Droit et Liberté n°288 - décembre 1969-janvier 1970

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Le "Charivari" condamné page 5
    • Cette drogue dont on parle tant (sous développement et culture du hachisch) page 6
    • Uri Avnery parle d'un Israël sans sionisme page 8
    • Dossier:Le congrès du MRAP: ni victimes privilégiées, ni racisme, ni tabou page 13
    • Télévision: "Les eaux mêlées" Roger Ikor parle de l'adaptation de son roman page 29
    • Poèmes pour l'homme: le choix de Jean Cussat-Blanc page 37

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

~ .. • ; A pres SOIl congrès . • Cette drogue dont on parle tanl • Uri AVllcry : Pour un Israel sans sionisme. RlIyua .... n~'" du Mouyement contra 1 .. , -"Ciame. l' Anti.6miti..,.,. et pout la Pal. ~embNI 1969 - Janvo.r 1970 - N' 288 Pri. : 2 fraoc. Partialité simpliste Je suis souvent choquée par votre partialité simpliste en ce qui concerne le MoyenOrient ( . .. ) Je n'insisterai pas sur l'attitude si répandue à « gauche», qui consiste à assimiler

Israël impérialisme

bourreau colonialiste , en face des Arabes socialistes colonisés victimes. Cependant, quel pays est en danger? Est-ce l'Egypte, la Syrie ... ou Israël 7 Ce qui m'a choquée dans le dernier numéro, daté de novembre , c'est J'inexactitude de J'information , ou du moins la tactique qui consiste à l' arrêter au moment opportun: ainsi , en réponse à une lettre de lecteur, vous prouvez l'opposition de la Syrie à la piraterie aérienne en disant que les auteurs du détournement d'avion avaient été emprisonnés. Mais entretemps (bien avant novembre) ils ont été relâchés avec primes. Ceux qui sont en prison, ce sont les voyageurs israéliens ( ... ) Même tactique page 8 : « Tensions aggravées», où vous faites état de l'acceptation par l' Egypte de négocier comme à Rhodes. Mais bien avant novembre, cette déclaration a été démentie , et la formule de Khartoum « Pas de pa ix , pas de négociations . pas de reconnaissance d'Israël», est toujours valable. Cependant , votre article tend à prouver que, si la tension s'aggrave, c'est parce qu' Israël refuse la main tendue . Je regrette que votre journal qui est lu (et c'est un fait inusité) par des gens de toutes tendances , ne profite pas de cette situation privilégiée pour tenter de rapprocher au lieu de diviser. Mlle J. STRAUSS, S8-Colmar. N.D.L.R . Notre correspondante a lu trop hâtivement la réponse faite à un précédent lecteur ou elle la résume avec ... partialité. Nous indiquions en effet que « les autorités syriennes ont longtemps gardé en détention les auteurs du rapt du boeing », ce qui supposait connue leur libération. Il ne s'agis- 2 COIIIRIER sait pas de Il prouver l'opposition de la Syrie à la piraterie aérienne », mais de montrer « son approbation toute relative» du rapt. D'une façon plus générale, nous tentions de faire apparaître les dangers de la « tendance simplificatrice Il qui se manifeste (dans les deux camps hélas!) concernant les problèmes du Proche-Orient. Pour la même raison, nous ne saurions partager l'attitude rigide qui consisterait comme le fait notre correspondante, à rejeter d'emblée toute prise de position positive (accord pour une négociation du type de Rhodes) sous prétexte qu'elle vient de l'un ou de l'autre belligérant. Rien n'est aussi simple que vous le dites, Madame, pas même cette « partialité simpliste» que vous prêtez à la gauche; sous peine de sombrer dans un verbalisme unilatéral et sans issue, il faut se contraindre, avec effort, à voir pleinement tous les aspects de ce drame complexe, tous les droits et toutes les souffrances. Nous nous employons de notre mieux à l'éclairer. Votre lettre nous donne une nouvelle occasion de rappeler la nécessité de cet effort commun. La manifestation la plus montrueuse Souvent , dans le courrier de D.L., amis et ennemis d'Israël et des Arabes croisent le fer, chacun essayant de justifier son point de vue en invoquant des arguments plus ou moins éculés. Juifs et Arabes sont des frères .. . ennemis hélas! N'ontils pas des adversaires communs? L'expérience m'a d'ailleurs appris que, le plus souvent, les pro-juifs le sont par haine des Arabes, et réciproquement. Pourquoi tant d'intérêt pour le conflit israélo-arabe en France 7 Parce qu'il y a eu la guerre d'Algérie, un million de rapatriés; parce que les Francais côtoient des juifs et des . Algériens (qu'ils croient tous arabes), puisqu'il y a 600000 membres dans chacune des deux communautés en France. Ce que vous construisez, d'autres essaient de le détruire. Dernièrement, j'ai vu la manifestation la plus monstrueuse du racisme: un gamin d'environ 7 ans a refusé de jouer avec un autre du même âge, sous prétexte que le père de ce dernier était arabe (ce qui est d'ailleurs faux). Si les enfants, à cet âge, sont déjà contaminés, où allons-nous? B. BELARBI, 50-Saint.Jean-des-Baisants. A n es lec eurs " Je suis portugais Cette lettre pour vous remercier de J'envoi si rapide de « D.L.». Depuis longtemps, j'avais envie de m'abonner à cette revue si bonne; mais plusieurs fois, j'en avais été empêché. J'ai vu votre exposition sur les travailleurs immigrés à la fête de « l' Humanité». Il y avait d'autres amis aussi. Beaucoup de jeunes sont entrés et ont rempli le questionnaire très bien conçu . Après avoir vu les belles et tragiques photos, j'ai demandé ce que je devais faire pour devenir un des vôtres. Et voilà, je suis content d'être avec vous. Votre action devrait se généraliser dans ce monde plein de virus guerriers. Je suis Portugais, né à Lisbonne. J'ai été obligé de quitter toute ma famille, tous les amis, parce que je devais être mobilisé dans les troupes qui mènent actuellement la guerre en Angola, en Guinée et en Mozambique. Je suis en France depuis 1966. J'ai toujours approuvé votre action envers les étrangers . Effectivement, il y a des choses qui ne devraient pas exister dans un pays comme la France ... Je me mets à votre service, au service de tous les antiracistes. J.S., Paris (10·). La parution du présent numéro a été retardée pour permettre J'insertion d'une documentation complète sur le Congrés du M.R.A.P. Nos lecteurs savent les difficultés financières et matérielles que nous devons affronter en permanence pour leur présenter une revue à la fois riche en informations de toutes sortes, éducative et attrayante. Nous voulons croire que, dans ces conditions, ils comprendront qu'étant donné ce retard et la période des fêtes, qui accroît égaiement les délais pour la fabrication et l'expédition d'un autre numéro, nous ayons donné à celui-ci la date de décembre 1969-janvier 1970. Nous nous retrouverons au début de février. La Rédaction. dans ce nUIllèro « LE CHARIVARI)) CONDAMNE Cela marque un succès dans la lutte contre l'antisémitisme (page 5). CETTE DROGUE DONT ON PARLE TANT ... Le sous-développement est en cause et non le tiers-monde comme certains voudraient le faire croire (pages 6 et 7). URI AVNERY PARLE D'UN ISRAEL SANS SIONISME « Il faut accepter la réalité d,es deux nations». 1 * hl} ~Ô~~IERll------ LE CONGRES DU M.R.A.P. Ni victimes privilégiées, ni racisme tabou . TELEVISION : « LES EAUX-MELEES Il Roger Ikor parle de l'adaptation de son livre. POEMES POUR L'HOMME Jean Cussat-Blanc nous propose son choix. NOTRE COUVERTURE : un dessin de Vasquez de Sola , spécialement réalisé pour nos lecteurs. droit & liberté MENSUEL 120, rue Saint-Denis - Paris (2) Tél. 231 -09-57 - C.c.P. Paris 6070-98 ABONNEMENTS • Un an ; 25 F • Abonnement de soutien : 50 F Allli!les, Réllnioll, Maghreb. Afiïlfwjiwi l'ophone, Lao;, Call1hod~e, NOIll'clle Calé dOIl;e : 25 F. Ali/l'es P~I.I'S : 35 F. Clu/IIg{'II/('1lI d'at/resse : 1 F. La gérante Sonia Bianchi Imprimerie La Haye Murf!(Jux éditorial Agir PÔ,R sa très belle adaptation des « Eaux mêlées », le réalisateur Jean Kerchbron a montré excellemment que la télévision peut contribuer à la lutte contre les préjugés raciaux. Nous étions loin de l'ambigu « Etre juif» d'il y a trois mois. Au premier chef, il faut en remercier Roger Ikor dont le célèbre roman a trouvé là une dimension et une portèe nouvelles. Nous avons à coeur, en une telle occasion, de souligner l'apport original de cet écrivain antiraciste au combat qui nous est commun. Nous lui savons gré de ses efforts pour démystifier le problème de l'antisémitisme qu'il aborde dans un esprit rationnel, avec franchise et humanité; nous apprécions sa façon saine et réaliste de dépeindre sans complaisance aucune les cheminements complexes et douloureux de l'intégration des immigrés juifs à la nation française, mouvement historique profond faisant suite à celui qui, au XVllI' siècle, brisa les murs des ghettos. Vers la fin de l'émission, un mot seul nous a fait sursauter: « Aujourd'hui, l'antisémitisme c'est du folklore », affirme un personnage qui a suscité, tout au long de l'oeuvre, notre sympathie et notre admiration . « Je voudrais bien que ce soit vrai », réplique son interlocuteur, atténuant, certes, l'effet de la première assertion. Néanmoins, il nous a paru que c'était donner une forme quelque peu abrupte à la pensée même de Roger Ikor qui a soigneusement délimité et 'motivli son optimisme dans un livre récent (1). Et l'on peut craindre qu'à travers ce bref dialogue, des téléspectateurs soient tentés de sous-estimer un mal bien réel encore. J USTEMENT, une séquence télévisée quelques jours plus tôt avait fait éclater sur les écrans le scandale des insignes hitlériens vendus en abondance au Marché aux Puces. Drapeaux, brassards et médailles à croix gammées, poignards, casquettes, bottes et même uniformes de SS, connaissent une étrange vogue à Paris, 25 ans après la défaite d'Hitler. Une firme de Düsseldorf prospère à fabriquer en quantité croissante ces sinistres marchandises. Snobisme de collectionneurs? Forme morbide de la révolte des jeunes? Ne s'agit-il pas - pour certains, du moins - d'une entreprise délibérée de réhabilitation et d'exaltation du nazisme? Et n'y aurait-il pas lieu d'y mettre fin par tous les moyens dont disposent les pouvoirs publics T Cette exigence est d'autant plus pressante que beaucoup d'autres faits viennent confirmer la recrudescence d'activités organisées qui, elles, n'ont rien de symbolique, hélas, ni de folklorique. PLUSIEURS dizaines d'attentats ont été commis ces derniers mois, dans la banlieue parisienne, contre des logements de travailleurs nord-africains; leurs auteurs laissent bien en vue, sur leur passage, des affichettes où l'on peut lire : « Hitler avait raison », « Mort aux Arabes », « Les juifs au four ». Nous ne saurions dire s'il existe un lien entre les acheteurs d'emblèmes SS et les agresseurs d·Algériens. On ignore également l'origine de l'attentat au plastic perpétré, début décembre, à la mosquée de Paris. Mais l'on sait bien, en haut lieu, qui barbouille, sur les murs de I~ capitale, d'énormes inscriptions « La France aux Français », signées de la croix celtique. Ce qui est certain, en tout cas, c'est l'insolence raciste qui s'affirme ici et là impunément, par des moyens multiples. L'antisémitisme prend, dans le climat présent, des formes parfois surprenantes. U y a eu la cabale d'Orléans, mais cette ville n'a pas le monopole des préjugés. En liaison avec la crise du Proche-Orient, racismes antijuif et anti-arabe exercent une poussée commune : les groupes qui opèrent autour de Paris n'hésitent pas à en faire la démonstration violente. AUTANT de raisons pour nous d'être vigilants, d'organiser patiemment l'action antiraciste, de riposter sans relâche, d'unir dans la lutte tous ceux que vise le racisme, tous les démocrates qui entendent juguler ce fléau. Ces tâches dont le Congrès du M.R.A.P. vient de montr~r l'urgence, l'actualité nous confirme quotidiennement combien elles sont impérieuses. :rout cela nous semble bien dans le prolongement logique et vivant des « Eaux mêlées ». (1) «Peut-on être juif aujourd'hui 1 _, Editions Grasset. Albert LEVY. 3 COMBINÉ lmprimé en Belgi'l~ _._-._. -_ .. _ . Distribudon : Sangêne • Merci NS. Bouly, 71, rue de Provence,Paris·!/ . Tél. : 744-67·59. 4 Connaissez-vous Pourquoi? Connaissez-vous ce magazlOe qUI ... n'est pas comme les autres ? Edité par la Ligue Française de rEnseignement et de l'Education Permanente, « Pourquoi?» traite, chaque mois, de sujets variés, dans un esprit de progrès et de rigoureuse objectivité qui sont la marque de l'idéal laïque. Présenté 'avec beaucoup de gOllt, d'un format très pratique, rédigé par une équipe de journalistes dynamiques, « Pourquoi?» vous propose 128 pages de lecture passionnante. Abonnement: 20 F. (CCP Paris J 282-5 2). Spécimen gratuit sur simple demande, eh vous recommandant de « Droit et Liberté ». « Pourquoi? ». 3, rue Récamier - Paris-7c , ÉDITIONS RATIONALISTES 16, rue de l' Ecole- Polytechnique, Paris- 50 - C.C.P. Paris 18378-84 A OFFRIR POUR LES JEUNES DE 10 A 15 ANS LÉGENDES JUIVES ET CHRÉTIENNES par Jacqueline Marchand, Préface de Vercors Nous avons cherché dans ce livre à répondre au besoin souvent exprimé, de faire connaître à nos enfants, les origines de cette civilisation judéo-chrétienne dans laquelle nous sommes plongés, même si nous en refusons la théologie. Dans un style direct et vivant , non dénué d'humour , l'auteur présente en une vingtaine de chapitres illustrés par des reproductions d'oeuvres d'art, les scénes les plus célébres de la Bible, en situant dans un contexte historique ou légendaire l'épisode raconté . Un beau volume, 200 pages, relié, 24 F (port 1,70 F) LE DOSSIER JUIF par Guy Fau C'est à une longue incursion dans le passé que nous invite l'auteur, qui a essayé en historien , de remonter aux sources de l'antisémitisme à partir de l'Antiquité grecque et roma ine, puis au cours du Moyen Age chrétien , en essayant de dégager dans ce passé les racines de ce que Jules Isaac appe lait « L'Enseignement du mépris» et qui a préparé le te rrain au ra cisme moderne . Ce n'est pas un livre polémique, mais un ouvrage de réflexion , qui s'efforce de présenter les résultats d'une enquête rationnelle . Un volume 288 pages, 15 F « LE CHARIVARI » , CONDAM NE Mme Jeanne Jacquemart, directrice, devra payer 1 0.000 F d'amende. Cela marque un succès dans la lutte contre l'antisémitisme. E N oct() l m~ 1':167. " Lé Chill"ivari» publi il it Ull l1uméro to ut '::l1tier C() ll sncré :lUX « j uifs ». Iluméro qui rcJc I',1it d.:: J' nilt isc mitisill ': 1.:: plus évident. Auss itôt. Iè M.R.A,P. J epusa it une plainte ct alert? it l'o pinio l1 pu blique et (Outes les personnes d iffnlllées p;] r Mme Jacquemart t:t s.::s ;]m is. Lé Ministé re public décidait nlors d'èn gagcr des po ursuit.::s. On doit regrettcr que la lég isJ;llion en vigueur ne permette pas à no trc Mouvement d'être pa rtie cl ans de tels procés qui sont pr ~ tiqu e lll e nt à ln discrétion du Pilrquet. Pn ur unt! eond ilmnil tio n. combien dé cas d'impunité, qu'il s 'agisse cl" il ntisémiti sll1e ou dcs ca ll1p ag n c~ de « Minute » contre I.::s trnva ill eurs immigrés ! Pnr jugement cn da te d u 4 novembre 1969. le Iri blild eorrcctiçHlncJ dc Pil ri s n eondalllné Mme J eilnne J acquem:~ r t à 10 000 F d 'amende, pour diffamation r aci ale. (Celle c i a interjeté appel 1Il'~ i \ dé ,un cô té. le Ministér.:: pu blic il fnit ' ~rjJd j mil1inn ). Les attènd us du jug.::ment préci sent que " I:! compos itio n. la présent ntion, lil mise en page. les commcntaires et les cit ations mises èn CI id ence. les ca ric ilt ures et tous élém ents ajo utés pilr les sen ices du journ? 1 ilUX a rticle, ct intervi ews constituent dt!s mo) èns d·c.\ press ion a nti sé mites caractérisés pro pres à exercer une inOuence fâch.::use sur J'es prit pu blic en excitant à la hnine contre les citoyens ». ' La thèse du M.R.A.P. Le T r ibunal d 'in stil ncc de Pa ris il donc conlirlllé de la filçnn 1:1 plus net te I? th èse du M.R.A.P. ct d.:s pc r slln n ~ l ités dClll an d.:: re,ses da ns Je procès intente contre (( LI' Charil'ari " : d' ullc pa rt. le b ut po urs uil i par (( Le Charil'uri " étil it de diffamer et d'injurier I c~ j uifs fr ança i,. en :lfA rm ant nOlilmment qu'ils appartiennent à un peuple sé pare, s'efforçan t de dominer toutes les activités niltionales; - d'ilutre pilrt. les responsables de la publiciltion désiraient exciter à la haine contre les juifs. et non procéder à une ilna lyse sociologique, comme il s J'afAr mil ien t. La lutte contre la presse rac iste n'en est pas terminée pour autant et. sur le plan strictement juridique, la loi du 29 juil let 188 1 sur la liberté de la presse qui est le fondement de la condamnation du « Charivari JI est notoirement in sufA s? nte ; ce texte ne permet pas en effet une act ion directe des groupements ?ntiracistes, et not amment du M.R.A.P., le Mini stère public devant être pré?lablement sa isi et pouvant seul agi r, selon la jurisprudence généralement appliquée. Une loi nécessaire C'est I? ra ison pour laquelle le M.R.A.P. a présenté à l'Assemblée n ationale (il y a maintenant plus de dix ans) une proposition de lo i rel?tive à la répression de la provocation à la haine r ilc iste prévoyant de compléter le texte actuel de la loi de 188 1 en permettant à toute assoc iation régulièrement constituée se proposant par ses statuts de combattre la haine entre les citoyens ou habitants à rai son de leur ilppa rten ?nce à une race ou à une religion déterm in ée, d'exercer les droits réservés à la pilrtie civile rel ativement aux faits de n ?ture à nuire ?ux intérêts qu'elle s'est donnée pour mission de défendre. Le vote d'une telle lo i ser? it conforme à la Convention intern at ion ale sur l'éli miniltion de to utes les formes de discri minmion raciille adoptée à l'un animité (moins une vo ix. celle de l'Afrique du Sud) le 21 décembre 1965, par l'A ssemblée généra le des Nat ions unies. L 'article 4 de cette Convention déclare notilmment : DROIT ET LI BERTE N° 288 DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 UNE ENTREPRISE DE DIFFAMATION CHARIVARI , .. jlüfs lc:tcmf»t;I'u~* 1~_IIi'i~tiYa. i brw~.b dHwk$4uihdallll l:a "Hltqult • lei .ff.ai~ lônt tes lI$i~."I.~. k:$ J'ojts- d h:n:$ .. 1ft a-atMi" k!r; J-tdb ~f hnalJ ... p~Jr-.e )),ht4)il1t:ftl'1IIltlWalris~ dIof"l~." « Nous avons retenu la réalité d'un peuple juif ayant un fonds racial et religieux commun dans sa dispersion 1), indiquait Le Charivari, qu i préc isait

