Droit et Liberté n°175 - septembre 1958

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°175 (279) de septembre 1958
    • Inquiétante effervescence des groupes racistes, antisémites et antirépublicains page 1
    • A la veille du référendum, une mise en garde du Conseil National du M.R.A.P. page 1
    • Tandis que se poursuit la bataille de Little Rock, un noir de l'Alabama, Jimmy Wilson, sera-t-il éxécuté parce qu'accusé d'un vol de 1 dollar 95 page 1
    • La couleur du sang par Oncle Tom page 2
    • Le souvenir de Joliot-Curie par E Schatzman page 2
    • Que se passe-t-il
      • Le drame algérien: le cycle infernal; le bazooka et l'antisémitisme
      • Discriminations: un médecin; un employé
    • Quand les "Teddy Boys" et le Ku Klux Klan veulent faire la loi à Londres par J.P. Muraccioli page 3
    • Vous dites? Droit et Liberté répond ici aux mensonges racistes par Roger Maria page3
    • Inquiétante effervescence des groupes racistes page4
    • En parcourant la presse de haine page4
    • Réflexions sur la réforme constitutionnelle par Léon Lyon-Caen page5
    • Lettre du Conseil National du M.R.A.P. au Président des Etats-Unis (affaire Jimmy Wilson) page7
    • Chroniques et récits: La décision de Monsieur Luce par Roger Martin du Gard page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 175 (279) SEPTEMBRE 1958 1\ DANS CE NUMERO 50 FRAn cs • Réflexions sur la réforme constitutionnelle par Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour d'e Casôation, président du M. R.A.P, (Page centrale), e Le souvenir tle Joliot- Curie, par E v r y SCHATZMAN, profesS'eur à la Faculté des Sciences de Paris, (Page 3) . (j)luéJ q.ue i-amaiéJ éJ~ impGéJenl la IJ-Ïgilanee el l~ un ion! • La décision de MLuce, quelques pages de Roger MARTIN D U GARD, et un'e lettre inédite de l'auteur (Page 8) ,..---"»-- ._ . ...,.. ... • ft .... INQUIÉTANTE EFFERVESCENCE • Les (( teddy boys » et le K.K.K .• ne feront pas la loi à Londres : un reportage de notre corres':) onr!.ant permanent han-P~erre MURRA des groupes racistès, antisémites ClOU. (Page 3). ~ ~ 't':.I'." . .-..-l A la veille du référendum UNE MISE EN GARDE du Conseil National du M. R. A. P. LE Conseil National du M,R.A.P. ayant suivi avec la plus grande vigilance l'évolution de la situation dans la dernière période, constate que la m'enace du racisme et de l'antisémitisme n'a cessé de s'aggraver par suite de la mise en place d'hommes 'et d'organismes dont les activités justifiaient, dès avant le 1 3 mai, l'inquiétude des antiracistes. • Les ligues antisémites et racistes dissoutes au lendemain du coup de force d'Alger, se sont reconstituées 'après l'e 1 er juin et intensifient leur agitation néfaste; ceux de leurs membres qui avaient été arrêtés sont libérés et bénéficient de l'impunité. 1 • D'autres groupes se sont. co;tstitués .q~i mll;- 1 nifestent clairement leurs obJectifs antITepubhcains ainsi que leurs tendances racistes, antisémites 'et xénophobes. • Dans leur presse, les uns et les autres multiplient librement les excitations à la haine, les menaces, les appels à la violence, exprimant leur satisfaction de voir leurs exigences progressivement satisfaites. • Des collaborateurs notoires condamnés à la Libération reparaissent au premier plan de la vie publique, et certains se voient offrir des tribunes à la radio .nationale. • Dans le même temps, le drame algérien qui a favorisé le développement des menées factieuses, prend des proportions de plus en plus alarmantes, y compris en France même. Le Conseil Nation'al constate 'en outre qu'aucune mesure ni prise de position des pouvoirs publics n'autorise à espérer que soit mis un terme à cet enchaînement de faits inquiétants. •*• C'EST dans ce climat qu'aura lieu le 28 septembre le référendum sur la nouvelle Constitution, d'ores et déjà approuvé'e, entre autres, par des hommes et des groupes connus pour leurs positions racistes, antisémites 'et antirépublicaines, affirm'ant qu'il s'agit là d'une étape nécessaire vers la suppression effective du régime démocratique et la réalisation de leurs obejctifs. Le Cons'eil National souligne que le préambule de la nouvelle Constitution, s'il fait allusion au texte de 1946 (d'ailleurs abrogé), ne précise plus les garanties qui s'y trouvaient concernant en particulier « les droits inaliénables et sacrés » de « tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance » , et soulignant que « nul ne peut être lésé dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de s'es opinions ou de ses croyances » . Le peuple français a certes toujours manifesté et manifestera toujours son opposition active au racisme et à l'antisémitisme, en même temps que son attachement à tous les principes démocratiques; mais les nombreuses dispositions qui limitent les pouvoirs et les contrôles exercés par lui et ses élus, 'et favorisent l'arbitraire de l'exécutif, ouvrent la voie 'aux abus qu'il réprouve.

    • *

EN conséquence de toutes ces données, l'e Conseil National estime que les antiracistes doivent être mis en garde contre l'approbation d'une 'entreprise qui met en péril les idéaux qui leur sont chers, et doit être appréciée, abstraction faite de l'homme qui l'a inspirée et proposé'e. Il les appelle à agir vigoureusement, dans l'union, contre toute manifestation de racisme et d'antisémitisme, pour la défense de la démocratie, afin d'empêcher que renaissent les moeurs qui naguère ont si durement éprouvé notre pays. antirépublicains UN bref communiqué de presse nous l'apprend: les poursuites engagées au lendemain du 13 mai contre une poignée de trublions fascistes, après la dissolution de quatre ligues antirépublicaines, ont pris fin officiellement le 20 juillet. Les deux derniers inculpés ont bénéficié ce jour-là, d'un non-lieu. Ainsi se trouvent complètement effacés les quelques mesures prises à Paris pour défendre la République, après le coup de force d'Alger. Mesures dérisoires, il est vrai - timides et tardives concessions à l'opinion démocratique: l'arrestati on de quelques lampistes n'empêcha pas les groupes « dissous» de développer leur agitation, ni les chefs responsables de comploter de plus belle, et surtout d'autres organisations plus important es, plus dangereuses - et délibérément épargnées - de poursuivre leurs menées funestes. Phalange Française ? Mouvement Populaire Français ? ... Les revoila ! ... Mais il faut croire que même cela, c'était trop, après le · l"r juin. Et les quatre ligues antirépublicaines, frappées théoriquement d'interdit, n'ont pas tardé à reparaître au grand jour, avec l'antisémitisme et le racisme au premier point de leur programme. Nous avons relaté dans notre dernier numéro, comment le Mouvement Jeune Nation, non seulement n'a jamais cessé d'exister, mais a pu éditer, à partir du 5 juillet, un organe bimensuel, qui réunit les signatures des plus fieffés antisémites, tels Henry Coston et Georges Virebeau, connus pour leur collaboration active aux entreprises de l'occupant nazi. Nous rapportions que Biaggi, ne croyant pas devoir relancer son Parti Patriote Révolutionnaire, avait tenu une conférence de presse pour appeler ses hommes, de main, à « militer dans les comités de salut public». Depuis, c'est aussi au cours d'une « conférence de presse » que le sieur Gastaud, dit Luca (se présentant luimême comme le neveu de Déat), a (Suite page centrale.) C(5andiéJ q.ue âe pGucéJuil LA BATAILLE DE LITTLE ROCK Un nOIr Jimmy de l.. 'Alabama WILSON sera-t-il exécuté le 24 octobre parce qu'acLusé d'un vol de 1 dollar 95 ? UNE fois de plus le racisme se déchaîne aux Etats_ Unis, à l'occasion de la r entrée scolaire. Tous les r egardS se tournent, cette année encore vers Little Rock, dans l'Arkansas, où se livre sous une forme spectaculaire 'a bataille pour l'intégration des enfants noirs dans les mêmes écoles que les enfants blancs. Mais Little Rock n'est qu'une des nombreuses villes et l'Ar_ kansas, qu'un des nombreux Etats où les partisans de la ségrégation mettent en échec la décision prise en 1954 par la Cour Suprème des Etats-Unis. Il importe de voir le problè_ me dans toute sa gravité. L'an dernier, certes, l'intervention de l'armée fédérale a permiS l'in_ t égratioI cians un lycée de Lit_ tle Rock. Mais il faut bien constater que: 1. les trois autres lycées de la ville re8tent interdits aux noirs; Le gouverneur Faubus : «Allo! Je veux qu'on ferme les écoles plutôt que (Suite page 7) de voir ense~ble enfants noirs et en bnts blancs ... » QUE 8E PASSE-T-IL? Lia eo.uleuc, du â-ang Le drame se passe à la Nouvell&Orléans, la cité par excellence du jazz, rendue célèbre dans le monde par le talent de ses musiciens noirs. Mais reconnaître oe talent, l'exploiter (matériellement et moralement) n'eflJpêche pas les sentiments. Et les sentiments, en l'occurrence, ce sont la haine, le mépris, la cruauté, qui forment le cortège du racisme. Un petit garçon noir de 3 ans, Gary Bilbo, gravement malade, risque de mourir à la Nouvelle Orléans, faute d'une transfusi.on sanguine effectuée _en temps utile: il ne s'est pas trouvé, à l'hôpital, assez de sang de sa couleur. Le sang est rouge, dira·t-on. Ce n'est pas le cas en Louisiane, où le sang est étiquetté « blanc JO ou « noir» selon la peau de celui qui l'a donné. Absurde du point de vue biologique, cette distinction, aux conséquences funestes, relève de la logique raciste. Ainsi,une fois de plus, le racisme apparaît comme une maladie mortelle non pour ceux qui en sont atteints maiS! pour les victimes qu'eux-mêmes aHaquent ou désignent. C'est ce qui l'apparente à la rage. En ce milieu du 20' siècle, l'homme n'a pas pu vaincre encore cette rage-là. DRAME ALGERIEN ~ LE CYCLE INFERNAL Alors que les événements de mai-juin et les mots d'ordre d' « intégration » amenaient certains à espérer une solution prochaine du drame algérien, il faut bien reconnaître que, depuis trois mois, il n'a fa it que s'aggraver. Le sang continue de couler de pllrt et d'autre en A' gérie, où des renforts ont été envoyés. 'Et voilà que la guerre orend pied en France même, avec;. les attentats, la répression accentuée, avec tout ce qui , fatalement, s'ensuit : victimes innocentes, ~aines . exacerbées. Et chaque jour il apparaît plus difficile de combl er 1 e fossé qu i se creuse entre ..... --- . .. z . t ~ " , ~:' 192.168.254.42:~,192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:35 (UTC)\~:. .(1 ••• : ,dERNE @ Le Pilori, le journal anti!.émite édité en Fi'ance sous l'occupation l'cpal'ait en Suisse. Directeur: Georges Oltramare (alias Charles Dieudonné). BUCHENWALD @ Le mémorial construit sur l'emplacement du camp pour rap_ peler les crimes nazis a été inau_ guré au cours d'une émouvante cérémonie, le 13 septembre. Les dirL geants de la République Démocra_ tique Allemande et de nombreuses personnalités de divers pays étaieni présents à cette manifestation, l laquelle plus de 100.000 personnes ont participé. BONN @ Dix_sept partis n éo-nazis, 2t organisations de même caractère. deux groupements de « victimes de la dénazification », 58 organisations d'émigrés fascistes, 6 agences d'aL de aux anciens criminels de guerre. 5 bureaux d'organisations fascistes internatinales, 939 groupes na_ zis d'anciens combattants, 48 asso_ ciations d'anciens SS, 73 organL sations fascistes de jeunesse : tel est le tableau fait récemment par les organisations juives, de la recrudescence du nazisme en Alle_ magne occidentale. LONDRES @ La recrudescence de l'antisé_ mitisme et du racisme en Grande_ Bretagne a été vigoureusement dénoncée dans une résolution par le congrès du Labour Party, qui s'est tenu à Scarborough, du 29 sep_ tc:nbre au 3 octobre. MALMOE @ Fondée dans cette ville sué_ doise en 1951, l'internationale néonazie, dirigée, entre autres, par Maurice Bardèche, vient d'y tenir un nouveau congres. Entre autres l'apports, celui d'un certain Landig, de Vienne, sur « l'avenir de la race blanche ». ROME @ Aux cris de « mort aux juifs », « vive Mussolini», des jeunes fas_ cistes ont manifesté dans les quar_ tiers où habitent le plus de juifs. Ils ont ensuite !.ouillé le monument eréve à la mémoire des déportés et fusillés juifs. WASHINGTON @ Le chômage, aux Etats_Unis, touche 1.024.000 noirs, soit 20 'ID du total des chômeurs, alors que les noirs ne représentent que 10 % de la population active. • • ft ft Oncle TOM des populations qu'un autre climat pourrait amener à une coexistence harmonieuse. Au bout de cet enchaînement de violences, on ne voi t aucune issue : seule une orientation toute différente, vers la paix, dans le respect de la dignité de tous, des intérêts de tous, rendrait possible une amélioration. Encore faudrai t-il que cessent les campagnes déclenchées par certains milieux, selon une méthode qui a fait ses preuves en Algérie, visant à discréditer tous ceux qui, au lieu du cycle infernal des vio'ences et des haines, préconisen,t la négociation, la compréhension, en quoi pourrait se manifester une politique de véritable grandeur. ~ LE BAZOOKA ET L'ANTISÉMITISME Malgré quelques palinodies, le ministre des Armées a donc 'a;ssé étouffer l'affaire du « bazooka ». singul ière histoire judiciaire que ceÎe d'un procès où un tribunal d'officiers para ît hés :fer devant l'idée de condamner les assassins du commandant Rodier. Par inadvertance, il est vrai ! Songez donc, les hommes de l'O .R,A.F. n'en voulaient qu'à la vie du généra' Salan ! Que, le 13 mai, le général Salan soit passé dans le camp de ceux qui vou 'aient l'expédier dans l'au-delà, cela sujfit-il à enlever à 'eur acte son caractère criminel? Aux termes de la loi ils risquent trois fois la mort. 1) Pour avoir assassiné; 2) Pour avoir tenté d'assassiner; 3) Pour avoir détruit par explosif un bâtiment militaire. Peccadille que tout cela, explique l'avocat fasciste Tixier-Vignancour, inévitable dans une telle affaire. Renvoyez, Messieurs, renvoyez aux calendes ... Ignorez-vous donc que si l'on débat de cette affaire des minis~ res seront compromis ! Le désarroi du tribunal devant une tel 'e offensive laissait trop ~v idemment, à penser que le dossier était, 'ui aussi, chargé d'explosif. C'est pour dissiper cette impression fâcheuse que l'on eût recours à une seconde audience. Le risque n'était pas grand puisque !e principal inculpé, le Dr Kovacs, 'remis en 1 iberté opportunément (et scandaleusement) quelques jours auparavant, en avait profité pour se faire opérer de l'appendicite. Pas d'accusé, pas de procès. On verra plus tard ... Cette comédie éta it, somme toute, trop répugnante pour que la presse dans son ensemble n'élevât une protestation plus où moins timide. S'il ne s'ag:ssait que de 'a « presse de trahison », selon Jean-Baptiste Biaggi (un autre avocat fasciste inévitable dans une telle affaire) : l'Express, le Monde, Libération ... Mais La Croix, et même l'Aurore s'étaient m:ses de ,'a partie, au grand dam de Tixier-Vignancour, Biaggi et des avocaillons fascistes d'Alger. Voyez donc l'insolence de cette presse ! Elle refuse de ne voir dans les assassins du commandant Rodier que de Durs et vrais patriotes, des zélateurs de l'Algérie française ! Il ne peut y avoir qu'une raison à celà : ces journalistes sont tous des juifs ... Et de se 'ivrer dans le prétoire à une odieuse manifestation d'antisémitisme. De LE CARNET DE D.L. NOS DEUILS Un deuil cruel a frappé, à la fin de juillet, la famille de notre ami Simon Arbitourer, membre du Bureau National du M.R.A.P ., dont la nièce, âgée de 8 ans, a péri noyée dans un dramatique accident. ({ Droit et Liberté» tient à se joindre au M.R.A.P. pour exprimer à nos amis sa douloureuse sympathie. • Notre amie Mme Fagennes vient d'avoir la douleur de perdre sa mère, Mme Hochman, décédée le 16 juillet â Paris. Nous lui exprimons, ainsi qu'au Dr Fagennes, les condoléances affectueuses du M. R. A.P. et de ({ Droit et Liberté». tous ceux qui ne tiennent pas les conjurés du bazooka pour de purs héros, on n'en attaquera que deux : Philippe Grumbach et Madeleine Jacob. Et on prononcera « Groombarrh » et « Yacoob », afin que nul n'en ignore. Le tribunal militaire n'a pas bronché. Ce procès du bazooka trouve ainsi quelque filiation dans J'affaire Dreyfus où pesait également la « raison d Etat ». Et quand les antisémites d'aujourd'hui se réclament de l'esprit des émeutiers du 13 mai, on peut augurer des conséquences qu'aurait la victoire en France d'un fascisme chaque jour plus voyan,t. Georges ROYER. DISCRIMINATIONS ~ UN MÉDECIN Un médecin guadeloupéen, le Dr. F. Mayeux, a adressé à toute la presse parisienne la lettre que nous reproduisons ci-dessous : Le coeur ulcéré et soulevé par une troublante rancoeur, je viens vous demander de bie,n ,vouloir signaler à vos lecteurs le fait suivant : Originaire de la Guadeloupe et ayant fait mes études de médecine à Paris, je devais remplacer le docteur G. B ... , à C ... , dans la Creuse, du 7 au 31 juillet 1958. Après un long voyage, je me présentai le dimanche 6 juillet, chez le docteur B ... Voyant que j'étais noir, ce confrère m'a éconduit en voulant bien toutefois me remettre la lettre sùivante : « Le canton où j'exerce étant spécialement en retard psychologiquement, je ne crois pas qu'il soit souhai· table que le docteur Mayeux fasse â-o.uIJeUt•c , de mon remplacement, chose que je déplore personnellement .•. » Ce n'est pas la première fois que je subis une telle vexation. J'ai déjà tenu le Conseil National de l'Ordre des Médecins au courant du comportement de quatre médecins qui, l'année dernière à la même époque, m'ont adressé des lettres de refus de remplacement, lettres dans lesquelles ils me reprochaient ma pigmentation. Je pense que ces faits regrettables sont mal connus par les Français et qu'il est nécessaire de tout faire pour qu'ils ne se reproduisent plus. Il faut, en effet, que de tels faits soient connus et dénoncés, comme contraires aux traditions de notre pays et aux sentiments de l'immense majorité des Français. On a peine à croire à tant d'esprit rétrograde, non pas chez les clients . du Dr. G. B ... , mais chez le docteur lui-même, car c'est bien lui qui prend cette position raciste, en l'attribuant gratuitement à toute une population. ~ UN EMPLOYÉ Cette lettre est à rapprocher de cette autre, publiée quelques semaines plus tard par un hebdomadaire, sous le u tre : « La raison d 'un renvoi» : Accueilli par la direction locale de la succursale à Lyon d'un grand magasin en qualité de vendeur, à la suite d'une petite annonce, j'ai donné toute satisfaction pendant trois mois dans l'exercice de mes fonctions. Je reçois ce jour communication verbale de mon directeur, m'informant que la direction générale de Paris refuse de m'employer plus longtemps, et ce, parce que je suis Juif algérien, et uniquement pour cette raison! Serait-ce là un symptôme de la nou( Suite page 3,) ]OILIIOI-ClUJl~IIIE ON ne pouvait approcher de Joliot sans être conquis à la fois par sa simplicité, la rectitude de son jugement, la pénétration de sa pensée. Physicien de génie, il mettait â tout ce qu'il faisait le même soin, la même habileté qu'à la physique. On sait que les éléments radioactifs naturels, comme par exemple l'Uranium, le Radium, subissent spontanément des transmutations successives qui les amènent au plomb. On doit à Irène Curie et à Frédéric Joliot la découverte de méthodes permettant de fabriquer des éléments radioactifs. Ces éléments, qui n'existent pas dans la nature, présentent ce qu'on appelle la radioactivité artificielle. En par E. SCHATZMAN Professeur à la Faculté des Sciences de Paris. réalité, cette radio-activité est tout aussi naturelle que la radioactivité naturelle, mais elle a été provoquée par l'intervention de l'homme. Cette découverte, qui démontrait l'aptitude de l'homme â agir sur le noyau de 1 l'atome, et par là même était â l'origine d'une suite quasi indéfinie de nouvelles recherches, valut â ses auteurs le Prix Nobel de Physique. Mais le talent de Joliot ne se limita pas â cette découverte. De 1930 â la guerre il participe activement â la découverte du neutron, travaille sur la matérialisation du rayonnement gamma et apporte en 1939, après les travaux de Hahn et Strassmann, la preuve que, dans certaines conditions, les atomes d'Uranium peuvent subir la fission en chaine. Un tel talent allait de pair avec d'immenses qualités humaines. Déjà profondément attaché à toutes les causes justes, Joliot allait pendant la guerre, se dépenser sans compter au service de la Résistance. Dans les derniers mois de l'occupation, vivant caché dans un quartier populaire, il eut l'occasion de voir par lui même l'intérêt passionné des travailleurs pour tout ce qui touche â la science. Sa haute conscience de l'importance de la science dans la société moderne devait l'amener â des rôles de direction de premier plan : premier directeur du Centre National de la Recherche Scientifique â la Libération, puis Haut Commissaire à l'Energie Atomique jusqu'en 1950, Joliot se révéla comme un organisateur et un administrateur de premier ordre. Il devait â nouveau manifester ces qualités lorsqu'après la mort de sa femme, il prit la direction des constructions destinées aux études de phYSique nucléaire dans les nouveaux bâtiments de la Faculté des Sciences de Paris à Orsay. Président jusqu'en 1956 de la Fédération Mondiale des Travailleurs Scientifiques, Joliot travailla activement au rassemblement des scientifiques du monde ' entier, pour qu'ils fassent entendre leur voix, pour que leurs conseils et leurs avis soient: écoutés, et surtout pour que leur rôle et leur situation dans la société soient reconnus. La plus haute conscience n'était-elle pas chez lui la conscience de la responsabilité du savant ? C'est â ce titre qu'il mena campagne contre la bombe atomique et anima de façon inoubliable le mouvement de la paix. A son appel, â son souffle, sous son regard, la crainte disparaissait en même temps que les perspectives de victoire de la sagesse et du bon sens transfiguraient la voie rude mais grandiose de la lutte pour la paix. La mort de Joliot nous prend tous au dépourvu. Lui si vivant encore au début du mois de juillet, il est impossible de se faire â son départ. Les souvenirs que je garde de lui sont faits de vie et de séduction

