Droit et Liberté n°164 - mai 1957

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°164 (268) de Mai 1957
    • Antiracistes, Républicains, participez nombreux à la 9ème journée nationale par L. Lyon-Caen page1
    • Messages de R. Martin du Gard, de Mme Roosevelt page1
    • Enquête de Maurice Decraienne: c'est ainsi que naît le racisme, des sourires qui font mal page2
    • Souvenirs de l'affaire Dreyfus et de l'occupation, J. Jeanneney, E. Herriot page2
    • Au moyen-orient comme en Afrique du nord, juifs et musulmans peuvent et doivent s'entendre: le dialogue est ouvert... page3
      • Les deux rameaux séparés de l'arbre sémitique par le Pr Weill-Hallé
      • 3Une conviction chaque jour renforcée" par Kateb Yacine
      • Dr Zuckman: "Il faut de la persévérance"
    • 9éme journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix page4,5
      • Pour l'honneur de la France par Jacques Madaule
      • Les étudiants d'outremer aux prises avec laes discriminations par Huguette Dufrenois
      • De tous les horizons
    • Le MRAP propose à la L.I.C.A. de participer à la Journée Nationale page6
    • Que cesse ce cauchemar (armement atomique)page6
    • Cinéma: un excellent film Sud-Africain: La soupe à la citrouille
    • Livres: L'ambition, l'amour et la vie présentation par Raph Feigelson
    • Une étude d'Andrée Michel: les Algériens en france
    • L'heure du châtiment extrait de "témoin parmi les hommes" de Joseph Kessel page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

i Dans ce numéro •• J. MADAUU, le professeur WEILL- HALLE, KA TER YACINE, J. KESSEL N° 164 (268) MAI 1957 30 FRANCS Antiracistes, Républicains parti~ipez , nODlbreu.-r a la 9 e JOURNÉE NATIONALE leldéroulemènt - 9 h. 30: Allocution d'ouverture, par M. Robert Al:TULY, conseiller honoraire de la Cour de Cassation; conlre le racisme. I·anlisémilisme el pour la paix Rapport de Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A,P.; DIMANCHE 26 MAI A LA MUTUALITÉ Discussion. 11 h. 30 : Réunion des commissions. 14 heures : Suite de la discussion. 1& heures: Sous la présidence de M. Léon L YONCAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R. A.P., interventions des personnalités; Rapport des commissions. F IN mai 1957, se tient, s-udvant une tradition qui remonte au lendemain de la libération, la 98 Journée contre le Tacisme, l'antisémitisme et pour la paix, .au cours de laquelle tous les courants de l'action antira'ciste sont appelés à s'exprimer lihrement et sans distinction. Organisées par le M.R.A.P. SOUs l'égide d'éminentes personnalités Après avoir tourn' « Typhon sur Nagasaki », la très gracieuse actrice Japonalle Kelko Klshl vient d'épouser Yves Ciampl, metteur en scène de ce film. Conclusion aU111 sympathique qu'Inattendue. Rappelon. que Yves CIClmpl est le pr"ldent du dn6-club a'ntlraclste " Amitié ». _ représentant toutes les tendances de la pensée française, ces assises ne doivent pas être considérées comme 'la manifestation de 'notre seul Mouvement, mais comme l'expression de la volonté commune de tous les citoyens attachés à l'idéal de l'égalité entre les hommes et de la fraternité entre les peuples, soucieux d'affirmer la ferme opposition de 'l'opinion française aux progrès du racisme qui, ces derniers temps, répandent une légitime inquiétude dans la conscience nar tionale. P ARIS a été à nouveau, en mars dernier, le théâtre de violences antisémites et fascistes, perpétrées par des ligues factieuses, rassemblées aux cris de « Mort :IUX juifs! :. des Champs-Elysées à la place LéonBlum, excitées par le déchafnement d'une presse haineuse, qu'inspirent ou dirigent d'anciens « collaborateurs :1 et que les autorités laissent impunément dresser les citoyens les ,uns contre les autres à raison de leur raoe ou de leur religion. jour entre les Franç-ais européens et 'la masse des Français musu~mans, rendre plus malaisé le rétablissement d'une union étroite et de la confiance nécessaire entre les deux communautés et, rejetant beaucoup de musulmans vers les solutions de désespoir, aggr.aver les menaces d'une guerre sans fin ou d'-u'ne rupture désastreuse .pour I-a Métropole comme pour l'Algérie. Enfin, dans un domaine différent mais voisin, dois-je rappeler la stupeur, mêlée d'indignation, provoquée dans la conscience des citoyens qui ne peuvent oublier les crimes du racisme hitlérien et ont conservé purs et sans taches les souvenirs de la Résistance, par la, nomination au commandement de l'armée française, dans le cadre de l'O.T.A.N., du général hitlérien Speidel, alors qu'il est prouvé que c'est sous son autorité et sa responsabilité qu'ont été opérées par loccupant, en 1941 et 1942, les exécutions d'ot-ages et les déportations de milliers de juifs et de résistants. L'émotion soulevée par cette décision fut et reste d'autant plus vive qu'elle est intervenue au lendemain de l'intégration dans l'armée ao)Jemande des anciens officiers SS, mesure qui alarma Léon LYON-CAEN. Président du M.R.A.P. (Suite page 4.) De tous les horizons ... L'A P PEL lancé par le M.R.A.P. pour la tenue d'une Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, reçoit dans tous les milieux un accueil des plus chaleureux. Chaque Jour parviennent les adhésions d'éminentes personnalités représen- R. MARTIN DU GARD nous écrit ... Le grand écrivain Roge .. MARTIN DU GARD vient d'adresser au M.R.A.P. une lettre où li indique que son mauvais état de santé l'{)blige à réduire son activité. 4 Je n'ai rien de ce qu'li faut pour jouer un rôle de militant d'actualité », déclare- t-II. Mais le oélèbre auteur des « Thibault » ajoute: « Bien sOr, Je partage vos sentiments, vos réprobations et vos Inquiétudes. ». tant les courants les plus divers de la pensée française. A une semaine de la Journée Nationale, il est pOSSible de dresser un bilan exaltant de cette (Suite page 4.). En Algérie, des hommes, spécialement désignés par leur origine, subissent des traitements indignes, contraires aux lois de l'humanité et à l'honnewr français (tortures à l'égard de prisonniers ou de suspects, exécution sommaire d'otages innocents, destruction de fermes ou villages par représailles ou intimidation), traitements dénoncés par des té-;------------------------------ moignages dont la multiplicité, la concordance et 1a haute qualité conduisent à penser qu'il ne s'agit pas là d'actes isolés ou exceptionnels, mais de procédés largement répandus dont on peut se demander s'ils ne sont pas devenus Qlne méthode. Quelles que soient les indéniables atrocités de nos adversaires, que nous ne saurions trop énergiquement flétrir - car notre conscience n'est pas à sens unique -, elles ne saur-aient servir de justification a,ux excès de la répression policière ou militaire: la France ne saurait employer les moyens qu'elle reproche justement à ceux contre lesquels elle lutte. Nous assistons en Algérie aux explosions d'un racisme aveugle, vestiges d'un colonialisme périmé, qui ne peuvent que creuser un abîme 'Plus profond chaque lntJ.nde entiet- ... M ANI FEST A TION nationale, la Journée du 26 mai est également appelée, comme c'est le cas chaque année, à avoir un certain retentissement d,ans le monde entier. le message de Mm. ROOSEVELT Mme Franklin D. ROOSEVEL T a adressé au président Lyon-Caen le message suivant: « J'espère que votre manifestation contrIbuera à conflrecarrer la vague montante du racisme. Celui-ci ne devrait pas exister dans le monde d'auJourd'huI. lt C'est l'occasion pour les antiracistes de tous les pays d'exprimer la solidarité qui les unit dans le combat commun contre les discriminations, les préj-wgés et les haines racistes. Déjà, de nombreux messages de l'étranger sont parvenus au M.R.A.P:~ outre celui de Mme ROOSEvELT, qite nous citons ci-contre. De Grande-Bretagne, par exemple, nous recevons une lettre du Oéputé travailliste Penner BROCKWAY qui fait état de la lutte menée dans ce pays contre le racisme. Il signale que luimême ,vient de déposer aux Communes un projet de loi condamnant -les discriminations raciales. (Suite page 4.) ___ 2 DROIT ET LIBERTE ~~--------------------------------------------------------------------I IPAS • PUIISQlUJ'OM MIE VOlUJS lL~ I[)~T IP~S • iPIUJIISQlUJ'ON NIE A trop tirer sur le pianiste ... Quatre dirigeants poujadistes des Charentes. viennent d'être arrêtés sous l'inculpation d'avoir voulu faire sauter au plastic un certain nombre de perceptions et tenté, même, d'enlever un contrôleur des contributions directes. C'est là l'illustration d'une politique à hautes vues. Par l'action directe sur les perceptions ou les percep,teurs, on supprime du, coup les impôts drrects. Quant aux impôts indirects ... ... En éliminant les percepteurs, les dirigeants-commerçants de l'U.D.C.A. ont-ils songé qu'Ils deviendraient à leur tour les principaux collecteurs de l'impôt sous ses formes indirectes? Plaignons cependant le percepteur que les difficultés de l'époque transforment en encaisseur - au sens pugilistique du terme. Il se range de pius en plus dans la catégorie des responsables- ty,pes, catégorie fabuleuse, mythologique, tantôt confessionnelle, tantôt ethnique ou sociale, tantôt vaste et indéfinie, tantôt' limitée et précise où l'aut~mobillste range volontiers le piéton et le piéton l'automobiliste, catégorie où les chrétiens d'abord, les hérétiques ensuite, les Juifs très souvent, sans oublier les Nord-Af,rlcains et les noirs ont appartenu ou appartiennent encore. Produit moins de la sottise que de son exploitation car, en l'occurence, les dirigeants poujadistes dont les petits copains à la Chambre votent à tour de bras les Impôts de guerre, savent de quoi il retourne. Mais leur malheur nous parait moins grand d'être embastillés pour avoir manié le plastic que par les difficultés qu'Ils rencontrent à manier la crédulité publique. Et c'est ce qui nous réconforte. Oncle TOM. Opinion désastreuse Le ministre britannique de la Guerre, Duncan Sandys, est bien d'accord pour désarmer, toutefois a-t-il déclaré devant ses collègues des Communes: « Je crois que la plupart d'entre nous conviennent que le désarmement nucléaire seul serait désastreux ». La plupart des collègues de M. Duncan sandys n'étaient, pas de cet avis et le lui firent , entendre. Leur avis reflétait mieux l'opinion qui devient assez générale que la guerre atomique' serait, elle, le vrai désastre pour' l'humanité, et même déjà, que' la poursuite des expériences nu-, cléaires constitue à elle seule, une grave menace . Ma femme est morte! La vie des autres était à . bon marché pour cette nazie bon teint qu'était Marie Blan-, kemeyer. Lisez l'effarante oraison fu-, nèbre que le mari, un fermier ' allemand, fait circuler à la mémoire de cette Walkyrie du III" Reich: « Marie Blankemeyer, qui fut à la tête des organisations de jeunes filles et de femmes nazies, vient de mourir. Ses ma-, lheurs furent causés par la, chute du Reich. Elle est morte, réconfortée cependant par la: pensée qu'elle avait accompli son devoir à une époque où: l'imminente destruction des na-, tions de race blanche poooait être évitée », etc ... A cet In memori'ln, nous co:p,.. poserons un Remember! Robespierre et eux: RObespierre naquit il y a detlOC cents ans. Le grand tribun 'fPpulaire a été assez calomnié et défiguré depuis pour que ce fût .l'occasion de réhabiliter sa mémoire. Et même s'il effarouche toujours les petits hommes, ,c'était une manière de l'enter' rer encore, sous les fleurs. Aussi, dans les milieux offi. ciels, on avait réuni unè espèce de majorité bien-pensante pour fêter ça. Hélas! Bidault n'est plus d'acoeord et Pinay se récuse. Et pour que le comité Robespierre retrouve le patronage de ces grands Européens, on ne volt guère qu'une dispense papale ou un « ausweiss » d'Ade, Dauer. Entomologie Répondant il. un référendum de leur journal, les lecteurs de {( Rivarol» se sont déclarés appartenir à des nuances politiques infiniment variées. Tel se dit monarcho-fasciste, à ne pas confondre avec tel

autre fascisto-monarchiste, ni

avec un troisième qui est tout -cela et poujadiste en plus. Pour s'y retrouver il faudrait faire oeuvre d'entomologiste, comme pour l'espèce doryphore et ses subdivisions. Nous préférons nous faire aider par la majorité de « militants » vichys tes qui se dégage finalement de l'enquête de « Rivarol ». Ses fidèles lecteurs sont à classer dans l'espèce des antirépublicains bon teint. PARASITE DE LA VIE QUOTIDIENNE... C'EST AINSI QUE NAIT LE RACISME Des sourires A multiplicité des moyens L employés pour diffamer les membres d'une communauté ethnique déjà injustement discréditée ne connait aucune limite et permet d'atteindre tous les esprits, quels que soient leur capacité de raisonnement, leur degré de culture et leur activité dans la vie sociale. Il ne manque que le fouet ... profondément touché dans sa susceptibilité. Quand ce ne sont les grooms de contreplaqué aux faces bien noires et aux dents bien blanches plantés à la porte des boutiques, ce sont les petites annonces promettant un avenir aux colonies où l'on peut voir un blanc casqué regarder des nègres nus abattre les arbres d'une forêt équatoriale ... Il ne manque que le fouet! Ainsi, le commerce fait parfois usage de cette facilité qu'éprouve La forme et le fond l'immense majorité d'un peuple à On ne respecte même pas la s'étonner devant un homme au philosophie et les croyances oritype racial différent du sien. Des ginelles de ces êtres rejetéS de la paquets de café, de chocolats et société, car, ne les connaissant de toutes sortes de prOduits de qu'imparfaitement, ceux qui en pays éloignéS portent des visages rient ne s'attachent qu'à leur ou des silhouettes grotesques, ca- côté exotique et folklorique et ricaturan.t un indigène du pays n'admettent pas qu'une grande producteur. Connaissant bien la spiritualité existe derrière les psychologie du consommateur, le célébrations cultuelles qu'ils repllbliciste n'hésite pas à attiser gardent comme ils regarderaient sa moquerie; seulement, ce qu'il un spectacle . profane. Ainsi le oublie (j'espère qu'il l'oublie), muezzin paraît un vieux fou à la c'est qu'il y a toujours une pointe voix éraillée et le féticheur un de mépriS sous la moquerie, et ce clown gambadant frénétiquement sentiment inculqué dans un but pour l'amusement de ces yeux exclusivement publicitaire persis- qui ne savent voir que l'extérieur. tera certainement dans l'esprit Non plus qu'on ne respecte la de ceux qui y ont été sensibles manière dont ils célèbrent les reet les individus originaires de la ligions que leur ont apportées race ainsi raillée auront de fortes les « conquêtes civilisatrices ». chances d'en subir les répercus- Je pense notamment aux négrosions. spirituals que certains, habitués Il n'est que l'exemple de ce à la mélodie solennelle et discrète cafetier aux intentions mal défi- des cantiques ou des psaumes, ne nies se croyant obligé d'orner la veulent pas reconnaître comme glace de sa vitrine d'un dessin l'expression d'une ferveur égale malhabile représentant une tête à la leur. Et pourtant, il est parde nègre avec un os planté dans faitement normal qu'un groupe le chignon. Je ne sais si cela humain utilise son propre génie incite certains consommateurs à pour exprimer sa foi ou ses paspénétrer dans l'établissement, sions. qui lont niai soin de démonstration pour prouver que les artistes les plus; éminents de notre époque sont. influencés, non seulement par le, génie hérité de leur propre race" mais également, et cela par le moyen de communications beau-, coup plus aisées, par le génie des: races inconnues ou trop éloignées; de leurs ancêtres. Presse et paresse Il n'y a pas si longtemps, un, grand quotidien relatait en pre-, mière page le crime d'un individu de l'une de ces minorités mépri-, sées et, en dernière page, dans. un tout petit entrefilet, le sauvetage d'un enfant par un autre individu de la même race. Ne voyez-vous pas là l'énorme avantage donné aux partisans du racisme? Car les racistes ont vite fait de prendre comme argument. de leur thèse la déchéance d'un être désigné comme inférieur par leur conception mais oublient fréquemment de mentionner l'acte de courage qui place sur le même, plan, s'il était encore besoin de le faire, le sauveteur et celui qu'il a sauvé. De plus, prenant peut-être plaisir à souiller encore des races injustement tachées, on ne titre pas: « X... a commis tel crime... », mais on imprime en lettres de deux centimètres: « Le, Gitan, le Nègre, l'Algérien... a. commis tel crime ... », et on porte là accusation contre toute une race, peut-être même contre toute une civilisation! (On écrit rarement: « Le Normand, le Breton ou l'Auvergnat ' a commis tel crime ... » et, si on l'écrit, le lecteur n'y portera que peu d'intérêt, ayant toujours dans ses relations quelque personne native de la province citée pour juger que tous les originaires de cette profabrique de toutes pièces une opinion générale, c'est ainsi que l'on oeondamne des milliers d'êtres sur l'action d'un seul! Je m'attaque ici à la bêtise, à .ceux qui ne savent pas distinguer le bon du mauvais sans se fier A la couleur de sa peau ou à son type, et qui stigmatisent toute une communauté sous l'impulsion le préjugés absurdes... Et il en est plus que nous ne pouvons l'imaginer . Car le lecteur, bien convaincu de la supériorité de son extraction et de la propension aux vioees des individus originaires d'autres races, aime qu'on lui laisse l'illusion de sa prédominance raoCiale et la certitude que ses jugements, basés sur la routine et sur sa paresse de raisonnement, sont inattaquables. Et pourtant, Je nombre et l'horreur des vilenies commises par les membres de sa propre race ne sont pas moins importants que les exactions commises par les ressortissants d'une communauté méprisée. De plus, tels grands quotidiens d'informations et de nombreux périodiques « agrémentent » leurs pages récréatives de dessins ou de bandes dessinées où l'on voit souvent l'être d'une race mise à l'index 'faire encore les frais de la rage ou du rire de leurs lecteurs. Si ce n'est un Asiatique déloyal un nègre cannibale ou un Juif corrompu, c'est un colon faisant sa cour à une négresse et ayant comme heureux rival un singe! Voilà comment se perpétuent oehaque jour des idées fausses, conformistes et difficilement déracinables ! Maurice DECRAIENE. SOUVENIRS de l'Affaire Dreyfus ... Le « Bulletin de l'Association des Anciens Elèves de l'Ecole Normale Supérieure, que nous transmet notre ami Gabriel Timmory, 'Toa'ppel1e, dans un récent: numéro, la carrière de M. Léon Rouyer, ancien doy,en de la Faculté les Sciences d'Alger, qui ' vient de mourir à l'âge de 84 a'Os. Nous y relevons ce passage significatif, qui évoque les luttes menées par cet antiraciste résolu, au temps de l"affaire Dreyfus: « Lorsque, en 1898, Rouyer fut envoyé à Alger, où devait s'achever sa longue carrière d'enseignant, l'Afrique du Nord subissait une violente crise d'antisémitisme. Orchestrées par Edouard Drumond et Max Régis, les passions partisanes étaient déchaînées contre tout ce qui était juif oU judClisant. De fréquentes bagarres troublaient les rues de la ville. De la lettre qu'il m'écrivit pour me faire part de ses impressions d'Afrique, j'ai retenu cette affirmation: « A l'écllle, j'étais fier de pouvoir transporter d'un bout à l'autre du toit une grille de 80 kilos. Je fais mieux maintenant: je lis L'Aurore (1) d{llns les rues d'Alger ». « L'agitation avait gagné le Lycée, où les chahuts étaient fréquents. Un matin, en entrant dans sa classe de Saint-Cyr, Rouyer vit, sur le tableau noir, écrit à la craie en grosses lettres, le slogan à la mode: « Mort aux juifs! ». Sans manifester la moindre émotion, il appela au tableau , le plus arden~ des antisémites de son auditoire, le pria d'effacer, et le rènvoya poliment à sa place. La leçon fut comprise; personne n'osa jamais plus se livrer à une , manifestation de ce genre devant un maître dont l'autorité intellec- · tuelle et la carrure athlétique ; cllmmandaient le respect aux trublions. » (I) « L'Aurore :. était le jour- ' nal qui publia le célèbre « j'-accuse

