Droit et Liberté n°166 - septembre-octobre 1957

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°166 (270) de septembre-octobre 1957
    • Rentrée par Albert Levy (USA) page1
    • L'ordre règne à Little Rock par le pasteur Louis Vienney page1
    • Algérie 1957 par Armand Dymenstain page1
    • Attaques antisémites contre la médecine page1
    • Le retour des cendres par Oncle Tom (Mussolini) page2
    • Que se passe-t-il; le tour de Le Pen; 1789 rayé de l'histoire page2
    • Le premier camp (internement de "suspects" algériens) page3
    • Les silences du général Spiedel page3
    • Mir! Droujba! (festival de la jeunesse à Moscou) par Albert Borowski
    • Bilan du festival de Paris (50 ans de l'UNEF): interview de Gaston Bordet page3
    • Cette science qui nous vient d'Orient par Vincent Monteil page5
    • Adenauer, seul maître à Bonn par Louis Mouscron page5
    • Brève rencontre avec Pascale Audret, interprète de Anne Frank par Roger Herman page6
    • Le conseil mondial de la Paix et la crise du Moyen-Orient par Marc Jacquier page7
    • Extraits du journal d'Anne Frank page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 166 (270) SEPT.-OCTOBRE 1957 50 FRANCS , Rentréell "L'ordre" règne DANS CE NUMÉRO Pages 2 et 3: Notre nouvelle rubrique :: a.. Little Rock QUE SE PASSE-T-IL? Page 15 : CETrE SCIENCE QUI NOUS VINT D'ORIENT, par Vincent Monteil. ADENAUER, SEUL MAITRE A BONN, par Louis Mouscron. POUR qui viendrait à oubllel' ju.squ'où peut mener le .raclsme, voici qu'aux Etats-Unis, une fois de plus, Il s'acharne sur des enfants. Parce qu'Ils ont. la peau sombre, des fanatiques au cerveau obscurci par les préjugés d'un autre siècle, se livrent, contre eux et leurs familles, aux pires cruautés. par le pasteur Louis VIENNEY Page 8 : RENCONTRE AVEC PASCALE AUDRET, in terprète d'Anne Frank, par Roger Herman. Un petit noir peut-II jouer avec n'Impol'te quel enfant. de son Age? A-t-Il le droit de s'Instruire, d'exister? Existe-t-II même, en tant qu'être humain? Telles sont les quest. lons posées, en somme. Où le bon sens et le coeur répondent oui, il est. des hommes pour crier: non! LA presse a rapporté avec plus ou moins de détails les événements survenus à Little Rock, capitale de l'Arkansas . (U.S.A.), à l'occasion d~ la rentrée scolaire. Les faits valent d'être connus en eux-mêmes, situés dans le 'contexte d'une situation dont ils sont particulièrement révélateurs, et a.ppellent quelques r éflexions d'ordr~ général valables aussi bien pour Pafe 7: LE CONSEIL MONDIAL DE LA PAIX ET LA CRISE DU MOYENORIENT, par Marc .Jacquier. SI la rentré dramatique des écoles américaines passionne les antiracistes, les convulsions de la rentrée parlementaire en France ne sauraient les laisser indlffé ·rents. Ce qui est en cause, c'est non seulement., en Algérie, l'arrêt de sanglantes hostilités et la sauvegarde des droits de l'homme, c'est aussi l'avenir de la République et de la France. Qui n'a constaté, dans la dernière période, combien la guerre, avec son cortège de deuils, d'angoisses, dl) difficultés économiques, alimente les haines aveugles, le racisme, l'antisémitisme, et favorise les entreprises des factieux? Ils redoublent d'audace, les Le Pen, les Poujade, les Xavier Vallat, les TixlerVlgnancour. Leur jusqu'auboutisme grossier les assurant d~ l'impunité, voire de sympathies haut plaoées, ils s'efforcent de démanteler et de pousser au suicide le « système» trop Indulgent. Et la r.enâxlflcatlon obstinée poursuivie outre-Rhin, la présence à Fontainebleau d'un ancien général d'Hlt.ler ne sont évidemment pas faits pour les décourager. DANS leurs réuni~ns,. dans leurs JOu",naux - les GrmgOire et les Je Suis Partout d'aujoul'd'hul - où Ils piétinent sadiquement. les prinCipes démocratiques, Ils prônent avec une virulence accrue la haine' entre les hommes, la méfiance entre les races, le ret.our aux discriminations odieuses qui ont fait tant de victimes innocentes. Qu'II vise un enfant noir, un Algérien, un Juif, le racisme est également condamnable et nuisible. Il est contraire aux traditions les plus belles comme aux Intérêts d~ notre peuple. C'est pour contrecarrer ses effets funestes que l'union des répUblicains se fait et. se fera. Page 8: LE JOURNAL' D'ANNE FRANK (extraits) . Albert LEVY. Dorothy Counts, 15 ons, a été admise, elle, à l'école de CharloHe (Caroiine du Nord). Mais les élèves blancs l'insultaient, crachaient sur elle, lui lalnçaient de. cailloux ... Au bout d'un Jour, elle a dû renoncer. Interviewée à la télévision, elle a dit • Je suis triste pour eux ». ALGÉRIE 1957 (notes de voyage) par Armand DYMENSTAIN . Notre ami M· Armand Dymenstam, avocat à la Cour, qui vient d'effectuer plusieurs séjours en Algérie, a bien voulu nous communiquer ces notes de voyoge: 25 jUi llet. - Le « Constellation » amorce son virage. A quelques 16.000 pieds sous nous s'étale, resplendissante au soleil, la ville blanche. La baie d'Alger s'offre à nos regards, dans toute sa splendeur. Nous attachons nos ceintures, l'avion descend en décrivant de grands cercles. Les habitations grandissent à vue d'oeil, nous distinguons les autos sur les routes, voici Maison Blanche et l'aérodrome. Impeccablement, l'avion d'Air-France se pose sur le sol. Nous roulons maintenant, les gens s'agitent, défont leurs céintures. Trois heures et demie auparavant, à Paris, le temps était maussade, un petit crachin dé- (Suite pages 6 et 7.) l'Ancien que pour le Nouveau Monde. La rentrée des classes a lieu en Arkansas au début de sept embre. Le 3 septembre, le lycée de Little Rock ouvrit donc ses portes et tout se passa normalement, nous voulons dire que, comme toujours, seuls les élèves blancs- y furent admis. A vrai dire, 17 jeunes « noirs », garçons et filles, avaient été inscrits conformément aux décisions de « déségrégation scolaire » prises à Washington, mais la commission d'enseignement de la ville avait demandé à ces 17 élèves de ne pas sé présenter à l'école le jour de la rentrée ·en raison de la décision prise par le goulverneur de l'Etat d'Arka-nsas, M. Orval Faubus, de (Suite page 4.) Des vichystes qui méritent d'être /1 soignés /1 Attaques antisémites contre la Illédecine QUE demande-t-on à un mé· decin? De guérir les malades, évidemment. Et ceux-ci sont libres de s'adresser au praticien de leur choix, guidéS par les résultats qu'ils ont pu constater ou par la rumeur publique. Dans ce domaine, pourtant, ' comme dans beaucoup d'autres, certains s'évertuent à créer des distinctions fondées non pas sur la valeur prOfessionnelle ou sur les qualités' humaines, 'mais sur ... la religion. Une feuille infâme, Dimanche Matin , se plaint qu'il y ait trop de « médecins juifS ». Dans son numéro du 15 septembre paraissent deux « lettres de lecteurs » (anonymes - le procédé est classique) reprenant ce thème ) mbécile et odieux, lettres pour lesquelles la rédaction ne cache pas son approbation. MERCREDI 2 OCTOBRE à 20 h. 30 .. Salle des Sociétés Savantes, 8, rue Danton (Métro: St-Michel) SOIRËE DE SOLIDARITË avec les Noirs et les antiracistes américains A l'un de ces « correspondants », Dimanche Matin répond en substance : « Hélas, ce n'est pas nous qui composons la liste des médecins (de garde)! » Autrement dit : si c'était nous, les Diverses per.onnalltés prendront la parole- "AR.S •• NS. VENEZ EN MASSE 1 (Suite page 2.) _2 LE RETOUR DES CENDRES E corps de Mussolini a été remis à sa famille. L'événement L nous a valu force comptes rendus Illustrés avec la veuve éplorée, le dernier carré de chemises noires et. les méditations phllosophico-journalistes, adaptées de Bossuet, "ur le destin des « grands hommes ». Cependant la modeste caisse de bols qui contenait les restes du « César' 'de Carnaval» nous parait moins bien Illustrer le juste sort qu'II mérita que le document le montrant pendu par la colère populaire sur une place de Milan. « Vos populi, vox Del » •.• ainsi soit-il, devrait-on ajoute .. si l'oraison funèbre de Benito n'était. prétexte pour certains à remuer les cendres d'·un autre « conducteur de peuples lt: Pétain. Lequel devrait bien reposer dans l'ossuaire de Douaumont, nous sussurrent ces bons apôtres, car même s'II n'a pas rallié l'unanimité sur son nom par la $uite, il reste pour ~ut un chacun I.e vainqueur de Verdun: . « Pétainisme et antlpétalnisme appartiennent au passé: qu'en sait la jeunesse qui n'a pas connu 1940 et dont le yeux d'adolescents étaient à peine ouverts en 1945? Pourtant c'est cette jeunesse-là qui compte », écrit le Journal Artaban. Pétain aurait-II été le vainqueur de Verdun qu'on pourrait encore rappeler i ces tartuffes .Ia maxime antique: « N'appelez pas heureu.x: un homme avant sa mDrt ». Mais de cette gloire fabriquée (et non moins contestée en ce qui concerne Pétain, 'par ses pairs), disons seulement qu'elle est bien dans la manière des nostalgiques de l'Etat fort. Il leur convient d'accréditer qUe le sort des nations, le « destin lt des peuples, puissent dépendre d'un homme incarnant la Patrie, providentiel - autant que possible - et paré des vertus adéquates. Et la légende abusive de Pétain a pu contribuer, à son to-ur, à abuser un certain nombre de Français, du moins au début du vlchysme. DepuiS .•• les yeux ont eu le temps de s'ouvrir, même ceux des adolescents de 1945 qui connurent déjà la misère, la famine, les rafles, les déportations de ce pétalnlsml8 préoccupé de fournir des bras et des vivres à la machine de guerre hitlérienne. . Les F1rançais n'ont pas la mémoire si courte que Pétain l'affirmait, pour vénérer la sienne. Au demeurant, on vous concèderalt, tartuffes, la légende posthume de Pétain s'il n'était devenu si vieux. Moins pour le prix de sa propre gloire que poul'! le malheur de la France. Oncle TOM. QUE SE flASSE-T-IL? Le "tour" Se prenant sans doute pour un géant - sinon de la route, du moins de l'action politique - le député Le Pen a fait au mois d'août son « tour de France ». Deux autres députés ex-poujadistes, Demarquet et Dides, ainsi que l'avocat Biaggl, -ont participé à ce voyage qui tenait plus de l'expédition punitive que de la tournée de pro pagan Je. En effet, comme Il l'a dit à Nice, Le Pen a constaté que « les Français Intelligents ne sont pas nombreux ». Entendez par là: les Frdnçais prêts à marcher aU! pa.s de l'ole derrière M. Le Pen. Onze camions P 45 prêtés par l'armée quatre « caravanes » motorls'ées, à l'enseigne de « l'Alg ·érie française », quinze tonnes de tracts et de brochures, des milliers d'affiches, sans compter les matraques, les revolvers et les chiens policiers, tout cela s'est avéré Insuffisant pour c mobillsel' » 'les populatl)ns. Par- contre, les quelque cent nervis du « service d'ordre » conserveront un cuIsant souvenir de l'accueil reçu dans diverses villes, notamment à Nice et Allevard, où les travailleurs, unis, leur ont fait comprendre que le fascIsme ne passera pas. Quant à la presse locale, elle a unanimement dénoncé ou boycotté ce « tour de France »-là. On peut toutefois poser quelques questions : 1. Est-Il normal que l'ar-mée prête du matériel à un groupement politique qui se livre ouver-_ tement à la propagande antlrépubllcalne? L'antisémitisme contre la médecine (Suite de la page 1) juifS n'y seraient certes pas aussi nombreux ! ... L'autre ({ correspondant », qualifié de ({ pur », de ({ jeune» et de '« fougueux », « s'indigne » que des « juifs» ét.ant médecins, puissent ainsi ({ VIVre en parasites » (sic). Il demande que les juifS soient éliminés de cette profession. ({ C'est à cause de tels abus poursuit-il, que l'Allemagne s'est' révoltée contre les juifs derrière Hitler ». Et devant cette apologie de l'hitlérisme, s'appuyant sur une excitation éhontée il. l'antisémitisme, Dimanche Matin ne trouve que ce commentaire satisfait: ({ Décidément, rien ne peut tuer le passé, puisqu'à tout bout de champ, il ressurgit devant nous.» RECIDIVE ... Ce sont de semblables écrits qui ont préparé les persécutions antijuives de Xavier Vallat et Pétain: le numerus clausus dans les universités, le statut des juifs, écartant des hommes capables et utiles d'un grand nombre de prOfessions, et finalement les camps de concentration, les déportations et les fours crématoires. l'occupation, groupe dans sa rédaction les rescapés de Je Suis Partout, les Lucien Rebatet, les Claude Jeantet, les Georges fUlaire et autres plumitifs qui mustrèrent la presse collaboratrice, sous la protection des baïonnettes ennemies. Aucun d'entre eux n'a renoncé, tous espèrent une revanche et militent activement, dans les colonnes de Dimanche-Matin, contre le régime républicain, pour cet ancien ({ ordre nouveau » qui vit leur grandeur. Il existe pourtant une 101 réprimant de tels écrits. Elle a. même été appliquée il y a quelques années contre le journal L'Epoque, pour une enquête antisémite et xénophobe, il. propos des médecins, justement. Il appartient aux pouvoirs publics, comme l'exige cette loi, d'engager des pourSuites pour que soient sanctionnées ces excitations pernicieuSes. Ne pas réagir, ce serait encourager les éléments antisémites, qui sont aussi les ennemis de la République. Cet antisémitisme médical, il mérite d'être « soigné »! Le M. R. A. P. intervient Dans une lettre adressée au procureur. de la Répwblique, ~e M.R.A.P. attir·e son attention sur la graVIté. des attaq~es antIjuives et de l'apologie de l'hitlérisme pubhée~ par plman~heMatin. Il demande que des sanctiops exempla)res SOlen! pnses contre ces menées diffamatoires, conformément à la lOI. D'autre part, le M.R.A.P. a suggéré au Conseil National ~e l'Ordre des Médecins d'intewenir pour dénoncer « ces écrzts qui, excitant à la discri"}ination r~ia!e, jettent le doute. su.r une partie du corps médical français, Insultent les professl.ons médicales dans leur totalité en les assimilant à des pr~fesslOns parasitaires, et calomnient l~s. médecins de garde qUI, volontairement, accepfent de saulfler leur repos poun porter éventuellement secours en cas d'urgence '. Université antiraciste , a Brunoy DROI'r l1' LIBER"'. ._ de Le Pen' E:~~a~~qu~~:Charles 27 avril 2010 à 14:37 (UTC): 2. Demarquet, qui n'était pas encore démobilisé, avait-il l'autorisation de ses supérieurs. pour participer à ce « tour » très particulier? 3. Comment le « service d'or- . dre » a-t-il pu parader dans diverses villes, armé de matraques et de revolvers, sans que les autorités interviennent 1 4. Est-Il vrai que le maire socialiste de Mers-les-Bains, le maire M.R.P. de Douarnenez et le député « républicain social » Triboulet ont participé aux réunions organisées par Le Pen lors de son passage dans leur région? 5. Qui a financé cette coûteuse expédition? . Partout, reprend dans Rivarol la thèse odieuse selon laquelle la g~erre de 1989 aurait été provoquée non par Hitler, mais par~ .. les Juifs. Il prétend que, seuls, ces derniers eurent à se plaindre du nazIsme, oubliant volontairement les agressions hitlériennes et les menaces dirigées contre tous les peupl.es. Il n'était pas, lui, bien sOr, de ceux qui souffrirent de l'occupation ... Reste qu'un autre Journal, Aspects de la France, a été condamné naguère pour avoir publié de semblables falsifications, dont l'Intention diffamatoire ne fait pas de doute. Encore une occasion pour le Parquet d'appliquer la 101 Marchandeau. 1789 rayé de l'histoire? CERTAINE presse a fait beau_ coup de bruit, en juillet, à propos du mariage d'un certain Henri d'Orléans, citoyen français que rien ne devrait distinguer des autres et que, pourtant, l'on nomme à plaisir le « ~auphin », le « prétendant au trOne », comrir les diatribes d'1-n Xavier Vallat, dans « Aspects de la F·rance », soutien actif de la « future » monarchie, et qui, sous le nom d' « Action Française », fut naguère un des piliers du vichys me. Il faut aussi lire ce recueP de chans'ons monarchistes édité à LA FRANCE BOUGE Chant d ~ assaut des Comelots du Roi le Juif o'lont tout priS. Toul rôf lé dans Pan s, me si 1789 avait été « rayé de l'Histoire ». Le cardinal Feltin s'était déplacé pour bénir cette union r?yale, et quelques 1 parlemen~lres, qui n'avalent pas craInt de figurer dans la parade, durent entendre les cris de « Vive le roll » lancés par une poignée de « camelots » au passage du cortège. Quant au général de Gaulle, il estime qu'Il s'agit là d'un fi événement national», et il écrit au comte de Paris: « Tout ce qui vIent de vous dans le présent est exemplaire pour le pays ... Votre avenir, celui des vôtres, sont Intégrés aux espérances de la France ». . Ce bel avenir fleurdelisé, Il suffit pour l'Imaginer de parcou- 3 les travailleurs ont faim ... le Juif dit . - Pas de pain. "...--M-OI-S. -à -raf-ole~s. ......_ _" . l'occasion du mariage princier par la « Section choletaise de la Restauration nationale ». Nous reproduisons cl-dessus quelques fleurs de ce bouquet peu odorant. L'antisémitisme le plus Imbécile, le plus violent, est, on le voit, au programme de ces beaux messieurs. Les pouvoirs publics tolèrerontils encore longtemps que l'on excite aInsi à la haine et que l'on Insulte la République? Poujade s'agite Poujade, lui aussi, a eu son « tour de France », et son jour- , nal s'essouffle chaque semaine à Un jugement serieux trouver des épithètes sufflsam- Interviewé par un journal parisien à ment dithyrambiques : « Le la veille des élections allemandes, le Maine-et-Loire en liesse » ... chancelier Adenouer lui a communiqué «Explosion d'enthousiasme à Ance • juNgoenm, eJen t n'paIémreem ppatos irlee:s intellectuels, gers » ... « L'Ouest en délire » ... parce Que ce sont tous des snobs et en Silence, par contre, sur les générai des gens peu sérIeux. Ils sont «conduites de Grenoble » qui Incapables de traiter de manIère sérieuse attendaient ça et là PoujadoIf, les graves problèmes de nos Jours et de chaque fols que les démocrates reco"naitre le danger où Il se trouve.,. se sont unis et mobilisés pour lui Quelqu'un n'a-t-il pas dit naguère, falre face. C'est ce passé maudit, dont la France a tant souffert, que Dimanche Matin, en ouvrant complaisamment ses colonnes il. l'antisémitisme, contribue il. faire renaître. Du 22 juillet au 18 août, le chAteau de S01:1lins, à Brunoy, a été transfOl:mé en universlté~ antiraciste. en Allemagne également: 1 science de ce fléau et se sont • Quand l'entends parler de culture, Silence aussi, ou expllcat ons armés pour le combattre. Je sors mOln revolver .. ? gênées, sur l'affaire de Rodez. Comment s'en étonner? Le directeur de Dimanche Matin, Roger Capgras, qui fit ses premières armes il. Paris-soir sous DROIT ET LIBERTÉ 15, Fg Montmartre - Pari. (;') Tél.: PRO. 82-78 Tarif des Abonnements FRANCE ET COLONIES Un an : 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs ABONNEMENT DE SOUTIEN 1 1.000 franci TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. POlt. : 6070-98 Pari. Pour lea changemeut. d'adrene envoyer 20 franci et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14. Rue ie Pandi. -:- PAlUS (X") - :- TrlJt1. Héc. pal' da OUt1 • .,.,.diquée Sur l'initiatlve de la F·édératlon Mondiale des Anciens Combattants, avec le concours de l'U.F.A.C. et de l'U.N.E.S.C.O., 58 étudiants, âgés de 18 à 25 ans et venus de 21 pays, se sont passionnés pour le problème des préjugés racistes, des relations entre les races et entre les peuples. Cette école d'un genre nouveau était dirigée par M. André Philip, ancIen ministre, professeur à la faculté! de Droit. n a bien voulu nous permettre d'observer pendant une demljournée la vie de l'école et nous avons pu constater l'Intérêt avec lequel les conférences (faites par d'éminents spécialistes) étalent suivies, et combien régnaient la bonne humeur et l'entente, en dépit des différences de langues et de civilisations. Ains[ des jeunes, dont beaucoup Ignoraient totalement l'exis_ tence du racisme, ont pris con- ..---~---------------------------;Avec Dorgères et Antier, Poujade se posait en défenseur des paysans, et voilà que les paysans réunis refusent de l'écouter. LE CARNET NAISSANCE Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de Nathalie, fille de nos amis M. et Mme BiHoun, membres du Bureau National du M.R.A.P. Tous nos voeux ..• MARIAGES Notre ami Pierre Gerbai, membre du Bureau National, nous fait part de son mariage avec Mlle Colette Dutaur. Nous leur adressons nos félicitations et nos meilleurs voeux. ,', Nos féticitations et nos voeux égaiement à la fille de notre amie Hildo Karsec, à l'occasion de SOn mariage avec M. Claude Delvaux. NOS DEUILS Notre amI Charles . Ovexarek, membre du Bureau National, 0 eu la douleur de perdre sa mère. Au nom de tout le Mouvement nous lui adressons, ainsi qu'à sa famille, l'expression de notre affectueuse sympathie. ,', C'est un dévoué antiraciste et un courageux démocrate qui nous a quitté en la personn'e de ~oland Astouln, d~cédé le 2 septembre. Le M.R.A.P. étaIt représenté à ses obsèques par une large 4élégotlon. DE D. L. Nous apprenons le décès de M. Abr~ham Abrochkoff, frère de notre acttf militant du 4' arrondissement. Que notre ami trouve ici l'expression de toute notre sympathie. ,', Nous adressons nos sincères con dadéances à Mme Arager, dévouée militante du 11' arrondissement, qui a eu la douleur de perdre sa mère, Mme veuve Oguso. ,', Nous avons appris le décès de Mme Studlnowskl, épouse de notre ami M. Maurice Studinowski, Que nous assurons de notre douloureuse sympathie.

