Droit et Liberté n°140 - novembre 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°140 (244) de Novembre 1954
    • Les racistes misent sur la Wehrmacht page1
      • Plutôt que de réarmer les criminels nazis, il faut négocier par Charles Palant
      • Ils passent aux actes par Albert Levy
    • Les classiques de la Fraternité humaine: Anatole France par Pierre Paraf page1
    • En Décembre à Paris: conférence des juifs d'Europe contre le réarmement allemand: interview de Me André Blumel page1
    • Nous sommes fiers de jouer "responsabilité limitée" déclarent J.P. Grenier et O. Hussenot page1
    • Les français n'ont pas la mémoire courte... Pétain fut et restera un traître page1
    • Au musée pédagogique: une exposition qui nous concerne tous par R. Maria page2
    • C'est maintenant qu'il faut négocier par Jean Aubertin page3
    • M. Louis Marin: "reconstituer la Wehrmacht est une folie!" page3
    • Le professeur Hadamard: "Le souvenir d'Oradour et d'Auschwitz s'impose à nous" page3
    • La France peut choisir par Me Gaston Maurice page3
    • Un bouleversant témoignage: la tragédie de la déportation page3
    • Voici ce que signifie les accords de Londres et de Paris 'page3'
    • A l'hôtel Moderne, la conférence convoquée par le MRAP appelle à l'union contre le réarmement allemand page3
    • Aux USA, pour maintenir la ségrégation scolaire, les racistes menacent de faire parler la poudre par Jacqueline Marchand page4
    • La presse antiraciste persécutée en Afrique du Sud page4
    • La politique de Rivarol page4
    • Les accords de Londres: intervention de M I. Meyerson et du Gal Tubert page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 140 (244) NOVEMBRE 1954 30 FRANCS Magnifique succès du. GALA du M.R.A.P. On lira en page 2 le cOIl4pte rendu du grand gala antiraciste organisé le 7 novembre à Pleyel par le M.R.A.P. Ce fut en même temps qu'une belle soirée artistique une manifestation d'union autour de- notre Mouvement. Aux tribunes d'honneur, avec le Président LYON-CAEN, on remarquait notamment le Dr André BLOCH, Président de l'Amicale des Médecins Israélites de France, M. Georges HUISMAN, Membre du Conseil d'Etat, l'Amiral MUSELIER, M. Léo HAMON, Sénateur, l'écrivain Pierre PARAF. . . D'autres personnalltés s'étaient excusées, parmi lesquelles MM. François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nobel, Maurice de BARRAL, le poète André SPIRE, Marcel PRENANT, professeur à la Sorbonne, André DENIS, le Général JOINVILLE, Dé&utés, etc .. , classiques français Les rocisles misenl sur 10 Wehrmochl. Les •• de la fraternité humaine Anatole FRANCE présenté Pierre par PARAF C'EST une des gloires, une des grâces de la littérature française qu'à toutes les époques, :\ la grande chaîne de la fraternité humaine le génie vienne ajouter un maillon. sens de son sou'rire et de ce sentiment que lui suggéraient tant de ses contemporains et qu'il définissait par ces deux mots : le tendre mépris. Plutôt que de réarmer '!S criminels nazis Ils pas sen tau x àctes! Après Rabela'is et Montaigne se succèdent Molière et Fénelon. Montesquüeu, Jean - Jacques Rousseau, Voltaire, Diderot, d'Alembert accomplissent la libération révolutionnaire -dans les esprits avant qu'elle se traduise dans les actes. Victor Hugo la continue en lui prêtant la splendeur de son lyrisme. D'Emile Zola: à Henri Barbusse le réseau de fraternité s'amplifie et se resserre. Et dans ce cortège des amis de l'humanité, au milieu de cette symphonie où tous les instruments, de la flûte à l'orgue, jouent leur partie, Droit et Liberté salue aujourd'hui l'un des plus lucides et des plus harmonieux dont on commémore le trentième anniversaire de la mort : Anatole France. Certes, Anatole France se montra toujours, tolérant, raisonnable, -digne de la nation des philosophes généreux et des JUges .intègres, ennemi des fanatismes sectaires et sachant faire la part des faiblesses huma'ines. Ce libre penseur, cet anticlérical qui ne ménagea, pas plus que Voltaire ses flèches à l'Eglise, sut évoquer amourewsement le christianisme de François d'Assise, le peti t Frère des Pauvres. Toutes se railleries mordantes il les réserva toujours pour les puissants qui abusent de leur force, les renégats qui par snobisme ou par lâcheté s'écartent de leurs frères malheureux, tels ces jwifs honteux multipliant leurs bassesses envers cette société réactionnaiore qui ne cessera pas pour au tant de les dédaigner. • POUR LA SÉCURITÉ ET LA PAIX Telle est la volonté de tous les antiracistes Telle est I·exigence nationale L A proposition soviétique de -réunir une conférence européenne - étendue aux ,Etats-Unis - pour la négociation d'une solution pacifique du prQblème allemand ei la sécurité collective a créé un Immen- Le Président Léon LYON-CAEN: " On ne désarme pas en réarmant" se espoir dans l'opinion françal- Nous publions c:-dessous le 'texte d'uni message adressé 10&. par M .. Léon LYON-CAéN, président du M.R.A.P., au « Je- Les déclarations de M. Molo- wish Council to combat Fascism and AnNsemitism », à l'octov à la « Pravda » le 21 no- casion d'une manifestation contre le réarmement allemand, -'---..:..:.......,:--.:;::--:;....:"-!.."':..:..::~-~:..:......:..:.::.;;._Ll_ _.L. ,. .aatliru1 CUl" ",dil!. aO.l.adatian fin nauembr. ' eJaaurne S ALLE Wagram, il y a quelques semaines, se déroulait, nos lecteurs le savent, aux cris de « mort aux juifs ., une manifestation du «Rassemblement national:)), organisée par Tixier-Vignancour. En conclusion, l'ex-ministre de Pétain lançait cette directive: «Il faut passer à l'action;). ~_ FRPI",:.I\~~ Charlesf-~-.(qU,," qUE \!ou..,. 1:". re S_blR,\fi;e ~R.:'ju.e. F-t-c..\\1 s i "e t4.E.tJ r t'A ~ bê.:' fZïRf\lIJ(fE: R~ • FI\ A~ç.jI\\!' tuv~ ,.. e toI:." e '- P(..O~ El i R.E.. I.&,M A-\I.i. L. t Quelques faits récents viennent nous confirmer de quelle « action » il s'agit. Peu après le meeting de Wagram, une attaque était lancée, deux soirs .de suite contre le Théâtre FontaiI1e, où se joue « Responsabilité Limitée l, pièce condamnant l'antisémitisme. Vitres brisées, photos lacérées ... ce sont là les méthodes hitlériennes. Les passants alertés réussirent pourtant à. mettre en fuite les nervis. ~S ~.~c" ONT l.w.'r ~,.tRt'e. ,NoVS ' N ~\!;:",,:. . ,.,h,."~hINr ee.svl", t'êïR~ c:.Oj..o}'l' .... é; Je {-"ut: ?r..E:"etJiP\. \fuïftf j~:"~Rft'C(Ë. t)P.N,?It/('E.A.CQ.~"'NtJ.4Lff Tracts et attentats ,fi. ~/- e:'-""T" fJ.':, I:l li FRA·Nee Dans le même temps, le « Mouvement Jeune . . FH/ll\,'f/lt'~ t3 :)yc.o7ï(: -i i.E S" Nation », !lé au « Rassemblement National l et J'APPARTIENS à une généra- o ';.Iv.f, pc'e4. ~ vec. 1 Ne. 1/1,)(.1 5 fA-' aux autres groupes factieux, faisait circuler un ration dont il fut l'enchan- , .... kt S 1:-:~E.1B~ r~1'.. ftiJ, 'e' ~êZ . tract violemment antisémite, dont nous repro- · teur. Je suis né dans cette KLl f ( &.t&ï~~. ~.c-w~"p.!, ~~.~ I!r duisons ci-contre le fac-slmile. époque intellectuellement plus ~ - .~...... .~ .v"... '" 5 ({ Il faut que' la lutte clandestine s'organise» clémente où l'on aimait traiter or CU,f?A~'ON ~A-R. 1ft 101 N rA proclament sans fard les auteurs de ce gros- la sottise et l'iniquité par l'iro- 1 .10tJ d.u t"E! Fiu'rtJ c..Ji /'S ~ A ,~e sier document, plein de fautes d'orthographe, nie, où la pitié noulS apparaisïE? vOïR.E. ~ JI.) f AI!FES- visiblement écrit !par des mains plus habituées -sait comme la soeur jumelle de A.I\.~. i: _, ~~ .~~,. f/~" ~7Cf.(.vf:( ~ à tenir le révolver et la bombp que le stylo. la justice. J'ai appris à mieux ~,~ /f. ___ .~. ...f l" 1 On y retrouve les thèmes habituels de la di- ,aimer Paris et les quais de la {J~u;, d4c.d~tr4u... ~ "-.1'-0.--' ~ version nazie. Au lieu de s'en pnendre aux véri- Seine dans le Crime de Sylvestre . /J ........... ~ r_ tables causes de la crise économique (salaires Bonnard et Pierre Nozière. J'ai CKt'..~. nro ll·) ............."• . "(/) "-n... ~.• ,'. -~. insu!f isants, coutrse aux a)rmemen" on f al' t d u respi.r•e ct ans 1e L ys R ouge« 1a Jw.f 1 r juif le bouc émissaire. Alors que l'on rend des rose du matin sur la coupe de -. - """('10 /to "-.e ( armes aux envahisseurs d'hier, alors que se pose Florence ». M. Bergeret m'a _-'.' ." -____________. ;I. ____. .a'!.v;.~ec~a;,c:;:.u:;:.i:.t::.é:;:...;l:.e::~p:;r~o~b:.l:. ème de .:\indépendan~,~e_f_r~an-~o_~fa~i_t.J.::Ir.:~.i.~:.e in~:~sém:~t !~1!f~- MAIS dès ses premières oeu'" vr'es - et bien avant que l'Affaire Dreyfus l'eût di' rectement «engagé» - Anatole France avait pris parti, comme un écrivain doit le faire, ,par l'orientatioru même de son oeu,vre où il n'a cessé de défendr, e les persécutés, d'exalter la pa-ix. Le «petit P.ierre» qui, se promenant au bras de sa: bonne à travers les rues du vieux Paris, lui disait déjà gravement, au spectacle de la misère, « on ne donne pas assez » s'est toujours rangé du côté « des humbles » contre les « superbes :)). Du Jardin d'Epicure au cabaret de M. Jérome Coignard, de la Pierre Blanche à la Révolte des Anges, il a fait entendre, tantôt gravement, tantôt en se jou-' int. le~ , arole d'avenir. Il a ~~----Charles------------------------:r-np~a~r~~.,JCeë.o71nCharles 2 avril 2010 à 10:01 (UTC)-Charles,~p~r~s~lüëennr7Uu~W.1r..~.~.,~~«Fi~-'~~------2 avril 2010 à 10:01 (UTC)~.Charles:7~Jr~·Charlesr---------~~nT~ns~,~mT~~nc2 avril 2010 à 10:01 (UTC)Charles 2 avril 2010 à 10:01 (UTC)nzr-~~"dCharlest~'::~~ICharles 2 avril 2010 à 10:01 (UTC)d~~PiI;T~~lflaunuc~h~e~à~Ia-Révolte des

