Droit et Liberté n°271 - mars 1968

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Ce 21 Mars (journée contre la discrimination raciale)
    • Les parias de Grenoble (sort des travailleurs immigrés après les JO)pages 6-10
    • Trois médecins répondent à "Minute": si les travailleurs noirs sont victimes de tuberculose, c'est la France qui est responsable pages 11-12
    • Le dossier du mois: L’inde affamée pages 10-26
    • Le crime au pouvoir: Madeleine Rébérioux présente le dernier ouvrage de Jacques Delarue pages 27-28
    • Chêne et lapins angora: une scène de la pièce pages 38-40
    • Test: connaissez vous les gitans? page 41


numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Revue mensuelle du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix MARS 1968 - N° 271 - PRIX: 2 FRANCS . LES PARIAS DE GRENOBLE , S1 L~INDE A.FFAMEE j SUR LA ROUTE DE VOTRE SANTÉ Choisissez les stations de détente de la stations agréées par la S.S. Demandez la documentation sur la station qui vous intéresse à : LA MAISON DU THERMALISME 32 Av. de l'Opéra, Paris 2e Tél. 073 67-91 ou à l'Office Thermal et touristique dans chaque station. chaine thermale du soleil DAX landes Capitale du rhumatisme traumatologie, névralgies, névrites, lymphatisme, sciatiques, polyarthrites, spondylarthrites. Ouvert toute l'année. ST -CH RISTAU Bouche, muqueuses, dents, dermatologie. Basses-Pyrénées Avril - octobre - Altitude 320 m. EUGENIE-LES-BAINS Colibacillose, maladies de la nutrition, du tube landes digestif et des voies urinaires - Obésité. Rhumatismes. Avril - Octobre. BARBOTAN-LES-THERMES Station de la jambe malade Gers circulation veineuse, phlébites, varices. Rhumatismes,sciatiques, traumatologie. Station reconnue d'utilité publique. Avril - novembre. MOLITG-LES-BAINS Affections de la peau, voies respiratoires Roussillon rhumatismes, obésité, station pilote de la relaxation. Altitude 450 m. Climat méditerranéen tempéré. Ouvert toute l'année. GREOUX-LES-BAINS Rhumatismes, voies respiratoires arthroses, Alpes de Provence traumatologie, arthrites. Altitude 400 m. Climat méditerranéen tempéré. Ouvert toute l'année. A l'occasion de la 28 Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale Jeudi 21 mars 1968 à 20 h. 30 , SOIREE AU GRAND AMPHITHEATRE DE lA SORBONNE (Rue des Ecoles - Métro Odéon) Sous la présidence de M. Charles de CHAMBRUN, ancien ministre, prendront la parole : MM. André LWOFF, prix Nobel de Médecine, Pierre PARAF, président du M.R.A.P., Georges BALANDIER, professeur à la Sorbonne, Roger GARAUDY, professeur à la Faculté des Lettres de Poitiers, Roger IKOR, Prix Goncourt, et VERCORS. Partie artistique avec Maria d'APPARECIDA et Bachir TOURE. ]) imanche 24 mars 196fl 15 heures ASSEMBLEE D'AMITIE ET DE SOLIDARI E AVEC Ils TRAVAillEURS IMMIGRES EN FRANCE à la Bourse du Travail 29, Boulevard du Temple (Métro: République) Participation des organisations syndicales, des groupements d'immigr~s et de diverses associations. Projection du film « Le Sel de la Terre ». DROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968. 3 RELIEI VOTRE COLLECTION DE "DROIT ET LIBERTE" « Droit et Liberté .. vous propose' sa reliure - système à broche, mise en place instantanée - couleur vert sombre, pour les numéros de l'année. Prix : 10 F (+ 2 F pour frais d'envoi). 'Les numéros qui vous manquent pour que votre collection soit complète peuvent vous être envoyés au prix de 1,50 F (numéros de 1967) ou de 2,00 F (numéros de 1968). Si vous n'avez pas conservé les numéros anciens, vous pou vez commander ,les 11 numéros de 1967 dans lieur reliure pour le prix de 25 F (+ 2 F pour frais d'envoi). VOUS AUREZ A VOTRE DISPOSITION, SOUS UNE FORME ELEGANTE ET MANIABLE UNE DOCUMENTATION INDISPENSABLE 4 BULLETIN M .. .. . . . ... .......... , . . . .. . .... ... ,., ... . ... . . . . . .. Adresse , .. . .. . . . , ...... .. .. , . ... . .... . ........ . ................ . commande la reliure • Droit et Liberté • de couleur s'abonne pour un an (abonnement ordinaire) (abonnement de soutien) . ... . .. .... .. . . ... .. .. .. . ........ . ... .. . . . .. ....... , ..... , . , . .. . Vous joint par chèque bancaire, mandat, chèque postal (1), la somme de • Droit et Liberté » : 30, rue des Jeûneurs, Paris 2·. C.C.P. 6070·98. (1) Rayer la mention Inutile. 12 F (1) 20 F (1) 40 F (1) dans ce nUIIlèro · LES PARIAS DE GRENOBLE Les travailleurs immigrés, qui ont joué un rôle essentiel dans la construction des Jeux olympiques, sont atJIjourd'hui les plus menacés par le chômage. 6-10 TROIS MEDECINS REPONDENT A « MINUTE » Si les travailleurs noirs sont victimes de la tuberculose, c'est la France qui est responsable. 11-12 Le dossier du mois : L"INDE AFFAMEE La conférence de New-Dehli va étudier pendant deux mois les problèmes du sous-développement. L'Inde, le pays hôte de la conférence, est peut-être le pays le plus touché par le sous-développement. Notre collaborateur Jacques Relie en revient. 19-26 LE CRIME AU POUVOIR Madeleine Rébérioux présente le dernier ouvrage de l'historien Jacques Delarue. 27-28 CHENE ET LAPINS ANGORA Une scène de la très belle pièce que le Théâtre National Populaire présente actuellen1ent. 38-40 NOTRE COUVERTURE Des femmes et des enfants du Cachemire chassés cie leur village par la guerre indo·pakis· tanaise atterdent les rations alimentaires distribuéES par lB Crolx.Rouge. (Photo UNESCOl ' . ABONNEMENTS • \Jo '" : 20 F

."bonnement de soutien l 4D F, Etranger : 3(t P' BELGIQUE (Mouvement con,re' le ra· me. l'anti$émltlilme eh la Xé'lQ' pbobie). 43, avenue ae JlereJl.em, Sainte· ,la:atlte • Bruxelles 8 : lél. 21·56-39. Abonnements : MRAX, '15, Square Lêopold - Bruxelles 2 - C.c.P. 73-64-15 • Un an : 200 FB. • Soutien : 400 PB. SUISSE Librairie Rousseau . 36, rue JeânJacques. Q,ousseau . Genève. C.C.P. 12.7149. • lIh an : t8 F' DROIT ET LIBERTE '- N" 271 - MARS lMR CE 21 MARS LE 21 mars 1968 sera la deuxième Journée contre la discrimination raciale que les Nations Unies ont inscrite au cale'ndrier du monde, au cours d'une année qui a été proclamée l'année internationale des Droits de l'Homme. Nous savons la relativité de ce genre de commémoration dans un univers qui demeure encore l'univers de l'apartheid et de la faim , alors qu 'à ces signes fragiles d'espérance et de paix répO'ndent les atroces bombardements du Vietnam, les duels d'artillerie des deux rives du Jourdain. Nous savons tout cela, mais les épreuves, les combats, dont sont jalonnéS les chapitres de nos existences, nous ont appris que nul progrès ne s'obtient sans des efforts obstinés, que seuls sont gagnants ceux qui dans l'indépendance et la rectitude de leur conscience conforment leur action aux seuls impératifs de ~' humanité. Si loin qu'il y ait du principe à l'application, c'est un élément nouveau, capital dans la lutte quotidienne que la presque totalité des Constitutions , que la plus haute instance internationale aient déclaré le racisme hors-la·loi et qu'en dehors de l'Union sud·africaine nul ne conteste plus, en théorie du moins, la vieille règle morale de notre Révolution française: • Tous les hommes sont libres et égaux en droit, » Aussi les Etats qui y dérogent manquent-ils à leur parole , I L est donc important que nous puissions rappeler solennellemer,. le L1evoir humain aux peuples. réveiller à cette occasion les âmes ignorantes ou résignées. Les gouvernants, si bien intentionnés soient-ils - et nous avons, hélas de bonnes raisons de ne pas être toujours rassurés - ne peuvent rien, si les gouvernés eux-mêmes ne donnent pas l'exemple, si dans leur vie quotidienne, à l'usine, au bureau, dans la vie au foyer, ils n~ s'efforcent pas à la compréhension , au respect de ce prochain , de ce lointai'n qu'ils ne savent pas reconnaître pour leur frère , Les graves événements qui se déroulent dans le monde mettent à l'épreuve leur sens de la fraternité, Non seulement lorsque leur conscience est unanime, lorsqu'une indigne ségrégation continue de frapper les noirs, lorsque des néo·nazis s'apprêtent à recommencer leurs crimes contre les juifs, non seulement lorsque des Vietnamiens écrasés sous les bombes, font face à une prétendue croisade qui est celle de l'oppression et de la corruption ou que les travailleurs immigrés nord·africains, africains noirs, portugais et les Gitans, souffrent dans les pays d'accueil d'un racisme social et psychologique. Mais dans tous ces coins de la terre où le racisme sévit encore, chez les émules de Kitchko, qui après trois ans de silence , récidive aujourd'hui et que l'on aimerait voir désavoué à nouveau en Ukraine; comme chez nos nostalgiques de l'Occupation auxquels une crise économique, des troubles politiques redonneraient leurs chances criminelles, A la veille de cette Journée que le M.R,A.P, sera l'une des seules organisations de masses g commémorer dans toute la France et dont' notre éminent ami, l'an· cien . ministre Charles de Chambrun, a bien voulu présider la célébration en Sorbonne, nos pensée~ vont vers toutes les victimes du racisme , vers tous les hommes et les femmes de !;lonne volonté qui partagent notre lutte. Elles s'arrêtent au Moyen·Orient entre les Arabes et les Israéliens, pleines de compassion pour ces centaines de milliers de réfugiés qui souffrent d'un exode que leurs' adversaires d'aujourd'hui n'ont que trop con'nu dans leur histoire, pleines d'amitié pour tous les peuples et d'abord pour le peuple Israélien dont seule l'existence est encore contestée. Il a, comme ses voisins, le droit de vivre en sécurité, à l'abri de la mort qui a plané sur lui depuis sa création. Aux uns et aux autres, dans une atmosphère passionnelle où les éperviers sont plus nombreux que les colombes, nous renouvelons notre appel , au nom des combats que nous avons en commun contre tous les racismes. Nous les adjurons de négocier, de revenir des voies funestes de la violence à celles de la coexistence et de la coopération pacifique où le Moyen-Orient cueillerait la paix et ': fJrospérité, A MIS du M,RAP .. cette Journée contre la discrimination ra~iale .q~e ,nous so~hai. tons, pour lui donner toute son ampleur et toute sa dlverslte, etendre a la semaine du 1 B au 24 mars, est en priorité votre journée, Chacun d'entre vous, étudiants et ouvriers , éducateurs et commerçants, écrivains , artistes, savants, élus des Municipalités, des Conseils génér?Llx et des Assemblées parlementaires peut contribuer à faire progresser notre cause, Faites que cette journée qui coïncide avec la venue du printemps soit l 'annon ciatrice du printemps de l'amitié des hommes. Pierre PARAF. 5 ": z o « LES PARIAS DE GRENOBLE (De notre envoyé spécial Georges Chatain) PENDANT deux semaines, la France vient de vivre à l'heure de Grenoble. L'actualité, ce furent les performances des skieurs et des patineurs. Les prouesses de Marielle Goitschell et de Jean-Claude Killy chassèrent de la « une)} des quotidiens du soir l'offensive vietcong et les déboires diplomatiques de l'Europe des Six. C'est que ces 10' Jeux olympiques d'hiver étaient aussi un événement mondial : 1.800 concurrents étaient là, venus de 38 nations, réunis une fois de plus pour cette fête de la compétition fraternelle que créa, au début de ce siècle, le baron Pierre de Coubertin en faisant renaître les antique" olympiades. Pour l'occasion, on avait misé gros: 1,2 milliards de francs actuels_ Et, depuis quatre ans que la ville a été cllOisie, les péripéties et les inquié- 6 tu des n'ont pas manqué : une lutte électorale serrée pour la mairie, en mars 1965; le scandale que provoquèrent les sportifs étrangers, voici un peu plus d'un an, pour protester contre les conditions d'hébergement qui leur étaient faites; la légende aussi que créa autour de la ville la préparation des Jeux, et qui lui valut une réputation de dynamisme, d'esprit aventureux et pionnier. Des banlieues mornes De fait, le Grenoble des Jeux s'est composé un visage neuf. Dans le cirque neigeux que ferment les monts du Vercors et de la Chartreuse, la ville ne présente pas seulement les quais et les perspectives urbaines qu'admirait Stendhal au siècle dernier, mais des architectures dont les écha- Pour les « J.O_ ", Grenoble a fait peau neuve. Des milliers de travailleurs immigrés ont travaillé à lui donner son nouveau visage. Eux. vivent dans des banlieues, dans des 'ghettos que bien des Grenoblois ignorent ... taudages viennent tout iuste d'être enlevés : la Maison de la' Culture, la \1airie, la Gare, la patinoire, et éjuelques remarquables immeubles d'habitation. Partout, dans la ville et dans ses banlieues, es bâtiments rythment le paysage de leurs masses verticales. Cette ville propre et belle, qui ne vivait, ces derniers jours, que pour les Jeux, que parcouraient des équipes de jeunes au visage hâlé, à la tenue multicolore, évoquait irrésistiblement le fameux texte de Brecht : « Ce que demande un ouvrier qui lit» : « Qui a construit Thèbes aux sept [portes ?. « Babylone, plusieurs fois détruite « Qui tant de fois l'a reconstruite? [Dans queUes maisons « De Lima la dorée logèrent les [ouvrIers du bâtiment?» Ces bâtiments, ces pistes, ces autoroutes, sont l'oeuvre de quelques dizaines de milliers d'ouvriers du bâtiment et des travaux publics. Parmi lesquels 80 % de travailleurs immigrés. A Grenoble, ces immigrés ne sont pas faciles à découvrir. A l'heure où le travail cesse sur les chantiers, ils disparaissent vers les banlieues mornes - Saint-Martin d'Hères ou Fontaine - ou des quartiers qui, à deux pas de la préfecture et de la magnifique place de Verdun, cachent la lèpre de leurs ruelles étroites, de leur pans de murs crevassés : la rue ,. '-.- -- ... .. . • Cf ~ '" t • , ...... """ . .. ~. ... • ~ Cf 1 ..... ...... .M .C,I) ~ .o, . .!) Très-Cloitres ; la rue de la Mutualité, promise à la démolition, et dont nombre d'habitations sont déjà évacuées. 5.000 par an Les spécialistes, les cadres locaux, font des réserves sur ce que certains ont appelé, non sans légèreté, le « miracle grenoblois» ; Grenoble, disent-ils, a sans doute quelques caractères particuliers - la proportion de cadres, de techniciens, d'universitaires et de chercheurs y est sensiblement plus élevée qu'ailleurs - mais c'est une .ville industrielle, qui connaît les problèmes de toutes les villes industrielles françaises : la concentration des entreprises, les difficultés qu'elle entraîne, la dégénérescence de certaines branches d'r:ctivité (dans l'Isère, c'est le papier-carton, les cuirs et peaux, le textile) l'accroissement du chômage. La situation n'est pas facile pour les salariés, et encore moins pour cette masse de maind'oeuvre que constituent les immigrés. Et puis l'image d'une Grenoble ville de riches, ville de cadres et d'intellectuels se modifie singulièrement lorsqu'on regarde non plus la ville, mais l'agglomération, faite aussi de banlieues où la population ouvrière constitue une écrasante majorité. Les immigrés, quels sont-ils? En 1966, date de la dernière évaluation précise, ils étaient, dans l'Isère, quelque 86.000. Sur 800.000 habitants que compte le département, ils repré- DROIT ET LIBERTE - N° 271 - MARS 1968. CHAQUE JOUR 30 HABITANTS DE PLUS Grenoble comptait, au début de 1966, 183.000 habitants. Mais l'agglomératio'n grenobloise, qui groupe également treize communes de banlieue, en regroupait, à l'époque, 303.806. Parmi les communes de banlieue, les plus importantes sont Saint-Martind'Hères (21.000 habitants au début 66), Fontaine (19.000 habitants), Echirolles (13,000), Saint-Egrève (10.000) . Mais la population s 'accroît à une cadence de quelque 12.000 habitants supplémentaires chaque année, trente de plus par jour. (C'est le taux le plus rapide de Fra'nce après celui de la grande banlieue parisienne.) Les chiffres de 1966 sont déjà en partie périmés; ce sont les communes de banlieue qui croissent le plus vite. Grenoble, vieille ville de passage et d'administration, a vu son essor industriel lié à la domestication de la houille blanche. Elle fut d'abord ville de tanneries, de cuirs et peaux. Puis à la fin du XIX' siècle, ville de métallurgie spécialisée dans le matériel lourd hydroélectrique. Aujourd'hui, l'industrie chimique, liée à l'utilisation massive de l'électricité, y trouve un terrain d'implantation particulièrement favorable; de même la recherche SCientifique liée à ces secteurs industriels de pointe, sentent 11 % alors que, pour la France entière, les travailleurs immigrés (et leurs familles) représentent moins de 6 % de la population. La proportion est forte, donc ; ce qui est normal : c'est vers les régions industrielles que les immigrés se dirigent. En 1946, ils étaient 36.000 dans l'Isère; en 1954, 40.000, en 1962, 64.000... Pendant les dix dernières années de 1956 à 1966, ils sont arrivés au rythme de 5.000 par an. C'est une population de célibataires, de jeunes; la proportion de travailleurs par rapport à la population totale y .est bien plus forte que dans la populatlOn française. A Grenoble, 40 % à peine de la population française est active; mais, pour l'immigration, la proportion atteint 70 % : sur 86.000, ils sont 56,000 travailleurs. Victimes des spéculations diverses Il y a, en premier lieu, les Italiens (44.500, dont 28_000 travailleurs) et les Espagnols (18.000, dont 13.000 travailleurs)_ Ces deux immigrations ont bien des points communs; ne serait-ce que parce qu'elles présentent le même visage double : • Une première immigration, ancienne, qui obéit, à l'époque, à des mobiles politiques : ouvriers italiens fuyant le fascisme mussolinien après 1933 ; républicains espagnols vaincus et pourchassés par la police de Franco. Cette immigration-là se caractérisait par une compétence professionnelle· et une conscience de classe assez élevées. L'intégration professionnelle, syndicale et sociale, se fit très vite. Aujourd'hui, nombre de ces anciens immigrés sont naturalisés; leurs enfants, nés en France, sont français. C'est une population en voie d'absorption. Elle n'entre pour aipsi dire pas dans les chiffres cités plus haut. • Une seconde immigration, plus récente, est radicalement différente, Née après la guerre, elle amène en France des Siciliens, des paysans d'I talie du Sud ou des régions déshéritées d'Espagne. C'est une maind'oeuvre non qualifiée, résignée à son sort, prête à tous les emplois et tous les salaires. Une relative intégration est pourtant rendue possible de par la présence de cette immigration aînée_ Immigrations italienne et espagnole ont enfin ceci de commun qu'elles tendent à diminuer : 800 nouveaux arrivants d'outre-Alpes en 1966, contre 1.100 en 1962; 650 arrivants d'outrePyrénées contre 1.300. Ensuite viennent les Algériens : 10.000 environ, dont 6_500 travailleurs pour le département, mais presque tous concentrés à Grenoble. Beaucoup plus que Italiens et Espagnols, ils vivent en ghettos, dans des conditions très dures. Des enquêtes ont été menées, dans le milieu aglérien, en 1966-67, par deux associations grenobloise, le C.R,I,C, (Centre de réflexion et d'information sur la coopération, fondé par d'anciens coopérants militaires) et l'A.D.C.F.A. (Association dauphinoise de coopération franco- -+ ~ UNE ACTIVITE CONCERTEE : LE nombre . important ge travailleurs i~n:igrés que comptent l'agglomération g~~!l0bIOise et le departement de 1 Isere a conduit depuis quelque temps deJa les responsables locaux, responsables politiques, syndicaux, éducateurs, à étudier plus à fond le problème de l'immigration. Voici deux ans, lorsqu'y éclata un mouvement de grève, un Comité de soutien aux grévistes de Neyrpic se créa à Grenoble. La situation sociale continua à s'alourdir et le comité se transforma vite en un Comité de Défense de l'Emploi et des Libertés Syndicales, qui se donna pour but d'étudier plus en profondeur les difficultés économiques et sociales de la région. Il s'avéra aussitôt qu'aucune étude n'existait dans ce domaine. Les syndicalistes et les universitaires qui avaient pris l'initiative de créer le CQmité de soutien, puis le Comité de défense, s'avisèrent que rien de sérieux ne pourrait être fait sans un certain nombre d'études préalables . C'est ainsi qu'en 1966 vit le jour un Centre· départemental de documentation du travail. Furent pa~tie prenante dans la création de ce Centre les trois grandes centrales syndicales - C.G.T., C.F.D.T., F.O. - ; la Fédération de l'Education Nationale; l'Université de Grenoble, par l 'intermédiaire de l'Institut d'Etudes Sociales, rattaché à la Faculté de Droit ; plusieurs partis politiques (le Parti Communiste, le P.S.U., la S.F.I.O.); l 'agence d'urbanisme de la municipalité de Grenoble ;Ia municipalité elle-même ainsi que les municipalités des • banlieues • de l'agglomération; diverses personnalités universitaires enfin. L'une des premières tâches du Comité départemental fut d'organiser, en juin dernier, un colloque sur l'immigration dans la région. Ce colloque déboucha, d'u.ne part, sur un meeting d'Information; d'autr·e part, sur la décision de preparer un livre blanc sur ce problème. Une équipe de travail a été constituée à cet effet, qui a arrêté son programme 1968, et qui a commencé ses recherches : • Analyse générale de l'emploi des travailleurs étrangers dans le département de l'Isère. • Le comportement des organisations syndicales à l'égard des travailleurs étrangers. • Les aspects sanitaires et juridiques des conditions de vie et de travail des immigrés. • Les conditions d'emploi et les conditions sociales des travailleurs étrangers dans l'agglomération de Grenoble. . • Le développement économique et l'emploi des travailleurs immigrés en Europe occidentale. Ces travaux se font dans la perspective d'un colloque national, qui sera organisé en novembre 1968 par la Commission Nationale d'Etudes Interethniques, rattachée au ministère de l'Education nationale. algérienne). Ces travaux, qui purent être approfondies grâce à la collaboration d'el!-quêteurs algériens, révélèrent au mIracle grenoblois un envers peu réjouissant. JL Quermonne, professeur à l'Université de Grenoble préfaça ainsi ce rapport : ' semaines de 45 heures, leur revenu mensuel serait donc inférieur à 600 F. Le palace 83 % d'entre eux disposent, pour se loger, de moins des 8 mètres carrés qui sont considérés comme le seuil minimum critique (6 sur 10 ont même moins de 4 mètres carrés!). 50 % logent en baraquement ou en meublé (moyenne d'occupation: 3,7 personnes par chambre), 17 % dans des foyers, 8 % dans les immeubles en construction on en démolition, 3 % dans des vieux wagons. 85 % n'ont pas de chauffage. 15 % n'ont pas de lit, et dorment par terre ou sur des tables. Certains loyers pratiqués pour les « privilégiés» qui logent en meublé ou en baraquements ont été relevés : 60 F par mois et par personne pour une cave de cinq « places»; 100 F pour un lit dans une chambre à six «Entassés dans les taudis des vieux quartiers insalubres, dans des camions wagons et roulottes hors d'usage qui peuplent les terrains vagues, ou encore dans des baraques de chantiers, de très nombreux salariés sont victimes de spéculations diverses : spéculations à la baisse s'agissant de leurs salaires, spéculation à la hausse s'agissant du prix payé pour avoir, non pas une chambre, mais une place dans les garnis ou ailleurs "_ Laissons parler les chiffres : la moyenne d'âge des immigrants algériens est de 28 ans; 80 % d'entre eux sont en France depuis plus de deux ans. 70 % d'entre eux gagnent moins de 3,10 F de l'heure: pour des 8 (trois lits servant alternativement à l'un puis à l'autre) sans fenêtre ni chauffage. 17 %, avons-nous noté, logent en foyers . Il y a cinq foyers dans l'agglomération. Deux sont à Grenoble même et, dit le rapport, ne méritent pas le nom de foyers; les trois autres sont dans la banlieue. Deux ont été éonstruits en 1954 par le Comité d'Aide sociale aux travailleurs nord-africains, à Saint-Martin d'Hères et à Seyssinet. Ils offrent un peu plus de 200 lits chacun, répartis en chambres de 4. Le loyer est de 60 F par mois. Le surpeuplement de ces foyers atteint parfois 100 % : 400 pensionnaires là où il n'en faudrait que 200. Les derniers venus couchent par terre, sur les tables des cuisines et des salles à manger. Ce surpeuplement entraîne une dégradation dont se . plaignent les locataires. Mais que faire? Si les normes étaient strictement appliquées, 400 travailleurs devraient être expulsés, et connaîtraient des conditions pires encore. Le Foyer-Hôtel de Fontaine (la banlieue, aussi) a été construit en 1963 par la Sonacotra (Société Nationale de Constructions pour Travailleurs); les chambres y sont individuelles; chaque chambre fait partie d'un appartement qui en groupe 8, et qui met à la disposition de leurs occupants 4 robinets d'eau chaude, 1 douche, 1 sanitaire, 1 cuisine; chaque chambre ferme à clef. Pour les travailleurs algériens, c'est le palace. Mais ce foyer modèle ne dispose que de 270 places. ' « Pàs dans le coup " Jusqu'en 1962, les relations entre les travailleurs algériens et leurs compagnons de travail étaient pratiquement nulles. Le combat quotidien n'était pas le même; les travailleurs algériens se considéraient eux-mêmes comme des étrangers; au premier plan, ils plaçaient la lutte pour l'indépendance de l'Algérie; l'action des syndicats français les intéressait peu et la réciproque était vraie. Après l'indépendance, tout changea : le contact se rétablit entre Français et Algériens, dont certains ont, à Grenoble, des responsabilités syndicales. Certaines grèves, dans l'Isère, ont été menées à bien par des leaders algériens

voici quelques années, c'était

encore impensable. Aujourd'hui, si le ghetto reste la règle dans le logement, « le courant passe» sur le chantier et à l'usine. Puis viennent les Port~gais ; les plus déshérités, ceux qUI, avec les Africains (mais il n'y a pratiquement pas de travailleurs africains dans l'Isère) représentent la couche la plus basse de l'armée industrielle de réser- . ve que constitue aujourd'hui la maind'oeuvre immigrée. A Grenoble et dans le département, ils sont 5.500 environ, dont 3.500 travailleurs. Mais leur nombre s'est accru très vite : en 1962, il _en est venu 155, en 1963, 350 ; puis, brutalement" leur nombre a plus que doublé. Depuis 1964, il en arrive 7 à 800 chaque année. Beauçoup d'entre eux arrivent en clandestins, de sorte que ces chiffres eux-mêmes, sans doute inférieurs à la réalité, ne sont qu'approximatifs. Ils s'entassent dans les banlieues de Grenoble, dans des conditions que l'on connaît mal, que l'on sait déplorables. Ils demeurent isolés, méfiants, rebelles à toutes organisation et même à des contacts avec leurs compagnons de travail ; leur comportement a deux explications : la plupart d'entre eux sont d'origine paysanne ; c'est en France qu'ils font connaissance avec l'iDd~trie et la discipline qui y régit le travail quotidien. Ils ne sont pas encore « dans le coup ». Et puis la police politique du docteur Salazar, la tristement célèbre Pide, est très active, et très vigilante, dans les milieux de l'immigration portugaise. Elle entretient un climat de méfiance et sape toute tentative d'organisation. verses. Mais cette immigration-là est tr~s diluée : elle ne se forme pas en communautés très particularisées ; elle n'est pas non plus (sauf l'immigration yougoslave) cantonnée dans des activités non spécialisées et souspayées . Beaucoup de Suisses, par exemple, sont commerçants. Revenons-en donc aux travailleurs immigrés. Ils sont occupés à Grenoble et dans l'Isère, à des tâches bien particulières, à des secteurs d'activité déterminées

