Droit et Liberté n°158 - septembre 1956

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°158 (262) de Septembre 1956
    • Poujade menace... unissons nous contre les menées factieuses et racistes! par Albert Levy page1
    • Quatorze éminentes personnalités se joignent au Comité d'honneur du MRAP page1
    • Ils font la chasse aux enfants noirs! (discrimination U.S.A.) page1
    • Suez; quelques faits page2
    • Puisqu'on ne vous le dit pas par oncle Tom page2
    • Face aux menées factieuses et racistes de Poujade: le MRAP propose à la L.I.C.A. une riposte commune page3
    • Nouveau scandale à Bonn: les officiers de la Waffen-SS intégrés dans la nouvelle Wehrmacht: protestation du MRAP page3
    • Unis comme dans la résistance (commémoration de la capitulation de Von Choltitz) page3
    • Ils font la chasse aux enfants noirs! par A. Dymenstain page4
    • Ce qu'il faut savoir de la ségrégation scolaire aux U.S.A. par Stelson Kennedy page4
    • Du 19 au 22 Septembre s'est tenu à la Sorbonne le premier congrès mondial des écrivains et artistes noirs page5
    • Pourquoi M Einstein ne peut pas dormir tranquille page6
    • Juifs et musulmans d'Algérie peuvent et doivent s'entendre page7
    • Le théâtre juif de Varsovie triomphe à Paris page7
    • Deux poèmes antiracistes de Henri Heine présentés par Georges Cogniot page8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 158 (262) 20 SEPTEMBRE lS56 30 FRANCS Poujade menace. •• . . , D,NISSONS-NOUS conlra les menéas fO,clieusas al rocislas J METTANT à profit la période des. vacances, Poujade a organisé, à grand renfort de publicité, ce qu'il appelle son « tour de France », interrompu quelques jours 'seulement par une visite au Vatican. Pou·!' juger de l'ampleur de IJ s démonstrations, on aurait l't, bien sOI', de se fier aux comptes rendus tapageurs et aux photos truquées de « Fraternité Française ». Et les poujadistes ont certainement coUé piUS d'affiches qu'Ils n'ont eu d'auditeurs ... Il l'este, oependant, que Pou' jade a pu, çà et là, prononcer 'lies hal'angues. Il s'est livré avec une violence nouvelle aux attaques antlrépubllcalnes, assaisonnées d'antisémitisme et de xénophobie. Il a ~uvertement ameuté ses trou,pes en vue de ce « rendez- vous d'octobre » qu'il prétend tenll' à Paris. ON oomprend que, sur son passage, les, républloalns, à maintes rep,rlses, se soient dressés, fraternellement unis, p'our luI clouer le bec. LA situation est sérieuse. Le rassemblement à Paris d'hommes de main excités contre le Parlement, contre les Juifs, cela représente un réel danger à la fois pour l'avenir de la démocratie et pour la sécurité des citoyens désignés à la vindicte des nervis. Et face à un tel danger, une se'ule défense s'Impose: l'union des honnêtes gens, des ·npubllcalns, des antiracistes, l'union, arme éprouvée, toujours victorieuse. C'est pourquoi le M.R.A.P;-;-une nouvelle fols, s'est adressé en particulier à la L.I.C.A. pour lui proposer de riposter en commun. Le meeting tenu ensemble, le 9 mars dernier, avait permis la convergence, autour de nos deux organisations, de tous les courants de l'opinion républl- Albert LEVY. (Suite en page 3.) .. Le chef, c'est mol 1 •• Mals Pouladolf est moins fier quand se réalise 'II gall'dera le souvenir oulsant l'union des républicains. de ces « étapes », oil .es vociférations furent couvertes par lar---------------------------------------------- volx résolue des oontre-manlfes .. tants venus en masse à l'appel ... partis et groupements lee p 11$ diverti, et que sa « caranne » dut full' avec perte et fracas. Quant à Vichy, Montluçon et nombre d'autll'es villes, les tl'ublions poujadistes n'y purent pas même mettre les piedS. POUJADE et ses complices, pou'rtant, ne renoncent pas. S'Ils entoul'lent volontairement de mystère la manifestation qu'Ils préparent pour le mois prochain, des Indications fort pré Ises nous éclairent déjà SUI' ce projet. Le « délégû~ national à l'action » Lamalle, député Invalidé, lance aux « volontaires d'octobre » un appel où l'on peut lire : « Prépare-toi à venir passer à Paris tout le temps néoessaire: un, deux, huit jours, pour assurer notre servioe d'ordre, toi qui es déoldé à donner le meilleur de toi-même. l» ... Avec plus d'Impudence encore, Tlxler-Vlgnancour écrit, noir su'!' blanc, qu'II s'agit de prendre d'assaut « les lieux saorés où s'exeroe le pouvoir débile et ino? nsoient qui nous gouverne ». . Il n'est pas étonnant, dans ces conditions, que des armes et des munitions aient été découvertes au domicile du d&puté pou'jadlste Demarquet. Ce qui est étonnant, c'est que d'autres pou·rsuites ne soient pas engagé81l, que des mesurel énergiques ne soient pas prises pour mettre hors d'état de nuire tous les ennemis de la République. ILS AUX FONT LA ENFANTS DANS CE CHASSE NOIRS • • • • 1 Voici une image de la chasse aux enfants noirs déolenchée au début de septembre par les racistes, dans le sud des EtatsUnis, pour empêoher l'intégration scolaire. « Nous ne voulons pas de sales nègres · », proolame la pancarte. A gauche est présenté un jeune alligator, pour illustrer la formule selon laquelle « les noirs sont bons à appâter les crocodiles »... et rion à. fréquenter les mêmes écoles que les blanos. (Voir en page 4 les artioles d'Armand Dymenstajn et de stetson Kennedy, et une déolaration de M. James Ivy, dirigeant de la lutte antiraoiste aux EtatsUnis.) NUMÉRO::: • DEUX POEMES ANTIRACISTES de Henri Heine, présentés par Georges Cogniot (page 8). • Les déclarations d'AIioune Diop, Aimé Césaire et J. Rabemananjara, au 1" CONGRES DES ECRIVAINS ET ARTISTES NOIRS (page 5). • L'INTEGRATION DES SS dans la nouvelle armée allemande (page 3). • JUIFS ET MUSULMANS D'ALGERIE PEUVENT S'ENTENDRE: Un émouvant appel lancé par un groupe d'Israélites de Constantine (page 7). QUQltorze éminentes personna lités s'e joignent ~ au C.OMITE d'HONNEUR du M.R.A.P. Au lendemain de la Jou,rnée Nationale contre le racisme, l'antlsémlti& me et pour la paix, qui s'est déroulée le 10 juin dernier au Palais de la Mutualité, quatorze éminentes personnalités ont bien voulu , se joindre au Comité d'Honneur du M.R.A.P. Ce sont: Claude AVELINE, éorivain; Jean CASSOU, direoteur du Musée d'Art Moderne; Plerrlf CO T, député; le gouverneur Hubert DESCHAMPS, professeur à l'Institut d'Ethnologie; Pierre DREYFUS-SCHMIDT, député; le pasteur André DUMAS; Francisque GAY, anoien président du Conseil; André HAURIOU, professeur à la Faculté de Droit de Paris; Frédéric JOLIOT-CURIE, professeur à la Sorbonne; Pierre LAROCHE, oinéaste; Michel LEI~ RIS, éorivain; Jean PERIDIER, sénateur; le ohanoine Jean VIOLLET; le dooteur Pierre WERTHEIMER, de la Faoulté de Médeoine de Lyon. Ces personnalités, on le volt, r4jJrésentent les disoiplines intellectuelles les plus diverses, les milieux et les oourants les plus divers de la vie sociale et p,olitlque de notre pays. Rappelons que le Comité d'Honneur du M.R.A.P. oomprend d'autre part: MM. Maurice de BARRAL, grand. offioier de la Légion d'honneur; Albert BAYET, président de la Ligue de l'Enseignement; Almé CESAIRE, éorivain; Robert CHAMBEIRON, député; le docteur Jean DALSACE; Louis DAQUIN, oinéaste; Henri DESOILLE, professeur à la Sorbonne; le professeur Jacques HADAMARD, membre de l'Institut; Georges HUISMAN, o-onsei!- 1er d'Etat; Joseph KESSEL, éorivain; Alain LE LEAP, secrétaire généra) de la Confédération Générale du Travail; Mme Jeanne LEVY; professeur à la Faoulté de Médeoine; MM. Louis MARIN, anoien ministre, membre de l'Institut; l'amiral MUSELIER, anoien ohef des Foroes Françaises Navales Libres; Jean PAINLEVE, oinéaste; Pierre PARAF, éorivain; Marcel PRENANT, professeur à la Sorbonne; Mme Françoise ROSAY, artiste dramatique; MM. Armand SALACROU, de l'Académie Gonoourt; André SPIRE, écrivain; le professeur Edmond VERMEIL et Adolphe ESPIARD. A oette liste i! oonvient d'ajou_ ter les grands noms des regrettés Emile BURE, Yves FARGE et Marc SANGNIER qui, dès le premier jour, apportèrent leur appui sans réserve à notre Mouvement. Tous les antiraoistes sc réjouiront de oe nouvel élargissement de notre Comité d'Honneur qui, ainsi, reflète mieux enoore que par le pasSé la volonté antiraoiste de l'immense majorité des Français, fidèles à nos généreuses traditions 'nationales. Il SUEZ •• DEPUIS de longues semaInes l'angoissante question de Suez reste au premier plan de l'actualité. Nous n'avons pas, dans ce journal, porte-parole d'antiracistes de tendances dIverses, li. nous prononcer sur tous les aspects de cette affaire, et surtout sur ses aspects politiques. Toutefois la lutte pour la ,paIx est inséparable à nos yeux de la lutte contre le racisme. Notre Journée Nationale de juin s'est ,préoccupée, à juste titre, du problème de la paIx, en particulier au MoyenOrient. C'est dans l'esprit aInsi défini que nous croyons de notre devoir de souligner Ici, sans commentaires, quelques faits, quelques évidences qui, ces derniers temps, ont pu être déformés ou masqués et qui, nous semble-t-Il, méritent l'attention. LA NATIONALISATION. - La mesure annoncée le 26 juillet par le colonel Nasser concerne, non pas le canal de Suez, mals la Compagnie du Canal de Suez. Celle-ci était une oompagnle privée égy;ptienne, dont les actionnaires étalent essentiellement britanniques et français. Cette mesure est comparable aux nationalisations effectuées, par exemple, en France ou en Angleterre ces dernIères années. LE PASSAGE. - En annonçant la nationalisation, mesure purement économique, le gouvernement égyptien a précisé qu'Il n'entendait rien modifier dans la situation du {Janal de Suez. La circulation sur le canal de Suez DROIT: ET: LIBERTE quelques faits tiennes) et le pr.oblème de la circulation sur le canal, qui est essentiellement ,politique. En effet, si des mesures dlsoriminatoires ont été prises li. l'égard des navires d'Israël, c'est dans le cadre du conflit opposant ce pays à l'Egypte. Cela n'a aucun rapport avec la propriété du canal, puisque le passage a été Interdit aux navires israéliens alors que le canal étaIt géré par l'ancienne compagnie, que l'Egypte était dominée par Farouk et que les troupes anglaises se trouvaient en Egypte. Il ne fut pas quesUon, à l'époque, de sanc_ tions ni d'Interventions contre cette violation effective du droit ln terna tlonal. MlINICH? - A Munich, en 1938, le chantage hitlérien a abouti à l'annexion par l'Allemagne d'un territoire étranger (Tchécoslovaquie). Nasser, luI, a procédé non à une annexion, mals li. la nationalisation d'une grande compagnie. Il a accepté d'Indemniser les actionnaires. Il est frappant de constater que les MunichoIs d'hier sont les premIers à réclamer qu'on fasse la guerre pour « empêcher un nouveau Munich ~. D'autres entendent justifier une action mil1taire par la nécessité de modifier le régime Intérieur de l'Egypte. Le problème n'est pas là puisqu'il y a quelques mois encore, les interventionnistes d'aujourd'hui ne trouvaient rien à dire contre Nasser. S'il en était ainsi, Il faudI:8:1t intervenIr également, par exem_ pIe, contre Franco, alUé d'HItler. Et que dire de l'Allemagne de l'Ouest où les nazis, les auteurs du diktat de MunIch, précisément, retrouvent leurs fonctions dirIgeantes? UN CONFLIT avec l'Emte ne résoudrait évidemment pas le drame algérien et pas davantage le conflit Israélo-égyptlen. Peuton savoir l'extension que prendraient des opérations militaIres? En ,particulier, II ne semble pas de l'intérêt d'Israël qu'une guerre soit déclenchée dans le MoyenOrient. NOUS DEPLORONS les excitations racistes et guerrières auxquelles l'affaIre de Suez a pu donner lieu, « RIVAROL li n'était pas seul, hélas 1 dans la presse française, à réclamer une action brutale « dans les quarante- huit heures li. On a vue les champtons de la « libre circulation ~ annoncer triomphalement le blocage prochain du canal; on a vu qualifier les discussions de « palabres li; la recherche d'un compromis, de « manoeuvre », le maintien de la paix, d' « enlisement li. Une certaine presse a pu faire oublier à ses lecteurs de quoi 11 s'agissait et, en général, ce que c'est que la guerre. Nous souhaitons, pour notre part, que soit recherchoée une solution pacifique, fondée sur la discussion entre les parties en cause, et sur le respect réciproque des nations. Nous sommes certaIns qu'une telle solution est possible. .. EUROPE AOUT-SEPT. 1956 NUMËRO SPËCIAL SU R L'ABBE GREGOIRE " L'ami des hommes de toutes les couleurs" A rticle, de : Pierre ABRAHAM - P. GRUNEBAUM.BALLIN • Pasteur LA GRAVIE RE • F. GALY • R. ATTULY . J. MADAULE • André SPIRE - G. LYON.CAEN • René JEANTY • D.-R. BERGMANN • Mme F. BRUNOT Henriette- PSICHARI CORNU • Pierre PARAF Marcel Un numéro illustré................... 390 Fr. Les Editeurs Français Réuni's, 24, rue Racine PARIS-VI" c. c. P. 4560-04 est régie par la convention Inter-::':""'---------------------------------------------------------- IP'AS * lP'lUJIlSQU'OM NE VOUS IllE 1lIIIIP'AS LIVRES REÇUS nationale signée à Constantinople en 1888. Nasser accepte les termes de cette convention et propose que de nouvelles mesures garantissant la libre circulation soient établies par une conférence ln. ternatlonale convoquée à cet effet. De récentes statistiques, il ressort que, depuis le 26 juillet, il a passé plus de navires dans le {Janal de Suez qu'au cours de la même période de l'année dernière. LES NAVIRES ISRAELlENS.Le cas des navires Israéliens 1I1ustre bien la distinction nécessaire entre, d'une part, le problème de la gestion du canal (que ce soit par une compagnie privée ou par les autorités égyp- 2 t pags se prononcent". Un porte-parole de l'ambassade d'Israël à Londres a déclaré que le gouvernement Israélien a re~u de la part de 21 Etats, dont l'U.R.S.S., l'assurance qu'ils reconnaissent aux navires Israéliens le droit Imprescriptible de libre navigatlOtn dans le canal de Suez. UNE DECLARATION DE M. BEN GOURION ... Au récent congrès du parti Mapaï, M. Ben Gourlan, premier minlstr. d'Israël, a déclaré notamment: • Ceux qui nous conseillent Impatiemment d'entreprendra une • guerre préventive _, qu'Ils s'Inspirent ou· non de la démagogie fasciste, ont tort et nous causent du tort. • Une guerre, même victorieuse, ne ,ésoudralt aucun de nos problèmes. - •. ET: DE LA RADIO DU CAIRE La radio du Caire, dans une émission en hébreu, a déclaré : • Nous savons, .t les Juifs d.'lsraël aussi, que les fauteurs de guerre qui ont préparé les récent, Inddents (du Néguev) sont les même, qui ont créé le problème palestinien et qui ont déclenché la haine entre Arabes et Juifs. Nous pouvons élolgn.r ces sentiments d. haine. Nous ne permettrons pas aux fauteurs de guerre étrangers de nous faire nous dr .... r 1.. uns contre les autres pour notre anéantl.sement. » 25 OCTOBRE du Ciné-Club Après une année d'activité, le ciné-club « Amlti~ », ciné-club antiraciste, nous Informe qu'II. reprendra régulièrement ses séances à la salle Yves-Tou die à partir du 26 octobre 19158. Déjà pendant l'année écoulée, le ciné - club, le seul de son genre, nous a permis de voir ou de revoir des g"ands films antiracistes tels que c .La vie d'~m"e Les exigences de la politique « européenne li ont amené cette rencontre, en Normandie, du général von FeuchUnger et du colonel von Luck (tous deux en civil) avec des officiers anglais, américains et français. Il s'agissait, 12 ans après, de reconstituer et d'étudier le débarquement du 8 Juin 1944. Il est juste, pourra-t-on di're, que l'expérience des vaincus profite maintenant aux vainqueurs. Mals ce serait oublier que les officiers nazis sont revenus non pas en vaincus, mals en égaux de leurs vainqueu·rs, aujourd'hui leurs COllègues de l'O.T.A.N., sur les lieux où Ils menèrent une lutte si cruelle contre les soldats alliés et la Résistance française. On Imagine avec amertume la conversation: « Expllquaznous ce que vous avez fait et nous examinerons ensemble si vous auriez pu faire mieux » ... La leçon sera certainement profitable. Mais à qui? Réo uve rtu re antiraciste AMITIÉ Zola », « Okasan », « Crossflre », « La Vérité n'a pas de frontières », etc ... Il a trouvé des échos sympathiques à travers tou·te la presse. Il mérite le soutlên de tous les antiracistes qui seront nombreux, nous en sommes certains, dès la séance d'ouverture, le 26 octobre 1966, à 21 heures. Retenez votre soirée! L'Oncle TOM. Tous les chemins mènent à Rome •.• Et le trublion poujade est allé chercher auprèS du pape un certificat de bonne conduite et de charité chrétienne. La matraque du nervi de base a dû en frétiller d'aIse. Tout de même, si le voyage avait pour but de tranquilliser certains, il risque d'en effaroucher d'autres. Aussi le « chef » prend-ton luimême la peine de nous rassurer en précisant qu'il fut reçu en audience à l'occasion du 14 Juillet. Remember Paris honore ceux qui furent préSidents de son Conseil municipal en perpétuant leur nom gravé sur une plaque à l'Hôtel de Ville. n fut question récemment d'y ajouter les noms de Trochu et Taittinger qui, faute d'être jusqu'ici gravés dans le marbre, l'étaient dans les mémoires comme ceux de notoires collabos. Ceux qui ont eu l'initiative d'immortaliser ces fâcheux personnages feraient bien de méditer le proverbe qui conseille : « Grave les bienfaits sur le bronze et les injures sur le sable ». Le passé et le futur La compagnie américaine de pompes funèbres qui s'est rendue célèbre par son slogan: « Mourez, nous ferons le reste », vient d'être largement battue sur son propx:e terrain. Un certain comité, toujours américain, chargé d'ériger un monument aux morts, a eu la prévoyance d'y laisser un emplacement pour les morts des guerres futures. Ceux qui pieusement... mourront pour la patrie ont, d'ores et déjà, l'm petit coin à eux dans la reconnaissance nationale. Gageons cependant que ces messieurs du comité qui ramènent si allègrement le verbe mourir du présent au futur ont... passé, eux, l'âge des obligations militaires. Raus! Le Dr Kurt Blanke, prenant à la lettre les discours de Pétain, avait cru, sans doute, que les Français ont la mémoire courte. SpOliateur en chef des Juifs de France sous l'occupation, il crut pOUVOir revenir sans encombre à Paris, au congrèS de l'Union Internationale des Avocats. n faut dire à sa décharge qu'il avait été invité et que la frontière s'était ouverte devant lui sans peine. Son identité révélée par M' Paulette Wolf, dont le mari fut fusillé par la Gestapo, Blanke fut expulsé du congrès. Lui, avocat? C'est au banc des accusés lu'est sa place. • SILAS TIMBERMAN, de Howard Fast, traduit de l'américain par Georges Zeraffa. (Editeurs Français Réunis.) • ADAM MICKIEWICZ, pèle"'" de l'avenir, poèmes choisis, adaptés et présentés par Charles Do .... zlnsky. (E;diteurs Français Réunis.) • OU U; SANG A QOULE, poème de Rouben Méllk. (Nouvelles EdItions Debresse.) • LES DEUX BARONNES, roman de Hans Christian Andersen, traduit, préfacé et annoté par An ..... Mathilde et Pierre Parat. (Edlteurs Français RéunIs.) • TRISTES TROPIQUES, pal' Claude Lévi-Strauss. (Librairie Plon.) • LE MAROC, ,par Albert Ayache. Préface de .. ean Dresoh. (Editions SocIales. ) • CONTRIBUTION A L'HISTOI", DE .LA NATION VIETNAMIENNE,. par "ean Chesneaux, agrégé de l'Université. (Editions Sociales.) • .. EWISH STUDIES, essais publiés en l'honneur du 75· anniversaire du professeur Gustav Sicher, grand rabbIn de Prague. (Edlté par le Conseil des Communautés Juives de Tcbécoslovaqule.) .. • BOURGEOISIE NOIRE, par Franklin F .. azier. (LibraIrie PIon.). • GENESE DE L'ANTISEMITISME, essai historique, ' par ",ul .. Isaao. (Calman-Lévy, éditeurs.) . DROIT ET LIBERTÉ 91, Fbg St-Denis - Pan .. Zoa Tél. : TAI. 48-11 e' ~ Tarif des Abonnements UD aD : 300 fUDel PAYS ETRANI;J:RS UD BD : 430 fraDe. ABONNEMENT DE SOUTIEN 1 1.000 fraDel TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. Pott. : 6070-98 Paria Pour lei ehaDgemeDtl d'ad_ eDvoyer 20 lrenes et la denaiè. baDde Le ,lir.Dt : Ch. OVEZAREIC S.I.P.N .. 