1 Les déclarations de M. Molo- wish Council to c~mbat .Fascism and AI?tisemitism »l'là l'OC d - 1 ~f-. -/~fr'~ 1 ( Ja·~mifelseabuOxUeCnvémahiSI·sSsa.Ie'rUer·sAld'horl·eSrqauleO/S'oqnU~e:edp~:: FCharlesen~e m: mMsU~e~gCharlesfem': Anges, il a fait entendre, tancasion t à 1 pr d 1 21 no d'une mamfestatlOn contre le rearmement a eman ,(j .... r---f-o'···' 'té 1 blè de l'l',n dépendance fran fait revivre . inte.n sément l'Affai- tôt gravement, tantôt en se J'ou- ov a« av a» e - organisée par cette association, fin novembre, à Melbourne.. 1 avec acUi e pro me - ant, les paroles d'avenir. Il a vembre, viennent à point rappe... (Australie). S çaise, ce sont les juifs que l'on prétend être des re Dreyfus dont mon enfance flétri les excès colonialistes, an- 1er que c'est maintenant, c'est- 11, '.A1 2.frll FZ~ riTltR,1iÂl, « envahisseurs ». Il est aisé de comprendre, avait reçu les échos et qui me à-dire avant la ratification des COMME le {( Jewish Council to combat. Fascism T dans ces conditions, à qui profite cette propa- valut mes premières batailles (Suite en page 2) d d L d d P i and Antl'seml'tl'sm l', le ,,( Mouvement contre le ""' .', :,Le tract nazi diffusé dans le 10 arrondissement gande hvstérique. d'écolier. Et les grands problè- ___________________________ accor s e on res et e ar s , , . - Je' h rIent ainsi contre mes sociaux se sont classés dans .- qu , une t e Il e con fe' rence à 1e ma· RacI'sme, l'Antisémitisme et pour la 1P AaliIx », lut- les ejuuxif sq Usoi ntu l es mêmes qui ont mon esprit à la lumière franciximum de chances de réussir. te sans relâche contre le réarmement de' emagne multipliés, ces temps derniers, en ne. Tout dans son oeuvre Les Français n'ont pas la mémoire courte •.. Occidentale, où il voit le signal certain du dangereux RI VA ROL Il C' t En effet, les vagues promes- Il d d d • les attentats contre les vendeurs comme dans son comportement es ses des occidentaux de négOCier réveil du militarisme a eman ,cause es maux ont • de J'ournaux et les permanen- venaiJt ju'st ifier Ala ftoirmFul e de l'humanité souffre encore. c.es communistes : ils montrent Jean aures: « na 0 e rance, après avoir entériné le ,réarme- En remilitarisant l'Allemagne d e B onn sous une f or- , , ainsi qu'ils ne reculent d evan t dI' sal' t-'ll, C' es t l' a b el'1 1 e d e Pl ament allemand, équivalent à re- me autre, mais tout aussi dangereuse que la C.E.D. notre poll·t,·que aucun moyen, et qu'ils conçoi- ton qui vient se poser sur la PETAIN fuser systématiquement tout rè- défunte, les accords de Londres et de Paris ne peuvent ven t « l' ac t1' 0 n » en pogroml's - fleur du socialisme ". F/ glement du problème allemand qu'aggraver la division de l'Allemagne et en même tes, en incendiaires de synagoautrement qu'en s'appuyant sur temps de l'Europe, nuire à la détente internationa1 e , E 's fa't jo al R' Dé a" l as as glles en tueurs L raCl me 1 urn, 1- sorm IS, 1 ne se p se p , . une puissante Wehrmacht, c'est- 1 varol, qui, pendant la con- de semaine où il n'applaudisse à-dire sur la force. entraver la négociation nécessairedentres es quatre férence de Genève (par bruyamment à la politique du Hautes protections grandes puissances, seule capable 'apporter une so- exemple), menait une virulente gouvernement. Il est grave que les groupe- Le « parallélisme» cher à M. lution pacifique au problème allemand. campagne contre le président Le 28 octobre, dans son édita- ments fascistes ne soient pas in- Mendès-France est une dérision. A l'heure où les Etats s'efforcent de s'acheminer du Conseil, a brusquement chan- rial, il va jusqu'à saluer cette quiétés, que leurs journaux Comme le souligne par ailleurs vers un désarmement général, progressif et contrôlé, et gé son fusil d'épaule. DepuiS la politique, du moins en ce qui soient librement publiés, Le plus notre Président, on ne désarme où luit enfin l'espoir de voir se réaliser cette aspira- signature des accords de Lon- concerne l'Allemagne, comme la pas en ,réarmant. tion profonde de tous les peuples, il est contradictoire dres et de paris, très exacte- sienne propre : Le seul « parallélisme» qui de redonner des armes à ceux qui n'en ont plus, qui ment. (Suite en page 4) Albert LEVY. (Suite en page 4) ne manquera pas d'inquiéter en ont fait l'usage que nous savons et n'hésiteront tous les antiracistes est plutôt pas à les mettre au service de leurs revendications l'approbation de pl us en pl us territoriales. ouverte accordée à la politique On ne désarme pas en réarmant. mendésienne par tous les Ri- Enfin, il est à redouter (et certains évènements, varol de la presse raciste et an- comme la lecture de certaine presse en France, justisémite, un Instant décontenan- tifient la crainte) que les forces racistes et antisémicés, lors du rejet de la C.E.D. tes, toujours promptes à spéculer sur la division entre les peuples, sur la haine entre les hommes et sur la guerre, redoublent leur activité, espérant obtenir, pour renouveler leurs crimes, l'appui d'une Wehrmacht reconstituée avec les cadres d'anciens généraux et officiers nazis, criminels de guerre libérés. Pour toutes ces raisons, le M.R.A.P., est heureux d'associer ses efforts à ceux du J ewish Council australien pour écarter du monde le danger qui le menace. « Nous' sommes fiers de jouer RESPONSABILITÉ LIMITÉE» déclarent à « Droit et Liberté» Jean-Pierre GRENIER et Olivier HUSSENOT Au Théâtr'e Fontaine, le rideau vient de tomber sur la dernière scène de «Responsabilité Limitée ». Dans l'agitation fébrile des coulisses, Jean-Pierre Grenier et Olivier Hussenot, nous reçoivent gentiment, cordialement, à leur ,habitude. AUSSI, lorsque M. Bernard Leca.che écrit dans le Droit de vivre que ... « puisqu'Qn n'a pu éviter le réarmement allemand, on peut bien se réconcilier avec les Russes », il répond, à coup sOr, à la préoccupation de nombreux adhérents de la L. I.C.A. de voir s'engager une véritable négociation avec l'Est. -:--------------.-----------------------------------------------------------------------., - Pourquoi nous avons monté cette pièce ? Parce qu'elle est humaine, généreuse. Parce qu'elle réagit contre l'antisémitisme. Les intentions exprimées par l'auteur sont les nôtres ... des réactions parfois très touchantes... Nous sommes certains d'avoir aidé plus d'un spectateur à haïr l'antisémitisme. On nous l'a dit. Et nous avons reçu de nombreux encouragements. Mais en faisant sienne l'idée de la fatalité du' réarmement allemand, ne tend-il pas à démobiliser les antiracistes, au moment où leur action unie est plus nécessaire que jamais pour empêcher la ,ratification des accords de Londres et de Paris. Les antiracistes ont, pour des raisons qui leurs sont propres et ~ hélas -- nombreuses, de toutes leurs forces participé à la lutte victorieuse contre la C. E.D. Ils savent donc quelle force recèle leur union dans la lutte contre le réarmement allemand. Ils savent leur aptitude à peser avec l'ensemble, des patriotes, sur la décision à intervenir au Parlement. C'est ce à quoi les appelle une fois de plus notre Mouvement. Il n'est que temps que s'élève, unie, la volx de tous les antiracistes pour exiger tout de suite, la négociation de la sécurité européenne, à laquelle tourne le dos la politique néfaste et dangereuse de ,reconstitution du militarisme nazi. Charles PALANT Secrétai re Général du M.R.A.P. En décembre à Paris: CONFERENCE DES JUIFS conlre le réarmemenl allemand Une interview de Me André A l'heure où, dans tous ies secteurs de l'opin;on françai:,;e, se développe la lutte contre les accords de Londres et d~ Paris, nous avons demandé à Al' .4rzdré BLUMEL de présenter à nos lecteurs le Comité Jui; d'.4ction contre le réarmement aUemand, dont il est ie Président. - Créé sur l'initiative de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs de France, ce Comité, nous a déclaré M" André BLUMEL, a pour objectif de lutter contre le réarmement allemand sous quelque forme qu'il se présente. Il est composé à la fois de délégués d'organisations et de personnalités et l'on peut dire qu 'il a parfaitement réussi à unir des éléments très divers, parfois même opposés les uns a,ulX autres sur les autres problème que pose l'action politique quotidienne. Le Comité Juif d'Action contre le réarmement allemand comprend des gaullistes, des radicaux, dse social'istes de toutes nuances, des communistes, des sionistes et aussi des gens n'ayant aucune appartenance politique. Il suscite le dévouement de vieux militants et a,ussi de jeunes puisque l'Union des Etudiants Juifs de France, entre autres, en fait pa'rtie. Parmi les personnalités qui en sont membres, figurent deux des plus grands mathématiciens françaois actuels : le professeur HADAMARD, membre de l'Institut, et M. MANDELBROJT, professeur au Collège de France; M. JANKELEVITCH, professeur de philosophie à la Sorbonne; M, Pierre BLOCH, ancien Ministre; Mme Maxa NORDAU, fille du sioniste connu. Ces personnaHtés diverses n'ont pas seulement donné leur nom. La quasi-unan imité d'entre elles participent effectivement à BLUMEL l'activité du Comité. Les dis.::ussions n'ont pour objet que l'efficacité de notre action, chacul11 d'entre nous subordonnant ses convictions polit'qL'l's au but commun: la lutte contre le- réarmement alleman.i. C',est pourquoi nous pensons représenter le point de vue de l'immense majorité des juifs de France à l'égard du réarmement allemand. PourrieZ-VOlis préciser, avons-nous demandé, a M' Bl.UMEL, la position actuelle du Comité que vous présidez ? - Nous avons pour notre part, modeste il est vrai mais effective, contribué ave:: butes les organisations et p3.rti" qui luttaient pour ce même objectif, à l'effondrement de la C.E.O. Après le rejet de la C.E.D. par l'A:ssemblée Nationale, nous ,poursuivons le même combat en nous opposant a'Ux accords de Londres et de Paris. (Suite en page 3) Chez beaucoup d'individus, l'antisémitisme est simplement subjectif. Ils n'ont pas de raisons particulières de haïr les juifs. C'est plutôt de la bêtise, ou un manque de réflexion : « Les jui'fs ne m'ont jamais rien fait à moi, mais » ... Et ils se contentent de répéter ce qu':Zs ont entendu, sans même se rendre compte du sens de leurs paroles ... Jean-Pierre Grenier, le sympathique Bosco de « Maître après Dieu » connaît bien notre Mouvement. Il se souvient de la 3" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémiHsme et pour C'est qu'en effet, comme l'a souligné au gala du M.R.A.P., l'auteur de la pièce, Robert Hossein, il a fallu un courage réel à la Compagnie Gren'Ïer-Husse, not pour monter « Responsabilité Umitée ». Ajoutons qu'il en fallait aussi à ce jeune auteur, au talent si promett-eur, pour débuter par une telle oeuvre. - Nous sommes très fiers de jouer 4: Responsabilité Limitée » concluent Jean-Pierre Grenier et Hussenot. Comme nous les comprenons! Et aussi, comme nous conseillons à nos lecteurs de ne pas manquer ce bea:u spectacle, qui tiendra la scène quelques semaines encore! la Paix, où ses paroles furent ~------------------------acclamées par la fOUile rassemblée au Cirque d'Hiver. - Certa;ns nous ont dit, explique- t-il, que nous avions tort, que l'antisémitisme n'est plus d'actualité, qu'il ne fallait pas en parler. L'attentat commis contre le théâtre, quelques jours après la première, prouve qu'au contraire, c'est le moment ou jamais de dénoncer l'antisémitisme (même absurde, même irréfléchi) comme quelque chose de criminel qui ne devrait plus exister au 20" siècle. Il y a, de la part du public, em:haine Olivier Hussenot, De nouveau les 1/ Protocoles ft ... « Les Protocoles des Sages de Sion », ce faux antisémite qUi servait, dans la Russie des tsars à « Justifier » les pogromes et dont Hitler usa abondamment pour alimenter sa propagande, vient d'être réédité en Allema.gne Occidentale. Il est facile de se le procurer, en écrivant à une bolîte postale, à Munich. Au vu et su de la police d'Adenauer. I LS le connaissent mal, ceux qui s'obstinent à le tenir pour un sceptique, un blasé ceux qui prennent son élégance nonchalante pour de l'égoïsme, ceux qui se méprennent sur le fut et restera UN TRAITRE " Aux questions posées par Isorni, sur l'é ventuel transfert des cendres de l'exmaréchal Pétoin à Douaumont, l'ossuaire des Combattants de Verdun, M. Mendès-France a répondu qu'il n'était hostile à c aucune mesure d'apaisement national :.. C'est ainsi donc, que l'on songe, dalnS! les milieux officiels, à réhabiliter Pétain. Mois notre peuple ne l'entend pas ainsi. Vingt-trois organisations des tendonces les plus diverses, group"'nt des milliers de résistants ont décidé une manifestation le matin du dimanche 7 novembre, place de la Concorde. Des personnalités venues de tous Iles horizons y participaient. Citons notamment: MM. Do'niel Mayer, président du C.A.R.; M Bossln, de l'U.F.A.C.; Mme de Lipkowski, député, non inscrite i Me Etienne Nouveau, vice-président de 'lU. F.À.C. i Jean Pronteau et Maurice Kriegel-Valrimon, députés communistes, membres du Comité Central du Parti Communiste Français; Junot et Sa ilion, des maquis du Vercors; Ache, de l' Office National des Anciens Combattants; Menier, secrétaire du C.N.R. i le professeur Destain i le commandant Leparc, état .. major F.F.I. de l'IIe-de-France; le colonel Bernard, des F.F,C.; etc ..• Les Français nlont paS' la mémoire courte ... 2 2!lL! DROIT ET LIBERTE Ce que disait Anatole FRANCE Ne manquez pas d'écouter le DIMANCHE 28 NOVEMBRE à 9 h. 20 Magnifique sucee'" s 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 d u GAL A La France, pays de la justice QU'IL est admirable, le génie de notre patrie! Qu'elle est belle, cette âme de la France, qui, dans les siècles passés, enseigna le droit à l'Europe et au monde! La France est le pays. de la rai- · son ornée et des pensées bienveillantes, la terre des magistrats équitables et des philosophes humains, la patrie de Turgot, de Montesquieu, de Voltaire et de Malesherbes. Zola a bien mérité de la patrie, en ne désespérant pas de la Justice en France. (Discours aux obsèques, d'EmiLe Zola, 5 octobre 1902.) Le passé et r avenir des races QUI peut marquer les limites où s'arrêtera une des grandes races humaines 1 ... ••. Les hommes blancs ont traversé les âges des cavernes et des cités lacustres. Ils étalent alors sauvages et nus. Ils faisaient sécher au soleil des poteries grossières. Leurs chefs formaient des choeurs de danses barbares. Ils n'avalent de science que celle de leurs sorciers. Depuis lors, ils. ont bâti le Parthénon, conçu la géométrie et soumis aux lois de l'harmonie l'expression de leur pensée. Quel prophète peut annoncer aux deux cent millions de noirs africains que leùr postérité ne règnera Jamais, dans la richesse et la puissance, sur les lacs et les grands fleuves 1 (Discours, salle de l'Elysée-Montmartre, 30 janvier 1906.) Quelques types de juifs L 'IMMENSE majorité des Juifs, presque les sept huitièmes, sont, d'après Bernard Lazare, dans un état de pauvreté extrême ••. En France même, à Paris, il y a peu de Juifs riches, et beaucoup de juifs pauvres ... Je connais des Israélites qui ont voué leur vie à la science et. qui, par leurs travaux, honorent la France. L'un est un des 'premiers hellénistes du monde, l'autre a fait de, grandes découvertes en assyriologie, un troisième a recherché avec une admirable méthode les lois du lan_ gage. On trouve des juifs dans tous les départements, du savoir humain. Ceux-là sont aussi étrangers au commerce de l'or qu'Aboulassid, le Kabbaliste, qu~ se livrait à de profonds calculs, non pour établir l'état de sa fortune, mais pour reconnaître la valeur numérique" du nom de Dieu. Christianisme et judaïsme I L n'est plus possible qu'un cerveau tant soit peu libre et averti considère les juifs comme des déicides. Des esprits vraiment philosophiqu's ne peuvent pas ,rejeter la religion des Juifs sans logiquement condamner aussi !a 1 eligion des chrétiens, puisque ces deux religions ont la même base, que toutes deux ,reposent sur le dogme du péché héréditaire i et, encore que l'on puisse fort bien soutenir et défendre l'opinion que le vieux Jehovah s'est sensiblement transformé depuis l'époque de Moïse jusqu'à Saint pa·ul, on ne peut pourtant pas reconnaître la vérité des Ev.mgiles sans admettre en même temps la vérité de l'Ancien Tes ·tament. Une . absurdité scientüique PASSONS sans plus de retard à l'antisémitisme contemporain. Beaucoup diront qu'il s'agit là d'une haine de race, qU'il y a une antip~t~ie Insurmontable entre Sémites et Aryens. Il semble qu'il en soit ainsi. Mais les Aryens, comme on a coutume de dire, ou les IndoGermains, si l'on préfère, ne nous· présentent pas de ,)hyslcnomle ethnique commune, et les Juifs n'ont à leur opposer aucun type humain d'une empreinte déterminée. L'ethnographie distingue les hommes d'après la forme du crâne, et les divise en dolichocéphales et brachyceptlales, crânes longs et crânes courts. Or, les juifs, espagnols, portugais, italiens, provençaux sont dolichocéphales, tandis que les juifs polonais, russes et allemands sont brachycéphalo3. Les Juifs ne forment donc oas une race. Mais Il suftit qu'on les tienne pour une race. Do" Quichotte pris des outres pleines Cie vin pour des voleurs et les transperça de la pointe de son épée. On croit que les juifs sont une race, et l'on ajoute aussitôt

une ,race ennemie.

