Droit et Liberté n°229 - février 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°229 de février 1964 [Exrême-droite; moyen-orient; racisme]
  • Oui cela se passe à Paris page1
  • Qu'est-ce qu'un homme ? Entretiens avec Vercors et J. Deschamps sur « Zoo ou

l'assassin philanthrope page 1

  • Les eaux du Jourdain par Jean Dresch page 3
  • La question Bardèche par Jean Schapira. page 4
  • Un combat plus que jamais actuel par Pierre Paraf
  • Les néo-nazis à Paris
  • Vercors; ma définition de l'homme souligne l'absurdité du racisme
  • J. Deschamps; une pièce passionnante sur le plan humain et sur le plan dramatique
  • Trois opinions sur la définition de Vercors
  • Une question posée pour inquiéter par Jean Pihan
  • L'homme se définit par son activité consciente par François Cohen
  • Présent et avenir par Jean Wahl
  • La campagne d'adhésion a bien commencé par Julien Aubart
  • Un passionnant débat sur "Le Vicaire",
  • Le procès des bourreaux d'Auschwitz par Marguerite Kagan
  • Faste début d'année artistique: Picasso, Pignon, Lurçat
  • Joseph Kessel à l'Académie Française.
  • Un escalier pour Tahiti par Philip Roth

Numéro au format Pdf

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Oui CELA , a (l'est-ce qu'un omme? 15 FEVRIER- 15 MARS 1964 se passe Paris , • N° 229 Un franc Entretiens avec UERen s et J. DESCHAMPS sur" Zoo ou l'assassin philanthrope" Le '[, /\'.e. CO IiL/lWIICC (tS l o n/'sci la repn"s(?lllalioll d'lIlle /,i i'cc de V er cors : « Z{lO 0 11 /:'(1 'sassiJi f'hilal/lhr"i~l' >" . 1/ s 'at/ il d't/I/e cOIl Ii'di e, f'lciut' '/'IllliJlOI/I' t'I de « slIspells,.' li, '/liais d ie Iruiie i'oUïlalll d'I/II sl/ jc l I rt\l' sfri,' II. : : /'1 (h"fil/ilioll de /'11(1111111(. Cc !>rublhll c, par ces ~>f>f,ic(I lio1/ s les 1'11/.1' dire .. lcs , cOI/ ,,'/l ÎI ù ,-"l'llIi dll l'uci,I'ilic. ('ur, H UI' fois précis,' Ct' (1 II'i! Y Il de Cu JJJ/.1f.1f. l' lIlre IOl/S les hall/II/Cs, tOllt ,'qlli tend à les rli'i' iscr, tl e/',:r 'Illre eux des hihorchics a l'l'a ro , 1 plus clairemellt ellco/'e COll llIIe O./;.I'Iwde et criminel. Il foui mettre fin '.tl=~:!:"-::::::;:;~::'~~:~:'5qCharles 31 janvier 2012 à 13:32 (UTC):'CharlesW'im~ N', ': F, so . ..~. ..... \I. ... ~ '" rn. 1 L~ ,,,p, iVOI/S 1/OUS SOlllll/eS Cil tre tl'1/ Il.1' de « Z oo » a'uee VERCORS fi avec le metteur l' II scè lle de /a pièce, Jean DESCII:\,\IPS ( Paqes 6 et 7), Nolts aVO'lIS, Cl/Sllill', de malldé il 'nu profess.? /lr dt /, 1/.110- sophie (lean 'VAHL), ,). '///1 prêIre (l'abbé Tean PIHA:-.l'). il. (/JI marxiste (Francis COHEN) , cc qu'ils pe l/saiellt de la définitiol/ de l'hUIll/lle d {l Il Il ,"c l'al' Ver,:o l's ( f'aye 8). b~~ à l'agitation ,néo-nazie et ~:.'" x campagnes de la presse raciste Cette photo, que l'on croirait extratte des archives hitlériennes, a été prise ' récemment à Paris, Elle a paru en janvier dans .. Le Vicking ", organe du .. Parti Pro· !Pt-rien National Socialiste " - associa· 11011 ', . : '.e récllame ouvertement du nazisr:' • f(.: ,,~.-,,' compte de cette manifestation qui eu Heu en juillet dernier, dans la salle du .. Tambour ", place de la Bastille, " Le Vicking" précise qu'une salle attentive écouta "exposé que fit J.-C. Monet, sur les buts et méthodes d'action du Parti. .. Cet exposé fut précédé d'un " discours aux flambeaux " , au cours duquel le Silef exorta les militants à prendre conscience de leur "condition d'hommes d'action ». On reconnaît le style, Et " Le Vicking » est ventfu librement dans les kiosques. ,Ce qui pose une nouvelle fois le problème de la passivité des pouvoirs publics devant l'agitation néo-nazie et la prolifération de la propagande raciste. On lira en page 5, quelques extraits particulièrement provo· cateurs de cette feuiile immonde. En page 4, JEAN SCHAPIRA analyse les campagnes menées par une autre publication fasciste typique, "Défense de l'Occident ", dans son article: " La question Barclèche n. Procès des bourreaux d'Auschwitz: le point de vue d'Armand LANOUX Prix Goncourt (page 11) Un combat plus que iomois Plusieurs criminels de guerre actuel démasqués à Bonn (page 11) Les eaux du Jourdain par Jean DRESCB (page 3) par Pierre PARAF Président du M.R.A.P. (Page 5.l Un débat passionnant sur « Le Vicaire» avec Pierre Paraf, Jacques Nantet Gilbert Badia, Charles Palant les pasteurs Ducros Le chanoine KIR et André Dumas l'ôdaptateur Jorge Semprun Jacqueline Marchand Je,HI Schapira... (page 10) Un escalier pour Tahiti par Philip ROTH (page 14) « De coeur avec vous ••... Le chanoine Kir, député-maire cle Dijon, a aclressé au président Pierre para[ unL; lettre où il écr it: « Je suis tout à rait d'accord avec votre Mouvement pour l' entente et h paix , « Depuis plus de 10 ans, je pratique les mêmes techniques que vous. et .i'~lÏ jumelé Dijon avec 16 nations, dc))uis le Texas jus. t,IU 'en Israël, en m~ssant par l'At'rique. « Jc suis dOf!c de coeur avec vous dans la ca use tlUe \'ous dét'endez. li Cette lettre s 'ajoutf! à toutes celles - t.rès nombreuses - que le M .RA.P. reçoit dans le cadre cle sa campagne annuelle d 'adhésions. On lira en page 9 l'article que Julien AUllART consacre à cette campagne, qui vaut à notre Mouvement cie ch:lleureux appuis clans les milieux les plu;; divers. 14-1. - La cour supréme améncaine abroge une loi ségrég'ationniste de la Louisialll\ aux termes de laquelle la race ·j es canclidat.s doit être spécifiée sur les bulletins cie vote pour les élections rie I~et Etat.. • Reprise du procès des dirigeants clandestins de l'A.N.C. (African Natio·

ml Congress) à Prétoria (Afrique ,lu

Sud). 1~1. - - Ouverture à Lon,lres de la Con· férence sur Chypre. 16-1. - Au Ruanda, de sanglants incidents OPPOSENT LES DEliX PRINCIPALES COMMUNAUTES ETHNIQUES : les Hutus et les Tutsis. 18-1. - A Atlanta, arrestation cie 70 person nes à la suite cl'une mani{estation devant un restaurant où s'étaient réu· nis dix membres du Ku-Ii.lux-Klan Yêtus de leur robe et, cle leur cagoule. • A Birmingham, en Alabama, Larry J oe Sims, un jeune blanc de 16 ans, qui avait tué un Noir, l'st condamné il, 7 mo;s dc prison. 2t}·I.- Insurrection au Tanganyika: ulle u nité militaire sc révolte et s'assure le cont.rôle cie la ca.pit.ale. 22-1. - Hans Krucger, ministre ouest-allemand des réfugiés, EST SllSPENDll DE SES FONCTIONS

il avait exercé des fonc!.

ions dc juge au service des na· zis en Pologne occupée. 2~1. _ . Révolte militaire en Ouganda : des troupes britanniques interviennem. • Succès antiraciste à bord d'un pa· quebot amérieain, après trois mois ct demi de grève ; l'équipage avait cessé Je travail parce qu'un officier refusait l'accès cle certains locaux aux méca· niciens noirs. 24·1. - L'armée du Kenya se soulève à, son tour ('o-ntrc les offieicrs brita·nni· ques. • A Marseille, 4 légiOIma.ires qui ,waient massacré Il Algériens en 1962, ne subiront que des peines de prison ; le seul condamné à mort est en fuite. 26-1. -- A Atlanta, policiers et membres du Ku-Ii.lux·Klan matraqucnt des étu. diants noirs qui tentaient de pénétrer dans un restaurant pour « blancs ll; 86 manifestants intégrationnistes arrêtés, 9 blessés. 27-I. - LA FRANCE RECONNAIT LA CHINE POPllLAIRE et établit des relations diplomatiques avec cc pays. 28-1. - L'Afrique du Sud exclue des Jeux Olympiques de Tokio de 1964, à moins qu'elle ne renonce à la ségrégation raciale dans le sport. 30-1. - Putsch à SaIgon: 3 mois ap;'ès la chute de Diem, une nouvelle junte prend le pouvoir avec le général Nguyen Khanh à la téte. •. Le g"ouverneur ségrégationniste de E' Alabama., M. \Vallace annonce que l'école intégrée de 'l'uskegee scra fermée

elle n'est fréquentée que par 8

élèves noirs. les élèves blancs l'ayant désertée. 2.D. - Chypre : le président Makarios rejeUe la proposition anglo-américaine d'envoyer 10.000 soldats de l'O.T.A.N dans l'île. 3-11. - EWALD PETERS, CHEF DU SERVICE DE SECllRITE DU CHANCELIER ERHARD SE PEND DANS SA CELLULE. Il ve· nait d'être arrêté pour avoir pris pa.rt à des exécutions massives de juifs en Union Soviétique occu· pée. 1-n. - A New-York , grève de 500.000 éeoliers noirs ct portoricains, ainsi que de leurs professeurs pour protester conIre la. ségrégation raciale. .5·IJ. - A Notasulga (Alabama), le maire ct la police Icealc interdisent à 6 élè. \les noirs, l'accès d'une école « réservée aux Blancs ll. 6·n. - Les Etats-Unis ayant incarcéré 36 marins cubains qui pêChaient au large cles côtes de Floride, La Havane suspend la fourniture d'cau à la base de Guantanamo. j·n. - Le gouvernement sud-africain interdit l'entrée de son territoire à une mission de l'O.N.U. 9,n. - Violents combats à la frontière !Qmalo-éthiopiennc. • A Chapel Hill (Caroline du Nord), 1!8 manifestants antiracistes (dont 50 Noirs) arrêtés après avoir bloqué la ciro culation en s'asseyant sur la chaussée. • Le secrétaire d'Etat de Bonn, M. Thedieek, mis à la retraite : il avait été l'un des clirigeants de l'administ-ation militaire hitlérienne en Belgique occupée. lO-II. -- A Washington, la Chambre des Représentants adopte, par 290 voix eo-ntre 130 LA LOI SUR l,ES DROITS CIVIQU:":S DES NOIRS. lI·II. - 4 AFRlCi\INS EXECllTES A LA PRISON CENTRALE DE PRETORIA (Afrique du Sud), tandis qu'à JOHANNESBURG, 14 CONTH.MNATIONS A 3 ANS DE PRISO:\' s'~ nt prononcées eOll· tre des At'ric ains accusés d'ap· partenir au Pan Arriean COIlgress, organisation interdite. qUE SE PASSE.T.IL 1 FEVRIER 1. 1934 . Xavier Vaillat, déjà ... EN 1934, la situation économique et 1 sociale de la France est très grave: le nombre des chômeurs augmente sans cesse (2.500.000); les classes moyennes, petits commerçants, artisans,' sont aussi victimes de la crise consécutive au krach de 1928 ; les anciens combattants dupés sont des proies faciles pour des politiciens sans scrupules; à tout cela s'ajoute une succession de scandales financiers et en particulier l'affaire Stavisky dans laquelle sont compromis des ministres, des hauts fonctionnaires, des magistrats, et qui donnera lieu à une campagne de diversion fondée sur la xénophobie et l'antisémitisme. C'est un climat privilégié pour les animateurs des Iligms fascistes multipliées et renforcées encore par la venue d'Hitler au pouvoir. en Allemagne, en 1933. Ces ligues : Action Française, Croix de Feu, Jeunesses Patriotes, bénéficient de la protection du préfet de police, Chiappe, et de l'appui des députés fascistes": Philippe Henriot, Xavier Vallat, Ybarnégaray qui mènent l'offensive contre le régime républicain. Et le 6 février, à la faveur de changements ministériels, les fasGistes donnent l'assaut à la Chambre des Députés, menés par les chefs des différentes ligues : Maurras et Pujo, Calzant, Taittingel', La Rocque et par des hommes comme Xavier Vallat. qui avoue ouvertement sa liaison avec les émeutiers fascistes. (II deviendra sous l'occupation, tout naturel- 16Jnent, Commissaire aux questions juives, et organisera la déportation de 120.000 juifs de France, avant de remplacer Philippe Henriot, à la radio de la trahison). Dès le lendemain, l'union se réalise et les organisations ouvrières, l'ensemble des républicains se dressent contre les ligues fascistes. Le 9 février, une démonstration populaire prévue, place de la République, est interdite. Les travailleurs ripostent et une violente bataille les opposera à III police, toute la nuit durant. Six ouvriers sont tués. Mais le gouvernement réactionnaire doit reculer. Et le 12 février, jou' née de grève nationale. Paris manifeste aux cris de "Unité d'action» pOul' la République. L'union des forces républicaines a fa it échouer le coup d'Etat fasciste. • 1944 . L'affiche rouge FEVRIER 1944: les hitlériens, depuis Stalingrad, battent en retraite sur le front de l'Est. Dans toute l'Europe, l'espoir de libération grandit, mais à Paris, le 17 février 1944, les collaborateurs aux abois, essaient de faire diversion en montant le procès des 23 " terroristes" étrangers, dont 1 0 juifs. Qui sont les ,,23 terroristes? ». Des jeunes immigrés, juifs d'Europe orientale, Espagnols, Arméniens, Italiens, etc ... qui ont pris les armes (des barres de fer) pour lutter contre l'envahisseur, pour la liberté du pays qui les a accueillis, et dont les exploits glorieux sont partie intégrante de la Résistance française. La presse et la radio se déchaînent pour faire croire à l'opinion publique, que l'on juge, non des soldats de la liberté, mais des criminels de droit commun des " youpins ", des" métèques ». Des tracts sont distribués, des affiches placardées sur les murs. C'est cette affiche rouge, qui se voulait dénonciatrice et dégradante, et qu'Aragon évoque en un magnifique poème à la gloire de la fraternité d'armes des résistants de toutes origines. Les 23 seront condamnés à mort. Mais le groupe Mauouchian-Boczov, appelé ainsi du nom de ses chefs, restera à 1 jamais inscrit dans l'histoire de notre pays . • 1962: Les martyrs de Charonne LAguerre d'Algérie dure depuis 7 ans . et 4 mois. En Algérie, c'est la paci· fication contre un peuple qui se bat pour l'indépendance. En France, c'est le I"atissage des quartiers à population algérienne, c'est la chasse au faciès, les ratonnades des 17 et 18 octobre 1961. L'O.A.S. multiplie les attentats, les menaces, croyant pouvoir imposer par la terreur, sa dictature fasciste. Le 7 février 1962, une petite fille de 4 ans, perd la vue; I·O.A.S. avait plastiqué sa maison. Le 8 février. Paris manifeste: des homo mes, des femmes. dignes et résolus, pal" r~LiSèROCODILES l El\' ont-ils versé de bclles la·rmcs indignées, les journaux racistes de tout poil, « Rivarol » en tète, aprés la terrible catastrophe du boulevard Le· febvre. Mais rassurez-vous, ce n'était pas pour plaindre les victimes. Pour la première fois, méme, « Rivarol » oublie de dire que la majorité des morts étaient des travailleurs algériens. Dans une feuille où l'on bave à long'ueur de colonnes sur le « bieot n, il serait malséant de s'éeoreher la plume pour pleurer sur un Algérien, employé, comme on le sait, aux travaux les plus pénibles et les plus dangereux pour un moindre salaire. l\'Iais ces gens-là ne peuvent pondre trois lignes sans en revenir à leur obsession. Et voici comment la feuille de Rebatet commente l'accident : « Ainsi, plus de vingt malheureux auront-ils trouvé la mort pour qu'un peu plus d' notre bel argent s'envole vers cl'ingrates républiques noires... » Ces « malheureux n, comme ils disent, Algériens, comme ils ne disent pas, comment te Rivarol » les traitait.i1 quelques semaines plus tôt '? }JI les aecusant de vouloir' « véroler la France )l (21-11-63) : ... « Bon nombre - un très grand nombre même de ces barbaresques transportent avec eux les maladies les plus contagieuses et les plus dangereuses, notamment la vérole pour appeler la syphilis par son bon vieux nom... Nous leur avons apporté la civilisation, ils répondent par la syphilisatiün, ce qui est dans la logique de l'ingratitude humaine. )l ~Iais hl logique rivaroleuse est de ne pas montrer que l'cs soi-disant « barba.resques vérolés l) peuvent aussi mourir au travail et laisser des femmes et des orphelins sans ressourees pour le. plus grand bénéfiee d'cm· ployeurs racistes. Les larmes de crocodiles sont empoisonnées, dit un ViejX L$ proverbe africain. Oncle TOM. ,,~~'" ~""'~"" courent les alentours de la République et de la Bastille aux cris de " le fascisme ne passera pas n, " O.A.S. assassins ». Et c'est l'enfer du métro Charonne, le déchaînement des forces de police contre des manifestants calmes et pacifiques. Bilan: des dizaines de blessés, neuf morts. Le 9, le 12, les travailleurs ripostent: à l'appel des syndicats et des organisations démocratiques, 2 millions d'entre eux débrayent à Paris et en province. Le 13 février, c'est l'immense défilé d'un million de Parisiens, de la République au PèreLachaise, en hommage aux 9 martyrs antifascistes. Cette année, le 13 février, le peuple de Paris était au rendez - vous du PèreLachaise, à l'appel des syndicats et de différentes organisations. Le M.R.A.P., com· me il y a deux ans, s'est associé à cette manifestation, «fidèle à la mémoire de ceux qui sont tombés dans le combat commun pour la République, pour la Paix et la fraternité humaine JO. TIERS MONDE • Le poids de l'évidence DANS sa dernière conférence de presse, le général de Gaulle a fait l'éloge (mitigé) de la (1 race chinoise JJ, où, dit-il, I( la capacité patiente, laborieuse, industrieuse des individus a, depuis les millénaires, péniblement compensé son défaut collectif de méthode et de cohésion et construit une très particulière et très profonde civilisation JJ. Et il a justifié' la reconnaissance diplomatique de la .chine par Il le poids de l'évidence et de la rai· son JJ. n fut un temps où il tenait un autre langage. Le 10 novembre 1959, il dénonçait Il la multitude jaune qu'est la Chine innombrable et misérable, indestructible et ambitieuse ». Le 7 mai 1959, dans un discours prononcé à Blois, examinant les possibilités d'une coexistence pacifique entre l'U.R.S.S. et les pays occidentaux, il se déclarait Il convaincu que les peuples. dans leur profondeur, de part et d'autre, s'aperçoivent qu'ils se ressemblent, que les régimes n'y font rien, qu'ils sont blancs les uns et les autres, qu'ils so.rzt des peuples civilisés ... et que par conséquent leur devoir est commun JJ. FABRiQUE DE TRICOTS WEEK-END - GILETS PULL-OVERS, etc ••• ARTICLES CLASSIQUES ET NOUVEAUTES Hommes - Dames et Enfants Tricots GO R 232, rue Saint-Denis PARIS (2") Tél. : CEN. 13-49 METRO: Strasbourg-Saint-Denis et Réaumur-Sébastopol Mais les événements récents confirment, s'il en était besoin, que les réalités politi· ques, sociales ou économiques ne sont nlÙ' lement conditionnées par l'appartenance ethnique des peuples, et par la cOlÙeur de leur peau. Cela est vrai dans tous les cas, pour tous les temps et pour tous les peu· pIes ... Très longuement, le général de Gaulle a aussi évoqué le problème de la colonisation, en des termes qui la font apparaître essentiellement, comme (1 la seule voie qu{ permît [pendant la période où elle fut pratiquée] de pénétrer les peuples repliés dans leur sommeil », et comme une manifestation de bienveillance à l'égard de ces peuples, dont les colonisateurs, Il parfois impérieux et rudes» ne visaient qu'à Il éle· ver la condition ». (SUITE PAGE 3) Education à la fraternité Le Centre de Liaison des Ensei· gnants contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.) dont le siège est à l'Institut Pédagogique National, 29, rue d'Ulm, Paris (5'), annonce la sortie du prochain numéro de son bulletin «Education à la Fraternité JO, qui examine comment l'enseignement français peut contribuer à former les enfants dans un esprit de compré· hension humaine et de tolérance. Nous invitons tous Jes antiracistes à lire et à faire connaître cette publication qui, après avoir été éditée en ronéotypie, est, pour la première fois imprimée. Le montant de l'abonnement est de 5 francs (abonnement de sou· tien: 10 francs). Adresser les versements à Mme Marie·Eve Benhaïem, institutrice CLEPR - C.C.P. 7302·02 Paris. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs lITRANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 PILl'18 Pour les chanllements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint·Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif )l, 52, rue de l'Hôteldes ·Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. Journal compos~ et Imprfml par des ouvriers syndiQuft B.P.E.C. - ChAteauroux Gérante : S, BIANCm. QUE SE PASSE-T-IL 9 • (Suite de I,g page 2) Et la décolonisation ne serait que l'abou· tissement voulu et préparé systématique· ment par les colonisateurs eux·mêmes tandis que la coopération avec les pays nou: veHement indépendants continuerait, sous des formes nouvelles, les « dons )) qui n'ont cessé de leur être prodigués dans le passé. On peut se demander si ces affirmations, ne sont pas, elles aussi, sujettes à révision. u. S. A. • La loi su r les droits cIviques A PRES neuf jours d'un débat particulièrement agité, la Chambre ries Représentants américaine a adopté par 290 voix contre 130, le projet de loi sur les droits civiques des noirs : l Sz démocrates et 1~8 républicains ont émis un vote favorable, tandis que 96 démocrates et 34 républicains ont voté contre le projet. Les articles essentiels de ce texte concernent la suppression de la discrimination raciale dans l'emploi, le droit de vote des noirs, la déségrégation des écoles et autres entreprises publiques Le projet permet, par l'intermédiaire du ministre de la Justice, au gouvernement fédéral d'intervenir, sans pas~-er par les autorités des Etats, en cas de violation des droits civiques. Avant d'être soumis à la signature du président Johnson, le projet doit passer devant le Sénat. C'est là qu > l'attend la plus gTan.de épreuve, car les sénateurs sudistes déclencheront naiselll blablement un « filibuster » (manoeuvre d'obstruction) pour retarder, et même empêcher l'adoption de ce texte. II faut, en tout cas, considérer la décision de la Chambrt. des Représentants comme une étape très positive et même décisive dans la lutte contre la ségrégation. Il ne fait pas de doute que les ,Svénements internationaux, en particu11er la (Iécolonisation en frique, et l'émotion croissante de l'opinion publique mOI1- diale ont contribué à ce nouveau prog rès, dù aussi, fondamentalement, il l'action résolue des noirS" américains p01U' la défense de leurs clroits. Depuis deux mois, les manifestat ions antiségrégationnistes' s> son t 1l1u1ti pliées. exactement comme l'avaient annoncé les leaders' 110irs : le 18 jalwier. à A tlanta, 7S manifestants s'opposent à des membr';; du Ku Klux Klan, v'tus cie leurs tuniques et cagoules, qui tenaient une gTande assemblée dans un restaurant de la ilie; le zô janvier, toujours él Atlanta, les mêmes faits- se reproduisent : la police de b ville prête main forte :LUX racistes : 8ô noir.s sont arr(~tés, ,) :;ont blessés. La \'eille, le maire de la ville reccvait des llwl11brcs d'une sous-colllmission dl' l'O.N.U. qui devait « constater les progrès accomplis en matière d'intég ration raciale )). C'est sans commentaires. Le 4 février, à .T ackson (Mississipi). ùes étudiants noirs manifestent, après qu'uuc étudiante noire ait été r('l1- \'erséc par un automobiliste blanc. Dispersés pal' la police, ils ne se découragcnt pas et renversent les barricades de la police. en chantant des '( chants de liberté », C'est alors que la policc tir sur eux : :-; blcssés. Le 8 février, à Chapel- Bill (Carolinc dn Nord), 100 manifestants noirs et blancs, non-violents, qui s'étaient assis au mili~u ,l'un <:;11"1"('fonr sont arrêtés. Mais les dirigeants des organis'ations antiségrégationnistes considèrent que Je boycottage des écoles (le Ne\\'-York ::;e révèle être, après la marche snr \Vas hington, la plus im]1ortante mani festation contrc la discrimination raciale aux U.S.A. : soo.ooo écolicrs et écolières de New-York. des noi rs et des porto-ricains surtout, ont manqué la classe; 8 % ,les professeurs se sont associés au mouvement de boycottag-e. On s'aperçoit que la lutte contre la "égrégation ne se manifeste pas seulement dans le sud cles U.S.A .. mais :lussi dans les villes du nord, Oll: les discrimi nations sont encore vivaces. L es oppositions violentes que r C I1l~OI1 - t re l'intégration scolaire. notamment en .\Iitbama. montrent que les difficultés lW seront pa,; supprim ées par J'adontioll de la loi SUI" lc.s droits civioues, La lutte continuera avec tou ionrs plus ole VigT1CUr, car les noirs sont maintenant fermemcnt décid(;, ;t (IcV(,llir des hnmllH LTBR"ES. POSITIONS • l a saison d' ai.m er L ' nJ'J' O SrTJO:'l,~ s\'slélll at i qll f « . cOlltre I,'sl!s /l 'a c't" If f(l i t '/I I(' d ' lIl1 clan de diri(j l!mlt.( trol' i lH JJlailiCiI/!'lI t af/ach,;", cl !cll rs tradif i(ln.\". » La 1'111":1."c pontT:l it ;-,t l"C s i gïll~ (' par Jules lsaac; pendant plt1:i de quinze ans ce maître d'histoire lutta par la parol~ ct par la plume pour qu'on éliminât de l'enseignelllent chrétien les tendances antisémites. Ces mots, je les ai lus dans une publication catholique, Fêtcs et Saisons (r). Elle taIt a son tour un sort au mythe du peuple déicide, [ables des plus - menaçantes pour la sécurité et la vie des juifs. . Une étude consacrée il la Palestine au t~lI1PS de .J ésus préci,'c que la « DisperSlOll » d'Israël est bien antérieure ù la naissance du christianisme' . à cette ép~que, nl~im d'un quart des' juifs 1'0- Il!ams vIvaIent dans leur pays d'origine. l'ouillant plus ayant la respOlls'abilité de la crucifixioll, l'auteur en donne sa P3lr.t, à la p~tite ~ecte r!goriste et privilegIee des Saduceens. Soutenus par Rome, ils jouissaient d'une grande influence politique. Mais « leurs compronlisS/. 01lS ({urc la. puissa1/ce occupante les coupellt dc la musse du pcuple il/if. c~> sOllt eux.et 1/011 jjiS' J UIFS qit/:juqel'ont le Christ et le livrerollt ». . Sur la couverture de Fêtes ct SWS(}IlS, t,111 titre : <, Jésus est lié du pcuple Jluf ». Encore une vérité chère il 1 saac. Des textes de la revue rappellent avec in~istance que Dieu a voulu que S'on ::ib naIsse, VI ve et meure j ui f, fils d'une .I111ve de Galilée ct baptis,:' Yc!tushua, c'est-à-dire « Yahyeh sauve ». On le montre enfant parmi d'autres enfants juifs;, vétu et nourri comme eux, il est plongl' dans la réalité familière ,l'un même univers religieux. Il est circoncis klréseuté au temple; il enseigne ct pri~ a la synagogue et ses oraisons s'achèvent sur le mot hébreu « amen )J. Respectueux de la tradition, il déclare qu'il n'e.st pas venu pour abolir h Loi, ma is pour l'ac(,olllplir. l·:ïfcuillolls les pagTs de Fêtes et .'lai. l'ails. Que de grand~,. titres éloquents : « .VOIIS SOIllmes spirituellement des Sé mites

