Droit et Liberté n°025 - 14 avril 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Le ghetto contre la Wehrmacht: Il y a 7 ans les juifs de Varsovie s'insurgeaient -page1
    • La besogne du criminel de guerre SKkorzeny en France et en Allemagne Occidentale -page1
    • Un poème de Paul Eluard: Tout est sauvé -page1
    • Exigeons l'interdiction de l'arme atomique -page1
    • C'est en souvenir de mes parents assassinés à Auschwitz que j'ai manifesté sur les Champs-Elysées -page1
    • S'unir et lutter pour la paix devoir sacré des députés -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • 11 Avril 45... ce jour là, à Buchenwald, seul fonctionnait le commando de la libération -page2
    • Hachette menace (diffusion libre de la presse) -page2
    • Gloire aux insurgés du ghetto de Varsovie -page3

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• , • • LE CHET 0 CONTRE LA WEHRMACHT TOUS LES VENDREDIS 14-20 Avril 1950 N° 25 (129) Il y a sept ans, les Juifs Je Varsovie s'insurgeaient ..• 20 fr. LE RACISME ET L'ANTISÉMITISME, POU LA PAIX BELGIQUE 5 fr. La besogne du criminel de guerre Un poème de Paul ELUARD S K 0 R Z E y  :; .!: ,! VÉ Les lèvre dr ,n::; les livres ne bonl'dorment plus en Franc'e eten Allemagne occidentale L A plloto que noull raproduisons cl·dessous est tiret de la revue bavaroise K QuiCk Il q,,1 publie, comma « Le Figaro " lu mtmoires de Skorzeny. Elle morotre Hitler en conversation avec le chef amicale d" S. D. s('s cr'm('s. non dans un but de jun!ficalioll, mais paul' te:1ir Ir. compte! de Sl'S odie!.lx t'xp!oJts. C!'. ml"molres. pablit par un Jounlal du soir apl'Cl; la pendaison de RosenberG. mo:1tl1l.lent

cn:C ['horreur du naz\J;me: ('!les In$piraient

la volonté de ;'Il"lInlr, de i"Jttcr pour ne p!lIS revoÎr ça. dl' la France, SkOl"1.Cny apprend QU.c oou: de ses homme se nllt [.('rmlS d'avoir fréquenté , deux mulâtre.' l&C.S. II les punit alll!sltOt de peines corporelles sé ... C!re:s pour crime d' indlgnllé raCiale ... Ü-assenschanâcl. 8korzcny ne se repent pas_ I l ("st

l"él à rcccmmenccr_. au service des

c Occidentaux J. c J le $rn.'· OUC"'je hoil1_ rn moi, éClit-1l rdll.n5 c Qukk ) 'nais $clIle· mcnt UII meprM 8111/5 limite POUT ceT' n!ne, /le);" qui Vlmlfut ROU: ; po,tcr !-,rl faux na.Js, N.D.L.R .) par tous lu moye,,", c r':/ldversujrr hcmncle d'hier qllj combaUll1t il vÎ.mge ouvert pour 3e3 eo,wi'·l1o'u PCllt être demain mOH amI. 1 El \'01111. t(lmm llt M. Bris.. ;Ql1, Q"; combflttatt « il visage o"vert • (en (n"'eU!' de Pfiuin) eH dcv nu «l'ami» du tueur S.S. Au senice des Américains Le fait que Skorz.eny ait éte acquitte por 1111 IrlbuW11 amél')Cili11 (,mnnle llse Koch, la chl nne de Bu:henwald' ne prr"J.ve pas - bien au contraire - Mn lllnocence. Dans la prl'mière partie de son récit InUl pl1blié jJar « Le

F'igfll'O»), Il Insistl' ur !a cmnplldté

l'Imérl a;nr dont il a lx'nefld '_ A 8')11 procès, Sf\ll a ... ocal (amen-

 Tous les tableaux sont à l'envers en épaisseur

Souvenil's et témoins s'abscurcissent ensemble ( ( ( ( 1 ( ( 1

Dn vieillsnl glt poupée de rien près d'un berceau Un enfélm croque les dêbl'is d'un engrenage Au creux çi'un cimetière un mort a résisté Et les mots doux des amOUl'eux et le., ben'cuses Et les travaux font un silence à tout casser Les hironoelles de la vue.se sont fermées Un petit feu violet a désossé Marie Un souffle excrémentiel effacé Max et Pierre .... ..................... .. ....... ...... t\os frères avaient faim étaient pilles meurtris Poussés au d sespoiJ' oonduits fi l'abattoir J'liais la rose de feu de leur sang sUr\'h'ait Les hommes survjvaient nOlis en étions garants Et les (ils oe leurs fils éclairaient l'annil' 1\'05 comptables brisaient les zéro, ; du né'll1t No: paysollS comptoient les mois de la genèse Voir s'étendait au loin comme un 'corps rayonnant Nos fOl'ces pal' en bas étaient illimitées La beauté la confiance ne pesaient pas lourd Séamnoins aujourd'hui leur l'osée est féconde Voici demain qui règne lujoll1'd'hui sur Iii terrc Au jou!' de la durée l'homme es.t indispensable l::t .voici que le monde est un objet utile Objet voluptucux indestructible et roi Que la vic a comblé en même temps que l'hommc, • cailll. le lieutl'nant·colonel M,Clure, (Ertra/tn Drssin l'l, flIcndji1.kl d IlI.l'a .: Meuicur &. [([/;(,i$ un \ ;::: : :  : : ::;::;;;:: -,-;_;--__;___:__;--_:__:_- :___:_:_: -_:-_:-__:::_----_:_:_---I Kaltenbrunner (à sa droite) et la tueur Skorzeny (il: sa gauche). Photo parUculièrement COffi))l'omet 6log·!!11 4ê'l""A • Qulçk. (a\'Cc d'Ilulr .... en man lhe dl! d,'11 il. l'opinion d!!mocraUQuc. SiLoneny est bien j'homme de main numo:'ro un dfl Hitler. Il est bien. malce Qui l'St SUI" c'est que Sk017,cny est. lui aussi. un raciste. I l Il servi le l'1IC mf b!tll'J1l'll. Il .TOue l u ml me ... Mt'jm nn UI\ r" .IrI.,1" rtl ·

l'Mldh 4!ë hl /!le .-6. umGlI't3
) que " Le Pl ..... ttl i ,,'bit t,en

gardé d,· repro':Ulrr. E lallt à Biarritz peu aprè$ la défaite f"ur . au Irolll , r!e$ IIOI1UIU'S comme SkonellY. fe le ru ;  !ier d 'el/X. » C'cst un a ppel n01l diS-'lim ulé à - - 1 " J- 1 . J ML· . S d l'alliance pour la continuation de la' X 1 GE 0 "'·8 une uec aralton ue • écrIVaIn· ervoz, épaté guerre d·Hlller. .CI n Le l' rocUre.U'· lui·même, le colonel (5ulle e.n I:e. 2) R. NI. ",n" . -fi""" J .CI!!"tu ... men' l'i t (-.tOIl hltr la DlAln à SkoIUny, le fê l.çiter ne.,. ... de 300 suoeês. de l'arm lA MArN, DANS lA MAIN gré s d!!n!!gatlons de M. BrissQn. urt r--------------------------------crlmlnrl dr. guerre. Il Il sur lA ' 1- .6Cl.mei' l'II&MlSlnat de t"lr,r d dépOrté. lntlOCCI\L.S. Il a, jl-UqlÙlU nitr moment. muitiplll! lu d.tCl t.; pour saUV t le Rcich hltl I'h' n . atomique li n'y a pas un homme, digne dc ce nom. Qui lie puisse senti r rn lui comme une sourde rt!volte fi. l'tcho des cris des humains massa crés lo!'!; des odieux attentats commIs. a v e c une sauvagerie sans égale. le 18 avril 1943 a VarEt c'est à cet homme que , Le 1"1- ,ar l li ouvre ses colonn s. P lurl:juoi? L'explleaUon apparalt en lisant la re ... ue « Qulck •. Dans t(' Numal IIllcrMn6 /!, guno t!r gc, Jr «MémolIrs li de Skorzen) commencent par lill Ion)!" passage que • LI1 l"iitlU'O » Il'a pJ.. (encore) pubH , tCl'l'lblcment ac usa· teur POU!' s'korzcmy ct Il u.Ilsi pour les autorités amtl'iCfllne5, :\u service des· quelles \1 e t passé. Défenseur de 10 pureté rCicialc SkOl"u'ny, a;:ent des . er ... lce, secrets hitlériens, CH un homme dont on Il bl'!Klln d;l1U1 le cadre du pacte Atlan· tiQue. de mèllle floe l'on em.pl k a Washlnt;to:1 Ic !;énèral n;u.1 Godérian il. 01 glln L r HII pied ,i ' IlIlCrr.: i'econotllic améric!l.l:ll'. SkOl"Zeny cs, Ull rouage du eamp de la guerre. ('EST EN SOUVENIR DE MES PARENTS ASSASSINÉS A AUSOEWIIZ que j'ai manifesté sur les Champs-Elysées NOrtS 1)Ub1ion cl-dcs$OIlN le rlleU d'ulle jeune fille arrétée lors de la manifeMafion du 5 avril cOI/tre la Pllbl/catiOlt des c Mémoires , de SkorZell1/ dan. le Figaro: - Qu'est-ce qui' se passe donc, mad molsc1!c .? - Le Fi(Jflro public Ic mémoires du S. S. Skor7.cny. Les rêsis· t.ants, les patriotes ... est sEl.ns aucun doute un brave homme. Mais 11 n'a pas très bIen compris. Il reprend: - A quOI ça sert? Vous êtes bren Jeune, mademoiselle. A forc de faire de la politlQue, VOUS vous perdrez. L E Comité mondIal del'i Part. luns de la paIx, reun! :\ Stockholm, a lance l'appel suIvant: Nous .xI,sons l'hl1.rdiçlion absolus de l'arme atomique, arme d'épou ... ante et d'u:termi· nation mas.ivs des populations, Nou. nlJsons 1'6tablll$ement d'un riJour8U:C: contr61e inter· national pour alsurar l'applioation de çeU. mesure d'lntlnUç· t1on. Nous c0l181dérOll8 que II gou· vernement qui, le premier, uti· lisarait l'arme atomique, commettrait, nOtl &8ulement un crime de ,uen., mail un crime contre l'humanité, et serait à traiter comme criminel de guerre. so ... ie. Or, la conscience de tous les hommes du monde de ... ralt conn al· tre l'intuition du pIre pour savoir, Des le A MUNrCH nazis pro/anent cimetière Juif avec énergie. iout fairr, a seule fin d'êvilcr de semblables et dou- 10urc\lX retours. • Il y a un eamp de la paix qui a ett cr é pour toutes les Ames du monde, Ne pas savoir le chol· sir, c'ùst del1bérémcnt vouloir Jtter les torces mauva15cs et brutales dans la Joie dc vivre et d'aimer. ,Je dll'al plus, c'est volontairement. Ilier la dignité humaIne dont, cependant, on parle t-allt _. et cela est bien grave de raire cette in· Jure à DIeu. Oh! combl('n mon coeur SOuffre pour ceux Qui ne sa· vent pas choisir rntre le bIen et :e mal. le beau et l'exccrable laideur entrf te!tlte par un aveuglement sans bornes et sans raisons valables L.. Que ma lucidité. devant tous les probl mes de l'heure. et Que je m'errorce d'entretenir par anlour de la simple vie pour mon prochain, pènètre le coeur des hommes 110Stiles aux harmonies humaInes. Mon rfve sera grand st -n,u 16 avril au 19 mai l!JI;l, V :;0.000 Juifs survivants du ghetto de Varso\,je JUcne· rent contre les S.S" la Gêltapo et la Wdirmatbt une b taHle historique, qui constitue la première ÎnsurredÎon armée de l'Europe oCC\lpée. Cet épisode de l'histoire u t d' utant plus l'emarqul1bl .... que la llllissance hitlérienne n'ctlllie pas loin de SOli apogée, et que la Pologne avait été transfor mee en une immense prison, Ch un gigantesque abattoir l,ar les nazis. Ghettos et havail forcé La 1JOlitIQ\l( antisémite de l'oc eupant allemand en Pologne commença dès le dtbut de 1940 qU4nd. après avoir v!olenté Quelqtles \ '1elllards et Quelques jeUlleS f!llp.5. POUl' faire la main, ltl h ommes de Hitler 3uxQueb le, SUd.lowskl ct les Beck avalent prfpa-ré le terrain (le la persécu km rD.claie. soomlrctH les Juirs d, , (jeux sexes :w /ravaU force sur toul e territoire du c gouvernement. ,t· n ral to. ( l .i re la luite en paJe S) E la mllnoeu"'re du • FigarOl! cons!: ae Î1. le I)!'ésent.er '.o:nme un ht'ros .II.ud'l.c ll'l.l .I: mais h',m'lln. e l Il réhab ll ·

r pllr là'm! :'II!' le- lla1;lsm .

Aucune comlX\rai on a" les MemOins l1u 13C:5te R'.l5CIl b('r{!:, é'Titps par celol·ci au ICffi]:S Où n eom:netlall Ma ... oix est couverte par les cris qui redoublent.: - FigDro - uuû! Figaro _ I!(IZI! Figaro-lla;:;j! Je me perdrai? Pour ma part. fal perdu mes paN'nts. A l'{q::e dp. 20 ans. je sul. orpheline de père e le mêre. Ils ont eté envoyés de Draney à Auschwlt.z. pendant. Que SkoneIlY... J'Hals encore plus jeune en 1943, Quand, pour me cacher, des amis m'ont. fait passer clandestinement. la frontjère t. uj!S . Je ne m'occupais pas de politique ... mals ia politique s'occupaIt déjà de moL Nous appalonll tous las homo mee de bonns volonté dans le monde a aigner cet appel. Df:s centaines de millions d'hommes et de femmes voudront. en etret. sans dlst!nctlon d'opinions polltlques. philosophIques ou rellgieu!les. exprimer leur volontt d.'emp cher un" nouvelle et t errible catastrophe. Dans la nuit. dr Pâques. lp. cl m · tière .iuif de Munich a ét-ê attaqUe par des vandill s na:r.i!!. tous enSemble. la main dans la 1 _______________ _ main. nO\l, pouvons nous d iriger Le monsieur qui m'a Int.erncllee vers un avenir melllcur. lPAQUES 50 Ruée (sans or) vers les trains de banlieue et les petits cochons en pain d'épice " Les \'oyageurs pOUf Meaux, Château.Thierry, Epernay, en voiture ! .. Samedi, 10 heures, gare de l'Est. l.e hall est noir de lllfUlde. On bit que.ue :l\lX guicheb. Familles eutières se h âtent vers le déllart Les "ulises sont lourdes? Qu'i nlllorte! Il fera ·holl, .s i , bon, d,cl. grund'mèn', cc SOir, Partir (:'ut irè br.ilU : mili!! la vie e t dlèl'c, Voya tT ('oûte le

o.'cux de la tét('. 44().OlJO P ri i{'n

sr.ulement l'ontre , lL!.OOO l'iln d('rnier ont pri le Ifilin Or plaisÎ!' il. l'o('(: ion dcs pl'cmicre3 V l·i\n· cc (1c l'ann{!c POt:l' aller vers Jc.s J'l'c.e. les boil:', l' llr pur. M lis l'C1Hl('Ollp sc son t  :'ontcnt(\ d'une _ biill .. de (,:lll1pllgnal'd, , • M;ll/:-ré k temps 1l1!1\!  !lde, au terminus dli' autoC'urs, on fait Queue pour trouver Ull t' plat.."t;'. Sur les routes de l'crir (pur) Porte d'ltalie, \rf'mplin pour les r.1I')cloIlI1CCS de t'am pcurs vcn F'ontaincble'lll et sa (orêt. f'ilks et. gars 8 1. bouehe une ehllnson ont mis 1"". li terTC el hêlent les ,l\lt()/l10- bilisl.c!l qui passen t. .. qui pasS 'nt trop souvent sans s·arrêter. Ils Ollt d . tcllement ehArl:ê . D'.II ;Jlre jeur.f'1ô pilrtC'nt â hin-· cleUe... en métro sur la ligne de f :hau:· (' u .. d·au.(glut  :. 10 ,ms po"Iur Il,,,; lIl1l1!ltl"ll. , a la Igire jlu "l'r"ue Sceaux. A Ioules les !lol'Ir!' 'de Pans ("('st Iii 1( rurt ans or » "er l'air pur. (Lire i. suite en l'&'t 3) Je saIs Qui est Sknrzrny, cc Qu'lI repr sen te, ce que igniflc . a pro. e étalée dans un Journal parisIen, J 'nl as.' ez payé, malgré ffi?S (Suite en palrC Z) Sans aucun doute, les amis du M.R.A.P. signeront et feront signer en masse l'appel du Comité mondiaL Trente monument.'1 sont. dètru!t.. . A Munich, on a de la suite dan le5 ider.s. PourquoI sc gêner? sc disent les nazis. On acquitte. on blanchit et IIbèrr Quotldlenne.ment Irs plus !idèles ser ... iteurs de HItler. Il y a Quelques jours, deux chers dr la Gestapo de MunIch étaltmt remis en liberté. Le antlfascl,!;f,es Qui ont manl!estè leur Indignation furent matraQues. LA LOI DE NIPPUR Dans J'ancIenne ville de Nlppur, en Tmk, ulle l'xpi dltlOll archéoloJ!:iQue (le l'Ul1i\'er lte de Chicago a decouvert,

