Droit et Liberté n°135 - juin 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • 6éme journée nationale: La France des Droits de l'Homme affirmera sa volonté de faire échec à toutes les discriminations raciales... par Charles Palant page1
    • Souvenons nous! (les Rosenberg) page1
    • Les classiques français de la fraternité humaine: l'abbé Raynal présenté par Aimé Césaire page1
    • Bénéficiant de hautes protections, la presse de haine hausse le ton par Albert Levy page1
    • La ségrégation disparaîtra-t-elle dans les écoles américaines par Edmond Ferrier page1
    • L'inégalité des races humaines n'a jamais été prouvée par Henri Deschamps page2
    • Les assises de la France antiraciste: d'éminentes personnalités s'associent au MRAP page3
    • Un an après: Dans le monde entier les gens de cœur renouvellent leur serment:
      • Défendre la mémoire des Rosenberg
      • Protéger Michaël et Robby
      • Sauver Morton Sobell page4
    • Comment vivent les juifs en Roumanie? page4
    • A Munich les nazis manifestent contre les commerçants juifs page4
    • Hommage à l'abbé Grégoire et à Schoelcher page4
    • Des cafés parisiens interdits aux Nord-Africains page4


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

6e JU CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME POUR LA PAIX - 27 .JUIN - SALLE DES SOCIÉTÉS SAVANTES • EE 110 N° 135 (239) JUIN 1954 30 FRANCS La France des Droits de I·Homme Souvenons-nous! ·a ffirmera puissamme. nt sa volonté . D" éminentes personnalités s'associent à linitiative du M. R. A. P. De nombreuses personnalités se sont d'ores et déjà associées à l'appel lancé par le' M.R.A.P. pour la 6e Journée NatiQllale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Citons notamment : MM. Georges, HUISMAN, membre du Conseil d'Etat; le Président DIDIER j Justin GODART, ancien ministre; BAUZIN, président d'honneur de la Fédération radicale-sociallste de la Seine; Mme Yves FARGE j Me Etienne NOUVEAU, vice-président de l'U. F.A.C. ; Mme Edmond «ASSIN, du Conseil Mondial de la Paix; le général LE CORGUILLE j les écrivains Georges DUHAMEL, de l'Académie Française; Julien BENDA j André SPIRE j VERCORS j Marc BEIGBEDER j Gabriel TIMMORY j Albert MEMMI j des parlementaires de toutes tendanoes : MM. PIerre COT, dé.puté ; Félix GOUIN, député, ancien président du Gouvernement ProvisiQire ; le général JOINVILLE, député; Edmond MICHELET, sénateur; André MONTEIL, .député ; l'amiral MOULLEC, conseiller de l'Union Française ; Louis VALLON, dép'uté; Emile VIVIER, questeur de l'Assemblée de l'Union Française; les professeurs Charles BET: rELHEIM, BIQUARD-, Marc_André BLOCH, Maurice CURIE, Albert DAUZAT, Jules ISAA«, Ernest KAHANE, Bernard LAVERGNE, Jeanne LEVY, Jean-Jacques MAYOUX, 1. MEYERSON, E. SCHATZMAN j les artistes Joséphine BAKER, Gérard PHILIPE, Noëlle NORMAN j le pianis te Lazare LEVY j les peintres Jean AMBLARD, GROMAIRE, Jean LURÇAT, Marc SAINT-SAENS. de faire é~hec à toutes les discriminations raciales aux campagnes de la presse antisémite au réarmement des bourreaux nazis LE 27 juin prochain, salle des Sociétés Savantes, à Paris, se déroulera la 6e Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. Chaque année, depuis 1949, des hommes et des femmes se rassemblent, accourus de tous les sommets de l'intelligence française, issus de toutes les catégories sociales de notre peuple, jaillis de toutes nos villes et de nos provinces. • Chaque année sur l'initiative du M.R.A.P. la France qui travaille et qui pense tient ses assises antiracistes. Déjà - et le présent numéro de «Droit et Liberté » en témoigne - la 'diversité et le nombre des persoIl;nalités de tous les milieux qui se sont associées à notre initiative, permet d'augurer du profond retentissement qu'aura la 6e JQurnée Nationale. Une lettre de Mme ROOSEVELT Mme Franklin D. Roosevelt a adressé à notre président la lettre suivante: New-York, 7 juin 1954 Cher M. Lyon-Caen, Je suis très heureuse de connaître votre Mouvement, et je me joins à vous dans l'espoir que l'antisémitisme et toutes les discriminations pourront être anéantis partout où ils existent. Très sincèrement à vous, Chaque jour voit s'enrichir la moisson d'initiatives diverses et multiples pour que les délégués qui, par centaines afflueront le 27 juin aux Sociétés Savantes, soient réellement les représentants authentiques du peuple de France qui condamne sous toutes leurs formes le racisme et l'antisémitisme dont les abominables souvenirs restent liés aux souvenirs mêmes de tous les malheurs de la patrie. Plus encore que la tradition introduite par le M.R. AY. dans' la vie française depuis cinq ans, la 6" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, continue la longue tradition de lutte de notre peuple contre les dis- _ ~'·;"'3h : H~'l!'l.et Ip..~ pr~jugés de race, fourriers du fascisme et de la guerre. E 27 juin, sera donc une ( 'ETAIT le 19 juin 1953. Une date que nous n'oublierons plus. Toult Paris veilla cette nuit-là. Les Fran!'" çais unanimes manifestèrent leur dernier espoir puis leur horreur et leur dndign.ation, au fur et à mesure que les nouvelles leur étaient transmises. . La France entière ... Ces ardentes journées de juin qui faisaient suite à six mois de luttes incessantes sont encore présentes à toutes les mémoires : le 4, le meeting de la Mutualité, le 17, le grand rassemblement de la piace de la Nation, le 18, un Vel' d'Hiv' comble, et enfin le 19, place de la Concorde ... Le M.R.A.P . • pendant deux .ans avait été à l'avant-garde de b campagne qui devait peu à peu éclairer l'opinion sur l'innocence des Rosenberg. Les sec,1lOns du M.R.A.P. organisèrent des centaines de manifestations dans toute la France et l'on vit les membres du Bureau National llartowt où l'on défendait les Rosenberg. L'Eglise catholique, le Synode de l'Eglise Réformée, le Rabbinat français, toutes les centrales syndicales, les partis politiques, les grands journaux, les membres de l'Université, des écrivains célèbres, des artistes, des savants, des juristes, la Ligue des Droits de l'Homme, les anciens combattants, les conseils municipaux, entrèrent dans l'action pour sauver les Rosen!'" berg. Cette unanimité pour une cause juste et humaine est à l'honneur de notre pays. Le lendemain 20 juin, la France était en del1il. A Paris, des J.ù01h;t:Ûu.A ûoL ":~ .. i.i ... ~:·a.talu.,,;.)~Ii,..i1i devant les plaques des fusillés de la Concorde, dans tous les quartiers on, put voir des chaardentes, des portraits MAN; les artistes NORMAN; le pianiste Lazare LEVY; les peintres Jean AMBLARD, GROMAIRE, Jean LURÇA"r, Marc SAINT-SAENS. sémitisme et toutes les anéantis partout où ils existent. Très sincèrement à vous, On lira en page 3 des extraits des lettres adress ées au M.R. Eleanor ROOSEVELT. A.P. par ces personnalités. Les classiques français de la fraternité humaine L/ Abbé RAYNAL présenté par Aimé CESAIRE cisme et de la guerre. LE 27 juin, sera donc une grande journée de lutte contre la reconstitution des forces mauvaises du racisme et de la haine de l'homme pour l'homme. A bas les ligues factieuses organisatrices de pogroms, qui alimentent de leurs excitations haineuses des dizaines de journaux et revues, presse de corruption et d'avilissement! Les Rosenberg monument de Georges Solendre voir des chades portraits fleuris, devant s'arrêtaient les passants recueillis. Mais déjà la lutte continuait : le Comité de Défense devenait Comité de Réhabilitation, et le monde entier adoptait les petits orphelins Michaë et Robby. L'héroïsme d'Ethel et de JuHus Rosenberg ne sera jamais oublié. Leur geste n'aura pas été vain si nous faisons le mon ... de comme le voyait Ethel dans son poème à ses enfants : « Joyeux et vert mes fils, joyeux [et vert Sera le monde au-dessus de nos [tombes La tuerie prendra fin, la terre [fleurira Dans la paix fraternelle ... :. CET homme que rendirent brusquement célèbre les 10 tomes de son Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les Deux Indes; ce polygraphe que ses contemporains hissèrent au rang des Montesquieu, des Voltaire, des Rousseau; que Chateaubriand appréciait et que Sainte-Beuve était loin de mépriser, et qui de très haut, de trop haut sans doute est tombé dans un siècle d'oubli, un A bas les pratiques honteuses de discrimination qui frappent les étudiants d'outre- mer, les travailleurs nord-africains, objets de traitements répressifs inadmissibles de la part de certaines sphères de l'administration et de la police. A bas le réarmement des militaristes allemands, assoiffés de revanche et de conquête, péril mortel pour la France et espoir commun de tous les racistes et antisémites ! Bénéficiant de hautes protections barathre d'indifférence, mérite-t-il cette indignité ? Je ne le pense pas. Je le crois actuel, ,terriblement actuel. iD'abord, parce qu'il est 'Iln des premiers à avoir une juste appréciation de l'importance historique de la colonisation. . « Il n'y a point eu écrit-il, d'évènement aussi intéressant pour l'espèce humaIne en général et pour les p~uples de l'Europe en particulier q\fe la d~couverte du Nouveau- LA rR(SS( D( HAIN( HA~SS( l( TON Monde et le passage aux Indes par le Cap de Bonne-Esperance. . « Alors a commencé 'une révolution dans le commerce, dans la pUissance des nations, dans les moeurs, dans l'inidu~trie et le gouvernement de tous les pe?ples. C'est a ce moment que les hommes des contrees les plus 664.000 éloignées se sont rapprochés par de n,ouveaux rapports et de nouveaux besoins ... Tout est changé et doit changer encore. » A une époque où les hommes restent prisonniers du vieux monde hérité des Grecs et des Romains, 1 r a n c S IRpaatyiennacl e (1d)e ss eh osrinizgounlsa ritsraed iptiaorn snae lhs aredt iepsaser , cseo nq uim'ilfaut bien appeler une vision toute moderne du monde. Le monde de Montesquieu c'est Vive l'union de tous les Français, de toutes les Françaises pour le triomphe des droits de l'homme et du citoyen, dans l'indépendance et la Paix! Vive la 6· Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix! Charles PALANT Secrétaire général du M.R.A.P. J AMAIS n'est apparue, mieux que ces dernières semaines, l'étroite liaison qui existe entre, d'une part, les ' excitations à la haine raciste et antisémite et, d'autre part, une certaine politique : celle de la guerre, du réarmement allemand, du complot antirépublicain. LE Bureau National du M.R. A.P. a lancé dans le précédent numéro de « Droit et Liberté l> un appel pressant à nos lecteurs, à nos amis, leur demandant dQ nous, aider à 'recueillir d'urgence un million de francs, nécessaire pour que vivent notre Mouvement et son Journal, pour préparer la aJournée Nationale contre le racisme, l'antis~mitisme et. pour la Paix. encore la Méditerranée, celui de.-----------------------________________________________ ....., Raynal c'est l'Afrique, c'est l'Amérique, c'est l'Inde et la Chine, bref, c'est notre monde De nombreux militants, de nombreux antiracistes ont entendu cet appel. Des sociétés et organisations ont apporté leur contribu.ti'on. Nous avons rencontré partout des marques émouvantes d'attachement au M.R.A.P., de dévouement à notre noble cause. Et voici qu'en quatre semaines 664.000 francs, les deux tiers de l'objectif, sont atteints. Que nos militants, nos amis, les sociétés et organisations qui nous ont répondU avec tant d'empressement trouvent Ici nos remerciements chaleureux et fraternels. Nous avons pu ainsi faire face - en partie tout au mofns - aux dépenses que nécessite l'activité de notre Mouvement. Toutefois, en demandant, Il y a un mols, un million pour les prochains jours, nous n'exagérions nullement. Et les frais entraînés par la préparation de la (Suite en page 2) à nOus. MODERNE. Plus que moderne actuel, Raynal l'est enco· re par l'impétueuse mois· son d'idées qui lève sous ses pas. On a trop vite dit qu'il n'a rien inventé, qu'il est tout en~ ier dans les philosophes du Ise siècle. Ce n'est pas tout à fait juste. Montesquieu, il est vrai, évoque le ,problème de l'esclavage des noirs. Voltaire règle son compte au préjugé de cOUileur et aux cruaut.és de l'exploitation de l'homme colonial. Mais tout cela laisse intact le mérite de Raynal. Car il ne se contente pas de 'reprendre les problèmes posés par ses illustres devanciers et de radicaliser leurs 'Vues, le premier il pose dans sa spécificité comme dans sa totalité, le premier et sous tous ses aspects, politique, économique, ethnographiqUie, le problème qui reste pour nous majeur, le problème colonial. On l'accuse d'être un rhéteur, sans doute. Mais le fond est solide. Gênant pour certains, (Suite en page 2) --- (1) 1713-1796. La ., , . segregatIon disparaîtra-t-elle dans les écoles anléricaines ? LE 17 mai dernier, à Washington, le « Chief Justice» Warren a lu l'arrêt de la Cour Suprême dédarant que la séparation des élèves blancs et noirs était inconstitwtionnelle et qu'elle violait le principe fondamental de l'égalité de tous les citoyens devant la loi. ,Cette décision toutefois, n'est pas immédiatement exécutoire : 1a Cour Suprême invite les tribunaux à étudier, à partir de l'automne prochain, quand et comment il .pourra être mis fin aux discriminations raciales dans l'enseignement public. che dans le rideau de fer de la ségrégation raciale. La portée humaine de cette affaire ne doit pas être sous-estimée, même si, pour les « gens sérieux» qui supervisent les destinées du gouvernement américain, elle constitue essentiellem~, nt ~n article d'exportation de premlere Importance. Usage (avant tout) externe Une victoire antiraciste Peut-on . considérer que cet arrêt marque en termes de droit le commencement de la fin dw racisme aux EtatsUnis? La nouvelle, publiée « à la une» des quotidiens à grand tirage, et aussitôt diffusée en 34 langues par la « Voix de l'Amérique », semble ressortir du « newlook » (dernière édition) de la politique américaine. Devant l'immense l UI :II .•. ••· •. ·• ••• ·:·:··I· .