le bâtiment et les travaux

publics ; la métallurgie, les industries 70 heures par semaine des cuirs et des peaux. Les autres immigrations - 1500 à 2000 personnes environ, dans le départeme!} t - sont diverses ; la moitié environ est constituée de Polonais, installés là depuis longtemps ; une petite immigration yougoslave tend à croître en importance ; il y a aussi des Suisses, des Européens de nationalités di- Dans l'Isère, bâtiment et travaux publics offraient jusqu'aux Jeux Olympiques, 30.000 emplois. 80 % de ces emplois sont tenus par des immigrés ; cela fait 24.000 emplois. C'est déjà presque la moitié de la main-d'oeuvre qui est ainsi absorbée : Algériens et Portugais, surtout, dont la majorité travaille dans ce secteur. Notons au ASSURER L'EGALITE DES TRAVAILLEURS IMMIGRES A l'is'sue du ColJoque qui s'est tenu à Grenoble en juin1967 a été publiée une résolution dont voici les points principaux Le colloque demande: - l'élaboration d'un statut d'égalité pour les travailleurs immigrés prévoyant : 1. l'égalité des droits syndicaux et sociaux, la liberté d'association et la liberté de presse, 2. la libre circulation et le libre établissement sans contrôle policier ou politique pour tous les travailleurs, sans aucune restriction ni discrimination, 3. la participation des organisations syndicales à la gestion de l'Office National d'Immigration. Le Colloque souhaite que les partis démocratiques mènent à l'Assemblée Nationale une action concertée en faveur d'un statut prévoyant ces différents éléments. - le respect des accords signés par la France avec les différents pays d'émigration (1), - l'organisation efficace de l'alphabétisation des travailleurs immigrés et l'égalité des travailleurs étrangers dans le domaine de la formation professionnelle et de la Promotion Sociale ... - la mise en oeuvre de sanctions pénales graves contre toutes les autoritas publiques ou privées coupables de la plus petite discrimination ... - le renforcement des enseignements qui ont pour objet d'extirper toute trace de chauvinisme dans la jeunesse de notre propre peuple. - la construction massive d'H.L.M. et l'adoption de mesures d'urgence par les· Pouvoirs publics et le patronat pour permcttre d'appliquer réellement le droit au logement qu'ont les travailleurs étrangers comme tout travailleur ... ... Aux organisations syndicales, aux sections syndicales d'entrel?rise, le Colloque demande d'étudier et de réaliser les actIOns nécessaires pour que les travailleurs immigrés puissent exercer pleinement les droits ' reconnus à tout tra- DROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968. vailleur. Le Colloque appelle en particulier tous les travailleurs immi~rés à faire connaître au Comité de l'Emploi les discriminatIOns dont ils sont victimes ... Le Colloque félicite ceux qui lui ont fait part des initatives qu'ils comptent prendre dès la fin de l'été en liaison avec le Comité de l'Emploi : - les médecins qui constituent un groupe de travail pour étudier les . problèmes de -santé des travailleurs immigrés, leurs ccmditions d'hospitalisation, le respect des règles élémentaires de la médecine du travail, - le groupe qui étendra à l'ensemble des travailleurs immigrés l'enquête réalisée sur le logement des travailleurs Nord-Africains, - les instituteurs et enseignants qui étudieront les problèmes posés par la scolarisation et l'alphabétisation, - les juristes qui envi'sageront les moyens de dénoncer et de faire ceSser les discriminations dont sont victimes de fait les travailleurs immigrés devant la Justice de notre pays, - le Centre Départemental de Documentation du Travail qui a décidé de porter son attention sur la situation économiq\ le de l'immigration, les municipalités qui doivent étudier les moyens à mettre en place pour accueillir correctement les travailleurs immigrés ... (1) M. JEANNENEY, Ministre des Affaires Sociales, a déclaré en effet le 28 mars 1966 : «l'immigration clandestine ellemême n'est pas inutile car si l'on s'en tenait à l'application stricte des règlements et accords internationaux, nous manquerions peut-être de main-d'oeuvre ». ~ .... passage que 88 % des Algériens sont manoeuvrc.s ou ouvriers spécialisés (et c!tacun saIt qu'en langage administratIf, on nomme ouvrier spécialisé celui qui n'a ~ucune qualification) ;' pour les travaIlleurs portugais, les chiffres manquent, mais ils sont au moins similaires, sinon pires. Les Italiens et les Espagnols sont moins nombreux et font parfois partie du petit person: nel d'encadrement. Et puisque nous en sommes aux chiffres, précisons que les semaines de travail, dans le bâtiment atteignaient depuis un an, jusqu'à 70 heures. L'inspection départementale du travail tenta d'imposer un maximum de 54 heures. En vain : il fallait terminer au plus vite les installations des Jeux. . Pour leur préparation, une entreprise met 28 travailleurs à la construction d'un échangeur routier. Sur ces 28, il Y avait 2 maçons, 11 chàuffeurs 7 conducteurs d'engins, 1 mécano, i employé et 8 manoeuvres. La moitié 14, étaient étrangers : parmi eux, le~ 8 manoeuvres. Une autre entreprise, 50 personnes travaille à l'aménagement d'une chaus: sée; il Y avait, outre le personnel d'encadrement, 10 maçons, 8 poseurs de bordures de trottoirs, 27 manoeuvres . parmi eux: 30 étrangers (dont les 27 manoeuvres). Les Portugais sont recherchés car ils ont souvent une petite formation professionnelle (dans la maçonnerie surtout) qui les rend particulièrement rentables pour de bas salaires. En situation illégale Pr~cieuse indi:a~ion à ce propos : le chIffre des arnv7es clandestines, qui sont surtout le faIt des Portugais. Si l'~n en croit les statistiques des servICes locaux du Ministère du Travail il y eut, dans le premier semestre 1967 (~e décembre 66 à mai 67, plus précisementl. 1138 «régularisations de situation ~ ; des travailleurs venus clandestinement, ont fait les' démarches nécessaires après avoir trouvé du travail. Ce n'est pas dévoiler un mystère que de rappeler que l'immigration clandestine est voulue par les employeurs et tolérée par les Pouvoirs publics : elle fournit une main-d'oeuvre fraîche à bon marché . le clandestin se montre d'autant moins exigeant sur les c;on~it!ons ~e salaire, ~'emploi et de secunte, qu Il est en SItuation illégale, et que c'est «pour lui rendre service» que son employeur accepte de ré~lanser une s.ituation qui, « si elle étaIt connue », lUI vaudrait l'expul- 10 sion immédiate. Or ce sont 70.000 clandestins qui rentrent au total chaque année en France. On sait pourtant que la police française n'est pas si mal faite ... Après le bâtiment, la métallurgie. Là, les Italiens, et surtout les Espagnols fournissent l'essentiel de la main-d'oeuvre non spécialisée ; les Algériens y sont moins nombreux les Portugais pratiquement absents. ' Puis viennent les industries chimiques, la papeterie, les cuirs et peaux, où la main-d'oeuvre immigrée trouve le reste des emplois qu'elle occupe. Nombre de ces emplois sont tenus par des femmes : ce sont près de 4000 étrangères qui travaillent dans l'Isère: 2500 dans les industries de transformation, 600 dans les services; un peu plus de 300 sont employées d'assurances, de banques ou de commerce. Or, Grenoble s'apprête à affronter des difficultés. La ville et le département ont été touchés par le ralenitssement qu'à connue, à partir des années 63-64, l'économie française dans son ensemble. Pour l'Isère, il y avait une chance: la préparation des Jeux, qui allait, dans une certaine mesure, masquer les difficultés qui gagnaient le reste de la France, et même de la région. Certes, il y eut des grèves, et des grèves dures, comme celle · de Neyrpic ou de la Rhodiaceta, dont on parla beaucoup l'an dernier, mais enfin, l'un dans l'autre, la préparation des Jeux masqua les difficultés. Masqua mais ne résolut pas. '" Grenoble a été obsédée par les Jeux », dit un universitaire

un syndicaliste s'est montré plus

sévère : «Les Jeux ont empêché la recherche de solutions ». Une enquête réalisée en octobre dernier par le Centre départementale de documentation du Travail concluait : « Sans risque d'erreur, on peut chiffrer à 4000 minimum le nombre de licenciements en 1967 », non compris le bâtiment et les travaux publics. Dans un autre rapport, sur le bâtiment, le Centre se montre aussi pessimiste pour l'avenir : «Après un niveau exceptionnelle· ment élevé en 1964, la construction de logements subit une crise en 1966-1967. Les effets de cette crise sont encore, à la date où se fait l'étude, atténuées par les travaux des Jeux Olympiques. Mais ceux-ci, on le sait, sont pour l'essentiel terminés... On peut donc craindre que la double action de la crise de la construction de logements et de la fin du programme des Jeux n'entrame une forte baisse du niveau d'activité et une augmentation brutale du nombre des chÔmeurs JO. Et ailleurs : « Compte non tenu des emplois dans les entreprises extérieures, ori peut donc évaluer la diminution d'emploi liée à la fin des Jeux Olympiques à environ 3500 à 5000 dans l'hypothèse d'une absence de relais après les Jeux » « On prend sa musette et on s'en va » Or cette hypothèse se vérifie maintenant. Et le terme « compte nontenu » signifie que les chiffres cités peuvent être considérés comme relativement optimistes. Pour Grenoble, les lendemains de la fête ne s'annoncent pas faciles, d'autant que tous les crédits prévus au titre du V' Plan ont été absorbés, et au-delà, pour la préparation de la ville aux Jeux. «Certes, de grandes choses ont été réallsées, dit encore un responsable, mais c'est un bel emballage. Tout le problème à présent, ça va être. de savoir que mettre dans cet emballage ». Un fait, en tous cas est certain : le chômage s'annonce durement, et ses premières victimes vont être les travailleurs du bâtiment, donc, dans leur majorité, les immigrés. Le bâtiment est une branche d'activité où l'on s'inscrit peu au chômage : «Quand on n'a plus de travail, on prend sa musette et on va chercher ailleurs» dit un homme du métier. A plus forte raison quand on est immigré, analphabète, et qu'on ne connaît pas les garanties élémentaires qu'offre la législation sociale en France; la majorité des immigrés du bâtiment, par exemple, ne touchent jamais leurs congés payés parce qu'ils ignorent les formalités qui leur permettraient d'en bénéficier. Il n'y à pas que dans le bâtiment que le chômage menace, à Grenoble et dans l'Isère ; les industries de transformation ont subi des concentrations qui menacent dans leur emploi les travailleurs français ou immigrés. Pour des milliers d'immigrés, il va donc falloir reprendre la route, trouver un travail au plus vite à n'importe quelles conditions, car trois mois de chômage peuvent faire perdre le droit de séjour. C'est ainsi que s'alimente sans cesse le courant migratoire qui, pour être invisible, n'en charrie pas moins à travers la France et l'Europe de chantier en usine, et de cave en bidonville, les millions de parias silencieux de notre société de consommation. George. CHATAIN "Minute ", les travailleurs africains et la tuberculose TROIS MEDECINS PARLENT 0: lU Cl lU ::.:: Minute continue sa campagne contre les travailleurs immigrés. Cette fols (numéro du 21 janvier 1968), c'est aux Africains qu'il s'en prend. Dr Robert Debré .!!! W Parce que la situation sanitaire déplorable de ces travailleurs a été dénoncée par l'équipe du docteur Max Fowestier, Minute accuse, non pas, comme il serait logique, leurs conditions de vie. mais ... les Africains eux-mêmes. Selon une technique éprouvée, cette feuille saisit ce prétexte pour tenter de dresser l'opinion publique contre les Africains, voire contre l'ensemble des Noirs. " Les Noirs ramènent la tuberculose l " titre Minute. Alors que c'est la santé des Africains qui est catastrophique, elle écrit : « Une catastr.ophe sanitaire NOUS menace ... Et, falsifiant la réalité. elle affirme encore : " Pour eux (les Afrlcainsf, bien entendu pas de contrôle sanitaire aux frontières: nous risquerions de les « froisser " 1 ( ... ) LesNolrs de Montreuil se refusent au dépistage radiologique systématique, s'estimant en marge des lois et des obligations sanitaires du pays qui les accueille It, etc.

~.. c: ëii • CIl ." c: c"r Il s'agit, pour Minute, de créer un climat de panique, de donner l'impression que tous les Français sont en danger par la faute des Immigrés. Nous ne voulo'ns pas, écrit-il « voir les sanas se remplir à nouveau de gosses frappés du terrible mal " ... Dr Max Fourestier " Oui ne serait inquiet devant une telle menace? Minute fait appel à la peur, à l'instinct de conservation pour susciter la méfiance et l'hostilité. Pourtant, même si cette menace était réelle, suffirait-Ii pour la conjurer de maudire les Africains ou d'arrêter l'immigration comme le demande · Minute ?... Pour établir la vérité, nous ·nous sommes adressés au Dr Fourestler lui-même.. auteur de l'étude médicale que Minute a manipulée à ces fins racistes, ainsi qu'à deux autres éminents spécialistes : le professeur Robert Debré, membre de l'Académie de Médecine et le professur Marc GentnInl, professeur agrégé ,à la Faculté de Médecine de Paris. Nous publions Ici les textes qu'Ils ont bien voulu nous confier : ."'" UN DEVOIR ABSOLU par Robert Debré de l'Académie de Médecine UN certain nombre, parmi les travailleurs immigrés, arrivent contaminés Dar la tuberculose. Ceux-là, il faut les soigner et non les refouler, en leur permettant d'éviter que leur maladie s'aggrave. D'autres se contaminent en France, la plupart parce qu'ils vivent dans des conditions matérielles mauvaises, notamment en raison de la promiscuité. Qu'il s'agisse d'ouvriers venus des régions situées au nord · du Sahara ou au sud, le problème est le même et doit être résolu avec humanité. On ne résoudra pas la question simplement par un contrôle à l'arrivée, mais par· l'amélioration de la situation des travailleurs immigrés, par l'application attentive, adaptée à leurs DROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968. besoins, de la prophylaxie et de la thérapeutique modernes contre la tuberculose. C'est un devoir absolu pour la France qui a besoin de ces travailleurs, comme eux ont besoin de travailler parmi nous, de les protéger et de les soigner, car, je le répète, la plupart ou se contaminent en France, ou voient en France leur maladie dangereusement évoluer. FRATERNITE ET EGALITE DEVANT LA SOUFFRANCE par Max Fourestier Chef du Service de Pneumo-Phtlsiologie .à l'Hôpital de Nanterre DANS deux études récemment parues (1) - rédigées par un médecin et pour des médecins - j'ai révélé aux phtisiologues français une morbidité tuberculeuse anormalement élevée chez les travailleurs africains noirs de la région parisienne, ~ ."'~" Dr Marc Gentilini et, ces derniers mois, une évolution véritablement épidémique de la tuberculose dans cette populat10n . ethniquement fragile vis-à-vis de l'infection tuberculeuse, surtout quand elle est déracinée et soumise brutalement à des conditions de vie inhabituelles et défavorables. J'ai jugé p'ar mes constatations à Montreuil, Ville où est hébergée une fraction importante d'Africains noirs, originaires surtout du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal, venus chercher du travail en métropole. 156 fois plus de risques Voici les indications statistiques qui ont justement alarmé mes confrères.. Jusqu'à 1963, jamais je n'ai eu l'occasion de diagnostiquer un cas de tuberculose à Montreuil, chez un Africain noir. En 1963, 9 malades ont été dépistés, mais j'ignore pour cette année le nombre de résidents noirs. En 1964, 33 malades ont été dénombrés, soit, pour 500 Noirs domiciliés dans cette ville, un pourcentage de 6,6 %. En 1965, 66 nouveaux malades et un pourcentage (sur 1.200) de 5,S %. En 1966 164 nouveaux tuberculeux et (sur 1.6(0) un pourcentage de 10,25 %. En 1967, 261 (!) cas nouveaux, soit, pour 2.250 Africains noirs habitant 11 12 TROIS MEDECINS PARLENT ..... Montreuil, le pourcentage véritablement effrayant de 11,6 %_ 11 ,6 %, cela veut dire que, en 1967, la population noire de Montreuil a été plus que décimée par la tuberculose. Cela veut dire encore que si, l 'année dernière, ce même pourcentage de nouveaux malades avait été valable 80ur toute la population française (5 millions), on aurait diagnostiqué 5 millions huit cent mille nouveaux tuberculeux, dans notre pays. On estimait en 1966 à 30.000 le nombre d 'Africains noirs travaillant en France, dont 15.000 dans la région parisienne. En 1967, cette même population pour Paris et les proches banlieues doit être estimée à 21.000. Si ce même pourcentage de morbidité tuberculeuse (11,6 %) est retenu, ce sont donc 2.436 nouveaux tuberculeux qui Ont dû être diagnostiqués chez ces malheureux immigrés venus en France de leur lointaine et native Afrique en quête de travail. Et il doit bien en être ainsi, si j'en crois les rapports qui m'ont été communiqués par les médecins-chefs des dispensaires parisiens (19" et 20 arrondissements) et des banlieues (Saint-Denis, Aubervilliers) où sont surtout groupés, de façon curieusement prévalante, les Africains noirs de la région parisienne. Autre renseignement corroborant: en 1967, dans le sana populaire de Villiers-surMarne (capacité de lits: 700), 25 % d'Africains noirs en traitement ... A titre de comparaison, j'ajoute qu'en 1966, à Montreuil, (près de 100.000 habitants), la morbidité tuberculeuse, pour le reste de la population, n'a été que de 0,065 %, soit, pour les Africains noirs domiciliés dans cette grande vil.le de la banlieue est de Paris, un risque pathologique tuberculeux 156 fois plus élevé (0,065 et 10,25). Il convient encore de préciser qu'à leur arrivée en France, ces Africains ne sont pas tuberculeux ; la maladie (essentiellement pulmonaire) se déclare en moyenne au bout de 17 mois de séjour en France, et leur âge moyen est de 28 ans ; le barrage d'un examen radiologique systématique au départ . de l'Afrique (ou à l'arrivée dans notre pays) est donc inefficace. L'extension catastrophique de la tuberculose parmi ces travailleurs s'explique par leurs conditions de vie: insuffisance des ressources financières (celles le plus souvent d'un simple manoeuvre), sous-alimentation ne leur permettant pas de surmonter la fatigue due à leur travail et aux conditions climatiques nouvelles pour eux, logement souvent défectueux, parfois misérable, où la promiscuité favorise au maximum les contaminations bacillaires interhumaines, privations de toutes sortes pour envoyer de l'argent à leur famille tout en consacrant une proportion importante de leur salaire à aider leurs camarades chômeurs, ainsi qu'aux -frais vestimentaires pour avoir une tenue correcte et digne. Manifestement, l'accroissement du chômage, ces derniers mois, a détérioré la situation sanitaire phtisiolagique dans cette catégorie de travailleurs étrangers. Pour un véritable accueil Si ces pauvres (oh, combien ... ) Africains se prêtent mal, trop souvent, à nos règlements prophylactiques, dia~nostiques et systématiques, c'est qu'lls sont dépourvus du moindre rudiment d'éducation sanitaire et sociale (et on ne saurait leur en tenir grief ), et, quand ils sont malades, il arrive fréquemment qu'ils ne se soignent pas ou se soignent mal, de peur d 'être licenciés s 'ils manquent à leur . travail, ou tout simplement de perdre une partie de leurs ressources. A compter encore l'incompréhension due aux difficultés de communications linguistiques et le « repliement sur soi » d'un groupe minoritaire issu des normes de vie (campagnarde) d'un autre âge, brutalement jeté dans le tourbillon machiniste de la civilisation urbaine occidentale en phase d'accélération à l'époque où nous sommes. En fait, toutes ces « causes de tuberculose » interfèrent les unes avec les autres, et le drame est que la victime soit particulièrement sensible (et ici encore, ce n'est pas sa faute!) à l'infection tuberculeuse. La véritable solution à ces graves problèmes est de prendre des mesures rapides dans le do~aine du logement, des droits SOCiaux, des conditions du' travail, de l'assistance technique et sociale, en un mot, d'assurer à ces hommes une vie décente, équivalente à celle des travailleurs français. L'arrêt de l'immigration, que nous avons proposé, n'est évidemment qu'un pis-aller très provisoire et ne pourrait être de quelque intérêt que si de telles mesures étaient prises et qu'un véritable « accueil » (digne de la France) soit ensuite assuré, en fonction des besoins économiques. Dans mon enquête, j'ai fait oeuvre de médecin et d'hygiémste, j'ai dressé un constat d'huissier sanitaire, si je puis dire, et j'ai cru de mon devoir de lancer un cri d'alarme, à mes pairs d'abord, c'est-à-dire aux médecins français, à l'opinion publique, ensuite. Il me paraît inadmissible que l'on puisse s'emparer de cette réalité dramatique pour accuser les Africains de leur propre malheur, et ce serait faire preuve d'un inhumanité totale de masquer une des données essentielles du problème: la catastrophe sanitaire prévisible (si aucune mesure n'est prise) menace en tout premier lieu les travailleurs africains euxmêmes. Les travailleurs africains, comme l'ensemble des travailleurs immigrés, sont indispensables à l'économie française. Nous ne les recevons pas par charité ou grandeur d'âme, mais sans aucun doute parce qu'ils acceptent d 'effectuer les travaux les plus pénibles pour les salaires les plus bas, ce dont tirent profit un certain nombre d'employeurs. Actuellement, notre pays est, à l'égard de ces travailleurs menacés, dans la même position qu'un individu refusant de venir en aide à une person. ne en ~anger de mort (ici, nonassistance a un groupe ethnique en danger) . C'est indigne de nous et si nous restions inactifs, le tribunal de l'histoire jugerait. Il faut agir, et vite. Et, par avance, je dénonce toute campagne raciste qui, utilisant la documentation que j'ai rendue publique, serait basée sur une interprétation odieuse de faits qu'il convIent d 'aborder avec objectivité dans un esprit constructif et humain. ( 1) Max Fourestler et collaborateurs. La tUberculose dans la population des travailleurs africains noirs de la région parisienne. Morbidité anormalement élevée. Recrudescence actuelle alarmante. Nos constatations à Montreuil. « La Semaine des Hôpitaux (semaine médicale professionnelle et médico-sociale) » nO 1 du 2 janvier 1968, p. 3, édit. L'Expansion Scientifique Française 15 rue St-Benoît, Paris-6' . ' , Max Fourestler et collaborateurs. Effrayante épidemie actuelle de tuberculose chez les travailleurs africains noir~ de la région parisienne. Nos constatations à Mont reuil. Communication à la séance du 21-10-67 de la Société Française de Tuberculose (Revue de Tuberculose ' et de Pneumologie, tome 31 , nO 6, 1967, p . 849-861) . Librairie Masson, 120, boulevard Saint-Germain, Paris-6' . UNE EXPLOITATION ABUSIVE par Marc Gentilini professeur agrégé à la Faculté de Médecine de Paris Déchirés entre les sollicitations démagogiques des uns et l'agressivité raciste des autres, les travailleurs d'Afrique noire doivent faire rreuve d'urie incontestable personnalitè pour sauvegarder leur originalité. L'exPloita~ion abusive de leur morbidité tubercu use par des journaux extrémistes 'audience réduite, mais qui s'appuient sur les réflexes légitimes d'auto-défense de la société, devient un thème favori. Pourtant est-il vraiment besoin de rappeler que si les travailleurs étrangers, dont n'ous avons besoin pour occuper les emplois délaissés par les Français sont plus que d 'autres, et dans un~ pro: portion inquiétante, atteints par la tuberculose, c'est, certes, parce que le problème de l'immigration et de l'emploi n'est pas contrôlé, mais c'est surtout parce que les logements qui leur sont proposés sont indignes d'eux et de nous-mêmes et que la promiscuité qui y règne le plus souvent constitue un terrain idéal pour la propagation de cette affection. N'oul;1ions pas, en tout cas, qu'ils contractent, à quelques exceptions près, cette maladie en France, après plu~ieurs mois de séjour, et que, par conséquent, c'est nous qui la leur apportons. Enfin, pour répondre à « l'inquiétude » d'un périodique, il est permis de se demander si leur présence dans les Maisons de Jeunes constitue plus un risque physique pour nos ressor- J tissants qu'un danger moral pour l'équilibre du travailleur migrant. QUE SE PASSE-T-Il ? 24-1 . L'échange des prisonniers entre la Répu blique 'arabe un ie et Israël prend fin . 448i Egyptiens et 10 Israéliens ont ains i été rapatriés . Quarante-huit personnes meurent de 'taim et des centaines d 'autres sont atteintes de malnutrition dans le sud de l'île de Sumat ra , en Indonésie. 25-1. - Le gouvernement des Et ats-U nis mobilise 15.000 réservistes à la s uite de la capture du navire-espion « Pueblo » par la Républ ique démocrat ique de Corée. 29-1. - Les autorités mili taires américaines au Sud-Vietnam déci dent de ne p3!. observer la trêve du Têt décrété e par le F.N.L. Une fusillade éclate entre Jordaniens et Israéliens de part et d'autre du Jou rda in. 30-1 - Les forces armées du F.N.L. lancent une offensive générale, occupant neuf villes les plus importantes du Sud-Vietnam. A Paris , le juge d'instruction de la Cour de sûreté de l'Etat ordonne un non-lieu en faveur de sept des Guadeloupéens qui étaient inculpés d'. atteinte à l'i ntégrité territoriale ". - L'Assemblée territoriale de ,\Jouve Ile-Calédonie demande l'autonomie interne du pays. Treize des 15 députés s'associent à cette demande . 1-1 . - Le premier congrès national des femmes du Parti démocratique de Guinée réclame l'jnterdiction de la polygamie_ 4-2 . - L'agence Algérie-Presse-Service indique que 2_000 soldats portugais ont été tués en 1967 an Angola par les forces armées du M_PLA. (Mouvement populaire de libération de l'Angola). 6-2 . - Les troupes américaines bombardent les quartiers populeux de Saigon, tandis que les forces vietnamiennes poursuivent leur offensive . 9-2 - A Orangeburg, aux Etats-Unis, la garde nationale ouvre le feu sur des étudiants qui manifestaient contre le racisme à l'intérieur de l'Université. Trois jeunes gens Noirs sont tués. Antisémitisme LES FUREURS D' "ARRIBA" P OUR protester contre la liberté laissée à la police espagnole de contrôler l'Université de Madrid, les professeurs André Lwoff et Jacques Monod ont refusé d 'ê tr~ nommés docteurs honoris causa de cette Université. Le journal franquiste Arriba prend à part ie les deux Prix Nobel : « L'on se trouve devant le cas de deux chercheurs qui, comme beaucoup d'autres de race juive, cumulent, aux Etats-Unis où ils se sont formés, la " re· bellion universitaire " avec un humanisme assez particulier et un pacifisme Ilvresque, mais sans aucun talent pour la politique », écrit notamment Arriba, q.Uli conclut

