Droit et Liberté n°144 - mars 1955

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°144 (248) de Mars 1955
    • NON au réarmement allemand! Pas d'armes atomiques aux nazis page1
    • Le procès des "nouveaux maîtres": voici l'affaire par Albert Levy page1
    • Liberez Sobell page1
    • Préjugés en image: Le grand aryen blanc, les sous-hommes et les enfants par Madeleine Bellet page1
    • Halte aux déportations de noirs en Afrique du Sud! page1
    • Capitales de la douleur (camp de concentration) par le Dr René Targowla page1
    • Racisme pas mort par Jacqueline Marchand page1
    • La condition des algériens en France au fil de l'actualité par Henri Lllensten page1
    • Edmond Fleg (écrivain) notre ami par Pierre Paraf 'page2
    • Livres: jeux de la mort et de l'espoir d'Henri Bulawko page2
    • Un document qui confondra les calomniateurs de Henri Bekerman page3
    • A propos du mouvement Poujade page3
    • On ne répare pas les crimes hitlériens en oubliant les victimes et en reconstituant la Wehrmacht par Yves Jouffa page3
    • Antisémite et antirépublicain (presse raciste) page3
    • Les archives secrètes de la Wilhelmsrasse: "l'Allemagne doit favoriser l'antisémitisme dans tous les pays" indiquait Ribbentrop par C.F. Levy page4
    • Victimes d'un même racisme, liés par le même destin: juifs et musulmans d'Afrique du Nord doivent s'unir page4
      • La Hara par Vitalis Danon
      • La Medina par paul Sebag

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

-- ON au réarmement allemand! PAS O·ARMES ATOMIOUE. S AUX NAZIS Nous / n acceptons pas que les bourreaux de millions . d/innocents puissent menacer des peuples entiers Q UI, AVEC LES BOMBES ATOMIQUES! Cette réplique d'Adenauer, au cours du récent débat au Bundestag, sur les accords de PariEi, donne tout SOn sens à la ratification de ces accords. L' 4: appoint allemand à l'arsenal atlantique, la t défense de l'Allemagne , la « stratégie des espaces avancés :., il conçoit tout cela avec les bombes atomiques, oui. Et déjà, la science et l'industrie d'Allemagne occidentale se mobilisent pour forger des terribles engins de mort ... Lors de leur défaite, il y a dix ans, les généraux hitlériens eux-mêmes n'osaient pas imaginer S8ll\S doute, que si vite, ils seraient à même de poursuivre les massacres commencés à Oradour ou Auschwitz, avec, cette fois, des armes immensément plus meurtrières. C'est ainsi. Ou plutôt, ce serait ainsi, dans le cas où la vigilance, l'action des peuples se relâcheraient, où les accords de Paris seraient définitivement ratifiés et appliqués. Quant à nous, ant iracistes, aucun prétexte, aucun appel à la résigna:~ on ne pourra nous empêcher de voir s'élever derrière la bombe at~miq_ue N° 144 (248) MARS 1955 30 FRANCS ATTtNTION! Notez bien la nouvelle adresse du M. R.A. P. et de If Droit et Liberté" 91, faubl St-Denis PARiS-Xe Bureaux 41 et 43 Métro : Gare de PEst Le 16 mai aura lieu le procès des Il NOUVEAUX MAITRES Il Libérez SOBELL! Téléphone TAI. 48-·11 et 46-26 (postes 41 et 43) Voilà le M.R.A.P. et « Droit et Liberté » installés dans leurs nouveaux 10caux : 91 , rue d 'l Faubourg Saint-Denis, à deux pas de la gar.e de l'Est. VOICI C'EST le 16 mai prochain qu'aura lieu le procès du M.R.A.P • contre les producteurs du film antisémite et xénophobe «Les Nouveaux Maîtres». Le 17 mars, en effet, au cours d'une brève audience, le tribunal a décidé le renvoi, compte .tenu de l'absence de l'un des avocats de notre Mouvement, Me Jacques Merciel', qui se trouvait au Caire, à l'occasion du nouveau procès Intenté à plusieurs juifs par le gou vernement égyptien. Les deux autres avocats d'J M.R.A.P. seront, Indiquons-le, M' André Blumel et Me Manville. En quoi consiste exactement cette affaire ? Afin que nos lecteurs puissent Juger sur pièces, nous ouvrons aujourd'hui pour eux le dossier des « Nouveaux MaTtres li. Un scénario qui en dit lonq ••• « A l'orée d'un bois, le MarqUis d'Aubenton se dirige vers le magnifique château d'Aubenton, qui s'érige avec grâc3 au milieu d'un parc à la françf/i~c et se mire dans une pièce d'eau aux contours harmonieu-:-: » .• Ainsi débute le scénario d':s « Nouveaux Maîtres )' , dont la location fut proposée aux directeurs de salles, dans toute la France, à la fin de l'ét~ 1950. Un film de Paul Nivoi:'C, réalisé par les Artisans du Film Associés, distribué par Sirius. Le sujet, c'est l'histoire de ce château d'Aubenton qui, en rai- BALTE L/ AFFAIRE ... Nos militants, nos amis se réjouiront que notre Mouvement puisse dlspose;r désormais, en plein centre de Paris, de buil'eaux s.pacieux et accueillants, dans un vaste building qui "'erl., d'ici quelque temps, complètement rénové. son de l'évolution sociale, chan· ge plusieurs Cois de maîtres en quelques dizaines d'snnées. La marquis d'Aubenton, vieille noblesse française, a dû vendre cette demeure familiale, à la fin de la guerre 1914-1918. Et voici qu'après la guerre de 1939-45, ses successeurs, les Durand, industriels, se voient contraints à leur tour, pour échapper à la ruine; de mettre en vente le beau château. Qui l'achètera ? Leur propre domestique, Victor, homme de paille d'un financier verreux, qui a nom... Padrovitch. padrovitch, nous dit le scénario, est « l 'un de ces extraordi naires aventuriers qui ont collectionné les milliards pendant et depuis la dernière guerre ». Cet homme « à l 'accent impossible », «né on ne sait où, inculte, aussi laid physiquement que moralement, nanti de pui$santes relations... possède des intérêts dans de. nombreuses affaires Il ... C'est lui qui symbolise les « nouveaux maUres ,. du château... et de la France. Ses « affaires louches », évidemment lui attireront quelques petits ennuis. Mais lui pourra s'enfuir et c'est son homme de paille, Victor, l'ancien domes- Padrovitch, on le croirait sorti tout droit du « Stürmer » ou du « Pilori » : c'est la caricature classique, pour ainsi dire, du juif, telle que les nazis l'ont répandue. Et afin que nul n'en ignore, il profère, à plusieurs reprises, des jurons en langue yiddisch. De ce personnage qui, certes, à quelques traits communs avec Joanovici, on a voulu faire un TYPE racial et social, et, à travers lui, illustrer tous les thèmes, « classiques » eux aussi de la propagande antisémite, maurrassienne et rivarolesque : « les juifs maîtres de la France », « les juifS profiteurs de guerre », « les Juifs inassimilables », etc... C'est exactement par les mêmes procédéS que le fasciste Pierre Boutang, alors rédacteur en chef d'« Aspects de la France » a construit son livre antisém~ te et antirépublicain : « La République de Joanovici Il. Le point de vue des maurrassiens « Les Nouveaux Maîtres II, réplique cinématographique d'«Aspects de la France » ? Le jour- Albert LEVY. (Suite en page 2) DANS la baie de San Francisco, face à la forteresse d'Alcatraz, de courageux défenseurs de Morton Sobell ont tracé cette inscription géante, réclamant la libération du jeune chercheur scientifique, injustement condamné. Ce n'est qu'un témoignage, entre beaucoup d'autres, de la grande campagne menée aux Etats-Un:s et dans le monde e1lr tier pour que Sobell recouvre la liberté. Frappé d'une peine de 30 ans de prison, en 'même temps que les Rosenberg étaient condamnés à mort, Sobel[ a refusé plusieurs fois comme eux de céder au chantage des pou~oirs publics, qui lui proposent, paradoxalement, de le libérer s'i[ se déclarait coupable. Innocent, il n'a été condamné que grâce aux témoignages de Max Elitcher qui a reconnu être un parjure: et d'Elisabeth Bentley, dont Matusow vient de souligner qu'elle est un faux-témoin. Sur ces bases, une révision du procès devrait être possible. /[ appartient à tous les gens de coeur d'agir, d'écrire au ministère américain de la just,ce pour demander qu'il en soit ainsi. Il ne fait aucun doute que, d'ici, nous pourrons centraliser dans de bonnes conditions l'ac· tion antiraciste. Et nous sommes persuadés que notre nouveau siège deviendra, très rapidement, le rendez~ vous de la fra ternité... le * le Qu'il nous soit permis, cependant, de soullgner l'effort fi.nancier que supposent de tels avantages. Le déménagement, l'ameublement même sommaire, ont quelque peu désiquilibré, il faut le dire, notre budget du mois de mars. Ce qui nous amène à parler du procès des « Nouveaux Maltoos », dont « Droit et Liberté :. ouvre largement le dossier par ailleurs. Un tel procès entratnl! des dépenses importantes, inévitables. Nous sommes certains que tous nos Lecteurs, tous les antiracistes de France approuvent S. KORNBLtmL (Suite en page 3) tique, qui écopera à sa place. r--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Pourtant, tout finit bien. Ayant épousé une riche américaine, le marquis d'Aubenton rachète son château, dont les Durand deviennent les gérants : l'ordre « normal » des choses est enfin rétabli. Extrait du « Stünner » ••• « Les Nouveaux Maîtres » : ce pluriel, à lui seul, n'est-il pas tout un programme ? Pour qui a vu quelques images du film, les intentions des réalisateurs ne font aUI"Ul, "" ... "c. Préjugés en images Le grand aryen blanc les sous-hom.mes et les enfants sors de la reine courent éteindre l'incendie. Le blanc providentiel tranchera les liens des captifs). manuels d'histoire invoquent encore parfois à propos de la guerre de libération des Boxers. ~------------------- QUI a vu quelques numéros du 4: Témérai- . re », l'illustré pour enfants publié à Paris pendant l'occupation nazie, n'oubliera jamais la façon immonde dont les dessinateurs y campaient les israé- Ces récits sont devenus classiques. (Ils constituaient l'essentiel des aventures de Tarzan, dont le journal portant ce nom également. Le chef des Cheyennes, Grand Vautour, énonce la sentence : « Les Visages Pâles périront au poteau de torture. Leur compagne deviendra la squaw du Grand Vautour. Nos braves pourront préparer le supplice des deux autres ». Les Tnnipn" r.nmmpnr.pnt alnr" la Quant aux peuples d'Afrique du Nord, ils ne sont pas l'objet d'une plu& grande amitié. 1&8 _ seuls récits où ils sont évoqués sont des épisodes inventés de!r -'1 ~ p'l1pr rp" r.nlnnialp.s où les Arabes . - ... - __ __ -'1 _ __ -~--- 1; ..... "' 0 ( ,.,.n ",TV'I oCl ,. ,..o.,. rl ~ +.,.O C'l 0.+ empêcher de voir s'élever derrière la bombe atomique d'Adenauer, la fumée des crématoires, où brulèreu.t tant d'innocentes victimes de la barbarie nazie. L'immense cortège des suppliciés des cham- '" bres à gaz rejoint, Blanck, ministre de la Guerre de Bonn : dans notre angoisil n'a~"'"d que le vote favorable du Sénat se les cadavres 1- fronçais pour mettre en marche sa nou- .'; ca velle Wehrmacht, conduite par les géné- CIneS des Hiroshiraux hitlérien. ma qui se préparent. Et comme antiracistes, de toutes nos forces, nous crions « NON» ! CAR nous sommes avertis, et chaque jou~ qui passe nous apporte un nouvel avertissement : les hommes qui ont ordonné, organisé, exécuté les crimes racistes les plus affreux de l'Histoire sont les mêmes qui, aujourd'hui tendent avidement leurs mains encore sanglantes vers les arme exterminatrices que leur offrent les alliés occidentaux. Les mêmes chefs militaires, les von Manstein les Speidel, les Galland, les Ramke... ' Le:;;l mêmes politiciens : la plupart des ministres de Bonn ont servi Hitler à des postes importants du gouvernement ou de D L l'administration... (Suite en page 3) aux déporlations de noirs en Afriqu,e du Sud! Une manifestation de noirs, à Joha'nnesbourg, contre le racisme gouvernemental (Voir nos informations en page 4) CAPITALES DE LA DOULEUR A l'heure que le ciel fume de sang et d'âmes ... (A. d'AUBIGNE. Les Tragiqu'es). A u cours de la dernière guerre, l'Allemagne eut un large recours à la détention collective, dans des camps établis à cet effet sur son territoire, de soldats et de citoyens des pays belligérants : camps de prisonniers, camps de UNE ÉTUDE du Dr René TARGOWLA Médecin des Hôpi t aux Psychiatriques, Rapporteur Général du Congrès Internat ional de la Pathologie des Déportés sateurs ; d'autre part, la sousalimentat: on (insuffisance de la valeur en calories, carence des matières grasses, des protides, des glucides, des éléments minémux, des vitamines). Les conditions d'habitat, de couchage, de vêtement, les coups, l'absenté absurde où tout tenait à la destruction de ses membres. La technique de cet immense anéantissement était, en définitive, la douleur constamment entretenue : souffrances physiques, tortures morales, angoisse continue, avilissement combinés et multipliés avec un minutieux raffinement de brutalité et d'hypocrisie. I L faut rappeler que ces bagnes étaient une institution d'Etat, régie par des lois et par des règlements administr·atifs. Les initiatives individuelles s'exerçaient largement dans le sens des directives et des ordnes généraux. Le but visé, les mé- (Suite en page 3) n immonde les teurs y campaient les israélites (gnomes verdâtres et hideux). Le racisme dans toute son horreur s'y étalait à de nombreuses pages, prétendant justifier peut-être aux yeux des enfants les arrestations et les tortures de leurs petits camarades de classes ou des familles de ces derniers. La Libération devait amener la fin du « Téméraire », honte de la presse enfantine. Malheureusement, tout racisme n'a pas disparu des illustrés et des livres et l'on pourrait dire de certains de nos journaux d'enfants, comme le constate le Reader's Digest de mai 1954 (édition anglaise), à propos des comics, « le héros a le type nordique, il est blond et beau. Ceux qui sont contre lui sont des sous-produits de l 'humanité ». Et ceux qui sont contre lui sont souvent des hommes de couleur. Dessins de noirs et noirs desseins Si vous en doutez, feuilletez quelques journaux d'enfants, quelques livres. Vous avez le choix, puisqu'il paraît chaque mois environ 120 illustrés dont le tirage global peut-être évalué à. 10 millions d'exemplaires. PAR -----. Madeleine BELLET a dû disparaître, discrédité par ces récits et le mythe de l'homme « superman ».) Le rouge et le blanq Ces mêmes récits se retrouvent dans les nombreux journaux dont le nom évoque le Far-West. Les personnages seuls ont changé : ici ce sont les Indiens. Il n'est en aucun cas fait allusion à la conquête, par la force, de leurs terres, à l'extermination de leurs troupeaux de bisons, avec comme conséquence la famine pour des tribus entières, le parquage des survivants dans des réserves - où l'un des héros de Iwo-Jima vient de mourir de froid - Non. Ces Peaux-Rouges seront, eux aussi, dans leur ensemble, superstitieux, soumis à leurs sorciers, toujours prêts à déterrer la hache de guerre contre les tribus voisines ou les blancs. qu'ils voueront à. d'affreux supplices. Voici « FRENCH BILL », n° 12. Une blanche est prisonnière des Cheyennes. Deux de ses amis braves pourront préparer le supplice des àeux autres ». Les Indiens commencent alors la Le. noirs présenté. par " Kid Rivers » (nO 7) sont cruels, sales, antipathiques et, par définition, hostiles aux blancs danse de la mort, « dansent et: tournent en hurlant autour des feux ». « Péril» jaune et autres Les Chinois entrent-ils en scène ? Alors, selon une tradition . dûment établie, ils seront obséquieux, sournois, tirant leurs ressources du trafic de l'opium ou des armes. Depuis quelques mois, des ilustrés tel « CASSE COU » ont trouvé un nouveau thème : le soi-disant bellicisme' de la Chine populaire et le fameux péril jaune, que certains Voici un exemple de ce que vous y découvrirez, puisé dans r-'~-M-'"-:---'--.'-I-.-n.-".-~~-,._-.~-~-u-~-~C-~-L-'I r~L.:---:------~----'""1 ue "'~,~ _Charles_" _ _ ~ _MIE QUI VENAIT ce Me" TKAITe"1l DE le n° 7. qe « KID RIVERS ». Des le P05 AU M~ mur EN At.LON6e"ANT "PETIT SACIVPANT' N'ÉTAIT AurKe GUE blancs tombent entre les mains UNe pAM8E • .--:--:-_~ ___ ...I AiA ·TOI-Ll, LE OOMESTIGUE /)6 (;ONI5He"N. des noirs qui surgissent des fo- ,wALNeuKe"vseMENT /1- lirAIT VIF, LVI rêtS' en poussant des cris sauva- . AUSSI. ges. « On les attache solidement à des poteaux peints de couleurs vives, au centre de la place du village )}. La reine, une « sorte de monstre, négresse énorme, vêtue d'un long manteau d'un blanc douteux, s'avance vers les captifs. Son visage reflète la joie la plus cruelle ». (Si les blancs échappent à. la torture, ce sera seulement grâce L~3Charles 6 avril 2010 à 09:39 (UTC)L..:Charlesii~~lJ~~::::6 avril 2010 à 09:39 (UTC)Charles 6 avril 2010 à 09:39 (UTC)1:J à. l'incendie du village provoqué par un de leurs amis. Les noirs, pour sauver des flammes les tré- Le jeune et sympathique héros (blanc) est en lutte constante contre des Chinois qui, bien entendu sont de « maudits traîtres» (Kansas Kid, nO S1) travailleurs transférés, camps de concentration, ce d'hygiène, de soins ·médicaux,------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ etc ... Parmi ceux-ci ·Ies camps de concentration, camps de traVaux forcés, constituaient en réalité un procédé de combat dans le cadre de la « guerre totale ». Ils avaient pour fin, non la simple concentration m'ii3 1 destruction massive accélérée des éléments raciaux impurs ou inférieurs et des adversaires du nazisme allemand, en tirant d'eux un dernier et dérisoire ;:rofit. C'€tait la méthode de !.Il « produktive Vernichtung », de l'anéantissement productif. et, d'une man~ ère générale, l'orgél'nisation matér.ielle dans son ensemble visaient à aoeélérer .J'effet cherché. A l'exténuation physique RACISlJIE PA.S 1JI0RT Ce mode d'extermin,F'on en masse était basé sur la m:sère physiologique, la déct:fan.:e Iprogressive des indiyidus cxp~rimentalement provoquée. Deux moyens fondamentaux V pùlrvoyaient: d'une part, le su.rme' nage musculaire a'vec privation! du sommeil et du repos compens'ajoutait un autre facteur, : la misère psychologique, facteur d'une grande puissance destructive et qui, plus que l'épuisement corporel, a marqué les rares survivants ,rapatriés (38.000 sur 220.000 França'is dépor,tés). La condition dU! déporté se définissait, 'par une de ces formules où excelle la langue allemande, en trois mots : Rechtlos, Ehrlos, Wehrlos (sans droit, sans honneur, sans défense); elle était pire, peut-être, que celle de l'homo sacer de l'ancienne Rome et pire que celle de l'esclave. Mort civilement, sans nom, dépoumé, .il était jeté dans cet «univers concentrationnaire:. isolé du monde, curieusement organisé en une sorte de socié- Sous le- titre « RACISME PAS MORT », une causerie de notre amie Jacqueline Marchand, agrégée de l'Université, membre du Bureau National du M.R.A.P., a été radiodiffusée le 27 févr;er dernier sur la Chaîne Nationale, dans le cadre des émissions de l'Union Rationaliste. Nous en publions ci-desous le texte intégral. I L paraît inconcevable, dix ans après la Libération, alors que les traces effroyables laissées par le racisme hitlérien sont loin d'être toutes effacées, que le problème du racisme se pose encore. Les théories du professeur Montandon semblent avoir péri sous le ridicule; celles de Rosenberg se sont effondrées dans l'horreur. Et pourtant, des faits nombreux nous montrent tous les jours qu'on opprime, qu'on humilie et qu'on tue encore au nom d'une soi-disant supériorité raciale. Il y a racisme chaque fois qu'un peuple ou une fraction de peuple se présente comme une « race de seigneurs ) ; chaque fois que le Germain - ou l'Aryen, mais ce mot, d'ailleurs discrédité, n'a guère de sens - prétend l'emporter sur le juif; chaque fois qu'un Européen se croit, par son essence même, su- PAR JaCqUeline MARCHAnD , Agrégée de l'Université périeur à un jaune, un noir ou un arabe. Certes il est d'autres luttes 'Où s'affrontent des hommes de même « race » ; mais elles sont plus ou moins dissimulées par des considérations idéologiques. Au contraire, les conflits de races ont l'avantage de la simplicité; ils s'imposent parce qu'ils écartent a prior; toute discussion. S'il est admis que le juif, oU' le noir, sont des êtres inférieurs, on leur réserve seulement la haine, la méfiance, et dans le meilleur des cas, la pitié. Le sens de la fraternité comme celui de l'égalité manquent absolument au raciste; et que dire de la liberté, telle qu'on peut l'entendre quand on appartient à la race des seigneurs ? Un racisme sournois ••• e·t avantageux Il est vrai que les discours dé. Jirants dont nous avons été abreuvés aux beaux jours d'Hitler et de Pétain ne s(' font plus entendre. Mais une sorte de racisme sournois a gagné trop de milieux en France même : je n'en veux pour preuve que les difficultés rencontrées par les ' ,étudiants de couleur qui cherchent à se loger chez les particuliers. Les organisations étUIdiantes ont dénoncé le scandale de ces petites annonces qui précisent