'1'a ... e  UI' Ulle tablette d'argile, le

compte-l'l'nrl.u d'un procês vip.ux de 3,000 f\1lS. S'UNIR ET LUTTER POUR LA PAIX 1'1'1)1$ hommc a ... alenl; occis un fonetlonna!re du temple de Nippur ct sj j)ah'i r.et a."8assinat il. l'épou dudit fon ctionnaire. roi Ur-Niiwit;l, Qui l'r.j:nalt, dlln ... sa capitale de Ni..'in. remit Cet.te nHalre il. l'Mscmblèe mua;_ clpale de Nippur. Après de )ot\its débat , les troL as- 8/1ssll'lS fure!\t exccutés devant :a chaiJSe de la victime. devoir r sacre es déportés Il !)arait. à en croire le doyen de l'I'.co:,· .11) droil de l'Unin'alle de Pcnn·

yl \'anle. Que J,.. p,.ncks 'cst déroUle

dallS I\Olt ells ::mùle cn confonnité avec la 10: adua!:"mt:'llt en \'.'gu' ur a llX A rnES Ic fusillé!§' les décapi. E11'l(A·Unls ... tes.. les p('ndus, les d portt'!i fur nt 1('$1 ,;:-randes "iclimes du nazisU1(' et de ce n;gime 'lui fut impo:w il. ta France v inc\l'.! pllr une hallde d'oiseaux de Ilroie • SOU:il hl dl'nomination de J!'0U\'HIlelllcnl de l'Etat français, (lui Il'ët it ujre qu'une forme du fasdl'/. mli'. I.e d p(lrti's sllnivants sont revenus des camps de déportation jlor!cun,: du t("stalllent de leurs (;amal'nves morts des séyj· cc .... ('xt'rcê par les 1'iS et ]lar fJ\lt:1quc brutes sadiques Qui s'é· Illient mi e" à la dispm;i!ion des reprë,;;elllallts du national-mcia· Ii:o; m(', pour obtenir quelques l'tvantag'es. DES l':l.rriv('c dar!!; les r-amp. , les déportés étalent dé ... êtus, dè!)oull1ès, délestes de leurs papiers. de I('urs bijoux, de leurs alllanccl mème. tondu.,; de pied Cil cap. r evêtus aInsi qoe des gueux. chaussés de c1aqueH.es mi'me en hl ... er. 1I rlevalellt accomplir i'iOUS la pluie. !a nclge. dans la bouc, le frOid. ou sous un soleil brUlant., â moins que ce Ile oj!. dans Ulle par le colonel MANHÈS préûdtllt dt la F.N.D.I.R.P. mine de !i('\. de dOUZe à QuatOl'2e heures de trava!1 force, sous la schla:lur. avec un minimum de Ilourriture qui n'auratt pall 5ut!1 à faire ... lvre un oisIf. Ajoutez à cela If') rePO . la nuit, après d\?s heurcs d·appel. ur des planches ou SUl' le sol de terrp. batt.ue d'une baraque, Cil compagnie de poux ou de puces en quantité te-lle qu,," ,0 sommcil était, sou ... ent, recherché ('n vaIn. En peu de jours, le dtporté dev(' naf \ln Rn!mal QuI n'agissait plus Qu'avec Je souel dr. détendre sa vie ; bnlle par la fl vt'e. il ne trou ... alt pa meme le médicament susceptible dp, le ramener, au moins Illonlentl'tnémel\t à un etat normal et, "1 son moral flanChait, Il u'a ... alt plus qu' tl souh::.ltcr la mort QuI le Ubêl'eralt de cet enfer d·Où la seule porte de sortie était ln chemInée d'un krematorlum. Que nous en n ... ons vu dlsparaitrc ainsI. en rumée, dans une fumec unIficatricE.'. apres llne a oIlle plus ou moins prOlonece .J_ . D ANS tous les paY5 QUI. ayant. ete occupés. avalen!. connu la de;mrtatlon, les resca s se sont rassemblCs. d s leur retour. (Suite pa,e 2)

1a ts est-ce que cette rNércnce

d 'anClel1n lui conf(:rc neccssaire, ment une garallUe de sagesse? 1',1,( ruilticn, lu d':porlt:' (lil l alhl . d;m lIrhe, ranimrr b [lamine du Solda IncouR\I. de Les fouilles VILDENSTEIN (Bavière) n'ont révélé qu'une faible partie des rapines du PLAN REI CHSHARSCHALL Tablraux, biJouX", taplaerles, an .. tiquitcs. [j 'l'eli, vins de cru, H .. Queurs de marquc ... Amateur d·Arl. collect.lonneur: épicier. gourmet. Goering ne sc rpfusalt vralmC'nt r lcll. Il pillait. l'Europe, et rondemcnt. Dans un document, tM le 1er mai HI'U .1l1 C.Q.G, du .F ubler, le Re lc"smar. ehall avait ailul rxpo..' è sa e thl orle de l'art :t : La lut/e r.ontre l e J JAffs, l , f7(IIICI.;.lIWÇOIt , /I!urs ail/il l et autres pl(i $. an('t's . pj r Uuel'tl apparellldM' C07!, ti/ue ]10'11 ,. le 7/alloIlQI·,mciall,mle une Ide", ur{J lltr. Ii accomplir pendant l4 .(lucrre. C'e$t 1)OllrqrlOl f t:j p. prolW la décl.l'io1t dl. Reit.'Il1l"I. 1er Ro.o,:clIberu de creer da étal - majors spéciaux da11.t Itl terrftofr(',5 ocCu7Jf!S, La 711lult1" dl'. C ,j Il/ats·maiors c t de "'t'm parcr al! tous /(! ' 7/lattrlfju: d'etude el ble'ls cU/li r e/oS a:PJtat'tel/ ant all,'I:' ml!icux ci du.!tlt 1I0mm6& et de les transportl!1" en AUf!magne, Cc [ut la spoliation dans II'I n ! es d ... rl'trt. Les pIrates 5" pll-r. ta:::ealcn le butin avec des r lil do joie. En France. Il purent se scn'Ir copieuscment. Natttrellcment e'ell' Hlt.lcr Qui Ile tailla 1" o ,rt du llon. Il s'cnvoya. ent!'c au t . Afm, clr. Pompadour. de Bou cher ' C/ard d. Soya. dl' Goya: Le Of'Ollrapht. dl!' Wermeer ... Quant à aon.ng, molnJ (5uile p ,(1 JI • • - 2- _. ___________________ ______________________ ------_ P OIT eT lIBE Ti Skoruny et Rtlmmel Paal!è ement i. l'op ratlo !'l SkorztulJ t'lU le Figaro, S arlll olt St! proteet@ ur tent.ent en Fra.:'l e, unI!' opéu.tlon Rommtl t n en train de l'autre c6té de la MlInche. Mt'!tne mélho 'i . mt'me bat : réhabiliter les pires crlmUuls et gl'-ntO rau hltlérien,s Cil "ue d'une nouvell!': guer_ re !:lU ClS m SSle\lr5 Illlraient l"extréme obligM!1Ce de nous enc.adnr. C'est un r.J! rt.a.!n Dnmond Young l'lu.! 'eJ;t charr! d 'écrire. en al'lll:laJ.s. Une \'le Ill'Olof:!êtlo:ue dl! Rommel. Il va blentét n!gocier à HollyOJ.'ood. l'adapt& 1101'l elnémat"guph!que der. bUlla (14"1:1 t ruqul!u dU: "alneu de Slr' R.d:eLOEa. A;lrè$ lu gan,sters et les J)1.IIAlp.&, lt.$ Mudard! de l'Atrlka' ltCli"PI· y Dun9-B,iS50n-Rommel Pour SI! jutlfjer, Desmond Youna: tUf 1 peu près des m nlU 9 &tiUmenu • Que le directe\U' d.u Flgl1rCl, P1 rre BrIsson : ... 011. m'accw;e d' vnlr fait l'apolor lt d'un otficler hltlérJen. Mon livre n'u t pas l'lOlitiqul! (5ic). Je ne raconte .Cl.1I1P: la \'Ie d'ut' WIdal . En FranclP:. YOUfil-Rom.m 1 a ct jà., III moln . un grand admirateur ; le J l1l'nl.l R.P.F. Paris-Presse. Forrestalité E:e CI!$ heurt' d'lnqulétante5 I\y)térlM et d'hlStoires de sOUCOUpt'1i vOlantu, au milieu d 'un ps)'chou de ,,,,,"' I.va ll'lment enlretenue. I lol! q le gêneul Eltenho\\'c:r lul-mtme PlilÙe • (tu 'aucune naUon n'atteint \tI quart de no maladin menta.lu ,

:eruIN poUtlell!n; .. mérlc,alns ne JaUra.

Au t prendrl! trop de prtcaut.J6m. A tes enl.l!ndre, à les voit a lr. leun

 trlott!  eral ent peut-ètr. tentés
e fairl! quelrjUIM rapproe emenu

AVtc feu John Forre$ta1... Mr. BAB/TT A BON DOS , • c 'EST 1171. .fait: Ir;o,5 .. en'imen! s " rtl.ri,!f.(!, 711 1 i-IlI! gres, anti-juijô, anli-mexlcoins. ttc.. se développeN t allX Etats-Unis. De, jou.rnal/,r am r j cains. qui compff11/ parmi les moira généreux envu, II':S minorités opprimée8. le r tconnill stnl. Mais à qui l a Jaute ? Sinon. d'abord aux rts pon. abll!$ de ioute Ilne polltique, délibér men ! menlfe, de d i. c riminatj:m et de dIVisiOl! . Je peUI m"i, di9ner du traitt mtnt réservé aux N oi dans les ohettos du Sud, des inscriplf()lIS for white only. ou du nombre crot. $ant d 'emplois refust. d: deJt trava.iU llurs am rîeOEÎna d'orioinl'! jutv . S i l e n'sn cJlerchl'! pa.f t rOp les caUS 8. si je ne d .tigne "of du doigt les lwmm6.! quI. allant l n t rt., li cet tat dl'! chrnle.f. excitellt à la. haine raciale. d je me COlltrnt. f de regrl'!ts et de constatations réslgl'lCes. on ne m'en voudra pa,! trop ... rauraM m me drolt Ô. des l'lict · tatlons si fe tralte de la: Question " Je ri, â {large d4rloyie sant a de Diltns quI SI'! VQntent de lllurs ancétres. Ils grlmpllnt tr.u.:r: arbrts 9tn alogique quI JI'! r v!!lent "entralement n'tIre que d.tI md t$ de cocagn dont il' retombent avec tm gros boum .• La v rtU sort (parfois) de la bouche de5 viellle5 dames (excentriques). Niveau à: la man/ttre de M. Tr n(), du. jour- 1117/ Franc-Tlrl!ur .. Trob Noirt amr.ricains vtenl'l ent de porter plainte dM;ant la. Cour , u prtme pour les injustices par el/X subl es. M. Trtno se saisit dt! ceUe CiCCrIslCin pour fe!ndr·r! de se

o!l(!arl$er aliec le combat des

NOirs pour rt alité des droits. 11 rend , cn Jall , lin igna/é sert) iCl'! aux racl,t!cs d·outre-Atl antJQUe ,m se livrant, li un nouvel e:urclell dt dt mngogie et de brlllûUaf)e des ca r tes. 11 réser"e tous :;es cou ps fI. un bouc -émlssalrl'! vagul'! et anl'mume li souh ait. et qui lI·en peu t. mais: 01 l'Am'ricain moyeR. , MT. Babilt... Ait ! (/ a bon dos. Mr. Habitt ! Et com.me Il IUt faeU#! de e do1tner. Il p//u de ItalS, dl'! airs de redres oi ur de tor t , en l'iniurlant ! Car, M. Trina in/uri" Mr. BabUt .. . l!t comment .' 01 Pauv r#! MOnsieur Babltt, .. Vous é tl 2 bitn tranquille dans vo_ tr; com parttment.,. Comme le - .1·QI,."Oue aimer benucoup 1 e s Toman! d'Howard Fast. A la deux\tme qu tlon : - Oui, et j"estime qU·il laudrait me/trll I!n ct 101 gueTre frf'Jide rt Il l'tt, parler d.e d tndrll le nlOl'I"d.e avtc la bombl5 H. A la troisième: - Mon avis 01 toujours été (lUI! •. \ Juil! I5t l s NOir, ,ont des h(7mmes De i:raves InondaUllns \'Iênnentl r-----------------, d·avolr lieu en Aigrrie. Dans le raciste c Echo d'Alger ... un grand titre : 01 Les cgdavru d·4nfm4 !l.1: Jtlr.:·'wt la pla/III'! ... Et. beaucoup plus bM. un som-tItre minuscule : c AI' Corso, detl.:l: ht.dl§'!!nel emportés por la crue. • L'e.a.u m"nte... Les bMtJaUlc ava.nt l bicou Le nIveau ou peut. descendre un "prit qu'anlme la haine zOO'lloclque de/! étrr..5 intérleurA." Etes-vous ff lovai )I? 11 OENGRÈI DE ru. J. R. E. Le t roulcme cO" lr S natl l'mal l1 l'U.J .R..E .. qui st tiendra les 21. 22. 23 avril. pr sentera un Intérêt tm.lt particulier par l'importance des prOblèmes Qui y seront traites. Des mandats dt! d légu s arvlennen' de toutes parts des ar· r ondlssements de Paris. aU6S1 b!en que des v!lles (le province. moltrle csl mal la lt. Il'c f-CCl pas, MOllslcur Babil t ! On. r eccmnatt à'un $ rtl coul! d'oeil. et. pour cause. 1.111 .. salI! ntare , qlll Sfln,i dOllle "!sf. par oil1etJr le TJlu, h O nnét riCls hommes. Mal):, pas moym de flairrr le gr!!d ln de l'otre hrl!lorabll! rlet Qui tn \·ellt à \'rltre v!e ou à \·otre p ort 1.!u!!ll!' . J'tn pa.uf!. tl dtS pu'c,! ! Non se tll ment de tels é cr ft. éluden t le lo' d dl'! la Q!4l1stion. mais iI.t lIont tuentlellemtnt dlrl I: S contre la masse du peuple am@rlcain. En II'!S publlan,. M. Trdno pa. ra.U bien SI! r endTI! coupabJe d·activiti VRAIMENT antf·nmér icainc. f4ai ce n'tM pas la Commi. lI:fon Parnell Thomas qui le lui r l!pra· chertl ! Nt dt/van/age Gera.ld K. Smtth ' l Jolt1l. F.. Rtl. n.kln . les lajClste. d e ' /'Am er ic17n LI!]lon . tes lYll{'htu's du Ku_Klu_Klan ... rEncore d·ltat). moins le Départ.!ment eomml5 ll! aufre!, dig/l!!J de Jouir de, memes lio!!rt $ constltutto1lne/!:: ct des m m.e$ droU. clli/que, ... Remercié - Tth bien. Je I·OUS renlercle ... tIra Je contr6Jflur de l(7yaut . E il Y auu de fOI·teA chances pour que \·ou\ 5nyel" en ,,-fret, • r merci • ! Le! m thoctes employen II. l'encon - · tre des foncllonnairts aux U.S.I\. s 'jru;pjren largunent des procédé& Inctul ; Jtorl.ux de la fameUlie commis s ion des a th·ltés dlte& .nU-amérlcaine;. Dm loyauté : exemples fi.cents d. d" - Pour a \"Olr accep!. de déjeunu dans une famille de Blaflcs. un tact l!ur dU po!tes, Noir. 1 U llctllo::!ti. - Un autre !or,etlonna lre "JlaJJc) a Ilbi le · ml!me sort parclI que !'.trtains de e collt\lI'u e a valent enir.ndu dIre Que sa be!lc-mème était une c Rouge 1 Un chiffre;

hard:. dl' l"Elott rie P.(mn, r.ie l'exls.

tcnce dES çamp. d t concenlu,tlon ou le Troisltme R ic h . Dan \l.n re taUr!lllt d Ha:lloourJ, à la ulte d·un rr,t'"ctin:. JI a te !e rt proprement corr i:;e pa·r d oUl'!ie:· antifa ("iMe a:J"m nd . C'P- ,t la Qualol"z!éme fois Que pa re! llt. mésaventllre hli 3rr!\· . Du COUIl, les aulorité angla: '.,; ont j\l;or pré! nble ce lui intf' rd:re de pr!ndre lA. parole pel\dant quelque temps. S curit.e. séc::rlté .. En a.ttenda nt, sans dout/!, des réparat lon . Bien 1'( bon" » ! Bien • bonn ". la. dernl re qu·on raconte /1. Munich. histoln Deu." Alll'mand" \'il'nnp.nt tl"Qu\'er un fOllctiono:o.iI:e amrricain : - C·est pour r.OUI! faire dtnll.z.!lIer. disent-ils. - Il t lin peu tard. me i e \: . En lM . ou. au plus lard. (m 1946, je ne dU; par._ Maintl'.nant. c·ut lin!. OuI. rn:o.j jUMflnl':nt. en 19-45. no\\s n'jltion pu n:ul ... Le droit de changer le programme IIi. -Mac Clo · . h:lut commi.!:nlre aMér\ Cain en Allemagne .a déclaré : - Sans dOl/te tilt certaIn I!otnb ' ie per onne., i1l.d/!$irablc$ ont r pTl$ le, ffwlers de cOlllm nde df. ofJafru .. ,lia is f e3tim.e que n trl! P1"01ramme de dtnaûjico.tifm. IfS! dl: loin 101 tenlotlVII la plu;! comp;tte exf!cuLiI'! en A Il ma_ un!!· .. Comment aire a'un humoriste frança

 :

- ça doit t In comme 5ur les proepectus de cirque ; La d.irection te r _

en'" II! droit de modifie r le pr.,gramme.