Le lien de l'or ON se figure qU'entre leurs doigts (les juifs) l'or se démène plus furieusement que dans la main des chrétiens, que la spéculation Juive agit à la Bourse plus Impitoyablement que la spéculation chrétienne. C'est une erreur. Dans cette guerre sans merci pour l'or, le financier catholique ou protestant fait auss~ peu quartier que le juif. Circoncis ou non, le capital ne devient Jamais sentimental et il. ignore les mouvements du coeur. La ({ corbeille» très chrétienne de la Bourse de Paris obéit aux lois fatales de la spéculation aussi impertubablement que la Coulisse israélite. C'est péCher contre la raison que de distinguer entre le capital chrétien et le cllpital Juif, car, dans leur activité et dans leurs effets, l'un et l'autre confluent sans cesse. Pour faire apparaître clairement cette vérité aux yeux les plus troubles, il suffirait d'un renforcement du socialisme en Allemagne et en France. On verrait alors les Juifs riches et les chrétiens rinaissons ni Juifs, ni chrétiens. Nous ne connaissons que des bourreaux et leurs victimes. (Discours au Manège St-Paul, 16 décembre 1905.) Quand les lois seront justes ... JE ne connais ni Juifs ni chrétiens. de ne connais que des hommes, et je ne fais de distinction entre eux que de ceux qui sont justes et de ceux qui sont Injustes. Qu'ils soient juifs ou chrétiens, .jI est dIfficile aux riches d'être équitables .. Mais, quand les lois seront justes, les hommes seront justes. (M. Bergeret à Paris.) sur la CHAINE NATIONALE la cal,lserie de notre amie Jacqueline MARCHAND Membre du Bureau National du M.R.A.P. «R A C 1 S ME PAS MORT» dans le cadre des émissions de l'Union Rationaliste ches étroitement unis pour la r


______________________ _

défense de l'ordre actuel. Distinctions chimériques I L n'est pas douteux qu'en France l'antisémitisme recrute ses troupes principalement dans les milieux nobles, cléricaux et grands-bourgeois. Le peuple n'est pas antisémite, parce qu'il n'est pas religieux et parce qu'il ne préfère pas une partie des capitalistes aux autres. Le peuple ne hait point un homme pour la forme de son nez. Le peuple est affranchi des superstitions qui abêtissent les bourgeois et les rendent méchants. Il ne croit pas que les juifs ont une figure de bouc, des cornes au front et un appendice caudal, qu'Ils répandent du sang par le nombril le vendredi saint et qu'ils crucifient un enfant en cérémonie. Il sait qu'il y a des Juifs cupides, enrichis par l'usu re et l'agio, et qui n'ont que des pensées de lucre. Mais Il sait aussi qu'il y a d'autres Juifs, occupés uniquement de justice sociale et qui consacrent leur vie entière à l'affranchissement des prolétaires. Les distinctions de ,race ne le préoccupent point, parce qu'elles sont chimériques et qu'il vit dans le réel, au dur contact de la nécessité. (Sur l'antisémitisme, « Courrier Viennois 1, mars 1904.) Mettre l'homme en valeur! LA grande valeur humaine, c'est l'homme lui-même. Pour mettre en valeur le globe terrestre, il faut d'abord mettre l'homme en valeur. Pour exploiter le sol, les mines, les sources, toutes les substances et toutes les forces de la planète, il faut l'homme, tout l'homme; l'humanité, toute l'humanité. L'exploitation complète du globe terrestre exige le travail combiné des hommes [~~ ~ ~~!. ~I~ Charles ~~ ~~ ~I~ ~~ ~~ ~~] MReSDOnSabililé limilée" LA parution mensuelle de « Droit et Liberté » nous a empêchés de parler plus tôt de «Responsabilité Limitée», la pièce de Robert Hossein, que présente actuellement au Théâtre Fontaine, la Compagnie Grener- Hussenot. Mais il n'est pas trop tard pour inciter vivement nos lecteurs à aller applaudir cette vigoureuse dénonciation de l'antisémitisme - ce qui leur permettra, du même coup, de passer une excellente soirée. Le problème de l'antisémitisme a fait ces dernières années, en France. l'Objet de plUSieurs pièces et films. Nul n'a oublié Maître après Dieu, de Jean de Hartog, qui a tenu la scène de longs mois à Paris avant d'être porté à l'écran par Louis Daquin. Plus récemment, Avant le Déluge, d'André Cayatte et Charles Spaak, a obtenu, malgré les campagnes d'obstruction, un succès éclatant. C'est dire combien ce problème est actuel, et combien le peuple français apprécie les oeuvres exaltant les sentiments généreux de fraternité humaine. Il est clair que les trublions qui ont cru devoir lacérer les photos et casser les vitres du Théâtre Fontaine ont commis une grave erreur psychologique s'ils ont pensé s'attirer quelque sympathie par leur acte de vandalisme. Responsabilité Limitée, pièce à thèse, est aussi, sans contradiction apparente, une pièce policière que l'on suit de bout ' en cussion, sa mère lui apprend qu'il est lui-même juif car, son père l'était. Si elle a tenu parfois des propos antisémites, c'est par dépit : ayant trompé son mari, elle lui en voulait d'être parti; mais c'est elle la coupable. Il fallait beaucoup de talent pour traiter avec la délicatesse voulue le drame de cet antisémite se découvrant brusquement, juif. Tandis qu'il maudit sa mère, celle-ci raisonne : « Oui, il était juif, mais je te jure qu'il n'a rien fait dont tu aies à rougir... Tu peux être fier d'être son fils... » Très belle est la scène suivante, aussi, où Robbie « avoue » ses origines à sa fiancée. Tout étonné qu'elle continue de l'aimer, il commence à comprendre l'absurdité de ses haines. Mais il est trop tard. Son crime sera découvert, par Daniel Vallerman, précisément, qui n'est autre qu'un policier ... Il faut signaler la belle création d'Olivier Hussenot dans le rôle de M. Getman, le père du jeune juif assassiné, rôle presque muet auquel il a su donner tant d'éloquence. Signalons aussi Jean-Pierre Grenier, Vallerman tout en nuances, menant son jeu avec une parfaite maitraise. Toute la troupe est d'ailleurs à féliciter, surtout Lila Kedrova, qui campe avec un irrésistible humour le personnage si curieux de Mme Houd. Louis MOUSCRON. lily FAYOl 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 bout avec un intérêt tOujours'---------------------------------------------------------------------------------- croissant, et une pièce psychologique où les drames intérieurs, blancs, jaunes et noirs. ___ ._ sont posés avec un sens profond '§IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1l1111111111111111111111111111111111111111'ê - du M.R.A.P. S 'IL est une tradition à laquelle chacun « sacrifie 1 avec plaisir, c'est bien le Gala du M.R.A.P. Celui du 7 novembre fut, pour plus de 2.000 personnes, l'occasion de se réunir autour de notre Mouvement en une soirée bien agréable. ' Quel magnifique spectacle en effet ! Présentés avec brio par André Chanu, l'excellente Mick Micheyl, la belle et talentueuse Espanita Cortez et la trépidante Lily Fayol, y remportèrent un SllCcè!) justement mérité. Merci à ellés, ainsi qu'au « Brelan d'As 1, dirigé pa'r Philippe Gérard et comprenant deux autres maîtres du jazz : Philippe Brun et Roger Bourdin. Merci égaiement à Robert Chabrier, à Gilles et Urfer, aulX extraordinaires Two Earls, à l'inimitable Jea'n Valto", et à Jean Wiener, pianiste et compositeur au talent si varié. Grâce à l'aimable concours de tous ces artistes, on parlera longtemps du 5" GaJa du M.R. A.P. Merci enfin à Louis Daquin èt Robert Hossein qui déb,lftirent, sur scène, des ra'isons qui le~ avaient incités à traiter le problème de l'a:ntisémitisme dans leurs oeuvres. D'opinions différentes, sur les causes mêmes de ce fléa'u, ils n'en furent pas moins d'accord en conclusion sur la nécessité de s'unir pou: le faire disparaître à jamais.

k * :k

Les militants du M.R.A.P. a. a'ient fait UII grand effort pour la diffusion dr·s bill.~t., et Je soir même pour la' vente des programmes si bien' illustrés par Pignon, des insignes et de « Droit et Liberté », ainsi que pour la collecte de signatures contre le réarmement allemand. Ca:r, ce soir de fête ne faisait pas oublier le plus important problème de l'heure. Charles P ALANT, secrétaire général du M.R.A.P., devait l'évoquer devan.t tous au nom de la direction dd Mouvement. Il fit 'un vibrant appel à l'unité de tous les antiracistes cOlltre la renaissance de l'antisémitisme, contre le racisme et pour faire échec aux accords de Londres et de Paris, afin de sauvegarder la pa·ix. Les applaudissements qui suivirent son intervention prouvè ·rent amplement que les pa.rticipants à cette manifestation étaient en plein accord avec notre appel. Oui, ce fut une belle soirée ! Tous étaient satistaits ... et se promettaient bien de venir aa procha'in Gala avec leurs amis ... J'année prochaine. Le carnet de «D.L. » Naissances Nous avons la joie d'annoncer la naissance du !petit OLIVIERGEORGES, fils de nos amis Guita et Charles HUTMAN, membre du Bureau National du M.R.A.P. Qu'ils trouvent ici les félicitations et les voeux de tous les militants et amis de notre Mouvement. 1: * :k Nous apprenons la naissance dll petit YVES, fils de notre dévoué militant du 12" arrondissement André MIGDAL. Félicitations et voeux les meilleurs. Meuiages Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de la fille de notre dévoué ami EDOUARD, du 14" arrondissement, avec M. Charles Hirsch. Nous adressons aux jeunes époux nos· félicitations et nos meilleurs voeux de bonheur. core de longues années de bonheur.

  • Mme et M. 'l1/oss, président

de la Société « Kalisch ;1, viennent de célébrer leurs noceil d'argent. Nous leur adressons nos félicitations et n~s meilleurs voeux. Nos peines A notre ami MANVILLE, membre du Bureau National du M.R.A.P.,qui vient d'être douloureusement frappé par la perte de sa soeur, nous exprimons, au nom de « Droit et Liberté :. et de tous les amis du M.R.A.P. nos sentiments de fraternelle sympathie. ANNONCE • Chef comptable parlant all.i grde exp. bilans, quest. fisc., cher. tra. 1/2 j. ou temps partiel. Excell. réf. Ecr. journal. ~Illlllllllllllllllllllllllllllllli 1I11111111111111f; ... - -, 'f'UT sil livrait à de profonds calculs, g- uVeSrtr e 0s,a"n. s om• • eour·C:-i. -..p..Io;:u."r:u :"'oo~··r~,I ·~-;e;m üa;-;n;;ittié~.LL~'e;;;x~p;;jlloo:i1It~a~tlko~~n;--;c;Co;;mnpDI~è;tt;er-:b~o~u:-:t~~a~v·e~ :c---::u::n~l.:n':té::r::-;e'~t"-:t:::O~U~jo:u:::r::s:-;':::::::::::::::'T-Clrl4hr-·'·a-rlâear-srrr io)HÏnïli(0rlrsrs;c!sshSie.~ mn,:Neenïoïltut",s- aiidavr"eeesiscco'Mntrs... ' r-;g;-';r:dd;e-;;e;-;x~p;:-.t ;b:iiiIÏaa~n-;s:-,~ q;';u;e;s;;t.Lffj;IS;-;;c:.,-' non pour établir l'état de sa financ',er cathol"que te du globe terrestre exige le tra- o'ssant t n 'èce ps cha- cher. tra. 1/2 j. ou temps parfor~ une, mais pour reconnaître tant. fait. aussi peu quoaur tiperro quse- vall combine' des hommes clorg ilq ue où, leesu dream pels intériye urs, ~1I1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 III Il 11 111111 Il u atiuoxn s J'eeut nneos s émpoeuilxle unross vfoeéulixc itdae- tiel. Excell. réf. Ecr. journal. Suite de l'article de Pierre PARAF lloncé la promotion du nouveau Prométhée, l'ouvri,er robuste qui aux côtés de ~.11: frère J'intellectuel contribuerait à délivrer l'humanité prisonnière de ses haines et de ses terreurs. Il a demandé à la scil.!nce de conquérir l'univers pour le bonheur des hommes et à l'union des travailleurs de faire la paix du monde. Le racisme, l'antisémitisme n'ont cessé de l'indigner. Et il a dispa'ru dix ansav,ant que le nazisme vînt au pouvoir et lui donnât sa forme la plus crudle et la plus déshonorance La préter:due supériorité d'une race ar'yenne, d'une racc blanche lui sembla'it aus';l fausse scientifiquement que moral~ment ridicule. II aimait les 1loirs, il 'aimait les jaunes. Israël - les israélites - l'enchanta'ient par leurs aspirations passionnées de jlliStice, leur amour des jeux de l'esprit et le souci qu'ont les meilleurs d'entre eux de vouloir réaliser le paradis sur la terre. Parce qu'il servit 'inlassablement le Droit, pa'ree qu'il voulut la Liberté en lui assurant cette justice qui doit lui serveir de solide base, Anatole France demeure l'un de nos plus séduisants, l'un de nos plus fervents amis. Rel,isons son oeuvre, méditons ses enseignements, ceux de ses essais, de ses romans, de ses discours. Que celui qui s'étei- gna'Ït il y a trente ans dans la douce Touraine veille sur nous et nous rappelle qu'au ja-rdin de la France, dont il fUit le bon jardinier, les plus belles fleurs sont celles de la Fraternité. blancs, jaunes et noirs. sont posés avec un sens profond §_ ~__ bonheur. En réduisant, en diminuant, en de la réalité. A Il .,.*." affaiblissant, pour tout dire d'ull . d' . em agn e - . d C'est l'histoire un cnme pro- Nous appren~o n~s le marl'age de mot, en colonisant une partie e, 1 t· é ·t· 1 - l'humanité, nous agissons contre voqué par 'an IS mdl lshm·et : 1 e nos aml's SI'mone I{AMIENIARZ nous-mêmes. Notre avantage est jeune Robbie ·tH ou al e' s et Marcel BLINDER. Féll'Cl'ta- 1 j 1 juifS, il ne sai pas pourquOi; - tions et meilleurs, voeux. que es peuples aunes et no rs peut-être parce que sa mère les par Bertrand FONTENELLE ~_-_ soient puissants, libres et. rl- hait. Il ne peut admettre en ches. Notre prospérité, notre ri- particulier que sa soeur, Sally, ch esse dépendent. de leur ri- soit aimée par Stephan Getman. chesse et. de leur prospérité. Au cours d'une partie de cartes, Plus ils produiront, plus ils feignant de croire que Stephan consommeront. Plus ils proflte- a triché, il l'entraîne à se batront. de no,us, plus nous profit.e- tre et le tue. rons d'eux. Qu'ils joulssen~ abondamment. de notre travail et L'antisémitisme, source du nous jouirons du leur abondam- meurtre en devient dès lors la ment. (La folie coloniale, sep- justification: aprèS tout ce tembre 1904. ) n'était qu'un juif. Et Robbie esLa religion de l'humanité L ES larmes de ces malheureux, le sang de ces morts crient, et nous les entendons. Nous, avons la religion de l'humanité. Nous ne consaiera ainsi d'apaiser sa conscience

et les témoins, deux matelots

(l'action est dans un _ port) se tairont. Mais voilà que, de nouveau, un juif demande la main de Sally Houd : Daniel Vallerman, Robbie exhale plus que jamais sa haine. Et au cours d'une dis- Allemagne, au. grave visage Buriné par la haine Allemagne de l'Est où murit l'avenir Allemagne de l'Ouest où s'attarde le passé Allemagne, aux enfants blonds et cand;dei Allemagne, il te faut resonger le ciel E'f briser la lourde porte de l'histoire Allemagne, quand je prononce ton nom Les voix sont encore là Qui parlent des vies dévastées Allemagne nazie qui fut notre ennemie Poing de fer allX doigts de croix gammée Et où Taelman fut notre ami Allemagne, il te faut repenser les morts Ceux d'Auswicz et ceux de Dachau. Ceux d'Oradour et ceux de Stalingrad Ceux des caves de la Gestapo - - -- Anniversaires Notre ami M. GRUN, vient de célébrer- le 35. anniversaire de son mariage. Nous lui exprimons à cette occasion, ainsi qu'à Mme Grun, nos sentiments affectueux et leur souhaitons en- Le problème allemand Tel est le titre de la Conférence organisée 1e 1"' décembre prochain, à 20 h. 30, salle des S.ociétés Savantes, 8 bis, rue Danton, par la Revue « La Pensée ». ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII'!..': § Vendredi ~ 24 décembre 1954 ~ ~ de 22 heures à l'aube~ l'Union des Engagés

