venus échouer des êtres meurtris en leur coeur, désor ientés, à l'esprit dégradé par la pratique de la guerre et du mercantilisme. Le décor réel de Boulogne, ville reconstru ite après la g-uerre d'une façon anarchique, un peu comme le br ic à brac de l'antiquaire, ajoute à ce malaise qui submerge les êtres. Le modernisme cru des vitrines, des couleurs, des murs contraste avec le sentimentalisme douceureux d'Hélène et de ce fait en souli gne l'anachronisme. On n'en aurait pas fini de découvrir les multiples facettes de cette synthèse si vraie de l'état d'âme de nombreux Français à notre époque. Mais' de toutes ces facettes, il n'en est pas moins vrai que Resnais et Cayrol ont voulu accorder ùne importance toute particulière à celle qui nous présente le retour d'Algérie d'un j eune, traumatisé par les horreurs de cette guerre. Aucun film n'est allé si loin dans cette étude ; aucun réalisateur n'a aussi bien analys'ée cette « préoccupation » pour r eprendre le mot de Resnai s, qui fut 'celle de beaucoup de jeunes. N'omettez ,pas d'alier voir ce film, dont l'approche certes est parfois difficil e, mais dont la richesse est infinie. P eu à peu, le retour de l'ancien amant, mythomane rat~ et "'vieilli qui se fait passer po~r un' ancien i'colon 'd'Algérie chassé par les ê,vénements, va se heurter à celui de Betnard;', qùi,_ lui, revient r éellement d'Algérie et pour d'autres raisons! Lf!s hommes veulent vivre Le souvenir du bonheur passé, qui c11ez Hélène '(Delphine Seyrig-) et- Alphonse (Kerien) renaît par petites touches sensibles au fur et ,à mesure que les petits faits quotidiens les font émerg- er de leur mémoire, s'oppose au sou, venir persistant · de Muriel dans la mémoire douloureuse de Bernard. Puis, un jour, " Bernard expliquera Muriel c'est,-1a' séquence la plus extraordinaire du film. Sur fond de film d'amateur, tourné el1 Algérie : des paysages, la soupe, .. la sieste; des Arabes souriants. des soldats souriants, une vraie pa rtie de campag-ne - Bernard 1'àconte : Muriel était une AIg-érienne qu' il a vu torturer une long-ue soirée ; sa mémoi re n'a "oublié aucun d étail de cet affreux souvenir... Depuis, il ne : peut plus vivre comme autrefois ... Tout lui rappelle Mu-

  • NOTES DE
  • NOIRS ET BLANCS, par Raphaël

TARDON (Editions DenoëD. Ainsi que le remarque l'éditeur au dos du livre, « apartheid » est encore un mot mystérieux ,chacun peut constater qu'il provoque l'indignation sans que bien souvent l;on connaisse l'étendue des mesures qU'il implique. Raphaël Tardon veut, dans son petit livre de moins de 200 pages et d'une lecture aisée, présenter le problème de la ségrégation raciale en Afrique du Sud sous de multiples aspects. Il est bon de connaître les promoteurs de cette politique (1) : M. Werwoerd, qui rendit hommage à Hitler lorsque 1'Union Sud-Africame se joignit aux alliés; le Dr Malan, qui dut sà réélection de 1953 à la promulgàtion d'une loi qui donnait au bulletin de vote 'd'un fermier Boer la valeur de deux voix de citadins, et d'autres ... C'est, en effet, par de grossiers subterfuges que les Boers se maintiennent au ' pouvoir et durcissent la pOlitique de ségrégation raciale; malgré l'opposition de la population d'origine britannique qu'ils qlfalifient d'horriblement marxisante, bien qu'elle soit encore raciste. Comme le nageur en difficulté, la population Boer s'affole et rend tragique une situation déjà grave. Les dirigeants des grands partis noirs d'opposition souhaitent encore la coopération, mais chaque nouvelle loi raciale accentue la colèrè âe la population de couleur et renforce les mouvements extrémistes, ce qui laisse présager pour les blancs des réformes d'autant plus brutales et pénibles qu'elles seront plus lointaines. Sur un autre plan, une étude du pr Tomlinson faite à la demande du gouvernement d'Union Sud-Africaine a démontré que la politique d'apartheid est un non- , 'E N une époque où les peuples_ eUes C hommes d'Etat prennent de plus en plus conscience du terrible dang-er que fait peser sur eux l'arme 11Ucléaire,.i1 est bon est souhaitable que le septième art se charge de le personna- . liser et de l'expliciter par l'image. Il faut remercier Léonide Moguy de s'être joint avec son film à ceux Qui tirent la sonnette d'alarme depuis bien longtemps. Le professeur Chardin, éminent physicien françai s, va poursuivre aux U.S.A. des expériences personnelles qUI, à travers des explosions atomiques de plus en plus destructrices, lui permettront de découvrir le rayon de la mort, arme absolue qui tue les vivants, mais éparg- ne les choses. Les campag-nes populaires contre les 'expériences nucléaires, les voix angoissées de savants; telles' celles d'Einstein et de son ami le professeur Carter; ne LECTURE * sens économique et financier. D'un côté l'industrie est en pleine expansion, de l'autre les lois aggravent l'apartheid et font obstacle à l'industrie. Quelque chose doit céder

on voit mal les impératifs économiques

du gros capitalisme d'origine britannique, d'ailleurs soutenu par les capitaux britanniques et américains, s'inclinant devant les nécessités du racisme des Boers ! Le livre de Raphaël Tardon expose avec clarté les termes du conflit SudAfricain, dont l'importance est appelée à croître après les résolutions prises par les pays africains lors de la conférence d'Addis-Abeba. G •. C. ( 1) Qui prétend créer neuf Etats bantous dans les territoires de l'actuelle Afrique du Sud. ' peuvent en aucune façon briser, ni modifier sa ferme détermination de continuer ton toute bonne foi son oeuvre nui sible et ce, au nom cie la science! Seules l,a mçJrt ;le s~m, jeune fils survenue à la suite ' d'un'e leucémie, et la ruine de son foyer" permettront l'intrusion de l'humain dans ce coeur cimenté de formules. Sa propre souffrance le ramènera au niveau ,des hommes et à leur service. Il deviendra docteur. Mais n'est-il pas allé trop loin dans son aveug- lement ? Son a ssistant, Rossi, mégalomane dangereux, se saisit du terrifiant secret. L'éminent professeur n'hésitera pas : il le tuera. C'est le problème du comportement du savant dans la société que Léonide Moguy a voulu poser ici. Se doitrer dans sa tour d'ivoire tapissée d'équa, tions et se calfeutrer dans un foyer douillet et aimant, est-ce possible, est-ce vivre? La réponse est négative. La réalité bouscule, brise cette carapace. Chez Chardin, elle disloquera son foyer, l'isolera, le blessera dans sa chair ; c'est alors qu'il prendra conscience de 60n existence et qu'il l'abordera avec des yeux d'homme parmi les hommes... Un peu tard cependant. Il est important et nécessaire de rappeler ces simples vérités, surtout lorsqu'elles mettent en jeu la vie même des êtres humains. Certes on peut reg-retter des dialog-ues un peu trop sententieux, des caractères mal défini s, un didactisme trop voyant, mais ce sont là vétilles, face à l'importance du sujet traité. Les acteurs sont sobres. encore Que Tacqueline Huet aurait intérêt à abandonner plus souvent son sourire télévi sé. Au demeurant, ces film s sont trop rares pour les bouder, quand un réalisateur a le courage de nous les présenter. J e n'en connais pas depuis le « Dernier Rivag-e » de Stanley Kramer. HOMMAGE A JULES ISAAC Une soirée d'hommage à l'historien Jules ISAAC aura lieu le lundi 21 octobre à 20 h. 45, à la salle des Centraux, 8, rue Jean-Goujon, Paris-8' . Au cours de cette soirée, présidée par M. Diomède CATROUX, ancien ministre, prendront la paro_ le : MM. Jacques MADAULE, président de l'Amitié judéo-chrétienne; Jacques NANTET, André CHOURAQUI, ALBA, le pasteur BRUSTON, et Jean-Pierre BLOCH, ancien ministre. ANNE BERANGER, dont on n'a pas oublié les créations de comédienne et de chanteuse dans plusieurs théâtres parisiens (( J 'y suis, j'y reste », au Gymnase ; « La Quincaillière de Chicago », à l'A.B.C. ; « Le Médium », de Menotti, au Théâtre des Ch amps-Elysées, etc.) se consacre depuis plusieurs années aux productions télévisées. Elle a présenté ces derniers temps des émissions diverses : variétés, pièces policières, opéras-bouffes ... Elle offrira le 24 octobre, aux téléspecteurs, un opéra de Joseph Kosma, « Un amour électronique ». Elle prépare également un opéra. bouffe de ' Darius Milhaud, « Esther de Carpentras », qui sera tourné au printemps pl'ochain en Israël.., Mais malgré ses activités débordantes, Anne Béranger a bÎen voulu se consacrer au:;;si à la réalisation du grand gala antir~ ciste qui aura lieu le dimanche soir 24 novembre, salle Pleyel. Son concours est garant de l'éclat de ce spectacle et du succès de la soirée. Qu'elle en soit cordialement remerciée

« LE MONDE FROID », film de Shirley,

Clarke, se déroule entièrement à Harlem. Il a pour héros un jeune noir qUl rêve de posséder un revolver afin de devenir un ( caïd }). L'auteur décrit avec un réalisme lucide les milieux noirs améticains, apportant son témoignage sur le , grave problème qui bouleverse actuellement les Etats-Unis. '

A la III' Biennale de Paris, l'article ' 3 du règlement qui prévoit l'exclusion des oeuvres qui pourraient être considérées comme offensantes pour la morale ... etc. n'a pas permis de voir dans son intégralité une oeuvre collective intitulée l'Abattoir. Les auteurs, MM. Arroyo, Biass, Brusse, Camacho, Pinoncelli et Zlotykamien, présentaient quatre dictateurs bien connus, Hitler, Mussolini, Franco et Salazar: Ce qui a été caché : les drapeaux nationaux permettant d'identifier ces criminels de guerre. Pour le dix-neuvième anniversai~ e de la Libération de paris, un certain Etienne Lardenay a commis un article, pUblie dans « Rivarol » du 29 août dernier. Sous le titre « Dépassée, la Libé ! » il insulte violemment ceux qui donnèrent leur vie pour que cessent les massacres raciaux. Il s'en prend également aux vivants, à ceux qui honorèrent de leur présence le bal populaire de cette année, place de l'Hôtel-de-Ville : Joséphine Baker et Yves Montand. Passons sur les termes qui relèvent toujours du même vocabulaire imbécile pour ne retenir que l'intention

salir.

