Droit et Liberté n°153 - février 1956

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°153 (257) de Février 1956
    • Contre les menées de Poujade et de ses complices: union de tous les antiracistes par Albert Levy page1
    • Le Comité d'action du MRAP prend des dispositions pour la lutte page2
    • Dans toute la France se multiplient les réunions et les meetings page3
    • Des personnalités nous déclarent: Amiral Muselier, Pasteur la Gravière, Alfred Sauvy, Francis Jourdain, Justin Godard, Léon Kartun, Etienne Nouveau, M.A. Bloch, Henry Torres, E. Schatzman, J.J. Mayoux, André Spire page2,3,6
    • Affiche: le MRAP s'adresse à l'opinion publique page4,5
    • Halte à l'antisémitisme et au racisme! Paix en Algérie! page6
    • Un important témoignage sur les incidents du Palais Bourbon: Kaba Mory: comment j'ai maitrisé le poujadiste au révolver page7
    • Poujade à l'école de Goebbels page7
    • Tous les antiracistes solidaires de Lucy, la courageuse étudiante de l'Alabama, en lutte contre la ségrégation page7
    • Un grand et beau film dédié à la Fraternité Humaine: "Si tous les gars du monde" par Rouben Melik page8
    • Salut aux étoiles (jazz) par Edmond Ferrier page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 153 (257) 29 FEVRIER 1956 Cont.re les menées 1 de POUJADE et de ses complices de tou LES ANTIRACI'STES LE M.R.A.P. et la. L.I.O.A. organisent en oommun un grand meeting antlraolste, qui aura lieu le vendredi 9 mars, à la Mutualité. Nous saluons avec Joie et espoir oe pas en avarit fait dans l'union - union que, pour notre part, nous n'avons Jamais cessé de préconiser et de préparer. Les antiracistes, les républicains, quelles que soient leurs opi_ nions politiques, viendront en masse, nous n'en doutons pas, exprimer avec nous, vendredi prochain, leur enthousiasme et leur volonté de voir cette union se prolonger et s'affermir, pour le plus grand bénéfice de la cause quI leur est commune. QUI ne constate aujourd'hui, en effet, l'urgente nécessrté de JoIndre tous les efforts face aux dangereuses tentatIves multipliées par Poujade et ses alliés, les Tlxler-Vignancour, les Xavier Vallat, pour restaurer le racisme et l'antisémitisme, pour porter atteinte au régime républicain. Se réclamant frauduleusement de la défense des classes moyennes, ces nostalgiques du régIme de ViChy s'efforcent de diriger contre « les Juifs », les « métèques li) et autres « races Inférieures li) un mécontentement légitIme. Par des moyens directs ou détournés, Ils répandent dans leurs Journaux, que ce soit « Rivarol » ou « FraternIté Français . , dans leulJ's meetIngs et à leur « école de cadres », le poison raciste et antisémite qui, naguère, a si douloureusement éprouvé la France. Le 8 février à Alge'l', les poujadistes et d'autres racistes ont impunément Insulté la République; et Ils réclament encore l'aggravation de I.a guerre et de la represslol1 en Afrique du Nord. Le 11 février à Paris, pour la première fols depuis la Libération, les cris de « Mort aux Juifs! » ont pu être lancés su·r les ChampsElysées. Le 1& février, tentant un coup de force à l'As~emblée Nationale, I.es hommes de Poujade se lançaient à l'assaut de la tribune, tandis que, dans le public, un de leurs invités tirait des coups de revolver ... Voici, sous l'occupation, J eantet, directeur du « Petit-Parisien » \ a droite) aux côtés de Brasillach, fusillé dépuis comme t raltre, et de DorI ot , en uniforme nazI. Aujou rd'hui, J eantet collabor e en permanence à « Fraternité Française l le journal de Poujade, ancien dorlotis te lui aussI. .. . .. Cependant que Schacht, que l'on voit ici aux côtés d'Hitler, dont il fut ministre des finances, annonce son r etour à la politique et adhère avec éclat, en Allemagne Occidentale, à un .parti gouvernementaL. 30 FRANCS ,. ___ ~ ' t VENDREDI 9 MARS à 20 h. 30 à la MUTUALITÉ 24 rue St-Victor (Métro : Maubert-Mutualité) GRAND MEETI·NG Organisé en accord avec les formations républlcalnes par le el la Mouvement contre le LIgue InternatIonale Raollme. l'Antlséml- oontr. le RacIsme et tilme, pour la Paix l'Antllémltllm. (MUP) (LICA) qJene~ en maâ.â-e Ouvdrture des portes à 20 heures IL est temps, n'est-II pas vrai? que cessent ces menées crlmlmlnelles quI tendent à dIvis&!' le peuple français et à le dresser contre les peuples d'outre-mer. Il est temps que cessent oes attaques oontre la République. SAMEDI GRAND BAL ANTIRACISTE Albert LEVY. (Suite page 6.) 24 MARS organIsé par le MRAP avec Georges JOUVIN sa trompette et son orchestre AUX SOCIETES SAVANTES, 28 RUE DANTON, PARIS-(VI.) 2 / DROIT ET LIBERTE U N 15 1 les antiracistes se dressent L ________________________________________________ ~ _________ __ BtS ftKSONNALnfS NOUS BftLAKtNT ... Nous avons publié, dans notre dernier numéro, des déclarations de personnalités diverses dénonçant les menées racistes et antisémites de l'état-major poujadiste et de ses alliés. Ces déclarations émanaient de MM. François MAURIAC, de l'Académie Française; Jacques DUCLOS et Maurice BOKANOWSKI, députés; Emile KAHN, président de la Ligue des Droits de l'Homme; Paul RIVET, fondateur du Musée de l'Homme; le pasteur VIENNEY, V. JANKELEVITCH et Marcel PRENANT, professeurs à la Sorbonne; VERCORS, écrivain; Louis DAQUIN, cin~aste. Amiral MUSELIER Ancien Chef des Forces Françaises Navales Libres JE vous accuse réception de votre lettre ainsi que de l'appel adopté récemment par le Comité d'Action. J'approuve les termes de cet appel et vous autorise à le signer de mon nom. Pasteur LA GRAVIERE Conseiller de l'Union Franç.alse sous l'Impulsion d'un mécontentement, à certains égards légitime, des Français peu clairvoyants ont contribué, par l'envol au Parlement d'une cinquantaine de « délégués» de Poujade, à affermir les positions d'un groupement, dont l'organisation, les propos et les agissements constituent - plus qu'une provocation - une menace pour la République, pour l'Union française- et pour la paix. Sarts l'avoir voulu, des braves gens, Insuffisamment a'(ertls de l'ampleur et de la complexité de certains problèmes (en matière d'Union française, notamment), vont se trol;ver Insensiblement entrainés, compromis, par les conséquences désormais prévisibles, des troubles et de l'agitation que le poujadisme a a déjà suscités. Je pense en particulier à ces honnêtes artisans, à ces laborieux commerçants, qui ont mis leurs espoirs en Poujade, sans voir plus l"ln; je pense aussi à ces jeunes étudiants qui, votant pour /a .premlère fols, ont été séduits par l'éloquence tonitruante et creuse d'un trublion dl! Quartier Latin. Comme tant !l'autres candidats poujadistes, celui-là, ayant, au cours de la campagne électorale, proféré mille propos acharnés, Insultants et haineux, a eu le front d'évoquer ensuite, doucereusement, l'union et l'amitié qui doivent · s'établir entre les Français! Ou l, le .poujadlsme, fondé sur la pratique de l'Incivisme et répandu par la violence et par l'Injure, ose aujou-rd'hui se réclamer de la « fraternité française ». Les mots d'ordre InSidieux, dissolvants et destructeurs, dont l'u n des tristes résultats fut, à Alger, la honteuse et humiliante jou-rnée du 6 février 1956, ne doivent pas être plus longtemps répandus. Verrons-nous demain, ~riompher le racisme et l'antisémitisme que voudraient faire revivre Poujade et ses lieutenants, ces collaborateurs des années de l'occupation? Je me refuse à le orolre et je fais confiance à l'immense majorité des Français. GrAce à leur bon-sens, à leur sagesse, à leur civisme et à leur discipline, les vieilles doctrines fascistes, les fanatismes haineux et les sectarismes révolus ne sauront l'emporter sur la vraie rraternlté française. (Suite page 3.) Dans une atmosphère enthousiaste et résolue Le Comilé d·Aclion du M. R. A. P. prend des dispositions pour la lutte Q UATRE CENTS personnes environ participaient, le 31 janvier, à l'Hôtel Moderne, à la réunion du Comité d'Action du M.R.A.P., auquel s'étaient joints les délégués d'une soixantaine de sociétés et organisations affiliées au Mouvement. . ., et à l'antisémitisme: Xavier Vallat pourchassé à travers la France et, de ville en vill'e, contraint à fuir.. les maurrassiens défaits à Lyon .. ici deux douzaines dans un hôtel où l'on refuse une chambre à un noir.. ailleurs deux cents pour faire rendre justice à un Nord-Africain.. trois mille à