on l'aimait.

Son parti, le Parti Communiste, le Mouvement de la Paix, la Fédération Mondiale des Travailleurs SCientifiques, et tous les corps savants : l'Université, l'Académie des Sciences, les Sociétés SCientifiques innombrables dont il faisait partie, peuvent trouver dans leurs regrets la mesl,e du vide qui vient de se creuser. Il était au service de l'humanité tout entière. Son souvenir doit nous servir d'exemple. L'HOMMAGE DU M.R.A.P. Attaché à l'a défense de toutes les no_ bles causes, Frédéric Joliot_,curie était membre du Comité d'Honneur du M.R. A.P. Une délégation de notre Bureau Natio_ nal, conduite par notre secrétaire générai, Charles Palant, est allée s'incliner à la Sorbonne, le dimanche 17 août, de_ vant le cerceueil de l'illustre savant. Une large délégation était égal'ement présente aux obsèques le 19 août. QUE SE PASSE-T-IL? QUAND LES «TEDDY VEULENT FAIRE BOYS» .ET LA LOI A LE KU KLUX LONDRES ... KLAN De notre correspondant permanent à Londres Jean-Pierre MURACCIOLI EN pénétrant dans la 'salle d'audience du tribunal de police de « West London », on percevait aussitôt que quelque chose d'exceptionnel s'y passait. Les gardiens de la paix étaient assis à leur place habituelle et le reporter de la « Press Association » prenait le compte rendu de l'audience de la même façon calme et minutieuse ; cependant, en observant les visages plus attentivement, on distinguait une angoisse inaccoutumée dans leur expression. Seul M. Guest, le juge de paix de « West London », avait son air habituel, et c'est sur le même ton modéré que quelques jours auparavant il prononçait, regardant par-dessus ses lunettes, la phrase d'usage : « Public must be protected!», qu'il condamna les dix-sept inculpés à diverses amendes. Les mot ifs d'accusation étaient : port d'armes blanches, coups et blessures, résistance aux pouvoirs publics. Mais chacun savait quel était en fait le vrai motif EMEUTES RACISTES. Emeutes racistes à Londres Notting Hill Gate, ce quartier de Londres immortalisé par G.K. Chesterton, est depuis quelques semaines le théâtre d'émeutes racistes. Le 18 août, deux maisons situées 63 et 65 Stowe Road, Shepherd's Bush, occupées par plusieurs familles noires, sont assaillies dans la soirée par un groupe de jeunes gens. Le même soir, vers 20 heures, un blanc, M. George Starker, demeurant également à Sheperd's Bush, est blessé superficiellement par un groupe de noirs. Le 31 août, vers 1 heure du matin, plus de deux cents personnes, blancs et noirs, livrent combat dans Bramley Road, Ladborke Grove; le 130 Bramley, Road est assailli par un groupe (Suite de la page 2.) de blancs. Ils brisent les vitres à l'aide de bouteilles de lait. Jeux d'enfants Le dimanche matin, ayant pris connaissance des émeutes de la veille, je décidai d'aller passer la soirée à 'Bramley Road. Vers 16 heures, comme j'arrivais, tout était calme. Cependant, au coin des rues, par petits groupes, on discutait des événements du samedi soir. Comme je me dirigeais vers le pont de Latimer Road, un groupe de jeunes garçons de sept à dix ans passa devant moi, brandissant des bouteilles, des gourdins, des barres de fer. Je pensais tout d'abord qu'à l'instar des bambins de chez nous, ils jouaient aux gendarmes et aux voleurs. Je fus vite détrompé lorsqu'ils commencèrent à crier au passage d'un couple noir : « Let us kill neegros !» (Sus au nègres !) Ils s'en tinrent heureusement à des cris, ce n'étaient que les préliminaires ... Chasse aux nègres dans les rues de Londres Vers 19 heures, les « grands» commencèrent à arriver, des adolescents, dont ce r t a i n s étaient tout juste plus âgés que les précédents. Ils formèrent des petits groupes discutant âprement, préparant certainement l'expédition du soir! Déjà, plus un noir ne s'aventurait lians Bromley Road; les visages se faisaient plus tendus, l'atmosphère s'alourdissait avec la tombée du jour; on sentait qu'au moindre incident l'orage allait éclater. Je vis avec soulagement arriver la voiture de G.S., reporter de la B.B.C. Très courageusement, il sortit de sa voiture et prit pendant plusieurs minutes des vues de la foule. Après quoi, nous décidâmes d'aller attendre les événements un peu plUS loin, après le pont de Latimer Road. Comme nous discutions de l'opportunité d'un séjour plus prolongé dans Ladborke Grove, nous vîmes tout à coup un noir d'environ trente ans passer en courant devant nous, suivi de très près par plusieurs jeunes garçons brandissant des barres de fer et des bouteilles de lait : nous fûmes si surpris que G.S. perdit de précieuses secondes avant de se préCipiter sur sa caméra. Quelques minutes plus tard, comme nous tournions le coin de Lancaster Road, nous eûmes juste le temps d'apercevoir un noir s'écrouler sous les coups de barres de fer. La bataille devait bientôt se généraliser. Sept pOliciers furent blessés, des dizaines de personnes furent· emmenées au « West London Hospital» dix-sept arrestations. Comme je quittais les lieux, Bramley Road semblait apaisée, mais ce calme n'était qu'apparent, la haine alourdissait l'atmosphère, et l'on pouvait lire sur les visages fermés de chacun qu'à la prochaine occasion la lutte recommencerait. On ne sert pas les noirs Mais les événements de Londres n'étaient en fait que la continuation des émeutes racistes de Nottingham (300 km. de Londres), où, le 25 août, plUS de mille Anglais, Antillais, Pakistanais et Africains se livrèrent bataille pendant plus d'une heure dans St. Ann's Well Road. Le 29 août, nouveaux incidents, toujours dans St. Ann's Well Road, où un groupe de blancs arrêta la voiture d'un Antillais en criant : « Let us lynch them ! » (Lynchons-les!) La bataille se généralisa bientôt, plusieurs journalistes furent frappéS par la police et cinquante personnes arrêtées. Le lendemain de l'émeute, une « Public House», « The Chase Tavern», apposait cet écrit au à sa porte : « En raison des récents incidents, aucun noir ne sera servi ici.» Teddy Boys ... Le chef de la police de Nottingham devait reconnaître plus tard que ces émeutes avaient été provoquées par des attaques perpétrées par des jeunes gens contre des familles noires. Nous touchons là le point crucial du problème. En effet, dans les différents cas d'émeutes racistes, à Londres comme à Nottingham, il a été établi qu'elles ont été provoquées par des « teddy boys». On appelle ainsi les jeunes snobs, assez nombreux dans certaines villes, qui éprouvent le . besoin de « s'affirmer» par des excentricités vestimentaires (chemise blanche, complet noir, chaussures effilées) et par des actes qui font d'eux, bien souvent, de vulgaires voyous. Il faut dire que l'Angleterre a subi plUS encore qu'aucun autre pays d'Europe l'invasion de la « culture » américaine sous forme de « western », « comics» et « juke boxes », autant d'éléments incitant à la violence ! Quelle belle occasion pour ces jeunes nourris de films américains où les blancs tuent les peaux-rouges, d'incarner « pour de vrai» leurs héros favoris! ... et Ku Klux Klan Ces raisons ne sont pas suffisantes néanmoins pour expliquer l'orientation raciste de leurs activités. C'est M. Boyce, secrétaire de la « League of Coloured PeopIe », qui me fit toucher du doigt le fond du problème. « Il semble, me dit-il, qu'une force mystérieuse dirige, sinon oriente, au début les teddyboys. » Je compriS qu'il faisait allusion à la lettre reçue la semaine dernière par Miss Claudia Jones, rédacteur en chef de « West Indian Gazette». sur papier à entête du Ku Klux Klan, demandant un abonnement à adresser àu « King Kleagle of the K.K.K. of Great Britain II et se terminant par des « salutations aryennes ». Notons en passant qu'il y a actuellement à Londres deux « King Kleagle» revendiquant chacun la primauté du K.K.K. L'un d'eux, Maurice Woolford, allias Woodland, fit passer, il y a plusieurs mois, de la publicité invitant à adhérer au K.K.K. L'agence qui se chargeait de la distribution de son budget publicitaire est spécialisée dans la publicité pornographique ... Lorsque l'on dit racisme on pense aussitôt à fascisme et l'on vient tout normalement à se demander s'il n'y aurait pas quelque relation entre les émeutes racistes et les partis « nationaux » anglais . Le plus impC'ftant, « Union Mouvement», le parti de Oswald Mosley, qui tenait un meeting il y a quelques semaines à Trafalgar Square, nie toute infruence sur les événements de Londres et de Nottingham. Néanmoins, son organe, « Action », se proclame contre « l'invasion des peuples de couleur». En lisant « Action», on peut constater combien l'internationale fasciste, scellée ·au «on grès de Malmoe en mai 1951, coordonne son action, sous la direction d'hommes tels que Maurice Bardèche. En effet, les articles, les citations, ne sont que la traduction anglaise de ce que l'on peut lire dans « Rivarol» ou « Jeune Nation». Le It-colonel Cordeaux. député de Nottingham, puis, quelques jours plus tard, M. Butler, ministre britannique de l'Intérieur, préconisèrent comme solution aux émeutes raciales la limitation de l'immigration coloniale. M. Butler pense-t-il que de telles mesures puissent résoudre la crise du logement, de l'augmentation permanente du chômage qui sont des causes primordiales de ces événements? C'est à cela et non à l'immigration des peuples de couleur que le gouvernement doit mettre un frein! Le monde a maintenant les yeux tournés vers l'Angleterre, ses amis espèrent qu'elle apportera une solution rapide et juste à cette pénible situtaion; ils lui font confiance. Le pays de William Wilberforce, tolérant par tradition, fut toujours ouvert aux peuples de toutes les races. velle ligne politique française ou le début d'un antisémitisme renaissant? Georges B ... , Lyon. VOUS DITES , • «Droit et Liberté» répond ici aux mensonges racistes Voilà démontrée une nouvelle fois la nécessité, pour notre Mouvement et pour notre journal, d'étendre toujours plus leur action contre les préjugés, pour plus de compréhension entre les hommes, pour le respect des droits et de la dignité de tous sans distinction de race ou d'origine. HIER et AUJOURD'HUI Dix criminels ~ bientôt libres Dix anciens officiers de la Wehrmacht et membres de la Gestapo, ont été jugés au mois d'aoÛ.t, à Ulm (Allemagne Occidentale). Ils étaient accusés de l'extermination de plus de 5.000 .iuifs lithuaniens, en 1941. Chargés par Hitler, Himmler et Hevdrich de « liquider» les .iuifs de Lithuanie, ils ont reconnu leur participation à l'organisation du maRsacre et même de son exécution. 170 témoins ont relaté les horreuTR commises, mais il n'a pas été possible de retrouver un seul juif Iithua.nien avant survécu à cette monstrueuse entreprise oui fut « menée à bien» en quelques mois. Le procureur demanda la peine maximum. c'est-à-dire les travaux, forcés à perpét.uité. Mais le PréRident de la Cour. tout. en soulignant que « le meurtre d'hommes pour des raisons raciales doit êtrp. nlacé au niveau le plus bas deR crimes humains n. a déclaré oue les bourreaux avaient agi « sur ordre» et leur a donc accordé les circonstances atténuantes. Les condamnations nrononcées vont de 3 à 1 fi ans de priRon . c'est-à-dire que, arrêtés il " a maintenant 13 ans, tous ces criminels seront bientôt librp.s. Est-ce ainsi que l'on entend « faire l'Europe »1 "---- Walter Frank, fondateur à Francfort de « l'Institut antisémite de recherches sur la question juive », un maniaque sanglant qui se donna pour tâche, sous le régime hitlérien, de parcourir l'Europe en pillant bibliothèques, et archives pour en extraire tous documents susceptibles d'étayer ses théories démentielles, eut le juste réflexe de se suicider lorsque s'effondra le III' Reich. Mais il laissa au monde son principal collaborateur et disciple, nommé Heinz Peter, qui continue tranquillement son « oeuvre » dans cette partie de l'Allemagne où l'on interdit la V.V.N. (Association des Victimes du Nazisme). Il a donné il y a peu de temps une interview à un journaliste américain, à laquelle nous voulons faire écho pour l'édification de nos lecteurs

