Droit et Liberté n°00036 - 1er octobre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°36 (104) du 1er Octobre 1949
  • Droit et Liberté Hebdomadaire -page1
  • Comme au temps de Hitler, les nazis pillent et profanent des synagogues en Allemagne Occidentale -page1
  • 2000 squelettes de Dachau disparaitront-ils en noir de fumée? -page1
  • Nous ferons la paix feuille à feuille (vote pour la paix) -page1 et -page6-7
  • En plein Paris, au grand jour: racisme au goudron! -page2
  • Les étonnements de la quinzaine (chronique) -page2
  • Avec la bénédiction du Vatican, le major W. Friede prépare une croisade contre Israël -page3
  • En Hongrie, le temps des pogromes est révolu -page3
  • Fin de l'enquête de R. Feigelson: chez les Sephardis -page3
  • D'une semaine à l'autre (nouvelles internationale -page4
  • Israël (nouvelles diverses) -page4
  • La revanche aura-t-elle lieu? par Jacques Friedland -page5
  • A Londres le Board of Deputies dénonce la racisme renaissant en Allemagne, mais refuse de condamner Mosley -page5
  • Allemagne de l'Ouest 49 (nouvelles diverses) -page5
  • Les apprentis sorciers de la peur par Ilya Ehrenbourg (anticommunisme aux USA) -page8
  • Et Slotin brisa la chaîne atomique (nouvelle de Rudolf Leonhard) -page8
  • Les livres; de la France trahie à la France en armes (de Jean Richard Bloch)-page9
  • Les colonies de la CCE (Commission centrale de l'Enfance) -page10
  • Jeune voici ta page -page11
    • L'école buissonnière obligatoire?
    • Cerdan
  • Baptême de Droit et Liberté Hebdo: grand bal de nuit le 29 Octobre -page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• e, • ' ... e· Je 1 un e· 1 . Nouvelle série N· ,36(104,. 1- OCTOBRE 1949 Prix 25 fr.

- . ' ~ __ Olt

1 HEBDOMA.DAIRE! 'EST à l'attachement et à la co~ gr~issante C de ses lecteurs que cr DROIT ET LIBERTE» doit • de pouvou- devenir hebdomadaire dès son prochain n~éro. , , . Cet événement prend toute son hnpor:tanoe lorsqu'on songe auac: difficultés matérielle. de toutes sorte·s auac:queUes se heurte auiolU'd'hui la presSe libre. Ce journal est n,é dans la lutte contre l'occupant nazt Il a grandi, il s'est affermi en continuant à servir - après la Libération ,--, l'idéal pour lequel tant d'êtres humains sont morts. Nous n'avons pas ou·blié les leçons' d'un tragique passé. Nous avons asseZ payé pOlU' savoir que la gUerre, non seulement traîne derrière elle le cortège hideux du racisme et de l'antisémitisme, mais aussi se fait précéd« par ces deux fléaux. C'est pourquoi nous avons été parmi les premiers à lancer l'appel au ' la~ge rassemblement de toutes les bonn.es volontés, sans dislmction d'opinion ou de croyance, contre le Racisme, contre l'Antisémitisme et polU' la Paix. ~t appel a été entendU, comme l'atteste l'ampleur de la Journée Nationale du 22 Mai et la puissance du Mouvement qui en résulta. Les décisions prises par les délégués de plus de cent organisations ne sont pas demeurées lettre morte.' A aDn "[OUB (U.S.A.) les ~ li n'appartiennent pas là la ra~~ blant e La police de la ville amé. ricain~ de Saint-Louis vient de mettre au point, avec la collaboration de la poUce fé. déraie (F.B.I.), un système perfootionné d'identification criminelle, dans lequel la fi· che classique est · remplacée par une carre à perforation. Selon que l'individu arrêté est un Juif ou un « Américain blanc », les services compé. tents perforent la . deuxième ou ra cinquième Iign~ da sa carta. D'autre part, la men· tion de la religIon n'est obli· gatoire dans ce système que pour les citoyens de deuxiè· me Ugne. Le M.R.A.P. tient aujourd'hui une large place dans le grand combat pour prévenir . le retoUi' d~s horreurs de la . guerre, pour empêcher une catastrophe qui serait enco·re , plus terrible que oelle que nous venons de vivre. A l'heure où une Allemagne miÎlitar'Ïste et revancharde renaît officielIement, où déjà les nazis - comme au temps de Hitler - pillent des synagogues et se préparent à publie'r un nouveau \[ Stürmer », il est plus que iamais néce'ssaire d·e renforcer notre union. . Conscient de la gravité des périls, mais aussi de l'immense supériorité des rorces de Paix,« DROIT ET LIBERTE », hebdomadaire du M.R.A.P., ne manquera pas à . son deIVoir. Aujourd'hui, rentrée des classes " NOUS . FERONS LA PAIX . fEUILLE A FEUILLE" • : (Voir nôtre reportag~ ph?to pages 6 et 7). _ " 3D rte O(lobre 7 • COMME AU TEMPS DE HITLER! ·.Les nazis pillent et profanent

~es synagoglres en Allemagne Occidentale
D ANS la, semaine mêo\e où les Juifs croyants fètent avec ferveur « Rosh

Haschana », les n~zis 'des zones occidenta les d'Allemagne mettent en pratigue les consignes du « St'Jr,Tler » ! . • En l'espace de quelques jours, plusieurs synagogues ont été profanées en l.one américaine. A Hof, l'autel a été démoli, la « Thora» déchirée et piétinée. . A Markt Redwitz, en Bavière, tous les objets du cult·e Ol1t été éparpillés sur le 1101. Ces attanta·fs j·nqualifiables qu.i t'appellent en tout point le premier assaut de HltJer contre les -Juifs en .I 933, sont la conséquence prévue d'une politique qui a poussé un Heuss et un Adenauer ;lUX ' commandes du nouveau Reich . chauvin et revanchard. 2.000 SQUELETTES de Dachau dispar~Îtront-ils en noir de fumée? Une nouvelle ahurissante a été publiée par la pressé mondiale selon laquelle une société a été constituée par des hommes d'affaires allemands en vue de faire dispa. raître,.to·ute ~r:ace :les crimes qui se sont déroulés à Da. èhau. . Ainsi s'exprime un communiqu.é que vient de publier l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr' aide, au sujet d'un événoemenl qui provoque déjà une émotion considérable parmi les rescapés des camps de la mort, et parmi tOI1S les honnêtes gens de France. Le communiqué, qui dorme un exposé Irès clair Je la situation, poursuit : Cette société avait commencé entre autres à faire disparaître [es squelettes d'anciens déportés enterrés dans' une fosse se trouvant à Amfing (Muldorf) et dans laquelle i[ y avait plus de 2.000 ancien~ déportés. Devant [e bruit provoqué par cette nouvelle, [e Gouvernement militaire américain de Bavière l'a démentie, en indiquant que cette fosse avait été découverte seu[e~· 1 ment [e 22 septembre. L'Union des Juifs pour [a Ré~ si stance et l'Entr'aide est en mésure de fournir toutes les preuves d'après [esquelles cette fosse était connue des Américains depuis [e 2 mai 1945, jour de la libération de ce camp (Waldlager V) et il ~n a même été parlé au procès de Nuremberg. Plusieurs centaines d' anciens déportés de ce camp se trouvent ac~ tuellement à Paris; certains d' entre eux étaient même contraints de travailler à ['enterrement dans ~ette fosse de leurs co--détenus. (Suite page 10.) la nouvelle formule de libe , ebd 'Y Que de problèmes pour les enf·ants et pour les parents 1 (Voir page 11.) TOUS' EN LES DÉTAILS .PAGE 12


...---

. ', . ,., DROIT, ET l1BERTE ---------------'~i·, 'Octobre1949: -.:. Nô 36 (104) LES ETONNEMENTS DE LA OUINZAINE Un bardèche anglais « Cette parodie de justice n'est rien moins qu'une renaissance de la cruauté primitive dans une société qui a perdu tout sens des valeurs moraLes Il, Cette « parodie ,de justice Il, c'est le procès de Nuremberg. Son but ? " Apaiser et satisfaire la tourbe assoiffée de sang, cette tourbe "lui est repr-ésentu auiourd'hui par les masses gavées de cinéma et de journaux Il. Ce n '~t pas Bardèche qui a écrit cela· C'~t le major-général anglais J .F.C. Fuller, dans un livre Il L'influence de l'armement sur 1 'hismire ", qu'il vient 00 publier à Londres, en toute liberté. Les vertus de la guerre Qui défend. les nazis veut la guerre. Le major...général J.F.C. Fuller en est un vivant témoignag~, Dans \1'l1 autre ouvrage ,~ Army OrEtinance ", il écri.vait dès 1945 : « La guerre est devenue le facoeur essentiel du progrès de la' cîvilisation technique ..• Il La guerre constitue l'unique correctif de la surproduction dans un système économique où la sous-consommation domine ..• « La guerre sert à résoudre le problème ' du chômage et à se prémunir contre l'anarchie intérieure Il. L'utilisation des compétences Il Menteur, confidentiel, haineux, le journal « Paroles (dites) Françaises Il a changé de directeur p0- litique. Ce qui ne veut pas dire : de politique. Le torchon brûlait depuis quelq~ temps~ Fina:Jement , c'est devenu public. ' Et on a ainsi connu quelques- uns des ' collaborateurs . de . M., Mutter, le di,ecteur évincé. Du. beau monde 1 . . En, particulier, un nommé ReIlé C~teau, ancie'Il député S·F.I.O. de la Cparente-lnférieure qui vota pour Pétâin en 1940 et collabora avec entrltin. '. Et puis, un certain Senterre, dit . Roubaud. Celui-là, fut, en son temps, éirecteur de 1 'hebdomooajre- nazi " Spectateur ». Le voilà, maintenant, devenu" directeur de publication » Comme on change L. Suite On s'instruit tous les jours. Nous venons d'en apprendre une bien bonne sur le passé du capitaine F-licoteaux, commissaire du gouvernement, qui fut chargé de requérir éontre Otto Abetz. 1 Requérir » est un bien grand mot. « Noyer .le poisson » serait plus juste. Donc, cet homme a été arrêté avant-guerre, dans une ma·nifes,.tation antisémite des camelots du Roy. Ce disciple de Maurras était tout désigné, n'est-il pas vrai ?- comme " accusateur public » d'Otto Abetz, qui, entre autres crimes de guerre, pilla les biens ju1Js et fit assassiner Man.del. Des. éclaircissements S.V.P. Le journal qui s'intitule Aspects de la France est purement et sin.plement l'Action Française ressuscitée. C'est une chose que nous avons dite, que nous redisons et que nous redirons, pour le cas où certains de lh.'S Lecteurs s'imagineraient que l'A ction Française, ayant. été condamnée pour collaboration avec l'ennemi., !l'a pas le droit de reparaître sous quelque forme que ce soit. D'ailleurs, plus le temps passe et plus les rédacteurs de l'A .F. perdent . toute vergogne. On' pouvait lire, dans le dernier numéro de cette feu:Ue, le petit avis sulvant : " Des lecteurs nous demandent de les éclairer sur t()1 ou tel point àei doctrines de l'Action Française. Un groupe d'amis a bien voulu nous offrir de se charger de répondre à ·ces correspondants· Nous prions . ceux de nos lecteurs qui désirent être renseignés sur la doctrine de Charles Maurras de bien vouloir, dorénavant, écrire à.: .. ' (suit l'adresse) . Un seul être vous manque ••• L'absence de Maurras est en effet durement sentie ' à Aspects de la France. Pierre Boutang fait de son mieulÇ pour le remplacer. Mais il faut des années pour former un aussi parfait coquin que son maître. On attend éonc impatiemment le « retour » de celui-ci. Mais il est condamné à la prison à vie, dira-t-on. Et après? On a des anJs en ha.ut lieu, des .amis qui agissent quoique discrètement. Et l'on compte sur eux pour une " divine surprise », analogue à celle que Maurras éprouva lui-même en . juin 40, lorsque les troupes nazies -déferlaient sur la France. (Jne bien bonne ••• Le torchon pétainiste et fasciste 'f Réalisme » publiait dans son dëi'nier numéro cette ' histoire édifiante. '-- A quatre-vingt-treize ans, agoniser dans une forteresse, quand on a sauvé l'armée française et gagné Verdun 1 .. , On ne se décidera donc jamais à réviser son procès ;. - 'Peu probable 1 Il s'appelle Pétain. Il n'avait qu'à s'appeler Dreyfus 1 Si de Caulle ... C'est de Gaulle gui. a grâcié Pétain. « RaSsemblement n, le journal de l'apprenti-dictateur, fai.sant allusion au dictateur cacochyme, conseille à ses lecteurs : « A tout épuré vich}'ssois demandez

" Si de Gaulle n'avait pas été

« au gouvernement, s'il n'avait pas "maint8rtu l'ordre, où se~ns" nous ;. » En somme, le rôle de De Gaulle fut de " sauver du châtiment, Pétain et nombre de ses complioessanglants ... qui, reconnaissants, ont rejoint en masse le R.P·F. Tromperie dangereuse Dans un récent numéro, la revue « 'United States News » explj.que aInSI la politique actuelle des EtatsUnis: " Il faut que soit déploYée de nouveau une campagne d'hystérie belliciste pour obtenir un appui en faveur du programme d'armement d.es autres pays. Des rumeurs délibéré- . ment propllgées au . sujet de 14 guerre sont une tromperie, . mais on les considère indispensables fX?ur exciUr suffisamment le Congrès et obtenir par ce moyen le nombre de tI'Oix nécessaire en faveur du programme d'armement ». Un bon trompeur avoue' un . mensonge pour en avancer un plus gros. Car s'il est exact qije " l'hystérie .bellic.iste » américaine profite e;. premier lieu aux n.archands de matériel de guerre, il n'en est pas moins vrai que e 'est bel et bien à la guerre que les « excitateurs » veulent nous entraîner. t La paille et la poutre « Israël dispose d'un Deuxième ff Bureau, d'un vaste réseau d'amiff tiés juives éparses à travers le 1( monde, qui cn font une puissance " comparable il l'Intelligence Servi- 1( ce. Ce fait posera, en cas de con- 1(, Ilit mondial, un problème àélicat, ff celui de la double nati~na.Jité ·lies 1( Juits depuis la naissance de l'Etat 1( cl 'Israël ». ' Est-ce là un extrait de Stürmer. nouvelle édition ? Point du tout. C'est tiré d'un article paru dans Etudes, revue . des Jésuites français, à Paris, numéro du mois de septen,bre 1949. Julius Streicher et Goebbels n'ont pas dit mieux. • Quant à la " douNe nationalité », qui serait mieux qualifié )Xur en parler que les membres d'une 50- ci.été internationale àux multiples allégeances. dont les princir~les son~ celles qu'ils contractent· à l'égal'li de leur maître général - qui n'est pas Français - et à J'~arà de l'Etat du Vatican. .' Contentons-nous de leur remetfre 00 mémoire l 'histoire de la paille et de la poutre. Et l'indulgence qui permet la pu- r----r-----------------------------------------blication de telles saletés ne devra-it' elle pas être " révisée » ? Suite Tout le monde ne peut · pas ' démasquer aussi clairement son antisémitisme et sa nostalgie de Vichy. On divise le travail. M. Jean Nohain, lui, . a choisi le m~ " subtil » et insklieux pour diffuser les habitueJ1es calomnies des " bouffeurs de Juifs ». Voici l'histoire « drôle Il que M. j~n Nohain a récemment donné à l 'hebdorna.jaire " Samedi-soir», dont on sait les attaches' gaullistes: Un auditeur acharné de la radio, $eul devant son poste, s'amuse à repérer des .postes, soudain il e'ntend : - Allo 1 Allo 1 lei Radio ' TellAviv 1 Ici Radio Tell-Aviv... Vous pourrez entendre tous les soi~s notre émiSsion en langue française à 18 h. 45 sur 178 mètres, Un silence et le spealoer ajoute: - Mais vous pourrez l'avoir à 175· Le silence est d'or De passage à Londres, le « roi » Aoaallah de Transjordanie, a donné urre cQllférence de presse à quelques journa.Jistes ti-iés sur le volet. L'interprète du 1( roi » commença par cet avertissement : " Sa Majesté ne répondra à aucune question critique ». Les joumalistes se le tiennent pOli!' dit et ne posent que d .. s liu:!Stions anc):lines, sans intérêt. L'un d'eux, pourtant, demande au ff roi» : . - Pourquoi ne devons-nous pas vous poser de questions critiques ;. L'interprète refuse de traduire. Le ,e roi n veut wnnaître la qu !3':')'l . Après bien des hésitations, l'interprète doit s'exécuter. - Moi, dit ,le ff ·roi » plutflt gêné, je '~'ai pas fait cette interdjction. - Alors, dit le journaliste, j;! vais vous poser une question critique ... Et l'interprète de se dresser, menaçant, sous l 'oeil sournoisement , approbateur d'Abdallah : - Eh 1 bien, moi, dit l'interprète, je vous l'interdis,' moi. Les contacts de Pétain Un colonel Josse a écrit une l~ttre au garde des Sceaux pour réclamer la Libération de ce pôvre « Nous, Philippe Pétain •.. n qui signa, entre at:tres, l'abandon de la France à Hitler, le « statut des Juifs ,~ et l'arrêt de mort de dizaines de milliers de. patriotes. Argument-n.assue : « Est-(/ besoin de vous rappeler... qu'il entretenait des cgntacts fructueux avec" les Btats-Unis et, combien plus mérit~ res. avec l'Angleterre ».: Ce Il d~uble jeu n, qui , est ~raisemblable, était ' peut.être moins double qu'on ' Ie croit. ED plein Paris, au grane! jour ,RAC'ISME . AU GOUDRON! .« On m'expulse pour des' Juifs qui ont déménagé à la cloche de bois! Mais je me suis pourvu en cassation! Je pric la clientèle de me rester fidèle, car je I:eviendrai bientôt! » Ainsi était conçue la pancarte qui faisait s'attrouper ' les badauds devant. un petit · magasin de la rue Damrémont. Sur les vitrines badigeonnées au blanc d'Espagne se détachait un carré parfaitement nettoyé, ménagé afin que soit visible de la rue l'int€rleur du magasin : les murs recouverts d'inscriptions et desSins injurieux; entre autres un cercue11 noir --" délicatesse, grandeu. ' nature. Le tout trait€ au goudron avec beaucoup d'application. Les gens du quartier sont accourus. Certains ont . peut-être ri un instant du comique de la caricature. Mais un .' même mouvement d'indignation les a fait protester avec énergie contre une telle ignominie. ' Et voici ce qu'ils m'ont raconté