Wagram pour Mac Gee, et puis vingt mille au Vél' d'Hiv' pour les Rosenberg, et deux cent n;ille à la Nation, quand, parti d un modeste bureau du M.R. A .P., le combat est devenu celui de la France entière... » C'est dans une atmosphère à ' la fols grave et résolue que se aéroula cette importante réunion, consacrée à la lutte contre les menees antisémites et racistes de Poujade et de ses complices. . Sous la présidénce de M. Léon Lyon-Caen, président du M.R. A.P., notre secrétaire général, Charles Palant, présenta un rapport très documenté suivi par l'assistance avec l'intérêt le plus vif. Charles PALANT: « Notre responsabil1té est engagée :. « Dans les jours et les mois cl venir, déclara-t-il notamment, c'est contre le poujadisme que les antiracistes et tous les républicains auront à exercer leur v'igilance active. Car, dans l'étatmajor de Poujade, parmi ses inspirateurs et alliés, se retrouvent tous les rescapés de la collaboration, tous les nostalgiques du temps de l'occupation, tous les racistes liés aux intérêts les plus sordides de l'exploitation coloniale ... » Après avoir évoqué la situation difficile des commerçants et artisans, qui explique leur volonté de se défendre et de lutter contre les excès du fisc, le rapporteur souligne que les causes réelles de cette situation sont notamment les bas salaires des consommateurs et la politique de guerre, source de lourds impôts. C'est dans ces conditions que poujade a tenté d'utiliser le mécontentement légitime de certaines catégories de la population, moins préoccupé de satisfaire leurs re- Des fonds pour la victoire Répondant à l'appel du Comité d'Action de notre Mouvement, de nombreuses sociétés ont déjà apporté leur contribution financière à notre grande campagne contre 'la renaissance de l'antisémitisme et du racisme. Qu'elles soient ici remerciées chaleureusement. Nous souhaitons que leur exemple soit partout suivi rapidement, pour que nous puissions, tous ensemble, remporter de nouveaux succès. Voici la liste des versements qui nous sont déjà parvenus. SOCIETES Cotisations annuelles Siedlec, 15.000; Plock, 5.000; Salut Public de Belleville, 5.000; Zlotczew, 5.000; Amis des Gobelins, 10.000; Otwock, 5.000. Dons Union des Sociétés Juives de Fronce, 100.000; Siedlec, 100.000; Ncwo-Radosk, 61.000; Radom (acompte), 25.000; Pro go, 10.000; Kotck-Jelochow, 15.000 ; Secours auX Amis, 25.000 , Pietrokow, 20.000 ; Klelcz, 10.000; Krasnik, 30.000; Ce ... tochow, 25.000; Kozienec, 25.000; Pulawy, 50.000. Cartes d'Amis Trégier (2 cortes), 1.000; Bester, 20.000; Noyer-Bernard, 20.000; Anonyme (9' arrondt), 3.000; Sterne, 2.500; Schuskln, 5.000; Taksln, 5.000; Elrnest Lévy, 5.000; Mme Pechman, 1.000, Woldman, 3.400; Karpik, 10.000; Mlle PI .. "ick, 2.000; Mme Clara, 150.000 ; Ovezarek, 5.000 ; Georges Lévy, 20.000; Pierre Nathan, 10.000 ; Edouard (4 cortes), 4.500; Luftmon, 5.000; Selobert, 20.000. vendications que de les entrainer dans l'aventure. « Poujade est, sur le plan politique, un escroc de grande envergure, déclare Charles Palant. Et, sur les deux millions et demi d'électeurs qui ont voté pour ses hommes dans l'espoir d'allègements fiscaux, nous sommes certains qu'un grand nombre ne tarderont pas à se détourner du fasciste qui les a trompés. » Le secrétaire général du M.R. A.P. rappelle ensuite les antécpdents et les liais(ms de Poujade, que notre journa,l a montrés en • détail dans son dernier numéro. Il souligne qu'à la tête du poujadisme, comme à la rédar.tion de « Fraternité Française» et à l' « école de cadres » de SaintCéré, pullulent les collabos les plus dangereux: les Fégy, les Albertini, les Barbé, les Jeantet, les Janneret, ~tc ... , condamnés à la Libération pour leurs activités. antisémites et antinationales. « Notre responsabilité, comme , animateurs de la lutte antiraciste en France, se trouve donc gravement engagée », s'écrie Charles Palant. Rappelant ensuite les combats incessants poursuivis par le M.R. A.P., ces dernières années, contre les menées des Xavier Vallat et des Tixier-Vignancour, contre le film antisémite « Les Nouveaux Maltres », contre le réarmement des bourreaux nazis, pour Mac Gee et les Rosenberg, il montre la nécessité et la possibilité d'intensifier cette action. « Nous n'avons cessé, déclaret- 1l, d'éveiller, de mobiliser, de rassembler, d'unir les antiracistes. A Paris, à Lille et à Marseille, à Nancy et à Poitiers, cl Lyon et à Toulouse, des coups rudes ont été portés au racisme « Aujourd'hui comme pendant ces huit années, poursuit-il, nous apportons des idées précises sur l'urgence et l'ampleur de la lutte à mener, sous le signe de l'action ~nie des larges masses, avec les Innombrables démocrates et républicains de ce pays. » Et Charles Palant propose. au nom du Bureau National du M.R.A.P., le plan d'action que nous pUblions ci-dessous et qui sera, au cours du débat, chaleureusement approuvé. Enfin, Charles Palant souligne que les élections du 2 janvier, si elles ont révélé le danger de l'antisémitisme et du racisme, ont surtout confirmé l'attachement du peuple français aux insti. t~tions républicaines, aux tradltlOns nationales ete fraternité, de progrès et de paix. « Les conditions existent, conclut-il sous les applaudissements, pour que, tous unis, les antiracistes les républicains, balayent les tru~ blions fascistes. Nou_~ devons, no.u~ pouvons empêCher l'antisémItIsme et le racisme de passer. » • Dès le lendemain ..• Sur le rapport de Charles Palant s'instaure un riche débat, mar~ué par plus de dix interventlOns, parmi lesquelles celle du Dr Danowski, préSident de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs'


_____ M· Jl:fanville et le Dr Zaidman'

membres du Bureau National d~ M.R.A.P.; Henri Bulawko, secréCOMPAREZ! taire de l'Amicale des Anciens

C'était eft 1934... Les fascistes .avaieont organisé -un groupement dit de

«Solidarité FfQltSaise .. , qui prétenctoit ' cÏéfel'dre les classes moyennes. L'esselltiel cie son programme : l'antisé,,,itisme, la haÎne de la République. 5 .. " insigne : le coq pulols. Et maintenant, voyez page 6. Déportés Juifs; Alfred Grant, secrétaire général de l'Union des Sociétés Juives de France; le Dr Rennert, Roger Maria, M. Gotlib, ains' que les représentants de diverses sociétés. Enfin sont adoptés, dans l'enthousiasme, le plan d'action que tous les antiracistes auront à coeur de réaliser, et l'Appel à l'opinion publique, dont nous reprOduisons le texte en pages 4 et 5. Notons que dès le lendemain de la réunion du Comité d'Action, le M.R.A.P., les sociétés et organisations affiliées ont commencé à mettre en oeuvre les décisions prises en commun. LES DECISIONS Pour démasquer dans tous les sectel!rs de l'opinion, Poujade, son 'tat-major, ses inspirateurs et ses alliés: pour mobiliser et unir les républicains, les gens de coeur de toules tendances dans le combat contre le racisme et l'antisémitisme, le Comité d'Action du M.R.A.P. a adopté le plan suivant: 1. Publication et large diffusion d'un appel à l'opinion pUblique. 2. Edition d'un dépliant, d'une brochure, d'une e.ffiche à grand tirage. . 3 Campagne pour 10.000 nouveaux abonnés à « Droit et LIberté ». 4. Organisation d'un grand meeting à Paris, en demandant à toutes les organisations Intéressées de s'y associer. 15. Organisation de réunions : assemblées de sociétés, réunions locales à Paris et en réunions privées. multiples générales publiques provInce, 6 Création, à l'issue de ces réunions, de larges comités antiracistes. 