Droit et Liberté n°202 - octobre 1961

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°202 de Octobre 1961
    • S'unir pour mettre en échec les chevaliers de la croix celtique et de la croix gammée par Charles Palant page1
    • Dimanche 19 Novembre: grand gala antiraciste organisé par le M.R.A.P.
    • Les "recommandations" préfectorales aux musulmans: la discrimination raciale officiellement instituée! par Armand Dymenstajn page1
    • Un sacrilège (Affaire Rosenberg) par Charles Ovezarek page2
    • Nos tziganes par Jean-Jacques Bernard page3
    • Vaïda Voïvod III président de la Communauté Mondiale des Roms nous dit page3
    • Enquête à Schalkendorf par Françoise et Jacques Hassoun page3
    • Six milloins (victimes des nazis) par Olga Wormser page4
    • Juifs et musulmans: les traditions de coexistence par Claude Cahen page5
    • Imposante soirée à la Sorbonne (commémoration de l'émancipation des juifs et des noirs par la Révolution Française). Interventions de: Pierre Paraf, Bâtonnier Sala, Grand-Rabbin Schilli, Président Grunebaum-Ballin, Jean Obama, R.P. Riquet, Roger Garaudy, Pasteur Westphal page6
    • Pour une législation antiraciste efficace par Me Henri Garidou page8
    • Le texte élaboré par le Conseil d'Etat (législation antiraciste) page8
    • Déclaration du M.R.A.P. à propos des "recommandations" préfectorales aux musulmans page9
    • L'affaire Dreyfus et la presse par Henri Mitterand page10
    • Fallait-il jouer le "Marchand de Venise" (interprétation raciste de la pièce) par Philippe Laubreaux page10
    • Après l'émission d'E. Lalou et I. Barrère: faire face au racisme... oui, mais comment? par Roger Maria page11
    • Voici le commentaire interdit du film de Alain Resnais "Les statues meurent aussi" page12
    • Alain Resnais: "On a enlevé l'essentiel" (interview de Louis Mouscron page12


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

( .............................................................................................................1. ~ ~ ~ ~ ~ ~ 15 OCTOBRE - 15 NOVEMBRE 1961 0,75 NF N° 202 ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~. Jean-Jacques BERNARD ::\ ~ Nos Tziganes (page 3), et ~ ~ une interview du Président ~ ~ de la Communauté Mon- ~ ~ diale des Roms. :\ ~. Olga WORMSER : Six mil-~ ~ lions (page 4) . ~ §. Claude CAHEN : Juifs en ~ musulmans: traditions de ~ .~ coexistence (page 5). ~ ~. Henri GARIDOU: Pour ~ ~ une législation antiraciste:\ ~ efficace (page 8). ~ ~. Henri MITTERAND : L'Af-~ S'UNIR pour mettre en échec les chevaliers de la croix celtique et de la croix gammée ~ faire Dreyfus et la presse ~ § (page 10). :\ ~. Roger MARIA: « Faire ~ LES raisons d' inquiétude se sont considé rablemen t agg ravées pour l'opinion fran çaise, dons la dern iè re période. A l' inté rieur la menace de subversion fasciste s'exprime par la multiplication des attentats au plastic que la presse relate choque matin plus nombreu x. Disons-le tout Inet : notre conviction est fa ite que les pouvoirs publ ics ne peuvent ignorer dons quels milieux s e recrutent les criminels sinon leurs intigateu rs. Doit-on comprendre que les premiers demeurent insa is issables parce que les seconds, quand il adv ient que la justice oit à connaître de leurs activités, transforment les prét oires en tribune qu' ils quit tent lib res, nanti s, de tous les brevets de patriotisme ... et prêts à recommencer; ~ face» o'u racisme... oui ~ ~ mais comment? (page 11). :\ ~. Une interview d'Alain RES- ~ ~ nais, et le commentaire ~ ~ (interdit) de Chris MAR- ~ ~ KER pour le film « Les ~ ~ Statues meurent aussi » ~ ~ (page 1 2l. ~ ~ :\ ~/.. ..........................................................................................................). POUR COMMEMORER L'EMAnCIPATIOn DES JUIFS ET DES nOIRS IMPOSANTE SOIRÉE A LA SORBONNE Légitime est l'inquiétude des antiracistes qui voient émerger à la surface des mille et un complots en cours les noms sinistres de tous les agitateurs racistes et antisémites à longueur d'année dénoncés dans les colonnes de ce journal. Sous le double signe de la croix celtique et de la croix gammée, c'est la même faune qui s'agite, liée comme toujours à l'internationale néo-nazie et que nour r it ces dernières années, la Ruerre d'Algérie où on la retrouve der r ières les plus atroces méfait s, les plus horrihles ratonnades et les crimes san- Charles P'ALANT, Secrétaire général du M.R.A.P. (Suite page 9) A la tribune de l'amphithéâtre Richelieu, réunis pour la soirée organisée par le M.R.A.P., le 27 septembre, on reconnaît, de gauche à droite, au premier rang : MM. Obama, Glunebaum-Ballin, Charles Palant, Pierre Paraf, Roger Sala, le pasteur Westphal

au second rang 
le représentant de l'ambassadeur de Pologne, Roger Garaudy,

le grand-rabbin Schilli, le R.P. Riquet, l'amiral Kahn, G. Kwik, S.M. Vaïda Toïved III, l'ambassadeur d'Israël. (Voir notre compte r endu en page centrale.j Les cc recommandations» préfectorales aux musulmans La discrimination raciale officiellement instituée , INEXORABLEMENT la poursuite de la g uerre d'Algérie, qui entre dans quelques jours dans sa huitième année, avec son long cortège de morts, de violences, de sévices, d'injustice, découvre sous ses odieux oripeaux la monstrueuse hideur du racisme. Le film bouleversant de Konrad WOLF « ETOILES» sera prOjete sous regide dU MRAP le mercredi 25 octobre a 20 h. 30 au cinéma «Le Floride» (Voir page 2 .) Non moins inexorablement, le fossé s'élargit entre les diverses communautés vivant en Algérie. La peur, mère de la· haine, que les palinodies du gouvernement contribuent à exaspér er, suscite des « ratonnades » qui se déchaînent devan,; un service d'ordre impuissan t pour ne pas dire passif et qui elles-mêmes engendrent une colère aveugle. Les voisins amis deviennent des fr ères ennemis, les gens se barr icadent derrière leurs por tes et le cycle de la violence et de la terreur s'empare des esprits tandis que l'O.A.S. frappe ceux qui persistent Armand DYMENSTAJN. (Suite page 9) Suzanne GABRIELLO vous invite ... Dimanche 19 novembre à 20 h. 30 TOUS. ISaile Pleyel au GRAND GALA ANTIRACISTE organisé par le M. R. A. P. Celle année, comme chaque année, un spectacle éblouissant avec Georges ULMER et utoe p1&de de lJ.edette6 Location ,au M.R.A.P. 30, rue des Jeûne'urs, PARIS-2e Tél. : GUT. 09-57 BILLETS DE 3 A 10 NF 11-9. - A Oran, heurts violents en t re juifs et musulmans. 12-9. - Les violences se poursuiven~ à Oran : boutiques pillées et mcendlees, lynchages, assassinats ... • Arrestation à Dortmund (Allemagne occidentale) d'un ancien responsable de la Gestapo, Wilhelm Gllbnch, qui vivait depuis seize ans sous un faux nom. 13.9. - Les ultras se livrent à de san· glantes « ratonnades » à Alger. 14-9. - Deux a'vions de chasse de la République Fédérale Allemande viOlent le territoire de la R .D.A. et atternssent dans le secteur français de B~rlin: partis de Châlons, en France, Ils participaient à des manoeuvres et avaient pour mission. le « bo~bardement fictif » d'une ville française. • Quinze pasteurs (12 blancs. ~t . 3 noirs) arrêtés à Jackson (Mlsslsslp1l pour s'être opposés à la ségrégation raciale dans la gare routière. 17-9. - Elections législatives en Républi7 que Fédérale Allemande: le pa'rtl d' P_denauer (C.D.U.) perd la maporité absolue. 18-9. - Le secrétaire général de l'O.N.U., M. Hammarskjoeld trouve la mort en Rhodésie où son avion s'écrase alo~s qu'il s'apprêtait à rencontrer Tschombe. 20-9. - Assassinat du commissa:ire Alexis Goldenberg, à Alger. Une not~ de ~'OAS le désignant aux tueurs soulIgnait ~o: tamment ses « relations avec le .comlte mondial d'émigration vers Israel ». e Grâce au maintien de 30.000 soldats libérables et à l'incorporatiOn de 42.000 recrues, l'armée de la R.F.A .. est portée à 350.000 et devient la plus Importante de l'Europe occidentale. 21-9. - Le bureau de l' Assemblée gé~é~ale de l'O.N.U. inscrit, entre autres, Il: lordre du iour de celle-ci : l'apartheid en Afrique du Sud, l'Algérie, la décolonisation, l'Angola. • Verdict au procès du {( complot de Paris »: 2 condamnations à 10 ans de détention criminelle (colonel Vaudrey et général Faure), 2 à 7 ans de d~tention criminelle, 1 à 5 ans ~e pnson 3 à 1 an de prison et 15 acqUIttements. 23-9. - TrOIS attentats au plastic à Pa. ris dont un au domicile du professeur Laurent Schwartz et l'autre à {( Témoignage Chrétien ». La rédaction_ ~e ce journal déclare : « C~s procedes odieux et lâches rappellent etrangement les débuts du nazisme en Allemagne ». • Aux Etats-Unis, la commission inter- Etats du commerce ordonne la cessation des discriminations raciales il, partir du 1« novembre dans les autocars et les gares routières. 24-9. _ Trois attentat au plastic à Paris. • A la suite des protestations, les nazis hollandais et allemands qui devaient se rencontrer à Naarden (paysBas) renoncent à leur projet. 25-9. - Le colonel Vaudrey et le. capi.taine de Sa'int-Rémy, condamnes du « complot de Paris » s'évadent. Leurs gardiens avaient reçu l'ordre de « se tenir il, une distance respectueuse ». 27-9. - Le Comité Exécutif de la Fédération de Football Association suspend la Football Association sud-africaine, en raison de la' politique de discrimination raci.ale pratiquée par cell_e-Cl. . • Sciz'e attentats en une nuIt à Pans et dans le Sud-Ouest. 28-9. - Coup d'Etat militaire en Syrie, qui se sépa-re de l'Egypte,. mettant fin ft la République Arabe Ume .. • La Sierra Leone deVient le 100" membre de l'O.N.U. • Attentat contre une école juive .h Yerres (Seine-et-Oise), où se prodUit une explosion et un début d'incendie. 30-9. - Pour la première fois, les Noir.,; sont admis dans les bars, restaurants et magasins d'Atlanta (Géorgie) au EtatsUnis. 2-10. _ D'importantes forces de poli~e sont nécessaires pour assurer l'entree de 13 enfants noirs dans qua'tre écoles publiques de Memphis (Tennessee). • Evasion d'Henri Alleg, l'auteur de « La Question », qui était emprisonné à Rennes. 3-10. - Mlle Angie Brooks, déléguée du Libéria, élue à la présidence de la Commission de tutelle il, l'O.N.U. ': c'est la première fois qu'un poste de ~ette importam: e échoit à une. Afncame dans l'Organisation interna.tiOnale. _ . • La vente des inSignes nazIs mterdite au Mexique. 5-10. - Arrestation en Bavière d'un lieutenant des Waffen SS qui vivait sous une fausse idcntité depuis la fin de la guerre. 6-10. - Rencontre Kennedy-Gromyko à Washington. • Pour la seconde fois en 24 heures, échangc de coups de feu à la frontière de Berlin-Est et Berlin-Ouest. 8-10. - 'L'Union França'ise des Anciens Combattants demande {( la signature d'un traité de paix ou d'accords qui mettraient fin à la crise de Berlin ... et qui consacreraient les frontières actuelles de l'Allemagne ». .11-10. - Motion de censure à l'O.Ny. contre l'Afrique du Sud, dont le delegué avait insulté les Noirs à 131 tribune. qUE SE PASSE.T.IL? ALGERIE Le mercredi 25 octobre, sous l'égide du MRAP, ou ({ Floride» • Pour 1/ avenir. .. TANDIS que les « ultras» s'emplcient à créer en Algérie un climat de panique et de haine, s'efforçant de Il ~T()IL~~ Il dresser les uns contre les autres les Algériens d 'origines diverses, des voix nouvelles s'élèvent en faveur de la compréhension, de la fraternité. Vingt-neuf personnalités de l'Est algérien ont lancé un appel àemandant à leurs concitoyens de s'opposer « au déchaîne· ment des passions »... « chaque fois que risquent de s'affronter des hommes et des femmes qui, en toute hypothèse devront demeurer à travailler ensemble sur un sol qu'ils ont enrichi et qui contmue de réclamer le concours de leur intelligence et de leurs bras. » Parmi les signataires figurent plusieurs députés et sénateurs, le président du Con· sistoire israélite de Constantine, les grands rabbins de Bône et de Constantine, le grand mufti et l'évêque de cette dernière ville. A Mostaganem, ce sont plus de cent personnalités, représentant les trois cultes et les milieux les plus divers, qui lancent également un appel affirmant qu' « en toute hypothèse, l'avenir de l'ALgérie ne saurait se concevoir sans l'indispensable réconciliation de tous les hommes appelés à le bâtir dans le respect mutuel de leur sécurité, de leur liberté et de leur dignité. » Citons enfin l'éditorial du dernier numéro de l' « Information Juive », organe du Comité Juif Algérien d'Etudes Sociales, où l'on peut lire : « Il nous appartient... d'exhorter nos coreligionnaires à tout entreprendre pour éviter que ne s'élargisse encore le fossé entre des populations appelées à vivre cote à côte, à oeuvrer en commun dans un pays que chacun de ses habitants, par delà les questions d'origzne ethnique ou religieuse, est en droit de considérer comme le sien, où il est en droit d'exiger de pouvoir vivre en homme libre, libre de ses options, de ses opinions, de son destin. » Il convient aussi de noter l'attitude du F.L.N., pleine de sang-froid et tournée résolument vers l'avenir. Sous le titre « Les ratonnades et l'avenir de l'Algérie », son journal « El Moudjahid » écrivait le 1er octobre: « Le peuple algérien n'a pas répondu et ne répondra pas à la provocation. Cette nouvelle épreuve, si dure, ne nous fera pas revenir sur nos positions fondamen tales. Les crimes de certains, qui se condamnent eux-mêmes à un départ prOChain ne seront pas reprochés à l'ensemble dl' ces Européens et des Juifs d'Algérie, a qui nous avons décidé d'ottrir une place dans l'Algérie de demain ... « Tous les Algériens, tous les citoyens, seront assurés d'exercer les libertés in· dividuelles et publiques, de conscience, de pensée et d'expression. Le libre exercice de toutes les religions sera garanti. La discrimination basé~ SU" la race, la religion ou le sexe sera bannie. » Ces prises de positions confirment la possibilité et la nécessité d'une solution pacifique et démocratique du drame algé- UN chef-d'oeuvre du cinéma sera projeté le 25 octobre prochain, et les jours suivants, au cinéma « Le Flo· ride» (1) : « Etoiles », de Konrad Wolf. Dans une petite ville de Bulgarie, des juifs, amenés de Grèce, sont parqués avant d'être transportés vers les camps de Pologne. Tandis que les occupants nazis préparent le convoi, avec leur brutalite coutumière, les partisans bulgares, au péril de leur vie, viennent en aide aux malheureux déportés. Pour avoir, par hasard eu a-flaire à l'une des jeunes prisonnières, un officier allemand prend, peu à peu conscience de ses responsabilités. Mais il ne pourra rien. Les wagons plombés partiront, emportant Ruth, avec les siens, vers la mort. • Tel est le sujet de ce film germanobulgare, traité avec une remarquable dé · lica-tesse, et qui est une dénonciation humaine, bouleversante du racisme. A part l'admirable Sacha Khroucharska, qui tient le rôle de Ruth, et quelques autres artistes, la plupart des rôles sont tenus par âes acteurs non professionnels, parlant cha'cun leur propre langue (bul· gare, grec, « ladino », allemand), ce qui rien, pour laquelle il est indispensable de reprendre les négociations avec la volonté d'aboutir. LIBERTES • Le « Horst Wessel Lied » à Paris Nous avons relaté, en son temps, le congrès de l'Internationale nazie qui s'était tenu, il y a un an en plein Paris, salle Lancry. Au cours de ce congrès qui réunissait plusieurs dizaines de représentants des mouvements racistes, venus d'Allemagne, de Suisse, de Belgique, de Suède, de Hollande, d'Italie, avec leurs congénères de France" avait pour ordre du jour : « La meilleure manière de propager l'idéal raciste. » Ouverte par un exposé sur le thème : « Le juif tmique ennemi », cette l'l)anifestation s'est terminée par le chant du « Horst W essel Lied », le chant de la jeunesse hitlérienne, que les participants ont entonné debout, en saluant le bras tendu. lVI. Fernand Grenier, député, a demandé au ministre de l'Intérieur, dans une question écrite. « pour quels motifs les pouvoirs publics ont toléré cette rhmion en plein Paris ... alors qUf!! les réunions pour la pai.'t' en Algérie ou contre la présence de troupes allemandes en France font fréquemment l'objet d'interdictions injustifiées ». Le ministre a donné sa réponse, par la voie du « Journal Officiel ». UN SACRILÈGE DEUX êtres s'aimaient, heureux, tranquilles, et inspiraient à leurs deux en· fants le même bonheur. Mais un jour, le plus grand Etat du monde s'acharna sur leur sort, les menaçant de mort s'ils ne voulaient s'accuser eux-mêmes d'infamie. Leur amour était si pur, leur âme si sereine, leur vie si droite, qu'ils ne p urent imaginer un seul instant de compromis avec l'honneur. Un extraordinaire courant d'amitié s'éleva alors autour d'eux et le monde en fut comme illuminé. Ce n'est pas une légende. C'est l'histoire d'Ethel et de Julius, c'est l'histoire tragique des Rosenberg. L'instituteur du Var, le métallo de Billancourt, tout ce qui porte un nom dans les arts ou dans les lettres, le Pape lui·même, toute la presse, y compris « Le Figaro ", sous la plume de Rémy Roure, crièrent à l'innocence ou invoquè· rent le doute pour faire surseoir à l'exécution. Entre l'Etat géant et les deux êtres au regard clair, des millions d'hommes engagèrent pour les défendre un âpre combat_ Le jour où Ehel et Julius furent brûlés sur la chaise électrique, il y a déjà plus de huit ans, un goût de cendre nous est venu, qui ne s'est jamais effacé. Par quelle aberration de l'esprit « Le Figaro » a-t-il pu faire paraître récemment une photo des Rosenberg avec quelques lignes où il écrit que les Rosenberg avaient trahi par vénalité ! Nul n'oubliera jamais que les plus grands juristes de notre temps ont, toutes affaires cessantes, repris le dossier de l'instruction américaine pour prouver l'innoncence des Rosenberg_ Nul n'oubliera que ces hommes remuèrent ciel et terre pour sauver Ethel et Julius. Comment peut-on aujourd'hui souiller la mémoire de ces deux martyrs, dont les souffrances auraient dû pour le moins imposer le plus élémentaire respect, sinon le silence ! Un tel sacrilège n'altèrera pas dans nos coeurs et dans nos mémoires les visages éternellement souriants d'Ethel et de Julius, qui nous rappelèrent à notre conscience d'honunes, ce pourquoi nous ne les oublierons jamais_ Charles OVEZAREK. N.B. - Alors que Greenglass, le propre frère d'Ethel, qui témoigna contre 1la soeur, a été libéré il y a plus d'un an, un homme, Morton Sobel!, injustement condamné avec les Rosenberg, est depuiS dix ans au fond d'une prison, d'où il ne doit sortir, s'il survit, qu'en 1981. confère à l'oeuvre une originalité et une force de conviction dont on trouve rarement l'équivalent. Prix spécial du jury au Festival de Cannes 1959, « Etoiles » a eu, l'an dernier à Paris, une brillante carrière, abrégée pour des raisons purement techniques. Sa nouvelle sortie est donc presque une « première », et beaucoup de Pari· siens, désireux de le voir n'en ayant pas eu le temps l'an dernier, ne le manqueront pas cette fois-ci. C'est pourquoi, grâce à l'ama-bilité de la direction du « Floride », une soirée de gala aura lieu, LE MERCREDI 25 OCTOBRE A 20 H. 30, sous l'égide de notre Mouvement. Le nombre des plaoces étant limité, ceux de nos amis qui dêsirent participer à cette soirée sont invités à LOUER LE PLUS VITE POSSIBLE AU SIEGE DU M.R. A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2' (Tél. GUT. 09-57). Prix des places: 3,50 NF. (1) « Le Floride », 43, Faubourg Montmartre, Paris-g.. Cette réunion, écrit-il, « a revêtu un caractère strictement privé. Tenue dans un local fermé, auquel n'avaient accès qu'une quinzainel de p-ersonnes dûment invitées, elle s'est déroulée dans le calme, et aucun chant n'a été perçu de l'extérieur. L'absence d,e risques dei troubles graves à l'ordre public n'a pas autorisé légalement 1me action préventive de l' a1~tari té administrative ». Nous ne pensons pas que ces explications satisferont les antiracistes. • Un acte arbitraire Alors qu'il se trouvait à la Guadeloupe, l'écrivain antillais Edouard Glissant, Prix Théophraste Renaudot, en a été expulsé par ordre du préfet, agissant sur instruction ministérielle. Appréhendé par les gendarmes, gardé à vue dans une caserne de C.R.S., il dut quitter l'île en quelques heu· res. Cette mesure s'ajoute à une 10llgue sutte de répressions, d'actes arbitraires à la Guadeloupe, en Guyane, à La Martinique et à la Réunion, territoires dépar tementalisés, où la population demande, avec une remarquable unanimité, de pouvoir gérer ses propres affaires. Dans un récent article, Edouard Glis· sant précise que la mesure qui l'a frappé a été prise « alors qu'aucun incident ne venait troubler l'ordre public et qU'aucu· ne activité de sa part » ne l'avait justifiée. « Ce qui caractérise ces mesures, écrit· il encore, c'est que le gouvernement ne semble jamais se soucier d'en fournir une justification. Ces décrets d'expulsion, de dissolution, d'interdiction sont sans appel. Ces mesures administratives sont sans base légale. Mon expulsion d'un pays qui est le mien, et où je me rendais pour affaires personnelles, en est le dernier et le plUS insolite exemple. » Tous les démocrates souhaitent que la mesure prise contre Edouard Glissant soit rapportée. POSITIONS • Débat à Valence La section de Valence de l'Union Rationaliste a pris récemment une initiative qui mérite d'être signalée, et applaudie. Dans une salle importante de la vil le, la population. et plus particulièrement les lycéens des classes terminales furent invités à un débat sur le racisme . Tout à tour des exposés furent présentés par un magistrat, M. Guy Fau, un ingénieur SNCF, M. Labregè re, et par M. de Saint-!"rix, qui fut préfet à la Libé ration. Puis le président de la section, M. Bokanowski, a pDela l'assistance à intervenir, un J ury ayant été désigné pour remettre une récompense au jeune homme et è la jeune fille qui exprimeraient leur po int de vue avec le plus de logique et le plus de clarté. Les vainqueurs de ce pocifique tournoi, Mlle Baudouit et M. Toulze, reçurent chacun un beau volume relié, et les autres jeunes orateurs. furent également récompensés. ERRATUM Une erreur s'est glissée dans l'a rticle de M' lme rglick sur l' indemnîsatian des victimes françaises de la persécution nazie pa ru dans notre de rnier numéro. Dans le sixième paragra phe, il y a lieu de lire : 15 juillet 1960 au lieu de 1961. Il faut donc que l'inté ressé ait acquis la natîa na lité fra nça ise avant le 15 juillet 1960 pour a voir droit à l' indemnité. « NOS LES journaux nous ont appris qu'une famille de Gitans s'étant installée dans un village d'Alsace, et ayant envoyé ses enfants à l'école, les habitants du village interdirent aussitôt à leurs propres enfants de se rendre dans cette école où il leur faudrait coudoyer ces petits indésirables. En fin de compte, le Conseil Municipal a fait le sacrifice de racheter à cette famille, au double de son prix, la maison qu'elle venait d'acquérir, afin de purifier les lieux d'une telle présence et que les petits enfants du village ne soient plus exposés à cette promiscuité. Savent-ils bien. ces braves villageois, savent:Jls bien, ces conseillers municipaux, qu'au cours de la dernière guerre cinq cent mille de ces indésirables ont péri dans les camps de concentration nazis? Car les Tziganes, qui, ,selon les tribus ou les pays s'appellent des Gitans, ou des Romanicilels, des Bohémiens, des Gypsies, des Kalderas, des Sint is, des Manouches, etc., les Tziganes ont bénéficié, comme les Juifs, de l'honneur très particulier d'être déclarés par Hitler ennemis du genre humain. On conçoit donc que le coeur se serre quand nous voyons des Français, par ignorance ou par préjugé, faire, à l'égard de ces hommes qui ont commis le crime de naître, ce qui est exactement du racisme. Peut-être pas du racisme à l'état aigu. Ce n'est pas ici l'oppression d'une race par une autre, d'une nation par une autre. C'est du racisme, si l'on peut dire, à l'état chronique. A l'encontre de ces Tziganes subsiste dans le coeur de beaucoup de Français une hostilité plus ou moins raisonnée, faite de méfiance et de crainte, hostilité des sédentaires à l'égard des nomades. Ces Français ne se croient pas racistes et, à vrai dire, ne le sont pas. Mais parlez-leur des Tziganes : ils voient rouge. ILS sont pourtant bien inoffensifs, ces hommes et ces femmes, et pour peu qu'on ait pénétré dans leur intimité, visité leurs campements, leurs roulottes, on se sent pris d'affection pour eux, et même d'une certaine admirat ion. D'où viennent-ils, ces Tziganes, Gitans, Romanichels, Bohémiens, qui ne sont pas toujours d'accord entre eux sur les appellations, mais sont du moins d'accord pour protester contre le terme de nomade qui a pris un sens péjoratif et, à vrai dire, n'est même pas un nom, mais un adjectif qu'on applique à n'importe qui, à toute sorte de gens qui n'ont aucun rapport avec eux. Les appellations varient d'un pays à l'autre, d'une région à l'autre, varient à la fois dans le temps et l'espace, sont mouvantes comme leur vie même. Essayons pourtant de fixer quelques grandes li~ nes. D'abord l'origine : il seinble bien certain que les Tziganes viennent du NordOuest de l'Inde. Ils se divisaient en quatre groupes, dont trois étaient séden- » TZIGANES taires, et le quatrième nomade. C'est ce quatrième groupe qui, vers le septième ou le huitième siècle, à la suite de l'envahissement des Indes par les Musulmans, commença à s'expatrier et se répandit peu à peu à travers le monde. Ce qui semble aujourd'hui étonnant c'est qu'à travers les nations, comme à travers les âges, en dépit des persécutions, des asservissements et des massacres, la race se soit conservée aussi pure, pure de corps et d'âme, car ce n'est Pa r I.Jean-J~.~_e.~JlER_N~~D pas seulement le teint cuivré, les yeux légèrement bridés que nous retrouvons chez eux, mais toujours le même besoin de changement, le même regard cie rêve, le même goÎlt des lointains et les mêmes dispositions pour les arts, principalement pour la musique. Il y en a peu qui ne soient musiciens, et il est naturel, par conséquent, que le nom de tziganes s'associe instantanément à l'idée de musique. JE ne puis évidemment parler de tous ceux qui, sous des noms divers, se sont établis dans les différents pays du monde. Je voudrais seulement dire que ceux qui ont choisi la France y sont réellement attachés par mille liens formés au cours des siècles. Mais leur vie est de voyager sur la terre de France et ce besoin de voyager est sans doute à l'origine des préjugés qui se sont établis dans l'esprit des sédentaires, préjugés qui ne jouent pas, il faut bien le dire, quand il s'agit de leur demander a'accomplir leur devoir militaire. Des milliers de familles bohémiennes ont donné leurs enfants pour défendre la patrie en danger, pour défendre leur patrie. Qui donc serait en dmit de leur refuser de vivre leur vie? Bien des gens voudraient pourtant le leur refuser. L'on voit des administrations communales et même préfectorales leur interdire le séjour sur tel ou tel terrain, et sans autre raison valable que ce préjugé enraciné. « Ah! me disait une Gi. tane établie à Paris, qui me contait avec nostalgie ses voyages d'autrefois, quand on voyait à l'entrée d'une ville la pancarte