« On se demandera comment il

est possible à un Juif de se dire Français, Allemand ou Espagnol. 1) C" était l'introduction à l'e ntreprise de diffamation. Le Charivari se référa it à M. Tixier-Vignancour qui écrivait en 1954 : « L'origine des démocraties est très claire. Leurs trois appuis sont: les syndicats, les nègres et les Juifs. 1) « Les Etats parties cond?mnent toutes propilgillldes et to utes organisations ... qui prétendent justifier ou encourager toute forme de haine et de discrimination raciale ... et ils s'engilgent à adopter immédi~ tement des mesures positives destinées à éliminer toute incitiltion à une telle dis crimination ». Dans ce contexte, la ratification de la Convention par la France s'avère partlculiérement urgente. A un moment où les journaux spécialisés dilns le racisme redou blent d 'efforts pour dresser la popul;nion co ntre les tra v? illeurs immigrcs. et aussi on le voit par le cas du Charil'ari contre les juifs. le M.R.A.P. poursuivra son effort pour informer J'opinion publique et pour obtenir du Parlement le vote d'une législation ?ntiraciste conforme aux tradit ions de notre pays. Eric LAFONT AINE 5 Société CErrE DROGUE DONT ON PARLE TANT ... La carte de la faim et celle de la culture du hachisch coïncident. Le sous-développement est en cause et non le Tiers-Monde comme certains voudraient le faire croire. SELON une récente statistique du ministère de l'Intérieur, 529 personnes ont été arrêtées pour infraction à la législation sur les stupéfiants entre le 8 août et le 23 octobre de cette année. Dès le 21 août, Minute proclamait : « n faut empêcher les Algériens d'intoxiquer notre jeunesse! » Une étude quelque peu attentive de la question confirme le simplisme fal sificateur de Minute. Et d 'abord, pour nous en tenir aux statistiques, relevons que sur les 529 personnes arrêtées, il y avait 100 trafiquants et intermédiaires dont 68 Français et 32 étrangers, et 429 intoxiqués dont 358 Français et 71 étrangers. Selon le commissaire Carrère, chef de l'Office de répression des stupéfiants, 5 à 6000 personnes se droguent régulièrement ou occasionnellement en France, dont 3000 sont fichées. C'est beaucoup. Mais c'est insuffisant pour jeter le discrédit sur toute une jeunesse comme on tend trop souvent à le faire. Il est aussi malhonnête d'impliquer les étrangers dans leur ensemble, et particulièrement les Algériens. L'arnée dernière, l'alcool a tué 23000 personnes en France. On est fondé à penser que Minute n'a jamais fait de « une» sur Ge phénomène parce que l'alcool est un produit local alors que la drogue est un produit d 'importation. Une plante du Tiers-Monde Il existe quantité de drogues. L'usage de certaines est quelque peu périmé (opium, morphine, cocaïne), du moins en France, alors que d'autres continuent à faire leurs ravages (héroïne, LSD, cannabis). Récemment encore, 50 kg d'hérolne destinée aux Etats-Unis étaient découverts à Cannes. C'est cependant de la cannabis que nous parlerons ici. Parce qu'elle est d'une culture et d'un trafic facile, parce 6 qu 'elle met en cause le Tiers-Monde dans son ensemble. Du cannabisme, le Dr Bernard Sigg donne la définition suivante : « l'intoxication habituelle par le chanvre indien, plus connu sous le nom de hachich et dissimulé dans les différentes parties du monde sous une multitude de vocables - 16 en Inde, 9 au Brésil, 10 au Mexique etc. )} ( 1), la marijuana n'étant qu'une variante. « Le cannabisme affecte lourdement et exclusivement les classes sociales les plus défavorisées dans la presque totalité des pays sous-développés ainsi que le semi-prolétariat et le sous-prolétariat de certains pays capitalistes développés». Cette affirmation du Dr Sigg est confirmée par les spécialistes 'et les policiers. Si la cannabis est une pl ;mte du TiersMonde principalement, c'est quO « elle pousse à l'état sauvage dans tous les pays du monde à climat chaud et tempéré» (au Maroc par exemple, on trouve des champs de hachich). Maroc, 1951 En 1951 , sous le régime du Protectorat donc, le chef du Service central de pharmacie écrivait au directeur de la Santé publique : « Pour le moment, la vente et la consommation du kif au Maroc sont licites, pour autant qu'il s'agisse du produit fabriqué et vendu par la Régie des tabacs ( ... ) La question de savoir si l'on doit interdire ou réglementer de façon nouvelle la consommation du kif lJU Maroc 1 me dépasse de beaucoup, il y a là un problème politique.» Problème politique il y avait en effet : le commerce et l'usage du kif ne furent prohibés qu'en 1954, Un mois aprés que les organisations nationales marocaines aient appelé au boycottage des produits de la Régie! En 1967, la Commission des stupéfiants de l'O .N.U. faisait les observations suivantes : - Pour l'Afrique, le trafic se fait surtout sur le plan intérieur; cependant, il existe un trafic international entre le Maroc et l'Algérie et entre des pays d'Afrique du Nord et J'Europe (en particulier vers l'Espagne et la Suède). - Po ur l'Amérique, le Canada et surtout les Etats-Unis constituent toujours le principal objectif des trafiq uants internationaux. ~ Î'our l'Europe, la cannabis ne provient plus seulement d'Afrique du Nord mais aussi du Proche et du Moyen-Orient (Liban, Turquie) et d 'Extrême-Orient (Inde, Népal , Pakistan). - Le Proche et le Moyen-Orient demeurent des centres importants d'approvisionnement en stupéfiants destinés au trafic international. Un problème économique L'O.N.U. a justement posé le problème en envisageant l'établissement de plans d'assistance technique visant à mettre fin progressivement à la production de matières premières servant à la fabrication de stupéfiants, estimant que les pays où cette production existe ont besoin d'une assistance pour que la partie de leur population qui en vit s'adonne désormais à d'autres cultures et à d'autres formes d 'activité économique. « n n'y a qu'à comparer les cartes de la faim, de l'analphabétisme, du chômage et de la consommation d'électricité (qui reflète assez bien l'équipement du pays) avec celle du cannabisme pour saisir les rapports de ce dernier avec les factews économiques, sociaux et historiques du développement mondial.» (I). Dèjà, nous avions eu l'occasion de superposer la carte des pays qui furent soumis à la colonisation ou qui le sont encore avec celle des pays sous-développés ... LfI colonisFttion ou la semi-colonisation empêchant l'industri aliSfltion des pays, le clmn abisme - qu'il sàit réprimè officielle ment ou non - a persisté. On doit cependant à la véritè de dire que certains régimes post -coloniaux ont entrepris avec beaucoup de timidité 111 lutte contre le trafic dcs stupéfiants. Déjà Baudelaire disait en 1851 : « S'il existait un gouvernement qui eût intérêt à éorrompre ses gouvernés, il n'aurait qu'à encourager l'usage du hachich.» On n 'cn est heureusement pas là ml1is très prè~ parfois, dans tels pays indépendl1llls qui s',accommodent du sous dé\ eloppement. Mais...que des pays tels que Cuba ct 111 Bulg'luie ?ient diminé k c?nnn'Jismc .Ionnc li réfl éc hir (2). La 'logique du trafic Si on observe le cannabisme, fruit de l'oisiveté, parm i les couches les plus misé rables des pays sous-développés, il atteint aussi dans les pays développés des élé ments déclassés. « Si, actuellement, la consommation habituelle de chanvre reste le fait d'éléments de la colonie nord-africaine" note Liaisons, revu·e de la préfecturé de Police de Paris, il faut cependant noter que depuis deux ans. environ l'usage de cette drogue s'est propagé'e dâns le milieu dit beatnik des quartien SaintMichel et Saint-Germain-des-Prés». L 'affirmation que « la plupart de ces beatniks ont yoyagé dans les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient)} nous p?r?Ît quelque peu ex?g~r~c.v1?i~ k pm Jlèmc n 'est p?s là. Il était logique qu'à partir de cette situation - so us-développement ici, déclassement là - des trafics s'organisent, qui sont le fait de gangs internationaux ou d'entreprises individ uelles. Le problème est économique et social. Il n'est pas juste d'incriminer les pays producteurs de cannabis sans tenir compte du sous-développement dans lequel les a gardé la colonisation ou la semi-colonisation. Si certains spéculent sur la misère des uns et l'oisiveté des autres, ils se so ucient fort peu de l'origine de leurs « correspon dants». Po ur nous, un trafiquant français et un tr afiq uant algérien (ou marocain ou libanai s, etc .) font deux trafiquants. Il reste que les trafiquants les plus importants et les mieux orgl1nisés conti nuent de courir. qu'ils soient français ou étrangers. Jean-Pierre SAID 1) Bernard Sigg ; .. Le cannabisme chronique, fruit du sous-développement et du capitalisme Il, 1963. 2) Notons qu'en Algérie, le cannabisme est (reS peu dévelo ppe et c'est surtout depuis l'indépendance que les cultures de cannabis ont ete décou\'ertes par les services de police. DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 Oradours Dans un moment la compagnie C massacrera ces Vietnamiens W ...J oc w Il ~ I ";;; c o oc au 1 E 16 mars 1968, après un bombardeL ment d' une demi-heure, trois sections d'une compagnie de la division Americal étaient héliportées sur le territoire du petit village de Song-My, dans la province de Quang-Ngai à 500 km au nordest de Saïgon . La tuerie commença ... hommes, femmes, enfants, vieillards. Il y eut entre trois et six cents morts. Aujourd'hui les témoins et acteurs principaux parlent , les photos paraissent , un procès se prépare et l'a dministration américaine, pour empêcher les re sponsables du massacre rendus à la vie civile d'échapper à la justice, envisage de créer un tribunal d'exception . Les coupa bles seront punis. Sont-ils pour autant les seuls responsables? Ontils noms lieutenant Calley, soldat Meadlo, capitaine Medina? Ils pouvaient en effet refuser de participer aveuglément à ce châtiment collectif : telle a été l'attitude du sergent Michael Bernhardt , tel' autre est allé jusqu'à se blesser volontairement pour ne pas exécuter les ordres. L'affa ire de Song-My qui n'est pas un « cas iso lé», comme le déclarait le président Nixon le 8 décembre dernier, met au contraire en évidence non seulement les responsabi lités de l'armée, mais aussi: celles de ceux qui gouvernent l'Amérique , les gardiens de son système et de son idéologie. Song-My aura eu le triste privilège de jouer les révé lateurs d'une situation dénoncée à mai ntes reprises par le F.N.L. dans des rapports publiés en 1968 et 1969, et par le tribunal Ru ssel. JANVIER 1970 Vietnam Portée devant l'opinion publique américaine l'affaire des massacres fournit un argument supplémentaire aux opposants à la politique du président Nixon qui préconise le retrait lent et incomplet des troupes et donnera peut-être une nouvelle vigueur au moratoire de décembre. Les organisateurs tenant compte des vacances de Noël , avaient prévu un programme de manifestations locales. Mais la 'colère amènera peut-être les manifestants du 15 décembre à protester de nouveau devant le Congrès, pendant qu 'en France Ollt lieu les Assises pour le Vietnam . En attendant , la guerre continue, cette guerre qui empêche tout progrès dans la lutte contre la pauvreté, contre la criminalité et la violence - les Etats-Unis « bénéficient» dans ce dernier domaine du taux le plus élevé - contre le racisme, cette guerre qui est désavouée aujourd'hui même par le grand capital, comme ne favorisant pas « l'expansion de l'économie ». La guerre continue , les « Song-My» se produiront encore. Cas de conscience des troupes américaines ... recherche des responsabilités! C'est aussi une des cruelles conséquences de l'affrontement de « Supermen » conditionnés dans leur supériorité face à un peuple qu'ils ont appris à mépriser, ceux qu'ils appellent des « ubaqués ». Et, comme l'observait un officiel américain , il est tellement plus facile d'un point de vue psychologique et moral de tuer un « ubaqué» qu'un Vietnamien. M.K. 7 8 DISQUE CATALOGUE Pour un prix exceptionnel de 10,50 F Vous y trouverez une sélection des meilleurs enregistrements du Chant du Monde • LES GRANDS ENSEMBLES : Les Choeurs de l'Armée soviétique, les Ballets Moïsseïev, les Grands choeurs ukrainiens Doumka et Veriovka, l'Ensemble de la République démocratique du Vietnam .. .. • LES CHANTS REVOLUTIONNAIRES DU MONDE: Le chant des peuples du monde en lutte pour leur liberté et leur indépendance. De Paris à Berlin, Cuba, Madrid , Mexico, Moscou, Saï90n ... • CHANTS ET DANSES DU MONDE: La première et la plus complète collection de Folklore de France et du monde. • LE NOUVEAU CHANSONNIER INTERNATIONAL: Une collection différente ... Un style, un répertoire, une présentation pour ceux qui veulent entendre toutes les paroles; (textes originaux, traductions juxta) DEMANDEZ-LE A VOTRE DISQUAIRE. Proche-Orient URI AVNERY (i::::'::n) PARLE D'UN ISRAËL SANS SIONISME « Il faut accepter la réalité des deux nations)) , J E crois à la paix avec passion et j'ai passé la plus grande. ~artie de ma, vie « à faire la guerre Il, Cette phrase qu'on .. trouvera. à I.a premlere ~age du hvre du député israélien Uri Avnery, « Israel sans slOmsme Il (1), evoque a.ssez la situation dans laquelle se sont trouvées plusieurs générations au Proche-Onent. « Israël sans sionisme Il a été écrit dans la perspective d'un dialogue israélo-arabe, On pourra certes contester tel ou tel point de vue de l'auteur. A cela, il a ~épon~u par avance : « Je ne prétends pas être objectif. Je crois que personne ne 1 est des qu'il s'agit d'Israël Il. Ce qui frappe cependant, c'est qu'« Israël sans sionisme Il, en grande partie évocation du passé de la Palestine, est tout entier tourné vers l'avenir. Uri Avnery, député de Forces Nouvelles, reprend la phrase d'lIya Ehrenbourg: « Vous avez beau couvrir la terre entière d'asphalte, un jour un brin d'herbe percera)). Forces Nouvelles (2) n'est certes pas le seul brin d'herbe qui ait poussé ces dernières années au Proche-Orient. Mais, à l'occasion de son passage à Paris, il était de notre devoir de demander à Uri Avnery quelques éclaircissements. Sur le terrain, la situation continue à se dégrader. Mais, il faut le répéter, les dangers de guerre ne doivent jamais nous faire oublier les possibilitéS de paix. Il ) Ed. du Seuil. (2) Les dernières élections ont donné un second député à Forces Nouvelles. - VOUS VOUS présentez comme patriote israélien et comme antisioniste. Cette situation peut paraître paradoxale ... - Li! propilgFtnde ~ ioni s te et lil propilUflnde arilbe se rejoignent pour ne pas ~t ablir de difference entre Israël et le sionisme. Cette these est fil usse : on peut être patriote sud-il fricilin sa ns être parti~ !ln de l'Flpartheid, pFltriote russe SFlns etre communiste, comme on FI pu être p?triote fr ?nçFl is et contre la guerre d'Algérie, Il v a cepend ant un e différence en ce qui ~o nc erne IsrFlë! : c'est un EtFlt nouveFlu qui il été greffé sur un pFlys i! ncien, Notre opinion est que si Isrilël il bien été créé par le mou\'Cm ent sioni ste, il n'en doit pilS moins devenir Ull Et at no'rl11 FI l, non sioniste, Isr?ël n'est pFlS l'Hill d'une nFltion m.lIldialc juive mais celui de ses seuls cito yen s, Une fiction - « En tant que mouvement mondial de migration vers Israël, le sionisme est arrivé à son terme, avezvous écrit, à moins que les juifs ne soient encore frappés d'une catastrophe imprévisible due à la montée de l'antisémitisme dans un pays quelconque ... Comment alors expliquer la perpétuation du mouvement sioniste dans un pays tel que la France? - Une idéologIe persiste qUFlnd les réa, lités qui lui ont donné nilissilnce ont chilngé .. , L'organisillion " sion iste était né, cessaire aVilnt la création de l'Etat d'Isrilël. Elle étilit un instrument ilrtificiel pour un Etilt qui n'était pilS ou plutôt qui étilit « sur lil voie» cOl11me on dit en hébreu, Même un homme comme Ben Gourion il po sé lil question : qu'est-ce qu'être sioniste en Frilnce? En fait, si on pense que z

jj

.'!! üJ les juifs du monde constituent une nation, que l'Etat d'Israël appilrtient à tous les juifs, alors il faut y aller! Avoir de la sympathie pour Israël, verser de l"ilrgent et se dire sioQjste, c'est de la falsificiltion ! Prenons l'exemple des Amér,icains d'origine irlilndaise : ils sympathisent avec l'Irlande, ils versent de l'argent sous une forme ou sous une autre, mais ils ne sont pas sionistes à leur manière. Ben Gourion s'est aussi adressé ainsi aux juifs ilméricains

