Droit et Liberté n°382 - juillet-août 1979

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°382 de Juillet/aout 1979
    • Editorial: l'arme de l'amitié par Albert Levy
    • Le chant des peuples
      • Un pont entre les cultures entretien avec Xenakis recueilli par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
      • Le peuple du jazz par Robert Pac
      • La voix des hommes par Marc Mangin
      • Naissance d'une tradition musicale (sur la chanson populaire yiddish) pat Pierre Taguiev
    • Le rendez-vous de la paix (festival international de folklore à Confolens en charente) par Georges Chatain
    • Lois anti-immigrés; une nouvelle résistance pat Théo Saint-Jean
    • Racisme: vers un été chaud
    • D.O.M. "retournez dans votre brousse"
    • T.O.M. lois scélérates

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• 2 piedssen~!~!~ du confort et de /ë/égance Choix unique en chevreau en sports et en bottes (l"r) 5, rue du Louvre (Métro Louvre) (g") Gare Saint-Lazare - 81, rue SainHuare (MO St-Lazare - Trinité) (6") Rive gauche - 85, rue de Sèvfils (Métro Sèvres-Babylone) (10") Gare de l'Est - 53, Bd de Strasbourg (Métro ChAteau d'Ea.u) Magasins ouverts tous les lundis. Futures mamans, jeunes mamans 2 bonnes adresses 15, rue Charles-de-Gaulle - ROA~NE Hypermarché Record, Mably la nursery FABRIQUE DE BONNETERIE lI~e 'C:ricot Q1I7 Il " "ClOU 13, rue Charles- Louis-Picaud 42300 ROANNE Tél. : (77) 71.96.47 prévenir vaut mieux que guérir Maisons recommandées Milamail, Fabrique de Lingerie, femmes et enfants 7 rue Lebrun 69004 Lyon - Au Fin Bonbon - 36, rue Lebour - 93100 Montreuil - Sté Gilari - 33, rue Romarin - 69001 Lyon - Royal Tiss - 5, rue Saint-Polycarpe - 69001 Lyon - Amarante - 21 rue Tronchet - 75008 Paris . - Sorepco - 43, bd Malesherbes - 75009 Paris - Ste. Pascal - 14 et 27, rue Romarin - 69001 Lyon • au sommaire • le chant des peuples. un pont entre les cultures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. p. 6 un entretien avec xénakis le peuple du jazz .. . . ... ..... . p. 7 par robert pac à l'écoute des hommes . ..... . p. 9 par marc mangin naissance d'une tradition musicale .... . ." . .. . ... . ... . . . p. 10 par pierre tagU/ev • festival de confolens. le rendez-vous de la paix par georges chatain p. 14 le programme du festival ..... p. 16 • l'événement. lois anti-immigrés une nouvelle résistance ... . .. p. 20 par théo saint-jean et nos rubriques habituelles la couverture est de jean-yves treiber droit et liberté mensuel 120 rue saint-denis, 75002 paris - téléphone 233.09.57 - c .C.p. 9239-81 paris. directeur de la publication rédacteur en chef albert lévy Jea n -louIs sagot duvauroux comité de rédaction Jean ' Plerre glovenco Jacques barou . mlreille carrère . philippe Jarreau. patri ck kamenka. téllx lamlb~r~ rac ine malga. marc mangln. stéphane mayreste. robert pac. yves person, phi ,~p . porret, viviane rosen , théo saint -Jean, macoumba samb, yves thora val . Jean -yves trelber, sllmane zéghidour. al:G' n~ments un an 50 F soutien 100 F etranger 75 F, publicité au siège du Jour· rai - • courrier • 1 'enfant blessé Je suis né dans un pays de soleil, j'ai les cheveux frisés et le teint basané je pourrais " passer " pour un espagnol, un Mexicain, un Argentin, non! Je suis Français de souche algérienne, et le nom que je p orte ne plaÎt /Jas à tous 1 Mon père a émigré dans cette " douce France " dans le Nord ce plat pays qu 'a si bien chanté Brel. Ce plat pays, j'y ai passé mon enfance.. le petit émigré, moi ... j'y ai p assé mon enfance, y al fait mes premières années, mes premières larmes, j'y ai gagné mon étoile, ni rose, ni celle de DaVid, le pettt bicot 1 AÎné de quatorze enfants, en France on a le droit p eut être plus maintenant au Prix Cognac, pour certains nous somnles des lapins 1 Fort heureusement aujourd'hui nous avons gagné nos galons de citoyens français 1 Un de mes frères a 13 ans, l'âge où les scientifiques font des " pages " sur l'OEdipe, mais ici l'OEdipe n 'est pas rOI; mais martyr 1 Ce dimanche là, rendant visite à mes parents, à Lille, j'ai ressenti une autre souffrance que celles déjà connues 1 Le visage de mon jeune frère, tuméfié, hagard, ce n 'est pas la haine qui m'envahlt alors, mais la honte, la honte pour l'homme, d 'être, de faire partie de cette humanité. Un sentiment de révolte que je ne pouvais maÎtriser " il le fallait pour avoir le courage d 'être, d'agir 1 Comment? Ce commerçant qui, sur une présomption de vol, avait frappé le petit bicot. Ah 1 Les mères senSIbles, les pères fiers de leurs progénitures, qu 'auriezvous fait? J'ai pris le courage d'aller trouver les représentants de la LO/; la loi des hommes dit civilisés ... L'irome mise à part il me fallait dire que je réclamais justice. Ouftlle justice? Ces fonctionnaires forts de leurs pouvoir ? .. Oui pourra réparer cet enfant blessé? Les . hématomes disparaÎtront bien sûr ... mais qUI peut dire ce qu'il restera dans l'homme de demain? Tant que des hommes acceptent çà il y aura toujours le fascisme 1 Mohamed BENOTMANE 93 Aubervilliers noi rs et esclaves en bretagne en 1777 A votre connaissance, une étude sérieuse - j'entends par là : solide"!ent document~e, et aboutissant à une synthese - a·t elle ete faite sur le destin des quelques Noirs intro duits en France au cours du xv///e siècle? S'en trouva-t -il parmi eux qui réussirent à faire souche: Dans l'affirmative, a·t -on pu suivre la course sociale de leur descendance, métissée ou non, jusqu 'à nos jours? j'ai rencontré incidemment ce problème, qui ne me paraÎt pas mineur, à /"o ccasion d'autres recherches, plus générales, dans les archives. Je me fais un plaisir et un devoir de vous communiquer mes quelques trouvailles sur ce point particulier. On ne . saurait les considérer que comme un rapide droit et liberté. na 382 • juillet-août 1979 coup de sonde ... peut-être une base de départ. Il faudrait les intégrer dans un ensemble plus vaste, englobant tous les ports : Dunkerque, Le Havre, Nantes, La Rochelle, . Bordeaux, Marseille, etc .. . sans doute aussI Versailles et Paris. Le 26 août 1748, en /"église St-Martin à Josselin, petite ville au coeur de la Bretagne~ Jacques-Louis Elie (c 'est son nom) de La Pomaudaie (c 'est le nom d'une selgneuoe ac quise par cette famille de robins, qui n 'ac· cède pas pour autant à la noblesse) est pa · rain d'" un naigre de Boston en Amérique, . nommé Samuel Stide, auquel on a imposé le nom de Jacques Aimé, après avoir adjuré toutes les hérésies des sectes qu'il a fré quentées ». (Archives municipales de Jossf!.- . lin, registre BMS;' Un mOIs et demi plus tot cet Elie avait donné à l'un de ses fils le prénom de Charlemagne : la bourgeoisie des Lumières n'était pas loin de voir dans le convertisseur des Saxons un précurseur des Philosophes, un " despote éclairé » 1 Un autre fils du même Elie sera député (girondin) du Morbihan à la Législative, puis déchristianisateur assez virulent en l'An Deux ... Ce qUI ne l'empêchera pas de finir, sous la Restauration, dans la peau d'un Conseiller à la Cour Royale de Rennes 1 On trouve dans les fonds de l'Intendance aux Archives d'///e-et - Villaine, en C1438, un '" Etat des Noirs esclaves » pour la Généralité de Bretagne en 1777. Principales données : On en compte 20 à St Malo. Mahon 45 ans, fut " pris dans un corsaire anglais en 1757 ", c'est-à-dire 20 ans plus tôt : il est " matelot » et a épousé Isabelle, même âge, pareillement enlevée aux Anglais en 1762 et qui est " gouvernante de maison ". Jac ques Roland et Zerbine, 48 et 30 ans, sont venus de Saint-Dominique " avec leur maÎtresse qui était très malade », Manuel, 35 ans, est " interprète pour la traIte », le faux-frère 1 A Lorient ils sont une trentaine, plus quelques mulâtres et mulâtresses. Pierre Thomas, 50 ans, " acheté dans l'Inde » à /" âge de 4 ans, a été affranchi et s'est " marié à une Blanche ", dont" a plUSIeurs enfants. Charité, 17 ans, achetée à Madagascar l'année précédente " a une négriette ». A Brest il y en a une vingtaine. Jean Pierre Sénateur, 27 ans, est " libre et marié », ce qui est défendu. Joséphine, .13 ans. est " apprentie coiffeuse » et Toussaint Sancho, même âge, " apprentI CUISlmer ». Au Faon (Finistère), Thérèse et Françoise sont coiffeuse et couturière " en la forêt royale », chez un commissaire de la marine, qui " les tient de ses père et mère ». On en trouve 3 à Landerneau, 4 à Tré guier, 2 à Paimpol, 3 à Vannes, 2 à Dinan, 1 à Quimper, Bourgneu( Lannion Chateaubriant Hennebont Concarneau, Guérande (elle a 28 ans et s'appelle " Laide » Il Paim boeu( Rhuys. Dans la même liasse C 1438, une lettre d'un avocat et procureur du roi de l'Amirauté de Brest à l'Intendant de Bretagne, 14 mars 1777 : " ... Vous verrez, Monseigneur, par /"état que je vous joins à la présente, des abus que l'on ne devrait point tolérer en France : 1. L'union de ces nègres avec n os Blanches .. . ». L'Etat en question ne porte pas sur Nantes. Je n 'ai pas besoin de vous souligner quelle résonance contemporaine peut pren · dre une interrogation sur tous ces destinS. Paul HERPE 35800 Dinard à propos de judéobolchevisme En lisant l'entretien d'Alfred Grant dans " Droit et Liberté » du mois de Mai j'y ai trouvé des affirmations qui méritent une mise au point : 1. " Au début de l'année de 1942, indiquet -i( on procédait aux premiers internements et premières déportations. les discrimina tions contre les juifs se généralisaient ». Or, c'est en 1941 que se situent les fusil · lés de Chateaubriant les 5000 internés de Beaune-la -Rolande et de Pithiviers, les ra fles sporadiques du mois d'août les otages fusillés le 15 décembre à Drancy. 2. Un peu plus loin : " La Gerbe », un quotidien lu par les élites et les bourgeOIs s'atta chait à les présenter (les juifs) comme de dangereux révolutionnaires de dangereux bolchéviques d'où l'expressIOn qUI faIt r ecette

le " judéo -bolchevisme ».