); ,( L' /lmitié Jl/déo-Chrétien)

le ;), Et celui-ci qui fait un sort à ulle légende cruelle : « f.c juif erra·nt a retrollué une terre ». Enfin, précédant l'extrait d'une épitre de Saint-PanL ces mots : « Tout lsrué'l sera sau'ué )J: La bonne foi est plus qu'entière : elle est gélléreuse. D'une enquête du Père Demann sur la catéchèse elu'étienne et le peuple de la Billie, 011 l1e craillt pas de cIter ce morceau accablant pour un(' certaille lIIentalit', chrétienne : « J{ainteNaut '.,' méchants hr)J'l-l'IJ/es - c',~ !aiellt des jl.li;'\· ': dite:, ce/a : le.,' juifs, .- cil UICIl, les puts jUt'llt '/Ille (jrande croix de bois. (Ne pas ClllrÜiJ'CI: l'e.rrrcssioll : « Ces méchants soldais qui fi rellt du mal û,1('SUS ;), afill d'éDiter qlle les " l/fallls Il u!cJ(/I!"?1l1 « [-Ire soldai » " « élrc 1I1échullt ».) Ces « cons'eils », Jort hcureusenll: ll t IIC figurent: plus ,bn.s les )l1anuels, d'où sont ballni e~ toute, les 101'Il. tll!at ions susceptibles de jllïJ\ï)(luer l':L1l tlSerl11tlsllW. i\ illcuh', 1111 autre réf I:tctcur cathol i'iLle e.stulle qu'Jsrad est indispensable ;\ l'Egli se, alors que le judaïsme lleut parfai tement vivre sans se préoccuper ,In christian isme. En bonne place, fig-ure le texte connu sous le nom des Dix Points' de Seelisherg, élaboré en commun par des juifs. des catholiques et des protestants, parti~ sans d'une lIéceS"saire réforme de l'enseignement chrétien. Jules J sa al' s'en réjouirait: il fut avec s~on ami le Père DelIIilnn l'un des grands responsables du texte. Leur lutte contre la pire des superstitions, celle qui engendre le mas'sacre collectif, n'aura pas été vaine. Fêtes cl Saisons en a pportc un nOtl\'c;1 u 'l'éllloig- nage. (1) Fêtes cl SaisoHs, décelllbre 196:,. AMIS BELGES, PARTJCIPEZ A LA MARCHE ANTI-ATOMI,QUE BRUXELLES, 15 MARS Un collloQue sur l'apartheid Un colloque sur l'apartheid en Afrique du Sud aura lieu sous l'égide du M.R.A.P., de la LI.C,A., de la Ligue des Droits de l'H?mme, de l'Association pour la Coopé· ration Franco·Africaine, et du Comité Anti· apartheid, les samedi 29 février et diman· che 1"' mars, dans une salie de la Ligue de l'Enseignement, 3, rue Récamier, avec la participation de diverses organisations et syndicat s. Les différentes questions examinées au cours du colloque seront l'histoire de l'apartheid, les implications in· ternationa!es de l'apartheid, fa législation raciste en Afrique du Sud. Parallèlement, sera étudiée la création d'un comité d'union contre l'apartheid. On peut retirer les invitations au sIege ~i~ M: j':A.P., 30, rue des Jeûneurs, Pa· 3 LES EAUX du Jourdain P /\RIVI~ lès lleuves internationaux, les fleuves frontières, le Jourdain est celUI clont le cours et les eaux, loin d'unir les peuples riverains contri· . buent a les opposer, au point que des conflits dramatiques m~nacent la pal \. en permanence dans le Moyen-Orient et, par suite, dans le moncle enlier. Les pays alentour. Liban au )J'orel Israël à l'Ouest, Syrie et lordanie ;l l'Est, sont pourtant' menacés' par l'aridité. Ils sont situés il l'extrémité ,néridionale de ces montagnes du Leyant qui bordent la Méllitcrranl'C' et sont relativement arrosées. \:[ais, s'il tombe encore plus d'un mètre dl' précipitations en haute Galilée, il en tOl1lbe 1Il0illS (le 600 IIInl. en Judée, moi ns de ;00 SLll" la côte au Sud de Tel \\"i\", t1;()ill ~ de zoo, puis de [00 dan, le 1c,"sé du por Jean DRES(H Professeur à la Sorbonne Jourdain et de la Mer :.\Jorte ainsi (lue dans le .\1 eglle\·. La plus grande partie des pays de ct' Levant lI1éridional ne sont pas <ts ez arrosés par les pluies pour que puisse être pratiquée, une agriculture sèche, ou que, du l1!oins, ses rendements puissent l'trc sl'llSiblement améliorés, Or ils ont la chance d'être parcourus par un fleuve qui apporte, "ers le Sud aride, les eaux dl! Nord humide. Car le Jourdain est bien alimcnté dès l'~Jrigine pal' ses quaj:re branches supéncures venues de Calilée libanaise et de l' He:lI1on lihanais ou syrien, le N ahr Hasbal1l, la plus longue le Dan ct le Banias. Le Dan est 'la pIuS' abondante. mais les autres sont bien alimentées également par des résurgences dont le débit, soutenu par les pluies de fin d'hi\'er et la fonte des neig-es de l'Hermon, est rég-ularisé en outre par l,' lac H ouleh. Ce lac, frontière entre Israd et la Syrie, n'est ;'l vrai dire qu'un marécage (Iont la profondeur ne dépasse pas S m. au piell d'un barrag · basaltique, Mais les débitS', encore assez contrastés entre les maxima de février et l'été, sont de nouveau régularisés 17 kilomètres plus loin, mais' 214 m. plus bas, par le lac de T ibériade. :,itué à 21Z 111. au-dessous du niveau' (le la mer. Il est beaucoup plus grand (t~e le lac Houleh, 21 km. sur 12, et beaucoup plus profond puisqu'il a 48 '11. A u,si cOllstitue-t-il un remarquable l"l' - 5en'oi r naturel, régularisé en outre pa r un barrage, construit pour l'aménao-('· ment d'ulle usine hydroélectrique, "'un peu en aval, au confluent du Tourclain et du Yannouk. Cette dernière rivière vient des pays arabes de l'Est : il sert de frontière entre la Syrie et la T ordanie. Elle apporte au Jourdain 'à peu près autant d'eau (480 millions de 1113 par an) que n'en roule le fleuve principal CS40 à sa sortie du lac de Tibériade), ct son cau est d'autant lllus précicuse qu'elle n'est pas salée, Celle du Jourdain, par contre, encore peu saléc quand elle entre d"ns le lac de Tibériade, s'y charge de sel fourni pal' des sources saunrfttres dans le fonll et sur les bords du lac. Mais l'apport du Yar- 11I0uk est suffisant pour que les eaux du Jo.urc1ain, régula~i~ées par le barrage, SOIent encore utlhS'ables en aval bien que la teneur en scl des eaux en 'étiacre se relève au même taux que dans le I;c de Tibériaclc, 3 p. 10.000. A insi, un équilibre remarquable a été ohtenu par l'amélioration dE' conclitions naturelles déjà favorables: une eau abondante et régulière, une eau utilisable ponr l'a/?:ricultllre irrig-uée. Mais, ;'i conditi on que des précipitations nnnllales assl:rent la rl'alilllentatioll de" llappe ~ phrealtques et que nul ne prélèvE' à l'amont un' part d'eau c10uce trop forte. pour qUe la salinité en aval ne dépasse le senil au dclù <luquel rl'"n cesse d'ètr(' utilisable, Le plan Tohnson d'utili':ltion de,; eaux du Jounlaill fut conçu justement dan, le hut de maintenil' cet ' éouilihrc. salE> tenir cOlllpte cie la nationalité des tcrritoin's irrigue,s. ussi bien :I -(- il t',té' :l e cepté' par lc.s experts des Etat:; intél'essés, llicn lIu'il:; aient fIlultiplié les contre-projets. Le pbn le plu,' ,L:c'ntralclllent ill\" (]lIé pr~\'o i t 1111 partil,,'!' de.s cau~~ entre deux bénéficiaires prin cip:lltx, la Jordani (' et Tsral)l. I.,ral'I :ll1rait l'l'CU .100 'i1lilli on" de lll.< 1';lr illl ponr irrip;c,' ':;2.000 hec~ (;U(', d;iIl ~ l:t '.·aIl 0c, Onant :'1 1:1, Tonbnif\ Suo mill i' llls de Ill., lui auraient {tC, att rih llé, ct auraicnt permis l'irrig'ation le (j."ooo hectare" La Sn ic' sc ,;crai t contcntée d" ~ o m illiolls (J l' lIll'tres culleC • ("es chiffres sont optiml'te, et di" cutables. Mais il n I~porte puisque le con llrt opposant Israel aux Etats arabes depuis la formation de l'Etat d'Israël er{ 1948 rendait inapplicable le plan Johnson ql!l. date de 1953. Aussi chaque pays a-t-Il 1;lIt des J.lrojets pour s(;ll1 propre compte. La Syne et la Tordame ont en trepI'is d'importants travaux de dévia tion des callx du Yarmouk. La r orclanie l']] particnlier les détounre vers 'le Ghor, .snr la ri \"C .~·auclre du lourdain. par un h:LITage de clérÏ\'ation situé pen l'II alIIont dc la COlltlUCIICC ... et de la irolltière. l <~ raël a achevé des travaux plus importants encore pour assécher le lac de f!ouleh et irriguer, par pOlupage, Je, rives clu lac de Tibériade mai.s s 'est ,;ur tout attaché il mettre au point un plan nil:ional d'irrigation clll Negne\'. TI s'agiraIt cie pomper :)zo lIlillions de mètre, cubes de l'eau du lac de Tibériade, Îu,'qu'à la cote + 4Z mètres, de l'acéuinu- 1er et de J'clI\'(wer, augmentée et de-salée par un al)]1ort d'e:tll de Galilée, vers la plaine côtière ct la ré"'ion de Beerclreba dans le Nord du Ne~·ue\". Cc.' projets nationaux sont co'ntradictoires car ils rompent J'équilibre r e,pecH' l'Il principe par le plan Tohnson. L'eau du Y"rmouk ne viellt plils adoucir les eaux salpes issues du lac lie 1."ibériadc et, au cf)ntrai~'e, restitut'es pa,·t! cllell1eI1t au J ()urdain après irrigation sur de.s sols salés, en augmentent la t eneur en sel. Si, en outre, Israël pomp nlle part 1I1lporlaute des eaux du bc rie . •• nOJE'l' ISAA!LI"" • TiiJél'iade, le tanx relatif de salure ri, ljue d'augmenter en aval dans un volume d'eau diminué, ;llt point que l'eau du .J ourdain en il val du confluent du Yarlllouk, ris'que de devenir inutilisable. Le débit dll IOllrdain serait en effet désormais rl'dl1'it à zoo millions de mètres cubcs, son débit normal ,. l 'diag~ e estiv:cl. 1I1ai5 c'est en été qu'on a le plus he;;D in d'eau. Pour peu que le ren- 101' d'eau ,ltl Yarmouk soit supprimé, e t qu'en outre l'année soit sèche, il est inéyitahk qu'effectivement l'eau trop salé soit heaucoup plus dangereuse qu'utile Or, le, plaines cie la vallée du Tour clai n, l'li t erritoire jordanien, ."flllt· peupl t~ t'S , en flfLrticl1lier. par trentl' mille r é· fugiés arabes p:ilestiniens, qui ne i leu\" t'Ill relltt·(',· <1 :111'< leur anciell pays. .•. On COllll'relld cc que peut avoir dt: d ramati que un co nllit d'cau qui s'a joutt" aux :lltlre.s conflits opposant Isr:1ël ~ (Suite page 8'> --- - - - 4 La question Bardèche 1 Maurice Bardi.:che vient de pro· duire un I110rCCau cI'antholo· gic. En novembre, dan s « DROIT ET LIBERTE ", j'avais, à nos lecteurs, soumis quelques remar· ques sur l'allure, ces temps-ci, du racismc cn France. II faut admettre quc Barc\èche nous lit, puisqu'un mois plus tard, dans sa revue (t), il mc dédiait, si je puis dire, un article intitulé « LA QUESTION JUIVE" (2). S'il ne s'agissait de racisme, c'est· à-di rc ch:: malheur et de mort, on croirait Ull pastiche: tous les poncifs de ce qu'on pcut appeler le « néo· antisémitisme" y sont rassemblés. SOllS cet angle, il 'v::\ut qu'on cn parle. 2 Mais d'abord , quelques observa- , tions. La pl-emièl'e -- ce sera la seule qui s 'adresse à lui - c'es t que je ne dialogue pas avec Bardèche. Nulle courtoisie de ton, nulle affectation de libre débat, rien ne peut faire oublier ceci: avocat de l'hitlérisme et de ses criminels (3), collaborateur de Brasillach (4), Bardèche est fasciste et raciste. Son combat, dans la perspective de l'histoire, c'est, même s'il use du style plutôt que de la mitraillette, celui, naguère, des Waffen S.S. (5) - celui, en 1964, de Malan et de Salazar. je traite donc son article en matériau . sans plus. Seconde observation: pris à la lettre, mon titre est faux: il n'y a pas de u question Bardèche". A sa date, à son rang, Bardèche va de pair avec les Beauplan, les Lagardelle et les Rebatet (6). Dans quelques dizaines d'années sans doute, personne, hormis les érudits, ne saura plus , parmi les intell ectuels du nazisme. le singulai'iser. Mais , justement. c'est d'être aussi typique qui pose la question Bardèche: cette question, elle n'est rien d'autre, tous ces messieurs en l'un d'eux, que le racisme vu par ceux qui le pensent. autrement dit: par ses théoriciens (7). Théoriciens - le mot conduit encore à constater ceci: si Bardèche, quand il attaque, se montre pointilleux sur la documentation adverse (8) , il respecte lui-même, la solide tradition de la doctrine raciste, j'entends le manque total de sérieux dans l'information. Dans cet ordre d'idées les militants du M.R.A.P. auront l'étonner'nent d'apprendre que « DROIT ET LIBERTE" est « l'organe de la communauté juive» (9). Erreur simplement risible si elle n'en contenait en puissance deux autres, Primo, l'assimilation de l'antiracisme à une autodéfense, alors que précisément, l'un des traits de l'époque est la prise de conscience par de larges secteurs de l'opinion, de ce que les divers racismes forment un tout à combattre en bloc, et non, comme les politiques racistes y incitent, par secteurs. Secundo, la tendance à vouloir faire graviter la lutte antiraciste autour de la " question juive ", alors qu'avec la décolonisation, le racisme anti-juif en France, ne tient plus, tactiquement, le devant de la scène (10). 3 - Il fallait dire cela pour tenter utilement un double portrait: "La loi et les moeurs " PARTOUT où règnent LA 1,01 d les MOEURS FRANÇAISES, la discrimination l'3cia.le Il'a {las droit dt" cité. Elle n'a même l)as lieu d'être interdite car c'est là une a·ttitude r;;i natuTelle aux Français qu'il n'est besoin d'au(' un règlement pour en assurer le l'es· pect. » Ceci est un extrait de la déclaration faite le 6 août 1963 pal' M. Seydoux, représentant la France deV'ant le Conseil de Sécurité de l'O.N.U., au cours du débat sur l'apartheid en Afrique du Sud. Mais alors que doit penser le jeune noire américain, dont « l'Express» se fait l'écho, lorsque, arrivant des Etats-Unis dans notre beau pays, il s'entend dire, dès le quai de la gare : « Dans deux ans, tout P.uis sera peuplé pal' les noirs » ; lorsQue, cherchant une chambre, il est en butte aux mêmes düficultés que tous les gens de couleur vivant à Paris ; lorsque, accompagnant une amie blanche, il se fait traite'r ct' « ancien balayeur » ; lorsQue, dans un café, un client bien intentionné l'avertit de « ne pas toucher aux femmes blanches », les Français n'aimant p aE « les cafés au lait » (( discrète » allusion à une descendance possible'). Voilà poUl' mieux définir certaines moeurs françaises qui ne sont peut-être p as celles de M. Seydoux. - x- ET ia loi francaise alors ? Ce,tte :fois, c'est il « Témoignage Chrétien » que nous nous référons. C'est l'histoire de Madame H., juive Polonaise, déportée lors de la dernière guerre, qui a perdU huit frères et !>oeurs dans le ghetto de Lwow (Pologne ) et qui est actuellement professeur de Lettres dans l'enseignement technique. A la Libération, elle opte- pour la France, se marie et a une petite fille, le 24 mai 1952. Ne s'entendant pas avec son mari, elle divorce. Elle' obtient la garde de l'enfant, mais n'aya,nt, à l'époque, ni logement, ni situation, clle accepte de laisser provisoirement l'enfant chez ses grands-parents paternels. En 1957, Mme H. veut reprendre ~a fille, mais les grands-parents interviennent auprès du tribunal' qui déclare : « attendu que celle-ci est née des rapport.s sexuels d'un Français ct d'une juive polonaise, et qu'il y a lieu de craindre que <'ette ' enfant ne connaisse en grandissant les douloureuses contradictions internes, .. que connaissent. t.rop souvent les êtres né!; du J\oIETISSAGE de deux personnes profondément düférentes par leur race, leur éducation première, leurs traditions et leur patrie...,. Les au· tres attendus insistent sur la nécessité de laisser l'enfant auprès, de personnes qui lui donne-rait l'éducation, les traditions de " la France, dont elle a la nationalité de naissance ». Et l'enfant est confiée à ses grandsparents. La maman n'a qu'un droit de visite. Mme H. fait appel, et pal' un quatrième jugement, le- tribunal ratifie les décisions antérieures . « attendu que les grandsparents craignent l)our la formation morale de l'enfant, en raison de l'antagonisme complet entre leur conception de vie, leurs prÏllCipes moraux et ceux qu'affichent la mère, complètement agnostique et professant un dédain absolu de la « morale bourgeoise » ... , et m!lintient la garde de l'enfant à la grand'mère, son mari étant mort. Dangers du « métissage », séparation arbitraire. d'un enfant et de sa mère pour le soi-disant respect des principes de la « morale bourgeoise », ces « attendus » évoquent d'étranges échos ... TRANSTOURS 49, Avenue de l'Opéra PARIS - RIC, 47·39 Voyages d/ affaires' et de tourisme DELIVRANCE DE TOUS BILLETS DE TRANSPORT - celui du raciste anti-juir actuel dan3 la presse" ad hoc" (11) ; - celui. dans la même presse, du visionnaire des rapports futurs entre blancs et non-blancs. 4 Sous Hitler. nazis et collabos se - faisaient, de la guerre aux juifs, une conception sans ambages. Au départ, l'existence d'une "race juive", sans patrie, inassimilable, pratiquant toutes les variantes du cosmopolitisme, depuis celui des affaires (les Rothschild) jusqu'à celui de la révolution sociale (de Marx il Trotsky) . C'était ,,l'anti-race", par contraste avec les Aryens (12). D'une telle doctrine, le pOint terminal était, logiquement, le génocide (13) . En 64, après Auschwitz, la maturation d'Israël, deux guerres coloniales - après aussi, ne l'oublions pas, vingt ans d'éclaircissements et d'actions au grand jour de la part des antiracistes, le journaliste antijuif s'est nuancé. A le regarder avec attention, il offre les particularités suivantes: - il nie être antisémite, soit qu'il se défende de vouloir le moindre mal aux juifs dans leur ensemble (14), soit qu'il étale, notamment en justice, son amitié pour les" bons juifs .. (15). - il distingue le u grand juif .. qui veut " asservir" la France (Rothschild, Bleustein, Mendès-France, etc ... ) du menu peuple du Sentier: il plaint celui-ci d'avoir à payer périodiquement pour ses riches corréligionnaires (16); il se dit même prêt à le défendre. - il considère les antiracistes comme des provocateurs, donc comme des fourriers de la haine contre le juif (17) : s'ils ne se mêlaient de rien, ces démagogues, et, bien entendu, si le juif restait «à sa place .. tout irait en douceur. Avec une coloration et un sens du folklore qui lui sont propres, Bardèche ne manque à aucun de ses slogans. Avant tout, il n'est pas raciste. Il ne sait d'ailleurs "pas grand chose en cette affaire,,: ses gUides sont « les règles de la nature et du bon sens .. (18) _11 s'excuse même d'un aveu qui fera cc SURSAUTER" (19) : il a, pour les juifs, une sorte de curiosité objective, même .. te' ~tée de sympathie " (20). A condition toutefois que les intéressés vivent en ghettos: il confesse, à cette occasion, avoir aimé les ghettos "à la folie» (21), tant il était séduit par leur exotisme. Bref: foin du racisme et vive la ségrégation: voilà ce que veulent «les règles de la nature et du bon sens ». la suite est de la même veine. Il s'attriste d'avoir vu la répression allemande, pendant la guerre. abattue de préférence sur les cc petites gens" (22). Et de la manière dont vint cette répression, il donne une explication à deux branches. D'une part, la cc pénétration juive dans la bourgeoisie et le monde des affaires" aux 19' et 20" siècles (23). D'autre part, la naissance d'une «sorte d'esprit impérial juif» ·(24), s'appuyant, du point de vue formel, sur la revendication «du droit de vivre» (25). Au passage, il n'omet pas de souligner l'erreur des dreyfusards, qui Cf enflèrent" J'antisémitisme : d'où sans doute il résulte, dans la logique de Bardèche, qu'il eût été plus sage, pour les juifs et pour les démocrates, de laisser condamner un innocent. 1 5 . Un ami me dit· "A quoi bon cette esquisse? Pourquoi faire à Bardèche de la publicité? Tu sais, comme moimême, que ni lui, ni Rebatet, ni Poujade n'ont la moindre audience ". A quoi je réponds: a) Que l'utilité de l'explication ne se mesure pas à l'audience, mais au risque d'audience, et qu'à ce point de vue, il n'est jamais contre-indiqué de souligner l'ignorance et l'incohérence de l'adversaire; b) Ou'il n'est pas non plus, superfiu de montrer la capacité d'adaptation du racisme (ici de l'antisémitisme), lequel, selon la circonstance historique, est violent (1940- 1944) ou papelard (1964) ; c) Que ce dépistage s'impose d'autant plus que Bardèche, qui veut les juifs au ghetto, les convie, d'autre part, à se mobiliser. contre les noirs et les jaunes, pour défendre, avec l'exemple des "blancs ", les purs Berrichons comme lui (26) ; d} Ou'il faut enfin que l'on sache, y compris au Parquet, qu'une certaine presse dénie leur citoyenneté à une certaine catégorie de Français, et précisément à cette ~atégorie qu'un sembiable déni contribua , il n'y a pas si longtemps, à pousser dans les chambres 13 Cyclon B. 6 Je ne m'étendrai pélS sur la " ques- tion blanche" : Bardèche lui-même confirme à sa façon , mOIl analyse de sa thèse (27) , Mais j'ajouterai ceci: dire « le blanc est en péril", c'est, en réalité. combiner deux optiques. l'une vise un rapport de forces: elle compare des masses d'hommes et le niveau de leurs techniques. L'autre. quel que soit ce rapport, considère la nature, amicale ou non, de la cohabitation entre blancs et tiers-monde. Or, que celui-ci ait accumulé la colère, qui en disconvien drait? (28) . Reste à savoir si, demain, les parties en présence dépasseront, l'une sa rancoeur, l'autre sa rancune. Ce probieme - le seul - les antiracistes l'abordent par l'enseignement de la compréhension et du respect réciproques (29). Rien de surprenant si Bardèche et les siens, fidèles à eux-mêmes, parient pour le pire - sous le couvert du " réalisme ". (1) Il Défense de l'Occident », décembre 1963. (2) Cet article est, dit la rédaction, « à suivre », (3) Dans « Nuremberg ou la Terre pro· mise )), paru en 1948. CL l'arrêt de la XI" Chambre de la Cour d'Appel de Paris, 19 mars 1952. (4) D'avril 1941 il. juillet 1943, rédacteur en chef de « Je suis partout )). (5) « La défaite de l'Allemagne en 1945 est la plus grande catastrophe des temps modernes» (Bardèche, « Défense de l 'Occident », septembre-octobre 1963, p. 4). (6) Rédacteur à Il Je suis partout)). Condamné à mort à la Libération, puis grâcie, et, aujourd'hui, libéré et journaliste il « Riva.rol )1. A écrit, le 6 juin 1942, dans « Je suis partout Il: « Je disais l'hiver dernier dans ce journal, ma joie d'avoir vu en Allemagne, les premiers juifs m,a,rqués de leur sceau jaune . .ce sera une joie' beaucoup plus vive de voir cette étoile dans nos rues parisiennes ». (7) Je parle des théoriciens français actuels. Sur leurs inspirateurs allemands, v. Vermeil, « Les doctrinaires de la Révolution allemande Il - not. pp. 248 ss. (8) Selon Bardèche, Dennis Eisenberg a publié sur les « prétendues internationales nazies» un catalogue « extravagant)l « Défense de l'Occident )1, déc. 1963, p, 4), Je suis personnellement incapable d'en disculer, n'ayant pas lu l'ouvrage. (9) « Défense de l'Occident", ibid. - Qu'en pense le C.R.I.F. et qu'en pensent MM, de Rothschild? (10) Ct. mon arlicle, dans D.L., 15 nov. 1963. 01) C'est-à-dire, en dehors de « Défense de l'Occident Il, « Aspects de la France)), « Rivarol )), etc ... (12) Vermeil, « Revue d'histoire de la deuxième guerTe mondiale", oct. 1956, pp. 19 ss. (13) Rappelons qu'avant même la directive de Goering sur la solution finale, Paul Riche écrivait, le 14 mars 1941, dans « Le Pilori Il: « Mor~ au juif! Mort il. la vilenie, à la duplicité, à la ruse juive! Mort il. l'argument juif! Mort à l'usure juive! etc ... ». Et, plus loin: « Mort! Mort au juif! Oui Répétons. Répétons-le. Mort! MORT au juif!». (14) Position de Poujade (procès de Limoges) . (15) Positions de Capgras (procès de Paris, 17" Chambre du Tribunal) et de Poujade (procès de Limoges). (6) Position de Poujade (procès de Limoges). (17) I( Fraternité Française», 22 déc, 1961 (article de Poujade). (18) « Défense de l'Occident n, déc. 1963, no 5_ (9) ibid, p. 7. (20) ibid. p. 7. (21) ibid. p. 8. (22) ibid. p. 9. (23) ibid. p. 12. (24) ibid. p . 16. (25) ibid. p. 16. . ' , (26) « Défense de l'Occident Il, mai 1963, pp. 3 et ss. (27) Voir mon article cité note 10. (28) Bardèche a écrit sur ce thème un morceau de bravoure dans (( Défense de l'Occident)) Il, sept. 1960, p. 9. (291 Comme, d'ailleurs, l'Encyclique « Pacem in terris )), 11"' 121 à 125. Quant aux gouvernements, chacun d'eux préconise la politique de coexistence liée à sa concept. io'1 de l'avenir des rapports internationaux. 5 • • Un combat plus que Jamais CHAQUE semaine, chaque journée, chaque heure qui sonne au cadran du monde apporte i' écho des contli ts raciaux, de la persécution raciste, témoigne de l'actualité du péril, de la nécessité d'un combat auquel est lié le salut de l'homme. A l'approche du printemps, alors que notre Mouvement est engagé dans la lutte avec une ampleur, une efficacité sans précédent, il paraît indispensable cie rappeler à nos camarades les éléments essentiels cie la situation en 1964, le programme qu'avec leur actif concours nous nous efforçons de réaliser. D'ABORD le chapitre, de l'antisémiti sme, I~ s'en faut de beaucoup, helas, que les pages pUl s-sent en être tournées. Les six millions de morts, la honte du génocide n'y ont pas suffi. Certes, dans la chrétienté une révision réparatrice est en train de s'accomplir, 110n sans à -côups, sans ajournements, PAR Pierre PARAF Président du M. R. A. P. mais de mal11ere si profonde que du jeune prêtre aux hautes' instances du Vatican la conscience s'est réveillée : celle des liens intimes, familiaux entre le judaïsme et le christianisme, celle de la respon' abilité de celui-ci en des injustices que les meilleurs chrétiens ont reniées et qui constituaient une perpétuelle offense aux enseignements de Jésus. La présence de nombreux prêtres, catholiques et protestants, dans les rangs du M.R.A.P . atteste cette pri se de conscience. Cet élan de fraternité marqué par tant de sacrifices communs, rien ne saurait le rompre. Rien et certainement pas les remous provoqués par le Vicaire. Nous avons dit ici les mérites, le courage avec lequel il retraçait une pathétique histoire que l'on n'a pas le droit d'oublier; nQ.us avons tenté de di ssiper les malentendus créés autour d'une pièce flui oppose l'opportunisme à l'héroïsme, la raison cl'E tat aux exigences de l'amour indigné qui ne peut plus garder le s ilence. Accueillan.t avec les . plus grands égards les réserve~ d~ certams de 1}05 Hcres chrétiens, nous' avons soult~ne notre volonte de trou- ACTUEL ver dans l'évocation du passé, des raisons <l'amitié plus étroites entre ceux qui résistèrent ensemble, qui tirent des tragédies d'hier des leçons d'union plm; cohérente pour aujourd'hui et pour demain. Mais les antisémites, prompts à saisir toute occasion de revanche, ne l'entendent pas ainsi. La lecture de la presse ouvertement raciste ou de celle qui n'ose pas dire son norii, montre qu'ils n'ont rien appris et rien oublié. Les uns continuent à minimiser le crime d'hier dans leur sinistre comptabilité de la mort. Les autres a ssurent Que les juifs ne furent pas' les seules victimes - ce que ceux-ci n'ont jamais prétenclu, mais ils ont été la première cible et leur proportion Ile morts fut écrasante. Ils leur reprochent de tenir tl'Op de place, sont gênés de les voir liés à jamai~' ù leurs c_amarades de la Résistance. Les mêmes qui disaient « lui fs , com1'll.ft1tistes, pas francais » avant de pouvoir appliquer le même régime aux francsmaçons, aux socialistes, aux républicains, s'ils n'osent encore justifier le massaCïe, attendent l'occasion qui heureusement ne semble pas proche - cri se '~conomique, tension internationale - pour se dévoiler. LE raci sme antinoir appelle une vigilance aussi attentive, aussi directe. 11 est inadmissihle que les' ouvriers, les étudiants d'Afrique Noire et des Antilles (ceux-ci subissent actuellement des épreuves dans lesquelles, par delà la diversité de nos conceptions sur le statut de leur pays, ils savent notre affectueuse solidarité), subissent une quelconque lliscrimination dans notre P a ris, dans notre France. Tl nous paraît inimag-inable Que des hôtels', des restaurants osent refuser leur clientèle. Contre cette atteinte à la moralité nous monterons une garde vigilante. C'est le M.R.A.P. tout entier qui se sent blessé à travers eux. Si notre action se fait plus attentive, plus exigeante en notre pavs, à l'échelle de ce Que nous sommes ~n droit d'attendre de lui et de l'amour oue nous lui portons, nous reg'ardon8 avec inquiétude vers tous les autres points du monde. Vers ce~' Etats du Sud où Tohn Kennedy èst tombé. Le combat pour l'ég-alité, pour l'intég-ration constamment se renouvelle. Dans les Universités, où le boycottage organisé par des racistes blancs déshonore leur jeunesse et leur prétendue intellectualité, autour du bureau de vote où un nombre encore infime de noirs' peut exercer ses droits. Vers l'Union sud-africaine qui a consacré la ségrég- ation dans sa Constitution et qui apparaît comme une des dernières citadelles du colonialisme avec ses « réserves )) noires, avec son odieuse interdiction de tous les contacts humains. Et comme les conflits nationaux, relig'ieux et raciaux ont toujours été intimement imbriqués, de violents conflits continuent à se produire chez les peuples récemment promus à l'indépendance. A Chypre où Grecs et Turcs s'entredéchirent et n'entrevoient plus que la solution toujours regrettable de la partition. Au Ruanda qui est le théâtre de sanglants combats que les' anciens coloni sateurs voient sans déplaisir, aux confins de la Somalie et de l'Ethiopie, de l'Inde et du Pakistan, dans ces nations arabes ùont l'antiisraélis111e s'élargit aisément à l'antijuc1aïsme. LE Mouvement contl'e le Racisme, contre l'Antisémitisme et pour la Paix n'a pa::,' il prendre parti dans les différends nationaux. Mais il n'ignore pas que chacun d'entre cux a des origines et des implications raciales, qu'il est aussi ais-é de les exciter en réveillant les instincts cie la bête huma ine, que de les a paiser suivant les seules règles de nature à assurer la paix : solution de tous les ('011-flits par la négociation, rejet de tout recours à la violence, dénonciation de t01/S préfugés raciaux qui ont commencé de tribu à tribu, qui se sont étendtts de; peuple à pettple, de blancs à honltnes de couleur. Toutes les fois que l'esprit de paix est g-agnant - nous l'avons éprouvé depuis l'admirable dialog-ue Kennedy-Khrouchtchev qu'a suivi une détente dans certains malentendus au sujet des juifs d'Union Sovi étique; nous l'éprouverons à l'occasion du rétabli ssement des relations diplomatiques franco-chi- 110i ses _. le raci sme est en recul. Nous avonS' salué récemment sous la Coupole, ;l travers les discours de Joseph Kessel l'israélite. d'André Chamson le huguenot, la victoire de la fraternité résistante qui était la victoire de l'antiracisme. Au seuil <iu printelllps de 19G4. la tâche est immense. Ceux qui s'y sont clédiés dès leur entrée dans la vi e. les jeunes qui avec tant de courage et de lucidité viepnent au iVI.R.A.P. le!>' assister et prendre la relève, saliront meIH'I' ce comhat cli g-n<, dl' leur soir et de leur a urore, Les ne, o-naZI.S a\ Paris « LUI » IL E cc Parti Prolétarien National Socia· liste 1) et sa section réservée aux jeunes, la cc Jeunesse Vic king Fran· çaise )1 se réclament de l' cc Internationale Nordique Prolétarienne», 1'une des bran· ches de l'internationale néo·nazie, active surtout en Grande·Bretagne, au Danemark et en Suède. Le numéro de janvier du cc Vicking », qui porte en manchette, cette formule: cc Ar:yens de tous les pays, unissez,vous)l, fait état de sections existant aussi en Alle· magne, en Autriche, en Belgique, au Portu· gal, en Argentine, en Union Sud-Africaine. II résume ainsi leur mot d'ordre commun : cc De Jésus à Rothschild, et de Karl Marx à Martin Luther King, ,'llOUS avons 2.000 ans de déclin aryen. Contre les artisans de la dégénérescence européenne, contre les papistes, les dégénérés latins, les capita· listes, les juifs, les Chinois. les nèg:res, pour la domilUltio.'ll mondiale de l'homme aryen, rejoignez l 'Internationale Nordique Prolétarienne )1. Cette feuille expose aussi les 12 points de son programme. Dans ce charabia démagogique familier aux fascistes, nous retiendrons surtout la revendication d'un lC ,régime directionnel-commulUlutaire, ouvrier et paysan, sur la base dictatoriale d'un programme socialiste et raciste)l, la cc sélection d'élites biologiques)l, la cc mon· tée de cadres nouveaux sélectionnés biolo· giquement et eugéniquement », la cc lutte e:r!tre l'espèce germanoïde et [es races mon· godoïdes, nég-roïdes et sémites ». Dans un autre article où le nazi améri· cain LinCOln Rockwell est traité de Fuhrer d'opérette (car les différents groupes nazis se disputent la clientèle) on peut lire : cc La révolution natiolUlle socialiste mo.'lldiale se déclenchera au centre et à l'Ouest de l'Europe, c'est de là qu'elle s'étendra aux territoires aryens d'outre·mer : U.S.A., Canada, • COQUETTE, AVEC ÇA... - «Corn· ment les gens réagissent lorsque je porte ma swastika (cro'ix gammée) incrustée de diamants à l'Opéra? Ils me regardent comme des bovins. C'est un joaillier pari· sien, membre du parti, qui l'a façonnée. N'est-ce pas qu'elle a fière allure? .. -. Ainsi s'exprime Mme Jordan, ex· Françoise Dior, qui a épousé récemment le .. fuhrer" des nazis britanniques. Ces charmantes confidences ont paru dans la revue Suisse .. L'Illustré" du 23 janvier. Australie, Union Sud·Africaine ... Il est dit encore que cette C( révolution nationale· socialiste », doit être cc centrée sur une pacte de fer franco-allemand» et s'ap· puyer sur certains pays arabes (qui, sans doute, ne sont pas peuplés par des sémi· tes)... Elucubrations sans portée? Réalité pour· tant. Ces néo·nazis organisent des réunions à Paris, à Marseille. Ils publient leurs noms, leurs adresses. Ils mettent sur pied une infrastructure clandestine, comportant, r'.isent-ils, des cc équipes zéro )l, ainsi qu'une (C sectio.'ll spéciale chargée des missions particulières". Ils s'efforcent de recruter des fidèles, et surtout des jeunes inconscients. Leur journal, diffusé au grand jour, est affiché systématiquement autour de plusifOlurs lycées parisiens. On aurait tort de hausser les épaules devant l'absurdité de cette propagande, car ce sont exactement les slogans hitlé· rie,ns et, l'on sait où ils ont déjà conduit. Les circonstances aujourd'hui ne sont certes plus les mêmes; elles ne sont pourtant pa!; tout.es défavorables à une telle agitation. L'outrance des écrits du C( Vicking» fait pendant aux excitations à la haine que l'on trouve sous des formes diverses, pour Il ne manque pas d'audace! Pou l' recruter des adhé.rents, le cc führer » du Parti prolétarien natiolUll socialis· te )1 n'hésite pas à faire du porte à porte en of· frant sa carte de visite. Il y a quelque temps, il se pré· sentait chez l'un de .1WS amis, qui le reçut comme il convient, et qui déchira cette carte. Mais se ra· visant, notre ami en a recollé les mo.rceaux pour nous la faire par· venir, afin que nul n'en ignore.