Question : Quel est le grief principal que vous faites aux juifS- ? Réponse : Je les considère responsables de la plupart des révolutions du siècle derD\ er dans ~e monde occidental. Ce sont eux qui y ont répandu les doctrines corruptrices de la démocratie, doctrines nées en France. On demande des noms : qui était juif parmi les philosophes français du XVIII' siècle qui préparèrent les esprits à la Révolution ? Qui était juif parmi les Jacobins? Babeuf était-il juif ? Il y aurait eu des juifS notoires parmi eux que le fait ne prouverait;. d'ailleurs à peu près rien. Mais c'est un fait qu'il n 'yen a pas eu. Il est absurde, même si les juifs doivent à la Révolution de 89 leur émancipation, d'identifier à un conflit religieux les luttes sociales qui virent triompher la bourgeoisie sur la féodalité. D'autant plUS qu'en citant quelques noms bien choisis, on peut faire la démonstration contraire (et les racistes ne s'en privent pas, selon les besoins. de leur cause) puiSque les juifs, comme l'ensemble des citoyens (catholiques, protestants, athées) appartiennent aux différentes couches sociales et à tous les . courants politiques. Ainsi, chacun sait que : 1) Louis NapOléon Bonapartej le « petit », fut l'incarnation de la contre-révolution en plein XIX' siècle français ; 2) que les Rothschild et les Pereire, entre autres, lui apportèrent ·un soutien actif. .J!:t - une fois encore - cela ne prouve rien du point de vue judaïque, car chacun sait que la bourgeoisie montante de l'époque, catholique et protestante, lui apporta tout entière son soutien, car c'était LA finance et ses parasites qui avaient besoin de Badinguet et de son système- étouffoir, quelles que soient les origines ethniques ou religieuses des banquiers triomphants. Notre nazi en liberté poursuit: - Ils ont aidé les bolcheviks après la première guerre mondiale. L'imbécile ! Il feint d'ignorer que, s'il y eut des juifs V~()lUJf A\IUJf Jfll c~ pour aider le régime soviétique et sympathiser avec lui, il s'en trouva également parmi ses adversaires, selon - encore une fois - la classe sociale à laquelle ils appartenaient et les opinions politiques qu'ils professaient. ... Mais voici qui éclaire tout : Question : Acceptez-vous le terme « cruel » appliqué au régime hitlérien ? Réponse: ( ... ) Pour les besoins de notre cause, nous n'avons pas été assez cruels aux moments et dans les circonstances où il aurait fallu l'être. Tout commentaire est superflu. Mais si l'on a Quelque don pour la logique la plus évidente, on doit conclure que ce qui est grave ce n'est pas qu'un aliéné et un criminel comme ce Heinz Peter existe, mais qu'il puisse librement s'exprimer. N'est-ce pas? Monsieur Adenauer ... Roger MARIA. faites connaÎtre ; la vérité 1 Recrutez des abonnés ~-:; ~------------------- Q Diffusez" Droit et .Liberté " INQUIÉTANTE EFFERVESCENCE DES GROUPES R (Suite de la page 1.) fait connaître la transformation de la Phalange Française en Mouvement Populaire Français. « Notre unique espoir est fasciste», a proclamé le fuhrer Luca, entouré de ses gardes du corus. Et les réunions en uniformes nazis, avec brassards et drapeaux ' à « croix fléchée», ont re· pris, plus fiévreuses, dans le local du boulevard Montmartre, aux cris répétés de « morts aux juifs ! ». Dissoute également le 15 mai, l'Association des Combattants de l'Union Française a tenu un congrès deux mois plus tard, en plein Paris. UN CLIMAT NOUVEAU ... Affaire classée, donc. Sur le plan juridique au moins. Mais ce n'est pas assez de dire qu'une page est tournée, que les groupes antisémites, racistes et antirépublicains - ces quatre-là et les autres - ont repris comme avant leurs activités. En trois mois, le climat s'est profondément transformé. Ils n'ont certes pas gagné d'audience dans le pays: mais, étroitement liés à la rébellion algérienne, ils se considèrent en mesure de jouer un rôle plus important que par le passé, aux côtés des organismes d'inspiration semblable, qui prolifèrent depuis le 13 mai. A l'égard des pouvoirs publics, leur position n'est plus seulement de critique : ils disent leur mot sur la conduite des affaires, et ont pu se faire entendre à plus d'une occasion. De toute évidence, ils ont atteint un premier objectif: il s'agit, pour eux, d'aller plus loin, et vite. D'où leur insolence accrue, que traduisent chaque jour leurs paroles et leurs écrits. « Notre victoire est totale, déclarait Biaggi au début de juin. Notre parti a atteint son but, puisque le général de Gaulle est au pouvoir». Le Congrès de l'Association des Combattants de l'Union Française a longuement ovationné Lagaillarde; du « comité de salut public» d'Alger, organisateur de l'assaut contre le siège du Gouvernement Général. Et il a entendu, entre autres orateurs, le général Chassin (recherché en mai par la police pour complot contre la République), qui déclara: « Le système n'est pas encore mis à bas, il ne faut pas débander nos énergies ... » La résolution adoptée demande que « l'armée prenne place dans tous les rouages de la direction du pays» et « fait confiance au général de Gaulle» pour « écarter définitivement les institutions et les hommes» qui peuvent faire obstacle à la réalisation de leurs espoirs. Ce phénomène d' « intégration» dans le « système» actuel est illustré on ne peut mieux par la désignation de M. Soustelle au ministère de l'Information. De Rivarol au Bled, de Salut Public à Jeune Nation, cette mesure a été saluée comme un grand succès depuis longtemps préparé et attendu. « Enfin, M. Soustelle a pu accéder au poste important que M. de Gaulle avait promis aux Algériens du 13 mai!» exulte Georges Calzant dans Aspects de la France ... LES GOUTS DE « RIVAROL» Autre exemple étrangement significatif

dans son numéro du 10 juillet,

Rivarol se plaint d'un « complot» qui fait que « la troisième étoile de Massu dort encore dans les tiroirs de la rue Saint-Dominique». Trois jours après, En parcourant la presse « Restez foncièrement anti-métèques (dans la mesure du toléré), il y a une bonne clientèle à servir». C'est en ces termes qu'un lecteur de « Jeune Nation», dans une lettre que reproduit le numéro du 16 août, encourage ce journal (édité depuis le 5 juillet). . Sidos, Coston, Virebeau, et autres fascistes invétérés, ne manquent aucune occasion, certes, de servir la clientèle, d'autant plus que les limites « du toléré» sont aujourd'hui passablement extensibles. C'est à chaque page que l'on trouve les attaques contre « la quatrième métèque », contre « les juifs », « les francs-maçons ». Pour « Jeune Nation», « Joanovici, juif bessarabien, est le représentant le plus caractéristique de la quatrième République ». MENACES ... Ces propos odieux, qui ne sont pas nouveaux, prennent tout leur sens dans le climat actuel, où ils se rattachent à la dénonciation du « système », poursuivie par la propagande officielle elle-même. Il faut « renouveler tout ce qui était à la tête du pays», écrit Pierre Sidos, citant les propres paroles du général de Gaulle et les interprétant comme on imagine. L'un de ses collaborateurs, plus précis, « met en garde» ces métèques, ces démocrates, qui croient encore pouvoir sauver la République: « Ils ne se rendront compte de leur erreur, proclame-t-il, que lorsqu'une belle nuit, une poigne vigoureuse et juvénile viendra les tirer du lit pour les aligner contre un mur». ... ET ANERIES Antisémite, « Jeune Nation» exhale aussi un racisme démentiel à l'égard des peuples de couleur. Dans une longue « étude », publiée le 2 août, on peut lire ces âneries solennelles : « Pas plus qu'entre les hommes, il n'y a d'égalité entre 'les peuples ... C'est dans leur aptitude à s'organiser pour vivre et grandir que les peuples sont inégaux. Cette aptitude, les peuples la Juif bessarabien. Chiffonnier de ~~-lr-,:::::;~;~r.:;:~ 'lat ne sachant ni lire ni écrire, ~arl'ant notre lan,ue difficilement~ . eû 'e reprtscpt,pt '.e plu1 aractcr'9t, .. ue de ~ rr lblt ue. ... "ne II ntJ 'nll rTJlLre d' eSlJrib ntOrO.~e. satisfaction entière lui est donnée: Massu, déjà nommé préfet, est promu à un grade supérieur, ainsi que d'autres généraux d'Alger ; le général Salan est décoré ; mieux : le général Jacques Faure, sanctionné en 1957 pour avoir comploté contre la République, devenu ensuite candidat de Poujade aux élections partielles du Rhône, se voit confier un important commandement en Algérie. C'est encore Rivarol qui résume les sentiments de ses congénères lorsqu'il écrit : « Depuis ce fameux 13 mai, dont il faudra, tôt ou tard, faire une fête nationale, tout galope vers une révolution dont les contours heureux répondent a nos goûtS». Quant au journal ultra Salut Public « organe officiel de liaison et d'information du Mouvement de Salut public », largement approuvé par la presse vichys te de France, il estime que la situation se développe exactement selon le schéma prévu: « Le 13 mai a été le premier pas indispensable pour faire sortir le pays de l'ornière ... « L'investiture du général de Gaulle et la mise en vacances du Parlement fut la seconde étape. « L'acceptation de la nouvelle Constitution sera la troisième étape, et cette étape sera décisive car c'est elle seule qui nous sortira du système». Et de préciser, à l'usage des :mp.atients

« Le général de Gaulle... est obligé de composer avec les hommes du système jusqu'à ce que le peuple ait renversé ce système au bénéfice d'une Constitution qui, seule, pourra lui donner la possibilité de promouvoir ce renouveau national, objet de tous nos voeux». de haine ... possèdent ou ne la possèdent pas, et cela indépendamment du degré d'évolution, c'est une question de sang». LE STYLE QUI FAIT FUREUR. .. Même état d'esprit dans Rivarol, où le sinistre Rebatet (ex-condamné à mort pour cOllaboration) dénonce avec la démocratie, « les traîtres au pays, à l'Europe, à la race» que seraient les démocrates (4 septembre). Ou dans « Vigilance» (7 juin) où le général Rime-Bruneau, « président général de Présence Française en Tunisie », condamne, dans un amalgame saisissant, « cette racaille de métèques, d'intellectuels décadents, de trafiquants sans scrupules et d'invertis, qui grouille et complote sur le sol sacré ». Et son compère le Dr. Causse, « président de Présence Française au Maroc », lance cet appel (10 août) : « Plus que jamais, nous 'devons combattre derrière le général, pour éviter le retour victorieux de ceux qui n'ont pas abandonné ~espoir de reprendre le pouvoir ». Ou encore, dans « Fraternité Française », de Poujade (21 juin) où l'on affirme que « la jeunesse de France est progressivement intoxiquée par une presse, radio et cinéma entre les mains des pourrisseurs patentés autant qu'apatrides». POURQUOI? ... Lorsqu'on veut déformer la réalité, lorsqu'on veut masquer les causes réelles des difficultés que rencontre notre pays (spécialement la guerre d'Algérie), il faut bien trouver un bouc émissaire, il faut bien trouver des « arguments ». Et « l'argument» le plus facile à exploiter, c'est la haine antisémite et raciste qui a toujours joué ce rôle de diversion, au service des ennemis de la vérité et de la démocratie. • On peut, bien sûr, interpréter les faits différemment. Mais on ne saurait ignorer ce climat nouveau dans lequel évoluent maintenant des groupes, des hommes, des journaux hostiles à la démocratie, et que nous connaissons bien pour leurs menées antisémites et racistes. Incontestablement, ils parlent plus haut, ils ont les coudées plus franches. Ils ne se sentent plus s~ulement impunis, mais encouragés à exiger toujours plus. C'est pourquoi nous assistons, dans ces milieux, à une intense agitation: les journaux se font plus virulents, des hommes compromis osent réapparaître, les groupes nouveaux se mul-tiplient autour des « classiques» ligues factieuses, en vue d'abattre le régime républicain, et ne cachent pas leur volonté de recourir à toutes les armes possibles, y compris les préjugés et les haines que suscitent le racisme, l'an:isémitisme, la xénophobie. Regroupements ... Les « regroupements» qui s'opèrent ainsi depuis trois mois se font ~ travers de nombreuses contradictions, mais aussi se chevauchent et s'entrel1lêlent. Où en sommes-nous en ce début de septembre? Outre le Mouvement Jeune Nation, le Mouvement Populaire Français et l 'Association des Anciens Combattants de l ' Union Française - cités plus haut - nous ne signalerons que pour mémoire les formations antirépublicaines qui existaient déjà avant le 13 mai et qui poursuivent leurs activités: Rassemblement National (Tixier- Vignancour), Restauration N ationale (Xavier Vallat et Calzant), Mouvement National Combattant (Le Pen et Demarquet), Association des Volontaires de l'Union Française (Bia ggi), l'U.D.C.A. de Poujade, etc ... Voici, d'autre part, un tableau des formations nouvellement apparues et qui se réclament de la « révolution du 13 mai» : • LES COMITES DE SALUT PUBLIC. - Créés à l'instar de ceux d'Algérie, ils semblent n'avoir pas réussi à s'implanter en France. Quelques-uns se manifestent encore (notamment à Marseille, Toulouse, Montpellier, etc ... ), mais cette appellation ayant été jugée sans doute trop impopulaire, la plupart ont changé de nom. Ils sont devenus, par exemple, « Comités de rénovation nationale », ou « Centres d'action nationale». Le ({ comité central de salut pUblic de la région parisienne», dirigé par un certain Pierre Plantard (capitaine Way) a annoncé sa dissolution. Ses adhérents sont appelés à constituer les fédérations du Mouvement du Manifeste aux Français Le Comité de Salut Public de Lyon, dont nous citions, dans notre dernier numéro la proclamation xénophobe, a décidé de se transformer en section du Mouvement Populaire du 13 mai (Chassin). D'autres « Comités de salut pUblic », enfin, ont servi de base de départ à la Convention Républicaine (Delbecque). Parmi les animateurs de ces comités figurent, rappelons-le, de l'aveu même de Biaggi, les anciens militants du P.P.R., ainsi que des poujadistes (en juin, Fraternité Française appelait à la multiplication de ces organismes, conformément aux directives du général Salan). _ • LE MOUVEMENT POPULAIRE DU 13 MAI, en abrégé M. P. 13. - Son dirigeant, le général Lionel Chassin, est l'une des figures les plus marquantes des milieux antirepublicains qui s'agitent depuis quelaue temps. Ancien commandant en chef des forces aériennes de l'O.T.A.N., il a pris sa retraite récemment pour se consacrer à l'action politique. c 1: s, n jl p C n q d n li f: c P d, fi el a p 4 cfeplembce à La oeépubLique Les ({ supplétifs» mena Le 4 septembre, autour de la piace de la République, la police s'est livrée, pendant le discours du générai de Gaulle, à des brutalités qui ont proyoqué une vive émotion dans. les milieux les plus divers. Il est important de souligner l'aide apportée aux forces de police par des éléments en civil, portant des brassards à cl'oix de Lorraine, qui évoquaient de très pénibles souvenirs. Sous le titre « Un embryon de milice », « Libérati.on » note que ces « civils » qui, « PPur la première fois dans une manifestation offidelle, servaient d'a.uxi.lialres au service d'ordre », ... « iii2nalaient les rassemblements suspects (les partisans du « non ») et ne répugnaient pas, à l'occa.ion, à faire ~e coup- de po:ng ou de ceinturon sous la protection des matraques ». Le Monde relève également que « l'On vit des jeunes gens brandir des ceinturons en d~rectjon des contre- manifestants », et publie ce commentaire : « Les forces de l'ordre ont dégagé les artères avoisinantes avec une vio'ence que de nombreux témoins ont jugée excessive et souvent inutile. Enfin, et cela regarde Dlus directement les respùnsables « gaullistes » de la journée, un service d'ordre de « supp'étifs» portant croix de Lorraine est sorti du simple rôle d'encadrement qui était le sien. " suffira de le signaler pour que soient évitées les erreurs commises en 1947 par le R.P.F. Tout ce qui peut revêtir gratuitement un caractère de vio'ence et une apparence d'autoritarisme se retournera inévitablement contre les efforts du générai de Gaulle ». pl d. sa m R, CI Di pl N be ti, la m m il, DES action entière lui est donnée , déjà nommé préfet, est promu grade supérieur, ainsi que d'auénér aux d'Alger ; le général Sast décoré ; mieux : le général es F aure, sa nctionné en 1957 avoir comploté cont re la Répu, devenu en suite candidat de de a ux élections pa rtielles du e, se voit confier un important an demen t en Algérie. t encore Rivar ol qui résume les ents de ses congén ères lorsqu'il

