Droit et Liberté n°257 - décembre 1966

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°257 de décembre 1966
    • Nouvelle progression néo-nazie
      • Ou vas-tu Allemagne? par Alsaticus page1,4
      • Un coup de semonce par Pierre-Bloch
    • Encore des viols de la conscience publique! (presse raciste) par Armand Dymenstajn page1,6
    • Vietnam: contre le génocide
    • Pour une législation antiraciste (pétition nationale)
    • Choses vues aux Etats-Unis par Gilles Dreyfus
    • Elections (U.S.A.): l'intégration mise en cause par Jacques Helle
    • Jean Paul Sartre dénonce l'apartheid page1,8,9
    • Nelly Sachs prix Nobel: une voix qui accuse par Lionel Richard
    • Nîmes: des l ycéens enquêtent par Marguerite Kagan
    • Racisme et maladies mentales par D. Krzikowski
    • Noël de la faim par Jean Cussat-Blanc
    • Les grands écrivains contre le racisme par Jacqueline Marchand
    • Les livres: cinq cent ans d'esclavage: histoire des noirs aux U.S.A. par Herbert Aptheker
    • La solution? Roger Ikor répond à Albert Memmi

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

DECEMBRE 1966 Nouvelle • progression , . neo-nazle OU VAS-TU, AllEMAGNE 1 • La poussée néo·nazie en Allemagne Fédérale, annoncée par les élections de Hesse au début novembre, est plus que confirmée par les élections du 20, en Bavière. Certains feignent d'en être stupéfaits. Un éminent universitaire, qui signe ALSATICUS, analyse avec vigueur l'hypocrisie de cette stupéfaction de dernière heure. La renaissance du néo·nazisme est la conséquence logique d 'une certaine politique, pour· suivie avec obstination depuis vingt ans. PIERRE·BLOCH, ancien ministre, joint sa voix à ce cri d'alarme. On ne peut certes pas compter sur l'action d'une administration où tant de responsables sont d'an· ciens nazis, ni d'un gouvernement qu'est appelé à présider M. Kiesinger, hitlérien de la première heure, ex·collaborateur de Goebbels et de Von Ribbentrop. Mais les succès du N.P.D. ne rencontrent pas qu'étonnement ni indifférence. En Allemagne, des manifestations anti·fascistes ont eu lieu ; d'autres sc préparent en France (pages 4·5). Le Comité de Liaison contre l'apartheid a tenu en no· vembre, à Paris, une conférence de presse, pour dénoncer publiquement, chiffres à l'appui, les crimes du régime raciste de Prétoria et les cOmplicités dont il dispose. C'est JEAN·PAUL SARTRE qui, au nom du Comité, s'adressa à la presse internationale. Droit et Liberté publie en exclusivité le texte intégral de sa déclaration (pages 8 et 9.). Nos photos: A la gare de Johannesburg un train, pour DClirS, surchargé va partir (à droite). Tous les services, y compris celui des . colis (ci-dessus) sont divisés pOUl appliquer la sél:"régation. N· 257 Un franc Le mois prochain : NOUVELLE FORMULE! (Voir page 16) ENCORE DES VIOLS ... de la conscI• ence publique •1 L'acharnement raciste de Minute, et d'autres pu· blications de même espèce, ne désarme pas, malgré le ridicule où les a fait sombrer l' « affaire de Bagneux ». Ces provocateurs à la haine raciale ne doivent pas rester impunis. C'est pourquoi le M.R. A.P. a écrit au Procureur de la République ; c 'est pourquoi aussi il lance une pétition natiopale pOUl' imposer la mise en discussion à l'Assemblée des projets déposés depuis des années (pages 5 et 6). JEAN-PAUL SARTRE DENONCE L'APARTHEID A propos de •• « La Libération du Juif» •• ROGER IKOR REPOND A ALBERT MEMMI 20·X. - Dimitrios Tsafendas, meurtrier du Dr Verwoerd, est déclaré irresponsa· ble. Il restera en prison « tant que le président de l'Etat le jugera nécessai· re ». 22·X. - L'aviation américaine BOM· BARDE UNE ECOLE SECON· DAIRE à Thuy Dan (Nord·Viet· nam) : 40 tués dont 30 enfants. • Plusieurs milliers de personnes, en majorité des étudiants, manifestent con· tre George Lincoln Rockwell, alors que le chef du parti nazi américain, se dis· posait à tenir une réunion en plein air à San Francisco. 25,)(. - A Stuttgart, devant la Cour d'As· sises s'ouvre le procès intenté à quinze anciens S.S. et au directeur des services du travail obligatoire des juifs de Lvow (U.R.S.S.), accusés d'avoir assassiné de nombreux juifs. • 214 manifestants noirs parmi les· quels des enfants d'âge scolaire sont arrêtés

ils protestaient contre les mau·

vais traitements subis par les noirs dans des établissements jusque·là réservés aux blancs. 26.x. - La Chine expérimente une fusée à tête nucléaire. 27·X. - L'Assemblée générale de l'O.N.U. décide de révoquer le mandat de l'Afri· que du Sud sur le Sud·Ouest Africain par 14 voix contre 2 (Afrique du Sud et Portugal) et 5 abstentions, dont celle de la France. • Une patrouille américaine tire sur un groupe de civils au Vietnam: 8 morts, 7 blessés (pour la plupart des femmes et des enfants). 3().X. - Arrestation à New York de dixneuf membres de l'organisation d'extrê· me·droite, les « Minutemen » : trois d'entre eux appartenaient à la pOlice d'Etat (States Trogers). 5·XI. - « RATONNADES » DANS LES RUES DE TOULON : deux cents marins pourchassent les Algériens, à la suite d'une agres· sion contre un marin commise par trois Algériens. • Dix milles personnes manifestent €n plein centre de New York contre la guerre du Vietnam : des manifestations semblables se déroulent à Washington, Philadelphie, Chicago, Los Angeles, San Francisco et Pittsburg. • Le général Dietrich Von ChoItiz, qui fut commandant du « Gross Paris » en 1944, meurt à Baden-Baden, à l'âge de 71 ans. 6·XI. - Elections en Hesse : LES NEO·NAZIS GAGNENT HUIT SIEGES à la Diète. • Trois membres du Ku·Klux·Klan blessés par balles alors que le Klan tenait un meeting dans un quartier peu· plé de Noirs de Roanoke Rapides en Caroline du Nord. 8·XI. - Recul du parti du président Johnson aux élections américaines : 44 républicains de plus - en majorité ultraconservateurs - siègeront à la Cham· bre des Représentants. Plusieurs gou· verneurs racistes sont également élus. 9·XI. - Deux « néo-nazis », Reinhold Ruppe et Erich Lindner, sont condamnés à deux ans de prison par le tribunal de Karlsruhe : ils avaient projeté d'assassi· ner le procureur général de Francfort, trop sévère, à leur gré, à l'égard des criminels de guerre. • Sur appel du Parquet, deux anciens S.S., les frères Wilhelm et Johann Mauer, sont condamnés pour crimes de guerre, respectivement à douze et huit ans de réclusion, par la Cour d'Assises de Vienne (Autriche). 10·XI. - A la commission politique de l'O.N.U., les Etats-Unis rejettent une proposition demandant aux pays nu· cléaires de renoncer à l'usage des ar· mes atomiques contre les pays qui n'en possèdent pas. n·XI. - A Salisbury, M. lan Smith célèbre le premier anniversaire de « l'indé· pendance » proclamée par les racistes en Rhodésie. Par 94 voix contre 2 et 17 abstentions, dont la France, les U.S.A. et la Grande-Bretagne, l'O.N.U. demande que l'Angleterre ait recours à la force pour mettre fin à cet état de fait. l3·XI. - A la suite d'un attentat commis près de la frontière jordanienne, et qui avait causé la mort de trois soldats israéliens, Israël lance une opération de représailles en Jordanie. l6·XI. - A Darmstadt (Allemagne), deux mille personnes participent à une marche silencieuse pour attirer l'attention sur le danger que représente l'agitation néo·nazie. • Extradé du Ghana, le Dr Schumann, « expert » hitlérien de l'euthanasie, ar· rive à Francfort, où il comparaîtra devant la Cour d'assises. • A la Faculté des Lettres de Nan· terre, un commando du mouvement d'ex· trême droite « Occident » attaque des étudiants qui distribuaient des tracts : trois blessés parmi ces derniers. • 2.000 étudiants allemands défilent dans les rues de Bayreuth pour protester 'contre la renaissance du néo·nazis· me. l8·XI. - Plusieurs milliers de pero sonnes manifestent à Munic!: CONTRE LE PARTI NEO·NAZI N.P.D. qui voulait y tenir un mee· ting de clôture de la campagne électorale bavaroise. La direction du cirque Krone, où devait se tenir ce rassemblement, dénonce le contrat de location. qUE SE PASSE.T.IL NOBEL • Alfred Kastler 1 notre ami ... LE professeur Alfred Kastler, professeur à la Faculté de Sciences de Paris, directeur du groupe de spectroscopie hertzienne à l'Ecole Normale Supérieure de Paris, sera le 7 décembre à Stockholm, pour recevoir le prix Nobel de Physique. Ce sera la première fois depuis 1929, que ce prix sera décerné à un Français. Alfred Kastler, né en Alsace, fit ses études à l'Ecole Normale Supérieure. Nommé professeur à Bordeaux, d'abord dans un lycée puis à la faculté, il commença ses recherches sur l'optique spec- Photo Elie Kagan . Alfred Kastler, près de Charles Palant, lors d'un meeting du M.R.A.P. troscopique. Sa thèse, soutenue à la fin de l'entre-deux-guerres, sur l'étude des raies d'absorption de la vapeur d'iode, défraya assez la chronique scientifique pour qu'il soit nommé, en 1941, maître de conférences à l'Ecole ormaie Supérieure. C'est alors qu'il entreprit ses travau~ sur le « pompage optique », qui consiste à charger, par moyens optiques, les électrons d'une énergie supplémentaire qui leur communique une « excitation » riche de possibilités expérimentales. Le fameux laser réalisé simultanément aux U.S.A. et en U.R. S.S., doit beaucoup aux travaux du professeur Kastler. Au M.R.A.P., nous avons une raison supplémentaire de nous réjouir de l'honneur qui est fait à ce chercheur discret et opiniâtre : Alfred Kastler est membre du Comité d'honneur du Mouvement. Ce savant est aussi un démocrate, qui a des devoirs du citoyen la plus haute conscience· . Résistant de la première heure, il milita ensuite contre la guerre d'Algérie, et auj ourd'hui contre la guerre du Vietnam et contre l'armement atomique. Il s'opposa toujours aux mythes du « savant reclus » et de la « science-hors-du-monde-quotidien ». Le savant, estime-t-il, doit toujours rester dans son temps, notamment en étant aussi enseignant. Au nom du M.R.A.P., le président Pierre Paraf, Charles Palant, secrétaire général, et Albert Lévy, secrétaire national, ont envoyé à Alfred Kastler le télégramme suivant : « La fierté des antiracistes se confond avec la fierté de la nation tOttt entière. Vous adresSOl1S nos vives félicitations pOltr Prix Nobel ». MOYEN-ORIENT • L'attaque du 13 novembre LES incidents de frontière entre Israël et les Etats arabes voisins ont de nouveau atti ré l'attention de l"opinion sur l'e.:drême fragilité de la paix dans cette région du monde. Le nombre de plus en plus élevé de ces incidents, leur régularité et leur ampleur sont lourds de menaces pour l'avenir. On assiste à une sorte d'escalade dont personne n'est à même de tracer les limites. Les événements du dimanche 13 novembre sont à cet égard particulièrement significatifs. Ce jour-là, d'importantes forces israëliennes, appuyées par l'artillerie, les chars et l'aviation, ont pénétré en territoire jordanien où elles Merci au soldat a ... « SOpNa p»ie ar,r tcicolme ms'ein otintu dleit: e«n P aorugro tu ndee pmaéixti edre, eJusts ttircèes ept ieduex ,L itbrèesr téc o»n. .f. oSrmone à sa morale. Il fustige le matérialisme athée qui risque d'imposer la paix au Vietnam. Car, aussi pieux soit-il, aussi bon chrétien qu'il prétend être il sait faire la part des choses. On napalmise au Vietnam les jaunes qui sont aussi des rouges et « il » crie bravo, parce qu'il se trouve que les Américains sont « les ~ seUls Occidentaux a pouvoir défendre les frontières lointaines de la civilisation chrétienne II. Il fut un temps, un peu plus lointain, où il félicitait d'autres armées ~~ de pouvoir défendre, le plus à l'Est possible, les mêmes frontières. C'est un ~ homme charitable, qui brûle, sans jeu de mot, pour la « justice et la liberté ». Il exprime aujourd'hui un grand merci au soldat américain. Merci au soldat a ... , disait-il aussi au temps que j'évoque plus haut. ~ Mais qui est- « il » donc? Tout simplement Xavier Vallat. ~ L Et son article a paru récemment dans « Aspects de la France ». ~ Dé,;dém,nt n n, dé,,, p". Sanrn·til ion, ";;:':1: TOM. ! ont procédé à la destruction systématique des maisons dans trois villages. Cette opération dont l'envergure et le caractère ont suscité de violentes réactions dans tous les pays arabes a été justifiée, du côté israélien, par la « nécessité de mettre un terme aux activités terroristes et aux actes de sabotage auxquels se livrent des groupes armées arabes à partir du territoire jordanien et syrien ». Les observateurs y voient néanmoins d'autres raisons, non avouées qui s'inscrivent dans un contexte politique beaucoup plus large. Selon eux, l' « avertissement » adressé à la Jordanie visait essentiellement la Syrie qui représente, suivant l'expression du correspondant du « Figaro » à Jérusalem, « la prochaine cible des représailles israéliennes ». C'est aussi dans ce sens que l'attaque du 13 novembre est commentée au Caire et à Damas dont les dirigeants affirment leur ferme résolution « dl? riposter ensemble à tO'nte tentative israélienne d'agresser le territoire syrien ». En Israël même, le débat au parlement sur les évènements du 13 novembre, a été particulièrement agité et marqué par une vigoureuse mise en garde des députés comqlUnistes contre une politique d'aventure impulsée par des éléments extrémistes. Sur un plan international et notamment au Conseil de Sécurité, il est à noter que l'attaque israélienne a été condamnée sans équivoque par les quatre grandes puissances. Le représentant de la France, M. Seydoux, dont les prises de position ont très souvent été favorablement appréciées par Israël, a condamné sans équivoque l'action militaire décidée et exécutée par les « autorités israéliennes » qu'il considère comme « une violation de la charte et de la convention d'armistice ». Il est certain que ni les attentats, ni le représailles ne servent les intérêts des peuples du Moyen-Orient. Les haines ainsi attisées, le climat belliciste ainsi entretenu, favorisent le jeu des puissances économiques dont les intérêts résident dans le pétrole de cette région - et qui, de toute évidence, exercent dans les deux camps une influence néfaste, selon le célèbre adage : diviser pour régner. • Pour le dialogue DANS son « Carnet de Route », que publie « La Vie Juive » (organe de l'Association des Juifs originaires d'Algérie), l'écrivain Rabi évoque la réunion organisée le 25 mai dernier par les étudiants du Maghreb, où l'un des orateurs a invité l'assistance à dissocier l'antisémitisme de l'antisionisme, et à lutter contre l'antisémitisme en adhérant à des organisations telles que le M.R.A.P. « Là-dessus, écrit Rabi, une grande partie de la presse juive s'indigne, crie à la trahison, et dénonce le M.R.A.P. comme un agent de la pénétration arabe. Disons-le nettement, il s'agit là d'1me sotte et manvaise querelle. Je suis loin de partager les vues et les modes d'action de cette organisation, bien que, depuis la présidence de Pierre Paraf, le moltvement ait révélé Itn certain redressement · Mais les lieltx de dialogue sont si rares en France entre hûfs et Arabes, qn' on ne peut qlte se réjouir que les uns et les mttr.es puissent se trouver face à face, ne serait-ce qu'ait M.R.A.P. » Nous laissons à Rabi la responsabilité de ses aporéciations sur l'action générale du M.R.A.P. Nous n'en sommes que plus à l'aise pour souligner l'objectivité avec laquelle il fait justice des « élucubrations malveillantes » que nous avons nous-mêmes fustigées dans un récent numéro. FRANCE • Pas raciste, mais ... UN journaliste du « Figaro », Robert Lacontre, est allé enquêter à Fontenay- aux-Roses, où habitent une cinquantaine d'étudiants chinois, venus en France pour apprendre notre langue. Dans une r~sidence de 32 appartements, ces jeunes gens en occupent 14, achetés par leur ambassade, et ce fait suscite, de la part du reporter, une ironie d'un goût douteux. « Le vent d'Est soufflait de Fontenayaux- RQses », ésrit-il C •.• ) « J'ai assailli de qltestions mes frères blancs perdlts dans cette mer de Chine ... » Comme par hasard, il n'a pu recueillir que des propos hostiles : « C'est un mouvement perpétuel, lui a-t-on dit. Et puis, il n'y a pas plus difficile que de distinglter un Chinois d'un alttre Chinois ». Ou encore : « Avant, je n'étais pas raciste, m'avoue une jeune femme, mais maintenant, j'en vois trop. C'est là le problème ... » « Les propriétaires et locataires de l'immeuble sont Itnanimes, ajoute Robert Lacontre : il n'y a aucun contact possible avec eux » [[es étudiants]. Unanimes? Aussitôt après la parution de l'article (4 novembre), quatre copropriétaires écrivaient au « Figaro » le priant de publier un rectificatif: ' « Poltr notre part, nous avons été choqltés par le caractère raciste de cet article, affirment-ils. Les co-propriétair~ s et locataires des immeubles en questwn sont en effet mécontents de voir s'installer lme cité universitaire' dans l'ensemble prévu poltr une habitation à caractèr,e bourgeois. Ceci dit ces copropriétaires ne sont certain~ment pas racts!es et les propos rapportés dans votre Journal (. . .) en admettant qu'ils représentent, ce qui nous surprend, la pensée de l'un d'etc'!:, donnent ltnoe idée faus.se et inacceptable de l'ensemble des habûants de cet immeuble. « En effet, les étudiants chinois tiennent compte des remarques de leltrs voisins, ils s'efforcent de réduire au maximltm les inconvénients liés à la situation et de comprendre notre position. Contrair~ ment à ce que vous publiez, les étudtC! nts conversent volontiers avec les famûles, et, de notre côté, nous ne les tenot}-s a'lf'c1tnement pottr .responsables de la sûuatton. E'/It concluston, la question

  • Suite page 3.

--_....::-....::-_....::-....::-_--_....::-. DROIT ET LlBERTË MENSUEL H, rue des Jeineurs • Parla (1I"l Tél.: OUT. 09-57 Tarif des abonnements Un Bn : 10 francs AboDnement de soutien : %0 franCi ETRANOER Un an : 18 franci Oompte Ch. Poet.: 6076-91 Parll EN BELGIQUE : On peut se procurer Drott e' Ltberté, ou s'abonner, au siège d.es Amis de Drott et Ltberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelletl 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'HOtel· des-Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364-15 du M.R.A.P., 15, Square Prince-Léopold, Bruxelles·2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annueJ. : 100 PB. Abonnement cie soutIea : 1110 PlI. ~ Journal compoeé et Imprfm41 ~ por des ouvriers syndique. B.P.J:.C. - ChAtealU'OU% La Directrice de publication : S. BIANCIlI (Suite de la page 2) tie l'installation d'mIe communm!té d'étudiants dans un immeuble de caractère bourgeois serait la même, quelle que soit la national'ité des étudiants ; elle ne regarde en tout cas que Les p'ropriétaires. » En réponse, les signata ires ont l'eçu une diatribe de M. Lacontre, où il est dit notamment « qt!'il faut avoir l'esprit bien tortueux pOftr croire qu'il ,est désobligeant d'écrire qu'il est difficile de distinguer tin Chinois d'un aut're ... » Les choses n'en sont pas restées là ... " Mimûe », spécialiste de toutes les « invasions » qui nous menacent, ne pouvait pas se désintéresser d'une telle affaire. Cinq de ses photographes et reporters se sont rendus le 18 novembre dans l'immeuble menacé par le « péril jaune ». Ils ont provoqué des incidents, et même une bousculade a eu lieu. La police, alertée, est intervenue, emmenant au commissariat les journali stes. Sans doute vont-ils maintenant traiter du problème à leur manière habituelle ... Etranges conceptions de l'hospitalité et du rayonnement de la culture françal• s e 1.. .. POSITIONS • La vie 5/ arrêterait DANS un récent numéro, l'Echo de la Mode publie une étude cou rte, mais fort bi en documentée, sur l'immigration étrangère en France. Cette étude, appuyée sur une base statistique précise, s'accompagne d'une prise de position v igoureuse : « A notre grande honte, il faut bien avouer que beaucoup d'entre nous, hélas ! n'en sont pas à une contradiction près : ce sont souvent les mêmes qui, passant de belles vacances à l'étranger, se laissent aller à parler d' « invasion de la France », disant « qu'on ne se sent plus chez soi », et affectent une condescendance qui va jusqu'au mépris vis-à-vis de ces gens venus ici pour vivre décemment » ... « ... Peu de gens ont compris que l'arrivée des travailleurs étrangers chez nous (comme dans les autres pays évolués, d'ailleurs), correspond à une nouvelle forme de servage. Ils sont plus de deux millions en France, sans compter les travailleurs saisonniers· Imaginez qu'ils décident tous ensemble, brusquement, de ~uitter notre pays. Que se passerait-il. Une catastrophe sans précédent

la vie, pratiquement, s'arrêterait.

Il n'y aurait plus de construction ; la m~tallurgie ne s'en relèverait pas ; les mll1es en seraient bouleversées ; les betteraves, le riz et la vigne pourriraient sur place ... » • Le juit Ehrenbourg DANS La Presse nouvelle hebdomadaire, l'écrivain soviétique I1ya Ehr~nbourg répond aux questions de Jean Llberman, et particulièrement à la question : « Que signifie au juste pour vous : être fuif ? » -:- « Pour moi! ~tre juif, c'est ne pas renter la solldantl' avec ceux qui sont SOllVe11t injustement persécutés on lout au moins dans l'incapacité de faire ce qu'ifS veu?r;n.t. A 70 ans, j'ai dit il la radta !o,!-,letzque : « Tant qu'il y aura uIJ, ar1.t l sel~lI~e au monde, je sel'ais juif ». C etmt dzcte par le sellS de la dignité humaine. « Si l'on peut rompre sa solidarité avec les .forts et les persécnte1frs, on ne pent l'enter celle qni vous lie aux faibles aux persécntés. ' « Ma langue est le russe et mes parents l~e 7!0ulaient pqs que je comprenne leur YIddIsh. Dès enfant, j'étais athée et la synagogue n'est pas meille1we pour n~o{ que l'églis~ 011 la mosquée. Ainsi je n flt pas. de lte":s .cultur'ifls particuliers (Je. n~, ,lzs le 'y!ddl~h gu en traduction) mats] epro1tve ce hen de la digl1ité ». NIGERIA • A qui la faute? TROUBLES raciaux au Nigéria : mille morts, peut-être davantage, en moins d'un mois. Tout le pays est traversé de colonnes de réfugiés : chaque ethnie, Haoussa et Poulbés musulmans, Yoruba et Ibos animistes du Sud, se replient vers sa région ancestrale. C'est l'unité même du pays qui est en cause, et les chefs politiques et militaires tentent désespérément d'éviter son éclatement. Chez les conlmentateUl-S occidentaux. une réaction domine, quelquefois avouée, et presque toujours latente : ces indigènes sont décidément incapables de s'entendre et de se gouverner ; d'ailqUE SE PllSSE-T-IL ? VIETNAM: «CONTRE LE GENOCIDE» Le Bureau National du M.R.A.P. a rendu publique la déclaration suivante DES témoignages directs sur la guerre atroce qui sévit au Vietnam sont parvenus au Bureau National du M.R.A.P., apportant un complément dramatique aux informations déjà parues dans la presse. Chaque jour, se poursuit et s'étend le martyre des populations vietnamiennes, écrasées sous des bombardements plus terribles que ceux de la seconde guerre mondiale, brûlées par ·le napalm, chassées des habitations et des ·écoles détruites, déportées, au Sud, dans ,les villages de regroupement sous contrôle militaire, vouées à la faim, à la peur et à la mort. ,Au Sud-Vietnam, dans des hôpitaux misérables, des milliers et des milliers de blessés civils, ,dont beaucoup sont des enfants, succombent faute de soins de médicaments, de transports, et aussi parce que les médecins ne sont qu~ 800 à 1.000 pour 15 mi'lIions d'habitants. rOes dizaines de milliers d'autres enfants, orphelins ou ·abandonnés, connaissent ,le dénuement physique et moral ,le plus effroyable. Dans un pays mis à Ifeu et à sang par les méthodes les plus inhumaines, c'est un peuple tout entier qui se trouve menacé dans sa vie même. Le Bureau National du M.R.A.P. exprime son émotion profonde et souligne que ce drame concerne tous les hommes dignes de ce nom. Nul ne peut accepter sans 'douleur, sans colère, qu'en plein 20' siècle, après ·l'extermination de 6 millions ,de juifs et de 40 millions d'autres victimes du nazisme, après le sacrifice de 8 millions de Coréens et ,d'un million d'Algériens, après ,les 100.000 morts d'Hiroshima et Ide Nagasaki , s'accomplissent ainsi une nouvelle hécatombe, un 'nouveau génocide. Trop de haines ont été déchaînées, trop d'exactions perpétrées contre les peuples d'Mrique et d'Asie apprimés par 'le régime colonial. Trop longtemps, le mépris raciste entretenu à l'égard de ces peuples a permis de justifier ou de faire accepter leur misère, leur maintien dans une condition inférieure, les massacres d'innocents. Le Bureau National demande avec force 'que cessent immédiatement les bombardements ,au Vietnam et que soit recherchée avec sincérité une so'lution pacifique, fondée sur le respect des accords de Genève, le retrait des armées étrangères, le droit reconnu à chaque nation de se donner le régime et le gouvernement de son choix. Le peuple vietnamien, en guerre depuis 20 ans contre l'oppression, a le droit de vivre indépendant et libre . Il a droit à la paix. /PARIS. le 2 novembre 1966.

  • La situation' au Vietnam ne cesse de se dégrader. Selon un avis « autorisé »

des milieux gouvernementaux américains, le nombre de soldats américains pourra être porté, dans ,les mois à venir, jusqu'à deux millions. Le New-Yor,k Times estime pour sa part que l'ordre va être incessamment donné de bombarder les grandes concentrations urbaines nord-vietnamiennes. Mais les raids sur le Nord deviennent de plus en plus dangereux, ,et plusieurs journaux font état ,de ,la pénurie de pilotes pour ce genre de travail. Cependant les incident raciaux se multiplient depuis quelque temps entre Américains et troupes sud-vietnamiennes. tes premiers s·e montrent « méprisants " vis-à-vis de leurs « alliés ", rapportent les agences de presse. A Hon Quan, à 110 kilomètres au sud ,de 'Saïgon, une bagarre entre « alliés» provoqua la mort d'un officier américain; en représailles, un soldat sud-vietnamien fut roué de coups. Un groupe de SudNietnamiens défonça alors, au moyen de véhicules blindés, le mur du 'foyer où les « bérets verts » américains étaient au repos, et ouvrit le feu à coups d'armes automaUques. Le même jour, à ,An Loc, au nord de Saïgon, des coups de feu furent échangés entre Américains et Gouvernementaux sud-vietnamiens. leurs ils sont raci stes : ils se détestent entre eux ... La réalité est autrement complexe, et les véritables responsabilités, lorsqu'on y regarde' de plus près, sont ailleurs. La Nigéria fut colonie anglaise ; ses frontières sont tout aussi arbitraires que celles de tous les pays d'Afrique : tracées au gré des négociateurs européens qui se partagèrent le continent à la fin du siècle dernier, sans le moindre souci des r éalités ethniques, linguistiques, culturel1 es~ ni religieuses. conscients cie la virulence des germes laissés, à son départ, par la colonisation classique, qu'ils avaient cléciclé, en mai 1963, lors de la Conférence constitutive cie l'Organisation de l'Unité Africaine, cie ne jamais poser entre eux cie problèmes d'ethnies ni cie frontières, pour éviter cie faire sombrer le continent dans une anarchie insoluble. Mais l'Afrique est le camp de tont de rivalités que cette résolution a du mal à empêcher des conflits d'ailleurs soigneusement attisés. Ce n'est pas un hasard si les troubles éclatent en Nigéria au moment où la nouvelle équipe au pouvoir venait de mettre à l'ordre du jour l'unité OI'ganique du pays. Car n'oublions pas que la Nigéria est productrice, entre autres richesses, de pétrole - 22 millions de tonnes par an - dont les puits sont propriété exclusive des Compagnies pétrolières internationales. Et chacun sait, par expérience, qu'un jeune Etat qui réussit à se donner un pouvoir central fort devient tout cie suite plus exigeant avec ceux qui exploitent ses richesses. 3------ NOS DEUILS C'est à la suite d'une longue maladie contractée dans les camps de concentration que s'est éteint Rémy ROURE, à l'âge de quatre-vingt-un ans. Membre des groupes « Liberté » et « Combat » et du réseau d'évasions « Bordeaux - Loupiac », i! fut grièvement blessé, arrêté et torturé en octobre 1943 avant d'être déporté à Buchenwald, puis à Auschwitz. Il était compagnon de la Libération et médaillé de la Résistance, grand officier de la Légion d'Honneur et titulaire des Croix de guerre 1914-1918 et 1939- 1945. A différentes reprises, Rémy Roure avait témoigné son soutien aux campagnes du M.R.A.P.