« Interdit aux nomades », si

vous saviez comme on avait la rage au coeur. » Le terme était aussi blessant que l'interdiction. S'il est arrivé à quelquesuns de chaparder, on peut être sÎlr que le mauvais accueil y est pour quelque chose. Or, n'est-il pas toujours odieux de faire peser la faute de quelques mauvais garçons sur toute une catégorie de braves gens? Il y a quelques années, je visitais un campement d'hiver : une dizaine de roulottes dans une cour appartenant à un particulier. Le maire venait de prendre un arrêté interdisant la vie en roulotte, même dans une propriété privée. Il fallait que tout le monde fut parti pour la fin du mois, bien avant la belle saison. J'ai vu une femme pleurant: «Où veut-on que nous passions l'hiv~.r? Nous ne pouvons camper dans les bois. ous ne pouvons pas fai.!:.e quinze kilomètres chaque fois que nous aurons besoin du docteur! Que ferons-nous quancl nos enfants seront malades? » Le mai re en ql!estion se cmyait peutêtre épris cie justice. Il était peut-être l'ami des pauvres gens. .. Mais pas cie ces gens-là... Car ce sont là, n'est-ce pas? des gêneurs qui ne se laissent pas facilement mettre clans les brancards. Et quand cles gens posent cles problèmes qui Les enfants de la j amille Weiss (Photo Pierre Juillet - « Paris-Jour ») sortent du trantran ordinaire, il se trouve toujours d'honnêtes bureaucrates pour les rudoyer. Or, justement, ce qu'il faut, c'est savoir les aimer, ces gens-là, et pas seulement parce qu'ils sont tout cela qui embête l'ad-ll1i-nis-tra-tion, pas seufement même parce qu'il y en a tant qui traînent sur notre sol une misère révol~ tante ... Mais il y a là tout un ensemble de familles où non seulement on aime la musique et les enfants, mais qui sont un peu l'âme de notre terre française et n'attendent de nous, en vérité. que leur place au foyer commun. ENQUÊTE A SCHALKENDORF A USSITOT connus les incidents de Scha lkendorf, nous sommes a llé; nous renseigner sur place et nous avons interrogé les habitants, notamment le pasteur, l'instituteur et Mme Weiss. Nous ne reviendrons pas sur les détails de cette triste affaire. Nous essa ierons seulement de l'éclairer sur quelques points. 1, - Schalkendorf est un vi llage protestant, mais le fait que les Weiss soient cat holiques ne semble pas avoir joué un rôle dans ces événements. A Schalkendorf vivent deux familles catholiques. Un des adjoints au maire est catholique. Certains catholiques des communes voisines, après avoir reproché aux Scha lkendorfois leur attitude ont reconnu qu'eux-mêmes ne vouriraient pas de Gitans dans leur village. On peut noter au passage que les villages protestants d'Alsace semblent en générai plus tolérants, puisque les juifs vivent presque toujours dans les régions protestantes. 2. - En marge de l'affaire, il convienT de signaler certaines oppositions entre Scha lkendorf et le village VOISIl1 de Schweighouse-sur-Moder, qui lui, est catholique. A Schweighouse, vivent deux cents Gitans, et d'aucuns prétendent que c'est trop pour une seule commune. C'est un fait que le maire de cette localité, M. Knecht, s'est personnellement occupé de l'achat de la maison de Schalkendorf où la famille Weiss s'est insta llée. Ainsi nous assistons à des accusations réciproques, dont, malheureusement, les Gitans font les frais. 3. - D'où vient ce racisme qu i pousse ces paisibles paysans à une attitude aussi déplorable ? Une explication nous semble être l'impossibilité de co-habitation entre deux modes de vie très différents. Les paysans alsaciens sont certes parmi les plus riches de France, mais comme tous les paysans, ils se lèvent souvent à 4 heures du matin et travaillent sans arrêt jusqu'après. le coucher du so leil. Aussi, e ux sédentaires, ne peuvent-i l admettre à côté d'eux des gens qui, bien que plus pauvres ont un mode de vie patriarca l apparemment plus facile. (Nous retrouvons ici l'inévitable relation entre ie racisme et les conditions économiques de vie .) A Schalkendorf, c haque paysan tremble à l'idée que les Weiss, qui sont aujourd'hui 27, feront venir leur fam ille, leurs amis. Ils pourraient être 50 l'an prochain, 200 dans 5 a ns ... C'est l'éternel le accusation: nous avons peur d'être envahis, on en veut bien quelques- uns mais pas trop; tant qu'ils ne faisaient que passer au vi liage, ils étaient très bien reçus .. Et l'instituteur de nous citer un paysan qu i préfèrerait brûler sa ferme plutôt que de la vendre à des Gitans par peur d'être mis en quarantaine par ses concitoyer,.}. NOS JOIES ET NOS PEINES S'étant rendu en U.R.S.S. pendant les vacances, notre ami M. Haim BENVENISTE a eu un grave accident de voiture aux environs de Minsk. Atteint d'une luxation et d'une fracture de la hanche, il a été hospitaliSé à Ivacevitzi, puis à Minsk. ainsi que Mme Benveniste qm présentait un traumatisme intercostal et un hématome à la tête. Pendant six semaines, des soins leur ont été prodigués gratuitement, selon les lois en vigueur en Union Soviétique, et ils ont été l'objet d'émouvants témoignages de sympathie. Il est certain aussi que les v ill ageois, autorités en tête, n'ont rien fait pour mettre en confiance la famille Weiss, pour l'intégrer au sein du village, éduquer les enfa')!, a L!ne vi~ socich, vrganisée, expl iquer le fonct ionnement des différents services d'approvisionnement. Il nous semble que nous nous trouvons là devant un cas particulier d'un problème beaucoup plus vaste. Les conditions de vie difficiles des paysans, le racisme latent d'une population, les agissements en coulisse de certains sont à l'origine de la ha ine. Et ne faut-il pas aussi mentionner la carence du gouvernement dans la rééducation des inadaptés dès leur enfance, qu'ils soient Gita ns ou non ? Mais cela exigerait un autre emplOi du budget de l'Etat ! Françoise et Jacques HASSOUN. Mme et M. BENVENISTE nous ont demandé d'exprimer ici leurs vifs remerciements pour l'hospitalité si humaine dont ils ont bénéficié, aux professeurs Schapiro et Rosa Mikhalovna, aux docdocteurs Yossif Robertovitch et Nicolas Yovanovitch, aux infirmières et à tom le personnel de l'hôpital de Minsk, ainsi qu'à Mlle Gala Veremenkova, étudiante en français qui fut pour eux non seulement une interprète mais une amie. De retour à Paris, M. BENVENISTE se trouve immobilisé pour quelque temps encore. Nous lui souhaitons de tout coeur un prompt et complet rétablissement.

  • Le 5 octobre a eu lieu la cérémonie de

« Bar Mitzvah » de Albert OUAKI, fils de notre ami et généreux ' donateur, M. Ouaki. Nous tenons à lui exprimer, à J --- ---- Vaïda Voïvod III ' président de la Communauté Mondiale des Roms nous dit •• Le Président de la Communauté Mondiale des Roms (1 ), Vaïda V oïvod III, que nous avons rencontré au lendemain des incidents de Schalkendorf, nous en a parlé avec une très sincère émotion. - Parmi les Roms, nous a-t-il déclaré, il y a actuellement une tendance notable à devenir sédentaires. Pourquoi ? Alors que leur condition d'artisans et leurs traditions les incitent plutôt à se déplacer, l'adaptation au monde mo· derne les incite à se fixer : le problème le plus important qu'il leur faut résoudre est celui de la scolarité des enfants. Et les enfants eux-mêmes sont conscients de la nécessité de s'instruire... J'en connais qui, malgré les brimades infligées trop souvent par leurs camarades de classe, se passionnent pour l'enseignement qui leur est donné, s'acharnent à apprendre. Mais l'affaire de Schalkendorf n'est évidemment pas faite pour encourager ce mouvement... - y a-t-il eu d'autres expénences que celles des villages alsaciens ? - Oui. En particulier à Vermelles, dans le Pas-de-Calais. Là, une quinzaine de familles se sont installées sans difficulté. Il est vrai qu'il s'agissait d'un milieu ouvrier. De même à Montreuil, où la municipalité nous apporte son soutien, notamment pour l'organisation de cours du soir. - Sur le plan national, obtenezvous une aide des pouvoirs puNies ? - Le gouvernement a créé une commission interministérielle dont le but est, en principe, de faire des Roms des « citoyens à part entière ». Malheureusement, on semble s'orienter vers la création de vastes camps, avec gardiennage, comme on en a établi un à Montpellier, et qui nous rappellent de bien tristes souvenirs. Par ailleurs les autorités préfectorales ou locales se manifestent surtout à notre égard par des mesures d'interdiction. C'est ainsi qu'un conseiller municipal de Paris vient d'élaborer un projet visant à empêcher les Roms de stationner autour de Paris. Si nous ne pouvons ni nous déplacer, ni devenir sédentaires, que devons-noUs donc faire' ? ... .- Pourtant les Roms ne demandent qu'à être, justement, des « citoyens à part entière ». - Il faut qu'on sache qu'ils aiment profondément la France, 0'1 certains habitent depuis le XIV' slècle. Chaque fois qu'il l'a fallu, ils ont combattu vaillamment dans l'armée française. Par exemple, la famille Weiss, que l'on veut faire partir de Schalkendorf, a eu plusieurs de ses enfants tués au maquis, dans la Résistance ; beaucoup d'autres sont morts en déportation. Nous ne demandons qu'à partager tous les devoirs qu'impose no· tre citoyenneté ; pourquoi n'en aurions-nous pas aussi les droits ? (1) Bien que les mots Gitan, 1 Tzigane, etc ... soient couramment employés, les iI'.téressés eux-mê- 1 mes considèrent comme plus corn; ct le terme générique de Rom. ~ -- -- -25 mai 2010 à 12:59 (UTC)Charles cette occasion, nos félicitations et no. voeux les meilleurs. MARIAGE Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de M. Henri LIEBERMANN et de Mlle Berthy HUDES, qui a' eu lieu à Bruxelles, le 14 octobre. Qu'ils trouvent ici nos amicales félicitations et l'expression de nos voeux les plus cordiaux. NOS DEUILS Nous avons appris avec émotion le décès de Mme Yassu GAUCLERE, écrivain, épouse de M. Etiemble, professeur à la Sorbonne, dont on connaît l'attache.· ment à la cause que nous défendons. Nous exprimons à M. Etiemble nos sincères condoléances.


4

SIX MILLIONS ••• LE double jeu de l'histoire a fait resurgir en marge du procès Eichmann, la légion des a boyeurs à la mort : tous ce ux qui pour se consoler des résul ta ts « incomplets» de la « solution fi noie », pour se consoler que le docteur Claube rg n'a it que très partiellement appl iqué ses méthodes de stéril isa tion de la race juive, pour se consoler q ue la re lation des crimes d'Eichmann et du nazi sme soient devenus le « best-se ller » de 196 1, adoptent l'a t t itude de la négat ion total e : il n'y a pas eu de massacre des juifs, puisque, hélas, il reste des juifs, la « so lution fi nale » ne sign ifiait pas la mort, puisque le mot juif n'a pas été rayé du voca bula ire mondial. La vérité pour M. Rassinier et ses amis, c'est que les juifs se sont ligués pour accuser de monstrueux forfaits les pauvres nazis innocents qui ne leur ont jamais cherché noise. Pour mieux se faire plaindre, ils ont sans vergogne, gonflé le chiffre de leurs victimes pen'" dant la deuxième guerre mondiale - qui ont succombé de mort naturelle, bien entendu ! ULYSSE N'A P'AS MENTI ! ... Ces affirmations glanées dans une certaine presse, ne les croyons pas nées, d'une imagination délirante. Il suffit de les analyser quelque peu, pour comprendre que si Rassinier et ses émules ergotent sur le nombre des victimes juives durant la deuxième guerre mondiale, ce n'est nullement par scrupules d'historiens. Dans son premier livre « Le mensonge d'Ulysse », Rassinier s'était efforcé de démontrer que le personnel d'en· cadrement détenu était seul responsable des morts multiples dans les camps, comme si les nazis n'avaient pas délégué aux « droits communs » leur pouvoir de crime, comme si la résistance dans les camps n'avait pas essentiellement consisté à arracher aux « droits communs ' » le contrôle intérieur de la vie du camp - même s'il se trouva quel. ques brebis galeuses parmi les politiques. Il est bien évident que les nazis gardèrent le contrôle suprême, même s'il n'est pas donné à tous de savoir résister à la contagion du crime. Dans son dernier ouvrage, « Ulysse trahi par les siens », Rassinier se mue en « Saint Thomas de la statistique » ou plutôt en « Monsieur Homais de l'Histoire », mettant en doute les chiffres qu'il n'a pu contrôler lui-même et tous les cadavres qu'il ne lui a pas été possible de compter. DES MONTAGNES DE CHEVEUX ... Dès après la guerre, les milieux néonazis nièrent l'existence même des camps, expliquèrent que Dachau avait été construit par les Alliés à l'intention des S.S. et des soldats de la Wehrmacht prisonniers. Le machiavélisme de Rassinier c'est de dénier toute valeur non seule- - ment aux chiffres fournis par les gouvernements et les organismes officiels, mais à ceux-la mêmes fournis par les bourreaux. Il conteste l'authenticité des Mémoires de Hoess, le commandant d'Auschwitz. (Nous lui indiquons bien volontiers qu'il pourra consulter leur original au crayo'n dans les archives du Musée d'Auschwitz, accessibles non seulement aux « communistes notoires » comme il le prétend mais à tous les chercheurs. Une équipe du Service International de recherches d'Arolsen, des employés du Ministère des Anciens Combattants, ont pu à loisir microfihT)er les documents intéressant leurs ressortissants.) Donc, d'après Rassinier, Hoess à inventé les ordres d'Himmler pour la construction des crématoires. Que M. Rassinier consulte égaleme,nt dans les archives d'Auschwitz, tous les Olga WORMSER répond aux campagnes tendant à fai re oublier les crimes naz is ordres de construction, tous les protocoles échangés entre les dirigeants nazis et les firmes pour la construction des chambres à gaz -=- toute documentation originale, officialisée, recensée. Il ergote avec un simplisme déconcertant sur le fait que, ayant vu la « soidisant chambre à gaz » de Mauthausen et la jugeant impropre à son objet, celles d'Auschwitz, qu'il n'a pas vues, ne pouvaient être plus adéquates ! Pourtant plus de lOO.OOO juifs français sont partis pour Auschwitz, dont moins de

.000 sont revenus, la proportion est la

même pour la Belgique et la Hollande, plus totale pour la Hongrie. Le Centre de Documentation Juive Contemporaine possède la majeure partie des. fi.ches de départ de Drancy, les associatIOns de déportés et le Ministère des Anciens Combattants, le chiffre des rentrants. M. Rassinier peut consulter « les preuves sur papier ». Nous ne parlons pas des tonnes de cheveux d'Auschwitz emballées en sacs à trois pfennigs le kilog, ni des montagnes de chaussures, ni des millions d'or et de bijoux recensés par les agents de l'opération Reinhardt et do~t les listes originales se trouvent à Maldanek ou à Auschwitz. M. Rassinier les conteste puisqu'il ne les a pas vus, puisqu'il n'a pas vu les bûchers, les fo.sses précédant l'installation des crémat01res . Puisqu'il n'a pas vu de ses yeux les 400.000 Hongrois brûlés en août 1944, les 1 S.ooo Tziganes d'octobre, les t rains d'enfimts de Drancy après la rafle de 1942. Puisqu'il ne les a pas vus, ils n'ont pas existé ! PAS DE COUPABLES L .. Après tout, des juifs ont-ils jamais é~é massacrés par les nazis ? On pourrait en douter, à entendre Rassinier. Ou encore un certain Arcand, qui sévit au Canada. Ou M. Hussein Zulficar Sabri, membre du ~cabinet de Nasser. Selon Arcand, il n'y a eu que 600.000 juifs morts pendant l~ ~erniè~e guer~e et pas du tout extermmes, mais « executés légalement, militairement », quand ils eurent le mauvais goüt de se révolter dans le ghetto de Varsovie. En des termes que Rassinier doit jalouser, il déclare