. d'Emi'le Zola'.

... et de l'occupation M. jules jeanneney, ancien président du Sénat, et le président Herriot sont dé:édés à un bref intervalle. Le e journal des Communautés » publie 'Uine lettre qu,'ils adressèrent ensemblle. le 30 aQût 1942, ,au grand rabbin de France pour exprimer 'leur hostilité à l'a'ntisémitisme: « Monsieur le grand rabbin, « Nous avons, dès leur apparition, réprouvé les mesures léltislatives et autres, qui sont przses en France, depuis deux ans bientôt, contre les Israélites. « Nous avons suivi avec indigllation le déroulement des iniquités et des spoli(lltions ainsi commises. « Devant les mesures qui viennent d'être infligées, en zone libre comme en zone occupée, aux Israélites proscrits de leu" pays, qui avaient trouvé asile dans le nôtre, devant la barbarie du. traitement 9u'e subissent leurs enfants, c est de l'horreur qu'on éprouve. « Nous la ressentons toute. « Nous vous prions de joindre le témoi[?nage de notre profonde sympathie à ceux qu"une telle méconnaissance du droit humain et des traditions françaises n'a pu manquer de vous valoir. e Veuillez a[?réer, Monsieur le grand rabbin, l'expression de nos sentiments bien déférents. :. J. JEANNENEY, E. HERRIOT, mais, pour ma part, une telle Les arts et la musique des êtres caricature est loin de me faire désignés comme différents par sourire et de m'attirer; je trouve leur type racial sont appeléS, cette décoration (gratuite puis- quelles que soient leurs origines, qu'elle n'est suggérée par aucune et même s'il est reconnu que leur action publiCitaire) d'une inqua- civilisation est antérieure à celle lifiable sottise et ne m'en tour- de la race qui les juge, arts et menterais pas davantage si je ne musique de sauvages pour le simcraignais qu'elle renforce les pré- pIe motif que les personnes forjugés discriminatoires de quelques mulant cette critique n'ont pas enfants ou adultes peu évolués appris à connaître les moyens passant devant ce café. d'expression de ces soi-disants vince ne sont pas forcément des ;-------------------------------Je sais bien que le mal fait sauvages et que la première madans ces circonstances est sou- nifestation de ces esprits dont vent involontaire, mais enfin, il elles ignorent tout les choque y a là une certaine atteinte à la profondément, souvent irrémédignité des hommes mis ainsi en diablement, et, parce qu'imbues cause dont il faut tenir compte, des seuls moyens d'expression de car je crois, par exemple, qu'un leur propre race, elles disqualiAfricain passant devant un pareil fient et rejettent ce qui n'est pas chef-d'oeuvre de bêtise et de mé- conforme aux règles et à l'esprit pris envers toute sa race origi- " d'esthétique dont elles sont obnunelle, serait, avec juste raison, bilées. Il n'y a pourtant pas becriminels. Alors que répugnant à connaître un membre de la secte qu'il méprise d'emblée, 11 se fait de tous une image fausse calquée sur celle du criminel justifiant sa répulsion). Il s'avère que la discrimination est à base de méconnaissance. Ce fait de présenter tel ou tel acte d'un individu comme la conséquence directe de son appartenance ethnique est un crime contre l'équité et contre la justice pour le Simple motif que tel individu 'issu d'une autre race a pu OU· aurait pu ' commetre le même acte. C'est ainsi que" l'on ..

,'