7. Collecte active des fon'ds nécessaires pour mener à bien cette vaste campagne (15 millions). des Interdiction manifestations factieuses ! Encouragés par les manifestations du 6 février à Alger, les éléments fascistes ct racistes décidèrent d'organiser égaIement à Paris un rassemblement le 11 février sur les Champs-E lysées. Le M .R.A.P., de même que de nombreuses outres organisations républicaines démonda que des mesures soient prises pour interdire ces menées factieuses. Le 9 février, il publiait la déclaration suivante: Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Poix, élève une protestcotion indignée contre les manifestations racistes et antirépublicaines fomentées actuellement en AI· gérie. Il dénonce l'odieuse démagogie des hommes de moins de Pou iode, qui prétendent agir ou nom des Anciens Combatt"' nts, de même que dons la Métropole, Ils se réclament cyniquement des commerçants et artisans, pour s'attaquer aux institutions républicaines en utilisant l'antisémitisme et le racisme. L'état-major poujadiste, truffé d'anelens collaborateurs notoires, se propose maintenant d'orgCllniser à Paris même des manifestations factieuses. C'est un devoir pour tous les antiracistes, tous les républicains et patriotes de sunir pour y foire obstacle et souvegarder l'amitié entre les populations de Fronce et d'Afrique du Nord ainsi que l'égalité entre les citoyens. En vertu du droit et du devoir que la République a de se défendre, le M.R.A.P. dem"'nde que soient prises les mesures nécessaires pour empêcher les ennemis de la démocratie, de porter atteinte à la dignité de la Fronce. Unissons-nous pour faire échec ou racisme et ou fascisme de nouveau menaçants 1 DROIT ET LIBERTE 8 contre les . menées de Poujade et ses complices .p 0 U R L'UNITÉ CONFORMEMENT aux dIrectives du Comité d'Action, le M.R.A.P., au cours des dernières semaines, a redoublé d'efforts pour que s'affirme l'unité des antiracistes dans la lutte contre les pressants dangers de l'heure. LE MEETING COMMUN DU 9 MARS L'organisation d'un grand meetIng à Paris ayant été décidé, le M.R.A.P., dès le début de février, s'adressa à la L.I.C.A. pour lui proposer d'organiser en commun un tel meeting. Il s'adressait égaIement à diverses autres organisations, en leur suggérant de s'associer il cette Initiative. Ce sont les pourparlers ainsi engagés oui ont abouti à l'heureuse décision du M.R.A.P. et de la L.I.C.A. de tenir ensemble le meeting du 9 mars à la Mutualité. Des lettres signées par les présidents du M.R.A.P. et de la L.I.C.A. ont été adressées aux diffélrcntes formations républicaines, auprès desquelles des délégations communes se sont rendues. DEUX REUNIONS A L'HOTEL MODERNE Une réunion consacrée à la lutte contre le pouJadisme a eu lieu fin Janvier à l'Hôtel Moderne, sous l'égide de la Fédération des Sociétés Juives. Bernard Lecache, président de la L.I.C.A., fit un exposé sur PouJade et son entourage et, soulignant la menace de l'antisémitisme, invita les auditeurs à S'y opposer. Notre secrétaire général, Charles Palant, ayant demandé J-a parole, se rendit à la tribune et, lorsqu'il serra la main au président de la L.I.C.A., la salle unanime app,laudit chaleureusement ce geste d'unité. Dans une brève intervention, Charles Palant montra que les graves périls de l'heure imposaient l'union de tous les antiracistes dans une ferme opposition au racisme, rejoignant celle de l'Immense majorité des Français. Tous les assistants approuvèrent et la réunion s'acheva sur cette Intervention dans une atmosphère d'enthousiasme. Ceux semaines plus tard l'Amicale des Marchanda Forains Juifs Invitait à la fols, pour une réunion semblable, Bernard Lecache et Charles Palant. UN COMITE D'UNION A MONTREUIL C'est également sous le signe de l'unité que s'est déroulé le meeting organisé le 16 février à Montreuil par ~otre Mauvement et l'U.J.R.E. Dans la salle et à la tribune s'étaient retrouvés, dans une atmosphère fraternelle et résol ue, les militants et les dirigeants locaux du M.R.A.P. et de la L.I.C.A. Ils applaudirent tour à tour Charles Lévlne (L.I.C.A.), Youdlne (U.J.R.E.) et Roger Maria (M.R.A.P.) A l'issue de la réunion a été oonstltué un Comite d'action contre le racisme, comprenant des antiracistes de toutes tendances. Dans toute le France se multiplient meetings 1 • les reunlons et les -- A Paris, dans la reglOn parisienne, dans diverses vines de France ont eu lieu" ces dernières semaines, de multiples réunions publiques organisées sur l'initiative ou avec la participation du M.R.A.P. D'autr'es réunions et meetings se préparent, où s'ex' primeront avec plus de force encore la volonté de tous les antiracistes de s' unir et d'agir pour faire obstacle aux menées des Poujade, des Tixier-Vignancou'r et autres Xavier Vallat. Parmi les réunions tenues à Paris, citon3 particulièrement celles du 10 février dans le 12· arrondissement, avec Cha rles Hutman, membre du Bureau nationa'l du M.RA.P., et B. Adam; du 13 février, dans le ;3. arrondissement, avec Charles Palant, se- . crétaire général du M.RA.P.; du 29 février, dans le 18e arrondissement, avec Albert Lévy, membre d'l BureaUl national, et M. Vilner, secrétaire général de l'U. ].RE. Nous relatons par ailleurs la belle réunion de Montreuil, à l'issue de 'laquelle M.R.A.P. et L.I. C.A. ont pris l'initiative de constituer un comité antiraciste. Des réunions ont eu lieu également les 28 et 29 février à Lille et Valenciennes, avec Charles Palant. Le mercredi 15 février, l'Union des Sociétés Juives de France avait appelé les militants des sociétés juives à une grande réunion au cours de laquelle devaient être élaborés les moyens d'action à mettre en oeuvre contre le poujadisme. La par le fut donnée à notre secrétaire général Charles Palant, qui avait été invité à exposer l'action du M.RA.P. L'assistance s'est prononcée Le des bel exemple ÉTUDIANTS Du Quartier Latin à l'Ulniv"rsité de Montpellier, Marseille, Toulouse, Fann (Dakar), en passant par les étudiants s'opposent victorieusement au racisme et au fascisme. Les étudialnts ont été les premiers, en effets, à connaÎtre les violences poujadistes, lorsqu'à MONTPELLIER~ les 20, 21 et 22 janvier, les énergumenes, conduits par le sieur Mousseron, se sont attaqués à un meeting organisé pour la solution paciiique des problèmes d'Afrique du Nord. On salt quelle fut la riposte : à l'appel de 32 associations républicaines, dix mille personnes manifestaient le surlendemain en un puissant meeting, au centre de la grande ville universitaire. C'est également pour protester cuntre les incidents racistes de Montpellier et contre le 6 février d'Alger que les étudiants de DAKAR ont, le 7 février, fait la grève de la faim et défilé dains les rues de la ville. unanimemenJ .pour le soutien des ,initiatives du M.RA.P. et pour l'envoi d'une délégation au :ongrès de la Fédération des Sociétés Juives de France, pour lui proposer d'unifier les efforts contre le danger commun afin de donner davantage d'efficacité à la lutte contre le racisme. Parmi les réunions qui se prépétrent et qui nous sont déjà connues, signalons: 20' ARRONDISSEMENT. - Le lundi 5 mars, 102, boulevard de Belleville, au café Lumière, avec A. Saint-Cyr, membre du Bureau national du M.R.A.P. STRASBOURG. - Le 22 mars, avec M. Imerglik, membre du Bureau national. D'autres sont .prévues à Nancy, Toulouse, Marseille pour le début de mars. Enfin, les membres du, Bureau national du M.RA.P. prennent chaque soir la parole sur l'invitation de sociétés, d'organisations, de groupements professionnels désireux de s'informer sur le poujadisme et de soutenir notre action. La section étudiante du M.R.A.P., constituée récemment, a apporté à ce Comité s()ln adhésion totale par un message adressé au meeting du 16 février, salle des Sociétés Savantes. Forts de cette union exemplaire, les étudiants parisiens ont chassé les poujadistes et les maurrassiens du Quartier Latin, notamment lors des manifestations du 11 et du 23 février. Des milliers de signatures A MARSEILLE, où un étudiant africain a été gravement blessé à coups de couteau par un paujadlste, se constitue un large comité de vigilance antiraciste, sur l'initiative de la section du M.R.A.P. A PARIS, après les provocations des amis de Le Pen à la Cité Universitaire, l'Union Générale des Etudia!nts Musulmans Nord-Africains et la Fédération dès Etudiants d'Afrique Noire en France ont organisé tour à tour des meetings salle des Sociétés Savantes. A cette dernière manifestation, notre ami Marcei MOInville 0 apporté les fraternelles salutations du M.R.A.P. La victoire des antifascistes fut totale: au pCÎnt que les nervis de Le Pen qui, le 23 février, avaient promis d'empêcher le meeting anticolonialiste de la Mutualité, n'ont pas osé s'y montrer. Au nom de la section étudiante du M.R.A.P. notre amis Thomas Rahandrana Intervint à ce meeting, chaleureusement applaudi par la foule des étudiants. L'appel à l'opinion publique lancé par le M.R.A.P. rencontre dans tous les milieu un accueil très favorable. Bien que sa diffusion ne fasse que commencer, çhaque courrier nous apporte un grand nombre de signatures de commerçants, d'artisans, d'ouvriers, d'intellectuels qui entendent manifester leur volont& de