Droit et Liberté n°145 - avril 1955

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°145 (249) de Avril 1955
    • 33 personnalités éminentes lancent un appel pour la 7éme journée nationale contre le racisme et l'antisémitisme, pour la paix page1
    • Au service de la fraternité humaine (éditorial nouvelle formule de D&L. page1
    • Déat est mort, le poison demeure par Albert Levy page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas page2
    • Des camps de concentration... en Allemagne Occidentale page3
    • La guerre atomique n'est pas fatale, les peuples peuvent l'empêcher page3
    • Tous unis contre la menace du militarisme allemand (Bureau national du MRAP)
    • Devant le Luxembourg: toute la France (réarmement allemand) page3
    • 7éme journée nationale contre le racisme et l'antisémitisme, pour la paix page4,5
      • Le péril jaune: une cruelle mystification par Pierre Gascar
      • Barrières et embûches sur le chemin de la culture par M. Imerglik
      • Après l'émission "Racisme pas mort", réponse à mes auditeurs par Jacqueline Marchand
    • Le procès des nouveaux maîtres page4
    • L'antisémitisme ne fait pas l'affaire des petits commerçants page5
    • Einstein savant génial et homme de coeur par Paul Laberenne page6
    • A Morton Sobell par Walter Lowenfells page6
    • Un rapport de l'O.N.U. sur l'Union Sud-Africaine: 10 millions d'êtres écrasés comme un bétail famélique et maltraité par Roger Maria page7
    • Bandoeng: des peuples hier humiliés débattent de la paix du monde page7
    • Respect des droits de l'homme en Algérie page7
    • Il y a 12 ans le Ghetto de Varsovie s'insurgeait: Aux Armes! par Bernard Mark page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg



Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 145 (249) Au service de la fraternité humaine L A nouvelle formule que DROIT ET LIBERTE adopte ce mois-ci aura, nous l'espérons, l'agrément de nos lecteurs. 1 C'est après avoir largement consulté nos diffuseurs et nos amis, que le Bureau National du M.R.A.P. a décidé ces modifications. Il en résultera, nous semble-t-il, une plus grande diversité, des rubriques mieux réparties, une présentation plus vivante. Et, plus maniable, plus facile à conserver, notre journal répondra mieux aux exigences d'un périodique. Mais il dépend surtout de nos lecteurs eux-mêmes que' Droit et Liberté soit pleinement conforme à leurs voeux. Les premiers, ils ont leur mot à dire; ils manqueraient à leur devoir en y renonçant. M AJNTS témoignages nous le prouvent chaque jour : Droit et Liberté est cher au coeur des victimes du racisme, comme de tous les honnêtes gens paisibles, révoltés par les discriminations et les campagnes de haine, qui visent à faire s'entredéchirer les hommes ou les peuples. Eclairer une réalité que masque trop souvent la presse quotidienne; détruire les calomnies criminelles des racistes; mobiliser toutes les bonnes volontés dans le noble combat pour l'égalité et la fraternité des hommes. : tels sont les objectifs de notre journal. On se rappelle ses campagnes retentissantes. Pour les Rosenberg, dont il fut, en France le premier défenseur. Pour le noir innocent Willie Mac Gee. Contre la libération de Xavier Vallat èt de Maur- 16 MAI: Le procès du M.R.A.P. contre les producteurs du film antisémite « LES NOUVEAUX MAITRES » JEU Dl 12 MAI: à 20 h. 45 TOUS d la grande Assemblée d'Information HOTEL MODERNE Place de la République POUR QUE LA JUSTICE L'EMPORTE! ras, et la projection de l'odieux film « Les Nouveaux Maîtres ». Pour le respect des droits des travailleurs algériens et des étudiants d'outremer. Cette inlassable action de justice et de paix vaut à Droit et Liberté les insultes des feuilles issues de la collaboration, Rivarol, Aspects de la France, Défense de l'Occident et vingt autres, auxquelles il fait front, vaillamment. Elle lui vaut aussi les attaques, plus ou moins ouvertes, de ceux qui craignent, dirait-on, au moins autant que le racisme, l'union. pourtant nécessaire, des antiracistes. A notre tribune, en fait, se rencontrent tous les courants de la pensée antiraciste. D'éminentes personnalités, représentant les divers milieux sociaux et religieux honorent Droit et Liberté de leur signature. Sans arrière-pensée ni gêne, nous ouvrons largement nos colonnes à des hommes qui, parfois, s'opposent ailleurs. L'idéal antiraciste qui les anime est le seul critère de notre choix et la garantie de notre indépendance. Ainsi, notre journal, incessamment, sonne l'alarme, face à la montée du racisme, de l'antisémitisme, tandis que les bourreaux hitlériens préparent leur revanche atomique, tandis que se multiplient les atteintes aux Droits de l'Homme, en Algérie, où sévit la « loi d'urgence », et sur notre sol même. Mais il souligne, d'autre part, l'immense, l'irrésistible volonté des neuples d'en finir avec ces méfaits et ces mena. ces. Il montre la seule voie possible, la voie de l'union, hors de laquelle il n'est pas de salut. D . \NS Quelques semaines,

tura lieu la 7' Journée

Nationale contre le racisme, contre l'antisémitisme et pour la paix. Notre journal peut beaucoup pour son succèsl. Il est, aux mains des antiracistes, une arme indispensable, une arme efficace : Que chacun donc, l'utilise à plein! Plus que jamais, il faut le diffuser, le faire connaître par tous les moyens, susciter les abonnements en masse. Et enrichi de nouveaux lecteurs, de nouveaux amis, il pourra porter des coups plus décisifs encore au racisme et à l'antisémitisme, pour que triomphent la ,. fraternité etD L la paix. -- 25 AVRIL 1955 30 FRANCS 3 3 personnalités é .... inentes lancent un appel pour la le JOURnEE nATionALE CO'NTRE LE RACISME ET L'ANTIS'ÉMITISME POUR LA PAIX qui aura lieu le 12 JUIN PARIS au PALAIS DE LA MUTUALITÉ , a DEAT esl morl le poison demeure LE traître Marcel Déat, qui se proclamait « l'ami des Waften S.S. », qui rêvait d'être « le Hitler français », est mort dans son lit, à Rome. Il s'est trouvé, à Paris, un groupe de « f:dèles » impénitents pour saluer à l'hitlérienne sa triste mémoire, devant la maison qu'il habita; un photographe complice pour fixer leur geste provocateur; un grand hebdomadaire illustré pour publier, complaisamment, le cliché ci-dessus. Cette manifestation d'une poignée de nazis ne mériterait que le mépriS si elle était isolée. Elle est révélatrice, en fait, du renouveau des activités antirépublicaines, inséparables, comme toujours, de l'agitation antisémite et raciste. Grâce aux hautes protections dont il bénéficiait, Déat put non seulement échapper au châti- (Suite en page 5) Albert LEVY. (Voir en pages 4 et 5) Pierre GASCAR: Letfre sur le prétendu « péril jaune » (page 4). Paul LABERENNE : Einsteinl savant génial et homme de coeur (page 6). Jacqueline MARCHAND : Réponse à mes auditeurs (page 4). Bernard MARK: L'insurrection du Ghetto de Varsovie (page 8). 2 DROIT E'r LIBERTE IP' AS • IP'UI1SQlUJ'(Q)INI INIIE V(Q)lUJS ILlE IDIII IP' AS • lP'lUJIISQU'(Q)INI Camouflages Chirurgie esthétique L'ECHO TOURISTIQUE du 11 mars rendant compte de l'Assemblée Générale de la Fédération des Syndicats d'Initiative du MAR 0 C, « déplore le spectacle des bidonvilles, ces verrues sociales qui devraient être supprimées OU TOUT AU MOINS noyées au milieu de zones de verdure au regard des amateurs d'esthétique l. On se croirait dans ces maisons respectables où il convient de faire attendre un peu les visiteurs... le temps de cacher les ordures sous le lit. Guerre, football ... Le Chancelier ADENAUER s'est plaint à ses amis anglais de ce qu'il n'était pas facile « de mettre sur pied une force combattante puissante et de lui donner l'apparence d'une équipe de football d'une école du dimanche

l.

C'est bien difficile en effet. ... et camouflage « Cependant, ajoute le Chancelier, il n'existe Il l 'heure actuelle aucune organisation ouvertement néonazie en Allemagne de l 'Ouest. l Cette information nous rassure pleinement. Elle a d'autre part un petit air de famille avec la préCédente sur le Maroc : bidonvilles ou groupes nazis, il importe moins d'extirper les verrues sociales que de les camoufler. Un certain Goldstein! « S'emparer d'un savant est-asiatique nommé GOLDSTEIN, spécialiste de l'éner- LA Une Journée départementale à Marseille en tous genre gie nucléaire, travaillant Il la mise au point d'une bombe au cobalt et qui à la suite d'une dépression nerveuse est en séjour de convalescence.