14, Ru i. ParadU -: - PARIS (X") - :- Trs". eUe. ptI1' du OU" • .,.,.d" DROIT ET LIBERT __ Face aux menées factieuses et racistes de Poujade Le M.R.A.P. propose à la L.I.C.A. une riposte commune Réuni le 13 septembre, le Bureau National du M.R.A.P. a adopté la r ésolution qu'on lira cl-contre, soulignant le danger des menées poujadistes et appelant, pour y faire face, les antiracistes li. s'unir. C'est pour favoriser et renforcer cette unIon si nécessaire que le M.R.A.P. a adressé, quelques jours ,plus tard, li. la L.J.C.A., la lettre suivante : e Vous avez pu constatel' comme nous l'aggravation de la menace antls&mlte etnclste au COUl's des dernières semaines, du fait des menées factieuses de PouJade et de ses complices. e Au cours des démonstntlons qu'II a faites au mols d'aoOt à \rave .. s la France, Poujade a tenu des pl'Opoa antisémltea et xénophobes particulièrement violents. Il prétend maintenant oroanlse .. , polN' octobre, à Paris, un ras. emblement dont le caractère antll'épubllcaln a été souligné par un l'écent article de Tlx18'l'-VIgnancour, tandis que l'on décou~ .. alt dea armes chef le député pouJadiste Demarquet. e Oette situation rend, selon nous, plua Mcessalre que Jamais l'union de toutes lea forces antlracistea et l'épublicalMs de not.l'e pa,a. Noua lIenaons que les pl'eml.... efforta fructueux, réalisés en commun au début de cette année par nos deux l'ganlsatlons, doivent êtl'e repris et renforcés. C'.st là, nous en sommes certains, le voeu al'dent de tous les antiracistes. e C'est poul'quol nous vous pl'Oposona que des délégations du •• R.A.P. et de la L.I.C.A. se renoon~ ent dans les délais les plus b,..fs pour envisager 18S mesures l prendre dans la orave situation p .. ésente. e Nous noue tenons à vot.re disposition pour fixer la date et le lieu de cette entrevue... Il Dans le même esprit, le M.R. A.P. a proposé un examen en oommun de la situation au Congrès Juif Mondial et au Consell Représentatif des Isra-élites de Franoe (C.R.J.F.), · organismes représentant l'ensemble de la oommunauté juive et donc partloullèrement Intéressés li. la lutte contre l'antisémitisme. - Enfin notre Mouvement a r épondu favorablement li. la demande d'une action commune entre les organisations antiracistes formulée Il y a quelques jours par l'Association des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs. ANTIRACISTES, UNISSONS-NOUS 1 Le Bureau National du M.R.A.P., réuni le 13 septembre 1956, constate que la menace de l'antisémitisme et du racisme n'a fait que s'accroître pendant I.es del'nlères semaines. Au cou,rs des démonstrations qu'il a o~ganlsées dans diverses villes de France, Poujade s'est IIvl'é à de violents propos antirép- ublicalns et antisémites, que sa presse a reproduits en partie. Il p·rétend organlse-r, en octobre, à Paris, un rassemblement, dont son complice Tlxler-Vignancour vient de souligner avec éclat le caractère factieux, au moment même où des armes et des munitions sont découvertes che-z le député poujadiste Demarquet. Le Bureaw National du M.R.A.P. tient à souligner solennellement le danger que ces menées constituent pour les Institutions démocratiques et pour la sécurité de certaines catégories de la population. Il se félicite· de la ,-Iposte vigoureuse opposée à Poujade par les r~publlcalns de toutes tendances qui, à maintes reprises, ont fait echec, par leul' union, aux éléments factiewx et racistes. Il souhaite que les poursuites engagées contre Tixler-Vlgnancour et Demarq~et aboutissent à des sanctions sê-vères, et que tous les ennemIs de la RépUblique, -tous les racistes et antisémites soient châtiés, -conformément à la 101. Il appelle tous les anUraclstes, tous les Français à s'unir towjours plus, et à agir ensemble, pour sauvegarder les libertés si chèrement conquises, 1'~9allté entre tous les citoyens, la f,raternlté des hommes et la paix. Le " rendez -VOUS" des racistes COMMENT se déroulera (s'il a lieu), le {( r endez-vous d'octobre » que Poujade organise ? Il se garde, pour le moment, de le préciser trop. Ce qui est clair, d'ores et déjà, c'est que cette manifestation se prépare dans une ambiance d'excitation antirépublicaine, raciste et antisémite, et que tous les ennemis de la République se mobilisent. Tixier-Vignancour, ayant appelé les poujadistes à prendre d'assaut le parlement, fait l'objet de poursuites. Aussitôt, RivaroL, l'organe des collabos condamnés à mort et libérés, -Aspects de la France, le journal de Xavier Vallat , comme Fraternité Française, prennent sa défense. Tout au long de son « tour de France », Poujade a vitupéré « les banquiers juits » qui « exploi t ent et ruinent la France » ... Le procédé est connu : accoler le mot « juif » à tout ce qui est critiquable, à tout ce qui va mal; ne citer que des noms de Juifs parmi les responsables de telle ou telle mesure néfaste ... son nouveau journal, Chevrotine. Dénonçant un certain « projet Dulln », il ne trouve rien de mieux pour le discréditer que d'affirmer: « Cela m'a tout l'air d'un projet Lévy» ... Chaque page, chaque article de Chevrotine (vendu dans les kiosques alors que Fraternité Française ne l'est plus, faute d'acheteurs) déborde tie haine antisémite. Léon Dupont, dirigeant de l'Union des paysans de France, succursale de l'U.D.C.A., a été récemment « remis dans le rang» par poujade. Mals celui-ci n'hésite pas à écrire: « Mon opinion personnelle, c'est que Dupont est un patriote et, jusqu'à preuve du contraire, un honnête homme à tous points de vue » ... Par leurs discours, ' par leurs écrits, tous ces racistes violent quotidiennement la loi. Aucune mesure n'est prise contre leurs journaux. Ils poursuivent sans difficultés leur propagande odieuse. N'est-il pas temps que cela cesse? '.' -- r ç ( - Nouveau scandale à BONN Les officiers de la Waffen-SS intégrés dans la nouvelle Wehrmacht LES anciens officiers de la Waffen-SS, jusqu'au grade de lieutenant-colonel, pourront reprendre du ser vice dans la nouvelle armée d'Allemagne occidentale, on conservant les mêmes grades qu'au temps d'Hitler. Ainsi en a décidé le gouvernement de Bonn, en précisant que {( ces nouvelles di sposit ions n'ont nullement été arrêtées pour pall ier un manque de candidats ». Les bourreaux d'Auschwitz et d'Oradour vont donc recouvrer des armes au moment où, par leurs soins, le militarisme, le néonazisme, l'antisémitisme prennent des proportions de plus en plus inquiétantes outre-Rhin. Et cette mesure est prise par le gouvernement Adenauer quelques jours après l'interdiction de diverses organisations telles que l'Association des Victimes du Nazisme, le Mouvement de la Paix, le Parti Communiste Allemand. Le Conseil Central des Juifs d'Allemagne s'est a dressé aussitôt au chancelier Adenauer et au ministre de la Défense pour leur signifier qu' « il est intolérable que des victimes des persécutions nazies puissent être appelées à ser vir dans l'armée allemande sous le commandement d'anciens officiers SS ». La Fédér ation des SyndÎCats d'Allemagne Occidentale, le Collège des Avocats de Leipzig, la Ligue Allemande des Droits de l'Homme ont également fait entendre de vigoureuses protestations. REUNION DE SS A HANOVRE Peu après cette décision, une réunion de SS a eu lieu à Hanovre, à laquelle ont participé plusieurs représentants du parti chrétien-démocrate. - Commentant cette réunion, un correspondant du journal {( L'Information » écrit: {( On pourrait s'étonner aussi qu'un député ' chrétien-démocrate ait accepté de se rendre à une telle réunion et se soit montré si indulgent à l 'égard d'anciens criminels. Mais cela, de tait, n'a r ien de surprenant: l'indulgence du gouvernement tédéral à l 'égard des anciens nazis a toujours été prudente. Le chancelier Adenauer n 'a-t-il pas, en son temps, déclaré que les Watten-SS avaient été des soldats comme les autres? {( Rappelons en outre que le secrétaire d'Etat à la chancellerie, M. Globke, lut le commentateur des lois raciales de Nuremberg. Lorsque, sur la demande des socialistes, on voulut purger le ministère des Attaires étrangères des nazis notoires qui s'y trouvaient, il y eut un débat au Parlement, mais on se garda bien d'enquêter sur d'autres personnes que celles qui avaient déclenché l'affai re. » ... La protestation du M. R.A. P. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pOUl' la Paix s'élève avec Indignation contre la décision qui vient. d'êtl'e pl'ise à Bonn d'Intégl'el' dans I.a nouvelle armée allemande les anciens officiers de la Waffen-8.s. Jusqu'au grade de lieutenantcolonel. Aucun Français, aucune victime de l'hitlél'Isme n'a oublié le rôle horrible Joué par la Waffen-SS, qui fournit les cadl'es Impitoyables de l'entrepl'Ise d'extermination nazie et qut fut déclarée association criminelle pal' le Tribunal International de Nuremberg. . . Au moment où les manifestations d'antisémitisme se dévelop'pent, où leS' excitations revanchardes se font plus virulentes en Allemagne occidentale, cet.te mesure confirme le dangel' du réarmement allemand. Il faut que soit relevé ce défi à la mémoire des millions d'Innoce ·nts assassinés par les Waffen-SS. Il faut que cesse cette grave menace à la dignité humaine et à la paix. Le M.R.A.P. Invite -tous les patriotes, tous les antiracistes à faire entendre leu'r protestation. Il demande aux oouvel'nements français et alliés d'Interv,enlr pOUl' que soit rapportée la n~faste décision du gouvernement de Bonn. C'est sous le signe de l'union entre républicains de toutes tendances que des coups ont pu être portés li. Poujade et li. ses pareils depuis quelques mols. C'est le même procédé qU,uti-1 lise le sinistre Léon Dupont dans UNIS comme dans la Résistance A l'heure ou les factieux redoublent d'Insolence, l'union est plus que jamais nécessaire. Nous voulons espérer qu'elle pourra se renforcer rapidement. Le M.R. A.P., pour sa part, fera tout les efforts pour qU'il en soit ainsI. POUJADE MENACE (Suite de la page 1) caine. Les contacts pMS alol's, les bonnea volontés recontrées devraient nous pel'mettre, aujourd'hui, en coordonnant nos efforts, d. poner des coups décisifs au,x fa1:tleux qui rêvent de suscltel' en .... ance les haines racistes et antisémites. Tel est, nous en avons chaque Jou .. la preuve, le voeu al'dent de toua ceux, sans distinction d'origine et de tendance, qu'lncaulitent les menées racistes et qui veulent empêcher le retoul' de, horreurs connues naouère. LES événements de ces dernières semaines l'on confirmé: Poujade et ses pareils, fom de la seule division des l'épubllcalns, ne peuvent .... n quand · ceux-cl conjuguent leul' ac"on. A nous d'oeuY'l'er pou·1' que le e rendez-vous d'octobre » soit celui des antiracistes, conscients de leurs responsabilités et de 'ell4" possibilités. L'heure n'est plus aux vaines P6cPlmlnatlons. Le momen~ est. .• ,nJ.l d~ fal~~ ,r~nt. La cérémonie traditionneIle qUli s 'est déroulée le 26 août devant la- gare Montparnasse pour çommémorer la çapitulation de von Choltitz a r ev.~tu , çette a nnée, une ampleur toute particuh ere. C'est unis comme à la Libération que les résistants ont manif~st~, douze ans après, leur attachement aux pnnclpes ,pour la défense desquels la Franoe s'était glorieusement dressée. C'est. unis qu'ils ont exprimé leu~ volonté de poursUIvre la lutte pour sauvegarder l'esprit de la Résistance, aujourd'hui si souvent bafoué. En présenoe d'une foule immense de P.arisiens de nombreuses personnalités venues de tous le~ h? ri zons polit~qUles et sociau~, prirent place à la tnb une, ?ux cotés de M. Tanguy-Prigent ministre des .Anclens Combattants, qui présidait la cérémome. Citons, entre autres: MM. André ToIlet président du Comité Parisien de Libération; 'Georges Marrane et Léo Hamon, vices-présidents du c.P. ~.; . le c?I0.nel RoI-Tanguy, Maynial-Obrada, secretaI re general du C.P.L.; André Carrel, le chanoine Lan~renon, membres du C.P.L.; .Je préfet de la Seine et le préfet de police Pierre Villon, président du Comité d'action militaire du Conseil National de la' Résistance; Paul Bastid membre du C.N.R., ancien ministre; Debu-Bridel: membre du. ~.N.R. ; Raymond Guyot, membre dU! burea u po.hhque .du Parti Communiste Français; Jean Mann,anclen speaker de la radio de la France libre; Mlle Grand du Comité d'Action ,de la Résistance, et les ~eprésentants de nombreux -autres groupements et organisations. A l'heure où les ennemis de la République redoublent d'efforts pour restaurer le fascisme et le racisme, à l'heUire où les anciens officiers S.S. sont intégrés dans la nouvelle aJ1mée allemande, il est encourageant de voir ainsi s'affirmer l'union des forces patriotiques et démocratiques, gage de nouveaux succès. lonl la chasse aax en' DD 5 M. James 1 ~/l' dirigeant de y la N.A.A.C.P. nous déclare ... C'est au Congrès mondial des Ecrivains et Artistes noirs, à Paris, que nous avons rencontré M. James Ivy, membre de la délégation américaine, rédacteur en chef du mensuel « The Crisis », organe de la N.A.A.C.P. (AssQciation Nationale pour l'Emancipation dcs Gens de Couleur) . Cette organisation, on le salt, joue un rôle particulièrement actif dans la lutte contre la ségrégation aux Etats-Unis. Entre deux séan ces du Congrès, M. James Ivy nous a déclaré: - Au cours de ces dernières années, des ,progrès ont été réalls·és dans le domaine de l' « Intégration » scolaire. Depuis la décision de la Cour Suprême, 40.000 élèves noirs environ ont pu se faire Inscrire dans des écoles Jusqu'alors réservées au'x blancs. La bataille menée pour la récente rentrbe scolaire aura permis sans doute dix à quinze mille nouvelles Inscriptions. Ces résultats, bien sQr, ne représentent qu'un début. Il ,reste encore beaucoup à faire, surtout dans les Etats du « Deep South » (le Sud profond) : Alabama, Géorgie, Floride, Caroline du Nord, . Caroline du Sud, Mississipi, Louisiane. Il faut souligner que le puissant mouvement des noirs pour l'égalité est appuyé ,par un nombre croissant d'Américain blancs. Nous avons bon espoir de vaincre le racisme. » CLINTON (Tennessee), 4-9- 1956. - «De petits enfants noirs, le cartable sous le bras, vont à l'école; sur les mêmes bancs que les petity enfants blancs, ils apprendront les sciences, la: culture de leur pays: les Etats-Unis, son histoire, cette magnifique épopée d'wne nation en formation, la déclaration de l'indépendance, Washington, Lafayette, Lincoln ... . Cette dépêche anodine n'a jamais été diffusée. Il est, en effet, un a'utre pays que l'Afrique du Sud où les enfants noirs ne peuvent être tolérés dans les mêmes écoles que les enfants blancs. C'est, hélasl le pays d'Abraham lincoln. Quatre-vingt quatorze ans après cette guerre effroyable qui décima les Etats-Ums et qui vit finalement le triomphe le ceux qua combattaient pour l'abolition de l'esclavage et pour l'émancipation des noirs, un siècle donc après ces événements qui nous paraissent si anciens, nous sommes encore attérés par cette semaine ter- Manifostation raciste cl Clinton (Tennessee). rible qui a secoué plusieurs Etats des U.S.A. Des foules hystériques, criant leur haine stupide, sont descendues dans les rues, ont occupé les places, ont voulu prendre d'assaut une mairie. On a vu le maire d'une petite ville (Clinton) destituer en pleine émeute son shériff qu~ faisait cause commune avec les émeutiers, se barricader dans son Hôtel de Ville avec tout au plus une cinquantaine de volontaires, employer les gaz lacrymogènes pour maintenir les assaillants tout en lançant des S.O.S. au gouverneur de l'Etat qui, finalement, envoya la garde nationale. De tels faits bouleversent, à juste titre, tous les antiracistes de France. Nous savions, il est vrai, que les racistes américains ne désa rmaient point dans . Ies Etats du Sud. Nous avons tous encore en la mémoire l'horrible calvaire du jeune Emmett Till. Mais nous pensions que cet odieux racisme allait peu à peu en se résorbant. Et nous avions tous applaudi chaleureusement la décision de la Cour Suprême des Etats-Unis lorsqu'en mai 1954 elle déclara que les mesures de ségrégation et de disc rimination étaient contraires à la Constitution. EN fait, nous assistons au triomphe des assassins d'Emmet Till, leur impunité - n'oublions pas qu'ils perpétrèrent leur forfait il y ajuste un an - a permis de se développer une campagne raciale effrontée. Cette campagne, d'ailleurs, n'est pas seulement menée par les hommes du Ku-Klux-Klan Olb par cette « Association des Citoyens Blancs », elle est égaIement soutenue par des hommes joua'nt un rôle très important aux U.S.A. . Ainsi le doyen de l'Université de la Caroline du Sud a été renvoyé de l'Université à la demande du gouverneur de l'Etat pour avoir publiquement protesté contre un discours du même gouvernewr qui soutenait la thèse de l'infériorité biologique de la race noire et prônait la désobéissance a'ux autorités fédérales 1 Aucune des personnalités éminentes des deux partis américains n'a osé, à ce jour, condamner fermement la ségrégation raciale. D'ailleurs les meneurs ' des manifestations racistes de Clinton u de Fort Worth n'ont 'nullement été arrêtés, ils ont pu en toute quiétude distiller leurs appels à la haine. POUR la première fois cependant, avec cette vigueur les antiracistes américains ont protesté, leur indignation a gagné l'immense majorité de la presse, a obligé le gouverneur du Tennessee à mettre l'armée au service de la justice, de la justice véritable. C'est là, au milieu du déferlement du racisme, un premier succès. Il faut qwe ce succès se matérialise encore mieux; nous pouvons, nous, antiracistes de France, y contribuer. Certes, la lutte contre les racistes américains appartient en premier lieu aux antiracistes américains, mais combien plus forts ,ne se sentiront-ils pas si constamment nous les soutenons par nos protestations adressées aux autorités de leur pays. Les émeutes se sont calmées mais nous devons rester vigilants. A. DYMENSTAJN. Le ~ des c: Au cours d du M.R.A.P. 1 Le M.R.A.I unanime, stl, faits les Insl racistes, dest les mêmes é( Le M.R.A.F qui ont su ré! exactions. Il 1 o,rtalns adm Clinton (Ten l'ordre et Pl'l Le M.R.A.! des dirigeant! Indignes man Une telle ,pal p&rmettre de Le M.R.A.I qner leur 80 réclamant aVI de troubles Cour SuprêlTl gàtlon comm (:IîIRU~IIG'UIE 31 AOUT: A Clinton (Tennessee), un mill ier de manifestants, encadrés par des membres du « White Citizens Council • (Conseil des Citoyens Blancs), parcourent les principales artères de 10 ville en hurlent: • Pas de laies Ilègres à l'école 1 • De nombreuses voitures oppartenant è des noirs sont renversées, leurs vitres brisées, leurs pneus crevés. Les rocistes se dirigent vers l'hôtel de ville en criant: • Nous feronl souter la molrle si nOUI voyons un leul noir dons l'école _. Le gouverneur de l'Etat refuse les renforts demondés por le moire.