« on l'Ogerait un étudi'ant

de race .blanche, de préférenoe anglo-saxonne »'. C'est quelquefois un nationalisme ,étroit; c'est plus souvent du racisme. Celui que 'repoussent les bonnes dames qui craignent - on ne sait jamais - pour (Suite en page 4) seuls récits où ils sont sont des épiSodes inventés deS guerres coloniales où les Arabes se soulèvent contre les bons « roumis » qu'ils font prisonniers, tuent, ou s'apprêtent . à tuer ... avant qu'intervienne là. encore un secours inattendu! Certains délaissent-ils les histoires d'aventures pour les épisodes comiques ? Les personnages de couleurs, noirs, Indiens, n'y apparaîtront pas sous un jour différent. Le n° 15 de « MON PETIT CINEMA », montre Polo et Riri qui font du cinéma au Soudan. Riri est capturé, ficelé, mis à. la; broche. Mais le chef, qui aime beaucoup le cinéma, « histoire de rigoler » veut « couper Rirt en tout petits bouts » et faire filmer cette mort. «Ah! c' qu'on va 'rire! » en voyant ensuite le film, s'exclame ce singulier chef. (Suite en page 2) La condition des Algériens en France au fil de l'actualité Certains hôteliers et propriétaires sans scrupules exigent des loyers exhorbitants de leur clientèle algérienne. Au Chemin d'Argenteuil, Il faut à 5 à 7.000 francs mensuels, pour être logé à quatre dans une baraque de 2 m. sur 2 m. 50. Rue de l'Hôtel-de-Vilie à Courbevoie, les Algériens sont « logés » dans un garage à vélos, avec droit au courant électrique de 8 h. à 7. et de 19 h. 30 à 22 h. 30 ! Expulsions - La C.I.C.M., à VilleJuif. renvoie M. Rebiba, parce que malade, et lui supprime en p·lein février la chambre qu'II occupait. L'expulsé est ancien combattant de l'armée d'Afrique, et père de trois enfants. - Un hôtelier de Colombes prétend interdire à un Algél'ien Henri LILENSTEN. (Suite en page 3) 2 D ROIT ET LIBERTE veut à son tour, sur le plan d'hulllanisme et d'humanité qui est le sien, célèbrer les quatre vingts ans d'Edmond Fleg et me fait l'honneur de m'élire pour interprète. Je réponds d'autant plus chaleureusement à l'appel de mes amis que j'ai le sentiment de n'avoir point à répeter ici un hommage exprimé en d'autres tribunes. Ce n'est pas spécialement à l'écr,iva~n juif, à l'éveilleur inspiré de la jeune nation israélienne que nous nous attacherons ki, mais au poète, à l'homme , que noulS avo'ns trouvé. toujours à nos côtés, à l'a\fant-garde dans les combats libérateurs, à celui dont la brûlante mystique rejoint sur les sommets les élans de la plus libre pensée. Car ce reFgieux pénétré de la plus antique tradition, a toujours surmonté les barrières des cléricaHsmes. Car ce rêveur, qui aurait pu se contenter des jeux ' enivrants des rythmes et des rimes, sait, quand il le fault, se montrèr homme d'action. Comme le normaHen d'avant 1914 s'engageait au premier rang dans la grande guerre, l'écrivain au soir de sa vie, assombrie de tant d'épreuves, loin de se confiner dans la re- 1raite et ,la secrète méditation, s'affirme, tel qu"il est, tel que ses frères de luttes souhaitent qu'il soit. Edmond Fleg crie nOIlJ aux racismes qui déshonorent enc.ore un temps où nous espérions les avoir à jamais a1battus, non à toutes les atteintes à la liberté, non au réarmement de l'Allemagne, qui défie les sacrifices des morts et la volonté des sUlrvivants. L 'OEUVRE d'Edmond Fleg - et c'est à côté de son noble lyrisme l'une des raisons qui nous en rapprochent si étroitement, qui l'enracinent profondément en ceux dont, PAR Pierre PARAF comme moi, la formation fut bien plus gréco-latine que biblique et dont la nourriture spirituelle vint surtout des jardins de la pensée française et des quais de la Seine plus que des bords du Jourdain - l'oeuvre d'Edmond Fleg est toute entière tendue vers l'exaltation de l'humanité en marche. Dieu pour lui est intégré à l'homme, se réalise toujours un peu plus en lui et les combats quotidiens, les révolutions libératrices, accélèrent, concrétisent la venue du symbolique Messie. Je ne peux m'empêcher d'évoquer devant le déroulement de la fresque de ses poèmes le mur vivant de la Légende des Siècles et le cri de Victor Hugo appelant ceux qu'il nomme les Mages à remplir la mission de guides; de porteurs de lumière. Tout le long de ses poèmes, de ses essais, de son théâtre, de l'Enfant Prophète à Ecoute Israël, de La Maison du Bon Dieu au Marchand de Paris, Edmond Fleg a fait monter de son oeuvre le chant d'unité, de fraternité. Tandis qu'un écrivain, à beaucoup d'égards grandiose comme Paul Claudel, se figeait dans la grandeur de son passé moyenâgeux, Edmond Fleg, lui, se tendait vers l'avenir, qui doit laver les vieux pêChés de l'histoire, et préparait dans nos ténèbres de plus clairs lendemains. Poète, je voudrais lui rendre grâce de n'avoir pas abandonné ce trésor des rimes sans lequel la poésie française perd ta'nt de sa puissance, de son charme et de son rayonnement populaire, et risque de devenir un jeu d'esthèt,es enrichi pa,r l'ingénios:té des typographes. Je voudrais le louer d'avoir mar,ié la pU'Îssante forme classique et romantique à la vieille complainte famil'ière, d'avoir jeté le pont entre le Mont Sinaï et la Montagne Sainte-Geneviève. '" *' " MAIS c'est aussi, c'est surtout au penseur hardi, au militant des justes causes que je dédierai en terminant mon hommage. A l'heure où l'univers semble hésiter entre de folles ha'nes qui peuvent conduire à l'anéantissement de la planète et la fraternité qui, dans les progrès de la science au terme de la paix, peut: tout résoudre, tout sauver, Edmond Fleg, notre ami, est de ceux qui nous ont montré, qui continuent à nous montrer le chemin. DROIT ET LIBERTE (Suite de la page 1) nal de Maurras ne s'y est pas trompé. Un puissant sursaut ontirociste Saluant chaleureusement le film, 11 se félicite, dans un article d'octobre 1950 de l'opposition qui est faite « entre l'antique seigneur du lieu, marquis d'Aubenton, dont les ancêtrês oisifs se contentaient de faire la France en servant leur Roi, et le juif apatride, Ernest Padrovitcn, venu de Smolensk, vendeur de bric~-brac ... C'est la plus immonde des crapUles, le Joanovici indispensable de nos excellences ». Et de s'écrier, enthousiaste