« Comment pouvez-vous prouver

qu'il y a eu six millions de juifs assassinés ? Les avez-vous comptés vousmêmes ? Si les juifs sont morts, c'est aussi parce que les bombardements alfi IL Y A ALLEMANDS ETIALLEMANDS ... " Nous relevons dans un diSCOurs prononcé récemment il, la télévision par M . Walter Ulbricht, président du Conseil d'Etat de ta République Démocratique Alle· mande, le passage suivant : On ne ;peut vrai.ment pas dire que tous les Allemands soient des anges. Il 'Y a Allemands et Allemands. Il y a des Allemands qui ont combattu toute leur vie pour la paix et contre la guerre. Et ~l Y. a d'autres Allemand., qui ont consa· cré toute leur vie à la guerre et aux objectifs de l'impérialisme. Il y a des Alle· mands qui, dans la première et la deuxième guerre mondiale, ont exposé leur vie pour la paix du peuple allemand, et il y a d'autres AFemands qui, au cours pe la première et de la deuxième guerre mondiale, ont jeté le peuple allemand dans les fosses communes. Il y a des Allemands qui ont souffert dam les camps cie concentration, ils y furent torturés et assassinés. Et il Y a d'autres Allemands qui furent leurs tortionnaires et leurs exécuteurs et qui ont martyrisé et assassiné, non seulement les combattants allemands de la paix, mais aussi les citoyens pacifiques de nom· breux autres pays. Il y a des Allemands qui ont été brûlés dans les chambres à gaz des fascistes allemands. Et il y a. des Allemands qui ont conduit leurs victi· mes dans les chambres à gaz et qui ont fait fonctionner ces chambres à gaz. Il y a des Allemands, comme Karl Liebknecht, qui ont sacrifié leur vie pour la paix et le bonheur du peuple. Et il Y a d'autres Allemands qui ont assassiné Karl Liebknecht. Il y a des Allemands, comme Ernst Thiilmann et Rudolf Breits· cheid qui ont été tués par les fascistes et il y a des Allemands qui étaient leurs meurtriers et les meurtriers de dizaines de milli.ers de nos meilleurs camarades et dont les aCOlytes exercent aujourd'hui des fonctions dirigeantes dans l'appareil d'Etat d'Allemagne Occidentale. Il f'lst donc impossible de mettre tous les Allemands au même rang. Mais un bon Allemand n'est que celui qui contribue à assurer la paix. C'est pourquoi le minimum que l'on puisse demander à un bon Allemand, c'est qu'il coopère éner· giquement pour empêcher qu'une nouvelle guerre prenne son départ du sol alle· mand, car une guerre anéantira le peuple allemand. liés détruisant les entrepots allemands de vivres, ont empêché l'approvisionnement normal des nombreux juifs et autres SOUS-ialimentés ». Les resPQn~able s de publications éditées en langue hongroise en Allemagne occidentale et à Londres, surpassent en ignominie Rassinier et Arcand parce qu'ils laissent mieux encore paraître le bout de l'oreille. Le 25 juin 1961, l'une de ces publications, « Hidfi:i » affirme que les chambres à gaz sont une invention des juifs. Mais, en même temps une autre fait l'éloge d'un complice hongrois d'Eichmann dans le massacre des juifs de Hongrie. Elles s'élèvent contre la capture d'Eichmann au nom du droit international ! S'il doit mourir ce n'est pas parce qu'il a commis des crimes de guerre, mais « parce qu'il a voulu d.ire la vérité SUI' la question des cinq ' millions de juifs. Cette dernière hypothèse est la plus vraisemblable car la légende de l'horreur perut continuer à vivre tant que l'on n'aura pas tiré des Allemands le dernier sou des indemnités ... » (Hidfo », 2:; ju.in 1960). Chef de Section IV du R.S.H.A. Dans un rapport rédigé à l'intention d'Himmler, Eichmann déclarait que « dans les différents camps d'extermination, environ 4 millions de juifs avaient été tués, alors que deux autres millions avaient tr01wé la mort d'une autre manière. La plupart avaient été fusillés par des kommandos spéciaux de la Police de Séc1trit! pendant la campagne de Russie. Htmmler n'avait pas été satisfait du rapport puisqu'à son avis, l(!1 nombre des juifs tués devait être suPérieur à six millions... » Ce qui est important pour Rassinier, ce n'est pas 'que six millions de juifs aient été exterminés mais que certains prétendent que sur ce nombre quatre millions aient été détruits dans les chambres à gaz à Auschwitz. Mensonge intolérable pour Rassinier, puisque ce sont les chambres à gaz annexes de Chelmo, Treblinka, Maïdanek, etc., puisque ce sont les fosses à incinération, les bûchers, la torture, la famine, « l'extermination par le travail », selon la formule du général S.S. Pohl qui ont comJ pIété l'oeuvre plus scientifique et plus rapide des chambres à gaz d'Auschwitz. Le serpent n'est pas mort... (Dessin de l'affiche éditée l'an dernier à Rome pour la Confér,mce internationale contre l'antis émitisrne). Serait-ce donc pour une question de gros sous que les antisémites chercheraient à minimiser le nombre des vÎcJ times du génocide : explication trop simple. Le même « Hidfo » écrit : « Tout est permis aux juifs, rien n'est permis contre eux. Tel est le tout dernie.,. paragraphe de la morale internationale ou plutôt de la double morale vieille de 6.000 ans. » Ainsi les chambres à gaz n'ont jamais été construites, ainsi les juifs n'ont jamais été persécutés, et les nazis ne sont pas coupables, ainsi il n'y a jamais eu 6 millions de morts - ce chiffre sur lequel ergote Rassinier établissant péniblement que l'on n'a jamais pu gazer 6 millions de juifs à Auschwitz. LE COMPTE D'EICHMANN Comme si on avait jamais prétendu cela. Comme si, dans leurs décomptes, les bourreaux ne comptèrent pas dans les 6 millions aussi bien les gazés d'Auschwitz que ceux des autres Vernichtungslager de Pologne, que les exterminés par toutes les manières dans les ghettos de Pologne, les villages de Russie, de Hongrie, de Roumanie, de Grèce, etc. Au nom de quel impératif, Eichmann lui-même aurait-il truqué les chiffres dans ses rapports à Himmler ? Pour ne pas susciter le courroux du grand maître de la mort en lui avouant qu'il n'avait pas réussi à pousser la « solution finale » jusqu'au bout ? Donc le grand maître de la mort exigeait bien que le résultat de la « solution finale » fût le génocide total, et tous ses complices, du reste, s'acharnaient à lui faire plaisir, qu'il s'agisse des Ri:ithke établissant à la main, maison par maison, le total des victimes des rafles des journées de juillet 1942 (voir e.D.J,e.) ou d'Eichmann exigeant l'accélération du chiffre des convois. Que M. Rassinier consulte le document PS 2n8 des archives de Nuremberg. Hoettl, fonctionn;lÎre du RS.H.A. (une des sections du Service de Sécurité du Reich) relate, sous serment, ses entre..! tiens avec Eichmann, à cette époque Comment peut-on manquer à ce point de précision scientifique !... UNE TRAGIQUE ADDITION Ainsi toutes les arguties de Rassinier et consorts, toutes les palinodies d'Eichmann pratiquant un chantage éhonté visà- vis de ses juges et de l'opinion intertionale ne peuvent empêcher que d'après les sources les plus officielles, les spécialistes les plus incontestables (anglais, américains, français), les archives des pays occupés, le chiffre de six millions de juifs exterminés n'apparaisse implacablement historique. Consultons l'éphéméride de la guerre: 25 juin 194Q : pogromes à Jassy (Roumanie) ,à Kovno (Lithuanie) ; l e, septembre 1940 : massacre de KamenetsPodelsk

19 septembre 
liquidation du

ghetto de Titomir (Ukraine) .; septembre 1941 : premier essai d'asphyxie par les gaz à Auschwitz ; 28 septembre 1941 : massacre des ~4.000 juifs de Kiev ; 19 octobre : massacre du ghetto de Belgrade ; fin novembre : premier massacre de Rostov : 8 décembre : mas .. sacre de 27.000 juifs à Riga ; 22 décembre .' massacre de ~2.000 juifs à Vilno ; :W décembre .' massacre de 10.000 juifs à Simferopol ; fin décembre

installation de la chambre à gaz

de Chelmo près de Posen ... Nous arrêtons cette énumération dans laquelle nous avons volontairement omis les déportations et les exterminations les plus connues. Mais nous pouvons éventuellement compléter cette liste pour arriver au chiffre de six millions - sans aucun espoir de convaincre M. Rassinier et ses amis. Car il faut bien qu'ils entretiennent la haine dont nous voyons tous les jours les tragiques effets en France, en Algérie, dans le monde entier pourrait-on dire. Ils ont moins que les nazis le courage de leur opinion. Pour ne pas .avouer crûment : « il faut que les juifs soient détruits », il préfèrent s'attaquer aux morts plutôt qu'aux vivants : l'arme est plus hypocrite, mais tout aussi dan~ gereuse. Olga WORMSER.


.----------~------------------------------------------------------------------------------. 5--~----

,--------------. -- JUIFS et MUSULMANS Les conflitts contemporains ont tendance .il faire croire à beaucoup de musulmans, de juifs et d'autres, qu'entre Islam et Judaïsme il y a un antagonisme qui rend impossible un accord entre eux. Il n'est CG · pendant pas difficile, (de montrer qu'un retour aux traditions de l'Islam lui-même aboutirait à de ~out autres conclusions. Bien entendu, le passé n'est pas le présent, et. il y a aujourd'hui des problèmes que l'histoire antériêure n'a pas connus . Il n'en est pas moins nécessaire àe les débarrasser des idées fausses qui les compliquent, et nous voudrions en quelques mots indiquer les éléments fondamentaux qui ont, dans le passé, commandé les relations entre musulmans et juifs. Au Moyen Age évidemment nul ne concevait la « tolérance » à la manière moderne d'un Etat extra-confessionnel ou inter-confessionnel. L'Etat fondé par les musulmans est donc un Etat musulman, comme les Etats d'Europe au même moment sont des Etats chrétiens - plus intimement en un sens, puisque l'Islam n'a pas comme le Christianisme hérité de Rome l'idée d'une séparation entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel, et que chez lui, en théorie tout au moins, la loi religieuse commande la totalité de la vie sociale et politique, si bien que les musulmans d'aujourd'hui ont plus de mal que les chrétiens à parvenir à l'idée d'un Etat laïc : rappelons cependant que tous les Etats chrétiens ne sont pas encore laïcs, et qu'Israël, par suite de conceptions à cet égard proches de l'Islam, ne l'est pas non plus tout à fait. En revanche, l'Islam a développé à l'égard des autres religions au contact desquelles il s'est trouvé, une doctrine dont l'Eglise n'a jamais eu l'équivalent, et qui leur assure, en un rang subalterne, une dignité minima. Une fois vaincu le \~ paganisme », le Christianisme n'a trouvé devant lui gue le Judaïsme, trop faible numériquement pour le menacer vraiment; il l'a, selon les régions et les moments, toléré ou persécuté, mais on ne peut dire qu'il ait jamais été obligé de le ménager. Pour l'Islam la situation était autre : c'est lui qui, au commencement et pendant longtemps, a été minoritaire par rapport à l'ensemble des religions organisées dont il a soumis les adeptes, et, en Arabie même, puis ailleurs après les conquêtes arabes, il a sur bien des points été à leur école. Tout cela est doctrinalement reconnu (VOIR EN PAGE 9. ) VITRIFICATION de parquets - APPARTEMENTS PROPRIETES BUREAUX - MAGASINS POSE DE PARQUETS RABOTAGE - - PEINTURE - REVETEMENTS DE SOLS - Travaux exécutés par spécialistes Déplacement en Seine, Seine-et-Oise Sans majoration de prix Devis gratuit sons engagement BEMART 158, rue des Pyrénées - PARIS MEN 18-73 LES TRADITIONS DE COEXISTENCE par la conception que la Révélation reçue jadis par les juifs puis par les chrétiens est substantiellement l'unique et véritable Révélation reçue en fin de compte par les Arabes et qui constitue l'I sla111, avec la seule différence qu'elle a été donnée aux premiers sous une forme encore incomplète, et qu'ensuite ils l'ont altérée; ils ne peuvent donc certes être mis sur le même pied que les musulmans. mais non plus au ni veau des « païens ». Tout au début de son apostolat. le Prophète de l'Islari1, Mahomet, paraît avoir caressé l'espoir que les juifs le reconnaîtraient comme le restaurateur de leur foi en même temps que l'initiateur de celle' des Arabes, et qu'il pourrait être formé ainsi une communauté judéo-arabe; lorsqu'il s'avéra que le succès de l'Islam, devant le r'efus des juifs, n'était possible qu'en les combatpar ClaudeCAHEN Professeur à la Sorbonne tant, Mahomet les combattit, et l'on rappelle un peu trop les épisodes sanglants qui marquèrent cette lutte : car ce qui compte est qu'en définitive, une fois le succès de nslam assuré, Mahomet accorda aux juifs un statut qui seul, dans la suite de l'histoire musulmane, a fait précédent. Tl accordait d'aillems le même aux chrétiens, à mesure qu'il venait en leur contact, et pratiquement il devait être fait de même des Zoroastriens en Perse, et même d'autres en divers lieux. ... De ce qui précède il résulte deux points capitaux. D'abord, à la différence de ce qui s'est proouit en Europe, où l'Eglise n'a connu d'hétérodoxe que le judaïsme, dans le domaine de l'Islam, il n'y a pas de problème spécifique des juifs, ni par conséquent d'antisémitisme spécifi'que, il y a un problème génér'al des relations avec les adeptes des autres confessions. Ces relations sont organisées par le contrat de dltimma, qui consiste en gros en ceci : les non-musulmans ont droit au respect de leur vie, de leurs biens, de leur culte, de leurs usages dans leurs affai res intérieures, à condition de se reconnaître sujets de l'Islam par le paiement d'impôts spécifiques, et de s'abstenir', politiquement et religieusement, de tout comportement susceptible de lui faire tort. Pratiquement il est bien connu que la plupart des chr'étiens ont accueilli la conquête musulmane, dont ils ne pouvaient prévoir toute la portée ultérieure, avec satisfaction ou au moins sans résistance, à cause des schismes entre Eg-lises orientales et des tracasseries que celles qui avaient la confiance de la maj orité des autochtones subissaient de la part de ceIle de Byzance: et de même les juifs ont favorisé la conquête musulmane là où, comme en Espag-ne, ils avaient auparavant subi de graves persécutions. Dans les luttes intestines qui déchirèrent ensuite la communauté musulmane, on ne voit pas que jamais les membres de l'une ou de l'autre de ces deux confessions aient cher-ché à trouver une occasion de secouer le joug; au surplus pour les juifs, à la différence des chrétien~, il n'existait aucun Etat étranger auquel ils pussent se rattacher, ce qui d'aiIleurs leur épargnait la suspicion qui pouvait peser sur ceux des chrétiens qui se réclamaient de l'Eglise byzantine. Dans l'ensemble donc les relations entre musulmans et non-musulmans se sont nouées sous de bons auspices. Dans le cadre de ce statut, qui doctrinalement est bien entendu resté invariable, les situations de fait ont naturellement pu être variables. A la différence des clirétiens, les juifs ont dès lors été minoritaires, et dans les campag-nes cette condition a pratiquement abouti à leur disparition, soit qu'ils fussent absorbés par le milieu ambiant, soit que l'essor de la civilisation urbaine sous l'Islam les eÎ1t attirés dans les villes : déruralisation dont l'Europe pr'ésente pour eux dans la même période le spectacle équivalent. Entre le IX' et le XII' siècle, nous assistons alors à une évolution très remarquable. Par un apparent paradoxe, les communautés juives. tout en rési stant beaucoup plus fortement que les chrétiennes à l'attrait de la conversion à l'Islam, s'associent beaucoup pl m' complètement au mouvement de la civilisation dite musulmane. Alors que les Eglises, pourvues de leurs doctrines, ne font plus que les répéter, sans suivre les efforts des Eglises européennes. dont eiles sont coupées, POUl- un développement spirituel, le Judaïsme qui, en dehors de hl communauté cl' Alexandrie en Egypte, avait peu été pénétré par- 1es courants généraux de la culture antique, la découvre maintenant sous les formes que lui donnent les traducteurs des oeuvres g-recques cn arabe, puis les penseurs musulmans, l'élaborent à leur tour, br'ef participent à cette émulation dans la réflexion et la connaissance, à ce chassécroisé d'idées qui marque si glorieusement cette période ; et cela d'abord en Or-ient, puis en Espagne. Matériellement, de même, dans l'exercice de métiers divers, les uns relativement humbles comme ceux de teinturiers, de verriers, etc., les autres plus élevés comme ceux d'orfèvres et de marchands internationaux, ils coIlaborent à un essor économique dont ils ne détiennent le monopole en aucun secteur, mais où: ils sont associés étroitement avec les membres des autres confessions. C'est vraiment l'âge d'or du Judaïsme de la diaspora. •*• JI ne s'ensuit natureIlern-ènt vas qu'il n'y ait jamais de frottements entre hommes, de l1lauvaises humeurs populaires, d'excès de zèle dc propagandistes, etc. En particulier, juifs et chrétiens ayant joué souvent un rôle considérable aux échelons supérieurs même des administrations, il s'en est suivi quelquefois, issus des mil ieux piétistes musulmans, des réactions violentes, et, plus usuellement, la tolérance peut se nuancer de mépris. Mais, en Histoi rp, tout doit se mesurer dans la relativité de l'époque, et ceIl e-ci enseigne d'une part que les juifs n'ont pas eu à se plaindre plus que les chrétiens, d'autre part que leur condition a été dans l'ensemble meiIleure en pays musulmans que dans les Etats ch rétiens : rien qui ressemLle au ( persécutions de Justinien, des Wisigoths d'Espagne, ni aux massacres du XI siècle en France et en Allemag-ne. Il est vrai qu'à la fin du Moyen Ag-e, en Orient comme en Occident, le climat se détériore. Nous sommès dans une période où la c:ivilisation islam ique commence i décliner, où cie nouveaux venus à demi-barbares, après des destructions innombrables, surtout en Asie, lui imposent lEur loi, où l'essor de l'Europe réduit ses possibilités d'expansion économique, où à tous ég-ar'ds elle est. réduite à la défensive. Que les populatrons

missent parfois prêter une oreiIle trop

ëomplais3nte aux fanatiques de certa~ns milieux l'eligieux, prédicateurs de harne et d'intolér-ance, cela se comprencl, et cela s'est produit. Mais il faut souligner d'une part que les chrétiens en ont été plus victimes que les j~if s, parce q~e , dans certarns cas, appararssant plus lre~, ou plus suspects de l'être, aux ennemrs européens ou mong-ols; d'autre part que les manifestations cie l'intol érance musulmane n'ont jamais atteint l'ampleur ou'elles ont prises aux beaux jours. de l'Inquisition espagnole et ,cI~ l'expul s!o,n des non-chrétiens de la Penrnsule Iberrque. Il est rare que certains pays musulmans n'aient pas offert d'asile aux juifs maltraités en pays chrétien ou en d'autres pays musulmans; ainsi l'Egypte au savant juif d'Espagne Maïmonide et beaucoup d'autres de ses coréligionnaires au XII' siècle, ainsi l'Afrique du Nord lors des persécutions clans l'Espagne chrétienne. Et ainsi surtout, à ce même dernier moment, le nouvel Empire Ottoman, il est vrai phénomène original, beaucoup plus multiconfessionnel que les vieux Etats musulmans, et qui a offert aux Juifs d'origine espagnole, à Salonique et ailleurs, un refuge dont certains sont partis pour d'éminentes carrières, et dont la durée devait n'être interrompue que par la barbarie nazie. Dans les vieux pays musulmans, comme l'Afrique du Nord, l'Egypte, le y émen, l'Irak, les communautés juives ont une existence cloisonnée, rétrécie, déclinante à l'intérieur du déclin généraI des pays qui les entourent, mais elles sont tolérées, là-même Olt il n'y a plus de chrétiens, parce qu'eIles ne présentent pas de danger politique et peuvent rendre des services économiques. Seule encore l'époque contemporaine, par les contrecoups de la lutte entre Israël et les Arabes, devait mettre fin à la colonie yéménite. .•. Ces derniers développements nous montrent un caractère essentiel du comportement effectif des musulmans envers les non-musulmans au cours de leur histoi re. LQLsqu,il ne se pose de problème que r'eligieux, il peut y avoir un certain mépris, une administration un peu oppressi ve, il n'y a pas persécution. Ir n'y a de lutte ouverte que dans les cas où se présente un danger poli!ique ou Une musulmane, à Alger. Une juive algérienne vêtue du costume traditionnel. économique. Autrement dit, malgré ce qu'on pourrait croire dans une civilisation où la religion joue un tel rôle, on ne peut la mobiliser dans le sens de l'intolérance Clue 10rsqu'eIle n'est pas principalement en cause. Notre article n'a pas pour but de traiter des problèmes présents, mais il est bien évident qu'Israël et le colonialisme européen posent eux aussi cles problèmes économiques et politiques, et que par conséquent on ne peut considérer comme des ITactions spécifiquement islam iques, même si elles prennent des formes islamiques, celles des musulmans envet-S ces adversaires. Cela n'est pas à dire ,qu'il faiIle les :..onsidérer comme toutes justifiées, mais qu'on ne peut les comprendre, et par conséquent régler les problèmes, qu'à condition de prenclre conscience de cette vérité que trop d'intérêts de part et d'autre, et que certains modes de présentation, certaines activités de groupes particuliers, peuvent voiler. Cela veut dire que les musulmans doivent, s'ils veulent rester fidèles à leur propre tradition, conserver cette tolérance, cette « hospitalité » qui constitue le contrat de dhimma; et cela veut dire que ceux flui doivent rechercher un modus vivendi avec eux doivent savoir poser les problèmes sur leur vrai terr-ain, et ne pas accuser l'Islam à tort et à travers de cc qui ne lui incombe pas. ' 6 Sous le signe de l'union, le M.R.A.P. a commémoré avec éclat l'émancipation des juifs et des noirs par la Révolution française DANS le cadre solennel et. pr~:tigieux du grand a mphltheatre Richelieu, à la Sorbonne, le M.R.A.P. a commémoré, le 27 septembre, l'émancipation des juifs 'et des noirs par la Révolution Française. Les gradins de bois, où: des générations d'étudiants ont écouté les porte-parole les plus éminents de la culture françai se, étaient ce soir-là occupés par une foule de P arisiens de tous âges; de tous milieux, de toutes origines, venus exprimer leur commun attachement aux idéaux de 89, et leur volonté de touj ours les défendre. Imp~ Sur l'estrade, tendue de tricolore, et sur les premiers bancs, avaient pris place, autour ' des orateurs, les personnalités présentes dont le nombre et la diversité témoign~ ient avec éclat de cette union fraternelle dont le I\LR.A.P. peut et doit être le ciment, par delà les di vergences philosophiques ou polit iques. Pierre PARAF : « Fidélité et vigilance» Le Grand-Rabbin SCHILLI : « Pour l'application réelle des principes » ... A près que Charles P A!-ANT, secrétaire général du Mouvement, ait oU\.'ert, e? .quelques mots la soirée, notre vlce-pre~l~ent, Pierre P ARAF en l'absence du pre~ldent LYON-CAEN,' situe briè,:"emen~ l'objet et la portée d'une telle mamfest,!-tIOn. . « Nous commémorons, dit-Il, un anmversaire qui concern:e deux fa:milles du genre humain que Jaures nommaû « les grands spoliés de l'Histoire », ceU~ d'IsrMl et cel.le de l'Afrique et d~s1ntûLes : ceHX qu~, revendiquant avec f~er~e le tû.re dont leu.rs persécuteurs prétendment fa~re un Sltl~t d'opprobre, s'appellent les lu~fs et le;s negres ». Et il rapp~lle « l'acte d,e reparatian », qui est aussI « un, acte d a:mour »', par lequel, il y a 1~0 ans, 1 As~~mblee Co~s~ tituante « accordaû m~x 1 sraelûes la ,PlemlJ' égalité, et, préfiguran~ !a supP-resswn d.e l'esclavage, qui ne devaû mtervemr que .t·r?~s ans plus' tard, décrétait que sur le terntowe de la métropole, IIM hommes de cottleur seraient libres ». . . « QIt'à cette chaire, p.o~rsuit-Il, so!e~t rassemblés ce soir des mtmstres de dtfferents cultes, et des laïques, représentl!n~ les descendants de ceux qui furent les v~cttn.tes et de Deua- qui vo'ulurent Zeltr rendre Jusftce, témoigne dans qt~e~ e~~nt nouf com'l1~e?norons cette heure etmlee de l humamte. » « Notre IHoltv e11lent, dit-il encore, représente la fid élit é, la qratilude envers . les hommes du passé qui demeurent ses. gmdes: Et aussi la v igilance, enve rs ltn 'raetsme' qUt recule, mais qui, hélas, est t01f/OlWS VIvant, et que le rasselllblemeHt de cellx qm sont le nombre et la fustice, doit relégll e'r dans les ombres de la barbarie ... « L' oeuvre de libératioll doit se défendre, s' étendr,e chaque jOllr. ' « Par l'éducation d'abord : par une oe/tvr, e patiente à l'école, au lycée, à luni'versité, à l'ateiier, au bureau, en arrachan! les vestiges du racis1/le -i1lstinctif ou contagieux, en apprenant ct chacun à t.enir chacun, prochain ou lointaill. bien que différel1t, parce que différent, comme son frère. « Par l'union de tous les homllles de coeur, de toutes origines , de toutes philosophi, es, comme celle que /lOUS m'ails cont/ue dans la R ésistance. » Par la 1Ilaill telldue aux opprimés d'hier qui mot/teInt, et aui doi~' e llt, de leur côté, tellir le peuple fral1 çais pour ami et fri're. « C est à cc/a, conclut-il, quc le M.R. A.P. L'cut IrO'l!o illcr avec le CC1!cours de tOIlS. Ccst le sc ilS profolld de la commémoration qui 1I 0itS rassellibie. » « Je suppose que nos an cêtres de 1791, le jour où ils apprirent la bonlve t/OuveUe, devaient n on seulement se réfouil' d'être enfin des cito:yens, d'avoir elnfin 'une p,atrie, lIlais é,qalelll ent de voir dev,enir une réalité des principes qui lenor avaient été inculQués dePllis toufours par la trad,ition fuive », déclare le Grand Rabbin Henri SCHILLI. « En effet) à propos dIt récit de la Création. relatant que le pre lllier hOlHme, Adam, fut créé du limon de la terre. le commentaire traditionnel ajottte : « C est afin que nul homme ne puisse dire à l'autre : « Mon père était fJlus grand qu.e le tien ». « JI IL'~' a pas des races faun e, noire, rourle 0 11 blanche, il 1/':\, a qu'une 'face humal1le