l

Tel est le thème que l'Amirauté Britannique a choisi aux manoeuvres navales, terrestres et aériennes appelées « Opération 1984 l et qui se sont déroulées sur un point de la côte écossaise les 19 et 20 mars. GOLDSTEIN, judéo - maçon- bolchevik, asiate. arrière- neveu de Karl MARX et proche cousin des ROSENBERG est le prototype rêvé de l'ennemi, l'ennemi symbolique. Faute d'un signalement plus précis on pourra faire erreur sur la personne: si ce n'est lui c'est donc son frère. Affaire vous concernant NOUS dénoncions récemment dans « Droit et Liberté » les ravages causés par une certaine presse sur l'âme enfantine. L'affaire de Romainville dans laquelle un gosse de 13 ans s'est fait l'assassin de son petit camarade alourdit encore ce dossier. Llv,res, publications avec une bagal're à chaque cha, pitre où le beau rôle est réservé à l'homme blanc; films avec un cadavre à chaque séquence où les révolvers assurent l'essentiel du dialogue; jouets de mort, scènes vécues : tous les vices des grands à la portée des petits'. Dans cette effroyable histoire de criminalité juvénile il ne manquait même pas la pointe de racisme. Quelles influences ont soufflé à ce gamin de détourner les soupçons des enquêteurs sur les Nord-Africains? Dans son esprit d'enfant détraqué, Il a reconstl· tué d'instinct toute la mécanique du racisme : charger de ses méfaits les autres... les mépriséS, les opprimés. L'oncle TOM. Suivant que Huit-clos Propriétaire d'un pavillon à Clamart. M. Thémine obtint un jugement d'expulsion contre une locataire qui payait son loyer avec des injures. M. Thémine étant noir les injures de la locataire prirent un caractère raciste. Le racisme paraît avoir été une constante de cette affaire. Car. malgré plUSieurs jugements en sa faveur, M. Thémine n'était pas au bôut de ses peines. En effet. le 27 octobre 1952. un inspecteur de police · l'invitait à le suivre au commissariat de Vanves. De là. et en lui faisant croire qu'on l'amenait en audience auprèS du Procureur de la République. on prit le chemin de l'infirmerie du dépôt ... vous serez ... Hors d'ici! Interné le 29 octobre à l'asile de Villejuif. M. Thémine n 'en devait sortir qu'au 3, février 1953. sans explications, mais en devant signer l'engagement de ne pas retourner à son domicile à Clamart. Il y retourna tout de même pour constater que son appartement avait été pillé. Il porta plainte et pour vol et pour internement arbitraire. DepuiS, il attend. La morale de cette histoire ? On pourrait la tirer en retournant les vers du fabuliste. Suivant que vous serez blanc ou noir les racistes vous rendront puissant ou misérable. la théorie et la pratique eÔIIlIlll!nl ôn L ~ bia lÔiCl! Un jeune ingénieur belge, frais débarqué au Congo, invitait de temps à autre ses collaborateurs noirs à prenVictoire posthume dre l'apéritif à la maison. Sous l'occupation, Maurras dénonça un jour, dans «L'.t\Ction Française » un juif l'éfugié dans le Midi. Peu après, comme par ha.~ard. la Milice assass:.nait ce lI'alr. eureux. La victime de la h F..ine maurtaS31en'lC ~t;,(it le pÈre de Roger stf:ptl'.\!le. AUJourd·hui. M. Du"".}, juge d'instruction dans l'affaire des « fuites )} faIt arrêter Roger Stéphane. t::.1:dis que le tortionnaire n. ~larue (par exemple) pris la main dans le sac. court encore. A Aspects de la France, on illumine : c'est une nouvelle victoire (posthume) dc Maurras. Evidemment Que la liberté de la presse, la liberté d'opinion soient en cause, qu'importe ! Aspects de la France traite de l'affaire dans un grand article intitulé : « La condit ion juive » ... D'où il ressort que l'arrestation de Roger Stéphane était justifiée. La preuve 1 ... Dans tous les milieux, se sont élevées des protestations - qui ont été entendues, puisque Roger Stéphane vient d'être libéré par la Chambre des Mises en Accusation. Diversion classique : dans les listes de protestataires. Aspects et Rivarol choisissent les noms qui indiquent (ou semblent indiquer) une origine juive ... Arrestation arbitraire ? Vous voulez .rire, Tout au plus un complot juif contre ce bon Monsieur Duval. Un faux ami Une firme non-juive (précisé dans l'annonce) cherchait . un chauffeur qui soit aussi jardinier, et un peu garçon de bureau, acceptant de travailler samedis et dimanches et de ne prendre son congé qu'en hiver. Cette offre d'emploi raciste et draconienne parue dans un journal autrichien inspira le Dr Wogler, chef des services de presse du parti démocratechrétien à Vienne. Il reprit l'annonce en la retournant" en 'son contraire : « Firme juive cherche chauffeur ... », etc ... , etc ... Démasqué par un journaliste et inCulpé d'excitation à la haine raciale, le Dr Wogler avoua s'être livré à ce petit jeu « pour défendre la ch rétienté ». ' Celle-ci, à coup sar, n'en demandait pas tant ! Il avait sans doute. le naïf. trop pris au sérieux. les déclarations officielles sur les bienfaits de la civilisation, l'égalité" des hommes, etc ...• etc ... Le directeur de la Compagnie vient de le licencier et de le renvoyer en Belgique. Un noir est bien un égal, mais pas un commensal 1 « le ci-devant Sacha ::. Soi-même Guitry a entrepris de mettre l'histoire de France en bobines. Il vient de nous « offrir » un Napoléon de la même veine ant1- démocratique que le Versailles qu'il nous conta naguère. S'il continue à prendre des libertés avec l'histoire ce n'est cependant pas pour se faire une réputation de libéral. La République n'a jamais été belle pour Sacha Guitry... même sous l'Empire. VIE DV ]JI. R •. A. P. POUR (cDROIT et LIBERTI!~) 5 MAI : Réunion du Comité d'Action teurs dont l'abonnement se termi- P. sont destinées notamment au Le jeudi 5 mai, à 20 h. 45, ne, pour leur demander de sous- soutien de notre journal et que aura lieu, à l'Hôtel Moderne crire des abonnements de soutien toute carte de plus de 300 f,rancs (Place de la RépUblique), à 1.000 francs. donne droit à un abonnement. une Importante réunion du La section du M.R.A.P. de Marseille a décidé d'organiser, le 5 juin, une Journée Départementale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. A l'occasion du changement de format de « Droit et Liberté » de nombreuses initiatives ont déjà été ,prises, en vue d'un aCCJ'oissement de sa diffusion. Mais ce n'est là qu'un début. Elles doivent être remises à tous Comité d'Action du M.R.A.P. S tI lé é . 1 nos amis, les plus proches com- Plusieurs sections de Paris et de ec ons, soc t s, amis 50 lés, se . tif A l'ordre du Jour : doivent de multiplier les initlati- me les mOins ac s. 1. _ Le procès des « Nouprovince ont décidé d'organiser ves qui permettront à « Drol·t et veaux Maîtres ». des ven tes de maess , q·UI auron t Liberté» d'accl'Qitre encore son Le succès de notre 7" Journée 2. _ La préparation de la lieu soit un dimanche matin, soit Influence. Nationale dépend beaucoup de 7. Joul'née Nationale contre pendant toute une semaine. Des l'effort que nous ferons pour la Au cours de cette manifestation, où seront représentés les courants les plus divers de l'opinion publique, une délégation sera élue pour la 7' Journée Nationale. En bref ..• • Au nom du M.R.A.P., Charles Hutman, membre du Bureau National, a pris la parole le 17 avril, au Congrès du Secours Populaire Fronçais, qui s'est déroulé sur le thème : " Rien de ce qui est humain ne nous est étranger ». • Une conférence sur .. Le cinéma et la lutte antiraciste _ a été faite par Albert Lévy, rédacteur en chef de " Droit et Liberté " devant les jeunes du groupement « Amitié ". Un intéressant débat a suivi, à l' issue duquel il a été décidé d'adopter IIne résolution soutenant le M.R.A.P. dans sa campagne contre le film antisémite " Les Nouveaux Maîtres lit. • L'action menée par le M.R.A.P. a été exposée, au nom du Bureau National devant la société « Les Amis de Paris _, par M' Imerglik, et devant la société « Kotck Jelochow _, par M' Dymenstajn. Ces sociétés ont exprimé leur accord avec la campagne poursuivie contre les « Nouveaux Maitres ». • Charles Palont, secrétaire général du M.R.A.P. a représenté le Mouvement au Congrès des Amitié. Franco-Chinoises. quartiers seront ainsi systématl- N'oublions pas, d'autre part, diffusion et le soutien de « Droit Ipeo~~c~:mpe~i~~ntisémltlSme et quement vls~és, ce qui permet- __q_ U_e~le_s~c_a_r_te_s~d_'_A_m_l_s_d~U_M~._R_.A_.~~et~L_i_b_er_té~»_.9 mars 2010 à 10:11 (UTC)9 mars 2010 à 10:11 (UTC)9 mars 2010 à 10:11 (UTC)9 mars 2010 à 10:11 (UTC)Charles 9 mars 2010 à 10:11 (UTC) tra de resserrer les liens du M. r R.A.P. avec la population. Citons en particulier Marseille qui a augmenté considérablement sa prise et deux étudiants de Montpellier qui ont déjà obtenu des résultats très encourageants. Dans d'autres cas, il sera demandé à chaque militant et ami du M.R.A.P. de prendre à sa charge le placement de quelques exemplaires, comme dans le 3" arrondissement. Dans le 14·, plusieurs membres du Comité de Section ont décidé d'abonner à leurs propres frais, une ou deux oonnaissances suscep, tlbles d'être Intéressées par notre joul'nal. Un ami de Montreuil a payé lui-même dix abonnements. Un effort particulier sera fait, ces mols-ci, pour la prospection : déjà, des sections nous font parvenir des listes de personnes à qui le Jou,rnal pôurra être envoyé gratuitement, à titre de propagande. Quant à la section du 5·, elle va multiplier les visites aux lec- LISEZ NOS LECTEURS ••• La « tendance » du M.R.A.P. M. Dominique Georgeot. Paris- 8', nous écrit : « Je désirerais avoir des renseignements sur votre action : buts, résultats, etc ... « En particulier, je désirerais savoir si vous professez des idées marxistes ... l Voici un ext*ra*i*t de la réponse' que nous lui avons adressée. en même temps que de la documentation sur l'activité du M.R.A.P. : ... Notre but étant de combattre toutes les discriminations, tous les pr~jugés raciaux, toutes les formes de propagande raciste et antisémite, nous pensons que le moyen le plus efficace est d'unir dans cette lutte des hommes et des femmes représentant tous les milieux sociaux, religieux et politiques, sans distinction, dans la mesure où ils sont attachés aux principes d'égalité et de fraternité. C'est pourquoi, Il la question que vous nous posez de savoir « si nous professons des idées marxistes », nous ne pouvons que souligner le fait que l'antiracisme est partie intégrante de philosophies très diverses que nous ne devons, en aucune façon, écarter. Par exemple, des catholiques, des protestants, des l ibéraux non marxistes, se retrouvent, aux c6- tés de marxistes, au sein de notre Mouvement. Parmi les membres fondateurs du M .R.A.P., f igurent, au même titre. des hommes tels que Marc SANGNIER, Yves FARGE. Albert BAYET. le Professeur VERMEIL, Marcel PRENANT, etc ... Espérant que cette réponse vous donnera satisfaction, nous formulons le voeu que IJous nous ferez connaître votre avis à ce sujet et que nous pourron~ vous compter prochainement parmi les amis de notre Mouvement ... Paix et amitié D'une lettre de M. Salomon Echkenazi, Plovdiv, Bulgarie: Par hasard, j'ai eu l'occasion de lire votre journal. D'origine juive, et antifasciste convaincu, je désirerais vivement recevoir « Droit et Liberté ». Je suis certain que les informations et les articles que vous publiez intéresseront tous les membres de notre communauté. Aussi, je souhaite que les rapports s'améliorent entre nos deux pays, dans tous les domaines. de façon qu' il soit possible de s'abonner facilement à votre journal. Notre souscription Cartes d'Amis Gutwirth : 1.000; Georges : 2.500; Isidore : 10.000; Benveniste : 20.000; Perlmon : 2.500; Tiar : 1.000; Salomon

3.000; Rosenzweig : 5.000; Ch.

Goldsteln : 10.000; Mlle Bregman : 500; Rotbard : 5.000; Mme Berger : 1.000; Max Jacobs : 5.000, Jean Bloch : 3.000; Maison Maurice : 5.000; Berger : 3.000; Rosenwein : 1.000; Georges Lévy : 20.000; Liberman 20.000; Kouqui : 3.000; Tepper : 2.500. Sociétés Lublin 5.000; OJarow : 5.000 ; Chelm : 5.000; Brest-Litovsk : 15.000; U.S.J .F. : 20.000 (pour la Journée Nationale); Kock-Zelochow : 15.000; Lei Amis de Paris : 15.000; Secours aux Am~ : 10.000. DROIT ET LIBERTI â BfS CAMrS Of CONCfNlRA liON ... La guerre atomique ... en Allemagne Occidenlale 1 (et quelques autres préparatifs) VISION de cauclwmar 1 ... Ces ,photos de camps de concentration ont été prises il y a quelques semaines en Allema, gne occidentale. A Grosz-Hesepe, très exactement, dans la plaine marécageuse des bords de l'Ems, où tant de détenus antinazis, déjà, ont souffert et succombé, sous le régime hitlérien. Miradors, barbelés, baraques de planches ... on s'y tromperait... Au bord de la rouLe, cette pancarte

