Droit et Liberté n°142 - janvier 1955

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°142 (246) de Janvier 1955
    • En avant pour la bataille décisive contre le réarmement allemand page1
    • Un appel du MRAP (réarmement allemand) page1
    • Alerte: Morton Sobell, condamné avec les Rosenberg est en danger de mort! par Albert Levy page1
    • Les classiques français de la fraternité humaine: l'abbé Grégoire présenté par P. Grunebaum-Ballin page1
    • Champion modeste et sympatique, Robert Cohen m'a dit (interview par Pierre Portier) page1
    • Dans les bidonvilles aux portes de Paris, le racisme complice de l'hiver page1
    • Livres: "Un tueur" de Pierre Daix par Th. Rahandraha page2
    • Le réarmement allemand est à l'ordre du jour: au fil du débat page2
    • Réponse à M. Jules Moch par C.F. Levy page3
    • Les racistes font feu de tout bois page3
    • 57 personnalités soulignent les dangers des accords de Londres et de Paris page3
    • L'action du M.R.A.P. 'page3
    • La L.I.C.A. et l'union des antiracistes page3
    • Ils ont voté "pour" page3
    • Le peuple Israëlien n'accepte pas le réarmement allemand nous déclare M. Meir Yaari pdt du mouvement de la paix en Israël page4
    • L'antisémitisme auxiliaire de la nouvelle Wehrmacht page4
    • Il y a 10 ans, Auschwitz était libéré page4
    • Le comité Henri-Beckerman poursuit son action page4'
    • Une pitoyable diversion (rapports M.R.A.P. - L.I.C.A.) page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Après le vote des accords de Londres et de Pliris a r As~emblee Nationale par 287 déput~s sur 627 N· 142 (246) JANVIER 1955 30 FRANCS ••• pe.uc 1955 EN AVANT POUR LA BATAILLE DECISIVE ALE RTE 1 CONTRE LE REARMEMENT ALLEMAND .Morton SOBELL On appel du M.R.A.P. L 'ASSEMBLEE Nationale vient de se prononcer en première lecture, par le vote de 287 députés sur 627, pour la ratification des accords de Londres et de Paris. Les débats, et notamment le vote patriotique du 24 décembre, hostile au réarmement de l'Allemagne, ont pourtant montré la profonde an- . goisse que suscite, dans le peuple français tout entier, la renaissance de la Wehrmacht. Dans tous les foyers de notre pays, trois fois envahi en moins d'un siècle, où l'on pleure des victimes du militarisme allemand, - morts de la guerre, combattants · de la Résistance, déportés, hommes, femmes et enfants exterminés au nom de l'odieux racisme hitlérien - le vote du 30 décembre a été ressenti comme une cruelle injure aux souvenirs les plus sacrés, à toutes les aspirations pacifiques. Notre peuple n'oubliera pas les noms des parlementaires qui ont pris la lourde responsabilité de rendre des armes, y compris la bombe atomique, aux bourreaux avides de revanche et qui ne dissimulent pas leurs intenti{)ns. Ils n'oublieront pas le rôle particulièrement néfaste du chef du gouvernement qui, se voulant l'homme d'une esp~rance nouvelle, n'aura su être que l'artisan du plus honteux abandon. JUSTIFIANT déjà les avertissements répétés du M.R.A.P., les racistes et les antisémites, stimulés par le vote du 30 décembre, font preuve, dans leurs campagnes ouvertesl ou chuchotées d'une virulence jamais atteinte depuis la Libération. Le M.R.A.P., qui a uni dans la lutte contre les funestes accords de Londres et de Paris, des milliers d'hommes et de femmes de toutes origines, de toutes tendances, salue les députés qui ont émis un vote conforme à la volonté nationale en s'opposant à la résurrection du militarisme allemand. Il réaffirme, en cette heure grave, que, fidèles à leurs martyrs, les antiracistes n'accepteront jamais de se trouver dans le même camp que les bourreaux nazis. L E peuple français a encore les moyens de faire échec à la Wehrmacht et d'imposer sa volonté. Le M.R.A.P. s'adresse solennellement aux membres du Conseil de la République, de qui dépend maintenant la décision finale, et les adjure de répondre à l'attente anxieuse de3a--»atio~en renoussant condamné avec les Rosenberg ANTIRACISTES, TOUS UNIS en danger de Diori 1 U N appel douloureux, d 1 pressant, nous parexprimons par es meetings,, ettres et pétitions est en vdiaenngte:r CdI( e Mmoonr t!m laUr-i dez-moi à le sauver! JI) par d / in nom br a b 1 e s dé 1 é g a t ion s auprès qu~e~a~PB~\e~h6 avril 2010 à 08:33 (UTC) I~'~u~r~= geuse épouse de Morton Sobell, des Sénateurs, des Conseillers Généraux et Municipaux ~~nj:Charles/~e;Charles; d~ci;~i~~ii~~ même procès que les Rosenberg. Morton Sobell est au bagne NOTRE IRREDUCTIBLE OPPOSITION f~A~c~~aJ~ sCharles Charlesn~ïsec~~eq~: l'on a pu nommer « l'île du à la RENAISSANCE de la WEHRMACHT,-D_iab_lea_méric_a' ine_~.D_epu_isn--,o- AVEC le vote de l'Assemblée Nationale sur ·les accords de Londres et de Paris, la bataille oontre le réarmement allemand entre dans une nouvelle phase. C'est vers le Conseil de la Républ ique maintenant, q!Je se tournent les yeux. Si les sénateurs modifient tant soit oeu les textes adoptés par les députéS, ,j) s'ensu,ivra une seconde lecture à l'Assemblée Nationale. Pendant le temps ainsi gagné, il sera possible à l'opinion publique de faüe entendre sa volonté avec plus de force encore, d'autant plus justifiée que l'agressivité des reva'nchards nazis s'accroît de jour en jour. Le sort n'est pas jeté. Il faut le soul,igner : les 350 députés qui, le 8 octobre, avaient voté les accords de Londres, se sont réduits à 287 le 30 décembre. Et même, le 24 décembre, l'Assemblée dans un vote patriotique avait repoussé la reconstitution de la Wehrmacht. Tels sont les résultats de l'action menée pendant rn",ln,,,o~ aines :u vembre 1952, il subit là le régime le plus terrible qui soit prévu par le système pénitentiaire des Etats-Unis, le régime réservé aux criminels les plus enqUircis, les plus dangereux. Un fait suffit à dépeindre l'atmosphère d'Alcatraz: depuis que la prison existe, cinq déten. us ont été tués au cours de rixes. Une grave menace Mais voici que la menace vient de se préciser, avec la venue, parmi les prisonniers, du bandit Alexandre Pavlovitch. Ce criminel de guerre d'origine yougoslave est transféré à Alcatraz à la suite d'une tentative de mewrtre, longuement préméditée, qu'il a perpétrée, en octobre, contre un militant progressiste, Robert Thompson, détenu avec luL à la prison newyorkaise de West-Street. En fendant ,le crâne de Thompson d'un coup de tuyau de plomb, Pavlovitch, fasciste impénitent, déjà condamné comme assassin, agissait à la' fois par fanatisme et dans l'espoir d'être libéré, pour avoir éliminé un adversaire du gouvernement américain. Tel est le compagntm que l'on vient de donner à Morton Sobell. On comprend aisément l'angoisse qui en résulte pour sa famille et pour tous ses défenseu'rs. Les R'osenberg sont morts électrocutés. M· Emmanuel Bloch, 'leur avocat, est mort dans des conditions assez mystérieuses, il y a juste un an. Les pouvoirs publics américains ont tenté de kidnapper les petits Michaël et Robby, orphelins d'Ethel et de Julius, puis ont imposé un tuteur de leur choix aux côtés de la grand'mère Rosenberg. Morton Sobell ,policiers du F .B.I. sont allé~ lui promettre la liberté s'il se déclarait coupable et accusait les Rosenberg. Il a refusé cet ignoble marché. Reproche vivant, il est donc gênant pour les bourreaux des Rosenberg. Une mesure qui s'impose Sans connaître ni jUlger les intentions des autorités américaines, il nous apparaît en tout cas certain que Pavlovitch - qui vient de faire ses preuvesest désormais une menace permanente pour ce père de deux enfants, cet honnête homme irréductible, qui crie sans peur et sans répit son innocence. Et si Morton Sobell était maintenu, malgré tout, sous cette menace, il nous serait permis de croire qu'un complot délibéré est oUJrdi contre sa vie. Certes, la place de Pavlovitch est au bagne d'Alcatraz. Mais Sobell doit, aujourd'hui plus ql:le jamais, être transféré dans une ... Albert LEVY. (Suite page 4) Où Irez-vous LE SAMEDI 12.iFaVRIER ? au 1 GRAND BAL ~ ~ ~ ~ ANTIRAtlSTt ,,

L échCharlesà-l;-W-;hrm;cht et -d;-i-;posér sa volonté. Le M.R.A.P. s'adresse solennellement aux membres du Conseil de la République, de qui dépend maintenant la décision finale, et les adjure de répondre à l'attente anxieuse de la nation en repoussant la décision d'une minorité de l'Assemblée Nationale. Il appelle tous les antiracistes, sans distinction d'opinions et d'organisations, à s'unir plus étroitement encore, à renforcer leur action commune, pour empêcher le retour des horreurs passées. Que se multiplient les réunions, les meetings, les manifestations contre le réarmement allemand. Que se multiplient les lettres individuelles~ les . motions, les pétitions, les délégations populaires auprès des sénateurs, ainsi que des conseillers généraux et municipaux, qui les élisent. Que tous les militants et amis du M.R.A.P. se mobilisent avec une ardeur renouvelée et s'emploient à rassembler autour d'eux, pour la bataille décisive, les larges couches de la population, hostiles à la. reconstitution d'une armée allemande. Nous pouvons, nous devons, par nos efforts redoublés, par notre vigilance et notre esprit d'union, écarter définitivement le cauchemar de la Wehrmacht, des S.S. et des camps de la mort. Nous pouvons, nous devons faire triompher la fraternité entre les hommes, l'amitié entre les peuples, et la paix. Paris, le 6 janvier 1955. LE BUREAU NATIONAL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX. 1 ..,~.,ç.rIllJ'~ url .. v tique avait repoussé la reconstitution de la Wehrmacht. L'étoile Joune sur la poitrine, 10 étudiants juifs SOllt venus à l'Assemblée Nationale protester contre le réarmement des bourreaux nazis ont imposé un tuteur de leur choix aux côtés de la grand'mère Rosenberg. Aujoourd'hwi, Morton Sobell reste, aux Etats-Unis, l'homme autour de qui se cristallise la campagne pour faire triompher la justice dans cette dramatique affaire. Il y a deux mob, de~ Tels sont les résuHats de l'action menée pendant quelques semaines par d'innombrables Français de toutes opinions, de tous les miHeux sociaux, désireux d'empêcher le retour des horreurs passées. Tels sont les résultats des meetings, des pétitions, des délégations. ..-6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)Charles-'--6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)~~-- Cette action doit continuer. Il n' y a pas une minute à perdre. Les sénateurs ne doivent pas pouvoir ignorer l'exigence nationale

pas de Wehrmacht 1

L'action du M.R.A.P. Notre Mouvement, pour sa part, a, depuis le débu.t, jeté toutes ces forces dans ce combat vital. Les manifestations antisémites qui se multiplient en Allemagne de Bonn, la virulence sans précédent des feuilles de haine en France, soulignent chaque jour, s'il en. était besoin, que la lutte contre les acords de Londres et de Par,is est aujourd'hui la tâche essentielle des antiracistes. Dès le 'lendemain du rejet de la C.E.D., le M.R.A.P. s'est dressé sans réserve et sans équivoque contre les nouvelles tentatives de réarmement allemand. (Suite page 3) Les classiques français de la fraternité L· Abbé GREGOIRE présenté par P. GRUNEBAUM-BALLIN L'ABBE Grégoire, ce fils de paysans lorrains, ce curé de village dont la longue et orageuse carrière devait se poursuivre depuis la convocation des Etats Généraux, en 1789, jusqu'au lendemain de la Révolution de 1830, est regardé à juste titre comme l'un des apôtres de l'antiracisme. On s'explique assez aisément, quand on a étudié la dramatique histoire de sa vie, comment son coeur généreux, son attachement aux principes évangéliques l'ont conduit, dès les premières années de sa jeunesse à s'Indigner contre les persécutions dont les juifs étaient victimes depuis tant de siècles, à défendre leur cause, à travailler à ce qu'il appelait leur « régénération li, ou encore leur « fusion dans la masse nationale li. coeurs. Les Juifs sont membres de cette famlille universelle qui doit établir la fraternité entre tous les peupies; et sur eux, comme sur vous, la révélation étend son voile maJestueux. Enfants du même père, dérobez tout prétexte à l'aversion de vos frères, qui seront un Jour réunis dalls le même bercail; ouvrez- J.eur des asiles où lia pulahumaine ANTIRAtIST( DE PARIS organisé par le M.R.A.P. a... Quartier Latin ~ Salons des sOcieles Sauanles 8 bis, Rue Danton (Métl'o : Odéon, St-Michel) • On doe ,.~e"m de 21 heures à l'aube avec 808 CASTtLlA el son ORCH • ATTRACTIONS BAR-BUFFET CHAMPION MODESTB ET SYMPATHIQVE n avait eu sous les yeux, ell Alsace, le spectacle de leur avilissante ségrégation, de leur condition presque aussi misérable en Lorraine. Ses nombreuses (Suite page 2) Entrée : 300 frs Robert Cohen et son entroinOllr, Gaston-Charles Raymond Robert COHEN m'a dit ... (Interview recueillie par Pierre PORTIER) A six heures, tous les soirs, l'entraînement bat son plein dans la petite salle de boxe qui est au fond de la cour, 53, rue Rodier. Tout est neuf et l'éclairage diffus ne laisse aucun coin d'ombre. A droite, dans le ring, deux hommes casqués et gantés, échangent des coups de poing, sous -l'oeil attentif d'un prévôt. C'est le Tunisien Millazzo qui Nre avec Ali Belkacem, ex-international amateur, ,un welter passé « pro » récemment. A gauche! deux boxeurs, dont un petit oonhomme noiraud, Dernière minute Nous apprenons avec tristesse le grave accident d'automobile dont vient d'être victime Robert COHEN. Nous J.e prions de trouvel' ici nos voeux de pl'ompt rétablissement. '-'-"-""""""-"""""""",,_. frappent dans les sacs de sable avec rage. Au milieu du gymnase, trois autres athlètes miment les gestes du combat, boxant c contre leur ombre :.. Et à l'entrée de la porte, le maître de céans, un sosie de l'artiste de cinéma Edward G. Robinson, joue au naturel le rôle du grand manager. C'est Gaston- Charles Raymond, qui a mené jusqu'au titre mondial des poids c coq » le jeune Bônois Robert Cohen. Et justement, ce petit bonhomme noiraud qui frappe de tout son coeur dans le c punching-ba'g » c'est lui, c'est Robert, le meilleur boxeur du monde à son poids. Quel allant, quelle vivacité 1 Il est visible qw'il travaiHe dans la joie, il aime ça. Un entraînement léger ... Time! Une sonn.ette a résonné et les mouvements se figent. C'est que l'entraînement, comme les combats, s'effectue par pér, iodes de trois minutes, coupées d'une minute de repos. Les hommes soufflent, se détendent. La sonnette va les remettre en marche ... - Robert 1... - Oui c boss :.. Le manager a appelé SOllJ petit champion et, comme dans les films d'Edward G. Robinson, il lui a répondu. Car tout le monde dit c boss :. à cet ancien boxeur poids c coq :. aux manières de businessman. (Suite page 2) lectures. ses relaUons ~ec l'éll-6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)6 avril 2010 à 08:33 (UTC)~~ te très cultivée de la communauté juive de Metz, en particulier avec la famille d'!sale Berr Blng - ce dernier bénéficia jusquà sa mort de sa fidèle amitié - l'avaient Instruit des cruelles Injustices qu'il se r ésolut à faire disparaltre. « Depuis quinze ans, écrit-II en 1789 - soit depuis sa vingtquatrième année, alors qu'il se préparait, au Séminaire de Metz; à la prêtrise - J'étudie les fastes et les usages de ce peuple singulier et J'ai quelque droit de dire qu'une foule de personnes prononcent contre lui avec une légèreté coupable. » S ON Essai SU1' la régénération morale, physique et politique des Juifs, qui lui valut de recevoir en 1788 l'un des prix du concours ouvert par l'Académie de Metz, sa Motion en faveur des Juifs, présentée en 1789 à l'Assemblée Nationale s{)nt bien connus : et aussi ses Interventions enflammées devant l'Assemblée, lors des débats qui aboutirent à ce décret du 27 septembre 1791 conférant aux juifs de France la qualité de citoyens françai s. n faUt citer, une fols de plus, malgré leur ton quelque peu emphatique, les dernières lignes de l'Essai sur la régénération : c Un siècle nouveau va s'ouyrlr

