Droit et Liberté n°208 - avril 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°208 de avril 1962
    • Une puissante manifestation d'union résolue contre le racisme: telle fut la journée nationale du 25 mars à l'UNESCO page1
    • C'est sur l'amitié et non sur la haine que l'on bâtit l'avenir par Me Marcel Mainville page1
    • Deux déclarations du M.R.A.P. page2
      • Après la conclusion des accords d'Evian
      • Pour une Algérie fraternelle
    • Après la publication au Caire d'une interview de M. Benbella page2
    • La journée nationale:
      • interventions de : prof. Marc-André Bloch, M. Henri Fauré (pt ligue de l'enseignement), Mme Jeanne Brunswig (SNEN), Mlle Gilson (SGEN), Mme Colot, Prof Alfred Kastler, M. Dujardin (GEPOJEP, Mlle Evelyne Pujeau (UNEF), M. Omar Hamidechi (association des étudiants musulmans µNord-Africains, M Bauberot (Etudiants chrétiens, le Prof Alfred MetrauxM. Georges Dardel, le pasteur Dcros, M. Florimond Bonte, Le Dr Chevalier (grand orient de France, le Pr Ph. Bernard (LDH), le chanoine Clavel, le rabbin Eisenberg, Le prt Léon Lyon-Caen, Pierre Paraf, Charles Palant, M. Henri Sinjon (CFTC), Me Jean Schapira, M. Alfred Grant (union des Sociétés Juives), M. Vilner (UJRE), Mme Decourdemanche, M. Marc Schaffier (FNDIRP), Mme Louise Alcan (Amicale d'Auschwitz), Prof. Ch. A. Julien, Prof Roger Bastide, Gal Paul Tubert, Mme Reberioux (comité Audin), L'écrivain Edouard Glissant, le cinéaste Jean Rouch.
      • messages de Pierre Mendés-France, Claudius Petit, Paul Bastid, M. André Diligent, M. Jacques Duclos, le R.P. Riquet
    • La résolution finale: Combattre le racisme est pour tout homme un devoir impératif et sacré. page12
    • Encart le M.R.A.P. et Droit et Liberté: de longues années de lutte contre le racisme et le fascisme, pour la Paix et la Fraternité en Algérie

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 AVRIL - 15 MAI 1962 0,75 Nf N" 208 LA F.o." o"i.od~, 0 """ , .. assi_es, ce dimanche 2S mars, au Palais de l'U.N .E.S.C.O. C'était la 13· Journée Nationale organisée par le M..R.A.P. depuis 1949 ; mais elle différait profondément des précédentes, reflétant à la fais la gra vité présente du danger raciste et l'ampleur, la puissance du mouvement qui se développe dans notre pays pour S'y opposer.


~ . -----------------------.------ En ces heures où l' union des démacrates,

si nécessaire, rencontre encore tant d'obstacles, il est réconfortant de constater que pour défendre la dignité humaine, la fraternité et la paix, les divergences et les divhions peuvent a insi être surmontées, sous l'égide et grâcè aux efforts de notre Mouvement. Face aux pre,., uge1 s, aux haines et aux violences UNE PUISSANTE MANIFESTATION N'est-il pas significatif que se soient faites entendre à cette même occasion les voi~ concordantes d'hommes appartenant à toutes les nuances de la pensée politique ? Que les trois grandes confessions aient délégué leurs représentants ? Que des syndicats d'ouvriers et d'enseignants de tendances diverses aient apporté leur concours sans réserve ? ..• d'union résolue contre le racisme lelle fui la Journée Na.lionale, du 2S mars, à l'UNESCO On ne saurait trop sauligner, égaiement, la participation de nombreux groupements de jeunes, de déportés, d'anciens combattants, etc... témoignant que, dans tous les secteurs de la v'ie sociale, l'action antiraciste apparaît aujourd'hui plus que jamais comme une tâche quotidienne indispensable. PLUS DE 2.000 PARTICIPANTS - parmi lesquels d' éminentes personnalités et les représentants de multiples associations - ont dressé le bilan exaltant des récentes luites antiracistes et précisé les moyens d'une action renforcée (Voir le compte r endu des p ages 3 à 12) . C'est sur LE rassemblement du 2S mars n'a pas seulement permis d'établir l'inventaire des P'I'Oblèmes et d'évaluer les forces en présence. Aussi bien les exposés approfond'is pré sentés par d'éminents universitaires que les quelque 40 interventions, se référant constamment à l'actualité, offrent un incalculable trésor d'expériences, de directives, de s·uggestioriS, dont la mise en oeuvre sera hautement bénéfique à notre combat. La résolution finale et les courts extraits des débats que nous reproduisons dans ce journal n'en donneront qu'une idée fort incomplète, et la publica'tion 'intégrale des travaux de la Journée Nationale est l'une des premières tâches qui incombe au MRAP. C AR cette trop brève rencontre perdrait sa portée et sa signification si elle devait demeu rer sans lendemain. Le cessez-le-feu en Algérie, signé une semaine avant la Journée Nationale et approuvé massivement pa' le pays deux semaines plus tard, s'il est l'heureux aboutissement .;l'un in lassable effort, n'a certes pas résolu tous les problèmes; et les antiracistes ont encore beaucoup à faire. Désormais mieux armés, plus unis, ils poursuivront avec un renouveau de vigueur leur noble e't mult'iple combat, qu'il sag'isse de l'action en profondeur contre les préjugés rac iaux, de la bataille judiciaire et législative, ou de la lutte immédiate pour mettre fin au,; menées criminelles de l'O.A.S. Le M.R.A.P., fort des innomb'!'Obles soutiens qu'il rencontre dans tous les milieux et dans tous les domaines, se doit d'être l'artisan actif des nouveaux succès dont la Journée Nationale auvre la perspective. Albert LEVY. Après le cessez-le-feu en Algérie et non l'amitié sur la haine que l'on bâtit l'avenir LE M.R.A.P. salue avec solennité la grande victoire concrétisée en ce dimanche 18 mars 1962 : victoire de la paix sur la guerre, de la fraternité sur la haine, de la conciliation sur l'aveuglement. Notre Mouvement, dès le début de la guerre, n'a cessé d'alerter l'opinion sur les tragiques conséquences de ce conflit ; notre action s'est poursuivie sans r elâche en faveur d'une solution négociée, conforme à l'esprit de notre temps et à l'irrépressible aspiration de tous les hommes à la dignité. Mais si les accords d'Evian nous concernent particulièrement, ce n'est pas seulement parce qu'ils vont permettre la fin d'un cauchemar de huit années, quand auront été ramenés à la raison les nostalgiques criminels d'un ordre révolu. par Me Marcel MANVILLE C'est aussi parce qu'ils apportent une solution originale et généreuse à ce problème spécifique que pose, sur la terre d'Algérie, l'existence de communautés différent es, que des années de lutte ont dressées les uns contre les autres, pour aboutir à un déchaînement de violence et de haine comme l'histoire en a rarement connu. Il fallait, pour les négociateurs d'Evian, créer les conditions de la difficile et nécessaire réconciliation, et organiser la coexistence, puis la fusion de ces hommes d'origines diverses appelés à être le peuple de l'Algérie de demain. (Suite page 2.)


2

11-111. - Graves incidents à Arzew, en Algérie : des Européens, complices de l'O.A.S., saccagent dix-sept magasins appartenant à des musulmans ; les forces de l'ordre interviennent contre ... les musulmans qui protestaient, faisant 15 morts. 12-111. - Grève d'une demi-heure dans la région parisienne à l'appel de tous les syndicats pour protester contre l'odieux attentat d'Issy-les-Moulineaux, qui a eu lieu le 10. • A Alger, l'O.A.S. fait 16 morts et 19 blessés. 13-111. - « Chasse à l'Arabe » à Alger : 3 ouvriers mulsulmans tués et 4 blessés à la sortie d'une usine. H-m. - Dix-sept nations participent à la Conférence sur le désarmement qui s'ouvre à Genève. Le gouvernement français a refusé d'y prendre part. 15-111. - Douze membre de l'O.A.S. arrêtés à Alger. A Hussein Dey, un commando de l'O.A.S. mitraille des musulmans à un arrêt d'autobus, faisant 10 morts et 6 blessés. Un autre commando assassine à EI-Biar six inspecteurs sociaux : trois Européens et trois musulmans, dont l'écrivain Mouloud Feraoun. 16-111. - Bilan de l'O.A.S. pour la journée

5 plastiquages, 7 tués, 17 blessés.

17-lll. - Bilan de l'O.A.S. : 5 morts. 18-111. - A Evian, après 2.695 jours de guerre, le cessez-le-feu est signé entre les représentants du gouvernement français et du G. P.R.A. Les ministres algériens détenus quittent Aulnoy pour la Suisse. 20-111. - A Alger, l'O.A.S. bombarde au mortier l'entrée de la ·Casbah. On compte 25 morts et une centaine de blessés. 21-111. - Les tueurs O.A.S. font 8 morts et 13 blessés à Alger. 23-111. - Les commandos de l'O.A.S. tirent sur le contingent à Bab el Oued, faisant 24 morts et 50 blessés. 24-lll. - Seize attentats O.A.S. font 13 morts et 20 blessés. • A Bordeaux, manifestation antifasciste contre Tixier-Vignancourt qui devait tenir une conférence publique. Cclle- ci est annulée au dernier moment. 25-111. - Plus de. 2.000 participants à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, organisée par le M.R. A.P. au Palais de l'U.N.E.S.C.O. • Arrestation de l'ex-général Joubaud, chef de l'O.A.S., à Oran, condamné à mort par contumace après le putsch d'avril 1961. • Au cours d'une fouille à Alger, chez les « activistt~s de l'O.A.S. », les C.R.S. découvrent avec des effets militaires, un grand drapeau à croix gammée. 26-111. - Cinq attentats au plastic perpétrés par l'O.A.S. à Paris et en province. • A Alger, l'O.A.S. organise une manifestation qui se heurte au service d'ordre

41 morts et 130 blessés.

27-lll. - L'O.A.S., tirant au mortier sur les quartiers musulmans fait 4 morts et 20 blessés à Oran. A Bab el Oued, « bouclé » par les forces de l'ordre, les perquisitions opérées dans 1.271 logements permettent 606 arrestations. 28-IJI. - Quinze attentats au plastic à Paris, dont un au siège de la L.I.C.A. 29-111. - Fin du {( bouclage » de Bab el Oued. Bilan de l'O.A.S. dans la journée

12 tués et 20 blessés.

30-lll. - Un jeune bomme de 17 ans, Jacques Grassi, tué à Marseille par une grenade piégée déposée par l 'O.A.S. au domicile de ses parents. 31-111. - Deux des quatre tueurs du commissaire Gavoury, Dovecar et Piegts, condamnés à mort par le Haut Tribunal militaire. • Echec d'une attaque O.A.S. conduite par le Colonel Gardes dans l'Ouarsenis. I-IV. - Première séance plénière de l'Exécutif provisoire au Rocher Noir. • Bilan de l'O.A.S. pour 48 heures : 23 morts. 3-IV. - Crime montrueux de. l'O.A.S. : 10 Algériens massacrés dans une clinique de la banlieue algérienne où ils suivaient un traitement pour maladies pulmonaires. 5-IV. - La {( chasse à l'Arabe» continue: 17 tués à Oran, 6 à Alger . Un tueur de l'O.A.S. reconnu coupable de l'assassinat d'un Algérien musulmàn est condamné à zO ans de réclusion par la « cour martiale » à Alger. 6-IV. - Trente-huit morts à Alger et Oran du fait de l'O.A.S. 7-IV. - Arrestation de Degueldre, déser .. teur de la légion étrangèr e, chef des tueurs de l'O.A.S. 8-IV. - Les accords d'Evian ap- l' prouvés par l'opinion français_c_. 1. Le référendum donne 90,7 % de oui. IO-IV. - Ex-collaborateur d'Hitler, Von Papen gagne son procès contre l'Etat de Bade-Wurtemberg (Allemagne Occidentale), qui lui avait supprimé sa pension « pour avoir violé les lois fondamentales de l'humanité et de la démocratie ». • Bilan de l'O.A.S. : 10 morts, 23 blessés en Algérie. lI-IV. - Le procès de Jouhaud s'ouvre devant le Haut Tribunal militaire. C'EST SUR L'AMITIE ... ~ SUITE DE LA PAGE UNB IL ne nous est pas possible, dans le cadre limité de cet a rticle, de faire l'exégèse des textes ou d'apporter une analyse exhaustive des accords. Nous essaierons seulement de dégager l'esprit qui a présidé à la conclusion de ces accords, et d'en dégager les lignes de force. n faut tout d'abord rappeler que dès les premiers jours de la lutte, les Algériens ont solennellement affirmé que, dans l'Algérie de l'avenir, les hommes de toutes origines auraient leur place, sans distinction de race ou d'origine. Tout au long de la guerre, ces principes ont été rappelés, r éaffirmés, par to.t]s les responsables de la révolution algérienne. Les accords d'Evian consacrent d'abord pour l'Algérie, le droit à l'autodétermination, c'est-à-dire le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Ils consacrent, dans le même temps, la reconnaissance de l'unité du territoire algérien et de son peuple, à l'encontre de ceux gui prônaient une solution de partition qui aurait perpétué la différenci ation - et, en conséquence, l'antagonisme - des différentes communautés. En ce qui concerne le sort et l'avenir des habitants du nouvel Etat, l'essentiel est de comprendre que la solution adoptée a été choisie en fonction d'une condition non pas raciale, mais au contraire historique : c'est-à-dire que les différentes catégories d'Algériens, et les choix qui leur sont offerts, sont définis non pas en raison de leur origine ethnique mais des conditions réelles et concrètes de leur implantation en Algérie. Ainsi sont différenciés d'une part ceux qui, parce qu'ils sont depuis toujours les fils de l'Algérie, acquièrent automatiquement et dès à présent. la nationalité algérienne; d'autre part; ceux qu'on appelle les « citoyens français de statut civil de droit commun », français de souche européenne, israélites, et dans certains cas aussi musulma!1s qui présentent une certaine ambivalence en rais(.'l1 de leur origine étrangère ou de leurs attaches, d'une part, alors que, d'autre part, ils ont vécu sur cette terre - certains y sont nés, ils y ont travaillé, ils y sont chez eux déjà. A ceux-là, trois années de réflexion sont données, trois années pendant lesquelles ils jouiront de tous les droits civiques des Algériens. A l'issue de ces trois années, ils choi siront, par une simple formalité, soit la nationalité algérienne, soit la nationalité française. Ils rejoindront alors la catégorie des Français, étrangers en Algérie mais jouissant d'un statut privilégié. ' Il faut souligner la sagesse et la modération de ces di spositions, qui tiennent compte à la fois des éléments objectifs de la situation et des désirs individuels de chacun de ceux qui seront appelés à fa ire ce choix, tout en leur donnant le temps de réfl échir, une fois les premières passions apai sées. et en fonction de l'expéri ence réelle qu'il leur sera donné de faire. .Ces di spositions fondamentales sont assorties de garanties qui doivent donner tous apaisements quant à la réalité de leur application, garanties de principe, pui sque l'Etat algérien souscrit sans r éserve à la Déclaration Universelle des D1'Oits de l'Homme, mais aussi garanties politiques et concrètes. sur lesquelles il ne nous est pas possible ici de nous étendre. Ainsi sont créées les conditions qui doivent permettre de construire une Algérie nouvelle et fraternell e. ON ne doit pas oublier, cependant, que « le cessez-le-feu » n'est pas la paix », que chaque jour qui passe apporte son cortège de crimes, de sang et de souffrance inutiles ; que les désespérés dei Bab el Oued ne reculeront pas devant l'horreur du crime généralisé qu' ils se promettent de perpétrer. Mais nous Q.ui avions gardé l'espoir même lorsque, dans le fracas des bombes, tout semblait s'écrouler, c'est pour nous un soulagement de voir enfin des hommes retrouver les difficiles chemins du coeur et de la raison. Nons savons que ce ne sera pas facile d'oublier tous les morts, les torturés, les fusillés, les di sparus. Mais nous sommes de ceux qui pensent que l'amour est plus fort que la haine ; que l'on ne bâtit pas l'avenir sur le ressentiment mais sur l'oubli, le pardon, la générosité. Les accords d'Evian sont une base de départ ; ils signifient que dans leur intérêt r éciproque les deux peuples qui ont été longtemps entrelacés vont const.-uire sul' du neuf nos destins respectifs. C'est pour la première fois qu'une colon ie cie peuplement se décolonise. Puissent les Algériens de toutes origines se consacrer à cette tâche difficile, exaltante, et refuser de s'associer à ceux qui seront comptables devant l'histoire, des désertions de l'espérance humaine. Marcel MANVILLE. x-....................................................................................................................................................................................................,. ;.. ....................................................................................................................". :\ ~~ De ux dé claralions du M. R. A. P. ~~ ~ ~ ~ APRES LA CONCLUSION DES ACCORDS D'EVIAN ~ ~ L E ~.R.A.P. qui a taujourr lutté pour une solution négocïée du drame algé- ~ ~ rien, dans le respect des droits légitimes et de la dignité humaine, salue ~ \\ avec émotion et espoir l'heureuse conclusion des pourparleH d'Evian qui .\ ~ quï ont abouti au cessez-le-feu. ~ ~ . ..Ainsi,. après plur de ~ ans d'~ne guerre cruelle, marquée par un déchaînement ~ ~ I~OUI de Violences, de haines raCistes, et par la montée inquiétante du péril fas- .\ X ciste dans notre pays, la voie est enfin ouverte à la paix, à l'entente et à l'amifié ~ ~ en.tr~ les peuples de France et d'Algérie, à la coopéoration entre Algériens de toutes ~ ~ orlglfter sur la base du respect mutuel. .\ ~ Toutefo~s, l'a~e~ir, tant en ,France qu'en Algérie, reste gravement hypothéqué ~ ~ ~or le~ .menees criminelles de 1 O.A.S. qui se développent dans une scandaleuse .\ X I,!,,~unite. Il ~aut. d:urgencc:, avant qu'il ne soit trop tard, arrête'!' ce processus odieux, ~ X VISiblement InrplFe des methodes nazies. ~ ~ . Le M.R.A.P. avec tous les républicains, eX'ige que des mesures radicales so'ient X X pFlses pour .mettre hors. d'~at de nuire les tueurs fascistes et "acïstes, ainsi que ~ ~ leurs complices, leurs Insplrateu'l'S, et quiconque aura faït preuve d'indulgence X ~ à leur égard. ~ X Il souligne l'impartance, dans les circonstances présentes, de la Journée Na- 1 X tionale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix qui aura fieu le dimanche X X 2S mars au Palais de l'UNESCO. ' X ~ I~ appelle à s'y assoêle!, ~ans distinction d'origine, d'opïnion politique et phi- ~. ~ losophlque ou de croyance, les citoyens hostiles à toutes manifestations de racis- ~. ~ me, en que~que lieu qu'elles se produisent, sauc'ieux de préparer entre toutes les ~ X com~unautes, entre. tous . les peuples, un avenir de compréhension garanti contre X ~ le~ vlole~ces, de fo~re triompher les nobles idéaux d'égalité et de fraternité', de ~ .\ democratle et de paix. .\ ~ 19 mars 1962. ~ ~ POUR UNE ALGERIE ~,RATERNELLE ~ ~ A LORS ,!ue les accords d'Evian ouvrent la perspecfive de paix et de rapport ~ X humains nouveaux entre les Algériens d'origines et de confessions diver- X ~ ses, dans le respect des droits et de la dignité de tous, l'O.A.S. s'est donné ~ ~ paur but d'exciter toujours davantage les passions et les haines racistes, de pro- ~ X voquer des heurts sanglants, aUI moyen d'actes cr'iminels qui soulèvent l'horreur et X ~ la colère de tout homme civilisé. ~ ~ Le Canseil National du M.R.A.P. saluant avec 'émotion les victimes innocentes, ~ X exprime son inquiétude devant la persistance et l'aggravation quofidienne de ces X ~ menées intolérables, h'ap souvent impunies. ~ X Pour mettre fin au déchaînement des violences qui .. isquent d'hypothéquer X X lourdement l'avenir, il imparte que soient prises d'urgence des mesures énergiques X ~ contre les tueurs, leurs complices et leurs inspirateurs, qui doivent être a .. rêtés sons t X défaillances et châtiés aussitôt de façon exemplaire. X X Le Conseil National du M.R.A.P appelle tous les antiracïstes, tous les gens X ~ de coeur, èr exprimer avec force cette exigence. C'est à cette condition que naitra ~ ~ enfin, après tant de deuils, de ruines et de déchirements, une Algérie démocrati- ~ .\ que et h'aternelle, entretenant avec la France des relations d'égafité, de campré- .\ ~ hension et d'amitié. ~ X 6 avril 196.2. X X X ~.. ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ l: Après la p'ublieation au Caire d'une interview Si les déclarations attribUées, au caire, à M. Benbella par l'agence officieuse de la R.A.U. s'avéraient exactes, elles justifieraient pleinement l'émotion profonde qu'elles ont suscitée dans les mi~ieux juif.s et, d'une façon générale, parmi les antiracistes. Même en tenant compte du climat psychologique du Caire, même en faisant la distinction entre l'antisionisme et l'antisémitisme, et sans méconnaitre ni les problèmes ni les conTIns qui marquent les relations israélo·arabes, l'affirmation que « la r évolution arabe en Algérie est prête à engager 100.000 de ses soldats dans la bataille pour la libération de la Palestine » serait du plus mauvais aloi: l'Etat d'Israël existe, construit laborieusement par son peuple ; il est né, tout comm.e l'Algérie est en train de naitre, de l'hero'isme de ses fils longtemps humiliés et persécutés. . Non confirmés à ce jour, il est vrai, par l'agence et l'organe officiels du G.P.R.A., de tels propos, ainsi que ceux qui présentent « les sionistes » comme « l'une des forces principales qui se trouvent derrière l'O.A.S. » ne seraient guère de nature à faciliter la libre coopération des juifs algériens à la construction de l'Algérie nouvelle