.

d'autres publics, dans toute une serIe de journaux fascistes. De cc Rivarol )), à C( Défense de l'Occident »), du cc Charivari» à C( Europe·Action )l, d 'ci Aspects de la France)) à cc Nouveaux Jours)J, de cc La Nation Française)l à C( Ecrits de Paris», pour ne citer que les plus notoires, cela fait des dizaines de milliers de personnes intoxiquées régulièrement par le poison raciste et antisémite, préparées à accep· ter ou à pratiquer des discriminations et des violences. C'est pourquoi les antiracistes exigent que des mesures soient prises par les pou· voirs publics, pour mettre rapidement hors d'état de nuire les groupes néo· nazis , quels qu'ils soient et leurs publications. Il y va de la dignité et de la sécurité des citoyens, mais aussi de l'honneur de notre pays. Que sert·i1 de parler de démocratie, de droits de l'homme, si des hommes, chez nous, sont ainsi bafoués, menacés, à rai· son de leurs origines, de leur confession, ou de la couleur de leur peau. Outre les poursuites et interdictions qui s'imposent d'urgence, l'adoption des pro· positions de loi présentées par le M.R.A.P. au Parlement et déposées par trois groupes différents de députés, apparaît plus que jamais nécessaire. "WY~~f f: • aussI Lui, c'est une nouvelle revue destinée spéCialement aux hommes, c'est-à-dire qu'on y trouve des articles sur le tabac, les automobiles, la pêChe au saumon, les cc Mésaventures de Casanova n, le tout assaisonné d'une pOinte de pornographie, juste ce qu'il faut pour allécher sans encourir les foudres de la loi. Le commerce a ses droits, et nous ne dirions rien contre Ices exercices de dpshabill age, s'ils ne mettaient à nu, aussi, dans le numéro 3, d'étranges formes ... d'antisémitisme. On y 'voit uu récit de l'assassinat de Kennedy fait dans le style (C roman pOli· cier », et qui ne déparerait pas les colonnes de Rivarol. Reprenant les thèses des nazis améri· cains, l'article insiste lourdement sur le fait que RUby, le meurtrier de Lee Oswald, est juif, et, par une généralisation audacieuse, se lance dans un long développement sur les cc tueurs juifs Il : « Tout le monde sait que tous les crimes commandés par le syndicat du crime, donc par les Italiens ou les Polonais, étaient, la plupart du temps, exécutés par des gangs de tueurs juifs. venant de Brooklyn. C'est toute l'histoire de (C Murder Incorporated ». société anoTlyme pour assassinats. Il Et, sous l'intertitre : (C Pourquoi ries tueurs juifs? », l'auteur insiste : « Des tueurs juifs , oui, c'est une tra· dition .. . Je ne sais pourquoi, mais c'est prouvé par les stàtistiques. La plupart des tueurs à gages du syndicat du crime sont des petits gangsters juifs. Ce que je veux dire, c'est que ça colle si parfaitement, que c'est troublant... Il Troublant, en effet. On se demande quelles conclusions peut tirer de ces affirmations fielleuses, présentées avec une apparence d'objectivité, le lecteur moyen - très moyen - de Lui. L'auteur de ce morceau particulièremen viril? Philippe Labro, reporter à France· Soir, dont Jacques Lanzmann, directeur de la revue, a pieusement recueilli les propos. Etrange, n'est·ce pas '1 ... Les Tropis parmi 1 nous III V RCORS •• « Ma définition de l'homme • racisme ••• ,ET si l'on vous a emondaÎt ce que c'est qu'un homme 1 •• Un homme? Vous voulez que je VOus définisse un homme ~ Rien de plus facile' ! Voyons .•. un homme, c'est .•• heu ... un homme ... mois c 'est YOUS, c'est nous, c'est moi, c'est Londru et Nopo1êon, c'est ... souligne l'absurdité du Je souhaite qu'on en discute » El ,"OUS i> Tlllmérer nUnl;iine VOII;: I)rêt, tous I ~s dan!'; vot r~ (3,llbaaas. à individus de la race MaiS Ilrencl gairie 1 Les évidences sont PGrfOls trompclIsp.s. Et momre du doIgt n'cst pas dtifinlr. la question reste p\Jsée : essayel d'y repondre SI vous sondez vos souvenirs d'école ou de loetures . n SI:! peul que VQUS vous rappeliez • l'ar l'h dl'ssins, c.\'t l·ule.~ rIt 1671. lu 11t"ilUrc e h:.rlcs I.e nrun ,'uulut mon· trl'r que les hommes. pa r le ur» Irai ..... , pOll\~ ie h' rcs.'icnlbit'r soul"t"nl i:. de!! I .. He~, I.c ~ "i~l: u tjue nous reprodui, sons én.Jqut·nt JII. chrvrc (cn hallt a droitf') : le porc, Je n murd, hl vache (,\ gau';ht·, dl' haut cn bas), }:n pre, mière ", .. ~'e Idc haut t'n bas) ; le c heVII. I, roun;;, le mouton. , t.e philolWphe grec nommé Di(Jgène . celui qui habllalt dans un tonneau et cherchait un homme avec une lanterne en plein Jour. On raconte que. Platon ayant défini I"homme comme .. un animal il deux pied!> e t SIlOS plumes .. , Diogène lAcha un jour devant ses disciples. un coq complètement déplumé ~ Voilà, dit-il, l'homme de Platon! ". Ce qui nous ér;leire. certes. pas beaucoup, sinon sur les vicissitudes des affirmations Irop simpllstes_ Approcherez-lious de la vérité en évoquant le .. rOseau pensant.. de Pascal. le " Dieu tombé qui se souvlont des cieux .. , de Lamar· tine. ou le " méchant animal .. , dont parle le Misttnthrope ?. Ces réminiscences li ttê raires vous fe ront oscillor entre l'ange et la bete. Même multipliées. elles ne vous apporteront 1\lIn8 doute que de~ données approximatives (lI p<lr tie lles, souvent partiales, toujours ..:ontestables, . Une définition de l'homme reconnue valable par tous, on ne peut guère l'attendre noo plus fies religIons ou des philosophlos diverses. MatérIalistes et ideal ls tes, pourtant. s'enlen· dant sur cc qu'est un t riangle isocèle, un arbre, un oiseau ... Est·il inconcevoble que I"homme. de la même façon. se défInisse IIvec uoe e ntière ohJectivlté. qui recueille une <'!pprobotioo unanime? Votre suprême recou rs sera le diclionnaire. (;onr.eutré de loutes les scie nces et de toules le:; sagesses ., Prudent -'_. ou fidèle 11 une mê thode éprou· vt!e • le petit Larousse voit en l'homme, ni PiUS ni moins qu 'un ... .. être humain _. Précisant ensuite les caraclères spécif iques de I"espèce humaine, il é numère: .. la S1ation verticale, les dimensions considérables de sail crime, e t, par suite, le poids de son cerveau, enfin le langage arl iculé _. Mals l'encyc!opê· die Chlillet retient, elle, d'autres traits: de son 110Int de vue, l'homme est un • animal m';f1\mifé re, bipède et bimane, moral et s ocial, doué de raison et capable de langage articulé ". Ouc choisir? El le rire. où Rabelais découvrait ~ la propre de l'homme . 7 .. Nous voilà bien embarrassés. Faut·il en déduire que la science e lle-mëme n'offre pas de réponse satisfaisante '1 Peut·être, dira·t-on, n'esl·il pas possible de définir f"homme. et pas utile non plus: il a vécu des millénaires sans formuler exacte· ment ce qu'jl est. mals il n'cn existe pas moins - toul comme M. Jourda in r,arlail en prose sans le savoir, Pourquoi vou oi r modifier cet élat de choses aujourd'hui plutôt qu'hler ou demain '/ Eh bien, en tout premier lieu. parce que M. Jourdain ne saurait être un modèle de bonsens et que la confus:on, l'ignorance, ne favorisent nullement le prog rès. On Mtil mieux sur des fondeme nts solides. Les droits de I"homme, I"égalil ~ des hommes : ces nutions "0 seraie nt-elles pas moins aléiltolres s'il c xi:'ltllit une définition irréfutable de ["homo me ? Et puis, voici un fait nouveau: l'occasion nous est donnéc. Justement aujourd·hui. de réfléchir il ce problp.me , li ses mu ltip les implications. C'est le mérite de Vercors oe nous y inviter par sa pièce au titre Insolite: • Zoo, ou l'assassin philanthrope . qui commence sa carr ière au T.N .P. On y vetta un tribunal britannique (préSidé par Georges Wllson) s'Interroger sur la nature des • TROP!S". dos êtres inte rmédiaires 3ntre le singe et l'actuel homo sapions, découvert un beau jour en Nouve lle Guinée .. , Faut· Il les meUre l'Il cage ou ell faire des é lec· teurs" Pour l'Il décider. après la confronta- • • Trois sur la opInIons définition de Uon douteuse delS savants. le Jury devra s'employer à cetle lâche ardue et sans précédent de tracer 1& limite e;.:acte qui sépare les hurn<lins des animaux ... Porter sur la sr.ène un tel débat demandait beaucoup d·audar.e e t ron aurait pu craind re lIne oeuvre savante. dogmat ique, voire en· nuyeuse. En fai t. celte " comédie judiciaIre, zoologique el morale .. est probablement le

'Ipectacle le plus réjouissant le plus tonique,

le plus savou reux que l'on puisse applaudir à Paris. Le t;.llent, r humour profond. rhuma· nisme de Vercors ont permis cet c tonllan t oxploit d'allier le me à la rccner(':he phi loso· phique. de 1l0 US amuser en nous enrichissant. Grâce tI lu i. CêS prochaines ~emaill es . des milliers de Pari s ie ns tenteront de répondre à la question. qu'os t·ce qu'un homme? Q u LQVES fOins m··lml la prel11 iere .. Zoo ", Verc:ors (1 hie" l'QIIIII 1 ms r ecevoir' dWI.o; l'appflrt~lIle lll où. il s st installé. IlUll 10ill tl'l l'alais de Cha lot pour suivre plus tH\~I1lCIil les rép tilions quotidien/le:., JI HOfIS a flIpp el d'abord fa genê:.c (h sa "i"("I' - T t a commencé avec f Le Silence de la M )J quc j'ai publié danJcstiIH,'UlCHt. liOU l'o' jXl.l;on, aux Fditioll!- ,Je :\t inuil. Ayant t cc livre jc me <>lIi:. demandé par qu chclll.inel1lcTlI. pOlir (jllClln ruis0l1s, moi qui ':tait racifi'll' CI l;uelq\lC Jleu llihi lis! r- a V' la jtl":'TTC', j';l,'3b pu i!"cmlrc une tell JlOEil~ ('t pattlcilJf:r Ù la l{'·'ü~ · t:looe. qui m'", conduit ;; me poser ,k, (l utelitilJn !lIT" h n:ttl:rt' <.le l'homTlle ... Et pu à caUS(' ,lu , Silenc:~ ,le la M(".f , . j'lu étç vlté, la gUlnc fin ie, ÎI fl1irc tU tournée (" CQllÎê rcncl'S CJl :\lIrnmf:ne. Le ~ ) el111 e! IIr.maml!O :'l qlli ie parl;tis SOU11;,i t1lit'nt {J l' il' leu r fa~ ... compr("l1(l1'c 'll1C:llc l\l"ait et': leur erreur, cc flu'i ls ~IUr:liell t di> fain:, comment ils (levaient désormais I;e \:orl1porter. Je leur Ji~:tis qu'il leur Ta lJait ~e considérer d'abord comme des hommes iwant (le ~e COllsiflérer comme des Allemands. Mais cela ne leur p:\Tlüssait pas très clair. Jl$ Técla1llai(:nt des c... . plicalion~ plus prêcis~" POIlI' km rélXlmJre, j'ai e <;Qyc d'approfon dir t d tc notion d'Homme, de forJllukr cl'ulle façoll ral iOllnc1le k~ obhg-ati<ltI-;; mura le .• qui dl:eoulcnt de J'al'pmtenallce :1 1'C3.pècc humaine.

