Droit et Liberté n°191 - mai 1960

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°191 (295) de mai 1960
    • Dimanche 29 mai à l'U.N.E.S.C.O. journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix page1
    • Y'a plus bon Banania par Oncle Tom page2
    • Que se passe-t-il? page2
      • Drame algérien: le cas Audin en justice; Alleg, trois ans après; Les camps; Pour la paix.
      • Nazisme: Oberlander s'en va; ils continuent.
      • U.R.S.S.: statistiques (juifs en U.R.S.S.
    • Après un voyage d'étude sur la dénazification en Allemagne Orientale, le Dr Ginsbourg nous dit: "voici ce que j'ai vu" page3
    • Ce chiendent repousse toujours (racines chrétiennes de l'antisémitisme) par Jules Isaac page3
    • Xavier Vallat n'est pas venu... mais ses amis ont pu se réunir à la Mutualité sous la protection de la police page4
    • Quinze ans après par Albert Levy page5
    • Les amis de Pétain n'ont pas eu leur congrès page5
    • L'héritage de la Résistance bafoué à Villeneuve Saint Georges et à Courbevoie page5
    • Une déclaration exclusive du chanoine Kir; les jumelages des villes doivent permettre des relations amicales entre les citoyens de tous les pays page6
    • Une féroce répression raciste s'abat sur les noirs Sud-Africains page6
    • Gandhi en Afrique du Sud par Camille Drevet page6
    • Victor Hugo et Albert Einstein par Pierre Paraf page6
    • Films antiracistes au festival de Cannes page7
    • L'action de l'UNESCO contre les préjugés page7
    • Magnifique manifestation d'unité à Toulouse (anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie) page8
    • Racisme et action judiciaire par Me Jean Schapira page8
    • La France antiraciste va tenir ses assises, soyez nombreux par Léon Lyon-Caen page9
    • L'étrange expérience de John Griffin: "j'ai voulu me faire nègre, pour voir comment c'était page10