ils seraient inconciliables avec la

doctrine et les engagements du G.P.R.A. concernant le respect de., droits et des particularités de tous Tes Algériens sans distinction d'origine ou de confession. Il sufit d'évoquer les appels solennellement lancés par le F.L.N., soulignant que les juifs sont partie intégrante du peuple algérien _ appels souvent entendus, comde M. BENBELLll me en témoignent les noms de nombreux combattants et martyrs de la cause algérienne. Les antiracistes, qui croient fermement à l'avenir fraternel du peuple algérien, et qui continuent de lui témoigner, en ces heures encore difficiles, leur amitié solidaire, veulent croire que les déclarations prêtées à M . Benbella demeurent sans rapports avec le programme d'action maintes fois affirmé par la Révolution algérienne. ,t 1 DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. ---::A::4 juin 2010 à 08:07 (UTC)~~Y~I~;~~PE:[:R~:U:~""-~. OU PAR BATEAU individuel) DESTINATIONS ADRESSEZ-VOUS A Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. L'O~!~~:eued~AR!,(~Y'!!~~9 ~M~!~a~tette i LOCATION POUR TOUS THEATRES Agence recommandée aux Amis du M.R.A.P. - LICENCE 423 -~~-, ~ JournaT composé et imprimé ~ par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. Les personnalités De nombreuses personnalités se sont as. sociées à la Journée Nationale, par leur présence, des messages ou la signature de l'Appel. Certaines d'entre elles, dirigeantes de groupements divers, témoignaient par là même du soutien de ces groupements à la cause antiraciste. Nous en publions ci-dessous la liste. MM. Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président d'honneur du M.R.A.P. Henri LAUGIER, ancien secrétaire général adjoint aux Notions-Unies. René CASSIN, Président honoraire du Conseil d'Etat. Jacques FONLUPT - ESPERABER, conseiller d'Etat honoraire. Jacques MAYER, Conseiller d'Etat. Paul TEITGEN, Maître des Requêtes ou Conseil d'Etat. Robert ATTULY, Conseiller honoraire à la Cour de Cassation . Le Gouverneur Général Roliert DELAVIGNETTE. L'Ingénieur général Louis 'KAHN ; le Général Le CORGUILLE ; l'Amiral MOULLEC. Georges SALLES, président du Conseil des Musées Nationaux. Jean CASSOU, directeur du Musée d'Art Moderne. Alfred MET RAUX, du Déportement des Sciences Sociales à l'UNESCO. Pierre PARAFA Président du M.R.A.P. Charles PALANT, secrétaire .général du M.R.A.P. Personn,glités politiques MM. Vincent AURIOL, ancien président de la République

Paul BONCOUR, Edouard DALADieR, Pierre

MENDES-FRANCE, anciens présidents du Conseil. Claudius PETIT, vice-président ae l'Assemblée Nationale. Fernand GRENIER, député, ancien mini st re ; André MAROSELLI, Marius MOUTET, sénateurs, anciens ministres. Paul ANXIONNAZ, Paul BASTlD, Diomède CATROUX, Pierre CO T, Edmond MICHELET, Alain :iAVARY, anciens ministres. Robert BALLANGER, André DILIGENT, J .-P. PALEWSKI, Roger PINOTEAU, Victor SABLE, Pierte VILLON, députés. Mme Suzanne CREMIEUX, MM. Emile CLAPAREDE, Jacques DUCLOS, Jean PERI DIER, Général Ernest PETIT, Mme Irma RAPUZZI, sénateurs. MM. DARDEL, sénateur, moire de Puteaux, président du Conseil Général de la Seine; Waldeck L'HUILLIER, sénateur, moire de Gennevilliers, conseiller générai de la Seine. Paul TUBERT; ancien député-moire d'Alger. Jacques DlEBU-BRIDfL, Henry TORRES, .:Jnciens sénateurs. Pierre DREYFUS-SCHMIDT, ancien député, moire de Belfort ; Léon HOVNANIAN, ancien député, moire de St-Gratien. . Forimond BONTE, Elie BLONCOURT, Robert CHAMBEIRON, Mme Rose GUERIN, Adrien RENARD, anciens députés. Jacques MITTERAND', ancien conseiller de l'Union Françoise. Mm.e Andrée PIERRE-VIENOT, conseiller général ; MM. Roger COLLEDEBOEUF, ancien secrétaire particulier du Président Herriot : Louis VIENNEY, ancien adjoint ou moire de Lyon. Mme Madeleine MARZIN, MM. Clément BAUDOUIN" Pierre MIALET, Louis TURPIN, conseillers municipaux de Paris. MM. Georges SUANT, moire d'Antony ; Auguste GILLOT, moire de St-Denis, membre du Conseil National de la Résistance; DUPOUY, moire d'Argenteuil et ses adjoints ; Fernand DUPUY, moire de Choisy-IeRoi, et les membres de la municipalité; QUATREMAIRE, moire de Noisy-le-Sec et ses adjoints ; Mme Lou'ise CADORET, adjointe ou Moire de Gennevi lliers. MM. LAROCHE, moire de Saint-Quentin et ses adjoints; GUICHARD, moire. de Limay (S.-et-O.l et les membres du Conseil Municipal ; CHEREL, Conseiller municipal de Gargenville (S,.-et-O.l ; René LAMY, moire de Harly (Aisne. Personnalités des LeHres et des Arts MM. François MAURIAC, de l'Académie Françoise, Prix Nobel ; Marcel ACHARD, Georges DUHAMEL, André MAUROIS, de l'Académie Françoise. Mmes et MM. Pierre ABRAHAM, Marcelle AUCLAIR, Claude AVELINE, Jean-Jacques BERNARD, Marc BEIGBEDER, BEVILLE, Pierre BOULLE, Georges BESSON, Jean COUE, Jean-Louis CURTIS, Marie-Anne COMNENE, René-Jean CLOT, Edmond FLEG, MaxPol FOUCHET, Pierre GASCAR, Edouard GLISSANT, GUILLEVIC, Odette JOYEUX, Dominique HALEVY, Armand LANOUX, Anna LANGFUS, Michel LEIRIS, Herbert LE PORRIER, Jean L'ESCURE, Armand LUNEL, Jacques MADAULE, Jean et Brigitte MASSIN, Marcelle MARQUET, Robert MERLE, Renée MICHEL, Piel're MORHANGE, Albert MEMMI, Jacques NANTET, Zoé OLDENBOURG, Henr'iette PSICHARI Lucien PSICHARI, Emmanuel ROBLES, Jean ROUSSELOT, Claude ROY, Jules ROY, Françoise SAGAN, Marc SORIANO, André SPIRE, Gabriel TIMMORY, Maurice VAUSSARD, Charles VILDRAC, Olga WORMS ER, André WURMSER, écrivains. Mme Marie ROMAIN-ROLLAND; Mme Julien-BENDA, Mme René-LAPORTE. MM. Louis DAQUIN, Léonide MOGUY, Alain RESNAIS, Jean ROUCH, J lII.an VIDAL, cinéastes; Alexandre rKAMENKA, producteur de films. MM. CHAPELAIN-MIDY, LANGOTIERE, Léo LABU'SQUIERE, And':'é MARCHAND, P. MARYAN, Gustave SINGIER, artistes peintres; Mme Marcel-ROCHE. Universitaires MM. Marcel BATAILLON, professeur ou collège de Fronce ; André DE CAYEUX, Jean DRESCH, ETlEMBLE, V. JANKELEVITCH, Charles-André JULIEN, J.P. MATHIEU, Mareel PRENANT, E. SCHATZMAN, Lau'l'ent SCHWARTZ, professeurs à la Sorbonne; André HAU!UOU, Bernard LAVERGNE, Georges VEDEL, ,professeurs à la Faculté de Droit de Paris ; Hubert 3----~ LA JOURNÉE 'NATIONALE DESCHAMPS, professeur à l'Institut d'Ethnologie; Jean BRU HAT, Maître assistant à la Sorbonne; Jacques CHAPELON, professeur honoraire à l'Ecole Polytechnique. MM. Roger BASTIDE, Paul HENRY CHOMBART DE LAUWE, Paul CHAUCHARD, Marcel COHEN, 1. MEYERSON, directeurs à l'Ecole des Hautes Etudes; Mme Hélène GRATIOT -ALPHANDERY, directeur adjoint à l'Ecole des Hautes Etudes ; ,Pierre BIQUART, professeur à l' Ecole supérieure de physique et chimie. MM. Pierre GUILLON, recteur honoraire, professeur à la Faculté des Lettres d'Aix; Daniel FAUCHER, doyen honoraire de la Faculté des Lettres de Toulouse; Marc-André BLOCH, G. MIALARET, professeurs à la Faculté des Lettres de Caen; Jacques FLANDRIN, professeur à la Faculté des Sciences de Lyon ; René JULLIAN, professeur à la Faculté des Lettres de Lyon; Ernest KAHANE, professeur à la Faculté des Sciences de Montpellier; Henri MITTERAND, professeur à la Faculté des Lettres de Besançon; Pierre METAIS, professeur à la Faculté des Lettres de Bordeaux; Pierre TRAHARD, professeur honoraire à, la Faculté des Lettres de Dijon. Les historiens Jules ISAAC et Henri MICHEL. M. Léon MOUSSINAC, directeur honora ire à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. M. Pierre BOITEAU, ancien directeur du Porc Zoologique et Botanique de Tananarive, membre de l'Académie Malgache. Mme Eugénie COTTON, directrice honoraire de l'Ecole Normale Supérieure de Sèvres. Mmes Jacqueline MARCHAND, Madeleine REBERIOUX, Jacqueline OUDIN. MM. Olivier POZZO DI BORGO, Gilbert BAD lA, Jean BOUVIER, Robert MISRAHI, Emile TERSEN, agrégés de l'Université. Mme Marie-Jasé CHOMBART DE LAUWE, attachée de recherches ou C.N.R.S. Mme SECLET -RIOU, inspectrice honoraire de l'Enseignement Primaire. MM. Robert MELET, G. RICHER, inspecteurs primaires

M. SECLET, principal honoraire de Collège.

MM. E. OGE, inspecteur honoraire de l'Enseignement primaire: Jean PICANDET, Directeur de C.E.G. Personnalités médicales M. Emîle HALPHEN, professeur honoraire à la Faculté de Médecine. Docteurs André BELEY, R. CATTAN, H.-P. KLOTZ, Georges SEE, Edwin SIDI, Béatrice TEDESCO, médecins des Hôpitaux. De nombreux Mme Suzanne COLLETTE-KAHN, secrétoire generaie de la Fédération Internationale des Droits d~ l'Homme. , MM. ' Sicard de pAUZOLES, président d'Honneur ; Pierre COUTEAU, Secrétaire général ; Philippe BERNARD; membre du Comité Centrol de 10 Ligue Fran, çoise des Droits de' l'Homme. M. Henri FAURE, président de la Ligue Françoise de l'Enseignement; M .. DADER, secrétaire générol ; le président' Paul LACHAPELLE représentant du Cercle parisien . M. Eugène WEIL, secrétoire général de l'Alliance Israélite Universelle. Dr Alexandre CHEVALIER ou nom du Grand Orient de Fronce. . Mme Yves FARGE membre du Bureau du Conseil Mondial de la Paix. MM. le ,Pasteur BAHOKEN, Jean OBAMA et WENDELL A. JEAN'PIERRE, représentant la Société Afri caine de Culture. MM. !e Pasteur TARTAR, président de l'Union des Croyants (Algérie) ; Charles BOIZARD, délégué de cette association. S. A. VAIDA VOIVOD III, président de la Communauté Mondio le Gitane, et M. VANKE ROUDA, secrétaire gl\nérol du Comité directeur. Syndicats MM. Marcel DUFRICHE, membre de la c.A. de 10 C.G.T. ; Jean ELOI, secrétaire générol de la Fédération du Bâtiment; DROUARD, secrétaire général de la Fédération Nationale des Travailleurs, Codres et Techniciens des Chemins de Fer; Jacques LEDERMAN, secrétaire général de 10 Fédération des Cuirs et Peoux, à la tête d'une délégotion ; André TOLLET, secrétaire de l'Union des Syndicats de la, Seine (C.G.T.. André JEANSON, vice-président de la CFTC; Henri SINJON, secrétaire générol de l' Union Régionale Parisienne des Syndicots Chrétiens. Une délégotion intersyndicale des usines Renault, conduite par M. Claude POPERENE. M. STAMFATER, président de la ~édérotion des Artisans et Foçonniers. Enseignants M. P. DHOMBRES, secrétaire général du Syndicat National de l'Enseignement Secondaire (S.N.E.S.l ; Mme Jeanne BRUNSCHWIG, de la C.A. du S.N.E.S. (Paris). M. Alfred 'KASTLER, professeur à la Sorbonne, au nom du Syndicot de l'Enseignement Supérieur. Ml le GILSON, ou nom du Syndicat général de l'Edu cotion Nationale. Mme COLOT, membre du Syndicat Notionol des Instituteurs (Nord) ; M. Jean BONIFACE, délégué du S.N.1. (Aisne). Mme Suzanne ARNAL, M. Pierre DUTRIEU, représentont le Centre d'Entraînement aux Méthodes d'Educotion Active. Mlle PROUET, ou ncm des « Equipes Enseignantes ». Jeunesse M. DUJARDIN, président du G.E.R.O.J .E.P. (groupant 53 organisotions de Jeunesse). M. Dominique WALLON, président de l'Union Nationole des Etudionts de Fronce ; Mlle Evelyne PU JEAU, ou nem de l'U.N.E.F. et de la Fédération des Groupes d'Etudes de Lettres. MM. Jean MASTlAS, secrétoire général de 10 J eunesse Etudiante Chrétienne ; BAUBEROT, au nom de ia Fédérotion Française des Associations Chrétiennes d'Etudiants: l'UNION des Etudîants Juifs de France; R. I.;E LOCH, secrétaire général des Etudionts du P. Mlle Jeanne LEVY, MM. Henri DESOILLE, Marcel RAYNAUD, Robert WAITZ, Pierre WERTHEIMER, professeurs à la Faculté de Médecine . Docteur Francis BORREY, Directeur général du Centre d' Etude des Problèmes humoins en Zones arides (Prohuza). Docteurs N. BRUMBERG, BARANGE, BALVET, BRANNER, Jean DALSACE, Raymond CAHN, CYNA, Maut'ice DELORT, GINSBOURG, B. GOUTNER, GATINEAU, Jacques HASSON, LEIBOVICI, LOUFRANI, Victor LENOIR, MILHAUD, KAHN-NATHAN, Jacques Emile-'ZOLA, RENNERT, P. VELLAY, SOLLIENT. Personnalités religieuses Le Révérend' Père RIQUET, l'Abbé PIERRE, le Chanoine CLAVEL, le R.P. MERLO, l'Abbé GLASBERG. Les Pasteurs Henry BRUSTON, Pierre DUCROS, André DUMAS, Jacques LOCHARD, Maurice VOGE, Louis VIENNEY. Les rabbins A. SIRAT, EISEN BERG. M. Elie GO:ZLAN, ancien président des communautés juives d'Algérie. Avocats MoÎtres ANNICHIARICO, Victor BATTINO, Fernand BENHAIEM, Armand BITTOUN, Henri BLAUSTIN, Michel BRUGUIER, Armand DYMENSTAJN, Annie EPELBAUM, Claude FAUX, Gisèle HALIMI, IMERGLIK, Yves JOUFFA, Pierre KALDOR, Denise LEBEC, LETRANGE, Suzanne LEVY, Marcel MANVILLE, Etien ne NOUVEAU, Joë NORDMANN, PLACIDI-MONNET, Simone PENAUD, ANGELELLI, Georges SAROTTE, Jean SCHAPIRA, Marie-France s,cHMIDLIN, Poul VIENNEY, MauriceZAVARO, avocots à la Cour. Journalistes MM. Pierre René WOLF, Directeur de « Paris-Normandie », président de 10 Fédérotion Nationale de la Presse Française. Frédéric POTTECHER, président de l'association des Chroniqueurs juridiques. Mme Géraldine GERARD, productrice à la R.T.F. MM. Joseph FOLLIET, directeur de la Chronique sociale de Fronce; Robert CATHERINE, directeur de la Revue Admin'istrative ; G. KENIG, rédacteur en Chef de la « Presse Nouvelle» ; Chil ARONSON, Hen,; BULAWKO, CHAFFARD-LUCON ; Albert LEVY, rédacteur en ché de (f ' Droit et Liberté ». groupements ... S.U. ; J.-J. HADEY, secrétaire général du Conseil François des Mouvements de Jeunesse ; l'Union des Etudiants Communistes de France i Omar HAMIDECHI, ou ncm de l'Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains; l'AssocÎatian des Etudiants d'Origine Malgache; l'Association Générale des Etudiants de 10 Martinique; Paul CILLIGA, président international des Etudiants espérantistes. . Gérard TIERSEN, au nom de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne ; l'Union de la Jeunesse Communiste de France ; Albert FREITAS, secrétaire général de la Jeunesse AfrÎcaine Dahomey) et Gilles LlMOUZIH, représentant à Paris de la Jeunesse Africaine. L. TRICHAUD, délégué général de la Fédération • Française' des Maisons de Jeunes et de Culture . Anciens Combattants et Déportés MM. Charles JOINEAU, secrétaire général de la Fédération des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (F.N .D. I.R.P.) et Marc SCHAFFIER, secrétoire de la Fédérotion de la Seine; Mme L1GNERAT, représentant l'Associotion des Déportées et Internées de la Résistonce (A.D.I.R.) ; Mmes Louise ALCAN, secrétaire générole de l'Amicale d'Auschwitz, et Marie-Louise KAHN, membre du Bureau ; MM. E. VALLEY, secrétaire général de l'Amicole de Mouthousen. MM, Félix BRUN, président de l'Association Républicaine des Anciens Combattonts ; PFEIFFER, secrétaire général de l'Union Déportementale de 10 Seine de l'U.F.A.C. ; A. BRASLAVSKI et F. ZANCA président et secrétaire général de l'Union Fédéra le des Groupements d'Anciens Engagés Volontaires et Résistants d'origine étrangère (U.G.E.v.R.E') ; Dr DANOWKI et 1. BLUM, président et secrétaire général de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs (1939-45) ; R. BERCOVICI, président des Volontaires Juifs anciens Combattants au se rvice de la Fronce (1914-18) ; Jean MARRANE, secrétaire générol de la Fédération des Officiers de Réserve Républicains. Mmes Mathilde GABRIEL-PERI et Denise DECOURDEMANCHE, présidente et secrétoire générole de l'Associotion des Fomilles de Fusillés de la Résistance Françoise

Mme Yvonne HALBWACHS-BASCH ; MM.