« Il est Interdit de pénétrer

sans autorisation sur le terrain de l'établissement » ••• Sous la surveillance de gardes armés, des prisonniers, sous-alimentés, contraints à de pénibles travaux. Et parmi eux, mêlés intentionnellement aux criminels de droit, commun, se trouvent, comme autrefois, des démocrates, des militants de la paix. Ainsi se poursuit, au pas de l'oie, la marche de l'Etat de Bonn sur la voie de la remilitarisation. Rescapés des camps de la mort, parents et amis des martyrs de la dépo rtation, que pensez-vous de ces nouvelles manifestations de l'esprit « européen » ? Armes atomiques Autre aspect de la même évolution

les bourreaux d'hier, qui

ont sur la conscience l'assassinat de millions d'innocents, se préparent à utiliser les armes atomiques, permettant plus brutalement encore que les fours crématoires l'extermination de peuples entiers. Dès le 7 octobre 1954, tandis que s.e préparaient les accords de Paris, l'agence américaine Associated Press reconnaissait que « les projets de la nouvelle armée allemande sont établis en fonction d'une guerre atomique ». Quelques mols plus tôt, selon la même agence, le commandant suprême américain en Europe avait déclaré « qu'II estimait convenable d'instruire les futures troupes allemandes dans la conduite de la guerre atomique ». De fait, au lendemain même du vote du Sénat sur les accords de Paris, Washington annonçait la livraison massive d'armements à l'Allemagne occidentale, et en particulier de bombes atomiques. Bien que la fabrication de tels engins ne soit pas, en principe, autorisée sur le sol même de l'Allemagne, tout prouve que d'actifs préparatifs ont lieu à Bonn dans les domaines scientifique et industriel en vue d'une telle fabrication. Une institution contrôlée par le gouvernement vient d'être fondée à cet effet par 16 firmes allemandes, dont Krupp. Les gaz Les informations qui pl'ovLenne nt de l'industrie chimique ne sont pas moins inquiétantes. A la fin do 1954, la production d'acide s ulfurique, de soude, de chlore, de carbure ' de calcium, etc ... , était déjà de 2 à 8 fois supérieure à celle de 1936, première année du réarmement hitlérien. Un profond mystère entoure les fabrications de l'I.G. Farben. Il y a ,eu des explosions suspectes, que la police s'est effo()rcée de cacher, à l'une des usines de cette firme, la Badische Anllin-u'nd Sodafabrlken S.A., à Ludwigshafen. Cet~e usine, précisons-le, est dirigée par le professeur Karl Wurster, qui occupa de hautes fonctions officielles SOUs le régime hitlérien. On sait que le gaz le plus meurtrioer employé à Auschwitz pour asphyxier les déportés avait nom « zyklon B ». Or, le Dr ErhardPeters qui inventa Ce gaz et le fabriquait, vient d' être remis en liberté. Il avait été condamné ... à 6 ans de prison, en 1953. à Wiesbaden. On annonce que son procès sera prochainement révisé. « Je considère, déclare-t-il p'mr ! e justifier, que la mort par les gaz est plus humaine que toute autre forme d'exécution ». n'est pas fatale Les peuples peuvent l'empêcher Aujourd'hui des gouvernements prép3irent le déclenchement d'une guerre atomique. Ils veulent en faire admettre la fatalité aux peuples. L'usage des armes atomiques conduirait à une guerre d'extermination. Nous déclarons que le gouvernement qui déclencherait la guenre atomique per- ... Tel est l'appel lancé à Vienne, le 19 janvier dernier, par le Conseil Mondial de la Paix. Le 3 avril, à Drancy, l'Assemblée Nationale des Forces Pacifiqu.es (à laquelle participaient 2.200 délégués de toutes tendances Tous unis conlre la menace du mililarisme allemand LE M.R.A.P., qui mène, depuis sa création, une lutte constante contre le réarmement allemand, exprime l'émotion indignée des antiracistes de toutes origines et de toutes tendances devant le vote du Sénat, autorisant la ratilfication des accords de Paris En approuvant ces accords, - votés en décembre par moins de la moitié des députés - 184 sénateurs (sur 319) ont pris l'accablante responsabilité de remettre sur pied la Wehrmacht, dirigée par les anciens généraux hitlériens. Ils ont admis, ils ont voulu que des armes, y compris la bombe atomique, soient rendues aux criminels qui ont assassiné naguère des millions d'innocents au nom du racisme le plus barbare, et qui ont occupé, pillé, ensanglanté notre pays. Un tel vote encourage les éléments nazis et bellicistes en Allemagne Occidentale. Il encourage, en France, les groupements d'anciens collaborateurs, dont les journaux développent des campagnes de haine raciste et antisémite, de plus en: plus violentes. F IDELES aux martyrs de la guerre, de l'occupation et de la déportation, les antiracistes renouvellent solennellement le serment prononcé en 1949 à la 1'8 Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix: « JAMAIS DANS LE MEME CAMP QUE LES BOURREAUX NAZIS! » Le M.R.A.P. salue en leur nom les sénateurs qui, se prononçant contre la résurrection du militarisme allemand, ont émis un vote conforme à la volonté nationale. Il salue les hommes et les femmes, venus de tous les horizons politiques et sociaux qui ont fait entendre la voix de la Fran-ce antiraciste et pacifique. Cette large union, cette puissante action commune, gages des succès dè demain, soulignent l'irréductible opposition du pays tout entier au réarmement de l'Allemagne. Les antiracistes, unis avec tous les patriotes, feront échec aux funestes accords -et aux dangers qui en découlent. Ensemble, nous devons, nous pouvons préserver l'humanité de nouveaux Auschwitz et de nouveaux Oradour, en faisant triompher la négociation et la paix, l'amitié entre les peuples et la fraternité des hommes. LE BUREAU NATIONAL DU M.R.A.P. drait la confiance de son peuple et se verrait condamner par tous les peuples. Dès à présent, nous nous op·poserons à ceux qui organisent la guerre atomique. Nous exigeons la destruction dans tous les pays des stocks d'armes atomiques et l'arrêt immédiat de leur fabrication. y politiques et philosophiques) a invité solennellement !.es Français à signer et à faire signer cet appel. Ainsi, depuis quelques semaines, a commencé ce qui doit être la plus grande campagne de signatures que notre pays ait connue. Par l'envoi d'une délégation aux assises pacifiques de Drancy, le M.R.A.P. a souligné une fois de plus que l'on ne peut séparer la lutte antiraciste de la lutte pour la paix. Et déjà, notre président, M. Léon LyonCaen, et de nombreux amis de notre Mouvement figurent parmi les signataires de l'appel de Vienne. Il est clair que le climat de préparation à la guerre favoflse le développement du racisme Domme de tous les mensonges destinés à déchaîner les haines aveugles et meurtrières. Et surtout, une guerre atomique, avec les armes de destruction massive aux mains, entre autres, des anciens généraux nazis, ce seraient les ruines et les deuils que nous avons connus transposés à une échelle apocalyptique. Cela, nous devons, nous pouvons l'empêcher. Nous, les peuples. ' Signature après signature, nous proclamerons notre volonté de vivre, de ne pas permettre que l'on se joue de notre destin. Signature après signature, nous exigerons que soient détruites les bombes atomiques et arrêtée I,eur fabrication. Et la voix de centaines de millions d'hommes retentira plus fort que les cris d'hystérie des fourriers de catclstJ ,·phes. Voilà pourquoi les amis et militants de notre Mouvement appuieront de toules leurs forces la campagne contre la guerre atomique. Voilà pourquoi les antiracistes suivront avec passion les travaux de l'Assemblée Mondiale de la Paix qui d,oit se dérouler du 22 au 29 mai à Hels'lnki. Devant le Luxembourg, toute la France ... Une foule nombreuse stat:onnait devant le Conseil de la République, au cours de ces journées dramatiques où les sénateurs eurent à se prononcer sur les accords de Paris. Des délégations de tous les quartiers de Paris, de nombreuses villes de province, d'usines, de bureaux ou de facultés, vinrent proclamer avec toute la grav,:té qui s'imposait la volonté de notre peuple d'empêcher le réarmement allemand. Une délégation du M.R.A.P. Le M.R.A.P., soulignant que la' ratificati'on des funeste~ accords aggraverait le danger du racisme et de l'antisémitisme, a participé activement à ·cette pur;ssante campagne patriotique. De nombreux sénateurs ont été visités paT nos militants et amis. Le samedi matin 26 mars une délégation organisée par notre Mouvement s'est rendue au Palais du Luxembourg. Elle comprena':t notamment le Dr André BLOCH, médecin des Hôpitaux, président de l'Amicale des lvlt:decins Israélites de France; le professeur FROLOW, de la Faculté des Sciences; Elie BLONCOURT, ancien député; les docteurs GRElF et DVOIRIN, ains: que notre Se .. crétaire Général Charles PALANT et plUiSieurs membres du Bureau National du M.R.A.P. Diverses 'personnalités, notamment le poète André SPIRE et le professeur Marcel PRE NAN T s'étaient associées à cette démarche, à laquelle ils n'avaient pù parv:ciper. La délégation fut reçue immédiatement par M. Maranne et Mme Mireille Dumont (communistes), mais les autres sénateurs, de divers groupes, qu'elle avait demandé à voir ne donnèrent pas de réponse. Des lettres leur fu-' rent donc transmises, attirant urne nouvelle fois leur attention sur les dangers d'une reoonstitution de la Wehrmacht. . La majorité des sénateurs n'oOit pas cru devoir ten;r compte de la volonté nationale, clairement exprimée. Leur abandon, deva,nt les pressions étrangères a'ux intérêts de la France, ne saurrait être accepté par notre neuple, soucieux de défendre l'indépendance nationale, la sécurité française et la paix. La lutte continue contre .J'application des accords de Paris, pour empêcher le retour des horreurs de l'occupation et de la guerre, pour que triomphe l'esprit de négociation. 12.JUIN à la Mutualité Le procès des "Nouveaux Maîtres" C'U T ..". .• .•. u.". " . , "'·."o. U.,O. .n.. •. ~ .. fin d, " "' ... M .,,~ '. ..... nu' .b'_ . 1.. .~ ." " ; Juil ..... b& n ~ ~.' .,01, ptIO .o.n.' ... ..... "."n. d. "' " - •• "PP" d. ,. 00.01 ... • gn' mo ... Il , • cl"" '.'. l' ... • I.u.oo ,., ••• nl ... ......... - ... • L., Nou."u M' .. . et .. OO.UQ",' 1. _1V1 .. ~' ..... bO .... d·.U ..... 'ot ",,"- "" ... J"'U'" l' ..... • • Le .. péril jaune " •• Barrières et sur le chemin embûches de la culture Inlerdil une cri" "nelle MYSTIFICATION • OURNELLEMENT, dM hommM ... Ill ·""1 dKn" leur chair et dano leur dignité ~ en ral8(l" de leur r aC !. de leur eGuhur 011 de leu c.Urlon. Chaque ;;~j, n . mcnt ", .. quant d, la yle politique el ..: cial. est le pT"étule de ca .. "", ..... a nlioémites, chuchntw ou biu la~ .. cmt dénloppéH pu "". ""r_ lai .. e pr_, créh et BOutC"U' à cet err,t. aux ... Loo ~, ....... "" •• 10 ..... h.rd ... ..... ~ u C"I"'" • P. ,i •• , .. 'u .. d, _'" ,.. N o"' _~', ' _ "'.0- Che, Mon';.u,. .7 (0 .... ...... , .. ~ .. p,opose, d. "ouv •• u •. C'1 ct " .. Yi.nt d. faire Tout SavOt •• 6i.n que you' l'oz pri .... i. d. m· ... ,orti ,. j'.i .u .• n dkouvran! la ou",rtu .. de •• tte r.vue, u. petit ,u ... ut. C ... Ida! ehi""'. 'u. Y'ux rue", lUX dents de loup Qui port .. t ... mai .. a""~ •• dO i,iff .. sur DOt ... o.ti""nt mO rappel.iI lei momontl ln plu. fr~"~t;q .... de 1. propagand. an1i-bolohnique. ""u. quo j'ai connu" pend.nt 1. g""'. alo .. que J tl.l, pli_ ..,nni.t, en Allem.gne. N"". en tlion' d n : .. ""n .. Ji. Un ln'e .lIond.m"",nt ill .... 1ft occupant'"" prtm;treo ~'" Ile la , ..... I"tpondoil .u, ['0'" .. Ile la couv.'ture. ·.u'.u, y .U:, mait .• n ,'oppuy" l "u' d .. p,~"io., l -molIuplt. q .... 9ui ne ""év •• , que de son imag,na .. ,,", que ,. Chi_ n romp:.,a'!, en !!Ml. u. m,1- H..... d'habit .. ,.. Ttop Mmbreu, .JO('l pOU, p ouvo., lro .... v« leu, ,ubsi'l,.« 'Uf leu, propre lOI, lei Chi"';. dUerle- Lettre de M. Pierre GASCAR Prix Gon,.U,1 il "Droit et Liberté" ro;ut sut,"" plaine. d·Eu",pe. Comm.n' kha""" • « pttil ? .. demandait l'I.t.u,. Il ui .... bien ,0" ,. bomN "omiq •• mai .. d.n. ct ca. prtti .. IOn .1. f a M .... il .. ". ,um".t. ? Et l· .. l.u, ..,riv .. t , • La Ch,." "'''. dan, tH fl.1ICtl i.lI )ndabl... de qU )Î no" .... , Mt .. 1 te Moto h alo- .~"" ' d. caue. qut t lIOi", pui_ dim",uH ra' qut.e ooit.. .• J'aff~te i.i ,... voud,ais pouni, do la raillerie d.n.l "" texte l'ANTISEMITISME NE FAIT PAS l'AFFAIRE DES PETITS COMMERÇANTS ..• Un. ,,,,ppatt:. W...trot"", de la /IOCi,,;lt de l·an.tloolnUl ...... """" .U toomIi.. ,,",lOi. qtOOI..... uml l. par 10 Jf_ 1'011/(1 1 1 '. On ..... .,..,il. tvi lml ......... _lulu la UgilimiU .... le la:. al .... lain (Suite .n pail' 1) A "" mot. '"