sauvegarder, contre les Poujade et les :rlxler- Vignancour, les principes républicains. . Ces appuis nous sont des plus précieux. Ils doivent se multiplier encore. Dans le même temps se constituait, le 10 février, un Camité Antifasciste des Etudiants de Paris, comprenant les représentants des étudiants socialistes, communistes, radicallx, " nouvelle gauche ., etc ... L'ardente activité qui se développe au Quartier Latin et dans tous les centres universitaires fera sans aucun doute réfléchir partout les hammes de main. poujadistes, de même que leur mésaventure de l'autre dimanche, rue de Ménilmontant, où les travailleurs ont chassé les vendeurs d' M Aspects de la France " et de " Fraternité Française _. Le peuple frOlnçals et sa jeunesse sont vigilants: le racisme, le fascisme ne pass"ront pal 1 BlS rlKSONNALnfs NOUS OftlAKlNT.1I (Suite de la page 2) Alfred SAUVY Directeur de l'Institut National d'Etudes Démographiques EN 1946, dans l'amoncellement des ruines, on pouvait trouver au moins un élément de réconfort : la fin définitive des théorjes racistes semblait une certitude. Il n'en est rien malheureusement, nous devons le reconnaître aujourd'hui. Que les professions de fol racistes émanent des parties les moins éclairées de la nation n'est pas une consolation, puisqu'II en a, toujours été ainsi. Du reste, dans le fond même de I.a population, subsiste encore une confusion fréquente entre l'hérédité et le milieu; des Infériorités ou soi-disant Infériorltes sont attribuées à la première, alors qu'elles dérivent directement du milieu. Il faudra donc mu Itlpller les efforts pour faire dlsparaltre ces préjugés sur lesquels les théories et les attitudes racistes s'efforcent toujours de prendre pied. Ces théories et ces attitudes sont si contraires à l'esprit national français qu'on doit espé-. rer leur échec rapide, avant qu'elles n'aient pu exercer leurs ravages. Francis JOURDAIN Ecrivain JE partage sincèrement les sentiments d'ala,rme qu'Inspirent au M.R.A.P., comme à tous les républicains clairvoyants, les menées d'une réaction qui, ne se consolant pas d'avoir perdu son Pétain et son Laval, entend aujourd'hui tirer parti des faiblesses d'un gouvernement timoré. Puisse notre attitude convaincre rapidement fascistes et oouJadistes que les répUblicains de ce pays montreront, le cas échéant, plus d'énergie que nos ministres à défendre les libertés peniblement conquises, à lutter ainsi contre les méfaits du radsme, à empêCher la guerre que réclame, espère et prépare la colonialisme Infâme. Justin GODART Ancien Ministre A ' NTISEMITISME, racisme, sont des manifestations des plus sordides Intérêts. Le racisme entretient ou :f'ée l'orgueil des races qui se croient supérieures, simplement pour exploiter les races dites Il1férleu'res. L'esclavage, le colonialisme, les salaires de famine, le maintien des faibles dans la misère sous toutes ses formes, sont les méthodes de racisme pour faire for'tune. L'antisémitisme est sournois; Il atteint les buts par la brutalité et lIation. moins mêmes la spo- Racisme, antisémitisme, ne sont que de honteuses, mals profitables spéculations. Et le fascisme est leur complice. Léon KARTUN Pianiste L A présence du poujadisme . est un véritable danger pOL r la France. Quelques centaines de milliers d'électeurs naïfs se sont laissés duper par cet apprenti sorcier qui leur a laissé miroiter le non-payement des Impôts. Tous les électeurs poujadistes ne sont p'as fascistes et antisémites, mals tous les fascistes et antisémites sont pO,uJadlstes. Devant un spectacle aussi navrant, comment parler de réconciliation française? (Suite page 6.) lE M UVEMENI NIRE lE · RA 1 ME l'ANII EMIII ME El POUR lA PAIX (M.R.A.P.) s'adresse il l'opinion publique .•• Onze ans à peine après la défaite de I·hitlér·sme, nous assistons. dans notre pays, à une dangereuse tentative de faire renaitre les , haines qui, naguère, ont allumé les fours crématoireset endeuillé la France. Trompant la volonté de certaines catégories de Français, qu'ànime un légitime souci de justice et de mieux-être, POUJADE, entouré et inspiré par un' état-major d'anciens collaborateurs noto~res, s'efforce de susciter un réveil de l'antisémitisme et du racisme. . Puisant aux sources du nazisme, POUJADE et ses complices utilisent une nouvelle fois la méthode qui vise à détourner le mécontentement de la pôpulation contre un, «bouc émissaire ». Çomme au temps de Vichy, ils préconisent des discrimination~ entre les ci.toyens, suivant leur origine ' ou leur religion. Partisans acharnés de la violence en Algérie, ils poussent à un rc;lcisme exacerbé qui risqu'e de compromettre l'amitié entre le peuple français --~--·'----~~--Charles 13 avril 2010 à 08:04 (UTC)---------------------~------~ _ ~L Le ~ouYement contre le Racisme. 1· Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.),s·adresse solennellement à I·opinion publique afin de souligner le péril que .représentent ces menées pour les institutions républicaines. les traditions fran~aises et I·unité de la Nation. Le peuple fran~ais n-est pas raciste. fidèle à l'idéal des Droits de l' Homme, aux souvenirs de la Résistance, il saura empêcher le retour des propagandes et des pratiques qui ont abouti aux horreurs de la guerre et de l'occupation. ·Démocra S, patriotes, gens de caeur! Unissons-nous. sans dislinclions. agissons lODS ensemble pour . faire. échec' aux déchaînemenls racisles des ennemis de la République. pour que Iriomphenl la fralernilé enlre les hommes • .. amilié enlre les peuples el la . Paix. Supplément à Droit et Liberté, organe du M.R.A.P. B', rue du Faubourg SI-Denis, PARIS-X· A afficher sur les ",urs, dans les vitrines (avec un tlDlbre-qulttance de 5 francs) et auz sièges des organisations. 8 DROIT ET LIBERTE Halle à l'antisémitisme et au racisme 1 DIS r(~ ~-, ~~ \ li rfs NOUS DÉCLARENT III (Suite de la page 3) Etienne NOUVEAU Avocat à la Cour IL ne faut pas minimiser, encore moins exagérer l'ampleur et le danger du mouvement Poujade. Dénonçons ensemble sa nocivité, le vide de ses formules et de son programme, que l'on tente de combler par le subter' fllge habituel de l'antisémitisme. Il y a des mécontents, soit; tâchons de leur faire comprendre que tous ceux qui se plaignent de trop payer d'impôts en paieraient beaucoup plus si leur chef réussissait à aggraver la guerre en Algérie. Pour le surplulo, la véritable lutte efficace ne sera pas contre Poujade, elle sera pour la restauration d'une démocratie efficace, avec des hommes d'Etat dignes de ce nom qui, étant chargés d'appliquer un programme sur lequel une majorité parlementaire se sera mise d'accord, l'appliqueront vraiment sans lâcher du lest chaque Jour • . Alors Il n'y aura point de gens, parmi les simples, pour suivre les malins qui les rouIt'nt et veulent ({ sortir des sortants » pour sortir ensuite de la démocratie et se tailler un fromage permanent dans la dictature d'un hitlérisme renaissant. M. A. BLOCH Maître de conférence à la Faculté des Let tres de Caen JE vous donne volontiers mon accord sur le texte de l'ap_ pel adopté par le Comité d'Action de votre Mouvement. Je pense que notre effort pour éclairer l'opinion sur la réalité du poujadisme doit s'ap_ pliquer avant tout à faire la lumière sur ses tenants et aboutissants et singulièrement sur les personnes qui composent l'entourage Immédiat de PouJade: car dût-on même considérer comme de bonne foi les déclarations par lesquelles celul-' cl se défend de tout antisémitisme de principe, les actes passés et les propos récents de ces personnes attestent à l'évidence leur volonté de ranimer les suspicions et les haines ractales. Notre tâche est d'abord, à mon sens, une tâche d'Information, et notre devoir de répon.dre à toute campagne de passion par une campagne de raison. De' tout coeur avec vous. Henry TORRES Sénateur l ' E Français qui s'avoue raciste atteste qu'II est un Imbécile, en même temps qe'il renie la France. Et celui Qui ne s'avoue pas raciste, mals emboîte le pas aux professionnels de l'antisémitisme, peut parfois ne pas être un Imbécile, mals il est toujours un lâche. E. SCHATZMAN Maitre de Recherches au C.N.R.S. L'UNITE des Français autour de la cause généreuse de l'égalité entre les races se fait et doit se faire. Elle permettra de combattre et de vaincre l'antisémitisme et le racisme rllnalssants, utilisés par des groupes