René CERF-FERRIERE, vice-président de l'Association Nationole des Anciens Combattants de la Résistance oinsi qu'une délégation composée de Me Gaston AM~ BLARD, Jacques BEAUGE et Fernand PICCOT ; M" Charles LEOERMAN et M. VILNER, président et viceprésident de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide ; Raph FEIGELSON, secrétaire de l'Amicole des Juifs Anciens Résistonts. Associations diverses M. Bernard LECACHE, président de la Ligue lnternationole contre le Racisme et l'Antisémitisme. Mmes Hélène CARON, Secrétoire générale de l'Union Féminine Civique et Sociale; Madeleine REBERIOUX, ou nom du Comité Maurice Audin ; Monique CAZAUX, présidente du Cercle Fronce-Afrique. MM. Ernest KAHANE, secrétoire général de l'Union Rationaliste; J. FAUCHER, secrétaire de Tourisme et Travail. MM. A. SADENFIS et ROSENBLUM, présidents de "Union des Sociétés Mutualistes Juives de France ; Alfred GRANT, secrétaire général, ainsi que les représentants de 37 Sociétés. Gabriel ACKO, sec rétaire générol de l'Amicale générale des travailleurs antillais et guyonais ; Justin BELSIE, président de la Famille Antilloise; Roland LENOIR, secrétai re des Echanges Fronco-Allemands HUGONNOT, secrétaire général de France-Pologne l'Association d'Amitié Franco-Vietnamienne. 4 LA JOURNËE NAtiONALE ' .:.;ro- .......... * ... • ... Le professeur Marc-André BLOCH « Racisme et violence vont de pair» •• M MARC-ANDRE BLOCH, professeur à la Faculté des Lettres de Caen • présente un important exposé au nom du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux. Nous ne pouvons ici qu'en publier quelques extraits: « Considéré du point de vue de l'éducateur et dans les conditions concrètes de son avènement chez les jeunes, dit M. M.-A. Bloch, le racisme ne saurait apparaître comme un phénomène isolé. Il faut voir qu'il ne germe et ne se développe dans la partie de la jeunesse qu'il infecte, que sur un terrain préparé et d'avance miné. Ce terrain, c'est celui du mépris de l'autre, c'est celui du goût de la violence, dont le racisme ne représente, après tout qu'une polarisation particulière. Tout garçon chez lequel des instincts de violence ont été surexcités est au moins un candidat au racisme ... Nos jeunes plastiqueurs ne sont pas tous ~ des M. Henri FAURÉ, Président de la ligue de j'Enseignement « Notre premier devoir» T ORRES-BODET, le grand homme d'Etat mexicain, dont le souvenir- {( est particulièrement cher dans cette maison disait un jour: « La lutte contre l'ignorance et la haine est le premier devoir d'un homme de coeur ». Et il ajoutait simplement: « Acceptons ce devoir ". Ayant rappelé cette belle formule, M. Henri Fauré, président de la Ligue. de l'Enseignement poursuit : ,( C'est parce que le M.RA.P. a accepté ce devoir et parce qu'il s'efforcede le remplir avec courage et lucidité que nous sommes ici aujourd'huL C'est parce que depuis presque cent ans la Ligue Française de l'Enseignement a accepté ce devoir et qu'elle s'efforce aussi de le remplir avec persévérance que je suis là pour appor~er au M.RA.P. son salut amical et fraterneL La Ligue de l'Enséig'hement est toujours prête à répondre à l'appeL des .. hommes de bonne volonté qui, par racistes, du moins des racistes déclarés, et les personnes auxquelles ils s'attaquent, dans l'indignation d'un jugement fruste qui les persuade de voir en elles des « traî: tres à la cause nationale », ces personnes ne sont pas, du moins en métropole, choisies systématiquement en vertu d'un critère racial: comment oublier, cependant, que les groupements qui les endoctrinent, qui les embrigadent et utilisent leurs services sont, dans leur grande majorité, des groupements dans lesquels l'antisémitisme est de tradition et souvent hautement proclamé. Comment oublier d'autre part qu'en Algérie, sinon en métropole, l'ennemi numéro 1 désigné à la colère des jeunes Européens de souche a été d'abord et reste l'homme de l'autre race. Ici du moins, le lien entre déchaînement de la violence et haine raciale est d'une évidence cruellement aveuglante ... » Mme Jeanne 'BRUNSWIG (S.N.E.S.) : delà les' barrières" étro1tes des ' patries, par' delà les barrières artificielles des religions, par delà aussi toutes les barrières. vaines que l'on voudrait dresser entre les races, essaient simplement de rechercher la fraternité humaine. » Citant plusieurs exemples historiques qui montrent comment la violence et le ra· cisme ont une même origine, l 'orateur poursuit, parlant de la jeunesse de Fran· ce: ... « Je disais, constatation douloureuse, mais hélas inévitable, qu'une partie de cet· te jeunesse est notoirement gagnée aux idéologies et aux pratiques de la violence, une plus faible partie aux idéologies et aux pratiques de la violence spécifiquement raciste. Une partie de cette jeunesse, une partie seulement... Il y a, Dieu merci, en· core en France, une jeunesse saine, une jeunesse indemne de ces poisons. Je ne pense même pas que soit poussé trop loin l'optimisme que de la croire fortement ma· joritaire. Je vous apporte en tout cas le témoignage de celle au milieu de laquelle je vis, que j'ai la joie d'enseigner. C'est une jeunesse dont nous pouvons être glorieux et fiers et qui fait honneur à notre pays. » (Applaudissements.) Abordant une autre partie de son expo· sé, M. Bloch propose que l 'instruction ci· vique qui est donnée à l'école soit profon· dément réformée : Ce dont notre jeunesse a besoin « c'est d'une véritable instruction civique, d'une communication vivante des valeurs nécessaires à la subsistance d'une démocratie bien réglée, comme à la coha· bitation pacifique des hommes sur cette terre. Et parmi ces valeurs, ou plutôt au sommet de ces valeurs ... doit figurer com· me la valeur suprême, la valeur des va· leurs, le respect de l'homme, le respect de tout être humain sans distinction de races, ni de frontières ... Il faut rendre chers, vi· vants et précieux à nos enfants les prin· cipes au nom desquels les hommes de li· berté ont accepté de combattre, et beau· coup de mourir. Il faut aussi, il n'est pas moins indispensable de leur dévoiler, dès qu'ils auront atteint la maturité affective nécessaire, sans ménagement, ni fausse pu· deur, les crimes inexpiables contre l'huma· nité auxquels a conduit la violation de ces principes. Comme vous le voyez, notre Cen· tre de Liaison des éducateurs contre les préjugés raciaux a du pain sur la planche pour que soit instaurée, au bénéfice de notre jeunesse, une éducation civique enfin digne de ce nom. » « Oter au racisme tout droit de cité ... » TANDIS que nous recevions du Secrétaire Général du Syndicat National de l'Enseignementc Secondaire, M . Pierre Dhombres, un message de « compréhension agissante », plusieurs membres de cette organisation participaient à la Journée_ Au nom de la section académique parisienne du syndicat, Mme Jeanne Brunswig a déclaré : « Les responsabilités particulières des enseignants dans ce combat où nous som- Mlle GiLSON (S.G.E.N.) : « Pour que l'homme 1 , S epanoulsse ... » A PPORTANT à la Journée Nationale l'accord profond du Syndicat GénéTai de l 'Education Nationale (CFTC) Mlle Gilson, professeur au Lycée Victor· Duruy, évoque l'action de son organisation au service de la paix et du respect de l'homme. Puis elle poursuit: « Faire tOUt le possible pour sauvegarder la paix, la vraie coopération, les libertés, telle est notre volonté. Et cela ne peut être dissocié de cette autre tâche, non moins fondamentale : travailler, autant qu'il dépend de nous, à ce que l'homme sache s'ouvrir à l'homme, qu'il sache avoir toujours une attitude de respect et une volonté de compréhension en présence de l'homme quel qu'il soit, quel que soit le groupe auquel il appartient. Nous voulons travailler à la réalisation d'une société où l'homme puisse ' s'épanouir librement. Le voulant pour notre société, nous serions en contradiction avec nous· mêmes si nous ne le voulions pas pour toute la société humaine ... » mes tous engagés ont été plusieurs fois évoquées à cette tribune ; nous en sommes tous maintenant conscients, et les pla· çons au premier plan de nos activités quotidiennes, professionnelles et syndicales. « Nous savons que la propagande fasciste et raciste de l'O.A.S. a pu entraîner certains parmi les plus vulnérables de nos élèves ; aussi nous avons jugé qu'il était de notre devoir le plus immédiat de fai· re en sorte de lui ôter tout droit de cité dans nos établissmeents. Ce but, nous entend~ ne pas l'attetndre seul!)went }lar des sanctions disciplinaires - parfois ' nécessaires - mais par notre refus, par son expression dans notre enseignement et par les appels solennels que nous lançons à nos élèves. « D'ores et déjà cette propagande et ceux qui s'en font les porteurs sont rejetés par l'immense masse de nos jeunes élèves, avec qui, nous avons noué des liens d'amitié et de confiance réciproque plus étroits, et plus profonds qu'ils ne l'ont jamais été, et cela parce que précisément, nous voulons, eux et nous. la même chose : le libre épanouissement de la personnalite, sans trace de ces haines et de ces mépris générateurs de désastres, qui souillent ce qu'il y a de meilleur dans la nature humaine. » Evoquant l'effort nécessaire pour l'éducation de la jeunesse de France dans un climat de fraternité, M. Fauré fait, à cepropos, le riche bilan de la Ligue de l'Enseignement

« Nous indiquons à tous nos.

militants d'éducation populaire des thèmes de veillées, des thèmes de réflexion, des thèmes d'éducation qui permettront .peut-être un jour de bannir complètement de ce pays et l'antisémitisme et le racisme. Nous n'ignorons pas que la tâche est diificile ... Mais il ne faut pas confondre la jeunesse de France avec quelques blousons, qu'.ils soient no~rs 'OU dorés. Notre jeunesse est une jeunesse ardente et généreuse qui pense et qui travaille, dans les. usines, dans les champs, dans les écoles 'et dans les ateliers ... • .. « L'O.A.S. peut bien, à El Biar, assasSIner des éducateurs ; quelques jeunes dévoyés peuvent bien mettre sur les murs de nos cités des croix gammées ou des croix celtiques ; une foule stupide peut bien se livrer 'à quelques ratonnades ou à quelques pogromes, une police affolée peut ,bien assommer quelques manifestants inof' fensifs, nous savons cependant que la justice et la paix et la fraternité, triompheront parce que, suivant la belle formule de Camus : « Nous gardons toujours én nous, même au coeur de l'hiver, un invincible été ». » (Applaudissements.) Le professeur Alfred KASTLER : au nom du Syndicat National de l'Enseignement Supérieur M. 1'ieur, « Nous sommes à vos côtés» KASTLER vient apporter le salut fraternel dtt Syndicat Na. tio1lal de l'Enseignement Supédont les cent cinquante délégnés sont réunis en cong'rès dans mt autre local. Mme COLOT, directrice d'école . « Ils m'ont demandé, déclare-t-il, d'être auprès de vous leur interprète pour vous dire que le Syndicat National de l'Enseignement Supéri eur se sent en parfait accord avec les principes du M.R.A.P. et avec les buts que vous poursuivez. Dans la mesure de nos moyens nous cherchons à réaliser, sur le plan universitaire, le grand idéal de l'égalité des races huma ines. » «Revoir les livres et les méthodes » MADAME COLOT, déléguée du Comité du Nord du M .R.A.P., membre du Syndicat National des Instituteurs, est directrice d'école. Elle aborde le problème particulier de l 'éducation de l 'enfance, bien différent de ceux pOSés par la jeunesse: « Nous souhaiterions que tous les mouvements de jeunes et que tous les mouvements d'éducateurs puissent conjuguer leurs efforts potfr que les livres d'histoire, les livres de géographie qui sont mis entre les mains des enfants, et qui sont racistes plus ou moins confusément, soient réexaminés ... « D'autre part, la mode est aux techniques audiovisuelles. Il est souhaitable, nécessaire de les utiliser et pour ma part je m'en sers beaucoup. Et pourtant quand je veux faire une simple projection fixe sur un pays quel qu'il soit, il m'est difficile de trouver des oeuvres qui soient valables, qui ne soient pas du folklore de pacotille, qui restituent l'homme dans sa vérité, sa vérité actuelle. J'en appelle à tous les mouvements : il faudrait constituer une bibliographie, une filmographie, une discographie qui, pour les antiracistes, ':soient un garant d'honnêteté et d'humanisme ... » De gauche à droite M. Henri Fauré, Mme Colot, MM. Marc-André Bloch, Dujardin et Alfred Kastler. LE ~ROFESSEUR Alfred METRAUX '.. LA JOURNEE NATIONALE,. , . A .' {""1 ~ ~ ':. M. DUJARDIN, Président du G.E.R.O.lE.P. « Un grand projet exaltant» M DUJARDIN prend la parole au nom du Groupement d'Etudes et de • Recherches des Organisations de Jeunesse et d'Education Populaire (G.E.R. O.J.E.P.) qui s'est constitué après le 13 mai 1958, groupant 53 organisations de jeunesse afin de prévenir toute tentative de supprimer autoritairement la liberté d'association. Par son activité, le GEROJEP, se préoccupe naturellement des problèmes posés par le racisme. « Il y a un peu plus d'un an, rappelle-t-il, une enquête a été menée auprès de jeunes gens rentrant du service militaire en Algérie. On leur a posé un certain nombre de questions, leur demandant en particulier si, ayant effectué des opérations mili· taires en Algérie, ils avaient ressenti une antipathie accrue à l'égard des musulmans. Le dépouillement des réponses a prouvé que l'affrontement militaire avait développé d'une manière extrêmement sensible une antipathie à l'égard des musulmans_ Effectivement, si la haine peut provoquer la guerre, la guerre augmente la haine. Mais d'autre part, on a constaté que les jeunes du contingent n'avaient pas tous la même sensibilité à cette influence extérieure de la guerre. Ceux qui avaient appartenu à différents mouvements de jeunesse et qui d'un mouvement comme le scoutisme étaient passés à un mouvement de type syndical comme l'U.N.E.F., ou à un mouvement politique, avaient donné moins de prise à l'influence détériorante de la guerre. » M. Dujardin indique ensuite plusieurs autres activités du G.E.R.O.J.E.P., notamment la prise de position commune de ses 53 organisations après les ratonnades d'octobre. Puis il poursuit: « Nous proposons également que, de même qu'il existe une journée nationale de lutte contre l'alcoolisme, il y ait une journée nationale de lutte contre le racisme. Pourquoi pas ? Il est certain que pour faire aboutir une telle idée, il ne suffira ni des mouvements de jeunesse, ni des syndicats d'enseignants, ni des mouvements d'éducation d'adultes: il faudrait provoquer un large courant d'opinion, mais ne sommes-nous pas ici pour aider ce courant ? » Et M. Dujardin conclut : « Il faudra procurer à la jeunesse autre chose qu'un avenir de confort fait de voitures, de réfrigérateurs et de télévision ; il est certain que contre le racisme, et pour l'entente en· tre tous les hommes, au lieu du vieil « idéal » d'un empire français, après le dépassement des empires et des nationalismes, ce serait un grand projet exaltant que de proposer aux jeunes Français et à tous les jeunes du monde de construire maintenant une planète fraternelle et démocratique. » (Applaudissements.) Mlle Evelyne PUJEAU (U.N.EJ.) : « Ce que doit être l'antiracisme» ADEMOISELLE EVELYNE PUJEAU propose de dénoncer le paternalisme de certains accords de coopération officiels. Il « L'apport ne peut, ne doit pas être uni· latéral. Nos camarades d'Afrique nous ont déjà beaucoup appris, beaucoup aidé. Ensemble, nous avons essayé de définir une coopération technique qui manifesterait une véritable entr'aide et non pas un paternalisme déguisé, dernière figure du colonialisme, dernière expression d'un racisme larvé. » Affirmant en conclusion que les étudiants s'opposeront à toutes les mani· festations racistes et fascistes, Mlle pujeau s'écrie: « Nous n'avons pas voulu exorciser le mal par une condamnation purement morale ». M. Omar HAMIDECHI (du déportement des Sciences Sociales à l'UNESCO) : « Nous sommes à la veille dl écrire un nouvel humanisme » LE professeur Alfred Métraux du Département des Sciences Sociales de l'U.N.E.S.C.O., commence son exposé en rappelant ce que disait à la la fin du siècle dernier l'anthropologue français Lapouge, précurseur du racisme nazi: les peuples s'égorgeront pour quelques centimètres carrés d'encéphale de plus ou de moins. Cette prophétie, qui n'était peut·être qu'une boutade s'est malheureusement réalisée. C'est au nom du concept de race que se sont perpétrés les plus grands massacres de l'histoire. Mois l'événement le plus profond et le plus significatif de notre époque est la diffusion extrêmement rapide de notre civilisation industrielle. Un immense soulèvement se produit sous nos yeux, et dont les guerres coloniales des 15 dernières années ne sont que des épisodes. Dons la succession des guerres le sentiment racial a agi comme un ferment. Aujourd'hui, des centaines, des milliers d'organisations dons le monde s'emploient, avec des méthodes diverses, à combattre le préjugé et la discrimination raciale: les uns croient que l'opinion publique se modifie sous l'empire de la science, d'outres sont convaincus que seules les conditions économiques peuvent produire une détente entre les races, d'outres portent leur effort sur la législation dans l'espoir d'imposer le respect des droits de l'hcmme par des Icis, d'autres enfin souhaitent multiplier les contacts entre des groupes divers, espérant y voir naître la compréhension et l'harmonie. « Or, constate M. Métraux, les sociologues et les psychologues qui ont étudié les effets de ces méthodes et de ces campagnes sont parvenus à cette conclusion qu'aucune méthode en elle-même et par elle-même n'est efficace. La luHe contre le racisme doit être poursuivie simultanément sur plusieurs fronts et il n'est pas de méthode unique ou de formule magique qui obtienne ce résultat. Mais quel que soit l'effort que nous poursu'ivons, il sera valable si nous sommes avant tout prénétrés du sentiment de la dignité humaine. " « Le racisme, dit-il encore, n'est pas toujours une doctrine agressive et brutale. Des hommes et des femmes généreux et bons, peuvent en être imbus et justifier par leur croyance en la supér'ior'ité d'un groupe Le professeur Alfred Métrau.-r à la tribune. M s'adresse à l 'assemblée au nom de l'Union Nationale des Etudiants de France, et plus particulièrement au nom des étudiants en Lettres. (Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains) . sur un autre des actes qui leu,. feraient por ailleurs horreur. Ce n'est pas seulement dans son expression extrême que le racis .. me est un mal. L'écrasement du nazisme a signifié en Europe la défaite du 'l'Ocisme triomphant. Mo'is le racisme militant est loin d'être mort. Il vit encore sur son passif d'idées fausses, de rancune et de haine et déjà' il relève la tête et il s'affirme ouvertement. " « L'association que je représente, dit-elle, a dû faire face au racisme, non comme un danger moral, mais comme un danger tout court, comme une réalité solidement enracinée dans les consciences et toujours prête à s'affirmer. Car le racisme n'est pas un vague sentiment, tapi au fond du coeur des hommes : c'est une réaction de l'esprit que l'on provoque et que l'on entretient. Pour le combattre nous affirmons, nous, étudiants de France, qu'il faut combattre ceux qui le créent. » La jeune oratrice montre alors les rapports entre le racisme et le colonialisme. C'est le système colonialiste qui a engen· dré la guerre d'Algérie et ses conséquences. Ce qu'il faut combattre, c'est toutes les formes du racisme, de l'égarement de certains intellectuels aux ratonnades. Elle rappelle l'action de l'U.N.E.F. à ce sujet : « Au moment où le pouvoir s'ingéniait à séparer les étudiants algériens des étudiants français par un fossé de méfiance et même de haine, nous avons appuyé la décision de l'U.N.E.F. de reprendre les contacts avec l'U.G.E.M.A. » (Applaudissements.) (( Pour trouver les solutions aux différents prOblèmes que pose le processus de décolonisation, une coopération étroite est nécessaire entre les étudiants algériens et français. L'an dernier, un colloque sur l'enseignement dans le Maghreb concrétisait cette coopération. Un nouveau colloque se prépare avec les étudiants d'Afrique Noire et d'Afrique du Nord, qui se « Non pas contre la France, mais contre le colonialisme, l'injustice et le racisme» M OMAR HAMIDECHI, représentant • l'Association des Etudiants musulmans nord-africains en France, est salué lors de son arrivée à la tribune par de longs et chaleureux applaudissements. Il commence son intervention en citant une parole du Prophète : « Les hommes sont égaux entre eux comme les dents du peigne du tisserand : pas de distinction entre le blanc et le noir, l'Arabe et le non-Arabe, si ce n'est leur degré de crainte de Dieu! » Evoquant le racisme qui sévit en Algérie et qui a accompagné le douloureux cortège de la guerre, il déclare : « On aurait pu croire que la France, par les épreuves traversées au cours de la dernière guerre, serait à jamais immunisée contre le virus fasciste. On pensait que Drancy, Oradour, les camps de concentration, l'étoile jaune, serviraient de leçon aux générations montantes pour les détourner à tout jamais de cette voie qui rabaisse au niveau de la bête l'homme qui croit rabaisser. Hélas! Une décennie plus tard. les Algériens ont connu Vincennes et la Seine, le Ver d'Hiv', les camps et les tortures. Ne pouvant plus les exploiter, les racistes fascistes ont enfin la franchise d'extérioriser leurs sentiments réels qu'ils avaient atténués tant que cela leur permettait d'exploiter le travail et la dignité des Algériens. Cela donne ce que nous voyons. Mais le peuple algérien, conscient de ce que sa lutte de libération lui apporte la liberté et la dignité, souffre, mais persiste à croire en une coopération librement consentie entre pays égaux ... M. BAUBEROT (Etudiants Chrétiens) : « Sa révolution, il ne l'a pas faite contre la France, il ne l'a pas faite contre les Européens d'Algérie, il l'a faite contre le colonialisme, contre l'injustice, contre le racisme qui n'ont pas été des concepts abstraits pour lui, mais des réalités concrètement quotidiennes. Par là·même, la Révolution converge, par ses principes, avec ceux sur lesquels repose toute société digne de ce nom : liberté, justice et dé· mocratie. C'est sur ces bases que se fera la coopération entre la France et l'Algérie et plus largement encore entre la France et l'Afrique du Nord. C'est sur ces bases, ,également, que se fera la partiCipation des Algériens d'origine européenne à la reconstruction de leur pays. Puissent-ils comprendre la sincérité du peuple algérien, et se détacher des fascistes qui veulent, mais en vain, faire de l'agonie de leur racisme, l'agonie de l'Algérie et de la France. » (Applaudissements prOlongés.) « Fabriquer de la bonne histoire» IL y a deux mille ans, l'apôtre Pierre écrivait à des chrétiens d'Asie Mineure