    • .

A Mansfield (Texas), 400 Jeùnes racistes massés devant l'Ecole Supérieure, empêchent l'inscription de trois étudiants noirs. L'administrotion décide de maintenir 10 ségrégation encore un on. ••• A Colombla (Caroline du Sud), six jeunes gens sont arrêtés pour avoir tenté d',ncendier une école acceptent les noirs. ••• Une croix flambe devant l'école de Tallahassee (Floride). tendis que dès orateurs en cagoule excitent une foui faines de fi ville, depuis 1 boycottent les la ségrégation Le directeur City (Caroline que « l'intép ble • don: sc, 1er SEPTEIJ. .500 manife! devant le Po font usage police, renfor nationaux d envoyés par perse les éme bombes lacryn 2 S~TEMBI festation raeis le Palais de ) feu sont tir ~ échoppe de PI croix embrasl ment du Ki plantée devon A Forth Wo cistes se ras maison qu'un tin, a achetl Ce qu'il faut savo•i r de la ségrégation scolaire a·ux 1 Notre correspondant Stetson K ennedy vient de publier un passionnant essai: ({ Introd uction à l'Amérique raciste », paru aux Editions .lui/liard, dans une ~raduc~ I on de René Guyonnet. Avec l'aut orisation de l'auteur, nous publions cl-dessous de larges extraits du, chapitre: « Des études ». DANS dix-sept Etats et dans la capitale des Etats-Unis, il est illégal que vos enfants ou vous fréquentiez des écoles pUbliques ou privéeS en compagnie de personnes de l'autre race. En plus de ces Etats, l'Arizona impose la Ségrégation dans les écoles primaires et l'autorise dans les secondaires; le Nouveau-Mexique, le Kansas et le Wyoming ont, eux aussi, des lois d'Etat autorisant expressément la ségrégation raciale dans les écoles, le Wyoming limitant toutefois ce privilège aux villes de plus de 15.000 habitants ... Racisme sournois MAIS la ségrégation scolaire n'est absolument pas limitée aux vingt et un Etats qui ont des lois scolaires. Dans presque tous les autres Etats, en plus des conséquences que peut avoir sur la fréquentation scolaire la ségrégation résidentielle, les autorités locales imposent une Ségrégation scolaire obligatOire par l'un des moyens suivants: 1. Découpage des districts scolaires de telle façon que la plupart des non blancs de la communauté soient séparés des blancs; 2. Règlements des conseils d'administration scolaires; 3. Pouvoir discriminatoire des directeurs d'école; 4. Délivrance de « permis » à des étudiants non blancs, les forçant à se rendre hors du 1 Sietson ï(ENNEDY 1 district scolaire dans lequel ils résident pour fréquenter d.es écoles non blanches; 5. Pressions sociales pour contraindre les non blancs à fr6- quenter certaines écoles ... Aux Etats-Unis, le tableau d'ensemble de l'instruction laisse beaucoup à désirer; les chiffres montrent les handicaps suppl6- mentaires auxquelS vous vous heurtez si vous appartenez à certaines minorités raciales ou nationales. VOici ces chiffres, tels qu'ils ressortent du recensement de 1940 : Pourcentage des élèves accomplissant cinq années d'études primaire : blancs indigènes: 92,5 % ; blancs nés à l'étranger

71 %; noirs : 58 %.

