Droit et Liberté n°411 412 - mai-juin 1982

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°411-412 de Mai/Juin 1982
    • Congrès 82 : contre tous les racismes
      • Quelles leçons tirer du congrès 82 par Jean Pihan
      • "Etre, entre nous, pluriels et solidaires" par François Grémy
      • Libérer la France du racisme (extrait du rapport présenté par Albert Levy)
      • Résolutions des commissions adoptées au congrès de 82
    • Après l'attentat de Romans: "Non à une France frileuse!"
    • Les DOM TOM et l'abolition de l'esclavage: de Schoelcher à Fanon par Daniel Chapus
    • Afrique du Sud: répression accrue

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1IIII1111iii 11111111 MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME ET POUR L" AMITIE ENTRE LES PEUPLES N°411-412 Mai - Juin 82 - 8 F ISSN 0012 - 6411 a r ------ ------- ------ --- --~ - ----------------- - Congrès 82 CONTRE TOUS LES RACISMES Lamine Konté à la kora après des heures de débats enrichissants COMMENT CLORE DANS LA BONNE HUMEUR une première journée de congrès après neuf heures de débats? Il est 21 heures, Lami ne Konté entre en scène pour y chanter l'âme noire, les immigrés et le Sénégal accompagné de sa kora. Certains venus de loin, partis depuis la veille ont déserté la salle de la Bourse du Travail. D'autres sont restés pour assister à la soirée de solidarité internationale, placée sous le signe de la diversité. Ouverte par le Tsigane Jarko Jovanovic, elle devait se poursuivre par les Antilles, avec Gratien Bidonnet et le Kurdistan pour se terminer avec le groupe Djerba, de jeunes Tunisiens, habitués de l'animation de rue surfond de musique rythmée. Les représentants de plusieurs organisations antiracistes (Ligue pour l'Amitié entre les peuples de RDA, Ligue Belge pour la défense des Droits de l'Homme), des Mouvements de libération (ANC), namibien (SWAPO) et indien d'Amérique devaient également se succéder à la tribune, pendant les' intervalles. Cette soirée culturelle consacrée à la musique d'ailleurs, a souligné le rôle de grand rassemblement tenu par un Congrès. « C'est une formidable occasion de se rencontrer, d'éd Inger des points de vue, parfois opposés, mais toujours constructifs ». dira quelqu'un dans la salle, le lendemain. Il est vrai que les délégués des comités locaux, venus nombreux et des quatre coins de la France, on pu ainsi nouer des contacts, comparer des expériences, suggérer de nouvelles formes d'action. Parmi les nombreuses interventions, tant extérieures que militantes, un panorama le plus complet possible a été dressé des actions menées par le MRAP et des perspectives à venir dans la lutte contre le racisme. Si la presse écrite a largement rendu compte du Congrès du MRAP, certains journaux connus pour leurs orientations anti immigrés, l'ont passé sous silence, alors que le Congrès du Front National de M. Le Pen était lal'gement commenté dans leurs colonnes. Quant au Quotidien de Paris, un seul événé ment a retenu son attention : l'annonce du meeting organisé le 11 juin prochain par le MRAP, l'Association Henri Cu riel et la Ligue des Droits de l'Homme à la faculté de Paris-Assas. « Le MRAP veut affronter r extrême droite » titrait ce quotidien au lendemain du Congrès. Une optique toute particulière qui est loin de refléter la réalité . • u


SpécmICongrès--__________________ _

Quelles ·Ieçons tirer du Congrès 82 ? Discour.s de clôture du Vice-Président, Jean Pihan ON NE CONCLUT PAS UN CONGRÈS. On prend appui sur le travail du Congrès pour repartir d'un meilleur pas, fort des lumières qu'il a apportées et de la fraternité qu'on y a vécue ... Je noterai seulement une prise de conscience croissante des responsabilités de chacun, une maturité plus grande dans le Mouvement. La discussion est parfois chaude - car heureusement nous ne sommes pas tous d'accord sur tout - mais elle reste fraternelle: j'évoquerai volontiers telle collectivité que je connais bien et où l'on a placé sur le mur un immense thermomètre de la vie en commun, avec cette notation tout en haut: à 100 degrés, on s'eng .... comme des frères! Je d"'éli aussi qu'au Congrès, on se rend compte detout ce qui se fait à travers la France, par notre Mouvement. Il y a des tas de petites choses qL i sont admirables et qu'on ignore trop souvent. Je devr ... is distribuer quantité de remerciements, saluer une nou velle fois tous les amis qui sont venus ici. .. Le temps me manque et tous voudront bien m'excuser. Mais je voudrais au moins saluer la mémoire de notre Ami Jean Picart-Ledoux, qui vient de nous quitter et qui nous avait si souvent encouragés. De tous nos débats, je ne puis que retenir ce qui a été dit à propos de «La France, société plu ri-culturelle ". Il faut que nos compatriotes, comme ceux des autres pays européens - pour ne parler que de ceux-ci - s'habituent à ce que la présence d'étrangers, ou de descendants d 'étrangers, sur notre sol, n'ait pas le même caractère que celui des immigrations antérieures. Nous avons un rôle à jouer pour y habituer les Français, qui sont facilement chauvins et casaniers. Nous avons à faire en sorte que ces nouveaux « résidents » soient traités autrement qu 'ils ne l'ont trop souvent été et puissent participer librement à l'expression de leur culture et à l'exercice de leurs droits humains. Parler d 'amitié entre les peuples. c'est travailler à faire reconnaître la pluralité enrichissante entre des groupes identifiés par leur histoire et leur culture. h Au cocktail et dans la salle, des échanges de vue positifs. Ici M. Rocard, ministre du Plan et de l'Aménagement du Territoire. Photo : SENNA Sur les formes d'action du MRAP dans la nouvelle conjoncture, je dirai: nous nous sommes réjouis, mais tout n'est pas gagné. Des textes odieux ont été abolis, des libertés nouvelles ont été acquises, mais il y a ici et là des freinages, des refus d'appliquer les directives nouvelles. Pour nous, un mot résume tout: celui de vigilance. Et puis, il faut bien Qu'à mon tour, je dise un mot de la situation matérielle du MRAP. Il nous faut 5000 adhérents nouveaux : c'est une question de vie ou de mort. Il ne suffit pas d'applaudir notre trésorière: il faut que chacun se sente pour sa part trésorier du MRAP. Cela fait partie de la vie militante. Sinon ... faudra-t-il que ce Congrès soit le dernier Congrès du MRAP? Pour finir --.1 et puisque mes fonctions de vice-président vont cesser - je vous livrerai en quelque sorte mon testament et je parlerai de ce que j'appelle « la mentalité MRAP ». Nous avons sans cesse à lutter, non seulement à travers la France, à propos des «autres », mais aussi parmi nous, contre l'intolérance. Nous devons, comme le dit le Président François Grémy, «respecter les différences et les considérer comme une source d'enrichissement: «SI tu penses comme mol, tu es mon frère. SI tu ne penses pas comme mol, tu es doublement mon frère ». Et avant-hier, devant la mosquée de Paris, François Grémy disait encore que « des trois mots de la devise républicaine le plus grand c'est celui de fraternité ». Le mot de tolérance me paraît insuffisant. Je préfère dire : largeur d'esprit. Il faut «s'accepter différents pour s'aimer complémentalrement ». Il faut promouvoir le pluralisme, sans garder des secteurs réservés pour le~quels on n'admet pas le pluralisme. L'échange n'est pas la fusion. ' Cela suppose de chacun d'entre nous un effort constant, un effort de Joute une vie. . Voyez-vous, mes camarades, je crois que le MRAP est quelque chose d'unique en son genre. Je ne connais pas d'autre organisation qui puisse grouper, dans la compréhension mutuelle ef dans la fraternité, des gens si différents par ailleurs. Il importe donc d'abord de convaincre, autour de nous, et par notre exemple personnel, ceux qui ne savent pas ce que c'est que le MRAP et qui se sont faits une fausse idée du MRAP. Il ya une masse énorme de gens qui ont besoin d'être éclairés sur le MRAP. 2 Il importe que notre conviction soit contagieuse, et pour cela qu'elle soit aimable: «II faut rendre la vérité aimable » disait là peu près) Pascal. Il y a un style du militant MRAP à trouver: persuasif mais non agressif; faisant découvrir progressivement à l'interlocuteur ce qu'il n'est pas capable de porter du premier coup, et sans le culpabiliser. Vous vous êtes posé des questions sur les « simples adhérents » qui ne «militent » pas. Ne les boudez pas! Marchez à leur pas quand vous êtes à côté d'eux. Apprenez à les connaître plus personnellement. Qu'ils deviennent vos amis. L'action MRAP ne se réduit pas à ce que l'on fait en réunion de comité. Et cela m'amène à dire: ne soyons pas d 'abord des techniciens d'idées générales, mais des gens attentifs à chaque personne que nous côtoyons et qui souffre des attitudes racistes dont elle est victime. Vous ai-je déjà cité l'exemple de ce militant qui, disait-on, portait sur lui toute la misère de la classe ouvrière mais qui ne savait pas voir celle du planton de sa centrale? . J'ai lu ceci, d'un philosophe contemporain . «Omoncoeursivagueet si vulnérable, toi qui te reposes si vite dans cc L 'homme en général" mals qui as tant de peine à reconnaitre cc cet homme-cl, cette goutte de sang" ; toi qui te crois Irremplaçable et qui remplace si bien ceux qui ne sont pas toi, ne te laisse point aller à la puissance qui confond et qu'on nomme la haine. Eveille-toi à la connaissance slngullére ". Alors, moi, je dirai: «0 mon cher Mouvement, que je sers depuis plus de vingt ans, ou plutôt: qui m'as amené à servir mes frères les hommes, du moins mal que j'ai pu, mais si insuffisamment sans doute, c'est cette dernière adjuration que je t'adresse: Lutte courageusement et sans haine contre tout ce qui divise et opprime les hommes; pleure et serre les poings devant les torrents de violence qui, stupidement, submergent l'humanité; mais que cette vision cosmique n'obscurcisse jamais en toi le regard qu'il fautquetu portes sur cet enfant, sur ce chômeur, sur cette femme étrangère bafouée, sur ce balayeur que tu croises dans le métro. Eveille-toi - ou reste éveillé - à la connaissance singulière " .• Droit et Liberté _ n0411-412 - Mai-Juin 82 François Grémy «Etre, entre nous, pluriels et solidaires » Voici quelques extraits de l'allocution d'ouverture du Congrès 82 du MRAP prononcée par son président. Q U'EST-CE OU'UN PRÉSIDENT DU « MRAP? Depuis deux ans, je m'interroge. C'est un militant ordinaire, pas plus important que l'animateur de comité local, mais qui a des fonctions propres. C'est d'abord celui qui remplit les obligations définies par la loi de 1901, c'est celui qui porte plainte et actionne en Justice selon la loi du 1 er juillet 1972 dont nous fêtons le 1 oe anniversaire. C'est aussi celui qui endosse son costume croisé et met sa cravate pour rendre visite à un ministre, ou pour représenter le Mouvement à quelque manifestation plus ou moins solennelle. Mais ces aspects formels de son activité, quel qu 'indispensable qu'elle soit ne sont, comme di sait Valéry, que 1'« écume des choses ». Le président, et les vice -présidents, sont avant tout des militants dont la fonction est d'observer le Mouvement et de veiller à ce qu' il garde un cap correct, témoin de sa fidélité aux grandes options définies par ses statuts et par ses congrès successifs. Ce rôle de « gardien de la Constitution ». nous essayons de le jouer au sein de la Commission Permanente petit groupe qui comprend outre la présidence, le secrétaire général, et la trésorière. Il nes'agitpasd'unestructuredegouverne ment du MRAP: celui-ci doit être assuré par le Bureau National, le Secrétariat jouant le rôle de l'exécutif. Démocratie, cohésion et pluralisme Parlons d'abord de la démocratie au sein du' Mouvement. les structures que nous nous sommes données sont fondamentalement démocratiques

congrès, Bureau National où sont

représentées les différentes régions et les différentes commissions, Secrétariat où travaillent côte à côte les militants bénévoles et les militants permanents. Mais des contraintes de fait viennent contra rier l'exercice démocratique. Les premières contraintes sont celles de l'argent : dans son fonctionnement concret, le Bureau National instance dirigeante suprême du Mouvement, souffre d'un absentéisme important dû aux frais de transport. Beaucoup de régions n'ont pas les res sources pour financer le voyage de leur délégué. Aussi nous trouvons-nous souvent devant des bureaux nationaux réduits, où la région pari - sienne est sur-représentée. » 1: Tenir les réunions du Bureau en province se- ~ rait encore plus onéreux et n 'arrangerait que la UJ région « qui reçoit ». CIl « Le meilleur remède que je vois - bien qu 'a- 0 léatoire - serait de disposer d'un budget propre '0 - et inaliénable - pour les déplacements. f- Un espoir réside peut-être dans la politique actuelle du gouvernement, plus favorable à la démocratie associative que l'ancien, mais bridé lui aussi par les mêmes difficultés financières et économiques ... Un autre obstacle à la vie démocratique, authentique mais à mon avis injustement ressenti est celu i de la compétence et du temps passé. Je pressens, à maintes remarques et réactions explicites ou non, un certain agacement contre la place et le pouvoir de décision, jugé excessif, qu'ont le~ permanents au sein du Mouvement. Mais, réfléchissez chers camarades, comment en serait- il autrement? Les uns tra vaillent 60 heures par semaine - on est loin des 39 heures au MRAP, et cela doit nous interroger sur une certaine forme d'exploitation fréquente dans les organ isations ou associations philanthropiques ou caritatives, les autres engagés dans une activité professionnelle souvent lourde ne peuvent consacrer à la lutte contre le racisme que quelques heures sur leur temps libre ... Droit et Liberté - n0411-412 - Mai-Juin 82 Le fait demeure de cette inégalité de travail et de compétence. Et rien ne pourra faire que l'opi nion de notre Secrétaire Général, vieux de plus de 20 ans de vie militante permanente aura plus de poids que celle d 'un jeune et ardent bénévole du haut Ariège ou du 22e arrondissement de Paris. C'est là une donnée structurelle qu'on peut atténuer mais non supprimer. Une conséquence importante de cet état de fait, et qui mérite toute notre réflexion, est que l'action du groupe des permanents doit re'fléter le pluralisme de notre Mouvement... Un autre problème qui me préoccupe est celui de la cohésion du Mouvement. C'est d'abord celui du malaise qui s~pare le Siège et les comités locaux. Il existe au moins une indifférence ~t parfois une réticence des comités locaux contre la direction parisienne. Il est vrai que parfois le Siège parisien est amené à prendre des décisions trop rapides. ou qu'au contraire il réagisse de façon trop lente ou inappropriée. Je vous demande de vous poser deux questions: que pourrions-nous faire les uns sans les autres? Autre point qui peut nuire à la cohésion de notre Mouvement l'Intolérance. « On peut trouver que dans notre magazine, on parle trop des juifs, que le problème du ProcheOrient n'est pas analysé correctement, que la Pologne n'a pas été évoquée ... (tout cela a été