si vous êtes sionistes, venez en

Israël, ou envoyez vos fils servir dans l'ilrmée isrilélienne; si vous restez à Brooklyn ou à Manhattan, vous n'êtes pas sion istes ! Nous, nous voulons établir des relations normales entre juifs israéliens et non-israéliens (parmi ces derniers, il y en a qui ont de forts sentiments de sympathie pour Israël, d'autres de faibles sentiments et d'autres encore pas de sentiments du tout, mais ceci n'a pas une grande importance politique), Il faut éliminer cette fiction que notre Etat appartient à tous les juifs : la nation juive mondiale est un mythe, Il est vrai que le régime ilctuel d'Israël a tout intérêt à maintenir cette fiction, que les principaux partis isriléliens ont intérêt - politiquement et économiquement - à déformer l'image véritable du sionisme, Une situation tragique - On a écrit récemment, au sujet des Arabes d'Israël : Il Au fur et à mesure que leur conscience palestinienne s'affirme, leur conscience israélienne s'estompe .. (1). N'est-ce pas un élément nouveau et lourd de conséquences dans la situation actuelle? - Les Arabes israéliens sont dilns une situiltion tragique : ils appartiennent à , Isrilël, l1U peuple palestinien, au monde arilbe, et ils sont tous considérés comme des terroristes potentiels. Il est très diffi cile d'être Arabe en Israël. Israël n'a pas réussi à intégrer les Arabes et la responsa~ bilité en revient à l'idéologie sioniste, parce qu'on voulait un Etat national juif, excluant ceux qui n'étaient pas juifs, Il n'est pas vrai cependant qu'il y ait un grand rapprochement entre les Arabes israéliens et les autres Arabes, La réalité est que quelques jeunes Arabes isriléliens, pour sortir de cette situation tragique, se sont rapprochés d'EI-Fatah. Il y a maintenant quelques organisations clandestines; c'est un phénomène peu important mais qui pourrait le devenir si une solution politique à nos problèmes n'est pas trouvée, Une question nationale - Vous avez dit : ({ Je n'ai jamais compris pourquoi certains Arabes attisent l'antisémitisme dans divers pays, rejoignant ainsi la propagande sioniste qui cherche à persuader les juifs de quitter leur pays pour Israël ... n y a pourtant bien une ({ cause» à cet antisémitisme? - Entre les Arabes et nous, il y a une question nationale : deux mouvements nationaux s'affrontent. Il y a cependant un phénomène idiot en même temps que paradoxal : certains milieux arabes soutiennent les organisations locales antisémites, C'est net aux Etats-Unis par exemple où 'ces milieux sympathisent ilvec ceux des militants noirs qui sont vraiment antisémites et qui reprennent les slogans nazis Ue l'ai constaté moi-même). C'est peut-être une réaction au soutien des juifs à Israël milis le résultat est une aide directe à Israël : s'il y a progr~s de l'antisémitisme dilns tel pays, il y a automatiquement progrès du sionisme, Ainsi on a enregistré pour la premiére fois un mouvement d'émigration à partir des Etats-Unis, minime certes, mais symptomatique. Je répéterai ici qu'il n'y a aucune similarité entre le phénomène antisémite et le mouvement national arabe, L'équation N ilsser Hitler est absurde, Parce qu'Hitler était antisémite, maniaque et fou alors que le conflit israélo-arabe est un conflit logique, résultant du choc de deux mouvements nationaux sur un même territoire, Des résultats sans signification réelle - Quel enseignement tirez-vous du résultat des élections législatives en Israël? DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 - Ce résultat ne montre rien , Pilrce que l'Israélien moyen veut la paix milis ne la croit pas possible, parce qu'on lui il dit et répété des milliers de fois que pas un seul Arabe ne veut la paix, quelle qu'elle soit. Le camp officiellement annexioniste a gagné deux siéges, nous en avons gagné un, En fait, les questions cardinales de la vie politique israélienne - paix ou guerre, annexion ou non-annexion - n'ont pas tellement joué, Le Front formé du parti travailliste et du Mapam a obtenu 56 sièges sur 120, Çeux qui pensent qu'il n'y a pas de possibilité de paix mais qui ne veulent rien faire contre la paix ont voté pour le parti gouvernemental. Mais quelle est lil position du parti travailliste, principale force du Front? Elle est contradictoire : il y a au sein du parti travailliste des annexionistes, des ({ forts» comme Dayan, de fausses ({ colombes», de vraies « colombes », Ceux qui ont voté pour le Front ont donc voté pour la guerre, pour la paix, pour l'annexion, contre l'annexion! On leur ilvait dit et répété: il n'y a pas de solution possible pour l'instant mais votez pour nous parce que nous avons des dirigeants expérimentés; donnez-nous le pouvoir et nous sommes prêts à faire tout notre possible pour arriver à une solution, Le Front a perdu quelques sièges mais l'image politique d' Israël est restée la même, Il reste une grande formation politique qui n'a pas de politique officielle, Il y a cependant une politique d'annexion nondéclarée, lente, prudente. Mais les Israéliens qui ont voté pour cette formation n'ont pas J1écessairement voté pour cette politique. Le malheur est qu' il n'y a pas de vrai dialogl.le entre nous et les Palestiniens, « Israël sans sionisme» est un essai de dialogue. En l'écrivant je pensais à mon lecteur arabe, J'ai essayé de donner une image vraie de notre histoire commune, Deux mouvements nationaux se sont heurtés, Il faut maintenant accepter la réillité qui est qu'il existe deux nations dans ce pays, Deux Etats, deux drapeaux, deux personnalités, une capitale commune, Estee utopique? Non, à la condition que les juifs d'Israël soient sûrs de leur sécurité, à la condition que les Palestiniens arabes soient assurés d'une vie nationale, Il revient à Israël de faire le premier pas: la reconnaissance de l'existence du peuple arabe palestinien, un plan pour la restitution des territoires occupés aux Pillestiniens, plan débouchant sur une autodétermination, (Propos recueillis par Jacques TENESSIJ (I) Victor Cygielman dans Le Nouvel Observateur du 27 octobre, 9 Le lDétèque à Versailles Il Moustaki avait rempli le cinéma Il Le Modern Il. Apparemment le Il Météquisme militant Il fait recette, c'est une question de mode, cela passera donc. Un tour de chant pourtant peu viril, pleurnichard, bien accompagné, qui se termine par une litanie qui fait penser au Mur des Lamentations. La chanson Il Joseph Il serait acceptable si elle n'était pas de Moustaki. Quant à celle du Il Métèque Il, les non Il métèques Il n'ont pas besoin de tant d'explications. Elle est de trop Il. Springbocks Ce texte - qu' il n'est pas besoin de qualifier - est paru dans « Les Nouvelles de Versailles» du 19 novembre. Mais « Le Métèque » heureusement est populaire de par toute la France, à Versailles comme aijleurs. à Londres .•• A Twickenham : « Springbocks go home!» Cinq cents policiers dont certains à cheval - accompagnés de chiens. C'est l'effectif qui a été réuni par les autorités britanniques pour que l'équipe sud- africaine de rugby, les Springboks, puisse s'opposer à celle de l' Université d'Oxford . Une immense inscription faite au désherbant sur la pelouse du stade d'Oxford - Il Oxford rejette la ségrégation raciale sud-africaine Il - avait incité les organisateurs à chercher un autre lieu. On pensa à un terrain militaire mais le gouvernement s'y opposa devant la pression de l'opinion publique. 10 C'est peu avant la rencontre que les organisateurs en indiquèrent le lieu : dans un stade londonien de . 75 000 places, on compta 2 000 spectateurs dont beaucoup étaient venus manifester leur opposition . La suite de la tournée des Springboks équipe à l'image du reglme sudafricain, c'est-à-dire qu'elle n'accepte que des Blancs - s'est déroulée dans 'des conditions semblables. . Pou rquoi donc les di rigeants de la Fédération' française de rugby ont- ils voulu que les Springboks s'arrêtent en France à leur retour de Grande- Bretagne? Les Algériens éligibles aux cOlDités d'entrepr,~es Le directeur de la maison Moinon de Nanterre avait estimé que les travailleurs algériens de son établissement ne pouvaient être membres élus du Comité d'entreprise, une ordonnance de 1945 prévoyant que sont éligibles Il les électeurs dl! nationalité française, sujets ou protégés français Il. Mais depuis l'Algérie avait gagné son indépendance et des accords franco- algériens avaient été conclus. Un procès a récemment opposé la maison Moinon et deux élus algériens. C'est sur les accords du 19 mars 1967 que Me Charles Léderman, avocat de • deux élus présentés par la C.G.T., a fondé son argumentation. Ces accords prévoient en effet que Il les ressortiss'ants algériens se rendant en France, et notamment les travailleurs, aOront les mêmes droits que les nationaux français, à l'exclusion des droits politiques Il. Le tribunal a fait sien le point de ~ue de Me Léderman . Les juirs en U.R.S.S. Dix-huit chefs de famille soviétiques, juifS géorgiens, se sont adressés à la commission des Droits de l'homme de l'O.N.U. pour qu'elle intervienne en leur faveur. Ils avaient demandé aux autorités soviétiques le droit d'-émigrer en Israël mais n'ont reçu aucune réponse. Pour sa part, la délégation soviétique à l'O.N .U. a présenté une documentation sur la situation des juifs en U.R.S.S. Elle note que des centaines de milliers de juifS sont membres du parti communiste et qU'II il n'est de branche de l'économie soviétique à laquelle les juifs n'aient apporté leurs connaissances, leurs expériences, leurs talents Il. Elle relève aussi que les petits métiers et l'esprit de ghetto ont disparu . Pour l'intégration des Tziganes L'a ssemblée consultative du Conseil de l'Europe ayant étudié la situation des tziganes en France, « situation gravement affectée par les changements de la société moderne », s'est déclarée convaincue qu'une intégration dans la société • moderne s'impose . Cette intégration suppose un certain nombre de mesures que rassemblée a recommandé aux gouvernements de prendre : - mettre fin à toute discrimination en matière légale ou administrative, - pousser activement la construction au bénéfice des tziganes et autres nomades d'un nombre suffisant de terrains de camping aménagés correCtement, - prendre toutes dispositions . pour assurer l'intégration des enfants dans les écoles publiques, - créer ou améliorer les possibilités de formation professionnelle des adultes, appuyer la création d'organes nationaux comprenant des représentants des communautés tziganes et nomades, et ceux des orga~ nisations soutenant leurs intérêts, - adapter la législation en vigueur pour que les tziganes et autre nomades aient les mêmes droits que la population sédentaire en matière de Sécurité sociale et de soins médicaux. Vies de chiens. .. 1 ES aliments pour chiens et chats se vendent un peu partout évidemment. Mais si l'on L vous demandait quels s~nt il votr~ avis les points de vente les plus actifs, il est probable que vous évoquenez ceux situés dans les quartiers cossus, Iii où vivent minets velus et peignés et chiens de race. Les pelés, les gâleux trouvent leur pitance dans les rues et les bêtes utilitaires la leur dans les restel!. d~ leurs maîtres. Persuadée qu'il en était ainsi, la direction d~uiie fabrique européenne d'aliments pour chiens et chats fit néanmoins effectuer un contrôle. En fait, les meilleurs points de vente étaient situés « dans les bidonvilles périphériques ceinturant les grandes villes et abritant un sous-prolétariat étranger», nous indique la F.A.O. (organisation de l'O.N .U. pour l'alimentation). Le résultat de l'enquête montra que la logique n'est pas du côté de ceux qui pensent que les aliments pour chiens et chats ne sont utilisés que pour les chats et les chiens : en fait, des hommes et des femmes se nourrissaient de ces aliments. Les analyses faites par les services de santé montrèrent que les conserves étaient « particulièrement bien dosées en calories, protéines, vitamines, sels minéraux » et qu'il s'agissait d'aliments « les mieux mis au point qu'ils aient étudiés» depuis longtemps. Ainsi, on apportait plus de soin il la préparation de ces aliments (la clientèle paye, n'est-ce pas) qu'ailleurs il améliorer la condition des travailleurs immigrés. Une vie de chien. L'expression évoque moins la misère qu'autrefois. Mais c'est maintenant au propre comme au figuré que les immigrés des bidonvilles mènent une vie 'de chien. Henri DUVAL. Des faits qui ••• • Minute, au sujet du chanteur Salim Halali : « Né à Bône, il dispose de plus, en vertu du décret Crémieux, de la nationalité françaisé qu'il a conservée ». • A Avignon, des jeunes gens, voulant manifester leur sympathie au régime fasciste du Portugal, ont interrompu la présentation du (1 Chant du Fantôche lusitanien » de Peter Weiss par le ThéAtre de Goussainville. • Certains cafés et restaurants situés dans les 3" et 6° arrondissement~ de Lyon sont interdits aux Algériens. • M. Boiteux, directeur de l'E.D.F., il Europe nO 1 « Couper le courant dans un pays en voie de développement, ce n'est pas grave . Le Balouba continue à faire son petit bou lot ». • 'Une messe a été dite il Paris, il la mémoire de Joseph Damand qui fut ministre de l'Intérieur et chef de la Milice. • Une puissante bombe à retardement a été récemment découverte dans la maison de la communauté israélite de Berlin-Ouest. • Un conseiller municipal de Heidelberg (Allemagne fédérale) a indiqué que des difficultés surgissaient dans le pays lorsqu'il était suggéré de donner il des écoles ou des rues les noms de personnalités juives ou antinazies. • Le gouvernement syrien interdit les mariages entre ressortissants syriens ou palestiniens avec des personnes étrangères. Des autorisations gouvernementales pourront cependant être accordées. • L'article 7 de la Charte d'AI-Fatah prévoit que seuls ceux des juifs qui se trouvaient en Palestine avant 1917 pourraient être considérés comme palestiniens. ••• • Le meurtrier du député grec Gregorios Lambrakis, tué en 1963 a été remis en liberté par les colonels d'Athènes. donnent à penser DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 3 abonnelDents ••• au prix de 2 A partir du mois prochain, les tarifs d' abonnement à « Droit & Liberté» seront les suivants : - Abonnement normal : 25 F (au lieu de 20). - Abonnement de soutien : 50 F. - Abonnement de l'étranger : 35 F (au lieu de 30). Nous avons dû prendre cette décision pour sauvegarder la vie même de notre revue : depuis janvier 68, les charges que nous supportons ont augmenté régulièrement (imprimerie, papier, salaires, taxes postales, etc.). Nos lecteurs peuvent nous aider en renouvelant leur abonnement (à l'ancien tarif) par anticipation, en faisant connaître notre revue autour d'eux, en nous communiquant les nom et adresse de leurs amis, de leurs camarades de travail susceptibles de souscrire un abonnement. Pour augmenter l'audience de « Droit & Liberté », nous proposons une nouvelle formule : 3 abonnements pour 50 F. Une revue telle que la nôtre ne peut vivre que par l'aide de ceux qui sont convaincus de sa nécessité. Nous sommes convaincus qu' ils sont nombreux. Les ((4 à 7" Les « 4 à 7 du samedi » sont maintenant une institution bien établie qui bénéficie d'un public nombreux et fidèle. Dans la dernière période , il faut citer particulièrement le débat du 8 novembre intitulé « Antisionisme et antisémitisme » avec J. Couland, A. Memmi, L. Poliakov, M. Rodinson et le péputé israélien Uri Avnery. Le succès d'affluence fut tel que ·beaucoup ne purent trouver place dans la salle. Le M.R.A.P. envisage de réaliser ultérieurement une autre réunion sur ce thème. Pour le mois de janvier, on peut d'ores et déjà annoncer les personnalités et thèmes suivants: les Indiens, le Vietnam , ainsi que MM. Ivan Labejof, Edgar Morin, Max-Pol Fouchet. Nos deuils o Alexandre Kamenka est décédé récemment. Producteur de films, il était depuis de nombreuses années membre du Conseil national du M.R.A.P. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille. o Judas Scialom, militant du M.R.A.P. à Nanterre, vient de perdre son épouse. En cette douloureuse circonstance, nous l'assurons de notre plus fidèle amitié. 11 Pierre Dac Dialogues en forme de tringles Pierre Dac poursuit ces « dialogues», qu'il va enregistrer par ailleurs avec son ami Paul Préboist (P.O., c'est Pierre Dac ; P.B., Paul Préboist). Pourquoi « dialogues »? Parce que c'est un genre littéraire bien oublié depuis Platon et qu 'il urgeait de ressusciter. Pourquoi « en forme .liIe tringles»? Parce que ... , DU DROIT ET DE LA LIBERTE P.O. Dites-moi, mon cher ami, qu'est-ce que vous pensez du Droit et de la Liberté? P.B. Le plus grand bien possible dans le cadre de leur existence rée lle mon ami au ssi cher, mais pas plus. P.O. Bien sûr, mais qu'est-ce au juste, que le Droit, d'après vous? P.B. D'après moi et d'après ceux qui pensent de même, le Droit est ce qui est exigible et permis dans une collect ivité humaine. P.O. Bien, mais est-ce que vous considérez le Droit en tant que tel, comme un et indivisible, au même titre que la République? P.B. Pardon , la République est une et pas un. P.O. D'accord, mais est-ce ainsi que vous la considérez? P.B. Bien entendu. P.O. Pourtant le Droit, en son unité, ne comporte-t-il pas de la diversité en son hétérogénéïté ? P.B. Si , bien sû r, puisqu'i l ya le bon et le mauvais droit, le droit des gens, le droit aux prestations socia les et aux al locations familiales , le droit de vote, le droit privé, le droit commun, le droit au crochet du gauche, le droit maritime et aérien, le droit à la pa role, le droit de se ta ire, le dro it à une vie décente, et c., bref , tout ce qui constitue le fondement des droits de l'homme vivant en société conformément aux règles qui rég issent les rapports humains. P.O. C'est bien ça. Donc, à défaut d'être tous frères, les hommes sont, sinon en fait, du moins égaux en droit. P.B. Ca ne fait pas plus de doute que si ça n'en la issait subsister aucun . éJ'ailieurs, c'est inscrit, en toutes lettres, dans la Déclaration universelle des droits de douane et de succession . P.O. Pardon? P.B. Des Droits de l'homme et du citoyen, veux-je di re. P.O. Je me disais aussi! mais le droit humain ainsi défini, donne-t-il droit à tous les droits? P.B. Bien sûr que non, étant donné, par exemple, que le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes est en opposition form elle avec celui de disposer des aut res que prennent arbit rairement et par la force brutale les Etats totalitaires. P.O. Aussi juste qu'exact. P.B. Et réciproquement . P.O. Naturellement. Passons maintenant, si vous le voulez bien et si vous ne le voulez pas, on y passera quand même, à la définition de la Liberté par rapport étroit avec le Droit. Donc, qu'est-ce que la Liberté? P.B. La Liberté , à mon avis, c'est le droit de vivre en homme libre, à condition de le mérit er. P.O . Mon avis est conforme au vôtre, mon cher ami, car il ne suffit pas de brailler inconsidérément et à longueur de temps « Vive la Liberté Il, encore faut-il être d'assez fort calibre pour la manier en dignité. P.B. Certes, car si le cheval est la plus nobl e conquête de l'homme, la Liberté en est la plus lumineuse, puisqu'elle donne le droit à ceux qui sont dignes d'en joui r pleinement le droit de vivre dans la vérité. P.O. Oui, mais vivre librement en toute indépendance, ne signifie pas, pour autant, qu'on peut faire n'importe quoi en toute inconséquence et au gré du vent de l'instant. P.B. Non, bien sûr, car la Li be rté, la vraie, implique et nécessite le devoir de respect er la libe rté d'a utru1 à condition qu'aut ru i en fasse de même de son côt é. l 'of P.O. En un mot, comme en 17d9, la Liberté consiste à défendre le droit à l'exi!itence contre celle qu'exigent, pour eux seuls, en toute intolérance, ceux qui veulent l'exécuter. P.B. Voilà. Je pense, mon cher ami , que nous venons de f ai re, en toute loyauté, un bref , mais complet tour d'horizon du Droit et de la Liberté . P.O. J'en suis d'autant plus fermement convaincu que j'en suis solidement persuadé. Au fait, mon ami de plus en plus cher au point d'en devenir prohibitif, je voudrais vous demander de me rendre un petit service. P.B. Quel pet it service? P.O. Le petit service de table que. je vous ai prêté il y a plus d'un an, toute liberté vous étant toutefois laissée, bien entendu, d'accepter ou de refuser. P.B. C'est bien ainsi que je l'entends, vu que c'est de mon droit le plus strict. Pour vos cade au.,- CONFISERIE - BRÛLERIE Chocolats de fin d'année 12 à des prix de gros SARFATI 13-15, rue de Palestro Paris-2e - Tél. : 236- 15-69 E X PO S ITI (l N - VE NTE • Céramiques et poteries de La Borne • Objets de différents pays. Gravures. Livres, disques • Cartes de voeux au siège du M.R.A.P . 120, rue Saint- Denis - Paris-2e - Métro : Etienne-Ma rcel NOUS SERONS HEUREUX DE VOUS ACCUEILLIR . VOUS DÉCOUVRIREZ DES CADEAUX ORIGINAUX DROIT ET LIBERTE - N° 288 - DÉCEMBRE 1969-JANVIER 1970 Ni·, victimes privilégiées . . ni racisme tabou LE Congrès du M.R.A.P. s'est tenu à Paris les 28 et 29 novembre après une longue période de préparation. - Trois thèmes devaient y être étudiés plus particulièrement

racisme et xénophobie en France, les

immigrés et le tiers monde; persistance du racisme et de l'antisémitisme en France et dans le monde; le conflit du Proche-Orient et ses conséquences. n n'est pas possible de traduire concrètement dans le cadre de ce dossier ce que furent les discussions qui se déroulèrent dans les trois commissions. Sans èomplaisance, -en toute liberté, des points de vue divergents, voire contradictoires, se sont exprimés. Mais les participants ont bien compris qu'il s'agissait (( d'additionner ce que les uns et les autres apportent, chacun à' sa façon, au combat commun )). DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 .... LE CONGRES DU M.R .A.P g .. On trouvera dans ce dossier les trois résolution~ adoptées, aboutissement de sérieux débats, des extraits des interventions de Pierre Paraf, président du M.R.A.P., Charles Palant, secrétaire général,. Albert Lévy, secrétaire national. Les résolutions ne valent que par l'application qu'on en fait. C'est pourquoi la nécessité du renforcement, du développement du M.R.A.P. a été soulignée en maintes occasions. . Le M.R.A.P. demain ..• Tel était le thème général du congrès. Ni victime privilégiée, ni racisme tabou, a-t-il été proclamé. Des tâches précises, nombreuses, attendent les militants du M.R.A.P. - et aussi ceux qui, sympathisants de l'action de notre Mouvement, sont cependant restés jusqu'ici à l'écart. 13 De gauche à droite : Dominique Krikowski, Marc-André Bloch, Pierre Paraf, Joby Fanon, l'abbé Pihan, Marie Couton, Saly N'Dongo. Impressions sur un congre" s 1 E M,R.A.P., demain! Ces paroles L de Charles Palant, je les ai retenues au congrès des 20 lns du mouvement. Il y avait une nouvelle ambiance rue Saulnier dans la salle que le Grand Orient de France v6lJlut bien nous prêter. Beaucoup moins de discours et bien davantage de confrontations que par le passé. Da ns les trois commissions - antisémitisme et racisme, immigrés et Tiers monde, Proche-Orient, - la discussion fut libre et passionnée. Ces commissions se forment à mon arrivée. On peut glaner çà et là des informations. Regardons d'abord la salle où, sur un fonds de velours bleu, tranchent en rouge les mots « Congrès contre le racisme, ïantisémitisme et pour la paix». En commission, 011 discutera de la suppression du mot antisémitisme. Je ne suis pas d'accord. Il n'y a pas de race juive, mais un état d'esprit antisémite existe et peut ressurgir. J'ai le temps. Nous sommes ici à la' concertation, au dialogue. Je puis interroger ceux qui m'intéressent le plus, les militants de province. Mince et jeune, vêtue d'un pantalon et d'un chandail . beige clair, Dominique Korywkowski m'expose ses difficultés. Les jeunes sont très pris par leurs études. Ils trouvent que les problèmes du mouvement ne sont pas assez politiques, mais trop philosophiques. L'action à terme les impatiente. Dominique est psycho-sociologue. Elle s'est mise en contact depuis 'six mois avec trois jeunes Algériennes qui la valorisent. L'une d'elles lui a dit : « Vous pouvez choisir vos amies». Au cours de ces six mois, deux d'entre elles ont essayé de se suicidér. « Le M.R.A.P., dit Dominique, pourrait faciliter les contacts humains entre 14 jeunes». C'est aussi l'avis de M. Ménager au visage frais et rose, membre du comité de Tours où Me Hermantin a fait une conférence. Le représentant de Tours réclame des conseils pratiques, un répertoire des associations amies pour accueillir les migrants. M. Job, de Dijon, nous montre des fiches distribuées à là gare permettant aux migrants de n'être pas perdus en ville. Les commissions siègent. C'est très vivant tout ça. Toujours la même impression : peu de discours, beaucoup de discussions. A la Commission antisémitisme et racisme, on s'alarme parce que la traduction de Mein Kampf se fait librement. A celle du Proche-Orient, on discute ferme sur les droits à l'existence d'Israël et des Palestiniens. Un jeune homme passionné cite Sartre qui a dit que le peuple juif et le peuple palestinien ont l'un et l'autre droit à l'existence. On parle aussi de l'isolement des travailleurs étrangers. Comment les faire participer à des cours. Une parole me frappe' : « Citroën a demandé dans ses ateliers de recruter de préférence des travailleurs qui ne savaient ni lire ni écrire». Bien d'autres mots sont parvenus à mes oreilles, mais j'ai gardé en mémoire que ce congrès était celui de la jeunesse. Nicole de BOISANGER-DUTREIL. le Bureau national Le congrès a élu au bureau national : Renée Baboulène, institutrice; Adolphe Berno, commerçant; Michel Barlow, professeur; Jacques Belleville, maître-assistant à la Faculté des sciences de Dijon; Françoise Berte/oot, secrétaire; Francis Boniart, industriel; Odette Broardelle; A /exandre Chil-KozIOlvski, artisan; Henri Ci/rinot, directeur commercial; Christiane Chodez, secrétaire; Marie Couton, professeur; Joseph Creitz, artisan; Jean Cussat-Blanc, professeur; Odet Denys, avocat; Jean -Raphaë/ Deutsch, étudiant; Julienne Deutsch, secrétaire; Joby Fanon, inspecteur central des douanes; ' Denise Feltin, secrétaire; Alain Caussel, ingénieur; Ceorgette Cebe/in, institutrice; Manfred lmerglik, avocat; Fred Hermantin, avocat; Daniel Jacoby, avocat; Marguerite Kagan, journaliste; Jean Kolpa, industriel; Dominique Krikowski, étudiante; Eric Lafontaine, rédacteur Sécurité sociale; Albert Lévy, journaliste; Roger Maria, éditeur ; Etienne Mathiot, pasteur; Bernard Ménager, étudiant; Saly N'Dongo, 1. président de l'U.G .T.S. F.; Charles Owezarek, industriel; Charles Palant, directeur commercial; Pierre Para/, homme de lettres; Michel Plé, employé municipal; Jean Pihan, prêtre; Roland Rappaport, avocat; Jean-Pierre Saïd, journaliste; Claude Samuel, commerçant; Jean Schapira, avocat. professeur à l'Institut de droit appliqué; Hugues Steiner, industriel; Edouard Tchorzewski expert-comptable; Lucky Thiphaine, dessinatrice. . Au cours d'une prochaine réunion, le bureau national élira le président et les membres du secrétariat. Pierre PARAF AIDER L'HOMME A A DEVENIR LUI-MEME Il appartenait à Pierre Paraf, président du M.R.A.P., d'ouvrir le congrès. On lira ci-après de larges extraits de son interventiolL VOUS jugerez certainement naturel et opportun que comme militant et aussi comme prèsident de notre Mouvement depuis bientôt 9 ans, je prècise à nouveau ma position à l'ègard des problèmes essentiels qui vous sont soumis, que je vous apporte quelques suggestions sur l'orientation qui me semble la plus conforme à nos principes, la plus favorable au succès de notre cause ( ... ) Notre premier principe est de maintenir la fidélité .à ces idées auxquelles les nôtres se sont sacrifiés et de donner ilU combat qui continue leur combat le maximum d·efficilcité. Il nous paraît indispensable aussi. sous peine de forfaire à l'engagement que nous ont laissé nos frères de !? Résistance. de s?uvegarder entre nous l'unité sans laquelle il n'est pas de victoire. Fidélité, efficacité, unité Fidélité, efficacité, unité : à ces trois impératifs nous devons être attachés. M?is l? fidélité n'implique pas que nous restions figés en des méthodes qui ne seraient plus adaptées au péril présent. En vingt ans le monde chllnge de hce. Des génér?tions nouvelles se lèvent. Les maladies physiques ou morales (et le racisme est une des plus dangereuses! prennent un nouveilu visage, exigent de nouvelles thérllpeutiques. P?rmi les ilnciens racismes certains reculent. D'autres demeurent. De nou vellUX racismes ilpparilissent sur la cilrte ·du monde. A l'ilctif de notre Mouvement s'inscrit un élément incontestilblement fa\orable. La conscience croissante du péril. Ce qui semblait normill, tout comme le fut l'injustice sociale, la tyr?nnie politique. lil guerre, la violation des Droits de l'Homme, parilît de plus en plus SClln - dilleux ( ... ). . Autre élément favorllble. bien que fort lent à se milnifester, l'ilggiornilmento ou si vous préférez lil démocratisation de l'Eglise qui ne cesse de s'ilffirmer. Silns doute s'exprime-t-elle surtout dllns une contestiltion intérieure des hiérilrchies et ne s'est-elle p?s concrétisée pilr un reniement solennel des persécutions. M?is de ce renouvellement le racisme se trouve plus ou moins directement atteint ( ... ). Troisième facteur plus récent que l'on peut. en se g?rdilnt d'un optimisme excessif, enregistrer ilvec quelque récon fort. L'échec relatif du N.P.D. aux dernières élections illlem~ndes - relatif. car la proportion de 4 à 5 % reste encore inq uiétilnte ( ... ). Ombres et lumières Et la cilrte du racisme dans le monde accuse beilucoup plus d'ombres que de lumières. Les milux que nous dénonçons depuis vingt ?ns continuent de déshonorer le monde ( ... ). A ce lourd p?ssif s'ajoutent les racismes inhérents ?ux conflits nationaux où l'élément filci?1. religieux, n'est souvent qu'un prétexte, mais les attise, les perpétue de manière plus brutale et plus profonde ( ... ). Ces rilcismes n?tionaux donnent une mesure plus vilste, plus exacte d'un mal qui ne tient pas seulement dans l'ilnti· sémitisme classique. dans lil h?ine et le mépris des peuples dits de couleur. Il s'affirme aussi à l'intérieur des niltions. DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 déclenché ou prolongé pilr les fanatismes religieux, l'excitiltion populaire, les oppositions tribilles, dans un nouveau cadre où les grands monopoles économiques ont succédé aux colonialismes politiques du p?ssé. Les anciens et les nouveaux racismes provoquent chez les victimes des réactions nouvelles, dont le caractère et I? violence s'opposent à notre ilction. Ils confirment le dilnger de certaines formes de niltionillisme excluilnt la coexistence. multipliant ces petits Etats qui divisent contre les grandes Fédérations qui devrilient unir. C'est ilinsi que l'antiracisme s'exprime en de nombreuses parties du monde, dans une revendication du Pouvoir, dans une affirmation jalouse d'authenticité qui. parfaitement légitime au départ, risque de devenir raciste à son tour ( ... ). Devilnt de telles mutiltions, devilnt les nouveaux visilges d'un combilt qui"il '? plus sa simplicité manichéenne d'autrefois, cOl)1ment - unis sur l'essentiel - ne réagirions-nous pas parfois de manière différente, selon notre formation, nos convictions religieuses, philosophiques? Il y a ceux pour qui domine l'élément économique. Le rilcisme est ilttaché aux structures capitalistes du monde. On n'ilura rien fait, tant qu'on ne les ilura pas ?bilttues. Pour d'aHtres;' c'est la solution nationale qui est l'essentiel (c'est le cas de certains pour qui les peuples du TiersMonde n'ont été libérés qu'en apparence ( ... ). Une troisième catégorie estime qùe le r?cisme est une somme qu'il convient d'att?quer sur tous les fronts, politique. économique. moral. Ils ne sont nullement disposés à montrer lil moindre complicité à l'égard des nouveaux r?cismes ( ... ). Un même but On ne peut ni attendre, ni souhaiter des concessions, des capitulations entre des militilnts de bonne foi procédant de conceptions différentes. Ce qui importe pilr dessus tout, c'est que leur .but soit le même. Ceux .qui croY?ient au ciel et ceux qui n'y croyaient pilS combattaient coude à coude dans la Résistance. C'est à I~ grandeur du M.R.A.P. d'en prolonger l'esprit et. comllle disait Henri Barbusse aVilnt de mourir, de né rien filire pour diviser, de tout faire pour unir. Témoignons, chers amis, de cette volonté dans l'étude des problèmes qui sont à l'ordre du jour de notre Congrès. Commençons pilr le plus litigieux, celui qui nous a nlu le plus de critiques et sur lequel, hélas, nous ilvons le moins de prise : le problème du Proche-Orient. ~ 15 « Quelle immense tâche nous avons devant nous!)) Le M.R.A.P. n'Il pas à prononcer sur lui d\~s jugements politiques. Ses prin cipes lui commandent de combattre le racisme ami-arabe comme le racisme antijuif, de veiller à ce que les conOit, nlltionllux qui opposent lsrllël et ses voisins ne s"(!tenden t p?s à l'ensemble des communautés, aux Arabes et aux Israélites ( ... ). Des hommes de bonne foi pen sent encore que le Foyer nlltioni11 juif ., été une spoliation, alors que les terres, réguliérement achetées, ont été fé condées de la sueur et du " mg des pionniers. Ils décl?rent que lo rsqu'on pllrk d'exterminer Isr?ël, ce ne sont qU\~ galéj?des sans import?nce du C?fé du Commerce et qui le conteste n 'est qu'un villet de l'impéri ll ii sme Ilméricllin . D'autres ferment~les yeux sur le péril d 'un chauvinisme juif qui pourrait êtn: générateur d 'un nouvel antisémitism\~ et ?pporter une justific lltion à Hitler et à Vich y. dllns III mesure où il eXlllte rll it III force. où il meconnllitr?it l'intégr? tion définitive des lsrllélites à leur p? trie. Ceux-ci refusent à lsr pël le droit de vivre en sé curité Ilvec des frontiéres normilles, sû res et gllrllnties, le somment d'év ?cuer sans contrepllrtie de, terri toires. ce que n·llccepter ?ient ni l'U .R.S.S. ni les Etllts-Unis. ni III Frll nce. ni l'Egypte. Ceux-là semblent indifférents 1l1lX souffrances des réfugiés Il r ll es qui doivent nous toucher directem en t, nous qui Ilvons sous l'occup?.tion et l'exod\~ connu de telles miséres, ou ien ils contestent cette réalité pil lestinienn e. fllcteur hi stnrique nouvellU, puisq ue ces réfugiés se sont multipliés depuis 20 Ilns. qu'ils n'ont pllS été intégrés d?ns leurs pllys d'Ilccueil. Nous croyons que nulle de ces Ilspi rlltions n'est contrlldictoire, qu'il flludr?it substituer ?u cycle infern ?1 du terrorisme et des représa illes. des menllces de bllin 16 de sang que nous n'in ons cessé de dénllncer. contr~irement IlUX Illléglltions inexactes, et aux procédures d'une occupation déplorable pour ceux qui la subissent et pour ceux qui III prmiqucnt. des concertations conduisllnt au dialogue. à !? coexistence, à III coopérlltion de fréres a ujo urd 'hui ennemis, qui devront' un jour se retrouver. Une question urgente .1' L? question des immigrés est celk qui se pose avec le plus d'urgence. Elle sollicite notre Ilction III plus immédillte. Il s sont 3 millions chez nous, proie toute désignée au racisme et à la xéno phobie. 3 million s dont l'homme de III rue croit pll rfois qu'ils viennent manger notre pain, Illors que contr ~ int s de gagner leur \ ie hors de leur pilyS. ils Ilpportent à notre économie un co ncours Ilppré cillbl e, qu'il s Ilccomplissent des trav?ux ingrats que des Français se refuseraient à faire ( ... ). Le M.1Z.A.P. n' Il p?s de mission plus directe, plus un llnimement so uhllitée. que celle de l'llmélior ?.tion du sort de nos ?mis immigrés dont on voudrllit qu'une fois rentré s en leur p?ys_ pourvus d 'une culture et d'une formlltion tech nique leur ?ssur llnt une vie meilleure, ils emportent de Frllnce, de cettè Frllnce qu'ils Ilim?ient, qui les Il trop so uvent déçus, des SoU\ enirs de fr? ternité.