.. - ""lU L 4 ;j .... Ce jour-lù, ù Buchenwald seul fonctionnait le commando de la libération CINQ an!! delà. J'usai! de re· penser it la liberatlon de Bu· CI18nwald. Un mercredi, oui le n'lSroredi 11 avril 1945. 18 h. 15, Le $Ouvenir as tant de villages s'est estompe. Mals pas celui dolS yeu:.. On dizaine!, des centaIne) de paires d'yeu)!. Ah 1 l'exprenlon de tous en yeux d'h(7mmeS libr .... OuI. le orol!! que le plus precis dU souvenir. de ce Jour·la ce lIonl les yeux dn camarades. Las ye u des h"mmu valides qui regardaient la li bertt, lu Jeux du mortl qui tlnrChalent la V18, lat J8U.I( lies II - d;!!ns toutlls lU lan,ulls le serment solenn . 1 de ne Jamall C! ger dll lutter pour une !lallC JUSIe: durabl e, ptlUr détruire Jusqu 'au)!' d'! rnier, vutl«ee du f:l.\c lsme et pour ne plu I J1tmala rtvolr ça Il. c.e t "our cette llUmanlU libre, paCifique, pro,resslsle, CJue Ilromet· tall JI y " clllCJ an!! la libération de BuclulIWillrt, ue 111111'11, eur tOIlS les Contl"8nta, par centaInes de millions, les hommu et ln fem. me! dl tous ln pelJllle9 êprl& de justice et de !laix, Charles PAlANT. '1reux qui disaient J( je meutll Il. , _ _ _ Et mu yeux qUÎ disaient : « Ma mère, ma lIoeur, Alb8rt, pour· quoi? » E1 toua n08 yeux qui dl' saient : Vlngeance! Et auui ln yeulC dn &.5. prl· .onnlen qvt disaient la ruine. Et lu y'ulC du copaina qui disaIent l'a.venlr, It les yeu_ t!orrlfiia du monde quI disaient BUCHEN· WALD 1 1 BUCHENWALD, Iymboll de la · barbarie nazie avea au 51.00D morts, ubnuea, torturés, pendu', fUIIIIe" BuchS1\wald il la porte duquet l'ancl,11 maire antltatioiste de Wei· mar avait lite enohaine dana urte nlGh. et nourri comme un clli!!n'. BuClltnwald où Ilee Koch, la ohlenne aujourd'hui libre, cher· chatt 1811 hommes tatoué pour ee nOtllelltlonner des abat·jour de leur peau, 8uchllnwald ,'était libèr d'abord de !'int i rleur, Et te qu'!ivoque 8ur· tout cette journee du 11 avril 1945, c'ut l'actton magnifique de cou· rage et d'herOÎeme de la Résistance intêrieure du aamp. livrant assaut aux nllrador. occupb par les S,S. . • rmu et qui durent capituler de· vant le çommalldo libérateur. Troil ce,," S.S. prisonniers. oe fut le eadeau dl bienvenue qUI ,.çur,nt le •• otdat. ",meriealna en arrivant au camp. QUI oubliera lamai! la manifes· latlon de fraternité Int.rna· tlonal., le lendemain 12 avril, sur la place d'appel. Les d portes, langés par nationalité et répétant la souscription U :'TE No 8 C"lle"lé II. Mlln I; le : M. Re tz. 1. .Q(lO : M. F'ritnk.fl, JO 00t1; 8f,'JChara. 10·000: BU\Qlle Rou, Hlt)M ; • Pour m l,nl/!qlle meetlnl COllIn hti!:-el!on Vall,'I.t ) , 10·.000 : Boblrl1' 000 : M AlmMr.mr"l, ,cno ; M. C"'llli I1X • Ail 1.0UH'· , 5.000 : M. R(,Stnft.d . 5000 : M Dlvld, 5,000 : M· \"oukno,,·, k.i, .5 000 : M. R.ubin, 5.000 : M V(\ el, .'l.onfl : M. SChuhl, ,,000 ; M· Mtnnll, 5 O : U· 0011- ?.ah!. 5 OO . M Bl@ltl'a.rll ,,000 :

 Dan-Jy ,.  .O OO : M P OiL llk, 2,000 :

M, Sinai. 2,0(10 : M. Sium, a 000 : M. I.okl.et. 1 DOO : M C;UUlir"l, 1 r'OI') : ;\1. Ch"uril ll:l, l ,mm ; 1,'·\T·CI·Mp, 1.000. Toul ., ...... , ..... . 128000 M· MI!gr')m .... .. ........ 500n Tot.a.1 dl' ,li. huitit:ne lfa.te- Ul·OOO ToUl l pl·!! .( lleltt .. .... .. 53 .3iO Tn:lI! à (':e Jour ... Sel.no BRAVO, • pnACA·FIOELITE A LA FR .... NCE» Appr'ciant l'action du M.R.A.P. Ifan. la lutte contre l'anUaémltla. ml et .n particulier contre la \1- b ratlon Ifu bourriau Xavier Val. lat, les . ocl'Ue Pr""a et Fldélitt à la Fran/ll ont déoid' dl Vlraer la .omme de 60.000 tranee au fonda de lutt. contre l'anUatmltisme, Reclt fica\Jnn ;\ 11\ ) te No 1. A 1& pla.-·'" dt • Col; tp Chili. .OOO If. lIr, : Dans J'Etat d'Alabama, un candldllt 1\I."l élections munlcl pal $ ·e t donc .. I!IlI1 présenté à e! électeur : Selon une estimation !édera le of!!- , ___ ________________________ _____ _ MM. Karpllc. 000: Frtnk l, 1,000 j By llowt;ki, 1.000. • Citoyens. liOI/.$ ):Iout:e me faIre confiance pour la "est/on du (1ff,.. .. - ru. Aucun de mes r.oncurrent n'est oetol1ble de pmuv.!r qu'fi est saIn (1'espr{ J. Moi, it le pI·O Utll! 1 - QU llil sort d livres achetea voU.! _ Vous arrive-t-i! de dlscut"r le COllr. du tvbt m.ent$ .' _ Ave2-volrs d,el idél! partiClIll · r J sur l )Jrobltrne n'lci!!1 7 . Les orgllnl.satlons démocnt!· qUf.S ont d Jà montré l'lmr:ortancf. Qu 'elles attachent à ce congrès ln acr.eptant l'Invitation de rU.J.R.E. AinsI. le combattants de la Paix et de la LJberté seront représentés à la séance d·ouverture par le co· lonel Vigne, la C.G.T. par M. Raccamondo la. féàératlon des dépor· tés pa r le colonel ManM!\. le M.R. A.P. par M' Blumet, le Comité d défense d s Immigres par M· Brandon. Le pr6fesséur Pr !1ant. Inter Viendra au nom des lntell ctuels. cielle, plus de 90  :;, dl!:! fonctionnaires ayant per u leur eUlplol pour

 dtl(7yauté   s"nt des Juifs ou du

Nnlrs .. 14' correctio" SKORZENY TARIF DES ABONNEMENTS à L)! L"" lit d'Aliter t!'!omphllllllnellt un cert! l1ca.t d bonns conduite. déllvr par l'uile d'aliénés ou Il avait fa It un .*.)nur. En ·ertu du d cret N' 9835 du pré ident Trunlan, des comlté péc\a :· contr6lent aux U.S.A. 13 • loyauti , de fonctionnaire!;. Suppose:l\ Que vous 5Oyie:l\ un fonctlonnll ire amér!caln et que \·ous r pondiez à la. pren\! re que. ;tion : Otto Remer est CI! nul qui  !!té promu général de bri.ade par Hitler po:u al·o!r éense le ( m eux complot du 21) Jumet 1944 , et qul maintenant. t la tète du Parti Social du RII/ch. un dM nombreux i" roupemen16 revan_ (SU ITE DE LA P EMIERE PAGEl " 80llL l'oIlMlnllltr, • f'A'U' CI') - TU 1 PRO I OI It TAI 11-14_ Ari"ument ... massue 1 UoIO.Iel Daubes Du souris et un homme \'old, dans un gel'lre MCnte plw alttnble, U1le auW'e histoire de tau. A Gla:;gow, deval'lt, une station de t.ramway, un Eco uls de 28 ans sa lia It fort poliment. 1P:l'l soulevant Ion chIIJ)eau, l'Ju6ieaTS l'ames qui fal. al nt la Queu!. Fl lI,t" SIl, tète. on pouvaIt \"olr. bien VI Br.tes, deux souri&. Dn ourf..s et un homme. L ·h.omme M Plltrlck Mac Cusker, a né (lrrHe ZlCIDr avoir troublé ]"ordn publ!c, Pas si loufoque ... DL. qui n'est pas becheur. fait cerendant toutes rés n'es lut le t n d. anee.s h.blwe!11!S d·une vletUe dame de Nell.' -York. /l'!rs Betty Hcnd rliOn, Jiputée trel drole parce que. dl! tem tD temPli. elle nlet les pIeds sur la ' , bit (\u bar du Mc ropoUlaln Op4!ra. Mals DL .• qui N.t antiraciste. ne j:II!Ut que '1ousr.rlre à la déclafatlon

ue Mt, Hendeuon "lent. de III Ire.

l allll peut-èln: en mesurer eUe·mêmc ["ua la. junuee et 11 nl'elil. à l'ocfiLl'lOn de la , Semaine du Rlu que lJ:l. • Ecr!v:\!ns de i"as, Ori(\n ent &Ib: U.S.A. : (SUITE pour créer une unIon entre ces victimes d'un crlme jusque-là in· connu. C'est ce qui fut fa.U en Frallce :lJin de reallser le Sllrml!n !aa aux compagnons morts sur les lieux soutien moral et pécuniaire dcs vieux parl'nts, deli Vf.U· ves. des orphelins. pour rte1amer que soient tenues les promf.sses ta!te;; lorsqu'il fallait des volontaires pour libérer la pat.rle. des hordes ennemies et d·un gouvernement quI ne devait sa prise de pouvoir Qu'à la défaite et aux conditions ignominieuses qu'Il s'étalt laissé dicter. Dans beaucoup dt payS. l'unité des anciens prlsonn!ers polltlques a pu être réaliste E' maIntenue. Il en est toujours • .\nsl dans Its pays de. démocratie populaire où les anciens prisonniers polltlqu s joul'nt un rOle Important dans. !a direction du pays et où dl!s avan· t-ales împorl..a.nu leur ont été con· cédés. En FrancE'. elle nI' put jamall\

t.r e réalisé!':. de par la volonté

d ·hommes qui ac :eptent d'applaudir les gouvernements en place, HACHETTE MENACE NO!  :l1l1l, réllnll(l.tont .. rfl'$, lue· " .. r""", pn rffioublll"t d'p.trorlJi POUf diftu r plus lIr.th'ement encon .. Droit tt Li ft .." et .('eêlber la ('ampall:np. (j'llbonnemtnIJ. DE LA PREMIÈRE PAGE) m!ml! ceux de démis!'llon nationale. Cependiint. une grande f · dérat1on. comptant environ 90 pour cent des déportés, Internés et famUles, la Fédération Nationale des Déportés et Internés Ré· s!stants-Patrlott. s, avait tenu jusqu'à la tin de 1949. C'était trop beau pour pouvoir durer. d'autant Que cette fédération ne s'était Jamais contentée de l!mll,er Bon actjon aux revendications et aux oeuvres sociales, bien qu 'elle fut. et dll 101n, cene quI nt le plus grand l'Hart en ce sens. 01 Il faut savoir dh·lser pour réIMr • et. la nécessité te divIser

·es  pr&c.lsée au cours de 1949

car, face aux préparatifs d'une c:uerre que nous ne consldéron3 pu commp. 01 InévItable ., NOUS AUTR.ES. mals qui s·avère nêct. ssaire au capltallsme mondial pour assllrer sa survie. une GRANDE FORCE s·est soudainement dref.,sée: cette force c'est 1111, VOLONTE du hommes qui estiment Qu·une l uerre qui n·a pas pour obj _tl! la llbératlon des peuples est une GUERRE INHUMAINE à laquelle 11 faut barrer la route. Dans cette vOie, une nou\·elle unité s'ellt creée. dang:ereme pour ceux qui tirent de la guern leurs plus st'l.rs MnHlces. Ceux-là. qui d!sposE'nt de tous les moyens qu'li est possible cI ·acheter Quand on p"ss de ee lni!'r qu·est rOR. ont dê halné su r le monde leurs linobl1! 5 camparnes de division. de dlf!amatlon : Us ont fRit r('pren· dre les telt mot.lv de l'anUsovltt!, o;me. de I"antlcommunlsme : ex· plnltant tour a tour la peur. la Itcheté. la véna llt . la pusillan imité d s hommes ; Jouant de la candeur nal·ve df'& uns. du patrlo: tlsnle chauvIn des autres. jouant aussi du me pris dans lequel est tombée une pOlltlque conduite t,rop souven pal' des trat1quant . , des combinards ou des insuHI· sant . L A manoeuvre n'est - pas nouvelle, nous a,'lon5 déjà vu l'ef· fort poner sur les . yndlcat5, aVant d!! porter sur notUi. D:lns les pays d'EuropE' occlden· tale. Ils ont réussI. la même Ol! runlt ava it t.U! totalement r éa.IIsée. comme e n Hollande et en BelgiquE'!. En France Aussi. Ils ont réussi en parl.le. beau oup p lus faiblement d ' aUl un;: Qu·lb ne l'e;s· péralent. S·étant ser vI du prédlc: atl'ur de Not-re-Dttme de ParIs. Ils pensaient quo la d sartlcul a· t ion getalt tot :lle : Il):, ont été loIn d ·obtenlr le réfoult.at escompte. car les Françaill. da.ns leur ense-mble. ne liant pas telle-mcnt na ils. Ils ont eu vite fait. de décelf't la ma· noeuvrl!, de comprcndre qu'on voulait. lIurtout les altalbl\r ln les dlvl ! l.nt IJt Que s'ns lais alcnt cr er plu lf'ul"5 groul)t'm('nt.s. Ils n'auraient plu. dEl force !'E'I'enc\lcatlvc suff!sante t que la voix de dé· portés n'aurait plus le r lJ tC'ntlssement, voulu pour rtclan'ler eWcacement le maintien de la paIx : Quant on parle ct·armes cte gU(,l"rC commn la bombe Ilt,omlque et la bombe à hydro!l"tne ou en· co!"e dl': gucrr" bact,eriologlque. il n'est pas Qu!'stlm, de sUl:lposer que qui Que ce soit puisse étre éparçnê. Cela devrait peut·être Incl!. er tous lr.s déport s. les anciens combatt.tn ts, tous les patrIotes . .1 prendre part une Rctton éne rv;l- « Les sincères ft:idtllUuns de mOn adt;erSllire l/I'Ins ré )Jr cé, IIt·ONt l'rou.- 1"'- éuit Slwn:eny (dans 01 QUÎcLc .l. q"e j"ql'o;i , affaire li UlI gentl!mIIl1, et j'ai tout purliollllt .. ( ! ) Que aux côtés des combat.tant;; de la paix pt de la liberté quI ment'nt campagne Inl assabl ment et aver. courage. campa;ne Que des hommes trO!l IntéreSSe;; Il (:lIre laire leur VOlX, s·el!fl:"cPl\t. de faite passer pour une campaille poli· tique du parti communISI.f:. a lnr s. (lu11 n'cit en rtalité Quest!on tcela a etc récf'_mment aHirme alLX deuxièmes ;1.Mlses natlonal('s de la Paix pt de la Llbcrtt), quI'! de

r.eller l'union de tous leI; homm@s,

de tous Il's p upl es de la terre. afin de j('tf'l" IplH.'\ fo:"us dans !IJ platr.au de la paix ('t. de faire peser. SUl" ceux qui v ul el\t la guCll'l"('. à chaque étape dc leur complot. la mel1aee permanentr. de la torcll populaire capable ct1mposer la paix. Cela correspond tres ('xacte· m nt au principal objectif ri!'!; dé· portés qui n·or.t pas oublie leur serntE'nt