Volontaires et Anciens Combattants Juifs ~ organise à l'occasion de son~ DIXIEME ANNIVERSAIRE - ~sous le haut patronage de~ M. le Ministre des Anciens Combat/ants _ un -- §G R AND B A L~ DE NUIT - _ dans les ~Salons du Palais d'Orsay~ ~ (Métro: Solférino) ~ Au Musée Pédagogique


~--------------------~

Ceux qui vivent et dont l'esprit est mort 'Allemagne, il te fau,t marcher M. Marcel Prenant, professeur à la Sorbonne, présidera cette soirée, où prendront la parole M. Pierre Grappin, professeur à l'Université de Nancy et M. Joanny Berlioz .. rédacteur en chef de « Démocrati-e Nouvelle », sénateur de la Seine. ~ Nombreuses attractions ~ ~ Deux grands orchestres § ~ Jazz - Tango ~ ~ et la formation tzigane ~ SEGALESCO ~ - Entrée: 800 francs Une exposition qui nous concerne tous C'EST une impression bouleversante que de retrouver, en parcourant une exposition, un document qui vous concerne presque personnellement, imprévu au milieu d'un panneau parmi d'autres. Je suis allé, le deuxième jour, au Musée Pédagogique (29, rue d'Ulm), où M. Henri Michel, historien spécialisé dans l'étude de la Résistance, a soigneusement présenté un ensemble d'objets, de photos, d'affiches, etc., illustrant les trois aspects d'un même combat : Résistance, Libération, Déportation. TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, rue de Châteauduu, Paris ge Tél. : TRU 00·87 FRANCE et UNION FRANçAIsr Un nn : 300 francs. PAYS ETRANGERS Un an : 430 franca \.BONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte ch. post. : 6070·98 Pari Pour les changements d adresse envoyer 20 francs et la dernière bande. Le girant : Cb. OVEZAREK, S.I.P.N., 14, rue de Paradis, -:- . PARIS (X') -:- Une attitude familière Comme j'ai porté, il y a dix ans, le misérable uniforme rayé, je me suis surtout attardé dans la salle consacrée aux camps de concentration, et je suis resté saisi, immobile, devant une photo qui, pour moi, évoque des souvenirs d'enfer : elle représente un déporté, jeune encore, recroquevillé dans une attitude de douceur familière; il est accoudé sur quatre briques, sa main froisse quelques brins de paille : il est entièrement carbonisé, sans que les flammes aient altéré sa silhouette; il paraît être tombé sur les genoux en un geste naturel. Il est l'un des 1.600, en provenance de différents kommandos évacués ~notamment le mien : Hanovre-Stoecken), qui furent exterminés au lanceflammes dans la fameuse grange de Gardelegen, près de Magdebourg, sous le commandement d'un caporal S.S. de la Hitlerjugend âgé de 16 ans ! Je me suis évadé de la colonne, presque nu, traînant mes 38 kgs dans la boue glacée, éChappant à la balle dans la nuque r éservée aux traînards; je me suis évadé, grelottant, en prOie au délire, sans exactement me rendre compte que j'avais réussi mon évasion, sans savoir même que, par la fuite, je me soustrayais à la mort par le feu une demi-heure plUS tard ... Nous étions deux Français seu· lement réchappés du massacre; l'autre est mort, il y a quelques années, en crachant ses poumons; je reste le seul; quelques dizaines de Russes, de Polonais, de Grecs et de Belges peut-être sont encore en vie après être passés au travers du triple barrage de balles cinglant la colonne, de la grange incendiée et aussi des sequelles des camps. L'inhumanité érigée en système Il est inutile, certes, de réveiller de t els souvenirs, d'organiser une telle exposition et de la visiter le coeur serré, si c'est pour ne pas conclure pour aujourd'hui et non pour hier. Aujourd'hui donc, on voudrait que mes camarades survivants et moi nous oubliions ce frère inconnu vidé de toute vie, comme des millions d'autres, à quelques heures de la Libération, pour nous retrouver aux côtés des S.S. grassement pensionnés, reprenant du service dans une véritable croisade, lancée pour « libérer }) les Polonais et les Ukrainiens ! Allez visiter cette exposition écrasante d'authenticité, méditez sur les leçons qui s'en dégagent et concluez; vous vous arrêterez devant les photos de Jacques Decour et de Benjamin Crémieux, du jeune commandant d'Estienne d'Orves et de Gabriel Péri, de Bertie Albrecht et de Jean Zay, de Jean Moulin et du prOfesseur Marc Bloch; vous réveillerez vos souvenirs de la journée du 16 juillet 1942 devant les photos des familles juives entassées au Vel' d'Hi v'; vous chercherez dans votre mémoire quelques vers purs et surprenants de Max Jacob en voyant sa fiche à Drancy portant en travers la mention « DCD }); le tuyau d'échappement des gaz au camp du Struthof, la baignoire de la rue de la Pompe, un « gummi }) courbé par les coups qu'il a portés sur des dos décharnés, le crématoire de Nordhausen, etc ... , tous ces signes de l'inhumanité érigée en système traverseront votre esprit, mais vous lirez aussi les inscriptions victorieuses, sur les murs de leurs baraques, des fusillés de Châteaubriant, vous verrez la pelle et la pioche rouillée qui creusa le tunnel des évadés de Compiègne, et aussi le panneau consacré à la lutte contre le racisme pendant l'occupation; il porte en titre: {( Le racisme menace et frappe quiconque n'est pas du peuple des Seigneurs }) et rappelle des chiffres

sur 120.000 juifs déportés,

3,000 seulement sont rentrés; à côté de l'étoile jaune, on a placé des tracts de l'U.J.R.E. et le n° 1 (janvier 1944) de « Lumières }), organe de la section des intellectuels du mouvement national contre le racisme. Certes, nos amis ne sont pas de ceux qui oublient, mais c'est un devoir aujourd'hui de garder la mémoire vigilante et d'aider notre entourage, nos amis, à ne jamais oublier. R. MARIA. Marcher au pas du Temps Sans habit vert, Allemagne -- - Et sans le poids de tes armes Sur ton sol et dans la Forêt Noire Allemagne, et sans nos larmes Car le temps, Allemagne Il est aux rêves qui détrônent le réel Il est aux maisons qui se font en chantanf Il est aux sources claires où se mire l'avenir Il est à l'aurore de la vie nouvelle -- Allemagne, Allemagne Il te faut reconstruire l'Amour Allemagne, ma soeur . Allemands, mes frères l[ faut pour parler entre nOlIs à coeur ouvert - Arracher cette pierre à croix gammée - Et respirer le parfum de la Terre -- (Extrait d'une plaquette récemment parue chez~ Pierre Seghers, .sous le titl1e : « A tous ceux qui portent le~

printemps ».)

~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111j';; IIP lE IIINI r lU] I~ lE 1 OE L{Juil A la Galerie Coard se tient actuellement une exposition des oeuvres ré,. centes du peintre BLOND. Le goût du public qui suit tel ou tel autre des peintres contemporains est parfois inexplicable. Il est un point, pourtant sur lequel tout le monde s'accorde facilement : c'est pour dire que ICI person'na lité est l'élément le plus précieux et que l'on ne la trouve pas toujours chez les peintres modernes. A travers son exposition, BLOND affirme la sienne avec force. BLOND ne triche pas. Sa peinture toujours sérieuse est le fruit d'un travail réfléchi et bien senti. Se. portraits sont riches en caractère, ses "natures mortes riches d'un rayonnement dépassant l'objet. Les sujets qu'il peint sont souvent modestes, humbles : une chaise, un poèle, un lit d'enfant en fer. Mais comme est vibrante l'atmosphère qui les baig'ne et concrète leur présence! . Sa palette aux tonalités veloutées, qui étaient il n'y a pas longtemps plutôt sourdes, bien que toujours profondes, s'éclaircit, devient plus large, éclatante même avec des ac,ords parfois osés. BLOND qui est venu de Pologne à Paris en 1924 a exercé différents métiers (même celui d"ouvrier agricole), mais la plus grande part de son temps il l'a employée à peindre. Il participe à plusieurs salons et ex po .. siti",ns de groupes de peintres. A partir de 1932 ont lieu ses expositions personnelles _ celles de 1946, 1948, 1950. En 1952, BLOND expose à Los· Angelès, en 1953 à la Adams Galery à Londres. Ses oeuvres sont acquises par l'Etat, par des Musées en France, en Angleterre, en Israël. D'autres se trouvent dans d'importantes collections privées. Son exposition actuelle nous montre le peintre dans ICI plénitude de 'cs moyens. L'Amateur. ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII:' i ACHETEZ EN CONFIANCE AUX MAISONS AMIES i 1 .. TOUT CE QUI CONCERNE LE CAMPING $ linge de maison, vêtements de travail, de cuir pour motards, imperméables, pantalons, blousons, anoraks, .chemises, bonneterie, etc ... PEINTURE - FAIENCE - MONTRES Coquillière - Stocks Puteaux - Camping 39, Rue Coquillière PARIS-l"' Tél. CEN. 04-09 Près de la Banque de France Métro : Palais-Royal Halles - Bourse Stocks - Camping 73, Rue Jean-Jaurès PUTEAUX Tél. : LON. 29-74 Ouvert le dimanche matin BONS DE SEMEUSE - GIP - OMNIUM acceptés - REMISE DE 10 % aux lecteurs de « Droit et Liberté » - Facilités de paiement sur demande Agence Littéraire et Artistique Parisienne LIB~AIRIE DU GLOBE 21, Rue des Carmes - P ARIS ... 5' (Métro : Maubert-Mutualité) Grand choix de livres en langue polonaise Adam MICKIEWICZ - Dziéla poetyckle, 2 magnifiques volumes, reliés, illustrés . . ....... . Stefan ZEROMNSKI .. Popioly, 3 volumes ..... . Juliusz TUWIM - Kwiaty pOlskie, très belle édition, reliée .......................... ..... . IIja ERENBURG - Burza, 2 volumes ....... .. '. H. SIENKIEWICZ - W pustynl i w puszczy ... . W. WASILEWSKA - Ziemia w Jarzmie ....... . M. ZULAWSKI - Rzeka Czel'wona ........... . --:--:-- 1.055 frs 490 - 445 - 115 - 215 - 175 - 190 - Littérature classique et contemporaine - Poésie - Art Marxisme .. Histoire - Philosophie - Sciences _ Nombreux ouvrages pour la jeunesse --:--:-- Liste d'ouvrageS disponibles sur demande M. Lou;s MARIN: Ancien Ministre Membre de l'Institut «Reconstituer la Wehrmacht esl une folie!)} Nous avons posé à M. Louis MARIN, ancien ministre, membre de l'Institut, les deux questions suivantes : 1) Que pensez-vous, comme antiraciste et comme Français de la reconstitution d'une armée all'emande de 500.000 hommés, dirigée par un état-major de' généraux promus sous le régime hitlérien ? 2) Pensez-vous que le réarmement allemand soit inévitabJ. e ? Il nous a aussitôt répondu : 1) C'est une folie, après les exemples de violences donnés par les Allemands dans les deux guerres, si proches de nous. 2) Il ne peut se faire que sur des conditions très strictes et pas sur un pIed d'égalité. Le professeur HADAMARD: Membre de l'Institut « Le souvenir d'Oradour et d'Auschwitz s'impose à nous» Aux mêmes questions, M. le professeur Jacques Hadamard, membr,e de l'Institut, nous répond

Comment pourrait-il y avoir deux opinions sur la première question que vous posez ? Ne suffit-il pas de lire son énoncé pour qu'à la pensée surgissent les noms d'Oradour, de Chateaubriant, d'Ascq, d'Asuchwltz .•• La question de savoir si le réarmement allemand est Inévitable est, au premier abord, un peu plus délicate. Mais n'avonsnous pas en perspective le désarmement total et la sécurité co"ectlve de TOUTE l'Europe ? DROIT ET LIBERTE C'est mAinTEnAnT qu'il faut TRAGEDIE DE LA DEPORTATION négOCierSil'onueutsauuerlaPAIH Un bouleversant téDloignage Tandis que le procès OBERG dI'essait un sommaire bilan des crimes et des ratissages nazis en France, paraissait un livre opportun pour nous rappeler les aboutissants de çes rafles vue à l'échelle du continent eu,ropéen. « Tragédie de la Déportation» (1) réalisé et présenté par Olga WORMSER et Henri MICHEL grâce aux écrits et aux dépositions de près de deux cents survivants des camps hitlérens, constitue un document inestimable par sa valeur historique et humaine. Les quelques extraits que nous en donnons ne sauraient être qu'un pâle reflet de ce mémorial qui d'un chapitre à l'autre dresse le chemin de croix de la déportation. Des convais aux crématoires, les appels, le travail, la faim, le froid, les coups, la maladie, en jalonnent les stations de martyr, d'horreur, mais aussi d'héroïsme à la mesure de cet univers de cauchemar. Hommes 40 ... déportés 125 Des trains descendaient du fond de la VOLYNIE, de l'UKRAINE, chargés d'agonies, de clame1rs et de peurs., A un arrêt plus haut, les gardiesn allemands avaient jeté des enfants morts sur le toit des wagons