Le com bll t contrè l'a nti sémiti sme Il été SOllS l'occupation à l'origine de la créll tion du M.R.A.P. Nous Il\'ons toujours pensé qu'il étllit insépll rllble des Il utres rllcismes en gllrd llnt toutefois des carllctères qui leur sont propres. On pe~t détester les uns pllrce qu'on les croit plus fllibles, les Ilutres pllrce qu'on les imagine trop forts. Mépris ou j llkiusie? Celui-là fllit de celle-ci? De~ l'anrisémitisme on trouve encore trace dans les grllffiti de notre métro. Les mensonges des protocoles des Silges ':le Sion ne sont pilS diss ipés. On dénonce les juifs IlU Pouvoir par personne interposée. une sorte de conjuration entre eux et l'Etat d'Israël dont l'actuel gouvernement serait l'agent. alors qu'il se montre à son égard plus que réservé ... Une c?mpagne de désintoxication s'impose plus que jam?is contre des assertions qui peuvent Avoir dans les milieux populaires et même d 'extrême· gauche des échos dangereux ( ... ). Quelle immense tâche. nous Ilvons dev?nt noùs. chers amis! Apportons à l' ?.ccomplir plus d'éner gie encore, et s'il se peut une compréhen sion plus lucide, plus unanime devant les multiples formes du racisme ( ... ). Le r?cisme ne commence que si l'on tire de ces différences des rllisons de fll u ss\~ supériorité congénitale, de ségré ga tion, d'o ppression. Admettons les diffén~nce s . celles de III co uleur, comme celles des opinions et témoignons il celles-ci III compréhension et l' ?. mitié. Nous ?vons célébré les vingt Ilns du M.R.A.P. Les vingt années qui s'o uvrent nous résen 'eront bien des surprises. On vern' l'homme qui a pris depuis six mois pied sur III lune explorer d' Il utres plll nétes. Je souhllite que ses pro grés soient aussi intérieurs, qu'il se gllrde de substi tuer de nouvelles haines à celles qu'il aurll vaincues, à comprendre sa mission et son universalisme. Comme un de ces Ilînés qui ne verront pllS ce nouvellu cycle s'accomplir j 'adresse un salut à l'Il venir, un salut au M.R.A.P. qui sculpte les lendemains dllns l'unité, dllns III clarté, dllns l'Ilction, dans la volonté d'ennoblir le destin de l'Homme et de l'ilider à devenir lui même. 1 E mot d'ordre « Le M.R.A.P. , demain .. . » L est une affirmation confiante et prometteuse quant au devenir de la lutte que nous menons contre tous les raci smes. Il convient de lui donner également le sens d'ulle ana ;yse rigoureuse. Que SOllt les dOllll ées actuelles du racisme? Quelle est l'acuité relative de ses diverses manifestations ? Qu'en résulte-t -il sur la conscience antiraciste de l'opinion? ... Sur le danger néo-nazi Lors de la création du M.R,A.P., en 1949, l'opillion était ellcore profolldément imprégnée du souve nir du génocide perpétré par les nazis. Cinquante mil lions de vies humaines, d'incommensurables ruines morales et matérielles , tel était le bilan de la deuxième guerre mondiale dans laquelle l'hitlérisme avait plongé le monde, durant cinq années ... Cinq millions d'homml'!s, de femmes, de vieillards et plus d'un million d'enfants avaient été massacrés en expiation du seul crime d'être nés ju ifs ... Parmi tant de crimes atroces , le génocide des juifs fut le plus atroce des crimes .. . Contre les survivances du nazisme, contre les premières tentatives de restaurer le militarisme allemand, contre la mansuétude dont commençaient à jouir les criminels hitlériens et les « collaborateurs» qui avaient été leurs complices, les campagnes du M,R.A .P. provoquent de puissants mouvements de masse ... Mais il y a quelques semaines ne s'en est-il pas fallu de quelques dizaines de milliers de voix pour que le N.P .D. - ce parti des héritiers du nazisme - ne fasse une entrée triomphale au Bundestag ouestallemand? N'avons-nous pas raison de dire et de répéter que toute sous-estimation du danger néo-nazi risque d' être catastrophique pour la paix et l'avenir de l'humanité toute entière? Sur l'antisémitisme S'IL est vrai que l'antisémitisme n'est pas ou n'est plus l'expression la plus marquante du racisme de nos jours, il n'a pas pour autant disparu , sinon sous la Le rapport de Charles Palant Juger ce que dit ce que fait chacun et non pas ce qUIY est montagne d'hypocrisie avec laquelle on tente de masquer la réalité, Le refus de considérer les juifs comme des citoyens à part entière, ce qui est la marque même de l'a ntisémitisme, s'est exprimé souvent dans la dernière période par la flagornerie d' Israël , à laquelle se sont laissés aller les pires antisémites : {( Voyez comme ils sont capables et forts ! Si seulement ils voulaient tous aller chez eux, là-bas». Pendant ce temps, une publication comme « Le Charivari » - récemment condamnée à la suite de notre plainte - éditait deux numéros spéciaux à gros tirage pour montrer comment les juifs sont encombrants et envahissants - sinon dom1nateurs et sûrs a: Cl a su le faire avec succès lors de la tentative d'intoxication collective d'Orléans. Sur le Vietnam Au Viêt-nam , où Dien- Bien- Phu marque l'échec définitif du colonialisme français , les Etats- Unis d'Amérique prirent, au sud, le relais qui mit provisoirement en échec les accords de Genève contenant la promesse d'une réunification pacifique du pays , La guerre ne tarda pas à s 'y rallumer et la fiction des fantoches de Saïgon ne trompant plus personne, la guerre A Marseille tout récemment .. . d'eux-mêmes - dans les pays où ils s'obstinent à vivre et notamment dans le nôtre, L'autre trait de l'antisémitisme, c'est l'accusation d'a llégeance à un Etat étranger dans laquelle certains ont englobé tous les juifs à l'occasion des événements du Proche-Orient. Nous ne tiendrons pas pour innocents ceux qui , parmi les juifs, ont , à l'occasion des mêmes événements, développé un déplorable courant nationaliste et chauvin qui, sans pour autant favoriser dans l'opinion une meilleure compréhension de la question d'Israël , détourne nombre des premiers intéressés de la lutte nécessaire contre l'antisémitisme. C'est à cette lutte que le M.R.A.P. les appelle comme il y prit le caractère d'une véritable entreprise de destruction systématique avec son horrible cortège d'Oradours quotidiens. Comment rester insensibles au martyre du peuvietnamien , héroïque et invincible ,7 Comment taire notre solidarité pleine et entière pour l'admirable peuple du Vietnam qui a droit à la paix, à l'indépendance, à la possi bilité de bâtir enfin son avenir pacifique. Il faut obliger l'agresseu r à lâcher prise, à ramener ses soldats, tous et tout de suite, comme l'exigent maintenant par centaines de milliers les pacifistes américains dont le ju ste combat pour la paix est partagé par des dizaines de millions d'hommes à travers le monde entier, ~ DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 17 Sur les immigrés EN France, ils sont plus de trois millions participant à la production nationale qu'ils enrichissent en lui fournissant une main-d'oeuvre bon marché , Exploités par les trafiquants d'emplois, les marchands de soupe et de sommeil, ils sont exposés, presque sans défense, aux brimades administratives et policières , aux discriminations à l'embauche, dans les salaires, les droits sociaux et syndicaux, la promotion professionnelle, Leur isolement - leur détresse - est entretenue par l'insuffisance des structures d'accueil , d'adaptation sociale , d'alphabétisation, Que dire encore des campagnes racistes d'une certaine presse, sinon que tout cela engendre mille et une difficultés dans les rapports souhaitables entre ces travailleurs immigrés et la population environnante et que presque chaque jour il nous faut intervenir contre c,e qui de nos jours est bien la forme la plus grave du racisme en France, Lutter contre le racisme aujourd'hui en France - et contre la xénophobie qui en est une forme particulière ' - suppose la prise en considération prioritaire de cette situation, C'est elle qui détermine la volonté d'agir, qui conduit vers le M,R,A,P, la plupart de ses adhérents nouveaux, Le combat que nous avons à mener pour assurer aux travailleurs immigrés des droits égaux et des conditions de vie décentes n'est pas seulement fondé sur des motifs de justice 18 • 1 LE CONGRES EN CHIFFRES 350 personnes, au total, ont participé au Congrès, parmi lesquelles 200 délégués de Paris et de province et 150 invités. Leurs âges varient de 16 à 87 ans, la moyenne étant de 43 ans. La répartition dans les séances des commissions s'est faite dans les proportions suivantes : - Racisme et xénophobie : les immigrés et le Tiers-Monde 50-60 participants en moyenne. - Antisémitisme et racisme en France et dans le monde : 15- 20 participants. - Le problème du Moyen-Orient et ses conséquences : 20-25 participants. Maitre Fred Hermantin a présenté au congrès le rapport de la commission sur l'immigration , et de solidarité , Nous savons - et les syndicats savent mieux encore - que le racisme est une arme dangereuse contre les travailleurs qu'il divise pour les détourner de la défense de leurs propres intérêts, Si notre vigilance faiblissait, si nous ne menions pas ce combat , le risque serait grand, dans le cadre de difficultés économiques dont l'aggravation n'est pas improbable , que des courants xénophobes et racistes soient activés dans la classe ouvrière , de même que les courants antisémites chez les petits commerçants , comme on ra vu naguère au temps du poujadisme , Sur le conflit du Proche-Orient LA question nous concerne parce que la crise qui sévit là-bas met continuellement en péril la paix du monde, Parce que, ce qui est en cause dans le conflit, c'est le droit pour chacun des peuples en présence à une existence digne, indépendante et sûre , Parce que nous sommes profondément convaincus qu'aucune nation ne saurait valablement fonder son existence, sa sécurité, son avenir, sur la spoliation ou la disparition d'une autre nation, La question nous concerne parce que le conflit israélo-arabe est aussi bien chez nous la source d'un renouveau raciste à la fois anti-arabe et anti-juif, Parce que le conflit du Proche-Orient est à la source d'un inextricable faisceau de confusions et de peurs, d'angoisses et de haines qui pèsent lourdement sur le comportement des protagonistes sur place et non moins lourdement sur les supporters lointains de chaque camp , La question nous concerne - elle concerne tous les hommes - parce que , au-delà du conflit israélo-arabe proprement dit , il s'agit aussi d'une des phases dramatiques de la décolonisation se jouant dans le contexte de l'opposition entre les deux camps qui se partagent le monde et pour lesquels . Ie Proche-Orient est le carrefour d'énormës intérêts économiques, politiques et stratégiques, Au point où en est la situation aujourd'hui et pour ce qui est du conflit tel q u'il se déroule sur le terrain , nous constatons

deux légitimités s'affrontent pour

lesquelles des masses humaines sont prêt'es à d'immenses sacrifices. Deux légttimités qui ont déjà coûté et qui coûtent chaq l,Je jour de lourds sacrifices, Mais une évidence s'impose avec de plus en plus de 'force : les armes ne règleront rien , Depuis vingt ans, elles n'ont pu ni empêcher l'existence d'jsraël , ni assurer sa sécurité . C'est la solution politique qu' il faut imposer dans les es~rits comme dans les faits , Israël est né d'un sursaut historique d'hommes décidés à en finir avec un passé de réfugiés , de persécutions, d'humiliations, Le ressort principal de la résistance palestinienne estil bien différent? Notre époque est celle où l'on ne châtie plus les peuples qui s'éveillent à la conscience nationale , La solution politique , elle nous semble promise dans l'esprit de la résolution adoptée le 22 novembre 1967 par le Conseil de Sécurité de l'O,N.U , Elle constitue , malgré des imperfections et des omissions, une base sérieuse d'approche et de règlement d'ensemble . Nous voyons dans son application le seul moyen de mettre fin à la guerre larvée qui se poursuit sans interruption depuis plus de deux ans, coûteuse en hommes et en biens, sans issue prévisible , si ce n'est une sorte de « vietnamisation» dont on frémit à imaginer les conséquences . Sympathiser avec le M,RAP, c'est bien mais insuffisant , AD H EREZ AU M.R.A.P. DEMANDEZ LA CARTE 1970 Une délégation des travailleurs ' africains participait au congrès. Des milliers d'enfants vivent dans les dizaines de bidonvilles de. France'. Sur la Pologne DEPU,IS près de deux ans, une .autre source d'inquiétude nous vient de Pologne où la campagne idéologique contre le sionisme a finalement dégénéré en un climat de suspicion généralisée à l'égard des quelques milliers de juifs survivant dans ce pays. Notre inquiétude est d'autant plus légitime qu'à toute demande d'information , sinon ,d'explication , les autorités polonaises - gouvernement ou ambassade - ont opposé une totale fin de non-recevoir désespérément négative. Cependant, alors que nous parviennent les échos de déclarations des dirigeants les plus autorisés de la République populaire de Pologne dénonçant eux-mêmes les abus de la campagne antisioniste , des juifs polonais, par milliers, privés de leurs emplois, c'est-à-dire de toute dignité, sous un régime où le travail est source de toute dignité, continuent à s'expatrier, nantis, après des mois d'attente et d'incertitude , d'une autorisation de sortie qui est, en fait , un acte privatif de leur nationalité et de leurs biens. Le sort fait aux juifs de Pologne dont la plupart ont un long passé de dévouement et de sacrifice à la patrie polonaise et à son régime socialiste, est une profonde injustice . On nous dit: « Il ne s'agit pas d'antisémitisme , mais d'antisionisme . » Nous ne comprenons pas les rigueurs de cet antisionisme- là , s'exerçant par surcroît sur les moins sionistes des juifs , Et nous ne voyons pas de quel autre nom que d'« antisémitisme » pourrait s'appeler le sort fait aux juifs de Pologne qui sont maintenant dans la détresse et le dénuement, à Vienne , à Rome, à Paris , au Danemark, en Suède ... et , pour une très faible part seulement, en Israël dont ils étaient pourtant collectivement suspectés d'épouser la cause. Nous stigmatisons cette injusti ce qui porte àtteinte au crédit de la Pologne populaire , aux yeux de tous ceux qui se sont naguère réjouis de la voir s'engager sur le chemin du progrès, de la démocratie et du socialisme, et, notamment, en se libérant du fonds séculaire de l'oppression anti sémite. Sur les Etats-Unis Aux Etats-Unis, nous n'en sommes p!u ~ aux Iync~age s d'il y a vingt ans, ni a ce que Ion appelai t au ssI « les lynchages légaux» , la condamnation à mort de nuirs comme Wil ly Mac Gee, les Huit de T:entoll , les Sept cie Martinsville, à l'issue de procès truqués et généralement sous l'accusation de « viol d'une femme blanche ». Cependant, plus d'un siècle après l'assassinat de Uncoln, la ségrégation raciale demeure, dans ce grand pays, un des problèmes les plus aigus et donne lieu à des violences quotidiennes. On ne voit La salle dans laquelle s'est déroulé le congrès avait été mise à notre disposition par le Grand-Orient de France, représenté par M. Maurice Gautier, membre du Conseil de 1'0 rdre du G rand-O rient Elle avait été aménagée par la municipalité de Drancy, Nous tenons à exprimer nos remerciements à l'un et à l'autre. DROIT ET Ll8ERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 TRAVA ILLE URS FRANCAIS IMMIGRES TOUS UNIS A TRAVAil EGAL SAL~JR[ EGAL A LAVORO UGUALE SALARIO UGUALE A TRABA~ IGUAl SALARIO IGUA! lAI A AOYAEIA IAIA nAHPQMH A TRABALHO IGUAl SALA RIO IGUAL KAKAV UCINAK TAKYA ZARADA ëtJ~ ~ P'G~ t 4J,~ ~w 1Uu;\j guère de solution prochaine , moins encore que pou r la guerre du Viêtllam, tant le racisme pa raît lié à la contextu : e même de l'économie et de la vie sociale des EtatsUnis. Sur l'apartheid en Afrique du Sud EN Afrique australe , l'apartheid exerce sa loi sanglante sur les peuples noirs de la République sud-africaine et de la Rhodésie. Ces deux pays constituent , avec les territoires coloniaux du Portugal fasciste (Angola , Mozambique, etc.) un bastion du racisme agressif et conquérant qui s'est donné pour objectif plus ou moins dissimulé le rétabli~sement de la « supré- ~ 19 Charles Owezarek, rapporteur de la commission sur le racisme et l'antisémitisme . -4 matie blanche» sur une grande partie de l'Afrique. Nous sommes doublement concernés par ce qui se passe là-bas. D'abord , parce que notre gouvernement , faisant fi des décisions de l'O .N.U., est celui qui fournit le plus d'armes aux maîtres de l'Afrique du Sud . Des armes qui tuent les noirs dont la révolte , peu à peu, donne naissance , en Rhodésie surtout, à des' opérations de guérilla . D'autre part, nous savons que des liens existent entre les racistes d'Afrique australe et ceux d' Europe , qui puisent des encouragements moraux, et peut-être autres que moraux, dans 1a puissance toujours accrue du bloc raciste sud-africain . Le N. P. D. allemand envoie des délégations à Prétoria. A Paris s'est même constituée une association FranceAfrique du Sud que soutiennent les amis de {( Minute» et de {( Rivarol ». Sur d'autres points Il chauds )) NOUS avons à mener une action {( tous azimuts» car nombreux sont aujourd'hui les {( points chauds» où se déroulent des affrontements prenant parfois la forme de véritables génocides. Nous nous préoccupons du sort de tous les peuples, que ce soit au Biafra , au Nigeria , au Soudan , où les Arabes musulmans du Nord se heurtent aux noirs chrétiens du Sud ; en Inde où les bagarres ethniques et religieuses font des centaines de 'morts sur On fond de misère profonde et de luttes économiques ; en Indonésie , où des centaines de milliers d'hommes, communistes ou considérés comme tels, ont été massacrés