DROI'r ET LIBERTE 8 Au Moyen-Orient comme en Afrique du Nord, iuifs et musulmans peuvent et doivent s'entendre le l ()tGlJle le§ ()lJ 111111111111 Le professenr B. WEILL-HALLÉ KATED YACINE: " Une conviction de I~Académie de Médecine chaque 1• 0ur renforcée " " Les deux de l'arbre , , rameaux separes C'EST une juive berbère, la Kahena, qui est à l'origine de l'Algérie, au même titre que Jugurtha, Abdelkader et Modrani, héros de la légende et précurseurs de la libération. sémitique" . RECEMMENT, à l'occasion de . la réunion d'un Conseil national de l'Association France~U.R.S.S. , j'ai tenu à préciser ma position personnelle au regard des principaux problèmes de l'heure - position indépendante de tout esprit partisan. Je voulai.~ démontrer qu'à mon avis les relations entre les nations, et notamment les relations culturelles, devaient échapper à tout impératif politique et faciliter par une approche loyale de peuple à peuple l'établissement de la paix dans le monde. Je fermulais donc une appréCiation nuancée sur les conséquences des drames de Hongrie, catégorique toutefois dans l'horreur que soulèvent les massacres · de vie:; humaines, quels que $Oient ceux qui les commettent, A propos de l'Algérie et du Proche-Orient, je soulignais la pauvreté des arguments des pacificateurs armés comme des marchands d'esclaves, Assuré ainsi de provoquer de . toutes parts les critiques que peut .. . encourir dans des régimes de partis un individualiste impénitent, j'en arrivais à la question d'Is- · raël, Jusqu'au jour où voilà peu d'années une fédération sioniste, dont le président n'était pas alors Blumel, ne me pardonna pas d'émeUre quelques fausses notes dans le concert de louanges à l'Amérique, et me rendit ma liberté, j'avais donné toute mon attenticn à la préSidence du Koren Hayessod, puis de l'Aide à ISraël . C'est dire la sympathie que, 'depuis 1936, j'avais effectivement manifestée à la Palestine, participant à la Conférence de Saint · James, saluant avec joie l'avène- · ment de l'Etat d'Israël, sympathie plus justifiée encore par la détresse de nos frères apatrides soucieux de trouver dans l'imménsité des territoires arabes un asile où vivre libres, De cet élan de sympathie encouragée aussi par mes traditions familiales, je tiens à rapprocher celui qui m'a porté vers nos frères musulmans à qui je n'ai pas ménagé l'expression de mes sentiments, au risque d'être traité ·moi-même de rebelle, J'avais hé. las fait 'confiance à l'intelligence 'de Soustelle, à l'honnêteté de Lacoste ' et je n'ai recueilli que déception. Je ne veux pas insister ici sur la faillite de mes espérances. Mais je tiens à confirmer mon souhait de voir, en dépit de tous les obstacles, surgir la solution équitable qui rendra aux Algériens la joie de vivre et nous délivrera de 'l'obsédant compte rendu quotidien de la T.S.F., ce que j'ai appelé le tableau de chasse. REVENANT donc à Israël, j'exposais devant les délégués de France-U.R.S,S. .combien je déplorais l 'incompréhension qui faisait des deux éléments de la race sémitique des adverSaires. De cette situation dramatique il faut chercher loin les responsabilités. Si, écoutant les sages avis du Dr Magnes, recteur de l'Univer. sité de Jérusalem, aujourd'hui .disparu, on avait dans la Palestine entière institué un Etat bi- . national, Arabes et juifs, accoutumés déjà à un voisinage amical, eussent vécu dans la paix . au bénéfice des deux populatioM, A cela se sont opposés d'abord la volonté de là puissance protectrice dont la permanence était expliquée, sinon justifiée, par une animosité savamment entretenue entre let' deux populations; d'autre part, l'inquiétude des grands féodaux arabes peu désireux de voir un véritable esprit démocra- La Kahena n'est pas pour nous un personnage historique, vivant seulement dans les livres. N'importe quel Algérien analphabète sait qU'; la Kahena, jUive luttant contre les Arabes avant de comprendre la nécessité de leur pénétration pacifique en Afrique du L E Moyen-OrIent reste le poInt sensible du globe. Les conflits quI agitent cette régIon sont lourds de menaces pour l'humanité tout entière. Le M.R.A.P. et « Droit et Liberté », qui unIssent des antIracistes de toutes tendances, n'ont certes 'pas à se prononcer sur les problèmes politiques complexes qu'implique cette situatIon dou loureuse. Ce que nous pouvons toutefois affIrmer, c'est que, selon nous, tous les pays du Moyen-Orient, Israël comme les pays arabes, ont droit à l'existence, à la sécurité, au respect de leurs aspirations, de leurs Intérêts, de leur Indépendance. Nous ne pouvons admettre les dIscrimInations quelles qu'elles soient, aussI bIen dans les 'rapports entre ces pays que dans leurs rapports avec les autres puIssances. Nous ne pouvons admettre les excitations à la haine, nourrIes de chauvInisme, d'antisémItisme et de racIsme. Nous pensons que, divisés, dressés les uns contre les autres, excités en fonction des Intérêts et de la stratégie liés au pétrole, les pewples du Moyen-OrIent, placés par l'histoire et la géographIe devant un même destin, peuvent et doivent co-exIster et coopérer dans la paIx. C'est dans cet état d'esprit que nous publions cl-dessous les articles du professeur B. Weill-Hailé, membre de J'AcadémIe de MédecIne; de l',écrlvain algérien musulman Kateb YacIne, et du docteur Zuckman. On peut ne ,pas approuver J'ensemble des apprécIations qu'Ils comportent, dIscuter tel détail ou telle Interprétation. CertaInes susceptibilités peuvent être, ça et là, heurtées, selon les penchants et la formation de chacun. Mals ce qui nous parait précieux au plus haut point, dans ces prises de position, c'est la bonne volonté, le désIr de compréhensIon récIproque, la largeur de vues. Cette convergence d'hommes dIfférents par leur orIgIne et leur philosophIe, cette rencontre dans nos colonnes, démontre el/e-même la possibilité d'un dialogue fructueux. Puisse un tel dIalogue se poursuIvre et s'étendre dans la f'éalité et être le prélUde à J'entente nécessaIre quI, nous n'en doutons pas, fInIra par trIompher. tique gagner ses nationaux plus ou moins asservis. Enjin, troisième facteur, le moins puissant sans doute, un nationalisme exacerbé revendiquant pour les juifs palestiniens la totalité de la terre sacrée. Et C'3 fut le partage imposé par l'O.N.U., l'exode arabe encouragë par les grands féodaux. quitte à en faire ensuite le grief dominant contre Israël. Exode de quelques 6 ou 700.000 réfugiés, chiffre initial et qui, dans l 'inaction, le désintéressement de ceux qui les avaient attirés hors de chez eux, auraient péri sans le secours de l'UNRRA. Il importe aujourd'hui de revoir le problème d'ensemble dans un esprit de bienveillance à double orientation. Il importe d'ignorer' les excitations intéressées de grands chefs mal inspirés, de reprendre par la base les relations qui devraient être courtoises et confiantes entre les deux peuples sémitiques. Tous ceux qui, comme nous, n'ont qu'affinité pour les deux rameaux séparés de l'arbre sémitique, doivent favoriser un tel rapprochement dont les deux populations sont appelées à bénéficier parallèlement en profitant l'une et l'autre des qualités du partenaire. Alors, mais alors seulement, le feu s'éteindra au Proche-Orient, la forêt se multipliera au lieu de se raréfier, les pelouses bien irriguées couvriront de larges étendues, une joie non troublée se répandra dans les kibboutzim souvent mixtes et la Palestine, où couleront abondamment le lait et le miel, connaltra enfin la paix. paris, le 16 avrll 1957. Nord, appartient à notre patrimoine commun. Bien entendu, il y a des fanatiques de part et d'autre. Mais les Algériens de confession israélite souffrent du régime colonial, raciste par définition, malgré les apparents traitements de faveur (décret Crémieux) et les tentatives pour les dresser contre leurs frères opprimés. Les rabbins de Constantine et d'Oran, notamment, n'ont pas hésité à- user de leur autorité morale pour condamner 'e zèle contre-terroriste Dr ZUCKMAN ~: Il L'i\GGRi\VA'flON de la situation politique en MoyenOrient due au partage des zones d'influence se répercute sur l'existence même des petits pays issus du démembrement de l'empire turc. Dernier né, Israël s'organise en E.tat démocratique socialisant à tendance occidentale au milieu d'une mosaïque d'autres Etats, les uns plongés encore dans le m· yen-âge, les autres ayant été il peine effleurés par un semblant d' évolution. L'opposition farouche, irréductible du monde arabe envers les premiers colons juifs arrivés en Palestine n'a fait que s'accroître au fur et il mesure de la transformation des territoires sous mandat en Etat indépendant. Cette haine a des causes moins spectaculaires que la simple différence de race ou de religion et tient essentiellement à l' évolution éoonomique du MoyenOllent. L'Instauration d'un Etat démoIlratique au seIn d'un monde féode certains juifS mercenaires, qui ne représentent strictement rien, N'y a-t-il pas des juifs antisémites? A l'heure actuelle, en Algérie, nombreux sont les juifs qui paient de la prison, de la torture ou de la mort leur appartenance sans réserve à un peuple martyrisé, Je ne citerai, pour mémoire, que les frères Timsit, récemment ImpliquéS dans l'affaire des médecins d'Alger, et qui ont proclamé devant le tribunal l'activité patriotique pour laquelle ils purgent actuellement de lourdes peines. DEPUIS des siècles, les juifS d'Afrique du Nord parlent notre langue, vivent notre vie, chantent nos chants de deuil ou de victoire, sont profondément attachés à nous par les liens les plus subtils. Certes, ils ont aussi des sympathies 'pour Israël et certains s'y fixent; d'autres, après un bref Séjour, retournent en Afrique du Nord. Il faudrait être stupide pour les accuser de double jeu. En réalité, ils sont déchirés par le conflit israéloarabe, et leur instabilité, leur inquiétude sont des signes du profond bouleversement qui s'opère en eux, en font les agents les plu.:; précieux de nos rapports avec un peuple qui rompra tôt ou tard ses liens avec ses faux protecteurs, pour revenir à une solidarit.é naturelle avec les opprimés Les peuples arabes et les Berbères d'Afrique du Nord sont les plus proches du peuple d'Israël. La Palestine judéo-arabe et tout 'e bassin méditerranéen ont toujours été le théâtre d'une ré e co-existence troublée par les intrusions « stratégiques », les intrigues de dirigeants incapables de rompre avec les préjugés et les mirages. A défaut d'une longue analyse, qui dépasserait le cadre d'un article et qui reste à faire, il est bon de dégager les grands principes: - Le conflit israélo-arabe n'est pas le fait des peuples, mais des Etats, lesquelS Etats ne font que refléter la politique des grandes puissances, dans une région du monde où les blocs et les sphères d'influence de type belliciste s'écroulent sous la pOUSSée des mouvements nationaux. - La question nationale est arrivée à sa phase aigüe et le sionisme, tout comme le nationalisme, représentent le degré de fermentation extrême, alimenté de part et d'autre par le chauvi- Il faut de la dal peut servir' de levain au réveil des masses arabes famé.liques et mettre en danger la toute puissance de leurs seigneurs. La situation des Arabes ayant demeuré en Israël et bén·éficiant d'un gagne-pain garanti par des lois sooio.les et à l'abri d'une exploitaLion rendue difficile par l'organisation syndicale, sert d'attrait à leurs frères musulmans des pa'Ys limitrophes. Pour peu que oes malheureux se rendent oompte de leur misère, ce serait la fin de l'emprise de leurs exploitants. Aussi ceux-ci ont-ils la ressouroe de les ameuLr oontre les juifs et cette digression semble rendre enoore service à ceux qui ne veulent pas abandonner leurs privilèges . L'irritant problème des réfugiés arabes peut être facilement exploIté. Quelle attitude peut adopter le peuple d'Israêl devant une situation si dangereuse? L'aventure militaire, « à priori )} farilE', serait désastreuse et ne nisme racial et religieux, entretenu par les puissances étrangéres qui s'affrontent indirectement, et faussent les rapports de peuple à peuple. Ni sur le plan politique ni sur le plan économique, la situation actuelle n'est durable. L'asphyxie, l'inaction et l'angoisse de la guerre doivent cesser d'empoisonner un" région vitale PoU! l'avenir du monde et de la civilisation. - Les dirigeants d'I3raël comme ceux des Etats arabes, sont dépassés par les événements, engagés dans la surenchère et condamnés par leur propre démagogie à piétiner sur les sables mouvants d'une crise dont ils ne perçOivent plus ni les causes, ni les effets. Ils ont créé une situation absurde qui les empêche aussi bien de se battre que de faire la paix. Mais les dirigeants passent seuls, les peuples demeurent . - La pression des peuples et de l'opinion universelle éclairée peut venir à bout des intrigues et des marchandages. Elle peut faire échouer les projets d'agression. Mieux encore, elle doit maintenant poser la question de la paix et de la coopération. - Le conflit de Palestine dOIt êtr:e réglé sur une base démocratique, en faisant appel aux forces vives (organisations de jeunesse, syndicats, milieux intellectuels, presse indépendante, etc .. ,), non seulement pour un débat judéoarabe, mais pour un vaste mouvement d'opinion dans le monde entier. Ainsi l'obstruction des cercles dirigeants serait soumise à une pression soutenue et les adversaires pourraient sortir de l'isolement où ils sont maintenus, - Les juifs et les Arabes, depuiS des millénaires, sont des frères. La tradition religieuse elle-même, prise dans un sens large et humain, en fait une seule engeance issue d'Abraham, rapprochée et confondue dans toutes les régions où la co-existence s'est imposée, particulièrement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Seule la religion, génératrice de sionisme et de nationalisme, peut nous Séparer, C'est pourquoi une conception plus large s'impose pour rétablir nos rappor.ts sur une base nouvelle, en faisant confiance à la jeunesse plutôt qu'aux vieilles générations en proie aux préjugés de race ou de confession, L'avenir exige, répétons-le, (Suite page 7.) , , perseverance " ferait que fortifier la solidarité des pays arabes oontre l'ennemi oommun. . Le jeu des alliances pour maintenir un équilibre incertain est précaire, subissant les fluotuations des intérèts du moment, la stricte neutralité étant la conduite la plus avantageuse. Ce n'est que l'émancipation des masses arabes lib érées de leurs exploitants nationaux, et étrangers qui peut leur montrer l'erreur de la digression antijuive. Tôt ou tard il sortira une f·édération des peuples du MoyenOrient où Israël aurait un grand rôle à jouer - peuple de l'antiquité vivant dans le présent, peuple d'Orient faisant la liaison avec l'O coident d'où il revient après une absence de vingt siècles. Le cheminement est long, lent, diffioile. P our arriver au but Il faut de la persëvérance; les juifs n'en manquent pas et la récompense vaut la peine d'entreprendre la route abouLlssant à la paix tan t désirée. 26 A LA MAI MUTUALITÉ ge JOURnEE nATionALE conTRE lE De tous les (Suite de la page 1) unanimité dans la condamnation du racisme et de l'antisémitisme, unanimité qui fait l'honneur de notre pays et qui laisse présager du succès de la Journée Nationale. ~. Parmi les premières adhésions parvenues, en effet, se trouvent celles d'hommes et de femmes aussi différents que M. Diomède CATROUX, ancien ministre; Mme EBOUE-TELL, l'épouse du gouverneur Félix Eboué; l'écrivain Pierre-Henri SIMON, auteur du livre « Contre la torture »; les députés Léon HOVNANIAN, Pierre DREYFUS-SCHMIDT, Emmanuel d'ASTIER et Maria RABATE; M. Jacques FONLUPTESPERABER, conseiller d'Etat honoraire, ancien député, compagnon de luttes de Marc Sangnier; le sénateur Henri TORRES, le prOfesseur Frédéric JOLIOT- CURIE, Prix Nobel; M. Jean CASSOU, directeur du Musée d'Art Moderne; M. Georges HUISMAN, conseiller d'Etat; le procureur général André BOISSARIE; M. SICARD de PLAUZOLES, président d'honneur de la Ligue des Droits de l'Homme; les pasteurs André Boegner et Loeven; M. Emile Merwart, doyen des gouverneurs d'outre-mer; MM. Charles-André Julien, l'amiral Moullec et le pasteur La Gravière, conseillers de l'Union Française; le général Le Corguillé, Mme Denise Decourdemanche, secrétaire générale de l'Association des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française; MM. René Cerf-Ferrière, ancien président du groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative; AdOlphe Espiard, le docteur Dalsace, M' Yves Dechezelles. horl·z ons ... -La -ha-ine- au- b-anc- d-es -ac-cus-és Des tel désignées des délégations. Signalons également les lettres que nous recevons de M. Pierre LAMANT, actuellement prOfesseur au Cambodge, et de M. René THORAVAL, prOfesseur au lYCée Schoelcher, à Fort - de - France (Martinique). M. Marius Prunières, adjoint au maire d'Ivry, nous écrit au nom du conseil municipal de cette ville, dont les groupes socialiste, communiste et M.R.P. viennent d'adopter en commun un voeu dénonçant les exactions commises en Algérie et réclamant le cessez-le-feu. Par la voix de M. Auguste Gillot, maire de SaintDenis, la municipalité de cette localité s'associe également à la Journée Nationale. Nous ne pouvons citer tous les groupements de jeunes, de déportés, d'anciens combattants, les organisations prOfeSSionnelles et syndicales, qui ont fait part de leur accord et qui participeront activement aux travaux de la Journée Nationale. Signalons toutefois l'Union Rationaliste, le Mouvement de Libération dli 1 Peuple, l'Union des Syndicats de la Région Parisienne, la Fédération Générale des Industriels, Artisans et Façonniers, l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, l'Union des Sociétés Juives de France, la Fédération Française des Industries du Vê~ement Féminin, l'Union des Etudiants Juifs, l'Union Générale des Etudiants Musulmans Algériens, le Comité de Liaison des Etudiants d'Outre-Mer, etc., etc ... , ainsi que plusieurs dizaines de sociétés mutualistes qui enverront d'importantes délégations. Grâce à ces grands noms, à ces innombrables appuis, la Journée Nationale aura, cette année, un éclat partiCUlier et le retentissement que nécessite la situation présente. L'affaire des Il Nouveaux MaÎtres" Notre ami Georges Sarotte a exposé, dans le dernier num~ro de « Droit et Liberté », l'affaIre des « Nouveaux MaUres », qui , deval~ .passer le 13 mai devant la 1 re chambre de la Cour d'Appel. « Les Nouveaux· Maitres », o'est le titre d'un navet antisémite et xénophobe, réalisé en 1949, et que le M.R.A.P. dénonça publiquement comme contraire aux traditions et aux intérêts de notre pays. De nombreux groupements, des personnalités diverses intervinrent, dans la France entière, et partout, devant l'é·motlon de la population, le film fut retiré des écrans. Six ans plus tard, les producteurs des « Nouveaux Maîtres» décidaient d'engager des poursuites cont.re le M.R.A.P., déclaré responsable de leurs déboires financiers, et demandaient 36 millions de dommages et intérêts. Ils .prlrent pou'r avocat (comme par hasard) TlxlerVlgnancour. Un lugement rendu en 1966 condamnait le M. R. A. P. à 600.000 francs de dommages et Intérêts, avec des attendu5 assez ... Inattendus. Le M.R.A.P., fort de son droit, a fait appel. La Cour d'Appel a décidé de renvoyer l'affaire au 3 décembre prochain. D'Ici là, les antiracistes continueront à se mobiliser, à manifester leur solidarité au M.R. A.P. pour que Justice soit faite. Il serait Inadmissible qu'un Mouvement antiraciste soit condamné à payer pour la réalisation d'un film raciste. Le M.R.A.P. doit être acquitté

ce sera une leçon pour tous

ceux qui, oontralrement à la 101 et à la Constitution, s'efforcent d'exciter à la haine entre les citoyens, en fonction de leur origine ou de leu'r oonfession. Un candidal ... au J naZlsme «Les homml égaux en droit! yeux de la loi, dignités, places cités, et sans 1 vertus et de leI de l'Homme et NOUS a,vons dénoncé en janvier dernier cette circu' l'a ire d'un obscur candidat du t er secteur de Paris, Henri Carrey, violente diatribe antisémite qU'i fut adressée officiellement, dans le cadre de la campagne électorale, à 500.000 citoyens. Le sieur Carrey affirmait... carrément que ( les Israélites, en Fiance, ont été dispensés à plusieurs reprises du paiement des impôts que, comme commerçants, industriels El autres, ils auraient da payer... et ce, à partir de t945 jusqu'en 1957, si bien que, jusqu'à ce jour, depuis la dernière guerre, ils n'ont absolument rien payé :1. II concluait: « Et pour tout cela, dix ou douze ans d'impôts non payés, l'Etat chipote sur les demandes des petits fonctionnaires » ... Certes, Carrey n'a obtenu que 805 voix sur 305.454. C'est dire qwe l'antisémitisme à ce point grossier ne prend plus aujourd'hui en France. Mais il reste une calomnie qui, reprise, répétée, peut ça et là cheminer et tromper des personnes crédules. Il reste l'accusation tendant à présenter les juifs comme responsables des bas salaires (ainsi on ne parle pas des causes réelles des diffiewltés économique, en particulier oJa guerre d'Algérie). Une leçon deva,it êtr'e donnée à Carrey et ses pareils. Les pouvoirs publics' n"ayant pas réagi, comme la loi leur en faisait pourtant un devoir, la Fédération Générale des Industriels, Artisans et Façonniers en FJ1ance, dont de nombreux adhérents se trouvent ainsi attaqués et diffamés, a engagé des poursuites. Elle a pris pour défenseur Me Mat:dce Garçon. Cette affaire viendra le 21 mali devant la 17· chambre du tribunal correctionnel. /1 ne sera pas difficile à la Fédération de fournir, par milliers, les feui'lles d'impôts de commerçants, industriels, artisa'ns }uifs, datées de 1945 à 1957, pour démuntrer la calomnie. Le ministre des Finances, dans une lettre qui sera présentée aux juges, souligne égaiement - s'il en était besoin - qu'aucune discrimination n'est établie sur }a base confessionnelle dans la répartition des imp:'lts. La Fbdération Générale des IndwstJ.iels, Artisans et Façonniers, qui vient de donner son adhésion à la journée NationaJe, nous indique dans sa lettre: « Au cours de la Journée Nationale, nous nous ferons un devoir d'informer les assises antiracistes de cette affaire ». « Le peuple 1 être humain, Sl de croyance, p crés. » (préau blique FrançaÏJ oc Tous les ê en dignité et el cons!cience et ( dans un espril nationale des 1 le 10 décembr( POUR L'ANNIVERSAIRE D' t imetières juifs profanés e~ POUR l'anniversaire de la naissance de Hitler, plusieurs manifestations antisémites, spécialement dirigées contre les cimeti,!res israélitès, ont occasionné de sülellx flommages mais aussi de vives prr,testations. C'est ainsi qu'à Salzgitter-Lebenstedt le cImetière juif reçut la visite de vandales inconnus, manifestement animés de sentiments violemment antisémites, qui saccagèrent 80 pierres tombales en les renversant et en les souillant. Un monument haut de 10 mètres fut gravement en- Les mêmes méthodes en France AVANT de s'en prendre aux hommes vivants, les fas( listes s'efforcent de cr·éer le « climat » favorable en attaquant les morts, leurs victImes, ou tout ce qui peut évoquer leur dom.magé, et une" cr - gage de fidélité rer - fut peinte SI D'autre part, une pO' d'une pancarte portll « Allemagne, révelll à lsraêll » avait ét une croix. A la suite de ces Mme Maria Meyer S. der du parti social-d membre du Parleme~ Saxe, a déclaré que trages « .portent grt teinte au renom de que Fédérale alleman, ger » et que « tot mands honnêtes se oondamner publique!) tes ». . L'Université est largement représentée par des professeurs aussi respectés que MM. Albert Chatelet, doyen honoraire de la Faculté des Sciences; G. Choquet, Marcel Prenant et Evry Schatzman (Sciences); Mme Jeanne Lévy (Médecine); l Meyerson et Marc-André Bloch (Lettres); Jean Leroy, sous-directeur au Muséum; M. Malterre, directeur de laboratoire à l'Ecole Nationale d'Agri- r ----------------------------------------- mémoire. Ainsi s'expliquent les profanations de cimetières juifs par les Par ailleurs, ce1t tions antisémites sou! réaction très vive des . syndicats ouvr jeunes syndicalistes dans la ville et au ( Salzgitter. Les jeun du syndIcat des mr déposèrent une cour, nu ment israélite sa CI culture de Grignon, ancien expert de l'U.N.R.R.A. L'appel est approuvé également par des écrivains de renom, divers par leur talent, également opposés au racisme, tels que Mme Marcelle AUCLAIR, MM. Joseph KESSEL, René MARAN, Michel LEIRIS, André SPIRE, Francis JOURDAIN, Pierre MORHANGE et l'écrivain africain Bernard B . DADIE. La préparation de la Journée Nationale est débattue dans de nombreux établissements d'enseignement secondaire, où seront Du monde entier • • • (Suite de la page 1) Particulièrement émouvante est la lettre envoyée à la journée Nationale par la rédaction de l'hebdomadaire «New Age », « le seul journal d'Afrique du Sud qui mène le combat pour l'éga.Jité de tous les Sud-Africains, sains distinction de race, de croyance ou de couleur . D'lta'lie sont arrivés deux messages: l'un du Comité Italien de Défense de 1a Paix, l'autre de la Communauté Israélite de Rome, signé par le grand rabbin Elio Toaff. Citons encore, d'Allema.gne, la lettre du pasteur D. Martin Niemoller