,

Notre ami M. Weiler, membre du Comité d'Action du M.R.A.P., a eu la douleur de perdre sa femme, Mme Sonia Weiler. Nous lui exprimons nos sincères condoléances. ,'. Notre ami M. Haïm BenvenIste vient d'être frappé d'un deuil cruel, par la mort de son petit-fils, Michel, ôgé de 14 ans à la suite d'une longue et pénible

"aladie. 'Nous exprimons à M.

Benveniste, ainsi Qu'à toute sa famille, la sympathie des antiracistes, qui connaissent son dévouement de longue date à la cause que nous défendons. Démasqué par de nombreux: commerçants, rejeté par les pay_ sans, écrasé aux élections partiel_ les de ParIs, Poujade recherche tous les moyens de falr.e parler de luI. L'an dernier, il se rendit auprès du pape. Cette année 11 rencontre le général de Gaulle, « dans le cadre, dit-il, de sa campagne pour le Salut Public ». Et Il annonce maintenant un « tour de Paris, à partir du 7 octobre, date à laquelle son journal, « Fra~ernité Française », deviendra quotIdien. C'est dire que le danger de l'agitation poujadiste n'est pas écarté. D'autant moins que la réalisation d'un quotidien, après l'échec du « Temps de Paris :t ou de « midi-cinq » suppose l'existence d'un « trésor d~ guerre » considérable. AussI les 'républlcafns de Paris devront-ils être, dans les prochal_ nes semaines, vigilants, unis et actifs. - - ·-DROI.r · Er ·a.-f8ER-"I· ....._ __. ._. _.. ...-. .......... ..7. ..". .,. ..·. . .- ._ rio..;-....__ 8_ ~~p ~~"~~_I~p~éI'~~d~~ Les silences du général Speidel touré ~e bél!l'belés, vient d'être affa'ires Audin et AlIeg, a,J rap- D'après des documents publiés constrUit en France pour la pre- port de M. Louis Martin-Chauf- en Allemagne, le général Hans mière fois dans l'histoire de la fier et aux prises de position de Speidel serait l'instigateur de République. Il est situé près d'une M. René-William Thorp, ancien l'assassinat de M. Barthou mlloc, alité où ja:dis campèrent les bâtonnier, ~ui vient de constituer nistre français des Affaires étrantroupes d'AttIla : à Mourme- une Association ,pour la saUlVe- ~ gères, et du roi Alexandre de lo,n, dans la ~~r~e. D~jà des garde des institutlO~s judiciaires. Yougoslavie, commis à Marseille detenus y ont ete Internes: des Quant à la commIssion de sau- le 9 octobre 1934. « suspects :. algériens. vegarde des droits et libertés 10 Une lettre de Goering, por- Ainsi concrétisés les « pouvoirs individuels, désignée pa,r le pré- tant le cachet « secret », adressée le 1e• septembre 1934 à Speidel, alors attaché militaire adjoint à l'ambassade allemande à Paris, lui communique « deux ordres du Fuehrer, chancelier du Reich, touchant à l'opération GLAIVE TEUTON ». Ces ordres - détruits ainsi que l'indique une mention manuscrite de Speldei figurant sur ce docu,ment - spéciaux :b votés ~n juillet appa- c,édent gouvernement, son r.a'praissent dans toute leur g.ravlté. port reste, pour le !ll0ment,. seLe président Léon Lyon..,Caen, cret et sans portee, pratique dans un important article publié apparente. . par Le Monde, avait, ,dès le 25 Le vote de la ~ IOI-'C~d.re ~ ne juin mis en garde contre ce semble pas deVOir remedler a la DrouJbal prOtlet. situation ainsj créée. Il apparaît . . " en effet de plus en plus c1aire- Lor~ de la. diSCUSSIOn a 1 As- ment que seule une négocation, s,emblee NatIon.ale, le M.~.A.P. recherchée rapidement et active~ adressa aux deputés, soulIgnant ment, poulfrait mettre fin à la a son tour que «. ces textes !le guerre et à ses conséquences. peuvent que favo.lser l'arbitraIre . à l'égard des musulmans algé- ---- riens d'abord », et « risquMt de supprimer pour l'ensemble des citoyens français des dispositions fondamentales garantissant le respect de leurs aroits et de leurs libertés . Les camps de ,concentration prévus par la loi sur les « pouvoirs spécia'ux » sont l'inquiétant symbole de toute une mÎ'entation de la politique algérienne. C'est a qu'aboutit l'engrenage tragique de la violence, des atteintes à la dignité de la personne humaine; plus ou moins teintées de racisme. De nombreux faits et témoignages sont venus, ces derniers L'union nécessaire des antiracist'fs Dans le « Bulletin intérieur de Un de la légion Dans « Fraternité Française _ du 3 août, Poujade explique' comment il choisit ses collaborateurs : « Je ne demande pas leur carte d'Identité à ceux qui nous aident. C'est comme à la Légion étrangère, où le passé ne compte pas... » Surtout si ce passé passe par Vichy, n'est-ce pas? LE VIe Festival Mondial de la Jeunesse et des Etudiants, qui vient de se dérouler à Moscou, a été une grande manifestation tendant à affirmer, hors de tous préjugés, l'amitié entre toutes les races, entre tous les peuples. Le festival a eu lieu dans un . Moscou grandiose, accueillant, dont chaque habitant voulait témoigner sa sympathie, sa joie à la jeunesse du monde. Nous avons vu, fraternellement unis, Chinois, Africains, Russes, Américains, Français, Algériens, et bien d'autres, qui ont pu ainsi confronter leurs préoccupations et leurs tâches. Nous avons vu des jeunes Hongrois répondant volontiers à toutes les questions sur les événements de l'an dernier; des fils de résistants fusillés rencontrant la jeunesse allemande; des jeunes Algériens, Africains, Vietnamiens débattant avec des jeunes Français de toutes opinions. Les problèmes les plus graves de notre temps: question coloniale et nationale, droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, désarmement, etc ... , suscitèrent quotidiennement d'innombrables discussions, conversations, rencontres, débats, manifestations. Et toujours, et partout, qu'il s'agisse de réjouissances, de représentations, de meetings, d'épreuves sportives, retentissaient les deux mots-clés du festival : paix et amitié! mir et droujba! Bien sûr, l'on . pourra trouver sans peine des détails qui ne furent pas au diapason de cette gigantesque fête de la fraternité. On peut déplorer des attitudes peu courtoises, des incompréhensions. On peut regretter, par exemple, que les délégàtions arabes n'aient pas jugé bon d'avoir un échange de vues avec les jeunes d'Israël. .. Mais nous pouvons l'affirmer: cette réunion de 90.000 jeunes de toutes nationalités, de toutes races, de toutes confessions, mêlant pendant deux semaines leurs joies, leurs inquiétudes, leurs aspirations, leurs espoirs, tout cela est bon pour la paix, pour l'amitié - pour l'avenir. la L. I. C. A. » nous relevons sous le titre « Abus de confiance », un entrefilet dHfamatoire contre le M.R.A.P. JI Y est affirmé \ (sans preuves, évidemment) que certains messages parvenus au M.R.A.P. pour la récente journée Nationale et que notre journal a reproduits, n'etaient pas destinés à notre Mouvement ou ne lui ont même pas été a'dressés. Une scène maintes fois rép4tée pendant le Festival. Albert BOROWSKI. .on est confondu par tant d'imagination. Pourquoi nous livrerions- nous à de telles falsifications, qui tendraient à ' présenter comme des combattants antIracistes, des personnes qui auraient refusé (ou négligé) de s'associer à une grande manifestation d'union contre le racisme, par delà les divergences politiques, religieuses ou philosophiques? En fait, la belle unanimité qui s'est réalisée à la journée Nationale ne peut qu'encourager les antiracistes, car eHe confirme combien les ,idées d'égalité et de fratemité sont profondément enracinées en France, dans tous les milieux. Notre ambition est de contribuer à renforcer encore l'ex:pression de cette unanimité, pour isole·r les trublions racistes. Mais les dirigeants de la L.I.C.A. ne le voient sans doute pas ainsi. Leurs prises de position sur de nombreux problèmes politiques qui n'Qnt aucun rapport avec le racisme et l'antisémitisme, ne peuvent évidemment pas favoriser l'union des a'ntiracistes. Et, à une heure où cette union est plus nécessa,ire que jamais, ils se Hvrent, sous tous les prétextes possibles, à des attaques dénuées de fondement contre le M.R.A.P., comme ils l'ont encore fait à leur dernier congrès. Ces efforts ,de division ne nous empêcheront pas de poursuivre les nôtres en faveur de l'union, et de multiplier nos propositions à la L.I.C.A. pour une action concertée, comme ce fut le cas lors du meeting tenu par nos deux organisations en mars 1956 contre Poujade. Comme ce fUit le cas aussi (sans succès) pour la, journée Nartionale elle-même. Nous sommes sûrs, ce faisant, d'être approuvés par la grande masse des amis de la L.I.C.A., qui aspirent comme nous à une véritable entente, gage d'effica ·cité. Nous sommes sûrs égale' ment de bien servir, ainsi, la .cause 'antiraciste. BI'lAN DU FESTIVAL DE PARIS Interview de M. Gaston BORDET. vice-président de l'U.N.E.F. Des manifestations d'une extrême importance se sont déroulées d Paris les deux premières semaines de septembre, d l'occasion du cinquantenaire de l'Union Nationale des Etudiants de France (U.N.E.F.). M. Gaston Bordet, vice-président de l'U.N.E.F., a bien voulu répondre d nos questions: - Pourriez-vous nous dire le caractère et l'ampleur des manifestations du cinquantenaire: Parlant tant des jeux que du festival, il faut en souligner la qualité: qualité dans le style musical classique a.vec les Jeunesses musicales autrichiennes, dans le théâtre avec le Théâtre Antique de la Sorbonne, dans l'art folklorique avec les groupes yougo- Et sachez encore que ... LE 29 SEPTEMBRE, A BAGNEUX La cérémonie commémorative traditionnelle des Sociétés Juives aura lieu cette année, le dimanche 29 septembre 1957, à 14 h. 30 précises, au cimetière parisien de Bagneux, devant le monument du Combattant juif. Elle est placée sou.s le signe du 15' anniversaire des rafles massives du 16 juillet 1942. Au nom du Comité d'organisation, parleront : M. Rotbaum, président de 10 société c Renaissance Juive ~, et M. Szuskine, président de l'Union des Sociétés Juives de France. La cérémonie religieuse sera célébrée par M. le rabbin Bouer et le chantre S. Berlinski. CINE-CLUB « AMITIE» Le ciné-club antiraciste • Amitié _, présidé par Yves Ciampi, organise, le jeudi 26 septembre à 20 h. 45, au 28, boulevard de Strasbourg, une soirée Inaugurale consacrée au compte rendu du 6" Festival de la Jeunesse à Moscou, par A. Borowsky, délégué du cinéclub. Projections en couleurs, débat. Entrée gratuite. suivies de slaves, israéliens, tchèques, bretons, avec les chants chinois, le : gopak endiablé des Ukrainiens et la puissance des évocations des danses mongoles. - Et les jeux sportifs? - Ils ont attiré l'attention du ' public sportif le plus averti qui se pressait au stade de Coubertin. Les compétitions ont été acharnées dans les sports d'équipe (noter les très bonnes équipes de volley-baIl roumaine et polonaise) et l'athlétisme, où se sont distingués les athlètes des U.S.A., d'U.R.S.S. et de France. - Le cinquantenaire de l'U.N. E.F. était vraiment international. - Oui, c'était là son caractère et son mérite: des délégations de tous les continents, de pays de toute économie, de tout régime. La réunion à Paris de l'élite des troupes et des équipes étudiantes de toutes les régions du monde revêt une importance capitale étant donné la coupure actuelle du monde étudiant. - Et la variété des civilisations, les divergences d'opinion ne jetaient pas d'ombre dans cette atmosphère d'amitié? - Du tout: à la cité universitaire d'Antony, où étaient logées les délégations étrangères, avaient lieu spontanément de nombreuses réunions de nation à nation. Partout où j'ai eu l'occasion d'assister à de telles rencontres, l'échange d'opinions, parfois très opposées, ne gênait en rian la cordialité, au contraire. - Les jeux et le festival auront- ils une suite? - C'est encore difficile à dire. Actuellement de nombreux étudiants visitent l'étranger à la suite d'invitations échangées pendant le cinquantenaire. Pour les jeux nous espérons vivement que les dirigeants de la F.I.S.U. accepteront de collaborer avec l'U.I.E. à Rome en 59 comme à Paris en 57. Pour les activités culturelles, l'U.N.E.F. soutiendra toutes les initiatives de coopération. Le sens du cinquantenaire n'est-il pas, comme l'a écrit M. Cossé, président de l'U.N.E.F., de « ~ontrer qu'au sein d'un univers en discorde, l'amitié et la compréhension sont possibles entre les différentes jeunesses du monde »? COLONIES RENAULT: "Nous voulons nous donner la . .. malD ... Le comité d'entreprise de la régie Renault a eu l'heureuse initiative de réserver une soirée au problème du racisme dans les quatre jours de stage organisés pour les moniteurs de ses colonies de vacances. C'est avec un intérêt passionné que plus de cent jeunes gens et jeunes filles suivirent d'onc, le 24 juillet, l'exposé brillant et profondément humain fait par ' Mme Luoie Aubrac, membre -du _ Comité d'Action de notre Mouvement. Après un Intéressant débat, notre secrétaire général, Charles Palant, prononça quelques mots pour souligner, à son tour, l'importance du combat antiraciste. La soirée s'acheva sur un chant ne pouvant être plus opportun