p, ..... 1." grou~m."l~ qui attisent aln. la ltalne ""l re dtoYeNI ne ud.enl pu, dans leun tracta et même leun m."J[~U_ publiques, leur 1 .. ""lienl dai. de "'C1Iurir ~ la vlolen ••. r- , .... jug .. et ln .alomnles 8"" •• II \" . .. enl répandllS, lei! di , • • I .. ]n._ 1I0M pratiquées dans ln domaines du lee.cal, do l'eMbouche. de la Iq-islallon ....:lale el dan. l'bo .. I •• de la J ütlee. 'o ll/. trop lOuvent nUl[ I ..... me" ... norddrkaln .. une condition de pari .. daltOftotre pay ... Les ~tudlant8 d'Out .... ·Mer, "u; ... trlb_t par leur p.mnce dan. n"" fa. cult,;" au r 'j'onnement de la l'rance, .... heurtent parto" • d ... pr~jullH el dee dl.· crh .. lnatlong .acUite •• Y OUTt:s """ ma nlre.tatiGRA M •• û .. e 1.l'Té, honteul oU uouf heurtent 1 ... "'ntimenh" la rai ... n, 1 ... tradltlon, U 1 ... lntér~'" de notre peupl •. Le peuple f rançal. n'""t pu rac.t •. Il confond daRA 1. " ' me ""'probation 1 ... raci~t ... d·hi.r. j Onrvo)'euro dee nm .. de ta IIIort, et lee racl.t ... d'aujour d'hui, don! la vl.ul.ne ! .·accroît avec le nn , u~ .. u du mUlt .. IiI .... L A lidéll(~ du d u Ci'oren, «Jun de 13 quI Be llend •• Luo". "'Ul'N. Con •• nt .. d'~,ot HOM rio"'. III. ILONCOUAT, ,",,,d muU"! 4. guo" •.• ",'on d"putf. Commandeur d. ,. U~on d'l'"nn.U'. M •• " IUL.WKO. Pt/'tden' du Mouvem,nt 'la,Mm •• Il.t..:!, . CI'" _ 'I .. IIII .. E. .n .... "M'd'.t du G •• uf"! d. la R~,'."n" d. "M .. mblt Con'u l .. ' ... . "m, CNoM .... T DI. L.U_ WI. .n'lenn, diJ O,'te, )l6 1allt. d. ,. M.IOU •••• C",b d. Gu,,,,,. J ... " .... "1 .. , l'rol'Ur • 1. Sorbo.n •. ~ u",. aODART, An,"" M'_ n,.t, • . 'Db. N,_.. a .. ou... dll " Abbé .. ,1 .. 111. " '.01. JOUlDj"", !lofl .. I". C ....... ..... JUL. !'N_ I._u. la So,_ne. Con •• lllord' "UlIlon rra._ ("'0. .. ' .... , LIli ... C~ .. rt d. Rt'" .. ," •• u C.N,R.S . p." ... LIII .... CN. Mm, ~ .... Lin. Prof"- .. u,) la uult ! d. Ml do_ ".0. LOo" LYO~U". P •• mIe, ,'tioldeot llo. nII .. d. ,. Cou, d, :"'110 •• l'ri.l_ ~.nt dll I .R.A.P. J . ..... "',.ULI. 1". ""' •. Lou" .. a,,". )10mb .. 4. 1"l".IIlUt,Anol •• M'"IOI"" 1. "IUAIDII, DOretteu •• !'E.~I, d~J"u'" E,uC .. , I."",.~ .. "'ILIT. !lfn- I.u •. "._1. N~"LI". "".n Min!,' ••. lfpuU. .... D. "DZID DI so .. ao. 1",_ pooteu. G '."" .. n.,_ !.ru lIon "ub'lqu •• "ot O' .. II .... NT, Prol •• .. ... t TI 8~.!tonn •. Cl • • d . ... YUI •• MOI",_,d_ Jol.' d. !l;0"1·1.·s" •• Co._ ..1" .. Gh~ .. T d. ,. s.e'." D, M.,o" IIAY"~UO. l'ro_ I ...... gn'!. dn F, uT_ t~. d, M. d«' ••. ~. ut "'VIT. DI~t.u. du Mu, •• d, l·'h.mme. "mo IIOM.I .. "D~~.ND. C' •• d. IIOY . ~e.h .. ",. a.d'" 1"1. P"",.. VlltCO" •• 1:,,,, .. ln. Cft._ ... ~ . V'Ot.LlT. O.. .u".0 " W.'TI. l'rc,r. .• t Il P. u\l~ d. )t~_ d",I., do ~, ... lIou .. , Il Y 1 u.e .utre formo de ,"oitme qui. b". qL.C moi., ,pert .. u_ ,.i" .' .. , pao mo,", Ibi«to que «'le QU, n""" v .. o .. d "' tuer; o' .. , le lo i,me qui'" ma.il .. te da ... l'i.",uoti m. , , D,., 10, ."t, .. P'y d. t'Uftion Ffln, ;,.. la ,il.ahO •• ' .. t pu l'lu" b'illant •. E. Atriqu. EQuato,i.l" Fea •• ç ..... 9 p .u, '00 "u l.monl d .. il ne l,jase pa. d·ttre lu; ..... i raci .... , , On ..... )'. en,uit. d',. laire un pe' it Pronç.ls, ~ Qui do •• o d .. ".'u,,.'" .u.,i Ld;cut .. quo "u, sig.at'" p" le prof .... ur lIert,_ I.ld, Qui nout l«,it da .. IOn rappO rt .'" l'on"'!:n,ment ~ Mo. ag .. " .. 10 specta'l •• huri .... nt dt ptlit. m.l~aoh .. AnMlnt le bmeu' « Nd. a.,ll'" 1 .. Gou_ Ici, ~ : ou lA Fran,e MI" ml" .pal,,. ~. OU qUL doi"'nl ." JonVl" (.n pl. i. o'tI) dkri .. u. ra)"'!:" .Ou, la ne;", (d.ns un P'Y' ou I O'",,"no .'. o"~ j.mai •• u de "oi,,). L'(lttribution d811 boureM 1 .• bu"t.u,'" ob".u. il .. pok'" pOu, 10 j,unt '( Chlo" • Pll8 de chambre pour voua lM, .. ~ o .... u· •• 10' ,ofu. • ...... ' ..... 'b' •. " GO,,,' •• p,o"" .0.' """ ........ p"'. Lo M_ "' ... , " '.". Il ,ompu" un ...... '"nu • no .... 00- ...... n.. ...... n U' ". , 4.,0 . ...... ,.. ...c o q•u '"u .g ••01 "!':- ,;." .u •••• 'u. d· ••• Qu.II, "" "00 ! .... '0"" • . .1, .'.' g ..... un, ' omm. ,., 1 .... '.' d·,o ou,h .. " .. ...... • .... " ... .dm'". • .. h. 30 du m." ••• "h6p;lo' a. L ...... ....,. Q.' oon ""',' .. , " g""n, Tro ... ",'" a'."", ...... u., il '·N6Io'_D" ••• 11, , .o ou,h ... • ...... ·.u •• ,«I, ......... . J u,qu'où .... JOU""h.1 00 .. l, ... 1 10 •• l'o ,up.on. " totuo d. oo"' lno o.flo d ...... . 1, '" Juif. p"" •• '" ou •• 0_ • .... "io ••• Ou ...... 'I •• 'lqu •• 1 .. b ... m,n .. q.1 .01' ..., f.; ,"'.\ijk.' ... ai : ' ..... ... .."~ ._ ....... , ... ............ , •• __ •• n ... .. •• 1 ~nl ..... , lui". ni "",,. • .....,. .. n' , .. ".0"01'" ou .. . voua .. me'c., ch« MaTIdO votre vii:la.ct , Idou"d HIIIIIIDT. p""'donl d'Iloon' do "10 ... ""'110 ~·,II .... , •. Cn ..... ..... IfT. s. nI\ol,. G'.~rol d M.II.".P. D, _.. WIATNII .. IA. l'ro, .... ,,,. " , ou'" Co Mt ledn. d. L)' n. lnulile d. di .. que 0 1 tllt .h".... ne t.v~ri .. ni ts .. ntt 1 .. tt.d ... Le drenne d811 débouch,é e •• K.UO.' , , ... 0'" a, .... - ""ovlll'. " '0 aN, '" Ao .... • '0. C. """m, 'h""l. """.' •• Jo ..... • .. "' .. ,·.~p".OI'O. d, « ,'~Io' d·."II'~" •• n .,G ..... « Rac'!lJme paB ",ort» """' oommo."' . Réponse à mes uditeurs par .Jacqueline MARCHAND Ag"g,~ d~ rUniv.rsili. M'm~" da BUf oQ Nr.ional do M.N.AP 40 'onto ~old.n"" .• !~,,~ "Jaqu. d. 1'!DJuro L .. Q .... d. """U' •• MUtoi •• , oom ....... qu'un ".m- m. 00" ... I,~ ,.' .. mo.' qu' •• 'b ..... " ....................... . . ..... 100"'. L· ;."'G"loft 1. , lU"" d. .~.... 'o ......... nd • • ' "_ q., ta ... p.'OIlon no ... 1 ..... P" 0" dloc"m,."io.' oon, .. ',.. ....... d'n. d, _poo, d. ,. po,.o"n, hum . '~, ".·o.g,"U. el q., 'ou ••• ". '" ..... ' .. 01.... ...,..,n' • ""U ... • .,.", .K ............. 1 '" au. DU".~ t ou. MorU". .... Ho"""nt t~ prolllt-me ~. .... m~~in ~, ',j."mple. il "n. , '.. " .," " • o ... Co"'~ .u.u~. D. 'OU," ,.. ,,~"ttl. ....... _ d,reoto,-eo .un oou"I~  :-~;::-~;;::,;-__ .d." ,.~'" 0 ... " ., . . ofl1 '" d. la &tnda"",,'" promu '0"' .. roi' .. ~u l ..... ,. ...... lOtit .... d4Jen' la mern. M'_ S.uf pou, un. '~ut. pel,t. m,_ ftet de pOSt : adm.ni.tt .. it, Sort_ "'. h ..... O., .... , ••• ' 1. reur du ra.ts ... ts mem •• 010'" .ome de p,,.,I',, .... t1 Otud~s il d·u.o """le tochn;qu . il d"'" Une erreur ", ....... "... • \0 .. Ju.u .... t d. ,.U."""6. M .. ront pou bl .. que p.o' 1 ... - I o .. ill .. lU proHt d'"" ,rand • D", •• 0_ .111 .. kMI u",.u- La 191' 'd" nI u~ tlafU d1n- ,.fant ,u, J .rifice., l'abno'ga!LOn Ile ta 1 ... roi"" ... , •••• , .............. " dN'. t.f.l. • • OOllU(,O. ,. . ~.If. ...... JU'" IIT""~" 4 t~t J' no .on. ;r~I,~:i:;:' mille .u ..n ' 1. p l"' 'ugo du - ",.,._• •" ,'.,m.,,", ,., __ ;,,::,"" :-:'~'";',: .::,;':.; _.'.t.. . ,• • ft·o.' .... u~ ...... g ... ts pao . "t", ", .. 11." .1 te i t F~n. to,me Y"~ ~ .~ • • If 'U .. ~ ..... 'C.n' G.",t aum-B'lU •.•• - t t ôM '. pourra "av .. lIer q,.. pou, 1.. _ ... -.. ..... Il ....... """ •• p' .... , ~ .... ' •• -- , Il,. ".,domme nt . bouf3ts. ,.,.'", -m",n; .. "".~ ,u' .. ...... _ .. "._ p ... " _II. Il. " ..... , "0.'- 0" !&n, te !1 nt" d'",,,,,, r .. ou 1 h '0 t ~.fI u w .................. _ .. .. . .. . ... .... ~u, l'UnI ... "'U~ ... II" •.• • .. alt '\\oi. OK' ... t un .p!' . v • n·adm.,tont jamais qu'un bl.nc: _ •• ~._. " _0 _,. ."u . .d.o np,o u.n" um. W.. . .,."... .~. .p,.a'tUl"q ".n'. "'(U QU'lqu. JOU" .p~ un. .. NOB cmcêtre. 0, là, A' U'" 1. d'K"ml.lton ,a __ A " "0' ., "'"' d'un homme .... M ,,_ -_ • "_ M. .._ .. U. '0.' Illon ...... ,., 01"0"." ,.U .. ~orn ...... 1. m~m •• tlle. le. Gctulois... ,. iate ,,' so. oeuv... . d. cou«u,. .. H_" c_ r •• .... _ , " ,,'" A M.d'ioKa, 2 .,ud,.ntl m.!_ M. IMERGLIK. _ ................. _ .... qui dO.lg.,nt ".,g'.L.. mo' .n, • m m. "p" 0 •• m - ~.ch .. 'u, 10' to.t Mu";.", """' .... u o •• a. G' .'. n·, ....... , m. ~ ... IU ... ab ..... ~. d'UII 'u_ Qu,nt •••. ~~tonu d.l"éd",at:;,. M,,· ~., 1. Pr .. ,oi. de M.da_ ('0" ,. _" " ::~.'~,."'" ._ ......... w ""'oUQu. ........ ",n "'0" . • ,:,,:.:..:.:.:m:.:..:.:.:.:..:.:.:~• .•:' :':.:.::.:":',:...::::.::::.:::::::.:::::::.::::::_ _~ ':;':':·:':':":':;':,,:.,::o::,:,:":,:,:,:~::.o.".':' ___ :~_ _____________ :"_ __ ,:',:._,:. ___ ,:_ __________ neluooup d',udlt u,", '" d, .. nl • a .... u, ... '.p,'" .... nou.; ,. "e. "M ... ,·"","" . LEP 0 JI SON D E M .... • vo.a .... ·n •• dh ... " . ... ~ ..... h."" O",D"n .ou, ...... - VRE ....... on 1."lg .. ,joft ~ .. ,,,, a .. P"'J.U" , .""'" ""' ....... ~u ..... .:t do C.mb,,' : • " o~ .. u. ~. "U' QU' l'on' • n .. ndu ... Jou,," '·.""'0 .... '. .... "" ,., .. Il ....... te a .... ........... QU"Q'" ....... no .. d, .on •• 'OUNg., ......... , aUl'OI'- Il ...... 'n U. pou "",'n. a· •• ,I,o_ m' ...u .. ...... ,. ...... L ...- l'~'o ••• Ch"" .. ' DI •• o.b' ... a ....... 1 ." ... .... ,.",., roçu .. ~I,nn,"' d, Iou, 1 0 ,oln. d. Prao". et nt~_ m. d. sut ... el d. n"glqu,. u. .~ .. t'" .ont dook ... oU m;_ n.dn •. t .. ututeu .. ou J"~" d • l [ &1.. ph •• mact... oU .g"eu!_ 'rul1 d. ..u .. , Loo nom, _1 elu C' nolra ou Co mUiu"",o.. mtléo (Sol/d. l~ par' t) ment ................... __ lyIeI. 1.10 pr_ a ... na! ! Qu·.n 11181. Il .y~ 1 .. """ • ...., 1103". mann. le _ d·HI' ...... n Ito"*""". san doo~ ce ...,..... n· .... U ""'" _ np",," a_