« Le fait que l'Espagne

ait été disposée à leur accorder une distinction académique ne veut pas dire qu'ils aient le droit de criliquer les affaires de notre pays ». Que les professeurs Lwoff et Monod aient refusé la distinction qui leur était offerte est tout à leur honneur et au déshonneur des DROIT ET LIBERTE - N° 271 - MARS 1968 11-2 . - Dix-neuf Africains, -accusés èe « vioiatlon de fa loi sur la suppression du communisme " dans le Sud-Ouest africain sont cO'nda!llnés à la prison à vie par un tribunal sud-africain. 12-2. - L'hebdomadaire Newsweek confirme que le général Wheeler, chef d'état-major américain, a recommandé l'emploi d'armes atomiques au Vietnam_ Israéliens et Jordaniens échangent des coups de feu . A Naplo.use, en territoire occupé, un important réseau de résistance est arrêté. 13-2 - A Wuerzbourg (Allemagne fédérale). un cimetière juif est profané. 14-2. Partisan du « pouvoir noir )', le Père Groppi, un Blanc, est condamné à six mois de prison avec sursis, aux Etats-Unis . 15-2. Le chancelier ouest-allemand Kiesinger arrive à Paris, en visite officielle. La Cour suprême d'Autriche casse le verdict d'acquittement de l'ancien' officier SS Franz Novak_ 16-2. - Malgré une interdiction officielle, plusieurs dizaines de milliers d'habitants de Berlin-Ouest manifestent dans la rue leur solidarité au peuple vietnamien. - Trois pilotes américains sont libérés par les autorités nord-vietnamiennes. - Un cessez-le-feu intervient entre la Jordanie et Israël après une journée de durs combats. 19-2. - A New-Delhi, de nombreuses délégations s'opposent à la participation de l'Afrique du Sud à la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement. Devant le Palais de justice de Paris, une manifestation a lieu au moment où s'ouvre le procès de dixneuf Guadeloupéens. 20-2 . - Le quartier général du général Westmoreland indique qu'en trois semaines l'aviation et ·l'artillerie U.S. ont rasé 400.000 habitations du Sud-Vietnam. '21-2. - A Lorman, aux Etats-Unis, la pollo'. tire sur de. manifestants, dans un collège qui compte une majorité d'élèves noirs. Trois jeunes gens sont blessés, - A Berlin-Ouest, les partis chrétien-démocrate et social-démocrate organisent une manifestation de soutien à la politique des Etats-Unis au Vietnam, franquistes; mais ceux-ci ne sont pas à un déshonneur près. L'article d'Arriba le montre bien. prendrait peut-être mieux .1 on le connaissait mal. Il appartient au monde de. fantômes. JO LE SENS ET LA SAGESSE IIQUI est Drucker? Nui " n'a jamais vu son vi- . sage. Nul ne salt rien de lui. Il a toujours refusé de briguer les prix littéraires. Il a refusé les appuis ciassiques dont peut profiter un auteur pour étayer son succès. On a dit que c'était un homme du Moyen Age, habitant une forteresse au fond des bols. On le com- Ainsi les éditions Aubanel, d'Avignon présentent-elles l'auteur de Le jour se lève et des Cendres encore brO.· lantes. L'article est présenté habilement mais il suffit de lire quelques extraits de la prose de M. Drucker pour être édifié sur le contenu de son « oeuvre » : « Le peuple Juif a beau· coup souffert. J'al caché une dizaine de juifs au temps des nazis. Mais Il faut se féliciter qu'Us aient retrouvé une patrie et regagnent la Palestine. Par une fâcheuse coïncidence, chaque .f.o.i. • 13 LA MORALE DES ASSASSINS C'EST dans Rivarol, bien sûr ... mais il est des choses auxquelles on ne peut s'habituer. Dans un récent numéro de ce journal néo-nazi, un incertain Marcel Signac se plaint de l'Université française. A son gré, on y parle trop de la résistance et de la déportation. Que maîtres et professeurs proposent chaque année à leurs élèves de salutaires réflexions sur les crimes nazis. voilà qui révolte ce champion de la morale. Il reproche notamment - entre autres vétilles - 'l'utilisation des « films d'horreur • empruntés (sic) à l'Amicale des Déportés de Mauthausen et de certains textes où domine « la monotonie, l'accent de hains ou la pure bêtise. - comme « le chant des partisans » de Joseph Kessel. Je regrette pour ce voyou de la morale. Il n'y aurait pas eu de films d'horreur, comme il dit. s'il n'y avait pas eu Mauthausen, et s'il justifie le nazisme par conviction politique. c'est qu'il est un assassin en puissance. Et quand il parle de • cendres réchauffées " on ne sait même plus si l'on doit s'indigner, botter les fesses de l'auteur de l'article, ou demander qu'on l'interne dans un hôpital psychiâtrique. Six millions d'hommes, de femmes et d'enfants en cendres, voilà qui reste toujours brûlant. l'histoire ne s'efface pas. Mais Marcel Signac brûle de recommencer. Au nom de la haine .. , Oncle TOM. ... qU 'un Etat leur accorde l'hospitalité, le vieil ordre social se désagrège et bientôt éclate la Révolution ». article sur le sionisme, débarrassé de tout antisémitisme, mais d'un schématisme nuisiblt. Sport « Livre plein de sens et de sagesse ", prétendait André Billy dans le Figaro littéraire. Nous n'avons sans doute pas la même notion du « sens » ni de la « sagesse ». Ukraine KITCHKO HONORÉ T ROFIM KITCHKO est l'auteur d'un pamphlet - « Le judaïsme sans fard » - dont le caractère antisémitique avait été dénoncé de toute part. En juin 1964, l'Académie des Sciences d'Ukraine écrivait cependant au M.R.A.P. : « Le service d'édition a été sévèrement critiqué et a reçu des . consignes rigoureuses pour éviter à l'avenir toute fausse interprétation des questions concernant la religion et l'athéisme. Les personnes auxquelles incombe la faute de l'édition de ce livre ont eté sévèrement punies ». En octobre dernier, Troflm Kitchko publiait dans Komsomolskaïa Znania un Mais l'auteur du « Judaïsme sans fard » vient de recevoir un diplôme d'honneur du Soviet suprême d'Ukraine. Lui donner une nouvelle tribune était déjà passablement inopportun. Il est pour le moins étonnant qu'on ait cru devoir l'honorer. . LES JEt,JX OLYMPIQUES ET L'APARTHEID L E Comité Olympique International a déCidé d'admettre la participation aux Jeux de Mexico Dans tout le Sud-Vietnamien, les combats font rage de~uis plusieurs semaines tandis que la solidarité inter~ atlonal.e en faveur, du ~euple vietnamien a pris un nouvel ~Ian .. CI-des~us : 1 armee U.S. en opération de ratissage a SaIgon. CI-contre. deux aspects de la solidarité : en haut, une foule importante s'était rassembl ée au Havre pour assister au chargement du bateau de la Solidarité (là comme à Marseille, e M.R.A.P. éta it représenté) ' 1.200 tonnes de marchandises sont parties pour le Vietnam. En bas, à Berlin-Ouest. une manifes tat ion co ntre la politique américaine , 14 de l'Afrique du Sud. Depuis huit ans, l'Etat raciste tentait vainement d'envoyer une délégation aux Jeux internationaux. Déjà de nombreux pays ' ont fait savoir que dans ces conditions, ils ne seraient pas représentés à Mexico, l'Algérie, l'Ethiopie, l'Ouganda, la Tanzanie, la République Arabe Unie, le Ghana, la Zambie, la Somalie, la Guinée etc. Ils entendent ne pas cautionner implicitement le régime d'apartheid. Déjà les athlètes américains noirs avaient décidé le boycottage des Jeux de Mexico pour protester contre les discriminations faites 'dans leur propre pays. Aux Etats-Unis, les milieux dirigeants du sport ont déclaré que « le C.I.O. a peutêtre signé la perte des Jeux olympiques. Vietnam LES ACTES DE GENOCIDE J AMAIS sans doute la volonté des gouvernants des Etats-Unis de soumettre Je peuple viet- 1: .'!"è ' -

'"r

.. CHARIVARI" : DEUXIEME EPISODE N - OUS avons dit, dans notre numéro de novembre dernier, en quoi consistait l'offensive antijuive du Charivari

dans un premier temps, présenter les juifs

comme un corps homogène étranger à la nation et omnipotent. l'entreprise du Charivari s'inscrit bien dans le cadre d'une vaste campagne. à laquelle participent Rivarol, Aspects de la France et quelques autres. Ce n'est certainement pas le fait du hasard si. après que cc les juifs dans la France contemporaine » eût été largement diffusé. Aspects de la France écrit. évoquant une. éventuelle émigration de 3.000 Roumains vers Israël : cc Il y a là une idée à creuser. Ou'attend Charles De Gaulle, afin d'effacer la fâcheuse impression que sa dernière conférence' de presse avait laissé à Tel-Aviv, pour offrir à M. Eban les 550.000 juifs qu'abrite en ce moment la France? .. cc Nous n'avons trouvé aucune injure» la publication de Mme Jacquemart prolonge sa campagne en publiant un numéro sur cc Les juifs et le monde contemporain ». On y retrouve les mêmes procédés que dans le précédent : une fausse objectivité visant à présenter les juifs de divers pays également comme des corps étrangers , et aussi à minimiser, voire à justifier, la tentative de génocide perpétrée par les nazis (ainsi, citant une déclaration du procureur américain Jackson faite en novembre 1945 - le bilan des massacres n'avait pas encore été établi - au sujet des juifs « disparus '. Le Charivari écrit: cc 4.500.000: ce n'était déjà plus 6 millions .. ). Le Charivari ergote sur le fait que l'opinion se soit émue de sa campagne. sur l'action judiciaire engagée contre lui par des organisations. le M.R.A,P. en particulier. cc Nous avons relu de la première à la dernière ligne le numéro en question, écrit-il. Nous n'y avons trouvé aucune injure à l'égard des juifs en tant que tels, et sans vouloir préjuger de la sagacité des juges qui seront demain appelés à trancher notre mauvais cas, nous doutons fort qu'ils en découvrent la moindre ... Les belles âmes! A quand une législation? la mauvaise riposte du Charivari à notre action est faite de lieux communs : le M.R.A.P. est « une officine communiste et reconnu comme tel », l'ancien président de notre Mouvement, Léon Lyon-Caen et Charles Palant sont des gens peu recommandables, le second étant « un excité ". (Durant l'occupation. l'un et l'autre eurent une situation infiniment moins « privilégiée • que les amis de Mme Jacquemart : deux des fils de léon lyon-Caen furent assassinés par les nazis et Charles Palant fut déporté à Buchenwald.) le manuel de l'antisémitisme ne se renouvelle pas beaucoup mais il n'en demeure pas moins dangereux, Quand dO'nc une législation véritablement antiraciste sera-, ________________________________. _ __t-e_lle_ _ad_op_té_e _e_n _F_ran_c_e?_ _________________J namien n'aura paru si tra~ iquement absurde qu'en ces JOurs de février où les forces du FNL lançaient une vaste offensive à travers tout le pays; offensive qui prouve à quel point la fiction d'un gouvernement sud - vietna· mien légal « aidé" par les USA à lutter contre la « subversion » est dérisoire. Rapidement les troupes américaines devaient se trouver isolées les unes des autres, repliées dans des bases qu'elles pensaient imprenables. De partout parviennent des récits qui montrent à quel degré de désespoir, à quels actes de génocide sont contraints les soldats américains: les quartiers les plus populeux de Saigon ont été bombardés à plusieurs reprises, Hué est arrosé de napalm, les exécutions sommaires se font de plus en plus nombreuses, on compte maintenant plusieurs centaines de milliers de réfugiés dans le Sud-Vietnam. Chaque Vietnamien est devenu un ennemi, l'ennemi à abattre. Pourtant, Hanoï confirme que des négociations pourraient s'engager après la cessation inconditionnelle des bombardements du NordVietnam. Trois pilotes américains, libérés par les autorités nord-vietnamiennes, déclarent avoir été traités correctement durant leur détention. Ce qui donne tout de même à réfléchir. Justice L'AFFAIRE KLARSFELD B EATE KLARSFED était secrétaire à l'Office franco-allemand pour la Jeunesse. Elle en fut révoquée pour avoir porté « un préjudice moral " à l'Office. organisme officiel bilatéral (1) . Mme Beate Klarsfeld avait en effet écrit un article - « Le sommeil trouble de l'Allemagne" - qui fut pubié dans Combat le 21 juillet dernier, où elle critiquait la venue au pouvoir du chan· celier' Kiesinger. Beate Klarsfeld avait assigné l'Office devant le Tribunal d'Instance du 8' arrondissement de Paris pour rupture abusive et le procès a été plaidé le 29 janVier. M' Gaston Maurice a expliqué

« Le rapprochement

et la compréhensIon réciproque des deux peuples à travers leur jeunesse étalent, aux yeux de Mme Klarsfeld, la tâche essentielle à accom- DROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968, pUr pour parvenir à oublier progressivement l'horreur du nazisme et à constuire la paix. Mais lorsqu'elle a appris par la presse que M. Kiesinger, qui venait d'être désigné comme chanceUer, avait été un nazi et même un chef nazi, elle crut de son devoir de dénoncer son passé hitlérien. Ce fut son article à Combat. En disant toute la vérité, en quoi pouvait- elle porter un préjudice moral à l'Office? ". Selon les statuts du personnel, Mme Klarsfeld pou· vait engager un recours. Deux magistrats, l'un désigné par le gouvernement ouest-allemand, l'autre par le gouvernement françai, auraient alors statué. « Mais, dit M' Maurice, le magistrat allemand, le Dr Hailer, était également un ancien nazi et jamais elle n'aurait accepté de comparaître devanl lui ». L'avocat de l'Office s'est tenu au plan juridique, r é· clamant qu'on renvoie Beate Klarsfeld devant la Commis· sion de recours. Le jugement devait être rendu le 19 février : le tri· bunal s'est déclaré incompétent. Mais Beate Klarsfeld a décidé de faire appel. Quoiqu'il en soit, on n'oublie pas ici ce que fut le passé du chancelie'r Kiesinger. (1) Voir. Droit et liberté . nO 267. Moyen-Orient VERS LE «DEGEL» ? L A situation reste tragiquement tendue au Moyen-Orient. La crise interne qui s'est ouverte en Jordanie est révélatrice à cet égard. Le roi Hussein avait condamné les actions de guerilla et le ministre de l'Intérieur avait annoncé des mesures de répression con· tre les organisations palesti. niennes. Mais le chef du gouvernement n'allait pas tarder à désavouer implici. tement le roi en proclamant " la détermination de son gouvernement de s'ailgner sur la politique de tous les pays arabes, s'Inspirant ainsi des recommandations du roi Hussein » (!), Le 15 février enCOl'e, de violents e n gag e men t s s'étaient produits entre forces israéliennes et forces jordaniennes. Un moment, on a pu croire que de nouveau la région entière allait s'embraser: pendanl plus de cinq heures, l'aviation israélienne, sur un front de 25 km, et à 16 km au-delà de la frontière pro· visoire israélo-jordanienne, avait bombardé des ob.k.l." 1 ~ LE MATERIEL D'ENTREPRISE ET DE TRAVAUX PUBLICS S. A. AU CAPITAL DE 2051 280 F 134, avenue Aristide-Briand 92-Bagneux à 2.300 mètres de Paris (Porte d'Orléans) Téléphone: 735-15-10 (6 lignes) Câble : MATELAHO - Paris Offrons à représentants grosse situation, si très bons vendeurs. Vient de paraître POUR UN JUSTE REGLEMENT DU PROBLEME PALESTINIEN Une étude collective du Groupe de recherche et d'action pour le règlement du problème palestinien (G.R.A.P.P.). Ont participé à cet ouvrage : Jacques Berque, René Bérouti, Régis Blachère, Claude Cthen, A.-P. ' Lentin, Pierre Mar· thelot, Théodore Monod, André Philip, André Prenant, Maxime Rodinson. Edition « Témoignage chrétien » - C.C.P. 5023-99 Paris. Prix du cahier: 7 F. « Le « Peuple Breton » dénonce le néo-nazisme. » (N° 29, avril 1966) « Racisme pas mort ... « Minute » fait école. » (N° 40, mars 1967) D!,!s enquêtes : clergé de Bretagne, Ouest ou Bretagne. Des dossiers : l'agriculture des régions périphériques. . Chaque mois : le billet de Morvan Lebesque. 16 Lisez LE PEUPLE BRETON Organe mensuel de l'Union Démocratique Bretonne. B.P. 103 - 35- RENNES - C.C.P. 23-65-76. Abonnement ordinaire : 10 F. Numéro specimen sur demande. EUROPE La revue EUROPE, fondée en 1913 par Un groupe d'écrivains en collaboration avec Romain ROLLAND, poursuit la tradition de ses fondateurs orientée vers un large humanisme, avec le souci d'intensifier les échanges culturels entre les peuples pour le maintien de la paix. . Depuls i949, elle a multiplié ses numéros spéciaux consacrés, les uns à des créateurs Illustres, les autres à des IIttéraî ures étrangères, permettant au vaste public de langue française à travers le monde d'entrer en contact avec des oeuvres jusque-là enfermées dans leurs frontières linguistiques. Son programme pour 1968 et pour les années suivantes permettra à ses lecteurs de continuer à explorer la cultu· re mondiale et en même temps de se tenir au courant de la production française (littérature, théâtre, cinéma, musique, arts plastiques), dans ce qu'elle a de plus valable. EUROPE qui, depuls quanmte':inq ans, a diffusé les première pages écrites par des auteurs qul ont aujourd'hul atteint une renommée universelle, a pour devoir de rechercher et de publier les jeunes poètes, les jeunes conteurs, dont les oeuvres futures ajouteront à la gloire de la littérature française. Le Comité d'EUROPE Pierre ABRAHAM, ARAGON, Ga· briel AROUT, Emmanuel d'AS· TIER, Madeleine BARTHELE· MY-MADAULE, Roger BORDIER Maurice BOUVIER·AJAM, Roger CHA T EAU N EU, Marie-Anne COMMENE, Pierre GAMARRA, Jacques GAUCHERON, Jacques MADAULE, Jean ORCEL, Pierre PARAF, Lucien PSICHARI, Emi· le TERSEN, Elsa TRIOLET. EUROPE a publié récemment des numéros spéciaux sur : RACINE ELSA TRIOLET et ARAGON . BAUDELAJlOE PIRANDELLO, O. MIRBEAU RAMUZ, THOREAU CINQUANTENAIRE D'OCTOBRE SWIFT LITTERATURE CATALANE LITTERATURE POUR LA JEUNESSE Chacun de ces numéros France : 10,50 F Etranger : 12 f' Abonnement (12 numéros) : France : 1 an 45 F - 6 mois 25 F Etranger : Un an 55 F Demandez II;! liste complète à : EUROPE 21, rue de Richelieu, Paris (l~r,) C.C.P. 4560-04 Paris CRÉATIONS FÉMININES 134, rue d'Aboukir, 134 Paris 2" • Tél. 488·28·33 VENTES SUR STOCKS PERMANENTS GUADELOUPE, PAYS DE DESESPOIR COLONIALISME et racisme aux Antilles: c'est sous ce titre que s'est tenu, le 14 février dernier à Paris, salle de la Mutualité, un meeting d'information organisé ,il ' l'initiative du Comité étudiant du M,R.A.P. avec la participation de l'U.N,E.F., de l'Association générale des Etudiants martiniquais, de l'Unio'n générale des Travailleurs réunionnais en France, du C.O.G.A.S.O.D., de l'Union des Etudiants communistes de France, de l'Union des Etudiants socialistes unifiés. Ce rassemblement se tenait à la veille de l'ouverture du procès des Guadeloupéens inculpés d'atteinte à l'intégrité du territoire national devant la Cour de sûreté de l'Etat. 'C'est devant une salle comble que Michel Leiris ouvrit la réunion en déclarant : CI Il Y a maintenant 120 ans que J'esclavage a été aboli... mais les blancs, très peu nombreux, ont la haute main sur J'économie, tandis qu'au bas de l'échelle on trouye les nègres. Jamais dans un département de métropole on n'a vu s'abattre une répression aussi sévère sur des manifestants; cela montre clairement le caractère raciste et colonialiste de cette répression. " Au nom du Comité de Solidarité aux Détenus, M. Baden, en quelques mots et citant quelques chiffres, décrivit ensuite les cO'nditions de détention dans les départements d'outremer. Un franc de pattes de poulet Alnié Césaire, député de la Martinique, dit ce que sont en réalité les Antilles : CI Pays de marasme, de découragement, voire de désespoir qui s'enlise chaque jour davantage dans le sous-développement. " Maître Hermantin affirma pour sa part que CI tant que le pacte colonial sera maintenu, il n'y aura pas de solution ..... tifs. C'est à la demande des Jordaniens que le cessez-le· feu put être obtenu. Dans les territoires occupés, résistance et répression continuent. Le général Dayan a déclaré que les actes de sabotag6 étaient aussi graves que les actes de guerre. De son côté, l'organisation palestinienne Al Fatah affirme avoir tué onze soldats israéliens en une semaine. Cependant, une certaine évolution vient de se produire dans l'attitude des dirigeants israéliens. M. Abba Eban, ministre des Aff .. ires étrangères, a proposé l'ouvertU'I" e de négociations israélo- arabes, en terrain neutre et sous l'égide de l'O.N.V. Le gouvernement de Tel-Aviv pose des conditions à l'ouverture des discussions