et il n' ex iste pas de mat/athéisme

anthe'ntique s'il ne proclame égal,ement l'unité du genre humain, l'unité de la famille humaine. » Mais ce ne sont là que des principes, et, même inscrits dans la loi, leur application effective rend nécessaire une lutte à laquelle « nous sommes tous appelés ». Et l'orateur souligne que sur ces principes également « il faut fonder plus que jamais l'instruction que nous donnons à nos enfants ». Car « l'hu,manité et la fraternité d,e demain seront l'oeuvre des éducateurs. » « C'est là, conclut-i l, l'appel que l'on peut adresser à tous les hommes de coeur, à tous ceux qui, fidèllM aux Grands Ancêtres d'il .~, a 170 ans, veulent oelwrer dans le même sens. » Le Président GRUNEBAUM-BAlUN : « Ces jours de lutte et d' espoir » ... Président de la Société des Amis de l'Abbé Grég-oil'e, 1\1. P. GRUNEBA UM-BALLI N, président honoraire du Conseil d'Etat, évoque plus pal·ticulièrement les grands débats qui aboutirent à l'émancipation des juifs, puis des -noirs. cice de son CHlte ; et snrtout, ce beau. Sta- - 71islas de Clermont-Tonnerre, an fin visa.qe et au coeur généreux, dont les discours en fav eur des fuifs forcent l'admiration de ses contradicteurs mêmes ». Le Bâtonnier SALA: « Les petit.'i-fils des esclaves se sont montrés capables d' atteindre les plus hauts somm.ets » Et. rendant hommage à la « Intte 10n.Q1/C et difficile » menée par Grégoire, et q1!i fut « marquée par des échecs, des succes partiels, de nombre!!:, ajournemen,ts »" il cite aussi « les noms de ceHX qH! pnrent part il côté de lui au même combat, parfois SOllS son inspiration directe » : « ... Ces juristes, avocats Olt membres des . Parlements élevés dans le cnlte du droû et de l'éqlliÙ : A drien Du Port, Roederer, Emmer'j', et le député d'(1rras, Maximilien de Robespierre, et auss~ l~ pasteur . RabautSaint- Etienn,e, et' ces Jeunes artstocrate~ éPris des grands idéaux libéraux et humamtaire\:)' qui triomphaient alors : le Du,c de La R ochefoucauld-Lianconrt, Mirabeau de Sè:::e le vicomte de N oailles, le comte de Cast~llan e qui, dès le mois d'août 1789, obtient l'ins~ riPtiol1 , dans la Déclaration des Droits de l'Homme, de l'article déclarant que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions religieuses » ni troublé dans l'exer- Soulignant que le vote sur l'égalité des juifs fut suivi, au cours de la même séance, de l'émancipation des esclaves noirs en 'métropole, le président Grunebaum-Ballin dé- _ clare : « Ainsi, peut-on dire que l'Assemblée C onstit-uante avait déjà obscurément conscience de ce lien infâme et antihumain qui unit tous lelS racismes, de la nécessité d'une même lutte contre tous ces racismes, si vioLemment apparue, hélas ! aux yeux des générations du XX' siècle. » La rigueur de l'historien n'exclut, pas une sobre émotion ; et tandIS que le ,Batonnier Roger SALA évoque,la condltl~n des esclaves noirs avant la RevolutIOn, 1 ass ~ s tance, plus d'u~e f?is, frémit, .bouleversee. Ainsi lorsqu Il cite cette affiche, pla~ardée en' ces temps inhumains, a~ 1~1arche de Bo~rg-Saint-Esprit, à la Martll1lque : « A~ nom du Roi, de la Loi et de la Justice. ' .l « On fait sav oir à tous ce1t.'t' qu t ap parliendra que le dimanche 26du C07{rant, sur la plac; du Marché du Bourg Samt,-Espnt, il sera procédé à la vente anx ~nch eres A pt!bliques de l' esclav,e S7~zanne, ne.qresse agee de 40 ans, avec ses 6 enfants, de 13, 1 l, 8, 7, 6 et 3 ans, .. ,' « Provenant de smste-exeetûwn. « Payable comptant. » . Et il rappelle le fameux « Code l!Olr », de 168:;, contresigné par C?lbert, sous le couvert duquel furent commIs tant de cnmp~ is il montre que l'abolition dt; l'esclavage fut une longu~ eu dure bataille, n~enée dès avant la RevolutIOn, 1?ar les Bnssot, les Grégoire, les Robes1?lerre, contre l'avidité farouche et le pouvOIr de corruption des colons déchaînés. Si .bi~n que le décret du 4 février 1794, devait t;:tre longtemps encore remis en cause, et n~eme ~,brogé par Napoléon le en 1802, Jusqu a ce que la Révolution de, !8.4?, avec ;hctor Schoelcher supprime defIl1ltIvement 1 esclavage et la traite ~es noirs. . " « Aujourd'hu~! p.oursUIt ~~ Bat(:ml1l~r Sala, 1e'S fils, pettts-ftls et a-rr'!ere-petûs-ftl~ d'esclaves, dont la liste seratt tro~ longHe a énumérer, ont fait q.u nwt}de ~ntt.er la magistraLe démonstratwn q7~ tls etatent capables de s'élever aux plus hm~ts. sommets de la pensée humaine, de la poeste, de la musique, de l'art militaire~ de l'art tout court, de la politique, des SCWt:c~s . » . Et, dénonçant « le rtdtcule odteux du racisme », il conclut : , « Dieu merci, pour l'honneu;r. ~e l.humanité, pour l'honneur de z.a. ~!1jtltsa.twn, 1(1, France est là, avec sa senstbûtte natwe ~our. faire triom.pher tôt 0!1 tard tout ce qHt lut pa,raît iuste et humam. . ' « Là race noire qui Vient de prend,re p ses risqloes et périls avoc un COHrage indeniable, un déPart émouvant espère par son ravont/eHlent to ujours plus grand, extirper 7tN ;owr de toute âme h/illlaille le v enill du l'acisme. » Pierre PARAF prononçant le discours d'ouverture. LES PERSONNALITÉS Outre les orateurs, . nous avons noté la présence, à la tr ibune et dans la salle, des personnc,lités suivantes: COUR, anciens députés; Mme Léon JOUHAUX; MM. R. CERF-FERRTERE, ancien président du Groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative; Alfred MM. W. EYTAN, ambassadeur d 'Isr aël ; GRANT, secrétaire général de l'Union des François GUILLAUME, ministre-conseil- Sociétés Juives de France; Roger RO- 1er de Haïti ; RAZAFIMINO, représen- MER, président de la F.N.D.I.R.P. ; M. ~ tant l'ambassadeur de la RépUblique Mal- W ALDEMAR, représentant l'Amicale des ~ gache; les représentants des ambassa- Anciens Déportés J uifs de France . Mme ~ ! deurs de POLOGNE et de HONGRIE. Marie-Louise KAHN, représentant l ' Ami- i~ MM. l'amiral Louis KAHN, président- cale d'Auschwitz. )0 délégué de l'Alliance Israélite Universel- Les écr ivains Marie-Magd e~ eine CAR. le ; le pasteur Maurice VOGE ; Mme Ma- BET Albert BEVILLE et LÉonnard SAIN- $ thilde GABRIEL-PERI, M. Elie BLON· VILLE. . ~ L""",~",~~.. . ~'OiWo""Charles Et après avoir rappelé « l'extraordinaire séance du 16 pluviose an II » (s février 1794), où la Convention, complétant l'oeuvre de la Constituante, abolit totalement l'esclavage dans les colonies, il salue avec émotion « Goes fours d'espoir où s'ouvrirent pour des milliers d'opprimés et de persécutés, les portes d'un avenir corrforme à la dignité de la personne hu'maine. » « Ah ! n'avons-nous pas raison, conclutil, de reporter notre pensée, avec une ferv eur reconnaissante, vers ces grandes fournées de 1789, 1791 et 1794, e't en partiwlier vers Goe four dl~ 27 septembre 1791 où, grâce à la France nouvelle et ses sages rePrésentants, tant d'êtres humains vivant sur la terre française, purent commencer à goûter la douceur ineffable d'avoir une patrie. » M. Jean OBAMA : M. Jan OBAMA, théologien et musicologue camerounais, apporte, en l'absence de M. Alioune Diop, le salut de « Présence Africaine » et de la Société Africaine de Culture. « L'Afriqtte Noire, déclare-t-il, fut significativement mêlée au destin d' 1 sraël dans l'histoire même de la libération de l'Homme par la Révolution Française, notamment en cette date mémorable du 27 septembre 1791. » . . Et il montre dans « cette heurense tmtiative de l'Occident révolutionnaire » un acte « dont l'Afriqtte indép,endante ou en voie de décolonisation inéluctable, recueille aujourd'hui les magnifiques fruits de liberté. » « A la s1tite de la France révolutionnaire souligne-t-il, on exigeait désorma'is dans l.t monde entier let droit à l'égalité de tous les citoyens devant la loi, et il devenait impensable d'arracher désormais à la Côte des Esclaves pour l'Amérique ou les Antilles, les desce'ndants des douze millions de nègres inoffensifs dont les bateaux entassèImposante soirée à /, Grand-Rabbin SCHILLI: «Pour l'application réelle des principes » ... supposc que 1/0S allcêtres de li91, r où ils apprirent la bat/ne 1l0ltvelle, non seulement se réfouir d'être enes CitOj/Cl1S, d'avoir e'Hfin une patrie, é,(Jalelllent de voir devenir llne réalité principes qui leur avaient été inculdepuis toufours par la tradition juive », le Grand Rabbin Henri SCHILLI. En effet, à propos du récit de la Créarelatant que le premier homme, Adam, du limon de la terre. le COln11len- . ajoute : « C'est afin que ne puisse dire à l'autre : « Mon était I,[us grand qu.e le tien ». Il /l'y a pas des races jaune, noire, 011 blallche, il 1/'-" a q/t'une race Ime

et il JI'existe pas de monothéis111e

authentique s'il ne proclame également l'·unité du genre humain, l'unité de la famille !tuma'ine, » Mais ce ne sont là que des principes, et, même inscrits dans la loi, leur application effective rend nécessaire une lutte à laquelle « nous sommes tous appelés ». Et l'orateur souligne que sur ces principes également « il fmft fonder plus que jamais l'instruction qU(!l nous donnons à tlOS enfants ». Car « l'Jmmanité et la fraterHité d.e demain seront l' oeuvre des éducateurs. » « C'est là, conclut-il, l'appel que l' on pe~tt adresser à tous les hommes de coeur, à tous ceux qui, fidèl(!lS at{X Grands Ancêtres d'il .Î' a liO O1IS, veulent oeuvrer dans le même sens. » Le Président GRUNEBAUM-BAlUN : « Ces jours de lutte et d'espoir » ... ,,·p,",().P"T de la Société des Amis de l'AbLe R. P. RIQUET : « Le même combat, la même unIon » La parole est maintenant au R.P. RIQUET. Il s'associe à la commémoration non seulement en son nom personnel, mais au nom de l'Eglise catholique, par mandat du Cardinal Feltin. « LelS historiens ici présents, constate-t-il, peuvent supposer que je .puisse éprottver quelqu'embarras à exalter la figure dei l'Abbé Grégoire qui, mt regard d'une théologie et surtout d'une discipline ecclésiastique rigOl/ reuses, n'est pas de tma repos. « Mais je n'oublie pas et fe n'ignore pas que l'Abbé Grégoire f1ft l'élève des Jés1ûtes de _Vancy, et que, toute sa vie, il a tenu à rendre 1tn hommag,e plein de gratitude à ses anciens maîtr(!lS. Alors, en leur nom, je ~! ie}lS volontiers reconnaître chez lui, ce que sans dmtte, il commençait d'apprendre au Collège de Nancy. » Et le grand prédicateur évoque « la longue histoire, pleine de péripéties », de ces T ésuites du Paraguay qui, au XVII" siècle, « se sont dressés contre le colonialisme de l'éPoqu.e » et ont « proclamé l'égalité des droits des individ1ts d'Amérique du Sud avec les Espagnols ». Il signale également les M. Roger GARAUDY : bulles pontificales de lS3i et de 1639 par lesquelles les papes Paul III et Urbain VIn « lancèr.ent l'excommunication majeure sur tous les trafiquants d'esclaves, sur tous Ce1tX qui attentaient à la liberté des Indiens, qu'ils f1tssent chrétiens ou non-chrétiens. » En rappelant les atteintes portées à la dignité humaine en dépit de tous les efforts, et, pendant la dernière guerre, le massacre de six millions de juifs, il s'écrie: « Croyez-moi, ces libntés, ces droits de l'homme, c.e sont une conquête continuelle. Il faut inlassablement recommencer la même lutt(!l. Il faut S1trtout recommencer la même union de ceu.x qui, comme l'A bbé Grégoire, comme les J ést!ites du Paraguay, gardent an coeHr l'amour de l'homme ... » (( Ce qu'il y a de plus sympathique, au fond, dans le titre de votre M ouvement, dit-il encore, ce n'est pas telle1itent qu'il est contre l'antisémitisme et contre le racisme, que j(!l réPudie certes totalement avec vous, c'est q1t'il est pour la pai,'!;, ponr nn monde fraternel. » « Pour mener à bien ce combat indispensable, notre devoir, conclut-il, c'est de ne nous décourager iamais. » « Les deux grands dangers racistes » ... Dès le début de son allocution, M. Roger GARAUDY, sénateur de la Seine, docteur en philosophie, affirme avec force que « cette soirée n"a pas, hélas, le sens seuleme~~t d'une commémoration : la lutte contre le racisme, et contre le colonialisme, dont il est la justificalion idéologique, n'appartient pas s.e1Û(!Itllent au passé. » E \'oquant les « Vendées esclavagistes » qui suivirent l'abolition de l'esclavage, et qui trouvent leur prolongement dans les « Vendées colonialistes » d'aujourd'hui, il montre que les pouvoirs publics font preuve d'une regrettable n~ligence dans la lutte antiraciste. « L'exem.ple vient de très haut », dit-il. Et il cite certains propos tenus par le général de Gaulle, parlant, à propos des pays récemment admis à l'O.N.U" de « légitimités nationales aléatoires, compte tenu de l'expérience et des capacités des hommes responsables, qui n(!l sont pas t01tjours très bi,en assurées », ou affirmant que l'indépendance « précipiterait l'Algérie dans !tn abîme de massacres, de misère et de désordre. » « L'on l'etronve ici, déclare l'orateur, l'ar. qwlletlt tradionnel d1{ racism.e : l'argument selon lequel reconnaître l'indépendance des peuples jusque-là colonisés, c'est les livrer à l'anarchie et à la. barba·rie, comme s'ils étaient incapables de se gonverner e1tx-mêmes et ne pOUi pl1ts ou moil blancs, de rac Abordant le qui « était eft dement idéoloe raudy soulign( litarisme en A que favoriser s que se renforc ponsables du Et il rappel sures antijuivc d'hui le plus l chelier Adenal fédérale, dont c(!lSse d'affirme tions pa cif i que remilitarisée, elle constitue toriales, l(!l pl1 la séCllrité de de ». « Tels sont dangers racist nous .' celui q liste et celwi charde... » Et il consta retrouvent « les problèmes fél-ents, mais (j ci. de la défet! tltr. » « Le s'llcci conclut-il, prol li91, est demi peupl.e. » Le P~ C'est aUSSL dernier orateu PHAL, prési( France. Aprè: testants fran~ M. P. GRUNEBAUM-BALident honoraire du Conseil d'Etat, plus particulièrement les grands déqui abouti rent à l'émancipation des . puis des noirs. cice de SOH culte " et snrtout ce bean Sta- lIislas de Clermont-Tonnerre: an fin visage et au coeur générell.'!;, dont les discours ell faveur des fuifs forcent l'admiration de ses cOlltradictettrs mêmes » . Soulignant que le vote sur l'égalité des juifs fut suivi, au cours de la même séance, de l'émancipation des esclaves noirs en métropole, le président Grunebaum-Ballin déclare

« Ainsi, peut-on dire que l'Assemblée

Constituante avait déjà obsC1trément conscience de ce lien infâme et antihumain qui lmit tous lelS racismes, de la nécessité d'une même 11ttte contre tous ces racismes, si viol.emment apparue, hélas ! aux yeux des générations d1t XX" siècle. » LES MESSAGE . rendant hommage à la « [/tlte 101l,(Jue ifficile » menée par Grégoire. et qui « marquée par des échecs, des succès de nOlllbreux ajounlements »" il aussi « les noms de ceux qui prirent cl côté de lui Olt même combat, parfois SOll illspiration directe » : « ... Ces . a'vocats 011 membres des Parleélevés d01IS le culte dIt droit et de

Adrien Du Port, Roederer, Emle

défuté d'Arras, Maximilien de , et aussi le pasteur Rabauttienn. e, et ces je1tneS aristocrates des grands idéaux libéraux et h1tmani- . alors : le Duc de ~nrl7"tlJ1I.1'n.1.lul-Lianco1(.rt, Mirab,eau de de Noailles. le comte de , qUI, dès le mois d'août li89, ob/' illscriptioll, dans la Déclaration des s de l'Homme, de l'article déclarant (( lIul tle doit être inquiété pour ses ions religieuses» IIi trou.blé dans l'exeranciens députés; Mme Léon UX ; MM. R. CERF-FERR·ERE, président du Groupe de la Résisl'Assemblée Consultative; Alfred , secrétaire général de l'Union des Juives de France; Roger RO- ~ de la F.N.D.I.R.P. ; M. ;. l'Amicale des ~ T'\";~n~." Juifs de France . Mme ~ KAHN, représentant l' Ami- ~ Auschwitz. ;. écrivains Marie-Magde'eine CAR- ~ Albert BEVILLE et Léonnard SAIN- ~ ~ Et après avoir rappelé « l'extraordinaire séance du 16 pluviose an II » Cs février 1794), où la Convention, complétant l'oeuvre de la Constituante, abolit totalement l'esclavage dans les colonies, il salue avec émotion « c.es jours d'espoir où s'ouvrirent pour des milliers d'opprimés et de persécutés, les portes d'1tn avenir conforme à la dignité de la p(!lrsonne humaine. » « Ah ! n'avons-nous pas raison, conclutil, de reporter notre pensée, avec une ferveur reconnaissante, vers ces grandes journées de 1789, li91 et 1794, Clt el1 partiC1tlier vers c.e iour dtt 27 septembre 1791 où, grâce cl la France nouvelle et ses sages rePrésentants, tant d'êtres humains vivant sur la terre française, purent commencer à goûter la douceur ineffable d'avoir une patrie. » Intercalés entre les a·llocutions des différents orateurs, Pierre Paraf cite les diffé· rents messages adressés au M,R.A.P., à l'occasion de la commémoration. Tout d'abord, celui de M. Léon LYON-CAEN. premier président honoraire de la Cour de Cassation. président du M.R.A.P. : Le Président LYON-CAEN « Ces mesures constituent la Charte de notre Mouvement ». Il Empêché par mon état de santé d'asstster à cette soirée commémorative, je suis de coeur et d'esprit avec ceux qui célèbrent cet anniversaire du 27 septembre 1791, -écrit-il. « C'est une date glorieuse dans l'histoire du judaïsme français et, d'un point de vue supérieur, dans l'histoire de la France et de l'humanité. « Pour la première fois, dans le monde, les Juifs, traités jusque là en parias, étaient élevés à la dignité d'hommes. M. Jean OBAMA: «Coïncidence significative de deux destins» M. Jan OBAMA, théologien et musicologue camerounais, apporte, en l'absence de M. Alioune Diop, le salut de « Présence Africaine » et de la Société Africaine de Culture. « L'Afrique Noire, déclare-t-il, fut significativement mêlée mt destin d' 1 sraël dans l' histoire même de la libération de l' H omme par la Révolution Française, notamment Cln cette date mémorable dt! 27 septembre 1791. » Et il montre dans « cette heureuse in·jtiative de l'Occident révol·utionnaire » un acte « dont l'Afrique indép.endante ou en voie de décolonisation inéluctable, recueille auiourd' hui les magnifiques fruits de liberté. » « A la snite de la France révolutionnaireJ souligne-t-il, on exigeait désormais dans ~t monde entier let droit à l'égalité de tous les citoyens devant la loi, et il devenait impensable d'arracher désormais à la Côte des Esclaves pour l'Amérique Ott les Antilles, les desce,ndants des douze millions de tlèures inoffens!Js dont les bateau.r entassèrent trois à quatre millions de cadavres au service des C01:npa,qnies commerciales ... 1( Mais par contre, la colonisation ou les . Ira,vaux forcés d(!lS Africains, chez eux" de- 71etlaient possibles... » Comme musicologue, M. Obama souligne, se référant aux negro-spirituals, que « le PeHple africain se t'rouve être presque le Jetll avec le peuple d'Israël, à avoir abreuvé ses rythmes de captivité ou d'oppression à fespérance du messianisme libérateur de la Bible. » « Saluons donc avec ferve1tr, conclut-il, cette double coïncidenc(!l historico-politiq1te El culturelle de la libération des juifs et des noirs comme le meilleur ga.qe du triomphe moderne, en Occident post-nazi comme en .A frique de l'apartheid, de cette noble cause humaine que défend avec enthousiasme le 11 ouvement contr(!l le Racisme, l'A ntisémilisme et pour la Paix. » Et il termine en donnant lecture d'un poème dédié aux vict imes du racisme et de ' antisémitisme : « a mon Israël noir ». « Pour la première fois, les Juifs français étaient promus au rang de citoyens à part entière. « Il a fallu l'occupant allemand de la derniére guerre et, sur ses ordres, le gouvernement de Vichy, exécuteur des basses oeuvres de l'hitlérisme, pour anéaniir cette conquête de la Révolution et dépouiller les Français de religion juive, des droits de l'homme et du citoyen. « Heureusement cette éclipse tragique, qui frappa cruellement ses victimes dans leurs personnes et dans leurs biens, ne fût que temporaire. Et c'est au général de Gaulle - de cela les Français juifs se souviendront toujours - que revient l'honneur, aux côtés de la Résistance, en restaurant en 1944 la légalité républicaine, de les avoir rétablis dans la plénitude de leurs droits. Ainsi, le décret du 27 septembre 1791, a re.pris vigueur. « Le M.R.A.P. qui lutte contre les discriminations et les haines raciales et confessionnelles, contre les atteintes aux libertés publiques fondamentales -et à l'égalité entre les citoyens - . dans quelque pays qu'elles se manifestent - se devait de commémorer la date historique de cette mesure de libération, qui eut tant de résonance en Europe et fut suivie et complétée, peu d'années après, par l'émanCipation des Noirs par décret de l'Assemblée Législative et par l'abolition de la traite par décret de la Convention. « Ce sont - il faut le prOclamer bien haut - ces mesures d'affranchissement qu: constituent la charte de notre Mouvement et sont à la base de son action. » Le Président Vincent AURIOL « Surtout en cette époq'ue ... }) M. Vincent AURIOL, ancien Président de la RépUblique écrit : cc Je regrette très vivement de ne pouvoir manifester par ma présence ma fidélité à la pensée des grands aïeux, surtout en cette époque où le lourd sommeil de l'esprit civique et de la volonté démocratique semble voiler le grand idéal qui fut le leur et qui demeure ardemment le nôt re. » Plu.sieurs Académiciens. Plusieurs membres de l'Académie Française avaient tenu à s'associer à la mani· fest31tion. M. Jean COCTEAU par ce télégramme: cc Loin de vous, mais près de vous. II M. J ean ROSTAND souhaite (( la pleine réussite de cette généreuse manifes - tation. » EXPi thie et leurs 1 sents, MM. Al Georg'es DUI André MAURI LACROU, de Le P « Ur M. René Cl Conseil d'Etat initiative pri! vous serai rec teurs et audit sympathie av historiques qt commémorés les droits de Le:; autres thie cités par nent des per La Princess Suzanne COI nérale de la Droits de l'E sénateur; No Mme YVES-Ji Marie_Elisa N de l'Amicale