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Dimanche N° 191 (295) - MAI 1960 0,75 NF 29 Mai à l'UnESCO , URNEE NATI NALE contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix r~: ~} ~ • Oe beau dessin a été réalisé par le grand peintre Edouard Pignon, pour la 12" Journée Nationale ~ontre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, organisée par le M.R.A.P. Illustration de l'affiche éditée à cette occasion, on le verrJ. bientôt sur les murs de Paris et de toutes les grandes villes de France . Déjà, la Journée Nationale se prépare activement. De nombreuses réuniona sont annoncées à Paris et en province. Le document élaboré par le M.R.A.P., pour exposer les principaux thèmes soumis à la discussion des d~légués est diffusé parmi les comités, soumis aux groupements intéressés et à des l)erSonnalités de toutes tendances et de tous les milieux. Il est envoyé immédiatement à tout antiraciste qui en fait la demande. La Journée Nationale sera précédée, le samedi 28 mai, par· une séance où seront étudiées les mesures d'organisation et les initiatives diverses à prendre pour renforcer encore l'action antiraciste et diffuser plus largement l~ idées de tolérance, de fraternité. Ce débat est inséparable de celui qui se déroulera le dimanche 29 dans la grande salle de conférences du Palais de l'U.N.E.S.C .O. Et nous ne doutons pas que l'un et l'autre seront fructueux. On lira en page 8, avec l'article du Premier Président Léon Lyon-Caen, toutes indications utiles sl1I" le déroulement de la Journée Nationale. (D'ores et déjà, nos lecteurs peuvent demander des invitations, pour eux-mêmes et leurs amis, au M.R.A.P., 15, faubourg Montmartre, Paris-ge , ~é1. : Pr.). 82-78). DIiNf tE NUMER.D : • Une interview exclusive du Chanoine KIR, député-maire de Dijon (page 6). • Léon LYON-CAEN : Soyons nombreux à la Journée Nationale (page 9). • Jules ISAAC : Ce chiendent repoUSSe toujours ... (page 3). • Camille DREVET : Gandhi en Afrique du Sud (page 6). • Pierre PARAF : Victor Hugo et Einstein (page 7). • L.e docteur GINSBOURG Voici ce que j'ai vu en Allemagne Orientale... (page 3). • John GRIFFIN : Pourquoi j'ai voulu me foire nègre ... (page 10). • Comment les ant iracistes parisiens ont imposé silence à Xavier Vallot (page 4). 2 qUE SE 1"IIIIIIIIIIIIIIyl;:IIIII;~I::III~:I~I11I"~:I::~I~':IIIIII""1II11111 Charles LE cinéma nous a abondamment pourvus d'une figuration de Noirs qui'Charlesdans des décors luxueux, exerçaient les talents de liftier, valet, chauffeur, groom ou nurse. Images depuis longtemps devenues des « clichés ... Et, sans doute, les dents éclatantes, les yeux qui roulent dans un visage foncê, relevaient d'une certa,ine « photogénie Il comique qui n'a pas encore fini, par ailleurs, de nous faire manger de la. tarte à la crème. _ Mais, atteignant sa majorité dans un monde où les valeurs et les « ve- _ § dettes)) traditionnelles sont bousculées tous les jours, le cinéma a pu aborder ~ d'une manière moins puérile llll condition des Noirs et leurs rapports avec les Blancs. Même la publicité cinématographique a « blanchi » le négrillon, si poli, - si respectueux, qui ouvrait la séance. Signe des temps dont on doit se réjouir. La. personnalité des hommes et des peuples de couleur s'affirme avec assez àe force pour qu'il en soit tenu eompte jusque dans les manifestations subjectives de la vie que sont l'art et la publicité. . - Pourtant, il reste encore à faire dans ces domaines. Nous pensons notam- _ ment à ces « clichés Il publiCitaires, répandus à des. millions d'exemplaires, comme le « Y'a bon banania ! Il Ce Banania-là, sans mettre en doute ses qualités nutritives, a aussi nourri notre enfance avec l'image d'un racisme, assurément anodin, mai qui, précisément, fait partie de ces stratifications de la. pensée qu'on qualifie par la suite d'instinctives, d'iunées. Et qui ne le - sont que pour avoir été provoquées très tôt. - Dès la petite enfance, le petit déjeuner recommandé 'au petit homme blanc, dans un jargon petit nègre, constitue un abécédaire des idées toutes faites que - l'on retrouve dans la besace de chacun d'entre nous, sa vie durant. Et cela explique, dans une certaine mesure, que certains enfants d'hier, qui croient avoir grandi s'étonnent encore et ne comprennent pas que le souriant tirail. leur des troupes coloniales quitte la boite de fer-blanc en disant : « Y'a plus bon banania ! Il. ONCLE TOM. - itllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllliliIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ DRAME ALGERIEN • Le cas Audin en Justice? Faute d'une recherche active des moyens d'appliquer sans équivoque l'auto· détermination, le drame algérien reste sans solution. Et aussi les drames parti· culiers, les injustices qu'il engendre, toutes ces « affaires », tous ces abus qui, en raison de circonstances diverses, prennent un certain relief sur le fond de l'inhuma· nité quotidienne, qu'ils éclairent sinistre· ment. Ces « affaires )l, ces abus, ces souillures au renom de la France, qui souli· gnent combien il est urgent d'en finir avec cette guerre ... L'instruction sur l'affaire [/\,udin, par exemple, piétine. Depuis des mois, ~e Parquet de Rennes en a été saisi. Rien à signaler, sinon la Légion d'Honneur accordée au lieutenant Charbonnier qui, d'après la plainte déposée par la veuve de Maurice Audin, serait responsable de l'exécution de son mari... Le Comité Maurice Audin, présidé par le Doyen Albert Chatelet, poursuit en diffamation le journal « La Voix du Nord» qui, mettant en doute ses révéla· tions, l'accusait d' « abus de -confiance )l. n faut souhaiter que ce procès permette d'établir au grand jour la vérité sur cette pénible affaire. • Alleg . trois ans "- apres ... Mme Gilberte Alleg·Salem, dans un communiqué à la presse, informe que SOI1 mari vient d'être convoqué par le magistrat chargé d'instruire la plainte qu'il a déposée contre ses tortionnaires, et qu'il lui a été demandé s'il était disposé à se soumettre à une biopsie (1). Henri Alleg, en 1959, avait déjà répondu par l'affirmative, tout en faisant des réser· ves sur la valeur de cet examen. Pourquoi donc faire trainer indéfiniment ce dossier? Henri Alleg a été arrêté le 12 juin 1957. En juillet de la même année, il porte plainte pour tortures. Le 14 août 1957, il est présenté au juge d'instruction... qui l'inculpe et le fait incarcérer à la prison civile d'Alger. Le livre d'Henri Alleg, « La Question », a un retentissement mondiaL En avril 1958, MM. Malraux, J .-P. Sartre, F. Mau- DROIT ET LIBERTE MENSUEL 15, Fg Montmartre - Paris (9') TéL : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE : Un zn : 7,50 NF ETRANGER Un an : 12 NF Abonnement de soutien : 15 NF. Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. riac et R. Martin du Gard, publient une déclaration solennelle demandant que toute la lumière soit faite. En . janvier 1959, l'instruction étant close, Henn Alleg est renvoyé devant le tribunal militaire. Depuis, rien. Henri Alleg n'a pas été jugé, pas plus que ceux qu'il accuse. ( 1) La biopsie est le prélèvement de tissus sur un être vivant, aux fins d'ana· lyse. Mais, trois ans aprèS les tortures subies par Alleg, cet examen a-t-il encore quelque valeur? • Les camps Entouré d'une triple rangée de barbelés électrifiés, surmonté de miradors où veil· lent des C.R.S., cerné par des patrouilles de gendarmes avec chiens pOliciers un camp d'internement pour les Algérie~ est établi non loin du château de Vincennes. Ge camp est l'un de ceux (il y en a plusieurs en France) où, par simple mesure administrative, sans jugement, ou aprèS avoir été acquittés par les tribu· naux, ties 'hommes contre qui aucune preuve de culpabilité n'a pu être retenue (sinon, ils seraient en prison) sont « assignés à résidence » pour un temps indé· terminé. Des témOignages qui parviennent à se faire entendre, il ressort que, dans ces baraques surpeuplées, l'hygiène est incon· nue, le~ soins médicaux inexistants, que les brImades, les humiliations racistes sont systématiques. De nombreuses protestations se sont élevées dans les milieux les plus divers. . Un comité de non·violence a organisé recemment une manifestation silencieuse devant le camp de Vincennes, se réunissant en silence et refusant de circuler. De nombreuses personnalités, parmi les· quelles les professeurs Louis Massignon et Laurent Schwartz, l'écrivain Robert Barrat, se trouvaient parmi les manifestants, que la police a emmenés dans dfs cars. • Pour la paix Le Congrès National du Mouvement de la Paix, réuni les 7 et 8 mai, a lancé un appel demandant une solution rapide du problème algérien : « La Paix en Algérie, déclara-t-il, ne passera que par le respect et la mise en ~uvre de l 'autodétermination. Les garantzes de l'autodétermination ne peuvent être octroyées, elles doivent être discutées et acceptées de part et d'autre ll. Le Mouvement de la Paix prévoit pour la fin du mois de juin une manifestation nationale qui permettra à toutes les forces pacifiques de s'exprimer. NAZISME • Oberlander / S en va ... Devant les protestations de ,plus en plus nombreuses de l'opinion publique allemande et mondiale Oberlaender le ministre des réfugiés du gouverne~ent du chancelier Adenauer a été contraint de démissionner. ' Ce n'est certes pas de gaieté de coeur, PASSE.T.IL ? que l'homme qui, depuis six ans et demi, occupait ce poste a cessé son activité. mais les preuves irréblt.ables~ \de seS crimes pendant le régime hitlérien l'y ont obligé. Il est nécessaire de rappeler, brièvement, son « brillant passé Il. Oberlaender, dès les premières n:inutes, est un fervent « feal Il de Hitler. Membre des sections d'assaut en 1928, en 1934 il dirige la section d'études de l'économie de l'Europe Orientale. Puis on le retrouve commissaire politique du bataillon « Rossignol Il qui s'illustra dans les massacres de Lvov en Polo&,ne, où Oberlaender donna l'exemple en participant personnellement à des exécutions. Comme « ministre des réfugiés de l'Est Il, Adenauer ne pouvait trouver personne plus compétente. Si une retraite dorée semble devoir être en Allema&,ne de l'Ouest la conclusion de ce scandale, il n'en a pas été de même en République Démocratique Allemande. La Haute Cour de Berlin-Est a jn«é le bourreau de Lvov. Par contumace, Oberlaender a été condamné aux travaux forcés à perpétuité. Pendant plusieurs séances, où étaient pr~entes de nombreuses personnalités juridiques de plusieurs pays, -le tribnnal démontra la culpabilité de l'ex·ministre. Hélas, le cas Oberla.ender n'est pas nnique en ,Allemagne de l'Ouest, des milliers d'anciens nazis occupent encore des postes importants dans l'administration fédérale ne serait-ce que les mille ma~strats couJl'll.~les td'Ji.voir, ISOUS le régime hitlérien, prononcé et fait exécuter des sentences de mort contre des milliers de ressortissants des pays occnpés par l'armée hitlérienne, et qui sont encore en activité. • Ils continuent Si elle est quelque peu apaisée, la vague de croix gammées est encore loin d'être complètemçnt stoppée. Les inscriptions de ce genre ne sont d'ailleurs que l'un des aspects - entre autres - des activités n éo-nazies. Voici quelques informations qui en t émoignent: ALLEMAGNE DE BONN • Un navire allemand arborant le drapeau nazi voulait entrer, le 16 avril, dans le port de Lobith, en Hollande. Les autorités hollandaises demandèrent au capitaine du navire d'enlever la croix gammée qui ornait l'arrière du bâ.timent. Devant son refus, l'entrée du port lui fut interdit et le capitaine préféra faire machirne arrièr e. • Le oimetière historique de la communauté juive de Fuerth (Allemagne Fédérale) a été saccagé par des ({ inconnus » dans la nuit du samedi 23 avril. • Les nazis sont-ils les maîtres ? Deux h abitants juifs de la localité de Koepen, prèS de Fra/ncfort (Allemagne Fédérale), Max Kaufmann et iKurt Somef, ont été obligés d'abandonner la ville de leur r ésidence, les manifestations d'hostilité des éléments nazis locaux leur ayant rendu la vie impossible. • En Bavière, 210 eas d'incidents anti' juifs ont été enregistrés entre le 25 septembre 1959 et le 15 mars dernier. • POur propager « les idéaux de la pureté raciale », le bureau central du « Front EurOpéen », qui est le nom de la nouvelle internationale nazie, a décidé de célébrer le 15- anniversaire de la mort de Hitler par des manifestations publio ques. • 600 exemplaires de « Mein Kampf » ainsi qu'une importlllnte quantité d'insignes nazis, de brochures et d'affiches antijuives, ont été saisis à Berlin-Ouest, dans une cave Qui servait de lieu de réunion à Un grouPe d'adolescents néonazis" qui avait pris le nom de « Jeunes Roses ». ITALIE Plusieurs swatikas et la formule « vive Hitler» ont été gravées sur les murs de la synagogue de Mérano, en Italie. DANEMARK A Copenhague, la revue « La Patrie Il, organe du parti .nazi local, annonce un meeting à la mémoire de Hitler « pOUT rendre hommage à cet h éroique chef de la grande lutte germanique pour la libération de l'Europe du joug juif ll . AUTEURS, ETATS-UNIS • D'après Un rapport de l'Américan Jewish Committee, Onze groupes 'né0- nazis ont été découverts aux U.S.A. dont l'un a constitué un corps de S .S. sur le modèle hitlérien. Une de ces associations, dont le chef porte le titre de « FUehrer », a dressé une liste d' « hommes à abattre II où le nom du préSident Eisenhower se trouve inscrit. • La synagogue de Fort Wayne (Indiana) !Ii eu ses murs recouverts de croix gammées, ses portes brisées, son mobilier saccagé. 300 dollars qui se trouvaient dans un tronc ont été volés par les vandales. Pour protester, un groupe de pasteurs s'est rendu au temple souillé où il a effacé les swastikas. AUTRICHE La communauté juive de Vienne a présenté au ministère de l'Intérieur une liste de plus de 50 journaux et publications périodiques néo-nazis qui paraissent en Autriche et professent les doctrines racistes et judéophobes. u. R. S. S. • Statistiques Selon un recensement effectué récemment, 2.268.000 citoyens soviétiques appartiennent à la « minorité nationale juive » . 20 % ont déclaré que le yiddiscn était leur longue maternelle. D'outre port, dons une interview don. née à l'Agence Télégraphique Juive, M. Vochikov, membre de la Commission des Cultes, a indiqué que l'on pouvait évoluer à 500.000 environ le nombre des Juifs pratiquant en U.R.S.S. et que quatre cents synagogues sont à leur disposition. Le premier volume de la Petite Encyclopédie Soviétique (3" édition), qui vient de sortir, consacre des articles importants à ;0 longue et à la littérature yiddisch, présentant les écrivains les plus connus, avec une analyse de leurs principales oeuvres. Après le recueil de Cholem Aleichem, édité 0 l'occosion du centenaire de la naissance de ce grand clossique, d'outres livres en yiddisch sont annoncés des oeuvres de Mende le Mocher Sforim et de Peretz. ••• Parmi les ouvriers et ingénieurs à qui de hautes distinctions ont été décernées pour la construction de 10 Centrale hydroélectrique d'Irkutsk, on signale un nombre important de Juifs. La presse cite entre outres : le serrurier Raphaël Weksler, !e chef de construction des logements Rubin Kruter, le chef d'équipe Léonide Labourine, le chef de la section des excavateurs, Elie Gurewitch, le mécanicien Benjamin Malkow, l'ingénieur en chef de 10 direction énergétique, Leib Niebracht. Le Carnel de D.L. RENE MARAN N'EST PLUS René Maran vient de mourir, après une longue et pénible maladie. Né en 1877 à Fort-de·France, de parents guyanais, il fit ses études à Bordeaux et fut d'abord fonctionnaire avant de se con· sacrer à la littérature. En 1921, 11 obtint le Prix Goncourt pour son roman « Batouala )l. Le succès de cette oeuvre fut considérable. René Maran ne se contentait pas d'écrire. n participa fréquemment à l'action du M.R.A.P. et, l'an dernier encore, lorsque des étudiants antillais furent attaqués par des nervis de « Jeune Nation )l. Au meeting organisé par notre Mouve· ment en 1957, à la suite de l'assassinat du petit Emmet Till, il déclarait : « Des faits comme l'assassinat d'Emmet Till sont incompréhensibles pour nous. . .. Il est utile qu'on s'élève avec force contre le racisme américain, car c'est en même temps condamner tous les racismes, y compris dans notre pays ll. Parmi ses oeuvres les plus marquantes, citons « Un homme pareil aux autres », qui traite du problème du mariage entre Blancs et Noirs. L'an dernier, il obtint un priX! de l'Académie Française pour un recueil de poèmes : « Le Livre du Souvenir ll. LOUIS DROUOT - SOULANGES EDITEUR - LIBRAIRE ACCEPTE ET DIFFUSE DE BONS MANUSCRITS « LE LIVRE OUVERT » 20, rue de l'Odéon, PARIS-Vie - Téléphone DANton 25-38 c.c.P. PARIS 15.997-38 AUTEURS confiez-nous vos MANUSCRITS GRAND CHOIX DE LIVRES ET DISQUES ANTILLAIS « DROIT ET LIBERTE II EST EN VENTE AU « LIVRE OUVERT» Après un voyage d'étude sur la dénazification en Allemagne Orientale le Dr CINSBOURC nous dit : " Voici ce ./. " que 101 vu R EPONDANT à l'invitation du Comité des Relati~n~ C.ul~urelles, diverses personnahtes JUives de France ont voyag-é une semaine en République Dé!llocrati.que. Allemag-ne. pour s'informer de la situatIOn des Juifs et des résultats de la dénazification. Cette délég-ation comprenait : Me André BLUMEL, président de la Fédération Sioniste de France, lè pocteur GINSBOURG, président du Cercle Bernord Lazare, l'écrivain RABI, Me Charles LEDERMAN et Charles STEINMAN, président et secrétaire, ~énéral de l'Union des Juifs pour la ReSistance et l'Entr'aide (U.J.R.E.), Isi BLUM, secrétaire g-énéral de l'Union des Eng-ag-és Volontaires et Anciens Combattants Juifs, M. VILNER, rédacteur de la « Presse Nouvelle ». Notre ami, le Docteur GINSBOURG, a bien voulu répondre à nos questions,: _ -y a-t-il beaucoup de .T Ulfs en Re: publique Démocratique Allemande? lUi avons-nous demandé tout d'abord. _ Actuellement, il n'y a plus guère qu'un millier de Juifs pratiquants à l!er.tin- Est, 1.600 à 1.800 sur tout le terntmre de la R.D.A. A ce noyatt de Juifs traditionnalistes, il convient d'ajouter quelques 'milliers de Jui fs incroyants, non inscrits sur les registres des C ommuna~tés, ce qui porte le nombre total d~s Jmfs à cinq à six mille, sur une populatwn globale de 18 millions. Ces revenants doivent leur salut, pour la plupart, à un mariage mixte .. I;e~ confoints d' « aryens » furent dtnges sur des camps de travail et purent échapper, dans l'ensemble, à la déportation dans tes camps de la mort. Quelques Juifs ont vécu dans la clandestinité, certains ont rallié des groupes de Résistance, d'autres enfin reviennent d'un long exil. - Comment vivent-il? Ils particiPent normalement à la vie du pays, et l'on en rencontre dans tous les secteurs de l'activité sociale, y compris dans le gouvernement, au ParZement, dans la presse, dans les organismes politiques et économiques. Considérés automatiquement comme des victimes du nazisme, ils touchent tous une certaine pension - fonction de leur état de santé - qU'i se cumule le plus smtvent avec la retraite des vieux travailleurs ... Nous avons visité une fort belle maison de retraite où :17 vieillards finissent dans la paix et la sécurité une vie si pleine d'angoisse et de péripéties. Nous étions à Berlin le soir de la Pâque. Dans la nouvelle synagogue toute pimpante, avec ses murs peints en blanc et bleu, nous avons assisté à l'office, puis au repas du « seder », en présence du rabbin Reisenburg. Les Juifs avec qui nous avons parlé nous ont déclaré qu'ils n'avaient pas à souffrir de leurs rapports avec lettrs concitoyens ... __ Avez-vous pu constater une action contre l'antisémitisme? - Il est à sotûigner que les manifestations antisémites sont expressément interdites par la Constittûion de la R.D.A., qui les désigne comme des crimes réprimés par la loi. Nous avons tout lieu de penser que les anciens résistants ou exilés du fait du nazisme qui dirigent le pays entendent faire respecter leur Constitution. En fait - et les Juifs qHe nous avons rencontrés nous l'ont confirmé - des efforts c..onsidérables sont poursttivis par les pouvoirs publics, dans le domaine de l'enseignement, de l'éducation politique, pottr éffacer des esprits tous les vestiges de l'idéologie nazie. Un exemple .' pendant touk la journée dtt Vendredi Saint, qui est férié en R.D.A., plusieurs émissions radiOPhoniques ont souligné le martyre subi par les Juifs att cours des siècles, et spécialement atl temps d'Hitler. Pendant notre séjour, le Berliner Ensemble, dirigé par la v eu,ve de Berthold Brecht louait « Nathan le Sage » de Lessin.q, qui est une exaltation de la tolérance. de la compréhension entre les diverses religions. En visitant l'ancien camp et le musée Buchenwald, notlS avons rencontré · des .• Jules ISAAC • • 3 - --- - Ce chiendent repousse toujours ••. « Parce que je suis attaché depuis plus de quinze ans à étudier et extirper les racines chrétiennes de l' antisémitisme, il ne s'ensuit pas que je sois un apologiste de parti-pris, un polémiste qui se propose de discréditer le christianisme et l'Eglise, - j'ai le plus profond respect pour toute foi sincère. » Ainsi s'exprime Jules Isaac dans l'avant-propos de la pla quette : « L'antisémitisme a-t-il des racines chrétiennes? » qu'i l vient d'édi te r chez Fasque lle, pla quette où se t rouve reproduite sa confé rence du 15 décembre dernier à la Sorbonne, dont « Droit et Liberté » a rendu compte en son temps. Dans ce même a vant-propos, J ules Isaac poursuit: « Je dis... qu'en chrétienté les racines chrétiennes de l'antisémitisme sont profondes, les plus profondes sans doute et que, malgré les efforts auxquels il faut rendre hommage, leur nocivité reste encore vivace de nos jours, « je dis que sur ce terrain, il est possible de trouver un remède efficace à un mal détestable, par le redressement de l'enseignement chrét ien concernant Israël ; et que ce redressement, s' il est possible, s' il est nécessaire, doit être fait sans plus tarde ~ ... ». Ces quelques lignes suff isent à montrer dans que l esprit est conçu l'article ci · cont re, que Jules Isaac a bien voulu écrire pour « Droit et Li berté» : ... 18 mai 2010 à 12:24 (UTC)~~..,. Les «Dix Points de Seelisberg» En août 1947, s'est tenu à Seelisberg, en Suisse, un congrès réunissant d'éminentes personnalités religieuses, juives et chrétiennes. Son objet était essentiellement d'envisager les tâches des Eglises dans la lutte contre l'antisémitisme. Un message aux Eglises chrétiennes, connu sous le nom des Dix points de Seelisberg, fut adopté à l'issue de ce Congrès. Ce document se trouve reproduit en entier dans la plaquette de Jules Isaac citée plus haut. Voici quelques-unes des recommandations qu'il contient : « ... 