 :t ne fallait rien laisser

en chemin, chaque train c'était une dent de rateau Pierre GASCAR (Le ,temps des morts). ." La veille de la déportation les enfants passèrent par la fouille comme tout le monde. Les garçons et les fillettes de deux ou trois ans entraient avec leur petit paquet dans la baraque où les inspecteurs de la P. Q.J. (Police aux questions ju:ves) fouillaient soigneusement les bagageS'. dant incidemment avec une v:eille prisonnière employée dans un secrétariat, j'ai appris qu'Heinrich HIMMLER n'était pas seulement comme chef de la Police et des S.S. le supérieur administrat:! de notre personnel, mais qu'il était en même temps propriétairre du terrain (qu'il louait à l'Etat) et principal actionnaire d'une société anonyme d'exploitation du camp. Germaine TILLION (ClIhiers de Ravensbruck). Spécimens de la « Race de~ Seigneurs » Le S.S. BROAD était le plus instruit de tous les S.S. travaillant au bureau politique d'Auschwitz. Il parlait l'anglais, le français, le russe. Les oeuvres de Molière et de Racine ne qu:ttaient jamais sa tablc. Il aimait , la musique et la peimure ... il était enthousiasmé d'avoir pu organiser le plus bel orchestre tzigane du monde ... Deux jours après tous les tz:ganes sauf cent à cinquante qui avaient servi dans la WEHRMACHT et qui furent transférés à Ravensbruck, étaient conduits par le S.S. BROAD aux chambres à gaz. ... Après cet exploit il revint à Auschwitz et continua de lire Molière et Rac:ne. La Résistance Tout de suite après les bombardements du 24 août 1944, on commença à se procurer des armes. Le désarroi général qui régna ce jour-là fut mis à profit pour prendre le plus grand nombre d'armes possibles: fusils, révolvers, ,mousquetons et grenades à main dans le dépôt divisionnairé de la S.S. Mais déjà cette partie des préparatifs eût été irréalisable si l'organisation interne n'avait pas fonctionné sans défaut. Colonel MANHES (Buchenwald, l'organisationr ,et l'adion clandestine des déportés français). 1: * 1: Ce livre vient à son heure, l'heure où se précise la menace d'un renouveau du militarisme allemand, pour rafraîchir les mémoires, rétablir les vérités oubliées ou déniées, fortifier la volonté de tous ceux qua n'accepteront PLUS JAMAIS CELA ». (1) Aux éditions Hachette. par Jean AUBU RTIN Membre et ancien vice-président du Conseil Municipal de Paris N 'EN déplaise aux {( nostalgiques » de la défunte C.E. D., les accords de Londres et de Paris constituent un progrès par rapport à ce monstre d'exécrable mémoire : la France conserve sa souveraineté; son armée n'est pas coupée en deux tronçons; elle n'accroit pas les risques de sécession de ses territoires d'outre-mer. Avantages négatifs, sans doute. Supériorité certaine, pourtant. Il reste que la reconstitution d'une armée allemande de 500.000 hommes, de quelques restrictions et réserves dont on l'assortisse, constitue en soi, un danger : doter un grand peuple discipliné, imprégné de mystique guerrière, coupé en deux tronçons et, par conséquent, avide de recouvrer son unité, contestant, au surplus, - à tort ou à raison, ce n'est pas là la question - la validité de ses frontières de l'est, c'est créer un terrible risque de guerre. Comment éviter ce réarmement? En s'efforçant d'amorcer le désarmement général, progressif et contrôlé. Pour y aboutir, il faut, de toute urgence, entrer en conversations avec l'U.R.S. S. Et cette rencontre doit avoir lieu AVANT l'éventuelle ratification des accords de Londres. A tort ou à raison, les Soviets les considèrent, en effet, comme dirigés contre eux. En les ratifiant, toute perspective d'entente disparait. Est-ce à quoi l'on veut aboutir? Renversement des alliances '? Là encore, pseudo-dilemme. Le pacte atlantique est un bastion dont la France est partie intégrante; subsiste toujours, sauf erreur, le pacte franco-soviétique, signé, par de GAULLE à Moscou, en 1944 ; quand à l'amitié franco-anglaise, la . récente célébration du cinquantenaire de l'Entente Cordiale en a confirmé l'actualité. La suprême chance de paix d'un monde en prOie à l'angoisse atomique, c'est, non le réarmement de l'Allemagne, déclencheur automatique du réarmement général dont la guerre est l'inéluctable aboutissement, mais la recherche d'une limitation des armements qu'assurerait un contrôle réciproque desdits armements et notamment de la force atomique. Entreprise surhumaine ? Echec assuré ? S'agissant de la paix ou de la guerre, c'est-à-dire de la vie ou de la mort - car personne, j'imagine, ne prétendrait circonscrire le fléau - il n'est pas de tâche qui requière plus d'urgente tenacité. Aux gouvernants dignes de ce nom de s'y atteler de toutes leurs forces, de toute leur foi. Il n'y a d'autre alternative à la guerre préventive que la coexistence pacifique : négligera-t-on les moyens de la Ainsi, il a été déporté de maintenir en l'améliorant ? Drancy, en deux semaines, quatre mille enfants sans parents. r--------------------------------------------------------- Cela se passait dans la. seconde moitié d'août 1942. Dr Georges WELLERS (De Drancy à Auschwitz). A L' H OTEL MODERNE , Le travail « sélection naturelle» et source de, profits La Conférence convoquee par le M.R.A.P. ... A cette date d'août 1944, 58.000 femmes ont été enregistrées au camp sur lesquelles peut être 18.000 sont déjà mortes ou mourantes. Nos calculs doivent donc porter sur 40.000 femmes valides qui rapportent une moyenne de deux marks et demi par jour ... au bas mot un bénéfice quotidien brut de 100.000 marks, un bénéfice brut annuel de plus de 35 millions de marks, 700 millions de francs. Au début de 1944, en bavarappelle a'" l'union contre I L Y avait foule, le jeUdi 28 octobre, à l'Hôtel Moderne, pour la conférence organisée par le M.R.A.P. : {( Les antiracistes devant les accords de Londres et de Paris, et la menace du réarmement allemand ». M. Léon LYON-CAEN, qui présidait cette soirée souligna, en ouvrant la séance, la gravité de la situation qui résulte de la signature des accords de Londres et de Paris. cis, le rapporteur sut d'emblée passionner l'auditoire. Il montra d'abord que la France peut empêcher le réarmement allemand, à condition de s'appuyer sur les traités existants

pacte franco-soviétique

(10 décembre 1944); traité franco- anglais de Dunkerque (4 mars 1947); pacte de Bruxelles (17 mars 1948); accords anglo-francoaméricain sur le statut d'occupation (8 avril 1949). le , rearmement allemand le gouvernement français dispose du droit de veto dans l'organisation atlantique pour empêcher la participation de l'Allemagne. Il est donc faux de prétendre que la Signature des accords de Londres et de Paris était inévitable et que leur ratification est: nécessaire. quence chaleureuse, le préSident LYON-CAEN ouvrit la discussion. De nombreux participants intervinrent, demandant ou apportant des préCisions SUT' des points de détail. LA FRANCE PE.UT CHOISIR! {( Nous savons tous par expérience, déclara-t-il notamment, que nous n'avons pas d'illusions Les accords de Londres et de Paris sont en contradiction avec ces différents traités. De plus, à nous faire sur les garanties r----------------. dont on prétend entourer le réarmement allemand. Nous savons qu'en définitive elles ne seront pas efficaces. » ~IIIIIIIIHillllllllllllllllllillllllll!nlllllllllll~ Ce qui risque d'être inévitable, souligne ensuite M' C.-F. LEVY, c'est, en cas de ratification ae ces accords, la course aux armements, la domination allemande sur la « petite Europe » et finalement la guerre. Serrant de près les textes, il montre que les prétendues « garanties » anglaises et les « contrôles » de l'O.T.A.N. ne sauraient vraiment gêner le développement de la nouvelle Wehr- Charles P ALANT, secrétaire général du M.R.A.P., tira brièvement les conclusions de ces débats. Il souligna notamment que la politique du réarmement allemand entraînait déjà une recrudescence des activités racistes en France: témoin, la réunion de la salle Wagram qui s'était tenue quelques jours plus tôt, aux cris de « mort aux juifs»; les attentats commis au Théâtre Fontaine, où se joue une pièce condamnant l'antisémitisme; la mise en circulation uis Il donna la 1Larole à,~M:;,',L'_"'_-_ _ _• •_ _L _ __ de trac s a tisémites dans le 10' :-~. _ _ _"__.. .J.,,+.. & 3 VOl Cite que sisnifienl LES A.CCORDS de Londres et de raris Dégagés du stupéfiant verbiage qui a salué leur signature

« pas formidable de l'Angleterre », « règlement

du contentieux franco-allemand », « étape sur le chemin de l'édification de l'Europe », les accords de Londres et de Paris peuvent être ramenés à quelques données très simples qui font clairement appa- , raître leurs redoutables conséquences : 1 La République Fédérale d'Allemagne est dotée • d'une armée de 500.000 hommes composée de 4 divisions blindées (de 1.200 chars chacune), 2 mécamsees (presque autant de chars et davantage d'artillerie mobile), 6 motorisées (avec de 60 à 80 chars chacune), une aviation de 1.500 appareils tactiques et 180 bateaux de guerre de moins de 2.000 tonnes. 2 Cet effectif peut être augmenté, à la demande du • commandement Nord.Atlantique, avec l'accord unanime des 9 ministres représentés dans l'organisation de Bruxelles. (Il faut rappeler à cet égard que cette même unanimité était exigée pour réarmer l'Allemagne et l'admettre au Pacte Atlantique et on ne voit pas comment le gouvernement français qui se déclare dans l'impossibilité de s'opposer aujourd'hui à ces dernières mesures serait plus libre de dire cc non» lorsqu'il sera en présence d'une armée allemande de 500.000 hommes.) 3 L'Allemagne a le droit de fabriquer des arme- • ments à l'exception des armes atomiques, chimiques, biologiques, des engins téléguidés, des navires de gu~rre de plus de 3.000 tonnes, des sous·marins de plus de 350 tonnes et des avions de bombardement. En ce qui concerne les armes dont la fabrication lui est ,interdite, rien ne l'empêche d'en recevoir de l'étranger et d'en équiper ses troupes. Il lui est notamment permis de constituer des stocks d'engins téléguidés, de navires de guerre de plus de 1.500 ton· nes et de sous· marins dans la limite nécessaire à l'équipement de ses forces et à l'exportation. Ce plafond pourra être relevé avec l'autorisation des ministres représentés à l'Organisation du traité de Bruxelles, prise à la majorité des deux tiers. ~ 4 Le contrôle des armements est exercé par une • cc Agence » qui procédera à cc l'examen des documents statistiques et budgétaires qui lui seront fournis » par les pays membres et les autorités de l'Organisation du Traité Nord-Atlantique et effectuera des cc sondages» dans les usines et dépôts. L'Agence n'a toutefois aucun pouvoir sur les forces intégrées dans l'Organisation Nord.Atlantique (qui composent la majeure partie des forces européennes), lesquelles ne sont subordonnées qu'à la surveillance de l'état-major Atlantique. Or, l'objectif de l'état·major atlantique est de développer au maximum les forces européennes. 5 La France devient l'alliée de l'Allemagne militai- • re ainsi réarmée et « contrôlée » dans une double coalition constituée d'une part par le Traité NordAtlantique (auquel adhéreront 15 puissances), d'autre part, par le Traité de Bruxelles (auquel adhéreront '9 puissances). Par l'article 4 de ce traité, elle est engagée à porter aide et assistance à sa nouvelle alliée par tous les moyens militaires ou autres, dans le cas où celle·ci serait l'objet d'une agression armée. Dans une cc lettre sur l'état de crise » adressée à ses collègues français, anglais et américain, le chancelier Adenauer a précisé que cc indépendamment de l'état de crise, tout chef rrli]it"ire ne.llt si ses forces sont sous le coup d'une , • par /Ille Gaston MAURICE Membre de la Commission Exécutive de l'Union Progressiste J'APPROUVE ',"otre campagne comtre la ratification des accords de Londres et de Paris. Si de pareils 1extes n'étaient pas écartés, lé!' chance d'une négociation avec l'Est serait ter' riblement compromise et, en tous cas, le rôle de la France dans cette négociation deviendrait secondaire. Pour défendre cette ,politique, il a été avancé que la France n'avait pas le choix, qu'elle ne pouvait s'opposer seule au réarmement de l'Allemagne, qu'avec ou sans son accord, une nouvelle Wehrmacht verrait le JOUir et qu'il fallait s'incliner devant l'inévitable. Or, cette argumentation, je ne l'admets pas plus que vous. A l'heure a'ctuelle, la France garde les moyens juridique de dire

« non ~. C'est seulement si

elle dit: « oui ~ qu'elle ne pourra plus ensuite rien interdire. Et d'abord, la France peut empêcher l'entrée de l'Allemagne dans le Pacte Atlantique. Les membres de l'O.T.A.N. ont un droit de veto, l'article 10 le leur reconnaît formellement. D'une manière plus générale, nous avons le droit d'arrêter tout réarmement allemand. Les accords de 1947 et 1948 entre les Occidentaux avaient fait du désarmement et non du réarmement un principe fondamental. Selon le communiqué tripartite de Londres du 28 août 1947, la France, les Etats-U.nis et la Grande-Bretagne l'ont flormellement affirmé. Bien plus, les représentants des trois Occidentaux et ceux du BenelUIX se sont réunis à Londres le 7 juin 1948; l1s ont confirmé que « l'Allemagne ne devrait plus avoir la possibilité de redevenir une puissance d'agression ~. Ils 'Ont précisé, en outre, ceci:

... Un accord interviendra

entre les gouvernements ·intéressés touchant les mesures nécessaires de désarmement, de démilitarisation et de CJontrôl·e de l'i ndustrie, ainsi que l'occupation des régions-clés. » Ces textes pris avec le consentement d'un certain nombre de nations ne peuvent être modifiés sans l'accord de toutes ces nation.s. La France garde donc le drait de se refuser aUlx conventions de Londres et de Paris qui en sont la négation. Mais ce droit de la France est aussi un devoir. Lorsqu'en présence du Général de Gaulle, M. Bidault a signé le 10 décembre 1944, le pacte franco-soviétique, chaque puissance s'est engagée « à prendre, à la: fin du conflit, toutes mesures nécessaires pour éliminer toute nouvelle menace prov'enant de l'Allemagne; à faire obstacle à tO Uite initiative de nature à rendre possible une nouvelle tentative d'agression de sa part, à ne pas conclure d'alliance et à ne participer à 1 aucune coalition dirigée contre l'une des parties ». vons qu'en définitive elles ne seront pas efficaces. » Puis ~l donna la parole à M' Claude-Frédéric LEVY, membre du Bureau National, pour une analyse des nouveaux accords. Par un exposé à la fois profond et familier, brillant et pré- L'INTERVIEW DE Me A RÊ (SU/te de la page 1) M. Pierre Mendès-France bénéficiait autour de nous d'un préjugé favorable mai.s je dois dire que, dans la lutte contre les accords de Londres et de Paris, noulS n'avons connu aucune défection. Les données du problème sont quelque peu modifiées mais l'essentiel demeure et notre objectif, qui est d'empêcher le réarmement allemand, n'a' pas changé. Notre action est renforcée du fait que les juifs anglai.s, dont on connaît la modération et qui ont le souci de ne pas se lancer dans des disputes politiques vaines, viennent d'exprimer leur appréhension et leurs craintes devant le retour au pouvoir d'éléments nazis appuyés sur une nouvelle Wehrmacht. - Pourriez-vous également préciser votre pos;Uon personnelle ? - En tant que sioniste - je suis secrétaire général de la Fédération Sioniste de France - je pense que le réarmement de l'Allemagne constitue un danger réel pour Israël. Les armées égyptiennes et syriennes urtilisent des « techniciens » allemands. Le jour où une armée allemande existera, ces éléments seront considérablement renforcés. Je suis absolument OPPJ~~ à l'idée émise par un journal 5 :0- niste, à savoir que la France devient l'alliée de l'Allemagne pour le meilleur et pour le pire. Je reste un partisan déterminé de l'alliance franco-soviétique qui est toujours en vigueur et qui a été signée par M. Bidault, en présence du général de Gau,lle, conformément comme l'on dit lors de son examen les représentants de tous les partis français, aux impératifs géographiques et hi.storiques de la France. Je considère qu'elle est un facteur essentiel de la paix. Toute autre politique n'aboutirait qu'à lancer le monde dans un nouveau et redoutable conflit ~ et asswrer la revanche de Laval et d'Hitler. - Quelles sont, selon vous, les perspect;ves de la lutte con' tre les accords de Londres et de Paris? - Nous pensons, à notre Comité, que la partie n'est nullement jouée. Beaucoup d'évènements peuvent se produire avant que l'Allemagne soit réarmée et, pour notre part, nous entendons poursuivre notre tâche en éclairant l'opinion publiqwe juive sur le danger de réarmer un pays qui, à plusieurs reprises, s'est incarné dans un militarisme agressif. Nous pensons aussi que pour la première fois en Allemagne, depuis très longtemps, il existe des forces très sérieuses qui luttent contre le réarmement de leur pays, considérant qu'il powrra'Ït entraîner le retour au pouvoir des élémepts nazis et détruire l'équilibre précaire du monde. Ouand - __ ARaS -1 dil;~~NON" 1 L L - Quels sont les projets du Comité Juif d'Action contre le réarmement allemand? - D'abord, poursuivre notre campagne de réunions qui sont, en général, suivies par un public attentif, désireux d'être informé et résolu à combattre, comme nous, le réarmement de l'Allemagne. NoUis envisageons l'organisation à Paris, dans le courant de décembre, d'une Conférence Internationale des Ju ifs d'Europe où ceux-ci donneront librement leur opinion sur les projets de réarmement allemand. Nous sommes certains qu'ils voudront coopérer avec nous. Et nous avons le fe rme espoir qu'avec l'ensemble des forces patriotiques françaises, nous mènerons une lutte efficace contre le réarmement des bouorreaux nazis, qui est un danger non seulement pour les juifs ma'is pour l'Europe, pour la paix et pour tous les êtres humains. trôles » de l'O.T.A.N. ne sauraient vraiment gêner le développement de la nouvelle W ehrmacht, qui deviendrait bien vite une grave menace pour la sécurité de la France et la paix dU monde. ({ S'il faut dire ({ non ", conclut- il sous les applaudissements, c'est aujourd'hui. Demain, il serait trop tard. II Après avoir rendu hommage au rapporteur pour la richesse de son exposé et pour son élore on atne, ou se une pièce condamnant l'antisémitisme; la mise en circulation de tracts antisémites dans le 10' arrondissement, etc ... Une résolution fut adoptée dans l'enthousiasme, appelant les antiracistes à multiplier les réunions, les pétitions, les délégations auprès des élus pour imposer dans l'union, avec l'ensemble des forces patriotiques le rejet des accords de Londres et de Paris. Les antI• racI• stes devant les accords de Londres et de Paris et la menace de réarmement alle·mand Cette brochure ronéotypée de 16 pages, éditée par le M.R.A.P., comporte une analyse détaillée des textes soumis à la ratification du Parlement. Procurez-vous ce document indispensable ! Envoi sur demande D'une section à l'aulre A Marseille : Une, leUre remise à M. Mendès-France Dans une lettre adressée dernièrement à diverses personnalités, notamment au députés et sénateurs des Bouches-du-Rhône, la section du M.R.A.P. de Marseille a fait connaître l'opposition des antiracistes au réarmement allemand sous quelque forme que ce soit. Pendant le Congrès du Parti Radical, qui s'est tenu à Marseille, une délégation du M.R.A.P. est allée remettre à M. MendèsFrance une lettre dans le même sens. Campagne de signatures à Lyon La section lyonnaise du M.R. A.P. a mis en circulation une pétition demandant aux députés du Rhône de se prononcer contre les accords de Lllndres et de Paris. Après avoir souligné que 120.000 juifs de France ont été exterminés da'ns les camps de la mort et rappelé les épreuves endurées par le peuple français du fait de l'armée allemande, cette pétition déclare notamment: « La France a trop souffert durant quatre années d'occupation pour accepter une renaissance du militarisme allemand, responsable de tant de cr:mes contre l'humanité ». De nombreuses signatures ont été recueillies. ..• à Epinal Une pétition contre le réarmement allemand, éditée par le M.R.A.P. circule également à Epinal. En une journée elle a été signée par les représentants de 38 familles comptant au total 144 déportés dont un seul rescapé. Ces résultats ont été portés à la connaissance des parlementaires des Vosges. NOS FINANCES Le tirage de la tombola n'a pu avoir lieu au cours du gala comme prévu. Ainsi que l'a 50uHgné nthe secrétaire général, la diffusion des billets ,n'avait pas été suffisante et nous ri ~ .. quions de retrouver les numéros gagnants dans les cal1nets qui nous restaient. La campagne continl./e donc. Il faut l'amplifier. Il est nécessaire pour la « santé » des finances du M.R.A.P. que les sections de Paris et de province prennent dès ma~ntenant les mesures nécessaires, pour organiser systématiquement la diffusion : En jonvier, le tirage aura lieu au cours d'une manifestation artistique. Il ne doit plus nous rester de billets. Au travail ! Dons Chapeaux Jan : 15.000; Stolar : 1.000; Delka : 5.000; Dr Nahon : 2.000; Collecté à Marseille : 29.500; Collecté à Lyon : 24.500; M. Szwarg ier : 3.000; M. Jacobson : 5.000; Anonyme : 20.000; Amicale Prévoyante

8.200; Collecté à Lens par

Mme Berger : 2.800; Daniel Krauzé

10.000.

Total : 126.000 francs. Bons de soutien Société Lodz : 1.000, Bendetson : 4.000; Lyon : 19.000; Mme Wolmark

700 ; Dr Arager : 1.000; Hilda

Korzec : 1.000; Dutkiewicz : ' 1.000 ; M. Cohen (18') : 2.500 ; 20- : 6.000; Roger Maria : 2.000; Toulouse

8.200; Nancy : 5.000; 3- :

3.000; Creitz (18') : 1.500; Dr Leibovici

3.000; Rouen : 7.500; StQuentin
15.000; Marseille : 10.600.

Total : 92.000 francs. sur e a e crI e » e ee , anglais et américain, le chancelier Adenauer a précisé que « indépendamment de l'état de crise, tout chef militaire peut, si ses forces sont sous le coup d'une menace imminente, prendre pour leur protection toutes les mesures immédiates appropriées (y compris le recours à la force armée) ». Par le mécanisme du traité « interprété » par cette lettre, la France pourrait donc se trouver entraînée dans une guerre sur l'initiative prise par un général allemand. 6 Les signataires des accords de Londres considè- • rent le gouvernement de la République Fédérale allemande - c'est-à-dire celui du chancelier Adenauer - comme étant le seul gouvernement allemand librement et légitimement constitué et habilité de ce fait à parler au nom de l'Allemagne en tant que représentant le peuple allemand dans les affaires internationales

ils reconnaissent que la « délimitation

définitive des frontières de l'Allemagne devra attendre la conclusion du traité de paix ", d'où il résulte que non seulement la Dr Adenauer est tenu pour le seul maître des deux Allemagnes mais qu'on lui reconnait de plus le droit d'en faire modifier les frontières. L'Allemagne Fédérale s'engage. il est vrai, à ne pas recourir à la force pour modifier ces frontières et perdrait si elle contrevenait à cet engagement le droit à l'assistance de ses alliés; mais on peut être assuré que dans les conjonctures politiques actuelles si un incident de frontière survenait entre des forces de la République de Bonn et des forces de la République Démocratique Allemande, il serait immédiatement interprété non comme un recours à la force de la première mais comme une agression de la seconde et obligerait les signataires du Traité de Bruxelles à venir au secours de leur nouvelle alliée. C'est donc non seulement le réarmement - pratiquement illimité et incontrôlé - de l'Allemagne qui découle des Accords de Londres et de Paris, c'est aussi le danger très prochain d'une troisième guerre mondiale dans laquelle la France serait automatiquement entraînée. I II n'est pas permis de penser que, même par résignation, le Parlement souscrira à de tels engagements. On ne dispose pas, var lassitude, de l'avenir d'un peuple et du sort d'une /{énération. M. Félix ROCHER: Avoué près la Cour d'Appel de Paris «LE PÉRIL DEMEURE» ••• D'une lettre par laquelle M. Félix Rocher, avoué près la Cour d'Appel de Paris, a bien voulu nous faire connaître son point de vue sur les accords de Londres et de Paris, nous tirons ces quelques observations : J'AI parlé, écrit contre la C. E.D. Le péril de celle-ci est écarté ... Mais demeure évidemment « l'autre danger », le plus sérieux

le réarmement allemand

... D'où nécessité, non pas de renouer avec la Russie, toujours notre aHiée, mais de reprendre avec elle des conversations plus étroites et pl us confiantes. Beaucoup de gestes nouveauoc 'Ûnt été faits par elle : pourquoi ne seraient-ils pas dans le sens de la paix ? Au consrès dc~ Sotiétés Juives Les 20 et 21 novembre, à l'Hôte' Moderne, s'est déroule le 78 Congrès des Sociétés Mutualistes Juives de France. Les soixantes sociétés qui étaient représentées, groupent plus de 6.000 familles, appartenant aux milieux sociaux les plus divers. Après des débats approfondis sur le développement du travail mutualiste et culturel des sociétés, le Congrès a réaffirmé son soutien à notre Mouvement et souligné la volonté des sociétés représentées de s'associer à toutes 'es Initiatives visant à combattre l'antisémitisme et le réarmement des bourreaux nazis. Aux U. S. A. pour maintenir la ségrégation scolaire LES RACISTES MENACENT DE Il FAIRE PARLER LA POUDRE" NOTRE journal a déjà plus d'une fois entretenu ses lecteurs des problèmes que pose la ségrégation raciale dans les écoles des Etats-Unis. Toute la presse a. mentionné la grande victoire que représente dans ce domaine la décision de la Cour Suprême des U. S.A. (17 mai 1954) qui a estimé que l'institution d'écoles séparées pour noirs et blancs était contraire aux principes de la Constitution. Mais la question n'est pas pour autant tranchée de façon définitive. Le couronnement d'une longue lutte Il faut remarquer d'abord que cette décision est le couronnement d'une longue lutte menée par les adversaires du racisme, et en p a rticul-ier par 1'« Asso- Des effets et des causes Parce que certains journaux ont tenacement semé le vent de la diversion en montant en épingle la prétendue « criminalité nord-africaine » nous devons aujourd'h, ul récolter la pluie des faits divers dont les tristes héros utilisent ces raisons commodes pour masquer leurs propres méfaits. C'est d'abord un certain Pelagaud qui, après avoir tué sa femme et incendié son appartement, déclare devant la Cour d'Assise des AlpesMaritimes