ZIN, conseillè

CANDIANI. MM. les al TOGO, de la BONCOUR, : Emile CLAPA sénateurs; R. Henry TORR anciens sénatl préSident du 1 Roger GUERI PAUL, ancien internationa,.l MM. Jean 1 de Paris ; C TIEn, Marce: Sorbonne. MM. Roberj à la Cour de ( président de Jean PIHAN le cinéa-ste L, Henri HERT:i! PIARD ; J aci 7----_ sante soirée à la Sorbonne Le R. P. RIQUET: «Le même combat, la même unIon» La parole est maintenant au R.P. RIQUET. Il s'associe à la commémoration non seulement en son nom personnel, mais au nom de l'Eglise catholique, par mandat du Cardinal Feltin. « LelS historiens ici présents, constate-t-il, pelwent SltppOser ql~e je :plûsse épr01wer quelqu'embarras li exalter la figure dei l'A bbé Grégoire qlti, alt regard d'ltne théologie et surtout d'une discipline ecclésiastique rigoureuses, n'est pas de tOttt repos. « "}fais je n'oublie pas et ,je n'ignore pas qlle l'Abbé Grégoire fld l'élève des Jésuites de _Vancy, et que, toute sa vie, il a tenu li rendre un hommage plein de ,qratitude à ses anciens maîtres. Alors, en lettr nom, je 7/iens volontiers reconnaître chez lui, ce qlle sans doute, il commençait d'apprendre a1l Collèg,e de Nancy. » Et le grand prédicateur évoque « la longU() histoire, pleine de péripéties », de ces Tésuites du Paraguay qui, au XVIIe siècle, « se sont dressés contre le colonialisme de l'éPoque » et ont « proclamé l'égalité des droits des individus d'Amérique du Sud avec les Espagnols ». Il signale également les M. Roger GARAUDY : bulles pontificales de 1537 et de 1639 par lesquelles les papes Paul III et Urbain VIII « lancèr,ent l'excommanicat'ion majeure sur tous les trafiquants d'esclaves, sur tous CeltX Qui attentaient à la liberté des Indiens, qu'ils fl/ssont chrétiens ou non-chrétiens. » En rappelant les atteintes portées à la dignité humaine en dépit de tous les efforts, et, pendant la dernière guerre, le massacre de six millions de juifs, il s'écrie: « Croyez-moi, ces libertés, ces droits de l'homme, oe sont nne conquête continnelle. Il faltt inlassablement recommencer la même lutte, Il faut surtout recommencer la même union de cett,~ qlti, comme l'Abbé Grégoire, comme les J ésnites dn Paraguay, gard,ent au coettr l'am01tr de l'homme ... » « Ce qn'il y a de plus sympathique, au fond, dans le titre de votre M oltve1nent, dit-il encore, ce n'est pas telle1itent qn'il est contre l'antisémitisme et contre le racisme, que .ie répudie certes totalement avec vous, c'est qu'il est pOlir la paix, pour lm monde frate'rnel. » « Ponr mener à bien ce combat indispensable, notre devoir, conclut-il, c'est de ne nous décoltrager jamais. » « Les deux grands dangers racistes » ... Dès le début de son allocution, M. Roger GARAUDY, sénateur de la Seine, docteur en philosophie, affirme avec force que « cette soirée n"a pas, hélas, le sens seuleme%t d'une commémoration : la 11ttte contre le racisme, et contre le colon:ialisme, dont il est la justifica}ion idéologique, n'appartient pas seulement au passé. » El'oquant les « Vendées esclavagistes » qui suivirent l'abolition de l'esclavage, et qui trouvent leur prolongement dans les « Vendées colonialistes » d'auj ourd'hui, il montre que les pouvoirs publics font preuve d'une regrettable n~ligence dans la lutte antiraciste. « L'exemple vient de très hO'at », dit-il. Et il cite certains propos tenus par le généraI de Gaulle, parlant, à propos des pays récemment admis à l'O.N.U., de « légitimités nationales aléatoires, compte tenu de l'expérience et des capacités des hommes responsables, qui ne sont pas tOlt.i01trS très bien assurées », ou affirmant que l'indépendance « précipiterait l'Algérie dans un abîme de massacres, de misère et de désordre. » « L'on retrouve ici, déclare l'orateur, l'arqWJ/ etit tradionnel da racism.e : l'argument selon lequel reconnaître l'indépendance des peuples jusque-là colonisés, c'est les livreor à l'anarchie et à la barbarie, comme s'ils étaient i11ca pables de se gouverl1el' eU;I:-mêmes et ne pOn'l.'aie11t vivre que SOIIS le joug plus ou moins paternaliste des peaples blancs, de race supé1-ieure. » Abordant !e problème de l'antisémitisme, qui « était en Allemagne hitlérie1me le fondement idéologique du na::isme », M, Garaudy souligne que la restauration du militarisme en Allemagne cie l'Ouest ne peut que favoriser sa renaissance, en même temps que se renforce l'influence des anciens resp01") sables du régime hitlérien. Et il rappelle que le spécialiste des mesures antijuives, Hans Globke, est aujourd'hui le plus proche collaborateur du chanchelier Adenauer, « dans cette Allemagne fédérale, dont le gotwernement français ne cesse d'affirmer qu'elle n'a que des ,intentions pacifiques, alors que, non déna::ifiée. remilitarisée, équipée d'armes atomiques , elle constitlte avec ses revendications territoriales, le plus grand dan.qer actuel pour la sécurité de la France et la pat-:: du monde », « Tels sont, résu1l1e-t-il, IN deux gra/lds dangers racistes qui pèsent au,iourd'hlû S!W nous : celui qui fonde la politique colonialiste et celui qui fonde la politiqne revancharde... » Et il constate que, dans le M.R.A.P" se retrouvent « des hommes qui portent sur les problèmes politiques des jugements différents, mais qui sont unis /Jar le même Sottci. de la défense de l'homme et de son avetltr. » « Le succès de la réunion de ce soir, conclut-il, prouve que cet idéal, proclamé en 1791, est demeuré vi'1!allt au coeur de IlOtre peltpz.e. » Au cours de la SOIree, les acteurs JEAN MERCURE et MICHEL PICCOLI, que l'on voit ici au premier rang de l'assistance, ont donné lecture de textes antiracistes, extrait .. de discours et d'écrits de l'époque révolutionnaire. Le Pasteur WESTPHAL : « Que chacun responsable » ... se sente C'est aussi à l'actualité que se réfère le dernier orateur, le pasteur Charles WESTPHAL, président de l'Eglise Réformée de France. Après avoir indiqué que les protestants français, si longtemps persécutés, ne reçurent le droit de citoyenneté que quatre ans avant les juifs, il déclare : LES MESSAGES « Le sens de c,ette COll1l1/éllloration serait vraiment pen de choses s'il s'agissait seulement d' évoquer. les Grallds AI/cêtl'es, Trop souvet/t, nOlts cherchol/s dalls l'évocation des Grands A Ilcêtres m/e sortc l'alibi Olt d,e refnge, qu'; nous dispel/se d'Ilne action prése'rlte. Or, c'est à 1t1/e action préSente que nous s01l!mes appelés. U I/e soi rée COll1l11e celle-ci devrait être rOllr chacull de nOl/S, l'occasion de 1101100 réengager au service de la paix, au service d'ltlle véritable, fraternité hntwLine. Et perlllette::-moi de dire gue cet ellgaqcmellt COlllmellCe à notre porte. Intercalés entre les a·llocutions des différents orateurs, Pierre Paraf cite les diffé· rents messages adressés au M.R.A.P., à l'occasion de la commémoration. Tout d'abord. celui de M, Léon LYON-CAEN. premier pré· sident honoraire de la Cour de Cassation. président du M.R.A.P.: Le Président LYON-CAEN « Ces mesures constituent la Charte de notre Mouvement ». Il Empêché par mon état de santé d'aSSiSter à cette soirée commémorative, je suis de coeur et d'esprit avec ceux qui célèbrent cet anniversaire du 27 septembre 1791, -écrit-il. « C'est une date glorieuse dans l'histoire du judaïsme français et, d'un point de vue supérieur, dans l'histoire de la France et de l'humanité. « Pour la première fois, dans le monde, les Juifs, traités jusque là en parias, étaient élevés à la dignité d'hommes, incidence significative destins» rent trois à quatre millions de cadavres au service des cornpagnies commerciales... Il Mais par contre, la colonisation ou les . jr~vaux forcés des Africains, 'chez eux" de- 71e11aient possibles... ' Comme musicologue, M. Obama souligne, se référant aux negro-spirituals, que « le fletfple africain se tr01we être presque le .retll avec le peuple d' Israël, li avoir abreuvé ses ryth-mes de captivité ott d'oppression à fespérance du -messianisme libérateur de la Bible. » « Saluons donc avec ferveur, conclut-il, cette double coïncidenCe historico-politiqlte el culturelle de la libération des juifs et des noirs comme le meille1tr gaqe dlt triomphe moderne, eon Occident post-nazi comme en A frique de l'apartheid, de cette noble cause humaine que défend avec enthousiasme le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. » Et il termine en donnant lecture d'un poème dédié aux victimes du racisme et de ' antisémitisme : « 0 mon I sraël noir :.. « Pour la première fois, les Juifs français étaient promus au rang de citoyens à part entière. « Il a fallu l'occupant allemand de la der· nière guerre et, sur ses ordres, le gouvernement de Vichy, exécuteur des basses oeuvres de l'hitlérisme, pour anéantir cette conquête de la Révolution et dépouiller les Français de religion juive, des droits de l'homme et du citoyen. « Heureusement cette éclipse tragique, qui frappa cruellement ses victimes dans leurs personnes et dans leurs biens, ne fût que temporaire, Et c'est au général de Gaulle - de cela les Français juifs se souviendront toujours - que revient l'honneur, aux côtés de la Résistance, en restaurant en 1944 la légalité républicaine, de les avoir rétablis dans la plénitude de leurs droits. Ainsi, le décret du 27 septembre 1791, a repris vigueur. « Le M.R.A,P. qui lutte contre les discriminations et les haines raciales et confessionne Iles, contre les atteintes aux libertes publiques fondamentales et à l'égalité entre les citoyens - , dans quelque pays qu'elles se manifestent - se devait de commémorer la date historique de cette mesure de libération, qui eut tant de résonance en Europe et fut suivie et complétée, peu d'années après, par l'émancipation des Noirs par décret de l'As· semblée Législative et par l'abolition de la traite par décret de la Convention. « Ce sont - il faut le proclamer bien haut - ces mesures d'affranchissement qu: constituent la charte de notre Mouvement et sont à la base de son action. » Le Président Vincent AURIOL « Surtout en cette époque... » M. Vincent AURIOL, ancien Président de la République écrit : « Je regrette très vivement de ne pouvoir manifester par ma présence ma fidélité à la pensée des grands aïeux, surtout en cette époque où le lourd sommeil de l'esprit civique et de la volonté démocratique semble voiler le grand idéal qui fut le leur et qui demeure ardemment le nôtre. » Plu,sieurs Académiciens. Plusieurs membres de l'Académie Française avaient tenu à s'associer à la mani· festattion. M, J ean COCTEAU par ce télé· gramme: « Loin de vous, mais près de vous. )) M. Jean ROSTAND souhaite (( la pleine réussite de cette généreuse manifes. tation. )) Expriment également leur sympa· thie et leurs regrets de ne pouvoir être présents, MM. André CHAMSON, René CLAIR, Geor g'es DUHAMEL, Maurice GARÇON, André MAUROIS, ainsi que M, Armand SALACROU, de l'Académie Goncourt. Le Président CASSIN : « Une belle initiative» M. René CASSIN, président honoraire du Conseil d'Etat. écrit: « J'applaudis à la belle initiative prise par votre association... Je vous serai reconnaissant d'exprimer aux orateurs et auditeurs mes pleins sentiments de sympathie avec eux. Les deux grands actes historiques qu'ils célèbreront méritent d'être commémorés et sans cesse prolongés pour les droits de tous les hommes. )) Autres messages Le:,; autres messages et lettres de sympathie cités par le président de la soirée, émanent des personnaHités suivantes: La Princesse Marie BONAPARTE; Mmes Suzanne COLLETTE-KAHN. secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme; Suzanne CREMIEUX, sénateur; Mme FERDINAND-BRUNOT; Mme YVES-FARGE; Joséphine BAKER ; Marie-Elisa NORDMANN-COHEN, présidente de l'Amicale d' Auschi vtz; Madeleine MAR: ZIN, conseillère municipalle de Paris ; Clara CANDIANI . MM. les ambassadeurs de l'U.R.S.S., du TOGO, de la COTE-D'IVOIRE ; J . PAULBONC() UR, ancien président du Conseil; Emile CLAPAREDE et Georges MARRANE, sénateurs; Robert BALLAN GER. député ; Henry TORRES et J acques DEBU-BRIDEL, anciens sénateurs; Raymond BOSSUS, vicepr ésident du Conseil Général de la Seine, et Roger GUERIN, conseiller général ; Marcel PAUL, ancien ministre, préSident du Comité internationa·l de Buchenwald. MM. Jean ROCHE, recteur de l'Université dl} Paris ; Claude-André JULIEN, J . PIATI ER, Marcel PRENANT, professeurs à la Sorbonne. MM, Robert ATTULY, conseiller honoraire à la Cour de Cassation ; Raoul FOL"LEREAU, pr ésident de l'Ordre de la Char ité; l'abbé J ean PIHAN ; le pasteur André BOEGNER ; le cinéa·ste Léonide MOGUY ; les écrivain~ Henri HERTZ et Jean MASSIN ; Adolphe ES· PIARD ; Jacqueline et Raoul DUBOIS. « Que faisol/s-nolls, poursuit-il, pour les Nord-AfricaillS qui SOllt ell France 't Save::- v01/S dans quelles horribles cOl/ditions de logement ils S011t hébergés, exploités dans certains quartiers de Paris 't C'rut là. un problème doulO1treUx qui 1101100 concerne tous, et qui concerne notre vie de tons les jonrs. » • Puis il cite le cas des étudiants africains qui, si souvent, se voient refuser une chambre, ajoutant : « Il fa.ut évoquer certes, les grands problèmes, mais il faut que chaCltn de nous se sente responsable dans sa vie familiale et professionnelle, datlS son milie'lt, pour protester en toute circonstance contre toutes les formes dit racisme, et être les témoins d'm~ monde vraiment fraternel. » « Ce qui me paraît le plus émouvant, ici, ce soir, elit-il encore, c'est notre accord, c'est que, catholiques ou juifs Olt protestants OH laïcs de toutelS opinions philosophinues Olt politiques, 110 us puissions être l!nis pottr un combat qui n'est pas le combat d'ltn intérêt particl/lier, pour lm combat le plus désintéressé qui p?tisse être." » « C'est nn moment très émouvant. s'écriet- il. Une soirée comme celle-ci, m'apparaît comme une merveilleuse démonstration de ce que Peut être la réalité, la puissance d'lme volonté fraternelle . » LILLE C'est au cours d'une brillante soirée que les décrets de 1791 ont été commémorés Il Lille, à l'appel du Comïté local du M.R.A.P. Une foule nombreuse emplissait la salle de la Maison du Commerce et de l' Industrie, où ava it lieu la réunion. Diverses personnalités étaient présentes, notamment Mme RACHEL LEMPEREUR, adjointe au maire de Lille, et M, ANDRE SIMOENS, conseiller municipal. Me DILIGENT, député, vice-président de notre Comité Iilloïs, présidait la soirée. Au cours de son allocution d'ouverture, il devait souligner qu'il ne s'agissait pas seulement d'une commémoratïon tournée vers le passé, mais que la persistance du racisme rend néces· saire une oction constante, individuelle et col lective, pour s'y opposer. Me MARCEL MANVILLE, membre du Bu· reau National, fit ensuite un exposé détaillé sur les luttes qui aboutirent à l'émancïpation des juifs et des noirs, évoquant lui aussi, on conclusion, les donnée-s actuelles de la luite antiraciste. ~----- ô Pour une législation antiraciste efficace UN projet de loi, tendant à réprimer les actes de discrimination raciale ou religieuse est prêt à être soumis à la discussion du Parlement. Ses disposition~. marqueraient un progrès vers cette « véritable confessionnelle et qu'elle les aura r efusées en raison de l'appartenance confessionnelle de c~lui Qui les ' demandait Il. L'agent de l'infraction est ici un prestataire, pris dans une acception générale et absolue. Les mots « profession » et « fonctions )l indiquent qu'il peut être une personne privée, tout comme un fonctionnaire ou officier public. législation antiraciste » qui est réclamée depuis longtemps dons le pays de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen et c'est, d'ailleurs, à peu près mot pour mot, l'un des deux projets élaborés par M. le Président Lyon-Caen et les juristes du M.R.A.P. que le Ministère de la Justice a repris .. Mais une intéressante innovation est introduite par le Projet, suivant en cela le projet Lyon-Caen. Ce prestataire répond pénalement non seulement de son fait mais encore de celui de son préposé qui aura refusé la prestation pour des motifs racistes ou confessionnels. Par là, le législateur impose une surveillance Ce projet que le Gouvernement vient de faire sien comblerait une lacune pure et simple. Mais il convient ici de rappeler tout l'intérêt de l'autre projet qui, lui, vise à remplacer le pâle embryon de législatio 1 antiraciste existant, par des dis positions efficaces. En effet, en 1939, le « décret Marchandeau », ajouté à la grande loi sur la presse, se bornait à prévoir la répression de la diffamation et de l'injure commises envers un groupe racial ou religieux, et seulement quand elles ont pour « but d'exciter à la haine entre les citoyens ou les habitants ». L'application s'en est révélée décevante, tant les éléments du délit, tel que caractérisé par la loi, sont malaisés à' établir devant les Tribunaux. Dès le début, la poursuite est mal organisée : le soin en est laissé au Ministère Public qui peut l'exercer d'office. Mais il ne le fait qu'avec une prudence excessive, privé de la collaboration concurrente du sujet passif de l'infraction pénale, ce « ('Toune racial ou religieux » dont la re· présentation directe en justice pose, en l'état de la jurisprudence, aux associations qui pourraient s'en charger, le problème insoluble d'une fin de non recevoir. Le projet Lyon·Caen, sur la provocation à la haine ou à la violence raciste ou religieuse, mieux adapté aux réalités et aux nécessités, prévoit la répression des atteintes individuelles comme collectives et ouvre le droit de poursuite, conformé· ment à un principe de procédure pénale ~"""'~"""""'~""""""~" ~ $ ! ~ Quand le projet sera .. t .. il soumis au Parlement 1 ~ Voilà' plusieurs mois déjà qu'à ~ ~ partir de l'un des deux 'lextes soum'is ~ ~ par le M.R.A.P. au Parlement, le i 1 Conseil d'Etat a élaboré le projet de loi contre le, discriminations ra- ~ 'ciales, que M" Goridou c:ommene ~ ici. ~ ~ Or, ce projet, qui devrait 'Jtre $ $ adopté d'urgence , n'a pas 'Jncore î . 25 mai 2010 à 12:59 (UTC)~ étéA dloirsst riqbuu'éu nQ rUaXp pdoérptueutérs .e st désïgné ! depuis plus de deux ans par la Commission compétente pour l'examen des textes du M.R.A.P. (qui, eux, ont été officiellement distribués) les ~ i$ antiracistes demandent qu'on en ~ vienne rapidement à la discussion. ~ ~ """'~ ..... "'~~"'~~""""'''~ que le législateur est en voie de généraliser, aux associations dont l'objet statu· taire est la lutte contre le racisme. Une telle législation, si essentielle à la paix sociale et à la sûreté d'une Constitution démocratique, ne devrait plus attendre longtemps pour être une réalité. Le projet que le Gouvernement doit soumettre prochainement aux Assemblées ne peut, en effet que se recommander de ces mêmes principes qui exigent, tout autant que la répression de la discrimination raciale ou religieuse, celle de la provocation à la haine ou à la violence. ·-0- Le projet actuel (1) prévoit trois sortes de discriminations : 10 Le refus, par une personne chargée d'un ministère de service public, de faire bénéficier une autre personne ou une as· sociation ou société, en raison de son appartenance ou de sa non-appartenance raciale ou confessionnelle, d'un droit auquel elle pouvait prétendre. 20 Le refus, pour les mêmes raisons, par une personne, particulier ou fonctionnaire, de prestations de biens ou de services, à une autre personne ou association ou société. 30 Le refus d'embauche ou le licenciement, pour les mêmes raisons. 1. Discrimination par une personne chargée d'un ministère de service public. Le projet insère ce délit dans le livre III du Code Pénal, au chapitre 4 intitulé (1 crimes et délits contre la paix publique », dans le § 5 traitant des abus d'autorité, sous la section 2 contenant les dispositions relatives à la forfaiture et aux crimes et délits des fonctionnaires publics dans l'exercice de leurs fonctions. Ce délit serait prévu par un article 187-1, fermant la marche, après l'actuel article 187 prévoyant le délit de suppression de correspondance, de la rubrique des abus d'autorité contre les particuliers. Le délit est constitué par le fait d'avoir sciemment refusé le bénéfice d'un droit. On imagine que l'adverbe « sciemment », n'exige pas la preuve diabolique d'une intention criminelle avouée à cor et à cri et qu'il y a là, tout simplement, un rappel prudent du principe général de droit pénal lequel exige pour qu'un délit soit constitué que l'intention criminelle soit établie. Le droit qui fait l'objet de ce refus discriminatoire sera établi conformément à l'ensemble des règles juridiques pouvant s'appliquer aux personnes. La tentative n'est pas' punie. L'agent de l'infraction est défini d'une manière, semble-t-il, très générale : « Tout dépOSitaire de l'autorité publique ou citoyen chargé d'un ministère de service public » (le projet Lyon-Caen s'exprimait ainsi : « Quiconque, investi d'un ministère de service public, ... »). Malgré la difficulté fameuse à définir la notion de service public, l'expression du projet écarte évidemment le critère organique ou matériel du service public pour s'intéresser à tout « citoyen l) chargé d'un « ministère de service public ». La victime du délit peut être un individu comme aussi une association ou une société, ou encore ce sont les membres d'une association ou d'une société qui peuvent être les sujets passifs de l'infraction pénale. II. - Discrimination par prestataire. Ce délit, tout comme celui de refus d'embauche ou de licenciement discriminatoires, ferait l'objet d'un article 416, vacant au sein du Code Pénal depuis l'abrogation, en 1884, des dispOSitions qui y figuraient. Il s'insèrerait dans le titre II : Crimes et Délits contre les particuliers, Chapitre II, Section 5 : Violation des règlements relatifs aux manufactures, au commerce et aux arts. L'infraction est constituée par le refus de prestations de biens ou de services autres que de nature confessionnelle. Cette dernière restriction s'explique par la légitimité du caractère exclusif, au profit des fidèles ou adeptes d'une religion déterminée, et donc forcément discriminatoire, des biens et services de nature strictement confessionnelle. Le projet est cependant allé trop loin - peut-être par inadvertance - en admettant cette exception même quand le prestataire alléguera seulement l'appartenance ou la non-appartenance raciale du reqUérant. On ne sache point en effet que les confessions, par principe, soient le privilège d'un groupe racial déterminé, à l'exclusion de tout autre groupe, et la tolérance implicite de la loi pourrait certainement consacrer des abus d'intolérance. Le premier alinéa de l'article 416 s'exprimerait mieux, semble·t-il ainsi : « Seront punis ... « 1. Toute personne amenée par sa profession ou ses fonCtions à fournir des prestations de biens ou de services , qui aura r efusé celles-ci soit par elle-même, soit par son préposé, en raison de i 'appartenance ou la non-appartenance raciale ou confessionnelle de celui qui les sollicite, sauf le cas ou cette personne n'aura été sollicitée que pour des prestations de biens ou de services de nature \ des commettants sur leurs préposés. L'employeur ne pourra se réfugier dans une attitude hypocrite (l'hypocriSie est un mal typique des raCistes), laquelle consisterait à dire que, quant à lui, il n'aurait rien refusé, tandis que la basse besogne raciste serait impunément assurée par un non-prestataire, irresponsable. Avec cette responsabilité pour autrui, il est tout à fait possible que, par la force des choses, s'organise une éducation antiraciste là où souvent l'on peut déplorer des encouragements criminels, trop facilement donnés aux humbles en pâture à l'agressivité que peut renfermer leur be· soin de compensation. Ce Projet contient donc, en outre, les germes d'une saine politique antiraciste. Il prévient tout autant qu'il guérit et c'est donc une bonne loi qui est en préparation. La victime du délit de discrimination par prestataire est un individu quelconque. Il peut être étranger, tout comme, d'ailleurs, dans les deux autres délits de discrimination prévus par le texte, dans la mesure où, bien entendu, dans ces derniers cas il est titulaire d'un droit ou n'est pas, par ailleurs, juridiquement diminué par d'autres dispOSitions légales sur la main-d'oeuvre étrangère. Le délit est également constitué à l'encontre d'une association, d'une société ou des membres d'une association ou d'une société, en raison de l'appartenance ou de la non-appartenance raciale ou confessionnelle de ses membres ou d'une partie d'entre eux. III. - Discrimination par employeur. Le délit consiste dans le refus d'embaucher ou le licenciement « sauf motif légitime tiré de la nature de l'emploi ou du caractère du groupement ou de l'entreprise ». La restriction est peu claire et, malgré la garantie de principe inclue dans l'expression « motif légitime » qui signifie pratiquement : motif juridiquement protégé (par exemple, en vertu du principe de la liberté de conscienclil, ou du libre droit d'association, etc.), on voit mal tout ce que « la nature de l'emploi ou le caractère du groupement ou de l'entreprise » peut justifier, selo:1 l'appréciation qu'en pourront faire les tribunaux sous le contrôle de prinCipe de la Cour Suprême. Comment devrait être rédigé ce texte ? Ou bien il faut supprimer complètement ce membre de phrase , porte dangereusement ouverte à des exceptions qu'on est même incapable d'imaginer aujourd'hui - et l'on fait confianc9 aux tribunauX pour trouver aux infractions, le cas échéant, Le texte élaboré par le Conseil d'Etat Voici le texte du projet de loi commenté ci-dessus par Mo Henri Garidou. Adopté par le Conseil d'Etat (Section de l'Intérieur), sur rapport de M. Chasserat, il doit maintenant être soumis à la Chambre des Députés et au Sénat: ARTICLE PREMIER. - Il est inséré dans le Code Pénal un article 187-1 rédige comme suit: Article 187-1. - Sera puni d'un emprisonnement de 2 mois à 2 ans et d'une amende de 30.000 N.F. ou de l'une de ces deux peines seulement, tout dépositaire de l'autOlité publique ou citoyen chargé d'un ministère de service public qui en raison de l'appartenance raciale ou confessionnelle d'une personne, lui aura sciemment refusé le bénéfice d'nn droit auquel elle pouvait prétendre. Les mêmes peines seront applicables lorsque les faits auront été commis à l'égard d'une association ou d'une société ou de leurs membres, en raison de l'appartenance ou de la non:appartnance raciale ou confessionnelle de ces membres ou d'une partie d'entre- eux. ARTICLE 2. - L'article 416 du Code Pénal est rédigé comme suit : Seront punis d'un emprisonnement de 2 mois à 1 an et d'une amende de 1.000 à 10.000 N.F. ou de l'une de ces deux peines seulement: 1) Toute personne amenée par sa profession ou ses fonctions à fournir des prestations de biens ou de services autres que de nature confessionnelle, qui aura refusé cel. les-ci, soit par elle-même, soit par son préposé, en raison de l'appartenance ou de la. non-appartenance raciale ou confessionnelle de celui qui les sollicite ; 2) Toute personne qui, dans les conditions visées au 1, aura refusé des prestations de biens ou de services à une association ou à une société ou à leurs membres, en raison de l'appartenance ou de la non-appartenance raciale ou confesssionnelle de ces membrC's ou d'une partie d'entre-eux ; 3) Tout employeur qui, sauf motif légitime tiré de la nature de l'emploi ou du caractère du groupement ou de l'entreprise, aura refusé d'embaucher ou aura licencié une personne en raison de son appartenance ou de sa non-appartenance raciale ou confe~ sionnelle . Le Tribunal pourra ordonner que la décision de condamnation sera insérée, intégralement ou par extrait, dans les journaux qu'il désigne, et affichée, en caractères très apparents dans les lieux qu'il indique, notamment au siège de l'établissement où le délit a été commis, ,)U au domicile du cond!J.m né, le tout aux frais du condamné. des faits justificatifs, conformément au droit commun (autorisation légale, autorisation tirée de la coutume, etc. ). Ou bien l'on ajoute l'adjectif « confessionnel », dans ce membre de phrase «( la nature confessionnelle de l'emploi, le caractère confessiolilnel du groupement ou de l'entreprise ») . Mais alors l'on consacrerait encore, comme on l'a fait pour le deuxième délit examiné ci-dessus, une discrimination raciale, qui serait paradoxalement jl1stifiée pour des prétextes confessionnllis. La loi dirait, en effet, que l'on peut refuser un emploi de nature confesliionnelle pour des raisons d'appar· tenance ou de non-appartenance raciale. Ainsi, l'alinéa 3 de cet article 416 du Code Pénal ferait l'objet d'une rédaction plus logique s'il s'exprimait à peu près comme suit: « Tout employeur qui aura refusé d'embaucher ou aura licencié une personne en raison de son appartenance ou de sa nonappartenance raciale QI{ confessionnelle, sauf le cas où l'e,mployeuT aura agi en raison de l'appartenance ou de la nonappartenance confessionnelle de l'autre personne, pOUT un motif légitime tiré de la nature ' confessionnélle . de l'emploi ou du camct "re confessionnel du groupement ou de l'entreprise ». Ces trois délits présentent chacun cette m~me difficulté (sauf le licenciement discriminatoire) d'être basés sur un fait en partie négatif : le refus. La preuve cependant n'en est pas trop malaisée selon les règles extrêmement réalistes du Droit Pénal qui contient d'autres exemples de refus (déni de justice, refus collectif de l'impôt, refus d'obtempérer à réquisition, refus d'un service légalement dû, et le refus, très proche des cas qui nous intéressent, par un producteur, commerçant, industriel GU artisan des prestations de biens ou de services, délit à caractère essentiellement économique, visant la fraude et la recherche d'un bénéfice illicite - Décret du 24 juin 1958), voire de simple abstention (non-assistance de personne en péril). Cette législation projetée, éminemment souhaitable, renferme un principe de progrès social que nous avons souligné au passage et se présente, malgré les imperfections encore remédiables, dans des conditions qui devraient rallier sur son esprit l'unanimité des suffrages. (1) Texte ci-dessous. 