\Ior~ j'ai I:unsult,; IleS cn9c1"pt~hc" ,I~s

" u\'t a~< ~ icn'iîi(]tl r.S ct p)liJ')M l?hiquc~ : j'ai eu la ~\lrpt'Ï H~ de rJ'·coul'nr... qu'il n\'xi~ t ai t va s de (Iéiinition dr. l'Imnillw l'ut" la(j\:dk un accord unani!m: ~c ~(Jil jamal~ n:ali lÔl:.,. 1\ ;'a~i"s.1it (l(nIc. en qudquc IOrtc. c1·inno\"~r. \hos lIIedi!;Ition."l ont ;,1)OlIti il cette "IL-<: frllld,ulIcn t .. 1c de rclulliol! I:e qui G, 1'act(' ri~, ' l"ll<JnmH': c\'st "Im ('l'I ", ,~'it io!1 - con __ ciente ou illCOl1scientl~ _ à la llature. alor .. que l'ani mal, au contrai l"ll!, lII 'y ~oum('\ ~:11\ ~ examen; c'est lé iait (Iu' il nt l'accepte pas Id qu'il est, et quc l'unicrs lui apparaît COllllue extér ieu r â lui. L'animal fait If" II\'tt la nat llre, l'homme fai t del/X ... On a qt,ld queîl)lS (XI1l{oll d\~.cettc r<,brll i('1! arec la "cvolte de Call1 u ~ . C f'~ t une fau, ~(' I"~.~~m blan ce, car celle-ci est \Ille aUitutk

cn~i Ille!1taJ(;, t"lIdi~ quc, pou!' moi, la n'hdllOll

c~t I1ne: c()nstatation objL'Ctive, ct clic cxllrmle lIut! \'olontf, un besoin qui dOline. naiss.1nce ;i tout c.e qUI' nou,> nppdoH~ ImulGIIl . la sci<:llt:e d la rdi,::::iOll, 1::1 li1:l<:l"t t,. li • . in .l icc, la techn ique. le pl"{l"r~s ... Ou en r('r~' u définir .. .. . E,; H)'=;O. V"/"L·Qr .. pl/bliait Ic rùl/II(1l ,k .!I!.f rech erchc.( ,lall.! 1111 r.uai : , L,t SI:'!! - fion Humainc » lm If te J'IIII n:Cl/cil illlilll_ ------------- ------- ---------------------1-- - - ---- ---- -------------- - - - - - - ---- - - --- l,! ~ 1'Iuti ou Il\oin" HOIH/Uc li Plli .. ce 1 flll, ('Il Irl.:;J .. I ...... s AnimallX n ~~atl1r;~ . Jean DESCHAMPS • • sur le plan humain et R EPETITrON dt:: • Zoo •. Le plateau, trouée de lumiCrc . prend cles allures dt: chanl it-r: dC\<lllt Il' u.!cur des " En la nl~ du Soleil ,. ( toujou rs à l'affiche l, des ba ncs ct des chnbl'l'o rudimen taÎres. où les aC h::urs, l'n \'c::. tc ou pull O\'er, Sont assis cn désordre; des ('s trad e~ do:: bois grossier, dont l'une, uu Cl'ntre eS I, occupée par Gco rgc ~ Wilson; une ~orte de Irdcau, où .<;'uppuic un 110Ilîme crianl ~ t gcsticulanL ; cl puis, aux prcmicr~ ra ngs de la salle, des groupes d'assis tant s , de techniciens, il de,., tables s urd e\'f-~S qu'êclairent de p\!t itt's ampoules, la souffleuse deboul pr~), de 1.. . rampe' [cs électriciens indslD!c<; mai" p rést! nt s, que l'on intel'pelle ... POli!' le public. dan._ qU'.lq l\CS Jou r s. Io~ piéce ~voiuera sall.~ à ·Ç-ll llj)S. _"CC na.turel. Mai ... ici s'uccompllt un rudr- la bt:ur coUeo.:_ tU, (kmandant un effort de tou:'ô I I"_~ htsl3nts. Arrt'ts. rcprises. conciiiabul~, essa is repe· té5 : chacun s'appliqu,=" a\' 1<{: lIn~ (' x ig~nr.r, (ie()r«es WU ,SO~ : le juge Drapor (Photo Pic) Vercors 1 l'igU1(~ lIs('. 1\ m,Li lr i~er SOIl corps, 1~ inflexion.,. dl' SIl vuix . à h(lrmoniser se~ p:e.. l (.'~ avrc teux de; a utres ... Jean DI.'scllamps. le foularü grenat en bataille. interrompt d'Un mot une tlnd", In\lw mt. il "rWl(1es enJcluIOIèCb }""SC<lhtr monta nt. ,\ la ."c(:ne. mime et commente devant racteur les (l ernic~rI'S phrascs. sc place à ses eûtes. Ir. I;cruLnnt nu rt:A tlrd. pendant que celui-ci reprend le rôle... Georges WI1SQID ue"..·~·nd d,m~ Id s.llle pOur VOIr 1 erIC"! pro, Ilult . f a l l UIlI'! remUfljUt' ... Vel·cr)r.." qulUant • "\G r! si égr. Ir rejoi nt 1'1 dl~\lte avec 1111 Ull rid'l il (1\1 rliu lugUl Pendunt pl:.!, dc trois heure~. ainsi. II~ jJc)UrslllvrO:lt tous cn:w.nlble, U\"l'C un pa.~ "'lf:unc'c voluntl' dl' mieux foire. cette c rf'O· thm ronlillm::. Et, victoin'. d'hl'ure tll heure, (le jO~I - '~I\ JOUI". les sc(:ne~ ~'Im\)rjqlle mnl l\W:1' !JI\lS fil' !Jr~ cH;ion les unes dans I~· ~

outres. kul' 0::11"1"1: COlllmUllE! f1pparaitm pl\l~

Idléren:c. plu!! pnrraite. polir notre phil· ~ir. .. A l'ht'ur t; dll calme revellu, l!llidis que les nu\"~ ; ('r;; rcmp.!bient au point le neeor poll~ b représt>nUllion du soir, que les ~IC':~;' j dc;' n~ régWil.nl l'Ol':elllatlon de~ proj ~teurl'i. alJré:; lin Inng d~bat sur les prQbI.,mej; dt: llOuoris31ion. .J.;an Deschamps S'est al'." is dans l'un Ile ces fauteUils qui seront bieillIil envahiS p~lr la foule, et nous aYon ~ pU lui pnser ['Jllelqlles questIons. - PouI"{l,UOi avez·vous cl10Jsi «. 'Zoo .. ? de monter -- l'arec qU'II s'!lgit d 'unI!' pjoee conl.em. poraint'. et d'une bonne pi«e. Réali""r une plèee cla!j.ljiqutl, c'esl Cn quelque surle ru· tall Tcr un l'i('ux ~hleau . On ne peut ltu\':re innover, shn pl,~ lt1cnt ehl'nlfCr le radre ... Tandis que. pvur ('ette eréation, nous ploa kC()nS dans la réalitti, danS la ,·ie. " 1..00 " ahorde 110 lIroblème p;trtiellliê.rc mCnt I{ra\'e, ce 'lui ne veut pas dire qu c'l'si ùne pièce t'nnu)"ellse, ni sentent:leUIit' ni mOTII.liJlatrlee. Ce quI est tilervelileux tempS « Une . , plece sur le plan passionnante dramatique » Sur le phl ll (Ic l,a m i ~ en &;(,nc, crtw pi 1:'. pQSc·l-elic dc" problémes parllellliers - .:lIe I.~e des proltUmeli inkre$Sôl lll'i d l! dra.malul'fle, l'tais L'e n'e.'!1 pas ce qui m 'a r('~Ctlll, ear t·cla. ,, ' ('st Il' t" llé rormd. Cc qlli u t p81Jsionoanl. (, 'e~c son eonlenu. F.t ;1 partir dt ceth, matièn', nous I\\'UIIS, an,: l'autcur, élabore un ~ ptujt..~ tion scimitj llc qui ('suie d· "trc aussi IlIllderne, tL'dlllique· ment N dra nmliQut'nwnl . 'I ut' l' l'si le ~uJf':~ lui-mc;me. " Zoo " m'a sédu !~ orrrc au ~lI c"tatellr de~ lI"r ~ t· ,!U", Vl\r( ;(\rs lIa roI .. " hicn rflisall' ,'1 ain~ I]ue nous l'ulri,ms dans Ulle periOde où 1(' ra('hme 1l' " racisme MUI& le ' ·OU· loir ", parfui.~, «II1IUII; 1(' dit un pcrSOltntlgt' dc 1:1 Jllê"r. - risque d-oppost>r \'iolcmment dt's );rtl upl'S humain:!>. Tout l'l' Qui puurra t'Ire r .. ii pour mettre "" ):"I\ rd(' ll's hom mes ('ontr(' les p{'(.Îjug(.Îs doit l't) l' tcnt,: avec la llius s-randt, urgcnc". J" ne l'rois pas O(l,~ (;(' iléau w U " naturel ... Je pcn.q' Qlle l'humme e ll général (:st he,,, '" al t ruiste, Ula lGré t01i1. M>l I ~ k ~ Jlruhl( o llI es démoJ(raphiqUI'S, politiquU, &:on()· miq" C~ ~ont tr"ll sOlln'nl fa us.~és , l't a lors. Pen(lJlnt une répéti t ion. De droite à 8~u cht" . F,rnmanul'l lll:' R1VA., Roger MOLLIEN. Lucien ARN.4.UD, J ean l'I.ARTINF.U.I (Photo Pic). teli il tra \'('r ~ ,·alallll'. unc arl'hiledtsrl' thé:ÎtrllJe JI l'st fafile d'aUaqucr le raci.,me. Toul le monde p4!lIt le r .. irt. "failli il .... ' infilliment rare dl' IraU"er UII allteUr /lui ~ehe Ic ffllrt; IJa n~ c"S$er d·être comique. Or, Ta pi ~ee Cil! .~all.'; ce~S I'! comique. oeu,'TC d)'MI,mique , où tOll$ les personnages Nont con5lruils, pitture\U{ues, une (puue qUI résen'e de kr . .. ds effl' Is seèniques, 'III; n'ont rien à ,'oir :III'~ la " ,rande mi.'<e 1'"11 St'ine n, H n'en &tint pas moins d'une dliradh! eXIr" aordln ai r c, il~ donnent n'3 J;;sanc~ aux haine~ rada.les. Il faudrait les re~oud rc ava.nt qll'iI~ n'ail'nt tourne l'erS ce malheur.,. Si 1o1liS 1e.1j homml'!! de L"t terre s' uni5Saient pour \'alnere le L1isnet'r, la Icuc,-emÎe ('1 ",us nus ennemÎs ,·érilnhley. les rivalité~ qU'on pousse au prcmier pian deviendraleut sc~ ondaire~ ... Maintenant. toutes ICI> lumière$. ou prf'sque. se sont. éteintes. L'immense ChaillOL est plllngjloc duns l"ombrc Sli IlC dc (lt le ~, - ml Il rcprcllaif le ",fille prnbUme SOIf.f {(I fOl'm( d'lfll rml/,m. C.· lir'rr /1 (II If/Ir "ri/hw!r ùln ·ihr. 1(1111 Cil Prallet' 1/11 ; f hr~ ".q t'r , ,J n, ~11,l r/",·. dr l"tlIlnù \()~J , . .HI 11'0.rlll clwlI fu t <1,'.\"/.'1110: COIIII/II: (, 1_lVre r/u IIIoi.f ,:t o.ilX Etau,Ulli.'. Ct qui ne .'"'dail III'mh~lt pOJ~r OlfCllIIC (llftrc G'I/Vr<! fmn((lùt de/tuu la fin de la yuan:. C'est Sur le thl._ Ille du rom(ll! ' I",? la pihe li ilé t'critt'. Lïdie d'écrire celte IIièce. umlJ ,hl 1· ""co rs, m'dait ,"{'nue 'krmis lIll c('Thin t,elllp~ et j ' cil aY;tis él~b o l" é ulle première ('ballche, c:lr c('-s dernlc'!res 1111110:('>'. cinll

Idaptation;; 'n'aient l~lé préplui ,'s "Il A
niriq~

e mais aucune n'avait pu voil' Je jouI'. J'al compris (]U' i1 était trOll di îî il'ik ,1(, l"on~tr(1ire unc pièce jouable Cil part~,l)t ,11 )"<.'ÇTc lIlcnt du ('orn ~ll . Il fa ll.1it concc\,,., ir llllt 'clI,'rc Ilourdk. COlllnl(' :I \ll ('ll1" pilis qué ('("I\me adaptatenr. J (·:tn lJcschalllp.~. <lui <;;l\'ait ' 11lI' ,';\\.,i . cctte éhauche de l,iL"{:C dan" Il'0 fji"ùi r.~, ' l, " pris conna i~s:,!l cr. ct il '" dt:ddê de 1 lllonter. J'y ai donc â nom' cau , ra\'"ill .. ·. ~(lU'· sa direction d'ho1ll1l1(: dl' Ihéf,tn:. et d l" a cté iOllèe pour la premièn! fo is l'an ( ~rn i{'r (Ianr dl'S festi vals <k I)!ein air. il Car("a~!.<>I I1l(, ct ~l:lIl s (l':mTr..-" vill("", du ::'.I i_ -Ii ... - V" tl"" ,h'!im'tirlll de l'IlQml/ll', Cil J"()))Illl l', rie'." )·(iit fOII"l? raccord dc 10111 le monde. .1 -I-clk d/ ((lIIlcstée ! - Elie n'a J'-1 ~ donnf lieu il Ile \"fri tahl~ Ih scllssiollo;. De nomhreux a rticle!' ont pam. Jl<U cxemple, S\1I' mon recueil .. Plus ou l1lni Tl ~ nommr. », m;lis la plupart 11C f:l;~ ai('IH <111Cl11](: all (1 ~i on ;( l\~.%a i pbc" : 111 dt~ll\lt. Quand /Ill (:11 parlait, c 'I'tait va~~(1(: lllCnt, s.olllS jau;.ai!- ~,' prDnOnCl'r sur Ic:s idée.< (IU(: j'avai:; :\'i·;.mel-(·~. De lII !!1 ll1', â PWI)()l, des., Animaux Déll:lhnl-s :t tlI l n îait l'or ter les ;,rtic: , ~111" la F"n ll(' ,lu nllllall î,hh IIUt .~Ilr SOli COIllCllt1. J'Hi 1"I'Il<':Ol\tl"l:' <!<'- ohjections, hl'urClIs{'. l'omt. chez 1c.' :U\tlll·opC)logue.~ dont j'avai ~ 'dl(cit(· l';,,·i, . J I' 1W\lSr. <lu'ils ('Il\·il>a;.!:l:nt le: IJr"bl ,~m(" i, l'r.lI\'('r,,, 1[,,' déclarent JUil/will Iflnl Cl' qUi' ~" iT le 1l1;uJllll ifàc :lJlpc1,; JWIIl<l .mpir!l.' (m;i\~ li k\lr ( ' ~I l)r"ti~11U:llWllt \lllp()~~ iJ,k ,k .:UilJil' ce1ui-t:J ;(VCC préc;~ion , de din·. ~ur la ha,{· de l';'·twle ;eo ()lo~iqu(· . où fillit II: sil1;':l' et (Ilt com mCl\e~ l'homme). I\ U nllltrairc. C'C~I 'lCur la J.:H,e fIe cc 'lni .li ~l ill1-!"uc l'lloctlmc clc tous les ,tI1illl<lUX qu'il fallai t. ~"(": ()n '\loi, rléf inir cc (Iu'on :ll'pd1t'huma. in. Il nI(' ~emhl t! qUi:, de toutes parti;, lm h~site il ",' llronO!1(:cr parce <11t'on s 'int('r_ Tll~e !iur le" consélluences possibles de Ct~tt(: ,Iéfinitioll. Lc croyant. le malêri"listc: ~'e oelll;lII(/cnt si cite tiC donnera 1"1;1"; <llld'IUC

!\"antllRe ;1 l 'a,lve r s~,ir('. T Ol1t le lI1()IlJe jJ.1-

rait IlIl jX'1\ inquiet. Pourtant il' III' rejette :mCUncmdlt la discU};s;on . lette (lélinitiOI!. j'y ,,;roi;:, hicli ~Î1r, ct jc jJCfIS(' (Iu'clle est asSC% ohjCéti"e pour pouvoir concilit"f les COlltrl1i r t:!:. Ma i~ ic Ile rlcmallllc II;'IS lllieux '111C ,.l'examiner tnutt~ I,,~ Objf:r.t;O!ls. tout c~ lef>" J!1"oposi t iOll~ slI.,eeptihles d",lholltir Ù Ilne fnnl1 ll!atiQl1 urliv('r.,elJcnll~nt :tcccptabif. LA défini t ion qu'il donne de l' homme, n'o pas suscite - nous d é cJore Vercors dans son in terv iew - la disc u ssion qu'il auro it souhai - té e , Il espère que la représen ration de c Zoo » amènera les specta teurs 0 réfléchir et il se p ronOncer sur ce .pro b rèm<,_ couronts de pen sée très divers le philosophe Jean WAHL, professeur 61a Sorbonr1e ; J'obbé Jean PI HAN, et Franc.is COHEt-4. ré docteur e n c hef de « Reche rches Internationales 6 ta lumi è re du marxisme ». c'est 'lUC Ven"Onf a liU, en même amuser 1:1 nh'elller le I"pectUeur ... Il ()bli ltc I(I\( ~ Ic,; hommes de bonne 10 " sc prononcer contre le raci,m", parce qu'i rl~ lllonte Il la Bouree méllle de tl' mal. 1 montre qu' II peut f avoir un en::ut de br-uh !\>OU" on ,'lnKe d'lI n~e d , LOut a ussi bic!) IID eoeur angélique sous une ,"ueule de IIrult> Ce qui compte, ,'e ,,'est pa, h. forme d . orcilles ou la couleur de~ d()Î, t~ de pied mals ce qui habltc le ('(('ur ct la têt" de. hommc~. II st: situe lIinsi dllns hl tri'dltion de", IncHleurs morallstell. s'il en vrai Ifu 'un peut a ppeler Moliere un muralistl', car le r ire jOlll' un rôle CUI'aU!. il purge l'hummt: du !les pré· jUI("CS , dl' 5U "ontr:iint('~ ... lent:e. DU!1s un pcu plus d'une helJl' ~, UC'Ofî!: e~ WlI.qon. ayant dl}poulJlé Ir" per~onnag(' du Jut(e Dra per quïl a tenu l"après·midi. sera, rip. nouveau, Pflvcl F"iodorovitch Prot a:.sov ... Jr.3n De.<;champs. lui, il !J'averS le!> "oulolrs nus qui mènent à la sortie, continue. subtilement . l'analyse ct l'eloge cie !( Zoo )). Déjà, Il Ilri"parl! la repétÎtion de (}(!maln. En r'::llitl:, je n'ai pa~ \'oil lu I ~ire \JIll' (Ihmnulmlitm Ill •• ;!> une rml,l/fl /illic/l. :\fais je cl"C)is (tur. Je ~ \'ërité~ Ic~ 1 )111~ ê,· i dc.nte~ ~Oll t celk~ que l'e.~pri t a le l'1 11~ de mal ù ndlllcttre. Nous avons cru devOir d 'ores et déjà demander leu r poin t de vue 6 trois person nalités appartenant à des On liro en poge 8 les déclara t ions qu'i ls nous o n t fo i tes. Le débat reste ouvert. - --- --- - - _. __ ... - - - - -------------' - Pen~z- vou" que cett,e plt<;c elit cI·ae· ma lité ? _ Ce pro!)l"mc est au p~micr pmu de l'actualité, l:t il intç rCS~1l tout le monde, Je nl' \oudrai", pa.~ i!lre »csslmistl', mal ~ j, Je c.ompte SUI" Ic fait qu'une O:::II\TI' théà_ 1 Interviews recueillies par Albert LÉVY ".~ROOItS IPholO Flle Ka{!'lIlJ) tl""')(o atldnl plll;; rapidemcnt le public qU'Wl livre flo ur amener les IfClb à sc colIe: ter a vec ce l,roblè11le qui le~ eonccme "j -\ r () f ()nt! I;ment. ... • L<'.t ,'owi itjv us mêmes datlS I~sq uelus '<.'V/IS a.'r.;; ;.{lIborr Cf'lIe (Cllvr, II/flntrent IJlI' elle /,I/iu sm! oâgill': dlms ~ '(I lre op/JO. tiliOlI mp' cO)jceptio)!s 1'(Icislf.( des lto$Îs. .le suis persuadé, quant â '//loi, ql/e cette pi(;<"I'. a/,ri:,r le !"1JIlIi01 r i l'es.fai. nJl!.ftit!l~ Il ); afpo)"/ Iill prclIlia p//II~ mw combal contre I~ racisme 0 1/ 1IIi"/IX elJypre, pOlir 10 I mleruité 1IIIIIIai"e. L ' mi":: t .iIf,r (/) 11(11,. dmu cefte prrsreclive? - rc JI'ai pa.,; ",)(JIll t:el'Ii"e UTle pièce 0\ ,,& dil"cc teu1Cflt ~ Ul" le problème dn racisme.

\hi~ il est é vi dent l'lilI': ~i l'on veut bien

1ll1: sll iv~ dans Illn: conclus iol1s, tlan$ Iii déTellse dc l'hullla in. le racisme apparaitr<l COll n~ une ab~ lI f(lité antihl1môline, rét ro h \lI11 :lIll(", I >CIn "C'll1C1l'J/"'nt Hlf le: plan ~tt ltleutll!. m;li d'ahord '. ur le plan de la froide r.l;SOIl. . n an~ la pièce plus enCOre que dans le h\'n~, Je 11l cfforce de lutter conl re cl'Ue tCntatiOIl con ~t an tc, mème chez les antira( ·ish!s. de fonder l'ég:alité del>' hommes s lIr }""hscnc<: de diffl:rentts hiol o~iques. Or, il y t'Il a. Quand on se met à compter les vertèbres, ù mesurer lc~ os. à pescr les cerveaux, en lIll mot !o r.~'lI1 'on sc place ~ur le tcrrain <le la hiQlo,Ôc. on sc met cn \l1au~ \':.i"l: postnrc i l'~g:ard <lu, raci!l.mc:, })~ i ~_ qu(', "UI" ('f' tcrr:lIn, on (Iccou\"re mC\' ltahlem(" llt (ks diffi- fellc<,;; ('1Jlre les homme< Au ronlfflire, ;'1 me~ ~·CUX. t Ol1t ce 'lui cst hllm:ün. jllst<.'melll 1l 0\l ~ ~Ini/:ne de la h;(1 • I(\~:i .... Je ,:rois 'IU"!1 ùait dOIlI: plus e fficace d'attaq \U~r k rllcismc par le moyen oI'un thê1.llc I ,I (I ~ If"nc:r;,1 (Ille le racisme lmnlinl(', "menallt le ~ pr-ctatel1r il \Ille r~nllfIli ,l!'lobalc ~lIr l'J'l)m!l)c .. C', qlli 1ll'[IIll\: .. (' k 1l11l~', dall~ eettc pièce, ("c~t qU'lmc f()i~ jOl l ~C ct VIlC par le pllhlic. <,Il(~ ne rr.ssélllhie pas tont il f,'\i t li celle (lUe j'ili ~l· fitt' . .le n'ni pas cherché Il ir.,roduire rlcs « mot;: ', je: ne pcusai, pas (Ill'elle Il'rait rire i, ee point-IiI f'(,11 l'uis le pl"cmier (:tOl1n':' 1.1': eomi.,llc nait des f" i (lcncc~ ét:IDn_ d'eS. l,cs ):t'IlS l'knt paro: (I\l'i l~ oléeOll<"I"ent l<lut :'t cnl1l/ c c~ é\"id c!l<:c ~ auxquelles i1 ~ Il'avaient jJ.1S pensé. - P l'llse::-1/()U,l qlu l 'nctuolilé oit ~f1It' part flans l'i/lfhN que .fIIsâlera 'IIol re l'ira? - Je le cl'ois. l ..('~ ':v,:I1I'menls mon,! iallx, 'l u' il lI'a g-i~s:r, du rt:vcil (le l"Afrique, clu raeil;m(: aux E tats-Uni!'!, fom certaillement que 111:l piècc répond :\ (le~ préoecuf1<"\tions (lomÎnante!l de notre époque. Pour ce qui ç~ t du !l'IÛ"Ill(' . il {ul un temps où il était déj à trop tloigllé pour être CO!lnu d (!~ j l: \!m: ~ l't encore trop uroehe po ur cntrcr (l:tn~ l'histoire. AuÎOllrd'lmi ce n'est plus tout il fai t le! ca.<;, On sent jjue I('!; ;!fnir:ltionil no uvelles sc Ih1s~ ionnent pOlir n ' 1);,1 ~~é tou jonr.,; hrillant, ('()f'Iune flOur Ie~ prohl':lll t" ~ a('tucls posés P;11' le racisme. lJall ~' 1111 aVéni r prochain. il r~t à rr;lin. Ire: (pli' l'a!iront('Olclll <le la tact' hlanche Ct .l ,~" ract's Ile couleurs soit lrès violent, si l'lll\ Ile f:lit pa<; le né<:cssairc, .\Our le plan ê-conomirllte l'1. tlüliti(IU<', l;our r .:!vi ler. si lt'~ hlanc~ !l ui ,lom in('nt encore le mOJ}(\c lit' l'a n-ic:nllcllt p<l~ ô, mn(iifier lelt r ~ I:Ol1c.ep. tioll ~ et ~ SI,' ('()IlIIIOrler "éritablcment en /iiilHIUCS. - Voh'C /,/(~a, SalIS allellll 'l 'II1'rcm () r dlt: prise dl' ("()lluiclII':e "cl/sobT.-. nOllte, Îndi$_ Je le Wllbaitc. Elle fr.ra cc (jue peut j;lire 1\111: pièce ... 8 L'abbé Jean PIHAN • • QU'EST-CE QU'UN HOMME 1 • Trois opinions sur la définition de Vercors - Francis COHEN Rédacteur en Chef de " Recherches Internationales à la lumière du marxisme H « Ulne question' posé.e ., « L'homme se définit par pour In'quleter » son activité consciente» JE suis hel/r.eux 1'0111' I!/(( part ql/e Vercors Glt transpose en oeuvre théâtrale son livre de H)S2 : « Les animaux dénaturés )J. . « Pièce à thèse, dit-il., SI J en crois IH! 'récent entretien mlec Claude Fleouter .. , Il ne s'agit de rien de 'l'nains qu.e de définir l'homme, même si c'est en le fa;isant. rire (j'espère) ... On peut très bum dIre des choses presque scolaires sous "/tne forl1le parfllitemclIl ({ramatiqu, e. » Vous 'Ille delllallde,~ comme je t'éagis, en tallt que c!trétie/!, devant le livre. il![ on opinioH persollnel{.e n'a peut-être pas qral/de 7Jllleur, mais je Il'ai pas de difficulté à VOI/S déclarer qlt'elle est favorable, J'aimerais préciser : respectrleuse'ment, amicalement favorable. . Une fois admis le Procédé de la fictIOn ronulnesque O'l/. théâtrale pour faire saisir IIne thèse (procédé cher à Sartre il Cm/lus, etc ... ) COlI/ment ne pas cOllsi~ dérer miec un affectuelH respect cette recherche d'une définition de l' hommc. QU"est-ce q/t"ut! hO'III11IC et où co 11l1'llellcent les ho'mn les? Et COIl1'1l1ent 'Ile pas sc réjouir de voir où sa recherche entraîne l'auteltr? Très précisément à dire (ie cite ici le !'éeent entretien, et 110/1 le li'vre ,mais l'idée cst 'Celle du li'iJTe) : « Rébellion nécessaire de l' h01llme : l'anillwl fait un avec la nature, l'homme fa'it deu.t: ». D'où le titre même du. livre : Les aninw'u.x déna~ urés. Ift j'ai l'impression que le livre, IU'I, se resltme dans cette remarque "e Frances, la fiancée dit héros de ce drame évoqué par Vercors : « L'hu'IIIallité n'est pas 'un état à sltbir. Cest fI·l'le d'ignité à conquérir. Diqnité douloureu.se. On la cOl1qll,iert salis doute lllt prix des larmes. » Cela Ile supprillle pas le problème :