dit, ou murmuré) ... Ceci est sain. Ce qui ne l'est pas, c'estquecela aboutisse non pas à des débats - il serait enrichissant que Différences reçoive de vous un courrier abondant - mais à des refus ou à des rancoeurs . .. François Grémy, président du MRAP. Cadres et finances Une troisième préoccupation que j'ai est celle du renouvellement de nos cadres nationaux notamment. Nous vieillissons. Certes les problèmes de succession sont encore loin, mais il nous appartient d'y songer. Les comités locaux sont pleins de jeunes énergies. Ou'elles viennent! Ou'elles prennent le MRAP, local et national, en charge! Or je dois constater que depuis plusieurs années, j'ai vu passer au MRAP plu sieurs jeunes de talent auxquels il pouvait sembler naturel de penser pour les former afin de leur confier éventuellement la barre d'ici à quelques élnnées. la plupart ne sont pas restés. Bien que chaque départ soit individuellement explicable, le phénomène me semble mériter réflexion . y a-t-il en nous une cause interne qui expliquerait le caractère fugitif et éphémère de ces vocations? Enfin, dernier problème, et le plus grave, celui de nos finances. Vous entendrez tout à l'heure le rapport de Claudine Mardon. Mais je ne peux que répéter ce que j'écrivais voici quelques mois : l 'état financier de notre Mouvement est très mauvais ... Faute de 5000 adhérents supplémentaires dont les cotisations nous apporteraient de l'argent frais dont nous avons besoin, nous sommes condamnés à la mendicité, la dépendance ou la dispartion en tant que mouvement organisé ... Il m'ennuierait beaucoup, mes chers amis, d'être le dernier président du MRAP ou de devenir président de l'association des anèiens combattants contre le racisme ». Hommage à Jean Pihan François Grémy a ensuite rappelé les ambitions et formes d'action à venir du MRAP, insis tant sur « les aspects curatifs » et « la dimension préventive ». Deux domaines importants sont à développer. D'abord, la recherche, pour laquelle un groupe de travail sera créé en collaboration avec le ministère de la Recherche et de la Technologie. L 'éducation ensuite. Nous ne reproduisons pas ici dans son entier, l'allocution de François Grémy, ces points, ainsi que d'autres (Différences, l'élargissement des statuts) ayant été largement abordés dans le Rapport du Bureau national adopté par le Congrès. François Grémy terminait son interven tion par un hommage touchant à Jean Pihan : Jean Pihan nous a annoncé qu'atteignant bientôt l 'âge de 70 ans, il désirait renoncer aux fonctions de vice-président qu'il occupe depuis 1970. Jean Pihan représente parmi nous ce qu 'il appelle la tendance « Evangélique ». C'est-à-dire qu'il est de ceux qui décide de suivre - au point d'y consacrer toute leur vie - cet energumène juif d'il y a 2000 ans qui avaient des idées bien étranges, comme par exemple « qu'il.taut chercher d'abord la justice, et qu'ensuite tout nous sera donné par sucroÎt » . Dès 1952, J. Pihan a pris conscience que la lutte contre le racisme était une recherche de la Justice, en cherchant à extraire les relents d'antisémitisme dans le catéchisme. En 1960, après avoir participé à un colloque « Pour une éducation antiraciste » organisé par le MRAP, il fonde le Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux, (CLERP). Depuis qu'il est vice président, il a multiplié les interventions ; retenons le témoignage qu'il a apporté en 1974 au procès du MRAP contre Ordre Nouveau. Ce témoignage lui a valu la haine active de ses adversaires. En 1975, il reçoit par la poste un petit cercueil, et sa voiture un cocktail molotov en 1980. J . Pihan expérimentait ainsi que le « surcroÎt » promis aux combattants de la Justice n'est pas exempt de périls. Tout au long de ces années, il manifestait auprès des camarades du MRAP la participation des chrétiens et de l'Eglise de France, et en sens · inverse, il a témoigné auprès des responsables de celle -ci des luttes que menait notre Mouvement. Nous lui devons la présence de Guy Riobe, puis de Guy Herbulot dans notre Comité d'Honneur. Je veux en votre nom saluer, de notre affectueuse et reconnaissante amitié, celu i qui a été, est et reste un militant exemplaire et lucide. » _ 3 1 _________ --SS.péclal Congrès _________ _ Libérer la France du racisme Par le respect des droits et de la dignité detous, MESURER LE CHEMIN l8'c",",'" depu,S/. 10 m""' une nkasi., POU' d~ ... mi· ...... lei modol""elle.objeC1,I. deIlO". ...,"on ..... , ..... 11 e, '" .nn_ q ui v""",m MM il """, "".,nu"led· .... ~ r.ns",-eN , • .....- q .. , ....... ce _Ils du 11"_' (.11123 _. 19801._ en. 'ut ' .. "loi.., ,.-. 01,_15, en d._ .. en lul1es Il le MAA!' lur-m ..... en • '" If.nslorm' ,.ndol_ •. ..,. __ , ton ...... dans le ............. Ie Résistance et mobilisation ilAvec les travailleurs et étudiants étrangers temps des attentats h l. xI' 'nO,,/ du rlpporl peut ",, demlnd" lU MRAP • • 11 lU/JI d" 15 F + ,,./, dt pori. (3 FJ. • '10' ....... ly .... lIOIIue. "" MllimOfI" du Mlnyr JUIl -.on. mn,.," el. ;u ... un motS ...... " d'ullon le 1. FANE. p"ùlablometl1 ,..,.,.,.,, C.ut,"," .I 0dIel 1la urnu e' uc"-"r fo. .I.II.l.e q. uc •'"•S _I, le_ 3 O eCn, o"t,IDrelo, nle .d.e. .,.'.. le """'" I,.nealSe ., ~ .. lit...."...,. ~ Il 0_., 300 000 ....... ,'esuo ............. ,.,. la NoI"on' le R""*"",,,,,. ~ ._ roll. HM. ... ,.,..,..1_," ',u,_'_ Dl'offensive de l'idéologie raciste s.o.-.o...-.. .,.,. ces ac,es ""m' ....... .. ,~., ... ' III".", """'u'e d'U/MI ." ... 011 ....... 111 l' d6oIog .. ,..,,,, .. """"'1'1 )~~'. rabs",de Llo bln.',,,,,,,,, ", .. m.lluaes h"lé, .. n •. rod",~. F."".tofO " .. "'1'. -!/OU"" 1 .. chamb ...... go, el '" 116"""',de les ,,,,, . . ....... ItCCUSotr ..... Uf ... .,,"'. de .... n· _., d·uer"""", ... " noI'e .... "'.,.- cOA\I'n, nouo "'"''''. bI'.I .......... ~ ...... Wllh_ d~ GAECE quo, .. cou",. ,,,, ... os d ' ~n _,. _lido· _1"'"'1 ... ,,_ '00_ ... ,ntgel" .. 10 C ...... Uf dIS do'Iè,."" ... u' ... oq .... ~ 'WOOI. -'1'II"'~n'" 1_ ........ , "'ootl en". oon •• _~ dt"" • • en ........ nc •u.. d· ..... "'" ...._ d·e .... ·"., d·,,,· PIf\ . ........ 1_. d .. .... Ionl __ ""~ _"""~ _,.' ... ""0pl0I '" 6a'1I [lLa législat ion sur l'immigra trOJ1 . l. _n' .. plu. doIe,.~, da ..... 1 a,,,,,,,,,,,,,,,. ......... " ...... qu, $;In. do"'SI u .... clé le ra .. nu, C ' •• , r."'::oga'_ d" dole,,,,·,", d~ '2 ... " '939. '1'" ........ ,"m_. ditpu,. 'or, long ""'JII C. 16er", en" • ."" ___ l ' ....... soub ... .... a..-noe' c:ong'n - 100 lonct ..... .....-' de moctl'oq". de "otr. l"""'. MOIwm .. n' ~m .... 1 ..... , ...... pe_l. .. n •• ue .. "" , •• ,,"" ...... "' .... des ....", ............ blU""pe, • ... ' •• """ .. """.,, ........ ,~ '. Q'" ... Ffi"""'. Abr""," ""'le ...... , .. loo 80nneI el .. ""c .. l,,,. S'olé, .. Xf"oem.n, ... "_,II",,,., .. ""c .. · é"1"u.d ,B."o .n. ..l. .. .lO I, ele., ,t,!"k l1UI! lIemsb "e,rm' p~l,ac.:..n., n"","". ." , lien' "1' chIIem~n ' a·or,,,n,.,,,,,,, mailoompor. "1'1."""," lit. C.. .. SIII '1'" no ... c,,'oquon. 1 .' 1 AUIetI U." S""'*-"" ~MI du MRAP, ,*"",,,,, _ .... du .. ppqn du B ..... " H.11on1lL Quels changements un an? Ce". """", ..... de ,. '"u'' ln"" .......... 1 0 ""'; 1981 ~ .. " .. , ""-",",,,,,,, O·.bord. ....... leWOOl. ..ai, p"', ... m.'" c_...,.,. de Il bill "'_ "" .. MIIAP dan. les chi .......... ,"' .......... San lOCI ............... ,. de ........ "' ........ _, , .... pr .... IOo' - _ ...... Il ... pr"""""",,,". !Mf'"'._' c""'-e, _ ............ des __ pr ...... , ... ",."", ...... _ ............ ,...lI"es Sec! ode , ....... '1 ......... """' .... _ .. '0 .... ~ les _ .... ".,,1$ ... -" pOlo """"'" "'" .I.".n..e..s. ....... ,........ ..., oo'les-ei C"""" ........ _ ,or ..... e .. 0""". '1 .... ""'" pa • • coup s(i.- ,,, ...... . 1 .... Pou, les .... ,1' ..... , ., les ',e""' • . ,1 t ... . 1.". pr ..... de v'II''' e' d·,,,,, .. ,, .. Corot .. ". de C. Qui 111'...... oH" .... ,. comm' ce, .. ,,, .... , .... , ac, ... ltemen,. '1 ... . """ &om",,,,, dfli. mime 1-.;"" ..... q"". &' •• , pt'. ""· ........ 1 ". _rah e" ... "S1O '1'" de crai ... """' ..... d ·,ul'". '1'" • """'MIl le AfRA ... " •• ,1' .... " , "" .. 1 Extraits du rapport du Bureau Nallonal, présenté par Albert Lévy, secrétaire général au Congrès du MRAP, le 8 mal 82. par l 'expression et la rencontre des différences 9Les étudiants étrangers ...._ r.boI",," • .,.. a .. ~C'" Imbm~ les me .,,'0. pr'", ,eprMe"' "",, • ."naIt! ..... l" IIOIM dltl ',ud •• n'. t .. ne ... . , .""en ".M "a", ."...H en ..c.o '1 '•". .l.e.s ' .".'.'.'.'.' ',_,,_". d1 ... MaeA ..A...P ' cohne, "rUI """'l.' pl ... _ ..... ~ L'action contre les groupes racistes et fascistes L'~",,,,,,n d .. 10 mil ft', ".0 M" Ion au • • """ ,.,. l·"pIo.,on "u C'prI •• , cell. de la 'u. Mill""'. It mll",II.go de loc .... . ""a' ... na",' ,., ... 1 et r ...... 'n.t d'un d.pIom.,e 00 ce p.II~. mon"'"' comtJ.en 'l'SI "," , .. sil de pr_n" de '.I.ac ... Pa.-m, "0 ....... ble" • • " ... ,atA de Il de,no". PIi'_, " ..... , 11" ,Mlon, cl." ....... ' u'" ,,,, .. "',, ,tc:II' ....... les "'_ ", .. n, .... , Algf"" """1112 1981 ) IIMa.-odel'E ... " 9"" • M.,se,'It" 5 12 198' l .. n e,""" de lU· _. '1'" """", ......... , t. 8JI,,,,,k rrAIflet !II 1 2 1881) ..... CO" ""'IIh,""" d" 1 CI" "'oncd'."_ n"l"IIf"' .a..r. "" ,•' M11""9'8pt2ll~. ".. . .(.2 m2 o2s3q2"1"9e8,2,,,,,. "d1u _~b r", ... de p.,., ... de R."""128 2 821, u", le N,mu .,., des ,mm'll'Ils 1 ....... ,,' .. gr'" le 1. t .. m'10, 112198 2~ 1. mosqo.oN """".1 ...... "' '-1,"'" de R ....... no (2 5 '9821 • Aprls ,,""s _'J. C·U, d.IIH:'. Bpt~ • • " moJ$. ""'()J' ce aoc du oomm,sSll"'" "" .... vII 1&,." g .. é'" oSjd,er l'obo .. ,,soemen. """ .. nqyeteo .~, 1 .. c" .... s ",. ,~ s~, laoelO.e. Il .. paIS' de CI ... .... COIMI,ni: De ouWI"el prO_."onl tofO, • ",.,,d,. prolpa, .... dln. C .. m,l,eu. oU ... m ...... ' pIH"' 1"""' •. ~'e"'\If' d ,m""ll'Ils. Mm""', de ml," de 1. por"oq ... lOI d" "'u_" ",,"00,; de dr' "omm"" Apt .. Il , ...... d ...... "'" l' l...-n .... l'en· t ....... M" '1'" plu .......... "e",a,. ""nbulis • u FUlC, • 0,,,, • .. J ... tice H ........... """""or. cet", de ... '" 1981 • Il U, a "'11""00 de Il CIyoIIo .• M .... , .... _' .... _ ... "' ...... da _ •• du SAC l· .... lit. ""' .. lpIIs .... ~ c"" .... !OU' ses ...... "" ..... Il , .... '1'" les ''''g.' ,lOftS sooen, ............ ...n. IIIble_ IIIn, '0"'" "" d"tc:l" Nou. avons '011. les tlticla, .. """. e, le. premlMes mU~' •• du mon,W. de 1'11'11".",. atl"ml"' "" t",n 198' '1'" . / •• 9'oope. d· .. · !f'" .. ·d,Ott~ rtlio ·,,,"'S. $'~S: r:IU. qUI po'.'" de, bomlM. tH p,ol.,,,,,,, "'. "~,,fj'e •. 0'" pa. plet:tt /Mm """. &oi/ec".",. Il 6tC0,e mOm. dJM III po/,ell • No .... ".ndonll. Xf"o,,, .... ,,"" "'IIn,'oc"'" de ce. ""se. dl pOlI'' Oroic Il Libe .. ' . ..... 11 _ .. ,2. Mai·Juin 82 ~ La prise en compte des différences 00,,,, ... ,,, .. poI'UQue oe' .... 10 ,el." ... ". ,mm'll'n, Mma Nocole Q ....... " . a """1 .. . "" elloo .... _ ..-, .... Il aoIidan,' . Il pK.o. ri".'"pr"",,_ '-_,des ".vd _ ..... ,. d ..... populi ....... 1 .......... , ....... , ..... IIOCIlo en ..... '" oompt. de 10 .... _ ... .....",oq .... Pour .. """'*', .... 11"1"* ......... ,. em,_ .. l' ...... ". "'" pr~ Il Il , ...... On su, "ur. lOI .. '...... 0.. ",.m",", ",_ ""'" pOIOIIs ._ 1'0 .... ""'.,,. _ lEP l20nes a·Ea.oc. • .". ... """." .. 1. Il ...... pt""" ",",e"'" a·u,_. el Il ui"",!-t .. de ",'Ils d·HLM ..... '"'_ ""..,,,. .... 1." .... de 18 • 18 .OS. le sou".n' de. ","'"ono """111"" d·lmm'g,tl •. la IIans'OIml ,,"" le '-1Im ... ,,,,, Mouoque .' 1"1"'00""' enco, .. bot" "M,Ie ,t •• , .,., - da" ..... 1110' g rammal de ,adoo.' '~I"" .. oon d', nt .. "",uons " .. lpeelacles ou .. " .... ' Il d,,,,,sI1' des 1""'Jl1.' Les oflglnalres des DOM-TOM ,,_ ...... -'. __ la "', .. en c"". "...,...... __de.s a'"e rna-'l.I.O_C .I.. ....... q " ."..I IIo'"U .f.-.."." "'uoI- ,,,.. ...., ho...,. .. _n' 'sconn ..... de ... '-__ nt e" """'" ut,e '1'" 001'" _ ,1Ig ...... le F,.nce da"" ... mOdo .... ",,"""'" que "" _ """" étn _ ,_ ..... "' .. .'1"" Il.... 10 SOU.- • Iour. __ .....: .. , ...... "ce •• ,a "" ... pIIU' q .. "" •• _ .. ,." de Il ""'l'",""", du 8UMlOOM le ,,'.te ""mooll. p,o d'll~' ." pt ........... ,II .. """, •. ooga", ... , .... de l'IIm,u,a,"", "l" "'0"'. oU An"I! .... Glll'an.,. '" l1li .. 1'''''' OO'\'a,.", une _ .. Ile IIa,l. leI Nf1;. !let". " "'1'1 OIPOH Ir la prem,"'~ l" ""ne. !j.""",,'" po .. , l',"..,,,,on et Il promot.,.. lleo " .... ,1 .... , . d·Outr. M",. q .. ' .. ,em"'ac. lOIe,. bI .... 61. """" 1'.soI!ron&. un " !l'lm ..... d acI.,.. '"",,-n' ',",'lemen, .u' Charles Ma ... ltou'. ,1 , ..... dans .... ""","""""1'11 com".... " .... les """"'". d·o..".-M...-. ...-.,,,.,, ... n ....... 1 ._Ies ,elaltORldedtpenôo...,. .... _1I .. d" .... colon .... ... _no d· .. ge.- les bI_ d·~ ... "'_ v_ Les Tsiganes e' Gens du Voyage Po ... ce QUO .SI .,.. T_nos e, G_ du vOY'fI" ... m'l'II'" de Il S"bdl"' N .. """, ... , ... V""',,, 1 .. 'er'.'n de ••• ,.,.. ....... ", le 1._ • lboen éq",pt) el CIl", Ip,,,.,,...,e)de PI ........... 1, un." qu·'" .df)J,~", POU'OI' ""B d""s no/' .. om", .. ".",. ,,~/t()tf./.. "0" com",e du ""'rg."""x · E" pneede. _'f"IlH' .dele .. ' ••• soc,. F, ...".."... "1. "." " ,,'""InI. t.s. .d I"le M fR,,.AnPc. ele dptrlté:SIald,.e"n '• d es o.n. '0 .. '. 10", le IIlIbIe ,onde qu, ..... "" t. ,~,.( ,. mM""", •. III. _sk ... ~ ft "'. lit ...... , de 'U urn,," "'" ••• _....,..rrt noI' .. H1J/ lof M ... {a"",... _ fDUS .- • ..,.. , .... UI pe, .... .,.,.,. lit. '/J'n. ,, __ s: • ,ond"-. Mn Wt. ",,'oh. ." I.ue", ........... do ... noIIf dotu""". • , ..... ""..,.-., le Il ll'HSSKIn du MAAP de .... n'. tou, .n ... "", •. _,·oc ...... de _como· té. pout '1'" CI bI."""""pI, ... Les origInaIres du Sud-Es' asIatique III 1o, ............ no"",,'Ie commun, ... ' '".n lj/II,e dont on ........ "" ",."..,n' 18. p,obIIlmes U"" comm",... .. ,. d,_",I"" ... 1on les na""""", 'ù . ....,,, ......... compl ... . UnI """'m ......... 1...-""" ....... ' ........ des , .. "0"" 1"""'" pO'""Q"es g'.n. Il c"lIu' .. o.. ""n,lu""",," '"' ,"" .. me de pl ... en pt ... nombr ........ bI,l"", .,,'!ente •. ""'" a"".",el' ..... 1oiI .. d M .. , confor""" la dOma,ched" MAAP ~ .... bI" de. 1 .... __ el .. ~ Du racisme d 'Etat au racisme d 'opposition Mou. ,,'._. plul •• II,ont"', """' .... ni' g ...... U" 'tc:_ 1D1é,' Il .nc:ou .. g6 d ... ha .... Ma,. """" __ ,.,,, .. "" ... ". ""'no· ....... 10 ,ac, ..... de.""" "ne ''' de c"", .. · 'er, Con" ac'- e •• __ ",Iléehlt )'ac""" _, ... "",nl... no ..... $O .. ons • Il mon' d· .. " .. c' ..... d ·oppo .. ....... Son tl ...... eSl. en uro •. cel .. ,·c, ,A ,«le no" 'HU goI.e"'~""t"'. ",,'r e" .. qUIt pou, le, "" ""g'., AI"'$ QU~ e~u. e. tH;MI'C'6nt "'" ,., ge .... s "" POU'OI', /es fTanc a,s. euJ(. ,,,brSunl" .f6m~ge. '","m,on. /es d.llteuh~.· C· .. , t. d,,,,,,,,," d·.van' Sv' . , .. ,,,_,, '.spon ... """ de lo.n "'. _U'· ... n,oc~" l' l'on OH a"., de deu. _, .. ppt"".nll"" d·yn. bI" 1. 'ac,,1 ."""'. m,n,,,..,. _".n. de. ,n,,,SI""'" deI ,négo"'KQU' 1. ." ",,,, ... ,mm, grils ... , '"t;f' comme l'on ........ .". de Pt, ..... en leu. la ..... O."". pl". III. d"'II"anu. "", ..... IOnl Pt' ..... '1Is """' ........ prOlac'eu' s _ ,m"",,'" .... "0 ........ ' I,",,,~_ .... n, ace"",,," a ... lei Q'()Jpes C"""US le l'e .. ,"".·«o". .opIooI",,' C. I,!on, ,1 "·r. n ... de potus .... t..... 1 .. GUo. l'OE ...... Ffi""" ..... le Front Nil.,...! . ·V con ... C' .... OBI' .... Il,,,," de l' • • tr~ .... ·,,,,,,, •. oU. HI III"'""' ........ m ...... g'oos" en m,U",". letM he le. ri" .... "". étra"llll'e. ' épouv.nta,' .'. g'!e .""" .. pl~. d',n., ... ""e es. 0.1" , Ile la dOl l" q~~""" ....... la c, ; ""ne ~ Ma,s, la .""0' •. de. _"Ique. e"'IfOU'~ ....n.~Ie ...... nées lur C,me m""", II.se IIou""n, pl...,.. e" ",m", pl ... chois,", dans les ,," 10 l' • • ""101'" Ie ... n ... OflPCISt,oon U" quo • .,; .. n '1oiI,,,,,"1 "ont,~ pl' M He, .. ", !gode ... 1"',,,, le ae.;"."" l'"",, 'U"'.'" '1 .... "'. bI .... S _ ,_able., 9Q% de rlsctl_ de ,. .,Q/eflt;f ' . l', .. ". demanda'" .... __ ,,'. , "" /HO , .. , un ,,,1 .. ,- _ la peHl le """, /. Un ...... eUf· ....... deslU .. ' ..... ·$e, ..... """ .... ,",n,.'no, ,,, .... peIIe P!bIoq..-, .. "" .... , .. de l'In,""'" ... ltCCu"n' . la __ " /liron d'O"go'" """"'~.. d _, . """'" '",oboanc • • d'un quo",., e' d'y , .... • ,'t/IMt .... ,"' .... ", "n Il .. d'msk"",,· Le pluralisme, une Idée neuve en France o..PII. dé,. 1OAII'.mps. nous le u_ 1" ",,,, .. s",,,,, de '00 .bs"."e. el 116 ....... " ...... .. ....... "~ .n eh.-""'. la"e do_.i" ... ,ac'_ l.I._"",,C_ '1'" nouS 8WOO10 "'-p"l', 'c1ou mp.e C. .I'. ·d ,oa .., u_.n_e•m . man' .. ""","", ............... lliescond"_.oni 'M .... D La Loi du 1e, juillet 1972 Pe,m, 1 .... ,me.lI"", fIOUsII'sposonl, "lo, du 1" lu, I", 1972 ""'" ,," ,,~"' ~hc."" .• Il' ..... oftenl" et d l .. "",,1 Pou, t.ct., la 'ig,la"". el la "pOlie """,.' ", ... q"and un dO!" ... """'mil. nous a.onl !d", ..... C. ' .. produ, ... n' ruse"I ... 1 de " lo' a_onn' ,u,1' ,.-o r .. pli'" et,e ,em. .. ~n '''n. .,, ,1 • 1 ! • ! • ! 1 ,1 1 ..... , ..... s. .. """"*" """"...- ...... ., de 111_ """ __ ~"" _ l'.H.,,... ...... l .. .In_ .... "~.".ns.In ..... '-st_ ln ".".,. . ..... ". ~..,.. In ," ~ ."' .. _ _. y, ..... .,... - les com, "" ... "101. f, .n d' ....... ' le b,'." ,mp ..... _",.,,' dot .. 1""Opr~, _", ... _. enltnclonl ..... 1, U ... , "ne IK,,'" de.,. lu,," r,mpOSS,bol"" pO'" ... """",a ........ . n",oc ..... d·,n'., ... n" dln l ,., CU de .~CH mo ... ". p." .. ,.cr""" ~ Des structures l transformer _ ~".". ', ..n.,." .n. .m ,.", .. '" "'é. ... n" 10 'oc'. .... BH ........... do .. s co\tSeS ",oIondes P*t .. " ... , En F,.,.,.,.. cou. q ... l'on c.n'_ dltn. les 'k/IeI , .. """ ... 1".1 •• .,. , Iwo. pl." ... In ... u ...... lo94s. In plu. __ " IL'" ""''11' du " ...... . 111 ""'_ '" don, ..".". de """,.lo1é , .. le ... .......... t .... " q .. , .-." leph .. ..... C.". q" , ont .. moons""" • 111 cult",. $1 """""n, .. ,., non pa ••• e'lrS'oemen'. m . .. ................... n'. ..... ,mm'V,tl le 'O:ISO'MI rlsode cr_d dln, C .... "H)I'I ."' ... qu. lu pIK •• " plU" Iwol de lhellt DI"u,~", ,..,,""" d" 'S'". e' ... d $"."d "' ..... ',n ...... 1.lIes inlustlCeS les "anslo,,,,,, t""'l • en"e",erod,e ... Coc&rnenl O&r,U pal Q'" In ,mm'V,,". car bI.n dM F,.nÇ/l" ... """ g"trt ""' 101'" EIII .... 'e_nl PM .... " "el"men, .. l'..,,,,,,, d" MRAP. ""'Hel", ·c' ne pe", . en _,n,"._ En m.,' .... de d'o".~"es., """ .. u .. ,1 ,mpo,," de """'If. "'. ""',. c·_ l., d',_" "u',I1""re M Jad R.I, .. , m,n,,,,,, dot ... S.nl • . dltn." ""'0 q,,'~ _ •• _ ..... POU'" 21 II'IIrS ,I ..... ,'V ... "ue . /., "II~_"'O mllflhtMnn. ,_. __ 2." IN, .lIocI"_ .M, ..... ""' __ ~ "' 9 , 'IIio .... 1I«""",~._",rIr de ".vlli/ •. I,,',n ._ .... • dllI.euh" pOIX .,_ Il ... ~ "' • • , • pour "" IlIu, "",,..,.rho 6.9 " rhopr_'"m' ... f,_o. ,. ch,HfI .ff'" 12 .. pour k. ""iJra ... a. d'AI"w. d" NonJ·, "Que. pour 1 OQQfl.~"'s ... 3!;"(ls. 551 _,._ .... prol"'"' Itbb.kt. II'~. dr .. ~up411iJUt~ ." •• tdtont 75 ." •. """ 361 •o, , $,, ,, ~"."u,t.u"'", "U. t( •m"•l" ,".".m.n. """"gt") .' Da,," .. m'me • ..,..i'. nous demandon.l. m'M .., pl..,. d'u" , .... " d·.nim.'eu'. "",,;"-CullY rel. - F,." ....... ,l"ng .. -.ur" Ief,.,n. " OU .,',,, III 'mm'9"" OComprendre. expliquer • libérer la Fra nce du • racisme '·~""'dn"9'.""",.'dM'_ - 0:. Q" concerne ... _.......tor ... ,... .... f .. nca .. - '" pOU, ..... .rot.'" .......... , 1'1'" .Q.. l"Ii""' "p"e .t,."S"",", ,de. .o.nr u• ._r..~., I.I.Sn s~ lIoco~r,lI t•. .. ........... oeaIar •• Ouan, , .. dt"""",nc ... ou,. pa.Ion .... l ...... , dit' qu'"II" n' ._n, .. I"men, le """ ."", de .. ~"M. du ch6m.ge. _10,,,,,,,, f •• • ...... du "'""_ Encor~ ,.",." ,. "'",y_ d" ,. ytlndl Cttm,,,,' Ut dtilo"" ... nce.nonyme. 0:.111 Que l'on ."ttbue surtOl.lI .Y' .. u ...... immr· y,n. co ..... ,. en pe1l1" lIt,e,nl. "U",,'ons. .c, •• 10 •• ,..,., ...... IM.,~ .. f." .... Ktnl pa. ln pl.,. Y"_. , ............ m .. _ de 101.1 .... """ •. .-nue"""'" .. pe ... " lit ..... , ... C'", u ... n6ceu,'. Pou' .. ., ....... """"n' de "...". Ipfa.s" ."" d.abnItl- rd,omnsm .._ ~ " .... ".",,"n". . ..,.. "l1"'li"' , nplOo'r" ..- Et" P,em .. , M,,, .. ,, • •• u ,.'Ktn 111 "'non _ d." ... ""'1.,.""" d". l1'li, Io.n,", un peu '.td' ........ , ..... , .. y.é - '" . Cl/tfIIUgt,. ,"' .. dt .'nophtJb", " ~/",. do roc,."", ,." cH ,." If I~"" dtt,. .KlNtf'· eo..- ....... 10 _ dens _ .. foQI)'lest. de .... rS 1981. "com.ltIt "'" IIu. ""II, .......... _ pal - .. nD&5 """"" ... pe", PlI ' 1'._ pet 1 •• épt_ ..... " .... """'. ,mmo· g . ...... en emp6c .... nl ... ".Iocs de m.,,, d· .. "",. "ui 'mpllll""n\ I.tr lu.e. ", .. ,."on, .. non ·~SIICI des ..... ,. """' ...... delllég"'a,..., d" ""'." t .. ,mm,g.'s dans ,. 10' ".nce, ... c· .. , au"i 1. q""""on du ... ",t Ile YOI'. q"i' donnt ,,,,,. ".'é ller", ••.• do v, ... lpo~m'"uel. loti dl "'Iwoll d~la anc ,e"s, .u M~Ap tIO.,""''gnt , .. If y"ma"'. pO'" 0" ton .. t .•• "" m41 ._ "n. i,I,I,I,t, ,.,., ,b,o,,n . .. foi Il qu, •• fI~".nlll Comple. . ,. .... Con" •. " f • la ",,,,,,e de ml"im ... ' IeCO"",",,1 de crl_ ....... "'" 'mpllll'" "" dt",,,. """ ...... do. _ •• , ""1"""" de .. c,,- .,n .. d'altres ~I"t!or . an """" _mIl q"" III F .. • l'lM,,,,,,,, ~rt",_", .,,~ éllC.""". 1'.nca'M" n·""-" ~I normal " ... les , ...... 'V ... .n fil,.,.,. ..... t .... nt 10UI ,,_ do p"_. ~n' , .... poI"oque" ",-" pel'S d'(Ir'V' OU bewcor.tp _nt _ ... 'lftn .. 1 Pt."" que CII'" que.'_ • _ ,m ... .,.,...,1 en "1IPOt11YK ... oe,oc"" d .. MRAp . .". ",06«. c.,Pt .... m,blan's. C-""'po .... quor nous dtvor"t$ po ..... ,"' ... ,,, ... ..,,.,, orll""'"' un ~t ap. ",01""", .., ,",o",.n, Rn~n"""menl ... ,mm'll" . u. m~"",. PM 1Il1e"," deu. COnd '"onl ... ure, • .,nl un pey pl" ..... hbe/l" Ou. ,mm,g',"dan,"y, cho .. .ntre ,. I, .. "on en Fr."". GI" '"0 , .. P'~I L ..... d. Il "'Comptlf'"K"tp'l"K tnC ~"_"'_ . M. c•~ ~~:::ii;;:oj::~M;:R,A:p~.' :;:;~~:Charles:F,:.I~tÇ:O:II~ ::i~. "'l'immigration dans la d·"n.""".untlorm."on5tol_..., ... I .. ,~,, iitII ... ", .ux pOU'W"" d'une ...... "on "", fOtI société française ' ..... n.,' chez eu. ; d·.u'" ""n. l"rtOl.l' POUf 10,,11 ce. donnée". et ,. .., nou"".u con", ,,. .".",".., ,.d oli t l"a u•, ' 'p"'0"','• •- 0("J1,#,,",." ""', la connlil' nous _UlMnt •• """"0""" "OC,. ,tI, •• ion Ce .. "',,, o""""".bIe q ... da"s" oad,. d',," SIl' le pIaoe dos mm'll'ok dan. la _ ... , I,.n· cOt!. btlat~ .. u . o!qull.bIH ._ ... paVS ço .... ""i ..... " .. , t.,~ .. obt ... comm. nou." d'oIm'V •• tion demandon. d'un g,."" _, dans" _ Il e" U ........ esSlOtl."!I1obe IOU, les • ..,..,,, de oe pt,,,,,,,,,,, cro ... _n. IInt .kl ..... Nou""IOrd~ Econo· LI moque _al. Un ctt.tfre. _tant. .uif,,". P,n .. l ""' ..... 1 Ur MRAP .... tta:I'ol pA'lOUl eu "",.., ...... 111 libe". de e,,,,,,'.' ion. mam •• , dIt"s ,. ,"",,.",. ,e,""",,,._ ""-'ac""o"" .. · dét.btH. not.mment "'onomiq .... M.,. ptu'· on PO' "'" ........ , de ./_., .""'00 .. .stolloo, ""'" .... ou_ .u" do"" bou'. 0""""1"",,,,, pa, _ .. , .... ,,,,,._""' ... crunc6 ..... oo .. -dti ""'-.... n' QU' ,~Ie """". de ... "' ..... .,., ... .. -..-omploi .... inllg.olo", oum .. 1'.mpI"", du dllstiqu~,"'t' :Ot'I'IIIe. 500 m" ....... de_rS. C· ... ladell.del_ fOUI' _ Ioppts S'ilnalons _ c· .. , .u ..... ~ ."" .... dt r_, ttKN'Odtal lIy ...... eonté'....,. .... canc.,n ,IU.uce/" .......... u, .... Pays ln M ..... ... v...., .... OU ,. p,-fttdenl ... la R~lIIue • dole.... . A_ • ar ...".s M. oNn .d.t.. .C ..,'.I,I. U....." "_"", ._r( lItmNm_t.n"l,l, m,,, ,.,. . ,.,. oeu"'. ,.""" d·u ... 11110 polo'lII'" s.a ... "Il do 1''",_ ull ..... "' • . nous propooon. POU' 1983 r.""nSlOtl oIIl'V .. ""e • ,01.1,., ln Ioca h," où .,,,,,,nt de. " ...... , des Commi ........ . x ... . municiJt .... d. I·lm mi, ,,. 'ion. QU; .. ill.", clé)' d.n. quelQ,,""·u .... 1 den· ".ell .. Cto.oomm,"""".dot .... ,.n, •• ",_nle' tlIK" ... """, ... d" t""n .... '_""on. dim m'V,," ...... soIidIt",. o.oIt .. Li ....... . .... 1 1·.12 • MII·Juin 82 aune société plurielle Le MRAP, ses voies et ses moyens LIIS /,_s. kI. ""'rem 11' .. "'".-.... kt. • truc' ....... du Mo~ ont Il.IM~ dt b_o'lUlUIl" " 1'1 ..1.' _". I..N...,. c. .d ..e.. r..~.. ',.P• .' " .,..e ,0'1'1 'cen StU flIaf l.u_t1. .I. _"Ile"" .". _re. "'su __ " du .euon.c ,ahj( "t I.u..r._..1 •4 • e'"'"' """tI, SpIeI. O.n..Ss l. ISdoI "pptktsxp, .".. CDnfI'.'/tIOt'p 6}. Alors _ .. F,.,.,.,. .... """ "'. """""'.n .. da ... dt nombrlU' "..,. ou ,le oa:upent "'" POOl" impor'.nl ....... '. fonctlOrl publlII ....... po""." ·ollt pa, COtIoe" .n • • u ......... sc"""'" .lnllt".rtgetl, c .. , ...... '''''''''' 0':' ils_. tl' ... nl un conco .. ,. "''u dltno de. _Ioy .. tel. que ren .. 'Vnem.nl. '-.n ,m.".,., """oo-cultu. elle. ,,,,, .e'."onl'_ le p"I/IC, "" mold, •• 1. o .. lIu~ 1 le MRAI' "' _ .m_n' Il cr"',,,,,, d'un InIUI'" .... l' Am,t" .... ". Il. """pies. cantra d',n lorm.,,.,.,, de doc ...... n,.'ion. de .,. ... ,-. ,nIe' cuh"'., ... . " ~ Que . ....... 111 "'~pA •• ,,"" .". "'01 ... "". .... n, u ........ " ..... """ ,. PDl'ul1l'tOI'1 .... , "' .. _ "'ude _01_ dt ".-',m_m" ..,.,..,.,. o ..n. "F,.,..._ " ' ............. "".~ ..... " Contre ~'0";;;':~ ~, Droi. II~. ' "'.11-1112 ' Mai ... " in 82 le G,o",. de contac •• c ""yi _ don' .. f,."", _ conll~"" en ""netlll POU' ",tipi, ... rondttipon. .d.a.."..c . d. ,. H.m,bot ContInu ••• ". ..... ..., 'abtlCll_ d·."",,,,.,,,.? le MItAI' nt ",." Q .... , • .." .... , .... ' ..... c .... QU' 'unen, ... E",ope "' ............. "'ue _ 'tr' BU plUllô' """."",,Iao:Ie Sllle .... "e Une France sans racisme dans un monde sans racisme DoI4 du , 11at .. 1 consul .. ,,! • .,"' .. de l'ONU. le MRAP ",.,. son """on po'" u ... f ,.nc .... n. 'K,"mt. dit". le Cid •• de le Ok ..... ", CO"'" .. 'K,..". .. ,. dt..,,,mina,,,,,, ,"", ... p' ...... ~: ~.~~ .. o:'O":~.Nl'~'83" Un'". '" Il Ost'n'lpoI'tan, q"" 111 qUOll d'"no hum ..... ,. hW ..... du ,0:...". log"" _mIt. 'l'Ot'd .. d" jOu, ... pltII,"-".nteI,ns .. "" .. poI"III .... " euh",,"", ...... ""n. ""IOde do ",01_. m ..... ,""'" Q'" ""'*" 111 ,,,, d .. 2D" .... le tlcht lellanpt, /os 1111 .. .... "",,,,IIIt"1J _ dolong .......... , .......... -.s,. plu •• " ... _ .. '", ... r"'M Ct ... ,,_nt ."... .. 1 a me, ... tt'-I .... ..., 'U'OtnIIloque de leufl _" C· ... ,." m4c0nnolt .. l'tet_le ..... , .... " "'_nl Ptt, ... nll dM forCIs ln plus ",y'_1 Cto qu, .... , ""." r,ull' JOü" Rom.nl .. """"'m""U- d·., ... mosqt!tt. III .",\OU, 10 cl,,,,,, de h., .... """"., .. DU l'ton,." ... Qui. ",olt:lidt et lU' .... ce, ao,. Mil. mon"l. quelpo,nll. mIl III ~ofOl1d A Si.,e,on. au m6me mom.n,. de, ottm,n .. , ln .... ,,,,. "'.,.", ou, un uroupe pA i .. bll .. Mogh.-.ibt ..... bleu."t gtt .... menl l' ~n d· .... Ce IIonIIt """ ."""' ..... m.., .. 0«" •. ""u.1 ne f.", pal ~Ioge. le MRAP. "og' ." .. "0' Cdo"n'"s', 0.." I docoa"u • • •• IIes. .... "D'" cr. ..... tIOU"""u" U ... 0""" _ .. i' e""a"",,,, .. 'ac,..". ,,"nl dé _ , u'd," 10'" "" ...... _. ,., .. ~ les tr....ror"""""," poI"III ......... - """'ICI .... Il """_. pOUr 10 __ 111 pe"",. , ·.st ",onotIU. , ..... ce ... "'" .......... 'n' .. '" '01' M dorYenl .... cunbltm •• """ nous .. 'ac,..".. tftoI ....... n~ """""",nl E. ,11.u' pou' 01'" "" MItAI' .. ". """ .. plus to". ",us nom bteu.. "' .oche d·_. d·,n",.,_. 111 -", Nou ... sa""", "' nous .. dor"". ~ Ch.nge me"" an F, • ...,. . ...... ",,,,,.,, ... Oy ... M" pail . Un délégué de R.D.A. In~Jté du MRAP N OTRE MOWEMEN1. (}()Nf DES DE LEG.ATIONS "'" d4t4 .. , ,_. , p_N A_-"."......,.. ..... "... ","'-R~~. ., . ",.ifi. du 7 I/U 13 mat. M. W... ..... M_ _p . IOCI""'II (/Mt •• I4f01111 dt /. tJgu. dt RDA pour rA_14 ... fr./o~ PMJpIos. ........ ,b .. ,.m III "',.,,'" ... euc'-_Id. Out. If ,." _ M, M __ fl. pu 'U"". rtnf.,MI' du " ...... IN _,, C""",k ". "" r ... c .. _ IN SI ,endr. aJmp'0 .un." r .... "" du MIttIP· .u, le ,,".'" ~ Il •• "11' p.".e"",." ma",le ... '"", "'fI"',-... ..", .. r."M'1f COl"ll" la Mo."" .. dtt Romlllu Il • Ig~_nt • ., IN~ I,",Con" •• av.., "'" Com. I~. m.". hl G,",,, ••• /I11,. ., dt Cr .. "I. oÎl11 • Il. 'IIfU PO' m .. ""s. MM LInt"",.,,, CM'" ., ooi t/ • pu •• ""'". c"""" ..... "e'_c"tO J_U ._..." n , ItN' ,d Irel.lv l~lt. /.l.e" u,.r . I'N .C!"l '.'s..' gfI{tI'o •• " Vkt~l/U. upl.e ........ IIO. --, En tItI»ts ... no/l.1ImI Chtm,an B .... ,lO'( "",~~/o.""",dtM M ___ II- _ _.,II __ Sdt_,.Mou;em_ .,., .. ,_...,., .. dwmt.-dIIns ... d4p/I/n _II. 1111 am .. r«ra)fl/' • pItn"",. " /J"U~ Ah" L....,. F,IIrCH' Gr ........ C,..,.. _. G_11" p_ J,.". ~ R.",M..., ""'t III ~',~, .""" ..... ....., _,a Pr.~1dtm .rH_",. p",,, p",at Loro rh ,. 