qu'on en arrive vite

aux négociations' directes et qu'on parle bien d'un traité de paix et non d'un accord d'armistice. A Khartoum, les représentants des Etats arabes avaient rejeté l'éventualité d'un tel traité. Mais que l'évolution se poursuive et peut-être en arrivera-t-on, de part et d'autre, à considérer les intérêts véritables des deux parties opposées. AREF ET LES NEO-NAZIS A HMED CHOUKEIRI, qui fut le tonitruant président de l'Organi . sation de Libération de la Palestine, a été éliminé de la scène politique. Mais le « choukeirisme » n'est pas mort avec sa disparition. Ainsi le général Aref, chef de l'Etat irakien, a accordé une interview révélatrice au Dr Gerhard Freï. directeur du journal néo-nazi ouest· allemand Deutsche NationalZeitung und Solda'ten-Zeitung. « Israël ne vivra pas longtemps, a déclaré le général. Il n'existe que pour rendre service aux colonialistes et cette situation ne pourra pas durer. Si Israël a vécu momentanément depuis 1948, cela ne signifie pas qu'Il en sera toujours ainsi. Israël n'existera que tant que l'Allemagne sera traitée comme un protectorat (!). L'Allemagne demeurera-t-elle toujours un protectorat? ,. Le moins qu'on puisse DROIT ET LIBERTE - N° 271 - MARS 1968. A /a trib l' nc dl! r ll'~c'Iin g () I ·g~n",'· p; .. les étudiants .Ill M.R.A.P.; de ,';'IIClic il tko itc Ma ltres Hermantin c t Manvillc, MM. Bade,'., Michel Leiri s, Aimé Césain', Jean-Emik Fonin (M.R.A. P. ). heureuse ... Longtemps une proprisande habile CI mal posé les problèmes ". Maître Marcel Manville nota enfin qu' • aux Amilles, écrire la vérité devient un acte criminel", affirmant: CI Nous sommes convaincus qu'il faut continuer à défendre notre cause. Il n'y a pas d'autre solution que celle qui passe par la dignité et la liberté. " . A l'unanimité, les participants au meeting ont adopté une résolution de solidarité. Ces thèmes qui fure'l1t développés au cours du meeting, des inculpés devaient les illustrer devant la Cour de sûreté. Ainsi M. Léon Danchet, biologiste, a déclaré: « Je ne vois pas ce que veut faire l'accusation en nous qualifiant de séparatistes. Je ne suis pas un antiblanc, je ne suis pas Un antifrançais. Quand un homme est en face de moi, ça n'est pas la p·igmentation de sa peau qui m'importe, c'est ce qu'il a dans la tête et dans le coeur. Je pourrais être vindicatif car on m'a choqlJé, on a cherché à m'humilier et à m'abaisser ... Je ne pouvais pas vivre tranquille lorsque, à côté de moi, je voyais à la boucherie des femmes acheter pour un franc de pattes de volaille . • Et M. Albert Caracalla, professeur : « Chez nous, les gens sont soumis au bon vouloir de leurs maîtres, c'est-à-dire de l'usine sucrière. L'esclavage n'est pas vraiment aboli. J'ai vu des familles [ncapables de s'offrir le luxe d'un cercueil. J'ai habité le bidonville de Pointe-à-Pitre, alors j'ai compris ...• dire des propos du général Aref est qu'ils ne procèdent pas de la recherche d'une solution politique des problèmes du Proche et du Moyen-Orient. Quant au Dr Freï, il indique avoir été accueilli .{lar le ministre de l'InformatlOn en personne à son arrivée à Baghdad. Ce qui indique déjà une certaine sympathie de la part des dirigeants irakiens. POISSY· St DENIS Les Grands Magasins du Confort et des Arts Ménagers 17 COMBINI! MAILLE LISSE 'EXTRA-SOUPLE Japba' ... iIol~\_ 5 Dbtrtbudon : Sanjrêne - Merci : NS. Bouly, 71, rue de Provence,Parls·!/ • Tél. : 7 .... ·67-59. Enfin en France! di.tribuée par LA FAMEUSE BIÈRE DE ZYWIEC IMPORTATION DIR'ECTE DE POLOGNE . ) R. DALAKUPEIAN Importateur exclu.if pour la Frallce d e la WODKA WYBOROWA 12 à 25, avellu e du Petit Château PARIS BERCY - Tél. . 343 19-38 A New Delhi, la capitale de l'Inde, s'est ouverte, en février, la Conférence des Nations-Unies pour le Commerce et le Développement. 1.500 délégués, experts et conseUlers, venus de 102 pays, doivent' étudier durant deux mois les problèmes du sous-développement et les solutions qui pourraient ~re apportées à une situation tragique. Sur cinquante millions d'êtres humabis, hommes, femmeS et enfants, qui meurent chaque année, trente-clnq mlllions meurent de faim ou d'une maladie consécutive à la faim. C'est évidemment surtout dans les pays du Tiers monde, pays redevenus Indépendants récemment ou encore colonisés, que règne la faim. ~ Dans ces pays, insuffisamment développés, déséq1illlbrés quant à la. répartition des richesses, le taux d'augmentation de la population est d'environ 2,5 % par an alors que le volume de la production agricole n'augmente que d'tir. peu moins de 3 %. Plus du cinquième de leurs populations - 2.200 mil· lions d'êtres - souffrent de la faim et plus de la moitié sont mal nourris (28 % seulement de la population mondiale disposent des 2.700 calories journalières nécessakes, 60 0/0 en ~oivent moins de 2.200). La population de l'Inde compte parmi les plus sous-altmentées (avec celles du Pakistan, de l'Indonésie et des Philippines). La longévité moyenne de la vie y est de 27 ans. Notre collaborateur Jacqne5 Belle a séjourné en Inde. Il nous montre ici qu'il n'est pas vrai que peuple sous-développé soit peuple sous-capable comme voudrait le faire croire la presse raciste, que le sous-développement vient de déséquilibres économiques et sociaux Intérieurs, et aussi des déboires qu'entraînent certaines formes Intéressées d'. aides » de pays Industrialisés. Les pays du Tiers monde ont d'aineurs présenté à New· Delhi des revendications qui, si elles 'étaient satisfaltes-, assainiraient le marché mondial et leur permettraient de bâtir des économies non tributaires des « protecteurs lt d'hier ou d'aujourd'hui et donc d'améliorer le sort des populations. DROIT ET LIBERTE - N° 271 - MARS 1968, DROIT B'l' LlBBRD - N° 17i - MARS 1988 AFFAMÉE 19 Une distribution de nourriture dans une ville Indienne. Ces trois poignées de riz, M.vies sur une feuille de bananier constitueront l'unique repas de la journée. Encore ceux qui en bénéficient sont·lls privilégiés. - J'étals comme les autres mals je ne me voyais pas. je voyais seulement ce que les autres étaient devenus; je voyais fondre leur chair; je voyais leur peau se tendre et se creuser entre ,leurs os en saillie, je voyais leurs yeux s'enfoncer dans leur crAne, leurs côtes soulever de plus en plus leur peau; et cette malédiction qui dessé· chalt les jeunes pesait deux fols plus lourd sur les vieux. qui étalent deux fols plus émaciés .• Kamala Markandaya, 1- Le riz et 'Ia mousson •. Ed. R. Laffont). UN PAYS PRISONNIER DE LA MISERE MAREE frénétique de squelettes en écailles de poussière, plaques dentelées de crasse patinée, os assemblés de bric et de broc, ligaments à l'extrême bord de l'usure. Enfants pathétiques : bréchets d'échassiers et l'oedème de la faim dissimulé sous le ventre en tonnelet. Mendiants d'habitude et suppliants de circonstance, tendant sébille, braquant 20 par Jacques HELLE moignons purulents, exposant au soleil fétide des masques grignotés, effrités, rongés jusqu'aux yeux de lèpre implacable, ment dévorante. Vaches vacillantes d'inanition, broutant ici un journal, là les reliefs d'un repas, vaches des temples et des prêtres, dodues, pomponnées, lustrées pour qui les hommes affamés se sacrifient. Fous des dieux, glabres ascètes, contorsionnistes sacrés qui se perdent dans l'extase tendus en chandelle, courbés en arc de chairs torturées ; pélerins hàillon· neux, barbus jusqu'aux orbites où tour .. noient des incandescences de soleil ivre. Vider la mer ... Moines bouddhistes, dévotieusement hilares, papelards, insatiables frôleurs de chairs adolescentes, aimables zélotes d'une religion de tendres contemplations. Bram,anes dédaigneux, aristocrates écoeurés d'un vain peuple, puisant force sagesse et connaissance à des sources millénaires et toujours vivaces. Gourous, roides directeurs de conscien, ce qui, au bout d'extases insensées, par de rocailleux chemins de traverse, vous conduisent au dieu de leurs méditations, . de leurs déformations, vous plongent dans le vide ou vous vident de toute substance. 550 millions d'habitants qui ne risquent certes pas de déborder en flots conquérants mais de verser dans les ornières de la misère. Telle est l'Inde de nos questions, de nos connaissances et de nos préventions. De nos préventions surtout, car lorsque l'Européen débarque pour la première fois, il se découvre subitement l'héritier florieux d'une incomparable civiiisatioI). 1 possède la science infuse et le goat de l'effort continu. Il porte au moins trois siècles de dén1bcratie réelle, sans castes ni corruption. Il s'est arraché d'un monde où tout n'est qu'ordre, ptopreté, efficacité constante et 'progrès permanent. C'est à douter que ce monde-là ait jamais connu de guerres nationales, de révolutions fort peu pacifiques, de persécutions religieuses et raciales, de querelles linguistiques, Alors, cet Européen tombe d'un univers d'harmonie dans de cacophoniques stridences. Il s'aveugle et il fend la foule qui cède puis se referme, qui s'ouvre, béante, puis se resserre, étouffante ; il avance avec l'arrogance de la peur et la brutalité parfois salvatrice de l'incompréhension délibérée. S'il entrouve un oeil, il est perdu. Tout à apprendre, trop à comprendre, rien qui offre une prise définitive, qui permette une définition lapidaire, qui autorise un programme en trois points. Vider la mer avec une passoire à thé. Un monde Une foule de cinq cent cinquante millions de composants interchangeables et de cinq cent cinquante millions d'individus aussi ; six religions principales et trente-six manières de chercher un dieu; une collectivité moderne et une société pour qui l'essentiel n'est pas forcément le mieux-être, la production effrénée de denrées périssables, mais d'établir une relation continue avec une divinité quelconque. Dans ce continent qui constitue un monde à lui tout · seul, les frontières p0- litiques ne coïncident pas strictement avec les frontières religieuses, et linguistiques. (On y parle 826 langages). Il existe au moins trois Indes dissemblables, se repoussant l'une l'autre : le Nord, le Dec~ . , can, le Sud, aux histoires antagonistes. Elles eurent chacune leur impérialisme ~u'elles mainifient encore. L'apogée de 1 une est la misère de l'autre. Les Anilais pendant deux cents ans ; une autorité unique, bloquant des évolutions nationales ou réiionales, une langue étranière qu'il fallait apprendre pour appartenir non à une communauté culturelle mais à une communauté de candidats qualifiés à des postes d'administration. Puis, correspondant à une révolution industrielle, le 28 décembre 1895, à Calcutta, des nationalistes indiens, hindous et musulmans de Bombay, Madras, Lahore. AIIBhabad. Delhi, Cuttack, Jubbulpore, MaJPur, Sangor, Meerut, Tezpur, déléiUts du Nord et du Sud définissent un pr0ll'amme commun d'action politique et leur objectif est véritablement national, Une âpre lutte, des prisons encombrées, des foules enfiévrées qui ensuite, sous la , houlette de Gandhi opposeront à l'adversaire l'exaspérante inertie des non-violents. La Grande-Bretagne, au bout d'une auerre qui l'a exténuée, ,abandonne ce 9..u~elle ne peut plu~ pétrir et, le 14 aofit 1947, 'sur le coup de minuit, monte le dra~au safran, blanc et vert foncé de l'Indéeendance. Il s aiÏt de bâtir une nation unie, une SQClété soCialisée, Une communauté moderne Vingt ans plus tard, après une partition, une iUerre avec le Pakistan, un conflit avec la Chine des disettes occultes, des famines endémiques, des plans de développe~ nt qui s'arrêtent à mi-course, une femme, Indlra Gandhi, dirise un pays qui selon les uns va éclater, qui selon les autres se ramasse sur lui-même, prépare une décantation et va s'extirper de ses contradictions. Le soir de mon arrivée à la Nouvelle Delhi. un homme politi,\ue l'osait pour lJlOi des questions essentielles : «Allonsnoua vers un éclatement de l'Union? Vers des dictatures nationalistes ? Devonsnous renoncer à la démocratie pour nous contraindre à un régime fortement centraUsé, autoritaire, oU nous acheminonsnous vers la déliquescence ? Serons-nous toujours IUle nation d'assistés ? li . Vingt .n. d'6chec. Demeure vallte et fratche. Sofas profonds. fauteuils pour siestes prolongées, lourdes étoffe. noires' et or, voluptueux ta~iS de haute laine drue. ière, whisky et iÏn, ce ui dans une vi le .aumise à la prohib1tion, a son pri~ i beianets Joufflus, bizarrement contourné!!, fraaments de r,âte sèche d'un blànc opalin, constellé d épices noires. Mon hôto arbore un turban écarlate en proue de navire. Massif, large d'épaule., épais de torse, il tonitrue, non par ~~nce mal. par puissance native. Il èst tb" et les. Sfbk~ se ressentent de manser la viande, Robuste, 1I,\boureurs, soltll impétUeux, joye\llf.. drilles, nombre d'entre eux occupent del; postes ' impOrtlmt. dans l'admini.tration et l'armée. Cet bOte taillé pour les chevauchées bROiT ET LIBERTE ~ No 271 - MARS 1968. conquérantes, les sabres décapitants et les razzias orgiaques, est un sociologue réputé, membre correspondant de nombreuses académies, habitué de longue date des conférences internationales. Mon voisin de gauche, petit, rondouillet la voix fluette, le geste lent et précieux, chanoine en veste de tweed, est lui aussi un Sihk, mais il a dû être élevé dans un club britannique sur les genoux rigides d'un honorable lord conservateur_ Ce vieux monsieur édite des livres pour enfants. Dans son jeune temps, il n'a pas dédaigné l'action terroriste. A ma droite, un jeune journaliste, au long visage mélancolique. La conversation roulait sur les élections et le sens profond (1) qu'il convenait de leur accorder. L'éditeur revenu des fastes barbares de l'action directe et le jeune journaliste qui paraissait s'être usé aux aspérités quotidiennes oscillaient entre l'inquiétude et le dégoût. Les vingt ans d'indépendance s'achevaient sur un échec dont ils exposaient complaisamment les multiples facettes: Où était donc la société sans classe et sans caste que Nehru dépeignait comme devant être la société socialiste indienne ? Les castes traditionnelles abolies par la loi demeurent, pratiquement, intactes. Aux formes traditionnelles d'exclusive et de mépris se sont ajoutées des castes modernes de fonctionnaires privilégiés, d'enseiinants et de techniciens. Castes et classes sociales s'entremêlent et s'opposent. . La réforme agrain; dont on admirait qu'elle se soit effectuée sans violence ni condamnation pénale n'a ')?as contribué de manière décisive à ameliorer le sort des paysans ni à augmenter sensiblement la produçtion agricole. Le nombre des propriétaires terriens a certes augmenté mais ils possèdent d'insignifiants lopins et des millions de paysans sont démunis de terre et de protection. La mécanisation de l'agriculture est déplorablement insuffisante. Les coopératives, les fermes d'Etat, trop peu nombreuses, mal équipées, dotées d'un encadre· ment médiocre ou lassé, sont piquetées de ci de là dans un océan d'incurie, de pratiq.ues moyennâgeuses. Juste dans ses princl~s humains, la réforme agraire a aboutI à une injustice majeure et à un Q,on-sens économique. Le manque d'eau affecte cruellement les Etats de Bihar et d'Uttard Pradesh qui souffrent en plus de famine. Or, le sous-sol de Bihar recèle d'immenses réserves d'eau que l'on a nél(ligé d'exploiter. De grandes parties du Madhya Pradesh, d.u Gujerat et du Rajasthan Sont aussi touchés par la sécheresse.- 100 francs par an Que les récoltes soient bonnes, mauvaises oU moyennes, l'lnde doit toUj6urs quémander des secours en blé auprès des Etats-Unis. Ce recoUrs serait conee- (1) Voici un lin. des 'illetions aUle lodei ont porté un coUp dur au Parti du Congr~.. parti au poul/olr. qui a vu .1 teprii.entlltlon passer de 361 sl~ •• l 2'7ô au P,rlement de N • ...., Dehli . vable si la disette provenait de très particulières conditions climatiques ou d'infinies étendues steriles. L'Inde produit peu parce qu'elle travaille mal. Le paysan égratigne la terre avec une houe. Une vache sous-alimen tée tire à regret un soc de bois que maintient tant bien que mal un homme sous-alimenté. C'est la misère qui conduit l'infortune. 45 % de la population agricole est constituée de métayers qui bénéficient d'un revenu annuel de 140 francs, 38 % sont des journaliers qui doivent se satisfaire d'un revenu annuel de 100 francs. Avec la réforme agraire, les métayers ont perdu la protection du contrat; ils n'avaient déjà pas intérêt à travailler une terre qui ne leur appartenait pas ; ils n'y ont maintenant plus aucun intérêt puisqu'ils occupent la terre sans garantie. Les rendements sont · ridiculement bas ; moins de quinze quintaux à l'hectare pour le riz (30 à Formose), moins de huit quintaux à l'hectare pour le blé (30 quintaux à l'hectare en Europe occidentale ). Les vaches errantes, les insectes, les virus et les rats détruisent un tiers des récoltes mal conservées dans des greniers à tous vents. Et que la récolte soit bonne, moyenne ou mauvaise, les spéculateurs financés par les banques entretiennent la famine. Prévoyant des disettes fructueuses ils remplissent des silos clandestins. Les cargaisons de blé 'parviennent rarement à destination. Elles sont bien débarquées mais elles se perdent ('n cheminou pourrissent dans les entrepôts. Il suffit d'amarrer le bateau, cale ouverte, en plein soleil, de retarder le déchargemènt en entretenant la lenteur administrative. Depuis 1957, le gouvernement annonce qu'il va réglementer le commerce des grains. Or rien de tangible n'est apparu. Les stocks du gouvernement sont insuffisants. En 1965, s'il avait employé tous les cargos aériens C 119 et C 130 de son armée de l'air pour aller chercher le million de tonnes de blé que lui proposait l'Australie, il aurait pu enrayer la crise alimentaire et casser les prix spéculatifs. 72 arrestations Le sociologue interrompit la litanie : ~ Une explication ne suffit jamais. Ainsi dans cette histoire de livraisons perdues, vous négligez de mentionner quel· ques raisons valables. On n'a encore rien fait quand on a amené à quai des navires de blé. Il faut décharger, emmagasiner et ensuite acheminer lés cargaisons ' aux quatre ~oins de cette immense péninsule et atteindre des régions difficilement accessibles. N'oubliez pas que ta capacité d'absorption de nos quatre grands ports - Calcutta, Bombay, Madras et Cochin - ne dépasse pas 800.000, 900.000 tonnes par mois. - Ce serait évidemment fort ~êna.nt si 10 million.~ de tonnes arrivaient d un coup, temarqua le jeune journaliste, mais ce

t'est pas encore le cas.

Le sociologue ignora ' l'interruption et reprit: - VOI~S prétendez que le gouvernement n'ose pas lutter contre les spéoulateurs -+ n EYlAN o Joookm LA REPUBLIQUE INDIENNE Ancienne colonie britannique 1947. Indépendance de l'Empire des Indes, coupé en trois territoires: l'Union Indienne, hindouiste, et les deux Pakistans, musulmans, formant un seul Etat, mais dont les deux morceaux sont distants l'un de -l'autre d'environ 3.000 kilomètres. Ce découpage sera gros de conflits futurs. 1950. L'Union Indienne devient la République indienne, mais reste membre du Commonwealth britannique. - 1954. La France restitue à l'Inde ses derniers comptoirs coloniaux dans la péninsule: Pondichéry, Chandernagor, Mahé, Yanaon, Karikal. 1961. L'Inde expulse le Portugal de sa dernière- colonie indienne: -Goa. 1962. Con~lit frontalier avec la Chine. 1965. Conflit indo-pakistanals. La République indienne couvre 3,2 miNions de kilomètres carrés; sa population est -de 550 millions d'habitants. La République compte 16 Etats (dont certains sont des Républiques, d'autres des royaumes) : Andha Pradesh; Assam; Bengale occidental; Bihar; Jammu-Cachemire; Ke~ala; GUjerat; Madhya Pradesh; Madras; Maharashtra; Mysore; Nagaland; Orissa; Pendjab orientai; Rajasthan; Uttar Pradesh, et six territoires : les Andaman et Nicobar; Dehli; Himichal Pradesh; Iles Laquedives; MMipur; Tripura. -+ or, (ai lu, ce matin, cet entrefilet : «Lucknow. Une opération de police montée dans huit districts a permis la dé, :ouverte de 16.000 quintaux de céréales à Banaras, 11.000 à Allahabad, 5.000 à Gohda, 1.000 à Kanpur, 1.000 bags à Meerut. 21 négociants ont été arrêtés dans le district de Banaras, 72 à Meerut. JO Le journaliste coupa la justification : - Il vient de se résoudre d une action spectaculaire et limitée parce que les électeurs ont désavoué le Congrès, précisément ce Con~rès qui s'appuie sur la grande bourgeoIsie, les commerçants et les spéculateurs, pourvoyeurs des caisses électorales. Le réseau des magasins d prix réduit est notoirement insuffisant ... Et la litanie se poursuivit : - Avec notre bewin de 10 d 12 millions de tonnes de blé par an, nous avons perdu toute indépendance. Nous sommes soumis aux Etats-Unis qui nous imposent d'abandonner l'essentiel de nos prograinmes industriels pour développer notre agriculture. Apparemment, cette exigence paraît normale. Mais derrière elle, se dissimule la volonté d'ôter à l'Inde toute possibilité de devenir une grande puissance indépendante. L'amélioration de notre agriculture signifie aussi que les EtatsUnis installeront leurs usines d'engrais qui possèderont leur propre réseau de distribution et vendront au prix fixé par elles. Les Etats·Unis, avec le Fonds Monétaire international, nous ont déjd imposé une dévaluation de la roupie. Nous pré· tendons que l'inflation est malgré tout un gage d'expansion pour un pays sousdéveloppé. La conséquence la plus claire de la mesure prise en juin dernier a été une augmentation fantastique des légumineuses et des céréales. Les prix ont grimpé de- 40 à 120 %. Les salariés d revenu fixe ont été durement touchés. Les concJusions du colonisateur Nous avons vécu pendant des années sous un ciel de mots. Maintenant, il se déchire. Des Etats rêvent d'autonomie. Un régime fort paraît à beaucoup indispensable et nous cherchons vainement la personnalité capable de l'incarner car en plus de nos malheurs, nous manquons de personnalités. Nous avons eu Gandhi, puis Nehru, ce faux grand homme, puis Shastri 'mort à la tâche, et maintenant Indira Gandhi qui sera certainement une fois encore Premier ministre car personne ne tient à assumer un tel héritage d'erreurs et aller au devant de tant de confusion ... - La question est de savoir si le gouvernement central qui a maintenant les mains embarrassées, qui se trouve contesté par de nombreux Etats, réussira à imposer les profondes modifications sociales qu'implique le respect de ses promesses, lança l'éditeur. Quelles conclusions tirèr de ces entretiens contradictoires où chacun de mes interlocuteurs exprimait une opinion complexe car elle se référait à la fois à des exemples européens et à des faits proprement indiens? Les pensées étaient sinueuses. Elles s'abreuvaient à ~s sources connues mais détournées de leur cours originel; elles s'alimentaient aussi à des fonds qu'ignorait l'étranger et qu'eux-mêmes, peut-être, connaissaient mal. Les mots d'ordre justes Alors, parler de mutation douloureuse, de cristallisation difficile serait évidemment commode et fort tentant. Dès que votre attention se fixe sur ce continent massif, il explose en mille parcelles; se rassemble brusquement et de nouveau se défait soudainement. S'en tenir à une explication c'est vouloir capter les chutes du Niagara avec un filet à papillons. Il faut se résigner à délaisser le reportage et tenter de fixer quelques traits essentiels. Depuis août 1947 (depuis qu'elle se hisse à l'indépendance) l'on ne cesse de s'interroger sur l'Inde; elle-même s'e~. mine avec . une inquiète perplexité. Ses interrogations passionnément insuiètes ne proviennent nullement dune quelconque incapacité à répondre au défi de l'histoire. Elles traduisent l'impétuosité du combat confus au creux duquel s'élabore le nationalisme indien. L'indépendance a incité chaque communauté linguistique à prendre conscience d'elle-même, à reprendre possession d'ellemême, chacune se retrouvait dans un âge 4'or, apogée d'un empire ou d'une civilisation édifiée sur la destruction d'un voisin. Vouées à une destruction légale mais profondément vivaces, les castes trouveront dans l'indépendance l'occasion d'une âpre compétition économique et sociale. Aux castes anciennes dégradées ou stimulées par la liberté s'ajoutèrent de nouvelles castes (ne coïncidant pas forcément avec les nouvelles classes nées du progrès économique) qui s'appuyèrent sur le fonds linguistique commun. A l'intérieur de chaque Etat, classes anciennes et récentes, groupes de pressions économiques contestés ou en expansion luttèrent sous le couvert des partis politiques pour obtenir la suprématie. Chacune de ces entités est assez forte pour croire à sa suprématie, aucune n'est assez forte pour l'imposer à d'autres. Dès lors, s'ouvrent deux voies : l'une conduit à la désintégration de l'Union, l'autre à la dissolution des particularismes par l'alchimie que réussira un chef national qui saura trouver les mots d'ordre justes et les bons alliés. On comprend mieux alors l'attrait qu'exerce l'U.R.S.S. sur l'Inde. La Russie soviétique affronta le double problème du développement économique et des nationalités souvent rivales. Elle a réussi une intégration souple et si les originalités se maintiennent, si certaines nationalités ou groupes raciaux peuvent à bon droit se plaindre d'exclusivité, voire de persécutions, aucune des nationalités qui composent l'U.R.S.S. n'est en mesure d'imposer sa loi et il existe un patriotisme soviétique. Ainsi, s 'expliquent mieux certaines bizarreries des plans de développement indiens. Des experts ont reproché une dispersion des efforts, un gaspillage des Ployens de production t)t"ojetés apparem- DROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968. ment au petit bonheur la chance; installer ici une aciérie, là une usine, plus loin des fermes modèles, ressembl81t fort à du gaspillage. Ne s'agissait-il pas en fait d'apaiser les revendications de certains Etats, de constituer aussi des pôles d'attraction qui, dégageant des forces sociales nouvelles, préparaient une intégration? Les intouchables Les nationalistes du Mouvement pour l'Indép'endance ont toujours prétendu que la civilisation indienne avait aspiré à une unité politique. Elle l'aurait atteinte lors des périodes Maurya (IV' siècle avant J.-C.) et Gupta (V' siècle avant J.-C.); elle l'aurait retrouvée sans la conquête mongole puis la domination britannique. Les historiens régionaux magnifient au contraire leur histoire propre et s'évertuent à démontrer que l'Inde de naguère connaissait les mêmes unités ré~ionales qui forment aujourd'hui les assises de l'Union. La vénté doit sans doute se situer entre ces deux opinions extrêmes. Deux mille ans avant Jésus-Christ, des Aryens nomades venus de Perse traversent l'Inde et atteignent la plaine du Gange. Ils imposent leur langue qui évoluera en sanskrit classique. Passons sur les royaumes étincelants, les empires flamboyants, les routes sinueuses d'une colonisation pour souligner quelques traits dominants. Toutes proportions gardées, l'a11'anisation du Nord ressemble à la colomsation de l'Amérique du Nord ou de l'Australie par les Européens. Elle s'accompagne de l'élimination des J?Opulations locales. Dans le Sud, la situation se compare à celle des Européens en Afrique du Sud. Les Noirs, réduits en esclavage, devinrent des paysans et des intouchables. Les Aryens imposèrent leur système social dont la hiérarchie théorique est la suivante : - les brahmanes, ou caste sacerdotale, - les kshatriya, princes, chefs d'Etat guerriers, - les vaishya, commerçants et cultivateurs, - enfin les shûdras (ou sudras) qui se consacrent au service des trOiS castes supérieurs. L'origine ethnique des sudras se discerne mal. Ils ne peuvent être confondus avec les Noirs, libres ou asservis; les serViteurs noirs étaient intouchableS. Les sudras, de fonctions serviles, n'étaient pas intouchables. Ils appartenaient à la société ·hindoue, davantage clients au sens romain que citoyens. . Quelques jours après la discussion avec le sociologue, l'éditeur et le journaliste, j'eus l'occasion de rencontrer un expert financier. Ses propos se firent plus concrets: Un milliard d'hommes en 1990 - Le recensement de 1961 était imprécis. Il a sous·estimé le volume de la population et son taux d'accroissement. En 1967, l'Inde doit ' compter 550 millions d'habitants et le taux d'accroissement osciller entre 2,7 et 2,8 %. Selon cette hypothèse, 15 millions de nouveaux Indiens se présenteront chaque année. A ce tarit., la populatiOl'l dépassera dès lm le mIlliard. Or l'Inde maintient au bord de la disette la majorité de sa population. Elle n'aura jamais assez de nourriture, assez d'emplois pour ces millions de condamnés d vivre. Le gouvernement s'efforce donc de /imiter les naissances. Des fonds illimités vont être consacrés à cette politique qui prévoit l'installation d'une infrastructure médicale dans les villes et les campagnes, la constitution de groupes autonomes mobiles d'intervention (task force). Les résultats obtenus demeurent modestes. Au début de cette année, un million d'insertions de stérilets et un million deux cent mille stérilisations. Le IV' plan prévoit, de 1966 a 1911, 3.450.000 opérations de stérilisation et l'insertion de 19 millions de stérilets. Selon ces prévisions, un quart des couples indiens devraient être capables de contrôler leur fécondité. Je doute que ce résultat soit atteint. J'ai l'impression que la baisse de la natalité sera très lente et que le nombre des habitants s'accroit ra rapidement les prochaines années. Cela fait toujours plus de bouches à nourrir et toujours moins de nourriture. 80 d 85 millions de tonnes sont prévus pour la récolte de 1967. Les possibilités réellé's de production sont esttmées à 90 millions de tonnes. Le IV' plan s'est fixé une augmentation de la productivité de 26 % pour les cinq années prochaines. ' Le gouvernement assure qu'en 1971 l'Inde aura conquis son indépendance alimentaire. Elle devra alors disposer de 120 millions de tonnes de céréales: soit un tiers ou un quart de plus que 5 ans auparavant. Le gouvernement espère parvenir à ·accroître sensiblement la production agricole en pratiquant sur des surfaces limitées une culture intensive à l'aide d'engrais et de semences sélectionnées. Jusqu'ici, les autorités a'l!aient essaimé les facteurs de production agricole ou industriels. Cette dispersion s'est révélée désastreuse. 15 millions d'hectares, qui représentent 10 % de la surface cultivée, seront sélec! ionné~ et soumis à une explOItation intensIve. L'agriculture devra financer

l'Industrie Sur les trois cent vingt districts (districts a la dimension d'un petit dipartement fr41!fais), certains d'entre eux ont accomplI des progrès rapides, notamment dans le Penjab rOuest de l'Uttar Pradesh, une partIe du Gujerat et du Maharashtra et la cMe de Cormandel (.zone c6tière de l'Andhra Pradesh et de Madras). - Ces ambitions ne vous paraissentelles pas démesurées? 6 % d'accroisse· ment ail'Îcole par an, cela parait un tantinet exagéré quand d'autres I?ays bénéficiant de bien meiUeures conditions climatiques et techniques arrivent péniblement à l %. ~ 23 ... - Certes, le chiffre peut surprendre d'autant plus que pour parvenir à cette moyenne, les terres soumises à une exploitation intensive devront permettre un taux de croissance de 10 à 12 % l'an. Cependant, l'Inde dispose de -deux atouts: • Une énorme réserve de productivité (les rendements indiens étant en moyenne le quart des rendements mondiaux). • Une partie de la paysannerie ne boude pas le progrès et la demande d'engrais croît sans cesse ... Bien des ombres subsistent: le gouvernement, qui est sorti affaibli de la récente confrontation électorale, va être contraint à des mesures impopulaires. La fuite des capitaux et la mauvaise utilisa· tion des ressources entravent le développement industriel qui ne bénéficie pas d'une épargne suffisante. Si cette situation se maintient, les projets d'investis· sements industriels que prévoit le IV' Plan resteront sur le papier. Le développement industriel sera soutenu lorsque le secteur agricole qui produit près de la moitié du revenu national participera à la formation du capital en déf!ae:eant des surplus importants. En clair, cela signifie qu'il faudrait suivre l'exemple du Japon qui a financé son développement industriel en taxant l'agriculture. En 1892, le taux d'épargne japonais atteignait 10 %; celui de l'Inde d'aujourd'hui n'excède pas 3 %. 87 % des prélèvements fiscaux provenaient de l'agriculture; ici, l'agriculture fournit 5 % des recettes budgétaires fédérales, et des Etats. Pourtant, voici près d'un siècle, la part de l'agriculture dans le revenu national japonais approchait ce qu'elle est dans le revenu national indien actuel. La taxation a constitué le socle du développement industriel japonais. La structure fiscale indienne et le faible rendement des terres interdisent les forts pourcentages d'imposition. Mais il n'en demeure pas moins que si 20 % des ménages agricoles les plus riches qui cultivent 3 % des terres étaient taxés, 75 % du revenu agricole serait assujetti à l'impôt. Cette nécessité économIque devrait requérir du gouvernement un grand courage politique. Quel _ socialisme? L'idéal de justice sociale de Nehru et de ses collaborateurs et le besoin de développer l'agriculture incitèrent le gouvernement à prendre des mesures énergiques