2. Rappeler que Jésus est né d'une mère juive de la race de David et du peuple d'I sraël, et que son amour éternel et son pardon embrassent son propre peuple et le monde entier_ « ... 3. Rappeler que les premiers disciples, les apôtres et les , premiers mar· tyrs étaient juifs. « ... 5. Eviter de rabaisser le judaïs· me biblique ou post-btblique dans le but d'exalter le chrisUanisme. « ." 6. Eviter d'user du mot « juifs » au sens exclusif de « ennemis de Jésus Il ou de la locution « ennemis de Jésus Il pour désigner le peuple juif tout entier. tous les temps, y compris ceux d'au· jourd'hui...) Il On voit que « Le Plateau Il ne s'est guère inspiré de ces recommandations, pourtant conformes à la doctrine chré· tienne, ainsi que l'ont souligné, récemment encore, d'éminents représentants de l'Eglise. , , t t:ilits..... q~1 1 '~Ir .m éfle_ ,lUI GraIL ... ÇQJ.lS.e ( iiCll'Jà eu nombre d'ennuis avec lui), interrore Jésus. TI ne peut que co~tater . son·-iïüiOOênoe • .:..l'f-out ce v.endi'edi .matiD,.JL.~a· de . sauve~ _ J_élUl.-._,!.;::.a;-\ Il discute avec les~uif': ,dont , l~ arentis payés __ ~~P.t june « manifestatioD '. sponta- ~\ée ' II devant son prétoire. Il l'envoie à, Hérode '(le fils • u grand Hérode qw est un l antoche des Romains avec le titre de « prince de Galilée ll). Mais Hérode se moque de Jé- Es et c'est tout. ~-Il donne à choisir au~.-jutf, ~ tre un Infâme · brll'and ~ . rabu) et Jéaua. Les . .!!l!! ron'l re1'cher le bd..dna. --~--. tr tatt "1I.pUer· Jélus pour apitoyer la foule, mals la fou .. le crie : «( A mon t l) Soupçonn6 _ de favoriser un UN hebdomadaire catholi· que, Le Plateau, rédigé à Lille et répandu sans doute dans de nombreuses paroisses - sous forme de Bulletin paroissial - vient de publier un numéro spécial de Pâques où il célèbre la résurrection du Christ. A sa manière. Sur le dos des juifs. Oh c'est un proc.étlé bien simple et une habitude qui remonte loin, il. la fin du premier siècle de l'ère chrétienne, car elle a sa source dans le IV" Evangile « selon Saint Jean )). D'après cette tradition millénaire dont j 'ai dénoncé l'insigne malfmsance dans mon livre Jésus e't . I~raël (pages 192-200), le, ~ot « .lmfs )) ~st employé pour deSIgner exclUSIVement les ennemis acharnés de Jésus, tandis crll:e ses amis, ses. partisans - ]mfs eux aussi - deviennent curieusement apatrides. . Voyez Icet~e habile 'présentatIon, ces tItres soulignés en caractères gras, opposant aux « juifs )) les amis de J ésus. Comment l'innocent lecteur catholique pourrait-il se douter que les amis de Jésus étaient des juifs eux aussi, des juifs comme Jésus lui-même (Yeschouha) et toute sa famille ? Mais quelle excellente trou .. vaille pour instiller dans les âmes r~ceptives une invincible roépulSIOn à l'égard des « juifs )) et non ~e~lement à l'égard du peu' pIe Jmf tout entier au temps de Jésus, mais à l'égard de tous les juifs dans le temps présent ! o « joie d'aimer )) (comme il est souligné à la première page du Plateau), qui va de pair avec la joie de mépriser, de haïr. 0 admirable charité dite chrétienne ... . Voilà plus de quinze ans qua ]e lutte sans trêve pour extirper de l'enseignement chrétien de la littérature chrétienne ce~ détestables habitudes d'esprit et de coeur, et. de langage, ces profon· des racmes de l'antisémitisme. Et voyez : cela continue ce chiendent repousse toujours: Jules ISAAC. « ... 7. Eviter de présenter la Passion de telle manière que l'odieux de la mise à mort de Jésus retombe sur tous les juifs ou sur les juifs seuls. En effet ce ne sont pas tous les juifs qui ont réclamé la mort de Jésus. Ce ne sont pas les juifs seuls qui en sont responsables, car la croix qui nous sauve tous révèle que c'est à cause de nos péchés que le Christ est mort. DISENT: « (Rappeler à tous les parents et éducateurs la grave responsabilité qu'ils encourent du fait de présenter l'Evangile et surtout le récit de la Passion d'une manière simpliste. En effet, ils risquent par là d'inspirer, qu'ils le veuillent ou non, de l'aversion dans la conscience ou le subconscient de leurs enfants ou auditeurs. PsychOlogiquement parlant, chez les âmes simples, mues par un amour ardent et une vive compassion pour le Sauveur crucifié, l'horreur qu'ils éprouvent tout naturellement envers les persécuteurs de Jésus tournera facilement en une haine généralisée des juifs de groupes d'étudiants à qui lelt!s. maîtres exPliquaient les horreurs du regtme concentrationnaire. Le dimanche précédent, 6 0 .000 Allemands s'étaient rassemblés devant la Tour àu Souvenir, et avaient répété le serment de Buchenwald, dont les dernières phrases sont gravées sur la pierre du monument .' « L'anéantissement du fascisme et de ses racines, telle est notre devise! L'édification d'un monde nouveau de paix et de liberté, ttl est notre but » Bien entendu, nous avons demandé s'il y avait eu en R.D.A. des ml1:nifestatior\s antisémites ntt moment de la récente « va.que de croix gammées » partie de la République Fédérale. Les réPonses qui ont été faites avaient l'accent de la vérité. Oui, on a signalé quelques croix gammées en Thtwinge, mais fort peu. Dès l'apparation des .qraffiti antisémites, le régime multiplia les rétmions dans les écoles, les facultés, les ateliers, les coopératives, pour dénoncer ces manifestations et en expliquer la nocivité. ésus ont volé son corps Il LE grand·Pr"'.. les andent orand~·pr6Ire, el tel Pharisiens Ut wuv!nrenl Clue Jésus " ,yolt dll ; II Je ressusciterai 10 Irolli~me jOlur ». 111 ollère nl lfouver Pila le el lui demandèrent une garde. Pil.t. la leur donno en dhanl ; « Prenez la garde, allel 01 folles comme vous l'entendrez ,.. Ils ollèrent scoller la pierre du tombeau el poslèrent la swde. Deux JOUIS plui !lfd. iho firent r~. pendre le bruI! Que les .mll de Je· IU~ .v.ienl vole Ion corps. Comment f. ur. le nl·lIs ftlit. puhQue le lom· be. u de Jésui étlll oerdé? raltre qu'on présence d. la oorJe. pullQu. 1. garde n'8yoll QuIH. les lieux QUo parce que 1. corps n·~· lait plut 'II!' Il ." donc ImpoSSible d'admett,. que 1. CO/'PJ ,It pu 'Iro vo!6·, PremllH Jour : vendredI; deu)uem( lour : somedl 1 Iroh,eme loul . d, nl. nche. n·,urtll pes ttrdo Il m,Hro 14 m.ln tuf le5 coupablel, .. t.D e loulos f.cons, r. pr.uv, .urelt f. ite QU' Jésus .t "s omil ".Ien' bie" ~fl, comme ~. pr4lendo i.~ S. 10 cholo OVOlt ëlë VTlle . 1; pourQuoi l uro iO'! I\' .1 1s pèvo les 101. dlll e'· 21 DOurouoi n~ l u r. j en l · jh LA RESURRECTION ET NOUS L.' RHurreetlon de Jétw· c~t Wl tait, un faU histo. tique, tout comme la bataille de \'erdun et l'assassinat de Henri IV, . .Hais ce fait extraordinaire, miraculeWl:, mystkrleux, If: continue encore aujourd'hui et Il se continuera jusqu'. la fin du monde, Car la Rêsur rectioD de Jé: Deux extraits du « Plateau " (numéro spécial de Pâques ). - Où en est la dénazification? - Il s'agissait d'un problème délicat. Etant donnée l'adhésion plus ou moins volontaire d'une grande partie de la population au régime nazi, les diri,qeants de la R.D.A. ont décidé d'amnistier les « petits nazt's », ceux qtti se sont contentés de s'inscrire au N.S.A.P. sans jamais manifester d'agressivité contre les ennemis d'Hitler. Toutefois, ces hitlériens passifs n'accéderont jamais à des postes de commande - et en particulier à des .qrades supérieurs dans l'armée. Qttant aux nazis actifs et aux criminels de guerre livrés par les Russes, il lettr est laissé la possibilité de travailler, une fois purgée leur peine, mais aux échelons inférieurs et sous surveillance. Je dois dire qu'alertés par un article de la « Voix de la Résistance » affirmant la présence d'authentiques nazis à des postes importants en R.D.A ., nous en avons soumis la liste au Ministère de la Justice, qui nous a promis de procéder à lme enqt{ête sur chaque cas, et de nous fCfire part du résultat de ces investigatwns. Il est possible que certains nazis se soient camouflés au point d'avoir abusé les commissions d'épuration, mais nous avons l'impression très nette que nos interlocuteurs, socialistes, communistes chrétiens-sociaux ou juifs, tous titulaire; de nombreuses années de prison ou d'exil s'emPloient sérieusement à dénazifier l~ RéPublique Démocratique. En particlûier, 80 % des magistrats ont été destitués et remplacés par des hommes de confiance, élus. Ceux-ci ont été mis en place après lme formation professionnelle accélérée et continuent à suivre l'enseignement destiné à les qualifier. Ces observations faites, j'apporte après ces huit jours passés en R.D.A.' l'impression d'un renouveau allemand; d'une lutte incessante contre l'antisémitisme et le racisme, de la formation de n01tvelles .qénérations éprises d'humanisme avec qui, enfin, le monde pourra faire la paix. 4 La protestation des -antiracistes parisiens a silence à . , Impose l'ex .. U commissaire aux questions juives " A SPECTS DE LA FRANCE du 28 avril, sur huit colonnes, appelait les Parisiens à se rendre « tous » à la Mutualité le jeudi S mai, pour - nous citons - une « grande ,-élmion organisée par la Restatwation Nationale, sous la présidence de L01ÛSOlivier, de Roux, président des Comités directeurs de l'Action Française », Suivaient une série impressionnante de mots d'ordre, dans le style habituel des fasci,stes, et la liste des orateurs, parmi lesquels, en bonne place : Xavier Vallat, ancien « commissaire aux questions juives . » du gouvernement de Pétain, Xavier Vallat. Ce nom évoque pour tout Français le cauchemar de l'occupation. Un tel individu paradant sur une tribune en plein Paris, quinze ans tout juste après la défaite d'Hitler, c'était un véritable défi à la conscience nationale. C'était proprement intolérable. L'APP'EL DU M.R.A.P. Interprète de l'émotion des victimes du nazisme et de tous les républicains, le M.R.A.P. rendait publique une déclaration appelant l'opinion à protester contre ce scandale. Il s'adressait en outre au Préfet de Police et au Ministre de l'Intérieur pour demander l'interdiction du meeting. Après avoir évoqué le passé de Vallat et les activités de la « Restauration Nationale », dont les dirigeants « ont proclamé leur solidarité avec les émetttiers d'Alger », la déclaration du M.R.A.P. soulignait : « C eUe notwelle pro7/ocation ne doit pas avoir lieu. « Tous les Parisiens qui conservent le souvenir des épretwes endurées pendant la guerre et l'occupation, tous ceux qui restent attachés à l'idéal de la Résistance et aux traditions démocratiques, se dresSeront, unis, pour l'empêcher. » SOUS LE SIGNE DE L'UNION Dans le même temps, soucieux d'unir toutes les forces antiracistes, le M.R. A.P. alertait les organisations de Résistances, les associations de déportés, les syndicats et les différents partis politiques. Une délégation à l'Hôtel de Ville obtint sans difficultés le soutien des groupes communiste, socialiste, M.R.P. et U.N.R., qui intervinrent aussitôt auprès du Préfet de Police. Mais c'est seulement le mercredi matin 4 mai qu'une audience fut accordée par les services préfectoraux à une délégation représentant les groupements divers qui demandaient l'interdiction de l'impudente manifestation fasciste. Aucune assurance ne lui fut donnée. Et c'est seulement dans l'après-midi du jeudi que l'on apprit que Xavier Vallat « pourrait renoncer » à participer au meeting. Aussi, un appel à une contre-manifestation fut-il lancé, par affiches, par tracts, par communiqués dans la presse, signé par les organisations suivantes : Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.), Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles (U.N.A.D. LF.) , Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.), Amicale d'Auschwitz, Fédération des Associations d'Anciens Combattants Juifs, Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide (U.J.R.E.), Association des Anciens Combattants de • aUler n'est pas venu ••• Quelques asp ects de la con tre-manifest a t lA)lJ.. Mais ses amis ont pu se réunir la Résistance, Union des Etudiants Juifs de France, Union. des Etudiants Communistes, Etudiants du Parti Socialiste Unifié. « En ces fournées anniversaires de la victoire remportée sur Hitler et ses C0711- plices, proclame cet appel, et alors qlle la pensée de tous va vers les morts glorieux qui donnèrent leur vie pour notre liberté, venez tous, ieudi s mai à 20 heltdes amis de Xavier Vallat, anciens « camelots du roi », fleur de lys à la boutonnière, et nervis de « Jeune Nation » ... Certes, Xavier Vallat ne vint pas, et c'est un succès appréciable. Les pouvoirs publics avaient dû tenir compte de la protestation. Mais contrairement à ce qui s'était passé en 195~, à une semblable occasion, la Mutualité , a sous la protection de la police NOTRE DEVOIR Voilà où nous en somme arrivés! Il y a là matière à de sérieuses réflexions. « L'Action Française» est l'une des ligues dissoutes après la Libération pour ses activités de trahison. Non seulement elle s'est reconstituée, édite un journal, tient des meetings, mais encore elle bénéficie de l'appui des pouvoirs publics, et c'est à ceux qui défendent l'idéal de la Résistance qu'on s'en prend. La, délégation à la Préfecture. De gauche à droite: M' Armand Dymenstajn, MM. Maurice Berlemont, I si Blum, M' Ch a rles Lederma n , Guilbert, Mme MarieLouise Kahn, MM. Va nikoff, Cha.rles P :llant, André ToUet , .Julien Obar, Vilner. Quotidiennement, ou presque, de l'acquittement d'Abel Bonnard au Congrès de Rennes destiné à exalter la mémoire de Pétain, le même problème se trouve posé sous des formes diverses. res, devant la Mutualité, manifester votre volonté d'emPêche,' de mûre les racistes, les ennemis de la démocratie et de la paix. « Tous ensemble, imposons silence attx pourvoyetws des fours crématoires. » Entre temps, les Unions départementales des syndicats C.G.T. et C.G.T.-F.O. de la Seine, ainsi que les Fédérations de la Seine de la S.F.I.O., du Parti Communiste Français et du Parti Socialiste Uunifié, avaient, chacune pour leur part, dénoncé avec vigueur la provocation des vichystes et la mansuétude des pouvoirs publics à leur égard. Quant à la L.I.C.A., à qui le M.R.A.P. avait proposé également d'agir en commun, elle répondit qu'elle était intervenue de son côté et se refusa à tout contact. DEVANT LA MUTUALITE Bien que l'appel à la contre-manifestation n'ait été lancé que la veille, les antiracistes, par centaines, affluaient dès 20 heures aux abords de la Mutualité, dQnt l'accès était interdit par d'énormes forces policières. Bientôt, des cris fusèrent de toutes parts : « Le fascisme ne passera pas! » « Les collabos en prison! » « Oradour! Oradour! », interrompu~. parfois par le Chant des Partisans Français. C'est alors que les policiers se déchaînèrent, chargeant avec brutalité les antiracistes qui clamaient leur indignation. 1\1ais, chassés d'une rue, les manifestants se regroupaient rapidement d'un autre côté, et, avec toujours plus de force, leurs mots d'ordre retentissaient. Dans un coude à coude fraternel, militants du M.R.A.P. et d~ la L.I.C.A., étudiants et ouvriers de toutes tendances, anciens déportés et anciens combattants, bravant courageusement les matraques, firent entendre ainsi, pendant plus de deux heures. la colère de Paris antiraciste et républicain. UN SPECTACLE ETRANGE Et l'on put assister à ce spectacle étrange : tandis qu'une partie des policiers pourchassaient les antifascistes, les autres assuraient l'entrée dans la salle la réunion elle-même put avoir lieu. Sous la protection des « forces de l'ordre », un quarteron de fascistes réunis à la Mutualité, purent scander tout à loisir les cris de « Mort aux Juifs! » « A bas la République! » ... Qui Il en résulte pour les antiracistes, pour tous les démocrates, le devoir d'être en permanence vigilants, de riposter à chaque prQvocation avec vigueur et promptitude, et surtout, face au danger, de s'unir. est Xavier VALLAT? ,. Député de l'Ardèche avant-guerre, vice-président de la Chambre en 1939, Xavier Vallat a toujours siégé à l'extrême-droite. Le 6 février 1934, il est l'un des porte-parole des émeutiers fascistes. Arrive la capitulation. Immédiatement, on le retrouve dans le premier gouvernement de Vichy, en juillet 1940. Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants, il met sur pied la fameuse « Légion ll, embryon de la « Milice ll. Puis ses activités antisémites lui valent un poste de choix: il est nommé, le 29 mars 1941, « Haut Commissaire aux Questions Juives Aussitôt, en accord avec l'occupant, il applique le « statut des Juifs qui exclut pratiquement ceux-ci de toutes les activités du pays. 'Ii. Un fichier de tous les Juifs est établi. C'est la première étape - indispensable - du long calvaire conduira. à la mort 120.000 Juifs de France. Remplacé par Darquier de Pelle poix, le 6 mai 1942, Xavier Valla!. s'emploie alors, entre autres besognes, à rédiger la Constitution pétainiste. En 1944, lorsque Philippe Henriot fut exécuté par la Résistance, on ne pouvait lui trouver meilleur remplaçant que Xavier Vallat. Trois fois par semaine, sur les ondes de Radio-Paris (allemand), Vallat distillera, peut-être avec moins de talent, mais avec autant de haine, la propagande des nazis, qu'il suivra dans leur retraite. Arrêté, Xavier Vallat passe en Haute-Cour le 4 décembre 1947. Après plusieurs audiences fertiles en incidents, il est condamné à 5 Oninze ans Les amis de retain n'onl Das eu leur Congrès après ... Q Un'oIZE ans après la victoire sur Hit· 1er, les vicissitudes de la Conférence au Sommet font apparaître de façon dramatique le chemin parcouru. Ce qui paraissait normal en 1945 - la concorde et la coopération entre les vainqueurs, le châtiment des criminels nazis et de leurs complices, le désarmement et la démocratisation de l'Allemagne - pose aujourd'hui des problèmes ardus, nécessite des négociations laborieuses. C'est que nous avons assisté à un étrange renversement des alliances, dont témoigne avec éclat l'aventure de l'avion américain parti en reconnaissance stratégique au-dessus de l'U.R,.S.S. En d'autres temps, il a fallu moins que cela, parfois, pour déclencher une guerre; et, de fait, ce genre d'opérations relève davantage de l'état d'hostilités que de l'esprit de détente. Mais on pourrait trouver, dans la situa· tion actuelle, beaucoup d'autres confirmations de ce dangereux revirement. Par exemple, la préseence à Paris (comme en 1 941 l de Speidel, général de la nouvelle Wehrmacht, ou encore les projets d'installation de bases en France (dont une non loin d'Oradour) pour la nouvelle Luftwaffe. Ainsi, à l'heure où l'humanité s'élance à la conquête du cosmos, où les progrè~ de la technique rapprochent les peuples, où s'émancipent les pays économiquement sous-développés, alors que tout semble devoir préparer une ère de compréhension entre les hommes et de paix entre les nat ions, le monde reste tragiquement divisé. Cette division, sans aucun doute, profite aux vaincus d'hier. N'ayant jamais admis la défaite d'Hitler, ils préparent sa revanche avec patience, avec acharnement, se voyant encouragés à reconquérir peu à peu, à la faveur de la « guerre froide », les positions qui leur permettront à nouveau, pensent-ils, d'imposer un jour leur loi. C'est pourquoi on a pu parler ces derniers temps de « néo-nazisme ». C'est pourquoi aussi se développe en France une poussée de « néa-vichysme » : meeting de Xavier Vallot, congrès pour la défense de la mémoire de Pétain, odieuses atteintes à la mémoire des martyrs de la guerre et des héros de la Résistance. Et les pouvoirs publics semblent fort peu s'en émouvoir. Quinze ans, c'est court, du point de vue de l'Histoire. Mais il est temps, grand temps, pour les républicains, les antiracistes, pour tous ceux qui veulent imposer une paix véritable, de s'unir et d'agir en un puissant sursaut, pour faire des espoirs de 1945, la réalité d'aujourd'hui et de demain. A. L. Les 14 et 15 mai, devait se tenir à Ren· nes un congrès organisé par l' « Associa· tion pour la défense de la mémoire du maréchal Pétain ». Faisant suite au pro· jet, annoncé par la même association, de créer un « musée Pétain » à Vichy, ce défi a été relevé par la Résistance, les anciens déportés, auxquels notre Mouve· ment s'associa sans réserve. Bien avant l'heure fixée pour l'ouverture de cette impudente manifestation, de nombreux résistants, des républicains de toutes tendances, se massaient devant la salle de l'Ecole des Beaux·Arts où elle devait se tenir. 'Tous les pétainistes qui se présentaient furent repoussés. Le fasciste bien connu Dorgères, qui avait eu l'audace, lui aussi, de venir pour le congrès, fut quelque peu bousculé. En fin de matinée, une délégation des mouvements de résistance se rendait à la Préfecture pour demander l'interdic· tion du congrès. Elle obtenait satisfaction. Les anciens résistants se Séparèrent alors après avoir chanté « La Marseil· laise », le « Chant des Partisans » et le (( Chant des Déportés ». L'après·midi, quelques fascistes récalci· trants furent encore éconduits par la gar· de vigilante des Rennais. Un meeting de protestation s'est tenu dans un cinéma de la ville et une gerbe à la mémoire des victimes et héros de la Résistance fut déposée au Panthéon. Il faut souligner que la protestation de Paris contre Xavier Vallat a certainement contribué au succès remporté à Rennes. Mais constatons aussi que l'attitude des pouvoirs publics a été sensiblement diffé· rente. A Rennes, la Préfecture a été amenée à prendre une mesure d'interdiction. A Paris, M. Papon (qui ne manque aucune occasion d'adresser des messages de sympathie à la L.I.C.A.), a préféré faire donner les matraques contre les antira· cistes indignés. L'héritage de la Résistance bafoué à Villeneuve St-Georges ... Le 21 avril, les habitants de VilleneuveSaint- Georges (Seine·et·Oise) ont eu la surprise de voir des ouvriers enlever le monument à la mémoire des Déportés et Fusillés, ,qui se trouvait dans le jardin de la mairie. Ordre de M. Faïsse, le maire : ce monument devait être transporté au cimetière. La décision avait été prise au cours 10 ans d'emprisonnement. Une mesure de clémence, que de Français n'ont pas comprise, devait, en janvier 1950, lui , liberté.,. La liberté de recommencer. QUELQUES CITATIONS ( Ces messieurs (les occupants allemands) ont bien voulu me dire qu'ils appréciaient parfaitement ma position en échange de quoi je les assurai de mon esprit de collaboration le plus loyal » (lettre écrite par Xavier Vallat à Moysset, bras droit de Darlan, 7/2/ 1942).