cc Craignez Dieu, aimez la

Fraternité, honorez tous les Hommes, honorez le Roi ». Face aux tentations religieuses de l'époque ce message était révolutionnaire... Ce message incitait les hommes de l'époque à fabriquer de la bonne histoire pour les hommes, pour tous les hommes Il ..• M. Baubérot, partant de cette citation montre combien la lutte contre le racisme est aujourd'hui une lutte sociale. La seule réponse pOSSible au racisme et à toutes ses formes est une réponse politique

cc Pour nous, l 'antiracisme veut dire

le refus total d'être apolitique et le relus total d'être réactionnaire ». Contre ceux qui, aujourd'hui veulent imposer un système fondé sur la négation de la digni· té des hommes, (C il nous est demandé de fabriquer de la bonne histoire pour l'ensemble de l'humanité, de dire NON au ra· cisme et OUI à la construction d'une paix fraternelle li. M. Métraux montre ensuite camment ce racisme, souvent larvé, s'infiltre dans les consciences. Ceux qui méprisaient les peuples coloniaux s'aperçoivent que ceux-ci assimilent et enrichissent avec une grande rapidité notre civilisation. Et l'on peut voir dES peuples qui se veulent civilisés retourner à la plus honteuse sauvagerie. Et il conclut : « Je crois que nous ne devons pas souhaiter que toutes les cultures se ressemblent. Nous ne devons pas proposer à l'humanité l'image de notre propre culture. Toute culture a sa valeur, elle est le fruit d'une expérience unique qui ne se ré pète ra pas. Nous sommes à la veille d'écrire un nouvel humonisme et cet humanisme a pour pire ennemi le racisme ». ~CWOÎJt ao'U11Ïn ••• c'est saCl.O•m EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameuble6 _. lA JOURNËE NA-YIONAlE ;~: , . . -: M. Georges DARDEL, président du Conseil général de la Seine Le pasteur DueROS •• " Pour arrêter le déchaînement des haines Il " Il faut que l'hommE découvre l'homme '1 C HALEUREUSEMENT applaudi, M. Georges Dardel, sénateur-maire de Puteaux, apporte à la Journée Nationale, « le salut du Conseil général de la S eine », dont il est président, « l'une de ces assemblées qui a encore dans ce pays tournure démocratique, tout mt moins dans sa majorité. » M ie Pas. teur Du• cros, utilisant ses expériences personnelles, montre combien il est difficile pour les hommes de t rad i t ion, de culture, de niveau de vie différents de cohabiter . L.'homme porte en lui un « Il est certain, poursuit-il, que dans les heures où nous vivons, alors que les notions de démocratie et de liberté sont bafouées, alors q'n'en ce moment même, outre-Médi,terranée, des hommes tombent wliquelll ent parce qlt'ils ont la pemt basanée ou pour l'asp'ect de leur chevelure, nous av ons besoin plus que ja'mais de 'rassemble1' les h01llmes libr,es dans des M OU11ements comme le v ôtre. « C'est la raison p01~r laquelle j' ai tenl~ partiCltlièrelllent à venir v ous apporter mon ap" ni total et mon son tien fraternel. » « N ons mJons le devoir, dit-il encore, d'o ublier ce qui a Pl' nous diviser les tins el les mûres, dans le passé, ponr rechercher CI! qui peut nous unir : ainsi nous ferons cc large front qui arrêtera le déchaînement des haines, empêchera que, dans quelques j ours ou dans quelques semaines, la France el notre Paris ne connaissent des fournées CO/1/me celles qui se déroulent actuellement à .4lger 011 à Oran. » E t le président Dardel conclut : « Il faut se battre pour défendre la Réjl/ lblique et s' il est nécessaire nous descendrons dans la rue par centaines de milliers, l'or millions, POl" prmwer que la démocratie n'esl pas près d.e disparaître de notre pa'jls. » M. Florimond BONTE, oncien député Un moven: l'union l' A y ANT iait l'historique et le bilan de la guerre d'Algérie, el celui de la lutte du peuple de France pour mettre fin à cette page douloureuse de notre histoire, M. Florimond Bonte, qui intervient au nom du parti Communiste Français, insiste sur la nécessité de lutter contre l'O.A.S. : « Il ne faut pas se dissimuler que le danger n 'est pas passé et qu'il menace directement la France. Pour quels motifs ? Parce (iUC l'Algéric est, pour l'O.A.S., un banc d'cssai. Pas d'illusions! Si les bandits dc l'O.A.S. réussissent dans leurs entreprises cri- Le Dr CHEVALIER (Grand Orient de Fronce) minelles, ils transporteront ici, en France, le racisme barbare, leur antisémitisme hitlérien, leurs monstrueuses ratonnades qui ne sont, au fond, que l'expression moderne des tragiques, effroyables pogromes du passé ... " De l'abbé Grégoire « Oui, si les tueul'S dc l'O.A.S. réussissaient dans leurs entreprises criminelles, ils s'efforceraient d'instaurer, chez nous, le fascisme . .. Par conséquent, j'estime que la lutte contre le racisme, la lutte contre l'antisémitisme et h, lutte pour la paix sont absolument inséparables de la lutte nécessaire contre les gangsters de l'O.A.S. et que notre devoir sa· cré, à l'heure présente, c'est d'unir toutes 110S forces, quelles qu'ellcs soient, de façon à ce que soient mis hors d'état de nuire, non seulement cn Algéric, mais en France les criminels dc guerrc, les fascistes ; non seulement les hommes de main, mais les chefs politiques et les complices de toutes sortes ... , a Au nom du Grand Orient de France, le Docteur Chevalier déclare notamment: « La peste brune ou noire, est toujours vivace; de mêmc l'intolérance, les préjugés, la haine, lc fanatisme ont toujours de~ fidèles quand la Société chancelle, quand les intérêts financicrs sont menacés. Les enfants ll'obéissen$-ils pas à n'importe quel maîtrc quand ils ont été assez battus? Et pourtant, dans la clandestinité, pendant les heures sombres dc l'occupation nazie, nous avons tous juré de détruire toutes ces semences pernicieuses, dc libércr l'Europe, de détruire les cRmps de concentration et les tribunaux d'exception. Nous avons trahi notre serment, tous ensemble, délibérément, puisque nous avons laissé l'Espagne en esclavage sous une dictature la plus impitoyable, celle dont l'avèncmcnt voulu ct soutenu par Mussolini et Hitlcr avait précipité la crise qui nous a tous mcurtris. « Il est ccpcndant grand temps que les lllaîtrë.5 d'école mettcnt leurs fouets aux rancart, que les assassins soient mis au ban de l'humanité, que les soudarts soient désarmés, que les demandes esscntielles de prospérité commune et de justice l'emportent une fois pour toutes sur les arguments de force. n Rappelant l'exemple et l'oeuvre de l'Abbé Grégoire et la fameuse apostrophe de Robespierre

« Périssent les colonies s'il doit vous

en coûter votre Gloire et la Justice ! n, le Docteur Chevalier montre comment les peuples exploités ont réussi à prendre en main leur destin, de l'Abbé Grégoire à l'O.N.U. en passant par la conférence de Bandoung. « La question n'est pas de savoir quel est le meilleur régime Rolitique, mais de remarquer que le colonialisme cst mort par la victoire de l'csprit. Il est bon dc le dire, au moment où une radio-télévision d'un Etat sol- Bandoung " ••• disant républicain interdit une émission sur la tolérance. » ( ... ) « Nous témoignons aujourd'hui, conclut- il, de notre solidarité envers tous les opprimés, toutcs les jeunes nations sorti cs de l'esclavage, tous les êtres que le racisme veut anéantir ... Les générations nouvelles doivent savoir que la supériorité morale n'est jamais du côté dcs spOliateurs, des tyrans, dcs dogmatiques, mais toujours du côté des spoliés et des victimcs. » « Pour y parvcnir, il n'y a qU'un seul moyen, c'est l'union, non pas seulement l'union dans les colloques, les assemblées, les manifestations, mais l'union dans l'action, sans exclusive de tous les ouvriers, de tous les paysans, de tous les intellectuels, de tous les gens des classes moycnnes, hommes ct femmes, jeunes et vieux ... » M E S S A G E S M. Pierre MENDËS .. FRANCE Ancien Président du Conseil « J ' aurais été très heureux de pouvoir me joindre à tous ceux qui vous cntoureront dans cette circonstance, mais .l'en serai empêché par une série de rendez-vous que j'ai pour ce jour-là dans l' Eure ... Je suis vraiment désolé de ne pas être en état de me trouvcr auprès dc vous le 25 et je vous prie de bien vouloir excuser unc absence très volontairc. « Tous mes voeux pour votre entreprise. » M. Claudius PETIT Vice président de l'Assemblée Nationale « Je regrette. bien vivement que des obligations familiales, décidées depuis longtcmps, ne me permcttent pas d'assister à la Journéc Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, qui se tient dimanche prochain à l'U.N.E.S.C.O. Je vais toutefois m'efforcer de me libérer une heure le matin ... « Vous connaissez mes sentiments et vous avez peut-être eu l'occasion de lire mes interventions qui vont toujours dans le sens de votre action ... » M. Paul BASTID Ancien ministre « Inutile de vous dire que je suis de coeur avec vous, non seulement parce que toute violcnce me révolte, mais encore parce que j'exècre les jugements par catégories (qu'ils s'agisse de race ou d'autre chose) et que je ne veux connaître que des individus. n instinct de ma,Îtriser l'inférieur. Ce qu'il fau c'est une victoire de l'esprit par la multip cation des contacts. Il faut que l'homme d COl vre l 'homme : « Découvrir l'homme, découvrir comme frère, n'est-ce pas la s prême richesse ? » « Notrc génération voit se multiplier contacts entre nations, entre peuples, ent races. Et ccs contacts iront s'amplifiant ass rément. N'écoutons pas les prophètes 1 malheur qui déplorcnt ce phénomène. Et su tomt n'écoutons pas lcs faux prophètes de haine. Lorsque se rencontrent des homm en qui l'esprit a été vainqueur de toutes II bassesses et de toutes les violences, c'est l'h manité tout entière qui est gagnante. Elle dirige, elle avanec vers sa destinée, vers royaume de justice ct de lumière auquel tOI les chrétiens croient, et ils ne sont pas 1 seuls d'ailleurs, et que sans plus tarder, sai perdrc une minute, ils se doivent de promol voir sur la terre ». Le professeur Ph. BER~ " Une l•m ... a accom~ DE l'intervention de M. Philippe B el me nous e.rtra~" o ll s le passage suiva « E nsemble, nous allons a,oil à accomplir. 2~ ans de guerre ont déd reux : mépris de la personne humaine, rac lai ssés contaminer et nous devons les gué « Du racisme, que trop de Français souffert : - des juifs, d'abord, et voilà c rent les nazis, - des Algériens, ensuite sailles collectives, on a couyert les inven tortionnaires. Nous n'avons pas pu emp ' honneur. Cette tache doit être lavée ... Et , retour des choses, risquent maintenant d ', ne faudra pas longtemps pour qtt. ;es gr provoquent à leur égard un racisme que ) Droits de l'Honlme, le M.R.A.P. et tou trop de toutes leurs forces ... Devant le da et le r aci sme en est une des plus danger r eté et d'indulgençe. » Le chanoine ~ " sa M le Ch com 1.. de la l 'huma nité, c Chottard q t évoquait la pe sée éva n géliql « Aimez-vous l, uns les autres ) t Ah ! mon P re, dit, Cleme ceau, si moi q nc suis pas cltr tien, si moi j' vais eu entre 1 mains un le vi scmblable, j'a l rais soulevé 1 monde. » « A la condition que le molU se laisse soulever ct qu' il connaisse précis ment la valeur de cc levier incomparable. ) Certes, dit le Chanoine Clavel, il y a là u levier : les Etats, comme les Nations, passen Ils n'ont pas de destinée. Mais la personn corps et âme a une destinée éternelle . l communauté humaine doit travailler à d f(~ndre les droits de la personne dans l'ha monie. D'autre part, ce n'est pas par la fore qu'on peut faire l'unité du monde, mais p~ la fraternité. « Je crois que maintenant, av! tous les moyens de communication quc nOl avons, je crois à la victoirc de la grande pCI sée évangélique que salua C!emenceau, 1 grande pensée de l'unité de tous les homme et qui sera la fraternité. » \TIONALE ;-~ Le pasteur DUCROS •• " Il faut que J'homme découvre l'homme '1 M le Pas. teur Du• cros, utilisant ses expériences personnelles, montre combien il est difficile pour les hommes de t rad i t ion, de culture, de niveau de vie différents de cohabiter . L.'homme porte en lui un cien député •• ra"UIll".u:S qui ne sont, au fond, que des tragiques, effroyadu passé ... les tueurs de l'O.A.S. réussissaient entreprises criminelles, ils s'effor. i~'~"""MP, chez nous, le fascisme ... j'estime que la lutte contre la luttc contre l'antisémitisme et la paix sont absolument inséla lutte nécessaire contre les l'O.A.S. et que notre devoir saprésente, c'est d'unir toutes qu'elles soient, de façon à mis hors d'état de nuire, non en Algérie, mais en France les criguerre, les fascistes ; non seulede main, mais les chefs les complices de toutes sortes ... parvenir, il n'y a qu'un seul l'union, non pas seulement colloques, les assemblées, les mais l'union dans l'action, tous les ouvriers, de tous les les intellectuels, de tous les hommes et feminstinct de ma-îtriser l' inférieur. Ce qu'il faut. c'est une victoire de l'esprit par la multiplication des contacts. Il faut que l'homme déCOl vre l'homme : « Découvrir l'homme, le découvrir comme frère, n'est-ce pas la suprême richesse ? » « Notre génération voit se multiplier les contacts entre nations, entre peuples, entre races. Et ccs contacts iront s'amplifiant assurémcnt. N'écoutons pas lcs prophètes de malheur qui déplorent ce phénomène. Et surt .. ut n'écoutons pas les faux prophètes de la haine. Lorsque se rencontrent des hommes en qui l'esprit a été vainqueur de toutes les bassesses et de toutes les violences, c'est l'hunJanité tout entièrc qui est gagnante. Elle se dirige, elle avance vers sa destinée, vers ce royaume de justice et de lumière auquel tous les chrétiens croient, et ils ne sont pas les seuls d'ailleurs, et que sans plus tarder, sans perdre une minute, ils se doivent de promouvoir sur la terre » . Ee 6anquet le professeur Ph. BERNARD (Ligue des Droits de l'Homme) " Une I•m mense tâche a" accomplir ~I DE l'intervention de M. Philippe Bemard,re/,rése/ltant la me nous e:.:tra'yolls le passag,e sltivant : « Ensemble, nous allons avoir, d ans les temps qui à accomplir. 2~ ans de guerre ont déchain é chez nous des reux : mépris de la personne humaine, racism e et goüt de la laissés contaminer et nous devons les guérir. Liquc des Droits de l'Hotnvic. nnent. une tâche immense démons horribles et dang-eviolence. Beaucoup se sont « Du racisme, que trop de Français on t pratiqué. des hommes de toutes sortes ont souffert : - des juifs, d'abord, et voilà qu'a ujourd'hui repoussent les semences que semèrent les nazi s, - des AIg-ériens, ensuite. Au n0111 de la France, on a organisé des représailles collectives, on a couvert les inventeu rs de la chasse au faciès, on a décOl-é des tortionnaires. Nous n'avons pas pu empêche l' qu'une tache épouvantable soit faite à notre honneur. Cette tache doit être lavée ... Et yoic i que' les habitudes prises, par un triste retour des choses, risquent maintenant cI'atte indre les rapatriés d'Afrique du Nord : il ne faudra pas longtemps pour qlÂt. ies grain es semées par leurs soi-disant défenseurs provoquent à leur égard un racisme que nou s condamnons. C'est pourquoi la Ligue des Droits cie l'Holllme, le M.R.A.P. et tous 1 es démocrates rassemblés ici n'auront pas trop cie toutes leurs forces ... Deyant le dang er que représentent certaines formes de folie, et le racisme en est une des plus dangereuse, il serait coupable cie faire preuve de légèreté et d'indulgense. » le chanoine CLAVEL •• " Un levier pour soulever le monde M Ie Chanoine Clavel, saluant l'assemblée comme la grande communauté humaine représentant tous les horizons L. de la pensée, sai uan t l'a venir de l'union fraternelle de l'humanité, cite cet1ie phrase de Clemenceau répondant au père Chottard qui Dans le cadre de la Journée Nationale, un déjeuner amical a eu lieu, à 12 h. 30, au restaurant de l'U.N.E.S.C.O. A la table d'honneur, aux côtés du président Pierre Paraf, que l'on voit ici souhaitant la bienvenue aux nombreux convives, se trouvaient la princesse Marie Bonaparte et S.E. l'ambassadeur de Roumanie (à sa droite), les dirigeants du M.R.A.P., et des personnalités diverses: les professeurs Alfred Métraux, Charles-André J ulien, Roger Bastide, MarcAndré Bloch, M. Fl orimond Bonte, le chanoine Clavel, le Dr Dalsace, Mmes Jeanne Brunswig et Denise Decourdemanche, Messieurs Edouard Glissant, Albert Beville, Vilner, etc ... Charles PALANT, s '1 A la lun de notre ., sie C'EST le riche bilan de l'action précédente Journée Nationale (29 notre secrétaire général, Charles « TOllt an long des sept d,entières a d'abord, le lVI.R.A.P. s'est dressé COI/tl gnité de l'homme, les discriminations, l, tures phy§iques eot morales liées à la d'Al.qérie. Il prend aujourd'hui sa part remportée par les forces de paix ... NOl pOlir la solution négociée dit drame alqél droits légitimes de' tOlites les populati. espoù- l'heurcuse conclusion des p~nrpa évoquait la pensée évangélique « Aimez-vous les uns les autres,. : l Ah! mon Père, dit. Clemenceau, si moi qui ne suis pas chré. tien, si moi j'avais eu entre les mains un levier semblable, j'aule rabbin EISENBERG •• Me joindre à tous ceux qui vous serai empêché par une série .. Je suis vraiment désolé le 25 et je vous prie de Nationale familiales, décidées depuis la Journée Nationale contre se tient dimanche prochain à libérer une heure le matin ... avez peut-être eu l'occasion le sens de votre action .. , Il vous, non seulement parce que j'exècre les jugements chose) et que je ne veux rais soulevé le monde. » « A la 'condition que le monde se laisse soulever et qu'il connaisse précisément la valeur de ce levier incomparable. Il Certes, dit le Chanoine Clavel, il y a là un levier: les Etats, comme les Nations, passent. Ils n'ont pas de destinée. Mais la personne, corps et âme a une destinée éternelle. La communauté humaine doit travailler à déf~ ndre les droits de la personne dans l'harIr. onie. D'autre part, ce n'est pas par la force qu'on peut faire l 'unité du monde, mais par la fraternité. « Je crois que maintenant, avec tous les moyens de communication que nous avons, je crois à la victoire de la grande pensée évangélique que salua C'emeneeau, la grande penSée de l'unité de tous les hommes, et qui sera la fraternité. " " La promotion M le Rabbin Ei- • senberg, au cours d'un exposé détaillé et documenté, sou l i g n e que l'heure est grave. Il faut protéger ces trois valeurs essentielles que sont la lutte contre racisme, la lutte contre l'antisémitisme et la lutte pour la p8iix. Pour cela l'éducation des masses, mais aussi celle des intellectuels reste à faire. Il y a danger ne, cessa/.re" quand le monde scientifique perd toute conscience jusqu'à envisager qu'une guerre atomique serait un moindre mal. Il est nécessaire de vaincre d'abord la guerre pour éliminer le racisme et enfin juguler l'antisémiti. sme_ « Le l'acismc sera définitivement éliminé le jour où tout le monde aura pu être conscient du fait que, dans tous les pays, dans toutes les races, quelle que soit l'origine de n'im· porte quel individu, on est capable de réaliser un idéal de perfection et de dignité humaine. Pour cela, e'est une lutte très tangible qu'il nous faut mener, une lutte pour la promotion sociale et intellectuelle de nos frèrcs de tous les pays, de toutes les couleurs et de toutes les races. Et c'est alors seulement que le racisme pourra disparaître. Il M E S S A G E S « Jl qui se depuis que le « C et que M. « J ne sera ('n m'el souhait te ~ « A renaissa ùictatur et l'oPP fan!s, toute e4 tian ism{ Ee ftanquet o (Ligue des Droits de l'Homme) nse tâche représentant la L ig lle des Droits de l' H oms les tem ps qui vic.nnent, une tâche immense chez nous des démons horribles et dangeet goùt de la vi olence. Beaucoup se sont )ratiqué, des hommes de toutes sor tes ont Ul'd 'hui repoussent les semences que semè- 10111 de la France, on a organisé des repréde la chasse au faciès, on a décoré des u'une tache épouvantable soit fai te à notre quI' les habitudes prises, par un triste rc les rapatt-iés d'Afrique du Nord : il semées par ieurs soi-disant défenseurs ondamnol1 s, C'est pourquoi la Ligue des démocrates rassemblés ici n'auront pas que représentent certaines formes de foli e, '1 serait coupable de fa ire preuve de légè- VEl •• levier pour \ le monde Il Clavel, saluant l'assemblée comme la grande é humaine représentant tous les horizons , saluant l'avenir de l 'union fraternelle de \e phrase de Clemenceau r épondant au père Dans le cadre de la Journée Nati ona le, un dé jeuner amica l a eu lieu, à 12 h. 30, au resta urant de l' U.N .E.S.C.O. A la table d' han neur, a ux côtés du président Pierre Pa ra f, que l'an voit ici souhoitant 10 bienvenue aux nombreux convives, se trouva ient la princesse Marie Bonaparte et S.E. l'ambassadeur de Roumanie (à sa droite ), les di rigeants du M.R.A. P., et des personnalités diverses : les professeurs Alfred Métraux, Charles-André Julien, Roger Bastide, MarcAnd ré Bloch, M. Florimond Bonte, le chanoine Clavel, le Dr Dalsace, Mmes J eanne Brunswig et Denise Decourdemanche, Messieurs Edouard Gli ssant, Albert Bevill e, Vilne r, etc ... 7 ----- Le message du président LYON;[AEN P« ARTI dans le Midi pour restaurer ma santé, je suis désolé de ne pouvoir participer il la J ournée Nationale du 25 mars. « Ai-je besoin de dire que je suis de tout coeur avec ceux q'ui ·l'ont organisée et y assisteront ? Mes regrets sont d'a utant plus vifs que cetteJournée, a'u milieu des périls graves que courent les nobles idéaux a uxquels nous sommes att,nchés, au milie:u des menaces qui assaillent la République, marque une étape importante dans la luHe du M.R.A.P. contre le fascisme ei' pour la démocratie. » Pierre PARAF, président du M. R.A.P. ~I Nous ne tolérerons pas que notre pays soit la proie du fascisme Il OUVRANT la Journée Nationale, Pierre Paraf, président du M.R.A,P., dédie une première pensée au président Léon Lyon-Caen dont il fait applaudir le message. « Le M.R.A.P., dit-il ensuite, a organisé ces assises à une heure importante de notre histoire, une heure dont les inquiétudes, les angoisses mêmes ne sont pas absentes, mais aussi à une heure pleine d'espérances. " Abordant le problème algérien « sur le seul plan qui est le nôtre ", il déclare : « Chaque fois qu'une guerre se termine entre deux peuples faits pour coopérer, pour s'estimer, pour s'aimer, chaque fois qu'entre eux la négociation l'emporte sur la violence, le M. R.A.P. - vous, et nous - enregistre une victoire pour notre pays, pour l'humanité » ... « Profondément soucieux, ajoute-il, du destin des minorités sur une terre dont elles sont aussi les enfants, de leur droit de partir si elles le veulent, de rester si elles le préfèrent dans une égalité solide- (Suite page 8) Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. : ,~ A la lumière de notre siècle ~; ••• C'EST le riche bilan de l'action du },LR.A.P. depuis la précédente Journée Nationale (29 mai 1960) que présente notre secrétaire général, Cha rles Palant. « T out an long des sept de rllières années, rappelle-t-,il tout d'abord, le M .R.A.P. s'est dre.'sé cOll tre les atteintes à la dignité de l'homme, les discriminations. les hnmiliations, les torttwes phy§iques et morales liées à la poursuit,e de la gllerre d'Algérie. Il prend aHjourd'lzui sa part dans la grande 'uietoire rempor(ée pal' les forces rie paix ... Nous avons touio llrs {li fté pour la soltttion négociée dn drame algérien, dans le resf.cct des droits lég itimes de' toutes les populatio lis, nous saillolls (J'uec espoir l'heurcuse CO 11 cl IIsiotl des Pll nrparlers d'Evia ll. » (Suite page 8) Le rabbin EISENBERG •• Me André DILIGENT, député Il La p romotion M Ie Rabbin Ei- • senberg, au cours d'un exposé détaillé et documenté, sou 1 i g n e que l'heure est grave. Il faut protéger ces trois valeurs essentielles que sont la lutte contre racisme, la lutte contre l'antiséItlsme et la lutte pour la p3iix. Pour cela 'éducation des masses, mais aussi celle des ntellectuels reste à faire. Il y a danger , • Il necessa/re quand le monde scientifique perd toute conscience jusqu'à envisager qu'une guerre atomique serait un moindre mal. Il est nécessaire de vaincre d'abord la guerre pour éliminer le r acisme et enfin juguler l' antisémiti. sme. « Le racisme sera définitivement éliminé le jour où tout le monde aura pu être conscien t du fait que, dans tous les pays, da ns tou tes les r aces, quelle que soit l'origine de n'im. porte qucl individu, on est capa ble de r éaliser u n idéal de p er fec tion et de dignité humaine. Pour cela, c'cst une lutte très tan gible qu' il nous fau t mener, une lutte pour la promotion socia le et intellectuelle de nos frères de tous les pays, de toutes les couleurs et de toutes les races. Et c'est alors seulement que le racisme pourra disparaître, I l M E S S A G E S « Jusqu'à hier j'espérais pouvoir faire r eporter deux importantes réunions qui se tiennent samedi et dimanche prochain, et pour lesquelles je suis engagé depuis janviel'. Hier, mallIeureusement, j 'ai appris de Paris, par téléphone, que le changement de date n'aura pas lieu. « Croyez que je me serais fait une joie d 'assister à la Journée Nationale, et que c'est avec un immense regret que je ne pourrai le faire. Il M. Jacques DUCLOS, sénateur « Je me serais fait un devoir d'étre des vôtres mais malheureusement je ne sera i pas à Pa ris à cette date, devant prendre la parole à Decazeville. Et ('n m'excusant de ne pouvoir répondre favorablement à votre invitation, je souha ite le plus grand succès à votre Journée. » le R. P. RIQUET « Aujou r d ' hui conmle h ier, à l'égard de tou tes les formes plus ou moins renaissantes et virulen tes du racisme, de l'antisémitisme comme d e toute dictature tota litaire, l' attitude d' un vrai chr étien ne peut être que le r efus et l'opposition la plus r ésolue. Mais quand s'y ajou tent le massacre des enfan !s, des femmes et des vieilla rds, la torture et l'avilissement des hommes, toute compla isance et ioute complicité seraient tra hison de notre ch r istia nisme. Il 8 LA ,JOURNÉE .-... . '-;. ,'4 . ' NATIONALE-,· ,' .. ' . . ,~ '. - M. Henri SINJON (C.F.T.C.) : " Un combat toujoursl , • Il necessalre Empêché att dernier moment d'assister personnellement à la Journée, M. Henri Sinjon, secrétaire général de l'Union régionale parisienne des Syndicats chréti,ens, nous a fait parvenir le texte de son intervention : « Il est stupéfiant, dit-il notamment, de constater qu'il soit encore nécessaire au XX" siècle, de s'élever contre les discriminations raciales et les antagonismes entre les peuples. Les millions de morts torturés par l'hitlérisme n'ont donc pas suffi ! ... Les rivalités systématiques de races ou de pays ne sont plus de mise, la plupart des préjugés « ultra » étant tombés. Mais il est encore des attardés. Ceux-là sont d'autant plus dangereux qu'ils ne veulent rien entendre, qu'ils sont le plus souvent fanatisés, qu'ils n'hésitent pas, pour s'imposer, à employer d'atroces procédés. Ils doivent se heurter à la farouche résolution des innombrables partisans et artisans du respect de la dignité de la personne humaine, de la liberté. de l'émulation pacifique entre les peuples, de la collaboration des pays. » M. Marcel DUFRICHE (C.G .T.) , a IJ La discrimination profite ceux qui la pratiquent" M. Marcel Dufriche, représentant la C.G.T., souligne dans son intervention que les travailleurs algériens et étrangers en France sont victimes d'un racisme qui se manifeste sous diverses for? 1'WS, mais dans quels b'uts? « La discrimination raciale, dit-il, n'est pas le résultat d'un état d'esprit, d'une attitude gratuite. Elle est surtout la conséquence d'un calcul. Elle vise à procurer des profits, des avantages à ceux qui la pratiquent. C'est pourquoi la pratiquent surtout les propriétaires des moyens de production, ceux qui utilisent la source essentielle de toutes les richesses