fascistes pour tromper et désorienter certaines couches do la population et les détourner des véritables problèmes de l'heure: paix en Algérie, justice sociale, défense de l'Ecole. Paix en Algériel m nmmurU LA mani!estat;on factieuse du 6 février à Alger, provoquée avec la même « spontanéité » que celle de 1934 à Paris, a éclairé l'opinion française sur l'état d'esprit raciste et an tirépublicain qui anime les partisans de la guerre à oùtrance en Algérie. Parmi les responsables de cette manifestation figurent, étroitede Suite l'éditorial Seule l'union de tous les Français fidèles à l'Idéal de IIbe,rté, d'égalité et de fraternité peut conjurer d'aussi graves menaces. Le M.R.A.P. continuera de toutes ses forces à rendre toujours plus réelle, toujours plus efficace cette union. Il suivra en cela la ligne qu'II s'est tracée dès sa fondation et qu'on a vue se manifester avec éclat lors des Inoubliables campagnes qu'II a J11,!lnées pour Mac Gee et les Rosenberg, pour le châtiment des bourreaux d'Emmett Till, contre les activités de Xavier Vallat et de Bardèche, contre le film « Les Nouveaux MaÎ'tres » et chaque fols que 1· racisme et l'antisémitisme ont relevé la tête. TOUS ensemble, nous barrerons la route aux ennemis de la République et briserons leurs campagnes de haine. L'unité est en marche et rien ne s'arrêtera. Vive le meeting du 9 mars! Vive l'union de tous les antiracistes! A. L. LE 28 MARS LES NOIRS AMÉRICAINS feront grève contre LA SÉGRÉGATION Protestant contre la ségrégation, une femme noire s'était assise à une place « réservée » aux blancs, dons un autobus de Montgomery (Alabama). Elle fut frappée d'une ame'nde. La population noire, mobilisée également par la courageuse atti. tude d'Antherine Lucy, a décidé de boycotter les autobus racistes. Ce mouvement durait depuis onze semaines, lorsque les autorités ont arrêté une centaine de dirigeants antiracistes, dont 23 pasteurs. Pour riposte" un comité natio.nal, présidé par le député Adam Clay ton Powell, a appelé tous les noirs des Etats-Unis à faire grève le 28 mars prochain. Ce même Jour, un grand meeting antlrachte aura lieu à New-York, à Madison Square Garden. S.B.I.R. 1 ment liés, les hommes de « Présence Française », représentants d'intérêts étrangers à ceux de la France, et les hommes de Poujade, impatients d'instaurer un rég;me fasciste dans notre pays. De u x députés poujadistes, Bouyer et Demarquet, avaient été dépêchés d'urgence en Algérie avant le voyage du président du Conseil. Et ils ont joué un rôle déterminant dans les émeutes qui se sont déroulées face à un service d'ordre étrangement débonnaire. Comment les poujadistes voient le prOblème algérien? « Fraternité Française» de décembre dernier l'expliquait en ces termes : « D'abord bien t irer, depuis le capitaine jusqu'au cuistot; et nous conseillons instamment de donner une prime de bon tireur, comme cela se pratique dans l'armée allemande » ... Toujours plus de sang français et algérien, la perspective ' d'une aventure catastrophique pour la France, voilà ce que proposent poujade et ses pareils. Ils feignent d'ailleurs d'ignorer qu'une telle politique ne peut être poursuivie sans entrainer de nouveaux impôts pour les commerçants et artisans qu'ils prétendent dé- COMPAREZ! fendre - ce qui illustre, une fois de plus, leur cynique démagogie. Cependant, du plus profond de notre peuple, monte l'exigence d'un cessez-le-feu, d'une véritable négociation, qui mettrait fin à la guerre et ferait échec aux propagandes racistes. Des initiatives sont pnses de toutes parts, sous le signe de la plus large union, pour que soit enfin réalisée une politique conforme à la fois aux intérêts des populations de ~rance et d'Algérie. Ces derniers jours, à l'Assemb'ée Nationale, des délégations innombrables, comprenant des mères, des épouses de jeunes soldats envoyés en Algérie, sont venues dire aux députés de faire cesser cette dramatique effusion de sang. Le M.R.A.P. s'associe pleinement à ces efforts. Il ne faut pas que les poujadistes aient le dernier mot! Il faut sauver al.. plus vite les vies qui sont menacées - françaises et algériennes. A la prison de Constantine, l'échafaud est dressé depuis le début de février. 28 Algériens risquent d'être exécutés. En les sauvant, les antiracistes aideront à l'établissement de liens durables let fraternels entre la France et l'Algérie, dans la paix et la dignité. On s'y tromperait : l'msigne du pouiadlsme ressemble comme un frère à celui des fascistes de 1934. C'est jusque dans les moindres détails que «le papetier de Saint-Céré» pousse l'imitation. Cette démagogie «nationale », qui cache une attitude visant à diviser et asservir la nation, caractérisait aussi la propagande hitlérienne. Pouladolf a de q .. i tenir! NOUS DfclARtNT III J.-J. MA YOUX Professeur à la Sorbonne LE mouvement Poujade représente un grand péril pour la démocratie française, à la fois par ce qu'II est et par le masque qu'II s'est donné. Trop de démocrates ont évité trop longtemps de s'opposer à lui et aux siens parce qu'il leur déplaisait de paraître associés, contre des ({ petits », à de gros Intérêts. Cependant, le « chef » faisait voir, dans son comportement comme dans son histoire, toutes les annonces du fascisme. S'en prendre à la démooratie des malheurs d'une classe mal organisée, mal assurée et mal définie dans sa fonction sociale, prétendre donner à ses éléments incohérents un esprit communautaire en les ameutant contre l'étranger, le juif et le métèque - ({ tout ce qui n'est pas de chez nous », qui ({ vient manger notre pain », etc. - c'est, dans tous les pays, le style des agitateurs fascistes. Mais, parmi eux, Poujade s.e dlsting ue encore par l'effronterie de ses Incohérences. Ce défenseur des opprimés n'est-II pas en même temps le champion de la féroce oppression coloniale, cet ennemi du gaspillage n'est-il pas l'apôtre d'une guerre absurde, qui ruine ln F'rance en même temps qu'elle la déshonore? C'est que Poujade a besoin des millions des exploiteurs d'hommes de l' ({ Empire », c'est que les troupes coloniales et leurs chefs sont des auxiliaires naturels d'un coup d'Etat fasciste. C'est aux commerçants et aux artisans trompés qu'il faut d'abord faire comprendre avec qui, avec quoi, Ils ont lié partie. Il n'est pas trop tard pour qu'ils retirent leur appui à Poujade et au fascisme franco-colonialiste. Mais il est grand temps. André SPIRE Poète JIe: tiens à m'associer au M.R.A.P. pour combattre cette nouvelle forme du nazisme que représentent PouJade et ses lieutenants. La manifestation fasciste de samedi dernier, qui a parcouru les Champs-Elysées au cri de Mendès-France au po teau, Mauriac dans l'Aurès, et a brisé les glaces de l' ({ Express », est une preuve évidente de l'urgence d'une prompte et énergique action de tous les patriotes, de tous les républicains, de toutes les forces de gaucho et de la plus extrême-gauche, contre un mouvement démagogique qui menace toutes les libertés civiles et politiques, tous les droits les plus sacré$ de l'homme et du citoyen. RUE DE L'OUEST, - PAR 1 S (l4e ) 1 S 8 1 R Téléphone SEG. 19-79 • •• • 110, PAIN AZYME FARINE DE PAIN AZYME • Fabriqués avec la technique la plus moderne La Société des Boulangers Israélites Réunis vous offre, pour les Fêtes de « Pessach », du PAIN AZYME et de la FARINE de PAIN AZYME strictement « kacher », produits sous la haute surveillance du rabbin Jacob RUBINSZTEIN et du grand-rabbin ZAOUI, de Paris • Réclamez partout notre PAIN AZYME et notre FARINE DE PAIN AZYME, avec emballage spécial sous carton conservant toute leur s'aveur. ATTENTION! PRIX SPECIAUX POUR LES COMMUNAUTES JUIVES DE PROVINCE HATEZ-VOUS DE PASSER VOS COMMANDES à :. s. B. 1. R. 110, RUE DE L'OUEST - PAR 1 S (l4e ) Téléphone SEG. 19-79 DROIT ET LIBERTE Un important lémoiSP3se sur les Intidents du Palais-Bourbon Kaba Mory: Comment j'ai maîtrisé Vincent, le poujadiste au revolver A l'Assemblée Nationale, les poujadistes se livrent à une violente obstruction, non seulement verbale mals même physique, allant Jusqu'à tenter de prendre d'assaut la tribune pour empêcher un vote. Le 16 février un de leurs supporters, des tribunes du public, tira quatre coups de revolver, heureusement à blanc. L'étudiant guinéen Kaba Mory qui, le prem.ler, maîtrisa le forcené, a fait à ({ Droit et Llbel'té » le récit de cette séance. A l'heu1re où Le Pen, démasqué, prétend ne pas connaîtl'e Vincent, ce témoignage, on le :verra, revêt un Intérêt considérable. M'intéressant aux problèmes qui s'y débattent, je vais souvent à l'Assemblée Nat ionale, nous a déclaré K aba Mory. Le 15 février, le public a été introduit dans les tribunes à 14 h . 30, comme d'habitude. J 'étais à la tribune A, au second rang. Une demi-heure plus tard, environ - la séance était commencée - un jeune homme est venu s'asseoir à côté de moi, à la seule place libre. Tout d'abord je n'ai pas fait attention à lui. ET MOI . . que pUIs-Je faire? Dans la situation présente, chaque antiraciste se sent mobilisé, face au danger accru de J'antisémitisme et du racisme. Qui n a le désir d'agir, de faire quelque chose d'utile contre les menées de Pouj ade et de ses acolytes ? Qui ne voudrait aider à éclai re r les gens honnêtes qui ont pu Hre t rompés par lui? Qui ne souhaite participer à la défense de la République et des idées françaises d' égalité, de fraternité? Il est compréhensible que, nombreux, des amis nous demandent