'k.". lOt rJonn"'" rft""".", ... no/fi ",vti, ~ III "",le d" Sn d"',t AIIHr' U..y • IW"/114 ,. "k"";I' IN db_/op_ no. Kltango •• "", ll'aulr.'l"'upltts." W" ,.., M"""lbl/fl • insi., • • u. /e l,,, qu·u,.. me,'/~,. C",""IIIS'""" dt fll"". {HIimll'aII untl "",t'litu •• c_~""", " , ______________________ SpécmICongrès ____________________ _ Résolutions des Commissions adoptées au Congrès 82 Formes d'action Débat animé que celui de la commission cc Forme d'action du MRAP », du fait de l'acuité des questions abordées et d'un certain malentendu qui s'Instaura entre les différents intervenants sur l'objet même de la commission ; certains voulant parler des problèmes de fond (sur l'immigration en particulier), d'autres des actions concrètes pour l'amitié entre les peuples. Le débat se poursuivra dans chaque comité local; une Assemblée Générale, dans un an, permettra de-faire le point des actions concrètes dans le cadre du programme global défini par le rapport du Bureau national. L E ~RAP, conformément à son pluralisme, . grace à une large mobilisation et par sa prise ~n compte des actions entreprises par les associations, entend : ilPoursuivre la riposte contre le racisme • Grâce à la Loi de 1972 dont il demande : - une stricte application à l'initiative des Parquets ; - à cet effet, il s'efforcera de rencontrer tant au plan national que local, les différents syndi cats et associations concernés (magistrature, police, service administratifs, sociaux ... ). - la modification afin de permettre aux associations antiracistes de se porter partie civile dans les cas de violences racistes ; - une large diffusion dans les administrations et les lieux publics. Il interviendra auprès des ' ministères et des responsables régionaux, à cet effet. Notre Mouvement édite pour cela: - la carte « pas de quartier pour le racisme », - le dépliant que présente le MRAP, - l 'affiche de la Loi de 1972. Il réalisera un document (dépliant, affichette) précisant les modalités d' utilisation par tous (ju ristes ou non). Il réalisera de manière réguliè re une note de synthèse sur les actions juridiques entreprises en application de cette loi, destinée aux comités locaux et à la presse. Il se donne comme objectif d'établir un réseau de juristes amis du MRAP susceptibles d'intervenir dans toutes les villes où il n'y a pas encore de comités locaux. Il organisera un colloque faisant le bilan de 10 ans d'application de cette loi. • Grâce à la mobilisation de l'opinion publique - en intervenant auprès des médias nationaux et locaux, et en particulier audiovisuels, pour qu' ils donnent la parole au MRAP et prennent en compte dans leurs activités la dénonciation du racisme; - en participant régulièrement aux émissions produites par les radios libres; - en intervenant auprès des organes de presse pour qu'ils prêtent attention à la manière de traiter le fait divers qui sert parfois de véhicule aux thèses racistes; - en incitant les antiracistes à agir également individuellement: envois de lettres de lecteur aux médias, aux annonceurs publicitaires soutenant indirectement des médias diffusant des messages racistes ... • Grâce à la création de comités locaux dans toute la France, un effort particulier sera fait pour l'implantation de structures du MRAP dans les lieux où sévit gravement le racisme (banlieues des grandes villes ... ). • Le MRAP demande: - La dissolution de tous les groupes fascistes légaux. - le démantèlement des groupes fascistes terroristes Glande~tins, - la suppression de la commission paritaire aux journaux néo-nazis, - l'élimination de la police des membres liés à ces groupes, - une commission d'enquête parlementaire sur les agissements de l'extrême-droite, - la réouverture de toutes les enquêtes sur les actes racistes qui ont été enterrées. 8 J.P. G. • Contre le racisme dans le monde - l'arrêt de toute relation avec le reglme de l'apartheid (économique, culturelle, sportive ... ), - il développera son action d'information et de solidarité concrète avec les mouvements de libé ration nationale d 'Afrique australe, - il continuera sa dénonciation de tous les ra cismes (Amériques, etc .).' r)Poursuivre la lutte pour les droits de la population immigrée LE MRAP demande : - la prolongation de la procédure exceptionnelle de régularisation des étrangers en situation irré gulière. Ces opérations devront être dotées de moyens suffisants. - la régularisation de tous les immigrés en situation irrégulière ayant déjà déposé leur dossier. - l'arrêt des reconductions à la frontière dans l 'état actuel des choses. - la ratification par la Fra nce de la Convention 143 de la Conférence 1 nternationale du Travail (4 juin 1975) et l 'application de l 'article 8 qui interdit de subordonner le séjour et l'emploi; - la participation des syndicats et des associa tions d'immigrés au conseil d 'administration de l 'ONI ; - l 'abrogation des articles de l 'Ordonnance de 1945 qui pun issent la solida ri té envers les étran gers en difficulté administrative ; - la suppression de toutes les mesures discrimi natoires appliquées aux étrangers dans la vie quotidienne ; - la révision dans un sens égalitaire des accords bilatéraux ; - la suppression des notions de « menace grave à l 'ordre public et d'urgence absolue » pouvant être utilisées dans les procédures d 'expulsion, et celle de « menace pour l'ordre public » pouvant justifier un refoulement ; -l'éligibilité des travailleurs étrangers aux Conseils de Prud 'hommes; - la possibilité pour les femmes enceintes étrangères d'obtenir une carte de priorité dans les transports; - le droit au logement pour tous dans des condi tions décentes, sans loyer excessif, le plus près du travail; - la fin du racisme social et ethnique pratiqué dans les quartiers, les communes, qui refusent les logements sociaux et les foyers d'immigrés; - l'adaptation des structures sociales et culturelles dans l'ensemble des communes à la présence d 'une forte proportion d 'étrangers dans la classe ouvrière; - dans l'école : l'abolition des discriminations, des barrages, des orientations abusives tendant à perpétuer dans les générations nouvelles la non-qualification des migrants. Il faut, en outre, développer l'enseignement des langues et des cultures des étrangers en France; - la suppression des quotas à l'Université; la reconnaissance des diplômes de fin d'études secondaires correspondant au baccalauréat à l'exclusion de toute autre condition pour s'inscrire dans une université française ; la transformation de l'examen de français en test d'orientation; la mise en place de structures d'enseignement du français dans les universités; - la création de commissions extramunicipales de l'immigration; -la' diffusion des cultures immigrées dans les médias audiovisuels ; - l'embauche de coopérants étrangers dans l'enseignement, les relations avec le public, les média, etc. - l'annulation des opérations d'informatisation des titres de séjour ; - la fin du travail intérimaire qui perpétue l 'insécurité de l'emploi et l'exploitation des immigrés; - des mesures effectives contre les employeurs qui exploitent des travailleurs clandestins. _ • Le MRAP quant à lui continuera: - à expliquer l'apport inestimable tant économi que que culturel de l'immigration à notre pays ; - à rencontrer les responsables gouvernementaux afin de faire prendre en compte ses revendications.; - à alerter l'opinion publique et les élus sur ce qui lui semble inacceptable dans la politique gouvernementale en matière d'immigration; - à lutter dans les institutions, entreprises, écoles, offices d'HLM, etc . pour la prise en compte de ses propositions ; - à combattre le racisme dans l 'emploi, notamment en agissant auprès des ANPE ; - à prendre en compte les problèmes spécifi ques des jeunes issus de l'immigration qu ' il in vite à s'organiser dans ses comités locaux, et en approfondissant son analyse sur leur situation particulière. Il rappelle que la carte « pas de quartier pour le racisme » a été créée à leur intention . Il publiera prochainement les débats du colloque organisé en 1981 à Lyon. - à s'opposer aux contrôles policiers, aux rafles da ns les foyers, à toutes les mesures qui font des immigrés les victimes désignées de la crise ; - le MRAP utilisera tous les recours juridiques et fera appel à l 'opinion publique pour obtenir la régularisation de la situation des immigrés sanspapiers. Il publiera dans un bref délai un argumenta i re déta i lié permetta nt aux com ités loca ux de faire face aux mesures d 'expulsion; - Par ailleurs, il favorisera dans la mesure de ses moyens, toute initiative des immigrés tendant à la prise en charge de leur situation; - Le MRAP, enfin, s'engage à développer au plan local et national, sa réflexion sur : - le droit de vote pour la population immigrée, -le droit à la libre circulation . Il en discutera lors d'une prochaine assemblée générale statutai re. Il sera fa it la rgement écho de ce débat dans les différentes publications du MRAP. gDévelopper l'amitié entre les peuples - en créant un institut de l 'amitié entre les peuples ; - en éditant Différences; - en multipliant les rencontres pour la découverte des a utres peuples dont nous côtoyons en France les communautés; - en aidant à la diffusion des oeuvres littéraires, artistiques et en particulier cinématographiques du Tiers-Monde, notamment dans les médias audiovisuels; - en incitant les enseignants à intégrer l'éducation à.la fraternité dans leurs cours; en mettant à leur dispOSition des documents susceptibles de les a ider dans cette tâche et des militants prêts à venir en débattre; en favorisant l'approche de ces thèmes par le biais d'expositions, de concours de dessins d'enfants, de bandes dessinées, d'affiches, etc. - en développant ses relations avec les mouvements d'éducation populaire; - en aidant la formation antiraciste des enseignants; - en favorisant l'expression des cultures issues de phénomènes migratoires ; - en mettant en place un réseau d'animateurs antiracistes dans toute la France. • Le MRAP demande: - la présence de personnalités représentant les sensibilités culturelles des minorités et des associations antiracistes dans le futur conseil de l 'audio-visuel - le MRAP Ofganisera une journée nationale sur l'immigration des DOM-TOM qui fera la syn thèse des réflexions et des rencontres des comités locaux sur ces problèmes. - Il organisera l 'automne prochain une rencontre nationale des comités locaux pour dresser un bilan et élaborer un programme concret d'action pour l'amitié entre les peuples- Droit et Liberté _ n0411 -412 - Mai-Juin 82 Organisation et structures L E MRAP vit des actions, ré'flexions et contributions de ses militants, de ses adhérents isolés, des personnalités amies spécialistes des problèmes entrant dans son champ d'action, de ses nombreux sympathisants, Le MRAP doit s'efforcer d'utiliser au mieux cette richesse pour accroître son autorité, pour développer ses activités, pour diffuser ses idées, pour améliorer l'efficacité de ses interventions, L'organisation de notre Mouvement et son mode de fonctionnement doivent permettre de satisfaire ces objectifs. Structures et fonctionnement démocratique Les structures mises en place à l'Assemblée Générale de Dijon (décembre 1979) ont contribué à une amélioration du fonctionnement démocratique du MRAP. Elles ont permis une meilleure représentation des régions et des comités locaux. Cependant, diverses imperfections sont apparues, des corrections peuvent être apportées et éventuellement inscrites dans notre propre règlement intérieur. Ce règlement doit être strictement respecté. Pour une meilleure représentation des réglons Il nous faut prendre des initiatives pour équilibrer l 'implantation régionale du MRAP, notamment créer des conditions pour augmenter le nombre des adhérents et comités locaux dans les régions, et tendre vers une meilleure représentation des régions au Bureau National. Par ail leurs, la désignation par le Bureau National, sur proposition des Assemblées régionales ou départementales d'un représentant régional ou départemental, interlocuteur des autorités de la région ou du département, coordinateur des actions régionales, devrait fa voriser la décentralisation de notre organisation. Il est clair que le MRAP doit s'associer pour cette mission des militants expérimentés et actifs. L'accroissement indispensable du nombre de comités locaux dans les grandes villes y fait apparaître la nécessité d'une coordination spécifique. La mise en place, par le gouvernement, de la décentralisation aura une incidence sur le fonctionnement du MRAP. Le congrès invite le Bureau National à organiser la réflexion sur ce sujet. Pour une autre approche du rôle des commissions techniques nationales Il faut redonner aux commissions leurs responsabilités fondamentales; élaborer les dos- , 'Siers et documents nécessaires à l'action du MRAP, proposer des actions, soutenir l'intervention du MRAP auprès des responsables de l'Etat et des régions ou des divers organisations et organismes. Les commissions techniques nationales suivent les questions que le MRAP doit traiter, elles élaborent, pour les organes dirigeants et les militants, la documentation, les ét'Jdes, les projets nécessaires aux décisions et à l'action. Animées par deux membres du Bureau National, chaque commission technique nationale joue un rôle essentiel dans l'activité du MRAP ; par sa bonne connaissance des problèmes entrant dans le champ de ses attributions, par la quai ité des dossiers élaborés et l'attention portée à l'actualité. Les commissions ,techniques nationales permettent au MRAP de répondre à l'événement et d'être l'interlocuteur 'privilégié des enseignants, des responsables syndicaux ou politiques, des journalistes, 'c'est-à-dire de tous les «formateurs » de l'opinion. Faut-il ajouter qu'une commission se dirige et s'anime? Telle devrait être l'action des deux responsables confirmés par le Bureau National et assistés dans leur travail par les comités locaux. Nous invitons les commissions techniques nationales à faire connaître très régulièrement leur plan de travail, leurs projets, leur calendrier et leur composition. Droit et Libe~té _ n0411-412 - Mai-Juin 82 Point très Important pour la bonne marche de notre Mouvement. François Grèmy avait soulevé quelques thèmes de réflexion dans son allocution d'ouverture (voir p. 2), les rôles de chacun et les relations entre tous s'en trouvent mieux définis. Le rôle du secrétariat national Le rôle des secrétaires nationaux devrait être respecté. Il faut leur donner les moyens de situer leur action au niveau convenable, action dont l'animation est de la responsabilité du secrétaire général du MRAP. Ayant en charge un secteur de l'action du MRAP, les secrétaires nationaux s'efforceront de travailler et de décider collectivement des actions à entreprendre dans le respect de leurs convictions idéologiques et philosophiques. Attentifs au développement de l'implantation du MRAP, ils collaboreront étroitement avec les délégués régionaux, les responsables des comi tés locaux, les membres du Bureau National des régions concernées . Assistés par les responsables des commissions techniques nationales, les secrétaires nat ionaux appliqueront les orientations définies au congrès et rendront compte de leur action au Bureau National. Il faut dire, à nouveau, que les secrétaires nationaux doivent disposer de moyens pou r;. mener à bien la mission qui leur est confiée : secrétariat, boîte à lettres, bureau collectif, etc. La gestion du MRAP : un moyen pour l'action Le MRAP souffre de graves difficultés finan cières. Il doit se donner à tqus les niveaux les moyens de mener à bien ses activités. Tout projet d'action locale ou nationale doit être accompagné d'un projet de f inancement. Les actions doivent tendre à s'autofinancer, mais il nous faut dire que toute action n'est pas nécessairement coûteuse. Les comités locaux doivent améliorer leur contribution au fonctionnement du siège où des militants travaillent, faut-il le souligner, au même titre que les militants des comités locaux pour développer la lutte contre le racisme. Ainsi, un comité local qui ne paie pas ses cotisations et contributions ne saurait prétendre appartenir au MRAP et parler en son nom. La publication, en septembre, et pour l'année, du taux des cotisations et des contributions financières soulagerait la tâche des trésoriers.' La transmissiion impérative des projets finan" ciers, des dépenses et des recettes à la trésorière nationale aiderait à mieux connaître notre activité et à assainir une situation financière difficile. A propos des conflits