la main-d'oeuvre salariée. »

nombre égal d'enfants restés dans son pays, touche quatre fois moins d'allocations qu'un travailleur français. Et sous nne forme ou sous 1me autre, dans tous les pays capitalistes on vérifie les mêmes phénomènes. Par exemple en République Fédérale Allemande où, depuis deu.r ou trois ans, sont recrutés plus de de1tx cen,t mille travailleurs italiens, des écriteaux leur interdisent l'entrée de certains établissements. Cependant la classe oltvrière peut déjouer les manoeuvres racistes. Et malgré le poison distillé, les colonialistes n'ont pas réussi, en France, à dresser les travailleurs contre les 400.000 Algériens employés dam les usines, les chantiers O1t les mines. Sous les applaudissements une délégation de chez RENAULT.. . DANS l'après-midi, le président de séance, M. Burgho, président du Comité de Saint-Quentin, app,elle à la tribune l'importante délégation de la Rég·ie Renault, composée de travaille1trs algériens et français représentant différentes tendances syndicales, et cond1tite par M. Claude Poperene. Sous les applaudiss,ements prolongés de l'assemblée, celui-ci prend la parole au nom de ses camarades (photo ci-contt:e). Après avoir dénoncé les exactions racistes q1ti illustrèrent la guerre d'Algérie, tant sur le sol algérien qu'en France, 1\1. Poper,ene déclare : «On peut mesurer ainsi, alors qu'un accord vient d'intervenir entre le G.P.R.A. et le Gouvernement français, tout le mal que le racisme a pu faire à nos deux peuples_ Si, malgré ça, auj ourd'hui, travailleurs algériens et français pouvQns ensemble nous réjouir des premiers succès, c'est parce que nous savions, y compris dans les moments les plus difficiles, que nos intérêts étaient communs, nos ennemis communs et notre avenir commun également dans la paix qu'il fallait imposer » (applaudissements). M. Poperene évoque ensuite les formes du racisme que les travailleurs conlIaissent bien dans les entreprises: « C'est ainsi que dans les usines, les postes les plus durs, les plus sales, les plus pénibles et souvent aussi les moins bien payés, sont tenus par des travailleurs algériens ou originaires des Antilles ou d'Afrique. Il ne faut pas voir là le fait du hasard ... Personne d'entre nous n'est né ajusteur, tourneur, dessinateur. Nous avons acquis les connaissances nécessaires pour le devenir. Pourquoi ceux qui se réclament d'on ne sait quelle grandeur, ne font-ils rien ou peu, pour instruire ces travailleurs et leur donne'r un métier, pour éduquer les peuples qu'ils ont colonisés et exploités pendant des décennies ? .. » M. Dufriche donne quelques exemples frappants de la discrimination : « On évalue à peu près à deux millions le nomhre de salariés étrangers travaillant - en France. Et chaque jour il en arr ive de nouveaux. Ces centaines de milliers d'ItalienS, d'Espagnols, de Portugais et bien entendu d'Algériens. sont tous victimes d'une discrimination que d'aucuns peuvent nier comme raciale, mais qui

Ihoutit en fait au même résultat c'est-àdire

à un traitement inférieur' à celui des travailleurs français. » L' ora,teur en veut pour pr,euve les allocations familiales. Un travailleur algérien, pour un L'allocution du président Pierre PARAF (Suite de l,a page centrale) ment garantie, soucieux de la grandeur matérielle et morale de la France, nous ne tolérerons pas que notre pays soit la proie du fascisme » ... Traçant un rapide tableau de la dernière période, notre président dénonce « les at· tentats qui portent ouvertement la signa· ture de l'O .A.S. (alors même que des inté· rêts temporaires ont pu rapprocher autour d'elle des racistes et leurs victimes) », évoque la mémoire des antifascistes tom· bés à Paris le 8 février, mais souligne, eli\· regard les progrès de l'action et des idéaux antiracistes. Le rapport de Charles PALANT Définissant enfin l'état d'esprit dans lequel le M.R.A.P. poursuit son action, Pierre Paraf affirme : « Notre Mouvement, où toutes les tendances s'expriment, se situe sur le seul plan de la conscience, nos assises sont un carrefour de ces tendances, un haut lieu de cette conscience ; et sous peine de manquer à notre devoir, de com· promettre ces vastes rassemblements, dont nous pouvons, comme la Ligue des Droits de l'Homme, marquer un jour le signal, nous entendons rester toujours étrangers à toute arrière·pensée partisane, élOignés de tout sectarisme, de toute velleité de con· currence mesquine à l'égard d'autres as· sociations qui poursuivraient un but simi· laire et auxquelles nous souhaitons un plein succès pour leur action. Nous ne voulons que l'unité, que l'efficacité qui nous rapprochent de la victoire. » (Suite de la page centrale) Puis il évoque la participation active de notre Mouvement, avec tous les républicains, à la lutte contre le danger fasciste, et tout particulièrement contre les menées de l'O.A.S. « Sous le si,gle de lY).A.S., soulignet- il, se sont fondus ,en mL seul courant tous les résidus de l'hi.tlérisme, dont se réclament ouvertement certains hommes de l'entouraqe rie Salall , che::: les amis duquel on a 'trouvé des drapeau.r à croix gammée, Tous ceux que nous avons combattus depuis treize années, ceux contre qui n01tS avons mené campagne, engagé des procès, se rangent aujourd'hui derrière l'O.A.S ... « Le racisme découle nécessairement dg, fascisme, a-t-il souvent été dit. Mais le -racisme condui·t lui-même au fascisme. Les « ratonnades », les tortures, les massact.!s d'Algériens demeurés impun, is, sinon justifiés parce que les victimes n'étai,ent « que » des musulmans, ont conduit à l'hystérie meurtrière que nous conna·issons aujourd'hui. Tout comme. le racisme de Hitler, naguère éProuvé sur les juifs, devait conduire au massacre généralisé, à l'asservissement généralisé. » Se référant ensuite à la campagne poursuivie par le M.R.A.P. pour le châtiment d'Eichmann et de tous ses complices, Charles Palant s'étonne que « des voix s'élèvent encore timides, comme hont,euses mais déjà insistantes, p01tr qu'Eichmann ne soit pas exécuté. » « Que l'on ne parle pas de vengeance, déc1are-t-il. Tous les Eichmann de la création ne suffiraient pas à venger les deux millions d'enfants gazés par les nazis. Exécuter Eichmann, ce n'est 'Venger aucun d'eux, mais l'épargner ce serait donner l' absolt~tion, ce serait offrir la prescription aux criminels qui conrent encore, et dont les crimes sont, pour l'éternité, à la fois imprescriptibles et inexpiables. » ~ Puis notre secrétaire général en vient à « ce- paradoxe crltel ré.,·idant dans le fait que si, depuis près de deux siècles, l'égalité en droits de tous les citoyens est inscrite dans les tex,tes constitutiomtels jamais il n'en fut de même dans la loi. ; Il rappelle les textes de lois élaborés par la commission juridique du M.R.A.P., sous l'autorité du premier president Léon Lyon-Caen, déposés à l'Assemblée Nationale depuis trois, ans, approuvés par la majorité des parlementaires, et par le rapporteur désigné en commission, mais dont le gouvernement n'a pas encore permis la discussion en séance publique. « La campagne p01f.'"-..I'adoption de nos proiets de lois contre le racisme doit donc être relancée et poursuivie avec vi.queur par le Bureau National d1t M.R.A.P., mais égal. ement par tous ses comités locaux et régionaux », indique Charles Palant. Soulignant enfin que notre rôle est aussi « de' remonter ou.r causes profondes de la persistance d1t racisme et de l'antisémitisme », il évoque l'action du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux, créé à l'issue du colloque organisé à la Sorbonne sur l'initiative de notre Mouvement. Sur le plan plus géncSral de la diffusion des idées antiracistes, il salue les efforts poursuivis et les résultats obtenus par « Droit et Liberté ». « Ce qui - doit guider notre action, conclut-j!, ce qlti com,mande notre persévérance, c'est la conviction profonde que la lumière de notre sièc/.e n'est pas celle des torches brandies par les ennemis de l'humanité, mais l'éclatante vérité que l'homme est le frère de l'homme. » « J'exprime l'espoir, conclut-il, que ce 25 mars marquera un grand départ dans la pacifique mobilisation de la conscience des humains. » POUR l 'ACTION UNIE DES ANTIRACISTES EVOQUANT, dans son rapport, le problème de l'union des forces antifascistes et antiracistes, Charles Palant a déclaré notamment : « Le M.R.A.P. a été de tous les 1'aSsemblemC1J. ts antifascistes, de toutes les initiatives républicaines de ces derniers mois ... Il a pgJticipé à toutes les rencontres, à tous les pourparlers. Nous avons maintes fois favorisé les rapprochements. Pour notre part, ~10US avons, de toutes 110S forces, essayé de favoriser l'ltnion des antiracistes eu;t·-mêmes, nous adressant fraternellement à la L.I.C.A., déplorant sil1cèremen.f son absence lors des initiatives populaires le 6 et le 9 décembre, le 8 et le 1.1 février. « Alais à mesure q1te les événements se P1'écipitent, et même lors des journées antifascistes des 6 et 9 décembre, les militants de la L.T.C.A., Les jeunes surotout, sont ait coude à coude chaque fois plus nombreux avec les militants du M.R.A.P. dans la bataille. « A la 'veille de cette Journée Nationale, à nouveau, fraternellement, nous nous sommes adressés àla L.l.C.A., lui proposant d'accu'eillir ici- même ses repré sentants et tel porte-parole qu'il lui plaÎrait de désigner. Tout en re,arettant q1oe les dirigeants de la L.I.C.A. n'aient pas répondu à notre invitation, nous nous réjouissons très sincèrement du messa,ae adressé par le président B. Lecache à notre Journé,e Nationale ... » On lira ci·dessous ce message, adressé au président du M.R.A.P. : Il La Ligue Internationale contre le Racisme et 1'.Antisémitisme (L.I.C.A.) salue, d'où qu'elles viennent, toutes les initiatives qui sont prises pour renforcer le combat contre le racisme et l'antisémitisme. « Notre organisation ne peut donc qu'approuver le rassemblement du MRAP, le dimanche 25 mars, au Palais de l'U.N.E.S.C.O., et souhaiter qu'il rencontre une vaste audience parmi les hommes libres. cc Croyez, Monsieur le Président, à mes sentiments antiracistes. » Quelques jours plus tard, un attentat au plastic avait lieu au siège de la L.I. C.A. Une délégation du Bureau ,National du M.R.A.P., comprenant Charles Palant, Julien Aubart et Albert Lévy se rendit aussitôt auprès de la direction de cette organisation pour exprimer la sympathie et la solidarité agissante de notre Mouvement. Et dans une déclaration publique. reprise par la presse, le M.R.A.P. insistait une nouvelle fois sur le caractère raciste des menées de l'O.A.S., menaçant quiconque se prononce pour l'amitié et la fraternité entre les hommes. Cette même déclaration rappelait également la nécessité de l'union des antiracistes, et de tous les républicains, pour s'opposer à ces menées criminelles. Signalons enfin que le M.R.A.P. a adressé à la L.I.C.A., à l'occasion de son Conseil National des 14 et 15 avril, un message souhaitant le plein succès de ses travaux, et soulignant le ' « devoir impératif et urgent pour tous les antiracistes comme pour tous les démocrates, de surmonter les obs,tacles de toute nature POU1' permettre l'action unie qui écartera la menace du fascisme pesant encore sur le pays. »