(( Rassurez-vous, je ne viens pas vous dire que j'ai fait de la résistance. Vous avez devant vous un accusé qui n'a pas joué le doublejeu » (devant la Haute-Cour, décembre 1947). •* * « Mon attention a été appelée sur le nombre, relativement élevé, d'évasions qui se produisent au camp de Pithiviers, réservé aux Juifs étrangers. (( Je suppose qu'il doit être possible de remédier à cet état de choses par une surveillance plus rigoureuse et une clôture plus efficace )' (X. Vallat au Préfet du Loiret, 9/8/1941).

    • *

(( Il est bien entendu qu'il ne faut pas donner le droit aux Juifs de crier à la persécution., . Mais j'attire votre attention sur la nécessité ae tenir la bride serrée aux Juifs de la zone libre » (rapport de X, Vallat au Secrétaire d'Etat Moysset, 7/2/1942). •*• (( Le prOblème juif m'attirait depuis de nombreuses années, aIOn,\ que l'opinion ne s'en souciait guère et même ne le soupçonnait pas )! (déclaration au quotidien « Le Journal », le 2/4/ 1941). .

    • *

(( Les Juifs ne sont tolérables dans la société qu'à dose homéo. pathique » (interview à (( Paris-soir », 1940). d'une séance secrète du Conseil munici· pal, qui avait passé outre aux protestations de la population. Sur le monument figurent deux médail· Ions rendant hommage à deux héroïques tésistants : l'ancien maire Janin et le docteur Quenouille, ce dernier pendu près de Hambourg, après avoir été déporté au camp d'Ebensée avec un autre médecin, deux infirmiers et vingt enfants juifs. Le prétexte donné après coup n'est en aucune façon valable : le maire entend transformer le jardin de la mairie en jar· din d'enfants. On ne voit pas en quoi le monument de la Résistance pouvait y faire obstacle. Et s'il avait vraiment fallu le déplacer, ne pouvait·on pas le transporter sur une place de la ville, au lieu du cimetière? En fait, il semble que l'on a voulu escamoter ce souvenir de la Résistance. La véritable raison, c'est que Villeuve-Saint· Georges vient d'être jumelée avec la ville allemande de Kornwestheim (près de Stuttgart) dont le bourgmestre doit venir à Villeneuve le 18 juin prochain. Ce n'est certes pas nous qui nous éléve· rons contre tout ce qui peut rapprocher • •• et à Courbevoie Un monument à la Résistance vient d'être inauguré à Courbevoie (Seine), dans des circonstances étranges. En effet, ce monument, élevé grâce à une souscription, devait porter, gravés dans la pierre, les noms des 15 habitants de Courbevoie fusillés par les nazis et des 76 déportés, morts dans les camps de concentration. Le maire, M. Deprez, s'y est opposé, en donnant cet argument : - Parmi tous ces gens déportés, corn· bien y en avait·il de vraiment français? ... Il n'y a qu'à voir leurs noms ! ... D'autre part, le monument étant termi· né le 24 avril, M. Deprez s'opposa à ce que des fleurs y soient déposées à l'occa· sion de la Journée de la Déportation, sous prétexte qu'il n'était pas encore inauguré officiellement. Et il s'est opposé à ce qu'un représen· tant des familles de déportés prenne la parole lors de l'inauguration. On comprend que l'émotion soit vive à Courbevoie. Hier victime de Xavier Vallat, aujour d'hui matraqué pOUr avoir protesté ... les peuples français et allemand. Mais ce rapprochement, pour être efficace, ne peut se faire que dans la dénonciation, de part et d'autre, des crimes nazis. C'est bien ainsi que le conçoivent les habitants de Villéneuve-St-Georges. UN PEU DE DECENCE! Que l'almanach du Combattant 1960 ait des prétentions littéraires, cela le regarde. Mais que la rubrique des livres soit le prétexte d'un éloge de Brasillach, cela nous regarde. En effet le critique, à propos d'une biographie du traître dont il nous dit que c'est un portrait (littéraire ou politique ?l, écr it que l'exécution de Brasillach en 1945 est une grande perte pour la France 1 Et quand les rescapés de l'épuration ont osé présenter sa pièce antisémite, « La Reine de Césarée », les résistants qui ont interdit cette provocation, sont des manifestants qui ne l'ont pas comprise. S'il est déjà intolérable qu'un essai de réconciliation entre les patriotes et les tra îtres trouve sa place dans une publication d'anciens combattants, il est scandaleux qu'à l'apologie d'un fusillé pour intelligence avec l'ennemi, s'ajoutent des propos insultants pour la Résistance. Cela n'a rien à voir avec la littérature. Mais le patriotisme et la fraternité imposent, ici surtout, un peu plus de décence! M. PIERRE SOUPE, HONORE PAR LA VILLE DE BESANÇON Le père de M. Henri Soupé, notre syIl,lpathique ami, Directeur de la Compagme Française de Tourisme à qui on doit la visite régulière du Mémorial du 'Martyr Juif Inconnu dans les pro~rammes des Tours de Paris élaborés à l'mtentlOn des touristes étrangers, vient de recevoir la Médaille d'Argent de la Ville de Besançon. Alors qu'il était secrétaire du Commissariat de Police de Besançon, M. PIerre Soupé, maintenant âgé de 88 ans, se trouvait au milieu d'une des bagarres suscitées par l'affaire Dreyfus à Besançon, escortant le Commissaire. Ce dernier, pris à. partie par quelques-uns des émeutiers, fut protégé par M. Pierre Soupé, qui fut blessé grièvement au cours de l'échauffourée. Nous lui adressons toutes nos félicitations. (Communiqué,) Lisez et faites lire Ee6 eafiie"" du S,etit~,auid De mars 1940 à juin 1942, dans un village polonais, un enfant de 14 ans, David Rubinowicz, a écrit son journal. Dans de simples cahiers d'écolier, il raconte au jour le jour ce qu'était la vie difficile et constamment menacée d'une famille juive sous l'occupation nazie. David Rubinawicz a été déporté. Ses cahiers qu'on vient de découvrir, et qu'on a comparés au Journal d'Anne Frank, sont édités comme supplément à « Droit et Liberté », avec une préface de Pierre Paraf. Il faut lire et faire lire ce document bouleversant. Commandez-le dès maintenant à « Droit et Liberté D, 1 S, faubourg Montmartre, Paris-ge • C.C.P. 6070-98 ,Pari.. L'exemplaire

2 NF.

En raison d'un incident technique sur· venu à l'imprimerie, un certain nombre de commandes n'ont pu être satisfaites aussitôt. Nous nous en excusons auprès da nos amis, qui recevront les ... Cahiers » dons les tout prochains jours (s'ils ne les ont pas reçus avant ce journal). 6 Une déclaration exclusive du Chanoine KIR : JI Les jumelages de villes doivent permettre des relations amicales entre les citoyens de tous les pays" M. le chanoine Félix KIR, dépttté-maire de Dijon, a été non setûement l'initiateur dl~ .il~melage de cette ville avec Stalingrad, mais il s'emploie à développer ce genre d'initiatives dans le monde entier, ce qui lui a valu d'être désigné comme président d'honneur dtt Groupe d'Amitié parlementaire de Villes j1tmelées. Le jumelage a pour but de mettre en relations les classes populaires, pratiquement. Et, l'histoire est là pour le confirmer, ce sont les masses populaires qui sont capables de maintenir la paix. Ce ne sont pas les chefs d'Etats puisque ce sont eux qui déclarent la guerre. En second lieu, ce ne sont pas non plus les diplomates dont l'influence quoique bien intentionnée est inopérante en la circonstance. A mon avis, les jumelages ont pour but de provoquer les rencontres entre les citoyens cie pays di fférents qui pourront se renclre compte qu'ils ont, les uns et les autres, les mêmes aspirations et les mêmes intérêts, c'est-à-dire le cléveloppem~nt et la prospérité dans une atmosphère pacifique. N m~s lui avons demandé dans quel esprit il poursltivait ses efforts dans ce domaine. Il a bien voulu nous qdresser la déclaration suivante : MON but est de travailler à la création d'un climat de paix. A mon avis, il faut en finir avec la guerre. Il ne faut pas oublier que depuis 20 ans nous sommes en guerre et, à ce point de vue, nous sommes le seul pays qui puisse revendiquer ce malheur. A titre d'exemple, le général CLARCK, une célébrité américaine, me disait un jour : « Voyez-vous, lorsque nous assistons à une réunion de diplomates, nous évitons de parler ouvertement, de peur qu'un mot prononcé par nous ne soit interprété d'une façon péjorative, soit localement, soit dans notre pays d'origine. Il faut donc que d'autres activités soient mises en oeuvre pour dirimer les difficultés qui surgissent entre nations. » Je puis dire que clans tous les pays ou .le suis allé, j'ai rencontré une compréhension parfaite à ce point de vue, et je m'engage à continuer clans cette même voie des jumelages et c'est par quoi je ferai tous les efforts pour travailler clans le sens de la paix. Je puis dire que c'est déjà une idée qui fait son chemin et qui, dans un avenir assez proche, je l'espère. pourra assurer à notre jeunesse une existence meilleure que celle que nous avons connue ... UNE FEROCE REpRESSION RACISTE S'ABAT SUR LES NOIRS SUD-AFRICAINS l ES dernières nouvelles, en provenance de l'Union Sud-Africaine, montrent l'ampleur de la sauvage répression dont est victime la population cie couleur. Il est presque impossible d'en dresser un bilan. Chaque jour, de nouvelles arrestations sont opérées. Une station de radio a avancé le chiffre de 18.000. Ce chiffre semble hélas en-dessous de la réalité. Le gouvernement raciste vient d'inaugurer une nouvelle méthode. Il a ordonné à ses troupes d'arrêter et de déporter dans des « réserves » hors des villes, plusieurs milliers de noirs « en surnombre ». Non seulement les travailleurs sans emploi, mais les femmes de ceux qui ont une occupation régulière. Des raids sont régulièrement entrepris dans les cités habitées par les travailleurs africains, des commandos armés de fouets et de matraques, en pleine nuit, pénètrent dans les maisons, et se livrent aux pires exactions. De nombreux dirigeants syndicaux ont été condamnés à de lourdes peines de prison. Dans une prison de Johannesburg, 21 femmes blanches, détenues en application de la loi d'urgence, ont adressé une lettre au Ministre de la Justice, menaçant cie faire la grève de la faim si elles ne sont pas libérées aussitôt. Les détenues font ressortir qu'à aucun moment on ne leur a fait savoir les raisons de leur emprisonnement ni combien de temps durerait leur détention, ou enCOTe quelles charges étaient retenues contre elles. L'autopsie des victimes de Sharpeville a révélé que 52 d'entre elles avaient été GANDHI en Afrique du Sud En 1893, le jeune avocat M. K. Gandhi, qui débarquait au Natal pour y régler une affaire commerciale, était loin de penser qu'il passerait vingt ans en Afrique du Sud. Bien qu'il ait subi, dès son arrivée, affronts, humiliations et menaces, il clomina sa souffrance et se promit cie ne pas se venger de ses agresseurs. Mais il ne put tolérer les souffrances de ses [20.000 compatriotes accablés par de lourdes taxes, méprisés par les blancs, considérés par la police comme des suspects ou des criminels et incapables cie trouver eux-mêmes le moyen d'alléger leurs souffrances. M. K. Gandhi entreprit une lutte patiente, loyale et même courtoise contre l'administration, fonda le journal lndian Opinio1l, ahandonna son cabinet d'avocat par Camille DREVET Secrétairc générale des Amis de Gandhi. pour vivre avec ces Indiens dans une colonie agricole de style tolstoïen, entrain_ a ses amis au travail discipliné, à la vie simple, à la résistance courageuse et organisa un vaste mouvement selon son idéal de sataygralla (respect de la vérité, force née de l'attachement à la vérité). En 1906, l' « Acte asiatique » ayant encore restreint Jes droits des Indiens, Gandhi rassembla à Johannesburg tous ceux qui acceptèrent de prêter le serment du satyagr?ha et inaugura avec eux la résistance non-violente mais active, in spirée par la conscience morale non seulement chez les opprimés mais chez les oppresseurs, qu'il voulait convaincre par la persuasion, la patience, l'amour. Il alla jusqu'à Londres plaider la cause des Indiens et trouva en Angletene un g-rand nombre d'amis. Mais à son retour à Johannesburg il apprit que le Transvaal devenait autonome, échappant ainsi au gouvernement angolais. Il invita aussitôt les Indiens à refuser de se laisser enregistrer à la police. Les multiples arrestations qui s'ensuivirent impressionnèrent un certain nombre d'Occidentaux et le général Smuts, gouverneur, promit de faire abolir l' « Acte asiatique ». Malgré cette promc. se, 1 __ gouvernement Botha maintint l'Acte - que l'on appelait alors « la Loi noire » - et le 16 août 1908 on vit à J ohannesburg 2.000 Indiens brûler solennellement leurs certificats d'enregistrement. Le courage des opprimés défendant leur dignité d'hommes redoubla lorsqu'en 191.~ un jugement de la Cour suprême déclara illégaux les mariages religieux selon le rite indien. Les femmes se joignirent alors aux hommes, et le courage de Kasturbai Gandhi, femme du Mahatma, fut pour toutes un vivant exemple de sacrifice. C'est alors que Gandhi org;misa - en dépit des arrêtés de police mais après en avoir prévenu les autorités - une marche à travers la ft'ontière du Transvaal. Les persécutions qui suivirent cette marche, l'arrestation de Gandhi, de sa f em1l1e et cie ses am is dont deux Européens, indignèrent beaucoup d'Anglais et naturellement toute l 'Inde. Six mois plus tard, l'Acte asiatiq1le était aboli et un accord signé avec le général Smuts fut ratifié en juin 19T 4 par lc Parlement sud-africain. Après vingt ans d'ulll! lutte patiente et parfois héroïque, Gandhi avait remporté sa première grande victoire. Confiant dans la force de la vérité et dans les hommes, il avait prouvé que, pour les opprimés, la défense active et disciplinée excluant la violence et la ha ine était seule efficace. Il rentrait dans son Inde maternelle prêt à transposer sa méthode sur le plan de la libération de son pays. Et il se réjouissait de penser que « la grande victoire de la résistance non-violente est de laisser les combattants plus forts qu'ils ne l'étaient an début de la lntte ». •• • Au cours de deux escales - décembre 19.56 et en mars 19.17 - les interdictions, les prohibitions, les t-estrictions ~i nettet~lent visibles à Capetown, s'aJoutant a la documentation connue, m'obligèrent à constater que la situation des noirs en Afrique du Sud était plus tragique encore que celle des Indiens de 1893. Les blancs, qui rejetaient les hommes de couleur hors de leur communauté, ignoraient sltrement que Tolstoï avait écrit à Gandhi en 1910 : « Votre activité au Transvaal est la plus importante de tmaes celles d'al/jourd'hui sur la terre. Non sel/lement les pel~ples chrétiens mais tous les pel(f'les y ftre71dro1l1 part. » tuées par des balles tirées dans le dos. .,.., -----------Cette révélation infirme les thèmes avancées par les policiers qui, pour se disculper, prétendaient avoir été attaqués. La politique raciste du gouvernement sud-africain provoque, à travers le monde, de violentes protestations. Elle a donné lieu à des débats orageux à Londres, au cours de la récente réunion des pays du Commonwealth. Dix des onze dirigeants du Commonwealth sont tombés d'accord pour publier une déclaration désavouant la ségrégation de l'Union Sud-Africaine. AlJparavant, cette réunion a été fertile en incidents. Le ministre sud-africain des Affaires étrangères, M. Louw, se défenjiant des accusations portées contre son gouvernement, a fa it dans un di scours, un pa.r:allèle entre la politique raciale de son gouvernement et celle qui est appliquée clans d'autres parties d'Afrique' notamment dans les protectorats britanniques du Basutoland, Betchouanaland et Swaziland où, a-t-il affirmé, les droits des Africains ne sont pas aussi bien protégés qu'en Afrique clu Sud. Les propos de M. Louw lui valurent de sévères répliques des autres membres du Commonwealth. Le Ghana, qui avait invité le ministre sud-aft-icain, lui a fait savoir que son invitation était annulée. Nouvelles délégations à l'Ambassade Comme nous l'a.vons relaté dans no·trc dernier numéro, une délégation organisée par le M.R.A.P., s'est rendhe le 2!) mars à l'ambassade sud-africaine à Paris, pour protester contre les persécutions racistes. Cette délégation comprenait le conseiller Robert Attuly, le Dr AUjoulat, le pastcur Vog-e, Charles palant et" M' Manville. Le 21 avril, le Comité pour la JustiCe! et l'Egalité en Afrique du Sud, ayant décidé d'envoyer également une délégation avait invité les Parisiens à venir se solidariser avec elle. Plusieurs centaines de personnes éta.ient présentes autour de l'ambassade, « protégée » par d'importantes forces de police. Contrairement au 29 mars, la délcgation fut reçue. Elle exprima l'émotion et la protestation de l'opinion française devant les récents événements. Rappclons que le Comité pOUr la. Justice et l'Egalité en Afrique du Sud comprend les organisations suivantes : M.R. A.P., L.I.C.A., So-ciété Africaine de Culture, Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France, Association Générale des Etudiants Guadeloupéens, Union des Etudiants Guyanais, Association des Etudiants d'Origine lVlalgache~ Témoignage Chrétien, Christianisme ~ocial, Union Fraternelle pour l'Entcntc entre les Races. A la sortie de l'ambassade, M' Manville donne aux journalistes le compte rendu de la démarche Une carte postale de protestation éditée par le M.R.AP. La. bellc photo d'un visage d'Africain publiée en première page de notre numéro d'avl"il illustre la carte postale que le M.R.A.P. vient d'éditcr pour être cnvoyée à l'ambassadc de l'Union Sud-Africaine à Paris. Le texte qui se trouve au verso est lc suivant : M. l'Ambassadeur, Je tiens à vous '3xprimer, avec tous les gens de coeur, mon indignation devan.t les violences commises en Union Sud-Africaine pour maintenir la population de couleur dans de dramatiques conditions d'infériorité. Je demande qU'il soit mis fin aux arrestations massives, aux poursuites contre les antiracistes, à l'odieux système des laissez-passer, à toutes les mesures de ségrégation et de discrimination, incompatibles avec l'esprit de notre temps. Seul le respect de la dignité humaine permettra l'entente et l'harmonie entre des communautés qui, dans leur diversité, font la richesse et assurent l'existence même de l'Union Sud-Africaine. Passer les commandes au M.R.A.P., 15, boulevard Montmartre, Paris-9'. C.C.P. : « Droit et Liberté» 6070-98 Paris. La carte postale: 0,30 NF. Les dix : 2,50 NF. Le cent : 20 NF. - ~ . n