le programme de réforme agraire

fut mis en application à partir de 1950. Ce programme diffère d'un Etat à l'autre mais, dans l'ensemble, il comporte la suppression des grandes propriétés : celles-ci ont été réduites à la possession d'une seule ferme et les propriétaires expropriés ont été en partie indemnisés. Les lois agraires ont également tenté de faire baisser le loyer des terres données à bail, d'accorder aux cultivateurs des baux de lengue durée et de permettre au locataire d'acquérir la terre qu'îI cultive, grâce à de petits paiements échelonnés sur un temps assez long. Dans certains Etats, on a fixé un maximum aux superficies que peut posséder un fermier. Le 24 but de ces lois est d'arriver à répartir équitablement les terres et à en rendre l'acquisition possible aux ouvriers agricoles. Malheureusement, les superficies expropriées risquent d'être insuffisantes pour que ces projets généreux se réalisent. II est difficile d'évaluer l'effet général -de ces mesures : les grandes propriétés ont cel'tes été morcelées, mais leur divi· sion semble n'avoir profité qu'aux locataires principaux, c'est-à-dire aux paysans les plus prospères, les sous-locataires et les travailleurs agricoles ne paraissent pas avoir acquis les terrains qui auraient pu leur être cédés. Un résultat inattendu mais important des lois agraires est la dissociation des groupes familiaux : les familles des grands propriétaires ont réparti leurs terres entre leurs membres, de façon à éluder la loi qui fixe une limite à la propriété personnelle. Le mot « socialisme» a un sens assez vague en Inde. La majorité des partis indi6l1s· prônent le socialisme, certains sans bien expliquer ce qu'ils entendent par là. En fait, l'Inde est moins socialiste qu'on pourrait le croire, moins même - prétendent certains - que les Etats·Unis, puisque le secteur pnvé compte pour 90 % dans le revenu national, alors qu'il représente que 80 % du revenu des EtatsUnis; cette comparaison n'est toutefois pas valable, car l'agriculture est comprise dans ce chiffre et si elle est presque tout entière le fait d'entreprises privées dans les deux pays, elle représente, · en Inde, une beaucoup plus large part du revenu national. Les statistiques ne font pas apparaître qu'une forte partie des industries indiennes sont des industries d'Etat. Au cours des dernières années, le taux d'expansion de l'industrie (évalué en fonction des investissements) a été beaucoup plus élevé dans le secteur publîc que dans le secteur I?rivé. Le ~ouvernement a investi des capItaux conSIdérables, dans l'industrie lourde notamment. En même temps qu'elle créait de nou· velles industries, l'Inde a nationalisé quelques secteurs importants de l'activité; les chemins de fer, le téléphone et le télégraphe - sont maintenant étatisés ainsi que toutes les lignes aériennes, les assurances sur la vie, et la plus grande des banques du pays. Chacune de ces nationalisations a été décidée en raison de circonstances spéciales n'affectant que la branche intéressée. Nehru a répété à maintes reprises que le gouvernement n'envisageait pas d'autre étatisation; la théorie officielle est que l'Inde doit avoir une «économie mixte» dans lâquelle les entreprises de l'Etat et celles du secteur privé coexistent. L'Etat et les, industriels Deux textes, datant l'un de 1949 et le second "de 1956, ont tracé la ligne de démarcation entre les deux secteurs et délimité à grands traits le domaine de chacun d'eux. Les industries sont divisées en trois catégories. Dans la première, dont l'Etat prend l'entière - responsabilité, sont rangées l'industrie lourde, J'industrie extractive et le traitement de minerais, la fabrication des machines et de l'équipement industriel, la construction navale, la fabrication de matériel électrique (téléphonique compris), la production de matériel de guerre et d'avions, l'exploitation des lignes ferroviaires et aériennes. La deuxième catégorie est celle dans laquelle « l'Etat prend part aux initiatives de créer de nouvelles entreprises» mais dans lesquelles «il attendra de l'entreprise privée qu'elle soutienne l'effort de l'Etat»; cette catégorie comprend les industries chimiques, les transports maritimes et les transports par routes et la plupart des usines fabriquant d'autres machines que celles de la première catégorie. Dans la troisième catégorie, entièrement laissée à l'initiative privée, se trouvent les. industries textiles, la fabrication de ciment, du papier et toutes les industries de consommation. Les porte-parole du gouvernement prétendent que l'industrie lourde ne peut se développer que si elle est soutenue par l'Etat, les capitaux privés ne suffisant pas aux investissements nécessaires. Le groupe Tata qui possède déjà des aciéries et des participations dans tous les genres d'industries, et une ou deux des grandes fortunes de l'Inde auraient peut-être pu se permettre de tels investissements, mais le gouvernement tenait essentiellement à empêcher la concentration de la puissance industrielle et financière. Pour cette raison, et aussi parce que les capitaux et les devises étrangères sont rares, le secteur privé est réglementé par l'Etat. Par un système ressemblant - à un arbitrage forcé, le gouvernement fixe les taux des salaires et des divers avantages accordés aux travailleurs. II peut régler le prix de vente, les normes de production et les modalités de distribution. Les industries privées ne peuvent, sans autorisation du gouvernement, émettre des actions, importer ou acheter _ des matières premières rares, fabriquer de nouveaux articles ou transférer leur usine dans une autre localité. Toutefois, cette tutelle de l'Etat est plus théorique que réelle : la preuVe en est que, au cours de la période du deuxième plan, le secteur privé s'est développé beaucoup plus rapidement que le Plan ne _ l'avait prévu. Les lOdustriels qui ont obtenu le. autorisations qu'ils désiraient ne se plaignent pas trop de ces règlements quoiqu'ils critiquent la paperasserie et les retards qui en résultent. En fait, beaucoup d'entre eux admettent que la réglementation a augmenté leurs bénéfices parce qu'elle a diminué la concurrence. Les chefs d'entreprises moins favorisés sont évidemment d'un avis différent; ils prétendent que l'on n'obtient les autorisations que grâce au jeu ~es relations personnelles ou à la vénalité de certains fonctionnaires. La publication de l'avant-ptojet relatif au quatrième Plan quinquennal a récemment indiqué la pOlitique du gouvernement en ce qui concerne l'étatisation : 64 % des nouveaux investissements doivent être affectés au secteur r;ublic. Les industriels indiens ont protesté avec énergie, mais ils n'ont pas réussi if s'assurer un soutien politique assez puissant pour faire modifier ces dispositCioenttse. période d'accommod at'lO n es t rendue plus difficile encor,e. p~r la nouvel~!! politique d'aide amenca~n!! .. Jusqu ~ présent, les livraisons aJ;IlencalOes, qUI apportent à l'Inde une part nota!le de son pain quotidien, étaient payees en monnaie lQCale, à 80 . % de ~a contrevaleur en or. DésormaIS, le paIement de cette aide devra comporter une 'part croissante de règlement en doll~rs. SI les importations indiennes !-e . céreales peuvent être chiffrées à 8 mIilIop.s de tonnes ar an ce sont 650 millions de dollars ~ue l'I~de devra bientôt prélt:ver s.ur_ se~ recettes d'exportation, ce qUI oblIgea a des coupes sombres dans son programme d'industrialisation. . Un journaliste m'a dIt : - _ . A quelle sorte d:ho.mmes appartiennent donc les A!"l~ncatns? Incon~establement ils sont genereux et doués ~ un très cruel sens pratique: It.~ SP. crotent de bons génies incomp~ts. Ils se save~t détestés et ils n'ont touJours pas c0'!lpn~ ourquoi. Je reviens des. Etats-U!uS ou f.ai accompli un voyage d'tnformat~on. O~ m'a posé d'ét..,'nnantes xuesttOlJS . «Pourquoi le visage de 1: m (ébrll q ude) est-il souillé à ce pomt urr~d en 1 n de alors que not.re. al') e \ dépasse celle de l'Union sovIétIque.» J'ai répondu : "Parce que les Russes s'efforcent de nous donner ce don~ nous estimons avoir besoin : que ce SOIt . une aciérie, des pipelines ou d~s m~chlOe~outils, alors que vous, vous lOvestlssez ~a où vous pensez que nous av~ns, bes~lO d'investir. Cela heurte nott:e flerte natIonale ». J'ai ajouté : «M~lOte?ant, ~ous êtes généreux avec votre aIde econ~mlque comme vous l'avez été .pendan.t dIX ans avec le Pakistan en lUI fournIssant des armes et des tanks pour ~ous attaquer.,,, A Washington, un radtO-report~r ma demandé : "L'Inde est-ell~ à la tete des nations mendiantes?» . J'ai répondu: «Vous appelez mendiant votre client? Ou vendez-vous vos surplus si ce n'est aux nations sous-développées, à l'Inde la plus grande d'entrt; elles, le grand march~ d'Asie ap~ès la Chme? Sans doute le palemen~ est-Il,. éc?~lonné, so~wnt réglé en roupIes et.l lOteret peu, éleve. Mais c'est que vous faItes de la ~eclame pour votre économie et dt: ce .falt 'p:ur votre pays! ... L'Inde ll:'a JamaIs fallIt a ses engagements finanCIers. JO Les nourrices de peuples incapables? Nous avons besoin de dix à douze millions de tonnes de blé et de riz. Vous avez lu les journaux? Johns~~, d'ici juillet nous accordera deux mIlItOns de tonne;. Un supplément de trois millions de tonnes, à conditions 9ue les au~res pays fournissent eux aussI leur contnbution, est annoncé pour la fi,:, de Tan,:,ée. On ne sait pas très bien SI la Ilvral;Son de ce supplément dépend encore s!rzetement des efforts analogues consentts par les autres pays. DROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968_ LES HOMMES SONT RESPONSABLES U'EST-CE que la surpopulat.i on? TrOI.S -personne s da.n s un désert, c'èst CC 0 déjà de la surpopulation. Irriguez ce désert et, avec 300.000 personnes, il sera encore sous-peuplé ... « l:a faim est une conséquence de -l'exploitation non rationnnelle et de la mauvaise répartition des richesses. Elle est f~~:~~:~o~;~ I::s Charles;se~mC::g~:: ressources naturelles ne manquen~ pas_ La sup . de ces terrèS est cultiva-

~: ~~n:CharlesI~u::~~:~:~I::r~~I~:~~t::tS~;:IO~~:t~éolt à peine un mllliaord8;e~:

". , è 1 péciallstes Il faut en moyenne , cent mrllions d'hectares. 0 ~pr _s es s Il' a trois milliards d'hommes pour assurer la ~ourriture d urfn mdivldl~: ;~md~epass~ légèrement deux milliards à nourrir, Il suffit que la su ace cu IV d'hectares pour que tous les hommes soient nourris ... » Les U.S.A. ont certes quelques r~isons d'être déçus. En 1949, Nehru assuraIt que l'Inde parviendrait en deux .ans seulement à se nourrir seule_ DepUIS 1951, elle a da quémander dix ,!,illiards .d~ dollars, dont le tiers en céréales. Le trOISIème pla,:, quinquennal achevé en mars 1%6, deva!t doubler la production agricole. Elle ':' a augmenté que de 14 %. Pour les, ctm~ années à venir, l'Inde a récla'!1e 7, milliards d'aide, presque deux fOIS plus que par le passé. _ Les Américains n'acceptent ~lu~ de nous aider que sur une bast; parttalre., Cet~e décision est catastrophIque car 1 annee dernière, les autres pays, n'on~ pu nou;s fournir qu'un peu plus d un mt/lIOn trots cent mille tonnes de cérél!les. Or les. USA jusqu'ici nous avalent apporte ùeiqüe 10 millions de tonnes. ~I cette ~ouvel1e réglementation es! s.tnctement appliquée nous sommes cOI~ces. «Nous en avons assez, dIt le gouvernement américain, d'êtrt; les vaches nourricières de peuples lO~pables de produire suffisamment; qu Ils fassent donc un effort; qu'ils s'adressent à leurs bons amis socialistes ». MaIS en accordant une aide alimentaire, il s'attache l'Inde. A-t-il réellement intérêt à c~. qu'elle devienne indépendante? Lorsqu Ils co~bk'rit le déficit alimentaire, les Etats-Ums permettent au gouvernement de ne pas procéder à une véritable réforme agraIre, de continuer à s'appuyer sur la bourgeoisie d'affaires, sur les spéculateurs de Bombay et de Calcutta. Chacun y trouve son compte. - _ Ils repoussent les. explications -conventionnelles de la famtnt; due à de~ sécheresses toujours. exceP!lOnnel!e~, a des spéculations toulours ImpréVISIbles, continue le journaliste. Il~ !,'~nt pas tort. Nous sommes nombreux ICI a penser que ces justifications .sont mensongères .. Vous savez, ils po~e,:,t d'autres conditions que celle de 1 atde . su~ une base paritaire. Ils seront sattsfalt~ lorsque nous aurons fait sauter c~ !lUI demeure encore de structure SOCIaliste, ouvert totalement notre économie. aux capi~a~ étrangers qu~ manient d41à n~s prtnclpales industrtes de transforma~lOn. Sel~n eux notre salut dépend d un stnct Jo__ de CASTRO, contrôle des naissances et de l'installa.tion de fabriques d'engrais. Elle.s p'oss~deront leur propre réseau de dtstnbutlOn. Leurs prix seront les nôtres. _ Le quatrième plan leur do~ne, satIsfaction. Nous nous engag~ons a developer notre production agncole .en concenfrant nos efforts sur certaines zones privilégiées qui bénéficieront de tout~ les techniques et de tous les .engrals voulus D'ici 1971 nous aurons acquIs notre indépe'ndance alimentaire. .Nous a!4rons aussi compromis notre crots,s,!nce industrielle car nous avons renonce a la plupart de nos objectifs. Dans la préhistoire Les Etats-Unis peuvent espérer être bientôt débarrassés d'un tap!!ur. Il sera devenu entre temps un ~lIent et. un assujetti. L'Inde se nournra elle-m~me et achètera les biens de consommatIon, les produits finis aux U.S.A. Sur le pla~ industriel, elle aura -pris un r~tard c?nsldérable à moins que son énergle ~tomlque ne lui permette un nouveau dev~lop.pement, mais _ ceci est une .autre . hiStOl~. Les Américains ont raIson, lorsqu Ils refusent l'explication de la famme, provouée par des sécheresses repétée~. ~ependant, ils repoussel?-t la setl;le explIcation valable. La famlpe SUSC;ltée par une mauvaise organisatIOn SOCIale. ~s conditions naturelles nC? sont P!ls pIres qu'en Chine. Elle prodUIt au moms deux fois que l'Inde. _ Alors, que préconisez-vous? . II haussa les épaules, demeut:a SIlencieux un instant, regarda les c1~ents de ce coffee-house installé sous une l!Dmense tente, avec un apitoiement amuse et me di:,.: ;rop de ~hoses à faire dans .trop de mondes différents. J'~i .qu~rante-cl~q an~. Et toujours pas de fn~idatre. DepUIS trou ans, j'attends -ma VOIture. Elle est co~mandée. Je sais que nos recherches .atom~ques sont fort poussées_ Quand le vau dans les campagnes, je, .me fr'!tte les yeux. Quel rayon myste~le~ m a donc transporté dans la préhIstoire? Jacques HEUE. 25 Lorsque les alliés débarquèrent en Normandie, le maquis paralysa les arrières nazis par des actions de grande envergure. Les tueurs d'élite de Hitler furent chargés de terroriser les régions rebelles. Ainsi furent pendus les otages arrêtés au hasard à Tulle (ci-contre), et se multiplièrent les assassinats (à droite, l 'exécution de deux paysans). Documents F.N.D.I.R.P. LE CRIME AU POUVOIR L'itinéraire de la division S.S. Das Reich en juin 1944 dans le centre de la France. Elle supplicia plusieurs milliers d'hommes, de femmes et d'enfants. Les principaux massacres ensanglantèrent Oradour (642 morts), Tulle (99 morts) et Argenton (68 morts) . DROIT ET LIBERTE - Nu 271 - MARS 1968. N OUS devions déjà à Jacques Dela rue une excellente Histoire de la Gestapo. Il nous donne à présent, toujours chez Fayard, un livre d'apparence plus décousue (1). 'Ce n'est pas une histoire, ce ne sont pas des histoires. Ce n'est pas - pas tout le temps - un témoignage, ce n'est pas un recueil de témoignages. On sent que l'auteür, hanté par le temps de la nuit. Obstinément, il cherche à voir clair. Deloncle, Déat, Doriot C'est un livre d'un intérêt constant quoiqu'un peu inégal. On y respire intensément la volonté d'empêcher certains collaborateurs notoires, retranchés derrière les paravents pourris d'une pseudo solidarité européenne, de présenter les S.S. ou les hommes de la L.V.F . . comme les précurseurs de l'Europe, leurs crimes comme de fâcheux · accidents dont ils furent (presque) innocents, M. Benoist-Méchin comme un grand patriote et le marché noir comme l'expression éternelle de la coupable volonté des Français de manger...un peu moins mal que les malheurs de leur pays le leur commandaient. Livre utile et même, par ces temps de renaissance du N.P.D., salutaire. Jacques Delarue me per- . mettra-toi! de lui dire que parfois nous' restons encore sur notre faim : on aimerait le connaître par son nom, cet inspecteur de police chargé de surveil· 1er Szkolnikoff dit Michel (le roi du marché noir à Paris) qui finit par devenir le principal associé de celui qu'il avait à charge de surveiller. Et lorsque l'auteur évoque le sursaut de dégoût qui s'empare de quelques initiés à la lecture de « certains noms de la chro- (1) Trafics et crimes sous l'occupation, par Jacques Delarue . Fayard. 492 pages. nique financière », à la VISIOn de certains visages · sur les photographies de mondanités, au pesage d'Auteuil ou de Longchamp, aux grandes premières, on aimerait qUl~ ces personnages soient au passage nommément fustigés. L'ouvrage s'ordonne èn quatre chapitres

le premier et le quatrième, très

longs, consacrés aux dessous du marché noir et à la division SS Das Reich, celle qui fit Tulle et Oradour, le deuxième et le troisième, plus brefs, où revivent la médiocrité honteuse de -la « Légion des Volontaires Français» et les heures de la destruction du Vieux-Port de Marseille. Est-ce le goût de l'historien pour 1a quête vigilante du témoignag~ et les recoupements d'où jaillit soudain sur un point controversé, la lumière ? J'ai trouvé le tout intéressant, mais plus passionnants encore le troisième et quatrième chapitres. Et pourtant... On savait certes en gros ce qui se cachait derrière les « bUJ;:eaux d'achat » allemands en France et quelles entreprises de pillage ils dissimulaient, quel abri aussi ils avaient fourni à la tourbe des repris de justice. On n'en assiste pas moins avec 'étonnement à la mue en centres de marché noir de bureaux de contre-espionnage. Le Bureau Otto, dégoûtant de crimes, relève aussi du roman policier américain. Le pillage de la France n'a pas servi que les hommes du Troisième Reich. Plus d;un Français, d'un Russe, voire d'un juif russe y participèrent. La nat ionali té d'origine ne fait rien à l'a ffaire. L'homme est vraiment ce qu'il devient. Traitant de la L.V.F., 638' régiment d'infanterie de la Wehrmacht, J . Delarue confirme l'intensité de ses conflits internes (Deloncle, Déa t, Doriot) et la maigreur squelettique de cette participation française - à l'Europe unie : 5.800 « légionnaires en tout et pour tout ; une fois passé « l'élan » ..... 21 ... du départ (3.000 en un trimestre !), des centaines de ·bureaux de recrutement fonctionnant à grand tapage ne purent, en 34 mois,. trouver plus de deux candidats par Jour. Deux chapitres sanglants On trouvera pourtant plus riche la documentation rassemblée à propos de la Division Das Reich et plus neuve. celle qui concerne la .dest~ctio~ d';1 vieux Port. De destructIOns a vraI dIre, il est question tout au long de ces deux chapitres sangla~ts. ,Ce sont le~ fermes, les villages qUI brule~t ou qUI sautent: Oradour après le VIeux-Port. Ce sont les femmes, les enfants que les SS abattent dans leur cuisine, à l'église

les hommes pendus en otage ;. les

martyrs de Tulle ; les centames d'étrangers, de juifs, réfugiés à Marseille qui ne peuvent échapper à la rafle et que la Préfecture qui parlemente avec l'occupant n'essaye pas de faire avertir. Je voudrais ici insister sur ce qu'apporte de plus original Jacques Delarue. Il était à Marseille à la fin de 1942 et ce qu'il nous livre c'est le journal, au sens propre du mot, qu'il tint du 9 novembre à la veille de l'entrée des Allemands dans la ville au 17 février 1943, date à laquelle fut achevée la démolition des 1.494 immeubles où avaient vécu 27.000 êtres humains. Les responsables de l'administration vichyssoise (voir l'article de l'Académicien Louis Gillet du 21 octobre 1942 dans le Bulletin publié par le Conseil municipal et le Préfet) sont mises dans une évidente lumière : c'est elle qui a formulé la première, officiellement, contre le vieux quartier populaire et mal pensant, les accusations et les suggestions qui allaient séduire Adolf Hitler. Que le préfet Lemoine et le secrétaire d'Etat à la police Bousquet aient ensuite tenté de limiter le mal et y soient dans une certaine mesure parvenus, n'empêche pas, comme le souligne Delarue, qu'ils se sont finalement accommodés de .l'essentiel ils ont demandé et obtenu pour la police française, la charge de l'opération, à ce titre ils l'ont couverte. Jacques Delarue rapporte par le menu la discussion qui, les 12 et 13 janvier opposa Oberg et les chefs nazis parisiens aux autorités vichyssoises. Reste à savoir les raisons qui déterminèrent Jes Allemands à une entreprise de destruction sans égale jusque là en Europe occidentale. Delarue confronte les diverses hypothèses ; il conclut qu'on ne peut conclure ... mais dès le 28 30 mars, un nouvel attentat atteignai.t à Marseille un soldat allemand : la PIre des terreurs, loin de la faire 'recu-, 1er, alimentait la résistance. Ressemblances C'est celle-ci, soulevée à travers t0';1t le Sud-Ouest pour freiner la ~emont~e vers le nord des troupes naZIes apres le débarquement du 6 jui~, qui forme la toile de fond du dernIer chapItre. Mais Delarue a soin de préciser . que les représaill~s ~e~ S.S. ne vi~èrent 'pa~ à détruire d'mvIsIbles maqUIS, malS a terroriser les populations civiles. Avec une accablante précision, il en met en lumière l'ordonnance systématique et il démontre, preuves en mains, les responsabilités personnelles du .comma~dant S.S., Heinz Lammerdmg ; Il s'était au préalable fait la main en Russie occupée. Certes l'auteur n'a pas vécu heure par heure ces jouOlées d~ 8 au 12 juin 1944, mais il a conduIt après coup une enquêtt: minuti,euse, comparé les documents, mterroge des témoins parfois neufs. Retenons comme exemplaire la démonstration de la présence de Lammerding à Tulle 1«..9 juin à partir de 11 heures, alors. qu Il déclara depuis avec constance n'y être arrivé que le soir : ce changement d'horaire le déchargeait personnellement de l'assassinat des 99 pendus. Décidément, les guerres qu'on fait à un peuple se resse1pblent toutes; L'ordre du jour rature el surcharge de Lammerdingle 9 juin évoque les faux de l'affaire Andin; les tortures de la. « rue Lauriston", liée au gang des bureaux d'achat, nous en rappel~ent d'autres, où il advint même à d'ancle~s résistants d'être tortionnaires. Et l'mdomptable courage des maquis et des francs-tireurs et partisans nous ramène aujourd'hui au combat du peuple vietnamien. Madeleine REBERIOUX EN ECOUTANT SANAKE MOUSSA Son nom est Sanaké Moussa. J'ai lu ses quelques poèmes, qu'il appdle des « brouillons ", modeste qu'il est. J'ai échangé q';1elques phr~ses avec lui. Il m'a livré à demi-mot sa souffrance, ses espOIrs" sa ~entll1esse. Il m'a ouvert son coeur simple d'homme fraternel qUI ne s acchmate J;?as au froid de l'Europe. Puis, il m'~ dit aU-fevoir. 9uelque part des travallle';1r~ noirs - vous savez ces fantomes qu on crOIse dans les rues, un balaI .a la main, les yeux perdus, ou au fond des cités ouvrières, du côté des taudIS et des bidonvilles - l'attendent. Ce .sera u~ peu. de .chaleur pou!, tous, la langue natale partagée cemme le pam. Je n oubheral pas Sanake Moussa. André LAUDE. Armand Gatti (à gauche) et Guy Rétoré travaillent à la mise en scène des. Treize soleils " ; sujet: la résurrection de la rue Saint-Biaise, dans le 20" arrondissement, près du Théâtre de l'Est Parisien. tions. Par ce biais, ce sont tous les problèmes de notre société - la société de consommation, la civilisation des gadgets - qui sont abordés. Ci ATT 1, LES SOLEILS ET LE THEATRE Ces aspirations se réduisent en fait à deux. Il y a ceux' qui veulent s'installèr dans cette société; la révolution, pour ' eux, ce sont les vacances et le tiercé. Il y a ceux qui la refusent. ' Parmi ceux-ci, l'un des persorina~es-soleil rêve de la çommune ; n'oubhons pas que c'est dans le 20e arrondissement qui firent rage les derniers combats, que tombèrent les dernières barricades. Les Treize soleils de la rue Saint-Blaise, la dernière oeuvre d'Armand Gatti, sera jouée au Théâtre de l'Est Parisien à partir du 15 mars, dans une mise en scène de Guy Rétoré. Les Treize soleils n'est pas une entreprise ordinaire; c'est une aventure théâtrale. Armand Gatti et Guy Rétoré expliquent pourquoi. Un succédané de soleil Armand Gatti : Nous sommes ici au coeur du vingtième arrondissement de Paris; cet arrondissement est en pleine transformation; on y rase des îlots, on y construit des grands immeubles. Tout près d'ici, il y a une petite rue, la rue Saint-Blaise. Elle doit être détruite. Pour le quartier, c'est un événement. Ma pièce met en scène treize habitants du quartier qui suivent des cours du soir. L'institutrice leur donne à écrire un devoir: « Imaginez que vous soyez le soleil qui passe chaque jour au-dessus de la rue Saint-Blaise. Que souhaitez-vous qui la remplace? " A chacun d'imaginer l'avenir, selon ses souhaits, sa condition et ses aspira- Et puis, il y aies attitudesaIiénées. J E suis un nègre. Je suis né en 1939. à Bougouni, au Mali, dans le Sud. Qui suis-je? Je' suis le fils d'un village J'ai des envies, des besoins Je les murmure aux grands magasins Et à :eurs magnifiques étalages. Mes parents étaient d'origine paysanne. Grâce à mon père qui était soldat dans l'armée française, je pus faire des études. Après le certificat, J'entrais à l'école militaire - de Blngerville, en Côte d'Ivoire. Mais mon père mourut en Indochine, en 1953. Alors je dus revenir au village, -pour soutenir ma mère qui souffrait de troubles mentaux depuis la mort de son marI. Après, J'entrepris des études d'Infirmier à Bobo-Dioulasso, en Haute-Volta. J'obtins mon diplôme. Pendant deux ,ans J'exerçais mon métier parmi les paysans, toujours parmi les paysans. J'écrivais déjà, personne ne le savait. Je remplissais des cahiers entiers de poèmes. Je ne les montrais pas. La poésie, quand ça a commencé pour moi? Peut-être avec la lecture de Victor Hugo. Ça a été une vraie découverte. Quand j'étais infirmier parmi les paysans, écrire, pour moi. c'était libérer un sentiment de liberté. J'étouffais parfois. Un jour j'en eus assez. Je fis mon bagage et partis pour l'Europe, pour Paris. « J'écris sur un coin de table. » A Paris, H m'était impossible d'exercer mon métier d'Infirmier. Je dus travailler comme tous les nègres, faireu'n peu de tout. Je connus la solitude, le racisme, la nostalgie. Sur ce vieux lit où j'entends murmurer la ville Buvant au frais, le coeur à la dérive De-ci, de-là sur tes deux rives Au bout de ce trottoir où la solitude m'entraîne Sur ce corridor à ciel ouvert: .. A Paris, j'ai découvert Présence' africaine et les oeuvres des poètes de mon continent. Césaire ... ses premiers poè- DROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968. Celle du balayeur noir, par exemple, plongé dans cette société si loin de la sienne. Ce personnage m'a été fourni en partie par une histoire que m'ont raconté les éboueurs. Porte d'Orléans. mes m'ont beaucoup marqué, les numéros de L'Etudiant noir. Mais je n'ai pas rencontré de jeunes poètes africains. Je continuais à écrire tout seul. Je me considère comme un poète • engagé ". Je crois que l'Europe est l'endroit où l'Africain doit faire valoir particulièrement ses droits. Quand j'écris je m'adresse autant à un lecteur d'Afrique qu'à un lecteur occidental. A celui-ci je veux dire que j'existe avec mes valeurs propres, que la valeur d'un homme n'a ,rien à voir avec la couleur de sa peau, je veux lui parler aussi de mes traditions qu'il ignore .. Je voudrais créer le dialogue. De dignité J'al une nostalgie ardente A travers le monde comme mes ancêtres Je ne suis aliné q.,. d'apparence. Je dors peu et n'al droit à aUCUrni!' trêve. Pourtant mon coeur point ne s'arrête. Dans ce monde en déclin Mon coeur point ne dévie· Par la grâce de ma peau d'ébène Serais-je ivre de mon caprice Q'uand l'aurore en moi creuse son nid. J'ai peu de temps pour écrire. Je suis très occupé. En effet, je suis devenu animateur à l'association pour la formation des travailleurs africains et malgaches. C'est un travail qui me prend beaucoup. Il y a tant à faire pour les travailleurs africains isèlés en Europe. J'écris le soir, la nuit, sur un coin de table. Pour l'Instant, la poésie seule me passionne. Elle me suffit. Plus tard peut-être j'écrirais des romans, des pièces 'de théâtre. Quelqu'un m'a beaucoup aidé. C'est Jean Schmidt. J'apparais dans son film « L'Afrique des banlieues ... C'est mol qui dit le poème à la fin. Jean Schmidt, c'est vraiment un gars épatant. il a lu mes poèmes. il m'en a par;lé. il m'a prêté un livre de Cendrars. J'al beaucoup aimé. il a parlé de moi à la télévision allemande qui a mis un poème en images. .... 29 1 t ~ un avait dit à un balayeur noir: « Tu vas balayer cette rue jusqu'au bout. » Il commença à balayer, donc; et le soir, il avait disparu. On le retrouva trois jours plus tard à l'autre bout de Paris, Porte de Pantin. Dans la pièce, le soleil noir tente de répondre par la fantaisie à ce dilemme qu'il subit, mais qui n'est pas vraiment le sien. Mais cette apparente fantaisie retombe dans tous les mythes qui imprègnent notre société; elle est ellemême conditionnée. . Il y a aussi un travailleur algérien; un Kabyle. Lui ne peut pas s'imaginer en soleil; il s'imagine seulement en coq. C'est un refus de se prononcer, car ce personnage ressemble un peu à un personnage de Brecht : quel que soit le sens où il se prononce, c'est lui qui « trinque ». Alors il se contente d'être un coq qui chante au matin, c'est-à-dire un succédané de soleil. Au bout d'un moment, ces treize personnages se disent que c'est un vrai casse-tête, d'être soleil ; ils décident donc de redevenir des hommes ; mais des hommes au sens où l'on dit : « c'est humain » aux lâchetés ou aux trahisons. Mais la solution n'est pas là ; en fin de compte, les personnages veulent redevenir soleil, c'est-à-dire plus que des hommes. Guy Rétoré : Ce sur quoi il faut insister, je crois, c'est la façon dont Gatti a élaboré sa pièce. Le TEP est devenu une réalité, dans l'est parisien, je dirais .une institution : il a ses habitués, ses fidèles. Gatti a réuni ici vingt-cinq de ces fidèles, et les a fait discuter autour d'un magnétophone. Ils représentaient un éventail aussi large que possible ; il y avait là un prêtre et deux religieuses, des militants ouvriers, des étudiants, une ménagère, des travailleurs divers... Ils ont discuté, au cours de plusieurs séances, de multiples choses, et c'est de leurs propos que Gatti a tiré la substance de son oeuvre. Il ne s'agit pas d'un procès-verbal d'ailleurs, et ceux qui ont participé à ces réunions préparatoires, lorsqu'ils ont lu la pièce, n'ont pas rctrouvé leurs propos; cela les a étonnée, voire déçus