« Enfants de la terre entière Nous voulons nous donner la main ... » conoernalent la préparation minutieuse de l'attentat. 2° Une note d'un espion nazi, Hans Haack, à S,peidel, datée du 1er octobre 1934, l'informait ... « '!ur sa demande » des préparatifs du crime : arrivée du roi Alexandre à Marseille, Itinéraire du roi et du ministre français, Importance du service d'ordre, etc ... 30 Enfin Spe'idel répond à Goering, indiquant que « les préparatifs de l'opération GLAIVE rEUTON sont terminés » et donnant les noms de deu!K complices, « Vanco Mlkhailov et Wbano », appartenant à l'organisation fasciste croate les « Oustachis », d'Ante Pavelitch. Me Joë Nordman, qui assure la défense du jeune Claude Marty, l'un des fils de fusillés et déportés emprisonnés parce qu'ils refusent de servir sous les ordres de Speidel, a demandé que soit rouvert le « dossier des Oustachis, duquel il r ésulte que Hans Speidel a armé le bras des assassins de Louis Barthou et du roi de Yougoslavie en 1934 ». On savait déjà que Speidel était, avant guerre, l'un des chefs de la 5' colonne (Abwer et futurs ,collabos) qui prépara l'invasion nazie de 1940; que, chef d'état-major du commandant militaire de la France occupée (Militarbefelshaber), il fut l'un des responsables des déportations de juifs et des exécutions de patriotes. Ces textes illustrent les méthodes terroristes de l'activité qu'il déploya au service du mllitaris m.e nazi. Devant ces accusa~ons successives, le général Speidel, commandant des forces terrestres du secteur Centre-Europe de l'OTAN {lomprenant une partie de l'armée française - ne réagit pas. Silence qui ressemble fort à un aveu. f"t . •• BERNE Il UNE PIECE ANTISEMITE de l'écrivain Robert Bra.illach (fusillé en 1945 pour collaboration) ayant été jouée à Avenches, de nombreux fascistes suisses s'y sont ra8.embl';". De France étaient venua notamment Maurice Bardèche et le député Isorni, exavocat de Pétain. BONN III UNE CROIX GAMMEE immense a été peinte our ~'église de Salzgitter (Allemagne de l'Ouest). En avril dernier, les bandes naziea avaient, dans cette même ville, saccagé le cimetière juif. GENEVE Il LE PRINCIPE D'UNE CONVENTION internationale interdisant les discriminationa raciales dont le domaine de l'emploi, a été adopté à la récente réunion de l'Organisation Internationale du Travail, où 78 paya sont représentés. KIEL III LE MONSTRE CLAUBERG, qui se livra, au camp d'Ausch· witz, à dea « expériences de stérilisation li sur de nombreuses détenues, est mort en prison avant d'avoir comparu devant la justice d'Allemagne occidentale. ROME Il LE PAPE, s'adressant à une délégation du Congrès Juif Américain, a condamné « les forces du mal qui prêchent la haine envers les minorités raciales ». 'rANGER !I!I « JUIFS ET MUSULMANS prient le même Dieu. Il est i,.dispen. able qu'il. soient unis dans le Maroc d'aujourd'hui », a déclaré le prince Moulay Hassan, fils du sultan, au cours d'une réception organisée par l'Association de Coopération entre Musulmans et Israélites, TUNIS I!! POUR LA PREMIERE FOIS une subvention a été accordée par le conseil municipal unanime aux écoles religieuses juives, en même temps qu'aux écoles coraniques (kouttabs). WASHINGTON I!!I MORTON SOBELL, condamné à 30 ans de bagne dam le même procès qu'Ethel et Julius Rosenberg, 8 déposé un.,. nouvelle demande d'e révision, appuyée par les signatures de plusieurs centaines de per8&nnalitéo éminentes. LE DRAMIl_ RACIAL AUX U •• ~ A. .. Il .. • "L'or d r e " re" gne , a Little 1 Rock La tromp Sonnez, sonnez toujours, c La légende biblique, amPlifj' trompettes des Hébreux parvl Jéricho. (Suite de la page t) leur en interdire l'entrée par la Garde Nationale. En même temps, cette même commission faisait appel à la décision lu gouverneur devant le juge fédéral Davies, chargé de veiller à l'application de la loi fédérale. La réponse du juge ne se fit pas attendre; dans l'après-midi du 3 septembre il sig·nifiait au gouverneur que la loi devait être appliquée à Little Rock et que les élèves inscrits, ne pOUivant être écartés pour raison raciale, devaient être admis aux cours comme les autres. « VOUS aurez honte ... » Malgré ce rappel à l'Qrdre, le gouverneur maintint sa ' décision et, le 4 septembre au matin, bien avant l'heure de la rentrée des classes, la, troupe montait la garde devant le lycée. Le conflit éclatait ouvertement entre les a-utorités locales représentées par le gouverneur Faubus et les autorités fédérales représentées par le Président Eisenhower. Qu'allaient fa.ire les élèves intéressés? ' " t' ' .- ' - ~'" .-- ....... j ~ . '. Une jeune fille noire de 15 ans, Elisabeth Eckford, eut le courage de se prés-enter au lycée. Un peu effrayée - on Je serait à moins - elle avança, au milieu des huées et des menaces, vers la porte dont un soldat lui barra l'accès. Seule une femme blanche, Mme Lorch, osa prendre la jeune fille sous sa protection; affrontant les insultes et les crachats, elle la conduisit à une station d'aultobus proche, personne n'ayaflt voulu lui arrêter un taxi. « Dans six mois, dit-elle à ceuoc qui la menaçaient, vous aurez honte de ce que vous faites aujourd'hui 1 :. Après Elisabeth, un garçon, puis sept autres en groupe, furent refoulés avant même d'avoir atteint le lycée. Les élèves blancs pouvaient rester entre eux à l'école. Après avoir été un instant troublé, l'ordre régnait à nouveau à Little Rock. Quel temps? posent cise. ordre, et pour combien de Eternell-es questions qui se ici dans une situ-ation pré- -'!..' amout ttiomp!te... au cinéma Pour la première fois en Amérique, un metteur en scène, Robert Rossen, a eu l'audace de présenter au cinéma deux couples défiant les préjugés racistes: un noir (Harry Belafonte) aimé par une blanche; un blanc épousant une noire (Dorotny Dandridge). Il s'agit du film « Une Ile au Soleil », qui vient de sortir à Paris. Bien que l'action se déroule dans les Antilles anglaises, ce film a été considéré comme subversif par les racistes du sud des EtatsUnis. Le Ku-Klux-Klan est entréi en action. Les directeurs de salles se sont vu interdire cette oeuvre ... Pourtant, la popularité d'Harry Belafonte est Immense. C'est lui qui a lancé en Amérique la vogue du « calypso » Inspiré par les chants d'esclaves africains déportés aUJ{ Antilles, qu'il est allé lulmême recuellIir dans le folklore de la Jamalque. Combat d'arrière-garde La ségrégation raciale est aux U.S.A. un vieux problème toU/jours brûlant. De très sérieux efforts ont déjà été faits et sont encore faits par l'administration fédérale pour faire disparaitre cette ségrégation, au moins légalement. Ils se heurtent à une opinion publique particulièrement violente dans certains Etats du Sud. Ils sont soutenus par une o,pinion contraire, toujou1rs plus large et plus décidée qui l'emportera certainement. C'est précisément parce que les tenants de la ségrégation se savent battus d'a'Vance qu'ils livrent sur chaque barricade possible des comlats d'arrière-garde dont l-es événements de Little Rock sont un exemple d'autant plus pénible que des enfants en sont les victimes. La bonne volonté des autorités tldérales n'est pas ici à mettre en cause; elle dispose d'ailleurs d'a,rmes légales solides et un homme comme le juge Davies ne semble pas être prêt à laiss-er dormir ces armes dans le code. Peut-être, à Washington, après le vote de compromis assez facilement obtenu pour le ,projet de loi sur les droits civiques, s'est-on abandonné à un optimisme exagéré, partagé d'a·illeurs par bien des observateurs lucides et avertis. Chacun pensait que le Sud adopterait progressivement des solutions de bon sens et qu'avec un effort soultenu de persuasion les lois de déségration, en partkulier la' loi scolaire, finiraient par être appliquées partout. Un test En fait, il semble douteux que la population, de Lif'tle Rock se serait livrée à des manifestations brutales si le gouverneur Faubus avait voulu faire appliquer la loi le 3 septembre dernier. Il n'aurait cependant pas pris position de rebelle s'il n'avait été alluré d'appuis solides et s'il n'a'Vait été pouSsé à l'action par des collègues d'autres Etats sudistes non encore c menacés :. par l'application de la loi et désireux de faire de la résistance à Little Rock, un test permettant de prendre la mesure de l'énergie avec laquelle les autorités fédérales étaient prêtes à fa-ire respecter la loi. Little Rock peut aussi leur donner \IiI1 argument pour retarder le plus longtemps possible dans leurs Etats l'application de cette loi, fût'"Ce en faisant appel à la Garde Nationale pour ma-intenir c l'ordre menacé ». Des arrières-pensées politiques sont probables et peut-être aussi des questions de personnes. Le gouverneur Faubus n'était pas considéré comme un « dûr :. de la ségréga-tion ni l'opinion de -l'Arkansas comme llarticulièrement opposée à tout aménagement. On devine l'argumentation: si même un homme comme Faubus dans un Et3t comme l'Arkansas a dû s'opposer à l'application de la loi pour éviter des troubles -graves, jugez de ce qui se passerait -dans tel autre Etat... le maintien de l'ordre exige que l'application des lois de déségrégation soit retardée sine die dans -les Etats du Sud qui y sont résolument hostiles. Le rôle de l'opinion Les événements de Little Rock °nous mQntrent une fois de plus ce -que peut ulne minorité active et dé ·cidée, puissante aussi politiquement °et financièrement, contre une opi° nion très certainement majoritaire mais qui, faute d'union et d'esprit ·de décision, se cherche plus qu'elle one s'affirme. Utile avertissement ·aussi bien, pour nous, en France. Il faut que toutes les forces, et elles 'sont nombreuses, qui, chez nous, luttent contre toutes les formes de racisme -larvé ou déclaré, s'unissent dans la vigilance et, au besoin, dans l'action. L'exemple de Little Rock nous montre encore que des lois, même relativement bonnes, ne sont vraiment appliquées qu'avec l'acquiescement d'une Qpinion pUiblique éclairée et résolue. Que de toute manière leur efficacité reste limitée tant que l'esprit des masses ne s'y est pas .rallié de bon gré pour des raisons reconnues valables. C'est ici le rôle de ceux qui ne font pas les lois mais qui s'efforcent d'éclairer l'opinion et de faire l'éducation de leurs concitoyens. II ne s'agit pas, en effet, de changer le cadre, les institutions seulement, mais encore et surtout de modifier les façons de penser et de sentir, disons le mot, de convertir des consciences. Que servirait-il a,ux élèves noirs de Little Rock d'être admis au lycée avec les enfants blancs, sous la protection, au besoin, de la police fédérale américaine, si ces enfants ne peuvent s'intégrer pleinement à la société de leur ville tout entière? Sans doute des amitiés véritables ,pourra·ient-elles se lier sur les bancs de l'école .qui surmonteraient ensuite bien des préventions, et c'est probablement pour cela que les racistes du Sud s'opposent à la loi scolaire de WashingtQn. Il n'en reste pas moins que l'antisémitisme n'est, hélas! pas mort en France où, pourtant, ~ uifs et non-j uifs fréquentent depUIS longtemps les mêmes écoles. C"est au fond même du problème et au fond même de l'homme qu'il faut aller pour déraciner le racisme et c'est bien ce que nous tentons de faire à « Droit et Liberté ». ... A la septième fois, les m Le cri de colère de Louis scolaire, aura fait plUS de b où il excelle, et pourrait bien racisme. « Aux U.S.A., a-t-il déclaré, où les gens de couleur ont l'im Et il a refusé d'aller en l l'égide du gouvernement amér « Là-bas, a-t-il précisé, on ~ mon pays et pourquoi. Je ne Etant donné la façon dont 0 n'irai en U.R.S.S., le cas éché Ces déclarations ont été co sonna lités noires, dont le chat associées, et ' le respect inspiré sans aucun doute aidé bien l'horreur du racisme. Il faut d'ailleurs souligner 11 racistes dans l'ensemble de l'o~ L'attitude du gouverneur Fat partie de la presse, dans le pa Little Rock a affirmé qu'une te pensée ' de la grande majorité à Des personnalités, des syndi dent Eisenhower et c'est, semble qui l'a amené à ses prises de p Mais il reste encore, hélas! France se doivent, en particuliEli mènent là-bas un combat dUne Le M.R.A.P. de.nde des mesures eHicaces pour le Le Bureau National du M.R.A.P. a publié, le 6 septembre, la déclaration suivante: Le. racla," du aud des EtatsUnis " dNllen, à nouveau, au méprIa de la loi, conÛ'e l'entrée des enfan\a nolN dans lM mêmea 600lea que lea blanoa. Pour 'en'e .. de maln\enir la ségrégation, lia a. IIv ..... ' à des manifestations violentee, menacent les enfan\ a nolN e, leur. familJ.es, et sont. allé. Juaqu'à aUaquer et mutiler Ignoble .... a& un noir dans l'Alabama. Dan. l'Arkan ... , t. gouverneur de Ils sont (aussi) antisémites CEUX qui n'hésitent pas à lyncher un noir, à tenter d'écraser des enfants, à dynamiter une école parce qu'un petit noir s'y est fait inscrire ne peuvent être que des racistes dans le plein sens du terme: ils ne manquent aucune occasion de manifester également leur hystérie antisémite. Dernièrement le Ku-Klux-Klan a organisé un rassemblement à Lakeland en Floride. Des discours furent prononcés devant les participants en cagoule, tandis que flambaient des crQix. Un des orateurs, aprèS avoir attaqué les noirs, ajouta avec insis-° tance que « les juifs, eux aussi, devraient être soumis à la ségrégation ». En Floride toujours, à Inverness, un orateur du K.K.K. a affirmé, selon le correspondant du New York Herald Tribune: « Les juifs sont blancs à l'extérieur et noirs à l'intérieur. Nous devons .eur appliquer la ségrégation et leur interdire de voter ». Quant à John Kasper, qui a été emprisonné (quelques jours) pour l'Voir fait sauter l'école de Nashville, il est le type même du fasciste .!:ans scrupules, excitant par les moyens les plus grossiers à la haine et au lynchage. Au cour3 de ses « conférences ». (ù il dévp.l:ppe le thème: « Les nègres ont-il une âme? », il stigmatise habituellement « les sauvages moscovites, les socialistes, les intellectuels à la poitrine plate, les juifs, les pervers, les gigolos, les homosexuels, les joueurs de golf. les musiciens de jazz t les psychiatres » ... Il conclut en affirmant que « le mélange des races est contraire aux desseins du créateur ». Tant il est vrai que le racisme est un mélange (explOSif) de bêtise et de cruauté. l'Etat leur prête main-forte et utilise à cet effet la troupe. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et ,our la Paix (M.R.A.P.), IndIgné par la persistance de ces violations du droit des gens, exprime sa solidarité aux antlracl. es américains et souhaite, au UNE association vient de se cor, tituer à Cologne, dont l'objt tif est de « combattre 1 mesures discriminatoires » et d'a porter une « aide pécuniaire, socia et juridique » aux « victimes d persécutions ». Qu'on ne s'y trompe pas: les m sures discriminatoires et les pers cutions en cause sont celles qui vis raient... les anciens nazis, et spéci lement les fonctionnaires de la Ge tapo et les tueurs SS. Quant à l'Association des Vlctiml du Nazisme, elle est interdite d puis de nombreux mois, comn « subversive », dans l'Allemagne ( Bonn. Telle est la situation, après hu années de gouvernement par . chancelier Adenauer qui, aux éle tions du 15 septembre, vient d'oi tenir pour son parti la majoril absolue des Sièges, et donc le POl voir pour quatre ans encore. Parce que tous les criminels d guerre ne sont pas encore complè~ ment rétablis dans leurs activité passées; parce qu'il existe des pat tis nazis d'opposition; parce qu'ui Une , • reUnl1 (De notre COI L'affaire commence par l'arrivé! de dix cars de police-secours, d'uni voiture de pompiers et d'une voituri radio, ·accompa-gnés d'une sectiOt de gendarmes à cheval. Le tout arrive devant le « Win· ter.huder Fiihrhaus », où le fas· ciste Otto Strasser, :président de l' « Union sodale allema'nde , tient une réunion électorale. Officiellement il s'agit de ,protéger cette réunion. mais en vérité la police est là' pour taper sur les antifascist-es présents si ces derniers osaient manifester. Strasser, présenté comme « notre Führer », a attiré environ 500 nazis incorrigibles. On lui présente une question écrite: « Croyez-vous que le chiffre de 6 million ~ de juifs assassinés est exa'ct? ». Réponse de Strasser: « Non, je pense qu'il est très exaLittle / Rock arrière-garde raciale est aux problème toU/jours sérieux efforts ont sont encore faits tion fédérale pour cette ségrégation, ent. Ils se heurtent ublique particulièrens certains Etats du utenus par une o,pitoujours plus large qui l'emportera cerprécisément parce la ségrégation se vance qu'ils livrent icade possible des re-garde dont les ittle Rock sont un plus pénible que ont les victimes. onté des autorités as ici à mettre en d'ailleurs d'a'rmes un homme comme e semble ,pas être mir ces armes dans ashington, après le is assez facilement rojet de loi sur les '~st-on abandonné exagéré, partagé reconnues valables. C'est ici le rôle de ceux qui ne font pas les lois mais qui s'efforcent d'éclairer l'opinion et de faire l'éducation de leurs concitoyens. Il ne s'agit pas, en effet, de changer le cadre, les institutions seulement, mais encore et surtou,t de modifier les façons de penser et de sentir, disons le mot, de convertir des consciences. Que servirait-il a'ux élèves noirs de Little Rock d'être admis au lycée avec les enfants blancs, sous la protection, au besoin, de la police fédérale américa'ine, si ces enfants ne peuvent s'intégrer pleinement à la société de leur ville tout entière? Sans doute des amitiés véritables ,pourra·ient-elles se lier sur les bancs de l'école .qui surmonteraient ensuite bien des préventions, et c'est probabl'ement pour cela que les racistes du Sud s'opposent à la loi scolaire de Washington. Il n'en reste pas moins que l'antisémitisme n'est, hélas! pas mort en France où, pourtant, ~uifs et non-juifs fréquentent depUIs longtemps les mêmes écoles. C"est au fond même du pwblème et au fond même de l'homme qu'il faut aller pour déraciner le racisme et c'est bien ce que nous tentons de fai re à « Droit et Liberté ». La trompette d'Armstrong Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pensée 1 ... La légende biblique, amplifiée par le poète, raconte comment les trompettes des Hébreux parvinrent à renverser les fortifications de Jéricho. ... A la septième fois, les murailles