-'- C'est une histoire ' qui remonte à 1939, une banale histoire de .Juifs spoliés '(sic). Ce magasin. de couture appartenait à M. et Mme K ... Des gens bien gentils, bien serviables. Rien à dire. Et puis -le mari a été mobilisé. La dame et les enfants ont plié bagages, détout préparé, la veille de l'ex~ pulsion, il avait arraché la grille de fer, les pOignées de porte, couPé les fils électriques, et loué un peintre professionnel pour la nuit! Eh! bien, c'est de la pire méchanceté. Cet homme prétend avoir fait un pourvoi en cassation. A son aise. Mals 11 n'a aucune chance de le· ga~ g:tler! - Malgré la complieité de la nouvelle pro.llriétaire-eoncierge BERLIN 1933 ••• JACOB EST ROI •.• • .. PARIS 1949 laissant leur boutique. Nous aurions fait comme elle, pas ? - Ensuite, vous savez ... les persécutions ont commencé. Le Commissariat aux Questioos Juives est venu enquêter et a ordonné la spoliation. Puis, en 1944, un maroqUinier a loué la boutique. mené comme un diable. Il voulait mon.ter tout le quartier contre les K.,. Un jour il traita devant tout le monde, Mme K ... de 'C Sale youpine! crasseuse ! etc., etc. :. - Pourtant nous avons ious été suffoquéS le jour de l'expulsion. Ces murs souillés, ça me rappelait un peu trop les Allemands. Pas étonnant que M. K ... soit resté pétrifié, tout pâle d'émoüon, quand il a vu ça. Vous pensez, comme si ces ' gem; n'en avaient pas assez vu! - Et le maroquinier avait de l'immeuble, qui ment comme une gale et ne peut voir les .Jnifs « en peinture lt. Même qu'elle traite Mme K .. de « tail~ leuse lt, de « femme si sale lt et son mari de « planqué li, me glisse une femme en aparté. - C'est quand même triste que des Français ne soient pas dégoûtés d'imiter les Boches. Oui, mais quels Français ? Moi, je vous le dis, ce sont toujQurs les mêmes qui sont avec eux! (Propos recueillis par 1.. Croiset.) Confiserie du Muguet ' ••.•..•...•..•.•........•.........•.... Société anonyme au capital de 10 miUions de franc, 5, rue Maurice-Korsec - MARSEilLE • - La Libération a réuni la famille K... à Paris. Ils avaient ' tout perdu. Après cinq ans de procès et de démarches, ils viennent enfin d'obtenir de réintégrer leur magasin. Et ce BERLINGOTS, BONBONS ANGLAIS, BONBONS ACIDULES, CARAMELS AU LAIT, . DRAGEES . SURFINES, GRAINS D'ANIS,. CAILLOUX DE . - MER, PRALINES, BONBONS FOURRES,n'es~ qu~ justiee. . . HAL V A, etc ... - Ah mals, c'est que le maroquinier ne l'entendait pas de cette oreille. Bien qu'il possédât une autre boutique rue Lepic, ·11 ne l voulait 1. pas ' tendre celle qu'il avait usurpée! Il s'est dé- , . ~RTICJ-.ES POUR FORAINS . ~ • (l'~ Octobre 1949. . -::-- NG 36 (1..94).-------------- 1 .- .. " . OROlT ET LI.BEIlTE • f .u , .....••........ ~ ..... . ANTISÉMITISME All VESTIAIRE DE lA StIENtE - Regarde ce jowrnal. Lis voir, ici. Tu n'en crois pas tes yeux, n'est-ce pas ? « Il nous est impossible, a déclaré le docteur Kasperkowitz, second bQwrgmestre de Francfart, de confier le sort des femmes hospital.isées à la clinique d'Offenbach, aux mains d'un homme tel que Lewin'. Celwi-ci est allé dans . un camp de concentration ' et· Bq, famille a été assa,ssinée et gazée. Il est chargé des ressentiments de sa race et travaillerait ici dans un sentiment de vengeance. Aucune femme ne pourrait se soumet'tre sans crainte à son traitement. L'existence même de la, clinique est en jeu. :. ,- O'l,tt, tu as bien lu. Il s'agit d'une décision unanime du con.seiJl municipal de FrancfCNt, où siégeait le (lcntJvernement milita"re occidental. - pais voyons, seuls des nazis peuvent amst penser. - Quelqu'un sfN'ait·il assez naïf, al-Liourd'huJ, 'pour ima( liner • que le nazisme soit mort ? Alors qu'on l'encourage, au contraire, à rena,ître et qu'on s'essaie à Z'armer Il 7Wuveau. Les campI de concentration? Combien de ceux mêmes qui y furent semblent avoir awblié les mots qu'ilS pron01!lÇaiJtmt au retowr. Mats 'dans le cas de ce médecin 1uif et oellemmnd se ref;rowvent les' incidences d'un problème qui intéresse directement tous les êtres Vivants : celui posé par la conception sOCiale que l'on se fait de la science. Le raisonnement est extrêmement simple. Compte tenu de sa « race :. et de ses antécé'den~, cm; consfdère que le docteur en question est dang8IT'eUX. Ce qUi revient à admettre qu'tl se servira de Za. science acquise oomme mo'yen de destructfon. Nous savons que c'est fa-ux. Il ne reste plUS qu'une formule valable : les édtles de Francfort ont appliqué aUl doctewr ~eur propre façon de penser. S'ils se trouvaient dans sa situation, ils n'hés-tteraient pas à employer, euxmêmes, les méthOdes crimin8JlJes demi ils parlent. Les nazis ne s'en sont guère privés : stérilisation, . injectiOns expérimen'bales, vivfss, ection. procédés que la civ1- lisation a déjà eu bien du 1JULl ct QJdmettre - au nom. du progrès - lorsq,'.'il s'est agi d'animaux vivants. Et j'en viens à l'aspect le plus frappant d'e la question : l'arme atomique. Sa fabrication, son emplOi cyniquement envisagé ne relèvent-ils Pas du ·même raisonnement, ()!UJ plutôt d'une même conception sOciale de la science. Qui ne peut se réclamer, si elle veut être pacifique, d'autres méthodes que pacifiques, ni d'a.utres applications? Il Y a loin, se]nble-t-il, de la bombe atomique à · l'antisémitisme? Pas ta.nt que cela. Pas plus en tout cas que de la paix à l'antisémitisme. Ma concrusion? C'est que l'homme qui, dans la conjoncture actueUe, est un homme de paix, ne peut être antisémite. Parce qu'il combat du même coup les fauteurs de guerre et leurs mercenaires dont les nazillons de FrancfOrt sont les. tristes représentants. « Nous enverrons à 4O.QOO pied8 de ha,uteur des avions chargés de bombes atomiques, incendiaires et bactériologiques e1J de trinitrotuluol afin de tuer· les bébés dans leurs berceauoe, les aïeules en prière et l.es hommes au travail. » C'est là une Vision de l'avenir que livrait au monde, .en juillet dernier, le Times Herald de Washington. On conçdit aisément que les meurtriers. champions d'une telle « scfAm,ce ), aient trOt(vé de la bonne compagnfe à Fra7tC. f.o.r t, . ... .~. .a.U.Ze.u.rs.. .•..J... F... .. 1

Avec la bénédiction du Vatican Le major W. Friede prépare une croisade (gammée) contre Israël i De notre correspondante à Rome .., PAULA SAMUEL Un scandale riche en dessous ténébreux vient d'éclater en plein coeur de Rome, avec la nouvelle à retardement de la mort d'un fantôme, Otto WJlechter de triste mémoire. Otto 'Vaechter, homme de confiance de Hitler, mspirateur de. l'assassinat du chancelier Dolfuss, exgauleiter .de Galicie, responsable du massacre de milliers de Juifs ... un nom sinistre parmi tant d'autres de la clique nazie. Les autorités italiennes ignoraient prob~blement tout de ce nom, puisqu'elles ont « ignoré