c'est que ces réunions, c'était la

matière première sur laquelle Gatti a travaillé pour un texte très personnel. A. G. : C'est un travail collectif que nous faisons là. Nous sommes quatre à travailler ensemble de façon très étroite: nous deux, plus Diégo Masson pour la musique et Hubert Monloup pour les décors; rien n'est arrêté ; nous progressons dans une remise en cause continuelle. (Propos recueillis par Pierre Lasnier) 30 Jules Roy: RENDRE JUSTICE A L'ALOERIE J AMAIS encore un romancier n'avait tenté de raconter la longue et dramatique histoire des Européens d'Algérie devenus au cours des décennies les «Français d'Algérie» ou les «Pieds-Noirs ». Cette vaste fresque, Jules Roy, qui fut - et qui reste - profondém~nt enraciné dans la terre d'Algérie, a entrepris de la brosser. Le premier tome de ses « Chevaux du soleil» vient d'être publié (1). Huit autres suivront. L'oeuvre commence en 1830, elle s'achèvera en 1962. Sans doute comprendra-t-on à la lire que l'Histoire, souvent cruelle, n'est pas simple. Ancien officier (il quitta l'Armée parce que la politique française au Vietnam lui paraissait aberrante), Jules Roy n'est aujourd'hui à l'aise que devant sa table de travail. S'il passe quelques semaines à Paris, c'est pour répondre, à son corps défendant, aux mille sollicitations qui suivent la sortie d'un livre. Dans le bureau où il nous a reçu., une aquarelle faite à partir d'une gravure ancienne - l'Alger d'avant la conquête - rappelle quelle est sa préoccupation présente. Il y a certes eu des documents de guerre - La question d'Henri Alleg, La guerre d'Algérie, de Jules Roy - écrits par des Européens. Mais n'est-il pas étonnant qu'en plus d'un 'siècle, aucun romancier n'ait évoqué la situation des Européens par rapport à la communauté algérienne ? Ceci, explique Jules Roy, est d1i à l'impossibilité dans laquelle se trouvaient les écrivains français - je ne parle évidemment pas des écrivains algériens de langue française - de parler des Algériens comme de vrais personnages. Dans ce premier tome qui vient d'être pubUé je n'en parle d'ailleurs pas. Dans le second, ils ne feront qu'apparaître, encore comme des ombres, sur la montagne, assez loin des honimes qui s'approchent. Dans le troisième, où il s'agira de l'insurrection de Kabylie, je ne sais pas encore quelle part ils auront. Dans le quatrième ou le cinquième, ils apparaîtront comme de véritables personnages, ils entreront dans le roman, ils en feront partie intégrante. Car il y a un jeune ~tud.lant en Droit musulman à la Médersa d'Alger qui s'est marié avec l'une de mes cousines gennaines; Il est donc entré dans la, famille. Ça, Je le raconterai probablement parce que ce mariage a provoqué un drame dans la famille : il n'y a pas beaucoup de famllles de "Pieds-Noirs. où cela s'est passé, peut-être une dizaine, je n'en suis même pas sûr. Ce n'est pas M. de Montherlant qui s'est intéressé aux Algériens, vous savez , ni Louis Bertrand ou Louis Lecoq ou Robert Randau (2). Un écrivain a une importance considérable: Jean Pélegri. " Le Mahboui • est la première oeuvre consacrée par un écrivain fran.çais à un musuiman, à l'Homme arabe. C'est en effet la première fois que l'Homme arabe est décrit dans ses profondeurs, dans sa vérité. "Le Mahboul » ' tient le milieu entre le poème extraordinaire, le monologue, la réflexibn intérieure et le roman. Ça n'est pas un roman comme celui que je veux écrire_ C'est une oeuvre considérable qui se prolonge avec les "Monuments du déluge », avec \Ule pièce qu'il vient d'écrire, "Sllmane'». Le "Mahboul lO, c'est le cycle de l'Homme arabe. Encore une fois, un Français n'était Jamais descendu aussi profondément dans l'âme algérienne, dans l'âme arabe. Moi, je n'en suis pas là : nous allons aborder l'Algérie, comme des conquérants. Ce n'est que peu à peu que le conquérant sera conquis sans qu'il s'en doute, puis en opposition, puis expulsé ». En 1945 à Sétif Pourquoi avoir entrepris de brosser cette fresque ? ,,'Pour moi, dit Jules Roy, c'est Dieu qui me l'a ordonné. Il m'a dit : «Tu vas faire ce livre ». J'ai dit : "J'en suis indigne lt. "Tu vas le (aire ». «Je ne pourrai pas lt_ " Tu vas le faire lt. Obéissant, j'ai commencé à le faire. Maintenant, je sais que j'irai jusqu'au bout. Si Dieu me donne la santé et la force physique. Je suls croyant, vous savez. Ça peut paraître ridicule, mais c'est comme ça. Plus j'avance - je ne dis pas "en âge» parce qu'avancer en âge cela veut dire être un peu gâteux, perdre de ses forces, plus j'avance dans le temps, plus je suis croyant. La croyance m'aide a supporter les épreuves aussi •• Quand on parle du passé de l'Algérie, deux dates reviennent souvent : 8 mai 1945, 1" novembre 1954 .. C'est à ·LU - vu - ENTENDU • Une mine de fer, vieille de 30 000 ans, vient d'être découverte à Ngwengya, au Swaziland (Afrique australe). Vingt-trois mille outils y ont été découverts, ce qui atteste l'importance de sa production. venu l' « affaire de la Cinémathèque » est loin d'être réglé. Chacun connaît le véritable coup de force qui a permis d'installer Pierre Barbin sur le siège d'Henri Langlois, directeur et père de la Cinémathèque. militants antiracistes. Ces fiches contiennent des textes scientifiques et théoriques ( Aspects biologiques de la question raciale ,.; l' « origine des préjugés ", etc.), les textes antiracistes internationaux (la Convention internationale sur l'élimination de la discrimination raciale; le texte instituant le 21 mars journée internationale antiraciste ... ), des projels de cours, d'exposés et de causeries (plans de cours, etc.), des informations (oc Voici l'apartheid ,,; « Les enfants étrangers réussissent-ils à l'école beige? ", etc.). • Le prix Maurice Vanlkoff, créé par l'Union des Enga-· gés Volontaires et Anciens Combattants juifs, a été décerné le 20 février à David Diamant pour son livre « Avec armes et sans armes ». « L'orchestre rouge », de Gilles Perrault, a été déclaré hors-concours, et s'est vu attribuer une mention exceptionnelle. Le jury est présidé par Jacques Madaule. Chacun connaît aU!ssi les réactions d'un très grand nombre de cinéastes qui interdisent la projection de leurs films jusqu'au rétablissement de Langlois dans ses fonctions, sans parler des comédiens, des cntiques, des personnalités diverses ... Cette découverte est d'une importance extrême. La mine date du plein âge de pierre, bien avant le début de l'époque où l'on faisait commencer les âges du métal (5000 ans avant notre ère). Elle est un indice de plus à l'actif de l'hypothèse scientifique qui fait commencer sur le continent africain les temps historiques. • A l'heure où nous mettons sous presse, ce qui est de- • Le M.R.A.X. (Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie) édite à Bruxelles U!D ensemble de fiches à l'usage des Cet ensemble de fiches peut être commandé au Secrétariat du M.R.A.x., 411 , avenue Rogier, Bruxelles 3. • « La manifestation ", d'Eric Westphal, vient d'ob· tenir le PrIx Paul ValllantCouturier. Ce roman, ou plutôt ce récit, narre la naissance et l'explosion d'une émeute raciale aux EtatsUnis (Editions Gallimard . 10 F). cette dernière date qu'éclata ·l'insurrection nationale algérienne. «Le début de l'insurrection ne m'a pas surpris parce qu'au retour de la guerre, en 1945, j'étais allé à Sétif pour retrouver ma famille et mes enfants_ Je suis arrivé à la fin de la tépression (3). J'ai reçu un grand choc quand je me suis aperçu que nous avions fait cette guerre-là, que les ALgériens avaient fait cette guerre con.tre le nazisme, contre l'Allemagne, pour arriver à une pareille répression. J'ai fini par apprendre qu'il y avait eu 45.000 morts... Quand l'insurrection a éclaté, en 1954, je n'ai pas été étonné. Elle devait venir, c'était fatal.». Beaucoup pensent que l'O.A.S. est le responsable principal de l'exode massif et précipité des Européens d'Algérie. Comme revivant leur drame, Jules Roy dit trois fois : «Je le crois aussi », précisant : « C'est la dernière année qui a été tragique et qul a vraiment tout cassé ». Jules Roy est allé plusieurs fois en Algérie depuis la proclamation de l'indépendance

«J'y ai trouvé une mentalité très chaleureuse, très chaude - sauf exception, très amicale. Il n'empêche que cette amitié s'adressait en quelque sorte à des absents, à des gens qui avaient Cl foutu le camp lO, à un souvenir, mais ce souvenir était très chaleureux. J'ai rencontré en général des gens très bons, très amicaux, très fraternels comme on peut l'être en Algérie. Pour moi, bien s1ir, les sentiments que j'éprouve pour les Algériens ne changent pas, mais ils sont toujours partagés en ce serts qu'ils ne s'adressent qu'à Cl la moitié» : les autres étaient partis, les gens de ma propre communauté n'étaient plus là, il n'y avait plus que des cimetières en quelque sorte. Moi, cette situation me met en porteà- faux. Mais chez les Algériens, aucune rancoeur, aucune rancune, rien ». Peu à peu, les Européens d'Algérie se sont intégrés dans la société fran- DROIT ET LIBERTE - N° 271 - MARS 1968. çaise. Par ailleurs, plusieurs centaines de milliers d'Algériens sont immigrés en France. Jules Roy n'éprouve-t-il pas quelque attirance pour les uns et les autres? « Non, je suis très solitaire. Je vis, si on veut, en reUgion. je suis presque dans un couvent. Mon travail m'oblige à une très grande discipline, à une très gran. de régularité. La meilieure chose que je puisse faire, c'est de travailler pour que, chaque année, sorte un livre . «Pour ce qui concerne l'Algérie, elle est plus proche de moi quand je suis à ma table de travail et quand je me resouviens des choses que j'ai éprouvées, mais aussi de celles que mes ancêtres ont éprouvées, que si je me mettais à discuter avec des amis d'un peu partout ». Jules Roya donc voulu conter l'histoire des Européens d'Algérie, mais cette oeuvre sera-t-elle « reçue» par les Algériens? «Pour l'instant, je n'en sais rien. Mais en ce qui concerne l'avenir, j'en suis absolument s1ir. Ce que j'écris ne sera vraiment compris que lorsque j'aurai achevé le cycle, quand j'aurai écrit 4_000 ou 4.500 pages. A ce m~ ment-là, l'oeuvre apparaîtra dans toute sa vérité. Je suls sûr, en tout cas, que dans vingt ans, elle sera considérée comme importante en Algérie même. Dès le troisième tome, je pense, le chemin sera vu par les Algériens. Au neuvième, en tout cas, ils s'apercevront que c'est celle qu'on pouvait attendre pour 'que justice leur soit rendue, pour que non seulement leur patrie soit célébrée mais une patrie_ Moi, lorsque j'aurai tenniné, j'aurai enfin ma patrie. Je peux très bien être incompris et même repoussé un certain temps. _ ,,_ Homme d'action, Jules Roy est de ceux qui répugnent à discourir. Que ce qu'il nous a dit des Algériens soit parsemé des mots « amitié» et « fraternité » est tout-de-même assez significatif. Jea~Pierre SAlO. (1) Editions Grasset, 22 F. (2) Ecrivains « algérianistes ». (3) Une vaste répression suivit des manifes· tations nationalistes. / PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance C~oix UNIOUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6") RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) (10") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d 'Eau). Magasins ouverts tous les lundis --------- JI