« La peinture est

exacte : République Française 1950 ». •.• et celui d'Hitler Et voici, une autre citation « Le juif a d'abord employé la bourgeoisie comme bélier contre le monde féodal; maintenant, il se sert de l'ouvrier contre le monde bourgeois. De même qu'autrefois il a su obtenir, par des intrigues, les drOits civils en s'abritant derrière la bourgeoisie, il espère maintenant que le combat mené par les travailleurs pour défendre leur existence lui ouvrira la voie qui le conduira à la domination du monde. » C'est, sans conteste, l'idéologie qui sert de base, de canevas pourrait-on dire, au scénari() que :.ous avons résum~ ci..rtessus. Ce texte est tiré de « Mein Kampf », page 350 (édition allemande). Hitler, on le voit, n'aurait pas désavoué « Les NOUVfaux Maïtres », version 1950 du « Juif Süss ». Dès le début de septembre. le M.R.A.P. et « Droit et Liberté » ayant sonné l'alarme, de très larges délégations se rendent, auprès des directeurs des cinémas où le film est annoncé, dans plusieurs arrondissements de Paris. Sans difficultés, ils obtiennent le retrait des «Nouveaux Maîtres ». « Je n'ai fait que mon devoir » ••• M. Max, directeur du Cinéma de l'Hôtel de Ville (4' arrondissement), déclare par exemple : {( Je considère qu'un directeur de salle simplement nonnête, en denors de toute considération politique ou financière, ne peut se faire l'instrument d'une propagande qui a fait couler tant de sang dans notre pays. Je n'ai donc fait que mon devoir de patriote en refusant la marcnandise de caractère hitlérien que d'aucuns voudraient nous resservir aujourd'nui, dans le vain espoir de diviser les braves gens et de les préparer à de nouveaux massacres ». A Marseille ... En province aussi, grâce à l'intervention des antiracistes de toutes croyances, de toutes opinions, « Les Nouveaux Maztres » sont partout chassés de l'affiche. Les documents en notre possession nous permettent de suivre de très près l'action menée à Marseille à la fin d'octobre et qui aboutit au retrait des « Nouveaux Maîtres» du cinéma « Madeleine », aprèS deux projections. nom de toutes les victimes du nazisme, de l'oppression sous toutes ses formes, appel à vos sentiments patriotiques et nu-mains, pour que vous ne procédiez pa~ à cette distribution (des « Nouveaux Maîtres). ••• « En ce moment, plus que jamais, je crois indispensable de n'utiliser aucun moyen de semer la naine entre les nommes. L'intérêt de la France le co1'1llmande. » Du directeur de l'e EpernayPalace », à Epernay : « J'ai l'nonneur de vous faire connaître que nous avons eu la visite du docteur Netter, très nonorablement connu dans n'otre cité, venant nous demander amicalement d'envisager d'éviter de présenter dans notre établissement l'une de vos dernières productions, « Les Nouveaux Maitres ». Ce film, nettement de propagande antisémite, risquerait de nous porter préjudice auprès de oos nombreux clients israélites d'Epernay et de Cnâlons. « A seule fin d'éviter toutes difficultés, il ne me sera pas possible d'envisager de traiter ce programme. » Du directeur du « CinémaUnion » de Limoges : « Nous avons reçu nier une lettre de protestation de la C01'1llmunauté Israélite de Limoges, au sUjet de la projection éventuelle de votre film « Les Nouveaux Maîtres li •.• ••• « Nous avons eu la même protestation pour Olivier Twist. " « J'ai immédiatement alerté notre « Office diocésain du cinéma », auquel sont rattac1tées toutes nos salles pllroissiales, et j'ai le ferme espoir que ce film ne sera pas projeté. « Il est regrettable de constater qu'on trouve encore en France des gens pour répandre les t1tèmes hitlériens et exciter les passions les plUS partisanes. Le moindre sentiment d'numanité devrait leur interdire pareille bassesse. » Les pouvoirs publics alertés Le M.R.A.P. s'adressa au ministre de l'Information, M. Albert Gazier, qui ne crut pas devoir intervenir contre les « Nouveaux Maîtres ». M. Priou-Valjean, conseiller municipal de Paris, adressa au ministre de l'Intérieur, une lettre où il attira particulièrement son attention sur « l'inconvénient majeur que présenterait l'autorisation donnée à divers cinémas de la capitale de passer un film intitulé 4( Les Nouveaux Maltres », dont la tendance antisémite rappelle de fort près les procédés et les objectifs de diverses bandes que la population parisienne dut subir sous l'oc cupation ». De leur côté, les prOducteurs (les Artisans du Film Associés) demandèrent l'appui du ministère de l'Intérieur et du Centre National de la Cinématogràphie. Ce dernier organisme, dans une réponse qui figure au dossier, tout en exprimant des encouragements aux Artisans dU' Film Associés, croit , nécessaire d'ajouter llUJ • VlUJ • lE INlllE INIID lUJ • ILlUJ • VlUJ • le INII rE INI D lUJ • llUJ Tentatives d'inlinlidation ... « Si vraiment le film est contre les juifs et doit nous créer des ennuis, nous refuserons de le passer, vous comprendrez bien notre attitude. « Par ailleurs, vous auriez peut-être intérêt à envisager, dans la mesure où elles sont possibles, les modifications éventuelles qui pourraient permettre à votre film de ne plus renconles peintres témoins de leur temps trer les difficultés passées. » S ANS contestation !'ossible, l'exposition qui se tient actuellement au Musée Galliéra où 100 peintres sont présents, chacun par une oeuvre, est une des plus importantes, si ce n'est pas la plus importante manifestation de l'a,,,"ée de l'art plastique contemporain. S'arrêter sur chaque oeuvre qui mérite notre attention demanderait beaucoup plus de place que nous n'en disposons. Soulignons alors seulement, sans parler de ceux qui sOlnt déja consacrés, les noms des artistes dont les envois arrêtent le visiteur pour de longs moments: Pressmane, d'une personnalité bien prononcée et distincte et dont l'oeuvre pleine de poésie répond si bien au sujet de l'exposition; Pelayo, toujours en progrès, Kikoine, suave et sensuel, Fougeron, respirant la vie; Carzou, mystérieux, décora- L-___ ... tif _ d'accord, mai quel mal à ce- KHOL (Galerie Simone Badinier) Krol est passé maître graveur. Son exposition actuelle, « Bestiaire _, le confirme une fois de plus. Moins dépouillé que d'habitude, plus stylisé mais toujours captivant, puiSSGnt. ARGOV (Galerie Guillerot) Coloriste vigoureux, Argov qui vient de recevoir la menti"," au récent grand prix o. Friez: s'avère par ses oeuvres exposées, moins sec, plus subtil et d'une palette plus variée, renouvelée. Cette exposition est plus qu'une promesse c'est une affirmation. SOSHANA (Galerie Weil) Ce qui frappe dans les oeuvres de cette jeune artiste c'est sa fougue, , on temp~rament ex losif. A se de- CINÉMA Le Dans une petite salle du Quartier Latin (1), on donne un véritable chef-d'oeuvre que chacun se doit d'aller voir. « Le sel de la terre », qu'Henri Magnan qualifiait l'autre soir à la radio comme l'un des films les plus remarquables actuellement joués à Paris, relate sans qu'un détail en soit changé, une grève des mineurs du NouveauMexique, grève qui dura de janvier 1951 à janvier 1952. En plus de ses qualités sociales, cette oeuvre est également une vigoureuse dénonciation du raci,.me praLiqué par les directions des compagnies vis-à-vis des « natives » (indigènes) de cette partie du Mexique, con quise par les U.S.A. Au dossier, figure une lettre reçue par la direction de {( Sisel de la terre rius », où l'agent de cette firme à Marseille signale avoir été alerté, ainsi que le propriétaire du cinéma « Madeleine », par odieux. L'actrice principale fut des délégations au sujet du film expulsée, la voiture du syndica- « Les Nouveaux Maîtres ». liste Clinton Jenks fut attaquée, Une première projection fut la maison d'un autre syndicalis- néanmoins organisée. te américain fut incendiée, et « Nous avons alerté la Préfecceux qui commirent cet acte ture des Boucnes-du-Rn6ne, insavaient que des enfants étaient dique la lettre, qui nous a assu-- à l'intérieur. rés de tout son appui; et effec- Tout a été mis en oeuvre, et tivement, dès l'ouverture du cipourtant en deux mois le film néma, le jeudi à 15 neures, un était terminé. autocar d'agents de police en Il compte quelques acteurs uniforme a été mis à notre disprofessionnel~ remarquables, position ainsi que 25 membres tous, mais aussi il y a les au- de la brigade de répression, en tres, les mineurs mexicains, civil.» leurs femmes, leurs gosses, que rien ne put Intimider. Les diri- Mais. « bien que satisfait de geants syndicaux jouent leur l'aide »(iUi lui était ainsi apporpropre rôle à La perfection, par- tée, le directeur du cinéma «Mami lesquels Clinton Jenks, à qui, deleine» « demandait insta1'1llpar la suite, Mac Carthy envoya ment de lui • remplacer « Les ' Matusow. Ce dernier alors faux Nouveaux Maltres » par un au- ,~-.-;,--~-_. __ . ' ~ __ , ___ L-t .. e film» « Veuillez nous faire expédier la publicité de « 84 en vacances » .. . Etc ... , etc ... L'Archevêque de Besançon Le Président de la Communauté Israélite de Belfort ayant porté cette affaire à la connaissance de l'Archevêque de Besançon, Monseigneur Dubourg, celui-ci lui répondit en ces termes : « C'est bien volontiers que je m'associe à votre protestation contre une oeuvre qui vise à se-mer la discorde et la naine. Autrement dit : votre film suscite une protel;tation réellement justifiée. A vrai dire, l('s Artisans du Film Associés, ainsi que « Sirius '1, envisagèrent certaines coupures, et une e présentation » qui, peut-être ... Mais, il fallut se rendre à l'évidence : c'est le film tout entier, dans sa conception même qui servait la propagande antisémite et xénophobe. Et, sa médiocrité "aidant, on l'oublia. Où apparait Tixie r-Vignancour Mais ces messieurs des Artisans du Film Associés, eux, ne se tenaient llitS pour battus. Ne La justice remportera Ainsi. c'est contre notre MQu.- ILisez nos LECTEURS D'une mère à un sénateur Mme Brokache, Part.s..I9', nous communique cette lettre émouvante, qu'elle vient d'adresser à Mme Gilberte Brosso~Ue, Sénateur de la Seine : Je soussignée, Mme Brokacne, nabitant au 14, de la rue Rebeval, à Paris (19'), veuve de guerre (mari décédé au cours de la guerre 14-1&), sui~ restée avec deux enfants à cnarge. Je les ai élevés toute seule. Arrivée à Paris en 1926, mon fils, engagé volontaire daus l'armée française, puis toujours combattant sou.! les couleurs françaises, est arrêté le 10 juillet 1944, et fusillé le 19 juillet de la même année, avec 52 dB ses camarades, patriotes français, à Cnâtillon-de-Lazerglje. Moi-même, j'ai été déportée à Auscnwitz en 1944. Ma fille, mariée le 18 mai 1940, eut une petite fille le 23 avril 1941. Le 15 septembre 1941, son mari, combattant de la Résistance, est arrêté et fusillé par les Allemands. C'est pourquoi, Madame, je proteste contre le réarmement de l'Allemagne, pour que toutes ces qttreuses cnoses-là ne puissent plus se reproduire. Le désarmement allemand sera le bonneur du peuple français. Que répondra, et surtout comment agira Mme Gilberte Brossolette ? cc Réalités dignes d'attention » M. Maurice Lévêque, ingénieur T.P.E., en retraite, à Charly (Aisne). désireux « d'apporter des arguments dans notre lutt(3 conjointe pour la paix et contre le racisme », nous signale un ouvrage qu'il vient de faire paraitre

« L'essor pétrolfer en

U.R.S.S. » (La Revue Pétrolière, 23, Rue de Constantinople, Paris- 8"). « Pour la première foi~ en France, depuis plus de vingt ans, écrit-il, sont lJassés en revue détaillée, tous les développements anciens et actuels de la géante industrie du pétrole d8 l'U.R.S.S .... « Ainsi se :-éLèle tout un panneau d'nistoire, avec deux guerres ruineuses et deux périodes de reconstruction et d'essor (192Q à 1939 et 1946 à 1955). On est .;ZJs lS:'8 CI'!. nw;.su~ de : 3tnparerles ressources en carburants et nuile de Hitler, ayant défié le monde 5 ans (avec tant de divisions, d'armes et d'usines), et celles de l'U.R.S.S., depuis 1954 déjà dix fois supérieures au

I;
~_ ~_ :_ ~_~ -UCharlesam-r.q~Wie,r,erxx~pooa~oniT;---~~--~Lr.CharlesQ1~--Charles-:6 avril 2010 à 09:39 (UTC)6 avril 2010 à 09:39 (UTC)~~TeCharlesg~e~a~n~t;s~s~y~n~difi;c;au~x~J·~o~u~e~n~t~1.le~u~rCharlesatit~e1rqq~udi1üuri~é[taalit·t;aailin~sStl~aa:ppppoorr.-~-~--Charles'~~-6 avril 2010 à 09:39 (UTC)~A~f~"6 avril 2010 à 09:39 (UTC)[l~"6 avril 2010 à 09:39 (UTC)Charlesr-~l6 avril 2010 à 09:39 (UTC)Charles 6 avril 2010 à 09:39 (UTC)OU".pu'b'