1- TROIS PRocEs Trois procès où l'antisémitisme et le racisme seront au banc des accusés doivent avoir lieu prochainement. UN MEDECIN MALADE ... D'ANTISEMITISME Une revue spéciolisée paraissant à Blai s, « Le Val de Loire Médical », publiait dans son numéro d'ovril un orticle de san directeur, le Docteur M. Luzuy, sur 10 situo tian de la médecine en France. L' outeur, otteint du virus ontisémite, croit devoir s'en prendre, pour expliquer tout ce qui ne va p as, à ces « juifs roumains qui, dans la· banlieue de Paris nous déshonorent en confondant médecine et épicerie ». Alertés par le M.R.AP., un certain nombre de médecins, se jugeant à juste titre diffamés, ont porté plainte. Ils seront défendus par notre omi Me Schapiro, membre du Bureau National du M.R.AP. ENCORE POUJADE Poujade a tenu, une nouvelle fais, à exhaler sa haine antisémite dans son journal « Fraternité Française », à l'occosian des élections du ge arrondissement (numéro du 16 juin 1961). Tout y est : injures, calomnies, menaces cantre les juifs du « ghetto du 9" » que Poujade, annonçant une prochaine guerre, avertit en ces termes : « A ce moment-là, crois-moi, petïte Rebecca ou petit Abraham, quand il y aura le retour de flamme, tu n'auras pas besoin de chercher tes grands dignitaires qui l'auront provoqué... Prenez garde, Messieurs les nouveaux maîtres, que ce ne soit pas le signe avant-coureur de l'ouragan... » Etc. " , etc". Le M.R.A.P. ayant alerté le Procureur de la République, une instruction a été ouverte, et notre Mouvement - défendu par Me Garidau - s'est constitué partie civile. L'AFFAIRE DES HARKIS Le procès des supplétifs qui se sont livrés à une attaque contre un café de la rue François-Miron, en juillet 1960, aura lieu le 19 octobre, devant la 24' Chambre du Tribunal de Grande Instance. Ainsi que nous l'avons indiqué dans notre dernier numéro, les victimes seront défendues par Mes Manville et Dymenstajn (désignés par le M.R.AP.), ainsi que Mes Rasenthol et Badinter (désignés par la L.I.C.A. l. De la croix gammée à la croix · celtique (SUITE DE LA PAGE UNE.) glants que la guerre engendre et perpétue. Ap!ès l'as~assinat de Camille Blanc, le maire d'Evian, le bulletin de « Jeune Nation », « Le Courr ier Nationaliste» écrivait, en avr il : « L'exécution spectaculaire d'un salopard prend, dans le contexte actuel une importance exceptionnelle, montrant au monde, à l'opinion française et à nos compatriotes d'Algérie, que des hommes sont résolus à employer les moyens nécessaires au salut de la Nation ... » Et voici ce qu'on pouvait lire le 14 avril dans la feuille allemande « Deutsche Soldaten Zeitung » (journal ·du soldat allemand) : «Cet homme (Camille Blanc) qu'on appelle un « résistant » et commandant d'un groupe de résistance n'était autre chose qu'un terroriste et un chef de bandits. En cette qualité. Camille Blanc s'est livré pendant l'occupation alleu!ande à des actes puni ssables de la peine de mort selon le droit international... » Cette « peine de mort » infligée à Camille Blanc jette une lumière crue sur ses assassins. Ces pseudo « patriotes » sont les exécuteurs des basses oeuvres du fascisme de toujours et sous tous les vocables d' « Algérie française », d' « intégrité française » par lesquels on essaie de duper l'opinion et notamment celle d'une partie des Européens d'Algérie. se camouffle en réalité, le seule véritable complot, celui par lequel les tenants du racisme rêvent d'étrangler en France toutes les libertés républicaines. Dès lors Que le pouvoir actuel ne se résout pas à envisager autrement la sauvegarde des libertés publiques, dès lors Que l'actuelle menace du fascisme n'est envisagée que comme une sorte de débat entre les variantes possibles d'un certain «patriotisme » il en résulte pour tous les citoyens un risque énor~ me, contre lequel s'impose sans tarder l'union de tous les républicains et, en premier lieu, de tous les antiracistes qui avent d'expérience ce qu'il adviendrait si les « patriotes » de T eune Nation et cie l'O.A.S. devaient l'emporter. L'AUTRE grave sujet de préoccupation est l'accroissement de la tension internationale, lié à la nécessité impérieuse, vitale, de mettre un hein à la course aux armements et no~ tamment à la vertigineuse reconstitution, au coeur de l'Europe, du péril principal pour la paix : le militarisme allemand. l'aboutissemcnt d'unc situation née du renversement des alliances. De ce fait l'Allemagne, loin de reconnaître les conséquences de sa défaite, a pu à l'Ouest reconstituer son potentiel militaire qui après sa renaissance économique, est désormais le plus puissant d'Europe. Son état-major, qui ne cache pas ses objectifs de revanche, revendique les armes les plus modernes. Ces jours-ci était annoncée la prolongation probable du service militaire obligatoire à r8 mois. On sait par ailleurs combien la Bundeswehr est truffée jusqu'au sommet dlofficiers qui ont servi Hitler jusqu'à la défaite et comment ont été réintégrés les anciens Waffen-S.S. jusqu'au grade de lieutenant-colonel, tandis que se poursuivent les rassemblements d'anciens combattants nazis organisés en 2.000 associations aux agapes desquels président fréquemment des ministres de Bonn. Ces ministres, parmi lesquels la Résistance internationale n'a cessé de dénoncer la présence d'anciens hauts dignitaires hitlériens, tels Oberlander. finalement écarté, ou bien encore Globke, toujours en place et principal collaborateur du chancelier Adenauer. Loin de nous l'idée qu'entre l'Allemagne et ses victimes d'hier, la rancune, voire la haine soit une fatalité inéluctable. C'est au contraire parce que nous savons que l'orientation de la politique allemande vers le militarisme et l'esprit de revanche ne peut qu'étouffer les velléités démocratiques et pacifiques du peuple allemand que nous demeurons irréductiblement opposés à l'alliance contre nature avec ceux qui en Allemagne ont toujours inspiré et favorisé l'expansionnisme germanique. Plus récemment, la vague de croix gammées, le procès d'Eichmann ont souligné combien 10Ul'de de périls était la situation outre-Rhin. C'est pourquoi les antiracistes exigent, avec tous les partisans sincèl'es de la paix. la négociation entre les puissances intéressées et sans exception qui doit aboutir à la reconnaissance. sans esprit de retoUl', de la défaite définitive des forces qui naguère conduisirent le monde au gouffre de la guerre. Contre les chevaliers de la croix celtique et de la croix gammée, l'union agissante des forces de démocratie et de paix s'impose. Elle triomphera. C. p. 9 Participez à notre concours 1 « Droit et Liberté » orgonise un grand concours d'abonnements et de dirfu~ ion. Pourquoi? • PARCE QUE, CHACUN LE SAIT, L'EXISTENCE DE TOUT JOURNAL LIBRE EST AUJOURD'HUI PRECAIRE : pour que le nôtre puisse faire face de façon décisive à ses difficultés, il lui faut 2 .000 nouveaux abonnés dans les prochains mois. • PARCE QUE NOUS SAVONS QUE NOS LECTEURS SONT ATTACHES A CE JOURNAL, et que loin d'être des lecteurs passifs, la plupart sont des propagondistes de la cause antiraCiste, prêts à se mobil iser pour recruter ces 2 .000 nouveaux abonnés. • PARCE QU'ENFIN, DANS UN CONCOURS, IL Y A ... DES GAGNANTS, et· ce sera un plaisir pour nous, de récompenser les meilleurs parmi les meilleurs. Nous vous souhaitons donc de gagner le 1er PRIX: Un voyage gratuit de trois jours en Belgique Bruxelles - Bruges - Anvers (et pour le gagnant belge, trois iours à Paris) ... ou l'un des nombreux autres prix: voyages, objets d'art, livres, disques, bons d'achats, etc ... Aucune condition n'est posée pour participer à ce concours. Il suffit d'adresser à « Droit et Liberté », 30, rue des Jeûneurs, Paris-2', des abonnements .Du des demandes de journaux. Une fiche sera établie au nom de chaque participant, où seront portés les points dont il bénéficiera. Les points seront calculés comme suit : Abonnements de 50utien Clan, 15 NF) ................... . Abonnement ordina ire Cl an, 7,50 NF) ..... . ........... . Abonnement de propagande C3 mois, 2 NF) .. ............. . Diffusion : par numéro ................ .• .............. 20 10 3 1 points points points point CHAQUE NOUVEL ABONNE RECEVRA GRATUITEMENT LA BROCHURE « QUELQUES ASPECTS DE L'ACTION ANTIRACISTE }). Au travail, donc. Et bonne chance !... COn peut envoyer les abonnements sur papier libre ou, mieux, demander ou journal les formulaires appropriés. Un reçu sera adressé directement à chaque nouvel abonné dès que san versement nous sera parvenu.) Ce qu'on a appelé la crise de Berlin n'est en réalité, seize ans après la fin de la guerre et la défaite de Hitler, que Discriminations contre les musulmans UÛPte , EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. Charles. 1 1 (Suite de la première pagel à croire toujours et encore à la frat:ernité dans une Algérie qui se déterminerait elle-même et serait maîtresse de son destin. L'affrontement des populations que dominent les haines attisées par les ultras. risque d'un jour à l'autre de provoquer cette explosion que tous les antiracistes redoutent et qui aboutirait à un génOCide des diverses communautés. Conscientes de ce danger, de nombreuses voix s'élèvent pour que très rapidement soit stoppée cette course à l'abîme. Car il est vrai que le bon sens, la fraternité peuvent encore triompher des passions exacerbées et des réflexes meutriers de l'angoisse. C'est rappeler une évidence que de dire que la volonté profonde du pays exige des négociations véritables pour régler dans la dignité des hommes le sort de l'Algérie de demain. Chacun peut mesurer à présent le mal immense que certaines méthodes, bannies par la conscience universelle, ont fait à la France. Les tueurs recrutés par l'O.A.S. parmi des déserteurs de la Légion étrangère, les mercenaires surnommés les « affreux », enrôlés sous la bannière du Katanga, qui peut douter main- Une déclaration du M.R.A.P. L E Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix CM.R.A.P.) tient à souligner le caractère discriminatoire du communiqué publié par la Préfecture de Police le 5-10- 1961, et à exprimer l'émotion des antiracistes. Le M.R.A.P. rappelle qu'aux termes mêmes de la Constitution Française : - tous les citoyens sont libres et égaux en droit, sans qu'il y ait à distinguer de leur lieu d'origine, de leurs croyances philosophiques ou religieuses ; - que cette l'iberté et cette égalité ne trouvent leurs limites que dans le cadre de la Loi; - qu'en aucun cas la liberté ou l'égalité d'un groupe de citoyens ne peuvent être réduites à raison de la seule croyance et du seul lieu de naissance de ces citoyens. On ne peut transgresser ces principes sans, du même coup, porter gravement .tteinte aux fondements démocratiques de notre pays. M. le Préfet de Police, en « conseillant de la façon la plus pressante » aux « Français Musulmans d'Algérie)} de s'absten ir de circuler la nuit de 20 h. 30 à 5 h. 30, en leur recommandant 'irès vivement de ne circuler en i'oule occasion, qu'isolément ; en décidant la fermeture à 19 heures des débits de boisson ~e nus et fréquentés par eux, institue, en fait et IJOntrairement au droit français, un véritable couvre-feu pour un seul groupe de c;ïtoyens déterminés por leur confession et leur lieu de naissance présumé. le M.R.A.P. souligne la nocivité d'un tel communiqué officiel publié alors que la guerre d'Algérie a déj,à gravement conl'ribué à la renaissance du racisme en France. Le M.R.A.P. oppelle tous les antiracistes, tous les républ'icains à s' ossocier à sa protestation. Il appelle tous les gens de o::oeur .;, affirmer et à promouvoir en toute occasion, par tous les moyens, l'esprit de fraternité et de compréhension humaine en vue de contribuer à la création d'un climat favorable à la recherche d'une solution pacifique par la négociation qui ne peut se fonder que sur le respect de la dignité de taus les hommes dans leur diversité. tenant qu'ils n'aient pas été ces tortionnaires ou leurs complices qui martyrisèrent tant d'hommes et de femmes et firent périr le professeur AUDIN comme l'avocat O-uld AOUDIA, Camillc BLANC, maire d'Evian, comme le commissaire GAVOURY, M' POPIE comme le commissaire GOLDENBERG? Il appartenait aux gouvernants qui nous dirigent non seulement de tout mettre en oeuvre p'our la recherche d'une solution négOciée du conflit algérien, mais aussi d'éclairer les esprits, de châtier les tortionnaires, d'enrayer la vague du racisme. Les échecs de Melun, Evian, Lugrin, qui furent autant de déceptions ont permis aux groupuscules ultras de mieux assurer leur emprise sur les esprits désorientés des européens d'Algérie tandis qUI:: l'incroyable clémence des tribunaux envers les « putschistes » achevait de seme!' la contusion. EN France même, la carence des pou. voirs publics a permis au virus du racisme, né de ce conflit, d'étendre ses ravages. On le retrouve dans des communiqués émanant des autorités qui participent ainsi à la propagation du mal, à la contamination accélérée, alors que leurs premiers devoirs seraient de le com. battre implacablement sous toutes ses formes. S'il est très inquiétant de constater que ces chasses à l'homme que les ultras de l'O.A.S. parviennent à fomenter dans les grands centres urbains d'Algérie, n'éveillent pas parmi l'ensemble de la: population française un vigoureux sursaut de honte et de dégoût - comme si les citoyens s'étaient accoutumés à cette ignominie - l'attitude adoptée par certaines autorités officielles est to~te aussi inquiétante et lourde de conséquences. Déjà en septembre 1958, les autorités de Police avaient ({ recommandé » aux Algériens vivant à Paris et dans la proche banlieue de ne pas sortir le soir après 21 heures ou 22 heures et avaient astreint ceux d'entre eux qui étaient possesseurs d'un véhicule automobile à se munir d'un permis de circuler, limité dans le temps, et ce, sans qu'aucun texte (loi, décret ou arrêté) n'ait été préalablement publié (1). Le Communiqué de la Préfecture de Police en date du 5 octobre 1961, en recommandant d'une manière très pressante aux « Français Musulmans d'Algérie »: de ne pas sortir après 20 h. 30; de ne circuler, en toute occasion, que seul; en décidant la fermeture, à 19 heures, des débits de boisson tenus et fréquentés par les ({ Français Musulmans d'Algérie ». institue en fait un véritable couvre-feu à l'égard d'un groupe ethnique. Pour la première fois dans notre République, des mesures restrictives de liber te sont prises, en dehors de tout texte, visant des citoyens uniquement en raison de leur confession et de leur lieu d'origine. Quel que soit le bien fondé des rai· sons et des circonstances invoquées nous disons tout nettement que ces mesures sont contraires aux traditions républica-ines de notre pays, contraires à ses lois, à sa Constitution. Nous disons qu'elles portent en germe un ferment exécré : le racisme. Que les pOUVOirs pUblics ne 's'en rendent pail compte, que le Président de l'Assemblée Nationale puisse simplemen. répondre au député algérien qu'inqUiètent fort justement ces mesures {( qu'elles ne s'appliquent pas aux représentants du peuple », voilà ce qui bouleverse les antiracistes et les démocrates de France. Mais il y a pire encore, nous voudrions de toutes nos forces croire que des méthodes employées en Algérie sont inconnues sur notre sol, que la {( gangrène » que la ({ Question » ne souillent pas notre nation. Il y va de notre honneur, les antiracistes se doivent de garder les yeux ouverts. La lettre ouverte de l'A.G.T.A. (Amicale Générale des Travailleurs Algériens) l.I:dressée le 10 octobre au Président de la Commission de Sauvegarde des Libertés, aux Présidents des grandes Associations. aux secrétaires des Syndicats, aux journaux, relate des faoits qui appellent à la vigilance des antiracistes et des républicains. Les multiples démaoeches des travailleurs marocains victimes de mauvais traitements auprès de l'ambassade de leur pays, ne peuvent rester ignorées. Tout cela s'inscrit inexorablement dans un processus fatal. Il n'est que temps que les gens de coeur et de raison, que les démocrates de toutes tendances, que les antiracistes, s'unissent et obtiennent une négociation véritable. Il n'est que temps que les idéaux de Fraternité l·emportent. Demain tout risque d'être trop tard. A. D. (1) Voir « D.L. », N° 194, novembre 1960: ({ La Condition des Algériens en France ». j 10 LU - VU - ENTENDU L'Affaire DREYFUS et la presse L'AUTEUR ne prétend pas raconter ni expliquer, après tant d'autres, l'Affaire Dreyfus, mais faire réapparaltre les reflets qu'en donna la presse de l'époque. Déjà M. Pierre Miquel, dans un petit ouvrage que nous avons analysé ici, avait montré le rôle et les re:sponsabilités des journaux dans le déclenchement, l'histoire et le dénouement de l'Affaire. M. Patrice Boussel, dans une optique différente, puisque dégagée de tout souci d'explication, a pu citer, tout à loisir, de longs extraits des journaux parisiens, provinciaux et étrangers, qui font revivre l'Affa i re au jour le jour, telle qu'elle a été vécue par les contemporains, avec ses étrangetés, ses rebondissements, ses contradictions, et ses crises successives. Si le roman a pu être défini comme un miroir qu'on promène le long d'un chemi, n , ces compilations de la presse d'autrefois sont comme un miroir qu'on promènerait le long de l'histoire. Il faut remarquer, immédiatement - et c'est le cos pour l'Affaire Dreyfus et la preSle (1) - que ce miroir est bien souvent un miroir déformant, qui ne fournit de l'événement que des images partielles, contradictoires, fantastiques, et risquant de mystifier le lecteur d'aujourd'hui autant qu'à pu l'être c~lul d'autrefois. Cela, du moins, lorsqu'on Se contente de doser savamment des extraits de journaux aux tendances opposées, en renvoyant leurs rédacteurs dos à dos, ~cns chercher à discerner, au regard des données objectives de l'événement, lesquels étaient dans le vrai et lesquels se trompaient ou trompaient sciemment leurs lecteurs. Or c'est un peu à cette fausse impartialité que semble s'être rangé l'auteur: comme si dreyfusards et anti-dreyfusards, du Daint de vue de la vérité historique, et du point de vue de la sincérité politique, étaient à mettre dans le même sac : « Après la " trahisan » de Dreyfus - qui retint peu l'attention - il y eut l'Affaire Dreyfus, et celle-ci est un mythe créé par la Presse. Dreyfusards et anti-dreyfusards trauvèrent dans leurs journaux le confort de l'esprit. Grôce à eux', ils assistèrent pen- « LES HOMMES t;EULENT VIVRE » Le cin~aste Léon ide Moguy, dont on connaît l'attachement à la cause que, nous défendons, vient de terminer un très grand film : « Les hommes veulent vivre ", qui constitue le couronnement de son oeuvre si belle et si généreuse. Plusieurs dirigeants du M.R.A.P. ont eu le privilège d'assister à un projection privée de ce film, qui sortira bientôt sur les écrans français, après une grande soirée de gala, à l'U.N.E.S.C.O. Dédiée à la fraternité humaine, à l'aven ir de l'humanité, cette oeuvre passionnante mérite le succès, non seu lement pour san indéniabie valeur artistique, mais par ce qu'e lle apporte au combat de tous ceux qui veulent la paix. Nos amis ne manqueront pas d'aller l'applaudir, PAR Henri MITTERANEJ da nt douze ans à un spectacle assez comparable au Guignol enfantin ... Le mythe s'est fractionné : les « bons JO et les .. méchant. » ont été confondus, le confort mental de chacun s'est effrité, les certitudes ont perdu de leur po'ids et le mythe de l'Affaire Dreyfus, parce qu'il a beaucaup détruit, a libéré les consciences en les privant de leur tranquillité ». En somme, tout le monde, dans cette histoire, a fini par avoir les mains sales ... L'auteur l'écrit, ou reste : « En ce sens, la lutte aura été profitable. L'Affaire Dreyfus, qui donna mauvaise conscience aux Français, n'aura donc pas été vaine •• On 1 it bien : .. aux França'is » ; aux anti-dreyfusards et aux dreyfusards ; à l'Etat-major et à Zola ; à Mercier et à Picquart; à Drumont et à Laborie ; à Dreyfus aussi. Je n'aime pas beaucoup ce détachement patelin : car il conduit, tout compte fait, à excuser les fautes et les mensonges des uns, tout en discréditant le courage et l'honnêteté des autres. Cette attitude, si elle ne diminue pas l'intérêt pittoresque ,et documentaire du livre - et encore... - en restreint en tout cas la valeur historique. Soyons juste : elle apparaît surtout dons l'introduction et la conclusion ; et elle n'est peut-être, au vrai, qu'un excès de prudence. Le reste de l'ouvrage présente un choix de textes, relQtivement objectif, habilement monté, et commenté alertement. Dans l'état actuel de la documentation commodément accessible, cette mosaïque d'al-ticles se lit d'un trait; elle aide à reconstituer les principaux mécanismes des affaires successives et complémentaires, dont le drame du capitaine Dreyfus fut le pivot. Elle vient à point nommé illustrer les études récentes de MM. Baumont, Giscard d'Estaing, Guillemin et Miquel. On y trouve des extraits de presse témoignant de la montée de l'anti sémitisme dans la petite bourgeoisie française à la fin du XIX' siècle ; l'analyse d'un roman-feuilleton, publié dans le Petit Journal quelques mois avant le déclenchement de l'Affaire, e~ qui préfigure étonnamment la machination de l ' EtatMajor contre Dreyfus ; les principaux articles de La Libre Parole (Edouard Drumont) et de l'Intransigeant (Henri Rochefort), déchaînés au premier jour contre c le juif Dreyfus » ; les innombrables ragots, suppositions, commentaires de l'Eclair, de La Croix, du Petit Jaurnal, de la France, de l'Univers, de la France cathalique, de l'Echo de Paris, du Matin, tous autres journaux antisémites ; le reportage claironnant de Léon Daudet - Hamois batteur d'estrade - dans le Figaro, sur la dégradation du capitaine [ .. ce petit automate, complètement noir et dépouillé, cette bête hideuse de trahisan qui demeure debout sur ses jambes roideSl, survivant à sa catastrophe, épouvantail paur les faibles et désolation pour les forts, » etc.l, les notes de l'officieuse agence Havas; le maladroit article de l'Eclair, révélant qu'une des pièces qui avaient servi à faire condamner Dreyfus n'avait Po! été communiquée à l'accusé ni à ses défenseurs, et d'où allait finalement sortir toute la campagne de révision ; de longs extraits des brochures de Bernard Lazare et de Zola, des lettres de Mathieu Dreyfus, des articles révisionnistes du Figaro, du Siècle et de l'Aurore, des reportages sur les procès Zola, et sur le Conseil de Guerre de Rennes; bref, une abondante et précieuse collection, s'étalant sur plus de cinq cns, d'articles, de photographies, de caricatures, et de points de repères historiques. La lecture de toutes ces proses fournit au moins une certitude, qu'on aurait aimé voir dégager plus lucidement par l'auteur, car elle crève toutes les pages de son 1 ivre, et elle, au moins, n'est pas un mythe : celle de l'écrasante responsabilité d'une certaine presse dans le martyre de Dreyfus, et plus généralement dans les progrès de l'ignoble antisémitisme dans la France bourgeoise des années 90. Il faut tout de même tenir compte des propor. tians - ce que M. Patrice Ba'ussel ne fait pas : L'Eclair, l'Echo de Paris, le Petit Journal, le Matin, l'Intransigeant, la Croix, la presse catholique de province, drainaient la gronde majorité des lecteurs ; des années durant, ces journaux-là. inondèrent le pays de mensonges et de stupidités. « Tel cuide enseigner autrui qui s'enseigne soimême » : si l'éclair et le Matin, n'avaient pas « gaffé » par leurs révélations intempestives, et fourni eux-mêmes des armes aux « Dreyfusards », qu'auraient pesé les tentatives du « syndicat » révisionniste ? - Mais alors, n'aurait-il pas convenu, plutôt que de citer pêle-mêle toutes ces feuilles, de suivre attentivement la campagne de quelques-unes d'entre elles, en particulier de celles qui montèrent et soutinrent l'Affaire, du côté antidreyfusard ? Il aurait été bon également d'analyser les rapports plus ou moins affichés, plus ou moins secrets, de ces journaux avec les forces économiques, politiques, administratives, militaires, qui les finançaient, les " informaient » et les diffusaient. Au moins, une telle radiographie aurait-elle permis de discerner, par delà les aH"dbulations et les clameurs, quelques-unes des racines profondes de la poussée nationaliste et raciste dont elles étaient l'expression. De ce point de vue, l'étude de l'Affaire Dreyfus et la presse reste à faire. Car il ne suffit pas de constater qu'i 1 sub~i5te dans l'Affaire des aspects mystérieux