eU. de SI ~ qui. _ III

fin de !Jo 1\.-....,. ,ta.. de 1"Europe il l'Antrkt' du & cl, III '"Uo d· ... ~ 10 '·Inlet ... uonaIo no ... _lIu","" o.ot.e non.,'" ~ ""'_ • .. prNonte.... plUOleuro _ _ ... li 7 , Je • '-11 0110 lto

. "' ... n_ d'~"
10 .. bY rotn qui ~Iend ..,. ramlllea.

lO ... :IIno de l DIDI ftu:o DOra. 7 WCOIts la "'--. n 7 •• ""'" .. pWt ""UIIq"O. le Mw-.. 1 9001 .. Eur_ '. d"lae. enlte .ul ..... pu \.,,,,,q1 .. le do \ ... Ie mIn& lon .... jUill. .... ul1eo Bardllebe. Sa reYUe. • OH.".. do ]'Ooc:!den' OOUI • """,no! quo la d!r o tlon 10 te You ...... n' oient de te _nlr • Luumbourc. et que« la ~lto:oUon Il""O IÇOlOe "",,,,,,,,,»ail une disatne 10 DOrI ... ...".. •. Un ~ aura "ell • w....,.. ... n _ Je "",uranl de 1"&. Groupemenlll, !OumOEUx da haine un ...... ,~ de OOI IIna'lOn, ...,..". on """"" .. .,...nlso· La hW .... !Jo Mmocrallo et .I.".A.nn..l .Otmlllame ","",,1 le' Jo. dO 1_ .1lI __ le pt ... n p'u. nomb,eu-. Il _P' l '1'll xav", .... Ilal. "","n ""'mmt-'", au, qu tllOnl )Ul· na de ""0"" .ujOu,~.~". """""leur On ol,er d'A'j*to "" la ~~. "",nt lU no!W:O en mat de ,..,. .,.""IIe. El l uO .... too,naWl calOmnl nl "" ... ,_n' .... juil ..... llenl • !Jo haIDo contr. loi ,,.ya'lour. no,d-atrlcalna, priLOenlenl Ieo bo.,,,... de ...... Iour ",. .... etrea tnr6- rIeu ... don' !Jo .Ie tmpOrie .,.". L'objectif • • • en Il.anl )· .... nUon ,ur deO ...u.,x., ...1 t'm' "1'0l.r . o.. .d.o.. .l.o i. . aublier réeUoeo .. leuro dllfleult& Joo,nal_ "' dei ~.,..." qui !eo meno.c.nl . AIna!. .... _'",, n" do ", .. t l ... 1 d. , ..... ru'" "" 10111 "" • Id .."Ia mobiles qui 101."", In_ elter .... I n.I do coeur • Om.. tt" l'anu.em],tsmo et .. ro- ,0"""""""'.n .P ar un tel oombal ua H~ plemer t ! ru .. p,."".... tntér.!... Iour .... y. el l' pal •• lts lonl b::1 «: • ceux qui. ' u mo,on de ta bat"" .nt", ... d. to)' nS, ~"",,,n, tIl.,_ la no· tion. ao_lo .... _" .. , lOI", " "11'''' le, lIommeo e' Ieo -~ e DROIT ET LIBERTE EinSTEin savant génial el homme de coeur I L est des êt.res rares, faits de lumière et de bonté, qui, à travers la . vie, laissent sur leur passage la marque indélébile de leur8 grandioses vertus. » Cette phrase que Frédéric Joliot-Curie écrivit daJJs un hommage à Paul Langevin, nous pouvons, dans le deuil qUli frap. ipe aujourd'hu1 la science et l'humanité toute entière, l'appliquer à celui qui fut l'ami et · le compagnon de lutte de l'illustre physicien français, à Albert Einstein. Si l'on veut caractériser d'un mot, l'oeuvre scientifique du grand sava,n.t qUIÎ vient de dispa ·raître, c'est bi·en de lumière, en effet, qu'il faut parler, d'une lumière qui a éclairé toute la physique de notre temps et qui lui a dévoilé des routes si nouvelles et si étranges que les autres hommes de science eux-mêmes mirent longtemps avant d'oser s'y aventurer. C'est en 1905, à 26 ans, alors que jeune ingénieur encore in,.. connu, il travaillait à l'Office des Brevets de Berne, que se révéla brusquement le génie d'Einstein. Dans quelques mélà, on avait considéré l'espa.ce et le temps comme constituant une sorte de cadre donné d'une faç'on absolue, à l'intérieur duquel se déroulaient les phénomènes. On admettait aussi l'existence d'un miHeu fixe, subtil et impondérable, l'éther, qui remplÎssait tout! l'espace. Or, pour expliquer l'échec incompréhensible de toutes les expériences portant sur la lumière, qui aurai ent dû, selon les théories classiques, mettre en évidence le mouvement de la rerre autour du soleil, Einstein ·renonça à la fois à l'éther et à l'·espace et au temps absolu. Il critiqua la notion habituelle de simultanéité, .i,n,troduisit le « temps relatif » et montra enfin qu'e l'espace et le temps devaient être 'envisagés comme indissolublement liés dans un espace temps, à quatre dimensions. Quelques années plus tard, en 1916, il compléta.it ces premiers travaux qui constituaient ce que l'on appelle aujourd'hui la relativité restreiJJte, en édifiant la théorie de la relativité généralisée. Il y affirmait que les lois de la nature devaient rester les mêmes quel que soit le système Albert Einstein, e'n compagnie de Robert Oppenheimer moires sensationnels, publiés à peu de mois d'intervalle, il jeta les bases de la théor ie de la relativité et introduisit l'hypothèse d'une double structure, à la fois continue 'et discontinue, de la lumière. Pou,r bien comprendre la révolution qu'a apportée dans la science la théorie de la relativité, il faut songer que, jusque- DROIT ET LIBERTÉ 91, Fbg St-Denis - Paris-10 Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 l ARIF DES ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an : 300 francs PAYS ETRAN~[RS Un an : 430 francs ABONNEMENT DE SOUTIEN : 1.000 franc8 TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQCE Compte Ch. Post. : 6070-98 Pari. Pour les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Cb. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rne de Paradis -:- PARIS (X') -:- Trav. exéc. par de. ouv .• yndiqué. auqu.el on rapportait les phénomènes et que les propriétés géométriques de l'espace-temps étaient déterminées par la présence de masses matérielles. UNE autre conséquence des théories relativistes amena Einstein à établ ir dès 1906 qu'il était possible de transformer la matière corpusculaire en énergie de rayonnement et à donner la loi de cette transformation. Selon l'expression de Paul Langevin qui découvrit cette loi fi la même époque et indépendamment d'Einstein, la matière devenait ainsi un gigélln~ tesque « réservoir d'énergie ~. Ces théories qui sont maintenant admises paHous les savants et enseignées dans toutes les facultés allaient tellement à l'encontre des idées reçues que, seuls, quelques rares physiciens, -comme Paul Langevi.n, osèrent, au début, les dérendre sans réserves. De très grands mathématiciens comme Henri Poincaré n'en comprirent même pas toute l' importance. II a fallu, pour que la théorie de la relativité s'impose, que les faits vi'ennent lui donner raison. Elle expliquait le mouvement des plan.ètes sans faire intervenir cette mystérieuse force d'attraction chère à Newton, mais elle indiqua'it, pour les éléments de 'l'orbite de Mercure, des écarts sensibles avec les tables dédudtes des lois classiques. L'observation astronomique confirme l'existence de ces écarts, comme elle confirme la déviation subie par les rayons lumineux issus des étoiles lo intaines, lorsqu'ils passent au voisinage du soleil, déviation i.nexpliquable dans la mécanique traditionnelle. La production de l'énergie atom: que, enfin, constitue une dernière vérification des iois d'Ei,nstein; c'est celle que le grand public connaît le mi·eux. Si, comme on veut l'espérer, PAR -----J Paul lABERENNE Professeur agrégé de l'Université cette production, est dans un avenir proche, uniquement consacrée à des fins pacifiques, et ouvre ainsi une .nouvelle ère dans l'histoire de l'humanité, c'est à Einstein que reviendra la gloire d'avoir été, tel un nouveau Prométhée, l'init·iateur de cette ère atomique. L'APPORT d'Einstein dans d'édification des théories modernes de la lumière, s'il est parfois plus ignoré de l'homme de la rue, n'en a pas moins été aUlSSi révolutionnaire que les découv-ertes relativistes. Jusqu'en 1906 on attribuait à la lumière une structure purement ondulatoire, ma,is les théories fondées sur cette hypothèse étaient incapables d'expliquer l'dfet photo-électrique, c'est-à-dire l'arrachement par un rayon lumineux, d'électrons appartenant à une plaque métaHique. Là encore Einstein devait bouleverser toutes les idées reçues en supposant que la lumière n'avait pas seulement une structure ondulàtoire, mais qu'elle devait aussi être considérée, en un s·ens, comme formée de c: grains ». L'introduction de ces grains de lumière, de ces photons et leur association aux ondes classiques devaient conduire plus tard M. Louis de Broglie à la mécanique ondulatoire. C'est pour ce travail qu'Einstein reçut ultérieurement le prix Nobel. Tel est l'essentiel de l'oeuvre scientifique du graJJd disparu. Son importance est telle que le nom d'Einstein prend désormais place dans le Panthéon de la science à côté des plus illustres, à côté de ceuiX d'Archimède, de Copernic ou de Newton. M AIS ce géant de la pensée, comparable aux plus grands, n'était pas qu'un savant, c'était aussi un homme bon, juste et courageux qui lut- ta sans crainte pour les plus nobles causes. Il a'vait une horreur instinctive de la guerre, « une très profonde antipathie, comme il l'a dit lui-même, pour toute espèce de cruauté ou de haine » et cette horreur, cette antipathie, il ne les a jamais cachées, même au moment où il était le plus dangereux de les rendre publiques. Proresesur à Berlin, pendaJJt la guerre de 1914, il refusa de signer le manifeste na1ionaliste des 93 intellectuels allemands. Après la guerre il accepta - pO'Uil" servir la cause du rappro- chement entre les peuples - de se r·endre à Paris où Paul Langevin l'avait fait inviter par le Collège de France, ce qui provoqua la colère -simultanée des chauvi.ns des deux côtés du Rhin. Plus encore, dans cette Allemagne où se développe déjà le plus brutal