  • Nous apprenons avec douleur la mort à

la suite d'une longue maladie, de Chil ARONSON, à l'âge de soixante-dix ans. Très connu dans le monde des arts et du spectacle, critique artistique de « La Presse Nouvelle », Chi! Aronson avait, à diverses reprises, collaboré à « Droit et Liberté ». Que sa famille et ses amis trouvent ici l'expression de nos condoléances émues.

  • C'est avec émotion que nous avons appris

la mort subite de M. Eugène HENAFF, secrétaire général de l'Union des Syndicats C.G.T. de la Seine. Engagé dès les premiers temps de l'occupation dans la Résistance, Eugène Hénaff était lieutenant-colonel F.T.P.F., chevalier de la Légion d'Honneur, titulaire de la Médaille de la Résistance, de la Croix de guerre avec palmes et de la Médaille de la Victoire décernée par l'U.R.S.S. Eugène Hénaff avait fréquemment participé aux manifestations organisées par le M.R.A.P. et témoigné sa sympathie à notre action. Une délégation de notre Bureau National a participé à ses obsèques.

  • Nous apprenons avec émotion la mort

de l'écrivain Henri HERTZ, « l'un des écrivains les plus originaux de notre temps », écrit Jean Cassou. Il honora souvent « Droit et Liberté » de sa collaboration. Nous exprimons nos sincères condoléances à Mme Hertz et à sa famille.

  • Nous avons la douleur d'annoncer la

mort de notre amie Céline Kon, diffuseuse de « Droit et Liberté » et militante active et dévouée du M.R.A.P. Nous exprimons nos très sincères condoléances à sa famille.

  • L'U.J.R.E., section de Strasbourg,

et l'association « L'enfance heureuse » de Strasbourg ont le profond regret de vous faire part de la perte cruelle qu'ils viennent' de subir en la personne de leur ami et président M. Georges BWCH, décédé le 12 octobre 1966. Ancien combattant, ancien déporté à Dachau, M. Georges Bloch était officier de la Légion d'Honneur, titulaire de la Croix de guerre 1939- 1945, de la Médaille de la Résistance et de la Médaille Militaire. La disparition de cet ami dévoué et de ce président respecté sera profondément ressentie. L'Angleterre, comme chacun sait, organisa un n}odèle de colonisation, puis de décolonisation « intelligente » ; ell e a ppliqua, avec une science consommée, le principe vieux comme le monde : « diviser /Jollr régner ». Elle exacerba partout les différences tribales, jusqu'à les transformer en antagonismes inexpiables. En N igéria, comme au Kénya, ou en Ouganda, plusieurs tribus cohabitent, à peu près égales en nombre. Londres octroya donc, en même temps que l'indépendance, une constitution sur mesures qui donnait le maximum d'importance à ces divisions tribales, aux dépens d'un gouvernement central écartelé, et impuissant dès qu'il s'agit de prendre des mesures d'intérêt national. L'ancien colonisateur est certain que ses intérêts ne seront pas touchés avant longtemps. Dans toutes ses ex-colonies, l'Angleterre a ainsi laissé des germes de conflits qui empêchent l'indépendance de se concrétiser. On l'a vu à Chypre, aux Indes, où la division Hindoustan-Pakistan fut créée de toutes pièces, transferts de population à l'appui, ct où fut délibérément la issée la pomme de discorde -qu'est le Cachemi re. On l'a vu au Kénya, au Soudan, en Ouganda. et maintenant au Nigéria, A illeurs, lorsqu'un tel jeu n'est pas possible, lorsqu'une ethnie est nettement majoritaire, la « décolonisation » angla ise crée au contraire des fédérations contre nature, grosses de conflits ethniques futms. Elle fédéra ainsi les cieux Rhoc1ésics ct- le Nyassaland ; ce fut un échec. La l\lalaysia. par contre est - du point de vue britannique - une réussite : quatre territoires, S ingapour, Cà population chinoise) et Nord-Bornéo (à population indonésienne) sont « fédérés à la Birmanie, malaise, selon un pl-incipe « démocl-atique », aussi fallacieux que le raisonnement de certains pseuclo-démocrates américains qui affirment qu'après tout la « minorité» noil-e doit s'incliner devant la « majorité» blanche. LES JUIFS DE PARIS SERONT NOMBREUX LE 24 DECEMBRE 1966 Les jeunes Etats africains sont si (DE 21 HEURES A L·AUBE) AU 22e GRAND BAL ~NNUEL DE L'UNION DES ENGAGES VOLONTAIRES ET ANCIENS COMBATTANTS JUIFS S9 .. 4S qui aura lieu dans LES SALONS DU PALAIS D/ORSA y Deux grands orchestres, nombreuses attractions TOMBOLA - BUFFET - SOUPER Entrée: 18 F. Réservation et renseignements au Siège de l'Union, 58, rue du Château d'Eau, Paris 10', Téléphone: 607-49-26. oC ou CA y est! La gestation est terminée, le monstre est sorti du sein qui l'a formé. Le néo-nazisme - parce qu'il faut l'appeler par son nom - est né en tant que parti politique ayant pignon sur rue et voix au chapitre, et ceci au parlement de Hesse, du pays le plus « rouge » de la fédération des Lander (pays) allemands, c'est-à-dire de l 'Allemagne occidentale. Le monstre a été longuement couvé. Son premier parrain fut Adenauer, du fait qu'il appela à travailler dans son équipe gouvernementale des nazis de premier plan comme Globke - ancien chef d'Eich· mann et inspi rateur des lois anti·juives -, comme Oberlander, ancien massacreur des Juifs en Pologne, à la tête de son bataillon portant le nom poétique de « Rossignol " ! La sève nourricière prodiguée au monstre, ce fut cet esprit militariste et chauvin qui n'a pas été extirpé en Allemagne de l'Ouest et qui devint de plus en plus PROGRESSION NÉO. NAZIE EN , BAVIÈRE Tout Ile monde s'y attendait après leur succès du 6 novembre dant l'Etat de Hesse, les néo.nazis allaient remporter, aux élections du 20 novembre en IBavière, un succès encore plus grand. Les chiffres n'ont pas démenti cette prévision unanime, bien au contraire. M. Von Thadden, le « führer}) du N.P.O., 'escomptait huit ou dix élus; il en gagne quinze, qui siègeront à la Diète de Munich. En un an, depuis Iles élections législa. tives de 1965, Ile 'pourcentage des suffrages donnés au parti néo-nazi passe de 2,7 % à 7,4 % des suffra. ges exprimés. Sur un total de 6.810.000 inscrits que compte l'Etat de Bavière, cela Signifie près de 500.000 voix. Cette progression s'est faite aux dépens de plusieurs petits partis, et notamment des libéraux, qui constituent la droite classique. Les deux grands partis, chrétien·démocrate et social-démocrate, voient leurs positions inentamées; il n'empêche que ce regroupement autour du N.P.O. de l'électorat mécontent des jeux parlementaires s'avère de plus en plus inquiétant. substantiel , renforcée qu'elle était elle même par la politique de guerre froide de Bonn. Au surplus le monstre reçut un père nourricier : la Bundeswehr avec les trois anciens serviteurs du nazisme Speidel, Heusinger et Fôrtsch. Pourq'uoi se cacher ? Au début, la nouvelle armée allemande fut déguisée en bon enfant, le soldat ne devait être autre chose qu'un « citoyen en uniforme ". Aujourd'hui par suite de la sollicitude caporaliste des von Hassel Trettner, Panitzky, sans oublier les chefs de la marine, la formule est renversée de telle sorte que tous citoyens allemands y compris femmes, adolescents, vieil- QUI EST KIESINGER? Elu au troisième tour de scrutin par 137 voix contre 81, M. KurtGeorg KIESINGER, ministre, président du lancl cie Bacle Wurtemberg, ancien collaborateur cie Goebbels et Ribbentrop, clevient ainsi officiellel111. ent canclidat clu groupe parlementaire chrétien démocrate (C.D.D.) à la succession de M. Ludwig Erharcl comme Chancelier cie Bonn. Kurt-Georg Kiesinger a adhéré au parti nazi en 1933, au moment de l 'arrivée cie Hitler au pouvoir. En 1940, il dirige la visite en France d'un groupe cie journalistes des pays alliés clu Reich ou occupés par la Wehrmacht. A Amiens, Toul, Orléans, Nancy, Strasbourg et Paris, il leur fait l'apologie clu nazisme et des « bienfaits» qui en résultent pour la France. Collaborateur « scientifique » cie Ribbentrop, il est nommé chef cie l'office cie liaison entre son ministère (Affaires Etrangères) et celui cie Goebbels (Propagande). En 1941, il crée en Grèce un émetteur raclio « Patris » char?,é principalement cie la diffusion cl émissions hitlériennes. Il réussit fort bien clans ce domaine et en 1942 est promu au conseil cI'administration de l'A.G. VAS - lards doivent être ligotés dans l'uniforme comme dans une camisole de force. Ce sont les fameuses « lois d'urgence • en partie déjà votées qui sont les instruments destinés à transformer toute la population en militaires. A l'ombre de ces lois en préparation et de décrets encore plus secrets et plus mystérieux : appelés « Schubladengesetze " ( lois de tiroir) parce que encore cachés dans les tiroirs, lois dont le ministre de l'Intérieur a reconnu qu'e!les ont fait pâlir ceux qui les avaient vues, le travail politique des néo-nazis a pu être organisé avec méthode. Une fois la dissolution, imposée par Bonn, du parti nazi, la « Deutsche Partei ", dissolution prononcée il y a une dizaine d'années, ses anciens membres s'étaient réfugiés dans les partis de la C.D.U. (chrétien-démocrates) et de la F.D.P. (libéraux), où ils renforcèrent d'abord les ailes droites respectives pour envahir finalement tout le parti. Aujourd'hui ce camouflage n'est plus nécessaire, le climat R.F.A. créé par Adenauer et les siens est tel, que les nazis peuvent jeter le masque et montrer leur vrai visage. Prudents et rusés, sans réussir toutefois à cacher la botte prussienne, ni la grandiloquence pan germanique, ils ont d'abord tâté le terrain, et cela dans le pays qui, de tout temps, fut favorable au nazisme : en Bavière. La première manifestation publique des néo-nazis fut cette fameuse commémoration au cimetière de Landsberg, où sont inhumées quelques « victimes" (sic !) nazies condamnées à mort par le Tribunal Interrallié de Nuremberg. Qui pourrait chercher noise à une pieuse manifestation du souvenir aux morts ? .. Comme ce ballon d'essai ne fit sensation ni dans la presse allemande, ni dans l'étrangère, mais eut Simplement des échos divers, on put s'aventurer davantage. L'occasion en fut donnée l'hiver dernier par des élections communales en Bavière. En effet, dans plusieurs local ités franconniennes autour de Nuremberg, les néo-nazis purent enregistrer du premier coup jusqu'à 10 % des voix et conquérir un nombre appréciable de sièges, voire quelques postes de maires. A partir de ce moment, et profitant du désarroi causé par la crise de l'armée et du gouvernement de Bonn, les néonazis relevèrent la tête. Pourquoi se cacher encore quand les équipes gouver· nementales ont échoué et que tout le monde aspire à la venue d'un sauveur, d'un « homme fort " qui redresserait la situation ? Aux élections de la Rhénanie, du printemps dernier, on s'est encore abstenu de déployer le drapeau nazi, mais le dimanche 6 novembre 1966 au élections de Hesse, bastion social-démocrate solide, les néo-nazis enlèvent du premier coup presque 10 % des voix et conquièrent 9 sièges sur 97. Certes, cela ne fait pas encore basculer la majorité, 52 voix rouges ou rougeâtres, mais cela gênera grandement les travaux parlementaires, car des nazis siègeront dans toutes les commissions et seront au courant de toutes les intentions du gouvernement qu'ils cherchent à renverser. Et puis, ce succès en Hesse est un encouragement aux nazis des autres Landers

toutes les timidités se dissiperont

et ils feront claquer au vent leurs éten- Inter-Raclio, organisme de propagande nazie à destination des pays occupés, que l'O.K.H. (haut cOl11l!11andement cie la Wehrmacht) cléfinit comme « ~tn élément de première importance pour la conduite de la guerre ». M. Kiesinger, qui reconnaît avoir été membre clu parti nazi, s'estime « blanchi » llarce qu'il l'aurait quitté en 1934 apres l'assassinat cie Roehm perpétré par la S.S. Comment se faitil alors qu~il ait participé cie façon aussi active à la propagande nazie ? Pourquoi, après la défaite d'Hitler, a-t-il été « interné pendant dix-huit mois comme criminel de guerre au camp cie Ludwigburg pour ses activités au ministère des Affaires Etrangères ? ». TU, ALLEMa UN COUP DE SE~ONCE NOUS avons souvent dit qu'il nous restait le droit d'être à l'égard de 'la République Fédérale Allemande et du peuple allemand un peu plus scejJtiques que le sont tels ,de nos anciens alliés, un peu plus méfiants que n'ous le sommes à l'égard de tels autres de nos partenaires internationaux; tout cala a été dit, répété. / Souvent, des esprits soi-disant avertis nous ont reproché comme un excès, voire comme une médiocrité, ces réserves de méfiance et de scepticisme que nous gardions à l'endroit des Germains, blonds 011 bruns, nos voisins. Quand nous parlions de la « renaissance du nazisme ", nous rencontrions des sourires voilés ou des silences à peine polis. Avions-nous tellement tort dans , nos réserves? La vérité cruelle vient d'éclater comme un coup de tonnerre. Dans une période calme où l'Allemagne ne connaît pas de crise économique, 24 députés néo-nazis viennent d'être élus dans des consultations électorales locales. D'où vlient-il? D'abord, qUloi que l'on en dise, le peuple allemand prétendait contre toute vraisemblance avoir ignoré les horreurs des camps de concentration. Aujourd'hui , dans certains milieux, on en vient à la négation pure et Simple. Des livres abominables essayent de montrer que les victimes furent souvent les complices des assassins. EN France même, de bon apôtres de la cOlllaboration n'ont guère attendu pour atténue'r sinon pour nier et même pour justifi-er, sans se soucier de leurs contradictions, les crimes nazis. Un journal quitidien allemand « National Zeitung " vient -de publier sur six co,lonnes un gros titre : « Les juifs empoisonnent l'opinion 'Publique mondiale ". On croit rêver; les dirigeants de lia République allemande peuvent pousser des hauts cris, mais nous affirmons 'que la République de Bonn, qui réclame ,la libération des criminels de guerre, porte sa responsabilité grave dans les événements d'aujourd'hui. par PIERRE .. BLOCH Président du Comité Français d'Auschwitz Ancien ministre Chez nous, ceux qui s'expriment avec nostalgie sur le traité fra nco-allemand, ceux qui sont allés là Hambourg pour célébrer les traditions militaires allemandes n'ont-ils pas aidé à la renaissance du nazisme? Est-ce que 'le discours du Général de Gaulle aux élèv,es officiers de Hambourg n'a pas favorisé cette renaissance du nationalisme allemand? Et aujourd'hui, est-ce qu'on ne frémit pas à la pensée que l'arme atomique pourrait être entre les mains d'une armée al'Iemande, 'dirigée par les revanchards nazis? OUI, il faut répéter que la littérature néo-nazie, ainsi d'ail'Ieurs que les oeuvres des dirigeants hitlér-iens circulent au grand jour. Une vingtaine ,de maisons d'édition, indépendamment de nombreux particuliers, s'occupent exclusivement de la diffusion ,de cette littérature. Les éditeurs sont en liaison avec des chaînes de clubs (Buchgemeinschaften), une cinquantaine au total, ce qui permet une très large diffusion de ,la littérature dont il s'agit. A de 'rares exceptions près, ,les autorités de Bonn ont jusqu'à présent négligé d'appliquer les lois et règlements qui leur permettraient da combattre la diffusion de cette littérature. Ceci bien que le parti social-démocrate et ,le cerole de Grunewald, en particulier, ai'ent en maintes circonstances, souligné ,le danger que la diffusion de la -littérature néo-nazie faisait courir aux institutions démocratiques en Allemagne. Gomme il se doit, cinq maisons d'édition sont uniquement occupées à la réédition de « Mein Kampf " et ,des théoriciens du nazisme, tels que Ribbentrop, Rudolf Hess, etc ... L'objectif poursuivi est essentiellement de démontrer aux Mlemands et au monde que ce n'est par le führer qui a voulu et provoqué la guerre, mais les juifs et les résistants anti-nazis. Hien entendu, le thème selon 'lequel les atrocités commises dans les camps de la mort sont de la pure invention malveillante, ne manque pas d'être développé. Aujourd'hui même l'ignoble livre de !Paul Rassinier, condamné en France, vient 'd'êt~e édité et distribué en Allemagne_ Tel 'est le bilan vingt-deux ans après! Devons-nous penser que le sacrifice de nos martyrs a été inutile? tes anciens de -la Résistance et des camps de concentration ne peuvent le cr.oire. Mais alors un redressement est indispensable et la petite cohorte des survivants, fidèle au souvenir de millions de morts adressent un solennel avertissement au pays, aux pouvoirs publics, à l'opinion internationale. darts comme au temps de leur Führer adoré. Le prochain « Land » à élire son parlement régional sera la Bavière; sans êt're prophète, on peut prédire aux néo-,lClZis un succès deux fois plus grand qJ'en Hesse. La campagne électorale ne présage d'ailleurs rien de bon. Elle est menée avec la vieille démagogie hitlérienne, en exploitant le mécontentement général de la population, qui commence à s'alarmer de la hausse des prix, dE: l'arrêt -JéS constructions, d~ l'augmentation des impôts, du démantèlement de la Sa8urit5 Socir,le, de l'insécurité générale due à la guerre froide, de la course aux armements, du régime policier à l'intérieur, de l'interdiction de toute relation avec l'autre Allemagne etc. ; les néo-nazis prétendent que tous ces problèmes ne sont pas résolus parce que Bonn serait trop mou, qu'il faudrait une homme fort pour les résoudre. Et ils trouvent un écho approbateur dans une population qui malgré deux échecs Cinglants n'a pas encore abjuré sa foi en la force_ Appel à « l'homme fort » Le vieux et sénile Adenauer et son équipe, faisant leurs les principes de Bismarck, Guillaume Il et Hitler, ne voulaient négocier avec les Russes que quand « nous (les Allemands) serons armé~ jusqu'aux dents ". Cette politique est aujourd'hui en faillite et la crise gouver· nementale a précisément éclaté parce que Ehrhard, l'exécuteur du testament d'Adenauer a voulu la continuer. La nostalgie de l'homme fort fait son apparition après chaque accès de désespoir. Cet appel à l'homme fort émane en particulier de la jeunesse universitaire : 20 % des 5.000 étudiants de Giessen en Hesse seraient des adeptes néo-nazis, prétend, non sans inqUiétude, le recteur de cette université. Il paraît Ique le mouvement nazi gagne rapidement du terrain dans les universités. L'autre jeunesse. les étudiants socialistes et libéraux et les jeunes syndicalistes sauront-ils endiguer ce nouveau torrent brun ? Rien n'est moins sûr, car par nature, la jeunesse est portée à la force, aux solutions extrèmes ; elle n'entrevoit pas les sui · tes funestes qui risquent d'en résulter et en particulier la jeunesse allemande a été de tout temps sensible aux appels à 1.) force brutale. Si nous comparons les débuts des néo· "l1lzis actuels à ceux de leurs ancêtres hitlériens, le parallélisme nous frappe. Hitler avait commencé plus petitement: son mouvement a été obligé de s'éclipser par moments, le Führer et ses aco· Iytes ont même été en prison, le nazisme est entré en clandestinité, d'où il sortit cependant grandi et plus conquérant qu'auparavant. Les néo-nazis, en tant que groupement, n'étaient pas non plus très nombreux au début. Mais ils se sont développés peu à peu sous le ciel clément de l'ère Adenauer_ En effet, celui-ci a appelé bon nombm d'anciens nazis aux fonctions les plus hautes de l'administration, de la juridiction et de l'armée. Tout naturellement, les néo·nazis ont joui de la protection des anciens. Ils n'ont ja· mais été gênés dans leurs activités, quelquefOiS même bruyantes. Détail pittoresque : les groupements de jeunes réactionnaires ou restuuratifs ont été subventionnés par 30l1n, alors que les groupements de gauche ne le furent pas. Ces derniers ont même été rJoursuivis lorsqu'ils cherchaient des contact~ avec la jeunesse de l'autre Allemagne_ De même, les adversaires des néofascistes à savoir les pacifistes, et les communistes ou prétendus tels, ont été cités en justice et durement condamnés par des juges nazis. Depuis longtemps, nous constatons donc que Bonn protège les nazis et même les nazis grands criminels de guerre ; le scandale de la prescription et les jugements plus que bienveillants aux procès IGNE ? • d'Auschwitz et autres ont ouvert les yeux au monde entier. Le prestige moral de l'Allemagne occidentale n'y a rien gagné, c'est le moins qu'on puisse dire. Le fruit du mauvais arbre ne s'esL pas fait attendre : la protection politl' que du néo-nazisme a fait naître aujour d'hui un parti politique adulte, bien musclé, qui empoisonnera dorénavant tout le climat politique outre-Rhin. Bonn ne saura dès lors plus prétendre que l'Alle PROTESTATIONS EN ALLEMAGNE Les succès électoraux des néonazis allemands ont suscité, ces derniers jours, plusieurs manifestations antifascistes en Allemagne. A Darmstadt, en Hesse, quelque 2.000 jeunes défilèrent dans le centre de la ville pour protester contre la comDlaisance des pouvoirs publics. A Munich, avant ,les élections du 20 novembre de nombre'ux tracts furent distribués ; de même à Bayreuth, qui fut naguère un fief de l'hitlérisme, ·et 'qui est en passe de devenir aujourd'hui un fief du néo-nazisme. Les manifestants, proclamaient notamment

« La Bavière ne deviendra

pas une seconde fois la capitale du nazisme ". Malheure'usement, tous les observateurs s'accordent à souligner que ces manifestations, qui Ifurent en majorité le fait des jeunes, ne rencontrèrent au sein de la population que l'indifférence la plus totale. Vingt années d'oubli systématique, de chauvinisme et de revendications territoriales proclamées ou sous-entendues, produisent aujourd'hui leurs premiers effets spectaculaires. magne n'est pas revancharde, car le néonazisme souligne avec force la « remise en ordre à l'Est ". Il est vrai que les groupements de réfugiés réclamèrent dès le début la reconquête de l'Est, mais Bonn avait alors la bonne excuse de dire que ce n'était pas des partis politiques, donc pas des forces directement politiques. Argument spécieux, car entre les mains du gou vernement, les réfugiés devenaient l'instrument rêvé pour attiser l'esprit revan chard, dont la jalousie des autochtones envers les réfugiés et leur désir de les voir regagner leurs anciens foyers était un facteur non négligeable. Examinons, pour terminer, ce qu'il en est de la fameuse démocratie de la nouvelle Allemagne dont Bonn se prévaut à chaque occasion. y a-t-il démocratie là où la tolérance envers les opinions politiques n'existe qu'en direction de la droite, mais non en direction de la gauche ? Comment BonI! veut-elle justifier sa magnanimité envers l'extrême-droite et son intolérance envers l'extrème-gauche ? Si Bonn voulait être équitable envers tous ses citoyens, il fallait soit tolérer les extrèmes, les uns et les autres, soit les interdire tous les deux en arguant de leur intention de vouloir renverser le régime. Sous cet éclairage, l'interdiction du parti communiste en 1956 gagne une signification nouvelle et funeste pour la santé politique du pays. Afin de protéger et de favoriser la droite, y compris l'ex trème-droite, Bonn a privé la gauche et spéCialement le parti ouvrier et avec lui toute la classe ouvrière de son levain qui est incontestablement le parti commu· niste. Sans lui il n'y aura pas de contrepoids aux tendances de l'extrème-droite, sans lui, on ne saurait faire échec aux fascistes. L'hiver dernier le professeur Jaspers, de Bâle, - une sommité de l'existentialisme et qui n'est pas un homme de gauche -, a écrit un livre intitulé: « Où vastu Allemagne ? " dans lequel il a ana· lysé avec clairvoyance la situation qui règne dans son pays natal, qu'il a quitté, traqué par les nazis, livre dans lequel il plaide pour un revirement de la poli· tique allemande, afin que le pays ne tombe pas dans une nouvelle barbarie qui le guette. De même que les U.S.A., la R.F.A. s'en· gage sur une route qui pourrait conduire à la troisième guerre mondiale. Dans l'un et l'autre de ces pays il y a des gens clairvoyants qui mettent en garde leur gouvernement et lui rappellent les graves responsabilités au'il encourt envers l'humanité toute entière. Hélas, ces mouvements raisonnables ne sont pas encore suffisamment puissants pour obliger les Çlouvernements à renoncer à leurs sinistres desseins. La guerre au Vietnam est plus acharnée et le revanchisme allemand plus virulent que jamais! Caveant consul es ALSATICUS 5----- L ignoble viol de 1(1 petite lille de Bagneux n'est que le dernier épisode d'une longue série dlorreurs. Il faut que cela cesse. Mauvais. rencont ... à BOCJneull : Luc. 114 anll elt à l'h6pital Deux fillettes. Luce G.... a ans, et sa soeur. agée de 9 ans. regagnaient mercredi 1501r, à 19 heures. leur domicile. à Bagneux lorsque dans la rUe des F'réres-LUIDlère. elles ont é~ accostées par quatre Jeunes e:ens. L'un des inconnus a en· Lralné Luce dans l 'entrée d'un immeuble et l'a violentée, tandiS qu'un des autres malfa1- teurs menaÇ8.1t sa jeune soeur d'un couteau pour l'empecher d'appeler au secours. Toute la pre!se 5 ' a f toi e o\!jourd'hui ... L'ANGOISSE La fillette a été transportée à l'hopltal des Enfants-Malades ... Mois pour Il l'Humanite ». ce n 'e5t qu 'une mauvaise rencontre. EST PARTOUT •• ATTENTION L.A COLÈRE GRONDE br. Une r~ouvelle victoire pour chaque 1~' nO'lemtitre sur huit colonnes à la une : EL MOUDw AUX ARABES !. Dans « Minute » du 10 novembre rIX/ER- V/GNANCOUR S'EXPLIQUE IR ° na lE .. IO •• I6 ........ '~·,::: • CBAQUI: JEUDI : 1 r . LES FRANÇAIS EN ONT ASSEZ LES VIOLS NORD -AFRICAINS ASSEZ Le martyre de la fillette de Bagneux • Des récits révoltants venus de toute la France • Les vrais racistes. Attend· on qu'explose la colère populaire? (;';~S) de mensonges et de haine J l 'IMPUNITE dont jouit la presse raciste, et plus particulièrement l'heb.... domadaire Minute, la rend plus audacieuse, plus odieuse. Parallèlement, une certaine partie de la presse quotidienne, qu'il nous faut dénoncer vigoureusement, lui emboîte le pas et leur influence nocive sur une partie de l'opio nion publique risque d'engendrer, si un terme n'est pas mis à ces campagnes de haine, des troubles racistes d'une extrême gravité. A l'occasion d'un fait divers abominable, inventé de toutes pièces par deux fillettes de 9 et 14 ans, elles-mêmes victimes inconscientes des campagnes racistes, ces journaux et publications se sont livrés à une tapageuse surenchère d'injures et de calomnies à l'égard des « Nord-Africains » et des noirs, incitant à la haine et à la violence, sans que les pouvoirs publics réagissent de la moindre façon. Les deux fillettes de Bagneux, avaient prétendu qu'elles avaient été agressées, pratiquement devant leur immeuble, par quatre « Nord-Africains » et que l'aînée d'entre elles avait été violée par un des agresseurs tandis que les autres, armés d'un couteau, imposaient le silence à la fillette de 9 ans terrorisée. Sans attendre les résultats de l'en · quête qui s'imposait, Paris-Jour du 3 novembre titrait sa première page sur cette affaire avec des caractères énormes et lui consacrait la majeure partie de sa troisième page, insistant sur le fait que les agresseurs étaient « nordafricains » et rapportant les propos d'un habitant de Bagneux, victime de la même psychose raciste : « Si j'en trouve un, je le tue. » Le même jour l'Aurore titrait en première page : « Avant-hier encore, une fillette de 14 ans a été la malheureuse victime de Nord-Africains à Bagneux» et consacrait également les trois quarts de sa troisième page à cet « ignoble forfait ». Toujours le 3 novembre le Parisien consacrait toute la première page à ce « monstrueux attentat ». En fait, toute la presse parisienne relata ce « fait divers » en soulignant l'origine ethnique de « l'agresseur ». 'ieule l'Humanité fit preuve d'une discrétion et d'une nécessaire réserve que l'enquête devait justifier amplement par la suite (1). L'attaque raciste la plus virulente, la plus éhontée se trouve dans le n° 241 de Minute, daté du 10 au 16 novembre, mais en vente dans tous les kiosques le mercredi 9 novembre. Voici les titres de cet hebdomadaire : en première page : « Les Français en ont assez. Les viols nord-africains. Le martyre de la fillette de Bagneux. Des récits révoltants venus de toute la France. Les vrais racistes. Attend-on qu'explose la colère populaire ? » ; en page 6 : « L'ignoble viol de la petite fille de Bagneux n'est que le dernier épisode d'une longue série d'horreur. il faut que cela cesse. L'angoisse est partout: attention aux Arabes ! ». Dans l'éditorial de la page 6, sous le titre, « La colère gronde », on peut lire