en Irak, où des hommes accusés

d'espionnage ont été exécutés dans des conditions atroces et dans un climat moyenâgeux de haine antijuive , après des procès ne présentant aucune des garanties requi ses ; en Irak, où se poursuit aussi une guerre féroce contre la communauté nationale kurde; ou encore au Tchad, où nous 20 voyons se développer une nouvelle guerre menée par les forces françaises et rappelant de bien angoissants souvenirs ... Sur l'enquête du M.R.A.P. lancée en juin 1969 VENuES de toutes les régions de France, les réponses à notre enquêtEl\. émanent de tous les milieux sociaux, politiques, religieux, professionnels. Elles traduisent une intense bonne volonté, une combativité qui atteste qu'un puissant courant antiraciste existe en France , plein de promesse pour le M.R.A .P. Notre enquête fait apparaître une grande diversité aussi dans les appréciations portées sur le M .R.A.P. et ses acti vités. Soulignons encore, comme nous l'avons fait dans la présentation du dossier de {( Droit & Liberté », qu'en publiant le compte rendu nous avons volontairement valorisé les positions critiques et hostiles. Même si 90 % des réponses approuvent totalement nos conceptions et nos réalisa- Marc-André Bloch, rapporteur de la commission sur le conflit du Proche-Orient et ses conséquences. tions, il nous importe de connaître et èrexaminer les reproches qui nous sont faits par 10% de ceux qui nous manifestent par là même leu r intérêt. Même si ces reproches nous semblent outranciers, injustes, même si certains de nos correspondants se font , visiblement, une image faussée du M .R.A.P. sans même avoir pris la peine de s'informer sur ce que nous sommes, {( l'impression que l'on donne de soi à l'opinion publique compte beaucoup», ainsi que l'écrit l'un d'eux. Pourquoi ces contradictions profondes , y compris parfois entre les personnes qui nous approuvent de tout coeur? Nous devons être tout à fait conscients du fait que cette situation tient à la nature même des problèmes que notre Mouvement a pris la charge de résoudre . D'une part, le racisme sous toutes ses formes est étroitement lié aux données économiques et politiques de la société. En France, on ne peut séparer les préjugés, les discriminations visant les travailleurs immigrés, des conditions dans lesquelles ceux-ci vivent et travaillent . Sur un autre plan , l'antisémitisme tel qu' il est apparu En Afrique du Sud, les demoiselles peuvent apprendre à chasser le noir! dans l'affaire d'Orléans est inséparable d'un certain contexte politique et social , d'un certain héritage historique, dont les éléments viennent de donner lieu à l'analyse approfondie d'un groupe de sociologues. D'autre part, le monde est divisé en deux camps, le capitaliste et le sociatiste, qui s'affrontent durement sur le plan idéologique et économique. La plupart des gens, en France comme ailleurs, se déterminent par rapport à cet affrontement mondial et leurs options politiques, comme leurs conceptions philosophiques , le parti ou le milieu auquel ils se rattachent , motivent différemment les conditions, l'état d'esprit dans lesquels ils viennent à la lutte antiraciste. La tentation est donc forte , parfois , de ne voir dans celle-ci que ce qu'elle peut apporter à l'appui de telle ou telle thèse. Enfin, il faut comprendre que chaque victime du racisme est naturellement préoccupée en priorité de la forme de ra cisme qui la concerne personnellement .. . Etre antiraciste, c'est, en premier lieu , être capable de dialoguer avec quiconque , de ne pas cataloguer les hommes sur la base de critères irrationnels, de juger ce que dit, ce que fait chacun et non pas ce qu'il est (ou ce ' que l'on croit qu'il ·est). LES NOUVEAUX STATUTS Si nous souhaitons que toutes les catégories de victimes du racisme , tous les courants d'opinion soient représentés au sein de tous les organismes du M.R.A.P., du comité local au Secrétariat national , nous ne saurions pratiquer, nous ne pratiquerons jamais les dosages savants auxquels d'aucuns voudraient parfois nous conduire , ni le numérus clausus contre quiconque ni les exclusives quelles qu'elles soient. Les nouveaux statuts adoptés par le Congrès visent un triple but: a) Préciser les objectifs du M.R.A.P. : « L'Association a pour objet de faire di§paraître le racisme sous ses diverses manifestations, et de venir en aide moralem~nt et matériellement aux victimes du racisme) (art. 3). L'article 4 précise que la réalisation de cet objectif sera mise en oeuvre « notamment)) par les moyens suivants : « La propagande et la formation d'un civisme antiraciste; les campagnes et les appels à l'opinion publique contre les activités et les violences racistes, ainsi que la mise hors-la-loi des groupes qui en sont les auteurs; les recours aux juridictions compétentes pour sanctionner pénalement, civilement et sur le plan du droit administratif lesdits auteurs; les pétitions et propositions de loi adressées aux pouvoirs publics; les manifestations, démonstrations et cérémonies publiques; l'attribution de distinctions, récompenses ou prix aux personnes ayant apporté un puissant appui à la lutte contre le racisme, ainsi que l'aide aux éducateurs de l'enfance et de la jeunesse, disposés à leur inculquer le respect de la personne humaine et le civisme antiraciste ) •.• b) Accroître la représentatiyité du Congrès. Les précédents statuts ne prévoyaient la participation que de délégués des comités locaux et des groupements autonomes affiliés au M.R.A.P. Après modifications, les adhérents isolés (là où il n'existe pas de comités locaux) participent de plein droit au Congrès. Os ont droit chacun à une voix. Les délégués des comités locaux disposent d'autant de mandats qu'il y a de membres dans les comités. c) Mieux définir les organes de direction. Le Congrès national (annuel) élit le Conseil national, dont il fixe le nombre de membres, ainsi qu'une commission de contrôle financier. Le Conseil national se réunit, en principe, tous les trois mois. n élit le Bureau national, dont le nombre est fixé par rapport à l'effectif du Conseil. Le Bureau national qui se réunit tous les mois, désigne le président, les viceprésidents, le secrétaire général, les secrétaires nationaux, le trésorier, le trésorieradjoint et l'archiviste (chargé des procès-verbaux et de la documentation). C'est le Conseil national, sur proposition du Bureau, qui désigne les membres du Comité d'honneur. A l'issue du Congrès des 29 et 30 novembre, le Conseil national compte III membres, et le Bureau national 44. DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 Dans les commissions, l'atmosphère était au travail. Faites abonner vos amis ... a d~it& liberté 21 Albert LEVY Donner à l'action une impulsion nouve.I,Ie IL serait vain de vouloir, à l'instant, « tirer de nos débats tous les enseignements qu'ils contiennent /1 . souligne Albert Lévy, qui dans une intervention finale s'efforce cependant de dégager Il quelques thèmes essentiels qui émergent de ces deux journées, les lignes directrices de notre conduite /1. Il Le trait dominant de notre Congrès, déclare-t-il , c'est sans doute l'effort accompli pour cerner toutes les données actuelles du racisme, pour clarifier les notion§", dissiper les malentendus préjudiciables au développement de l'action. Le débat fut parfois vif, passionné; il s'est toujours déroulé dans la plus grande liberté et en toute loyauté./I Constatant que les participants cc ne sont pas d'accord sur tout /l, il ajoute : (1 Cela ne doit pas nous étonner, bien au contraire, c'est tout à fait normal, et c'est réjouissant. La raison d'être du M.R.A.P., c'est précisément cette pluralité d'opinions. Mais, apprendre à dialoguer avec celui qui ne pense pas comme nous, n'est-ce pas déjà une condition première de l'antiracisme? Il s'agit non pas de ressasser ce qui nous divise, mais d'additionner ce que les uns et les autres apportent, chacun à sa façon, au combat commun. /1 C'est ce qui fait du M.R.A.P. ce cadre, (1 le seul en France probablement, où puissent se rencontrer des militants si divers /l, c'est ce qui explique « l'influence de notre Mouvement, les soutiens qu'il obtient et peut espérer, les larges perspectives qui sont ouvertes. /1 Albert Lévy montre ensuite que le M.R.A.P. , ainsi que le Congrès ra confirmé, ne doit pas se consacrer à la lutte contre un seul aspect du racisme , mais cont re tous : « Nous affirmons - et pas du bout des lèvres - la liaison profonde qui existe entre tous les racismes, et par conséquent la solidarité entre toutes les victimes 22 du raci~me. Nous ne pensons pas que ce soit rendre service à celles-ci que de pratiquer en faveur d'une catégorie une sorte d'exclusivisme, une spécialisation, contre une forme déterminée de racisme, comme cela se fait dans certaines organisations. Effectuer une telle ségrégation, même si elle n'est pas raciale, mais antiraciste, nous paraît néfaste. Nous nous faisons une plus haute idée de la fraternité humaine, objet de notre effort. Luttant simultanément sur tous les fronts de l'antiracisme, nos combats se . renfor~ cent les uns les autres; ils suscitellt le dévouement simultané, non seulement des victimes du racisme, mais de tous ceux qui, sans être personnellement visés, entendent s'opposer à ce fléau. )) Quatre données principales Des orientations contenues dans les ~ débats et les résolutions adoptées , Albert Lévy détache quatre données principales . 1. Il Nous avons décidé de nous orienter d'une façon aussi conforme que possible aux grands problèmes de notre temps. Lors de la création du M.R.A.P., il Y a 20 ans, le monde venait de découvrir avec horreur les crimes hitlériens, le génocide des juifs. Depuis, les hommes de l'Occident ont fait une autre découverte : celle du « Tiers Monde )). Il Y a une certaine simitude entre l'une et l'autre ( ... ). « Les générations qui ont connu la guerre ont, certes, le devoir d'informer les jeunes, de les mettre en garde. En même temps, nous avons le devoir de mettre l'accent sur cette humanité contemporaine, rejetée dans l'ombre et le sous-développement technique par des siècles de colonialisme. Nous devons déterminer envers elle un courant de solidarité véritable; c'est dans ce contexte général que se situe en grande partie notre action aujourd'hui. /1