Pelayo, toujours en progrès, Kikoine, tlons des compagnies vis-à-vis té 1 d· t d . éMU opporol Ignoncour es ressources en carburants et suave et sensuel, Fougeron, respirant (Galerie Weil) des « natives » (indigènes) pI'opre rôle à la perfection, par- e, e Irec eur u cm ma « a- huile de Hitler, ayant défié le la vie; Carzou, mystérieux, décora- Ce qui frappe dans les oeuvres de de cette partie du Mexique, con . mi lesquels Clinton Jenks, à qui, deleine» « demandait instam- monde 5 ans (avec tant de divitif _ d'accord, mais quel mal à ce- cette jeune artiste c'est sa fougue, quise par les U.S.A. par la suite, Mac Carthy envoya ment de lui remplacer « Les · Mais ces messieurs des Arti- La J"ustice l'emportera sions, d'armes et d'usines), et là ? Baboulene, charmant et vrai; son tempérament explosif. A se de- Matusow. Ce dernier, alors faux Nouveaux Maîtres » par un au- sans du Film Associés, eux, ne celles de l'U.R.S.S., depuis 1954 Dries, Fontanarosa, Mentor, Hilaire, dmisacnidpelirn e s'islo nf aaurtt deét siarceqr uqieuree lp'alurst isdtee Nous ne raconterons pas «Le té mo 1n ,« témO·l gna ', e t J en k s tre film ». se tenaient pas pour battus. Ne Ainsi, c'est contre notre Mou- dé]·a· dI·X fOt.s supérieures au Montané, Savin, Vinay, Zendel Intel- métier. Car c'est san rythme viol""'t sel de la terre », mais seule- f Ut con d amné. DepU·ls , Ma t usow V" t " pouvant aller contre le courant , vement que les prOducteurs de maxI.m um h·! tlér·le n d e guerre ligent, riche, chatoyant. qui nous séduit. L'AMATEUR. ment son histoire. s'est rétracté, mais Jenks est IC oue ils s'armèrent de patience. ce triste navet ont décidé de se (1943), et appelées à croître cent LES ET SURHOMMES LES ENFANTS (Suite de la page 1) L'Indien scalpeur, à qui le blanc commande « Passe devant, mais, tu sais, à la première traîtrise, je te mets quatre balles dans la cervelle », fera les frais du n° 17 et les Chinois (mangeurs de serpents à sonnette en tranche, au miel, par ailleurs divisés en deux armées de bandits) ceux de n° 18 (1" janvier 1955) de ce même illustré. Des livres viennent apporter la même note, raciste. Le dernier en date est « Princesse Cactus » qui a obtenu en 1954 le prix du Salon de l'Enfance. « C'est comme ça » .... Les blancs y sont courageux, bons. Ils ont mis en valeur le pays, planté des oliveraies qui apportent l'aisance aux Arabes: « Les marmots ne mendiaient plus à l'approche des étrangers, DROIT ET LIBERTÉ 91, Fbg St-Denis - Paris-10 Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 DES TARIF ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an : 300 francs PAYS ETRAN~I:RS Un an : 430 franCl! ABONNEMENT Dt SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQGE Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rue de Paradis - : - PARIS (Xe) -:- Trav. eXIle. par des ouv. syndiqués car chaque famille avait son champ, quelques arbres de rapport ». Si « Princesse Cactus » vit dans un palais, les Tunisiens du plateau de Matmata habitent « des trous dans le sol. De vastes ori lices circulaires, tellement profonds que parfois, on a l'impression qu'un immeuble de six étages pourrait s'y engloutir. Et, dans les parois verticales de ces trous : les logements .' Des noirs, tels que les présente l'illustré « JuniorAventures • (numéro 46) des indigènes! Il paraît que ceux-ci n'ont pas trouvé de moyen plus efficace pour se garantir de la chaleur » ... Et ils y vivront jusqu'à la fin des siècles « avec ce fatalisme propre à tous les Musulmans ». Que la loi soit appliquée Face à ces livres et journaux qui sèment consciemment ou non dans le coeur et l'esprit de nos petits et de nos adolescents le mépriS et la haine, voire l'effroi, envers les peuples de couleurs, rares sont encore les illustrés, les journaux qui se fixent pour but de faire naître un climat de fraternité. Signalons, parmi les livres, « Moudaïna », d'Andrée Clair, qui a vécu au coeur de l'Afrique plusieurs années et donne de Moudaïna, l'enfant noir, un portrait bien sympathique. Souhaitons que d'autres oeuvres, plus nombreuses, se dortnent pour tâche de créer entre les enfants d'aujourd'hui, hommes de demain, le climat de compréhension nécessaire. OEuvrons pour que les directeurs de journaux ' d'enfants tiennent compte du récent article de loi sur la presse enfantine, qui demande qu'aucun texte ou illustration ne soit ({ de nature à inspirer ou à entretenir des préjugés ethniques ». Nous aurons ainsi contribué à raffermir la paix. Le scénariste sortait de prl- encore en prison. de la Résistance Et quatre ans plUS tard, es- venger de l'opposition rencon- ans et plus » ... son. Il avait été condamné. avec Les maccarthystes se vengent tl·mant le mo metn venu d e c on- trée dans l'opinion publique. E t 1·1 conc1 u t : 9 autres, pour avoir exp ·imé du« Sel de la terre ». Il fallut tenir compte de la tre-attaquer, ils décidèrent de D'innombrables antiracistes, « Voilà, n'est-il pas vrai, de.! ses sentiments anti-maccarthys. protestation des antiracistes. faire payer au M R.A.P. le p:ix souvent fort éloignés du M.R.A. réalités dignes d'attention, et tes. . t « Lée sd raisli'nAs dée· la cdo lèrRe », Pour la forme cependant, le de leurs difficultés. P. se sont élevés contre cette que tout França•is de•vrait cv~..,·. BIen que connaissant ce qu'ils ourn ans m rIque e 00- film fut projeté une seconde Le 8 mars 1954, notre Mouve- naître et peser actuellement. Je encouratent, ils partirent à plu- seveIt, avait une valeur ln con- fois. Le représentant de «Si- ment recevait une assignation, provocation cinématographique, les crois de nature à faire réflésieurs pour Silver-City, où avait testable et Incontestée. Aucun rius» ne voulait pas, écrit-il, par laquelle les Artisans du mais c'est au M.R.A.P. que l'on chir les amateurs de croisades, lieu la grève, et malgré leurs cinéaste« officiel » n'oserait le « obtempérer immédiatement à Film Associés lui réclament des voudrait demander de subven- et à encourager au contraire les faibles moyens financiers, déci- réaliser aujourd'hui. Et, pour- l'injonction (sic) du Mouvement dommages et intérêts de plu- tioner la propagande antisémi- partisans de la coexistence padèrent que rien ne pourrait les tant, il s'est trouvé des hJm- contre le Racisme ». Et il ajou- sieurs dizaines de millions et, te. ci/ique avec ce géant de l'Est si empêcher de faire le film. mes JXlur fulre « Le sel de la te: « J'avais dérangé un service dans l'immédiat, 5 millions. Sans doute espère-t-on par ce robuste, si bien outillé et si sûr Les maccarthystes ne recu- tel're». Ils contribuent à nous d'ordre considérable, qui était Et quel est leur avocat ? Tl- moyen empêCher notre Mouve- de l'avenir. Mon travail sert la lèrent devant rien. Les clnéas- faire mieux comprendre et al- en place, et je ne pouvais pas xier-Vignancour. ment et son journal de poursui- Paix! » ... tes ayant décidé de faire appel mer le peuple américain. demander à la Préfecture de Tixier-Vignancour, ancien mi- vre leur action. Et pouvoir enaux mineurs américains comme l'enlever immédiatement ». nistre de Pétain, qui se présen- suite, pourquoi pas ? organiser aux mineurs mexicains pour Colette MOREL. C'es:. ainsi que le navet anti- te aujourd'hui comme le chef de de nouvelles projections des tourner leur véritable histoire, sémite fut remplacé par «Le file des forces antisémites et an- « Nouveaux Maîtres ». Ainsi la les « autorités :1 usèrent du 1) Les Ursulines, rue des Ur- 84 prend des vacances ». tirépublicaines reconstituées. voie serait frayée à un renforchantage, du racisme le plus sulines. Personne, à vrai dire, ne se Tixier-Vignancour dont « Riva- cement de la propagande de LIVRES Jeux de la mort et de l'espoir d'Henry BVLAWKO trompait sur le caractère perni- rol» publie fréquemment la haine raciste. cieux des « Nouveaux Maîtres ». prose; Tixier-Vignancour, dont T ou t en s ' e ff orçant d e m a·m t e- le nom figure, avec celui de Cela, nous ne le permettrons nir la projection du film, le re- Bardèche, au Comité de patro- pas. Tous les amis du M.R.A.P., présentant de « Sirius » à Mar- nage de « Défense de l'Occi- tous les antiracistes s'y opposeseille tient à se désolidariser de dent», la revue de l'internatio- ront. Ils feront connaître parson contenu. Dans la même let- nale nazie. Tixier-Vignancour, tout cette affaire. Ils alerteront tre, il souligne : « chef » du groupement dit tous les honnêtes gens qui, dans « Tout au long des discussions « Rassemblement Jl.ational», l'union, dresseront une barrière que nous avons eues avec l e qui a organisé récemment deux vivante autour de notre Mouve- Mouvement contre le Racisme, meetings à la salle Wagram, ment. je me suis efforcé, et je puis où furent lancés les cris de Le 16 mai, la justice dcit l'embien dire, je suis parvenu, à dé- « mort aux juifs ». porter. ~ ~" gager entièrement la responsa- Intérêts communs M. B. H., Constantine, nous écrit: Votre dernier numéro a 8U!cité un vif intérêt dans les milieux que je fréquente. Votre position sur l'Algérie, exprimée notamment par Mme Françoise d'Eaubonne et le général Tubert, me semble parfaitement conforme aux intérêts de la France et du peuple algérien tout entier. Il faudrait que votre journal ~oit mieux connu par ici. Je m'y emplOierai, et j'espère obtenir H de bons résultats. ENRY BULA WKO s'est saisi de la plume. Il a puisé dans toutes les cellules du souvenir; celles du cerveau; des viscères; celles de toutes les articulations du corps. On retrouve sous sa plume l'âpreté de la vie du camp, le bienfait d'une soupe, le calculable profit d'un bon moral, la solidarité du Comité Français bilité de la Société. J'ai prouvé r-------------------------------------------Dix ans après sa sortie des camps d'Auschwitz, dans un livre intitulé ({ Jeux de la mort et de l'espoir », préfacé par Jean-Maurice Hermann, il jette sous nos yeux le relief des plus grands crimes contemporains, auprès desquels l'assassinat du coin des rues est terriblement insignifiant. Bulawko nous replace dès l'abord dans l'atmosphère mipassive, mi-effrayée de l'opinion au début de l'occupation allemande. Puis, dans l'activité semi- légale et illégale des organisations ]UlVes. Il trace les coups progressifs de la persécution nazie. Arrêté en 1942, déporté en 1943, il nous guide jusqu'à Auschwitz où il ne fait qu'un bref séjour. Il nous entraîne plus loin, car Auschwitz, capitale des crématoires, a sa banlieue. Dans un rayon de 30 kilomètres, celle-ci compte dix camps. L'histoire de chacun d'eux est à faire. A Jaworzno, où Bulawko « impressionne sa pellicule », il fallait niveler des zones qu'escaladaient des collines; déboiser des hectares et déterrer les souches, tracer les routes, paver le camp, l'emmurer, dresser les baraques, creuser dans le charbon de la mine et construire une grande centrale électrique. L'outil de ces grandS travaux chifrables en mètres cubes et en tonnes, a été la machine humaine, affamée, dénudée, en proie au froid et aux tortures. ,organisé par les déportés français eux-mêmes, la terreur déployée par le kapo Franz, déjà assassin dans sa vie privée. Regrettons certaines lacunes. D'abord, l'existence non mentionnée d'un Comité International créé dans le camp. Parmi les disparus, hélas les plus nombreux, hors Thomas VOGEL et d'autres glorieusement mentionnés, certains noms manquent. Sauvons de l'oubli Francis Lipsert, résistant, dont l'action au camp fut importante pour rapprocher les déportés de plUSieurs nationalités, qu'une balle nazie acheva au cours des dernières heures de l'évacuation. Henry BULA WKO exalte l'action de l'armée soviétique. Jusqu'à la libération des camps d'Auschwitz par l'armée soviétique, la mort était fixée par le destin nazi, décidant qui devait coexister et qui devait coexpirer avee la tâche accomplie. Il appelle à la lutte contre la renaissance des camps d'extermination nazie, il repousse les décisions coupables de réarmer les bourreaux nazis impunis, qui se pavanent au gouvernement et dans les administrations centrales de l'Allemagne Occidentale. Ces souvenirs issus d'une patiente incubation de dix ans, sont parties de réflexions actuelleS de notre temps. Il y a peu d'espace entre le camp de la mort et les explosions nucléaires du Pacifique. Car la paix, non assurée, c'est l'ancien incendie qui couve. M. H. à ces délégués que nous n'étions pas les producteurs du film, mais seulement les mandataires, - que puisqu'ils se réclamaient de la Résistance, ils ne pouvaient mettre en doute notre sincérité, et j'ai fait état auprès d'eux des services rendus à la Résistance par notre Administrateur- Délégué ». Précisons, pour compléter, que les délégations ne représentaient pas seulement le M.R.A.P., mais de multiples organisations républicaines, et que jamais ces délégations ne proférèrent de menaces

les seules mesures d'intimidation

consistèrent à faire appel à la police pour tenter - en vain - de faire taire la calme et ferme protestation des antiracistes de toutes opinions. Le journal socialiste « Le Provençal » constate : « Si la bonne foi du directeur de la salle marseillaise et du distributeur de films ne peut être mise en doute, il faut souligner la vigilance du M.R.A.P., dont l'intervention a ainsi évité les incidents qui auraient pu se produire si le film avait été projeté. » Quelques lettres à « Sirius » Dans d'autres villes, les choses se paSSèrent différemment. Voici quelques échantillons des lettres que 1.1. firme « Sirius » recevait alors· journellement. Du Conseil d'Administration de l'Association Cultuelle Israélite de Versailles : {{ Je fais, au nom de toutes les victimes de la guerre, au 1. VIsage de la Paix, de PICASSO. 2. L'homme en proie à la Paix se couronne d'espoir, dessin de PICASSO, texte de Paul ELUARD. 3. L'assiette de Jean EFFEL. Ces assiettes de 23 cm. de diamètre sont imprimées en noir sur fond d'ivoire, signature de l'auteur au verSlO. Prix 1500 fr. l'une. (Port et emballage compris) 4. Le coq. de Jean LURÇAT. Une assletle décorative de 23 cm. de diamètre. Impression noir et rouge sur fond ivoire. 5. La Paix, de I1'ernand LEGER. Un plat décoratif en couleurs vives sur fond champagne ou bleu lé. 23 cm. de diam. Le plat LEGER et l'assLette LURÇAT. Prix 600 fr. l'une. (Port et emballage compris) La casse ou l'expédition est à notre charge. Tout matériel en bon état sera repris et remboursé Envoyez les fonds, en précisant le détail de votre commande au dos du mandat au : CONSEIL NATIONAL DU MOUVEMENT DE LA PAIX 3, Rue des Pyramides, PARIS (1 er ) Compte Chèque Postal: PARIS 7019-84 !!!!!!!!!!!~!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 0 ROI TET LIB E RTE Un document qui confondra les calomnialeurs d'Henri BEHERRlAft Les 2 et 3 Avril à Drancy: Antisémites ASSEMBLEE NATIONALE des Forces Pacifiques et antirépublicains Les 2 et 3 avril, à Drancy, se « Cette Assemblée devra être tiendra l'Assemblée Nationaie l'expression du mouvement gé- Depuis quelque temps, les croire que sous son régime, sous des Forces Pacifiques, organi- néral de luite en faveur de la feuilles spécialisées dans l'an- l'occupation, la: vérité coulait à sée par le Mouvement de la paix, qui s'est développée dans tisémitisme et le racisme inten- pleins bords, pa" exemple de la Paix. notre pays. Elle sera le reflet sifent leurs campagnes contre «radio nationale :. où il succé- Des délégués de toute la de toutes les initiatives entrepri- le régime républicain. da à Philippe Henriot, et que France y participeront et dé- ses slfr des objectifs de paix par « l'étranger :. n":nfluait nullebattront des problèmes su;- les clioyens de toutes opinions Prenant prétexte de la poli ti- ment sur sa politique de racisvants

et de toutes catégories socia- que gouvernementale qui ren- me et de c collaboration .