que les palmes de l'humanité

en ornent le frontispice, et que la postérité applaudisse d'avance à la riunlon de yoa Dans les bidonvilles. aux portes de Paris Le ra~lsnle, eODlpllee de l'hiver Leur • chambre • Bidonville : le mot évoque ces ghettos de tôle et de carton, où le racisme et la misère relèguent à proximité des agglomérations nord-afr,icaines, des milliers et des milliers de parias. Il faut savoir que, des bidonvilles, il en existe aussi, tout près de Paris. Des hommes jeunes ou vieux, qui ont quitté les cités maudites de leur terre natale, retrouvent les mêmes difficultés, les mêmes humiliat ions sous le ciel de l'IIe-deFrance. Nanterre, Clichy, Gennevilliers... Imaginez Illon terrain boueux, des chemins la'rges d'un mètre à peine, ziguezagant entre des cubes de tôle ondulée ou de plâtre. A l'intér,ieur de chacun, trois ou quatre lits, occupant tout l'espace, des lits olt jour et nuit, les nommes se relaient, avides de repos. Imaginez aussi des arrièresalles de cafés, des greniers, des caves, où 15 personnes occupent à tour de rôle 5 lits de fer. Ou cette maison en ruine, à Clichy, sa'us eau, sans électricité que des êtres humains ont· été heureux de découvrir pour s'y abriter un peu ... (Suite page 4) y 2 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!_ D ROI T li T LIB E R T E!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!,!!!!!!!,!!!!!!!!!!!!!!!,!!!!!!!,!!!!!!~ L/ABBE GREGOIRE (Suite de la page 1) sent tranquillement reposer leurs têtes et sécher leurs larmes, et qu'enfin le Juif, accordant au chrétien un retour de tend'resse, embrasse en mol son .concitoyen et son ami. » « Cette famille universelle » : c'est en ces termes que désormais, et à ma intes reprises, Grégoire parlera des habitants de ,cette terre. Il souhaite plus et mieux qu'une concitoyenneté mondiale : une communauté fa, miliale entre tous les êtres humains, sans distinction de race et de couleur. Un préjugé commode: la « noblesse de peau» C AR, dès sa jeunesse, et au moment où il engage la lutte en faveur des juifs, GréB'Oire prend non moins véh émentement parti pour les sang-mêlés, c'est-à-dire les muHl. tres, et poür les noirs. «Ce sont des causes, écrit-il en 1790, dans sa fougu euse r éplique à ses adversaires, qui sont nombreux et puissants, dont je me suis constitué l'avocat et que je n'abandonnerai jamais. » Quarante années durant il tint lIarole. Toujours Il combattit hardiment et à visage découvert, san! en une occasi<Jn : dans un appel adressé en 1815 aux dipl omate,> réunis au Congrès de Vienne, Il orut opportun de signer d'un pseudonyme, d'ailleurs assez transparent. Aussi intitula-t-il son mémoire : « De la traite et de l'esclavage des Noirs et des Blancs, par un Ami des Hommes de toutes les Couleurs ». Avec l'âge sa plume ne deviht point moins virulente, tout au contraire. En 1826, il publi~ un nouveau libelle sous ce titre : « De la Noblesse de la Peau ChI du préjugé des Blancs contre la couleur des Africains ». C'est là qu'ap rès avoir énuméré les diverses noblesses OUe l'ethnologie lui avait fait connaître

cc Noblesse des ongles longs, des anneaux métalliques dans les narines, noblesse des ongles peints en rouge » (cell e- ci très démocratisée de nos j ours, on le sait), Grégoire écrit : « La noblesse des parChemins était dans tout son lustre quand l'avarice coloniale établit la noblesse de la peau : car c'est une invention modeorne. Au crime d'avoir arraché les Africains de leur terre natale, de les avoir chargés de chaînes et assommés de coups, on ajoute celui d'Imprimer une flétrissure ineffaçable à leur couleu'r. Ce préjugé parut aux blancs une Invention merveilleuse pour étayer leur domination. Ils prononcèrent qu'une peau africaine excluait des avantages 'de la société ». La science contre le racisme CE qui doi t retenir l'att ention dans cette polémique an tiraciste poursuivie par Grégoire à la fin du dix-huitième s iècle et ' pendant le premier tiers du dix-neuvième, c' est l'esprit scientifique qui l'anime. Grégoire fait appel à des disciplines encore bien jeunes : l'anatomie et la physiologie, et à une science à ,peine naissante, la paléontol<Jgie. Seule l'éclaire la lu eur encore bien faible que proj ettent les sciences de la vie lorsqu'il écrit certaines pages vraiment r emarquables de son ouvrage publié en 1808 sous le titre : « De la Littérature des Nègres .». (1). Et il en avait bien conscience : te les savants commencent à peine à arracher quelques confidences à la nature ». avait-il écrit quelques années plus tôt. C'est de cons tatations et de raisonnements s cientifiques qu'il entend se prévaloir pour détruire la croyance à la supéri<Jrité innée et éternelle de la race blanche sur les races de couleurs, à l'infériorité congéni tale de la race noire. Il a voulu consulter tous les savants de son temps, converser et correspondre avec eux, visit er leurs bibliothèques et leurs collections : et sa conclusion c'est que ({ tous, un seul excepté qui n'ose décider, admettent l'unité de type primitif dans la race humaine ». Et il ajo ute : ({ Ainsi, la p'hyslologle se trouve Ici d'accord avec les n'otions auxquelles ramène sans cesse l'étude des langues et de l'histoire, avec les faits que nous révèlent les livres sacl'és des juifs et des chrétiens ». LIVRES de Pierre DAIX Nous ne comprendrons jamais trop notre t er.lJ; s. . N'ous ::lé :iémâsqlM"ons ~ a mais trop les nervis, l'apps.rC;il 1:Jolicier qui les protège. le., ma- 'linations des faSCistes. Dans .:e sens, « Un Tueur », Je ,lf)rr::er société de 1954; c'est son isolement dans sa propre société d'anciens collaborateurs. Que Laverdon n'arrive pas à retrouver un monde et un climat qui ont éVOlUé sans lui pendant huit ans; qu'il se voie emh .... t ..... o d A T ....... ......... _....I ____ 1 ...... __ • Il ne faut pas oublier que ces lignes ont été écrites soixante ans avant la première de ces étonnantes découvertes souterr aines qui nous ont r évélé l'h,omme primi tif et fa it pénét rer dans les mystères de la proto- histoire. Ainsi Grégoire est- il conduit à écrire un peu plus loin, après avoir s tigmatisé « les féroces charretiers qui, à Paris, rouent tous les jours de coups les chevaux » et cité comme modèle un règlement anglais punissant d'amende celui qui maltraite les animaux - ceci quarante-trois ans avant notre première législation pro tectrice des animaux - : C( Cette dlsc'ussion se rattache à mon sujet j car si les principes de moralité s'étendent même aux rapports de l'homme avec les brutes, les nègres, fussent- lis dépourvus d'intelligence auraient encore des réclamations à exercer j mais si les rec. herches les p,lus approfondies sur l'organisation humaine prouvent que, malgré les différences de couleur, jaune, cuivrée, noire et blanche, elle est une, si des vertus et des talents prouvent invinciblement que les nègres, susceptibles de toutes les combinaisons de l'intelligence et de la morale constituent, sous une peau différente, une espèce Identique à la nôtre, combien paraîtront plus coupables ces Européens qui, foulant aux pieds les lumières, les sentiments répandus par le ch'l'istlanisme et. à sa suite, par la civilisation, s'acharnent sur les malheureux nègres 7 » N'es t- ce pas, en 1808, exactement le langage tenu r écemment par les savants désignés comme exper ts qui ont fait connaître à l'U.N.E.S.C.O. leur avis unanime ? La liberté pour tous les hommes ... C 'EST aussi Grégoire qui a abo rdé - l'un des premiers - et discuté le problème du croisement, du m étissage, dont l'impor tance ne cesse de croître de nos j ours. Il ne manque pas de citer des exemples prouvant que parf ois le croisement des races améliore l'espèce humaine, comme il améliore, dans certains cas, les espèces anima les. Et il te rmine cet ouvrage dont nous venons de citer quelques ext raits par une péroraison non moins pathétique que celle de l'Essai sur la régénération des Juifs : « JI n'y a d'utile et de durable que ce qui est juste j aucune loi émanée de la nature ne piace un homme dans le dépendance d'un autre, et toutes les lois que la raison désavoue sont, par là même, frappées de nullité. Chacun apporte en naissant son titre à la liberté j les conventions sociales en ont circonscrit l'usage, mals la limite doit être LE REARMEMENT ALLEMAND EST A L'ORDRE DE )OUR ..• Ça presse ... 20 décembre, 18 h. 30. Le scrutin sur l'Indochine vient de s'achever, Le nombreux députés demandent une suspension de séance jusqu'à 21 heures. -- Il ne faut pas perdre de temps, souligne Daniel Mayer, préSident de la Commission des Affaires Etrangères. Et il propose 20 h. 30. Mais le président Le Troquer, plus pressé encore, coupe court : - La parole est à M . B illotte. Et M. Pierre Billotte, général, dans une indifférence qui l'est aussi, commence la lecture de son rapport - le premier - sur les accords de Londres et de Paris. Un grand débat vIent de s'ouvrir. Une omission De quoi s'agit-il au juste ? Ecoutez: ... « Donner un prolongement européen à la politique atlantique » ... ... « Base de départ pour un mouvement d'organisation qui devra recevoir son impulsion, son orientation, sa portée, d'une politique positive » ... ... « Un ensemble de textes qui amendent, interprètent et complèt ent certains textes antér ieurs ou mettent en vigueur des di sposi t ions nouvelles » ... ... « Voilà tout ce qui s'ordonne autour de l'Union de l'Europe Occidentale » ...


L-a- c-o-ur-s-e --~

aux armements ... Le moins qu'II puisse arriver, c'est l'ouverture d'une nouvelle phase de tension. Nous risquons de voir cette tension s'accroître et une nouvelle période de guerre froide s'ouvrir avec les conséquences que vous