!.llIlIIlllllIlllIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111Inlll~

1 et :::!:~ E~~::EII\l1 SUR ces derniers jours de mai que mes premiers articles publiés le où: notre Mouvement tient ses furent grâce à queJques vers inédits, - assises se projette la gloire de quelques lignes de prose dont sa biendeux anniversaires, chers à tous les veillance m'avait confié la joie de la combattants de la fraternité. Les révélation. , * soixante-quinze ans de la mort de * * ~ Victor Hugo. Les cinq ans de la mort d'Albert Einstein. Le premier, bien que nous ayons les uns et les autres appris à lire dans ses poèmes, on n'a jamais fini de le découvrir : y ictor Hugo, cet inconnu. Tellement plus mystérieux que ses pâles détracteurs ' ne pouvaient imaginer, triomphant trois quarts de siècle après, des caprices de la mode, soleil de France qui luit pour tous, voix française qui chante pour toute l'humanité. Nous l'aimons un peu plus d'avoir été bafoué par l'école de Pétain quand la nation était trah-ie et d'incarner de Santiago à Pékin, de Stockholm à ALBERT EINSTEIN, mort au printemps de 1955, l'histoire l'a placé au centre de nos combats. Le physicien d'Ulm, c'est l'Allemagne hitlérienne qui l'a chassé. Ses propres épreuves ont eu pour effet de le rendre plus totalement Juif, plus totalement pacifiste et citoyen du monde. Le cours tragique de l'histoire l'a amené à jouer dans l'armement atomIque des alliés un rôle essentiel. Une course de vitesse se trouvait en~ gagée entre Hitler et nous pour la possession de ces armes. Il était indispensable, sous peine de voir toupar Pierre PARAF Brazzaville le visage d'une patrie con- tes les raisons de vivre englouties, forme au rêve que des millions d'hom- de ne pas être devancés. Il n'était mes se font d'elle et qu'ils nomment pas moins indispensable, une fois la tout naturellement la France de Vic- victoire obtenue, de jeter un cri d'ator Hugo. larme pour l'arrêt de toutes les fa- Cet apôtre de tous les opprimés brications nucléaires. Albert Einsétait- il antiraciste? Sans doute. Bien tein n'y a pas manqué. Il a refusé que les problèmes avec lesquels nous d'être l'apprenti-sorcier de la destrucsommes aux prises ne se soient pas tion du monde, lui qui ne voulait posés alors dllns les mêmes termes qu'être le bon artisan de la compréqu'aujourd'hui. hension entre les hommes. Pas un de Pendant longtemps la « question ses écrits, pas un de ses actes qui juive » ne lui apparut que sous son n'ait été dicté par cet impératif de sa aspect le plus faux, le plus conven- conscience partagé par la grande mationnel. Si son coeur généreux reje- jorité des savants. tait toute persécution, il ne doutait Pour Israël - la formule spirituelpoint, comme tous les chrétiens, que le comme l'E tat nouveau - pour les les Juifs aient été le peuple déicide, noirs, pour la paix il s'est engagé r équ' il y ait eu d'un côté Jésus, de l'au- solument au risque d'encourir les détre les Juifs. Mais son génie poétique nonciations des sectaires et des chaslui permit de pénétrer si profondé- seurs de sorcières. Il est mort en ment le lyrisme de la Bible et le pleine guerre froide, dans un monde message de ses Prophètes qu'il finit tumultueux, plein de craintes et d'espar retrouver en les continuant, leurs pérances, avec cette fraîcheur d'âme propres accents. Les Israélites qu'il des savants dont un Paul Langevin, connut, surtout dans la deuxième un Jean Perrin nous donnèrent partie de sa v ie, notamment Alexan- l'exemple, « au delà des nuages » sur dre Weill qui devait l'initier à la ces sommets où la science des fils Kabbale, dissipèrent ses vieux préju- de Prométhée r ejoint le poème hugés. Ceux qu'il aurait défendus seu- golien de l'homme. lement, comme disait Max Nordan Ceux et celles qui l'ont particuliède la Révolution française, par che- r ement connu - je pense à notre valerie de principe, il apprit à les es- amie disparue Antonina Vallentin - timer en égaux, en frères. Pour flé- ont évoqué le charme du physicientrir les pogromes il reprit la plume phl!osophe, qui se plaisait à jouer de Voltaire. avec les enfants ou qui se rendait, un Avec les noirs, son antiracisme violon au bras, à l'invitation de la s'affirma plus anciennement, plus for- reine Eli sabeth de Belg-ique, les chetement encore. J'ai souvent évoqué ce veux si fous, l'air si distrait que les premier roman qu'il compose à 17 chambellans solennels le prenaient ans en moins de trois semaines et pour un bohémien errant. dont le héros est un esclave nègre Ma première vi sion d'Albert Einsrevolté, arraché au Congo de ses pè- tein remonte au lendemain de la res, le chevaleresque, le fidèle Bug grande guerre, quelques mois avant Jargal. Victor Hugo ne pouvait évi- que ne lui soit décerné le prix Nodemment se placer: sur le terrain de bel. C'est à P a ris, dans le salon d'un l'anticolonialisme. Il n'en est pas philosophe, Xavier Léon : des métamoins surprenant qu'un adolescent, physiciens, des savants, parmi lesvenu des « marches du trône et de quels Paul P ainlevé, Emile Borel, l'autel », se soit attaché à un pareil viennent accueillir l'un des premiers thème. Et l'on n'a pas oublié l'appel messagers de la nation ennemie: Quelqu'il lançait quarante ans plus tard le simplicité, quelle bonne grâce, chez de son rocher de Guernesey en fa- ce « musicien de la science » qui a veur de John Brown, le glorieux in- r éduit le monde en équations nouvelsurgé qui devait finir pendu pour les et qui, comme l'auteur de Plein avoir défendu ses frères noirs des Ciel, pense que sur notre navire aux Etats-Unis. destinations inconnues il n'est pas de Je parlerai toujours de Victor Hu- place pour la haine. go avec une reconnaissante tendres- En siégeant ensemble à l'U.N.E. se, d'autant plus que mon enfance a S.C.O., ce dernier dimanche de mai, grandi sous son ombre sur laquelle dédions une pensée à Victor Hugo veillait un de mes proches parents, et à Albert Einstein. _ ~1I111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ 7