w

~ o Il o CIl

le monde découvrait, il y a vingt ans, les crimes hitlériens, le génocide des juifs. Depuis les hommes de l'Decident ont découvert le TIers-Monde. 2. cc Nous avons affirmé aussi notre volonté d'accorder la priOrité à la lutte contre le racisme chez nous. Il nous faut « balayer devant notre porte». Nous sommes en présence de faits réels concrets, que chacun peut constater : la persistance de l'antisémitisme, révélée par l' affaire d'Orléans; l'effroyable misère physique et morale dont souffrent les trois millions d'immigrés vivant parmi nous. Si souhaitables, si indispensables que soient nos prises de positions et nos interventions concernant la situation dans tel ou tel pays, nul ne nous aidera de l'extérieur à combattre les discriminations, les haines, les préjugés racistes qui existent ici même. Nous sommes comptables de ce qui sera fait en France; prenons donc nos responsabilités. )) Les comités seuls ... 3. cc Dans les commissions, s'est exprimée avec force la nécessité de multiplier les comités du M.R.A.P. dans les localités, les départements, les arrondissements parisiens, ainsi que dans les entreprises, lycées et . facultés. « Les comités seuls sont aptes à rendre effective notre présence, notre riposte. Il ne faut rien laisser passer : ni une allusion raciste dans un journal local ni une inscription « La France aux Français /l, sur un mur, ni une injustice envers un immigré. Il faut agir avec le souci d'éduquer et de mobiliser l'ensemble de l'opinion publique. Ainsi, seulement nous accroîtrons le nombre de nos militants et de nos adhérents dans tous les milieux.)) 4 . « Notre Congrès a mis en relief les prolongements que doit avoir ' notre action dans deux domaines importants : l'éducation et l'information. « En collaboration avec le C.L.E.P.R. nous devons prendre contact avec les enseignants, les éducateurs, les parents, les associations de jeunes, susciter entre eux des débats, pour promouvoir partout la lutte contre les préjugés raciaux dans la jeunesse, et avec la jeunesse. « Concernant l'information, nous demandons que l'O.R.T.F. donne une plus large place aux émissions luttant contre les préjugés raciaux, avec la participation des militants antiracistes. Nous devons obtenir davantage de soutien dans la presse nationale, régionale et locale. Ne sous-estimons pas non plus « Droit & Liberté», le meilleur instrument dont nous disposions pour nous faire connaître )). AIPert Lévy conclut : cc Tout cela constitue peut-être l'éba'~ che d'un style nouveau, plus dynamiq!Je, plus hardi, plus efficace, qui sera le nôtre désormais. Après • ce Congrès, la ligne et les objectifs du M.R.A.P. sont plus clairs, mieux adaptés aux réalités présentes; ses militants sont mieux armés pour la lutte; ils sont plus profondément unis. cc Le Congrès avait pour thème : « Le M.R.A.P. demain ... » Pour chacun de nous, « demain )) c'est maintenant, nous y sommes. A chacun de donner à l'action une impulsion nouvelle. Au travail.)) Les organisations représentées Les organisations ou institutions suivantes étaient représentées au congrès : Confédération générale du Travail (C.G.T.) ; Comité de liaison des Educateurs contre les préjugés raciaux (C.L.E.P.R.); Comité international tzigane (C .I.T.); Union générale des Travailleurs sénégalais en France (U.G.T.s.F.); Fédération des Associations de solidarité aux Traf" vailleurs immigrés (FA.S.T.I.); Union des Déportés juifs de France . (U.O.J.F.); Union des Engagés volontaires et Anciens combattants juifs (U .E .V A.C.J.); Union des Femmes françaises (U .F .F.); Mouvement pour le Désarmement, la Paix et la Liberté (M.CAA.); Union des Sociétés juives de France (U.S.J.F.) ; Fédération mondiale des Villes jumelées (F.M.V.J.); Ligue portugaise de l'Enseignement et de la Culture populaire; Comité d'établissement des Usines Renault; Regroupement de l'Emigration martiniquaise (R .E.M.) ; Union générale des Travailleurs réunionnais en France (U.G.T.R .F.); Association générale des Travailleurs antillais et guyannais en France (A.G.T A.G.); Comité de liaison pour l'Alphabétisation et la Promotion (C.LA.P.); CIMADE; Scouts de France (S.D.F.); Hommes et Migrations; Mosquée de Paris, etc. Messages , Les responsables nationaux de la C.G.T., de la Confédération française démocratique du Travail (C.F.D.T.), du Syndicat national des Instituteurs (S.N .1.), du Syndicat national de l'Enseignement du second degré avaient envoyé des messages, ainsi que de nombreuses autres organisations ou personnalités : MM. Achille Peretti, président de l'Assemblée nationale; Robert Ballanger, président du groupe parlementaire commumste; Arsène Boulay, député-maire de Romagnat; Albert Dassié, député de Loire-Atlantique; Gaston Defferre, députémaire de Marseille; André Duroméa, député de Seine-Maritime ; M. Niles, député-maire de Drancy; Aymar Achille-Fould, député de la, Gironde; Mme Suzanne Crémieux, sénateur du Gard; André Gillot, maire de Saint-Denis; Fernand Lefort, maire de Saint-Ouen; M e André Blumel, conseiller municipal de Paris; Jean Picart-Ie- Doux ; Mme Jean-Richard Bloch; M e Etienne Nouveau; MM. Maurice Vaussard, vice-président de Pax Christi; Fenigchtein, président des Amis israélites de France; Jean- François Pecot, président de Travail et Culture; Mme Marie- Elisa Nordmann- Cohen; André Lunet, président dé' Tourisme et Travail; Fournier- Bocquet, secrétaire général de l'Association nationale des Anciens combattants de la Résistance (A .N A.C.R.) ; Jean Suret- Canale ; Hubert Deschamps; Jacques Nantet, président de l'Amitié judéochrétienne; Louis Périllier; André Tollet; Henri Bartoli, professeur à la Faculté de Droit de Paris; Henri Michel ; M arcel Prenant ; Dr Denis Finkel; Raoul Dubois, etc . DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER'1970 23 24 , LES RESOLUTIONS 1. Les I.m m.Ig re~ s, le 1. - Le M.R.A.P. constate que la présence en France de plus de trois millions de migrants (travailleurs et leurs familles), qui jouent un rôle essentiel dans l'économie nationale, n'a suscité jusqu'à présent aucune action valable de la part des pouvoirs publics pour aménager leur accueil, leur logement, leur formation professionnelle et la défense de leurs droits. TI constate que les travailleurs étrangers des deux sexes, originaires des pays du Tiers monde ou du sud de l'Europe. sont davantage traités comme des unités de production que comme des êtres humains. . HOIJA~gIH1 L'émigration a des motifs sociaux ou politiques. TI constate que la situation ambiguë des travailleurs originaires des départements dits départements d 'o utre -mer transportés en France par le gouvernement français est objectivement trés voisine de celle des travailleurs migrants. II. - TI dénonce cette exploitation systématique des travailleurs migrants rendue possible par une évidente complicité des pouvoirs publics qui, au gré des circonstances politiques et économiques se jouent des libertés publiques et des droits sociaux de ces travailleurs. Il rappelle que les gouvernements des pays exportateurs de main-d'oeuvre ont eux aussi une très lourde responsabilité dans la situation de leurs nationaux émigrants. li stigmatise les discrimina; tions de tous ordres et les actes racistes frappant ces travail leurs et rappelle que la dignité humaine - aussi bien , celle , des nationaux que celle des étrangers - ne se divise pas et doit être l'objet d'un seul et même combat. III. - Les problèmes de migration ne pourront être réel:lement résolus à long terme que par un combat en vue d'une révision d'ensemble des rapports économiques et politiques actuels entre les nations dites développées et les nations dites sous-développées dont les migrants sont les victimes. A court terme, il faut lutter pour: 1 ° Une politique d'accueil débarrassée des tracasseries administratives et laissant aux travailleurs migrants le libre choix entre la présence définitive ou le séjour temporaire, ce qui implique une réelle politique d'éducation et de promotion, tant pour l'adaptation à la vie en France que pour la réadaptation lors du retour au pays. 2° La reconnaissance de l'existence et de la valeur des cultures des migrants et la possibilité pour eux de les exprimer pleinement. 3° La participation des migrants à la vie économique et syndicale et le respect de leurs libertés individuelles, , ADOPTEES Tiers-Mond~ . .' 4° La participation des organisations représentatives des travailleurs migrants à la gestion du Fonds d' Action Sociale en vue, notamment, d'une au thentique politique de logement. 5° La mise en place d'un statut social et économique qui .garantisse l'égalité effective des droits des travailleurs migrants. En un mot, une politique fondée sur le respect de la di gnité humaine, à l'exclusion de toute xénophobie et de tout racisme. IV. - A cette fin, il convie toutes les organisations nationales de solidarité avec les travailleurs migrants 'et toutes les organisations de travailleurs qui, jusqu'à maintenant, ont . suppléé dans la dispersion à la . carence des pouvoirs publics, à unir leurs forces dans ce combat fraternel. ! « Ils » viennent manger notre pain », entend-on parfois. 2. Le raCl•s me et l'antisémitisme en France et dans le monde T E racisme de~~ure en France une réalité qui se mani. L feste quotidiennement tant sous .la forme ancienne de l'antisémitisme que dans la ségrégation et l'hostilité à l'égard des travailleurs immigrés et des gitans. Des publications spécialisées, d'un tirage global de près d'un million d'exemplaires, l'entretiennent systématiquement; la condamnation d'une de ces publications à la suite de la plainte du M,R,A,P, ne constitue qu'une exception à l'impunité dont bénéficient généralement leurs campagnes odieuses. f A Paris comme dans d'autres régions de France. les murs sont souvent salis par ceux qui veulent dresser les uns contre les autres. Quel qu'il soit, le racisme a pour but d'isoler un groupe contre lequel il suscite, par tous les moyens possibles, le mépris, l'hostilité et, au besoin, la violence, chaque individu étant désigné et condamné en fonction de son appartenance au groupe. Visant à créer des barrières artificielles au sein de la société, le racisme est toujours et partout utilisé à des fins de division et de diversion notamment en période de tension économique. Les forces qui le fomentent peuvent changer parfois de thémes et de victimes; de telles adaptations tactiques ne doivent pas masquer la similitude et la liaison profondes qui existent entre tous les racismes de par leur nature même et par conséquent, la solidarité de fait unissant tous ceux qui en sont frappés. DEPUIS juin 1967, la crise du Moyen-Orient a engendré ou aiguisé à travers le monde des conflits idéologiques et politiques alimentant le racisme aussi bien antijuif qu'anti-arabe. DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 L'attitude adoptée à l'égard des deux adversaires est transposée, dans bien des cas, du plan politique au plan des relations individuelles. C'est ainsi qu'au moment de la guerre des Six-Jours, le soutien à Israël s'accompagnant d'un mouvement de sympathie à l'égard des juifs s'est fortement teinté d'hostilité envers les Arabes. Aujourd'hui, l'émotion suscitée par les souffrances et la lutte des Arabes palestiniens dans les territoires occupés tend à créer un courant antijuif fondé sur des confusions semblables. D'autre part, dans le cadre de ces événements, la situation des juifs dans leurs pays respectifs a été mise en cause de diverses façons. L'antisémitisme vise à les rejeter hors de la communauté nationale. En vue de remédier à cet ostracisme, le sion isme défend la conception d'une nation juive dispersée à travers le monde et trouvant un aboutissement et un refuge dans l'Etat d'Israël. La conception républicaine et socialiste, tout en reconnaissant le droit d'Israël à l'existence, affirme et entend assurer le droit des juifs à une citoyenneté normale, leur participation pleine et entiére à la vie nationale, y compris pour ceux qui demeurent attachés aux valeurs religi\(uses et culturelles résultant de leur histoire et de leurs traditions particulières. Faute d'un examen de ces données, dans un esprit d'objectivité et de compréhension humaine, des attitudes schématiques se font jour ,dont les conséquences peuvent être graves, En France, la crise du Proche-Orient a donné lieu, jusque dans les plus hautes sphéres de l'Etat, à des déclarations tendant à expliquer les événements historiques par certains traits distinctifs attribués aux juifs, ou faisant peser sur eux la responsabilité des difficultés intérieures. Ces déclarations ne pouvaient que renforcer l'antisémitisme dont l'odieuse « affaire d'Orléans» a révélé la persistance et la profondeur dans notre pays. Dans le même temps, se développaient des campagnes xénophobes prenant appui sur l'expulsion de nombreux étrangers. Contre les travailleurs algériens, se sont déchaînés tous ceux qui s'emploient à les entourer d'un climat de peur et de haine. A Paris et en province, les faits divers servent fréquemment de prétexte à des affirmations ou insinuations calomnieuses qui accréditent l'idée d'une exceptionnelle criminalité dans leurs rangs. Ces derniers mois, plusieurs attentats ont été commis contre les logements d'Algériens et des cafés qu'ils fréquentent; les auteurs de ces agressions, impunis jusqu'à présent, rendent public dans les tracts qu'ils répandent, leur credo raciste, $ la fois an ti-arabe et an tijuif, Dans des pays que leurs principes et leurs combats révolutionnaires doivent éloigner de tout racisme, la dénonciation du sionisme et de la politique israélienne a pu dévier parfois en des manifestations d'antisémitisme. En Pologne particulièrement, il en est résulté des mesures arbi: .traires, une atmosphère de suspicion englobant l'ensemble de la population juive, bien que certains dirigeants hautement responsables aient mis en garde contre les outrances de cette campagne et les injustices qu'elle a suscitées. ~ 25 Dans les « provinces d'outre-mer », les autorités portugaises s'efforcent de fanatiser la population blanche . ~ Privés de leurs fonctions et de leurs droits, des milliers de juifs, déchus de ce fait de leur nationalité, ont été ainsi amenés à quitter leur pays qui avait pourtant, après la guerre, déployé de remarquables efforts pour rompre avec son lourd passé d'oppression antisémite. 26 Le M.R.A.P. demande qu'ils soient rétablis pleinement dans leurs droits et poursuivra, à cette fin, les démarches nécessaires. Au Proche-Orient même, le conflit entre Israël et ses voisins envenime les rapports humains dans tous les domaines. La prolongation de l'état de guerre et l'occupation entraînent des mesures discriminatoires et coercitives, des violences, qui constituent le terrain d'élection des surenchéres nationalistes et du racisme exacerbé. Cette situation engendre inévitablement des dangers pour la sécurité de la minorité arabe en Israël comme des minorités juives dans les pays arabes. En Irak, les juifs sont soumis à une législation qui fait d'eux' de véritables parias; c'est dans une ambiance d'excitation antijuive autant qu'anti-israélienne qu'ont eu lieu, en janvier dernier, les pendaisons d'hommes accusés d'espionnage, après des procès n'offrant aucune des garanties requises. Seules, la recherche et la réalisation d'une paix juste peuvent assurer le respect des droits et de la dignité des peuples et des hommes dans cette région si longtemps ensanglantée. S'unir dans un combat commun PARMI les menaces qui, en d'autres points du monde, exigent la vigilance des antiracistes, il convient de signaler tout particulièrement l'agitation, en Allemagne, du N.P.D., héritier de l'hitlérisme, dont l'entrée au Bundestag a été évitée de justesse lors des dernières élections législatives. Le nouveau gouvernement de Bonn se doit de prendre les mesures indispensables qui mettront hors d'état de nuire les anciens nazis qui occupent encore de nombreux postes dirigeants en R.F.A., ainsi que les néo-nazis et leurs alliés (/) (/) w a:: l. o w ~ Ü o (/) (/) « plus ou moins camouflés dont la démagogie xénophobe et irrédentiste met en danger la démocratie en Allemagne et la sécurité des peuples d'Europe. Les néo-nazis ouest-allemands, comme l'extrême-droite en France, entretiennent des contacts nombreux avec les dirigeants racistes de l'Afrique du Sud auxquels divers gouvernements, dont le nôtre, apportent un actif soutien moral et matériel en violation des décisions de l'O.N.U. Profondément enracinée dans la société américaine, la ségrégation raciale qui sévit contre les noirs se traduit par des violences de toutes sortes. Des groupes puissants, parfois militarisés, s'emploient à développer l'idéologie raciste par tous les moyens, y compris l'intimidation et le crime: en trois mois, trente synagogues ont été incendiées ou saccagées dans la seule ville de New York. Des tentatives sont faites pour détourner contre les juifs les légitimes colères des noirs opprimés et de telles excitations, qui trouvent souvent audience, compliquent encore la tâche des antiracistes. Le « moratoire» témoigne du courant qui unit le combat pour l'égalité des droits à celui des forces de paix, alors que les massacres perpétrés au Vietnam soulèvent l'indignation de l'opinion mondiale. T E Congrès, confirmant les prises de position du .L M.R.A.P. face aux événements multiples et complexes de la dernière période, tient à réaffirmer que le racisme est partout et toujours intolérable, sous quelque forme qu'il se présente, et qu'aucun prétexte ne saurait, en aucun cas, le justifier. Le M.R.A.P. appelle tous les antiracistes, par-delà leurs divergences politiques, philosophiques ou religieuses, à s'unir dans un combat commun et sans arrière-pensées, contre tous les racismes. Il attire l'attention de l'opinion publique sur les responsabilités qui ' nous incombent en France pour combattre les haines et les préjugés dans notre propre pays. Il demande: - l'adoption urgente de la législation antiraciste élaborée par le M.R.A.P. et soumise au Parlement depuis plus de dix ans ; - l'introduction à l'O.R.T.F. d'une tribune régulière consacrée aux problèmes du racisme et animée par des responsables de l'action antiraciste ; - le développement, dans l'enseignement, de la lutte contre les préjugés raciaux dans le cadre d'une véritable éducation civique; - la ratification par la France de la Convention internationale pour l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Le Congrès salue les jeunes, les enseignants, les syndicalistes, les journalistes, les hommes d'Eglises et les antiracistes de tous les partis politiques qui participent dans leurs milieux respectifs à la lutte contre les préjugés raciaux. Il les invite à renforcer et coordonner leurs efforts en liaison avec le M.R.A.P. et ses comités car, seule une action organIsee et systématique peut assurer le triomphe des idéaux d'égalité et de fraternité auxquels aspire l'immense majorité des Français. 3. L Le problème du Proche-Orient et ses , consequences Congrès du M.R.A.P. réuni à Paris les 29 et 30 novembre 1969, après avoir entendu le rapport de la commission sur le « problème du Proche-Orient et ses conséquences », réaffirme les principes qui sont à la base de toute l'action antiraciste du Mouvement et, notamment : « le respect du droit pour chaque peuple à son existence, à son indépendance nationale, à sa 'dignité, à sa sécurité, à la libre disposition de son destin. 'Aucune nation ne saurait faire un préalable à sa propre existence ou à sa propre sécurité de la spoliation ou de la disparition d'une autre nation JJ. Au Proche-Orient, le conflit israéloarabe qui se prolonge dangereusement découle pour une large part du refus de prendre en considération ces principes d'équité sans lesquels la paix ne saurait être rétablie. Ce conflit concerne le M.R.A.P. et tous les antiracistes parce qu'il attise le mépris et la haine entre des peuples dont le voisinage dans la paix serait source de progrès pour eux-mêmes, pour toute cette région du monde et pour toute l'humanité pacifique. Ce conflit concerne le M.R.A.P. et tous les antiracistes parce qu'il est aussi bien, en France, à l'origine d'un renouveau raciste tantôt anti-arabe, tantôt anti-juif, et d'un faisceau inextricable de confusions où la passion, la haine et l'angoisse l'emportent chez beaucoup sur la lucidité, la sérénité et la raison qui peuvent seules contribuer à éclairer, sinon à résoudre, le problème. Le Congrès rappelle et approuve l'attitude constante du M.R.A.P. s'élevant en chaque occasion contre toutes les manifestations de racisme liées au déroulement de la crise du Proche-Orient. Ce conflit concerne enfin tous les hommes, en raison des périls qu'il fait peser sur la paix du monde. Par-delà son expression directe sur le terrain, il constitue une phase dramatique de l'affrontement entre les deux camps dont dépend le sort du monde aujourd'hui. Cette donnée est d'autant plus grave que le Proche-Orient est le carrefour d'énormes intérêts politiques, économiques et stratégiques. Le Congrès rappelle et approuve les prises de positions répétées du M.R.A.P. depuis la crise de mai-juin 1967 pour la solution pacifique du conflit sur la base de ce qui était essentiel avant la guerre des Six-Jours et le demeure aujourd'hui : le droit à l'existence et à la sécurité pOur Israël et pour le peuple palestinien. De part et d'autre, des multitudes humaines se dressent, prêtes à d'énormes sacrifices s'ajoutant aux sacrifices déjà consentis. Mais les armes ne régleront rien. Depuis vingt ans, elles n'ont fait qu'aggraver le conflit. C'est la solution politique et humaine qu'il faut rechercher. Elle doit s'imposer dans les esprits et dans les faits. Malgré des omissions et des imperfections, la résolution adoptée le 22 novembre 1967 par le Conseil de Sécurité de l'O.N.U. semble constituer un premier pas vers une solution d'ensemble, une solution qui ne peut voir le jour que par des concessions mutuelles et l'affirmation d'une volonté de compromis ouvrant la voie au dialogue. Ainsi l'on s'acheminerait vers une rupture avec l'escalade des violences et de la guerre. Le Congrès approuve les efforts du M.R.A.P. pour susciter et favoriser toute rencontre, entre tenants de l'un et de l'autre camp. Il donne mandat au M.R.A.P. pour développer de--tels efforts avec plus de vigueur encore et ouvrir largement les colonnes de Droit & Liberté aux exposés et témoignages favorisant les prises de conscience de l'opinion antiraciste dont le rôle est important dans la promotion d'une solution de paix. Le Congrès salue les hommes de bonne volonté et de courage qui, dans l'un ou l'autre camp, font entendre, au-dessus de la mêlée, des paroles de justice et d'apaisement qui portent la promesse de l'indispensable dialogue. A ces prises de position, le M.R.A.P. est décidé, pour sa part, à apporter le maximum d'appui et de rayonnement. Le Congrès appelle solennellement toutes celles et tous ceux que peuvent diviser leurs options concernant la crise au ProcheOrient à ne point se soustraire à leur devoir commun de combattre dans l'unité toutes les manifestations du racisme. Ainsi sera donnée par l'exemple la preuve que l'estime et l'amitié peuvent l'emporter sur le mépris et la haine. Ainsi, nous aiderons à.,.la victoire de la paix. ""'D~ BULLETIN D'ADB*SION . ",," ","AC • ,J~ G~"~ P Charles PALANT. . COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI . Georges AURIC. Claude AVELINE . Robert BALLANGER. Roger BASTIDE. Jean CASSOU , Aimé CESAIRE, Diomède CATROUX, Charles de CHAMBRUN , André CHAMSON , Pierre COT, Docteur Jean DALSACE, Louis DAQUIN , Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Michel DROIT, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Adolphe ESPIARD. Henri FAURÉ, Max- Pol FOu'CHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU, Charles-André JUUEN , Alfred KASTLER , Joseph KESSEL, Alain LE LEAP, Michel LEIRIS , Jeanne LEVY, Darius MILHAUD, Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU, Jean PAINLEVE, Jean PIERRE-BLOCH , Marcel PRENANT, Alain RESNAIS , Emmanuel ROBLES , Françoise ROSAY, Armand SALACROU . Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Jean SURET-CANALE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, Général Paul TUBERT, VERCORS, Dr Pierre WERTHEIMER. Robert ATIULY', Vincent AURIOL, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC, Frédéric JOUOT-CURIE. Jean LURÇAT, Léon LYON-CAEN, André MAUROIS, Amiral MUSElIER, Marc SANGNIER, André SPIRE, Chanoine Jean VIOLLET. MOUVEMENT CONTRE .. --_____ 120, rue Saint-Denis - Approuvant le combat de cc Droit et Liberté .. et désireux de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, J'ADHERE AU !III.R,A.P. Nom Profession Adresse Je vous envoie, à cet effet, la somme de Je souhaite : Prénom . .. , . . ...... , ..... . . . , .. .. .. . . • recevoir une documentation complète sur le M,R.A.P. • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. le montant de la carte d'adhésion là partir de 5 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A.P. LE RACISME, L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.PJ Paris (2") - Téléphone : 488-09-57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris ______ .. Du rOlDan à la télévision Les eaux ,nêlées Cette grande « dramatique.. réalisée par Jean Kerchbron, d'après le roman de Roger Ikor posait le problème, à travers .l'histoire d'une famille juive, de l'intégration des étrangers ç1ans le pays d'accueil. PORTER le roman au cinéma, sans en '( trahir ni l'esprit, ni les in teillions, (l . c'est Uli tour de force, devait reconnaître Roger Ikor qui obtint le prix Goncourt en 1955 pour" Les eaux mêlées». ({ Je suis tOUI cl jèlit d'accord {/l'ec l'adaptatioll qu'en 0111 jè/ite Jean Kerchbron et Paule de Beaumol1l. Faire tenir en deux heures un roman de cinq ou six cents pages qui se déroule sur un bon demi siècle, à travers quatre générations rendail absolument nécessaires les transpositions et les transcriptions. Tout traducteur est un traÎtre dit -on, a fOrliori lorsqu'on transcrit dans un autre art. Mais dans leur travail de restitUlion les adaptateurs ont fait preuve d'une loyauté et d'une fidélité auxquelles je rends hommage. On est toujour's l'étranger de quelqu'un ... ({ L'antisémitisme, selon moi, c'est moins une haine particulière des juifs que l'utilisation de l'idée de juif comme déversoir de complexes personnels. Je me suis dit en écrivant « Les Faux mêlées)) que la meilleure manière de lutter contre l'al1lisémitisme était d'opposer la réalité vécue, la réalité charnelle de personnages juifs que je connaissais, par mes origines, par mon expérience personnelle, à la fantasmaRorie, au délire qui alimentent l'antisémitisme. ({ Plutôt que de me restreindre au tableau d'une famille jUÎl'e, j'ai voulu en faire le symbole de LaUS les étrangers. La clef du roman - et du film - c'est: ({ On est toujours l'étranger de quelqu'un JJ. 1/ ne s'agissait plus seulement de l'antisémitisme mais du racisme en général. J'abordais alors le problème de l'il1légraiion de l'Ft ranger dans la communauté d'accueil, de ses rapports uvec les membres de celte communaUlé. «Mon schéma fut le suivant : une famille qui se disposai! sur une palelle suffisamment large pour qu'en soient présents tous les éléments, la lignée principale poussal1l sur ce qu'il est convenu d'appeler l'intégration, l'implantation de ces juifs chassés par les pogromes de la Russie tsariste dans la terre française d'accueil. C'est donc d'abord le vieil Avrom : son cas est diJJérel1l, il est partolll chez lui puisqu'il traîne son ghetLa portatif et sa nation avec lui. Son fils Yankel se je lie dans un premier élan vers l'il1légration jusqu'à l'effacement de sa propre personnalité. Fnsuite, il recule et restera finalement en marge, peut-être à cause de sa femme, moins bien acclimatée. Le même phénomène se remarque chez Simon, le fils de Yankel, à un degré moindre puisque son mariage avec Jacqueline Saulnier aboutira à une fi/sion plus Lata le. (( Mais alors pour qu'il y ail mariage mixte dans la dignité mutuelle, pour qu'il y ail (( eaux mêlées JJ, il ne faut pas que se pose le problème religieux. Sinon, la siluation n'est pas égale, il y a absorption soit d'un côté, soit de l'autre. Donc Yankel, Simon et, du côté Saulnier, Jacqueline n'ont aucune foi, aucune pratique religieuse sinon des souvenirs ... disons d'ordre fo lklorique. (( C'est dans la lignée parallèle, celle de Fernand, qu'est réellement abordé le problème religieux. Lui a tenu à conserver quelques pratiques, à épouser une femme juive. On ne le voit pas dans le film - il était impossible de conserver tous les personnages du roman. Cependant, très astucieusement, Paule de Beaumont et Jean Kerchbron ont réussi à concrétiser le thème qu'implique l'existence de Fernand, sous la forme de son fils Patrick qui, pris dans une ambiance religieuse, veut faire sa (( barmitsva JJ et peut-être devenir rabbin. (( Un autre personnage que je n'ai jamais réussi à sortir mais que les adaptateurs ont remarquablement situé en une seule scène, DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 Gilles Segal et Françoise Wulf c'est celui de Clara, la fille de Yankel. Flle quille ses parents pour militer, après {/l'o/r rejeté, renié toUl son pMsé. (( A insi, par divers biais, Jean Kerchbron et Paule de Beaumont ont su restituer malgré des modifications, l'essentiel de mes intentions et peindre les membres de la famille Mykhanowitzki chacun dans son évolution personnelle el bien particulière. JJ Réussir a faire réfléchir La réussite et l'efficac ité certaine de ce trés beau film réside surtout dans son authenticité. « On est en pleine pâte concrète et quotidienne» dit Roger Ikor. Et e'n effet Jean Kerchbron ne s'est pas contenté de réaliser un documentaire a partir de la peinture d'une fam ille juive. II a pris ses p,ersonnages dans leur évolution et toujours en liaison avec le contexte social et économique de l'époque. Le déroulement des événements historiques est figuré avec astuce et originalité par une bande d'actualités sur laquelle se détache en surimpression l'image statique du personnage central. Efficace. ce film, oui. Car, en permettant aux spectateurs de s' identifier aux personnages - ce qui est possible étant donné sa force d'impact - il doit les amener à réfléchir sur eux-mêmes et sur tous les Autres qu'ils soient juifs, Arabes, noirs, Portugais, Espagnols, à les considérer avec leurs différences comme des êtres hum ains. Réalisé avec infiniment de tact, de pudeur. de tendresse. bénéficiant du concours d'excellents acteurs comme Gilles Ségal (Yankel) Claude Brasseur (Simon). Ludmilla Mikaël (J acqueline). Serge Marquand (Moishe), " Les Eaux mêlées» de Jean Kerchbron donne une belle leçon de tolérance et de fraternité . Propos recueillis par Marguerite KAGAN. 29 30 Théâtre Un sur violon le toit (( Sur le toit de nos maisons, nous sommes chez nous, tandis que le sol ne nous appartient pas )) .. « POURQUOI un violon sur le toit?», monologue Tévyé le laitier. « Parce que sur le toit de nos maisons nous sommes chez nous, tandis que le sol ne nous appartient pas. » Cependant quelle virtuosité, quelle patience ne faut-il pas à cette petite communauté juive de la Russie des tzars Pour ainsi vivre et maintenir ses traditions sur une pointe d'épingle, à la merci des vexations, sous la menace d'une expulsion qu'elle ne peut imaginer! La poésie des décors dérisoires d'une vie paysanne si semblable à tant d'autres vies paysannes et cependant différente, reflète cette instabilité que la communauté refuse. Doit-on marier ses filles selon la tradition ou laisser leur coeur les guider? La tradition contre l'amour C'est l'histoire de Tévyé le laitier et de ses filles, qui ne veulent pas se marier selon la tradition, c'est-à-dire par l'entremise de la marieuse, mais par amour - l'histoire d'une évolution sociale dans un monde clos qui ne sait pas qu'il. va se désagréger. Et pourtant cette pièce de fond tragique est une comédie musicale d'une bouffonnerie chaude, volontairement exagérée, et tout à la fois d'un humour constant et discret dans les moindres gestes et mimiques. Il semble qu'une communauté entière se livre en spectacle dans un élan irrésistible. La faculté de transmuer la souffrance en humour n'a pas été donnée au peuple juif exclusivement parmi les autres peuples. Mais il faut avouer que les persécutions l'ont aiguisée chez lui à un degré unique : « Vous êtes un brave homme, même si vous êtes un sale juif», dit le brigadier de police. - « Quel dommage que vous ne soyez pas juif», lui répond Tévyé. y avait-ft un autre côté? La farce outrée débouche dans ' le drame. Chaque fois qu'il va céder à une nouvelle demande de ses filles, plus contraire encore à la tradition, un éclairage violet isole Tévyé qui se livre à son examen de conscience factice : « D'un côté ... d'un autre côté ... » Et alors que les malheurs s'amoncellent, et que les spectateurs s'apprêtent à rire de nouvea!l, la révélation terrifiante s'impose à lui qu'il· n'y Il pilS d'autre côté. Ce qui ne l"empêcher:'! p:'!s de bouffonner encore. et toujours, jusque même d:'!ns l'exil fin:'!!. Inspirée d'un roman du célèbre écrivain yiddisch Cholem Aleichem, cette comédie musicale créée aux Etats-Unis, et dont le DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 thème principal - « Si j'étais un homme riche ... » - a acquis une célébrité autonome, ne cède pas aux facilités de ce genre souvent futile et conventionnel. Car ses ballets sont réellement la frénésie momentanée d'un peuple qui veut échapper à son angoisse, ses paroles chantées gardent la signification de paroles. Dans la scène d'amour impensable entre Tévyé et sa femme, le détachement des syllabes qui ont osé s'élever jusqu'au chant - « Est-ce que tu m'ai-mes? » - prend un sens ironique et délicatement douloureux. L'interprétation de Tévyé par Ivan Rebroff - le seul acteur parlant avec un accent russe, d'ailleurs authentique - est riche de bonhommie narquoise, de truculence, de naïveté héroïque. Tous les acteurs rendent le « climat juif» d'alors sans aucune caricature. Christophe STOLOWICKI. 31 32 1) les livres La Répudiation par Rachid Boudjedra Ce premier roman de Rachid Boudjedra (Ed. Denoël) est révélateur du désarroi dans lequel l'évolution de l'Algérie depuis 1962 a plongé certains jeunes Algériens. Le narrateur - qui ne porte pas par hasard le même prénom que l'auteur - raconte à sa maîtresse française son enfance et son adolescence déjà imprégnées de l'obsession de la femme - mère, cousines, tantes, et de la rébellion contre le père omnipuissant Si Zoubir. Il raconte aussi ses démêlés avec les membres secrets du Clan qui fu rent pourtant ses compagnons de lutte. La Répudiation est en définitive un long cri devant l'effondrement des rêves et des mythes. Mais, emporté par ses obsessions, c'est la société algérienne tout entière - pourtant contradictoire - que Rachid Boudjedra semble répudier, Il possède cependant un souffle de véritàble romancier. Il est probable que La Répudiation ne sera pas son seul roman. A travers ce livre torrentueux, on voit très bien qu'il a beaucoup d'autres choses à dire. J.-P. S. • Jean Moulin, par Laure Moulin (Presses de la Cité). La soeur du premier président du Conseil nat10nal de la Résistance, qui fut aussi sa collaboratrice, fait la biographie de Jean Moulir:. Un document d'une importance exceptionnelle. Pour ou contre l'Europe? par Jacques Denis et Jean Kanapa (Ed. sociales). Un ouvrage qui pose les données des problèmes de l'Europe. La question de la sécurité collective y est en particulier étudiée. Mikis Théodorakis, par Jacques Coubard (Ed. Julliard). L'au teur dresse une biographie du célèbre compositeur victime des colonels. C'est en même temps un témoignage d'amitié envers le compositeur de « Zorba le Grec» et de « Z». les disques Pour finir l'année Comme tous les ans, l'habitude en est désormais prise, les grandes éditions proposent des souscriptions qui mettent à la portée des amateurs un ensemble d'oeuvres de qualité d'une représentation souvent exceptionnelle pour un 'prix défiant la commune mesure habituelle. Le disque est mieux qu'un simple cadeau, c'est une' occasion pour chacun de prouver par so'n choix, par l'intention qu'il renferme, l'intérêt que l'on porte à son destinataire. A cet égard, et à peu de frais: 10 F 50, Le chant du monde offre un disque-catalogue, adroitement présenté qui contient un choix des meilleurs airs de leur prestigieuse série: Chants et danses du monde (Réf. 1602). Le pliage insolite de' la pochette est une attraction supplémentaire qui en fait un véritable cadeau de Noël. Pour les mélomanes, la même subtilité a présidé à l'édition du Chant des forêts de Dimitri Chostakovitch dans une nouvelle gravure (Réf. 1603). Ne quittons pas ce catalogue sans attirer l'attention des amateurs sur les deux souscriptions de fin d'année qu'il propose: Casse Noisette de Tchaïkovski, intégral en deux disques avec coffret, livret, gravure universelle au prix de 42 F, et, en première, le remarquable ballet de Prokofiev : La fleur de pierre; trois disques : 88 F en souscription jusqu'au 31 janvier 1970. Ces deux chefd'oeuvres du répertoire sont placés sous la direction du grand chef soviétique Guennadi Rojdestvenski. Nous trouvons chez Deutsche Grammophon