Armand Gatti a monté, en compagnie du Grenier de Toulouse, sa propre pièce « Chroniques d'une planète provisoire ». Des astronautes partent à la découverte d'une planète inconnue. Ils découvrent « un dc.uble de notre monde, un double des crimes qui s'y sont commis ». Un million de juifs vont être exterminés par l'un des belligérants ; l'un de ses chefs (Himmler) tente de les échanger contre des plantes carnivores ; au nom de la bonne conscience, les autres Etats refuseront le marché : lc million d'hommes périra dans les chambres à gaz ou sous les balles de l'Ange exterminateur (Eichmann). 4 ---,,------- ~-------------- MARIAGE NAZI OUI, cela se passe en 196~. A Londres, Françoise Dior, comtesse de Caumont la Force, a épousé au cours d'une cérémonie barbare, le « führer » du « parti nazi britannique », Colin Jordan, naguère condamné pour ses menées racistes et la constitution de stocks d'armes. A Paris, cette même Françoise Dior, flanquée de Colin Jordan, a pu s'expliquer à l'aise à la télévision nationale pendant une longue séquence, le 2 octobre. dans le cadre du Journal Parlé de 20 heures. « J'éleverai mes enfants dans l'espl'it dit nazisme, a-t-elle déclaré. Puis, dépassant son cas par.ticulier, elle s'est employée à exalter les théories nazies : « Garder la race pure, cnaûer les jlûfs, vénérer Hitler... » E lle conclut par un appel « à l'action » des racistes de France, en liaison avec les différentes branches de l'internationale néo-nazie. Le speaker qui présentait ce scandaleux spectacle, souligna, cer.tes, en quelques mots le caractère « odieux » de ces propos. Toutefois, ce morceau de propagande complaisamment diffusé. a suscité une vive émotion parmi les téléspectateurs. N ombre d'entre eux Qnt téléphoné ou écrit à la RT.F. pour protester. De multiples associations ont également fait connaître leur indignation Dans une lettre au directeur du Journal Parlé, le M.RA.P. écrit notamment : « Quel que so'it le commentaire introduisant à cette séquence, il n'en reste pas moins qlt'lme citoyenne française a pu librement et à l'heltre de la pltlS grande écoute, développer des mots d'ordre hitlériens ... « Que la télévision nationale mette l'antenne à la disposition de telles gens, voilà qui passe l'entendement. D'autant pllts que la même télévision n'accepte gltère informer [,e public sur la vi,qilance active exercée par de très lIombreux Français de toutes opinions Olt confessïolls qlti tiennent à honneur de garder vivant le souvenir sacl'é des victimes des persécutions hitlériennes. « Ces Français-là, savent que les .équelles du nazisme sont dan.q.erellses. Ils savent que les admirateurs et les anciens sel'vitenrs du nazisme ne SOltt pas seulement des fOlls Olt des désaxés, mais des malfaiteuI's dangerelt.1: qui disposent de puissants moyens et sont orqa /lisés ell France et à travers le mOllde, » M. R Marcillac, sous-directeur de l'Actualité Télévisée, a répondu en ces termes : II: Votre lettre a retelln tonte mon attention, et Je comprends, cr03lez-le bien, votre émotion qui a été é.qalemel1t la nôtre. « Mais nous avol/s pensé qlt'il fallait précisément IlLontrer de pareils événements pour avertir le public et le mettre en garde. « D'ailleurs, le présentateltr du JottrnaZ, ce soir-là, a bien dit avant et après la séqueNce, tout ce qlt' elle com.portait d'odieux, « NOliS étioHS loin de l'apoZo.qie d1t 1Ia::islHe. « .le "c'O IfS prie de croire, etc .. , » On comprend fort bien la réaction spontanée des centaines d'antifascistes anglais qui se sont réunis à Londres, autour du local où Françoise Dior et Colin Jordan se livraient à leur serment nazi. Des mottes de terre, des tomates, des oeufs pourris, ont été lancés contre ces deux hitlériens et leurs acolytes, par les manifestants indignés, . (jES LOIS ilNTIRi\(jISTES qui manquent à notre pays r ES faits récents qui se sont produit~ L dans certains cafés à Lyon, puis a Paris, ont remis à l'ordre du Jour les propositions du M,R.A.P. demandant le vote, par les Assemblées, d'une législation antiraciste. Ces propositions visent à protéger, non seulement le « groupe », mais aussi l'individu qui est visé par les excitations à la haine raciste, non plUS l'outrage et l'injure, mais la provocation ou la tentative de provocation à la haine et à la violence. En outre, aux termes de ces propositions, sera puni, le refus par un fonctionnaire ou tout citoyen chargé d'un ministère public, d'accorder à une personne ou à un groupe à cause de son appartenance raciale ou son appartenance religieuse, un droit, un bien ou un service. C'est également, avec ces propositions, le refus de prestation de biens ou de services quelconques, à cause de l'appartenance raciale ou religieuse qui sera puni. Et c'est aussi le refus d 'embauche ou le licenciement à cause de l'appartenance raciale ou religieuse, Enfin, le M_R.A.P. a tenu à préciser que soit punie l'offre de prestation ou de service qui serait soumise à une question d'apparte, nance ou de non-appartenance raciale ou religieuse_ Ces propositions de lois ont été déposées, en mai, par les groupes socialiste et communiste, puis par un groupe composé de députés de diverses tendances : MM. Maurice Lenormand (Centre Démocratique); Médard Albrand (U.RR.); Emile Bizet (Centre Démocratique) ; Diomède Catroux (U,N.R .) ; Marcel Cerneau (Centre Démocratique) ; Aimé Césaire (non inscrit) ; Paul Duraffour (Rassemblement Démocratique ), et Victor Sablé (Rassemblement Démocratique). Alors que l'Assemblée vient de voter une loi protégeant les chiens et les chats, interdisant les combats de coqs et n'autorisant les courses de taureaux que dans les régions où elles sont de tradition, nous aimerions savoir ce qu'on prévoit pour les humains? Il n'est pas question de nous opposer à la protection des animaux, mais nous suggérerons que soit pris en considération un certain choix dans les urgences .. _ M. Gaston Defferre écrivait récemment, dans Démocratie 63 : « Le racisme et son cortége de haine et de violence se manifestent à nouveau et avec une âpreté grandissamte, un peu partout dans le monde. « En Europe occidentale, on pouvait espérer que ce fléau avait été vaincu en même temps que l'hitlérisme. Malheureu, sement, de nombreux symptômes montrent que le mal est toujours présent et menaçant. Or, face à cette recrudescence des activités racistes, notre appareil répressif se révèle imadapté et insuffisant pour une lutte efficace, » Rappelant la proposition de loi déposée par le groupe socialiste, il disait : « Actuellement, seuls les individus o'lp les groupes ayant été l'objet d'une diffamation ou d'une injure caractérisées peuvent en poursuivre les auteurs, à condition de surcroît de prouver qu'ils ont été lésés dans u·n intérêt direct et personnel. Tous ces critères sont difficiles à réunir et encore faut 'il que les' intéressés aien't les moyens d'intenter une action, car le Ministère Public qui, en la matière, a aussi une possibilité d'agir d'office ne le fait que très exceptionnellement. « Il en serait autrement si les associations ou organismes ayant pour objectif la lutte antiraciste, pouvaient se substitue,aux individus ou groupes diffamés pour poursuivre les diffamateurs, et si la qualification pénale des délits racistes était élargie. « C'est dans ce but que le groupe socialiste a déposé une proposition de loi. » M. Defferre terminait son article en posant cette question : « Le gouvemement et sa majorité U.N.R ., maîtres de l'ordre du jour de l'As' semblée Nationale, accepteront-ils l'inscription à l'ordre du jour, la discussion de ces propositions et leur vote? « Leur attitude sera intéressante eIJ même révélatrice de leur état d'esprit à ce sujet. » A la fin du mois de septembre, après les incidents du Paris,Londres, M. Robert Ballanger, appartenant au groupe communiste, posait une question écrite au ministre de l'Intérieur, lui demandant : c( 1° Les moyens juridiques et autres dont il dispose actuellement pour prévenir et réprimer de tels actes de discrimination raciale et de provocation à la haime raciale; cc 2° Ceux de ces moyens qu'il compte mettre en oeuvre dans le cas considéré; c( 3° S'il entend, avec le gouvernement auquel il appartient, demander l'inscription d'urgence à l'ordre du jour du Parlement les propositions de lois réprimant la discrimination raciale et la provocation à la haine raciale déposées à l'initiative du M.R .A.P. par des groupes parlementaires, dont le groupe communiste. ») Nous espérons que des réponses positives seront données et que sera enfin votée, au cours de la présente session de l'Assemblée, la loi efficace que tous les antiracistes souhaitent. Attention • • POISON! (Suite de la première page Une «Société des Amis d'Edouard Drumont » vient de se constituer. Drumont, le fondoteur de « La Libre ,Parole », qui fut la première feuille antisémite de France, est un incollnu pour la jeunesse; cette Société, qui groupe dans son comité de patronage des hommes comme ' Maurice Bardèche, Henry Coston, Georges Gaudy, Dominique Venner, .xavier Vallat, va se charger de diffuser « son enseignement ' JO. Les thèses pseudo-scientifiques du Comte de Gobineau, et notamment son « Essai sur l'inégalité des races humaines JO, sont rééditées. « Défense de l'Occident », dont le directeur-gérant n'est autre que Maurice Barclèche, a publié, dans ses numéros de mai et juin 1963, l' « oeuvre ,. d',u'", autre antisémite de la seconde moitié du XI.x" siècle : « L'Aryen », de Vacher de Lapouge. Faut-il rappeler que Drumont, Gobineau et Vacher de Lapouge furent, surtout les deux derniers cités, glorifiés par les théoriciens nazis et aussi por les Vichystes ? Mais il vaut mieux citer que commenter. Maurice Bard'èche ( Défense de l'Occi dent », numéro de mai 19631, traitant du racisme, en fait l'apologie : « Un des plus curieux exemples de l'i nfantilisme, et il faudrait dire en réalité, de la lâcheté de nos « intellectue ls ", est leur conformisme tremblant devant la question du racisme, dont tout le monde parle et que personne n'ose aborder loyalement. Le racisme fait partie de ce barda que tout intel lectuel transporte sur son dos, comme le fantassin portait jadis son sac. Cette poire de godillots fabriquée e", série comporte une large empeigne de jérémiades taillée dans une information incomplète ou fausse et une so lide semelle de serments cloutés qui ouvrent notre coeur, notre bourse et nos chambres à coucher aux noirs, aux juifs, aux jaunes, aux gitons, et d'une façon générale, à tout ce qui peut se goberger à nos frais ou nom des principes sacro-saints de l'antiracisme, Personne n'a eu le courage de se demander jusqu'où on pouvait loisser se répondre l'inondation bêtifiante de l'antiracisme dont les faits nous montrent choque jour l'insondable im bécillité et l'effroyable danger. » (Premier paragraphe.1 Dans le même numéro, un article de J .-M. Aymot sur q , un théoricien sons passion: le Comte de Gobineau JO, fait l'éloge dudit théoricien. «LES NAZIS NE MALTRAITAIENT PAS LES JUIFS ... » Poursuivons: « A la fin de la guerre civile d'Espagne, des dizaines de milliers de réfugiés se précipitèrent vers la Fronce ... Les malheureux fuyards, hommes, femmes, enfa nts, furent parqués dans ce qu'i l fout bien appeler les comps de concentration, __ Les Espagnols qui ont survécu à la débâcle et à la généreuse imp.révoyance de la III" République Françoise, se sont, depuis, répondus et installés librement dans le poys. Mois le camp n'est pas vide. Il fallait bien l'utiliser: les Alle~ onds y ont relégué des Juifs de l'Europe Centrale_ « Les Allemands ne maltraitent nullement ces juifs. Ils se contentent de cracher à terre quand ils en croisent un dons la rue ... » (Henri A. Sabarthez « Journal d'il y a vingt ans », dans « Défense de l'Occi dent », p. 62-63, numéro de mai 1963.1 « Rivarol " (26-9-19631, consacre toute la page 10 et une bOllne partie de la page 11, à démontrer qu'il n'y a pas eu 6 millions de juifs exterminés par les naxis. De même sont contestés les chambres à gaz des camps de concentration. Des tracts reproduisant un extrait de « Europe Nouvelle ", publication poraissant à Bruxelles, sont actuellement cJ'éposés dans des boîtes aux lettres à Paris. Ces tracts intitulés : « Le Point sur les « six millions », soutiennent la même thèse que « Rivarol JI . ,Pour « Aspects de la Frallce », l'antisémitisme est un impératif absolu: «Quels qu'aient été les exces verbaux, les naïvetés, ou les maladresses des antisémites français des années 1880, leur fièvre était saine. Elle était la réaction de l'organisme français devant l'inconnue de l'injection sémitique. Elle était la peur, parfaitement légitime, que l'ensemble commun de traditions, de sentiments, d'idées, de moeurs, qui maintenait la cohérence du pays, la peur que cet ensemble fût disloqué et qu'il n'en restât rien. Prêtres catholiques, militants syndicalistes, officiers, anarchi stes, propriétaires de l'Ouest, journalistes boulevardiers, commerçants de province, intellectuels, beaucoup de Français de tous ordres ont portagé cette crainte. Pour sauver la cohérence nationale, et l' identité de la potrie, ils ont voulu extirper l'élément qu i leur paraissait alors le plus dissociateur et le plus chimiquement altérant, Ils ont échoué_ Qui osera dire pour autant qu'i ls aient eu tort dans leur tentative et que leur défaite oit servi la Notion? ,,_ DE LA PEUR A LA HAINE Les vitupérations de la presse raciste contre les Algériens vivant en France, contre les Noirs, 'les Jaunes, prelln'ent des proportions invraisemblables. Pierre Poujade ameute ses lecteurs et écrit, sous le titre « Alerte à Paris » : « Le 5 juillet dernier, je dévoilais 'ici même, les dessous de la scandaleuse manifestation de la Notion et le rôle de 30,000 NordAfricains responsables de la tournure de cette soirée (11 ... Comment un homme normal peut-il rester tranquille et décontracté dons n'importe quel quarti.er de la capitale, quand il soit qu'à Nanterre, Courbevoie, Gennevilliers, Pierrefitte, Stains, Saint-Denis, des dizaines de milliers d'individus sont entassés dons des bidonvilles ou des médinas dons des conditions délibérément entretenues afin qu' ils demeurent disponibles pour tous les coups durs en attendant un certain « feu vert ,. ouvrant la voie des pillages et des viol s satisfaisant leur atavisme et leur condition misérable ... C'est aujourd'hui au minimum DEUX CENT MILLE Nord-Africains et près de 50.000 Noirs qui s'installent et s'organisent, sons parler des dizaines de milliers d'Antillais, d'Espagnols, de Chinois, et j'en posse_._ » (" Fraternité Française », 26-7-63.1 « Nouveoux Jours " (27-9-631, reprend le même thème : f"' ... Le gigantesque réseau de traite des blanches qui s'est en quelques années organisé dans notre pays, est maintenant .entièrement entre les mains d'ex-dirigeants (rackettters ou. souteneursl du F.L.N. 0: Viendra peut-être _le jour, en, Fronce, si l'on n'y prend garde, où nos concitoyens exaspérés par l'a rrogance, l'audace et l'im punité d'une commmunauté qui croit que désormais tout lu i est permis, se livreront à leur tour à des actes de violence ... ,. Pour « Aspects de la ' Fronce » (26-9- 19631, « Les noirs sont légers, d'ordinaire voleurs, tout à fait enfantins, profondément paresseux, cruellement sanguinaires, souvent anthropophages », etc_, etc .. _ UNE SITUATION DANGEREUSE Non, les racistes n'ont pas désarmé, bien au contraire. Les événements qui se déroulent aux: U.S.A., la lutte courageuse des antiracistes américains au côté des millions de noirs 'en marche pour une égalitlé réelle, tout cela éveille la rage de « nos gens », pour lesquels seule la race blanche (et aryennel compte : « Si les Blancs étaient unis, ils seraient facilement les maîtres du. monde ... ", proclame avec nostalgie « Nouveaux Jours » (6-9-631. « Les Blancs restent bien les maîtres de la Planète », titre « Rivarol » (25-4-631, sur toute la largeur d'une page. La prolifération d'e la propogande raciste risque d'enclencher dans notre pays, à plus ou moins brève échéallce, des incidents graves. Il vaut mieux « prévenir que guérir ». Il importe que tous les antiracistes prennent conscience de la gravité réelle d'une situation dangereuse; il importe que les pouvoirs publics mettent un terme à cet empoisonnement des esprits. Il importe que l'idéal de fraternité l'emporte sur la haine et le racisme. A. DYMENSZTAJN. (1) Il s'agit de la soirée au cours de laquelle des groupes de « blousons noirs )) se livrèrent à des violences, à l'issue d'un spectacle en plein air. Ils continùent. .. NOUS AUSSI 1 Roger MARIA rend compte du Colloque de Florence contre le néo-nazisme. C'EST un devoir de conscience pour nous d'opposer, aux activités nazies d'aujourd'hui, le refus· de l'oubli. Toute·défaite incomplètement infligée à un tel ennemi se transforme vite en esprit de revanche. Les S.S. et leurs alliés continuent. Nous aussi. Ils avaient prétendu se réunir en un vaste rassemblement provocateur à Hameln les 21 et 22 septembre derniers. La réaction a été instantanée : tous les courants de la Résistance européenne se sont retrouvés unis pour riposter : s'ils croient pouvoir passer leurS' forces en revue en Basse-Saxe, avons-nous dit, nous répondrons .en appelant les nôtres à converger massivement à BergenBelsen pour relever le défi. LeS' S.S. durent reculer. Les autorités du land furent obligées de retirer l'autorisation primitivement accordée. Mais comme les activités nazies et particulièrement l'ag-itation S.S. ne devaient pas cesser pour autant, les personnalités qui avaient protesté à l'origine du scandale appuyèrent l'initiative conjointe de la F.I.R. (Fédération Internationale des Résistants), de la Résistance italienne et du célèbre maire catholique de Florence, le Pr Giorgio La Pi ra, de convoquer une Rencontre internationale de la Résistance contre le nazisme et le fascisme. Les II, 12 et I~ octobre donc, dans la capi,tale toscane, diverses manifestations se déroulèrent avec un plein succès

des centaines de participants à une

conférence de travail échangèrent leurs informations sur ce sujet qui doit inciter notre juste vigilance; de nouvelles propositions d'actions communes furent faites; un appel fut élaboré pour mobiliser les énergies combattantes contre la renaissance, sous toutes les formes possibles, des activités nazies. ' .•. ' Parmi les nombreuses personnalités et représentants d'organisations qui se manifestèrent à propos de ce colloque, signalons particulièrement : - M. le sénateur Ferrucio Parri, ancien président du Conseil italien, président de l'Association de la Résistance italienne; - Dr Joseph Rossaint, président de la V.V.N. (Allemagne de l'Ouest); - M. Umberto Terracini, sénateur, ancien président de l'Assemblée constituante italienne; - Le D Franz Borier (Autriche), président de l'Amicale des anciens du camp de Sachsenhausen; - M. Raymond Dispy (Belgique), président du Front de l'Indépendance; - Le Dr Adolf Berman, président de l'Organisation des Combattants antinazis d'Israël; - M. Pierre Villon, co-fondateur du C.N.R, président de l'A.N.A.C.R; - M. Jean Toujas, secrétaire général de la F.I.R; - Mme Louise Alcan, secrétaire de l'Amicale d'Auschwitz; - M. Isi Blum, secrétaire général de l'Union des engagés volontaires et anciens combattants juifs; -M. M. Vilner, président de l'Amicale des anciens déportés juifs de France'

....- M. Pierre-Bloch, ancien ministre;

- M. l'abbé Glasberg, ancien membre des Equipes de « Témoignage chrétien » ; - Mme Lambrakis, veuve du député grec assassiné par des· fascistes à Athènes il y a quelques semaines; - Le Dr Edward Kowalski (Polo- -gne) ; . ' ~7 . . M. Reinhard Streker (BerlinOuest), auteur d'un ouvrage sur Globke; . - Un délé~!Ldes ,Jeupesse,s socialistes de la RF.A.; - Le signataire de ces lignes; ' 'qui' La délégation française devant le Palazzo Vecchio était mandaté par le M.RA.P., l'Asso- arrivées de France, particulièrement de ciation des Anciens de Montluc et Marseille, de nombreuses délégations. l'Amicale de Neuengamme; La population de Florence témoigna à - et de nombreux représentants maintes reprises, sur le parcours du d'Autriche, d'Israël, du Danemark, de cortège, sa sympathie et son appui. Grande-Bretagne, de Norvège, de You- Les' touristes amoureux de Florence goslavie, etc... connaissent bien la gigantesque salle, Les plus fortes délégations prove- extraordinairement haute de plafond et naient d'Italie, comme il est normal, richement ornée de fresques et de peinmais aussi de France. tures fort belles, du fameux Palazzo Réaliser l'union ... Nous ne saurions reproduire ici la riche substance des débats, l'intérêt de la documentation accumulée du fait de l'apport de chacun des orateurs : « Droit et Liberté » est certainement une des publications les mieux informées sur les activités nazies et, dans nos prochains numéros, nous aurons l'occasion d'emprunter à ce colloque le meilleur de ses informations. Il a fallu faire l'unité, au terme de ces trois journées d'études entre les diverses tendances de la Résistance européenne et nous devons signaler que la délégation française a joué un rôle décisif pour éviter que soient prises des positions excessives, débordant l'objet même de cette rencontre, afin de faciliter l'afflux dans les mois qui viennent, de nouvelles adhésions qui viendront renforcer l'exigence désormais réaffirmée que les organisations d'anciens S.S. soient dissoutes et leurs activités interdites, à plus forte raison tout rassemble- . ment cherchant à exalter les forfaits d'une des plus infernales associations de criminels qu'ait connues l'Histoire. Une émotion enthousiaste Entre tant de participations et d'interventions utiles, on nous permettra d'en relever particulièrement trois : tous les congressistes ont été bouleversés par la présence constante, à la tribune, à la droite du président, de Mme Lambrakis, la veuve du député assassiné à Athènes par des émules des S.S.; son visage noble et douloureux, d'une beauté énergique, comme un souvenir de la tragédie antique, fut comme le symbole de l'esprit qui devait présider à nos travaux. A un autre pôle de la rencontre, nous ne pouvions que constater entre nous que nous étions essentiellement des plus de quarante ans et même on peut dire que la moyenne d'âge se situait plutôt entre cinquante et soixante ans - et pour cause puisqu'il s'agissait surtout de résistants ayant eu des responsabilités sous l'occupation. Or notre combat d'aujourd'hui « des mêmes contre les mêmes » n'a de sens que si la relève est assurée par les meilleurs représentants de la nouvelle génération. Aussi ce fut pour tous les participants une profonde satisfaction d'entendre les interventions émues et réfléchie:;, imprégnées d'un solide esprit de responsabilité, de deux jeunes Allemands, l'un non-violent, l'autre socialiste, qui exaltèrent l'union des générations dans la lutte contre les séquelles et tentatives de résurrection du nazisme. Ces deux jeunes furent applaudis avec une émo.tion enthousiaste. Contre quoi nous combattons Ces trois jours de conférence furent clos, le dimanche matin, par deux puissantes manifestations : l'une au Monumentaux Morts de la Résistance italienne,' suivie d'un magnifiqùe défilé des délégations de tous les pàys avec leurs drapeaux, avec une forte . partiéipation des apciens . résistants italiens, particulièrement de Toscane, mais venus aussi 'dei{àutres provinces, de même qu'étalent Ve-cchio. A onze heures, ce dimanche, cette salle impressionnante était archicomble; les délégations étrangères prirent place au son des trompettes anciennes, les résistants italiens et les membres des organisations de jeunesse « envahirent » la salle, et le Professeur La Pira, avec une chaleur de ton et un esprit de lutte qui frappa tout le monde, tira les leçons de la Rencontre avant de donner la parole à six orateurs représentatifs, dont le maire de Marzobotto, l'Oradour-sur-Glane d'Italie, qui, dans un discours pathétique. enflammé, rappela, en citant l'exemple de son village, contre quoi nous avions le devoir de lutter - au nom des droits de la vie et de l'avenir des hommes. • L'APPEL ADOPTE à l'issue du Colloque de Florence affirme la « volonté inébranlable lO des participants de « s'opposer au fascisme là où il est encore au pOUVOir et là où il réapparait dans la rie .des nations, allant jusqu'à menacer l'exis· tence de peuples entiers lO, et de « conti· nuer la lutte pour la dissolution de toutes les organisations néo·nazies et néo-fascis· tes dont l'existence constitue une menace pour la démocratie et pour la paix », Il demande notamment « à tons les parlementaires et aux citoyens de veiller à l'application des lois et dispositions constitutionnelles permettant d'interdire et de poursuivre la diffusion de toutes propagandes prêchant le racisme et l'anti· sémitisme ou faisant l'apologie des régimes nazis et fascistes et des falsifications de l'histoire qui nient ou minimisent les crimes hitlériens JO et que « de telles dispositions soient introduites dans la législation là où elles n'existent pas ». Il co.nclut en ces termes : « Soyons vigilants, soyons solidaires des victimes du fascisme et de ceux qui luttent pour la reconquête de la liberté. Laissons de côté ce qui nous divise. Unissons.nous pour remporter d'autres victoires, pour la cause de la démocratie, p'our le bonheur des peuples et pour la paix du monde. » . TOUTES DIMENSIONS (100 à 400 cm ET PLUS) PORTES OUVRANTES oU COULISSANTES 270 francs DES FAITS ' qui . donnent A PENSER ... • LEGALEMENT ARRETE PAR LA GES· TAPO. - Un Allemand de Hambourg s'est vu refuser le paiement de ses indemnisations relatives à son internement au camp de Mauthausen; sous le prétexte qu'il avait été légalement arrêté par la Gestapo. Ce citoyen du pays d'Adenauer a, bien entendu, fait appel devant le tribunal de Karlsruhe. Une affaire de plus à verser au dossier de la « dénazification sincère ». • SEIZE ANCIENS SS A LA DIRECTION DE LA POLICE POLITIQUE. - Le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'Allemagne de l'Ouest, M. Hermann Hoecherl, a reconnu l'appartenance de seize anciens membres des SS à l'Office fédéral de protection de la Constitution. Une preuve supplémentaire de la « dénazification ~ . • UN HOMMAGE A ADENAUER. Ancien président du conseil d'Israël, M. David Ben Gourion, n'a pas ménagé les dithyra.mbes pour le Docteur Adenauer, ex_ chancelier de l'Allemagne de l'Ouest, au moment de sa retraite. La déclaration s' intitule