 C0mbattre JusQ\I'au dl"rnier

Jour dl! dernier des leurs, s·n le rau . [Xlur Qu·on t:.e revoie l'Ilus JamaIs CI\. 1 Sk.n. r,eny Il pn'uite putlctpé !lUX lrara.IlX « h lst(7ril:lue:ç • d anClen tfftiders de la Wehrm.açht (entre lU· Iret; H ad ; r) réunis pitT II!.'! Amériealru /1. Neuestll.d' en der Laha. I nt.em à Dar,nslll.d t. avant oJr pasI " r ô\wan\ un tribunal ri .. déruul[1 :a.tl0n. il Jouit de tOJ3 k'l; a\·antage8. péJa enR"(lg dans I .. s s r\'lc!!' secrets, il vtt,

ur ord re meme df'S Ilutor:\.é." amér1cal·

nu. sous le p$o.'lldonrme d'Ab l P!lMtlni rjuelqup-s jours;\ ,Il prisQn de Nurenlbtrg. 11 prend .d 1l conlacts fructlleux I\\"fe e& lIIaj;(nJI!s rie la Rh»r. nntamment leI dlrll{eanl.!l de l'I.G.F1Irbtn (qui tll,b i qllcrent Ir! !ta;', M cha'llbres .. (lUl. qui ont, eux aUI . i , depuis été a equjtt $. « J ui ("ont rarM, ,1iI· il cyniquement d·cnrel1r1rll parler d ma Juile. e ... Le 27 juil/et 1MB. il! suis parti !a /15 cHaUle3. . a rls kh!Jle d'1 corde, flln t'DI rupl/o'l, tall ' fcour alt!r l "r If N·étltlt-cr. pas 3. se:l\ q.Je ce crimin I sort libre 1 Publier Sil prOlle, en faire un h!\ros cst unt. honte dont LI! Figaro et !t'!i 8.n1ls {tels Franc Tireur (Jul prend la dHense) Ile sont pas près de se laver, P1lA,"CI!: ET UNION FI'tANÇAISB 1 1 mOll ............ 6M fr, 1 mnl, ••••.• ,.".. '" fr, 1 ln •••••••••••••• 1.100 tr, PA'FS tTRANGERI 1 1 11'101. •••••••••••• ut IT, , ... 'ail ............ UO rr. 1 .0. .............. 1.100 tr, TARI,. EClAt. POU la 8r:t.CIQU& Cn ... ",. ell!QUt 'U l 1 ton." .. ARIS t'ou, Itt thaft,tmtnU d·.d ... " Il!Vo)·tr 20 fr. et la dllnltu ba»e .. co nTS OE OlltF.I.'T10N 1 A"dr' Bt.UMr:r..

burl." CRINSP"N

Charlet l.E01RMAN l'Iute-Rol'Ild r.. 1 V Y L' rha.l'lt 1 Ch. OVeZ"R!:&. ...... M.P,f'.

 N. t, P.

Imo, PotlSol!.nltre 8. !: ouI. l"'QiunnnloUe .. ARIS C9'1 J'AI MANIFESTÉ aux Champs. Elysées (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) 20 ails. pour savoir poUrQUOi je suiS là. El. Je me M!ns rorte de toute la force des mllliers de Françal:; avec quI je suis là . Mon Intl'rloeuteur m dit: - Oui. Je comprends. Mais li y a des fl\çons brutales quI... J 'fm témoigne ic:' A :peIne ava!t.-Il fini ces mots qu'un \i:roupe d·aGents se ruait sur lui. _ Circulez 1 Il n circule sans doute pas ag· $iez vite, Il a beau se débattre. montrll r sa carte de repré l'n ant de commerce. 11 est quand même

1.
'r té.

Quel déchalnement! A coups de matraque. à eoups de cape. a CO\IPS de pied l't de poing ... Mals I s manlf stant. ; savent se dé· f ndre. Avte mes camarad-ts, J'al pu JUN'lu'lcl échapper aux ag l'n . MRls, sOudain. a un coup de slHlet. a sue éd une ruée. Jt me ht'urte li. un barraee menaçant : - Vos papiers 1 Quelqu s mln utf's ap ès , un caf me transportait a v@c des dlzalr.u dl! patriotes. C·e!t tout de meme r3g ant d'avoIr manlfl!.,té pendant d( uJC heures a léll'lt!m-e pl·ottst.a.tion contre Skorzeny ct ses prottcteurs et de se lalrl! cueillir , alns! alors Qu·on descendait vcrl! la con: cord-e ! Avec une clnquantalnn de ma· ni!estants. ln me l uis l'etrouvh dans le souterrains dll la mairie du Ill'. Il y avait la un député des jeunes, des m ns, drs ounlprs et,. mon représentaM de commerce. Tous Ll'ès slmpllt., . trè 01 sympa)! Mon rep ré ent3.nt m'a lancé un coup d'oeil compUce ... ; L E trust d'ava.nt 1IUO, le ttu"t H.4.CnETTE de sinistre Dle· molrf qui a diSlrlbuê Ll prPl"Sp. nuJe ft lUln "'mlte p l1- dant l'oecUpfttl'lII, S'f t rf!COMUlu B. lanrJtI. \·o ·a n ,1( 5 juurnaull I  :_-------- ------------_ ---------- -------------------------------------------------------- ----------------------------------------------------.--------------, [g :1 0f.i;f, 7: : gf la vie et les basses oeuvres du triste commissaire Vallat Une d12aine d poUciers nou' urdel1t pendant les Interro;:atoJres. L'un d 'entre eux montre .sa matraque cassée tn deux. Un au Ue nous obscrv-.? d·un oeil mécha. nt. On le ent prêt à se jeter sur le premIer qui bronche' 11 a la cheville foulee et li veu" sam doute S'f! venger. les d fIO,.lIttl,e!l It  :IaM 1f"S hl· bllothèo']ue.o; cl .. lIrf' dan .. 49 dl'· 1 parlenl n ", '((IIU III, Se ine. lA ( prél,,,lt .... , Jnurnaux ",,,nt dis· Irlbut. .. !llIn!! h!6 autrn tCepart4'rj ment par lM CMp4'.nti,·es ri'( ,.-l"nalt". \ Par ce COuD rie fM ce :!I111 prolo- ( .crM .. nt, Haf.hette veut fl!prrnr1rl' Mill monopolf tt net ln pre 1! Qui lultl! pnur I pail . et 1 .. iI -

 btft t.

li ... ·2.çlt 'l'une \·tlrltRble lIl"ga· !lU, d'unt! I\tll!llnl'" directe 11. la \ . llbortt dfl 11\ d lftll I(.n ... (lll la· queU' Il n'y a pllH' de Ilbp.rt" rl

 la    'I  ;: t Baret. pr slrl .. nt dt la

Fi'r1 ralltlll de la Pre. s" , ;\1' 0",1- l'ace ft le prnf",seur L\'on-Ca .. n (lnt r(lrmellelll"nt r ronnu rjue la 1 1,,1 aulor i!'e ),. Jml,nlllv:t r"· ( ' Itl r leur t1irrul'lon à "lI r grli sa n qu·.ueunfl f tllrepri«t l'ul fI. .. Pl" I ndre en fI'·ole 1, monopole. 1 LaJ ,.r lf.-l-on . nllollgr# III prot"·

 talion do I(lU:oI I  d.mocra I  !.

prallquu k nou" C:a u les m lhod""" d t- 1'2.\·.a nt-eueUfI et de l'OCCUPQ· t loll 1 .. • Qu t,d lu 1 .. 1r1c t s .. " .. - cut .. nt le tr. ' tre Ph. Hc,., · not. c· .. t 1" .... 1 natur Il m r.t 5U. V .. lla! que Pttaon .. t L '-a l j .. tt .. nl I",u r d , ·"Iu pour lull Ulure la rei .. ,-.. r-ldl"r;hon,q u!t ri", L;:o p:ropll. nde "n" .. ml . S n dou: V ll.t ut· lt m-:""& • .. loqu 1 • q .... 5011 p "-

:IN·Iet"",,"r. m  " .... haU\t d",

la u .. tII ... l'(!. du alhil. de ra,...,e.. rouilt. ut "ml

 "U ! ,",,,,,,. 11 n'l t nl. Il I!'I_

sullt. il "re h",. Jusqu·au de,.n;fr jour. P VOIX stra

elll de la lrahif.o ll.

En .nClI (4. en pl .. lne In.",·r C"1;o" du l'f!\lple de: rr.nce. Il I)nhnue d .. c.I"'. Que P61",ln "-II , .. ul d "oijt.o.lrI. de le • .,u"tr'Înttt n ll1on.1e : sel Jllipf' ",n\ent, f e p",,-d .. nt I II mlheu Il,,,,, "bmeufS tmmentel de 1. hbtraho". C .. pe"d nt. Il lUI taul IIUfr 1& pr "ifUM pe,..,o"ne.

, r r.t.mc.phere .... 1 I Iul61 ma",·.",e

" ... ur Il . eollibas. c a"e aux "omph"l. lb lu'lI tro.uven I!u tVle d"", hom:n6 o1u , ni .al 01 .. caua .. Qui ,;abolenl d ,. !"epuntlon. \'allat pAKt'ta plu .. ie-,us ma;' en ",Iid",ne. u"·"lnh dlns une conloru.ble vIII. 4, rAllier. l" n·e 1 u · e" d :cembrc W47 qu',l cO""'l"rll l dev.,,1 I HItUl .. CI: u •. m."· lul;nn tl·. n.for""e " ntKalll!'m'" de bl.nd" 'I,e d .. dll:l\lt.lrel ae Vi h)· . La ir nd .. l mlll, ."""I,,,,,,, .. ,n 1111 re · ennn .. l1re le SI""" E \' H"I 1)(· .. 11 j .. u qui fI.t .ppel i  :1. flTr'!Onde; .. If'· n 'Us pOI1"I1""$ : • Cn rnrut3 mn nl lU t .... orbln. JI' ne I .. I I. 'lu·. ppl ;qu r I· ')[d ... d u r;;n#,"1 d. C.ull ' dt n t. t tuu d ·AI1 nuo"ds .• Ou n or. : • J' I lIollh .. ilt 1.. "".'01.. ct 1·lIl1fmacn. p .... c. qu. 1 , ·lrlOI ••• 111 flall au •• \ UII. vlclol •• ",,"titlqu, . • "'11-11 II UIr'" rho ... que de dIre lout h"11 Cf 'lut CS·.utln penlt"t er.wu \out ba.1 f r ln'D l .. ur t\ ra ,·, I ,an , ,,, ,,,·d . Il , ,,.ul1 tie 1,,01\ ' I:""ohl .. M_ Kr;e(.l_ \'.ln mo,,1. Ft,, :em"l't. la B.t. .... I., COllf le Il'.'''' ct", • d,,, a ... s '. Seul. 1.. l"r#o eommulll les, qui d "mla'Onl"l ral"l\ Il al!!eurs 10  :cal' ocelli310n. ,.fu .. r.t d .. • • • ....,:, ... , il uo d""i d JU511Cf: Q UI pro· , oQU' u"" ,ndl1l:nato"" I a 1:171" P."I lu 1".lno u l o:l1J .m5 pl". 1IoM. rH_ l ut! lour pou. Jo,,"r. un mI1J u t. I df 1. u.uc qll\ .,s! en ",hile \' ""TI".. 1", repr ... nl.n! C! .. 1. b8nque. flo.!u.ch,lr:. 1'her r"ntl$"'ml'" n ' 1 l'lP V; .. h · Celu,-

l p ....... mlllnle". nl ..... 10i"u • I 

eamp:agn ... s. pcl un p .... f rl! e ? Skor_ zeft,., .... n. doule ... (5) Un m:l nItcstant Joue avec une pj rre QU'U pou.'\Sc du pied. Simple façon de P3s. E"r le temps mal.! il n'fln fa ut p:j, P:UB pour ·qu·un policlt-r pr t nd e QU'on a l'Intention de III 13.D!der! Et notre ami, férocement battu à coups de poln!:". roule &.u I:'J. MÙs ne nous l dssons pas Inti. mlder. Dltn.'! l"ent,houslump.. nous votons une l-(!$o!utlon ontre le Figa.ro et Ips brutalités pollc! res. Du coup. nos gardiens se tiennent tranquil!l'!s. Une ambIance de plus en plus fratf'rnelle Imprègne notr prison, Et c'est une m!nutc émouval't,·,s {,\I.a.nd un camande, ex primant l'l!s s n ti mtnts. d'un ion Qui nous arilmettt.. récilf!! La Rose tt le R s da. : •.. Tou l es dIJllx t1aient lidtltS, Des ltvrts. du coeur. des brllS Et tous l s do!ux di altnt qu'ene Iville, Et qu1 viVra "erra. Qu:md. 1 2 h eures du matin, nous lKlmmes enfin reltch4'. la mén1e flamme brûle en nos coeur .. l t . - l 1 ' .. t . . • •• , '

. c C ________________________________________ .................. __ .. __ .................................... __ OROIT 'ET-tlBERTt 1'-
 GLOIRE AUX INSURGES L'APPEL AU MONDE

PENDANT LE COMBAT ... du hetto de Varsovie ... Au nom des millions de Juif:. a:'ls s5inésl au nom d ceux qui luttent avec ta;1t d'héroïsme. en notre nom à tous ceux qui sont iri condamnés à mourir, nous lançons un appel au monde entier pour que, sans d élai, les a lliés décident d s repréLe ghetto de 10 mort sailles énergiques contre l'ennemi , ivre de SAng. (SUITE limes. En octobre 1941. la Gest.apV, bapti5ant « tral15H!rt3 , les cargai som d mort assurait aux Jul!s déport.és Qu'ils Ha! lnt cor.cluiu ven de • lieux lus contortab:!% ). ( t Goebbels.. dans un rafflnem('nt d' marhjay llsm? parlait m6me dt rr er un • Etat jui! en Pologn/,. DE LA PREMIÈRE foiS. Clue eent o ta es . dI5ènt-!l aux h-lbttant .du ghetto, Nous llOU en tl!ndrrms là si vous n"5tl'Z tran QUillt, 5. Cnu,chill "e réoond pas L Juih de Varsavie ne ront P;:1.5 t r nquillfS 1.,('s re tf!mt!'! l- PAGE) face a. des forces. !ncomNra.blemmt supérleuri!os en m..têr1 l. A 13, ml-avril 1943. la. Ge t,, ;:o lance un nrdrf'; : . On demande MS Jut.fos JlQur tlllva mer dans III rligiOr! d·Otw llzk. EntraJn par ' )" tat-maj lr, le ghetto, unall!mf';, refuse. Deux Joun ap.rb, le 17. le cornml a.ire S.S. du rhetoo. Stelnfurt, mena!'.e --- J e vous 20 Iwril. dtportuaj trnt8 " ... Que l'héroïsme ans précédent avec lequel les habitants du ghetto accomplissent leurs efforts désespérés inspire au monde des actes qui soient à la mesure des moments grandio!es qur- nom; vivons. A Varsov1(1!. au bout d'U!1 1'Ii1 cl·occupation. l s nuis dotmèr..,nt l'ordre â !(lUS les Julh de -'€ rASSl': mbl.;r dans un ghetta. C'/!tait une vaste en crin te. sitlJêe dllns la. parlie la plus pouilleu&e de la ca..,! tale tolonaise. Une muraille IMgue de 16 kJ1omètl'f!s l'entourail. P ercée dg pt. Dortt'-'. elle ét:.lt &"ardèe par des S.S. armés jusQu'aux dents. C'est par des rlémoll-$· ",y'.,,,,-,,,- tratiollS rl TIlts Que le j  ;6i Comité ouvrltr 5()("Jal\st communl te allait bien Is. voyant la ro!!slstance du gh tto. 11 reeule ImmMiat..etnent : - Je n t'OU$ d portt.raj pa$ $1 L'Ott" me verUl de l'argen t .t Au même moment. la OesU):o prétend r!qujsltlonn r unt Impo tante maln-d'oeuvre pour ereu.ser Plus le 500.000 Juifs lurent des tranchées au cimetière julr. conc!entres là. dOllt beaucoup d'enfant&. Ils furr.nt blent6t Iivrt5 a. la ' h'.mlne. au typhus. Isolt! nu monde. en proie â la flène obsldonlale. Ils viva Ient dans de misérable! logements. JI n·étaJt ras rare d trounr douze personnes dan! la même chambre, ToU/. etait vcrhnfen l'êcole, la Dresse, la rad !o. Un JOllr. les Allemands. qui. J)Ou:rta.nt redoutaient par-dI'SSus tOut . d'ètN! CO'1t amlnés. décldèrent d'a.grllvH le n'I-lntl.ue d'hy,lènf'; en bloquant lts l'çoUtR, Les immondices Ile r( pu1dlrent datl.$ les rues s3les. Dè 1. dêtuit, une c"Qnt-qcrde