  • lU * VU * INIINDU *

Films antiracistes au Festival de Cannes ,Il n'est pas rare aujourd'hui de voir des films traiter le problème du racisme. C'est un signe des temps. On peut se demander toutefois si le film du jeune réalisateur Michel Drach, « On n'enterre pas le dimanche », sorti récemment à Paris, doit être classé dans cette catégorie. Il y a certes l'amour d'un Martiniquais et d'une Suédoise, des images significatives comme celle, insistante, de la main blanche et de la main noire serrées. Mais l'esthétisme, la recherche de l'insolite semblent être les préoccupations majeures de Michel Drach, et ce film beau, mais froid, se termine de façon assez déroutante. Par contre, deux films projetés au Festival de Cannes (qui n'est pas terminé au moment où nous mettons sous presse) constituent sans équivoque des condamnations du racisme. L'un, yougoslave, est intitulé : « Le neuvième cercle ». Son héroïne est une jeune juive vivant à Zagreb au temps des nazis et qui, malgré les efforts d'un jeune homme qui l'aime et de sa famille, sera emmenée vers les camps et les crématoires. Plusieurs séquences particulièrement émouvantes ont retenu l'attention des critiques: la jeune juive obligée de cirer les bottes d'un oustachi dans un parc où la Wehrmacht donne un concert public; une heure' d'alerte aérienne où l'héroïne parcourt une ville déserte, que l'absence momentanée des périls pOliciers transforme complètement à ses yeux; et surtout les moments où le jeune couple pénètre dans le neuvième cercle, celui de l'enfer, les camps de la mort. Sans valoir « Etoiles », couronné l'an dernier, et qui peut lui être comparé par le sujet, ce film a été, en général, accueilli avec intérêt. L'autre film antiraciste présenté à Cano nes est « La Jeune Fille » (The Young One), de Luis Bunuel. S'il prête à des interprétations diverses, quant à la signification profonde de tel personnage, les critiques s'accordent à le considérer comme une grande oeuvre, et dont l'objet est de dénoncer le racisme antinoir. En raison de sa complexité, il est dif ficile de le résumer. Citons simplement le commentaire qu'en a fait Bunuel lui~ même et qui est tout un programme : « Si cela m'était possible, je ferais des films qui, outre la distraction du public, conduiraient le plus commun des spectateurs à comprendre que nous ne vivons pas dans « le meilleur des mondes possible »... Les films d'aujourd'hui - même les soi-disant « néo-réalistes» - ,$6 vouent précisément à une tdche opposée. Comment espérer améliorer la qualité morale d'un film (donc le gOllt du publiC' et des producteurs) si, même dans les plus fades comédies, on va répétant que nos institutions sociales, nos concepts de la patrie et de la religion, de l'amour et de la justice, bien qu'imparfaits, sont uniques et nécessaires? Le véritable opium pour le spectateur, c'est le conformisme... sentiment confortable parfois dissimulé sous le déguisement insidieux de l'art ». "Si tous les gars du monde ... " Paul Fort, qui fut sacré en 1912 « prince des poètes », vient de mourir à Paris, âgé de 88 ans. Il était l'auteur de plusieurs pièces de théâtre, mais surtout d'innombrables Ballades, sortes de poèmes en prose, dont certaines sont connues de tous les écoliers. C'est dans la première des Ballades Françaises (publiées en 1897) que se trouve la célèbre formule « si tous les gars du monde ... » qui a été mise en chanson et qui a donné son titre au beau film de Christian-Jaque, Pri% de la Fraternité 19.16. - Nous reproduisons ici ce petit poème, cette ronde dédiée à l'amitié entre les hommes. LA RONDE AUTOUR DU MONDE Si toutes les filles du monde voulaient s'donner la main, tout autour de la mer elles pourraient faire une ronde. Si tous les gars du monde voulaient bien êtr' marins, ils f'raient avec leurs barques un joli pont sur l'onde. Alors on pourrait faire une ronde autour du monde, si tous les gens du monde voulaient s'donner la main ! le de Service" librairie Droit et liberté " Jules ISAAC (Prix de la Fraternité 1959) Jésus et Israël . .. ..... .. 16,50 Nt Genèse de l'antisémitisme . 8,90 NF Expérience de ma vie .. . . 14,50 NF L' antisémitisme a-t- il des racines chrétiennes? 4,50 NF Jacques LANZMANN Les Passagers du Sidi-Brahim Jean OTCHENATCHEK : Romé, Juliette et les ténèbres (traduit du tchèque par François Kerell . ... 6 6 NF NF L'action de l'UNESCO contre les préjugés Dora TEITELBOIM : Ballade de Little Rack (traduit du Yiddisch, par Charles Dobszinskil .. .. 9 NF LE M.R.A.P. a choisi, pour tenir sa 12' Journée Nationale, le Palais de l'U.N.E.S.C.O. C'est là tout un symbole. En effet, ce temple de la culture et des arts, qu'est l'U.N.E.S.C.O., ne cesse depuis sa fondation, dans le domaine qui lui est propre, de lutter contre les préjugés ra· cistes. Dernièrement le Conseil Exécutif de l'U.N.E.S.C.O. a adopté par 16 voix et 5 abstentions une résolution qui constate avec une profonde inquiétude la recrudescence des manifestations d'antisémitisme, de Un comble A Louisville, aux Etats-Unis, l'entrée du cinéma où l'on présentait le film entièrement tourné par des noirs c( Porgy and Bess » a été interdite aux noirs. haines et de discriminations raciales qui se produit depuis quelques mois dans diverses régions, et particulièrement en Union Sud-Africaine. Cette résolution rappelant les termes de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et l'Acte constitutif de l'U.N.E.S. C.O., fait appel aux gouvernements des Etats membres pour qu'ils luttent par tous les moyens en leur pouvoir contre toute forme d'antisémitisme, de discrimination, de violence et de haine raciales. Le Conseil Exécutif invite le Directeur général, compte tenu de la demande qui lui a été adressée le 14 avril 1960 par le Secrétaire général de l'O.N.U., à utiliser toutes les possibilités qui s'offrent à lui dans les domaines de la culture et de l'in· formation, de l'éducation et de la science, tlour combattre l'antisémitisme, la haine, la discrimination raciale, et pour propager et défendre la doctrine de la complète égalité et de la fraternité de tous les hommes et femmes du monde entier. Voici la liste des brochures antiracistes éditées par l'U.N.E.S.C.O. - et dont le tirage est déjà épuisé dans la plupart des cas : Race et civilisation, par Michel LEIRIS. Race et biologie, par L.·C. DUNN. Les mythes raciaux, par Juan COMAS. L'origine des préjugés, par A.-M. ROSE. Race et société, par K.-L. LITTLE. Les mélanges de races, par M.-L. SHAPIRO. Le concept de la race (Enquête). La pensée juive facteur de civilisation, par Léon ROTH. L'Eglise catholique devant la question raciale, par le R.P. Y.-M.J. CONGAR. Race et psychologie, par Otto KLINEBERG. Les différences raciales et leur signification, par G.-M. MORAND. Le mouvement oecuménique et la question raciale, par le pasteur W.-A. VISSERT HOOFT. Edition numé rotée .. 30 NF Elsa TRIOLET (Prix de la Fraternité 1957) : Le Rendez-vous des' Etrangers .. . ... .. ... . . . . . 9,50 NF Andrée CLAIR : Le Fabuleux Empire du Mali .. _ .... ... . . . . .. . . 5 NF (pour enfants) Bernard DADIE : Un nègre à Paris . ... . . 7 NF QUELQUES ASPECTS DE L'ACTION ANTIRACISTE, par Léon Lyon-Caen, René William-Thorp, Etiemble, Hubert Deschamps, Jean Pierre-Bloch, Pierre Paraf, Jean Eloi, Charles Palant. La plaquette illustrée .. . . 3 NF Ces oeuvres antiracistes seront envoyêes sur demande, sans frais. Prière d'effectuer les paiements à la commande par mandatposte ou chèque bancaire au M.R.A.P., 15, faubourg Montmartre, Paris-9° ou por chèque postal, à « Droit et liberté ", même adresse (CCP 6070-98 Paris). 8 Pour un nouveau local Comme nous l'avons signalé dons un précédent numéro, le M.R.A.P., en raison de l'accroissement de son influence et des tâches que lui imposent les circonstrances présentes, se voit dans l'obligation d'agrandir ses locaux, qui sont aussi ceux de « Droit et Liberté ». Un nouveau local a été trouvé, qui répond à nos besoins, tant par sa surface que par sa disposition et par sa situation, en plein centre da Pari!;. Nous pensons pouvoir, dès le mois prochain, annoncer son inauguration. Mais - faut-il le souligner? - ce transfert occasionne de lourdes charges, qui représentent pour notre Mouvement un énorme effort. Des listes de souscription ont été mises en circulation. Quelques-unes sont déjà rentrées, témoignant de !o compréhension et de l'effort de nos militants et amis. Etant donnée l'urgence, nous leur demandons d'activer la collecte et, quand bien même ils n'auraient pas de listes, de naus faire parvenir rapidement leur obole généreuse. (CCP : « Droit et Liberté », 6070- 98 Paris.) LI\. VIE DU M. R. 1\. P. Magnifique manifestation d/u n-ite/ à Toulouse C'est sous le signe de l'union la plus large qu'a été célébré à Toulouse, le 7 mai, l'anniversaire de l'insurrection du Ghetto de Varsovie. La manifestation, placée sous la prési· dence d'honneur des Doyens FAUCHER et BASTIDE, était organisée sous l'égide du Cercle de la Défense de l'Homme, auquel s'étaient associés le M.R.A.P. et la L.LC.A., la Fédération de l'Education Nationale et les groupements de Résistance. Dans la salle du Sénéchal, emplie d'une assistance nombreuse, la soirée fut présidée par le pasteur GAILLARD, qui donna tour à tour la parOle à MM. KUSSlESLAW, Consul général de Pologne, VAUTHlER, de la Ligue des Droits de l'Homme, ROMEU, de la Fédération de l'Education Nationale, FAURANT, pour toutes les organisations de Résistance, FOLUS, de la L.LC.A., STUHLMAN, de l'Union des Etudiants Juifs, LAVAL, dd l'Association Générale des Etudiants, et à notre amie Mlle TREMPE, professeur à l'Ecole Normale Nationale d'Apprentissage, '.qui parla au nom de notre Mouvement. « La leçon du Ghetto de Varsovie, déclara cette dernière, c'est que la lutte paie, que seule la lutte paie. Le M.R.A.P. lutte d'abord pour que l'on voie clairement ce qui se passe actuellement, pour que l'on ne se bouche pas les yeux et les oreilles. Nous luttons contre tous les racismes, qu'il soit antijuif, antiarabe ou antinoir. Nous luttons contre la guerre, qui libère tous les mauvais instincts de l'homme ». Parmi les personnalités présentes, ou qui s'étaient excusées, citons encore: MM. BOURGES-MAUNOURY (représenté par M' SAUNE), Achille AUBAN, ancien ministre, BYE (F.N.D.LR.P.), GIORGETTI (U.F.A.C.), DELMAlRE (Combattants Prisonniers de Guerre), BALAGUE (Jeunesses Radicales), PASTERNAK (U.J.R.E.), LI;ANTE, ancien d éputé, les professeurs MALRlEU, TEBOUL et DUCUlNG, le rabbi.."l ROZEN, MM. HYON, BADIOU, ABADIE, ainsi que les représentants de l'A.D.l.F., des Réseaux de la France Combattante, du P .S.U., de la C.G.T., de la C.G.T.F. O. et de l'U.F.F. Nous exprimons nos félicitations à notre Comité toulousain qui a multiplié les efforts pour que se réalise cette remarquable union, et aux jeunes du M.R.A.P. qui ont collé toutes les affiches, distribué de nombreux tracts et vendu « Droit et Liberté ». Racisme et action judiciaire LE 31 moi 1959, faisant, à notre journée nationale, le point de !o législation antiraciste dons le monde, le bâtonnier Thorp soulignait, en ::e qui concerne la Fronce, l'étroitesse du texte en vigueur (le décret du 21 avril 1939l. Il concluait à la nécessité d'un réforme, les propositions de loi du M.R.A.P. lui paraissant, à cet égard, un appréciable pas en avant (1). . Un on s'est écoulé et le problème demeure intact : 1) Sur le plon de la loi : aucun progrès. Certes, un ' projet gouvernemental propose ou Parlement de déléguer la répression du racisme ou Sénat de la Communauté. Mois, en situant la réforme à l'échelon « Communauté », ce projet met en route une procédure d'élaboration nécessairement lente. En attendant qu'elle aboutisse, n'aurait-on pu, en Fronce, opérer une réforme provisoire? 2) Celle-ci, d'ailleurs, est urgente. Il n'est pour s'en convaincre, que de dresser la liste des actes de haine, et parfois de violence, auxquels se livre une minorité d'agitateurs (et d'agités) racistes : la compagne des croix gommées en est l'exemple le plus voyant. Je n'ai pas, aujourd'hui, l'intention de commenter la loi future, dût-elle être ce,lle que nous souhaitons. Je me propose simplement, sur le terrain du droit positif, de soumettre, aux victimes du racisme, quelques remorques et quelques conseils. Autrement dit : j'essaye de répondre à la question si souvent posée : la loi et la jurisprudence pénales étant ce qu'elles sont, peut-on s'en servir? ••• Portons de cos conCfets : les affaires Hiégel et Lacombe (] 959), Thérouanne, Coudon et Capgras (1960l. Quelles sont, sous l'ongle pratique, les leçons qui s'en dégagent? 1) D'abord celle-ci : bien que, dons les cinq cos, le délit fut caractérisé (tantôt injures, tantôt diffamation raciale, tantôt coups et blessures), jamais le Parquet n'a spontanément intenté de poursuites. On ne saurait l'en blâmer systématiquement : !e Procureur de la République ignore parfois l'existence du délit. Mois, quelle que soit la couse de cette abstention, le fait est là : il n'y a pas de répression si les inté· ressés n'interviennent eux-mêmes. 2) Seconde leçon : pour être efficace, cette intervention doit revêtir, dans chaque espèce, la forme appropriée. Je m'explique : Supposons, - première hypothèse, que la victime du délit soit une personne nommément visée : par exemple, MM. 'Putermilch et Lateb, respectivemenr traités de « so le Juif " par Mme Lacombe et de diverses grôcieusetés (dont « sole race ») par Mme Coudon, ou M. et Mme Sosna, injuries par Hiégel en tant que Juifs présents dons une salle de spectacle, ou le petit Jacoubot, enfermé dons un frigorifique par le boucher Thérouanne. La situation est alors assez simple. D'une port, en effet, nul ne peut contester à la victime, le droit d'exiger une condamnation pénale. D'outre part, si elle veut être certaine que la poursuite ouro lieu ou que le tribunal sera saisi, la loi lui en offre le moyen : ou lieu simplement de « porter plainte », il lui suffit Contre le dépôt d'une caution variable, mois généralement légère) de se « constituer partie civile » ou de recourir à la « citation directe » du déliquant. Cet arpar Me Jean SCHAPIRA Avocat à la Cour Membre du Bureau National du M.R.A.P. ticle n'étant pas un cours de droit, le lecteur m'excusera, s'il désire des explications techniques, de le prier de les demander ou secrétariot du M.R.A.P. Ce qui m'importe ici, c'est d'insister, - que l'auteur du délit soit connu ou inconnu -, sI!!: la caractère aléatoire, sinon voué à l'échec, de la « plainte ou Commissoire de police ». Que les commerçants du 3~ arrondissement de Paris, terre d'élection des swastikas, fassent le bilan des résultats obtenus par ce genre de démarches. . 3) Si la victime du délit n'est pas un individu, mois un groupe f« les Juifs ", les « Noirs », etc), la situation se complique. En principe, l'excitation, contre un groupe, à la haine ethnique ou religieuse constitue un délit, le seul d'ailleurs, en Fronce, qui incrimine expressément le racisme : le délit de « diffamation raciale ". Mois que se passe-t-il si le Parquet n'agit pas? Qui va déclencher la poursuite? La difficulté tient à la conception très particulière, en honneur à la Cour de cassation sur ce qu'on appelle '" la victime d'un délit » : la victime d'un délit est exclusivement celle que lèse, personnellement et directement, le délinquant. Si celui-ci, par exemple, est un journaliste qui appelle à brimer les Juifs, aucun Bloch, aucun Lévy n'est une victime, puisque l'article ne le concerne pas à titre particulier, et nulle association antiraciste n'est victime non plus, puisque la diffamation ne la cite pas. Conclusion pratique : quand « Rivaroi » ou « Jeune Notion» incite à la haine raciale, le M.R.A.P. est sons qualité pour se constituer partie civile, et pour obliger, par là-même, le Parquet à ouvrir une information. Ainsi s'explique le jugement .. ~ « Capgras ». Quant ou jugement « Hiégel », qui nous a reconnu qualité, c'est une décision exceptionnelle, rendue par un magistrat chez qui l'indignation 1'0 emporté sur le conformisme juridique. Pourtant, ne dramatisons pas. D'une part, l'expérience prouve que, si le M.R. A.P., documents à l'appui, révèle une diffamation raciale ou Parquet, celui-ci, même sans obligation de le faire, poursuit (affaire Capgras) ou ordonne une enquête (affaire « Jeune Notion », en cours) : nos ' amis doivent donc nous signaler toute manifestation de presse raciste, même occasionnelle. D'outre port, si la diffamation vise un groupe relativement délimité (", les médecins juifs ", « les étudiants noirs », etc.), on peut essayer de constituer, pour la circonstance, une association de défense, qui, peut-être, réussirait à franchir le cap de la recevabilité. ••• Je ne veux pas en finir sons dire quelques mots d'un problème actuel : la floraison des croix gommées sur les magasins appartenant à des Juifs. Deux observations : 1) Choque commerçant visé est une victime personnelle : il peut donc porter plainte contre :x ... en se constituant partie civile. Seule la multiplication de telles plaintes a quelque chance d'attirer l'attention sur les regrettables conséquences d'un échec trop durable de la police en cettc affaire. 2) Le droit pénal permet d'incriminer l'inscription de croix gommées sous cinq qualifications différentes : - diffamation raciale (art. 32 et 33 de la loi du 29 juillet 1881, modifiés par le décret du 21 avril 1939); - menace écrite d'attentat contre les personnes Code pénal, art 305 et 308) . - apologie du crime (drt. · 24 de la loi du 29 juillet 188]); - distribution de tracts (entendus ici ou sens large) de provenance étrangère de nature à nuire à l'intérêt national (décretloi du 26 juin 1939); - inscription sur un immeuble san5 l'autorisation du propriétaire, du locataire ou de l'usufruitier Code pénal article 483) . ' •• • On le voit : même aujourd'hui, les antiracistes ont quelques ormes devant les tribunaux. En attendant les réformes, notre devoir est d'en user .. Ce qui implique d'abord la vigilance de chacun, ensuite un contact permanent avec le M.R.A.P. qui, de Hiégel en Capgras et de Coudon en Thérouanne, a quelqu'expérience du combat judiciaire. (1) « Droit et Liberté ", supplément ou n° 1 84., p. 1 1 et s.s. DIFFUSER notre journal Depuis un mois, notre journal, en raison des récentes housses, a dû passer à 0,75 NF. Dons notre dernier numéro, nous vous avons expliqué en détail dons quelles conditions. Aujourd'hui, c'est sur un outre problème important que nous devons nous pencher. L'augmentation de la diffusion. " existe de grondes possibilités. Les quelques exemples que nous possédons sont éloquents. En voici un brièvement résumé : dimanche 1 er moi, un groupe de jeunes du Morais déGidait de diffuser « Droit et liberté " dons le quartier de Belleville. En très peu de temps, plusieurs dizaines d'exemplaires furent vendus et nos omis n'avaient qu'un seul regret : ne pas avoir pris plus de journaux. Dons les kiosques où notre journal est en dépôt depuis quelques mois, la vente, après quelques fluctuations, progresse (Il. Des omis nous envoient des listes de personnes susceptibles de devenir des lecteurs a ssidus, et de souscrire un abonnement. Nombreuses sont les réponses favorables ;J notre prospection. Choque comité peut organiser la vente militante régulièrement. Et choque nouveau lecteur pourra devenir ensuite un abonné {les prix des abonnements demeurent inchangés jusqu'ou 31 mail. " ne fout négliger aucune occasion, aucun moyen de foire connaître notre jour-. nal, car tout lecteur gagné, c'est un soutien de plus dons notre lutte contre le rocisme et l'antisémitisme. • (1) Nous invitons instamment nos lec-· teurs qui achètent le journal ou numéro à le prendre chez le même marchand . Lo répartition en sera facilitée. UN DEFI Le groupe du Marais a vendu à la criée, le matin du l or mai, 50 exemplaires de no· tre journal, à Belleville. Ce chiffre nous a prouvé qu'il était possible dans certaines conditions de diffuser « Droit et Liberté » d'une manière dynamique, et nous entendons continuer dans cette voie, car elle est bonne. Les articles du numéro que nous avons diffusé montraient d'ailleurs, une fois de· plus et avec éclat, que « Droit et Liberté » est la tribune de tous les antiracistes de France. Si nous voulons que le M.R.A.P. puisse développer son action il nous faut faire pénétrer « Droit et Liberté» partout. Nous croyons qu'il serait bon que toutes les sections du M.R.A.P. trouvent leurs propres formes de diffusion. La diffusion est une des bonnes manières de préparer la Journée Nationale 'contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix. Nous qui sommes des sportifs, nous lançons ces 50 exemplaires comme un défi. Qui relève le gant? Au cours de la vente, nous avons eu le plaisir de proposer « Droit et Liberté » à une personne ... qui le vendait elle-même dans le quartier. Que cette diffuseuse trouve ici nos salutations amicales L .. LE GROUPE DU MARAIS. Pour les 80 ans d'Henri KRZYWKOSKI Le dimanche matin 24 avril, une fraternelle réception a eu lieu au Café de . Madrid, en l'honneur de notre ami Henri Krzywkoski, dont on célébrait les 80 ans , Les membres du Bureau National du M.R.A.P., les militants parisiens, les amis personnels d/Henri ',Krzywkoski avaient tenu à venir nombreux témoigner leur affection à celui qui, depuis l'affaire Dreilfus, n'a cessé d'agir au service de la cause antiraciste et de la démocratie. Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., après une brève allocution, lut le beau message du président Lyon-Caen qui, retenu hors de Paris, exprimait son vif regret de ne pOUVOir être présent, ainsi que les lettres de PierT.e Paraf, et de Me René-Georges Etienne, vice-président de la Ligue des Droits de l'Homme. M. Clément Baudoin, conseiller muni· cipal du 1(1', M. Marek, au nom de l'U.J. R.F., dirent également en quelques mots leur chaleureuse sympathie à Henri Krzywkoski. Celui-ci, avec sa modestie habituelle, les remercia, profondément ému. Puis on trinqua gaîment, avec force voeux, sans oublier d'associer à cette petite fête familiale et à l'hommage rend11, Mme Krzywkoski, dont le dévouement à notre cause est bien connu. Et pour finir, Charles Palant remit le cadeau offert par notre Mouvement et ses amis : un magnifique livre d'art. Dimanche 29 mai à 1/ V.N.f.S.C.O. 9----- LA FRANCE ANTIRACISTE va tenir ses assi• ses Soyons nombreux ! LE DEROULEMENT SAMEDI 28 MAI A 14 heures, ou Cercle Républicain, 5, avenue de l'Opéra (Métro: Palais-Royal ou Pyramides) : Comment renforcer encore l'action antiraciste et développer la diffusion des idées de tolérance et de fraternité. Exposé et discussion. • Le racisme, défi à la détente, obstacle à la paix entre les hommes, n'a plus place dans le monde de 1960. • L'antisémitisme néo-nazi met en danger les conquêtes de la Résistance et de la libération. LE 29 mai prochain se tient, suivant une tradition qui remonte au lendemain de la Libération, la 12" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, à laquelle l'U.N.E.S.C.O., comme l'an dernier, veut bien ouvrir les port~s de son Palais. Organisées par le M.R.A.P., sous l'fgicle d'éminentes personnalités, représentant toutes les tendances de la pensée française, ces assises ne doivent pas être considérées comme la manifestation de notre seul Mouvement, mais comme l'expression de la volonté commune de tous les citoyens attachés à la défense des Droits de l'Homme, au respect de la personne humaine, soucieux d'affirmer leur ferme opposition aux p,rogrès du racis- PAR Léon LYON-CAEN Premier Président Honoraire de la Cour de Cassation Président du M.R.A.P. me, qui répandent ces derniers temps une légitime inquiétude dans la conscience ' nationale et internationale. Lors de cette 12" Journée Nationale, il sera lait le point et dressé le bilan des batailles récentes engagées par le M.R. A.P., de leurs résultats et des' leçons à en tirer. De plus, des personnalités qualifiées, appartenant aux milieux sociaux, polititiques, culturels variés, sont invitées à exposer certains thèmes essentiels (dont quelques-uns feront l'objet de rapports particuliers) portant notamment sur les points suivants : Biolog-ie et racisme. - Le racisme devant la loi et la justice en France. - L'internationale néo-nazie. - Le racisme obstacle au processus de la détente dans le monde de 1960. - Aspects du racisme dans la France de 1960. - La jeunesse d'aujourd'hui devant le racisme. Sur tous ces sujets, tous les courants de l'action antiraciste sont appelés à s'exprimer librement. Il est à peine besoin de souligner que la manifest~tion du 29 mai emprunte aux événements présents ou récents une importance actuelle toute particulière. Aux U.S.A., le mal endémique, bien qu'en voie d'atténuation, de la ségrégation et de la discrimination continue à frapper les noirs. En ce qui concerne l'U.R.S.S., où l'antisémitisme est condamné, certains se demandent si les Juifs jouissent pleinement du droit de développer leurs institutions culturelles propres. Certes, le combat contre le racisme, quelles qu'en soient les formes, en quelque pays qu'il fasse des ravages, quels qu'en soient ses auteurs et ses victimes, est dur et difficile. Mais il n'a jamais été aussi urgent et indispensable. Certes la voie est semée d'obstacles, que dressent l'ignorance, la mauvaise foi, des préjugés surannés et certains prétextes d'ordre politique ou économique. Mais ne nous décourageons pas devant ces obstacles. Car ils sont le signe de l'importance que revêt notre action au yeux àe l'opinion. Venons nom Dreux â la 12" Journée Nationale, pour affirmer notre volonté de poursuivre la lutte; car la victoire est loin d'être remportée. DIMANCHE 29 MAI A L'U.N.E.S.C.O. A 9 h. 30 : Allocution du Président Léon Lyon-Caen ; exposés sur les problèmes particuliers; discussion. A 12 h. 3'0 : Banquet fraternel au restaurant de l'U .N.E.S.C.O. (Le nombre des places 'étant limité, il est prudent de s'inscrire à l'avance. Le repos est de 16 NF par personne, tout compris. A 14 h. 30 : Suite des exposés ; interventions des personnalités et discussion. A 17 heures : Adoption des résolutions. Discours de clôture. La Journée Nationale se terminera aux environs de 18 heures. LES THEMES DE DISCUSSION Diverses personnalités 'Particulièrement qualifiées ont bien voulu se charger de préparer des exposés sur les thèmes suivants, qui feront l'objet des débats de la Journée Nationale: • Une vue du Palais de l'UNESCO où se déroulera la Journée Nationale. • • Le racisme devant la loi et la justice en France. • Les formes et les manifestations actuelles du racisme dans notre pays. Comment y répondre? • La jeunesse d'aujourd'hui devant le racisme. Comment enseigner la fraternité? • Comprendre les hommes et les civilisations des autres continents. OUI PEUT PARTICIPER A LA JOURNEE NATIONALE? La Journée Nationale est ouverte à tous les citoyens opposés au racisme, à l'antisémitisme, et attachés à l'idéal des Droits de l'Homme. Les participants peuvent être les délégués d'un groupement (société, organisation, comité) ou d'une entreprise (école ou lycée, usine, bureau). On peut aussi obtenir des cartes au cours des réunions de préparation de la Journée Nationale, ou même les demander directement ou siège du M.R.AP. Il existe des cartes d'invitation pour les personnes qui souhaitent suivre les travaux au titre d'observateur. COMMENT LES FRAIS SERONT-ILS COUVERTS La Journée Nationale entraîne, pour le M.R.A.P., des frais considérables (organisation de réunions, déplacements en province, affiches, tracts, correspondance, etc ... ) . Mais la participation aux frais ne saurait être imposée. Il appartiont à tous les antiracistes - délégués ou non à la Journée Nationale - d'apporter, dans la mesure de leurs moyens, leur ' soutien matériel à cette importante entreprise. Des listes de souscription et des cartes d'Amis du M.R.A.P. sont à la disposition de nos militants et amis. COMMENT SE RENDRE A L'U.N.E.S.C.O. L'entrée de la grande salle des conférences, où se tiendra' la Journée Nationale, est au 125, avenue de Suffren. Métro : Ségur, Cambronne, La MottePicquet, Champ de Mars ou Ecale Militaire. Autobus : 28, 49, 80, 86 ou 92. Car en de nombreux points du globe, le racisme sévit toujours. Nous n'en voulons pour preuves que la flambée antisémite qui, fin IO .~9 et début 1960, venue d'Allemagne et de certains pays où des survivants de l'hitlérisme ont trouvé asile, a déferlé sur le monde, et les troubles qui ensanglantent l'Afrique ' du Sud où les populations noires demeurent soumises au système inhumain de l' « apartheid ». Nos réunions En Algérie, la guerre qui s'aggrave et qui dure, attise les haines raciales entre les communautés. . A Paris et dans toute la France, de nombreuses réunions auront lieu pour la préparation de la Journée Nationale: petites réunions de Quartier, meetings Demandez les Bons de soutien ... Déjà, de toutes parts, on nous réclame les Bons de Soutien édités traditionnellement par le M.R.AP. en cette période de l'année, à l'occasion de la Journée Nationale. Qu'on se rassure: ils sont sous presse, et nos amis pourront très bientôt en disposer. Ces Bons de Soutien, on le sait, donnent lieu à un tirage lors de notre gala de la salle Pleyel, en novembre, pour la distribution "e nombreux lots. Et cette année, les lots sont particulièrement importants : nombreux seront ceux qui voudrant, tout en aidant le M.R.AP., tenter leur chance. En voici la liste : 1. UN VOYAGE EN UNION SOVIETIQUE. 2. Une croisière en Grèce. 3. Un électrophone. 4. Un tronsistor. 5. Une montre-bracelet. 6. Un ({ Téfifon » (électrophone à bandes) et beaucoup d'autres objets de valeur. Pour couvrir les frais des campagnes menées par le M.R.AP. depuis le début de l'année (vague de croix gammées, racisme sud-africain, meeting de Xavier Vallot, (,tc .. .., pour organiser la Journée l'~otionale du 29 mai et en appliquer les décisions, pour acquérir un local plus grand, indispensable à notre Mouvement, des sommes considérables sont nécessaires. C'est pourquoi - nous sommes certains que tous nos amis auront à coeur, non seulement d'acheter des Bons de Soutien, mais d'en placer autour d'eux. On ' peut d'ores et déjà les retirer ou les commander au M.R.A.P. 15, faubourg Montmartre, Paris_ge (C.c.P. « Droit et liberté » 6070-98 Paris. Le Bon de Soutien: 1 NF Le carnet de 1 0 Bons : 10 NF Nous donnons ci-dessous la liste des gagnants de l'an dernier : • Un oppareil de télévision : M. Anaf, 21, rue Blatin, Cermont-Ferrand. • Une croisière en Italie : Dr Blezin, 2, rue de Sévigné, Paris-3e • • Un voyage en Israël : M. Rutkovski, 32, Grande-Rue de la Guillotière, Lyon. • Un voyage en Tchécoslovaquie: Mme Delmont, Paris. • Un tourne-disques: M. Yolka (Société Amicale Prévoyante. Indiquons en outre ql1'un appareil photographique a ~té gagné par un billet vendu parmi le personnel de la Maison Hagler, 82, rue de Charenton, Paris; un livre d'art parmi le personnel de la Maison Bouchara, boulevard Haussmann, à Paris. Les Bons gagnant une montre-bracelet et un rasoir électrique avaient été placés respectivement par nos comités de SaintQuentin et de Rouen. publics, soirée cinématographiques. oil sera exposé et discuté le docume'lt élaboré par le M.R.A.P. sur les problèmes d'actualité, et où seront désignés des délégués, Au moment où nous 'mettons tiOUS Dresse. nous ne sommes pas en mesure de donner la liste complète de ces réunions. Précisons qu'à Paris, il y en aura dans la plupart des arrondissements. Le Comité de Liaison de la Région Parisienne doit se réunir le 17 mai pour faire le point à ce sUjet. Une soirée aura lieu le 17 mai, à Rouen, avec Me Armand Dymenstajn, et le même jour à Clermont-Ferrand avec Oharles Palan t" S)8crétaire généml du M.R.A.P. Une soirée est annoncée à Toulouse pour le 18, avec la participation de M' Schapira. Le film {( Come Back Africa » sera projeté. Nous indiquons ici, d'autre part, quelques- unes des réunions qui ont eu lieu ces dernières semaines: • Une soirée cinématographique, organisée pn le Comité local du M.R.A.P .. a eU lieu à Livry-Garllan le 26 avril. avec les films « Maître après Dieu » et « Nuit et Brouillard ». Roger Maria a exposé les problèmes d'actualité. • Le Comité Antiraciste et ,A,ntifasciste du lycée Sophie·Germain a organisé, le 30 avril, à la. Brasserie Henri-IV, place de la Bastille, une réunion d'information, Où Me Marcel Manville, membre du Bureau National, a présenté l'action du M.R.A.P. • M· Armand Dymenstajn, membre du Bureau National, était, le 9 mai, l'invité de la société « Fraternelle Israélite ». A la suite de SOn intervention. tous les membres présents ont décidé de s'abonner à {( Droit et Liberté ». La collecte faite pour le M.R.A.P. a rapporté 17.000 anciens francs. • Au cinéma Montreuil-Palace, à Montreuil- SOUS-Bois, l'insurrection du Ghetto de Varsovie a été commémorée au cours d'une soirée où ont pris successivement la parole M. Lerman et Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. Les films « Souviens-toi » et {( Le Chevalier de la Croix Bleue » ont été projetés. • Le 13 mai, à Valenciennes. Roger Maria a pris la parole au cours d'une soirée commémorative du Ghetto de Varsovie. • La société {( Les Amis Israélites de France » organise. le 1·6 mai, une soirée au Mémorial du Martyr Juif Lnconnu. Charles Hutman, mèmbre du Bureau National. y prendra la parOle au nom de notre Mouvement. • Pierre GerbaI, membre du Bureau National du M.R.A.P.. a donné récemment une conférence sur le r.acisme dans !es journaux d'enfants. devant le groupe des jeunes de l'U.J.R.E.. Un débat passionné a suivi son exposé. • Chaque mercredi. à 21 heures. au 120, rue Vieille-du-Temple. le Club antiraciste « Amitié » organise de passionn! j.nts débats sur des prOblèmes d'actualité, Nos jeunes amis sont invités à y participer nombreux. Adhérez au M.R.A.P. ,. ' '0 L'étrange expérience de John GRIFFIN J ' al· voulu me faire , , negre Il y a quelques semaines, l'émission té lévisée « Cinq colonnes à la une », présenta it une interview de John Griffin, le journoliste américain, q ui, après a voir subi un traitement pour se fa ire brunir la peau, a vécu pendant plusieurs semaines, la vie d' un noir. Nous remercions les réalisate urs de « Cinq col.onnes à la une » d' avoir bien voulu nous permettre de reprod uire de larges extra its de cette interview. Q. - On a du mal à s'imaginer que vous avez été un nègre. Pourquoi aveZ-VOU3 voulu devenir un nègre, John Griffin ? R. - Pour des raisons très personnelles. Parce que la situation est devenue terrible maintenant, terriblement tendue dans le Sud, comme tout le monde le sait. Et j'ai appris que, pour la première fois, dans l'histoire, il y avait une tendance au suicide dans le Sud. Et vous savez, les Blancs ne comprennent pas du tout ce que c'est que la vie que mènent les Noirs, et j'ai voulu savoir si vraiment nous avions des citoyens de deuxièmt;;: classe, et ce qu'est leur vie, et surtout pourquoi ils arrivent à se dire : « Je m'en fiche si je vis ou si je meurs ll. C'est cela. Alors moi qui suis un citoyen de première classe, puisque je suis tUl Blanc dans le Sud des Etats-Unis, j'ai voulu me faire nègre pour voir comment c'était. Q. - Mais la situation des Noirs, vous la connaissiez avant de devenir nègre ? R. - On la connaît. Mais même vivant très près, comme voisin, nous ne savons rien de ce qui se passe pour eux, sam l'avoir expérimenté. On ne peut vraiment pas savoir ce que ça fait à l'intérieur, comme découragement. Q. - Cette ~dée de devenir un nègre vous est venue spontanément, tout à coup ? R. - Non. Je l'avais depuis quelques années. C'est tUle idée qui me hantait, mais je pensais que c'était impossible, Enfin quand j'ai appris que la situation devenait de plus en plus mauvaise, je me suis décidé à essayer au moins. Q. - Pourquoi ? La situation est plus mauvaise que l'année dernière ou qu'il y a deux ans par exemple ? R. - Il paraît. Parce qu'en ce moment, avec la situation politique et avec les pressions qui viennent de la capitale pour donner des droits aux Noirs et surtout pour les admettre dans les écoles exclusivement réservées aux Blancs jusqu'ici, maintenant les Blancs veulent gagner la partie. Les Blancs du Sud, je veux dire .. . Q. - Comment êtes-vous devenu nègre, John Griffin ? Ce flacon de pilules et une photo expliquent le traitement que vous avez suivi. R. - Oui. Je suis allé à la NouvelleOrléans et j'ai consulté des médecins pour voir s'il y avait tUl moyen de devenir noir d'une façon semi-permanente. Et j'ai pris des pilules et deux heures après, le me suis exposé aux ultra-violets. Ça a commencé à noircir les pigments de la peau. Q. - D'habitude, à quoi servent ces pilules? R. - C'est pour guérir une maladie qui donne des taches très blanches. Q. - Elle décolore la peau des Blancs ? R. - Tout à fait. Alors on en pren" pour guérir ça. Avant, on était obligé de mettre du maquillage, pour sortir en public, Cela donnait tUl effet de cadavre. Q. - C'est parce que vous avez pris une dose trop forte de ces pilules que vous avez acquis la peau d'un nègre ? R. - Oui_ Q_ - Pendant combien de temps ave .. vous été un nègre ? R. - Pendant presque cinq semaines. Q. - Où avez-vous été ? R. - J'ai parcouru la Louisiane, le ' Mississipi, l'Alabama et tUle partie de la Géorgie. Q. - Vous avez cherché du travail ? R. - Oui, j'ai cherché du travail pour voir quel sorte de job je pouvais avoir. Parce qu'évidemment le désespOir du nègre n'est pas seulement une question d'humiliation, c'est aussi économique. Ils ne peuvent jamais avoir de job convenable dans le Sud, en ce moment. Et j'ai cher· ché des jobs et tout ce que je . pouvaiS trouver, c'était des jobs de laboureur, de porteur de poids lourds, de cireur. Des jobs très manuels et qui ne paient rien. Q. - Vous avez emporté de l'argent avec vous ? pour voir .comment c'était ••• " R. - J'ai emporté 200 dollars en traveller chèques. Q. - C'est avec ces 200 dollars que vous avez vécu, mais pas en cirant des chaussures? R . - J'ai essayé de vivre en cirant des chaussures. Mais c'était impossible. Q. - Qu'y aurait-il eu si un Blanc avait découvert que vous étiez un Blanc ? R. - Dans le vrai Sud, ça aurait été terrible. Ils m'auraient peut-être tué. Jp ne sais pas. Q. - Et si un Noir avait découvert que vous étiez un Blanc ? R. - La même chose. C'était assez dangereux parce que les Noirs auraient cru, avec la situation existante, que je faisais de l'espionnage. Je n'aurais pas eu le temps d'expliquer, je suis sûr. Q. - C'est la première fois qu'un Blanc fait cette expérience ? R. - Non. Un Blanc a esayé, il y a une douzaine d'années. Mais il n'y avait pas ce médicament, et ça n'a pas réussi. Q. - Dites-nous maintenant ce que vous a révélé cette expérience ou plutôt cet exploit. Quels souvenirs avez-vous de votre Q. - Quel genre de questions vous posaient les Blancs ? R. - Des questions plutôt pornographiques. Quand j'entrais dans tUle voiture, la première question était : « Etes-vous marié ? II ou plutôt « Es-tu marié ? ll. Je disais oui. Ils me demandaient : « Ta femme a jamais couché avec un Blanc ? II ou des questions comme ça. Et ils voulaient savoir si je pouvais arranger quelque chose avec une négresse .. Des choses infectes. Q. - Mais tous les Blancs posent des questions de ce genre dans le Sud ? R. - Presque tous ceux que j'ai ren· contrés. Q. - Quelles humiliations avez-vous éprouvées? R. - Les plUs évidentes étaient la difficulté de trouver un endroit pour manger et boire, chercher un verre d'eau, ou pour aller au water. Des choses comme ça. C'est extrêmement difficile. Il faut songer à ça dès qu'on se lève le matin, pour être dans une partie de la ville où trouver tUl endroit pour manger et boire, un endroit où se laver lès mains et des choses comme ça. Un acte subversif pour un noir dans le Sud des Etats-Unis s'asseoir à côté des blancs dans un autobus première journée de nègre ? Les premières minutes, comment étaient-elles ? Quelle heure était-il quand vous êtes sorti dans la rue la première fois ? R. - Il était minuit. Je suis sorti de la maison d'un ancien copain, parce qu'tUl nègre ne peut pas sortir de la maison d'un Blanc comme ça. Je suis sorti à minuit de sa maison, et je savais que je ne savais rien. Je ne savais pas où coucher, où manger, où boire. Alors j'ai trouvé tUl petit hôtel très misérable, et je me suis couché là. Le lendemain matin, je me suis levé et je suis allé dans les rues. Personne n'a fait attention à moi. C'est ça qui m'a frappé d'abord, parce que j'avais l'impression que tout le monde allait voir immédiatement que je n'étais pas un Noir. Mais personne n'a fait attention alors je suis allé dans tUl autobus, pour aller en ville chercher de quoi manger. Et là (à la Nouvelle-Orléans), les autobus ne sont pas « ségrégués II c'est-à-dire qu'il n'y a pas de partie pour les Blancs et de partie pour les Noirs (presque partout ailleurs, dans le Sud, ils sont séparés). J'ai pris une place. Les Blancs ne veulent pas s'asseoir à côté de vous si vous êtes noir, et bientôt il y avait pas mal de Blancs qui sont montés. Il y avait surtout des dames, je veux dire des femmes blancfies, et je ne voulais pas rester assis pendant qu'elles restaient debout. Alors il y en avait une qui était assez âgée, elle avait des cheveux gris, et j'ai fait la folie de lui offrir une place à côté de moi. Alors elle m'a jeté tUl regard terrible, et m'a dit : « Pourquoi me regardes- tu comme ça ? ll_ Et je me suis dit tout de suite que j'avais fait tUle gaffe terrible. Alors je lui ai dit : « Pardon, je ne suis pas d'ici ll. Elle a commencé à bavarder avec tUle autre femme, disant que les nègres deviennent de plus en plus insolents. Q. - Parce qu'un Noir ne doit pas donner sa place à une femme blanche ? R. - Ce n'est pas ça la question. Mais il ne doit certainement pas lui offrir tUle place à côté de lui. C'est cela qui les insulte. Q. - Pourquoi est-ce si difficile ? R. - Parce que les Noirs n'ont pas le droit de rentrer dans les cafés, dans les rest-rooms ou les W.C., le droit de boire à des fontaines publiques, et c'est ça qui devient très pénible. Parce qu'il faut toujours songer aux questions presque animales, aux fonctions animales. Q. - Il vous est arrivé d'aller très loin pour trouver un verre d'eau? R. - Ah oui, ah oui ! Toujours, mêroe ! Par exemple j'entrais dans des pharmacies ou des drug-stores américains, où on sert de l'eau et des boissons, pou:, acheter des cigarettes, et il m'est arrivé très souvent de demander au monsieur : « Où est-ce que je pourrais trouver un verre d'eau, s'il vous plait ? ll. Et, même d'une façon assez courtoise, il me disait toujours : « En bien, il faut sortir f.lt aUer à gauche, douze blocs, et tourner à droite, et vous trouverez tUl · endroit où ... ll. Q. - Alors qu'ils avaient un verre d'eau à côté d'eux? R. - Ah oui ! Je n'ai jamais demandé qu'ils m'en donnent, parce que je ne voulais pas faire ça. Je voulais que ça vienne d'eux. C'était la même chose pour manger. Il m'est arrivé de marcher tUle distance de quatre à cinq milles avant de trouver quelque chose à manger. Q. - Ave~vous eu peur, souvent, pendant ces cinq semaines ? R. - Presqlae constamment. J'ei eu peur tout le temps. Q. - La nuit aussi ? R. - Surtout la nuit, quand j'étais seul, d'ailleurs. Assez tard, la nuit, ça