« Partout en France, on constate

LE M.R.A.P. S'ADRESSE AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE Le 9 novembre 1966, le M.R.A.P. envoyait au Procureur de la République près le' Tribunal de Grande Instance de la Seine, une lettre dont voici quelques extraits : Monsieur le Procureur de la République, Nous avons l'honneur d'attirer tout particulièrement votre attention sur le no 241 de l'hebdomadaire Minute du 10 au 16 novembre 1966, paru ce jour, et de l'affichette s'y rapportant distribuée à tous les kiosques et marchands de journaux, lesquels constituent une véritable diffamation ayant pour but d'exciter à la haine entre les citoyens et habitants, délit réprimé par l'article 32, alinéa 2 de la loi du 29 juillet 1881. De tels écrits ne peuvent qu'attiser la haine entre habitants et portent un préjudice considérable à toutes les personnes originaires d'Afrique du Nord présentées, en tant que telles, comme des « brutes » assouvissant « leurs instincts bestiaux ». C'est pourqUOi, Monsieur le Procureur de la République, nous demandons que des poursuites soient immédiatement engagées contre le Directeur de la Publication et les rédacteurs des articles visés, pour diffamation raciale, délit prévu et réprimé par les articles 29, 31 et 32, alinéa 2, de la loi du 29 juillet 1881. Veuillez agréer, ... Charles PALANT Secrétaire Général du M.R.A.P. une flambée de viols commis par des Nord-Africains. Mères, jeunes filles, gar· çonnets, tout est bon à ces brutes pour assouvir, le couteau à la main, leurs instincts bestiaux. Partout en France, la terreur basanée s'installe dans nos banlieues ... « Le viol de l'innocente petite Luce par quatre Nord-Africains a provoqué, à Bagneux, une émotion vengeresse. Un père de famille, M. Pratin, a déclaré à Paris-Jour: « Si j'en trouve un, rôdant autour de mes filles, je le tue ». Partout, la colère des honnêtes gens gro1Zde ... « Ces viols en chaîne ne peuvent que provoquer dans ces quartiers populaires des explosions de racisme. Veut-on voir surgir des lynchages, ressusciter les « ratonnades » d'antan ? Veut-on voir se multiplier partout en France les désordres que Toulon a connu ce dernier week-end ? Veut-on voir le sang couler ? ... « ... Les vrais racistes ce sont ceux qui rendent le racisme inévitable. Il faut agir avant qu'il soit trop tard. }) Pour la sortie de ce numéro où l'hystérie raciste rejoint celle des pires nazis, où l'incitation à la haine et à la violence transpire à chaque ligne, Minute avait édité une affichette spéciale à mettre en évidence aux éventaires des marchands de journaux. L'Aurore, déjà cité, avait publié le 9 novembre une publicité pour Minute reproduisant tous les titres de la première page. Ce même jour la fillette de Bagneux avouait à la police qu'elle avait inventé dF tOlltFS nièr:es so" "CTrp;sion né'r des « Nord-Africains }). (Félicitons ici la police d'avoir mené l'enquête jusqu'au bout.) Le 10 novembre, Paris-Jour publiait cette information en quelques lignes, l'Aurore était tout aussi discret mais terminait sur ces phrases effarantes : « A cause d'elle, le quartier où elle pré· tendait avoir été attaquée a été ratissé systématiquement pendant cinq jours, 150 Nord-Africains et Portugais ont été interrogés et des mesures exceptionnelles de police ont été prises dans toute la région parisienne pour rassurer une opinion vivement émue par son « aventure » ! Minute, dans son numéro du 17 novembre, déclare avoir été « abusé » comme tout le monde, mais ne renonce pas à ses attaques sordides contre les « Nord-Africains }). * Suite page 6. (1) Le Monde du 3 novembre fit preuve de la même discrétion mais indiqua qu'il s'agissait d'un « jeune Algérien ».


6

POUR UNE I.EGISLATION ANTIRACISTE LE développement des odieuses campagnes de « Minute » vient confirmer une fois de plus la nécessité d'une législation renforcée contre les excitations à la haine raciste. Demandant l'appllcation du décret-loi Marchandeau de 1939, le seul texte actuel en la matière, le M.R.A.P. a adressé une lettre au Procureur de la République, et deux étudiants algériens ont porté plainte. Nous souhaitons que ces initiatives aient des suites, mais on ne peut en être assuré. Il n'en serait évidemment pas de même si le Parlement avait adopté les deux propositions de lois élaborées par le M.R.A.P. il Y aura bientôt huit ans ... Une juste condamnation serait alors certaine et la presse raciste serait contrainte de mettre fin à ses attaques. Les deux textes du M.R.A.P., qui concernent l'un !a diffamation raciale, l'autre les discriminations raciales, ont pourtant été dépoSés à l'Assemblée Nationale par trois groupes différents de députés (1). Un rapporteur a été désigné par la Commission des Lois. Et si un débat avait lieu, le succès serait assuré. Mais le Gouvernement, maître de l'ordre du jour, n'a pas permis, jusqu'à présent qu'un tel débat intervienne. Comme nous l'avons indiqué dans notre dernier numéro, le M.R.A.P. s'est adressé, il y a quelques semaines, à tous les députés, pour attirer à nouveau leur attention sur ces propositions de lois. Il leur a, en outre, soumis un troisième texte sur l'interdiction des groupes racistes, et demandé la ratification par la France de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, votée à l'unanimité en décembre dernier par l'Assemblée générale de l'O.N.U. De tous les horizons ... Les réponses reçues à ce jour par Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., témoignent d'un intérêt qui se manifeste, pour ces problèmes, dans tous les secteurs de l'opinion. Nous en donnons ci-dessous quelques extraits significatifs : M. René Cance, député-maire du Havre : « J'ai bien reçu votre lettre dont j'ai pris connaissance avec intérêt. Je vous remercie de cet envoi. » M. Diomède Catroux, député des Alpes-Maritimes, ancien minitre : « Je vous confirme ma position (concernant les deux premières propositions de lois) et l'appui que je donnerai au vote des dispositions de l'article unique à ajouter à l'article 1" de la loi du 10 janvier 1936 (pour l'interdiction des groupes racistes) conformément à votre texte. » M. Paul Coste.Floret, député de l'Hérault, ancien ministre nous fait savoir « qu'il a pris connaissance avec le plus grand intérêt » de notre lettre, et « qu'il en tiendra le plus grand compte lorsque les textes viendront en discussion devant le Parlement. » M. Emile Dubuis, député de l'Ain : « Je vous donne l'assurance de ma complète compréhension. » M. Gilbert Faure, député-maire de Mirepoix (Ariège): « Je vous adresse mes remerciements pour cette docu· mentation. » M. André Gauthier, député de l'Isère : « Je suis tout à fait d'accord pOUl' signer ces dispositions. » M. Pierre Godefroy, député de la Manche: « Je ne manquerai pas de prendre contact avec mes collègues du groupe UNR-UDT à ce sujet. » M. Pierre Marquand-Gairard, député des Bouches-duRhône

« Je ne manquerai pas de demander le votc

aussi urgent que possible de la proposition de loi que vous proposez ou de tout autre texte inspiré par le même esprit. » 1 M. Pierre de Montesquiou, député du Gers : « Le Groupe du Rassemblement Démocratique et moi-même ne manquerons pas de défendre votre proposition de loi lorsqu'elle sera soumise au Parlement. » M. Lucien Nerwirth, questeur de l'Assemblée Nationale, député de la Loire : « Je me sens en accord avec vous et souhaite la réussite de notre combat commun. » M. J.-P. Palewski, député de Seine-et-Oise, président de la Commission des Finances : « La proposition de loi que vous désirez déposer rencontrera certainement un assentiment unanime. » M. André Picquot, député de Meurthe-etMoselle : « Dans le cadre de mon action parlementaire, je m'efforcerai d'agir dans le sens que vous me deman· dez. » M. Etienne Ponseillé, député de l'Hérault : « Vous pouvez être certain de tout mon appui et de mon action pour qu'interviennent la ratification par la France de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale et l'adoption des lois antiracistes élaborées par votre Mouvement. » M. Charles Privat, député-maire d'Arles : « Je tiens à vous assurer de mon appui, en accord avec le groupe auquel j'appartiens [le groupe socialiste] à l'Assem· blée Nationale. » M. André Rey, député-maire de Fronton (Haute-Garonne)

« Je ne manquerai pas, en toute occasion, de

manifester mon accord avec les résolutions votées le 8 mai 1966 au Palais de l'UNESCO [et à la Journée Nationale du M.R.A.P.] et plus particulièrement à celle conduisant à me prononcer sur les instruments de ratification de la Convention. » M. Jean-Claude Servan·Schreiber, député de Paris : « J'ai bien reçu votre récente communication dont je viens de prendre connaissance. Je la transmets dès aujourd'hui aux autorités compétentes. » M. Mis de Sesmaisons, député de la Loire-Atlantique

« Je vous remercie des renseignements que vous

voulez bien me fournir, ils me seront précieux. » Dr. Alfred Westphal, député du Bas-Rhin : « Cette documentation a retenu toute mon attention. » Une question écrite ... Le M.R.A.P. a reçu d'autre part de M. Edouard Charret, député du Rhône, une lettre où celui-ci fait part de son intention de déposer le 3' texte, proposé - sur l'interdiction des groupes racistes. De même, M. Robert Ballanger, président du groupe communiste, nous signale que ce groupe est prêt à déposer cette même proposition de loi. Concernant les deux premiers, M. Louis Odru, député-maire de Montreuil a adressé au garde des Sceaux une question écrite, dont M. Ballanger nous communique le texte. Elle demande « si le Gouvernement entend, en exerçant ses prérogatives en matière d'ordre du jour du Parlement, faire adopter avant la fin de la législature, c'est-à-dire au cours de la présente session, les diver· ses propositions de lois tendant à renforcer la législation réprimant le racisme. » Elle demande « en outre, en se référant à la réponse du 14 juin 1966 de M. le Ministre des Affaires Etrangères, où en est l'étude par les différents départements ministériels intéressés de la Convention internationale contre la discrimination raciale, et à quelle date le Gouvernement entend déposer le projet de loi tendant à la ratification par la France de cette Convention. » M. Gaston Defferre, président du Groupe Socialiste, écrit : « Compte tenu de la fin prochaine de la légis· lature et de l'ordre du jour prévu pour la présente session, notre Délégation Exécutive n'a pas jugé utile de déposer maintenant la proposition de loi que vous suggérez. Il est bien évident que cela ne signifie pas de notre part condamnation de principes auxquels nous adhérons depuis la création même du Parti Socialiste. C'est une question que le groupe de la F.G.D.S. reprendra au début de la prochaine législature. » La Présidence du Groupe du Centre Démocratique de l'Assemblée Nationale, fait savoir de son côté, que la documentation du M.R.A.P. « a été transmise aux membres de notre groupe qui siègent à la Commission des Affaires Etrangères, afin qu'ils examinent les ini· tiatives qu'ils pourraient éventuellement prendre pour donner suite à votre requête. » Elle transmet d'autre part « aux représentants de notre groupe à la Commission des lois constitutionnelles le texte de la proposition de loi au sujet de l'interdiction et de la disso· lution des associations ou groupements de fait provoquant à la haine raciste. » Le secrétaire général du M.R.A.P. s'était également adressé au Premier Ministre. Celui-ci a fait répondre par son conseiller technique qu'il saisissait « par ce même courrier, M. le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, de ce dossier. » La pétition nationale. Telle est, sans commentaires, la situation où nous nous trouvons : une question écrite déposée à l'Assemblée Nationale, le Garde des Sceaux saisi, deux députés prêts à déposer la 3e proposition de loi, l'accord confirmé des groupes parlementaires. La parOle est maintenant au Gouvernement, ainsi qu'aux parlementaires décidés à poursuivre une action efficace. ELLE EST AUSSI AUX ANTIRACISTES, QUI NE MANQUERONT PAS DE SIGNER EN MASSE LA PETITION NATIONALE LANCEE PAR LE M.R.A.P. (Voir ci-dessous.) (1) Le groupe communiste, le groupe socialiste, et un groupe comprenant des députés U.N.R.-U.D.T., Rassemblement Démocratique, Centre Démocratique et non inscrits. ASSEZ ... CE QU'EN PENSENT LES SYNDICATS Pour sa part, le M.R.A.P., dès le 9 novembre, demandait à Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Paris, par lettre signée par Charles Palan t, secrétaire général, d'user contre Minute des dispositions des articles 29 et 32 de la loi du 29 juillet 1881, articles réprimant la diffamation raciale. (Suite de la page 5) Ainsi désormais, pour ces journaux pris en flagrant délit d'incitation à la haine raciale, c'est la fillette qui est coupable. Pour ces directeurs de publication, ces rédacteurs en chefs, ces journalistes, la page est tournée. Loin d'avoir été abusée c'est la fillette de 14 ans qui les a abusés. Voilà, n'est-il pas vrai, une excellente excuse ? Mais cette campagne de haine, de calomnies racistes a eu des prolongements immédiats. C'est parce que, depuis le 3 novem- UN MEETING DE PROTESTATION Une réunion de protestation contre la campagne de Minute a été organisée le 18 novembre 1966, à Paris, par l'Association des Etudiants Musulmans NordAfricains; neuf orateurs ont pris la parole : M. Cheik (attaché culturel de l'Association), Me Nordmann (Association Française des Juristes Démocrates), M. Bouguerra (A. E.M.N.AJ, Me Dymenstajn (M. R.A.PJ, M' de Félice (Comité de Liaison contre l'apartheid), M. ronon (Association France - Algérie), M. Domenach (revue Esprit), M. Grumbach (U.N.E.F.), M. Wurmser (l'Humanité). Une résolution a été adoptée où les participants : - exigent que tout soit mis en oeuvre pOur que l'ouvrier immigré ait les conditions de vie auxquelles son dur labeur lui donne ùroit ainsi que le respect de sa condi· tion d'homme, - affirment quant à elles leur ferme détermination de faire par· tout échec à ces campagnes ~éno· phobes et racistes, attentatoires à la dignité de tous et aux .intérèts bien compris de la France I:t des ouvriers immigrés. La 'C.G.T. : « Une perversion de l'opinion publiq'ue. » Le Secrétariat de la C.G.T. nous a fait parvenir la déclaration suivante; La Confédération Générale du Travail proteste vigoureusement contre la campagne d'excitation à la haine raciale menée en permanence par le journal fasciste Minute contre les travailleurs algériens en France sous les prétextes les plus divers. Cette ignoble 'campagne raciste de diffamation systématique vise à pervertir l'opinion publique française, à semer la discorde entre travailleurs français et algériens, victimes de la même exploitation en essayant de dresser les unes contre les autres les différentes couches de salariés en fonction de leur nationalité, pour détourner le profond mécontentement de la classe ouvrière des causes réelles de ses difficultés. La C.G.T. poursuivra son action pour défendre les revendications économiques et sociales des travailleurs algériens victimes d'une surexploitation éhontée. Avec ses organisations, comme par le passé, elle dénoncera et combattra toutes les manifestations de racisme, toutes les atteintes à la dignité dont sont victimes les travailleurs algériens en France. La C.F.D.T. : « Que le patronat prenne ses responsabilités. » En remerciant vivement le M.R.A.P. d' « avoir signalé, dès le mois de septembre, l'odieuse campagne raciste JO, Eugène Descamps, Secrétaire général de la C.F.D.T., nous communique un article de Pierre Man ghetti , paru dans Syndicalisme du 12 novembre 1966, intitulé « Les travailleurs répondent à Minute» : « Faut-il rappeler que nos camarades immigrés, particulièrement les Algé. riens, effectuent les travaux les plus pénibles, insalubres et dangereux parce que les Français ne veulent plus assurer ceux·ci ? Faut·il rappeler ... les 'conditions intolérables de logement dans les bidonvilles ? ... « La C.F.D.T. demande la création d'une commission nationale où, les dif. férents ministères intéressés et le patronat étant représentés, les syndicats agi· raient et pourraient faite entendre les besoins des travailleurs immigrés. « Avec les immigrés comme en d'autres domaines, la C.F.D.T. est prête à prendre ses responsabilités ; elle agira par ses militants immigrés et français pOUl' que les pouvoirs publics et le patronat prennent les leurs. » Mais les poursuites ne seront véritablement engagées que si des milliers et des milliers d'antiracistes soutiennent notre action. Nous pensons que le Ministère des Armées, Monsieur Mesmer en l'occurrence, se doit de condamner - solennellement et publiquement - les graves troubles commis à Toulon par les deux cents élèves mécaniciens. Nous estimons que les officiers de ces élèves, ,qui étaient au courant de leurs préparatifs et qui ne les ont pas empêchés d'agir, sont gravement responsables, et doivent être sanctionnés. Il est temps de mettre un frein à toutes les campagnes de haine qui s'étalent dans la presse de notre pays. Certes, des millions de personnes, dans notre pays, réprouvent sincèrement le racisme

devant les menaces qui s'accumulent,

nous leur demandons de soutenir activement notre PETITION NATIONALE pour une véritable législation antiraciste conforme à la Convention internationale, votée le 21 décembre 1965 par l'assemblée générale dt! l'O.N.V. Armand DYMENSTAJN secrétaire national du M.R.A.P. bre, tous ces quotidiens avaient hurlé avec les loups, c'est-à-dire avec les racistes de Minute qui mène sa campagne depuis des mois, que dans la nuit du 5 au 6 novembre, deux cents apprentis mécaniciens de l'Ecole Navale de Toulon se sont livrés à une « expédition punitive » contre tous les NordAfricains de la ville, se livrant à une « chasse au faciès », à une « ratonnade » rappelant les pogromes. PETITION NATIONALE Il ne s'agit pas d'une simple coïncidence. Au contraire il faut voir dans les violences de Toulon la conséquence directe de la nocivité de la propagande raciste. L'Association des Travailleurs Algériens, l'Association des Etudiants Algériens, l'Ambassade d 'Algérie ont exprimé leur inquiétude et leur émotion. NOUS DEMANDONS ; - la ratification, par notre pays, de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, adoptée le 21 décembre 1965 à l'una, nimité par l'Assemblée Générale de l'O.N.U. ; - le vote par le Parlement d'une véritable législation antiraciste efficace contre toutes les discriminations raciales et les propagandes' racistes suivant les propositions élaborées par le M.R.A.P. ; , - l'interdictio~ de~ 0.r~a!lisat~ons . r~cistes, antisémitiques et xénophobes ; - des poursUltes Judlclalres lmmedIates contre tous ceux qui font l'apologie des crimes racistes et sèment la hai.ne entre les citoyens . - l'interdiction des publications, journaux, livres, disques, films .. .' qui pro· pagent le racisme ou les théories racistes. Cette pétition doit être retournée au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris 2·. NOMS SIGNATURES ADRESSES 7------ CHOSES VUES AUX ETATS--UNIS DANS les grandes villes américaines, seul le plein centre, « DOWHtown » comme l'on dit, est zone « neutre ». Non pas qu'on ne puisse aller ailleurs: j'ai si llonné Harlem et les quartiers de couleur de Chicago ou de Philadelphie.