« Grandeur d'Adenauer ». Elle donne

l'homme d'Etat allemand comme l'auteur de la renaissance économique, politique et morale de son pays. • MYSTERE AUTOUR D' HEl N RI C H MUELLER. - Malgré le témoignage du fassoyeur Walter Lueders qui déclare avoir enterré Heinrich Mueller, l'ancien chef de la Gestapo, un mystère plane sur la disparition du criminel. Dans sa tombe supposée, on a retiré récemment les ossements de trois personnes différentes. Selon certaines rumeurs, Mueller se trou_ verait au Chili en compagnie de Bormann. Mueller avait Eichmann directement sous ses ordres. . •. DE NOUVELLES BASES EN FRANCE POUR LA BUNDESWEHR f - M. Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères a évoqué devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée Nationale, le départ des Américains de certaine~ base. militaires installées sur notre territoire. " a notamment déclaré : .. Au cas où l'Allemagne souhaiterait utiliser ces bases d'Ufle manière ou d'une autre, une solution pourrait être recherchée dans le cadre du traité de coopération franco-allemand », Pourquoi ne pas les rendre françaises f • LES FRERES D'ANNE FRANCK, - Une association qui s'intitule « Les Frères d'Anne Franck .. revendique la responsabilité du bris de vitrine de la librairie Dauphine, 58, rue Mazarine, à Paris. Cette librairie est bien connue pour exposer systématiquement des oeuvres d'auteurs antisémites. • REDUCTION DU PRIX DE REVIENT. - Les bénéfices des mines d'or sud-africaines, en septembre, ont enregistré des béné_ fices records en raison de la réduction du prix de revient et de l'augmentation des rendements et des tonnages è1e minerais extraits. ·Comme en langage de financiers ces choses-là sont dites ! 6 La remise EN choisissant Lill" pour la remise du Prix de la Frai la direction du M.R.A.P. avait voulu à la fois saluer du Nord, et honorer l'un des comités départementaUl Mouvement. Ce fut une grande "t belle journée pour Dès midi, le lauréat, Jean Schmidt et la petite télévision, au cours de l'émission régionale. A 17 h. 30, après une rencontre prolongée avec roulait dons les salons du .. Cintra ", ~ n présence de Michel KERHERVE, président de la section du Nord sonna lités et évoqua brièvement les activités locales de développer. Rappelant que le comité du Nord a pris d" tOllS ses a spects, il souligna sa volonté de tout faire, avec c:ondition des Gitans, victimes d'un ostracisme inhumain Dans une brillant" allocution, Pierre PARAF montr. en Jean SCHMIDT le plus jeune des lauréats. Celui-ci ré exprimaient sa profonde émotion. Près ihl président Pierre Paraf, qui prononce son allocution, Cha rles Palant, J ean Schmidt, Mich el Kerhervé (de gauche à droite) Le soir, c'était la première de .. Kriss Romani .. au Après une allocution de Charles PALANT, secrétair, recteur de la revue .. Ecrans de France ", interviewa sur tance applaudit longuement. Pierre PARAF • • ({ Nulle oppression raciste ne nous lai~ L E Prési~ent Pier.re Paraf, a1?rès avoir rappelé ~ue le, .Prix de la. Fraternité e~t décerné, -,?our la septième fois depuis sa fondatIOn, soulIgne que c est la premlere fOlS qu Il est remIS hors de Pans. Il remerCIe de leur présence les personnalités venues « d'horizons si divers à ce rendez-vous de l'amitié ", puis salue les personnalités a bsentes qui ont adressé des messages et continue en ces termes: qu'elle lui avait inspiré, Jules Roy, vai combattant, fils de colon, qui appelait frères français, arabes, berbères et juil Ja seule voie de salut, suivie si tardivel et si imparfaitement hélas, celle cie la pération et de J'amitié. LES PERSONNALITÉS Le M.R.A P. était représenté à la réception par Pierre PARAF, Président du Mouvement; Charles PALANT, Secrétaire Généra l ; Me Armand DYMENSTAJN et Albert LEVY, membres du Bu reau t'lational; Miche l IKERHERVE, Président du Comité Nord, et plusieurs membres du Comité : MM. POTIGNY, Vice-Président; Adalphe EOKMAN et Théodore HADAD, Secrétaires; Mmes R. COLLOT et Marcelle FORIERWINS

MM. Marc BENVENISTE et Jacques RUC-K.
  • Nous avons noté la présence des personnalités suivantes :