le message de la' Fédération

Suisse des Communautés Israélites, signé par son président, M. Georges Brunschvig; ceux de Mme Hélène Sobell (U.S.A.), épouse de Morton Sobell, qui fut condamné à 30 ans de bagne au même procès que les Rosenberg; celui enfin, ve ·nant d'Austra'lie, du Comité juif pour combattre le fascisme et l'antisémitisme. Suite de l'article du présid~nt Lyon-Caen déjà profondément l'opinion, et à l'heure oÙ se développent insolemment en France des menées fascistes, .auxquelles aucune action ~ouvernementale n'a· tenté jusqU'Id de mettre un terme. pargne pas certains pays de l'Est, il importe que les citoyens, qu'anime l'idéal de la fraternité humaine, se dressent contre les menaces conj u.guées du racisme sous toutes ses formes, du fasSi elle y manque, elle apparaît défigurée. Tr.availlons à rendre à notre pays dans le monde l'image d'une France fidèle à ses plus hautes traditions. En vérité, confier des fondions ' dirigeantes dans l'armée européenne à ceux-là mêmes dont le nom est et restera dans l'histoire associé aux pires méfaits du mi. Jitarisme allemand et du racisme nazi, n'est-ce pas, en même temps qu'un outr,age véritable à I nos morts, une menace certaine pour les li:tJ:ertés publiques et pOUIT la cisme et de la guerre, répandues r-------------. aujourd'hui à travers le monde. paix? . /1 est du plus haut intérêt national que la France des Droits de Il'Homme, la Fra'nce de l'abbé Grégoire, la 'France de Schoelcher, la France de l'affaire Dreyfus, la France de la Résist,ance et de la Libération, fasse entendre solennellement sa grande voix généreuse. Soyons convaincus que ce qui DANS les circonstances que fa'it la pu,issance de la France, ,nous venons de rappeler, à son ultime chance de conserver l'heure aussi où sévit tou- sa place dans le monde, ce n'est jours, comme un mal endémique, pas la. seule force matérielle; ce la discrimination et la sé~réga- sont les valeUirs morales qu'elle a tion raciale aux EtatsUms, où révélées et qu'elle représente, et l'antisémitisme f'ait des ravages au premier rang parmi elles le dans 'l'Egypte de Nasser et n'é- respect de la personne humaine. Nous n'oublions pas ... Dimanche 19 mal, à Pithiviers, a eu lieu l'inauguration d'un monument élevé à la mémoire des Juifs Internés en 1941 aux camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande. Une foule de plusieurs milliers de ,p,ersonnes et de hautes personnalités participaient à ce pèlerinage émouvant. Une délégation · conduite par Charles Ovezarek et Charles Hutman, ,membres du Bureau National, représentait notre Mouvement. nazis en Allemagne. En France, il y a quelques semaines, nous signallons divers monuments dL'térlorés et souillés: le monument à Georges Mandel, près de Fontainebleau (où vient d'arriver le général Speidel); le «Veilleur de Les 2.300 élèves protestantes de BI manifestèrent leur ! envoyant une C'OU!'l décidant d'ouvrir t pour réparer les torr magées. La Fédération syn lemagne occidentale, a publié un comml Pierre », monument élevé à ________ _ Lyon en hommage à la RésIstance; la plaque commémorant le sacrifice du colonel Fabien, à Habsheim (Haut-Rhin) . Plus récemment, à ParIs, les vandales ont brIsé, 10, rue Jules- Lemaitre, dans le douzIème arrondissement, la plaque rappelant le souvenir des deux hél'Orques r,éslstants que furent Georges et MaY Politzer, massacrés par les hitlériens. Mals de tels procédés ne feront pas oublier aux Français l'horreur du nazism~, de l'antisémItisme, de la guerre. Ils exigent que des mesures sévères soient prIses pour chAtler les coupables. Les élu I LS ne rasent convenablemf preuve ... ils qui, foulant pou; femme rousse et en France des chi si son voyage av les étudiants de . honorés, choyés, : Les alliances de Pouj~de Nous vous suggér( voyage au Quartier pas à la façon dol' glais l'aurait mené. contre de nombrel africains, algériens, vietnamiens. BeauCi nus étudier en FraI sons le mot, des 111 exactement, les mol berté, fraternité ra) tous leurs feux éc thousiasmant ces , mes. P ùUJADE ne désarme pas. De congrès en meetings il multiplie les attaques antirépublicaines, reprises par sa feuille « Fraternité Française ». n y a quelques jours, encore, à Saint-Céré, poujade déclara: « L'heure est venue de tailler dans le vif et de pratiquer le nettoyage le plus méticuleux. La vigilance nationale prépare les dossiers, les réquisitoires seront inexorables ... » Préparant le « grand jour » où ils espèrent procéder au « nettoyage » en question, 1 .. factieux, Poujade le reconnaît, mettent au point des « dossiers », des « listes noires ». n n'est pas un numéro de « Fraternité Française » où ne soient publiées des menaces de mort pour les tenants du « système » républicain. Pour parvenir à ses fins, Poujade noue des alliances, que nous avions laissées préVOir dans nos précédents numéros. Avec le fasciste Dorgères et Antier, qui appartenait au groupe de M. Pinay, il vient de constituer un « intergroupe » à l'Assemblée Nationale. Le 30 mars, lors de la manifestation factieuse de l'Etoile, les élus poujadistes marchaient en tête, avec Dides, Biaggi, les représentants de « l'Action Française ». de « Jeune Nation », etc ... , entourant le c0- lonel Bourgoin, lequel avait donné, quelques jours plus tôt, une interview' à « Fraternité Française ». En tête du cortège se trouvait également le général Faure qui, aujourd'hui candidat aux élections de Lyon, a déclaré: « Mon combat (!) rejoint celui de Pierre Poujade ». Ainsi, les factieux continuent de s'organiser sans qu'aucune mesure soit prise par les pouvoirs publiCS pour contrecarrer leurs activités A leur regroupement, les antiracistes, les républicains se doivent de faire front efficacement en s'unissant à. leur tour. UNE SITUATION Mais. sitôt en c la réalité, 11 leur f: qu'ils se sont quelq' pés. Au demeurant, publies se oharger vent de bousculer ft qui pourraient pe leur rêve. On peut pIe, lndiftéremmeÎl ATlonAlE conTRE LE RACISME, L'AnTISEMITISME u banc des accusés Un candidat ... au , nazIsme NOUS a,vons dénoncé en janvier dernier cette circu' Ila ire d'un obscur candidat du 1er secteur de Paris, Henri Carrey, violente diatribe antisémite qUli fut adressée officiellement, dans le cadre de la cam, pagne électorale, à 500.000 citoyens. Le sieur Carrey affirmait... carrément que les Israélites, en Fiance, ont été dispensés à plusieurs reprises du paiement des impôts que, comme commerçants, industriels Et autres, ils auraient da payer... et ce, à partir de 1945 jusqu" en 1957, si bien que, jusqu'à ce jour, depuis la dernière guerre, ils n'ont absolument rien payé ~. Il concluait: liers, les feuilles d'impôts de commerçants, industriels, artisans j.uifs, datées de 1945 à 1957, pour démuntrer la calomnie. Le ministre des Finances, dans une lettre qui sera présentée aux juges, souligne égaIement - s'il en était besoin - qu'aucune discrimination n'est étahlie sur }a base confessionnelle dans la répartition des imp5ts. La Fédération Générale des [ndUlst t.iels, Artisans et Façonniers, qui vient de donner son adhésion à la Journée Nation tle, nous indique dans sa lettre: « Au cours de la Journée Nationale, nous nous ferons un devoir d'informer les assises antiracistes de cette affaire ». Des textes fondamentaux te Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ..• Tous les citoyens étant égaux aux yeux de la loi, ~ont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités, et sans autres distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. » (Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, 27 août 1789.) te Le peuple français proclame de nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de !!royance, possède des droits inaliénables et sacrés. » (préambule de la Constitution de la République Française, 27 octobre 1946.) « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » (Déclaration internationale des Droits de l'Homme adoptée par l'O.N.U. le 10 décembre 1948.) 'Pour l'honIieu DEPUIS quelques mois - exactement depuis la fin du débat à l'O.N.U. sur la guerre d'Algérie - un certain nombre de témoignages sur les méthodes de répression utilisées en Algérie ont été publiés. Pierre-Henri Simon a écrit Contre la torture, un livre noble et courageux; personne en France ne peut donc plus prétendre de bonne foi qu'il ignore ce qui se fait là-bas au nom du peule français. faits et accable d'injures ceu: . qu: les signalent, voilà qui es beaucoup plus abominable encan que les crimes dénoncés. Les combattants ont . des excu ses, qui ne sont pas des justifi cations. Il y 1, le caractère atroa de la guerre, 'le danger et la cha leu·r du combat, la cruauté d'UI adversaire qui commet, lui lussi d'inqu'alifiables atrocités, la va lonté, chez certains chefs . d conps, de défendre comme Bi peuvent la vie des hommes qu PAR Jacques MADAULE leur sont confiés. Je le répètE cela excuse ou explique, san pour autant justifier. « Et pour tout cela, dix ol/' douze ans d'impôts non payés, --------------------------------------------- l'Etat chipote sur les demandes des petits fonctionnaires » ... On oeut, certes, discuter sur l'étendue du mal; personne n'a jamais dit, à ma conllaissance, que toute rarmée française d'Algérie soit collectivement coupable. C'est pourtant ce qu'une certaine propagande officielle voudrait faire croire à ,J'opinion. Ceux qui dénoncent les atr:ocités commises se voient accuser, en effet, de porter atteinte à l'honneur de l'armée. Mais, où est l'excuse des ora teurs offic-iels ou officieux, de joumalistes tout aussi éloigné que nou,s du feu des combats e ,qui s'acharnent pourtant à nie l'évidence? Où serait l'excus d'une opinion égarée et trompéE si elle en venait à penser qu tous les moyens sont permi contre certains adversaires? POUR L'ANNIVERSAIRE D'HITLER Certes, Carrey n'a obtenu que 805 voix sur 305.454. C'est dire qUoe l'antisémitisme à ce point grossier ne prend plus aujourd'hui en France. Mais il reste une calomnie qui, reprise, ré, pétée, peut ça et là cheminer et tromper des personnes crédules. Il reste l'accusation tendant à présenter les juifs comme responsables des bas salaires (ainsi on ne parle pas des causes réelles des diffiwltés économique, en particulier -la guerre t imetières juifs profanés en Allemagne Occidentale C'est là une attitude proprement intolérable et contre laquelle tous les hommes de coeur dans ce pays ont le devoir de protester avec indignation car, sous prétexte de défendre l'honneur de l'Iarmée, qui n'est nullement en cause, on porte atteinte à celui de la nation tout entière. d'Algérie). Une leçon deva,it êtr'e donnée à Carrey et ses pilreils. Les pouvoirs publics' n"ayant pas réagi, comme la loi leur en faisait pourtant un devoir [a Fédération Générale des [ndustriels, Artisans et Façonniers en France, dont de nombreux adhérents se trouvent ainsi attaqués 'et diffamés, a engagé des poursuites. Elle a pris pour défenseur Mo Mat;dce Garçon. Cette affaire viendra le 11 ma,i devant [a 17· chambre du tribunal correctionnel. Il ne sera pas difficile à [a Fédération de fournir, par milt Lyon-Caen i elle y manque, elle apparaît ·figurée. Tr'availlons à rendre à notre ays dans le monde l'image 'une France fidèle à ses plus autes traditions. oos n'oublions pas ... DImanche 19 mal, à Pithiviers, eu lieu l'inauguration d'un onu ment élevé à la mémoire des Ifs Internés en 1941 aux camps e Pithiviers et Beaune-la-Ronde. Une foule de plusieurs milliers e ,personnes et de hautes pernnalltés particIpaient à ce pèlenage émouvant. Une délégation ' conduite par Iharles Ovezarek et Charles utman, membres du Bureau tlonal, représentaIt notre Moument. POUR l'anniversaire de la naissance de Hitler, plusieurs manifestations antisémites, spécialement dirigées contre les cimeti,!res israélitès, ont occasionné de s';riellx iommages mais aussi de vives Pl'(,testations. C'est ainsi qu'à Salzgitter-Lebenstedt le cimetière juif reçut la visite de vandales inconnus, manifestement animés de sentiments violemment antisémites, qui saccagèrent 80 pierres tombales en les renversant et en les souillant. Un monument haut de 10 mètres fut gravement en- Les mêmes méthodes en France AVANT de s'en prendre aux hommes vivants, les fas( listes s'efforcent de cr-éel' le « climat » favorable en attaquant les morts, leurs victimes, ou tout ce qui peut évoquer leur mémoire. Ainsi s'expliquent les profanations de cimetières juifs par les nazis en Allemagne. En France, il y a quelques semaines, nous signalions divers monuments detériorés et souillés: le monument à Georges Mandel, près de Fontainebleau (où vient d'arriver le général Speidel); le «Veilleur de Pierre :&, monument élevé à Lyon en hommage à la Résistance; la plaque commémorant le sacrifice du colonel Fabien, à Habsheim (Haut-Rhin). Plus récemment, à Paris, les vandales ont brisé, 10, rue Jules- Lemaitre, dans le douzième arrondissement, la plaque rappelant le souvenir des deux hérorques résistants que furent Georges et MaY Politzer, massacrés par les hitlériens. Mais de tels procédés ne feront pas oublier aux Français l'horreur du nazismE:., de l'antisémitisme, de la guerre. Ils exigent que des mesures sévères soient prIses pour châtier les coupables. de PouJa.de ~de noue des alliances, que une interview' à « Fraternité us avions laissées préVOir ns nos précédents numéros. vec le fasciste [)orgères et Aner, qui appartenait au groupe M. Pinay, il vient de constuer un « intergroupe » à Assemblée Nationale. Le 30 mars, lors de la manistation factieuse de l'Etoile, s élus poujadistes marchaient tête, avec Dides, Biaggi, les eprésentants de « l'Action 'rançaise », de « Jeune Na- ~n », etc ... , entourant le cenel Bourgoin, lequel avait nné, quelques jours plus tôt, Française ». En tête du cortège se trouvait également le général Faure qui, aujourd'hui candidat aux élections de Lyon, a déclaré: « Mon combat (!) rejoint celui de Pierre Poujade ». Ainsi, les factieux continuent de s'organiser sans qu'aucune mesure soit prise par les pouvoirs publiCS pour contrecarrer leurs activités A leur regroupement, les antiracistes, les républicains se doivent de faire front efficacement en s'unissant à leur tour. dommagé, et une" croix gammée - gage de fidélité à l'ex-Fuhrer - fut peinte sur le socle. D'autre part, une poupée munie d'une pancarte portant les mots « Allemagne, réveille-toi 1 Mort à Israêl! » avait été pendue à une croix. A la suite de Ces événements, Mme Maria Meye" SeY8nlch, leader du parti social-démocrate et membre du Parlement de BasseSaxe, a déclaré que de tels outrages « .portent gravement atteInte au renom de la République Fédérale allemande à l'étranger » et que « tous les Allemands honnêtes se doivent de condamner publlquement ces actes

&.

malisant les profanations et exigeant de sévères punitions pour les coupables. Mais les autorités de Bonn sont-elles en mesure de jugu- 1er l'antisémitisme, alor! que tant de nazis sont actuellement en place dans les services gouvernementaux et que, terrible encouragement, un Speidel, général hitl~rien, est nommé il la tête de l'armée franç.aise? Il devra,it suffire d'énoncer de par.eilles vérités, tant elles sont évidentes pour tou,t esprit droit. Qu'une armée en guerre, dans les conditions particulièrement douloureuses et difficiles du conflit algérien, soit amenée, pour ainsi dire malgré elle, à commettre des actes répréhensibles, c'est déplorable, mais on peut, à la rigueur, ,le complendre. Il faut dénoncer avec vigueur un pareil état de choses et le redresser a,vec fermeté. Mais quiune partie de la nation, qu'une partie de ceux qui ont charge d'en représenter l'opinion, cherche à couvllr ces for- A quoi bon s'être indigné, n'y a pas quinze ans, dE va nt les horreuls du racism 'allemand, si nous pratiquons notr,e tour le même racisme Car, ne nous fa,isons pas d'iHv sions : c'est bien de cela qu'! s'a,git et il ne s'agit même qUI de cela. Qu'un peuple europée, pra"ique le racisme à l'encontr de ses wncitoyens juifs ou d peuples voisins qui participent la même culture que lui-même, [ chose éllpparaît monstreuse à l'im mense majorité des FrançaÏ! Mais si no'Us adoptons les même méthoc!es, au delà de la Méditel ranée, contre un peuple d'un autre race et d'une autre civilis~ tian, croyant défendre a·i,nsi ~ vie et les intérêts des Européen d'Algérie, n'est-il pas vr.ai qU! Par ailleurs, ce~ manifestations antisémites soulevèrent une réaotlon très vive tde la part des . syndIcats ouvriers. 2.000 jeun es syndicalistes défilèrent dans la ville et au cimetière de Salzgitter. Les jeunes membres du syndicat des métallurgistes déposèrent une couronne au monument Israélite saccagé.