e dreuo ..•

tôt rt-ponMI' aux deportatlons dont les naz.ls acr-éJéraJcnt le rythme. En juillet 1942. au moment 0" le plan d'ext.erminat. lon des Juifs cntrait dans sa phase culminante olt l'éehelle européennc. Berlin décida la liqu!dation du ghetlo dl' Varsovie. Ce n'(!st pas un hasard IiL. Quelques Joun après les rafles de J:Jllle à. Paris. Himmler, alertt par le gaulclter Frank. arr!valt à Varsovie ... Fournée de morts Eur fournée de morts. le génocide se précipita. jUilqu'à (;e qu'il ne resta.t plus Que 50.000 esclaves dans le ghp.tto .. La v!e. pour les survivants jul!5 de Varsovie. Q .... -.• - ... était v(!ritatHement deL ·état·-major contre-at.taQue au ... - sitôt : - Pas un sou. pas un. h.omme. Et, QuelQues hturSs plus tard. c'est l1nsurrectlon ... Les drape"u1( ollie, sur Vanov; le 20 avril 1943 Le 19 avril. a. l'auM. le iênf!uJ S.S. Stroop Inve t1t le rhetto. Il Plit. repoussé avec de .lourd es ertes. Les Juifs ont tait 300 prl on nien nazis, Le lendemain, Jour de la PflQue Juive. pt ... annIver saire de Hitler. les Juifs hisSent l!s ,jra,peaux alHé. s sur le gl\etto. Lés na7.ls. fou! de raie. décomman(jent les parades n\iUtalrts prévuu poUl· ce Jour, et Droclament l"état de Siège. Oès le début, le 21 juIn 1 41. date de l"agression hltléri nne contre rU.R.S.5., marqua. le début d la mort des Juifs de Varsovie. P lus de 4.000 d'entre eux furent a. sa.s lnés ce jour-la. Dans les .semaines qui ulvlrent. eommencèe(! nt I( s rlèJX)rtaUona. par grosses fournées. vers TrebUnka. RawaRuska. Maldanck. Auschv.itz ... venue un enfer. Mals, de cet enfer. allait surgit Sou la ,unei!Janef d l S. ., de Juifs de lou âgr-!l Mlnt r.ondu:ts "ers le rhelto de VilrIIO"it Bientôt. ils entourerOt1t le ghet.to p'un formidable rlde"u de tanks et de canon!. Mal.s. le 26 aHII. la fièle Wehrmacht reculera devant Mals e'est l'honneur de ravantgarde du rolétarlat Juif de Varsovie d·avol!'. dès ce moment-là. orlanlsé une Rf-slstance. La lutte était ext·raordlnairement dure. Outre Que les nnls s"lngénlalent a. opposer les JuUs les uns aux a utres. à tenter de les divIser en ca.tégnrles plu ou mo!ns défavorl ées. la. perfldle hltlérie.nne vlsaJt. à endormir la vlgtlance de l'es \'Ieune lmmortelle épopêe. Grande tut la cOlère des nul&, lorsqu 'ils apprirent Que. le 1er janvier 1943. les S.S .. Qui etaient venu" fa ire leur In: ;l ection Quot!dlenn dans Its rues du ghetto. avalent reçu sur la tete. e:1 guise dt cadeau de nouvel an. df's bou teilles de vitrioL. Ils se rendirent oompte Que les Juifs n'étaient pas des mout.ons qui se !alsalent conduIre a l'abattoir. Ils comprirent qU'1I lem lallait désormaIs jouer serré: - Nous ne fus!l1erOl'lli. cette D r'oi! el L--,iberté ):' ' .. ' ' ; '.p;"; 1&,l!.4 Iilt&n e I l't ,t '.l , -' -' -' -'-' -' -' _. - ' - ' -'-. - ' -' -'- SUR LE FRONT DE LA PAIX Pour l'interdittion i de la bombe IItontique lAs membrH du Conltté de D ff"llbe de 1. P)lt du Quartier du VIl-de·Gri.ce (v. urondissemt'nl ... PAri.o;. réunis le "1 avril. ont ac1opL . à. l'ulUlztimt . I"apptl du Congrèf, Mnndial pour l'int rd. letlon de la oombe atomiqup. Ils ont déctde de oumettr(! cet appel 11. rapprobat\ oll dt la totalité de !P. populatio; 1 dt. leu.r quartier. Le V. c(lnlilrè d,. J'Union lo ale dN;' tyndicats d'OUI) df.m .!lde ., tou.s le !onctlonl1elrN, employo!.,;. ouvrier.;, d creer snT le lieu méme M leur tl'livail de larlilN comités clf. déhn. @ df. la p .Ix. en UaJson In'ec Ip.,. Combattants alg rlen s dt la PaIx et dt la Llb rte . Il a été adopté Ulle : Mlull(lll invitant le. tra\'aUleur!; à fa ire hee ux Mbuquements d'arme6 Amtrjcain .. Me -el·Kéblr. Pftur la lihérntioll des Partisans de la Paix e Jllp ri$onné$

s mlneurs neSatnt-Etienne. Vil 

lall5. Saint-Jun. Bonnefond. ont, nndredl dtrl'lier, QuitU If:!; chantiers une heure avant la Un du poste. C1!cLe manif .. .statlOn lvait pour but d'exl(l;er la LI r8t1on de vingt pa!.r!oLes roa:nnals detr.mlS !l.U tort Montluc.

1. Lyon.

Une d. l s:ation comprenant l$() mi neurs

' t rendue a MonUuc. portant

d!'); pétition", eouvertrs de plU6 dt 1. .000 Sill'll"-turcs. Le con etl munietp l de La Rlcama ri , Crlmpose de dLx lndépendallt.s, dix communiste et tro ll; wclllll tlla. a voté. 8. I"unanlmtté. une résolution demandant la libéra.Uon de patriot·!M roânnais eropri onné" au fort Montluc. A Tour.,;, plu il.'ur mtlller de p lrsOnJ'!,_ ont participé à un grand meeUng plar! d@ rH6tel-de·VllIe, pour r elam@ f la llberatlon d! ,R"":)'mr.md" Dien. emprisrmncp, paree C!u'clle ,'J!llIlt oppNte AU depart d@ LJOU! ES pour l 'ln · dochim. Mal,ré un dtph') ernem t.on i · derable de lorcr.s de pol!c@. lea m"nl · lestant.!; ont tuver.se toute lA vtne. P!ue de la Liberti. Ils onl. lait le lIermen de conUnuer la Il:tt.e pour la \1- Mrlltlon de n ymond ! O\I".TI et de tOUi les part.isam de la paix. 1943 • LE GHETTO DE VARSOVIE SE ULEVAIT l ·"H6 ... tle" r'.lIp;. cf" l  ; h O,;.I .I." de P"I .. ,..,., l'U ,,," d • • So li. I.j .. u ". h." e . let S.ej"i, V., .... i._Od. t . P , i'. el Powo"lOk

:,M,,",,,-f

li MAR DI Il AVRIL 1951) .; 10 h. ) 0 .u "",'01" d 1'["".,,;;1. lJ, ruo Y'n._Toud, •. P •• I, une COMMEMORATION SOLENNELLE P'Md'e ! 1. N"". · A. CRAINT, .. it.l" . l'U.5.J.'. lr, KO"R NBLUTH • L. V',lti "' . •• d. l v".I,O 1 I ·U.S . I_ .. A J .o.p .. 1 1 . ru d ... d". f. rl M le o:o : ' t V, ... yo .('k t . PfU t Po ..... o :t .. j;, .•• , , , • , ..... , , , , , , , . ,

 ;

fABRIOUf DE TRIOETS • • • · · · Ets GAN A • f 50 -..... 'Ul' ...... "."m. mn"" ; ; !

 ' U "lpl1ll fi. 10110 000 Ir",n('. _
 64. UH d. T .. ublgo. 64  

-: PARIS (III') i Ttt.. j AItChl"U 11-41 t,,,,,,,,,,,,,,,,,,.,,,UI"..' """"''.'UIü! Tres grand choix de TiuuI GABARDINES - PEIGNE TISSUS ANGLAIS Chez SIMON 10. rue Léon - MON. 81-n I.4tt •• , C""UII_.OU •• lE'urs d'entre eux ont. crié ur.e organisatiolL mUitaire de tombat. et. la. nuit. liS' Ii'entralnent au maniement deoE arnus Qu'ils ont pu dénicher. Un souterrain a, en etfet. été cr( u ë oû ont Hé entrepO$ és les stocks d ·armEs et de munillons, des vivres, des réstcr\'es ct·eau. des postes mettt!'urs._. Les Jul!!; Ie:s -plus visés par la Gestapo n'en sort1:nt plus. Ils se préparent. sySlêmatiquement. m é th 0 dlquement, à l'lnsnrr€ct.!()n, r -- - -  ;'I hommage du grand poète Il Wladislaw Un polonais Broniewski il A )x( jJ IFS Un état-major. que commandp Anlr.lewicz. e t sur pied. Son r!ile est d'entralner lc ma.sse à l'act ·jon. de ll'ur fa.ire comprendre la P0ssibilité et la n écessité de la lutte. et de diriger. ta.ctlQu ement et stratégiQueml'n t. les opérations. lO IP O _IL 0 C INI Ln dn ;n de :\laurlee Mendjllkl L' ent.lel est de se ·:çrocurer d .l arml't;, encore rles armo , 1071-

Ollr$ d t; arme.!. Le., Juifs lancent

un p l aux Polonais de Londrp!: NOll., nt lJOllS âemandon pas dt fJrottstation solcnnelles. POrrlchut. e -n.oll. de. armes! Nous ovon,s rlêch'U de mOllrir en oldQts. 1I.on C7I l.'ictime . Aidt - nolls Il: 1Jrtndre notre place dans le combat l-. M tl M. Churr.hllJ n bronche pa$. M. MlckolaJczyck ne bronche 1 a.s. Ii.$ tont la wuroe oreUle. Ils pra' lt! ufln l. enve" }":!I :!I" rvlv3. t.s du .lt'tto de Varsov1e. une pollt ·k"le " attentiste Qui rapp!lle tH·rangement l'attitude de la D.G. E.R. et du général de Gaulle refu 1It\t des arme aux maquisards du Vercors. Et ee son Irs patrlot.es polona!s. ouvrler . paysans. l eUts curé. de b nlil!'uc. qui. :lutant Que faire se pourra, ravitail1 r(l nt le  !murKé juifs en glfôsant des mit.ral1leuse et des munItions dam des tomberl!: au:.:: de pommes de t rrE'. 1 i 1 1 L ES cris de MSêspolr ne montent plus D s "Jl1e . des vllla&"es de Pologne. En solda.I,$ &ont tombés Les défenSf';urs du ghet.to de VarsovIe Et mes paroles sont teintes de sang Et mon coeur ,,"st lourd de sanglots Poètf' errant. sur vous je Dleure Juifs de Pologne Non de homme.'! malI! des chIens Aswlfêli de sang Non des soldats mals des bourreaux Ils sont venus vous porter la mort A VelUS à vos lemme à vos enlants Brlllés par la chaux vive. A'phyxlés dans les chp,mbres l gaz Vous avez elé raîll s Vous les mourants les desatmés les !pouvan s Mals vous av,,"z arrachê: leli ·pavés Vous les ave lancéli Cont·rt" les canons pointé" Sur vos maisons bnU es les Insura:6s, et Il faudra Que le commandement alle,mand envole des avlOl'ts bomba!'der la Varsovie Juive. Les Juifs ne se démon \.{'ront pas pour si peu Ils éteindront les Incendies. ct continueront. avec plus de farouche cnergie encore, cO:'ltre l'ennemi exécré. Le fascisme 0 été voi"cu DI!'Ux longues 8emalnes, dure la baLallle. GlorieuSt'. du cOté des Julls Insurgés. Honteu;;e, humiliante, lourde de la , té!alte procha Ine. du côté de I1nvlncible Wehrmacht. Dans un ghetto en flammes. ou IOUt ,,"st boulf!versé. où tout sent la' poUdre et la cendre. des Juifs, parill.$ parmi les parias. tle:ment tète A. farmée de Hitler, rue par ruc, maison ar maison. Dans cette tournalse. des héros surgls& ent par mU!i('rs. D{'s gavroches 3,cl",ompl!s${'nt des exploits tnol/Ts. Vous avez su mourir r.. !Ils de Ma.cchabéès D !& Ctmml's. plut.6t que de ,e ren- Sans l'ombre d'un espoir dre à un s.s .. S{! Jett.f'nt du haut Vous avez lm d'une tenêtre dam; la rue? Et, dans Reprendre le combat en septembre eni rê 1 le tonnerre dc canons. des chants Et cel!l. Il faut le graver Ja\ll1 scnt .. Dans la. pierre dans le. souvenir D jà. s·annonce. Quelques mols ,1 La maison commune peut o!tre détruite 1. sprès Stalingrad. dans le ghetto Et "in,urre!'.tion édate de Varsovie. où I"ls.sue du combat Mais le sang en commun versé nous unit ne peut Das faire de doute, la Comment ne pas évoquer d'a'u- Et le mur des fU8i1lades irand victoire des rt!uples sur le tres Insurgés, d'autres barrlcades? Et le camp de Dachau r 1 Dan le souterrain du ghetto de Et le camp d'A uschwitz asr. sme. Varsovie. il y a une sorte de • Col- Et la t-ombe anonyme Morts. les Juifs d(' Varsovie seh S' de France . ou. tout comm! Et chaque barreau de prison ront des vaincus tout provisoires. a P:\ I •. en a lût 1944. lor,q"" Jo- Le m me cie! de Varsovie en ruines 1 Ils auron... t, étohn né le mon1de -lib"re, lIot-Curle rav1ta1llalt les lnsur"es. provo(]u" son omm age e son dU- o . Pour fonctlonne une pctltP. industMe de nous tous br1llen ln'; ra Il on. Et notre commune victoire bouteilles I-'xo.lo,.'\.lves et. de grena- Au delà des ann!es anrlante! donnera ' 1 A\'ec dc millions d 'hommes. les de . Un 51'lVice sanitaire. et méme A tous la IIbert! 1 Ju lt de Varsov!e, va1:'lcus tout unp equlpe d j:-ompiers ont été A tout homme la palx provisoires. auront gagné. prêvul'. A tout homme le droit • Ds auront .servi rnaS!nJtlque- La 2:nmde bagar:e est proche. Alors 6uretra une seule et m'me race ment la cause de la paix et du On se tient. prêt.. Le déclenche- n·hommes super ieurs E"énfreux bonhtur des hommes. ment de l'insurr ctlon va souligner 1 L.l Pol()llle nou\'elle. et tous les la sel nce tact.IQue f't politique 1 (Traduit par Gilbert G f1I'ROY.) hommes libres ne les ouMlent

d "'  . " i .. .  n  t ' d:'2r' t ' t- m .J o r JU , r  """   """    ",,,,            ::':        P ' ' ________________ --  _____ GRANDE KERMESSE -VENTE

organis!e par les and ns com ttants juifs au profit dts orphel1ns d·e guerre Le t :n • .-rH l'rnehaln1, l'tlnl,,n des pnK.a .. vtllontaJres et .ncJeu fo:lm"1lAtiu.b Ju!f 1939-45 nr .... n!,e, .I· le. Lilner)·. ln, rue d L .. ncry. une J;1'ande k rm u e au {\Un d .. laquelle

e r"nt mj  en " nt   lu miHIH5  l'ar_

tlcle, "ff rh par de rénéreux tom_ mer :o.nb d Pa.rb et de province au profit- de. ".phtHn de guetre. Tou le ... rtielM (eol1t,cti{\n, bonnet p r J P, marnquinule. ehAu MIrM. 'O\lrrur" , allnantaU"n, de.) .. ronl \" .. ndu il. mnhl PTi: . l,. !oume", ... 'Ha. "u ..... rlp de 10 heu_ res à 22 heur." p. n JnturullUnn, 'f; C •• u lU /;U{ !l1lU 1I GN !-:'1 !'I. -. L' - Les meilleurs TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs ZAJDEL 89, r. d'Aboukir Paris-Z' IAtl .• Sl-D ".I Ruum,,,. nlltr Tf1 : GU1 111-81 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE [ÔOUdfÔ SOENEEBfRG u . ,up ". la "'.r''' PAIUS_" TtJ.: -TRI 118-508 Nuit \ TRI 81-61 • • Pâques 1950 •• RUÉE (SANS OR) Pes d'oeuf do Pô ues pour Nicel, (SUITE Si les Par! ien ont. dt!:s rté la toi pitale. ehvir"n 200 .0\10 @!t.llll,ers Amtric'ains, BribnniQues. B lg(!s ScandinavE's, Suisses. Hnlland .. is