les. ~ contre, dans de nombreux do- - faire obstacle aux accords maines, l'opposition du pays, ces De son côté « R:varol déde Londres et de Paris et à la Le M.R.A.P. a pris, pour sa six-févriéristès :mpénitents, con~ nonce« la malfaisance du rérenaissance du militarisme alle- part, dans les derniers mois, de cluent à la nécessité de renver- gime» à longueur de colonne mand ; nombreuses :nitiatives en faveur ser la République. et applaudit aux initiatives de _ obtenir l'interdiction et la de la paix, particulièrement Paul Reynaud en faveur d'une destruction des armes atomiques contre le réarmement des cri- Xavier Vallat, ex-commissaire et thermo-nucléaires; minels nazis. Il souhaite que les aux Questions Juives de Vichy, nouvelle révis:on de ia Constiantir, acistes fassent entendre mène la danse. Il n'est pas de tution dans un sens réaction- - obtel1':r que le goulVerne- leur voix à ses importantes as- semaine, où dans « Aspects de ment français engage immédia- sises où se rencontreront tous la France ~ il ne prône l" :nstau- naire. terne nt la négociation en faveur les courants polit:ques et so- ration d'un régime fasciste sous A" de 1 solutl'o c'fl'qu d ro Insl apparaît "-me fois de plus a n pa 1 e u p - ciaux. le couvert de .Ja monarchie. Et Ce document fut retrouvé Cette nouvelle preuve incitera blème allemand et pour un ac- Les militants et amis de notre de reprendre les mots d'ordre l'étroite liaison qui existe entre dans le portefeuille d'Henri les antiracistes, les patriotes à cord sur le désarmement. Mouvement ne manqueront pas habituels sur le « règne de les activi,tés antisémites, qui ten- Bekennan, après son exécution intensifier encore leurs efforts Dans une récente déclaration, de s'associer partout à la pré- l'étranger , sur le « mens ont l 16 t b l 'f' d' M dent à diviser les citoyens, pour comme 0 age, e sep em re pour que e sacn!Ce u 1eune . Emmanuel d'Astier, de la paration de l'Assemblée Natio- ge:. qui seraient, selon lui les 1941. Il s'agit du bUlletin d'écrou héros soit dignement comme- Présidence du Mouvement de la na le des .Forces Pacifiques et caractéristiques du régime répu- les tromper plus aisément, et le qui lui fut remis à son entrée tt moré. Paix, préo:se : d'oeuvrer à son succès. blica:n. Il voudrait nous faire complot contre la République. ~~6Snes, où il était e1npriSOnné, ____________________________ .n _____________________________________________________________________________________ • ______________________ __ en principe pÇur purger une. peine de sept mois de détention. On sait que la revue de Bar· dèche l( Défense de l'Occident Il a insinué que Bekerman n'était qU'un détenu de droit commun. Elle n'a fait d'ailleurs que reprendre les affirmations au sieur Picquenard, qui prétend, par de telles calomnies, justifier son refus d'autoriser l'appo~tian d'une plaque commémorative sur la maison dont il .!st propriétaire et où demeura Henri Bekerman. Capitales Or, le iJulleiin d'écrou signale que Bekerman a été condamné POUR TRACTS : c'est donc bien comme résistant qu'il a été arrêté, près de la Porte SaintDenis, le 8 juillet 1941, alors qu'il distribuait des tracts antinazis. C'est comme résistant qu'il fut condamné, puis fusillé au Mont-Valérien. (Suite de la page 1) thodes su~vies étaient parfaitement clairs à l'esprit et à la conscience de 10us les participants quels qu'ils fussent. La conception et la mise en oeuvre d'un tel appareil posent, entre autres, un problème moral et psychologique. Sans doute, faut-il voir dans la cruauté recherchée de la peine le poids de la colère vengeresse soulevée par le crimen majestatis des ennemis décrétés 4: du peuple et de l'Etat ». Mais elle ressortit aussi à ll'ne philosophie inspirée du paradoxe nietzchéen déformé. Non au· réarmement allemand (Suite de la page 1) On sait que le surhomme, dépouillé de tout sentiment de pitié et d'humanité (sentiment d'esclaves entretenu par les religions), parvenu à la plus haute perfection de la culture et n'ayant d'égard que pour ses pairs, avait, selon Nietzche, le devo:r de subordonner à ses fins supérieurs les éléments faibles de l'humanité. Mais le nazisme avait peu d'inclination pour la culture; .Je surhomme nazi était un type r,acial, l'aryen, et sa supériorité un héritage des peuplades germa'Ïnes ancestrales telles que les présente la légende. de la douleur lité que l'expression d'une déficience psychique. C'est dans une notion psychiatrique et, plus exactement, de psychiatrie médico-légale qu'on en trouve la clé. -On sait que certains individus sont constitutionnellement dépourvus des tendances affectives d'une personnalité normale, de ces sentiments altruistes élémentaires qui sont à la base de la: vie sociale (absence du sens moral, perversions sexuelles, sadisme, cruauté, défauot des sentiments familiaux, etc ... ). Ces anomalies sont bien connues des aliénistes et des criminologistes

elles sont indépendantes

du niveau ; ntellectuel et, si elles accompagnent assez souvent les insuffisances de l'intelligence, elles se voient aus~1 chez des sujets de valeur intellectuelle normale ou supérieure. nement de leurs perversions. La: psychopathologie moderne tend à rattacher les perversions auo, c arrièrations caractérielles ', arrièrations partielles portant sur l'affectivité et marquées pa'r la persistance de conduites psychologique! infantiles chez l'adulte. Naguère, l'école française les tenait (l'idée est assez voisine de la précédente) pour un aspect caractéristique de la « dégénérescence mentale '. Et le moins surprenant n'est pas qu'on ait pu considérer ces régressions dégénératives comme un trait de supériorité raciale dévolu à une élite et capable d'exalter au plus haut degré l'orgueil du « peuple des maîtres :.. LE recours aux pervers instinctifs pour détruire en masse des adversaires décrite, cette déficience de l'énergie qui se traduit par la lassitude physique inexplicable, l'incapacité d'effort intellectuel, le désarroi émotif et affectif, le sentiment d'infériorité et d'incompréhension. Il n'est pas sans intérêt de no!, er que la psycho-pathologie, si elle rend compte du comportement des tortionnaires, permet d'all'tre part de comprendre et de rattacher à des faits connus ce singulier état d'esprit « lazaréen 1) des anciens déportés revenus dans le monde des vivants. Elle a: fourni aussi au législateur frança4s le moyen de .Jeur témoigner sa sollicitude et de compenser, comme peut le faire la collectivité, l'irréparable préjudice que leur a causé l'expérience indici'ble qu'ils ont vécue. 3 A l'égard des travailleurs nord-afri::ains en France Le racisme est quotidien (Suite de la page 1) de vivre avec sa compagne et leur bébé. Au commissariat, un Inspecteur de police s'arrogeant. le droit. d'o.rdonner l'expulsion requise, ajoute grOSSièrement. au père de famille: « ... Et si t.u n'es pas content, j.u n'as qu'à fiche le camp chez t.ol ». Notons qu'à Colombes, la police a récemment. procédé à l'expulsion de plusieurs autres travailleurs algériens. - Fin févri&l', au 48, rue Greneta, à Paris, les habitants de l'hôtel en rentrant de leur t.ravall t.rouvent la maison occupée par la police. Bien qu'acquittant régulièrement. leur loyer, les 28 locataires, Algériens pour la plupart, sont. expulsés sans relogement. La propriétaire, qui possède plusieurs Immeubles à Paris, était. venue en manteau de fourrure inspecter l'opération. « Relogement » A Levallois, M. Ali Taiar, 34 ans', sans domicile, a ét.é emmené au dépôt. par une ronde d'agent.s. La victime •.• Ahmed Drin, 39 ans, habitait. à Roubaix un taudis croulant. En Algérie, une femme et. quatre enfants vivaient des mandats qu'II leur envoyait. en se privant. du nécessaire. Ahmed Drlff est. mort. La faim, la misère et. le froid l'ont. tué. ••• et le sauveteur Le 17 février, à Lyon, un désespéré se jette dans le RhOne. Au pont. Wilson, un Algérien entre dans l'eau, faisant la chaine avec ses camarades. Malgré l'impétuosité des flots, Il sauve l'homme. Le nom du sauveteur a été tenu par les autorités. Un roman policier Un cadavre est. découvert. à "oeuf (Meurthe-et.-Moselle). Faut.e d'assassin, on Inculpe sans preuves M. Rabach Nouari, 28 ans, Algérien. Après plus d'un an de détent. lon, la Cour d'Assises de Nancy lui rend la liberté, sans dédommagement.. La presse racist.e aura présenté l'arrestation de « l'assassin » en gros t.itres, négligeant. d'Informer ses lecteurs de la suite. C'est. ainsi qu'on inculque le racisme. Un vol pur et simple la discrimination en matière d'allocations familiales. On sait que, payant. les mêmes cotisations quo le t.ravailleur français, les Algériens ne perçoivent les allocations familiales qu'à un taux réduit. Le préjUdice ainsi causé est. estimé par le ministère du budget. à ùne dizaine de mHliards. Un premier succès ••• Devant. la prot.est.at.ion unanime, et. dep,uls le 1-' Janvier 1966, les Algériens t.ravaillant dans l'agriculture en France et. dont. les familles résident. en Algérie, bénéficient. des allocat.ions familiales au même t.it.re )fUe ceux de l'industrie. ••• qui en appelle d'autres La proposition de loi n° 2890 tendant à l'égalité en matière d'allocations familiales, déposée par M. Roger Llnet. apl'iMl avis favorable de la Commission du Travail, est. en sommeil. Il appartient. aux antiracistes de développer la protestation et d'intervenir auprès de la Commission des Finances poUl' obtenir l'avis favorable. Le même soutien, à peine occulte, des magnats de la Ruhr, qui ont exploité jusqu'à ce que mort s'enAinSI, le droit d'asservir les hommes-esclaves n'était pas la conquête douloureuse de l'esprit ayant dépassé le stade de la s im,ple humanité; il résidait dans la force brutale et la ruse, a:panage de la race qui a conservé dans leur pureté les instincts prédateurs de l'ancêtre primitif, aide de terres heureuses. Il n'est pas le signe d'un' progrès, mais, proprement, celui d 'une régression vers les Qrigines. Or, la lectur,e des documents officiels et des souvenirs des déIportés fait apparaître un fourmillement d'exemples typiques de ces perversions, dans la vie même des camps. L'organisation concentrationnaire se présente comme une extraordinaire observat:on clinique collective des aberrations des instincts. Elle r,éalise une expérience unique, instituée sur une ,échelle « kolossale », de l'utilisation méthodique, on pourra1t dire rationnelle et scientifique, des pervers anormaux dans le libre déchai- 'Chus et désarmés s'est montré:--------------------------...J d'une terrible efficacit::: P '.I ~ ri]~~iil2:;:m~ffi'iiiiBIRTI5iiiiiii L'union nécessaire A la cantine Seguin, de la Régie Renault, les t.ravailleurs s'unissent. et. font cesser les manifestations de mépris raciste. suive le travail de millions de déportés. Et lorsqu'au général von Manteuffel réclamant « 40 divisions de race pure ', M. Winston Churchill fait écho en exaltant la grande « race allemande :t, aUC1lill: doute n'est plus permis : « l'Europe JI de la bombe atomique, comme « l'Europe» des chambres à gaz aura dans ses fondations l'odieux, l'indispensable racisme. C« 'mESanTd ela, dtâec hfaev doer islae rp olal itmiqounet ééet rdaen glèar ev aa.lglue-: antisémite dans les autres pays ~ : amSI s'exprimait Ribbentrop en 1938_ De nos jours, il faut Dien C"Oflstat-el" que-1a montée rle l'am.tisémitisme en France suit une ligne parallèle à la re:naiss~n~e du militarisme allemand_ Cela n'est pas, aUJourd hUI non plus pour gêner la politique étrangère de Bonn_ A la vérité, la réalisation des camps de concentration est autre chose encore : le témoi gnage d'une a'ltération morbide des tendances et des instincts primorcdiaux de l'homme. Elle est moins l'illustration d'une philosophie de la bruta- Nou'lJeau ---..I-___ "[J-~~:03 u~ .. nJ na .. exemule urêche c~.j uement __ L __________ __ ., slege el . " plusieurs millions d'êtrt's mains (le nombre de millions est incertain) ont c-c ains: aneantis. Un petit nomb~1.! a survécu. Bea:ucoup ont gardé dans leur corps les traces ,des "évites qw'i1s ont subi : cicatr;ces de blessures, séquelles d:: maladies de toutes sortes. La plupart demeurent marqués par la souffrance intensive à laquelle il ont été soumis : c'est l'asthénie des déportés que nous avons déaclion ~ 1 financière Au chantier de la Résidence Universitaire, à Antony, les 200 travailleurs de l'ent.reprise Dumez débrayent. pour protest.el' contre les méthodes racistes du chef de chantier à l'égard des Algériens. Ainsi l'élargissement de la protestation des antiracistes fait et fera sans cesse reculer le racisme. Nous savons d'expérience que lorsque l'injustice, l'arbitraire frappe une catégorie de la population, les -autres cat.égorles se trouvent également. menacées - déjà atteintes ' même par le France suit une ligne parallèle à militarisme allemand. Cela n'est pas, aujourd'hui non plus, pour gêner la politique étran~ère de ~onn. Un « Rivarol », par exemple, p~eche cymquell!.ent la nouvelle collaboration « europeenne » e~ meme temps qu'il excite au racisme le plus grossIer. Un Bardèche bien que condamné, s'évertue dans « ~éfense de ' l'Occident » à minimiser les c~imes na~I~. Un Tixier-Vignaneour. organise des .meet!ngs antIrepublicains et antisémites et v?udraIt faIre c0I!~amner le M.R.A.P. pour avoir defendu les tradItIO.ns françaises. Les' Cousteau, les Rebatet, les XavIer Vallat rêvent aux temps où les mitrailleuses allemandes étaient là pour imposer silence à leurs éventuels contradicteurs. C'EST dire la lourde, l'accablant~ resp0I!sabilit~ qui pèse sur les sénateurs appeles, ces JourS-Cl, " à se prononcer. C'est dire aussi notre responsabilité d'antiracistes ét de citoyens, dont l'effort, jusqu'au dernier moment, peut faire pe~cher la balance du côté de la négociation, de la paIX. A l'heure où nous mettons souS presse, la bataille déci~ive s'engage. Pas une minute à perdre! Militants et amis du M.R.A.P., antiracistes de toutes opinions, sans distinction: d'organisations, unissons-nous avant qu'il ne soit trop tard. Unissons-nous comme l'ont fait les 51 personnalités qui, sur l'initiative du M.R.A.P., s'adressent au Conseil de la République pour souligner que la ratification des accords de Paris, aggraverait considérablement la menace du racisme et de l'ant isémitisme, en même temps qu'elle mettrait en danger la sécurité de la France. Adressons-nous, nous aussi aux s énateurs, par de multiples délégations au Luxembourg. Faisonsleur connaître notre opposition irréductible au réarmement allemand. Demandon!l-leur de se prononcer sans équivoque dans le sens voulu par notre peuple unanime. NoulJeau (Suite de la page 1) notre action, et pensent comme nous qu'il fa llait dénoncer ce film de haine. Que tous, en conséquence, nous aident à préparer notre défense et à collecter les fonds nécessaires 1 Nous ne parlons pas, bien sû.r, des 5 millions qui nous sont r éclamés à titre de provision sur les dommages- int érêts : nous espérons bien n'avoir pas à les payer 1 Une nouvelle fois, Il apparaît , nécessai re de poser avec s érieux le problème des finan ces du M.R.A.P. devant nos militans et amis: 1) Il est absolument indispensable que lei' Cartes d'Amis ne restent pas dans vos tiroirs Il faut que soient placées dr.s centaines de cartes de donateurs et de bienfaIteurs. 2) Il est indispensable également que les Cartes d'Amis à 50 francs soient diffusées par milliers autour de nous. Nous pourrons ainsi oompter nos sympathisants, nos amis. Nous élargirons notre champ d'action tout en procurant au Mouvement des r essources s tables. 3) Enfin, nous lançons un pressant appel aux soc\étés et organisations qui ne nous ont pas encore envoyé leurs cotisations. Répétons-le : une cotisation versée à temps en vaut deux! ., slege el aclion Telles sont les conditions qui permettront à notre direction d'accomplir les tâches qui lui ont été fixées. Et qui nous assureront de nouvelles victoires dans notre lutte nécessaire c.ontre le racisme, contre l'anfinancière Sociétés Depuis notre dern ier numéro, les sociétés suivantes ont versé leurs cotisations