9

Me Jean SCHAPIRA •• M e JEAN SCHAPIRA était chargé par le Bureau National de présenter un rapport sur le 1: néo-nazisme ». Il rappelle qu'en 1960, il avait eu pour mission de traiter du même thème et retrace brièvement comment se présentait la situation il y a deux ans, après la campagne internationale des croix gammées, l'insurrection des barricades noyautée par les racistes de « Jeune Nation» et la capture d'Eichmann

- Influence nazie survivant en R.F.A. - Existence d'une véritable internationalenazie mi-clandestine, mi-déclarée, dont le programme est directement inspiré des thèses hitlériennes : une Europe germanisée et « nettoyée » des Juifs. - Participation relativement modeste de Fran;ais à cette internationale. Qu'y a-t-il de changé depuis deux ans.? « Pour la première fois, dePlûs 194:;, le néo-nazisme abandonne son attitude .: conservatoire» pour passer à l'offensive en prenant à sa charge le combat d'arrièr,e-garde du colonialisme. Le centre de gravité s'est déplacé en Algérie et en France ... » Pour appuyer sa démonstration, l'orateur « démonte» le mécanisme de l'internationale nazie : les cadres du troisième Reich furent, en minorité, pris et pendus. La plupart se terrèrent en attendant des jours meilleurs (ils occupent aujourd'hui une place de choix dans l'appareil de Bonn) ou s'enfuient à l'étranger, en « pays amis» (Eichmann). Tous sont restés étroitement liés entre eux, mais leur volonté de faire revivre ouvertement le nazisme à l'hitlérienne n'obtint que de piétres résultats dans les masses. Le piétinement du nazisme « vieux style » s'accompagne, .en France,'" de la n~jssa!ice -de formes nouvelles. « Cinq mis de guerre d'Algérie (précédée de celle dit Viet-Nam) ont permis à !tne minorité de Français de pratiquer Sltr l'Algérien un racisme à grande échelle. » On donne à ce racisme un contenu « théorique ». Il est promu « défense de l'Occident ». « Un nazi comm.e Ba'rdèche convie le .iuif ait combat en COIlt' mun P01tr la sO"uvega'rde de la race blanche. » Soustelle et son équipe d' « Aler-. te » proposent de lutter contre certains racismes : le racisme antiblanc du Noir, le racisme antijuif de l'Arabe. La guerre d'Algérie devient une « guerre d'indépendance » du côté européen. Le juif n'est plus un « corps étranger » : il est « race blanche ». « Habitués à combattre l'l1l:tléris117e en la 'personne d'indl:vidus cafdlogués de longue date. les démocrates l1'Ol1t pas su ~Ioir immédia,te1l1ent le rajeunisselJ1ent des cadl'es. » Trois séries de faits ont permis de dissiper l'équivoque : les professions de foi fascistes au procès des barricades, la Mme D. DECOUREMANCHE Le message d'Oradour N « OUS avons trop souffert du nazism~, trop parm~ nous ont été mascres comme JUIfs pour ne pas prendre un intérêt passionné aux travaux du M.R.A.P. .' dès sa fondation, personnellement, je me suis intéressée à ce Mouvement, » Ainsi parle la soeur du glorieux Jacques Decour, Mme Denise Decourdemanche, secrétaire générale de l'Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance. Et elle présente à l'assemblée émue, le message d'Oradour-sur-Glane: (( A Oradour· sur-Glane, les ruines, témoins vivaces, flétrissent à jamais la barbarie ... Nous voulons la concorde avec le peuple allemand, mais nous ne serons jamais les alliés des Heusinger, des Speidel, et des Lammerding, assassins d'Oradour, bourreaux impunis de patriotes ... (( Nous enchaînerons les forces néfastes de la guerre, nous raffermirons la paiX ébranlée, nous ne voulons plus de guerre, nous ne voulons plus d'Oradour. » , Des S.S. a composition des troupes de choc de l'O.A.S., et l'action même de l'O.A.S. dans le style des S.A. hitlériennes. « Un facteur important du changement est que l' O.A.S., en PQsition d'arrièregarde dY11amique du colonialisme, prétend s'enraciner largement dans la population européenne d'Algérie, el prendre le pouvoir en France. » Si le second objectif est illusoire, le premier est atteint. Digne successeUl- du nazisme allemand, « l'O.A .S. a S1l rallier la petite bourgeoi- Me .T ean Sc haPira. sie et le prolétariat européens locaux à une position contraire à leitrs ù~térêts historiques. Elle use en virtuose de l'arme esseJbtielle, dtt nazisme .' la combinaison d1t racisme et dIt désespoir. » Ce rôle actif de l'O.A.S. explique la place de leader prise par la branche française du mouvement nazi internationaL L'O.A.S. porte les espoirs des fasci sm es frères : sa chute ou son succès sem le leur. De là l'aide internationale M. VILNER (UJ.R.E.) « Une vaste campagne de désintoxication » Rendant hommage à « l'action salutaire du M.R.A.P. », M. Vilner, vice-président de l'Union des Juifs pour la R,ésistance et l'Entr'aide (U.J.R.E.) souligne le rôle joué par son organisation dans la création du M.R.A.P. en 1949 : (( Ceux qui se souvenaient, ceux qui ont cruellement souffert de la barbarie raciste, forts de leur expérience dans la résistance, ne pouvaient pas rester impassibles devant la renaissance du racisme, de l'antisémitisme et la reconstitution des forces nazies, Ainsi, le M.R.A,P, est né d'une nécessité historique, accomplissant ses tâches avec honneur depuis 13 ans, dans toutes les situations, élargissant sans cesse le mouvement et l'action antiracistes, » Aujourd'hui, en liaison avec la guerre d'Algérie, :~ le poison raciste a permis d'abuser une multitude de gens. C'est une tâche urgente, nationale, d'entreprendre une vaste campagne de désintoxication. D'autre part, il nous faut Obliger le pouvoir à frapper vite et fort .' dans l'O,A,S. se sont rassemblés des anciens S.S" des collabos, qui ont trempé dans l'entreprise hitlérienne de génocide, et qui sont décidés à jouer le tout pour le tout, (( Il est indispensable d'amplifier le combat antifasciste, dont notre action contre le fascisme est un élément essentiel. Le M,R.A,P, peut compter sur l'appui total de nos militants. » M. Marc SCHAFFIER (F.N.DJ.R.P.)· « Seule notre union ... » l E Congrès départemental de la Seine de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes oe.N.D.I.R.P.) qui se tenait le même jour dans une autre salle, avait tenu à envoyer une délégation à la Journée Nationale. . (( Il était normal qu'en une manifestation comme celle-ci, déclare son porte-parole, M. Marc Schaffier, nous nous retrouvions, comme c'est le cas chaque fois qu'iZ faut combattre le racisme et défendre les libertés, comme nous nous sommes retrouvés naguère devant la Mutualité pour empêcher de parler le traître Xavier Vallat, ou le 8 février autour de la Bastille, ou le 13 février au Père Lachaise, ou encore à la soirée organisée à la mémoire de Fanny Dewerpe » ... Il termine sa brève allocution en lançant un vibrant appel à l'union de tous les démocrates, qui, seule, peut faire reculer et disparaître l'O.A.S. LA JOURNËE NATIONALE l'O.A.S. re;ue par l'O.A.S. (Belgique, Italie, Allemagne de l'Ouest). « Une autre conséquence concerne les Juifs. Intoxiqués par Gardes, désaxés par Soustelle, certains d'entre eux militent à l'O.A.S. On demeure stupéfait d'une telle inconscience. Plus précisément comment des ' Juifs peuvent-ils participer à une subversion qui, si elle réussissait, unirait dans la victoire les gens de Poujade, c'est-à-dire d'un antijuif style Goebbels, les nervis de J eune Nation, c' est-à-di re les barbouilleurs de croix gammées d'il y a deux ans, et, de fa;on générale, tout ce qui, de près ou de loin, touche le pétainisme et les collabos? Comment ne voient-ils pas que les authentiques résistants entrés dans l'O.A.S. sont, comme eux, des fourvoyés. Comment ne comprennent- ils pas que, pour les chefs de l'O.A.S., mettre l'antisémitisme en sourdine, c'est simplement résoudre un problème tactique? » En conclusion, Me Schapira souligne la nécessité pour les antiracistes de participer à l'action contre l'O.A.S., d'expliquer largement les données actuelles du problème fasciste, d'oeuvrer à une réconciliation fraternelle des communautés en Algérie. .. .::~ A nos lecteurs Le compte rendu de la Journée Nationale, qui occupe la presque to'talïté de ce numéro prive nos lecteurs des rubriques habituelles. Nous sommes certains qu'ils app",' ouveront la décision que nous avons prise de leur apporter ainsi le maximum d'informations sur ce grand événement que furent les assises du 25 mars. San5 doute apprécïeront- ils également la page encartée où nous rappelons l'action poursuivie depuis de longues années par le M.R.A.P. et notre journal conh'e le racisme et pour la paix en Algérie. Ils comprendront que nous n'ayon5 pu augmenter davantage le nombre de pages. Tous nos amis déploieront sans aucun doute un effort tout particu- ~ lier pour diffuser et foire connaître ~ autau,. d'eux ce numéro important ~ de « Droït et Liberté ». 4 juin 2010 à 08:07 (UTC)4 juin 2010 à 08:07 (UTC)~~ M. Alfred GRANT (Union· des Sociétés Juives) Deux remarques et une suggestion M'\NDATE par l'Union des Sociétés Juives de France, dont il est secrétaire général, Alfred Grant présente à la Journée Nationale, deux remarques et une suggestion. La première remarque, « qui est aussi une vérité première n, c'est que « l'antisémitisme n'est pas une idéologie, mais unc politique. La lutte contre l'antisémitisme est également politique, et par conséquent affaire d'Etat. C'est à l'Etat qu'incombe la tâche de préserver ses citoyens juifs de la vindicte antisémite. C'est pourquoi nous demandons l'interdiction de toute publication à caractère raciste et antisémite, l'interdiction de tout groupement ou manifestation fasciste, qui est, par définition, raciste. » La seconde remarque porte sur la situation des minorités juives dans certains pays décolonisés, notamment en Egypte ou au Maroc: « Nous attirons l'attention des peuples de ces pays, déclare Alfred Grant, sur le fait que leur propre liberté est aliénée si les minorités sont persécutées )). En ce qui concerne l'Algérie, tout en souhaitant que les juifs, .liés par leur histoire séculaire aux peuples d'Afrique du Nord, participent · sans réticence à la construction de la nation algérienne, il émet. le voeu que les dirigeants du nouvel Etat fassent preuve à leur égard de la plus grande tolérance et créent « les conditions qui leur permettront de vivre librement et tranquillement après ces années mouvementées )). Enfin, Alfred Grant suggère qu'un appel soit adressé au prochain Concile OEcu- Mme Louise AlCAN (Amicale d'Auschwitz) «Nous n'oublions pas» TEMOINS et victimes du fascisme « hitlérien, ra~iste e! , antisémite, nous somme5 a vos cotes », affirme Louise Alcan, secréta ire générale de l'Amicale d'Auschwitz, Et elle rappelle qu'il y a juste vingt ans, le 27 mors 1942, le premier convoi de déportés juifs quittait Compiègne pour le camp d'Auschwitz, Ils étaient 1.200 ; il Y a 15 survivants. C'est Eichmann qui, par des messages des 9 et 11 mors, avait donné l'ordre de déf)ort. Le 22 mors, un télégramme confirmant cet ordre était adressé ou commandant militaire allemand en France, dont le chef d'état-major était l'homme qui, aujourd'hui, commande les forces terrestres Centre-Europe de l'O,T .A.N, : Speidel. « Nous, n'avons pas oublié, conclut Louise Alcan, nous n'avons rien oublié. » Voyages en Pologne aux meilleures conditions 15 jours dons la région aux mille lacs (Varsovie, Gdansk, Gdynia, la Mazurie). 15 jours dons les Monts Totros (Crocovie, Varsovie, Zakopane). Voyage de jeunes. Toute la Pologne en 3 semoines. Tous renseignements : Service Voyage « Fronce-Pologne », 9, Bd des Italiens, Paris (2e ). RIe. 01-35. ménique, en vue d'une action décisive contre la haine d'origine religieuse qui al déjà coûté si cher aux juifs. TI estime, en particulier, que l'enseignement religieux devrait être soigneusement révisé, certaines « Passions » corrigées, et l'imprimatur refusée aux oeuvres présentant une tendance antijuive, De telles mesures « provoqueraient un tournant d&ns la mentalité de millions de catholiques, et une ère nouvelle s'ouvrirait dans les relations entre les hommes )). Le témoignage des Anciens Combattants iuifs Au nom de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs (1939-45), dont il est secrétaire général, M. [si BLUM salue le développement de l'influence du M.R.A.P. qui, pendant ses treize années d'existence a acquis une autorité que personne n'oserait plus contester ». (( C'est parce que le M.R.A.P. n'a laissé aucun acte raciste, aucune manifestation antisémite sans riposte immédiate et vigoureuse qu'il a gagné l'audience des plus larges couches de la population. L'initiative d'organiser tous les ans une Journée Nationale mérite d'être particulièrement saluée. (( Aujourd'hui, alors que la menace fasciste est à nos portes, et qu'avec les assassins de l'O.A.S. s'agite toute la pègre raciste et antisémite, et qu'un Poujade peut se permettre d'insulter impunément la mémoire de nos héros, un rassemblement de ce genre apparaît encore davantage utile et efficace. La vigilance et l'union des antiracistes sont plus que jamais nécessaires. » M BERCOVICI, au nom des Engagés Volontaires Juifs de la guerre 1914- • 18 qui (( en s'engageant au service de la France ont voulu défendre la liberté » apporte lui aussi au M.R.A.P. son soutien chaleureux personnel et celui de son organisation. Il salue en Pierre Paraf l'ancien combattant et émet la certitude que, sous sa direction, notre Mouvement ira vers de nouveaux succès. ~,,,,,,~,,,,,~ ~ TAILLEURS ~ HOMMES

  • DAMES *

Chiquébo MAX GOZLAN HAUTE MESURE 1 41, Faubourg Montmartre PARIS IX' TAI. 49-80 C.C.P. 16 626 40 Paris 192.168.254.42 10-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Le professeur Ch.-A. JULIEN {( Comment naissent et se perpétuent les discriminations» M CHARLES-ANDRE JULIEN, examinant les multiples aspects du problème algérien, affirme qu'il faut distinguer, entre tous les problè- • mes, ce qui est spécifiquement colonial et ce qui est spécifiquement algérien. Il ne faut pas mélanger les points de vue différents, ne pas confondre avec le racisme, le politique, l'économique, le religieux, mais distinguer leurs apports respectifs. C'est un fait sur lequel on n'insiste pas assez : la relation qui existe entre le phénomène raciste et le phénomème colonial. « Si on approfondissait le problème on s'apercevrait que le racisn'W! est né de la colonisation. Il n'existe pas dans l'antiquité. L'esclave soumis par la Grèce peut être aussi bien un homme de Roumanie qu'un homme d'Asie Olt d'Afrique. Il es,t soumis par la .querre, il ne l'est pas pour un raison raciale. Personne ne s'est étonné qu'un des trois Rois Mages soit noir. Il est écrit dans SaintPaul une des phras,es les plus extraordinatres pour condamner le racisme. A travers les développements de l'histoire à ses débuts, on constate que le racisme n'existe pas. Salambô épmtse tm Berbère. Le Kabyle Saint-Au.qus,tir? a une autorité internationale, sans que jamais on . trouve dans la littérature du temps, même chez ses adversaires donatistes la moindre attaque contre son origine eth ·nique. » L'orateur cite' d'abondants exemples du même genre, prouvant sa thèse. Ce n'est qu'à partir du I .S· siècle que commence la traite des Noirs, liée il l'exploitation Le professeur Roger BASTIDE : « Ne plus-voir le monde à notre ima'ge» DEFINISSANT l'antiracisme, le professeur Roger Bastide affirme qu'il consiste à considérer les hommes comme égaux et comme frères , sans mettre de hiérarchie dans notre fraternité: « les hommes sont frères jumeaux » . Pourtant, dans la mesure ou l'antiracisme considère l'homme en le séparant de sa culture, affirmant l'égalité entre les hommes, mais en pensant à la supériorité des civilisations occidentales sur les autres civilisations, il ne s'agit pas d'un véritable antiracisme et une telle attitude contient des germes néfastes. Certains articles de bonne volonté, parus dans des revues sont souvent irritants lorsqu'ils tentent de montrer l'apport de l'Afrique à la civilisation mondiale. On compare les civilisations du Mali ou du Ghana avec « notre monarchie, ou avec nos civilisations médiéviales. . C'est-à'-dire que l'on compare toujours l'Afrique avec nos critères, avec nos concepts, avec nos valeurs occidentales ». du capitalisme en une nouvelle exploitation de la race noire dans les pays américains, C'est dire que, même dans notre lutte, bien des dangers nous guettent. Il faut se méfier de l'ethnocentrisme - défaut particulièrement français, qui risque de nous faire ignorer des valeurs qui sont aussi belles et aussi grandes ' que les nôtres. « Je prêcherai éternellement pour le mariage des cultures, PJ!ur l'union des civilisations, pour l'union des coeurs sans doute et des hommes contre le racisme, mais aussi contre le colonialisme et l'ethmocentrisme, car toutes les cultures ont un message à apporter au monde, et en part-ic1tlier à nons autres blancs. » économiC"Jue de la canne à sucre, nécessitant une main-d'oeuvre considérable. Le nombre exceptionnel d'esclaves exige la proclamation d'une supériorité de l'homme qui est le maître et qui possède le droit de vie et de mort sur l'esclave. A partir de ce moment « naît le véritable racisme, comme conséquence de l'esclava.qe qlû est lui-mên'W! une conséquence de la colonisation. Et la chose paraît si naturelle qu'au 18' siècle nous voyons des bateaux négriers qui s'appellent « Le Contrat Social » ott « La Sainte-Marie ». Dans l'esprit de nombreux hommes, le phénomène colonial est si naturel, qu'il peut y avoir dans leur comportement des contradictions étranges. Tel député de 48, représentant l'Algérie, exige que les indigènes soient exclus de la cité, en même temps qu'il signe les manifestes de Ledru-Rollin sur l'égalité des peuples. Bien qu'il y ait incompatibilité absolue entre la démocratie et la colonisation, on a toujours rusé, et les juristes sont là pour codifier l'iniquité. En 1787, les Etats-Unis proclament les dix articles sur l'égalité, mais trouvent un prétexte pour en exclure les Noirs de Georgie. En 1789. en France, on proclame les Droits de l'Homme, mais des hommes de gauche demandent le maintien de l'esclavage dans les colonies. Il faut donc parti r de ce point de vue fondamental pour comprendre le phénomène algérien, où le racisme est souvent le fait de cc petits blancs '» qui, il n'y a pas si longtemps se considéraient comme des gens de gauche. En réalité, le phénomène de « supériorité raciale » est dü au fait de l'exploitation , Il y a donc un phénomène complexe. une folie collective de gens qui ne comprennent rien, « aui réttnissent dans lettr esprit, les contraires ». Bab èl Oued, le quartier misérable, le quartier populaire d'Alger est le plus raciste, parce que les petites gens de ce quartier prolétarien se sentent les plus menacés par la concurrence indigène. C'est là la cause du dl'ame, « Le grand problème est celui de l'entraide qn'il faudra apporter à cette Algérie n01/.'velle. Il faudra résottdre les problèmes et les difficultés qui tiennent à cette masse déboussolée, ceUe masse perdlte. Il fant l'aider à se SOlIVe,' du désespoir.

.