Bien que les conflits soient rares au sein du MRAP, il semble nécessaire de créer une Commission Permanente des conflits, désignée par le Bureau National pour la durée de son mandat dont les attributions seront les suivantes : - arbitrer les conflits apparaissant à tous les niveaux de l'organisation du MRAP; - de proposer au Bureau National l'exclusion éventuelle des membres dont l'action porte préjudice au MRAP; - de) proposer de refuser l'adhésion de personnalités dont l'action apparaît en contradiction avec les objectifs du MRAP. Nos relations avec l'Etat L'attribution de fonctionnaires détachés par l'administration ou de stagiaires est bénéfique pour le MRAP. Toutefois, il est clair que l'indépendance de notre Mouvement ne peut être préservée que si le MRAP conserve le libre choix de ses collaborateurs. Le MRAP ne saurait accepter que des aides ou subventions non liées. L'Information Les informations diffusées au MRAP, la rapidité avec laquelle elles sont portées à la connaissance des adhérents sont un élément essentiel pour le développement de notre action. Les militants du MRAP ont besoin d'une information dont la qualité leur permette de préparer et de conduire des actions efficaces. Les documents que nous publions sont, le plus souvent d'un grand intérêt, la contribution des commissions techniques nationales et celles des militants spécialistes des différents domaines d'intervention du MRAP en amélioreront la qualité. Les supports de l'information Différences fait connaître les idées du MRAP dans de larges couches de la population. Notre mensuel montre combien les différences sont facteur de richesse, il oeuvre à l'amitié entre les peuples. L'augmentation de la diffusion de Différences et l'accroissement de nos abonnés doit être la préoccupation de chaque militant. Les Cahiers Droit et Liberté apportent une synthèse approfondie sur des champs d'action du MRAP et sont un outil important pour les militants. Droit et Liberté, organe d'information interne du MRAP, donne aux militants les informations nécessaires à l'action. La contribution régulière des comm issions spécialisées et des militants du MRAP devrait enrichir le contenu de Droit et Liberté, renforcer son rôle d'instrument de lutte. La Lettre du Secrétariat donne aux dirigeants des comités locaux et aux membres du Bureau National les informations internes au MRAP, les décisions et prises de position du Secrétariat Général. Par ailleurs, une importante correspondance circule au sein de MRAP. Améliorer la circulation de l'information L'information n'est utilisable que si elles est transm ise suffisamment rapidement. Or, le MRAP ne dispose à son siège que d'un nombre réduit de permanents et de militants bénévoles se dépensant sans compter. Les charges financières pesant sur notre organisation ne peuvent nous permettre d'envisager des dépenses non couvertes par des recettes sûres ou non amortissables à court terme. L'amélioration ne peut donc venir que d'une contribution supplémentaire des militants, auxquels notre organisation doit pouvoir proposer des tâches concrètes et immédiates, d'un meilleur choix des correspondants, des comités locaux, d'une action persistante des délégués nationaux ou départementaux, de l'intervention et de l'attention des membres du Bureau National. Un secrétaire national, assisté de la commission Gestion, analysera les flux de l'information. Cette action et la restructuration du fichier du MRAP devraient apporter des améliorations sensibles. De plus, la réorganisation de la documentation interne du MRAP, l' introduction de l'informatique avec, et pourquoi pas, l'accès à des banques de données, devraient être l'objet de prochains travaux. Toutefois, la circulation de l'information doit être à double sens, les comités locaux sont invités à tenir le Secrétariat National, les organes d'information du MRAP, informés de leurs projets et actions. Ceci implique un plan de formation des militants investits de responsabilités à tous les niveaux. - Autour du Congrès Les interventions présentées le 8 mai après-midi seront publiées ultérieurement. Il s'agit de : • Immigration el nouvel ordre économique mondial par Mme Yildz Sertel. • Racisme et néo-nazisme aujourd'hui par Mme Marie-José Chombard de Lauwe. • La France, société plu ri-culturelle par M. Maurice Mauviel. 9 TI


Spécial Congrès-----------

Moyens d'expression P OUR SENSIBILISER l'opinion publique, pour gagner de nouveaux adhérents à la cause qu'il défend, pour créer un climat plus propice à l'expression et à la rencontre des différentes communautés qui cohabitent en France, il est essentiel et capital que le MRAP fasse connaître largement ses idées dans le sens de sa lutte contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples. La Commission a été constituée d'une quarantaine de personnes représentant une trentaine de comités locaux. Toutes se sont exprimées et ont souligné l'importance de la revue Différences tout en faisant remarquer la complémentarité de l'audiovisuel pour amplifier la diffusion des idées du MRAP. Pour ce faire, différentes formes d'expression s'offrent à lui : l'écrit, l'audiovisuel, d'autres moyens. l'écrit La revue Dlflérences, le journal Droit et Liberté, Les Cahiers Droits et Liberté. • Différences. Le Congrès dans sa majorité approuve l'existence de Différences. Il apprécie que cette revue touche des personnes qui ne font pas partie du MRAP. Comme un journal ne peut vivre que s'il a les moyens financiers d'exister, il importe que les adhérents du MRAP se mobilisent pour aider la revue Différences à vivre en s'abonnant euxmêmes, en menant autour d'eux une campagne d 'abonnements, en organisant des ventes militantes. Il faut, en outre, s'efforcer de favoriser l'échange de courrier entre les lecteurs et la rédaction . Le Congrès souhaite que soit clairement explicitée sur la couverture la finalité de la revue. • Droit et liberté: c'est un journal absolument indispensable aux militants du MRAP. A ce titre, il est logique que l'abonnement soit lié à l'adhésion. Le prix de l'un et l'autre doit être modulé sur l'indice du coût de la vie et fixé définitivement pour l 'année scolaire en cours . Il est demandé qu'il devienne un instrument de formation accrue (fiches techniques) tout en demeurant un lien entre les comités locaux et l'en semble du Mouvement. N.B. 1/ serait utile que la prochaine Lettre du Secrétariat fournisse la liste des comités locaux avec les coordonnées des responsables de ces mêmes comités et des commissions nationales, pour faciliter la communication interne. • Les Cahiers Droit et Liberté. Ils aportent une synthèse approfondie et originale sur un thème ayant rapport avec les objectifs du Mouvement. Les deux derniers numéros ont été consacrés l'un aux Noirs d'Amérique, l'autre aux Tsiganes. Le prochain, qui devrait paraître sous peu, est consacré à la nouvelle génération issue de l 'immigration. D'autres sont prévus à la fréquence d'un par trimestre. Le MRAP décide d' utiliser au maximum ses moyens d'expression écrite existants. Toutefois, il ne peut rester à l'écart du développement de l 'audio-visuel et il s'efforcera d'utiliser les moyens d'ores etdéjà disponibles ou à venir dans la mesure de ses possibilités, pour une plus grande efficacité dans la diffusion de ses idées. l'audiovisuel Il est important d'être bien conscient que les moyens audiovisuels offrent des possibilités de premier ordre. Si jusqu'ici notre Mouvement a été mis à l'écart des radios officielles, il semble que des voies nouvelles s'ouvrent devant-nous. D'a utre part, de nombreuses radios libres sont prêtes à nous accueillir : elles peuvent a insi nous aider à parler de la sQCiété française pluraliste, pluriethnique, pluriculturelle. Quelques exemples de réalisations possibles : - Une banque de données (cassettes enregistrées), - La diffusion de musiques d 'ailleurs, - Des témoignages, des interviews, - Un journal d'information mensuel sur cas - settes édité par le MRAP national et envoyé aux comités locaux, - La réalisation de vidéo -cassettes, - La participation à la production de courts métrages, téléfilms, etc. Le champ d'action du MRAP Le débat avait été lancé au sein du MRAP depuis quelques mois. /1 fallait trouver un point d'équilibre où notre Mouvement garde son originalité sans pour autant mettre entre parenthèses tout ce qui ne concerne pas exclusivement la lutte antiraciste. Faut-il élargir le concept de cc racisme» et étendre notre lutte à toutes les discriminations? il Comme l'a montré le colloque « Expression et répression des différences », il existe des traits communs à tous les types de discriminations. Similitudes dans les conséquences, similitudes dans les causes : non-reconnaissance des minorités, refus de la «différence » conçue comme infériorité ou anormalité. Toutefois, il est apparu que le concept de racisme tel qu'il est défini dans les documents de l'ONU garde une spécificité en particulier par le fait qu 'il frappe des groupes historiquement constitués qui se perpétuent au fil des générations. C'est le combat contre le racisme qui fait la raison d'être du MRAP depuiS plus de 30 ans et assure la spécificité de notre Mouvement. ~ Au plan pratique, il est apparu à travers les reactions des comités locaux que les objectifs du MRAP, dans sa lutte tous azymuts contre tous les ràcismes, sont déjà très larges et très diversifiés. Le nombre de Commissions spécialisées en témoignent. Les militants ont du mal à faire face à toutes les tâches. Elargir notre lutte à toutes les discriminations ne donnait pas néanmoins au MRAP un nombre suffisant de militants supplémentaires étant donné que des associations nombreuses prennent déjà ces luttes en charge. D'autre part, certaines luttes peuvent nous entraîner dans des voies qui seraient préjudiciables à l'unanimité dans le Mouvement. 10 Amendement de Dijon Le respect des différences ne doit pas faire accepter des atteintes aux droits de la personne humaine tels que les ont définis, en particulier, les articles 1 et 2 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948. 9 En conclusion, il semble logique et réaliste de maintenir les objectifs du MRAP dans la ligne qui était la nôtre étant entendu que nous sommes sensibilisés à toute forme de discrimination qui ne relève pas de ce racisme au sens strict et que nous pouvons avoir à appuyer ponctuellement telle ou telle lutte, soit au plan national (comme nous l'avons fait en dénonçant le projet d'Ornano) soit au plan local au niveau des comités. Le concept d'amitié entre les peuples oblige- t-il le MRAP à intervenir sur toutes les opppressions, toutes les injustices et dans tous les conflits? Dès le départ de notre Mouvement, les mots «Pour la paix » ont été ajoutés à ceux « contre le racisme et l'antisémitisme » non comme un objectif. différent, mais comme la face positive de notre combat : lutter contre les racismes, c'était travailler à la paix. Les mots « amitié entre les peuples » substi tués à cell:Ji de « paix » expriment notre idée de manière plus compréhensive encore, mais sans modifier notre cara.ctère propre qui demeurait - La généralisation de l 'expression audiovi suelle dans les écoles et les espaces socio-cultu reis et de loisirs. Autres moyens - La participation aux émissions nationales et régionales des radios officielles et des chaînes de télévision . Il est souhaitable que se constitue, à cet effet, une commission nationale audiovisuelle dans la quelle sera favorisée la participation des régions . Il n'est pas inutile d'ajouter qu'il est nécessaire que les comités locaux connaissent les coordonnées des correspondants locaux de la presse locale, départementale, régionale et nationale (presse écrite, pa rlée et télévisée) et qu'ils soient en contact avec eux pour les a lerter sur des faits d 'actualité racistes notamment en envoyant des communiqués. Notre Mouvement compte mettre sur pied des sessions et stages régionaux pour la formation d 'intervenants et de conférenciers pour permettre de mieux faire connaître l 'action de notre Mouvement ainsi que ses objectifs. Un technicien est employé à plein temps au MRAP national en vue de cette formation . En outre, le MRAP, nationalement et localement, peut s'exprimer par : - l'organisation des fêtes de l'amitié ou sa parti cipation à des fêtes organisées par des Partis, des Mouvements ou Organisations par la tenue de stands ; - l'animation culturelle locale ; - la production d 'affiches en organisant un concours national ; - des expositions sur les thèmes spécifiques au Mouvement ; - en favorisant la mise en circulation de tout ce matériel graphique . • essentiellement le soutien de tous les peuples opprimés sur une base raciste ou ethnico-culturelle. Etendre nos objectifs à la défense de tous les peuples opprimés ou en lutte pour leur liberté nous obligerait à nous prononcer sur le régime et la situation politique de nombreux pays au risque de diviser notre Mouvement soit sur le fond, soit sur l'opportunité ou les modalités de l'intervention. Droit et Liberté. n0411-41 2 • Mai-Juin 82 Commission internationale Nombreux étaient les étrangers à vouloir témoigner de la situation dans leur pays et de leur souci de développer l'amitié entre les peuples. A la suite de l'intervention du représentant de l'ANC et en tenant compte du fait que nous sommes dans l'année internationale pour les sanctions contre l'A frique du Sud, la commission a adopté la résolution suivante: L E MRAP, inquiet du maintien, voire de l'accroissement des relations commerciales entre la France et le régime d'apartheid d'Afrique du Sud, inquiet également de l'attitude de la France lors du vote des résolutions de l'O.N .U. sur l'Afrique Australe demande au gouvernement français de ne pas laisser s'enliser une situation qui n'a que trop duré. Le MRAP tout en étant conscient qu'il estdifficile de rompre unilatéralement les contrats antérieurement passés entre deux Etats rappelle au Président de la République et au gouvernement leurs promesses électorales et leur condamnation officielle du régime de l'apartheid. Il faut aussi que les entreprises nouvellement nationalisées reconsidèrent rapidement la politique Ch, B. commerciale jusque-là suivie avec le régime de l'apartheid. Dans le cas contraire, l'Etat en serait le responsable direct. En outre, la France ne doit plus au sein du groupe de contact sur la Namibie, supporter les aternoiements de l'Afrique du Sud. Le MRAP, au côté des peuples d'Afrique Australe, et de leurs organisations représentatives, l'ANC et la SWAPO, tient à manifester son impatience à ce propos. La commission tient à préciser que les buts qui lui avaient été fixés ne consistaient nullement à s'exprimer sur tous les sujets à caractère international. Elle n'a pris en compte que les sujets soulevés par les délégués étrangers présents. • Commission des conflits Yvon Chotard, avocat du Barreau de Nantes, est membre du MRAP depuis le mois de mai 80. Il a accepté, à cette époque la défense en justice de Robert Faurisson, dans le procès qui opposait celui-ci à six associations, dont le MRAP. Ce procès