antisémitisme, où Rathenau, ami d'Einstein, israélite comme lui, vien1 d'être assassiné par ceux-là mêmes qui avaient tué Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg, il n'hésite pas à proclamer sa fierté d'être juif. Un peu plus tard, en 1930, en dépit des attaques redoublées dont il est l'objet, il participe à la campagne i,nternationaJ.e contre la guerre avec Barbusse, Romain Rolland et Maxime .Gorki. Contraint de quitter l'Allemagn lorsqu'arrivèrent au pouvoir les nazis, qui mirent sa tête à pr,ix, il s'exila aux Etats-Unis et devint citoyen américain. Mais l'Amérique qu'il aimait, le pays à qui il avai1 librement demandé asile était l'Amérique de Franklin Roosevelt et no,n celle de Truman, encore bien moins celle d'Eisenhower. Son amour de la justice et de la ·paix obl,ige à nouveau Einstein à rompre le silence, à reprendre le combat contre les périls renaissants. II s'élève avec indig,nation contre le racisme qui persécute les noirs aux U.S.A. II joint ses efforts à ceux de tous les hommes de coeur qui tentent d'empêcher le crime dont vont être victimes les Rosenberg. « C'est pour obéir à ma conscience, écri1-il personnellement à Eisenhower, que je vous demande instamment de commuer la peine de mort infligée à Ethel et à Julius Rosenberg. » Dénoncé comme subvers,if, dès 1951, par la commission des activités antiaméricaines, il réplique un peu plus tard, au moment où sévit en Amérique une véritable hystéri·e anticommuniste, en dénonçant, à sont tour, le Mac Carthysme et en dema,ndant aux intellectuels des U.S.A., dans une lettre rendue publique, de reIulSer de se soumettre à de honteuses méthodes inquisitoriales. Il lutte enfin de toute son énergie contre la militarisation de la science et l'utilisation de l'énergie atomique à des fins de mort. Il met solennellement en garde l'humanité, toutes les fois qu'il le peut, contre le péril immense que lui fa it courir la fabrkation des bombes atomiques. « Au moment décisif, écrivaitil tout récemment encore, - et j'attends ce moment grave - je hurlerai avec tout ce qui me reste de force. :) Ainsi jusqu'à la veille de sa mort, jusqu'à son dernier souffle de vie, Einstein a combattu pour la paix et pour le bonheur . des hommes. Aujourd'hui, sa noble voix s'est tue, mais son grand exemple demeure, un exemple que doivent méditer tolllS ceux qui, comme lui, ne veulent pas que l'humanité revoi·e les horreurs du fascisme et de la guerre. A Morton SOBELL par Walter LOWENFELS Walter Lowentels - auteur de ce poême pour la libération de Morton Sobell - est lui-même actuellement poursuivi pour délit d'opinion en vertu de la loi américaine: le Smith Act. Grand ami de la France où il passe une bonne partie de sa jeunesse, Walter Lowentels se mit à écrire dès 1924, et son premier poème tut consacré aux mineurs. Depuis, neut volumes de poésie ont paru sous sa signature et plus de 500.000 mots de prose. Lorsqu'il se détendit devant la Cour de Justice américaine qui devai t se prononcer sur sa « culpabilité », Walter Lowenfels expliqua clairement ses opinions et déclara notamment : « Que ce soit en prose ou en vers, mes ouvrages prennent depuis trente ans, la défense des hommes et des femmes qui trav.aillent pour vivre - de ceux qui sont à l'avant-garde dans la lutte pour la liberté et pour la paix ... « Mon crime est d'avoir choisi la paix et la fraternité. » C'est ce même « crime» qui vaut à Morton SObell, condamné d 30 ans de prison au même procès que les Rosenberg, d'être maintenu au bagne d'Alcatraz, où sa v ie est en danger. Les matins et les soiL"s se ressemblent beaucoup mais les murs des prisons donnent au lever du jour deux éclats différents : Au dehors, la lumière de l'aurore fait éclore sous nos yeux les fleurs, puis se fond dans le ciel du matin; En prison c'est encore la nuit; seul le plafond blêmit : A chaque aube, le jour se lève désormais par deux fois - pour nous - et dans sa prison, pour Sobell. Les chaînes de sa geôle font entendre la musique de leurs anneaux de fer et des cordes de notre coeur, monte, comme d'une guitare, le chant de sa libération. (Traduit par Jeanine PAROT.) CULTURE ET RACISME (Suite de la page 5) S'il prend un poste dans l'Administration, son traitement sera obligatoi·rement ·inférieur à celui de SOn, collègue européen. Donner à tous les mêmes chances L',enfant de couleur aUlra donc fait l'expérience du racisme dans la scolarité, le contenu de l'enseignement, l'attribution des bourses et les débouchés. Cet état de choses est indigne de la France et ne peut changer par la seule action de ses victimes. Les Français de toute opinion et de tout'e origine doivent exiger le respect par l'Administration de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789, reprise solennellement par notre Constitution. Ses principes doivent s'appliquer dans tous les domaines et avant tout dans l'enseignement si l'on veut réellement donner à chaque enfant les mêmes chances dans la vie. 1. DROI,. ET LIBERTE Un rapport de l'O.N.U~ sur l'Union Sud-Africai1ie 10 millions d·êlres , , . ecrases comme un bétail famélique et maltraité I L existe, dans le monde qui se dit .: libre », un pays où 80 pour cent de la population vit dans la terreur, la misère et l'humiliation c'est l'Union SudAfricaine, qui compte près de 13 a" ' •• • Auschwitz • LA REINE ELISABETH de Belgique, qui a assisté au Festival de musique Chopin à Varsovie a visité l'ancien camp de concentrati~ et le musée d'Auschwitz, Hambourg • MEIN KAMPF est utilisé dans plusieurs écoles de la ville pour les leçons d'" instructiOln civique ». Jakson • LA LOI interdisant les mariages entre blancs et noirs et déclarant illégitimes les enfants. issus de telles unions, vient d'être confirmée par la Cour Suprême de l'Etat de Mississipi (U.S.A.). Londres • UNE LEGISLATION restreignant l'immigration en Grande-Bretagne des sujets britanniques « de couleur .. est à l'étude. Moscou • LES RABBINS des grandes communautés religieuses d'Union Soviétique ont lancé un appel invitant les israélite. à se prononcer c"ntre la menace d'utilisation de, armes atomiques. Washington • LA COUR SUPREME a ouvert une enquête sur la ségrégation dCl'ns les écoles américaines, dont elle a prononcé l'Interdiction l'an dernier. L'Etat de Virginie, en particulier, a déclaré que la suppression des mesures discriminatoires était « impossible en ce moment., Les commerçants et l'antisémitisme (Suite de la pdge 5) revendications n'aboutiront que si les intéressés s'en prennent aux causes réelles de leurs difficultés. Ces causes, elles sont faciles à identifier : la crise économique, dont profitent seules les grandes firmes résulte essentiellement de la lourdeur des imp6ts et de l'insuffisance des salaires, conséquences de la course aux armements, qui déséquilibre le budget de l'Etat. Attaquer « les juifs », rechercher la généalogie de tel ou tel ministre au lieu d'éclairer cette situation, c'est masquer la réalité, c'est épargner les véritables responsables, et donc détourner la lutte de ses objectifs. L'antisémitisme ne saurait faire avancer les affaires des commerçants. Si le petit commerçant juif et le petit commerçant chrétien se dressent l'un contre l'autre, en dépit de leurs intérêts communs, cela ne peut servir, en définitive, que leurs communs adversaires, juifs ou non, dont la conduite est dictée par de puissants intérêts, fort éloignés de la religion. L'antisémitisme pourrait être aussi néfaste a la cause des commerçants que la démagogie antirépublicaine, qui tend à confondre dans une même hostilité les parlementaires qui les défendent et ceux qui leur causent du tort. Il leur appartient donc d'empêcher que se renouvellent les incidents antisémites qui se sont produits ici ou là. Ils ont le devoir de s'opposer d toutes les diversions, de sauvegarder leur union. C'est la condition de leur sucoes. millions d ' hab i t a nt s, dont 2.643.000 Européens et plus de 10 millions de Bantous, d'Indiens et de Métis qui subissent, surtout les Bantous (8 millions et demi), un véritable r égime de camps de concentration, c' est-à-dire sans aucun droit, même élémentaire, écrasés comme un bétail famélique et maltraité.

.: Droit et Liberté, 1  a publié,

en maintes occasions, des informations terribles sur la situatioli dans cette partie du continent africain, mais aussi des nouvelles réconfortantes, car les opprimés d'Afrique du Sud, comme ceux de partout, n'acceptent pas leur condition inférieure; ils luttent pas à pas, à leur fa çon, contre leurs bourreaux, armés de tous les arguments du racisme déchaîné - le mensonge, la sottise, l'esprit de supériorité, etc... et aussi la loi, les barbelés, les fusils et les matraques. La tempête de leurs cris de douleur, de leurs espoirs et de leurs combats a retenti jusqu'à l'O.N. ·U., qui a dû intervenir. Le 5 décembre 1952, l'Assemblée générale adoptait une résolution créant une « Commission pour l'étude de la situation raciale dans l'Union Sud-Africaine»; les membres en furent nommés le 30 mars 1952; ils durent mener leur enquête dans de mauvaIses conditions, puisque le gouvernement sud-africain refusa l'entrée

te son territoire à la commission;