, pour un trop grand nombre d

Les 2.300 élèves des écoles protestantes de Berlin - Ouest manifestèrent leur solidarité en envoyant une c'ouronne et en décidant d'ouvrir une collecte pour réparer les tombes endommagées. La Fédération syndicale d'Allemagne occidentale, de son côté, a publlé un communiqué stlg- Encore "Jeune Nation " au Carreau du Temple TOUT récemment le Carreau du Temple a été le théâtre d'une scène qui, malheureusement, se renouvelle fréquemment. Un matin, les commerçants eurent la mauvaise surprise de voir leurs stands couverts d'inscrip tians antisémites faites au fusain et en caractères gras: « Juifs, allez-vous-en. » « Les juifs à la casserole. » Le « Mouvement Jeune Natian » avait, délicate attention, laissé sa signature. Le M.R.A.P. et son journal « Droit et Liberté » ont maintes fois attiré l'attention des autorités sur l'activité factieuse du ({ Mouvement Jeune Nation ». Nous exigeons une fois encore que soient prises des mesures sévères contre ceux qui troublent ainsi l'ordre public et violent insolemment la Constitution et les lois républicaines. Français, l'horreur est beaucou moindr.e? Ce qu·i leur paraissa. mtoléra"'le chez eux, parce qu des Français de France en étaien les victimes, leur semble l,ccep table en Algérie parcl' que le victimes sont des « bougnoules ' et que les « bougnoules » ne son pas tout à fait des hommes. A surplus, ces « bougnoules » n commettent-ils pas eux-même les pires atrocités et ne se ren dent-ils pas ainsi justiciables d la loi du talion? Contre cet ignoble raisonne ment, qui n'a que trop de priSE Les eludionls d·oulre-mer aux prises avec les dis I LS ne rasent pas les murs en marchant... Paraissent conveijablement vêtus, satisfaits de leur sort! La preuve... ils rient! Aucun doute possible, l'Anglais qui, foulant pour la première fois notre sol, croisa une femme rousse et jura que toute la gent féminine portait en France des cheveux roux, aurait juré de la même façon, si son voyage avait commencé par le Quartier Latin, que les étudiants de toutes races, de tous pays, s'y trouvaient honorés, choyés, bref chez eux. Nous vous suggérons un court voyage au Quartier Latin, mais pas à la façon dont notre Anglais l'aurait mené ... On y rencontre de nombreux étudiants africains, algériens, malgaches, vietnamiens. Beaucoup sont venus étudier en France avec, disons le mot, des illusions. Plus exactement, les mots égalité, liberté, fraternité rayonnaient de tous leurs feux éclatants, enthousiasmant ces jeunes hommes. UNE SITUATION BOITEUSE Mais, sitôt en contact avec la réalité, il leur faut convenir qu'ils se sont quelque peu trom., pés. Au demeurant, les pouvoirs publics se chargent trop souvent de bousculer rudement ceux qui pourraient persister dans leur rêve. On peut, par exemple, indifféremment conjuguer au passé, au présent, au futur et dans tous les établissements: La Guadeloupe est française ... Donc le Guadeloupéen est français! Tout cela paraît simple. En apparence. En apparence seulement! L'étudiant guadeloupéen ou martiniquais, ou réunionnais, a un pied au ministère de l'Intérieur et un autre au Ministère de la France d'outre-mer, car ces étudiants, tout en étant des Français et devant, par ce fait, bénéficier intégralement des statuts et lois français, se trouvent soudain soumis à un curieux régime d'exception. Car ce qui est applicable pour, un Français, quand telle loi lui est favorable, ne l'est plus pour un Français d'un département d'outre-mer. Les autorités jonglent avec des tas de considérations subtiles ayant pour base la délimitation territoriale de ces curieux Français qui après tout n'en sont pas, quand 11 s'agit de bourse et autres privilèges estudiantins. Ainsi le cas de cet étudiant de la Guadeloupe qui un jour vol t passer dans son école une circulaire avertissant les étudiants sur l'obtention pOSSible d'une bourse. Il va au ministère de la France d'outre-mer, mais ce ministère le renvoie au ministère de l'Intérieur car cette affaire ne le concernait pas. Mais le ministère de l'Intérieur à son tour le renvoie au ministère de la France d'outre-mer pour incompétence. En bref, cet étudiant n'a pas eu de bourse. LA COUSINE PROVIDENTIELLE Pour le problème du logement, la chose se fait de façon plus sournoise. Les étudiants passent au C.O.P.A.R., rue Soufflot, qui leur indique des adresses de cha mhres libres. Pour un étudiant français, pas de problème, sauf celui qui se pose pour tous: le prix! Pour un étudiant d'outre- mer, l'affaire présente maintes particularités. Il téléphone et, comme sa voix n'a pas de couleur, la propriétaire répond affablement que la chambre est effectivement libre et qu'il pourra en disposer le soir même s'Il le désire. L'étudiant se présente le soir venu, mais la visite aussi subite qu'imprévue d'une cousine lointaine empêche la location de la chambre: Il faut bien la loger quelque part, cette pauvre parente! Combien d'exemples de ce genre, auxquels les étudiants de couleur dans leur généralité sont coutumiers! Encore l'étudiant antillais peutIl déambuler sans crainte - pour l'instant - de voir s'abattre une énorme patte qui le conduira Illico au poste de police. Oe n'est pas le cas de l'étudiant ACISME, L'AnTISEMITISME ET POUR LAPAIH tes fondamentaux 'Pour l'honneur de la naissent et demeurent libres et •• Tous leSi citoyens étant égaux aux ont également admissibles à toutes et emplois publics, selon leurs capautres distinction que celle de leurs: rs talents. » (Déclaration des Droits u Citoyen, 27 août 1789.) ançais proclame de nouveau que tout s distinction de race, de religion ni ssède des droits inaliénables: et saule de la Constitution de la Répue, 27 octobre 1946.) res humains naissent libres et égaux droit. Ils sont doués de raison et de oivent agir les uns envers les autres de fraternité. » (Déclaration interroits de l'Homme adoptée par l'O.N.U. 1948.) ITLER Allemagne Occidentale lx gammée l'ex-Fuhr le socle. pée munie t les mots -toi! Mort pendue à vénements, .nlch,leamocrate et t de Bassee tels ouvement ata Républle Il l'étranles Alledoivent de mati sant les profanations et exigeant de sévères punitions pour les coupables. Mais les autorités de Bonn sont-elles en mesure de jugu- 1er l'antisémitisme, alors que tant de nazis sont actuellement en place dans les services gouvernementaux et que, terrible encouragement, un Speldel, général hitl~rien, est nommé il la tête de l'armée fran çaise? DEPUIS quelques mois - exactement depuis la Lin du débat à l'O.N.U. sur la guerre d'Algérie - un certain nombre de témoignages sur les méthodes de répression utilisées en Algérie ont été publiés. Pierre-Henri Simon a écrit Contre la torture, un livre noble et courageux; personne en France ne peut donc plus prétendre de bonne foi qu'il ignore ce qui se fait là-bas au nom du peule français. On oeut, certes, discuter SUl' l'étendue du mal; personne n'a jamais dit, à ma conllaissance, que toute rarmée française d'Algérie soit collectivement coupable. C'est pourtant ce qu'une certaine propagande officielle voudrait faire croire à .j'opinion. Ceux qu·i dénoncent les atr:ocités commises se voient accuser, en effet, de porter atteinte à l'honneur de l'armée. C'est là une attitude proprement intolérable et contre laqueHe tous les hommes de coeur dans ce pays ont le devoir de protester avec indignation car, sous prétexte de défendre l'honneur de l'armée, qui n'est nullement en cause, on porte atteinte à celui de la nation tout entière. Il devra,it suffire d'énoncer de par.eiHes vérités, tant elIes sont évidentes pour tout esprit droit. Qu'une armée en guerre, dans les conditions particulièrement douloureuses et difficiles du conflit algérien, soit amenée, pour ainsi dire malgré elle, à commettre des actes rép'réhensibles, c'est déplorable, mais on peut, à la rigueur, 'le compl'endre. 11 faut dénoncer avec vigueur un pareil état de choses et le redresser avec fermeté. Mais qu,'une partie de la nation, qu'une partie de ceux qui ont charge d'en représenter l'opinion, cherche à couVlir ces forfaits et accable d'injures ceux . qu: les signalent, voilà qu,i est beaucoup plus abominable encore que les crimes dénoncés. Les combattants ont · des excuses, qui ne sont pas des justifications. Il y a, le caractère atroce de la guerre, Je danger et la chaleur du combat, la cruauté d'un adve.rsair:e qui commet, lui Iélussi, d'inqu·alifiables atrocités, la volonté, chez certains chefs . de conps, de défendre comme ·i1s peuvent la vie des hommes qui PAR Jacques MADAULE leur sont confiés. Je le répète, cela excuse ou explique, sans pour autant justifier. Mais, où est l'excuse des orateurs offidels ou officieux, des joumalistes tout aussi éloignés que nous du feu des combats et qui s'acharnent pourtant à nier l'évidence? Où serait l'excuse d'une opinion égarée et trompée, si elle en venait à penser que tous l~s moyens sont ,permis contre certains adversaires? A quoi bon s'être indigné, il n'y a pas quinze ans, devant les horreUls du racisme allemand, si nous pratiquons à notr.e tour le même racisme? Car, ne nous fa·isons pas d'illusions