« D epuis ce fameux 13 mai, dont

dra, tôt ou t ard, f ai re u n e f ête nale, tout galope vers une révodont les contours heureux rént a n os goûtS)}. nt au journal u ltra Salut Public ne officiel de liaison et d'inforn du Mouvemen t de Sa lut pu, largement approuvé pa r la vichyste de Fran ce, il estime a situation se développe exact eselon le schéma prévu : 13 mai a été le premier pas innsable pour faire sortir le pays rnière ... investiture du général de Gaulle mise en vacances du Parlement seconde étape. 'acceptation de la nouvelle Conson sera la troisième étape, et étape sera décisive car c'est elle qui nous sortira du système ». de préciser, à l'usage des :mp.agénéral de Gaulle... est obligé omposer avec les hommes du e jusqu'à ce que le peuple ait rsé ce système au bénéfice d'une titution qui, seule, pourra lui er la possibilité de promouvoir ce veau national, objet de tous nos ». le haine ... dent ou ne la possèdent pas, et 'ndépendamment du degré d'évo, c'est une question de sang ». STYLE QUI FAIT FUREUR. .. me état d'esprit dans Rivar ol, sinistre Reba tet (ex-condamné rt pour collaboration ) dénonce la démocratie, « les t raîtres au à l'Europe, à la race » que se- It les démocra tes ( 4 septembre ). da ns « Vigilance )} (7 juin ) où le al Rime-Bruneau, « président géde P r ésence Française en Tunicondamne, dans un amalgame san t, « cette racaille de métèd'intellectu els décadents, de trants sans scrupules et d'invertis, Touille et complote sur le sol saon compère le Dr. Ca usse, « prét de Présence Française au Malance cet appel 00 août) : « Plus 'amais, nous 'devons combattre 're le général, pour évi ter le revictorieux de ceux qui n'ont pas onné li'espoir de reprendre le ir )}. encore, dans {( Fraternité Fran », de Poujade (21 juin) où l'on e que « la jeunesse de France progressivement intoxiquée par t r esse, radio et cinéma entre les s des pourrisseurs patentés auqu'apatrides )}. POURQUOI? .. squ'on veut déformer la réalité, ~'on veut masquer les causes s des difficultés que rencontre pays (spécialement la guerre ér ie ), il faut bien trouver un émissa ire, il f aut bien trouver des ments ». Et « l'argument)} le 1 facile à exploiter, c'est la haine ~mite et raciste qui a toujours ce rôle de diversion , au service ~nnemis de la vérité et de la dérat ie. • GROUPES RACISTES • • • On peut, bien sûr, interpréter les faits différemment. Mais on ne saur ait ignorer ce climat nouveau dans lequel évoluent maintenant des groupes, des hommes, des journaux hostiles à la démocratie, et que nous conn aissons bien pour leurs menées antisémites et r a cistes. Incontestablement, ils pa rlent plus h au t , ils ont les coudées plus franches. Ils ne se senten t plus sfulement impunis, mais encouragés à exiger toujours plus. C'est pourquoi n ous assistons, dans ces milieux, à une inten se agitation: les journaux se font plus virulents, des hommes compromis osen t réappaAu lendemain du 13 mai, il tenta de constituer un « maquis)} dans le sud-ouest, en liaison sans doute a vec l'organisation des colons algériens venus s'installer d ans cette région, dont le dirigeant, le général V ésine de la Rue figure également au comité directeur du M. P . 13. A leurs côtés se trouvent, entre autres: Yves Gignac et le commandant Lassauzet, de l'Association des Anciens Combattants de l'Union Fran çaise, a rrêtés le 15 ma i ; Dorgères, l'ex-chef des « Chemises Vertes)}; A l bert Frouard et H enri Moreau, liés à Tixier-Vign ancourt; (Suite page 6,) r aître, les groupes n ouveaux se mul- ;-------------------tiplient a utour des « classiqu es» ligues factieuses, en vue d'abattre le régime républicain, et ne cach en t pas leur volonté de recou rir à toutes les armes possibles, y compris les pr éjugés et les haines que suscitent le racisme, l'an~isémitisme, la xénophobie. Regroupements .. . Les « regroupements» qui s'opèren t ainsi depuis trois mois se font ~ t r avers de nombreuses contradictions, mais aussi se chevauchent et s'en t re· rp.êlent. Où en sommes-nous en ce début de septembre? Outre le Mouvement Jeune N ation, le Mouvement Populaire ,Français e t. l'Association des Anciens Combattan ts de l'Union Française - cités plus haut - nous ne signaleron s que pour mémoire les formation s a n tirépublicaines qui existaient déjà avant le 13 mai et qui poursuivent leurs activités: Rassemblement National (Tixier- Vignancour), Restauration N ationale (Xavier Vallat et Calzan t), Mouvement National Combattan t (Le Pen et Demarquet), Associat ion des Volontaires de l'Union Française (Biaggi), l'U .D,C,A. de Poujade, etc ... Voici, d'autre part, un tableau des formations nouvellement appa rues et qui se réclament de la « révolution du 13 mai» : • LES COMI TES DE SALUT PUB LIC. - Créés à l'instar de ceux d'Algérie, ils semblent n'avoir pas réussi à s'implanter en Fra nce. Quelques-uns se ma nifestent encore (n otamment à Ma r seille, Toulouse, Mon t pellier, etc ... ), mais cette appellation ayan t été ju gée sans doute trop impopulaire, la plupart ont cha n gé de n om. Ils sont devenus, pa r exemple, « Comités de r énovation nationale », ou « Centres d'action nati on ale », Le « comité central de sa lut public de la région pa risienne », dirigé par un certain Pierre Plantard (ca pitaine Way) a annoncé sa dissolution. Ses adhérents sont a ppelés à constituer les fédérations du Mouvement du Manifeste aux Français Le Comité de Salut Public de Lyon, dont nous citions, dans notre dernier numéro la proclamation xénophobe, a décidé de se transformer en section du Mouvement Populaire du 13 mai (Cha ssin). D'autres « Comités de salut public », enfin, ont servi de base de départ à la Convention Républicaine (Delbecque ). Parmi les animateurs de ces comités figurent, rappelo'ns-Ie, de l'aveu même de Biaggi, les anciens militants du P .P .R., ainsi que des poujadistes (en juin, Fraternité Française appelait à la multiplication de ces organismes, conformément aux directives du général Salan). _ • LE MOUVEMENT POPULAIRE DU 13 MAI, en abrégé M, P . 13. - Son dirigeant, le général Lionel Chassin, est l'une des figures les plus marquantes des milieux antirepublicains qui s'agitent depuis quelaue temps. Ancien commandant en chef des forces aériennes de l'O.T.A.N., il a pris sa retraite récemment pour se consacrer à l'action politique. 04 La cadio. BARDECHE ... el q uelqu eJ aul~e;j Voici les programmes d-:! ra db du 2 septembre. Ce n'est pas sans surprise (!ue nous y relevons le nom de Maurice Bal'_ dèche. Surprise et indignation aUSSI. MaulÎce B.lrdèche a été condamné il .v a quelques annccs, pour avo'l' écrit au lendemain de la Lihération un livre inti. tulé « Nuremberg ou la 'I erre Promise ». qui est une scanda!euse a.llologie de l'ex_ termination des jUifs. Dirigeant de l'internationale n po_nazie, fondée en 1951 à Ma'moe (Suède). i. r"'blie en France la revue « DHense lie l ' lJ'~_ P RINCf?ALES EMISSIONS .. OU MARDf 2 SEPTEMBRE... 1 4 mai 2010 à 12:35 (UTC)~;,;;;;;.;;~ - ' . F'RAN~' : 11 h., Ill' f'ilal Ga o: p:Jr r.:l~~3 rto ·1 '(vl,OIUfl l: t!IISI.C) , arec \~' i.ght lf t'nuel"son. A J.:d .. '~hOtllg , 14 h., l' Olkt'O r-e Ow"i/",l rle ~I':tn.c~".:- la CMe \'e rlJl(!lIle ; ' 14 h. 30, 'L 'CII- , ',lIIcû:"~'e 4'û trpilnle : Je Trüit emenl' 16 h . 30 ! B"IIt1~-vous à (l enève ; 18 h., · ÉchOS hi Ro",p11ol'e .: la 1'lIl'ql ie \ '011 :' pi1J'le ; h. n Il OilllyJle ft la ~ : 20 h. 3D, u~ )",'JS :. la ; 21 " 1 o n u lllt: _ " (1) 1 1 4C le Cilc\,'aliel' (IT;II I1. . 1'(' 1~"' : llJhiQell, (1'aJ)[" e~ ]'u 'une l1e van Lès ; 17 h. 30, L;J Il "pIC :.IIl g llt ise (1rO i. d ('8TI'·S) ; 18 h. , L 'O' lIvre de Hillz:l(" 1~;lr Il:. Mt't\W.f N1P'rrllf:ts: . ~~ hc·o~~él·;~ilg::~111 ell ~~ n' mineur pou r piallo t'1 On·rl )l, l:l j'hUlnlliIlQ\t ; « SVIlI ~ ' • ne )l, .~ • rüi !il! . n" :or )l, fit! Jl l'ah il lfi ; 20 h. 6, « ~'ylIIlJh~)nt.e-' n " 5 1' , (h: Jlh'()UeS Aube l t ; « Su ite ilvec ' f1ùte ~. ch: :-;,·:u·Ji4tli. lIH'C M;lXen"~ LlI lTIClI .; « SéT Udrt~e Io , de T t: hillknv!'ky ; c T rolsll'me ti.,\ IIlfllllloie Jo , de .11';1(1 n i vier ; 21 h. 66, t~~l j :~Cit~(:J~tr , I :~ ~!~:'~7;192.168.254.42I;~~; I~~Cü~iel192.168.254.42II ~ 1 2 :; h. 19 ' -' ('(wdcs eL l\'OC t ll ~: ~H" ~10zarL . MO'/ 'l , DE FREQ'- '7 h CI'iY · ... es ; 17 ':er . fi " !l a" ~ cident », spécialisé dans l'excitation à la haine antisémite et raciste. On t rouve sous sa plume, par exemple, dans le der_ nier numéro, cette a ffirmat ion que « 'Ie~ juifs, qui sont touLpuissants dans notre pays depuis 19415 doivent ne plus partI_ Ciper en rien à un p:mvoir qu'ils ont ,'ii mal géré » ... Et c'est à l'auteur de telles infâmies que l'on offre maintenant les antennes de la radio_diffusion nationale! Ce n'est d'ailleurs pas tout. On an_ nonce la participation aux « tribunes pp_ Iitiques» d'un Pierre Bouta,ng. disciple fanatique de Maurras, a ntisémite et r a- , ciste professionnel. Enfin, pour la seule raison qu'ils ap_ pellent à voter « oui», les représentants de diverses organisations_fantômes, où figurent de nombreux éléments racistes et anti.républicains, vont disposer des antennes au même titre que les granits partis, pour la campagne du r éférendum. 4- deplembce à La oeépubLique Les ({ supplétifs}) menacent Le 4 septembre, autour de la pIace de la République, la police s'est liv rée, pendant le discours du généraI de Gaulle, à des brutalités qui ont proyoqué une vive émotion dans, les milieux les plus divers. Il est important de souligner l'aide apportée aux forces de police par des éléments en civil, portant des brassards à cl'oix de Lorraine, qui évoquaient de très pénibles souvenirs. Sous le titre « Un embryon de milice », « Li bérati.on » note que ces « civils » qui , « pOur la premi ère fois da ns une ma nifest ation offidell e, servaient d'a,u.x;iJ.lalres au service d'ordre », .,,« liis nllajent les rassemblements suspects (les partisans du « non») et ne répugna ient pas, à l' occaliion, à fa i re 1 e coup- de po: ng ou de cejnturon sous la protection des mat raques », Le Monde relève également que « l'On vi t des jeunes gens brandir des ceintu ro ns en d~rectj.on des cont re-ma nifestants », et publie ce commentaire : « Les fo rces de l'ordre ont dégagé les a rtè res avois ina ntes avec une vio'ence que de nombreux t émo ins ont jugée excessive et souvent inut il e, Enfin, e t cela rega rde Dlus directement les resp0nsa bles « gaul- 1 istes » de la journée, un service d 'ordre de « supp'é tifs» portant cro ix de Lorra ine est sorti du simple rô le d 'encadrement qui é tait le sien. Il suff ira de le s igna ler pour que so ient évitées les e rreurs commises en 1947 par le R,P.F. Tout ce qui peut revêtir gra tu itement un caract è re de v io'ence e t une apparence d 'autorita ri sme se re tournera inévita bl ement contre les efforts du géné ra i de Gaulle», Ajoutons, pour l'édification de nos lecteurs un fait qui nous a été rapporté par plusieurs témoins : Après la manifestation, des groupes de ces « supplétifs » à Croix de Lorraine, appartenant aux organisations constituées depuis le 1 3 mai, se sont promenés autour de la République en proférant des menaces contre les juifs. - Il y a beau.coup de Youpins par ici, il nous faudra reven ir, ont proclamé plusieurs de ces nervis, rue N.-D.-de-Nazareth. Ces procédés ont profondément bouleversé les habitants de ces quartiers, qui nous ont alerté. Nous appelons les républicains à la plus grande vigilance, Nous sommes certains que si les hommes de main racistes s'avisent de revenir, ils seront « bien reçus » . Réflexions sur constitutio LE 28 septembre proch a in, les Français vont , d'un seul m ot « oui » cu « non » , décider d u destin d'ê la France. Un Mouvement comme le nôtre ne sau rait se désintéresser de cette consultation, dont doit dép'èndre l'avenir du pays, ni de la grande bataille menée autour de la réforme constitu tionnelle, pour la d é fense de la Républiquê et de l'idéal qu'elle représen te. Sans que le M.R.A.P, 'et son organe « Droit et Liberté » aient à s'engager dans les p olémiques d' ordre purem'ênt politique ou dans les controverses juridiques, nous devons , dans les limite's de notre activité et dans le cadre des principes que nous défendons, répondre au souci de la grande masse des répub licains de toutes nuances qui nous souti'en nent, et qui ne concevraient pas que notre Mouvement, en ces heures décisives pour la démocratie, adopte une attitud'e de neutralité. P récisons que si le M.R.A .P" en tan t qu'orga n isation, doit prend re position, il s'abstiendra d'imposer ses vues à S'èS membres don t le vote in dividuel doit s'exercer librement et suivan t leur con scien ce.' Le M.R.A.P, s'efforce, rappelons- le, de défendre les droits de l'homme, quelles que soient son origine 'et ses convictions, de combattre toutes les violations des libertés et toutes les discriminations, où qu'elles se ' manif'estent. Il lutte pour barrer la route au fascisme que les faits démontrent être l~ fourr ier du racisme, pour séfu ve garder les valeurs essentielles de liberté et de r'êspect de la personne in cluses dans l'idéal démocratique et dont la France doit rester l'in t erprète. Not r e p ropos est d e rechercher b r if.veme nt si la c o nstitu t ion nouvelle qui nous est proposée répond a ux o b jectifs du M.RA.P ., aux buts qu' il poursu it, aux idéaux q u'il d éfend, ou si ses dispos itions ne risquent pas d e les comp romettre ou de les mettre en p é ril. Sur d'eux poin ts, qui se r attachen t intimemen t à l' e ssentiel de notre 'action, le texte soum is au ré fé ren dum a p p elle, suivant nous, d 'expresses réserves. - 1 - Assure -t-il efficacement la garan t ie des libertés publiques fonda mentales? Le préambul'e se borne à p roclamer, par allusion, « l'attachement du peuple français au d roits de l'homme tei;; q u'Hs o n t été définÏs ... » La formule n'est pas satisf a isante. L ' « attach'ement » t terme vague) ainsi affirmé .ne . sau~ait é quivaloir à une garantIe Jundlquement stipulée. D 'autre part, le texte, en , dehors du rappel de la Déclaration de 1 789, se contente d' un'e référence au Préambule de la Constitution de 1946. Or, la Constitution de 1946 est abrogée ; comment comprendre que son préambul'e lui ait survécu ? Nous aurions certes prétéré que soit reproduite la n oble rédaction du préambule de 1946 , notamment que soit rappelé : « Tout être humain, sans distinction de race, de religion, ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés » et « nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de son origine, de ses opinions ou de ses croyances » ••• L e silence du projet sur certains des droits et libertés énumérés dans la Constitution de 1 946 (droit de grè v'e, droit d'asile, etc ... ) risque d'être interprété, comme équivalant à l'eur anéantissement, en tous cas de les laisser sans sanction. Le .laconisme du projet sur ce point fondamental, son renvoi à un texte abrogé , ser~mt la source de controverses, de procès et , craignons-le, d'abus de pouvoir. - Il - Devrait-on considérer l'existence et la garantie des libertés publiques comm e affirmées 'en ter sammen t précis et com e lles courraient le grav d'être é touffées par l' arbi: vernemental, au ,quel le vre grand la porte.