elle dut se contenter, pendant plusIeurs mois, de recueillir de multiples documents et témoignages, qui lui fournirent la matière d'un volumineux rapport déposé le 5 octobre 1953. Deux mois plus tard, le 8 décembre, l'Assemblée générale de l'O.N.U. adopta une résolution !élicitant la commission, condamnant l'apartheid (politique de ségrégation raciale) des autorités, et chargeant la commission de .poursulvre sa tâche. Ce texte fut adopté par 38 volx, contre 11 (dont l'Union Sud-Africaine naturellement, mais aussI la GrandeBretagne et la 'France) et 11 abstentions (dont les Etats-Unis). Le 26 août 1954, la commission déposait son deuxième rapport, qui a été publié récemment. De simples objets •.• C'est à ce document que nous allons emprunter les éléments suivants, qui n'appellent que peu de commentaires. Le gouvernement de Prétoria a prIs, en 1953 et 1954, des mesures nouvelles aggravant de façon brutale la ségrégation raciale : selgnement Indigène par le Ministère des affaires indigènes, est un moyen de façonner la société autochtone à des fins déterminées et de donner à l'existence des Indigènes une orientation blen- définie, Il est Inévitable que les Indigènes n'acceptent ni ces fins ni cette orlentation .. _ Il s'agirait d'une politique visant à les former pour un certain type de société, et de plus à les former uniquement pour le genre de travaux qu'ils_seraient autorisés à accomplir. » « Principes », pillage et « concentration » 2) Une loi spéciale Interdit pratiquement tout droit de grève et même de simple revendication. Le gouvernement a dévoilé cyniquement ses objectifs. Devant l'Assemblée, le MinIstre du Travail a déclaré notamment : « .le veux que les syndicats Indigènes disparaissent ». Il a fait également cette déclaratIon « L'Immense majorité des membres du Parlement et l'immense majorité de la popUlation ne permettront pas que l'arme de la grève soit mise entre les mains des Indigènes. Il s'agit là d'une question de principe qui ne souffre évidemment aucun compromis ». 3) Une autre 101 aggrave les interdictions, pour les non-Européens, d'utiliser les services publics. 4) Une loi expulse les indigènes quI possèdent encore un peu de terre, de façon qu'ils puissent être plus librement surexploités par les propriétaires fonciers eurO, péens. Le Ministre des affaIres indIgènes a déclaré que « le but du projet de loi était de réaliser une distribution équitable de la malnd'oeuv, re indigène, en évinçant les Indigènes des fermes où ils n'étalent que des squatters imprOductifs et en mettant cette main-d'oeuvre à la disposition des exploitants agricoles qui en avalent besoin. A titre de transition, un certain nombre de squatters pou l'raient continuer à vivre où ils étalent installés, mais l'éfévatlon de la taxe d'enregistrement des squatters contraindrait les exploitants agricoles à exiger plus de travail de la part des squatters ou indigènes pour compenser le priVilège qui leur était alns~ acc,ordé ». Le porte-parole du parti travaillIste a qualifié la loi pI'ojetée de « plan non déguisé, destiné à chasser les Indigènes de leurs fermes et à les dépouiller de la propriété des moyens de production 1 . 5) Il existe, en conséquence, une 101 n° 19 d,e 1954, « sur la réinstallation des indigènes », quI prévoit tout 5implement toutes les formes possibles de la déportation et de l'internement dans des camps de concentration. 6) La 101 n° 21 lIquIde toute garantie, même formelle, pour les indigènes ayant affaire à la justice. 7) Enfin, divers r èglements suppriment tout droit de réunion et de manifestation pour les nonEuropéens. Les solutions La documentation fournie par les deux rapports de la commIssion spécIale de l'O.N.U. est de grande valeur, mais nous devons, faute de place, limiter là notre présentation. En soulignant les grands mérites de ceux qui luttent contre cette furie raciste, nous voudrions terminer ,en reprenant l'extrait suivant d'un ouvrage américain de Ruth Benedict et Gene Weltfish .: The Races of Manklnd », que le rapport cite pour conclure le chapitre consacré aux diverses solutions possIbles

« La nation russe a, pendant une génération montré ce qu'on pourrait faire pour déraciner le préjugé .racial dans un pay~ où des peuples divers vivent côte à côte. Elle n'a pas attendu que l'esprit du peuple ait changé j elle a spécialement rendu la discrimination raciale et la persécution illégales. Elle a accepté et honoré les tra.dltions, les coutumes et les arts différents des nombreuses tribus et contrées qui font partie intégrante de la grande communauté nationale. Les groupem6nts les plus arriérés reçurent une aide spéciale qui leur permit de rattraper les plus avancés. Chaque peuple eut la possibilité de développer se:j formes culturelles propres, sa langue, son théâtre, sa musique et sa danse, En même temps aue 'a natiQn russe accordait à chaque groupement des possibilités de développement national I)ropre, elle facilitait le pl us possible les échanges culturels, d'une telle façon que chaque groupament, tout en prenant conscience de lui-même, devint partie Intégrante de la Ilation. « l.e peuple russe a accueilli des culture~ différentes et. a refusé de les traiter d'infl\rieures Il est avéré qu'aucune- partlf. du . programme russe n'a eu autant de succès que celle relatIve à III question de race. »

1: * :1:

La lutte des populatlorrs 6oprlmées d'Afrique du Sud n'est pa,; sans issue. Le racisme [.ln'lL1que des Afrikaners et Jes Brilal1.1i ques qui tienn.ent 10 millions d'êtres humains sous la dlct-lturt' ' de la dIscrimInation ne [JuTf'l'a pas, car partout dans le m,mile, les écrasés se redressent. secouent leurs chalnes et, sÛrR du fraternel appuI de centaInes de millions de leurs frères, ils se mettent en mouvement pour affirmer leurs droIts et leur soif de liberté. Roger MARIA. 1) Une loi sur ,'éducation des Bantous, quI constituent la grande majorité de la population, faIt passer sous le contrôle du pouvoir central, ultra-racIste, le ,peu d'écoles indigènes qui existent. M. Mitchell, député de l'opposItion, a déclaré à ce suj et lors de la dIscussion que « cette question a été traitée comme s'II s'agissait de 8.000.000 d'unités de cal-'------------------------------ cul, de 8.000.000 d'oblets se trouvant en Afrique du Sud, de pions que le ministre s'estime en droit de déplacer à sa guise, d'enlever à telle autorité pour les confier à telle autre, et sans son.., ger qu'II s'agit d'êtres humains', de ne considérer que les chiffres ». Le racisme gouvernemental va plus loin encore dans sa férocité, puisqu'il s'agit de ne donner, à de futurs esclaves que les rudiments d'instruction compatibles avec Ieurs fonctions serviles; cette monstruosité a quand même été dénoncée au Parlement. Mme Ballinger, représentante des Indigènes, après avoIr noté que presque tous les Africains, et notamment les membres du personnel enseIgnant, se sont pro- -noncés contre cette transmission, fit la déclaration suIvante : « La raison ... c'est que la po' p,ulatlon Indigène en est venue 1 estimer que la direction de l'en- RESPECT des DROITS de l'HOMME EN ALGÉRIE! « L'état d'urgence » qui sévit en Algérie depuis quelques semaines aggra:ve considérablement les aHeintes aux libertés fondamentales"':" ce qui, loin d'amélio ·rer ,la situation, ne fait que la tendre plus encore. La censure est désormais appliquée à la presse. La circulation est contrôlée. Le couvre-feu a été instauré, les pouvoirs des milita,ires et de la police ont été accrus. On a expulsé des instituteurs ... comme s'il y en avait trop. Il a été créé des « zones de surveillance

, pour la, concentration des

suspeds ... Il est compréhensible que ces mesures draconiennes s'accompagnent d'une recrudescence des activités de résistance. La répression n'a jamais fait taire la colère d'un peuple, bien aUJ contraire. Et chaque jour, ce sont de nouvelles victimes, de part et d'autre. - Cette effusion de sang doit cesser. Le problème algérien, dont certains, contre toute évidence, s'obstinent à nier l'existence même, sera résolu non par la terreur et l'injustice, mais par le reconnaissance des droits des hommes et des peuples proclamés par notre Constitution et par l'O.N.V. Comme l'a souligné la conférence de Bandoeng c'est une solution pacifique et humaine qulil faut rechercher dans toute l'Afrique du Nord. 1 7 Bandoeng: Des peuples hier humiliés débottent de 10 poix du monde Du 18 · au 24 avril, à Bandoeng (Indonésie) les représentants de 29 pays d'Asie et d'Afrique, parlant au nom d'un milliard quatre cents millions d'êtres humains, ont confronté leurs vues sur la défense de leurs intérêts communs et sur les grands problèmes internationaux. Cette conférence mémorable marque un tournant de l'histoire de l'humanité. Des pays naguère colonisés, bafoués, humiliés, dont certains ne sont pas encore totalement libérés de leurs exploiteurs étrangers, ont affirmé, en dépit de profondes divergences politiques, leur volonté de coopérer dans les domaines économique et culturel. Quelles résonnances exaltantes pour tous les opprimés dans ces phrases sobres et précises : « La conférence afro-asiatique déplore la politique et les pratiques de ségrégation et de discriminations raciales, qui forment la base du système politi que et des rapports humains dans de vastes régions d'Afrique et dans d'autres parties du monde ... ({ La conférence déclare ap. puyer totalement le principe du droit des peuples et des nations à disposer d'eux-mêmes ... » Mais les délégués de Bandoeng ont fait plus encore. Ils ont montré leur souci de défendre les intérêts de toute l'humanité. Ils s'élèvent contre la fabrication et l'emploi des armes atomiques, et préconisent le « règlement de tous les conflits internationaux par des moyens pacifiques ». Dans cet esprit, de Bandoeng même, M. Chou En Laï au nom de la Chine a proposé aux Etats-Unis une négociation au sujet de Formose. Il ne fait aucun doute que la conférence de Bandoeng donnera une confiance nouvelle fi. tous ceux qui, dans le monde, luttent pour le respect des droits humains· et pour !a paix. GENÈVE: Conférence internationale contre les préjugés et la discrimination Les organisations non-gouvernementales dotées du statut consultatif auprès de l'O.N.U. ont tenu a Genève, au début d'avril, une conférence consacrée à l'élimination des préjugés et des discriminations. 92 organisations internationales étaient reprèsentées