Pourcentage des élèves accomplissant quatre années d'études secondaires: blancs indigènes: 28,8 %: blancs nés à l'étranger: 11,6 %; noirs: 7,3 %. D'étranqes questionnaires PLUS encore que votre classe, c'est votre race, votre religion, · votre ascendance qui décident, aux Etats-Unis, de vos chances, de faire des études supérieures. C'est ainsi que selon le recensement de 1940, 5,4 % des blancs indigènes fopt quatre années d'études supérieures dans ' les « COllèges », contre 2,4 % des blancs nés à l'étranger et 1,2 0/. des noirs. La Commission de l'Etat de New-York, faisant une enquête sur le besoin d'une université d'Etat. a étudié récemment les demandes d'entrée présentées dans 125 « COllèges » de l'Etat: 67 % des formulaires demandent une photo du candidat, 63 % demandent le nom de jeune fille de la mère, 53 % demandent le lieu de naissance des parents, 32 % la religion du candidat et 16 % sa race ou sa couleur. La Commission en est venue à cette « inévitable conclusion » que les institutions ( tenaient essentiellement ... à s'assurer des origines raciales, de la religion et de la couleur des divers candidats dans un but autre que de juger de leurs qualifications à l'admission » ... C'est ainsi que, si vous faite une demande d'admission, l'université de la Californie du Nord vous demandera si vous êtes Anglo-Saxon, Français, Allemand, Itallen, noir, oriental, scandinave, slave ou ibérique. L'université de Virginie, moins difficile, vous demandera simplement si vous êtes Anglais, Français, Hébreu ou Italien ... En outre, certains « collèges » vous demanderont une entrevue personnelle ou une lettre de recommandation de votre directeur de conscience. Si vous D'UNE mal noirs et . jet de 1 natoires très seignement cain. Devant l'école de Sturilis (Kentucky), des gordes face cl 10 foule des ,dcistel déc hot aux en D qui a secoué plusieurs des U.S.A. foules hystériques, criant haine stupide, sont descendans les rues, ont occupé ont voulu prendre une mairie. a vu le maire d'une peville (Clinton) destituer en ne émeute son shériff q u~ cause commune avec les se barricader dans de Ville avec tout au cinquantaine de volonmployer les gaz lacrypour maintenir les tout en lançant des au gouverneur de l'Etat finalement, envoya la garde on ale. D'ailleurs les meneurs ' des manifestations racistes de Clinton lU de Fort Worth n'ont ,nullement été arrêtés, ils ont pu en toute quiétude distiller leurs appels à la' haine. POUR la première fois cependant, avec cette vigueur les antiracistes américains ont protesté, leur indignation a ga'gné l'immense majorité de la presse, a obligé le gouverneur du Tennessee à mettre l'armée au service de la justice, de la justice véritable. C'est là, au milieu du déferlement du racisme, un premier suocès. Il faut qtre ce succès se matérialise encore mieux; nous pouvons, nous, antiracistes de France, y contribuer. Certes, la lutte contre les racistes américains appartient en premier lieu l\UX antiracistes américains, mais combien plus forts ,ne se sentiront-ils pas si constamment nous les soutenons par nos protestations adressées aux autorités de leur pays. Les émeutes se sont calmées mais nous devons rester vigilants. A. DYMENSTAJN. 5 D0111r S· 1•• •• Le M. R. A. P. solidaire des antiracist ,. . s amerlcalns Au cours de sa réunion du 3 septembre, Je Bureau National du M.R.A.P. a adopté la résolution suivante: Le M.R.A.P., sQr d'être l'Interprète d. l'opinion franoalse unanime, stigmatise tous oeux qu~. aux Etata-Unl.. s. sont faits les Instlgdeurs ou les compile.. des récentes émeut.s racistes, destlniès- à empêche .. 1 .. enfant nol ... de fl'équenter les mêmes écoles que les enfants blanc •• Le M.R.A.P. salue fratern.ellement les anti .. aclstes amérlcalna qui ont su réagir vigoureusement fao. aux émeutiers et à leu ... exactions. Il enregistre avec aatl.factlon la ., .. 1 •• d. position d. o,rtalns administrateurs locaux qu~ n'ont P" hésité, comm. à clinton (Tennessee), à faire appel à 1a tI'Oupe pou .... amen ... l'ordre et protéger les éooller. nol .... Le M.R.A.P. constate cependant. aveo Inqulétu~. qu'auoun des dlrlgeantlLdes organisation. racistes ay.nt p.-ovoqué d'auIII Indignes manifestation •• n'ont été poursuivis pour leurs méfaits. Une telle ,passivité des auto .. IUc amé .. lo.lnes .st susceptlbl. de ll&rmettre de nouveau'x Incldenta ".O~tabl ... Le M.R.A.P. appelle wu. les ant/ .. aclste. de ' .. ano. à témoigner leur solidarité chaleureuse aux anUracl.te. amérloalns en réclamant avec eux la mise hors d'état de nuire de. fomentateur. de troubles r.olstes et l'application .wlote de. décisions de la Cour Suprême des Etats-Uni. dénonoant le. mesur .. de séorégatlon comme étant oontralre ... la Con.\ltu410n amérIcaine. C:1î1R.D~II~'UIE IOlE EN fait, nous assistons au triomphe des assassins d'Emmet Till, leur impunité n'oublions pas qu'ils perpérent leur forfait il y ajuste an - li' permis de se déveune campagne raciale Iff"nnh\" campagne, d'ailleurs, pas seulement menée par hommes du Ku-Klux-Klan par cette « Association des Blancs ~ , elle est égasoutenue par des homjouant un rôle très imporaux U.S.A. Ainsi le doyen de l'Université la Caroline du Sud a été de l'Université à la dedu gouverneur de l'Etat avoir publiquement procontre un discours du gouverneUir qui soutenait de l'infériorité biolode la race noire et prôla désobéissance a'ux autofédérales 1 des personnalités émides deux pa rtis amérin'a osé, à ce jour, ner fermement la ségr~ raciale. 3i AOUT: A Clinton tTennessee), un millier de manifestants, encadrés par des membres du c White Citizens Council » (Conseil des Citoyens Blancs), parcourent les principales artères de la vi Ile en hurlant: « Pas de sales nègres cl l'école r _ De nombreuses voitures appartenant è des noirs sont renversées, leurs vitres brisées, leurs pneus crevés. les racistes se dirigent vers l'hôtel de ville en criant: .. Nous ferons sauter la mairie si nou. voyons un seul noir dons l'école _. Le gouverneur de l'Etat refuse les renforts demandés par le maire. .'. A Mansfield (Texas), 400 Jeùnes racistes massés devant l' Ecole Supérieure, empêchent l' inscription de trois étudiants noirs. l'administration décide de maintenir la ségrégation encore un an. .'. A Colomb la (Caroline du Sud), six jeunes gens sont arrêtés pour avoir tenté d',ncendler une école acceptant les noirs. .'. Une croix flambe devant l'école de Tallahassee (Floride), tandis Que dès orateurs en cagoule excitent une foule de plusieurs cenfa ines de racistes. Dons cette vi Ile, depuis trois mois, les noirs boycottent les autobus pratiquant lb ségrégation. .'. le directeur de l'école de Bryson City (Caroline du Nord), déclore que c l' intégration est impossible » dan~ S~ établissement. 1. 1er SEPTEMBRE : A Cllnto:;', ".500 manifestants se retrouvent devant le Palais de Justice. Ils font usage d'ormes è feu. La police, renforcée par 600 gardes nctionaux du Tennessee, enfin envoyés par ;e- gouverneur, disperse les émeutiers ou moyen de bombes lacrymogènes. .'. 2 SEiPTEMBRE : Nouvelle manifestation raciste è Clinton, devant le Palais de Justice. Des coups de feu sont tirés. Un marin noir . échappe de peu ou lynchage. Une croix embrasée, signe de ralliement du Ku-Klux-Klan, a été plantée devant l'école. 1. A Forth Worth (Texas), 200 racistes se rassemblent devant la maison Qu'un noir, M. Lloyd Austin, a achetée dons le Quartier régation scolaire a·ux U.S.A. C'est ainsi que, si vous faite dem::mde d'admission, J'unide la Californie du Nord si vous êtes Français, Alle, noir, oriental, l:anaWlive, slave ou ibérique. L'université de Virginie, moins difficile, vous demandera simplement si vous êtes Anglais, Français, Hébreu ou Italien ... En outre, certains « collèges » vous demanderont une entrevue personnelle ou une lettre de recommandation de votre directeur de conscience. Devant l'école de Sturgls (Kentucky), des gardes face cl Si vous êtes Juif ... D'UNE manière générale, les noirs et les juifs sont l'ob. jet de pratiques discriminatoires très nettes dans l'en.seignement supérieur américain. (Suite page 6.) c blanc _. Un de leur porte-parole oct:ompogné d'un policier, va proposer à M. Austin de lui racheter la maison, tandis que l'effigie du noir est pendue devant la maison. 3 SEPTEMBRE 1 La Cour Suprême du Tennessee rejette une Instance contre l'admission d'élèves noirs ou collège d. Clinton. ••• A Fortworth, M. Lloyd Austin, menacé de mort, a dO accepter de vendre 50 maison èl une société Immoblli~re. ••• A Oliver Spring (Tennessee), le quartier noir a 'té secoué, dons la nuit, par cinq explosions : le bruit avait couru que les enfants noirs se rendraient è l'école c blanche -. 1. Une foule hurlante et menaçante, contenue par les gardes nationaux, baïonnette ou conon, tente d'empêcher l'entrée des neuf enfants noirs admis è l'école de Sturgls (Kentucky). 1. 28 noirs ont été Inscrits èl l'école de Matoako (Virginie), mols 130 élèves blancs seulement sur 600 ont assisté aux cours. 1. Un prêtre anglican, le révérend Clark, venu èl Mansfield (Texas) pour appeler les racistes au calme, est insulté et chassé par eux. • •• Des croix ont brOlé taute la nuit è Alvarado (Texas), devant les moisons des enfants noirs qui se sont faits Inscrire è l'école. ••• A Knoxville (Tennessee), un cercueil a été dépasé devant l'kole, ove: l'Inscription : « Quel .. ra Je prochain ft.,", • 1. Le gouverneur du Texas, M. Shlvers, déclore Que tout enfant noir qui tentera de s'Inscrire li une école c blanche » sera expulsé de l'Etat. .•. 4 SEPTEMBRe : A Clinton, le • White Citizen Coune', _ invite les parents blancs à garder leurs enfants chez eux si les noirs sont admis aux cours. Douzè petits noirs se rendent à l'école, escortés par 700 hommes de troupe, baïonnette ou cenon, précédés de tanks, voitures blindées et survolés por des hélicoptères. ••• On annonce à Clinton que les parents blancs Qui envolent leurs enfonts à l'école c Intégrée • ont reçu des menaces de mort. ••• Les deux étudiants noirs Inscrits è l'école de Texarkana ne sont pas revenus aux cours. ••• 7 SEPTEMBRE : Les neuf enfants noirs Qui étalent Imcr,lts è l'école de Sturgls ont cessé d'y venir. On apprend que leurs parents ont ' été menacés de perdre leur emploI. Les manlfestotlons racistes continuent. ' .'. 17 SEPTEMBRE : les quatre écoliers noirs admis è l'école de Clay se volent refu!er l'entrée par le directeur. Le bureau des écoles a déclaré leur Inscription • Illégale '. Du 19 au 22 ~ LE PREMIER CO DES ÉCRIVAINS EP LUSIEURS dizaines d'ocri- mer cela, ainsi, avec éclat, pour vains, artistes, savants et aider les hommes blancs, trop professeurs noirs, dont souvent influencés par des prol'oeuvre honore l'humanité, ont pagandes intéressées, à mieux tenu à Paris, du 19 au 22 sep- comprendre et ' aimer les homtembre, 'Uill important congrès: mes et les peUiples de couleur le lor Congrès Mondial des - leurs égaux, leurs frères. Ecrivains et Artistes Noirs. Il était nécessaire aussi (et Une foule nombreuse d'hommes c'était la préoccupation des oret de femmes a suivi avec pas.- ganisateurs) que les noirs euxsion leurs travaux qui se sont mêmes prennent mieux consdéroulés à la Sorbonne, dans cience, par un tel congrès, de l'amphithéâtre Descartes, cons- la grande force culturelle tamment plein à craquer. qu'ils représentent et de · leurs L'initiatIve en avait été prise immenses possibilités. par le groupement «Présence Cette imposante manifestation Africaine », dont l'animateur, contribuera, nous en sommes M. Alioune Diop, s'est maintes certain, à briser bien des barfois associé à l'action du ri ères, à faire progresser la M.R.A.P. cause du, respect mutuel, de la Les pays ou territoires sui- fraternité entre les hommes de vants étaient représentés: Haïti, toutes races et de toutes cou- Etats ~ Unis, Martinique, Gua- leurs. Elle contribuera, selon la deloupe, Barbade 'JamaIque, formule d'Aimé Césaire, à l'en- Guyane, Nigéria, Sierra Leone, trée des peuples noirs sur la Mozambique, Angola, Madagas- scène de l'Histoire - non plus car, A.E.F., Soudan, Sén.é~al, comme figurants méprisés, mais Dahomey, Guinée, Côte d'IVOire, avec le grand rôle qu'ils mé- Togo, Niger, Cameroun. ritent. Parmi les personnalités les 1 __ ,plus connues qui participèrent --------- aux débats citons: l'écrivain américain Richard Wright, M. Price-Mars, recteur de l'Université de HaIti; les poètes Aimé Césaire et Léopold Sen~or, les acteurs Moune de RiveT et Ha, bib Benglia. Une délégation du M.R.A.P. a suivi les débats du congrès. Conduite par M. Robert Attuly, conseiller à la COUll' de Cassation, elle a exprimé, dans un Emouvant hommage Notre 6mlnent ami. ,. conselll.r Atluly. qui d .... loealt la délégation du M.R. A.P •• a été l'objet d'un touohant hommaoe au ConOréa cies lo"'valn. et AI"tI.te. Nol .... Peu apm Ion "" .. Iv". M. P"lo.-Ma.... ...oteu.. ck l'Unlv .... IU de HaTti. qUoI pré. Idalt, déci .... : c On me signale la présence de M. Robert Attuly, consel11er à la Cour de Cassation, membre de l'Académie des Sciences Coloniales, membre du Comité d'AcUon du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. J'invite l'assistance 11. le saluer avec l'amItié qu'il convient. :. AUlllt6t, "amphlth"tre Desoartes Hten\lt d'.pplaudlssementa chal'uNux .t prolonetéB. tandl. que tout le. NoaPd. ' .. tournaient v.... M. Attulr. .oll'l'Iant e\ 'mu. Le l'ep""entant du M.R. A.P ... rendl\ &n.ulte aupl'ès des organisateurs du Conom pou .. les féllolter e\ le. assur. r de la .0Ud .... U de not ... Mouvement. bref message, chaleureusement . applaudi, sa solidarité avec cette initiative et sa certitude qu'elle aidera' à briser les préjugés et les haines racistes. Car, il convient de le souligner, ce congrès, manifestation culturelle, fut aussi, fondamentalement, une manifestation an~ tiraciste. L'un de ses objectifs était, en effet, de montrer que les peuples noirs, systématiquement calomniés pendant des siècles, possèdent de riches traditions cudturelles, que l'esclavage, puis la colonisation et le racisme, ont masquées, déformées, étouffées. Ce congrès, par ses participants m~mes, démontre égaiement que, malgré les' préjugés et les discriminations dont ils sont victimes, les noirs, dans le monde entier, continuent d'apporter, sous les formes les plus diverses, une rema1'quable contribution à la culture universelle. n était nécessaire de procla- Le La place nous manque pour donner une image complète des riches débats qui se sont déroulés au Congrès des Ecrivains et Artistes Noirs, qui se poursuit l'heure où nous mettons som presse. Tout au plus pouvons-nous sou· mettre il nos lecteurs un aperçu de quelques interventions, por, tant plus spécialement sur lE prOblème du racisme. Racisme et antisémitiSme Ouvrant le Congrès, M. AUounl DIOP, directeur de « Présenci Africaine », souligne que cet~ rencontre représente, « aprèl Bandoeng, pour les peuples noirs le second grand événement d. cette décade ». « Pendant des siècles, déclare t-U, l'événement dominant dl notre histoire a été la traite deI esclaves ... L'esclavage est une de. composantes décisives du tristj destin de nos peuples. Il n'en es pas le seul. Le racisme en étai la conséquence la plus imm~ diate. » « Nous ne sommes pas le seules victimes du racisme, di~l encore. Les juifs, au cours d, cette guerre, ont connu des souJ frances organisées et portées 1 un niveau jamais imaginé aupa ravant. C'est avec émotion qu nous nous inclinons devant ~ mémoire de toutes les victimes d' racisme hitlérien. » Une honteuse dépréciation de l'homme noir Indiquant Que racisme et ant sémitisme n'ont pas toujours lE mêmes caractères. il constate qu les peuples noirs « ne sont PD encore parvenus à trouver acci d l'audience internationale ». « C'est, dit-il, qu'ils ont tOt connu et connaissent encore pOt la plupart ce régime politic( social qu'on appelle la colonisl tion. » « Comment ne pas déplore s'écrie-t-il, que des esprits, a demeurant fort respectables dar le contexte normal de la vie occ dentale, en soient arrivés à i l voquer la Bible pour justifier i ségrégation raciale et la dépr ciation de l'humain? » Et il dénonce, dans le domah de la culture et de la vie quoI dienne, {( ces jugements, cl goûts, ces habitudes qui ne r çoivent leur fondement que de seule dépréciation de l'homn noir ». {( Beaucoup, dans le monde 0 cidental, poursuit-il; appret draient volontiers, et avec Ul surprise émerveillée, que, dal l'Afrique traditionnelle, d p près tous les hommes sont cull vés ... Il n'y a pas de peuple sai culture. » « Nous vivons une époque, co elut-il, où les artistes portent t n ïii rS · 1•• •• solidaire tiracistes américains sa réunion du .13 septembre, le Bureau National adopté la résolution suivante: d'être l'I"terpl'ète de l'opinion franoalse tous ceux quf, aux Etats-Unis, se sont ou les complice. des récentes émeutes a empêcher 1 .. entant noirs de ff'équenter que les entants blanc •• traternellement les antil'aclstes amlll'Icains usement tace aux émeutlel's et • leurs Inr·eal.tl~e avec satl.tacllon la 9rls. de po.ltlon de locaux quf n'ont pa. hésité, comme • ), à taire appel ""a troupe pour l'amener les écoliers noll'l. cependant, aveo Inqulétud.e, qu'aucun " .. , ... ",." ... "'"n. raciste. ayant provoqué d'au.sl n'ont été poursuivis pOUl' leurs métalts. Ivlté des autorltM américaines est susceptible de nouveau'x IncIdents regHttable •• appelle tou. les ant/raclste. de 'rance. témol. chaleureu.e aux antiracl.tee amérIcains en mise hors d'état de nuIre de. tomentateur. et l'applicatIon .wlcte de. décisIons de la des Etats-Uni. dénonoant le. me.ures de ségréétant contraire ... la Constltu~lon amé,.lcalne. IOlE

A Cllnt~,

se retrouvent Justice. Ils è feu. La 600 gardes ~-_._-,._-- enfin disou moyen de .S.A. c blanc ». Un de leur porte-parole od:ompogné d'un policier, va proposer à M. Austin de lui racheter la maison, tandis que l'effigie du noir est pendue devant la maison. ••• 3 Sll'TEMBRE 1 La Cour Suprême du Tennessee rejette une Instance contre l'odmission d'élèves noirs ou co••l.l ège de Clinton. A Fortworth, M. Lloyd Austin, menacé de mort, Q da accepter de vendre sa maison à une scdét' Immobilière. ••• A Oliver Sprlng (Tennessee), le quartier noir a 'té secoué, dons la nuit, par cinq explosions : le bruit avait couru que les enfants noirs se rendraient à l'école c blanche ». .** Un. foule hurlante et menaçante, contenue par les gardes nationoux, baïonnette ou conon, tente d'empêcher l'entrée des neuf enfants noirs admis à l'école de Sturgls (Kentucky). .*. 28 noirs ont été Inscrits à l'école de Matoaka (Virginie), mols 130 élèves blancs seulement sur 600 ont assisté aux cours. 1. Un prftre anglican, le révérend Clark, venu à Mansfield (Texas) pour oppeler les racistes ou calme, est insulté et chassé par eux.