. la présence du chef nazi

dans un collège ecclesiastique de Rome, puisqu'elles lui ont permis de vivre trois ans incognito dans la capitale italienne. Quant au Vatican, si l'on en juge par le respect et les honneur. s dont ce rescapé du châtiment était entouré, 11 n'a. PaS péché par « ignorance ,. Il connaissait bel et bien le criminel abrité dans le couvent de Sainte Marie de l'Ame, et sa mort « prématurée :. a valu à la ville papale un grand déploiement de mitres et de bas violets. Car Otto Wachter est mort de mort natul1elle. D'un e jaunisse. Dans l'hôpital du SaintEsprit. Et 11 a reçu les derniers sacrements de la main d'un évêque. Il e.st mort incognito. Et ce n'est qu'un mois plus tard qu'un journal du soir romain révéla l'identité de ce cadavre mystérieux. SOUS LA PATERNELLE PROTECTION DU GOUVERNEMENT ET DU VATICAN La nouvelle éclata comme une bombe. EUe ne fut confirmée que vtntg-quatre heures plus tard - et non sans gêne - par la préfecture de police. Ici la presse démo:ratique- commente , sans indulgence l'attitude des milieux officiels. On a pu lire dans Il païsa. : « Il semble vraiment tnadmis « sible qu'il se révèle une aussi' c grave l~cune au sein de la «préfecture de police au ma- · « ment même où le gouverne « ment met tout en oeuvre pour « le renforcement Q,es .organisa « tions policières. Mais le ml.niS « tre de l'Intérieur, Scelba, se , soude fort peu des fascistes. Il « réserve ses Charges de police « aux ouvriers en chômage, aux « ménagères qui crient famine, « aux invalides qui manifestent « pour la paix ... Est-ce incap~ «cité de la police ou plutôt « complicité ? , Ces événements ont mI.s en lumière le lien étroit qui existe entre les chefs du V~tican et les éléments nazis qui vivent à Rome en qualité de « réfugiés :.. Les collèges ecclésiastiques teutoniques et austro-hongrois sont de véritables repairei3, des centres de recrutement des Allemands « catholiques:. qui nourrissent des sentiments nostalgiques envers le nI" Reich. Les nombreux ex-membres de l'armée et de l'aviation hitlériennes, les épaves des formations SS y sont nourris et logés. UNE CROISADE SOUS LE SIGNE DE LA CROIX GAMMEE L'an dernier, le conflit araboJuif survenant en Palestine. modifia les plans de ces politiCiens en soutane. Le ' major allemand Wilhelm Friede, ex-officier de la Luftwaffe, s'insta:l1a dans le collège pontifical germano-hon- (Suite page 10.) En Hongrie, le . temps des pogromes est reoolu LE procès de Budapèst a amplement montré 'quels objectifs Laszlo Rajk, ses c.omplices et ses maîtres poursuivaient. Ni les histoires de 'drogues, ni les Koestler ne s'auraiènt obscurcir la vérité. Il ne s'agit pas d'une simple affaire de parti, ni d'une simple conspiration, puisque, s,ollS les ordres du gouv,ernement yougoslave et des services de renseignements cc occidentaux )), les accusés visaient à. rien de moins qu'à porter un coup mortel à ïà démocratie hongroise et, par delà, à la paix elle-même. Que le plan ait été déjoué, il est bien naturel que les ennemis de la Hongrie et de la paix' ne s'en réj,ouissent point 1 Mais qui voudrait se convaincre tout à fait de l'activité criminelle de cette bande n'aurait qu'à se demander avoc quet cc .pers, onnel » elle a. été amenée, par la logique de son rôle, à opérer à l'intérieur du pays: avec les valets de Hitler, anciens officiers et gendarmes de H,orthy, croix-fléchées, oppresseurs, pogromistes 1 Telle est la loi du milieu. Comment s'étonner que ces criminels aient reconnu avoi(' été, sous le fascisme, des indicateurs pour le compte du 'sinistre préfet de police Peter Hain ? S'ils avaient réalisé Leur mauvais c'oup, la Hongrie serait devenue le terrain de chasse des hommes de main horthystes. D'où l'indignation qui s'est emparée des démocrates juifs hongrois, comme de tous leurs compatriotes, devant la révélation de tant d'ignominies: « Ceux qui tremblent main,tenant devant la justice du peupt'.é; éçrit le grand hebdomadaire juif (c Pjelet »' . comptaient bien prendre le pouvoir avec l'aide de ceux-là mêmes qui ont envoyé nos frères dans les cbambres à gaz de Bergen-Belsen, quand ·ils ne les ont pas tués à coups de matraques ' dans les rues ou précipités dus le Danube. Ilappelez-vous Peter nain 1 C'est pour Hain que Ilajk et sa bande ' ont travaillé. Et ils ne demandaiepf qu'à se mettre au service d'un autre Peter Hain 1 » Mais il n'est pas faciLe, serait-on aux ordres d'un Tito, de faire tourner en arrière la roue de l'Histoire. GUEZ LES·, SEPHRRDIS Fin de l'enquête de Raph FEIGELSON Il n'est pas rare lorsqu'on effectue une enquête dans un milieu Feu connu d'êntendre ses interlocuteurs égrener leurs souvenirs. Mais si les anecdotes donnent lieu à des images saisissantes et pitto. resques, elles laissent parfois dans l'ombre les réalités d'un présent impérieux et des aspects typiques qu'il convient de signaler. Mon ami Yaéche l'a bien OOffipris, qui m'a piloté dans d'aut!es quartiers que celui que nous avons parcouru; (1) et où résident et travaillent de nombreux séphardis. A Cadet, au Sentier, à SaintPhilippe du Roule et à Auteuil comme rue Sedaine, seule la condition sociale marque une différence ... IMAGES DE TURQUIE « Que Mber ltijo ! (2) 'If Et sans attendre la réponse c'est un fiat de paroles ponctuées de grands gestes. La conversation .est remplie d'exprèssions judéo-espagootes. Langage issu du castillan, avec des intonations gutturales héritées des invasions arabes et une phonétique portugaise et turque apportée par l'exil. (3) - A l'éPoque du sultan rouge Abdul Hamid, que bevo (4), les arméniens étaient massacrés en masse, je les ai vus pourchassés dans les rues de C omtantinople par des brutes armées de bâtons, ils couraient jusqu'à « se quitar los ayos, » (5) et les assassins frappaie'!t, frappaient... Abdul H amid croait 6 cMmbres à coucher et chaque soir dormerit dans une autre .. , Un four effrayé par l'ombre de son fils ,7 le tua ... ' - Souvenirs, $OUvenirs ... , . 1 Mon interlocuteur ne s'arrête que pour prendre congé. - ... Caminos de leche (6) ... : dit quelqu'un en guise d'adieu. Un autre me conte les légendes de J aha, personnage naïf et bon enfant, le gribouille des juifs de Constantinople. - Un jour Joha part au marché avec son chat. Il achète du poisson et demande au chrut de le lui amener à la .maison. Il se rend ensuite chez.le meunier, rrend un sac de farine, le trouve lourd, très lourd ... Et Joha l'ouvre et demande au vent de lui amener la farine chez lui ... Paune J oha, il oubliait toujours où il mettait ses affaires. Un soir, il se dit : « ça va changer, je vais tout . inscrire sur un papier : j'ai mis ceci à tel encIroit, cela à tel autre ... ». Puis il se couche et écrit: l Joha dans son lit 1). Le matin, matin, il se lève, regarde sa feuille, trouve ceci à tel endroit, oela à tel autre, et désespérément il cherche « Joha dans son lit. Il UN REPAS A LA TURQUE Mon ami ' Vaeche m'a conduit chez lui. Son père, un vieux turc d'environ 60 ans, mais jeune de caractère et aimant rire, commence aussi par me conter ses souvenirs et la vie des Juifs en Turquie avant la guerre de 14 « que Pierre Loti a si bien dépeinte dans son journal intime J. - J'avais 14 ans quand le théâtre de Pera (7) afficha « ra Dame aux Camélias» avec Sarah Bernardt, machalla ' (8) c'était formidable 1 .. , Et pendant tout 10 repas OU presque, il fut question de Sarah et la récente dévaluation qui ro' Bernardt, le grand culte du père sent de difficiles problème. 1 de mon ami... Après le raki ct Samy Benchouya, marchand foIe mézé, le repas commença par . rain, m'a dit: tm . trouclti, entrée composée de feuilles de choux fermentées dans - Sur les marôhés, les gens h saumure, de piment, de sala- n'ont Plus d'argent pour aclzeter .. de et de tomates vertes. La vé- nos affaires diminuent et les imrité m'oblige à dire que je fis la pôts augmentent. Alors! Et grimace. Puis ce f'U'ren.t les maintenant que les prix vont monYapraltés, riz grillé, cuit avec ter croec la dévaluation ..• des oignons, roulé dans des feuil - Rue Sedaine et rue d'Aboukir, les de vigne et arrosé d'huile et des façonniers et des grossistes de jus de citron. Ensuite une m'ont dit la même chose : sorte de caviar : le tarama .. des Ouvriers, artisans, commerçants aubergines grillées avec du tro- voient sans cesse croître leurs difmage blanc et de l'huile et, après, ficultés. Mais ils savent aussi le Shish-Kébab, , beafsteck Cha· pourquoi tout va marI : teaubriant des Juifs turès. Enco· re des a'ubergines, . mais farcir·~. - C'est la politique de guerEnfin des borrecas, gâteaux su· r~ qui provoque ceS difficultés. crés aux noix et au miel et le Quand on pense aux canons et à cltarop, confitu're de sune (le ' la destruction on oublie Ce qui est « dulce de leche» des Espa- nécessaire aux hommes Hier j'ai gnols) que mon hôte me présente voté pour la paix. en disant: - Es del Dio Caralwu , (9) Je dois avouer que, ma surprise passée, je trouvais cela très bon, arrosé par un vin de Sion sucré. On prépara le café turc devant moi et j'admirais le moulin, curieux 'cylindre en bronze ciselé qui moud très fin ... Et avant de terminer cette brève enquête au cours de laquelle quelques aspects seulement de la communauté sépharado Ont pu être abordés, il nous faut dire deux mots des préoccupations de nos amis. Devant le chômage qui menace son père, électricien, mon ami Vaeche abandonne Sf',.8 études et cherche du travail. Chez; les commerçants et les artisans, c'est l'augmentation des patentes (1) Voir Droit et Liberté des 1" juillet et l·r septembre. (2) Comment ça va? . (3) Dans hijo (fils) le j (la jota) se prononce en espagnol comme le ch allemand de buch. En judé~ espagnOl, « igeo » ; mujer (mère) se prononce « muger» en jude~ espagnol. (4) Boeuf, esprit lourd et rétr~ grade. (5) Jusqu'à n'en plus pouvoir (littéralement: se retirer les yeux). (6) Bon débarras (qu'il aille sur des chemins de lait). (7) Quartier de Constantinople. (8) Expression intraduisible pour exprimer l'admiration, l'étonnement. (9) C'est excellent (c'est béni de Dieu). 4 DROIT ET LlBilHE , J." Octobre .1949 .. ...,.... N° 36 (104), 'D'UNE SEMAINE A L'AUTRE ... __ ÉTATS-UNIS - : I..E.S GRANDS DRAGONS se suivent et se ressemblent. « Que ferez-vous? » - « Je continuerai», a simplement répçndu Willio..m HendriCk, avocat de Floride, en prenant la, succesBion de Samuel Green, décéèé, à la direction du Ku-Klux-Klan. LA POLICE DE PEEKSIPLL JI'ElSt vue dans l'obligation d'arrêter le fils de son p'ropre chef. Lors de la provocation raciste dirigée contre Paul Robeson, il avait endommagé une auto à coups ' de pierres. ' IL EST DE TRADITION que, pour Rosh Hashanah, le président des Etats-Unis et le secrétaire d!Etat adressent leurs « meilleurs voeux li à leurs compatriotes de religion juive. Cette annee, pour la , première fois, le State Department est resté muet, en raison - dit l'A.T.J. - des « sentiment.s antiisraéliens de plusieurs collaborateurs d'e M . Acheson ». « IL Y A DES PEUPLES TERNES, sans chemin bien tracé pour leur existence, et des peuples supérieurs li, écrit M. Hans Khon un Allemand américanisé, qui fait figU1'e de chef de file dans la « sociologie li à la mode. Selon lui, les Anglo-Saxons sont en droit de «mettre l'empreinte de leur ind~ vidualité créatrice sur les peUples firriérés, comme ont fait les Romains en leur temps 7. ANGLETERRE DES PAQUETS DE MA'l'ZO'hi d'origine américaine arrivaient en grand nombre dans les ports ang1ais, Les douanie:'s, cUfieux, en ouvrirent deux cents et découvrirent dix mi1le paires de bas nylon Dupont de Nemours. CANADA DER KURIER, journal de langue allel'Pande édité à Regina, rappelle, par sa propagande antisémite,' l' Il Angriff li de Goebbels. r,.a presse de Winnipeg le soupçonne d'avoir }bur véritable directeur otto stras- 11er. . ' r _. -GRÈCE I;A « LOI ELECTORALE li tait obli~ation ,aux Juifs de Salonique de voter dans des locaux spéciaux \ Une délégation s'est rendue auprès , de M. Venizelos, vice-président du Conseil, pour protester contre cette violation du secret du scrutin. Le ministre de l'Intérieur avisera. . ' EGYPTE : DANS LA ZONE DU MONT COMMANDANT (Soudan angloégyptien) la famine a pouSlé les hab'. mts à se nourrir de racines vént ùeuses. On ,o::mpte trente morts et deux ci!nts malades. Outre des vivres, un médeCin a été envoyé sur les lieux par les autoriUs centrales. A LA QUESTION d'un correspondant quj lui demandait pourquoi les noms des prisonniers p0- litiques Jrbérés (24 sur un groupe de plus de 500) ne seraient pas publiés, le ministre d'Etat Ghaleb Pacha a répondu : « Quelle im. p. ortance? » POLOGNE JURGEN STROOP, le général qui dirigea les troupes allemandes oontre les . insurgés du ghetto de Varsovie, passera bi-entôt en jugement. Son procès avait ~té retardé par suite de la disparition de son (l()oID!père Hans Hoelfe, qui s'est enfui d'un camp. autrichien. , QUE VAUT la ' collab~ration de l'UNESCO à la révision des manuels scolaires, face à la vague de nationalisme et de racisme qui déferle cklns les publications d'Allemagne occidentale? La contribution la plus réelle à la paix en ce domaine exigerait que l'UNESCO s'élevât de toute son autarité contre 16 tolérô;nce des puissances occupantes envers tes Allemands d'esprit nati01lC1.1iste et agressif lt, a déclaré M. l'ambaSEadeur Putrament, chef de la délégation polonaise à la dernière conférence générale de l'UNESCO. HONGRIE DE NOMBREUSES PERSONNALITES civiles et des représentants des Eglises catholique et protestaute ont assisté à la cérémonie d'inauguration d'un monument éle' Vé par la « Chevra Kadish4 lt de Budapest à la mémoire des Juifs bonj!:t'oit vict~ du fascisme. A .THll, r (HARlES lIDER"'" DEU'RE AU NOM DE l'U.J.RI: " Nous renouvelons notre serment d'être toujours aux côtés des combattants de la paix~ " Le 18 septembre, dCÏ1l$ la petite ville de Thil, en Meurthe-'tltMoselle, qui eut le triste priVilège de voir installer ~ur son krritoire un romp el un four crématoire, une émouvame mamjestation s'esl déroulée en présence d'un grand nombre de personnes. Au nom de l'U,J.R.E., notre directeur Charles LeJerman a notamment déclaré: Noos étions 300.000 en France. 120.000 ont été déportés. Moins de 2.000 sont revenus. De ,40 à 45, autour de fours crématoires semblables à celui-ci, nous avons, à travers l'Europe d'Hitler et de ses complices, penlu six millions des nôtres. ", . , Dès les premiers jours de l'occupation nazie nous avons été parmi les premiers . à lancer rappel à la Rch,istance, pour bientôt le$ mener au combat. NoUs l'avons faiqar tous les moyens. D'abord en disant la vérité, lW effroyable qu'elle fût. EL si je rappelle ce combat pour la vérité, c'est parce que, vous en' souvenez-vous? quand nous parlions des camps de concentràtion, des chambres à gaz et cles fOurs , crématoires, nous étions accusés par 'Berlin et par Vichy, par tous les Goebbels, tous les Xavier Vallat, tOU3 les Philippe Henriot, d'inventer des « histoires pour faire peur »... . Aujoord'hui, "ous poursuivons avec vous tous, au milieu de VOU$, le même combat'pour' la Paix jàrce que nous savons que seule la Paix peut éviter Id camps d'exterminati6n et les fours crématoires ... , et nous sOmmes bien déèidés à la défendre contre une nouvelle guerre. ' , Il y ' a quelque,; mois" fidèles à nos martyrs et à nos morts, nous avons fait un serment , :. Nous avons-juré de ne jamais être les alliés des nazis, et d'être toujours aux côtés des combattants de la paix. Ce serment, nous le renouvelons ici. On n'honore pas la mémoire de G. Mandel EN PRÊCHANT L'ALLIANCE avec les nazis Le samedi, il inaugure une plaque à la mémoire de Georges Mandel, assassiné par la Milice. Le dimanche, 11 reprend les slogans les plus éculés de Vichy et prêche l'alliance immédiate de la France avec les nazis de l'Allemagne de l'Ouest. Entre temps, 11 a eu un ent. retien fort cordial avec Mgr Feltin, bénisseur de Pétain et panégyriste de Philippe Henriot. Qui aurait pu nourrir encore quelque doute sur la signification de la cérémonie de Lesparre, n'aurait eu qu'à prendre ('onnaissance du discours de Bordeaux. Ce voyage du chef du R.P.F. dans la Gironde, comment Mlle ClaUde Mandel et Mme Béat. rice Brett y, exécutrice testamentaire de 'l'ancien ministre, auraient-elles pu s'y associer sans trahir l'homme et le Français qu'elles pleurent, sans se rendre complices d'une imposture l'utiUsation, à des fins antinationales, de la mémoire d'un patriote! Il faut se féliciter de la belle contre-manifestation des Combattants de la Paix et de la Liberté. UNE LETTRE DU M.R.A.P. AU CONSISTOIRE A l 'occasion de la Jourbée Internationale du 2 octobre, If,' M.R.A.P. a envoyé au Consistoire de Paris une lettre doot nous extrayons ce passage : Le tragique tribut 'lue notre peuPle a payé pendant la dernière guerre à la suite des mesures prises par les nazis et leurs acolyies cuntre les lujts~ 'IOUS commande d'être très 'IIigilmlts et de 11'~pargner aucune force vive de' 11!Otre peuPle qui est e/l mesure de jugule, l'événement qui nous menqc, de nouveau tant sur nos" frontières qu'à l'intérieur. Aussi~ le M.R.A.P. 'Vous prie de bien vouloir envisager les moyens approprjés~ afin gUI! les luifs pratiquants qui assisteront aux offices de RoschfI ac halla et de Yom Ki ppou, puissent prendre connaissoll&e du danger 'lui les menace et de la force qu'ils constituent. Pour s'oppos(;r à ce da,llger que ce soit par dcs prières en faveur de la Paix 'lue ce Mit par des samons COlltre la guerre '"'et le 11lzisme re/laissant ou par W14S autres moye1ls que le Consistoire Central de France jugera bons il importe 'lue les luifs pratiqua.nts s'exprime1zt contre la guerre et en faveur de la Pair. LES JUIFS DE STRASBOURG se rendront tous à Struthof CÉLINE VEUT FAIRE D'U BRUIT 1 2' 0 t b ~( Ils a~ient un beau rôle à tisée sous l'occupation hitJérien- la navette entre Paris et Bruxel- e . core 'jouer en 1944, mais l'Histoire n~ dans la publication de littéra- les, usurpateurs, sans domicile En souvenir de nOS six mil- ne repasse pas les plats ", aurait ture nazie et antisémite, attend ni adresse fixe." » lions de frères massacré.s, et déclaré Céline, enterrant sans encore l'heure du jugement. Le Mais pointe le oout de l'oreille: pour mettre fin à la course rémission les g~ullistes, et leur moment ne lui semble pas pro- « Dites bien à vos Iècteurs que vers une nouvelle guerre et de général. ' pice. Denoël successeur a peur" ce n'est pas une affaire Denoël nouvelles persécutions racia- ' Céline avait un beau rôle à Mais Céline a plus d'un tour contre ~éline, mais Denoël conles, contre te racisme et pour jouer en 1942... , ' dans ses « beaux draps ». Et ~r~ Frolssard, Vous COn1f .. enez,. la paix! Croit-il donc que ' pour - lui l 'on apprend que chez FrdÎs-' eVldemment, qu' il ne peut , y L'UNION DES J U 1 F S l'Histoire « repassera les plats", sard, jeune éditeur lancé par le avoir alreun différend entre« no- POUQ LA QESISTANCE qu'il se risque aujpurd'hui à succès de Caroline chérie, vient tr~}) auteur et .. , (sourire, cO,m- ET L'ENTQ' AIDE appelle tant faire parler de lui? de paraître s.on Voyage au 'bout pliee)« nous » .• , ., " ' .. ,LA POPULATION JUIVE Crasseuse histoire de fric" de la nuit, Comédie. Très ,iou.che, :~r ,Et DE STQASBOUQG à mani- CéJ' t b' 1" 1 Protestation unanime de l"ppi- quand le directeur déclarè ~ 'qui fester en masse à la JOUQ- me es aux a OlS.... eXI... • é' ve:"': l'en' ten(lre'. · .,; fauché .•. , seul avec sa rancoeur DIon d mocratlque 1 . ' NEE INTEQNATIONALE th' Et aussi, canaillerie d'un som- « Petite affaire 'entre éditenrs, DE LUTTE POUQ LA e ~:lin~l:~.~~ se faire rééditer ! bre comique, protestations des qUÎl n'intéresse pas 'Iepubliè, PAIX LE 2 OCT08QE au Les Editions Denoël, qui dé- Editions Denoël, qui déposent simple contrefaçon, " camp de STIlUTHOF (près tiennent l'exclusivité des droits une plainte éontre Fr.oissard 1 ... on ne peut s'empêcher de Shirmek), d'auteur, refusent net. L'avocat Grosse bagarre. Les loups se penser qu'il ne serait pas imp.os- (Un service spécial d'auto- d Cé' sibfe, vu les ma~hettes et' les cars es t pre.v u. pn.x 'a l"'""- -re- ,e lme entre en danse ... pour- dévorent entre eux. énormes titres ..q~ ue certal'ne taour . 300 fr) parlers ... ~ marchandage. Rien à Chez Denoël : « Ces insaisis: ':':::-~fa~i'r~e. ~L~a m~a~iso~n ~De~no~ël~, s~pé~cia~- ~s~ab~les~ ~édi~tio~ns~ ~Fr~ois~sa~rd~ f~on~t presse con,"~ acre à cette « sl'm- pIe contrefaçon ", que tout ce 1 RAEL « massacre pour une bagatelle Il ne soit monté de toutes pièces pour remuer de la boue et res-- .suS'Citer un nom enlisé dans sa propre fange, Céline. DEVALUATION. - Au cours Les ouvriers boulangers, affid'une Conférence de presse, M, liés au MAPAM, se sont mis en Eliezer Kaplan a déclaré que la grève à Tel-Aviv. dévaluation de la livre israé- SANS VISA. - Evêque de CoHenne à 2 dollars 80 avait été logne, émissaire du pape en Parendue nécessaire par la déva- lestine, Mgr Gustav Meinrad luation du sterling. BIen en- est arrivé par avion à Tel-Aviv, tendu, entre autres classiques porteur d'un passeport du Vapromesses, il a assuré que ({; les tican (sans visa israélien) pour priX n'en seront pas affectés:p. s'entretenir, a-t-il « préciSé :P, A HAIFA. _ Une usine Ford de« certaines questions :p avec est en construction et les raffi- - le Gouvernement. neries anglaises de pétrole ont ' VA"I·ICAN. - Un éditorial du repriS le travail'; qu,elques jours «Quotidiano" organe italien auparavant, on déclarait à de l'Action catholique, indique Londres, que le Gouvernement sans équivoque, dans un article britannique considérait leur directement inspiré par le Varéouverture comme «particu- tican, que le Pape ne peut être lièrement souhaitabl~ ,. satisfait que par l'internationa- Scientifique de Rehovoth sera inauguré le 2 novembre. Il est divisé en 5 sections où les re": cherches portent respectivement sur les isotopes, la polymérisation, la biophysique, les mathématiques et l'optique. ARCHEOLOGIE. - A Paris, l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres a discuté des manuscrits hébreux récemment découverts dans une grotte voisine de la Mer Morte. Le R. P. de Vaux a parlé de quelques fragments du Lévitique, ainsi mis au jour, qui sont en écriture archaïque du type phénicien et ,qu'il date du xv' siècle avant J.-C. LYDIE PAVEl., Une soirée avec CHAGALL . Le samedi 1er octobre, à 20 h, 30, aura lieu, à la Salle de b Chimie {2B, rue Saint-Dominique, métro ,Innl'_) une .oirée-gala, ~ous la plélOidence de MARC CHAGALL, à l'occasion de l'ouverture de la saison c .. It .. ft!IJe 1949-1950 par le « Cenh'e Cul, hl""l lO .te l'U. J. R, E. Au programme: SCHOCHANA AVIVITH, Prof. SCHOR, MANIA B1.OCH, Mme SALOMON, Chorale Populaire, danses. etc ... VAMPIRE. - D'après le jour- lisation de Jélblsalem. ,---------------------------- nal « Al Gamichmar " le roi SCRUTIN. - Des élections Abdullah a mené durant son muniCipales pour toutes les vilséjour en Angleterre des négo- les auront lieu en novembre ou c1ations en vue d'acheter des décembre. On compte à Telavions « Vampire ,. Des con- Aviv 130.000 électeurs, non tacts ont déjà été pris par 'compris les militaires. Glubb Pacha avec les représen- SAMARITAINS. - Le Grand tants des usines fabriquant ces Prêtre Itzack ben Amram traavions. verser les lignes juives pour se GREVES. - A la suiteCYiiiie rendre à Jérusalem où il doit action revendicative, les ou- consulter M. Itzack ben Zvi sur vriers et docks d'Israël ont la question du retour des Saobtenu une augmentation de maritains en Israël La secte 30 piastres par jour, mais le ne comprend plus que 160 Gouvernement a préleVé un membres, dont 30 ont déjà tratiers de cette somme sous pré- veI'l!é les lignes pour s'établir texte que le co~t de la vie a dans le pays. baissé. SCIENCES. L'Institut Tous ceux qui s'intéressent au sort de nos oeuvres sociales et culturelles suivront avec intérêt les travaux de la CONFÉRENCE NATIONALE CONSTITUTIVE DU FONDS JUIF UNIFIÉ à laquelle participeront plus de 200 organisations juives de Paris et de Province Hôtel Continental- Paris. -..:. 22-23 Octobre 1949 .. • .. J..' Octobre 1949. - Ne 36 (104)------------·--- ... , \ .... DROIT ET LIBERTE 5 La revanche aura-t-elle lieu? S'il est normal et logique que les nazis s'entraident, nous avons, quant à nous, le devoir de mettre le doigt sur un certain nombre de faits qui expliquent l'attitude arrogante que retrouvent aujourd'hui nazis et fascistes de tous calibres. C'est M. Mac Cloy" par exemple, haut commissaire américain en Allemagne, qui tro~vait absolument natu-:. rel qu'un tiers des Allemands (de l'Ouest) {( soient restés nazis Il. A ce propos, peut-on mieux condamner la politique des occupants lccidentaux que ne l'a fait M. Mac Cloy lui-même? par Jacques FRIEDLAND sur la .droite allemande traditionneUement antisocialiste ... Il MANOEUVRES DE CONDOTTIERE Les manoeuvres militaires qui viennent de se dérouler. en Allemagne ne 'sont que les trois coups avant le levér du rideau. Y participaient de forts contingents américains - quelque . cent 'mille lrommes - des bataillons d'anciens S,S., des généraux nazis et; na- . turellement, les représentants des étatsde la guerre moderne. Cette source, c'est l'Allemagne occidentale, sU1peu~ plée avec ses 40 millions d' habitants ... Les zones occidentdles sont Pleines de' jeunes hommes dont la plupart possèdent déjà l'expérience de la guerre ... Dans le fq·nd de leur coeur, ce sont encore des s(Jldats. Leurs qualités n'ont pas besoin d' hre soulignées H. L'article duquel sont extraites ces lignes a paru d.ans un journal militaire britannique sous la signature du colonO 539 (listes de l'O.N.U.), Carlo Schmidt fut l'adjoint du général nazi responsable des massacres d' Ascq, d'autres députés travaillèrent pour la Gestapo'. Bref, on comprend aisément les applaudissements qui saluèrent le discours-programme de Konrad Adenauer. Un programme qui se fixe cü)JÎrement, cyniquement·, un certain n0mbre d'objectifs: revision des ' accords élaborés à Potsdam, des frontières de ~'Est et:- de l'Ouest, amnistie générale des nazis, abrogation .Çléfinitive de la parodie de statut de la Ruhr. Un programme qui, s'il se réalise, fera de l'Allemagne de l'Ouest l'arsenal du fascisme et de la revanche aux ordres des milliardaires américains. Les ministres choisis par le Chancelier sont du même bois: Erhard, champion forcené du libéralisme intégral, qui fut le conseiller économiq,tIe" du gauleiter Bürchel, en Alsace-Lorraille; Dans les kiosques ae Berlin-uest fleurit une série de journaux et magazines dont les seuls titres sont riches d'enseignements. Ici, c'est une plaquette du format {( Crapouillot ). dont la couverture reproduit une magnifique phot~ du füehrer et qui s'intitule « H it- 1er, le stratège}) ; le texte est tout simplement 'signé par ' un ancien chef d'état-major général du Q.Q.G. hitlérien. Là, c'est un journal qui titre en manchette : {( Une femme a sauvé le Parti •• , avec un P majuscule. Nul besoin d'explications complémentaires, chacun est censé comprendre qu'il s'agit du Parti national-socialiste. Et de quoi pourrait-il bien s'agir, après tout; dans le royaume occidental? . Schoeffer, ministre des Finances, qui . exaltait dès 1933, dans la Gazette de R!gensburg, la « mission historique du Führer H. . L'OP'INION MONDIALE NE cr MARCHE PAS lt Le Daily H eiald écrit de son côté Et voilà. Le rideau est levé, les Amé-. ricains tirent sur la corde: l'opini(){l" justement alarmée, voit sur la scène le miroir aux alouettes d'une démocratie du type occidental, un miroir dent le tain est coulé dans les creusets de Wall Street. '« Des combinaiso.ns sont déjà échafau:. dées pour faire paraître de nouveaux journaux à Hambourg, Br~me, Dusse/ dorl, Bochum, Essen, Gelsenltir' chen et Hanovre ... où un ancien éditeur nazi a déjà réussi à s'assurer des intérAts financiers dans deux journaux qui 'paraissent actuellement en zone britannique. » Car les Anglo-Saxons se sont empressés de lever, à la date du 1 .... septembre, la mesure qui faisait dépendre parution d'un journal d'une licence préalable. Quant au I( Stürmer Il, le torchon antisémite de Streicher, la nouvelle de son éventuelle réapparition a tant soulevé l'indignation de l'opinion publique qu'il a bien fallu reculer , - provisoirement tout au moins - et . soyons assurés que l'action menée par les démocrates parisiens à l'appel du M.R.A.P. n'aura pas été inutile. Quand 1. Weh_acht paradait devant le Führer, à Nuremberg. .. majors de l'Union occidentale. Tandis qu'on apprenait que les. Américains étaient sur le point de provoquer une consultation secrète à laquelle devaient prendre part les généraux nazis, appelés à donner leur avis sur ... la future guerre . Et le thème tactique sur lequel se sont déroulées les manoeuvres ne fut que la gigantesque répétition de la guerre « made in U.S.A .•• que Truman et Acheson sont bien décidés à faire faire par d'autres. nel J. Oswald et a été récemment re. pris par la Mili.tary Review amér.icaine. LE MIROIR AUX ALOUETTES Le docteur Konrad Adenoetler, leader du parti démocrate-chrétien, a donc été l'âme-soeur choisie par les AngloSaxons. C'est lui qui a porté à la présidence de la nouvelle « République- 1. le docteur Theodore Heuss. Et c'est pourquoi celui-ci l'a intronisé chancelier fédéral. . Les choses se 'passent en famiUe -:car c'est bien de la famille « nazillon Il qu'il s'agit. Une petite revue des membres du Parlement de Bonn est, à ce propos, fort édifiante. Plus de quarante d'entre eux ont voté les pleins poUVOIrs à Hitler, le Président Heuss en tête. Première étape, . a souligné Adenauer: Strasbourg. L'admission de l'Allemagne fédérale au Conseil de l'Europe facilitera le franchissement de la ' seconde étape: son adhésion au Pacte Atlantique. La réaction internationale avait Gtéjà. armé Hitler. L'opération est aujourd'hui la même. Mais, à la veille de ce 2 oct~e qui verra se dresser dans le monde les invincibles forces de tous ceux qui exigent la Paix - et qui exigent que l~on s'applique à ne préparer que la 'Paix - les esprits n'ignorent plu~ qu'tine telle Allemagne est un instrument de guerre, qui compromet dangereusement la sécurité française. A ceux qui doutent encore, je livre une citation qui vaut son pesant de mensonges et de provocations : Quant au Monde, il imprime en toutes let~'es : « Comme tous les grands empires d'autrefois il nous faudrait utiliser des mercenaires. Quant aux Juifs de Fr-ance et du monde, auraient-ils ouhlié -les terribles leçons de la dernièrè décade? Certainement pas. C'est là une raison suffisante pour que soit marquée leur place au sein du camp de la Paix. c( ••• Les Etats-Unis croient le moment venu de restaurer u·ne éconrrmie encore paralysée et de s'appuyer dans ce but « Dans une certaine mesure, nous avons déjà accepté ce principe... il existe une source de mercenaires en vue Kopf, Premier mmlstre de BasseSaxe, n'est que le criminel de guerre ALLEMAGNE (DE rOUEST) 49 A Londres, le Board of Deputies , ke .€tait chef de la déna- dénonce le nazisme renaissant • Le parti social.dé. mocrate a publié à DUJSseldor/, pendant la campagne 'électorale un ~al spécial, « Signal », financé par le Konzern Manne$mann, imporlOflt trust de la Ruhr. • Reisch, hitlérien no· toire et président des établissements métallurgiques « Gutte-HoPfnung1ihuette • à Oberhausen; Zaugen,. pré. sident du Konzern Mannesman; Bunggerot, di. recteur de r usine Mannesman de Dusseldorf ; Roland, président du syndicat des employeurs de r Allemagne occidentale. représentaient l"industrie lourde de la Ruhr à une conférence secrète à laquelle assistaient aussi les. repré!entants de rUnion démocrate chrétienne (Hol· zapfel) et du parti 90- cial démocrate (Runge). Cette réunion, tenue à rhôtel Krummen Weg. près de Dusseldorf, avait pour but de discuter la constitution du gouvernement de rAllemagne occidentale. • Quatre femme. al; cusées de répandre des Frau Crammel dirigeait, naguère, le mouvement des femmes ûfication à Ba&-See~e- Ail . r, nij"tional-socialistes à Munich. Aujourd'hui, elle est très e.nnuyée ; berg, !! zooe anglaIse. en emagne malS rer·use un Juif, 1 dei Cutfreund, a l'audace d'habiter la même maison 11 a e~e l,mogé di ce d d M 1 qu'elle. Car, bien entendu, Frau Grammel est )~br:. Si libre, qu'avec r:~::. ri y a que ques e con amner l'JOS ey la complicité de son ilvocat, Herr Docktor HeInrIch Arnold, elle aL ' 'd décidé de perdre le JI H. Frau Grammel a u~ fi ls de 4 ?ns, Haml? :1 .e dr;:aII:rl:~ °R~u;;'~' (de notre correspondant L. ZAIDMAN) De là à rédiger une lett,r e (farCief .d e Cita. tions. ded Strelcher) lpre- e ts pla·m t, a' u c0 ur's tenda-nt que ce g,?sse s est vu .alre une . prise e. sang. pa~ e d' une conférence de Juif Gutfreund, qUI en avait beSOin pOUf f~ter la Paque, Il .n y a poes9C, de c' que les qu.'un pas. Qui fut franchi. .. Mais il y a un!! justice, Frau Grammel forces d'occupatio.n .de et son avocat ont été condamnés; lui à' 6 mois et elle à 8 mois l'Allemagne de l'Ouest de prison (!) Ils oot fait appel. On vient de les acquitter. Et Frau ne prennen! pas s,!ffj· Gramme 1 est prête à reprendre du serviCe à' la tét·e du mouvement sa.?,ment sOIn 4e « 1 h:- des femmes nationa-I-socialistes de Munich. rO!~ue populatlOrt berh. nOise B .. rumeurs su ries 1. cri .. mes rituels juifs " viennent d'être acquittées par la cour de justice de Munich. teint un nouveau record en juillet. La production correspondante est en baisse en France. en Angleterre, en Belgique, au Luxembourg, etc ..• • Le. aufOf"ités anglai- • A 1'0 e cas i on du oc. à occupation ont ,é- 37. Congrès catholique quisitionné les maisons allemand, le pape, clan. de .ix familles juives à une aTlocution raelio. Junk.ersburg, près de diffusée, a demandé Cologne, pou, y loger aux Allemands de « tra· de. troupes belges. Le vailler au bien de leur maire de r endroit a ,c- nouvelle république occonnu que d'autres 1.... cidentale . caux, plu. apt:ropriés, étaient di't:on ;ble., et • 170.000 hommes dans que ces. réquisition, la zone anglaise, 250.000 étai en! abu.ive.. dans la zone arnéric~ine tels sont les efPectlfs • La pro d li C t ion de· la police allem~nde d·acier brut, en Allema- de rOuest. Des e!atsgne occidentale, a at· majors de ces formataons paramilitaires. font no· tamment partie les généraux Halder et Gu. derian, le F eldmarshall StumPf, et Steiner, ex· o ber g ruppenfuerher S .S. • Les · Ami, d' 0 t t 0 Stra .. er, rée e m men t con.titué. à Düsseldorf (zone anglaise) avec /' accord des autorité. d'oCcupation, se proposent de créer, sous la direction de l'ex·leader na"" un nouOeau parti « ayant pour ~rÎncipale tâche de combattre le bolchévisme », • Membre du parti nazi depuis 1930. membre de. 5.5,. Ebehard Ulm- • En 1949, comme en 1948. J"Allemagne de rOuest aura été. annonce un rapport officiel. la première bénéfiCIaire des dollars du pla n Marshall. Sa part est de 983 millions de dollars. L'Angleterre vient -au second rang avec 899 millionS". • Le, investissements à long terme en Allema. gne de l'Ouest s'élevaient à 46 mil/ions de marlt. pour les 6 der. niers moi, de 11148. 1/. .'élèvent à 913 mil/ion. de mark.. pour le. 7 premier. mOi. do 1949. La ,ai..,n en est, dit un rapport am.€ricain, le taux élevé de. Intér2ts. Le Board of DeputÎes. organisme qui représente officiellement la communauté juive de Grande.Bretagne, vient de voter à r unaninuté une résolution protestant contre la renaissance de r antisémitisme et du nazisme en Allemagne occidentale. Il a décidé d'intervenir auprès du gouvernement de Sa Majesté pour demander que des mesures soient prises afin de remédier à une telle situation. Le Board of Deputies reflète ainsi l'anxiété qui se ' manifeste de plus en plus, non seulement dans. les masses juives, mais dans tout le peuple britannique. Cependant, malgré les efforts multipliés des organisations populaires juives, le Board of Deputies se refuse toujours à condamner les menées anhrémites qui déferlent sur l'Angleterre A meRle. Sous la protection de la police, le fasciste Mosley ne se gêne plus pour réaliser des « malches » dans les quartiers juifs.de la capitale et des principales villes anglaises. S'lI en cuit parfois à ces énergumènes, ce n'est que grâce à t'action résolue des antifaseistes. Mais les dirigeants du Board. of Deputies continuent à prêcher la II non-intervention 1), sous pcétexte de « mépris » à r égard des fascistes. Les agressions nocturnes deviennent si nombreuses, dans les lueS de Londres, que bien des Juifs n'osent plus sortir seuls la nuit. Le gouvernement travailliste ne fait rien contre ces crimes, rien contre les agissements antisémites ..• Et le Board of De-putiet ne trouve, à cela, nen l dir~: ' 1 --MOlT fT L1BfR1"E • NOUS 'FERON'S LA PAIX FEU"ILLEA FEUlLLE " ••• Si cha (un dit "HOU'" à 10 Guerre ... Nous ferons la paix feuille à feuille Comme se tont les arbres et l'été. Sans impatience et" sans répit . . ChaqUe bourgeon éclos répondra POUT la vie. On noUs dit que le mal exiSte Et que Di;eu nOUrrit le hibou Mais vOUS a-t-on parlé, 6 frères De tous les oiseaux rassemblés Qui l'attaquent dans la lUmière ? Chaque voix dirt nOn à la gUerre Chacune est faible, et le malheur A tout pouvoir aur U't seUl CoeU4'. Tout~s ensemble font ' un bruit Plus fart qu'~ le cri du tantlerre Notre espoir se nomme plusieurs Nous l'emporterons · S'U'T la' nuit. .' . Jean MARGENAC. 'C E vote ne ressemble a aucun autre. Il séfait , ' . chaque jour. Ii se fait pal:toÙ"t. Le repas du soir cor& mence. Le père parle de la bombe atomique, dont parle~ t' tous les journaux. La mère parle de la t:herté de la vie, dont parlent toutes les mères. Jeannette est pressée: elle va :m cinéma . d'an's une demi-heure.:. On frappe, Ce sont deux jeu~ nes gars, avec une ume! des bulletins. . Alors, on écarte les assiettes. On inscrit son nom; son adresse (( Passe-moi vite le ~rte-plume JJ). ·La paix, c'est un rep:1S du soir, calme comme ce-; lui-ci. Avec moins de soucis à l'arrière-plan, sans doute. On vote pow- la paix.