i\1ais dès qu'on quitte le centre,

bien qu'on apprenne vite qu'on ne s'attire en tant qu'européen, aucune hostilité systématique, l'estomac se noue malgré soi. On respire moins naturellement. On épie, et le regard cherche à distinguel' un ennemi qL\i n'existe pas. Mais 011 a lu, on a entendu dire, les évènements n'ont pas contredit. Alors on ne se sent pas en sécurité. Jusqu'à l'année dernière, on pouvait s'attendre cl tout jusque dans le métro new-yorkais. Il fonctionne jour et nuit et des agress ions y étaient souvent commises. L'installation d'une police spéciale, un ag-ent par rame, a permis de rendre ce moyen de transport fréquentable n'importe quand. Seul blanc, une nuit à deux heures du matin, dans une voiture du métro à Chicago, vis-à-vis d'une cinquantaine de noirs, ce fut, en deux mois de séjour, mon seul moment de contraction intense, d'attente anxieuse. Point de policiers, seulement des regards fixés en silence sUl- soi. Etre la vedette involontaire ... Plutôt une cible pour tous ces gens poussés à bout. lis rentraient dans leurs maisons inconfortables, sans climatisation, munies d'installations élémentaires. Dès leurs naissances et pour la vie. LA CTlALEUR A circuler aux Etats-Unis, 011 s'aperçoit que bien souvent, la grande presse déforme la réalité, involontairement ou non· Les ghett9s noirs dont on nous parle tant ne sont pas toujours, loin de là, des quartiers uniquement habités et fréquentés par les noirs. C'est vrai de Harlem cl Ne\\'- ï ork, ce n 'est pas vrai de Watts à Los Angeles, dont on a beaucoup parlé l'an dernier. II est plus juste, à mon avis, de parler de ghetto « économ igues » : à l'intérieur d'une zone donnee, bien souvent, les noirs sont systématiquement défavorisés dans leurs conditions de logement. Pour avoir été, et sans difficultés particulières, à \Vatts - il suffit de prendre l'autobus urbain - je peux dire que si j'ai trouvé ce que m'avaient montré les photos des maga zines, j'ai été surpris de voi r que des milliers d'Espagnols et de Porto-ricains habitai ent ces faubourgs. L'ombre, il y en a peu ; la chaleur est étouffante l'été. Il suffit d'un rien pour que, acculé à vivl'e dans la rue ( dedans », il fait encore plus chaud), on explose, rendu disponible par l'absence de travail. Dans les immenses artères de Chicago qui ont jusqu'à cinquante kilomètres cre long, les g roupes de j eunes « disoccupa ti », comme aurait dit Vailland, cherchent à occuper un temps qui leUl' est donné malgré eux. On a parlé, récemment, des manifestations nazies du mois d'aoùt dernier. J'ai pu voir en effet, le six aoüt, jour anniversai re d'Hiroshima, coexister le groupe des mani festants paci fi stes et la poignée de fasc istes, sur une même place, devant une police passive et dangereusement inactive ... l'avais ass isté la ve ille ~l la manifestation intégrationn iste qui avait failli COltter la vie au pasteur King. On n'a pas dit ici que. si le rendez-vous des manifestants était fixé sur les marches d'une église baptiste d'un quartier noir. alors que la manifestation était prévue dans le parc d'un quartier blanc, c'est parce que les dirigeants du S.e.L.e. ( l ) ont eu peur, qu'individuellement, les militants noirs ou blancs, aient de graves ennuis en se rendant au 1 ieu de la manifestation. C'est pourquoi ils devaient s'y rendre en groupe et en voitures. Malgré tout, la suite des événements devait donner raison aux crai ntes des responsabl es. L'INDIFFEREN CE Si j'ai traversé la plupart des Etats du Sud, je me sui s surtout arrêté en Loui siane. L' « affaire Meredith » était encore récente cet été et je désirais savoir si, extérieurement, le Sud apparaissait enCOl-e tel CJue l'ont décrit tous ceux qui l'ont traversé. Tl est difficile de trouver dans la rue une i nscri ption qui précise que tel restaurant ou tel autobus e t réservé à telle catégorie. 11 est vrai que les transports par Gilles DREYFUS sont accessibles à tous, que les restaurants, par leur prix, sont, dès le départ, fermés à la grande majorité des noirs qui n'ont pas suffisamment pour les . payer. On a pu voir récemment combien la rentrée s'éta it faite difficilement dans certains Etats du Sud comme à Boga- Les brutalités et les injustices sont de moins en moins supportées, lusa, petite vi Ile à la frontière du 1\lIssissippi et de la Louisiane. Pour la première fois, l'intégration était tentée dans les écoles secondai res et les incidents auxquels eIle donna lieu ne sont que le fruit des expériences précédentes. Pourtant, et ceci me fut confirmé par nombre de mes interlocuteurs, il est logique de penser que la situation dans le Sud, en particulier les problèmes de l'i ntégration au niveau le plus élémentai re, sont en voie de règlement, grâce à une situation économique qui peu à peu le permet. Ne voit-on pas en Loui siane. dans la plupart des villes, y compris la Nouv ell eOrl éans, une cohabitat ion paci fique des populations noi l'es et blanches, comme à Alexandria, ville de cinquante mille habitants, à trois cents kilomètI'es de la mer ? Dans cette ville du centre de la Louisiane. une maison de blancs voisine avec une maison de gens de couleur et les qua rtiers noirs (entendons par là à majorité noi re) , sont en plein centI'e de la ville. Cette si tuati on varie énormémE'nt d'un Etat à l'autre mais il n'est plus poss ible de généraliser aujourd'hui quand en parle du Sud. Sauf sur un seul point peut-être : une certaine indi fférence. un fai t. auquel j 'ai assisté, sem plus expli cite. Lake-Charles. Loui siane. Deux cent LA COUR SUPREME CONTRE L'INTEGRATION LACour Suprême des Etats·Unis a rendu, le 14 novembre, un arrêt qui va aider considérablement à la répression contre l'action antiraciste. Cet arrêt habilite tout Etat à Il interdire l'accès de ses terrains et bâtiments » à toute manifestation en faveur des droits civiques; les manüestants pourront être arrêtés et lourdement condamnés. Les manüestations intégrationnistes n'ont pourtant pas d'autre but que de soutenir la loi fédérale, et d'oeuvrer pour son application. Aussi bien les juges n'ont-ils pu motiver leur décision que par une argutie juridique. L'Etat, ont-ils dit, a le droit de défendre sa propriété, tout comme un particulier: une manüestation devant une prison ou un tribunal est donc assimilée à une atteinte au droit de propriété. Cet arrêt donne raison au tribunal raciste de Tallahassa (Flo· ride) qui, en 1963, condamna 33 militants antiracistes coupables d'avoir manifesté devant la prison de la ville. Jusqu'à présent, la .cour Suprême soutenait de manière assez systématique les revendications intégrationnistes. Mais ses arrêts étaient toujours rendus de justesse par les « neuf sages » qui la composent, dont cinq étaient antiracistes et quatre ségrégationnistes. Il a suffit qu'un seul d'entre eux, Hugo Black,. rejoigne le camp raciste pour que puisse être adopté, par 5 voix contre 4, cet arrêt qui semble dater d'un autre âge. mille habitants eJ1\·i ron. 11 est quatre heures du matin et j'attends le prochain départ cl'un car. Des militaires blancs et noirs, ainsi que des civils somnolent. Un vieux noir, la soixantaine pas ée, nettoie le guichet de vente des billets, quand soudain deux jeunes blancs, commencent à lui poser des questions relatives aux horaires. Ils passent ensuite, sans autre raison que pour l'exciter, dans la partie réservée aux employés. Le vieux leur ordonne de sortir ; ce qu'ils font en l'entraînant avec eux dehors où il est roué de coups. Tranquilles et sùrs d'eux, les deux blancs remontent en voiture, le lai ssant le visage en sang. La police arri \'e quelques in stants après et fait son constat. Tout s'est passé dans l'indifférence générale. l:"NE AUTRE ~A TION Alors, me dira-t-on, que faites-vous des récentes bagarres de San Francisco où des émeutes occasionnées pal' la marche des intégrationnistes groupés autour de MeredIth ? .l e répondrai qu'il est diffici le de général iseI·. C'est aussi un fait que les exhortations à la non-violence de Luther King sont moins suivies. On put mi-me entendre, à plusieurs rep ri ses des protestations de noirs comme de blancs notamment quand il condamna publ iquement le meurtre du leader ségrégationni ste Verwoerd. Il est une autre raison plus profonde qui montre le caractère spontané, non fondé idéologiquement, des manifestations de violence motivées. par un fait local, une agres~ SIOn raCIste des blancs la plupart du temps : c'est la volonté de plus en plus affi rmée de nombreux noirs de se détacher de la situation actuelle, c'est-à-di re des Etats-Unis en tant qu'Etat blanc. Un leader des mach Musli1Hs, que je rencontrai peu avant cie regagner la ELECTIONS ;: France, me confirma cette idée. Leur journal, l)lullammad speahs, dont ils revendiquent un chiffre de vente de 300.000 exemplaires chaque semaine, appelle au séparatisme. Les Blaclt Muslims considèrent en effet, selon les propres termes de mon interlocuteur, ministre officiant de 1\1anhattan et Brooklyn, qu' « il n':, a pas de socialisation possible avec les Blancs ». Selon lui, les Noirs politiquement conscients quittent, de plus en plus, le S.e.L.e. ou le S.N.e.e. pOUl' rejoindre les Blac/~ i,f1tSlilllS, alors que le S.N.C.e. par exemple, fortement implanté dans le Sud, - son siège est à Atlanta, en GéOl'gie - est à direction noire uniquement. Le but cles Blach MlIslillls (et les évènements tendraient à leur donner rai son) est de fa\'oriser, à la lumière des nombreuses provocations blanches coml11e clans le l11aintien de l'inégal ité sociale, une unification progressive de ces divers mouvements, aujourd'hui divisés. C'est un fait que les brutalités policières ou les injustices les plus criantes sont de moins en moins supportables par les mil itants de 11l0uvrnnents nonviolents. aussi çlisciplinés soient-i ls. La difficulté réelle, dont les Blach Muslillls sont conscients mais à laquelle ils ne donnent pas de réponse, est la solution économique du Pl'oblème de la création, par eux préconisée, d'un nouvel Etat. Pour ce qui est du second poison qui mine la vie américaine. il reste à souhaiter que l'opposition à la guerre du Vietnam. si divisée sur des bases pourtant semblables, comprenne la nécessité du regroupement unitai re, sans lequel elle ne peut espérer influer sur une opinion déià si largement il1(Iifférente aux problèmes nationaux. (1) Southern Christian Leadership Conference, mouvement intégrationniste d'origine religieuse, dont Martin Luther King est président. L'INTEGRATION MISE EN CAUSE LE mardi 8 novembre, cinquante six millions d'électeurs Ol1t donc choisi quatre cent trente cinq représentants, trente-cinq sénateurs et trente-cinq gouverneurs. L'attente du président John· son qui , malgré l'usure du pouvoir, es· pérait une large et bonne majorité a été déçue. Les républicains ont ôté aux démocrates quarante-cinq sièges à la Chambre des Représentants, réduisant la majorité de 295 à 248 sièges ; ils ont acquis trois sièges de ,;, Ius au Sénat et accaparé vingt-trois r"ostes de gouverneurs . Les candidats démocrates . dont le pré- DEUX NOIRS ELUS 1 Parmi les nouveaux venus sur la scène politique américaine figure, pour la première fois depuis la fin de la guerre de Sécession, un noir : M. Edward Brooke, 47 ans, républicain, « attorney général » du Mas· sachussets et préSident de l'Opéra de Boston, vient d'être élu sénateur de l'Etat aux élections partielles. Quelques jours plus tard, le 14 no· vembre, un autre Noir, Floyd Mc Cree, ancien ouvrier d'usine, fut élu maire de Flint, 200.000 habitants, ville industrielle du Michigan. Ces deux élections sont positives; elle demeurent malheureusement des exceptions. sident Johnson paraissait souhaiter le succès, n'ont pas triomphé, et ceux que soutenaient discrètement Robert Kennedy et le vice-président Humphrey n'ont pas recueilli d'adhésions enthousiastes . Les citoyens ont-ils voulu marquer ainsi leur désapprobation de la politique gou · vernementale ? Il serait aventureux de le prétendre. Au cours de la campagne électorale, le sujet que l'on croyait essentiel et de nature à susciter d'âpres controverses n'a été effleuré qu'à Détnoit Aucun des candidats ne s'est risqué à dénoncer la guerre au Vietnam, à proposer des solutions de paix. Sans doute parce qu 'aucun de ces politiciens de vieille ou de fraîche date n'appartient à ria cohorte des pacifiques, mais aussi, parce que la majorité des électeurs ne sont pas déci · dés à critiquer l'action du président Johnson. Ils ne protestent pas contre le fait de l'intervention au Vietnam Sud et ne s'effarouchent guère devant les raids contre le Vietnam Nord. Ils s'étonnent à peine des procédés employés. Ils estiment même que le président manifestfl parfOiS une fâcheuse tendance à la modération. Pourquoi en effet ne pas redoubler d'efforts puisqu'il s 'agit d'obtenir une paix honorable et d'empêcher que les communistes ne s'étalent dans le sudest asiatique ? Pour l'instant, le prési · dent Johnson peut donc parcourir, presque en toute qUiétude « les sentiers de la gloire ". Cependant il devra présenter une polit iq ue nette car les électeurs, gens impatients, et les républicains qui se sentent le vent en poupe n'accepteront pas indéfiniment ce mélange équivoque d'actes guerriers et de promesses pacifiqu es. Johnson dispose encore de deux ans avant les élections présidentielles qui , e lles, déterminent les grandes op tions nationales et internationales . En fait, les U.S.A. ont voté conservateur. Les électeurs de novembre ont traduit leurs apréhensions devant les Noirs qui réclament avec une véhémence croissante le respect des droits élémentaires. Sur ce point les Blancs qui admettaient ou se réSignaient à la déségrégation dans les écoles, voire dans le logement, qui supportaient l'égalité des droits civi· ques, trouvent que tout va trop vite. Les libéraux eux-mêmes sont gênés. Les Blancs aimeraient que les mesures racia· les passent lentement, lentement dans la réalité quotidienne. Cette attitude avi vera immanquablement l'impatience des Noirs qui , las d'attendre des réformes incomplètes et sans cesse contestées, se confieront aux mouvements qui leur répètent, non sans vraisemblance, qu'en fait le Blanc n'accepte pas la déségrp.gation et qu 'i l faut combattre le « pouvoir blanc ". Les électeurs ont aussi manifesté leurs inquiétudes devant ce projet de grande société dont rêve le président Johnson afin de laisser derrière lui, sinon unE; reuvre. du moins un slogan. Il s'agit essentiellement de parvenir à une plus équitable distribution des revenus, d'aider les citoyens pauvres, de financer l'enseignement. Le correspondant particulier du " Monde n, Alain Clément remarquait à ce sujet : « Assurer l'essentiel des soins médicaux aux vieillards de plus de soixante-quinze ans, subventionner peu à peu l'éducation qui garantit l'essor de la science et de l'économie américaines, assister les ag· glomérations urbaines menacées d'engol'gement et d'explosion, tout cela relèva d'une compréhension élémentaire des besoins de la société américaine et a été conçu en outre, de façon à déranger lE! moins possible l'ordre établi, ce qui explique que l'on se résigne d'avance dans l'application de tous ces programmes à un fort pourcentage d'inefficacité, voire de détournement pur et simple. " Déjà. dans la Chambre sortante, le projet de loi sur l'a llocation de logement pour les familles à bas revenus avait été adopté par 192 voix contre 188. La nouvelle Chambre, telle qu 'elle est composée. n'acceptera sans doute pas de voter les crédits nécessaires à l'application de cette loi fort peu révolutionnaire. Les élus de 1966 vont rogner les cré· dits, freiner la mise en oeuvre des lois soc iales déjà votées, et surtout ils vont s'efforcer de ralentir la déségrégation . Les murailles de la peur résisteront· e lles longtemps aux assauts des humiliés ? Jacques HELLE. S DUS l 'égide du Comité de Liaison contre l'Apartheid qui regroupe diverses organisa· tions politiques, religieuses, syndicales, et dont fait partie te M ;R.A,P., .une conférence de presse s'est tenue le 9 novembre dernier, 44, rue de Rennes, sur le Ithème • Que peut·on faire aujourd'hu i contre .J'apartheid? » Présidée par Jean·Paul Sartre dont nous reproduisons ci·dessous "'lint ervention, cette réunion, au oours de laquelle sont intervenus également ,le chanoine ,Comns, président du " Défense and aid Fund " (organisation internationale d'aide aux prisonniers politiques d'Afrique du Sud) et M. Rubin, professeur de Droit, ancien sénateur sud·africain, exilé aux Etats.Unis, servait de préambule à une table ronde qui devait réunir de nombreuses person· nalités parmi lesquelles Pierre Paraf, président de M.R.A.P. et Raymond' Kunene, secrétaire de l'African National Congress. M' Jean·Jacques de Félice, président du Comité de Liaison ouvrit la discussion en an· nonçant la tenue au printemps prochain à 'Paris, d'une conférence ,internationale contre l'apartheid, dont le but est d'amener à une coordination plus efficace les diverses organis'a. tions qui luttent dans le monde contre l'oppression inhumaine dont sont victimes les popu· lations de couleur en Afrique du Sud. Après que Daniel Mayer, président de la Ligue des Droits de l 'Homme, eut insisté sur la nécessité d'entreprendre la ,lutte en France, car déclara·t·iI « Nous devons commencer par balayer devant notre porte », ce sont les moyens IOécessair,es là ce combat qu'examinè· rent MM. André Philip, président de la commission internationale de la Fédérati,on Protes. t ante de France ; Pierre Villon, représentant le Parti Communiste Français et Emmanuel d'Astier de la Vigerie. Jacques Delarue, autour de « L'histoire de la Gestapo ", spécialiste du nazisme, s'atta· cha à démontrer, preuves à l'appui, l'existence en Afrique du Sud de mouvements en rela· tion avec l'internationale néo·nazie et en particulier avec le N.P.D. allemand. Quel s sont les moyens préconisés ? Une meilleure information sur l 'Afrique du Sud, insist a M. Pierre Villon, une aide matérielle aux prisonniers politiques et à ,leurs familles, proposa le chanoine Collins et surtout une action incessante en direction du gou· vernement français, qui se situe à la troisième place, en ce qui concerne ,les échanges commerciaux avec l 'Afrique du Sud et lui fournit des armes ainsi qu'une importante assis· t ance technique et sCientifique. Exiger du gouvernement français la cessation de tout soutien économique et des livraisons d'armes, tel doit être le premier but à atteindre pour aider à la lutte contre l'apartheid, en France, ont souligné tous les orateurs unanimes. Jean-Paul SARTRE « Ceux qui sont aux prises avec l'apartheid, doivent • savoir qu'ils seuls » I L existe aujourd'hui en Afrique un cancer qui risque, en peu de temps, de devenir un cance: généralisé

c'est l'apartheId, prattquee systématiquement

par le gouvernement de l'Afrique du Sud. L'apartheid est une pratique et U1;e théorie. La pratIque est celle, par euphemisme, uu « développement séparé », c'est-à-di re que c'est l'apphcatlOn par une minorité de 3 millions de personnes d'origine eu ropéenne cl'une pohtique visant à maintenir en esclavage, le mot n'est pas trop fort, 14 millions d'habic tants d'origine africaine, asiatique ou de sangs-mêlés. Ces 14 millions d'habitants n'ont aucun droit politique. lis ne peuvent ni voter, ni se réunir .. ni se synchquer. Ils sont obligés de porter sur eux des pas~ seports qui justIfient leur présence ICI ou là, qUI entraînent un tellement grand nombre de charges qu'ils ne peuvent pas sati sfaire à toutes, et qu' ils sont toujours en état d'arrestation possible. En même temps, ils s,ont l'objet d'un « . développement systematIque », le tnba h sm~, pa~' le gouvernement central, de ma11lere a éviter la naissance d'une conscIence nationale. lis n'ont aucun droit économique. Ils ne peuvent rien posséder : 75 % de la population est confinée ou doit l'être sur 12 % des terres (86 % pour les Blancs). Et encore il n'ont, dans les Bantoustans, c'est-à-dire dans les régions où ils sont ~roupé s, que la tenure des maigres terres qui leur sont allouées et qui appartiennent en fait au gouvernement. Alileurs, ils sont concentrés, parqués dans des « townships » qui sont un mélange de bidonville et de camp de concentration dont on les laisse sortir unîquemen't avec le « pass » pour aller faire leur travail dans la ville blanche dont ils ressortent, ce quî suppose un refus de l'urbanisation. On ne leur donne pas le droit de s'urbaniser bien qu'ils soient des travailleurs en ville. Ils subissent également le refus de qualification professionnelle, c'est-à-dire que la « Réservation Job » qui est la loi par laquelle on réserve les professions qualifiées aux Blanés leur interdit d'aller plus haut que la fonction de manoeuvre ou d'ouvrier spécialisé. Quelques métis échappent à cette règle parce que c'est l'interêt des grandes compagnies, mais, en général, la classe ouvrière blanche maintient cette impossibilité. Ils n'ont aucun droit culturel. Certes, le gouvernement d'Afrique du Sud se vante d'avoir 70 % de scolarisation des populations africaines ; mais, en vérité, on leur apprend d'aprè,s ce qu'a dit l'exPremier Ministre Verwoerd, on leur apprend ce qui peut leur convenir, c'està- dire d'abord qu'un Noir est inférieur à un Blanc, c'est-à-dire qu'un Noir est inférieur à un homme, c'est-à-dire qu'ils sont des sous-hommes. Voilà ce qu'on leur apprend dans une instruction qui, d'ailleurs, est payante. Ils paient pour apprendre qu'ils sont des sous-hommes, ne sont pas moyennant quoi on leur donne à lire la Bible. Le résultat c'est que la seconde année de scolarisation, il n'y a plus que 20 % des élèves qui la suivent, et elle tombe, la 3° année, à 2 %. Des proies pour le travail forcé Ces hommes dépossédés, donc, cul turellement, politiquement, économiquement vivent dans un état de menace et de cl~ngel' perpétuels. D'abord, on brise leurs familles. La famille africaine est brisée parce qu'il y a les fameuses lois d'apartheid, dont je vais vous donner un aperçu. Par exeunple, un Africain né dans une ville et qui y a toujours vécu sans interruption, mais qui la quitte, fût-ce pour deux semaines, n'a plus le droit d'y revenir plus de 72 heures. S'ils enfreint cette interdiction, il commet un délit passible de prison, et effectivement on le met en pnson. On Africain qui, depuis sa naissance ,a toujours vécu sans interruption dans la même ville, n'a pas le droit de recevoir chez lui plus de 72 heures, sa fille mariée, son fils âgé de plus de 18 ans et ses petIts enfants. Un Africain natif d'une VIlle, où il a vécu sans interruption pendant 14 ans et travaillé pour le même employeur pendant 9 ans, ne peut recevoir chez lui ni sa femme, ni sa fille, ni son fils âgé de 18 ans, s'ils sont nés ailleurs. Ces infractions constantes, qu'on oblige les Africains à commettre, les mettent perpétuellement à la disposition de la police et du même coup en font des proies pour le travail forcé. Il existe 25 fermes-prisons officielles mais, en vérité, il y en a beaucoup plus. N'importe quel fermier peut demander qu'on lui donne comme manoeuvres des Africains arrêtés pour une histoire de « pass », à la condition que ce fermier élève un bâtiment pénitentiaire sur ses terres, où on attache les travailleurs la nuit. On ne lui refuse jamais ce droit, de sorte qu'on peut considérer aujourd'hui qu'à peu près 50 % des fermiers blancs utilisent la main-d'oeuvre forcée que leur livre la police. Le but de cette pratique est de constituer des réserves de main-d'oeuvre quasiment gratuite. Cet ensemble, politique et pratique, que nous appelons l'apartheid est contraint de s'appuyer sur la terreur policière. L' habpas corpus est pratiquement supprimé pour 14 millions d'habitants. Dans les townships, ce sont de perpétuelles descentes de police, quelquefois toutes les nuits pendant des semaines. Perquisitions, coups, arrestations de n'importe quelle façon. On peut retenir dans les bureaux de la police, sans la montrer à un juge pendant 180 jours, toute personne susceptible d'être témoin à charge, et naturellement, pendant ces 180 jours, la police ne se prive pas de torturer. Les jugements ensuite sont faits à huit clos. Pratiquement, un Africain ne dispose d'aucun 1!l9yen de se protéger. Il est perpétuellement un suspect, et un suspect qui peut, du jour au lendemain, être arrêté et détenu durant des années. Très souvent, d'ailleurs, un h0111111e qui a purgé sa peine est maintenu en pri son sous cet excellent prétexte que, comme cela, on le protège de ses ennemis, et aussi de la tentation de retomber clans la faute politique qu'il a commise. Voilà clonc ce qu'est la pratique de l'apartheid. Cette pratique se justifie par une théorie : c'est le racisme intégral, la supériorité absolue des Blancs sur toutes les autres races. Cette doctrine naît des faits eux-mêmes. La nécessité de se proclll'ér une main-d'oeuvre à bon marché, dont le salai re tend vers zéro, inclut pratiquement le maintien en esclavage. Et, par conséquent, le Blanc d'Afrique du Sud appelle tout naturellement sous-homme celui Clu'il traite en effet en sous-homme. ' Ln peur est partout Cette idéologie n'est pas autre chose que le produit même de l'économie et de la pratIque. Mais elle se contl'edit ellemême, car elle obI ige le Blanc à se traiter lui-même en sous-homme. D'abord, en développant sur tous les plans son raci sme· li n'y a pas de pays où l'antisémitisme soit plus affiché et plus rigoureux qu'en Ah'ique du Sud. On n'aime pas beaucoup les Anglais là-bas, et on les appelle des « Judéo-Anglais ». Cela nous rapelle une chose que nous avons entendue autrefois. De plus, la terreur, s'exerce contre les libéraux blancs euxmêmes

il y a une loi « coutre le com-

17lunisme » qui permet d'arrêter n'importe qui ; les 180 jours qui s'appliCjuent même aux Blancs, dans le cas ou ils sont suspects de s'intéresser à la cause des Noirs, fait que la terrem vit et se nourrit dans les milieux blancs euxmêmes, Les Blançs passent leur temps dans la peur coléreuse des Noirs et ils passent leur temps à avoir peur d'euxmêmes - peur qu'on les dénonce. Cette terreur n'est pas propice à un véritable développement des qualités supérieures de la race blanche. En outre, la même teneur s'exerce sur le domaine intellectuel. La majorité des instruments de culture étrangers sont prohibés. Il y a un nombre de livres, naturellement ceux de Karl Marx d'abord, qui sont interdits. Il n'y a pas de télévi sion. La littérature de là-bas est null e. On mène une vue luxueuse et morne et l'on s'étouffe peu à peu. Le résultat c'est que Photo El i. Kagan. des enquêtes sociologiques ont pu montrer que le ni veau (les lycées de. Blancs était anormalement bas. De meme, la loi qui réserve l'emploi « qualifié » aux Blancs étant donne que les Blancs ne sont p~s assez nombreux, a pour résultat une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, et l'on est obligé de concevoir ['entrée en Afrique du Sud d'immigrants de différents autres pays blancs. Bref, on peut soutenir là-bas que le principe même du racisme amène les Blancs a se rendre, par racisme, très inférieurs à ceux qu'ils oppl'iment. Pour eux, comme pou,r les N oi rs c'est l'enfer, à cette différence près Clue l'enfer c'est eux qui l'ont voulu. Mais je YOUS ai dit que cette plaIe risquait de devenir un cancer généralisé. C'est d'abord qu'il y a un accord tacIte et des liens réels entre l'Afrique du Sud, le Portugal et les autorités lllégaies de Rhodésie du Sud, et cette entente est plus agressive que défensive. Beaucoup d'Afrikaaners ne cachent pas l'idée d'un impérialisme qui s'étendrait sur toute l'Afrique. Cette idée, d'autre part, qu'un Etat fort peut pratiquer l'apartheId, c'est-àdire le racisme jusqu'à ses plus implacables conséquences, en toute impunité, est une des sources de la recrudescence, en Europe et aux Etats-Unis, du nazisme. Elle encourage de jeunes mouvements fascistes et ces mouvements fascistes qui, d'ailleurs, trouvent une base l'éelle là-bas. mettent dans leur programme, parmi les trois ou quatre premiers principes, la défense de l'apal,theid et la défense du gouvernement de l'Afrique du Sud· Un coura ge a dmirable En Afrique même, les Etats africains ont condamné, à l'O.U.A., l'apartheid. Leur indignation risque de modifier dangereusement leur conception de l'unité multiraciale et, à juste titre, la confiance qu'ils font jusq u'ici à leurs ressortissants européens. Avec un courage admirable, malgré toutes les difficultés, un certain nombre d'organisations luttent contre ce régime ignoble. Des organisations qui sont créées, on peut le dire, dans les pires conditions. Elles sont nombreuses encore, l'unité n'est pas faite , on les décime, leurs c,heEs apparaissent, rési stent et sont, au bout de peu de temps, en prison ou relégués. Mais ils continuent la lutte. Une bonne affaire PLUSIEURS firmes françaises tirent le plus grand profit de la vente d'armes au gouvernement sud-africain. Panhard fournit des chars, et Dassault des avions. Quant à Thomson·Houston, c'est tout un programme d'études qu'elle mène pour doter de missiles l'armée de Prétoria. L'Afrique du Sud s'était d'abord adressée aux industriels anglais. Un projet de missiles sol-air avait été mis en chantier, le projet (( Chien de chasse II. En 1964, lorsque l'O.N.U. recommanda des mesures de rétorsion contre la politique d'apartheid, le gouvernement britannique décida d'interdire la poursuite des études. Prétoria s'adressa alors à la Compagnie française Thomson-Houston, qui reprit les études sur le nom de (( Projet Cactus II. Thomson forma d'abord un organisme spécial, le M .D.C., le (( Maître d'OEuvre Cactus JJ, pour coordonner les travaux, prendre contact avec des firmes sous· t raitantes. La firme Matra, comme pour ses automobiles de courses, prit en charge la réalisation des fusées, Thomson et ses filiales (Thomson,Varian, la S.N.E.R.I., Hotchkiss-Brandt) les travaux électroniques. Le programme d'études, qui a débuté en 1965, doit durer trois ans. Il est difficile d'en chiffrer précisément le coût, mais certaines approximations sont possibles, par comparaison avec des projets similiaires. Les études, donc, qui mobi· lisent à plein temps 40 ingénieurs, soit 200 personnes au minimwn (car il faut compter en moyenne 4 auxiliaires pour un ingénieur) coûteront un minimwn de 5 milliards d'anciens francs. La fabrication, qui sera entreprise ensuite, coûtera un minimwn de 20 milliards d'anciens francs. Au printemps dernier, une haute personnalité sud-africaine devait venir visiter la firme Thomson, et faire le point des travaux. Les syndicats avaient alors pré· paré une manifestation contre la politique d'apartheid, et contre le racisme en général. En fin de compte, la visite n'eut pas lieu. Mais ce programme, et d'autres avec lui, ne s'en poursuivent pas moins. Ils sont directe de la au poir requerr conflit guerre dance, rait l'Afriqt giner laisser venir les bon qu'à serait L'O.: fondée les for Dès 19 bre, l', long), relatior du Suc s'abstel gu:en ete COI le prol l'Afriq Sud a politiql persi st; sances naires Ceci C' cipaux N.U. Unis. l'Italie A c' Puisqu qui ca nershi d'abon mais ( tissem, les en geot, investi après coopér dévelo , de Pl'! satelli1 spécia che s sont { qui vi Sud. climat repl'és rait 1 du : et le malll cela C', le p avec 1966 la q appl' et p cessl du Pan' te, ï Il y la C sur télé, atti1 adrr reve peu mal à 1, une ave , ç n al ing Ma cet" se qUt deo drc ceo opi no' go ye: pu gl; un Photo Elie Kag.n. Très des enquêtes sociologiques ont pu montrer que le niveau des lycées de Blancs était anormalement bas. De même, la loi qui réserve l'emploi « qualifié» aux Blancs, étant donne que les Blancs ne sont pas assez nombreux, a pour résultat une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, et l'on est obligé de concevoir l'entrée en Afrique du Sud d'immigrants de différents autres pays blancs. Bref, on peut soutenir là-bas que le principe même du racisme amène les Blancs a se rendre, par racisme, très inférieurs à ceux qu'ils oppriment. Pour eux, comme pour les Noirs, c'est l'enfer, à cette différence près Que l'enfer c'est eux qui l'ont voulu. Mais je vous ai dit Que cette plaie risquait de devenir un cancer générali sé. C'est d'abord qu'il y a un accord tacite et des liens réels entre l'Afrique du Sud, le Portugal et les autol'ités 1l1égales de Rhodésie du Sud, et cette entente est plus agressive que défensive. Beaucoup d'Afrikaaners ne cachent pas l'idée d'un impérialisme qui s'étend rait sur toute l'Afrique. Cette idée, d'autre part, qu'un Etat fort peut pratiquer l'apartheld, c'est-àdire le racisme jusqu'à ses plus implacables conséquences, en toute impunité, est une des sources de la recrudescence, en Europe et aux Etats-Unis, du nazisme. Elle encourage de j eunes mouvements fascis tes et ces mouvements fascistes qui, d'ailleurs, trouvent une base réelle là-bas. mettent dans leur programme, parmi les trois ou quatre prem iers principes, la défense de l'apartheid et la défense du gouvernement de l'Aft-ique du Sud· Un courage admirab'le En Afrique même, les Etats africains ont condamné, à l'O.U.A., l'apartheid. Leur indignation risque de modifier dangereusement leur conception de l'un ité multiraciale et, à juste titre, la confiance qu'ils font jusqu'ici à leurs ressor.tissants européens. Avec un courage admirable, malgré toutes les difficultés, un certain nombre ~l'organ i sations luttent contre ce régime 19noble. Des organisations qui sont créées, on peut le di re, dans les pi res conditions. Elles sont nombreuses encore, l'un ité n'est pas faite , on les décime, leurs chefs apparaissent, résistent et sont, au ,b0l!t de p~u ~e temps, en prison ou relegues. MalS lis contmuent la lutte. bonne affaire tirent le plus grand profit de la vente d'armes Panhard fournit des chars, et Dassault des IJUl"U'll·JCl.UU"LU". c'est tout un programme d'études qu'elle de Prétoria. d'abord adressée aux industriels anglais. Un projet mis en chantier, le projet (( Chien de chasse li. En des mesures de rétorsion contre la politique britannique décida d'interdire la poursuite des à la Compagnie française Thomson-Houston, qui (( Projet Cactus ». un organisme spécial, le M.O.C., le (( Maître d'OEuvre les travaux, prendre contact avec des firmes souscomme pour ses automobiles de courses, prit en Thomson et ses filiales (Thomson·Varian, la les travaux électroniques. qui a débuté en 1965, doit durer trois ans. Il est Ilciisén:J.erlt le coût, mais certaines approximations sont posavec des projets similiaires. Les études, donc, qui mobiingénieurs, soit 200 personnes au minimum (car il faut auxiliaires pour un ingénieur) coûteront un minimum La fabrication, qui sera entreprise ensuite, coûtera francs. haute personnalité sud-africaine devait venir visiter point des travaux. Les syndicats avaient alors préla politique d'apartheid, et contre le racisme en visite n'eut pas lieu. Mais ce programme, et d'autres pas moins. Ils sont l.entement passés, sous l'infuence directe de la situation et de la terreur, de la rési stance non violente à la mise au point d'organismes et d'actions qui requerront la violence. Le jour où un conflit éclaterait, ce serait non pas une guerre civile mais une guerre d'indépendance, une guerre de liberation , qui pourrait entraîner la conflagration dans l'Afrique entière. Car on ne peut imaginer que les Etats noirs pourraient laisser leurs frères massacrés sans intervenir et le conflit ne resterait pas dans les bornes )e la seule Afrique. Nul doute qu'à ce moment là, la paix du monde seniit directement menacée. L'O.N.U. s'est émue. N'est-elle pas fondée sur le principe : éliminer toutes les formes de discrimination raciale ? Dès 1963, dans sa résolution de novembre, l'Assemblée prie, (le mot en dit long), les Etats membres de rompl'e les relations diplomatiques avec l'Afrique du Sud et de boycotter ses produits. de s'abstenir de commerce. Aujourd 'hui 9u'en est-il ? Le Comité Spécial qui il eté constitué par l'O.N.U. pour étud ier le problème de la politique raciale de l'Afrique du Sud déclare : l'Afrique du Sud a été encouragée à poursuivre sa politique désastreuse par l'opposition persistante de certaines grandes puissances qui sont les principaux partenai res commerciaux de l'Afrique du Sud. Ceci en aoüt 1966. Quels sont ses principaux partenaires ? Le texte de l'O. N.U. le dit : l'Angleterre, les EtatsUni s. l'Allemagne de l'Ouest le Japon l'Itali e, le Canada, la France. ' , A chacun de balayer devant sa porte. PUlsque nous sommes en France, voici ce qui caractérise p01)r la France ce partnershi p. Les échanges commerciaux d'abord : le volume global reste modeste mais de 1961 à 1965, il a doublé. Investissements

il y a des filiales industrielles

en Afrique du Sud de Renault, Peugeot, Berliet, Thomson-Houston ; les investissements français ont la 3" place après l'Angleterre et les Etats-Un is. La coopération scienti fique et technique se développe. Les Français ont créé, près , de Prétoria, une station de repérage des satellites. On va former au C.N.R.S. des spécialistes sud-africains pour la recherche spatiale. Des techniciens français sont envoyés pour le forage du pétrole qui vient d'être entrepris en Afrique du Sud. Tout cela se développe dans un climat « d'amitié ». En mars 1963 le représentant de Thomson-Houston dé~larait en Afrique du Sud où il s'était rendu