encore moins d'affirmer qu'elle fut

.. un mythe créé par la presse ». On épaissit ainsi les mystères au lieu de le contribuer à les dissiper. L'emprisonnement de Drévfus ne fut point illusoire, non plus que la campagne raciste qui l'accompagna. Et même si le cas de Dreyfus devint symbolique, l'étude qu'on peut en faire ne relève pas de la mythologie ! C'est traiter l'histoire avec trop de légèreté que de la ramener à des querelles d'opinion, à des heurts de phantasmes et d'illusions ... C'est pourtant ce que font les études de presse, lorsqu'e lles s'en tiennent à une revue superficielle des textes exhumés, sa ns mettre à nu les rapports de la Presse et des classes socia les, de la Presse et du Capital, de la Presse et du Pouvoir. En fin de compte, dans l'Affaire Dreyfus comme dans toutes les grandes affaires politiques modernes, hypos~asie r le rôle de la presse, en négl igeant le fait que sa puissance n'est nullement autonome, mais elle-même étroitement dépendante d'autres forces, véritables organisatrices ou stimulatrices des campagnes d'opinion, ne ferait qu'ajouter aux mysti fications anciennes, et reviendrait précisément à substituer la mythologie à l'histaire. (1) Editions Armand Colin (Collection Kiosque), 272 pages.

  • notes de ;!;:;:;:;:;:;:::;!;:;:;:;:::;:;:;!;:;::!;:::;!;!;:::;:;:;:;!;:;:;:;:::;::::::.::;::"::::;:;:;:::;:::::::::::;:;:;:;:::::;!::;::::;!;:::;:::::::;!:!::;:::;::!;!;:;:;!;:::;:;:;:;:;!::;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;: * LA NUIT DE LA PASSION. - Roman

de Henny DORY (Julliard). « Il n'y a pas de vie possible pour qui contemple au fond de soi un pareil musée d' horreurs n, affirme Sylvie, un des deux personnages du livre de Mme Henny Dory: « La Nuit de la Passion », auquel cette phrase pourrait servir d'exergue'. Ce roman, inspiré d'expériences personnelles de l'auteur, a pour sujet le retour à la vie de deux déportées des camps de la mort, leur impossible combat pour abolir un effroyable passé. Falloit-il jouer Il Le Marchand de Venise Il 1 Si Mme Dory cède parfois aux tentations d'un style un peu trop « travaillé », surtout au début de son livre, l'évocation simple et sobre de la vie concentrationnaire dans un càmp de femmes ne peut laisser personne indifférent et fait tout le prix de ce très bon roman-témoignage. UNANIMEMENT accueilli par la CrItique parisienne comme l'un des événements marquants de la rentrée théâtrale, Le Marchand de Venise n 'en a pas moins suscité des controverses parmi les spectateurs. Et notre journal ne saurait manquer de poser quelques questions sur cette représentation et ~"apporter, _ peu1(-être, sur ce problème, quelques éclàircissements utiles. Car c'est toute l'ambiguité de la pièce de Shakespeare que de pOUVOir être interprétée de différentes manières. -n y a un peu plus d'un an, Orson Welles ne devait-il pas renoncer avec éclat à cam , per le personnage de celui qui, depuis près de quatre siècles, incarne dans la littérature :occidentale, le type du juif tel que le voit l'antisémite ? Mais il y a peu de temps, Aaron Meskine ne présentait-il pas à Tel-Aviv, un Shylock plein de grandeur ? Et si le costume du prêteur vénitien" son bonnet pointu en ont fait traditionnellement une caricature ridicule, peut-on pourtant to.xer Shakespeare d'antisémitisme fanatique, lui qui ose faire dire à son juif : « ... et si vous nous outragez, est-ce que nous ne nous vengerons pas ? Si nous sommes comme vous quant au reste, nous vous ressemblons aussi en cela ... » D'ailleurs, si les antisémistes ont volontiers pris Shylock comme prototype è,u juif, c'est assurément qu'ils le con)" lissaient bien mal. Car au risque de surprendre, il nous (;faut rappeler '(que le larchand vénitien, par ses origines, n'est p~s juif, mais chrétien. En effet, dans le ('onte italien où ;Shakespeare a trouvé nn thème, l'anecdote de la livre de chair p;t attribuée à un prêteur chrétien. Voilà ('lui eût certes dû faire réfléchir, s'ils en avaient été capables, les services de la Propagandastatfel qui, aux jours noirs de l'D(,(,1l0ation. se sont acharnés à mobiliser au service de l'antisémitisme, tant d'intellectuels, y compris le grand Will. Que ce chrétien pourtant soit devenu juif dans l'oeuvre de Shakespeare ne saurait nous étonner outre mesure : Shakespeare n'écrivait pas pour les lettrés du XX' siècle, mais pour ceux de cette Renaissance encore chargée de tout le poids du Moyen Age. Et, à l'époque, que pouvait être d'autre qu'un juif, l'homme qui se livrait au commerce de l'argent ? Etaitce un trait caractéristique, une marqup. de race? Non pas ! Comme l'expliquait si clairement Gilbert Mury, il y a quelques années dans « Droit et Liberté », c'était une tradition ancestrale. J e ne peux d'ailleurs résister au plaisir de permettre à nos lecteurs de relever quelques extraits de cet article si lumineux : « Dans la société féodale, tout lien social est fondé sur le serment du suzerain au vassal, du laïque à son clerc, du grand seigneur au roi, ce serment trace les devoirs réCiproques. Pour vivre à la cour de son seigneur, l'homme-lige n'a qu'à donner sa foi, devenir son « féal ». Or, le Juif ne saurait prêter serment. Toute vie communautaire lui est interdite ... « Chassé de toute collectivité, que deviendra le Juif ? « Se réfugiera-t-il dans les villes ? Mais il ne peut trouver accès dans les corporations traditionnelles qui sont vouées à leur saint patron et qui, au demeurant, exigent le serment. Or, non seulement, les artisans, mais aussi les marchands (bouchers, tailleurs, etc ... ), sont incorporés à, de tels groupes professionnels. i Aussi, ne reste-t-il qu'une issue au Juif qui se refuse à l'apostaSie : assumer ces tâches refusées, honnies que rejettent avec mépris les hommes et la société féodale. L'argent est maudit par les pères de l'Ealise. Le vrêt avec intérêt est tenu pour l'abomination de la désolation. Et, cependant, seul un intérêt considérable peut rendre le prêt profitable en un temps où les seigneurs empruntent, puiS payent leurs dettes à coups de bâton ou d'épée, Ainsi, s'établit cet étrange et tragique trafic d'argent où l 'Israélite ne peut manquer d'être tenu pour un usurier, lui que dépouillent ses débiteurs les plus puissants et qui en exige donc davantage des plUS faibles pour assurer sa subsistance et compenser ses pertes. JJ Et voilà tout le canevas de la pièce de Shakespeare ! A vrai dire, si Shylock est bien juif, pourquoi ne serait-ce pas surtout par sa soif de justice, sa rage devant l'iniquité, son entêtement à faire valoir ses droits, à réclamer son dû L. Car, si ridicule que puisse paraître cette hargne butée, cet acharnement à obtenir sa vengeance, somme toute assez mesqui ' ne, il y a à la fois dans son personnage l'étrange grandeur de l'homme opprimé, bafoué mille fois, outragé qui revendique pour lui et ses compagnons le droit d'égalité. Et c'est le très beau monologue

« Un Juif n'a.t-il pas des ywx ?

un Juif n'a-t-il pas des mains ? ... » Cette grandeur interne de ce porte-parole d'une classe exploitée (plus encore peut-être que d'une race honnie) les précédentes représentations du Marchand de Venise ne nous avaient pas accoutumés à la voir s'exprimer. Et il faut remercier Daniel Sorano d'avoir su faire revivre avec leur vraie valeur, leur vrai message humain, les pages immortelles d'un des plus grands poètes dramatiques de tous les temps. Oui, il fallait jouer le Marchand et il fallait lui restituer la vraie couleur antiraciste qui est la sienne. Philippe LAUBREAUX.

  • LES BATARDS. - Roman de Bertène

JUMINER (Editions « Présence Africaine »). La réussite et peut-être aussi l'écueil du roman de B. Juminer, jeune médecin guyanais, est l'exubérante et presque excessive richesse de ses thèmes : rapports entre étudiants noirs et blancs d'une université de province, racisme et sexualité, problèmes propres aux jeunes intellectuels d'outre-mer, condition particulière du métis, conflits de culture, hantise d'un passé de servitude, situation présente du colonisé. L'intérêt se disperse un peu entre ces destins individuels au travers desquels l'auteur nous livre son expérience de la France d'abord, et de son pays, la Guyane. De cette dernière, livrée depUis trois siècles au colonialisme et naguère encore à la déportation des forçats, B. Juminer nous donne une description honnête et sans concessions: un pays trois fois grand comme la Belgiqu e, trente mille habi .. tants, pas un kilomètre de chemin de fer. cent kilomètres de mauvaises routes, une administration bureaucratique sans contact avec l'habitant, en proie à de féroces intrigues et à la délation policière, une population autochtone inculte ou démoralisée ... Un faible espOir, l'action de ces « bâtards », ces étudiants de couleur, divisés en eux-mêmes entre leur fidélité à l'âme africaine et la culture technicienne que leurs dispense l"Europe, dans la mesure où ils pourront et voudront assumer une indispensable décolonisation. Au total, un roman d'une valeur documentaire et psychologique incontestable qu'Aimé Césaire a enrichi d'une clairvoyante préface. GUY BAUDIN. 11 • Après l'émission d'E. LALOU et 1. BARRERE FAIRE FACE au racisme • • • • OUI, • m·als comment? Q UELLES que puisse.nt être les critiques, les réserves qu'ont suscitées les deux émissions d' Etienne Lalou et d'Igor 8arrère sur le racisme, à la télévision, il est juste de commencer par en reconnaître l'utilité, le courage et les bonnes intentions. Il ne fait pas de doute, pour qui connaît les auteurs, qu'ils ont voulu porter témoignage contre des préjugés criminels, et éduquer les téléspectateurs dans le sens d'une prise de conscience humaniste, Mais ont-ils réussi dalns. leur entreprise? Pour l'essentiel, oui . Non, pour trop d'aspects de leurs émissions. Nous pensons qu'un sujet comme le racisme ne doit être abordé qu'avec une extrême vigilance à l'égard de soi-même