FIL

client, la révision du procès de sa carrière. Renversant ! A quelles méditations sommes- nous conduits, en effet ! Vous souvenez-vous ? C'était en 1951, Isorni tenait, dans le :!-, une réunion électorale. Arrive, en contradicteur, Daniel Mayer. Quelle volée de bois vert, mes amis, contre La guerre pour Adenauer? Ceux qui n'ont à la bouche que les mots de réconcillaUon, de collaboration, de coopération, devraient mesurer leurs responsabilités. En réarmant l'Allemagne. Ils empêchent toute réconciliation et toute coopération. ... L'Allemagne officielle a dit et répété, avec souvent beaucoup de violence, qu'elle n'acoepteralt pas de ne pas récupérer les territoires de l'Est 7 Mais alors, si la Russie refuse, le bloc occidental fera-t-il la guerre pour donner satisfaction aux 1l1- lemands 7 ... Général AUMERAN, (Ap,parenté Républicain Indépendant ) . l'avocat vichyste! Il y eut même bagarre, dit-on. entre partisans de l'un et l'autre candidat. Daniel Mayer y gagna, sali'; aucun doute, un certain nombre de voix. Et aujourd'hui. .. Applaudissements à droite et sur de nombreux bancs à gauche.. . Daniel Mayer approuve chaleureusement son adversaire d'hier. Au dedans, comme au dehors, renversement des alliances ! ... Intermède pouvez Imagln·er. Je ne dis Autre rapporteur bien choisi : pas seulement une période André Hugues, connu pour avoir de guerre froide, mals aussi, .>rganisé la fuite ... de Baranès. hélas! de course aux arme- _ Parlez-nous de la Pierrements. Qtli-Vire. l'interrompt M. Ray- ... Pour nous, FrançaiS -= ~ mond Guyot. C'est là qu'André et je reprends ici les termes Hugues conduisit son protégé excellents du ({ Figaro »de pour le faire échapper à la pri- 1944 - l'alliance russe est un « Impératif géOgra,:p.,_h_I_ _ L __ s _ o "Ln",w; ~wté SOl't u aoie oréoa- DU question d'idéologie. Pour chacun de nous, cela doit être une question de conscience. Et non pas une « question de confiance ». Qui paiera? Nous M. André Liautey, au nom de la Commission des Finances, demande, lui aussi, l'ajournement. Il définit ainsi les accords : - Ils apportent à l 'Allemagne un cadeau formidable, en soldats et en armes. Ils lui donnent le moyen de reconstituer sa Wehrmacht, d la demande de ses exvainqueurs et, pour une bonne part, aux frais de ceux-ci. Voilà qui est clair : nous paierons, avant de trinquer. Et le rapporteur conclut : - Ne comptons pas trop sur le maintien des pauvres et fragiles barrières que les traités de Paris ont essayé de dresser contre un retour offensif du pangermanisme. Pas d' annexe M. Albert Forcinal est à la tribune. Il fait entendre l'indignation des déportés. Ce n'est qu'un détail des accords. Tout un symbole, pourtant. Par une convention spéciale, l'Etat de Bonn « s'engage à entretenir dans leur état actuel les hauts lieux de la déportation et cimetières énumérés en annexe.» Or, l'annexe est inexistante. Une note indique : « La liste des hauts lieux de la déportation et cimetières n'a pas encore été dressée ». Cela presse moins que les divisions et leur armement. Adenauer voit loin Et voici plus indécent encore. Il s'agit des pèlerinages sur les lieux de déportation. Le gouvernement de Bonn Le peuple de France n'acceptera jamais ..• Qu'on ne s'y trompe pas, le peuple de France n'acceptera Jamais le réarmement de ses bourreaux, Ce n'est pas Impunément qu'on piétine les sentiments d'un grand DeuDle comme le nôtre. oui DEBAT .,..,.--~ Gérard Jacquet: « Nous voterons sans enthousiasme . . ) Mais ils voteront. Erreur volontaire En un long exposé, Jules Moch énumère les dangers de la guerre atomique, du réarmement allemand. Il affirme que ce réarmement ne pourrait avoir lieu sans l'assentiment de la France. - Le vote qui nous est demandé, constate-t-il, marque une inflexion vers une tension internationale ... - D'où, souligne-t-il, notre Un péril immédiat Nous avions espéré trouver dans les accords de Londres des garanties pour l'avenir : il n'yen a aucune. Nous espérions y trouver un contrôle efficace Il n'existe pas ..• Vous pl'endrez la ,.esponsablllté d'une ratification qui ne comporte, ~n cas de manquement, si grave soit-il, aucune espèce de sanction. Vous prendrez la responsabilité de ratifier un accord qui permettra demain à l'Allemagne, déjà tellement supérieure au point de vue militaire, d'avoir cette puissance nucléaire terrible. Pour ma part, je ne veux pas m'y prêter, car pour moi, armée Intégrée ou armée de coalition, c'est un péril Immense et immédiat. V. DE MORO-GIAFFERRI, (Radical-Socialiste ) . difficulté morale à justifier un vote favorable aux accords. Alors, il s'évertue à r echercher des « circonstances atténuantes ». Et pour conclure, il se place parmi les députés qui se « r ésigneront peut-ètre à vot er ce qu'ils jugent une erreur sérieuse ' et qu'ils veulent, oui , réparer aussit6t après qu'ils l 'auront commise ». Le « Journal Officiel » note : Mouvements divers . Avouez qu'il y a de quoi! Doutes Et voici le choeur des absten- Nos clichés CI-dess'us : quelques-unes des délégations qui n'ont cessé d'affluer à l'Assemblée Nationale pendant les dix jours que dura le débat sur le réarmement allemand. Elles ont exprimé la volonté du peuple Français d'empè- 'cher le retour des horreurs ,de la dernière guerre. 6 avril 2010 à 08:33 (UTC)~..:-~.:--"""""" la garde de la paix ... » « vte!Ue revendication des pacifistes... » Enfin, l'appel pathétique, r&pété deux fois en quelques heur es : « Confirmez sans défaillance votre vote du 8 octobre ... J'insiste... » C'est alors que par 280 voix contre 259, l'Assemblée, en un vote sincère, repoussa le réarmement allemand. Beaucoup de mal Et les questions de confiance de pleuvoir .. . Et les trois préSidents - du gouvernement, de l'Assemblée (Le Troquer), de la COmmission des Affaires Etrangères (Daniel Mayer) - de s'agiter ... Il s'agit de « sauver un texte repoussé par l'Assemblée ». Procédure. Contre-procédure. Manoeuvres : « Je suis à la disposition de l'opposition ». Chantage : « Vous siégerez la nuit de Noël... » J'aime mieux la France ..• Eh bien! comme Français, comme répUblicain, je trouve difficilement admissible, J~ trouve paradoxal que la France se porte au secours de l'Allemagne réactionnaire contre toute cette Allemagne qui essaie de s'affranchir et, après tout, de suivre les leçons de l'histoire française, qui s'est toujours portée au secours de la liberté, là où elle l'a rencontrèe, même naissante, même au début de ses efforts. Quand vous aurez réarmé l'Allemagne, vous irez essayer de la désarmer 7 Avec le concours de qui 7 Avec l'appui de quel allié 7 ~asq'lll'!r(jnS;lt'. ~~ d'ancIens collaborateurs. mais trop les nervis, !'app~~r(;il Que Laverdon n'arrive pas Il uolicier qui les protège. le~ ma- retrouver un monde et un cli- 'linations des fasclstes. Dans mat qui ont éVOlué sans lui pen- .:e sens, « Un Tueur », Je df)rr:jer dant huit ans; qu'il se voie emroman de Pierre Daix, ;).11~C\r:- de brigadé par un Lingard, colonel « La dernière forteresse », est au service des Allemands ou par à la fois un documem ct une un Réveillon, capitaliste qui ne contribution Il la défense de la recule devant rien pour sauver paix. ses intérêts et qui suivra son ha, Ce serait donc mmmllser la portée du livre et trahir en même temps la penSée de l'auteur que de se laisser séduire par le seul côté captivant de l'histoire ,mouvementée de Laverdon, ancien mlicien tortionnaire, libéré en 1954, utilisé par ses pairs mieux organisés et financièrement plus puissants, arrêté Il maintes reprises pour ses crimes crapuleux et chaque fois relâché par ses protecteurs et par une police qui désire l'employer, tué enfin le soir de Dien-Bien-Phu par le demi-frère de sa maîtresse, un ancien du corps expéditionnaire d'Indochine. Le sujet du livre n'est pas cette peinture noire servie par un langage vert et approprié où l'on peut suivre les aventures de Laverdon dans différents milieux

prostituées, jeunes gens

en prOie à « l'ennui existentialiste », hommes d'affaires cyniques, policiers divers ... , Le sujet c'est la non-adapta: tion du tueur Laverdon dans la Que cherches-tu, enfant? Une merveilleuse soirée se prépare... Une soirée peu commune. Une soirée pleine des rires, des joies de centaines d'enfant; qui seront pour un soir de Gala les délicieux interprêtes d'une belle histoire d'enfants. Une histoire Il la mesure de leur imabile beau-père dans le commerce avec l'Est; que lui, le dur qui a connu l'ennivrement de la puissance nazie, souffre de n'être qu'un simple outil entre les mains de l'un ou de l'autre et qu'il cherche Il avoir ses hommes Il lui parmi les jeunes desoeuvrés, tout cela est 'lam la logique de sa f.ituatlOn . L'alarmant dans cet~~ 10C-iquE.' même de Laverdon, c'e~t le grave dilemme contenu en puissance dans le livre et que celui-ci projette d'une façon lumineuse bien au-delà de ses limites : ou bien le monde se soumet au point de vue des Laverdon (les tortionnaires et les criminels de guerre amnistiés sont nombreux) et alors c'est tout de suite « le grand nettoyage », la dernière « épuration » dans sa forme la plus brutale; ou bien Laverdon assagit sa rage nazie, calme sa fébrile attente de la tuerie et se met en disponibilité permanente pour préparer sourdement la revanche avec les Lingard et consort. Certes, les colonies lui sont offertes, mais cet ersatz ne mérite que son dédain. La hâte d'en finir au plus tôt l'empêche de comprendre la diplomatie des revanchards qui participent au pouvoir mais pensent que «l'heure n'est pas encore venue ». A aucun moment Laverdon ne cherche à s'intégrer dans la Se}ciété d'un peuple qu'il sait hostile Il ses idées. La société française vue par Laverdon, c'est d'une part « des types bien» et de l'autre « la racaille : communistes, bicots, juifs ». S0U dernier souvenir de Paris, ("est, gination. à la veille de la défaite na. .ie « Partir à la merveilleux, du plus beau. » recherche du qui va freiner temporairemE'T t 1 sa volonté de puissance, une p us fort, du dernière rafale de mitraillette Voilà l'aventure d'un groupe de garçons et de filles qui traverseront les plaines, les champs, les forêts, les montagnes en chantant, en cherchant. La neige, le soleil, le vent, les nuages, les fleurs, les blés! Et des enfants, beaucoup d'enfants seront de la fête. Ils joueront ce conte, ils seront ce conte merveilleux. Quatre cents enfants participent à ces deux actes et vingt tableaux dans d'innombrables costumes, préparés par ceux qui aiment les enfants. Des moniteurs, éducateurs, un musicien, un poète, un danseur, un décorateur, ont donné le meilleur d'eux-mêmes. Ce spectacle est organisé par la Commission Centrale de l'Enfance, le samedi 22 janvier, à 20 h. 30, à la Salle Pleyel. Les billets sont à retirer, 14, rue 'de Paradis, Paris-lO'. Tél. PRO. 90-47 et 48. , (Communiqué). « partout où des curieux pointaient leur nez », puis son « acharnement sur les murailles muettes ». L'on aperçoit ici ce qui conditionne le comportement de cet être désemparé : l'obsession de la tuerie, l'obsession du « nettoyage », la nécessité qJ.;J.si physique de la revanche et, p1.rdessus tout, la haine fasciste du peuple, des juifs et des communistes, une haine qui explose d'autant plus facilement qu'il ne s'attendait ni Il coudoyer les Juifs ni à sentir continuellement la présence des communistes. AprèS la mort de Laverdon, le livre continue de se développer dans la vie elle-même pour le lecteur qui voit sous ses yeux la Wehrmacht renaître et revendiquer les frontières de 1937 ... Alex, le juif, et son ami Duvernois, auront beaucoup Il faire. Th. RAHANDRAHA. ~ême, frappées de nulllLé. Chacun apporte en naissant son titre à la liberté; les conventions sociales en ont circonscrit l'usage, mals la limite doit être la même pour tous les membres de la cité, quelles que soient leur origine, leur couleur, leur religion. Puissent les nations européennes expier enfin leur crime envers les Africains! Puissent les Africains, relevant leurs fronts humiliés, donner l'essor à toutes leurs facultés, ne rivaliser avec les Blancs qu'en talents, en vertus, oublier les forfaits de leurs persécuteurs, ne s'en venger que par des bienfaits et, dans les effusions de la tendresse fraternelle, goûter enfin la liberté et le bonheur! Dût-on ici bas n'avoir que rêvé ces avantages pour solmême, Il est du moins consolant d'emporter au tombeau la certitude qu'on a travaillé de toutes ses forces à les procurer aux autres. » (1) Voir une analyse complète de cet ouvrage dans notre livre

Henri Grégoire, L'ami des

hommes de toutes les couleurs, 1948. et je reprends ICI les termes excellents du « Figaro » de 1944 - l'alliance russe est un « Impératif géographique ». Je dirai que c'est un impératif géopolitique. Les régimes n'ont rien à voir là-dedans. Jacques SOUSTELLE, (U.R.A.S.) . - Plus le réarmement de l'ALlemagne, interrompt M. Kriegel- Valrimont. M. Billotte avait orrlis d'en parler. Tout un proqramme Second rapporteur favorable : Isorni. . L'avocat de Pétain se fait l'avocat du réarmement allemand. C'est logique. C'est sa revanche, déjà. Il jubUe : - Quel extraordinaire chemin parcouru en dix ans, et à quelles méditations sommes-nous conduits! Nous allons, dit-il, réaliser enfin la réconciliation france}allemande. Déjà, il entrevoit la réhabilitation de son illustre mond Guyot. C'est là qu'André Hugues conduisit son protégé pour le faire échapper à la prison. L'accusé sort un papier préparé à l'avance, balbutie : - .. , Vous remercie... occasion d'une mise au point... Générosité naturelle ... M. Raymond Guyot. Parleznous de la Chatelaine. M. André Hugues. Je reconnais ... M. Raymond Guyot. Très bien! Toute la question Au nom de la Commission de la Défense Nationale, M. Vincent Badie demande l'ajournement du débat. Il dénonce ({ cette précipitation insolite avec laquelte on nous pousse ... alors que nous n'avons pas en main tous les éléments d'appré-ciation ». Aux malins et aux maccarthystes, 11 répond : - On peut, mesdames et messieurs, s'opposer au principe du réarmement allemand sans pour autant devoir être soupçonné de conversion à la doctrine de Lénine. Il ne s'agit pas d'une Robert COHENDI'a dit ... (Suite de la page 1) Voyons, le combat de Cohen contre le Sud-Africain Willie Toweel a lieu le 5 mars pro< chain à Johannesbu'rg, n'est-<:e 'pas ? Où en est Robert de sa préparation ? -Il s'entraîne très légèrement pour se maintenir, puis il va aller se reposer une dizaine de jours dans la Nièvre, à Pouguesles- Eaux, chez mon ami Charles Ledoux, ancien champion d'Europe des « coq », qui est maire de cette locaMé. Il s'entraîne très légèrement, ma'is il sue à grosses gouttes ... Il est vrai que l'entraînement « léger » d'un « pro » consiste à faire du sac, du shadow, du saut à la corde, de la cutlture physique à une cadence accélérée, de quoi donner des courbatures pendant un mois à tout, individu normalement constitué ... qui n'est pas boxeur « pro ». - Quand partez-vous pour Johannesburg ? - Entre le 25 et le 30 janvier, répond Cohen. - Oui, c'est une question d'avion, explique G.-C. Raymond. Ne vous étonnez pas si nous partons si tôt. Robert fera son entraînement sur place pour s'acclimater. C'est une précaution qui nous a bien réussie en vue du titre mondial contre Songkitrat, à Bangkok. Toutes les races sont égales Et ensuite, lorsque Cohen aura défendu son titre, qu'i! gardera, c'est certain, quels sont les projets ? Le petit Bônois devance son manager qui allait répondre, 'Pour dire : - Garder le titre? Je l'espère bien, mais vous savez ce sera dur, carWillie Toweel est un champion. Enfin, je ferai tout pour gagner. Le jeune Cohen est un garçon sage, qui a les pieds par terre et que la gloire n'a pas gâté. Ce n'est pas lui qui perdra un combat parce qut'il aura mésestimé un adversaire. Mais profitons- en cependant, pour lui demander quels sont, à son avis, les boxeurs les plus dangereux: les blancs, les noirs, les jaunes? Robert est surpris par la question. - Mais, dit-H, il n'y a pas-de plus dangereux... Tous les boxeurs de classe sont durs et la couleur n'y fait rien! A.nsi Songkitrat, ça n'était pas du, gâteau ... Mais revenons à ses projets. C'est Edward G. Robinson (non, pardon, C.-Ch. R.) qui répond maintenant : - Après le championnat, Robert fera un combat à Salsbury en Rhodésie Britannique. Et pU,s après, nous irons peut-être à Tel-Aviv ... - A Tel-Aviv, mais il n'y a pas d'adversaire pour lui làbas! - Sans doute, mais il y a un mois environ, un impresar,o du pays' est venu nous voir pour nous demander de présenter Robert Cohen là-bas. Il y ferait des exhibitions au profit des oeuvres sociales. Robert est d'accord - et mo; aussi -. Maintenant, j'attends une lettre de confirmation. Nous serions alors à Tel-Aviv entre le 20 et le 25 mars, puis nous reviendrons ensuite à Paris. Lui. il boxe ... - Et le challenger n° 1 au titre mondial, le Mexicain Raton Macias, est-il question de lui donner sa chance ? - Pourquoi pas ? C'est une question de bourse. Si nous avons donné la préférence à Willie Toweel, challenger officiel lui auss;, c'est parce que l'organisateur de Johannesburg nous a garanti une somme de dix millions de francs, déposée en banque, plus un pourcentage sur la recette et les frais de voyage ParIs-Johannesburg pour trois personnes. Les offres américa: nes étaient beaucoup inférieures. Quant à Robert Cohen il n'a pas d'opinion. Il rencontrera Marcias si s>on manager en décide ainsi. Le « boss » traite les affaires. Lui, i! boxe ... Et déjà la sonnette l'appelle. Le voici à nouveau en mouvement. Toute la salle danse, a'u rythme des coups. Et le mobile petit boxeur noiraud, bien campé sur ses jambes, le menton dans la poitrine, frappe, frappe le sac de sable qui oscille, tandis, que Edward G. Robinson, pendu1 au téléphone, continue à tourner ... Dans la rue les gens vont et viennent, passent devant le 53, rue Rodier, sans ' se douter qu'au fond de la cour de l'immeuble, à quelques mètres d'eux, il y a un champion du monde qui sue à grosses gouttes ... tera Jamais le r arm&ment de ses bourreaux, Ce n'est pas impunément qU'on piétine les sentiments d'un grand peuple comme le nôtre, qui veut la réconciliation francoallemande mais qui n'acceptera jamais d'être l'instrument des revanchards pangermanistes dont les haines antifrançalses sont bien connues .•. On a tenté, dans les milieux officiels, de Justifier les accords de Paris en s'efforçant d~ faire croire qu'à défaut d'accepter la remilitarisation de l'Allemagne de l'Ouest, elle serait faite sans la France. A cela nous répondons : ce n'est pas vrai, parce que la France a 'pour elle le droit et les ,moyens de faire respecter son droit ... " est possible d'empêche~ la renaissance du militarisme allemand dans le cadre d'une politique extérieure indépendante. Jacques DUCLOS, (Communiste) . veut bien admettre 2.000 pèlerins par a'h. Or, souligne M. Forcinal, il y a en France 30.000 déportés rentrés des camps nazis; et plus de 200.000 ne sont pas revenus. Ainsi pour que tous les rescapés et un parent de chaque victime puisse aller se recueillir sur les lieux de la déportation, il faudrait plus de cent ans ! D'ici là ... Sur les i Tour à tour, jour après jour, le général Aumeran, Pierre Lebon, Jacques Duclos, Maurice Schumann, Edouard Daladier, Pierre Cot, André Denis, etc ... se prononcent contre les accords. Avec des arguments souvent très différents. Maurice Schumann, comme P.H. Teitgen, Alfred Coste-Floret, et d'autres, pour expliquer leur refus, chantent les louanges ... de la C.E.D. Mendès-France, mettra, pour eux, les points sur les i : « Au point de vue militaire, les deux choses (C.E.D. et accords de Paris) se recouvrent ... Les effectifs prévus sont exactement ceux qu'avait fixés l'accord spécial annexé au traité instituant la C.E.D. » Et nombreux sont les « cédistes », même les plus convaincus, qui voteront la confiance. Sans enthousiasme Les partisans des accords, eux, ouvrent à la tribune leurs coeurs déchirés - une pitié. Aucun n'ose défendre le réarmement allemand. Jacques Bardoux : (t Les risques sont certains ... » Maurice Faure : ({ Tout ceef renforce notre crainte ... La participation de l'Angleterre est trop parti elle... Le mérite de cette solution est d'être la se· conde ... C'est l'histoire qui tran chera ... » Avouez qu'il y a de quoi ! Doutes Et voici le choeur des abstentionnistes