« La situation politique est bonne

et le gouvernement a les choses bien en mains. Il n'y a aucune raison pour que cela change ». C'est que le gouvernemnt français est le premier à encourager les relations avec l'Afrique du ~ud. Le 7 janvier 1966, la France a refusé de répondre à la question de U Thant sur la nonapplication de l'embargo sur les armes ; et pour cause : notre pays n'a jamais cessé de vendre des armes à l'Afrique du Sud. Il vend des véhicules blindés Panhard, il vend des hélicoptères Alouette, il vend des avions Mystere et Mirage. Il y a un contrat d'étude et d'essais de la Compagnie Thomson-Houston portant sur une vingtaine de batteries d'engins téléguidés solaires. Pour justifier cette attitude, vous apprécierez cette phrase admirable de M" Roux, député-U.N.R., revenant de visiter ce pays de haine, de peur, dont la société entière se sent malade : « Cette république appartient à la culture occidentale ». Ou bien, c'est une naïveté, ou bien, c'est un étrange aveu sur ce que nous sommes. Quant au gouvernement, lui, il déclare n'appliquer ici que son principe de noningérence dans les affaires nationales. Mais je vous signale l'aspect sini stre de cette plaisanterie. Comment ! Un pays se donne le gouvernement qu'il veut lorsque 75 % des habitants sont les esclaves des 25 % d'autres, et qu' ils n'ont aucun droit ni de vote, ni de réunion ? Quand ces 75 % ne peuvent manifester leur opinion sans qu'on les mette en prison, nous dirons que ce pays s'est donné le gouvernement qu'il veut ? En vérité, "endre des armes aux maîtres pour qu'ils puissent continuer leur domination sanglante sur les esclaves, c'est en vérit! une ingérence, une atteinte à la souvera ineté nationale ; car cette souveraineté ne doit pas appartenir aux Blancs ; elle pourrait, au mieux être exprimée aux suff rage universel, lequel n'existe pas. Par conséquent, le principe du Gouvernement est un principe totalement faux. Plusieurs fo is, des avions ont mitraillé des Noirs pacifiques en Afrique du Sud. Qui dit que la prochaine fo is, cela ne sera pas nos propres avions, et comment pouvons-nous admettre que le gouvernement français, qui a proclamé sa solidarité avec les pays du 'fiers Monde, c'està- di re avec les nations qui ont fraîchement acquis leur indépendance, se fasse com plice de la terreur et des massacres que des colons, au bout de l'Afrique, font lfupporter à des colonisés pour les empêcher d'atteindre à l'indépendance ? Responsables et complices La lettre qu'on vous lira tout à l'heure intégralement de M. Maroff, président clu Comité Spécial chargé par l'O.N.U. d'étudier la question raciale en Afrique du Sucl, comprend un passage qui doit nous être particulièrement sensible : « Il m'est pénible, écrit-il, cie relever dans l'attitude officielle de la F rance cles lacunes qui n'augurent rien cie bon pour l'avenir de la liberté, de l'égalité si cher au peuple frança is. Par l'accroissement de son volume commercial, avec l'Afrique clu Sud, par l'envoi massif d'armes meurtrières au régime raciste cie Prétoria, par sa position coupable et complice aux ations-Un ies, et au mépris de toutes les résolutions adoptées sur la question cie l'apartheid, le gouvernement français est en train de décevoir jusqu'à ses supporters les plus acharnés ». Notre Comité cie Liaison se propose de lutter pour que le gouvernement français fasse cesser ce scandale et pour qu'il applique à la lettre les recommandations de l'O. .U. Quels sont exactement les moyens d'aider les organisations qui se ont constituées depuis longtemps I~o ur résister à la terreur en Afrique du Sud. Ces moyens, ce n'est pas à moi de vous les dire mais nous pouvons d'abord en signaler un : c'est l'information. Il nous faut d'abord informer, et c'est pour cela que nous vous avons demandé cie bien vouloir venir ici. Il faut d'abord informer .le pub! ic français, car s'il était au courant de la façon dont des hommes traitent des hommes en Afrique du Sud, i! ne pourrait pas ne pas se joindre à notre lutte. Il ne le pourrait pas, Les obsèques des victimes de la répression de Sharpeville, en 1961. Depuis lors, le climat n'a fait qu'empirer en Afrique du Sud. parce que, même après les exactions commises pendant la guerre d'Algéne, même les colons français en Algérie, peuvent être considérés comme des anges à côté du gouvernement d'Afrique du Sud. On ne peut pas nous donner mauvaise conscience : nous avons été terribl es, mais ils le sont cent fo is plus. Notre Comité donc se propose d'abord l'information. Il se propose ensuite, par différents moyens, d'affirmer notre solidarité avec ces mouvements de résistance, solidarité qui ne doit pas seulement être une solidarité verbale, mais une solidarité pratique et efficace. Il faut que ces hommes, dont l'héroïsme est de lutter dans la solitude, sachent qu'ils ne sont pas seuls, que non seulement l'O.N. U. a condamné l'apartheid, mais qu'encore des organisations privées, dans tous les coins du monde, des organisations où adhèreront les grands syndicats, où adhèreront les Eglises, où adhèreront les hommes en général sans distinction sont avec eux. Si nous ne pouvions pas réussir, non seulement ici en France, mais partout ailleurs, si nous ne réussissions pas à amener à la lutte la majorité, et dans un état d'esprit profond, sérieux, nous serions responsables et complices, par passivité, d'un néo-nazisme intolérable et virulent qui viendra d'Afrique du Sud et qui infectera jusqu'à l'Europe. C'est ce que nous devons comprendre de ces mots très sugo-estifs employés par M. Maroff dans sa lettre : « L'attitude officielle de la France n'augure rien de bon pour l'avenir de la ~iberté et de l'égalité ». Entendez bien ce Que cela veut dire : si ces pratiques sont tolérées, si nous continuons à les tolérer, alors cette plaque tournante du fascisme qu'est l'Afrique du Sud nous renverra les fascistes qui nous apprendront notre douleur. NELLY SACHS, prix Nobel Une uOix par Lionc LES CHEMINÉES o les cheminées sur les demeures ingenleusement imc quand monta en fumée à travers l'atr 1'2 corps d'Israël Et qu'étoile noircissante le reçut le ramoneur : à moins que ce fût un rayon de sol o les cheminées ! Chemins de la liberté pour la pouss Qui donc vous l'inventa et le bâtit pie ce chemin pour des fugitifs de fume o les demeures de la mort aménagées de façon séduisante pour 1'2 maître du logis, qui autrefois o doigts barrant le seuil de l'entrée comme un couteau entre la vie et le o cheminées, ô doigts! Et le corps d'Israël qui dans l'air mOI CHOEUR DES 0 Nous les orphelins, lançons notre plainte au monde : on a flanqué à bas notre branche pour la jeter au feu ! On a fait du bois de chauffage de nos tu Nous les orphel ins reposons sur les plateOl Nous les orphelins, lançons notre plainte au monde: la nuit nos parents jouent à cache-cache Derrière les plis noirs de la nuit leurs visages nous regardent, et nous parlent leurs bouches: nous. ne fûmes que bois sec dans la main mais nos yeux sont devenus des yeux d'an! et vous observent, leurs regards traversent les plis noirs de la nuit! Nous les orohelins, lançons notre plainte au monde ce sont des pierres que nous avons pour je des pierres qui portent visage, les visaç Elles ne se fanent pas comme les fleur Elles ne brûlent pas comme le bois sec Nous les orphelins, lançons notre plainte o monde, pourquoi nous as-tu ravi nos tel et les pères qui disent : mon fils, comme Nous les orphelins, il n'est plus personne o monde, nous portons plainte contre toi (Adaptation de Lionel Richard. tement passés, sous l'infuence la situation et de la terreur, ance non violente à la mise 'organismes et d'actions qui la violence. Le joUI' où un erait, ce serait non pas une e mais une guerre d'indépenuerre de libération, qui pOUl'ner la conflag rati on dans tière. Car on ne peut imales Etats noirs pou rraient frères massacrés sans inter confli t ne resterait pas dans e la seule Afrique. Nul doute ment là, la paix du monde tement menacée. s'est émue. N'est-elle pas le principe : éliminer toutes de discrimination raciale ? ans sa résolution de novemmblée prie, (le mot en di t tats membres de rompre les iplomatiques avec l'Afrique de boycotter ses produits, de de commerce. Auj oUl'd'hui ? Le Comité Spécial qui il é par l'O.N.U. pour étudier de la politique raciale de Sud déclare : l'Afrique du encouragée à poursuivre sa lésastreuse par l'opposition de certaines grandes puissont les principaux parte- 1erciaux de l'Afrique du Sud. 't 1966. Quels sont ses printenai res ? Le texte de l'O. it : l'Angleterre, les Etatsmagne de l'Ouest, le Japon, anada, la France. de balayer devant sa por te. sommes en France, voici ce pOlIr la France ce partéchanges commerc iaux volume global reste modeste 1 à 1965, il a doublé. I nvesil y a des f ili ales industrieldu Sud de Renaul t, PeuThomson- Houston ; les français ont la 3' place eterre et les Etats-Uni s. La scienti fiq ue et technique se F rançais ont créé, près une station de repérage des va former au C.N.R.S. des icains pour la recher Des techni ciens français pour le fo rage du pétrole être entrepris en Afrique du cela se développe dans un itié ». E n mars 1963, le de T homson-Houston c1éclaique du Sud où il s'était ren- 1 situation politique est bonne rnement a les choses bien en 1'y a aucune ra ison pour que ». le gouvernemnt français est à encoUl'ager les relations iq ue du Sud. Le 7 janvier rance a refusé de répondr e à tl de U T hant sur la nonde l'embargo sur les armes ; LUse : notre pays n'a jamais rendl'e des armes à l'Afrique 1 vend des véhicules blindés 1 vend des hélicoptères Alouetdes avions Mystere et Mirage. contrat d'étude et d'essais de

nie T homson-Houston portant

ingtaine de batteries d'engins solaires. Pour justifier cette 'ous apprécierez cette phrase de M' Roux, député-U.N.R., ie visiter ce pays de haine, de t la société entière se sent ,« Cette république appartient

e occidentale ». Ou bien, c'est

té, ou bien, c'est un étrange ce que nous sommes. u gouvernement, lui, il déclare l' ici que son pr incipe de nondans les affaires nationales. ous signale l'aspect sini stre de

anterie. Comment ! Un pays

e gouvernement qu'il veut lorsdes habitants sont les esclaves d'autres, et qu' ils n'ont aucun e vote, ni de réunion ? Quand , ne peuvent manifes ter leur 111S qu'on les mette en pri son, 11S que ce pays s'est donné le rlent qu'il veut ? En vérité, s armes aux maîtres pour qu'ils

ontinuer leUl' domination sant'

les esclaves, c'est en véri t~ ence, une atteinte à la souverain eté nationale ; car cette souveraineté ne doit pas appa rtenir aux Blancs ; elle pOUl:rait, au mieux être exprimée aux , suff rage universel, lequel n'existe pas. P ar conséquent, le principe du Gouver nement est un principe totalement faux . P lusieurs fo is, des avions ont mitra illé des Noirs pacifiques en Afrique du Sud. Qui dit que la prochaine fo is, cela ne sera pas nos proPJes avions, et comment pouvons-nous admettre que le gouvernement -français, qui a proclamé sa soli darité avec les pays du T iers Monde, c'està- dire avec les nations qui ont fraîchement acquis leur indépendance, se fasse complice de la terreur et des massacres que des colons, au bout de l'Afrique, font supporter à des colonisés pour les empêcher d'atteindr e à l'indépendance ? Responsables et complices La lettre qu'on vous lira tout à l'heUl'e intégralement de M. Maroff, président du Comité Spécial cha rgé par l'O.N.U. d'étudi er la question raciale en Afrique du Sud, comprend un passage qui do it nous être particul ièrement sensibl e . « Il m'est pén ible, écr it-il, de relever dans l'attitude officielle de la France des lacunes qui n'augurent r ien de bon pour l'avenir de la liberté, de l'égalité si cher au peuple français. Par l'accroissement de son volume commercial, avec l'Afri que du Sud, pa r l'envoi massif d'a1'111es meurtrières au régime raciste de P rétoria, par sa position coupable et complice aux Nations-Unies, et au mépris de toutes les résolutions adoptées sur la quest ion de l'apartheid, le gouve1'11ement frança is est en t rain de décevoir jusqu'à ses supporters les plus acha1'11és ». Notre Comité de Liaison se propose cie lutter pour que le gouvernement français fasse cesser ce scandale et pour qu'il applique à la lettre les recommandati ons de l'O.N.U. Quels sont exactement les moyens d'aider les organisations qui se sont constituées depuis longtemps pour rés ister à la terreur en Afri que du Sud. Ces moyens, ce n'est pas à moi de vous les di re mais nous pouvons d'abord en signaler un : c'est l'info rmati on. Il nous faut d'abord informer, et c'est pour cela que nous vous avons demandé de bi en vouloi r venir ici . Il faut d'abord informel' .le publi c français, car s'il était au courant de la façon dont des hommes traitent des homlnes en Afrique du Sud, il ne pourrait pas ne pas se joindre à notre lutte. Il ne le pour rait pas, Les obsèques des victimes de la répression de Sharpeville, en 1961. Depuis lors, le climat n'a fait qu'empirer en Afrique du Sud. parce que, même après les exactions commises pendant la guerre d'Algérie, même les colons français en Algérie, peuvent être considérés comme des anges à côté du gouvernement d'Afrique du Sud. On ne peut pas nous donner mauvaise conscience : nous avons été terribles, mais ils le sont cent fo is plus. Notre Comité donc se propose d'abord l'info rmation. Il se propose ensuite, par diffé rents moyens, d'affirmer notre solidarité avec ces mouvements de résistance, solidarité qui ne doit pas seulement être une solidarité verbale, mais une solidarité pratique et efficace. Il faut que ces hommes, dont l'héroï sme est de lutter dans la solitude, sachent qu' ils ne sont pas seuls, que non seulement l'O.N. U. a condamné l'apartheid, mais qu'encore des organisations privées, dans tous les coins du monde, des organisations où adhèreront les grands syndicats, où adhèreront les Eglises, où adhèreront les hommes en général sans distinction sont avec eux . Si nous ne pouvions pas réussir, non seulement ici en France, mais partout ailleurs, si nous ne réussissions pas à amener à la lutte la majorité, et dans un état d'esprit profond, séri eux, nous serions responsables et complices, par passivité, d'un néo-nazisme intolérable et virulent qui viendra d'Afrique du Sud et qui infectera jusqu'à l'Europe. C'est ce que nous devons comprendre de ces mots très suggestifs employés par M. Maroff dans sa lettre : « L'attitude officielle de la France n'augure rien de bon pour l'avenir de la liberté et de l'égalité ». Entendez bien ce que cela veut dire : si ces pratiques sont tolérées, si nous continuons à les tolérer, alors cette plaque tournante du fascisme qu'est l'Afrique du Sud nous renverra les fascistes qui nous apprendront notre douleur. NELLY SACHS, prix Nobel: Une uoix qui accuse ••• par Lionel RICHARD DANS la poésie de langue allemande il est quelques voix qui pour nous sont attachées à la condamnation des crimes nazis: Johannes R_ Becher, par LES CHEMINÉES o les cheminées exemple, avec son poème Les souliers d'enfants de Lublin, ou Paul Celan, avec sa Fugue de la Mort. L'oeuvre de Nelly Sachs accuse elle aussi, mais elle a ceci de particulier qu'elle est née vraiment avec le nazisme, et qu'elle est tout entière traversée par le souvenir des persécutions raciales. L'un des poèmes de son premier recueil important, publié en 1946 à Berlin·Est aux éditions Aufbau, et intitulé Dans les demeures de la mort, pose nettement le problème du racisme : « A ton existence ô Israël pourquoi la réponse noire de la haine ?... » Ainsi Nelly Sachs t émoigne. L'antisémitisme vient de fort loin, mais rares sont les voix qui, en poésie, ont traduit les infortunes millénaires du peuple juif : rares sont celles, du moins, qui, s'élevant au-dessus du docu, ment, font preuve d'une incontestable valeur littéraire. Avec Nelly Sachs une poésie émouvante chante enfin ces malheurs, une poésie militante parce que propre à apitoyer, par la sincérité de ses accents; par sa gravité cette oeuvre donne mauvaise conscience à qui reste à l'écart. Ce qui, de plus, est remarquable, c'est qu'elle ait été écrite en allemand, invitant ainsi le peuple allemand à réfléchir sur son histoire, et lui montrant ce que traditionnellement, de Henri Heine à Kurt Tucholsky ou Walter Benjamin, le judaïsme est capable d'apporter à la littérature allemande. sur les demeures ingénieusement imaginées de la mort quand monta en fumée à travers l'atmosphère le corps d'Israël Et qu'étoile noircissante le reçut le ramoneur : à moins que ce fût un rayon de soleil ? o les cheminées ! Chemins de la liberté pour la pousslere de Jérémie et de Job Qui donc vous l'inventa et le bâtit pierre à pierre ce chemin pour des fugitifs de fumée ? o les demeures de la mort aménagées de façon séduisante pour le maître du logis, qui autrefois était l'invité o doigts barrant le seuil de l'entrée comme un couteau entre la vie et la mort o cheminées, ô doigts! Et le corps d'Israël qui dans l'air monte en fumée! CHOEUR DES ORPHELINS Nous les orphelins, lançons notre plainte au monde : on a flanqué à bas notre branche pour la jeter au feu! On a fait du bois de chauffage de nos tuteurs , Nous les orphel ins reposons sur les plateaux de la sol itude Nous les orphelins, lançons notre plainte au monde : la nuit nos parents jouent à cache-cache avec nous. Derrière les plis noirs de la nuit leurs visages nous regardent, et nous parlent leurs bouches: nous. ne fûmes que bois sec dans la main d'un bûcheron, mais nos yeux sont devenus des yeux d'anges et vous observent, leurs regards traversent les plis noirs de la nuit! Nous les orohelins, lançons notre plainte au monde ce sont des pierres que nous avons pour jouets, des pierres qui portent visage, les visages de nos pères et mères Elles ne se fanent pas comme les fleurs, 'elles ne mordent pas comme les animaux, Elles ne brûlent pas comme le bois sec quand on le jette au feu ! Nous les orphelins, lançons notre plainte au monde: o monde, pourquoi nous as-tu ravi nos tendres mères et les pères qui disent : mon fils, comme tu me ressembles Nous les orphelins, il n'est plus personne au monde à qui nous ressemblons! o monde, nous portons plainte contre toi (Adaptation de Lionel Richard' 10----------------------------------------------------------------------------------------------------------- NIMES •• Des Lycéens enquêtent Le Gard n'est pas seulement ce département où des nostalgiques du _ fascisme, des « théoriciens » racistes et des mercenaires prêts à tout vont s'entraîner dans des contrées désertes. A Nîmes, pour ne prendre qu'un exemple, un groupe de lycéens s'est donné pour tâche de faire réfléchir les jeunes sur des problèmes réels et actuels. Au début de cette année, ils ont réalisé une véritable petite expérience sociologique, au niveau de leur Lycée. Expérience qu'on pourrait résumer par une question: « Etes-vous raciste? ». ASIX ou sept, l'an dernier, nous avons créé le Club Lycéen Nimois, qui {{ réunissait des jeunes intéressés par l'étude de problèmes tels que la réforme de l'enseignement en Fra,nce, comparée aux méthodes pratiquées en Angleterre, aux U.S.A. ou en U.R.S.S. « De là, il nous est apparu nécessaire de concrétiser nos recherches en faisant une sorte d'analyse spectrale de notre lycée, c'est·à-dire en dégageant les principaux axes de pensée et d'action des jeunes il l'heure actuelle. Et tout naturellement, nous avons débouché sur le racisme. Pendant les vacances de Noël, nous avons dépouillé une documentatio,n four· nie sur ce sujet par l'Alliance des Equipes Unionistes. Au début, il s'agissait d'un simple travail d'animation... Rapide. ment, nous nous sommes aperçus qu'il était impossible d'en rester là mais qu'il fallait agir. Nous avons alors eu l'idée de lancer dans notre milieu, c'est·à·dire le milieu lycéen, une enquête, qui à notre sens représente une forme d'action militante. " C'est Guy Kastler qui ouvre ainsi la réunion à laquelle il m'a conviée. Pen· dant plusieurs heures, Guy, âgé de 16 ans , élève de 1 ~ , et ses camarades Jean-Marc 18 ans, technique terminale ; Claude Olivier, 17 ans, apprenti vendeur; Sylvestre, 17 ans, 1" ; Emmanuel , 15 ans, seconde plus au premier abord (45 % des lycéens se basent sur l'aspect physique, 13 % sur les différences de coutumes (;t moeurs, 22 % sur les différences de culture, religion, éducation etc.) Par opposition 5 % pensent qu'il n'y a pas de race. « Nous sommes tous des ba· tards " écrit un lycéen. L'existence du racisme en France a entrainé des réponses et des commer. · taires intéressants dans la mesure 011 ils illustrent la façon dont les jeunes de quinze à dix-huit ans appréhendent ce problème. Ainsi 65 % des élèves interrogés ont remarqué des manifestations de racisme qui s'exercent par ordre d'importance à l'égard des noirs, des rapa· triés, des immigrés (algériens, portugais , espagnols, etc,), des juifs, des gitans, des allemands (?) Il est intéressant de noter que les lycéens nimois mettent les rapatriés en deuxième position, dans l'échelle des victimes du racisme, Françoise expliqu'3 pourquoi : « Les rapatriés so,nt venus en grand nombre s'établir à Nîmes, où ils sont e,nviron 15.000. Lorsqu'is sont arrivés, leur attitude supérieure et reven· dicative a rebuté la population et a créé en même temps un certain sentiment de jalousie : en effet ils ont souvent été privilégiés dans le domaine du loge· ment et du travail ». Deux mois de travail ; deux cents questionnaires analysés. classique et Françoise, 18 ans, philo, vont me parler avec ardeur et enthousiacme de cette enquête qu'ils ont eux-mêmes élaborée et analysée. Avec l'aide des professeurs « Nous étions une vingtaine à peu près explique Françoise, divisés en trois ou quatre équipes de travail pour choisir les questions à partir des divers problèmes qui découlent du racisme. Voté en séance pleinière, le questionnaire a été lancé au mois de mars, une semai· ne avant Pâques. Sur six cents exemplaires distribués, avec l'aide des professeurs dans certaines classes, il en est revenu quatre cents dont deux cents ont été dépouillés, ce qui constitue un échan· tillon suffisamment représentatif des mil· le cinq cents lycéens de Nimes. » A raison d'une réunion par semaine. deux mois ont été nécessaires pour l'interprétation des réponses en chiffres et en pourcentages et le choix des commentaires. Les membres du Club Lycéen Nimois entreprirent alors la rédaction des résultats de ,l'enquête, travail qui allait largement empiéter sur leurs ,vacances. « Entre temps, reprend Guy, j'étais venu assister à la Journée Nationale du MRAP, le 8 mai, à l'UNESCO, et j'avais pris connaissance du livre « Les Français et le racisme» d'Albert Memmi, Paul Maucorps et Jean·François Held, deux éléments qui m'ont beaucoup aidé dans la rédaction de l'enquête. » Vingt trois questions qui vont du gé· néral au particulier, abordent successivement le problème de la définition du mot « race ", l'évolution du racisme, ses manifestations en France, les éventuelles solutions, puis se plaçant sur un plan plus individuel, plus intime : amitié, mariage, comportement quotidien etc. Première question : « Vous sentez· vous concerné par le problème du racisme ? » : 45 % de réponses négatives. « Ce nombre nous a frappés par son im· portance », écrivent les en'quêteurs. Nous sommes tous des bâtards A la question « qu'entendez-vous par le mot « race ? », il semblerait, lit-on dans l'enquête qu'une race se définit surtout par le caractère qui frappe le 53 % des lycéens de Nîmes estiment que ies Français sont racistes : « Il faut remarquer, écrivent les commentateurs, que si l'éducation et les préjugés font le Français raciste, la presse joue aussi un rôle important. Non seulement la presse raciste ou nationaliste, mais aussi la presse courante. Nous avo,ns par exemple remarqué dans un journal régional que la place réservée à une agression commise par un Arabe était beaucoup plus importante que celle ré· servée à un Français auteur d'un méfait semblable le même jour. » A Nîmes, où la Communauté israélite est importante, des plaques annoncent les heures du culte juif. Une de ces p.laques a été couverte d'inscriptions « mort aux juifs ", et « Juden ,Raus " ; une autre a été arrachée et jetée au ruisseau. La question numéro 19, « Vous ma· ririez-vous à une personne de « race » différente de la vôtre ? », est naturelle· ment une de celles, disent les enquêteurs qui a suscité le maximum de commentaires