Je voudrais souligner que ce vocable (à moins que quelqu'un puisse prouver le contraire) a une origine plus lointaine ... Il est né en Pologne peu après la Révolution d'Octobre 1917. Pulsudski s'en est largement servi pendant la guerre de 1919-20. Les juifs furent envoyés dans le camp de concentration de Jablonka. La Pologne de vança Hitler. Tous les journaux bien pensants de l'épo que s'en servirent et toute une série de livres " historiques », dont celui d'Ivan Kalita (ou Kality) consacré au " Tsar Rouge » (Trostky) s'efforçèrent de montrer que la ré volution bolchévique fut /"oeuvre de juifs. Le corps expéditionnaire français sous les ordres du général Haller en coupant à la. , baionnette la barbe aux Juifs, reprocherent a leurs victimes d'être des " judéo -bolcheviks ». La Pologne fut le berceau aussi bien de ce slogan que des camps de concentratIOn pour juifs. Jacques ZABANNY-CUKIERMAN Paris 12e ségrégation raciale en mauritanie Tout d'abord, permettez-moi de vous adresser mes salutations dans le cadre de votre lutte. Epris de justice, de liberté et d'é· galité, je me sens concerné par la défense de toutes les catégories d'êtres humains . frappées par /"injustice en raison de leur 00- ~e . Je suis également concerné par le faIt que je suis originaire d'un pays où la ségrégatIOn raciale et l'injustice raciale sont palpables. L'existence du racisme en Mauotame est un fait que personne ne peut nier. Mais à l'échelle internationale et plus exactement en France, on préfère minimiser le racisme qui frappe plus de 50 % de la population de ce pays. . Arabiser par la force des hommes notrs qui ont leur culture. leur civilisation et leur histoire propre, c'est du racisme. Refuser aux populations noires de ce pays de transcrire leurs langues, de construire des centres culturels de civtlisation négro africaine et de créer des institutions linguis tiques char,qées d'étudier les lan,ques africaines autre que l'Arabe, c'est du racIsme. 3 • •• Nom _ ________ Prénom _______ _ Adresse _____________ _ ___ _ ______ ______________ Téll _________ Nom _________ Prénom ____ ~~ _ Adresse _______________________________ _ ________________ Tél _________ _ Nom _ _______ Prénom _ ___ __ Nom __________________________________ __ Adresse _ _ ______________ ___ Adresse--------------------------------- _ ______________ Tél _____ _ __________________________ Té 1 _________ ~ L '\.0'\).1') ~ ~ ~ ~~ t'a},) t'YY'-cM.Ô r cM) J. 'OJt~r, 0v\.t\W"~ ~ ~ ~TJe..J"fi~ ~ ~~ Cqv\r(\cM-r~ ~~\-dr~bzn.'re' Nom Prénom Nom Prénom Adresse Adresse Tél Tél Nom Prénom Nom Prénom Adresse Adresse Tél Tél Nom Prénom Nom Prénom Adresse Adresse Tél Tél ef /";)~ ~ ~'~ ~ cA' ~ );)~\O'JI ~ ~ cM.JeA a.u.. NV\"O-{'-, ~ '\)O'U.O 0v'-M ... (A renvoyer à droit et liberté - 120 rue Saint-Denis 75002 Paris - CCP 9239-81 Paris. Si vous désirez régler votre carte d'adhérent au mrap pour 1979, (prix indicatif 50 Frs), faites -le à la même adresse, mrap, CCP 14-825-85 Pans). 4 Les noirs constituent plus de 50 % de la population mauritanienne, mais ils sont très minoritaires dans les organes politique[; et gouvernementaux, c'est du racisme. En Mauritanie pour être bien vu par le pouvoir étatique pro-arabe, il faut être un Arabe ou avoir au moms des ongmes arabes. Le racisme, c'est la négation culturelle d'une population de race donnée, c'est le re fus de reconnaÎtre la différence de civilisa tion et de culture. Le racisme c'est de vou loir à tout prix assimiler un homme d'une autre culture. Ce qui se passe en Mauritanie, c'est du racisme pur et simple: 1. dans les écoles primaires, secondaires et supérieures, les jeunes noirs passent tout leur temps à protester et à revendiquer leur identité. Les exemples sont les suivants: les évènements de 1966 avec plusieurs morts .. les évènements de 1970 (pas de morts mais des blessés) .. les évènements du 7 mai à Nouakchott où plusieurs jeunes noirs ont été blessés gravement et transférés à l'hôpital. (cf. «Le Monde ", 9 mai 1979). 2. Dans les familles noires, personne ne parle arabe, de ce fait. les noirs ne peuvent plus travailler dans certains secteurs du pays. _ 3. Dans l'armée, seuls les arabisés ont des grades élevés. Je ne m'adresse pas à vous pour des motifs politiques ou idéologiques, mais des raisons humaines me poussent à vous exposer ce drame. Je fais appel à votre lucidité pour juger cette situation indigne de notre siècle. La lutte contre le racisme en Mauritanie entre dans le cadre général de la lutte contre la dégradation des droits de l'homme. L'esclavage qui frappe le Maure noir en Mauritanie n'est pas un esclavage à visage humain. Les noirs réclament dans cette partie du monde leur dignité humaine et le res pect de leur personnalité culturelle et lin guistique. En France, on veut minimiser ce fléau et on ne parle que de tensions ethniques en Mauritanie, là où on devrait crier halte au racisme. Tout en espérant à votre esprit lucide de combattant anti-raciste, je vous prie, chers Messieurs, de bien vouloir agréer mes sentiments les plus respectueux et ma plus haute considération. Mamadou NIANG 1310U Aix-en-Provence esclavage Minerai noir, minerai d'hommes, minerai de chair et de sang .. Blancs, étiez-vous donc si puissants pour faire des bêtes de somme de vos frères aux bois chassant? Minerai de sueur et d'âme dont vous tiriez l'affreux métal du profit, du grand capital où meurt toute divine flamme et tout avenir idéal Vous les meniez outre-Atlantique sur des vaisseaux d'outre -vertu, bafouant l'amour, l'absolu, et gréé par vous, les cyniques, un bateau s'appelait Jésus! Minerai noir gorgé de larmes, minerai de crufixion ... 0 blancs, vous profaniez le nom de celui qui n 'avait comme arme qu'un constant regard de pardon .. vous, le métal de trahison! Jacqueline DELPY droit et liberté. nO 382 • juillet-août 1979 • éditorial • l'amiti , Parce que l 'été est la saison des festivals, une notable partie de ce numéro est consacrée au « chant des peuples», témoin de leurs cultures et de leurs identi tés multiples, en même temps que moyen irremplaçable de compréhension réciproque, de rapprochement et d'amitié. Le Festival de Confolens, en Charente, auquel nous avons choisi d'être présents, nous a paru le plus significatif de cette double mission de la musique et de la danse. La rencontre et la découverte de l'Autre, de celui qui diffère de nous, c'est très exactement le contraire du racisme. Car le racisme isole, rejette, opprime en refusant la différence et les enrichissements qu'elle prodigue; il tient pour méprisables, il situe hors de la loi commune, hors de l'humanité pensante et sensible, les être'" humains dont l'apparence physique, les traditions, les habitudes sociales ne correspondent pas aux- canons d'un groupe déterminé ; il mutile affreusement ceux-là mêmes qui croient en tirer gloire et profit. Mais le Folklore, art qui allie plus que tous peut-être l'expression collective et la communication, préfigure ce que devrait être un monde véritablement civilisé . Pour un Mouvement tel que le mrap, la lutte contre le racisme passe, ô combien, par la riposte immédiate à chacune de ses manifestations, par le recours à la Loi et la mobilisation des foules, par l'affirmation obstinée de la vérité contre toutes les formes de préjugés. Cependant, rien qui puisse favoriser l'amitié entre les peuples ne doit être négligé pour dénouer les hostilités passionnelles, ouvrir les esprits et les coeurs, briser les mythes sur lesquels se fondent les divisions toujours entretenues et exploitées à des fins de domination. Mieux se connaître, s'apprécier, être bien ensemble, c'est ôter aux fomentateurs de haine et de violence les conditions indispensables à leurs entreprises funestes. Dans la dernière période, le mrap, confronté à une poussée inquiétante de racisme' que la crise alimente, doit réagir avec une fréquence et une vigueur sans précédent depuis 30 ans qu'il existe, pour parer les coups portés aux droits des gens et à la dignité humaine. Agressions meurtrières contre les immigrés, sanglants attentats anti -juifs, discriminations, campagnes calomnieuses, provocations au crime, développement d'un véritable racisme d'Etat appuyant par des propos officiels tendancieux et des lois iniques la mise à l'index des immigrés et de leurs familles cyniquement désignés comme les responsables de tous les maux de notre société: voilà le quotidien amer qui nous assaille . Que penser du battage orchestré en haut-lieu sur le drame des réfugiés indochinois, drainant la légitime émotion de l'opinion, quand, simultanément, les pouvoirs publics jettent brutalement à la rue ou au-delà des frontières des milliers de travai eurs démunis, coupables d'être étrangers et d'avoir défendu leur dignité? Le « chant des peuples » ne saurait être une diversion à nos préoccupations actuelles et à nos luttes. C'est une arme de plus pour vaincre un mal que d'aucuns croyaient à jamais cantonné loin de nous, et qui, aujourd 'hui , s'étend dangereusement sur la France . Merci à ceux qui contribuent par leur talent et par leur foi en l'homme, à faire reculer ce mal, dont les victimes sont également ceux qui le subissent et ceux qui le répandent. Puissent leurs accents mêlés, l'harmonie de leurs gestes, faire mieux apparaître l 'horreur et la vanité de tous les racismes, et susciter des forces nouvelles, de nouvelles volontés pour le combat que nous menons. Albert LEVY. 5 .Ie chant des peuples. un pont entre les cultures un entretien avec xénakis Ecouter la musique des" autres », c'est aussi féconder la sienne propre, lui donner la capacité de casser les corsets qui l'enserrent, la faire évoluer vers des formes toujours plus universelles. C'est ce qu'explique, dans droit et liberté, le grand compositeur d'" avantgarde » lannis Xénakis. Question : On pourrait définir la musique comme du " bruit organisé », mais bien souvent, d'un monde culturel à un autre, il est difficile d'entendre autre chose que le " bruit ». La musique ne serait donc pas un " langage universel » ? Xénakis . Au Xlxe siècle, lorsque, pour la première fois, le grand musicien français Berlioz a entendu de la musique chinoise, il en tira la conclusion qu'on ne pouvait appeler "musique» quelque chose d'aussi laid . Deux ou trois génératIOns plus tard, Debussy, écoutant de la musique extrême-orientale émettait une appréciation radicalement différente, en venait à penser que c'était ça, la musique, que nous étions des nains par rappbrt à ce qu'il entendait. Berlioz était en plein système tonal. Rien ne pouvait lui permettre de penser qu'il pourrait y avoir une autre manière d'appréhender le monde sonore et de l'organiser. Debussy, lui, avait eu la chance d'entrer en contact, en intellectuel ouvert, avec ces civilisations. Plusieurs expositions universelles avaient eu lieu. Il découvrait la musique des autres comme une création leur appartenant, et donc comme ayant quelque chose en commun avec son propre travail. D'une manière générale, lorsque l'on s'est habitué à un univers de forme, il est difficile d'en accepter d'autres. Ceci joue dans l'espace, mais aussi dans le temps, avec la musique d'avant-garde, par exemple. Cette incapacité à accepter l'autre culture a souvent mis l'être humain dans une situation d'échec intellectuel formidable. Qu'on se souvienne de la destruction, par les Espagnols, des cultures précolombiennes dans ce qui est aUJourd'hui l'Amérique Latine. Les Européens, du fait qu'ils sont le plui;souvent entrés en contact avec d'autres civilisations par la guerre de conquête, ont créé, sur la base du mépris 6 du vaincu, un véritable racisme culturel en refoulant, par principe, les créations des peuples qu'ils asservissaient. Question: Néanmoins, à l'heure actuelle, les contacts entre les peuples se développent de façon féconde, même s'ils restent encombrés de lourdeurs historiques, En musique, comment cela se passe-t-il? Xénakis : La musique asiatique, qui a maintenant un peu pénétré en France, est un exemple significatif. On peut dire que c'est la guerre du, Viet-Nam qui est la cause directe de ces contacts de civilisation, et qu'elle a plus fait, de ce point de vue, que la conquête des Indes par les Brilannis Xénakis tanniques ou la résistance de Gandhi. Devant la défaite américaine au VietNam, beaucoup, et le3 jeu nes surtout, se sontdemandés: maisquesepasse-t-il en Asie, serions-nous défaits par des gens supposés racialement ou culturellement inférieurs? A San-Francisco età Los-Angeles se développa le grand mouvement de la jeunesse avec de multiples composantes, refus d'aller se battre, drogue, phénomène "hippie» et aussi, intérêt pour les cultures asiatiques. On a pris le vêtement de la victime pour se fa ire pardonner. Le vêtement de la victime, c'était aussi sa musique. Les Américains étaient vaincus militairement mais également, en partie, par les cultures asiatiques. Et cela, ça a pénétré très profondément dans le peuple et ça a pu rejaillir jusqu'en Europe. Question: En lien avec ces phénomènes historiques de masse, il y a la création musicale elle-même? Peut-on dire, notamment, que la révolution musicale qui a fait sortir la musique européenne de l'univers tonal ait bénéficié d'un regard nouveau sur les musiques étrangères, et notamment asiatiques, de la même manière qu'en peinture, le cubisme a bénéficié de l'intérêt porté par les artistes du début du siècle à l'art nègre? Xénakis : En se dégageant du système tonal avec la musique sérielle, la musique polytonale, les musiques bruitistes, puis ensuite avec l 'a ide de la technologie du magnétophone, le monde musical européen a pu prendre une plus grande indépendance par rapport aux systèmes rigides. Les contacts entre civilisations, surtout depuis la seconde guerre mondiale, ont pu, de ce fait, profondément enrichir notre musique. Je suis persuadé que de nombreux éléments de la musique de Bali, de la musique Javanaise, qui lui est très proche, ou de la musique japonaise ont influencé un très grand nombre de compositeurs dans le monde entier. Ils se sont trouvés tout à coup très sensibles à une musique qui aurait paru autrefois tout à fait lointaine, étrange, étrangère, pleine d'erreurs, je veux dire pleine de péchés, de péchés artistiques! Dans cette formidable évolution de la musique à laquelle nous avons participé et qui dure maintenant depuis près d'un siècle, un des aspects fondamentaux est ce rétrécissement de l'écorce terrestre qui a permis d 'entrer en contact avec les cultures sonores d'autres peuples, contacts qui doivent peu aux institutions comme la radio ou la télévision mais qui ont plutôt le résultat de voyages individuels, au hasard, bien souvent, et qui ont tout de même permis une communauté nouvelle entre compositeurs d'origines ~ extrêmement diverses. VI CI) Lf .o.. o ~ Cl. Question: Et pour vousmême, comment s'est faite la rencontre avec le péché? Xénakis : Pour moi, il n'y avait pas de péché. Il me semblait tout à fait évident qu'il s'agissait d 'un élargissement, que je me trouvais devant une multitude de fo~mulations de la civilisation sonore. A cause de mes liens originels avec la Grèce et la Roumanie, où la tradition musicale est beaucoup plus forte qu 'en Occident, de la variété des musiques qui tirent leurs racines de cette région du monde, je me trouvais dans un univers sonore très ancien, qui tirait ses fondements de l 'antiquité relayée de multiples façons par les Arabes, par de nombreux peuples du bassin méditerranéen. Ce domaine musical, quoique très varié, très étendu, très morcelé, possède une communauté d'esprit, d'atmosphère. A partir de là, la rencontre avec la musique japonaise et la musique du sud-est asiatique me surprit d'abord par la différence. Mais cette différence n'était pas ennemie, elle était amie. Je fus tcut de suite envoûté par cette musique. Le premier mouvement d'un artiste envoûté par quelque chose, c'est de tenter de le reproduire, de le copier, c'est l'imitation parce que l'homme est un singe! Mais si c'est un homme honnête, il se dit : je n'ai pas IEl droit de copier. Par contre, je peux tenter' d 'étudier et de connaître ce qu'il ya là de fondamental; ce qu ' il ya de commun avec ce que je sais, ce que je fais. Travail de musicologue qui amène à penser l'évolution de la musique sous le plus grand nombre d'aspects possibles, travail de formalisation que permet l'appareil de la science moderne et les modèles extraordinaires de construction fournis par' les mathématiques, la physique ou la génétique. Peu à peu, on essaye de dégager une abstraction des éléments communs à la musique du monde entier. Et peut-être arrive-t-on ainsi à toucherce qui rattache l'homme sous toutes ses formes, une sorte d'invariant de la valeur humaine? Voilà ce qui est fondamental! Je pense que la musique dite d'avantgarde jette des ponts entre les cultures à cause de cette largeur d'esprit et de cette obligation d'abstraction. Je ne dis pas que tous les musiciens pensent comme ça mais c'est une ligne de force remarquable q!le cette tendance à la planétarisation de la musique, cette abstraction progressive des idiomes ou des particularités qui peuvent alors, comme à travers des verres déformés, être reconnus par toutes sortes d'autres cultures. Question: Mais est-ce que ça n'est pas, une fois de plus, l'Europe qui récupère dans son cheminement culturel propre, les cultures étrangères? Xénakis : Je ne crois pas. Il s'agit d'une musique complètement éclatée, je veux dire une musique qui n'a plus de racines immédiates - bien sûr, il ya toujours des traînards, je ne parle pas pour ceux-là - mais c'est effectivement une musique qui n'a plus de racines immédiates dans le passé occidental. Ça sort aussi de là, mais comme une fleur nouvelle, multicolore, droit et liberté. nO 382 • juillet-août 1979 avec beaucoup de radicelles qui plongent dans les cultures des autres pays. Cette musique ne ressemble pas à la musique hindoue, à la musique chinoise, à la musique africaine, à la musique mexicaine, pas du tout; mais c'est une création nouvelle, nourrie de toutes ces traditions. Cette civilisation nouvelle de la musique sera planétaire à cause de sa caracté ristique fondamentale qui est de se défaire de ses passés respectifs . C'est un dégagement universel . Propos recueillis par Jean Louis SAGOT-DUVAUROUX le peuple du jazz Sonny Stitt dans une boite de nuit il la mode. La musique a toujours joué un rôle très particulier dans la vie des Noirs des Etats-Unis. Depuis qu'au 16e siècle commença latraite des Noirs vers le Nouveau Monde, elle servittour à tour à maintenir la cohésion d'un peuple, d'abord dans le souvenir de la patrie perdue, puis dans la naissance progressive d'une nouvelle communauté. cie un langage universel : le jazz. Il serait incomplet de ne pas associer à la musique négro-américaine son complément obligé , hérité des traditions afri- "E Il C o 'QI ...J C Il E QI

I:

o ë 1: Cl. Moyen de communication entre esclaves, chants de travail , négro-spirituals puis blues, synthèse culturelle d'apports sociaux et religieux divers, la musique négro- américaine devint au début de ce siè- caines : la danse. • •• 7 La lente transformation tles mélopées africaines chantées par les .. esclaves noirs au son des tam -tams, par l'apport de références non-africaines environ nantes, allait donner une forme «américaine » à ces chants qui dès lors exprime ront la misère du peuple noir et son désir de justice et de dignité. Mais cette nou velle musique qui se créait conservait en elle les éléments fondamentaux de la musique africaine et elle les a conservés jusque dans ses formes contemporaines. Surtout, survivait en elle la gamme à 5 notes non-hémitoniques ouest -africaine qui devait donner naissance aux fa meuses «blue notes » de la gamme du blues, lorsque les Noirs durent assimiler les 3ème et 7ème degrés de la gamme européenne/ absents de leur gamme, en les infléchissant d'un demi-ton soit vers le mode majeur, soit vers le mode mineur, créant ainsi le climat harmonique et émotionnel si particulier du blues. Les autres survivances les plus manifestes de l 'Afrique dans les danses et les musiques afro américaines sont ses rythmes et le rôle majeur qui leur est dévolu, la syncope, le déplacement des accents, modification des timbres et vibratos divers. La techni que de l'antienne, si importante dans la 8 musique africaine, survivait dans ces chants : un soliste chante un thème et un choeur lui répond, improvisant sa ré ponse le plus souvent. Technique que l'on retrouve dans le blues,les réponses étant chantées ou instrumentales. Quant à l 'improvisation, qui est un caractère majeur de la musique africaine, elle a survécu dans la musique noire américaine et elle est l'essence même du jazz. Le génie musical des Noirs allait aussi leur permettre de transformer les cantiques religieux en leur insufflant les tradi tions musicales africai nes, lorsque les Blancs entreprirent l'évangélisation forcenée des Noirs au début du 1 ge siècle et confièrent à l 'Eglise le patronnage de toutes les activités des Noirs. Ce furent les « négros-spirituals »dans lesquels les Noirs s'assimilèrent au peuple juif plusieurs fois dispersé : la Terre Promise, le Jourdain à traverser, la longue marche dans le désert sont les thèmes quasi-obsessionnels dans les « spirituals », à la fois chants d'espoir et instruments de l'oppression des Noirs, à l 'image de cette religion d'exportation blanche. Peu à peu , des instruments remplacèrent les voix et instaurèrent de véritables déferlements sonores. Assimilant les formules harmoniques et mélodiques provenant aussi bien de la musique des rues que des fanfares et des danses à la mode (quadrille) et y introduisant leur rythme, leur système mélodique, leur matière orchestrale et sonore et même, ignorant l'écriture, inventant de mémoire une polyphonie spontanée, l'improvisation collective, ils créèrent le jazz, à la NouvelleOrléans, dans la misère de Perdido Street et les maisons closes de Storyville, le quartier réservé, à l'aide des instruments « pauvres » méprisés par les Blancs : cuivres, tambours, banjos d 'origine ' africaine . aspirations de tout un peuple Le jazz était l'accomplissement d'une immense poussée collect ive, des aspirations de tout un peuple. Il était né du drame d'un groupe, isolé par la couleur de sa peau et néanmoins forcé de s 'adapter à une société qui lui refuse l'intégration totale, ce qui a donné naissance à une certaine séparation culturelle, malgré le désir des Noirs de devenir des citoyens comme les autres. Le blues et le jazz se sont développés en même temps que la société noire en Amérique et c'est toute son histoire qu 'ils retracent. C'est plus évident avec le blues qui est chanté et qui raconte la discrimination dans le travail , dans le logement, le chômage, la misère .. . Les musiciens de jazz, eux, avaient élaboré un art authentique et avaient conscience d'avoir donné à l'Amérique le visage le plus original de sa culture. Le premier musicien américain de la première moitié de ce siècle, pour les traités de musicologie les moins fantaisistes, ce n'est pas George Gershwin, c'est Duke Ellington. « Moi aussi je suis l'Amérique » écrivait alors le grand poète noir Langston Hugues, et le jazz se développa en même temps que les espoirs de tout un peuple au point qu'il devint impossible aux Blancs de l'ignorer. Mais les préjugés de race firent que le jazz ne devint populaire que le jour où les musiciens blancs copièrent cette musique. Telle est la force d'un art authentique que le jazz continua à se développer, fidèle à lui-même et aux grandes traditions du peuple noir, pendant que toute la musique populaire américaine était influencée ou s'inspirait des techniques du jazz noir. Les musiciens noirs se saisirent même des pires rangaines des compositeurs blancs et leur génie d'improvisatetl-rs-Ies transforma en des chefs-d 'oeuvres mélodiques et émotifs. S'il est juste de reconnaître que quelques grands orchestres blancs ont atteint un très bon niveau et que nombre de musiciens blancs se sont montrés l'égal des meilleurs Noirs, tels Bix Beiderbecke, Jack Teagarden , AI Haig et le toujours jeune Stan Getz, la vérité oblige à dire que toutes les découvertes des Noirs furent honteusement imitées et exploitées par les Blancsauxquels le préjugé racial attribuait tout le succès, alors que ceux-ci ne produisaient que des formes abatardies et vulgaires des merveilleuses trouvailles musicales des Noirs. Un exemple toujours actuel en est le « rock and roll », communément appelé « rock », qui est issu directement du « rythm and blues », authentique musique noire qui est un prolongement direct du jazz et des blues. Les Blancs en on fait une musique sans âme et sans racines. Pour le comprendre, il suffit d'écouter les disques des grands ar tistes noirs du rock : Otis Redding, Chuck Berry, Little Richard, Charles Brown, Fats Domino, etc ... et de comparer avec ceux des vedettes actuelles du « rock » ! Lorsque, à la fin de la seconde guerre mondiale, tous les espoirs d'égalité raciale qui avaient bercé la génération précédente se dissipèrent et que les Noirs comprirent que la lu·te pour les droits civiques devait s'organiser et se radicaliser, les jeunes jazzmen décidèrent de rompre brutalement avec le jazz classique, symbole d'une époque révolue. Ce fllt la naissance d'un style nouveau, le « bop », qui remit en cause complètement les conceptions harmoniques et rythmiques que les Blancs avaient pu assimiler. Le « bop », par sa complexité rythmique, retrouve la polyrythmie propre à la musique africaine et que le jazz d'avant ne pratiquait pas; sa tension extrême sur le plan émotionnel traduit l'esprit et les sentiments violents de la nouvelle généra tion. C'est l'époque aussi où l'on revendique sa négritude et où l'on jette des passerelles vers tout ce qui est noir: on introduit dans des orchestres des instruments et des rythmes des Caraïbes et on invoque son ascendance africaine dans les thèmes. Beaucoup de musiciens se convertissent à la religion musulmane et adoptent des noms arabes, refusant de porter dorénavant leurs « slave names » (noms d'esclaves). retour «aux sources ·» De même, au cours des années 60, alors que la lutte des Noirs devient de plus en plus dramatique, pour culminer avec l 'assassinat de Martin Luther King et les grandes insurrections des ghettos noirs, le jazz se fait l 'écho de la situation raciale et politique des Etats-Unis et brise encore les contraintes mélodiques et rythmiques du jazz. Violence, désordre apparent, volonté de destruction mais aussi diversité, c'est le « free-jazz », du nom du premier disque d'Ornette Coleman, son précurseur. Maintenant, tout est possible, même si , à l'image du « retour aux sources », d'Archie Shepp, le jazz actuel semble marquer le pas, comme le mouvement d'émancipation noir. Souvenons-nous cependant du calme qui précéda les émeutes de 1967. Personne évidemment ne souhaite que la lutte des Noirs pour leur dignité prenne à nouveau cette forme sanglante, mais ce qui est sûr, c'est que, comme toujours, le jazz sera le reflet, si non un élément moteur, du combat d'émancipation du peuple noir. Robert PAC droit et liberté. nO 382 • juillet-août 1979 la • VOIX .. o ~ lU .(,,) w c:: ï.i,i des hommes . t:.,,, .:;& ~ ~ L'image qui reste du folk américain. De tout temps et en tout lieu, les folklores ont représenté l'expression populaire par excellence, dans sa forme vivante et incarnée. Les Etats-Unis offrent l'exemple idéal, archétypique, d'un folklore musical particulièrement riche, varié, passionnant et qui est à l'origine d'une grande partie de la musique pop contemporaine. (1) L'originalité de la musique folk améri caine vient du fait qu 'elle est le carrefour de plusieurs civilisations qlli ne cessent de s'influencer. Lorsque les Européens débarquèrent sur le Nouveau Monde, ils apportèrent (outre leurs malles), leurs cultures. C'est ainsi que, de l 'autre côté de l'Atlantique, on retrouve la guitare espagnole et le vio lon irlandais; les différentes migrations enrichiront la musique : les Italiens de leur mandoline, les Allemands avec l'ac cordéon . La rencontre de ces communautés entre elles, mais aussi avec les populations autochtones (les Indiens), a créé un nouveau style tout à fa it différent des musi - ' ques occidentales, mais dans lequel se retrouvent les thèmes de la musique traditionnelle européenne. Après « l 'américanisation » de certains instruments et l'élaboration de nouveaux comme le banjo, la musique américaine fait l'objet d'une profonde recherche. Il s'en dégage un style influencé par la musique des Noirs: la ballade. Le début du XXe siècle constitue la première révolution musicale américaine. C'est en effet à cette période que le blues quitta la campagne pour atteindre la ville, et par là, la . civilisation « blanche ». Celui qui contribua le plus à cette rencontre fut sans aucun doute le grand Qluesman Huddie Ledbetter dit « Leadbelly ». Le début de ce siècle a été marqué par : Muddy Watters, Buddy Guy, Willie Dixon, John Lee Hoocker ... Mais du côté des Européens aussi, le : désir de communiquer et de partager avec les Noirs les connaissances musicales grandissait. Les difficultés économiques aidant, les conditions de vie entre Blancs et Noirs tendaient à ~ 'uniformiser. A cette époque, une partie de la population blanche menait une vie de vagabond: les Hoboes. Les voyages et les re vendications sont donc devenus les deux supports de la musique des Blancs d'Amérique. La ballade, véritable « blues blanc », était interprétée à la porte des entreprises, par des musiciens de passage. Cette époque fut marquée par Joe Hill, Cisco Houston, Pete Seeger et bien sûr ... Woody Guthruie. Le premier quart du 20ème siècle fut l 'époque où les musiques américaines, noire et blanche, étaient très proches l 'une d~ l 'autre. La deuxième guerre mon- 'diale tua les esprits critiques qui se manifestaient dans la musique folk. Le mouvement qui, dans les années 50, se fitappe- 1er « Beat Generation »fut le 4ème âge de ce qui aurait pu faire bouger l 'Amérique. Seul, quelques stars du folk poursuivirent la route : Bob Dylan qui, en 1965, rejoignit les rangs des chanteurs commerciaux, Phil Ochs, Sammy Walker, Pete Seeger ... Depuis cette époque, tout est fait pour limiter l'audience de ceux qui veulent perpétuer l 'esprit « Guthyen ». Parallèlement à ce phénomène, les années 50 connurent un autre mouvement. Reprenant la musique traditionnelle, un mandoliniste du Kentucky : Bill Monroe, actualisa les vieux « Old Times » et « Hillbilly » et créa un nouveau style : le « Bluegrass ». Les racines de la musique américaine sont en place, Charlie Parker, Jerry Lee Lewis, Earl Scruggs ont fa it le reste . Depuis cettfl époque la musique américaine se développe tous azimuts. Les musiques régionales (le cajun, par exemple) retrouvent une deuxième jeunesse prenant en compte l 'évolution globale de la musique. Une musique plus superficielle a aussi fait sol) apparition, voulant faire la syn thèse des différentes influences musicales du pays, et utilisant les techniques scientifiques (électricité -électronique), le country de la côte Couest, le rock et la musique électronique se sont imposés par la force et le bru it. Réaction spontanée, le rock n 'a pas l 'impact que pouvaient avoir les ballades du début du siècle. « On entend les gens crier, mais on écoute les gens parler ». Le fol k déran geait donc! Peut-être parce que, vivant, il était rassembleur . Marc MANGIN (1) Dans ' Folksongs de Jacques Vassal aux Ed itions Albin Michel. 9 naissance d'une tradition musicale sur la chanson populaire yiddish Influencée par la tradition biblique et synaQoQale et les floklores musicaux des pays d'accueil, la chanson populaire yiddish a conquis son autonomie. «La manière dont les mélodies originales se transforment sur les lèvres du peuple présente les phrases passionnantes de la transformation d'influences étrangères en éléments nationaux ». (L. Lajtha) On l 'a souvent remarqué : après la destruction du second Temple (70 ap. J.C.) qui ouvre l'ère de l'exil, l'histoire musicale juive semble dénuée de fil continu. Le nomadisme culturel de la Diaspora se manifeste musicalement par l 'institution progressive d'une tradition orale deTemprunt aux cultures rencontrées, en état de tension souvent violente avec la stricte clôture des rites liturgiques (cantillations bibliques, les mélopées devant être chantées selon des normes fixes). Les éléments empruntés, notons-le, étaient souvent reversés, une fois assimilés et transformés - selon la prosodie et les échelles modales d'origine bibliqueaux cultures sollicitées. Mais il faut rappeler l'absence d'une musique populaire juive « nationale» pendant près de 2000 ans. L'antisémitisme militant d'un Liszt, dans la perspective de son national-romantisme, se nourrira d'une telle particu la rité. accusant les ju ifs en général d'imitation, de plagiat, et les musiciens juifs (Mendelssohn, Meyerbeer .. . ) d'impuissance créatrice masquée par la juxtaposition et l'exploitation de styles nationaux étrangers. Les métaphores du parasitisme et du pillage systématique courent à travers ce qu'il faut bien nommer un pamphlet antijuif honteux, le fameux texte de Liszt: «Des Bohémiens et de leur musique en Hongrie » (Paris, 1859), qui fait chorus avec l'attaque wagnérienne directe: «Le Judaïsme dans la musique »(1850). Liszt comme Wagner, certes, ignorent tout du fait musical populaire juif. Mais il s'agit moins ici d'ignorance que de méconnaissance du processus de création dit «folklorique » : l 'entrecroisement des traditions prétendument nationales, l'entrelacs des influences, enfin le mécanisme général du bricolage -l'emprunt réciproque de tous à tous comme moded'instau ration des cultures «orales » ou nonsavantes. Il n'y a pas de «folklore national » immaculé. Il s'agit positivement de 10 montrer que la relève de motifs étrangers peut être créatrice, que la technique non réfléchie de l'emprunt est toujours déjà opérante, et généralisée avant tout procès d'appropriation ou de désappropriation. Les peuples s'empruntent ce dont ils font des traditions diversifiées. Deux questions se posent à propos de la musique populaire juive: .- 1 - ce qu'elle a fait des divers styles ethniques qu'elle a intégrés; .- 2- le rôle des éléments musicaux juifs dans les folklores musicaux des nations traversées. Je me contenterai de fournir quelques éléments de réponse à la première question, en me limitant à l 'Europe de l 'Est où la chanson populaire yiddish, dès le XVIIIe siècle, s'est constituée à partir de deux grandes catégories d'influences : les traditions liturgique (le chant synagogal, et plus originellement la musique biblique) et para-liturgique (chansons de circonstance, ponctuant la vie du foyer familial) d'une part, les folklores rT'usicaux des pays d'accueil (Russie, Pologne, Roumanie, Hongrie, lithuanie ... ) d'autre part. La leçon rabbinique Il faut rappeler peut-être qu 'à la fin du Moyen-Age, la musique populaire juive paraît se distribuer en trois ou quatre rameaux distincts : celui des communautés d'Asie, auquel certains rattachent celui des juifs yéménites dont les moeurs musicales forment comme un conservatoire naturel du folklore juif le plus pur, hors de toute influence européenne; celui des communautés issues du judaïsme espaqnol, installées le plus souvent, après 1492, da ns le bassin méditerranéen; celui des communautés originaires d'Allemagne (ashkenazim). Après deux siècles de persécutions (xve - XVie), les juifs parlant yiddish s'enfuirent vers l 'Est de l'Europe où ils recréèrent peu à peu une culture musicale populaire, à l'intersection des musiques paysannes rencontrées, du yiddish chanté et de leurs tradi- . tions musicales religieuses. L'événement spirituel qui nourrit ce renouveau fut l'apparition, au cours du XVIIIe siècle, du mouvement hassidique, assignant au chant la puissance d'adresse immédiate à Dieu. Ce mysticisme musical de la plèbe non-lettrée aura été la condition d'apparition, au Xlxe siècle, de la chanson yiddish. Préalablement à tout abord de celle-ci il faut d'abord noter que le folklore musical des ashkenazim ne se présente pas comme un tout homogène, du fait de l'absence d'une chason populaire propre aux juifs d'Allemagne. La plupart des mélodies sont en effet simplement reprises de la chanson populaire germanique. Quant aux textes, leurs traits stylistiques comme leurs contenus thématiques relèvent plus de la composition individuelle que de la création collective. " n'en va pas de même chez les juifs d'Europe de l'Est, dont la musique non savante, qu 'elle soit liturgique, para-liturgique ou profane, satisfait aux conditions de création et transmission collectives. Certes, la chanson yiddish n'échappe pas aux influences des traditions musicales rencontrées, mais elle les traite comme des matériaux, non plus comme des formes normatives. Ce qui prouve le phénomène d'une création folklorique, c'est ce qu'une culture fait de ce qu'elle emprunte ça et là. Un aspect non négligeable de la chanson populaire yiddish , c'est qu'elle a pris une certaine indépendance à l'égard du chant synagogal. La femme, par exemple, qui improvise et chante désormais, s'y met en scène en yiddish - la langue sacrée : l'hébreu, lui restant inconnue - comme amante, épouse ou mère, dans cette étonnante floraison de chants d'amour, de berceuses, de chants satiriques, de révolte ou de lamentations à l'endroit du mari infidèle ou de la belle-mère, apparus au cours du Xlxe siècle. Si la tonalité affective dominante en . est une tristesse désespérée, nuancée parfois d'humour, les chants jubilatoires, héritage ressourcé par le Hassidisme, concernant les motifs religieux (La Torah, le Messie, les fêtes), ne manquent pas. Souvent les chants sont bi ou tri-lingues

soit en yiddish -hébreu, par exemple,

comme dans les chansons de soldats "0 parlant mieux la langue slave environnante que le yiddish . Pour aborder correctement les structures proprement musIcales, il faut prendre en compte deux séries d'influences : d'une part celles de la tradition intérieure (essentiellement le chant synagogal), d'autre part celles des traditions musicales propres aux peuples rencontrés . Passons rapidement sur les cellules rythmiques employées, qui n'ont rien de .. la complexité propre à celles qu 'on rencontre dans la musique popu-' laire «orientale ». On y rencontre principalement des 2/ 4,3/ 4,4/ 4 et 6/ 8. De même, la structure strophique des chansons est fort simple : 12, 16, 200u 24 mesures. Les mélodies, dont la spécificité judaïque se reconnaît souvent à travers les éléments assimilés, peuvent être commodément classées selon la où les échelles modales qui leur sont sous-jacentes

- 1 - Modes biblique et de prière; modes de la Synagogue. La vieille berceuse yiddish « Unter mein Kinds vigele » se développe sur l'un des modes des pri ères, l'Ahavoh-Rabboh, dont les chantres ashkénazes de la Synagogue useront dans leurs improvisations et qu'ils désigneront comme «phrygien ». (cf. catégorie (3)). .- 2 ·- Modes en mineur (comportant une tierce mineure). La majorité des chansons yiddiSh se retrouve dans cette large catégorie modale. Idelsohn voyait dans la prédominance du mineurune ten dance caractéristique de l'esthétique musicale ju ive, partagée avec les folklores espagnol et arabes, par opposition ne~te à la musique populaire allemande ou .Ie mode majeur est dominant. On peut diSt inguer néanmoins quelques sousclasses de mélodies en mineur : a) les mélodies en mode de la (éolien, mineur mélodique descendant). Le mélos et l'allure rythmique de «Margaritkelekh »(ex. 1) sont à l'évidence russes, tout comme ceux de «Papir is doch vays» (ex. 2). Les parentés de la chanson «Du solst nit gein mit kein andere meidelekh »ou de telle mélodie hassidique de la Cour de Schneour Zalman avec certains airs populaires ukrainiens qu'on retrouve aussi dans le folklore roumain sont frappantes (ex. 3). . b) les mélodies en mode de ré (dorien ecclésiastique, alternant parfois avec l'éolien): La berceuse «Rozhinkes mit mand/'n » a été composée par Goldfaden en dorien. On y rencontre néanmoins un recours discret à l'éolien (sixte mineure) et au dorien-ukrainien (ex. 4). c) les mélodies en mineur harmonique (alternant parfois avec l 'éolien) : La chanson «Der rebbe elimeilekh »(ex. 5), si «typique », est pourtant construite sur une mélodie anglaise, intitulée «Dld King Kole » • .- 3 - Mode phrygien avec tierce majeure (Ahavoh-Rabboh). Telle mélodie roumaine de « Hora »formera la base rythmique et modale d'un air hassidique (ex. 6). La mélodie de « Unter mein kinds vige le » (ex. 7) en fournit aussi un bon exemple, d'autant plus intéressant que le texte sera repris par A. Goldfaden (1840-1908) sur une mélodie droit et liberté. na 382 • juillet-août 1979 stylisée conStituant l'u ne des pièces de la première production du théâtre yiddish «Shulamith ». La mélodie composée par cet ultime héritier des « badhanim »( jongleurs », chanteurs-amuseurs-conteurs) que fut Goldfaden sera spontanément adoptée par le peuple, et par là même intégrée au folklore. - 4- Mode dorien-ukrainien. Le dorien modifié par l 'augmentation de la quarte est caractéristique des plus anciens éléments du chant populaire ukrainien, comme l 'a établi le musicologue Kolessa au début de ce siècle. Les mélismes en dorien-ukrainien s'insinuèrent dans le chant synagogal avant que de provoquer des thèmes populaires juifs. L'exemple nO 8 est construit sur une figure mélodique ukrainienne typique. Suivons les avatars d'un thème nomade (ex,9) : un motif ukrainien que l'on trouve tant chez les juifs d'Amsterdam que dans le folklore roumain est devenu un air hassidique. . Souvent sont intégrés des fragments de «doïna » (mélopée «fleurie » fort populaire chez les juifs de l 'Est, d'origine roumaine, carac.térisée par son mouvement , " " ~ t JO.,. q 0 _ i ,. , , ~ \ , ~: !)c. r. V.-I. • .\. -~ "'" r,) f f~ ~ .r. ' "t 1 -'":, - i 6--'" .;•'" " ."' j r , 1 1 - ~ 1· ' ... ' .\'.l . .\ 'I,;t."" ... , "\ . lent, son rythme libre et indécis, enfin par la richesse ornementale que l 'improvisa tion modale lui confère), comme dans « Is geven amol » (ex. 10). .- 5 - Mode majeur. • Quelques mélodies, parmi les plus récemment folklorisées à partir de sources germaniques ou slaves, y recourent. De la musique populaire yiddish, il faut d'abord réaffirmer ce qui vaut pour tout folklore musical, à savoir qu 'il y a dialecti que sans synthèse finale entre les enraci nements reconnaissables et les varia tions indéfinies. Mais il faut ajouter que les dérives culturelles de la Diaspora ont singulièrement brouillé les pistes de toute «propriété » musicale. Le folklore musical yiddish apparaît comme un point d'intersection et d'interaction d' influences si multiples que l 'analyse se perd inévitablement , dans sa remontée vers des «propres » mytiques, dans les vagues indéfinies des matériaux communs à nombre de traditions populaires «occidentales »et « orientales ». Le travail d'élucidation ne fait que commencer. Pierre TAGUIEV \1 7 f' )~ l r .. r rlf 1 il -#- .. .. yy\., t . • 1cr:t.'I", 1 C' ... 1 .. i " • , - ~ ' 1 • ;- ., • { o I! ,,0 o 0 ',l"t '~:.;;:t ~ Ç),: ,'t\~ : v( ~~ .. -, ~ '.~ c rI r \ y ~ ~ ~ p ~ ; ç \ ~;: f ~ ? ; #'. ;. \ .. P .... ,~ .. l 0 "r 1 Il r:. C) ~d.. :· ...... ra 'Y" ;'~ .. (('.-(.1. .... ,1....,. v.~ ~;,11. ....... "'\ 0.. .... ...1 1 ' .... '1 .. \ ': O;Ob ~ ~ij ç"!4 ~ b! \ ~ U ç (Jlf bJ :: UJ \ r II • 1 0 1 (" ·t . ""'1: li'" {t rn r .... ~ ;. -.~-..