Ce n'est pas de cette façon qu'il faut apprécier l'Afrique: « L'Afrique, il fattt l'ainu!r dans ce qu'elle a de différent et p,eut-être de contradictoire. Il faut . savoir reconnaître toute une série de valeurs qui pourront enrichir demain la civilisation mondiale qui n'existe pas, mais qui se fera ( ... ) Nous avons une pensée essentiellement cartésienne et aristotélicienne. L'exemple des Dogons nous montre qu'il peut y avoir à côté de nos concepts qui s'emboîtent les ftrlS dans les autres, une autre fornu! de pensée fondée sur l'analo.qie et sur le symbolisme, qui es,t capable de créer des métaphysiques attSsi belles que celles que nOltS aimons, celles de Platon OH d'Aristote. Le général Paul TUBERT, ancIen député-maire d'Alger « Les Bambaras sont des analphabètes, s'écrie le professeur Bastide, mais j'ai appris Q,uprès d'eux ce qu/aucune école ne m'a enseigné, d savoir la sagesse. Ils ont toute un~ série d'écoles d'initiation où l'on enseigne l'anthropologie, la psycholo. qie, la sociologie el en quatrième lieu la théologie. Ces sciences ont fme valeur aussi grande que celles que nous enseignons et nous nous enrichirions en les enseignant à la Sorbonne. » ({L'histoire établira les responsabilités» L'orateur démontre ensuite, dans d'autres domaines, comment l'anti-esclavagisme de certaines personnes de bonne volonté s'est transformé sous les effets LE général Tubert, ancien députémaire d'Alger montre combien l'incompréhension dont firent preuve les gouvernements français pendant le dernier demi-siècle, ont conduit à la guerre d'Algérie. Aucune loi française ne fut imposée en fait à l'Algérie colonisée et les musulmans ont attendu en vain qu'on applique pour eux les principes d'égalité, de liberté et de fraternité d'une France idéale, irréelle. « Certes, il appartiendra à l'histoire im- Mme REBERIOUX (Comité Audin) : ({ Un tortionnaire, c'est un raciste pratiquant » PARLANT au nom du Comité Maurice· Audin - ce jeune universitaire « disparu » en juin 1957 après avoir été torturé - Mme Madeleine Réberioux rap· pelle que la torture n'avait jamais cessé dans les pays coloniaux. « Qu'est-ce qu'un tortionnaire? C'est d'abord un raciste pra· tiquant Il. Le racisme et la torture ont largement pourri l'Etat, l'armée, la police, voire la magistrature qui a maintes fois protégé les tortionnaires de son silence et de ses non-lieux. Il Aujourd'hui l'Etat vient, sous le couvert d'un décret d'amnistie, de commettre un nouvel acte en faveur de la torture, Il s'agit d'un des deux décrets publiés le 23 mars qui amnistie toutes infractions à la loi commises en Algérie par les forces du maintien de l'ordre. Or des milliers de tortionnaires restent impunis. Ils vont reprendre, en France, leur place dans la société, Ils vont redevenir ingénieurs, comme Blaindt, ou instituteurs, comme Sanchez. Par eux, la vie française risque d'être empoisonnée pour de longues années. Et ce ne sont pas seulement les hommes qui sont amnistiés, mais les faits. Non seulement à l'avance, Charbonnier, mais l'assassinat d'Audin. Le crime sera impuni et se trou· ve, en quelque sorte justifié. Nous ne pouvons nous y résigner. Nous n'entendons pas que le racisme et la torture soient légiti· més, au moment même où l'amnistie est refusée à ceux qui, se solidarisant avec les Algériens victimes du racisme sont encore nombreux dans les prisons françaises. » partiale, avec le recul du temps indispensable d'établir toutes les responsabilités qui sont à l'origine de la tragédie francoalgérienne. Ces r esponsabilités sont nombreuses, et partagées par trop de promesses solennelles non tenues, trop d'appels angoissés des colonisés qui n'ont pas été entendus, trop d'arbitraire exercé et d'abus tolérés, en particulier la torture, qui est très antérieure au terrorisme ... Le fait est que la vanité des uns et la cupidité des autres nous ont valu une longue guerre fraticide de décolonisaüon que prolonge une rébellion tout aussi frat ricide ct encore plus absurde, car sans sanct ion, sans soutien durable et sans espoir valable. Il faut en finir au plus tôt avec cette folie sanguina.ire qui endeuille Français et Algériens et compromet gravement leur avenir. Il Et l'orateur, lançant un appel à la réconciliation et à la coopération de tous les habitants de l'Algérie, demande aux musulmans «( dont une longue expérience personnelle justifie ma ca.ution n) d'observer une justice égale pour tous dans cette Algérie nouvelle, et aux européens de chercher « toute l'atténuation possible à leur douloureux déchirement... daf!,s une participation loyale et indispensable au fonctionnement de l'Algérie de demain, véritable république soeur dont les enfants des deux communautés devront pouvoir dire bientôt, par aphrasant un poète célèbre ,; « Nous avons deux patries l'Algérie e~ la France n. De haut en bas : MM, Charles-André JULIEN, Edouard GLISSANT, Roger BASTIDE, Paul TUBERT, Jean ROUCH. LA JOURNËE __________________________________________ -------------------------------------------------------11 --------- NATIONALE L'ECRIVAIN Edouard GLISSANT: /1 T ont qu'il y un seul aura peuple colonisé Il L'ECRIVAIN antillais Edouard Glissant, Prix Théophraste Renaudot, constate que les assises organisées par le M.R.A.P. ont pu concrétiser en quelque sorte la relation qui existe entre racisme et colonialisme. Pourquoi cette relation apparaît- elle maintenant avec plus de netteté aux esprits des Français ? C'est parce que la décolonisation est une entreprise ardue. Les peuples colonisés doivent arracher leur liberté, et il est difficile d'opérer, chez le peuple qui a fourni le contingent de colonisateurs une mutation brusque et complète. La colonisation n'est-elle pas une ent reprise tricentenaire de décervelage ? La criminelle entreprise de l'O.A.S. apparaît comme une des dernières convul' sions dans l'oeuvre de décolonisation, une des dernières volontés de refuser absolument cette décolonisation. Donc la lutte contre le racisme rejoint pratiquement et objectivement la lutte contre le colonialisme. Edouard Glissant présente à ce propos une rapide analyse de la situation en pays antillais. cc On destine déjà les Antilles à la réception des pieds-noirs qui seraient éventuellement irréductibles en Afrique du Nord : on veut faire ainsi de nous, officiellement, une sorte de poubelle de l'ancien empire français. Il existe un plan de préparation militaire par lequel les jeunes Antillais qui font leur service militaire, iront le faire en Guyane française, où ils établiront les structures d'une nouvelle implantation qu'on réserverait à des anciens des pays d'Afrique du Nord. C'est ainsi qu'une partie du contingent français sera envoyé aux Antilles pour occuper la place des jeunes du contingent antillais. Nous disons qu'il y a là toutes les conditions réunies d'une recrudescence du racisme : tant qu'il y aura un peuple colonisé sur la terre, nous serons tous menacés par le racisme. Et c'est pour cela que nous pouvons très nettement dire que nous luttons contre le racisme, en tant qu'hommes, bien sûr, mais aussi essentiellement en tant que colonisés. » le cinéaste Jean ROUCH • • /1 De sinistres personnages à balayer Il M JEAN ROUCH, ethnologue et cinéaste de haute réputation parle de • l'Afrique qu'il connaît fort bien. Il apporte à la tribune un témoignage qui se situe sur trois plans : 1) On ne proteste pas assez énergiquement contre certaines formes du racisme barbare que l'on a tous les jours sous les yeux. Par exemple, qui parle de l'Angola où pourtant chaque jour les colonialistes portugais commettent des crimes sans nom ? Et leur impudence est telle qu'il y a un mois, dit Jean Rouch, « au cours d'une réunion de la Commission de Coopération technique de l'Afrique, un délégué portugais, au milieu des délégués africains, a dû être expulsé, car il prétendait continuer à représenter son pays dans une organisation spécifiquement africaine ! Il 2) L'O.A.S. et des organisations arunogues pénètrent actuellement en Afrique. De nombreux officiers qui s'étaient conduits d'une façon inadmissible au moment du putsch ont été purement et simplement envoyés en Afrique Noire et ils deviennent

)Sfillers militaires des armées en formation.

Des gendarmes qui se sont livrés

')1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111I1111111J

- - Il CLEANER SERVICE TOTAL Il - 41 Faubourg Montmartre P RIX SPECIAUX PRO. : 60-04 - êiilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllillll!111111111111111111111i[; Vacances en Hongrie BUDAPEST: La perle du Danube La célèbre PUSZTA et son folklore traditionnel LE. LAC BALATON : la mer hongroise DEUX FORMULES : 3 semaines départ de Paris 1" juillet - 1" août 2 semaines (par avion) 17 juillet _ 14 août Tous rense iQinements au service « VOYAGES » de l'Association FranceHongrie, 8, rue de Montyon, Paris (ge). Tél. : PRO. 20-07 à la torture sont chargés d'éduquer - et de quelle dangereuse manière - les jeunes gendarmeries nationales. Des personnages recherchés comme tueurs de l'O.A.S., tels Achard, ancien chef de cabinet du Haut· Commissaire de France en Côte d'Ivoire, est actuellement « conseiller )) dans un pays d'Afrique. 3) D'autres formes de racisme apparais· sent insidieusement, en France même, dans les milieux les plus inattendus. Deux exem· pIes sont cités par Jean Rouch : cc Depuis un an environ, dans un journal que j'aime beaucoup, et qui est le cc Canard Enchaîné )), sont apparus un grand nombre de dessins humoristiques contre l'Afrique et les dirigeants africains, dessins qui rejoi· gnent un autre journal dont l'action est certainement plus grave, beaucoup plus dangereuse : il s'agit de cc Paris-Match )) où Raymond Cartier, ce taux prophète, lanee toutes les semaines dans les conscien· ces des Français, des informations plus ou moins dirigées. )) Le « cartierisme )) consiste à dire : les Etats africains n'ont plus besoin, ne veulent plus de nous. Ils sont indépendants, laissons les se débrouiller! C'est là une forme de racisme particuliè· rement dangereuse. En vérité ce qu'il faut, ce sont des jeunes gens pleins de générosité qui aillent en Afrique, dans une Afrique indépendante où il n'y a plus de relations de « supérieur )) à « inférieur n, rattrapper un peu de notre dignité. Ces jeunes Français généreux et actifs peuvent jouer un rôle considérable en balayant à tout jamais les sinistres personnages qui se trouvent encore auprès des gouvernements africains. combat le racisme et l'antisémitisme milite pour la paix et la démocra tie C'est donc votre quotidien Chaque jour, lisez 1 ... ....... ; .II .. n ";",,,"';,,,i,, Il ,' I ·",i .. HABILLEMENT FEMININ Julien OBAR 66, Bd R::~~h::;~ ~O-::RIS (18')!î~ ORN. 26-33 Métro : Anvers Toute l'amitié' du monde ... .. PAR définition, le combat antiraciste ,ne connaît. pos Je frontières .. ~t la .Jour.née Nationale a pu faire apparaltre cett!:: emouvante solidarite qUI unit à travers le monde tous les hommes, tous les peuples que les racistes entendent diviser et dresser les uns contre les autres. On pouvait noter oux assises du 25 mars, la présence des ambassadeurs de Roumonie, de Côte d'IVOire, de République CentrafTicaine, de Somalie; des délégués à l'U .N.E.S.C.O. d'Israël et du Niger. D'autres ambassadeurs nous avaient f~it parvenir leurs excuses

ceux de Belgique, du Canada,

de Cuba, de Norvège. De Belgique, l'organisation ... Solidarité Juive " avait envoyé une déléguée, Mm~ Volman . Quant aux nombreux messages reçus, dont MC Marcel Manville donna lecture à la fin de la Journée, nous ne pouvons à notre grand regret, faute de place dans le présent numéro, que les énumérer. Citons tout d'abord le télégramme amical de M. Ralph J. BUNCHE, conseiller du secrétaire général de l'ONU; la lettre du Dr Albert SCHWEITZER, Prix Nobel de la Paix; les messages chaleureux du Conseil Mondial de la Paix et de la Fédération Internationale des Résistants. D'UN BOUT A L'AUTRE DE L'AFRIQUE Particulièrement émouvante est la lettre de l'Union des Croyants d'Algérie, qui unit musulmans, juifs et chrétiens dans une même foi en l'ham ·me. De l'outre extrémité de l'Afrique, voici le message de M. F. Carneson, rédacteur en chef du journal SudAfricain .. ' New Age » qui mène un courageux combat contre le racisme le plus fé roce . Les dirigeants de plusieurs Etats africains qui ont accédé récemment à l'ndépendance, ont tenu, eux aussi, à nous témoigner leur sympathie : MM . Félix Houphouet-Boigny, président de la République de Côte d'Ivoire : Mourice Yameogo, président de la Républ ique de Haute-Volta ; Hubert Maga, président de la République du Dahomey; Diori Hamani, président de la République du Niger; Phil"ibert Tsiranana, président de la République Molgache. Signalons également les messages de l'écrivain Bernard Dodie (Côte d'Ivoire), de M. Henri Rakotabe et Mme Gisèle Rabesahala, président et secrétaire générale du Comité de Solidarité de Madagascar ; de M. Bakary Djibo, au nom du Parti Saivaba (Niger) ; de M. Rigonaux, président de l'Union Internationale des Métis (Sénégal)

de M. André Nouschi, maître

de conférences à l'Université de Tunis : de M. Joseph Lévy, au nom d'un groupe d'Israélites marocains. ~TATS-UNIS, U.R.S.S., GRANDE-BRETAGNE Des Etats-Unis, nous est parvenu la lettre cordiaLe de Mme Franklin Delano Roosevelt ; du pasteur Martin Luther King, l'un des principaux leaders de l'action antiraciste dans le Sud; enfin du Comité pour la Justice en faveur de Morton Sobell. De l'U .R.S.S. nous avons reçu un message du Comité Soviétique des Anciens Combattants. De Grande-Bretagne, le député Fenner Brockway nous fait part de ses efforts pour faire adopter une législation antiraciste; et d'autre part, l'Institut pour les Relations Raciales, ainsi que le Comité Britannique de la Paix, nous adressent leurs voeux de succès. R.F.A. ET R.D.A. Messages des deux Allemagnes. Pour la République Fédérale Allemande, ils proviennent du savant Hedwig Born, du pasteur D. Martin Niemôl- 1er i de plusieurs dirigeants de la VV N (Association des Victimes du Nazisme)

MM. Oppenheimer (Francfort),

Rossaint (Dortmund), et le professeur Peter Endes i ou encore du professeur VOTdemberge, directeur de l'Enseignement professionnel à Cologne . . De la République Démocratique Allemande, nous recevons les salutations et les voeux de M. Friedel Malter, président du Comité de Défense des Droits de l'Homme, et de M. Georg Spielmann, au nom du Comité des Combattants Antifascistes. DES QUATRE POINTS CARDINAUX De tous les horizons géographiques, mais aussi de tous les secteurs de l'opi· nion et de la pensée, queJ exaltant dossier que celui où chacun de ces messages apporte sa note d'amitié! L'énumération, dans sa sécheresse, ne peut, certes, traduire le contenu fraternel de ces lettres et télégrammes écrits en fronçais, en anglais, en italien, en hébreu, en polonais; du mains peut-elle souligner la diversité des courants qui se mêlent dans ce flot de chaleur humaine ARGENTINE : Délégation des Associations Israélites. AUSTRALIE: Comité Juif de Lutte contre le Fascisme et l'Antisémiti sme. AUTRICHE: le pasteur Erwin Kock. BELGIQUE: Cercle Culturel et Sportif Juif; Union des Jeunes Juifs Progressi, tes ; M. Max Gottschalk, président du Consistoire Central Israélite. BULGARIE: Consistoire Central des Juifs de Bulgarie. HONGRIE: Conseil Hongrois de la Paix ; M. Endre Sos, écrivain, président du Consistoire Central Juif hongrois