    • .

Des croix ont brOlé toute la nuit à Alvarado (Te)(as), devant les moisons des enfants noirs qui se sont faits Inscrire à l'école. 1. A Knoxville (Tennessee), un cercueil Q ét.~ déposé devant l'kale, avec l'Inscription : • Que' sera le prochohl "itre' • 1. Le gouverneur du Texas, M. Shlvers, déclore que tout enfant noir Qui tentera de s'Inscrl,. à une école c blanche » sera expulsé de l'Etat. ••. .. SEPTEMBRE! : A Clinton, le • White Citizen Coun", • invite les parents blancs à garder leurs enfants chez eux si les noirs sont admis aux cours. Douzè petits noirs se rendent à l'école, escortés par 700 hommes de troupe, baïonnette ou cenon, précédés de tanks, voitures blindées et survolés par des hélicoptères. 1. On annonce à Clinton que les parents blancs qui envolent leurs enfants è l'école c Intégrée • ont reçu des m••.e naces de mort. Les deux étudiants noirs Inscrits à l'école de Texarkana ne sont pas revenus aux cours. ••• 7 SEPTEMBRE : Les neuf enfants noirs qui étalent InscrHs à l'école de Sturgls ont cessé d'y venir. On apprend que leurs parents ont ' Hé menacés de perdre leur emploI. Les manifestations racistes continuent. • *. 17 SEPTEMBRE : Les quatre écoliers noirs admis à l'école de Clay se volent refuser l'entrée par le directeur. Le bureou des écoles a déclaré leur Inscription c Illégale •. ' .. Du 19 au 22 Septembre, s'est -tenu" -à léi Sorbonne' LE PREMIER CO DES ÉCRIVAINS ET ARTISTES NOI.R PLUSIEURS dizaines d'écri- mer cela, ainsi, avec éclat, pour vains, artistes, savants et aider les hommes blancs, trop professeurs noirs, dont souvent influencés par des prol'oeuvre honore l'humanité, ont pagandes intéressées, à mieux tenu à Paris, du 19 au 22 sep- comprendre et · aimer les homtembre, 'Uill important congrès: mes et les peUiples de couleur le 1'· Congrès Mondial des - leurs égaux, leurs frères. Ecrivains et Artistes Noirs. 11 était nécessaire aussi (et Une vue du Congrès. Une foule nombreuse d'hommes c'était la préoccupation des oret de femmes a suivi avec pas-- ganisateurs) que les noirs euxsion leurs travaux qui se sont mêmes prennent mieux consdéroulés à la Sorbonne, dans cience, par un tel congrès, de l'amphithéâtre Descartes, cons- la grande force culturelle tamment plein à craquer. qu'ils représentent et de ' leurs L'initiative en avait été prise immenses possibilités. par le groupement «Présence Cette imposante manifestation Africaine », dont l'animateur, contribuera, nous en sommes M. Alioune Diop, s'est maintes certain, à briser bien des barfois associé à l'action du ri ères, à faire progresser la M.R.A.P. cause dU! respect mutuel, de la Les pays ou territoires sui- fraternité entre les hommes de vants étaient représentés: Haïti, toutes races et de toutes cou- Etats - Unis, Martinique, Gua- leurs. Elle contribuera, selon la deloupe, Barbade 'jamaïque, formule d'Aimé Césaire, à l'en- Guyane, Nigéria, Sierra Leone, trée des peuples noirs sur la Mozambique, Angola, Madagas- scène de l'Histoire - non plus car, A.E.F., Soudan, Séné~al, comme figurants méprisés, mais Dahomey, Guinée, Côte d'IVOire, avec le grand rôle qu'ils mé- Togo, Niger, Cameroun. ritent. Parmi les personnalités les 1 __ .plus connues qui participèrent ---------- aux débats citons: l'écrivain américain Richard Wright, M. Price-Mars, recteur de l'Université de Haïti; les poètes Aimé Césaire et Léopold Senghor, les acteurs Moune de RiveT et HaLes .d é ba ts ·bib Benglia. Une délégation du M.R.A.P. a suivi les débats du congrès. Conduite par M. Robert Attuly, conseiller à la COUll' de Cassation, elle a exprimé, dans un Emouvant hommage Notre émlnen' ami, le conseiller A\tuly, qui d"'lgealt la délégation du M.R. A.P., a été l'objet d'un tou,. chant hommage au Congréa ciea Icrlvaln. et A"'lstes Noir •• Peu apréa son III'rlvée, M. P.-Ice-Mars, recteur d.e l'UnIversIté de HaTti, qu4 pré. Idalt, décla,..: c On me signale la présence de M. Robert Attuly, consel11er à la Cour de Cassation, membre de l'Académie des Sciences Coloniales, membre du Comité d'Action du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. J'invite l'assistance à le saluer avec l'amItié qu'Il convient. :. Au •• It6t, l'amphlthéltre De.cartes .... tentlt d'applaudl •• ements chaleureux et prolong.é.s, tandis que toue le. regards · .e \Ournalent vers M. A\tul,. 10lll'lan, e' ému. Le reprHentan' du M.R. A.P ... rendit en.ulte auprés des organisateurs du Conorèa pour lea félicIter et 1 .. assurer de la solidarité de notre Mouvement. bref message, chaleureusement . applaudi, sa solidarité avec cette initiative et sa certitude qu'elle aidera' à briser les préjugés et les haines racistes. Car, il convient de le souligner, ce congrès, manifestation culturelle, fut aussi, fondamentalement, une manifestation antiraciste. L'un de ses objectifs était, en effet, de montrer que les peuples noirs, systématiquement calomniés pendant des siècles, possèdent de riches traditions c.udturelles, que l'esclavage, puis la colonisation et le racisme, ont masquées, déformées, étouffées. Ce congrès,par ses participants mêmes, démontre égaIement que, malgré les préjugés et les discr~minations dont ils sont victimes, les noirs, dans le monde entier, continuent d'apporter, sous les formes les plus diverses, une rerna'rquable contribution à la culture universelle. 11 étalt nécessaire de procla- La place nous manque pour donner une image complète des riches débats qui se sont déroulés au Congrès des Ecrivains et Artistes Noirs, qui se poursuit à ' l'heure où nous mettons sous presse. Tout au plus pouvons-nous soumettre à nos lecteurs un aperçu de quelques interventions, portant plus Spécialement sur le prOblème du racisme. Racisme et antisémitiSme Ouvrant le Congrès, M. Alioune DIOP, directeur de « Présence Africaine», souligne que cette rencontre représente, «après Bandoeng, pour les peuples noirs, le second grand événement de cette décade ». « Pendant des siècles, déclaret- U, l'événement dominant de notre histoire a été la traite des esclaves ... L'esclavage est une des composantes décisives du triste destin de nos peuples. Il n'en est pas le seul. Le racisme en était la conséquence la plus immédiate. » « Nous ne sommes pas les seules victimes du racisme, dU.il encore. Les juifs, au cours de cette guerre, ont connu des souffrances organisées et portées d un niveau jamais imaginé auparavant. C'est avec émotion que nous nous inclinons devant la mémoire de toutes les victimes du racisme hitlérien. » Une honteuse dépréciation de l'homme noir Indiquant que racisme et anti· sémitisme n'ont pas toujours les mêmes caractères. il constate que les peuples noirs « ne sont pas encore parvenus à trouver accès d l'audience internationale ». « C'est, dit-il, qu'ils ont tous connu et connaissent encore pour la plupart ce régime politicosocial qu'on appelle la colonisation. » « Comment ne pas déplorer, s'écrie-t-il, que des esprits, au demeurant fort respectables dans le contexte normal de la vie occidentale, en soient arrivés d invoquer la Bible pour justifier la ségrégation raciale et la dépréciation de l'humain? » Et il dénonce, dans le domaine de la culture et de la vie quotidienne, « ces jugements, ces goûts, ces habitudes qui ne reçoivent leur fondement que de la seule dépréciation de l'homme noir ». « Beaucoup, dans le monde accidental, poursuit-il; apprendraient volontiers, et avec une surprise émerveillée, que, dans l'Afrique traditionnelle, d peu près tous les hommes sont cultivés ... Il n'y a pas de peuple sans culture. » « Nous vivons une époque, conclut- il, OÙ les artistes portent témoignage, · où ils sont tous plus ou moins engagés. Il faut en prendre sont parti : toute grande oeuvre d'écrivain ou d'artiste africains témoigne contre le racisme et l'impérialisme de l'Occident. Et cela durera tant que les tensions qui déséquilibrent le monde ne cèderont pus la place d un ordre dont l'instauration serait l'oeuvre l ibrement bdtie par les peuples de toutes races et de toutes cultures. » Fin d'un monologue Le grand poète malgache Jacques RABEMANANJARA, dans une intervention particulièrement émouvante, dresse ce tableau de la situation: « Le monde était divisé en deux camps: le 'camp des hauts-parleurs et le camp des bouches closes. Pendant des siècles, le solo européen emplissait l'univers de ses accents i mpératifs. Une partie de l'humanité était som.mée d'étre aux écoutes, sans plus, de la voix de son maître » ... Mais, constate-t-il, « l'une des conséquences les plus remarquables de la deuxième guerre mondiale, c'est d'avoir ébranlé la croyance en la solidité du dogme, d'avoir Obligé l 'Europe elle-même à s'interroger sur la légitimité de son article de foi. L'Occident mesurera- t-il jamais assez l'ampleur de l 'espoir soulevé dans le camp des muets par la victoire com.mune remporté sur le fascisme? ... « Le coup de gong de Ban· doeng a sonné la fin spectaculaire d'un monologue de plusieurs siècles. » Causons! Dénonçant le racisme, l'orateur poursuit avec une amère ironie: « L'inventaire de nos richesses autres que le produit de nos sols et les ressources de nos sous-sols, quel i ntérét peut-il présenter d l'opinion longtemps travaillée d nos dépens, accoutumée d nous juger à travers une image d'Epinal d'autant plus perfide qu'elle est i nnocente, l 'image des Bamboula, l 'image des noirs-grandsenfants, celle des braves t i railleurs à chéchia ou d dents can~ dides, chers à la f irme Banania? « Qu'attendre de ceux-ld, sinon ce que l'on est en droit d'attendre des enfants? « ... De puissants intéréts tirent de larges profits de la prolongation de l'équivoque et du mensonge. » « Il existe une Europe que nous n'aimons pas, dit-il encore, que nous ne pouvons pas aimer, que nous n'aimerons jamais: trop de mensonges, trop d'injustices, trop de sang et de boue entre elle et nous.. . Mais l'autre Europe, voyez-vous, son culte n'est pas près de s'éteindre en nos coeurs. Le choix de la Sorbonne pour abriter ce Congrès n'est · pets dtl au hasard. » Et il conclut : « La conversat ion des peuples recommence: causons! » L'élan brisé « Le grand. reproche que l 'on est fondé à faire à l'Europe, déclare à son , tour le grand poète màrtiniquais ' Aimé' CESAIRE, c'est d'avoir brisé dans leur élan des civilisations qui n'avaient pas encore tenu leurs promesses, de ne leur avoir pas permis de développer et d'accomplir la richesse des formes contenues dans leur·s tétes. « Toute ' coloni sation se traduit d délai plUS ou moins long par la mort de la civilisation de la société colonisée ... « Je crois, s'écrie-t-iI, que la civilisation qui a donné au monde de l 'art la sculpture nègre ; que La civilisation qui a donné au monde politique et social des institutions communautaires originales comme, par exempl e, ' la démocratie villageoi se ou la fraternité d'âge, et t ant d'institutions marquées au coin de la solidarité; que cette civil i sation, la même qui, sur un autre plan, a donné àu monde moral Une philosophie originale fondée sur le respect de la vCe et l 'intégration dans le cosmos, je refuse d croire que cette civilisat ion-là, pour insuffisante qu'elle soi t , son anéantissement et son reniement 'soient une condi tion de la rènaissance des peuples noirs. » Donnez la parole aux peuples noirs! ({ Dans notre culture à naître, poursuit Aimé Césaire, il y aura, d n'en' pas douter,"du nouveau et de l'ancien.. . La réponse ne peut étre donnée_ que par la communauté. ,Du moins 'pouvons-nous attirm~r" dès maintenant, qu'elle sera donnée, et non pas verbalement, mais dans les f aits et par l'action. » « Nous sommes là, conclut-il, pour dire et pour réclamer: don' nez là parole aux peuples! Lai ssez entrer les peuples noirs sur la grande scène de l'histoire! » Nous reviendrons prochainemen sur les autres rapports. ' Citons, par exemple, ceux du docteur Frantz FANON : « R"lèisme et Culture »; de P. HAZOUME': « La révolte des prêtres »; Louis ACHILLE: '« Les negro-spirituals et, l'expansion de la culture noire »; , Jacque!.' ALEXIS: « La culture ' haïtienne »; Léopold SENGHOR: « L'esprit de la civilisation, ou les lois ' de la culture africaine»; E.-C. PAUL: « L'ethnologie et les cultures noires » ; etc., etc ... D'orès et déjà il apparaît' que le congrès de la Sorbonne constitue un très grand succès et que, par son inépuisable richessè", il ouvre des vastes perspectives 'à la diffusion et au développement de la culture des peuples noirs. • DROIT Il' LIBERTI! Pourquoi Monsieur El ne peut pas dormir tranquille .. ~ EN 1953, M .. Siegfried .Einstein, p~rent éloigné du savant Albert Emstem, vIent s'établIr à Lamperthein en Rhénanie. ' Les certificats de « bon démocrate :. délivrés à Adenauer par les Occidentaux lui avaient semblé une gârantie suffisante pour quitter la Suisse, où il s'était réfugié avec ses parents à l'âge de quatorze ans, au moment de la prise de pouvoir d'Adolf Hitler, et où il avait acquis une certaine notoriété en publiant quelques romans et plaquettes de poésie. Il devait, par la suite, regretter am€rement cette décision. En effet, prenant prétexte d'une querelle avec un quincaillier du coin, toute la jeunesse du villa~e se Iigu'e contre le juif Einstem et, organisée en bandes, va, nuit après nurlt, tirer la sonnette à la, porte de cet intrus. Las de ces éternelles vexations, il entame une série de procédures qui se terminent... par l'envoi d'Einstein dans un hôpital psychiatrique. Ce « fait-divers :. vaut-il la peine d'être relaté? Des événements autrement importants ne sollicitent-ils pas notre attention? Ce raisonnement sentit juste s'il s'agissait d'un fait isolé. Mais la vérité nous oblige à dire que loin d'être une exception, le cas de M. Einstein est, au contraire, une illustration de l'état d'esprit, d'une « atmosphère