-::: '

,..' , ) .' ..... J .... 'Y' : " J '1": .. , .... 1 .

~ -~. lIl'

,1' , f " ~ l"i 11 ,. 1979 "ANNEE INTERNATIONALE DE l'ENFAN'" , FONDS DE SOLIDARITE POPULAIRE FRANC.A IS Un nombre alarmant d'enfants est toujours privé du strict nécessaire. 200 millions d'entre eux souffrent Cie carences alimentaires. 85 % des enfants ne disposent pas d'approvisionnement en eau potable. Un enfant sur cinq meurt avant ,'aee de cinq ans. l 'esclavage est aboli. mais quinze millions d'esclaves existent a ce jour dans le monde. 43 millions d'enfants de 6 à 13 ans sont Mme Louis ALVERGNAT. Louis ARAGON. Paul ARRICHI. Lucie AUBRAC. Claude AUTANT-LARA. Simone de BEAUVOIR. Pasteur BOTINELLI. Alain CALM AT. Edmonde CHARLES-ROUX. Jacques CHATAGNER. Bernard CLAVEL. Nadia COMANECI. Alain DECAUX. Françoise DOLTO. INTERNATIONALE DES ENFANTS contraints de travailler jusqu'a 15 heures par jour. la luerre. l'intolérance, le racisme frappent des millions d'enfants dans le monde. Des centaines de milliers d'enfants handicapéS souffrent dans un monde inadapté à leur~ problèmes. les moyens existent pour faire bénéficier les enfants des avantages du progrés et de les faire participer au développement de la société. Pour cela, il faut que les gouvernements, les associations, les individus aeissent. C'est ce que nous avons décidé de faire, PIF-GADGET et LE SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS, avec nos moyens, avec les enfants et avec votre soutien. Nous informons et nous informerons les enfants sur les réalités évoquées ci...ctelSus et nous leur proposons d'ae:ir, en particulier par des dons en nature. Sachez dèjà qu'en très e:rand nombre, ils ont répondu à cet appel. Des adultes, de vous-même, nous sollicitons Comité d'Honneur et de Parrainage Pasteur André DUMAS. Jean EFFEL. Suzanne FLON. Max Pol FOUCHET. Jacques FRIEDEL. Abbé Alexandre GLASBERG. Michel HIDALGO. ROler IKOR. EUléne IONESCO. Professeur Alfred KASTLER. Madeleine Léa LAGRANGE. Armand LANOUX, Julien LAUPRETRE, Alain LE LEAP. Jean-Claude LE MEUR. Loui. LEPRINCE-RINGUET. Jacques MADAULE. Marcelle MARQUET. Henri MARTIN. JeanJacques MAYOUX. Pierre MEUNIER_ Jacques MITTERAND. Louis NEEL Professeur NOZERAN. Pierre PARAF. Marcel PAUL. Anne un geste en faveur de ce Fonds de Solidarité Internationale des Enfants. L'ensemble de cette collecte, en nature et en espèces, sera rassemblé .il PARIS au cours d'une cérémonie. Certes, cette campagne d'opinion et cette collecte ne peuvent prétendre résoudre l'ensemble des problèmes énumérés plu. haut. Mais l'O .N.U., cette année, nous appelle • a,ir ; c'est ce que nous faisons, avec nos moyens. Et vous pouvez y contribuer. PHILIPE. Jean PICART LE DOUX. Geor,e. POITOU. Raymond SARRAUTE. Haroun TAZIEFF. Laurent TERZIEFF. Jacqueline THOME-PATENOTRE. Lino VENTURA. VERCORS. Jean WIENER. Abbé Joseph WRESINSKI. Bernard ZEHRFUSS. Mme,M _______________________________________________________________ ~---------------------- Je verse la somme de au FONDS DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE DES ENFANTS_ A retourner accompagné de votre chèque à l'ordre de Monsieur Jacques PIERRAT, Fonds de Solidarité Internationale des Enfants, Compte B_N _P. W 03302826,9, rue Froissard, 75003 PARIS_ 12 Il a Vie l'hebdomadaire chrétien de votre actualité


, 1 je désire recevoir GRATUITEMENT 1

1 LA VIE pendant 4 semaines. • 1 NOM PRENOM 1 1 ADRESSE - - 1 1 1 1 bulletin il retourner il 1. LA VIE Promotion BP nO 315 chaque jeudi 4f 1L ____758_22 _PAR_IS C_ede_x 17_ ___. .1... _______. .. '-~ora la collection Ocora Radio-France Egypte 'p,. L....fI!!f ,_ru ... Musiques traditionnelles vivantes ... Dans votre discothèque les meilleurs musiques du monde entier Chez votre disquaire Actuellement près de 100 réfé rences disques et cassettes sont disponibles droit et liberté. na 382 • juillet-août 1979 ~~tDlJ~ ~. ~ ~ d ~ QUATRE COLLECTIONS ~' DE MUSIQUES FOLKLORIQUES Chants et Danses 8 prov inces 25 pays Anthologie de la Musique française - Collectage Dauphiné Cantal Berry Marins de Fécamp Folklore 33 pays / 60 di sq ues Folklore actuel Mont-j oïa - Sauveterre - An Trisloell - Una Ramos - A kendengue - etc. .. découvrir la fraternité Le chant du monde a été créé en 1936. 60 pays, et toutes les provinces françaises y sont représentées sur près de 100 disques dans des collec tions telles que« Chants et Danses. ou« Folklore • . Mais tout récemment a été créée une collection« Anthologie de la Musique Traditionnelle Fran çaise., disques de collectages proOE.iits par Jean-François DUTERTRE re prenant ainsi de nos jours l'idée de Georges-Henri RIVIERE , le créateur du musée d 'Art et des Traditions Populaires, partisan de la publication di recte du produit du collectage . Ainsi nous pouvons écouter Mr Vermerie , cabrettiste d'Auvergne, Mme Louise Reichert (âgée de 74 ans ) chanter polkas, bourrées et autres scottiches, ainsi que Emile Escale, agriculteur dans le Dauphiné, et violonneux dans les bals depuis 1912, ou encore les chants des marins de Fécamp par Mr wvier, ancien marin terre-neuvier . Ainsi donc, depuis plus de quarante ans, le Chant du Monde fait redécouvrir, mais aussi la développe et la modernise. La démarche du Chant il Monde, unique en France et peut-être dans le monde, est identique à celie de ses débuts et demeure fidèle à l 'esprit de ses fondateurs . Elle est à la fois tournée vers ce qui est profond dans la tradition et vers ce Qu i est à l'avant ijarde. FESTIVAL DE SAINT·JUNIEN EN LIMOUSIN 1975 1976 1977 1978 ,1979 LE RAIL AIR ET ESPACE LA ROUTE MER ET NAVIGATION L'ENFANT ET LES ANIMAUX 1980 LES COMMUNICATIONS EXPOSITIONS PENDANT L'ETE ARTS PLASTIQUES, ARTISANAT. 13 t ,. Niort 1 Poitiers .,. . \., )"\ CONFOLENS La Roche-l-le • _ Limoges ~\. .... . , " ' .. \ -r è 1 .' la ronde de l'amitié 1979. Le mrap célèbre ses 30 ans. Le festival de Confolens aura 22 ans cet été. Depuis 30 ans, le mrap lutte contre le racisme, combat toutes les formes d 'agressions qu'emploie un groupe contre un autre groupe qu'il juge inférieur et prétend dominer. Depuis 22 ans, le festival de Confolens lutte pour développer l'amitié entre les peuples. En 22 ans, cette bourgade de 3.200âmes a reçu les représentants de 58 Nations. Chaque été, durant la semaine du 15 août. plus de 300.000 touristes se pressent dans cette petite cité sertie dans un écrin de verdure. Ils viennent de très loin découvrir et applaudir les chants et les danses populaires de peuples très différents. Et là, tout au cours de cette semaine, ces femmes, ces hommes venus d'horizons les plus divers, se découvrent et s'apprécient réciproquement. De solides liens d'amitié éclosent et se développent dans . les mois, les années qui suivent. Mais une moisson d'une semaine, c'est bien peu, me direz-vous. C'est la raison pour laquelle nous avons créé à Confolens, en 1970 le c.1. 0.F.F. (Conseillnternational des Organisateurs de Festivals Folkloriques). Cet organisme, dont le siège est à Confolens, regroupe les repré sentants de 37 Nations; et depuis 3 ans, il est membre du C.I.M. (UNESCO). Ainsi, chaque année, de janvier à décembre, 85 festivals de par le vaste monde sont patronés par le C.I. 0. F. F. Notre oeuvre d'amitié entre les peuples est un travail concret de chaque instant. Merci à la rédaction de droit et liberté de nous avoir ouvert ses colonn.es pour mieux nous faire connaÎtre. Amis lecteurs de cette revue vous qui êtes animés du même idéal, venez à Confolens du 11 au 19 août. Venez découvrir les peuples de tous les continents. Ils vous attendront pour élargir a vec nous cette immense ronde de l'amitié. 14 Henri COURSAGET Président du C.I.O.F.F. le rendez -vous de la paix Au centre de la grande scène de plein air, une colombe de la paix règne chaq ue été sur la place centrale de Confolens (Charente). C'est en août, à l'occasion du Festival International de Folklore. Un événement désormais rituel. puisqu'il fête cette année son 22e millésime. Parce qu'il milite en faveur du rapprochement et de l'amitié entre les peuples et qu'il fait oeuvre d'antiracisme, droitet liberté a tenu à s'associer à ce festival qui se déroulera du 11 au 19 août 1979, et à contribuer, entre autres par ce numéro spécial, à son succès. C'est plus qu'une image, cette colombe de la paix; elle est le symbole même de ce qui est devenu, au fil des étés, le festival de Confolens: une immense fête bigarrée et chaleureuse ; la vraie fête de l 'amitié des peuples. Peut-être la région s'y prêtait -elle. C'est un lieu commun que d'écrire que les paysages calmes, et bien français, de la Charente limousine (mini -région naturelle faite de granites et de bocages, occitane de géographie et de civilisation, poitevine par décrets administratifs). que ces paysages, donc, respirent le bonheur modeste et le plaisir de vivre. C'est peutêtre vrai, mais le calme d'un site cache souvent bien des tragédies anciennes. Confolens est à deux pas d 'Oradour-surGlane et de ses ruines martyrisées. Chasseneuil n 'est pas loin non plus, où se livrèrent des combats acharnés entre le maquis et les armées nazies. La région a payé un lourd tribut à la lutte contre le fas cisme. Plus loin dans l 'histoire, la contrée, protestante, subit plusieurs fois les violences des guerres de rel igion. Bref, le Confolantais, au cours des siècles, a pu mesurer le vrai prix de la paix. Et c'est sans doute pourquoi une idée, pas très originale, somme toute au départ, s'est en un quart de siècle transformée en grand cérémonial fraternel qui ramène chaque été sur les rives de la Vienne des dizaines de milliers de fidèles enthousiastes. Et aussi, dieu merci, chaque été de nou veaux spectateurs : l 'audience du festival ne cesse de croître . «Au début, se souvient Henri Coursa gel. pharmacien, infatigable et intarissable président de ces festivités d 'été, il s'agissait surtout de lulter contre le vide culturel de la province. Il n 'y avait pas tout ce florilège d'activités d 'été que l'on connaÎt depuis quelques années. On ne parIait guère que d'Avignon et. dans la région, du Un festival au visage souriant. festival Giraudoux de Bellac, en limousin. /1 fallait. comme on dit. trouver notre créneau: Cela n'a pas été facile: la première année, nous avons rassemblé royalement quinze cents spectateurs. En un peu plus de vingt ans, ils sont devenus 300.000 ». C'est un chiffre que n'atteignent guère de festivals en France. Ce succès est-il surprenant? « Oui .et non répond-on à Confolens. Oui parce que les moyens restent limités, et que notre existence repose sur un perpétuel exercice de corde raide financier. Non parce que le festival a créé une véritable mystique collective; c'est toute la ville qui vit maintenant pour son festival; et que l'absence de moyens financiers a toujours été largement compensée par la mobilisation des enthouslasmes ». mobilisation générale Il faut avoir vécu au moins ..!"e fois le festival pour prendre la mesure de cette unanimité. Au niveau de la préparation, d'abord, qui dépasse largement le cadre de la petite sous-préfecture charentaise. C'est par exemple le Comité d 'Entreprise de Leroy-Somer (la principale entreprise de la région Poitou-Charente) qui se charge (sur son temps de vacances) des locations, de la réservation, de la billetterie . Lescommerçantssechargentde l'accueil