• ; I·;;;; .part de prestige perdu en Europe et en Asje pour n'avoir pas compris les réelles aspirations des peuples, Eisen- Non pas, hélas! Mais après un siècle de lutte opiniâtre menée par les organisations noires et par les forces de progrès, il ouvre une nouvelle .brè- Edmond FEIlRIER. (Suite en page 4) Cette scène touchante de fraternité entrera-t-elle dans les moeurs ? • PRETEXTE : DIEN BIEN PHU. Chef de file des racistes de tous poils, Rivarol s'est placé ouvertement à la tête des hystériques de la guerre d'Indochine, des groupes fascistes sortis de l'ombre. Finie, la gradation dans la violence, savamment dosée de semaine en semaine. D'un bond, la presse néonazie atteint au niveau de l'occupation. Plus de différence aucune dans le ton, entre Rivarol et Je Suis Partout, entre Aspects de la France et l'Action Française. _. C'ES"r QUE l'importance d'un journal, d'un groupe s'accroit dans la mesure où les autorités appliquent (même incomplètement) les plans qu'il préconise. La vole ouverte par l'interdiction des ballets soviétiques, RIvarol s'y précipite. Il demande qu'on aille plus loin, que l'on prenne d'autres mesures contre la liberté, contre la paix. Et aussi des mesures contre les juifs. Le rôle qui lui est Imparti, c'est la surenchère. Il « pousse » des responsables, qui ne demandent qu'à être poussés. Ses hommes de mains, anciens de la Milice et de la L.V.F., incendiaires de synagogues et assassins de juifs, prêtent la main à la police pour empêcher un meeting pacifique. La police ferme les yeux quand ils s'attaquent à des vendeurs de journaux démocratiques. Et une [ois ces brutes déchafnées ... • RIVAROL VEND LA MECHE. Il n'hésite pas à écrire (27 mai) : « Notre journal a conquis une Importance ·polltique, une audience dans le pays et MEME DANS LES CERCLES DIRIGEANTS DU REGIME,' qui lui dictent son devoir et LUI DONNENT LES MOYENS DE LE REMPLIR l>. Une question : quels sont les dirigeants du régime auprès desquels Rivarol a une audience telle que cela lui donne le moyen de répandre son venin raciste, de mener sa besogne antirép}lblicaine, antifrançaise ? Cet aveu, précisons-le, se place avant- la désignation au gouvernement défunt de M. Frédéric Dupont, six-févriériste et antisémite notoire. • « TRANSFERT DE RESPONSABILITES l> : c'est ainsi que Jean-Paul Sartre, dans un article retentissant, définit le but des activités officielles déployées après Dien Bien Phu. Rivarol est, depuis longtemps, passé maUre en la matière, cal" qu'est-ce qUEl l'antisémitisme sinon un monstrueux transfert de responsabilités ? Le ' juif, bouc émissaire, responsable de tous les maux ... « On reconnaît là le procédé hitlérien, note Jean-Paul Sartre, quand le ,pain manque, on brOie quelques synagogues et les Allemands en concluent que les Juifs mangent leur pain ». Dans le cas qui nous occupe, Aspects de la France- réalise ce transfert jusqu'au bout : « Les Juifs, écrit-il dans son jargon, sont acharnés à nous faire perdre nos dernières positions impériales l? • .Il fallait y penser. • COUSTEAU REMONTE. Con .. damné à mort en 19.47 pOUl" Intelligence avec l'ennemi, cet antisémite enragé sort, libre, de prison à la fin de 1953. Rivarol l'accueille à colonnes ouvertes. Il signe tantôt de son nom, tantôt «l'Intouchable ». Il faut croire qu'intlouchable, Il l'est, puisqu'en quelques semaines le Albert LEVY. (Suite en page 2) 2 DROI. 1: ET LIBE,.RTE CE QU'ÉCRIVAIT l'Abbé RAYNAL L'affreux système A peine la liberté domestique venait de renaître en Europe qu'elle alla s'ensevelir en Amérique. L'Espagnol, que les. vagues v.omirent le premier sur les rivages du Nouveau Monde ne crut rien devoir à des peuples qui n'avaient ni sa couleur, ni ses usages, ni sa religion. Il ne vit en eux que des Instruments de son avarice et Il les chargea de, fers. Les hommes faibles et qui n'avaient pas l'habitude du travail, expirèrent bientôt dans les vapeurs des mines, ou dans d'autres occupations presque aussi meu~trières. Alors on demanda des esclaves en Afrique. Leur nombre s'est accru à mesure que les cultures se sont étendues. Les Portugais, les Hollandais, les Anglais, les Français, les Danois, toutes ces natures libres ou asservies, ont cherché sans remords une augmentation de fortune dans les sueurs, dans le sang, dans le désespoir de ces malheureux. Quel affreux système! La condition du noir siècles d'horreur et de sang. Ceux d~ nos voisins que les barbaresquos ont chargés de chaînes, obtiennent nos secours et notre pitié. Des malheurs même Imaginaires nous arrachent des larmes dans le silence du cabinet et surtout au théâtre. Il n'y a que la fatale destinée des malheureux nègres qui ne nous Intéresse pas. On ' les tyrannise, on les mutile, on les brOie, on les poignarde et nous l'entendons dire froidement et sans émotion. Les tourments d'un peuple à qui nous devons nos délices ne vont jamais jusqu 'à notre coeur. Une « espèce singulière » MAIS les nègres sont une ({ espèoe d'hl/lmmes nés pour l'esolavage. Ils sont bornés, fourbes et méohants. Ils conviennent eux-mêmes de la supériorité de n,otre intelligence et. reconnaissent presque la Justioe de notre empire. » - Les nègres sont bornés paroe que l'esolavage brise tous les ressorts de l'âme, Ils sont méchants, pas assez avec vous. Ils sont fourbes, parce qu'on ne doit pas la véri,té à ses tyrans. Ils reoonnaissent la supériorité gent pas leur triste destinée 7 Lorsque vous nous parlez de la félicité de vos esclaves, vous vous mentez à vous-mêmes ou vous nous trompez. La liberté renaîtra .•• MAIS, en Europe comme {{ en Amérique, les peuples sont esclaves. L'unique avantage que nous ayons sur les nègres, c'est de pouvoir rompre une chaîne pour en prendre une autre. » - Il n'est que trop vrai. La plupart des n~tions sont dans les fers. La multitude est généralement sacrifiée aux passions de quelques oppresseurs privilégiés. On ne connaît guère de régions où un homme puisse se flatter d'être le maître de sa personne, de disposer à son gré de son héritage, de jouir paisiblement des fruits de son industrie. Dans les contrées, même les moins asservies, le citoyen dép,Qulllé d'une partie de son travail par les besoins sans cesse renaissants, d'un gouvernement avide ou obéré, est continuellement gêné sur les moyens les plus légitimes d'arriver au bonheur. Partout des superstitions extravagantes, des coutumes barbares, des lois surannées étouffent la liberté. Elle renaîtra sans doute un jou,r de ses cendres. A mesure que la morale et la politique ferQnt des progrès, l'homme recouvrera ses droits. Mals pourquoi faut-il qu'en attendant ces jours heureux, ces siècles de lumière et de prospérité, Il y ait des races infortunées à qui l'on refuse jusqu'au nom honorable et consolant d'hommes libres, à qui l'on ravisse jusqu'à l'espoir de l'obtenir, malgré l'Instabilité des évènements. Non, 'quoi qu'on puisse dire, la condition de ces infortunés n'est pas la même que la nôtre ... Brisons les chaînes BATONS-Nous do no de substituer à l'aveugle férooité de nos frères les lumières de la raison et les sentiments de la nature. Brisons les chaÎnes de tant. de viotimes de natre cupidité, dussions-nous renoncer à un commerce qui n'a que l'injustice p~r base et que 10 luxe pour objet. (Extraits de .l' « Histoire philosophique et politique des Etablissements et du Commerce Europérns dans les Deux InR des », livre XI, chap. 24.) IEN n'est plus affreux que la condition du noir dans tout l'archipel améri'caln. On commence par le flétrir du sceau Inéffaçable de l'esclavage en imprimant avec un fer chaud sur ses bras ou sur ses mamelles 'Ie nom ou la marque de son oppresseur. Une cabane étroite, malsaine, sans commodité, lui sert de demeure. Son lit est une claie plus propre à briser le corps qu'à le reposer. Quelques pots de tel're, quelques. plats de bois forment son ameublement. La toile grossière qui cache une partie de sa nudité, ne le garantit ni des chaleurs Insupportables du jour, ni des fraîcheurs dangereuses de la nuit. Ce qu'on lui donne de manioc, de boeuf salé, de morue, de fruits et de racines, ne soutient qu'à peine sa misérable existence. Privé de tout, il est condamné à un travail continuel, dans un climat brOlant, sous le fouet <toujours agité d'un conducteur féroce. de notre esprit, parce que noust---------Les paroles et les faits L 'EUROPE retentit depuis un siècle des plus saines, des plus sublimes maximes de la morale. La Fraternité de tous les hommes est établie de la manière la pius touchante dans d'Immortels écrits. On s'indigne des cruautés civiles ou l'eligieuses de nos féroces. ancêtres et l'on détourr..a I~! J'eOirds de ces avons perpétué leur ignoranoe, la justioe de notre empire, pal'oe que nous avons abusé de leur faiblesse. Dans l'impossibilité de maintenir notre supériOrité par la force, une criminelle politique s'est rejetée sur la ruse. Vous êtes presque parvenus à leur persuader qu'ils étaient une espèoe singulière, née pour l'abjection et la dépendanoe, pour le travail et le châtiment. Vous n'avez rien négligé, pour dégrader oes malheureux, et vous leur reprochez ensuite d'être vils. Vous VOUS mentez à vous-mêmes •.• MAIS ils sont plus heu- {{ l'eux en Amérique qu'Ils ne l'étaient en Afrique.» - Pourquoi tous ces esclaves soupirent-ils sans cesse après leur patrie 7 Pourquoi reprennent- lis leur IIber,té dès qu'il le peuvent 7 Pourquoi préfèrentils des déserts et la société des bête~ féroces à un état qui vous parait si doux 7 Pourquoi le désespoir les porte-t-II à se défal. re de la vie ou à vous emprisonner 7 Pourquoi leurs femmes font-elles si souvent avorter, afin 4ue leuro; enfants ne parta- I!QUR SUITE DE L'ARTICLE cl' A iDlé Césaire dès lors intéressés à le discréditer, mais solide. Raynal a étudié et de très près les livres de compte des armateurs, dépouillé les bilans des compagnies coloniales, interrogé des colons, fréque nté des administrateurs coloniaux, et de tout cela, il a tiré une passionnante, une irremplaçable histoi re de toutes les colonisations : l'espagnole, la hollandaise, l'anglaise, la française, la portugaise, et en même temps des conclusions très précises qui constitu ent une véritable philosophie de la colonisation. En somme sur ce sujet, au, t refois important et auj ourd'hui vital, presque tout est déjà chez Raynal : essentiellement cette vue démystificatrice que la colonisation a sa source dans l'esprit de lucre; que la violence et le racisme sont ses moyens et que le pillage est son but. A cet égard la lecture de L'Histoire philosophique. constitue une véritable descente aux enfers. Les Espagnols ? « Leurs premiers pas furent marqués par des ruisseaux de sang... Des ~. -' -~ .. Sa dénonciationl de l'esclavagisme, sa dénonciation de la fausse philanthropie, comme de la théologi e négrière sont exemplai res : « La théologie qui s'est emparée de l'esprit humain par l'opinion, qui a profité des premières frayeurs de l'enfance pour en inspirer d'éternelles à la raison, la t héo logie, ap,rès avoir fait une race ,d'hommes coupables et malheureux par la faute d'Adam, fait une race d'hommes noirs pour punir le fratricide de son fil s. » (C'est de Caïn ... que seraient descendus les nègres.) RA YN AL inact ? Allons donc! Il faut toute l'effronterie d'un ministre de la IV· République pour nier que non seulement ses vues idéologiques, mais aussi ses vues économiques soient encore valables et que sa condamnation, du pacte colonial, du «monopole», de « l'exclusif » atteigne au travers de l'histoire, une pratique encore vivante : « En quelque-\.onfréè ci e monopole ait lieu, qu'y a-t-il produit? La dévastation. » On eut re rocher . s ivre L·inégalilé des races humaines n·a jamais élé scienlifiquemenl démonlrée A l'occasion~ de la 6" Journée Nationale contre le .racisme, l'antisémitisme el pour la paix, M. le Gouverneur Hub ert DESCHAMPS, professeur à l'Institut d'Ethnologie, a bien voulw nous adresser la déclarat: on suivante : L A variété génétique des humains n'est pas plus niable que celle des aut res ,espèces biologiques. Mais on a tendance à lui attribuer l' essentiel des différences entre les hommes, alors que le plus grand nombre de ces di!férenc ·es est dû. au milieu géogra, phique, à la formation psychologique et sociologique, à l'éducation et à l'histoire. Je crois avoir mis fin, personnellement, à la répartition classique des Malgaches en 18 « races », en démontrant qu'il s 'agissait de fo rmations politiques anciennes groupant des' tribus d'origines diverses dans des régions d'aptitudes différentes. Quant à l'inégalité des races humaines, elle apparaît surtout comme un slogan poli tique. Elle n'a jamais été scientifiquement démontrée. Les conditions d'une comparaison . équitable font défaut. L'Afrique, en particulier, entre tout juste en contact avec le monde moderne et la formation de ses élites est à peine ébauchée. Dès main tenant, nous pouvons constater que ses étudiants réussissent aux examens, qu'il existe de brillants in tellectuels africains et que les ouvriers noirs peuvent devenir de bons spécialistes pour peu qu'on veuille les former. Dans un siècle ou deux, lorsque toutes les races du monde auront pu faire leurs preuves sur un pied d'égalité, on pourra peut-être juger sérieusement de leurs aptitudes. A moins que les races ne deviennent vite indiscernables dans la marche rapide qui nous conduit à l'unité humaIne. Gouverneur Henri DESCHAMPS Professeur L l'Institut d'E thnologie -...-....-....-._-_...-....-....-._----... -...-....-....-._...-.---_...-....-....-._-_...-._~...-._...-._--_...-....-., LU-YU -ENTENDU- LU-YU-ENTENDU- LU-YU-ENTENDU -LU-YU-ENTENDU -LU-YU-ENTENDU LIVRES «JOURS D'ALARME» par Francis .JOURDAIN C'EST un plaisir, de choix que de lire Francis Jourdain. C'est unI'! promenade avec un a.mi qui sait voir, penser, vous communiquer en de~x mots justes son amusement. son émotion. Avec {( Jours d'Alarme }) (1). il poursuIt de l'été 1940 à l'automne 1944 l'itinéraire à travers sa propre vie qu'il commençait il y a. quelques années par {( Né en 76 ». Modeste, sensible, quand il parle de luimême, c'est une époque. c'est la vie que peint Francis Jourdain, qui vibre avant tout d'un fraternel amour pour ses semblables. Ces souvenirs personnels sur Paris occupé, la Résistance, la Libération, ne sont pas seulement des images brillantes et vraies : c'est du dedans qu'ils nous font revivre les évènements du passé. Ils sont aussi une leçon de dignité et de courage. La scène où l'auteur racontè son voyage à travers Paris en 1940. dans la voiture d'un cocher juif insulté par ses collègues est une originale et profonde protestation contre les persécutions antisémites. Elle mériterait, ainsi que la critique des oeuvres de Gobineau, de figurer dans une anthologie des écrits antiracistes. A. L. (1) Editions Corréa. DISQUES Ne.gro spirituals CHANTS des esclayes christianisés, les neg ro spir,tuals rappellen! te plus sou>vent, par leur forme, leur origiJiE:. religieuse : le thème lancé par une voix, figuran t le prêtre, ('st repris pH le Choe Jl des fidèles. Mais si réelle que soit la ferveur qu'ils expr.men ~ . il est impossible en les écout<Jnt de ne ptiS imaginer la conditlon (Olll ne peu plus terrestre) Le Ct!l'X qui les chantent : leurs sO:iffrances, leur bor.t~ fonr ière de persécutés, leurs simples et pre·fondes joies. Signalons à ce propos deux disques récents, particulièrement significatifs. D'abord, 8 negro spirituals édités par Concerteum, dont la diversité étonne et ravit. Dès le ( . Livres reçus • JESUS RACONTE PAR LE u_._.~ CD_DA"'" '--" t'l ift a n t1A_finiti_ premier, nous nous trouvons placés dans le domaine des préoccupations sociales autant que rel igieuses. Le thème en est: les enfants de Dieu seront heureux quand règneront la liberté et la paix. Très intéressante aussi est la série que vient d'i n.augurer le Club Français du Disque (1) où sur un même disque peuvent être entendues plu,sieurs formations (Dixie Humming Birt!s, The Five Blind Boys, Congregation du Reverend Campbell, The Belis of Joy, les Smith Jubilee Singers), ainsi que la voix prestigieuse de Mahalia' Jackson, la plus célèbre ,interprète de negro spirituals. Chants de la misère qui écrase la poitrine, chants de la misère dont on s'évade, chants de la joie de vivre malgré tout - chacun de ces petits morceaux forment un tout, contenant à la !Jc:~.Je pr~~.nt d~:~l.?~reu;;,~~! SCULPTURE «MICHAfL fT ROBBY» L'EXPOSITION de la Jeune sculpture qui se tient en ce moment dans les jardins dia Musée Rodi" est intéresscnte à plus d'un titre. Arrêtons-nous aujourd'hui devant cette statuette représentant Michael et Robby, les enfants ROSENBERG. Ce n'est pas de sitôt que s'estompera dans notre mémoire et notre sensibilité le drame qui a mis au défi la conscience du monde _ l'assasi .. nat d'Ethel et Julius ROSENBERG. Ce drame se prolonge à trav=rs leurs enfants aui ccmtinuen à être Dersécucontents de leur avoir arraché leurs parents ne cessent de s'acharner sur eux. C'est une oeuvre humaine au pI .. s haut point, pure, forte, qui suscita a la fois la pitié et la révolte ...