Jean Legaret : « C'est pénible... Cela me parait particulièrement dangereux ... L'inquiétude qui m'étreint profondément aujourd'hui ... » Léon Noël : ({ Nous sommes bien loin d'être rassurés ... Il est fort à craindre ... Il nous est impossible de ne pas être inquiets ... » P. de Chevigné : « Dès l'année prochaine l'armée française sera inférieure à l'armée allemande ... » Paul Reynaud: « Les accords de Paris donnent l'hégémonie militaire à l'Allemagne... » Alors, pourquoi ne pas voter contre? On fecommence ... ({ La réapparition d'une force militaire allemande sera un élément constitutif de la paix parce que le simple fait de son existence fera cesser un vide dangereux. » C'est l'argument stratégique le plus répandu pour justifier le réarmement allemand. Mais cette citation date de 1933. C'est Hitler qui a dit cela, comme le rappelle Jacques Duclos. Plus d'un « européen », à ce moment-là a biffé un passage du discourS qu'il avait préparé. Changement 23 décembre. Le préSident du Conseil est à la tribune, Tout d'abord, il s'étonne : 350 dép'ltés ont approuvé les accords de Londres, le 8 octobre. ({ Aucun fait nouveau survenu dans l'mterv~ lle n'est de nut:üre à ,ustifier un revirem.ent... » Aucun fait nouveail ? '!':t l'action patr,t)tique menéE' dans le pays ? Et les délégations qui, venues de tous les hOf!ZOllS gF..ograph~ ques et politiques, affluent au Palais-Bourbon ? l'Allemagne, vous irez essayer de la désarmer? Avec le concours de qui ? Avec l'appui de quel allié ? ... C'est sur ces mots que je terminerai cette intervention que bien des raisons m'ont conseillé d'abrége~ : J'aime bien les Etats-Unis, mals j'aime mieux la France. Edouard HERRIOT, (Radical-Socialiste) . -""""'-""""''"' """"''"' """"'-- Pressions : « Nos alliés nous regardent .. , » Violations du règlement, cascades d'irrégularités qui soulèvent les protestations de nombreux députés, dont MM. Quilici, Kriegel-Valrimont, de Menthon, Pronteau ... Sans parler des couloirs et des coulisses. - C'est la première fois, a reconnu M. Mendès-France, que je me donne tant de mal et de peine pour convaincre l'Assemblée et pour obtenir quelques voix supplémentaires ... 10 ans après Un peu avant la fin du débat, Mme Irène de Lipkow'ski lance un émouvant appel : « En ce dixième anniversaire de la Libération de la France, dixième anniversaire des batailles acharnées sur les fronts de Lorraine et d'Alsace, des lUttes sanglantes pour la reconquête pied à pied du sol de la patrie, dixième anniversaire - des . SQùffrances accrues de ceux qUi avaient choisi la voie obscure, le combat dans la nuit, et dont le tragique destin devait se terminer en déportation ... » Oui, en ce dixième anniversaire, 287 députés sur 627 onl voté le réarmement des bourreaux nazis. Les coupables sortent en silence, pas très fiers. A la reprise de séance, le président Le Troquer coupe brutalement la parOle à la veuve de Gabriel Péri. Voilà pourquoi, M. Mendès-r-:=============: France, la confortable majorité du 8 octobre deviendra, demain, une rrlinorité. ç a r.r a .1. .. Beaucoup de points essentiels restent en suspens dans les accords soumis à l'Assemblée. Pour qu'ils soient votés, Mendès- France multiplie les assurances, prophétise d'innombrables bienfaits. La question des armements ? Il ({ espère vivement » que cela sera réglé le 17 janvier. Les archives de la déportation? ({ Nous négocions actuellement un accord... » La Sarre ? ({ Des négociations ultérieures et un accord ultérieur doivent intervenir. » L'utilisation de la bombe atomique par les nazis ? Il n'en a jamais entendu parler. Appel et réponse Et puis, ce sont les grands mots pour caher des maux plus grands encore : ({ réconciliation franco-allemande .. , » « monter TARfF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, rue de Châteauduu, Paria , ge Tél. : TRU 00·87 FRANCE et UNION FRANÇAISf' UU au : 300 francB. PAYS ETRANGERS Un an : 430 franci lBONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte ch. post.: 6070·98 Pari Pour les changements d adresse -envoyer 20 fraucs et la dernière bande. Le g~\rant : Ch. OVEZAREK, S.I.P.N., 14, rue de Paradis, -:- PARIS (X') -:- 3 Réponse LES R A C ·1 STE S 57 personnalités à 1JI. Iules lJIoch font feu d soulignent les dangers 1e tout bois ~ des accords Monsieur le Député, Q D'IL me soit permis, avant \ de répondre à votre let- . tre, de rappeler ici ce que 'vous avez voté. Vous avez choisi, de doter J'AIleI)'lil.gne Fédérale d'une armée de douze divisions, d'une aviation tactique de 1.500 appareils et d'une flotte de guerre de A80. ·navires, ceci contre la , volonté ouvertement exprimée de son parti socialiste, de sept millions de ses travailleurs et de la plus grande partie de sa jeuneese. Vous avez implicitement admis que cette armée serait ' ,-1 C_e_ F_e _PAL_EV_Y_1 équipée d'armes légères, lourdes, atomiqueS et thermo-nu. eléaires - ce qui la rendrait moins inefficace que vous le pensez - et que le plafond de ses effectifs, actuellement fixé à 500.000 hommes pourrait être relevé dans des conditions qui -votre vote en est la ,pr~mve - Semblent assez facilemen' réalis8.bles. Vous avez conclu avec cette Allemagne une double alliance militaire - atlantique et européenne - qui oblig~ la France, par l'effet notamment des disposiUons de l'artiCle 4 du Pacte de Bruxelles à venir à son secours si elle est J'objet d'une agression; vous avez -reeonnu le gouvernement du chancelier Adenauer comme seul habilité à parler au nom des deux Allemagnes et vous avez convenu que les frontières de ces deux Allemagnes n'étaient pas définitivement fixées. La garantie que vous avez donnée à l'Allemagne Fédérale a donc tous les caractères d'une alliance offensive, l'engagement pris par le chancelier Adenauer de ne pas recourir à la force pour réaliser la réunification ou modifier ses frontières étant pratiquement annulé par sa lettre - également annexée aux accords - qui permet à tout chef militaire de recourir à la force «(- si ses forces sont sous le coup d'une menace imminente ~.

  • * :le VOUS avez, affirmez-vous,

souscrit à ces dispositions dans le dessein de « réunir plus sûrement la conférence à quatre sur l'Allemagne et de faire ,progr,esser les négociations à cinq sur le réarmement!>. Le malheur, pour nous, est que vous avez voté le réarmement de l'Allemagne et son entrée dans une coalition militaire et que vous n'avez rien voté - pas même un simple voeu - qui engage le gouvernement - _____- -...e:;.t:....à;;.."pr.;l;.u:::,s::..,!f,orte raison ses alliés Plusieurs. de nos amis, qui avaient écrit à M. Jules Moch pour lui demander de s'opposer aux accords de Londres et de Paris, ont reçu une circulaire Imprimée dans laquelle le député de l'Hérault tente d'expliquer pourquoi il a voté le réarmement allemand. Nous pUblions cl-dessous la réponse de Me Claude-Frédéric Lévy, avocat. à la Cour, membre du Bureau National du M.R.A.P. dez vous enfermer. La communauté atlantique eSt tenue par des lois qui obligent tous ses membres, et ceux qui rompent la solidarité ne sont pas ceux qui s'en tiennent à ses textes mais ceux qui prétendent les transgresser. Aucune disposition du Pacte Atlantique ne contraint la France à accepter le réarmement de l'Allemagne. L'article 10 lui permet formellement de s'y opposer et, ni les EtatsUnis, ni la Grande-Bretagne, ni les Etats du Bénélux n'ont le pouvoir de réarmer l'Allemagne contre la volonté de la France sous peine de violer les engagements qu'ils ont solennellement souscrits (accords de Potsdam, traité de Dunkerque, traité de Bruxelles, accords de Washington), ce qui aurait pour effet d'abolir toute loi internationale ,poour lui substituer le règne de la force.

    •  :le I L est encore un aspect du

problème dont se sont dé- , jà emparés certains de vos ennemis et qu'Il n'est pas mauvais d'évoquer dans un journal où le combat pour la paix est inséparable de la lutte contre Je racisme. su! la C E.D. - du poids de leurs cadres, de leurs effectifs et de leurs réserves sur l'Organisation atlantique qui comprendra peut être encore les quatre divisions britanniques et d'où les troupes américaines auront peut être été rappelées - car on ne peut sans ignorer ou trahir les textes affirmer que leur présence est garantie par les traités -. On parlera sans doute beaucoup de la frontière Oder-Neisse et d,es terres irrédentes. li est possible qu'un matin le mécanisme de l'article 4 du traité de Bruxelles se déclenche avec l'automatisme prévu. Vous protesterez encore un instant, qu'en souscrivant à tout cela, vous vouliez préparer les voies du désarmement et d,e la paix ? .. Peut-être penserez-vous alors qu'il eut été préférable d'y atteindre par d'autres chemins. ~'~' S IX millions de juifs, défendre Hitler, en raison des dont deux millions intérêts que celui-ci défendait. d'enfants ont été ex- «Circoncis ou non, a noté Anaterminés par les nazis. On tole France, le capdal ne devient comprend l'angoisse et l'in- jamais sentimental, et il ignore dignation des rescapés, de- les mouvements du coeur ». vant le réarmement des Il est donc regrettable, mais bourreaux d'hier, même si, nullement surprenant que, dans par le concours de circons- le vote sur les accords de Lontances politiques, cette dIes et de Paris, comme dans le monstruosité se trouve cau- vote sur la C.E.D., les députés tionnée par un Mendès- d'origine jUlÎve se soient partaFrance ou un Jules Moch. gés selon les mêmes critères que N'~vons-nous pas vu, de mê- l'ensemble de leurs collègues, et me, II y a quelques années, les que certa·ins aient voté pour jurifs de ce pay!> dressés à juste d'autres contre le réarmement titre contre René Mayer, alors allemand. 9a~de des ~ceaux, qui venait de Simplement, le vote d'un juif Ilberer Xav·ler Vallat, responsa- en faveur des assassins de six ble de la déportaHon et de la millions de juifs apparaît plus mort de 120.000 juifs de Fran- odieux peut-être que le même ce ? vote emls par des députés non- C'est que les distinctions reli- juifs. Pour être compréhensible gieuses et raciales sont aussi ce fait n'en est pas moins scanabsurdes dans le domaine poli- daleu,x. tique et social qu'e partout ail- D'autre part, il est normal leurs. aussi que, dans leur ,immense L'Affaire Dreyfus, par exem- ~ajorité, san,s d.istinction~ d'opipIe, a opposé non pas les juifs !11~ns ou de mlh~u socI~I, les et les chrétiens, mais les répu- JUifs de France alen.t lutte avec blicains, défenseurs de la justi- l'ensemble. de~ patnotes contre ce, aux forces de régression. Et la reconstitutIOn de la Wehrdes jUlifs, tels Arthur Meyer, macht, qui les .menac-e doubleont milité en bonne place parmi ment,. c.omme ~It.oye."s et comles antidreyfusa'rds. ~e victimes deslgnees du' ra- Il s'est aussi trouvé, en Alle- CIS}!!e., .. magne, en 1933, des juifs pour L. est I~ une cvnflrmatl?n ~e notre pOInt de vue d'antIra'Clstes, le seul juste, le seul objectif, à savoir que nous distinguons non pas entre blancs et noirs, entre chrétiens et juifs, mais entre défenseurs de la paix et fourriers de la guerre, entre simples gens honnêtes et ennemis du peuple. S'IL faut de tOtlt cela une démonstration, inverse, -la voici. Les racistes, les antisémites, qui se déchaînaient contre le président dUI Conseil lorsqu'il négoc,iait la paix en Indochine, ont approuvé chaleureusement la signature des accords de Londr,es et de Paris. « C'est notre politique », a pu écrire, enthousiaste, l'infâme « Rivarol :). Une étape importante de cette politique étant franchie,.!,. grâce à la collusion de uaniel Mayer et d'Isorni, de Legendre et de Mendès-France, les uns et -les autres se trouvent placés devant de nouvelles difficultés. Il leur faut maintenant pourrsuivre dans la voie où ils se sont engagés. Mais, il leur faut aussi, au fur et à mesure qu'apparaîtront les conséquences de leur vote, faire oublier leurs responsabilités. D'où un actif travail de désorientation, de confusion, de falsificatiQn, qui déjà commence. Pour tenter ce camouflage il existe mille moyens, qui seront tous utilisée, n'en doutons pas, selon les aptitudes et la vocation de chacun. Or, '< Rivarol :) et ses disciples disposent d'une spécialité qui a fait naguère ses preuves : l'a'ntisémitisme. Il n'y renoncent pas : les antisémites ne font pas de sentiment, eux non plus. Et voilà qu',ils commencent, par des campagnes ouvertes ou chLIChotées, dans -leur presse et dans la rue, jusque dans les couloirs du Parlement, à rendre « les juifs », selon un vocabulaire consacré, responsables d'une politique qu'eux-mêmes ont voulue et soutenue, qu'ils continuent de vouloir et de soutenir. C'est le classique procédé du « bouc émissaire ~, si bien, illustré par Hitler qui, à chacune de ses agressions, à cha'Cun de ses méfaits, accusait cyniquement les juifs. I L appartient, dès aujourd'hui, aux antiracistes, de faJre échec à cette abominable tentative de diversion. Ils doivent, pour cela, dénoncer les responsables, tous les responsables du réarmement a'llemand, qu1animent des impératifs aussi étrangers à la religion qu'aux exigences nationales. Et surtout, Us doivent contribuer à renforcer encore l'union et l'action de tous les patriotes, sa'ns distinction de religion ou d'origine contr,e les accords de L'Ondres et de Paris. Si -le réarmement allemand se réal,isait, ce serait une victoire des racistes, qui pourraient répandre, voir imposer provisoifement leurs théories barbares sous la protection de la nouvelle Wehrmacht, armée cette fois de la bombe atomique. Empêcher cela, c'est aujou,rd'hui la: forme essentielle de la lutte ant, iraciste. Pas une minute à perdre! Nous pouvons, nous devons, tous unis, gagner la bataille décisive. ... DE LON 0f t ES ET DE PA ft 1S ~s avons publié, dans notre dernier numéro, une déclaration signée par 38 personnalités, soulignant que la ratification des accords de Londres et de Paris encouragerait les éléments racistes et antisémites, et ferait courir à la France de terribles dangers. Cet appel demandait aux parlementaires de s'opposer au réarmement allemand et de se prononcer pour la négociation entre les p'ulssances en vue de la solution pacifique du problème allemand, gage de la sécurité française et de la paix. Dans les quelques jours qui ont précédé le débat de l'Assemblée Nationale, d'autres signatures sont venues s'ajouter à ce texte. Il en compte maintenant 57, dont voici la liste complète : Lucien BAUZIN, conseiller d'Etat honoraire; Julien BENDA, écrivain ; Dr André BLOCH, médecin des Hôpitaux, président de l'Amicale des Médecins Israélites de France; Elie BLONCOURT, ancien député, commandeur de la Légion d'Honneur; André BLUM EL, avocat à la Cour; Henry BULAWKO, président du groupement sioniste « Hachomer Hatzaïr »; R. CERF-FERRIERE, ancien président du groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative; Mme CHOMBART DE LAUWE, anoienne déportée, Médaille de la Résistance, Croix de Guerre; Maurice CURIE. professeur à la Sorbonne ; Dr Jean DALSACE; Dr DANOWSKI, président de l'Association des Anciens Combattants et Engagés Volontaires Juifs (1939-1945) ; R. DIDIER, préSident de la Chambre des Mises en Aocusatlon; Maurice DRUON, écrivain, prix Goncourt; Mme DUPONT-DELESTRAINT; Pierre DUPONT-DELESTRAINT, avocat à la Cour; Ellan-J. FINBERT, écrivain; V. FROLOV, maltre de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique; Pierre GASCAR, écrivain, prix Goncourt; Justin GODART, ancien ministre; Mme Marcelle Georges-HU ISMAN ; V. JANKELEVITCH, professeur à la Sorbonne ; A KROL, artistepeintre; Bernard LAVERGNE, professeur à la Faculté de Droit de Paris; Général LE CORGUILLE; Michel LEIRIS, chargé de recherches au C.N.R. S. ; Mme Jeanne LEVY, professeur à la Faculté de Médecine de Paris ; Edmond-Maurice LEVY, bibliothécaire en chef honoraire du Conservatoire des Arts et Métiers; Lazare LEVY, professeur honoraire au Conservatoire National de Musique; Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation; Georges MAGNANE, écrivain; Mlle Jacqueline MARCHAND, professeur agrrgée de l'Université; Louis MARIN, ancien ministre, membre de l'lnsti~ t; J~~h~ues MAYOU~ professeur à la Sorbonne; Albert MEMMI, écrivain, Prix Fénéon