MM. Roger BLONDEL, Consul de Norvège; 'KLASA, Consul de Pologne; MORETTI, attaché culturel, représentant M. le Consul d' Italie; Gustave MEPAS, conseiller de l'Ambassade de la République Gabonaise; le Dr BeneÎt L'CEMBE, directeur de la Santé à Brazzaville ; M. :ZELLER, représentant l'Ambassade de Pologne. . Les Ré.vé rends Pè res FLEURY, aumônier national des Tziganes, et RENARD, de la Faculté Catholique, Président de l'Amitié Judéo-Chrétienne; Soeur Sainte- Rose de VITERBE ; le Chanoine DEPREESTER. Mlle LA FA Y, chargée de mission ou mini stè re de la Population; Mme H. DAVID, Secrétaire ·Générale des Etudes Tsiganes. M. COLICHE, conseiller mun icipal de Lille (M.R .P.); M. VIRON, conseiller municipa l, Sec rétaire de la Fédération du Nord du Parti Communiste Fronçai s. M. le Bâtonnier Jean LEVY; MO FOUCART, avocat ou Barreau de Lille. M. Nata lys DU MEZ, membre du Bureau National de l'AN.ACR., dirigeant du Mouvement de Résistance « La Voix du Nord ». Les Docteurs PELCE, L. ARQUEMBOURG et Georges LANQUETIN. M. A.lbert COOREVITS, directeur de « Nord Film Location »; MM. CARTIER, d irecteur, et ROU ILLARD, gérant du cinéma « Le Régent»; Jacques BAFRI, directeur du cinéma « Casino », de Carvin . M. Bernard TAU FOUR, directeur de la revue « Ecrans de Fronce », et les représentants des différents journaux lillois : « La Vo;x du Nord », « Nord-Eclair », « Liberté », q . Nard-Matin », « La Croix du Nord » . MM. Guy WALLAERT et Sféphane DESRUMEAUX, représentant le Comité lillois d'Aide aux Nomades. MM. THEETEN, Vice-Président de la Ligue de l'Enseignement; SOMME, Secrétaire Académique du Syndicat Géné ral de l'Education Nati onale; Gastoi11, COLOT, Président de la Fédé ration des Ciné-Clubs; Claude MAN ESSE, artiste-peintre (Ce ntre d'Entraînement a ux Méthodes d' Educati on. Active); Marcel WILLAME (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance); Cha rles VERHEY( (Otganisation des Jeunesses Communi stes de Fronce) ; J.-M. FOSS IER (Fédé ration Nat:a nale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes); Bamba VAMOUSSA, Président de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France. De nombreuses pe rson nalités, ne pouvant ê tre présentes, s'étaient associées à la remise du Prix par leurs messages de félicitati ons et de sympathie. En voici la li ste Mme Marcelle AUCLAIR ; MM. François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nobel; André MAUROIS, de l'Académie Française ; Léon LYON-CAEN, Premier Président honoraire de la Cour de Cassation, Président d'Honneur du M.R.A.P.; Jacques FONLU ~T - ESPERABER, Conseiller d'Etat honoraire, ancien député ; Max-Pol FOUCHET, George BESSON, Georges SADOUL, membres du Jury du Prix de la Frate rnité . Mme R. LION - LEVIE, conseiller culturel de l'Ambassade de Belgique; -MM. HenriLou is VALANTIN, conseiller cu lture l de l'Ambassade du Sénégal; Daniel CATARIVAS, conseiller culturel de l'Ambassade d'Israël. MM. Fran cisque GAY, Ambassadeur de Fronce, ancien Vice-Président du Conseil; Maurice SCHUMANN, Paul BECUE, Louis W. CHRISTIAENS, députés; René LECOCQ, député-moire de Tourcoing; Narcisse PAVOT, député-moire de Vies ly ; Robert VIGNON, sénateur; Bertrand MOTTE, Vice-Président du Conse il général du Nard; DUCHATEAU, maire de DenaÎn; Mme Ma rtha MANGUINE- DESRUMAU.x, ancien député à l'Assemblée Consultati ve ; J ean LOTTIN, chef de division à la Préfecture du Nord. MM. JOIN-LAMBERT, Conseiller d'Etat, Président de la Commission Interm inisté rielle d'Etudes des Populations d'Origine Nomade; L. PEYSSARD, inspecteur général au ministè re de la Sonté, Président du Comité Nationa l cl'Action et d' Information Sociale pour les Familles du Voyage et les Personnes d'Origine Nomade ; MC Jean - Louis DELVOVE, Président des Etudes Tsiganes ; F. de VAUX de. FOLETIER, Vice- Président; A. CHENEBAU.x, Consei ller ou Tribuna! Administratif de Paris ; Georges LlLLAZ, Président de l'Asociation « Reja ind:e »; la Communauté Mondiale Gitane; Mmes C. DUCHE, directrice du Comité des OEuvres de la Femme et de l'Enfant Gito ns; M.-L. TOURNIER, assistante sociale-chef à la Caisse Centrale des Allocations Familiales de la Région Parisiennne; Mlle NIEUVIARTS, chef-a ss istante mciale à ·Gren.able. MM. A. - M. JULIEN, directeur du Théâtre des Nations; D'ANDRE, Président de l'Association CinÉmatographique « Vox »; Maurice BARRY, Prés ident du Syndicat des Techniciens de la Production Cinématograph iq ue; Jean CANOLLE, membre de la Commiss ion de Lectu re de la R.T.F. M. Henri FAURE, Président de la Ligue Française de l' Enseignement ; Mme E. HATINGUAIS, inspectrice généra le, direct rice du Centre Inte rnational d' Etudes Péda gogiques de Sèvres; MM. Hubert DESCHAMPS, professeur à la Sorbonne; l'Abbé Jean PIHAN ; le Généra'i Paul TUBERT, ancie n député-mo ire d 'Alger ; Mme MarieMagdeleine CARBET, écrivain ; le Dr Gilbert MOINE, d irecteur des Se rvices Vétérinaires dru Na rd ; MM. Adolphe ESPIARD, Henri IKRZIWKOSKI, Raph FEIGELSON. Le Pt·ix de la Fraternité est encore jeune, sept ans ce n'est guère à côté de ses illustres ainés. Mais c'est un Prix dont on a déjà beaucoup parlé, un Prix qui n'est pas comme les autres. Ses créateurs qui ne séparent pas l'oeuvre d'art, la pensée, de l'action veulent couronner à travers lui, une oeuvre, une réali sation française, littéraire, artistique, scientifique, philosophique (roman, essai, pièce de théâtre - demain, peut-être composition musicale, peinture ou sculpture -) qui aura le mieux contribué à servir ou à e;OElter l'idée d'égalité et de fraternité par; ni les hommes. Et parce que notre époque, bien meilleure que ne prétendent les pessimistes, offre à cet égard un véritable arc-en-ciel de talents et de générosité, parce que les problèmes qui sollicitent les antiracistes, sont fort nombreux, nous avons été souvent fort embarrasés de choisir! Nous sommes allés ainsi, avec le seul regret de ne pouvoir trop charger notre palmarès. à la fois vers la ·consécration et vers la ,Iécouverte. C'est un film qui fut d'abord coul"Onné : celui de Christian Taque, « Si tous les gars du monde », qui déroulait autour d'un pathétique épisode de marins en détresse, toute la chaine de la f raternité humaine. En 19';7, « Le Rendez-vous des Etrangers » d'Elsa Triolet, le rendez-vous de nos frèrQs, les tt-availleurs immigrés, a empor.té le Prix. L'année suiyante, c'était à une jeune ombre, à une adolescente martyre de la persécution nazie, la petite israélite traquée du grenier d'Amsterdam, à la pièce ti rée du Journal d'Anne FI·ank, l'enfant chérie du monde, que notre Jury unanime décernait son hommage. Puis le grand historien Jules Isaac qui vient de disparaitre, l'auteur de « Jésus et I st·aël », le promoteur de l'am itié judéochrétienne, était notre lauréat. Mais si atroces que fussent certains souvenirs, si graye que fôt encore le pét·il qui avait causé le massacre de millions d'innocents, une crise déchirante meurtrissait l'histoire, la conscience de la France : la g-uerre d'Algérie. Notre Jury coul"Onnait alors pour le livre Le dernier écrivain que nous avons tingué l'an dernier pour « l'Ile », un g roman d'évasion et de fraternité, fut R Merle, actuellement vice-recteur à l'Un sité d'Alger où il maintient dignemer présence de la culture française. Le rappel de ces divers choix pal Jury qui compte des universitaires, .iournaliste~, des écrivains dont André] rois et François Mauriac (et parmi je voudrais dédier un souvenir ému mémoire de deux ùi sparus en 1963, le seiller à la Cour de Cassation, Robert tu!y, 1110n ami le Docteur Jacques-I .Zola), le rappel de ces choix dit assez prit dans lequel nous ayons attribué le : Peut-être nos lauréats d'aujourd'hl de demain voudront-ils bien constater q tour de cette modeste récompense, i trouvent en honorable compagnie. En 1963, une mention spéciale 1 décernée à M. l'Abbé J ean Toulat, pou oeuvre dont le titre compose à lui sel magnifique programme. Il résonne C( un cri de paix, de libération des ( après tant de siècles de persécution malentendus où toute une communaut maine avait été sacri fiée pour avoir ~ )a parenté charnelle et sp irituelle cIe Ji Juifs, mes frères. Ce cri, il fallut qu'il fut poussé Pi chrétien et par un prêtre. II fallai s'exprimât à travers lui cet élan d'a ce désir de réparation qui soulève t l nos frè res catholiques et protestants. Séparés mais unis, a cIit un autre Plus unis que séparés, pour ceux qui c à la fraternité humaine et dont les . etes fours crématoires ont dessillé les Ce livre, M. l'abbé Toulat l 'écri' menant une enquête, lucide, obj ective les hommes représentatifs de notre ' Permettez au journaliste que je suis ( féliciter. Tout en restant avec toute l'intram ce de sa foi, un bon chrétien, comm! restons les uns et les autres de bons de bons musulmans, de bons bouddhi ~ de bons libres penseurs, il a rejo ilT leurs conc;.lusions Eomond Fleg- et I saac, israélites, et tant de nobles de son Eglise décidés à efface r les ques erreurs du passé. M. Roger Blondel, consul de Norvège, en conversation avec MM. Klasa, consul de Polo&,ne, et Zeller, conseiller de l'ambassade de Polo&,ne. Le R.P. Re~ Chrétienne, el second plan, ) directe La remise du PRIX DE LA FRATE~ EN choisissant Lillp. pour la remise du Prix de la Fratemité, effectuée les années précédentes à Paris, la direction du M.R.A.P. avait voulu à la fois saluer la sortie de cc Kriss Romani " dans la grande cité du Nord, et honorer l'un des comités départementaux les plus dynamiques, ~es plus efficaces de notre Mouvement. Ce fut une grande P.t belle journée pour la cause antiraciste. _ Dès midi, le lauréat, Jean Schmidt et la petite cc Puce ", héroïne du film, étaient interviewés à la télévision, au cours de l'émission régionale. A 17 h. 30, après une rencontre prolongée avec Ip.s représentants de la presse, la cérémonie se déroulait dons l es salons du cc Cintra ", ;In présence de nombreuses personnalités lilloises et parisiennes. Michel KERHERVE, président de la section du Nord du M.R.A.P., remercia en quelques mots ces personnalités et évoqua brièvement les activités locales de notre Mouvement, dont l'influence ne cp.sse de se développer. Rappelant que le comité du Nord a pris d~ multiples initiatives pour combaUre le racisme sous tOLlS ses aspects, il souligna sa volonté de tout faire, avec les organisations intéressées, pour améliorer la c:ondition des Gitans, victimes d'un ostracisme inhumain. Dans une brillantp. allocution, Pierre PARAF montra la signffication du Prix de la Fraternité, saluant en Jean SCHMIDT le plus jeune des lauréats. Celui-ci répondit en des termes simples et chaleureux, qui exprimaient sa profonde émotion. Le soir, c'était la première de cc Kriss Romani " au cinéma .. Le Régent .. - Après une allocution de Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., M. Bernard TAUFOUR, directeur de la revue cc Ecrans de France ", interviewa sur la scène Jean Schmidt et .. Puce ", que l'assistance applaudit longuement. ssion' raciste ne nous laisse indifférents» la septième fois depuis sa de leur présence les personnapersonnalités absentes qui ont adressé Le Prix de la Fraternité est encore jeusept ans ce n'est guère à côté de ses aînés. Mais c'est un Prix dont on a déjà beauparlé, un Prix qui n'est pas comme les Ses créateurs qui ne séparent pas l'oeud'art, la pensée, de l'action veulent couner à travers lui, une oeuvre, une isa.tion française, littéraire, artistique, phi losophique (roman, essai, - demain peut-être commusicale, peinture ou sculpture -) aura le mieux contribué à servir ou à ter l'idée d'égalité et de fraternité par- Ies hommes. Et parce que notre époque, bien meilleure ne prétendent les pessimistes, offre à égard un véritable arc-en-ciel de talents de générosité, parce que les problèmes i sollicitent les antiracistes, sont fort nous avons été souvent fort emchoisir! Nous SO\l1mes allés ainsi, avec le seul de ne pouvoir trop charger notre à la fois vers la consécration et la ,Iécouverte. C'est un f illl1 qui fut d'abord couronné : i de Christian Taque, « Si tous les, gars », qui déroulait autour d'un paépisode de marins en détresse, chaîne de la fraternité humaine. En 19S7. « Le Rendez-vous des Etran » d'Elsa Triolet, le rendez--vous de nos les travailleurs immigrés, a emporté le Pnx. suÏ\'antc, c'était à une ieune une adolescente martyre éle la ~'- '~ UI"VH nazie, la petite israélite traquée g renier d'Ams'terdam, à la pièce tirée Journal d'A)lne Frank, l'enfant chél'ie monde, que notre Jury unanime décernait son hommage. Puis le grand historien Jules Isaac qui l' de disparaître, l'auteur de « Jésus ct Israël », le promoteur de l'amitié judéochrétienne, était notre lauréat. Mais si atroces que fussent certains souvenirs, si grave que fôt encol-e le péril qui avait caus'é le massacre de millions d'innocents, une crise déchirante meurtrissait l'histoire. la conscience de la France : la guerre d'AIg-érie. Notre Jury couronnait alors pour le livre qu'elle lui avait inspiré, Jules Roy, vaillant combattant, fils de colon, qui appelait ses frères français, arabes, berbères et juifs, à la seule voie de salut, suivie si tardivement et si imparfaitement hélas, celle de la coopération et de l'amitié. Le dernier écrivain que nous avons distingué l'an dernier pour « l'Ile », un grand roman d'évasion et de fraternité, fut Robert Merle, actuellement vice-recteur à l'Université d'Alger où il maintient dignement la présence de la culture française. Le rappel de ces divers choix par un Jury qui compte des universitaires, des _ iournalisteS', des écrivains dont André Maurois et François Mauriac (et parmi eux, je voudrais dédier un souvenir ému à la mémoire de deux disparus en I963, le Conseiller à la Cour de Cassation, Robert Attuly, mon ami le Docteur Jacques-Emile .Zola), le rappel de ces choix dit assez l'esprit dans lequel nous avons attribué le Prix. Peut-être nos lauréats d'aujourd'hui et de demain voudront-ils bien constater qu'autour de cette modeste récompense, ils se trouvent en honorable compagnie. En 1963, une mention spéciale a été décernée à M. l'Abbé Jean Toulat, pour une oeuvre dont le titre compose à lui seul un magnifique programme. Il résonne comme un cri de paix. cie libération des coeurs après tant de siècles de persécutions, de malentendus où toute une communauté humaine avait été s'acrifiée pour avoir été de la parenté charnelle et sp irituelle de Jésus : Juifs, mes frères. Ce cri, il fallut qu'il fut poussé par un chrétien et par un prêtre. Il fallait que s'exprimât à travers lui cet élan d'amitié, ce désir de réparation qui soulève tant de nos frères catholiques et protestants. Séparés mais unis, a dit un autre prélat. Plus unis que séparés, pour ceux qui croient à la fraternité humaine et dont les lueurs Cles fours crématoires ont dessillé les yeux. Ce livre, M. l'abbé Toulat l'écrivit en menant une enquête, lucide, objective, chez les hommes représentatifs de notre temos. Permettez au journaliste que je suis de l'en fé li citer. Tout en restant avec toute l'intransigeance de sa foi, un bon chrétien, comme nous restons les uns et les autres de bons juifs, de bons musulmans. de bons bouddhistes ou de bons libres penseurs, il a rejoint dans leurs con~lusions Edmond Fleg- et Jules Isaac, israélites, et tant de nobles prélats de s'On Eglise décidés à effacer les tragiques erreurs du passé. TI a récusé ce mensonge d'un peuple déicide, souligné qu'entre Israël et la chrétienté, l'Evangile loyalement interprétée ne devait pas être sujet d'hostilité, mais d'amour. Et sa voix de jeune prêtre a fait écho à l'illustre voix du grand Pontife qui vient de s'éteindre, le Pape de la Paix, Jean XXIII. i * .* * Toutes les communautés victimes de l'injustice raciale ont retenu depuis sa création la sympathie du Jury du Prix de la Fraternité. Nulle oppression, en quelque lieu de la terre, sous quelque rég-ime qu'elle se produise, ne nous laisse indifférents. Ces victimes, le M.R.A.P. ne prétend pas être seul à les défendre. Tous ceux qui mènent la même action sont ses alliés. Mais il assume cette tâche, avec une puissance, une efficacité qu'il doit à son vaste recrutement populaire. à l'ampleur des parrainages dont bénéficie son action. Si la jeunesse vient à lui, c'es.t qu'elle discerne que l'avenir est dans les méthodes, dans la pensée du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. Nous avons soutenu et nous soutenons les juifs et les travailleurs nord-africains, les noirs de l'Afrique et des Antilles, ceux des Etats-Unis si odieusement brisés, assassinés par des émules d'Hitler, mais dont la victoire s'approche grâce à leur propre résistance, à celle de la conscience de l'Amérique et du monde. Nous soutiendrions demain les pieds noirs s"ils venaient à être l'objet de quelque absurde discrimination. Mais il est parmi ces communautés une famille humaine particulièrement déshéritée. Venue de l'Europe centrale et orientale et plus lointainement de l'Inde, elle erre à traver5' les pays et les siècles, comme si J'ignorance, l'in justice des hommes faisaient planer sur elle une odieuse malédiction. Chaudronniers et vanniers, ou encore selon l'image populail'e, montreurs d'ours et de singes, diseurs de bonne aventure, les uns sédentaires, le plus souvent mal vus de leurs voisins. le5 autres nomades. obtenant péniblement de la complaisance d'un mail-e l'autorisation de stationner 24 heures ou 48 heures sur un emplacement limité du territoire de la commune avant de repartir vers leur instable et pitoyable destin. Ils sont plusieurs millions dans le monde, (Suite page 8' Jean SCHMIIJ la plus belle J 'AURAIS mauvaise grâce à faire un nouveau discours, mes prédécesseurs ont parlé avec tant d'éclat et de qualité que mes mots seraient pauvres, trop pauvres pour dire tout ce que j'ai sur le coeur, et que je ne pourrai sans doute jamais dire. N'y a-t-il pas une ballade tzigane qui dit: - 0 frères, je voudrais vous chanter ma JOie, et je ne peux pas je n'ai que des mots de pauvres, je n'ai que de pauvres mots ... Voyez-vous, si ce soir, nous étions dans un bidonville du côté de Montreuil ou de Romainville, le chef de la Kompania nous aurait fait asseoir tous autour de la table basse ou peut-être plus simplement, par terre, sur des caisses, sur des « perennas » (des édredons). Chacun de nous aurait il la main un verre de « tchaï », de ce thé fumant que l'on sert à peine sorti du samovar et nous nous serions mis à chanter en choeur une de ces complaintes polyphoniques, rauques, éraillées qui vous mettent le vague à l'âme. Et la Romni, la femme, qui s'adresserait à vous, l'étranger, vous appellerait tout simplement « phralé » ou « moré », c'est-à-dire « frère ». Telle est la coutume chez les Roms - « Rom» qui siI! nifie en dialecte romani l'Homme, le peuple des hommes, ce beau nom qu'aujourd'hui encore tant d'autres hommes leur contestent. Et ce soi r, assis là-bas tous ensemble, .ie vous aurais' raconté l'une de ces cent légendes sans lesquelles !e Rom n'a pas de langage, Je vous aurais raconté l'hi stoire de ce garçon qui voulait grimoer sur ]':trl'en- ciel pour rencontrer le Pouro-Del. le vieux Bon Dieu, et orotester de l'injustice qu' il avait vile sur la terre. Ou peut-être l'histoire du Diable qui voulait volel- l'~me du Tzigane cachée dans S'on violon, ,~t .-l'autres encore ... Mais ce soir, je n'ai pas besoin 'de raconter des pal faire peur ( grand rêve, ce jour est vie et je V( parences, j'; Te voudr ch~que au ~ la lutte anti instants, ql difficultés ( emploi au 1\ leurs. Aussi raf, cie bier tel. Le Prix c rem i s ce so: belle des ré, trafiqué dar réseaux de raisons dip marge de t, c'est pourqu va droit au mort en dép journée, l'el so ir, voyez-' ma voix qu enfant pauv !l'honneur ... Je ne YOU voeu : il )' France, des pour statior dignement. lutte avec d permettre c a pu loger pendant un nant et tou savez, nous à recommer de M,R.AJ routines et préjug-és. M. Roger Blondel, consul de Norvège, en conversation avec MM. Klasa, consul de Pologne, et ZeUer, conseiller de l'ambassade de Pologne. Le R.P. Renard, président de l'Amitié JudéoChrétienne, et M. Coliche, conseiller municipal. Au second plan, le Bâtonnier Jean Lévy, et M. Cartier, M. Viron, conseiller municipal, félicite Jean Schmidt. Au centre, M. Simonot, dirigeant de l'Union des Juifs pour la Une vue des salons du « Cintr directeur du cinéma « Le Régent ... Résistance et l'Entr'aide. du président Pie: u PRIX DE LA FRATERNITE " effectuée les années précédentes à Paris, rtie de " Kriss Romani .. dans la grande cité plus dynamiques, ~es plus efficaces de notre se antiraciste. ", héroïne du film, étaient -interviewés à la ~ésentants de ,la presse, la cérémonie se dé· euses personnalités lilloises et parisiennes . . R.A.P., remercia en quelques mots ces pero ~ Mouvement, dont l'influence ne c'!sse de se Iles . initiatives pour combattre le racisme sous organisations intéressées, pour améliorer la ~ignffication du Prix de la Fraternité, saluant lt en des termes simples et chaleureux, qui ha ct Le Régent ". ,éral du M.R.A.P., M. Bernard TAUFOUR, di· r ne Jean Schmidt et ct Puce ", que l'assis- 1 ie indifférents» TI a récusé ce mensonge d'un peuple déicide, souligné qu'entre Israël et la chrétienté, l'Evangile loyalement interprétée ne devait pas être sujet d'hostilité, mais d'amour. 1 1 7 Ci-dessus : Mlle Lafay (à droite), chargée de mission au ministère de la Population ; Mme David, secrétaire des Etudes Tziganes. Ci-contre: le R.P. Fleury, MM. Gustave Mepas, conseiller de l'ambassade du Gabon, et Loembe, directeur de la Santé à Brazzaville. Et sa voix de jeune prêtre a fait écho à l'illustre voix du grand Pontife qui vient de s'éteindre, le Pape de la Paix, Jean XXIII. i * . * * Toutes les communautés victimes de l'in. justice raciale ont retenu depuis sa création la sympathie du Jury du Prix de la Fraternité. Nulle oppression, en quelque lieu de la terre, sous quelque régime qu'elle se produise, ne nous laisse indifférents. Jean SCHMIDT « C'est pour la plus belle des récompenses • • •• • mOI- } Ces victimes, le M.R.A.P. ne prétend pas être seul à les défendre. Tous ceux Qui mènent la même action sont ses alliés. Mais il assume cette tâche, avec une puissance, une efficacité qu'il doit à son vaste recrutement populaire. à l'ampleur des parrainages dont bénéficie son action. Si la jeunesse vient à lui, c'est qu'elle discerne que l'avenir est dans les méthodes, dans la pensée du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. Nous avons soutenu et nous soutenons les juifs et les travailleurs nord-africains, les noirs de l'Afrique et des Antilles, ceux des Etats-Unis si odieusement brisés, assassinés par des émules d'Hitler, mais dont la victoire s'approche grâce à leur propre résistance, à celle de la conscience de l'Amérique et du monde. Nous soutiendrions demain les pieds noirs s'ils venaient à être l'objet de quelque absurde discrimination. Mais il est parmi ces communautés une famille humaine particulièrement déshéritée. Venue de l'Europe centrale et orientale et plus lointainement de l'Inde, elle erre à travers' les pays et les siècles, comme si J'ignorance, l'injustice des hommes faisaient planer sur elle une odieuse malédiction. Chaudronnie!'s et vanniers, ou encore selon l'image populaire, montreurs d'ours et de singes, diseurs de bonne aventure, les uns sédentaires, le plus souvent mal vus de leurs voisins, les autres nomades. obtenant péniblement de la complaisance d'un maire l'autori sation de stationne!' 24 heures ou 48 heures sur un emplacement limi.té du territoire de la commune avant de repartir vers leur instable et pitoyable destin. Ils sont plusieurs millions dans le monde, (Suite page 8' J 'AURAIS mauvaise grâce à faire un nouveau discours, mes prédécesseurs ont parlé avec tant d'éclat et de qualité que mes mots seraient pauvres, trop pauvres pour dire tout ce que j'ai sur le coeur, et que je ne pourrai sans doute jamais dire. N'y a-t-il pas une ballade tzigane qui dit: - 0 frères, je voudrais vous chanter ma joie, et je ne peux pas je n'ai que des mots de pauvres, je n'ai que de pauvres mots ... Voyez-vous, si ce soir, nous étions dans un bidonville du côté de Montreuil ou de Romainville, le chef de la Kompania nous aurait fait asseoir tous autour de la table basse ou peut-être plus simplement, par terre, sur des caisses, sur des « perennas » ( des édredons). Chacun de nous aurait il la main un verre de « tchaï n, de ce thé fumant que l'on sert à peine sorti du samovar et nous nous serions mis à chanter en choeur une de ces complaintes polyphoniques, rauques, éraillées qui vous mettent le vague à l'âme. Et la Romni, la femme, qui s'adresserait à vous, l'étranger, vous appellerait tout simplement « phralé » ou « moré », c'est-à-dire « frère n. Telle est la coutume chez les Roms .- « Rom » qui sig" 11ifie en dialecte romani l'Homme, le peuple des hommes, ce beau nom qu'aujourd'hui encore tant d'autres hommes leur contestent. Et ce soir, assis là-bas tous ensemble,ie vous aurais raconté l'une de ces cent !égencles sans lesquelles le Rom n'a pas de langage. Je vous aurai-s racooté l'histoire de ce garçon qui voulait grimper SU t· 1':1.1'1:en- ciel pour rencontrer le Pouro-Del. le vieux Bon Dieu, et vrotester de l'injustice qu'il avait vue sur la terre. Ou peut-être l'hi stoire du Diable qui voulait voler l'~me du Tzigane cachée .clans s'on violon, et .-l'autres encore ... Mais ce soir, je n'ai pas besoin 'de raconter des paraminschis, des histoires pour faire peur et faire rêver, ce soir, je vis un grand rêve, bien plus beau Qu'une légende, ce jour est un des plus beaux jours de ma vie et je vous assure que, derrière les apparences, j'ai un peu envie de pleurer ... .T e voudrais très simplement rendre ce chèque au M.R.A.P. parce que je crois que la lutte antiraciste est une lutte de tous les instants, qu'il faut continuer malgré les difficultés et que ce chèque trouvera son emploi au M.R.A.P. mieux que partout ailleurs. Aussi je vous prie, cher Pierre Paraf, de bien vouloir l'accepter en tant que tel. Le Prix de la Fraternité que vous m'avez !'emis ce soir me suffit, c'est pour moi la plus belle des récompenses: ce n'est pas un prix trafiqué dans un festival, escompté par des réseaux cie distribution, attribué pour des raisons diplomatiques, c'est un prix en marge de tout cela, un prix a-commercial. c'est pourquoi c'est une récompense qui me va droit au coeur et je sais que mon père, mort en déportation. à qui je pense en cette joumée, l'eût préférée à toute autre ... Ce soir, voyez-vous, à travers mon bafouillage, ma voix qui se coince, je suis comme un enfant pauvre qui a reçu son véritable prix d'honneur... Je ne voudrais pas finir sans formuler un voeu : il y a à Lille. comme ailleurs en France, des Gitans qui n'ont pas de place pour stationner, pas la possibilitr de vivre dignement. Il y a également un Comité qui lutte avec des moyens insuffisants pour leur permettre cette intégration. Ce Comité 'lUi a pu loger cent Quat'ante-quatrp familles pendant un an, n'a plus de terrain maintenant et tout est à recommencer. Vous !e savez, nous le savons tous, tout est toujours à recommencer. C'est le propre de l'action. de M.R.A.P. de remettre en question les routines et les formes périmées de certains préjugés. ~sident de l'Amitié Judéo- ~he, eonseiller municipal. Au 'er Jean Lévy, et M. Cartier, éma c Le Régent _. M. Viron, conseiller municipal, félicite Jean Schmidt. Au centre, M. Simonot, dirigeant de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide. Une vue des salons du c Cintra _ pendant l'allocution du président Pierre Parat. · 1 Je voudrais faire avec vous ce voeu quenotre sQirée ne soit pas une soirée gratuite~ qu'elle attire l'attention de l'opinion sur les deux cents familles de tziganes lilloises qui attendent leur terrain, que l'action amorcée sur le plan local par le Comité d'Aide aux Nomades soit reprise à l'unisson par les autres organisations démocratiques du Nord que soient déclenchés dans cette régio~ lilloise, un appel à la générosité humaine, un front commun entre les différentes Associations qui se proposent d'aider les tziganes pour la création d'un terrain de stationnement dont Lille est encore dépourvu. Il suffit de peu de chose pour aboutir. Il suffit d'un peu de bonne volonté et, de la gauche à la droite, cette bonne volonté a toujours été à l'honneur des militants du M.R.A.P. C'est pourquoi je pense que nous devons lever les dernières réticences, emporter les derniers préjugés. C'est pourquoi nous devons avoir mison. Je vous remercie de votre attention. Une lettre de Jean TOULAT 1 1 M. l'Abbé TOULAT, auteur de l'ouvrage ct Juifs mes frères» que le Jury rJu Prix a spécialement mentionné, l'J'a pu se rendre à Lille. Il allait envoyé la lettre que nous reproduisons ci-dessous: Poitiers, le 28-9-1963. Monsieur le Président, Jusqu'ou dernier moment, j'ai été très tenté d'accepter l'invitation. Mois je dois me rendre à l'évidence : je rentre d'un voyage de deux mois °en Amérique du Sud, et je me trouve face à des tâches pressantes qui me rendent difficile d'envisager, ces temps-ci, un · déplacement comme celui de Poitiers à Lille. Ç'aurait pourtant été une gronde joiecpour moi de me trouver mardi soir avec vous tous, de remercier les membres du Jury qui ont honoré « Juifs mes frères» d'une mention spéciale, d'exprimer toute ma sympathie à Jean Schmidt pour so )ersonne et pour son oeuvre. « Gitons mes frères» : j'aurais pu écrire un livre de ce genre et qui soit si je ne l'écrirai pas un jour? En attendant, je vois me mettre à mon prochain ouvrage, sur l'Amérique Latine, qui contribuera, lui aussi, j-e l'espère, à la lutte contre le racisme, cor le racisme ' subsiste là-bas, en certains pays, vis-àvis des Indiens. C'est vous dire combien je reste avec vous dons le combat pour la Fraternitéet pour la Poix. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Pré_. sident, avec mes regrets réitérés, l'ossu- . ~once de ma respectueuse sympathie. Abbé TOULAT. 8 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIII~ ROBERT ATTULY: Un grand LA VIE DU Conférence sur le racisme à Hispano-Suiza magistrat LE mouvement antiraciste vient de perdre, en Robert Attuly, une de ses figu· res les plus représentatives et les plus nobles. Né en 1884, à La Martinique, brillant élève du Lycée de Saint-Pierre, il en est heureusement absent lors de l'éruption, en 1902, de la Montagne Pelée. Le voici au Quartier Latin, licencié en Droit, puis en Lettres. antiraciste poursuites que deux gouverneurs généraux successifs veulent exercer, dans des sens contraires, contre des ennemis politiques. .. Savez-vous, lui dit l'un deux, qu'on vous appel~e le .. Procureur Non? .. - J'en suis fier, répond Attuly, si c'est .. Non .. à l'injustice ". Heureusement, la plupart de ses chefs seuront apprécier la valeur de ses conseils, r------- PAR --------( Hubert DESCHAMPS Professeur à !a Sorbonne. et d'attachement à une race dont vous vous réclamez avec fierté ". Le Comité d'Etablissement de l'entreprise Hispano-Suiza, à Bois-Colombes, a pris l'initiative d'organiser pour les travailleurs une conférence sur le racisme, qui aura lieu le jeudi 24 octobre, à 18 h_ 30, dans la salle des loisirs. C'est Me Jean Schapira, membre du Bureau National du M.R.A.P., qui fera cette c"nférence. Une importante exposition sur les diffprents aspects du racisme et de la lutte antiraciste se tiendra dans la même sallp pendant plusieurs jours_ Une section de la Magistrature s'ouvre alors à j'Ecole coloniale. " s'y engage. Le métier est décrié j la magistrature coloniale est réputée n'attirer que les fruits secs, les avocats sans causes et les rébuts de la politique. Attuly y voit au contraire un apos· tolat j il veut apporter la Justice à ces peu· pies méprisés dont furent séparés, jadis, dans les fers et les entreponts négriers, cer· tains de ses lointains ancêtres. Ce jeune homme des îles est séduisant, d'une intelligence fascinante, d'une poli· tesse du grand siècle, d'une culture raffi· née, d'une facilité d'abord et d'une chaleur de coeur qui lui valent toutes les sympa· thies. Mais ces dehors aimables et faciles habillent un esprit indomptable, une con· ception intransigeante de la Justice, une soif d'égalité et d'humanité qui ne capitu. lera jamais. L'antiracisme est comme le donjon de cette forteresse intérieure. Quand, après la guerre, des 'institutions démocratiques sont créées et que les tri. bunaux d'Outre·Mer voient leur compétence généralisée, Attuly est appelé à la Cour de Cassation pour veiller à ce tournant déci· sif. " y siègera jusqu'à la retraite, en 1955, très écouté, universellement apprécié, chargé de fonctions souvent délicates. Pre· mier homme de couleur à être appelé à la Cour Suprême, il démontre, par la place qu'il sait y prendre, toute l'absurdité des préjugés racistes. La retraite, malgré de cruelles maladies, ne l'arrête pas. " assume les tâches les plus diverses dès que la Justice est en cause. Dans nos réunions antiracistes, il était toujours au premier rang. Nous étions cer· tains d'apercevoir sur l'estrade, sa barbiche blanche et son sourire, et d'entendre de lui les paroles de la sagesse et de l'espoir: Cannes : au Festival de la Jeunesse 1955: « Ne permettons pas que notre démocratie soit offensée, déshonorée, meure trie par les' incorrigibles fauteurs de haine ». Dans le cadre du II' Festival de la Jeunesse, qui a eu lieu en juillet à Cannes, le comité du M.R.A.P. de cette ville a tenu un stand consacré au racisme et aux activités de notre Mouvement. Organisé par' le Comité de Coordination des Mouvements de Jeunes de Cannes, qui groupe 51 associations, dont le M.R.A.P., ce Festival a été marqué par des manifestations multiples : colloque sur les problèmes actuels de la jeunesse. projections de films, galas de variétés, etc . Nos félicitations à notre dynamique comité et à son an'mateur. Jean-Jacques Samary. «J'ai entendu, disait. il, hurler à la mort des juifs .. au temps de Dreyfus. Plus tard, avec d'autres étudiants de couleur, il était assailli, au Boul' Mich', par les bandes de camelots du roi. II est sans haine, mais résolu j son arme n'est pas le poing, mais le sourire et une volonté sans faille j il croit au progrès h!Jmain et ne veut pas douter de la raison. Le Conseiller Robert ATTULY de son objectivité, de sa pondération. Il orientera la jurisprudence dans un sens humain. Son attention et son inépuisable dévouement ne font jamais défaut aux plus humbles. Les témoignages en sont aussi variés qu'innombrables. Le gouverneur générai Reste vante son « auréole rayonnante de bonté et de justice, qui explique que volfe nom soit prononcé souvent comme un sym· bole ». Le chef de l'indépendance malienne, Modibo Keita, vante sa « longue carrière toute de dévouement, de désintéressement 1957 : « Nous dirons que la haine ne doit pas répondre à la haine; qu'il faut,. quel. les que soient les tentations fournies à l'esprit de représailles et de violence, garder le souci de défendre et de respecter, dans les hommes de races différentes, la dignité de l'esprit, l'intégrité corporelle, les prin. cipes élémentaires et les garanties du droit ". 1960 : «Cette jeunesse, il faut lui enseigner l'amour des hommes de toutes les races, l'aider à interpréter, avec une intelligente bienveillance, ·Ies différences de civilisations, de morales, de pensée, l'aider à découvrir, à travers son apparente diversité, la profonde unité de l'esprit humain ... A Paris (96 arrondissement) Un nouveau Comité du M.R.A.P. s'est constitué dans le 9- arrondissement, à Paris. Il compte parmi ses membres le professeur Marc-André Bloch, Mmes Rabinovitch et Sterboul, MM. Julien Aubart, Strygler, Outté et Daniel Jacobs. L'étonnant, c'est que, dans ce milieu colonial d'Afrique, où les hommes étaient sou· vent rudes, autoritaires, parfois pires, sa douceur invincible ait toujours triomphé. C'est le combat de Jacob avec l'ange. " durera toute sa carrière. Le jeune juge suppléant, en 1912 en Côte d'Ivoire, résiste à un gouverneur dictatorial j il est puni de