l'an dernier, chacune des onze rues

principales de Confolens avait ainsi « adopté » l'une des onze troupes étrangères rassemblées pour le festival; autour, les accueils à la ferme et les campings de fortune se multiplient. Et puis comme tout festival digne de ce nom, Confolens a aussi ses manifestations «off» : des expositions qui surgissent çà et là ; un «cabaret insolite »organisé et animé par un groupé de jeunes et d 'enseignants. L'an dernier, une remardroit et liberté. na 382 • juillet-août 1979 't) Cette année encore des groupes folkloriques venant du monde entier sont attendus, quable galerie de portraits photographiques de tous les pays était présentée à la mairie. C'était l'oeuvre d'un artiste; lequel est, dans le civil (si l'on peut dire) sous-officier de gendarmerie, Enfin, la semaine proprement dite du festival explique bien à elle seule pourquoi Confolens suscite tant de dévouements, d'enthousiasmes et de coups de foudre: hors des spectacles, des rencontres improvisées, une fête permanente, une simplicité et une chaleur dans les rapports qui laissent un souvenir proprement inoubliable. Plus globalement, le festival a ai.nsi à son actif quelques rencontres dont Il tire fierté. L'an dernier se sont retrouvées les troupes des deux Allemagnes. Voici quelques années, s'étaient trouvés ensemble sous la Colombe de la paix de Confolens un groupe israélien et un groupe arabe. En règle générale, chaque année rassemble de façon à peu près équilibrée des troupes occidentales, des troupes venues des pays socialistes (l'U.R.S.S, dont on sait la passion pour le folklore, est pratiquement toujours présente depuis 22 ans) et des ensembles du tiers-monde. Ainsi se refait chaque année un véritable spectacle du monde, « Nous avons un rôle à jouer qui est celui d'une meilleure connaissance, et d'une meilleure amitié entre les peuples, déclare Henri Coursaget Nous le jouons au mieux, et nous avons la prétention d'avoir obtenu des résultats; nous avons tissé une chaÎne d'amitiés à travers le monde dont nous persistons à être fiers. Ça ne fait pas taire le canon partout ça ne sort par les hommes de prison nous le savons bien. Mais il fallait le fairf! quand même ». Et puis, après tout, il n 'y a pas que les épreuves et les luttes pour forger l'amitié entre les hommes et les peuples. La fête et la joie peuvent bien y contribuer aussi. Georges CHATAIN les charmes de saint-junien Confolens est bien sur trop petite pour accueillir le flot de ses visiteurs aoûtiens. Beaucoup de festivaliers installent leur base dans les hôtels ou les campings des villes voisines, et surtout dans la plus importante d'entre elles: Saint-Junien, 15.000 habitants, deuxième ville de la Haute-Vienne, en amont d'une trentaine de kilomètres en remontant la vallée de la Vienne ... Saint-Junien a aussi un festival d'été, un peu plus tôt, en juillet, et épaule le festival de Confolens en accueillant chaque année une des troupes folkloriques invitées. Ce sera cette année le 7 août (en prélude donc au festival lui-même) la troupe colombienne qui s'y produira au palais des sports. Mais Saint-Junien, est traditionnellement la «cité du gant»: vanneries, mégisseries, gantiers, ont fait la réputation industrielle de cette cité. Une industrie médiévale comme le style de la ville, elle-même, que les siècles n'ont pas défiguré. Sa collégiale est l'un des archétypes du style Roman-Umousin et un véritable musée de la statuaire populaire du moyen-âge au 1 XVII" siècle. Ses quartiers anciens et son marché ont gardé une animation vigoureuse et les paysages avoisinant ont eux aussi gardé le charme qui avait séduit voici un siècle le paysagiste Jean-Batiste Corot; lequel peignit sur les bords de Glane quelques uns de ses plus beaux paysages. Et, puisque l'on parle sites il faut aussi rappeler la nécessaire visite au village martyr tout proche d'Orai dour-sur-Glane. Pour tout renseignement: syndicat d'Initiative, place du Champ de foire, Saint-Junien, 87, Tél.: (55) 02.17:93. On peut notamment s'y adresser pour la visite (sauf samedi et dimanche) d'une fabrique de gants et d'objets de cuir. 15 samedi 11 août • 16h : cérémonie d'ouverture place de l'Hôtel-de-Vilie. • 21 h : gala, salle du Festival, avec t Ikl d d d 19.A.. t :: ~~sn~Ui~~a » ?:~I~~;ie)~rCharlese~~ 0 ore u m'on e u 11 au aou cho Folclorico » (Portugal). jeudi 16 août • 1 5h : animation, spectacle de marionnettes, concert. .21 h: gala avec «Lo Gerbo Baudo » (Confolens) et le grand ballet de « Saltillo » et ses 60 danseurs (Mexique) . dimanche 1 2 août • • • • • • • • • • • • •• • • .......................... . ••••••••••• vend red i 1 7 août .10h à 15h : messe avec l'ensem- • ble des groupes. Grand défilé des • nations dans les rues de la ville. Su- • per-spectacle avec l'ensemble des groupes folkloriques. • • 21 h: gala avec « Banska Bys- • trica » (Tchécoslovaquie). • lundi 13 août . .16h : animation dans les rues. • .21 h : gala avec « La Sabotée San- • cerroise » (France) et «L'Ensemble • de l'Université d'Alexandrie » (Egypte). • mardi 14 août •• • 16h : animation dans les rues de • la ville. .21 h : nocturne avec l'Union So- • viétique avec l'ensemble Ranitsa » • de Grodno, en Biélorussie. Enbraseme nt de la place par cascades lu- • mineuses. • mercred i 1 5 août • • 14h: grand défilé des nations • dans les rues de la ville, suivi d'un • grand spectacle réunissant tous les • groupes folkloriques . • 21 h : gala avec le « Ballet de Car- • men Cudillo » (Espagne) et le . « Grupo de Danzas Universidad dei Valle » (Colombie). • 13 mai 2011 à 10:04 (UTC)~~ . \ • festival «off» • Comme tous les festivals de quelque am- • pleur, Confolens a drainé, autour de ses activités " officielles » une prolifération crois- • sante d'activités " off » : expositions, artisa- • nat, interventions de toutes natures. Il est bien sur impossible de «program- • mer » d'avance une effervescence qui a pour caractéristique principale d'être spontanée • et imprévisible. Mais il faut quand même souligner l'im- • portance d 'un lieu où se rencontrent perpétuellement Confolens-in et Confolens-off. Il • s'agit du «cabaret insolite », animé par des • jeunes charentais, qui accueille à la fois les troupes, des jeunes chanteurs, composi- • teurs, musiciens, artistes de la région ou d'ailleurs, troubl'ldours-vagabonds de pas- • N 1 CONFOLENS Echelle Èf-~roximdéive ' 1/5000 • • 15h : animation. • .21 h : gala avec «Le Feuillu » de • Plan-les-Ouates (Suisse) et l'en- • semble « Poloniny » de Rzeszow (Pologne) . •• samedi 18 août • • 14h: grand défilé des nations • dans les rues de la ville, super-spectacle avec la participation de tous • le~ ensembles folkloriques, place • de l'Hôtel-de-Vilie. .21 h: gala avec les «Echassiers • landais » de Seignosse et « Le Ballet • Folklorique de Saint-Domingue » • (République Dominicaine). • dimanche 19 août • • 14h: grand défilé des nations • dans les rues de la ville, super-spec- • tacle avec la participation de tous les ensembles folkloriques, place • de l'Hôtel de Ville. • • 21 h : soirée de clôture: « Panorama 79 », super-production avec la • participation des nations pré• sentes. •• •• indicatif hw6-fic Pendant deux semaines, du début août à la • dernière journée du festival. Confolens a son • émetteur-radio. Un mini-studio est installé dans un baraquement, près du centre-ville, • et émet pour le monde entier, sous l'indicatif HW6- FIC. Il ne s'agit pas d 'une radio-pirate. • Cet indicatif est dûment enregistré par les services responsables des Postes et Télé- • communications. Il est utilisé à l'occasion des rencontres folkloriques et son intitulé, • insolite, l 'a rapidement fait connaître dans le monde des radio-amateurs. " Dès que nous • émettons. dit un responsable, nous recevons des appels de partout. L'an dernier. notre pre mier contact a été avec le Japon », De tous les cont inents, les contacts s'établirent. Avec, ensuite, une concrétisation • écrite, envoyée par la poste, selon la coutume en usage dans cette fraternité occulte • qui l ie entre eux les radio-amateurs. Des cen- • taines de cartes postales sont ainsi punaisées aux murs du " studio » de Radio-Confosage, nouveaux ou chevronnés. • lens. Laquelle émet tous azimuts les informations au jour le jour. • • •••••••••••••••••••••••••••• 0 •••••••••••••••••••••••••••• 16 droit et liberté. nO 382 • juillet-août 1979 17 Maintenant Le nouvel hebdomadaire qui se fait mensuel le temps d'un été. Les numéros d'été : juillet, et aout, riches en reportages (à travers la France et le Monde) en sujets de réflexion, mais aussi de distraction, sont en vente dans tous les kiosques 10 francs pour 56 pages. La gauche nouvelle s'interroge? 1( Maintenant li s'interroge! La gauche nouvelle essaie de s'unir? Il Maintenant» essaie d'unir! . Abonnement _ 6 mois : 160 F Etranger _ 1 an : 300 F 6 mois : 200 F 1 an : 380 F Je désire m'abonner pour 6 mois ou 1 an Ci-joint un chèque de Nom ..... Prénom Adresse ..... ..................................................... . ........................................ . à retourner à Maintenant, 14-16, rue des PetitsHotels, 75010 Paris. Chaque semaine, nous guettons les bons , spectacles ... ~ Retenir les plus belles musiques, voir les meilleurs spectacles, capter tout ce qui se crèe d'étonnant, de fort, de vif et vous le proposer, quel plaisir! Un rêve! Que nous essayons de réaliser peu à peu avec Télérama. Demandez le programme : on vous présente et commente tous les programmes de télé, de radio, on discute chaque semaine de tous, "\ .~ absolument tous les films _y,_ qui sortent. Mais nous gardons aussi de la place et de la passion pour les événements .... musicaux et pour la chanson et le théâtre. Car pour nous, c'est tout un : • • chanson, cinéma, musique, , radio, théâtre et télé 4.: .- , exprimeht la vie de ce temps. Et libèrent ou asservissent. Autant de prétextes pour réagir, applaudir, ou s'indigner. .....:-:- Charles:::4 Télérama Un hebdomadrure d'opinions sur la lilévision. la radIO. le cinema. \es dlS4ues CEINTURES HAUTE FANTAISIE DIFFUSION HAUTE COUTURE "MIMOSA" 20, Rue de Rochechouart PARIS -g e TRUdaine 14·69 macgordon 2 rue Jean Julien 69004 LYON - Tél. : 28.73.92 Case réservée DANIEL France Meubles MOYSE 16 rue de Bezons 92400 COURBEVOIE Tél. 333.13.41 droit et liberté. nO 382 • juillet -août 1979 BLANKIET Créations Fabricant - Prêt-à -Porter féminin VENTE AUX GROSSISTES ROBES, ENSEMBLES, JUPES, TAILLEURS, TUNIQUES, ETC .. . Une mode qui accroche ... une mode qui colle à la vente . 13 rue René Leynaud 69001 LYON - Tél. (78) 28.00.22 (parking assuré dans la cour) CHAUSSURES - HOMMES A~ ·2-' .f'! A\ FEMMES ENFANTS ~- , ~ ~ -"\ 79 et 8], Avenue du Général-Leclerc PARIS XIve LE PLUS IMPORTANT MAGASIN DE PARIS Spéciali6fe de ':Eut" et de y in(J de S .5r ie(J de Grande" '-l1 larqL4ec' Tél . : 322-95-96 73 RUE PRÉSIDENT ÉDOUARD HERRIOT 69002 LYON TÉLÉPHONE 178\ 37.13.25 prêt à porter Jolange roma 29, RUE ROMARIN - 69001 LYON - l [ L. : (78) 28-57-29 19 • l'événement • lois anti-immigrés une nouvelle résistance La résistance que le mrap et de nombreuses autre.s organisatio.ns ont manifesté, a conduit les sénateurs à refuser de discuter le projet Bonnet bien au'il ait été adopté, en seconde lecture, par les députés. Malgré les pressions gouvernementales, le projet a été renvoyé à l'automne. De même, l'Assemblée Nationale a refusé d'examiner le projet de loi Boulin-Stoléru qui viendra don~ égal~m~nt en. dis~ussion lors de la prochaine session. Une première victoire qUi dOit en appeler beaucoup d'autres. Certains des amendements soulignent plutôt combien cette loi contrevient aux traditions démocratiques de la France. M. Foyer avait noté que si la loi avait existé au début du'siècle, ni Modigliani, ni Picasso, ni de nombreux autres artistes n'auraient pu venir travailler en France (ajoutons que M. Stoléru, qui est le fils d'un immigré roumain, n'occuperait certainement pas le poste de secrétaire d'Etat aux Travailleurs Immigrés !). On a introduit un « amendement Modigliani » qui stipule que les garanties de rapatriement ou l'autorisation de travail ne sont pas exigibles des «personnes qUi: de l'avis d'une commission dont la composition est fixée par décret, peuvent rendre par leur capacité ou leur talent des services importants à la France ou se proposent d'y exercer des activités désintéressées ». A noter tout d'abord que la construction d'une autoroute ne semble pas être un «service important» pour la France ... Mais en outre, on peut légitimement craindre que la «commission dont la composition est fixée par décret » ne soit « Toute ma vie, je me suis engagé, corps et âme, dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme ... Le projet qui nous est soumis est difficile. Il peut paraÎtre rigoureux et parfois même implacable. Mais c'est un texte courageux qui, prenant la mesure des réalités, cherche à mettre fin à une situation scandaleuse ». pas nécessairement apte à juger des ca- Commission des Lois de l 'Assemblée Na- pacités artistiques d'éventuels futurs Motionale se voit contrainte, sous la pres- digliani. L'art contrôlé par les «commission des secteurs les plus divers de l'opi- sions dont la composition est fixée par nion publique, d'en relever le caractère décret » n'a jamais, en effet, donné de réproblématique et de le rendre plus pré- sultats bien probants! Enfin, cet amensentable par une série d'amendements. dement laisse la porte ouverte au vol des Plusieurs députés de la majorité viennent cerveaux. On sait, par exemple, que les protester, ce 29 mai, à la Tribune de l'As- 3/ 4 des médecins béninois exercent en semblée, contre les dangers qu'ils voient France, ce qui évidemment permet une Jean-Pierre Pierre-Bloch, le député de dans le texte gouvernemental. L'opposi- sérieuse économie! la Goutte d'Or, qui s'était fait élire en 78 tion en demande le rejet pur et simple et Un amendement dont le simple fait dans ce quartier à forte proportion d'im- exige une véritable discussion de fond sur qu'on se soit cru obligé de l'introduire rémigrés, tient les promesses de l'époque le problème de l'immigration . vèle, en négatif, tous les dangers du texte. lorsqu'il affirmait dans sa propagande On passe au vote. Le projet amendé Barre-Bonnet. électorale : «Une faune, le plus souvent passe avec les voix de la majorité. Et puis arrivèrent MM. Boulin et Stoétrangère, a rendu notre quartier difficile Les amendements changent-ils au léru ! Comme le mrap l'avait indiqué aux à vivre ». Il est en effet un des seuls parle- fond l'optique de cette loi? Il ne semble députés, la discussion du premier texte mentaires à apporter un soutien sans ré- pas. Les éléments les plus scandaleux sans avoir connaissance de ce que prépaserve au projet de loi Barre-Bonnet sur la restent. Arbitraire au frontières, interne- rait le ministère du Travail risquait de police des étrangers. ment administratif, expulsions automati - fausser la discussion et constituait en CelUI-CI est en effet SI grossièrement ques sans que celui qu 'elles visent puisse tout cas un affront au Parlement et à la attentatoire aux drOits de l'Homme que la faire valoir sa bonne foi . démocratie. A Amiens, six militants du mrap se sont enchaînés aux grilles du mus~e situé en face de la Pr~fectu~e . Ils ente':1~aient ainsi dénoncer les lois BarreBonnet et Boulin-Stoleru. En guise de réponse la police a chargé, mterpellé, p..h.o.t.o.g raphié et fiché les militants. 20 Le projet Boulin-Stoléru va si loin que, fait rarissime, l'Eglise catholique de France, par la voix du président de l'Episcopat, le Cardinal Etchégaray, l'a formellement condamné comme contraire au devoir d'accueil et de justice des chrétiens l'arbitraire le plus total Lors de la conférence de presse où M. Stoléru présentait son vilain bébé, il devait reconnaître que des aspects aussi importants que la procédure des refoulements n'étaient pas encore définis. C'est pourtant sur ce point que les choses vont le plus loin. L'article 3 du projet indique: «Dans des conditions déterminées par un décret en Conseil d'Etat, le ministre chargé du Travail peut fixer, par département et en fonction de la situation de l'emploi, le nombre maximum de renouvellements d'autorisations de travail qui pourront être effectués chaque année au profit de travailleurs étrangers permanents ». Comment seront choisis ceux à qui l'on ne renouvellera pas le titre de séjour? Pas un mot, c'est-à-dire l'arbitraire le plus total, c'est-à-dire la volonté du ministre, c'est-à-dire puisqu'il avait fait part de sa volonté sur ce point aux syndicats, l ' écréma~e des immi~rés syndiqués ou politisés pour «menace de l'ordre public », le renvoi des immigrés malades pour «atteinte au crédit public », le règlement d'un certain nombre de problèmes ponctuels de main-d'oeuvre par cette manière économique de licenciements sans frais etc. On aimerait un démenti, on aimerait que M. Stoléru s'engage, en particulier, à ne pas renvoyer les malades, comme il l'avait préconisé. Le texte qu'il propose lui donne tout loisir de le faire. Enfin, les difficultés d'obtention d'une carte de résid~nt privilégié font de la masse des travailleurs immigrés, 20 % de la classe ouvrière, une base d'expérimentation pour une mise au pas qui passe par la mobilité de la main d'oeuvr_e, la« réduction des coûts sociaux» et la dégradation des libertés ouvrières. Soumis à une carte de trois ans non automatiquement renouvelable et aux quotas départementaux, ils devront se taire, obéir, tout accepter 1 . M. Stoléru ose parler d'une accélération des naturalisations de travailleurs immigrés, au moment même où l'on refuse par dizaines des mariages entre Français et étrangers et où les Français qui ont le malheur de n'être pas parfaitement blancs sont en permanence victimes de vexations racistes et des contrôles d'identités discriminatoires dont le secrétaire d'Etat est un des plus farouches partisans. A tel point que certains Français d'origine africaine demandent, lorsqu'ils n'y sont pas incités, à abandonner cette nationalité qui leur vaut plus encore d'avanies que n'en subissent les étrangers. La loi Bonnet est une loi raciste, une loi scélérate; la loi Stoléru est une loi raciste, une loi scélérate. Il faut les combattre. Il faut les empêcher. Théo SAINT-JEAN droit et liberté. nO 382 • juillet-août 1979 A l'appel du mrap et d'une trentaine d'organisations, plusieurs milliers de manifestants ont dé· filé dans les rues de Paris pour protester contre les projets racistes du gouvernement. loi barre-bonnet amendée par l'assemblée nationale • Entrée du territoire soumise à la présentation de garanties de rapatriement (billet retour ou somme équivalente) ou des autorisations nécessaires à l'exercice d'une activité professionnelle. Interdiction du territoire à qui «menace l'ordre public ». • Création de camps d'internement administratifs pour les personnes jugées indésirables à la frontière. • Déchéance de la qualité de résident privilégié possible à la suite d'une peine définitive d'emprisonnement, ou pour atteinte à l'ordre public ou au crédit public. • Expulsion automatique pour «menace contre l'ordre public ou le crédit public ", possession de papiers falsifiés, si un étranger ne peut justifier être entré régulièrement sur le territoire français, s'il s'y est maintenu au-delà de son délai léAal de séiour. s'il a fait l'objet d'une condamnation définitive pour défaut de titre de séjour, s'il s'est maintenu sur le territoire français après un non-renouvellement de son titre de séjour. (A noter le caractère automatique des cas d'expulsion, sans recours possible pour faire valoir sa bonne foi, et le fait que l'administration a alors le droit à décider de l'application immédiate de la mesure sans en référer à la justice). • Délégation de pouvoir du ministre de l'Intérieur aux préfets des départements frontaliers ou de ceux qui comportent un aérodrome international pour décider eux-mêmes de l'expulsion et pour la faire exécuter. projet boulin-stoléru • Création d'une autorisation de travail unique valable trois ans non renouvelable. • Retrait immédiat du titre de trois ans lorsque l'étranger se trouve au chômage depuis plus de six mois ou lorsque son contrat de travail a été rompu en raison d'un retour tardif de vacances. • Etablissement d'un quota annuel et limitatif au niveau de chaque département pour le renouvellement des autorisations de travail, quota fixé en fonction de« la situation de l'emploi » . • Retrait du droit au séjour en cas de refus d'autorisation de travail. • Carte de résident privilégié pour un étranger qui est en France depuis plus de 20 ans, valable dix ans et renouvelable sous réserve de justifier du paiement des impôts. • A noter que, selon les habitudes bien connues de M. Stoléru, de nombreux points restent dans l'ombre et sont confiés àdes décrets d'applications, c'est-à-dire, une fois de plus, à l'arbitraire du ministre. 