c'est bien de cela qu'il

s'agit et il ne s'agit même que de cela. Qu'un peuple européen pra"ique le racisme à l'encontre de ses co'ncitoyens juifs ou de peuples voisins qui participent à la même culture que lui-même, la: chose élJpparaît rnonstreuse à l'immense majorité des França·is. Mais si nous adoptons 'les mêmes méthodes, au delà de la Méditerranée, contre un peuple d'une autre race et d'une autre civilisation, croyant défendre a,i:nsi l'a vie et les intérêts des Européens d'Algérie, n'est-il pas vr,ai que, manlfestavèrent une e la part ers. 2.000 -----------------------------, pour un trop grand nombre de défilèrent metlère de membres tallurgistes nne au moagé. des écoles rUn - Ouest lIdarité en Encore "Jeune Nation " au Carreau du Temple TOUT récemment le Carreau du Temple a été le théâtre d'une scène qui, malheureusement, se renouvelle fréquemment. Un matin, les commerçants eurent la mauvaise surprise de voir leurs stands couverts d'inscrip tions antisémites faites au fusain et en caractères gras: {( Juifs, allez-vous-en. » {( Les Juifs à la casserole. » Le {( Mouvement Jeune Nation » avait, délicate attention, laissé sa signature. Le M.R.A.P. et son journal « Droit et Liberté » ont maintes fois attiré l'attention des autorités sur l'activité factieuse du « Mouvement Jeune Nation ». Nous exigeons une fois encore que soient prises des mesures sévères contre ceux qui troublent ainsi l'ordre public et violent insolemment la Constitution et les lois républicaines. Français, l'horreur est beaucoup moindr.e? Ce qu·i leur paraissait mtoléra1-ole chez eux, parce que des Français de ,France en étaient les victimes, leur semble Iélcceptable en Algérie parc!' que les victimes sont des « bougnoules » et que les « bougnoules » ne sont pas tout à fait des hommes. Au surplus, ces « bougnoules » ne commettent-ils pas eux-mêmes les pires atrocités et ne se rendent- ils pas ainsi justiciables de l'cl loi du talion? Contre cet ignoble raisonnement, qui n'a que trop de prise, il faut le répéter avec tristesse, sur une partie de I-'opinion frança, ise, nous devons nous élever avec vigueur, car c'est l'honneur même de la France qui est ici en jeu. L'honneur de l'armée et celui de 'la nation qu'eile représente sont indivisibles. Il n'y a qu!un seul honneur: l'ho'nneur françai s. Ceux qui dénoncent les ex'actions d'Algérie défendent l'honneur de la franoe; ceux qui voudraient les couvrir d'un manteau de silence le foulent aux pieds. Et qu'on ne vienne pas id parler de coeurs sensib'l,es ou de sCliupules hors de saison. Il serait vraiment trop facile de montrer que la propagande du D' Goebbels utilisait, pour la justification des SS, des arguments du même ordre. Les coeurs trop sensibles et les « scrupular:ds » ne risquaient-ils pas, eux aussi, de compromettre l'existence du III' Reich? L'histoire enseigne que ces coeurs sensibles et ces hommes pleins de scrupules n'ont pas notablement freiné la sauvagerie des SS. Le III' Reich n"en 'a pas moins péri dans un désastre inouï, comme avaient péri avant lui les Assyriens et les Mongols, que ,les SCI upules n'étoufiaient pas. Mais de pareils exemples sembl,ent faits pour être aussitôt oubliés, comme si l'humanité ne voulait pas apprendre que l'on ne fonde rien de durable sur l'injustice et la violence, que la haine n'engenàre jamais que la haine, qu'un ordre 'appuyé sur la terleur s'effondre toujours dans 1e sang de ceux qui ront imposé. Tant que nous n'aurons pas compris cela; tant que nous n'en aurons pas fait la règle absolue de notre conduite nationa'l'e, c'est en vain que nous dépenserons nos for·ces physiques et morales pour mainteni r outre-Méditermnée une .présence qui ne sera féconde que dans la mesure où elle sera consentie. MAIS un patriote n'a pas le droit de désespérer de son pays et il n'y a pas de raison aujourd'hui pour que nous désespérions de la France. Si une partie de J'opinion semble lamentablement égarée, la saine réaction d'un très grand nombre de Français en France aussi bien qu'en Al gérie, dans l'armée aussi bien que dans la population civile, nous assure que la conscience française n'est pas morte, que l'honneur de la France 'ne sera pas terni ,et qu·e nos intérêts nation aux seront défendus et s",uvés comme ils doivent l'être. ianls d·oulre-mer aux prises avec les discriminalions as les murs en marchant... Paraissent t vêtus, satisfaits de leur sort! La ient! Aucun doute possible, l'Anglais la première fois notre sol, croisa une jura que toute la gent féminine portait veux roux, aurait juré de la même façon, it commencé par le Quartier Latin, que utes races, de tous pays, s'y trouvaient ref chez eux. s un court atin, mals notre An. On y renétudiants malgaches, up sont vaavec, diIons. Plus égalité, linnaient de atants, enunes homntact avec ut convenir peu trom., les pouvoirs trop souementceux sister dans par exemconjuguer au passé, au présent, au futur et dans tous les établissements: La Guadeloupe est française ... Donc le Guadeloupéen est français! Tout cela paraît simple. En apparence. En apparence seulement! L'étudiant guadeloupéen ou martiniquais, ou réunionnais, a un pied au ministère de l'Intérieur et un autre au Ministère de la France d'outre-mer, car ces étudiants, tout en étant des Français et devant, par ce fait, bénéficier intégralement des statuts et lois français, se trouvent soudain soumis il. un curieux régime d'exception. Car ce qui est applicable pour, un Français, quand telle loi lui est favorable, ne l'est plus pour un Français d'un département d'outre-mer. Les autorités jonglent avec des tas de considérations subtiles ayant pour base la délimitation territoriale de ces curieux Français qui après tout n'en sont pas, quand il s'agit de bourse et autres privilèges estudiantins. Ainsi le cas de cet étudiant de la Guadeloupe qui un jour voit passer dans son école une circulaire avertissant les étudiants sur l'obtention possible d'une bourse. Il va au ministère de la France d'outre-mer, mais ce ministère le renvoie au ministère de l'Intérieur car cette affaire ne le concernait pas. Mais le ministère de l'Intérieur à son tour le renvoie au ministère de la France d'outre-mer pour incompétence. En bref. cet étudiant n'a pas eu de bourse. LA COUSINE P~OVIDENTIELLE Pour le problème du logement, la chose se fait de façon plus sournoise. Les étudiants passent au a .O.p.A.R., rue Soufflot, qui leur indique des adresses de cha mhres libres. Pour un étudiant français, pas de problème, sauf celui qui se pose pour tous: le prix! Pour un étudiant d'outra- mer, l'affaire présente maintes particularités. Il téléphone et, comme sa voix n'a pas de couleur, la propriétaire répond affablement que la chambre est effectivement libre et qu'il pourra en disposer le soir même s'il le désire. L'étudiant se présente le soir venu, mais la visite aussi subite qu'imprévue d'une cousine lointaine empêche la location de la chambre: il faut bien la loger quelque part, cette pauvre parente! Combien d'exemples de ce genre, auxquels les étudiants de couleur dans leur généralité sont coutumiers! Encore l'étudiant antillais peutU déambuler sans crainte - pour l'instant - de voir s'abattre une énorme patte qui le conduira illico au poste de police. Ce n'est pas le cas de l'étudiant algérien, menacp à tout moment d' être arrêté. Pour les étudiants algériens, les problèmes de bourses et autres avantages universitaires sont aujourd'hui dépassés: la solidarité seule qui unit les étudiants d'outre-mer leur permet de continuer leurs études et tout Simplement de vivre. TRISTE ELOQUENCE DES CHIFFRES Quant à l'activité universitaire actuelle de l'Algérie, seuls les chiffres remontant à 1953 nous permettent de nous en faire une idée! • Enseignement primaire: Toute la population européenne est scolarisée: 135.000. Pour la population musulmane, 86,5 p. 100 des enfants restent non scolarisés. Enseignement secondaire: 24.000 élèves européens, 4.159 élèves musulmans. Enseignement supérieur: Université d'Alger: 3.132 européens, 507 musulmans. Mais en fait la langue nationale de l'Algérien, instrument d'expression de sa pensée et vé- Huguette DUFRENOIS. (Suite page 8.) France Nous devrons toutefois mener pou'r cela un rude combat, ma,is un de ces combats dont nous avons l'habitude. L'honneur de la France l1l été sauvé, au début de ce siécle, par les dreyfusards; il l'a été, qu,arante ans plus ta,rd, par les résistants qui refusèrent toute collab_ration au nazisme; il le sera, dans les trag.iques années que nous vivons, par ceux qui se dressent contre la torture et 'les représailles en Algérie. Il y a une troadition fra'nçaise. .jj y a une continuité française, qui sont aussi bien celles de 'l'armée que celles de la nation. Un roi de Fl"ance écrivait, au soir d'une grande défa,ite: « Tout est perdu, fors l'honneur ». De pareilles défaites se réparent, on l'a' bien vu. Nous fe rIOns en sorte que nul ne puisse jamais écrire, en Algérie: « Rien n'est perdu, fors .J'honneur ». Car de semblables victoires ne se réparent jamais. Les adeptes de ce prétendu « réaHsme », qui a fait ses p reuves tout ,au' long de l'histoire humaine, m'accuseront sans doute d'idéalisme, car l'honneur consiste appa,remment pour eux à dissimuler ses crimes. Si seulement on pouvait n'en point parIer, en recueillir les soi-disant bénéfices sans en capitaliser aussi la honte! Voi1à pourquoi la meute se déchaîne contre oeux qui rO!11pent le silence. On leur reproche de parler trop tard ou de généralisér des faits isolés. Quels services ne sont-ils pas en train de rendre à la propagande adverse! C'est à se demander vraiment s'ils ne sont pas soudoyés. Tout beau, Messieurs! L'honneur d'un pays n'est pas une marchandise aV'ariée que l'on vend au public dans un emballage s'éduisant. Tout le monde se trompe et tout le monde pêche, même la France. Mais nous voudrions que notre pays se distinguât de quelques autres par la franche et loyale reconnaissance de ses propres torts. Voilà le grand mot lâfché: nous sommes, paraît-il, de ceux qui donnent toujours tort à leur pays. C',est que nous nous'en faisons une idée assez haute pour sou·haiter qu'i'l n'ait jamais tort. Et nous pensons que, si c'est à la rigueur impossible, la Finance ne se grandit pas en dissimulant et en niant ses faut,es, surtout quand ce sont des fautes contre l'humanité, car la vraie .grandeur de la France a été, jusqu'à présent, de se vouloir la pl·us humaine de toutes les patries. Veut-on changer tout cela parce qu,e nous connaissons en Algérie les hagiques difficuHés que l'on sait? Je m'y refuse et je sais que tel est aussi le sentiment de l'immense majorité des Fra,nçais, même si, abusés par une propagande infâme, ils ne l'ont pas encore assez clairement signifié. C'est au peuple français, inséparable de l'armée OÜ tant de ses fils sont aujourd'hui au, comba,t, qu'il appartient aujourd'hui de sa'uver l'honneur de la France; c'est à tous i,es Français qu'il ,appartient de le défendre contre une poignée de cyniques et d'exaltés que les lauriers du nazisme et la veulerie des collabora, teu·rs d'hier empêchent sans doute de dormir. Nous ne permettrons pas aux racistes avoués ou honteux de défigurer plus longtemps le visage de la patrie en se dissimulant sous les plis du drapeau tricolore, _8 DROIT ET: LIBERTE ! , Pour le succès de la Journée Nationale Oue Samedi 25 Mai Après-midi d'études pour le renforcement de l'action antiraciste Trois Dliliions 1 cesse ce cauchemar 1 DEPUIS Hiroshima qui en révélait, en partie, les effets effroyables, la menace atomique est allée en s'aocentuant parce que la puissance de la bombe atomique est allée en augmentant, qu'elle a joué un rôle néfaste dans la diplomatie et que les seules expériences s'avèrent déjà dangereuses pour l'humanité. A la vei lle de la J ou rnée Nationale, une après-midi d'ét udes sur les problèmes d'organisat ion et de propagande posés par la lutte anti raciste, au ra lieu, le samedi 25 mal, à 14 heures, à la Mutualité (salle M), 24, rue Saint-Victor. Les mil itants et amis du M.R.A.P. sont invités à participer acti vement à oes débats. NOS amis les plus proches savent ce que représente d'efforts, dans tous les domaines, l'organisation de la Journée Nationale, rassemblement. annuel des antiracistes de toutes tendances, en vue de nouveaux progrès, dans la lutte si nécessaire contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Nombreux sont ceux qui partagent ces efforts, se dévouant. en permanence 'pou'r le succès des réu nions, la diffusion des t.racts, les démarches les plus diverses, la collecte' des fonds. Il nous faut insister sur ce dernier aspect de notre act.lon. Car, chaque jour, nous constatons a vec regret les limites Imposées à notre propagande, à nos Le M.R.A.P. propose à la L.I.C.A. de participer à la Journée Nationale Le M.RA.P. a adressé au congrès de la L.I.C.A., qui se tenait le 12 mai à l'Hôtel Moderne, 1a lettre que nous reproduisons cidessous: Monsieur le Secrétaire général et cher Ami, Notre Mouvement a pris l'initiative d'une journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, qui aura lieu le dimanche 26 mai à la Mutualité. Il (J lancé, à cet effet, l'appel que nous VOLIS prions de trouver cijoint. Vous estimerez camme nous, nous en sommes persuadés, qu'un tel rassemblement antiraciste, auquel s'associent d'ores et déjà de nombreux groupements et d'éminentes personnalités de toutes tendances, revêt une importance toute particulière dans la période présente, où nous assistons à une inquiétante recrudescence des menées racistes, antisémites 'ft an t i r épublicc.~nes. Il nous semblerait opportun et efficace, pour la défense de la cause qui nous est commune, que la L. I.C.A. fasse également 'entendre sa voix, en toute liberté, à cette ' journée Nationale, que nous ne considérons pas comme celle du M.J.A.P. mais comme la manifestation commune de. tous les antiracistes, de tous les républicains. C'est pourquoi nous nous adressons à vous et au congrès de la L.l.C.A. dans l'espoir que celui-ci voudra désigner une délégation pour participer à la journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, ou même à sa prépamtion. NOliS nous tenons à votre entière disposition pour tous renseignements complémentaires que VO liS pourriez désirer et serions très heureux de recevoir de votre part toutes observations Olt suggestions concernant votre participation éventuelle et le déraulement de la journée Nationale. En souhaitant un travail fructueux à votre congrès, nous vous prions d'agrée r, Monsieur le Secrétaire générc.1, l'assu rance de nos sentiments les meilleurs. Le Secrétaire général : Charles P ALANT. réalisations, par l'Insuffisance de nos moyens financiers. C'est dire toute l'Importance du front. financier dans le oombat que nous menons. La préparation de la JOlJrnée Nationale, o'est une périOde où notre action s'amplifie à une éohelle considérable. Des milliers de lettres partent de nos bureaux. Des dizaines de réunions sont organisées. Des milliers d'affiches, des dizaines de milliers de tracts sont imprimés, sans parler des invitations et oartes de délégués, ni de ce journal lui-même, qui est envoyé à cette ocoaslon à un .plus grand nombre d'antiracistes. Chaque pièce de cent francs, ohaque billet de mille francs qui nous parviennent, ce sont dono quelques lettres de plus, quelques journaux, quelques affiches susceptibles de convaincre ou d'alerter un certain nombre de Français qui se joindront à notre lutte. L'attention de nos amis mérite d'être attirée sur ce point, parce que c'est d'eux, en définitive, et d'eux seuls que dépend l'ampleur de nos campagnes, le succès plus ou moins grand de la Journée Nationale. On pourrait citer en grand nombre les gestes prouvant, ces dernières semaines, que nos appels ne sont pas vains. C'est la société mutualiste « Siediec » qui, complétant. ses versement.s précédents, apporte au M.R.A.P. pour 1957 la somme totale de 100.000 francs. C'est notre ami Elsenberg qui prend la parole à une fête de l'Amicale Israélite de Montreuil et collecte plus de 18.000 francs. C'est notre ami Come-Corneille qui envole des listes de souscription à ses amis de France et des Antilles. Ce sont les deux associations cultuelles de Nancy qui offrent chacune 10.000 francs au' M.R.A.P. pour le procès des « Nouveaux MaTt! res ». C'est notre section de Saint-Quentin collectant 1 0.000 francs pour notre nouveau local. Ce sont enfin les nombreux donateurs qui, sollicités directement L E S RÉUNIONS De nombreuses réunions ont eu lieu ou se préparent, au cours desquelles des délégués sont élus pour la Journée Nationale. De province, nous savons déjà que des délégations viendront de Toulouse , et de Strasbourg, de Marseille et de Rouen, de Nancy et de Saint-Etienne, de Lyon et de Lille, de Clermont-Ferrand et de Saint-Quentin. Dans cette dernière VIlle, not re secrétaire général. Charles Palan t, a pris la parole à lm meeting commémoratif de l'insurrection du ghetto de Varsovie. A Paris, sans parler des nombreuses sociétés et organisations avec lesquelles le M.R.A.P . Il pris contact, des délégués ont déjà été élus dans les arrondissements suivants: 2·, 3·, 5', 10·, 19', 20', ainsi qu'à Montreuil, Puteaux, Issy-les -Moulineaux. Voici les réunIOns prévues llOUl' la dernière semline avant la Journée Nationale: Magnifique. meeting à Toulouse Une grande soirée a eu lieu, le 4 mai, à Toulouse, pour commémorer le 14' anniversaire de l'héroïque insurrection du ghetto de Varsovie. M. le consul de pologne honorait de sa présence cette soirée présidée par le docteur Barsony. Dès 21 heures la salle Sénéchal était pleine de gens de toutes conditions, venus entendre les h auts faits des 40.000 révoltés du ghetto qui sont morts en combattant les troupes nazies. Notre ami, M' Dymentsztajn, avocat à la Cour, membre du Bureau National, avait été invité par la section toulousaine de l'U.J.R.E. Il fit revivre, devant un auditoire attentif et frémissant, la vie quotidienne du ghetto de varsovie, puis les terribles journées de l'insurrection. . Dans la seconde partie de son exposé, l'orateur aborda la campagne que notre Mouvement mène actuellement contre l'antisémitisme en France et contre la nomination de Speidel. Il a appelé chaleureusement la population toulousaine à développer son action antiraciste, à renforcer l'union des ant iracistes, notamment en participant activement à la 9' Journée nationale contre le racisme, l'a ntisémitisme et pour la paix. C'est d'un seul élan , d'un seul coeur que les six cents participants à cette magnifique soirée, où se mêlaient fra ternellement juifs et chrétiens, étudiant s de couleur et étudiants métropolitains, jeunes et vieux, se levèrent lorsque, à la fi n de son discours,' M' Dymentsztajn fit observer une minute de silence à la mémoire des héroïques combattant s du ghetto. Le représentant de la F édération Toulousaine des Déportés présenta ensuite, en quelques phrases sobres et émouva ntes, le film d'Alain Resnais : ({ Nuit et brouillard ». C'est enfin sur un nouveau et vibrant appel à la lutte antiraciste que se termina cette mémorable soirée. Toutes nos félicitations à tous nos amis toulousains. MARDI 21 MAI - Soirée extraordinaire organisée en commun par le cinéclub « Amitié » et le ciné-club de la Jeunesse Juive, au casino Saint-Martin (48, faubourg SalntMartin), sous la présidence de M. René Cerf-Ferrière. Projection d'un documentaire antiraciste et du grand film de 'rhorndJ'ke : « Toi, camarade et beaucoup d'autres ». Charles PALANT, secrétaire général du M.n.A.p., prendra la parole. - ~ arrondissement : Assemblee d'information, 14, rue de Paradis, avec Me Georges SAROTTE. MERCREDI 22 MAI - Quartier Latin : Réunion au Café des Sports, place de la Contrescarpe, avec R. FEIGELSON. - 12" arrondissement: Assemblée d'Information, 2, rue du Charolais, avec M· Marcel MANVILLE. - 4' arrondissement: Meeting, au 63, rue Froidevaux, avec charles HUTMAN. JEUDI 23 MAI - 3 arrondissement: Réunion d'information, au Café du DOme (métro Saint-Paul), avec Charles HUTMA~ . - 11° arrondissement": Assemblée au café « Le Tambour », place de la Bastille, avec Mo André SAINT-CYR. - 18" arrondissement: Meeting, à la Salle Verte, 129, rue Marcsdet, avec Mo Armand DYMENST: AJN. SAMEDI 215 MAI - 11" arrondissement: SoIrée, au 5, passage Char1es-Dallery, avec Albert LEVY. ou non, nous apportent leur aide, selon leurs moyens. Que tous soient remerciés, ou plutôt félicités de la pleine conscience qu'ils ont de leurs devoirs. Mais il a'pparaît clairement que de tels efforts sont. encore audessous des nécessités. Pour mener à bien nos tâches, o'est 3 millions qu' II nous faut d'Ici les vacances. II appartient donc à tous ceux qui estiment juste et utile not.re combat, de faire plus, de se montrer, selon les cas, plus généreux encore dans leurs dons, plus aotlfs dans la collecte et la recherche d'Inltiat.ives. Ils contribueront ainsi à l'éclat et au retentissement de la Journée Nationale et, en général, au triomphe de notre cause, la cause de la fraternité entre les hommes, de l'amitié entre les hommes, et. de la paix. La collecte (Avril-mai) Donateurs Jos : 2.000 ; Berger : 3.000 i Rybak : 1.000 ; Dr Hurstin : 5.000; Szmul : 3.000; Unger : 5.000 ; Glikman : 3.000; Tepper : 5.000 ; Engiel : 5.000 ; Schwartz : 1.000; Sadenfis : 10.000; Broda : 5.000; Stoln : 5.000; Birin : 1.000; Tchoreck : 1.000 ; Edna : 10.000; Leder : 5.000 ; Edelman : 3.000; Ernest Lévy : 10.000 ; Hirch : 4.000; Rinvarger : 1.000; Leoner : 6.000; Kandelman : 5.000; Dobain : 5.000 ; Rojzen : 5.000 ; Will'nJ : 3.000; Mme Klelnberg : 3.000; Claude Gondillon

500; Jakoubovitch : 5.000;

Ervès : 1.000; Moïse : 10.000 ; Simon Krauze : 10.000; Chabert : 500; Arbitourer

20.000; Kornblut : 20.000;

Goldreich : 15.000; Jacobson : 5.000; Goldberg : 5.000; Schauman : 5.000 ; Swargier : 5.000; Tancerman : 5.000; Baumsteln : 5.000; Knobel : 3.000; Somen : 5.000; Perelman : 10.000; Schneiderman : 5.000; Thérèse Chenker

2.000; Veleda : 5.000 ; Rosenbllt:

3.000 ; Knopf : 20.000 ; Flom : 5.000; Delka : 15.000; Textiles Valmy

10.000; Blach : 5.000; Benveniste
40.000 ; Centenaire 10.000 ;

Berno et ses amis : 5.000; Come-Cornellle (collecte) : 4.000; Scarloui : 10.000. Sociétés Lubli!n : 5.000; Pulawy 50.000 ; Chelm : 5.000; Mutuelle Livry-Gorgan : 10.000 ; Kalisch : 10.000; collecte Société Bessarabiens en France : 6.350; collecte Amicale Montreuil : 16.155; Secours aux Amis (collecte) : 19.000; Kotck-Zelechow : 10.000; Nowa-Radomsk

25.000; Siediec : 25.000 ;

Censtochow 20.000 ; secticm du M.R.A.P. Saint·Quentln : 10.000; Prztytik l'Or Neustat (collecte) : 2 .000; Radom

10.000 ; Zlotzew l'Or Zlllberg :

5.000 ; Varsovie - Ochota • Powonsk • 50.000 ; Amis Solidaires : 15.000 ; Yidlche Bruderliche Hilf : 15.000 ; Association Cultuelle Israélite do Nancy : 10.000 ; A.C.. de Nancy : 10.000 ; Amicale Russe-Kiew : 10.000. Aujourd'hui, on commence à prévoir et même à mesurer les t.errlbles résultats de ce fléau. En premier lieu, l'action des savants Japonais s'associant à celle de l'opin ion publique a susoité une réaction en ohaine, elle aussi, mals de solidarité dana les autres pays La oonférence de Genève, ensuite, a eu un grand retentissement. Les savants de 27 paya, unanimes, dans la diversité des aspects traiflés, ont dressé un tableau impressionnant des catastrophes .p.romises à l'espèce humaine et fait le bilan des effets déjà constatés ~ Plus significative encore est la prise de position de 18 savanta allemands, dont quat re Prix Nobel. En France également, qui a été entraînée dans ce complot atomique qu'est l'Euratom, le gouvernement s'est efforcé, en vain, d'atténuer la portée de l'avertissement solennel du professeur Joliot-Curie qui précisait notamment: « Déjà, l'on a pu dresser la carte de la répartition du radio-strontium 90 sur le globe terrestre ». Et. l'éminent docteur Schweitzer, dans une déclaration reprise par plus de cinquante émetteurs de radio dans le monde entier, répondait à oeux qui veulent minimiser le danger des effets nucléaires. D'autres personnalités morales ont pris position, comme le pape Pie XII ou le philosophe ' anglais Lord Russel et, dans l'enceinte des parlements, tels la Chambre des Communes, le Bundestag, la Diète Japonaise par exemple, la lutte contre la guerre atomique prend un caractère plus précis et plus vigoureux. Et. le message du Soviet Su- : prême au Congl'ès amél'icaln et au Parlement britannique fait de nouvelles proposit ions, celle notamment de créer un comi~ Interparlementaire entre les trois pays possesseurs d'armes « A } et « H » afin de trouver une vole possible pour l'Interdiction des essais et des armements nucléaires. La conspiration du silence paraft définitivement brisée aut.our d'un fléau qui se révèle aujourd'hui plus qu'une arme militaire, un moyen d'exterminer l'humaniflé tout ent/ère. Di01anche Cérémonie 2 du Juin Souvenir Bagneux .. a Le dimanche 2 Juin 1957, à 10 h. 30, sous la présidence de M. Tanguy-Prlgent, mlnistre ~des Anciens Combattants, aura lieu, en présence de nombreuses personnalités civiles et millt.aires, une Cérémonie du Souvenir en hommage aux combattants juifs morts pour la France au cours de la dernière guerre. Cette émouvant.e manifestation du Souvenir, qui est organisée par l'Union des Engagés VolontaIres et Anciens Combattants Juifs se déroulera au cimetière de Bagneux parisien, devant le monument aux morts. Elle débutera par un servloe rel igieux, assuré par l'aumônier militaire le Rabbin Av ram et le chantre Berllnskl. La musIque mil itaire du 1er R. I.C. et 5" Génie prêtera son concours à cette cérémonie. La population parisienne est invitée à venir honorer la mémoire de ceux qui sont tombés pour la liberté. Ensemble dame 2 pièces rrm;]j 3/4 Popeline . . '. .OEïZ;I Jupe Tergal . . woeI Veste homme, fantois ieDm Pantalon homme avec ceinture combinée sm 76, R". d. Rivoli, 76 - O.".rt ,. '.ndl MI'" , Hor." .D'.VIU' .,. Som • • •• e ... pt' . DROIT ET LIBERTE 7_ ,--'_JEI _"' _R---JE1 Ombres et marionnettes thinolses _____ 1 t"_NE_M----!" Un excellent film sud-africain: UN art millénaire est ressu~ l'extraordinaire ressemblance, crut cité et occupe en Chine une en la réapparition de la favorite large place dans le domaine et fit périr le moine lorsqu'il ap- Pour la première fois, depuis sa création, nous est présenté ce théâtre. La Soupe à la Citrouille du spectacle. / prit le procédé utilisé. Aut refois, selon la légende, un moine, peut-être le créateur de la première ombre chinoise, fit apparaîtr e sur une toile blanche, la silhouette d'une favorite disparue et parmi les plus aimées de l'empereur Wu-TL Ce dernier, troublé si fort par La silhouette, elle, ne mourut pas. Une nouvelle forme de spect acle existait. Le théâtre d'ombres s'installa dans toute la Chine. Empruntant son répertOire à l'Opéra, et réservé aux gens peu fortunés, il prit le nom d'« Opéra du pauvre». PRIX DE LA FRATERNITE sera La décision du Jury annoncée à la Journée Nationale Et c'est un monde merveilleux et enchanteur, quinous est apparu à travers un pet it écran blanc. Un monde nouveau où l'ours et le singe sont amis. Un monde· étrange où le fils cadet d'un général lutte victorieusement, au fond d'un étang, contre le fils du Roi des Dragons. L'humour et l'esprit ont également place au théâtre d'ombres, où le cocasse se mêle à la fant aisie des r écits, dont l'auteur pourrait bien être l'équivalent oriental de La Fontaine. Nous avons eu encore la vision envoûtante et quelque peu mystérieuse des marionnettes chinoises, répliques lilliputiennes des véritables acteurs. L ES délégués et Invités, réu- bel; André MAUROIS, de l'Acadé- Ces petites figurines évoquent nls le dimanche 28 mal à mie Française; Mme Marcelle les pièces du r épertoire traditionla Mutualité pour la 9" AUCLAIR, écrivain; MM. ATTU- nel. Journée Nationale contre le ra- LY, conseiller honoraire à la Personnages classiques revêtus crsme, l'antisémitisme et pour la Cour de Cassation; Albert de costumes somptueux, aux tons paix, seront les premiers à con- BAYET, président de la Ligue de chatoyants et richement brodés, naitre, au cou rs de l'après-midi, l'Enseignement; Georg&$ BES- nous contant les r écits d'il y a I L nous est ra rement permiS de voir un film d'Afrique du Sud exclusivement joué par des noi rs. « La soupe à la citrouille », film de Donald Swanson, est U'ne comédie délicieuse Dans ce faubourg cohabitent plusieurs races d'indi gènes: Zoulous, Bantous, Hottentots, unis pa'!' la misère et la disc rimi nation raciale. Parmi eux, un jeune voleur dérobe à plusieurs reprises la décision du jury du Prix de la SON, critique d'art; Alloune 1.000 ans au son d'une musique Fraternité. DIOP, président de « Présence tout aussi ancienne. Une sc ène de " La Soupe à la Citrouille _. ce Prix, fondé par une déci- Africaine »; Georges HUISMAN, Tel se présente à nous le théâ- présentée sous forme de f'able sion de la 70 Journée Nationale, conseiller d'Etat, ancien directeur tre d'ombres et de marionnettes mais qui, par son cadre et so~ en 19615, a 'p~ur but, rappelons- des Beaux-Arts; Francis JOUR- de Pékin, que l'on peut féliciter aspect documentaif€s, offre un le, de couronner chaque année DAIN, écrivain; Jean-Paul LE et remercier de nous montrer, par ca ra-ctè re attachant de néo-réa~ l'oeuvre française qui, dans les CHANOIS, cinéaste; Jacques MA- son spectacle beau autant qu'ori- lisme. Une petite note d'humour domaines littéraire, scientifique, DAULE, écrivain; Pierre PARAF, ginal un des visages, souvent écl aire agréablement l'histoire olnématographlque ou artistique, écrivain; Charles PALANT, secré- étrange, de la Chine. qui semble sort ir de la mei lleure aura le plus contribué à ser- taire général du M.R.A.P.; Paul La connaissance des peuples veine de René Cl air. vlr et exalter l'idéal d'égalité et RIVET, directeur honoraire du étant, sans doute, la voie la plus L'histoire se déroule dans le de fraternité entre les hommes. Musée de l'Homme; Claude ROY, simple à leur mutuelle compré- Jiaubou-rg d'Alexandra, immense écrivain; Georg&$ SADOUL, ori- hension. bidonviHe de plus de 70.000 habi Il a été décerné l'an dernier, tique clnématographlq-ue; docteur tants dans lequel le racisme des pour la première fols, à Chrls- .Jacques-Emile ZOLA. Roqer HERMAN. blancs a pa rqué les noi rs. tian-Jaque, pour son film « Si ________________________________ . _______ _ _____ -. tous les gars du monde ... ». Cette année, plusieurs oeuvres littéraires et un film sont en oompétitlon et le jury, qui poursuit leur examen, a fort à faire. Il se sera prononcé d'ici le 28 1 HUilEr 1 L'ambition, l'amour et la • Vie mal. Rappelons que le Jury comprend 1&$ personnalités suivantes'

MM. Léon LYON-CAEN,

premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R.A.P.; François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix No- UNE jeune f ille américaine qui s'éveille à l'amour et rêve de devenir une gronde a rtiste ..• Mais l'ambition, un amour violent et tourmenté, et la révolte non conformiste s'estompent pour laisser place au mariage et à 10 vie familiale : t el est le thème du roman de Herman Wouk, .. MarJorle Mornlngstar It. Mais cette jeune Américaine est juive et l'auteur pu ise dans ses souvenirs d'enfance pour décri re des scènes et une ambiance empreintes de traditions rel ig ieuses qui, pour Marjorie, ne sont « qu'un ensemble de superstitions absurdes, entretenues et, dans une certaine mesure., invelltées par sa mère pour la tourmenter ». Une étude d'Andrée MICHEL: Mais ce roman qui se situe dans un milieu juif, a le mérite de ne pas parti culariser les ju ifs dans la société amérlcame. .. Juif ou chrétien, dit un 1 rlanda is invité chez les Morgenstern, un homme est un homme It, et la famille de Marjorie pourrait être une fam ille d'immigrants de n'importe quelle origine : « L'un tenait une épicerie, un autre était tailleur, un tralslème travaillait dans une blanchisse, le; les occupations du reste de la famille n'étalent pas moins humbles. Le père de MarJorie, de l'aveu unanime, était l'aristocrate, celui qui avait réussi en Amérique ». Réussite qui répand au mythe de l'Amérique où l'on alla it chercher f ortune e t l'auteur évoque cette ascension qui vo du Bronx populeux au quartier huppé de Central Park West , pour retourne r avec des temps plus di ff ici les à Manhattan, dans un pet it appartement sur cour Qui .. dOnlnait sur des briques soles, des volets de chambre à coucher, l'habituelle vu~ de New-York It , LES ALGÉRIENS EN 'FRANCE Notre amie André MICHEL, membre du Bureau National du M.R.A.P., vient de pwblier, a ux éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, une importante étude int itulée: « Les travailleurs algériens en France ». Nous reviendrons, dans un article plus détainé, sur ce document, frui t d'un travail p atient de recherches et qui, par les faits mêmes qu'il rassemble, constitue une mise en 'accus at ion du raenfants perçoit 4.800 francs par mois, 'éllors que son camarade de travail ' français perçoit, dans te même cas, 11.794 francs. Sait-on aussi que les Algériens portent, sur leulT carte d'identité un tampon discriminatoire « Français-Musulman ·»? Ces ddfres, ces fait s et bea,ucoup d',a utres, on les lira avec intérêt dans le livre d'Andrée Michel, qu'aucun antirad ste ne devrait ignorer. dsme C'est dans tous les domaines,r------------- ----------------. en effet, qu'apparaissent les brimades, les discriminations frappa- nt les travailleurs algériens en France: au travail, dans 'ie logement, dans le domaine des allocations familiales et de la Sécurité Sociale, etc ... Nous avons déjà dénoncé à maintes reprises cette injustice qui fait par exemple que, le patron versant la même cotis ation, un ouvrier algérien père de deux Petites annonces MESDAMES, avec les nouveaux jours, avant de partir en vacances, pensez à votre visage: désincrustation et peeling. Pour tous vos soins, adressez-vous à Mme Fella. Téléphonez de 19 à 20 heures à ORN. 87-06. .** RECHERCHONS moniteurs et monitrices, infirmières diplômées, pour colonies de vaoances été 1957, 1re et 2me session: Juillet et aoOt. C.C.E., 14. rlfe de Paradis. Paris-Hl". Tél. : PRO. 90-47, PRO. 90-48.

"II I :0s
u!t

- (1) 0 ' :s 0 A CI. ~ (1) (') Gustave FLAUBERT BOUVARD et P[CUCHfT suivi de : Sottisier ou spécimen de tous les styles. Dictionnaire des idées reçues, Catalogue des idées chic. Edition préfacée et annotée par Charles Haroche. ~ ..

s ,;