      • Mais an ne saurait quitter l'exposition

de la jeune sculpture sans signaler la Tête de Femme, de GORBATO, oeuvre magnifique, sérieuse, vibrant d'une profonde vie interne, ainsi que les Déportés de Gérard KOCH, l'oeuvre très expressive de Hsiung Ping Ming : " Loup qui hurle ", et " L'Aube" de Jean DAMANIO. Le carnel de D.l. Nos peines Notre ami et collaborateur Maurice IMERGLIK, membre du Bureau National du M.R.A. P., a eu la douleur de perdre . son frère, Samuel, victime d'un accident. « Droit et Liberté » lui présente ses affectueuses condoléances.

  • Nous avons ~p~ris le décès de

Mme SACHS. mère de notre ami Raymond Sachs, dévoué militant du 5' arrondissement. Qu'il trouve ici l'expression de notre affection dans le deuil cruel qui le frappe.

  • Nous avons ~p~ris le décès de

Mme MADAULE, compagne de notre éminent collaborateur et ami Jacques Madaule, qui s'est tant de fois associé à l'action du M.R.A.P. Nous le priOns de trouver ici l'expression de notre respectueuse sympathie. Félicitations A l'occasion de sa réélection enthousiaste à la préSidence de la Fédération des Amputés de Guerre de France, nous sommes heureux de présenter nos vives félicitations à M· Etienne NOU- _'k" 5 ans· Ils sont tous essoyés avant l'envoi Une sécurité totale est assurée par une barre de fermeture à système· breveté et éprouvé. Le ioint caoutchouc est inusable. En commondonl dès auiourd'huivolre AlV· EXPRESS vous allez enftn pouvoir vous senir, SANS AUCUNE CRAINTE, d'un Aulo·Cuiseur parlail qui vous remboursera son prix d'ochat oyant même: quo vou. 0Y.z fini d. 1. régler. Des [ondition~ sans précédent vous sont accordées : pou, 500 frs vous emportez votre Auto-cuiseur et vous auret 4, S ou 6 mois pour vous acquilter. Choisissez vQtre Numôro : N' 1 (3 â 5 person.) 500 F. & 4versem. d. 1.363 F N' 2 (5 cl. 7 person.)500 F. & 5 versem. de 1.290 F II" 3 (7 cl 9 person.) SOO F. & 5 v",.m. de 1.690 F N' 4 (9 cl 11 V.rson.)SOO F. & 6 versem. d. 1.7 42 F N' 5 Ou.qu·clI3 p.rs.) SOO F. & hers,m. d. 2.242 f Exp~i'jons en PORT DU PASSEZ COMMANDE AUJOURO'HUI MEMe VOUS VOUS EN fnlOTEREZ • Mcwptr .. Il r.copllf. BON DE COMMANDI N' J. commande .'ALV.EXPRESS N· ••••••• qu.Je 500 Frsla 10 ""ptlon + Part .t le res~e en •.•••• men" d •••• •• ••• •• •••••• Francs chocun.. Les Espagnols ? «Leurs premiers pas furent marqués par des ruisseaux de sang... Des peuples innombrables disparurerut de la terre à l'arrivée de ces barbares. » Et les autres? Nul, ni étrangers ni compatriotes, ne trouve grâce devant Raynal. 4: Jusqu'à présent nous avons marché d'horreurs en horreurs à la suite des Espagnols et des P,ortugais. Les Anglais, les Français, les Hollandais, les Da- . nois avec lesquels vous allez descendre dans les îles, y serontils moins téroces que ceux qui se sont emparés du continent ?» Et suit un tableau incisif de la psychologie du colon : « Des êtres mécontents de leur sort, assez indigents OUi assez ambitieux pour dédaigner la vie et s'exposer à des dangers, à des travaux infinis sur l'espérance vague d'une fortune rapide, n,e portaient-ils pas au fond de leurs coeurs, le germe fatal d'une déprédation qui dut se développer avec une célérité' et une fureur ünconcevables, lorsque sous un autre ciel, loin de toute censure publique et des regards imposants de leurs con. citoyens, ni la pudeur ni la crainte n'en arrêtaient pas les effets? » Mais il n'y a pas que le sang répandu ... Il est une chose que -Raynal, pour son honneur, 'I1e pardon.ne pas au colonialisme : son. mépris de l'homme; le féroce préjugé dont il frappe une partie de l'humanité; le racisme dont il la discrédite. monopole a lieu, qu'y a-t-il produit? La dévastation. » On peut reprocher à son livre d'être diffus, confus, contradictoire. On peut reprocher à son auteur de conserver des illusions sur des tempéraments dont le système colonial serait susceptib[ e ... Plus encore d'avoir eu; peur de [a Révolution; d'avoir redouté ['intervention des peupIes et ,terriblement sous-estimé [e sursaut des peuples coloniaux. Mais au moins faisons lui· honneur de n'avoir pas méconnu [e droit de ces peuples à l'indépendance nationale. Le dernier mot de Rayna[, je veux le voir dans ce chapitre XLII du tome X : « Les colonies étaient en droit de se séparer de leur métropole, indépendamment de tout mécontentement... «Mais dites-vous, ce sont des rebelles. Des rebelles? Et pourquoi ? Parce qu'ils ne veulent pas être vos esclaves ? - Mais ce sont nos sUljets ... Non. L'autorité d'une nation ne peut être fondée que sur [a conquête, [aquelle ne lie pas plus que [e vol; ou sur [e consentement général; mais [es aïeux ne peuvent engager leurs descendants; ou enfin sur les conditions proposées et acceptées, mais il n'est pas de conditi'on qui soit exclusive de [a liberté, laquelle ne s'échange pour rien, étant d'un prix à nul . autre comparable. » Décidément, l'abbé Rayna[ peut encore enseigner beaucoup à nos contemporains .. , Livres reçus • JESUS RACONTE PAR LE JUIF ERRANT (Mitlon définitive), par Edmond Fleg (Albin Michel). • CONTES DE LA IIIARCHE. Poèmes d'Edmond Panet (L. Schneider, éditeur). • LA FERME AFRICAINE, par Karen Blixen (Gallimard). NOTRE (Suite de la page 1) Journée Nationale 1I0US obligent à ' tirer une nouvelle fols notre journal sur quatre pages seulement. Aujourd'hui, le problème qui se pose est de DEPASSER RAPIDEMENT LE MILLION. Dans les deux semaines qui nous séparent. de la Journée Nationale, nos militants des sections du M.R.A.P., nos amis des organisations et sociétés affiliées, devront l'edoubler d'efforts. Ils devront fall'e connaître piUs encore autour d'eux l'action de notre Mouvement et invite~ les Innombrables antiracistes qui suivent avec intérêt cette action, à la soutenir matériellement. Guidés par le sens aigu de nos responsabilités, sachons, dans tous les domaines oeuvrer au succès ,retentissant de la Se Journée Nationale, chacun de ces petits morceaux forment un tout, contenant à [a fois [e présent douloureux et l'espoir de jou1rs meilleurs. C'est cette poignante dualité qui donne à la musique noire son etrange chaleur humaine. Louis MOUSCRON. • (1) 8, rue de la Paix, Paris-2". drome se prolonge à trav:!rs leurs enfants qui ccmtinuent à être persécuté. - remords vivant des bourreaux. Lo stotueHe de MiHelberg dit toute 10 détresse, le désespoir, rimpuis50nce des deux enfants. CeHe petite terre cuite exprime toute la douleur mueHe des deux enfonts martyrs. Que dis-je, mueHe 1 EII. cric l'injustice des juges qui, SOUSCRIPTION Pas un mlltant, qui ne place des cartes d'amis, qui ne fasse circuler des listes de souscription! Pas un antiraciste qui ne soit mis au coul'ant de nos besoins! Au travail, chers amis! La collecte Voici la liste des sommeS collectées par le M.R.A.P. depuis l'oppel du 6 mai: 1) SOCIETES (dons et cartes d'omis) : Siedlec : 40.000 ; Varsovie-Ochota : 2S.000; Lodz : 20.000; Kalisch : 18.800; Pulawy : 13.100; Amis Isr. de Fronce : 10.000; Id. Brid. Hilf : 15.000; Czenstochowa : 10.700; Poradis