. qud se développe en Allemagne

de Bonn. Faire la preuve ••• du nazisme Une brochure éditée par le Comité pour l'Unité Allemande, qui groupe des Allemands de l'Ouest et de l'Est, nous donne une idée de la virulence de l'antisémitisme dans l'Allemagne de Bonn. Les profanations de cimetières juifs ne se comptent plus et ne sont presque plus relatées par les journaux. Ce qui est, si possible, encore plus révoltant que ces actes, c'est l'explication qufen donnent invariablement les autorités allemandes. « Ce sont des jeunes gens qui, en jouant, ont renversé les pIerres tombales :.. Mais il reste un fait qui demeure inexplicable: pourquoi ces jeunes gens amateurs de jeux macabres choisissent-ils toujours les cimetières juifs et jamais les autres? racisme, loin d'être combattus par les pouvoirs publics, bénéfident, au contraire, de toutes l,es facilités dont l'administration de Bonn est capable. Encore Grimm ... La littérature glorifiant Hitler, sa guerre et ses crimes, s'étale dans towtes les librairies. Rien que dans l'année 1955, il a été imprimé .et diffusé, dans la République Fédérale, plus de 700 ouvrages d'auteurs pro-nazis. Leur tirage global atteint 3.000.000 d'exemplaires. Et voici maintenant quelques titres significatifs: « Hitler en privé " « Nous n'étions pas des bandits , « Woeffen- SS en attaque, «Les derniers écrits d'Alfred Rosenberg », « La vie de Joseph Goebbels ,. Et pour donner une idée du contenu de cette IittératUlre, voici un extrait du livre de Hans Grimm, un des théoricien du nazisme et qui joue à nouveau le rôle du « penseur, dans le mouvement néo-nazi. Dans son livre intitulé « Pourquoi, d'où et vers quoi? " il écrit: « Sous l'étiquette d'antisémitisme, on ne doit évidemment pas comprendre dans l~ plupart des cas une attaque haineuse, mais une volonté de défense ,. Il affirme que Hitler voulait simplement expulser « tout à fait pacifiquement les juifs d'Allemagne . Et il écrit enfin (page 186) : « Quand j'entendis pour la première fois la formule « les juifs sont notre malheur :., j'obtins d'abord qu'elle ne tilt pas publiée comme affiche du Parti dans notre village. Mais comme beaucoup je me rendis compte de la signification, vraiment quasi - prophétique, de cette phrase aVlNlt 1945, quand d'un c~té, nous, purs Allemands, nous rendîmes vraiment compte des agissements amoraux des juifs et commençdmes à torturer nos coeUrs dans des tentatives presque désespérées de comprendre ce qui était arrivé, et quand, d'un autre côté. il. devint atrocement clair à la suite de ces révélerions, que la question juive subsistait malgré tout et ne pouvait pas être seulement ré$lée par tolérance et compromIS, mais qu'elle devait pourtant être réglée si l'on voulait encore une fois réussir à « sauver l'Occident » au, sens biologique et spiritqel . •.. et Hitler Il ne faut pas croire que l'on se contente de vendre dans les li,brairies les « nouveautés » en matière de littérature antisémite. Les bons « classiques » ne SORt point oubliés et vous trouverez sans aucune difficulté tous les livres de Rosenberg, jusqu(au « Mein Kampf " d'Hitler, à des prix très accessibles. « Droit et Liberté » a déjà dit combien de journaux et périodiques sont diffusés pa'r les associations d'anciens combattants et d'anciens SS, et quel est leur contenu. Mais comme si tout ceci n'était pas encore suffisant pour empoisonner les esprit·s, surtout des jeunes, on a recours à des éditions étrangères. C'est ainsi que la maison d'édition « Editorial Prometheus , à BUienos-Aires, vient de publier un livre sur la, couverture duquel est reproduit, en guise de titre, le panphe d'Adolf Hitler avec, en sous-titre: « Son combat contre la «Minusseele:. (Minusseele est une expression nietzéenne, et qui signifie l'état d'âme des êtres inférieurs). Et dans ce livre nous trouvons entre autres: « Le juif en lui-même ne nous dérange pas; mais ce qui nous gêne - et considérablement - c'est le ferment de décomposition de son sang, son esprit tortueux, en un mot la semence diabolique de sa « minusseele » SlNls repos. Ce ne sont pas les juifs qui ont à se défendre contre le peuple allemand, mais les Allemands qui doivent se défendre contre les juifs ... ,. Telle est la littérature offerte aux jeunes. Quoi d'étonnant si des jeunes commencent à marcher allègrement SUit' les pas de leurs aÎn s et si nous apprenons aujoard'hui qu'un élève d'un lycée de Schleswig-Holstein a été félicité d'avoir pri~ pour sujet d'examen . Ia vie. du souteneur nazi Ho~st Wessel, figure de gloire du naZIsme, et dont le cha'nt ( Horst Wessel Lied ») était l'hymne officiel du parti nazi. M. Einstein et nous Tel est l'état d'esprit qui règne dans une notable partie de la popudation de l'Allemagne de l'Ouest. Il faut dire que dans certains milieux on se rend compte du danger que re.présentent pour le peuple allemand et pour le monde cette littérature et cet état d'esprit. Il sera très difficile de lutter efficacement contre cet état de choses tant que cette littérature et cette activité antisémites bénéficieront de la 1Jienveillance des pouvoirs publics, Or, Gomment s'attendre à une fin de cette attitude favorable de l'Administra'tion, puisque les G1obke, les Brautigam et autres criminels de guerre nazis y pullulent. C'est en s'appuyant délibérément sur les él,éments véritable- 1'!1ent démocrates de la populatIOn allemande qu'un gouvernement pourra combattre ces fauteurs de nazisme et d'antisémitisme. C'est pourquoi nous soulScrivons à la conclusion de la brochure du Comité pour l'Unité Allemande dont nous avons parlé plus haut et qui dit: « Il ne s'agit pas seulement que le juif Siegfried Einstein puisse de nouveau dormir tranquille. Il y va aussi de la tranquillité des nuits de tous les Allemands non juifs, 'dans toutes les villes allemandes, et également de la tranquillité des nuits de .M. Lebon en France, de M. SmIth en Angleterre, de millions d'au.tres braves gens paisibles dans tous les autres pays. C'est pourQ.uoi tous les hommes du monde qui ne veulent pas revoir les Izorreurs d'une nouvelle guerre daivent, dans leur propre intérêt, agir très oectivement afin qu'on en termine rapidement et définitivement avec l'antisémitisme renaissant en Allemagne occidentale ». M. IMERGLIK. ALERTE •• Les vacances t81'mlnées notH Mouvement ' et notre journal •• trouvent devant de grandes \Aches à accomplir. Plus que jamal. il faut mobiliser, combat\N, éclall'&l'... , Nous disposons, pour menel' à bien cet effort, de bonnes volontés innombrables, connues ou inconnues. Mals il nous faut aussi, pour alimenter nos campagnes, les fonds sans lesquels les meilleures décisions ne pou .... raient pas être appliquées. Songeons aux fonds dont diapose, par exemple, Poujade, qui COUivre d'affiches des réglona .ntlères, qui se déplace accompagné de tout une caravane p\Jblicl\al ... et d'une « garde » nombl'8use, qui Invite son service d'ordl'. à venir passer huit jours à Parla. POUl' notre part, Il nous manque trop souvent les moyens maUrle'a Indispensables. Et, dans la période présente, nous sommea contraints de sonner l'alal'me. Adressez-nous d'ul'Qence votre cotisation. (C.C.P. ct Dl'olt et Libel'té » 6070-98, Paris.) LA SOUS(RIPTION Donateurs Paladino : 1.000; Fernand Jacob 1.300; Wittelsalt : 5.000; Mayorld. z 5.000 ; IsIdore : 10.000 ; Knobel 2.000; Rappoport : 4.000; Escat 1.000 ; Albert : 1.000 ; Szwastl.r 1.000 ; Birin: 2.000 ; Blrenw~ 2.000; Birnbaum : 1.000; Goldnagel 1.000 ; Frydman: 5.000 ; Hlrsch 3.000; Sabsaï : 2.000; Hutkowltz 1.000 ; Swartz : 2.000; Charles : 1.000; Knopf : 10.000; Pons : 2.000 1 Liberma.. : 1.000; Kamblut : 30.000; Strum : 1.000; Sem : 5.000; Ancmyme

18.000 ; Borensteln : 5.000 ;

Della Torre : 1.000; Baulip : 10.000; Belin : 5,000; Flom : 5.000; Ben AlI: 1.300 ; Zorbibe : 10.000; RozencswaJ.: 10.000; Banateanu : 2.000; Dr HII'ICIIMarie

1.000; Lucie.. Lévy z 5.000;

Tiar : 1.200; Braner : 1.000; CentelItaire

10.000 ; Chesk;ilt : 1.000 ;

Kleider : 5.000 ; Wlnny : 3.0001 Goldber~: 5.000; Staln: 2.000 ; Herskowlcz : 1.500; Edelman : 3.000 1 Sarrat : 1.000; ZaJdel : 3.000; Molleau

500; Gold : 10.000; Delk. :