  • Dans le 4' arrondissement, quel J}lif n'a pas souffert

dans son coew- et dans son corps de la guerre et de ses séqu~lles. : l'antisémitisme, le rat:isme? Qui n'a pleuré la mort "d'un être cher exterminé dans les camps de concentration, brûlé au fO'ur crématoire? L'unIe passe rue des Rosiers, au milieu des souve-nirs qu'eile agite un peu, comme une péniche fait det vagues sur l'eau dormante de la Seine. . Pour ne. plu"s re.vo ir « ça ' D, 9n votç, Pour la paix. . ~

po-, A quoi bon meltrè un bulletin dans une Ul'ne ? Plutt'Ït sceptique, la dame Venue dans cette épicerie, son sac, à provision à la main. • 1 Bien sûr, qu'elle est pow- la paix. EUe est venue ache.. : ter du lait pour son bébé1 et de quoI préparer le déjeuner de son mari, La guerre, ce serait le départ du mari, la mort suspendue sur leur tête à tous trois. Bien sûr, qu'elle est pow- la paix. Comme tout le monde ... Mais, ce buHetin, croyez-vous ? ... L'épicière sait pf;)Urquoi elle a mis l'urne dans sa boutique. - Ce qu'il fau,t, c'est que le gouvei-nemelnt et tous ceux qui prépa.rent la guerre sachent que des millions de gens sont contre. Sans nous, ils ne peuvent pas faire la guerre. Si nous les avertissons, ils reculeront. Et la mén:1gère, des dizaines de ménag~res, dans la petite boutique, entre un cageot de pommes de terre et , un casier de bouteilles, votent pow- la paix.