Samson de Hrendel, direction

Richter, les 203 Lieders de Schubert par l'incomparable Fischer Dieskau (12 disques

235 F) et le Siegfried de Wagner'

par Karajan (3 disques: 80 F) . Saluons pour conclure l'effort qu'apporte CPD à sa nouvelle collection « Classic» qui offre des enregistrements soignés d'oeuvres de qualité interprétées par de grands artistes dont c'est, souvent, le premier enregistrement en France. Derniers parus : Trois concertos baroques de Quantz-Leclair-Bach, par Maxence Larrieu au meilleur de sa forme à la tête de l'Ensemble instrumental de France (991048) et une interprétation vivante et colorée des Quatre Saisons de Vivaldi (991061) par l'ensemble de Jean-Claude Hartemann, qui donne un relief nouveau à une oeuvre très connue. Cette collection est à rapprocher des nouvelles collections classique et odyssée chez CBS. De quoi finir harmonieusement l'année. 1 Bernard SANNIER-SALABERT [J'" v. ",. .".". la télévision Le grand voyage Sur l'émouvant texte autobiographique de Jorge Sempru n, (( Le grand voyage 1) (1 ), Jean Prat, un de nos plus brillants réalisateurs de dramatiques télévisées, vient de réussir cette année un chef-d' oeuvre d'une extraordinaire force de percussion (2). Avec tact et une justesse de ton exceptionnelle, reflets du talent et de la grande sensibilité de ses auteurs, Il Le grand voyage 1) évoque la déportation, ce drame maintenant trop méconnu de la jeunesse et trop souvent oublié par les générations adultes. Ce n'est pas une oeuvre de théâtre, ni un récit au sens traditionnel du terme; c'est spécifiquement une oeuvre d'art originale, bénéficiant d'une distribution d'une grande qualité, 'et dont les prouesses techniques sont toujours au service du sujet. Gérard, le narrateur, se souvient... Ses idées s'enchaînant par associations - comme dans tous les cerveaux - reconstituent peu à peu la mosaïque de la vie d'un homme « l'Espagnol rouge», combattant des maquis, étudiant, déporté... Ce grand voyage qu'il nous conte est un périple de cauchemar qui le mena de la gare de l'Est vers un camp proche de Weimar : debout dans un wagon à bestiaux avec 150 compagnons de souffrance, cinq jours, cinq nuits, sans boire et sans manger, avec l'angoisse tenaillante d'un avenir inconnu et menaçant. Ce long cheminement sur les rails à travers la vallée de la Moselle et l'Allemagne nazie, reste le fil, la trame, de ces souvenirs cahotiques et poignants de vérité simple. Car toutes ces scènes ont la beauté grave de la vérité, notamment celle de la mort du « Petit gars de Semur» (Jean Le Mouel), mort atroce d'un inconnu, héros de la Résistance. Jean CONTE. (1) « Le grand voyage», Jorge Semprun . Roman chez Gallimard, 12 F. (2) l'émission a été diffusée le mardi 4 novembre wr~l~c~~e. . .~ ~ le cinéma Antonio das Mortes Légende brésilienne jonchée de rituels et de symboles, mythe qui illustre le combat entre le peuple et les propriétaires terriens, le film de Glauber Rocha administre à notre goût occidental de véritables « gifles» retentissantes. Il faut se laisser aller, rester réceptifs et ' disponibles pour apprécier la riche gamme d'idées, sensations, poésie, douleur et beauté que le film nous communique . Imprégné de violence démesurée, il risque de nous choquer au point de nous laisser hermétiques et réfractaires , ce qui déterminerait un refus de l'approfondir: c'est un film à revoir si l'on désire comprendre toutes les nuances cachées, d'autant plus que notre esprit occidental nous empêche de saisir le symbolisme étrange de la vie brésilienne . Et Antonio lui -même, stature imposante, immense , formant une masse noire et redoutable, symbolise la force au service de la classe subjugante et aveugle (le « coronel »}, férocement résolu à mâter les « cangaceiros», paysans miséreux imprégnés de mysticisme , en révolte contre les propriétaires terriens. Mais ce même Antonio, cette silhouette on ne peut plus terrestre et menaçante, est capté par le sortilège de ces cangaceiros, et se dévoue à l'idéologie des opprimés. Suivant les prophéties de la jeune « sainte» vêtue d'une pureté symboliquement éternelle, Antonio Das Mortes utilise ses mains (prédestinées à verser du sang) de justicier à effacer de la terre les oppresseurs. Tout cela se passe dans des cérémonies rituelles, danses, chants (d'une extrême beauté), combats féroces et scènes archi-violentes, symboliques, fanatiques, démoniaques, mais où les personnages ne perdent nullement leurs traits humains; où le tiraillement et le déchirement intérieurs des êtres gardent leur authenticité du début à la fin. Le rythme est tantôt lent, répétitif mais imprégné d'une tension accablante, tantôt accéléré, bouillonnant , vertigineux . Enfin, Antonio marchant sur la route goudronnée avec une file de camions et une station « Shell» pour tout décor, nous sommes reconduits vers les temps modernes et la lutte infatigable contre toutes les oppressions. « Antonio das Mortes» est un chef-d'oeuvre qui aura du mal à se voir reconnaître le mérite qui lui revient . lIana SHAVIT les arts Vieira da Silva Le Musée national d'art moderne nous propose une rétrospective du peintre Maria Eléna Viera Da Silva (1). Sa peinture nous paraît extrêmement difficile à décrire. Elle tend à l'abstraction , quoique les lieux soient reconnaissables : le spectateur distingue des rues ou des espaces intérieurs, évoquant de grandes salles où s'encastrent d'autres salles formant des sortes de labyrinthes et des réseaux de lignes qui s'entremêlent, s'écartent, fuient... Le regard cherche en vain une aspérité où s'accrocher, il est aussitôt entraîné, précipité, jeté dans des angles, des espaces fermés, des miroirs trompeurs, des murs aveugles, des fenêtres borgnes ... " Les Irrésolutions résolues., - Fusain sur toile. Viera Da Silva a-t-elle rejeté les lois de la perspective? Elle nous donne plutôt l'impression de jouer avec elles et de juxtaposer une série d'a ngles de vision dans la même toile; le sol est aussi le plafond, le plafond le sol d'une autre structure ; des lignes fuyantes ramènent d'autres lignes qui s'avancent comme mues par une énergie électrique; à la sensation d' espace, s'ajoute la sensation de temps. Cette vitesse provoquée par les circuits rapides et sinueux, apporte l'idée d'un monde, d'une société à prédominance électronique, et par là même, nous donne à réfléchir . La peinture de Viera Da Silva s'apparente à une oeuvre de science-fiction , fiction qui n'a rien de réjouissant' car, là encore, nous ressentons nettement le divorce terrible qui sépare le progrès scientifique du progrès humain. Charles FUTERMAN. (11 Née à Lisbonne en 1908 . DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 Le ..J tHdin des délie es A peine le noir s'est-il fait qu'une forme charnelle lentement surgie récite les litanies amoureuses innocentes qui s'achè' vent en balbutiements de petite fille. Plus nue plus dépouillée en son collant, en son pagne moderne, qu'aucune femme rêvée. Mais le jardin des délices, do nt la sensualité miraculeuse évoque cet univers de petit matin , et cependant purulent de dépravations et de supplices figés, hiératiques, qu'a peint Jérôme Bosch, est hérissé des pires épreuves et la volupté, dans sa pureté extatique, y est la soeur cadette et chagrine de la souffrance. L'ironie démonte les ressorts mêmes de notre civilisation, en dénonce la continuitié hypocrite : dans un couvent sévère pour petites filles, action de grâces à « mon frère le frigidaire », « à mon frère le thermostat». Le rire grince, ou s'étale, hystérique. Car le théâtre d'Arrabal est dépourvu d'humour. Laïs (Delphine Seyrig), la grande actrice qui a conservé la ferveur humble de la courtisane antique, s'est retirée du monde en compagnie de moutons et d'un homme-singe qu'elle peut sans danger abreuver d'amour. A l'occasion d'une émission télévisée où elle n'accepte que de répondre par téléphone, sans apparaître, aux questions des téléspectatrices, elle revit son passé jusqu'à ce que nous en soit révélée la résurgence tragique. La rivalité entre Laïs et Miharca (Marpessa Dawn); son amie noire du couvent, épuise tous les racismes imaginables en dégageant du conflit sa teneur érotique la plus virulente. Ramenés à leur sens érotique, les conflits raciaux exacerbés et comblant le raciste se dépouillent soudain de toute justification à jamais. La brutalité abstraite de la mise en scène, l'usage de robots (( les agents chimiques» de Jarry}, la limpidité des symboles et des fétiches, la gravité douloureuse d'une musique qui a incanté la ruée des démons et qui n'en finit plus de vous raccompagner laissent à la sortie sur une impression de vide poignant qui est bien la pierre de touche d'un spectacle. C.S. 33 'DEUX IMPORTANTES EXPOSITIONS HUMANISME DE REMBRANDT Un bonheur, vieux de trois siècles, nous est transmis. T OR~QUïL est mort, depuis longtemps L l'origin~lité de son art llVait efTrayé ses contempomins. Il était seul. et piluvre. m~is sur la toile, l'obsession du clair-obscur, de plus en plus poussée, de plus ~ plus raffinée, mêlée à la puissanée des sentiments qu'exprimaient ses portraits : visages secrets et tourmentés, lui tenait compagnie dans la solitude. L'exposition du Louvre donne une idée assez juste de la puissance de l'artiste, de l'éventail des sujets humilins auxquels il ~ïntéressait, de la vigueur avec I~quelle il les tfilllsposait sur cuivre et du sentiment profond qu'en humaniste, il sut mettre à tr?duire les scènes de la vie de Jésus. Deux cents oeuvres environ ont été réunies dans l'exposition « les plus belles eilux -fortes de Rembrilndt choisies dans les quatre princip~les collections de Paris », présentée en ce moment et jusqu'en janvier 1970 au musée du Louvre à l'occasion du tricentenaire de lil mort de l'~rtiste. L'exposition. assaillie de visiteurs de tous âges. occupe une enfilade de quatre s~lIes. ~obrement présentée - les gr~vures sont toutes sous verre ~vec de larges MarieLouise et un encadrement de bois cl~ir - elle permet. sur plusieurs sujets. de vérifier les modifications apportées par l'ilrtiste en cours de travail. La plilque mordue par l'acide. le résul tat n'était pas toujours au goût de ce per. fectionniste qui en adoucissait les contours. en accentuilit les ombres ou le tracé ou ajoutait quelque trait dramatique. Il a gravé de nombreux portr~its : le théologien Uyittenbog?ert. le receveur du même nom, le bourgmestre Six, le vieux Hilaringh. administrateur de biens. Il a gravé des personnages importilnts m~is plus pres de lui : orfévre, ilpothicaire, peintre, et quelques habitants du quartier juif: le docteur Bueno. la « grilnde mariée juive ». Le docteur Bueno : dans le regard de ce Portugais émigré. il y a quelque chose d'impénetrable et de douloureux qui a attiré l'artiste. La com position est très ingénieuse: la main droite. fortement des- 34 La Fiancée juive sinée, est appuyée sur une rampe d'escalier de ton clair, seule tache lumineuse sur un fond où ne se découpe qu'avec la plus grande subtilité la silhouette du personnage. Le visage assez sombre, avec bouc et moustache sous un chapeau noir, est éclairé p~r le col blanc et la région des yeux, sur laquelle l'attention est tout de suite attirée. concentree, révéle en plus de l'art de peindre celui de rendre des sentiments. Il y a une tristesse éternelle dans le regard de ce docteur Bueno. La tristesse de l'artiste Rembrandt était non seulement sensible à cette tristesse mais ses nombreux ~uto portraits faits à des diltes diverses et dont on retrouve bon nombre ici, révèlent qu'il la partageait. Chez ce lion hirsute et puissant. on est toujours frappé par la mélancolie intérieure du regard. Ses lèvres bien en ch~ir, sa moustache pleine d'allure et de séduction, ses cheveux coiffés à I~ diilble ~vec un charme tout rom~ntique, 1'~lIure générale de sensu~lité g~ illard e qui se dégage de tout celil disparilÎt, p~sse au second plan dès qu'on s'arrête à ces yeux qui vous regardent d'un air plein de reproches, comme si vous étiez complice de tout le mal que l'homme peut faire à ses semblables. Ces sentiments, on les retrouve naturellement transposés dans ses scènes de la vie de Jésus. scènes qui n'ont jamais la moindre mièvrerie. même lorsqu'elles traitent de sujets ~ussi uses que I ~ N ativité, I~ Présentation au temple ou la Sainte Famille. Rembrandt peint une famille avec tout le respect divin que lui inspire l'homme. li ne cherche pas le fantastique ou le déco r~ tif joli, mais le quotidien. Dans Fcce Homo, sur un podium orné à droite et à giluche de satues romaines. avec en, ~rriere- plan des femmes penchées à leur fenêtre et des notables sort~nt de leurs demeures, Pilate. entouré de soldats montre Jésus. On ne voit pas I~ foule. seulement ces notables. ce qui fait davanU! ge encore ressortir l'isolement du condamné. Les mains liées, « voilà l'Homme». Le p~rti pris de simplicité de l'ilrtiste met de côté tout efTet dramatique: c'est la tragédie que le génie de Rembrandt exprime. Dans la série sur Iii ruite en Egypte, on trouve une des plus belles gr~vures exécutees d'après les recherches de « c1airobscur » qui ont valu à Rembnllldt sa place prestigieuse dans 'l'art pictural d'Occident. Marie et Jésus sont sur l'âne que le brave Joseph tient par la bride en s'éclilirant d'une lanterne. Les détails. precis comme toujours. ne se révélent que peu à peû, dilns la pénombre. C'est d'une douceur exquise, un chatoiement dont on ne se lasse pas. Tout ceci sur une oeuvre de quelques centimetres à peine de hauteur. Rembrandt a gravé aussi beaucoup de paysages où se retrouve son amour de la simplicité familiere. Quelques arbres, d'humbles maisons de ferme . . une vache au bord de l'étang, un chien accroupi ... Esprit mesuré, il a l'art de travailler dans l'infiniment petit des eaux-fortes avec une vigueur égale à celle qui se dégage de ses grilnds tableaux. Accord ou symphonie. chez lui tout est au niveau du génie. On sent un tel amour du sujet le plus humble. une telle passion à peindre, dessiner, graver. une telle sublimation de tous les instincts ' dans ce geste du graveur qui ciséle sa plaque. la baigne, la recommence, la repolit en partie. la savoure et la pousse au maximum ... on sent l'artiste pour qui sont demeurés intacts. malgré les difficultés matérielles, les bonheurs de la création. Trois cents ans plus tard, ce bonheur nous est transmis. Paljuerette VILLENEUVE. A' PARIS LE REGARD DE GIACOMETTI CI: W (:J (:J w o Lü I U fi) Dans son oeuvre se retrouve et se fond l'art de tous les siècles et de tous les pays (( comme si l'espace prenait la place du temps )). La Place I L fut la conscience et la vérilé de son « temps », écrivit J. Leymarie au lendemain de la mort de l'artiste, cn janvier 1966. Après la Suisse, son pays natal, qui lui rendit de nombreux hommages, apres Londres et New York, Paris, où il choisit de vivre et de s'exprimer, lui consacre actuellement une grande rétrospective. Dés 1922, Giacometti s'installe à Paris, et la légendaire « caverne-atelier» de la rue Hippolyte-Maindron voit chaque jour se « déchaîner sa fureur de destructioncréation » (1). La rétrospective du Musée de l'Orangerie qui se veut la plus compléte et la plus significative, nous entraîne à travers son oeuvre sculpté, peint et dessiné, vers une quête angoissée de cette réalité, dont il désespérait de ne retenir que l'apparence. Le tournant de l'adolescence Pourtant dès l'âge de treize ans, nous le voyons exécuter avec une grande aisance, les portraits de ses proches, tel ce premier portrait de son frère Diego, de 1914, qu'il regarda toujours avec « une certaine envie et nostalgie ». Il semble en efTet qu'au tournant de l'adolescence, cette belle aisance soit totalement remise en question, et qu'elle soit à reconquérir sur l'inconscient et sur le vide. Ses premiers conseils. il les reçoit de son pére, peintre post-impressionniste, qui l'entraîne à copier d'après nature ou d'après des reproductions, les chefsd'oeuvre des maîtres. Il s'en fera une discipline, et lorsqu'à vingt ans, il part pour l'Italie, il copie et s'imprègne des Giotto de Padoue, -des Cimabue d'Assise, mais surtout des Tintoret de San Rocco, dont la perspective hallucinatoire se retrouvera jusque dans certains de ses tout petits dessins. La singularité de son art fait généralement considérer Giacometti comme un artiste qui va à rebours de son temps, pour la raison qu'il s'attache au « sujet», à une époque où tous s'en détachent. L'un des mérites de cette belle et émouvante expoSition, est de nous montrer qu'en réalité Giacometti n'ignora aucune des recherches de son tem ps. Sans doute savons-nous qu'à son arrivée dans l' atelier de Bourdelle en 1922, il éprouve quelques difficultés à représenter le réel tel qu'il le perçoit : « Nous élions trop près du modèle, et si l'on partail d'un détail ... il n'y avail plus d'espoir d'arriver à l'ensemble ... La forme se défait, ce n'est plus que comme des grains qui bougent sur le vide ». Alors, par le biais de l'imagination, Giacometti se tourne vers le réel tel qu'il le ressent. Durant dix ans, de 1925 à 1935, il emprunte successivement le langage des cubistes, des arts primitifs et rejoint pour un temps le groupe surréaliste. « L'objet invisible» (cat. 32) apparaît à André Breton comme « l'émanation même du désir d'aimer et d'être aimé en quête de son vèritable objet humain et de sa douloureuse ignorance )). De cette dernière période datent de nombreuses constructions, généralement transparentes, ce qui est en vérité une façon d'appréhender l'espace. Ces « cages» se retrouveront plus tard aussi bien dans ses sculptures que dans ses peintures. Mais seule « la vision concrète ouvre l'espace» et Giacometti revient à la nature « qu'il savait à la fois inéluctable et sans solution» ( 1). Solidarité des contraires Giacometti se lie alors avec Balthus, Grüber, connaît Sartre. Deux expériences personnelles' lui découvrent la mort; « Tête sur tige» de 1946 est l'expression de sa terreur: « A ce moment-là, je commençais à voir les têtes dans le vide, dans l'espace qui les entoure ... tous les vivants étaient morts, et celle vision se répéta SOUl'ent... . ce garçon de chez Lipp qui s'immobilisait, penché sur moi... les yeux figés dans l'immobililé )). Cette solidarité des contraires « Vie » DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 et « Mort» est en efTet la clef de la représentation chez Giacometti. M. Brand rappelle opportunément, dans « Le Monde», que dés 1927, Heidegger avait donné à cette vision des êtres, son expression philosophique. N'est-ce pas l'angoisse de « L'Etre et le Néant» que nous retrouvons dans ces fantastiques créatures qui s'étirent dans le bronze? « Femme debout», « Homme qui marche», personnages .sur « Une place», ils vont, viennent, se croisent, et cependant restent à jamais étrangers les uns aux autres. Pour Michel Seuphor, ils évoquent les personnages issus d'un univers concentrationnaire. Ils sont fascinants par leur intensité; le regard, au milieu d'une matière torturée, y devient l'élément décisif. L'extraordinaire série des portraits peints et sculptés, n'est pas moins impressionnante. « Le portrail m'apparaît d'abord comme un enchevêtrement de lignes . courbes, virgules, cercles... A mesure que je m'éloigne le visage avec tout son modelé m'apparaît, s'impose, fond sur moi... devient une présence d'une réalité et d'un relief terribles )), note Jean Genêt. Cette impression nous l'avons vivement ressentie devant certains portraits dessinés, notamment celui de Sartre (cat. 229). Dans ces dessins et ces peintures, nous retrouvons le même espace que celui créé par les sculptures, c'est celui de la piéce où il vit, de l'atelier où il travaille. Après n'avoir été que prétexte aux constructions transparentes, parfois humoristiques de sa période surréal iste, l'espace devient dans la dernière partie de sa vie sa véritable « demeure». C'est dans cet espace, où se confondent la vision esthétique et la vis ion ordinaire, que nous apparaissent les figures de Giacometti dans « leur pleine évidence et leur surgissement dénudé )) (1). Solange DREyFUS. (1) Jean Leymarie. 