21 o u c: ~ o a o o .r: CI. • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil le souvenir d'anne frank représentent 11 % de l 'ensem ble de la populati on améri ca ine), 12 éta ient des Chicanos et 8 des Indiens (4,7 % ensemble). Et parmi eux, plusieurs pri sonniers politiques condamnés sans preuves, comme Johnny Harris (Imani ) de la pri son d ' Atm ore, Alabama , condamné à mort à la su ite d 'une rebeil ion des prisonniers au cours de laquelle un garde trouva la mort . Johnny Harris, à ce mome nt, pu rgeait 5 condamnations de prison à vi e ! Son histoir e est exemplaire du processus de répression raciale aux Etats- Unis. En 1970, Johnny Harris et les siens furent la première fami lle noire à emménager dans un quartier blanc de Birmingham où le Ku -Klux-Klan éta it très actif et où logeaient plusieurs officiers de police . Le harl ècement commença aussit ôt pour racisme vers un été chaud A l'approche de l'été les violences racistes se sont multi~liées aux quatre coins de France. au 'elles soient inspirées par les autorités ou de simples particuliers, elles ont un point commun : elles ont frappé les travailleurs immigrés, africains et maghrébins principalement. Trois hommes sont morts en France en moins de cinq semaines parce qu'ils avaient la peau noire ou étaient originaires d'Afrique du Nord . La liste des agressions que nous publions ci -dessous n'est pas exhaustive. Elle témoigne néanmoins de l'ampleur du mal. Le 7 avril à Strasbourg au petit jour, des C. R.S. investissent le foyer Sonacotra et en expulsent 300 résidents. Le mercredi 25 avril, à Alfortville (Val de Marne) le siège de l'Amicale ..: des Algériens est saccagé. Des papiers et documents divers sont dérobés . Le 2 mai à Chambéry-le-Haut, deux travailleurs immigrés sont expulsés deux heures après avoir été convoqués au commissariat. Les immigrés n'ont même pas eu le temps de faire leur valise. Si les nazis ne l'avaient pas assassinée, Anne Frank aurait aujourd'hui cinquante ans. Le cinquantième anniversaire de sa naissance a été fêté un peu partout dans le monde et également en R.F.A. où quel ques journaux à grand tirage ont évoqué sa vie et sa fin tra gique dans un camp d 'extermination. une nouvelle arme dissuasive John Spenkelnik, un Blanc condamné à mort pour meurtre , a été exécuté par électrocu tion le 25 mai dernier dans la prison de Starke (Floride). M is à part le cas de Gary Gilmore , fusillé en 1977 dans l'Utah, à sa requ ête, deux personnes seulement ont été exécutées depu is 1967 aux Etats-Unis. Cette exécution, qui rel ance le débat sur la peine de mort dans ce pays, inquiète forte ment les militants pour les droits civ iques, car la plupart des 500 condamnés à mort qui attende!1t leur exécution appartien nent aux mi norités, eth n iques ou non, les plus défavo risées du pays. Une statistique du 29 mars 1976 a montré que sur les 468 condamnés à mort à cette époque, 247 (57,7 %) étaient noirs (les noirs 22 Le 23 mai, à Paris, place de la République, sous prétexte d 'empêcher une manifestation organisée par des Iraniens, une vaste rafle au faciès est opérée . Des centaines d'immigrés ont ainsi été interpellés sur la base de la couleur de leur peau . Dans la nuit du 25 au 26 mai, à Orange, deux Sénégalais périssent dans un incendie criminel allumé par plusieurs jeunes racistes . (Voir droit et liberté de juin 1979). Le 30 mai, à Nanterre, la police procède à des perquisitions dans un foyer Sonacotra en l'absence des ... résidents . Ceux-ci, à leur retour, le soir, ont constaté que leurs objets personnels avaient été emportés par la Police . Ils ont du aller les récupérer à la Préfecture. Le 30 mai, au parc départemental de Nanterre, une opération de grande envergure a été organisée contre de jeunes Maghrébins. Une cinquantaine d 'entre eux, dont certains âgés à peine de douze ans, ont été interpellés alors que leurs camarades français n'étaient pas inquié tés. Cette action méprisable s'est accompagnée d'injures racistes ( Qu'est -ce qu 'il y a comme bougnoules ici », " Ça pue ... »), de coups, de brimades, de brutalités diverses. Les jeunes immigrés qui, convient -il de le préciser, n'avaient rien à se reprocher, ont été photographiés et f ichés . Le 6 juin, à Romainville, les C. R.S. investissent le foyer Sonacot ra de la ville. 29 travailleurs immigrés se sont vu interdire l'accès à leur chambre . Le 12 juin à Dijon, mêmes scènes. Une centaine de C.R.S. en tenue de combat ont occupé le foyer Sonacotra et expulsé sans ménagement les résidents qui s'y trouvaient. Les C.R.S. n'ont pas hésité à charger à plusieurs reprises, avec violence, plusieurs dizaines de syndicalistes et militants politiques qui s'opposaient pacifiquement au départ de deux camions contenant les affaires personnelles des immigrés. On compte de nombreux blessés. Le 16 juin, à Gennevilliers, d,ms la banlieue parisienne, un tra vaille~r marocain , OS dans les travaux publics, M. Omar Chenkouk, a étéfrOl dement abattu de cinq coups de révolver alors qu'il allait faire des courses. Un crime raciste . Omar était en France depuis 1966. Il lai sse une femme et huit enfants. Le 16 juin à Nice, trois travailleurs immigrés qui sortaient de leur foyer Sonacotra sont renversés par une Simca 1100 qui était garée un peu plus loin dans l'attente de sa proie . Bilan : deux blessés graves. Cette agression raciste vient s'ajouter à d 'autres actes similaires qui ont semé l 'inquiétude dans les milieux de l'immigration à Nice. Ainsi, quelques jours auparavant, deux trava il leurs immigrés étaient frappés par des inconnus en plein centre d.e Nice, alors qu'un autre était roué de coups par deux racistes le di manche suivant. déloger Johnny Harris et sa fa mille. Ceux-ci tenant bon, on accusa évidemment finale ment Johnny Harris du . viol d'u ne jeune fille blanche de 17 ans et de plusieurs vols. Bien qu 'il eût un alibi irréfuta ble et qu'il ne ressemblât en rien à la description du violeur, on lui refusa toute défense et il fut condamné. En prison, il devint un militant actif au sein du mouvement de défense des droits des prisonniers : " In mates for action ». Ce qui est vi sib ement la véritable raison de sa condamnation à mort. On craint que le gouverne ment américain emploie main tenant la peine de mort comme une nouvelle arme dissuasive contre les Noirs et les autres mi norités ethniques, dont la révolte s 'amplifie , en exécu tant les prisonniers politiques injustement condamnés à la peine suprême . Le Sénat américai n, qui a protesté contre l'exécution , en Iran, d'anciens tortionna ires du peuple iranien, peut -il , sans se déconsidérer lui-même , permettre l'exécution de com battants de la liberté comme Johnny Harris et ses frères de lutte? Robert PAC la bioxine contre les indiens Le New York Times a révélé que l '" agent orange », le défoliant contenant de la bioxine, dont l'aviation américaine a déversé quelques 60 millions de litres entre 1962 et 1970 sur les forêts et cultures du Vietnam provoque de graves séquelles chez ceux qui ont subit son action ou l 'ont simple ment manipulée . Les effets les plus fréquents de l'" agent orange »seraient le changement de la pigmenta tion de la peau , l'impuissance sexuelle, les douleurs dans les articulations, la chute des che veux, la poussée d'excrois sances graisseuses. des pé riodes d 'hyper -activité et d 'irri tabi ité suivies de dépression . Le New York Times a effectué une enquête auprès de 18 an ciens combattants du Vietnam qui déclarent avoir été soumis à l 'action de 1'« agent orange ». On a relevé parmi eux deux cas de cancer de l 'estomac et du pancréas, rare chez des sujets aussi jeunes ; treize de ces • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil hommes sont mariés : l'un n 'a pas d 'enfant, deux ont eu des enfants normaux, mais les dix autres ont eu cinq enfants handicapés et huit enfants mort nés. On est effrayé en pensant aux Vietnamiens qui ont été soumis à l 'effet de l ',, agent orange ». On ne l 'est pas moins lorsqu'on sait que c'est ce même défoliant qui est utilisé pour ouvrir les grandes routes amazoniennes du Brésil , dans les régions où vivent les derniers survivants du génocide indien! R.P. émigration des juifs d'urss Après la libération par les autorités soviétiques d'Edouard Kouznetzov, d'Alexandre Guinzbourg, de Mark Dymchitz, de Georges Vins et Valentin Moroz, il reste encore seize juifs emprisonnés en U.R.S.S. pour avoir manifesté le désir d'émigrer en Israël. Parmi eux figurent Anatoli Chtcharansky qui l'an dernier a été condamné à purger une peine de 13 ans de camp de travail. Dans le même temps, diverses rumeurs faisaient état d'un assouplissement de la politique d'émigration visant les juifs. Rumeurs que semble accréditer le fait que pour le seul mois de mars derniers, 5000 départs ont été autorisés, ce qui constitue un record absolu. Le chiffre de 30.000 autorisa tions délivrées en 1978 sera sans doute largement dépassé pour 1979. d.o.m. cc retournez dans votre brousse» C a 17 ans. Elle a arrêté ses études au niveau du B. E. P. C, A la Guadeloupe où elle est né~ et où se trouve sa famille, pas de travail, pas d'espoir. Au début de l'année, une famille métropolitaine qUI possède une grande propriété sur place prend contact avec elle et lui propose de l'emmener en France où l'on «s 'occupera d'elle » . En effet! Claudette prend l'avion avec le billet retour de l'ancienne domestique de la famille, antillaise comme elle, ma.is qui n.'a pas voulu reco,!,mencer l'expérience. Bien vite, les raisons de cette défection vont paraître à la Jeune fille. En quatre mOIS, elle aura touché ... 650 frs. Elle travaille tous les jours à partir de sept heures moins .Ie quart jusqu'à ce que toute la famille soit couchée. Pas de congés, pas de jours fériés . Lorsq. u'elle est «bien sage » , elle a droit à quelques heures le jeudi. Sinon, privée de sortie! Sur la porte de cuiSine, la patronne a inscrit: " Poubelle : 5 frs ; conneries '(sic) 5 frs ; ne répond pas 5 frs ; etc » . Il s'agit des amendes que la malheureuse doit payer sur ses maigres gratifications pour tout ce qui déplait à ces individus. Le " père de famille » a rajouté : «Zab : 5 frs » ! Mise en esclavage par cette famille, la jeune antillaise doit en outre supporter insultes et menaces. A-telle mal au ventre, on lui propose de lui faire faire une ablation des ovaires par un médecin ami de la famille (elle n'est pas déclarée à la sécurité sociale !).Unjour, elle profite d'une de ses courtes sorties pour s'adresser .à un de se~ compatriotes qui connait le mrap et enfin, elle peut sortir de cet enfer et faire valoir ses drOits av~c l'a.lde de Me George Pau-Langevin, vice-présidente du Mouvement. çette sltuatlo!", est heureusement extrême, elle montre bien quels enchaînements tragiques peuvent entr~ lner les méfaits de la condition coloniale qui est faite aux DOM et notamment aux Antilles. Chômage, eXIl. et en France, le rejet raciste. Le ~acisme quotidien n'accorde en effet pas une extrême importance à la carte d'identité française que les Originaires des DOM sont désormais si souvent obligés de sortir de leur poche pour obtempérer aux incessants contrôles au faciès. Le lundi 11 juin, le soir, trois policiers s'approchent de deux jeunes Antillais qui conversent, assis parmi de nombreuses autres personnes sur la rembarde de la bouche de métro, station Gare du Nord, à Paris : « Descendez de votre perchoir ; ici, vous n 'êtes pas sur vos cocotiers » . L'un des deux jeunes gens interroge: «Pourquoi nous demandez-vous ça? » . C'est plus que n'en peuvent supporter les représentants de la «loi » . On l'emmène au poste. Jean-Louis Sagot-Duvauroux, rédacteur en chef de droit et liberté, qui se trouve là au moment de la scène suit le groupe et demande à entrer dans le commissariat. Résultat, un policier l'attrape au collet, le projette contre le mur et se met à le brutaliser en l'abfeuv~nt d 'injure~, puis, après quelques minutes, il détourne son ire contre sa première victime qui doit subl~ les Insultes ra~lstes d'usage. Le chef de poste observe, goguenard, jusqu'à ce que la vérification d'identité montra qU'II a à faire à un journaliste et à un ... élève policier. Racisme ordinaire! On pourrait penser qu'aux Antilles, au moins, de tels faits soient impossibles. Il n'en est rien . Au début du mois de février, une lycéenne métropolitaine se présente au lycée de Baimbridge en Guadeloupe, avec des vêtements sur lesquels on peut lire l'inscription : Je suis raciste, vive le racisme » . Indigné par cette insupportable provocation, un lycéen va lui demander des explications. Elle rétorque: «Retournez dans votre brousse. La Guadeloupe nous appartient dès le départ des Normands ». Jusqu'à présent, une vive tension se manifeste dans le milieu scolaire et unimersitaire. L'affaire révèle en effet une situation d'inégalité beaucoup plus grave. U~ exemple, M. M, inspecteur de police en Martinique, originaire de cette île doit passer Chef du servl.ce départemental de la police judiciaire. Contre toute attente, on nomme à sa place un métropolitain. M.L, autre inspecteur de police qui pouvait également briguer le poste étant plus ancien dans le grade que ~e métropo!itain I?lacé là ar~itr~i~ement va demande.rdes explications au Directeur départemental des services de poh~e qUI, pour se)ustlfler déclare : «Monsieur le Procureur de la République m'a donné l'ordre de mettre à la dlfectlon du serViCe départemental de la P.J. un des trois métropolitains nouvellement affectés dans le Département - . Le mrap a porté plainte pour discrimination raciale à la demande des intéressés et de la C.G.T. - F.O. - Police, leur syndicat. Anatoli Chtcharansky 1 e CO u p to rd u « Beaucoup d'entre nous s' alarment, souvent àjuste titre, oset- il écrire, de certaines résurgences, dans notre monde actuel, d'un antisémitisme que l'on était en droit de croire enseveli à jamais avec les six millions de martyrs envoyés à la mort par son incarnation démoniaque. Or, dans ce do maine de l'antisémitisme, chacun sait que, s'il y a les propa gateurs, il peut y avoir aussI: hélas! les provocateurs. Alors, je dis en pesant mes mots, que Serge Gainsbourg v,1ent - inconsciemment, je veux le croire - de se ranger dans cette dernière catégorie ». foi qui songerait à associer cette parodie scandaleuse, même si elle est débile, de notre hymne national, et le judaïsme de Gainsbourg. Mais ce ne sont pas précisément les hommes de bonne foi qui constituent les bataillons de l'antisémitisme. Etait -ce donc bien le moment de fournir à ceux-ci une méchante occasion de faire bon marché de tous les juifs de France? ». de michel' droit Vous ne le saviez pas : Serge Gainsbourg est un provocateur antisémite . C'est la thèse grotesque et odieuse que Michel Droit tente d'accréditer dans un article paru le premier juin dans le Figaro-Magazine, ce Minute en papier glacé. Serge Gainsbourg a commis, à ses yeux, le sacrilège d 'avoir enregistré une « Marseillaise » sur un rythme reggae . Or, Serge Gainsbourg est juif et donc, si l 'on suit le raisonnement de Michel Droit, par ce fait même, ..: il implique tous les juifs qui de",, "Ci viennent ses complices . droit.et liberté. nU 382 • juillet-août 1979 Michel Droit se fait alors perfide et ajoute: « Il n'est évidemment pas un homme de bonne Michel Droit vient de remettre au goût du jour la notion de la responsabil ité collective. Les juifs sont collectivement responsables de la nouvelle « Marseillaise » proposée par Serge Gainsbourg et qu ' il juge scandaleuse. Les juifs doivent respecter deux fois plus que les ••• 23 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil autres la «Marseillaise ». Cela, parce qu 'ils sont juifs. Le patriotisme dont vertueusement se pare Michel Droit ne va pas jusqu'à dénoncer les horreurs commises par un de ses amis fidèles dont il fréquente assidument les réserves de chasse: l'empereur Bokassa 1er , l'assassin des enfants de Bangui . otage du 23 mars Mohamed Chatti, un jeune étudiant tunisien qui préparait une thèse à l'Institut de programmation, a été condamné par le Tribunal des flagrants délits à douze mois de prison dont six avec sursis. On lui reproche d'avoir commis des violences le 23 mars lors de la manifestation des métallurgistes. Or, il est reconnu que Mohamed n'a pas participé à la manifestation et qu'au moment des faits qui lui sont reprochés, il se trouvait dans une agence de voyage. Interpellé à hauteur de la rue Taibout alors qu'il se dirigeait vers la station de métro Richelieu-Drouot, il a été abreuvé d'injures racistes ( raton, sale. Arabe, qu'est-ce que t'as à foutre ici, t'as qu'à rester chez toi »), de brimades, de coups. Malgré les nombreux témoignages de moralité qui se sont manifestés en sa faveur, Mohamed Chatti a été condamné. Il n'est pas le seul jeune innocent à subir la répression après les événements du 23 mars. En inaugurant cette politique d'otages, les pouvoirs publics et le ministère de l'Intérieur tiennent à masquer leurs propres responsabilités dans les incidents qui ce jour-là, se sont produits aux abord6 de l'Opéra. des pol iciers co'ntre les rafles au faciès Le syndicat général de la police (S,G,P,) qui avait par la voix de son Président d'alors, Jean Chaunac, pris position contre les controles racistes dans le métro, a tenu son congrès du 24 au 27 avril de(nier. Un point de la résolutiorh générale retiendra l 'attention, celui concernant la lutte contre le racisme . Le S.G.P. appelle en effet « tous ses adhérents à 24 s'opposer aux pratiques professionnelles qui pourraient avoir acquis, volontairement ou involontairement. un caractère raciste ou qui conduiraient à des discriminations raciales quelconques ». ton outre le syndicat général de la Police «s'engage dans la lutte difficile et pourtant nécessaire contre le racisme, à propos duquel il n'est pas inutile d'évoquer les luttes de ses militants pendant l'occupation nazie et celles qui se sont succédées depuis pour la défense des Droits de l'Homme et des institutions républicaines ». Cette action en faveur de la lutte antiraciste s'est aussi ma' lifestée à l'occasion d'une audience accordée par le Préfet de Police M. Somveille à une délégation du bureau syndical du S.G.P. le député, hitler et les juifs «Les couches dirigeantes plouto-démocratico-judéofrancs- maçonnes d'Angleterre et des U.SA. ont préparé la menace bolchévique contre le continent et l'ont mise en mouvement. Ce monde de /'Internationale juive doit s'effondrer pour que les peuples puissent Vivre ». Ce n'est pas Goebbels qui a écrit ces lignes mais Hans Jahn, un homme politique de la R.F.A. élu à l 'Assemblée Européenne sous la bannière de la C.D.U. le 10 juin dernier. Ces quelques lignes prises au hasard qui ne reflètent qu 'imparfaitement le délire antisémite de Jahn sont extraites d'un livre que ce dernier a fait paraître en 1943. Son titre