Robert MERLE, écrivain,

prix Goncourt; 1. MEYERSON, professeur à la SorDonne ; Yves MONTEL, avocat à la Cour; Amiral MOULLEC, conseiller de l'Union Française; Charles PALANT, secrétaire général du M. R.A.P. ; Jean PAUL-BONCOUR, ancien ministre; O. POZZO DI BORGO, Ins,pecteur général de l'Instruction Publique; Marcel PRENANT, professeur à la Sorbonne

Mme Henriette PSICHARI-

RENAN; Claude RAYBOIS, conseiller général de la Seine; Prof,esseur Paul RIVET, directeur du Musée de l'Homme; Jean-Paul SARTRE, écrivain; Léonard SAINVILLE, écrivain, prix des Antilles; Evry SCHATZMAN, maitre de recherches au C.N.R.S.; Dr SICARD DE PLAUZOLLES, président d'honneur de la Ligue des Droits de l'Homme; Elie SOFER, industriel; André SPIRE, écrivain; Pierre STIBBE, avocat à la Cour; Gabriel TIMMORY, écrivain, officier de la Légion d'Honneur; Général Paul TUBERT, ancien maire d'Alger; VERCORS, écrivain; Pasteur Louis VIENNEY; Dr WEILLHALLE, de l'Académie de Médecine. Vous portez Monsieur, comme tous les habitants de ce pays - et vous plus que les autres puisque vous avez été personnellement et douloureusement frappé - le poids des' souffrances de deux guerres et de quatre années d'occupation. Mais vous portez à d'autres titres, comme celui qui vous a arraché ce vote et certains de ceux qui l'ont suivi, le poids d'épreuves particulières et le souvenir d'un des plus gigantesques deuils de l'histoire. Je crois que ces épreuves et ce deuil imposent, non point des devoirs différents de ceux qui incombent à tous les Français mais peut être un devoir supplémentaire

celui de lutter inlassablement

pour éviter le retour des horreurs dont nous gardons l'empreinte et d'épargner aux générations à venir ce que nos yeux ont vu. L·ACTION DU M. ft" A. P. **:Ie v ous nous assurez, à la (Suite de la page 1) fin de votre lettre, qu'au- Réu!1i le 30 septembre, sous cune pression n'a eu la présidence de M. Léon LYONd'action sur vous. Ce qui im-I CAEN, le Comité d'Action de porte c'est que ces pressions notre Mouvement condamnait se soient exercées. C'est qu'au ,~ __, lIs S_o.llt enJlS C_U l'alois.-Bourbon. dire g,,,u.· .i.l~ s -'-'-·"""Iil&Un't!-J!!a~s ____I • ....:l.e;;:s-:...;a;;:=c,c;.;o::.r:ds de Londres, milliers de signatures collectées, des délégations au domicile des députés ou à l'Assemblée Nationale. Poartout, le M.R.A.P., outre ses initiatives propres, s'associa à celles des Comités un flot calme et puissant, toujours renouvelé, les sections et le Bureau National du M.R.A.P. redoublèrent d'efforts. Nos multiples délégations, formées d'h0!ll~es et de femmes de ...... """-~-.-'" -- _. Admise dans la salle de réception, la délégation demanda à voir plusieurs députés ayant précédemment voté pour If.-~ armement de l'Allemagne, afin de ...l eur faire connaître leur -~-Vm>'I1ellle un~~"l'~,V;'Charles'~~"U~==--~Un~~v~LlIIUmrrllCharlesU~'~'U~"U~l'~~.Charles,e-'CharlesI~'U'-;llnï-ll--lr6 avril 2010 à 08:33 (UTC)CharlesmmCharles 6 avril 2010 à 08:33 (UTC) ...... ~ .................... .m ...... ~'-~~CT6 avril 2010 à 08:33 (UTC)ne6 avril 2010 à 08:33 (UTC)Charles 6 avril 2010 à 08:33 (UTC)na6 avril 2010 à 08:33 (UTC)"T6 avril 2010 à 08:33 (UTC)~~--~ .. ~--,-~----~~-------------p __________________ ~----------~~. qui engage le gouvernement porte c'est que ces pressions;;-;tre 'M~u;e;;;~~t condamnait outre ses initi~tives propres, Nos multiples délégations, for- armement de l'Allemagne, afin -,. et à plus forte raison ses alliés se soient exercées. C'est qu'au Ils sont venus cu Palais-Bourbon, dire qu'ils n'oublient pas les accords de Londres, qui ve- s'associa à celles des Comités mées d'hommes et de femmes de de leur faire connaître leur sur la v'Ûie que vous prétendez nom d'un idéal qui se réclamait naient d'être signés, et adres- Juifs d'Action contre le réarme- toutes origines, de toutes opi- point. de vue d'antiracistes. M. lui avoir tracée. de la paix et de la fraternité sait au président du Conseil ment allemand. Notre Président, nions politiques, se mêlèrent Lacoste, fit répondre qu'il ne Il n'apparaît pas d'ailleurs, humaine ont ait imposé à 288 une lettre exprimant la protes- M. Léon LYON-CAEN, prit la fraternellement à toutes celles, pouvait recevoir la délégation._. d'après les informations qui députés et du même coup à Les J-U .- f s d e F r' a n c e tation des antiracistes. parole, en notre nom, à la con- venues de Paris comme de la que s'il ne s'agissait pas de la nous parvIennent, que ces me- l'Assemblée Nationale française Ces accords, c'Ûmplétés au férence des juifs <l'Europe, le plus 'Iointaine province, envoyées discussion en ()Qurs. M. Depreux, sures que vous av~z votées l'approbation d'un pacte de ré- cours de la conference de Pa- 12 décembre. par les bureaux et les usines, les qulH ne recevait qu'à la mairie soient simplement destinées à armement que seul, votre se- s'e'Ie' VIl,ot "ontre le rO~rmDmDnt allemand ris, d'aucuns tentèrent alors d'en A la mi-décembre, était publié laborato.ires et les chantiers, les de Sceaux 1 Et quelques aut1"es exercer une menace devant per- erétaire général a uéfendu à la l' U (JU U U minimiser la gravité, d'autres l'appel des personnaHtés, dont v·illages et les fa'cultés. qu'ils étaient trop iQccupés et mettre, « sans doute après u:te tribune et dont seul votre parti ne demandèrent pas mielllx que ·notre MOUivement avait pris L'atmosphère d'union et de qu'il y avait trop de délégapériode de tension l>, d'aboutir a ordonné le vote. Il est possi- de se laisser tromper sur leurs l'initiative. Cet appel fut adres- gravité rappela'it irrésistible- tions ... La salle, en effet, ne déenfin à la paix. bl e qu ' une f O.IS encore, vo t re Créé pour combattre la C.E. «Mais ces députés ne représen- obJ·ectifs. Il fanait les démas- sé par nos soins à un grand ment une autre campagne ou. la semph.s sait pas d, de h ors, lA t '·t é dét . é D., le Comité Juif d'Action con- te nt pas leurs coréligionnaires Si vous aJ' outez à cela qu'il vo e n al ét ermm que par tre le réarmement allemand a t' . t l quer et éclairer l'opinion antira-nombre de députés. France se retrouva, également file s'allongeait d'heu.rl; en heuvotre Intime conviction. Nul ne e n expnmen pas a convic- ciste. unanime : la campagne pour les re devant lE: Palais-Bo"rbol! e. t n'est .pas depuis deux ans une poursuiVi activement la lutte tion des juifs de France... A l'Ass mbl' note soviétique qui, avant mê- peut aujourd'hui en juger puis- contre les accords de Londres et « Au nom des six millions de A cet effet, notre Mouvement e ee Rosenberg. Et beaucoup qui, le long <le 11\ Seine. me d'être intégralement tradul- qu'il se trouve que les directi- d P . S 1 é 'd d " f d t 120 000 édita, mi-octobre, un document Natl"Onale alors, avaient lutté li" çQ!1ç1~-à- Apnrenant que le président te n'ait été accueillie par les ves de votre conscience se sont Me 'Anandsr.é Boluums eal, pilr gSrIo uenpcee dees 1mUa1 sss,a croésn par l.e s ardmeé eFs rahnitclée-, rone'o typ'e :« L es an /lr.aC.1S t es cou de, se retlOOn t ral.e n t d e nou- H ernro t se t rouval' t da ns l'hmé'l - sarcasmes de v'Ûtre presse et exercées dans le même sens que personnalités de tous les partis. riennes, au nom des toutes les devant les accords de Londres Le 20 décembre, jour de l'ou- -veau, conscients de défendre, cycle, notre délégation ' lui fit des porte-paroles officiels et of- celles de votre parti. Son initiative la plus importan- victimes du nazisme, les juifs de et de Paris, et la menace du ré- verture du débat, le Bureau Na- cette fois, leu,rs propres vies et parvenir un bref message, lui flcleux et que rien - bien au :1:*'" te fut l'organisation, le 12 dé- France continueront, avec tous armement allemand l>. tional du M.R.A.P. se rendit, à celles de leurs enfants, directe- demanda'nt respectueusement de contraire - ne fait prévoir un D ANS quelques semaines, cembre, Il Paris, d'une Confé- les patriotes du pays, à s'oppo- Le 28 octobre, à l'Hôtel Mo- 18 h. 30, à l'Assemblée Nationa- ment menacées. faire, ullle nouvelle fois, entenchangement dans cette attitude, si par malheur, la lutte rence des Juifs d'Europe, qui eu~ ser aux accords de Paris et à derne, il organisa une conféren- .Je. Audip.nce avait été demandée dre sa grande voix. M. Herri'Ût, on peut à bon droit se deman- opiniâtre que notre peu- un retentissement considérable combattre la reconstitution de ce d'information suivie d'un in- à tous les groupes parlementai- A la veille devait, peu après, lancer un der si la « période de tension l> pie mène pour la paix venait à en France et à l'étranger. la Wehrmacht, jusqu'à la vic- téressant débat. A l'unanimité res, ainsi qu'à plusieu1rs dépu- du scrutin dernier appel aux députés, les dont vous annoncez très juste- échouer, les généraux allemands Après le vote de l'Assemblée toire.» les participa'nts s'engagèrent à tés. Certains, tels MM. Soustel- mettant en garde contre la rament l'appI'oche servira de pré- sièger,ont aux Conseils de l'O.T. Nationale, le Comité Juif d'Ac- * combattre de toutes leurs forces le et Naegelen prirent contad Le 29 décembre, à la veille du tification des aoeords. misse à une rencontre politique A.N. Dans quelques mois (per- tion contre le réarmement aIle- Le Conseil ~e~résentatif des les accords de Londres et de téléphoniquement avec le M.R. vote final, une importante déléou à la première salve du canon sonne ne prend plus au sérieux mand vient de pUblier une réso- Juifs de France (C.R.LF.), a P·aris. A.P. - le premier exprimant gation des signataires de notre atomique. le délai de deux ans) les lution où l'on peut lire : d té 1 Et le 2 novembre, rassemblés Son acoord avec la déclaration, déclaration se rendit à 15 heu- Vous invoquez encore, pour bOO.OOO hommes de la nouvcllt: « Les juifs de France sont dou- ~i:té: e u1~e déC:~~I~ÙO~ l'U~~ salle Pleyel pour le gala du M. le second ses hésitatiiQns, qui, fi- res, à l'Assemblée Nationale. . t'f' t t 1 é U' h ht t à . d d' loureusement surpris que des dé- RA.P., 2.000 parisiens applau... nalement furent surmontées. Elle comprenait M. Elie BLONJUS 11er vo re vo e, es n cessi- VY e rmac SGron pie .!lU - « proclame à nouveau son émo- dl' rent l'action de notre MoLiv.e- D' t t MM. B COURT . d' t' tés oe la solidarité atlantique. ne. Ils seront un ou d,eux mil.· putés appartenant à une com- t· d t l . d' au res, no amment ar- ,ancien epu e, com. Singylière solidarité qui oblige li( ns quand II p,aira à leU! -\" JU- munaut é St. cru eI I eme nt a tte·m t e aIrOmne meevnatn dees nl'Asqllueems agnuen rdée- m.e.n t" et signèrent des listes de doux et Lussy refusèrent de re- mandeur d' e la Légl'on d'Hontm ' .~euplé à subir ce à quoi il Hrnement car on ne voi~ pas par la barbarie hitlérienne, au l'Ouest comme de l'Est »; et, petitIons contre le rea'rmement cevoir la délégation du M.R.A.P. neur; Mme DUPONT-DELESà ·p·a~ . deux fois manqué de ,suc- rlJmment la France p~u:'l'.lit lieu de s'opposer au réarmement dans une autre résolution, 11 allemand. Seul, le groupe communiste ac- TRAINT, fille du général De- . c6!1iJ:ier;ët à' affr6qter un dan- I.'·(.rs exerc'l" U,l veto dont v )U~ allemand ... l'aient voté et que « s'élève énergiquement contre corda l'audience demandée, et, lestraint, assassiné par les nazis; gè~' 'lj.uqUI)I il a sacrifié deux de n'ayez pas' t'ru aevolr user il.'1- même certains d'entre eux se la politique de clémence des Al- De multiples en son nom, M. Jean Pronteau M. Michel LEIRIS, chargé de ses 'genéiations. Mais rien n'est ;"urd'hul. Ils ptseront - :!flm- soient rangés parmi les plus ar- liés, à l'égard des criminels de initiatives assu,ra la délégation de s'Ûn com- recherches au C.N.RS.; Mme plus faux, eh véritt;, que le di- 'ine vous " l'a\ c:z excellemment dents défenseurs de l'armée alle- guerre, coupables des forfaits les plet S'Outien. Jeanne LEVY, professewr à la lem. ' ~'nlé dan, s lequel .vous ·p.réten- Mmontré J .'.lIS votre rapil Jrt mande. l t La lutte contre les accords de En ces jours d'ardente lutte Faculté de Médecine de Paris, Ils ont voté « POUR» p us mons rueux. » Lond1"es et de Paris, ce furent patriot.ique, où la France tout . accompagnés de nos amis