tombèrent. Le cri de colère de Louis Armstrong, dénonçant la ségrégation scolaire, aura fait plUS de bruit encore que la trompette de jazz, où il excelle, et pourrait bien contribuer à ébranler la muraille du racisme. « Aux U.S.A., a-t-il déclaré, on en est arrivé à peu près au point où les gens de couleur ont l'impression de ne plus avoir de patrie ... » Et il a refusé d'aller en Union Soviétique commè prévu, sous l'égide du gouvernement américain. « Là-bas, a-t-il précisé, on va me demander ce qui se passe dans mon pays et pourquoi. Je ne saurai vraiment pas quoi répondre ... Etant donné la façon dont on traite ici mes {rèrcs de couleur, je n'irai en U.R.S.S., le cas échéant, qu'en mon nom personnel. » Ces déclarations ont été comme un sig,nal: de nombreuses personnalités noires, dont le champion Ray Sugar Robinson, s'y sont associées, et ' le respect inspiré partout par le talent d'Armstrong a sans aucun doute aidé bien des blancs à prendre conscience de l'horreur du racisme. Il faut d'ailleurs souligner le développement des sentiments antiracistes dans l'ensemble de l'opinion américaine. L'attitude du gouverneur Faubus a été condamnée par une grande partie de la presse, dans le pays tout entier, et le maire même de Little Rock a affirmé qu'une telle attitude « ne correspond pas à la pensée ' de la grande majorité des habitants ». Des personnalités, des syndicats sont intervenus auprèS du président Eisenhower et c'est, semble-t-il, ce prOfond mouvement d'opinion qui l'a amené à ses prises de position successives. Mais il reste encore, hélas! beaucoup à faire. Les antiracistes de France se doivent, en particulier, d'aider par leur solidarité ceux qui mènent là-bas un combat difficile et courageux. c M. Vh,cnt M.ntell .st l'outeur ... .._breux ouvrages sur les civilisations cr Afrique et d'Asie. Récemment, il a mis à jour la 4' édition de l' • Annuaire du Monde mul. oulm"'" _, avec M. Louis Manignon. Il vient de publier dans la colledlon • Que sais-le - (Presses Universitaires de France) une plaquett~ très documentée: • Les Arobes -. LES mouvements qui agiotent le Moyen~ Orient et l'Afrique du Nord, la méfiance européenne devant le Janus nationaliste-neutraliste, l'angoisse française en face du drame algérien pla~ cent les Arabes au premier plan de l'actualité. Mais c'est souv,ent pour les mettre en accusation, ne voir en eux, systématiquement, que d'inquiétants et peu avenants représentants de peuplades arriérées, dont on ne comprend pas l'obstination à refuser les bienfaits de la civilisation occidentale. • que ». Ce qui ; entre la civil gréco-romaine nôtre. Mais il JI Arabes a « tra tions philosoph Arabes n'ont p mis la science formée et étab avec une « te lopper les tecH tiques ». « L Ah isstcoierint travauu situent entre le ère ». Pendant d'abord le foyer centre » i puis, la civilisation ar doue . Pendant les savants de tiers de la Grèc naissance. Ce s( fois irDduites 1 Occident le gral aboutit au briMa n des observateurs . Chacun pensait terait progressives de bon sens et SOUttenu de persua' ségration, en paraire, finiraient par Le M.R.A.P. demande des mesures eHicaces pour le respect du droit des gens C'est là le type même du faux dilemme Orient-Occident. Rien n'est plus stupide que la prétendue opposition de la barbarie au raffinement, alors qu'jl s'agirait plutôt de l'équilibre spiritualité-tec'hnique. D'autre part, on finit par se rendre compte, auj-ourd'hud, qu'il y a des civilisations différentes et qu'à peu près toutes se valent. Mlais, surtout, la fureur an ti-arabe perd de vue le rôle éminent des Arabes et de leur langue, dans la naissance et le développement du mouvement scientifique en Europe, en même temps qUI'elle nie absurdement l'existence d'une riche civilisation arabe et l'apport essentiel de celle-ci à la civilisation générale de l'humanité. Auparavant, il une science pers. science chinoise .. Arabes est d'av( science son car tout écrit qui vo dans les sc'iences, En effet, « phil science exacte a valeur nouvelle 1 tendent à la fon algébriseni, par tion aryenne ... : 1 intériorisation de rtout. le douteux que la le Rock se serait estations brutales aubus avait voulu loi le 3 septembre it cependant pas ebelle s'il n'avait is solides et s'il à l'action par des tats sudistes non par l'application ux de fa'ire de la Rock, un test perre la mesure de elle les autorités rêtes à fa,ire resaussi leur donner retarder le plus dans leurs Etats tte loi, fût-:e en Garde Nationale 'ordre menacé ». sées politiques ut-être aussi des nes. Le gouverit pas considéré e la ségrégcrtion rkansas comme osée à tout améine l'argumentahomme comme tat comme l'Arer à l'application ter des troubles qui se passeraIt .. le maintien de 'application des n soit retardée tats du Sud qui ostiles. e Little Rock fois de plus ce té active et dé~ si politiquement ontre une opient majoritaire ion et d'esprit he plus qu'elle avertissement us, en France. fo rces, et ell es ui, chez nous, les formes de laré, s'unissent au besoin, dans le Rock nous es lois, même ne sont vraiec l'acquiescelique éclairée toute manière mitée tant que e s'y est pas ur des raisons Le Bureau National du M.R.A.P. a publié, le 6 septembre, la déclaration suivante: Les racistes du sud des EtatsUnis se dressent à nouveau, au mépris de la loi, contre l'entrée des enfants noirs dans le8 mêmes -.coles que les blancs. Pour tenter de maintenir la ségrégation, Ils se livrent à des manifestations violentes, menacent les enfants noirs et leurs familles, et sont allés Jusqu'à attaquer et mutiler ignOblement un noir dans l'Alabama: Dans l'Arkansas, le gouverneur de Ils sont (aussi) antisémites CEUX qui n'hésitent pas à lyncher un noir, à tenter d'écraser des enfants, à dynamiter une école parce qu~un petit noir s'y est fait inscrire ne peuvent être que des racistes dans le plein sens du terme: ils ne manquent aucune occasion de manifester également leur hystérie antisémite. Dernièrement le Ku-Klux-Klan a organisé un rassemblement à Lakeland en 'Floride. Des discours furent prononcés devant les participants en cagoule, tandis que flambaient des crQix. Un des orateurs, aprèS avoir attaqué les noirs, ajouta avec insi~ ' tance que « les juifs, eux aussi, devraient être soumis à la ségréga- ' tion ». En Floride toujours, à Inverness, un orateur du K.K.K. a affirmé, selon le correspondant du New Yor1c Herald Tribune: « Les juifs sont blancs à l'extérieur et noirs à l'intérieur. Nous devons ieur appliquer la ségrégation et leur interdire de voter ». Quant à John Kasper, qui a été emprisonné (quelques jours) pour avoir fait sauter l'école de Nashville, il est le type même du fasciste .tans scrupules, excitant par les moyens les plus grOSSiers à la haine et au lynchage. Au cour3 de ses « conférences », (Ù il dével::lppe le thème: « Les nègres ont-il une âme? », il stigmatise habituellement « les sauvages moscovites, les socialistes, les intellectuels à la poitrine plate, les fui {s, les pervers, les gigolos, les ho~ sexuels, les joueurs de golf. les musiciens de jazz t les psychiatres » ... Il conclut en affirmant que « le mélange des races est contraire aux desseins du créateur ». Tant il est vrai que le racisme est un mélange (explosif) de bêtise et de cruauté. l'Etat leur prête main-forte et utilise à cet effet la troupe. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.), IndIgné par la persistance de ces violations du droIt des gens, exprime sa solidarité aux antlracl~ es américains et souhaite, au nom de l'opinion française' unanime, que les mesures Indispensables soient prises pour que cessent toutes discriminations. Des listes de pétition r eprenan t à. peu près les mêmes termes ont été mises en circulation. On peut encore s'en procurer au siège du M.R.A.P. Louis Massignon et Roger Arnaldez ont écrit, pour t'Histoire générale des sciences (aux Presses Universitaires, en 1957), le chapitre sur « la science arabe :.. Certes, on y voit que « la science arabe n'est, dans son fond, rien d'autre que la continuation de la science grecque », puisque « l'armature de la pensée scientifique des Arabes est entièrement grec- Adenauer, UNE association vient de se constituer à Cologne, dont l'objectif est de « combattre les mesures discriminatoires » et d'apporter une « aide pécuniaire, sociale et juridique » aux « victimes des persécutions ». Qu'on ne s'y trompe pas: les m~ sures discriminatoires et les persécutions en cause sont celles qui viseraient... les anciens nazis, et spécialement les fonctionnaires de la Gestapo et les tueurs SS. Quant à l'Association des Victimes du Nazisme, elle est interdite depuiS de nombreux mois, comme « subversive », dans l'Allemagne de Bonn. Telle est la situation, après huit années de gouvernement par le chancelier Adenauer qui, aux élections du 15 septembre, vient d'obtenir pour son parti la majorité absolue des sièges, et donc le pouvoir pour quatre ans encore. Parce que tous les criminels de guerre ne sont pas encore complètement rétablis d'ans leurs activités passées; parce qu'il existe des partis nazis d'opposition; parce qu'un , • Adolf von Thadden déclare: « Nous ne voulons pas ce qui est, mais ce qui {ut »; parce qu'en un mot, des éléments ouvertement hitlériens lui servent de repoussoir, on pourrait être tenté de considérer Adenauer comme un bon démocrate. Ce serait négliger les leçons du passé. Opposition •.• de forme En fait, cet octogénaire « à la froide énergie » n'a jamais condamné catégoriquement Hitler et le nazisme, et surtout pas dans la dernière campagne électorale. Il s'est plutôt efforcé de détourner à son profit les habitudes de pensée, U~s sentiments néfastes inculqués par onze ans de dictature nazie à certaines couches du peuple allemand, qui ont pu satisfaire, en le soutenant, leur aspiration à un nouveau fuehrer. La multiplication de groupements, de livres, de journaux néo-nazis en Allemagne occidentale n'ont pas le moins du monde gêné Adenauer. Les grands thèmes de leur propagande (exaltation du « soldat allemand », , Une reunlon électorale a seul DlaÎt chauvinisme, appel à la remilitari· sation accélérée) coïncident, y compris parfois dans le ton et dans les termes, avec ceux que développe le chancelier. Les revendications qu'Us formulent sont, l'une après l'autre, sa tisf ai tes. C'est ainsi qu'il y a un an, les anciens officiers SS jusqu'au grade de lieutenant-colonel étaient réintégrés dans la Wehrmacht renaissante où ils occupent aujourd'hui l'im~ mense majorité des commandements. Dans l'administration, et jusque dans les ministères, les anciens ser~ viteurs d'Hitler sont légion. Le Comité de l'Unité Allemande vient de publier, par exemple, ' la liste de plUSieurs dizaines de magistrats qui condamnaient naguère les antinazis en Allemagne ou dans les pays occupés, et qui sont aujourd'hui chargés de faire la justice dans l'Etat adenauerien. L'antisémitisme déchaîné Le plus prOChe collaborateur du chancelier n'est-il pas, d'ailleurs, Hans Globke ? Ce sinistre personnage, ennemi juré de la Fran sous Hitler les cartes q\l consacrer l'annexion par l' de tout l'Est et le pays. Il est en et le commentateur La photo d'Ollenhauer marquée lulve _, telle qu'on a pu la mun de l'Allemagne occldentalel électIons. lois raciales de Nuremberg, virent de base « juridique termination de six millions (De notre correspondant particulier, Egon Hambourg GIORDANO) La recrudescence de l'an me en Allemagne occider kussi un symptôme des L'affaire commence par l'arrivée ficatifs. de dix cars de police-secours, d'une voiture de pompiers et d'une voiture radio, 'accompa'gnés d'une section de gendarmes à cheval. Le tout arrive devant le « Winter, huder Fiihrhaus », où le fasciste Otto Strasser, :président de l' « Union sociale allema'nde », tient une réuni'Ün électorale. Officiellement il s'agit de protéger cette réunion. mais en vérité la police est là' pour taper sur les antifascistes présents si ces derniers osaient manifester. Strasser, présenté comme « notre Führer », a attiré environ 500 nazis incorrigibles. On lui présente une question écrite: « Croyez-vous que le chiffre de 6 million" de juifs assassinés est exa'ct? ». Réponse de Strasser: « Non, je pense qu'il est très exagéré ». Il fa,ut évidemment décharger Hitler. Un jeune citoyen, Gerd H6lck, dit à haute voix: « Et pourtant, ce chiffre est exact ». Un na,zi lui répond: « Non, il est faux ». Un autre fasciste: « Mais qUI'est-:e que cela peut faire, même s'il était exact ». Un ieune homme se lève et s'écrie: « Je' demande au président de la réunion d'intervenir, car ici on est en train de faire du racisme ». Avant même que le président de la réunion puisse s'exprimer, Strasser réplique: « Je ne suis :pas responsa'ble pour ce qui est dit dans la réunion ». Arrive alors ce qui devait arriver ... Un membre du service d'ordre se lève, aulX si~nes qui lui sont faits par les antisémites, et s'crpproche du citoyen Gerd H6lck qu'il fiche à la porte. • Là-dessus, une nouvelle demande de renseignement est adressée à Strasser. « L'éloignement de tous les juifs des fonctions publiques pendant le règne de Hitler était~il justifié? :. Strasser (hésitant): « Non, mais vous savez que par ailleurs je suis pour la pureté dUI peuple allemand :.. Un autre membre de l'assemblée (visage borné du vrai SS) se lève de son siège et crie: « Mais si, c'était justifié, et je n'abandonnera,i jamais cette opinion ». Le président de la réunion n'entend rien. Il lit justement son journal. Dans .Ies salons voisins, 150 poli~ ciers se tiennent :prêts pour protéger le nazi Strasser. Les organisateurs de la' réunion le savent bien. Tout cela n'est pas un rêve ni une fiction. Cela, s'est passé exactement le 5 juillet 1957 à Hambourg. Il ne se passe pas de sans cimetières juifs profan gammées sur les synagogu meures de juifs, a~taques impunies dans les feuilles zies. Pehdant la récente campai torale, les candidats hitléri pu librement multiplier tions à la haine dans le style de Goebbels. Un parti d'Andenauer lui-mêmE Redermacher, n'a pas aussi, de déclarer: « Ollenh( rigeant du parti social-est juif: il n/est donc pas pour devenir chancelier L'argument a paru si certains, que des « étoiles ont été de&8inées, dans v1lles, sur les affiches repr~ le portrait d'Ollenhauer. te d' Armstro~g ns de la pensée! ... par le poète, raconte comment les à renverser les fortifications de trong, dénonçant la ségrégation encore que la trompette de jazz, tribuer à ébranler la muraille du en est arrivé à peu près au point sion de ne plus avoir de patrie ... » n Soviétique commè prévu, sous e demander ce qui se passe dans rai vraiment pas quoi répondre ... aite ici mes frères de couleur, je qu'en mon nom personnel. » e un signal: de nombreuses pern Ray Sugar Robinson, s'y sont tout par le talent d'Armstrong a blancs à prendre conscience de veloppement des sentiments antin américaine. a été condamnée par une grande tout entier, et le maire même de attitude {( ne correspond pas à la abitants ». sont intervenus auprès du prési, ce profond mouvement d'opinion ion successives. ucoup à faire. Les antiracistes de 'aider par leur solidarité ceux qui t courageux. specl du droil des gens m de l'opinion française unanime, e les mesures Indispensables soient ses pour que cessent toutes disminatlons. es listes de pétition r eprenant à. 1 près les mêmes termes ont été es en circulation. On peut encore n procurer au siège du M.R.A.P. uer, c----·- --......... c M. Vlac ... t M .... ell est rCluteur .. ._breux ouvrages sur les clvlllsàtlons cr Afrlqu. et d'Asie. Récemment, Il a mis à jour 10 4- édition de l' « Annuaire du Moade mulsulm ... n _, avec M. Louis Massignon. Il ylent de publier dons la collection « Que sols-je - (Presses Universitaires de Fronce) une ploquett~ très documentée: « Les Arobes •• L ES mouvements qui agitent le MoyenOrient et l'Afrique du Nord, la méfiance européenne devant le J anus nationaliste-neutraliste, l'angoisse française en face du drame algérien placent les Arabes au premier plan de l'actualité. Mais c'est souv,ent pour les mettre en accusation, ne voir en eux, systématiquement, que d'inquiétants et peu avenants représentants de peuplades arriérées, dont on ne comprend pas l'obstination à refuser les bienfaits de la civilisation occidentale. C'est là le type même du faux dilemme Orient-Occident. Rien n'est plus stupide que la prétendue opposition de la barbarie au raffinement, alors qu'·il s'agirait plutôt de l'équilibre spiritualité-tec·hnique. D'autre part, on finit par se rendre compte, auj-ourd'hUli, qu'il y a des civilisations différentes et qu'à peu près toutes se valent. Mais, surtout, la fureur an ti-arabe perd de vue le rôle éminent des Arabes et de leur langue, dans la naissance et le développement du mouvement scientifique en Europe, en même temps qutelle nie absurdement l'existence d'une riche civilisation arabe et l'apport essentiel de celle-ci à la civilisation générale de l'humanité. Louis Massignon et Roger Arnaldez ont écrit, pour l'Histoire générale des sciences (aux Presses Universitaires, en 1957), le chapitre sur « la science arabe ). Certes, on y voit que « la science arabe n'est, dans son fond, rien d'autre- que la continuation de la science grecque », puisque « l'armature de la pensée scientifique des Arabes est entièrement grecseul CONNAIT". .i •• C6NNAI'tIt. • • 1 0-. .. que ». Ce qui atteste, il est vrai, un lien étroit entre la civilisation arabe et la civilisation gr&o-romaine - c'est-à-dire, précisément, la nôtre. Mais il y a plus: l'esprit scientifique des Arabes a travaillé, de l'intérieur, les conceptions philosophiques ». Ce qui fait que « les Arabes n'ont pas seulement conservé et transmis la science de l'Antiquité, ils l'ont transformée et établie sur des bases nouvelles », avec une « tendance, toute moderne, à développer les techniques et les applications pratiques ». L A science arabe peut être comprise, « historiquement, comme l'ensemble de travaulX et d'écrits scientifiques qui se situent entre le VIle et le XIIe siècle de notre ère ». Pendant ces cinq siècles, « l'Orient fut d'abord le foyer du savoir, avec Bagdad pour PAR Vincent MONTEIL centre »; puis, à partir du X' siècle, « c'est la civilisation arabo-andal-ouse, autour de Cordoue ». Pendant cette longue période, « ce sont les savants de culture arabe qui sont ~es