juatre ans de retard d'avancement. En 1940·

43, Procureur général à Dakar, il refuse les " est parti, l'ami souriant. " nous lègue son souvenir et son exemple, symbole de la Justice, sa foi invincible dans l'avenir. Un tel homme apprend à ne pas désespérer da l'humanité. Ce comité s'est donné pour tâ· che d'intéresser à l'action du M.R.A.P. les milieux les plus divers. D'ores et déjà, il fait circuler dans différents quartiers et entreprises notre pétition, exprimant la solidarité des antirac1stes français avec ceux des EtatsUnis. Une diffuseuse exemplaire Au tableau d'honneur de l'ac· tion militante, nous devons citer, ce mois-ci, Mme Simone GA· GNAIRE. employée à la Directlon de l'ED.F. C'est à la soirée organisée salle Récamier, il y a un an, pour le soutien à James Meredith, qua Mme Gagnaire a adhéré au M.R.A.P. Depuis, elle ne cesse de développer ses activités pour élargir le cercle des amis de notre Mouvement. Elle a, en particulier, diffusé près de 50 carnets de bons de soutien, et de nombreux billets pour le gala du 24 novembre. A son actif également, la diffusion de notre journal, pour lequel elle a recueilli plusieurs abonnements. Qu'elle trouve ici les félicitations amicales du Bureau Natio· nal. Pour le $uccès du gala Quelques semaines seulement IlOUS séparent du grand gala antiraciste de la salle Pleyel, qui sera, comme cbaque année, une très belle soirée artistique et une manifestation de sympathie pour la cause que nous défendons. Le programme, cette année, sera d'une valeur- exceptionnelle. Nous invitons nos militants et amis à prendre de toute ur· ~ence leurs billets au siège du M.R.A.P. pour les diffuser lar~ ment parmi les antiracistes. A. Dymensztajn . Bruxelles Une importante manifestation a eu lieu à Bruxelles, le 6 octobre, pour commémorer les grandes rafles de juifs perpétrées en Belgique par les nazis, il y a 21 ans. Notre ami M" Armand Dy. mensztajn, membre du Bureau National du M.R.A.P., a pris la parole au cours de cette soirée, qui s'est déroulée sous la présidence de Mme Altorfer-Genard, et s'est terminée par' une partie ... :.4:id!rf"" . PRIX DE LA FRATERNITE: J'allocution .de Pielle PARAF (Suite de la page 1) et sous réserve de statistiques toujours incertaines, 80.000 à 100.000 en France. On les nomme les bohémiens, les tziganes, les gitans ou les romis. Depuis leur apparition que l'on mentionne chez nous au temps de la guerre de Cent Ans, la haine entretenue par le fanatisme s'est acharnée sur eux. Et cette haine, comme il est advenu pour d'autres minorités, a accentué des défauts inhérents à leur sort. On les accuse d'avoir fabriqué les clous de la croix de Jésus, d'empoisonner les puits, de voler les enfants. Vous savez que c'est de ces légendes-là que naît un jour le génocide. . Certes parce qu'ils incarnent l'immensité de l'ave~ture, parce que le génie de la 'musique est en eux, ces gitans ont eu les coeurs sensibles avec eux. De grands poètes, comme Lord Byron et Victor Hugo ont été leurs amis. Mais le romantisme littéraire qui les auréole ne doit pas nous cacher la dure réalité contemporaine. Dans la France de l'Egali.té, ils 'Vivent encore à l'écart, en butte aux préventions de l'homme de la rue comme à de dures discriminations administratives: le carnet anthropométrique, obligation pour les nomades à partir de 13 ans, qu'ils font signer régulièrement dans les mairies, les gendarméries, l'interdiction de stationner dans certaines communes. Des dizaines de milliers de familles vivent ainsi en marge de la société, dépourvues de l'hygiène indispensable, privées de soins et de l'instruction Qui leur üermettraient d'entrer à part entière dans le circuit du siècle. . Si leur mode de vie peut comnor,ter un contrôle spécial. encore faut-il qu'il s'exer- . ce avec compréhension, avec ce respect de 'a dignité humaine Qui seul pourrait le faire admettre. Tout autant que telles de leurs traditions périmées, la malveillance, l'ignorance qui entourent les gitans, les maintiennent dans leur isolement. Et pourtant ces parias du XX' siècle sont. pour la plupart. des Francais. Ils paient des impôts.. font leur service militaire. Beaucoup se sont courageusement battus dans les guerre et la résistance. Et nous n'oublierons jamais que ces hommes, ces femmes. ces enfants ont été l'une ries cibles de la harharie ' hitlhienne, Que les " nazis avaient juré de les liquider, que des centaines de milliers d'entre eux ont péri dans les chambres à gaz,., . .. Lorsque j'allai au printemps dert;Jier en üélerinag-e au camp d'extermination"de Trehl;" t,~ rl'--c t'\n"I'h .... pC! .rl'p"f~"tc: +710"::.npc;. flnt_ taient auprès des ombres d'enfants juifs. laquelle serait enfermée la prétendue ma~ Eh bien, à ceux-là aussi le temps est lédiction des gitans, elle fait éclore le mi~ venu de rendre justice. racle. Les deux ainés, les deux fiancés sé~ Ce sera l'honneur d'un jeune cinéaste, parés finiront par se retrouver ... Mais je ne Jean Schmidt, d'avoir brisé le silence qui dois pas déflorer ici cette belle aventure. recouvrait leur misère. Nous vous remercions de l'avoir traitée Et nous sommes fiers de lui décerner en poète et en homme de coeur. D'avoit cette année le Prix de la Fraternité. posé un problème dont notre administration Après avoir parlé de vos prédécesseurs, jugera de plus en plus qu'on ne le résout des gitans qui entrent encore plus par vo- pas par des mesures de discriminations ou tre oeuvre dans la grande famille du de répression policière. M.R.A.P., permettez-moi de dire un mot A cet égard, les Commissions d'études et de vous. Vous avez 33 ans et votre carrière le service qui fonctionne depuis plusieurs est déjà fort brillante. Comédien, vous avez années laissent espérer une évolution salujoué dans la troupe de Sacha Pitoeff et taire. de Marcel Marceau. Et il me souvient de Ce que nous attendons, ce n'est certes vous avoir rencontré sur la scène du théâ- pas l'indifférence ou l'abandon, mais la vigi ... tre de Paris, ce soir où je rendais hommage lante sympathie. Les mains tendues, les aux 80 ans d'Edmond Fleg et où vous bras ouverts à tous ceux qui s'enferment et présentiez votre adaptation de son célèbre qu'on enferme dans une sorte de ghetto T_oman, « L'Enfant Prophète ~. errant. Cher Jean Schmidt, vous avez toujours Après « l'Assommoir » de Zola, on diété des nôtres. Lorsqu'on a vu son père sait: Fermez les cabarets, ouvrez les écoemmené en 1940, le visage en sang-, pour les. être traîné à Auschwitz, lorsqu'on a vécu Après« Kriss Romani », nous dirons : dans les maisons d'enfants autour desquelles Brisons les chaînes de ces ghettos, allons rôdait la gestapo, lorsqu'on a l'esprit hardi vers ces frères sous-alimentés, abandonnés, et l'âme bien née, on est destiné à mener non pour bouleverser brutalement leurs notre combat. croyances, mais pour faire entrer dans leurs Un iour, en prenant par hasard la dé- campements, dans leurs roulottes, le souffense d'un tzig-ane, en l'assistant au tribunal fIe de l'amitié. correcliQ~el, vous vous êtes pris d'amitié Des logements et du travail pour les sépour ce petit monde étrange et qui garde dentaires. Des aires de stationnement propour ceux qui l'aiment d'immenses réserves longé munies d'installations sanitaires. Des · de fidélité et de tendresse. écoles pour les enfants. Un système de con- Vous avez appris leur dialecte. Vous trôle administratif humain. avez vécu avec eux dans les bidonvilles de Un vieux proverbe yddich pour définir Nanterre. Vous avez découvert entre tous le bonheur disait: «Comme Dieu en Fran- · ies errants persécutés de profondes affini- ce ». Ce proverbe n'aurait Que peu de sens tés. Avec l'appui du Centre National de la pour ceux que nous évoquons. Tâchons au Cinématographie, vous avez réalisé un film, moins de leur offrir quelques images de «Kriss Romani », le Tribunal des Roms. bonheur. Un film, un très beau fjLtp, auquel on n'a Le moment est venu pour ceux qu'ils pu reprocher que sa trop grande richesse nomment les Gadje de leur montrer de Quoi d'action et de pensée, mais Qui nous a émus, leur intelligence et leur coeur sont capables. charmés. Accueillons-les, ces tziganes, ces gitans, Vous confierai-je que comme vous j'ai ces romis, tels qu'ils sont dans la famille toujours aimé les tziganes, que leur des.tin française, sans leur demander aucun reniehantait mon imagination d'enfant, qHe je ment. L'avenir fera vite son oeuvre. En atn'ai jamais manqué de leur rendre visite tendant que le sol, que le ciel de France dans leurs centres de Bulgarie, de Hong-rie, leur soient doux. N'est-ce pas là le sens de de Tchécoslovaquie et que je dois à leurs votre oeuvre? violons quelques-uns de mes enchantements. Les laïgues et les religieux, les hommes Vous avez trouvé en la personne de la de toutes convictions qui sont rassemblés petite Puce, qui était justement la nièce du ici, ne veulent étouffer aucune authenticité. Gitan Que vous avez assisté, une étonnante Mais sur notre terrain, celui du Mouveinterprète, aussi à l'aise sur 'le grand 'écran ment contre le Racisme, l'Antisémitisme et qtiè 'sur le petit écran de la télé"i'Ston,. pour la Paix, ils ne connaissent ni juifs, ni Puce m'a rappelé une ieune héroine du gentils, ni g-adje, ni gitans. mais seulement théâtre d'avant 1914, la fillette de « t'Oi- des 'frères. Aux noirs de Birmingham, comseau bleu ' :. (je Mauiice Maeterlinck. A me aux tziganes de « Kriss Romani », ils · force de chercher avec son camarade Ballo, " .. disent : « La France des Droits dé l'Homnon üas l'Oiseau bleu. mais la racine dans me est avec vous ». Jean Cocteau, notre ami SOLIDARITÉ A VEC LES ANTIRACISTES AMÉRICAINS ON ne fait jamais en vain appel aux sentiments fraternels du peuple fronçais! Lancée il y a quelques semaines dons « Droit et liberté ", notre pétition, exprimant l'indignation des gens de coeur contre les crimes racistes commis dons le sud des Etats-Unis, et leur solidarité avec tous ceux, blancs et noirs, qui combattent les discrimi. notions et la haine, cette pétition rencontre dons tous les milieux un intérêt considérable. Sous le texte découpé dons notre journal, sur des pages dactylographiées ou manuscrites, ainsi que sur les formulaires imprimés spécialement, les signatures s'accumulent par centaines, dons les usines, les écoles, les bureaux, les H.L.M., etc ... Parmi ces signatures, il en est que nous devons citer, cor elles émanent de person. nalités éminentes, qui représentent les grands courants de la pensée française. Voici quelques-unes de celles qui nous sont parvenues à ce jour: Le président Léon LVON·CAEN ; MM. Bernard HALPERN, professeur ou Collège de Fronce; Jacques DIXMIER, Hubert DESCHAMPS, René JULLIAN, Roger BASTIDE, Maurice BOUCHER, V. JANKELEVITCH, 1. MEVERSON, professeurs à la Sorbonne ; Mme Anne PHILIPE; M. le Bâtonnier Poul ARRIGHI, membre de l'Institut; Mme Yves FARGE; MM. Froncis BORREV, membre du Conseil Economique; Jean CASSOU, conservateur en chef du Musée d'Art Moderne ; Pierre DOIZE, député ; le R.P. Robert DAVEZIES ; O. POZZO DI BORGO, inspecteur général de l'Instruction Publique; le Dr DALSACE; le cinéaste Jean DELANNOV; M. Etienne NOUVEAU; le poète Andrè SPIRE; M. Ray. mond BARBET, moire de Nanterre ; le pasteur Maurice VOGE ; M. CORNEVIN, chef du Centre d'Etudes et de Documentation sur l'Afrique et l'Outre-Mer ... Ces premiers concours nous permettent de bien augurer du développement de cette gronde compagne, qui n'en est qu'à son début. Demandez les feuilles de pétition ou siège du M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2· (GUT. 09-57). NOTRE ami Jean Cocteau est mort. Il nous avait toujours manifesté sa sympathie. Le 25 janvier dernier, à l'Hôtel Royal-Monceau, il présidait la réception du M.R.A.P. Ce jour-là, il avait défini le rôle de l'homme de lettres et de l'artiste dons le combat quotidien contre la haine : .. Dernièrement, il m'a été donné de voir à la télévi· sion, un film direct sur l'affaire Calas. Je ne suis pas particulièrement vol· tairien, mais l'attitude de Voltaire dans l'Affaire Calas m'a donné le sentiment du devoir vis·à.vis d',asso. ciations comme la nôtre et comme celle contre la peine' de mort. C'est pourquoi je suis ici. Je ne veux pas vous faire un discours, mais je dis que nous sommes ici pour un grand devoir humain auquel personne n'a le droit d'échapper, parce que je n'admets pas que l'on fasse une dif· férence entre les hommes. C'est tout ce que j'avais à vous dire et je re· mercie tous ceux qui sont venus pour nous aider dans cette tâche ... Le conflit racial aux Etats--Unis A Milly-la-forêt, pour conduire le poète à sa dernière demeure, le M.R.A.P. étoit représenté par une délégation que conduisait notre prési. dent, Pierre Po raf. Notre cliché : Au cours de la ré· ception du 25 janvier, Jean Cocteau en compagnie de notre secréta.ire général, Charl.es Palant (à gauche~,. \ du président . ~ierre Paraf et de Mme . Mathilde Paraf. LE PROFESSEUR JACQUES HADAMARD Au moment de mettre sous presse, nous apprenons le décès de l'illustre mathématicien Jacques HADAMARD, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., dont tous nos amis connaissaient le dévouement actif à la cause que nous défendons. ., Ce grand homme de sciences, dont la renommée était universelle, était aussi un homme de coeur. Jusqu'à ses dernières années. on le vit à maintes reprises, chaleureusement ovationné, sur les tribunes de nos manifestations. Combattant antiraciste depuis l'Affaire Dreyfus, il demeura jusqu'à son dernier souffle aux r.Ôt.P.R de tous ceux qui luttent pour la justice. Dès l'annonce de sa mort, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., est allé s'incliner devant la dépouille de notre éminent ami. Que Mlle Jacqueline Hadamard et sa famille trouvent ici l'expression de notre affectueuse sympathie. EDMOND FLEG Le grand poète et écrivain Edmond FLEG est mort. Son oeuvre, d'inspiration juive, fut admirable, non seulement sur le plan artistique, mais par le souffle d'humanité qui la traverse tout entière. Pionnier de l'amitié judéo-chrétienne, 11 s'était associé à toutes les manifestations importantes de notre Mouvement. Le jury lu Prix de la Fraternité avait tenu, il y a quelques années, à lui rendre un solennel hommage. Nous présentons à Mme Fleg et à sa famille nos condoléances émues. ~'.. .'. '.' Nous avons la douleur d'annoncer le décès de notre ami Isaac KRYSTAL, l'un des fondateurs de notre Mouvement, dont il resta jusqu'à la fin de sa vie un ndif militant, dans sa société des originaire de Varsovie et ses environs. Nous eXpri-\ mons à sa famille, nos sincères r.ondoléances. (Suite de la première pagel Mais s'il est vrai que les noirs d'Amérique considérés dans leur grande masse, n'ont pas 'atteint le degré de culture de l'Aniél'icain moyen, s'ils n'occupent dans la société américaine qu'une place et des fonctions subalternes, - qui est responsable de cet état de fait? Ceux-là mêmes, gouvernants ou gouvernés, qui ont refusé aux noirs la possibilité rie s'instruire, qui les ont exclus de la vie publique et les ont maintenus dans une situation s'Ociale humiliante et humilée. Méprisant les noirs c'est eux-mêmes qu'ils accusent ... L'EMANCIPATION des noirs d'Afrique - de l'Afrique francophone notamment ~ ne pouvait mancluer d'avoir aux Etats-Unis, peuplés de 20 millions de noirs - de profondes et rapides' répercussions. Comment ces derniers n'auraient-ils pas été frappés du fait que leurs frères africains pouvaient être désormais chefs d'Etat, ministres, diplomates, qu'ils étaient reçus aux Nations-Unies. voire même à la Maison Blanche: avec les plus grands égards, alors qu'eux étaient maintenus dans leur condition de parias? La comparaison ne pouvait qu'aboutir à une prise de conscience collective de toute la population noire et à une volonté irrésistible d'émancipation totale. La manifestation de cette volonté. la puissance et la dignité par lesquelles elle s'est exprimée le mois dernier lors de l'impressionnante marche sur Washington a eu, sur les citoyens blancs de la « libre Amérique » un double effet. Elle a, semble-toi\. secoué les uns de leur torpeur séculaire et éveillé chez eux, peut-être un remords latent. et le sincère désir de mettre fin à une injustice monstrueuse. Pour ce qui est rIes a utres - les Sudistes, les anciens esclavagistes la peur de perdre leurs privilèges d'hommes prétendûment supérieurs, a transformé en haine farouche leur tt'aditionnel mépris des noi rs, et les amène à ne · reculer devant aucun moyen - pas même devant le crime - pour s'opposer à l'intégration raciale. Le heurt enh'e ces deux tendances antagoni stes constitue le grave o::onfl it racial qui déchire présentement la société américaine. Il la conduirait facilement à une nouvelle guerre de sécession, si les noirs, sous la conduite de leur célèbre pasteur Luther King. se départaient de la modération et de la discipline qu'ils ont su garder jusqu'à présent. JI faut savoi r gré au Président Kennedy d'avoir entrepris - au risque de compromettre sa future réélection une véritable croisade en faveur de l'égalité des noirs, et d'avoir pris. sur le plan lég-islati f les mesures permettant de la réaliser. Il a renouvelé le mandat de la « Commission des' Droits civioues )) qui .• Ians le rapport qu'elle vient de publier. invite le Gouvernement fédéral « à .'1qir dans tous les domaines contre la discrimination racial.e » et à procéder à « une mobilisation totale des ressources morales de l'Amériq'/li! ... en vue de pa'rcowrir le lonq chemin qui sépare l'abandon de la ségrégation forcée de la réalisatioll d'une société où 1/i la. race ni la couleur 11' etltrellt plus ell ligne de compte ». Le Président Kennedy a d'autre part déposé il la Chambre des Renrésentants et au Sénat des proiets de loi tendant à éliminer de la lég-islation américaine toutes mesures restrictives' de la liberté et des droits civiques des noirs. Le Sénat, qui comprend des Sudistes, se montrera sans doute plus récalcitrant que la Chambre des Représentants qui, elle, s'est déjà prononcée en faveur du programme antiraciste du Président, Elle l'a même dépassé, puisque, outre l'application totale de l'intégration scolaire, elle demande l'institution d'une commisS'ion chargée de surveiller l'emploi sur le marché du travail, avec pouvoir de lutter contre la discrimination raciale, tant au stade de l'embauche qu'à celui de l'avancement. Elle a même voté un ensemble de dispositions tendant à éliminer toute discrimination dans les hôtels, les restaurants et les différentes entreprises ouvertes au public. SUR le plan gouvernemental et sur le plan parlementaire, on peut donc espérer, 187 ans après ta déclaration d'indépendance, que l'égalité entre tous les citoyens' américains va enfin passer dans les faits .. , Mais sur le plan des Etats? On sait que le régime fédéral de la République américaine laisse au gouvernement de -chaque Etat, qui dispose de sa propre police et de ses propres troupes. des pouvoirs assez · étendus pour tenir partiellement en échec l'autorité du gouvernement fédéral. Et c'est en effet sur le plan des Etats que la résistance à l'intégration des noirs se fait la plus vive et la plus brutale, et que partisans et adversaires s'affrontent le plus rudement. Nous savons tous comment le gouverneur de l'Alabama, M. Wallace, s'est rendu tristement célèbre par son hostilité à toute mesure d'intégration - à l'intégration scolaire notamment - fermant les écoles pour qu'aucun enfant noir ne puisse y entrer, mobilisant sa police et' excitant la haine des blancs. là où une décision de justice l'obligeait à les rouvrir, tolérant,' peut-être même encourageant la haine et la brutalité de ses troupes' vis-iL-vis des noirs qui osaient protester. Et c'est ainsi-. que fut commis dans , la ville cie Bi rmingham. en septembre clernier, ce crime atroce : le lancet;nent d'une bombe au beaJ.t milieu d'un temple baptiste réservé aux noi rs, qui déchiquera quatre petites filles noires en train de chanter des' cantiques. « Vous ave:: du sang d'enfants sur les maitls », il écrit au gouverneur Wallace le pasteur noir Luther King. Quelques jours après l'explosion de cette bombe meurtrière .