  • alors, dans tous les quartiers entière avait les yeux Fixés sur MANVILLE, DYMENSTAJN,

La FédératioI'i cres Associations de Paris et dans plusieurs villes ses élus, où des milliers de ci- Albert LEVY, HUTMAN et d'Anciens Combattants et Va. de 'province, des dizaines de toyens anxieux et résolus se Pierre GERBA L, membres du lontaires Juifs a pUblié, le 21 meetings, des milliers et des rendirent au Palais-Bourbon, en Bureau Nati'onal. décembre, sous la signature de son président, M. Vanikoff, un Sous le signe de l'union Tout le long de ces journées, le M.RA.P. a eu la constante préoccupation de renforcer l'union ' des antiracistes. Les meetings et les délégations des différents arrondissements furent organisés dans cet esprit. Maintenant que la bataille entl1e dans une nouvelle phase, il appartient à tous les antiracistes, rejetant les appels à la résignation, de s'unir towjours plus étroitement et de lutter ensemble pour porter au réarmement allemand le coup décisif. =====;- ,Lisez: attentivement cette liste : ce sont les 287 députés . qui, le 30 décembre ont voté pour le réarmement des bourreaux nazis, assassins de vos parents, de vos proches, de tant d'innocents que vous aimiez:. DANTS : Barbier, de Baudry-d'Asson, de Beaumont, Becquet, Bettencourt. Blachette. Boscary-Monsservin, Chamant, Jacques Chevallier, Courant. Delbez, Frugier, Gavini, Grimaud, Guerard, Jacquinot, Jarrasson, Joubert, Kir, La Chambre, Lacombe. Lore, de Moustier. Moynet. Pantaloni. Paternot, Peltre, Pinvidic, Soi liard du Rivault et Temple. appel où elle « exprime sa profonde angoisse à l'heure où un nouveau projet de réarmement de l'Allemagne est soumis à l'Assemblée Nationale ». La L.I. C. A. et l'union des antiracistes Ces députés, vous en connaissez: plusieurs. Certains représentent votre circonscription. Il en est peut-être pour qui vO'us' avez: voté. Ce qu'ils ont fait ne saurait être pardonné. Votre devoir sacré, aujourd'hui, c'est de leur faire entendre votre Indignation, de faire connaître autour de vous leur attitude, d'éclairer leurs électeurs. d'hier. Et aux prochaines élections ..• Ils doivent savoir à leurs dépens qu'on ne va pas impunément contre les intérêts et la volonté de la nation. 86 SOCiAliSTES : Arb'eltier, Arnal, Bêche, Benhamed, Berthet, Boutbien, Brahimi. Capdeville, Marcel Cartier, Charl6t. Conte, Coutant, Dagain, Da' rou, Marcel David. Defferre, Mme De' grond, Deixonne, Delabre, Depreux, Dicko, Draveny, Dubois, Durroux, Evrard, 'Faraud, Florand, Gazier, Gernez, Gouin, Gozard, Guille, Guislain, Guitton, Henneguelle. Gérard Jacquet. Léon Jean, Lacoste, Mme Laissac. Lamarque- Candau, Lapie. Le Boil, Le Coutaller, Leenhardt. Mme Lempereur, Le Sénéchal, Levindrey, Liurette, Lausteau. Lussy, Maureret. Daniel Moyer, Mazier, .,Mazuez, Métayer, Jean ""c;unier, Minjoz, Moch. Mollet. Montalat. Nenon, Ninine, Notebart, Pineau, Prodeau, Tanguy-Prigent. Provo. Quenard. Rabier, Reeb, Regaudie, Rincent, Savary, René Schmitt, Sege!le. Sibué, Silvandre, Siow, Sissoko. Alexandre Thomas, Eugène Thomas, Valentino. Vols. Verdier, Very et Wagner. 44 'RÂDICAUX : André. Aubry, Bengana, Billères, Bourgès-Maunoury. Caillavet, Caliot, Chabernat, Chassaing, Coudert, David, Delbos. Delcos. Devinat, Fabre. Faggianelli, Edgar Faure, Maurice Faure, de Félice, Garavel, Gardey, Hakiki. Emile Hugues, André Hugues, Lafay. Laforest, de Léotard, Mailhe. Marie, Martinaud-Déplat, Mosson, Mayer, Médecin, Mendès-France, Morice. Nigay. Ourabah. Queui lle. Saïah. Saint-Cyr. Sid-Cara, Trimouilhe, Verneuil et Viollette. 37 REPUBLICAINS SOCIAUX: Bayrou, de Benouville, Bourgeois, Bouvier ·0' Cottereau, Catroux. Chaban-Delmas, Clostermann, Corniglion-Molinier, Dassau lt, Deliaune, Dronne, Durbet, Ferri, Fouchet, Fouques-Duparc. Garnier. Gaumont. Gutmuller. Haummesser, de Boislambert, Kauffmann. Krieger, Lemaire, Uquard, Magendie. Malbrant, Molinatti. Pey tel, Pre lot, Ritzenthaler, Serafini. Sidi El Mokhtar, Sou, Tirolien, Triboulet, Ulver et Wolff. 30 REPUBLICAINS INDEPEN- 19 A.R.S. : Bardon, Barrachin, Bendjelloul, Bergasse, Billotte, Frédéric-Dupont, Febvay. Henault, Kuehn. Lefranc, Legendre. Mallez, Mondon, Pe!lerey, Priou. Raingeard, Rousseau, Samson et Thiriet. 18 U.D.S.R. : Bobet, Barrier. Benard, Bonnefous. Cadi-Abdel-Kader. CondatMahaman, Duveau, Fé ~ ix-Tchic~ya, Houphouet-Boigny. Labrousse. Lanet, Mamadou-Konate, Miterrand. Claudius ~ Petit. Reveloson - Mahasampo, Said-Mohamed-Cheick, Secrétain, Velon- Jara. 16 M.R.P. : Ait Ali, Bapst. Burlot, Poul Coste-Floret. Dupraz, Fonlupt-Esperober, Hutin-Desgrées. Juglas. Klock, Meck, Pflimlin. Ranaivo, ReilleSoult, Sanogo-Sekou, Schmitt et Wasmer. 14 INDEPENDANTS PAYSANS: Bessac, Delachenal, Dixier, Guitton, 150rni, Laurens, Lefèvre, Marcellin, Menin, de la Noë, Olmi, Rolland. Rousselot et de Saivre. 12 PAYSANS: Bardoux, Bentoun.es. Laborde, Leroy-Ladurie. Poquet, Pebellier. Pluchet, Pupat, Raffarin, Toublanc, Valle et Vassor. 8 INDEPENDANTS d'OUTRE-MER : Aujoulat, Conombo, Grunitzky, Guissou, Maga-Coutoucou, Mambo-Sono, Ouedraogo et Zodi-Ikhia. 3 NON INSCRITS : Ben Aly Chérif. Buron et Monteil. Elle « estime qu'aucune politique, aucune menace ne justifie le rétablissement de la Wehrmacht ... » '" * '" Le groupement sioniste ({ Les Anciens de la Résistance Juive» (A.R.J'), réaffirme lui aussi « son opposition irréductible à tout réarmement de l'Allemagne sous quelque forme que ce soit » ...

  • Citons encor~ 'f.émouvant appel,

lancé le 22 décembre par 46 médecins des dispensaires juifs « O.S.E. », ({ Tiomkine » et « Aide Médicale ». Citons enfin les appels lancés par l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, l'Union des Sociétés Juives de France, l'Association des Anciens Déportés Juifs, l'Union des Etudiants Juifs de France, toutes organisations qui participent activement Il la lutte, par des meetings, pétitions, délégations, etc ...

  • Ainsi appar~t "'dans toute son

ampleur et sa diversit~, l'opposition quasi unanime des juifs de France au réarmemnt des bourreaux nazis. . , ANDIS que, dans tout le pays, les antiracistes agissaient en grand nombre, avec l'E'nsemble des patriotes, contre la ratification des accords de Londres et de Paris par l'Assemblée Nationale, quelle fut l'attitude des dirigeants de la L.I.C.A. ? le moins qu'on puisse dire est qu'elle fut équivoque et n'aida pas, bien au contraire, à la mobilisation des antiracistes. Dès la signature des accords, la L.I.C.A. et son journal, proclamèrent fatal le réarmement 'allemand et inutile la protestation. Certes, dans « Le Droit de Vivre • du 30 octobre, M. Bernard Lecache titre son article : c Négocions avec Moscou '. Mais le surtitre est significatif

« Puisque l'on n'a pas pu éviter

le réarmement allemand ... '. Deux mois avant le débat de l'Assemblée Nationale, il admet donc déjà le fait accompli. Et il oublie que 1. . négociation n'aurait plus d'objet (ne pauvant aboutir à la solution pacifique du problème allemand) si l'Etat de Bonn était intégré, de façon ft irréversible " dans l'organisation atlantique. Dans cet article, où il affirme que le président du Conseil a « remarquablement mené les négociations de Londres et de Paris " M. Lecache prêche ouvertement la résignation : « Nous ne pouvions pas l'empêcher ? Le réarmement se serait opéré en dehors de nous, contre nous ? C'est vrai. On serait mol venu de ne pas le reconnaître ... » . Et plu~ loin : c Ne nous lamentons pas inutilement ... ~ • A quoi mènerait aujourd'hui de brailler notre refus quand nous n'avons pas les moyens cie l'imposer ? .. " etc ... Cela, répétons-Ie, deux mois avant le débat. Le numéro suivant du « Droit de Vivre • (30 novembre) ne fait allusion au réarmement allemand que dans un bref article de dernière page. M. Lévine y sauligne qu'il est trop tard pour faire quoi que ce soit. La campagne lancée par c les communistes • (sic) ",'est plus, selon lui c qu'un baroud d/honneur ». c Le jour de l'ouverture du débat sur la ratification à l'Assemblée Nationale est tellement proche, estime-t-il, que la question de répondre avant ou oprès aux propositions soviétiques devient puérile '. L'heure est au « lâche soulagement •. Au Congrès de la L.I.C.A., devant les militants réunis, M. Lecache s'est prononcé contre le réarmement allemand. Mais il a cru devoir déclarer que les accords de Londres et de Paris s()nt c moins dangereux » que la C.E.D. et affirmer que toute protestation était « platonique '. Malgré la note soviétique soulignant l'inutilité d'une négociation après la remilitarisation de l'Etat de Bonn, M. Lecache continue à entretenir l'illusion qu'utle négociation permettra de « pallier aux conséquences • de la ratification. Ce sont les propres termes d'une déclaration publiée le 24 décembre, où la L.I.C.A., tout en s'affirmant contre le réarmement allemand, estimait inévitable la ratification, le jour même où l'Assemblée Nationale avait émis son vote défavorable. De même, « Le Droit de Vivre • du 30 décembre, où est annoncé le vote « probable .. des accords de Paris, ne souligne pas l'incompatibilité de ce vote avec la solution pacifique du problème allemand. Mieux, il publie un grand article de L.-M. Pop po, intitu" lé : « Mendès-Fronce : bilan positif en politique étrangère • qui cammence par affirmer que « les jeux sont faits " et où l'on peut lire des phrases comme celle-cl tendant à justifier le réarmement allemand : « La solidarité occidentale est consolidée par les accords de Londres et de Paris, les différends avec l'Allemagne sont aplanis... Il n'était pas possible de remettre indéfiniment le règlement des rapports Fronce-Allemagne ... L'intégration de l'Allemagne dons I·O.T.A.N. nous apporte le maximum de garanties quant à des velléités impérialistes ou revanchardes », Après la résignation, l'acceptation, que l'on tente de justifier en minimisant le danger. Ce sont ces pasitions qui expliquent le refus des dirigeants de la L.I.C.A., non seulement d'agir avec le M.R.A.P., mais de rencontrer les dirigeants de notre Mouvement pour débattre d· ... ne éventuelle actian contre le réarm .... ment allemand. Pourtant, les cntirC!cistes, y compris les militants et amis de la L.I.C.A., n'admettent pas, n'ont jamais voulu admettre que les jeux soient faits, et que l'an doive accepter en silence le crime qui se prépare. Nombreux sont ceux qui, désapprouvant l'attitude de leurs dirigeants, ont participé aux côtés des militants du M.R.A.P. à la gronde bataille nationale qui se poursuit et se poursuivra jusqu'à la victoire_ Deux membres du Comité Central de la L.I.C.A., M' Yves Montel et M. Elle Sofer. ont bien voulu joindre leurs noms à ceux de notre président et de notre secrétaire général, au bas de la déclaration des personnalités antiracistes contre les accords de Londres et de Paris. Un meeting a eu lieu, où ont parlé ensemble des représentants du M.R.A.P. et de la L.J.C.A. Nous nous réjouissons sans réserve de ces premiers pas de l'actiotn commllne dont l'efficacité n'est plus à démontrer. Si. au lieu de déclarer fatal le réarmement allemand, la L.I.C.A. s'était préoccupée de l'union de tous les antiracistes, qui sont d'accord sur J'essentiel, peut-être n'aurions ... nous pas à déplorer le vote du 30 décembre. Au moins aurions-nous tous la certitude d'avoir fait tout ce qui était possible pour l'empêcher. Mais il 'n'est pas trop tard. Dans le nouveau débat qui va se dérouler au Conseil de la République, les antiracistes peuvent et doivent faire entendre leur voix. Le M.R.A.P., dans une nouvelle lettre vient de proposer à la L.I.C.A. que cette voix soit celle de tous les antiracistes unis. Nous souhaitons ardemment qu'il en soit ainsi . i 4 EN ALLEMAGNE OCCIDENTALE Dan:XuCnleui;:~_:Vie~ l "Le peUPle israélien n'accepte pas le réarmement allemand" L'ANTISÉMITISME, AUXILIAIRE DE LA NOUVELLE WEHRMACHT nous déclare M. Meir YAARI « Les juifs dehors! Nous allons les tuer 1 )- " Président du Mouvement de la paix d'Israël L'EXPLOSION raciste du 23 novembre, à Berlin, au cours d'une manifestatiol1 électorale (1) n'a été qu'une manifestation part:culièrement spectaculaire d'un état de fait général : l'inquiétante recrudescence de l'antisémitisme en Allemagne occidentale. A Bad-Krewznach, un imposteur se fait combler d'honneurs et de cadeaux par les anciens S.S., tient des conférences publiques sous le patronage des autori,tés locales, après s'être présenté comme un criminel de guerre « injustement poursuivi :) pour avoir exterminé des juifs à Varsovie. A son retour de Stockholm, où il a participé aux travaux du Conseil Mondial de la Paix, nous avons rencontré M. Meïr YAARI, prés:dent du Mouvement de la Paix d'Israël, député ct la Knesseth (parlement israélien), secrétaire général du M.A. P.A.M. - Voudriez-vous, lui avonsnous tout d'abord demandé, résumer pour nos lecteurs les décisions prises par le Conseil Mondial de la Paix ? - Le danger de la remilitarisation de l'Allemagne, sous la direction des généraux hitlériens a été le thème central des débats de Stockholm, nous a répondu M. Yaari. . Les membreS du Oonseil Mondial de la Paix, ont souligné la nécessité de mobiliser toutes les forces pacifiques pour empêcher une décision fatale. Le second fait important qud ressort des débats de Stockholm, c'est la force imposante du mouvement mondial de la paix, qui groupe notamment les grands peuples asiatiques. La communaUtté de vues entre Chou En Lai et Nehru, exprimée dans les célèbres cinq points portant sur la possibilité de coexistence de toutes les na'tions asiatiques, a donné naissance à une puissante alliance, capable de réduire la tension dans cette partie du, monde et la menace du S.E.A.T.O. (pacte du sud-est asiatique, à direction américaine). Les tâches centrales que s'est fixées le Conseil M<lndial de la Paix peuvent êire résumées ains!