associations religieuses,

groupements de jeunesse, syndicats, associations féminines, etc... M. Vincent Auriol, président de la Fédération Mondiale des Anciens Combattants, fut élu à la préSidence de cette Conférence. La Conférence a proclamé que « nul ne doit se voir refuser les droits de l'homme et les libertés fondamentales, ni être tenu en moindre considération ou être traité avec moins de justice uniquement pour des motifs tels que ceux de race, de sexe, de langue ou de religion ». En conclusion, elle a demandé à l'O.N.U. et à l'U.N.E.S.C.O. de combattre plus activement les préjugés, notamment au moyen de l'éducation de la. jeunesse. Il ya 12 ans le Ghetto de Varsovie s'insurgeait f\U){ f\ f\tJl L'ANNIVERSAIRE du führer tombait le 20 avril. C'est peut-être pour cela que les hitlériens décidèrent d'en finir avec le ghetto la veille de cette date. Dans la m!'t du 18 au 19, des dispositions préliminaires furent prises. Tout autour des murs du ghetto furent disposés des détachements de la pOlice bleu-marine, des ascaris et de la gendarmeri'e allemande. Des canons loulrds furent mis en batterie. La circulation fut arrêtée. Des informateurs furent envoyés à lntéri eur de la muraille. Dans sa voiture noire Brandt fit une tournée d'inspection. Le Z.O.B. (1), informé, proclama aussitôt l'état d'alerte. Il inviia la population à se tenir cachée dans les maisons, les abr's, les souterrains. A 5 heures du matin, dans les rues désertes circulaient seulement des patrouilles de combattants. Des affiches bandeaux avaient été apposées : « Périr avec honnewr! » Des appels proclamaient : « juifs, l'heure de la vengeance a sonné. Que tous ceux qu,' sont capables de porter une arme rejoignent les rangs des combattanis ! Que les vieillards et les femmes donnent leur aide! Aux armes! » Le drapeau blanc-rouge flotta sur un immeuble. Un calicot fixé sur la mura:ille appela la popuJation polona"se à manifester sa solidarité. Un nombre importani de Polona's avait d'ailleurs rallié les formations du Z.O.B. A six heures du matin, Sammern est là entouré de tout son état-major : les offi- . cie: s et l'obersturmbannführer Bellwid, le haupsturmführer Plenck, le major de la police Sternhagel, le capitaine de la police Zisenis, les représentants de la police de sécurité Hahn, Witossek, Bartoczko, Brandt et Ort. La direction des opéraNons est confiée à jesuiter~ Il est à peu près certain que le commandant du camp de Trawkini, l'assassin des juifs de Kiev, l'oberscharführer Bartoczko, se soit dérangé lui au,ssi. L-es forces hitlériennes pénètrent dans le ghetto par la porte de la rue Nalewki : elles 'ont reçw mission de procéder à des rafles rue Na-lewki et en même temps de se porter par la rue Gesia dans la rue Zamenhof. Des moiocyclistes, des chars et une voiture bl' ndée viennent d'abord, puis ce sont des camions cha rgés de soldats; des ambulances ferment le cortège. Il y a aussi une voitu re munie d'un haut-parleur d'où une voix invite vainement les juifs à sortir des immeubles et de leUirs ca-chettes et à se rendre sur la place d'embarquement (2). Et voioi que les détachements de Sammern subissent un cuisant échec : ils sont arrêtés à l'angle des rues Nalewski et Gesia et à l'angle des rues Zamenhof et Mila, ils sont chassés du ghetto. Stroop dira dans son rapport : « A notre arrivée dans le ghetto, les juifs et les band'is polonais réussirent à repousser nos détachements ainsi que les chars et les voitures blindées. » A 7 h. 30, Sammern se rend chez Stroop : « Tout est perdu pour nous, dit-il: nous ne sommes plus dans le ghetto, nous ne pouvons pas y entrer; nous avons des hlessés et des morts. » Il parle d'alerter Craoovie, de demander des avions. Stroop s'oppose à cela. « Mon cher Sammern, dit-il, je vois que (1) Orl!,anisafion Juive de Combat. (2) D'où partaient les déportés. Un livre passionnant, « L'INSURRECTION DU GHETTO DE VARSOVIE », vient de paraitre aux Editions Soclales-, à l'occasion du 12- anniversaire de cette bataille glorieuse menée par les Juifs voués à la mort contre les hitlériens déchaînés. Adapté par Jean Noaro, écrit par 8ernard Mark, directeur de l'Institut Juif d'Histoire de Varsovie, ce récit objectif et vivant a pour bases les chroniques enterrées dans le ghetto par l'historien Ringelblum, ainsi que de nombreux documents polonais et allemands. Il permet dl! mieux comprendre la situation dans le ghetto de Varsovie, les origines de l'Insurrection et son déroulement. Il fait renaître, aux yeux du lecteur bouleversé le sublime héroïsme de ces hommes et de ces femmes dressés contre la tyrannie et qui, conscients de la portée de leur exploit, ad-ressaient au peuple polonais et au monde ces paroles : « Nous combattons pour notre liberté et poun la vOtre! » ... Nous reprOduisons cl-dessous quelques extraits du chapitre relatant les débuts de la bataille, qui devait se prolonger pendant plusieurs mols. tu n'es pas à la hauteur de ta tâche et que tu manques d'énergie ... » Le 24 avril, Sammern recevra l'ordre de q'liiter Varsovie. Envoyé en Croatie, il y périra de la balle d'un partisan. Stroop va désormais diriger le combat, l'extermina'! Ï on. QUE s'éta,it-i1 donc ,passé à l'entrée des Allemands da.ns le ghetto ? La colonne allemande s'était avancée en chantant dans la rue Nalewki. Lorsqu'elle était arrivée au croisement de la rue Gesia, elle ava-it été reçue par une véritable pluie de balles, de bouteilles explosives, de grenades, tombant des fenêtr-es et des oalcons des immeubles 31, 33 et 35 de la rue Nalewki, du numéro 2 de la rue Gesia. La surprise avait dégénéré en panique. Les Allemands s'étaient enla rue Zamenhof les grenades pleuvent. Les Allemands' fléchissent à nouveau. La main de fer de Stroop ramène l'ordre dans leurs rangs, les relance en avant ; les insurgés du 29 sont obligés de se replier et de disparaître. A midi, Stroop lance une nouvelle atta'que. Il veut s'emparer de la rue principale du ghetto. Il fonce contre les positions du carrefour Nalewki-Gesia et en même temps il i-ntroduit des détachements par l'extrémité ouest de la rue Gesia et par la place Muranow au nord, cette place éta-nt ellemême embrasée par la lutte. Les Allemands pren,nent à présent des précautions; ils ne marchent plus groupés au milieu des rues; ils sont disposés en tirailleurs et ils rasent les murs; ils se cachent derrière les chars; ils sont couverts par un feu d'artillerie. A l'angle des rues Nalewki et FranciszkanPAR


j

Bernard MARK fuis, laissant sur le pavé des blessés et des morts qu'ils avaient vainement es s a y é d'emporter. Sammern avait été alerté et avait envoyé des renforts. La troupe re- Directeur de l'Institut Juif d' Histoire de Varsovie ska, ils dressent une barricade de matelas. Le carrefour NalewkiGesia est pris sous trois feux convergents. Les insurgés ne disposent surtout que de grenades et de bouformée s'était tenue adossée au mUir du ghetto sans oser avancer et elle ava'it ouvert le feu contre les 'Positions des insurgés. Toute tentative d'attaque avait avorté. Les Allemands ava ient dû abandon.ner le champ de bataille. Ces premiers combats avaient duré deux heures. Les hommes et les femmes enthousiasmés éta:ient sortis de leurs abl'is; ils avaient enleVé aux cadavres leurs un,iformes, les casques et les armes ... A huit heures, Stroop remplace Sammern. Il est sur place. Il s'est assis sous un arbre de la rue Zamenhof, non loin du siège du Judenrat. Il donne des ·ordr-es : il faut s'introduire à tout prix dans la rue principale du ghetto et s'en rendre maître. Des balles sifflent aux oreilles du général comme d'autres on,t sifflé lorsqu'il est entré dans le ghetto par la porte de la rue Nalewski. Le général change de plaoe et il transporte son quartier général hors du ghetto, dans -la rue Zelasna ... Passé huit heures, Stroop fait -wne tentative contre les pOSItions de la rue Zamenhof

-il a fait installer une batterie d'artillerie

légère dans des maisons abandonnées situées -entre le terra:in des « shopes » et le ghetto central. Des fenêtres du 29 de teilles Molotov. Et ces munitions commencent à s'épuiser. Les t irs de l'ennemi se font de plus en plus nourris. Les insulrgés continuent à résister. Ils passent d'un immeuble à un autre. A coup de grenades. ils détruisent les banicades allemandes. Dans la rue Gesia les Allemands occupent les immeubles numéros 12 et 14. On s'envoie de la mitraille d'un immeuble à un autre. Stroop fait maintenant intervenir l'aviation à laquelle un poste d'observation installé rue Gesia désigne les obJectifs. Leg insurgés abandonnent le carrefour Nalewki-Gesia -et se retirent 3, rue Kurza, a-nciennement rue Maïzels. Ils ont éprouvé des pertes

celle d'un commandant de groupe, le

membre du P.P.R. (3) Zylberberg, la jeune combattante Hashomer Hatzaïr, Tamara qui avait dit quelques moments avant de mOUirir : « Cette fois-ci ils ont payé. » Le combat a duré six heures. Avant d'abandoner le carrefour. les insurgés ont mis le feu à un dépôt Werterfassu,ng-, au numéro 33 de la rue Nalewki. Le Z.O.B. a en effet donné l'ordre de tout faire partir en fumée. D'autres incendies éclatent. Un observateur polona.is note : « Avant de périr, le ghetto crache le feu -et la fumée. » L'appel des insurgés Au numéro 6 de la rue Gesia se trouve un hôpita'l. Ses infirmières ont aidé les combattanf.s du Z.O.B. ; elles leur ont apporté de l'eau ; efle~ ont pansé leurs blessps. Les Allemands bombardent l'hôoital et l'incendient. Ils y pénètrent. Ifs iettent les malades dans les flammes. Ifs ass'lssinent les nouveau-nés 'en leur brisant la tête contre les murs. Ils éventrent les femmec; de la maternité. Avec la doctoresse Braude-HelIer, ancienne dir'ectrice de l'hôoital Berson et Bauman, le personnel est brûlé vif. Place Muranowska, la troisième bataille de cette première journée fa-it rage ... Dans le bruit des explosions ... dans le crépitement des mitraillettes ... dans la fu.mée des incendies et dans la mer de sang du ghetto massacré, nous, prisonmers du ghetto, nous vous envoyons un salut fraternel... Sachez que chaque maison du ghetto continuera à être une forteresse que nous pouvons tous' périr dans Ce combat mais que nous ne capituleron's pas. Nous aspirons fa-i rouchement à la vengeance. Nous voulons que soient châtiés tous les crimes commis par notre ennemi commun. Nous combattons pour votre liberté et pour la nôtre. pour votre honneur et pour le nôtre 1. .• Vive la fraternité d'armesl avec la Pologne en lutte !... Que ]'hérolsme avec lequel les habitants du ghetto accomplissent leur! effort désespéré inspire au monde dès actes qui soient à la hauteur des moments grandioses que nous vivons ! ... AUJOURD'HUI, à travers les lettres, les notes prises par les combattants ou les témoins du combat, à travers les journaux de l'époque, il nous est permis de ·nous rendre compte quels furent les effets (3) Parti Ouvrier Polonais. de cette première journée héroïque sur l'esprit des gens du ghetto et sur l'esprit des Varsoviens. Anielewicz (4) écrivait le 23 avril aux agents de liaison du Z.O.B. : « Le rêve de ma vie s'·est accompli. L'auto- défense du ghetto est devenue un fait et la vengeance des juifs a pris u.ne forme concrète. J'aurai été le témoin de la lutte héroïque des insurgés juifs ... :. On lit dans une oeuvre parue en 1946 : « Les juifs ne faisaient pas que se défendre; ils attaquaient les S.S ... Les femmes se battaient aux côtés des hommes. Elles se comportaient comme des lionnes auxquelles 'on aurait arraché leUtrs petits. On voyait des enfants lancer des bouteilles d'essence sur les chars ... (5) :. Dans le journal d'un témoin On lit : « Depuis le 1 9 avril dure la révolte des juifs que les Allemands veulent définitivement liquider. Les AlIema·nds ne s'attendaient pas à une résistance armée. Des condamnés qui ont un effroyable mépris de la mort ont décidé (dommage qllie ce soit si tard!) de prendre la vie pour la vie. Chaque adolescent, chaque jeune fille meurt aujourd'hui en héros. Telle cette jeune fille de seize ans qui attacha à sa ceinture des grenades et des bouteilles in~ cendiaires, sort.it sur un balcon, arrosa sa tête d'esence, y mit le feu et.se jeta' sur le char qui passait. » ... Il y avait là de quoi inquiéter les Allemands. LeUtrs chefs se rendaient compte de l'importance de l'insurrection, et aussi de la peur qui sévissait dans les rangs de leur troupe. Us décidèrent d'user de la terreur. On a vu ce qu'ils firent de l'hôpital de la rue Nalewki. Ils arrêtèrent tous les Polonais qui !'ie trouvaient dans le ghetto, ils les déportèrent ou les tu,èrent sur place. Ils donnèrent l'ordre de noyer les souterrains pour essayer de cowper toutes les voies qui reliaient le ghetto au monde extérieur et aussi pour y rendre toute vie impossible. L'artillerie ne s'arrêta de tirer que tard dans la nuit. Stroop avait retiré ses détachements et renforcé les postes de l'extérieur. Dans le ghetto, seuls demeurèrent les insurgés fat igués à mort et la population vibrante d'enthousiasme. Les combattants regroupèrent leurs forces, tinrent conseil, détachèrent des patrowilles à travers les rues et sur les limites du champ de bataille. Ils fredonnaient une chanson sur Stalingrad, Ghettograd. Ils savaient bien que Ghettowad ne fin irait pas comme Stalingrad. N'importe ! Ils savaient bien quel sort les attendait tous. N'importè! Il Y a des défaites qui valent mieux que des victoires. Ils avaient choisi, eux, de mourir en combattant. (4) Le commandant en chef des insurl?és. (5) Ludwik Hirschfeld : « Histoire d'une vie ». BULLETIN D'ABONNEMENT à "Droit et Liberté" A découper et à adresser à « Droit e~ Liberté », 91, Fbg St-Denis, Pans- IO'. Je désire m'abonner pour un an à « Droit et Liberté » Nom ................................ Prénom Adresse .............................. .................. .... .................... .................................... Je vous adresse ci-joint la somme de 300 francs (1), par chèque postal (C.C.P. 6070-98 Paris), mandat, timbres- postes (2). (1) A'bonnement de soutien : 1.000 francs. (2) Rayer les mentions inutiles.

Notes

<references />