- qui a soulevé dans toute l'Amérique une émotion considérable et a provoqué maintes manifestations de protestation - on c1écou- · vrait dans les environs de Birmingham 1.1.5 charg-es de dynamite; les deux auteurs du lancement de la bombe (dont l'un est membre du Ku Klux Klan) étaient libérés sous caution de .100 dollars. Mais un pasteur noir qui protestait contre la décision de la police était condamné ;l 90 jours' cie prison sous caution cie 2.,'iOO · dollars « pour :\voi r protesté salls autorisation»! Ainsi va la justice en Alabama! En Ca1'OIine du Sucl. à Orangeburg-, un millier cie noirs ont été arrêtés au début de ce mois, pour avoir pris part à des manifesfations intégrationnistes consistant à pénétrer clans cles restaurants réset'vés aux blancs et à essayer cie s'y faire servi r. A la Nouvelle-Orléans. plus cie 10.000 noirs ont défilé le l octobre à travers la ville, en réclamant une ~du cation égale- pour tous, et le retrait de toutes les vitrines, des enseignes ségrégationnistes. A Cambridge, clans le Marvland, en prévision cles mesures autorisant les noirs à entrer dans les lieux publics Qui leur étaient jusque là interdits, la municipalité avait organisé un référendum aUÇjuel tous les habitants de la ville étaient admis à participer. Le leader du mouvement intégrationniste de la ville, Mme Gloria Richardson ayant déclaré ce référendum illégal, 40 % des noir.s ne prirent pas part au vote. De ce fait, l'admis'Sion des noirs dans les lieux publics fut repoussée par 1.944 voix contre 1.720. Dès que furent connus les résultats du scrutin, Mme Gloria Richardson déclara que le droit, pour les noirs de s'asseoir dans les mêmes restaurants que les blancs étant déjà inscrit dans la Constitution fédérale, il n'appartenait pas à une municipalité de remettre ce droit en question. Et elle clonna aux autorités de la ville une semaine pour faire de nouvelles propositions : faute de quoi s'On organisation reprendrait ses manifestations assises, ainsi que ses cortèges devant tous les lieux de la ville soumis à la ségrégation ... Ailleurs, à Selma, en Alabama toujours, le révérend Wilson a été condamné à ~oo dollars d'amende, et à 180 jours de prison, pour avoir protesté contre des fonctionnaires blancs qui refusaient d'inscrire cles noirs sur les listes électorales ... Relevés au hasard, sur une liste fort longue de péripéties analogues, ces quelques exemples suffisent à illustrer la s'ituation actuelle aux Etats-Unis. C EPENDANT, l'intégration pro~ g-resse lentement, pas à pas: notamment l'intégration scolaire, la plus âprement disputée, On compte encore sur les doigts les quelques écoliers noirs admis dans les écoles, ou les étudiants clans les Universités. Ils y entrent maintenant sans incident, par exemple à Mobile, à Miami, à Chicago; en raison du fait qu'ils y sont escortés par la police, ou par un peloton de leurs congénères ... Le conflit racial qui trouble aujourd'hui si g-ravement la vie interne des Etats-Unis. a été courageusement évoqué par le Président Kennedy dans le beau discours qu'il a prononcé en septembre à l'Assemblée g-énérale des Nations Unies. Il a rappelé opportunément que les membres de l'O.N.U, sont te111tS par la charte de promouvoir et de respecte1' les Droits de li Homme. Dr ces droits sont violés, déclare-t-il, lorsqtt'un prêtre bouddhiste est chassé de sa pagode, (/lland ulIe s)'nagogtte est fermée d'office, tin temple protes'tant empêché d'01wri'r une mission O1t lorsqtùme églis.e remplie de monde est bombardée ... « L'Amérique, conclut-il, trava·ille à ,'edresser ses propres torts. Par ftne action lé.qislahve et administrative, Par la contrainte morale et légale, son gouvernement s'applique à débarrasser notre pays de pratiques discriminatoires qtti ont existé beaucottp trop lon.qt.emps, Devant ce forttm, ou devant n'importe quel autre, nous n'hésitons pas à condamner toute iniustice raciale ou religieuse, qu'elle sait commise ou tolérée par nos amis Ott par nos ennemis ... ». Paroles dignes d'un président de ligue des Droits de l'Homme. Souhaitons seulement que le pt'ésident des EtatsUnis se souvienne que l'injustice n'est pas uniquement d'ordre racial ou religieux, et surtout qu'il tienne le même lang-age énerg-ique à certains de ~es amis et alliés: par exemple à Franco, pour ne citer que lui ... s. COLLETTE-KAHN. 2 16-IX. - Les leaders noirs de Birmin· gham demandent au président Kennedy l'interventi'On des troupes fédérales en Alabama pour tenir les racistes en respect. 17-IX. - Ouverture à New York de l'Assemblée générale de l'O.N.U. • Le chef du M.P. 13 (groupement raciste et fasciste), Robert Martel est condamné à une légère peine de pris'On, 18 mois. par la Cour de Sûreté de l'Etat . 18-IX. - Dix mille personnes participent aux obsèques des enfants de Birmingham assassinés dans une église, le 15 septembre. 19-IX. - Après la visite de six leaders des organisations noires de Birmingham. le président Kennedy désigne deux hautes personnalités pour faciliter la « reprise des rapp'Orts interraciaux p en Alabama. 20-IX. - Le général de Gaulle et le chancelier Adenauer s'entretiennent à Rambouillet. C'est leur 15' renc'Ontre depuis 1958. Z2-IX. - J 'Ournée de deuil aux EtatsUnis, en souvenir des quatre fillettes noires assassinées dans une église à Birmingham. 23-IX. - L'ETUDIANT NOIR CLEVE Mc DOWELL, inscrit à l' université du Mississippi après James Meredith est exclu p'Our p'Ort d 'arme pr'Ohibée (il p'Ortait un rev'Olver à la suite du retrait des agents fédéraux qui assuraient sa sécu. rité). Meoedith avait déjà etû quitter l'université, ' ne p'Ouvant y p'Oursuivre n'Ormalement ses études. 25·IX. - Le gouvernement israélien rappelle s'On ambassadeur à Prét'Oria ' pour protester contre l'apartheid en Afrique du Sud. • Un terrible 'Ouragan ravage la Mar. tinique, faisant dix morts. des centaines de blessés et d'énormes dégâts matériels. 26-IX. - Un tueur de l'O.A.S.. JeanLouis Dumont, assassin du général Ginestet et du médecin-colonel Mabille, c'Ondamné à m'Ort par la Cour de Sûreté de l'Etat. 29-IX. - Ouverture à Rome de la deuxième sessi'On du C'Oncile oecuménique. ' 30-IX. - La Commission des Droits Civiques. créée aux U.S.A. il Y a six ans par le président ,Eisenhower. souligne dans un rapport la lenteur de l'intégrati'On raciale. 1-X. - Impliqués dans les attentats ft la bombe commis contre les noirs à Birmingham, deux racistes arrêtés l'avantveille s'Ont libérés e'Ontr-e une eauti'On de 300 d'Ollars. Un leader noir est condamné à 3 mois de prison (et la caution fixée à 2.500 dollars). « p'Our av'Oir manifesté sans aut'Orisati'On lI. 3-X. - L'ex-adjudant Robin, chef d 'un commando de l'O.A.S., c'Ondamné à la réclusi'On perpétuelle pour une série de vols et d'attentats. 4-X. - 322 noirs arrêtés à Orangeburg (Caroline du Sud), ce qui p'Orte à 1.325 le n'Ombre des arrestati'Ons en quelques j'Ours. 5-X. - Manifesta tions hostiles à Londres. lors du mariage de Mlle Franç'Oise Di'Or avee C'Olin J'Ordan, le {( führer » des nazis britanniques. .8-X. - Ouverture à J'Ohannesburg du PROCES DE 165 DIRI-. GEANTS DE LA LUTTE ANTIRACISTE, accusés par le g'Ouvernement sud-africain de « "Sab'Otage » et de « haute trahison lI. IO.X. - La Commission politique de l'O. N.U. adopte par 87 voix contre une (portugal) et 8 abstentions (d'Ont la France), une résolution demandant à l'Afrique du Sud de renoncer au procès en cours contre les dirigeants antiracistes. • Le Prix N'Obel de la Paix attribué au savant américain Linus Pauling. Il-X. - Le {( grand jury » de Birmingham (Alabama) acquitte un p'Olicier qui avait tué un jeune n'Oir de 16 a ns. • Ouverture à Florence du C'Oll'Oque -internati'Onal c'Ontre le né'O-nazisme. I3-X. - Rassemblement international. près de Madrid. sous le patronage de Franco. à la gloire des combattants {( n a tionalistes » de la guerre d 'Espagne. P armi les participants : l'ex-général hitlérien v'On Ch'Oltitz. 14-X. - Les forces armées du Maroc ayant franchi. dans la nuit. la frontière algérienne. de vi'Olents c'Ombats 'Ont lieu au sud-'Ouest de C'OI'Omb-Béchar. • Dirigeant de plusieurs organisa· tions fascistes et racistes liées à l'O.A.S .• Philippe Lauzier est condamné par la Cour de Sûreté de l'Etat à... 5 ans de pris'On avec sursis. I5-X. - Annoncée depuis un certain temps. la démission d'Adenauer du poste de chancelier devient effective, Dans son dernier discours, il déclarE! : « Je ne veux . pas entendre parler de la détente. » QUE MARTINIOUE • Après le cyclone LE M.R.A.P., dans son ensemble, ne peut rester insensible aux malhettrs qui viemlent de frapper si durement la Martinique et d'autr,es îles des Antilles. Dans la nuit du 2.1 s.eptembre dernier, tOtlte la Martinique a été entièrement ravagée par le cyclone Edith, et après le Passage de ce dernier, la moitié de la potntlation se trouvait sans abri, les neuf dixièmes des cultures détr-nites, et bien plno' grave encor,e, tOt{S, les .arbres. fntit iers (dont les arbres a pam qm sont la base de l'alimentation des classes pauvres) démci-n és et pel'dlts. Il faudra an moins dix ans pour qu'ils pnissent à nouvean nourrir les habitants. . L es déqât~ ont été évalués. à 4;0 mil~ lzards d' al/Clens fra IlCS,- mats c est ba lme sOlls-estimation. Ailleul's la violence dIt deuxième cyclone a· 6té aussi très !l éfaste, mais ~lle n'a touché qu'm1e partte des terntowes affectés. A la Martinique, c'est la dévastation totale. PotW notre part, nous pensons que le pttblic métropol,itain n'a .fJ"f!S é.té as~ez sensibilisé an drame marttntquats, qUt le plus souvent a pris dans la pre.sse. et à la radiodiffttsion l'aspect d'tm fatt dwers, sortant à Peine' de l' ordinaire. La félé~ vision, malgré les efforts d~ nqtre ~-:n.t Léonard Sainville, est restee Jttsqtt lCt, presque muette. Aussi, nons lallço1!s ici lm pressant appel à la générosité et à la,. bonne volonté de nos lecteurs, pOttr qu tls fas sent rap'idement un geste en faveur de compatriotes. ,lointains, pr.onyis. à la famine, guettes par les e Indemtes, traqttés, par le besoin. N ottS S01nmtes convl1incus que c.et appel ne sera pas vain, et que chacun voudra , faire son devoir. D'avance. nous VOltS remercions et vous exprimons notre gratitude. 'HIER ET AUJOURD'HUI • l/ affaire Mürer AU' mois de juin dernier, un fmportant procès s'est déroulé d~vant le Tribunal de Graz, en Autriche. L'accusé était l'ex-officier 5.5: Franz Mürer ancien chef de section au commi~ sa;iat régional de police à Vilna. sous l'occupation nazie . Chargé spécialement de la « question juive », il fut, en fait, , I ~o rganisateur de l'extermination des quelque 70.000 juifs, hommes, femmes et enfants, enfermés dans le ghetto de cette ville, qu'an avait appelée avant-guerre, la « Jerusalem de la Lithuanie » . Plusieurs survivants du ghetto tragique sont ' venus témoigner d'Israël, des EtatsUnis, d'Australie'. L'un d'eux a raconté, par exemple, comment son père fut tué par Mürer, sous ses yeux, parce qu'on avait découvert sur lui un morceau de pain et quelques pommes de terre, passés clandestinement à l' intérieur du ghetto affamé. En dépit de ces témoignages, d 'un acte d'accusation accablant, les juges de Graz ont acquitté Franz Mürer. Il fut, à sa sortie du 'Tribunal, acclamé par ses amis, et couvert de 'fleurs. Il est libre, maintenant, ce qui constitue un nouvel encouragement aux néo-nazis. dont l'insolence ne cesse de croître en Autriche. Ce jugement, an le conçoit, a provoqué en Autriche même et dans le monde, une profonde émotion. Des manifestations ont eu lieu, notamment en Israël et aux EtatsUnis,' devant ies ambassades d'Autriche. A Paris, les juifs originaires de Vilno ont pris également l'initiative d'une démarche à laquelle le M.R.A.P. s'associe, et qui sera sons nul doute appuyée par de nombreux antiracistes. Dans une déc laration, ils demandent: 10 L'arrestatio'n de Franz Mürer, comme 1'0 réclamé le Pracureur Général lors du pracès. 2" La révisioe'l. du procès dans des conditions permettant à la Justice de s'exercer librement. 3" La condamnation et le châtiment du bourreau nazi Franz MÜrer. PASSE.T.IL ? UNE livre de sardines fraîches emba.u~e dans un vieux n~lmér'O de « Riva.r'Ol ", il Y a de qu'Oi me c'Ouper l'appetIt. Sur t'Out qu'en ep~uchant le p.'Olss'On, machinalement, mes yeux s'Ont t'Ombés sur la conclusIOn d'un artIcle du sieur Rebatet, ci-devant c'Ondamné à m'Orto « Nous savons nous autres que notre race blanche reste la vraie maîtresse de la planète. Nous devons donc être ~es premiers à reconnaître les responsabilités qui lui incombent plus que Jamais. » Les premiers? les v'Oici en famille ... « lis )) 'Ont mê~e l'air de mélanger l~s (sept) c'Ou leurs. « Kaka-Riri» j'Ournal aussi bête que mechant, trace le p'Ortralt de l'intellectuel qui ne rit pa; à ses facéties: « Il prétend (l'i~tenectuel) que les jUifs. les Chinois. les mouches et le bacille de. Koch ont drOlt à la ,!,Ie. Sion laissait faire les intellectuels, il n'y auralt vraunent plus moyen de ngoler sur tel're. ». . Un qui a les m'Oyens de rig'Oler c'est le X!,vic.r Vallat d'1:1~ « Aspe~t (hela~ ) de la France lI . D'après cet hilare, c'est « Tem~lgnage !JhretIe~ » qUI f'Ourmt lOccasi'On, après s'On numér'O 1000 et ~es déc~aratl'On~ a~lcales ~ un, « !~mas de musulmans. de juifs. de protestants. d agnostlques, d athees ou d antlclencaux ». Leur rire ne s'arrête que devant les perspectives 'Offerte,s par le rapprochement « de la négritude tropicale et des femmes blanches aVides de sensatIOns » (( Rivarol» dixit)... , Avec sérieux a lors, ils parlent de la grenade lancée c'Ontre le « Wantaga » de Bruxelles. ~ Questi'On sexe, ils 'Ont plutôt l'air obséd.é .les p~tits .. vengeur~ de la race blanche. Leurs j'Ournaux frémissent d'une « Ilbldo » InqUIete. Je n'Ose pas leur rec'Ommander de s'Oigner leurs « c'Omplexes » par la p sychanalyse : le d'Octeur Freud ... était. un juif. ~ Oncle TOM. ~~,~----------------""""'~,,~ AFRICAINS EN FRANCE • D/abord le logement APRES les incidents de Saint·Denis. qui avaient opposé des travailleurs d' Afrique Noire et des travailleurs algériens. nous avions rendu publique une déclaration. que la presse a . reproduite • soulignant la situation particulièrement inhumaine. dans laquelle se trouve~~ les travailleurs africains. Nous nous etlOns. d'autre part. adressés aux élus du département de la Seine. Nous en avons reçu les réponses suivantes: M. Auguste GILLOT. maire de Saint· Denis. nous communique la question écrite qu'il a posée. avec plusieurs de ses collègues du Conseil Général. le 26 juillet. au Préfet de la Seine, concernant le relo· gement d'urgence des travailleurs noirs. En voici quelques extraits : « Après les très gra1es incidents qui se sont produits. le 22 juillet ...• se pose. Me fois de plus. la situation douloureuse dans laquelle vivent ces malheureux. « Dans les débats d,u Conseil Général des 3 et 4 avril dernier, le groupe communiste a dénoncé. à la tribune. les conditions des plus inhumaines dans. lesquelles les travailleurs noirs sont astreints. On les trouve parqUés dans des caves, les wns sur les autres. pour des sommes s'élevant à plus de 30 francs par mois. ce qui constitue une exploitation swpplémentaire des plus scandaleuses de leur misère. « Le 10 juillet, une délégation des élus de Saint·Denis. conduite par le maire et le député. et comprenant les représentants de la-C.G.T. et de la C.F .T .C .• a été reçue par vos services, qui ont été informés d'une menace d'expulsion visant 70 travailleurs noirs dans un quartier de SaintDenis. « A nouveau. des propositions ont été faites pour obtenir leur relogement dans de meilleures ' conditions. Il semble bien que rien n'ait été fait pour leur donner une suite positive. « Or il est 'absolument impossible de laisser plus longtemps les travailleurs noirs dans la situation où ils se trowvent. « Les travailleurs noirs qui viennent en France so.nt des êtres humains comme ' les autres. Ils méritent que l'on s'occupe d·eux. puisqu'ils constituent une maind'oeuvre encore plus exploitée que la mai'n-d'oeuvre française . Leur nombre. qui continue d·augmenter. en fait un prOblème gouvernemental exigeant des mesures d'ordre gouvernemental. li C'est pourquoi MM. Auguste GILLOT. André KARMAN. Raymond BARBET. Waldeck L·HUILLIER. Conseillers généraux. demandent à M. le Préfet de la Seine: 1 ) d'intervenir auprès du gouvernement pour obtenir que. provisoirement. soient installés à ses frais sur les terrains militaires existant à Saint·Denis. des foyers' qui seront mis à la disposition des travailleurs noirs. en attendant leur relogement dans des conditions normales. et de façon ,à ce que. de toute urgence. ceux·ci puissent sortir des caves humides dans · lesquelles certains sont en train de contracter la tuberculose au milieu de la promiscuité et des rats; . 2 ) que les mesures soient prises pour que soient appliqués les quatre pOints du voeu émis par le Conseil général dans sa session des 3 et 4 avril 1963 ; 3 ) qu'une étude d'ensemble de la .situation des travailleurs noirs dans le ' département de la Seine. soit entréprise immédiatement et que le 'nécessaire .soit fait avant l'hiver prochain', pour relouer cette catégorie de travailleurs qui doit pOUVOir viv're dans le respect de la . dignité humaine ;, :. 4 ) que des crédits soient afijectés pour' l'organisatiqn de cours du soir. Qù ces jeunes hommes pourront ainsi apprendre à lire. à . écrire et à compter, ce qui tac~litera leur existence et leuT,S relations a",ec' , la population». • Des condjtions dramatiques M . Louis ODRU. député de la Seine et conseiller . général. nous écrit : . ' .. « Je partage , -pleinement l'opinion " du M.R.A:P. sur ces incidents et voustwot me qu'au début du mois de juillet. j 'ai' posé au sujet des travailleurs africains; une' question écrite à M. le Premier Ministre et une question écrite à M . le Préfet de la. Seine, correspondant à vos préaccwpations. Je vous transmettrai leur réponse dès leur parution»; M. Jean·Charles LEPIDI. député ·.de Paris: « Le premier ,remède. en dehors de toute passion, serait d'offrir 'à tous ces travailleurs africains. dont la présence est nécessaire à no.tre , coopération et natre progrès réciproques, . U11 logement décent .et humain! ». (Suite page 3.) ,,~------~-Charles-