V a-t-il une ligne ,'l franchir, et où lèstelle,

cl la limite de l'hollime et de la bête? JlIlais ce problème - si 0'/1 ero~t devoir le poser dans le cas hvpothéti/,/IU! d'ut! « peuple-frontière » (le fam.eux missing-link) COlllllle celzû dn livre .- :Ie fa1ld1'llil-il IJas le poser pour chaque han/me ? Un persolillaq:: de Vercors dit encore «Combien d'entre '/laits auraient- ils droit an titre d'homme, s'il fallait qi/ils ellsscllt frallchi la tique sans l'aide de persollne? » ' Bref, cette recherche émoI/va lite de cc qui constitue la diqltité de la personne, le chrétien ne peut que la. CONsidérer ll7leC respect. J'ajouterai que si précisémcnt Vercors fait collsister cette diqllité .ialls « la capacité réflexive » qui permet à l'homme de .le distillqller de la Ilature au liel! de la subir, 11-011.1 'Ile POll1l{)IIS que nous rencontrer avec lui. Car c'est CI'! cette prise de u!Ilsciellee, ell cL~ 'te capacité de s'opposer, d'être « del/X ) qlle réside pr(:cisélllenl pO.!lr le chrétien lc~ notion d'i1l1;,ge de Dieu par quO/. la Bible défil/it ,'hO/lIlIle dal/s la Genèse. La seule rell/arque qu'il fuut bien faire, c'est que Vercors est '/Hoins il. $On aise quaud il essa.ie de faire ùz1el'prèter la position chrétiellJle pa.r tel 011 tel Ile ses pel'solll'la,qes, le bénédictin Dilli,qhan ou d'au.tres. Ils l-n'apparaissent com'me trop « rt:tualistes ». Ils sont prisonniers • Sat/.OVt ~, EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. d'uu <, ~'llcra1Hcl/talisIllC ;) quasi llzagique: « Si 1'011 ne baptise pas ces « Tropis », ils vont être dalllués! » Olt Illors ils ne COlma'Îtront que « le 'vide hor/'i~ ble des limbes»! } e Ile puis, eH ijltelques lii/tles, montrer ~'n quoi tant cela. est Han. seulement sOl//ll'lllire, mais -impuissant il rendre compte de la pensée théologique chrétiellne .1111' ces .qucstiolls, D'autres questions comme l'inséminatioH artificielle sont éqalellll'I/t abordées mlec lies vues U1I IJeu trop schématiques. Ce sont là. des {( à-côtés » rie l'oeuvre, qui peu- 7lent donner de la pCllsée chrèticlll/e Hile idé,e 1I1t peu. trop ... primitive. . Laùsolls cet ouvrage dans sa perspectl7) e : lme ql/.Cstion posée. Il est légitimc qu'elle le soit. Elle est posée pOltr inquiéter

tant mieux.

C 01lt1lle l'écrivait B. Lebovici ilv a déjà 12 ans : « Si vérùablemel/t il' n',v a pas de définition de l'ho'lllllle, si lis hommes ne saveHt pas ce qu'ils .l'out et ne s'accordent pas sltr ce qu'ils veulent être, des millions d'êtres hUl1zaills peu- 7lent deVe'l'll:r « tropis » deulail!. Forcer l'h01ll1'i'le cl prendre conscience de luimême pOlir qn'il premw sail! des autres, c'est la tâche que l'écrivain s'est ,[ol/lléc ici; 011 n'en voit IJas de pl/us belle. » Le chrétien croit avoir cette 'réponse : l'h011!Ule est /llle im<lg.c de Dieu. E.st-ce !Ille raison pour dénier à d'autres le droit de chcrcher IIlle autre défillition., Olt de se refuser à chercher (l7lec lui où COI11- mence cette image, à la fois dé-naturée et par le fait 1IIême : sur-naturelle? LA réflexion à laquelle nous invite Vercors, est passionnante et essentielle

existe·t-il une définition rigou·

reuse de l'homme qui ne soit pas intuitive, mais scientifique? Dans l'évolution de la matière, l'homme représente, actuellement, le stade ultime de complication, de diversification. Après la matière inanimée, après la matière vi· vante, est apparue la matière pensante. La substance vivante ne peut être définie avec les seules notions physico-chimiques s'appliquant aux substances non organiques

il faut faire intervenir des notions

nouvelles, biologiques, à savoir l'échange de matières, l'assimilation et la désassimilation. De même, l'homme ne peut être défini par des traits qui lui sont communs avec les autres être vivants. Dans ce sens, Vercors a pleinement raison : il n'y a pas de définition "purement zoologique de l'homme. On pourrait cependant rechercher une ligne de démarcation dans le degré de complexité des liaisons nerveuses de l'encéphale, qui forment l'instrument permettant à l'homme de s'affranchir de la nature par son activité consciente. Mais on s'aperçoit alors que cette complexité est le résultat, historiquement acquis au cours d'innombrables millénaires, de cette activité consciente elle·même. Cercle vicieux? Nullement; mais interaction entre l'anatomique - la structure du corps -, le physiOlogique - le fonctionnement de l'organisme - et le psychisme, ou activité intellectuelle. Une analyse plus poussée montre le Le Professeur Jean WAHL Présent et avenir O N ,s~ .~ose, ~près av~ir entendu .Ia pièc~, des questions importantes sur la dehmtlo~ ,meme de 1 homme. MaiS, le reel est assez complexe par lui-même , . p?ur. qU'II ne me semble pas nécessaire d'inventer des. possibles. Dès qu'il s aylt d Idees, de concepts, on peut toujours se demander où est le moment dans lequel le conc.ept e?,iste p~einement et comment il est relié au moment précédent. Par exemple, a partir de quel moment cesse·t·on d'être un enfant? A partir de quel moment est·on un homme mûr? etc ... Du l'este, Vercors a fait allusion lui-même aux questions semblables que se p~salen~ les Gr~.cs: Il ve,ut sans do_ute d!riger ~ot!e attention vers l'il'!'portance qu'il y il a preserver 1 Idee de 1 homme, meme SI cette Idee ne sera dans son etat achevé que dans ~'avenir, C'est ce que dit la phrase qui termine la pièce. Et à cette idée de l'homme d vemr, nous participons tous dans le présent. Les eaux du Jourdain (Suite de la page 2) ses voisins. Le sort des cultivateurs du Ghor, terrasses sèches' du fossé du Jourdain en aval du confluent du Yarmouk, en dépend. ~ Iais la mise ell valeur des plaines côtières israëliennes et du Neguev et, par suite, la poursuite de l'immigration jui\'e n'en dépend pas moins. Or les Etats arabes du Liban et Ile Syrie, qui contrôlent les branches supérieures du J ol1rdain, ceux de Syrie et de J ordanie qui contrôlent les eaux du Yarmouk, peuvent, s'ils y mettent Je prix, réaliser les menaces formulées à la récente Conférence du Caire et détourner presque toute l'eau du J ourc1ain, sous prétexte que cette eau cs"t « araIle », vcnuc cie pays' al·abes. Ces conflits d'cau ne sont pas seulement pénibles; ils sont absurdes', car un aménagement rationnel de l'ensemble du bassin, la construction de réservoirs' permettant d'accumuler l'eau pendant la période des crues hi vernales et de la redistribuer pendant l'été, saison où elle est le plus utile, une étude attentive des ai res irrigabl es, de leur~' sols, assureraient l'utilisation la meilleure de l'eau SUI' les surfaces les plus étendues, les sols les meilleurs, aux prix les plus bas. Le clroit international lui-même n'est pas plus respecté que la raison, car nul, en principe, ne peut utiliser l'eau d'un fleuye aux dépens du voisin. La raison, le droit et la morale exigeraient done que l'utilisation des eaux du J ourdaill, fleuve international, résultât d'un accord international. Mais les conflits politiques, les haines accumulées et entretenues, les divergences d'intérêt sont tels qu'au contraire, des aménagements contradictoires, exécutés' à grands frais, compromettent un aménagement d'ensemble qui serait le meilleur n10yen de lutter contre l'aridité. Ils sont tels que ces aménagements menacent cie provoquer des conflits annés', l'intervention non seulement des Etats riverains ~ du Jourdain, mais aussi des autres Etats arabes, et, par voie de conséquence, des grandes puissances. Souhaitons que la pression des faits ct celle de l'opinion de tous les hommes (le bon sens' et de bonne foi cie par le 111011- de permette d'éviter l'irréparable. Jean DRESCH. COMPAGNIE FRANCO-CANAD'ENNE des FOURRURES et PELLETER'ES ANCIENS ETABLISSEMENTS KRZIWKOSKI FRE,RES SOCIETE ANONYME FONDEE EN 1896 TEL. PROVENCE 28-35 et 28-36 Adresse Télégr, KRIWFURS - PARIS 15, RUE DE PARADIS ET 16, RUE MARTEL PARIS - 10· rôle de la communication, des échanges entre individus, des signes permettant cet échange, c'est·à·dire le langage. Une nouvelle dimension, la dimension sociale, s'introduit ainsi nécessairement. En sorte que l'homme est un animal parvenu à un certain degré d'évolution, ayant une acti· vité consciente et travaillant en société. Sa définition doit donc impliquer tous ces éléments. Le philosophe intervient ainsi tout naturellement pour rechercher cette définition. Quel agrément quand ce philo· sophe est, comme Vercors, écrivain de grand talent ! Quel sera donc « le » critère? L'animal subit la nature, l'homme lutte pour la dominer, dit Vercors. Engels écrivait . « L'animal utilise la nature, l'homme la domine, » Idées bien proches. Y a-t·il cependant une nuance entre la conception de l'artiste et celle du théoricien du socialisme (et de ses disciples, les marxistes) ? « Plus les hommes s'éloignent de l'ani· mal, plus leur action sur la nature prend le caractère d'une activité préméditée, méthodique, visant des fins déterminées, connues d'avance », écrit Engels, reprenant une idée chère à Marx. Cette activité, c'est le travail, par lequel l'homme trans· forme la nature dans son intérêt, « s'op· pose » à la nature, dit Vercors, la « refuse », la « nie », disaient certains, Toutefois, l'homme, tout en s'opposant à la nature, ne cesse pas d'en faire partie, Il lI'agit pas par des moyens surnaturels, mais par l'exploitation sans cesse perfec" tionnée des moyens que la nature lui fournit elle-même, des propriétés de cette nature, L'animal « utilise » la nature telle qu'il la trouve (il mange ses fruits, se bâtit sa demeure avec ses matériaux, etc,), l'homme utilise les lois naturelles, qu'il apprend à connaître, pour transformer la nature. Il la transforme et la transformera sans fin, en se modifiant par voie de conséquence lui-même, en tant que partie intégrante - encore que tout à fait spécifique - de la nature. Autrement dit, les hommes 10nt eux-mêmes leur histoire, alors que les animaux, effectivement, la subissent. Par conséquent, l'ambiguïté qui pourrait naître quand Vercors fait dire à son juge « l'animal fait un avec la nature; l'homme fait deux », disparaît si l'on remarque que ces delix forment une unité insécable, qu'ils sont la partie et le tout. C'est sans doute à ce propos que Vercors note Ulle « gêne » chez les communistes, les catholiques et tous les autres (je ne répondrai que pour les premiers, ne pou· vant témoigner que pour ce que je suis), devant son idée que le propre de l'homme est la sédition, la rébellion. Je crois que la quiétude est ce qui sied le moins à un communiste et que sa volonté d'améliorer à' l'infini la condi· tion humaine, le voue à. la non-t,uiétude ; Vercors peut cesser d'être inquiet à ce sujet, Lorsqu'un communiste commence il. accepter l'état de choses atteint à un moment donné, il manque à sa mission. Est·ce à dire qu'il soit un perpétuel « rebelle », Oui et non. L'évolution est une loi de la nature; la transformation de la nature par l'homme, la domination de la nature par son produit ultime, c'est encore une loi, une propriété de la nature elle·même. La « rébellion » est dans l'ordre des choses, Il en est de même dans l'évolution des sociétés humaines. Toute nouveauté de· vient rapidement routine et doit être ren· versée, La lutte contre l'ancienne nou· veauté devenue routine et la recherche d'une nouvelle nouveauté supérieure me paraît devoir être la loi de la société fut.ure. Précisément la loi - pas au sens de la législation, mais au sens scienti· fique : la propriété fondamentale, le mode d'existence. Donc, l'homme est à la fois rebelle et non· rebelle ; si sa nature est de se rebeller, comme le pense Vercors, il suit sa nature en se rebellant, y compris contre sa nature, et il n'est donc pas rebelle quand il se rebelle. C'est l'unité de ces contraires qui est féconde, Une dernière remarque, Ces considpra· tions ne résolvent naturellement pas le problème que posent les tropis aux lec· teurs des Animaux dénaturés. ~llX snerta· teurs de « Zoo », L'auteur a d'ailleurs pris bien soin qu'on ne puisse pas décider si ses tropis se « rebellent » ou non, s'opposP ...... t 1\11 pon Q lq, nablrp, Mais. bien entendu, le problème n'était pas là, et devant des formes de passage, la question de déterminer à partir de quel moment « on a passé » reste toujours un problp-me de sophistes. L'important est que l'accent soit mis sur l'tmité de l'espèce humaine et que cette unité ressorte d'une définition de cette espèce par son humanité même, Et cette humanité provient d'un ensemble d'éléments zoologiques, biologiques, physio· logiques, pSYChologiques et sociaux qui se traduit par l'activité consciente de '::'::':'::':,::':':'::':':::':':::':i':::':'::d .. '...'. .0 :.'.. .V. I.e.. '.. :' :'::.:u::~ .:'. "::.:'..:.: :...: .: .-. ~.-..... . .-.. ~_. .-.- ..- .-.-..- .

/
:':'::'/:d~:: ::~ ::':::R:'::: ':'::'A::~':::'::~:p:':':':'~':'~/::~ ••............ . .... . ....•• .- ... ~ .•..........•.•.

":':' : •• : •• :of.. '" •• -:":"

 :::: ::: ::.:: ::.:: ::: ::.:: ::::-:.:: ::.:: :-:-::.:: ::::

Les futurs enseignants et le r,acisme l comité du M.R.A.P. du XVI arrondissement a organisé le mardi 21 janvier, à "Ecole Normale d'Aute uil, une réunion consacrée au racisme. En présence d'une assi tance nombreuse et enthousiaste (120 à 130 futurs enseignants parmi lesquels Quelques professeurs), M' Schapira a parlé des différentes formes du racisme durant ln pé riode hitlérienne (antisémitisme ), la 9 erre d'Algérie (raCisme antiarabe) et la gu rre: de sécession (racisme antinoir). Son exposé a suscité ensuite de nombreuses. questions dan~ l'auditoire visiblement très intéressé. Conférence Sur le racisme il Chartres "iotre ami Roger Maria a fait, le 24 janVIf , à Chartres, sous l'égide de l'Union Rationaliste, une conférence sur le racisml'. ~ soirée était présidée par M. Livory, direc teur de l'Ecole Normale d'Instituteurs. L débat passionnant qui a suivi la conférence a témoigné de l'intérêt de l'assist nce pour les problèmes traités. Les journélUx et les bfOchures du M.R.A.P. ont été accuei Il is avec faveur par tous les participants. Matinée antiraciste à Paris (9" arrondissement) comité du M.R.A.P. du IX arrondisseLn nt a présenté, le dimanche 26 janvier, ail • Studio 43 ", le film de Lionel Rogosin Come back Africa ". M Armand Dymensztajn, membre du Bureau National du M.R.A.P., dans un bref exposé sur le racisme a particulièrement insisté sur la douloureuse situation des n irs d'Afrique du Sud, dont les leaders actuellement jugés pour" haute trahison" à Prétoria, risquent la peine de mort. résenté par le critique Samuel Lachize, le film a donné lieu ensuite à un intéressan débat. Il est à remarquer que l'auditoire comptait de très nombreux jeunes, qui ont pris l'engagement de participer activement à ,'action antiraciste. Nos félicitations aux organisateurs de cel:e excellente réunion. A Nîmes hl s amis nÎmois nous annoncent la constitution du nouveau bureau du comité du M . . A.P. du Gard. Il comprend: M. Pierre Simon, Mme Jeanne Feillard, Mlle Suzanne Broéder, Mlle Juliette Bourgues, Mme Antoi nette Ceccarini et notre très dévouée amie, Mme Gebelin, qui en assure le _ ecrétariat. UlI1le conférence à Clermont-Ferrant Le comité du M.R.A.P. de ClermontFer rand organise le 19 février, à la Maison du peuple, à l'occasion de la reprise des cartes d'adhérents, une réunion au cours de laquelle, Madaleine Rebérioux , m mbre du Bureau National du M.R.A.P., assistante à la Faculté des Lettres de Paris. fet'a un exposé sur le thème " Racis- 17' ~' et antiracisme en 1964 ". Nombreuses initiatives dans le Nord • e. comité du Nord du M.R.A.P. annonce une série d'intéressantes réunions et manifestations à venir pour les mois de février et mars: - Le 17 févrie r, à Valenciennes, une réunion au cours de laquelle aura lieu l'élection du comité de la ville. - Le 2 mars, à Lille, une conférence de M' Marcel Manville, sur les Antilles, qlll se tiendra à la Maison des Enseignants, 193, boulevard de la Liberté. - Et à l'occasion de la sortie du film de Bunuel " La jeune fille ", une soirée cinématographique qui sera présentée par M' Schapira, le 17 mars à Valenciennes, et par Marie-Magdeleine Carbet, le 18 mars, à Lill e, au cinéma" Le Paris ". L'tlction des lycéens Grâce à l'initiative de trois lycéens des classes de 1'" et de phil.osophie, au colTlit antiraciste a été créé au lycée Jacques Decour et comprend déjà une cinquanta ine de membres actifs. Ces trois jeunes militants avaient éveillé l'intérêt de leurs camarades et de quelques-uns de leurs professeurs , à la faveur des représe ntations du « Vicaire n, organisées par le MRAP : ils avaient recu 260 demandes de places ! Ensuite ils les ont fait venir à la matinée organisée par le comité du M . . A.P. du IX" arrondissement au cours de laquelle était projeté le film " Come bac ( Africa ". Entre temps, le comite prenaIt forme et se signalait dernièrement par un distribution de tracts à la porte du Lycée. LA CAMPAGNE D'ADIHESIONS A BIEN COMMENCE 9 Avez -vous réglé votre carte 1964? EN cc début d'année, chaqlll' cuurri er nou ~ apporte en grand nOIll bre le ~' adhésions d'antira c i s t e~ qui entendent, par leur geste, concretiser leur ,outi en il not re IvLouvement. La campagne des Cartes 1964 dépa s~e IW1- telllcnt en succès, les précédentes. Des lettres qui accolllpagnent le vc rSl"ment des cotisations, se dégag-e un puis sant courant dc sYl1lpathie, témo ig ne du rayonnement, on pourrait dire: de la popularité du M.R.A.P. Car ces lettres pro\"icnnent de toute la 17ra11c<.', d'hol1lmes ct de femmes appartenant aux professions, aux mili eux, aux courants dc pensée les plus divers'. Et les mots chaleureux qu'elles contiennent, nOlis vont droit all coeur. s"aS"UCll', lllll' loi" l'llcure, ;1 la nohle cause 'IUl' ]]OU S dl·felldons. l\{ais non llloins enconrageant , et ellïcaces sont les milli e rs d 'cll\'o is allant de quelques 11l0d e~tes pièces ;1 plus ieurs centaines de francs qui pro vienllent d'ouvriers ct de commerçants, d'artisans, d'industriels d'ingéni eurs et de techniciells, d'enseignants et étudiants, d'employés, de foncti onnaire,;, d'a vocats, de chercheurs, de retraités, de ménag-è res ... On ne se lasse pas de parcouri ries blc' llS d.· cartes lTl;US qui donll cnt l'i11lag-e d'lIll Jl('uple lllultiple dan.,; ses activités C()llUlll' (!ans scs ()riRilH'~, IIll pcuple généreux et confiant. scuk:ncnt d 'acti on dt-sintércssée l1Ial

1 L1SSl d'e ffort -financier, la publication

d'un journal comme celui-ci, l'édition d'lm tract ou d'une affiche, l'organisation d'une confé rence ou d'un meeting', ceux-là comprendront que nos difficultés ma térielles soient chroniques et nos collectes permanentes. Nous ne pouvons citer tous ces amis nouveaux ou anciens, connus ou inconnus, qui nous apportent quotidiennement leur appui moral et matériel. Des parlementair e~ comme le Chanoine Kir, .M11lC Th01l1é - Patenotr<:', 17ernanù Grenier. Raoul Bleuse, ?lfaurice Lenonnand, aux écrivains comme :\laurice Druon, Robert Merle, Anna Langfus, Jean-Marie Domen< tch, Jacques Nantet, Alfred Kern, Jacques Nlacla111e, Henriette Psichari. Aliol1ne Diop, J eéln-J acques Bernard, Aug-uste Lebrcton, aux arti stes et cinéastes comme F ernand Gravey, Tino Rossi, 17rançois Darbon, Alain Resna is, J ean Rouch : de,· responsables de syndicats C.G.T.. C. F.T.C.. F.O. ou de l'Education Nationale, aux prêtres et représentants dcs différentes confessions. des magistrats aux savants' et aux professeurs, c'est un hrillant aréopage de pe r sonnalités aux IHlIll, prC's tigicux qni Cette image c'est ilus.,i ("l'Ile du 1\I.R.