avait été engagé à la suite de sa campagne de négation du génocide des juifs par l'Allemagne hitlérienne. Le 17 décembre 80, Faurisson déclarait au micro d'Europe n° 1 qu'il n'était pas raciste et que la meilleure preuve en était que son avocat était du MRAP. Le 10 janvier 81, le Bureau National avait convié Me Chotard à venir éclaircir 'son attitude. Ses arguments, en faveur de la liberté d'expression, n'avaient guère convaincu. Me Chotard était alors suspendu, l'exclusion ne pouvant être examinée que par le congrès. D'où la constitution de cette commission des conflits. Laure Dachevski-Perrin présente la résolution suivante, qui est adoptée à la quasi unanimité: RÉuNI en Congrès Nationalle 8 et 9 mai 1982 à Paris, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) à la suite de la décision de son Bureau National du 10 janvier 1981 ayant prononcé la suspension d'yvon Chotard après audition de ce dernier et conformément à l 'article 16 de ses statuts. Considérant que, sans opérer en aucune manière l'assimilation entre un avocat et son client ni remettre en cause le principe du libre choix de l'un par l'autre, le fait pour un avocat adhérent du MRAP de plaider contre l'Association dans un procès mettant en cause l'objet même de celle-ci est incompatible avec l'appartenance du MRAP. En conséquence, décide de prononcer l'exclu sion de ses rangs d'Yvon Chotard. Rapport financier Le rapport financier constate dans son ensemble l'évolution économique du MRAP au cours des deux dernières années en relation avec le contexte politique. Claudine Mardon, Trésorière : « Chaque adhérent doit faire une nouvelle adhésion» A u DYNAMISME DE L'APRÈS COPERNIC, concrétisé par la création de nombreux comités, le lancement de Différences et le changement de locaux, succède une période plus attentiste et le ralentissement du rythme des adhésions. En revanche, l 'ensemble des charges a aug menté, les salaires en recouvrant plus de 50 %. La couverture du budget par les cotisations n 'est que de 13 % contre 20 % l'ann'ée précédente. C'est un grave sujet d'inquiétude. Les recettes provenant des adhérents sont d'ailieLOrs en diminution . A noter pourtant l'importance récente du poste dommages et' intérêts qui concrétise d'une part le travail de nos avocats, d'autre part l'activité conjointe de certains comités loca ux (ex. Strasbourg). Les subventions sont en légère augmentation et des perspectives nouvelles seraient sans doute envisageables. Nous formulons chaque fois que c'est possible des demandes de subventions aux organismes les plus divers (FAS, Conseil OEcuménique des Eglises, municipalités, Unesco, etc.). Pour garder toute indépendance à cet égard nous effectuons des demandes destinées à financer des projets précis et non pas en vue de couvrir le budget de fonctionnement du MRAP. Pour conserver une gestion saine un appel est fait en direction des comités. Droit et liberté. n0411-412 • Mai-Juin 82 Ce pourrait être le mot d 'ordre de ces prochains mois. Nous pouvons constater au cours de ce Congrès, dans les différentes commissions et dans les interventions générales, une prise de conscienc.e"Croissante des délégués par rapport aux questions financières. Le souci de rentabiliser les opérations militantes, de trouver des financements préalables, s'est fait jour dans les discussions. La souscription organisée pour financer les frais du Congrès ne couvre pas, tant s'en faut, la totalitédesfrais ; il faut pourtant noter une forme de souscription militante intéressante. Le Comité des Charentes a financé le voyage de 3 délégués et lancé une souscription loca le pour le 4e . La bonne gestion du MRAP passe certainement par la prise en compte par l 'ensemble du Mouvement des difficultés de financement de tous les frais, et à tous les niveaux. Le salaire du permanent de la rue Oberkampf doit concerner le militant du Gers ou du BasRhin; le travail de ce permanent lui permet en effet de fonctionner dans sa région . Les permanents du siège et la direction du Mouvement doivent être conscients des difficultés financières d'un comité de province, tout est lié. La réflexion a été amorcée au Congrès; les décisions prises au niveau de la circulation de l'information, plus particulièrement des informations financières, devraient améliorer notre fonctionnement . • Jean Laurain, ministre des Anciens Combattants, au Congrès du MRAP: « Notre premier devoir est de ne pas oublier» R APPEL DU PASSÉ, de'voir d'informer et d'éduquer pour relever le défi du racisme anti-immigrés : tels furent les principaux thèmes de l'allocution prononcée par M. Laurain le 8 mai dernier à la tribune de notre Congrès. « Il ne faudrait pas nous donner à bon compte bonne conscience en ne parlant du racisme et de l'antisémitisme qu'au passé ou... (chez) les autres. Nous n'avons pas le droit d'oublier que le gouvernement dit de« l'Etatfrançais »promulgua des lois d'exception. qu'il se trouva dans notre M. Laurain propre peuple des dénonciateurs de Français israélites, de prédateurs de leurs biens et que l'administration française, si l'on peut dire, de l'époque s 'ajouta un appendice, celui du Commissariat aux affaires juives. Il ne faut donc pas ne regarder que la poutre dans l'oeil du voisin. .. ». « Il ne suffit pas de nous lamenter » , poursuit M. Laurain, il faut informer et éduquer, par exemple, en enseignant l'histoire sans complaisance et le respect des droits de l'homme par le biais de l'Instruction Civique » . «Mais il faut aussi répondre aujourd'hui à un nouveau défi du racisme. Celui qui vise les travailleurs immigrés qui sont venus prêter leur force de travail à notre pays. Nous avons des citoyens et des immigrés de couleur ... (ou) maghrébins, et d'autres nationalités sont aussi représentées sur notre territoire. Nous avons vis-àvis d'eux des devoirs: celui de les accueillir, celui de respecter leur différence et celui, et n'est-ce pas un minimum, de respecter leur religion ... Mais il y a plus encore, et vous avez raison dans le sigle de votre Mouvement d'ajouter l'amitié entre les peuples car je crois qu'il faut rêver au jour où les termes «racisme'et antiracisme » disparaÎtront d'eux-mêmes pour qu'il ne reste plus que l'amitié entre les peuples, l'échange ... le dialogue de peuple à peuple et aussi le dialogue nord-sud. .. Tout cela c'est un objectif pour demain mais dans l'immédiat. il y a beaucoup à faire, votre mobilisation, votre militantisme ne manquent pas de champ d'action en France même, et partout dans le monde ... Il est réconfortant par les délégations étrangères présentes à votre congrès de voir qu'il y a une internationale des bonnes volontés contre la haine et le racisme ... Cela donne une dimension supplémentaire à ce 8 mai, fête internationale de la paix et de la liberté », a conclu le ministre. 11 --_________ ,Spécial Congrès __________ _ Solidaires du M RAP De nombreux ministres De nombreux ministres ont marqué leur intérêt pour l'action du MRAP, par leur présence, leur représentation ou des messages au congrès. M. Jean Laurain, ministre des Anciens Combattants, a prononcé une allocution devant les congressistes dans l'après-midi du 8 mai ; MM. Jean-Pierre Chevènement ministre de la Recherche et de la Technologie, et Michel Rocard, ministre du Plan et de l'Aménagement du Territoire, étaient présents à la réception organi sée à midi, le même jour, pour les invités et la presse. Représentant M. François Autain, Secrétaire d'Etat chargé des Immigrés, M. Dominique Garabiol, chargé de mission à son cabinet, a pris la parole au cours du congrès. Etaient également représentés : Mme Nicole Questiaux, ministre de la Solidarité Nationale, par Mme B. Huger, chargée de mission ; M. Alain Savary, ministre de l'Education Natio-' nale par Mme Eliane Krieser, chargée de mission

M. André Henry, ministre du Temps li bre,

par M. Charvot, conseiller technique ; M. Henri Emmanuelli, Secrétaire d'Etat chargé des D.O.M.-T.O.M ., par son chef de cabinet, M. Guy Ramirez. D'autres ministres avaient adressé des lettres et messages pour s'excuser de leur absence ; MM. Charles Fiterman, ministred'Etat, ministre des Transports ; Claude Cheysson, ministre des Relations Extérieures; Robert Badinter ministre de la Justice ; Jack Lang, ministre de la Culture ; Jean-Pierre Cot, ministre chargé de la Coopération et du Développement ; Jean Auroux, ministre du Travail; Marcel Rigout, ministre de la Formation Professionnelle ; Jean Le Garrec, Secrétaire d'Etat chargé de l 'extension du secteur public; François Abadie, Secrétaire d'Etat chargé du Tourisme. Message également de M. Fernand Grenier, ancien ministre. Parlementaires M. Louis Mermaz, président de l 'Assemblée Nationale, était représenté par M. Maurice Laurent, membre de son cabinet. Beaucoup d'autres députés, retenus dans leurs circonscriptions, notamment par les célébrations du 8 mai, s'étaient excusés : M. JeanPierre Michel (Haute-Saône), vice-président de l 'Assemblée Nationale ; Mme Gisèle Halimi (Isère), présidente de l"inter-Groupe d'Etudes contre le racisme de l'Assemblée Nationale, et M. Alain Billon, vice-président de cet orga nisme

MM. André Lajoinie (Allier), président

du Groupe communiste, André Audinot (Somme), Raoul Bayou (Hérault), Didier Chouat (Côtes -du -Nord), Pierre-Bernard Cousté (Rhône). Yves Dollo (Côtes-du-Nord). JeanLouis Dumont (Meuse). Jacques Floch (Loi re- Atlantique), Jacques Godfrain (Aveyron), Emmanuel Hamel (Rhône), Emile Jourdan (Gard), Louis Lareng (Haute-Garonne), JeanPierre Le Coadic (Val d'Oise), Jean Rousseau (Cher), Georges Sarre (Paris), Michel Suchod (Dordogne). Pierre Zarka (Seine-Saint-Denis). S'étaient également excusés MM. Charles Lederman, et Franck Serusclat, sénateurs ; ainsi que Mme Janine Thomas, conseiller générai des Yvelines. Organisations politiques et syndicales Une délégation du Parti Communiste Français était pré.sente au congrès, composée de MM. Jean-Claude G~yssot, membre du Bureau Politique; Henri Malberg, membre du Comité Central et Secrétaire de la Fédération de Paris, Jean Fabre, et Henri Levart. Au nom du Secrétariat national du Parti Socialiste, M. Marcel Debarge avait envoyé un message. On notait également la présence de délégations de la Jeunesse Socialiste (Manuel Valls), du Mouvement des Jeunes Radicaux de Gauche (Daniel-François Guérin), du 12 P.S.U., du P.C.M.L. (Pierre Bauby). L'Union Progressiste avait envoyé un message (Serge Kriwkoski). Au plan syndical, signalons les messages de la Fédération de l'Education Nationale (Guy Le Néouannic), de l'Union des Syndicats C.G .T. de Paris (Georges Delbort), ainsi que la présence de délégués du SN ES-Section académique de Paris (Albert Daum), de la C.G .T. (Cheminots, métallurgie, Commission confédérale Immigration) et de la C.F.D.T. (Services publics parisiens). de l'Union Nationale des Etudiants de France. La F~dération Autonome des Syndicats de Police était représentée par M. Michel Veux, le Syndicat Général de la Police par MM. R . Gerbaudi et R. Espanol. De tous les horizons ... Présences et messages de personnalités, d'associations ont témoigné au cours de ces deux journées de la mu Itiplicité et de la diversité des liens du MRAP avec tous les milieux qui affron tent et combattent le racisme. Le Grand Orient de France était représenté par M. Henri Avrane, conseiller de l'Ordre ; la Ligue des Droits de l'Homme par Michel Echaubard, son secrétaire général ; la Ligue de l'Enseignement par Henri Fauré, prési dent d'honneur, et Mme Mireille Osmin-Lamarque, présidenie de la Fédération des Oeuvres Laïques de Paris. Par ailleurs, lecture a été donnée à la tribune de messages de Mgr Guy Herbulot, évêque de Corbeil -Essonne, de l'abbé Jean Toulat, secrétaire de la Commission fran ça ise Justice et Paix, des écrivains Robert Sabatier et Albert Memmi, de M. Stelio Farandjis, secrétaire \lénéral du Haut Comité de la Langue Française auprès du Prem ier ministre, du ~steur Georges Casa lis, de l'acteur Bachir Touré. du bâtonnier Louis Pettiti, au nom du Mouvement international des Juristes Catholiques (section française). M. Garablol, représentant de M. Autaln, Secrétaire d'Etat chargé des Immigrés. Des messages de soutien avaient été envoyés par le Secrétariat National de l'Action Catholique Ouvrière, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne et la Jeunesse Ouvrière Chrétienne Féminine. Etaient, par ailleurs, représentés l'Union Rationaliste et la Libre Pensée, la Jeunesse Indépendante Chrétienne, l'Association Chrétienne d'Action contre la Torture (ACAT.), la Société religieuse des Amis (Quakers). Dans la salle, nous avons noté la présence de M. Mustapha Tlili, directeur-adjoint du Centre d'Information des Nations Unies à Paris, qui donna lecture du message de l'ambassadeur Maitama- Sulé, président du Comité Spécial des Nations Unies contre l'apartheid ; de M. Alfredo Salvaterra, premier secrétaire de l'ambassade de l'~ngola ; d'un délégué du Syndicat de la Magistrature et de membres nombreux du Syndicat des Avocats de France, du music. ien tS}ilane Jark? Jovanovic, d'une délégation d Etudes TSiganes; de Mme Marcelle Huisman. Parmi les universitaires et chercheurs présents ou excusés, signalons les professeurs Jacques Berque, Eugène Cotton, Henri Desoille, Claude Frioux (président de Paris VIII), Jean-Pierre Kahane, Marcel-Francis Kahn, Jean Suret-Canale, le sociologue Yves Charbit, Mme Micheline Lares, animatrice du C.E.S.E.R.E. (Centre d'études supérieures et de recherches sur les relations ethni ques et le racisme européens) à Paris XIIi. A vec les immigrés Bien des associations de travailleurs immigrés étaient représentées par des délégués ou avaient adressé des messages d'amitié; Amicale des Algériens en Europe, Association des Travailleurs Marocains en France, Association des Tunisiens en France, Association des Travailleurs Algériens en France, Fédération des Travailleurs Africains en France (groupant 10 associations), Fédération des Travailleurs Africains Immigrés (FE TRANI), Regroupement des Travailleurs Sénégalais en France (RETSEF), Association des Parents d'Elèves Espagnols en France. Et aussi des organisations de solidarité avec les immigrés et réfugiés ; France Terre d'Asile, Fédération des Associations de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés (FAS.T.i.), Comité de Liaison pour l'Alphabétisation et la Promotion (C.L.AP.), Association pour l'Enseignement du Français aux Travailleurs Immigrés (AE.F.T.I.). J.O.C.