10.000; Leoner : 6.000; Uworek 1.000 ; Rybak : 3.000; Ruvarll_r 1.000; Arbitourer : 10.000. Sociétés Amis solidaires : 10.000 ; Mazowiec : 6.000. Collectes MInsk- 12- : 3,100; Knabel 5.000; Sachs : 6.000. 2.000; 200 'Pour des raisons politiquJes faciles à comprendre, le gouvernement de Bonn a, promulgué une loi qui prévoit l'indemnisation (ô combien dérisoirel) des victimes du na'Zisme. Ce qu'il faut savoir de la ségrégation scolaire L'application de cette loi a été confiée à une administration spéciale, soumise à la surveillance des tribunaux. Voici un cas, entre autres, qui illustre l'esprit dans lequel ces lois sont appliqUJées. Mme X... fut 86 fois l'objet d'expériences de la part du fameux docteur Clauberg. 86 fois son corps fut soumis à de soi· disant expériences scientifiques, mais une pension a été refusée à cette femme parce que, d'après le jugement d'un expert qu'elle n'a' jamais vu dans sa vie, les expériences faites sur elle et qu'on ne nie pas, n'a lIffaien t pas entraîné la stérilisation r&herchée: si elle ne pouvait pas avoir d'enfant, cela était « dû à sa constitution ,. Dans un autre cas, on demande à un étudiant juif de « prouver' ~ue ce sont bien les nazis qui 1 ont obligé à interrompre ses études en 1933. Ces décisions s'expliqu.ent aisément, quand on voit avec quelle facilité et quelle générosité on admet les demandes d'indemmsation, non ,pas des victimes du nazisme, maIs de ceux qufune législation pudique ,appelle « les victimes de l'après-guerre , et qui ne sont personne d'autre que les criminels de guerre nazis. En fait tous ceux qui ont été condamnés par le Tribunal Internationa'l de Nuremberg pour crime de guerre, ou leur veurve, reçoivent de fortes pensions. C'est ainsi que les veuves de Goering et d,e Sess-Inquart ont touché des sommes extrêmement importantes. Tout s'éclaire enfin quand on constate que l'antisémitisme et le (Suite de la page 4) Certains « collèges » sont absolument fermés aux juifs. C'est ainsi que des juifs qui voulaient inscrire leur fille au Harcum Junior College de Bryn Mawr (Pennsylvanie), se virent répondre par le président: « Je présume que VOUS êtes juifs et, comme nous n'avons cette année aucune élève de foi hébraïque à Harcum et que nous n'avons aucune demande d'!nscription pour l'année prochaine, je crois sincèrement que votre fille serait plus heureuse dans un autre établissement ». Grâce à un don de l'AntiDefamation League of B'nai B'rith et du Vocational Service Bureau, l'institut Elmo Roper a récemment fait une enquête à l'échelle nationale pour l'American Councll on Education. - Interrogeant dix mille élèves du cycle secondaire, les enquêteurs ont constaté qu'un tiers environ avaient l'intention de pourSUivre leurs études. Toutefois, parmi ceux qui avaient fait une demande d'inscription dans un établissement d'enseignement supérieur, on constata que 77 % des demandes faites par des protestants azaient été acceptées, contre 67 % pour les catholiques et 66 % pour les juifs. Cela signifie que si vous êtes juif, vous devrez vous présenter dans plusieurs « cOllèges» avant d'être admis. Les droits d'inscription s'élèvent à cinq ou dix dollars et ne sont généralement pas remboursés ... Entrée interdite SI vous êtes juif et que vous vouliez devenir médecin, vous constaterez que les « collèges» suivants appliquent un système de quota contre les postulants de votre religion : Yale, Johns Hopkins, Harvard, Dartmouth, Columbia, Cornell, Université de Rochester, Duke, Bowan Gray, Caroline du Nord, Université de Virginia, Northwestern, Syracuse, Baylor. Les universités suivantes ont égament recours à des pratiques de discrimination, mais moins marquées: Université de Chicago, Université du Maryland, Université de Boston, Université Wayne, Université Washington de Saint-Louis, Université de Cincinnati, Université de Californie, Jefferson de Philadelphie, Université Temple, Université de Pennsylvanie ... Sur les 77 facultés de médecine des Etats-Unis, 20 sont situées dans le Sud et n'acceptent pas de noirs. Sur les 57 autres, 19 seulement admettent les noirs. Sur les 592 étudiants en médecine noirs que l'on comptait en 1946, 85 seulement étaient inscrits dans les facultés mixtes, les autres fréquentant des institutions noires: le Meharry Medical College et l'université Howard. Howard ne peut accepter chaque année que 75 élèves: le nombre de demandes avoisine en général les 1.350. De même, Howard ne peut recevoir chaque année que 50 élèves-dentistes, alors qu'il y a une moyenne de 1.000 demandes ... . Les décisions (anciennes et récentes) de la Cour Supl'~me A (J cours de sa première an· née d'existence par consé· quent, la' décision de la Cour Suprême (contre la' ségrégation) n'a guère eu pour effet que de supprimer partiellement la ségrégation dans les écoles publiques' des Etats sudistes et des Etats frontières où la ségrégation n'était pas légalement obligatoire. Mais dans les Etats du Deep South, oü la ségrégation est légalement obligatoire, la décision de la Cour Suprême a plutôt eu pour effet de renforcer la détermination des autorités à la perpétuer. Le résultat, qui dépendra dans une grande mesure des efforts déployés par les noirs et leurs amis blancs pour mobiliser l'opinion contre la ségrégation (et aussi de ce que feront les partisans de la ségrégation pour mettre leurs menaces à exécution), est encore loin d'être acquis. Il faut se rappeler par exemple qu'en 1917, la Cour Suprême a pris une décision du même ordre interdisant le zoning réside! ltjel à base raciale, qu'en 1948 elle a déclaré illégales les décisions des tribunaux confirmant les baux restrictifs - et que, pourtant, les baux restrictifs et le' terrorisme à la dynamite continuent d'imposer des ghettos dans de nombreuses villes américaines, Il faut encore se rappeler qu'en 1946 la Cour Suprême a interdit la ségrégation raciale dans les voyages inter-Etats - et que, pourtant, la terreur p0- licière et les pratiques d'intimidation continuent d'imposer la ségrégation dans les voyages sur tout le territoire où elle règne. Il faut enfin se rappeler le précédent de la' décision de la Cour Suprême de 1935, selon laquelle les noirs devaient être admis dans les universités blanches lorsque les fac~Iités d'études n'étaient pas égales dans les « COllèges » d'Etat noirs - et que, pourtant, vingt ans après, on constate que quelques Etats ont admis un petit contingent symbolique d'étudiants noirs dans les « COllèges » blancs. mais qu'ailleurs, les portes restent fermées pour les noirs comme elles l'ont toujours été. Le Carnet de D. L. Nos deuils C'est avec émotIon que noua avons appris le décès de no\re amI Meyer Goldadler, après un. brève maladie, à l'âge de 67 ana. Secrétaire de la socIété II: Lea Enfants de Lublin », Mey." GOldadler avait beaucoup contM. bué à faire connaître et almel' •• M.R.A.P. autour de luI. Son dé-vouement à la cause antll'aclate l'avait fait élire au Comité d'Action et à la Commission des Finances du M.R.A.P. Nous exprImons à sa famille notlle douloureuse sympathie. ~ . DROIT. E'r LIB.""" '1 Un groupe d'Israélites de Constantine APRES LA 8- JOURNEE NATIONALE s E Nouvelles approbations peuvent et doivent s·entendre Un tract ronéotypé. édité par un Groupe d'Israélites de Constantine, est actuellement diffusé en Algérie. C'est un appel luolde et émouvant à la fraternité entre Juifs et musulmans. Nous ne douton~ pas que nos lecteurs prendront connaissance aveo un vif Intérêt de ce document, dont nous pU.blions ci-dessous de larges ·extralts. Une des manoeuvres les plus pernicieuses du colonialisme en Algérie fut et reste la division entre juifs et musulmans. Nous voudrions éclairer sur ce point ceux qui sont plongés dans le drame algérien ainsi que les socialistes au pouvoir en France dont les discours affirment une position anti-colonialiste. LA SITUATION DES JUIFS EN ALGERIE Les juifs sont en Algérie depuis plus de deux mille ans; ils font donc partie intégrante du peuple algérien. La civilisation arabe se propageant, ils l'adoptèrent et firent de la langue arabe leur langue maternelle, à la différence de la grande majorité des Juifs d'Europe qui ont conservé jusqu'à ces derniers temps une culture et un vocable originaux. Et si de nombreuses familles juives fuyant l'inquisition espagnole sont venus se réfugier en Algérie, il faut croire que les juifs n'y étaient pas malheureux. Cette intégration des Juifs dans le passé algérien, les colonisateur.s tentent de la faire tomber dans l'oubli. Ils leur accordent des ' avantages qu'ils n'accordent pas aux musulmans, créant ainsi un foyer . durable de jalousie. Les israélites bénéficient de droits civiques égaux à ceux des Français, profitent de la culture française, ce qui leur permet une évolution plus rapide dans le cadre des institutions françaises. Un courant d'incompréhension s'établit entre eux et les musulmans. Ce fossé est exploité : il s'agit de détourner contre les Juifs une r;;mcoeur populaire issue de la misère. LA VERITE SUR LE POGROME DE CONSTANTINE (1934) ragements auprèS des musulmans à des actions anti-juives : mani. festations, boycotts, pogromes, leur promettant une impunité parfaite. Mais les musulmans ont COmpris et, rejetant avec mépriS toutes les propositions, c'est leur entière sympathie qu'Us manifestent aux juifs. Ceci, les israélites d'Algérie le savent bien et en gardent une profonde reconnaissance. LE CYCLE INFERNAL Nous voici aux événements actuels, Un tract du Front de Libération Nationale, déplorant le drame de 1934, met en garde les Algériens contre toutes les manoeuvres colonialistes de division et toute déviation raciste du mouvement. Pourtant, en avrilmai- 1956, un cycle infernal, opposant violemment les Juifs et musulmans est déclenché à Constantine. Au cours de vastes rafles sanglantes organisées contre la. population musulmane, des poli~ ciers et des supplétifs israélites font du zèle. Une série d'attentats est alors déclenchée dans le quartier juif. De nombreux musulmans assurent qu'il s'agit là de provocations colonialistes tentant d'exploiter la tension, mais celle-ci croit de jour en jour, si bien que le 12 mai, une grenade, lancée par on ne sait qui, dans un café israélite, faisant quelques blessés, entraine une incursion meurtrière de certains Juifs dans la ville arabe. Les auteurs ne sont pas désarmés. Le lendemain, deuxième incursion. Les ultras exultent, heureux de trouver des hommes de main à bon marché; après s'être montrés des antisémites notoires, ils adressent aux juifs félicitations et flatteries. Mais le cycle se poursuit: deux bombes faisant chacune une trentaine de victimes sont jetées, 'le samedi, dans des lieux d'affluence du quartier israélite. n'ont pas désarmé; ils ont à peine voilé leur haine et leur mépris. Mais leur racisme trouve à l'heure actuelle un autre exutoire: c'est contre les , Arabes qu'ils prônent maintenant des répreSSions exterminatrices. VOici comment beaucoup conçoivent le terme de {( pacification ». POUR UN CLIMAT DE CONFIANCE ET D'AMITIE Pour nous, nous préférons à cette horrible situation un vrai règlement pacifique, dont aussi bien le congrès socialiste de Lille que la conférence de Brioni ont montré la possibilité. En ceci nous nous unissons au désir profond de la France libérale et p0- pulaire. L'une des façons d'oeuvrer pour cette paix est que nous tous, musulmans et israélites, en collaboration avec les européens libéraux, écartions toutes les provocations ayant pour but de nous dresser les uns contre les autres. Pour cela U nous faut les rendre vaines en renforçant entre nous un climat de confiance et d'amitié. Si nous y parvenons, s'ouvriront pour nous tous les perspectives nouvelles d'une vie débarrassée du fardeau étouffant du racisme. C'est dans ce but que nouS envoyons cette lettre. Nous nous excusons d'avoir dQ rappeler de sombres événements; nous avons jugé nécessaire de faire d'abord le plus de lumière pOSSible sur bien des malentendus qui empêChent quantité de bonnes volontés d'agir. Mais ce n'est qu'un travail préalable. Nous espérons que notre appel sera lu, propagé, et qu'il suscitera de nombreuses initiatives semblables chez ceux qui, en Algérie, refusent de voir triompher la haine (2). (1) Toutes les indicotions données èlans ce passage sont attestées par le rapport de M. Lellouche, conseiller générai et président du Consistoire Israélite da Constantine en 1934 et par le livre d'A. Koubi, c Les massacres de Constantine , Alger 1934, Imprimerie du Lycée. (2) Les sous-titres ont été ajoutés par la rédaction de c Droit et Liberté . Au lendemain de la 8" Journée Nationale contre le racisme, L'antisémitisme et pour la paix, diverses personnalités ont tenu à faire connaltre au M.R.A.P. leur complet accord. Me Théodore V ALENSI Me Théodore V ALENSI, avocat à la Cour, nous écrit: « Mon modeste concours, vous n'en doutiez pas, n'est..ce pas? vous est tout acquis. Le racisme prend ses racines dans la haine et l'aveuglement. A cette heUire où tant de peuples se combattent sans vouloir discute-r ni raisonner, il revêt un caractère dangereux qui exige que tous les démocrates se dressent pour le combattre et l'enrayer. c Je serai avec vous dans ce combat pour la paix. :. Quatre députés Nous avons reçu également des lettres de quatre députés: M. Jean GUITTON (socialiste) déclare: c Je vous donne mon plein accord. Vous pouvez me compter - comme je l'ai toujours été - dans les rangs de ceux qui luttent contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. :t M. Fernand GRENIER (communiste)

« Tout à fait d'accord avec la résolution votée le 10 juin. Je tenais à vous en informer. :t M. Maurice BENE (radical): c Je suis d'accord avec vous. Votre Mouvement me plaît infiniment.

t

M. TITEUX (socialiste), nous signale, enfin, qu'il a « pris bonne note :t des résolutions adoptées à la Journée Nationde. Le général TUBERT ancien député-maire d'Alger S'attachant particulièrement à geux sursaut du peUiple de examiner certains aspects du France. C'est à ce même peuple drame algérien, le général TU- qu'il faut en appeler pour triomBERT, ancien député-maire d'Al- pher des racistes anti-arabes. ger, nous écrit notoemment : Le bon sens populaire compren- « •.. En dépit d'affirmations dra ce que refusent d'admettre contraires, notre comportement à les politiciens au pouvoir: Ce l'égard des autochtones est resté n'est pas l'une ~uerre fratricide, entaché de discriminations ra- dite de pacification, où s'entredales. tuent des camarades de combat S'agissant de l'Algérie, tant :ontre l'hitlérisme que peut s-urdans les textes officiels que dans gir une solution valable et dules rapports humains, le racisme rable du problème posél est toujours présent avec ses ser- Ce 'n'est pas dans le sang et vitudes et ses humiliations. par la violence que s'instaurera, Au lieu de s'attacher à conci- SUlr un même sol, ,une communaulier des mentalités distinctes té franco-muswimane, mais bien dans le respect réciproque de paT une négociation loyale entre chaque ethnie, nos gouvernants les parties. Pour cha:-une de ont trahi ce qui était l'honneur celles-ci, il y a des aspirations et la mission de la France, ceUe légitimes à satisfaire et des prédes droits de l'homme, dont le tentions abusives à écarter. poète étranger disait: « Tout homme a deux patries, la sienne Les Arabes d'Algérie, pour apet puis la France :.. peler les hommes par leur nom, Au lieu d'oeuvrer pour dévelop- doivent y obtenir un statut de per ce sentiment chez les musul- citoyens libres à part entière, les mans, nos proconsuls, dociles aux Français d'Algérie la: sauvega,rde volontés des féodaux Sud sont de leurs droits et de leurs biens, tou10urs les maîtres de 1 Algérie, la France le renouveau d'autorité ont maintenu les privilèges et les et de 'prestige qui lui donneront discriminations qui font sourdre des liens nOlllVeaux et librement la colère des musulmans d dé- consentis a\TIeÇ l'Algérie. chaînent lé( révolte atroce dont Renoncer à des privilèges rasont victimes trop d'innocents. ciaux et à des prépondérances Au temps de 1 affaire Dreyfus, arbitraires, ce n'est pas perdre les racistes antisémites ont été l'Algérie, mais c'est sauver la: finalement vaincus 'par le coura- France.:' 1934 : Pogrome de Constantine (1). Dans la ville et les campagnes environnantes circulent des appels, répandus par des provocateurs, incitant au pillage des biens Juifs et expliquant que les autorités le permettent. Cellesci, d'ailleurs, laissent se produire, vers Constantine, un afflux inuBité de fellahs par trains entiers et par camions. Là les orateurs excitent d'immenses rassemblements de foule. La tension monte. Les Juifs sont affolés, mais les pouvoirs publics ne prennent aucune précaution sérieuse. On laisse faire une distribution gratuite du journal « l'Eclair », de la Ligue d'Action Franciste, où l'on peut lire: « Tout le mal vient des Juifs ... C'est le juif qu'il faut abat~re.. . ». Le lendemain matin de faux bruits fusent d'assassinats d'Arabes et à dix heures pillages et tueries commencent. FILS D'UNE MEME TERRE ... Il ne faut pas que se renouvellent de pareilles tragédies. Musulmans et juifs, fils d'une même terre, n'ont pas à tomber dans le piège de la provocation. En revanche ils se doivent de faire front contre elle. Ne pas se laisser duper par ceux qui, 11 n'y a pas si longtemps, envisageaient avec désinvolture l'anéantissement total des Juifs comme' une ëtape salutaire de l'évolution de l'humanité. Se souvenir qu'ils Le Théâtre Juif de Varsovie triomphe à Paris De nombreux juifs n'échappent à la mort qu'en trouvant refuge dans des familles amies musul. manes et européennes. « L'arme au pied, les troupes constatent et ne procèdent à aucune arrestation »; d'ailleurs les cartouches ne sont distribuées qu'à quinze heures. Par la suite une répresBion s'abat sur les musulmans de la région, pas forcément sur les couP1ibles, et des mesures de coercition sont prises dans toute l'Algérie contre tout mouvement arabe. Ainsi les autorités se donnent un rôle de « justicier nécessaire » et en même t,emps enrayent momentanément les progrès du mouvement national qui est à ses débuts. Le colonialisme est ainsi le gros bénéficiaire du pogrome. Les ultras en ' ont été les instigateurs. 1940 : LES MUSULMANS ONT COMPRIS 1940, : Toute la presse de la. coloniSation vilipende les Juifs et fait l'éloge du nazisme. Les pétainistel! multiplient leurs encoul E Théâtre Juif de Varsovie a. triomphalement débuté sa série de représentations à Paris, le mercredi 12 septembre, en présentant le drame en 4 actes « Meir Ezofovitch », adapté d'un roman polonais de la !in du Ig. siècle. Théâtre d'Etat depuis 1949, le Théâtre Juif de Varsovie est venu en France avec la réputation d'être un des mellIeurs théâtres Une scène de « Melt Ezofovltch _. polonais, tant grâce au jeu des artistes que grAce à Mme Ida. Kaminska qui dirige, met en scène et interprète tout à la fois. L'enthousiasme des spectateurs de la première, à la fin du spectacle, prouve que le crédit dont jouit le Théâtre Juif de Varsovie est amplem~t mérité. Les artistes sont tous excellents et parviennent à passionner les spectateurs, même ceux qui ne pratiquent pas le yddisch. A notre connaissance, seule la troupe de Berthold Brecht, l'an dernier, était parvenue à ce résultat remarquable. Le drame qui était présent6 lors de cette première relate la. lutte opposant depuis des siècles deux grandes familles juives: les Todros, partisans de l'isolement religieux, fanatiques, adorateurs d'un dieu de colère et de dureté. et les Ezofovitch, avides de liberté, de connaissances, qui revendiquent le droit à la fraternité, serviteurs d'un dieu de paix et de douceur. Les Todros triomphent mais l'avenir appartient ~ Meir Ezofovitch qui part à travers le monde mais qui reviendra. apporter la liberté et la lumière à son village. Il nous est difficile de citer les noms de tous les artistes, qui le méritent cependant sans distinction. Ida Kaminska interprète d'une façon inoubliable l'aïeule Freida, de même que MeIman campe un patriarche imposant et humain: Saül Ezofovitch. Julius Berger est ·un Meir Ezofovitch plein de fougue, suscitant la sympathie, et Isaak Grudberg est un redoutable rabbin Todros. Citons encore la belle Sarah Grynhaus, Spektor, le chantre Elizer à la voix remarquable. La vie des familles juives des ghettos polonaiS d'autrefois est reconstituée avec une surprenante réalité. Les décors d'intérieur et la mise en scène achèvent encore de parfaire la vérité. Le Théâtre Juif de Varsovie est un grand théâtre que l'on voit avec plaisir... qu'U faut avoir vu. • A. D. 8 D ...... KT LIB.1Ift ms · stes e Henri Hei "DONA ·, CLARA Dans le jardin baigné par le soir La fille de l'alcalde va doucement; L'éclat des tromp~t{es et des cymbales · Descend du château jusque là. « Comme je suis lasse de ces danses Et de ces complimen.ts doucereux! . Et de ces chevaliers 'l.u[ me compaJ'ent - Si galamment au soleil! « Tout me sem'ble insupportable Depuis 'que j'di vu, à la clarté de la lune, Ce chevalier dont le luth ' M'attiroe de I}uit à la fenêtre. « Avec sa taille svelte et altière, Et ses yeux qui brillaient . Dans un noble et pâle visage,· Il semblait un vrai saint Georges. :. Ainsi pensait doiia Clara, Et elle marchait en bcissant le re~ard. , Lorsqu'elle releva les yeux, elle VIt Le beau ehevalier inconnu devant elle. La main dans ·la main, en chuchotant de [tendres propos, Ils vont doucement au· clair de lune; Et le zéphir les caresse avec lN1l0Ur.; Comme dans un. conte, les roses les sa- - [luent. ·Comme dans un conte, les roses ,.Brillantes messagères d'amour. « Mais dis-moi, ' ma bien-aimée', Pourquoi rougis-tu soudain? ) les sa[ luent, - « Les cousins me piquaient, mon bien- · Et je déteste autant [es cousins, [aimé, En été, que si c'étaient Des. . essaims de juifs a'u long nez. :. · - « Laissé là les cousins et les juifs, ) , · Dis le chevalier ' d'une voix caressante. Les amandiers en fleurs sèment à ferr e, PCJr milliers,_ leurs blancs flocons. , Par milliers, les blancs flocons des ,aman- Ont répandu leur parfum. [diers · « Mais dis-moi, ma bien-aimée, ,Ton coeur m'appartient tout entier? :. ......: « Oui, je te chéris, mon bien-aimé! Je te le jure par le Sauveur, Que les juifs maudits Ont traîtreusement mis à mort. :' .' - « Laisse là le Sauveur et les juifs :., Dit le chevalier d'une voix . caJ'essante. Au loin se balancent, .comme en rêve, Les lis candides, baignés de lùmière. Les lis candides, baignés de lumière, T ournent leurs regards vers les étoiles. /: Mais dis-moi, mtll bien-aimée, Ne m'as-tu pas fait un faux serment? :. - « La faustieté n'est point en moi, mon , [bien-aimé. Non plus que dans mon coeur ne coule Une seule goutte du sang des Mor/!'S , Et de la sordide engeance des Juifs; :. -« Laisse là les Mores et les JuIfs ~ , Dit le chevalier d'une voix caressante; Et il en'trcine la fille de l'alcalde Sous un bosquet de myrtes. .' Dans les doux filets de l'amour, Il l'a fur tivement enlacée! ' Brèves paroles; longs baisers, Et 'les coeurs ont débordé. · Le rossignol gracieux fait entendre Un mélodieùx ép[thalame; Comme pour exécuter une danse aux [flambeaux, Les vers luisants frétillent daris l'herbe. Au bosquet, les voix s'étouffenf, Et l'on entend seulement, comme à [a [dérobée, Le chuchotement des myrtes discrets A vec la respiration des fleurs. Mais les cymbales et les trompettes Retentissent soudain au château, . Et Clara qui s'éveille, . Se dégage des bras du chevalier. ) _ « Ecoute! c'est moi qu'on appelle, [mon bien-aimé! Mais avcm{ que .nous nous séparIOns, il Que tu me dises ton aimable nom, [faut Que tu m'as si longtemps caché. :. Et le chevalier, souriant gaiement, Baise les doigts de ,sa dame, Lui baise les lèvres , et le tront, Et prononce enfin ces mots: - « Moi, votre amant, seiioroe, j e suis le fils du . très célèbre, Du docte et grand rabbin Israël' de Saragosse. Il Y a cent ana moural\ ..... " HeIne. A l'occasIon de cet annIversaire, célébré dans le monde entier, M. Georges Cognlot, aO"égé de l'Université, vient de pUblier, aux EdItIons 80clales, une exc.'lente étude sur le grand ~te allemand, accompagnée d'un certain nombre de te des, vers et proses, dans unil traduction nouvelle. présentés par plus éclatante que dans les années 0 voyait Marx tous les10urs, où il était témoin de sa vie et le confident de sa Georges COGNIOT pensée: Un chant nouveau, un chant meilleur Agrégé Je l'Université Sortira de ma plume, amis! Nous voulons Ici-bas, sur terre, Bmir [e royaume des cieux. C'est de cet ou,vrage que sont edralts les deux poémes anUracistes que nous ref)"odulsons Ici. M. Georges cognlot a bien youlu en faire la présentation • nos lee ·teurs. correspondant pa-risien d'un des plus grands jOUirnaux de ce temps en Eu· rope, la « Gazette Générale d'Augsbourg ). Pour les Français, il écrivit 60n ·livre « De l'Allemagne :.. Tout son effort tendit à jeter un pont entre la: France Nous voulons être heureux sur terre Et cesser de mourir de faim,· Otons au ventre de l'oisif Le produit des mains qui travaillent. Pour chaque homme, il pousse Ici-bas Assez de pain, assez de roses, « JE suis l'ami de tous les hommes, pourvu: qu'ils soient raisonnables et bons » : cette phrase, dans la 'bouche de Henri Heine, n'était pas la plate lexpression ,d'un sentimentalisme à bon marché, elle tra duisait une protestation et une revendication. Il était né en 1797: c'était l'année où, entrant à Vérone, les troupes de la R~ volution française brisaient à coups de hache les portes du ghetto de la· ville, brûlaient leulrs débris sur la place publique et jetaient dans l'Adige les chaînes dont elles étaient munies. Sa vie d'adulte a coïncidé avec hr grande époque de la lutte contre l'esclavage des noi rs, affranchis dans les colonies anglaises en 1833-34, dans les colonies fran çaises en 1848-1851. H.nri HEINE. De myrtes, de beauté, de joie j Jusqu'aux petits pois qui suffisent ..• Toute sa vie Heine a lutté contre les injustices sociales et le malheur des hommes, profondément convaincu que la poésie doit servir l'Idée, faute de quoi elle ne serait c qu'une jolie chose accessoire