ET MOI, QUE PUIS-JE

FAIRE? Pour leur r épondre, ainsi qu'à tous nos lecteurs, nous proposons ci-dessous, dans l'esprit des décisions du Comité d'Action du M.R.A.P., quelques suggestions pouvant inspirer l'activité quotidienne de chaque antiraciste. Ce (Tue vous pouvez faire? Voici: ~ SIGNER, DIFFUSER, FAIRE SIGNER l'appel du M.R.A.P. à l'opinion publique. Nous le ·reprodulsons en page 4. Il a été édité en tracts, qui peuvent être envoyés sur demande. Dlstrlbuezle autour de vous, adressez-le à vos connaissances. Affichez-le. ~ FAIRE DE NOUVEAUX Quelques instant après il s'est penché vers moi pour me demander: - Il Y a longtemps que c'est commencé? Kaba Mo.ry Le déba t se poursuivait sur les invalidations. Chaque fois qu'un député poujadiste intervenait, mon voisin s'agitait, se levait, prêt à applaudir. Plusieurs fois, l'huissier dut intervenir pour le faire tenir tranquille. Visiblement, il voulait lier la conversation. Parlant des délégués poujadistes, il me dit, très excité: - Les voilà, ceux qui disent la vérité. Les anciens n'aiment pas ça: ils voudraient tous les éliminer. Puis, se penchant de nouveau vers moi, il me demanda : - Vous venez souvent à l'Assemblée ? - Oui. - Moi aussi. Quel député connaissez- vous ? - Un çl.éputé africain. C'est alors que Vincent (car c'était lui) prononça ces mots: - Moi, chaque fois que je viens, c'est Le Pen qui me fait entrer. Voyez ... (il me montra sa carte portant la signature de Le Pen) ... C'est un jeune dynamique qui veut faire quelque chose ... Et il enchaîna: - Vous, les hommes de couleur, nous vous acceptons dans nos parlements. Je ne suis pas raciste, mais je déteste les NordAfricains ... - Pourquoi? - On a tout fait chez eux et ils veulent nous foutre dehors ... Evidemment, nous avons un pouvoir faible. Avec poujade ça marcherait autrement. Je vous assure que, dans deux ans, Poujade fera la loi en France ... - Ça m'étonnerait. Un autre voisin qui entendait notre conversation me fit signe, amicalement, de ne pas continuer ... Une personne étant partie, je passai au troisième rang pour m'éloigner de Vincent. Dans l'hémicycle, le débat s'échauffait. Tout à coup j'ai vu le poujadiste Damasio s'élancer par la gauche vers la tribune, où les urnes avaient été installées pour un vote. H bouscula les secrétaires. A sa suite accouraient Le Pen et Dides. Le président Le Troquer était debout. Les députés communistes et socialistes se précipitèrent au centre de l'hémicycle pour défendre les secrétaires et écarter les poujadistes de la tribune. Brusquement, j'ai entendu une détonation. Autour de moi on se levait pour fuir. Une femme est tombée évanouie. Le jeune exalté, debout, a tiré un second coup de revolver en criant: - poujade fera la loi ici! Vive Ravachol! (Ou Rivarol?) Je ne savais pas que le revolver était chargé à blanc. Le poujadiste eut le temps de tirer encore deux fois, mais j'avais bondi, je lui avais saisi la main droite. De l'autre il me lança des coups de poing au visage en criant: - Sale nègre, lache-moi! - Alors, lachez le revolver. J'ai serré encore sa main et lui ai arraché l'arme, qui tomba. Puis je l'ai laché, mais il en a profité pour me donner un grand coup de pied dans le ventre. J'ai basculé en arrière et j'avais la moitié du corps au-dessus de l'hémicycle. Heureusement les personnes qui rentraient dans la tribune m'ont retenu. Vincent emmené, je suis des.cendu dans les couloirs. On m'entourait, on me félicitait. Je n'ai fait que mon devoir. Je suis très heureux d'avoir agi en Africain ... 7 Tous les antiracistes solidaires . d'Autherine LUCY, la courageuse étudiante de l'Alabama en lutte contre la ségrégation MAITRE John Davis, défenseur notoire du, grand capital américain, rappelait devant la Cour suprême combien il était impossible de comprendre l'histoire - sans doute celle de son pays - si l'on n'admettait pas les différences de races, aussi incontestables, pensait-il, que les différences de sexes. Pareils propos suffisent déjà à démontrer le sens et l'usage qui ont pu être faits de la Déclaration de l'Indépendanceaméricaine, si nous ne savions déjà, après l'extermination des Indiens indigènes, la relégation des Asiati- .,------ PA R ----- André SAINT· CYR ques et des autres hommes de cou'leur, que la ségrégation raciale est un aspect des Etats-Unis que le fascisme affectionne particulièrement. Si d'après la Constitution américaine, les hommes sont égaux entre eux, dans dix-sept Etats de l'Amérique et à New-York, i! est illégal pour les noirs de fréquenter les écoles publiques et privées en compagnie de Blancs. Sans doute, quelques décisions isolées ont-elles rappelé le principe constitutionnel de l'égalité, mais on les tourne généralement en créant des ilâts particuliers, permettant un isolement physique complet à l'occasion des cours. Telle était en gros la situation dans l'enseignement américain quand le 17 mai 1954, la Cour suprême eut à se prononcer sur l'inconstitutionnalité de la ségrégation scolaire et à flétrir le principe de l'égalité dans la séparation. Cette décision que l'on considère comme un acte de trahison - dans les Etats du Sud en particulier - mérite cependant d'être accueillie, tout en déplorant que la haute juridiction américaine n'·ait pas purement et simpler. lent interdit la ségrégation. En ne tirant pas elle-même tou.tes les conséquences de sa décision, elle laisse la porte ouverte il des tergiverslations ,regJ1etUables et perd l'occasion de régler un conflit qui meriterait d'être sanctionné d'une manière définitive, tout au moins sur le terrain juridique. En fait, douze Etats du Sud se refusent à appliquer la législatio n fédérale et sous prétexte d'opposer leur droit à la souvera ineté au·x décisions fé dérales, la ville de Tuscaloosa, dans l'Alabama, notamment, vient d'êt re le th éâtre de manifestations pour le moins indécentes, dont la direction de l'université locale a eu le bon goût de se désolidarise r. L'affaire est la su ivante: Miss Autherine Lucy, une noire américaine de 26 ans, s ollicite, depuis 1952, son admission à l'université d'Alabama pour y su ivre des cours de bibliothécaire. A la suite d'une série de procès, le tribunal de Birmin gham, par décision en date du 30 décembre 1955, a ord onné à l'u,niversi té d'Al abama d'admettre à ses cours des étudiants noirs et c'est dans ces conditi ons qu'au déb ut de ce mois, Antherine Lucy se prése nta à l'un des amphithéâtres de la Faculté. C'étai t la premi ère femme de couleur qui osait braver les traditions du Sud et celles de 1 Alabama, où la ségrégation scolaire est obligatoire à tous les niveaux. Aussi, des dispositions étaient prises pou,r as surer sa protection et c'est ainsi qu'elle ne pouvait aller à ses cours que sous l'étroite surveillance de policiers. Mais son séjour à l'université fut de courte durée. Après deux jou rs pendant lesquels le restaurant et le dortoir communs du, « campus » - territoire réservé à l'université - lui étaient interdits, une manifestation comprenant 2.000 Blancs se répandit dans les rues de Tuscaloosa au cri de « l'Alabama doit rester aux Blancs ». Des proiectiles de toutes 'sortes furent lancées en direction de la jeune étudi ante noire et de quelques- uns de ses collè g-l',es ou des membrec; du corps enseignant qui l'entouraient.