ievient mieux. Le Noir se sent plus en sécurité

parce que les Blancs sont allés se coucher. Il se Eent moins menacé. Q. - Vous aviez des cauchemars ? R. - Oui, toujours, à partir de la première semaine, quand j'ai vu le regard t&rrible qu'on vous lance à droite et à gauche, seulement parce que vous êtes Noir, j'ai commencé à avoir des cauchemars, pour la première fois de ma vie Et je les ai eus presque chaque soir .. Je me suis réveillé t rès souvent hurlant . t effrayé. Q. Quels cauchemars aviez-vous ? Que voyiez-'Vous ? R. - C'était toujours presque la même chose. Je voyais une foule de Blancs et moi j'étais contre un mur, je ne pouvais pas m'échapper. Et ils s'approchaient de moi, très lentement, avec ce regard de haine, ce regard menaçant, ce regard d'animal, vraiment, et je ne pouvais pas m'échapper, et toujours je commençais à hurler, hurler, et à crier, je me réveillais. Q . - Il y a un autre regard aussi ? R. - Un regard tout à fait vide, comme s'ils ne reconnaissaient pas du tout votre existence, et ça, je l'ai surtout vu quand j'étais cireur. Q. - Parce que vous étiez cireur ? R. - Quand j'avais ciré les chaussures des hommes, ils parlaient. Et puis quand ils payaient, ils vous donnaient tUl regard tel qu'on avait l'impression qu'ils ne vous voyaient pas du tout. C'était tUl regard tout à fait vide. Q. - Pensez-vous que vous aviez ce regard autrefois ? R. - Oui. Je sais, je me suis rendu compte que j'avais fait beaucoup de choses comme ça, sans le savoir, sans m'en apercevoir. Cela indique tUle attitude que nous avons presque tous sans même le vouloir ici dans le Sud. Q. - Vous dites que vous avez eu peur sans cesse, pendant ces cinq semaines. Il vous a fallu beaucoup de courage pendant ces cinq semaines pour surmonter cette peur? R . - Ça m'embarrasse quand on parle du courage que j'ai eu. Parce que je n'en avais pas. Pour moi, c'était une question d'obéissance. Je suis ce qu'on appelle un carmélite isolé. Q. - John Gritfin, est-ce seulement pour connaître la vie des Noirs que vous avez voulu devenir un nègre ? R. - C'est pour apprendre l'effet que cela peut avoir de se voir continuellement détesté. Q. - Je veux dire : est-ce seulement pour apprendre, est-ce que ce n'est pas aussi pour agir ? R. - Ah oui, ah oui ! Ça, c'est certain. C'était pour vivre cette expérience, et puis en faire un livre, pour permettre à d'autres et surtout aux Blancs, de savoir exactement comment c'est. Q. - Dans quel esprit vous êtes-vous fait suivre par un photographe ? R . - C'est)-à-dire qu'il fallait qu'on fasse semblant de ne pas se connaître, parce qu'tUl Noir qui est suivi par un homme blanc, vous savez, ça pourrait exciter des histoires terribles. Alors il a fallu qu'il fasse des photos et que je sois là, c'est tout. Q. - Un journaliste à New York vous a posé cette question : « Maintenant, que vous êtes Blanc à nouveau, remerciez-vous Dieu de vous avoir fait blanc ? » Que lui avez-vous répondu ? , R . - Je lui ai répondu que je' ne pouvais pas dire exactement oui, parce que maintenant, ayant passé par cette expérience, les privilèges d'un citoyen blanc, d'un citoyen de première classe, ici dans le Sud, étaient devenus tUl peu amers pour moi. Si les autres ne peuvent pas vivre convenablement, si les humains ne peuvent pas tous vivre ensemble, ça ne compte pour rien. Q. - Les Blancs du Sud pensent-ils que vous êtes resté un nègre? R. - Je ne pense pas. Ils pensent que je suis tUl homme blanc. Q . - Mais avoir été nègre ? ... R. - Ils pensent... je ne sais pas. Certainement ils pensent que j'ai été nègre. Q. - Ce n'est pas ça, ce que j'ai VOUl~l dire. Quand on a été nègre, pour un Blanc, est-ce qu'on peut redevenir Blanc? R. - Non, non ! Q. - Donc ils pensent que vous êtes resté nègre ... R. - J'ai commis tUl très grave péChé à leur avis. Q. - Ils vous prennent pour un fou ? R. - Non, je ne pense pas. Q. - Pour un traître ? R. - Un traitre, peut-être, oui. C'est surtout cela. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCHI.

Notes

<references />