., comme 11 l'écrivait à 'un ami en

1822. Avec tous les hommes « ra'isonnables et bons », il a lutté pour les droits des juifs, pour l'émancipation des noirs, contr.e le racisme, mais il a aussi combattu l'opp ression féodale et l'exploitation bourgeoise; il a découvert le communisme et inl assablement prédit sa victoire, sans pouvoir cependant surmonter les appréhensions instinctives que cette victoire, conçue à tort comme celle d'une masse inculte, lui inspir,ait pour le sort des formes les plus raffinées de la civ.i1isation et de l'art. Lorsque Heine, déjà illustre par son « Livre des Chants », vint se fixer en France en 1831, quittant une Allemagne dont l'atmosphère étouffait tous les écrivains et tous les penseurs libres, il fut le et l'Allemagne, à les rendre familières l'une à l'autre, à préparer l'amitié des deux peuples que divisent les intérêts des classes régnantes. C'est à Paris que Heine devint l'ami personn~1 de Karl Marx. jamais le génie du poète ne fut plus fécond, son oeuvre l E plus grand poète de l'Allemagne après Goethe repose à Paris, au cimetière Montma'rtre, depuis plus de cent ans déjà. Les outrages ne lui ont pas été épar~nés, même après. sa mort. L'histoire offIcielle des lettres en Allemagne ne l'a jamais mis à sa place, fût-ce avant 1933. Les nazis ont brillé ses oeuvres sur le bilcher; ses vers les plus populaires, ceux de la: c Lorelei :., n'ont subsisté dans quelques recueils qu'avec la mention « AulÏeur anonyme :.. En France, Paul Bourget, Drumont, Charles Ma·urras, d'autres pamphlétaires moins connus comme Robert Launay et Pierre Gauthiez ont multiplié contre Heine les attaques inspirées de l'antisémitisme. Depuis 1945,Ies autorités de la République fédérale de Bonn continuent, surtowt dans l'enseignement, le sabotage et le dénigrement de l'oeuvre de Heine. ' Raison d·e plus pour que nous, dém~ crates,nous honotlons pieusement, affectueusement sa mémoire et nous nous rangions à sa volonté en étant les amis des hommes c raisonnables et bons :.. LE BATEAU NEGRIER 1 Le Subrécargue, Mynhee, VOlt Koek, E5t dans 50 cabine pour foire ses [compt .. ; Il calcule la valeur du chargement Et le. profit. probables. e La go",m. est bonne, 10 p.lyr. [.t bOIt, J'en al trois cents soc •• t trol. c.nts [tonn.oux; J'al de la poudre d'o, et de l'Ivolr •••• La delllrée noire est ",ellleure. e Six cents nègres, que J'al ,omo.· [HS, Presque pour ,ien, aux bords du Sénégal. La choir est ferme, 1 •• tendon. 50ftt [durs ; On dirait du bronxe bien coulé. « En échange J'al donné de l'eau· [de-vl., De la verrerie, des ustensiles d'acfer; J'y aognerol huit c.nh ...., ~, SI la moitié reste ft y". • S'II m. reste Mulo_t tNIs ..... Au port d. RIo-cI.·Jonolro, Le maison GoM.lès PerreIN r.....- M. compt.ro c.nt ducoh por ...... Tout Il coup, Mynheer yon Koolc lit arraché Il _ médita .... .. L. chlru,..... III! Ire ..... . M ... docteur yon ...... -. C' .. t un personno .. MC ___ _ ~ Le nex plein de roug .. _ e Eh bl.n , Esculape noy.1, crte yon Kook, Comment vont "'.s c .... 1IOIn' • Le doct.ur le r.merc" d. ... Inté- [rit et dit: e J. venal. you. 011_ Que la ",ort.llté, cette .... , A consldérobl.",ent ......... . e Il ... mourolt ... ..,..,. ... r.... .... . Aujourd'hui Il .n .st .... ..... Quotre hom",.. et tNIs ...... . [J'cM IMCrIt .. ...... A.sslt6t, ct,,"s le r .. lItre. Dimanche « J'al examiné ",1nutIolI""'.lIt los [c.doy,.. ; Cor _vent ce. coquins font L.. ",orh, .fln .u'on los Ionco Dons I.s flot .. « J. lotir 01 .lIlaYé lou" c •• I...., Et, .. I.n "'.. IIollltu .... J'al fait jetor los corps Il la ... er Co matin, ou po;nt du jour. . e Ausslt6t, on 0 YU .. é .... c.r d. [ .. In d .. ... Lo. req.ln., por bataillons entiers. Il. 01",. tant la choir do n~' Co 50ftt m.. pensionnaires. e Ils sulvolont 10 trac. du bo"oll Depuis quo nous oyons .. Itté .. [c6 ... Lo. brut.. flairent r ..... ' d. CCI· [cio.". Avec .... norinos do .... ,... .... e C'est comlqu. d. los re,ord.r Ho"*, les ",orts' L'un ..,..... la .... , r ... tre la ...... ; Lei outres ov."nt los "'ore .... . e QHIHII .. ut est dévlri, Ils M .... [1II_t Go. .....t .utour d.. flanc. dt!. .1.1.0 -, En _ .... rtt..t _ • .,. ... [roux, C_III .... yOll ..... Me _"r III! dé'._ •• Mo" l'OR KM'" ... .-pl,..., ... [C"pe Ia~: e C-~ __ Ir ...... 1' c:--t orrtter .. ~ De te ...m.11N' • L. 4oct .... répllq .. : e "'tlCou" • Sont morts por leur ..... : [1IOIn C'.st leur ",ouyolM tllleur ... 0 L'al' ... la calo. [ .... e Beaucou.. aussi MM ... erIs .. [ ...... nc .... , Porc. qu'II. .'onnulent Il "'rlr. U .. peu d'air, un ,.u ... "' ..... et [ ... dOIl .. s.tfI,. JIOtIr auérir .. ",01. • .... _II, .'écr" y .. K .... Malt clMr Esculape _1 ...... co",,,,e ArIstotw, Le ....,. d'Alexandre. e Lo ..... sllIent d. la Soc"té , .. , .. ""'ectlGftne", ... t d.. tu· [II .... Il Delft lit .n tris .obI.. hOIll"'.; ",ols Il [n'o PO' Lo IIIOltIé d. yotr. .sprit. e De la ",usl.uo' De 10 ",u.lqu.' Jo donnerai UII b.1 Aux nol" ici, IUr .. ,"",t, Et .. re • celui qu. la Muhrio [n'.", • ..,. ,.. 1 On 10 corrl,oro • COI/PI d. f ... et •• -- II Dt. IInt .... peYlII_ du c"l, P.r ",'HierI. los étollos roeord.llt, Brillon ... d. Uslr, cam",. d. tr.lHII. [y.ux In .. m .. nh, Co",,,,. d .. Y.ux d. "1'" fem",.s. E .... roeonlent la Iller, Couv.rte ou 10. Del vope." .. ..",... du pho$lIthore. L.. vo,_ -' .... t .nc yolupté. '0. UM yoll. !te flotta IIIr .. bo· [t... né,rler. Il est cam", .... ..-11" ... _ .ar"; Mols d.. lontern.. brll"nt lU' .. [pont, 0iI _ _slq.. • .._ folt fu. [reur. Le ............... violon, Le c ...... 1er .... ft .. flOte, UII __ Itot •• to ........ " Le doc..... _ffIo ..... la tram. [pett •• Une C.llto'" d. lMtrot. ..... "' •• et [f .... m .. , HarIoItt Ile JoIe, .. tNlIIOII_t et [teul'llol.nt Cam", .... fotI .. A c.oc ... ft 1 .. " [IIond .. Leu" fera "entroc"'-t Olt "' .. [.ure. Ils ... ertiIoIIt ... pIolICItes .yoc .n. [JoIe etmIgé., It "'...... Il .. 1Itf ... 1,. ."'11,. ... [Yol·ltfu·uM",.nt Le COfIII ... d. _ CD",pet_ •• De ..... ,. •• utra, ......... .,.. [.. . 1,. Le .... . est ",.Itra ............ rs; A co.,. ft fouet, Ils 1ft .... .. .... ._"IIHII ....... It ... _ .. ,. .. Il r • ....-. It tralol. 1 et .. n.-. ......... ' Le tope.. ottlre du f.... d.. flot. Les "'OII'I.tre. d. r .",plre ",.rln, Iv.nlé. d. levr _",011 stupl .... ""purdl.,' If. .. .ltPf'OChOltt ; Co MM d.. ,equlll', por cent ...... 1 Ils lèvent ... Y.ux y." 10 Nt ... , Ebahi., émerYomé .. Il. 1'.,.rJolv ... t .... rh .. re .u ..... neN. vlOltt pe., et 1.. b.llIont, EII HYfOflt la ... uto 111-..' ...... ; [IotIrs mie...,.. Sont aoml.. do llenh d. sc". Et tr.lolo 1 et d .................. 1 L.. don... ... .'.rrit.nt pe .. Le. req.ln., d·,"'pot .. ..,., Se ",ordOltt eux·lII ...... la .u .... J. crois qu'II. n'.I"'OItt pel la .11. [slqu., Comm. b ... coup ... leu" poroll .. e N ... fi. Il nul .nl",ol ... 1 n'ol",o [ .... Le ",uslquo ., dit 10 trend ...... [.'1.111 ... Et tralolo' et dln ........ g-cIoIt.' L.. cIon,.. VOII'It son. fin. Mynh_ Yon Kooic M t .... t prit du [".lId ""., Et Il 'oint .............. les .... 1 .. : e A.. 110... d.. Christ, épor,ne, Sel. [sneur, L. yi. d.. pécMun • ..... ..oIre' -S'II. t'ont co.rroucé, hl sols b"n Q.'H. sont o.siI "" .. 1'" ~.. 10 rwt."; e Epe,.110 I.ur vie .u _ du , [Cllrlst, QuI ost IIIOrt JIOtIr 1IIotI .... f CCII l'lI ne ",' ... reste pa. trois co..t. [t .... , J' ... ral .0nqu4 lIIOIt offolre f • (Demi.,. P ........ ) AND GALA ANTIRACISTE il PLEYEL

Notes

<references />