10.000; Secours aux Amis ' :

10.000; Howo-Radomsk : 10.000; Humanité du XI- : 8.600; Minsk-Mozociec

6.000; Howy-Dwor : 6.000;

Konsk : 5.000; Kaluschin : 5.000; Przytick : 5.000; Koluschin : 5.000; Enfonts de Lublin : 5.000; Gorvolin : 5.000; Radom : 3.000; Vilnois : 2.000. Total : 253.200 frs. 2) SECTIOHS : St-Quentin : 2S.000; Montreuil : 21.000; Bognolet : 800; 2- : 17.700; 3- : 8.200 ; 5- : 53.390; 1 CI' : 20.000 ; 14' : 17.700; 18- : 2.000; 200 : 5.000. Total : 170.790 frs. 3) MEDECIHS : 12.000 frs. 4) ORGAHISATIOHS : Syndicat des Artisans Fourreurs : 10.000; U.S.J.F. : 50.000; Ass. Cultuelle de Versailles: 2.000; Intersyndicale Juive : 1.100; Tricoteurs : 15.000. Total : 78.1 00 ~rs. 5) M. Bach : 1.000; M. Beuveniste : 20.000; M. Carpik : 10.000; M. A. Bah uer : 20.000; M. Didier Léon : 20.000; Un ami du 2- : 1.500; M. Aze'nac : 5.000; Un omi du 16" : 25.000; Anonyme : 3.000 ;Buna : 3.000. Total : 108.500 frs. 6) Autres sommes collectées por Bureau Hotionol : 22.500 frs. 7) Versement du Bureau Hational 16.500 frs. 8) Divers : 1.800 frs. Total général : 664.390 frs. LA PRESSE DE HAINE HAVSSE LE TON (Suite de la page 1) voici promu éditorialiste de R~varol comme il l'était de Je SUIS Partout. Eh c'est en toute impunité qu'il lance des appels au meurtre, tel Maurras, son maître. • SON SECRET 7 Il est pour la C.E.D. Et pour cause! « On » avait besoin d'un aussi bon propagandiste de <1. l'Europe », ils ne sont pas si nom~He~x. ~t d'expliquer qu'« antlamerlcal.n lorsque Roosevelt... empêchait l'Europe de se faire )}, il lui est « difficile de conserver la même hostilité, maintenant que les Américains se proposent de défèndre l'Europe ou du moins ce qu'II en reste, ce qui a survécu aux boucheries (siC) de Yalta et de potsdam )}. S'adressant à ses nouveaux amis : « Les seuls Français (sic) qui pourraient vous aider contre le bolchévisme, ce sont ceux qu'on appelle aujourd'hui les fascistes, les vichyssois, les collaborateurs )}... Ils sonb « seuls capables d'assul'er 1'01'dre sur vos arrières, et. de vous permettre de mener votre guerre dans. les moins mauvaises conditions )}. Un homme de bon conseil, Oousteau. • TOUT Y EST 1 Pas un article du sinistre individu où n~ soient distillés l'antisémitisme, le racisme, la haine de la démocratie. Tout y est : la « pl'imau, té de l'homme blanc », la grandeur d'âme des Waffen S.S., la « négrif.ication » de la France, etc ... Mais ces copieuses éructations hebdomadaires ne tariss- ent pas les ressources d'un Cousteau : il annonce la sortie prochaine d'un livre, de la même veine. • ENTRE CONDAMNES A MORT : Ainsi pourrait s'intituler la chronique littéraire d'un récent numéro de Rivarol. Le condamné à mort Robert Poulet, dont la justice belge réclame l'extradition, Y fait l'éloge du condamné à mort Lucien Rebatet, pour son roman : « Les deux étendards }>. (sans doute 'celui de- la L.V.F. et celui de la C.E.D.) Le Poulet en question éprouve à cette lecture « une curieuse sensation d'éclairement ». Ce livre est bien sür « un roman très français », « riche et vigoureux ». Mais nous sommes avertis : « Les pages de haute culture et de sensibilité exquise voisinent. avec les pages de presque Insouten~ble obscénité ». Au total, ce llvre « est sale, mals sain », et ce serait « une sorte de chef-d'oeuvl' 6 .•• sans un fond de gl'Ossièraté qu'on Y. devine lt. Nous , l'avions deviné. Mais avouez que l'intelligence avec l'enemi n'est pas un gage d'intelligence tout court. • EN QUELQUES LIGNES, dans Dimanche Matin (oû sévit Rebatet), le petit maître Stephen Hecquet réunit (presque) toutes les calomnies antisémites possibles en traçant d'une plume usée le portrait d'une sorte de « Juif Süss » du Barreau. Et d'affinner que cet épouvantail a des ancêtres dont « rien n'est très sûr ». : or il suffirait pour les trouver, de consulter la collection du Stürmer. Au Palais, de telles tirades ne sont pas nlOuvelles. Les avocats, les magistrats se souviennent de l'occupation. Et voient ou Hecquet veut en venir ... • TIXIER-VIGNANCOUR : un autre qui fait du bruit. Il est de tous les torchons fascistes : RIvarol, Dimanche-Matin, France Réelle, Forces Réelles, Défense de l'Occident, Ecrits de Paris, Bulletin de Paris, Exil et Liberté (j'en passe) et de boUs les groupements correspondants. Il vient de constituer un « Rassemblement National » en vue de rassembler les ennemis de la nation. Les producteurs du film antisémite « Les Nouveaux Maîtres » ne pouvaient mieux choisir que cet ancien ministre de Pétain pour défendre leurs intérêts dans le procès qu'ils ont intenté au M.R.A.P. • ENCORE XAVIER VALLAT ! L'ex-commissaire aux « questions juives », explique en long et en large dans Aspects de la France « les hautes raisons que nous avions d'être fidèles. au Maréchal », et, retrouvant les accents de radio-Vichy, se demande « quel poison contient. donc l'esprit de dissidence » (entendez la Résistance). S'étant fait clouer le bec par le M.R.A.P. lorsqu'il voulut parler de Maurras à Pleyel, Vallat bave sa bile dans la presse maurrassienne. Et il espère parler, faute de mieux, aux SaintesMaries- de-la-Mer, avec Pierre Boutang, le 20 juin. • ALLEZ Y COMPRENDRE QUELQUE CHOSE! A en croire Bardèche, dans Défense de l'Occident, tout ce qui va mal chez nous, c'est « la faute aux juifs », et le « monde libre» est celui « de la toute-puissance des juifs ». Pas nouveau. Mals la même revue nous annonce avec le même sérieux que « le communisme mondial en général et le communisme soviétique en particulier continuent d'être dominés pal' les juifs )}. Pas nouveau non plu~, certes. Flagrante lIlustratlon des procédés de l'antisémitisme, qui ne recule devant aucune contradiction. • CONDAMNE pour avoir fait l'apologie des camps de la mort, Bardèche récidive. Dans Rivarol, il ironise sur le chiffre de six millions de victimes, « qui ne repose, dit-il, que sur une confidence faite à table par un témoin unique (qui a naturellement disparu) ». Auschwitz ? Mensonges. Dachau ? Légende. Si Bardèche ose reprendre ses odieuses falsifications, c'est qu'il se s·ent soutenu par de nouveaux alliés. La remise à Adenauer des archives des camps nazis, qu'il réclame Con imagine aisément pourquoi) est prévue, ni plus ni moins, par les accords de Bonn et de Paris. • TOUT CE QUI NE VA PAS, c'est, selon Aspects de la F'rance, un « complot juif », et aussi protestant, maçonnique, etc ... qui en est cause. Qu'un mouvement se dessine pour que ça change : voilà, toujours selon Aspects, « un nouveau et très habile complot Juif )}. On ne le croirait pas, si ce n'était écrit noir sur blanc. • OU CELA MENE-T-IL 7 Au crime. Aspects définit ainsi sa doctrine : « Les juifs ne seront Jamais citoyens sous le christianisme sans devenir chrétiens )}. Torquemada, sûrement, frémit de joie dans sa tombe. Et Maurras - dont Boutang reproduit complaisamment les articles écrits au service de l'ennemi

({ Nous disons à nos amis,

adhérent~ et élèves, de s'occuper d'abord de l'ANTISEMITISME D'ETAT, comme particulièrement justifié, fondé en raison et en droit, en histoire· et en convenance civique >>>. • MA~ CARTHY, avons-nous montré, tire les marrons du feu pour les antisémites, ejl choisissant pour victimes 80 % de juifs. Après Défense de l'Occident et Rivarol, qui ex:ploitent systématiquement ce filon, Aspects traite du cas Oppenheimer. C'est pour affirmer qu'il n'y a rien d'étonnant à ce q'un juif soit « suspect ». De même, l'origine juive des Rosenberg était, pour la feuille maurrassienne, une preuve suffisante de leur culpabilité. • LE JOURNAL DE MALAN : c'est Défense de l'Occident, qui publie sur 8 pages la prose du champion du racisme. Justifiant la ségrégation, le premier ministre sud-africain ose couvrir sa marchandise du vocable de civilisation. ({ La différence de couleur, affirme-t-il, n'est que. la manifestation purement physique du contraste entre deux modes de vie inconciliables, entre la barbarie et la civilisation ». Lui-même démontre. assez, pourtant, qu'on peut avoir la peau blanche et l'âme noire. • ABETZ LIBERE, Rivarol jubile. « Une mons.t,rueuse injustice )}, ,enfin, est réparée. Ainsi s'effacent peu à peu « les monstruosités de l'épuration ». Abetz et les autres bourreaux nazis, eux, ne sont évidemment pas des monstres. • D'AUTRES SUIVENT. Peine réduite à vingt ans de prison pour les médecins-monstres du Struthof, qui assassinèrent de sang-froid tous les spécimens des « races inférieures » qui leur tombèrent sous la main. Au nom de « l'Europe », eux-aussi seront bientôt libérés. Cinq ans de prison à Jacques Roujon, exrédacteur en cllef du Petit Parisien qui réclamait naguère des mesures toujours plus graves contre les juifs. Encore un futur propagandiste de « l'Europe ». • ON NOUS SIGNALE Le Courl'ier de la Sarre, qui, dans son numéro du 3 juin, publie un virulent article antisémite. L'émission radiophonique Cabaret du Soir, qui se prend à débiter des « histoires juives » (entendez : antijuives) du plus maude Guerre de France, nous sommes heureux de présenter nos vives félicitations à M' Etienne NOUVEAU dont on connait le chaleureux attachement à notre cause et à notre Mouvement. Décorations Nous avons le plaisir d'annoncer la récente nomination du Dr Raymond LEVY, de Reims, dermatologiste des Hôpitaux, au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur, à titre militaire. TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, rue de Châteaudun, Paris ge Tél. : TRU 00.87 FRANCE et UNION FRANÇAIS}' Un an : 300 fraucs. PAYS ETRANGERS Un an : 430 franco \.BONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte ch. post.: 6010·98 Pari. Pour les changements d adreue envoyer 20 francs et la dernière bande. Le ~~ant : Ch. OVEZAREK, S.I.P.N., 14, rue de Paradis, -:- PARIS (X') -:- vais aloi. Le Figaro Littéraire, qui présente ainsi le grand poète français André Spire : ({ Un écrivain judaïque de langue française bien c,onnu sous le nom d'André Spire ». Une librairie du centre de Strasbourg, qui étalait récemment dans l'unel de ses vitrines les ouvrage~ de P étain, Céline, Maurras, Brasillach, Chateaubriant, comme au temps des nazis ... • ON N'EN FINIRAIT PAS de relever les faits, petits et grands qui illustrent l'appel lancé par le M.R.A.P. pour la S" JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX. Jamais, depuis la Libération, les collabos, les racistes, les antisémites n'avaient relevé si haut la tête. • MAIS JAMAIS aussi on n'avait vu un tel mouvement d'union contre le réarmement des bourreaux hitlériens, contre le nazis", me renaissant, pour la paix. Les premières réponses à l'appel du M.R.A.P. confirment l'ampleur des forces antiracistes en FranCe .. La JOURNEE NATIONALE, par son succès, sera un nouveau coup porté aux fomentateurs de haine, une nouvell.e victoire de la fraternité et de la paix. DROI"l: ET LIBERTE 3 27 ~UIN es assises e a rance an iracis e D'ÉMINENTES PERSONNALITÉS S'ASSOCIENT DÉLÉGUÉS A DU DE TOUT UN PEUPLE' D'éminentes personnalités s'associent, chaque jour plus nombreus es , à la grande manifestation nationale du 27 juin prochain. Nous citonS! cidessous quelques - unes des lettres d'adhésion qui nous sont parvenues. DES ECRIVAINS ... De nombreux écrivains se sont d'ores et déjà associés à la 6· Journée Nationale. Georges DUHAMEL de l'Académie Française M. Georg,es DUHAMEL, de l'Académie Française, nous écrit notamment: ({ Je tiens à vous dire que mes sentiments, en ce qui concerne le problème de l'antisémitisme, DES ART 1 STE S ... Joséphine BAKER La grande artiste J oséphine BAKER, nous fait part de ses r egrets cie ne pouVloir participer à la J ouç;J.ée Nationale. Le 27 mai, nous ëcrit- eIle, «Je serai en Islande toujours en train de prêcher la vraie démocratie parmi les peuples ». Et elle ajoute

({ Je suis sûre que vous m'excuserez, et sachez que toutes mes pensées seront avec vous ce Jour-là. ({ J'espère être à Paris lorsqu'une autre occasion se produira, et Je reste votre bien sincère, Joséphine Baker. lt DES PEINTRES ... Après nous avoir fait part de son accord avec l'appel du M.R. A.P. pour 'la 6· Journée Nationale, le peintre Marc SAINTSAENS poursuit : ({ Il faut souligner et dénoncer le fait que, dans tous les problèmes graves de l'heure - partout où la paix, la nberté et le bonheur des hommes 60nt menacés, reparaTt le hideux et stupide visage du racisme. » e Je suis tout à fait d'accord avec le but que vous poursuivez lI, nous dit également Marcel GROMAIRE, qui ajoute : « Votre action est plUt> que Jamais nécessaire ». e J'espère que cette Journée aidera à, faire comprendre aUJ( Gérard PHIUPE Gérard PHILIPE, qui sera, le 27 juin, en tournée avec le rr .N. P., nous assure dans une lettre de sa complète solidarité avec la Journée Nationale.