  • La paix, c'est aussi un at~lier bourdonnant de voix

joyeuses sùr un fond de machines à coud.·e en mouvement. C'est' le bruit mordant des ciseaux, la bobine qui sc déroule par brusques à-cr.Jps. La paix; c'est la vie, c'est gagner sa vie. Unissons-nous donc pour gagner la paix. Voilà ce qu'explique, en quelques minutes, un vieux tailfeur à ses camarades. Quelques têtes restent penchées sur 'les fragments de tissu qui deviendront costumes et manteaux. D'autres regardent la fenêtre claire et rient. L'urne eSt au centre de la pièce au milieu des machines, des pleces de d~ublure luisante, des boîtes à bouton"s, des ciseaux" des dés. On vote pour ]a paix.

  • Des jeunes réu~is dans le S" arrondissement.

"...., Il y v~ de notre vie, a dit l'un d'eui. Car en cas de guerre, ils ser~ient les premiers à ~ . tir. Trop des leurs sont déjà morts, là-bas, en Indochine. Pow- ses parents qu'un train plombé enunena dana, l'aube grise et qui ne sO'nt IYclS revenus, pour ses deux frères, pour un IourmiHeÎnent d'espoirs qu'~e sent ·en elle, qu'elle ne saurait définir, pour sa propre jeunesse vibrante, pour l'avenir, Danielle vote pour. la paix.

  • La paix, c'est encore',cetté bibliothèque ·silencieuse. ,.

semblés dans une petite valise. Tous ' les moyens sont 'bons, toutes les initiatives heureuses' quand il s'agit de

se dresser contre le fléau menaçant. Et l'expr~ion if. à

l~ . guerre comme à ]a guerre D ci pris pour ces artisans une signification de paix.

  • ~ La bombe atomique? Très intéressant. Ça vaudrait

la' peine d'en voir éclater une en plein Paris. Au Il Soleil de Tunis », rue François-Miron1 on ne ,déteste pas la galéjade, même sur les sujets les plus sérieux. Mais les Juifs nord-africains qui fréquentent ce "petit bar n'oublient pas le passé, ils sont conscients de . la renaiSSance dù .nazisme et des dang~rsde guerre, et ils .pensent aux lendemains. Eux aussi votent pour la paix, ,dans l'ume ,que le. patron vient d'installer. En même temps que la fiche d'emprunt, on remplit le" bulletin de vote. Même geste. Même açte ~e foi. Chaque) Soir, dans le royauine immen.se du savoir". 9«J. vote pour.' IV la p' aix. '. . . , . .' "'Tout invite à voter Po'w" - "la palx. La rentrée des classes si difficile pOur tous et' l'exceptionQel1e beauté de cet automne, les titres affolants des journaux et les jeux des enfants sw- les trottoirs de banlieue, le salaire insufi' t':: ~ ,'~.

  • . ,-, : li '\ ". h'\

La paix, c'est- la lutte contre 'la mort s()w;' toutes ses : fonnes. Les murs blancs du diSpènsaire voient défIler:' un cortège de souffrance et d'inquiétude, Chaque semaine, des mères vienn~nt présenter leurs bébés. En basj toute la matinée s'alignent les frêles voitures. Si Wle bombe allait tomber dessus! Au dispensaire, en bonne logique, les feuiUes de la pai.x tombent aussi dans l'urne.

  • Réunis l'autre soir bouleva·rd de Belleville, ces fabricants

de chaussures n'avaient pas d'urne, eux. Qu'à cela ne tienne : ' ils ont rempli les bulletins et les ont ras- " fisant eUes .souvenirs sombres,'le chômage qui mtnace et les rêves d'avenir. Les brimades, les tentativ::i d'intimidation n'y changeront rien. Qui refuserait de faire ce geste? Qui refwkmit de . conjurer le cauchemar en glissant une feuille cie papier dans une boîte lourde de toutes les pensées des honnêtes gens? ' . Je vote pow- la paix. Un acte qui engage -et qui portera. « Nous ferons la paix feuille à feuille », comme l'a écrit Jean Marcenac. Je vote pour la paix. Un acte individuel, le plus intime et le plus publie à la fois. Des Cel1- • taines de milliers de personnes le complèteront en allant le 2 octobre manifester à la Salle des Exposiû{llls, porte de Versailles. Et le vote continue. ' Avec la raison, avec le coeur, partout on vote pqur la paix. Reportage d'ALBERT LEVY. Au coude à coude avec tous les ' Partisans de la Paix le 2 octobre vous irez au Palais des Expositions, Porte de Versailles .' .... Avez-.vous .déjà fait ce geste? .. . , . dans tous les • Cl ,e~' ~, " la ~·m· ê 'lne colom b'~e ALGERIE. - Un Insi~e pour ... pl1e, 'où ils déposeront une la paix a été édifé. Le vote a gerbe. Le Congrès national bri- . commeneé. dans certains douars tannique pour la paix ' se ' tien'et villages, sur ' les maFchés, . dra les '22 et 23 octobre à Hamdans les entreprises, sur les merswith. . docks il Tlemcen, ·etc ... Des réu- ' nions spéciales sont prévues INDE. - Un congrès de la pour les fellahs. :" .. ' paix pour le Ben.gale de l'Ouest est annoncé pour la troisième ALLEMAGNE. - Le comité semaine d'octobre. Un maniallemand .des partisans de la paix a édité ulle brochure illustrée

« la colombe blanche audessus

des continents.» Dans les villes et les villages, l'Union des Femmes Démocrates fait circuler des cahiers de la Paix qui seront envoyés ensuite dans le monde entier. Les cahiers si- ' gnés à Potsdam sont destinés aux femmes de Paris. AUSTRALIE. - Les syndicats, les organisations de jeunesse pàrticipent activement à la campagne 'pour la paix, dont les manifestations du 2 octobre seront le point culminant. Le Comité d'Initiative de la Conférence de la Paix du Queensland a lancé un concours du meilleur poème sur la paix. BELGIQUE. - L'Union belge pour la défense de la Paix et le Rassemblement des Femmes organisent des meetings du 2 au 10 octobre dans les principales villes. CHINE. - De vastes rassemblements auront lieu dans toute la Chine démocratique, le 2 octobre. DANEMARK. - Une semaine de la paix es déroulera du 2 au 9 octobre. Elle se terminera par un meeting dans la plus grande salle de Copenhague. ETATS-UNIS. - Malgré une répression policière d'une violence inouïe, de multiples initiatives (lettres, souscriptions, meetings, etc, .. ) se déroulent, exprimant la volonté de paix du peuple américain. . feste a été "édité ' éD.' langu~s ~engale, Urdu et Hindi. L'association des gens de théâtre prépare . un spectacle didgé contre le pacte Atlantique. Des , , meetings et · J;IlanifestationS" ' '" pour la paix ont ,d"éjà eu lieu, )'( au cours desquelS la police a :~:

.~:

(Sutte page 10.) ',' . FINLANDE. .:... Le 1" octobre une grande fête de la paix aura lieu à Helsinki. Le Congrès Na-. tional des Partisans de la Paix finlandais se tiendra le lendemain. GRANDlBRETAGNE. - Les Londoniens cJéfilerollt ·le 2 octobre de Hyde-Park au Cénota- LES LECTEURS DE " DROIT ET LIBER.TE " ONT VOTE: Ceuoi qui n;ont pas pu aller aux urnes nous ont entôyé le bulletin décOupé dans notre ce~ nier numélo. Nous en avons reçu '916, Nous en attMdons d'autres ! .. , Sur notre cliché ; le dépouillement des pr.emiers résu:tats. . - " • ACTION 1 1 ÉTUDIANTE Après deux années d'activités de l'Union des Etudiants juifs de France, son 3· Congrès national, qui s'est tenu ,du 1er au 4 septembre, à Biarritz, avait pour tâche d'exami' ner les résultats du travail accompli et de définir un programme d'avenir. , La discussion des rapports préSentés et les débats sur les résolutions ont reflété, dans l'ensemble, ces aspirations profondes de nos étudiants : participation effective à la vie de la communauté juive , et, en particulier, à la vie culturelle' sans exclusive ni chauoinisme. Si .dans l'immédiat- l'action sociale doit se développer pour venir en aide à la majorité des étudiants, une action revendicative a été ' décidée à l'égard du Joint : ce ne sont pas des aumônes qui peuvent aider les étudiants à vivre et à étudier ; toute aide pour être positive doit être suffisante ,et pour les étudiants sans aucune autre ressource la bourse attribuée doit atteindre 15.000 fr. Mais cette aide De peut être qu'un palliatif et le Congrès ra bien compris en décidant d'appuyer le prograrrune revendicatif de l'Union Natiooole des Etudiants. Pour la premièrefois l'U.E.j.F; s'engage dans une lutte corporative dont le succès nous assurera une vie déCente et des perspectives d'avenir. Enfin, le Congrès a pris position en ce qui concerne la renaissance violente de la judéophagie fasciste et a décidé la constitution d'un Comité de Vigilance. Tous ces points, sur lesquels nous reviendrons plus en détail, montrent une prise de conscience des réalités. 1)' 00' 1il nécessi té de 5.' organiser 'en une véritable union, sans être l'instrument d'une fraction. Et le Conseil d'administration (nouvel organisme 'de direction nationale qui remplace l'ancien Comité Exécutif) ,'est engagé ~ exécuter les résolutions adoptées : 1" Participer à la vie juive, faire .ëotmaÎtre et développer le patrimoine culturel juif ; ',. 1: Prendre part à la vie estudiantine dans tous les domaines et lutter aux côtés de tous les ftucliants pour une amélioration de nos conditions de vie; 3° Lutter contre le racisme, l'antisémitisme et poUr la paix. Les travaux de ce 3· Congrès seront positifs si r action entreprise est conduite à bonne fin. Cela peut et doit être 1 Les étudiants juifs, qui savent que rUniverstté est l'un des bastions de la justice et de la liberté, prouveront, une fois encore, par leur présence agissante aux côtés de tous leurs camarades, leur volonté de « gagner la bataille de la vie ». Raph FEIGELSON. membre du Conseil d'administration Je l'Union des Etudiants juifs de France Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez ZAJOEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2" Mo : St-Denls Réaumur. Septler Tél. : eUT 78-87 AMÉRIQUE DU SUD AMÉRIQ..U E DU NORD ISRAEL , «OCEAN/A» VOYAGES -TOURISME 4, RUE DE CASTELLANE Téléph.: ANjou 16-33 DROIT ET LIBERTE ---------------JOr Octobre 1949. - N° 36 (104) E·T- SLOTIN -BRISA - . LA CHAINE ATOMIQUE 1 RUlDOJJ:.F L;ONHARlD 1 - Nous sommes he1J,reux de présenter à nos lecteurs une nouve'Ue encore inédite en France du grand écrivain antifascirte allemand, ~udolt Léonhard, dont on sait la part active qu'il a prise dans la Résistance et la Libération de notr.e pays. L'édttion en langue alLemande porte la mention « dédié aux antiSémites :.. I L était une fois un petit Juif venu de l'Est, de cet Est dans lequel - tous les antisémites à cent, à cinquante et à vingt-cinq pour cent le Savent bien - les Juifs sont bien plus affreux, bien plus abominables encore. Cas d'espèce, assurément, cas isolé; mais, primo, les cas isolés existent aussi, et, secundo, les cas isolés ne sont, dans notre monde, jamais isolés au point de ne rien prouver. Les choses sont liées, dans ce monde, les hommes aussi. Et l'histoire du petit Juif Slotin est un des maillons de la chaîne. Car il faut vous dire qu'il s'appelle Slotin, ou plutôt il s'appelait Slotin, il faut mettre le verbe à l'imparfait parce qu'il est mort, il y a peu de jours. Il· est né en Russie au temps des Tsars. Lorsqu'il était un tout petit enfant, la racaille tsariste ~s €ent Noirs ou de l'Okrana, ou de pauvres diables excités, ont incendié la maison de ses parents lors d'un pogrom. Ces pogroms, si violents qu'ils eussent été, n'étaient rien en comparaison de ce que, plus tard, les nazis ont réussi, avec une organisation perfectionnée et une constance autrement administrative; mais enfin, on fait ce qu'on peut" et ce pogrom, qu'il avait dft voir étant gosse, avait prôfondément bouleversé le petit Slotin, en vertu, bien sftr, de sa sensiblerie judéo-orientale. Il en a gardé pour le moins une a version considérable pour les pogromistes, aversion qui poux:rait même paraître concevable à des antisémites' endurcis. . Quand les pogromistes se sont mis à ·donner leur . répétition générale contre tout et tous, quand ils ont commencé d'agir sur une vaste échelle, en Espagne, Slotin s'est engagé comme volontaire dans l'armée ré.,publicaine; il est bien connu, ou du- moins les antisémites totaux, et partiels n'ignorent pas que les Juifs sont lâches. Quand les pogromistes, plus tard, se sont agités sur une échelle plus vaste encore, sur une échelle tout ce qu'il y a de plus vaste, quand ils ont joué le tout , pour le tout, quand ils ont voulu inaugurer leur ère millénaire par une guerre mondiale, encore mieux réussie, et consacrer cette ère par cette guerre, le jeune Slotin, ce vieil ennemi entêté des pogromes, a voulu se faire aviateur à Londres, malgré sa très mauvaise vue -les Juifs, nul ne l'ignore, sont tous lâches. Les instructeurs à qui il s'est adressé pour son apprentissage d'aviateur, ont reconnu ses capacités scientifiques extraordinaires. Ils lui ont attribué un poste de physiCien en Amérique. Il y travaille au problèm'e de la désintégration atomique. COMMEN'l' ne pas hausser ,les épaules 1 Ce petit Juif de. Slotin n'a vraiment pas l'étoffe d'un héros, ct'un national- socialiste, d'un pogromiste t Il n'y a pas longtemps, un ancien officier SS. a défini dans son journal intime (secoué d'un frisson de bonheur à la pensée qu'il pourrait jeter d'une seule pression de bouton, tel un dieu, la mort sur des centaines de milliers de mortels, et d'un seul coup) la bombe atomique, comme « l'arme ' nationale- socialiste par excellence •. Slotin, au contraire, ce petit Juif mesquin et lâche, n'est-il pas d~ ceux qui, après le bombardement d'Hiroshima, se sont dressés contre cet emploi ou cet abus - il a eu le toupet de,dire : abus - de la nouvelle science atomique? n a même coopéré à la création d'une association de savants qui veulent empêcher l'emploi de la désintégration atomique à des fins guerrière. Cette association groupe des Juifs et des non-Juifs; chose peut-être dure à avaler pour un antisémite, mais le fait est que beaucoup de non-Juifs se sont joints aux Juifs au sein de cette association, violant incroyablement la 'dignité que leur confère leur appartenance à la race des seigneurs; des Aryens dénués d'orgueil racial et de qualité~ héroïques au point de penser qae la dqmination des phénomènes nucléaires doit faire progresser la culture, et non la détruire; des Aryens, oui, mais méprisables, sans un... atome national-pogr.omiste. Slotin continuait d'oeuvrer ,dans son laboratoire atomique. Un jour, terrible accident: un des chercheurs scientifiques ayant commis une' erreur, une chaine de désintégration se déclencha, qui devait s'accomplir non selon le schéma prévu, mais selon une loi à elle propre, incontrôlable, fortuite, si on la compare au processus ordonné, ordinaire. Elle devait se terminer, du moins provisoirement, par ,une épouvantable catastrophe. Le chef du laboratoire s'est aperçu tard, très tard, de cette erreur, mai,il peut- , 'être encore juste à temps, à l'extrême limite. La catastrophe ne peut être empêchée qu'à une condition : qu'un homme courre derrière l'épaisse paroi de plomb et s'intègre dans le processus, s'y intègre littéralement, en brisant de ses mains la chaine. L'homme qui fera cela, non seulement se perdra, mais sera voué, avec une certitude mathématique, à une mort particulièrement horrible, parce qu'il sera complètement imbibé, percé, rongé par les éléments radioactifs. SANS hésiter, le petit Slotin, qui a, dès le début, participé aux travaux de Los Alamas, se lève, entre rapidement dans l'empire des neutrons volants et des rayons gamma mortels, stoppe le processus, brise la chaine de mort, puis, tout aussi tranquillement, gagne l'infirmerie de l'usine. Sur ce chemin, il paraissait en~ore bien portant. Mais la gl'ave malamaladie prévue, avec ses souffrances désolantes, se déclara promptement. Tant qu'il fut lucide, et capable de raisonner, ~lotin - le premier sujet sur lequel les effets d'un empoisonnement par radioactivité aient pu être . observés du début à la fin léthale - participa aux' observations et constatations médicales de son cas unique, de ses souffrances, de sa lente destruction. ' Un cas d'espèce, un cas isolé, bien sftr. Mais vous en connaissez mille 'autres." les apprentIs sorciers de la peur Le New-Yorl( Times constate que « 32 % des informations paraissant en première page des journaux américains sont oonsacrées à l'espionnage Il. Aussi le parfait Américain l'erd-il la tête. Le Dr Fine, « spécialiste des qu~stions sexuelles Il affirme que « la peur de la guerre se l'épercute sur la vie de famille des Amérieains ; jugeant la catastrophe inévitable, les maris se lancent dans toutes sortes d'aventures E.ootimenlales Il. Le Dr Fine cite le cas d'un parfa.it Amoéricain qui, « en un seul mois, a changé trois fois de maUresses lors de l'aggmvation de la situaticm internationale consé:utive aux événements de Berlin ». Le dérivatif des aventures galantes comporte cependant de terribles dangers pour le parfait Américain. La revue Lite a donné l'alarme: « Les communistes se sont assuré le~' services de jeunes filles séduisantes. Elles e,njôlent les Amél"icains aywnt des f()fictions importantes, puis communiquent il Moscou les renseignements obtenus de lerurs victimes, dans des lettres écrites à J'encre sympathique H. Da.ns l' Arkansas, ~n a constaté que de parfaits AméI1icains avaient d,es enfants imparfaits; par lIya tHRtNBOURG rial d'UUa Ehrenbourg dans lB n° 8 (octobre) d' « Etudes Sovié. tiques Il qui vient de paraître. que des écolie.rs ont exprimé des idées nettement P l'()tlibé es. La pu n.ique a gagné l'E.t.at de l'ArktlClsas. Les busines~men se demandaient si leurs gosses n'avai~ nt poo relié la chambre à coucher paternelle avec le 'Komi. nfolffi,. Un projet de loi a ét..é déposé. aux termes duquel, tous ).es écnlierE.' « doivent confirmer, sous la foi du serment, qu'i'~ ne vrir le journal: les RuE.'Ses peuvent avoir débarqué au Guat..émala! Les parfaits Améri.cains ont peur de h guerre. Ils ont encore bien plus peur de la paix. La re_ vue United Sitatcs News l'a dit: « Si la paix était réellement assUrée, tout tomberait en ruines Il. Ce texte est extr.ait de l'ét1ito- \( l!:TUDES SOVll~TIQUES Il 100 pu;ges - 30 francs En vente dans tous les "iosques Abonnements; 1 an, 300 fr. ; 6 mois, 160 fr. Adresser les commandes au « Centre dc diffusion du Livre et de la Presse ", 142, bout. Diderot, Paris (12'). - C.C.P. !J62!)..W, Pa. ri::;'. sont pas cornmUJJ is les Il. r-i~iiiiiiii;iJiïïiiii~i.~Ii.iiii ••• ïiiir.: ••• ïï.ï Il est dangereux de viv.e avec son épouse légitime: si la guerre éclatait demain, vous n'auric7. pas eu le temp~' de vous amuscr. Il est dangereux aussi de tromper sa femme: la dactylo ou la manucure peut communiquer vos confidences à Moscou, et â l'encre sympathique, par-dessus le marché. Il est dangereux de donner le jour à un enfant: dès J'âge sco! lire, il pellt devenir communiste. Il est dangereu.x d'aller au cinéma