Kalisz : 10.000; Entr'aide Fraternelle

5.000; Zloczew : 5.000. Il, vivent à plusieun dans un autobus hors d' .. sage. Cela se passe à Nanterre

pul n, es a se trouvent également menacées - déjà atteintes' même par le mal. En exigeant que soient respectés les droits et la dignité de nos frères algériens, nous défendons la démocratie pour tous. rer une réelle efficacité. tisémitisme et pour la paix. a------------------------------------------------------___ ** * Cartes d'Amis Voici les premiers résultats du pla.cement des Cortes d 'Amis depuis le début de l'année 1955 : Sfarti : 10.000; Ballllp : 10.000; Hutman : 10.000; Anonyme: 20.000; 5' arrt : 5.000; BenYeniste : 20.000; Henri F. : 10.000; Plotno : 5.000; Igla : 10.000; Cetter : 2.000; Paul Lévy : 3.000; Pelta, Salamonowicz, Zyngerman : 20.000; Kandelman : 5.000; Anonyme : 20.000; Fenster : 1.000; Section Saint-Quentin sur cartes d'amis : 5 .000; Viley : 5.000; Doboin : 10.000; Broner : 500 ; Pons : 1.000; Gabriel : 2.000 ; Stein : 20.000; Gluzman : 5.000; Diamant : 500; Bura : 1.000; Lugemer : 1.000; Baranoux : 1.000; Kopel : 500; Glaser