35 Livres HISTOIRE DE LA MILICE par Jacques DELPERRIE DE BAYAC « L'oeuvre )) de la Milice est inséparable du régime de Vichy, mais chaque « milicien )) porte sa responsabilité a:: o CE livre admirablement documenté (1), et si vivant que ses 679 pages se lisent presque d'un trait. sait demeurer objectif et exem pt de toute attitude partisane. La trame du récit nous entraîne à connaître les sentiments des protagonistes les plus haïssables, nous fait suivre le processus par lequel des hommes point monstrueux initialement sont devenus traîtres et criminels. que distance vis-à-vis du vainqueur nazi, qu'ils ont subi leur dégradation. Le livre retrace avec une véracité criante les sophistications, la dérisoire armature d'honorabilité qui ont accompagné leur chute. Et des hommes dont la majorité n'était pas des criminels de droit commun ont extorqué, torturé et fini par servir sous l'uniforme S.S. Les puits de Guerry. On retire des corps. de Bayac décrit et explique. Et en ce sen~ son livre tire la navrante leçon de l'histoire: Laval, chef nominal de la milice, est un ancien socialiste connu pour son pacifisme. Darnand, secrétaire général de la Milice et son chef effectif, est vraiment un héros des deux guerres; en 1939 il se battait dans un corps-franc alors que l'armée stagnait. La plupart de ces « collaborateurs » actifs et délirants croyaient ne s'engager que dans un mouvement politique purement interne, c'est trés progressivement, et s'imaginant encore dans les débuts sauver leur honneur et garder quel - Ce livre est l'histoire, complaisante à force d'ironie concentrée, d'une aberration prodigieuse qu' il ne suffit pas de condamner sans la comprendre, car ainsi on s' abstient d'en condamner les causes politiques. Ces miliciens honteux de leur nationalité et désireux de se racheter aux yeux des Allemands étaient devenus des monstres grotesques et les pantins de l'ennemi. Et cependant beaucoup d'entre eux auraient pu devenir des résistants. C'est ce paradoxe, qui n'atténue en rien la responsabilité des criminels, que M. Delperrie M. Delperrie de Bayac relève que « l'oeuvre de la milice» est inséparable du régime de Vichy : « Les miliciens étaient couverts d'éloges par le ministre de l'Information. lis recev aient les félicitations et les en couragements du maréchal Pétain, de La val, de quantité de personnalités du ré gime. Leurs chefs étaient cités à l'o rdre de la nation pour leurs faits d'armes contre les maquisards, aux Glières, dans le Ver· cors, en Limousin et ailleurs.» C.S, (I) Ed. Fayard . 36 lu ... ·vu ... • Pablo Picasso a rappelé que Guernica, toile qui commémore la destruction de la petite ville par les troupes franquistes - ne pourrait quitter New York que pour être remise à un gouvernernent espagnol républicain. Les autorités actuelles de Madrid avaient suggere que Guernica soit ramenée en Espagne . • Les Etudes tsiganes éditent des cartes de voeux. Celles-ci reproduisent en couleur le tableau de Torino Zigler cc la roulotte illuminée Il, Les commandes peuvent être faites aux Etudes tsiganes, 5, rue Las-Cases , Paris 7" - C.C.P. Paris 2809-24 (10 F, les 10, 45 Fies 50, 80 Fies 100). • Le studio des ChampsElysées présente jusqu'au 6 ja nvi er Le lai de Barrabas d'Arrabal dans une mise en scène de Jean-Michel Ribe s. u'" w Z ~ "Q') ? • Les deux dernières pièces de Victor Haïm (Mourir en chantant - 1966, L'arme blanche- 1967, 1969 - La Tornade - 1968, La Lune brûlée - 1969) {( La rue de 4 Vents » et {( L'intervention» viennent de se jouer au théâtre Mouffetard à Paris . Marie Oanche, l'une des interprètes de la « Rue des 4 vents». • P.-J. Oswald publie une anthologie des Poètes du entendu peuple chinois, anthologie dressée par Michelle Loi . De leur côté, les éditions Nagel vont publier les « Arts de Russie » dont le premier tome couvrira la période des origines à la fin du XVI" siècle. • Simone Badinier présente jusqu'au 27 décembre les peintures récentes de Wins- . berg (15, rue Guénégaud , Paris 6"). • Le Council of International Programs for Youth and Social Workers organise un stage aux Etats-Unis . Sont proposés deux programmes de perfectionnement d'assistants sociaux, de responsables de mouvements de jeunesse et d'éducateurs spécialisés. Les candidatures sont enregistrées aux Conseil régional des Clubs UNESCO , 10, rue Berthollet , Paris 5". • Plusieurs prix littéraires viennent d'être décernés: MaxOlivier Lacamp a obtenu le Renaudot pour (( les feux de la colère», Jorge Semprun le Femina pour (( La deuxième mort de Ramon Mercader)), Hélène Cixous le Medi cis pour (( Dedans», Jules Roy le grand prix national des Lettres pour J'ensemble de son oeuvre. Le Goncourt est allé à Félicien Marceau pour (( Creezy» ; Félicien Marceau avait été condamné à 15 années de travaux forcés en Belgique pou r sa collaboration avec les nazis. De leur côté, le sculpteur Etienne Hadju et le musi cien Henri Barraud se partagent le grand prix national des Arts. " 1 , 1 Poèllles pour l'hollllDe « Le meilleur choix de poèmes est celui qu'on fait soi-même )), écrivait Paul Eluard. Jean Cussat-Blanc a fait son choix. Il nous le propose à la veille de la nouvelle année. Sous-bo is où tremblent l'ombre et la clarté des justes Je piège vos secrets meurtris par les étés Dans le geste amical des feuilles agitées Les rides éclatées de vos écorces ' frustres. Je cherche en vos taillis quelques levains de paix Pour tous ceux que le mal a coupés de leurs rêves Ce bonheur végétal qui monte de vos sèves Je le voudrais aussi dans l'aubier des années. Je cherche en vos ronciers la joue de l'églantine Et le pi!rdon du sang que nous avons versé Ce calme enfin du coeur des hommes qui portaient Un clair buisson d'oiseaux dans le creux des poitrines ... 1/ .1' U /anl de nuil sur la lerre, Tanl de silence sous les pierres QII'on Il'en finil pas d'être seul, Tunl de faim, de cendres, de larmes I/ /anl de sang sur lanl de mains, Les l'il'unls qui se parlenl dans l'ombre N'écoulenl jamais que leur propre voix FI le monde se meurl de froid. Mais j'allume enlre nous ce bûcher de paroles POLIr le savoir plus prés, s'il fail Irop noir en moi, Pour mieux le l'oir à la lueur des mols Rompre le pain craquan/ de la lumière. Pierre GABRIEL Pierre LOUBIERE Ces hommes, dont les mains sont des abeilles, qui, tant que l'orage n'a pas dispersé leur essaim, travaillent gravement sous la lampe et sous le soleil, l'autre lumière cherche. en vain, une fenêtre pour entrer dans leurs coeurs qui sommeillent. Leurs visages, où l'Amour seul voit l'image de Dieu, la vision que j 'en garde - entée sur ce tronc toujours vert et nourri par mes yeux : ma mémoire - assombrit l'été, dont mon rêve rallume infatigablement les feux. Leurs corps, où l'âme est un oiseau englué par le sang, où la vie est la trajectoire d'une flèche perdue entre la femme et le tombeau. content, quand il les interroge, implacable comme un couteau à l'oeil clairvoyant du poète une tragiqu~ histoire . André GATEAU bROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 La peau minérale des Iyrans Fmmaillolle l'espace Lisse ses écailles Sur les cilés avares de parles Sur les bouches plâlrées. Pourlanl plus nue que l'herbe el grosse de prinlemps LA ViF Trame au loin la débâcle des idoles Ranime l'éclal de l'eau Sur les ténèbres du sang. Pourtanl LA ViF plus nue que la foudre chargée de soujJles et d'aubes Dénonce les feslins de la peur Condamne les nuits en arme. Ft nomme à faire frémir de douceur 10Uies • nos clairières inavouées. Nomme la parole ouverle Respire. Respire déjà en chacun. Andrée CHEDID Mais ou sonl les voilures de secours pour les enfanls prodiges? ai collé mon oreille à la roule au loin passaient les vacanciers en carapaces multicolores se voulanl affiches de joie accidenlé par ces bonheurs l'enIanl-prodige esl mari sur la roule Marguerite CREPON 37 une tombe parfois suspend sa herse à mes regards mon coeur bat je le sens projetant ma poitrine vers le ciel sans mémoire des compagnons tissent sur le néanl ces chefs-d'oeuvre d'aragne qu'un soujJ7e détruira mais ils savent la joie contre le rêve les prisons se font châteaux de cartes les captifs auronl toujours ces dialogues secrets avec la mousse dans la pierre fidèle au soleil même aprés le jour ils trouveront à naître. DA SILVA des restes de ma chair, je ferai des lel/res non apprises, mon corps perforé dans l'orchestre ossflaire sera la flûte la plus aigüe. Yves MASSELOT S'il n'Appartient guère à l'homme de maîtriser les pouvoirs de la foudre, l'extase ne sera-t-elle pAS due à cette part de luimême qui veille aux limites sans cesse reculées de l'indicible? Bernard MAZO La source entrouverte murmure Les contours SAns adjectifs D'une horloge dans l'attente Henri ROUGIER Du fond des jardins blancs de brume Le cri des coqs essaie le jour Une joie timide s'allume Sur les ouates des grands bois sourds. L'ètè s'en va vers son automne Comme moi, matin sur matin : Jamais ne meurt le chant .qui sonne Dans la nuit, du fond des jArdins. Michelle LOI L'homme a éclaté du fruit de la terre. 11 a pris possession d'un autre royaume, étApe qui le conduira vers d'autres planètes. Pourtant, il se souvient - à l'aube de cette nouvelle histoire - des gestes premiers, quand il errait dans les cavernes, quand il peignait sur les parois de Lascaux. Hommes de Ioules les races Le ma/heur n'esl pas falal Dans la jusquiame et dans l' ivraie Je cherche un pays sans frontières Où l'on ne connaît pas la guerre Où l'on n'en parlera jamais. Toujours toujours la vieille plaie Toujours au loin le vieux mirage Aux horizons de l'utopie 38 La vie n'a pas de frontiéres. Max ALHAU Au quatrième top ... Court malaise? Au centre de la calcite, un gisant reverdi fignole sa ramure. Qui m'ose encore sevrer sur sa robe de manganèse? Trente mille ans, vingt-trois heures, quarante- cinq minutes dix secondes. 0 mère! ton haleine exsudèe protège les profonde~ rs de notre effritement. Mais, le savoir témoin de la haute nef parce qu'on a, tel un chien creuse que l'humain bouleverse, renifler les urines claires des saisons sur lA pelouse d'un hospice, n'est-ce pas - 0 cri SAutant devant le piège! - ce que ton mufle appelle vivre pour vivre en poésie? Au qUAtriéme top ... Referme, histoire le delta de tes jambes. Adieu, manade! Déjà, le bison renversé piétine les cloches de l'avènement à cause du ver luisant laissé pour mort sur une route nationale. Henri ROUGIER Il vous apparlient de vivre Comme on assemble des roses Mais mal1ger esl crimil1el Tant qu'ull homme a faim sur terre Mais respirer est un 1'01 Tant que l'on enchaÎne et lue Mais il Il'.1' a pas de roses Dans un jardin sans amour. Jean ROUSSELOT Une patrie, un continent Où l'on respire librement Où l'aurore a tué les fusils. Je cherche une vierge forêt De bêtes qu'on nomme saUV Ages Un pays tout blond SAns orAges Où les enfants rient au réveil Je regarde un simple village Dans sa musique de soleil. Jean NIEFFER Et si je vous disais que, moi, j'y crois encore? ( .. ,) Au mess?ger sans nom que dresse le destin Contre un mur de cristal où s'habille l'aurore. Je crois en vous, enfAnts prisonniers de vos toiles, Petites fleurs d'hiver ou rire de printemps. Je crois à l'inconnu qui capture mes doigts Au train vertigineux qui brûle les frontiéres, Aux fantômes légers qui réveillent les pierres A l'oiseau qui m'Adopte et fAit son nid en moi. L'Amour est mon ami, Noël est mon aurore, Les miracles sont miens, les mirages aussi. Merveilles de mon coeur, n'êtes-vous pas ici? Odette CASADESUS Qui a gagné? Voici les résultats du tirage des bons de soutien du M.R.A.P. qui a eu lieu le 16-11-1969. Une voiture Honda (N 360) : 118928. Un voyage de 2 semaines en Irlande ou en Yougoslavie (2 personnes) 16003. 2 semaines de séjour relaxe dans une station pyrénéenne: II 106. 1 bon d'achBl de 200 F dans un grand magasin: 11 8635. Un magnétophone 183941. Une lithographie en couleurs: 199331. Une mallette de camping: 10142 - 16625 - 196994. Une cafetière Seb, inox, 18 tasses: 10202. Un sèche-cheveux Moulinex : 175733. Un talkie-walkie: 140338. Un appareil photo: 5072 - 47775 - 299006. Une valise pliante: 194902. Un mini-transistor: 123270. Un livre d'art: Mendjisky : 351 - 10830 - 11101 - 19593 - 35281 - 173446. Un livre d'art: Peinture : 16054 - 21237 - 143 711 - 167223 - 170344. Un livre: La déportation: 8 902. Une lampe de chevet: 115443. Un briquet à gaz: III 520. Un album photos: 123 708. Un disque super 33 tours: 100 114 - 123287. Un disque 33 tours: 19174 - 19666 -40844 - 47782 - 105527 - 106633 - 151 946 - 179816 - 196902 - 290 765. Un nacon de parfum de luxe: 117 307. Un ensemble apéritif cocktail: 27268. Une agrafeuse de bureau: 20169. Une poudre Héléna Rubinstein: 1 144 - 30058 - 38827 - 133460 - 168943 - 297368. Un stylo plume: 196125. Un stylo géant: 10 558. Un jouet mécanique: 10025 - 15435. Une mallette 3 bouteilles de vin : 180 764. Un moulin à légumes : 165 112. Un mixer-blender : 2046. Un ventilateur de poche: 31 584. Un di sque 45 tours : 953 - 1772 - 1973 - 2 185 - 2435 - 2560 - 3263 - 4 685 - 5563 6176 - 6861 - 7432 - 11042 - 13602 - 14498 - 15449 - 17752 - 18071 - 18640 - 19 318 - 19949 - 19951 - 21 245 - 21 723 - 21 792 - 22900 - 23424 - 24446 - 26001 - 26009 26315 - 26867 - 27274 - 27986-28804 - 28840 - 29471 - 29800 - 30 144 - 31776 31908 - 32736 - 34312 - 35270 - 36631 - 37798 - 38558 - 38564 - 40114 - 41 221 42 290 - 42 836 - 42 898 - 42 903 - 42923 - 44 188 - 45 528 - 47035 - 47 038 . 47359 47388 - 47510 - 48648 - 48894 - 100429 - 103110 - 103501 - 104131 - 104 186 - 104351 - 105526 - 106932 - 107303 - 107448 - 107452 - 107946 - 108515 - 110803 - 111612 - 111668 - 113987 - 114608 - 114915 - 114917 - 115214 - 118993 - 120718 - 121563 - 126413 - 127010 - 127545 - 128223 - 129383 - 131318 - 131454 - 13149! . 134550 - 134820 - 136351 - 137092 - 138502 - 139800 - 140185 - 142250 - 146117 - 148633 - 149306 - 150254 - 150256 - 151258 - 151611 - 153788 - 155680 - 160205 - 160540 - 160689 - 160718 - 161833 - 161921 - 162112 - 163393 - 163395 - 166720 - 168767 - 170510 - 171921 - 173400 - 174304 - 174307 - 174 583 - 174731 - 17 6 234 - 1 77 563 - 1 79 953 - 180 123 - 180 652 - 180 659 - 183 235 - 1 83 944 - 183 945 - 184279 - 190327 - 190956 - 193595 - 198281 - 199524 - 295282 - 297334 - 299398 - 299405. Un livre: 1 399 - 1 401 - 1 680 - 3 145 - 3397 - 3800 - 4 700 - 5071 - 5 706 - 5 340 - 5736 - 6616 . 9433 - 9896 - 9950 - 10085 - 10113 - 12096 - 13690 - 14496 - 15997 16921 - 17010 - 17201 - 17845 - 18435 - 18738 - 19837 - 19871 - 20311 - 21 137 21980 - 23359 - 24050 - 24052 - 24479 - 26437 - 27486 - 27704 - 28584 - 28691 29045 - 29556 - 31 775 - 31 841 - 33906 - 34300 . 35562 - 35750 - 36065 - 37243 37245 - 37381 - 38827 - 39048 - 39963 - 39976 - 40015 - 41198 - 41839 - 43300 - 45556 - 46 895 - 47 563 - 47 6\7 - 47 796 - 48 897 - 101915 - 103201 - 103391 - 103563 . 104299 - 104500 - 105412 - 108795 - 115225 - 115476 - 115685 - 120714 - 126691 . 126843 - 128279 - 129145 - 131788 - 136356 - 137322 - 137635 - 137678 - 139317 - 139371 - 139695- 139722 - 140701 - 141563 - 141710 - 142185 - 142399 - 143667 - 143850 - 148341-148661 - 148916 - 149632 - 150145 - 150790 - 151666 - 152008 - 158377 - 162105 - 162430 - 163388 - 163947 - 167066 - 167130 - 167429 - 168545 - 169265 - 169267 - 170295 - 171387 - 171482 - 173977 - 174169 - 175002 - 176185 - 178604 - 178651 - 182276 - 183321 - 183943 - 187695 - 192453 - 194733 - 196 976 - 197 985 198 282 - 199 866 - 290902 - 292 147 - 294 641 - 295 290 - 296 251 . 296270 - 296476 - 296481 - 297997 - 298016 - 298620 - 299098. Un échantillonnage de naconsd'alcool : 107316 - 115740 - 116790 - 118871 - 129846- 135880 - 136776 - 137658 - 141580 - 154043 - 154066 - 161286 - 170340 - 174371 175960 - 179820 - 183861 . 186888 - 190441 - 191422 - 198225 - 290756 - 297880. Une poupée : 162435. Une pochette stylos-feutre: 187861. Une laque à cheveux: 12641 - 120719 - 127141 - 141378 - 151 165 - 169636. Un livre ROur enfants : 865 - 11 056 - 106 229 - 107 290 - 118 859 - 125 835 - 125 980 - 133040 - 135571 - 139110 - 142322 - 161135 - 173491 - 178100 - 195070 - 195910 - 197 976 - 292 136 - 299 545 . 299 646. Tous les numéro .. se terminant par 35 gagnent un abonnement d'un an à « Droit et Liberté ». DROIT ET LIBERTÉ - N° 288 - DÉCEMBRE 1969 - JANVIER 1970 Une prochaine parution des EDITIONS SOCIALES Une sortie très attendue ... MANUEL D'HISTOIRE LllTÉRAIRE DE LA FRANCE TOME III (1715-1789) 30 F A propos des deux premiers tomes, une critique unanime LE MONDE: {( Ce livre vient à son heure ... avec ses remarquables préambules historiques et linguistiques, ses notes sur l'évolution de la langue française ... il apparaît comme un instrument de travail de grande qualité .» LE NOUVEL OBSERVATEUR: {( L'Histoire littéraire de la France n'est pas un manuel {( comme les autres», grâce à des notices explicatives et des tableaux synoptiques, la naissance des oeuvres est située dans leur contexte politique, social et économique. » L'HUMANITÉ {( Relier la littérature à la vie, affirmer que l'esprit révolutionnaire n'est pas incompatible avec le respect des traditions culturelles nationales, voilà ce qu 'a réussi à réaliser l'Histoire littéraire de la France, sous la conduite de P. Abraham, R. Desné et A. Ubersfeld.» Demandez-le en librairie ou en écrivant aux : EDITIONS SOCIALES 168, rue du Temple - PARIS-Ille en joignant un mandat oU CCP Paris n° 4209.70 de 33,40 F 39 lA MUSIQUE A L'HEURE QUE VOUS AVfl CHOISIt.. -"---'_ .. ...... ._.. _",- ... -- ... _._-, ,- .. __ ...... .... ..-....- _~~ ...... - ............ _ .. __ """ .... i .-_ . -... _, •• r_ .... ""'" ,.-- ......... -...... - ........-. 1 1' .• .1. 1... ).6._..1,.. ._ .-{-.oc- .... - _ ....... _ .. lo.l f (Ir .. ~'_ -' C ' ._. ............ .L _l!..~. . -. ._..... ',...1 .. . ----_ -'" (Cc, :toln ....... ~ & Centr •• "- \/acllncel de NoiL ouyen. ~. la COnvni .... on Cent.a'e de l'Enfance "'" _ ... _ _ PAR'5-1II' __T_tl . no_-to-4 1' _1 - ... __ . .... 1 .-7_. __. ._. ._.. ._.- . -_. c' .... '-'. _ .. ,. n_. ---_ IIO'lHAR US NOIIVLlUl MlCANISMES OE LtCONOMIE $OCW!SU EN HONGR'E , __ d'...., JOUAOAIN _ ..... "" 1.0 _._ .. ,_ .. ~. llF LUTTE DE ~s 011 COllflIf Dl CEIIWTlOIIS l1"'l_i" ..3....'._,...". "_-" _..... . ,_,- _ "" .- SUIlU CANAl.f "".............. do_ c.- d l _ ..1 7"F" Toute la m8ille TRICOSIM o-n-. __ .... 014 ,_ ._...,...,'. .1..__... __ .... ."...'... .... .*.' _- Des anll•s • a l'Dtre servi•c e ... Vente détail - Prix de 9ros CONfISH"' E al'CUITI'"' _ CIIOCOLATERn AIIT:CLU .... PTtMU M.II, ... G~' _ COMMUNIONS T .... _ ........... BRÛLERIE SAINT-DENIS 163, .... _ -o.no. - """.Z" T" , , 131-3&-10 _ 231-11-81 OU PAVILLON Roger MARIA - TiI_ : 326-84-29 _ NOGIIAOI ~w..",. ~ ,~I .. __ l1li f'Ie,. V'llyO N... '"~ ~ "" l'AI... 19.5OF _ _ -.-.VOIOIU COITES " rohllS ...... lP1OllIRi. -MOFNR tlV'lTillTlf IaRCON _OUA~UE us UlIS SOIIl ",...., IIDUS a..Mo FOVRNIAV ", LE \'IOIIAIIl Dl LA CUlRRE .1. lA VICTOIRE .~, L __ , ___ .......... _ OO(ON-O"'UIION,"'" -.. ...... 1$-.. __ _ M_-A.-T-C...H.. ROBES JERSEY JUNIOR Un ,echmeie~ ...,... " ...... ,:Ie .. LE REFUGE ... _ ..... . l'O ... ~ ..... 'lfU"I(:I\. ,.,.,ON , .. UG.AU: Dt \'0, CON. tRnc ... CON"".' 0'.00 "" .. '11 .... "01, .... Ool ... UI G(N(IlAU!j, ohA" . lAI,n RONDOS. ETC STENOTYPISTE PROFESSIONNELlE _lOvtll.'2._doNooq ....... ,0 lOT az·;M Faites abonner • vos amis à

Notes

<references />