elle engageait concrètement

le répondant ; 47 % des élèves ont répondu « oui " mais beaucoup avec des restrictions portant sur la différence de religion, l'aspect physique : « pas avec u,n gitan parce qu'il est sale ! » - « les noirs sont repoussants ». « En fait, constatent ;es enquêteul s, on retrouve les mêmes arguments dans les 53 % de « non » qui d'autre part prennent en considératio,n le cas d'enfants issus d'un mariage mixte : « les en· fants sont rejetés par les deux « races », les deux sociétés. » • « les enfants sont des dégénérés. » (?) Certains, plus rares, s 'avouent carrément racistes, citant Gobineau, lan Smith, Verwoerd pour étayer leur argumentation, tel cet élève de 1", âgé de 18 ans qui écrit : « De même que les animaux de races différentes ne se croisent pas entre eux, de même l'homme ne doit pas le faire, car le re· jeton dans l'échelle des races ne sera qu'un intermédiaire minable entre ces deux races. » Hitler, Verwoerd et lan Smith ... « Il n'y a pas lieu d'être optimistes », concluent les membres du Club lycéen . En effet 13 % des interrogés ont une attitude de recul devant une personne de couleur différente (question 20), 10 % « se sentent supérieurs lorsqu'ils se trouvent au milieu de personnes d'au · tres races » (question 21) . D'autre part, dans l'ensemble , les lycéens interrogés sont eux-mêmes plutôt pessimistes puisque 59 % d'entre eux considèrent le racisme comme une fatalité .... Enfin il semble que ceux qui s'intéressent le plus à ce problème soient dans la plupart des cas les racistes. En effet, ont été cités Hitler, Verwoerd, Eugen Fisher, le Dr. James Gregor, lan Smith, alors que les antiracistes n'ont pu trouver que Jean-Paul Sartre pour défendre leurs positions. « Ces quelques remarques nous pero mettent de souligner la réalité du danger que représentent le nationalisme et la recrudescence du nazisme, parmi les jeunes. Ainsi dans notre département (Gard), le quatrième camp-école des Etu· diants Nationalistes a pu se dérouler du 15 au 30 juillet dernier. D'autre part nous savons qu'il existe à Nîmes un certain nombre de lycéens nationalistes - adhérents ou non de la F.E.N. - et des « Jeunesses Tixier » importantes ». « Sans exagérer la gravité de la situation, il faut s'inquiéter de l'activité de ces jeunes : distribution de tracts avec photos truquées, propagande intensive de la F.E.N., manifestations bruyantes à l'occasion du passage de Tixier-Vignan- RACISME cour, croix gammées dessinées sur les murs et les tableaux des classes. » Le diagnostic de ces jeunes est juste : il y a danger, quand l'un de leurs ca· marades, un élève de 2' , âgé de dix-huit ans a le courage d'écrire en signant d'une croix gammée « l'antisémitisme qui n'est pas une forme de racisme, car les iuifs ne forment pas une race, est justifié : tous les hauts postes dans les finances sont occupés par eux et de ce fait une mi,norité gouverne une majorité. Hitler avait raison. » Faire réagir Il serait oiseux et superflu de s'étendrE'! sur l'importance de l'initiative du Club Lyceén Nîmois. Ces jeunes gens, qui au départ, n'avaient qu'une vague idée de ce que représentait le racisme, ont pris conscience de l'ensemble du problème, l'ont étudié sur eux-mêmes, puis ont procédé à la même analyse sur leurs camarades qui, d'une façon consciente ou non, ont été obligés ne fût-ce qu'une seconde, d'accomplir cette démarche intellectuelle, Guy Kastler ne se trompait pas ; l'enquête qu'il a menée avec ses camarades, est devenue à leur niveau une réelle forme d'action militante, comme en témoignent aussi leurs projets : faire d'ici la fin de l'année, une « semaine sur le racisme » à la Maison de la Jeunesse de Nîmes, avec une exposition de photos, des films, des débats sur le néo-nazismeet les travailleurs immigrés, une partie artistique comportant des poèmes et des chants. Le but de cette manifestation, c'est Guy qui l'exprime , « Informer, faire réa· gir. » Marguerite KAGAN. ET MALADIES MENTALES, Une jeune militante du M.R.A.P., Dominique Krzikowski, étudiante en psychologie à l'Université d'Aix-en-Provence, a adressé à Droit et Liberté la courte étude suivante: L'ANTISEMITISME est un trouble de forme et d'intensité variables selon les individus, pouvant aller de la plus simple hostilité au génocide. De toutes les causes complexes de l'antisémitisme, n'en retenons qu'une, la tendance à l'agressivité que la psychanalyse a soulignée. Pour mieux comprendre, nous allons la replacer dans le schéma du psychisme humain vu par Freud. Selon le père de la psychanalyse, deux instincts domineraient: l'instinct de vie, de nature libidinale et l'instinct de mort, de destruction ; pour que la vie sociale soit possible, le moi, sorte d'instance centrale en contact avec l'extérieur empêcherait ces instincts d'arriver à la conscience et les refoulerait dans l'inconscient

ce schéma se termine par

la notion de surmoi, représentant la conscience morale, donc également en conflit avec les instincts. Or, à la lumière de cette notion psychanalytique du psychisme, on peut dire que l'hitlérisme, pour faire des Allemands, une race de seigneurs, a tenté d'éliminer chez eux le surmoi, qui mettait un frein aux instincts de destruction. Cette même tendance à l'actualisation des instincts latents dans l'inconscient se retrouve chez les malades mentaux dont le moi est plus ou moins atteint. Aussi, a-t-on été amené à penser que l'agressivité inhérente à chaque être qui a besoin de décharger sa tension sur un bouc-émissaire, pouvait à la fa· veur d'une période de guerre mettant en péril l'équilibre de l'homme, dégénérer en névroses et même à un état plus grave, en psychoses. Des études de psychologues éminents, en particulier celles de Loewenstein et de Sillamy sont allées dans ce sens ; ainsi, en examinant un homosexuel et en découvrant qu'il était aussi néo-nazi, Sillamy s'est demandé s'il n'y avait pas de rapports entre l'homosexualité de son malade et ses opinions politiques - il a interprêté ce cas, en voyant dans l'adhésion au parti nazi une compensation, de par la force virile qu'il exalte. Mais dans l'antisémitisme peuvent se manifester sous d'autres aspects des rapports avec les maladies mentales. Telles les névroses obsessionnelles caractérisées par une idée pénible contre laquelle on ne peut lutter - or, on peut dire que l'antisémite présente une obsession dite « impulsive » le poussant inexorablement au génocide. Loewenstein, a parlé, à propos de la psychologie de l'antisémite, d'obsession dite « idéative " dans laquelle le malade sent son esprit envahi par des idées atroces de sacrilège et a pensé que l'antisémitisme, en l'occurrence, ne serait qu'un antichristianisme déguisé, l'antisémite projetterait alors sur les juifs sa révolte inconsciente contre le Christ. Une autre forme de névroses est celle qui se caractérise par une répulsion ou une crainte liées à un objet ou à une personne ; pour ce qui est de l'antisémitisme, on parle de « judéophobie » ; le docteur Erikson, lui, parle' d'analogie avec la syphilliphobie : en effet, la phobie qui amène un malade à se' laver sans arrêt les mains de peur de les avoir sales, n'est-elle pas assez iden. tique à la peur d'être contaminé par le juif ; cette volonté tenace qu'a montré l'aryen d'être purgé de toute souillure venant de l'immixtion du sang juif peut se vérifier dans « Mein Kampf » où Hitler écrit : « le Gennain restera de race pure tant qu'il ne sacrifiera pas à une contamination incestueuse ". Par ailleurs, certains chefs nazis, qui s'adressaient aux foules avec une agitation hors mesure, ne cédaient-ils pas au phénomène dit « d'hystérie collective " ? et, ils s'y prêtaient si bien qu'il y en eut qui sont réellement de· venus hystériques. Enfin, parmi, les maladies mentales vers lesquelles l'antisémitisme peut finir par tendre, il convient de mention· ner le sadisme, représentant l'instinct de mort, et le paranoia - car, en fait, le comportement des nazis accusant les, juifs de vouloir être les maîtres du monde, ne rappelle-t-il pas celui des paranoïaques ? - En effet, le délire de persécution, fréquent dans une paranoïa, se constitue grâce au double mé-canisme de négation et de projection - le malade nie être coupable et projette cette faute sur le juif. Certes, on peut objecter à cette tentative d'assimiler l'antisémitisme à une maladie mentale, que l'on peut être névrosé ou psychotique, sans être pour autant antisémite, mais il apparaît très souvent, d'après les faits recueillis par des psychologues, que l'antisémitisme est l'un des symptômes d'un trouble psychique ; d'autre part, Loewenstein fait remarquer que si les chefs nazis n'étaient pas des psychotiques, dans le sens clinique, ils présentaient, cependant, les mêmes formes de délire de persécution, de grandeur, que chez les vrais paranoïaques; aussi Loeweinstein conclut-il que si l'antisé· mitisme n'est pas superposable aux né· vroses et aux psychoses, on peut le ranger parmi les maladies mentales sociales. Outre les causes politiques et économiques de l'antisémitisme, on peut donc considérer qu'interviennent les. facteurs psychologiques dans le cam· portement antisémité d'un individu. D. KRZIKOWSKI. 11 NOËL DE LA FAIM Jean Cussat-Blanc, professeur à Agen, est aussi poète. Dès 1941, il fonda une publication, Résurrection, dont le titre était un programme

après la Libération, il collabora à plusieurs revues littéraires. A l'oç
ccasion des fêtes de fin d'année, il a réservé à Droit et Liberté ce long

poème, assez direct pour qu'il soit inutile de l'assortir de commentaires. Ce sont deux enfants, Pierre et François Alcalay, qui ont illustré ce texte. Si vieux à peine né mon jeune enfant un jour venu sur mes pensées un jour venu par le petit écran et que depuis je ne peux plus quitter, sur la moitié du monde il va ton ventre lourd ton ventre ballonnant la faim comme une outre gon· [flée. Prise au tranchant des os, ta peau

n fant de l'homme de partout,

brûlée de fièvre et qui craque comme un papier fragile sùus mes doigts qui la suivent comme en un songe dont je voudrais douter (comme en un jeu funèbre de mon regard fermé - « Dis·moi, dis·tu, dis·moi qui je te suis ».) ta peau, parchemin qui m'accuse, je la suis de mes doigts ; je voudrais qu'un réveil me délivre, enfant de l'homme de partout, du crime que sur les ères, sur les terres je traîne, depuis que le civilisé requiert pour ses plaisirs de table et pour ses jeux de bourse la mort des humiliés. Noël ce soir caresse mon foyer. La bûche brûle sous des regards heureux. Des flammes qui parcourent la pièce le jouet va fleurir et la nappe s'orner de visages friands. Mais le rire que j'offre ne vas pas à mon coeur. l.es chauds regards qui m'enveloppent mon enfant qui ne sera pas à ma table ne me délivrent pas de toi. Noël, la rue est claire sous la cloche qui tinte. Les guirlandes multicolores rutilent sous le gel. Les ponulles d'or étincellent. La ville est douce dans ce froid. Noël est riche: Les mains et les semelles battent aux quatre coins des beaux quartiers, et par le noir, dans les demeures ensoleillées aux quatre coins le jeu du père et du soulier. La nef est chaude, l'église brille. L'espace et l'heure sont neufs jusqu'au matin. Noël est beau, ô faméliques! Noël des cheminées, le faux miracle - ô mes enfants, pardon! votre joie est si claire qui veille avec le feu! - le faux miracle des lampes, des jouets n'est qu'une nuit du monde : l'Enfant·messie n'est pas venu. Devant l'autel où mille cierges versent dans l'or la joie des pardonnés, l'heureux héberge un pain de vie - car Christ est né, ô faméliques ! L'Occident le reçoit en décor de théâtre, il s'y pare de rois et de bergers dorés le néon, d'un Orient, louchotement clignote la réclame et les anges s'éveillent en un frisson de billets bleus froissés. Dans les voitures, les fourrures, les fidèles s'écoulent. A Dieu le Père, levons le verre ! Dans les demeures, les boîtes de nuit les verres trinquent au calice. Le vin reçoit le Sang qui s'épandit pour que le Pauvre liche aux mains du Bon Samaritain l 'eau dont s'étanche toute soif. Tu es tombé sans bruit mon enfant sans pensée. Ma main trop courte rampe vers toi, ma main d'infirme qui ne peut rien en son amour car je voudrais sortir du monde vieux mais comme lui n'ai force ni angoisse autres que mourir. Du vain désir de vous sauver, mon coeur se satisfait, ô millions qui m'êtes une image dont toutes mes images sont à jamais blessées -- ê millions, mon remords vide, quotidien, maudit péché, empoisonnant la joie naïve que verse mon sapin de la Nativité. Du vieillard à l'enfant ils sont tous gris de joie profane. Le beau train roule, La liqueur dore la main qui tremble. - Qu'il nous bénisse en l'an nouveau Et un Noël encore nous réunisse !... Le bal promène sur l'écran une vedette nue, - Au bel enfant nous rendons grâce De n'être pas de la lointaine masse iournellement mourante qu'aujourd' hui il est bon d'oublier. Tu es tombé sans bruit, Souffres· tu mon enfant sans [pensée ? l'iié par le froid de la faim Ainsi qu'un fer brûlant par le marteau, sur la terre fausse nourrice tu reprends, pour retrouver son corps, la forme conçue dans le sein maternel. Fleurs qui deviez créer le matin vos derniers soupirs effeuillent un silence qui somme Dieu si tout Dieu n'est pas mort du mal dont vous mourez, Ainsi que l'esclave noir et vieux abandonné aux sables innocent tu n'as de recours contre l'Hérode que nous [sommes qu'en le désert et le Nil de la Mort. Mais l'oubli où ta peine finit, laisse en moi une attente glacée. Il ne vient pas de barque sur un fleuve. Je n'exilerai pas ton supplice : Ton enfer reste en notre vie. Si les dieux sont moins vains au·delà de la mort mon Christ que j'adore inexorablement en ce Noël encore n'est qu'un élan crucifié de l'Homme qui veut en vain sauver les hommes. Du coeur divin percé du premier rayon de nos jours au n,ême endroit mais plus profond que ne put faire la lance ridicule du gardien qu'autour de leur peur les puissants entretiennent, coule un filet de sang, Su r le chemin de ton calvaire pour un fragment de pierre, une place de cierge au couteau les prêtres se battaient quand tu es né, Tu étais né dans une grotte sans souffle de bêtes bonnes et je t'ai vu tomber sous leurs lames unies, petit seigneur de la misère et de la crèche chacun de ces matins frileux où le monde espéra que ta venue le sauverait. LI Rose d'amour est la Rose de mort. Si tes parents se sont aimés au centre riche de l'Afrique parmi leurs champs de cuivre et diamants, qui ne sont pas à eux, sous les bananeraies ployant aux un poids de fruits fuyant les mains de dans les miraculeuses boues sacrées qui proposent l'extase et le riz à l'usurier, sur le plateau des terres violettes aux Crésus prodiguant la richesse et la misère aux miséreux, sur la prairie couverte de troupeaux , 1. '. ~ • • '. 'f , •• quand errent d'une route à l'autre les peones avec la faim, si tes parents se sont aimés, la Rose d'amour est la Rose de mort. Ils la peignirent de désespoir quand tu es né. argenteuses [Amériques ceux qui les [reçoivent ; Viens mon amour, mon enfant froid, mon enfant nu ! L'Etoile n'est plus dessus la grotte et sur toute heure sonne minuit. Le froid déjà sous les aisselles pour que tu meures il n'est besoin d'Hérode. Les prêtres, les rois, les hommes te frappent sur tous les points du monde. Qu'ils voient pourtant ! Tu es vivant dessus leur tombe. Leur âme est morte! leur âme seule est morte mon peti t roi ! Père que je connais, pardonne ! Quand le défi du monde ainsi toise mon Dieu et qu'Il se tait puis·je en .Lui déposer mon faible amour de l'homme et le réconforter ! Ne concevant ta loi qu'en termes de prestige et l'amour qu'en choeur de processions pâmées, tes sacrificateurs te nient dans leurs âmes incultes, brûle au fer sur mes lèvres le ' doute mais ne supporte plus le crime auprès duquel te blasphémer n'est rien Quand tout Jésus ne naît qu'assassiné. et la vie avant d'être doit subir le martyre, les vitrines à Noël sur les villes chrétiennes et la cloche sonnant la ripaille à minuit nJalgré les tables saintes et la joie bleue de mes [enfants malgré le voile de la Vierge ou les pas des bergers te souillent. Publicain prostré près de la crèche où gît le Fils de l'Homme honteux de mon médiocre amour et de ma vie dolent de ma faiblesse et de la Vôtre, je ne sais plus mon Dieu si vous êtes mon Dieu. [ tranquille Jean CUSSAT-BLANC


12

LES GRANDS ECRIVAINS CONTRE LE RACISME PERSONNE ne peut méconnaître l'importance de l'éducation dans la lutte contre le racisme. « Droit et Liberté » a déjà fait place, à plusieurs reprises, aux observations des éducateurs, et le travail tout entier du CLEPR (1) est orienté dans ce sens. La bonne volonté ne manque pas, et des résultats certains ont été obtenus. Mais les instruments de travail nous manquent encore . Sans doute, quand il s'agit de petits enfants, le rôle essentiel revient aux parents, et à l'institutrice. Je n'en veux pour preuve que le film ravissant et pro· fond qui nous a été présenté lors de la dernière journée du MRAP, le 8 mai dernier. Mais quand les enfants grandissent. et aussi quand on veut faire réfléchir les adultes, il peut être utile de faire appel aux grandes voix du passé. lecteurs de « Droit et Liberté» pour qu'ils nous signalent les textes qu'il:; aimeraient voir figurer dans notre recueil. nu'i1s ne craignent pas de nous signaler ues pages très connues, la fréquence même avec laquelle tels ou tels textes nous seront indiqués sera pour nous une manière de test. Mais qu'ils n'écartent pas non plus les oeuvres moins célèbres, les auteurs oubliés. Tout ce qui va dans le sens de notre lutte peut être bon à prendre ; et d'autre part le recueil sera d'autant meilleur que le choix sera plus vaste. 1 LES LivRES 1 Nous nous chargerons de présenter les textes, .de les replacer d3ns leur cadra historique afin de les rendre plus faciiement intelligibles, et d'en tirer les le· çons nécessaires. Tout ceci ne peut étre qu'un travail d'équipe, pour lequel la collaboration du CLEPR nOU3 est évidem· ment indispensable. Mais chacun y peut apporter sa [.lierre, en particulier tous ceux que leur vie de professeurs ou de rniJ,itant a orientés déjà vers ces r'echerches et en général tous ceux qui Iisem. Nous ne fixons aucune limite dans le temps ; textes anr.iens, textes récents peuvent être aussi utiles. Nous ne tenons pas par dessus tout à la qualité littéraire. Il est probable 90lJl tant qu'entre Jeux textes égaux par la valeur morale et la solidité de la pensée, le mieux écrit e(.,t celui qui portera le plus. Au travail ! Notre recueil sera plêt d'autant plus vite, et aura d'Cl.lmnt plus de valeur que vous nous aurez aidés de façon plus rapide et plus efficace. Jacqueline MARCHAND Ce n'est pas que les problèmes d'aujourd'hui ne méritent d'abord une étude d'aujourd'hui. Rien ne peut remplacer la connaissance des conditions actuelles de l'apartheid en Afrique du Sud ou de la ségrégation aux Etats·Unis, de l'antisé· mitisme avoué ou voilé, qu'il est trop optimiste de considérer seulement comme une séquelle d'un passé encore proche. Mais si les conditions ont changé, avec les changements de l'économie et de la politique, les sentiments demeurent, les passions aussi, et le racisme virulent ne peut guère être que passionnel, CINQ C'ENT 4NS D/ESCLA VACE C'est pourquoi, le MRAP a pensé qu'il pourrait être profitable d'offrir, aussi bien aux professeurs chargés de l'instruction civique, qu'aux militants de la lutte antiraciste et à tous ceux qui veulent approfondir ces problèmes, un recueil de textes français - français pour commencer - qui rassemblerait les grandes pages écrites dans le passé contre toutes les formes de racisme. Le racisme est ancien ; l'antiracisme aussi. On peut le faire remonter à l'histoire de Jonas, car Yalivé pardonne à Ninive, qui n'est pas une ville juive, et donne à Jonas, sorti tout exprès de sa baleine pour la condamner, une belle leçon de fraternité universelle. Plus près de nous, et sur un tout autre ton chacun pense à telles pages de Montesquieu ou de l'abbé Grégoire. Mais il en est bien d'autres. Pour mener à bien un tel recueil, pour choisir le meilleur et aller à l'essentiel, nous avons besoin de la collaboration de tous. De même que le racisme présente toutes les formes des plus naïves aux plus odieuses, l'antiracisme peut être sentimental ou scientifique, passionné ou raisonnable, spontané ou construit. Et chaque forme positive répond à une attaque ou comble une lacune . Nous faisons donc appel à lous les (1) Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux, IPN, 29, rue d'Ulm, Paris (S"). Histoire des Noirs anx U.S.A., par Herbert Aptheker. Editions Sociales. Collection Ouvertttres. 13,35 F. LA revendication du « black power » est, dit-on, le résultat le plus actuel d'une longue évolution des Noirs américains qui a conduit de l' « oncle Tomisme » du siècle dernier, à l'action non-violente, puis au mot d'ordre « Freedom now », liberté tout de suite. Un tel résumé ne pêche pas seulement par schématisme. Il ne tient pas compte des trois siècles qui séparent les débuts du commerce du « bois d'ébène », au XVI· siècle, de la guerre de sécession, à la fin du siècle dernier· Il faut bien dire d'ailleurs que cette longue période de l'histoire des Etats-Unis demeure pratiquement inexplorée. Tout au plus a-t-on entendu résumer ces trois siècles par un seul lien commun : les esclaves noirs étaient plus heureux que leurs descendants affranchis ; car un planteur n'a pas intérêt à maltraiter, ni même à négliger son cheptel. Comme l'écrivait, en 1936, le professeur R.-S. Cotterill : « Comme (le Noir) n'avait jamais COl1- nu la liberté, il considérait l'esclavage, non pas comme tme dégradation, mais comme une habitude. Il ne pensait pas à l'avenir et d'ailleurs n',en avait pas besoin. Qu'il fut malade mt en bonne santé, enfant OH vieillard, il était assuré d'u7l. revemt proportionnel à ses besoins et no/! à sa product'ivité ». Ces gens-là, en somme, ne connaissaient pas leur bonheur ! Deux cent cinquante révaltés Le livre d'Herbert Aptheker fait définitivement justice de telles affabulations. Aptheker, universitaire américain, hom- L·EQUIPE MARTINSART VOUS PROPOSE BON DE DOCUMENTATION GRATUITE à découper et à retourner aux : EDITIONS MARTINSART 12, rue des Capucins, ROMORANTIN - 41 M .......... ...... ....... ........ ....... . Profession .................... . ........ . Rue ................. . ...... N0 ....... . Ville .. ...... ....... .... .. . ............ . Départ .... ... ....... .... . ...... ....... . Voulez-vous m'envoyer, et ceci sans aucun engagement de ma part, votre documentation sur cette collection. LES OEUVRES COMPLETES DE Louis PERGAUD 6 VOLUMES SOMPTUEUSEMENT RELIÉS A tout souscri pteur il sera offe rt une plaquette, re liée comme les vol umes, préfacée par Henri Fauré et retraçant la vie du grand écriva in dispa ru. me de grand courage physique et intellectuel ( il a terminé avec le grade de commandant, la guerre qu'il avait commencé, en 1942, comme simple soldat ; il a dirigé en 1965 une mission d'études et d'amitié au Nord Vietnam) s'est spécialisé dans l'histoire des Noirs américains

autant ' dire qu'il a exploré un

terrain inconnu. Ce qu'il a d'abord découvert, c'est à quel point est fausse l'idée raciste qui fait des Noirs de grands enfants passifs, d'un fatalisme cong-énital, prédisposés en quelque sorte à l'esclavage ; un esclavage naturellement patriarcal, biblique, en quelque sorte. La révolte commença en même temps que la traite elle-même. Dès 1526, les premiers esclaves se révoltèrent en Caroline du Sud, et s'enfuirent chez les Indiens. Depuis, Aptheker a dénombré 250 révoltes et conspirations d'esclaves noirs. Les représailles furent toujours atroces : pendaisons, mutilations, bûchers, torture~ de toutes sortes ; il fallait faire des exemples sans trop exterminer un cheptel humain précieux. En 1712, pa!' exemple, une révolte éclata à N ew-York : une maison fut incendiée, neuf blancs tués, La troupe intervint et captura la plupart des révoltés ; six se suicidèrent ; quant aux autres, dit le rapport du Gouverneur, « Certa'ins ont été brûlés, l'nn a été écartelé sur la rOlle et l'autre a été pendu vivant à des chaînes dans la ville ». L'autre légende que détruit Apthekel', c'est celle des esclaves « assurés d'un revenH proportionnel à leurs besoins ». Dans la premièrQ moitié du XIX· siècle, l'entretien d'un esclave-enfant en Virginie était de 8 à 10 dollars par an ; mais dès l'âge de 9 à 10 ans, le petit esclave devenait « rentable ». L'entretien d'un ouvrier agricole adulte coûtait environ 30 dollars par an. Il est évidemment difficile d'établir des comparaisons avec le COLlt de la vie actuelle· Précisons quand même, pour donner un ordre de grandeur, qu'un esclave mâle adulte coûtait, à la même époque, 1.300 dollars. Le COLlt de l' « entretien », on le voit, était négligeable. Le maïs était la base presque exclusive de la nourriture, assorti une ou deux fois par semaine de viande, de poisson ou de laitage. L'habillement se réduisait au pagne. En ce qui concerne le logement, Aptheker cite une aneccIote significative : un planteur du 11ississippi écrit à un périodique sudiste pour dénoncer les mauvaises conditions cIe logement faites aux esclaves. « La charité chrétienne exige de faire quelql'e chose », s'indigne-t-il ; et de citer en exemple ses propres réalisations philanthropiques

il possède 150 esclaves : il

leur a fait construire 24 cases de 6 mètres sur 5 ; soit une case pour 6 ou 7 esclaves. « Que ne suit-on pas mon exemple ! » se @mente-t-il. Un mouvement capital L'autre apport nouveau cIe cette H istoire des Noirs aux U.S.A. est l'étude du rôle des Noirs cIans la guerre civile de sécession. La majorité des noirs sont évidemment dans le Sud, et constituent le cjuart de la population des Etats confécIerés. Des milliers d'entre eux réussissent à s'enfuir et à s'enrôler dans les armées nordistes ; d'autres organisent des réseaux cI'évasion, dé renseignements, voire de sabotage, dans le camp sudiste. Leur participation au conflit fut une raison non négligable de la victoire cIu nord. Un coup d'éclat vaut d'être mentionné