Arrêtez les voitures, conduites

par les noirs, et demandez· leur s'ils croient à la ségrégation. S'ils répondent non, faites en sorte. qu 'ils y croient. » ABONNES à ({ Droit et Liberté », qui publie toute la documentation indispensable pour la lutte contre les menées racistes et antlrépubllcalnes. Il existe des bulletins spécialement édités pour la campagne de 10.000 abonnés I~ncée par le Comité d'Action. POUJADE A L'ECOLE DE GOEBBELS Telles étaient les exhortations des manifestants. Ell es prennent un sens tragique dans ce pays, où la mémoire d'Emmett Till n'est pas encore effacée. D'autant plus tragique qu'une croix a été embras ée en face de la bibliothèque de l'université. Or, nous savons que pour les racistes du Ku-Klux-Klan, c'est là le signe précurseur du lynchage. Cela est si vrai que miss Antherine Lucy a dû quitter son domicile pour se retirer dans une retraite qui est, évidemment, tenue secrète. Bien entendu, ce nouveau KuKlu)( '[[an a l'encoura gement moral et financier des magnats des trusts et comme il faut à tout mouvement une technique, la sienne sera d'amender la Constitution afin de remettre plus sérieusement en cause la décision de la Cour suprême pour la protection des « institutions historiques du Sud ». ~ REUNIR CHEZ VOUS des amis, des voisins en demandant au M.R.A.P. d'envoyer un représentant pour exposer la situation et faire connaître l'action de notre Mouvement. ~ AIDER PAR VOTRE PRO-. PAGAN DE au succès de toutes les réunions, meetings et manifestations diverses organisées p8r le M.R.A.P. dans votre ville ou votre quartier. ~ VERSER D'URGENCE votre contribution au fonds de lutte contre l'antisémitisme et le racisme. ~ COLLECTER également des fonds autour de vous au moyen des Cartes d'Amis du M.R.A.P. ou des listes de souscription récemment éditées. • Toutes les demandes de matériel, d'aide, d'orateurs doivent être faites au M.R.A.P., 91, faubourg Saint-Denis, Paris (10'). Téléphone: TAI. 48-11. Adresser les fonds à « Droit et Liberté », 91, faubourg SalntDenis. C.C.P. ParIs 6070-98. CHAQUE fois qu'il. s'estime démasqué avec trop de clarté, poujade opère un léger recul (verbal). Il espère ainsi continuer de tromper une partie de l'opinion publique. Cette tactique a été largement utilisée par les hitlériens. Ainsi, après d'innombrables déclarations et articles antisémites et xénophobes, qui ont suscité partout - y compris dans son propre mouvement - de vives protestations, Poujade fait patte de velours. Lui antisémite? Lui raciste ? C'est une affreuse calomnie des... juifs! Pourtant les faits sont têtus. Le journal « L 'Humanité » a été en mesure de publier, le 20 février, quelques-uns des textes qui servent de base à l'éducation des cadres poujadistes, à « l'école » d'Alvignac (Lot). Goebbels ne renierait rien de cet enseignement. On y retrouve toutes les falsifications de l'histoire, tous les slogans antisémites répandus naguère par les nazis, repris depuiS par « Rivarol ». Voulant sans doute, eux « rayer 1789 de l'histoire ins! ructeurs poujadistes ment: aussi, », les affir- « La Révolution de 1789 a été le résultat d'un complot maçonnique. Or, quel fut l 'un des premiers actes de cette révolution? L'octroi de la r econnaissance des droits de citoyens juifs. C'est la signature, c'est l 'aveu: les créateurs de la franc-maçonnene étaient bien israélites. » Ou encore: « L 'auteur de la « Marseillaise », Rouget de l ' I sle, est juif; le drapeau imposé par la Révolution est composé du drapeau rouge scellé au drapeau juif (bleu et blanc). C'est la signature: révolution jui ve. » Ici pointe le bout èle l'oreille des rédacteurs collabos: « Le gardien de Louis XVI au Temple: Simon (à rapprocher du gardien du maréchal Pétain au fort de Montrouge, qui le suit au Portalet puis à l'île d'Yeu et qui s'appelle aussi Simon). » Ailleurs, nous retrouvons les thèmes contradictoires et néanm ins jumelés, . du judéo-capitalisme et du judéo-bolchevisme. Décidément les fascistes qui dirigent le mouvement Poujade manquent d'imagination: ils n'ont fait que ressortir leurs propres écrits - ou ceux de leurs amis - du temps de l'occupation. Le bouquet, si l'on peut dire, c'est le texte suivant où, dans leur délire raciste, ils énumèrent les « Juifs agents de Moscou » les plus notoires, selon eux: En voici la liste: « Jean Monnet (déjà en place), général Ridgway, bolchévisant, marié à une Juive; Thorez, Dani el Mayer, René Mayer, André Marie, Jules Moch, Edgar Faure, Naegelen, Mendès-France, Robert Schuman, Maurice Schumann, François Mauriac, Francisque Gay, Sartre, etc ... » « Douze juifs, ajoutent-ils, se sont introduits dans le catholicisme comme évêques, dont le cardinal Feltin (Gerlier est Français mais franc-maçon) et 82 prêtres sont juifs. » On ne saurait miser avec plus de cynisme sur les pr.éjugés et la crédulité d'un certain public. Mais, chez nous, de tels procédés se retournent contre leurs auteurs. Ce recours au mensonge systématique, cette basse excitation des haines racistes ne peuvent que mieux éclairer ceux-là mêmes qui, croyant défendre leurs intérêts professionnels, avaient un moment fait confiance aux aventuriers de l'étatmajor poujadiste. Quoi qu'il en soit, la direction de l'u,niversité d'Alabama a dû prononcer l'exclu sion de l'étudiant'e noire, cette déc ision étant p résentée comme une mesure de sécurité pour les autres étudiants. Pour nous, cette solution est inique. Elle doit être rapportée. Comme doivent cesser ces intolérables défis à la' démocratie, ces appels à la hai ne, ces exhortations à l' inégalité. Le fasci sme, extirpé en Allemagne, refleurirat- i! avec plus d'éclat dans l'es Etats du Sud de l'Amérique? C'est parce que nous ne le voulons nulle pa rt, c'est parce que Autherine Lucy ne le veut nulle part - non plus - que nous nous sentons s i proches d'elle et si solidai res d'elle et de tout ce qu,'elle représente. C'est aussi pourquoi nous souhai10ns son succès et l'encourageons de toute notre foi. • DROIT KT UBI!RT. UN GRAND ET BEAU FILM- D~DI~ A LA FRATERNIT~ HUMAINE SI TOVS LES GARS DV MONDE ••• CE fut une soirée unique dans les annales du cinéma que celle qui s'est déroulée ce jeudi 23 février, à l'occasion de la sortie mondiale du film de Christian-] aque : ({ Si tous les gars du monde... ». En effet, à fa seconde même où apparaissait sur l'écran du « BerIitz » la première image du film, celle-ci était projetée également dans quatre autres capitales du monde: New-York, Rome, Moscou, Oslo et, pendant tou,te la durée de la projection, des milliers de spectateurs, si différents de nature, de langue, de traditions, de pensée, allaient suivre avec la même émotion, le même élan du coeur, les péripéties dramatiques d'une oeuvre digne des hauts sentiments qui ont animé dans sa réalisation son metteur en scène et ses artistes, ses dialoguistes et son compositeur. Un fait-divers, mais combien révélateur de la grand~ur de l'homme, est à la source de ce scénario: Tous les membres de réquipage d'un chalutier français sont empoisonnés par la consommation d'une nourriture avariée. Seul un Arabe, à qui sa religion interdit de manger du porc, demeure sauf. Grâce à une communication radiophonique internationale, établie entre amateu,rs de radio, une chaîne qui ira du Togo à Paris et, en passant par Munich et Berlin, aboutira à Oslo, des ampoules de sérum antibotulique, préparé par l'Institut Pasteur de Paris, seront parachutés sur [e chalutier juste à temps pour sauver les pêcheu, rs d'une mort certaine. pour guide -de son art, [es perspectives optimistes qui sont [a base de toute création de valeur, qu'aujourd'hui son film atteint les profondeurs émotives [es plus secrètes d'hommes et de femmes si divers, vivant à des milllers de kilomètres [es uns des autres, Si même à un moment du film apparaît, dans son intense gravité, [e problème du racisme qui plonge ses racines dans les méandres [es plus obscurs et les plus mesquins de ['esprit de l'homme - [e Nord-Africain, mécanicien à bord du chalutier « Lutèce », est en butte à la haine aveugle d'un matelot qui l'accuse d'avoir « jeté un sort » et même empoisonné la nouorriture -, c'est avec une grande générosité de coeur Mais [a vie de ['homme n·estelle pas souvent faite d'une accumulation de ce que ['on appelle des « faits-divers »? Et c'est parce que Christian-J~que a mis toute sa. maîtrise professionnelle au service de [a vie, avec pour soutien de son talent une confiance entière dans [es destinées heureuses de l'homme et avec, Christian-Ja que (à droite) pendalnt la récUsation de «SI tous lei gal'l du monde .