  • Nous recevo'Iis*également une

lettre de Noelle NORMAN, s'associant à l'initiative du M.R.A.P.

  • * * Le pianiste

Lazare LEVY Le grand pianiste Lazare LEVY, professeur au Conservatoire de Musique, nous écrit : ({ C'est avec tristesse, a·vec indignation et aussi avec un Immense découragement que je considère l'attitude de ceux qui, par leur comportement' pendant l'occupation, nous donnaient l'Impression réconfortante que nous avons connue. Beaucoup d'entre eux. trop d'entre eux aujourd'hui nOlis trahissent. Ils oublient ou feignent d'oublier les crimes allemands ... ({ Il faut lutter contre le mal, mals la quasi-indifférence que je rencontre me fait douter de l'efficacité de la lutte. ({ Et cependant, nul n'a le droit de s'y dérober. lt Des maires de la région pari•s •i enne ••• P~~sieurs maires de la régio... n sont' connus. J 'al toujours considéré l'antisémitisme comme une forme de complexe d'Infériorité. "I:ous mes amis israélites le savent, et ils savent aussi qu'ils peuvent compter sur moi en toute occasion. » Julien BENDA M. Julien BENDA nous assur e, en quelques mots, de ({ son complet accord 1)~. André SPIRE Le grand poète André SPIRE nous avertit qu'il sera pr ésent à la J ournée Nationale. VERCORS VERCORS écrit : ({ Je m'associe bien volontiers à cette Initiative et vous prie de croire, Messieurs, avec mes souhaits pour le succès de votre Journée Nationale à mes sentiments fraternels. ».

    • *

M. Marc BEIGBEDER ({ Je suis de tout coeur avec l'app~1 que vous lancez, et avec la manifestation que vous organisez pour le 7. Il est certain que tout doit être mis en oeuvre pour empêcher l'assaut de l'antisémitisme. » Citons encore René JOUGLET, le poète Henri BASSIS, le j eune écrivain tunisien Albert 1\OEMMI, qui nous font part, de leur adhésion sans réserve à l'initiative du M.R.A.P. Une lettre de Gabriel TIMMORY De Nice, un vétéran de la lutte antiraciste, l'auteur dramatique Gabriel TIMMORY, nous adresse la le ttre s uivante : « L'artère principale de Nice, l'avenue de la Victoire est, en partie, bordée d'arcades. Elles s'appellent, d'un côté, Arcades Torrin, et de l'autre, Arcades Grassi, en souvenir de deux patriotes qui y furent pendus en Juillet 1944. « De ci de là, dans la ville, des plaques commémorent d'autres victimes des nazis. « Pas un coin de F,rance où ne subsistent des vestiges de leurs méfaits. ~ .J ____ ... ..... & .... _ ...... •• _1_ .... M. R. A. P. DES PARLEMENTAIRES ... A deux sema ines de la 6e Journée Na tionale contre le r a cisme, l'an t isémitisme et pour la p a ix, t out permet d'affirmer q ue cette manifest ation n ationa le, dont le M.R.A.P. s'honore d'avoir f ait une tr a dition en France, dépassera en ampleur, en Des parlementaires de tendances diverses nous ont adressé des lettres d'adhésion à la 6· J ournée Nationale. M. Pierre COT, député, s'associe en quelques mots à l'appel lancé par le M.R.A.P. M. Félix GOUIN, député, ancien Président du Gouvernement Provisoire de la République, nous écrit : «Je vous donne volontiers mon appui pour l'oeu_ vre que vous poursuivez et qui a toute ma sympathie ». Le général JOINVILLE, député, après avoir rappelé que toute son amitié « va à la lutte du M.R.A.P. contre le racisme, l'antis~ mitisme et pour la paix », souligne : « Votre oeuvre est particulièrement utile à la France, au moment où l'on s'efforce de la faire sombrer dans la C. E.D. ». M. Edmond MICHELET, sénateur , s'adresse en ces termes à notre président : « Je vous confirme ma complète solidarité avec les causes que vous défendez au sein du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix ». M. André MONTEIL, député, ancien ministre, souligne : « Je tenais à vous écrire pour vous dire la sympathie avec laquelle je suis vos efforts contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. » M. l'Amiral MOULLEC, conseiller de l'Union Française, s'associant à l'appel du M.R.A. P., constate qu'il lui « paraît conforme aux traditions comme aux aspirations du peuple français ». retentissement, en efficacité, les précédentes. 1\1. Louis VALLON nous déClare

«Vous pouvez être assurés

de l'attachement que je porte à la cause que vous défendez ». M. Emile VIVIER, questeur de l 'Assembl ~e de l'Union Française, écrit notamment à notre président· : « Je ne peux que vous confirmer mon attachement à la cause que vous défendez, et reste de coeur avec vous ». De tous les horizons, nous parviennent journellement, par dizaines les lettres d'approbation des personnalités les plus représentatives. De l'étranger commencent à arriver d'émouvants messages de solidarité. Dans les arrondissements de Paris, dans la banlieue, en province se tiennent des réunions, grandes et petites, des conférences, des soirées cinéma- 3- Journée Nationale le regretté Yves Farge à la tribune tographiques où des citoyens de toutes professions, de toutes origines, de toutes opinions politiques discutent de l'appel lancé par le M.R.A.P., l'approuvent, élisent des délégués. Le 27 juin, la salle des Sociétés Savantes (il n'a pas été possible d'en trouver de plUS grande qui soit libre à cette période) sera archicomble. Et les hommes et les femmes rassemblés là représenteront véritablement la France des Droits de l'Homme, fidèle à ses généreuses traditions, la France diverse et unanime, affirmant son opposition aux propagandes et aux discriminations racistes qui lui ont fait tant de mal. 2e ARRONDISSEMENT Le mardi 22 juin à 21 h., au PETIT POT, 2, boulevard Bonne- Nouvelle, aura lieu une conférence de M' Armand Dymenst ajn : « L'antisémi t isme en France et dans le monde », qui sera suivie d'un débat. Le vendredi 25 juin à 21 h .• salle Yves-Toudic (25, rue YvesToudic), projection du film « La vie en citadelle ». ' Au cours de cette soirée, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. prendra la parole. se ARRONDISSEMENT Le lundi 24 ma!, chez le Dr Greif, membre du Bureau Nat ional du M.R.A.P., s'est déroulée une belle soirée musicale, assurée par le Dr Greif lui-même avec Mme et M. Gelbart. chansons du moyen-âge ; uni chanteur vietnamien ; le quatuor des « AMIS DE LA NATURE ». 9" ARRONDISSEMENT On nous signale, entre autres, diverses rencontres organisées par plusieurs de nos amis, pour discuter des problèmes posés par la renaissance du racisme et de l'antisémitisme. Des délégués sont élus au cours de ces petites r éunions. ID" ARRONDISSEMENT Hommage . aux Rosenberg Une grande soirée commémorative aura lieu à l'Hôtel Mo~ derne, le vendredi 18 juin à 21 h., avec la participation de notre secrétaire gGnérai. Charles Palant et de M· Paul Villard. secrétaire du Comité FrançaiS pour la Réhabilitation des Ro· senberg. Des déléguéS pour lar Journée Nationale seront élus à l'issue de cette manIfestation. 12e ARRONDISSEMENT Hommage aux Rosenberg Le vendredi 25 juin aura lieu aux Salons Vianey, 198, quai de la Rapée, sous la présidence du Dr Leibovici, président de la section locale du M.R.A.P., une L'Université .. • Après une brève allbcution de Roger Maria, président de la; section du M.R.A.P. du 5', èeux , toiles, l'une de Mireille Miailhe, l'autre de Le Ba Dang furent mises en vente. Les enchères rapportèrent 67.000 francs, dont 50.000 ont été immédiatement< versés au M.R.A.P. peur la préparation de la Journée Nationale. soirée d'hommage aux Rosenberg. avec la participation d'un orateur du Comité Français pour la, Réhabilitation des Rosenberg, eC de Charles Hutman, membre dU! Bureau National du M.R.A.P. Des délégués seront élus,/ 14e ARRONDISSEMENT Une grande assemblée d'information aura lieu le lundi 21 juin. Tous les élus de l'arrondissement ont été invités. Orateur. du M.R.A.P. : M' Manville, membre du Bureau National. L'Université Française répond à l'appel du M.R.A.P. par la voix d'un certain nombre de ses 'représentants éminents, qui, d'opinions politiques diverses, prennent une attitude commune de lutte contre le racisme inhumain. M. Charles BETTELHEIM Directeur d'Etudes à l'Ecole des Hautes Etudes « Je tiens à m'associer pleinement ' La rande anifestame, le racisme et pour la paix, je ne puis que m'associer de tout coeur à la manifestation du. 27 juin. « Cette manifestation sera d'autant plus efficace qui elle apparaUra clairement dépourvue de tout parti-pris politique. L'antisémitisme est une peste qui sévit partout et qu'il faut combattre partout. - <c Nous devuns ~lre avec tous ceux qui luttent contre l'anti~ sémitisme, le racisme et pour la paix par des act.es, par une ac-

on fInnclu. I>.le 17l1th entiau . e

des hommes que pour mieux 1 écarter d'autres hommes qui, dès . lors, n!ont plus pleinement le ' droit d'être considérés et traités i comme des hommes. « Toutes les ententes économiques, sociales, culturelles aboutissant à ouvrir les unités humaines actuellement existantes sur l'universel sont bonnes Toutes les « ;ntégrations » vi~ sant à remplacer ces unités par des unités plus larges mais plus dures sur leurs limites, tous les préparatifs de n'ouveaux « em- 0;.1'1'. ~ont à u nr auul'.r iL 18e ARRONDISSEMENT Soirée artistique à la C'est dans le 18' que s'est te· Schola Cantorum ' nue, le 18 mai, la première réunion parisienne pour la prépara- Cette heureuse Initiative se- tion de la Journée Nationale. ra suivie d'ici peu d'une autre. Salle de la <<Famille Nouvelle», Le mardi 22 juin à 20 h. 30, à plus de 40 perS2nnes s'engagela SCHOLA CANTORUM, 269, rent, après un êxposé de notre rue Saint-Jacques, aura lieu une secrétaire général, Charles Pagrande soirée artistique, à ris- lant, à faire largement connai. sue de laquelle seront élus des tre dans l'arrondissement l'ini- mals nécessaire ». « .J'espère que cette .Journée aidera à, faire comprendre auJt F'rançais ce que représente la e Communauté Européenne de Défense » avec les nazis à sa tète », souligne Jean AMBLARD. Et Jean LURÇA'r souhaite « Bonne chance au M.R.A.P. dans son action vaillante contre le racisme et l'antisémitisme, ces vestiges du fascisme qui déshonorent ceux qui les approu-' vent ». parisienne ••• Plusieurs maires de la région parisienne nous font part de leur accord complet avec l'initiative du M.R.A.P. Citons notamment

lv1:M. LE GALLO, maire

de Boulogne-Bilancourt; G. ROULAUD, maire de Drancy; Waldek L'HUILLlER, sénaieurmaire de Gen.nevilliers ; A. GILLOT, maire de Saint-Denis, membre dUi Conseil National de la Résistance. « Pas un coin de France où ne subsistent des vestiges de leurs méfaits. « Et l'on veut nous unir aux barbares contre nos alliés d'hier? « Et l'on donne des armes à Adenauer, chancelier de fer battu, pour qu'II prenne sa revanche. « Ne pouvant participer à votre manifestation du 27 juin, je tiens à vous dire que je m'y associe de tous coeurs .•• à l'Ecole des Hautes Etudes « le tiens à m'associer pleinement à la grande manifestation annuelle du Mouvement contre le Racisme" l'Antisémitisme et pour la Paix. Plus que jamais, l'action de ce Mouvement est indispensable. » M. Pierre BIQUARD Professeur à l'Ecole Supérieure de Physique et de Chimie « le t;ens à m'associer de tout coeur à votre loumée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. » M. Marc-André BLOCH Professeur Quelques délégués à la S' Journée Notional~ ... « Je tiens à vous dire mon, entier accord sur les objectifs de cette manifestation. Entre tous les Français, les juifs auraient moins d'excuses encore que d'autres à oublier ce qu'ont été dans leur déchaînement le militarisme et le racisme hitlériens. Ils ont plus que tous autres le devoir de s'inquiéter de tant de signes, hélas indéniables, d'une remise en selle du personnel nazi, et de s'opposer, sous quelque forme que ce soit, à un réarmement de l'Allemagne, qui risque de la rendre à ses démons et de constituer un: redoutable facteur de tension et d'insécurité en Europe. » DE TOUS M. Georges HUISMAN, membre du Conseil d'Etat, s'associe à l'appel du M.R.A.P. et nous adresse ses voeux pour le. succès de la Journée Nationale. « Plus que jamais, il faut se dresser contre la haine et les discriminations raciales qu'inspirent les plus sordides intérêts », souligne M. justin GODART, ancien ministre, dans la lettre par laquelle il nous annonce sa participation à la 6' journée Nationale. - « Entièrement d'accord avec vous sur le but hautement humain que vous poursuivez, je suis à votre disposition, dans la mesure de mes moyens, pour aider de mon mieux au succès de votre . manifestation du 27 », nbus écrit M. jean COTEREAU, 'rédacteur en chef de La Raison Militante, membre du Comité Central de la Ligue des Droits de l'Homme. « Ai-je besoin de dire que je suis de coeur avec vous, toujours dans l'action antirac,ste du beau mouvement que vous présidez avec tant d'autorité », écrit à M. Léon Lyon-Caen, Me Etienne NOUVEAU, vice-président de l'Union Française des Anciens Combattants. -