« J'ai tué ma

femme avec un petit 'révolver qui se trouvait sur la table de nuit, car nous redQutlons des agressions de Nord-Africains » ••• On cherche un coupable ! ... Ensuite, nous lisons qu'à Tourcoing un jeune homme a été agressé par un NordAfricain qui lui a dérobé portefeuille et vélo. Plainte a été déposée, mals hélas, trois fois hélas, pour les porte-plumes déchaînés. Aucune suite n'a été donnée à cette plainte. Le jeune homme avait vendu le vélo, dépensé l'argent et. Inventé l'histoire pour éviter les foudation Nationale pour l'avancement du peuple de couleur :., contre le principe de la ségrégation à l'école, et aussi contre le fa it que les écoles réservées aux noirs sont plus petites, moins nombreuses (en proportion du nombre des enfants d'âge scolaire) et moins bien équipées que les écoles pour les blancs. En 1897, la Cour Suprême avait admis le droit pour les 17 Etats du Sud et le district de Columtion se fait toute seule ;) (National Guardian, l e, novembre 1954). Les enfants noirs et les enfants blancs s 'ent endent le mieux du monde; chacuilll fréquente l'école la plus proche de son domicile, sans distinction de couleur; les professeurs 'noirs et bla-ncs travaillent côte à côte ; les parents, d'abord effrayés, se rassurent. Mais on n'arrache pas si vite un préjugé enraciné, surtout PAR ~acqu . line MARCHAND Professeur, Agrégée de l'Université bia (où se trouve la ville de Washington) de maintenir des é coles « séparées mais équivalentes }). A Washington, en 1947, 1 % des enfants blancs et 15 % des enfants noirs n'avaient que des classes à mi-temps. Ceux~ci n'accèdent que très exceptionnellement aux études s econdai res, moins souvent encore aux études supérieures (1). Aussi, depuis longtemps, l'Association Nationale pour l'm'ancement du peuple de couleur avait engagé la lutte; .j) lui était facile de démontrer que l'équivalence était une dl1perie et que seule la suppression de toute ségrégation était capable de résoudre le problème. Même dans le Nord, où il n'y a pas de ségrégation officielle, les écoles des quartiers noirs sont les plus délabrées, les plus peuplées, les moins bien pourvues en ce qui concerne les professeurs : il est facile ensuite de se fonder sur le retard des études pour affirmer que les petits noirs sont moins intelligents que leurs camarades blancs (2). Les antirac-Ïstes des EtatsUnis lnt obt-enu d'abord, depuis plusieurs années, l'admission à titre individuel d'environ 2.000 étudiants noirs dans les facultés du Sud, quand les quand il se trouve des pêcheurs en eau trouble pour crier au scandale. Hien avant le décret du 17 ma-i, les gouverneurs de certa ins Etats du Sud (Caroline du Sud, Géorgie, Mis sissipi) avaient déclaré que si la Cour Suprême écartait la ségrégation, « leur Etat rejetterait les écoles pUibliques plutôt que d'en ouvrir les portes aux deux races en vue d'une fréquentation commune » (4). Tout de suiie après la décis ion de ' la Cour Suprême, en mai dernier, un certain Bryant Bowles a fondé en Floride, puis installé à Washington une 4: Association Nationale pour l'avancement du peuple blanc », dont le titre veut reprendre ironique. ment celui de la oourageuse « Association pour l'avancement du peuple de couleu:r :.. Ce Bowles, don1 les réunions publiques groupent chaque fois plusieurs milliers d'auditeUlrs, est à l'origine des mani,festations hostiles aux noirs et des grèves scolaires qui ont eu lieu cet aui,omne, notamment à Baltimore, à Washington et à Milford (Delawar-e). 1\ prêche ouvertemeqt le retour au sy-stème « Jim Crow » (5) et un de ses fanatiques lui prête l'i-ntention de ne pas envoyer sa fille à Le sourire de l'amitié Etats où se trouvent ces facultés n'avaient pas d'établissements spéciaux pour les noirs rH ITnA {'nnfor on t" H«O 1 .... ~ ; ". l'école avec les noirs « tant qu'il pourra faire parler la poudr e» ! _...D. ... :e.s.._ p. ..a...r...t..i sa ns _p_lu1.s_ _so urnois du -l: la loi, soit en favorisant l'ensei' gnement privé, auquel elle ne s'appl'ique pas, aux dépens de l'éoole publique - c'est le cas du Mississipi, de la Géorgie, de la Louisiane - soit en rétablissa: nt purement et simplement les écoles séparées comme cela s'est produit dans plusieurs localités de l'Etat de Y.i-rginie. L'antisémitisme s'en mêle On aurait tort de ne voir dans ces mesures qUl'un attachement sectaire et archaïque au « mode de vie du Sud ». Les choses sont beaucoup plus graves. Les fanatiques dressés pa-r l'Association Natilnale pour l'avancement du peuple blanc sont sûrs d'eux, sûrs d'avo-ir de l'argent pour entretenir des écoles privées, sûrs d'être appuyés par des hommes de loi. On Ie.s a persuadés que la disparition des écoles «Jim Crow» est oUm coup des rouges, et l'on entend des formules aussi effaorantes que celle~i : « L'i ntégration nous a été imposée par la Cour Suprême, menée par les communistes ». Ainsi s'expri-. ment les femmes de Milford qui refusent d',envoyer leurs enfants en classe avec les petits noirs. Un certa'in Révérend Lynch a déclaré, dans un meeting de l'Association pour l'avancement du peuple blanc, à Haniston (Delaware) : 4: Nous sommes 'Ulfll peuple blanc pur ; mais les juifs appuient les noirs à cent pOUir cent ». Bryant Bowles accuse l'attorney général de l'Etat de Delaware, qui s'oppose à ses entreprises illégales, de s'appeler non pas Young mais Younkovi-! ch et d'être « présumé juif ». Le même fait applaudir par la foule qui l'écoute la nouvelle de la mort du juge Jacksln, qui présida le tribUinal de Nuremberg (6). Tous ces rapprochements ne sont pas le fa'it du hasard; et il faut oonclure avec le représentant de la Federated Press qu'on a vu pa-raître dans la réunion de Harriston « le hideux visage du fascisme . L'intérêt de la paix Le M.R.A.P. s 'honol'e de soutenir dans leur lutte courageuse les antiracistes des Etats-Unis. La ,nature même de cette lutte est exemplaire : c'-est parce qu'il y a aulX Etats-Unis une ma:nière de «race de seigneurs» que tant de sottises sont dites, que tant de gestes graves sont faits qui (mt une portée politique internationale. Le militant blanc {lU nloir qui se bat pour f.!J i t',:lo ~dn1.QH~ t'...Q u o .f,,,,u Il Mèntez et VOUS serez libre! " Morton Sobell Morton Sobell, ce courogeux Américain, condamné à trente ans de bagne, en même temps que les Rosenberg étoient condamnés à mort, a reçu dans sa cellule du bagne d'Alcatraz, la visite des policiers du F.B.I. Lui proposant de se déclarer coupoble et d 'accuser du même coup les Rosenberg, pour recouvrer 10 liberté, ils • consei lièrent » Sobell en ces termes

" Vous ne pouvez plus faire de

mal aux Rosenberg. Vous perdez ici votre leunesse et même la possibilité de revoir vos enfants. Pourquoi ne pas songer à votre avenir... •. Sous-entendu

• Mentez et vous serez libre ... »

A cela, Morton Sobell répondit comme il convient. Il écrivait dernièrement à sa femme : • Je n'accepterai jamais un marché aussi infamant

.,

La presse antiraciste persécutée en Afrique du Sud ON connalt l'or et les diamants de l'Afrique du Sud. Mais, ce ~ays s'est rendu plus tristement célèbre à cause de sa farouche discrimination raciale qui préside à ses destinées ... Le Dr Malan, qui a décidé de quitter le pouvoir, étant donné son âge avancé, a puissamment contribué a discréditer son pays. Ce « nationaliste» fit de la discrimination une institution d'Etat qui donnait pratiquement aux blancs - dits Européens - tous pouvoirs contre les autres minorités à condition bien ent endu qu'ils soient de l'avis. du chef du gouve rnemen t. Le racisme est d'ailleurs « hiérarchisé ». Les blancs, possèdent le haut du pavé ; viennent ensuite beaucoup plus bas les hindous, les métis .et enfin les noirs, vivant misérablement. Le peuple sud-afri cain n'est ce pendant ~as à l 'image de son gouvernement. De courageux antiracistes ont pris la tâche à bras-le- corps, et au mépris d'une sévère r épression luttent avec énergie. P endant plusieurs années, malgré d'énormes difficultés, « The Guardlan », seul journal antiraciste réussit à paraître et à combattre. Malan et sa clique ne l' entendirent pas de cette oreille, ils interdirent une première fois « The Guardian ». Mais la lu tte continuait. « Advance », nouvel organe de fraternité r eprit la bell e cause de son prédécesseur. Seul, contre ven ts et marées, Il devait « tenir » de longs mois. Il vient d'être frappé à son tour. Le gouvernement raciste espère ainsi faire taire le peu,p1e sudafricain. Il pense pouvoir étouffer la voix des démocrates de son pays, qui, réagissant vigoureusement, viennent ces joursci de donner naissance à un nouveau j ournal de combat « New Age ». Mais , Malan (ou son successeur) n'attend que le moment de frapper un nouveau coup. Il lui est insupportable que soient dénoncées les iniquités dont il se rend coupable, la séparation des blancs et des. noirs dans les t ransports, les travaux les plus pénibles (et encore quand il y en a) aux « races inférieures », les arr,estations arbi traires, les brutalités de la police « européenne », vis-à-vis des noirs, les vexations de toutes sortes, et même à la rigueur les pogromes. Malan s'en va, mais la bataille n' es t pas terminée. Son successeur qui sera désigné le 30 novembre, sera, n'en doutons pas, digne de lui. Il faut aider nos amis sudafricains en les assurant de notre entièr e solidarité, en protestant auprès de leur gouvernement pour l'interdiction d'« Advance », et être vigilants, afin d'assurer à « New Age » qu'il n' est pas seul, de par le monde, dans la lutte -contre « l'apartheid ». L~· pol itique de RIVAROL (Suite de la page 1) « Toutes choses, écrit-il, que nous n'avons cessé de préconiser depuis notre premier numéro et que la plupart d'entre nous souhaitaient depuis plus longtemps encore. » Plus loin: {( La semaine passée, M. Mendès a fait notre poli t ique... Cela montre tout Simplement à quel point nous avions raison. » Et de conclure : « Nous n'en demandons pas plus. » Apres avoir repris plUSieurs fois ce thème, la feuille vichyste tient à souligner encore, le 18 novembre, « qu'il faut certainement ratifier » les accords de Londres et de Paris. Voilà qui est clair. Comme est claire l'attitude d'Aspects de la France, quoiqU'exprimée en termes plus mesurés. Voilà que, tout à coup, l'on évite, dans ses colonnes, d'utiliser contre les accords de Londres et d~ Paris l'argument du « nationalisme intégral », de même que, sous l'occupation, l'Action Française s'accommoda fort bien de la main-mise allemande sur notre pays. Dans son numéro du 8 octobre, Aspects a pris position une fois pour toutes en faveur du réarmement des criminels nazis

« Le principe même de l'union des puiStlances de l'Occident entre elles, face à la révolution, était menacé; il a été consolidé et, il est entendu qu'une organisation effective de la défense commune doit en découler sans retard: c'est l'essentiel. » Et estimant qu'il y a dans les accords de Londres « une solution de rechange» à la C.E.D., l'organe maurrassien appro ve M. 1. MEYERSON Professeur à la Sorbonne " Les accords de Londres el de Paris sonl pleins de périls" Le réarmement de l'Allemagne, tel qu'il est proposé pa:r les accords de Londres et de Paris, apparaît plein de périls pour la France, pOUir l'Allemagne, pour la démocratie et la I-iberté, pour la paix du monde. La défaite avait un peu enlevé aux Allemands les dési rs d'expansion, en- même temps qu'elle les privait de l'armature militaire, .instrument de cette expansion. La politique pratiquée en Allemagne .occidentale ces dernières années, a tendu à redonner aux Allemands leurs anciens goûts guerriers. Cette ' politique, au début, n'avait qu'une fa1ble audience en Allemagne; on 'peut craindre qu'une fois la nouvelle armée organisée, l'influence du militarisme ne redevienne grande, qu'elle ne menace gravement la paix. On peut, il faut éviter ce réarmement. On peut, il faut travailler de toutes nos forces pOllir une entente avec l'U.R.S.S. en vue d'un désa-rmement général. Le Général TU BERT Ancien Maire d'Alger " Réarmer l'Allemagne esl un défi ClU bon-sens" D EJA, plUSieurs fois au cours de l'histoire, après une défaite, en partant, comme base, des effectifs limités qui lui étaient laissés, l'Allemagne réussit à reconstituer une véri table armée d'invasion qui 1 crasa ses voisins. Une nouvelle Wehrmacht. organisée et conduite par des généraux hitlériens, ne saurait être an:mée que par l'esprit cie racismcl et de revanchp.. levain évident {Jr.ur la reconquiite des territoires perdus. En bref réarmer l'Allemagne, c'est d~::ier le bon sens c'est renier les engagements pris de la dénazifier. et d'emp,~cher sa remilitarir.ation, c'est rendre inéluctable une guerre eff.('oy~ble dont la France - quel que soit le vainqueur - sera la principale victime. Le réarmement allemand n'est pas inévitable si nous utilisons-"'" les cartes de notre jeu. Encore faut-il les jouer! En faisant honneur à notre signatur d traité r-"'.n,,~ .. d A-.. __ -",


T---------------~--~----~------------------.-------------------~--.. à cette plainte. Le Jeune ----------------2 avril 2010 à 10:01 (UTC)e~ g~ ~~s ~~av~ 2 avril 2010 à 10:01 (UTC)«~ N~o_us n~'e~n ~deman~do~ns~ p~as~ ~q~ue~, s~ou~s ~l'o~cc~up~ati~on~, l~'Ac~ti~on- ---~Et~ e~stim:a~nt~ q~u~'i-l y~ ~a :dan~s le-s :rl~es~ ~ca~rt~es~ d-e -n~ot-re- je~u~. ~En~co.re~