DROIT ET LIBERTE

MENSUEL 30,. rue des Jeûneurs ~ Paris (Z.) , Tél.: GUT. 09-57 . Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Ab'Onnement de s'Outien : 20 francs ETRANGÈR Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pal'1l; Pour les Changements d'adr~ envoyer l franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et IJberté lt ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juil ». 52, rue de l'HOtel des MonnaIes, Bruxelles 6. Les versements peuvent être ettectués au C.C.P. 278947. de M. 8. Gutman, Bruxelles. AVEZ-VOUS RÉGLÉ VOS BONS DE SOUTIEN? Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. C'est le dimanche soir 24 novembre, saHe Pleyel, au grand gala antiraciste, qU'Clura lieu le tirage des bons de soutien du M.R.A.P. Si vous ne l'avez encore fait, hâtez-vous donc de les régler et d'envoyer en même temps les talons qui serviront à ce tirage ! Vous pourrez ainsi gagner l'un des nombreux cadeaux : caméra et projecteur, voyages, postes de télévision, cravate de vison, collier d'! perles, bateau pneumatique, etc... Ne laissez pas passer la date... et la chance. Abonnement de soutien : 150 PB. Journal composé et Imprlmlli par des ouvriers syndiQu', S.P.E.C. - ChAteauroux Gérante : S. BIA:NCm.


~----------------------------:----------- 3

qUE SE PASSE.T.IL ? (Suite de la page 2) M. Etienne FAJON, député de la Seine: « Je dois vous dire que Je partage entièrement votre point de vue quant à ces incidents, et d'une façon plus générale SUT la situation créée par la venue en 1 France des émigrés d'Afrique Noire qui vivent dains des conditions particulièrement dramatiques. Je m'etais d'ailleurs adressé à ce sujet, le 19 mars dernier, à M . le Ministre de la Santé PUblique et de la Population pour lui rappeler la situation des noirs africains résidant à Saint-Ouen, localité la plus importante de ma circonscription électorale. Le Ministre m'a répondu le 30 mai dernier, par wne lettre dans laquelle il m'indiquait qu'il confiait le soin de régler les problèmes de ces personnes, résidant à Saint-Ouen, à des associations de caractère privé. ~ Il va sans dire que nous n'approuvons pas, mes amis du groupe communiste et moi-méme, ces procédés,. car ils visent à substituer aux pOUVOirs publics, véritablement responsables des organismes particuliers et irresponsables. De ce point de vue, avec l'appui d'orga· nisations comme la vôtre, de la population des secteurs où résident ces personnes, et des intéressés eux·mêmes, nous pensons qu'une solution pourra être obtenue du pouvoir, et nous nous emploierons à ce qu'elle soit trouvée au plus vite ». M. Pierre RUAIS, député de Paris: « Comme vous, je me suis ému de l'affrontement qui s'est produit le 24 juillet à Sairnt-Denis, et je désire en éviter le retour mais, je voudrais vous mettre en garde contre une trop hâtive généralisa· 1 tion : les victimes de l'exploiteur ne sont pas seulement, tantôt des originaires d'Afrique du Nord, tantôt des originaires 1 d'Afrique Noire, mais bel et bien aussi des originaires de notre pays. D'autre part, l'exploitation n'est sans doute pas la seule cause. E1n effet, depuis plusieurs années je suis, avec les responsables locaux de l'administration dans le 19' l'installation de toute une colonie d'é'migrants provenant d'Afrique Noire et qui a pris la place d'Africains du Nord sans que jamais le moindre incident n'ait é té signalé. » M. Jean Pantin: LOLIVE, député·maire de « ... Quant aux incidents de Saint-Denis, la situation particuliérement grave et scandaleuse da'ns laquelle sont obligés de vivre les travailleurs algériens et africains, n'est pas étrangère à ceux·ci. De plus, des individus non scrupuleux et agents du pouvoir interviennent pour exploiter encore un peu plus la misére de ces travailleurs ... Vous pouvez être assurés de mon sou· tien pour la défense des reve'ndications communes des travailleurs français cOmme celles de tous les autres». DISCRIMINATIONS • . Licencié parce qu/ Algérien LA venue en France de travailleurs étrangers soulève, entre autres, le problème de la xénophObie et du racisme. Déjà les méthodes de recrutement ne sont do 'Utt,v" .. . c'est . SCWOI/l, uWne , EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. 1 - - - Pour la tolérance Un certain nombre d'Israélfens appartenant au mouvement « Agoudat Yisraël », ont récemment cerné ou envahi des ~nstitutions chrétiennes de Jérusalem, Jaffa et Haïffa. Ils entendaient protester, sel?n ~l!x, contre. l~ « prosélytisme» des missions chrétiennes. Le go~v~rnerr:e~t lsr~ller: ~ .expnme des regrets, et une centaine de personnes ont ete arrêtees pU1S llberees sous GAND Deux activistes du « Comité d'action national » se sont blessés grièvement en fabriquant des bombes au mal$'Ilésium. La police a établi des relatiOns entrè cette affaire et les divers attentats commis à Alost, Ostende ou Bruxelles_ caution. . '. Nous avons demandé son opinion à M. Henry BULA WKO. secrétalre general du Cercle Bernard L azare. L'INTOLERANCE de certains cercles cléricaux juifs en IS'raël n'est pas chose nouvelle. Elle pèse sur l'existence quotidienne de la population israélienne et a donné lieu à maintes reprises à des incidences scandaleuses. Les' manifestations dirigées contre les missions chrétiennes (dont certains utilisent, par prosélytisme, des méthodes pour le moins blâmables) n'ont été que le reflet des pressions exercées' jusqu'ici sur ceux qui revendiquent la liherté de 1 pensée. Les raisons que l'on a invoquées en I sraël pour me faire. admettre cet état dc choses me semblent spécieuses'. Les uns m'ont parlé de la nécessité de fairc ~-- par Henri BULA WKO Secrétaire général du Cercle Bernard- Lazare des concessions pour maintenil' la coalition gouvernementale, la ma jorité laïque se soumettant ainsi à une minorité fanatique ne reculant devant aucun chantage. D'autres m'ont dit. avec ~'érieux, qu'il fallait préserver le caractère « sacré » d'Israël pour faire plaisir aux touristes américains; ces derniers, qui ont renoncé depuis longtemps il respecter tous les interdits de la religion juive, n'en exigeraient pas moins qu'on y restât fidèle en Israël. Tout cela n'est pas sérieux et ]'011 ;Ie comprend pas que le nouvel J sraël se résigne plus longtemps à subir l'ing-érence du cléricalisme dans tous les secteurs de la vie sociale, et jusqu':lU :sem cie la vie familiale. JI ne s'ag-it là. ni plus ni moin s. que cI'une Inquisition dans sa forme la plus classi que. la lapidation et le bücher en 1ll01l1S. pas sans rappeler les pratiques des né" riers du XVIII' siècle, mais que dire de rétat d'esprit et des manières de certaines directions d'entreprises. Pour la moindre faute, le personnel étranger non qualifié qui, dans bien des cas, reçoit un salaire moins élevé que le personnel français, se voit insulté, blâmé, souvent renvoyé. Une récente affaire vient illustrer ces façons de cOncevoir le travail. Nous sommes à Grenoble, à la Coopéra· tive laitière « Dauphilait», une des plus importantes de l'Isère. Il est près de deux heures du matin, depuis une heure, des manutentionnaires préparent j'embarquement des « berlingots» et des bouteilles de lait dans les camions des livreurs. Certains, des Algériens qui habitent Echirolles, sont obligés de prendre le dernier car, le soir à 9 heures, dans cette localité, et d'attendre dans un café de Grenoble, que vienne l'heure de se rendre au travail. A « IDauphilait », il a été. convenu que le poste de travail consistant à monter les berlingots de la cave et à les répartir dans les casiers des livreurs, serait tenu par deux personnes au lieu d'une. Ceci après une grève. Mais le manoeuvre qui occupe ce poste est seul. Il s'appelle Kadour. Comme cha· que jour, il va monter environ 20.000 ber· lingots, soit plus de 20 tonnes, en trois heures. Les camions démarrent à 4 heures du matin. Cela représente le chargement, le levage la répartitio."! de 110 leilos de marchandise à la minute 1 Un contremaître lui commande un travail supplémentaire de manutention des casiers de bouteilles. Il refuse. Le contremaître le vide de l'ascenseur et lui dit : « Si tu ne fais pas ce que je te dis, tu n'as qu'à foutre le camp li. Nous citons textuellement le rapport qui vient d'être établi par les syndicalistes (C.F.T.C.) de l'entreprise, Le manoeuvre informe le délégué syndical, qui se rend auprès du chef de personnel. Ce dernier déclare « ~tudier l'affaire». A 16 heures, Kadour est licencié avec un préavis payé de 8 jours. Le lundi suivant, une enquête est effectuée par le délégué du personnel. Elle confirme ' les dires de Kadour, établissant en - Est-ce en attaquant ou en brimant ceux qui ne pratiquent pas la religion que l'on espère répandre parmi eux la foi en Dieu? On risque de provoquer une cc guerre culturelle» (Kulturkampf) dont le jeune Etat israélien ne tirerait aucun profit. Bien au contraire, il lui faudrait gaspiller des énergies qui lui seraient bien plus utiles dans son oeuvre de reconstruction et de consolidation. La plus grande faute des milieux clé- 1 ricaux en Israël a été dc mêler Dieu à des entreprises électorales, d'invoquer son patronage pour des combinaisons 1 politiques n'ayant rien de commun avec l'enseignement de la Thora et le respect de la tradition juive. Il n'est que temps d'y mettre fin pour éviter, entre autres, de rallumer en cette parcelle de terre 1 biblique des luttes périmées dont. au long des siècles de dispersion, les juifs furent les premières victimes. 1 La tolérance entend que les juifs (lui le dési rent - et cela en Israël comme partout ailleurs - puissent pratiquer :'t leur gré la religion de leurs pères. Elle 1 implique, en retour, le droit aux a~nostiques de vivre selon leur conscience sans être soumis ù tlne quelconquc con- 1 trainte morale ou physique. Le Comité d'action national s'est donné pour mission de défendre « l'intérêt de la nation belge ». Il lutte à la fois contre les Wallons et contre les Flamands. Des dissenssion intérieures le dêchirent car « tous les petits partis nationalistes, poujadistes, néo-fascistes, tentèrent de le noyauter» écrit Le, Peuple. On a trouvé au domicile d'un de ses membres des tracts où figure la croix gammée. ALGER M. Tewfik El Madani, ministre des Habous du gouvernement algérien, a assisté, pour la fête du Grand Pardon, aux cérémonies religieuses organisées à la grande synagogue d'Alger. A l'entrée de la synagogue, le ministre a été reçu par le grand rabbin, le Dr Gozlan, président de l'Association israélite, le président Belaïch et le conseiller Achouche. Le Dr Gozlan a déclaré : « Les juifs algériens ont été vraiment heureux d'àpprendre que le .qouvernement al.qérien et l'Assemblée nationale ont décrété que les fêtes juives soient considérées comme .ioU'rs fériés. Nous implorons le Très Hmlt ponr assiste'r notre cher présideut de la République. » Puis il ajouta : « Que Diell aide le frèl'e AIII/Ied Ben Bella dans sa mission de guider le peuple algérien vers la félicité sllr cette terre radieuse d'Algérie. » Je me dois d'ajouter que. sur U1~ plan moins spectaculai re, certaines mal1\festations d'intolérances ont pu être enregistrées au sein même de certaines communautés juives en France. Elles sont loin, bien sür, de revêtir la gravité des incidents qui se sont déroulés en Israël, mais elles témoignent de la persistance d'un certain obscurantisme. Pour revenir au centre de nos Pl'éoccupations de ce jour, je dirai que le meilleur moyen de mettre fin à une situation déplorable serait la promulgation, à brève échéance ,d'une Constitution laique que la population d'Israël attend et qu'elle approuvera, sans aucun doute, il tlne immense majorité. Le ministre des Habous prit la parole, ensuite, pour remercier le grand rabbin