c ~ ;- N • • Un volume de 432 p. (20 X 14). Suite de gardes illustrées Maquette d'Alexandre Chem. • Co) ~i CD :v '" Relié pleine toile ...•.•. . Relié demi-cuir . . . .... .. . 1.100 1.300 DES 142, AMIS BD. CLUB DU LI VR E DIDEROT PROGRESSISTE PARIS-XIIe Les c jeunes • que rencontre Marjorie Morgenstern sont bien typés et servent de prétexte à l'étude de son évolution, dont le centre est cet amour qu'elle porte à Noël Airman, fi ls d'un juge juif, mois compos iteur, philosophe, poète plus ou moins roté de Greenwich- Villa ge. Et dans ce fa t ras des désirs et des réa ctions de cette jeunesse petite-bourgeoise se dégage cependant la c moralité judaïque .; c'est l'oncle Samson-Aaron qui dit : « Vous savez ce que J'appelle faire quelque chose? Se m:.l rier, avec une bonne femme juive, avoir une maison, des enfants » . Dans ce livre, l ' idée américaine du succès et celle de la respectabilité ju ive dont les symboles du mili eu social évoqué por l'auteu r. Il est cependant dommage que les différents aspects d'un judaïsme délayé par le !rode de vie amé rica in et broyé par sa démesure n'a ient pas été plus foui ll és. Pourtant, tel Qu'i l est , ce roman-fleuve, d'une lecture fa cile et agréa ble, pose le cas d'une jeune f ille juive américaine. Une g ronde carrière théâtrale couronnera-t-elle son ambit ion? Son amour sera-t- il la pat hét ique histoi re d'une f€mme Qui croit dans le dest in de son omont? Na n : Marjorie abandonne son rêve ambi tieux et son aventure sentimenta le pour se marier et a voir des enfants. Et une fois encore se réal ise une prédict ion de sa mère qu'exprime ce v ieux d icton juif: 4C Le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre ». Raph FEIGELSON. KATEB (Suite de la page 3) une conception plus large, basée sur la confiance, la coopér ation, la paix, plutôt que sur les idées de persécution, de revanche ou de suprématie. Il sera impossible d'avancer si les Juifs et les Arabes, ouver tement ou non, continuent de penser que la Palestine appartient aux uns ou a ux autres. La Palestine est judéo-arabe. Il faut constituer un Etat arabe, intimement lié à l'Etat d'Israël, tout en respectant les originalités de part et d'autre. I L ne m'appartient pas. ici d'aborder les questions de frontière. Mais je suis certain que le seul principe juste est de consacrer politiquement l'existence d'une Palestine judéoarabe. Les r éfugiés, rentrés dans leurs pays, s'ajouteraient à l'importante collectivité ar abe actuellement sous juridiction israélienne. Juifs et Arabes constitueraient alors deux Etats indé. l1~e même somme d'argent qui lUi échappe toujours, il ne sait comment, mais qui parvient malgré lui à rendre des gens heureux. L'argent, passant de main en main, reviendra dans la poche du volé, un prêtre en roccu rence, qui y verra le signe d'une « intervention miraculeuse du Seigneur » ... à moins que le Diable ait eu son mot à dire dans cette étrange aventure?.. Mais cette suggest io n, habilement amenée par le commentateu'r, est laissée à l'imagination du spectalteur. Dès le début, le film est s itué d'ans la capitale de l'Afrique du Sud, présentée comme « une ville blanche et noire, où les blancs fo nt les affaires et les noirs ... le reste» ! PEINTURE ADllN Les Pre.ses ùu Temps Présen t, ùans la collection « Artistes », ont fait pa raître un album sur notre ami le peintre Alden. Dans une admirable présentation, l'écrivain Armand Lanol1x met l'accent sur l'enracinem.ent de Alden qui, R usse d'origine, est devenu un citoyen ùe la petite F rance, ceLLe Ile-de- F ran ce où la banlieue r epousse toujonr s pins loin le vert des arbres et la lumière des saisons. Mai., dans la peintnre de ceLLe banlieue, Adlen dépasse largement « l'exoti sme » facile et déformant que d'aulres ont lnis à la mode. « Il ne voit l'lus que des maison. à pLIl5Îeurs étage!!, crasseuses, lézardées, tristes. Ce n'est pas encore Paris, muis ce qui le fuit vivre. Tout e.t coulenr de suie, d'aspect infernal. Ce. éllorm,es gazam.ètres, ces fabriques alentour, une lJOpulatwlJ. de nègres et de sidis - qui ont aussi perdu leur ciel » ••• Adlen: un peintre, nne oeuvre qui lnéritent attention el estime. YACINE pendants mais étroitement liés, et en fait leur population serait d'un nombre à peu près égal. Ils constitueraient, unis, un chaînon essentiel pour unir le bassin méditerranéen au monde ar abo-· asiatique. Ainsi, le fameux vide politique du Proche et Moyen-Orient pourrait être comblé. Une politique de développement économique et d'échanges fructueux, avec l'Est comme avec l'Ouest, changerait la face du monde, de Casablanca à Téhéran ! Pour peu que les projets de désarmement et de reconversion économique finissent par déten. dre les rapports entre les grande#; puissances, les efforts pour l' amJ,~ tié judéo-arabe n'auront pas ét~ vains. Pour ma part, ma conviction est chaque jour renforcée par celle de tous les Juifs algériens qu'. proclament leur attachement inconditionnel à la terre qui les a vu naître, à qui ils appartien- . nent et qui leur appartient. ___ 8 DROIT ET LIBERTE du châtinlent En cette période où, 14 ans &p'rès l'Insurrection du ghetto de Varsovie, le militarisme allemand et le nazisme relèvent dangereusement la tête il nous a semblé opportun de reproduire ce texte ,remarquable de .Joseph Kessel, extrait du 3" tome de son ouvrage: « Témoin parmi les hommes l, paru récemment aux Editions Del Duca. Nous remercions vivement M • .Joseph Kessel, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., de nous avoir permis de présenter à nos lecteu'I'S ce témoignage bouleversant sur le procès de Nuremberg. POURQUOI ce jour et cet instant furent-ils choisis? On ne l'expliqua point. Et, en vérité, peu importe. Mais toutes les lumières s'éteignirent ensemble et la salle, où les rideaux hermétiquement appliqués aux fenêtres étouffaient le moindre rayon venu du dehors, la salle devint un vaisseau de ténèbres. Sur notre droite, là où siégeait le tribunal, une voix s'éleva, neutre, lente, lourde et répercutée par les écouteurs dans quatre langues différentes. Elle dit: - Vous allez voir un documentaire pris dans les camps de concentration établis par le régime hitlérien. Contre le mur du fond, l'écran de cinéma s'éclaira doucement. Alors, sous le faisceau doré, parut toute l'horreur que, six mois plus tôt, les troupes alliées 'avaient découverte derrière l'enceinte des bagnes les plus atroces et les plus scientifiques, parmi les usines de cauchemar conçues pour humilier, suppliCier, anéantir l'homme dans sa chair et dans son âme. Dachau, Buchenwald, Auschwitz. Sans doute, les objectifs des appareilS n'avaient pas pu surprendre les bourreaux à leur labeur, mais leur outillage, que les SS en s'enfuyant avaient abandonné, suffisait à nourrir une épouvaiite et une colère sacrées: laboratoires de tortures.. . chambres à gaz... fours crématoires ... Le Dimanche 2 Juin 1957, à 10 h. 30 sous la présidence de M. TANGUY-PRIGENT Ministrè des Anciens Combattants GRANDE CEREMONIE DU SOUVENIR en l'honneur des Combattants Juifs morts pour la France devant le Monument aux Morts, au cimetière de Bagneux-Parisien, organisée par l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs 1939-1945 Des oars spéciaux partiront, à 9 h. 45, des points suivants: 12, boulevard de la Villette. Hôtel Moderne, place de la République. Mairie du 11·, plaoe Voltaire. Mais, surtout, les visages, les corps des survivants. Ces nuques dont on pouvait compter les . vertèbres, ces bras réduits à l'état d'os, ces torses décharnés jusqu'au squelette, ces joues exsangues, collées exactement aux mâchoires, et ces énormes trous au fond desquels le regard avait déjà l'insondable atonie de la mort. Ces fantômes donnaient une substance, une existence terrible aux récits, aux balbutiements, aux délires, vrais dans chaque détail, que l'on avait entendus six mois plus tôt, six mois seu- PAR Joseph KESSEL lement, quand s'étaient ouvertes les portes des enfers, et qui avaient été murmurés ou criés par des bouches sans dents, des lèvres sans forme, des voix sans timbre, des figures sans âge. La faim... les matraques... le travail inhumain... les expériences médicales à vif... les appels du matin par trente degrés audessous de zéro, tandis que la chair sous-alimentée, grise et souillée, n'a pour se couvrir qu'un haillon de toile ... la faim .. . . la dysenterie... la cravache... le typhus ... les grabats surpeuplés ... les chambres à gaz... les abatjour délicats taillés par les gardiens du camp dans la peau humaine ... la faim ... l'humiliation ... l'humiliation... le four crématoire. On n'était plus à Nuremberg, dans la salle de justice, mais encore aux temps hitlériens ... Buchenwald ... Dachau ... Auschwitz ... SOUDAIN, mais je ne pourrais dire la durée ni le chemin que prit cet avertissement intérieur pour parvenir jusqu'à ma conscience, soudain j'eus le sentiment que la résurrection de l'horreur n'était plus, en cet instant, le fait essentiel. Il y avait dans cette enceinte quelque chose de plus important encore. C'est alors que j'aperçus dans l'immense salle obscure un second foyer lumineux. Sur ma gauche, le faisceau Les éludianls d·oulre-mer elle racisme (Suite de la page 5) hicule de sa civilisation, s'est vue reléguée au rang d'une langue étrangère dont l'enseignement se trouve plus que limité. Et les 126 ans de présence française se soldent par un analphabétisme atteignant environ 80 p. 100 de la population algérienne et par un retard et une régression culturels paralysant les possibilités de développement spirituel et intellectuel de l'Algérien. L'enseignement arabe reste en grande partie l'oeuvre d'initiatives privées. Par leurs propres moyens et malgré les persécutions de l'Administration (fermeture d'écoles, emprisonnement des professeurs libres, amendes), les Algériens réussissent à promouvoir un enseignement moderne en langue arabe. Actuellement, les statistiques sont rendues muettes par les événements. En fait, les écoles sont proprement transformées en fortifications dont les seuls écoliers éventuels sont généralement les soldats qui améliorent leur tir. Les chiffres sont moins écrasants confrontés avec ceux de l'Afrique Noire . . Les effectifs scolaires représentent 2,4 p. 100 de la population totale. L'enseignement primaire l'est on ne peut plus. Quant à l'enseignement secondaire, il constitue, pour l'Afri.que Noire, une relative nouveauté. Pratiquement, avant la guerre de 1939-40, il n'existait pas. Il faut attendre 1944 pour voir l'Afrique Noire prendre un tournant dans le domaine de la création de collèges secondaires, cycles complets ou jusqu'au brevet élémentaire. Le baccalauréat et le B.E. en 1947 comptaient peu d'Africains. En fait, pour 100.000 habitants, le nombre d'élèves de l'enseignement secondaire est de: A.E.F., 80; A.O.F., 63; Cameroun, 101; Togo, 113; France, 1.298. L'enseignement technique a posé de nombreux problèmes. Le développement de l'économie dans les territoires africains entrainait un besoin de maind'oeuvre qualifiée qui, jusqu'à ces dernières années, était essentiellement une main-d'oeuvre importée. A part quelques écoles dites « prOfeSSionnelles » créées par les missions et aussi certaines écoles artisanales, l'enseignement était rudimentaire et mal adapté. LE MOT FRATERNITE Depuis, heureusement, les établissements ont sensiblement augmenté, et la qualité de l'enseignement s'est amélioré. Néanmoins, le pourcentage des effectifs de l'enseignement technique par rapport à l'effectif total n'atteint que 1,6 c'est-à-dire que deux enfants au maximum sur 100 scolarisés se dirigent vers l'enseignement technique. Enfin, toutes les premières écoles d'Afrique ont été fondéés seulement dans les ports: SaintLouis, Gorée et Dakar au Sénégal; Ouidah au Dahomey; Léanfo au Moyen-Congo; Libreville au Gabon. Les crédits insignifiants, une mauvaise volonté évidente de l'administration sont cause de cet accablant tableau. Et l'étudiant africain qui viendra se perfectionner en France aura cent· fois l'occasion de constater, par des affronts multiples, qu'il est le fils d'un peuple encore opprimé. Mais il gardera sa foi dans la vertu des idées et des mots qui exaltent la fraternité humaine, l'amitié des peuples. Et le comportement du peuple de France ne peut que le fortifier dans ce sentiment. Le plus grand choix à ~~ JUSTEPRIX M 1 RE' NE M'Hom.DE-VILLE76ruede RIVOLI OUVERT LE LUNDI • SEMEUSE ACCEPTES d'un projecteur éclairait exactement les deux travées sur lesquelles, dix par dix, les accusés se trouvaient répartis. Cet éclairage, on avait dû le régler à l'avance avec un soin extrême : atténué, onctueux, subtil et comme attentif, il prenait les visages de biais, en écharpe et de telle manière que leur faculté de vision ne fût gênée en rien, mais en même temps que rien sur leurs traits ne pût échapper au regard du publiC et des juges. Tel était donc l'objectif véritable de l'expérience: il ne s'agissait pas de montrer aux membres du tribunal un document dont ils avaient, à coup sûr, une connaissance approfondie. Il s'agissait de mettre tout à coup les criminels face à face avec leur forfait immense, de jeter pour ainsi dire les assassins, les bouchers de l'Europe, au milieu des charniers qu'ils avaient organisés, et de surprendre les mouvements auxquels les forcerait ce spectacle, ce choc. . Quand avait-on commencé à établir ce second éclairage? Avait-on fait croitre son intend'équilibre. Le documentaire tirait à sa fin. Des bull-dozers nettoyaient les champs de cadavres, les monceaux d'ossements, poussaient les débris vers d'immenses fosses communes. Les squelettes roulaient les 1ms sur les autres, les crânes dansaient, sautaient, les catacombes se mettaient en marche. Alors, Goering, vice-roi du III' Reich, serra ses mâchoires livides à les rompre. Le commandant en chef Keitel, dont les armées avaient ramassé tant d'hommes promiS aux charniers, se couvrit les yeux d'une main tremblante. Un rictus de peur abjecte déforma les traits de Streicher, bour· reau des Juifs. Ribbentrop humecta de la lan· gue ses lèvres desséchées. Une sombre rougeur couvrit les joues de von papen, membre du Herren Klub et serviteur d'Hitler. Frank, qui avait décimé la Pologne, s'effondra en sanglots. Et nous tous qui, la gorge nouée, assistions dans l'ombre à ce spectacle, nous sentimes que nous étions les témoins d'un instant unique dans la durée des hommes. sité, degré par degré, d'un mi-.-------------roi te ment insensible jusqu'à cette égale et tranquille clarté? Quoi qu'il en fût, tous les visages, depuis celui de Goering jusqu'à celui de Rudolph Hess, depuis celui de Keitel jusqu'à celui de Seyss-Inquart, étaient isolés, cernés, alignéS, dans \In étrange crépuscule d'autre monde qui s'arrêtait aux casques blancs des policiers militaires américains. Or, les accusés ne s'apercevaient pas que leurs visages se trouvaient tirés de l'ombre par une sorte de bain révélateur et que leur fresque hallucinante formait un point de mire obligé, une cible fatale. Ou, s'ils l'avaient su un instant, ils l'avaient oublié. Maintenant, les vingt figures étaient tournées vers l'écran et, inconscientes de l'avidité presque sauvage avec laquelle toute une salle étudiait leurs traits, insensibles à ce poids, à cette glu, elles appartenaient entièrement aux images qui se déroulaient contre le mur du fond. Tandis que des centaines d'hommes les regardaient sans répit, sans merci, les criminels n'avaient de regard que pour l'écran. A quoi était due une fascination si profonde? Ils ne pouvaient pas ignorer, eux, .l'existence, l'atrocité, l'abomination des camps. Même les généraux, même les amiraux, même les diplomates! Ils avaient été placéS pendant dix ans aux leviers essentiels de commande. Ils avaient, de toute nécessité, parmi les rouages du régime, priS connaissance de celui-là, le plus terrible. Alors, pourquoi cette hypnose ? Est-ce que vraiment, pour les uns, le manque d'imagination les avait empêchés de voir jusque- là ce que certaines mesures signifiaient en douleur. humaine? Et chez les autres, le spectaCle du méthodique supplice qu'ils avaient voulu était-il trop cruel pour leurs nerfs? Ou bien était-ce au contraire curiosité morbide? Ou encore vertige devant le miroir affreux de leur règne? Et voyaient-ils dans les images l'annonce du verdict qui les attendait? . Crispés, égarés, incrédules ou rompus, dix visages et, derrière ceux-là, dix autres encore, fantastiques rangées émergeant des ténèbres, se tendaient comme magnétisés vers le mur du fond. ". . mS!, ' dans toute la salle A obscure, vivaient seulement deux nappes lumineuses. On voyait sur l'une toute l'horreur décharnée des camps de concentration. Sur l'autre se profilaient les figures, mises à nu, des hommes qui en étaient comptables. Prodigieuse, spectrale confrontation. Et les spectres les plUS effrayants se trouvaient sur les bancs des accusés. Soudain, entre ces deux foyers de clarté, il y eut une sorte UNION ANTIFASCISTE A MONTÉLIMAR Nous avons salué, dans notre dernier numéro, l'union des républicains, soolallstes et communistes en tête qui, à Puteaux, ont mis en écheo les pouJadistes après une aggression de ceux-cl contre la demeure du maire socialiste. Un bel exemple d'union vient d'être donné également dans la Drôme, à Montélimar. Le député poujadiste Berrand, dont la conduite sous l'ocoupation est très discutée, prétendait participer à une cérémonie officielle orl]anlsée pour la .Journée nationale de la déportation. Devant la protestation des victimes du nazisme et des groupements les plus divers, la cérémonie a été annulée et tous les républicains, unis, se sont retrouvés devant le monument aux morts, où Ils ont en commun déposé une gerbe. Le Carnet de D. L. NOS DEVILS ROBERT PIMIENTA Nous avons appris avec douleur le décès de M. Robert Pimien La., journaliste parlementaire, ancien délégué à l'Assemblée Consulla Live, qui, ancien combattant des deux guerres et courageux r ésistant, avait à plusIeurs reprises manifesté une sympathIe active à notre Mouvement et à notre j ourna.l. Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances. ••• Notre ami Sam Krzepitzki a eu dernièrement la douleur de perdre sa mère, Mme Frimet Worznitza. Nous lui exprimons, ainsi qu'à sa famille, nos sincères condol ·éances. DROIT ET LIBERTÉ 15, Fg Montmartre - Paris (9') Tél.: PRO. 82-78 Tarif des Abonnements Uo ao : 300 fraoci PAYS ETRAN~l:RS Uo ao : 430 frao.,. ABONNEMENT DE SOUTIEN 1 1.000 fraocs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQCL Compte Ch. PoO!. : 6070-98 Pari, Poor les chaogements d'adre .. e eovoyer 20 francs et la deroière baode Le géraot : Cb. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rue de Paradia - : - PARIS (X') -: - Trlltl. e:céc_ par de. ou.,. ,,-ndiquét

Notes

<references />