-Immigrés, Centre d'Information et d'Etudes sur les Migrations (C.i.E.M.). Aux côtés des peuples opprimés Parmi les associations ayant manifesté leur sympathie, il convient encore de citer celles qui ont pour objet la solidarité avec les pleuples du Tiers Monde : Comité Français contre la Faim et pour le Développement (C.C.F.D.), Centre d'Etudes anti-impérialistes (CEDETIM), Terre des Hommes France, le Mouvement International Kwane Nkrumah. Et celles qui luttent pour les droits et la liberté de peuples déterminés ; France-Amérique Latine, Comité Français pour la défense des Droits de l'Homme au Pérou, Association France-Palestine, Comité international contre la répression en Iran, Comité des Amis du Mali, Comité de défense des li bertés démocratiques au Mali, le Mouvement Anti-Apartheid. Ou encore : le Mouvement de la Paix, l'Union Pacifiste. Anciens combattants et victimes du nazisme En cette journée du 8 mai, pour la première fois férié, nombre d'associations exprimaient avec le MRAP leur volonté de poursuivre le combat anti -nazi ; Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.i.R.P.), Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française, Amicale d'Auschwitz, Amicale de Mauthausen, Amicale des Anciens Déportés Juifs de France; Union des JUifs pour la Résistance et l'Entraide (U.J.R.E.), Union des Juifs Anciens Résistants (A.J.A.R); Union départementale de Paris de l'Union Française des Associations d'Anciens Combattants et Victimes de la Guerre (U .FAC.), Union des Engagés Volontaires et Anciens Gombattants Juifs, Association de Paris des Anciens Combattants Prisonniers de Guerre, Association des Anciens Combattants Prisonniers de Guerre d' Algérie-Tunisie-Maroc. Un message écrit était aussi parvenu des Fédérations d'Officiers et de sous-officiers de réserve républicains. Droit et Liberté - n0411-412 - Mai-Juin 82 Diverses élssociéltions ayant un objet éducatif avaient tenu, en saluant le congrès du MRAP, à signifier leur volonté d'agir contre le racisme dans le domaine qui leur · est propre. Outre la F.E.N., le S.N.E.S., la Ligue de l'Enseigne'11ent, l'U.N.E.F., déjà cités, signalons encore : la Fédération Française des Clubs UNESCO, la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves des Ecoles Publiques (F .C.E .P.E.), la Fédération Unie des Auberges de Jeunesse, la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (F .S.G.T.), l'Union Nationale des Maisons Familiales Rurales d'Education et d'Orientation, Loisirs et Vacances de la Jeunesse, Contre les autres discriminations ... Traduisant la solidarité qui s'est manifestée M. Kalomoh, représentant de la SWAPO, moudans la dernière période entre les antiracistes et vement de la Libération de Namibie, ceux qui combattent d'autres formes de discriminations, diverses associations concernées avaient tenu à exprimer leur sympathie au congrès du MRAP : Le Mouvement Français pour le Planning Familial, Dialogue de femmes, le Mouvement pour la défense des Droits de la Femme Noire; Le Comité d'Urgence Anti-répression homoxesuelle (C .U.A .R.H.), David et Jonathan; Le Groupement pour l'Insertion des Personnes Handicapées représenté par Philippe Saint-Martm ; Aïsha Bernier, directrice du journal « Bankalement vôtre ». Rencontres internationales Il importe enfin de souligner la dimension in ternationale du congrès, qui fut l'occasion de rencontre entre le MRAP et d'autres organisations menant dans divers pays un combat com- M, Tlili, directeur adjoint du Centre d'Informaparable au nôtre. tion de l'ONU à Paris, Les congressistes ont particulièrement applaudi Neo Mnumzana, représentant l'African National Congress, mouvement de libération de l'Afrique du Sud, et Tuliameni Kalomoh, représentant de la Swapo, mouvement de libération de la Namibie. D'Allemagne, étaient venus M. Werner Mannberg, vice-président de la Ligue pour l'Amitié entre les Peuples, de R.DA, et Ingrid Schneider, représentant l'Association des Femmes mariées avec des travailleurs étrangers (I.A.F.), de R.FA La Ligue belge pour la Défense des Droits de l'Homme avait délégué Sabine Missistrano et Silvano Panciera, tandis que le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie (M. RA X.), de Belgique, avait envoyé un message. Le collectif britannique Campaign against Racism and Fascim (CVARF) était représenté par Catherine Lloyd; l'association américaine US Citizens for a human domestic et foreign policy (Citoyens pour une politique intérieure et extérieure humaine) par Jean Mac Nair. Une délégation de l'Alliance Nationale de Restauration Démocratique, de Guinée Equatoriale, était également présente. Des messages avaient été, par ailleurs, en voyés par le mouvement Anti-Apartheid Bewegung (R .FA), et l'Irish Anti-A~artheid Movement (Irlande) ; l'institute of Race Relations et Migrant Service Unit, de Londres, le Centre Social Protestant, de Genève, et Dilip Senna, de Stockholm . Rose Michalowicz, représentante du MRAP auprès de l'O.N.U., à Genève, a participé au congrès. Konrad Bieber, représentant du MRAP auprès de l'O.N.U., à New York, qui n'a pu assister au congrès, mais qu i se trouvait à Paris, a rencontré quelques jours plus tard, les respon sables de la Commission Internationale . • Membres du Bureau National élus le 9 mai 82 (Les titulaires sont imprimés en caractères romains, les suppléants en italique) a... · . .. : ... ... Pierre Paraf, François Grémy, Charles Palant, George Pau-Langevin, Jean Pihan, Albert Lévy, Claudine Mardon @tm.UM Auvergne Bourbonnais (03, 15, 42, 43, 63) Alain de Goer. Bourgogne Franche-Comté (21, 25, 39, 70, 71, 58,89,90) Jacqueline Grunfeld. Anne-Marie Goguel, Jean Charbonnier, Claude Maetz. Centre (28, 45, 18, 41, 47, 36) Marie-C . Gelbon. Est , (54, 55, 57, 67, 68) Jean Lacrabère, Gilbert Boni, Ahmed Temmar, Michel Wagner. Léon Herzberg, Francine Settelen. No rdPas de Calais Bernard Delmas, Jean-Luc Saelens. Picardie (02, 60, 80) Jean-Pierre Garcia, Khalid Zakari Annette Godart Yves Ribailly, Sylvie Andrieu. Bretagne Pays de Loire (22, 29, 35, 44, 49, 53,56, 72, 85) Jean-C. Val omet, François Levent, Ch. Banderly. Llmousln-PoltouCharente (16, 17, 19, 23, 79, 86,87 André-P. Deschamps Marc Thillier, Isabelle Moreau, Daniel Dioury. Languedoc Roussillon (11,30, 34, 48, 66) François Favier, François Brian, Henri Barande, Maurice Eynaud. Charles Owezarek. Rhône-Alpes (01, 07, 26, 38, 42, 69, 73, 74) Michel Benichou, Marie-Ch. Eyraud, Lorraine Fontenille Midi-Pyrénées (09, 12, 31, 32, 46, 65,81,82) Monique Fauré, André Bordeur, Droit et Liberté _ n0411-412 - Mai-Juin 82 Andrée Lacombe. Aquitaine (24, 33, 40, 47, 64) Jean Blum, Roger Bismuth, Monique Demay, Léon Sapir. Gérard Boulanger. Normandie (14, 27, 50, 61, 76) Paul Didier, Norbert Haddad Provence Côte d'Azur (04, 05, 06, 13, 20, 83,84) Raymonde FabreLoew, Baya Jurquet, André Rioual Bruno Carlon. Marie-A. Hangelsman Luc Wajs. Champagne Ardennes (08, 10, 51, 52) D. Dujardin Francis Gabreau, Pascal Derrez. Paris Michèle Garcia, Nicole Kahn, Fernande Villaeys, Maité Aubois. Anna Goldberg, Sylvie Lucas. Seine et Marne Magara Guindo, Jacques Chambrun. Yvelines Claude Richard, Najib El Arouni, Ginette Aur il-Decas ter. Essonne Jacques Kelijian Eric Lecerf Hauts de Seine Bernard Gambier, Maggy Bertrand, Jutta Grabolle. Mireille Fièvet. Seine-Saint-Denis Françoise Grillo, François Lévy, Moulaud Aounit. Roger Chatrain. Val de Marne Gérard Coulon Jean-C. Fouqueau Charles Arambourou, Léa Spiner. Val d'Oise Maud Cling, Jean-Pierre Reyal. Claude Maurice, Monique Aupetit. Commissions C.L.E.P.R. Renée Baboulène, Suzanne Monnerie. Gestion Marie-C. Lucas, Guy Messager, Khaled Debbah Tsiganes Bertrand Bary, René Neveu, Brigitte Dechosal. Hubert Ruyant. Afrique Australe Jean-F. Dieterle Annie Frapsauce, Marie-J. Oosterlinck. Culturelle Janine Bougnas, Claudia Sandoval. Education Michel Zoladz, Michel Lasnier, Alain Monteagle, Gérard Magnan. Juridique Francis Pudlowski. Elimane Kane, Renée. Welcman, Nicole Rein. Antisémitisme Pierre Krausz, Michel Briganti, Daniel Kupferstein, Janine Angelby-Gutmann, Amérlques Robert Pac. Immigration René Mazenod, Mania Aouri, Bernard Jabin, Yasmina Attab. Relations Internationales Christian Bourkel. Anne-Marie Dumas, Claude Lerner, Rose Michalowicz. Droit et liberté V. Mortaigne P. Kamenka. P.A. Taguieff Différences Robert Décombe, Abdelhak Sen na, Marie-J. Salmon, Jean-Michel Ollé D.O.M.-T.O.M. Michel Robert, Christine Viscard. Universités Laurent Zarnitsky - Alexandre Chil-Kozlowski, Jacqueline CostaLascoux, Henri Citrinot, Laure Dachevsky Perrin, Bernard Guillard, Manfred Imerglik, Marjan Krchmar, Jacques Lederman, Roland Rappaport, Jean-Yves Treiber. , Me Catherine Ammar, Marc-André Bloch, Joseph Creitz, Denise Decourdemanche, Jacques Farber, Maurice Fenigch tein, Georgette Gebelin, Marie-Louise Kahn, Serge Kriwkoski, Jacqueline Marchand, Roger Maria . 13 ~ z z w 1/) o '0 .r: a. ACTION Après l'attentat de Romans «Non à une France frileuse!» Dans la nuit du 2 au 3 mai, la mosquée de Romans a été détruite par un attentat à l'explosif, qui faisait suite à une violente polémique autour de la construction de ce bâtiment. Aussitôt le MRAP dénonçait dans un communiqué la campagne d'Intolérance raciste qui avait précédé cet événement, entretenu la haine et favorisé la violence. 1/ rappel/ait que les croyants islamiques étalent plus de 2 millions en France et qu'ils ont droit à des lieux de prlére. Le 7 mal, devant la grande Mosquée de Paris, s'est déroulée une manifestation de protestation et de solidarité, à l'initiative du MRAP. François Grémy a prononcé une courte allocution, déclarant notamment: C E QUE NOUS VOULONS, c'est le contraire d'une France frileuse, apeurée, mesquine, égoïste, voire méchante, oublieuse de sa Constitution et des ses meilleures traditions. C'est une France accueillante, plurielle, solidaire et fraternelle. Contrairement à ce que disent de misérables imbéciles, c'est nous, les antiracistes, qui sommes les véritables patriotes. Car nous vouIons donner de ce pays, l'image la plus fidèle à ce qui en fait la grandeur: la liberté pour chacun, individu et groupe, d'exprimer sa différence: l'égalité des chances afin que cette liberté ne soit pas un leurre ; la fraternité enfin, la plus grandes des trois, afin que les deux premières soient pétries d'humanité, d'amitié et d'amour. C'est cela la différence que nous, antiracistes de France, nous voulons pour ce pays " - Devant la Mosquée de Paris : C. Kozlowskl; F. Grémy, J. Pihan, le Grand Muhl; G. Pau Langevin, A. Lévy. A la Goutte d'Or Des logements décents pour tous Lundi 10 mai vers 5 h du matin, le Select Hôtel Immeuble vétuste du 3, rue de Fleury (Paris 18e) était ravagé par un Incendie, Dans cet Immeuble qui abritait une trentaine de personnes Immigrées, c'était la panique: on devait dénombrer 2 morts et 9 blessés, dont un mourait quelques Jours plus tard, Le samedi 15 mal, le MRAP organisait une manifestation de Barbés à la mairie du 18" où une motion de protestation était déposée, O N A PARLE d'une origine criminelle ou de règlement de compte : la justice tranchera. Comme demandée par le MRAP, l'enquête doit être menée avec diligence et permettre de faire toute la lumière. Mais quels que soient les mobiles, on ne peut s'empêcher de replacer cet incendie dans le contexte général du quartier de la Goutte d'Or, laissé à l'abandon par les responsables de la mairie de Paris. La question fondamentale qui est posée aujourd'hui est celle du logement. Alors que des centaines d'appartements sont inoccupés, d'autres comme le Select Hôtel sont surchargés. Des familles françaises et immigrées, aux ressources modestes, souvent entassées dans des taudis, sans aucune garantie d'hygiène et de sécurité : voilà des conditions de logement intolérables qui bafouent les droits et la dignité de l'homme. Dans le même temps, ce quartier est la proie de la spéculation immobilière. Des pressions inadmissibles sont exercées sur les habitants pour les pousser à quitter les lieux : coupures d'eau, d'électricité, arrêtés de péril, expulsions. Dans l'immeuble incendié, l'eau et l'électricité étaient coupées depuiS six mois. Pour sa part, le MRAP est solidaire du désir de ses habitants de vivre dans leur quartier. Il rappelle, comme il le dit dans son «Manifeste sur l'immigration ", rendu public le 21 mars 1981, que chaque personne a droit au logement dans des conditions décentes, sans loyer excessif, le plus près possible de son lieu de travail. - Michèle GARCIA (Comité - Paris 18e) Le racisme en justice Nos deuils Le grand peintre et tapissier Jean Picart Le Doux nous a quittés. Il est mort à Venise, au début de mai. Dans son art comme dans sa vie, il exprimait sa foi en l'homme, son aspiration à la justice et au progrès. C'est pourquoi il était membre du comité d'honneur du MRAP, et marquait fidèlement son adhésion à notre Mouvement, à nos luttes. Professeur à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, président d'honneur de l'Alliance Graphique Internationale, membre du Conseil exécutif de la Société Européenne de Culture, Jean Picart Le Doux avait tenu de nombreuses expositions, dont l'une, l'an dernier, au Musée de la Poste, à l'occasion de l'émission d'un timbre illustré par l'une de ses oeuvres. Il était chevalier de la Légion d'Honneur et chevalier des Arts et des Lettres. Récemment, Pierre Parat, président d'honneur du MRAP, lui rendait hommage dans une publication éditée à l'occasion de son 80e anniversaire. A ses obsèques, Albert Lévy, secrétaire général, représentait le MRAP. Nous apprenons le décès de Jochwet Bursztyn, épouse de Moïse Bursztyn, fusillé par les nazis, comme otage, le 15 décembre 1 941 , et dont un fils, déporté, mourut peu après son retour d'Auschwitz. A sa famille, si éprouvée, nous tenons à dire combien nous partageons sa douleur. Distinctions Secrétaire général de l'Amicale des Anciens déportés juifs de France, notre ami Waldemar Gutnic a reçu, le 2,7 avril. les insignes de chevalier de l'Ordre du Mérite. . le 19 mai, un autre fondateur de cette Amicale, l ' écrivain Chaïm Goldstein était fait chevalier de la légion d'Honneur. A l'un et l'autre, nous exprimons nos chaleureuses félicitations. Naissance Nous apprenons la naissance de Benjamin fils de Pierre et Geneviève Krausz, le 30 mai 82. Nos sincères félicitations à tous deux. 14 • Le comité local de Creil dans l'Oise a porté plainte auprès du Procureur de la République de Senlis, à la suite de la parution d'une offre d'emploi discriminatoire, dans l'hebdomadaire Le 60 du 11 mars 1982. Cette annonce précisait : « ... Monteur en gaines de ventilation... nationalité française ... ". • A la suite des injures racistes dont a été victime M. Caristan, une plainte a été déposée par Me Elimane Kane. Le MRAP s'est constitué partie civile aux côtés de la victime. • A la suite de la distribution sur une grande partie du territoire français du tract intitulé « Mon très cher Mustafa ", des plaintes ont été déposées par le Mrap : - en novembre 1981 à Metz auprès du doyen des Juges d'instruction. A Nice, à Compiègne, à Montpellier, à Melun, des plaintes furent également déposées. - Mi-mars à Alès. - Fin mars à Carcassonne, auprès du Procureur de la République. - Le 9 avril 1982 à Paris auprès du doyen des Juges d'instruction. - Le 9 avril à Lille. - Le 22 avril à Avignon. • Le 18 mars 1982, le Conseil de Prud'hommes de Rouen a condamné M . Horlaville qui avait licencié M . Myilla, de nationalité camerounaise. En outre, le Conseil a accordé à la victime, 20000 F de dommages et intérêts, considérant qu'elle « a été l'objet d'une certaine discrimination due à ses origines camerounaises ". . A l'occasion desdix ans d'application de la loi du 1 er juillet 1972 contre le racisme, le MRAP organise le 19 juin 