(lnt arrivés par :dr, route et VOlé

ferrée. DE LA PREMIÈRE - V!I'n!"l voir le phl!nomèl'le 1 - L' as de ('!rur est .cagnll1t 1 - L'homme éléphant est à l'intl'ir ieur! ".PCU la fête pour tout le monde Réduits à la miser ... i Parl deux jumeaux d .. quarante n se I:)nt 5uiddis ememble. A OrI',D. un chi - PAGE) meur s'est .i t du haut d'un pont df'l o:-hemin de fer. Les rcjoui s anceg de o:e joun de f tl" ne· nous tOl'l t l'a oublier eellX qui cuff r pnt, r.eux qui su{'c :Imbent victimes d'une vie inhumaine, Ctux qui luttent, qui luttf'l'It pour le printemps dC5 hommes. De "rands !farçons blond , ko- 1------------------------------------------:-----------------------oak en bSlldou!lere errent p;u );TOUpeS de cinq ou silo:, le nez au Vf'n!. $ur la pllllce de 1'0ptra, aux Champs-El}" es. et bien entendu ;. lA Tour Eiffel : r llr Parb , c'est la Tour. n'est-ce pas ? U !!'unl. il fallait faire queue ! On lit clans If'"ur.s yeux Qu'ilfi sont en c. xtase levant les "eautês de nQtre Puil', notre bf';;!u Paris. Les moins pri\'ile2:Jés (ou les motos _ jc\mes • \ des Parjsien 51" sont, en nomhre imprrssionnant bal.d('8 dans !6 ru(: tt btlu!evard de la rapita:e. OEuh "nT\lhal;nés mères poule en rhoc\,18t d CQr nt le vitT\ne et tout ceci taIt l'admiration des promene\lr il « hourse pl;;te . V(lU peJ'l e . 1:10 fr !nc5 les 100 .lj:raml1le5 de \XIi.!-son ... ,100 fr \m p"tit oeuf cc n' e t pa pour Nicolt fille du metallo de chez Rena. ult qui il !alt lirho/'! pend;l.nt plu d'un mois pour le pain et Qui ne peut encorp. pen.!'l!r au chocolAt. Un porte·bol'lheur ! un petit cochon ... ovec un coeur En pour ui\"l1lt ma promt nade j'atterris pla,.e de I:! Nat:n? .i !a IHiditjonnt!i1e foire du Trune. où m'areueillcnl petits cochons en pain d-épic!'. bonim nleUr$;, Illusique pétaradante. roulement de tambe'lIlr. l 1 . a de la joie pom :OUS, au gout de chacun. De multiplt'/\ cirques avec poneys et !'.ttien!l savanh. des mênac:enes ries uhîbitÎ..,ns de phénomènes. du downIl. les reinu de la _ Bonde A nture •. PLAN REICHSMARSCHALL (SuUe de 1. pre nllire p'l"d classique. Il pou. :.. I"héré61e amlaryenne JUSQu'à raner, pour sa collection personnelle, les oeuvres de dégén!rés a.u sl nfrroïdp.s que aza.nne, Renoir. Toulouse-Laut. rl!(:. Van Gogh. Seurat. MaUh e, Bonnard. P.t mém!" (Quelle déchéance ! 1 du t Jul! P!ssaro  ! Pour la France, le bilan du plan Rdchsmarschall de plllace des oeuvres d'art /\'établlt. comme suit: 5,281 pelnt.ures tt dessins. 6801 mi nlatures. 583 oeuvres plasUque.s, 585 tapisseries, 5.825 céramique" 259 antiqult.ês. 1.286 oeuvres d'Extrtrne- Orlent. . On s'est SO\lvent demal dé où. se I·rouvent les trtsor. de Geer/Ilg. VoicI que plusieurs Indices. r e: cuelllis en Bavière, \'! r.nnent de mettre les services de rf:cherchc sur la. plst.e du cha.teau de VHden$ ttin, où GoerIng p;tS!a la Si chaclin de vous fait u" geste LES DEUX MILLIONS vite otteints ,tdr., ,r I. snm ", . r .. lf r'U' . .... n

'c ... ot OR. liT CT L.IRE!IIE. Il. ,"'U_

IrlJlud I·ni .•.• "",.,rr . ""7" '.,. _"" P-U

h "" •.• "iI ",.r fI, ,,,I(f/ J  "en "'t'"

"u C.C.". SO;0·1I&. »1113 çrande part_ie de son enfance et OÙ \1 nt de fréqu{'nts séjoun avec Sil famlllp durant la guerrE'. 0""$ fouilie. ont été entrpprlses dans les souterrains et Ips cachE"tt s de c"" château. Mals bulldoZf'r15 et fON'uecs n 'ont mis a. jour Qu'ulle fa!b:e partie d!'.s raplnc.\ du rr.arf!chal nul. Le tout représpnt- e. de J' v! de:' expf'rts. ur.. valeur de 400 mJll!ons de franr s_ Une palUe. vu l'ampleur de pilla. ies iloerin il'ns! Il y a il\. des chand/'lf( rs d'or du VIII' sl d , des chandf !iprs mod rnes mal'C!u 5 clu mono ramme G .. de l'nr !"n barr!'.s. dl'" briquets df' la lnémp matJè!'e. un coffret" précieux, 150 bC\utri ilrs de vieux cognac.. Les pro. pcct.rurs espl!relU trouver mlf'UX en poursuivant leur foullle5. On oongl-'. ru t.cut C:loS. df:\'ant de lelles dtcouve.rtl-'s. à la bouff ('ml1 r l(': Itlni tr*,. au drame hurlrsque dont les gar:.gsters fascist.l-' furcnt ks aet urs à la faVf'ur d! 13, gup.rrl . Somb:-es brutes détrul. sant tout.e cult.ure, ils Jouaient les raffinés. les clithl'!teô_ La uerrc donne vraiment des perlf's aux cochons ... Jmagtnp.z Goering en tratn de blre des rOlJd.; de jambes de\'ant un table:lll de maltre. Ills n'ont '· pas e" te • vaIncus DA S l'.:.ppe! au Monde land du Oh to de VaI'3Q'IIe, !u. combMtants coDda.mn' J à mourir procltvQ:llent : ... c Que nl ... /)i!rne .. IUUI pr e4deot avee 1 ... qu 1 1 .. .5 habitant. du Ghetto aD{' çmpll5 en t 1 lIn effort, deselpkia , jru;pire au mondll d .. , aetes 111&1 · .soient il l nlt3ure des momeob

rr.andJoses lIue nous \'1\'0'" n.

MII.ts. aujot:rd'hul, 7 ans aprh. certains contlnucn la. guerre d- , H!tLcr contee les peuplcs, contre ta 1 ' d mocra ll!, wntte la. justloe. a pII.ix est de nouveau mrnacée. 1 • u. m!s de S J»op, le boulTe.a.u du ghetto, se rrfroupt nt en Alle-magne oocldt.ntale, forml)IIt dM " Brudcr!(lhaH », dei parfis neo.. nazi . On Invite tette AllemlloflV' r "ancharde par!lclptr a.u Paete atLantique. Aux nlaln8 d'hommes qui on toujou" ,out nu BIUer. tets Adenauer et Heuu , noyautf,e par le, hommeli de la nouveU. Gestapo ft de ervlce" .enl'.UI hl"" I tr ll!n , MJa eUe r .rme tt :a. re.. cnn't1tué 130 cInquième t(llo nt\e. • Un d puté de Bonn, He4ler. proclame ou\·ertemene qu'Il y • d':l « meilleurs moyens J que 1.,. ehll;mbre à 8"&Z pour Il n tto l'Allemagne de srs Juif! J. L6 alltonté,.; lranco - na:lo _ am .rICllloet n·hl\ep·lennent pas. Et ce n&%l,. qui veut prrfect!onner lM méf.h()o des de 51·roop ft de Himmler, lu par un t.rIbunal de nUi,. !'.St ae.. quitt é. • I.e: habllanu du ,heUo de VAU.,"!e qui lI·a'·altru pu Hé tuéa sur plaee (Ufent emmené • .au eaJlIp d'Au r hwH,. CertainJ tI'entn eux • e trou"Rlent "-n. doute dan. If 1 ron""l Cjul fut, de li., diri,!! n I' Orlancllbour,l" " la fin de 1944. Au 1 mnm nt de l'uant;e allh t. le. n .... 1 d emmenèrt/ll \' I'& Schel'urln J d portéJ d'OrlantnOOur.c:, II! e'tJt 1

u r c tle route de douleur que le

S.S. Skorzen l'tl lh'ra au mauaere , dt. trldnard , Et Skorzeny publie

alljourd'hul 5e « mémoire! Il daru

Il un Journal qui ,e pl·rt nd frau llJ, , • En Franc . Xa\'ier Va.Ha

n'II;\,(f,! p!\. à 51'1- dlSpO.,jtion de.

1 ghettos . emblll.blu à e )ul de Var$( l'lie. Il cl' a dOl1C l'U.G.I.?. er.! sah Qui lui f!Crmi d'envoyer & la i mort l O.oon Jul!s. 'Et X .. ,'II-'r Val- 1 lat vient d' t!"e rem:.s en 1tbert i pAr \;n René Mayer. • Lu ."tî!a Ci$IU qui m.n!!l".. .. tPllt .. Munich contre j'acqultte_ mf'lt de deu." .. rtmlneb de la Ges_ tapo. t lu tl. nrt en r ,I$t..allob qui manlfestCllt à Pub con!re la P ... • rullon d .. ;\Umolrn » de Skoru", · lont AU'·3.!:eme nt brutalillc,. • En un mot, la I2:UfITe des m6- mes contre I"s m lIIt3 continue. Ct' x QIIl prépar_n . aujourd·hui. Iln noaveau ea.tflclysme, Qui réu:nt d'ex!enmnf'r en masse les Innoce lts. non plu!; )llIr It" mnyen dei chambres li. gaz mat.- par la bomb. atomulU f't la bOIlltH! H. entendent utiliser 13 , com tenoe » des an_ C:fn bourrl a.u)I. 1.·i n suTr dio ll du ,httto de Var.

o"ie n'!' t qU'III! t p!Mlde de cette
r!tnd .. "atam . [1 tes Partbans

d l la J'1Il! )( qui, tiAns le monde @D,ti" r, e lhf'nt pi.r centalnn de m!H! ... n . ]l(Iur,uh'cnt l'acthm en_ (

ag'  contre le nA:d me par tolU

I(' Jleupt@,. al:l.lon oit lu ('ombllt_ tnnt du .rhetto ont 'l'l[S leur p.rt hf'roi·qur.

(lu' .. ont!nunll  la mbdon de

cc,. drrpnsl'!ur de la ll btrtl.. J.eur aorlf! e n'il. la, Hi, "lIln, maL.tr!!. e ue "nu ralcnt faire rr .. Jrt les dcment, lUn3.lf.Ul$ de ,"as att" .. s, I., for rie 'l' i).". lntornparahltn, r.nt pJII r.u[ an \t.... qu'. lu b t\lt .. r .. u liée 1"lnu, l'cuvent. d doi"cni l"l'm T it r, Ou;. le n\ r.! ar' .lu Il :a" rl! a éU

nt"n(/u. Fot lA \'it_toite (lui COUlon_

nl'fa l'lInlf'lI d 1_$ "ffor ts d , 1"31'IJuns dl" la p"h, era l'uul la ,1(" Wlt df  :O)m\)lI,fta n! d ll a::hf: tto. da , .. un mondt tnfin pl' eifiqu où lit balne rad.lr. !'t tt "IM"riml"._ lions pe l iI!ront Jllul' quI" dl! mao_ l ",d ouH nir,. 1: Q I!. / 6,..... " • ___ . .:.$ DROIT ET LIBERTE VICTIMES OU PROGRES 1 Gags et humour soviétique. 1 ---::: L.... ______ _ - - -._ ---- L'an II de la Révolution d'Octobre Pathétiques images de la misère • • meXIcmne. (1 Lt: Printemps )1 S I\MEO! )., ayri!. l".'\ssoclatlon France-U.R.S.S. pl"I! ('ntait. devant une salle Pt 'e1 bondée. la. pl'cmlcrc en France d'une comedlc .roviétlque l musicale et satll'iQue ) d'Alcxandrov, le mettr.ur ('n sccnc des c Joyl'UX gar ons et de c Rencontre sur l'Elbe . Vous irez aux" Reflets" « Rio Escondido » DEPUIS " Mat'Ill Candelaria :o. le MpxiQue drs pauYl"es gclU; ecrasés par 111 mlsèro a fait iI'ruptian sur nos écrans et dans !a conscience publique, Cette grande entrée est duc surtout à Gabriel Figueroa, dont les c Ima.ges " (c'e5t le terme du a:ént'.:rlque) ont ete une révéla.tlon d 'une rare quallt.c artls- 1.IQue. c Rio Eseondido , est de a meme Veille - et elle est riche. d'essai . Il Y li. Quelques mols, en effet, I"Association francaise- dl! Ul Critique de cinema a pris nnltlatlve de lancer cct·te salle fon pe-ut dire cette inst.itution) d'un nou· veau genre. du c6te de la place des Ternes, dans un cadre luxtleux. Ce n'pst pas un c!n -elub . ou l'on est forcé de prt'ndre un ab(ll)nement; ce n'est pa!i une salle d 'exelusl ... ité ni un CÎnema spécialisé dans les reprises. - - ç ... v. mleu: or ::::--,cccc - --t'Ù · PASCONFONDRi-oËM-' ET MOITIE lRC KRMB Maurice Mendjizki va raconter f: Le Prlnwmps ,. cst une oeuvrc t..onlQue, optlmh;te, d'une facture asse.... conronne aux habituclles .. cxl en.:es commerciales :0 dont parlent tant les e xploitants. Lll1- trÎ l repose sur la ressemblance d'une chantcmie·damseuse dc mu· stc-hall ct d'une femme de science, la premlere pleine de fantaisie. la s ,conde sans beaucoup de charme, severc et toute il. sa noble tàchc. Cela ctant d it, cc film pose. un . problème social, ct c'est comme tel qu'U est normal de I j uger. Un président dt': la république mexicaine (est-ce le Roosevelt de çe pays ?). le généra l Laure Cardenas, vient d'ctre c lu et veut luttrr contre le passé et ses horreurs sociales. Il envole, entre autres, une lnst-ltutrice Onterprctte par la très belle Maria Félix) dans uu village perdu, Rio Escondido, dominé par un féodal·gangster qui rait n':gncr la terreur et l'obscurantisme. La petite Institutrice. aldèe d'un médecin ct du curé, fera ce Qu'clle pourra: mals elle sera obligee d'aba.ttl·e le tyran (lc eaclQue), qUi veut la vIoler; rlle mourra T.'eu après en éeoutant \111C lettre de félicitations de son présiOn nous offre. en réalité. les avantages combines de ces trois formules, sans leun Inconvênlents habituels. Précisons encore on peut louer ses places par téléphonc et l'ensemble du spcctacle eJt copieux, li dure trois heures. sa jeunesse en dessins Comme on pellt le prévoir, la savante sera entrainee il. aller au studio jouer son propre rôle san3 Qu'on le sache (d'ou quiprOQUOs et ... doux quiprOQUOs) ct l'artiste de clnt':ma 5e trouvera dans une situation c.ocasse parmi ]('s hommes de laboratoire, A partir de ':e schéma, tautea les possibilités d'un excellent vaudeville se trouvent l'cuntes. On est Introduit dans les dr.ux m!H(lux, promene dans les rues de Moseou. installé dans un fautcun de muslc-hal!. etc. Cette r.omedle apprend aussi beaucou[l sur la vie quotidienne en U.R.S.S. Le programme? n st éeJecttQue ct correspond sans aueun doute aux voeux d'un grand nombre d'amateurs de clndma. La semaine dernière, par exemple, on pou ... a.lt revoir cette oeuvre cUl'leuse d'Or· son Welles, ... Splendeur des Am· bersons » (942), un documentaire sur le temple d'Angkhor-Vat un court métrage d'amateur (encore un aspect original du elnéma d'cssaI), un documentaire sur les tardigrades (une goutte d·eau au microscope), un dessin anlmt de 1934 d'un style Inhabituel. ct l'un de.i tou premiers e: CharioL » 09141, Qui a été trc& applaudi. MAURr cr MENDJ1ZKL dont on pourra voir d'ici peu l' c Hommage au,,; martyrs et au,,; combattants du ghetto de Varso\' ie », nous a dit l'autre jouI' sa préoccupation ts:s ntielle : faire de son art un instrument de lutte pour la paix et le progrès. _ Avant lit guerre. précl r. - !-il, fUIJ un pei1ltre cornme bealLcoup d'autres. Je peigrta!s des pay, agu, des ponrait:, des naWres mortes. J e.n'étab/!.ssa1s 110S de lie'l entre mon art et m011 actlolt Jlour 111 d mocratfe, la ;1I,stice. Le COnttfJU de mes oeuvres m'inléress!Iit mOfn$ que leur tonne. Je n'avais ,-.c.s senti la ntcessité de prendre J)(n1tfOll par mon art rntme. Pull tst venue la guerre. Mend· Jlttl perd son Iils de vlnlt ans, pris par les nazis au maQuis. près oe Nice. et fu sillé. Ce $Ont les ual de ce jeune béros que le peln tre fait revivre aujourd'hui dan' nombre de ses oeuvres. 1.45 trente-et-un dessins du 11- 'Ut. QU'!! vj 11t de publier, pr!!eéclés o'lIn beau poème d'Eluard. exprlBlIrnt par leur sobriété U:le douleur cnntcnue mah comblm pol· m ante, et la volonté de lutter r ésolument pour ne t:lus revoir c ça :.. La: misère et les combats du (hette, dr Varsovie se dêroul: nt t Qn1me un film. Le rdallsDle rm· pt he ces Images tourmcnt-ées d'être e: noires:. et pesstmUtes. _ Je m'efforce. l'lOUS dit Mendjlzki. de ne l'tU sacrifier au réa- M. Mi uel Zamacoïs refait. Shakespeare ... L E $h)'lok dof Sbalo:esptarf .. dont 011 peut dbeuter le earaclêrf (eTl t · . Ilan! compte cie I"tiloquC" ou. il hl' eOlll,'U) conSffl'31t iout"ioiS uTle emool'âute buallmlté, et le mailrc du lhii\re anrb.l, e,."llqualt te$ dtf .. uh de ee " Juif " 5 \l.boll lut: (lOIr lei 1,,· U.mu per êcutlou s dont il H:llt \"obJet. 1\1. Mlruel Zanl"coT •. lui. a ( rlt" Ul\ lhret d·opérll ur " LI! ;\U.rrhand de Venbe " 1;' Il a ClTlt del'oir faire dc