lutte con::re le réarmement

allemand comme pa'rtie intégrante de la politique de guerre et d'agression; lutte pour la reprise des pourparlers, en vue de la réunification d'une Allemagne pacifique et démocratiQue; lutte enfin pour le désarmement général et pour la CO'1- soli dation des bases de la coexistence, dans le monde entier comme en Asie. - Une autre question : pourriez- vous préciser en quelques mots l'activité passée et prése.lte, ainsi que les objectifs du Mouvement de la Pa:x d'Israël? BIDONVILLES (Suite de la page 1) Le froid aveugle qui frappe eruellement les pauvres, a trou- -.4. ..,1 ... _ ... la +_p", 'u-,",111pttr ord_ - Le Mouvement de la Pàix en Israël s'efforce de grouper les couches les plus laI ges de la population, indépendamment des convictions poEtiques, croyances religieuses OUI appartenances ethn:.ques. Sur ce plan, nous avons enregistré de notables succès au cours de nos grandes campagnes de pétition, depuis l'Appel de Stockholm contre l'utilisation de la bombe atomique. Notre .influence ne cesse de grandir dans les milieux les plus divers. Le martyre subi par les juifs, et notamment les épreuves tr,agiques de la pérIode hitlérien'ne font que le désir de les personnaHtés et cou,rants qui se tiennent à l'écart des partiS politiques. Nous faisons tout notre possible pour tenir notre Mouvement de la Paix à l'écart des contradictions partisanes qui se manifestent dans la vie politique et qui ne doivent pas empêcher l'union pour une action aussi vitale que la défense de la paix. Le dernier référendum que nous avons organisé a largement ,illustré la consolida!lon du Mouvement de la Paix pour la réalisation de sa mission. Ce référendum a porté sur trois noints. Chaque citoyen était appelé à se prononcer: 1) contre la renaissance de la Wehrmacht masses JUilves est resté sain, et le souvenir du passé est encore 'trop frais pour que les démagogues puissent endormir leur conscience et leur vigilance. Nous savons· que la renaissance de f<lrces armées allemandes n'est pas sel,lement un danger pour la paix du monde, mais aussi, très directement, pour l'avenir de l'Etat d'Israël. Le sort de notre oeuvre est intimement lié, de façon décisive à c€lu, i de la paix. Dès que l'Allemagne jouera un rôle prépondérant dans le bloc atlantique, avèc ses visées revanchardes et agressives, elle deviendra l'alliée naturelle des forces réactionna'ires du Moyen- Protestant, avec d'autres groupements juifs, contre cet état de fait, l'association américaine « B'nai B'rith » souligne dans wn communiqué que ~ les éLéments néo-nazis antisémites, jusqu'à présent camouflés en Allemagne, commencent à reparaître au grand jour, et se sont livrés à un « test» pour mesurer leurs forces à L'occasion des récentes élect.ons ». Il ne se passe de semaine, de jour, en effet, où ne soit signalé quelque méfa-it de ces criminels en mal de revanche. « Nous reviendrons » ••• L'une de leurs activités la plus courante est la profanation des cimetières judfs, méthode héritée directement des S.A. et des S.S. Récemment, le président des oommunautés juives de Mayen- . ce a révélé que dans les seul" environs de cette ville, l'inspect, i'on de 9 cimetières lui avait permis de découvrir plus de 60 ·tombes profanées. Monuments brisés, pierres ma'Tquées de la ·. croix gammée, caveaux souillés, etc... : la j ustice d'Adenauer ne croit pas utile d'intervenir pour mettre fin. à de si odieuses provocations. Ailleu'rs, en Hesse par exemple, est diffusé un tract nazi, signé de la croix gammée, où l'on peut lire : ~ Les judéo-t:Jlchevistes savent que nous reviendrons, et ils ont peur, ils tremblent. Ils ont raison de trembler, car notre retour sera dur comme le fer, et impitoyable, mais salutaire ». Et nous passons swr les innombrables incidents de la vie quotidienne, provoqués par des nazis impénitents qui proclament leur nostalgie du régime hitlérien et regrettent à haute voix que les juifs n'aient pas tous été gazés __ . « ' Mein .i{ampf » et succédanés Les journaux gouvernementaux qui mènent campagne en faveur de la nouvelle:: Wehrmacht, les feu,jJ(es des groupes nazis, ouvertement antisémites, alimentent un état d'esprit faVIOrable alf retour offensif du nazisme. Les livres également. ~ Mein Kampf » est toujours vendu en Allemagne, et aucune loi n'interdit· ,sa réimpression . Mieux : aux termes d'un décret du Bureau des réclamations de Lunebowrg, quiconque a perdu son « Mein Kampf » du fait de la guerre, a droit à une compensation financière. « Les protocoLes des Sages de Sion », cet ignoble faux antisémite, qui servit à tant de campagnes hitlériennes, est égaiement vendu dans les librairies de l'Etat de Bonn, avec d'a'utres « oeuvres» du même gen.re, anciennes ou nouvelles. Parmi les plus récentes citons : Manifestation contre le réarmement allemand, à Tel-Aviv A Kurscheid (Rhénanie du Nord), des nazis armés de haches pénètrent par effraction dans un internat en hurlant : - ~ Auch du Warst Dabei », de Peter Kleist où l'auteur, apologiste de Hitler, ,estime que « les juifs, en guerre contre l'Allemagne, ont d'autant mo:ns le dro:t de se pLaindre que Leurs pe-tes sont bien inférieures à celles des nations belligérantes » ... - « Judaïsme et antisémitispaix coule naturelle'ment dans le sang des masses populaires d'Israël. Il est vrélJi que les milieux réactionnaires et les agents de l'impérialisme américain et de ses visées agressives au MoyenOrient, font tout pour nous barrer la route. Leur presse s'applique à taire ou étouffer les échos de notre action. Mais ils en savent la véritable portée, et ils sont parfois amenés à la reconnaître, car la volonté de paix est trop puissante powr qu'on puisse l'anéantir et même l'affaiblir par la conspiration du silence. Il me faut pourtant souligner que le facteur décisif, dans le Mouvement de 1 E' d:lsraël. en Allemagne; 2) contre la paiticipation d'Israël aux blocs agressifs que la diplomatie américaine tente d'édifier au MoyenOrient; 3) ' pour des· pourparlers de paix entre l'Etat d'Israël et les Etats aTabes, sans aucune condition préalable et sans j'a, tronage 0<1 intermédiaires étra:1·gers. Les résultats obtenus: 410.000 signatures, soit 43 poloT cent de la population adulte, (:-rouve clairement que l'influence du Mouvement de la Paix èn Israël, est en voie d'extension et d'approfondissement. - Que pense-t-on en Israël du réarmement allemand ? - Les partisans de la paix etten e 1!:arde Ies c.ito'le_ns Orient. C'est un, fait incontesté qu'auj'owrd'hui des centaines d'officiers et techniciens militaires de la WehrmaCl1l hitlé"enne se retrouvent dans les différents Etats du Moyen-Orient, où dis sont accueillis à bras ouverts IL Y A '10 ANS Auschwitz était par les dictateurs qui se SO!1t « Le 27 janvier 1945, le camp emparés du powvoir avec l'a~t'e d'Auschwiti! était libéré par les des fomentateurs de guerre notoires, agents de l'impérialisme armées soviétiques, conjuguant leurs efforts avec ~es armées anglo-saxon. américaine, britannique et Ces agents, qui tentent d'instaurer des blocs agressifs diri- française, pour libérer l'Europe gés contre l'U.R.S.S. et les pays de l'oppression hitlérienne ... » du socialisme, cherchent l!lIs<;i Ainsi débute l'appel lancé à aggraver la tension entre Is- dans l'union par les organisaraël et ses voisins. tions de déportés pour le 10' an- Nous n'avons donc ni doutes niversaire de cet évènementç, ni· hésitations. Nous savons qu'il qui sera marque par diverses cées de notre df_\'Ql_ Qatriotig,,,u,,,eJ_ -,r,,é,,monies, notamment une soilions d'êtres humains, hommes, femmes, enfants, vieillards, exterminés; sur 150.000 déportés de France, 2.500 rescapés seulement. « La mémoire des martyrs doit demeurer vivante dans la conscience des hommes, souligne- t-il encore. Nul ne doit oublier une des plus effroyables pages de l'histoire de l'humanité ... » Ont signé ce texte : n .... u_ 1"" m---.J\..T n T 'CI D • U-O,.".ol me >, (édition:; Hohe Warte), de Wilhelm Prothmann, odieux p:<mphlet r,aciste basé sur des citations tronquées et falsifiées ... de la Bible. - « Justice politique, maladie de notre temps », (Presses Universitaires de Berlin-Oues!), de Friedrich Grimm, où l'auteur prend la défense des criminels de guerre. - « Récits et expérience d'un ancien gauleiter >, par Karl Wahl, reconnu grand délinquant nazi à la fin de la guerre, et dont on ~ma'g,ine aisément les qualités littéraires et humaines. Le gouvernement complice Tout cela se passe au YU et au su du gouvernement Adenauer. C'est en présence d'un ministre de Bonn, le Dr Seebohm, que les nazis en. uniforme, rassemblés le 23 novembre au Sport-Palatz ont lancé les cris hystériques de « mort aux traîtres juifs », « pourceaux juifs », ~ retournez dans les camps », « on vous enverra dans les chambres à gaz ». Et c'est un autre ministre d'Adenauer, le Dr Oberlander, ancien Hauptsturmbannführer des S.A., qui vient de proclamer

~ L'arrachement des territoires

allemands de l'Est annule tous les crimes de guerre. Nous sommes moralement quittes ». Réhabilitation du, naz·isme, renaissance de l'antisém itisme, revendications territoriales, appels bellicistes : telles sont les divers aspects de la situation politique en Allemagne occidentale. Commentant les incidents de Berlin, le Congrès Juif Mondial soulignait récemment que « ces évènements inqualifiabLes démontrent, au moment même où L'Allemagne va recouvrer sa souveraineté en, tant qu'Etat, que les doctrines et méthodes du naz:sme sont toujours vivantes >. libéré HERRIOT, Président d'Honneur de l'Assemblée Nationale; Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R.A.P.; Paul ARRIGlfi, président du Réseau du Souvenir; Vincent BADIE, député, déporté à Dachau; Jean CASSOU; le professeur DEBRE; J. DEBU-BRIDEL, sénateur; Mme DELMAS, présidente de l'A.D.I.R.; Mme Paul ELUARD; M. FORCINAL, d6r\Ht . d6nnrtA :Rl1~h" 1· Et il ajoutait que de tels faits ~ découragent tous ceux qui avaient espéré que le chancelier fédéral serait capable d'inculquer à une Allemagne restaurét! et prospère un esprit de démocrat, e et de tolérance. ) Halte 1 Voilà qui. éclaire la terrible responsabilité de ceux qui, précisément, en de pareiUes 'circonstances rendent non seulement la souveraineté mais la bombe atomique aux nazis. A Adenauer, aux anciens chefs hitlériens qUoi puHulent dans son gouvernement, à l'état-maj\or nazi reoonstitué, les partisans des accords de Londres et de Paris veulen,t donner la possibilité de mener à bien leurs proJets de domination. Ce faisant. ils refusent la main que leur ' tendent les démocrates allemands, hostiles au réarmement de leur propre pays, inquiets du nazisme renaissant. Les antiracistes, eux, se doivent, face à ces dangers, de poursuivre une lutte incessante. Nous ne céderons pas au fatalisme prêché par les défenseurs honteux du inili.tarisme allemand. Avec l'ensemble du peuple français, avec tous les peuples épris de paix, nous ferons échec aux accords de Londres et de Paris. (1) Voir le précédent numéro de ~ Droit et Liberté:.. ' Coexister ou périr De plus en plus fréquemment, des savants alertent l'opinion sur les dangers de la bombe atomique P.t se prononcent contre son emploi. Au début de janvier, c'Hait Robert Oppenheimer, que les mac-caTi.hyst ~5 ont éliminé de son poste aux Etats-Unis. L·IUS ré~erumen., , c'est Pr:'idéric ,'(;liot-C'lri~. Pr~x Nobel, qui vient de lancer un appel partiCUlièrement Clr.OUvant