héritiers de la Grèce et les promoteurs de la connaissance. Ce sont eux dont les oeUiVres, une fois troduites en latin, v-ont déciencher en Occident le grand mouvement de pensée qui aboutit au brinant essor du XllIe siècle ». Auparavant, il y avait « une science grecque, une science persane, une science indienne{ une science chinoise... Le mérite fondamenta des Arabes est d'avoir, les premiers, donné à la science son caractère international... Bientôt, tout écrit qui voulait avoir valeu'r et portée dans les sc·iences, dut être composé en arabe ». En effet, « philosophiquement, la notion de science exacte a pris, chez les Arabes, une valeur nouvelle », car « les langues s'émitiques tendent à la formulation abrégée et abstraite, algébrisent, .par contraste avec la géométrisation aryenne ... : la langue arabe favorise cette intériorisation de la pensée ». "- a d·Orienl ... QUBL bilan scientifique peut-on mettre, aujOUird'hui, au crédit des Arabes du haut Moyen-Age? Leur esprit ,pratique a sQrement orienté l'arithmétique « vers une technique d'opérations »; ils en ont fait « une science constr:uctive et opératoire qui, dès le IX' siècle, débouche sur l'algèbre » (les chiffres dit « arabes » sont, en réalité, venus de l'lnde en 830). Les savants arabes ont, en géométrie, une prédilection pour les problèmes de calcul. En trigonométrie, ils ont « incontestablement surpassé les Grecs et les Indiens ». Au IX· siècle, on doit aUlx observatoires de Bagdad et de Damas de « patientes accumulations d'observations » astronomiques. Ce sont encore les Arabes qui mettent au point la fabrication, la théorie et l'emploi des instr.uments astronomiques et, en mécanique et optique, ils excellent dans la construction des balances et des miroirs. Les savants a'rahes sont encore passés maîtres en météorologie, alchimie, agriculture et surtout médecine: on leur doit la « notation scmpuleuse » de nombreux cas cliniques et le développement des premiers grands hôpitaux. Mais leur tri-offiphe semble bien avoir été l'astronomie, où, dans deux cas au moins, la science arabe ouvre des débouchés fulgurants sur l'avenir. Les navigateurs arabes, en effet, ont été les premiers à observer, dans le voisinage de Canope et du pôle Sud, les deux « nuages de Magellan » - ces deux nébuleuses qui ont tout récemment servi à calculer la vitesse d'expansfon de l'univers. D'autre part, « le problème du temps polyphasé des astres, observé dans le gn-omon hémisphér-ique chaldéen, a amené les Arabes à entreprendre la· révision de la physique aristotélicienne (notions d'impetus, d'accélération, de vitesse) ». LOIN donc de dénigrer les Arabes, il convient de rendre justice à leur génie et de voir en eux les légitimes héritiers d'une admirable civilisation dont nous pouvons, tous ensemble, être fiers. Et si des traits pertinents nous distinguent les uns des autres, cherchons plutôt à mettre en pratique le sage conseil de Paul Valéry: « Enrichissons-nous de nos mutuelles différences! ». Bonn ? • Adolf von Thadden déclare: {( Nous ne voulons pas ce qui est, mais ce qui fut» .. parce qu'en un mot, des éléments ouvertement hitlériens lui servent de repoussoir, on pourrait être tenté de considérer Adenauer comme un bon démocrate. Ce serait négliger les leçons du passé. chauvinisme, appel à la remilitarisation accélérée) coïncident, y compris parfois dans le ton et dans les termes, avec ceux que développe le chancelier. Les revendications qu'Us formulent sont, l'une après l'autre, sa tisfai tes. ennemi juré de la France, établit sous Hitler les cartes qui devaient consacrer l'annexion par l'Allemagne de tout l'Est et le Sud-Est de notre pays. Il est en outre le rédacteur et le commentateur des fameuses Le parti du chllncelier, sommé de se prononcer officiellement, reconnut qu'Ollenhauer n'était pas juif, mais se garda bien de dénoncer le procédé antisémite ... S. S. entre eux Annoncé sous le mot d'ord~: « Nous appelons l'Europe », un rassemblement d'anciens Waffen-SS s'est déroulé à Karlburg, les 27 et 28 Juillet, avec 7.000 participants. Opposition ... de forme En fait, cet octogénaire {( à la froide énergie » n'a jamais condamné catégoriquement Hitler et le nazisme, et surtout pas dans la dernière campagne électorale. Il s'est plutôt efforcé de détourner à sim profit les habitudes de pensée, les sentiments néfastes inculqués par onze ans de dictature nazie à certaines couches du peuple allemand, qui ont pu satisfaire, en le soutenant, leur aspiration à un nouveau fuehrer. La multiplication de groupements, de livres, de journaux néo-nazis en Allemagne occidentale n'ont pas le moins du monde gêné Adenauer. Les grands thèmes de leur propagande (exaltation du « soldat allemand », électorale ~ a spondant particulier, Egon géré ». Il fa.ut évidemment décharger Hitler. Un jeune citoyen, Gerd Holck, dit à haute voix: « Et pourtant, ce chiffre est exact ». Un na,zi lui répond: « Non, il est faux ». Un autre fasciste: « Mais qu,'est-ce que cela peut faire, même s'il était exact ». Un ieune homme se lève et s'écrie: « Je' demande au président de la réunion d'intervenir, car ici n est en train de faire du racisme ». Avant même que le président de la réunion puisse s'exprimer, Straser réplique: « Je ne suis pas resonsaQle pour ce qui est dit dans a réunion ». Arrive alors ce qui evait arriver ... Un membre du service d'ordre se ève, auoc si~nes qui lui sont faits ar les antisémites, et s'approche u citoyen Gerd HOlck qu'il fiche à a porte. C'est ainsi qu'il y a un an, les anciens officiers SS jusqu'au grade de lieutenant-colonel étaient réintégrés dans la Wehrmacht renaissante où ils occupent aujourd'hui l'immense majorité des commandements. Dans l'administration, et Jusque dans les ministères, les anciens serviteurs d'Hitler sont légion. Le Comité de l'Unité Allemande vient de publier, par exemple, ' la liste de plusieurs dizaines de magistrats qui condamnaient naguère les antinazis en Allemagne ou dans les pays occupés, et qui sont aujourd'hui chargés de faire la justice dans l'Etat adenauerien. L'antisémitisme déchaîné Le plus prOChe collaborateur du chancelier n'est-il pas, d'ailleurs, Hans Globke ? Ce sinistre personnage, Hambourg GIORDANO) Là-dessus, une nouvelle demande de renseignement est adressée à Strasser. « L'éloignement de tous les juifS des fonctions publiques pendant le règne de Hitler était-il justifié? :. Strasser (hésitant): « Non, mais vous savez que par ailleurs je suis pour la pureté dUi peuple allemand :.. Un autre membre de l'assemblée (visage borné du vrai SS) se lève de son siège et crie: « Mais si, c'était justifié, et je n'abandonnera·i jamais cette opinion ». Le président de la réunion n'entend rien. Il lit justement son journal. Dans les salons voisins, 150 policiers se tiennent :prêts pour protéger le nazi Strasser. Les organisateurs de la' réunion le savent bien. Tout cela n'est pas un rêve ni une fiction. Cela. s'est passé exactement le 5 juillet 1957 à Hambourg. La photo d'Oll.nhou.r marquée de u l'étoUe juiye _, telle qu'on a pu 10 voir sur les murs de l'Allemagne occidentale, avant les élections. lois raciales de Nuremberg, qui servirent de base « juridique » à l'extermination de six millions de Juifs. La recrudescence de l'antisémitisme en Allemagne occidentale est aussi un symptôme des plus significatifs. Il ne se passe pas de semaine sans cimetières juifs profanés, croix gammées sur les synagogues ou demeures de Juifs, attaques racistes impunies dans les feuilles néo-nazies. Pendant la récente campagne électorale, les candidats hitlériens ont pu librement multiplier les excitations à la haine dans le plus pur style de Goebbels. Un leader du parti d'Andenauer lui-même, Franz Redermacher, n'a pas craint, lui aussi, de déclarer: « Ollenhauer (dirigeant du parti social-démocrate est juil: il n.'est donc pas qualifié pour devenir chancelier ». L'argument a paru si décisif à certains, que des « étoiles juives » ont été de$Sinées, dans plUSieurs villes, sur les affiches reproduisant le portrait d'Ollenhauer. Raisons d'un succès Ce climat, évoquant l'Allemagne pré-hitlérienne, cette renazification silencieuse et obstinée, aux accents du Deutschland über alles, redevenu hymne national, expliquent en partie le succès d'Adenauer. Il faut y ajouter les dix milliards de subventions offerts par la grande industrie pour sa campagne électorale, l'appui de l'Eglise, la «neutralité » des syndicats, la mollesse de la propagande. sociale-démocrate et aussi le cynisme du chancelier qui n'hésita pas à préconiser, afin que chacun y trouvât son compte, « la paix par la force » et le « désarmement » par la fabrication de bombes atomiques. Soulignons enfin l'aide apportée à la politique chauvine et revancharde d'Adenauer par le vote des Accords de Paris, de l'Euratom et du Marché commun européen, ainsi que par la nomination d'un Speidel à la tête des forces terrestres de l'O.T.A.N. Et maintenant? A la, tête de l'Etat de Bonn pour quatre années encore, Adenauer et son parti pourront-ils poursuivre à leur aise la: politiquoe aetuellement appliquée, si dangereuse pour la démocratie, pour la sécurité française et pour la paix? Sont-ils maintenant les seuls maîtres? ... Fort heureusement, tout n'est pas possible pour eux, et nous ne sommes plus. en 1933. En Allemagne même, l'opposition à la guerre est forte et il a fallu en , tenir compte pendant la campagne électorale. Et le développement des forces de paix dans le monde, la pOUSSée en faveur du désarmement peuvent faire échec, ici comme ailleurs, aux entreprises bellicistes. Tout dépend de la vigilance et de l'action des peuples. Louis MOUSCRON. De nombreuses organisations, en Allemagne même, en France et dans d'autres pays, avaient protesté contre cette manifestation scandaleuse, mals le gouvernement de Bonn ne crut pas devoir l'Interdire. Les 'généraux hitlériens Kurt Meyer et Hausser furent les héros de ce rendezvous d'hitlériens. !-e premier, dans son discours, demanda la libération immédiate de son COllègue le général Sepp Dietrich, condamné par les Alliés pour avoir fait exécuter d-es prisonniers. - Qu'a-t-on à lui reprocher? s'exclama-t-II. La salle, enthousiaste, se mit à crier: - Rien! Rien 1 Rien 1 Kurt Meyer déclara encore que les crimes attribués aux SS étalent « des bobards » inventes par « des salopards ». Le général Hausser évoqua ensuite avec nostalgie les temps du nazisme: « A l'époque, dit-il, nous avions des canons pour nous faire entendre ». Les divers orateurs furent salués debout, le bras tendu, par le « hell » hitlérien. Le rasse-mblement s'acheva aux accents de la marche nazie: « Nous sommes la garde aimée d'Hitler », et du te Deutschland über alles 1. --..8 l. .LO-.. · ·-.VÙ·--.... -·.NT.NDU···----------- DROI'r E'r LIBERTE ___ Brève contre' avec c le. Andret « J'espère pouvoir tout te conf ier, comme je n'ai encore pu le fai re à per sonne; j' espère aussi que tu seras pOUT moi un grand soutien ... » in te'rprète de Anne ' Frank un visage émouvant, sachant aussi devenir espiègle, assez proche, par l'esprit, de celui d'Anne Frank. Ainsi s'exprime Anne Frank, la petite juive d'Amsterdam, au début de son journal retrouvé par son père, unique rescapé de sa famille. Ce journal, écrit sur un cahier offert à Anne Frank pour l'anniversaire de ses 13 ans (son plus beau cadeau, écrit-elle), aurait pu être le r écit, sans doute charmant et puéril, d' une adolescente désireuse de se confier au papier. Les condit ions tragiques et douloureuses de sa courte existence en ont fait un livre bouleversant et d'une valeur humaine indéniable. ... « Je désire que ce journal personni f ie l 'Amie » ... Et c'est à une amie imaginaire, Kitty, qu'Anne va s'adresser. Un mois s'est à peine êcoulé, depuiS ces premières lignes, que les persécutions antijuives contraignent les Frank à se cacher . Le père d'Anne installe sa famille dans l'annexe de la maison commerciale dont il est le directeur, avec une a utre famille, M. et Mme Van Daan, et leur fils Peter. Voyage autour d'une cachette Durant 25 mOlS, à travers son journal, Anne nous fait part de sa vie de recluse, qu'elle mène entre les deux familles, auxquelles est encore venu se joindre un a utre juif pourchassé. Anne Frank n'a que 13 ans, mais sa sensibilité naturelle est rendue plus vive encore par les événements. Une t ension perpétuelle plane dans ce qu'elle appelle « nbtre cachette ». Il faut éviter, dans la journée, de faire le moindre bruit, pour ne pas éveiller les soupçons des employés travaillant dans les bureaux. Le ravitaillement se fait chaque soir, par des amis sûrs. Etre enfermés, terrés des mois durant, c'est plus qu'il n'en faut pour met tre les nerfs à vif, et Calypso ••· .: èt rac•i sme Le « prince du calypso », le célèbre chanteur noir Harry Belafon. te, qui se produira d'ici peu à Pari,ll, est né de parents antillais, mais a passé son enfance à Harlem. . Il a connu les discriminations raciales et il raconte qu'enfant il faisait partie d'une bande de gar.çl'lns hoirs qui se battaient qu~tidiennement avec des garçoilS blancs. « Quand Je rentrais che·z moi le soir, ma mère comprenait, à la vue de ma chemise tachée de sang, qu'une nouvelle bagarre avait é'claté. · Elle ne disait. rien parce, qu'e·lle savait que Je défendais ma dignité. Elle ramassait. seulement. les quelques pièces qui étaient. toute!! ses économies et descendait. dans la rue· pour aller m'acheter une autre chemise ». Plus tard, .engagé dans la marine américaine, il off rit un jour son sang pour sOigner un blessé grave. Mais lorsque son commandant app.rit que, noir, il avait osé donner son sang à un blanc, il devint furi eux. Belafonte fut condamné à huit jours de prison. Harry Belafonte est aujourd'hui « la plus grande vedQtte noire de l'histoire du spectacle américain ». Un journaliste français, qui l'a r écemment interviewé, termine en ces termes le récit de la rencontre : - « J'al à faire au Rockfeller Center (c'es t le journaliste qui parle). Voulez-vous que nous nous retrouvions, pour l'apéritif, au bar du Savoy? « Alors ce grand garçon qui est la coqueluche de l'Amérique et g~gne à la pelle des milliers de dollars, sourit. doucement et me repond : « - Je n'y serais pas plutôt entré qu'un maître d'hôtel me mettrait la ~ain sur l'épaule: « Excusez-nous, mals Ici, nous ne pouvons pas servir les gens de couleur ... » Est-il vrai qu'à Paris Je pourrai descendre au Rltz? » Notes de MILIEUX JUIFS DE lA FRANCE CONTEMPORAINE par Pierre Aubery (Ed. Plon) Fa ire tenir en 400 pages une « sociologie • des juifs serait une gageure ; lecture tains aspects les contours des héros de Fronçoise Sagan. L'auteur, s'il négl ige le côté matériel (et politique) de la vie des jeunes musulmans, montre que sur le plan sentimental et psychologique la jeunesse d'Afrique du Nord se p'!.se les p rob lèmes éternëÏs de l'tlmour et du bonheur. Raph FEIGELSON. Anne rapporte les disputes qui éclatent. Mais l'espoir subsiste et s'affermlt quelquefois, grâce aux émissions de la radio anglaise, captée chaque soir, ou aux nouvelles apportées du dehors. Au milieu de tous les occupants de l'annexe, Anne se sent seule et se tourne peu à peu vers Peter. Peter, qu'elle trouvait gauche et sans intérêt, va lui 'faire prendre conscience de sa soudaine maturité. « Un souffle d'amour pur và. passer sur l'annexe. » Mais les événements, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, se précipitent. Tandis que se précise la défaite de l'hitlérisme, les huit reclus vivent dans l'angoisse d'être découverts et dénoncés. Le 1er août 1944, Anne Frank écrit encore: ...« Je continue à chercher le . 'moyen de devenir celle que j'aimerai s t ant être, celle que je serais capable d'être si... i l n 'y avait pas d'autres ge11-s dans le monde. » Trois jours après, la FeldPolizei fit une descente à l'annexe. Seul d'entre ses occupants, devait revenir le père d'Anne Frank, qui retrouva le journal et le fit éditer. Dans le décor de l'annexe Anne et Peter .•• C'.est à partir de cette authentique histoire, encore proche de nous, que M. Georges Neveux a réalisé une adaptation théâtrale. Cette pièce, jouée dans le monde entier, est enfin montée à Paris. Mme Marguerite Jamois, cUree:. trice du théâtre Gaston-Baty, vient de la mettre en répétition et en assure elle-même la mise en scène. C'est après de nombreux coups de t éléphone et d'une assiduité sans défaillance qu'il m'a été permis d'assister, pour « Droit et L iberté )1, à un petit morceau des répétitions, qui sont à leur début. privilège accordé, parait-il, assez rarement et qui n'en a que plus de valeur pour moi. Par un dédale de couloirs sombres j'ai pénétré dans un théâtre vide où 'm'est apparu, de l'obscurité, un plateau faiblement éclairé avec le décor de l' « annexe» et trois personnages. Ce côté inhabituel d'un théâtre me surprend et m'enchante à chaque fois. Sur scène, ' Pascale A.udret, qui débute au théâtre, dans le rôle l'auteur en a sent i le danger dan. ;--------- - - -------------------cette descr ipt ion où il analyse la condition des juifs « à t ravers leurs écri vains '. Se voulant objectif, il se laisse parfois influencer par la posi tion de certains auteurs. Que sont les jui fs, comment ils sont intégrés dans la société française et ce qu' i ls pensent ? Telles sont les quest ions auxquelles il s'efforce de répandre dans cet essai qui const itue une louable tentative d' inf ormotion. LES FEUX par Shôhei O-oka (traduit du japonais par Selichi Motono) Un livre de guerre où éclate l'ho,," reur d'hommes t ransformés en bêtes. Dans la débandade des Japonais trao quks par les Américains et les partisans phil ippins, il n'est plus quest ion de combattre mais de survivre. C'est le drame de la faim et de la peur dans une jung le hostile où le so ldat nippon, pour qui la solitude est un camp de concentration, tue parfois son camarade pour ne pas mourir. Un récit poignant où se mêlent la férocité et la faiblesse, la haine et la lôcheté d'hom.mes l ivrés à leurs instinct s - et à la réflexion - dans le décor trag ique de la guerre. LA SOIF par Assia Diebar (Ed. Julliard) Un roman d'amour qui met aux prises ' de jeunes Algériens, dans un récit lucide, net et sensible, où les sentiments des personnages et l'intrigue qu' ils animent rappellent par cer- NOUS VOUS RECOMMANDONS LES DEUX ROMANS QUI ONT OBTENU LE PRIX DE LA FRATERNITÉ