500; Marjo : 500; Som en

3.000; Escat : 1.000; Anol1yme 20.000; Bester : 10.000; Palant 1.000; Hagler : 15.000; Sarnak 5.000; Safirstein : 5.000; J. Minc 5.000; Strygler : 2.000; Anonyme : 5.000; Marmor : 5.000; AnGnyme : 20.000; Born : 5.000; Anonyme : 20.000; Dr Unger, chirurgien- dentiste : 5.000; Dr Valentin: 10.000; A. Bakner : 20.000; Adler : 5.000 ; Birenveg : 2.000 ; Mme Clara : 100.000 ; Fechtenbaum 5.000 ; Burstin : 1.000; S:uszkine : 5.000; Taksin : 5.000; Tartckovski : 1.000; Ciora : 500; Centenaire : 5.000. A propos du « Mouvement Poujade » Un lecteur, commerçant dans le 18 arrondissement, à Paris, 'M. Georges B. .. , nous écrit : {( Le mouvement revendicatif des petits commerçants et artisans, qui s'exprime actuellement par de puissantes manifestations dans toute la France a pour origine une pénible réalité, dont je souffre au même titre que tous mes collègues. {~ En ce sens, je ne peux qu'approuver et appuyer, dans son ensemble, le programme du. Mouvement Poujade. En particulier, la répression, les vexations qui résultent du fameu:D {( amendement Dorey », ne peuvent que soulever la réprobat ion la plus totale. {( Mais j'estime que l'on r i sque de f aire dévier le mouvement de ses objectifs si les problèmes ne sont pas posés netternent. {{ Il f aut dénoncer les véritables causes de nos di fficultés : à savoir la faiblesse du pouvoir d'achat de notre clientèle, et l 'importance exagérée du budget de guerre et autres {( dépenses imprOductives » d'où résulte le pOids des imp6ts. {( Il faut' aussi désigner les véritables responsables, ceux qui, avec ou sans bonnes paroles à notre égard, se font les complices de l'injustice fiscale, profitable aux seuls grands magasins et gros trusts. {{ C'est pourquoi je suis en désaccord total avec ta xénophobie, l'antisémitisme qui pointent çà et là dans les discours de Poujade et de ses lieutenants. Je trouve inadmissible que les statuts du Mouvement obligent les candidats au Conseil d'Admi nistration à faire la preuve que l eur origine française remonte à trois générations au moins : ces procédés r appellent trop le temps où Xavier Vallat était Commissaire aux Questions Juives. {( Il ne peut s'agir là que d'une diversion tendant à faire des {( juifs » et des {( étrangers » (d'ailleurs confondus) les boucs émissaires vers lesquels on détournerait la colère des com,. merçants. Cela ne peut mener qu'à la confusion. {(De même, au cours du récent débat de l'Assemblée Nat ionale, certains députés ont voté en faveur des revendications des petits commerçants, et la majorité gouvernementale s'est prononcée contre. En particulier, Frédéric Dupont et les {( indépendants » qui, en paroles, s'étaient déclarés d'accord avec ces revendications, se sont dérobés au moment de prendre leurs r esponsabilités ? Au l ieu de fél i ci t er les premiers et de dénoncer les autres, Poujade déclare {( rompr e les pourparlers avec tous les parlementai r es. » {( Cet ant iparlemantar isme, le langage outrancier , l es attitudes de « chef» de POUjade, me sem,. blent de mauvais aloi . {( Je participe de toutes mes forces à la lutte pour la défense de nos revendications, mais je crois que l'on doit mettre en garde tous les commerçants contre ce qui pourrait compromettre le succès. » Nous ne pouvons que nous ;; socier à tous les termes de cette lettre, qui émane sans aucun doute, d'un antiraciste vraiment clairvoyant. Comme nous l'avons déjà écrit: Seules l'union la plus compléte, et l'action contre les responsables, tous les responsables d'une politique néfaste peuvent permettre l'aboutissement des justes revendications formulées par les petits commerçants et artisans. L'antisémitisme, la xénophObie ne peuvent être que la source de divisions, de diversions, et par conséquent aller à l'encontre des intérêts que l'OD prétend défendre. Onne " répare" pas les crimes hitlériens en oubliant les victimes L E 10 septembre 1952, éta it signé à Luxembourg un Protocole dressé par les représentants du Gouvernement de la République Fédérale Allemande et de la Conférence pour les revendications matériel. les juivés contre l'Allemagne (CLAIMS CONFERENCE) . Ce document authentifié par les signatures respectives du Chancelier Adenauer et du Docteur Nahum GOLDMANN est une convention annexe au Traité signé le même jour entre l'Etat d'Israël et la République Fédérale Allemande. Aux termes de ce traité, la République Fédérale Allemande s'engageait à verser à l'Etat d'Israël, la somme de trois milliards de marks et en outre une somme de 450 millions de marks au bénéfice des revendications matérielles jUives à l'encontre de l'Allemagne. Il n'est pas très aisé de démêler qui, des dirigeants allemands ou de certains milieux juifs, a. pris l'initiative des contacts, puis des ~gociations et enfin des, accords. Il semble que dès 1949 le Chancelier ADENAUER ait envisagé la formule d'un versement de la République Fédérale à Israël et qu'à la fin de la même année l'exécutif du Congrès Juif Mondial r éuni à New-York ait demandé dans une déclaration publique que le Parlement fédéral allemand accepte la responsabilité morale et politique pour les actes de l'Allemagne à l'égard des Juifs et entreprenne de fournir une indemnisation matérielle .. et en reconstituant la Wehrmacht Elles suscitèrent de violentes protestations dans les milieux juifs et notamment en Israël oil beaucoup de gens s'élevalfnt contre leur principe même qui paraissait ouvrir la voie à l'oubli du passé. I L n'est pas dans notre pro- C'est à la suite de cette décla- pos d'analyser et de critiquer ce Traité conclu entre ration que des contacts s'établi- deux Etats souverains. Mais rent à New-York puiS que l'Etat nous avons beaucoup â dire du d'Israël adressa aux quatre Protocole numéro deux qui lui puissances d'occupation une no- est annexé parce qu'il a été sit e établissant le bilan de l'ac- gné au nom des victimes des tivité aritijuive menée par le ré- persécutions du national-sociagime nazi : plus de six millions lisme par des gens sans mandat de morts (environ 75 % de la qui au surplus ne paraissent mêpopulation juive d'Europe) et 6 me pas donner aux sommes remilliards de dollars de spolia- cueillies l'affectt tion qui leur t ion. était destinée par leur propre Les négociations furent longues et émaillées d'incidents divers, notamment lorsqu'on s'aperçut que l'un des négociateurs allemands avait joué un rôle actif pendant toute la guerre à la Division Politique du ministère des Affaires Etrangères de Ribbentrop. texte. Voyons d'a.bord quelS sont les participants de cette fameuse Conférence qui s'est arrogé le droit de parler au nom des victimes des per sécutions nazies qui se trouvent en détresse. Nous constatons que sur 23 organisations représentées ne figure pratiquement aucune organisation de victimes juives des nazis. Par contre, plus du quart de ces organisations sont des organisations de juifs américains, un autre quart est composé d'organisations anglaises ou des dominions. Si l'on ajoute les grandes organisations sionistes, on aura une idée de cette fameuse Conférence qui comportait cependant un représentant du {( Conseil Représent atif des Juifs de France» et du Consei1 Central des Juifs d'Allemagne. Par contre, ne figurent dans ladite Conférence aucun représentant des autres organisations des victimes juives des pays d'Europe, pas plus de l'Europe occidentale : Belges, Hollandais, Luxembourgeois, Italiens, Danois et autres. que des pays de démocratie populaire. Les organisations françaises, d'anciens déportés, d'anciens internés, de familles de fusillés, des spoliéS, ne sont pas représentées. . Il est tout de même singulier, quelle "lie soit la vitalité de la communauté juive anglo-saxonne, de constater qu'elle s'est pratiquement arrogé le droit de parler au nom des victimes alors qu'elle n'a (fort heureusement pour elle) pas souffert directement des criraes nazis. Cette simple constatation nous permet de dénier tout caractère représentatif à la Claims Conférence et de faire les plus expresses r éserves sur la. validité des accords qu'elle a signés san!" en r éférer préalablement aux Organisations groupant les victimes allemandes. Mais cette · vér!table usurpation de mandat se double d'une entreprise de détournement des fonds recueillis. En effet, aux termes de l'article 2 du' protocole, les sommes ainsi versées devaient être {( utilisées pour la prise en charge et la réintégration des victimes de la persécution nationale-socialiste, suivant l'urgence des besoins » ... Or, il résulte des renseignements que nous possédons que des sommes considérables ont été employées à des fins différentes telles que : édition d'un lexique, dotation à des bureaux religieux américains, frais de réparation d'une synagogue londonienne, etc... La liste serait longue et dans bien des cas effarante. Ces faits sont tellement graves qu'ils ont entraîné des protestations dans les pays anglosaxons eux-mêmes. C'est ainsi que lors d'une récente réunion du Conseil Représentatif du judaïsme anglaIS, plUSieurs membres du {( Board of Deputies » ont vivement c~itiq ué le système de répartition et surtout déploré que diverses institutions cherchent à s'approprier les réparations primitivement destinées aux individus vic:times du nazisme qui souffrent encore de privations. EN présence de cette situation qui est grave. quelle attitude devons-nous prendre ? A mon sens, il faut protester contre le principe même que le crime collectif sans précédent commis par le national-socialisme puisse faire l'Objet de revendications matérielles. Déclarer solennellement qu'aucune indemnisation ne peut excuser ou même seulement faire oublier l'atroce martyr des hommes, des femmes et des enfants juifs, et l'entreprise unique dans l'Histoire d'extermination d'un groupe humain entier par des procédés scientifiques exécutés de propos délibéré. Il faut dénoncer ceux qui, à la faveur de ces accords, poursuivent beaucoup plus une politique de réhabilitation de l'Allemagne que l'indemnisation des victimes du nazisme. Mais puisque des sommes considérables sont versées, il nous faut aussi exiger qu'elles soient employées au bénéfice exclusif des victimes de la persécution nationale-socialiste et nous entendons que ce terme garde un sens restrictif bien préCiS c'est-à-dire ceux qui personnellement, ou dans la personne de leurs proches, ont souffert soit dans le'lf chair soit dans leurs biens de l'action des nazis et qui sont restés dans le besoin. n n'est pas admissible que sous prétexte de reconstitution d'une v:ie juive active, notamment dans des pays qui n'ont pas souffert de l'occupation, ces fonds soient affectés à des organisations cultuelles ou même culturelles, qu'il appartient a. leurs adhérents ou adeptes d'alimenter. Pour cela il est nécessaire que (;e soi~nt les r cprrsentants des org&nisdtions groupant les victime: effectives d'.\ nazisme qui pu. ~ seut eux-mêmes décider de la " 'partition des f i.mds. 'J el est le but du Comité de Coordination qu'un certain nombre d'organisations viennent de former et qui est bien décidé à ne pas ser vir de caution ou d'otage dans des organismes même replatrés à qui il dénie tous droits à représenter lès victimes. . ' 1 4 DROIT ET '-I .... T. Les archives secrètes de la Wilhelmstrasse "L'Allemagne doit favoriser l'antisémitisme dans tous les pays" indiquait Ribbentrop à ses diplomates en 1938 L E 5 janvier 1955, M. Pierre Mendès-France informait Sir Winston Churchill qu'il était enfin parvenu à arracher à l'Assemblée Nationale frant;aise le vote qui consacre le réarmement de l'Allemagne et l'alliance militaire franco -allemande. Il n'est pas inutil e, pour mesurer la portée de cettt- '" victuire » de se r éférer à des documents déjà vieux de quinze ans et qui ont fa it l'objet d'une publication récente ( 1 ). Ils contribueront peut-être à éclairer ceux qui persistent à nier que la lutte contre le militarisme allemand est indissociable de la lut te contre le racisme et contre l'antisémitisme. 1938 avait été pour le Troisième Reich une année glorieuse. Le 12 m'lrs j'Autriche était envahie sans coup férir et l'Anschluss était proclamée 24 heu; res plus tard. Le mois suivaht commençait la campa·gne pour le rat tachement des Sudètes. Le 12 août Hitler entreprenait la construction de la ligne Siegfried, face à la France. Le 29 septembr e c'était Munich. Or, comme le constate une circulaire du minis tère des Affaires Etrangères d'Allemagne, le 25 janvier 1939 (8 3-26 19/1) : ({ Ce n'est certainement pas une coïncidence si 1938, l'année du destin, a non seulement apporté la réalisation du concept de la plus grande Allemagne, mals en même temps fait approcher la question Juive de sa solution. }t. Et l'auteur de la circulaire, le conseiller de légation Schumburg, expose que la lutte contre " la pénétration de l'influence Juive » a été. la condition de la r éussite « du gigantesque effort qui en 1938 arracha à la mauvaise volonté d'un monde hostile la consQlldatlon du plus grand Reich allemand ». Mais si la persécullon est la condition de la conquête, elle en est également la conséquence ? ({ L'Influence prise par les juifs dans l'économie autrichienne •.• rendit nécessaires des mesures immédiates tendant à l'élimination des Juifs de l'économie allemande ... de telle sorte que le commerce de détail juif - à l'exception des magasins étrangers - a complétement disparu de nos rues ». ({ La liquidation des établissements Juifs de commerce et de fabrication ainsi que des affaires immobilières qui se trouvent entre les mains des Juifs est menée progressivement » ... A l'exemple de l'Allemagne, l'Italie Boumanie la Honles autorités du Reich et o ff i:':~ de se rendre à Berlin pour étudier les problèmes de l'émigration juive. Le ministre von Weizsacker, sous-secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères oppo:ie il. ces installces un refus méprisant. L'assassinat à Paris du conseill er de légation Yom Rath sert de prétexie à. de nouvilllp.s persécuLions. Le 12 novembre une conférence sur le problème ju i~ se tient sous la présidence de Goering et décide l'aryanis.lfi.il de l 'é~o n o mie, l'expropriati'Ju des biens juifs, le travail obllgl. toire pour le prolétariat juif. l'interdiction pour les juif'! le -f-réquenter les villes d'eau, ks ~PAR 1 Ce-Fe LEVY stations balnéaires, les for~l.s , les wagons-lits, les théâtres, les oinémas, les concerts. Les enfan ts sont exclus des écoles. La population juive est frappée des devises au Reich afin de favoriser l'émigration ». Une ",Association des Juifs du Reich» était chargée des détails. de l'exécution. Il r estait à prévoir la destination de ces 400.000 émigrants. Une dépêche de Berlin 'latée du 8 mars 1939 nous apprend que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne avalent envoyé quatre commissions « Chargées d'étudier sur place les possibilités d'établissement en Guyane britannique et néerlandaise, en Rhodésie du Nord ainsi qu'à StDomlngue et aux Philippines ». L'opération devait être financée par « un Comité de banquiers américains et anglais qui fonctionnerait principalement avec de l'argent Juif ». Le représentant français au Comité d'Evian, le sénateur Béranger, avait refusé de siég-er parce qu'il ne jugeait pas Ct, ~ proposition! « compatibles avec la dignité de la France ». Lfs Etals Sud-Américains les estimaLent insuffisantes et tout aussi Inoompat ibles avec la dignité de la confér ence. Le prp - si dent Rublee qui avait vainement poursuivi ses efforts, d f: missionna le 17 février. {.MilS une lettre expédiée le l e n dem~li n, l'ambassadeur du Reich à L')lldres écrivait à son mini"tre que « la Grande-Bretagne et ·'es Etats-Unis sont considerés comme favora.blement dlsposos à l'égard des idées allemandes ». Les éVÈ'nements de s eptembre 1939 empêcl}èrent que ces iflee!" fussent mises en pratique. A la déportation en Guyane et en Rhodpsie, les autorités du Trois ième Reich préfér èrent l'extermination dans les camps de Pologne qui, si elle ne leur pro, cura. pas de devises, r éalisa leurs desseins d'une manière plus expéditive. Telle fut, d'après les archives diplomatiques de Berlin, l'histoire des négociations pour l'émigration des juifs d'Allemagne. Si l'on songe que 65 p. 100 des fonctionnaires de la Wilhelmstrasse' sont demeurés à le ur poste, on peut en induire que la « victoire » de M. Mendès- France, laisse présager d'heureux lendemains. d'une contribution d'un milliard ,----------------------------de reichsmarks. Enfin l'émigration juive devra être accélérée « par tous les moyens ». C' est alors qu'intervient un sieur Flschbock, ministre autrichien de l'Economie, qui projette de « lier l'émigration Juive au développement des exportations. }t et qui offre de négocier - à titre ,privé - avec le président Rublee. Il reçut l'approbation des services de RibbentrOp, mais au moment où Le contact allait enfin s 'établir à Bruxelles, le ministre autrichien se sentit soudain indispo"é et disparut pour laisser la place à un personnage plus représentatif l'honorable Dr Schacht, présicLent de la Reischbank, auteur d'un plan, « en vue de l'élimination définitive des juifs de la vie économique », qui prévoyait l'émigration dtl i 50.000 hommes de 15 à 45 ans et de 250.000 femmes et enfants, soit 400.000 personnes. Les avoirs des juif::; seraient « centralisés », 25 % leur seraient transférés « lorsque la situation allemande des devises le permettra ou plus tôt si des ex'portatlons supplémentaires peuvent être effectuées », les 75 % restant seront laissés à la disposition je l'Allemagne. Les pou rparlers furent T)"u r suivis après la disgrâce de Schacht, fin janvier 1939, et la fameuse circulaire du conseiller Schumburg indique dans quel esprit ils étaient menés. L'auteur de la circulaire cite us DfrORTATIONS Dt NOIRS en AFRIQUE du SUD DE nouveaux d é ta~ls nous sont parvenus ces dernières semaines sur les odieuses mesures de « concentration l de noirs appliquées par le gouvernement sud-africain. Le 9 février dernier, 2.000 soldats iln armes ont envahi le quartier Indigène de Johannesbourg et ont déporté dl' force quelques famil les d'origine africaine, en tout une centaine de . personnes. Quelques jours plus tard ava.it eu lieu une deuxième opération de déportation de même importance. Craignant des contre-manifestations , le gouvernement sudafricain a interdit pour une durée de 20 jours t ou tes les r éunions publiques. Selon les '" milieux bien informés de Prétoria » oes opérations '" d'assainissement » doivent se continuer jusqu'à ce que les grandes villes sud-afri caines soien t « nettoyées » (sic) des habitants de '" races infé.rieu res » . Ces actes de pure barbarie ont suscité dans le monde entier , et avant tout dans l'Union den, représentant des Africains a déclaré : « \1 est impossible de t.rouver dans l'Hlsto(.re des peuples civilisés, des exemples de semblables procédéS lt. Une dél égation conduite par le R.P. Trévor Huddleston et composée de représentants de 9 organisations politiques importantes s'est rendue auprès du maire de Johannesbourg pour protester contre ces déportations et pour l'avertir que leur continuation entraînerait certainement une r ésistance énergique de toute la population et qu'il serait alors impossible d'éviter une effu sion de sang. Un Comité de Lutte contre la Dép'Ûrtation comprenant de nombreuses organisations et syndicats s'est constitu é et a adressé aux ministres de la Justice et des Affaires Indigènes un télégramme, les mettant en garde contre la poursuite des opérations de déportation. Toutes l,es nouvelles qui nous parvienn ent de ce pays, mont rent la magnifique combativité, non seulement des victimes du racisme, mais aussi de tous les milieux démocratiqu es. Le de notre Victimes d/ un même racisme/ liés par le même destin Jullset musulmanS d'Alr"que du nord DOIVENT S'llNIR Un directeur d'école tunisien, M. Vitalis Danon, vient de réaliser une Inté,ressante enquête sur la Hara de Tunis, c'est-à-dire le quartier Juif de la ville. Nous en publions cldessous quelques extraits, d'après les Cahiers de l'Alliance Israélite. Que l'on compare ces données avec les indications plus générales, ~elatives essentiellement aux masses musulmanes, qu'apporte Paul Sebag LA, HARA ACTUELLEMENT, 2.500 familles environ, comprenant 10.000 personnes, croupissent dans le plus incroyable abandon, dévorées par l'humidité, la poussière, les punaises et les rats ... Le gain quotidien ou hebdomadaire du chef de famille Juif de la Hara est des plus variables. Quelques rares pères de famille occupent en ville européenne des emplois dans les magasms de vente de tissus ou de chaussures. On les rétribue de 18 à 23.000 francs par mois. Les employés de banque - employés subalternes - constituent l'aristocratie du quartier, à cause de leur haute paye de 25.000 francs par mois ... Les chiffres avoués par les mères de famille restent assez modestes : 350 francs par jour pour 3 personnes; 600 à 800 francs par jour pour 10 personnes; 2.000 francs par semaine pour 6 personnes dont 4 enfants; 3.000 francs par semaine pour 4 personnes dont 2 enfants ... L'habitat La maison jUive de la Hara! Donnant de plain-pied sur la rue, y entre qui veut : marchands ambulants, porteurs d'eau, mendiants arabes et Juifs. Autour d'une cour centrale, jadis carrelée, s'ouvrent des chambres qui abritent chacune une famille. Ce patio de caravansérail en miniature tient lieu à la fois de salle à manger, de cuisine, de buanderie. Il se transforme en dortoir pendant la canicule ... Misérablement construite, en matériaux que l'humidité naturelle du pays effrit!' facilement, la maison juive de la Hara tombe en pOUSSière à longueur d'années pour brusquement s'effondrer , un jour, à la saison des pluies, rongée, dirait-on, par mie nrmée de termites; .. Les habitants de certaines ruelles et de certaines impasses doivent être moins à l'aise que les morts. Par leur aspect étriqué, sous leurs abris de planches pourries et de joncs, ces logements de la Hara font penser irrésistiblement à des cages à poules et à des clapiers. Mal orientée, mal aérée, posée n'importe comment au bord d'une voie qui, par la suite s'est transformée en rue et surtout sans fenêtres sur le monde ext érieur, on peut appliquer à l'habitation de la Hara ce mot cruel par lequel on a caractérisé la maison arabe : l'été c'est une étuve et l'hiver une glacière ... . .. En 1952, le taux de morta.lité infantile a été de 65 p. 1.000. Instruction. distractions ..• Sur 100 pères, 8 ont obtenu le certificat d'étudP.s Jjr.imaires; 31 sont à peu près illettrés, n'ayant fréquenté l'école qu'un an ou deux; 47 ont fréquenté les classes primaires Jusqu'au cours moyen; 14 n'ont Jamais fréquenté l'école. Sur 100 mères : 32 n'ont Ja.mais fréquenté l'école; 59 ont fréquenté l'école de 2 à 4 ans; 9 ont accompli une scolarité normale (6 ans) et sont pourvues du certificat d'études primaires. 16 mères de famille sur 100 ont le temps de lire et aiment bien la lecture ... 16 mères de fami}:e sur 100 osent mettre les 150 à 200 francs nécessaires pour se payer deux heures de distraction hebdomadaire dans un cinéma . 27 mères de famille ne vont au cinéma qu'occasionnellement, à peine 6 fois dans l'année. Les 57 autres, faute de moyens, ne vont jamais au cinéma. Vitalis DANON. dans son récent livre sur la Tunisie. On verra que, sous le· couvert du protectorat français, les différentes races et catégories d'« in·dlgènes » sont soumises à des conditions' de vie également atroces. Et l'On comprendra mieux que Juifs et musulmans luttent en commun, en Tunisie, comme dans toute l'Afrique du Nord, pour une vie meilleure . et pour la liberté. LA MEDINA ' S OIXANTE-TREIZE pour cent de la population tunisienne constituent la population rurale, comprenant également mineurs et artisans ruarux, et traduisent le caractère essentiellement agraire de l'économie tunisienne, dont le développement industriel a été freiné. ... Le revenu annuel moyen de la paysannerie se situait, en 1948 aux environs de 20 à 25.000 francs! Et le souvenir est encore vivant dans toutes les mémoires de la famine qui a sévi durant les années 1944, 1945, 1946 (1). Des dizaines de milliers de paysans et de pasteurs, ayant perdu tout moy'm d'existence, affluaient dans le nord du pays,. avec leurs femmes e:t leurs enfants, se nourrissant de racines, d'herbes sauvages et de charogne. Les rues des grandes villes étaient encombrées d'êtres squelettiques, qui fouillaient dans les poubelles des beaux quartiers, en quête de nourriture : des paysans mendiants, que la police raflait pour les ramener en camions dans leurs régions d'origine ... . Dans les campagnes, l'oeuvre de colonisation a entraîné la prolétarisation rapide d'une partie de la population, conséquence de l'expropriation des fellahs et de l'extension des techniques modernes. Dans les villes, l'éviction des produits de l'artisan!lt par les prOduits industriels a eu pour conséquence la paupérisation d'une partie de la population urbaine. ... Le retard de la législation ouvrière se combine avec la médiocrité des salaires, pour maintenir la classe ouvrière de Tunisie, les ouvriers tunisiens en particulier, à des niveaux de vie très bas ... (1) On peut ajouter hélas 1 1955. Récemment de grov;-» in~idents ont "eu lieu à Tunis, par suite de la famine. Dans les mines, la durée normale du travail était encore en 1937, de 10 heures. Le repos hebdomadaire, obligatoire en France depuis 1906, ne fut institué en Tunisie qu'en 1921. Les allocations familiales datent de 1944, mais. .. en sont exclus les ouvriers agricoles. La sécurité sociale n'a jamais été appliqUée. A cela s'ajoute nécessairement une sous-alimentation constante, et des conditions d'habitat en rapport. ' Taudis, « médina » et gourbis se sont multipliés autour des grandes villes ... L'insuffisance des revenus, en ne permettant pas une alimentation normale et un habitat conforme à l'hygiène, crée pour la maladie un terrain d'autant plus favorable que l'éqUipement Sanitaire est loin de répondre aux besoins du pays. Il est d'usage de célébrer comme un bienfait de la colonisation une large introduction de l'hygiène chez les peuples d'Afrique du Nord ... Il ne faut pas oublier, par exemple, que l'Institut Pasteur de Tunis, fut f('ndé en 1893, dans le but d'étudier sur place « les moyens de vinification » (sic)! C'est aux savants qui le dirigèrent successivement que l'on doit la création d'un véritable Institut. « L'oeuvre civilisatrice n'est jamais, hélas! que l'acte de quelques individus », aimait à dire l'un de ces savants, Charl~ Nicolle. Quoi qu'il en soit, l'organisation sanitaire actuelle est loin d'assurer une protection et une lutte efficace ~ontre la maladie. Si la Tunisie ne connaît plUS les grandes épidémies spectaculaires de choléra, de variole, de peste, de typhus, en revanche se développent sans cesse les maladies dont la misère fait le lit. La tuberculose, « à peu près inconnue» avant la pénétration européenne, étend d'année en année S6$ ravages parm; .la ~'l."pulation musulmane mal nOurrie et mal logée. La mortalité infantile atteint des taux très élevés. __ ...... _ , ~K .. :..rL'."o'-_,_~ vent entre les mains des Juifs est menée progressivement » ... A l'exemple de l'Allemagne, l'Itaile, la' Roumanie, la Hongrie et la Pologne ont promulgué une législation spéciale cont re les juifs. Munich, comme l'Anschluss, est une victoire contre le judaïsme. « Et. maintenant le succès politiq ue remporté par l'Allemagne à Munich commence, tel un t.remblement de terre, avec ses répercussions lointaines, à ébranler une position que le juda'lsme avait fortifié depuis des siècles. » Ces archives de la \Vilehlmstrasse j ettent par aill eurs un jour curieux sur le double asp'ec t de la éampagne antisémite entreprise par le Troisième Reicll : propagande politique et affa ire financière. Rien n'est plus typique à cet égard que l'es négociaU.ons engagées en vue d'autoriser l'émigration des juifs allemands. En juillet 1938, une confé r ence se r éunit à Evian pour le « prOblème de l'émigration Involontaire d'Allemagne ». Son présid ent, l'Américain Rublee, tente d'entrer en rapport avec ( 1) Les archives secrè tes de la \VilIlelmstrasse, Paris, librairie Plon, T. V. La question juive. Schumburg indique dans quel esprit ils étaient menés. L'auteur de la circulaire cite une phrase de Rosenberg qui préconise la création - en d e ~ hors de la Palestine - « d'une réserve juive ». Mais les préférences des aulo rités du Troisième Reich ira ient à une dispr. rsion car « dans tous les pays du monde l'afflux desi juifs provoque une résistance de la population indigène et constitue la meilleure des preuves pour la politique juive de l'Allemagne ... On constate un net progrès de l'antisémitisme. C'est la tâche de la politiq ue étrangère allemande de favoriser la montée de cette vague antisémite ». La réàlisalion de ce plan fut confiée à un « Office cen tral du Reich pour l'émigration juive », consU lué sous la présidence de Ueydrich, chef de la police de sécurité et adjoint de IIimmler, qui fu t par la suite assassiné par la résis tance tchécoslovaque. Sans plus se préoccuper du plan Rublee, cet offi ce décida d'organiser l'émigration des juifs « à la chaine» en fa isant fi nancer cette opération par les organisations juives étrangères. On proj etait de « contacter les juifs qui par leurs connexions avec les organisations juives de l'étranger pouvaient procurer ~~"""""'''''Charles'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''~v ~ FABRIQUE DE CONFECTION! i EN TOUS GENRES i ~~ ! lEts AJATEX! ~ 77, Rue Rambuteau - PARIS (le') ,! 1 (49, Boulevard de Sébas topol) Tél. : GUTenberg 42-55 Métro : RAMBUTEAU et ETIENNE-MARCEL 1111111111111I11I11111111111I11111I11\l l' Charles,~,:~_:,~~,~"~-~!~~ ACHETEZ EN CONFIANCE AUX MAISONS AMIES TOUT CE QUI CONCERNE LE CAMPING linge de maison, vêtements de travail, de cuir pour motards, imperméables, pantalons, blousons, anoraks, chemises, bonneterie, etc ... PEINTURE - FAIENCE - MONTRES Coquillière • Stocks Campinq 39, Rue Coquillière PARIS-l" Tél. : CEN. 04-09 Près de la Banque de France Métro : Palais-Royal Halles - Bourse Puteaux - Stocks - Campinq 73, Rue Jean-Jaurès PUTEAUX Tél. : LON. 29-74 Ouvert le dimanche matin BONS SEMEUSE - GIP - OMNIUM - Timbres TOURISME ET TRAVAIL acceptés - REMISE DEI 10 % aux lecteur. de « Droit et Liberté • Facilités de paiement » . Ces actes de pure barbarie ont suscité dans le monde entier, et avant tout dans l'Union sud-afri caine, les protestation's les plus véhémentes. Au Parlement, Len Lee-Warnon seulement des victimes du racisme, mals aussi de tous les milieux démocratiques. Le peuple de notre pays se doit d'exprimer clairement, et avec force, l'horreur que lui inspir,e ces actes de barbarie. LA VIE DUM.R.A.P. MARSEILLE La s.ecUon du l\LR.A,P. de Marseille parti cipe activement à la lutte contre les accords de Paris. Un appel exprimant l' opposit ion des anti racis les au r éarmement allemand a reçu l'adhésion de nombreuses personnalités, parmi'. lesquelles MM. Reynaud, ancien député S.F. I.O.; Albaranès, commer~ ant ; Me Molko j le Dr Kandelman, etc ... Cet appel a été porté à la connaissance des sénateurs des Bouches-du-Rhône par Les délégalions. UN GRAND BAL ANTIRACISTE D'autre par t, le samedi 2 avril, à partir de 21 lleures, dans les salons Longchamp, 33, Boul evard Longchamp, la sectio n de Marseille organise un grand bal antiraciste.