l: * :k

Parmi les autres adhésions qui nous sont parvenues, citons en~ core: M. le président DIDIER; Mme Yves FARGE, de la présidence du Mouvement de la Paix. Mme LucIe AUBRAC, agrégée M. Maurice CURIE LES HORIZONS .•. Professeur à la Faculté des Sciences de Paris « Votre manifestaf.on est, cette année, pariiculièrement opportune, et j'approuve toutes les idées et les termes de votre appel. de l'Université, Légion d'Honneur, Croix de Guerre, Rosette de la Résistance ; M. Alioune DIOP, directeur de « Présence Africaine» ; Me BAUZIN, président d'honneur de la Fédération de la Seine du Parti Radical Sooialiste ; Mme CASSIN, membre du Con.:seil Mondial de la Pa.ix ; M. Léopold SCHLOSSBERG, producteur de films. « Je crois à la grande utilité de voix qui s'expriment en dehors de la presse, et j'espèr.e un vif succès pour votre Journée. » Le général LE CORGUILLE M. Albert DAUZAT Directeur d'Etudes « .Je tiens à vous donner mon adhésion à l'appel que vous m'avez adressé pour la S" .Journée Nati.onale du M.R.A.P. », nous écrit le général LE CORGUILLE. « Les Républicains demeurés fidèles à l'esprit de 1789, les Résistants attachés aux princidra u ne fois encore à la France son vrai visage : celui que nos morts innombrables des maquis, des camps d'extermination et des pelotons d'exécution évoquaient dans l'espérance et qu'ils emportèrent dans la tombe quand leurs yeux se sont fermés pour la dernière fois. » à l'Ecole des Hautes Etudes « Je m'associe de grand coeur à votre manifestation et je souscris à votre appel. » L'historien Jules ISAAC « N'ayant jamais cessé de combattre contre l'antisémitispes de liberté pour lesquels Ils ,.. __ ----,,--________________________ --; ont combattu flétrissent l'abandon progressif de tout idéal démocratique par les gouvernements réactionnaires qui se succèdent au pouvoir. « Car tout se tiJ;:nt, et le réveil du pangermanisme et du nazisme en Allemagne a des origines communes avec la réapparition de l'esprit belliciste, du fascisme, du racisme et de l'antisémitisme en France. Dans ce retour vers un passé sinistre, les gouvernements français actuels portent leur part de responsabilité. « Contre leur politique antirépublicaine d'intolérance, de brimades, d'arbitraire, de haines raciales, de régression sociale et de guerre, ser·rons à nouveau les rangs comme au temps de Vichy. « L'union ardente des Républicains et des Résistants ren- Des organisations Voici une première liste des associations et groupements qui ont donné leur adhésion à la 6' journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix: -~?i? -,.. '5'îit'"'"*4'->'tF-, ciens Déportés et Internés Résistants et Patriotes; Hachomer Hatzaïr ; Mouvement de Libération du Peuple; Secours P ,lpulaire Français; Syndicat Naiional des Industries de la Fourrure; Association des Anciens Combattants et Engagés Volontaires juifs; Syndicat dt! la Coiffure; Union des Etudiants juifs de Association des Etudiants France; Guadeloupéens ; Association Cultuelle des Israélites de Versailles; Cercle Bernard Lazare; FédératiOn Générale des Industriels, Artisans et Façonniers; Fédération Nationale des An- Union de la Jeunesse Républicaine de France; Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide; Union des Sociétés juives de France; Union des Vieux de France et des Territoires Associés. c x sémitisme, le racisme et pour la paix par des actes, par une action franche et authentique ; en pareil cas, les paroles et les slogans ne suffisent pas et ne prouvent rien. :. M. Bernard LAVERGNE Professeur à la Faculté de Droit de Par.is « le ne puis qu'approuver les termes de votre appel. » M. Ernest KAHANE Maître de Recherches au C.N.R.S. « Plus que jamais, de pareils rassemblements et de pareils études sont nécessaires, parce que plus que jamais, la guerre, le fascisme et la. discrim:na.tion raciale sont menaçants. Mais plus que jamais aussi, ils sont l'ob jet de la dénonciation vigoureuse et efficace de centaines de millions de braves gens qui veulent construire pour l'humanité un avenir habitable. » Mme Jeanne LEVY Professeur à la Faculté de Médecine « Je su;s persq.adé.e que la ratification par la 'France des traités de Bonn et de Paris ne pourrait qu'aggraver l'antisémitisme ainsi que les discriminations rac; ales, notamment pour les travailleurs et les étudiants d'outre- mer. :. M. 1. MEYERSON Professeur Honoraire à la FacuHé des Lettres de Toulouse Directeur d'Etudes à l'Ecole des Hautes Etudes « Je vous envoie volontiers mon adhésion. Puisque vous voulez bien me demander de la commenter, j'ajoute une remarque à cette adhésion : c'est la pa:x, spécialement la paix en Indochine, qui aujourd'hui, doit être au centre de nos préoccupations. C'est en Asie surtout qu'il faut aujourd'hui défendre la paix, la liberté et l'égalité des peuples et des races, la liberté humaine l'raie. » M. Jean-Jacques MAYOUX Professeur à la Sorbonne ~ Les-;ü;;tionslvoiiient:'ët leur évolution exige que l'on ne répète pas tou'jours la même chose. Le péril en 1954 ne porte pas nécessairement le même nom ni ne présente pas les mêmes apparences qu'en 1934. « Il me semble que ce qu'il faut dire cette année, c'est qu~ tout particularisme, fou fe fermeture de l'imaginat;on fondée sur de prétendues affinités qui mènent tout droit à l'exclusion d'autres groupes hU/nains, consJituent précisément un danger et une menace analogue à ce Qu'ont représenté et continuent à représenter le racisme et l'antisémitisme. « Le mensonge des mouvements « européens» v;ent de ce qu'ils ne prétendent rassembler dures sur leurs limites, tous les préparatifs de nouveaux « empires » sont à réprouver et à combattu. » M. E. SCHATZMAN Maître de Recherches . au C.N.R.S. « C'est de grand coeur que je vous apporte mon adhésion à l'appel du M.R.A.P. » tue a n que, grande soirée artistique, à. l'issue de laquelle seront élus des déléguéS pour la Journée Nationale. Au programme : le groupe « SPARTACUS », qui interprétera « Bonjour Paris »; Michel POL, ses chansons et SlII guitare; la formation folklori~ que du Dahomey; Jean ZURFLUH, dans son répertOire de Deuxième Joumée Nationale : l'entrée du Cirque d'Hiver Au Palais de Justice.~. M. André MAYER, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation écrit à notre président: « Je donne mon adhésion totale à votre manifestation du, 27 juin prochain. « Malheureusement, il n'est pas besoin de justifier, à l'heure actuelle la raison d'être du Mouvement que vous présidez avec tant d'autorité. » « Inu.tile de vous dire que je suis d'accord avec votre action », souligne également, dans la lettre qu'il nous adresse, M' René LERAY, avocat à la Cour. ~ , DES ... MEDECINS ... De nombreux médecins s'associent à. la Journée Nationa'e et signent l'appel lancé par le M. R.A.P. Nous avons reçù des lettres d'adhésion du Dr Jean DALSACE, du Dr J.,A. HUET, du Dr BRUMBERG. Ce dernier souligne notamment: « Personne n'a le droit moral - et les iuif.s moins que tous les autres - de r.!ster à l'écart de cette lutte gigantesque qui se l:vre actuellement entre les forces paCifIques et les, fauteurs de guerre. » M. Félix ROCHER, avoué près la Cour d'Appel, nouS envoie cette déclaration : I L n'y a qu'un seul antisémitisme, un seul racisme. une seule haine de la Paix. Mais comment se trouve-t-il que les racistes, les antisémites, les ennemis de la Paix, soient toujours pro-germains ? ou pour la paix allemande ? Mais comment se peut-il faire que les nations qui ont lutté contre le nazisme qui concrétise toutes les actions contre l'humain, puissent oublier, absoudre même, ne pas comprendre, pourquoi les martyrs, les spoliés ne peuvent faire crédit aux persécuteurs ? Mais comment les hommes, les Français n'ont-ils pas choisi déjà. entre les Droits de l'Homme, sa déclaration et les préceptes d'une C.E.D... confuse tout au moins ? Ah! mes frères blancs, noirs, jaunes, de toutes confessions, de toutes races, ne soyons que des hommes et des hommes libres. Au Palais d*e* *J ustice l'appel lancé par le M.R.A.P. a déjà été signé par plusieurs dizaines d'avocats. lant, à. faire largement connai. tre dans l'arrondissement l'ini. tiative du M.R.A.P. M. Lucien Marx, du Comité National de l'A.R.A.C., présidait cette belle soirée, entouré de M. Despain~ (F.N.D.I.R.P'>, M. Lam, M. Simon (U.J.R.E.), et de nos amis Léa Karjeman, secrétaire de la( section locale du M.R.A.P., el1 Georges Marchewka, du Bureau National. Dans l'assistance, on remarquait notamment, M. Lilac, ancien secrétaire de la L.I.C.A .• Mme Berger, de la L.I.C.A. é~alement, le Dr Schwartz-Lenoir, qui s'associèreIlt très volontiers à. la prépraration de la Journée Nationale. Meeting le 24 juin Plusieurs réunions de quartier ont déjà. eu lieu ou sont prévues. Une vingtaine de délégués sont désignés à. l'heure oiL nous mettons sous presse. Une grande! soirée antiraciste se déroulera le jeudi 24 juin à. 21 heures, 7, rue de Trétaigne, sous la présidence de M. Lucien Marx. Notre ami Charles Hutman, membre du Bureau Nationl prendra la parole. Ige ARRONDISSEMENT Le lundi 21 juin, à. 21 h., au Chalet Edouard, se déroulera un grand meeting avec la participation de diverses personnalités locales. Albert Lévy, rédacteur en chef de ({ Droit et Liberté ». parlera au nom du M.R.A.P, Plusieurs ' petites réunions sont également organisées dans dif~ férents quartiers. 20" ARRONDISSEMENT Le mardi 5 juin a eu lieu une soirée au cinéma « Paradis », rue de Belleville, avec la participation de Charles Palant, se; crétaire général du M.R.A.P. Cette soirée était placée notamment sous le signe de la lutte pour l'apposition d'une nouvelle plaque à. la mémoire du Résistant Henri Beckerman, l'an. cienne ayant été arrachée par le propriétaire de la maison 04 elle. se trouvait. Strasbourg Une grande assemblée d'information a eu lieu le 20 mai à. Strasbourg à. la Chambre des Métiers, à. l'appel du Comité Régional Antiraciste. Après un' exposé de M' Claude-Frédério Lévy, membre du Bureau Natio-. nal du M.R.A.P., une résolution a été adoptée, condamnanb la C.E.D., dont la ratification aggraverait le danger du racisme et de l'antisémitisme. Marseille' Une journée ·régionale antiraciste aura lieu à. Marseille le di. manche 20 juin.