  • Il LE RENDEZ-VOUS DES ETRANGERS Il

par Elsa TRIOLET (Edi t ions GALLIMARD) - Le volume broché .. . .. . . ... . ............. . 9150 fr. - Relié demi- cuir (Club des Amis du Livre Progressiste) . . . .. ....... . ......... . .. . .. . ... 1.500 fr. - Relié pleine toil ~ verte, dos et plats ornés .. . . 1.300 fr. Il PAS DE CHEVAL POUR HAMIDA Il par Gabrielle · GILDAS-ANDRIEVSKI (EDITEURS FRANÇAIS REUNIS) - Le volume broché RAPPEL: Il Si tous. les gars du monde ... " par Jacques REMY (Edi t ions ROBERT LAFFONT). 4150 fr. Le roman d'où a été tiré le fil ml de Chrlstian .... aque Prix de la Fraternité 19156 Le volume broché . ............. ... ...... . Commandes à « DROIT ET LIBERTE ~, 115, Montmartre, PARIS (90 ). ('rél.: PRO. 82-78.) Paiement par chèque bancaire, chèque postal 6070-98 PARIS). Envoi 'contre remboursement sur demande 480 fr. Faubourg (C.C.P.


~.:-.:------_.:-_.:-.:--.:-.:--

d'Anne Frank, et son partenaire Jacques Charrier, autre jeune comédien, Peter Van Daatl. Ils répètent une des dernières scènes, peut-être la plus belle, entre Anne et Peter. Marguerite Jamois, dont il est certainement inutile de rappeler tout ce qu'elle a apporté au théâtre, mène la répétition, vivement. Tour à tour aimable et violente, sèche et précise dans ses indications, elle devient subitement bouleversante quand, de quelques mots, elle situe de façon juste toute l'émotion contenue dans une scène ... Maintenant c'est la pause pour Anne et Peter, mais la répétition va continuer et sur le plateau vient d'arriver Michel Etchever. ry, M. Frank. Je quitte la salle et retrouve Pascale Audret et Jacques Charrier, qui consentent bien volontiers à bavarder quelques instants pour « Droit et L iberté ». ct Tout cela est si proche de nous ••• Pascale Audret, toute jeune et ·charmante comédienne, possède Engagée à la suite de trois auditlOns et retenue parmi de nombreuses comédiennes, eHe est à la fois ravie et émue du rôle. ImpreSSionnée quelque peu par son personnage, « sans doute, me dit-elle, parce que tout cela est réel et si proche de' nous ». - C'est une pièce qu'il est difficile de. jouer, me dit-elle encore. Il faut être le personnage tout entier et prendre effectivement conscience de tous les événements où il évolue. Jacques Charrier est également de cet avis. Lui aussi débute presque au théâtre. Elève du cours d'Art dramati' que de la rue Blanche, il a · été retenu parmi beaucoup de candidats. Tout comme sa partenaire, il est profondément attaché à son rôle. Nous nous quittons en souhaitant le plus grand succès à cette belle pièce, poignante et humaine, que, dès le début d'octobre, les parisiens, en nombre, ne manqueront pas de venir applaudir. Roger HERMAN. ALGI!RIE (Suite de la page 1) sagréable avait précédé l'embarquement. Ici, sur la passerelle, la chaleur nous enveloppe. A peine ai-je fait quelques pas que les premières gouttes de sueur perlent sur mes tempes. Dans le car qui nous conduit à Alger, je regarde avidement la campagne algéroise. Il me semble qu'il y a beaucoup moins de ' postes militaires sur la route que lors ' de mon précédent séjour. Dans le taxi qui me transporte à l'hôtel, j'échange quelques phrases avec le conducteur, les patrouilles motorisées circulent sans arrêt en ville. « Trois condamnés à mort ont été exécutés ce matin », me dit le chauffeur, « il risque d'y avoir du vilain ». Je vais faire mes visites protocolaires. La première personne . de connaissance que je rencontre au sortir de l'hôtel, c'est mon confrère T ... , de Paris; il est blême, il me répond par monosyllabes , avec une voix du fond de la gorge, il me quitte rapidement. J'apprendrai ce soir qu'il a assisté, à 3 heures du matin, à la prison, à l'exécution de Labdi Ali Ben Mohamed, condamné il. mort le 9 avril 1957 pour « tentative d'assassinat » (il était accusé d'avoir tiré un coup de feu sur un pollcier); de Hasni Boualem Ben Amar, condamné à mort le 7 mai 1957 (il était accusé d'avoir blessé de plusieurs coups de fEm un militaire musulman); de Badèche ben Hamdi, condamné à mort le 11 avril 1957 (il était accusé de l'assassinat du préSident Amédée Froger). 26 1uillet. - Les « jeeps » patrouillent sans relâche. Images courantes d'Alger, des dizaines et des dizaines de gosses, pas plus hauts que cela, vous harcèlent, avec leur boîte en bandoulière: « Chaussures monsieur, chaussures » ; des mendiants et des mendiantes avec des enfants déguenillés sont assis sur le trottoir, le dos appuyé au mur, et tendent la main. Les parachutistes interpellent les musulmans qui portent des paquets, les musulmanes voilées ouvrent leurs sacs. Dans les trams, les trolleys, se trouvent deux soldats en armes, devant qui il faut ouvrir les filets, les serviettes. Il en est de même aux bureaux de poste, il. l'entrée des administrations. Dans les hôtels, chaque voyageur doit ouvrir ses bagages à un préposé chargé de la fouille. Lu dans L'Echo d'Alger: « A partir du 26 juillet 1957, établissement des certificats de recensement dans les commiSsariats d'Alger et de la banlieue pour les personnes dont le nom commence par les lettres R, S. et T ». Dernière Heure titre: « Nette régression du terrorisme dans l'Oranais et l'Algérois ». 27 juillet. - L'Echo d'Alger paraît en contradiction avec Dernière Heure; il indique, entre a utres : « 27 rebelles tués ou capturés en Oranie au cours de plusieurs engagements »; il annonce la publication dès lundi de « La réponse de M. Jacques Soustelle à M. Raymond ' Aron » . Les patrouilles continuent leurs rondes. Des automobilistes musulmans sont arrêtés, leurs véhicules soigneusement fouillés, . les Sièges démontés. Est-ce une impression? Il me semble que les gens que je croise dans les rues sont inquiets, nerveux. Tout comme hier, et comme les jours qui vont venir, je suis retenu la journée entière au tribunal des Forces armées dl Alger. Il doit être 18 heures. Je regarde mes confrères, les gardes, j'ai cru entendre le bruit sourd d'une explosion, je ne suis pas le seul à avoir cette impression. D'autres bruits semblables frappent nos oreilles, mais ils par aissent assez lointains. Cette fois-ci il n'y a pas de doute, le son de ma voix a été couvert par une explosion toute proche. Il ~st 20 h. 30, le tribunal délibère; avec mes confrères d'Alger nous sortons nous rafraîchir. Il n'y a pratiquement plus personne dans les rues. Au café, où nous consommons des boissons glacées, les informations les plus fantaisistes circulent. Pour tous, une chose certaine