le film pourrait être joué

par des acteurs « rouges » ! Il est dangereux d'ouvrir Je journal: vous app.roodrez peutNre que votre meilleur ami est Un es~icm. Il est dangereux de ne pas ou.- .. , RE SUISSE A RUBIS. FillETTE L 44 OU GARÇONNET F 44 GARÇONNET. FIl.LETTE ANCRE 15 RUBIS A 44 FILLE TTE.DAME. VERRE OPTIQUE o 44HOMME.TROTTEU5E ~ENTRALE 1450 1950 . 3285 3485 4885 • .1.'" Octobre .1949, ..,.- N~ . 36 (104)----------------- PROIT n LlBE~TE 9 LE§ JLtJ[V~E§ par Roger PAYET-BURIN " De la France trahie, à la France èn armes ~ lE C'~tEtJlf\ ou LA GUERRE VÉCUE JOUR APRÈS JOUR ". Les sujets suivants le retour 1: .. le~lu.e, ce . D E juill~t 194 1 à octobre 1944 deux fois par semaine en moyenne, Jean-Richard Bloch prit la parole à la radio de Moscou pour s 'adresser au Français. Pendant plus de trois ans il devait consacrer à ces émissions toutes ses forces et le meilleur de lui-même. Les lextes de ces « Commentaires '» constituent une masse d ' envi-ron 140 documents, formant près de 1.100 pages dactylographiées, Gérard Milhaud s'est chargé du soin de les publier, et il a respecté l'intention ' d'une déportée et de cinq prisonniers de guerre, 6ervent de prétexte aux cinq sketches du fil"1 Il Retour à fa YÎe D. PREMIER SKETCH. - Le retour d'une déportée. Etendue sur un matelas au milieu d'une pièce, une femme rapatriée des camps d'extermination qui ne peut guère se mouvoir ni parler. Sa première question est de savoir com. ment, après son anestation, est morte sa petite chienne. inspecteurs en civil sont à ses trousses : l'homme de la Cestapo est blessé, il râle ; le Français lui fait administl'lll: de la morphine et une conver • sation s'engage : philosophique et filandreuse à souha~. Morali~é : le criminel de guerr~ n'a aucune responsabi .. lité pe;sonnelte. Il est sincère et l'homme est SOuvent .. adique. .,•.ee• .. ..p u. ..•. .. - QUATRIEME SKETCH. CHARLES VILDRAC D'A PRES L'ECHO (Albin Michel), Un recueil de nouveiles dont la plupart sont remplies par des souvenirs d'enfance et d'adolescence -décor : l'école, avec les maîtres et les copains, Ja rùe 'avec ses jeux et ses batail[.es, enfin les Coins et recoins de la maison familiale, qu'avait manifestée à cet égard neige, la maladie ensuite, Qui ne Jean-Richard Bloch lui - même. cessa pas de le tenailler, et réussit à C'est-à-dire qu~il a élagué, suppri- le vaincre et à le clouer au lit pennié parfois des répétitions rendues dant des mois. Jean-Richard Bloch inévitables par le retour des mêmu mettait son honneur à être fidèle au anniversaires. Il n'en demeure pas rendez-vous avec ses auditeurs. Il moins un ouvrage très copieux, Qui leur parlait, en effet, des « circonsvient de paraître aux Editions 50- tances» : du siège de Leningrad, . ciales sous le titre De la France des machinations de Laval, du 14 trahie à la France en armes. juillet 1942. d'El-Alamein, de Autour d'ene, sa .famille qui, ayant en SOn absence fait jmiter sa signature au bas d'un acte de partage de succession, veut le lui faire ratifier. I1n prisonnier, dresseur de chiens, rentré chez lui, apprend que ·sa femme est partie avec: un résistant et que sein appartement est occupé Jlar un prétendu sinistré, membre du Comité Ioca' d'épuration. Seuls, ' !es chiens lui s'ont restés fidèfes. o.n p€l"lse àu ~ Livre de mon ami J), d'Anatole France: même tendresse souriante, mais avec un point d'émotion plus aiguë, une 'note ooulooreuse 'Qui vient terminer les histoires les plus drôles, Les souvenirs de guerre, qui forment égaiement Quelques-uns de ces récits, sont d'une amertume plus déclarée. La guerre est une horreur. Mais les hommes Qui sont obligés de la faire et (j\J'elle aime à gâter sont moins mauvais, au fond, que Vildrac paraît le croire. • P. M. S. BLACKETT L'ENERGIE ATOMIQUE LES CONSEQUENCES MILITAIRES ET POLITIQUES DE Trad. par l 'AssOCiation des TraooiUeurs Scientifiques, avant-propos of Ednumd Bauer (Albin Michel' Un grand physicien anglais, Prix Nobel 1948, répond à la Question : en cas de conflit, la bombe atomiQue emporterait-elle la décision ? Il s'appuie SUr les enseignemenls de. la dernière guerre pour apporter une ' réponse rigoureusement scientifique" et gui est négative, C'est encore if l'infanterie qu'incomberait le rôle principal, si une guerre écliltait. On compre."d les efforts actuellement déployés par l'Etat-Major , élméricain pour tran.sformec les Français en fanta ·ssins. Qu'est donc la bombe ato' mlque, en hn' de compte? Blackett . le' dit, one arme d'agression et de ',' f~reur. Son livre 'a bouleversé les ". cercles officiers de Washington. Les armes de l'écrivain Toulon, de Stalingrad, de SaucJ..:e1. le négrier, de l'escadrille Normandie- Niemen, des Partisans russes -et des 'Résistants français, de la libération de la Corse, des suppliciés de Brantôme, de J'insurrettion pa_ risienne : « 0 mon Paris ' ! merci Paris » . . 1I parlait avec son coeur, et aussi avec tout son art de grand écrivain. C'est giâce à c~t art qu'il pouvait convaincre et entraîner, et il s'en servait éomme d'une arme. Le courage de son nom Après ce qui vient d 'être indiqué, il y aura peut-être des gens pour dire qu'il s'agit là d'un « livre de circonstances », et comme tel d'un intérêt passager, sinon dépassé, Des gens Qui pourront le dire sans arrière-pensée, d'ailleurs. li règne encore tant de préjugés dans ce domaine. Comme de croire, par exanple. que plus le monde est secoué par la tempête et plus r écrivain doit se replier sur lui-même, se faire sourd et aveugle à cette agita- Ce livre forme le plus palpitant tion et écrire, en somme, comme si mémorial de la guerre. · l1 a gardé de rien n'était. C'est en cela, pense- le souffle de nos colères et la chat- on, que réside. sa grandeur. leur de nos espoirs. Dans la préface Nul n'était plus éloigné d·une qu'i1 lui a consacrée, Charles, Tillon telle pensée que Jean-Richard remarque qu'on a beaucoup parlé du Bloch. Au reste, il n'avait pas rôle de la B.B.C., et fort peu de attendu 1939 et la guerre pour être - ceux qui s'adressèrent aux ' Fnnçais un écrivain « engagé ». Quels ac- à la radio de Moscou. cents n'avait-il pas su trouver pour Pourtant. les conseils lancés de parler du drame espagnol, pour évo- Londres n'étaient guère . propres à . quer « r épouvantable retraite des hâter l'heure c;le la victoire. l1s ' revaincus invaincus » ! 1939 continuait commandaient . généralement ,de 1936. C'était le même combat et s'abstenir et d'attendre. Au lieu Jean-Richard Bloch se trouvait 'du qu'on chercherait en vain dans tous même côté. Pour lui, son devoir 'Jes Commentaires de ' Jean-Richard d'homme et son devoir d'écrivain se Bloch, un seul' qui n'appelât les confondaient. L'activité qu'il ' dé- Français à grossir les rangs de la ploie à Radio-Moscou en dorme la ' Résistance, à se dresser contre )'oppreuve. , pression, il se soustraire à la dépor- II la poursuivit avec tout son cou- tation, à se battre contre l'occupant. rage d'homme, et qu'on voie ' bien Rien ne comptait pour llii que ce que ce mot de courage recouvre cette nécessité de se battre. En sepici

l'évacuation de Moscou, en tembre 1942, quand la chasse au?,

octobre 1941, sous les rafales de Juifs redoubla de violence dans notre pays, il cria son indignation au L "" l\d[l[J§][rtol[JE micro: « Il est vraiment difficile ~ ~ pour un être humain normal d'ad- .. 1!-e6 tlUMwtIia6· de eJwpin mettre que des choses pareilles puis. sent se passer en France. A lui seul, pareil événement suffit pour mesu. rer l'abjection des traîtres, le sadisme des occupants et .la profondeur de r abîme dans lequel notre peuple est tombé, » DES CANONS SOUS DES FLEURS Il Y a cent ans mourait mineur op. 10 est composée à Chopin. Celui qui, de son vi- Dresde sous le choc. de la vant, n'osa que bien rare~nt douleur, lors de la chute de soumettre ses oeuvres au Varsovie (1831). D'autres étugrand public, est aujourd'hui, des non moins émouvantes re· ' avec Beethoven, le musicien flètent les mêmes sentiments. dont l'oeuvre a le mieux pé- Les Mazurkas dont son ami nétré dans le peuple. Aujour- Schumann disait : « Ce sont d'hui, les manifestations en des canons dissimulés sous son sou'Venir revêtent un ca- des fleurs », les maz.urkas ractère très large. évoquent le pays lointain Cela paraît paradoxal : il avec . beaucoup de poésie, de semble qu'il y ait loin de grâce ondoyante. Elles renl'âme romantique à l'âme mo- ferment je ne sais quoi de derrie. Chopin, comme tout fier, de tendre, de fantasque. r-a'mantique, chante ses pas- Bon nombre sont devenues sions. Le piano est son intime populaires en Pologne. Les confident. Ses amours, mal- . Polonais les chantent et en Jean-Richard Bloch disait ainsi leur fait aux nazis, et sans cacher son nom. Les nazis s'acharnèrent sur sa famille : sa fille France fut exécutée à la hache; à Hambourg, son gendre Fredo Serazin abattu par la Gestapo, sa mère passée à la chambre à gaz dès son arrivée à Auschwitz. Elle avait 86 ·ans. Ce sont de ces choses Qu ' il faut rappeler. Châtier les traîtres ! Un mot encore sur ce livre. Il ne constitue pas seulement un témoi. gnage historique irremplaçable. Il n'éclaire pas que le passé. Certaine~ de ses pages gardent une valeur pro. phétique. Jean-Richard Bloch sa· , vait où pourrait conduire une politique qui tournerait le dos aux espoin nés de la Résistance. Un des der. niers chapitres du livre s'~ppelle : Moralité : la déportée est une exaltée, qu'avait-elle besoin de se faire arrêter par la Cestapo ? Pendant ce templ, lIeS parents ont essayé de vivre pour le mieux et y sont parven .... DEUXIEME SKETCH. Un jeune barman 'français, prisonnier rapatrié, travaille dans un hôtel réquisitionné pour les W.A.C.S. (services féminins de l'armée américaine). L'hôtel est luxueux, les 'unifonnes fringants, les jeunes femmes fantasques et ag -éables. Les of, iciers américail\$ y viennent a ... si boire et chanter. Moralité : la tuere, ça a son charme. TROISlEME SKETCH. _ Un prisonn~r rapatrié, blessé lors· d'une t.entative d'évasion, . dégoûté de to~t, dé'couvre dans sa chambre un Allemand naz·i, tortionnaire de fa Cestapo, évadé des prisons françaises: Des cars de ' police, des Moralité : pl... je connais les hommes, plus j'aime _n cJûen. €INQUIEME SKETCH. _ Un jeune cultivateur, prisonnier de ,guerre rapatrié, revient dans son village avec une femme allemande ; les anciens combattants de 14-18 sont aveuglés- par leur passion chauvine, la pauvre Anemande souffre et se jette dans un fac. On la repêche, les Fran~ ~ais comprennent leur erreur, tout' . le monde pleUl'e. Ic:h LiefJe Dich. Moralité: Allemands et Français, oublions tout, e"", f,rassons-nous 1 « RETOUR A LA VIE " ça ! Sû. rement pas, mais, sans aucun .doute, retour aux vomi.ssements des hO'mmes de Vichy, où le prisonnier de guerre est opposé au sinistré, aux anciens combattants. de 14-1 B, aux membres de la Résistance, où le crime de ra 'Cestapo est, pOUT ~tre mieux absout, dilu'é élarts 'de hautes spéculatio·n.s métaphysiques. On comprend alors que les' Comi- - tés d'épuration soient tellement . c,ritiqués dans cette bande ; ses inspirateurs . ne sauraient pâ.donney maintenant' à ' la justice tépublicaine de les avoir bub1iés. 'ourquoi a':t-il fallu que Louis Jouvet prêtât le conCours , de s!ln . ~ra.nd talent à cette Infa .. ' mie '? 'François': 'Pénet, lui, s'est déjà produit dans « /,.es Mains Sales »' . D'aÙ1reit · rô-Jes sont tenus par nos meilleures vedettes, auxquelles nous ferons la grâce de ne pas les cite,. Les. auteuroS ' des scenarii sont MM. Cayatte, Cfouzot, Dréville et L;)Inlpin. On a dû dépenser beaucoup d'argent pour fai re çette vilenie. Le travail a été cisefé. . Citons le nonf du producteur: Les cieux « flics J) de RONDE DE NUIT, film projeté actuenement Sur Jes écrans pa;isiens. M. Jacques R1itfeld (mais oui 1). J.-A. BASS. LA NUIT PORTE CONSEII.C Drame en concentré, ce film .est également un pot-pourri de . tous les genres que cultivent les cinéastes. n n 'est qu'un festivà1 OÙ ·il pUisse sembler déplacé de le présenter, c'est celui -du film maudît. Interprétation sans homogénéIté. Vittorio de Sica, est ex~el. lent. Ses partenaires ne sont qu'honnêtes. ' , heureu~s avec Marie W od- ignorent l'auteur. Chopin fut zinska, orageuses avec George un créateur de folklore. Sand, vous les retrouverez Bâties sur un rythme énerdans les Préludes, les Noc- giq,ue, les Polonaises sont turnes, dans certaines valseR. pompeuses (la majeur), marChopin, à Paris, s'est lié aux tiales (la b majeur), dramatigrands romantiques de l'épo- , ques (fa mineur). La bravou~ que: Delacroix, Musset, Bal- re et la valeur y sont rendues CMlier les lraîtres 1 Il date ·du 23 septembre 1944. Jean - Richard Bloch fait prévoir au-devant 'de quels dangers nous courrions si l'oeu. vre de justice n'était pas accomplie. Hélas ! comme la suite a confirmé ses sombres . prévisions, comme il avait raison de dire : Zavattini est le scénariste de Sciuscia. Zavattini est le scénariste de La Notta porta consiglio. Sciuscia. film d'une extraordinaire densité dramatique, était, en dépit de grandes qualités, un film invertébré, dont le spec~teur, perdu dans un labyrinthe de détails par euxmêmes ' irréprochables, eût ainié y di§poser d 'un fil d'Ariane. Cela -est encore plus vrai de La Notta porta conSiglio, quallités en moins. , LA FERME DES SEPT PECH~ Sera un classique de l'école-dn film histo r i que. A u m 0- dèle pour les auteurs de films policiers. Il vous con~a.incra que le cinéma est indiscutaWement un moyen d 'expression artistique. TI vous convaincra que les accords Blum-Bymes n 'ont pas encore eu tout à fait raison dU cinéma français. za c, G e 0 rge S and , L I· SZt , e t c ... avec une grande simplicité en a souvent dit que Chopin, d'accent. tout comme Musset, souffrait Ainsi Chopin aura chanté, du «mal du siècle :t. Mais avec génie, l'amour et la paSon chant douloureux n'était- trie, thèmes éternels que il pas celui de tout .un peu- sa vie mêIlJe lui fournissait. Il pIe? semble bien qu'il faille voir là Les malheurs de sa patrie la source de l'attrait qu'ont asservl' e par l a R u sSI'e des ses oeuvres sur des publics tsars loUi feront crier sa co- très divers, cent ans après sa lère, sa révolte. L'Etude en ut mort. Léon CASSINI. (IOn ne sauvera la France Qu'en extirpant tous les membres qui ont voulu, qui ont accepté sa perte. A une baisse de conscience aussi exceptionnelle doit correspondre une cure non moins exceptionnelle. Si. . non les mêmes guerres Qui avaient infecté le corps de notre patrie recommenceront à V déverser leur poi. $(1). )J Que nous sommes loin ici de la démarche pondérée d 'un dra_ me du cinéma soviétique ! Nous pénétrons tambour battant au coeur du sujet. Nous constatons après un quart d'heure de projection qu'on ne s'embête pas. Au bout d'une demi-heure, saturéS d 'émotion violentes, nous demanoons grâce. Et nous en avons encore pour soixante minutes ! Nous n 'avons aucun pré' jugé contre les rythmes dits endiablés. Mais 11 faut imposer des nonnes à la concentration dmmatique ... ' SERENADE ESPAGNOLE Si vous êtes sourd, vous constatere. z que depuis pampa benhave le cinéma argentin a subI une régreSSion de dix ans. Bi vous êtes a.veugle, allez entendre ce récital. . . Michel BREVIN. , " J { ... -..I...:;.--~-------__ • DROIT ET LIB~R"(E ---------------)... .. Oct0re J949.:- f'{0 36 (104) . • ' " ,. '. ' • 1 Ils ont , passe de belles vacances. • • Ils ont passé de belles vacances, mais tout a une fin. II faut retourner à l'école, à l'atelier. On se sent plein de courage, après le repos et la détente. Avec la réouverture de ses Mais ons d'Enfants, de nouvelles tâches se posent devant la Commission Centrale de l'Enfance. Ici réorganiser, embellir par là, reriouveler le vestiaire, le matér iel scolaire. Chaque enfant est un problème qu'il faut résoudre au mieux de son développement moral et physique. ,[E QIJE lA PRESSE DIT DES '(OtONIES DE lA [. [ •. E. Amis de l'Enfance! Ces enfants ont encore besoin de vous. II faut les faire vi'Vre et les. guider. Ne vous conte ntez pas de vous en occuper de loin. Visitez nos Foyers, apportez aux enf a,nts votre affection et vos conseils. Ensemble, no.us arriverons à bout de toutes les diffi·cultés et nous en ferons des ê~res sains et forts. A U~' Gf\f\"'D GO"'GOU'\S Le Centre Culturel auprès pi! l'U .J.R.E. et la Commission Centrale de l'En ·fance· organisent un concours ~e' la meilleure pièce pour enfants. _ . Cette pièce doit être écrite pour des enfants de 10 à 115 ans et pouvoir être jouée par eux. Le thème de la pièce est LA PAIX. Cette idée peut être exprimée à travers des personnages réels o'u allégoriques. La durée de la pièce ne doit pas dépasser 30 minutes, danses et chants inclus. Le nombre des participants minimum doit être de 30. Une prime de 15 .000 fr. récompensera le gagnant du concours. La pièce sera exécutée par les enfants des patronages à l'occasion de leur fête annuelle. Le dernier délài pour l'envoi des manuscrits est fixé au 25 octobre 1949. Ces manuscrits doivent être adressés au Centre Culturel, 14. rue de Paradis. Les différentes colonies de vacances de la C.e.E. se sont terminées par des l é/es, auxquelles assistaient, en grand nombre, les ha'bitants des localités environnantes. Les spectacles offerts par les jeunes qui exprimaient toujours la volonté de paix de toutes les honn~tes gens, ont remporté un grand succès, comme , en té. moignent les articles de journaux dont nous donnons, ci-dessous, des extraits : (Article paru dans Les Nouvelles du Sud-Ouest) Des rires, de la joie, de la gailOté, et surtout la camaraderie, ont présid-é la fête des Nations Unies, dans' ce monde en petit. Au centre une scène monumentale où nous aooisterons li. un spectacle de choix, éducatif et divertissant li. la fois. 'A droite une ronde d~enfaruts surmontée d'une colombe nous invite à venir déposer notre bul. letin de vote pour ).a Paix, et c'est ains;i que des grandes ' personnes oot voté pour qu'il n'y ait plus d'autres petits enfanLs, partant dans la vi,e avec la mention ct Viotimes de gûerre Il, A travers les dirfMentes mani_ f.estations de ceLI;e journé-e, e.t en particl1ner par 'le supeTte dOfilé de poup·étes (exécuLées par les enfants ·) représentant les divers peuples en marche vers la Paix, nous avons ressenti. combien cetl;e belle j-eunesse, d-éjà tant éprOlUr vée par l'hofifeur de la guerre, était fermement décidée à lutter aux côtés de ses a!Jnés pour s'as'surer un avenir heureux dans la. PAIX. (Article paru dans La Qésistance de lOuest) Le spectacle donné hier au Bois-Joli de Pornichet dont les jeunes' de la colon·ie de vacances du Collège Aristide-Briand, fai· saient tous les frais, s'adressait principalement aux jeunes. Ce lut un spectacle plein de grâ.ce" de, fr:atc:heur et d'entrain, mais ins- __ ---------------------------------------------------~------------------------------------------------------------------------------------------------------,plré avant toute chose de ceMe lml'Il:ense besoin de paix, prétexte â. blen des conflits visibles ou latents, dont souffre Le monde ac' Les enfants qui ont fait un sejour dans les colonies tuellement. de la Commission Centrale de 1"Enfance vous présenteront leurs MEILLEURS SOUVENIRS DE VACANCES ALA GRAN.DE FÊTE DES '[OlONIES 1949 qui aura lieu le dimanche 23 octobre, à 14 h. très précises SALLE PLEYEL, 252, Fg St-Honoré, PARIS AU PROÇRAMME . CHANTS, DANSES ET NUMEROS présentés par chaque coionie InvitatimIJ à retirer dams Zes Sections de· l'U.J.R,~. e:t à la ,C.e.E., 14, rue de Paradis. La croisade (gammée) de W. Friede (Suite de la page 3.) grois où il créa un bureau de recrutèment pour constituer une espèce de 5"'légion antisémite en Palestine, légion qui devait com, battre les Juifs aux côtés des Arabes et de Glubb Pacha 1 I!