1: * :1: Rappelons l'adresse de la section

du M.R.A.P. de Marseille : 46, rue du Tapis-Ver t. Tél. : Colbert 05- 45. LYON La sec tion du M.R. A,P. partic ipe au Comité Départemental d'Information et d'Action contre la répression en Afrique du Nord qui vient de se constituer à Lyon, Ce Comité, qui groupe des personnalités et organisations de diverses tendances appelle la population lyonnaise à mani- ,11111111111111111111111111111111111111111111111111111l, ËTUDES SOVIETI.QUES REVUE MENSUELLE Le numéro de mars vient de paraître • AU SOMMAIRE Sous l'étoile polaire. - Deux femmes soviétiques premières exploratrices du Pôle Nord.Quand S. OBRAZTSOV par~ e d'Yves MONT AND à la radio. - La presquile de T Al- MYR 100 pages - 40 fl'ancs • ABONNEMENT 1 an : 400 francs 6 mois : 220 francs En vente dans tous les kiosques et librairies et au : C. D. L. P. 142, Bd Diderot - PARIS (12') C.C.P. 4629-39 Paris • SPECIMEN GRATUIT SUR DEMANDF '1\111111111111111111111111111111111111111111111111111 1' fester en toutes circonstances sa solidarité au peuple algérien et son opposition à toutes les formes de r épression. PARIS Dans toutes les sections de Paris, l 'action s'in tensifie, à la veille du débat du Conseil de la République, contre le réarmement allemand. Par tout, des délégations ont eu lieu ou s'organisent pour all er dire aux sénateurs l'irréductible opposition des anti racistes à la reconstitution de la ' Vehrmacht. La queue peur l'eau : méd;na ou hara ? RACISME PAS MOR (Suite de la page 1) leurs petites cume'rs ou leuor vie même, ce n'est pas l'Italien ou le Nordique, c'est le, noir ou le jaune. Et pourtant, le Français, spontanément n'est pas raciste. Sur les bancs de nos écol'es, juifs et non juifs, blancs, noirs ou jaunes fraternisent. Pourquoi faut-il que, devenus gran ds, ces enfants se réfugient derri ère la formule simpliste

« je n'aime pas les

juifs ! » - formul'e dont l'intéressé se rait en général bien empêché de préciser le contenu. Il a rencontré, peut-être, de « sales juifs » - et combien de « sales chrétiens » dont il n'a pas songé à mettre les défauts au compte du christianisme? Pourquoi faut-il encore que le Français de France, dès qu'il met le pied sur un bateau à destina! tion de l'lndochdne ou de l'Algérie, se senne envahi par 'u,n sentiment de supériorité qui grandit à mesure qu'il approche de son but ? C'est qu'il est grisant, . et en général, avantageux, d'être un dieu blanc au pays des hommes jaunes. Il arrive ainsi un beau jour que les hommes jaunes se lassent des dieux blancs, et ceux-:i se réveillent tou1: étonnés, voire indignés de n'être plus que des hommes. Les petites feuilles '.ntisémites qui prétendent juger un homme ron pas sur ses ac t~3, mais sur le ,nom qu'il porte, JI1~ ~ans doute peu d'importance. Mais elles suggèr'ent ci ceux mêmes qui ne les ,lisent pas cette méfiance diffuse qui pèse sur certains de nos hommes politiques, et qu'ils ne peuvent vaincre qu'en donnant des gages série'ux de leur respect pour les puissances ou les alliances établies - M. Mendès- France en sait quelque chose. De l'Amérique à Bonn en passant par les pays coloniaux Ce racisme sournois et comme honteux a de lourdes conséquences, car il prépare l'opinion à souffrir des mesures de discrimination auxquelles le Français en France répu gne généralement. Mais il y a plus grave, dès aujourd'hui, On sait la belle victoir'e remportée par les antiraci stes des Etats-Unis, quand la Cour Suprême a reconnu, le 17 mai dernier, que la ségrégation raciale maintenue dans les écoles du Sud était contr,aire à la constitution. On sait mO'ins que la' décision prise d'ouvrir dorénavant les écoles, même dans le Sud, indistinctement à touS' les enfants blancs ou noirs, a soulevé l'indignation de toute uille classe sociale. [Jes meetings, des grèves scolaires ont été organisés en Géorgie, en Virginie, en Louisiane; l~s Gouverneurs de ces Etats se sont déclarés disposés à subventionner l'enseignement privé - auquel la décision ne s 'applique pas - au détriment de l'enseignement public, afin de maintenir la sé!5régation à l'école. Dans certains établissements, la loi est simplement lettre morte. On sait combien il est difficile à un noir, surtout s'il est de condition modeste, d'arriver à faire des études; et on sait surtout avec quelle facilité, si quelque attentat est commis, voire même imaginé, le noir en est considéré a priori comme coupable. Ici, le fait divers et l'h istoire ont ,précédé la littérature, qui se contente d'éclairer âprement des fai ts trop réels. Si les conquêt'es coloniales du passé onIeu pour cause une volonté d'expansion, une course d'i ntérêts ,auxquels le racisme n'avait guère part, on, peut dire que le maintien dans le présent des problèmes qu'il fa'wt bien ,appeler coloni aux, et le ca ractère de gravité dont ils sont mar .. qu és tous les jours davantage, trouvent dans le racisme un appui et une manière de justific ation. Des procédés électoraux quasi impensabl es en France, où les opérations de vote, matériellement parlant, se déroulent de façon normale, sont considérés ' comme bien assez bons pour des ,pays musulmans, Il suffit de lire les journawx pour s'aperoevoir que la mort de trente mus ulmans importe moins à l'administration que celle d'un seul métropolitain. Certes, ces considérations ne suifisent pas à expliquer le drame actuel de l'Afr,ique du Nord, où bien d'?utres problèmes se posent. Mais combien de ceux qui prétendent awjourd'hui « rétablir l'ordre » en Afrique du Nord ne songentils pas d'abord à mettre au pas une race inférieure ? Bien plus, la volonté de rendre des armes à ceux qui furent par excellence les seigneurs de la guerre ne relève-t-elle pas aussi d'un cer.tain racisme, dont nous sommes cette fois les vict imes ? Et cons idérer l'Allemand comme le meilleur soldat de la défense occidentale - ce n'est pas que j'ambitionne cette place ,pour le Français! - n'estce pas se faire de la France l'image même que s'en faisait Hitler, celle d'un peuple dégénéré ? Du préjuqé au crime Contre ces fol ies funestes, les esprits courageux mènent la lutte dans tous les pays du monde. Ils la mènent au nom de la raison. Quoi de plus confus en effet que la notion de race ? Il n'est pas un ethnologue série u'x pour soutenir qu'après tant de migrations, de conquêtes, de brassages, les peupl'es d'Europe, quels ' qu'ils soient - pour, ne parler que d'eux - présentent le moindre ca ractère de « pureté ». Tous les critères raciau'x s uccessivement proposés se sont effondrés les uns après les autres. Les racistes d'ailleurs le savent bien ; ma1s leur attitude est soit pur,ement intuitive, soit cyniquement intéressée. Les Jntuitifs sont les plus difficiles à réduire; ce sont ceux qui, rencontrant dans un train un juif quo'i1s n'ont pas identifié comme tel, lui confi ent qu'ils «sentent» les juifs au premier contact. Ceux-là ne peuvent être con'Va': ncus que par une longue cure de rationalisme patient. Mais les autres, ceux qui exploitent les premiers, et qui font de leur, ra'cisme un paravent, commode à le u,rs appétits, ceux que dénonçait déjà Montesquieu dans une page célèbre, ceux-là sont inexcusables. Que le Français moyen, qui n'a jamais exploité et n'exploitem jamais personne, et dont toule la théorie se réduit à dire qu'il n'aime pas les juifs, ou les viets, ou les nègres, ou les arabes, comprenne bien que grâce à d'autres, mais avec son aide, se ,profile derrière ces formules l'ombre tragique des bagnes, des lynchages et des fours crématoires. pulation musulmane mal nourrie et mal logée. La mortalité infantile atteint des taux très élevés. Paul SEBAG. L'amitié JUfO-AKABl 6A6[ Dt rAil Dans son dernier numéro, le journal « L'Echo juif:. de Tunis, publie, sous la signature de M. jules Cohen-Solal, un éditorial intitu~é : « L'amitié judéomusulmane au carrefour des jeux internationaux ». Cet art;de fait écho à des appels du même genre, que nous avons signalés en leur temps, ,lancés naguère par des journaux et des personnalités arabes, soit en Tunisie, soit en Algérie ou au Maroc, Il revêt dans la situation présente li'n intérêt tout parf culier, en ce qu'il souligne la possibilité et exprime le désir d'une entente entre juifs et musulmans au Moyen-Orient, dans le ladre d'une politique d':ndépendance et de paix, Nous en publions ci-dessous un passage : '" Des problèmes humains et politiques se posent en MoyenOrient, mais sont complfqués à souhait, semble-t-il, par de tierces puissances. Et tant qU']sJaéliens et Arabes n'arriveront pas à prendre un contact direct, il en sera ainsi. t.i leurs plaies resteront purulentes, pOlir le plus grand profit de -forces souterraines. De forces qui, même alli ées, se t rahissent à souhait... Mais Arabes et Juifs ne sontils pas majeurs ? Ne peul-on espérer un jour que, se débarrassant de leurs tutelles, ils n'abordent courageusement ensemble leurs problèmes? Avec cet esprit d'amitié et d'estime réciproques qui ont régné pendant tant de siècles ? C'est ici, que se place notre mission. Juifs et Musulmans de Tunisie, avons donné et donnerons toujours au monde, nous en avons la conviction, l'exemple de la concorde la plus parfaite. Nous devons agir pour que notre fraternité gagne tout le Moyen-Orient. Ni Juifs, ni Musulmans ne devons rester neutres devant ce devoir. Nous disions que la neutralité est proche de l'indifférence. Et l'indifférence, quand nos frères communs se nuisent es~ une faute et même un crime. N'est-ce pas la providence qui nous trace ainsi notre chemin ? A nous de le prendre pooer y découvrir les horizons lumineux de la paix et de la fraternité judéo-musulmane.

Notes

<references />