    • *

A) Certes, nous som: cord pour déplorer la fa ]' exécutif, qui nous fit a puis quelques années à 12 tion progressive de l'Eta nalem'ent à son effondn face d'un pouvoir législati souvent sortait de son rôl forcement de l'exécutif : Mais de là à attribuer au de la République et au ment, (entre lesquels le r tage le pouvoir exécutif des risques graves d'e cor l'un et l'autre) des POUy b itan ts, ouvrant la voie à aventures de la dictatur loin. D'après le projet, le Pr la République, en dehors butions n ormales d'un cl démocratique, est investi et de la nomination du pl p ar Léon L YON-CAEl P remier P résident Ho de la Cour de Cassa P résident du M. R.i nistre; il négocie les trait pose du droit d'e disso ll l' A.ssemblée nationale, ap « consultation » du prerr tre e t d es Président d es semblées; de soumettre f. ment les lo is au référen q ue n i au cas d e d issolu C'du i d e référendum ses soient soum ises au ~ontr p remier min ist re. Surto{;'t, T art. 16, ! co n fl it in ternational ou c sio n in t e rn e , mettant en fo n ction n ement d es instit co nfère les pleins p ouvoir prendr e les « mesures e: les circonstances ». Dans d e cette pré rogat ive e ,; il n' e st soum is ni à l' « a \ me » du Co n se il const c omme le proposait l e Cc sultatif, qui laissait à cet le soin d 'apprécier si le tances justifiaient le recc pouvoirs e xceptionnels, r conforme du premier n des présiden ts des Assel C onseil constitutionnel, p l nistrte, p résident des A sont simplement « consu Cet article 1 6 permet le coup d'Etat , Il suffit d! un Président à t endances res, épris de pouvoir pen un président faible , mal e ffrayé par les circonstan mant, sans contrôl'e effi la situation justifie l'appl l'art. 1 6, il s ' arrogera 1 p o u voirs , pourra écraser tés, ' D'une façon géné rale, tence r econnue au Chef par le Titre Il du proje d ' arbitraire et par conséq teintes aux libertés 'et df nations, est d'autant plus se qu'il sera malaisé de s ' ces derniè res, puisqu'elle du pouvoir discrétionnair sident, que le mécanisn Constitution ne permet p trôl'e des élus du peuple tes du Chef de l'Etat. Quel terrain favorable descence du fascism'e , q\ dit de nos jours et voyons s' efforcer, depui~ mois, d'assiéger plus ou n destinement le pouvoir ! Ne risque-t-on pas d en France sous le prétex dre à ]' exécutif l'autoril manquait, les moeurs et politiques dont souffrent bliques sud:américaines ! CISTES ... Au lendemain du 13 mai, il tenta e constituer un « maquis» dans le d-ouest, en liaison sans doute avec rganisation des colons algériens veus s'installer da n s cette région, dont dirigeant, le général Vésine de la ue figure également au comité dicteur du M. P. 13. A leurs côtés se ouvent, entre aut res : Yves Gignac le commandant Lassauzet de l'Asciation des Anciens Combattants de nion Fra nçaise, a rrêtés le 15 mai ' orgères, l'ex-chef des « Chemise~ ertes»; Albert Frouard et H enri oreau, liés à Tixier-Vignancourt ; (Sui te page 6.) 04 La cadio. BARDECHE .. et queLque é5 aul~e;j Voici les pt'ogrammes d:! radb du 2 scpmbre. Ce n'est p'ts sans surpr;se llue ous y relevons le nom de Maurice Ba ... . che. Surprise et indignation ausSI. l\lautice B rdèche a Hé condamné il y quelques ann es, pour avo'l' écrit au ndemain de la Lihération un livre intL lé « Nuremberg ou la 'Ierre Pl'omise n. ui est une seandaeeuse a9010gie de l'ex_ rmination des juifs. Dirigeant de l'internationale ntio_nazie, ndée en 1951 à Ma'moe (Suède). i. r "lie en France la revue « D~fense de l' lJ'~_ PRI NCIPA LES EMISSIONS DU MARDI 2 SEPTEMBRE ..• . FRANCE J : 11 h., 11(1I'jt:1l Ga.;p9f'r ~ ~VIO!urlt;t:lllste) . 'l\'{,C Vlighl Hl' n uel'~on Il .'!~JIR!.)Q.~II'g ; 14 h. , Fnik t,Of"C fIltl'.:lc':II · cie F,t:lnJ.-f .~ la Côte \'CI'II)('I/Je ; 14 h. 30. 1.'('11- I.HlI'd'tlile ('ùllpanle : le 'l'1'iJilemelll' 16 h 30 ll "IIII~· VOllS à t;en~ve ; 1 8 h.,· b'hOS' dt : flr,'J1'llore: la Ttll'q Je \Oll~ p;nle' h, DI/ O:lllybe fi la ~ ; 20 h. 30 l , ):U'IS : la '21' oniqut • '01 , ~4~,~~ •' ::'::::;'~':'fPi.I,), n~li!~'.l!~, .n" ne3 ' ::Dt,, (II! II I ' ah n ~ ; 20 . h. 15, c ~Y l ll ph ll n le" " O 5 :JI , flj~ J lId}UeS Aubell ; « S l/ ill! a ye c ' f till e lo, Ch: !'iI'Ul'l ôlt tJ. avec ~laKe n l'c Lil lTieu .; c Sé· r U,lI'Iic . , de T dwlhll \ !'ky ; « Trolsll'me t;,\J,lphnnie ~. CIe Jr;I Tl nivier ; 21 h, 56, .J4:1 IIc ."r el l :t gl:lI, l'llll r~I;tIH;e de P:1U l ~ 1: .lll1e Vlt)or. :'l. l'E\lJQ4ro., lt io li 'TIe 3~x e ll cs ; 1 25 h. 1'9 " ("!;Ides eL [\0(' 11 11: 1..11'" ~l ozar1., MO""- 'II DE FREQI'· '7 h CI' 1I' "es : 17 "U ' . " IIw ' .... dent n , spécialisé dans l'excitation à haine antisémite et raciste. On trouve us sa plume, par exemple, dans le der_ 'er numéro, cette affirmat ion que « ie., ifs, qui sont tout-puissants dans notle ys depuis 19415 doivent ne plus partl_ per en rien à un p:mvoir qu'ils ont ,;1 al géré » ... Et c'est à l'auteur de telles infâmies e l'on offre maintenant les antennes la radio_diffusion nationale ! Ce n'est d'ailleurs pas tout. On a n_ nce la participation aux « tribunes p~_ iques n d'un Pierre Boutang. disciple natique de Maurras, antisémite et ra- , te professionnel. Enfin, pour la seule raison qu'ils ap_ lient à voter « oui n, les représentants diverses organisations_fantômes, où gurent de nombreux éléments racistes antLrépublicains, vont disposer des tennes au même titre que les granits rtis, pour la campagne du référendum. cent Ajoutons, pour l'édification de s lecteurs un fait qui nous a été pporté par plusieurs témDins : Après la manifestation, des grous de ces « supplétifs » à Croix Lorraine, appartenant aux organitions constituées depuis le 13 i, se sont promenés autour de la publique en proférant des menas contre les juifs. - Il Y a beaucoup de Youpins r ici, il nous faudra revenir, ont oclamé plusieurs de ces nervis, rue -D.-de-Naxareth. Ces procédés ont profondément uleversé les habitants de ces quarrs, qui nous ont alerté. Nous appelons les républicains à plus grande vigilance, Nous soms certains que si les hommes de in racistes s'avisent de revenir, seront « bien reçus ». Réflexions sur la réforme constitutionnelle LE 28 septembre prochain, les Français vont , d'un seul m ot « ou i » cu « non », d écider du d estin d'e la F rance. Un Mou vement comme le nôtre ne saurait se d ésin té resser de cette consulta t ion, d o n t doit d ép'êndre l'a venir du pays, ni de la grande bataille menée autour de la ré forme const itutionnelie, pour la d é fense de la République et de l'idéal qu'elle représente. Sans que le M.R .A.P , 'et wn organe « D roit et Liberté » aient à s 'engager dans les polémiques d ' ordre purement politique ou dans les controverses juridiques, nous d evons, dans les limites de notre activité et dans le cadre des principes que nous défendons, répondre au souci de la grande masse des républicains de toutes nuances qui nous souti'ennent , et qui ne concevraient p as que notre Mouvement, en ces heures décisives pour la démocratie, adopte une attitud'e de neutralité. Précisons que si le M.R.A.P. , en tant qu'organisation, doit p rendre position, il s'abstiendra d'imposer ses vues à S'êS membres dont le vote indiv iduel doit s'exercer librement et suivant leur conscience . Le M.R.A.P, s'efforce, rappelons- le, de défendre les droits de l'homme, quelles que soient son origine 'et ses convictions, de combattre to utes les violations des libertés et tou tes les discriminations, où q u' elles se· manif.est ent. Il lu tte pour barrer la route au fascisme , que les faits démont ren t être le four rier du racisme, pour s il uvegarder les valeurs essent ielles de lib erté et de l'esp ect de la personne incluses d a ns l'idéal démocratique et d ont la F rance doit rester l'interprè te. Notre propos e st d'e rechercher briè-vement si la c onstitu tion nouvelle qui nous est proposée répond aux objectifs du M.KA.P., aux buts qu'il poursuit, aux idéaux qu'il défend, ou si ses dispositions ne risqu'ent pas de les compromettre ou de les mettre en péril. Sur d'eux poin ts, qui se rattachent intimement à l'essentiel de notre ·action , le texte soumis au référendum appelle , suivant nous, d'expresses réserves. - 1 - Assure-t-il efficacement la garantie des libertés publiques fondamentales? Le préambul'e se borne à proclamer, par allusion, « l'aUachement dù peuple français au droits de l'homme te1$ qu' ils ont été définÏs .. . » La formule n'est pas satisf aisante. L' « attachement » t terme vague} ainsi affirmé ne saurait équivaloir à une garantie jundiquement stipulée. D'autre part, le texte, en . dehors du rappel de la Déclaration de 1789, se contente d'un'e référence au Préambule de la Constitution de 1946. Or, la Constitution de 1946 est abrogée; comment comprendre que son préambuJ'e lui ait survécu ? Nous aurions certes prétéré que soit reproduite la noble rédaction du préambule de 1946, notamment que soit rappelé : « Tout être humain, sans distinction de race, de religion, n~ de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés }) et « nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de son origine, de ses opinions ou de ses croyances » .. . Le silence du projet sur certains des droits et libertés énumérés dans la Constitution de 1946 (droit de grèv'e, droit d'asile, etc ... ) risque d'être interprété, comme équivalant à l'eur anéantissement, en tous cas de les laisser sans sanction. Le laconisme du projet sur ce point fondamental, son renvoi à un texte abrogé, ser~mt la source de controverses, de procès et, craignons-le, d'abus de pouvoir. - II - Devrait-on considérer l'existence et la garantie des libertés publiques comme affirmées 'en termes suffisamment précis et compré hen sifs elles courraient le grav'e danger d 'être étouffées p'ar l'arbitra ire gouverne mental, au ,quel le proj'et ouvre grand la p o r te.