va sans dire que le recrutement

allait bon train et que les exmilitaires nazis en mal d'unl~ orme s'enrôlaient avec enthousiasme. Friede se prévalait de L'appui d'éminentes personnalités. La connivence entre l~ dirigeants ecclésiastiques et Friede peut ~d'ailleurs s'expUquer p~r l'hostilité bien connue du Vatican à l'égard d'Israël. Personne n'ignore les violentes attaques de 'l'Eglise Romaine contre le jeune Etat accusé par les chefs caihOllqUeS de « sacrilège des lieux Saints»! Certair'i,s affirment -tout net que les Jésuites entendent utiliser Friede aux fins de ·constitu.er en Palestine une armée de fanatiques de l'antisémitisme pour soutenir la politi~ ue du Vatican dans ce pars. ". l'ANHUAIRI DU JUDAI~MI La. Société IMPRESS a le plaisir d'informer nos lecteurs que « L'ANNUAIRE DU ,JUDAISMB " sortira des presses dans quelques jours. Ce fort volume de plus de 500 pages contiendra tu!lS I~s. renseignements SUlI' la vte JUIve en France, Afrique du Nord, Belgique, Suisse, Hollande et LUl'embour. g, en même temps ~u'un aperçu, du développement de 1 Etaf d'Israël. Sa publication sera l'événement de l'année juive. Ne manquez pas de vous le procurer. Orrrf!z-[e Il. vos parents et amis à l'occo.sion du Nouvel An. Pour être sûr de ['avoir, souscrivez in.médiaterr.ent. lM PRESS, 6, bd. Poissonnière, Pal'is-90. Tél. PRO. 87-42. , - (CQmmuniqué). ' LA LUTTE N'EST PAS TERMINEE LeoS machinations de Friede ont été démasqUées. Pour étouffer le scandale, les chefs du couv. ent « hospitalier » ont dtl expulser les nazis. Néa,nmoins, Frlede coule encore des jours tranquilles à Rome. Il a assisté aux funéraHles spectaculaires de l'a.ssassin de Dolfuss. A cet enterrement se faisait remarquer la fine fleur dU! nazisme romain. Il su.ffit, d'ailleurs, de passer devant les couvents pour se croire au temps de l'occupation allemande. Les ex-militaires nazis qui les frequentent sont en civil, mais ils n'en .sont pas moins reconnaissa1;les : a.Jlure de pantins mécaniques, pas de l'oie, « HeU Hitler» arrogant et bras levé, rien ne leur manque, si ce n'est cet-uniforme feldgrau Qu'ils doivent revêtir pour aller en Palestine. Il est difficile de retenLr un frisson d'indignation. Mais pourquoi se gêneraientil$ ? N'ont-ils p.as reconstitué le parti national-socialiste, avec, à sa tête, Lauterbacher, ex-gauleiter de la Westphalie et nouveau Führer de la HitIerjugend . - depuiS" la conda,m11(ttion de Baldur von Schirarch ? Lauterbacher pourra-t-il continuer impunément à tenir ses permanences « religieuses» et à préparer ses plans de guerre contre les Juifs jusqu'en Palestine ? Les milieux démocratiques romains n'hésitent pas à demander si la renaissance du parti national-socialiste et la création d'une cinquième colonne antisémite entrent dans le cadre du pacte Atlantique au même titre que le redressement de l'Allemagne. Voilà qui doit alerter tous ceux qui somnolent, tous ceux qUi croient que la « question Juive ) est définitivement réglée par le. création d'un Etat Juif. ... Ils ont encore besoin de vous LA dans COLOMBE les • tous CIeux (Suite de la page 3.) ouvert le feu contre la foule: 7 partisans de la paix, dont 4 femmes ont été tués à Assam, et plus de 500 arrestations opérées. IRAK. - L'appel du 'Congrès Mondial des Partisans de la Paix a été largèment diffusé. Des manifestations se préparent pour le 2 octobre. IRLANDE. - Les partisans de la paix irlandais préparent activement la Journée Internationale. ISRAEL. - Des congrès populaires pour la paix sont prévus à Tel-Aviv, Haïfa, Jérusations artistiques aurônt lieu le lem, Nazareth. Des manifesta- 7 octobre, date à laquelle seront constitués de nombreux comités locaux de d.éfense de la paix. ITALIE. - DES congrès provinciaux 'pour la paix auront lieu dans toute l'Italie le 2 octobre. L'ordre du jour en sera: « Pour l'avenir de nos enfants, pour la liberté et le progrès : MAROC. - L'autorisation de faire un meeting au Théâtre Municipal de Casablanca a ~t6 refusé!.". Les protestations se multiplient. Des meetings ont déjà été organisés dans plusieurs villes ~t villages. MONGOLIE. - D'actifs prénon à la guerre. » . . para tifs se poursuivent en vue de la Journée Internationale. PAYS-BAS. - Une exposition de la paix s'ouvrira fin novembre à Amsterdam. La participation d'artistes étrangers est ilrévue. POLOGNE. - Des meetings se déroulent dans toutes les villes et tous les villages. Des centaines de milliers de personnes ont voté des résolutions proclamant leur volonté de paix. ROUMANIE. - Le Comité permanent pour la défense de la paix a appelé le peuple roumain à manifester le 2 octobre pour « démontrer que ceux qui luttent pour la paix sont une force invincible ». SUISSE. Les partisans suisses de la paix ont tenu une conférence à. Lausanne le 25 septembre. De grandes manifestations en plein 'air auront lieu le 2 octobre à Lausanne et Genève. Félicitons' parti.mIlièrffillent les deux pri.ncipailx organisateurs de cette aimabl~ fêl;e de plein air: Mlle Christiane Ourieux, direcrtr: ïce de la colonie, .et M. Jacques, dlrecteUir pédagoglque, Iffijusicien averti qui dirige une chorale 00 près de cent exéoutanis, garçons et filles, DACHAU (Suite de la 1" page.) D'autre part, certaines archives de ce camp ont été emportées et noui sommes en mesure de fournir au public la liste complète des anciens déportés qui ont été profan~s, avec indication de la nationalité, -de la date de naissance, de la date d'enterrement. Nous sommes prêts à' fournir cette liste et les témoins aux autorités et organismes qui voudraient se charger de mettre au clair cette grave profanation des morts. L'opinion publique devra veiller à ce que les traces des crimes nazis ne soient pas effacées' 1 Lr: Mouvement ccmfre le Racisme, l'A'ntisémitisme et pour la Paix a pris l'initial/oe d'un vaste mouvement de protestation cantre 1~ sacrilège dénoncé par l' V./.R.E., dès qu'il a été cannu à Paris. Mme Marre-Claude VaillantCouturier a iléposé une demande d'interpellation du Gouvernement sCtr Ce scandale sans précédent. BOULANGERIE-PATISSERIE ISRAELITE Spécialités étrang~res Pains de seigle lm lE RINIARD 18. rue N.-D.-de-Nazareth. PARIS (3e) Tél. : TURbigo 94-52 Méme maIson : 1, rue Ferdinand.Duval Métro : Saint-Paul ,AU POSEUR DE LINOS grand stock de linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées. Papiers peints, de. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant. PARIS.XXM.: Père-Lachaise. Tél. OBE 12-55 SUiCcuY.'IIlle : 40. rue de Rivoli. PARIS.IVe POMPES FUNEBRES , ET MARBRERIE Edouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9' Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 ( / u eune, Vuici 'la pa'ge. • •• o f .r1(Oll BUISSONNIIRI OBlI'ATOIRI! (ERDAN n'a ~u'~;ai~~;:7aire 12.000 candidats au bachot se promènent, l'encrier au bout d'une ficelle, entre l'épreuve de français et celle de latin. Les librairies scolaires sont envahies. Il se vend des tonnes de cahiers, des kilogs de gommes, des litres d'encre, les manuels se couvrent de. papier bleu, des mères affairées font et défont des ourlets à des milliers de tabliers trop longs ou trop courts. La France est un gargantua dont les 5 millions de cerveaux sont prêts à s'ouvrir à la science. le gang des trafiquants du sport C'est demain la rentrée, ma manifestation la plus unanimiste de l'année, après BufJ'ai rencontré, ce dimanche soir, mon ami Robert . . Un garçon immense, aux poings formidables. Il est couvreur de s.n état. Je me suis toujours demandé pourquoi, d'ailleurs. Bref, je l'ai rencontré, et comme il est un fervent des milieux pugilistes (cela se conçoit façilement), de quoi vouliez-vous qu'il me parle sinon de notre « bombardier » N° l, Marcel Cerdan ? falo; avant le 2 octobre.