  • Ces informl~h5ns ne constituent

qu'un aperçu de l'activité déployée pour la préparation de la Journée Nationale. Activité qui ne va cesser de s'accroitre pendant les deux prochaines semaines. Un an après ... : ?Jans le monde enlier, les gens de coeur renouvellent leur serBient • • DEFENDRE LA MEMOIRE DES ROSENBERG PROTEGER MICHAEL ET ROBBY • ~i~ SAUVER MORTON SOBELL , Sous le patronage de MM. Henri BOURREr Député Gilbert de CHAMBRUN Député Justin GODARr Ancien Ministre André HAAS Avocat à la Cour Emile KAHN Président de la Ligue des Droits de l'Homme Léon LYON-CAEN Président du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix Jean-Paul SARTRE Ecrivain Henri TORRES _ Sénateur Paul VILLARD Avocat à la Cour Charles VILDRAC Ecrivain SOIRfl tOMMfMORATIn pour le . . anniversaire de la mort dllhel el Julius ROS(NR(R6 L'EXECUTION d'Ethel et Julius Rosenberg, le 19 juin 1953, n'a pas mis fin à la bataille menée par leurs innombrables défenseurs. L'affaire Rosenberg continue. Elle ne s'achèvera q)l'à la réhabilitation pleine et entière des deux martyrs. C'est pourquoi les responsables de l'odieuse exécution con .. tinuent, eux aussi, leur oeuvre inhumaine. La mort de Me Bloch Quelques mois s'étaient à peine écoulés qu'ils s'attaquaient à M'Emmanuel Bloch, le valeureux défenseur des Rosenberg, et machinaient sa radiaticn du barreau de New-Yor~. Exténué !par son inlassable activité au service de la justice, harcelé par 'une horde déchaînée d'hystériques, NI! Bloch mourut dans des conditions suspectes le 30 janvier 1954. Michaël et Robby menacés Sa disparition favorisait les desseins des pouvoirs publics américains. Michaël et Robby, les enfants des Rosenberg, furent arrachés à leur famille ,adoptive, placés dans un orphelinat, afin d'être éduqués dans la haine de leurs parents. Mais les amis des Rosenberg veillaient. Grâce à la protestation qui, en quelques jours, retentit de nou.veau dans le monde en,tier, l'opération a provisoirement échoué. Tenant compte de l'opinion mondiale, les juges placèrent les deux enfants sous la tutelle de leur grand-mère, Mme Sophie Rosenebrg. Toutefois, ils désignèrent un co-tuteur, ami personnel du président Eisenhower. L'avenir de Michaël et de Robby reste donc incertain. Mais l'affection et la vigilance des gens de coeur qui ont, u!1e première fois, écarté d'eux de graves dangl:rs, continueront de les protéger. Arracher Sobell d' Alcatraz' ! En Amérique même, de now .. veaux évènements ont contribué à éclairer l'opinion publique sur l'innocence des Rosenberg. berg .. Sobell. On sait que Morton. Sobell, condamné, en même temps que les Rosenberg, à 30 ans d'emprisonnement, est incarcéré aujourd'hui à Alcatraz, l' « Ile du Diable » américaine, où il ne peut voir sa femme que rarement, et jamais ses enfants. Il a été condamné sur la base d'un unique témoignage oral : celui de Max Elitcher. Ce témoignage est si vague que le savant atomiste Harold S. Urey a pu 'affirmer, après un examen attentif du dossier : « La condamnation de Sobell, à 30 ans de prison à Alcatraz n'est justifiée par aucune preuve d'agissements repréhensibles que le gouvernement aurait apportée. En fait, on ignore ce qui lui est reproché. :. Le juge Kaufman, lui .. même, avait déclaré au jury : «Si vous n'ajoutez pas foi aux Raroles de Max Elitcher, alors il faut acquitter l'accusé Sobell ». Or, il est reconnu aujourd'hu4 qu'Elitcher est un parjure. En ce moment, circulent aux Etats .. Unis des listes de pétition demandant la révision du procès de Morton Sobell et, dans l'immédiat, son retrait du bagne d'Alcatraz. La vérité en marche Autre fait particulièrement symptomatique de la marche de la vérité : examinant une première demande de révision présentée par Sobell, le ministère de la Justice a reconnu que les nou,veaux éléments apportés par la défense « pouvaient être interprétés comme la preuve que Greenglass avait menti ». Ceci ne l'a pas empêché d'ailleurs de rejeter cette interprétation. Mais il reste que, pour la première fois, les représentants du gou .. vernement ont dû prendre en considération des documents décisifs, démontrant les menson .. ges du principal «témoin » à charge et mettant en-pièces, par conséquent, les thèses de l'accusation. La bombe atomique n'a ' pas été volée ••• Signalons enfin que plusieurs savants américains ont affirmé, ces derniers temps, que le crime reproché aux Rosenberg était inconcevable. Le Dr James Beckerly, l'un des dirigeants de la Commission de l'Energie Atomique, a, par exemple, récemment déclaré : « Les hommes de science sovié .. tiques ont réalisé la bombe ato .. mique en 1949 et une arme nu .. cléaire, probablement la. ,bom .. be à hydrogène, en 1953 ... La bombe atomique et la bombe à hydrogène ne nous ont pas été volées par des espions. Les bom .. bes atomiques ne sont pas des choses qui peuvent être volées et transmises sous la forme d'informations ». Ces assertions permettent d'apprécier l'attitude du juge Kaufman et toute la campagne menée contre les Rosenberg. Elles sont à rapprocher dU! fait qu'aucun savant ne vint témoigner au procès, quoique plusieurs aien,t été annoncés. Et que certains, tels le Dr Urey, annoncés tout d'abord comme témoins à charge, ont, par la usite, pris fait et cause pour les Rosenberg. La campagne d'hystérie maccarthyste qui, se développe et qui s'en prend maintenant à des hommes comme le professeur Oppenheimer contribue aussi à éclairer de nombreux Améri .. cains sur la significatiom de l'affaire Rosenberg. La justice triomphera Du 10 mai au 20 juin, se poursuit, à travers les Etats .. Unis, une puissante campagne de meetings à la mémoire des Rosenberg et pour la défense de Morton Sobel!. Dans tous les pays du monde, le souvenir d'Ethel et de Julius sera digne .. ment commémoré. Et des millions d'hommes et de femmes, recueillis, feront une nouvelle fois le serment d'imposer le triomphe de la vérité, de la jus .. ,tice. En France, se préparent de nombreuses manifestations, no .. tamment la soirée du 19 juin, salle Pleyel, où le peuple de Paris rendra hommage aux deux héros, pour la défense desquels il s'était dressé dans un inou .. bliable élan de généreuse unanj .. mité. A Munith Les nazis manifestent conlre les C 0 m men t V ive n t commerçants les juifs en Roumanie? MU:CharlesiCharles";~'iJ~: L E « Congrès Juif Mondial», faut les défendre? Dans tous les Ils jouent un rôle actif dans quent, à s'y méprendre, les déqui ne crut pas nécessaire, pays occupés, y compris 'dans le l'appareil d'Etat, dans la scien.. buts du régime nazi. l'an dernier, de défendre ghetto de Varsovie, il y a eu des ce, la littérature, l'ense1gne- U . - d" d' ·d t les Rosenberg, et que l'on voit j 'f Il b t H ne qUinzaine Ifl IVI us on Ul s co a ora eurs itler ment. Les noms de l'académi.. longuement manifesté sur la fort peu dans la lutte contre avait créé pour eux des organis.. cien Barbu Lazareanu, du com.. Schellingstrasse, appelant par l'antisémitisme où il existe, mes nommés « judenrath », En positeur Alfred Mendelshon, du des pancartes et des tracts à vient de lancer une campagne Israël, en ce moment, se dérou.. professeur Arthur Kreindler, du boycotter un magasin de tissus, à grand spectacle, relative à de le le prOCès retentissant de l'un peintre Iser, d~ l'actrice Beate en raison de l'origine juive de prétendues « persécutions anti.. d'eux. En France, il y a eu l'U. Fredanov sont ~onnus dans tout son propriétaire. juives» en Roumanie. La pres.. G.J.F. et même Joanovici. Les le pays. Et aussi les noms des Avant de se retirer les manise française s'est à peine int~· juifs français ne se sont jamais tourneurs Hermann Gründberg festants ont pénétré dans le maressée à cette campagne, tant sentis visés, dans leur ensemble, et Herschko Edelman, des ou.. gasin et ont proféré des menaelle manque de 10ndement. Cer · par le procèS Joanovici. vrières Pina Schwartz, Lia Slobo- ces contre le comme'rçant, M. tains, tOt<tefoÎ!:, ont pu en être Ce n'est pas être antisémite zinski, Rifka Strilitz, qui se sont Israel Sidi. troublés, par suite d'idées pré- que condamner un juif coupa- distingués dans leurs branches Celui .. ci avait été, la veille, fciocnieçlulee s odue sd 'udnoec ulmecetnutrse. suCp'eers.t. bl e. Sl' D reyf U'3 a'val t vraiment respectives. 0 bl·I g é par 1a po1 I· ce a" Jnscn-re collaboré avec l'ennemi, s'i) L'ingénieur M. Grumberg est sur sa porte son prénom compboaut rtqouuotie sn oletrse m joaunrinfeasl,t aqtuioi ncso dne· avait vraiment eu des relatl·ons directeur généra1 des t ravaux du p1e t a( u l'l eu de 1'-Inl' t'l a 1e ) en l'antisémitisme, se doit d'appor.. avec une ambassade étrangère, canal Danube .. Mer Noire; David vertu d'une loi dont on imagine . il n'y aurait pas eu d'affaire Mihaly, directeur de l'usine de aisément l'objectif. ter sur cette affaire quelques Dreyfus. Si les Rosenberg chaussures de Medias ; Jack A la suite de cette manHestaéléPmasesnotns s ds'uapr plraé ccoiantfiuosni.o n frau.. avaient vraiment été des ( es- B arb u, d"l nge 1a cons t ruc t'l on d e t'1o n d e mau v a·I S al 01-, de mu It·1 - pions atomiques », - et tout la centrale hydrO-électrique de pies protestations se sont éleduleuse, systématiquement en.. prouvait qu'ils ne l'étaient pas Bicaz; S. L:tndman est membre vées. L'une d'elle én;tane d'un tretenue, entre « sioniste »et _ il n'y aurait pas eu d'affaire du Comité exécutif de l'Union groupe de commerçaifts et d'in- « juif », « antisionisme» et «an.. Rosenberg. des Coopératives d'Artisans, 0'1 dustriels juifs, qui soulignent à 1ti sémIilt ismLe »M, cnodn fus( ion td'a ns Ce n'est pas lutter contre l'an.. son t groupe.~ d (: nomb reux j U·l fs cette occasl·on les multl"ples dl·saque e e 0 e con ralre.. Ainsl-, la communauté juive criminations antisémites pratiment à France Observateur) se tisémitisme (bien au contraire) .. vit dans la tranquillité et la quées à leur égard par les augarde de tomber. Ne retenons, que de défendre des juifs cou.. torl·te's "'Allemagne Occl'denta- 1 6 d t 1 h'é pables et se reconnaissant tels. prospérité, mais non pas en va.. Q sduur «e Ls ivrpe agBelsa nca c» yé doigtéra pp alr eles (Le « Congrès Juif Mondial» se c1 o s, par tl' C-lpan t p le'm ement le. Ils citent notamm~,n t les dif- « Congrès Juif Mondial », que accepte d'ailleurs comme vrai.. à l'oeuvre entreprise par l'en- ficultés éprouvées par les victiles faits _ c'est-à .. dire les accu.. semblables les accusations por.. semble du peuple roumain. mes du nazisme pour obt,enir les sations portées (selon lui) con.. tées contre ses protégés). Quant à l'antisémitisme, il est indemnités qui leur sont dues, et sévèrement puni. de mêm" le fait que les matières premièt~ eé 150 dirigeants sionistes ar.. * qu'ont été châtiés sans pitié tous res sont allouées en quantités ret s en Roumanie depuis 1950. '" :le les , criminels dl' guerre coupa. insuffisantes aux industriels cuVsaotiicoi nqsu e: lqpuaerst-iucnipeas tidoen ceàs daec.s. Ceci dit, tous les témoignages ble s de ra'cls me : on ne peu t pas J·uifs, avec lesqllels, d'al'ileurs, réunions secrètes; encourage.. oculaires sur la Roumanie con.. en dire aut~nt, hélas! de notre le gouvernement évite systémament et aide à l'émigration illé. cordent pmU"' souligner l'absen.. pays. ~~qe,use. ment de passer des margale; établissement et maintien ce d'antisémitisme et le fait que La c:1rcpagne lancée par Je de relations avec une légation les juifs jouissent dans ce pays « Congrès Jal' Mondial» a dO'l:: On verra là autant de con,firétrangère; distribution de fonds de conditions particulièrement des objectifs étrangers à la dé.. mations des encouragements fournis par une légation étran.. satisfaisantes. • fense ùes Juifs. Sans doute faut- donnés dans l'Etat de Bonn à gère. La minorité juive de langue il en chercher la source, tout l'antisémitisme, au moment aù se yiddisch a des écoles, des biblio.. d'abord dans les impératifs:le reconstibe la Wehrmacht « eu- Qu'on relise ces accusation, qu'on les considère sans passion, comme si elles étaient ap .. pliquées à n'importe quels ci .. toyens de n'importe quel pays : que peut-on reprocher à l'atti .. tude... des accusateurs ? « Quelques .. uns des inculpés, ajoute le « Livre Blanc », ont même été accusés d'avoir colla .. boré avec le nazisme pendant la guerre ». Est .. ce pour cela qu'il thèques, une maison d'édition, la « guetT~ :roide », et dans la ropéenne ». deux théâtres célèbres, une cho.. volont ,~ qu'ont certains de gêner raIe, une émission radiophoni.. l'union contre les manifesta .. que hebdomadaire, des maisons tions véritables de l'antisérrJ.- de repos, un orphelinat - tou.. tisme. Le fâit que de nombreux tes faciiités qu'elle n'avait ja.. Juifs d'ozlg;ne roumaine (plus mais eues. Signalons qu'en Fran.. de 20,00') dit-on) aient demar..dé ce, les conditiOns - et non Te récemment à quitter Israël, a manque de spectateurs - ne peut .. être aussi été déternllnallt permettent pas l'existence d'un dans le déclenchement actuel de théâtre de langue yiddisch. cette campag!1!' relative à des ~(J JVIN: Vente de masse de «Droit et Liberté» le Samedi 19 Juin à 21 h. D'abord, la: magnifique cam .. I ____________ -:-____________________________ ~ pagne menée en faveur de Mor .. ton Sobell par le Comité pour la Justice dans l'Affaire Rosen .. Du point de vue religieux, la évènements vleu_'l: parfois de liberté est complète. Des syna- quatre ans. gogues fonctionnent dans toutes Quoi qu'il en soit, les antira .. les localités où vivent des juifS. cistes de France sauront, nous Il y a en Roumanie plus de en sommes certains, p.vit.l'r de ~e cent rabbins, c'est .. à .. dire autant laisser dlviser par ces t:U>lloeu .. qu'en France pour une popula.. vres, et ils continueront, d,ms Le Bureau National du M. R.A.P. a décidé qu'une vente de masse de « Droit et Liberté » aura lieu le-' dimanche 20 Juin. LR.--JP" L~YE DEUX DOCUMENTS tion juive à peu près égale. l'union, la lutte contr~ tontes Tous les militants de Paris et de province sont invités c.tlvem.enta la Justice SALLE PLEYEL (252, Fbg St-Honoré) • UNITED STATES TREASFR'" nBPAH'r~IEN1 INÉDITS Au programme Daniel IVERNEL Fanny ROBIANE SI",one SIGNORET La Chorale Populaire de Paris This is to certif y that has served his De ces deux documents, :nédils en France, l'un (ci-contre) éclaire le patriotisme d'Ethel Rosenberg : c'est un' certificat officiel, signé par le Secrétaire au Trésor, reconnaissant sa conduite exemplaire au service de son pays, pendant la deuxième guerre mondiale. Une adaptation de la pièce inMite de Léon KRUSZKOWCKI, « Ethel et Julius », sera dil e par ,: Country as a Minute Man in the Greater New York War Bond Pledge Le second est une nouvelle preuve des 'mensonges de Greenglass, 'témo:n principal de l'accusation. Greenglass a prétendu, en effet, que Julius Rosenebrg avait 4: volé un modèle de fusée de D.C.A.' :) lorsqu'il travaillait chez Emerson. Or, on ne fabriquait rien de tel dans ['établissement où travaillait /uUüs. Et le certificat ci-dessous aff: rme qu'il a donné toute satisfaction à ses employeurs. Pierre ASSO Suzanne COURTAL Daniel DELORME Raoul GUILLE'I: Campaign. In recognition of meritorious services, this certiflcate is Abel JACQUIN et Michel VI'l:OLD awarded. ~ -r: ~. ri ~c~ CtUllltM" .. (Ut[~TER NEW l'OAK WAIiI 89NO "LlDGE C.U.4~"'G .. r ~11lCharles . . SURET_AV Of' THE TFtIASURY -_.,) En bonn'e justice, ce dernier document à lui seul ( et il y en a eu d'autres démorrirant ,le faux-témoignage de Greenglass) aurait dû permettre la révision du procès Rosenberg. ~--l .. Li.!..-.l. .IL 1Îommase à l'Abbé Grtsoire et à Schoelcher Jj'meJ:fon RADIO AND PHONOGRAPH CORPORATION '" "G"," "'NO< fit New '0"' ""." L'ABBE Grégoire et Victor Schoelcher, ces deux immortels défenseurs des victimes du racisme, ont fait l'objet, le dimanche 30 mai dernier, de la commémoration qui, chaque année, rassemble devant les monuments abritant leurs restes, de nombreux défenseurs de la fraternité des races. Le Bureau National du M.R. A.P. avait délégué à cette double manifestation deux de ses membres, M' Sarotte et Charles Ovezarek. La cérémonre organisée à la mémoire de l'Abbé Grégoire par la Société des Amis de l'Abbé Grégoire, sous la présidence de M. Grunebaum-Ballin, a eu lieu au cimetière Montparnasse. Entre autres personnalités présen- Avec un SIRIUS i'écoute ce qui me plaÎt 6 lampes rimlock - 4 gammes d'ondes Prix : 21.750 Francs ' Les Voix de la Paix Ce Soir en France Etc ... Grand choix d'appareils de radio et · 1 de télévision de toutes marques Rayon d'appareils ménagers FRIGIDAIRES - MACHINES A LAVER - ASPIRATEURS MOULINS A CAFE - MIXER - RASOIRS - ETC ... En vente COOPÉRATIVE DE T. S. F. 192, Rue Lafaye-tte - PARIS-I0e Métro : Louis-Blanc Tél. : NOR. 33-99 Conditions spéciales aux lecteurs du Journal sur présentation de ce bon _ .... zc4lS"" tes, se trouvaient le présirent Gaston Monnerville, ainsi que les représentants de divers groupements de juifs et de noirs. Parmi les orateurs qui ont glorifié, l'illustre prélat, Me Sarotte, au nom du M.R.A.P., exalte le grand message d'union et de justice apporté au monde par l'Abbé Grégoire. C'est au Panthéon, où se trouvent les restes de Victor Schoelcher, dans la même crypte où repose Jean Jaurès, que s'est déroulée la commémoration du grand abolitionniste. A cette cérémonie organisée par le Comité Fédéral des Associations d'originaires des colonies, sous la présidence de l'ancien gouverneur Merwart, participaient notamment le président Monnerville, MM. Attuly, conseiller à la Cour de Cassation; Odet-Denis, juge au tribunal de la Seine; Dec.llber 13, 1945 Ta lIboll l t J/q Concern: Pleas. be advised that lIr. Jululs Rosenberg has been iD our employ (or approxi .... tel,. nioe IIOnthe. IIr. Roeenberg has been a very oonoclentloue worker. Very truly youro, ~_.25 mars 2010 à 11:02 (UTC)~ OOm<AA"", Chie!' EDgiDeer - Speoial Producte D1Yls1oD IIl.L/rd '" -....---. Vanikoff, président de la Fédé-I----------------___________ -....! ration des Anciens Combattants Juifs; le professeur CenacThaly. Les visiteurs, en remontant de la crypte, se sont groupés sur le grand péristyle du Panthéon, où ont été prononcées quelques brèves allocutions, notamment par le président du Comité organisateur, le gouverneur Merwart. Au nom du M.R. A.P., M" Sarotte a tenu à marquer la signification de ce rassemblement, où se sunt trouvées unies des personalités appartenant à des groupements et ,.courants différents quant aux conceptions .politiques, philosophiques ou confession elles, mais qui s·e rejoignaient, se sentant solidaires, dans la lutte commune contre le racisme. DES CAFES PARISIENS "interdits aux~Nord.,Africains"l Il Y a deux mois environ, le M.R.A.P. protestait vigoureusement contre les discriminations racistes pratiquées au café Dupont- Montparnasse il l'égard des Algériens. DepuiS, il plusieurs reprises, des antiracistes ont manifesté sur place leur indi~ gnation. La direction de cet établissement. a dû tenir compte de ces protestations. On a pu constater dernièrement que des ordres avaient été donnés pour que les Nord-Africains soient servis comme tous .les autres clients. Cette victoire du bon-sens et de la justice incitera les antiracistes il étendre leur action il tous les cafés qui se livrent aux mêmes pratiques discriminatoires, notamment dans le 20' et dans le quartier des Halles. On ne saurait admettre que de telles méthodes s'implantent chez nous! Il Y a en Roumanie cent rabbins, c'est-à-dire autant qu'en France pour une population Juive à peu près égale. Enfin, les juifs roumains sont pleinement intégréS - ce qui est aussi une nouveauté - à la vie économique et sociale du pays. en sommes cer laisser dIviser par ces numoeuvres, et ils continueront, d,ms l'union, la lutte contr~ toutes les formes de l'antisémiti'3me et du racisme, contre le réarmement allemand, contre les accords de BOFn et de Pari'). manche 20 Juin. Tous les militants de Paris et de province sont invités à y participer activement, afin qu'elle contribue au succès de la Journée Nationale. Ségrégation aux U.S.A~ (Suite de la page 1) hower s'emploie, tant bien que mal, à réparer les dégâts. La puissance américaine qui, pour les besoins de sa stra, tégie périphérique se veut « anticolonialiste » (1), sent sa propagande compromise et le monde nullement persu<ldé de la supériorité du mode de vie américain. D'où la mesure de « bienveillance» de la Cour Suprême ( où s'est réalisée une subite unanimité), aussitôt accompagnée des clauses restrictives que l'on sait. Le « Vieux Sud» réagit Le « Vieux Sud» a d'ailleurs réagi sans tarder. Pour Baltimore et Shéridan quü acceptent la décision de la Cour Suprême, les dépêches d'agences signalent dans l'ensemble « une tempête de protestations », favorisée par l'insuffisante rigueur de ·cette décision. Non seulement, certains Etats s'efforceront, comme ils y sont autorisés, de gagner du temps, mais d'autres menacen.t de transformer les écoles publiques en écoles privées, car celles- ci ne sont pas tenues de mettre fin à la ségrégation. Le sénateur démocrate James Eastland, du Mississipi, a déclaré que le Sud « ne respectera pas une décision législative prise par un;e Cour de Justice ». Le 'gouverneur Talmage, de Géorgie, a proclamé : « Il faudrait plusieurs divisions de l'armée pour imposer l'application d'une pareille mesure dans chaque école de Géorgie. Et même ainsi elle ne serait pas appliquée ». A Tallahassee (Floride), Bill Hendrix, qui fut « grand dragon