\.P. , le reflet d'une tradition antiraciste

profondémellt ancrée chez nOlIs et qUi s'exprime avec force à travers lIotre Mouvement. Et il faudrait citer encore le dévouement de nos comités, tels celui de Lille, qui a recueilli en quelques' se maines un nombre record d'adhés ions ct d'ahonnements ; celui de l'Ecolc Nornlak Supérieure de Fontenay-aux-Roses avec -1-4 ad hés ions: et aussi Ics nOU\'(~ aux adhérents de partout qui nous demalldent ù leur tour des cartes pour les placer autour d'eux; ou bicn ces collecte<, fa ites spontanément P<l l'Ill i le personnel d'une école à Stra s hour!!~. ,rUile ~ dlllini stration à Paris, etc.. . . Est-ce ù dire qUl'. désorl1l ais. k ' finances dll M.R.A.P. ~c trouvent définitivement assurées, que nous di s'posono> ,le tOIlS les fonds indispensables pour développer notre actioll selon les cx ig<" nccs de l'heure ? Ceux qui savcnt. ceux qui compteront ce que représente nt. non Le renfQrcement du M.RA.P ., les manifestations prévues pour le IS° anniverS'aire du Mouvement qui doivent pemlettre d'étendre davantag-e l'influence et la portée de nos idées; les multiples aspects de la lutte contre les préiugés et les haines racistes, que nous menons avec persévérance et vigueur, tout cela suppose des' moyens sans cesse accrus. Ces moyens dépenùent des antiracistes et d'eux seul s, c 'est-à-dire de vous, de nous tous. Vous qui approuvez notre Mouvement, si vous n'avez pas encore réglé votre carte [964, hâtez-vous donc cie nous envoyer votre contribution, en tenant compte de l'ampleur de nos tâches dont la ré'a li sation s'avère si nécessaire aujOllnl'hui. Mieux encore : invitez aussi

'l re joindre nos rang-s d'autres sympa-

1 hisants ù notre ca use. Ils ne manquent pas dans' votre entourage, et, soyez-en assurés, ils vous seront reconnaissants de \cs a\"()ir in lnrmés de notre action. Il 1101lS reste beaucoup ù faire. Mais fort heureuselllcnt. les antiracistes sont lég-ion eu Fr;l1lCl'. ). nous de les rasscl1lhlf.' r autour du .\r.R .A.P. Julien AUBART. Trésoricr du i\lrRA.P. AUSCHWITZ C'EST ENCORE AUJO;JRD'HUI Un de vos correspondants (M. Jedn HOllscade, de Borcleaux >, parlant de la pièce Le Vicaire , dit qu'elle soulève de « vieilles rancunes , de vieilles histoires heureusement oubliées )J. C'est ce petit bout de phrase sur lequel je voudrais revenir, sans polémiquer sur Le Vicaire - que j'ai vu et beaucoup apprécié - ni avec M. Houscade, qui n'a peut-étre voulu parler que des problèmes de la pièce. J e voudrais, qu'à propos dl' procès de Francfort, il soit fait un dossier et apporté des té ~ moignages et divulgué dans la presse la preuve que ce ne SOIlt. pas de vieilles histoires. On a dt'!jà dit beaucoup de choses sur les el:!mps de concentration, on n'aura d'ailleurs jamais fini de tout dire, car il y a eu beaucoup de millions de déportés et beaucoup de S.S. et l'on sait que la livraison des premif~ rs aux seconds a donné IIne tragédie d'Ulle immensité et d 'une multiplicité telles que l'on n'en pourra jamais eonnaî ~ trp toutes les scènes. Les nazis ont essay" d'effacer les traces de leurs crimes en massacrant les déportf's et en brùlant les prchives . Mais il y a les survivants. E1! 1 94,'j, à Hiroshima et. Na· gasaki furent lancées deux bomb<: s atomiques, et aujourd'hui, quand on a un tout petit. peu le désir d'être informé, on sait que ces bombes font encore mourir. et même font mourir Ics enfants qui n'étaient pas nés en aoùt 194fi, et on sait. aussi quelles souffrances précèdent la mort atomiaue. Ceux qui meurent aujourd'hui, les contemnorains de la bombe et les enfants sont aussi des sur· vivants, et fort justement, on éVOqllP le mart.yre physique el moral de Cf'S hommes, depuis cet été-là ... ... En ce qui concerne les survivAllls de la déportation, je crois que l'on a dit t.ron peu rIe choses sur leur vie depuis 10.111' libération, <:t sur les familles d(' disnarus. Je sais bien an'i1 est diificile à un homme (l'ptaler sps souffrances sans cesse, ct de Ics jeter à la tête de t.out un chacun. Et sans doute le:; déportés ont-ils de la peine à t~voquer tout haut, avec: des mots impuissants, les horreurs qu'ils ont subies. Mais il serait bOl! de faire savoir à ceux qui pensent que, Auschwi tz c'est de l'histoire ancienne, ou à ceux qui ne pensent rien, ce qu'a pu être la vip d'un déporté depuis le printemps de la Libération. Il y a eu la tragédie de la dépor· tation, mais il y a la tragédie quotidienne depuis le retour. Certains médecins se sont con· sacrés à la pathologie des dé· portés, et il serait intéressant de publier, ailleurs que dans les revues médicales spéciali· sées, les observat.ions qu'ils ont faites. Il serait instructif de demander aux a utres médecin.s les remarques qu'ils ont pll. Iaire lorsqu'ils ont traité un res· (:ap(~. En 1'011 pourrait, sans cloute, faire savoir que It>s coups de bàtoll, les mor surc.~ des chiens, l'hyper·sol\s-alimen· taUon, les commandos de travail , certaines expérimentations medicales, les maladies clans le 1Il0nde concentrationnaire, font toujours souffrir le corps, cha· que jour, chaque nuit, sallS répit, vingt ails après. Des psychologues ont ét~ udié les conséquences morales el psyehi· ques de la détent.ion. Il serait sallS do lite utile de connaître ù quoi peuvent ressembler le~ rêves d'un ancien dpport.é et cie quelles images sont remplies ses illsomnies . Quelles scènes et quelles idées viennent à l'es· prit d'une femme déportée qui ne pput avoir d'enfant, lors· qu'elle voit une mère portant son bébé ? A quels enfants pense·t-elle lorsqu'elle voit. une sortie d'école? J'ai eu l'occasion de visiter le camp d'Auschwitz et j'ai vu - entre autres - la pièce où étaient rassemblées les chaus· sures d'enfants. Un rideau rou· ge obturait la fenétre et le soleil semblait verster du sang sur ces souliers. Il y a quinze ans que j'ai vu le camp .. J'en suis toujours bouleversée, et je n'étais qu'une visiteuse (qui cherchait, à. tout hasard, sm les étiquettes des valises, le 1!om de son père). Mais quelles obsessions hantent les yeux et l'esprit de ceux qui ont vécu dans ce camp? A quelles cendres sont mèlées les .ioies les plus rares des rescapés, aujourd'hui encore? On dit que les morts rest.ent vivants dans le coeur, c'est bien la sl\jlë place; mais le vide est un troll insondable qui ne sera jamais comblé. Tous ces enfants, partis en fumée et en savon, quels artistes et quelS savants aura.ent-ils pu être aujourd'hui ? ... Et quelle fut la vie, et quel est le comportement des enfants qui se sont retrouvés, er· rant de cachette en cachette, quand leurs parents étaient à Auschwitz, et aprés la Libéra· tion, sans parents, sans tendresse maternelle, sans la c ha~ leur du foyer. Quellp est la vie dICs veuves Testées seules '! Com,lien de tois, ma mère, fort discrHement, m'a-t-elle dit avoir rêvé du retour de mon père. Puisque le!> vingt-deux pn~· venllS de Francfort ont oub!.i·! et nient le passé, il serait. V~ ul· être bon de leur rappeler ·~e passé et aussi le présent qui P li déce,lIle. Il faut que j 'ct:- ; nion soit avertie d8s charniprs. mais aussi de l'enfer que chaque d E'porté porte encore en lui. Lorsqu'i.l y a rrocès d'accid"at 8lltomobile, on tient eomlJte du dommage physique ct aussi du préjUdice moral. Il y a des hommes condamnés pour injures et menaces et leurs victimes indemnisées. De quelle injure iL leur digllité d'homme, pe rpé· tuelle et. fondamentale, et de quelle menace permanente, jes déport.és, vingt ans après, ne sont-ils pas, toujours, les vic~ times. Et s' ils ont touché une indemnité, ô combien dérisoire, pour le dommage subi, l'o r· fense n'a pas été plmie. Auschwitz, ce n'était pas seulement il y a vingt. ans, c'est encore aujourd'hui. Ce n'est pas seulement le bilan clos cl 'un passé révolu. Le procès d'Auschwitz, ce ne peut être seulement le requiem pour qua· tre millions cle morts, car il y a encore les vivants ( ... ). ... Mêmn si cela est pvidAnt, .ie crois ql'.'il est bon de le dire, et je voudrais en profiter pour exprimer mon accord avec t.out ce oui e,t fnit, si utilement. pnr le M.R.A.P., et Droit et Libert é. Mm€' SAKTREGER, Paris (XIX'). SUR LA NOUVELLE CALEDONIE Cans votre dernier numéro, M. Ma.urice Lambert fait état cie l'inquiétucle des Méla nésiens à la suite de ma dema n-

  • de d'lIne reforme agraire en

Nouvelle·Calédonie. Comme vos lecteurs pourront s'en rendre compte en se r éférant à mon rapport au nom de la COmmission des Finances, publié sous le n° 568, le 9 octobre 1963, rai demandé une réforme agraire en signalant, page 34, que 53 propriétaires disposaient dl' 1.000 à 20.000 hectares , soit 46,6 % des terres appropriées, et qu'un propriétaire dispose de 32.669 ha, soit 9,8 % du sol approprié. Les propriétaires en question ne sont pas des Mélanésiens; les réserves autochtones s'élèvent à 341.000 ha. Veuillez agréer, ... Pierre BAS, Député de Paris. UNE PRECISION Je reçois à l'instant votre journal et je m'empresse d'ajouter une précision à ma lettre que vous avez r eproduitf' sous le titre « Un témoignage )J. Cette préC ision est assez importante, car on m'a fai~ une réflexion à ce sujet . Quand j'ai c!éconseillé il l'envoyé (lu rabbin Joseph Bloch de faire des clémarches en faveur du rabbin Elie, son fils , ce dernier l'tait à Drancy. L'adjudant Hipp, de la Gesta po, qui régnait sur le camp de la route de Limoges il. PoItiers et qui avait fait arrêter Elie Blcch, Cherchait à savoir ce qu'il devenait. On cherchait alors à le camoufler à Drancy. C'est clans ces conditions que j'ai déconseillé une intervention de l'Evêque de Clermont, Mgr. Piguet, en faveur du rabbin Elie Bloch. Elle n'aura it eu d'autre effet que de s ignaler de façon précise sa présence, et eHe aurait hàté son départ pOlll' la déportation. Il est bien évident que si, par contre, une démarche avait pu être tentée pour améliorer de quelque façon la situation du rabbin Bloch, j 'aurais fait moI-même l'impossible. Comme vous le voYez, il était n écessa ire que j'apporte cette rec1ification. Je vous redis ma très cordIale sympa thie. J. FLEURY, s,j. Aumônier National de!:; Gitans· 10 A L'HOTEL MODERNE sous l'égide du M RA P UN PASSIONNANT DEBAT LE mardi 20 janvier, dès 20 heures, la grande salle de l'Hôtel Moderne commençait à se remplir: encore une fois, la [oree d'attraction des problèmes suscités par « Le Vicaire» se vérifiait. Il n'est pas de pièce de théâtre qui ait autant éveillé l'intérêt de l'opinion publique. Bien sûr, l'agitation créée par quelques trublions fascistes a fait profiter la pièce d'un regain de publicité au grand dam des lanceurs de boules puantes qui espéraient la faire interdire. Mais il est normal que la foule se sente concern~ e par une oeuvre qui soulève des problèmes aussi importants que celui de la responsabilité collective, de l'influence d'une haute autorité morale, politique et spirituelle, du choix entre la conscience individuelle et la raison d'Etat. Pour ce débat organisé par le M.R.A.P. et le Club Amitié, l'auditoire était jeune, ce qui est à souligner, car des oeuvres comme « Le Vicaire » doivent, surtout pour la jeunesse, apporter le témoignage d'une époque passée mais toujours douloureuse et que tout homme se doit de bien connaître. Un public digne, attentif, captivé, a applaudi avec ardeur les divers orateurs qui, parlant avec mesure et émotion, ont su éviter toute passion excessive dans leurs démonstrations et faire de cette soirée, en dépit des divergences, une soirée d'union et de fraternité humaine. Le Président Pierre PARAF : « Une soirée de fidélité et d'union ». Le Président Pierre Paraf ouvre la soirée en soulignant l'intérêt, l'émotion suscités par Le Vicaire, et attestés par le public nombreux et de qualité. « Il convenait, dit-il, que le M .R.A .P. assurât l'initiative assumàt la responsabilité d'un tel débat par respect pour tous ceux qui lui font confiance. » Dans quel esprit doit se dérouler la soirée'! « Ce qu'elle ne sera pas, ce qu'elle ne doit être a aucun prix, c'est une soirée de division, affirme Pierre Paraf. Nous sommes ici, les un'oS et les autres, (les fervents partisans de l'amitié jlldéochrétienne. Nous croyons que chrétiens et israélites. musulmans, bouddhistes, francs-maçons, athées doivent suivre ensemble la route du, progrès et de la fraternité humaine, en dépit de toutes les divergences religieuses, philosophiques ou politiques... En mon nom personnel et comme préSident du M .R.A.P., j'ajoute que cette soirée ne doit pas être non plus une sorte de procès de l'Eglise. » Et il évoque les preuves de courage données sous l'occupation par tant de catholiques, soulignant que, d'autre part, les protestants et les juifs avaient aussi leurs « trembleurs» et leurs ({ prudents ». II souhait.e que cette sOIree soit « une soirée de fidelitè, de méditation devant un cas de conscience qui peut, à nouveau, se poser . Une soirée d'engagement pour maintenir entre nous l 'unite. conditl0n de notre victoire commune. » Charles PALANT « L'enfer d'Auschwitz l>. Charles Palant, Secrétaire Général du M.R.A.P., ancien déporté d'Auschwitz, préside les débats : l'assistance observe W1e minute de silence en hommage à toutes les victimes du nazisme, juifs et non juifs. Jacques NANTET : « La était nécessaire, mois opportune? » révision est-elle L'écrivain catholique Jacques Nantet déclare qu'il se sent, ce soir, « directement concerné et probablement en contradiction avec les réactions d'un certain nombre de lJarticipunts ». S'il a de nombreuses objections à faire au Vicaire, il tient d'abord à souligner les côtés positifs de l'oeuvre : « J'ai lu atte·ntivement la version française du Vicaire, parue aux Editions du Seuil, et plus particulièrement les « éclaircissements historiques » qui l'accompagnaient.. . C'est un élément positif qu'hier en Allemagne, en Angleterre; aujourd'hui en Autriche, en Fra'nce, cette pièce ait été représentée et qu'à un large public l 'occasion ait été donnée d'entendre rappeler ces atrocités proprement incroyables ... Il faut que les le milieu catholique libéral auquel j'appartiens, les silences de Pie XII ont été l'objet d'une grande i·nquiétude. Je le dis avec simplicité ct sincérité, avec respect pOUY mon Eglise et pour d'autres aspects de la mêmoire de Pie XII , dont les silences ont pesé et pèsent encorc sur bien des consciences. » « Mais, ajoute Jacques Nantet, c·est. le vice-président de l'Amitié Judéo-Chrétienne qui intervient et qui se demande .était- il opportun de faire joucr les ressentiments, certes légitimes, et un anticlé ricalisme latent? Non. E tait-il utile et efficace, ]Jour une si juste cause . de faire jouer ce l'essart-là ? » L'orateur conteste la manière dont Gerstein, héros sympathique et par làmême convaincant, parle de la responsa- ' bilité du peuple allemand, qu'il met sur le même plan que celle des autres peu- ' pIes. II lui reproche « d'amorcer le raisonnement typique de la collaboration ». Il dit aussi avoir été choqué pal' le côté parfois anticatholique des « éclaircissements historiques » du livre et de plusieurs répliques de la pièce. Emmanuel N'GASSA apporte ensuite le « A A lIschwitz, dit-il, 4 milliuns et demi d'êtres humains ont été exterminés ... Ce crime, qui a durê trois ans, a été commis en plein XX' siêcle, au coeur de l'Europe civilisée. Ce crime a été conçu. et réalisé par des monstres, mais n'est-ce pas la honte de toutes les femmes et de tous les hommes que, pendant ces années, on aU pu, dans toutes les villes d'Europe, rafler, arri!ter, enfermer, parquer, acheminer, exterminer, récupérer SUI' cette matière première sans précédent , les dents. les cheveux, la graisse ... L'innocence par rapport à un tel crime ne se rachète que dans une recherche incessante de la vérité, des responsables et des coupables ; et si nous ne pouvons plus rien pour ceux que nous pleurons encore, nous avons, à l'égard de ceux qui vivront aprés nous, l'immense responsabilité de mettre à jamais l'humanité à l'abri de tels crimes. » C'éta.it jOl/ r de relâche ... !\flllC Françoise Spira, directrice de l'Athénée, était venue 111'I'C le metteur en scène François Darbon et plusienrs al/Ires actel;rs : Pierre Tabard (à droÙe), Jacques H.i,pal, Jean Muselli ( al/ secolld mn,(J ). Et, à la demande de Charles Palant, hommes se souviennent. el qu'i ls restent vigilants. }) ({ J'en arrive maintenant, poursuit J acques Nantet, à un second aspect, pOUr moi le plus péniblc à dire. Dans certains milieux catholiques. et particulièrement dans 1 Une lettre de l'abbé Jean TOULAT Ne pouvant être IJrésent à Paris pour le débat, l'abbé Jean Toulat, auteur de " Juifs mes frères », a fait par-venir son point de vue en ces termes : « Prêtre et ami du peuple d'Israël, comment ne regretterais-je pas, le premier, que, devailt un crime inouï, la plus haute des autorités morales n'ait pas, cOlllme Saliège, crié son indignation? « Sur la pièce « Le Vicaire » je ne me sens pas le droit de porter un jugement tant que je n'aurai pas vu personnellement cette oeuvre, car je me méfie des commentaires, parfois passionnÉS, qu 'e lle suscite et plus encore des attaques persol1nellp.s que certains croient pouvoir formul er contre l'a uteur. " Pie XII a-t-il comillis une erreur grave? C'est aux historiens à trancher. [Jar.s " Juifs, mes frè res ", jal seulement essayé de montrer que le demi-silence auquel fillalement, Pie XII s'est réso lu, lui était inspiré, non par la lâcheté, mais par la c lainte , justifiée ou non, de décle nch er, par représailles, d'autres calamités et de ne flouvoir continuer 5011 action secourable. Il a pu se tromper. Du moins a-t-il ag i selon sa conscience" pour autant que nous pui ssions le voir» disai t-i l dDns une lettre Ddressée à l'évêque Je Berlin et que j'ai citée dans un article du u rvionde ". " Le drame de consci ence de Pie )~II sembie confirmé par une correspondante, Mme Azam, éCI ivain, qui a des raisons très particulières d'aimer Israël. Elle m'écrit: " J 'ai entendu le Pape Pie XII me dire exactement ces mots (en 1949) : " Le Im./heur des Juifs, j<è ne m'~n consolerai jamais ". salut du Club Amitié, qui groupe de jeunes antiracistes de Paris, et qui, par sa voix, affirme la nécessité d'une pièce comme Le Vicaire , pour l'éducation de la jeunesse. Gilbert BADIA rique ». « La vérité histo- L'historien Gilbert Badia, auteur d'un livre sur l'histoire de l'Allemagne contemporaine, intervient dans le débat pour souligner « la vérite historique des evenements que Le Vicaire porte à la scène ». Premier point : : « Le rôle de la hiérarchie catholique dans le soutien de Hitler ». Gilbert Badia évoque les faits qui attestent « non seulement la réalité de ce sou:tien, mais son importance décisive ». n cite, en particulier, le Concordat « qui, avait déclaré Hitler, nOus sera três utile dans notre luttc sans merci contre le judaisme international, et qu'i.! signa avec le Vatican, le 20 juillet 1935 ». Ou encore l'attitude favorable de la hiérarchie catholique lors de l'Anchluss (annexion de l'Autriche l. Enfin, le rôle du Parti Catholique, le Zentrum, qui apporta un appui irremplaçable à Hitler. En second lieu, Gilbert Badia montre avec quelle vigueur la pièce dénonce la responsabilité écrasante des konzerns allemands qui ont soutenu le nazisme- pour faciliter le réarmement, et renfo rcer leur dominatiun économique, et qui on t tirE' d'énormes bénéfices des camps de cor:.c.:-n· tration. Le pasteur André DUMAS : « Per ~ sonne ne se sent innocent », Le pasteur Duma.s se réfère au t:tre allemand de la pièce, Der Stellvertreter le Représentant. « Je crois, dit-il, qlle nous comprendrons bien l'i-ntention d'Hocilhul si nous traduisons le mot Vicaire COl l/ile signifiant véritablcmcnt représentant, et non pas si nous le transformons en bonc émissaire des silences du monde. » Le pasteur Dumas craint, comme J ac- Quelql/es 'l'ues de la .l'aile peJ/cllc.ee le débat , ques Nantet, que « ccrtains pa8~agc~ di; la piêce n'apparaissent aux consciences catholiques comme deS attaques ca ncaturales et anticléricales », puis, faisant part de son expérience personnelle, il :>ou· ligne combien il est difficile « de prenrtre une position radicale et publique, cei!!: là même que Pie XII, sollicité, n'a pa. prise ». II dit toutefois combien la pi èc~ l'a bouleversé : « Personne ne se ~enl innocent aprè8 avoir vu Le Vicaire. » J,acqueline MARCHAND : « Un chrétien et un jeune ». Mlle Jacqueline Marchand, de l'Uruon Rationaliste, intervient dans la salle. Ell€: déclare « ne ]Jas êtrc étonnéc de l'atti twJ.e Messages et excuses Nous avons reconnu , entre autres , dans ' la salle, M. Gaston Kahn, secrétaire général de l'Alliance Israëlite Universelle, ainsi que le Pasteur Lochard_ En raison de l'heure tardive, la parole n'a pu être donnée à plusieurs personnes qui ' l'avaient demandée: les organisa· teurs les prient de bien vouloir les en excuser. De nombreuses personnalités avaient envoyé au M.R.A.P., des lettres et messages disant leur regret de ne pouvoir participer à la soirée ; MM. Diomède Catroux, et Paul Cermolace, députés; André Armengaud, sénateur; Daniel Mayer, président de la Ligue des Droits de l'Homme; Jacques Mitterrand; MM. Gabriel Marcel, de l'Institut; Wladimir d'Ormesson, de l'Académie Française; Rémy Roure; le R.P. Marié, l'abbé André Laurentin; les historiens Henri Miche'l et Olga Wormser; les professeurs Alfred Kastler, André Hauriou, Ernest Kahane, Paul Chauchard ; M. Gilbert Mury; Mme Marie-Elisa NordmannCohen, présidente de l'Amicale d'Auschwitz; M' Charles Lederman. président de l'Un ion des juifs pour la Résistance et l'Entraide; M' JeanJacques de Félice; L'écrivain Anna Langfus; Mlle Renée Sauret, des « Lettres França ises ,,; M. Jacques lemarchand . du « Figaro Littérai l'e ". Il SUR Il LE V CAIRE Il Le procès des bourreaux cie Pie XII, priool/nier cie ['appa reil clu Saint-Siège, prêt ci tout accept er par allti communisme et sympathisant avec ['Alle maglle, où il avait fait sa carrière ». Elle voit un élément positif dans le [ait que cette pièce ait été pcrit par un chrétien et par un jeune. Elle estime que « les chrétiens, les catholiques, loin de contester l 'opportunite cI'une telle representati.on, clevraient être contents de voir que l'on essaie de lever cert.aines hypothèques : celle du silence de Pie XII en est une très lourde », Elle souhaite que beaucoup de spectaserait scandaleux, el! IDfA, de « battre notre coulpe sUr la poitrine de Pie XII ». I! souhaite que ce retour vers le passé soit conçu uniqu ement comme un enseignement pour 18 présent et l'avenir . « L'homme continue d'ètre piétiné par l'lzomme. 2 milliarcls d'hommes, des jaunes, des noi rs , des gens de couleur mallquent cle pain, sont humilies, Nous ne devons pas rester inactifs, » Roger MARIA «II 'y a eu d'au- '~res résistants ». Notre ami Roger Maria formule deux réserves. (( D'abord, observe- t-i1, il y a, dans l'oeuvre cle Hochhut, une tendance à attribuer la culpabilité des massacres à l'Homme, avec un grand H, d'une façon abstraite, Nous ne pouvo.'flS l'accepter. Parmi les Allemands, parmi les chrétiens, il y a eu, certes, des coupables, mais il y a eu aussi des résistants, des patriotes qu'on ne saurait assimiler aux collaborateurs et aux làches. Il y a eu aussi des résistants juifs, )) Le procèS cle F Tancfort ~e traîne clepuis bentôt cleul' mois; cl'interrogatoires en interrogatoires, on n'enregistre que cles dérobacles, cles dénégations : les accusés, 'vingt-deux anciens bourreaux cl'Auschwitz, n'ont rien vu, rien entendu, rien fait, Mulka. l'adjoint du commalldant du camp, ignore les chambres à gaz et les enfants qui mouraient de faim. Hoecker, adjOint d'un autre commandant du camp, veut bien admettre qu'à Auschwitz, on « sévissait » contre les Polonais et les Russes, et peut-être contre quelqU'es juifs, « mais c'étaient des juifs, Monsieur le Président, s'empresse-t-il d'ajouter, je n'ai jamais frappé un aryen ». d'Auschwitz Armand LANOUX Prix Goncourt: « Une tragédie inco,m lplète. mai•s necessalre >} M. Armand Lanoux, Prix Goncourt. nous a fait, à propos du procès de Francfort, la déclaration suivante ; J'ai suivi, par les journaux, le déroulement du procès_ Au travers des réticences des accusés, de quelques aveux isolés, arrachés, de leurs contradictions, de leurs silences surtout, une espèce de photographie en négatif du nazisme apparaissait. Ce procès est bien tardif, et il y a certes quelque chose de gênant pour l'esprit que de voir demander des comptes à des hommes, vingt ans après les faits pour lesquels ils sont_ po.ursuivis. Il est très grave que ce procès ait heu si tard_ Mais il valait encore mieux qu'il soit fait dans ces conditions que totalement oublié: Le temps a passé. Les êtres ont évolué. les slt~ations historiques aussi; il n'en reste pas mOll1s le souvenir d'une horreur qui fascine les victimes, les témoins, les fils des témoins et jusqu'aux accusés eux-mêmes. Jacques Nantet pen.dant son intervention. On. l'ecolltwît., cl la tribune, Charles Palant et Gilbert Badia_ D'autre part, il estime qu'en ne présentant comme résistants que deux chrétiens, la pièce écarte fâcheusement les marxistes, les libéraux et tous les autres opposants au nazisme, dont le rôle a été au Hofmann, successeur de Hoess à la tête du camp, s'attendrit sur les Tziganes : « C'était injustifiable de la part de Hoess d'avoir entassé les gens dans les baraques. ») Il prétend à la bonté, à la biellfaisance : « J'avais fait installer des terrains de jeux pour les enfants ». Ces enfants qu'il faisait assassiner. Victor Capesius, chef de pharmacie du camp, qui avait choisi 1,200 enfants destinés à être « liquidés ) par le gaz Cyclon B, éclate en salZglots, en déclarant que la responsabilité « du taux de la mortalité » devait être imputée aux Anglo-Américains, qui n'avaient pas livré les désinfectants à temps. Et puis, il y a aussi cet accusé qui faisait des piqûres de phénol en plein coeur; cet autre responsable de certaines sélections ; cet autre encore, qui tuait les détenus à coups de botte sur la gorge ... C'est une tragédie qui vient de se dérouler dans les ombres d'une salle de justice, tragédie incomplète mais nécessaire, et l'image q,u'elle donne de la criminalité totale du nazisme eclate dans le muet désaveu que les coupables se portent à eux-mêmes. teurs voient cette pièce « poignant.e et capable de 7l0U'S toucher tous ». Jorge SEMPRUN : {( L'antisémitisme, problème a ctuel ». Jorge Semprun, l'adaptat.eur de la pièce, ancien déporté, répond il. Jacques Nantet, en indiquant que dans la version française de la pièce, toutes les interventions moins aussi important. Il voit dans cette oeuvre, d'autre part, une « explication enfin juste, sans concession, des mécanismes mentaux de divers types de nazis », et juge utile pour tous, y compris pour les catholiques, la mise au pOint historique à laquelle elle procède. Dans la salle, M . Raymond LIPA formule « les souhaits les plus ardents pour le développement de l'amitié judéochrétienne )), soulignant que celle-ci ne Plusieurs criminels nazis démasqués à Bonn POUR 22 assassins d'Auschwitz jugés à Francfort, pour un Eichmann châtié, combien de bourreaux, chefs et subalternes, vivent libren;ent en Allemagne et dans d 'autres pays? Les r écents scandales qUI viennent d éclater à Bonn montrent qu'après l'éviction de Globke et d'Oberliinder, il y a encore bien des criminels hitléri'ens dans les organismes officiels de la République Fédérale Allemande, Il y a quinze jours, le chancelier Erhard a été obligé de suspendre de ses fonctions, le ministre des Réfugiés, Hans Krueger. Lorsque Krueger devint membre du cabinet de M. Erhard, les autorités Est-Allemandes, avert.irent le chancelier du passé de son nouveau collaborateur, et après quelque temps, n'obtenant pas de réponse, pÙblièrent des documents accusateurs. Hans Krueger est un vieux nazi. Le 9 novembre 1923 (il a 20 ans), il participe, à Munich, avec Hitler, Goering et St.reicher, à la marche sur la