La Tempête des steppesl'impérialisme

judéo-bolchéVique. Hans Jahn, dans un entretien accordé à Stern, un magazine ouest-allemand, reconnaît les faits. Cela ne l'a pas empêché de condu ire la liste présentée par l'Union chrétienne-démocrate (C.D.U.) en BasseSaxe à l'occasion des élections européennes et d'être ... élu. Fina lement devant l'ampleur des protestations qui se sont élevées en France et en R. F.A. celui qui avait osé écrire «dans mille ans encore l'humanité prononcera avec respect le nom de Hitler » préférait se démettre afin de «ne pas porter préjudice à son parti ». 1878 : Un épisode exemplaire de la répression coloniale en NouvelleCalédonie. Le 6 juin 1979, M. Paul Dijoud, secrétaire d'Etat aux DOM-TOM déclarait aux habitants de la localité de Pointimié, en Nouvelle-Calédonie

" Si nos ancêtres n'étaient pas des. saints, permettez-moi de vous

faire remarquer que les vôtres étaient des antropophages!» (In FranceAustrale 9/ 6/79). Cette manière fort coloniale de répondre aux inQuiétudes des habitants des T,O.M., si elle peut légitimement forcer l'éton.nem~nt des antiracistes, n'en est pas moins bien adaptée à une des situations les plus anachroniques qui existe sur un territoire de juridiction fra~çaise , De récents procès intentés aux indépendantistes de Polynésie l'ont une fois de plus révélé, Les lois françaises ne sont applicables à ce territoire que pour autant que cela soit explicitement spécifié. C'est ainsi que la loi «ant/-casseur »est applicable à Papeete, mais pas la loi antiraciste de 1972, ':Ii la loi protégeant la vie privée des citoyens, ni la loi instituant des comités d'entreprise obligatoires, ni le code de procédure pénale (c'est encore le vieux code d'instruction criminelle de Napoléon III qui sévit là-bas 1). Le droit de grève est soumis à une procédure de négociation obligl:!toire et préalable dont la durée minimale est de .. . 39 jours, On pourrait multiplier les exemples, A cette siutation coloniale au niveau de la législation, s'ajoute l'inquiétude de la population devant les effets des essais nucléaires à Mururoa. Le silence des autorités à ce sujet n'est pas, en effet, de bon augure: refus de donner les taux de radio-activité dans les îles proches, tandis que des savants ont pu constater des taux importants de produits nocifs dans certains poissons, expulsion de journalistes ou de personnalités étrangères qui voulaient enquêter sur cette question, etc .. , On comprend que les idées indépendantistes fassent du chemin et que la colère s'exprime, En janvier et en mai dernier, deux procès ont eu lieu contre des indépendantistes, l'un à la suite d'un attentat contre une personnalité métropolitaine, l'autre à la suite d'une muniterie à caractère politique dans la prison de Papeete (Tahiti), Les,inculpés ont été condamnés en tout à 193 années de réclusion dont 78 ans de travaux forcés sans compter Manuel Tauhiro, condamné au bagne à perpétuité! . Et oui! Les travaux forcés, abolis en France, sont toujours une peine courante en Polynésie , C'est un des aspects troublants de l'application là-bas du code d'instruction criminelle. Il en contient bien d'autres, Il stipule en effet que, dans une Cour Criminelle (l'équivalent de la Cour d'Assises en France), les jurés sont au nombre de 4 (contre 9 en France), qu'ils ne peuvent être choisis que parmi les «notables » (sic), qu'un domestique, un serviteur à gage, quelqu'un qui ne sait pas lire et écrire le français ne peut être juré, que « les personnes qUI ont beSOin de leur travail journalier pour vivre »sont dispensées de la fonction de juré. A noter que parmi les trois personnes qui sélectionnent les éventuels jurés à la cour criminelle de Papeete, 011 'trouve ". le président de la Chambre de commerce! ' Avec toutes ces précautions, il y avait peu de chance pour que les indépendantistes jugés au début de l'année ne capitalisent pas un maximum d'année de bagne, puisque bagne il y a, Quelle que soit l'opinion que l 'on peut porter sur les méthodes du groupe " Te toto tupuna »auquel appartenaient les inculpés, l'iniquité de la procédure et des peines est de nature à renforcer leur détermination et celle du peuple de Polynésie, plutôt que d'apaiser les esprit~. Elle requiert la solidarité des antiracistes pour que cessent ces pratiques coloniales et que soient respectées l'identité et les droits des Polynésiens et de tous les peuples des TOM. - • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil le prix du pétrole a baissé Un rapport officiel remis à la Commission Energie du Plan révèle à quel niveau on en est arrivé dans l'esbrouffe à propos du prix du pétrole. Au moment même où , d'une voix unanime et plaintive, les radios, la télévision et la presse officielle font trembler les Français en leur faisant croire à une véritable agression des pays de l'OPEP contre leur niveau de vie , on apprend que depuis 1976, le pétrole a en fait ... baissé. En effet, les récentes hausses correspondent à un réajustement par rapport à l'inflation mondiale, réajustement qui ne permet cependant pas aux pays producteurs de pétrole de retrouver leurs revenus d'il y a trois ans. En francs constants, la tonne de brut est passée de 591 francs en 1976 à 485 francs en 1979, soit une baisse de 20 %. S'il fallait 11,25 jours de travail à l'ensemble de laFrance pour payer sa facture pétrolière en 1976, il n 'en faut plus que neuf et demi en 1979. Si le prix de la tonne de pétrole raffiné, tous produits confondus, s'est accru de 50 % pour le consommateur entre 74 et 79, les pays producteurs n'ont bénéficié que d'une augmentation de 12,3 % tandis que les compagnies s'accordaient une augmentation de 00 % et l'Etat. .. une hausse de 85 % en taxes diverses! Quoi d'étonnant à ce que les compagnies annoncent des bénéfices records tandis que les inégalités entre les pays développés et les autres s'aggravent. Raison de plus pour que l'on crie « haro sur le baudet » diront certains. «Racisme » répondront les gens honnêtes. les arguments du front national L'extrême-droite a participé aux électiorls européennes du 10 juin. à travers la présence d'une liste du P.F,N. conduite par Jean-Louis Tixier-Vignancour. ATorigine, le P.F,N. et le Front National devaient unir leurs efforts sous la houlette d'une personnalité acceptable pour les deux parties, en l'occurence Michel de Saint-Pierre, un écrivain catholique-intégriste qui présente en outre la particularité d'être membre du comité d'honneur de la LlCA (Ligue internationale contre l 'a ntisémitisme). L'affaire a capoté par manque d'argent. Or, quelques jours plus tard, le P.F,N, annonçait sa participation à la campagne. Bizarre. On ne voit pas comment le P,F.N, a pu réunir seull'argentquifaisa it tant défaut à deux. Un mystère qui pourrût, de l 'avis de certains, s'éclaircir s'il était possible de jeter un coup d'oeil sur les comptes du M,S.1. l'organisation néo-fasciste italienne. Le Front National est donc pour sa part resté sur la touche. Il n'en a pas moins été présent tout au long de la campagne en provoquant de nombreux incidents de type raciste et fasciste. Un meeting de Simone Veil a ainsi été troublé par plusieurs dizaines de militants d'extrême-droite. Des coups ont été échangés, des grenades lacrymo.gènes lancées, un des colistier de Mme Simone Veil, Jean-Pierre Pierre -Bloch, a même été insu Ité ( Sale juif. viens, on va te faire brûler »). Voilà qui donnera à réfléchir à tous ceux qui, dans les sphères gouvernementales, minimisaient les menées antisémites et les résurgences du néo-nazisme et notamment Simone Veil elle-même qui a qualifié les activistes du Front National de « S.S. au petit pied » alors qu 'elle refusait, lors d 'un débat télévisé suivant la série Holocauste, qu'on les désigne comme des néo-naZI s. Jean-Louis Tixier-Vignancour lors d'une réunion de l'Eurodroite. droit et liberté. nO 382 • juillet-août 1979 autres motifs Liaisons, revue éditée par la Préfecture de Police, vient de donner des chiffres forts instructifs sur les activités de ses agents dans le métro. Un article de présentation donne une version idyllique de ce~ activités consacrées toutes entières à réprimer la délinquance, vols, violences, etc. Pas un mot des contrôles d'identités racistes dont pourtant, le ministre Bonnet a reconnu et justifié l'existence à l'occasion d'une question écrite, à l'Assemblée Nationale. Les chiffres, par contre! Ah ! Les chiffres! 628.482 interpellations en 1978, soit 1076,43 % de plus qu 'en 1972. Là, tous ceux qui prennent le métro savent qui sont, dans l'écrasante majorité des cas, victimes de ces contrôles! Sur ce nombre, 30.544 conduites au poste et 10.698 mises à la disposition de la police judiciaire. Entrons dans le détail. Sur ces milliers de personnes déférées en justice, il y en a seulement 1027 qui l'ont été pour vol ou violence, et encore faut-il dire que la préfecture indique le chiffre de 435 pour la rubrique « autres vols et suspicion »dont on peut se demander si elle correspond dans tous les cas à des délits réels. Il reste ce que l'on appelle, à la Préfecture, les «autres motifs » : 5.865 cas. C'est là sans doute qu'il faut placer les étrangers en situation irrégulière, parmi d'autres. Quelle disproportion entre les 600.000 interpellés , les 30.000 conduites 'au poste et les 1 027 cas d'atteinte à la sécurité des personnes ou des biens. Quelle somme d'humiliations, de temps perdu, de . tensions inutilement provoquées. Il faut bien le dire, ces centaines de milliers d 'interpellation~, ont un objectif très différent de la protection des personnes et des biens. historia donne raison au mrap Dans sa livraison d'Octobre 1978, la revue Historia pu bliait sous la signature de Albert Zarca un article intitulé « Que sont devenus les enfants des chefs nazis » dans lequel il rapportait complaisamment les propos antisémites de l'épouse de Heydrich (1). Le mrap décidait alors d'engager une action en justice et réclamait l'application de la Loi de 1972 réprimant les discriminations et l'incitation à la haine raciale. L'affaire vient de trouver son dénouement. M. Maurice Demoncel, directeur à Historia a accepté de faire paraître dans un prochain numéro de cette revue un communiqué. «Les survivants de la déportation, y lit-on, les parents des victimes de l'bolocauste hitlérien, les résistants, se sont légitimement émus de la publication dans le numéro d'octobre 78 de la revue Historia d'un article, signé par Albert Zarca, dans lequel étaient complaisamment reproduits des propos de Mme Lyna Heydrich. diffamatoires, racistes et constituant une apologie des crimes de guerre. M. Maurice Dumoncel, directeur de la publication, partage pour des raisons aisément compréhensibles (2) l'émotion ressentie par nombre de lecteurs d'Historia et il désavoue publiquement l'article de M. Zarca ». Prenant acte du ferme désaveu exprimé par M. Maurice Dumoncel, le mrap s'est désisté de sa plainte avec constitution de partie civile (3). Historia s'engage en outre à publier avant la fin de l'année une étude de 7 à 8 pages signée par M. Pierre Paraf, Président du mrap, sur l'histoire du combat antiraciste en France de l 'Abbé Grégoire à nos jours. Une victoire exemplaire qui montre que la Loi de 1 972 contre le racisme présente aussi un caractère dissuasif qui permet, dans certains cas, d'éviter des actions répressives. (1) Voir droit et liberté de novembre 1978. (2) Rémy Dumoncel, le père de l'actuel directeur d'Historia, s'est illustré durant l 'occupation en sauvant de la mort des dizaines d'enfants juifs. Conduite héroïque qui lui vaudra d'être daporté par la Gestapo au camp d'extermination de Neuengamme où il périra quatre semaines avant la libération. 13) Historia s'engage à rembourser au mrap les frais de iustice déjà engagés soit environ 2500 francs. en bref • Un Comité d'Action pourle Respect des Droits de la Défense vie nt de se créer . C.A.R.D.D. 11 rue de Panama 75018 Paris. Tél. : 257.93.69. 25 PRÉT A PORTER FEMININ 2..D _RUE LANTERNE 69001 LYON - TEL. 28 3017 Jjijouttrit Joailltrit e~car ltbmann fabr ique artisanale 33. P laet granbeltnll'nt. 33 69100 bi l lturbanne oe 54 47 55 GOUGENHEIM 1 M PR 1 ME RIE - PUBLICITE: 5 A R L CAPITAL 525000 F" 239 . RUE DUGUESCLIN _ LYON 3· 1 60 03 33 1 60 27 78 26 Ets PAULA BRIHO . , Prêt-à-Porter féminin 237 rue St Denis 75002 Paris - Tél. : 508.03,34 PUBLICATIONS MANDEL à votre service O fficiel du Prêt-à-Porter ,\nnuaire Professionnel du Prêt-à- Porter Officiel des Textiles Tarifs de publicité et abonnements : CIT - BP 262 - 3, rue de l'Arrivée, 75749 PARIS Cédex 15 Tél,538,71.50 Pompes Funèbres et Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU EVite au"; fam,lIes t outes dem a rCheS pour Inhumatlona . TOlie u e ' ""C)r1 U. lr . ~ lmceuls Transports d. corps Pa" s ProvlnC • . Isr •• 1 81 tout PaYI Ac hats de terr ains . const ructions de ca v •• u a Monuments . G,avure ::s. Photos . POr1r a,u Mal.on con ".ntlonr.ée 122. avenue Marx Dormoy 92120 MONTROUGE ( fa ce la ?Ofte prtnClpale du c ,mefIE"e de BagneulI l Télephone 656 74 74 • Ct RI GN,\ N ( ). TL XT I L I VENTE EN GROS TISSUS SPORTSWEAR SPECIALISTE VELOURS Tél. 1781 28,77,56 + 18, Place Tolozan 69001 LYON - • action. la leçon de colombes Nous étions sur le trottoir, il était Il heures du soir, Tout à coup une voiture est arrivée, nous a funcé dessus, Nous sommes tombés. Deux hommes sont sortis et se sont mis à nous tabasser, Puis i ls nous ont laissé sur le sol, mais ils sont encore allé brutaliser deux Français â,;és qui avaient été témoins de la scène », L homme qUI parle, l'oeil pansé, la machoire abimée, est maghréb!n , Il vit en Fra,nce depuis ?es annees, Son camarade est à l 'hôpital avec une double fracture du crane, Le fait qu Il raconte s est passé le lundi 18 JUin, à Colombes, Devant lUI, plus de deux cents personnes écoutent, visiblement émues, On est dans le foyer Fran kenthal, le mercredi 20 JUin, à Colombes, Le comité local du mrap et les résidents du foyer aval,ent invité les habitants du quartier Europe où ils se trouvent à venir ici prendre du thé, regarder un film, discuter. 60 Français environ sont venus, Un grand nombre d'immigrés marquent par leur présence l 'Importance qu 'Ils attachent à cette prise de contact, Le réCIt dramatique de l 'homme IJlessé n'était pas prévu, On aurait préféré parler de ce que l'on Vit, les uns et les autres , tout simplement. Mais le racisme est là, violent, massif, Initiative onglnale de ce comité local et des résidents du foyer. Ils ont contacté les prêtres du quartier pour qu 'Ils inVitent leur s paroissiens à venir échanger sur la vie et les particularités des différentes communautés religieuses qui vivent sur le quartier, Les musulmans y sont très nombreux et c'est pourquoI les organisateurs ont choisi un film , au demeurant excellent, sur l'Islam diffusé par 1'1 CE, l, , «Le Coran et son Prophète », Curieuse, passionnante soirée, Ce ne sont pas les militants «habituels » qui sont là, mais des f'rançals et des étrangers qui ne se connaissaient pas et qui se découvrent. Les incidents sur la politique d'Immigration, sur le racisme, sont évidemment partout présents, Mais recouvertes aussi par cette réfleXion encourageante d'une femme qui trouve que « le film ne devrait pas dire que les musulmans sont tous frères puisque chrétiens, musulmans et juifs croient au même Dieu ; il faudrait dire que nous sommes tous frères », Et l'incroyant, aussi, qui s'inclut dans cette bénéfique fraternité, Religion, coutumes, habitudes, tout s'exprime autour du thé qui circule, A onze heures, on se sépare, Les ch rétiens présents veulent demander à leurs prêtres s'il ne serait pas possible d'offrir un local aux musulmans pour qu'ils puissent y prier, Tout le monde est d'accord pour soutenir l 'action du mrap en faveur de ceux qui se sont fait agresser, Peut-être, comme l'idée en a été lancée, s'invi tera t -on à la table les uns des autres, Les musulmans qui étaient allés faire leur prière sont revenus pour saluer leurs hôtes. Le quartier Europe sans racisme, c'est vraiment mieux! lun re# n 1 utr