homme avait vendu le vélo, Etats où se trouvent ces facul- l'école avec les noirs « tant qu'il faits qui ont une portée politi- plus.» Française s'accommoda fort accords de Londres « une solu- faut-il les jouer! dépensé l'argent et inventé tés n'avaient pas d'é:tablisse- pourra faire parler la poudr e»! que internationale. Le militant Apres avoir repris pluSieurs bien de la main-mise alleman- tion de rechange» à la C.E.D., En faisant honneur à notre l'histoire pour éviter les fou- ments spéciaux pour les noirs Des partisans plus sournois du blanc ou nloir qui se bat pour fois ce thème, la feuille vichys- de sur notre pays. l'organe maurrassien approuve signature du traité franco-soviédres paternelles. (3). Une conférence sur la dis- racisme ont emplioyé d 'autres faire admettre que tous les en- l'entrée de l'Allemagne de tique de 1944 et en nous rappro_ Les journaux parlent d'au- crimination raciale qui s'est te- méthodes. fants doivent fréquenter la mê- Bonn dans le Pacte Atlantique: chant de toutes les nations patre chose... nue à l'Université d'Atlanta le Certaines écoles «blanches me école, blancs ou noirs, juifs Il « S'il est prouvé que l'intérêt cifiques d'Europe et d'Asie, nous 8 avril 1952, sous le patronage comme lis » se sont prononcées ou Porto-Ricains, fils de com- . S possanl oUX ocles commun réclame la participa- mettrions les Américains dans Monnaie de singe... de 225 professeurs appartenant pour une intégratIOn progres- 'ffiUlnistes ou non, ne lutte pas tion de cette Allemagne à la dé- l'obligation de renoncer à leur à 116 facultés des 17 éta1s du sive selon le « plan Corning » : seulement contre le racisme dans fense de l'Occident, il apparaît politique de force et de s'acco- Tel l'anglais pour qui tou- Sud s'est prononcée catégori- leur principal argument pour son pays, ma'is aussi pour la qu'un cadre ({ atlantique» ren- moder de la coexistance sur le tes ' les françaises étalent quement contre les lois de sé- faire adopter une certaine pro- paix du monde. (Suite de la page 1) T~iRES g;; i~iL::~~O;~; forcé peut servir à la rendre globe de nations aux 'régimes porousses, un tribun de carre- grégation. Le rés Uiltat de tous p.ortion de noirs dans les éco- virulent d'entre eux, Rivarol, PAR LA POLICE, MM. Brune et aussi peu dangereuse qu'il est litiques et économiques difféfoutr a1f firmait ,rétc ematmtreonutp dées- ces efforts, menés strictement les est ·que la ségrégation est et (13) 7E n% 1 9d47'e,n f1a0n t%s ndo'eirnsf aanltlsa ibelnatn càs pouval' t écr'J re, 1e 27 mal. d er- Martinaud-Déplat étant minis- est possible. » rents. Certes, des ambl·tl·ons folvan es passan s , dans le cadre de la lutte pour mal vue à l'étranger et que son l'école pendant moins de cinq ons; nier : tres de l'Intérieur et M. Baylot, Telle est la situation, en ap- les seraient déçues, mais bien porie Charlesnt-:a~;iifric~~: le Srespect de la Constitution des maintient apporteraH des argu- 20 % des enfants blancs et 10 % ({ Notre journal a conquis une préfet de police de Paris. parence paradoxale : la presse des hommes seraient sauvés. s« nt odues salauds , »- U ..A ., sans . cesse invoquée, ments à la propagande commu- des enfants noirs terminaient l'école Importance politique, une au- C' est le cas de l"I nspecteur Di- raciste et antisémite, contre la- os· sans cesse VIOlée, c'est le dé- niste! L'association nationale secondaire (Rapport de l'U.S. Office E des lui-même qui, à la Libéra- quelle, il y a quelques semaines, Assistant à la scène nous cret du 17 mai qui déclare la pour l'avancement du peuple de of Education pour 1950). dience dans le pays et MEM M. Mendès-France, crut devoir avons t enu a· rechercher les ségrégation anticonstitutionnel- couleur combat vigoUireusement (2) C"'s e de l"e co le ame,".cam. e, pu- DANS LES CERCLES DIRI- tion, n'échappa (ùe J'ustesse) à lancer des poursuites, soutient or'lg 'lnes de. ces ve' he' mentes 1e . pour une intégraHon immédiate; bl,'cat',on de la Fe'de'ratl'on Internatl'o- GEANTS DU REGIME , qui lui une grave condamnation que maintenant la politique gouverassertions. En fait, l'orateur F mais un candidat au poste de noie des Syndicats de J'Enseignement, dictent son devoir et LUI DON- grâce à une intervention améri- nementale. venait d'être mis à la port~ anatique·s d l'Et t dG' 1952, p. 25 à 29. NE NT LES MOYENS DE LE caine. d'un restaurant pour grivèle- et hypocrites gouvernde,ur l ~ns a e d eo r- (3) Id., Ibid, p. 51 à 55. REMPLIR. » C'est le cas de Delarue, dit C·est que les rescapés du vi- I gle a ec are au cours e sa (4) New-York Times, 28 moi 1951. M. Charles, torLionnaire condam- chysme, les collabos fraîcherie par un serveur nord-afr - Mais" I1 res tal': t'a met t re ce campagne e' 1e c t ora 1e que t out (5) Ce tte expreSS.ion, q'UI sl.g nlT le J1" t - L' a ffa'I re D1'd es a J. e té une lu - né à 20 ans de travaux forcés, ment sortis de prison, tels le cain. . principe en application, c'est-à- enfant blanlC qui désirerait en- téralement« Jim le Corbeau " est mière crue sur ces hautes pro- évadé du camp de Noe", et qUI' condamné à mort Cousteau qui Et notre raciste de COin de d1' re a, pra t'l que r l' « I. n te' gra t I' On» t rer d a'ns une e' co 1e pour nO.i rs difficilement traduisible, parce qu'elle t ec t·I Ons son t se v a nta·it a1 o rs collaboral·t avec les autorl· tés répand régulièrement dans R i- rue réglait son addition avec t l '1 L Ï' d t t '. est employée comme adjectif : une R' lO t ff t al d l' en re es eco es. es emOigna- evral e re SOUIffiIS a un exa- école c Jim-Crow • est une école ré- Ivaro. n peu, en e e rn-chargées, en principe, de le cap- varol sa prose provocatrice, mies nJures. ges qui nous viennent des men mental ! servée aux noi rs. gré les diverses tentatives faites turer. sent sur la Wehrmacht. Coucher dehors• •• Etats-Unis montrent que «quand Ce qui est plus grave, des (6) National Guardian, 27 sept. pour brouiller les cartes, cons- A leur « réseau de nenseigne- . Un chef d'entreprise est convoqué au Greffier du Juge de Paix du 6" arrondissement pour une enquête relative à un accident survenu à l'un de ses employés : M. Herbert ABRAHAMSON. -- ABRAHAMSON ! déclare le fonctionnaire en exercice ... c'est un nom à coucher dehors, ça ne peut être encore qu'un de ces youpins .•. Rappelons à ce ser'vlteur de la IV" République qu'un nom comme ABRAHAMSON suffisait à coucher dedans à une époque révolue, même avec un billet de logement du Ministre de la Justice de ces temps sans justice. Les mots malheureux personne ne s'en mêle, l'intégra- Etats entiers arrivent à tourner 1954. tater les faits suivants : La renaissance du militansme ments » appartenait aussi Bara- allemand, le réarmement de LISEZ A propos de M. Mendès-France M. Charles Semmel, Paris, nous écrit : li me semble que vous faites acte de racisme en publiant des articles d' hommes inintéressants et que, pas une seule fois, le nom de Mendès-France a été publié dans votre journal... NOS LECTBVRS ••• Par contre, nous ne pouvons approuver la politique qui consiste à réarmer l'Allemagne de Bonn où les pires criminels antisémites occupent, de nouveau, les postes de di'rection. Nous pensons que ce réarmement n'est pas fatal, et que la Franr ce a, en l'occurence, un rôle indépendant à jouer ... 'dère que ma race ne doit laisser sur moi, aucun préjugé. Et c'est parce que je suis partisan de Montaigne dans son esprit antiraciste, que je donne mon adhésion à votre journal. venir, à deux mois d'intervalle, demander au Parlement de se dé juger et d'approuve, au jourd'hui ce qu'il condamnait hier ... nès, policier rétribué, qui s'était leurs maîtres d'hier, c'est pour introdui t dans les milieux pro- eux la garantie de l'impunité, et gressistes et communistes pour la possibilité d'aller plus loin y effecteur un travail d'espion- dans la malfaisance. Déjà, ils ne nage. se gênent pas pour accentuer 2. -- ILS AVAIENT LA HAU- leur propagande antisémite con- TE-MAIN SUR LES GROUPES tre M. Mendès-France lui-même, DE CHOC ANTIREPUBLI- tout en soutenant sa politique. CAINS. Dides e t Delarue con- Le moins qu'on puisse dire, trôlaient le ({ Groupement pour c'est qu'il devrait y avoir là de la sauvegarde de l'Union Fran- quoi faire réfléchir les partiçaise », où l'on l'etrouve des élé- sans, quels qu'ils soient, des ments appartenant au ({ Mouve- accords de Londres et de Paris, ment Jeune Nation », qui dif- M. Mendès-France en premier fus,e le tract cité plus haut. lieu. Essentiellement anlicommu- Et amener les antiracistes à nistes, ces groupes sont animés redoubler d'efforts, dan s égalerr,ent par une haine antisé- l'union, pour empêcher la ratimiLe violente et s'attaquent à fication de ces dangereux acquiconque est opposé au réarme_ cords. ment allemand. r sur un écran parisien Pour quelques jours, « Crossfire », l'excellent film contre l'antisémitisme, sera projeté sur un écran parisien. Réal{sé aux U.S.A. par E. Dmytnck, avant la mort de F.D. Roosevelt, ce film fait partie des dernières oeuvres véritablement humaines que nous ait donné HollYWOod. C'est un spectacle de qualité à voir ... ou à revoir. ' Studio BERTRAND 29, Rue Bertrand, Paris-7' (Métro : Duroc) Tél. : SUF. 64-66 Du 24 au 30 NOVEMBRE CROSSFIRE (V. O.) le film de choc d'Edo DMYTRICK Une magistrale dénonciation de l'antisémitisme Le Journal tunisien Petit Malin relate que dans la région de KAIROUAN la troupe a tué par méprise un enfant de 9 ans. St ses idées politiques sont assez combattues, il mérite néanmoins le support moral de tous les Français et de tous les juifs... Les publications étrangères sont remplies d'éloges, que ceux-ci soient mérités ou non ... Ce serait, nous semble-t-il, faire preuve d'un préjugé que de soutenir un homme politique en raison seulement de ses origines" c'est-à-dire prendre, en sens inverse, la même altitude que les antisémites. L'expérIence nous a appris et nous confirme chaque jour que c'est sur leur politique présente et non sur leurs origines ni même sur leur passé qu.'il faut juger les hommes d'Etat. j'ai suivi de près avec une vive émotion l'affaire Rosenberg, et je suis d'accord avec ceux qui' sollicitent au nom de la liberté la révision du procès. Le juge Kaufman en condamnant cette pauvre famille a failli à son devoir de juge et déshonoré sa robe. Comme ceux qui acclament le colonialisme en France et en Angleterre déshonorent Schoelcher et Wilberforce. La défense de l'Europe occidentale est une chose, le réarmement de l'Allemagnè cn est une autre. La France aurait-elle déjà oublié les souffrances que lui ont infligées les bourreaux de 1870, de 1914 et de 1940, la famine de Paris, les déportatIOns en masse, Auschwitz et le rêve insensé d' Hitler d'exterminer la race juive ? ... Il est toujours dangereux de jouer avec le feu, et il serait regrettable de fourni'r des armes à l'ennemi éventuel. Ils sont liésj entre eux par un « comité de coordination » et ont aussi des liaisons avec les groupements nazis d'Allemagne occidentale. EN BREF « Les forces de l'ordre qui patrouillaient firent les sommations d'usag,e, puis, voyant l'inconnu détaler tirèrent dans sa direction. » Il s'agissait malheureusement d'un enfant. Imaginez à la place le récit d'un chasseur regrettant d'avoir abattu p·ar mégarde du gibier trop petit ..• « Fleurs et couronnes» Les éditions Flammarion continuent la pUblication des OEuvres Capitales de MAURRAS. Au bulletin publicitaire qui vous en informe fait suite une apologie délirante du ({ Maître » par le disciple Henri MASSIS. Et pour conclure : « Le bienfait de Charles MAURRAS résistera par là à toutes les forces de l'oubli ». Ce qui est préjuger beaucoup de l'avenir bien que les Français n'aient pas la mémoire si courte. Je m'excuse de cet exposé, mais sa publicationl ou une réponse prouverait l'impartialité de votre journal. Voici quelques extraits de la réponse que nous avons adressée à l'a'uteur de cette lettre, en le remerciant de la franchise avec laquelle il nous fait part de ses observations : ... Il n'est pas du ressort de notre journal de prendre position SUr l'ensemble des problèmes politiques. Nous nous tenons, volontairement, aux problèmes qui intéressent la lutte contre l'antisémitisme et le racisme. L'activité d'un homme d'Etat ne concerne notre Mouvement que dans ses rapports avec ces problèmes précis. C'est pourquoi, par exemple (et cela vous a sans doute échappé), nous avons dénoncé vigoureusement les attaques de caractère antisémite lancées par Rivarol et Aspects de la France contre M. Mendès-France; nous l'avant fait avant même que le gouvernement ait été amené à engager des poursuites contre ce dernier journal. ... C'est ainsi, par exemple, qu'au moment du vote sur la C.E.D., MM. Jules Moch, René Mayer et Mendès-France, tous trois juifs, eurent des attitudes foncièrement différentes. Il est clair, que leur politique n'était pas déterminée par leurs origines. Si nous jugions selon le critère que vous indiquez, cela nous aurait amené à approuver M. René Mayer, lorsqu'il a libéré Xavier Valla t, assassin de 120.000 juifs de France. Notre position, ainsi définie, nous semble être conforme, à la fois, aux intérêts de la France, de la communauté juive française, et de la paix ... Je suis noir et antiraciste De M. F.-R. M., Maroua (Cameroun)

Je suis noir et africain, et j'aime mon pays, comme je consi- Tant que vous lutterez au nom de ces principes, nous vous suivrons et resterons vos fidèles adeptes, car les Camerounais sont sensibles et reconnaissants à ceux qui luttent pour un idéal comme le vôtre. Lettres aux députés De nombr·eux lecteUirs nous communiquent des lettres qu'ils adressent à leurs députés pour leur demander de se prolioncer contr.e les accords de Londres et de Paris. C'est une forme d'act ion sur l'importance de la quelle nous ne saurions trop insister

il est nécesaire qll'au moment

de se prononcer, les élus connaissent l'opposition de leurs électel.llrs au réarmemer.t allemand. Voici, entre autres, quelques extraits d'une lettre de M. Jean Pannier, professeur de philosophie, à Paris, adressée au gro upe radical et au groupe socialiste à l'Assemblée Nationale: ... Il peut sembler superfétatoire pour le gouvernement de j'ajouterai qu'une telle solution irait à l'encontre de la volonté de la grosse majorité des électeurs. Une consultation sur le réarmement de l'Allemagne, effectuée il y a deux ans, par moi, au cours d'une semaine, en compagnie de M. le Dr Bermann, dans un quartier bourgeois du 3' arrondissement a donné les résultats suivants : 90 pour cent contre; 5 pour cent d'abstentions, commerçants; 5 pour cent d'a bstentions, femmes

1 seule voix pour ...

P.-S. - Le professeur de philosophie souhaite un peu plus de morale dans notre politique internationale. Continuez ainsi ... De M. Auxenfants, Colombes (Seine) : Envoyez-moi d'urgence deux autres numéros de « Droit et Liberté » (n° 139) - qui est beaucoup mieux que les précédents, car susceptible d'une audience bien plus large. Continuez ainsi' ! 3. -- ILS ETAIENT EN CONTACT AVEC CERTAINS PARLEMENTAIRES cédistes, partisans du réarmement allemand, tels André Hugues, qui tenta de cacher Baranès, et Jean-Paul David, dirigeant de « Paix et Liberté ». Cela dépend de nous .•. Tous ces faits expliquent sans doute pourquoi Rivarol a pris d',emblée la défense de Dides. Mais il en résulte aussi que l'enquête, si elle était poursuivie normalement devrait aboutir à la mise hors d'état de nuire des groupes antisémites et racistes et de leurs journaux. Est-ce logique, est- ce possible au moment où ces journaux soutiennent activement la politique de réarmement alemand, qui est celle du gouvernement ? Il dépend de l'opinion publique d'imposer que toute la lumière soit faite, et surtout que soient rejetés les accords de Londres et de Paris, sur lesquels ont misé Rivarol et ses congénères. • sous LE TITRE de Parti National Populaire d'Allemagne, un nouveau groupement vietnt de se constituer sous la direction de l'aviateur Walter Langhammer. Son programme en 32 points déclare vouloir prendre à son compte les « bons côtés » (sic) du nazisme. Ce parti, qui arbore les couleurs de l'ancien Reich, a adopté un emblème sur lequel figure la croix de fer. Il a institué, comme salut réglementaire entre ses membres le cri de " HeU Deutschland » • • PARMI les dernier. libérés de ICI' prison britannique de Werl : le générai Kurt MEYER, ancien chef de le. panzerdivision. S.S. Hitlersjugend, condamné à mort pour avoir fait fusilIer 18 prisonniers de guerre canadiens; Stefan KRACIUM, condamné à mort pour avoir assassiné des déportés dans les camps de concentration i Kurt LAU ER et Fritz STEINMliTZ, condamnes à 14 ans de prison égaIement pour leurs activités dans le~ camps nazis.

Notes

<references />