en mai 1862, en pleine guerre,

des esclaves du port de Charleston réussirent à s'emparer d'une canonnière sucliste, et à la livrer aux nordistes. L'esclave qui organisa ce coup de main, Robert Smalls, devint le capitaine du navire, qui combattit jusqu'à la victoire nordiste. La suite du livre d'Aptheker, la lutte intégrationniste jusqu'à nos jours, relate des faits plus connus ; elle n'en est pas moins passionnante, et riche d'interprétations 'nouvelles, que l'auteur ne conclut pas seulement en historien, mais en homme engagé dans les luttes de son époque : « Les considérations nationales, internationales, économiques, politiques, sociales et morales, montrent que le mouvement noir est aujo'urd'hui le mouvement cap,ital aux U.S.A· Sa défaite porterait ltn coup terrible aux forc,es de démocratie dans le pays et aux forces de paix dalls le monde» ; mais aussi : « Il n'est pas possible d'atteindre les buis du mouvement .noir sans rafraichir et transfor1/1er tous les traits de la vie américaille tout entière ». LE 36e DESSOUS Dans son dernier livre, Le 36" dessous, l'écrivain Pierre Daninos raconte un épisode vécu de sa propre vie : une dépression nerveuse. Ce dr3lme est traité sur le mode humoristique propre à l'auteur du « 'Major Thomson » et de « Tout Sonia ». Pourtast, la tragédie perce parfois, comme dans cette réminiscence du « Temps des assassins ». « Toute ma vie ne m'apparaît plus qlte comme une gigantesque addition à régler. Vais-je mmtrir et, cette fois, me noyer pour de bon ? Je revois tout, comme un moribond dont l'existence défile en quelques secondes devant les yeux voilés. Le film qHi pass,e est d'une telle précision que je revis avec la même intensité la minute où j'ai laissé Jurien de la Gravière s'accuser à ma place, en 6·, à Janson, et celle où, pendant l'occupation, j'ai pesé sur le destin d'un être cher entre tous en l'incitant à prendre 1t11 train au lieu d'un autre. Un train où l'attendait la mort sous son plus hideux visage, la mort des cavernes du XX· Siècle : la rafle" nazie, l'arrêt fatal marqué par l'absence de prépuce, la fourrière, le convoi bondé de vieillards, de femmes, d'enfants hurlant leur désespoir dans la nuit d'Ettrope, le monstrueux assassinat collectif aHX abattoirs du Troisième Reich. Je sais bien qtte je n'étais pas le Destin : je n'en fus ce jour-là qu'un des diaboliques instruments, mais je n'ai pu, je ne puis encore, m'empêcher de penser que, dans le train dtt soir, pent-être, cet homme aurait échapPé flUX griffes de ses bourremu'. (Après sa guérison, Pierre Daninos repense à cet épisode passé.) ... Et comme, revenu au coeur de la cité, je levais la tête vers le ciel noir et pourpre, j'ai v-n apparaître le doùx visage de l'homme que j'ai le plus aimé Sltr cette planète, l'homme à qui je dois tout, l'homme qui n'aura Jamais sa tomb.e Olt Père-Lachaise parce que les n-nées seules fttrent sa tombe, parce qu'il est parti en fumée, 1tn soir de 1943, d'ltne 1lsine de mort d'Euro pe centrale. Là-hmtt, entre Hubbard ,et Siegfried, me souriait ce martyr passé au four par les na::;is bmtilleu-rs de cru, et dont la seule trace, quelque part dans le Brandebourg ou la Saxe, est un savon ou un anneau nuptial fait de l'or arraché à sa bmtche. » 13--- lA OlUTION 1 Roger IKOR par Roger IKOR J '----- Albert MEMMI VOICI donc Albert Memmi parvenu au terme de l'entreprise où il s'était engagé il y a ... Eh oui ! Déjà dix ans ! Terme définitif ou provisoire ? Il nous assure avoir trouvé une, et même la solution, la seule solution, à ce qu'il est convenu d'appeler ,le problème jujf. En bonne ,logique, cette Libération du Ju if (1) devrait donc poser le point final sinon à l'oeuvre de l'écrivain, du moins à un secteur important de cette oeuvre. Mais je suis convaincu qu'il n'en sera rien. Jusqu'à la fin de ses jours, qui heu. ,.eusement est fort lointaine, Memmi ne cessera pas de tourner et retourner les mêmes questions, celles qu'il tourne et retourne depuis son adolescence, au~quelles il ne saurait trouver de réponses que 'provisoires et partielles, et qui, à la vérité, lui sont posées par la nature même de son être. Memmi est un juif douloureux ; il ne peut que s'interroger sans répit, douloureusement, sur sa condition de juif. En quoi peut·être il est typique d'un certain type de juif. Tout le monde connaît la nature de son entreprise. Partant d'un point de vue sartrien, suivant lequel la situation conditionne ,l'être, il a voulu nous tracer le « portrait d'un juif" 'en situation. Seulement, ce juif, c'est lui·même. Choix décisif pour plusieurs raisons: en plaçant sa pro· pre personne au centre de la « situation ", en nous communiquant sa propre réaction, il pense ainsi nous livrer l'intégralité du juif, dont la « situation" ne dessine que le cerne extérieur; en outre, il estime que seul un témoignage personnel peut nourrir d'un vrai sang, concret, une réflexion d'ordre général, qui, sans lui, risquerait de demeurer abstraite; enfin, la référence autobiographique 'l ui paraît garantir la véracité des analyses, et celles-ci à l'inverse, donner une portée universelle à l'autobiographie. Ainsi, dans sa quête passionnée de la vérité, Memmi croit-il devoir et pouvoir avancer sur deux terrains. Nous verrons plus loin ce qu'il faut penser de la tentative. Le résultat, en tout cas, a été que l'auteur s 'est engagé de tout son être; à l'étude objective de la condition de juif, se mêle le récit subjectif d'une expérience de juif; s'y ajoute encore, avec le succès litt~raire qu'on sait, le recours au roman - la Statue de Sel, 'Agar -, qui donne à l'oeuvre une dimension supplémen; taire. Nous avons affaire ici à un ensemble cohérent, où s'exprime une personnalité entière; à un ensemble de . grande envergure qui force évidemment ,le respect et l'aamiration. QUELLE thèse s'y développe? On la connaît déjà assez bien: je me borne à la résumer. En substance, pour Memmi, le juif est un cas particulier du colonisé, lequel est ,lui-même un cas particulier de l'opprimé. D'où une psychologie dont les traits dominants sont les mêmes aussi bien chez la femme, cette opprimée, que chez les Arabes, ces colonisés ou ex-colonisés, et plus ' généralement dans le prolétariat, écarté de la culture par ,la domination capitaliste. On m'excusera d'être schématique: je dirai que tous ces êtres ont en commun une jntime contradiction, pouvant aller jusqu'au déchirement, entre le besoin de s'affirmer et le désir de se refuser. Le juif en particulier, cette espèce de super-opprimé, se trouve emprisonné dans une situation sans issue en pays non-juif: quoi qu'il fasse ou ne fasse pas, il est commandé de l'extérieur, ce qui 'lui interdit tout espoir de devenir « authentique " au sens où Sartre entend ce mot; tout espoir par conséquent d'avoir sa culture propre et même sa véritable liberté, ni dans l'assimilation, jugée impossible, ni dans ,la dissimilation, ni même dans la religion. En somme, le juif en pays non-juif est voué à la fois à l'indignité et à ,la persécution. Une seule issue. celle-là même de tous les opprimés: briser l'oppression, ce qui revient à changer la situation. Dans le cas du juif, opprimé en tant qu'étranger, ,la libération ne saurait être que nationale. En d'autres termes, il n'est qu'Israël pour sauver les ,juifs que ,la Diaspora en tant que telle stérilise dans leur être: Memmi appelle donc au rassemblement de tous les juifs en Israël; telle est la solution. Il va de soi qu'une thèse aussi rigoureuse appelle des réserves. Pour ma part, je confesse mon 'embarras. Je me sens extrêmement 'proche de Memmi ; incroyant corn. me 'lui, je pense comme lui qu'il est nécessaire et salutaire de projeter sur le fait juif et le fait antisémite une lumière impitoyable, de constater ce qui est, 'et d'en tir,er ,les conc'Iusions, quelles qu'elles soient. Il y faut beaucoup de courage: je tiens d'emblée à saluer ce courage chez Memmi. Cela dit, ma propre démarche de pensée est très différente de la sienne. On m'excus'era de les mettre toutes deux en balance; mais le moyen de faire autrement? Aussi athée qu'on le voudra, Sartre n'en est pas moins un métaphysicien, et Memmi comme lui. Or je suis con· vaincu qu'il faut ici raisonner en historien; j'entends s'inscrire d'emblée dans un devenir, et non dans une situation. Je suis naturellement obligé d'être bref, sommaire, simpliste: je dirai donc sommairement qu 'accorder trop d'importance à une situation, c'est tendre à l'éterniser, en mettant l'accent sur ses contradictions pré. sentes, sur son caractère présentement insoluble. Exem· pie: l'antisémitisme. Si on se refuse en l'examinant à parier sur l'avenir, c'est-à-dire à extrapoler, on est nécessairement conduit à le considérer comme éternel, puis. qu'il existe en ce moment. C'est un peu ce que fait Memmi. \Pour moi, je préfère m'intéresser à son affaiblissement actuel, à en rechercher 'les causes et à voir dans quel sens elles ont chance d'agir demain - par parenthèse une de ces causes, fort peu reluisante, consiste dans un élargissement des haines collectives; parce que Blanc, le juif est plus facilement que naguère embarqué dans son camp par le raciste antinègre. IL est clair que tout notre comportement change suivant que nous croyons ou non à la pérennité de l'antisémitisme. Affaire d'optimisme et de 'pessimisme? C'est ce que je crois en effet. ,Voilà pourquoi je n'ai cessé de proclamer que, pour les pessimistes, la solution était en Israël, puisque seul Israël apparemment pouvait leur conférer leur dignité humaine. Mais pour les pess imistes seul s ! Et on voit bien qu'il y a là plus qu'une nuance entre Memmi et moi, puisque Memmi érige ce choix en nécessité absolue. Je m'efforce pour ma part de raisonner simplement, voire empiriquement en cette matière. Etre juif, pour moi, c'est être juif de religion ou de nation - oui, je' rejoins sur ce point le baron Elie de ,Rothschild. Que ,les juifs de nation rallient Israël, rien de plus naturel; mais il me semble que les juifs de religion, dans le contexte actuel et dans l'avenir le ,plus probable, peuvent fort bien, dans notre pays en particulier, constituer une communauté aussi saine que la communauté protestante. Encore un coup, affaire de pari. Je rappelle que les protestants, li n'y a pas si longtemps (ou les « 'papistes " en Angle· terre) , étaient autant persécutés que ,les juifs par la communauté majoritaire : lisez la Saint-Barthélemy d'Er. langer. Mais, dites·vous, les autres juifs? Ceux qui ne sont ni religieux, ni Israéliens? Les juifs comme Memmi ou moi? Et bien justement, c'est 'là tout 'le problème! J'affirme qu'une communauté est malsaine quand ses membres ne savent pas à quoi tient leur attachement pour elle ; quand ,ils appartiennent à la communauté pour la communauté. En ce qui me concerne, je ne me considère pas comme membre de la communauté juive ; je suis simplement juif d'origine (oui, cher Memmi: d'origine !), et qui refuse de renier cette origine. ,par simple dignité individuelle: cela fait partie de mon être, je ne renie pas mon être, voilà tout. Et je puis assurer que je me sens fort bien dans ma peau, sans le moindre complexe des origines. Memmi, au contraire, est un homme de communauté. Nourri dans la quiète douceur de la communauté juive de Tunisie, il ne ,parvient pas à raisonner autrement qu'en fonction, en nostalgie de cette communauté. ,Dix fois dans son livre, au détour de ,phrases anodines, on voit surgir cette référence à la communauté. Je ne le lui reproche pas - grands Dieux! Tout homme est libre de se définir comme il "'entend. Mais ce'la lui interdit apparemment de comprendre ou d'admettre qu'un homme tel que mol puisse être parfaitement d'aplomb sans qu'une commu. nauté relig ieuse l'enveloppe - oui, cher Memmi, reli· gieuse en son fondement: ne parlez-vous pas, d'ailleurs, de nos « coré'ligionnai~es ,,? On voit mieux maintenant, j'espère, pourquoi Memmi ne parvient pas à trouver d'autre solution pour les juifs que dans 'l'enracinement en Israël: Israël lui est effecti. vement la meilleure communauté possible - mais atten· tion: à condition de s'y installer! Sinon, étranger, il con· tinuera d'être déchiré, et de se déchirer. UNE dernière critique: de méthode apparemment, mais en réalité de fond. Ou portrait d'un juif, Memml passe à la libération du juif. En d'autres termes, il généra'iise sa propre expérience. Nous retrouvons ici ce mélange, dont j'ai ,parlé au début, entre !J'autobiographie spirituelle de l'écrivain et sa réflexion objective. Mais comment ne pas voir le danger terrible d'un tel mélange? Il incite l'écrivain à céder constamment à sa pente, en se fournissant d'arguments tantôt sur l'un, tantôt sur l'autre tableau; tantôt en généralisant son expérience, tantôt au contraire, en la refusant. Memmi ne croit ni à l'assimilation, ni aux mariages mixtes. Or il nous dit lui. même avoir fait un mariage mixte qui est une ,réussite. A'iors? Au nom de quoi refuser cette expérience-là et considérer d'autres comme probantes? C'est s'offrir vrai· ment trop de facilités dans l'argumentation. On m'excusera d'avoir été parfois aussi dur: je crois aux bienfaits de tels effrontements. Mais je ne veux pas terminer cet article sans dire que j'aime et estime Memmi pour son courage et sa loyauté dans la recher· che; que j'admire l'écrivain à la ,langue nette, nerveuse et vigoureuse. On peut accepter ou refuser la thèse; on lie peut nier que ,l'oeuvre restera. Et on ne peut pas marchander son respect à l'homme. (1) Gallimard. SUR DEUX EXPOSITIONS du N epal, souvent mal connu en luimême, 'un creuset d' influences artistiques diverses, synthétisées de façon géniale par un peuple de montagnards aux sens déliés, et qüi n'a cependant r ien abdiqué de son originalité. Cet art apparaît donc comme le carrefour et le maillon nécessaire d'une chaine qui va de la Grèce au J apon en passant par l'Inde et le T hibet. ques qui feront la j oie des spécialistes, quelques rares objets usuels et toute une série de bannières peintes qui ne sont pas sans évoquer l'art persan, l'impression d'ensemble est que nous nous trouvons en pr ésence d'un art spécifiquement a rchitectural, un art évoquant nos cathédrales, dont les éléments trouvent diffic ilement leur place dans le cadre d'une exposit ion orginaire. L'ART du J apon est depuis longtemps familier au public français, et pa rticulièrement depuis la fin lu 19' siècle, avec la vogue que connurent à cette époque les estampes, les pièces de mobilier et même certaines pièces vestimentaires dont se paraient volontiers les élégantes de la belle époq ue. L'exposition organisée au Louvre par la Direction générale des Affaires cult urelles aura le mérite d'exposer un panorama authentique et varié de la peinture j aponaise du 12' au 17' siècle. En choisissant de se limiter à une .chronologie relativement courte, puis, que l'art japonais est bien antérieur au 12' siècle et naturellement bien postérieur .au 17', les organisateurs semblent avoir eu 20ur souci principal, de ne présenter ,que des oeuvres se r attachant à un courant de l'art japonais parfaitement typique et original connu sous le nom générai de Yamato-e. Dans cette école les infl uences étrangères, particulièrement .chinoises, sans disparaître totalement s'estompent prog ressivement au profit d'une inspiration nationale où le goût pour la caricature, une conception très géométrique de la perspective, ainsi qu'un sens très vif, mais subtilement distribué, de la couleur apparaissent avec force. Les stéréotypes, qui sont l'aspect le plus discutable d'un art voué au fonct ionnel, et 9Ei a connu également ses ,périodes de décadence, n'apparaît pas ici de façon gênante, ni evidente, en raison du nombre limité d'oeuvres exposées. Les thèmes d'inspiration que l'on observe sur tel paravent ou tel rouleau (les Quatre saisons, scènes de kaboubei, course du chien .. . ) apparaissent donc, .aux yeux du visiteur, charmants sans . être du tout lancinants, mais aussi par- Portrait de femme. Anonyme. 17' siècle. fo is Ul1 peu déroutants par l'abondance du détail et l'ambiguite des attitudes. Mais, en définitive, subsiste de tout cela une g rande impression de vie, d'humanité et de spirituelle fantaisie. Avec l'ex position « Sculptures et peintures des collections Royales du Nepal », le Musée Guimet nous invite à pénétrer au coeur d'une forme d'art tout à fait di ffé rente, et dont le trait principal est sans doute un hermét isme à ca ractère relig ieux qui ne manquera pas de déconcerter dans nombre de cas un public peu initié à cette forme d'exegèse. L'importance de cette manifestation tient à ce que nous découvrons dans l'art Les pièces exposées au Musée Guimet sont peu nombreuses. Elles consistent pour l'essentiel en hauts reliefs, rondesbosses et statuettes en pierre ou en métal. Mais l'impression d'ensemble, si l'on excepte quelques terres cuites préhistori- Aussi hi visiteur fe ra-t-il bien de faire appel à l'in'!,agination afin de replacer toutes ces oeuvres dans leurs fonctions naturelles. Quelques photographies de temples expQsées à l'entrée des salles, in itiative heureuse, l'y aireront beaucoup. Guy PLOUVIER CINÉMA: "NON RECONCILIÉS" L'-NITIATIVE heureuse d'un cinéma parisien vient de nous permettre de voir programmé un mois durant (même si ce n'était que pour deux séances par jour) le film de Jean-Marie Straub, cc Non réconciliés )). Straub est Français, mais il vit en Allemagne de l'Ouest et son film est un film allemand. Il n'y a là que plus de mérite d'avoir tourné, dans la République Fédérale de Strauss et d'Adenauer, dans ce pays où les anciens hitlériens sont de nouveau aux postes de commande, ce film· enquête sur le nazisme. Le propos de Straub était de dénoncer la peste brune sans son apparat habituel, sans donner à voir les parades au pas de l'oie, la chasse aux juifs, les camps de concentration. Il a délibérément montré le nazisme de l'intérieur, par le biais de la peinture d'une famille allemande moyenne, les Fahmel, génération après génération, aux prises avec le fascisme. La difficulté se situait d'abord au simple niveau économique, mais Straub, sans financier a produit son oeuvre avec sa femme et l'argent de vingt-cinq amis à eux . La seconde difficulté, c'était, en 50 ml· nutes, de survoler cette famille allemande de 1907 à 1962. Gageure si ['on veut, mais pari gagné : Straub a jonglé avec les problèmes de temps et d'espace. Les images, 'Sans crier gare, sautent 10 ans par 10 ans, avec de brusques retour en arrière et des démarrages en avant tout aussi soudain. Style neuf et parfois confondant, mais toujours efficace. Citons encore Straub qui s'exprime très clairement sur sa tentative: cc Si vous voulez, le film est fait par quel· qu'un du 21' siècle pour qui tous les temps de l 'histoire se situent sur le même plan lointain. La question CI es-tu juif? )) touche bien davantage si on ne la r eplace pas effrontément dans le contexte du nazisme. On se dit simplement : qu'est-ce que c'est que cette planète où cela joue un rôle que quelqu'un soit juif ou non! )) Straub a adopté délibérément la méthode de l'entomologistes : un virus, il y a 50 ans ou dans 50 ans, c'est le même virus, dès l'instant qu'on le place sous le miroir du microscope. Encore fallait-il réussir l'entreprise. C'est fait! Raymond PRADINES


14------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  • PLUS QUE JAMAiS ....

Nous venons de recevoir les deux derniers numéros de « Droit et Liberté n, et une fois de plus, nous notons avec plaisir à quel point votre journal est le véritable flambeau de la lutte antiraciste en France. A vous à tous les collabora· teurs de '« Droit et Liberté n, nous exprimons notre admiration pour l'oeuvre accomplie et vous prions de compter sur notre soutien actif dans la lutte contre les préjugés et la haine raciale qui sont deve· nus comme le dit si juste· me~t M. le Pasteur Mathiot, un véritable « métier » pour une certaine presse. Au moment où les élections de Hesse viennent nous rap· peler d'une façon inquiétante' et brutale la persistance des symptômes fascistes et nazis, l'action que mène « Droit et Liberté n est plus nécessaire que jamais. Le président de 1',Association des ,Etudiants Musulmans Nord.Africains en France : H.OUARDANI DANS LA LIGNE DE NOS IDEAUX Alors même que vous repi"enez votre lutte contre le racisme et l'antisémitisme, particulièrement dans le milieu estudiantin, je tiens à vous manifester notre appui le plus total. A cet égard, je vous rappelle que les Radicaux Socialistes ont toujours combattu les discriminations quelles qu'elles soient, et je constate avec plaisir que votre action s'inscrit dans la ligne de nos idéaux. Souhaitant être tenu au courant de vos activités, je vous prie ... Gilles QUENARD, Membre du Bureau de 'la Fédération Nationale des Etudiants Radicaux Paris NOUS, TZIGANES .•• Je ne veux pas présenter le peuple tzigane comme la victime systématique de tous les autres peuples. Et nous reconnaissons que les Tziganes trouvent parmi certaines parties des populations qui nous entourent compréhension et sympathie. Malheureusement, comme vous le savez, cela ne vaut pas pour l'ensemble des populations oue nous rencontrons sur nos - routes bien souvent encore vagabondes ; le plus souvent on ignore complètement notre vie propre, nos coutumes et nos traditions, qui sont loin d'être sans valeur comme on le pense généralement. On prétend parfois que les Tziganes sont eux-mêmes, sous oertaines formes, racistes. Rien n'est plus faux. Malgré le mépris et les persécutions subis depuis des millénaires, nous n'avons de haine contre aucun pays, contre aucun peuple, ni même contre aucun groupe d'individus plus ou moins durs vis-à-vis des nôtres. Nous aimons, en général, profondément le pays dans lequel nous vivons bien que nous soyons, par excellence, citoyens du monde. En France, nous sommes d'ailleurs, en immense majorité, citoyens français. Il serait hon et il est grandement temps que des solutions pratiques puissent être trouvées entre les services ou autorités responsables et les Tziganes eux-mêmes afin de mettre fin à nos douloureux problèmes. Stévo DEMETER, Paris. CURIEUX ORDRE DES CHOSES! Ce serait lui faire beaucoup t d'honneur que de m'adresser directement à Monsieur Marcel Aymé. Je préfère, si vous le voulez bien, confier au M.R.A.P. le soin de faire connaître ces lignes que je juge scandaleuses sous le signe d'un écrivain en vue et que je prélève dans la page de Combat de ce jour : « Céline consacré et toujours maudit ». Marcel Aymé écrit : cc On a véhémentement reproché à Céline son antisémitisme et c'est très injuste! Elevé par des parents antisémites, anti-dreyfusards, petits commerçants râleurs pour qui les juifs n'étaient pas seulement l'incarnation du mal, mais plus précisément des concurrents dangereux menaçant leur gagne-pain, il a grandi dans la familiarité de cette hargne anti-juive. Qu'il en ait été imprégné et qu'il ait été, lui aussi, antisémite, c'est dans l'ordre des choses. Je ne vois pas pourquoi on lui en fait un crime. » etc ... En somme, Céline n'a jamais été adulte ... Fou, excitateur, abominable raciste, pour Marcel Aymé, c'est normal, et il faut en prendre son parti. Il est impossible de passer cette honteuse plaidoirie sous silence ; que de chemin à parcourir jusqu'à la guérison du racisme sous toutes ses for· mes dans le monde entier, et jusque sous la plume, d'écrivains plus ou moins cc phares ». Je suis bouleversé. L. SCHLOSBERG Paris-S'