--~b~li:é-une adresse aux parlementaires de la auvergne -

limousin: information Le comité de la Haute-Vienne a édité et diffusé un tract sur les projets de loi visant les étrangers, Poursuivant son information sur le nazisme et le néo-nazisme dans les établisse ments scolaires, il a animé des débats autour du film « Nuit et Brouillard ", au C.E,S, Anatole France, à Beaubreu il, au Lycée agricole des Vaselx (29 mai), Il a tenu des stands à la fête du P,S, les 2 et 3 jUin, et à celle de «L'Echo du Centre ", les 16 et 17 juin , Les 9, 10et 11 juillet, Il participera à l 'animation du village de vacances de Pie rrefitte, au bord du lac Vasslvlère, picardie champagne · multiples débats Le comité d'Amiens a participé à la fête des quartiers Montières-Etouvie (19-20 mai) ; pu - droit et liberté. nO 382 • juillet-août 1979 Somme pour les inviter à rejeter les projets Bonnet et Stoléru ; organisé une manifestation (dessins à la craie dans une rue piétonne) à l'occasion de l 'anniversaire du massacre de Soweto (16 juin). précédée, le 11 juin, par une Interview de Marc Mangin à Radio -Picardie, et par un débat au lycée Saint-Rémy, animé l'Jar Jean -Pierre Garcia avec les films « Soweto " et « Namibie : une confiance trahie », Le comité de Châlons-sur-Marne a organisé avec l'Amicale des Déportés un débat fort suivi à la M,J ,C, du Verbeau, sur le thème : «Racisme d'hier et d'aujourd'hui ", avec pro jection de «Nuit et Brouillard », Il présente au Lycée d'Etat, son exposition sur l 'Afrique du Sud, Il a édité en quatre langues un tract destiné à faire connaître aux travailleûrs immigrés la loi du 1 er ju illet 1972, paris: cont re les rafles racistes La Commission Animation et Dévelopfle ment, qui s'est donné pour objectif de développer l'implantation du mrap à Paris annonce la création de deux nouveaux comités (11 eet 13e) ce qUI porte leur total à 9, bons de soutien tirage du 30 juin • le nO 141721 gagne un voyage en R,D.A, en août, .Ie nO 81450 gagne un séjour de 2 semaines en Grèce, prochain tirage le 7 décembre La première initiative du comité du 11 e, nouvellement créé, en coopération avec celui du 10 ème, a été d'organiser une animation -in formation contre les contrôles d'identité ra Cistes, le 26 juin, à la station de métro Républi que, Cette « opération coup de poing " '" contre le racisme a été accueillie avec sympathie par la plupart des voyageurs , Le 25 avril , c'est le comité du 18 ème qui avait pris une semblable initiative à la station Place Clichy, Ce même comité a animé un débat sur le film «Dupont La joie » au ciné -club «La Clé du 18 ème ", à la Maison Verte, "a partiCipé à diverses manifestations locales , le Carnaval de la Goutte d'Or (16 juin), avec l'As sociation Culturelle de la Goutte d'Or et le Groupe Accueil et Promotion; la Fête des En fants de la Goutte d'Or (20 juin); la Foire aux Associations du 18 ème (23 juin), Il diffuse largement l 'affiche de Cabu «Non aux contrôles racistes ", dont il a été l'initiateur, En dépit de ses multiples activités, de ses liens profonds avec l'immigration, il a été délibérément évincé du débat en direct sur le racisme orga nisé le 13 juin à la Goutte d'Or dans le cadre de l'émission «Mi-fugue, mi-raison », , . . . reglon parisienne· nouveaux comités A Bagnolet, le mrap a collaboré à la sema ine cinématographique sur les problèmes de l'immigration, due à l'initiative de l 'Association bagnolétaise du cinéma, sous le patronaÇle des revues« Cinémaction »et « Imape et Son », Mohamed Alkama a animé un debat le 6 juin, et participe le 9 juin à une table ronde, ainsi que Yves Thoraval. Notre comité de Saint-Denis a participé au Festival des Travailleurs Immigrés qui s 'est traduit dans la ville par plusieurs spectacles, prOjections et débats, Les 50 travailleurs, la plupart immigrés, de la S,P,C, !. à qui il avait apporté son soutien dans leur lutte pour «le droit de mieux vivre ", ont obtenu, après 45 jours, d'importantes sa tisfa ctions, Le comité d'Ivry, qui informe ses adhérents et amis par un bulletin sur l 'actualité raciste et antiraciste, a pris contact avec le foyer SONACOTRA de cette ville et apporte son soutien aux résidents en lutte , Il a organisé le 22 juin une soirée sur la montée du fascisme et du ra cisme, commencée par la projection d'un court métrage sur Dachau , avec ensuite un débat animé par Arieh Xavier-Ben -Lévyet Françoise Feniystein , Le 19 mai , quelques adhérents d' Argenteuil déc idaient de tenir un stand à la fête communale, Les 2, 3 et 4 juin, ils faisaient de même (avec l 'a ide de militants parisiens) à la fête d 'Avant-Garde qui se tenait dans leur ville, Les adhésions recueillies, les contacts prisant abouti à la création d'un comité local. Celui-ci a tenu sa première réunion publique le 20 juin à ••• 27 • n IV bi6 prêt-à-porter féminin style shop 1 niv bi6 1 18 rue paul bert 690031yon tél. 623143 ICharles 13 mai 2011 à 10:04 (UTC)Î ~ I


~

bijouterie joaillerie a . soussan '06, rue iean-iaurès 42300 roanne R. DESCHAMPS FABRIQUE DE CRAVATES ET ËCHARPES DE HAUT LUXE PIERRE BALMAIN TÉL. (7 8) 28·66·86 7. RUE PUITS'GAILLOT 28'40·77 69 . LYON (FR) 28 ryvka e FABRICANT - GROSSISTE PRÊT A PORTER PARIS MODE INTERNATIONALE ET BOUTIQUE 16, RUE ROMARIN 69001 LYON· TERREAUX TEL. (78) 28.44.89 + confection prêt-à-porter en gros 21. RUE ROMARIN - 69001 LYON - TÉL. (78) 27-32-73 prêt à porter féminin vente en gros JUPES - PANTALONS - TRICOTS CHEMISIERS - ROBES 29, rue'des capucins, 69001 Iyon tél. (78) 28.97.38 TOUTE L'IMPORTATION INDIENNE EN PRET A PORTER BIJOUX, ENCENS, PANNEAUX DECORATIFS GADGETS EXOTIQUES VENTE EN GROS gWICharles,. " 29, RUE DES CAPUCINS ! 69001 LYON 1 Tél . 78 ;' 28.73.89 la salle de projection de la bibliothèque municipale. Albert Lévy, secrétaire général du mrap, . ,animait le débat. M. Robert Mondargent, dé' pute, a exprimé son soutien à l'action du Mouvement, dont la nécessité a été soulignée par de nombreux participants. De même, grâce à l'initiative de quelques adhérents anciens et nouveaux, un comité s'est constitué à Sarcelles. Le 22 juin, sa première soirée publique, où fut projeté le film " Soweto ", son président, Louis Raymond, son président d'Honneur, M. Wilkowsky, maireadjoint, Mme Claude' Maurice, secrétaire, et les autres membres du comité, ainsi qu 'Albert Lévy, ont exposé les objectifs et les activités du mrap, et le débat fut d'une grande richesse, à la cinémathèque du Forum des Cholettes. De nouvelles adhésions ont été enregistrées et le comité s'est élargi. midi - le 30e aquitaine pyrénées anniversaire célébré dans l'action Pour marquer le 30" anniversaire du mrap, une rencontre des comités de la région s'est tenue le 17 juin à Toulouse. La matinée était consacrée à un débat sur l 'activité de cescomités . L'après-midi comportait un exposé du Dr Patrice Richard, chercheur au CNRS, sur le su jet suivant :" A propos de la génétique etdu racisme", un échange avec les représentants des associations de travailleurs et d'étudiants étrangers, enfin, une partie culturelle: chants et musiques arabes et africaines. Le comité de la Côte Basque a tenu un stand, le 10 juin, à la fête franco-portugaise du Boucau , près de Bayonne, et les 16-17 juin, à la fête du P.C. F. à Anglet. Le comité de Pau, après avoir mené une PR~SIDENT : Pierre PARAF ; VICE · PR~SIDENTS : Charle. PALANT, Abbé Jean PIHAN , M' George PAU·LANGEVIN, Dr Françol. GREM,Y ; . SECR~AIRE GtN~RAL: Abert LtVY ; COMIT~ D'HONNEUR : Henri ALLEG, George~ AURIC, Robert BALLANGER, BAton nier Albe.., BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charle. de CHAM' BRUN, André CHAMSON, Loul. DAQUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Puteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max·Pol FOUCHET, Jean HIERNAUX Pierre JOXE. Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, BAtonnler Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON·CAEN. Jacqu •• MADAULE, Albert MEMMI, Robert MERLE, Th-'odore MONOD. Henri NOGUERES, ttlenne NOUVEAU, Jean PICART LE DOUX, Marcel PRENANT. Alain RESNAIS,' Guy RIOBE, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU. JeanPaul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean SURET·CANALE, Alain TERRE· NOIRE. Jacqueline THOME·PATENOTRE, VER· CORS, Jacqueline VICTOR ·BRAUNIER, Docteur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Mouvement contre le R8cisme et pour l'Amitié entre les peuples est le nouveau titre Que s'est donné le Mouvement contre /e Racisme, l'Antisémitisme et pour 18 Paix, par le vote de son congrès des 26·27 novembre 1977. Poursuivant son action de toujours, le mrap réaffirme sa volonté de combanre avec une égale vigueur tous les aspects du racisme, Quels Qu'en soient les auteurs ou les victimes, en Quelque heu aue"Ce soit. Défendant le. droits et la dignité de tous les hommes, dans le respect de leur iden tité. il oeuvre pour l'amitié entre les peuples, condi tion majeure de la paix . droit e~ liberté. na 382 • juillet-août 1979 campagne contre la venue des Springboks, participe à la collecte du Collectif Tiers- Monde pour les réfugiés sud-africains et rhodésiens . Information sur l 'apartheid, à Castres, où notre comité local a présenté dans deux M.J.C. , les 29 et 30 mai , le film " La dernière tombe à Dimbaza ". languedoc - roussillon : états généraux . Parce qu 'un candidat aux élections municipales avait tenu contre un autre des propos xénophobes ( Nous le renverrons à sa Tchécos lovaquie natale " ! ... ) et qu'une adhérente du mrap a réagi, un comité du mrap est né à Narbonne. Avec celui de Carcassonne, il a décidé d'apporter son concours aux «Etats-Généraux " du Langudoc-Roussillon, que préparent les organisations syndicales et socio-professionnelles, dans la mesure où leur plateforme comporte un chapitre relatif à la lutte contre le racisme. Les deux comités ont également tenu un stand à la fête départementale du P.C.F. à Coursen'(2-3 juin) et à celle du P.S. à Lézignan (23-24 juin). L'action animée par le comité de Nîmes pour la défense des étudiants étrangers a abouti au prolongement jusqu'à fin août de l'autorisation de séjour que l'un d'eux, M. El Maamar, s'était vu refuser en mars. centre: l'intense . activité d'un comité Le comité du Gâtinais a fait preuve dans la dernière période d'une intense activité. Voici un résumé de ses initiatives: participation, avec d'autres associations, à une « semaine du Tiers-Monde " , rencontre avec le conseiller municipal de Montargis chargé du problème des immigrés, avec qui est envisagée la création d'une Commission extramunicipale sur l'immigration ; intervention auprès du président de l'Office d'H.L.M., après une rumeur de suspension de l'attribution de logements aux travailleurs turcs; participation à un week-end turc à Montargis ; intervention, avec l'association des déportés, auprès d'un marchand de jouets qui exposait des soldats en uniforme nazi; soutien à une conférence de Roger Kaha ne et Jacques Arnaud sur l 'affai re Peiper; mise en place avec un avocat d'une procédure d'information des immigrés menacés d'expulsion

réalisation avec le " collectif Immigrés "

dont il fait partie, d'un dossier sur l'immigra tion dans la région, soumis aux maires de Montargis et de Chalette, et au président du District ; participation à la fête de la C.F .D.T. (19-20 mai). Le comité est en outre engagé dans la campagne contre les lois Bonnet et Boulin -Stoléru

collecte de signatures; lettres et demandes

d'audience au député, au sénateur, au sous-préfet (ce dernier a refusé), manifestation devant la sous-préfecture (22 juin) avec l 'appui d'autres associations. bretagne - pays de la loi re : pierre paraf à nantes Après le vote du projet Barre-Bonnet par la majorité de l'Assemblée Nationale, le comité du mrap de Loire Atlantiql!e a lancé, le 6 juin, un app€\1 aux sénateurs du département, appelés à se prononcer le 26. A Nantes, également, signalons la participation du mrap à une manifestation de protestation contre les menées fascistes qui ne sont notamment traduites, le 25 mai, à Caen, par l'enlèvement d'une jeune militante syndicale, dont les tortionnaires ont incisé la poitrine pour y marquer des crois gammées. • •• Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amitié entre le. peuple. J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté • Nom (e" cdpl tale l Prénom âge Pr ofe ssion ArlrA sse Corle pc'stal Ville Le montan't de la carte d 'adhésion (prix indicatif: 50 Francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d 'apporter le soutien le plus efficace à l'action du mrap. Abonnements d'un an Il droit et liberté l50 FI . Abonnement de soutien (100 FI. ~tranger (75 FI . C.C.P. 9239·81 Pari • . . • Rayer la mention inutile. mouvement contre 1. raclame et pour l'amlt entre lea peu pl ... (mrapl 120, rue saint·deni • . paris (21 . tél . : 233.09.57 . C.C.p. : 14·825·85 paris 29' Pendant tout le mois de juin, le comité de Loire Atlantique a présenté dans plusieurs villes l 'exposition « L'affaire Dreyfus. une affaire toujours actuelle », réalisée par le Musée de Rennes D'autre part, le comité dénonce les brimades dont six étudia nts africains viennent d'être vic limes au Mllns : accusés par la S.N. C. F. d'avoir Indüment obtenu des cartes de fami lles nombreuses, Ils ont reçu à leurs domiciles, des vi sites de policiers, qui se sont transformées en p€rquisltlons, accompagnées d'injures ra cistes, et sUivies de 48 heures de garde à vue . Il faut préCiser que se déroulait alors une grève universitaire et que la police recherchait sur tout des tracts : moyen d 'i ntimidation qUI a pro voqué une vive indignation dans tous les mi lieux. bourgogne - franche-comté: avec les résidents de la sonacotra 77 travailleurs immigrés ont été expu lsés manu militari de deux foyers de Dijon , le 12 JUin . Des militants qui tentaient d 'empêcher cet acte barbare ont été matraqués et brutali sés. Le SO ir, à l 'appel de nombreuses organisa lions, dont le mrap, une grande manifestation a eu lieu dans les ru es de la ville. A Dijon, ligalement, le " Club Solidarité » du lycée Carnot a organisé un gala , fin mai, avec le chanteur Jules Beauca rne. Dans le hall de la sa lle où Il se tenait, se trouvait, parmi d'autres, un stand du mrap. Contre la législation anti -immigrés, le 1:0- mité de Belfort - Montbéliard s'est mobilisé, avec 18 autres organisations, afin d'Informer l'opinion et Interveni r auprès des pouvoirs pu blics. nos deuils • Nos amis Marie-José et Paul -Henry Chom bart de Lauwe viennent d'être douloureuse ment éprouvés par la mort accidentelle de leur ills Jean-Marie Chombart de Uluwe, âgé de 26 ans. Nous voulons leur dire, ainsi qu'à toute leur famille , en ces circonstances cruelles, combien nous nous sentons proches d'ellx • Nous avons appris avec émotion le décès ac Cidentel de Jean-Claude Huisman, fils de no tre amie Mme Marcelle Georges-Hulsman. Nous lui exprimons, ainsi qu'à sa famille, notre profonde sympathie • C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès d'Yvette Rivet. responsable des syndicats CGT. et du Comité d'Eta blissement des usines Renault -Boulogne Bil lancourt. Membre du mrap, el le avait pris une part très active à l'Information et à la formation antiraciste dans cette entreprise, notamment à travers les colonies de vacances. Nous pré sentons nos condoléances à sa fami Ile et à ses proches • Jean Cotereau, président d'honneu r de la Libre Pensée française, est récemment dé cédé à l 'âge de 80 ans Il avait , à maintes re - PRQNUPTIA® DE. PARIS POUR QEU~IQ LE PLOE BEAU DE0 ML\RIACES LE vôTRE prises, rnanlfesté son soutien à l'action du mrap. Nous exprimons nos condoléances à sa famille et à l'aSSOCiation qu 'l l dirigeait. • La fin tragique de Jean-Louis Bory a boule. versé tous ceux qUI lisaient ses livres, ses chroniques cinématographiques du " Nouvel Observateur », et qUI percevaient le sérieux de son propos sous les Improvisations JOViales qu ',; olfra It parfoIs aux téléspectateu rs . Cet éCriva Il ', et critique brillant, qui combattait naturel le ment toutes les form€s de la bêtise ra ciste, qUI soutena it de tout son prestige les cinéastes du Tiers -Monde, avait à plusieurs reprises apporté son concours à droit et liberté. Nous avons r es~e ntl avec peine sa disparition . naissances • Nous avons le plaisir d 'annoncer la nai ssance de Ulurence, la seconde fille de nos amis Eliane et Jean-Yves Fimbel , président du comité du mrap de la Côte Basque . • Nous saluons aussi avec joie la naissance de Sophie, fille de Danielle (née Fulon) et Robert Bouger. Nos cordiales félicitations et nos voeux les plus chaleureux. Douloureusementtouché par la mort de mon frère Jacques Silberzan, j'exprime toute ma tristesse et mon affection à son fils, le Dr Silberzan, à sa femme. à ses enfants et toute la famille . Maurice ZYLBERCAN et sa femme Annie. 06. Roquebrune Cap Martin maillots de bain 15 PA RIS choisissez votre toilette dans la brochure PRONUPTIA Sélections à retirer gratuitement dans l'un de nos 158 points de vente en France à l'enseigne exclusive PRONUPTIA® DE , .. ~/S 30 N0 COMMISS ION PARITAIRE 61 013 .!:!P49.24' OO - ..... - -- . . l . ':" . l l. l -: 1. · · · · 1. --- ---:-------- droit et liberté. nO 382 • juillet-BoOt 1979 l. 1 '." .'" "\ 1. . , -1 '1 1 . \ . . \. .. 1- \ 31 tP ~ PRo GRAt/lMe! ......... 1 :1J

Notes

<references />