M. Etienne Gabor, secrétaire

4 juin 2010 à 08:07 (UTC)4 juin 2010 à 08:07 (UTC)4 juin 2010 à 08:07 (UTC)~~ ~ II flORIDlE t ~ ~ i Cinéma d'Art et d'Essai ~ i 43, faubourg Montmartre ~. i PRO. 63-40 "? i Permanent tous les jours ~ i de 14 heures à 24 heures ~ ~ PRESENTE EN EXCLUSIVITE t i A PARTIR DU 11 AVRIL ~ ~ KROTKYA ~ i «( La Douce », conte fantastique) ~ ~ ovec Ya SAVVINA t ~ (l'inoubliable ~ ~ {( Dame au petit chien l) ~ 1 d'après une nouvelle de ~ , de F. DOSTOIEVSKI , ET AU MEME PROGRAMME ~ ~, LE LIBERAL i"? i d'après un conte de ~ , A. TCHEKHOV ~ }4 juin 2010 à 08:07 (UTC)4 juin 2010 à 08:07 (UTC)192.168.254.42,192.168.254.42 général de la Fédération des Partisans Hongrois. ISRAEL : le général Mosché Carmel, député, ancien ministre; le professeur Samuel Eisenstadt; l' Union des Combattants Antinazis : MM. P. Burstein et Z. Friedheim, président et secrétaire général de l'Organisation des anciens Détenus du régime nazi. ITALIE: MM. Ettore Tibaldi, viceprésident du Sénat : Umberto Terracini, sénateur ; Michel Pascucc'i. viceprésident de la Ligue Italienne des Droits de l'Homme ; le Dr Sergio Piperno, président de l'Union des Communautés israélites italiennes; M. La Pifa, maire de Florence ; le Comité Italien de la Paix : Fédération de la Jeunesse Juive Italienne. POLOGNE : Comité Polonais de la Paix; MM. G. Smolar et L. Domb, président et secrétaire de l'Organisation Culturelle des Juifs de Pologne. ROUMANIE : Comité Roumain de la Paix; M. Léon Stern, président de la Communauté juive de Bucarest. SUISSE : Mme Marina Cerne, au nom du secrétariat central de la Fraternité Mondiale ; Fédération Suisse des Communautés israélites. TCHECOSLOV AiQUIE : Fédération des Combattants 'Antifascistes ; Conseil des Communautés juives des régions tchèques. YOUGOSLAVIE: MM. Albert Vajs et David Levi, président et secrétaire de la Fédération des Communautés Juives de Yougoslavie. Que soient chaleureusement remerciés tous les auteurs de ces messages. Les ant'iracistes français, profondément émus et honorés de ces marques de sympathie, y puiseront la volonté de s'en montrer toujours plus dignes, et de défendre avec une ardeur accrue la cause de la fraternité des hommes et de l'amitié des peuples. .. 12 LA JOURNËE NATIONALE La résolution finale . « Combattre le racisme est pour tout homme un devoir impératif et sacré ». LES 2.000 participants à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, réunis le 25 mars au Palais de l'U.N.E.S.C.O., saluent avec satisfaction l'immense et puissant mouvement d'opposition aux préjugés, aux haines, aux violences racistes dont témoignent leur rassemblement et leur commune volonté d'action, par delà la diversité des appartenances sociales, des croyances, des conceptions politiques ou philosophiques. Le combat antiraciste est aujourd'hui le fait d'un nombre grandissant de citoyens de tous les milieux, de toutes professions, de toutes tendances, instruits notamment par le génocide hitlérien, puis au cours de la guerre d'Algérie, des méfaits et des exactions que le racisme engendre. LES participants à la Journée Nationale se réjouissant de l'heureuse conclusion des pourparlers franco-algériens, affirment que le danger raciste et antisémite essentiel réside pour notre pays, dans les menées de l'O.A.S., qui se présente par ses méthodes, ses actes, son idéologie, ses cadres, ses liaisons internationales, comme l'héritière patentée du nazisme. Ils. soulignent, pour que le cessez-le-feu tant souhaité soit suivi d'une paix véritable, l'absolue nécessité de mesures implacables contre tous ceux qui, par la terreur et le sang, entendent maintenir en Algérie, un système condamné par l'histoire et fondé sur la négation de la dignité des hommes. EN :onclusion de leurs travaux, les participants à la Journée Nationale tiennent à attirer l'attention de l'opinion publique sur lès faits suivants, établis par l'histoire et confirmés par les événements les plus récents : o o Le racisme est un tout : qu'il vise les juifs, les noirs, les musulmans ou toute autre catégorie ethnique, il constitue dans tous les cas une intolérable atteinte à la personne humaine, un même avilissement de ceux qui le pratiquent ou le favorisent. Sous quelque forme et en quelque lieu qu'il se manifeste, le racisme est toujours condamnable : le mépris ou l'ignorance à l'égard d'un groupe d'hommes ou d'un peuple, même s'il s'agit d'une attitude apparemment anodine, peut servir de fondement et de justification aux théories pseudo-scientifiques, puis aux mesures discriminae toires et enfin aux crimes les plus barbares commis au nom d'une prétendue hiérarchie des races. Le racisme constitue un danger, non seulement pour les hommes qui en sont les victimes directes, mais aussi pour tous ceux qui le laissent se développer: de proche en proche, les méthodes inhumaines employées contre une minorité menacent bientôt l'ensemble des libres citoyens. A USSI, le combat antiraciste, dans tous les domaines et à toute occasion, est-il pour les hommes dignes de ce nom, un devoir impératif et sacré. Ce combat exige en premier lieu la riposte aux menées et aux crimes racistes et une répression vigoureuse frappant tous les coupables. Mais ce combat exige aussi des mesures de prévention et une action quotidienne contre les préjugés, pour la tolérance, la compréhension, la recherche d'une véritable égalité entre tous les hommes. C'est pourquoi, les participants à la Journée Nationale, demandent que la législation antiraciste en France soit d'urgence renforcée, conformément aux propositions de loi élaborées par le M.R.A.P. et qui, déposées au Parlement il y a 3 ans, ont recueilli l'approbation de députés et sénateurs de toutes tendances. Ils soulignent le raIe nécessaire et efficace qui incombe aux enseignants et éducateurs pour préparer les nouvelles générations à la fraternité entre les hommes qu 'imposent toutes les données du monde moderne. Ils appellent tous les groupements et organismes d'éducation et de culture à se consacrer systématiquement à la lutte contre les préjugés raciaux, au rapprochement entre les hommes et entre les peuples par des initiatives multiples et les moyens les plus divers: films, livres, journaux, conférences, expositions, voyages, etc ... Ils appellent à la mobilisation de toutes les bonnes volontés afin que soit poursuivie sur le plan local et régional, l'organisation d'Assises antiracistes, où tous les citoyens confronteront leurs vues, leurs expériences, et débattront des moyens d'intensifier l'action antiraciste. S 'OPPOSER au racisme, c'est rester fidèle aux plus nobles traditions de notre peupIe; c'est défendre, avec le renom de la France, les libertés républicaines ; c'est contribuer à la grandeur de l'Homme et au triomphe de la paix. L'action du Il dépend de M.R.A.P. est NECESSAIRE vous qu'elle soit POSSIBLE Lecteur de ce journal, vous approuvez l'action du M.R.A.P. Vous souhaitez qu'elle se développe, qu'elle gagne en vigueur et en ampleur. Mais avez- vous pensé qu'une telle action ' néces.site des fonds considérables ? Av'ez-vous pensé aux centaines et aux centaines de milliers de francs que représente, par exemple, l'organisotion de cette Journée Nationale, dont le succès vous réjouit? Il est indispensable que soit alimenté en perma nence notre FONDS NATIONAL DE LUTTE ANTIRACISTE! Aujourd'hui, plus que jama'is, après la Journée Nationale, pour réaliser les tâches nomlweuses et importantes qui en découlent, le M.R.A.P. fait appel à vous! Notre Mouvement ne reçoit aucune subvention. Il ne peut compter que sur la conscience et la générosité des antiracistes. Il COMPTE SUR VOUS. T M Adresse DE HAUT EN BAS : Première photo : à la tribune, de gau che, à droite : le professeur Mar c-André BLOCH, Mlle Evelyne PUJEAU, M. BURGHO (président du Comité du M.R.A.P . de SaintQuentin, qui présida une partie de la séance de l'aprèsmidi), le pr ofesseur Roger BASTIDE, Mme Suzanne COLLETTE- KAHN. Deuxième photo: le présiden t Pierre. PARAF, ouvre la J ou rnée Nationale ; à gau ch e, Charles PALANT ; à droite, M. Marcel nUFRICHE. Troisième photo : parmi les personn alités (deuxième à par tir de la dr oite) S . A. VAIDA VOEVOD In, président de la Communauté mondiale gitane. Quatrième photo : on reconnaît, à gauche, MM. Alexandre KAMENKA et René CERF-FERRIERE; à droite. Théodore HADDAD, secr étaire général du comité du M.R.A.P . de Lille. Cinquième et sixième photos : deux vues de la salle . SOUSCRIVEZ !I Souscrit la somme de NF Découpez ce bul/etin et adressez-le au MRAP, 30, rue des Jeûneurs, PARIS 2e C.C.P. Il DrOit el Llberle " 60·10·9a PARIS ~ pour le FONDS NATIONAL DE LUTTE ANTIRACISTE LE M.R.A.P. et • • DE LONGUES ANNÉES DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET' LE FASCISME, POUR LA PAIX ET LA FRATERNITÉ EN ALGÉRIE LA conférence d'Evian, le cessez-le-feu en Algérie, l'installation d'un exécutif provisoire préparant l'a'utodétermjnation du peuple algérien, la certitude que, quelles que soient les viciSS'itudes présentes, une nouvelle Algérie est en train de naître. où doivent pouvoir vivre et s'épanouir tous les Algériens d'origines et de confessions diverses, voilà qui ne peut que nous réjouir, ici-même. Qu'on feuilleHe la collection de « Droit et Liberté », non seulement depuis le jour où éclata la guerre d'Algérie, mais bien avant : nous n'avons jamais cessé dons ces colonnes de dénoncer toutes les formes de racisme et de fascisme qui sont p.t1rtie.s intégrantes du drame algérien, en même temps que nous préconisions, patiemment, mais fermement, les solutions adoptées aujourd'hui. Nous pensons donc que cette grande victoire, celle de l'amitié entre deux peuples faits pour s'entendre c'est un peu, au.ssi, la nôtre. Aussi nous sommes fiers de pouvoir dresser ce bilan positif de notre action, dont on verra ci-dessous quelques exemples, choisis entre beaucoup d'outres. Nos lecteurs ne manqueront pas d'être frappés p.t1r l'ampleur et la diversité de nos faits et gestes pendant cette douloure'use période de l'histoire de France. « DROIT ET LIBERTE ». DÈS 1950 ••• (omble'lux jours sombres de I;oceupaliol.,,~it ":;:; .. :~:::::: RIElE RACISTE~;

EN PLBN PARIS

Conlre rI8~ NOtRE INDIGNAtION. ~n.~. d*' ..... ./ "'pAluiol'l polk.,. jndig~~ ft là none.! .. ... •. 815Ofi"'as LI "ESPEC'f • .f"jt."d~itl ...•.•........ '. ô fous 1~5 habitants de nob'9~$t q".II, qv. '1iISONSIC-III.C.·'C .W. x mét~ ~ut.1i"'povr lOi~"'PCÎ" ~. -; -. SCANDALE RACISTE A LYON N' 89 (1931 N' 143 (247) 2' SEP"J1:MBRE 1951 24 FEYlUER 18SS La. a8 .t 29 Septemb •• exlseons l'acquittement des 14 Alsérlens arbitrairement détenusl ' Ne laissons pas s'instaurer en France la pratique des procès~ra(Î5Ies-,-1 _ -' ~~?:y}:192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:07 (UTC) ~!:!\192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:07 (UTC)I ;:192.168.254.42;~~f.~{~ ~ , .~ :..~..~ r.l192.168.254.42:~~,:':: ~ HALTE AU RACISME EN AFRIQUE DU NORD! La loi doit punir les discriminations et non les favoriser L ~o192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:07 (UTC);: ~Ifcé:192.168.254.42., s~ pris place au premier raDg des questions qui se posent maintenant en Afrique du Nord. Pourtant, le grand public n'a pas encore pleinement conscience de la ",ravité de la situation Qui Ge développe au sud de la cisme q~i a droit de cité; s'a ffichant Insolemment ou S'lnsi. nuant 9Ou rnoisement il est partout et ne cesse d'approfondir le fosse qui s'cst creuse entre ~ae~t 192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:07 (UTC)gaO~i~:ese,:::,~e~é~:~:: phie et par l'histOire l VIVfe C6-1 te à cOtt SUt le: mtme terr,toir • . Act\.ellemenl le rlciame I~

i)~êu~;~~ne~ 'i qui OP"

dus la con,." ILllent ,t,." il pr9oP'" cP J'ai vu, j'ai pleuré, j'ai serré les poings Un reporlage de Françoise d'EAUBONNE MON premier contact avec l'Afrique du Nord, !, J. dois au mouvement Travail et Culture lui T"" voya pour fair. dea conférence. lur (' ~' racisme Qui me fut br'" ,. . .s1e . ..f...a.. i·re co'n. naÎtu . \'1 • •• ET 1951 DES 1950, comme en témoigne l'affiche ci-contre, apposée alors sur les murs de 131 capitale, le M.R.A.P. dénonçait les brimades racistes à l'égard des travailleurs algériens. Cette année-là en septembre, dans un terrible climat dE' hainê raciale, des Algériens furent « raflés lI, comme au temps de l'occupation nazie, les brigades de Xavier Vallat raflaient les jUifs. Il nous fallut réemployer l'odieuse expression : rafle au faciès. Un an plus tard, à Paris comme à Lyon, de nouvelles rafles étaient perpétrées. Cl! fut pour nous, une fois de plus, l'occasion d'appeler à la solidarité envers les Algériens et les travailleurs originaires des pays d'Afrique du Nord en proie à ces agissements. Nous préconisions déjà des solutions, notamment en exigeant la reconnaissance et la satisfaction des revendications de ces travailleurs et de leur peuple. Mais la haine volontairement exacerbée allait se prolonger jusqu'à la catastrophe. Fin 1954, la guerre d'Algérie éclatait. Elle devait durer plus de sept ans. du Nord? Quand ouvrirez-vous enfin vos yeux, complices des assassins? » Durant toute cette année 1955, la première de la guerre d'Algérie, nous n'avons cessé de proclamer la nécessité d'une solution immédiate (voir au verso quelques titres de « Droit et Liberté » de 1955 à 1962), la possibilité d'une paix négociée. Notre ami Marcel Manville, plusieurs journalistes réputés publièrent souvent dans nos colonnes des articles et des témoignages significatifs sur l'Algérie. « Non à la haine! Non à la haine ! » fut notre souci constant. Le 17 janvier 1956, après une conférence de Marcel Manville et A. Bittoun sur ce qui se passait en Algérie, de nombreux antiracistes réunis par le M.R.A.P., à l'Hôtel Moderne, sous la présidence de M. Lyon-Caen, votaie~t une résolution exigeant « La Paix en Algérie » (voir au verso le fac-similé de « Droit et Liberté »). Dès lors notre action se poursuivit en s'amplifiant, jusqu'à ce que le bon sens triomphe. « Halte au racisme en Afrique du ,-------------------, Nord! » criait alors la première page de « Droit et Liberté ». Dans ce numéro de lévrier 1955 (ci-contre en bas à gauche), le général Tubert dénonçan.t déjà le mot d'ordre « L'Algérie, c'est la France! », tandis que notre envoyée spéciale en Algérie, Françoise d'Eaubonne, terminait un émouvant reportage par ces mots : « La nuit du racisme pèse encore sur le monde. « Le vol sourd du corbeau », amis l'entendez-vous sur les plaines d'Afrique 1951 OEJA LE PLASTIC REVELATIONS SUR LE cc GANG DU PLASTIC »» .DES DATES DES FAITS DES NOMS Sevie, l'union de tous les anti. fascistes peut meUre' un terme';aux altentats ,racistes . et terroristes 1 das néo-nazis et imposer la liqui, dation de leurs troupes de choc. (U_ eaqu'le d Albel'l LEVYJ __ A•.. · ~ S.,'.'·I c, .• Le plastic n'est' pas une invention récente. Le gang du plastic sévissait déjà en 1951. Des librairies, des banques en furent les victimes, Qu'on reliSfl ce numéro de « Droit et Liberté» du 14 septembre 1951. Albert Lévy, menant l'enquête dénonçait le gang, et donnait des noms... Ces mêmes noms qu'on retrouve aujourd'hui au service de l 'OAS ... Ceux qui les portent ont pu, malgré nos avertissements, agir en toute impunité, jusqu'à maintenant •• PAS UNE MINUTE DE RÉPIT E 1954 .... 1954 fut une année terrible pour l'Algérie. Comme un présage, le trem.blement de terre d'Orléansville devait mettre à nu les plaies profondes du pays. la misère du peuple algérien, l'odieuse exploitation dans laquelle . on le mamtenait. Au nom du M.R.A.P. (qui avait collecté une tonne de vetements, d.es vivres et des fonds pour venir en aide aux familles éprouvées), 1(: docteur Cyna parcourut les régions sinistrées. Il en rapporta, pour « Droit et Liberté» un émouvant reportage lévélant notamment : « Pour 290.000 Çje ,zeIJienéJ. ,[7 ((),LéanéJ.IJilie . . . L ~DO:Q:t;: ,.fJ/JJ.~1 ~:: Uc/tlVillt • .:wtr p",diUe"- V~1'IIir:~:~jj:j,b:Jr~ltr7';::' Malit-Loo,ltltuqlllt,.l)lI22l1i1 lfIupl,,,,.,,. ill/pateo"",'" rit/ollli"ulrlt, upmn"/ltIlIlJt ~ltllMu/ll,(Jlidartlld""Frall_ ft IIl1lmuült. 1/ uarnilloll' ln ((Ma,/iofU d',,", cid' "111 t/J;' letbltltl qll·tJltS posl#o;l nt ln plus. \111 se, "fnt opprn.s. aal dlnlt~"rltt pl"nt !lur tt ~:I~:red~n~~:-~ (~:U!.·~I~! coue:a; f1 I·b VH qll; .""rothe «tu.n stllutU"fir.vt~"açcpour "ommn, ~" Itmmtl, en ClIo lantll,UnslQII,lnsllf!ilolllllllfit \ttll.ctlllllnl,lurris. .----One interview ---du Dr cru Qui, Il nom du M.R,A.P" a parcaura tas régians sinistrées .. rf'. • ~:~7ii1to~EF,f~o~~ ,,(1/,11,,111111 nKlIl llli" dt st~ Ob"rl'lIfjoll1llfJr Iredt " Droil tl UMrU ~ Un alnlstre tuit! ts Mm· ) ils ont Un il· rCctm. • haire les "pèce qui ."ire chez le! prends aussi, • rhé rend pè. oiru el dans .mmes qui mas. c:nt d'autres hom- 0Itt eommis cet criqu'ili aient toujours juilt tn. pagt 2) Un médecin pour 25.000 habitcmt. LE RACISME maladie endémique en Algérie CERTAINS Algé riens s'ima· ginent que le racisme n'existe plus en France . C'est, hélas 1 méconnaître la vé~ rité. 11 faut dire que, chez nous, le racisme combatif se cantonne dans des milieux pervettis, très actifs mais étrOIts. (\ l'état moinS violent, il peut ,eraister, chez certaines pcrsonl1CS, sous forme. de pr!jua:és superficiels. Mais le peuple français lians son ensemble lui est hostile d peut trouver, comme. le montrent des exemples rmnts, lu élans les 192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:07 (UTC)J(~~ri~~q~:ft, 192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:07 (UTC)Ill~o~ùd': br\t\4e en France, il s.:mhle qu'oll respire mieux. SoUS le beau ciel d'Afrique C'tst que, dans les pays d'O.,. tre--Mer, le racisme a tous les ~i~?S~ d;~n:e~~;ed~:- que, ooe sournoise chasse: l 192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:07 (UTC)mDe Stle~V:een luo192.168.254.42e:;!:: l'être humain est sans ceS3e ba~ toué, avili, insulté dans cc qu'tl a de plus Illcré. Les preuves n·en manquent g\.l~re; nous L'.rttcJ. 4". _. ,.11_ kl. __ • 6H .4 ....... ,., IIM .. .. 4. "'.h'ot M __ M'lf, ......... t .. 'rMC'" • CM1I~. Il ~ "l"e .t.t.. ".'".I. \t.'.I ....... I. .... .."" H' ..". n t-. .-........ ""rd'tl,,1 r .. ,-,~ •• """ 10 Te",'" .,. et ,. M.rK. H_ ... _. fT" ... 1.",",. _ .4 ...... . 4. r ........ ". 4. N~. nous borneronl l cit .. exemplel les plus celui de Const.,. Ll. Ica \.Ir'" habitants, l'on compte seulement 25 médecins, 3 sages-femmes, 2 dentistes et 3 pharmaciens établi~ dans les centres principaux ... » Il dénonçait le r acisme : parmi les représentants de l'administration règne trop souvent un état d'esprit raciste. Dire que « ces gens-là (les indigènes) doivent être menés à la trique », c'est pour eux un lieu commun ». Ces lignes parurent ici, quelques semaines avant le déclanchement de la guerre . .. . Le mois suivant, alors que les événements se précipitaient, un professeur de Constantine nous adressait un article fort documenté et montrant l'une des causes les plus vives de la guerre qUi naissait : le racisme. Cet article a paru dans le nO 141 (décell1bre 1954) de « Droit et Liberté » qui fut ainsi l'un des tous premiers journaux à fairè la lumière sur la guerre ct' Algérie.

e Quelques titres de 1955 NON 3 haine , a la L es antfracl.stes exl.gent : • 195& DROIT KT LlalRTI que soit respecté le droit à la vie et à la dignité des popùlations d'Mrique du Nord; que cessent les mesures discriminatoires frappant les Algériens en France; que soient recherchées sincèrement les solutions conforll1es à la paix en Algérie et au Maroc, •• pour la paix~ T PAIX EN ALGÉRIE , ont demandé les antiracistes réunIS à l'appel du M .R.A.P. pour lâ conférence de M. Manville et A. Bittoun, présidée par M. Lyon-Caen LE mardi 17 Janvier, le M.R. A.P. dOhnalt. dans les salons de l'mtel Moderne. une con~ térence présidée par M. Léon Lyon..caen. Disons toul de lUite qu'un pu~ bUe nombreux el divera lul,lt. avec un Inlérlt paSli0nn4 le compte rendu du vo-- ~lédedeM~~:r-- "qure:t.u ", .. 3 suit datU la rue. dans les trains, d::ms toutes les manlteat.attons de la vic de l'Algérien qui reste un 6tranger sur son propre sol. Rappelant la participation ae. Uve des A1rériens èo la victoire lur l"hit\6· · ..... "". lea espérance. qu'Ill... ""Iarml eux, les 6t6 11\1~ • • Juifs et Musulmans M' Blttoun va. pa.SSlonner t. IOn tour l'audltolre en traitan t. dans un exposé documenté nourri de tBlts, des rapports entr~ Juit. et Muau..I..oeafl. de J' Mrlf"' du N .... pa.ys. )'intégrntlon des J uitS dans la communauté nationale devient chaque Jour une réalité plus concrète parce qlle. chaque Jour. ~:192.168.254.42.n\:~eC~li:ls:aJ:~r l:!:~~ ln nrUtlctelle entretenue 'no De 195& il 19&2 fRUITS AMERS DU DRAME. mERl EN : la dignité humaine lJafou~, le racisme et l'antisémitisme déchaÎnés S 'UHIB pour la fraternité et la paix DEP' IS It! ddJut lie 1 unnét Rivarol ~ Ci publié. (I~ i6 lIlars et la 25 mal). $Oui Iii tlgnature de • lùvler. _ dtl.l( «randl I.rtu:lu It ...... - cft ....... t.pl1f • ., da'" lu eQtHI d.lou 14 )0"1" Il,,,d. d .. /I,,,,,lImc. upt,,",~, d, """ • d~rn, .. 1"'1 J"""" " Onm le Iract prfoclR 0( L, JU alnl d~,., li la 1111" If"" .UIIH4( ,vrnmu 01 CQ'lIlfl71l"'. l'lie ca. ..... • ..... 1"(1.111 ~'""." •• .,. torfl'9fO. -192.168.254.42 ~~ F I ' terrible a/st 10 ~~ *Ir ~ .,.., •• ~ 15 Ol ClM1U \961. lS JÂNV1EI 1962. dossier 1 0,1$ Nf N' 100 1 la plus douloureus~ huma1ne mcl;lkrcq:c ~ Il .. flirt du SlnR ct ~ I~ coullur 0. la. peau J'.~" le bon )tft. a·t.! plIS IU'~I n:p;!.n .. h' que le prtIt/ hi It ph,ICbOphc ct. cn lO4Il ~::;I192.168.254.42 eu!rc Ir.:.\~t)t Il ,\1~lI. '-~ ruponnbiMè ,n lIh:ombc. pOur \lI1C lariC PMI. lUX pol:t •• ~'fn~ ~, t ilt a~jl ~k~r) qlU unt

Notes

<references />