    • *

A ) Ce r tes, nous sommes d' accord pour déplorer la faib less'e de l'exécutif, qui nous fit a ssister d epuis quelq ues années à la d égradation progressive de l'Eta t, puis fi nalem'ent à son e ffondrement, en face d'un pouvoir législatif qui, trop souvent sortait de son rôle . Le renforcement de l'exécutif s'imposait. Mais de là à a tt ribuer au Président de la R é p ublique et au gouvernement , ( entre lesquels le proj'et partage le p ou voir exécutif non sans des risques graves d'e conflits entre l'un et l'autre) des pouvoirs e xo rbitants, ouvrant la voie à toutes les a,:entures d'e la dicta ture, il y a lOIn . - D'après le projet , le Pré!:ident de !a République, en dehors des attributions normales d'un chef d'Etat démocrat ique, est investi du choix et de la nomination du premier mlpar Léon LYON-CAEN Premier Présiden t Honoraire de la Cour de Cassation, Président du M.R.A.P. nistre ; il n é gocie les tra ités; il d ispose du d roit d'e dissolu tion de l'Assemblée n a tion a le , a p r ès simple « consultation » du premie r min is tre et d es Président d es d'eux assemblées; de soumett re éventueUemen t les lois au r éférendum ' sans que ni au cas de dissolution : n i à C'elui de référendum ses décisions soient soumises au ~ontresein g du premier ministre. Surto{;t, l'art. 1 6, en cas de conflit in ternational ou de subversion interne , mettant en danger le fonctionnement des institutions lui confère les pleins pouvoirs : il ~eut p rendre les « mesures exigées par les circonstances ». Dans l'exercice de cette prérogative exorbitante, il n'est soumis ni à l' « a vis conforme » du Conseil constitutionnel, comme le proposait le Comité consultatif , qui laissait à cet organisme le soin d'apprécier si les circonstances justifiaient le recours à ces pouvoirs exceptionnels, ni à l'avis conforme du premier ministre et des présidents des Assemblées : Conseil constitutionnel, premier ministrte , président des Assemblées sont simplement « consultés » . Cet article 1 6 permet et légalise le coup d'Etat . Il suffit de supposer un Président à t endances autoritaires, épris de pouvoir personnel, ou un président faible, mal conseillé, effrayé par les circonstances : estimant, sans contrôl'e efficace , que la situation justifie l'application de l'art. 1 6, il s'arrogera les pleins pouvoirs, pourra écraser les libertés. D'une façon générale, l'omnipotence r econnue au Chef de l'Etat par le Titre II du projet, source d'arbitraire et par conséquent d'atteintes aux libertés 'et de discriminations, est d'autant plus dangereuse qu'il sera malaisé de s'opposer à ces dernières, puisqu'elles relèvent du pouvoir discrétionnaire du Président, que le mécanisme de la Constitution ne permet pas le contrôl'e des élus du peuple sur les actes du Chef de l'Etat. Quel terrain favorable à la recrudescence du fascism'e, qui s'enhardit de nos jours et que nous voyons s'efforcer, depuis plusieurs mois, d'assiéger plus ou moins clandestinement le pouvoir ! Ne risque-t-on pas d'introduire en France sous le prétexte de rendre à l'exécutif r autorité ,qui lui manquait, les moeurs et pratiques politiques dont souffrent les républiques sud:américaines et qu'eUes c:ommencent d 'ailleurs à abandonner ? Sans dou te, le projet établit, à ' t itre de freins ou d 'amortisseurs aux pouvo irs considé rab les d e l'exé cutif , certains o rganismes tels que le Conseil Constitutionnel et le Conseil supé rieur de la Magistrature (T itres 7 et 8 ). Mais on remarquera qu'ils grouperon t des h ommes n on é lus, mais ch o isis p'ar le Président pe la République ou les présid'ents des Assemblées, exposés par suite à devenir des fonctionnaires p lacés sous la dépend ance du p ouvoir central.