l.tyl"k un être paftieullêr   ment dt'·

I"""ut. lA', trllll ateuf  !le rrt op('r". IIni ,e Joue actuelh'lnf"nt ur Dolrf Ilremiêre 'cène nallonale. ont toul r...:t .. par le, (lOIIUIUIl . le jeu dCI I\e· UUI'f;, 1. Dlhe en .. c ne, pOlir le ren· dre \)11.15 C)dku Ilneorc. ,'lOri II.ltc. danl le te .. te dt Sha_ . .re, Sh;'lok IHol'lon " un fois 1,. ,.meu·1Ot parole « J \lOUA IIp,h :t. 1"1 " Ju.lf " de :'01. Zamlleoïs u:h;tlc eo une très lo",ue tir.ldc e l'I'I. tlmenu d.. h",hle ct dll \·enreant"e. Ett-u un ha ",nl ? t 'n Il'Tet d'opera "11 &aurait ê··\·

ment 'être en tOUI. ., .. i1Ils ridéle

••. texle du dr:" ... !lont Il ul !s! II. . "&1'"., «,ut-in«lU alU lId,1e U:IC1 ;hhaukfa! rpdt'3 r eI lea pealtli. ' ota1etnent « n urç 1)1,1 1. 1,1Im",coi  : {'qfTLOK. - Et que!l('s rab'on5 . I·Vou. 101ls pour nie blllo\ler ? Jt .. lrla I:n Juil ? e.!! 'olen ! nt,ee qu'un J ,rit n'a PU d,'s y .\\x ? Esl- e QU'un .J ,lU n'a pa dt'J ll1aU1 , dC!\ or tallf"ll. ,, proportiO!lS, des sens, ces nrrf IO"L!! ? Z. t ·ce Qu'li n'C'St plS nourri d"..!! mtml' alime!"lUl. bl,::!s par les m"' m arm!'!. sujet aux mo!l11le m!!_ lad! .t. ,Il"ullrl pnr \"$ mê111 r moyens t "\auf:t l':t rdro d! 1'mr le m(ol!lr té

. le mt e hl ...  r QUel \"rm  ? Et 8i 1'(KJ, nous p qUC7,. ne Sal '10n3-nou 

IIl'1.& ? SI I·O jS l'lOUS cha!oujIJe . ne "I1MI s-nou pu. si "'OUS )10:; (!mp'"l .

fO" nez
nI! mOI)!'rolls-nous pas ? Et

' 1 ora1r nOU9 nutraIl"Cl . ne roO\l. ,,"n. I ,'rons_nolis pR 1 .'J.h i  ! nous \'OU5 r mbI01"1f; e1"1 tout le reue. nOll. 'r:Jus re mblon 3 a\l  ! l'n cela Si lin Juif outra!l; 'l un Chrf.tlen . (l ut.l J;o'l" 1Ii le nom de rhum!\lté dont fera pH'ul'e U d fIlier ! V en eanee ! Et. al lm chretien OULTI.\:C un JlIlf. qu{'\ J'l0lll devra. por er la plltle 'e :' du ,Illll s'U \'eut suivre \"otN"' el;tmpl('. Vt!,hVance . au l , ven (la.n ee ! Ah ! la ..:: Ilr-.tt!;St o.lIe "ous m·elloeignei/; je la lneUn.i en pratique. Une tflle fal,l(lul lon ft ln lotfn. 'ions qu' .. Ue ae"" 1lI1t indi" nn de .... pira. (M n ... nhreu!'C" prOl1'51 .. Uons ail &Ont fltl' . M. le j:"r:lf\d rllhb;n "".plan a outevi la questl"n il 1" ra. dia. JU!lqu'ÎI 111I'senl auéuTle mr lIrt n'a . : prl'C. P"ur !'h""'I('ur du hii. tr Han.çal. nou tlrmandon!l tlue Cr 5h:o-lo.lr.I\I I\.Olt rttirê du pro,r:.mme LE SERVICE •• LIBRAIRIE" de ORO Il ET li BERTÉ Vff.. N'l DT': PAR .... lTnJ:: : YveJ FARGE: La ftt!publhlUe e t en du" er .••......... IL de JOU\'ENEL : Tito, ma· r hal dM tr:lilre . ..... . . A. WVHM F:R : L'r.tlanl e,,· cllalllê (rI Cd\:I.,nl FAUt,EV : La lkf;.He ..... . L EIIR.t:NHOURG ; La '("r AI. pêt.t. ......... ... 10l"och ,11 50 f llllJ ,. 2511 ,. %OD " UII " "·"Mun.1 t;Z" " L eomm,,"dC"!I "Olll a lIdre ,n 1"1ld"m n tnltlo .. dl' 1). 1... InOhl· papn. du ..,onl:l11l du 1;1'(1l .,1 ma.· j.r . de la Ro .. mf de :;;:; r ncs fiOUl )Ho frais d·fYP dIUon . Ce'le·c1 JI/. ferl. .... Il rrc:oDUlllonde . lisme. a l"a'lecdote, la noblesse ct le rythme. Il trava1!le jour et nuit depuis trots ans et demi à ce reçuell. L('s trente-et-un dCliSlns qu'Il nous offre là ont été choisis parmi des centaines, Les marins du « Cronstadt JI dent. Il !1'etlt plulil lemp8 de tourner I\UUmr dcs problèmeS slmpleli sans le.. résoudre, même au elnéma. mcme 51 J'un des meilleurs photogl'aphes d es studIos du monde entier lIIustre le désespOir halluci- Roger MARIA, La forme QU'i! donne à son oeuvre est. en e(!e-méme. une Innovation. La nécessite de fa irc lJervh' son art à la lutte l'amène il re chercher les moyens de 1! mettre à la portee de tous. Le tableau ne touche que· QuelQues Individus. D·ou l'Idée de ee c roman en dei! slns " de ce film artistiQue sous forme de livre. IL rallait reprendre ce chef-d'oe'..lvre du cinéma sovietique, qui date dc 1936 : 11 a garde route sa puissance eplque et son impressionnante bcauté. Les marins du c Crondst.:l.dt :. et les soldats de P trograd déf ,ndent la fameuse forter eSSe. ('n 1919, contre les gardes blancs. commandés par le !ft'.:-nér al tsariste Youdenltch. La lutte sera terrible, mRls la victoire i!clatante et durable. Certaines scènes, quI montrent. la grandeur simple des héros de la revolution dresses contre les ennemis du peuple, constituent les t':lémcnts (rUne Imagel'ie l6g'endairc, il. la fols dcchlt'ante et exaltante. nant. On les pose correctement (les , _________________________________________________ _ problèmes), ce qui n'est pas le cas pour ce film plein de g!!mls e· ments et de longueurs ; et encore. Il ne surrtt pas d poser des Ques· tions, li faut honnêtement y ré· Mendjizki sc ;::ropose de pu biler pond re par dell pt!r.speetlves reelles. Ull autre c roman :., qui aura pour sujet sa jeunesse. N!! il. Lmlz. ( ans une famllle Clf; métallos très pieux. Il S'OPP08:l. u'ès rapidement aux conceptions de 5€S parents. tant j:ar sa passion du dessin QUc par sa fol dans le progrès. A dix-sept an$. Il parti cipe à la révolution de HI05.06. Il y a plus de quarante ans Qu'JJ a dit s'cx:r;atrier. -- Pour ce livre, ie n'ai pas de plan ti.ré à l'avance. pas pIUs que je n'en avais pOlir mon livre sur le ghetto. Mais il tonne tout de meme une entité. t radl/it une atmosphere généralc. C'e 1 une suite, mais Sltbj('.ctive. Je ne mets pas de titres al/x dessüuJ Iii de numéros aux ,:a ges, pour ne pus aétourner la vell see du nI/hrne intérieur que je cll erche à exprimer. n est un autre moyen QUft lc li ... re, pour mettre l'art plastique au service des masses les plus larges

l"arfkhe.

Mendjizki s'est prtoecu de crUe forme d·exprel;slon. Il a mts au point un proeédé qui permet à n'Importe qui . de reproduire Ulle aHlche artistique, en y Il.prort.ant meme. au besoin. le modifications qu'imDO c la situation locale. Cette mêthode s'est avérée nos effica('.e pour la préparation dC8 AS3hes de la Paix. dans le 7' arrondissement. Les affiches de Mendjizkl. reproduitp.s par des combattants de la aix Qui n'avalent jamais dr.sslne. recouVraleljt les murs par dizaines. C'est sans dou possible. puis· (lue c'est ainsi Que le8 choses passent (de pl\!li en plus) dans la vie. « Les Reflets Il L ES REFLETS. cc n': :5t titre d·un film. Illals d'un elnéma qui se dit c 1811 pas le If! nom cinema Plaisirs du • " .C ." •. \I.'.· ... ·.""U...u. ",\".'\'.""".".U':\ •..• cirque Echecsl I L y a des gens qui cons idêrent le cirque comme un spec.:tacle en- fantin ". Il y en a aussÎ qui tÎel\(\('nt Le voyage, de M. Oernstein, "o: •• \;o \, ,,,,,:o ,, , ",o;oo"n""U pour une piêce profonde. et les comedin de M. de Lctraz pour dé: sopîlanles. Ce sont d'ailleurs génêrulemenl les mênle ... Tous les goûts sont dans la nature, hélas. y compris les lIlaul'ais. Le nouveau programme du Clr- Le . speetacle du Cirque d'Hjver que d'Hiver m'a semblé, quant à se deroulant de.9 heure à. minuit, lnl. d'excellent goût. Car je suis de a ec un entr acte d un q art ceux qui pensent Que le cirque, Je d heure è. peine. 11 est ImpOSSible vrai cirque, est un divertissement de pal'Ier c.n détall le t?ys es de Qualité. et j'étals allé, l'autre lluméro . J énumère ,1 ecuyere soir sous le eélèbre chapiteau de Nad!a Houcke, dont le clu'val la place Pasdeloup, où l'odeur du danse r.ur dcs airs de polka, e.t de crottin, Je timbre des cuivres, fox - trou; la c Déesse de 1 Air . , l'eclat des projecteurs composent Chrysls de la Grange: Payo·May, une atmosphère de bonne fran le jonglpur sur monocycle; les Quctte et dc Joyeuse humeur. Bcllo. acrobates à la bascule; C'etait juste la veille que Maoudl. M. Samplon Bougllone, avec sa la dompteuse hindoue, se lit la- Cavalerie du Poh, et j'en passe. bourer un bras et une Jambe par MalJ je ne passerai pas les mel\ la tigresse Gypsle. Le métier de leurs. D·abord, MaTss et MimUê, dompteur est terrible. Nul ne peut elow!ls danseurs et musiciens, se vantcr de ravoir exercé sans grimaçant, hurlant et faisant rire y avoir lais.-;é de son sang. Que avec les moyens les plus simples dire lorSQuïl est fait par une et les plus sOrs. c 'est-à-dIre avec par le Maître 1. SHERN ETSKY PROBLEME N' 22 L. SEGAL Paris) Bulletin ounter dc Echecs N° tG • , , , • 1 r ! - J ".co .. O" lemme? Maoudl est une longue des gestes. Je veux bien. là aussI, jeune lemme à la silhouette gra- Que ce comique ne soit pas le corn- Les blano:, joutpl e' font mal ta eile. Entre ses malnJ, la tourch ble du s pirituel. Du moins, corn· trois toup$. et le fouet paraissent beaucoup pare â tant de Jeux de mots gravemoins propres à dominer QU'à se Jeux dont abondent Ics comédies défendre. et le fait est... dites bou levardières, je le trouve Les quatre tigres du Bengale se blp'n plus sain ct bien uPérleur. dressent ur leurs pa tte arrière, Il y a les Clerans. Tl ons notre tb\lrnent. en rond, jouent à aaute chapeaU. Le numéro QUlls exécumouton. si l'on peut dire jouer tl':nt dellant nous. le (am eu..: saut quand on entend ces mug!ssc de la n;ort :., est le méme Qui a ments. et si rOll pcut parler de valu à 1 un des Clerans de e rommoutons à propos de ces betes ma- pre les vertèbres sur la scène du gniflqucs à l'oeil allume de rage. a .aumont.Palace .. Son frère a trou- On dira peut-êtrc que les E:xercl ... c un aut-:c p lten l-:e et contlces de dressage sont plus à COIl- nue, a t-Il qu on l aIme, ce medamner (lu'à applaudir. qu'ils sonl tler Ou Ion !r61e la mort tous les u,n vestige de l"humanlté barbare. soirs! .- SOLUTION DU N' 19 M.'Il. GIB81:'\'5, zelte • 19HI. Clé: 1. O . SI SI 1.. d6 alor,s • Westminster Gao- L .... PdG: , Dc4 mat,

. Oh8 mat.

Bibliographie Menctjlzki cherche à falrc tou· jouts mie\lx. toujour5 du nouvcau pour servir la paix du monde. Et c'est là son grand mérite. _ C'est bon je ... a is réclamer mes allocotions fomilioles. Mals on doit s'incliner devant le Tay·Ru est un petit bonhomme courage de ceux Qui s·y llvr Ilt. de 62 kl1o . la l?1lne chafouine, les yeux "plissés d un pel'pétuel sou· rire. Sans doute parce qu"i\ se moque des lois de l'équilibre. J'ai gardé expres Tay·Ru DOur la Oon- Le Bulletin OU\'rier des écheC!. 1111 revue mensuelle de la F.S,a.T., vient de publier son Cluarantlème numero. Un contenu extrC:mement riche, prépart a ... tc o\n et QuI donnera satlsfact,! on à tons les échéphiles, Quelle Que soit leur force. Les amattU{S t1'étade . cte problèmes. de parUes bien commenttes. dr. nouvelles lc. plus rl!cente , Y trouveront tout leur compte, RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS M. Newmalt est embaUChe da!! ! les burtau dt / "'!Il' M-vcr&·Pelers"". Il n' !t pas heureux, lui. ullClt!1l che! du "pc rsO",I . Mal SUit all/OIU poUT Gertrudt!, 10 ' , cert!ofrt du .pDlroll, lu i fait gard.er courage:, (T raduit de l'américain par Yvonne Desvignpsl ne bouche. Son Ilumèro doit épater les pluJ blasês. A un moment. Il grimpe sur un échafaudage ex· Iravallant de bouteilles. ete boul , de rè,les. se met la tête ell bas