les bombes font écho

aux exécutions de jeudi. Il n'est pas loin de 22 heures quand je quitte ' le palais de justice. Les rues sont vides, les parachutistes, mitraillettes à la main, sont les seuls à circuler. Ils me regardent longuement passer, moi le civil avec une DROIT ET LIBERTE 7_ Le Conseil Mondia d 1 Paix el la crise du Moyen-Orienl L E Conseil Mondial de la Paix a tenu au mois de juin, à Colombo, sa première session depuis la crise de Suez. Les Mouvements de la paix de soixante-dix nations avaient envoyé des représentants dans la capitale de Ceylan. A ce ' moment et en ce lieu, l'un des objets principaux de nos travqux devait être, avec l'action en faveur d'une trêve nucléaire, la recherche des mesures propres à favoriser le maintien de la paix dans le Moyen-Orient et notamment à y oréer un climat de détente. mission chargée de préparer la résolution finale sur la détente Internationale : « Nous nous tl'Ouvons aUjourd'hui en présence d'un monde où des nations à peine sorties de l'ère colonialiste, très ' puissantes démographiquement mals très faibles à cause de leur retard technique, aspirent à jouel' un r61e de premier plan dans le monde. Elles sont anlmée1l par {ln sentiment antl-occldental et par conséquent antl-européen, très tort. que . l'histoire des EN dépit de ces difficultés et du ton parfois dramatique de la discussion, il n'y eut pas de rupture. Et la résolution sur la « détente internationale' » qui comporte un paragraphe consacré à la situation dans le Proche-Orient, fut adoptée à l'unanimJté. Pour permettre cette manifestation d'accord, les délégués israéliens se contentèrent de ne pas prendre part au vote, sans traduire ieurs réserves, d'ailleurs limitées à cette partie de la motion, par un vote hostile ou l'abstention. vement de la Paix israélien se sont ,pro~ noncés sans équivoque contre l'adhésion de leur pays à la « doctr'ine Els,enhowe,r ». D'autre part, les délégués des pays arabes, y compris ceux de l'Egypte, ne se· sont pas opposés à l'affirmation de la nécessité « d'assurer le' libre passage à travers les voles d',eau Internationales des navires appartenant à toutes les nations, dans le respect du droit international ». Enfin la Fésolution rappelle que « les litiges Internationaux ne doivent ni n,e pe'uvent être réglés par la violence ou la menace de son emploi » et proclame : « Il n'est pas de problème qui ne puisse être résoiu par la, négociation ». 1 • PAR C'est dire l'Importance de la rencontre des délégations des Mouvements de la Paix d'Israi!1 et des pays arabes, 'et l'Intérêt qui s'attachait à la confrontation de Marc JACQUIER Le paragraphe ainsi adopté ne comporte pas de condamnation explicite contre Israi!I. Il constate seulement que « la menace contre les peuples arabes n'a cessé de croître depuis la flllllite de l'agression tripartite contre l'Egypte. Les pressions sur les pays du Moyen-Orient et les Ingérences dans leurs affaires Intérieures se -poursuivent. La situation reste grave. L'opinion pUblique mondiale, qui a contribué à faire césser l'aUaque contre l'Egypte, doit rester vigilante ». (Il n'est pas sans intérêt de rappeler que ce texte, daté du 16 juin, est antérieur aux événements d'Oman.) leurs points de vue. . La discussion fut loin d'être facile. Secrétaire du Mouvement' de la Paix derniers siècles Justifie, d'al,lleurs, en partie. C'est ce qui les rend injustes pour Israël, considéré par elles comme un corps étranger dans leur chair parce qu'II s'inspll' 8 d'un mode de vie qui est plus' ou moins commun à tout l'occident ». A la lumière des débats en commission, ceLte ' dernière phrase ' a un sens précis. Elle implique, en ce qui concerne la situation dans le Moyen-Orient, l'acceptation par les pays arabes de négocier avec l'Etat d'Israël et en conséquence d'en ,reconnaître l'existence. Celle-ci, comme l'a fait observer le Pandit Sunderl1al, ami et disciple de Gandhi, constitue un fait historique qu'il faut admettre, quel que soit le jugement porté sur ses origines. Les interventions des représentants des pays a:rabes, tant en séance publlque que dans les commissions, furent véhémentes et violentes. Ils se sentaient assurés de l'approbation particulière des délégations des grandes puissances asiatiques, unanimes,. de la Chine communiste à l'Inde neutraliste, en passant par le Japon dont la délégation comprenait de nombreuses et Importantes personnalités soclallstes, dans leur indignation contre les opérations militaires de l'automne dernier et dans l'affirmation de leur solidarité avec l'Egypte. Enfin la présence, à la tête de la délégation du Mouvement de la Paix Israélien, de l'actuel ministre de la Santé, M. Barsilai, membre du gouvernement qui a déclenché' 'l'attaque de l'armée Israélienne en direction du SinaI et du canal, 'devait être l'occasion d'attaques personnelles pénibles. Cette motion ne présente pas le seul avantage d'être rédigée en termes modé, rés, acceptables par tous. Elle contient également des suggestions susceptibles de favoriser la détente dans une région du monde 'où les foyers de guerre sont loin d'être éteints. A INSJ, sur une question particuIlèrement difficile et dangereuse, le dernier Conseil Mondial de la Paix a ou"ert la voie à la recherche d'une amélioration des rapports entre des pays hostiles, et d'une diminution de la tension II faut tenir compte également de' la in terna tionale. tendance qui prévaut, dans l'opinion arabe, à contester la légltimJté de la création de l'Etat d'Israi!I. Comme l'écrivait dans Le Monde l'historien Jacques Madaule, à son retour de Colombo, où il présida la com- De son côté, la délégation israéIlenne était divisée. Le représentant du Part! Communiste Israé!ien s'opposait à ceux 'du Mapam et de l'Achoud Avodath, qui font partie de la coalition gouvernementale dirigée par M. Ben Gourion. Elle condamne formellement les atteintes qui pourraient être apportées à la souveraineté des nations au nom de la doctrine du « vide de puissance » énoncée par le Président Eisenhower. II ,est important de souligner que les représentants du Mou- Nous pouvons d'autant plus nous en féliciter que les Français présents à Co- 10lllbo ont participé efficacement aux efforts de conciliation qui ont permis d'obtenir ce résultat. " ·957, serviette, dans la ville déserte. Je m'applique à ne marcher que dans les zones de lumière. Le couvre-feu, pourtant, n'est qu'à minuit. 26 juillet. L'hebdomadaire algérien « DimancheMatin » donne des précisions sur les explosions d'hier après-midi. Cinq bombes ont explosé: rues Jules-Ferry, de la Lyre, Ledru-Rollin, Mogador et boulevard de ' Verdun. Quatre autres ont pu être désamorcées par la troupe. Un caporal parachutiste a été amputé d'un bras. Deux passants, musulmans, ont été blessés par des éclats. Trois porteurs de bombes ont sauté avec elles. La prison civile d'Alger se trouve sur les hauteurs de la ville, elle domine la Casbah. Je m'y rends en taxi. La route tourne sans arrêt, les chauffeurs de taxis roulent vite, mais conduisent bien. Dans les virages, les pneus crissent sur la chaussée. Toutes les issues donnant sur la Casbah sont closes par ' des rouleaux de barbelés. A certains endroits des sacs de sable empilés signalent la présence d'un poste militaire, des fusils, des mitraillettes sont braqués. Les chauffeurs de taxi ne stationnent pas prèS de la prison, il y a eu des attentats, l1s préfèrent redescendre. 29 juillet. - « Vaste opération de contrôle » aujourd'hui. Le square Bresson et la place du Gouvernement (les principales places de la villé) sont transformés en camps. Trois mille hommes, tous musulmans, sont là rassemblés et attendent, au soleil, le contrôle. Ils sont cernés par des parachutistes, armes en mains. Dix par dix, au square Bresson, ils sont emmenés au P.C. des parachutistes installé dans une brasserie. 'Le contrôle continue que la nuit tombe déjà. J'ai un goût amer dans la bouche. Je n'ai pas le teint basané, je ne suis pas musulman.. . peut-on empêcher les souvenirs d'affluer? Je me revois, adolescent, le 20 août à Paris, parmi la foule de ceux qui piétinent avenue Parmentier, dans le 11' arrondissement, en attendant de passer le contrôle installé lm face du commissariat de police où stationne une longue file d'autobus .. ,. Ma gorge se serre. Les journaux ont leurs colonnes remplies de relations de combats, d'attentats, d'arrestations. 30 juillet. - Tout musulman est un suspect. Les patrouilles interpellent « au faciès », homme ou femme. De la fenêtre de ma chambre, je vois justement un « homme peint» (c'est ainsi que le journal algérois Dernière Heure désigne les parachutistes) contrôler l'identité d'un jeune Algérien. Il est adossé au mur pendant que le soldat examine ses papiers. En les lui rendant le soldat lui fait signe de partir. L'adolescent veut prendre le temps de les ranger dans son portefeuille, alors le parachutiste lève le genou. J'ai ressenti ce coup comme s'il m'était personnellement destiné. Ces choses là ont un nom: c'est du racisme. 31 juillet. - Mgr Duval, archevêque d'Alger, a transmis aux journaux une déclaration que la presse reproduit: , « ... Bien des personnes ' ont été victimes, ces temps derniers, de toutes sortes de calomnies. Ce n'est pas dans une atmosphère viciée par la haine et le mensonge qu'on verra plus clair dans les difficultés algériennes ... » La nuit tombe doucement, une section de parachutistes du colonel Biglard défile en chantant, à travers la ville. 1er aollt. - Les journaux locaux donnent le « Bilan de l'opération « para » déclenchée lundi dernier: 217 suspects arrêtés. Ainsi c'est près d'une personne sur 10 qui a été arrêtée. Où ces personnes sont-elles incarcérées? Quand seront-elles déférées à la justice? Questions qui risquent de rester longtemps sans réponse. A 12 h. 35, en plein centre d'Alger, face au commissariat central, une bombe a fait explosion. La déflagration a été trèS violente. Alentour, les vitres ont volé en éclats. II y a quatre blessés. 2 aollt. - L'Echo d'Alger publie, dans sa chronique rég{onale, le communiqué suivant: « Le général de brigade Massu, commandant la 10- division parachutiste, responsable civiZ et militaire du maintien de l'ordre dans le département d'Alger, grand officier, de la Légion d'honneur, compagnon de la Libération, a pris l'arrété suivant: « Article premier. - L'enquête sur l'assassinat de M. de Yves Sintès, le 12 1Uln 1957, ayant prouvé que la population du douar Sintès avait permis à l'assassin de s'enfuir et s'était rendue complice du crime en n'avertissant pas les autorités militaires, la responsabilité collective du douar Sintès est engagée. « Art. 2. - La population de ce, douar est frappée collectivement d'une prestation de sept cent mille francs (700.000 fr.), à charge par le colonel commandant le secteur d'Aïn-Taya de répartir cette amende entre les habitants du douar. « Art. 3. - C/ltte somme sera versée entre les mains du receveur de la commune de Fortde- l'Eau (compte 91 des recouvrements spéciaux du G.C.). « Art. 4. - Le colonel commandant le secteur d'Aïn-Taya est chargé de l'exécution du présent arrété qui sera publié dans la presse locale. « Fait à Alger, le 25 juillet 1957. Signé: MASSU. » En dernière page, encadrée, se trouve l'information suivante: « Le 7 aollt, téte de l'Achou ra. La commission des grandes tétes de l'Islam 'communique: Il a été établi d'une taçon légale que le premier du mois Moharram 1377 correspond au lundi 29 juillet 1957. En conséquence, la téte de l'Achoura aura lieu le 14 Moharram, correspondant au 7 aollt 1957 ». 3 aollt. - Les journaux font état de nombreux accrochages sur tout le territoire algérien. L'Echo d'Alger, qui publie régulièrement les résultats de la souscription de l'Association Générale des Etudiants d'Algérie (A.G.E.A.) en faveur des caravanes pour la défense de l' Al~érie française (ces caravanes organisées par le député ex-poujadiste Le Pen), annonce que ces car,avanes prennent le départ ce matin à 10 heures de Paris. En première page une grand~ photo contrastée, prise par un photographe prObablement accroupi

' au premier plan un

parachutiste, la mitraillette en bandoulière, le canon pointé , vers le sol, la main gauche sur la hanche; au second plan, deux piétons. Légende: « Ces deux piétons: un vieux musulman, éventail à la main, et un européen, coiffé de la casquette d'un retraité, sans doute de la matine, traversant le flot dense de la circulation, place du Gouvernement, sous le regard d'un athlétique « para » décontracté mais stlr de sa force, symbolisent parfaitement Alger d'aujourd'hui: une ville active, des flens calmes, une vigilance constante du service d'ordre ». En sortant de la prison je vois d'importants effectifs de parachutistes prendre position le long de la Casbah. Une opération de contrôle est engagée. 4 aollt. - La chaleur devient étouffante. Depuis quelques jours l'air est moite. Ce matin, en me rendant à la prison, je constate que l'opération de contrôle est en cours. Des parachutistes sont postés sur les toits et les balcons des maisons proches, avec des fusils-mitrailleurs en position. Dans une rue près d'une petite place, je vois des centaines d'Algériens debout, au soleil, gardés par la troupe. De nouveau, j'ai ce goût amer dans la bouche ... Les journaux précisent que