••• que le film de Christian-Jaque en donne un dénouement: Mohamed et Jos se serrent la main sur l'adjonction suprême du petit mousse malade, le premier pardonnant au second son injustice raciste. Mais attention, la scène se déroule ici parmi des gens simples, de braves gens qui n'ont pas des intérêts particuliers de privilèges ou de caste à défendre et dont l'attitude, cr:minelle même, n'est pa.s dictée par des sentiments égoïstes mais est la conséquence de fausses idées incrustées par une habile propagande qui, elle, est consciente du mal qu'elle fait. C'est bien ainsi 9..u'a été interprété par les pubhcs de Paris, Rome, Moscou1 New-York, Oslo, ce film essentIellement fraternel. On a pu s'en rendre compte par les a.pplaudissements nourris qui ont accuei!li la fin - du. film, et que ['on a pu entendre de Paris grâce à [a liaison organisée par les services de [a Radiodiffusion- Té[évision Française entre ['es cinq capitao\es; et Christian- Jaque, répondant sur [a scène du cinéma Berlitz à une question de Jean Calvel, définit son travail en ces tenues: « Je n'ai voulu faire qu'un film très simple, pur, généreux, avec de simples et braves gens. Un film couleur de ['espérance et qui exalte [e thème le plus beau au monde: [a solidarité huma,ine. » Christian-Jaque a renforcé cette chaîne de [a solidarité humaine avec « Si tous les gars du monde... » (et entendez bien la suite: « ... voulaient bien se donner [a main »). " a dignement répondu à [a volonté des échanges culturels, des échanges humains, basés sur [a compréhension mutueHe, qui anime actuellement tous [es peuples du monde. Rouben MELIX. Salut étoiles , • DWS la sombre nuit de l'occupation, l'écrivain fasciste Henri Béraud écrivit dans « Gringoire », de triste mémoire, une apologie de la haine des Américains sous le titre suggestif d' « Adieu aux étoiles ». Aux Français, écoeurés par les abominables forfaits des nazis, 11 jeta en pâture le vieux drapeau étoilé des Etats-Unis en suggéz: ant, comme dérivatif à tous les maux, la haine contre un peuple. Un de plus ... Béraud se faisait ainsi l'interprète de Gooebbels (de la « I.G. Farben Industrie, Krupp, etc .. .), tout comme les plumitifs qui, au service de Dupont de Nemours (bas nylon et bombe H), de la « General Electric CO » et d'autres trusts multi-milliardaires, s'emploient maintenant à creuser d'innombrables fossés entre les peuples en créant le mythe d'un « monde atlantique » dont la dérisoire frontière découpe en petits carrés le territoire même des Etats-Unis. Ainsi, dans l'Etat de Georgie (D.S.A'), 11 y a des régions entières qui n'appartiennent pas au « monde atlantique », car habitées par une race inférieure indigne d'y être incluse à eause de la couleur de sa peau. Le « Bronx » avec ses habitants Juifs, la « China Town » de Brooklyn n'ont pas, non plus, leur place dans le « monde atlantique », en constituant, en quelque sorte, des « îlots d'impureté », « soupçonnés» de sympathie pour la plus grande partie de l'Europe, l'Asie, l'Afrique, l'Indonésie et, éventuellement, les lles du Pacifique. Par bonheur, nous vivons l'époque où l'on abolit joyeusement ce compartimentage ridicule et abhorré de la carte du monde. La fraternité des peuples, grain de sel dans l'oeil du big business international, efface les fausses frontières. Ce raz de marée fraternel a une magnifique avant-garde: la culture. Ses représentants nous font aimer à nouveau les drapeaux et les hymnes que les fascistes de toutes sortes ont essayé en vain de salir. Un événement émouvant Moscou vient de vivre un événement d'une haute tension émotionnelle. La troupe noire de l' « Everyman Opera », après avoir été reçue triomphalement à Lénin-' grad, a obtenu un accueil délirant dans la capitale soviétique. Dans la salle comble du théâtre « Stanislavski », où Boulganine, suivi de toute l'équipe dirigeante du gouvernement de l'U.R.S.S., a pris place dans une loge, les merveilleux acteurs et actrices noirs du « Dixieland » (1) ont présenté aux Moscovites le fameux « porgy and Bess », de George Gershwin. Quel événement, mes amis! Le délicat, le savoureux message de Gershwin porté aux Moscovites par ce que l'art américain a de meilleur: ses chanteurs et comédiens noirs. « L'histoire burlesque et tra-· gique les expressions de joie, de douleur et de passion », « la représentation d'une vie authentiquement populaire» - je cIte un correspondant occidental - ont bouleversé le public du théâtre « Stanislavski », qui a fait une ovation vraiment formidable aux amis américains. Ainsi, en aocueillant avec amour ce que les U.S.A. ont de PLUS VALABLE, les Russes ont prouvé que les rideaux factices tombent comme un fétu de paille sous la poussée puissante de la fraternité des peuples. Le plus valable Il y a aux U.S.A. ceux qui gouvernent provisoirement. Il y a aux U.S.A. ceux qui souffrent. Ceuxci ont fait un don inestimable à leur patrie et au monde: la musique syncopée du « Dixieland »; cette musique, de la triste complainte du paysan noir du MissiSSipi jusqu'au rythme endiablé de « be-bop » des gars de Harlem, a pleinement mérité ses lettres de noblesse de « vrai » art. Les « fans » du jazz se comptent par milliers sous toutes les latitudes. De Bessie Smith à Robeson Les . grandes figures du jazz? En voici .•• Bessie Smith, la poignante interprète des blues. Dès 1924, un groupe de musiciens et chanteurs . noirs a commencé à se réunir en ce qu'on appelait alors des « hot six sessions », pour chanter leur détresse et clamer leur espoir. Bessie fut la plus émouvante d'entre eux. Cette femme merveilleusement belle, grande et forte, aux yeux brillants et à la bouche sensuelle, fut, pendant des années, la véritable reine des faubourgs de New-York. 'Les « Weeping Willow Blues », « Baby Doll and Young Woman's Blues », « Old Town Tonight », « One and Two Blues », « Down Hearted Blues », « Careless Love Blues » et « Muddy Water » - voilà les grands titres du message troublant de Bessie. Ses blues, couleur de la larme et du sang, ont ému jusqu'aux entrailles toute une génération et inspiré la « Rhapsody in Blue » de Gershwin et le « Alexander's Rag Time » d'Irving Berlin. Bessie Smith, la grande Américaine à peau noire qui, dans ses chansons, exprimait l'amour de son peuple et de sa terre, eut un destin tragique, solidaire de ses frères et soeurs de . couleur. Victime d'un accident d'automobile en 1930, elle fut refusée dans un hOpital pour « gentlemen blancs » et mourut, victime de la fureur raciste de « Jim Crow ». La plus grande artiste américaine morte victime d'un racisme ab ject !. .. Aux côtés de Bessie, un autre géant de la culture américaine: Paul Robeson, le « Chaliapine noir ». Comme Bessie Smith, comme Gershwin dont il chante « lt Ain't Necessarily So » «( Porgy and Bess »), le célèbre Interprète de « Ol' Man River » et de « Joshua Fit the Battle of Jericho » fait partie de la phalange la plus prestigieuse de la culture américaine. Et ce n'est pas par un jeu de ha~rd que, tout comme Bessie, Paul soit également victime des menées racistes. Chassé du théâtre, du cinéma et des salles de concerts privé de son passeport, Paul gagne sa vie en chantant dans les églises presbytériennes de Harlem. Ainsi Robeson devient un symbole: les puissances d'argent, les racistes essayent d'étouffer ce que l'Amérique à de PLUS VALABLE: la voix d'or de son peuple. Robeson, insulté par les réactionnaires de son pays, mais adulé et fêté par les peuples du monde entier, du Mississipi à la Moscova. • • • L'accueil délirant de Moscou à la troupe de l' « Everyman Opera », le franc fijlccès de « JazZ! Train » à Paris évoquent pour nous les messages prestigieux et valables de la culture américaine. Chanteurs, musiciens et compositeurs; Bessie Smith et Paul Robeson, George Gershwin et Irving Berlin, Louis Armstrong, Duke Ellington, Tommy Dorsey et tant d'autres ... Bardes des peines, de la joie et de l'espOir de leur peuple, ils ont redoré dans nos coeurs le drapeau étoilé d'Abraham Lincoln. SALUT AUX ETOILES! Edmond FERRIER. (1) Le Sud des Etats-Unis, patrie du théoricien raciste Dixie. ilL' AFFAIRE BLUM" AU CIN~-CLUB AMITI~ Le 9 février 1956, le Ciné-nlub antiraciste « Amitié » présentait L'affaire Blum, film réalisé en République démo,cratique allemande. Parmi l'assistance, on remarquait notamment une délégation de la Ligue Internationale contre l'Antisémitisme (L.I.C.A.), des membres du bureau national du Mouvement contre le Racisme et l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.), ainsi que le critique de cinéma Samuel Lachize. Nous ne pouvons que nous réjouir de voir réunis autour du Ciné-Club «Amitié », les antiracistes de toutes tendances; cette entente renforce encore notre volonté de lutter contre le racisme grandissant. L'affaire Blum nous ramène vingt-clna années en arrière, quelque temps avant . l'avènement d'Hitler en Allemagne. Réalisé peu après la fin des hostilités, ce film, tourné avec des moyens de fortune, entralne néanmoins les spectateurs dans un tourbillon d'angoisse. Eric Engel, le metteur en scène, nous dévoile la machination odlE'me des nazis contre un Industriel, Innocent du crime dont on l'aecu_ se, mals qui, à leurs yeux, est coupable parce que juif. Cette petite affaire Dreyfus, comme on pourrait la nommer, se termine par le triomphe de la justIce pour la plus grande confusion des meneurs antisémites. Pourtant, à la dernière Image du film, nous sentons que la menace est très grande et nos souvenirs sont vivaces. hélas. des événements horribles' qui suivirent. Un débat, très animé s'enga~ea aussitôt la fin de la projection. De nombreux spectateurs prIrent part, très chaleureusement, à la discussion. La conclusion fut que, plus que jamais, les antiracistes doivent s'unIr et être vIgilants. aujourd'hui où les forces racistes présentent une virulence accrue. Nous ne pouvons qUQ souhaiter voir grandir autour du ClnéG1ub antiraciste «Amltié" le nombre de ceux qui luttent pour la solidarité et la fraternité de tous les hommes. Marcel SZUC Programme du Ciné-Club "Amitié" • 8 mars : LE CHANT D[5 FLEUVES, de Joris Ivens. • 22 mars : NO MAN'S LAND (Allemond) et LA MONTAGNE EST VERTE (Fronçais). .12 avril: LA VERITE N'A PAS DE FRONTIE-RES (Polonais) et CHARL.OT A LA BANQUE (Américain). • 26 avril : LES AMOURS DE LIANG CHANG PO (Chinoi s) et CHARLOT BROCANTEUR (Américain). Les séances ont lieu à la salie YvesToudic, 21, rue Yves-Toudic (métro République), à 20 h. 45 précises. DROIT ET L1_RERTÉ 91, Fbg St-Denis - Paris-1oTél.

TAI. 48-11 et 45-26

TARIF DES ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an : 300 froncl PAYS ETRAN~I:RS Un an : 430 franCl! ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francl T ARIF SPECIAL POUR LA BELGIQCE Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Ponr les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rne de Parodia - : - PARIS (Xe) -:- Trat). uéc. par de$ out). syndiqué.

Notes

<references />