    • * B) Ce n 'est p as tout. Si le P résident

d omine l'exécutif, au p oin t que le proje t nous place, en fait , en présence de ce qu' il prétend e xclure, savoir le régime présid en tiel , à son tour l'exécutif domine le législatif. A lor.s q ue l'art. 2 d u p rojet p roclame Justement que la République a pour principe le gou vernement du peuple p·ar le peuple, 'et l'art . 3 que. la souveraineté natio n ale a p partH~ n t au peuple , 'exercée p a r ses représentants, les titres IV et V, par une contradict ion manife ste affaiblissen t l'e P arlement e t le ré~ duisent à l'effa~ement, a lors que, source de la lOI, représentant du peuple, il est une émanation de la sou veraineté nationale. Nous v oy on s le projet accumu- 1er. toutes les r estrictions aux pouVOirs, ~eco~nus au Parle men t par le~ leglslatlOns a n térieures, multip lier les précautions contre l'action de l'Assemblée Nationale : réduction d es sessions ordinaires à 5 mois et demi; énumé ration des matières dél?endant seules du domaine législatI~, alors que ce derni'er est le droit c;omm!ln et l~ domaine réglementaIre, ~ exception; interdiction aux ministres de demeurer membres du Parlement ; approbation sans vote des projets sur lesquels le ~~u;,er~eme~t 'engage sa responsabllIte, a mOinS du dépôt d'une motion de censure, etc ... Sous la 4" République, l'Assem- · blée ?-ational'e était toute puissante, disons trop puissante; sous la fu~ure .5e , on peut craindre qu'elle s~It m.lSe en tutelle 'et réduite à 1 ImpUissance et, si elle ne s'y résigne pas, amenée à se révolter. Nous ne croyons pas que le projet, malgré ses efforts, ait su trouve,r le point d'un juste équilibre, d une harmonieuse coopération ·entre les deux pouvoirs. T out ce qu'on peut dire, c'est qu'une Constitution n 'est pas tout qu'elle est ce que la font les hom~ mes dans son application. -1IILa majorité des Français sont prêts ~ voter pour ou contre le proJet qUi leur est soumis, selon qu'ils sont ou non favorables à De Gaulle, dont on ne saurait d'ailleurs méconnaître le rôle historique à la tête de la Résistance pour la restauration de nos libertés. Il est à craindre que beaucoup n'e se décident en fonction non pas de textes complexes, qu'ils ignorent, mais du prestige de celui qui l'es a inspirés et proposés. Il faut se défaire de C'e penchant sentimental. Abstenons-nous de poser le problème du référendum en termes personnels, comme s'efforcent habilement de le faire les milieux fascistes. Jugeons le texte constitutionnel en lui-même, pour son contenu, abstraction faite du caractère de son auteur C'est un jugement de valeur, engageant les deêtinées d'e la République, qui est demandé à l'esprit critique des Français et les vrais démocrates doivent être mis en garde contre une approbation, à c'ause de l'homme, de textes contraires à leur ç~m~iction. Or, ainsi apprécié objective~'ent comme il sied, le projet nous paraît lourd de menaces pour l'avenir, et comporter pour le sort des libertés en France de réels dangers. INQUIÉTANTE EFFER,TESCENCE ... LE RACISME ET L'ANTISEMITISME CONTRE LA R(PUBLIOUE (Suite de la page centrale.) Michel Trécourt" ex-dirigeant du P.P.R. de Biaggi; Robert Martel, du «Comité de Salut Public» de l'Algérie, qui a joué un rôle important à la fois dans le P.P.R., dans l'U.S.R.A. F. de M. Soustelle, et à la tête de l'Union Française Nord-Africaine, organisation « contrerterroriste» impliquée dans l'affaire du bazooka. En juin, au cours d'une conférence de presse, puis en aoüt, par un grand article dans « Rivarol », enfin au cours d'un congrès en septembre, le général Chassin a exposé sa « doctrine ». Elle se résume dans cette formule: « Dieu - Famille - Patrie », appliquée par un « Etat fort ». Pour en· courager ses fidèles, peu nombreux, il déclare : ({ Quand Hitler a commencé, ils n'étaient que sept », ce qui est une comparaison plutôt malheureuse; aussi, se voulant « chrétien », il ajou· te: « ... et les apôtres n'étaient que douze ». L'hedomadaire « Carrefour », qui est l'organe officieux de « l'Etat Nouveau» (comme il dit) précise que le M. P. 13 rassemble, entre autres, « les éléments les plus remuants du mouvement Poujade ». • LE MOUVEMENT DU 13 MAI, à ne pas confondre avec le précédent, son rival, groupe également des éléments poujadistes, et aurait, semble-til, la sympathie de Poujade lui-même. Il est dirigé par le général Philippe Renucci, qui fut, en mai, délégué du C.S.P. d'Alger auprès de celui d'Ajaccio. OEo.ulang e~t p-ll!~~é ! Le maurras!ien Pierre Boutang, qui fut chassé de l'Université à la Libéra_ tion, et qui s'est naguère séparé de Xavier Vallat pour fonder son propre journal raciste «La Nation Française» (sic), fait campagne pour la nouvelle Constitution. Si elle comporte, selon lui, quelques défauts mineurs, il en attribue la responsabilité non pas à l'ensemble des auteurs de ce texte, mais au seul René Cassin, de façon à pouvoir exciter, au passage, à l'antisémitisme (27. 8. 1958). En raison de son origine juive, ex_ plique sérieusement Boutang, René Cassin ne peut comprendre certaines choses que comprend, par exemple, !e genéral De Gaulle : ({ li ne peut falre que ce chrétien, ce chrétien de race militaire, ne sache depuis toujours ce qu'il ignore, lui, Cassin » ... Et d'affimer que, grâce aux institutions- nouvelles, ce « cardinal du diable» sera écarté en même temps que «ses droits de l'homme et sa maçonnerie ». «Vieux Cassin, couchez-vous, conclut . Boutang, opinez une dernière fois, et couchez..vous, car la patrie renait, quand vous dormirez, elle en sera plus sûre ». 1 1 On reconnaît bien là et le cynisme et la goujâterie caractéristiques du fascisme. Même satisfait par la tournure que prennent les événements, Boutang n'hésite pas à désigner, parmi ceux qui s'en font les artisans, le juif à qui il décoche une bordée d'insultes et de menaces. n brûle de franchir une nou_ velle étape, et cette étape, c'est l'élL mination des juifs. Confirm:-tion, s'il en était besoin, que l'on ne peut amadoue~ les fascis_ tes. Loin de les apaiser, les concessions qui leun sont faites n'aboutissent qu'à augmenter leurs exigences. Mieux vaut, des le début, s'opposer à tout ce qui peut les renforcer et les encourager. Parmi ses animateurs figurent les dirigeants du journal fasciste « Artaban » et du Club des Montagnards (sic) tels que Jacques-Louis Antériou, Guy Vinatrel, Jean-André Faucher, ainsi que Michel Trécourt, cité plus haut. • LA CONVENTION REPUBLICAINE vient d'être créée par le viceprésident du Comité de Salut Public d'Alger, Léon Delbecque, qui a joué un rôle de premier plan dans les événements de mai. Plus que l'orientation de cette formation (dirigée évidemment contre le « système» répUblicain), il importe de connaître ses formes d'organisation, qui sont significatives. Les dirigeants s'appellent « commissaires », et le bureau est formé, à chaque échelon, de trois membres, qui contrôlent chacun une commission : commission d'administration et d'implantation, commission de propagande et d'action civique, information et service d'ordre. La Convention Républicaine s'est donnée pour mission « d'assurer la. liaison entre les différents comités de salut public qui se sont créés dans la métropole depuis le 13 mai ». • LE COMITE POUR L'INDEPENDANCE NATIONALE, fondé à Marseille par le général Rime-.flruneau, et le Dr. Moreau, ' dirigeant local du Rassemblement National, mais en désaccord avec Tixier-Vignancour. Ce comité s'appuie sur le journal « Vigilance ». • LA DEMOCRATION CHRETIENNE DE FRANCE, fondée par M. Georges Bidault, et qui vient de recevoir l'adhésion retentissante de Tixier-Vignancour. • L'UNION POUR LE RENOUVEAU FRANÇAIS, nouvelle mouture de l'U. S.R.A.F . de M. Soustelle, qui a joué un rôle prépondérant dans l'organisation du coup de force d'Alger. On y retrouve également MM. Georges Bidault, André Moriee, etc ... • L'ASSOCIATION DE RESISTANCE A LA DESAGREGATION DE LA FRANCE ET DE L'UNION FRANÇAISE, dirigée par le général TriconDunois, et qui annonce la tenue prochaine d'un « congrès' national des comités de salut public ». • L'UNION CIVIQUE POUR LE REFERENDUM ET LA 5' REPUBLIQUE, où figurent, à côté de person· nalités comme M. Pasteur ValleryRadot, des cadres de l'ancien R.P.F., le général Chaban-Delmas, le général Zeller (lequel proclamait récemment que « l'armée est devenue, pour la nation, le meilleur des guides »), Jules Romains, etc ... COORDIN ATION ... Cette énumération, d'ailleurs incomplète, concerne les groupements nouveaux qui, soulignons-le, présentent en commun les caractéristiques suivan· tes: 1) Ils se réclament de la « révolution du 13 mai» et sont liés avec le Comité de Salut Public d'Alger; 2) Ils mènent campagne contre le « système» (républicain) ; 3) Leur importance est aujourd'hui artificiellement gonflée, dans la mesure où ils .approuvent la nouvelle Constitution proposée au referendum; 4) A leur direction et dans leurs rangs se trouvent des hommes déjà maintes fois dénoncés pour leurs positions racistes, antisémites et leur hostilité à la démocratie. Cela dit, il existe évidemment des distinctions à faire entre les « groupes de choc» «( comités de salut public », M. P. 13, comité pour l'indépendance nationale, etc .. . dont les porte-paroles ont un langage brutalement fasciste, et les formations qui tendent à se présenter comme des partis défendant un programme politique (Démocratie Chrétienne, Union Civique .. .. Encore faut-il ajouter que, pour ' certains de ces groupes (Convention Républicaine, Union pour le Renouveau Fran- SEJOURS EN FRANCE ET A L'ETRANGER 6 ~ CIRCUITS EN AUTOCAR -tZ Office de Voyages La Fayette 18, rue Bleue (Métro : Cadet) - Paris-9° Tél. : PRO. 96-52 et TAI. 68-23 fV\.IVVVIIV\II TOUS BILLETS FER - AIR - MER . "VV\IVVV\I\A LOCATION THEATRE ~ VOY AGES ORGANISES EN ISRAEL çais ... ), il semble exister, en raison même de leur structure, une activité plus ou moins secrète, en dehors des prises de positions publiques, comme ce fut le cas, par exemple, pour l'U.S. R.A.F., avant le 13 mai... Ajoutons que des liens apparaissent entre ces différentes organisations du fait que les mêmes hommes se retrouvent souvent dans plusieurs d'entre elles. D'autre part, des tentatives d'unification ou de coordination sont poursuivies, notamment à travers le Comité de Coordination et d'action en faveur des « oui », inspiré par M. Soustelle, et le Centre national de Liaison des Organismes de Salut Public, autour duquel gravitent le M. P. 13, le Rassemblement National, l'Association des Anciens Combattants de l'Union Française, le Mouvement du Manifeste aux Français, etc ... Ce sont ces initiatives sans doute qu'évoquait l'autre jour M. Michel Debré devant le Conseil national des Républicains Sociaux, lorsqu'il déclarait: « Nous devons travailler avec tous ceux qui voudront contribuer, et EN DEHORS DE TOUT ESPRIT D'EXCLUSIVE, à ce que le' referendum du 28 septembre marque définitivement, par une ample marge de suffrages positifs, la fin du système que nous avons combattu » (Le Monde, 7-8 septembre). Parmi tous les groupes nouveaux ou anciens que' nous avons cités, seul le Mouvement Jeune Nation prend une attitude d'opposition, jouant le rôle de l'intransigeance absolue et exerçant une constante pression pour que de nouvelles atteintes soient portées aux règles démocratiques. L'existence d'une « opposition d'extrême- droite», manifestée uniquement par quelques-uns des éléments les plus violents, les plus outranciers du fascisme, permet peut-être à certains de créer quelque confusion. Elle ne saurait, en tout cas, justifier à nos yeux la tolérance dont bénéficient un groupe_ et un journal dont l'activité essentielle consiste à susciter la haine contre les juifs et les peuples de couleur. Quant à l'opposition de Poujade, notons qu'elle est fondée sur des questions de personnes puisque l'U.D.C.A., en tant que telle, a décidé de ne pas se prononcer sur le référendum, tandis que le groupe des députés poujadistes appellent à voter « oui», tout comme la section algérienne de l'U.D.C.A. DISCUSSIONS ET UNANIMITE Les contradictions (ou plutôt: la concurrence) que l'on voit à Paris entre les différents courants se réclamant du 13 mai, reflètent les discussions du Comité de Salut Public de l'Algérie et du Sahara, présidé par le général Massu, et où coexistent des tendances diverses. Un groupe de 14 membres du C.S.P. publia, fin juillet, un manifeste retentissant en faveur d'un régime « corporatif » et réclamant la « disparition définttive_» des partis politiques. Réuni peu après, le C.S.P., tout en soulignant que ce texte n'émanait que d'une fraction, adoptait une motion unanime sur le référendum et « l'intégration ». Le colonel Lacheroy devait déclare'r, en la commentant, que les divisions étaient « plus apparentes que réelles». Se constituant à quelques semaines de là, en association déclarée, le G. S.P. de l'Algerie et du Sahara élisait secrétaire général un certain René Denis qui, le 4 juin, avait déclaré sur le Forum, en présentant le général de Gaulle: « Notre action va continuer. Il reste des détritus à balayer. Nous ferons disparaître tout le système et les hommes qui le représentent. Il faut en finir avec le système, il faut en finir avec tous .les salauds ... » Et c'est à l'unanimité que le C.S.P. appelle à voter « oui», tandis que son président, le général Massu, proclame: « Pour abattre le système, il faut gagner le référendum». Et son journal écrit: « Que cette Constitution con· tienne ou non tout ce que nous souhaiterions, elle est notre seule chan· ce ... » VIGILANCE! Ces faits donnent la mesure des divergences qui opposent les différentes tendances du C.S.P. comme les groupes correspondants constitués en France. Ils montrent également combien sont justifiées les inquiétudes des antiracistes et de l'ensemble des républicains devant l'agitation croissante d'éléments dangereux qui, aujourd'hui, disposent d'un plus grand nombre d'organisations et de journaux qu'avant le 13 mai, et qui sont les plus actifs et les plus bruyants animateurs de la campagne actuelle en faveur du nouveau régime. En cette période de grande confusion, des antiracistes sincères hésitent sur l'attitude à prendre. Ils ne peuvent pas négliger, quelle que soit leur position, ces données indiscutables. C'est pourquoi le Conseil National du M.R.A.P., réuni le 9 septembre, a cru devoir lancer une sérieuse mise en garde, qu'il faut porter largement à la connaissance des citoyens. POUJADE anDule son Il Tour de France" Les manifestations et attentats fascis_ tes qui se sont multipliés en juin_jUillet . notamment à Toulouse, Pau, Auxerre, SainLEtienne, Lyon, Marseille, contre les sièges d'organisations démocratiques ont suscité partout une riposte énergique des r épUbliCains. De puissantes contre_ manifestations ont eu lieu, dans l'union de toutes les tendances. Fin juillet et début août, Poujade ayant entrepris comme l'an dernier un «tour de Franco» pour mobiliser ses troupes, s'est heurté, dans toutes les villes où il se rendait, à l'opposition de milliers de démocrates. Il a dû recon_ naître son échec. Dans « Fraternité Française », 11 déplore « les contre-temps» de son « Tour de France du Salut Public», et il an_ nonce sa décision de l'interrompre « mo_ mentanémeni 1. Nouvelle preuve, s'il en fallait, que le pays républicain peut victorieusement s'opposer aux prétentions des factieux. A condition d'être vigilant et uni. 194-1 Le numéro 2 de l'intéressante revue « Domaine Yidich», paru 'récemment, publie comme le ' précéden~ une série de textes traduits du yidich et plusieurs études, ainsi qu'une lettre inédite de Henri Barbusse, adressée en 1929 à un groupe d'écrivains yidich de Paris. Nous y avons choisi, en cette période anniversaire de la Libération, un beau poème de Samuel Halkin évoquant les temps cruels de la guerre et de l'occupation. Samuel Halkin, indique la notice biographique, est l'un des plus illustres poètes vivants de langue yidich en U.R.S.S. On a célébré voici quelques mois son soixantième anniversaire, à l'occasion duquel il a été décoré de l'Ordre du Drapeau Rouge. L'hiver pénètre ra dans chaque pierre Et pour toujours y restera fixé Et même le soleil ne l'en pourra chasser Avec le lourd pilon de sa lumière Par les fissures des plâtras pénètrera l'hiver Par les vitres vêtues de noir comme endeuillées L'hiver entrera dans chaque foyer Dans le sang, dans le coeur, dans la chair Lorsque plus tard re\Tiendront de l'enfer Les grands parents et les petits enfants Entre homme et femme, entre les êtres chers Dans chaque regard et dans chaque élan Cet hiver glissera tel un glacier polaire Et les années s'écouleront l'une après l'autre Ceux qui vivront alors plus heureux que les nôtres Lorsqu'ils regarderont dans l'ombre du passé Trouveront sur les murs fraîchement reconstruits Souvenir d'un malheur qu'on ne peut effacer L'empreinte de l'hiver qui nous marque aujourd'hui (Traduction de Charles DOBZYNSKlj FIF .. VRE RA.CISTE AUX U.S.A. IL F A UT SAUVER JIMMY WILSON! LITTLE ROCI{ Condamné à mort dans des conditions scandale-uses, un noir américain, Jimmy Wilson, sera exécuté le 24 octobre sur la chaise électrique - à moins que la protestation des gens de coeur ne se fasse entendre avec assez de force pour arrêter le bras des bourreaux. Son crime? Jimmy' Wilson est accusé d'avoir volé 1 dollar 95 cents (soit 800 francs environ) à une femme blanche chez qui il effectuait des travaux de jardinage. Il a été inculpé sur le seul témoignage de la prétendue victime, qui, âgée de 82 ans a déclaré que Jimmy' Wilson avait aussi tenté d'abuser d'elle. Ce dernier grief n'a pas été re\' enu. Une loi existe, paraît-il, dans l'Etat d'Alabama, où se sont déroulés ces faits, qui autorise à condamner à mort pour vol. Mais il est évident qu'à la veilie de la rentrée scolaire, ce verdict UN TELEGRAMME DU M.R.A.P. Le 1er septembre, le M.R. A.P. a adressé au gouver_ neur Folsom, à Montgome_ ry, Alabama, le t élégramme suivant : F armi les protestations les plus l'etentissantes, f.igul'ent cell e; de M. Averell Harriman, gouverneur de l'Etat de New-York et du gouvernement de la Jamaïque, ainsi que les pétitions signées par plusieurs milliers de Londoniens. Le Secrétaire d'Etat John Foster Dulles a adressé au gouverneur Folsom un rapport sur les réactions dans le monde. Il cite pi;,'mi les pays où l'émotion s'est manifestée le plus vivement : la Crande-Bretagne, l'Irlande, le Canada, la France, la Belgique, l'Allemagne, etc ... Prévue d'abord pour le 5 septembre, l'exécution de Jimmy Wilson a été suspendue pour pe; mettre à la Cour Suprême d'Alabama d'examiner la requête déposée par le condamné en vue de la révision de son procès. C'est à la suite du rejet de cette requête que la date du 24 octobre a été fixée pour le supplice. Les antiracistes n'ont donc pas de temps à perdre, pour empêcher cette tel'rible injustice. Multipliez les lettres, télég .. ammes au gouverneur de l'Alabama et au président des EtatsUnis, faites signer des pét it ions, à adresser à l'ambassade et aux consulats américains. De notre ac~ion ra!)ide et puissante dépen!! la vIe ({un homme victÏine du racisme. (Suite de la page 1.) 2. en raison des menaces et des pressions exercées, neuf jeunes gens noirs seulement ont bénéficié de l'intégration en 19;)7 à Little Rock ; 3. cette mesure peut à tou t moment être remise en question par les autorités locales. Cette situation est gén érale, spécialement dans le Sud. Plus de 3 millions d'enfants noirs sont enCOFe soumis, dans l'ensemble des Etats-Unis, à la ségrégation scolaire. LES MANOEUVRES DE FAUBUS Les manoeuvres du gouverneur de l'Arkansas, Orval Fau .. bus, dont le nom est devenu le symbole même de la h aineraciste, se poursuivent à l 'heuoe où nous met tons sous presse. Il a obtenu qu'un tribunal local ordonne l'ajournement pour deux ans et demie de toute mesure d'intégration. Cette déci. sion a été définitivement ca!sée par la Cour Suprême, le 11 septembre. Aussitôt Faubus annonce son intention d'organiser le 27 septembre un référ endum et il ferme les écoles jusqu'à cette date. Si le résultat de cette consultation était favorabl ~ à l'intégration , ou si une nouvelle intervention des forces fédérales avait lieu d'ici là, cèderait-il? Nullement. Le parlement local, réuni par ses soins, siège en permanence, prêt à voter des lO IS permettant de transformer les écoles publiques en écoles privées (qui ne sont pas tenues d'appliquer la loi sur l'intégration). Il envisage aussi la possibilité, à la dernière limite, d'établir dans Iles ecoles «intégrées », des classes séparées pOUi' les enfants blancs et les enfants noirs. Les dernières nouvelles parvenant de Little ReeK peuvent donner une idée de la situation absurde ainsI créée. Les enfants sont en \vacances forcées. en ra,son de la fermeture des écoles. Des parents ont porté plainte devant les tribunaux. La seule solution trouvée a été l'organisation d'émi,ssions télévisées pour r emplacer les cours. On précise que les élèves ne disposant pas de poste de télévision pourront suivre ces émissions dans les églises. Pendant ce temps, les agents de police s'entraînent au maniement des grenades lacrymogéllet: ... UNE ETONNANTE PASSIVITf; « Exprimant émotion ._ pinion pUblique franç:lÏse, VOU'i adressons pressant appel pour grâce Jimm(Y Wilson dont condamnation net te_ ment entachée d ~ racisme ». A pied d'oeuvre Les agissements des racistes ne sont pas l'élément le plus etonnam de cette pénible affaire. Ce qu'on a le plus de peine à imaginer, c'est que, depuiS l'an dernier, les racistes a.ent pu conserver l'initiative. Notre Conseil National a , d'autre part adressé au Président Eisenhower la lettre que nous reproduisons cidessous. visait essentiellement à intimider la communauté noire et à lui ôter toute velléité « d'intégration n. Il s'agit une fois de plus d'un lynchage léga', comme celui de Willy Mac Cee et bien d'autres. Les représentants du droit, de la loi sont, eux, sur la défen· sive. Ainsi, aucune mesure n'a été p~ i se , pendant toute l'année scolaire pour met tre fin aux bnmades dont les neuf étudiants noirs fréque-ntant le lycée «blanc» ont été victimes de la part de certains de leurs camarades particulèrement excités. Mieux': insultée, frappée, une étudiante noire a été chas_ sée du lycée, alors qu'aucune sanction n 'était prise contre ses persécuteurs. Cette condamnation a soulevé une vague d'émotion aux EtatsUnis et dans le monde. Le gouverneur de l'Alabama, M. Folsom, l'ec;oit chaque jour un millier de lettres et télé~rammes réclamant la grâce dé· -limmy Wilson. De nombreux corre.spondants lui adressent même la somme que Wilson est accusé d'avoit volée. Une section du Ku-Klux-Klan vient de se constituer à Little Rock. Les bannières du K.K.K. flo ttent aussi sur l'Université de la Nouvelle-Orléans, où 50 étudiants noirs sont inscrits pour la première fois. (Rema rquez sur la poit rine des hommes du Le gouverneur Faubus a pu toute l'année faire des déclarations r acistes, et préparer tout un al senal de lois pour empêcner l'intégration sans que le pouvoir central organise la HlO.ndre r !poste et tente de prevenOE la violation des lois. Mieux: il y a quelques semaines, une déclaration du présiden t Eisenhower, selon laquelle l' intégration devait n écessairement se poursuivre avec lenteur, Klan un insigne semblable à celui de « Jeune Nation».) .1 renforcé, souligne la presse . Lettre au Président des Etats-Unis Le Conseil National du M.R.A.P., réuni le 9 septembre a adressé au Président des Etats-Unis la lettre suivante: Monsieur le Président, Le Conseil National du M.R.A.P., exprimant l'émotion de l'opinion française, espère encore qu'à l'heure où cette lettre vous sera transmise l'immense masse des homme,s libres, qui. pense que la éouleur du sang, quelles qu~ sotent les vemes dans lesquelles il coule, est la meme pour tous, n'aura pas à déplorer un nouveau crime, qui serait une tache indélébile sur le prestige de votre grande nation. Qu'il se trouve, dans un des 49 Etats Unis une loi pour condamner à mort un Jimmy Wilson 'coupable d'avoir dérobé un dollar 95 cents nous stupéfie! Qu'il s'y trouve un juge pour l'appliquer dépasse notre entendement. Mais si, par surcroît, il devait s'y trouver un bourreau pour exécuter la sentence, tous les hommes pour qui le respect de la vie humaine est le bien fondamental, ne pourraient que se dresser pour hurler leur indignation. La grâce que nous demandons pour cet homme vous vous devez de l'exiger avec nous, non seulement 'parce que la condamnation de Jimmy Wilson est la plus inique qui, se pui~se concevoir, mais aussi en symbole d~ votre repro.ba'twn pour la vague segregationniste qui de~erle sur Ltttle Rock. Car, vous le savez mieux que qUtC~nque, Monsieur le Président, vous, dépositaire de l'héntage moral de Lincoln, l'affaire Jimmy Wilson et l'affaire de Little Rock sont intimement liées par le lien d'une même haine injustifiable et rétrograde. Nous vous savons gré d'avoir voulu l'intégration des hommes de couleur dans vos Etats ,- mais voilà que ce q1fe. nous avions, espéré c~mme é~ant une affaire défimtwement classee, rebond1t au mepris de toute décision légale et qu.e les promoteurs de haine annoncent déjà leur intention de ne pas reconnaître les arrêts de la Cour Suprême. A cet égard encore, tous les antiracistes tous ceux qui considèrent la liberté de chaque ho.,,{me comme étant la base essentielle d'un avenir meilleur, sentent Se réveiller en eux une inquiétude V01sme de l'anxiété. Nul, en effet, ne saurait prévoir l'extension que peuvent prendre, ni la portée que peuvent avoir de tels événements, se déroulant au sein même d'une des nations les plus considérables du monde moderne, et qui se trouve, par ce fait même, constamment exposée à l'attention internationale. Ceux qui dans de nombreux pays, entretiennent, hélas! les foyers du racisme, n'attendent qu'un exemple éloq1fent d'impunité pour transformer ces foyers en bras1ers. Little Rock risque aujourd'hui d'être un de ces exemples. A tel point que nous sommes en droit de nous demander si les racistes qui lynchent les Noirs, en arborant la croix gammée dans le faubourg londonien de Notting Hill, ne préfigurent pas déjà un prolongement de Little Rock. Et, lorsque nous apprenons qu'un homme de couleur est abattu pour avoir téléphoné à une femme blanche, lorsque nous apprenons qu'une femme et qu'un homme de couleur sont massacrés dans l'Etat de Virginie, qui pourrait croire, devant l'évidence de Little Rock et celle de la · condamnation de Jimmy Wilson, qu'il ne s'agit point d'un seul et même contexte criminel, le pire qui soit : celui du crime collectif. Nous considérons qu'aucune atteinte aux libertés, qu'aucune discrimination, de quelqu'ordre qu'elles soient, ne peuvent se produire dans un lieu, quel qu'il soit, sans influer d'une manière néfaste, sur les fragiles rapports des communautés entre elles. Pour cette raison, toute atteinte aux libertés, toute discrimination, fussent-elles limitées sur un point précis du globe, deviennent l'affaire de tous les antiracistes. C'est pourquoi nous, antiracistes de Frq,nce, vous adjurons, Monsieur le PréSident, d'user de votre haute autorité pour contraindre les agitateurs de Little Rock à capituler devant le respect de la dignité humaine, respect qui se trouve être, nous en sommes profondément convaincus, en même temps que le vôtre propre, celui de l'immense majorité du peuple américain. Le Conseil National du M.R.A.P. amencaine, la position des «ségrégationnistes ». Pour intimider les partisans ue l'intégration, les racistes du Ku Kh.x Klan ont commis dans l'année 46 ·attentats à la bombe contre des écoles. Ils ont aussi attaqué des synagogues pour empêcher les jUifs de se solidariser avec les noirs. Or aucun coupable n 'a été arrêté, aucune organisation raciste dissoute. Et on annonce qu'à Little Rock, « pour se conformer à la législation locale », les autorités militaires (dependant du gouvernement central) viennent de décider d'appliquer fa ségrégation raciale à l'école du personnel de la base aérienne. Il est de fait qu'au total, la rentrée de 1958 ne permet pas d'enregistrer de sensibles progrèS dans l 'intégration scolaire. Dans certains Etats, comme l'A_ labama la Virginie. etc... de nouvelles lois ont été votées. pour l'empecher , selon l'exemple de. l'Arkansas, alors même que rien n 'a été fait pour imposer l'application de la loi. NOTRE SOLIDARITE L'opinion française, profondemment émue, se solidarise avec les noirs et avec les antiracistes des · Etats-Unis, avec l 'Association pour l 'Emancipation des Gens de Couleur (N.A. A.C.P .) qui mène un ferme combat, avec l'Association des Et'ldiants américains, qui vient de se prononcer courageusement pour l'intégration. Appliqué à des enfants, le racii'me apparaît sous son ·aspect le plus répugnant. C'e:;t une honte pour ceux qui le pratlquent ou le t olèrent. Les anti_ r acistes du monde entier souhaiten t que des mesures ener_ giques soient prises pour que cessent ces inadmissibles atteintes à la dignité humaine. Pour avoir téléphoné à une femme blanche .... Dans le même Etat d'Alabama où Jimmy WilSon attend la mort , un jeune noir, Gus Foster , 17 ans, a été tué à coups de revolver, le 28 avril à Mont_ gomery. Les faits se sont passés comme suit : la police a reçu une plainte contre le jeune homme, qui a urait importuné par télé_ phone une femme blanche, en lui demandant un rendez-vous. La femme s'arrangea pour pro_ longer la conversation, afin que les poliCiers puissent venir surprendre Gus Foster dans la cs_ bine téléphonique du restaurant où il se trouvait. Le pOlicier qui l'abattit a été sur le champ libéré par le juge du comté, déclarant qu'il s'agissait d'un «homicide justifiable). Deux noirs abattus en Georgie . A Dawson (Georgie) le poli_ CIer Mac Donald qui avait frappé à mort un noir, et le policier Cherry qui avait tué d'un coup de r évolver un autre noir qu'il venait d'arrêter, ont comparu devant le grand jt..ry fédéral... qui a décidé de ne pas les inculper. DROIT ET LIBERTE 15, Fr Montmartre - Pari. 19") Tél. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE ET COLON 1 ES Un an : 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 franc. ABONNBMENT DB SOUTIBN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUB Cpte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les chanJoements d'adresse envoyer 40 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK Imp. Abécé, 176. quai de Jemrnape5 ' CHR.ONIQUES ET RÉCITS La décision de Roger Martin du Gard vient de mourir. Mais son oeuvre exaltante continuera longtemps, n'en doutons pa~, de susciter l'admiration passionnée de millions de lecteurs. Sa générosité communicative, son amour de l'homme, de la vie, de la justice, feront vibrer encore, avec «LES THIBAULT» et «JEAN BAROIS », bien des générations. Au centre de « Jean Barois » (1), le second roman de Roger Martin du Gard, se trouve l'affaire Dreyfus. C'est une chaleureuse dénonciation de l'antisémitisme, la révolte de l'intelligence et du coeur contre l'absurdité des préjugés qui firent condamner Dreyfus parce que juif, un réquisitoire politique, enfin, contre la «raison d'Etat» et les méthodes qu'elle engendre. Le passage que nouS' reproduisons ci-dessous montre comment le sénateur Marc-Elie Luce, ayant reconnu l'innocence de Dreyfus, décide de mener campagne pour sa réhabilitation dans la revue de Jean Barois «Le Semeur ». (1) Editions Gallimard. A Auteuil, un matin de juillet 1897. Le cabinet de Luce. La chaleur matinale d'un beau jour; l'air tremble dans les fenêtres ouvertes ; entre les rideaux de percale blanche, l'éblouissement de la verdure ensoleillée, où piaillent les moineaux et les enfants. Barois, assis, attentif et silencieux. Luce à son bureau, les mains sur le bord de la table, le buste en arrière, mais la tête légèrement penchée, comme si le poids du crâne l'entraînait en avant; dans l'ombre du front, ses yeux de visionnaire levés vers Barois. LUCE (d'une voix contenue). - « Vous comprenez, Barois, que je ne prononce pas des mots si graves sans que ma conviction soit absolue. Quand vous êtes venu, il y a huit mois, et que vous m'avez envoyé Bernard Lazare, je sentais déjà combien l'affaire était dangereuse. Je connaissais, depuis l'article de L'Eclair, l'hypothèse d'un dossier secret ... » (Aprement). « Mais je . me refusais à y croire! Les avertissements précis de Lazare m'ont fait peur. J'ai voulu savoir». (Douloureusement). « Je sais ». Un temps. (Elevant la voix). « Il y a huit mois, je n'osais pas supposer que de~ juges militaires, conscients de leur responsabilite, eussent pu accepter, dans leurs débats, l'intervention de leur propre ministre ; encore moins la production par lui de pièces secrètes à l'insu de l'accusé et de son défenseur ». « Depuis, mon pauvre Barois, j'en ai appris bien davantage ... J'ai appris, non seulement nu'il y avait eu un dossier secret, volontairement caché à la défense par les juges du conseil de guerre ; mais de plus, que ce dossier ne contenait même pas cette révélation indubitable qui, sans pouvoir servir d'excuse à .la faute judiciaire, eût, du moins, soulagé nos consciences! Qu'il ne contenait aucun document grave contre l'accusé, rien d'autre que des présomptions, faciles à interpréter, soit pour, soit contre lui! » D'un battement sec des dOigts sur le bois de la table, ses mains ponctuent l'affirmation. (Gravement). « Je vous jure que ceci est la vérité». Barois n'a pas tressailli. Les jambes écartées, les mains sur les genoux, il écoute. Sur son visage énergique, dans son regard ardent, une curiosité passionnée, mais aucune s1,lrprise. LUCE (posant la main sur une liasse sanglée). - « Je ne peux pas vous raconter par le menu l'enquête que j'ai faite. Voilà huit mois que je ne me suis pas occupé d'autre chose ». (Bref sourire). « Vous le savez, puisque je n'ai même pas pu réguliérement donner au Semeur cet article hebdomadaire que je vous avais promis ... » « Mon mandat de sénateur et d'anciennes camaraderies, m'ont nermis de pénétrer partout, de contrôler moimême toutes mes informations. Lazare m'a procuré une photographie des pièces les plus importantes. J'ai pu les examiner, seul, au calme, sur ce bureau. J 'ai fait faire, par surcroît, des expertises d'écritures par les meilleurs spécialistes d'Europe ». (Palpant un dossier) . « Tout ça est là. Je con· nais maintenant l'affaire à fond ». (Pesant ses mots). « Et il ne me reste plus de doute ... , plus un seul ! ». BAROIS (se levant). - « Il faut qu'on le sache ! Il faut le dire ! Au ministère, d'abord». Luce reste un instant silencieux. Puis il fixe Barois: un bon sourire doux et triste, qui se perd dans sa barbe. Il se penche, expansif. LUCE. - « Lundi dernier - à cette heure-ci, tenez - j'étais au Ministère de la guerre, face, à face avec un vieux camarade, un officier, qui est aujourd'hUi tout-puissant à l'étatmajor. « Je ne l'avais pas revu depuis environ deux ans. Il m'avait accueilli par une explosion d'amitié. Au seul nom de Dreyfus, il s'est dressé, aigre et violent, me coupant la parole, refusant la discussion, se démenant comme si j'étais venu lui chercher une querelle personnelle. J'ai été péniblement impressionné ; mais je vena., is pour parler, et j'ai dit tout ce que je voulais dire, tout ce que j'avais patiemment recueilli, vérifié, tout ce dont j'étais sûr. Il marchait à travers son cabinet, les bras croisés, faisant craquer le vernis de ses bottes, mais u ge paclage "ad denlimenl~ ... n ~---- _Jw..~ h~ h- ~d. Cette lettre de Roger Martin du Gard a été adressée le 4 mai de l'an dernier à « Droit et Liberté» qui lui demandait un article à l'occasion de la 9' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la pai'X. Monsieur Luce silencieux, désarmé par la précision de mes renseignements. Enfin, il est revenu s'asseoir, et, le plus calmement qu'il a pu, il m'a posé des questions sur l'état de l'opinion au Sénat, dans le monde des savants, des professeurs, autour de moi. Il avait l'air d'hésiter encore, de vouloir dénombrer ses adversaires avant de prendre un parti. Je lui ai saisi la main, je l'ai supplié, au nom de notre amitié, au nom de la justice ~ « Il est temps encore... Le scandale est imminent, mais il n'a pas éclaté. Vous pouvez le conjurer en prenant les devants : que l'initiative de la révision vienne de l'armée, et tout est sauvé. On a le droit de se tromper, mais il faut savoir reconnaître librement son erreur, et la réparer ... ». Je me heurtais à un silence vaguement inquiet, mais têtu, glacial. Brusquement, il s'est 1,,'; il a mis un tiers entre nous; et il m'a congédié poliment, sans un mot d'éclaircissement ni d'espoir ... » Son visage se crispe. Un temps. LUCE. - « Alors, Barois, je suis revenu, tout doucement, à pied, en suipar Roger MARTIN DU GARD vant la Seine». (Avec angoisse). « Et, pendant un long ~om~nt, ";10n. cher, je me suis demande ... , SI ce n était pas lui qui avait raison ... » . Barois ébauche un geste de surpnse. LUCE (levant la main, et la laissant retomber avec découragement). - « J'ai si nettement entrevu ce que sera cette affaire, du jour où notre doute sur la culpabilité de Dreyfus sera publiC ! » BAROIS (vivement). - « Ce sera sa réhabilitation ! ». LUCE. - « Soit. Mais ne nous leurrons pas. Ce sera autre chose encore, autre chose surtout». (Avec lourdeur). « Ce sera, mon ami, la lutte acharnée, et peut-être, en un sens, criminelle ! ... » BAR OIS (violemment). - « Oh ! comment pouvez-vous ? ... » LUCE (interrompant). - « Ecoutezmoi... Si Dreyfus est innoncent, ce qui est certain ... » (~crupuleux) «---:ou à peu près certam... - sur nUl retombe la faute? Oui vient prendre sa place d'accusé? C'est l'état-major de l'armée française». BAROIS. - « Eh bien?». LUCE. - « Et derrière l'état-major, c'est le gouvernement actuel de l~ République, c'est-à-dire l'ordr:e éta~l1, auquel nous devons notre VIe nationale depuiS vingt-cinq ans ... » Barois se tait. Un temps. LUCE. - « Je n'oublierai jamais, Barois. ce retour le long des quais ... Devant moi, ce dilemne terrible : connaître la vérité et fermer les yeux ; se résigner au respect d'un jugement inique, parce qu'il a été rendu, solennellement, par l'armée et par le gouvernement, avec - il faut bien le dire - l'apprObation passionnée de l'opinion; ou bien attaquer, preuves en mains, l'erreur judiciaire, déchaîner le scandale. et, délibérément, comme un révolutionnaire. assaillir de front cet ensembl ~ sacré : l'ordre constitué de la nation!» Barois médite quelques secondes; puis, avec un brusque sursaut des épaules: BAROIS. - « Il n'y a pas à hésiter! » LUCE (avec simplicité). - « J'ai hésité cependant. Je n'ai pas pu faire si vite bon marché de cette paix relative dans laquelle nous vivons depuis tant d'années ». (Regardant Barois avec attention). « Je comprends votre révolte. qui ne prend rien autre en considération que la justice. Pourtant, laissez-moi vous le dire, Barois, nos attitudes ne peuvent pas être tout à fait les mêmes' dans votre ardeur ~ prendre parti: il y a... comme -un sentiment privé ... Je ne crois pas me tromper ... Il y a comme une satisfaction personnelle comme une revanche enfin ... » BAROIS (souriant). - « C'est vrai, vous avez raison ... Oui, j'ai eu plaisir à me placer ouvertement de l'autre côté de la barricade ... » (Sérieux). « Car il n'y a pas de doute, notre adversaire d'aujourd'hui, c'est bien mon adversaire d'autrefois: la routine, l'autocratisme, l'indifférence pour tout ce qui est élevé et sincère ! Ah, vraie ou illusoire, que notre conviction est plus belle ! » LUCE. - « Je vous comprends bien. Mais ne me reprochez pas d'hésiter, au moment où il va falloir exposer tant de laideurs aux yeux de tous, aux yeux des étrangers ... » Barois ne répond pas: son regard et son sourire semblent dire: « Je vous admire de toute mon âme; que parlez-vous de reproche ? ... » LUCE (sans lever la tête). - « Cette semaine, Barois, j'ai passé par une crise de conscience terrible... J'ai été ballotté entre mille sentiments contraires ... » (Douloureusement). « Jusqu'à me laisser émouvoir par mon intérêt propre ... Oui, mon cher, j'ai fait le compte de ce que je risque, comme individu, si je parle, si j'attache ce monstrueux grelot, et j'ai eu un vilain frisson ... » BAROIS. - « Vous exagérez». LUCE. - « Non. Il y a beaucoup de chances, vu l'état de l'opinion, pour qu'en quelques mois, je sois irrémédiablement coulé. J'ai neuf enfants, mon ami ... » Barois ,ne proteste nlus. LUCE. - « Vous vovez, vous êtes de mon avis ... » (D'une voix chaude). « Et pourtant, les circonstances sont telles que je ne veux pas me dérober sans faillir à la direction même de ma vie. J'ai aimé la vérité par-dessus tout, et avec elle la justice, oui en est la réalisation pratique. J'ai toujours eu cette conviction, cent fois contrôlée par les faits, que le devoir indiscutable est le seul bonheur nui ne décoive pas. c'est de tendre vers la vérité de toutes ses forces, et d'l conformer aveuglément sa conduite: tôt ou tard malgré les apparences, on s'apercoit que c'était la bonne voie». (Lentement). « Il faut que chacun de nous consente à sa vie: et la mienne m'interdit de me taire. Ah, jamais je n'ai si clairement compris que. si le travail de tous permet à quelques-uns de vivre dan" le recueillement. et si ces efforts solitaires sont nécessaires puisque, bout à bout, ils forment le progrès, en revanche, ce privilège ne va pas sans créer des obligations intransgress;bles ! Il faut les reconnaître, lorsqu'elles se présentent