( Feldherrnhalle )). En 1943, il aùhère

officiellement au parti nazi et devient un des chefs du parti en POlogne occupée où il est très appréCié de ses supérieurs. Le 19 juillet 1940, le président du tribunal de Stargard, dans l'ancienne province de Poméranie, lui décerne un certificat de bonne conduite : « Krueger est un national- socialiste convaincu, il a été ici ires actif dans son travail pour le parti. » se souvenir de rien, d'aucune condamnation à mort, déclarant à un journal allemand : « Vous savez, une condam.nation à mort . eela faU partie du travail normal d'un juge. » Hans Krueger est membre du parti chrétien-démocrate (C,D,U,), le parti de l'ex-chancelier Adenauer et. du chancelier Erhard. Trois jours après cette démission, un haut - fonctionnaire de la police de Bonn, le responsable de la sécurité du challcelier Erhard, Ewald Peters, était trouvé pendu dans sa cellule, alors qu'il venait d'étre arrêté pour crimes de guerrf~. Il était accusé d'avoir appartenu au « Groupe de Mission C ) (Einsatz gruppe Cl, penàant. la guerre et, à ce titre, aurait participé il. des exécutions massives de juifs dans le sud de l'Union Soviétique. A la sortie Jorge Semprun (à géluche) et François Darbon (à droite) retrouvent Michel Piccoli, qui avait tenu à venir après son émission télévisée, (Photo E, Kagan) D'octobre 1939 à juin 1943, il dirige particulièrement l'organisation locale nazie, à Chojnice (Konitz en allemand) : il serait responsable du massacre de 2.000 habitants de cette ville, abattus dans un ravin. On aurait almé entendre Ewald Peters parler de ses « activités ». Mais combien Dlus révélateur devait être l'interrogatoire du Dr Heyde, qui déclarait, en août 1961 : ( Si je commence à parler, il y aura quelques chaires de Faculté de médecine qui sauteront en Allemagne Occidentale, ») Mais ie Dr Heyde, qui devait mcessamment comparaître devant un tribunal Ouest-Allemand, a été retrouvé « pendu ) dans sa cellule. Il avait organisê l'assassinat de 100,000 malades mentaux et de juifS. de Gerstein tendant à amenuiser la r ~ ponsabilité de l'Allemagne, ont été supprimées, pour mieux amener cette déclara· tion du héros : « De toute façon , la responsabilité principale incombe Cl l'Allemagne ». J orge Semprun insiste sur l'actualité de l'antisémitisme et fait état des lettTes reçues à l'Athénée, qui nient. l'existence des fours crématoires, contestent le chiffre des victimes et reprennent des slogans nazis. « jl'loi qui ne suis pas chrétien, conclut-il, je crois qu'il est très utile qu'un chrétien pose ce probleme-lèt, éta'nt donne les responsabilités séculaires des Eglises dans la formation cle ['antisémit.isme. Il est utile aussi qu tous les hommes y refléchissent »), Le pasteur DUCROS : « La présence de l'Eglise au monde». Dans une brève intervention, le pasteur Ducros évoque un problème posé à l'arrière-plan de la pièce : « La présence cie l'Eglise aU' monde, dit-il, doit se débarrasser de tou t appareil politique, cliplomatique, en un mot temporel , L'Eglise cle Jésus·Christ ne doit pas être une puissance qui traite avec d'autr es puissances, Ses moyens d'action doivent être purement d'ordre moral et s1Jirituel. » Une autre personne, dans la salle, 111. Didier Blondeau, fait remarquer qu'il peut se développer que dans la clarté et par la rupture avec les erreurs du passé, (Su,lte page 13,) Une enquête a été ouverte Hans Krueger commença par nier les faits , Mais. aprèS la publication de documents photocopiés, il reconnait avoir été nommé au tribunal spécial de Chojnice. Il dit ne Tous Iles prétextes leur sont bons ... Le lendemain du débat organisé par le M.RAP" se tenait à Paris, salle des Horticulteurs, une autre réunion consacrée au " Vicaire ». Elle était patronée par Michel de Saint Pierre et Pierre Debray, dont les seuls noms suffisent à définir le caractère particulier du " débat .. annoncé. Des paras sans uniforme, mais portant ostensiblement l'insigne, assuraient le service d'ordre, entourant auss itôt ies éventuels contradicteurs, voire même les auditeurs qui prenaient des notes. Tout le reste était à l'avenant, Les orsteurs, des l'abord, dénoncèrent dans la pièce d'Hochhuth, une entreprise des" marxistes et des néo-nazis contre Dieu », "une calomnie, un mensonge, U,le imposture, ridicule et odieuse ». Un rédacteur de "La Croix» qui n'<Jvait pélS, à leurs yeux, condamné ia pièce avec assez de fermeté, fut aussi l'objet de leurs attaques virulentes, Ils finirent par demander la libération des détenus activistes et la reconquête de l'Algél-ie, Cette réunion typiquement fasciste va dans le sens des équipées de Pierre Pujo et de ses complices qui, " courageusement» armés de pétards, de boules Duantes et de souris blanches, ont tenté par leurs commandos à l'Athénée d'obtenir l'interdiction de la pièce, ce qu'ils réclament maintenant par une pétition distribuée à la sortie de la soirée des Horticulteurs. Etrange façon de défendre Pie XII ! Son coaccusé, Friedrich Tillmann, s'était Lué la veille en se précipitant du huitième étage d'un immeuble de Cologne. Cette vague de « suicides ») est pour le moins suspect e, Autre scandale celui du secrétaire d'Etat de Bonn, Franz Thedieck, successeur de Globke, Le Dr Erhard a préféré prendre les devants et, avant que le scandale ne s'ébruite, il a mis « à la retraite )) ce personnage un peu trop voyant, Thedieck fut, durant la guerre, l'un des dirigeants de l'administration militaire hitlérienne en Belgique. Il est responsable d'un certain nombre d'atrocités commises dans ce pays. Commentant ces faits, le journal américain New York Times, écrit : « Que ces anciens criminels nazis puissent ouvertement se promener en liberté, est déjà repréhensible . Mais que quelques-uns cl'entre eux puissent faire leur· chemin. jusqu'à tenir des postes importants dans le gouvernement , est absolument intolérable. ) JI fau t que tous ces complices d'Hitlpr répondent de leur sanglant passé. Marguerite KAGAN. _------ 12 les Coqs PICASSO •• SUJET bien tentant pour ce septentrional

les Combats

de Coqs... (Les « Tauromachies » il lui !) Mais sujet diffi· cile et périlleux à qui ne saurait capter d'un trait de pinceau vertigineux les hérissements, les envols de plumes, les torsions des corps, les élans des becs haineux et cruels, les fui· gurantes détentes des pattes griffues des combattants ail é s .. , Mais la virtuosité de Pignon triomphe de ces rudes obstacles en cette suite de lavis remarquables, le peintre et son modèle UNE rois de plus" , Eh ! uui, une fois de plus Picasso polarise vers la galerie Le iris la curiosité toujour" par son protéisme aiguisée de la l'Guk - de tOute la foule, celle des amateurs, celle des badauds, celle de PIGNON des jeunes , (Ceux-ci obligés de se conva incre que le leader de la Jeune Peinture, c'est l'un de ses patriareiles ! .. ,) Une rois de plus aussi le résurrectcur de Vallauris a choisi d'exposer toute la série de toiles qu'un beau jour il décida de réaliser sur Ull thème éternel « Le Peintre et sun modèle », Etonnant lilm (['ironie plastique que celui [ormt~ par ces toiles, olt se proj e ttenL le graphisme nerveux et l'esprit critique de de l'artiste, Comme un sent qu' il s'amusa à sc livrer aussi pres tement à son congénital brio, à tous Ses dons ! Force est cie se divertir avec lui, Et force esl d'admirer quelques autres toiles (portraits, intérieur, paysages) qUl sont revêtues du sceau de son except ionne lle personnalité, Ci-dessus.' Le peintre cl SOli /110- dde (/euls Il' jardin, (Huile.' 10-5-63, 11-5-63,) Faste début d'année artistique S J la « conjonctme » générale et, dans une certaine Illesure, leo récentcs pé ripéties du « marché de l'a rt » 0 l'a~ir t' u x acco uplement de terme;, anti~lO!ll i<lues!) ont pu détcrminer une lIlo inrlre pléthore d'expositions parti ~ulière~ IIU en tel prell1J(~r 11101S de3 annees precedentes, Ile le r egrettons pOint ca r quelques expositIOns m;ljeures suft lsent :t ia ire des semaine!'; récentes et actuclles une période faste dc la \' ie ;lrtistiqut' Ù Paris, Ca rrefou r et creuset permanent, notre vi lle n'a pas d éserté sa ll1issil)n traditionnelle, La Turquie d'aujourd'hui, tournée' \'crs son folklore séculaire avec Dereli, Bark, Burak, etc .. ,) ou o rientée \'ers le non-fig-uratii (avcc AbiLline,

\rha,-;, dc..,) il prou\'é sa vitalité ct s'cs mérites, tan llis que la viei lle Russie, avcc ses icô ncs de jadis ou rl':lUjourd'hui ,

Illétamorphnsa it le « climat )) de la rue Dam - et qu'au muséc Ccrnuschi. un pe intre contemporain, Cheng :\:lan Ching', démontrait la pérennité de la trad ition plastique et ses fécondes ressources, Au Petit Palais, 1'.'\ rt du pa~'s des Hittites HICcède, avec une éloq uèllte puissance, à l'esotéri sll1e archaïque cIe l'art du bouddislIIe Zen ... Transformé par Pierre dc Tartas en centre d'art, sans rien perdrc de son charme ag restc au creux de la \'allée cIe la Dil'I rv (ù 12 kili. rIe Paris!) le :\roulin de Vauboyer, 11 0n contellt de présenter sur ccs cimaises en pcrmanence ~'·Charles------____________________________________________ ". ____________________ r~ « LE CHANT DU MONDE », de Jeon LURÇAT unc bclle sélection d'oeuvres contemporai nes, ,'est illu st ré par la plï:~senta tiun de 24 tapi sser ies de kan Cucteau, auss i étrangères ;'1 la tt'c ltll iq uc abi'ttardic ,lu sièck dCrJlil'J' qu';t celle de la haute lisse rélHl\'éc par Lurt;at, C; rOlJlai l'l', IOieart le f)!IUX, :-;aint-~al'ns, dc .. , 1 )e,'s ins cn laine d lIOn :t b mine de plomh, toutes attestent les dons p"ly\'alcnt s, le brio, la :>pirililelll' falltaisie de Cocteau J'En (' ltant t'IIL .. Cocteau dont 011 l'CÜOU\ C la présence, \'isihlc ou lJon , dans lcs ccuvres dc SOI1 ;uni Chri stian Ikrard l:roq uant \;t chère ('olette:

l I:t ,~'alc r ie Lucie \\'l'il (An

j'onl tics .!rls), LE CHANT DU ~IONDI'; (Cl1nmpnglll' I, « C'est le jaillissement .. . Le vin n'est rien qu' un liquide pervers si le coeur n' en est pas le vase" ) E:NF1N, voici, corn· me un soleil magique éclairant la grisaille hivernale, voici la révélation à Paris de la suite jmpressionnante, émouvante des tapisseries qui seront, à la Tapis· serie contemporaine, ce que furent la Dame à la Licorne ou l'Apoca lyps ' d'A nger's il des siècles antéri., urs. C'est ce Chane clu MoncIe où sc ('011 - l'rét,isc, dans la laine, SUI' l'und HOÎ!' , il raide de l~ trentaine dc tOlb qui lui suffisent il éla· borer la pins somptueuse des palettes, ral·dcnt, le g-énéreux, Il: réconfortant lyris, Ille de .Je'Hl Lun;a!, qui oeuvre ct pense el l'rée au rythme du Cosmos, et dans le flu': d'un humanisme paeifique - celui (lui (el'a triompher la fraternite des I)Cuples sur la haine, la Vic sur h Destruction, l'Amour et 1". J()ie sur la Cruauté dl' la Bête ct les Tragélies des guen'cs, .. Tou, les amis de " Droit et Liberté » se doivent d'aller admirer cet ln· comparable chef·s'oeuvre~ ~i la galerie Charpentier s'c,'! nlllù' en reliquaire pour ;lccuci llir les gCl11n laux du ~tL1s'ée de Tours où flambuient les tons sonorcs dc" pièccs de Braqllc, de P icasso, etc .. " la galeric Granoff s'cst justement !Jollorl'c d'accll('illir l:t plt'nitutle sensuelle de" sculptllres de Volti, I,:t - c) miracle' - uuc ,~,dcrie s'c:<t l'n hardi e, alitant qu"~ nnohlil' l'Il offrant son hospitalité il !l11 g roupe de sculpte urs, les Kellf, qui OSCllt - - ct ",,,'cnt. Cl' qui est plus louallle cncure, se (lécla re r, st' l'I,(IU \'CT I-idi'!cs ' aux lois !llilléllaire" tk leur :trt, ell rcspedallt ct l'X pr illiant et e_,altant l:t {orllll' Ill1illailH' ct SOIl visage, (Ils "lit nOIll (J'lIet, Osouf. Ra \'lIIonel .\Lutin, \)aJllociise, Ca rto n: Corhill, J\ilsson, K retz . h', S:t!1I1011. ct 's'elltou rent de j eunes ;llais \':1- leureux L'mules : Derhré, r\ u lïret, 1 r ng'()JlImat, etc .. ,), Ft. par ai ll cllJ"s, dan s la g; tl :L,ic dps ~';t! er i cs -- ft égale distance .111 IXl\'illon de Rohan et de la g alnit' Louise Leiris - l'ig'Jl01l se111blc un \ 'i l,lllt, UJI dyn:tnlique ,ialoll ,'n tre deux aîné, illustres : Teall I .urçat et Picasso - tandi~ ·ll lle, ~'aleri e Da\' id et Garn ier, SlIrgit l'impéri euse présence du Bestiaire cher au phénomène ma ieur dc la touiours jeune peinture ' : Bcrnard Buffet. lrE r,,,\tA~ Joseph KESSEL ..... a l'Académie Francaise " Guy LACOMpBaEr EN 1961, à Paris, il est difficile de se ! bâtir une belle vie, quand on revient cl' Algérie, après avoir passé vingt'- t'r,t mois dans les djebels - vingt-sept mOIs de peur, de haine et souvent d'horreur. ~e jour cie la ({ quille » est un mer\'(' .Ileux jour : la liberté vous possède tout d 'un coup, et lorsque cela se passe dans \.I I Paris cIe 14 .J uille t, au Quartier Latin, C'("!-I du délire. Ainsi revient Frédéric. Dans son quart.ier en fête , il cherche, de b, 15 en bals, Sylvie, avec laquelle il a d o dé cie s 'inst.a ller dans le bonheur. LE 6 iénier dernier, l'Académie Fran 'ai,;e reLevait l'écrivain J 0- ~ eph Kessel, qui prenait place au fauteuil du Juc de La Force. J oseph Kessel, journaliste, « reporte!' » . grand \'()yageur, écrivain de l'hi stoi re \'('~cu e, en faisant, S'elon la tradi tioll. l'élog-e de SOli prédécesseur, souligna que cel ui -ci ;l\'a it, dans ses ccuv res historiques. évoqué de., événements nOIl moins violents que ccux dont il a "ait été lu i -même témoin. « Pour le remplace r. qui avez-You;; élu ? », demanda Joseph Ke~'scl ;'l la vé- Ilérablc asselllblé e, et il répondit luimême

« [jn Russe de Il cû,'sance, et juif de surcroît. Un ju.if de l'Europe orientale. Vous savez - 'messz:ettrs, et bien qH'il ait coûté la vie à 'des millions de Inartyrs, 'IJons save.: ce que ce titre siqnifl:e en.core dans certains lIIiliel/x, et pOl/r trop de qens. « Oh.' j'enlends bieJ/, rOl/r VO liS la qu.estioH ne s'est '/II,ême pas posée et v ous êtes .mrprÎs, salis doute, de me l'entendre JIlcll tiollllCr ici .. 1Iais, croj'C.::-ll/O i , le Quand le ri•r e était une arme anti•n aZi•e .. Ouand les français parlaient aux français .. ,» (1). Ce disque nous ramène plus de vingt ans en arrière, quand la France résistante était à l'écoute clandestine de la B.B.C.: c'est le recueil des chansons et proses que Pierre Dac lançait depuis Londres. Refrains gouailleurs sur la collaboration et son avenir: " Les excellents francais ", " Le guide du parfait salaud M... " Ils se sont mis à grands coups de Vichy Au régime collaborationniste Bien sur, maintenant Ça devient gênant Car tout de même, ces saletés-là Ouoiqu'on puisse dire ça ne s'oublie pas. Couplet vengeur: " Réveil de cavalerie ,,: Hitler débine-toi, Hitler débine-toi bien vite, Pourquoi te cramponner? Le Reich est bien malade. Chanson de marche pleine de l'espoir de la Libération: "Les balayés de la Wermacht" (sur l'air des " Bateliers de la Volga "J. Marche ou crève, crève ou marche Le boche tombe là-bas, tombe, tombera Marche ou crève, crève ou marche Marche, marche. nazi L'armée rouge te suit. Morceaux émouvants aussi, comme " Bagatelle sur un tombeau» dans lequel Pierre Dac revendique la nationalité française que lui dénient les collaborateurs de l'ennemi. "Le rire est le propre de l'homme ". Pierre Dac l'a fort bien montré, apportant un souffle d'espoir et de joie dans des circonstances douloureuses. Ce rire créateur de justes colères, c'était une des formes - et non la moindre - de la Résistance frança i se. (1) Disque 33 tours, grand format , chez Philips. fait mêmc de cet étonnement méritait qu' il fut sigll alé. « Croyez-el/. qu.elqu'lt11 qui a beaucoup zioJ'aq(:. beaucoup écouté et prêté une attentiol/. profonde aux voù,- des homm.es qu.i ont sOltffert et souffrent e'ncore de la discrimination, des hom.mes en mal d'équÙé, de dignité. POlW eux, j'en sf'is sûr. vous qu.i formez la plus ancienne et l'une des plus hautes institlttions frmlçais, es, vous avez m.arqué, sans même ~I pel/scr et d'un geste d'autant plllS précieux, 1)O ltS az'e::: marqu.é, par le contrasle sillq'ltlie'l' de cette succession, que les ori[/illcs d'un être humain n'ollt rien à fair.c m 'ec le ;uqe11lcnl que l'OiT doù l'o rIel' slIr ll/i. » LA RËPONSE D'A NDRE CHANrSOK '.\or. André Chamson, dalJ'; son di scours de récc pt ion, t'voquant ses origines protestan tes, dit combien il comprenait le destin de Kessel et de sa famille: « Comme 7'O US, j'ai ql'andi dans les traditio'lIs d' lUI periple 'persécuté , dans les souvellirs des massacres ct des illceNdies. jl1ais nomades ou sédeHlcûres, à tra.vers les !,ersécutiol1s qui sont le.~ qralldes forges des hO'ln.mes, lcs vôtres et les miens ont tro /t.~i é 'Une 'voie d'appel et de cassation auprès de la France. » Et a près avoir fait l'éloge du grand résistant que fut Joscph Kes sel, auteur avec

\t alll'ice Druon du célèbre Chant de.,·

Pal'tismls fnll/(Ilis, 1'1. André Chamson conclut : « VO liS êtes l'homme d'u·/'I. bil'Il 1011,(1 , Ioi'age, li/ais vos étoiles Z!01tS ont .qnid" jusqu'à 11011.1' et II/arquell t ici votre> place. Ic vois brillcr au-dessus de ~i O I(S la Croi.v du S I/d dc 'Ziotrc lwùsauce, l'Etoile Pola.ire dc vos oriqincs, tmldis que dal/s le flamboiclI/ent de ses millénaires d'all uées lu.'Nl,ière, l'étoile dc David scintilll' .1'1/1' ,'circ '~ !, ~I' . » • -"OIIS e.rprilllolls 'lias 7'1 -