il ne faut pas écrire n'importe

quoi, même en croyant bien faire ; il ne faut pas promener caméras et micros avec désinvolture. Constamment, les réalisateurs doivent se demander : devant telle image, tel propos, comment vont réagir - non pas les spécialistes, les gens les plus avertis - mais le vaste public moyen de quelque cinq à sept millions de téléspectateurs qui étaient installés devant le petit écran pour suivre une émission très attendue, due à une équipe devenue populaire pour ses nombreux succès, pour son aptitude à rendre vivants certains grands problèmes de l'actualité. ON CHOISIT TOUJOURS ... Il ne faut pas laisser croire à l'objectivité de ce genre d'émissions : beaucoup trop de gens se figurent que les réalisateurs vont dans la foule, demandent à n'importe qui de faire sa déclaration, déclinant ainsi toute responsabilité: - , Je n'y suis pour rien : que voulezvous, nous avons reproduit ce que les hommes de la rue nous ont dit, tel quel, en toute honnêteté, etc, Ce n'est pas cela du tout. On choisit toujours et tout choix oriente la compréhension du téléspectateur, qui est d'autant plus influencé qu'on lui donne le sentiment de s'adresser à M. Tout-IeMonde, pareil à lui-même, sans chiqué, « vrai comme la vie », Tenant compte de cette réserve géné~ l'ale, nous dirons qu'à l'application, la première émission, malgré ses faiblesses, s'est révélée plutôt positive, Il était bien de commencer par des extraits de films montrant divers aspects du l'acisme en action : contre les juifs du fait des nazis, contre les noirs américains, contre les victimes de l'apartheid en Afrique du Sud. ... " ...... """"" ... ~ PAR ~""' ...... '~ ~~ en avant que les a utres ne produit pas un choc saluta ire, comme l'ont cru les auteurs, mais peut entraîner chez beaucoup découragement et septicisme. CEUX OUI TROMPENT ET CEUX OUI SE TROMPENT Nous sommes là au coeur de l'affaire ce qu'on a voulu prouver, c'est que nous sommes tous plus ou moins racistes. « Nous sommes tous racistes, a dit Etienne Lalou, Le racisrn,e est une maladie de l'âme, ?tn combat entre elle et nous ( ... ) . Nons en sommes arrivés à la conclnsion que le racisme, la .xénophobie, l'intolérance étaient au fond, dans une plus ou moins grande mesu,re, le lot de chac1tn de nous. » Cette vue est fausse, mais elle est surtout t rès dangereuse, car elle a pour résultat de noyer les responsabilités - sociales, politiques, idéologiques et religieuses - et de laisser penser qu'il n'y a pas de différence entre les conditions tre sur le même plan ceux qui trompent et ceux qui se sont trompés. Les premiers, on les combat de diverses façons (ce n'est pas le lieu de préciser), les seconds, même s'ils disent les choses les plus atroces, on peut les aider à réfléchir, à comprendre. Mais attention : il ne faut jamais lutter, dans ce combat vital, sur un seul front, sous peine d'être dupe, mais sur les deux. Dénoncer seulement les racistes, plus exactement les conditions sociales et politiques qui engendrent nécessairement le racisme - « comme la nuée dormante porte l'orage » - c'est une opératiQn à la Don Quichotte : on peut attendre longtemps avant d'avoir gagné une bataille durable. Mais se comporter comme s'il fallait seulement éclairer les coeurs en leur prêchant l'amour du prochain, la tolérance et autres vertus, revient à endormir des regards qui doivent rester grands ouverts sur la source profonde d'où jaillissent les eaux bourbeuses des préjugés racistes. MALADRESSE ET CON FUSION Or si nous sommes tous racistes, et spontanément, comme « naturellement », les bonnes âmes concluront au seul remède de la réforme des esprits par de bonnes paroles. On piétinera dans la con~ fusion. Et les raci stes et leurs alliés actifs, plus ou moins dissimulés - les excollaborateurs de l'occupant, par exemple, les feuilles ultra-colonialistes, les militaristes allemands d'auj ourd'hui" etc. - auront le champ libre et poursuivront leur besogne infernale d'incessante et insidieuse préparation d'artillerie - psychologique - au recommencement des C'était une idée saisissante et très éclairante de songer à braquer une caméra camouflée sur des passants à la vue desquels s'offrait un jeune couple composé d'une blanche et d'un noir. L'image était bloquée quelques secondes sur des visages réprobateurs ou stupéfaits, Ces faces crispées de la haine et de la bêtise existent et mieux vaut les montrer, prises ici sur le vif, comme justement peut le faire l'objectif pour la télévision. Jan Rauch - que l'an voit ici avec plusieurs !nterprètes de san film « La Pyramide Humaine » - apporta à l'émi ssion u n concours unanimement apprécié . Mais déjà le péril s'annonçait à travers cette trouvaille : tous les passants avaient une réaction raciste, Même si le fait a été réel au moment où les opérateurs ont fait leur travail, il ne correspond pas à la vérité, Les hommes, les femmes qui auraient regardé ce jeune couple « bi-colore » avec sympathie existent et dans une proportion importante - nous sommes bien placés pour le savoir au M,R.A.P. - et ne mettre AU CLUB Le Club Amitié, qui réunit à Paris les jeunes antiracistes, a organ isé le mercredi 1 1 octobre un débat sur la récente émission « Faire face ». Sous la présidence d'Albert Lévy, rédccteur en çhef de « Droit et Liberté », la soirée commença par une introduction de Jean Rouch, qui rappe la le but de cette émission: aller cantre la « banne conscience » trop répandue en matière de racisme. Il sou ligna d'autre part les maladresses de la réalisation qui ont choqué un grand nombre de télespectateurs. Nombreuses furent les interventions au cours de ce débat passionnant et passionné, où l'on entendit, entre autres, deux des jeunes gens qui avaient été appelés à participer à l'émission . Pierre Paraf, vice-président du M.R,A.P., n'ayant pu être présent, avait e nvoyé son point de vue par une lettre où il déclarait notamment: ~. Je ne veux pas manquer de rendre hommage au talent des auteurs, dont la bonne foi, les intentions antiracistes sont certaines. Mais il est de man devoir d'écrivain, de journaliste, de militant, de constater qu'ils se sont lo urdement trompés, et spécifiques qui donnent nai ssance au racisme et les victimes même de ces conditions, qui ne sont pas, au premier stade les juifs, les noirs, les Algériens, etc., mais les l'acistes crétinisés euxmêmes qui subissent les conséquences de formes multiples et complexes d'éducation - ou de non-éducation - découlant des règles d'un certain type de société. Autrement dit, on ne peut jamais met- AMITIÉ qu'une telle émission risque d'aller à l'encontre du but poursuivi. Au lieu de 'taire face au racisme, elle l'étale sans le combattre .. . « On ne combat pas un fléau t e l que le raci sme en lui faisant sa part, en s'attachant à montrer qu'il est unive rse l, presque normal. Taus les éducateurs vous diront qu'il faut exalter dans l'enfant (et les hommes et les femmes qui ne sant pas encore parvenus à maturité) les sentiments géné reux:, les créer en eux et non pas s'efforcer de détecter publ iquement les autres en les exagérant » ... Concluant brièvement, Albert Lévy résuma ainsi les opinions exprimées : - Le racisme est Gujaurd'hui une réalité. L'émission était positive dans la mesure où e lle l'a souligné et a secoué la « banne conscience » de certains. - L'erreur fondamentale a été de présenter le racisme comme une sorte de fatalité, qu i est « en nous », sans faire la différence entre les , racistes que l'on doit combattre et ceux que l'on doit éduquer. - Sur ces deux plans, il convient de s'apposer en permanence, quotidiennement, à toutes les manifestations de racisme. grands massacres sous prétexte de supériorité raciale. Bien slu', nous savons tl·ès bien qu'Etienne Lalou et Igol' Ban'ère ont dÎl restel' en retrait, dans letlrs émissions, par rapport à leur propre compl'éhension du problème. C'est déjà beaucoup si une telle émission a pu avoir li eu. Pourtant, nous pensons à maintes erreurs d'interprétation qui sont venues encombrer le jugement des éléments les plus faibles de la masse des millions de téléspectateurs. Cette seconde émission, tellement maladroite, basée sur de prétentieux et confus psycho-drames (plus exactcment socio-drames), a fait plus dc mal que de bien. Non que le principe même de ce procédé de la psychi atrie moderne ne soi t pas efficace -Jean Rouch, dans sa « PYI'amide humaine » a montré le parti qu'on en peut tirer - mais c'est un fait que les auteurs n'ont pas su manier ce matériel entre tous déli cat. Les téléspectateUl's n'ont pas compris et ce sont eux qui avaient raison. Tout le monde n'a pas à être fam iliarisé avec les techniques -psychologiques les plus complexes. C'est aux réali sàteurs qu'il appartient de rendre clair ce qui peut ne pas l'être et surtout de r especter les proportions

trop est trop. Passons.

SI VOTRE FILLE ... Dans la première émission, on a donné la parole à des gens de la rue - hommes et femmes - notamment pour les inviter à répondre à la question : - Si votre fille vous annonçait qu'elle veut épouser un noir, que diriez-vous ? Tous ont répondu qu'ils n'aimeraient pas cela, la plupart ajoutant qu'ils ne se considéraient pas comme des racistes pour autant ... ,-_...::-__ ...::-_...::-_--- lE DÉBAT tONTINIJE ..• Les problèmes soulevés par lémiss'ion « Faire face » sur le racisme, et dont Roger Maria aborde ICI quelques-uns, sont si divers et si importants qu'ils méritent une discussion permanente, approfondie. C'est pourquoi, selon une formule déjà épouvée, nous demandons à nos lecteurs de nous apporter égaIement leur avis sur ces problèmes : notre action ne pourra que s'enri...: c:hi-r_ -d..e.: :le-u_r co_ntr. i..b:u:tio-.n...: :-_-_...::-- On ne nous fera pas croire que si l'on avait bien voulu tenir compte de la variété des opinions en France, on n'aurait pas pu trouver un père de famille (en puisant au hasard dans ses fichiers, le M.R.A.P. aurait pu fournir plusieurs adresses) - un père de famille un tant soit peu doué de bon sens et de simple humanité, qui aurait répondu en gros : - !-a première question qui se pose, M 0'l'!ste,ur, est. de savoir si ma fille aime vratment ce 1eunel homme et si lui l'aime aussi. Et comme il est vrai que cette condition est nécessaire, mais non pas suffisante, pour fonder un foyer la delt. xième question qui doit préoc~1tper tl}t père ~on~erne l'honnêteté, le courage an travaû, l aptitude à assumer ses respollsabilités familiales du fut1tr gendre. VOltS voyez : la couleur de sa peau n'entl'e pas en ligne de compte pour le père doué dei coeur et de raison que je suis. Si p01trtant il faut elt parler et gravement, ce serait pour dire a'u.x deu.x jeunes gens : vous vous aimez, mais He l'oubliez pas : il e.xiste des racistes ce qui signifie qu'en vous mariant ;01lS vous e.xposez à êtr.e en butte au.x préjltgés des imbéciJes. Vous aimez-vous assez p01/r les affronter ensermble - à Paris comme à Abidjan '! En tont cas, mes enfants, vous pouvez compter sur moi pour vous aider aussi dans ces diffic1lltés qui VOltS attendent. C,ela dit, s'il y a des pmwres types q1li cr01ent surmonter leur propre médiocrité en étant racistes, et des milieu.x t'a~ istes. pour leur donner des fustifications, Û e.x1ste aussi beancoup de braves gens en France ; vous avez, vous aurez des copains ; des amis imprévus inconnus se montreront fraternels P01t~ vous. ' D'antres sont engagés dans la lutte qnotidienn,e contre ies' préjugés racistes. Refoigtle:::-les. On ne se b'at pas seul dans son coin contre le racisme mais bien plus efficacement avec les sy~dicats O1wriers, les organisations démocratiques, les mo'ltven.tents dei jeunes, d'enseignants, etc. Ça fott dn monde. « S'aimer vraiment, a dit Saint-E;n!péry, ce n'est pas se regarder dans les ~veu.x, mais re.qarder ensemble dans la même direction ». ALLER PLUS LOIN ! ... Un tel langage aurait été assurément à sa place dans une émission sur le racisme. Peut-être est-il possible, d'ailleurs, qu'une troisième émission sur le même suj et vienne compléter les deux autres. Tout ce débat disparate, sans conclusion, a laissé les téléspectateurs indécis, mal à l'aise ; ils étaient nombreux à attendre que l'on tire les leçons découlant des fai t s. On s'est vraiment donné beaucoup de peine poU1' démontrer que le racisme existe au lieu de s'employer à le combattre. Nous n'ins isterons pas - la télévision étant ce qu'elle est - pour qu'on tienne compte q1..le si les préjugés visant les noirs sont assurément la manifestation principale c!p racisme aux Etats-Unis, il est évident que pour la France, c'est l'attitude à l'égard des travailleurs algériens qui est en cause. Bref, même des hommes comme Etienne Lalou et Igor Barrère peuvent difficilement aller au fond des problèmES, quand bien même ils le so uhaiteraien ~. Et l'autocensure n'est pas un vain met. Pourtant, nous avons pu entendre 1' 5 paroles de sagesse de notre ami l 'ethn ,;logue Jean Rouch qui, avec sérénité, a fait voler en éclats quelques-unes des constructions absurdes du racisme et c'est déjà un précieux apport à l'effort que nOlis avons entrepris. Il reste à a ller plus loin. On doit toujours all ~ r plus loin. • 1


12--------------------------------------------------------------------~--------------------------------------------------- vooecoe le commentaire interdit du film ••

u , aU88t " Au moment mêm'e où sortait à Paris « L'année dernière à Marienbald », une autre film d'Alain Resnais était, plus discrètement, présenté pour la première fois au public. Il s'agit d'un court métrage: « Les statues meurent aussi », réalisé en 1953, avec un commentair'e de Chris Marker, et interdit depuis par la censure (1). Mais ne nous y trompons pas: huit années n'ont pas suffi à désarmer !"'hostilité officielle envers ce film antiraciste qui a obtenu le Prix Jean Vigo. Sa sortie s'accompagne d'une scandaleuse mutilation, le tiers, environ de l'oeuvre ayant été purement et simplement coupé. Pourquoi les censeurs gouvernementaux ont-ils sévi si brutalement? . Dans sa première partie, le film s'emploie à réhabiliter la civilisation de l'Afrique pré-coloniale, en soulignant notamment que ses oeuvres d'art sont aussi belles, aussi valables que celles de pays occidentaux, réalisées à la même époque. Puis il montre comment la colonisation a perverti f'art africain, le privant de son inspiration, tandis que grandissait et s'exprimait par les moyens les plus divers, la révolte de ceux dont on avait nié la dignité et la personnalité. C'est cette dénonciation d'un colonialisme périmé, condamné aujourd'hui jusque dans les discours officiels, que l'on a voulu empêcher au cinéma. Nous nous élevons contre cette grave atteinte à la liberté d'expression, qui est aussi une entrave aux efforts qUe poursuivent tous les antiracistes pour éclairer d'une lumière objective et fraternelle l'histoire de l'Afrique si longtemps falsifiée. En notre époque où tant de peuples, déclarés hier inférieurs, acqUlerent l'indépendance et l'égalité, il est indispensable que la vérité soit dite sur leur passé, leur civilisation, sur les responsabilités aussi de leurs oppresseurs, afin de dissiper les incompréhensions, les préjugés qui persistent. C'est pourquoi nous croyons devoir reproduire la partie du commentaire supprimée par la censure cinématographique dans « Les ~tatues meurent aussi ». Nos lecteurs la trouveront ci-dessous. Ils pourront ainsi juger du caractèré injustifiable de la mesure prise et demander avec nous que l'oeuvre soit enfin rétablie dans son intégralité. EN même temps qu'il gagne ses titres de gloire, l'Art nègre devient une longue morte. Et ce qui naît sur ses pas, c'est le jargon de la décadence. A ses exigences religieuses, succèdent des exigences commerciales. Et puisque la demande excède l'offre, puisqu'il fout aller vite, l'Art nègre devient l'artisanat indigène. On fabrique par milliers ces répliques de plus en plus dégradées des belles figures inventées por la sculpture africaine. Ici l'outillage vulgarise, la technique appauvrit. Au pays où toutes les formes signifiaient, où la grâce d'une courbe était une déclaration d'amour ou monde, s'acclimate un art de bazar. Ces bijoux en toc que les explorateurs offraient aux sauvages pour les amadôuer, voici que le nègre nous les rend . A la beauté particul ière de l'art nègre se substitue une laideur générale, un art où les objets deviennent des bibelots, un art cosmopolite, un art du vase à fleurs, du presse-papier et du porte-plume souvenir, où l'an voit en transparence la tour de Babel. Un art du portrait aussi. 1 ncapable désarmais d'exprimer l'essentiel, le scu lpteur se rattrape sur la ressemblance. Nous lui avons appris à ne pas sculpter plus loin que le bout de son nez . Mois ce que nous foisons dispara.Ître de l'Afrique ne compte guère pour nous en face de ce que nOLIS y faisons apparaître. C'est que nous sommes les Martiens de l'Afrique. Nous débarquons de .notre planète, avec nos façons de voir, avec notre magie blanche, avec nos machines. Nous guérissons le Noir de ses maladies, c'esT certain. Il attrape les nôtres, c'est cer- DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des JeÙDeurs - Paris (2') Tél. : GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. EI'RANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 607Q,.98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. 1 tain aussi. Qu'il perde ou qu'il gagne ou change, son art en tout cos n'y survit pas. Entre le paradis chrétien et l'immortalité laïque, le culte des ancêtres s'appauvrit. Le Monument aux Morts remplace la statue funéraire. Tout ceci dominé par le Blanc qui voit les choses de sa hauteur, et s'élève ou-dessus des contradictions de la réalité. De cette hauteur, l'Afrique apparaît recouverte déjà de villages modèles, pleine de ces igloos de béton comme des globules blancs de la civilisation. De cette hauteur, l'Afrique est un merveilleux laboratoire où se préfabrique patiemment, en dépit de quelques soignées, le type du bon nègre rêvé par le bon blanc. A LORS tout cet appareil de protection qui donnait son sens et sa force à l'art nègre se désagrège et disparaît. C'est le Blanc qui, à présent assume le rôle des ancêtres. La véritable statue de protection, d'exorcisme et de fécondité, désormais, c'est sa silhouette. Tout se ligue contre l'art nègre. Prise dons une pince entre l'Islam ennemi des images et la Chrétienté briseuse d'idoles, la culture africaine s'effondre. Pour la relever, l' Eglise tente un métissage : l'art négro-chrétien . Mais chacune des deux influences détruit l'autre, et ce mariage manqué fait perdre au catholicisme en Afri· que sa luxuriance, son éclat, tout ce côté nègre justement à quoi on le reconnaît en Europe. Les pouvoirs temporels pratiquent la même austérité. Tout ce qui était prétexte à oeuvre d'art est remplacé, qu' il s'agisse dr. l' habil!ement, du geste symbolique, du gri-gri ou des palabres. On dit: oui, oui, oui ... Quelquefois on dit: non. e ELA c'est l'artiste noir qui le dit. Alors une nouvelle forme apparaît: l'art de combat. Art de trol1sitian pour une période de transition. Art du présent, entre une grondeur perdue et une outre à conquérir. Art du provisoire, dont l'ambition n'est pos de durer mois de témoigner. Ici le problème du sujet ne se pose pas. Le sujet, c'est cette terre naturellement ingrate, ce climat naturellement éprouvant, et là-dedans le travail à une échelle démesurée, le rythme de l'usine affrontant celui de la nature, Ford chez Tarzan. Le sujet, c'est cet homme noir mutilé de sa culture et sons contact avec la nôtre. Son travail n'a plus de prolongement spirituel ni social. Il n'ouvre sur rien, il ne mèn'e à rien qu'à un solaire dérisoire . Dons ces pays du don et de l'échange, nous avons fait pénétrer l'argent. On ochète son travail ou noir et on dégrade son travail. On achète son art et on dégrade son art. La danse religieuse devient spectacle. On paie le nègre pour nous donner la comédie de sa joie et de sa ferveur. Et ainsi à côté du nègre-esclave, apparaît une seconde figure: le nègre-guignol. Sa force nous sert, son adresse nous amuse. Accessoirement, elle nous sert aussi. Des notions dotées de traditions racistes trouvent tout naturel de confier à des hommes de couleur le soin de leur gloire olympique. Mois un Noir en mouvement, c'est encore de l'art nègre . Et dons le sport le Noir peut trouver, en attendant mieux, un bon terrain pour mystifier l'orgueil du Blanc. Le Blanc ne comprend pas toujours la plaisanterie. Il lui arrive de crier « pouce JO quand les choses tournent mal. Qu'un boxeur nègre se permette de corriger un Blanc dons un pays marqué par le racis- --~-~-25 mai 2010 à 12:59 (UTC)Charles-Charles------~ï Aloin RESNAIS: «On a enleve l'essentiel» En dépit des multiples obligatio,ts qu'impose la sortie d'un film, surtoul s'il s'agit de {( L 'année dernière à Marienbad », Alain Resnais a bien voulu nous accorder un entretien. Nous lui avons demandé ce qu'il pensait de la façon dont était présenté son autre film, qui fut l 'un des premiers : « Les Statues meurent aussi Il ... - C'est quelque chose de désolant ! nous a-t-il déclaré. Nous ne pouvons pas, Chris Marker et moi, considérer comme étant notre oeuvre, la version tronquée - on pourrait même dire : truquée - qui est projetée actuellement. On a enlevé ce qui, à nos yeux, était essentiel, et le film n'a plus aucun sens. Ne pouvant pas empêcher cette projection, nous avons demandé au distributeur d'introduire à la fin du générique, un avertissement aux spectateurs : il n'a pas cru devoir nous donner satisfaction. Nous avons donc dû adresser un communiqué à la presse, car il faut que le public sache qu'il y a une censure et quelles mesures elle prend. - Il semble que les grandes idées exprimées par votre film soient généraLement admises aujourd'hui. Si, il Y a 8 ans, elles pouvaient à la rigueur être considérées comme « subversives », elles relèvent maintenant de l'analyse historique. Que vous reproche-t-on exactement ? - A la Commission de Contrôle cinématographique, on ne nous a jamais dit qu'il y avait quoi que ce soit de faux dans notre film . • ~t en effet,. il n'affirme rien qui ne se trouve, par exemple, dans les brochures éditées par 'l'UNESCO. J'ajouterai que, dans le commentaire, très général, la France n'est pM nommée une seule fois. - Alors, est-ce une sorte de malédiction ? ... - Il Y a certes une malédiction, qui pèse sur ,tous les courts mètrages. Et pws on estime en haut lieu que ce qui, peut être lu ne peut. pas forcément !être mt sans provoquer de prOfondes réactions cheZl le spectateur. Mais alors, pourquOi s'en prendre à un film antiraciste, alors qu'on n'interdit nullement la projection de films excitant à la haine et à la violence? - Comment avez-vous été amené à réaliser « Les Statues meurent aussi » ~ ... -'- On m'a commandé un film sur l'art nègre, et je l'ai fait. Tous ;mes films, plus ou moins, ont été réalisés dans des conditions semblables ... Evidemment, je n'accepte pas n'importe quelle commande , ! .. . Alain Resnais sourit. Je lui pose une dernière question : - Ce film, qui rencontre tant de difficultés, lui donnez-vous une place particulière dans votre oeuvre ? - Oui, je crois que je le préfère à beaucoup d'autres. C'est pourquoi j'espère ardemment qu'un jour, il puisse enfin être montré tel que nous l'avons voulu ... (Interview recueillie par Louis MOUSCRON.) me hitlérien, on lui démontre à coups d'insultes, de menaces et de projectiles qu'il ferait mieux de rester à sa place. Et quand c, n'est plus pour jouer, quand le Noir se mêle aux luttes du travail, c'est à coups de fusils et de matraques que s'opère la démonstration. Ce climat de brimades et d2 menaces conduit l'artiste nègre à une nouvelle métamorphose, et sur le ring ou dons son orchestre, son rôle cons iste à rendre le~ coups que reçoit son frère dons la rue. NOUS voici loin des apparences de l'art nègre. Art de communion, art d'invention, qu'a-t-il de commun avec ce monde de la solitude et de la machine? L'homme qui imprimait sa marque sur les choses, accomplit maintenant des gestes vides. Or c'est du fond de cette sol itude qu'il va se créer une nouvelle communauté. L'art nègre était l'instrument d'une volonté de saisir le monde. C'est la même volonté qui survit ici sous d'outres formes. Regardez bien cette technique qui affranchit l'homme de la magie: elle présente parfois avec elle une étrange parenté de gestes. C'est toujours contre la mort qu'an se bot. La sc ience comme la magie admet la nécessité du sacrifice de l'animai, la vertu du song, la fixation des forces mauvai ~es. Le sorcier capture toujours les images, et la Mort est toujours un pays où l'on va en perdant la mémoire. Non, nous n'en sommes pas quitte en enfermont un Noir dons sa ' célébrité. Et rien ne nous empêcherait d'être ensemble les héritiers de deux passés, si cette égolité se retrouvait dons le présent. Du moins est-elle préfigurée par la seule égalité qu'on ne dispute à personne: celle de la répression. Il n'y a pas de rupture entre la civilisat'ion africaine et la nôtre. Les visages de l'art nègre sont tombés du même visage humain, comme la peau du serpent. Au delà de leurs formes mortes, nous reconnaissons cette promesse, commune à toutes les grandes cultures, d'un homme victorieux du monde. Et Blancs au Noirs, 110- tre avenir est fait de cette promesse (2). (1) La version tronquée du court métrage « Les Statues meurent aussi » passe en complément de programme ovec le film : « ,l'ar-dessus le mur ». (2) Ce dernier paragraphe de conclusion est maintenu dons la version du film actuellement projetée. (VOIR EN PAGE •. ,

Notes

<references />