Mais la rentrée a ses dessous

pas très reluisants. Après l'image exaltante de cette al;"mée d,e gosses en mat"che sur toutes les rues et routes de France, il y a celle des ,écoles. Je pense à celles du quartier de Bellevill~ avec leurs fenêtres grises ouvrant sur des rues grasses de misère, avec leurs drapeaux délavés, comme un symbole, à la baraque préfabriquée qui, · da~s un groupe scolaiJ;e, s~rt. de classe à de toutes petites filles; aux murs de cette école située près de la Sorbonne; si chancelants qu'on a dü les étayer avec de grosses poutres, je pense à l'école-chaumière d'un village de montagne, au lycée-caserne datant des Jésuites. . Les points sur les i. Toutes ces images s'expllquent par quelques chiffrés.

pendant la guerre, 4.900 classes

ont été détruites, 6.000' endonünagées; par contre, on' a diminué de 1.300 millions le . budget de rééquipement. Tout ~e monde se réjouit de la forte natalité des années. de gue.rr.e; tout le monde, saut les directrices de maternelle, qui rie savent ph~s où. loger leurs pet'i~: . ,.,., ~~trer ,dans' un. lycée est ,de,v,enu aussi difficile que de trou,v,~r du travaH. Certains professeurs d'un lycée de province a résolu le problème : · pourquoi t.ene:i-vous à mettre · vos fils au lycée, vous avez en face l'institution, il y sera très bien. Voilà un homme à qui il a été nécessaire de mettre · les points sur l~s i. On croit rêyer ••• Quant aux maîtres et professeurs, ils sont recrutés d'après ce principe : plus il y a d'élèves, moins il y aura de maîtres. En vertu de quoi on a supprimé 35 millions sur les traitements des instituteurs primaires, au début de juillet on a licencié des centaines de suppléants, qu'on · sera d'ailleurs obligé de rappeler en octobre, alors pour- · quoi cette mesure? pour économiser 15 jours de leurs de 150 milliards. Un tel chif- .. vous parle, etc .... Bien sür, fre ferait peut-être rêver les bien sür. Mais la 'valeur de petits du cours élémentaire l'enseignement n'est-elle pas (Combien que je pourrais diminuée quand le professeur m'acheter de bonbons avec de chimie manque de 'maté- 150 'milliards? plus de . 1.000, riel de travaux pratiques, plus de 100.000, plus d'un mil- quand en géographie on ne lion. Il en a plein la bouche, peut donner aucune image plein les yeux. Son imagina- concrète, faute d'appareil de tion chavire.) Mais qu'il fait projection, quand aué{un terpauvre à côté de .2.000 mil- rain n'est prévu pour l'éduliards de dépenses totales, cation physique. - Cerdan-La Motta remis 1 s'exclame-t-il en me broyant la main. Quelle tuile 1 - Pour qui, Robert? - Mais... mais pour ' Cerdan et puis pour nous aussi, bien sûr 1 - Qui donnais-tu gagnant ? - Cerdan, et c 'est normal. Avec SDn mora.-l et la forme qu'il détenait actuellement, Marcel devait emporter la décision sur La Motta. D'ailleurs ç'eût été, à mon avis, un critère pour notre champion. Oui, cette rencontre aurait pu dé('lder ou décidera de s.a carrière. Ou: bien il triompherac'. st certain - ou bien il est vaincu ·et alors ... (d'un air triste) il peut .rendre ses gants ... rejoindre Marinette et son bar sous le soleil marocain (soupir) t:!t écrire l'épopée de ses combats héroiques. ques. des 600 milliards de dépenses L'équipement scolaire est de guerre. semblable à un vêtement sur Bah! diront quelques bons le corps d'un adolescent. Les esprits, autrefois il n'y avait manches découvrent les poipas de belles écoles et on ap- gnets, les coutures craquent prenait quand même, et il aux jointures. Quand habil- . s'est fait de grandes décou- lera-t.,.on de neuf la France vertes dans les lalroratoires qui étudie? sordides, et tenez-moi, qui Claude HENARES. Le point de vue de • • • Je;mnot (qui rentre à la maternelle) MI.: .~...... ~"::: ':; ~ Hi ... Jii ... j'ai pas encore zu de vacances paree que j'ai jamais été à l' école 1 ... U~e , lycée~ne Hier j'ai parcouru le Quartier Latin et je me 'suis acheté un volumineux 'dictionnaire du même nom. J'ai aussi des cla~seùrs à rèssort, U11 cahier neuf pour chaque matière. Et je me suis payé un ~ros cahier de textes. Il en faut, des choses, pour préParer le bachot. Sans compter les livres ci tous les à-côtés. Comme c'est clICr 1 Je n'ose pas demander tant d'aff!. ent à maman. Je ne chanf!.erai pas encore cette année ma vieille serviette usée. La concierge de l'école Pendant les vacance!, ce sont mes trois gosses à moi - je n'ai pu les envoyer qu'un· mois à la · campagne - 'lui me donnent des tat. d'enlluis. Avec la rentrée, j'ai dans ma cour tous les ~osses dû quariiér. Ils 'sont bien ' i.entils, mais ils svmt vraimt:11t bruyants. Pa!l \~~ ' 1'7~)~. ~~ question, avec eux, de faire .la f!.rasse matinée. Et puis, il me faut un . peu les surveiller. Les empêcher de glisser sur les rampes, de fumér dans les water, de grim' per aux arbres ... Malgré tout, je suis content de les revoir. Une maman Maintenant il y aura 'un peu plus de calme à la maison. Le soir, ils feront leurs devoirs, ils me poseront des questions sur des choses que j'ai oubliées. Pour le moment, i' en suis à l'alJ!. èbre des prix. L'année scolaire est une véritable expédition. Il fout ,m équiPement comPlet :' livres, calliers, crayons, cartables, 'vêtements, etc. lis ont J;randi tous les Ijuatre. ]' ai arran~é lel tabliers de Raymond pour André, ceux d'André pour Madeleine, ceux de· Madeleine pour H enri. M allzcureusement, on ne peut pas boucler la boucle : il me faut du neuf pour Raymond. Un professeur La cuisinière ne se dit 'pas : Je ValS faire des pom.mes· de terre. Elle dit : Il Je vais faire des pommes . sautées, des frites, de la purée D. Professeur, je. suis semblable à la cuisinière. Je ne me dis pas: « Je vais leur enseif!.lur des matlies, du latin, de ' la f,éograpJzie D. Je dis : . a A quelle sauce les préparer! JI Il faut des nourritwes. adaptées aux goûts de chacun, à chaque jour de l'année, à chaque heuf'e du jour. En cette veille de rmtrée, les potaches, qUI déjà tirent de~ plans pour « sécher D mes cours, sont loin de soupçonner les « {olles • qu'ils me posent. Une table de classe Dans Ufl bruit de se· melles de bois, de billes qui roulent mal à prop(Tl, d'appels souterrains, va s'ouvrir la première classe de l'année. les inscriptibns et les des sim qui m'e décorent vont être . ., rajeunis. Je vais, de nouveau, recev(Jir des coups de Pieds rêveurs. J'aime les enfants. Pendant . qu'on les illterro~e, ils collen{ contre moi ?eur morceau de clteu,~ngf!. um/ie les aide parfms à cacher le volume des Pieds-l\,\ckelés ou les exploits de Placid et Muzo. Mais j'aime surtf! 1J~ (eux qui savent bien leurs leçons et qui écouUni attentivement le' maUre. Ce sont les plul Kentils pour ' moi. . traitements. r---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Tout ici, royaume de l'es- · prit, est placé sous le signe de l'argent, du manque d'argent plutôt. La règle d'or de J. Ferry 1/6 du budget à l'Education nationale, s'èst changée en une pauvre férule de bois, une férule de magister. Le bUdget scolaire est CE QU'ILS ONT VI) A BUDAPEST La délégation . de la jeunesse juive de France, au Festival Mondial de la Jeunesse, vous invite au compte rendu organisé Mardi 4 octobre, à 20 b. 45 au 5, passage Cbarles-Dallery

(métro Voltaire), en présence

d'un représentant du Comité Français de la Jeunesse Démo- · eratique. Partie artistique. . Entrée gratuite .. ; (Communiqué.) LA CON N AISSIEZ- VOUS? •• Devant les toiles exposées, un critique d'art réputé pour sa rosserie, confiant à un. ami: - . Tous ces pûrtraits sont bien moovais. Décidément, entre le peintre et le médecin, je préfère. parfois ce dérnier. - Et pourquoi ? lui demanda-ton? - Lui, au moins, a plus de riiscréNon. Il enterre ses victimes, l'autre les expose.

  • Au beau milieu d'une scène de

. ménage, le mari crie: - Enfin, me prends-tu 'pûur un imbécile? . - Non, mon ami, répond doucement la dame,. tr.ais que veux-tu, je puis me tromper ... .... , * , ,'. A cette soirée mondaine à laqu~lle on voyait des danseUses de l'Opéra, quelqu'un demanda: - Que' sont oonc toutes ces mes? - C'est le corps de ballet. - Ah 1 Et la grande maigre est au milieu ? - C'est le manche J

daqui - Papa, nous avons appris aujourd 'hui. à l'école, que les animaux avaient une nouvelle fourrure chaque hiver. . - Veux-tu bien te taire, ta mère est dans la pièce à côté 1 Pendant une promenade les colons de Pornichet parlent avec des pêcheurs. Ils s'enquièrent de leur . vie, s'intéressent à leurs luttes, etc.

  • Un vieux pêcheur raconte ses

voYages dans les mers lointaines. " J'ai fait le long COJrs pend ,nt dix-sept ans » Cjaude demande: . " Où .. e!il-Ce oe long c?~rs. ;'; 'I(st loin? » Deviner' la 'somme de quatre nombres. Le maître dit à l 'élè~e: « Nous allons écrire à tour oe rôle 4 nombres de 3 chiffres. La somme de ces 4 nombres sera 1.998. )) L'élève inscr ·it 378; ·le tr.aître inscrit un nombre, puis l'élève un troisième nombre 284, et le maître un quatrième. L'élève fait l'addition et trouve en effet le résultat annoncé: 1.998. 1 0 Quels sont les nombres que le . maître a écrits? 2 0 Comment le maître a-t-il deviné à l'avance la somme trouvée? '866 '1 IU~IIl:Jil 666 S!O} xnlp JO ·~"'YI9.1 Jlld SI!JO -SU! SlJquJOU sl1 11 666 lJIIll lOUlJ -?JJlP III IUlluls?Jd;}J S;}Jqwou .xnlp ~::: 'Sll' l:l 1i:9 IUas ;}Jl!IlW II Jlld Sl!J:SU! "slJqwou sl"} ~ '8suod?8 A nos chers amis, le Docteur et Madame Hurstein, . nous adressons nos chaleureuses félicitations, les mji!illeurs voeux de longue vie ~t de bonheur, à 'l'occasion de la naissance de leur fils . LAURENT Famille Poxnanski. SOCIETE DE PATRONAGE DES OUVRIERS ET' APPRENTIS ISRAELITES DE PARIS ECOLE DE TRAVAIL Fondée en 1852 4 bis, RUE DES ROSIERS PARjS·lV· Téléphone : ARC. 03-45 Accepte pour la nouvelle année scolaire les candidatures de garçons désireux d'apprendre un métier. Les élèves sont logés, nourris et habillés par l'Ecole pendant trois ans. Age mini-' mum : 14 ans, S'inscrire d'urgence. Droit et Libertë Iiédac iioü' "~·ï·~ad;.;;;';{;·~tr·a tion 14. Rue de Paradis, Paris X' Tél. : PROvence 110-47, 90.48 C.C.P PariS 6070-98 ,Tarif d'abonnement : 3 mols ........ 150 frs 6 mois ........ 300 frs 1 an .......... 600 frs Etranger . : Tarif double. Pour tout changement d'auresse" prière de jOindre la dernière bande' e! la somme de 20 francs .' Le gérant: Ch. OVEZAREK, lmp. CI!Dtrale du CrOI.~ 19. ~ du Crol ..... t. p ...... . ... " ..', , 1 • 2 ." OC'T 'O ; · E .Droit et Liberté CONTRE LE RACISME fT L'ANTISÉMITISME, POUR LA PAIX , ; - l ' , \ '. NOUVELLE, DIRECTION Cet év:énement sera fêté . Le Comité Directeur de Droit et Liberté hebdo au cours d'un GRAND BAL , " Sc co,:,pose de André BLUMEL Maurice GRINSPAN Charles LEDERMAN Pierre ROLAND-LEVY ' / Droit et Liberté hebdo' Le prochain nu~éro sera en .vente le 29 Octobre, dans . , Le baptême d~ Droit et ;'Liberté Hebdomadaire sera' notre gran.d bal de nuit SAMEDI 29 OCTOBRE 1949 . de , 22 heur,es à l'aube 'dans les 'splendides salons de l'Hôtel Continenta 1, 6, rue Rouget-de-l'Isle métro ' Concorde, avec l'ORCHESTRE réputé de' ,Fernand BOU ILLON ' et une partie Vous pourrez lire dans Droit et Liberté hébdo des articles de G. d' ARB'OUSSIER J ... J. BERNARD Éife BLONcOURT Éniile BURÉ O. ·COULIBALI Prof. H. DESQILLE Yves FARGE Justin GODART Prof.J. HADAMARD Francis JOURDAIN , ' , Serge KRIWKOSKI Prof. Jeanne LÉVY . Abbé H. MARTY Jean MILHAU . les kiosques. Pierre PARAF Retenez·/edès maintenant Sections, sociétés, passez vos commandes collectives artistique éblouissante CONCOURS DE DANSE BUFFET TOMBOLA Tables réservées Dour souper Les rubriques 'q~e vous attendiez: 'Pr~t M: PRËN)(NT' R. : RONTC'H EWSKI , And ré SPIRE : , Arldré ÙLMAN L a tribune de · Droit et Liberté hebdo; correspo0dances de l'étranger; enquêtes et reportages excl usifs; échos; toute la p'rovin~e; revue de la presse internationale; articles et lettres de lecteurs i les ,jeune,s; les arts et les lettres ... et un roman. ABONN,EMENTS leur ami vous reproche un jour d'avoir négltgé de lui proposer un abonnement à t Droit et Liberté ~. VOUS AVEZ , 'L CHOIX .•• Enfin, la grande nouvelle est définitive : t Droit et Liberté :. pevient hebdomadaire, i n /?'enrichira de nouveaux tollaborateurs, de nouvelles rubriques. Il deviendra le journal .éomplet que vous avez toujours 'souhaité, amis lecteurs. Dans ces conditions, il ne fait lS'oint de doute que nos 4.000 abônnés nous conserveront leur , fidélité et qu'ils nous aideront - à gagner de nouveaux lecteurs, de nouveaux abonnés à notre journal, à leur journal dont depuis aes mois ils suivent avec sympathie les campagnes courageuses et vigilantes. Chacun peut gagner un nouveau I,ecteur Augmenter le nombre de nos lecteurs ct de nos abonnés, c'est nous permettre d'améliorer le contenu et la présentation de c Droit et' Liberté :. et, aussi, de supporter dans les meilleures conditions les hausses importantes qui s'annoncent déjà NOTRE NOUVEAU TARIF

 : D"ABONNEMENTS :

1 an" .' .. ': .•.... 6 mois . ' ......• 3 mois ....... . , " 1.100 Frs 600 Frs 300 Frs Pour l'étranger : 1 an . 1. .. • • .. .. 1.600 Frs 6 mois ......•• 850 Frs 3 mois ........ 450 Frs POUR RIE([E OIR GRATlUTElM1E T UN LIVRE Renvoyez-nous ce bulletin. Je soussigné ........ .- .... . Adresse •..•••••••....• ~ .. . Souscris un nouvel abonnement à Droit et Libe.rté hebdomadaire (1). Souscris un abonnement en faveur de M ......... .. Adresse ...... \: ........ : . Je vire le montant de cet abonnement à votre C.C.P. 6070-98, Paris. Veuillez me faire parvenir le livre •...••........ (1) Rayer la mention inutile. Pour enrichir votre bibliothèque Nous publions plus loin la liste des ouvrages que nous offrons à chaèun de nos ab on, ne urs, pour chaque abonnement d'un an qu'ils nous feront parvenir:' Les livres sont chers. En voici une occasion de les avoir pour rien. ' . TI suffira de nous envoyer, dès à présent et jusqu'au 15 novembre' 1949, le ' bulletin ' Que vous trouverez dans cette page Et un mandat dq montant de l'abonnement, pour recevoir franco, à domicile, le livre de votre choix. , .. Bien entendu, deux abonne- ' ments ne six mois donnent éga- ' lement droit à un livre, et deux, trois, quat,re abonnéments d'un . an donnent droit à deux, trois ' ou quatre livres. , Une prime de fidélité Nos , abonnés 'actuels cont1- . nueront, naturellement, à recedans tous les domaines dont un vo~r , ~etJ.r Journal, comme par le passé, et pour autant de numéjournal est tributaire. ros que leur abonnement en Un et un" font' deux. Si, cha- comprend encort'. , ' , cun de ,nos quatre mille abon- ToutefoiS, ils se trouvent lénés en , gagne un nouveau, cela sés du fait que notre noùveau nous fera 8.000 abonnés, un ca- tarif d'abonnement est plus pit al énorme pour un journal. avantageux que l'ancien. GERARD DEISS La Terre promise ELiAN J. FIMBERT Tempête sur l'Orient W, POZNER Les gens du pays Tolstoï est mort G. BA 1 SSETTE L'étang de l'or RENE BlECH Le tir aux pigeons EM 1 lE DANSEN Lignes blanches DEN 1 SE MORAN Cette sacrée gamine Ta douce moitié ANDRE WURMSER . L'~nfant enchaîné ANATOLE FRANCE OEUiVres inédites O' Pour leur faciliter les . versements, ils recevront par la poste une formule de verse- Est-ce trop vous demander, . Pour compenser cette « in jusamis abonné ? Parmi vos voi- tice~, la direction du journal sins, parmi vos compagnons leur offre aussi, un livre de leur d'atelier, au bureau, partout où choix, s'ils consentent à prolonvous vous trouvez, d'immenses , ger leur abonnement d'un an, possibilitéS s'offrent à vous. dès à prés~nt, avant le 15 noN'attendez pas que votre meil- vembre 1949. , ment à notre ,compte Chèque Postal et ils pourront se servir également du bulletin ci-c'ontre. Mais. nous le répétons, les numéros payés d'avance à l'ancien tarif leur restent acquis. M. C. VAILLANT-COUTURIER et beaucoup d'autres personnal ités éminentes du monde des sciences" des arts, des lettres et de la politiq.ue Abonnements échus Pendant la periOde des vacances, un certain nombre d'a- ' bonnés ont négligé le renouvellement de leur abonnement. ' Ceux-ci recevront, par lettre, un. avis les informant de la date à laquelle leur abonne~ , ment est arrivé à expiration , accompagné d'uri mandat~carte de versement à notre Compte Chèque Postal qu'ils auront intérêt à utiliser très rapidement pOul'! éviter toute interruption dans le service du journal qui leur est fait. , ' . Malheureusement, 11 ne nous sera pas pOSSible de les faire bénéficier de là « Prime de Fidélité ~, mais ils pourront gagner leur livre en nous adressant l'abonnement de leur voisin, de leur ami, leur collègue de travail. ' . Amis lecteurs, t Droit et Liberté:. compte sur vous pour aller toujours de .l'avant. SI .. VOUS N'ÊTES PAS ABONNÉ ... et si vous désirez l'être. retour,nez-nous ce bulletin .J1 • _.• •••••• ,.,. ................. .,:.

./ ..... *t -~·· -... '., ... -,-... -.-~

l' " '. ;' . ~ , "dresse ••• , .. .......... .;, •• _ •••. ~'-:";I . ... .......'.:. -!.-. ..~ .,!. .,.. ..... .1.-. ..- . souscrit un abonnement de trois mois, six mois, un an (1) à « Droit et Liberté » et en verse le montant à votre C.C.P. 6070- 98 Paris. (du 6 au 16 octObre)

Notes

<references />

Format PDF