« Son]ci!, ('. !-il d,~clar~, que nulle part vous ne serei! à l'abri, et qu'une défense civile efficac3 est illusoire, songei! que le bombardement nucléaire de n'importe quel objectif du monde pourra semer la mort, tout de suite ou à terme, en des points même très éloignés ». « E~ probleme, dit-il encore, est t1.~ !;avoir si l'humattité flCcep~" rn W~ "umes et les d~st ·"Uction~, la mort de centain'!8 t%e mWions (~'êlres, la mis~rtJ pour les s,lrvivllnts, la créatioll pr·;· bable dan!; ce cas de rrv:mstres, et m îme la 110ssibilité cie I.'ab!)litioil, tle toute vie sur l ·, planète II. , 1 (Suite de la page 1) Le froid aveugle qui frappe cruellement les pauvres, a trouyé dans les travailleurs nordafricains u,ne masse de victimes désignées. Désignées par le racisme et la surexploitation. faiblir par la conspiration u silence. . 11 me faut pourtant souligner que le facteur déoisif, dans le Mouvement de la Paix d'Israël, est constitué par les partis ouvriers de gauche. De leur coopérationl effective et efficace depend le rassemblement des éléments venus des divers autres milieux sociaux, et notamment d'approfondissement. - Que pense-t-on en Israël du réarmement allemand ? - Les partisans de la paix mettent en garde ,les citoyens d'Israël contre les faussaires patentés qui tentent de désorienter l'opinion publique en prétendant que le réarmement de l'Allemagne ne nous concerne pas, Je dois dire que l'instinct des à aggraver la tension entre Israël et ses voisins. Nous n'avons donc ni doutes ni· hésitations. Nous savons qu'il est de notre devoir patriotique et international de mobiliser les , masses de notre peuple dans la lutte contre la reconstitut:on du nlus grave danger pou,r la paix du monde : le militarisme Iléonazi. dans l'union par les organisations de déportés pour le 10' anniversaire de cet évènementç, qui sera marque par diverses cérémonies, notamment une soirée solennelle à la salle Pleyel, le 23 janvier, ainsi que par des pélerinages du souvenir. Cet appel évoque par quelques chiffres les crimes perpétrés à' Auschwitz par les nazis : 4 mil- L'hiver, j1()uant le rôle de révélateur, met à nu le fait que les discriminations dont ils sont l'objet (dans les domaines aussi divers que l'embauche, la sécurité sociale, les allocations fami, Hales, le logement) multiplient pour une catégorie d'hommes les misères qui sont le Idt de tant d'autres travailleurs. Soutenu. pal la popula'jCJn du 20e Et le racisme une fois le mal fait, se sert à Îui-même de justification. 4: Ce ne sont aprèstou, t que des nord-africains '> chuchotent les coupables, pour tenter d'apaiser les consciences indignées. Le CornUé Henri -Beckerman poursuit son ,cUon L-'E 5 janvier 1955, s'est tenue, 120, Boulevard de J Belleville, une réunion du La solution' ? La crise du logement, dont les travailleurs fiord-africains sont les victimes de choix, est un problème de gouvernement. Les sommes dépensées à la répressio~ seraient sans aucun doute mieux employées à construire des abris chauds et solides. Les antiracistes se do!vent d'exprimer à toute occasion leur solidarité active aux travailleu'rs nord-afr,icains. Et de réclamer des pouvoirs publics les mesures d'urgence qui s'imposent. Comité Henri Beckerman, qui s'est donné pour tâche de remettre, rue de Tourtille, à Paris, 20-, la plaque commémorant 1e sacrifice du résistant Henri Beckerman, fusillé par les nazis. Cette plaque, on s'en souvient a été arrachée par des vandales fascistes, et le propriétaire de l'immeuble refuse son autorisation, nécessaire pour la poser de nouveau. En présence de M. et Mme Beckerman, parents du jeune héros, le Comité a fait Le poln~ des démarches entre.prlses. 11 il ACHETEZ EN CONFIANCE AUX MAISONS AMIES TOUT CE QUI CONCERNE LE CAMPING linge de maison, vêtements de travail, de cuir pour motards, imperméables, pantalons, blousons, anoraks, chemises, bonneterie, etc ... PEINTURE - FAIENCE - MONTRES Coquillière - Stocks Camping 39, Rue Coquillière PARIS-l" Tél. : CEN. 04-09 Près de la Banque de France Métro : Palais-Royal Halles - Bourse Puteaux - Stocks - Camping 73, Rue Jean-Jaurès PUTEAUX Tél. : LON. 29-74 Ouvert le dimanche m~tin BONS DE SEMEUSE - GIP - OMNIUM acceptés - REMISE DE 10 % aux lecteurs de « Droit et Liberté JO - Facilités de paiement sur demande h plw guuuL pa" 6e6 qualiié6! Son poids , 1 kg. 300 Sa longueur: 0 m. 25 Ses nombreux usages r parquets, meubles, tapis, voitures, etc._ GRANDE MANIABILITE L'ASPIRETT est garanti 1 AN Lin'IIi ovec lous le. ('ICUlloi,.. dons une mol.". lu .... .u, •. - E.p. Pt,."i,.c. C. R. /2.800 (rOM. ou C.CP. 9948-l9 Pori, . port.t embo"oge groll,lll, Rembourlement Immëdlol ./ po. lotl.facTion constaté avec satisfaction qne plusieurs journaux, se sont saiSl8 de cette affaire eL ont corn· mencé à alerter leurs lecteurs. Une nouvelle délégation, formée de M. Sibaud, conseiller municipal de Paris et de nos amis Albert Lévy et Me Armand Dymenstajn, membres du Bureau National du M.R.A.P., s'est rendue chez le propriétaire de l'Immeuble du 21, rue de Tourtille

M. Piquenard, demeurant,

5, rue Louis-Blanc. Cette délégation s'est heurtée à un refus brutal. Ce personnage, qui ne cache pas sa sympathie pour le régime de Vichy, prHend empêcher la population du 20' de rendre hommage à un valeureux combattant antinazi, mort pour la France. Et, surtout après le vote récent de l'Assemblée Nationale sur Le~ accords de Londres et de Paris, Il compte sur l'appui des pouvoirs publics. Mals la population ne l'entend pas ainsi. L'indignation est grande à Belleville. Les signatures couvrent par centaines les listes de pétition exigeant que la plaque soit remise en place. Des hommes et des femmes de toutes opinions, de toutes origines, s'unissent pour faire triompher la cauSf.' du jeune héros. Il est regrettable qu'à ce moment ,précis, le journal de la L.I.C.A. ait cru devoir tenter de gêner cette union, en calomniant bassement le M.R.A.P. Les parents d'Henri Beckerman ont déploré, au cours de la réunion du 5 janvier, l'usage fait par le « Droit de Vivre :t de la lettre adressée .par eux au Comité et aux organisations participantes. Dans cette lettre Ils demandaient simplement que, contrairement à la décision prise quelques jours plus tôt par tous les membres du Comité, ceux-ci ne collectent pas de fonds : M. et Mme Beckerman entendent, en effet, couvrir euxmêmes tous les frais. M. et Mme Beckerman se sont solidarisés avec le Comité qui, à l'issue de sa réunion a publié un c-ommunlqué, où Il « s'élève contre les tentatives faites en vue de briser l'union des antiracistes, . des patriotes décidés à agir ensemble, sans distinction d'origines et d'opinions, animés par le pieux souvenir d'Henri Beckerman. » Pour que ce souvenir soit perpétué dignement, l'action continue. Le Comité Henri Beckerman, sOr de l'ap,pul de tous les patriotes, tiendra sa prochaine réunion le mercredi 19 janvier. UNE PITOYABLE DIVERSION D ANS le dernier numéro du « Droit de Vivre ", organe de la L.I.C.A., où l'on chercherait en vain une seule ligne appelant à combattre effectivement les monstrueux projets de reconstitution de la Wehrmacht, un article d'une singulière goujaterie tente de jeter le discrédit sur le M.R.A. P. en nous accusant, au mépris de toute vraisemblance, de faire commerco <les morts pour les besoins de notre propagande. Cela au moment où, dans un élan émouvant d'unité, des militants du M.R.A.P. et de la L.I. C.A. et de nombreux autres patriotes s'unissent en un large Comité, afin que soit rendue Justice à la mémoire d'un jeune héros de la Résistance, Henri Beckerman, fusillé par les nazis en septembre 1941, parmi les premiers otages que les hitlériens assassinèrent à Paris. Cela au moment, où au congrès de la L.I.C.A. plusieurs déléGués ont dénoncé la carence de ses dirigeants dans le combat national contre la C.E.D., puis contre les accords de Londres et de Paris. Au moment aussi, où parmi olnquante-sept pel'sonnalltés antiracistes deux membres du Comité Central de la L.I.C.A. signent avec les dirigeants du M.R.A.P. une décla' ration enjoignant aux députés de se prononcer contre tout réarmement allemand sous quel- . que forme que ce soit. Au moment, enfin, où militants de la L.I.C.A. et du M.R.A.P. appellent ensemble dans différents meetings tous les antiracistes à poursuivre dans J'union J'action contre le réarmement des bourf'eaUX nazis. A tout cela, et aux appels réitérés du Bureau National du M. R.A.P. au Comité Central de la L.I.C.A., afin que s'élève toujours plus haut, la volx des antiracistes face à la menace du militarisme allemand, la réponse est venue, pitoyable de bassesse et d'Indignité, et qui ne manquera pas de provoquer parmi les membres de la L.I.C.A. euxmêmes, la 'plus vive réaction. Le « Droit de Vivre lt nous accuse de faire commerce des morts parce que nous avons app. uyé de toutes nos forces l'action à Belleville, du « Comité Henri Beckerman » pour la l'emise de la plaque commémorative apposée sur l'Immeuble, 21, toue de Tourtllle, où habitait le jeune héros, et que des fascistes profanèrent lâchement Il y a quelques mois. Et comme pour justifier son ignoble propo!i le « Droit de Vivre » ajoute : « Le M.R.A.P., organisation para-communiste... ». Les officines mac-carthystes que ce genre de révélalations Intéresse seront reconnaissantes au «( Droit de Vivre» pour sa collaboration volontaire. Quant aux Innombrables Français de toutes opinions qui honorent le M.R.A.P. de leur soutien actif et dévoué, la petite crasse du « Droit de Vivre» sera une confirmation, s'II en faut, de la mauvaise fol des ennemis acharnés de l'uni'.é antiraciste auxquels un reste de conscience et de fidélité à tant de héros et de martyrs devrait impoter un minimum de décence, et leur Interdire de chausser des bottes qui furent celles d'Hitler avant de devenir celles de Mac carthy. Toujours plus unis, les antiracistes sauront ensemble Imposer le respect de la mémoire d'Henri Beckerman. Contre les faSCIStes qui l'ont profanée. Contre ceux qui la trahissent. blier une des plus effroyables pages de l'histoire de l'humanité ... » Ont signé ce texte : Pour la F.N.D.I.R.P. : Marcel PAUL, Charles JOINEAU, Charles BOSSI; Pour l'U.N.A.D.I.F. : Renée LEVY-LATTES, Paul PICOT, Berthe THIRIART; Pour la F.N.D.I.R. Edmond DEBEAUMARCHE ; Pour l'Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Rési stance Française

Mathilde GABRIEL-PERI;

Pour l'Association Nationale des Familles de Résistants et Otages Morts pour la France : Irène de LIPKOWSKI; Pour l'Amicale des Anciens Déportés Juifs de France : N. FANSTEN, H. BULAWKO; Pour l'Amicale des Déportés d'Auschwitz Marie - Elisa NORDMANN - COHEN, Louise ALCAN. Se sont associés à cette commémoration

MM. Edouard

roOE, , fesseur DEBRE; J. DEBU-BRIDEL, sénateur; Mme DELMAS, préSidente de l'A.D.I.R.; Mme Paul ELUARD; M. FORCINAL, député,' déporté à Buchenwald; Mme Georges HUISMAN; Mlle Andrée JACOB; Mme Marcelle L. KAHN; MM. Bernard LECACHE, président de la L.I.C.A.; François MAURIAC, de l'Académie Française; Etienne NOUVEAU; Jacques SOUSTELLE, député; Mme V AILLANT-COUTURIER, député, déportée à Auschwitz; MM. Louis VALLON, député; le prOfesseur WAITZ. Un premier pélerinage aura lieu à la fin de janvier à Auschwitz. Des déportés, des personnalités diverses et les représentants de plUSieurs organisations y participerl)nt, au nombre d'une soixantaine, pour la France. Dans ce g-rollpe, notre M()u vement sera représenté par M' Claude-Frédéric LEVY, membre du Bureau National. bable dans ce cas de nv:mstres, et mime la 710ssibilité de l'ab,,litio, t (le tou:e vie sur l 'I p!anète ),. Non, l'humanité ne l'accepte pas. L'humanité lutte, nous lutterons avec toujours plus de vigueur pour la paix, pour la coexistence pacifique, contre ceux qui remettent la bombe atomique entre les mains des assassins nazis. Le 17 'février à l'Etoile L'Association Nationale des Familles de Fusillés et de Massacrés de la Résistance Française ranimera la Flamme; à l'Arc de Triomphe, le lundi 7 février. Le rendez-vous est fixé à l'angle des Champs-Elysées et de l'avenue d'Iéna à 18 heures précises. Tous nos amis sont Invités à s'associer à cette manifestation du souvenir. SAUVONS SOBELL t (Suite de la page 1) autr~ prison, où il pourra du moins vivre, pendant que se poursuit la lutte pour la révimanifé qui consisterait à retirer mon mari d'Alcatraz. ;) Protestez 1 s,ion de son procès. Le M.R.A.P. s'associe sans Dernièrement, au pénitencier réserve à la campagne menée de Lewisburg, un autre criminel a'ux Etats-Unis pour la vie d'un ayant tué un, détenu politique, homme injustement condamné, deux de ses compagnons ont été dans une affaire où l'hystérie transférés en un lieu moins dan- belliciste et l'antisémitisme se gereux pour eux. 11 serait anor- sont ligués contre les droits les mal qu'une mesure semblable ne plus élémentaires de l'Homme. soit pas prise pour Sobel!. Notre Mouvement \'ient d'écrire En attendant, nous tenons le au président Eisenhower, au midirecteur d'Alcatraz, M. Edwin, nistre américain de la justice et B. Swope, pour personnellement au Directeur des Prisons pour responsable de la vie de Sobell. demander le transfert de MorDe même que sont responsables, ton Sobel!. Il a, par une autre le Directeur fédéral des Prisons, lettre, attiré l'attention du diM. james V. Bennet, le ministre recteur d'Alcatraz sur la terride la justice, M. Brownell et le ble responsabilité qui pèse sur président des Etats-Unis, qui ont .lui. tous les gens de coeu,r qui ont lutté pour la vie des Rosenberg, à défendre celle de Morton Sabel!. EnV1()yez aussi des lettres de protestation aux autorités américaines, aux Etats-Unis (1) et en, France. Organisez des délégations. Le sursaut de J'opinion publique peut sauver un, -innocent gravement menacé. Et ce sera une contribution àla révision du procès S.obell, en même temps qu'a la réhabilitation des Rosenberg, dont nous avons juré, naguère, de défendre jusqu'au bout la mémoire. (1) - Mr. Edwin B. Swope, Worden, Alcatraz, San Francisco (U.s.A.); - Mr. Bennett, Director of Prisons, Justice Dept., Washington ; - M. Brownell, Attomey General, White House, Washington; Président Eisenhower, Washing- Sétoéb edllû meet npt aar ledreté sn ompabrr euHxe lceni- .-_L_e _M_.R_.A_.P. _a_pp_ell_e _en_fin_ _to_n. ___________ toyens américains. Une lettre UNE SOIREE UNIQUE d'Helen Sobell UNE FEERIE DE COULEURS •.• « Je dis à mes enfants, écrit Helen Sobell au président Eisenhower, que leur père leur a été enlevé en raison d'une erreur qui sera corrigée sous peu. Mon marc a déjà passé cinq des jeunes années de sa vie en prison. Je viens d'obtenir pour la première fois depuis deux ans l'autorisation d'amener nos enfants voir leur père à Alcatraz. Nous voudr,ons le voir chaque mois sans avoir à p'arcourir plusieurs milliers de kilomètres à travers le pays. Nous voudrions nous trouver dans la même pièce que lui, et non le regarder à travers une vitre; lui parler directement, non par téléphone, comme c'est le cas à Alea/raz. Nous avons beaucoup souffert. Nous souffrirons peut être encore S'il vous plaît, accordez-nous le m;nimum de protection et d'hu- SAMEDI 22 JANVIER 1955, à 20 h. 30 SALLE PLEYEL 262, Faubourg Saint-Honoré GRANDE SOIREE DE GALA organisée par la 1 COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE 400 enfants intepréteront le conte féérique Que cherches-tu, enfant Réalisation scénique en 2 actes et 20 tableaux Un ensemble éblouissant de Costumes ? • de Poésie, de Chants et de Danses Les billets de 250 à 600 francs, sont à retirer : 14, Rue de Paradis - PARIS-10" Tél. : PRO. 90-47 et 48 (Métro : Gare de l'Est)

Notes

<references />