i

32 Deux livres de Paul Silva-Coronel Le racisme est au coeur des deux premiers romans de Paul Silva-Corone .. Lc p remier, Comme une graine patienc e, a pour cadre l'Afrique, pour héros un couple de jeunes bourgeois libéraux - Régine et Stéphane et un « meneur " noir, Kallmbo. ' L'ouvrage n'est pas sans rappeler l'Etat Sauvage, de Georges Conchon ; mais il est radicalement différent. Alors que dans l'Etat Sauvage, les personnages étaient pris dans un maëlstrom de cruauté raciale, de bêtise furieuse et d'impuissance qui les rejetait, rompus, Comme une graine patiente est, tout au contraire, l'histoire de la lente prise de conscience de héros que tout un système poussai t à s'affronter et à se déchirer (Editions Francis Lemar que, 320 pages, 12 F.) Le second, Naissance de Ludwig Kleinst (Editeurs Français Réunis, 240 pages., 15,45 F. ) raconte· la dramatique rencontre, 18 ans après, d'un juif dont la femme et enfants, morts affreusement sous les expériences d'un « médecin maudn ",' et de ce médecin, 'maintenant réfugié en J\mérique ' lati. ne. Le récit s'y mêle de lettres qu'échangent l'ancien bourreau et son poursuivant. Plusieurs livres ont été écrits sur ce thème. Aucun n'avait la force de celui-ci. Un million de juifS à sauver Après Varsovie, Eichmann et ses ser\' ices avaient prévu, dans leur stricte planification criminelle, l'extermination des juifs hongrois et la liquidation du ghetto de Budapest. C'était compter sans la Waada, le Comité hongrois pour le Salut des juifs, qui s 'était constitué dans la cJaI?destinité. l;a W~ada, lorsque les naZIS commencerent a comprendre que la partie était perdue, et qu'ils intensifièrent à la fois le travail épuisant des kommandos de déportés et le massacre industriel, prit contact avec Himmler et proposa l'échange de centaines de milliers de vies contre des camions et des devises fortes. Des tractations eurent lieu, d'autant plus délicates que la Waada ne possédait ni camions ni ar~ent , mais, écrit André Biss, « un mmuscule acompte devrait suffire à sauver la vie de tout un peuple car l'appât de ce gain colossal reti~ndra n.os adversaires jusqu'à leur capitulatIOn. " André ,Biss, l'auteur de Un million de juifs à sauver, fut l'un des dirigeants de la Waada. Ses étranges mémoires se lisent comme un roman. (Grasset, 400 pages, 21 F.) Pierre LASNIER Marx Ernst et "Big Brother fi « Big Brother », c'est, dans le célèbre roman d'anticipation de George Orwell, « 1984», le prototype du dictateur fascis te dont .Ies effigies, obligatoires par décret, dans les rues, les lieux publics, les couloirs d'immeubles et même les appartements, semblent suivre des yeux le commun des mortels jusque dans son lit, jusque sous sa ·douche. Max Ernst a nommé Big Brother l'u ne des sculptures qu'il expose actuellement à la galerie Alexandre 10- las , boulevard Saint-Germain à Paris. Les deux autres ont nom Séraphin le le néophyte et Séraphin-Chérubin ; à elles trois, elles fo rment un ensemble au titre inquiétant : « Corps enseignant pour une école de tueurs.» Ce sont moins des sculptures que des monuments : deux mètres ' de haut, deux tonnes chacune. Alors que les anciennes oeuvres sculptées de Max Ernst avaient souvent l'air énigmatique et serein des sculptures africaines ou océaniennes, ces nouvelles sont brutales et menaçantes: « Je n'ai pas pu faire autrement, dit leur auteur, elles m'ont été inspirées pllr la première page des journaux." L'ancien surréaliste quit te ses mondes intérieurs pour le monde extérieur, quotidien, pesant de' tous ses drames. Les oeuvres qu'il en tire sont lourdes d'angoisse. Antoine MENOUX la poésie Du jeu à la vie André Marisse!' nous émeut sur la mort-sacrifice du docteur-poète Bertherat, victime d'un aliéné. Parmi les vingt pages qu'en hommage lui consacre Esprit, certains beaux vers de R. Marteau rencontrent ce langage mathématique qu'illustre l'E de Jacques Roubaud en ses parties admirables. Et certes, la science ouvre, immense, luxuriant, un espace à l'image où la poesIe épique retrouve une vertu. « Le haut-verbe" dit Claude Roy (l). Cer tes , mais pourquoi faut-il que les meilleurs concèdent au divertissement de salon? Le jeu n'atteint la connaissance qu'en valeur d'humanité. C'est pourquoi ici, sans ignorer que la forme est pour l'oeuvre, mère d'immortalité, mais témoin d'une renaissance provinciale et de la haute poésie dont les jeunes peuples sèment leurs champs, nous faisons la plus large part à la poésie vivante de la vie de l'homme. Henri Ambert exprime dans Heureux qui comme Ulysse (2) nos révoltes : ... On les emmène comme on emmenait [les nôtres ces BICOIS, ces Norafs, ces Crouillas, ces youpins et ces métèques, Aux « chemins de croix de la guerre » fond « le matériel humain» et Youra est « l'île du diable » mais la confiance renaît Là où le verbe aimer se conjugue. Militante au grand coeur. M. M. Carbet le précise dans Suppliques et chansons (3) : Nul ne m'est étranger si bien que j'ai frère en wut homme. Je vous arrêterai sur cette définition de Michel Cosem en Encres vives (4) . La poésie est « une nécessité profonde, humaine, historique de l'homme... Son engagement est tout entier dans l'acte d'écrire ». (1) Le Monde. (2) Oswald. (3) Cerf-Volant (4) Bram. Jean CUSSAT-BLANC cinéma Terre en transes de Glauber Rocha Au Brésil, terre de dictature militaire, un film sur les dictatures réalisé par Glauber Rocha, une des' têtes de file du « cinéma novo " brésilien, auteur de Le Dieu noir et le Diable blond : sur le plan politique, le film montre l'impossibilité de lancer une action révolutionnaire véritable au terme d'une lutte individuelle. Mais 'le lyrisme de Rocha, en même temps qu'il critique ce romantisme r évolutionnaire tellement en faveur auprès de çertains, en montre aussi les aspects exaltanl ~ , « Terre en transes », c'est aussi du cinéma neuf, qui utilise une syntaxe r~novée : .dégagée de, la gangue du réCIt traditIOnnel. Et c est ce qui en fait l'efficacité terrible. Je suis curieuse de Vilgot Sjoman Il est difficile de prendre tout-à-fait au sérieux cette Lena, héroïne du film de Vilgot Sjoman ... Elle est curieuse en effet, curieuse de tout et se livr~ à tou~es les .expériences pôssibles,. que ce SOlt au mveau des aventures amour. euses, décrites avec une singulière l~berté qe. ton, ou des prises de po sitlOn pohtlques ... Lena est non-violente : à ce titre elle est pour la désertion, contre la g~erre du Vietnam, ce qui ne l'empêche pas de mépriser son brave ouvrier de père parce qu'il aurait quitté trop tôt les rangs républicains lors de la guerre d'Espagne. Au passage, apparaissent dans le film le poète soviétique Evtouchenko et le pasteur Martin Luther King. Lena tire à boulets rouges sur la bo~ne conscience de - la société suédOIse contemporaine, et de la nôtre p~r la même occasion. Ses solutions n en sont peut-être pas, mais son bruit CI sa fureur nous concernent aussi... Raymond PRADINES DROIT ET LIBERTE - No 271 ' - MARS 1968, [J Il,. • • " . .. ... " la tèlévision Directe et frondeuse « Zoom » est une des émissions magazines qui ont contribué depuis un an à relancer la 2 chaîne. Chaque dernier jeudi du mois, André Harris et Alain de Sedouy y présentent des problèmes actuels : nous avons en mémoire ces portraits de Benoît Frachon, Qrésident de la C.G.T. et de Sylvain Floirat, grand capitaliste, ou cette récente émission sur la sexualité. Toute leur production - comme l'excellente série « 16 millions de jeunes» également - bénéficie d 'un style original qui leur vaut un grand public. Comment définir ce style? D'abord Harris et Sedouy ne croient pas à la télé « en conserve ". Ils ne font pas appel aux archives. Ce qu'ils présentent est généralement une « marchandise fraîche ». Sur le choix des sujets il en va différemment. Ils affirment volontiers ne « pas être en~agés » mais ils ne sont pas quand meme « neutres ». Ils ont simplement une façon à eux de s'exprimer qui n'exclut pas l'indignation ou la dénonciation. Une façon assez bien illustrée par ces propos d 'André Harris: « Pour certains problèmes d'une actualité aigüe, sujets à polémique, vous aurez remarqué comme nous que la Télévision Française a pour habitude - surtout au niveau des informations - de présenter la situation à l'étranger plutôt qu'en France : on parlera du racisme à Manchester mais pas du racisme à Nanterre. (1) « Cela peut être une méthode intéressante, qui fait prendre conscience de nos propres problèmes et de notre comportement, par le détour du dépaysement. Après tout, Corneille ou Racine choisîssaient leurs sujets dans l'Antii[ rii té ou en Espagne, et non à la Ceur- de Versailles. Reste à savoir si le - public suit et s'il fait son examen de corrscience au lieu de se dire : « ••• grâce à Dieu ces choses-là seraient impossibles chez nous.» Reste à savoir... effectivement s'il ne serait pas préférable d 'apprendre à certains téléspectateur s à se regarder en face, même au risque de déplaire. On touche alors à la hberté d'expression du journaliste à la télévision André Harris ne cache pas qu'il est tenu de s'imposer une sorte d'auto-censure. Mais ce qui nous plaît dans le travail d'André Harris et Alain de Sedouy c'est sans doute en fin de compte' leur refus d'accepter les lois du con~ formisme·, leur volonté d'évoquer malgré tout des sujets réputés tabous leur démarche de «frondeurs ». ' Jean COMTE (1) Selon nous (Jean COMTE) , Il existe en France bien d'autres lieux Que Nanterre où sévit le racisme. les disques Chansons pour vivre Claude Vinci est en train de faire à Paris une rentrée éblouissante.· Claude Vinci est de ces artistes que ~es am.ateurs connaissent et apprécient a sa Juste valeur. Il a. contre lui d'avoir de la voix du goût, un tempérament une vié pri~ée sans histoire, une' simplicité ~~ale, un manque qe sophistication qui 1 ecarte des rubnques commerciales des journaux à sensation et une fidélité à son style qui l'a fait souvent passer à côté de la gloire parce qu'il n 'avait pas l'échine assez souple ou l'arrivisme assez exigeant: La sélection de son répertoire fait déceler l'exigeance qu'il porte à la qualité ; ses arrangements - ils sont de Michel Villars - fleurent l'harmonie et la poésie, la prise de son est stricte, dans la juste mesure ' sa publicité est discrète, son maquettiste ne l'enjolive pas sur ses pochettes ... Qu'il chante Holmè,s, Fanon, Bérimont ou Montéhus, -Claude Vinci apporte le même sérieux, la même conviction. L'humour n 'est pas non plus exclu de son microsillon « Chansons pour vivre " chez Chant du Monde (LDXS 4330). Les jeunes surtout se sentent solidaires de ses préoccupations, concernés par ses problèmes : Le déserteur (B. Vian), La petite Juive (Fanon), Les enfants d'Auschwitz (Lafforgue) Près d'Amoucha (G. Gérard). ' Alors pourquoi le succès s'est-il fait attendre? Pourquoi les grandes scènes boudent-elles Claude Vinci? ' Pourquoi les Radios sont-elles si économes de sa voix ? Sa~ s ,doute par,ce que le grand pubhc n est pas pret encore à recevoir · ce pr~ sent qu:est un grand artiste tout SImple qUl chante ce qu'il aimé comme il l'aime, quand il l'aime. ' Les dernières expériences des Maisons de la Culture aideront sans nul d~ute à , l'é ma~cipation de ce genre d mterprete qUl ne peut pas vivre sans la compréhension du publiC' sans sa complIcité. . Bernard SANNIER·SALABERT 33 34 LA DEUXIEME JOURNEE INTERNATIONALE La 2' Journée internationale pour l'éli· mination de la discrimination raciale, ins· tituée par l'O.N.U ., sera marquée par ?e multipies initiatives, le 21 mars; maiS, en fait, c'est pendant tout le mois que se dérouleront, à travers la France, les manifestations qui s'y rattachent. Nous ne faisons qu'en citer, ci·dessous, quelques·unes; il est certain que beau· coup d'autres, qui ne sont pas ,encor~ portées à notre connaillsance, s organl' seront dans les prochaines semaines. Et puis, l'élan étant donné, il est à prévoir que le 21 mars se prolongera ... en avril. QUELQUES MANIFESTATIONS DE MARS Centralement, le M.R.A.P. a réalisé un dépliant qui contient de très nombreuses suggestions pour la célébration de la Journée internationale : enseignants et éducateurs, dirigeants d'associations, mu· nicipalités, journalistes, commerçants 'et, d'une façon générale, tous ceux qui en· tendent prendre part à faction antiracis· te, y puiseront des idées multiples et fécondes. A leur disposition, le M.R.A,P. met toute la documentation qu'ils peu· vent souhaiter : livres, films, photos, schémas d'exposés, brochures, journaux; il propose aussi des conférenciers, des animateurs de débats; i·1 a enfin édité des timbres , en petit et grand format, avec un motif antiraciste, dont la diffu· sion doit permettre de couvrir, locale· ment et nationalement, les frais inhé· rents à la Journée internationale. Vendredi 1er. - Grand débat sur le racisme, organisé par le Centre c;u!· turel de Dunkerque, avec la partiCI' pation de Pierre Paraf, président du M.R.A.P., de l'abbé Gérard Le.man, vice· recteur des Facultés Catholiques de Lille, du professeur S . . Agblem~· gnon, et du journaliste Jean·Francls Held. Dimanche 3. - Assemblée organisée à 9 h 45, par le Comité .du M.R.A.P . . du 9' à Paris au « Studio 43 ». ProJec· tion des' films « Description d'un combat », de Chris Marker et «I?er· rière la fenêtre », de Jean Schmidt. Débat animé par Charles Palant, se· crétaire général du M.R.A.P. Mercredi 6 .- Soirée· débat sur le « problème noir » aux Etats·Unis, à la Maison des Jeunes et de la Cultu· re d'Epernay. Projection du film « Harlem Story ». Exposé de G.A. Astre, professeur à la Faculté des Lettres de Nanterre. • Colloque sur la renaissance du nazisme, organisé à Paris, par le Co· mité des 14 et 15 arrondissements de la Ligue des Droits de l'Homme, ave~ la participation de Guy Desson, députe, Charles Palant ,(M.R.A.P.), Blanche AI· bert (Union Démocratique Féminine), Pierre Loiseau (Mouvement de la Paix), Pierre Durand _et Gérard San do· ze, journalistes. Jeudi 7. - Réunion d'informati~n à l'intention des Sociétés mutualistes de juives, dans les Salons de,I:Hôtel Moderne, à Paris, sous la presl~e.nce de Pierre Paraf, avec la participa· tion de Charles Palant. Vendredi 8. - A Bondy, présentatio~ du film « L'enclos », d'Armand, Gatti, par la Fédération des Déportes. Dimanche 17. - Journée Nationale contre le racism'e organisée à Bruxel· les par le M.R.A;X. . (~~u.vement contre le Racisme, 1 Antisemitisme ~t la Xénophobie). Les thèm.es ~Ul' vants seront débattus.: la sltu~t.iOn des immigrés en Belgique ; ratlflca· tion par la Belgique de la C0J:.1ve~· tion internationale contre la, dlscr!· mination raciale ; adoptiOn d une le· gislation antiraciste; 1968, année des Droits de l'Homme. Lu~di 18. - Ouverture à CfJ.ampif?ny, d'une exposition sur' le racls~e, a, la Mairie, qui se prolongera Jusqu au 23 . Mercredi 20. - Au ciné·club de Verno!,! (Eure), projection du film « Les tr!· pes au soleil» de C.B. Aubert, SUI' vie d'un débat. Exposition sur le ra· cisme. Jeudi 21. - A Paris, soirée à la Sor· bonne (voir page ' 3). A Paris" 'Ie -M.R.A.P. organise deux grandes assemblées : le 21 mars à la Sorbonne, et le 24 mars à la Bourse du Travail, cette dernière consacrée aux problèmes des travailleurs immigrés. E'lIes sont présentées en page 3. D'autre part, ·Ie M.R.A.P. s'est adressé au ministre de l'Education nationale, pour obtenir que des instructions soient don· nées en vue de la célébration de la Jour· née internationale dans les établisse· ments scolaires ; au ministre, de l'Infor· mation, pour suggérer des é~issiol1S sur le racisme à l'O.R.T.F.; enfin, au Garde des Sceaux, pour demander la prise en considération , des propo~ltions de lois antiracistes déposées à 1 Assemblée na· tionale .par pluSieurs groupes de députés. Signalons enfin que, le 21 mars,. sera attribué le Prix de la Fraternité, destiné à couronner l'oeuvre littéraire, artistique ou scientifique qui a le mieux contribué au cours de l'année à défendre l'idéal antl· raciste. . 11 dépend maintenant de tous nos co· mités de tous nos militants et amis, que ,la Jo~rnée internationale suscite en 1968, plus encore qu'en 1967, une large mobili· sation de l'op-inion publique. La lutte con· tre toutes lës formes de racisme s'en trouvera considérablement renforcée . ce Que vous pouvez faire ... POUR CE 21 MARS Le dépliant édité par le M.RAP. (ci·dessus) peut êtr·e demandé au siège du Mouvement, 30, rue des Jeûneurs, Paris·2' (GUT 09·57), ainsi que les timbres (cl·dessous) : ceux de petit format sont à diffu. s·er à 1 F pièce; ceux de grand format, à 10 F. [Remise de 50 % pour les comités et associations.] t ............................. t "TOUTE L'AFRIQUE" Au Théâtre des Amandiers de Nanterre • Le Théâtre des Amandiers organise, au cinéma de la Boule, à Nanterre, une se· maine de cinéma consacrée à l'Afrique, qui aura lieu du 21 mars au 30 mars. l'Afrique noire, 2 séances pour le Maghreb, 1 séance pour l'Egypte, 1 séance sur la lutte armée en Afrique. Les projections seront sui. vies de débats avec les réa. lisateurs, des journalistes et des personnalités. La séance d'ouverture con· sacrée à l'Afrique du Sud est patronnée par le Comité anti·apartheid et . par le M.R.A.P. Pour tous renseignements, s'adresser au Secrétariat du Théâtre, 2, boulevard Hono. ré·de·Balzac, 92· Nanterre. BOL 37·13. Chaque soir un program. me différent : 3 séances pour LES ACTIVITES DES COMITES A Tours Le comité de Tours nous fait part ainsi des activités qu'il a eues depll'is la soirée du 19 décembre à laquelle avait participé Alain Gaussel, secrétaire national : « Le 11 janvier, rencontre avec deux membres du Bureau de la F.E.A.N.F. (Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France). Ce groupe, qui entretenait déjà l'an dernier de bons rapports avec le comité du M.R.A.P., avait exprimé le désir de poursuivre les relations et d'éta. blir un contact entre son noU'veau bureau et le nôtre ( ... ). Ambiance sympathique, bonne soirée pour tous. « Le 26 janvier, nous pàrtagions une galette... 20 personnes au total, et seule. ment 10 Français, parmi lesquels deux épouses, l'une d'un Africain, l'autre d'un Indien, et une jeune fille qu'accompa. gnait un ·Libanais. « Les 6, 8 et 11 février, profitant du passage du film « Pleure ô mon pays bien aimé » dans une salle de la ville, nous avons distribué des tracts (tirés à la polycopie, faute de moyen plus chic) et fait une petite intervention à l'entracte pour exposer les buts et les moyens d'action du M.R.A.P. ( ... ). « Un groupe de lycéens catholiques a demandé une information sur la situa. tion des étrangers à Tours. Contact pris avec un Libanais, nous attendons la ré. ponse d'un membre de la F.E.A.N.F. La soirée, sous forme de dîner·débat, aura lieu prochainement. « Une jeune femme est entrée en con. tact avec un organisme d'alphabétisation existant depuis plll'Sieurs années à Tours, et a donné sa première leçon à une jeune fille algérienne employée de maison. La mère de cette jeune femme est en · pour. parlers pour enseigner la couture a un groupe de femmes algériennes. Les deux personnes en question ne sont pas nom. mément adhérentes (j'espère qu'elles le deviendront), mais agissent dans le cadre du M.R.A.P. . « Dans tout cela, nous essayons surtout de « créer des liens JO. Nous tahlons sur Mm'Mm D'KO'Hru, , _ ~! ~ P mler Président Honoraire · de la ' Cour de Cassa. tlon); PRESIDENT: Pierre PARAF; SECRETAIRE GENERAL: Charles PALANT. BULLETIN D'ADHÉSION COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul AR'RIGHI, Georges AURIC, Claude AVELINE, Robert BALLANGER, Roger BASTIDE, Jean CASSOU, Almé CESAIRE, Diomède CATROUX. Charle, de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Docteur Jean DALSACE, Louis DAOUIN, Hu. bert DESCHAMPS, Henri DESOILE, Michel DROIT. Maurice DRUON, Pasteur André- DUMAS, Adolphe ESPIARD, Henri FAURE, Max·Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU, Charles·André JU. LIEN, Alfred KASTLER, Joseph KESSEL, Alain Le LEAP, Michel LEIRIS, Jeanne LEVY. André MAU. ROIS, Darius MilHAUD, Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU; Jean PAINLEVE, Jean PIERRE.BLOCH, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Emmanuel RO. BLES, Françoise ROSAY, Armand SALACROU, Jean. Paul SARTRE; Lau~nt SCHWARlZ, Jean SURET~ CANALE, JacquelinE! THOME·PATENOTRE, Général Paul TUBERT, VEROORS, Dr WERTHEIMER. Robert ·ATT.ULY, Vincent AURIOL, Georges DUHA. MEL, Yves FARGES, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN. Jules ISAAC. Frédéric JOLlOT·CURIE, Jean LURÇAT. Amiral MUSELlER, Marc SANGNIER, André SPIRE. Cha· nolne Jean · VIOLLET. Approuvant le combat de « Droit et Liberté» et désireux de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, J'ADHERE AU M.R.A.P. Nom . . .. . . ... . . . ... . . . ... . ... .. . .. . . Prénom .. .. . . . . .... ...... " .. . ..... . Profession . .. ... . .. . ... . .. . . .. . . . ... . . . . . ... ... . ..... . .. . Adresse . ... .... . . ... . . . . .... .. .. . . . .... . ...... . . ... . ... .. ... .. .... .. . Je vous envoie, à cet effet, la somme de .. ............. (1). Je souhaite (2) : • recevoir une documentation complète sur le M.R.A.P. • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. lU De 1 /1 10 F : Ami du M.R.A.P.: de 11 Il 50 F. : Souscripteur ; de 51 il 200 F: Donateur ; au·dessus de 200 F: Bienfaiteur. (2} Rayer les mentions Inutiles. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.) ....------- 30. rue de. Jeuneur. • Pari. (2") • Téléphone: 488-09-57 • C.C.P.: 14-825-85 Paris _______ .. DROIT ET LIBERTE - No 271 - IIiIARS 1968. 35 -+ l'amitié, les personnes qui veulent bien donner un peu de peine étant soucieuses d'être « pour » plutôt que « contre ». Positif dans ce domaine, le contact gardé avec un étudiant ivoirien qui vient de nouIS écrire. Vous avez d'ailleurs contact aussi avec lui, je crois... " A Agen Plus de 300 personnes ont assisté, le 19 janvier, à la conférence d'information organisée par le comité du M.R.A.P. d'Agen. Les deux tiers des participants étaient des jeunes, mais, dans l'ambiance chaleureuse de la salle Chaudordy, pleine à craquer, on applaudit longuement, au cours du débat, l'intervention d'un « ancien » qui, après avoir rappelé les horreurs passées du racisme, s'écria : « Seule la France peut apporter le M.R.A.P. que vous nous avez dit... ». Le comité, lui-même formé de jeunes, qu'anime Jean Cussat-Blanc, avait commencé par exposer les positions de notre Mouvement face aux problèmes actuels. Ses efforts sur le plan local, qu'il s 'agisse de lutte contre les préjugés raciaux, d'alphabétisation, de solidarité avec les travailleurs immigrés, ont recueilli l'adhésion entière de l'assistance. « Cette conférence, écrit « Le Petit Bleu de l'Agenais », a été concluante, et permet d'envisager avec optimisme la Journée internationale du 21 mars. " • A l'assemblée d'information sur le néo-nazisme, avec projection de « Mein Kampf' », organisée le 9 février, par le Comité de CRETEIL, une résolution a été adoptée, demandant à celui-ci : d'organiser, avec les résistants! les déportés et les part·is, un meeting Important sur ce même problème; d'intervenir auprès des autorités alIemandes pour qu'il soit mis fin à ' la propagande du N.P.D.; de développer les rapports amicaux avec les jeunes et les démocrates allemands. LE SOUVENIR DU DOCTEUR VROCLANS Il y a un an, disparaissait un dévoué ami du M.R.A.P., le docteur :Bernard Vroclans, emporté par une crise cardiaque à l'âge de 46 ans. Après une brillante carrière universitaire, le Dr B. Vroclans avait poursuivi sans relâche sa fOQllation SCIentifique en même temps que le dur travail lexlgé par son appartenance aUlX équipes de prélèvement des Centres de transfusion. Il concevait sa tâche d'une façon profondément humaine et sa compréhension., son dévouement suscitaient la gratitude de tous ses malades. Sa haute qualification lui avait valu d'accéder au poste de médecin-directeur du Centre hospitalier de transfusion de l'hôpital de Bicêtre. Bien qu'inachevée, son oeuvre à ce poste est considérée par ses pairs comme un modèle du genre. Ses travaux ont, à maintes reprises, donné lieu à des communications publiées dans « La gazette des hôpitaux », hautement appréciées par les spécialistes. En dépit de ses écrasantes activités professionnelles, Bernard Vroclans savait réserver du temps pour sa vie familiale, pour la musique et pour le jeu d'échecs: il avait participé brilIamment à de nombreux tournois internationaux. Que cet anniversaire douloureux soit l'occasion de redire à ses parents, à sa femme, à sa fille, combien nous partageons leur deuil et conservons intact dans nos coeurs le souvenir de ' notre grand ami. A. L. 36 SUR LE " 1 Il DE " MINUTE Il DANS son dernier numéro (janvier-février 1968), Le Droit de Vivre, organe de la L.I.C.A., publie, sous le titre « Les points sur les « i », un article consacré au M.R.A.P., article débordant de malveillance et cachant mal le dépit engendré dans certains milieux par l'action de notre Mouvement et l'ampleur toujours croissante de , son influence. Le style même de cette agression, qu'inspire le mac-carthysme de la belle époque, permet de prévoir qu'elle n 'atteindra pas le but recherché : détourner du M.R.A.P. ses adhérents et ses amis, du moins une partie d'entre eux, en invoquant l'épouvantail de ses « attaches» (celles-ci, il est vrai, seraient fixées, selon nos adversaires et selon le moment, en des points variables de l'horizon politique). Nous ne nous abaisserons pas à polémiquer sur de telles bases. Chacun sait, dans le M.R.A.P. et hors du M.R.A.P., que notre Mouvement unit, dans une mutuelle loyauté, des citoyens de toutes appartenances politiques, sociales, ethniques et confessionnelles; que ceux-ci coopèrent en toute liberté dans nos organismes dirigeants et nos comités; que nous combattons sans parti-pris et sans démagogie, avec la même détermination, toutes les manifestations de racisme et d'antisémitisme, quels qu'en soient les auteurs et où . qu'elles se produisent. Ce qui garantit le sérieux et l'efficacité d'une telle conception, c'est que le M.R.A.P. se garde en permanence de prises de position sur des problèmes qui se situeraient en-dehors de la plate-forme commune. Et c'est gravement sous-estimer la lucidité des membres du M.R.A.P., que d 'affirmer, comme le fait Le Droit de Vivre, qu'ils sont « manipulés au bénéfice d'une doctrine qui n'est pas la leur ». NOUS ne discuterons pas la conception toute différente que les dirigeants de la L.I.C.A. ont de leur rôle. Il suffit d'évoquer ce qui a été fait de valable en France contre le racisme, ne serait-ce que ces dernières années (manifestations contre le néo-nazisme, ripostes aux menées racistes et antisémites, défense des travailleurs immigrés, recherches en vue d'une paix juste et durable au Moyen-Orient, célébration de la Journée Internationale du 21 mars, action pédagogique contre les préjugés raciaux, législation antiraciste, attribution du Prix de la Fraternité, etc.) pour être à même de juger quelle est la part prise par le M.R.A.P. dans cette lutte nécessaire. Il est regrettable que l'organe de la L.I.C.A. éprouve le besoin ' (pour quelles justifications? pour obtenir quels ' soutiens?) de s'en prendre au M.R.A.P. plutôt que de consacrer son énergie au combat contre les racistes. ComII;1e on pouvait s'y attendre, ce sont ces derniers qui profitent d'une pareille attitude. Minute, trouvant là un style qui lui convient, s'est empressé (numéro du 1'e, février) de reproduire triomphalement le texte du Droit de Vivre. L'occasion et la caution étaient belles, l'image donnée du M.R.A.P. était tout à fait conforme aux . désirs et aux besoins de l'extrême-droite raciste: les rédacteurs de Minute auraient eu tort de ne pas s'en saisir pour attaquer notre Mouvement -qu'ils trouvent constammènt en face d'eux, dénonçant leurs campagnes de haine. S'ils savent reconnaître leurs adversaires, ils savent aussi utiliser toutes les armes' qui leur sont offertes. BEAU travail, en vérité! Bien des adhérents de la L.I.C.A. seront surpris de constater' que leur organisation fournit ainsi à une feuill~ raciste de la copie et des « arguments » contre des combattants antiracistes. D'aucuns trouveront cela scandaleux. Disons, simplement, que c'est pitoyable. En fait, bien que l'article paru dans Le Droit de Vivre soit signé : « Le Comité Central de la L.I.C.A. ", nous ne voulons pas considérer qu'il engage cette organisation toute entière; plusieurs membres dudit comité central nous ont d'ailleurs faft savoir qu'ils n'approuvaient pas de telles mé thodeS. Ils reconnaissent qué le M.R.A.P., pour sa part, a touJours évité de se livrer à des attaques susceptibles d'aggraver des divisions préjudiciables à l'action contre le racisme. Face aux déchaînements des racistes et par-delà les divergences sur les autres problèmes (que nous avons l'habitude, au M.R.A.P., de surmonter), c'est l'union de tous les antiracistes qui s'impose et qui finira bien par triompher. En dépit des diviseurs impénitents, que l'esprit partisan aveugle au point de les faire agir contre la cause qu'ils sont supposés défendre. D'autres gens Je viens de recevoir votre lettre me demandant de me réabonner. Je voudrais un peu discuter avec vous de votre revue. Chaque fois qu'un journal change de présentation, c'est mauvais signe. Votre revue a aussI changé. Elle est devenue plus belle mais aussi moins indépendante sans doute : la réclame tient trop de place. Non pas d'accord sur cela. « Droit et Liberté »: Quel beau titre! Mais ne trouvez-vous pas que votre revue renferme trop de relations de scènes de violences, de détails macabres dont le fond estompe un peu trop ce qu'il y a sous le titre : revue mensuelle contre le racisme l'antisémitisme et pour l~ paix. Alors qu'on a tellement besoin de cette paix, votre revue tend à prouver que cela est un terme utopique. Je crois que « Droit et Liberté » doit être repensé refondu, sauf peut-être l~ dossier du mois qui, à mes yeux, est la seule chose' posi~ ive. ~'humanité est peutetre faIte de monstres mais est faite également d'autres gens et c'est justement ce qui est positif dans l'humanité qui n'apparaît pas assez dans « Droit et Liberté ». Il va sans dire que ce point de vue est strictement personnel. Je vous envoie quand même le montant de mon réabonnement et' vous prie de croire à mes sentiments les meilleurs. François KLEIN, Strasbourg. DROIT ET LIBERTE - N0 271 - MARS 1968. N.D.L.R. - Il va sans dire que la rédaction de • Droit et Liberté· re';' Jrcle les lecteurs qui lui don· nent leur pOint de vue . Elle tient toujours le plus grand compte de leurs observations et critiques. Nous avons fort à faire pour dé· noncer le racisme et tous ceux qui excitent à la haine raciale. Mais nous nous efforçons de mettre de mieux en mieux en relief les actes positifs en faveur de ia compréhension et de la frater· nité humaine et tout ce qui contribue au progrès de l 'idéai que nous défendons . Ne pas ménager les susceptibiltés Je ne comprends pas pourquoi « Droit et Liberté », qui se veut organe du Mouvement contre le Racisme l'kntisémitisme et pour l~ Paix, a publié la lettre de M. Adolphe Banatzeano de Biarritz (n° 269) sans l'accompagner du moindre commentaire. Celui-ci explique en effet ses « raisons » d 'être raciste' Au moins les organes sio: ni stes de France se sont abstenus de rapporter les « raisons d'être ' sioniste » de M. Xavier Vallat, ancien