e « bouclage » est destiné à

retrouver un « terroriste habillé en mauresque qui a tiré hier après-midi à la Casbah sur une patrouille ». En fin d'après-midi, en, sortant de « Barberousse » (la prison), j'assisterai au départ des parachutistes qui emmènent dans des camions des dizaines d'Algériens. ' 5 aollt. - La température s'élève de plus en plus; il est à peine 7 heures du matin, je suis déjà ruisselant de sueur. Nombreux sont les hommes qui portent un short, rares sont ceux qui gardent la veste, plus rares encore ceux qui, comme moi, s'astreignent à porter la cravate. Les femmes ont des robes légères, claires, , très seyantes et jolies. Les audiences du tribunal commencent à 8 heures, elles ne reprennent qu'à 15 heures - car, comme me l'a affirmé très sérieusement un gendarme, « ici, la sieste est presque d'ut1l1té publique ». Je le crois sans peine. L'Echo d'Alger indique: « De samedi soir à hier après-midi, la Haute Casbah passée au crible: 8.000 personnes ont été contrôlées ». 6 aollt. - Les journaux annoncent qu' « Henri Alleg, ancien directeur d'Alger Républicain, se'6a présenté sous peu au parquet ». « Au Foyer c!Vlque, à l'occasion de la féte de l'Achoura, vêtement et colis alimentaires ont été distribués hier matin à 1.100 vieillards musulmans ». « Violent accrochage dans le Bou-Zegza. Une bande rebelle encerclée perd 16 tués et 4 prisonniers. 3 dépôts d'armes détruits. (En plUS petite caractères): 21 soldats tués. » En raison de la fête de l' Achour~, le procès qui devait commencer demain est avancé à aujourd'huI. La chaleur devient suffocante. 7 aollt. - Fête légale, jour férié. En première page: « 37° sous abri hier à Alger ». L'article se termine magnifiquement: « ... Seuls les « paras » opposent à la canicule d'invincibles épaules. Ils patrouillent à pas lents, se mesurent avec le soleil et traversent la canicule sans avoir l'air de se douter que les thermomètres d'Alger grimpaient tout de méme, hier, jusqu'à 37°. » 8 aollt. - Le thermomètre est monté à 38° 8. Une patrouille fouille dans l'éventaire - plein de fruits - d'un marchand musulman de quatre-saisons. 9 aollt. - L'audience s'est terminée fort tard ce matin. Je n'ai plus le temps de déjeuner. Je dois préparer ma valise. Un confrère me téléphonera à Paris le résultat. Mon confrère D... et moi avons raté le car qui doit nous emmener à l'aérodrome. Nous prenons un taxi. Le chauffeur nous conduit à un commissariat, il ne peut en effet sortir des limites de la ville sans autorisation. Nous remplissons et signons des fiches. Je pestEl, en mon for intérieur, contre ce retard imprévu. Mais les taxis algérois sont rapides. Nous ne sommes pas en retard lorsque nous arrivons à l'aéroport ultra-moderne. Le thermomètre, me diton, atteint 39°. Henri Alleg est toujours au camp de Lodi. « L'Armagnac » grimpe dans le ciel éclatant. Nous survolons la baie en longeant la côte, le paysage est admirable. Un dernier coup d'oeil sur la ville qui s'étage près de la mer, merleusement bleue. Un navire laisse son sillage argenté sur l'onde pailletée d'or ... . Puis c'est l'horizon infini de la mer et du ciel. A. DYMENSTAIN. _8 DROI'I: .'1: LI •• RTE lE JOURNAlD'}\ On ne peu; résumer le « .JOURNAL D'ANNE FRANK »: Il faut le lire. Nous n'avons fait Ici (aveo l'aimable autorisation des Editions Cal mannLévy) qu'en détacher quelques feuillets. Il est écrit sous la forme familière de lettres à une amie Imaginaire, Kitty. C'est sans nul doute avec une profonde émotion que nos lecteurs suivront ces pages si sensibles et si lucides. Ils trouveront, page 8, une présentation de cette oeuvre' qui, portée à la scène" sera Jouée prochainement au théâtre Gaston-Baty. Samedi 20 juin 1942. - ... Ma soeur Margot naquit en 1926 à Francfort-surle- Mein. Et moi, le 12 juin . 1929. Etant des juifs cent pour cent, nous émigr,âImes en Hollande en 1933, où mon père fut nommé directeur de la Travies N.Y., firme associée avec Kolen & Co, à Amsterdam. ... Bien sûr, la vie n'était pas sans émotions pour nous, puisque le restant de notre famille était encore aux prises avec les mesures hitlériennes contre les juifs. A la suite des persécUitions de 1938, mes deux oncles maternels s'enfuirent et arrivèrent sains et saufs aux Etats-Unis. M.Ia grand-mère, âgée alors de 73 ans, nous rejoignit. Après 1940, notre bon temps allait rapidement prendre fin: d'abord la guerre, la capitulation et l'inv-asion des Allemands nous amenant la misère. Mesures sur' mesures contre les 'juifs. Les juifs obligés de porter l'étoile, de céder ,leurs bicycleMes. Interdiction pour les ju,ifs de monter dans un tramway, de conduire une voiture. Obligation pour les juifs de faire leurs achats exclusivement dans les magasins marqués « boutique juive ~, et de quinze à dix-sept heures seulement Interdiction pour les juifs de sortir après huit heures du soir, même dans leurs jardins, ou encore de rester chez leurs amis. Interdiction pour les jwifs d'aller au t,héâtre, au cinéma ou dans tout autre lieu de diver,tissement. Interdiction pour les juifs d'exercer tout sport public; défense d'accéder à la piscine, aux courts de tennis et de hockey ou ?_ d'autres lieux d'entraînement. Interdiction pour les jwifs de fréquenter les chrétiens. Obligation pour les juifs d'aller dans des écoles juives, et bien d'autres restrictions semblables ... Ainsi on continue à vivoter, à ne pas faire ceci, à ne pas faire cela. Jopie me dit toujours: « Je n'ose plus rien faire, de peur que ça ne soit défendu ~. Notre liberté est donc devenue très restreinte; cependant, la vie est encore supportable ... Mercredi 8 fuillet 1942, - ... Soudain, Margot parut à la porte de la cuisine, visiblement troublée. « Père a reçu une convocaNon des SS », chuchota4-elle, « Mère vient de sortir pour aller trouver M. Yan Daan. (Yan Daan est un collègue de papa et l'un de nos amis). j'étais épouvantée: une convocation, tout le monde sait ce que ça signifie; je vis su,rgir dans mon imagination les camps de concentration et les cellules solita-ires. Allions-nous laisser Père partir là-bas? « Il ne se déclarera' pas, natur~lIem~nt ~, dit Margot, pendant que, toutes les deux, nous attendions dans la chambre le retour de Mère. « Mère est allée chez Yan Daan pour savoir si nous allons pouvoir dès demain aménager notre cachette. Les V.an Daan s'y cacheront avec nous, nous serons sept ». Silence ... Samedi Il juillet 1942. - Ni Père, ni Mère, ni Matgot ne sont capables de s'habituer aUi carillon de la Westertoren, qui sonne tous les quarts d'heure. Moi, je l'ai tout de suite trouvé merveilleux, surtout la nuit, alors qutun son familier donne confiance. Cela t'intéresse peut-être de savoir si je me ,plais dans ma cachette? Je dois te dire que je ne le sais pas encore moi-même. Je crois bien ne jamais pouvoir me sentir chez moi dans cette maison, ce qui ne veut pas dire que j'y sois malheureuse. J'ai plutôt l'-impression de passer des vacances dans une pension très curieuse. Une telle opinion à propos d'une cachette peut te sembler bizarre, mais je ne ,le vois pas -awtrement. Notre annexe est idéale, comme abri. Bien qu'humide et biscornue, c'est un endroit suffi!.. samment confortable et unique en son genre, que l'on chercherait vainement dans tout Amsterdam, et ,peut-être dans la Hollande entière ... Lundi 21 septembre 1942. - Aujourd'hui .ie me limite aux nouvelles cOUirantes de l'annexe. Mme Y'an Daan est insupportable; je me fait attraper sans cesse à cause de mon bavardage interminable. Elle ne rate jamais l'occasion de nous taper sur les nerfs ... Père m'aide à établir notre arbre généalogique paternel. Il me raconte sur chacun une petite histoire et ça m'intéresse prodigieusement. M. Koophuis m'apporte des livres tous les quinze jours ... J'ai repris mes études. Je travaille beau ... coup le français et chaque jour j'emmagasine cinq verbes irréguliers. Peter s'est mis à l'anglais avec force soupirs. Quelques livres de classe viennent d'arriver. j'avais apporté une provision de cahiers, de crayons, de gommes et d'étiquettes. j'écoute parfois la Hollande d'outre-mer ... Mardi 29 septembre 1942. - Les g-ens cachés font des expériences bizarres,! Nous n'avons pas de baignoire, figure-toi, alors nous nous lavons dans un tub. Et comme il y a de l'eau chaude au bureau (je veux dire par là tOUot l'étage inférieur), tous les sept, nous profitons de cet avantage à tour de rôle . Mais étant très différents l'un de l'autre - certai-ns d'entre nous posent le problème de la pudeur, plus prononcée chez les uns que chez les autres - chaque membre de la famille s'est réservé son coin personnel en guise de salle de bain. Peter prend le sien dans la cuisine en dépit de la porte vitrée. Quand il a l'intention de prendre son bain, il \l'ient annoncer que pendant une demi-heure il ne faudra surtoult pas passer devant b ' cuisine. Cette mesure lui paraît suffisante. Anne Frank (à gauche) et Pascale Audret, qui Interprète ra son personnage. (Voir poge 6.) M. Yan Daan I)rend le sien dans sa chambre; la sécurité de se laver chez lui compense la corvée de monter l'eau au deuxième étage. Père a choisi le bureau privé comme salle de bain, et Mère la cuisine derrière l'écran du poêle; Margot et moi. nous nous sommes réservé le bu~ reau dè devant pour y patauger. On y tire les rideaux tous ,les samedis après-midi, celle qui attend son tour épie, par une fente étroite, tous ces gens curieux du dehors qui vont et viennent... Jeudi t or octobre 1942. - Hier, j'ai eu une peur terrible. A huit heures: sonner,ie très persistante. Je n'avais qu'une idée: c'étaient eux - tu piges. Mais tout le monde affirma que ce n'étaient que de petits voyous, ou le facteur, et je me suis calmée ... Vendredi 9 octobre 1942. - Au~ourd'hui je n'ai que des nouvelles déprimantes à _ t'annoncer. Beaucoup de nos amis juifs sont, petit à petit, embarqués par la G.esta po, qui ne les ménage pas, loin de là; ils sont transportés dans des fourgons à bétail à Westerbork, au grand camp pour les juifs, dans la Drente. Westerbork doit être un ca,uchemar; des centaines et des centaines sont obligés de se Javer dans une seule pièce, et les w.c. manquent. On dort sens dessus dessous, pèle-mêle, pas question de trouver un coin. L'es moeurs, on n'en parle pas - beaucoup de femmes et de jeunes filles sont enceintes. Impossible de fuir; la plupart sont marqués par leUr crâne rasé, et d'autres encore par leur type juif. Si cela se produit déjà en Hollande, qu 'est-ce que ce doit être dans les régions lointaines et barbares dont Westerbork n'est que l'anliohambre. Nous n'ignorons pas que ces pauvres gens seront massacrés. La' radio anglaise parle de chambres à gaz. Peut-être est-ce encore le meilleur moyen de mourir rapidement. J'en suis malade. Miep raconte toutes ces horreurs de façon si saisissante, elle en est bouleversée elle-même. Un exemple récent: elle a tr,ouvé devant sa porte une vieille juive ,paralysée, attendant la Gestapo, qud éta-it allée chercher une auto pour la transporter. La pauvre vieille mourait de peur sous les bombardements des avions anglais et tremblait en voyant les faisceaux lumineux se croiser dans le ciel comme des flèches. Miep n'a ,pas eu le courage de la faire entrer chez elle, personne ne l'aurait risqué. Les Allemands- sont prodigues en punitions. EHi aussi est touchée; son -fiancé doit partir pour l'Allemagne. Tous les jours il y a des trains bondés de jeunes gens destinés au travail obligatoire en Allemagne: Lorsqu'ils s'arrêtent en route, dans un patelin, il y en a qui essayent de s'échapper; ça réussit quelqu'dois, mais à un bien faible pourcentage. Je ne suis 'pas encore au boult de mon oraison funèbre. As-tu jamais entendu parler d'otages? C'est leur dernière invention pour punir les saboteurs. C'est la chose la plus atroce qu'on puisse imag-iner. Des citoyens innocents et parfaitement res.pectables sont arrêtés et attendent en prison leur condamnation. Si le saboteur reste introuvable, la Gestapo fusille cinq otages, toult s-implement. Les journaux publient souvent les avis de décès de ces hommes, sous le titre: « Accident fatal! ~ Samedi 27 février 1943. - Pim s'attend au débarquement d'un jour à l'autre. Churchill a eu une pneumonie, dont .j\ se rétablit lentement. Gandhi, le libérateur des Indes, fait la grève de la faim, une fois de plus ... Henk nous a apporté le sermon imprimé des évêques, distribué aux fidèles de l'Eglise. C'est magnifique et remarquable'ment bien écrit: « Néerlandais, ne restez pas couchés, battez"'Vous, tous et chacun, avec vos propres armes, pour la ,liberté de la patrie, dupeftplè et de la religion. Donnez, secourez sans hésitation :l. Et ça vient de la chaire! Ya-t-on y donner suHe? ... Vendredi 19 mars 1943. - ... Le Fuehrer de tous les Germains a parlé devant ses soldats blessés. Triste audition: questions et réponses à peu près comme suit: « Mon nom est Heinrich Schappel. ~ « Où -avez"'Vous reçu vos blessures? ~ « Devant Stalingrad. » « Quelles blessures? :. « Deux pieds gelés et fracture du bras gauche. » Cette 'émission tenait du théâtre de marionnettes. Les blessés semblaient être bien orgueilleux de leurs blessures. Plus ils en avaient, plus ils en étaient tiers. L'un d'eux était tnl,p tfoublé pour parler convenablement, pour la seule raison qu'-il lui fut permis de tendre la' main au, Fuehrer (si du moins il lui en restait une). jeudi 16 septembre 1943. - A l'annexe, ça va de mal en pis. A table, personne n'ose plus ouvrir la bouche (sauf pour manger), car le moindre mot risque d'être pris de travers QU de vexer l',un ou .l'autre. On me donne tous les jours de la valériane pour calmer mes nerfs, n'empêche que ie me sens encore plus mal fichue le lendemain. Je connais un meilleur remède: rire, rire de bon coeur, mais nous avons désappris le rire, ou presque. Je me vois déjà, je le crains fort. avec une longue figure sérieuse et des lèvres tombantes, si ça dure encore longtemps ...

Décidément, ça ne va pas mieux, car,

tous, ItOUfl appréhendons à _présent l'obstacle insurmontable de l'hiver. Autre chose, et ce n'est pas plus réjouissant: l'un des hommes du magas-in, un certain Y. M., se doute de quelque chose à propos de l'ann'exe. On se passerait bien de l'avis de V. M_, mais apparemment cet homme ne peut cacher sa g-ra-nde curiosité, ne se laisse pas facilement dérouter et, par surcroît, n'inspire aUCUine confiance. Vendredi 24 décembre 1943. - .. .11 m'arrive de me poser cette question: « Existet- i1 quelqu'un au mondé capable de me comprendre, pouvant (Jublier que je suis juive, et qui ne verrait en moi que la jeune fille ne demandant Qu'une chose : s'amuser, s'amuser, s'amuser? » Je l'ignore et je ne saurais en parler à personne, car dans ce cas, je me mettrais à pleurer. Pourtant, pleurer soulage quelquefois. Dimanche t9 mars 1944. - La journée d'hier a été pour moi très importante. j'avais décidé d'en avoir le coeur net. Au moment de nous mettre à table j'ai pu lui chuchoter: « Tu fais de la sténo, ce soir, Peter? ~ « Non ~, répondit-il. « j'ai à te parler tout à l'heure, ça va? ~ « D'accord . Après la vaisselle, pour sauver les apparence.s, je suis d'iiiI»rd restée avec ses ANK par~nts~ assis près de la fenêtre. Peu apres, Je suis allée rejoindre Peter dans sa chambre; il était resté debout, à gauche de la fenêtre 'ouverre; je me suis mise à droite et nous avons parlé. L'obscurité relative du dehors se nrète mieux à la conversation que n'importe quelle lumière, facilitant les choses pour moi, et aussi pour Pet~r, si je ne me trompe. Nous nous sommes dit tant et tant de choses que ie ne pourr~i jamais les .répéter toutes, mais c'était merveilleux. La plus belle soirée que j'aie passée à l'annexe ... Mercredi 22 mars 1944. - ... Je trouve la vie plus belle. Je crois que l'annexe va être traversée par le souffle d'un grand ,amour, un vrai. Je ne pense nullement à l'épouser, je -n'y songe ,pas, il est trop jeUine encore, et je ne sais pas quel genre d'homme il sera plus tard. Pas plus que je ne sais si n(Jus allons nous aimer assez Dour vouloir nous marier tous les deux. En tout cas, ie suis certaine d'une chose: il m'aime aussi, mais je ne saurais dire de quelle façon. OUI bien il a besoin d'une bonne camàrade, ou bien il a succombé à mes charmes de ieune fille, ou encore je prends la place d'une soeur; je n'arrive pas à m'en faire une idée très nette ... Dimanche matin, avant 11 heures, 16 avril 1944. - ... Ce n'était pas la, première fois que nous étions assis comme ca, mais iamais encore aussi près l'un de l'autre. Il m'a serrée fort contre lui: mon sein ga'uche touchant son coeur fit battre mon coeur à coups plus rapides - mais nQUS n'en étions pas encore là. Il ,n'avait de cesse que ma tête ne repose sur son épaule, et qu'il -puisse y appuyer la sienne. Après cinq minutes environ. !e me suis redressée, mais il ~rit aussitôt ma tête entre ses mains et la serra contre lui. Oh! c'était exquis. je n'ai presaule pas parlé. tant mon plaisir était grand. Un peu maladroitement, il cares~a ma joue et mon boras, joua avec mes cheveux, nos têtes l'une contre l'autre la plupart du temps. L'émotion qui s'est emDarée de mQi, je ne peux pas la décrire_ j'étais trop heureuse, et lui aussi, je crois ... Mardi 6 juin 1944. - « Awjourd'hui, D-Day », a dit la B.B.C. à midi, et pour cause : This is the day, le débarquement a commencé!... L'annexe est ' un volcan en éruption. Cette liberté, si longuement atten.due, approche- t-elle vraiment? Cette liberté dont on a tant parlé n'est-eUe pas trop belle. trop féerique pour devenir jamais réalité? Cette année, 1944, va-t-elle nous donner la victoire? Nous ne le savons pas encore, mais l'espoir nous fait renaître, nous r-end le courage, nous rend la force. Car il va falloir endUirer courageusement bien des angoisses, des privations et des souffrances. II s'agit de rester calmes et de tenir bon. Dès maintenant et plus que iamais, il va falloir s'enfoncer les ongles dans la chair plutôt que crier. C'est le moment pour la France, la Russie, l'Italie et aussi pour l'Allemagne de faire entendre leur misère; quant à n(Jus, nous n'en avons pas encore le droit... Vendredi 21 juillet 1944. - Il y a de plus en 'plus de raisons d'espérer. ça oud. Oui, vraiment, ça va très bien! Des noit~ velles incroyables! Tentative de meurtre contre Hitler, non pas par des juifs communistes, ou par des caJ.)italistes a'nglais, mais par un général, de noblesse germanique, un comte, et jeune par dessus le marché ... Une bonne preuve, n'est-ce pas? que beaucoup d'officiers et de généraux en 'Ont marre de la g'uerre et verraient avec joie et volupté Hitler descendre dans les gouffres les plus Drofonds. Après la' mort de Hitler,- les Allemands aspireraient _à éta'blir une dictature militaire, selon eux un moyen de conclure la paix avec les Alliés, leur :permettant de réarmer et de recommencer la guerre 'a,Drès une vingtaine d'années. Peut-être la Providence a-t-elle fa'it exprès de tarder un peu à nous débarrasser de lui, car ce serait beauCoQup plus facile pour le!; Alliés, et plus avantageux a'ussi, si les Germains purs et sans tache se chargent 'eux-mêmes de s'entre-tuer; autant de travail en moins pour les Russes et les Anglais, qud pourront procéder d'autant plus vite à la _ reconstruction de leurs propres villes ... Je n'y peux rien, je me sens trop g-aie Dour être logique, trop gaie en sentant l'espoir de pouvoir - m'asseoir à nouveau sur les 'bancs de l'école en octobre! Oh! là là, n'ai-je pas dit à l'instant qu'il ne faut jamais anticiper? Pardon, pa'rdon, ce n'est pas pour rien qu'on m'appelle « UII1 fatras de contradictions :..

Notes

<references />