en voici une !»

Barois apnrouve d'une simple inclinaison de tête. Luce se lève. LUCE. - « Je ne veux pas me poser en redresseur de torts. Je veux seulement que mon cri d'alarme avertisse le gouvernement, et provoque dans l'opinion un revirement de conscience qui s'impose. Après quoi. je suis resolu à livrer mon enquête telle quelle. comme un outil de travl'l il. et h m'effacer. Vous me comprenez?» (Avec une expression de souffrance réelle). « Simplement rejeter ce doute qui m'étouffe !» « Si Dreyfus est coupable - et je le souhaite encore de toutes mes forces - qu'on le prouve nar des df\h~ts puhlics : nous n01lS inclinerons. Mais, avant tout. que l'on dissipe cet air irrespirable !» Il s'avance pesamment jusqu'à la fenêtre ouverte. et baigne son regard dans les fraîcheurs vertes du jardin. Quelques instants passent. Il se retourne vers Barois. comme s'il se ROUvenait tout à coun du but de sa convocation

et. familièrement. il lui met

ses cieux mains sur les ép~ules. LUCE. - « Barois, j'ai bp.Roin d'un or~ane où lancer cet appel à la lovl'l.uté ... ~Consentiriez-volls à jetr votre Semeur nans la mêlée?» Une telle fierté re!pve le vis:'! p'e de Barois, que Lucp. "P. h âte dl'! parler. LUCE. - ( Non. non. écolltl'!z-moi, mon ami. Il faut ' réflf\chir. Voilà deux ans oue. pour créer cette rp.Vllp.. VOllS vou: p.tes don né. Sl'l·n: re:t.rict.;on. Votre Semeur est en plein é1~n. Eh bien. s'il devient mon nort.e-vn;x. tont. est comuromis: C'p.st. la faillite probable de tous vos efforts ... » Barois s'est dl'p.ssé. tron bouleverii;é pour rénondre. Une joie soudaine, un orp'ueil immense ... Ils se regarnp.nt. Lnce a comnl'is. Autour d'eux. l'atmosnhère s'alollrrlit. D~ns lp. silp.nce où b~t. leur nn11hle coeur. ils ouvrent les bras et s'étreignent. C'est le commencement des exaltations surhumaines ...

Notes

<references />