'1. pour finir. se tient sur un

dol(:t. Je dis bien : sur un doigt, l1ndex. pour préciser. lndex qui suffit à lui :..eul à Indiquer la qua· IlIé du spectaele Roger PAYET-BURIN, Cop1'iahl b, /JrQ., .1 L"'"aI4 . , EtlflID'U 1. '!in"lt. 1"0 '" droits rc's rvtl, FOCO S D'un i te gauehe, il s·emp:\\':o. d,' son bra , comm(! poar l'aitie!" il. gra.l'lr une marchç. Mnl 11 n'y 11\,(111 pa ct"'fcahcr en ·uo· et il ne &amil S'li (l "valt l"i q\!C I' qllclqucs Il"O\  :iI' Lllt d(" }Ja,';se-r wn bras SOIIS C" .U1 de Ocn!"udc. L·entrer. du par,· ll'èc;lit plus lnillllt.enll.l\L (lU i. qU"lq\\c mètres (\, v(lul eu:..: et il lu; S('ml)la qu'c\'e Ile ré ist.a1t )lfl.. i à j'itnll'"I"Cp.ptib  !ln s· Bion de 8!l main. RetEnant Sa. 1",'sp:l'alwll, li la pl,tl"N\ : ger('· meut sur ,a droite. "ers I\'nlréc CI elle ulXlit. ll lI;}()rdim'nt l"aHo!c ob.,cure qui dco ; endaiL en erpell :\llt ver., le petit lllc. 115 mar(haient cn!r dl'tlx talus ct dea ra llgées d',HUI'CS im· mobiles. l, :, sentier d\"SCX'nda \t en:I'C IclS ll'I"t.I·es d li n".).' avait pas un souff\c ,I"ail". I ls pafl;Cren, dl'v:ln t un i:)anc  ; i: . 'd· força de regardr.r droit dtl'am. lIu lorsqu'l l l'ut rl'mol.lT!\K: QU' Ufl fille y élait a l:Ollgoe a ... "c Ul1 mann. Il e r,n.la cumw te qu'll ne s'etait pas roU\'e dam; uu PJ!,rc il 111, nulL tombec depul.5 SOI\ ado\escencr. En ce t.c:mp$ là. dc& hommCl' baU.Jllent lp:s fO;\lTés mUnis de 10rch l'ea et tllland !"s (\éCOU\'l":"IC:lt Ull eo:\p.e. Ü lui "xLOI'qua!tlll d,' I"argenl. - Il !fut bl n fraIS. le., dll-c:le dnu: e/n,·nt. - En enet. Ilcqui a·t· i.. c E:$t.-ee h· moment 5,' demalloa ·l· li. ct" lu del'lImdl·' 0" m,· r:l.lnentr ehe.: h·. 011 cs:·e', Q\;"clle prl'mlr:l c .a m,!.: ? :0 SUl" k eOlé. t: perçut un n'muc· ln én:l e da n. les hauts llU Uist,U i de lilas, a inSI (t\l [j ,·s nu;r· rn lll·l' prt"lpilcl;. 11 lU seml ! l q\h' la re ptn' llon Q,: Gel1rud,' t ;':1.nccail de rYlhme . •• Je Ile Pl'UX \ ao&. Ile dlt·n. Quoi qu'('lle Ill k nl1r. d, mOl. jl' n,· peux pa iCi &. Il enlreVlt dan rob ll· rile un b:tlle lle;,crt sous It;'\ brlin\'hl'$ l" \oml).m;c .. d'vll ar:)l"c. - Voulez-\'oll.\ \'o l\.SSCOll" - demanda-L-lt '" c:on:.re-eoeur. - POlir m)r, rtpondll·e l,'. Con:nw ils appr Jchai,·llt du b nc. Imt: lemme ,,) preeip't:t

u; (kvunt d·, ux. El1e é
n!! ha!l't \lltr. uno lueur 'OJlllllal .' ".

l"Cj")etllt .'Ul" son l'lsa:;:e: ci1 lIl'alt U'lL' p \rk tlO\lCI1C d1'HIl\H: ""mme cc le d'\\:1 l1fal'l:. SC cl,el"'I IX !1'dt H'nl q\\ 'ujJ, m;J . boue 6,,' e:. lm il' I(;ne marron ro _e nillt wnt tnen 'lu.' mal Wl frlHoll dc.;')rdOl,n . - i\lin,(·. aIDl . dlt·,·lte. ! 011f!lnlll ctl'Olt d:'ln 'Ie vi s :':J de N ·,'. mil.l"O. El:c 5"ml) ail (en,taie, \0\lr11l\111 Il. tCle d'un g, &ti." brusque pour l"l"Cll.rctcr dcrr:t'lre e: 1c d f .. lsant ,rnllb!"r ICa i:)ouel :('.. - Mince ... lit·,·'I., rn e';";I1:1";ln: de r'·p!·duh ... , sur. ournc - Qu·c.s ·ec qat \lOU .. an'l\'e '1 d"manda OenrlH1c al'ec s:J.ng· froId. - Ma c"l'in,·. V"u n'!!I"'Z pas \·u \111 :- t\:le \·':r ue d un dirodle bleu a ... ee ie:s andaJC3? demanda·t·ellc d'un air desespéré. - Non. nou n'a von:s l'U pcrsolll;e. - Mme!:, ,Ion; E,lc miL :l pl'-urrr. - Finl5S':z, dl! Gertrudt sg:mk Ou r aVet·,·ous qllltté (· ? - 79- p'ocus _ Je roi. Qu'dlt cst \"cc un marin. di l la fillr, ngardant 'll'"r unc fOl d"nitre elle dans l"obseurlte. - Quroi. il nc :'" nas \'!"lc  ? d manda OC'rlrudc, Indiinée. Ne\\lll'lll rcgarda Ol':r:l"ude, intl"IBue, Sans cHI", li s' sen.it é:O:!jllC depUIS luno:t'·n'p . NO'I. 110\\5 o'llm,' all 's l'lous pronllmer. Mon marin e p uli "t altor.s. je :'si ohcrcllée t elle n'etait p,us là, expliqua 13 !iile. - Qut'L V(l\l, ... OllS él(' rait Rccostcr?' demanda Gertrudc, irn\ée Ik III stupidité de la fi :lr., _ OUl. r"connu la fi lle. (l18 Nel\"mll.ll p ' 1"çu l qu'«llr n';W:ii pa. !'unprrsslOll de sc trouver del'ant un jllgt olen e\"ère. _. VOIt." saV':l!: !('Ufll lIonlS? d"n'land;\ G e rtrud , - Oui. mais pM :cs \'nus, _ Et bi,·n. tàch,'(; de u'ou,'cr lin aient, c'elil ('"C que vous a\·o de m"'llX il faire. - J 'alme mit:ux pas. Je l'OUS en tUpp1il', Ils remmèneraient au pOSlc. - VOl;  ;l\'e:;: bll. hein? demanda Oel·ll1.ldf', .il" C IndlUér m;c. comme h!asee. - f\:un. ra m'an Ive. mais pas eelle fois. J ,' VOI\!i l'n Sllpplic, sa mer., ml' luefll. C ' l sa premlere sorUe. Cest ell:core une'

ammc·. J,. n 'll. n suppli ', j'al'alS promis de 
a ramena

ve!'s nru! heure . Gfrtrllde rel icchil \ln 1I1.'S1. lnt. Newman la t" lla lt tOlljOUl" par le bras t"I li fl:l1ra 1111 drame SI Gertrud ... déeida.t d·accom· }J:l.;!:l1cr C " l , ' !I),e. - Ou l"aH -I'O\lS m:rdue? A:!ons, I"cm·z. cl!t entin Ger· tl"lId,·. La fille Jel .. à O"rtrude un rcp;:l.ni ncr,nnaissant l"t d un ges,r Cll!anlill 1111 Clt Sll:"lle d 11. SUI v,!. Tous \r ol e haler,: l1t. Nc'" man ch,'reha!1 l'Il 1'!lHl q\l(!lqUc "hosc il. d:l"I: : i: ne pouvai supporltl" . ,m r6:t· pUI" .. melll mue:. l:s des,·cr.d,rent d'un pa l'apid el J o.! :lnt le :senLi,.r ob cU1'. Ne" man Sl'lIt1l un n·l. on à flr.l\1' ,I r. P"1111: O"\"trudc l·,·f· frayait et il en o! 1i fler ,'n Illèm r. 'elllps. QuI I!lait·clle? Qui Ct 1t ecètc (III,' '1 Que laiMit.ll ie!? Orllnd Dieu ... Ils al:CJgll.renl une font aine d MU potable et ilL !1Ile ·ar· re.a ,.\ re. anla nllt.oul" d'l"! (' poul' enl..:t de s·"r il'lltH. EHe dés,gna un mvnllcule qUI :'él,· I'aif sur leur Ji,1iuchc. Il l'lait 1" eOIlI""1"t de \)r"U!S8a;lI .. ,'1 1'0\\ n'y l'o 'ait l'Iueune l llml re .

"' qui slgnll,,,il QU'j, ne S')'  roUVIUt pu de  " nlier, donc p1l&

de gard, s. Le nl untr:mt du doi,'. la fille dit r:tnqulremen t : - Je crus qUt· je 1 a a la s c t . PO;Jrrlez·vous Y monler a'e" mol imp:ora-l--e:I". Gcrtl1.lde t" nu de pl:recl" 1'00\ Srur: té lIui recouvraI: le mo:")tu: u !e· Ne " roan lei ll l l d'l'n t3 l r aulalli. Il avait toujours l'U -80- pocus peur du nOlr et eda le l·epl"cna!\ sullitement. Il srn',it fléchir 5(!$ .enoux. # - Est·ee qu'II él.ll.l lr/)! IVl"c, ce marlJJ? demall' u-t·il sè· chelllent. _ Je ne ! ais pas, Jc ne me ouvl('ll.'S plu,. Il faul que je la HOUV(' : je vous en , llpplte, monSieur. Gertrude le I·\'garda. _ .. Vous \'oukz s:rll1lDer là·hnu\ ? Sa \"oix HalL rauque d·exeltallolc. Il eut llvi d fuir. Elle n·eL .it plus D'!ur lui QU'une étranié l· . - Bon, mUl'm\ll'a· li. - Venel:. t:l.1 t-c,le. 1:5 QIIlLten'1\! If' Srnl i,'r dltna le .5illage de la fillc-. oui leu\" mOllirait le chemin. et 1111 al ol"dèl"fnt Ic monjlcu  !. tint· to \ hors de l'allée, :ls ne dis hl,ul lell L &lJsolum llt plus rien. Il

ntellda it dans l'nbl;(:untê !a. fne remfler devanl (:U:O . P UIS

ils I"entrt:vin· nt·, lé;;én'nICnt courbée en avant eomme pOUl" examiner en grimpant le $01 .sous l,·, branelw8 lla,,;:;es. Nc " mali s'9glip lt 9\1 \"jras de Ger lrude. Ii étll it en nag,· cl SOlI rau - :ol I"elranglalt. Il S("' senlalt d',vemr P:U5 unpor(;.:nt, presque courallcux, l'tra nto;e, II 1\11 $tmbla que toute sa ."ie il avait cu un be!oln d·scU,.,n qu' II réalisaI t Ilnjourd'hui, comme f;j G,·r.rude l·a ... a IL découvert l·n 11.11 t mi, à jou ..

 ns h{;sila1l0n. El. pour el'Ite confiance qu'eJ:e a ... ait eUIl
n tui. il :.r.ntl, QU'II \'a;Tl1alt tandis QU"ol ses cO":s- il  ;i1llPiI,

t dan. l"01Jlbrr: derrière la I1lk qui rampait. Hl rcnifian t.. Un crnQutment de brlndU'es !4' (JI " nt fldre sous un tlui on. 'l'ou tNis ,!"l\1·rèl.trtllt. Newman . ,·ntit I(' ovigl.:!; ,le Gtr lrude ù nfon' , r dana la chair d,· .son avant-blOl E: Cl) même tcmps.. ti'e pr,URi\ l'C bras COnlre .f:Oll corp$. La 111 e

'!lccrû\lpit et I·'·garda  O\l  k bmsson. Ayant b:l1;;;.:;é la t t, 

JUS(j\!"i U so p(lt/r \'oir ce Qui s . pusait sous l'épili eur du tanis. tll " :e ... a et \'int mUI'lYlurel' à l'oreilk d,· G"rlrude : « Cc n'çsl pas eux" FuiR ,·Il fit dJ·mi·toU!' ct se r mlt il. ,o::nmpcr. Ne" man f;"ntlt reln.rote des doi::-Is 5e l"elilcl1n'. La fille r.tait maint,'nant à Quelqt1 dlstlll1ee. car 1'1\ a\'aitnl raient; le\17 a:!UI" . ris l'o 'l1iem . e profiler dn'o.nt el au· d',"ssus d·cu'" le somnlet du monticul", ct :cs J)ntouI"S d'ull arbre nOir "t gil]:nnto.:$(juc s.t' dCMlnalent 5ur le ciei. I ls M· cf..u\'rln'nt rn appl'O"!l:1nt comme ulle tache bli\r,che att pied de l'arbre. lb vll'ent la rll1(' s'arrètH 1'1 en U!l instant. i:s l'eun·nt reJollite et eonto'mplè rent le lit de JOUrl1:111X qui . ·ttahlit sur le M)I. La mie se bailillEl. ram3S a qu ... olle eho:.; et partit il récart. Jusqu'à l'endroit où r·ombn, de l'arbre fa lsRi plat"-c IlU ,-' " Ir de !une. Newman ... It qu'eli,' lena t à 1" mam une pet(te flole d.' whisky. Gel·t rud Ile lit 1}aS lm pas n l eUo;: eL i!s dcmeurêl'l"111 I mmobi! obserVRnl la ln .. tandis qu'e::e dec\lllfr3it J'étlquetl.e. Gcl"truJc "'8 1 'da it au- 10ur d'elle ft semblait sr dé$lnt.êI"CSlCr dt: la femme. - 81- Voici une des panics pul)!iées dans ee numéro Nous regrettons. filoute de place. d·tu·e obligé d'r.n abréger Ic:t commentaires. Vous pou\'('"l obtenir le B.O.E. en le denlllrldllllt par poste il. 11\ F.S.G.T.· Echecs. 9, ru :' La Bru;.oère, Paris (Ir). Le numéro, 50 fl1lnC$. AbOnncmtnt; 6 mois, :.151) tT.: annuel. 500 fr. un:,,:s NOUVEI,LES IM:- S UN VIEUX (:.,\)1B1T N° 2'1. _ Défensr. hollandaise (Gambit Stauntonl 0, &rd", N. Rossolimo 1. d f ; 2. cf f o.:d ; 3, Cç3 C16: 4 .• k5 Cr6. Les Rutr suite! poss!b\r.s 4 ..... c;lI (Pill \)\1ry) ....... . .11:6 cTartll.kowerl o\ ... éll (Thomali\ ou '"., bG (Nlm7.owftchl sont "mulcmeut eommE'ntét"s dall le 3.0.F.. Un(' faute grOlllllèl'e sera1t. ici L d ? 5, F  !6 (l t15 6. Oh:!+ g6 7. D)( d5 avec a ... antage polll" les bl:\uc . 5. (3 eS! Une Innovation de Rosso, lima. 8. d5 Cll 7. ' Xf·j Fr7 M nar, ant 8. ". C -.: d!i gagnant \111 pion.

. Fo;4 litt. Pas dr bJa ue . Il faut

bloquel· la diall"onale a2 8 . O. Cr '2 CJ4!: 10. C )i d4 (10. F'xc7 D,, 'I 11. Cxd4 C 3! 12 tl (\4 13. Cb5 l'Il'! 14. Od3 0·0 l . C l d4 C" ç4 16. D "1"40 .: é4 17.Rd'J \)5 18. 0 13 TIl ·:·' 19. R('3 b4 + ZOo Rb3 Oxd5 + 22. Dç4 0 " ç4 · ' 23. R .. ç4 ç5. tic ... 10 . ... F)( $ 11. Fb$ +, ç6! 12, C)(ç.fI. Sur 12 d " e6 la suit(' est 0-0113. e" b'l F' " 1)7! lei blallr.. .. out le choix: t"ntrl' 14. o "'l4. 14. 4 .. 14, Cé6 qui perdent é ·1.leme n t comme 1Cl! an.a lYfillll du B.O.E. le \)rou ... rnt.. 12. , •• b ", ' 13 1'" " ç6 '- Jlr7 n 14. 0 ·0 0\1 14. ·P" 30S 01 6 ! 13. Dfl2 Fa6 1 16. 0 '1:4 Oe3+ 1'1. cn Cd2 -'- HI. Rt T18+ l't le roi !.Ilalle Ile P'?urN\ plut Iro\lv r de rrlllgc rie\"ll1\t 1 a ut de toutes les pl ad\'er f" qm l'a.ssiè_ ltf'llt. t 1.... 'lb8 15. un nb6+ \6. HM U 3 . Lr. phi! Implc . li, TI3 Ox eJ u. C" i:2 T " h HI. 'Jllfi CfS O. T.ll3 3.6 21. Crl fel7 2'!. 'l Fê3 23. Cf5+: F" r.i 21. e)( f5 'lh.b8 IC'I blancs aban. donnent. Nouvelles u: BBT.\SCHl': ot p .... qta:s. A :1\ m1!lh'ic d S:\lnt,Oeni5. !" quipe pariMrnne de h. t'.S .G.T. l'rmporta \ln vie\,()lre sens,tlonnrlle contre la s ll;'Ct.ioll bi. \01.1) dr IR F'éd !'atiCln OU... rltre sulsSl' par 17 Victoires contre 1 LOVA[JI,E ISI'JI .\TT\'E, . La lI1unlcipalllé de Vl!Irjuir vl .n de dot!'!" cs IldminlS' rés d'llll c!'rde moMie ct"n l.l salle de 11!C ure de la. maine. Ce e"relt" e t ou ven aux am!Or tcur:s de la région tous les mardis. Jeudis ct samrdls. il. :ill h 30 Unr. foule nombreusl' a Sll\lalt à.. la 'éa.l1ce d'iIlaugunHion, qui :l ell lieu le 3· medi OZ :.. ... ril, ell P tè flllCC du maire La nll\lllclpl\lIU l\ ... Rlt bien fillt le3 eJ.1Ü:o;cs. UnI' l ll'fl:j! paÎ)lIcitê par vole d RI!:ches (une aH lche toUS les MI mt'Lrfs tle la ville l. un local t'l:réable. de noml)rr\lX jeux et \1n ambiance cordiale. Qlle !.lul-i1 de plU$? • f

Notes

<references />

Format JPEG