o~missaire aux questions

JUIves ... « Je ne peux plus voir les Arabes, écrit M. Banatzeano. Ils se plaignent d'avoir reçu du napalm, c'est une bombe atomique que j 'aurai voulu leur voir prendre et qu'il en soit détruit cent millions » ! Votre correspondant évoque longuement son passé· d'antifasciste et c'est peutêtre pourquoi vous avez respecté son « opinion' ». Mais l'évolution de M. Banatzeano montre bien pourtant qu'un tel passé. n'est pas forcément une preuve d'intelligence présente. Le « face-à-face » que vous avez publié (n° 270) place la questIOn du ' Moyen-Orient dans son véritable cadre un cadre politique et économique. ~e souhaite que votre voix SOIt entendue au-delà des frontières de la France et particulièrement dans ce Moyen-Orient plusieurs fois ensanglanté. Mahmoud KAID. Gennevilliers. Deux raisons Ci-joint mon adh~sion au M.R.A.P. Deux raisons à c:ela: la première, ne pas me contenter d'un soutien moral; la seconde, ma satisfaction de voir qu'au milieu du climat de folie haineuse menant le monde, les hommes que j'admire le plus pour leur « humanisme » (voir votre Comité d'Honneur) demeurent fidèles à l'idéal de paix et de générosité. Courage! Amicalement. Le coeur R. COURTILLON, 92- Clichy. et le napalm Vous avez raison de souligner, dans votre dernier éditorial. notre accoutumance aux souffrances de certains peuples qui semblent voués, de toute éternité, à l'oppression et au massacre. Comme par hasard, ce sont des peuples « de couleur " - noirs, basanés ou jaunes. Pour se donner bonne conscience, on se dit que « tout ' ça, c'est de la politique " et que, par conséquent, c'est un peu de la faute des victimes, ou qu'en tout cas, les massacreurs ont des excuses. En revanche, l'émotion s'exprime pleinement lorsqu'on est en présence de drames individuels ou de catastrophes « naturelles ». Un fait précis: parmi les très nombreuses personnes qui s'inquiètent (à juste titre) des problèmes moraux et humains posés par la greffe du coeur, combien s'interrogent et protestent avec la même passion au sujet du génocide qui se poursuit au Vietnam, condamnent l'usage monstrueux des bombes à billes et du napalm? Jacques LAURENT, Paris .,.. Pas raciste, mais ... . Non, j~ ~e s~is pas raCIste, malS Je valS vous conter une chose qui m'est arrivé en 1967 . donc ce n'est pas vieux; je faisais la queue pour avoir mon autobus, le 186 à Porte d'Italie, j'étais le troisième à passer; derrière il y avait foule et, au moment de monter, un Noir, qui n'avait pas fait · la queue, passa devant tout le monde sans demander « pardon » ou s'excuser; lui ayant fait la remarque il m'a répondu: « Ta gueule, t'es pas content? » etc.! Alors, quel est ce genre d'homme? Je ne veux pas généraliser mais vo.us avo~erez que, bien des fOlS, ce n est pas du racisme que l'on éprouve contre ces personnes-là. Car j'ai honte d'être blanc quand je sais qu'en Amérique des hommes de couleur souffrent de la bêtise des blancs! mais il faut aussi que l'homme de couleur fasse la part des choses aussi, ou bien, il ne pourra pas y avoir d'entente Je vous cite l'impolitesse d~ ce Noir, car, moi, j'ai toujours demandé pardon ou je me suis excusé pour des · fautes ou des maladresses Que j 'ai commises. Alors si l~n estime que leS' gens de coule~r S?~t nos égaux, ce que Je deslre aussi de tout coeur, qu'ils prennent aussi nos bonnes manières et non les mauvaises. Raymond DIEUNAIDE, 94 - Villejuif. N.D.L.R . - • Je ne veux pas gé· néraiiser. dites·vous . Mais pour· quoi, alors , parlez·vous de • ces personnes·ià. ? De même que chez les Français , il y a dans tous les groupes humains des gens à • bonnes· et à • mauvaises. manières. Ne pas être raciste c'est juger chaque individu sépa'rément et non pas par rapport au groupe ethniQue auquel il appartient. Se 1 ibérer des préjugés demande sou· vent un sérieux effort de réflexion et de compréhension humaine. Un grand intérêt Suite à votre lettre, je vous adresse tout d'abord mes plus vifs remerciements pour l'envoi des deux numéros de ' votre revue qui ont éveillé chez moi le plus grand intérêt étant donné les conceptions communes que je partage avec vous et que nous défendons chaque jour. Je souhaite de tout coeur que ce mouvement qu'est.le M.R.A.P. prenne de plus en plus d'ampleur afin que, sur le plan mondial chaque cause défendue soit enfin justement solutionnée par une meilleure prise de conscience des hommes. Je vous serais donc reconnaissant de bien vouloir m'abonner pour un an à la revue « Droit et Liberté » à dater du prochain numéro. Armel JAU ME, 78 - Saint-Germain-en-laye, Voeu~ Nous vous faisons virer ce jour une somme de 100 F représentant .notre adhésion pdur 1968 et vous souhaitons pour cette année de nombreux succès dans la' lutte vigilante que vous menez contre le racisme, le néonazisme et pour la paix. C. PRAGER, Commission .. Loisirs et Culture » du Com. d'Et. Hispano-Suiza, 92 - Bois-Colombes. Mes voeux très fervents pour que votre action devienne de plus en plus efficace au cours de cette nouvelle année. Olivier HUSSENOT, Paris. 3T 38 La pièce de l'Allemand Martin. Walser que le Théâtre National PopulaIre presentera jusqu'au 13 mars, Chene et làpms angora, est une «Chroniqu~ allemande ». L'auteur nous montre trOIs «moment~» de l'Allemagne (1945, 1950, 1960) - trOIs masques et le même visage, au travers de la vie d'une petite bourgade ouest-alle· mand~ • h Aloïs.Jacques Dufhilo, un «,empec t;ur de prospérer en rond » selon 1 expressIOn de Gilbert Badia, tra~u,cte';lr de, l'oeuvre de Martin Walser, a e~e d,epor~e. c;omme communiste. Un médecm 1 a utilise corn· me cobaye. Physiquem.e1"!t t;t ~e1"!talement il l'a dépersonnalise. D AIOIS, II.ne reste' qu'un monstre, épris dt; ~es lapm,s angora et du chant 7~oral. rep~tant rp.ecaniquement les «verites» nazIes qu on lui a inculquées au camp. Les uns et les autres s'adaptent à l'Allemagne nouvelle. Se~l ~loï~: ... Il faudra interner a vIe 1 mflrII?-e pour que les autres trouvent le son:mell, po~r que l'Allemagne du miracle pUIsse dormIr du sommeil du juste. . De cette chronique, Martm Walser .a fait une farce. Ma;s la farce est parfOIS plus «percutante» - Chêne et ICfP.ins angora le prouvent - qu'une tragedle. L'Allemagne fédérale a-t-elle rompu avec l'Allemagne d'hier ? Martin Walser nous montre bien que non. Certes les u,ns et les autres ont bien quelqu.e ma~val~.e conscience mais la disparition d AIOls leur rendra la paix. Martin Walser a quarante ans. Sa notoriété en Allemagne, date de 1955. Il obtint e~ effet cette année-là I~ Prix qu Groupe 47. En 1957, il recevait ~e PriX Hermann Hesse et en 1962 le PriX Gerhard Hauptmann. Connu d'abord pour ses. romans (Un avion au-dessus de la mats on en 195~, Quadrille à Philippsburg en 1957, Mttemps en ~?61), Marti~ Walter ~~mna sa première plece de theatre. - L ecart - en 1961 puis Chêne et lapms angora en 1962 Monsieur Krott plus grand que natur~ en 1964 et Le cygne noir en 1965. . Nous remercions les .E~i,tions ,GallImard de nous avoir autorise a publIer u!"! extrait de Chêne et lapins angora. IcI, Aloïs va être pendu. Il a vendu ses pe~ux de lapin ... et les habitants du bourg sen sont servi comme draI!eaux blancs de capitulation. Les Français ne sont pins très loin ... .4.près la capitulation de Brezgenburg. Au Quartier général du d6me aux chênes se trouvent encore : Gorbach, Schmidt, Potz, le Dr Zerlebeck et le téléphoniste Maschnik. Potz ne lâche pas son pistolet. Il va et vient, furieux, comme un lion en cage. Le Dr Zerlebeck, lui, est assis, mais il fume nerveusement. Gorbach, plongé dans une sombre méditation, est assis sur l'herbe. Il observe Potz avec inquiétude. POTZ (s'arrêtant devant Gorbach brusquement) - Et si ce n'est pas vous, qui est-ce qui a tout fichu par terre? Il était innocent, peut·être, un type qu'on expédie en camp de concentration? A un moment pareil, on le laisse libre de ses mouvements? (il reprend sa ronde) Aloïs, le suspect, l'archi-terroriste, voilà l'homme que monsieur le chef de dis· trict laisse aller en ville. Dans une ville menacée'! Qui peut comprendre ça? Non, c'est incompréhensible. Je ne comprends · pas. Moi, non. GORBACH (pleurnichant) - Aloïs n 'est plus un Rouge. Il a été métamorphosé ... POTZ (sarcastique) - Métamorphosé! GORBACH - Oui, il a subi une métamorphose : quand il est revenu du camp c'était un mouton, un être sociable, serviable et un national·socialiste convaincu. POTZ - Après quoi. il descend en ville et ce national-socialiste convaincu livre la cité à l'ennemi. GORBACH - C'est une énigme. POTZ - Et monsieur le chef de district observe la tl'ahison a la lorgnette. Détail qui intéressera le détachement SS, la section 504. Pourquoi le chef de district Gorbach n'a·t-il pas donné l'ordre d 'ouvrir le feu? GORBACH - Mais c'était déjà trop tard. Il existe un droit international! monsieur Schmidt, vous étiez témoin. J'allais tout juste dire : eh bien, maintenant... quand je vois les peaux des lapins angora surgir aux fenêtres, je vois même qu'on les hisse aux mâts des drapeaux elles claquent au vent, toutes blanches, à perte de vue: dès lors, j'avais les mains liées. D'ailleurs les Français ont aussitôt marché sur la ville à découvert. , POTZ - Ç'aurait été le moment. SCHMIDT - Je suis indigné, mon cher collègue! C'eût été une violation caractérisée des normes juridiques! POTZ - Vous verrez bien, ce que les SS vont faire de vous! (Aloïs arrive SUl' la scène en montant par la gauche) (le docteur Zerlebeck l'a aperçu le premier). - Aloïs! GORBACH - Aloïs! (Potz se retourne immédiatement, le pistolet braqué) POTZ - Mains en l'air! Et un peu vite, sinon ça pète! ALOIS (levant les mains) - Chtt! Tirez pas, les Fran~is rôdent tout autour. J 'al dû me faufiler entre leurs patrOUIlles. POTZ - Ta gueule! Maschnik, ligotez-moi ce type-là! MASCHNIK - Très bien, monsieur le professeur. ALOIS - Et pourquoi me ligoter? (Maschnik commence à le faire) GORBACH - Parce que tu as livré Brezgenburg. DROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968. ALOIS - Ah bon ... livré! Et comment? Expliquez-moi comment j 'ai livré Brezgenburg? POTZ - Les peaux de lapins, c'est à qui? ALOIS - Des peaux de ce genre, de celte qualité, monsieur le professeur, tous ceux qui connaissent quelque chose aux lapins angora, vous diront immédiatement : ça, c'est la race qu'Aloï~ a dans ses clapiers. POTZ - Et qui vous a chargé de distribuer ces peaux? ALOIS - Là, je dois dire que l'idée vient de moi. Aloïs, me suis-je dit, les temps sont troublés, mieux vaut liquider tes stocks. Tu vends tout. Bon. Je mets donc mes peaux en vente. Vous croiriez pas : tout d'un coup, il y a eu une de ces demandes! On ne doit pas avoir encore débloqué les points de textile que je me dis, quelqu'un qui sabote, ou alors, les gens se sont trompés en détachant leurs tickets, ça s'est déjà vu : les gens dépensent tous les points de leur carte pour des chaussettes sans penser à leur cou. GORBACH - Tes peaux ont servi à livrer la ville. Tu le sais? ALOIS - J'ai simplement vu que les gens mettaient les peaux à leurs fenêtres pour les faire sécher. GORBACH - Et les hissaient aux mâts des drapeaux! ALOIS - Oui, exact. Ça m'a surpris, moi aussi. Alors que c'est pcurtant aujourd 'hui l'anniversaire du Führer. Quand j'ai vu ça, je me suis dit: pourvu que ça ne fasse pas d'histoires. Et puis, je me suis dit : que les gens sont méfiants, tout de même! Je leur vends des peaux de premier choix et ils les accrochent dare·dare un peu partout pour les faire sécher. Tout comme si je leur avais refilé de vieilles peaux de chats piquées. GORBACH - Aloïs, la vérité? Peux·tu prouver ce que tu dis? ALOIS - Monsieur le chef de district, si, avec mes peaux, j'ai fait quelque chose de mal, je tiens à être châtié. Je n'ai pas eu ccnscience de mal faire, mais tant qu'un homme est en vie, impossible de se fier à lui. On m 'a rééduqué, vous le savez, mais si vous jugez que je viens d'avoir une rechute, alors, hop! qu'on se débarrasse de moi. Sinon, je risque toujours de mettre mes compatriotes en danger. POTZ - On dirait Clue ce gredin se rit de nous. ALorS (sérieusement) - Monsieur le professeur, je le répète: si j'ai eu une rechute, qu'on se débarrasse de moi. Pour moi, il n'y a pas là de quoi rire. POTZ - Il veut nous lanterner, chef! le verdict! GORBACH - Le verdict sera vite rendu. Je propose que nous commencions par nous asseoir correctement. POTZ (s'asseyant sur le pliant à c6té de Gorbach) - Allons! Faites donc comparaître l'accusé. GORBACH - C'est justement ce que j'allais ordonner. Maschnik, allons amène·le. MASCHNIK - Très bien, Monsieur le chef de district. Je l'amène tout de suite. GORBACH - Les SS n'ont qu'à venir! On verra que nous avons fait notre devoir. Allons... Allons, plus vite... et tâche d'avoir une attitude correcte, je te prie. Un pas en avant, Aloïs. Et m.a.i.n.· 39 CHEllE Er LAPIIiS AII60RA ~nt, avoue rapidement ce que tu as fait pour que nous passions à la suite. N'oublie pas que d'un instant à l'autre peuvent arriver les SS. - GORBACH _ Aloïs, avoues-tu que tu as commis un crime de haute trahison? ALOIS _ Je vois bien que vous êtes pressé. Si je vous retarde, vous alle7 m'en vouloir. Alors, je préfère ne plus den dire. (coup de feu dans le lointain ) GORBACH - Donc tu avoues. ALOIS _ J 'avoue que j'ai liquidé mon stock de peaux. Sans doute, c'était une rechute. (coups de feu) POTZ _ De cette façon, nous n'arriverons à rien, monsieur le chef de district. Ce type est coupable, on en a la preuve. . - GORBACH _ Vous êtes donc d'avis, que je peux à présent dire ... POTZ - Au- nom du peuple. GORBACH ' _ Oui, c'est ça. (il se lève) Donc, au nom du peuple ... (coups de feu rapprochés) Au nom du peuple ... Seraient-ce déjà les SS ... POTZ (il tend l'oreille). _ Allons, finissez donc. GORBACH _ Au nom du peuple... du peuple... Quelle est la formule exacte ... du peuple allemand? 40 COLLECTION PRINTEMPS-ETE 67 Deauville Blouson Velours BIR~ ~12, Rue St·Martln (1 ,ARIS • 272 12·95 pour Hommes Femmes Enfants 4 - ) ........ \ l,: Pantalon à pont Blouson Brando VÊTEMENTS SPORT ET VILLE • Vèstes • Nylon • Blousons • Velour. • Cabans • Tergal • Pantalons • Gabardine • Foam.Backs • Lainage. • Pantalons à ponts • Imperm6abl •• • et toutes les nouvea\ltés taan· agers • et tous les pantalons tallla·ba ... et pantalons marins Catalogue sur demande POTZ _ Ne vous ·retardez donc pas avec des bagatelles de ce genre. GORBACH _ Monsieur le professeur, peuple tout court ou peuple allemand, vous appelez ça une bagatelle ? POTZ ._ Dites ce que vous voudrez, mais vite. GORBACH _ Donc, au nom du ... peuple allemand, pour rechute ... rechute dans la haute trahison, Aloïs Grübel, je te condamne à mort. (il se tourne vers Potz) POTZ (lui soufflant avec impatience) - Par pendaison. GORBACH (d'une voix hésitante) _ Par ... par pendaison. (A Potz) D'accord? POTZ _ Et maintenant, passons à l'exécution. Pour ça, Docteur, vous pouvez nous donner un coup de main. DrZERLEBECK _ Messieurs (il s'est levé) je conteste la validité de ce J·uge. ment. Aloïs Grübel constitue un cas. Mon cas. Au nom e la Science, je vous demande de casser ce jugement. POTZ _ Docteur ce n'est vraiment pas ·le moment. .. Dr ZERLEBECK _ Mon cher Potz, vous ne pouvez pas exécuter un homme qui représente pour nous un tel investissement. Nous sommes en pleine exploitafion des résultats. Réfléchissez . un peu au nombre de bipèdes qui vivent aujourd'hui dans nos camps. Si nous ne réussissons pas, par un traitement psychagogique appro· prié, à faire de · ce sous-matériel humain, des êtres capables de fournir un travail correct, la population des camps va devenir pour nous un fardeau parasitaire et qui entraînera notre perte. Prenez l'exemple d'Aloïs. D'un terroriste rouge, on a fait un brave bipède. Travailleur. Utilisable. Et à présent, cette rechute. Comment a-t-elle été possible? Quelle erreur avons-nous commise? Car l'erreur est quelque part chez nous, monsieur Potz. Dans notre système d'éducation. Et cette erreu.r , il nous faut la découvrir. Sinon, nous n 'avancerons pas. Or, pour ça, nous avons besoin d'Aloïs. En outre, le délinquant représente une somme d'ex\,ériences amassées au camp et qui n'ont pas toutes été explOitées - il s'en faut de beaucoup. Il a vécu au milieu de sous-hommes. Aloïs, fournis donc un exemple à ces messieurs. Quel est le sujet de conversation préféré des communistes et des 'juifs, au camp, quand ils sont entre eux? ALOIS _ Ils ne parlent que de nourriture, monsieur le docteur. Dr ZERLEBECK - De quoi rêvent-ils? ALOIS _ De cigarettes, de bains chauds et de biftecks-pommes frites. Dr ZERLEBECK _ Discutent-ils? De problèmes culturels, par exemple? ALOIS _ Absolument pas. Pendant des heures, ils parlent d'une escalope viennoise. De la meilleure façon de la préparer. Dr ZERLEBECK _ Et voilà les gens qui prétendaient nous montrer la voie à suivre. Comprenez·vous maintenant, monsieur Potz, qu'Aloïs nous donne la clef du psychisme des détenus. C'est grâce à lui que nous avons découvert ce phénomène l'onanisme sto· macal auquel s'adonne le sous-homme. POTZ _ Docteur, vous êtes victime de votre science. L'heure n'est pas à ces problèmes marginaux. Dr ZERLEBECK _ Je proteste contre l'expression " problèmes marginaux ». C'est le problème du siècle. Tôt ou tard, la moitié de l'humanité peut être appelée à vivre dans nos camps et, du point de vue médicai et anthropologique, de quels éléments disposons-nous ? Rien. Les mains vides. Après la victoire du Nord sur le Sud des Etats-Unis à la fin du XIX· siècle, et l'émancipation des esclaves: des ." bureaux des. affranchis» furent installés pour faire appliquer les drOIts des Noirs et protéger les affranchis des représailles des nosta~giques de l'esclavage, notammen~ . du Ku-Klux-~lan naIssant. La gravure que voici, pl;lb~Iee dans un ,Journal nordiste, montre Le Soldat Federal, sYlll:bole de l'U~ion, protégeant sabre au clair un enfant nOIr. pourcha~se par le Ku-Klux-Klan, qui n'avait pas encore mIS au pomt son folklore de terreur mais dont les m~thodes étaient déjà rodées : trois pendus, au centre de lImage, le prouvent. . S'il est un peuple ignoré, c'est bien celui des Gitans ou Tziganes. A ces . f"~ du ~e·nt ", .ven~s on ne sait d'où, semble s'attacher une malédiction milI~ nalre qUi les fait reJ~ter par les habitants des pays qu'ils traversent. Les pires legendes s attachent a leurs pas. . C'est pourtant un peuple riche de tradition, de culture et aussi d'hommes qUi ont enrichi le patrimoine de l'humanité. . Co~naissez-v~us le peuple. gitan? De 14 à 20 points, oui. De 10 à 14 points, assez bien. A mOinS de 10 pOints, vous devriez préciser vos connaissances. 1. Il existe dans le mo·nde 12 mill ions de Tziganes ...... . . OUI 2. Les Tziganes de France sont environ 500.000 ........ OUI 3. Le peuple tzigane est originaire de la Bohème d'où il fut chassé à la fin de l'Antiquité par les Huns '. .. . .. . . OUI 4. C'est"au XV: Siècle que les Tziganes apparurent pour la premlere fOIS en France .. ....... . .................. OUI 5. La société tzigane est organisée en tribus bien particularisées .... ................ _ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. OUI 6. La langue tzigane est une sorte d'argot dérivée de plu· sieurs langues européennes ... . ...... . .. . ... . .. . ..... OUI 7. Sous la. s~conde guerre mondiale, 300.000 Tziganes furent extermines dans les camps de concentration nazis .... OUI 8. Les Tziganes fra·nçais exterminés par l'hitlérisme furent au nombre de 15.000 environ . . . . . . .. ....... . .. . ... .. OUI 9. La majorité des Tziganes français sont intégrés ,à la société française, et ont perdu leur originalité .. .. . ... OUI 10 C'est en Europe centrale que les Tziganes sont actuellement les plus nombreux ...... ... ... . .... . ... .. ..... OUI OROIT ET LIBERTE - No 271 - MARS 1968. NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON 2 2 2 3 2 3 2 2 Délices du monde entier ACHARDS ET AC RATS ANTILLAIS Les achards se servent en hors· d'oeuvre. Ce sont tous les légumes (choux, carottes, haricots verts, têtes de choux-fleurs, coeurs de palmiers), etc., soi~neusement épluchés, lavés, coupes en morceaux d'un centimètre. On les aura d 'abord mis à tremper séparément dans l'eau salée 24 heures. Egout· tés on les disposera par petits tas alternés sur un plat. Faire chauffer d'autre part de l 'huile parfumée de rouelles d 'oignons, d'ail, de safran, poivre, piment rouge et verser cette huile bouillante sur les légumes. Les laisser mariner deux jours avant de servir. Les acrats eux aussi participent à la vie des Antilles, ils doivent être cuits à grande friture (huile de préférence). Voici la recette de l'acrat-morue: Cuire la morue à l'eau salée puis déchiqueter la chair à la fourchette et la faire dorer à l'huile avec un soupçon d'ail. Une fois froide la mélanger avec lait, farine, sel, jaunes d'oeufs, huile. Puis ajouter les blancs en neige. Faire des petites g8;lettes plates et les jeter dans la fnture. On trouvera des acrats de bérangères (aubergines), de citrouille, de haricots, de viande. Le principe est le même. 41 LE CARNET DE D. L. MARIAGE Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de Me Yves Jouffa, membre du Bureau National du M.R.A.P., avec Mme Catherine Beylau. Notre Mouvement leur présente ses voeux. DECES Lazare Rachllne, père de notre ami Daniel Rachllne, est décédé à Paris, le 25 janvier, à l'âge de 62 ans. 'Sous le pseudonyme de Lucien Rachet, Lazare Rachllne avait été un ,combattant de la Résistance. A la Libération, il avait été nommé Commissaire de la République. Lazare Rachline était officier de la Légion d'honneur et avait reçu la Croix de guerre, la Rosette de la Résistance, la Médaille des Evadés, ' etc, Nous présentons à Daniel Rachllne et à sa famille nos condoléances sincères. Nous avons appris avec émotion le décès de Mme Jean DaI.ace. A notre ami, le Dr Jean Dalsace, membre dU! Comité d'honneur du M.R.A.P" nous présentons nos sincères condoléances. )':;1.;/'/' de ANNIVERSAIRE L'Union des OEuvres catholiques de France a organisé, le 22 février dernier, une amicale réunion en l'honneur de notre ami, l'abbé Jean Plhan, vice-président du C.L.E.P.R. f}1R L'U.O.C.F. célébrait ainsi les 30 ans de présence de l'abbé Jean Pihan à l'Union. NOS PETITES ANNONCES Jeune dactylo débutante cherche emploi à temps complet ou à mi-temps. Ecrire à Mme A. Benchickh, 18, rue GeorgesLafenêtre, 92 - Bourg-la-Reine. CONNAISSEZ-VOUS LES GITANS? Réponses de la page 41 1. Oui. Il' ,,,!!jJ fliii ti&.Il1 je !J;lS 2. OuI. Ils étalent 150 000 après la libération. Mais. depuis, leur nombre a plus Que triplé. Il y a à cela deux raison : une forte Immigration des pays d'Europe Centrale et d'Afrique du Nord : une natalité t rès forte (2 % par an, proportion égale à celle des pays sous-développés) . 3. Non. Les Ts iganes sont originaires , crolt·on, du bassin de l'indus, Leur type ethnique s'ap- ' parente à celui de certa ins peuples des Indes. Les préjugés populaires, en Occident, les ont fa it venir de. Bohême, d'Egypte (d 'où leur nom anglais de Gypslesl. de Roumanie (les Roma, nlchels) 4. Non. Certains étalent arrivés , dès le haut Moyen Age, en Provence et dans le Languedoc, Mais au XV- siècle, les troubles qui ensanglantèrent l'Europe entière les chassèrent par tr ibus entières vers l 'Ouest : Ils arrivèrent très nombreux en France, ce qui Impressionna beaucoup les gens de l'époque. 5. OuI. Le peuple tsigane se divise en trois grands groupes, les Roms ou Pham6 (. blancs .l. nombreux surtout en Europe Centrale, les Kal6 (. noirs .) Implantés sur le pourtour de la Méditerranée , les Manouches, les plus nombreux en Occident (et donc en France), Ces trois grands groupes se subdivisent en tribus, ou • nations " qui portent g6'néralement le nom d'un métier (les Kalderash, ou chaudronniers) ou d'une région (les SlnU d' Italie, ou les Gaykanès, d'Alsace ou d'Allemagne du Sud). 6. Non. C'est une langue très ancienne (le Romanb), au contraire, une de ces « langues· fossiles • qui se sont perpétuées à travers les millénaires. Le Romanès est proche de l 'ancien sanscrit, parlé voic i 4000 ans en Asie, et que l 'on suppose être. la souche Indo,européenne de la plupart des langues européennes. Mals certains dialectes particuliers sont nés de l'abatardlssement du Ramanès par des langues d'autres pays. En particulier le Kala, parlé par les gitans espagnols . 1. Non, C'est près du double, 600 000 environ, qui périrent dans les chambres à gaz nazies, surtout à Chelmno, Treblinka et Auschwitz, 8. OuI. GANTS - TETINES Chez votre pharmacien 9 Non. Un tiers seulement des Tsiganes français sont sédentarisés: un tiers sont semlnomades; un tiers enfin entièrement nomades. Ce sont ces nomades qui sont assuJettis au IIvrèt anthropométrique, au même titre que les Interdits de · séjour. 10. OuI. En Yougoslavie, TChécoslovaquie, Roumanie et Ù.R.S.S. Imprimerie COTY, 11, r . Ferdinand-Gambon La directrice: Sonia BIANCHI, ALENÇON, 57, COurs Clémenceau AMIENS, Tour Per,."t ANGERS, 53, rue Saint.Aubin AVIGNON, 40, rue Bonneterie BASTIA, ID, bd Auguste-Gaudin BAYONNE, La Féria, allées Paulmy ~ELFORT, 3, avenue Wilson ESANÇON, 17, Grande.Rue ~gZI ERS , 4, avenue A .. Mas S RDEAUX, 12, cours cf ' lntendance REST, 39, rue Emile Zola CAEN, 6, place de la Résista nce CARCASSONNE, 43, rue du Marché CHATEAUROUX, 12, av. de la Gare CHERBOURG, 3 bis, rue Christine CLERMONT.FERR D, 14b, pl Gaillard DIJON, 22, rue Michelet DOUAI . 14, rue dei Ferronniers à traîne en gros-grain, forme empire.' 349 F. Personnalité, budget? Pronuptia tient compte de tout ... " De quel budget disposezvous? " Lorsque l'hôtesse d'accueil vous a discrètement posé cette question, tout devient merveilleusement facile chez Pronuptia : vous savez que la toilette de vos rêves, celle que vous al/ez choisir parmi des centaines de modèJes exclusifs ne va pas vous entrainer à une dépense excessive, dépassant vos possibilités. Et pour accompagner et harmoniser votre robe, toujours selon votre personnalité, Pronuptia vous propose un choix prodigieux de coiffes, voiles, jupons spéciaux, lingerie fine, gants et chaussures bla·nches, .. Absolument tout ce dont vous avez besoin pour la cérémonie de mariage se trouve chez Pronuptia, à tous les prix. (Robes de mNiées de 159 F. à 2000 F.). PRONUPTIA :ïRENOBLE 15, rue de la Républ ique REIMS, 7, Galerie d 'Erlon t;N~O~~E~LEi 38, drue Saint· Yon RENNES, 6, rue de la Monnaie LILLE' 50 ou eV:"dhBa~ly ROUEN, 13, rue Grand·Pont PARIS, 18 Faubourg Montmartre 770-2379 LIMOGES' 1 rue aJ, er e . ST-ETIENNE, 29, av. de la Libération , , rue nn·Jaures SETE, 18, rue Alsace-Lorraine tCharlesE~T, '1' rue d du Couëdic STRASBOURG, 4, r. des Fcs.Bourgeoi. ouvert de 9 h. 30 à 20 heures (jusqu'à 22 heures le mercredi) , • p ace es Jacobins TOULON 15 rue d 'Alger MARSEILLE, , 79, rue de Rome TOULOUSE: 5, rue de Rémusat Thérèse-Boutique, 106, av. Général Leclerc (140) 828-1869 METZ, 15, rue des Clercs TOURS, 6, rue Nationale Charles 12 février 2010 à 09:56 (UTC)U~~ , 25, ~e ~.s Boulangers TROYES, 24, rue de la Répuilique r----------____________________ _ NA TES , rue am eUa VALENCE, 36, rue des Faventines 1 BON 11 NIC~ 2 ' 3, rue dMe G I org?s VALENCIENNES, 25 rue de Fam.~s 1 : veu, el me faire parvenir gracieusement votre documentation 1 1 avenue a aussena VENDOME 6 b is Fg Chartrain t NIMES, 31 , rue de la Madeleine NOUMEA' S av~nue Foch 1 Nom: " ORLEANS, 54, rue des Carmes ' ' 1 :ê PAU, 14, rue des Cordeliers BRUXELLES 16 1 PERPIGNAN 20 d l ' , , rue Ju e. Van Pr .. t • Adresse (ville rue n° dé rt) ~ POITIERS '164 ' é/e e Ange LAUSANNE, 35, rue de Bourg. ' , , pa .,---____ _ ______ ~ , , rande Rue MONTREAL, Galerie Bonaventure • .... 1 Date du mariage ~ A retourner i, 1. Maison PRoNUPTIA la plus proche de votre domicile - BON DE COMMANDE Il est indispensable que demeurent à la disposition des générations montantes ces documents sur l'une des plus noires de l'histoire du monde, afin d'éviter que de semblables soient vécues encore. Nous avions eu des films comme «Nuit et brouillard ". TI rallait aussi (cet) album ... Pierre Limagne : LA CROIX Que les auteurs de La déportation et la F.N.D.I.R.P. soient remerciés d'avoir su don· ner aux voix du passé l'écho qui doit aider à préserver notre avenir à tous. Pierre Durand : L'HUMANITE La déportation regroupe la quasi totalité des photos prises dans les camps, les convois e t les prisons. A ce seul titre, c't:st un livre indispensable. Mais il contient plus : une documentation sur les camps, sur leurs kommandos, une bibliographie très complète qui fait de La déportation une somme et un document de base. Pierre Lasnier : DROIT ET LIBERTE La déportation est un important ouvrage pour lequel on ne trouve pas de qualificatif~ appropriés. Pas de textes à l'exception d 'une admirable et poignante préface due à Louis Martin-Chauffier. Simplement un recueil de documents photographiques ... Ces images nous bouleversent. Un grand nombre d'entre elles sont proprement insou· tenables. Et par cela même, nécessaires Pour que le monde ne voie plus jamais ce la. Etienne Anthérieu : LE FIGARO Un monument dt' souvenir. Un album in· finiment émouvant... On souhaite que ces im age~ véridiques soient largement connues. LE PARISIEN LIBERE M .... .......... .. . . . ................ . .. . . Adresse .... . . . ...... ... . , . .... . .. . ... . . . ....... . . .... .. . . ..... . .. . commande l'ouvrage « LA DEPORTATION ». Ci-joint la somme de 60 F en chèque bancaire, chèque pos tal, mandat-lettre, mandat postal (1) au compte de « DROIT et LIBERTE», 30, rue des Jeuneurs, Paris-2e • C.C.P. Pari s 6070-98. (1) Rayer les mentions inutiles.

Notes

<references />