) du Ku Klux Klan a lancé

un appel en faveur d'une 4: levee de boucliers ~ contre la décision de la Cour Suprême. Précisant qu'une réunion des chefs du K.K.K. s'était tenue à son domicile, il a ajouté : « La meilleure ;,vlulion serait d'expédier la plupart de.: noirs dans le Nord ». It est même qU€5tion de « représailles ,. Le gouverneur Burnet R. Maybank, de la Carolir-e du Sud a annoncé que, pour marquer son oppositiol1 au dét;:tr de la Cour Suprême il s'opposerait à l'exécution du programme de construction entrepris dans cet Etat. Et à Washington, des racistes fanatiques, ont, en signe de protestation, incendié la maison d'un dentiste noir, l?epuis 1874 ... Mais dans le Kansas, la Caroline, la Virginie, le Delaware, l'Alabama, l'Arkansas, la Floride, la Géorgie, le Kentucky, la Louisiane, le Maryland, le Mississipi, le Missouri, l'Oklahoma, le Tennessee, le Texas, dans les vieilles ruelles de Harlem et de la Nouvelle-Orléans, les 15 millions de noirs américains célèbrent à juste titre, l'arrêt ·du 17 mai, comme une nouvelle étape de leur longue lutte de libération sociale. Malgré la terreur, l'oncle Tom brise les cloisons de sa case, secoue les barreaux de son, ghe.tto. L'arrêt de la Cour Suprême est le résultat immédiat de la campagne menée depuis décembre 1953 par le Conseil Juridique de la N.A.A.C.P. (Association Nationale pour l'Avancement des Gens de Couleur). Il 'Vient couronner 80 ans de lutte menée contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Cette victoire, elle appartient d'abord aux noirs d'Amérique, qui ont participé aux premiers rangs à cette lutte sévère. Elle apç,drtient à leurs diverses organisations qui, telles le Congrès des Droits Civils combattent in:assablement contre ce génocide permanent que constitue !(; racisme. Cette victoire est celle de tous les antiracistes des Etats-Unis et du monde ·entier, qui ont défendu Mac Gee, les fept de MartinsvilIe, les ~ix dL Trenton, et qui viennent de !>8uver Wesley r~ohert Wells. C'e~t une victoire pour tous les gens de coeu,r. il n'a pas fallu moins de huit sont encore imerdits aux noirs. dans le Sud ... . La ségrégation sévit dans les autobus et les autocars de la plupart des villes méridionales ... La plupart des hôtels du Sud, et beaucoup d'hôtels du Nord refusent les noirs ... La ségrégation est légale dans la plupart des théâtres et des restaurants du Sud ... Les jardins publfcs sont fréquemment, dans le Sud, interdits aux noirs ... Six Etats du Sud exigent la ségrégation dans le travail ... > Les hommes libres du monde entier, pour qui ces faits sont inadmissibles, ne peuvent q.u'apporter leur ferme appui aux noirs américains dans le combat qu'ils continuent de mener. (l) Tandis que le New-York Herald Tribune estime que «la Cour a été très bieln inspirée en remeHant à une date ultérieure la question de l'application de sa décision, quand les conditions et les problème. Iccaux auront fait l'objet d'une étude compléte », le Miami Herald expJjquEl sons détour que la mesure en question revêt un grand intérêt «parce que le sort des l'tats-Unis est lié inextricablement avec celui de l'Asie )t. Et il poursuit : « Les populatians de Chine, Corée, Inde, Indochine sont en général des c colored. _ jaunes, bruns et noirs. Les propagandistes communistes ont utilisé à leur avantage parmI ces peuples le thème de la ségrégation. Nous disons aux Asiatiques que ,nous allons les aldei' à c:enquérir la liberté. Les communistes les troublent· en nous accusant de mentir, puisque nous ne donnons même pas aux enfants nègres daM notre propre pays le droit d'aller à l'école avec les blancs ..... longues décades, d'une lutter--------------acharnée, souvent sanglante, pour que la Cour Suprême des Etats.:.U nis veuille bien, recommander l'application du 14· amendement de la Constitution de ce pays, adopté en 1874 par le 4:;· congrès. n reste beaucoup à faire Les noirs américains, soutenus par le mou:vement progre~siste ont encore un long calvaIre à franchir avant d'atteindre cette égalité absolue à laquelle ils ont droit. Au lendemain du 17 mai, la revue U.S. News peut encore dresser ce tableau accusateur de leur situation : « Plus de la moitié des Etals interdisent les mariages entre blancs et noirs... Dans tous le pays, une multitude de clubs, 4: fraternités ~, loges, groupements professionnels, associations et coopératives poursuivent impunément la pratique des discrimination~ raciales... Les lieux de villégwture et de repos art-coiffure- beauté 1 26, rue la boétie paris-8e ély •. 63-40 f ,,

Notes

<references />