82, au Palais du Luxembourg, salle Médicis, un colloque où seront abordés les thèmes suivants: • L'historique de la loi • Les délits de presse (provocation à la haine, à la discrimination ou à la haine raciste, diffamation et injures publiques ... ). • Les discriminations dans l'offre d'un bien ou d'un service (logement, emploi) • Rôle de la loi dans l'éventail des actions contre le racisme Le MRAP au Mont Valérien Une délégation du Congrès du MRAP conduite par Charles Palant, vice-président, s'est rendue le 8 mai après-midi au Mont Valérien pour les cérémonies de commémoration de la fin de la guerre 39-45. Droit et Liberté _ n0411-412 _ Mai-Juin 82 ACTION Les DOM-TOM et l'abolition de l'esclavage De Schoelcher à Fanon " y a vingt ans mourait Frantz Fanon ... Pour la premlére fols d'Importantes manifestations ont été organisées tant en Martinique, sa patrie d'origine, qu'en métropole où ont émigré nombre de ses concitoyens. Un élan populaire s'est manifesté autour du Mémorial Frantz Fanon qui s'est tenu à Fort-de-France du 31 mars au 3 avril. Réflexions, débat~ sur la pensée et l'action de l'auteur de cc Peau Noire et Masques Blancs .. et des cc Damnés de la Terre .. se sont succédé. A Paris, rassemblés le 8 mal dernier au Palais des Glaces, Josie Fanon, sa veuve, Abdelkader Jal/ouI, Guy Salntot et Daniel Maximin écrivain guadeloupéen, ont tenté d'éclairer devant une salle comble les différents aspects de ·'a personnalité du psychiatre révolté, militant du FNL algérien. Le MRAP était représenté en Martinique par Michel Robert (commission DOM-TOM) et à Paris par une délégation venue de son congrés et conduite par George Pau Langevin, vice-présidente. A travers ces hommages à Frantz Fanon, c'est toute l'histoire de l'esclavage et des peuples opprimés qui resurgit. P OUR la première fois depuis des siècles, l'esclave refusait d'obéir et le maître craignait de le punir. La République de 1848 venait d 'être proclamée, marquant ainsi le triomphe de l'idéal émancipateur et des républ i cains socialisants. Le 28 avril dernier, le conseil des ministres décidait d'instaurer dans les DOM un jour chômé et payé pour commémorer Ia-date a nniversaire de l 'abolition de l'escla vage. C'est ainsi qu 'en Martinique il s'agira du 22 mai, (date de la révolte des esclaves de St-Pierre). à la Guadeloupe du 28 et que la Guyane suivra le 10 juin. Ces différences tiendraient à des raisons de politique intérieure propres à chacun de ces départements. Le 4 mars 1 848 " le gouverne- , ment provisoire de la République, considérant que nulle terre de France ne peut plus porter d'es claves », décrète qu'une commission est instituée auprès du ministère provisoire de la Marine et des maintenues par les colons depuis des siècles dans les fosses de l 'histoire, sans leurs dieux, sans leur culture . En fait, l'abolition fut très lente les propriétaires fonciers résistè ~ rent les armes à la main tout au long du Second Empire, avec le re tour de la réaction a u pouvoir en la personne de Napoléon III. Durant toute cette époque, Victor Schoelcher et ses partisans surent maintenir très haut, au dessus de tout marchandage et de tout compromis, le principe de la liberté humaine. Schoelcher ira même jusqu 'à offrir sur une barricade sa poitrine aux balles ennemies et à soutenir l'insurrection du sud de la Martinique en 1870, pendant laquelle s'affirmerà l'idée de la lutte des classes. La IW République dans les actes précisera quelques -uns des idéaux de 48. L'oeuvre de Victor Schoelcher et des siens pe ut se résumer au fait qu 'un peuple entier rompra ses chaînes et accèdera à la grande scène du monde, en al- Une longue histoire colonies, pour préparer dans les plus brefs délais l'acte d'Emancipation immédiate dans toutes les colonies de la République . Le décret du 4 mars, en soi , n'abolissait certes pas " l'esclavage » , mais il créait une situation nouvelle en modifiant les termes de la dialectique " oppression -libération » , faisant éclater par là même les structures du mode de production esclavagiste. Ce même décret portait Victor Schoelcher à la tête de la commission « émancipation des populations esclaves » en tant que sous-secrétaire à la Marine et aux colonies. Schoelcher, l'homme dont Aimé Césaire (1) dira que, « toute sa vie durant, il a incarné une véritable conscience » , sut si bien s'opposer aux arguments sur la prétendue stupidité naturelle des «« noirs », en défendant le principe révol utionnaire du droit de l'homme à lant aux écoles, aux urnes et bientôt... à la guerre. Dans un contexte où pas un Français né aux colonies ne pouvait prononcer le nom de Schoelcher sans haine et sans mépris, lui en qui les esclavagistes ,voyaient un diable aux oreilles pointues. L'oeuvre législative des abolitionnistes ne cessa dès lors de croître, vers toujours plus de liberté et de justice sociale. Aujourd'hui encore, l'urgence politique commande des conditions d'adaptation de la loi de décentralisation a ux départements d'Outre-Mer. A l'heure même où la voix des autonomistes, voire des indépendantistes, monte sous le soleil dans les champs de cannes à sucre .• Daniel Chapus disposer de lui-même, et souligner (1) Aimé Césaire : Tropique la cruauté d'un système dont le 1943/ 45. Archives DOM-TOM. fouet était l'expression suprême, (2) «Deux mille blancs et cent cinque, très vite, dès avril / mai 1848, quante mille nègres à la Martiniavec la volonté du peuple français, que à l 'époque » , Historia Antillais il libéra les populations noires (2), Tome IV. Droit et Liberté - n0411-412 - Mai-Juin 82 Meeting à Assas: Pour la liberté d'expression contre tous les racismes DIX -HUIT MOIS après Copernic, les attentats à caractère antisémite et raciste n'ont pas cessé. En ce début d'année 1982, la liste est déjà longue : une mosquée plastiquée à Romans, une agression armée contre des Maghrébins à Sisteron, des attentats à Montpellier et Avignon, un incendie criminel à la Goutte d'Or, plusieurs librairies saccagées; ces actes, liés à des campagnes de haine anti-juive et anti-arabe, témoignent d'une volonté de nuire aux objectifs de tolérance qui sont l'essence même de notre Mouvement. Cette situation nous inquiète, car il n'y a pas de vie démocratique là où la liberté d'expression est menacée, là où /'intolérance prévaut. là où le racisme tue. Contre le retour des idéologies et pratiques nazies, contre toutes les formes de raçisme, pour une France libérée des discriminations, des haines et des violences, le MRAP avec la Ligue des Droits de l'Homme et l'Association Henri Curiel appelle à participer à une réunion publique le vendredi 11 juin à 19h30 au Centre Universitaire d'Assas (90, rue d'Assas. Mo Port-Royal, Luxembourg ou Vavin). . Cette assemblée sera présidée par le professeur Albert Jacquart. Prendront notamment la parole : Henri Noguères et Madeleine Reberioux de la Ligue des Droits de l'Homme, Jacques Lambalais de l'Association Henri Curiel, Albert Lévy et George Pau-Langevin du MRAP. Les conditions de réussite de cette manifestation dépendent de chacun d 'entre nous. Nous souhaitons donc que vous puissiez y participer activement en faisant connaÎtre cette importante initiative, en diffusant largement le tract d'appel, mais aussi en aportant votre soutien fmancler (locatIOn de salle, tracts, affiches .. .). Toute participation financière peut être envoyée à M. Pierre Krausz, 89, rue Oberkampf. 75011 Paris .• Maison fondée en 1880 s.a. cap. 840.000 frs BOITES POUR - • J'. / UNGERIE ~~ /--" 0",$ . ~~O;ule ;:~I~ Bornes Z' '357-32-31 154-75 maillots de bain Is PA RIS l 15 AU FIL DES JOURS L E 17 NOVEMBRE 1980, le gouvernement raciste de Prétoria condamnait à mort trois militants de l'A.N .C. (African National Congress), le mouvement de libération sud-africain: Johnson Lubisi, 29 ans, Tsepo Mashigo, 21 ans, Naphtali Manana, 25 ans. En août 1981, surviennent de nouvelles condamnations à mort pour trois autres militants de l'A.N .C.: David Moïse, 25 ans, Johannes Shabangu, 26 ans, Anthony Tsotsobe, 25 ans. Un même crime pour ces six jeunes hommes: la lutte contre l'apartheid au nom de laquelle ils sont accusés de « haute trahison ». Afrique du Sud : Répression accrue Le 6 avril dernier la cour de t BIOL '1lfontein a rejeté la demande ~ d'appol de Lubisi, Mashigo et Ma- w nana, franchissant ainsi un nou- CI) veau seuil dans l'escalade de la 0 répression . Ces condamnations ne ë sont pas des actes isolés, ils font -&. partie d'une stratégie élaborée : celle de la terreur. Même devant l'ambassade d'Afrique du Sud ... Baptêmes de _ rues _ A l'occasion du sixième anniversaire du massacre de Soweto, la campagne contre l'apartheid doit s'amplifier. A cet effet, des affichettes « Rue des Martyrs de Soweto » sont à la disposition des comités locaux (au prix de 3 F le jeu de quatre) au siège du MRAP. Ces affichettes sont destinées à être collées sous les vraies plaques de rue, afin d'alerter l'opinion publique sur les événéments de Soweto. D'autre part, une demande peut être introduite auprès des maires, pour qu'une plaque officielle « Rue des Martyrs Soweto .. soit apposée dans chaque commune. C'est pour empêcher la mobilisation populaire que le gouvernement sud-africain veut assassiner les membres de l'A.N.C ., comme il a déjà assassiné Solomon Mahlangu. C'est pour faire taire les écoliers qu' il a massacré les enfants de Soweto, en 1976. C'est pour casser tout élan syndical qu'il présente Oscar Meptha, leader syndicaliste de 80 ans, comme un meurtrier de droit commun. C'est pour réduire l'opposition blanche qu 'il a torturé puis assassiné Neil Agget, un jeune leader syndical blanc, au fond de sa prison. C'est pour briser les nations libérées du colonialisme qu'il attaque l'Angola, le Zimbabwe ou le Mozambique. Face à cette répression qui ne peut que croître et face aux lois de l'apartheid qui tentent de maintenir constante l'exploitation du peuple noir, la mobilisation populaire s'amplifie. Il n'est qu'à voir la précision et l'importance des actions que l'A. N.C. est capable d'accomplir pour s'en rendre compte. 16 Mais cette lutte intérieure ne peut aboutir sans une forte pression internationale, et, la France se doit de jouer un rôle moteur dans cette action contre l'apartheid. Il faut pour cela que le gouvernement français condamne sans ambiguité toutes les exactions de l'Afrique du Sud, qu'il vote à l'O .N.U. les résolutions contre l'apartheid, mais surtout, qu' il révise totalement sa politique économique en appliquant le plus rapidement possible les sanctions réclamées par le peuple sud-africain, et, qu'il soutienne par ses investissements le développement économique des pays de la « ligne de front », (Mozambique, Angola, Zimbabwe, etc .. . ). C'est à ce résultat que doit tendre notre Mouvement, et, cela réclame de la part de chacun de nous un combat de tous les instants. S'il est indispensable dans l'immédiat de mobiliser l'opinion sur le sort des trois condamnés à mort, qui ne sont plus maintenant protégés par aucune couverture « légale » et peuvent être assassinés à tout instant (1), il faut à plus longue échéance sensibiliser tous les démocrates au problème de l'apartheid dans sa totalité. Pour cela, il nous faut en priorité empêcher le blocus des médias sur l'Afrique Australe et rendre impossible toutes les formes de publicité mensongère sur l'Afrique du Sud (journaux, encarts publicitaires, tenues de stands dans les salons ou les foires, émissions de télévision ... ). car, seule une mésinformation de l'opinion française rend possible la collaboration économique franco-sudafricaine. Une information la plus large possible, telle doit être le combat prioritaire de tout militant antiapartheid .• (1) Des cartes postales sont disponi bles au siège du MRAP, 89, rue Oberkampf 75011 Paris (Tél. 806.88.00) pour demander à l'ambassade d'Afrique du Sud que les six condamnés aient la vie sauve (3 F l'une). Message du président du Comité Spécial des Nations Unies contre l'apartheid, M. l'Ambassadeur Maitama-Sulé, aux congressistes du MRAP M. Mustapha Tli/i, directeur-adjoint du Centre d'Information de l'O.N. U. à Paris, a donné lecture au Congrès du message suivant de M. l'Ambassadeur Maïtama-Sulé, président du Comité Spécial des NationsUnies contre l'apartheid : « Je suis très heureux, au nom du Comité Spécial contre l'apartheid, d~ présenter mes voeux les plus chaleureux aux congressistes du MRAP .. C'est avec une grande satisfaction que je me rappelle mes consultations avec les dirigeants du MRAP, lors de ma récente mission en France, qui m'a permis de m'entretenir avec les responsables du gouvernement, des partis politiques, des syndicats et de~ organisations non-gouvernementales qui soutiennent activement la libération de l'Afrique. Je tiens à féliciter le MRAP pour le soutien résolu qu'il a toujours manifesté à la lutte du peuple sud-africain contre le système inhumain de l'apartheid. Je rappelle en particulier les efforts incessants du MRAP pour sensibi/iser l'opinion publique française à la question de l'apartheld; pour dénoncer les violations flagrantes des droits de l'homme en Afrique du Sud et pour mettre un terme aux échanges avec le régime de l'apartheid dans les domaines militaires, économiques, sportifs et culturels. Nous sommes aujourd'hui confrontés à une très grave situation en Afrique Australe. Affolé par l'unité grandissante du peuple africain et par la résistance populaire, le régime de Prétoria multiplie ses atrocités et ses actes d'agression. de terrorisme et de destabilisation. La communauté internationale doit isoler totalement les racistes et permettre au peuple d'Afrique du Sud de construire une société démocratique pour le bien de tous ses habitants, sans distinction de race, de couleur ou de religion. Le Comité Spécial contre l'apartheid vous souhaite plein succès dans vos efforts vers ce but et vous assure de son entière coopération. » • Témoignages SACHSO - Amicale d'Oranienburg- Sachsenhausen. Coll. Terre Humaine. Minuit/ Plon. CET OUVRAGE collectif de déportés français du camp de concentration allemand d'Oranienburg- Sachsenhausen est le résultat de la ans d'un travail de collecte de 300 témoignages et recherches C'est l 'histoire des quelque 800 Français ayant « séjourné » dans ce camp et des odieuses activités nazies qui y ont eu lieu. Peu connu, ce camp fut pourtant le siège d'expérimentations médicales où les détenus servaient de cobayes, un lieu de recherche « scientifique » sur les limites humaines de la souffrance. Oran ienburg -Sachsenha usen était également un camp où les prisonniers travaillaient à la construction de matériel militaire pour le Reich hitlérien, mais aussi un lieu de résistance active. Résistance et solidarité furent le seul soutien moral des détenus pendant ces années, mais aussi un soutien matériel réel , les plus valides aidant les plus malades, souvent sans regarder leurs propres besoin~ . C'est peut-être ce dernier aspect qui reste à retenir de l'ouvrage, par sa précision, par l'espoir qui en émane, dans un univers de mort. Annie Frapsauce Droit et Liberté - n0411-412 - Mai-Juin 82

Notes

<references />