« La population j~tive fait partie

intégrante de la population al.qérienne, déclara-t-il. Notre gouvernement ne fait ( pas de discrimination... Vous êtes i~i chez vous sur cette terre oue vos ancetres ont habitée. Travaillons ensembie, j !mis p01lr le bonheur, la prospérité et 1 l'avenir de notre pays. » - - - - outre que des propos racistes ont été proférés par le contremaître en cause et d'autres agents de maîtrise. Le mardi, à 10 heures du matin « les manoeuvres de quai, algériens et européens, ainsi que tous les responsables syndicaux, débrayent pour faire respecter les accords antérieurs et faire réintégrer Kadour. Ils seront suivis le lendemain par quelques livreurs li. La grève durera 35 jours. Du 27 mai au 1" juillet. Après divers incidents et des tentatives de conciliation, les revendications du pero sonnel se heurtent à un refus total. Les employés algériens décident, le 29 juin, si le conflit n'aboutit pas positivement, de demander leur compte et de boycotter l'entreprise. Ce qu'ils font le soir même. Le 1" juillet, devant la situation ainsi créée, le personnel européen décide de reprendre le travail. La délégation syndicale est reçue dans l'après-midi par la Direction de « Dauphilait ». Elle s'entend alors annoncer: - licenciement de tous les ouvriers en grève ... - demande de licenciement de tous les délégués du personnel; - licenciement du délégué syndical; - dans les deux derniers cas, demande de résiliation judiciaire des contrats de travail... Ainsi, pour avoir pris la défense de leurs camarades algériens, pour défendre les droits reconnus à tous les travailleurs sans considération d'origine ou de nationalité, des ouvriers ont perdu leur emploi. Aux dernières nouvelles, l'Inspection du Travail ne serait pas encore intervenue. ARTISANS MOSCOU Trois criminels de guerre viennent d'être condamnés à mort en U.R.S.S. ct un quatrième à IS ans de travaux forcés. Ils ont été reconnus coupables de l'assassinat de mille personnes. dont huit cents juifs à Drissa. aujourd'hui Wel'chne Dwinsk, dans le district de Vitehsk. 11 a fallu I8 ans pour retrouvel' ces Cl'iminels qui vivaient avec de faux passeports. AUSCHWITZ Le président Ulbricht, en pélerinage à Auschwitz. s'est incliné dcvant ceux qui ont été massacrés par le fascisme hitlérien. Sur le livre d'or du camp, il a notamment écrit : « Nous jurons, avec tous ceux qui s'Ont épris cie liberté et tous ceux qui possèdent l'amour de l'humanité de poursuivre le combat contre le racisme et l'idéolog-ie nazie. Nous nous souviendrons de l'union fraternelle dans le combat qui liait ici les antifascistes polonais ct allemands. » PARIS La Challlbre des mises en accusation, présidée par 1\1. Bonhoure, a rejeté la demande rie liberté provisoire formulée par les défenseurs des huit jeunes Martiniquais emprisonnés à Fresnes. Dans un communiqué transmis à la press'e, les huit jeunes gens déclaraient : « En fin .iuillet quatre de nous douze étaient libérés et refoignaient sans inciden ts leur fo .yer ... « A UCUNe charge tle peut .fustifier un maintien el! détention préventive: il ne Peut s'agir que d'1m(J discrimination arbitrair. e... . cc C onformé1l1ent flllX espoirs de nos .iflmilles et de notre pellple, nous demandons notre libération immédiate ot{ notre .iuqement sans délai. » Trois des quatre jeunes g-ens remis en liberté provisoire ont été arbitrairement suspendus de leur fonction d'instituteurs. - LE DIMANCHE 11 NOVEMBRE 1963 Grand Bal traditionnel des Artisans et Fac, onniers de 16 à 24 heures dans les Salons de l'HOTEL MODERNE 8 bis, Place de la République Métro : République 12 .-------------------------------------------------------------------------------------------------------- LE PETIT MONDE 1 111111 1 111 1 11 1 11111111 11 1111 1 1111111 1 11 1 11111111 1 111111 11 111 1 1 1 1 1 1 11 11 1 1111 1 11111 11 1 11111111 '~ de Madame de SEGUR ENTRE 1857 et 1869 parurent une vingtaine de romans pour la jeunesse qui rend irent célèbres et son auMur et la co llection où elle les publio. On cite un mot de Mal raux qui assimile hâtivement le communisme à la bibliothèque rose. Dons Les Temps Modern.es, Pierre Bleton consacre une étude à J'oeuvre de Madame de Ségur. Il pense qu'elle est la moins fabulatrice des femmes, authentique témoin et rigoureux observateur de son temps, qu'el le reflète son monde, celui du Second t:r;~;;!re ove: le~ idées r~ues et les préjugés de sM temps, D'uh oeil neuf, Jiol parcouru les livres qu'à 7 ou 8 ons, je lisais, vibrante de i'espoir manichéen et jomais déçu que les bons seroient récompensés et les mouvais punis. A quaronte ons, j'ai été froppée par le chauvinisme ingénu de la brave Comtesse. Dons son oeuvre, tous les Français ont de superbees moustaches; ils sont beaux, généreux, intelligents et courageux. Ecou·· tons le zouav,e Moutier, combattant de la guerre de Crimée et personnage sympathique de l'Aube rge de l'Ange Gardien : « Il n'y a pas moyen de résiste'r il des Français bien commandés ... » I!s font un,e " marmelade» des Russes qui se sont pourtant battus comme des 1 ions et c;ui ont mis en fuite nos alliés anglais, en retord, selo'1 leur habitude « parce qu'~ leur rosbif et I·eur pouding n'étaient pas c.u its ». Héros atr istacratique et vertueux d'Après la Pluie, le Beau Temps, Jacques de Bel· mont vole ou secours de Pie IX, menacé dons ses Etats par des « hordes ;'é'lo:lItiannaines », quatre fois plus nombreuses que ses défenseurs. La victo ire des ponti· . ficaux sera assurée par l'ar rivée des vaillants soldats frança is qui s'engagèrent en masse. Foce aux étrangers, la race fro n · çaise triomphe tou jours. Des étrangers ridicules ... IL y a beaucoup d'étranger G.Jns les romans de Madame de Sé9ur. Qu'en pense-t-elle ;. Oh, ce n'est pas une femme violemment xénophobe, sauf peutêtre env,ers les Ang lai s, impopulaires à son époque. De ces « milord » immenses, aux grondes dents, toujours ivres, el le laisse entendre que leurs inte rventi ons dons ',es a ffaires de l'Europe sont impopulaires. Mois d'habitude, l'étranger est un sans-Iesou, un pique-assiette pué ril et touchant ; chassé de son pays , il trouvle dons le nôtre gîte, couvert et protecteurs écla i rés. Il est leu r bouffon, d iffé rencié jusqu'à la ca ricature par les tics et défauts prêtés à ses compatriotes. Les Polonais des Deux' Nigauds sont des géants aux habits râpés, pensionnés par la Fronce à t nente sous par jour ; il s s'a ccroche,nt aux b:Jsques de deux petits prov in ciaux qui , ovides de voir Paris, qui ttent leur compagne avec leur bonne Prudence et ne savent pas vayag,er. c Les Polona is espéraient voir récompenser leur persévérance à aider et à soute .. nir Prudence par une invi tation à dîner. » Ils sont souples, ingéni,eux.. flotteurs et musiciens comme tous les Slaves. (Suite de la première pagel Q. - Monsieur Raymond Kunéné, comment se présente actuellement la situation en Afrique du Sud? R. - La sit-uation est très .qrave. Ces jour~-ci SI est O1lvert à J ohannesbu.rg, le proces de 16.1 personnes accusées de « sabotage ». Parmi elles, il .'\1 a de nombrel~x dirigeants de l'A .N.C. qui risquent la peine de mort. Q. - Qu'entendez-vous par « sabotage »? R. - L' « Acte» sur le « sabota.qe » est un décret d'aPPlication des lois générales établies par V orster, le ministre de la Justice. Il est destiné à rendre inoffensifs les éléments hostiles ait .qolwernement. Le mot « sabotage » est pris, bien sûr, dans u.n sens très large, pltisque l'inscription de slogans 01/ la violation de propriété sont considérés comme actes de sabotage. Trente personnes ont été récemment condamnées ponr « sabotage », parmi elles, lm homme très populai're, le révérend Ble.~el. Ci/lq mille prisonniers pol-itiques croupissent en prison pour. avoir participé à lt11 meeting, pour aV01r protesté contre telle 011 telle loi, P01tr s'être rhmis même en famille, etc ... Ainsi Sisultt a été arrêté pOltr avoir reçu des amis venus Ilti exprimer leur sympathie lors dit décès de sa ~Hèr,e . Pour une « réponse satisfaisante » ,k Q.l v-oir Dreuc omuorsin sa ucxe st raicbcuunsaéusx ?pe uAviennsti, L'Italien Paolo de Francis le Bossu, qui fit pourtant dons son pays de bri liantes études de médecine est moins rusé qu'eux. Sur la foi d'une farce grossière, il se croit invité chez le ~ . Signar Comté dé Cémiané » et accou rt à son châ teau, sa luant et resaluant avec effusion tous ceux qu' il rencontre. Les se igneurs go ulais le neço ivent avec leur tact habituel, mois il a si peur de ne p:Js goûter à tous les plots qu' il manque de s'étouffer : un peti t Fronça is débarrasse à prap9~ sa gargle glouton ne d'un excès de gigot. En quelques mots, les Ecossa is du Bon Petit Diable sont eux aussi exécutés

ils ont toutes les tores

que l'Anglete rre leur prêto: superstitieux et arriérés, ils ont si peur des fées qu'i Is les appellent les Dames afin de ne pas les évoquer. Le démon baptisé « Bonhomme Noi r », terrarisee jusqu'ou prov iseur d'un collège. Et l'avarice proverbiale des Ecossa is - celle du Fronçais, tout aussi proverbiale, n'est jamais dépe inte - éclate dons une scène où la mère Mac-Miche cherche sa cassette comme Harpagon. Anti-nègre sans le savoir ... PAR Nicole de BOISANGERDUTREll partir, laisser Ramorador tout seul; moi vouloir ratt raper maîtres et monter sur vaisseau plus grand; mois grand va isseau tromper pauvre moi et aller en arrière ... » Il est vrai que les nègres des albums MADAME DE SEGUR est aussi ant inègre sa ns le savoi r. Après la Pluie, le Beau Temp's est le modèle d'un certa in ra cisme bonasse. On y voit le servi teur d'une famille blanche, ba ptisé Ramarador, nom de roi nèg re, vouer un culte à l'enfant des maîtres, Geneviève, cheveux blonds, yeux bleus, teint rose, l'ido le blanche du pauvre noir. L'arrivée de Ramorador dons la .Moi veux rouge a\'ec or, comme capitaine angla is. » (Page 'no..) cuisi ne d'-l châ teau où il vient retrouver « Pet ite Maîtresse » est un recueil complet de stéréotypes. On le c roit fou ou mécha nt, et pui s il faire rire tous les domestiques pa rce que 'ui -même rit et découvre « des dents blanches que son visage d 'ébène fait pa ra ître plus blanches encore ». Comique et lamp.ntable, il raconte son odyssée : « Moi, aimais beaucoup pet ite mam'se lle, très douce, très bonne pOur pauvre nègre .. . Moi partir avec maîtres à moi sur grand vai sseau ... Vai sseau Une illustration typique. de Ti ntin sont là pour donner à leurs pet its lecteurs « une impression co nfo rtable » Je cite des enfa nts interrogés là -dessus. De bonnes choses tout de même ET puis · Madame de Ségur dit bien des bêtises chauvines ou ra cistes, mois elle ne dit pas que ce la. El- Ie est doub le comme sa s ignature qu i m'a touj ours int riguée: Comtesse de Ségur, née Rostopchine. C'est la fille du gouverneur de Moscou qui, à l'arrivée des Fronçais de Banap:Jrte, incendia la ville en 1812. Elle n'est pas d'un seul pays. Elle a donné son prénom à 10 petite Sophie qui ne faisoit que des ma lheurs. Elle épouse passionnément la cause de la Pologne écrasée par la Russie tsariste qui est sa potrie. Un de ses héros les plus séduisants est un prince po lonais jeune et beau comme dans les contes, qU I fut déporté en Sibérie. Elle est aussi oux côtés de ces Lombards qui se firent écraser en 1849 par les troupes autrichiennes de Radetzki et omorcèrent l'unité itolienne. A ceux mêmes des peuples qu'elle n'aime pas et qu'elle rend ridicules, elle oppose honnêtement des compotriotes aussi bien doués q'ue des Françoi s. L' harpagonesque Mère Mac-Miche a pOur neveu, - Ecoss:J is lui aussi -, le spirituel et frondeur Bon Petit Diable. Comparons ce témoignage d'un temps révolu, tantôt drôle, tantôt morali sant et les bondes dessinées qui enchantent nos enfants. Elles exaltent la force et la brutalité, montrent des Indiens d'une cr~auté ~ auvage et des nai rs bien plus stupides que Ramoradar. Madame de Ségur apparaît comme un écrivain inoffensif et par in stants plein de santé morale. LI Allemand traité dl Arabe RESTENT dons son oeuvre deux passages assez révoltants. L'un concerne un jeune homme qui s'achète une conduite en s'engageant dons l'armée d'Afrique. Il port pour l'Algérie. Voici le récit du combat où il s'illustrera : « Un avant-poste annonça qu'un flot d'Arobes approchaient. En peu d'instants les deux escadrons furent sur pied ·et en rang. Les Arobes sortirent sons bruit d'un défilé ... Ils croya ient surprendre la place, mois oe furent eux qui furent surpris et enveloppés avant d'avoir pu se reconnaître. On en fit un massacre épouvantable. On y fit des prodiges de voleur ». Dons La Fortune De Gaspard, deux manufacturiers, l'Allemond Frolichein et le Français Féréor se font concurrence .et se haïssent . L'un- et l'outre veulent emboucher 'Gaspard, brillant su jet de l'école du village et viennent avec insistance le réc la mer à sa famil le. Je rapporte les propos tenus avec Thomas, père du jeune Gaspa rd : - Fou fe rrez cé gué jé fé roi te fo tre carçon, dit Froli chein . Il sera rige gomme le chuif t ' ici. Le père Thomas répond : - Nous n'avons pas de juif ici. Et Fro l ichein : - Le chu if, chéta is bou r rire. C'est le pet it f ieux, M. Vé réar. Alo rs le père Thomas en colè re : - M. Féréor n'est pas plu s juif qu' un outre. Je ne veux pas qu'un homme vien ne chez moi in sulter un François. A son tour I.e commis de Féréor rend visi te ou pè re Thomas et lu i conseille de se méfier de Frolichein.. « Prenez ga rde à cet Ara be, dit -i l. C'est un fou rbe. " Un monde où il ne fai sa it pas bon d'être juif ou orobe. DU SUD lors du long procès de « trahison », les j uges ont déclaré non-coupables tous les accusés qui étaient prisonniers politiques. R. - En effet, jusque-là existait en Afnque dl~ Sud lin semblant de justice. Et il arrivait que les tribunaltx bouleversent les décisions gOllvernementales. Mais d,epuis le mois de janvier dernier, U11 noltvcan décret établi par Vorster et bqptisé « loi sans procès », dépasse en Y'Lgueur toutes les mesltres déià prises. En vertn de cette noltvelle loi, toute pe1'S011t1e peut être O1'rêtée sans mandat ~'arrêt e.t sans acte d'accusation, et peut etre ma1Hte~l1fe eH prison sans interrogatoire pem/ant quatre-vinqt-dix iours jusqu'à ce qu'elle ait répondit de « façon satisfaisa1rte ». Relâchée au bOHt de quatre-vi~rgt-dix jonrs, elle pent de nolt' l!eau être .arr:êtée po-ur quatre-vingt-dix Jours et mnst de suite. Actuellement, trois cents personnes sont « gardées à Vlle » pour quatrevingt- dix fO ll rs. Bien sûr, ces qens sont isolés dans de petites cell1ûes sales et pleines de 'verm me. Ils ne p,euvent pas communiquer avec l' extérieur, 1;li avec leur famille, l'l'i avec leur avocat. Ils n'ont rien à lire, si ce n'est la Bible car les Verwoerd, Vorster et autres vont l'é.qulièrement au temple. f!ien. slÎr, pour obtenir une « réponse sattsfatsante » de ces accusés on utilise la torture, facilitée par les' conditions semi-secrètes de lenr arrestation; (on a parlé de ces cinq feunes Indiens qui avaient été frappés à coups de pied, soumis à d,es décharges électriques, suspendus la tête en bas, le corps maintenu dans un sac, piétinés). Un .:Jppareil de répression gigantesque Q. Maintenir un tel régime de terreur, de répression, de cruauté, cela suppose une puissance militaire, un appareil pol icier gigantesque? R. - En effet, l'A friqlte du Sud possède l'armée et la police les plus puissantes d'Afrique. Le budget consacré Il la défense atteint 78,S millions de l·ivres en 196~. L'armée, exclus'ivement blanche, compte 60.000 hommes conduits par des officiers formés dans les écoles militaires européemles. L'armée sud-africaine est dotée de chasseurs à réaction Mirage III, d'hélicoptères français, de chars, de blindés. Les forces de police se montent Il ~o.ooo h 01ll III es. La police est elle-même "enforcée d'mIe réserve composée de civils volontaires blancs toufoltrs prêts. Et eufin il existe des « commandos » de civils, arlllés et pris en char.qe par le qouvernement, des clubs féminins où les' femmes apprennent le maniement des arllies; les enfallts, les ét1!diants apprennent à tirer dans leurs écoles. Tous les blancs sont armés. J',ai là une photo représentant lme réclame POlt1' lm gaz lacrymogène : la vente en est libre pour les blattcs. On entreti,ent ailrsi wre psvchose de peur parmi la population. Et la tension monte de plus en plus. Tant que l'apartheid existera ... Q. - Bien sÎlr, votre lutte ne se limite pas à l'Afrique du Sud. Sur le plan international qu'envisagez-vous? R. - Tout d'abord, l'établissement de comités· dans tOILS les pays. Nous en avons en EU1'ope, en Asie, aux Indes. C es comités sont nécessaires pour informer l'opinion publique, lui faire prendre conscience des horreurs commises en A/1'ique dn Sud. Amener les gouvernemelÛS à prend're des mesures positives lors des sessions de l'O.N.U. par exemple. Et surtout, nous demandotls le boycott économique de l'Afrique dlt Sud, et la rupture des relations diplomatiques. Nous avons besoin de l'aide extérieure. N ottS devons balayer le racisrne, cette forme horrible d'oppression, de la surface de la terre. Tant que l'apartheid existera il domlera raison d'être aux racistes de l'Alabama, d'A tlanta, de Notting-Hill. Nous avons le droit de faire appel à t01lS ceu.~ Qui croient comme nous en l'éqalité des hommes. (Interview recueillie par Marguerite KAGAN.)

Notes

<references />