  • COQUILLE

Lecteur assidu de « Droit et Liberté, j'ai remarqué une « coquille » certainement involontaire que je tiens à vous signaler. Dans le numéro de novembre, à la page 2, 4' colonne, dans le rapport du colloque organisé par l'Association France-Algérie, vous citez Monsieur le Docteur Somia, médecin chef à l'hôpital Franco- « Allemand :» ; il s'agit en fait de l'Hôpital FrancoMusulman de Bobigny. Travaillant dans cet hôpital et connaissant le Docteur Somia, il me semble juste de rétablir la vérité. Jean JOUBERT 93· Bobigny LE CONFLIT ISRAELO-ARABE TOUS les hommes de bon sens ont condamné les stupides attaques dont ,le MJR.A,P. a été l'objet, après le débat à la Mutualité, en mai dernier. Cependant, au·delà de l'injure et de 'la diffamation, il y a, me semble·t-il, une leçon à tirer de cette polémique, et il faut le faire courageusement. 11 faut aussi mettre certaines choses au 'point, après le déballage d'acusations et de contre-accusations auquel nous avons assisté. Un mouvement comme le M.R.A.P. ne peut lais· ser planer aucune équivoque sur ses positions fondamentlrles. Les organisateurs de 'la réunion à la Mutualité attaquaient 'l'existence de l'Etat d'Israël dans son Iprincipe. Chacun sait que tous ,les Israéliens sont prêts à défendre leur pays coûte que coûte, et que seul un massacre effroyable (et réciproque) pourrait menacer l'existence de l'Etat. C'est donc - malgré les propos lénifiants tenus par ailleurs - un appel à la guerre qui a été lancé à la Mutualité. Et à ,la guerre la plus cruelle qui soit : les orateurs ont salué du nom de « 'patriotes palestiniens )) les terroristes de AI Fatah, dont les attentats meurtriers frappent aveu· glément la population civile d'Israël. II y a plus : cet appel à la guerre n'est nullement dénué de toute incitation raciste. On lit, dans la brochure distribuée au cours de la même réunion : " Joseph ... une fois trésorier de l'Egypte, fit ~enir ses parents. Sous le règne de Ramsès 11, les Juifs devenus nombreux et riches commencèrent à intervenir dans les affaires économico-politiques de l'Etat ». Or, Joseph n'était pas le trésorier de Pharaon, mais son premier ministre (tatil « Pharaon dit à Joseph : Vois, je te donne le commandement de tout le pays d'Egypte - (Génèse, 41) ; d'autres part, il n'est fait nulle part mention de cette intervention « dans les affaires économico-politiques de l'Etat -.,. On ne saurait expliquer des « erreurs " si suspectes par la seule fantaisie historique qui fait parler à l'auteur, quelques lignes plus haut, de " tribus arabes " vers 2500 avant Jésus-Christ (!). L'orientation de cette réunion était contraire aux buts et principes affirmés par le M.R.A.P. Si l'on a tenté d'utiliser le nom du M.R.AiP., celui·ci devait protester immédiatement et proclamer, non seulement sa neutralité, mais son opposition à certaines visées agressives. Si un de ses mem· bres a participé - à titre personnel - à la réunion de la Mutualité, les amis du M.R.A.P. étaient en droit d'attendre pour le moins un désaveu pub lie. Le préSident Pierre Paraf évoque, dans le dernier numéro de Droit et Liberté, « le droit de vivre de toutes les nations du Moyen-Orient, la pleine sécurité de l'Etat d'Israël où tant de rescapés du grand martyre trouvèrent leur nouveau destin. - De telles paroles vont droit au coeur de tous les amis d'Israël. Mais, outre qu'on eût aimé trouver ces propos dans la lettre de Charles Palant au Monde, le M,R.A.P. a trop de responsabilités pour qu'il lui soit permis de ne pas intervenir plus ouvertement. Si l'existence d'Israël est menacée, il faut le dire, et par qui. Il faut que des inci· dents comme celui du mois de mai ne puissent plus se reproduire. Il taut que personne n'ose plus utiliser 'le nom du M.R.A.P. pour des manoeuvres douteuses; il faut que le M.R.A.P., par son attitude, impose le silence à ses détracteurs. Il faut que l'on sache qu'il est impOSSible de militer dans un mouvement ,pacifiste et antira· ciste tout en prônant (et avec quels arguments !) une guerre qui ne saurait être que d'extermina· tion. A cette seule condition une action pour la paix sera possible, hors de toute équivoque. EnSuite ... ensuite, avec Pierre Paraf, « on souhaite que les Arabes acceptent la main qui leur est tendue ». M. WAINTRATER - Paris-19'. LA REPONSE DE CHARLES PALANT C'EST bien volontiers que nous publions votre le~tre et si nous l'avons chQisie pour lui répondre, c'est parce qu'elle en résume plUSieurs au~res parmi foutes celles qui nous ont témoigné l'amitié de très nombreux antiracistes à l'occasion de calomnies parues à l'endroit de notre Mouvement, après le débat organisé par les étudiants palestiniens, le printemps dernier, à Paris. A la base des attaques publiées -contre le M.RAP., il yale malentendu volontairement cree par nos détracteurs qui nous créditent de l'initiative de ce débat. Répétons donc encore une fois que le M.R.A.P. n'avait aucune part ni dans l'organisaton, ni dans le déroulement de cette réunion. Aucun des participants - au demeurant d'opinions très diverses - n'a pu y faire état de quelque mandat que ce soit émanant du MRAP. Si un membre de notre Conseil National y a pris part, ,il l'a fait à un titre strictement personnel, usant de la 1 iberté totale qui est celle des cent quatre 'vingts membres du Conseil National, appartenant à tous les horizons politiques ou philosophiques. Cela dit, derrière la forme, il yale fond des choses, et d'abord ce fait essentiel ,que le M.R.A,P., mouvement antiraciste, s'inter,dit de pair sa nature -et sa composition d'apporter - et à fortiori d'imposer - la solution politique des problèmes, si aigus soient-ils. Le problème des rapports israélo-arabes est justement l'un des plus brûlants de notre époque. Tant qu'il sera abordé dans la seule perspective d'une hostilité sans retour entre ses protagonistes et sans autre espoir de solution que dans un ,conflit armé, une terrible menace continuera de peser sur les populations en présence, c',est-à·dire sur l'existence même de 'certains pays du MoyenOrient et en premier lieu d',lsraël. Que l'on soit sioniste ou non, que fon soit juif ou non, le péril qui en découle pour la paix fait à chacun le devoÏ'r de se consi,dérer comme directement concerné par ce qui se passe dans cette région du monde. Aborder le problème dans une autre perspective que la fatalité d'un affrontement sanglal'\t, telle devrait être la contribution des antiracistes à la recherche d'une solution possible, en tenant compte de ce qui est intangible et de ce qui est évolutif dans la situation actuelle. Ce qui est intangible autant qu'irréversible, c'est l'-existence - donc le droit à l'existence - de l'Etat israélien, d'où notre condamnation sanS équivoque et d'où qu'elle vienne de toute déclaration !qui tend à remettre en cause l'existence d'Israël et notamment de tous les appels à la violence et à la guerre. Nous condamnons sans équivoque toutes les provocations sanglantes. 'Agressions -et représailles sont des actes de piraterie qui heurtent la conscience humaine et approfondissent le fossé d'hostilité et de haine. Ce qui est intangible, c'est qu'autant que 'les droit des minorités juives en pays arabes, les droits de 'la minorité arabe en Israël doivent être pleinement sauvegardés. Dans la perspective où les parties concernées chercheraient sincèrement à aboutir à la réparation des injustices subies de part et d'autre, le problème des réfugiés arabes trouverait également sa solution. Ce qui est évolutif, c'est, de part et d'autre, la conscience grandissante de certains éléments plus nombreux - sinon encore plus influents - de toute la vanité de cette rveille armée qui dure maintenant depuis une génération. Ce qui 'est évolutif, c'est 'Que dans le monde arabe où longtemps la destruction d'Israël était le seul ciment, des démarcations se dessinent au gré des étapes de la 'lutte entre les forces de progrès et la réaction féodale liée à l'impérialisme étranger. Ce qui est évolutif, enfin. c'est que, dans le monde d'aujourd 'hui, les matamores de l'agress ion sont ,voués à l'isolement et à la réprobation de l'opinion mondiale, comme en témoigne l'horrible guerre qui se poursuit au 'Vietnam. Dans le conflit israélo-arabe , le rôle du M.R.A.P - pour être modeste - n'en est pas moins de rechercher tout ce qui peut contribuer à une approche de dialogue. Comme nous l'écrivions, dans Le Monde du 6 juillet dernier: « Notre Mouvement se félicite de réunir depuis près de vingt ans des hommes de toutes origines qui poursuivent ensemble un combat résolu contre toutes les formes de racisme, quels qu'en soient les victimes ou les auteurs. « Cest ainsi que des juifs fermement attachés à Israël et des Arabes dont le patriotisme ne saurait être suspect, militent dans nos rangs unis à d'autres antiracistes, sans que les conflits du Moyen-Orient viennent contrarier leurs efforts ... " Ces hommes, il nous appartient moins de les choisir selon des critères inconciliables que souhaitent imposer au M,R.A.P. ceux que trop souvent les passions égarent, que de contribuer à créer entre eux ce climat de confiance et de comp réhension né de l'aspiration commune à la paix. Charle PALANT, Secrétaire Général du M.R.A.P. • MARPESSA DAWN, vedette d'Orfeu Negro, a joué en anglais dans la pièce de Thornton Wilder « La peau de nos dents », dans le cadre du Studio Theatre of Paris qui s'est donné pour but de Jaire connaître en France le théâtre anglo-américain, dans sa langue originale. • « AUSCHWITZ BIRKENAU» est le titre d'une plaquette consacrée au Monument International d'Auschwitz et conçue pour permettre de réunir les fonds qui manquent pour en achever la construction. • « AHMED BEN BELLA », le livre deRobert Merle, vient d'être traduit eB arabe. • L'HEBDOMADAIRE SOVIETIQUE « NOUVEAUX LIVRES » annonce la prochaine publication des oeuvres de trois écrivains de langue yiddish : Leib Kvitko" Chemouel Halkin et Zalman Wendrow. • LE CERCLE DIDEROT organise un' cycle d'études sur les prOblèmes actuels du rationalisme. Des exposés suivis de discussions auront lieu tous les mois, au Siège du Cercle Diderot, 16, rue de l'EcolePolytechnique, Paris-5' - MED 03-50. • LE THEATRE D'ESSAI ET DE CULTURE des Trois Baudets présente, du 5 décembre au 7 janvier, « Carrefour de l'Amitié )), spectacle de poèmes, chants et danses d'Afrique, des Antilles, des Amériques, monté sous la direction de Bachir Touré. ' . UN PRIX LITTERAIRE DE CINQ MILLE FRANCS sera décerné prochainement à l'occasion du centenaire de la naissance de Julien Benda, à un ouvrage inédit consacré à l'oeuvre de cet écrivain. Pour tous renseignements, s'adresser à M. Jean Hein, professeur au lycée de gar· çons, Le Puy-en-Velay - 43. • LA LIBRAIRIE VAILLANT présente à l'occasion des fêtes de Noël une série d'albums : « Pif le chien n, «( Roudoudou », « Riquiqui n, « Pat et Chou )) et de nombreuses collections, présentées de façon agréable et moderne, telles que « La souris verte )) (6-8 ans), « Images et aventures )) (7-13 ans), « Récits, contes et légendes )) (6-10 ans), « Au rendez-vous de l'aventure )) (10-15 ans), « Rayon d'or )) (7-11 ans). • « LA MARSEILLAISE » TRANSCRI· TE EN LANGUE QUECHOUA sur un parchemin, faisait partie de l'expOSition sur l'art national bolivien qui s'est tenue à la Maison- de l'Amérique latine. Cette exposition groupait d'autre part de véritables oeuvres d'art ré.lisées par les populations indiennes des hautes terres de Bolivie. • UN DES MAITRES DE LA NOU· VELLE VAGUE DU JAZZ qu'on appelle le « New Thing )), Archie Shepp, a donné un concert le 25 octobre à la Maison de la Radio. C'est lui qui déclare : « Je suis un musicien de jazz noir, je suis un anti· fasciste, je suis indigné par la guerre au Vietnam, l'exploitation de mes frères, et ma musique raconte tout cela. Et c'est là le New Thing. » • DES CONFERENCES SUR L'ART DE LA MEDAILLE, illustrées de projections, sont données en l'Hôtel de la Monnaie de Paris, 11, quai Conti, par Mlle Josèphe Jacquiot, conservateur au Cabinet des Médailles. • TERENCE FRISBY, dont la pièce « There's a Girl in My Song » obtient actuellement un franc succès à Londres, a refusé d'aller la présenter en Afrique du Sud où les théâtres imposent la ségrégation. Il fait partie des quelque cent auteurs de théâtre français, anglais, irlandais et américains qui ont pris la décision de boycotter ainsi le pays de l'apartheid. • LE 22' GRAND BAL ANNUEL de l'Union des Engagés Volontaires et An· ciens Combattants jnifs 1939-1945 aura lieu dans les salons du Palais d'Orsay, le 24 décembre 1966, de 21 heures à l'aube. Il sera animé par deux grands orchestres, et comptera de nombreuses attractions. L'entrée coûtera 18 francs. Pour réservation et tous renseignements, on peut s'adresser au siège de l'Union, 58, rue du Châteaud'Eau, Paris-10' (téléphone : 607-49-26) . • LE COMITE DE VIGILANCE POUR LE RESPECT DE LA DEPORTATION ET DE LA RESISTANCE vient de lancer un appel pour le retrait du Prix de la Résistance, attribué à Jean-François Steiner pour son livre Treblinka. S'adressant aux membres du jury du prix, le Comité écrit : « Ce serait à (leur) honneur de revenir sur ce choix (obtenu par 5 voix con· tre 4) et d'annuler une décision qui apparaît aujourd'hui comme des plus contesta· bles. Il y a quelques années, un autre jury littéraire a décidé de revenir sur un choix malheureux. Ce fut un acte de courage et de clairvoyance. » Au cours de la cérémonie du souvenir, qui s'est déroulée récemment au temple de la Victoire, le grand-rabbin Kaplan est. intervenu dans le même sens. 15----- LA VIE DU M. R. A. P. AGIR 1 • Au cours d'une journée d'étude consacrée aux problèmes d'organisa· tion, le Conseil National du M.R.A.P a pris, le 23 octobre, d'importantes décisions qui doivent permettre à notre Mouvement de mieux accomplir les tâches qui lui imcombent, face aux manifestations actuelles du racisme et de l'antisé mitisme. Réuni rue de Trévise, à Paris, dans la maison de l'Union Chrétienne des Jeunes Gens, sous la présidence de Pierre Paraf, il a examiné successivement les trois points inscrits à son ordre du jour: les comités locaux (rapporteur: Henri Citrinot) ; les adhésions (rappor· teur : Alain Gaussel) ; « Droit et Liber· té " (rapporteur Charles Palant). Les conclusions des trois débats, auxquels participèrent activement tous les membres présents du Conseil National, furent tirées par Albert Lévy à la fin de cette fructueuse journée de travail. Deux constatations essentielles peuvent éclairer la signification et la portée de ces assises. D'une part, la réalité du racisme , de l'antisémitisme, du néo-nazis· me, qui apparaissent sous des formes multiples dans la vie de tous les jours ; d'autre part, une indiscutable volonté de s 'y opposer, qui s'exprime dans les milieux les plus divers, particulièrement parmi les jeunes ... Si le M.R.A.P. n'existait pas, a-t-on pu dire, il faudrait - aujourd'hui, plus que jamais - le créel". Pour riposter, pour agir, car l'action est sa raison d'être. Et il a pour vocation d'unir, par delà leurs divergences politiques, religieuses ou philosophique~, tous les hommes de bonne volonté. Comment multiplier les comités locaux Mais pour être présent partout ou l, le doit, notre Mouvement se trouve de · vant la nécessité de décentraliser toujours davantage ses activités. Autrement dit : de multiplier les comités locaux et départementaux, en priorité dans les régions où le racisme se manifeste avec le plus d'acuité. Analysant en détail le fonctionnement de ces comités, le Conseil National a souligné la nécessité de les structurer, de leur assurer une vie permanente fon .. dée sur une étude sérieuse de la situation locale et du milieu, leur permettant d'orienter valablement leurs initiatives. Pour un comité local, l'action peut et doit revêtir trois aspects principaux, qui se rejoignent et se complètent : 1. Riposte aux manifestations locales de racisme et d'antisémitisme (refus de servir les Noirs ou les Algériens dans les établissements publics, activités des groupes néo-nazis, articles diffamatoires ou tendancieux dans la presse, brimades et injustices frappant les travailleurs ou les étudiants étrangers, cas précis d'incompréhension ou d'hostilité en raison de préjugés raciaux, etc ... ) 2. Participation aux campagnes nationales du M.R.A.P., comme celle qu'il pour· suit actuellement pOUl" l'adoption d'une législation antiraciste et la ratification par la France de la Convention internationale contre le racisme. 3. Propagande et éducation par la diffusion permanente de « Droit et Liberté ", l'organisation de conférences, débats, soirées cinématographiques, expositions ventes de livres et aussi le soutien aux activités poursuivies dans le même sens par d'autres associations notamment le Centre de Liaison des Educateurs con· tre les Préjugés Rariaux. Quelle que soit l'initiative qu'il prend, ce qui est certain, c'est qu'un Comité local ou départemental, ne peut exister ·qu'en agissant. Exister, c'est-à·dire recru· ter des adhérents, des abonnés, rayonner dan3 des milieux toujours plus larges. C'est si vrai que toute action, quelle ·qu'elle soit, ne serait-elle due qu'à un petit groupe, constitue le point de départ le plus valable d'un comité : nOilS en avons fait maintes fois l'expérience, et nous ne saurions trop recomm::tnd'3r à nos amis, 'chaque fois qu'ils le jugent

nécessaire, d'agir, de réagi'r dès que possible,

de ne rien laisser passer; "insi se créeront les meilleures conditions pour la formation de Comités. Pour favoriser l'implantation de ,lllUveaux comités et renforcer ceux (;ui existent déjà, le Conseil National a prévu, dans la prochaine période, i'organisation de plusieurs conférences régionales ou départementales. Mais il n' ~ st pilS indispensable d'attendre que les di recti ves et les mesures viennent de Paris ; car .si la direction nationale se tient orête à apporter le maximum d'aide, elle ne peut évidemment tout faire ; et là (,ncore Il suffit que quelques uns, les premiers « s'y mettent" pour rencontrer 'e f.uLcès. Tout pour « Droit et Liberté! » L'action du M.R.A.P. en -::e mClnent, doit être liée au lancement de la nouvelle formule de « Droit et Liberté ", qui est au premier plan de nos préoccupatilOns. Il va de soi que ,la création, ,la vie, les réalisations d'un comite dans une ville ou une région déterminée, dépendent directement de la diffusion de Ilotre mensuel, qui informe, alerte et mobilise l'opinion antiraciste. En modernisant sa présentation, en enrichissant son conte · nu, nous espérons faciliter cette diffusion. Mais la « technique , en la matière ne saurait suffire. Il y faut aussi un effort considérable de tous nos militants et amis sans lesquels une telle entreprise ne serait pas viable. Le Conseil National a fixé un premier objectif de 5.000 nouveaux abonnés. Pour l 'atteindre au plus vite, pour le dépasser, quel antiraciste conscient refusera de proposer, dès maintenant, à deux, trois, cinq ou dix amis d'être de ces 5.000 ? Les carnets d'abonnements Wévus à cet effet viennent d'être imprimés; nOlis voulons croire qu 'ils nous seront récl a· més de partout. Assurer les progrès de « Droit et liberté ", c'est aussi participer à sa vente militante, comme le font déjà, avec succès à Paris, le Comité étudiant et le Comité du 20' ; c'est veiller à sa mise en place dans les kiosques et librairies . c'est également donner des adresse~ pour une large prospection , et même - chacun le peut plus ou moins - obtenir de la publicité de la part de commerçants ou de grandes firmes qui ne sauraient manquer de s'intéresser à la nouvelle formule . Le Conseil National a envisagé des mesures très diverses pour faire connai· tre et diffuser plus largement notre re · vue. Nous les appliquerons progressive· ment, Indiquons, dans l'immédiat, l'une d'elles, destinée à créer une émulation entre les militants, les comités : pour dix abonnements collectés, il sera offert un livre d'art : pour 100 abonnements, une petite bibliothèque antiraciste de 20 volumes . C'est dire toute l'importance que nous attachons au concours des lecteurs de « Droit et Liberté " eux· mêmes, qui sont les mieux placés pOUl juger de nos efforts et pour en accroître l'efficacité. Chacun de nous ... Créer des comités locaux, recruter des adhérents au M.R .A.P. et dfls abonnés n son organe : ce ne sont lil, au fond, que trois aspects d'une seule et même tâché, qui est de combattre le racisme et l'an· tisémitisme avec vigilance, avec vigueur. Les perspectives ayant été définies par le Conseil National , c'est à chacun de nous, maintenant qu'il appartient d'agir Une vue de l'assistance pendant l'entr'acte UN BRILLANT GALJ\ L'ORCHESTRE des Haricots Rouges a ouvert dans -une ambiance sonore et gaie le gala annuel du M.R.A.P., ce dimanche 20 novembre. Est-il besoin de le souligner? Tous les artistes qui se succédèrent sur la scène de P,leyel, rivalisèrent de talent et de gentillesse pour cette Sloirée dédiée à la fraternité humaine, à la paix. Présenté avec verve par Harold Kay, chacun apportait .une note nouvelle au spectacle. Humour tendre avec Ricet Barrier, envoûtante passion du vaudou avec Mathilda Beauvoir et sa troupe, détente 'joye'use avec Michel Galabru, qui présenta un sketch ,de Courteline, poésie avec Béatrice Arnac, rythme et émotion avec 'Claude Nougaro, surtout ,llOrsqu'iI interpréta, en terminant la première partie, « Louis Armstrong " et « Bidonville " . Téréza ouvrit avec sa voix riche et son élan communicatif la seconde partie, suivie de Bachir Touré, dont les poèmes et les chants ont des accents de sincérité vibrante, puis des Frères Jacques, qui mêlent si savamment la fantaisie de l'inspiration à la rigueur de la mise en scène ... Tous furent chaleureusement applaudis, de même que nlotre amie Anne Béranger, qui avait dirigé la réalisation du spectacle, et le peintre Emile Grau·Sala dont une oeuvre ornait ,le magnifique programme diffusé dans l'assistance. A rentracte, en une brève allocution, Charles Palant, secrétaire général ,du M.R. A.P., appela au souti,en de l'action si nécessaire de notre Mouvement, et salua les personna,lités présentes autour du présidentPierre Paraf et de Mme Mathilde Paraf. Nous ne pouvons les citer toutes. Signalons entre autres, le pnofesseur Alfred Kastler, membre {:!u Comité d'Honneur du M,R.A.P., Prix Nobel de IPhysique, qui avait tenu avec Mme Kastler à manifester une nouvelle fois son attachement à la cause que nous défendons ; MM. Henri Laugier, ,ancien secrétaire général-adjoint de l'ONU., Miguel-Angel Asturias, ambassadeur du Guatémala ; Walko, ambassadeur de Hongrie, Huynh Jieng, premier secrétaire près de la Délégat'ion ,Générale de la République Démooratique du Vietnam Ibrahim Gaye. premier secrétaire le l'Am: bassade du Sénégal, et Amadou 5amb, dl' recteur général de l'Education Nationale de ce pays, Harouna Maïga, 'représentant l'ambassade du Mali, Armand Mensa représentant l',ambassade du Togo. ' Citons encore, Mme Madeleine Jean-Zay, MM. Maurice Baumont, président de l'Académie des Sciences Morale-s et Politiques, Jean Pierre-Bloch et Marius Moutet, anc! ens ministres, Jean Auburtin, ancien prés'Ident du Conseil Municipal de ~aris, Charles Lederman, conseiller municipal de Paris, Maurice Rolland, conseiJ.ler à ,la Cour ,de Cassation, la grande actrice américaine Jean Seberg et Renée Lebas, le pasteur Pierre Ducros, les écrivains A'ibert Memmi et Olga Wormser. On reconnaissait également les 'représentants de nombreuses organisations : MM. Henri Fauré, président de la tigue de l'Enseignement, Etienne Nouveau, v,iceprésident de l'U.F.A.G., Georges Wellers, vice-iprésident de l'U.N.A.'D.'I.F., Jacques Nantet, vice-président {:!e l'Amitié JudéoChrétienne, Isi Blum, secrétaire général de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs, Gaston Kahn, vice-président du Consistoire Israélite de 'France, M. Vilner, président de l'Amicale des Anciens Déportés juifs, Louis Picot (A.N.A,C.R.), Heymann (Pax Christi), Chikh Slimane (Associat,ion des Etudiants Musulmans Nor.d-Africains) , Charles Steinman (U .J.R.E.), Goldberg (Fédération des Artisans et Façonniers), Dominique de Beaumont {:t!.'~es Tsiganes), Vanko Rouda (Communauté Mondiale GItane), ainsi que des journalistes parmi lesquels Mme ~eneviève Tabouis, MM. Sany Marchal, directeur de Radio-Monte-Carlo, J.-J. Brisac, de l'O.R.T.F., Kenig, rédacteur en chef d~ « La Presse Nouvelle ", Roger Berg, dlrecte-ur du Jlournal des Communautés Maurice Moch, du C,R.I.F... ' De nombreuses autres personnalités s'étaient excusées. ~- Voici les résultats du tirage des:bons de soutien 1966 qui a eu lieu le 20 novembre, au gala de la Salle Pleyel: UN GRAND VOYAGE POUR DEUX PERSONNES au choix: - Le 1" Mai à MOSCOU, ' - Quinze jours au MAROC, - Quinze jours en ISRAEL, - Une semaine aux CANARIES, - Vingt 'et un jours en AFRIQUE ORIENTALE, N' 31.032. UN VOYAGE P.AiR AVION, POUR DEUX PERSONNES, A ALGER, N' 42.188. UNE CAMERA ET UN PROJECTEUR: N° 53:587. UN MAGNETOPHONE: N° 120.388. UN POSTE DE TELEVISION: N° 40.366. Un appareil photo et son étui cuir: W 128.730. Un col de vison: N° 108.942. Une lithographie de Nathalie Chabrier: N° 80.105. Un livre d'art: W' 17.383 - 21 .326 - 30.620 - 36.010 - 54.820 - 65.180 - 66.755 - 67.735 - 72.729 - 81 .816 - 83.662 - 94.04'1- 101.056 - 104.975 - 124.626 - 129.558 - 135,140 - 136.97,2 - 140.606 - 147.162. Un aspirateur de voiture: N° 116.361 . Une statuette africaine : N° 23.541. Un porte-documents: Ne, 63.155 - 144.695. Un carton Ricar,d : N°' 16,691 - 34.636 - 58.135 - 63,153 - 63.974 - 68.690 - 124.629 - 148.385. Un magnum de whisky: N° 5-8.245. Une cravate daim: N°' 43.858 - 54.570 - 65.651 - 6-8.640 - 79.071 - -86,946. Un dictionnaire Lanousse : W 46.035. Un flacon de parfum : N°' 8.956 - 60.894 - 69.105 - 81.798 - 111.540 - 126.469 - 144.461 - 149.408. Une bouteille de champagne: N°' 111 - 6.286 - 82.009. Une boutei,lIe de Ricard: W 11 .250. Une bouteille de vodka: N°' 53.455 - 58.477 - 71 .941 - 96.136. Un flacon d'anisette: N°' -83.567 - 149.171. Trois bouteilles de vin d'Algérie: N°' 2.936 - 139.050. Un rép ertoire en cuir: N° 83.667. Un album ,de timbres postes: N°' 46.154 - 91.462 - 137.236. Une poupée japonaise: N°' 69.085 - 84.156. Un vide-poche en osier: N° 67.957. Un livre: W' 362 - 1.312 - 5.660 - 8.140 - 8.806 - -8.875 - 11.162- 13.109 - 13.468 - 14.600 - 14.741 - 15.493 - 19.421 - 19.760- 20.066 - 21 ,786 - 28.711 - 29.391 - 31 .474 - 31 .911 - 37.877- 38.561 - 39,466 - 43.321 - 43.329 - 44.215 - 47.205 - 47.715- 50.013 - 51.002 - 51.126 - 51.752 - 54.818 - 55.396 - 57,216- 58.576 - 59.671 - 60.330 - 65.658 - 67.822 - 68.670 - 69.530- 69,787 - 72.211 - 72.668 - 72.886 - 74.611 - 74.620 - 74.726- 75,640 - 76.605 - 79.121 - 81 .975 - 81 .986 - 82,863 - 84.235- 88,382 - 91.286 - 92.000 - 92.898 - 93.131 - 93.656 - 94.989- 95.141 - 97.128 - 97.196 - 97.745 - 99,787 - 101.875 - 104.015 - 105.170 - 107.361 - 112.019 - 118.116 - 120.387 - 125.160 - 125.436- 125.447 - 126.014 - 126.075 -126.489 - 128.5'36 - 129.940 - 131.227 - 136.375 - 136.846 - 137.239 - 138,430 - 138.659 - '13-8.700 - lG9.127 - 140.745 - 144.400 - 144.525 - 144.540 - 146.352 - 147.,170 - 147.876- 148.065 - 148.635. Un stylo ,: N°' 715 - 5.311 - 11.41B - 14,020 - 31.240 - 40.09,2 .. 49.040 - 52,316 - 53.660 - 54.015 - 86.286 - 88.475 - 93.544- 102.430 - 108.320 - 111.321 - 112.369 - 114.84'5 - 116.819 - 128.538- 135.111 - 135.3,18 - 144.705 - 147.131 - 149.426. Uo coupe-papier africélin sculpté: N° 1111.581. Un disque 33 tours: N° 118.977. Un disque 45 !Jours: N°' 5.313 -' 13 .475 - 14.046 - 15,152 - 23.176- 23,560 - 28.519 - 29,780 - 29.857 - 31 .236 - 3,1.237 - 32,690- 39.760 - 40.263 - 42,392 - 42,393 - 43.311 - 46.155 - 46.795- 48.396 - 49.038 - 50.015 - 51.955 - 52.095 - 54.012 - 55.181- 58.095 - 60.643 - 61 .011 - 61.435 - 62.782 - '66.752 - 68.660- 68.695 - 69.789 - 71.216 - 71.467 - 81 .709 - 83.181 - 85.089- 86.799 - 88.621 - 91.132 - 94,429 - 95.525 - 101.061 - 103.092 _ 107,630 - 108,315 - 111 :584 - 112,367 - 112.662 - 113.970 - 117.072 122.949 - 125.600 - 126.351 - 126.466 - 128.951 - 129.563 - 129.592 - 131.230 - 13'1.775 - 136,844 - 136.974 - 144.607. Une assiette is raéli-enne : N° 60.255. Une assi'ette en Quimper: N° 29.778. Un poudrier israélien: W 51 .434. Un chemisier ,d'enfant: N° 1,317. Un pull d'enfant: W 116.-831. Un maillot de bain d'enfant: N°' 20.741 - 100.760. Un livre d'enfant: N°' 2.931 - 8.091 - 12.069 - 19.745 - 21.769 - 22.265 - 25.951 - 28.513 - 28.891 - 29.536 - 46.720 - 53.134- 55.190 - 58,511 - 66.184 - 67.510 - 79.886 - 82.285 - 92.840- 93.871 - 97.160 - 99.652 - 99.730 - 104.991 - 108.944 - 117.761 - 119.857 - 125.170 - 125.581 - 125.920 - 135.595 - 13HH6 - 138.660- 138,806 - 144.926 - 147.169. Un pique-fleurs ': N° 38.116. Un cendrier israélien: N°' 72.195 - 135.085 - 135.889. Un cendrier céramique: N° 92.566. Tous les numéros se terminant par 74 gagnent un abonnement d'un an à « Droit et Liberté ". (Si le gagnant est déjà abonné, il est invité à en faire bénéficier une tierce personne.)


16---------------------------------------------------------------------------------------------------__

A PARTIR DU MOIS · PROCHAIN 1 NOUVELLE FORMULE Voici maintenant six mois que nous étudions cette nouvelle formule. Mous y avons été aidés par vos suggestions. par les réponses au questionnaire que nous vous avons soumis dans notre numéro 253, d'avril - mai 1966. Voici quelle sera la personnalité nouvelle de Droit et Liherté: • UN FORMAT PRATIQUE 21 X 27, qui rendra le journal plus maniable et aussi plus facile à classer et à conserver pour les nombre'ux militants qui veulent conserver, mois après mois, cette arme et ce recueil de documents qu'est Droit et Liberté. • DES RUBRIQUES PLUS VARIEES f Articles, études et reportages couvriront l'ensemble de l'actualité, dans l'optique propre qui est la nôtre. • DES ARTICLES PLUS NOMBREUX Ils vous feront connaître l'histoire et les arts non-européens. Tant il est vr.ai qu'il ne peut y avoir d'antiracisme conséquent sans une connaissance toujour s plus approfondie des autres hommes. • UN DOSSIER CENTRAL Chaque mois, il sera consacré à l'étude approfondie d'un problème actuel (analyses, documents, statistiques, etc ... ) ou d'un évènemer.t historique partie ulièrement riche d'enseignements. Le premier dossier, publié en janvier, l'Affaire Dreyfus racontée par ceux qui l'ont vécue apportera des lumières nouvelles, sur une affaire dont les ,effets n'ont pas fini de nous concerner. Y prendront notamment la parole: Paul-Boncour, Suzanne Collette-Kahn, les sénateurs Roger Carcassonne ,et Marius Moutet, Lucien Midol, le professeur ,Robert Debré, Pierre Paraf. •• Cette présentation nouvelle entraînera naturellement un surcroît de dépenses. C'est pourquoi. plus que jamais. Droit et Liherté a besoin de votre soutien. Chacun de nous doit se fixer' un but minimum : doubler le nombre des abonnés d'ici la fin de 1967. Et n'oubliez pas que iusqu'à nouvel ordre, notre offre M. M. -- reste valable. Deux abonnements d'un an vous donnent droit à un troisième abonnement gratuit. M. BULLETIN Dr ABONNEMENT . . Adresse . . ..... . . . (Abonnement de soutien . . Adresse .. . ... . ...... . (Abonnement de soutien TOTAL ABONNEMENT GRATUIT SUPPLEMENTAIRE: . . . ..... Adresse ......... . 10 F 20 F) 10 F 20 F}

Notes

<references />