'cs iélicitatiol/s à M. JosePh

!,-{'s.\'êl. (fui est ·membre du Comité d'honneur du M.RA.!' .. et ql/i a bicn ,!{)/Û'/(., à di7'erscs occasioJ/.I·, ap porter son COI/ cours "res/i.e/iCI/X cl I/olre ; 0 11 1'- 1/al. Cppendant. l'a rtifice cIu 14 Juillet ne d UT!" q1l'un jour, ~urtout il. Paris en 1961. L., ~ C.R.S. quadrillent. les quartiers algér iens, fouillent., matraquent. Frédéric d 'sl rl' rait tant se débarrasser de la violence, cIe la peur, dc l'Algérie, mais la rue l ' t l'époqut' les lui imposent quotidienne- 111 !,t. SUl' les écrans, à la radio, les act.uaIi té_ offn·nt. des images de haine, de terl'fm I'. de tueries, au Congo, dans le Pacifiq ue, un peu partout. 011 expérimente des a rmt' ~ terrifia nt.es; cIes troupes défilent d an ~ toutes les capitales; ceux qui ont rait Auschwitz ct Buchenwald, ou leurs descendants, remont.el1t a la surface. Sur r:e t toile cIe fond, une aut.re lutte s 'en~ ag( ' : Frédéric doit t.rouver du travail ; mais pour un jeune photographe, si long· t mps absent, il n'est guère facile de s 'impo»er. Du laboratoire au photo-s top, (lu convoy;J.ge des touristes à la photog- raphie des communiants ou de jeunes mariés, aigri, de plus en plus découragé, il va e rrer à la quête d'une bonne place, l'elle qui permet d'avoir une belle vie. Un l'ilfan t. va naître - un éblouissement IJOur Sylvie, une «( tuile » pour Frédéric. - L a mansardp, trop (,xiRUë, devient un l:nfer, encadrée de l'lles où explosent les bombes de l'O.A.S ., où CORnent les ma tra ques des C.R.S., OÙ df's paras recnlteurs offrent la « bagarre » à la jeunesse. Comment résister à ces assauts! Le couple perd pied, se distend... Va·t·i! éclater ? N OI1 , car un logement plus spaCieux, un travail plus rémunérateur se présenten t à lui. C'est une nouvelle libération, lIn nouveau 14 juillet de leur amour retrouvé. Ils le fêtent. La belle vie revient, i l~ en .'ionL >;ù rs, définitivement... Le lenriemain, deux gendarmes apport.ent une f(,Ullle de rappel à Frédéric. Le débat « LE VICAIRE}) H · stoire simplc d'un jeune couple simpl qui aspire à la vie de ce qu'on appelle les Français moyens . Mais cette simpli· (,il , vouluc par Robert Enrico, parfaitement exprimée dans les dialogues de Mau rice Pons, f:t. vécue si naturellement pa r Frédéric de Pascal et Josée Steiner, qu l'on croirait. participer à leur exist. ence, introduit une dimension généralisant ,' t profondément aut.hentique dans 1('5 problèmes que traite le film, en particuber celui de l'adaptation à la vic civile cl'u jeune soldat revenu d'Algérie. (Suite de la page 11) Louise ALCAN : « Le Vicaire et le procès de Francfort ». Mme Louise Alcan parle au nom des anciens déportés, pour qui Le Vicaire est le meilleur témoignage de ce qu'ils ne peuvent pas toujours exprimer. Elle fait remar9-uer ( que cette pièce a commence début décembre, alors que quelques semaines plus tard s'ouvrait à Francfort le procès de vingt-deux S.S. d'Auschwitz. Les gens qui vont voir Le Vicaire comprennent mieux ce qui signifie le comportement des bourreaux nazis dans le pa.ssé et dans le présent ». On entend encore Mlle Suzanne MAURICE, qui déplore la passivité de ceux qui refusent de participer à la lutte antiraciste; et M. ACKERMAN qui, durement fmppé par le nazisme, dit la douleur des victimes qui attendirent en vain une prise de position des plus hautes autorités religieuses, susceptible de desser· rer l'étreinte qui les écrasait. Enrico introduit ce monde par des photos prises sur le vif qui relèvent souvent du ( cinéma·vérité » et par les actualités qui l'élargissent à l'univers. Ce dernier procédé a été utilisé avec succès dan~ Landru. par Chabrol, et dans Jules ef Jim, par Truffaut. Mais que J'histoire du couple est finement traitée dans ce quartier de Paris pemt avec t.ant cl'amour! Humour et poésie enveloppent ces j eunes gens comme ceux d'Adieu Ph'ilippine. de Rozier, auxquels on pense souvent. Un escalier pour Tahiti Hobert Enrico n 'a pas cu de chance avec ses longs métrages. Bien qu'accepté» pnr la censure, Ils ne furent jamais programm ~s . Sa Belle vie sort e nfin, très à l' 'troit dans un studio. Allez voir ce film, il e t de votre temps. (Suite de la page 114) de bibliothèque. Tu pourrais cmporter le livre chez toi. - Pourquoi que YOIIS n'ar rêtez pas dc me dire d'emporter ce livre? A la :na ison, on l'abîmerait. - Tu pourrais le cacher quelque pa rt, dans' un bureau ... - Dites donc, répliqua-t-il, en !TIe reg,lrJant de travers, pourquoi que Y OU s voulez pas que je viellllc ic-i? VACANCES D'HIVER EN ISRAEL Départs spéciaux par avion EL AL ou AIR-FRANCE Prochains départs : le 18 février - retour le 3 mars le 19 février - retour le 11 mars. POUR LE PRIX DE 1250,00 FRANCS (Hôtel et petit déjeuner Par bateau : à partir de 710,00 francs PRIX SPECIAUX POUR GROUPES compris) Pour tous renseignements, s'adresser à l'agence de tourisme bien , :onnue L'OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE (Direction ; M. KOTZKD 18, rue Bleue, PARIS (9') - PRO, 91·09 78, bouleval'd Barbès, PARIS (18' ) - ORN. 09-00 BILLETS DE CHElUIN DE FER, AVION ET BATEAU POUR TOUS PAYS -- Je Il'ai pas dit que tu ne de vais pas venir. - Ça IIJC pl aît de venir ici . .1 'a ilne bien les escal iers. - re les aime bien aussi, dis-je . . :J.\1ais l'ennui , c"est qu'un jour on l'autre, quelqu'un va so rtir ce livre. JI souri t. « Vous en faites pa ,,.. [ne dit-il. y il encore pe rsonne qui l'a fait l>, ct il se dirigea vers l'escalier en tapant des talon s. COlllme j'a i transpiré ce j ou r-Ià. Ce rut le plus fra is de tout l'été, mais lorsque je quittai mOIl travail dans la soirée, ilIa chemise J1Ie collait cl la peau. Dans la voiture, j'ouvris ma valise ct tandi s' que la grosse circulation s'écoula it dans VV ashington S treet. je me pelotonna i ;'l l'a rri è re ct mis ulle chemise proprc, s i hi cn qu'cn arri\'ant à Short Hill s, j'aurai s l'air de sor tir d'une promenaue à la campag nc. }'la is en remontant Centra l J\vc llu e, il IIIC Fut imposs ible de concentrer Illon attcntion sur mes' vacances, ni par cOl1 s ~quent sur le volant: à la grande frayclll' des pi étons et ries automobilistes, je fis grincer les vitesses, grillai les passages cloutés', hés ita i également aUA fe ux rOll.C!'Cs 'et aux feux verts. Je ne' pOl1\';J is rn 'cm pêche r de pense r que pendant q\Je je sera is en vacances. le yi cillard couperosé revienrlrait ;'t la hiblioth (~que, q\Je le l iv re rlu petit N oi r di s paraitrait, que Illon 1l0UVC;W poste m E' scrait enlevé, qu'e\J fait Illon a nc ien poste .. . et puis pourquoi IlIC fe rai s -je du souci pour tout ça : la hibliothèq\J(, n 'allait pas être ilia vic. Jean SCHAPIRA responsabilités ». ({ Prendre nos C'est M' Schapira, secrétaire national du M.R.A.P., qui tire les conclusions de ce débat, dont nous regrettons de ne pouvoir, faute de place, faire apparaître toute la richesse et la diversité. Après s'être félicité de ce que la soirée s'est. déroulée dans la dignité et dans un esprit de recherche objective, il examine tour à tour les trois pOints sur lesquels a porté le débat. En ce qui concerne l'exactitude historique des faits évoqUés dans Le Vicaire. sous réserve de quelques erreurs dans le détail, elle est unanimement reconnue. La seconde question qui se pose est la suivante : « Etant admis que Pie XII s'est tu, avait-il la possibilité, le devoir d'adopter une autre attitude? » « Je crois, déclare Jean SChapira, qu'aucun des orateurs de ce soir, quelles que soient les nuances de sa pensée, ne s'est prononcé pOUl' le silence de Pie XII ». Il souligne q\Je le problème dépasse la personnalité du Souverain Pontife, mais touche aux res· ponsabilités morales de toute autorité politique chaque fois que le sort de l'hu· manité ou d'un groupe d'hommes est en jeu : ( Il ressort de ce débat et aussi de l'e:rpérience, dit-il, que la lutte ouverte est plus paya'nte que la transaction et le compromis, ce compromis se soldât·il simplement par le mutisme. » Troisi"me question : celle de l'opportu· nité de la pièce, qui a provoqué le plus de divergel lces. M" Schapira e»time que pal' son rôle d'information particulièrement pour les jeunes, I.e Vicaire « rend le service positif de procéder à la dénonciation, pal·ticulièremcnt nécessaire aujourd'hui, de l'antisémitisme ». Il souligne que « le racisme antijuif n'est qu'une modalilé du racisme et que nOlis ne saurions oublier ses autres form es. » « Si Le Vica ire, conclut-il, pose le '}Jroblème précis. histOrique du silence d'un Pape devant un massacre, nous devons, nous, élargir ce problème et poser la question du sile:nce, non '}Jas seulzment devant la forme supérieure cie la pratique raciste, qui est le massacre, mais devant toutes les tonnes 7Jréliminaires. tels (lue la concentration, l'apartheid, la ségrégati01l, le mtmérus clausus et, d'une façon génerale, l'ensemble des pratiques racistes dont nou.~ saDo'ns par l'histoire de l'hitlé- 1'is m.~ . C/u'elles portent en elles. si on ne les rlénonce pas dès. l'origine, la possibilité d'un développement qui, logiquement, aboutit au génocide. » --- 14 lUJlNI IESCAILIIIEI~ IP>OlUJl~ TAIHIlIT 1 LES pâles lions de ciment montaient une garde peu convaincante sur les marches de la bibliothèque, souffrant de leur habituelle combinaison d'éléphantomie et d'artériosclérose; je m'apprêtai à les croiser avec autant d'indifférence qu'au cours des huit derniers mois, lorsque j'aperçus un petit garçon noir planté devant l'un d'eux. Le lion avait perdu tous ses orteils l'été précédent, lors d'un safari organisé par des jeunes délinquants, et il devait à présent faire face à un nouveau tortionnaire, lequel se tenait devant lui, les genoux légèrement pliés, et grognant. Il émettait de longs grognements sourds, s'arrêtait brusquement, attendait, puis recommençait. Puis il se redressait et, secouant la tê te, disait au lion : « Mon vieux, t'es un trouillard ... » Puis il reprenait ses grognements. ( ... ) par Philip ROTH fuste ayant le déjeulle r, le dompteUl" de' lions entra dans la bibliothèque, les yeux écarquillés. Il s'immobilisa un instant, fai sant seulemellt bouger ;;es dOigts, comme s'il comptait les I1larches de jnarbre qu'il avait devant lui . P uis il s'avanca d'une démarche traînante, s'amusant <lu claquement de se.-- ~'e1l1ell es ferrées sur le sol de marbre et de la façon dont le petit bruit s'ampli fiait so us la voùtc du plafond. Otto , le garde qui se lrou vait à l'entré , lui dit de [aire ;noins de bruit avec ses chauss ures, mais ceci ne sembla pas' troubler le petit garçon. Il claqua sur la pointe de,; pieds, t rès droit, secrètement ra\'i qu'Ottn lui ait donné l'occasion de pra liquer cette posture. 11 munta ainsi jusqu'à moi. - Bonjour, di t- il , (JII ,'-- l la ..; ection de t e intUl"e;> - l .a quoi ) di s-je . - La sectioll de tei nturc. \ ' uu ~ an~ z pas u1Ie ,'ection tle lcintme? 11 avail un accent noir du ôl!ll des plu.' prononcés et le seul mot qui me parvint distinctemcnt fut quelque chose r\"Sl'll lblant à la teinture. _ Comment épelez-nJl1s ça 0 di s-j c. _ . Teinture. E nfin quoi des tableaux . des dessins'. Où sont-il s ? Il acccpta mon polysyllabe. Ouais, c'est ça. - En plus ieurs e ndruits. lu i d is -je. Quel peintrc t 'intéresse ? Les veux du ~a11lill se r étrécirent de sortc qï:le tout son vi",agc pa rut noir. 11 rl'nIla. comme devant le lion. - Tous ... jllarmonna-t- il. - C'est très bi cn , dis-j,:. Tu \leux l'l'- garder tous ecu x que tu yeux . A l'o2tagc au-dessus. Suis la ilèche qui indique la section 3. Tu te rappell era s ? Section ;). Demande à Cjuelqu'ull là-haut. Il llC bougea pas; il semblait prendre ma curiosité au su jet de ses goùts pour Ulle SOl·te d'enquête sur l 'impôt électoral. - Vas-y, dis-je, en Îendant Illon ,·isage d'l1n sourire, là-haut. .. Puis il partit comme une -[lèche, 'traînant et claquant ses semelles \'ers le rayon dc teinture. A PRES le déjeuner, je repris ma place au guichet des prêts et John McKee m'attenda it, danS' son pantalon bleu clair, ses chaussettes noires. sa chemise de barbier, ses bandes éla"ti ques et une grosse cravate de tricot vert enveloppée d'un énorme noeud Windsor qui sautait lorsqu' il parla it. Son naleÎne sentait la brillantine et ses cheveux :;entaient l'haleine, et lorsqu'il parlait . .le la salive tapissait les coins de ~ a bouche. Je ne l'aimais pas ct ressentais parfois une très forte envie de ti rel' sur :;es bandes élastiques et de l'envt~'er valser dam la rue au nez d'Otto et des lions. - Avez- vous vu un petit nègre passer devant le guichet? A vec un fort accent? Il s'est caché dans les livres d'art toute la matinée. VOllS ~;ave z cc 'lU ces garçons font là-bas. -- l e l'ai VII entre r, .1 ohn. - Yloi aussi. Mais est - il so rti Î - Je n'ai pas fait a ttention. Il ,lie .ce111hle. Ct' sullt des livres rr è~ <:11\'1;. Ne l'(HI,· énervez pas. .1 oh Il. Le.; gens sont cl'lI sés les touche r. Tl y a tIJllcll\'r et touche r, ,lit .r ohll d'un ton sentencieu x . Quelqu'un devrait Ic s ll1'\'(~i1ler. l'avai s peur de quitln Je . zuichet ici. Vous sa l'cz comlnent ils traitent les illll1lcuhles 'lue 11011S leur donnons . - Vous leur dOlluez;; - La ,·ille. Vous avez l'U ce (Iu 'ils font ù S eth Boyden? Ils jettent des bOIl teilles de bière, les grosses, sur la pc lousc. Ils envahissent la ville .. - L es quartiers noirs seulemcnt. - C'est facile de rire. vous ne vivez pas ;1 côté d'eux. Je vais appeler le bureau de M. Scapello pour faire surveiller la section d'Art. Où a-t-il bi en pu entendre parie r d'art? - Vous allez donner un ulcère :( ::VI. Scapello, après son sandwich aux oeufs poi vrés. Je vais y aller moi-même, il faut que je monte, de toute façon. - Vous savez cc qu'ils y font, me prévint John. A la section :) , je trouvai le g-arçon. Il éta it assis sur le sol de briques vitri fiées , un livre ouvert sur les genoux, tUI livre qui en fait é tait plus gros que se,; ~ e noux et qu 'il avait dü caler sur :iCS cui sses. A la lumière qui passait par la fenêtre de rrière lui, je voyais l e~ ccntaines d'e~ pa c e s qui spparaicnt les centaines de nlinl1 ~ cl1les tire-houclyons qui composait'ut ses cheveux. II avait la peau très noire et brillante, et la chair de ses lèvres ne semblait pas tant être d'uue coul eur différente, llIais plutÎlt inaclle" ée, C0111llle attendant de se couvrir d'une couche de noir supplémeu .. taire. Il ;l\'ait la bouche entr'ol1ve rt\'. les yeux écarquillés et même les ore illt·,; paraissaient être en état de récepti\'it'· accrue. Il avait l'air en extase ... c'est-ù dire jusqu'à ce qll'il ll1'apercüt. Pour lui. j'était J ohn McKee. - Ca va. lui di s-j e, avait flU'il ait '~11 le temps de fa ire un gesl\'. je 1!1' ::ais '.pH · passe r. '1'11 peux continuer ;', iire. y a r ien ;', lire. C -:',;l ,les illl;;ges. ,- Bi en. LE milieu juif américain avec ses principes, ses faiblesses, son humour et son pittoresque, tel est le sujet des six nouvelles du livre de Philip Roth « GOOD BYE, COLOMBUS », paru aux éditions Gallimard, dans la collectio" « Du Monde entier» et traduit par Céline Zins. Philip Roth est né dans le New-Jersey, en 1933. Il a fait ses études à l'Université de Chicago, où il a enseigné l'Anglais. " GOOD BYE, COLOMBUS » a obtenu un des prindpaux prix littéraires des Etats-Unis, le «National Book Award ». Avec une tendresse moqueuse, avec l'humour léger et humain d'un Sholem Aleichem, avec une logique rigoureuse, Philip Roth s'attache à détruire un certain nombre de mythes concernant les juifs. Ses héros savent suffisamment se «détacher » d'eux-mêmes pour se juger en toute lucidité, pour rechercher la vérité chez eux et chez les autres, pour comprendre avec le sourire, les faiblesses pitoyables de leurs semblables. Le passage que nous reproduisons avec l'aimable autorisation des éditions Gallimard, est tiré de la première nouvelle, qui a donné son titre à l'ouvrage. Toutes les qualités qui font de Neil tKlugman, le héros, un être tout de sensibilité, dE' tendresse, de finesse et d'humanité, se retrouvent ici, Ce jour-là, Neil, qui travaille à la bibliothèque de Newark, aperçoit devant l'escalier d'entrée un jeune garçon noir qu'il retrouvera devant le guichet des l'rËts de livres et qui se révèlera être un admirateur éperdu des oeuvres de Gau~ guin. Neil s'efforcera, jusqu'à risquer sa place, de préserver le plaisir du peti·t - Uui 0' l'r i,; n ·., photo,:- lne .I clllan, I:r -', -i 1. - l ;au,l(uiu .. \Lti ... il Ill' Iv ., ;, l'OIS pl'i.', c ,;. il les a peinte,;. l'aul CaU,l(Uill. c·":'Llit !lU Francais. Ce:;t llll hlauc ou 1111 iloir: L'li bbnc ,'CH l'lai s s ùr. dit Il' ,~'a l'l: Ü II ",~ Il ,,,",Ol! riaul, ' riant pn::squc. 11 Ile prend pas ,k ... photos comnll: un no i r. C'est uu hOIl photographe ... Reg-ardez, r eg-arùez ·::cl!l' I, t. C'est pas une c hiée vie? l'a cquiesça i ct parti s. 11 pcu plus tard, j 'envoyai JimlllY Boyl en sautiller jusqu'en bas pour prévenir McKee que tout étai t en ordre. Le reste de la journée s'écoula sans incident. r c le passais au gUichet des renseignements , pensant ù Brenda et me disant qu' il faudrait que .ie prenne de l'essence ce soir avant de monter à ~~ o rt . H ills. <l.ue . 1 1l11agm,ils m<lllltenant au crépuscul e. rose comme le rui sseau ole Gauguin. ( ... ) P ENDA~>JT la sema Ille et demie qui s uivit. il me sembla n'y a" oil' que deux pe rS'Olmes dans ma vie: '- H,ése n ·c. \2uelqu'uu a t éléphonE' nom demander qu'on lui garde ce li vl't' J' ul s-Je prendre \'otre 110111 et yotH

ldresse e t vous en\'oyer un mot dès qu"i l

sera di sponible ? ... . .Je pus ainsi, lion sans avoir rougi une JOIS un deux, replacer le livl-e dans le, ï ayons. Lorsque le petit garçon Iloir afl'I\'a plus tard dans la journée, il le tro uva ex actement au même endroil n'; il l'a yait la issé la veille. ( ... ) M SCA PELLO m 'infornla IjU ·.1 1 mon retour . de v acan~e s. a pr':. Labor Day, JC seraIs hlS'~c 5ur Il tabouret de Martha VViuncy. Lui-mê1l1e. me dit-il, avait opéré ce déplacemt'Ill quclque douze ans auparavant, et il apparut donc que si je pouvais ;n'arr,11lg'n pour maintenir IllUIl èquilibre, je pourrais un j our élrc M. Scapello. J e h ~ nl'lïcierais ,~ ga lel11 e nt d'unc aUOlnenlatlo ll de hui t dollars, soil cinq dol1;;rs de plU, quc n' en ava it reçu LVI. Scapello ;i j " ~po que. Il me serra la main et sc mil ù l_n~Jllter l'escal ier de rnarbre, SO li de r r ' è r 1,l1sant 'tourner sa v este COllll11,· a lltour d 'un cerveau. JI ne m'eut pas plutol' quitté que je sentis une odeur de jnentbe verte et je levai la tête pour vo ir 1 vieillard au nez et aux pommettes t:rlllperosées . - .Bonjour, jeune homlllc, dit-il d'un ton aImable. Le livre est-il rentré? - Quel livre? - Le Gauguin. Je faisais des co ursé.- et j'ai pensé que je pourrais m'arrélt'l' en passant pour deillander. Je n 'a i l'a encOI: e re(; ll de carte, f> fait déj à rleu\ semaines. " y a pas de bruit, là . pas de CriS, ça se voit ... " Brenda et le petit garçon noir qui aimait Ga u gui n. Cha que matin, avant l'ouverture rie la bibliothèque, il attendait; il s'asseyait parfois sur le clos du lion, parfois sous son ventre, ou bien il s'amusait tout simplement à jeter des cailloux sur sa crinière, Puis il entrait, faisait cla. - Non, dis-j e, et tout en parlant je VIS que 1V\, Scapello s'était a rri:'tl; : \\1 l11ili eu de l'escalier et l'doum,· O:C' l1llll (' s' il avait oublié de me dire quelqu,' " hosc. « E coutez, di s-je au vicillanl. il d"ir rcntrer d'un jour 'ù l'autre. » 1 \ - :lvai.mis un accent de finalité Qui 'frl sa it la grossièreté, et je m'inquiétai, car ie vi, soudain M. Scapello glissant SlIr lès ': scali ers, ·M. Scapello se précipitant ve r .les rayolls, Scapello scandalisè, Sca pell l1 se confondant en excuses, Scapello présidant à l'ascension de John l\'IcKce li lll' le tabouret de Miss Vlinney. Je HIC LOurnai vers le vieux : « Vous dev riez ja i,sel' votre numéro de téléphone, .j'.:ssa i(' l'al de mettre la main dessu ..; cet :l]>rè,, midi .. . » :Mais ma tentativc pOlir fa ire preuve d'intérêt et de politesse \"illt U-Il p tard; le vieux grommela quelquc,; illot , à propos de fonctionnaires d'ullc lettre au I.na.ire" de peti.ts lll()rVe~IX, ·:·t "u itta la blblIotheque, DIeu merCi, un,· "crOTH!" avant que M. Scapello ne rel'iellne ~ , Illon bureau pour me rappeler (jm' '((l ut le monde donnait Lm petit quelqut: dl!lsl' pour UI1 cadeau ù Miss Winney et ' fil" si ie voulais, je pouvais laisser un ' ..Iemidollar sur son bureau dans la iourn~ ·. i<' fo uillai uu 1110111ellt parmi les rayons du bas. Teiguant ·le travailler. - lIé, lVI'sieur, dit le garçon au bout d'une minute, où ça sc trouve ça? - Où se trouve quoi? - Cette image. Ces gens. ils ont J'air rudement tra nquilles. Y a pas de bruit. 1;'1, pas de cri s, ça se voit. Il souleva le liv,re pour me le montrer. C'était un grand format de lùxe de :reproductions des toiles de Gauguin. La page qu' il regardait comportait une :zral'ure de :2 [ >< 27 C111 .. en couleur.;, de trois f emmes indig-ènes debout daus un 1'l1isseau dont l'cau rose leur montait jl1Sqll'al1x genoux . C'était effectivement 1111 tal,klll .- il ' ·11I.'i"\h; il oll'ait Taison. ("·.·'l l':thiti. L'ul' ile ,lan~' l'Océan ] 'a,·iJïquc. - ( :\ ·st POl'; UII endroit où "11 peul

t1kr. la'in ? Comme à une plage?

- 'J'u pourrais y aller, .ie ~ npp o:ie. C"pst très loin. Des gens y v iv <:,nt .. . Hé. regardez, I-eg-ardez celle-là. l! tOUl'11 il hmsquement Jes pages pour Ille montrer une toile où une jeuue '-il1c i la peau 1l1'11l1e était agen()!Iill ée. le buste pell ché en avant \'omme pour ,;e ,éclier 1 (' s' cheveux. - 11 (,11, InOIl l'icux. d it -il. Cl ç··.·."l '.111" chi,' •. : yic. L'euphor ie d" ,\lll "oct!n,J"in' lu i :t t \ rait vallJ j,. halll1isscl\ll'llt elc rI 1\'1 -:\e ):1 l\ihliotlI,:que cie .:--J('\\'ark ct dl' s,', ';U('\' ul'sales si TolIll ou M. Scapcllo .- ou. IlC pl a ise :( ' Di eu, la mal;\(k 1\-[i ss \Vin nev - élai ent ', 'enus vo i l' ce qui sc paS'sa it. quer ses chaussures sur Je plancher de l'étage principal jusqu'à ce qu'Otto le fasse dresser sur la pointe des pieds à coups de regards furieux, et il montait finalement le grand escalier de marbre menant à Tahiti. Il ne restait pa~' toujours à l'heure du déjeuner, mais 'U11 juur où il faisait très chaud, il était là lorsque j'arrivai le matin et passa la portc derrière moi le soir. Le lendemain, il ne parut pas et, comme s'il se füt agi d'une substitution, un très vieil homme entra, blanc, sentant l'Eau de Jo~venee , avec des veinules apparentes sur le nez et les jones. -. Pouvez-vous me dire où se trom'\, la section d'art? - Section Hois, dis-je. Au bout de quelques minutes . il l'cl'iut avec un gros livre à couve rtur\' ·.\larron dans la main. Tl le posa sur mon bureau. tira sa carte d'llll g-rand portefeuille dé~ pourvu de bill ets et attendit que je tamponne le livre. - VOliS \'tllli cz sortir cc livre ? .l emandai- je. T! sOlirit. Te pris la carte et gli s~ ai le COIIl ,JI' métal dans la machine. ma is je 11e talll pounai pas. « U ne lllillllte '1. dis-.ie. ,Tc pri s IU\ bloc ~ ()U S 1110n bureau et :·-euilletai qne1ques pages sur lesqllcllcs ·:·taient dessinés des lllorpions et des Ïlatailles nava les, jeux aux quels jl' Ill',: tai s liné tout seul au cour.' de la ' seill ai ne . - T'ai bieu pcur que' cc l i\'l'(' j!'ait ~t - r éservé. - Eté quoi ? Après le déjeunel', le petit noi r ;'i t son entrée. Lorsqu' il passa devant mon guichet pour monter l'escalier. je l' illterpelai

.

Viens ic i, dis-je. Où vas-tu? A la section cie teinture. Quel livre lis-tu en cc m0111ellt ) Cc livre de G()-.~·aill. Ecouter. , il' I·ai.'; ri en de maLT J'ai pas gribonill[' sltr l'Iel1 (lu tout. "ous pouvez Ille fouiller". Je. sais que tu n'as riel1 'lait. ECUll k. si lu a imes tant ce lil'e. POlll'ClllOi ne l'emportes-tu pas chez toi? 'As-tu une calte de bibliothèque? - Nou. M's ieu. j'ai rien pris. - Non. 11ne carte (]e hihliothl·qul'. ,··es t Cl' lI u'sm t e dOl1l1C pour qllc tu pui ..; -, cs l' l1lporter .I r,'; li,'I"(' ,'; chcz ·'oi. Coml1le ça. tu Il 'aurais pas besoin de veni r ici tous le.'; jours. Tu \";" ;, J'écule 0 -Oui. M's iell. J.'l'Cole :1c Mdl .· !' Str('e t. :vra is C'(·.-,t l'<~t(o ct ,. a l'ieu .Il' mal Clue je so is' pas à l'école. Je 11 (" ,ui, pas c(" llsè ê-tl'(, ;, l'érole. - Je sa is. Du mOl1\cnt flue tu \' :t" ;'t l' t cole. tll as le d ro it d'avoir une cart!" SUITE PAGE 13.1

Notes

<references />


Catégories